Issuu on Google+

SacrĂŠe coquille


1


Un dessert qui cloche ! L’œuf, ingrédient omniprésent de la gastronomie, se consomme à toutes les sauces. Cuit sur le plat, il est un grand classique de la cuisine étudiante. Nous avons voulu, à travers cette photo, redonner à l’œuf ses lettres de noblesse tout en insistant sur l’aspect gourmand; le sucré et le rapport jaune/ blanc des couleurs se sont alors imposés. Le travail de la meringue, le macaron - pâtisserie chic par excellence -, et la cloche en verre sont un clin d’œil à ce plat souvent banalisé. Lisa Beauvivre et Katell Bouniol

4


« Dans un grand nombre de civilisations, l’œuf symbolise le passage de la non-existence à la vie. Devant cette notion essentielle, nous avons souhaité créer une recette jouant avec cette idée d’origine et de naissance. Ainsi, nous avons imaginé un œuf en gelée, aux couleurs chaudes et à l’apparence translucide, donnant la réplique à un bouquet de fleurs de ciboulette. » Marie-Morgane Renoult et Marine De La Loge

6


Il s’agissait avec cette photographie de reprendre une des symboliques de l’œuf, qui est l’origine et de donner une image quasi mystique et universelle de l’œuf. Afin d’évoquer ce sens nous avons choisi de réaliser un «œuf-planète» avec des éléments simples, qui sont un œuf à la coque, du colorant alimentaire ainsi que des épices projetés sur l’œuf ainsi que dans le fond qui évoquent ainsi une image astrale. Sarah Boukries et Rebekka Deubner

8


Nous avons réalisé une prise de vue sur le thème de l’équilibre, et de la fragilité de l’œuf, en rappelant l’idée de la balance, du jaune cru et du verre. Les deux éléments ont été travaillés indépendamment, un blanc au bain-marie et un jaune à l’encre de sèche, dont la séparation est accentuée par un contraste fort entre le noir et le blanc. En arrière-pensée un tableau de Malevitch. Victor Decoha et Laura Dupuit Besson

10


« Il n’y a pas de bijou sans écrin, pas de chose précieuse sans l’attention qu’on lui porte » Alexandre Lam et Charlotte Evard

12


Entre ciel et terre L’explosion et le légèreté du blanc d’œuf nous transporte. La pureté et la fragilité du jaune nous fais redescendre sur terre. Florence Laperche et Lindsay Garreau

14


Nous avons travaillé l’œuf marbré : pour cela sa coquille fut légèrement cassée, plongée dans du thé noir puis délicatement retirée afin de laisser apparaître les nervures. L’œuf est ici mis en majesté comme un bijou dans son écrin. Cette photo fut travaillée autour d’aliments qui furent prétexte aux couleurs et aux motifs. On peut y voir un univers culinaire asiatique bien que sa lecture reste libre. Erwan Bignier et Margaux Hug

16


L’œuf touche à la fois le culinaire, mais nourrit aussi une symbolique forte: notamment celle de la vie, de la renaissance et de l’origine du monde. Ainsi, changer sa forme ovoïde et naturelle; ironise les symboliques rattachées à celle-ci. La pyramide s’inscrit dans une construction artificielle, et rompt avec l’aspect naturel de l’œuf. Pauline Sene et Claire Payen

18


Des œufs montés en neige symbolisant un iceberg dans un décors glacial. Un dome léger aérien et appétissant, déjà entamé par un coup de cuillère gourmand. La nourriture, de vie, la vie, confronté à la représentation de l’iceberg, fantome menaçant et glacial, mortel pour l’homme. Éléonora Ballif et Nicolas Quine

20


Ainsi soit-il En immersion l’œuf se révèle, devient vaporeux, déploie sa grâce, né alors la nébuleuse, éphémère magie de l’instant. Marine Bertrand et François Ray

22


Quel meilleur symbole de la vie que cette forme simple, ronde, et douce que nous offre l’œuf ? En même temps de nous nourrir sous de multiples formes par ce qu’il contient, il est l’image même de la puissance et de la beauté de la nature en protégeant, par son enveloppe à la fois dure et fragile, la maturation de la vie. Il est la métaphore parfaite à l’idée de multiplication, celle de la vie, depuis sa première division cellulaire jusqu’à l’éclosion et l’expansion du vivant, alors qu’il n’est qu’un, au commencement.

Sorte « d’objet vivant » par nature, il est physiquement en mouvement sans en avoir l’air, se transformant à l’abri de nos regards, pour se métamorphoser, s’extérioriser à lui même, passant avant tout de l’idée de vie, d’un concept, à une entité concrètement charnelle et individuelle. Avant de naître, les animaux que nous sommes ne dépendent-ils pas de cette relation première au monde, à ce hasard de la vie qui nous lie, cette dualité incluse dans l’œuf, qui marquerait le jeu de la vie ? Léonard Pivert et Josselin Rocher

24


Cette photo représente les nombreuses possibilités que nous offre l’œuf. Elle se compose d’une empreinte à l’encre de seiche épaissie, de blanc d’œuf frit, de jaune d’œuf passé au chinois, d’œuf de lump rouge et noir, de riz rond qui évoque les recettes sucrées faîtes à base d’œuf, d’aneth et de diverses épices. Margot Vallet et Marion Varcelot

26


MĂŠlanie Meyer et Caroline Bittner

28


« Aux origines, le Big Bang, le feu créateur, la force de l’éclosion d’un monde. La naissance portée par l’Œuf, symbole universel du commencement de la vie. Le début d’une histoire... » « Le pied est réalisé en sucre d’art, la coquille en blanc d’œuf mêlé au sucre glace. Le jaune est une sphérification de coulis de mangue et le blanc est en gélatine travaillée. La flamme provient d’un chalumeau de cuisinier. » Gérald Chahine et Anaïs Zamboni

30


« Une coquille d’œuf d’autruche... des œufs de caille cuits dans du vinaigre... Entre plein et vide, opaque et translucide... Un rapport de taille et de texture qui nous a conduit à penser cette composition comme un sculpture » Thibault Marlin et Fanny Viguier

32


J’accorde beaucoup d’importance à la simplicité et aime, parfois, transmettre dans mes photographies quelques détails graphiques (...). Depuis toujours j’admire, tout particulièrement, les œuvres picturales de l’artiste Jackson Pollock, c’est pourquoi ma photographie tend vers le pictural. C’est un aplat, 3 jaunes d’œuf de caille naissant sur une « neige blanche », blanc d’œuf, sortant des profondeurs « obscures », l’ardoise (froide et humide). Vous l’aurez donc compris, le contraste réside entre la douceur des œufs contre la matière brute et froide de l’ardoise ! Dépeindre l’œuf comme un tableau, jouer avec sa matière et l’utiliser comme de la peinture. L’œuf devient signature. Barthélémy Vergnais et Delphine Bazard

34


36


Sacrée coquille Photographies des élèves de “Gobelins, l’école de l’image” Cuisine des élèves de l’école de gastromie “Ferrandi” Conception graphique de Coralie Carrère, Laure Marchadier et Sébastien Camino


Gobelins_Projet4_CRG2013