Issuu on Google+

Numéro 32 Février 2014 GRATUIT

R uge Blanc

Reims - Bordeaux La clé du maintien

Le Magazine officiel

La force est en eux Hubert Fournier : “Valider notre troisième année en Ligue 1”

Dans un Fauteuil Atila TURAN


Le chemin parcouru Bordeaux revient à Delaune sans que cela engendre de grandes passions, pour un match presque banalisé, entre deux équipes de la première moitié du championnat. Et je me dis, en pensant à sa venue en 2006 pour la demi-finale de la Coupe de la Ligue, que de chemin parcouru ! A l’époque, nous étions dans un autre monde, et la confrontation avec le club girondin mobilisait les attentions, accaparait les conversations. C’était l’événement. Le petit allait tenter de bousculer le grand comme il avait déjà fait face à Monaco deux tours plus tôt. En évoquant la victoire, on parlait d’exploit. Aujourd’hui, on regarde le classement. Reims 7e avec 36 points... Bordeaux 8e avec 34 points... Et on se dit simplement que ce ne serait pas mal de garder Bordeaux derrière nous, surtout que les Bordelais ont un match en retard... Et on espère qu’on ne fera pas match nul, un 0-0, comme on l’a toujours fait contre cette équipe depuis notre retour en Ligue 1. De grâce, ne minimisons pas notre plaisir. Jouer Bordeaux reste du bonheur. Nous avons grandi, tant mieux. Et on met tout en œuvre pour grandir encore. Pour avoir le privilège de rencontrer demain des formations du niveau de Bordeaux. Et nous permettre de changer le cours des choses, comme de marquer un but de plus qu’eux pendant la rencontre, de prendre les trois points. Pour continuer à rêver. Jean-Pierre Caillot

FourniSSeurS oFFicieLS :

REIMS Palmarès L1 : 6 fois Champion en 1949, 1953, 1955, 1958,1960 & 1962 L2 : Champion en 1966 Coupe de France : Double Vainqueur

en 1950 & 1958 Coupes d’Europe : 2 fois finalistes de

la C1 en 1956 & 1959

sommaire Reims - Montpellier Accident à Delaune

P4 à 6 P8 -10

Guingamp - Reims La victoire du mental

P12-13 P16

Résultats, Classements & Statistiques

Portrait d’un partenaire J.-P. Pageau (Centres E.Leclerc)

P20&21

Match du jour Côté Reims Côté Bordeaux

P22-24

Bordeaux Les joueurs de légende

P26

agencepulsi.com

EDIT N°32

Vie du club

parTenaireS oFFicieLS :

Magazine officiel du Stade de Reims, édité à 20 000 exemplaires par R&B MAG et le Stade de Reims. RCS N°794658898. 28, rue Pierre Curie 08 000 Charleville-Mézières. ISSN: 2271-2208. Directeur de la publication:

Jean-Pierre Caillot. Président : Christian Chardon. Rédaction, conception : R&B MAG. Commercialisation : 2P.COM MEDIA GROUP. Comptabilité : Audrey Petitpas. Directrice artistique : Estelle Baudelot. Publicité : Mag 03 26 77 58 00. Distribution : Fréderic Bencheman. Imprimé en france par LEONCE DEPREZ. Crédits photos : F. Poidevin, JC.Sikorsynski, V. Lapauw, H.Lapinte, X. Le Rouge & Blanc est une marque déposée pour la France.

&B

Ce magazine est protégé par la loi du 11 mars 1957 sur la propriété artistique. Dépôt légal: À parution. Reproduction même partielle strictement inderdite. L’éditeur n’est pas responsable des éventuelles erreurs, le magazine décline toutes responsabilités pour les photos, textes et prix des annonces publicitaires, qui n’engagent que la responsabilité des annonceurs.


Espoir et rév

Les dents serrées, déterminé, Gaétan Courtet ramène le ballon dans le rond central aux côtés de Charbonnier et Oniangué, tout aussi révoltés. Jourdren est abattu. En cette 66e minute, sur la pelouse de Delaune, l’espoir change de camp. Quand on revient de 0-3 à 2-3 et qu’il reste 25 minutes à jouer, tout semble possible...Ce bonheur-là ne va durer que quatre minutes ! 4

R uge Blanc Magazine officiel


évolte Reims – Montpellier

2-4

Le jour sans “Quand on prend quatre buts, et surtout les conditions dans lesquelles on les prend, c’est qu’il y a eu des faiblesses individuelles et collectives. Cette défaite, on va la prendre pour nous tous, et moi compris. Je plaide l’accident (H. Fournier).” “Pour être déçu, on est déçu. La prestation, bien sûr, le résultat, prendre quatre buts chez soi... On n’a pas été bon. On a fait des erreurs grossières qui ont permis à Montpellier de marquer au moins trois buts. Ils n’avaient pas besoin de ça. On a affiché des faiblesses techniques dans les transmissions. Même si on marque deux buts, on n’a pas beaucoup d’occasions. Le deuxième but de Montpellier est cruel. On était revenu avec de meilleures intentions après la mi-temps. Et puis, à 2-3, on avait encore 25 minutes. Mais il y a eu ce quatrième but...» L’entraîneur rémois Hubert Fournier a pointé du doigt les erreurs défensives de ses joueurs ayant permis à Montpellier de venir s’imposer (4-2) sur la pelouse du stade Auguste-Delaune. Pour autant, le technicien veut croire qu’il ne s’agissait que d’un jour sans. «On s’est tués nous-mêmes. Il faut en tirer des leçons. On n’a pas le droit de faire ça à domicile, a lancé Gaëtan Courtet. On n’a pas su jouer en équipe. A la mi-temps, dans les vestiaires, on s’était pourtant dit des choses. Il nous restait 45 minutes pour changer la donne. Sauf que quand on prend le deuxième, on commence à plonger...” Maintenant, comme l’a souligné le coach, il ne faut pas tout occulter. Le Stade de Reims a 33 points et ne les a pas volés. Cette saison, c’est la première fois que l’équipe affiche autant de faiblesses et fait autant de cadeaux. A sa décharge, une défense où trois des quatre titulaires (Mandi, Weber et Signorino) étaient absents. A sa décharge encore, un système de jeu ambitieux (4-2-4) auquel les joueurs se sont mal adaptés. Dans le même plateau de la balance, ce somptueux but d’Ayité, et ce magnifique sentiment qui n’a duré qu’un instant lorsque le speaker et le tableau lumineux ont attribué, par erreur, le second but rémois à Gaétan Courtet. Et puis, cette énorme envie de revenir au moins à égalité après la réduction du score à 2-3, preuve que l’état d’esprit n’est pas altéré. Et qui fait dire à Hubert Fournier : “Je sais que mon équipe a des ressources.” Reste qu’il va falloir digérer ce “match pourri”, comme l’a qualifié Jean-Pierre Caillot. Avant Guingamp, “il va falloir laver les têtes pour repartir de l’avant” (Hubert Fournier). 5

R uge Blanc Magazine officiel


Reims Montpellier

3

Le flop Trois coups de poignard avant de reprendre les armes et de recevoir le coup de grâce. Les joueurs rémois ont été perdus lors de cette rencontre. Ca commence à la 29e lorsque Marveaux reprend du gauche un centre de Mounier et envoie le ballon sous la transversale. Agassa, qui a déjà réalisé plusieurs miracles, s’incline cette fois. Et puis, dès le retour des vestiaires, Fofana glisse, loupe son contrôle et Cabella croise et trompe Agassa. Et il double sa mise perso à la 56e en lobant Agassa. La défense rémoise est à la dérive... Deux minutes plus tard, le rayon de soleil, la lumière dans la nuit. Jourdren boxe un long ballon envoyé dans ses 6 mètres (ph1). Ayité est à l’entrée de la surface. Il n’a pas jusqu’alors eusa réussite habituelle, mais il tente encore une reprise de volée àras de terre... qui finit sa course, sous le regard de Charbonnier,au fond des filets (ph2). Reims sauve l’honneur. Et va faire mieux. 66e minute, centre de la gauche vers Charbonnier qui remise de la tête vers le coeur de la surface (ph3). Courtet est là, presse pour s’emparer du ballon que El Kaoutari veut transmettre de la tête à son gardien (ph4). Jourdren se troue. Le ballon passe entre ses mains (ph5) et file dans le but (ph6). On croit que c’est Courtet qui a marqué, mais le but est attribué au défenseur contre son camp (ph7). 2-3... Reims a fait un incroyable retour en dix minutes et il en reste 25... On y croit jusqu’à la 69e. Cabella, limite hors-jeu, transmet à Niang qui crucifie Agassa de près. Mauvaise soirée !

4

5

1 6

2 6

R uge Blanc Magazine officiel


Guingamp – Reims 1-2

2 1 3

Sous une pluie battante et un terrain boueux, les Rémois ont livré un combat exemplaire (ph1). Placide a repoussé avec brio les occasions guingampaises (ph2) et les attaquants ont profité des moindres occasions pour porter le danger devant le but breton (ph3).

Un bain de boue et trois points Reims l’emporte à Guingamp (1-2), buts de Fortès et Ayité. C’est la cinquième victoire à l’extérieur des Rouge et Blanc cette saison après celles de Lyon (0-1, 3e journée), Marseille (2-3, 11e), Sochaux (0-2, 16e) et Lille (1-2, 20e journée). Reims voyage donc bien puisqu’avec ses six nuls à Montpellier (0-0), Bordeaux (0-0), Valenciennes (1-1), Lorient (0-0), Evian (1-1) et Nantes (0-0), il a déjà engrangé 21 points loin de ses bases. Le bain de boue de Guingamp a eu les vertus curatives de ceux qu’on célèbre habi-

8

R uge Blanc Magazine officiel

tuellement dans les centres de thalasso. L’équipe en perdition face à Montpellier a retrouvé ses vertus de solidarité et de pugnacité qui lui ont permis de réaliser de remarquables performances durant ce championnat. Et Hubert Fournier, dont il faut encore saluer le coaching gagnant, avait bien raison d’affirmer en pensant sans doute à sa réaction, le match à Marseille après sa première défaite à domicile face à Toulouse : “C’est un accident, je sais que mon équipe a des ressources.” Et elle l’a démontré dans des conditions inacceptables. “C’est une parodie de

spectacle qu’on a montré aux gens. Des gens paient leur place, des télés retransmettent un match, on est malheureux d’avoir offert un piètre spectacle. Il y avait une volonté des deux équipes d’essayer, mais franchement les conditions de jeu étaient vraiment dégradées pour en vouloir aux 22 acteurs qui se sont démenés tant bien que mal sur ce pauvre terrain. Mais on est contents de repartir avec les trois points. On a attendu d’être menés pour nous aussi essayer d’élever notre niveau de jeu. On a eu la réussite et le mérite d’avoir une réaction positive après l’ouverture du score. Pour le reste, je n’ai pas grand-chose à commenter car il n’y avait pas grand-chose sur le terrain. Je n’étais pas d’accord pour que ça se joue, on ne nous a pas demandé notre avis. L’arbitre a pris une décision que je ne partage pas; après; c’est sa décision. Les conditions n’étaient pas acceptables pour un match de Ligue 1 à mes yeux.” Le coach n’a que très peu apprécié que le match n’ait pas été reporté. De telles conditions étant propices aux blessures et ne générant jamais du beau jeu. Mais il s’est consolé avec ces trois points pris qui le rapprochent de son objectif du maintien. Pour les Rémois, ce strict bilan comptable restera l’essentiel de ce premier Guingamp-Reims de l’histoire de la Ligue 1. Mais il faudra retenir, outre la belle prestation d’Ayité, la réaction d’orgueil de toute l’équipe, malmenée lors du précédent week-end, et quelques instants menée au score. Quand ce groupe manifeste ainsi son refus de perdre, il devient vraiment très difficile à battre.


Guingamp Reims Le Stade triomphe du bourbier La pluie, l’état désastreux de la pelouse n’ont pas favorisé le jeu. Première mi-temps assez terne durant laquelle des Rémois très accrocheurs, à l’image du Turan (ph1), laissent à leurs adversaires le soin de faire le jeu. Les Guingampais ne se procurent que très peu d’occasions, et à chaque fois, Placide fait le boulot. En début de seconde mi-temps, la pluie cesse... et le jeu s’accélère. A la 62e, un centre de Yatabaré côté gauche est coupé par Alioui dont la reprise, touchée par Weber, finit au fond des filets de Placide. Les joueurs rémois se révoltent alors et vont s’accaparer le jeu. D’abord par Oniangué dont le tir de la limite de la surface est bloqué par N’dy Assembé . Puis par Fortès à la 69e. Sur une belle ouverture dans l’axe d’Oniangué, le Cap-Verdien se joue de son défenseur (ph2), résiste, arme sa frappe du pied droit (ph3) et c’est dedans (ph4)...

1

3 10

R uge Blanc Magazine officiel

2

4 5

6 7

...A 1-1, les Rémois ne relâchent pas la pression. Et trois minutes plus tard, à la 72e, c’est Ayité rentré huit minutes plus tôt, qui lance un raid vers la surface de Guingamp (ph5), se défait des défenseurs et, à l’entrée, déclenche un violent tir tendu au ras du poteau gauche (ph6), qui finit sa course dans le but (ph7). Et les Rouge et Blanc continuent. Ils ratent de très peu le break à la 78e lorsque Mandi, après un très beau travail d’Ayité, frappe fort mais trouve le poteau. Les dernières minutes donneront encore une fois à Placide l’occasion de s’illustrer (93e).


DE VISU-REIMS

DEUTZ 220x307 Ciel etoile:5667 DEUTZ 21x29,7 27/02/13 10:02 Page1

L’ A B U S D ’ A L C O O L E S T D A N G E R E U X P O U R L A S A N T É . C O N S O M M E Z AV E C M O D É R AT I O N .


Résultats - Classements - Statistiques

Ligue 1 / 23ème journée PSG - BORDEAUX LORIENT - MONACO BASTIA - GUINGAMP EVIAN - AJACCIO REIMS - MONTPELLIER

2-0 2-2 3-2 1-1 2-4

3-0 1-0 1-0 2-0 2-2

ST-ETIENNE - VALENCIENNES SOCHAUX - NANTES NICE - LILLE RENNES - LYON MARSEILLE - TOULOUSE

Classement 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

PARIS SG MONACO LILLE SAINT-ETIENNE MARSEILLE LYON BORDEAUX NANTES REIMS LORIENT BASTIA NICE TOULOUSE MONTPELLIER RENNES GUINGAMP EVIAN TG VALENCIENNES SOCHAUX AJACCIO

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

54 49 41 40 36 34 34 33 33 32 30 30 29 27 27 26 22 18 15 11

23 23 23 23 23 23 23 23 23 23 22 23 22 23 23 23 23 23 23 23

16 14 12 12 10 9 9 10 8 9 8 9 7 5 6 6 5 4 3 1

6 7 5 4 6 7 7 3 9 5 6 3 8 12 9 8 7 6 6 8

1 2 6 7 7 7 7 10 6 9 8 11 7 6 8 9 11 13 14 14

54 38 24 33 33 35 29 24 27 31 27 22 23 28 25 22 21 22 17 16

15 16 14 22 26 29 25 23 28 30 31 28 28 28 25 25 38 36 44 40

+39 +22 +10 +11 +7 +6 +4 +1 -1 +1 -4 -6 -5 0 0 -3 -17 -14 -27 -24

Buteurs 1) Ibrahimovic (PSG) : 18 buts 2) Cavani (PSG) : 13 buts 3) Aboubakar (Lorient), Lacazette (Lyon) : 12 buts 5) Gignac (Marseille) : 10 buts 6) Falcao, Rivière (Monaco) : 9 buts 8) Gomis (Lyon), Cabella (Montpellier), Djordjevic (Nantes), Cvitanich (Nice) : 8 buts 12) Diabaté (Bordeaux), Kalou (Lille), Oliveira (Rennes), Hamouma (St-Etienne) : 7 buts 16) Bérigaud (Evian), Yatabaré (Guingamp), Roux (Lille), Jouffre (Lorient), Thauvin (Marseille), Corgnet (St-Etienne), Bakambu (Sochaux), Ben Yedder, Braithwaite (Toulouse) : 6 buts 25) (...) Oniangué (Reims) : 5 buts 29) (...) Ayité (Reims) : 4 buts 42) (...) Charbonnier, Krychowiak (Reims) : 3 buts 74) (...) Albaek, Atar, De Préville, Fortes, Glombard (Reims) : 2 buts 115) (...) Devaux (Reims) (...) : 1 but

Passeurs 1) Ibrahimovic (PSG) : 10 passes 2) Rodriguez (Monaco) : 8 passes 3) Lucas (PSG) : 7 passes 4) Bedimo, Gourcuff (Lyon), Valbuena (Marseille), Brüls (Nice) : 5 passes 8) Cavalli (Ajaccio), Boudebouz (Bastia), Saivet (Bordeaux), Barbosa (Evian), Jouffre (Lorient), Grenier (Lyon), Cabella (Montpellier), Ayité (Reims), Ghoulam, Hamouma (St-Etienne), Aurier, Braithwaite (Toulouse), Dossevi (Valenciennes) : 4 passes 32) (...) De Préville, Fortès (Reims) (...) : 2 passes 73) (...) Albaek, Atar, Charbonnier, Courtet, Krychowiak, Mandi, Oniangué, Peuget, Turan (Reims) (...) : 1 passe

Reims - Montpellier : 2-4 (0-1) Samedi 1er février au stade Auguste-Delaune Spectateurs : 13 803 / Arbitre : M. Varela Buts : Marveaux (29e), Cabella (46e, 55e), Niang (69e) pour Montpellier. Ayité (58e), El Kaoutari (65e csc) pour Reims pour Reims. Avertissements : Krychowiak (8e), Devaux (25e), Turan (94e) pour Reims. Deplagne (59e), Hilton (73e) pour Montpellier. Reims : Agassa - Glombard, Tacalfred (cap), Fofana (Albaek, 64e), Turan - Krychowiak (Oniangué, 54e), Devaux - Ayité, Charbonnier (De Préville, 72e), Courtet, Fortès. Entraîneur : Hubert Fournier. Montpellier : Joudren - Deplagne, Hilton, El Kaoutari, Congré (Tiéné, 63e) - Marveaux, Cabella (Camara, 70e), Stambouli Mounier, Niang (Montano, 75e), Martin. Entraîneur : Rolland Courbis.

Télévision : LA L1 EN DIRECT 25e journée Vendredi 14 février - 20h30 : (BeInsport) PSG - Valenciennes

26e journée Vendredi 21 février - 20h30 : (BeInsport) Monaco - Reims

Samedi 15 février

Samedi 22 février

- 17 heures : (Canal +) Bastia - Monaco

- 17 heures : (Canal +) Marseille - Lorient

- 20 heures : (BeInsport) Multiplex

- 20 heures : (BeInsport) Multiplex

Dimanche 16 février

Dimanche 23 février

- 14 heures : (BeInsport) Lyon - Ajaccio - 17 heures : (BeInsport) Evian - Lille - 21 heures : (Canal +) St-Etienne - Marseille

- 14 heures : (BeInsport) Toulouse - PSG - 17 heures : (BeInsport) Nantes - Rennes - 21 heures : (Canal +) Lille - Lyon


RCS

Ligue 1 / 24ème journée 0-0 3-0 3-1 1-2 2-0

TOULOUSE - ST-ETIENNE MARSEILLE - BASTIA AJACCIO - RENNES GUINGAMP - REIMS LILLE - SOCHAUX

MONTPELLIER - EVIAN VALENCIENNES - NICE NANTES - LYON BORDEAUX - LORIENT MONACO - PSG

1-1 2-1 1-2 REPORTÉ

1-1

Classement 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

PARIS SG MONACO LILLE SAINT-ETIENNE MARSEILLE LYON REIMS BORDEAUX NANTES BASTIA LORIENT TOULOUSE NICE MONTPELLIER RENNES GUINGAMP EVIAN TG VALENCIENNES SOCHAUX AJACCIO

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

55 50 44 41 39 37 36 34 33 33 32 30 30 28 27 26 23 21 15 14

24 24 24 24 24 24 24 23 24 24 23 24 24 24 24 24 24 24 24 24

16 14 13 12 11 10 9 9 10 9 9 7 9 5 6 6 5 5 3 2

7 8 5 5 6 7 9 7 3 6 5 9 3 13 9 8 8 6 6 8

1 2 6 7 7 7 6 7 11 9 9 8 12 6 9 10 11 13 15 14

55 39 26 33 36 37 29 29 25 30 31 24 23 29 26 23 22 24 17 19

16 17 14 22 26 30 29 25 25 35 30 31 30 29 28 27 39 37 46 41

+39 +22 +12 +11 +10 +7 0 +4 0 -5 +1 -7 -7 0 -2 -4 -17 -13 -29 -22

Buteurs

Guingamp - Reims : 1-2 (0-0)

1) Ibrahimovic (PSG) : 18 buts 2) Lacazette (Lyon), Cavani (PSG) : 13 buts 4) Aboubakar (Lorient) : 12 buts 5) Gignac (Marseille) : 11 buts 6) Gomis (Lyon), Falcao, Rivière (Monaco), Cabella (Montpellier), Djordjevic (Nantes) : 9 buts 11) Cvitanich (Nice) : 8 buts 12) Diabaté (Bordeaux), Bérigaud (Evian), Kalou (Lille), Payet (Marseille), Oliveira (Rennes), Hamouma (St-Etienne) : 7 buts 26) (...) Ayité, Oniangué (Reims) : 5 buts 42) (...) Charbonnier, Fortès, Krychowiak (Reims) : 3 buts 78) (...) Albaek, Atar, De Préville, Glombard (Reims) : 2 buts 118) (...) Devaux (Reims) (...) : 1 but

Samedi 8 février au stade du Roudourou Spectateurs : 12 953 Arbitre : M. Delerue Buts : Alioui (62e) pour Guingamp. Fortès (69e), Ayité (72e) pour Reims. Avertissements : De Préville (53e), Devaux (75e) pour Reims. Diallo (84e) pour Guingamp.

Passeurs 1) Ibrahimovic (PSG) : 10 passes 2) Rodriguez (Monaco) : 8 passes 3) Lucas (PSG) : 7 passes 4) Cavalli (Ajaccio), Barbosa (Evian), Bedimo, Gourcuff (Lyon), Valbuena (Marseille), Brüls (Nice): 5 passes 10) Boudebouz (Bastia), Saivet (Bordeaux), Jouffre (Lorient), Grenier (Lyon), Cabella (Montpellier), Ayité (Reims), Ghoulam, Hamouma (StEtienne), Aurier, Braithwaite (Toulouse), Dossevi (Valenciennes) : 4 passes 36) (...) De Préville, Fortès (Reims) (...) : 2 passes 74) (...) Albaek, Atar, Charbonnier, Courtet, Krychowiak, Mandi, Oniangué, Peuget, Turan (Reims) (...) : 1 passe

Guingamp : N’Dy Assembé - Martins Pereira, Kerbrat, Cerdan, Lemaître - Atik (Dembelé, 74e), Mathis (cap), Diallo, Sankharé (Beauvue, 80e) - Alioui, Yatabaré. Entraîneur : Jocelyn Gourvennec. Reims : Placide - Mandi, Tacalfred (cap), Weber, Turan Oniangué, Krychowiak, Devaux - Fortès (Albaek, 82e), De Préville (Courtet, 87e), Atar (Ayité, 65e). Entraîneur : Hubert Fournier.

Calendrier 25e journée

26e journée

Vendredi 14 février

Vendredi 21 février

PSG - Valenciennes

Monaco - Reims

Samedi 15 février

Samedi 22 février

Bastia - Monaco Lorient - Toulouse Nice - Nantes Reims - Bordeaux Rennes - Montpellier Sochaux - Guingamp

Marseille - Lorient Bastia - St-Etienne Bordeaux - Evian Guingamp - Nice Montpellier - Ajaccio Valenciennes - Sochaux

Dimanche 16 février

Dimanche 23 février

Lyon - Ajaccio Evian - Lille St-Etienne - Marseille

Toulouse - PSG Nantes - Rennes Lille - Lyon


L’analyse du coach

Rouge & Blanc : Un dernier mot sur la rencontre face à Montpellier. C’est un match à oublier ? Hubert Fournier : Non, non. Il ne faut jamais ou-

blier un match, surtout comme celui-là. Au contraire, il faut en tirer les enseignements. En apprendre le plus possible. On l’a du reste beaucoup évoqué entre nous avant le match contre Guingamp afin de ne pas réitérer les mêmes erreurs. Les échecs comme celui-là sont à analyser, méditer.

R&B :

Vous êtes allés ensuite prendre les trois points à Guingamp. Vous ne vouliez pas disputer ce match compte tenu des conditions météo. Finalement, l’arbitre a fait le bon choix... H.F. : L’arbitre a fait son choix. Vous l’avez dit, ce

n’était pas le mien. Cette décision a produit l’image d’un sport indigne de nous. Nous avons essayé de faire au mieux face à une équipe manifestement plus à l’aise dans le jeu dans ces conditions. Ils avaient plus de pression, l’obligation de résultat. Après leur but, on a réagi. On a tiré le maximum de ce qu’on pouvait faire. Après, le résultat, c’est un plus.

R&B :

14

R uge Blanc Magazine officiel

Le Stade s’est encore rapproché de son objectif maintien dont Bordeaux peut lui ouvrir la porte. Mais... il y a un mais. Deux victoires et un nul à l’extérieur depuis la trêve, le parcours est presque parfait. Mais à domicile, c’est plus dur. Les explications du coach.

Ces trois points-là obtenus avant un calendrier chargé (Bordeaux à Delaune avant Monaco en Principauté) vous semblentils déterminants au plan comptable ? H.F. : Ces trois points nous donnent la possibilité d’avoir un match très important, peut-être le plus important de notre saison, face à Bordeaux car en cas de victoire, on peut penser que les points recueillis permettront de valider notre troisième année en Ligue 1.

R&B : Vous avez de nouveau montré que

l’équipe était compétitive loin de ses bases et qu’elle avait une grosse force de caractère... Remonter un but, là-bas, dans ces conditions... H.F. : Oui, oui, on a fait preuve de ressource. Et l’apport du banc a permis d’obtenir le résultat. C’est une victoire acquise par les 18. C’est un gros


e

Hubert Fournier : “Valider notre troisième année en Ligue 1” partage. Le foot, c’est un sport de partage, avec le public, avec les partenaires, qu’ils soient sur le terrain ou pas. C’est une des valeurs capitales pour avancer. Tant qu’on l’a...

R&B :

L’équipe a rebondi à Guingamp après la défaite face à Montpellier à Delaune, comme elle l’avait fait à Marseille après le revers, à domicile, devant Toulouse... H.F. : Après Montpellier, on surtout avait à cœur de montrer un

autre visage. Une remise en cause était nécessaire. Cela a été chose faite à Guingamp. Tout le monde a été mobilisé et nous avons été très réalistes. Le réalisme fait partie du bagage des bonnes équipes. Quand on est moins bien et qu’on a du mal à prendre le dessus, il faut exploiter la moindre occasion. Quand on a cette vertu, on gagne le match.

R&B :

Manifestement, votre équipe est plus efficace à l’extérieure (21 points) qu’à domicile (15 points). Qu’est-ce qui cloche à Delaune ? H.F. : C’est vrai, il y a un problème de résultat à Delaune, mais

rien d’autre, rien de plus. Maintenant, si on savait d’où vient le problème, on l’aurait réglé. Reste que depuis le début 2014, nous avons encaissé six buts en deux matches et que c’est beaucoup trop pour espérer faire des résultats positifs. Il est indispensable que nous retrouvions nos fondamentaux pour ne plus offrir d’opportunités à nos adversaires. Un comportement et un savoir-faire que nous connaissons à l’extérieur. On sait qu’on est

toujours capable de marquer. A l’extérieur, on est peut-être plus rigoureux au plan défensif, ce qu’on semble avoir oublié à domicile. C’est un comportement collectif qui attend une réponse collective, une volonté collective. Il faut savoir faire ensemble.

R&B :

Maintenant, vous accueillez Bordeaux que vous précédez virtuellement au classement puisque cette équipe à un match de retard. Vous croyez à un quatrième 0-0 ? H.F. : Ce n’est pas ce que l’on souhaite. Nous sommes tournés

vers la victoire. Nous verrons ce que seront les circonstances du match. Ce sont elles qui nous dirons comment aller chercher les trois points. Bordeaux possède une défense difficile à contourner. Ils ont une grosse assise défensive. Il sera donc difficile de marquer des buts. Il ne faudra, d’autant plus, pas en prendre.

R&B :

Vous vous êtes encore rapprochés de votre objectif du maintien. En cas de succès face aux Bordelais, vous seriez sur le seuil de la porte du bonheur. Vous sentez une nouvelle pression dans le groupe ? H.F. : Non, non, pas du tout. On a tous envie de gagner ce match contre Bordeaux. Mais en ce qui concerne le maintien, on n’a pas le dos au mur. Il reste aujourd’hui quatorze matches à jouer pour assurer le maintien en allant chercher trois, quatre ou peut-être cinq points. Mais on aimerait beaucoup que l’essentiel soit fait à Delaune, devant nos supporters. Et ce serait parfait si ça se faisait dès ce match contre Bordeaux.

15

R uge Blanc Magazine officiel


Portrait

d’un partenaire

“On vit dans la ville, On s’investit dans la ville”

A l’étage de l’administration du centre E.Leclerc Champfleury, au dessus du magasin, on cultive la mémoire et on affiche ses préférences. Dans le hall, plusieurs tenues de footballeurs ornent les murs. Des reliques. Il y a là un short gris frappé du n°16, celui d’Agassa, un maillot n°7 floqué du nom de Fortès, au dessus d’un short blanc n°21, celui de Bocundji Ca, et d’autres, n°25, n°27, des écharpes rouges et blanches... Au bout du long couloir, dans le vaste bureau de Jean-Paul Pageau, l’ancien apprenti boucher autodidacte élu manager de l’année en 2006 et Président de la CCI Reims-Epernay, qui a rejoint le centre E.Leclerc de Château Thierry en 1968, ouvert celui de Romilly-surSeine cinq ans plus tard, est devenu, en 1975, président fondateur de la Scapest (société coopérative d’approvisionnement Paris-Est), puis il crée celui de Saint-Brice Courcelles en 1990 après celui de Champfleury, en 1985, agrandi en 90 puis déménagé et reconstruit en 2008, tout est voué au business. Mais il y a aussi une large place à l’amitié. Celle qui le lie à la famille Leclerc naturellement, mais aussi, comme en témoigne la maquette d’un semi-remorque, celle qu’il éprouve pour Jean-Pierre Caillot.

Sport passion Et à sa passion pour le sport qui l’a conduit à courir le marathon de New York en 1997, pour fêter ses 50 ans, participer à plusieurs rallyes raids automobiles, à s’investir dans le football, aux côtés du Stade de Reims. L’engagement date de 1990 lorsqu’un premier maillot des établissements E.Leclerc a été remis au président Bazelaire, en charge du club alors, en présence d’Edouard Leclerc. Le club était en difficulté et Jean-Paul Pageau venait d’arriver à Reims et voulait s’inscrire dans le tissu économique local. “J’ai trouvé que pour Leclerc, Reims, club mythique, c’était bien”. Puis vint Jean-Pierre Caillot. “On ne se connaissait pas raconte Jean-Paul Pageau. Il est devenu le transporteur de E.Leclerc, on est devenu copain, on est devenus amis, nos épouses sont devenues amies... Jean-Pierre est un homme bien, très attaché au club, qui fait des miracles avec peu de budget.

Redonner ce qu’on vous donne

Jean-Paul Pageau Centres E.Leclerc

16

R uge Blanc Magazine officiel

On ne s’est plus quitté, en National, en L2, en L1, de descente en montée. On était là que ça marche ou pas. Je ne vole pas au secours de la victoire. Quand on est actif dans une ville, il faut redonner ce qu’on vous donne. Jean-Pierre et moi, nous avons le même point de vue, les mêmes valeurs morales. On vit dans la ville, on s’investit dans la ville” Le sport est devenu le pré carré de E.Leclerc qui s’est investit aussi dans le basket, le hand, le volley. Des sports collectifs. Ça collait bien à l’image de l’hypermarché et parfaitement aux aspirations de JeanPaul Pageau. “Seul on n’est rien. Mais à plusieurs, on a du talent. Et les structures d’un club sont très comparables à celles d’une entreprise. Il faut un président ; il faut un entraîneur, un directeur dans un magasin, un homme intelligent, équilibré, pas forcément complaisant, comme Hubert... ; il faut des joueurs, les cadres, les collaborateurs; un stade, le magasin ; et des supporters, les clients livre comme un credo Jean-Paul Pageau. Chez E.Leclerc, on fait le match tous les jours...”. Et puis il y a la formation. C’est une politique affirmée chez E.Leclerc. Et pour le Stade, Jean-Paul Pageau qui siège au conseil d’administration du club, souhaitait un grand centre de formation. “Le prochain centre de vie me comble” dit-il. Leclerc-Pageau-Stade de Reims-Caillot l’alliance est scellée dans le marbre. L’association des intérêts, de la passion, du respect et de l’amitié est un ciment porteur d’espoir.


2-4

Stade Auguste Delaune Samedi 1er février 2014 à 20h

Reims : Ayité (58e), El Kaoutari (csc 66e). Montpellier : Marveaux (29e), Cabella (46e et 56e), Niang (69e)

Reims – Montpellier


Vie du club Sacres du Sport : Trois trophées pour le Stade de Reims

Réactions

Cette année, le parrain de la soirée était Jean Poczobut, qui fut notamment entraîneur au Stade de Reims Athlétisme mais aussi Directeur Technique National à la Fédération Française d’Athlétisme.

Jean-Pierre Caillot : “Il est important que ce type de manifestation puisse perdurer car c’est une rencontre très intéressante entre tous les sportifs rémois et pour toutes les disciplines. La victoire face au PSG l’an passé, fut un grand moment dans la vie de notre club. Notre sport, à ceci de merveilleux: David peut battre Goliath. Notre budget, le 17e budget de Ligue 1, ferait rêver les Présidents présents ce soir. Dans le cadre de ces récompenses, nous allons probablement, dans les années à venir, concourir dans deux nouvelles catégories. La première : La Formation. A travers notre Centre de Vie. La deuxième : la catégorie Equipe féminine car avec Didier Perrin nous voulons recréer une équipe féminine dans les années à venir”.

Au cours de cette très belle soirée, le Stade de Reims a décroché trois récompenses : - Evénement de l’année (victoire Reims-PSG) - Meilleur entraîneur Sports Professionnels pour Hubert Fournier - Prix Orange de la presse rémoise pour Hubert Fournier

Hubert Fournier : “L’an passé, nous savions que la tâche allait être compliquée. Le principal, c’est d’y être parvenu. D’avoir réussi nous seulement à décrocher le maintien mais aussi de montrer des vertus, des valeurs qui ont permis au Stade de Reims de briller et de montrer une belle image de notre Ville”.

La deuxième édition des Sacres du Sport, organisée par l’Office des Sports avec le soutien de la Ville de Reims, s’est déroulée mercredi soir à La Cartonnerie de Reims. Cette cérémonie est l’occasion de saluer les performances 2013 des sportives et sportifs rémois, mais aussi le travail des dirigeants, responsables et bénévoles ayant contribué au couronnement et développement des associations sportives de la cité des sacres.

18

R uge Blanc Magazine officiel


1-2

Guingamp – Reims

Stade du Roudourou Samedi 8 février 2014 à 20h

Reims : Fortes (69e), Ayité (72e) Guingamp : Alioui (62e)


MA T du le

REIMS/Reims est en retard ! Reims est d’abord en retard sur le nombre de matches joués à domicile, onze, face aux treize déjà disputés à l’extérieur. Mais Reims est aussi en retard à domicile par rapport à l’extérieur au niveau des points pris (21 loin des bases contre quinze à domicile). Si, dans ce domaine, il y avait égalité, le Stade aurait donc 42 points et serait 4e au classement... Jusqu’alors, le bilan s’établit ainsi: à l’extérieur, cinq victoires, six nuls et seulement deux défaites (on comprend donc les raisons de la nouvelle réputation des Rémois qui fait d’eux des concurrents pas faciles à recevoir...) ; et à domicile, quatre victoires, trois nuls et quatre défaites. Pour rétablir l’équilibre,

c’est ce dernier secteur qui est à optimiser. Voici les joueurs de Reims face à Bordeaux. Un bon coup à jouer ! Et le très bon moment pour remettre les pendules un tantinet à l’heure. D’autant qu’à Delaune, une déception a souvent été suivie d’un succès. Après le revers face à Toulouse (10e journée), les Rémois l’ont emporté devant Bastia (4-2, 12e journée) ; de même après le 0-3 contre le PSG (14e journée), ils ont triomphé de Nice (1-0). Il n’est qu’après la défaite face à Lyon qu’ils ont de nouveau perdu face à Montpellier. Disons qu’ils ont sauté un cran. Il y a donc de fortes raisons d’y croire (d’autant qu’on avait fait un nul, 0-0, en Gironde) et de penser que ce match ne devrait pas tourner au vinaigre.

Le bon coup à jouer

Gaëtan Courtet

Équipes

Effectif

20

1) Jérémy MALHERBE 2) Mohamed FOFANA 3) Franck SIGNORINO 4) Grzegorz KRYCHOWIAK 6) Antoine DEVAUX 7) Odaïr FORTES 8) Prince ONIANGUE 9) Eliran ATAR 10) Quentin PEREIRA 11) Rigonato Rodrigues DIEGO 12) Nicolas de PREVILLE 14) Gaëtan CHARBONNIER 15) Atila TURAN 16) Kossi AGASSA 17) Mads ALBAEK 18) Gaëtan COURTET 20) Floyd AYITE 21) Bocundji CA 22) Mickael TACALFRED 23) Aissa MANDI 24) Florent GHISOLFI 25) Anthony WEBER 27) Christopher GLOMBARD 28) Antoine CONTÉ 29) Bilel OUALI 30) Johny PLACIDE 32) Omenuke MFULU 40) Sacha BASTIEN

R uge Blanc Magazine officiel

Entraîneur Hubert Fournier

SIGNORINO 3 ONIANGUE 8

AYITÉ 20

WEBER 25

PLACIDE 30

KRYCHOWIAK 4

COURTET 18

DEVAUX 6

FORTÈS 7

TACALFRED 22

MANDI 23

Remplaçants : BASTIEN 40, TURAN 15, FOFANA 2, ALBAEK 17, DE PRÉVILLE 12, CHARBONNIER 14, ATAR 9

pr


es

er

TCH jo ur BORDEAUX/La rencontre contre Lorient le week-end dernier ayant été reportée en raison des intempéries, les Girondins arrivent à Delaune sans avoir joué en compétition depuis quinze jours. Perte de rythme ou repos bénéfique ? La réponse sera donnée comme toujours sur le terrain, mais le constat demeure que la reprise a été délicate à négocier pour les hommes de Gillot. En championnat, ils ont concédé trois défaites (dont une, douloureuse, à domicile face au voisin toulousain) pour une seule victoire (St-Etienne). En Coupe de la Ligue, ils ont été éliminés par le PSG à Lescure. Idem en Coupe de France, humiliés par une équipe de CFA2, les Corses de l’Ile-Rousse, vainqueurs aux tirs au but. Conséquence logique : 5e à la trêve, Bor-

deaux a reculé de trois rangs pour se retrouver sur les talons du Stade de Reims (deux points de retard avec un match en moins), son adversaire du jour. Malgré ces résultats, le coach Francis Gillot ne masque pas les ambitions du club : «On a l’impression qu’on ne fait pas une bonne saison, mais on est toujours placé. C’est la chance qu’on a aujourd’hui de pouvoir toujours espérer quelque chose (...) Si on n’y croit pas sur les quinze derniers matches, on n’y croira jamais.» Mais vu la farouche bataille que se livrent les clubs qui ont passé les 35 points, une défaite à Delaune pourrait définitivement sceller les espoirs girondins d’accrocher l’Europe cette saison.

La bataille pour l’Europe

probables

Henri Saivet

Effectif

Entraîneur : Françis Gillot

PLANUS 27

FAUBERT 22 NGUEMO 7

SANÉ 6 HOARAU 13

SAIVET 10

CARRASSO 16 HENRIQUE 3 TRAORÉ 24

M.-BELAY 19

MARIANO 25

Remplaçants : OLIMPA 30, BRÉCHET 5, POUNDJÉ 29, CHALMÉ 21, JUSSIÉ 20, DIABATÉ 14, SERTIC 26

1) Azbe JUG 3) Carlos HENRIQUE 5) Jérémy BRÉCHET 6) Lamine SANÉ 7) Landy NGUEMO 9) Diego ROLAN 10) Henri SAIVET 11) David BELLION 13) Guillaume HOARAU 14) Cheik DIABATÉ 15) Younès KAABOUNI 16) Cédric CARRASSO 17) André BIYOGO POKO 19) Nicolas MAURICE-BELAY 20) JUSSIÉ 21) Matthieu CHALMÉ 22) Julien FAUBERT 23) Lucas ORBAN 24) Abdou TRAORÉ 25) MARIANO 26) Grégory SERTIC 27) Marc PLANUS 29) Maxime POUNDJÉ 30) Kevin OLIMPA

21

R uge Blanc Magazine officiel


Les joueurs de légende Edouard Kargu (1925-2010)

Dominique Dropsy (1951)

Né Kargulewicz à Gorki (Pologne) mais de nationalité française, ce grand attaquant a inscrit 105 buts en 208 matchs de championnat pour les Girondins, avec lesquels il a fait toute sa carrière pro. International à onze reprises (trois buts), il a été champion de France en 1950, meilleur buteur en 1954 (27 réalisations) et deux fois finaliste de la Coupe (52, 55).

Natif de l’Aisne et formé à Valenciennes où il a débuté dans l’élite en 1972, Dropsy va longtemps jouer pour Strasbourg (champion de France 1979) avant de signer aux Girondins en 1984. Il devient le gardien de la grande équipe bordelaise de la fin des années 80 (champion en 85 et 87, Coupe de France 86 et 87). Dix-sept fois en bleu, il a joué un match de phase finale de Coupe du Monde en 1978.

Jean Tigana (1955) Né au Mali, Tigana est passé par Toulon et l’Olympique lyonnais avant de rejoindre Aimé Jacquet à Bordeaux où, de 1981 à 1989, il dispute 326 matchs (15 buts). Trois titres (84, 85, 87) et deux Coupes (86, 87) viennent garnir son palmarès. Il sera aussi champion deux fois avec l’OM (90,91). International à 52 reprises (un but), il est champion d’Europe en 1984 et double demi-finaliste de la Coupe du Monde (82,86)

22

R uge Blanc Magazine officiel

Alain Giresse (1952)

Girondin de 1970 à 1986, Giresse a disputé 594 matchs (169 buts) sous le scapulaire, raflant deux titres de champion (84, 85) et une Coupe de France (86). Idole de Lescure, sa carrière internationale a décollé au début des années 80. 47 fois sélectionné en équipe de France, il remporte l’Euro 84 et joue les deux demi-finales mondiales contre l’Allemagne (82, 86). Son but à Séville reste l’un des plus marquants de l’histoire des Bleus.

Patrick Battiston (1957) Formé à Metz et passé par St-Etienne (champion en 1981), ce défenseur explose à Bordeaux entre 1983 et 1987, où il collectionne trois nouveaux titres (84, 85, 87) et deux Coupes (86, 87). Après un cinquième titre avec Monaco (88), il reviendra terminer sa carrière en Gironde (89-91) où il a disputé 257 matchs (14 buts). 56 sélections en équipe de France (Euro 84, demi-finaliste CM 82 et 86).


Le Balto

L’incontournable tabac-presse de Reims, et dépositaire du Rouge et Blanc, accueille depuis 15 ans les amis du Stade de Reims. Ouvert tous les jours sauf le dimanche de 7h à 20h

22 rue de Mars - REIMS 03 26 40 57 11

Le Cottage

Nous vous accueillons dans notre hôtel 2 étoiles de 38 chambres cosy tout confort (55€). Dégustez les merveilles traditionnelles du Chef, Laurent Chapuis, dans un cadre chaleureux. Le Bar est ouvert jusqu’à 23h. Soirée étape à 70€ (hors taxe de séjour). Salle de réunion (35 personnes). Réceptions le week-end sur réservation. Du lundi au jeudi de 12h à 14h30 et de 19h à 21h. Vendredis et samedis midis.

12 rue Jacques Maritain - Val de Murigny - REIMS 03 26 36 34 34 - www.cottagehotelreims.com


Les joueurs de légende J-Christophe Thouvenel (1958)

Bixente Lizarazu (1969)

Ulrich Ramé (1972)

Arrivé au club en 1979 en provenance du Paris FC, très apprécié des supporters pour sa combativité, ce latéral droit de devoir a connu la grande époque des Girondins (champion en 84,85 et 87; Coupe de France 86 et 87). Il a quitté Bordeaux pour Le Havre où il a mis un terme à sa carrière en 1993. International à quatre reprises, il est devenu champion olympique en 1984 aux Etats-Unis.

Formé aux Girondins, le Basque y a joué 272 matchs (20 buts) de 1988 à 1996, y laissant une empreinte indélébile tant par son jeu que sa personnalité. Mais c’est ailleurs que l’un des meilleurs latéraux français de l’histoire trouvera la gloire. Notamment au Bayern (six titres en Bundesliga, Ligue des Champions 2001) et chez les Bleus (97 capes, CM 98, Euro 2000).

Transféré d’Angers en 1997, Ramé restera aux Girondins jusqu’en 2011 (525 matchs). Il réussit l’exploit d’y être champion de France à dix ans d’écart, en 1999 et en 2009. Barré comme titulaire chez les Bleus (12 sélections entre 1999 et 2003), son palmarès compte aussi un championnat d’Europe (2000) et une Coupe des Confédérations (2001).

Zinedine Zidane (1972) Zidane n’a connu que deux clubs pros en France : Cannes, où il a été formé, et Bordeaux (1992-1996) avec qui il a disputé 176 matchs (39 buts) et a révélé sa classe au monde entier. C’est aussi à Bordeaux, le 17 août 1994, que Zizou a pour la première fois porté le maillot bleu (deux buts marqués en une demiheure de jeu).

24

R uge Blanc Magazine officiel

Christophe Dugarry (1972) Natif de la région et formé au club, il y débute sa carrière pro en 1988. Jusqu’en 1996, il joue 229 matchs et marque 45 buts pour les Girondins. Après être passé par Milan, Barcelone et Marseille, il revient en Gironde de 1999 à 2002 (95 matchs, 17 buts). 55 sélections et 8 buts chez les Bleus (CM 98, Euro 2000, Coupe des Confédérations 2001).


Vie du club

puntré

Coupe Gambardella : Montfermeil en 16e Galette gagnante Au lendemain de leur succès à Guingamp, joueurs, entraîneurs et dirigeants du Stade de Reims se sont retrouvés à l’invitation des membres du Groupement Officiel des Supporters du Stade de Reims pour déguster la traditionnelle galettes

des rois à la Salle Goulin rue de la Neuvilette. Initialement prévue le lendemain du match Lille – Reims, qui s’était soldé par une victoire des Rouge et Blanc, elle avait été re-programmée après Guingamp. Un bon présage.

Fauré et Ghilas à Charleroi A l’occasion du mercato d’hiver, le duo Fauré-Ghilas, qui a grandement contribué à l’accession dans l’élite du Stade de Reims il y a deux saisons, s’est reconstitué au SC Charleroi, en Belgique. Le premier a signé pour 18 mois, le second pour six mois avec une option pour deux années supplémentaires.

Dédicaces chez E.Leclerc le 26 février 2014 Tout l’effectif pro du Stade de Reims sera présent le mercredi 26 février de 17 heures à 18h30, dans les magasins Leclerc de Champfleury et de Saint-Brice pour une séance de dédicaces à l’attention des supporters.

Secours Populaire A l’occasion de la rencontre Reims-Bordeaux, une équipe du Secours Populaire sera présente au niveau des promenoirs du stade. Le Secours Populaire organise comme chaque année son Don’Actions 26

R uge Blanc Magazine officiel

qui permet de collecter les ressources nécessaires à son fonctionnement et de développer la qualité de ses actions de solidarité. N’hésitez pas à venir à leur rencontre, c’est pour la bonne cause !

Après avoir sorti Bourg-Péronnas au tour précédent (3-1), les U19 Nationaux de Franck Chalençon se déplaceront à Montfermeil (Ligue) pour les 16e de finale de la Coupe Gambardella - Crédit Agricole. La rencontre se déroulera Le dimanche 23 février. «Montfermeil est une équipe à priori très athlétique. Face à ce type d’équipe, à l’extérieur, ce sont toujours des matches compliqués. En face, dans le contexte de la Gambardella, on va avoir des garçons qui vont jouer leur vie. Comme lors du tour précédent face à Bourg-Péronnas, l’entame de match sera très importante. Il faudra bien débuter ce match et avoir un groupe très soudé. Il faudra répondre collectivement. Sur le plan technico-tactique on ne devrait pas trop avoir d’inquiétude. A nous de mettre de l’agressivité et de la cohésion pour être performant», a réagi le coach après le tirage.

Un prix pour les dames A l’occasion de la Saint-Valentin, le billet sera vendu 5 euros pour les dames lors de la réception de Bordeaux ce samedi (toutes les tribunes). Vous pouvez bénéficier de cette offre uniquement aux guichets du stade Delaune ou sur la billetterie en ligne du club.


Vu des loges La balade de Diego La balade de Diego dans les loges a fait beaucoup d’heureux. Il a ainsi rencontré, dans la loge du Groupe Frey, le directeur, François Vuillet Petite et ses invités (ph1). Puis Fabrice Robert de la société Eiffage avec ses clients (ph2). Et Olivier Ferté du Champagne Vranken avec ses invités (ph3), JJ Cattier et Fabrice Harvey (ph4) impatients de le retrouver sur l’aire de jeu. Puis, (ph5) JP Nicol et son fidèle collaborateur de la société SCEE, et enfin Xavier et Nathalie Miravete avec le député Arnaud Robinet, candidat à la mairie de Reims (ph6). Pour finir, il a croisé son coéquipier Anthony Weber qui venait de discuter avec les frères Bernard et Georges Lech et Michel Mezy (ph7), l’ancien international passé par Nîmes, Lille et Montpellier avant de devenir entraîneur et qui est aujourd’hui conseiller du Président Louis Nicollin. La promenade a été très belle. Les partenaires étaient ravis de retrouver le Brésilien que l’on reverra très rapidement sur les pelouses.

1

2

5 3

28

R uge Blanc Magazine officiel

6 4

7


Supporters Malgré le faux pas face à Montpellier, les supporters gardent la foi et le sourire. Ils seront encore là pour le match de Bordeaux pour soutenir leur équipe. Le match peut aussi se gagner en partie dans les tribunes.

30

R uge Blanc Magazine officiel


En boutique Le Pack Reims - Marseille La Boutique du Stade à Delaune propose un pack Maillot officiel + deux places pour l’Olympique de Marseille.

Vendu 129€ TTC Il contient un maillot domicile adulte (rouge) et deux places en tribune Jonquet supérieur (section 41). La garantie d’avoir des billets pour le match du mois de mars, l’un des plus attendus de l’année.

Ballon Hummel Ballon aux couleurs du Stade de Reims

Vendu 18€ TTC

La Parka Taille Adulte et Junior

50% de réduction

Vendue 40€

TTC

Stade Auguste-Delaune Du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

32

R uge Blanc Magazine officiel


Dans un fauteuil : Atila Turan : “A moi la vieille anglaise”

Les joueurs de foot aiment les belles voitures, les voitures de sport surtout. C’est connu. Mais Atila Turan diffère de ses partenaires. Lui, s’il aime les voitures, ils les préfère anciennes, et à restaurer. Confidences... “J’ai une passion en dehors du foot, les voitures anciennes. Cela peut paraître paradoxal à 22 ans, mais ça m’a pris il y a déjà quatre ou cinq ans. Peu à peu, l’envie d’en avoir une, bien à moi et à mon image, s’est développée. Et j’ai franchi le pas il y a deux ans, au Portugal, lorsque je jouais au Sporting. Un de mes voisins a mis sa Mercedes 240 D de 1974 en vente. Il avait mis une pancarte sur la plage arrière. Elle était rouge... intérieur en tissu beige... mais en excellent état, moteur et carrosserie. J’en ai parlé à un ami qui m’a dit connaître quelqu’un qui rénovait des voitures anciennes, capable de la refaire à mon goût. J’ai pris contact avec le propriétaire. On a discuté. Je me suis mis d’accord avec lui. Il n’en voulait pas trop cher. Et puis, j’ai rencontré le gars qui pouvait la refaire “à ma sauce”. Je lui ai dit ce que je voulais. Il m’a fait des propositions. On s’est mis d’accord. 34

R uge Blanc Magazine officiel

Et aujourd’hui, elle est noire avec l’intérieur en cuir. Complètement refaite. Elle est prête. Je pense aller la récupérer à la fin de la saison, en mai. Des amis portugais m’ont invité à passer un moment chez eux là-bas. J’en profiterai pour aller la chercher. Je ne sais pas encore si je rentrerai au volant ou si je la mettrai sur un plateau... J’ai hâte de la voir à Reims. Actuellement, je roule dans une voiture moderne. Une petite voiture un peu sportive. Mon objectif n’est pas de m’acheter une grosse voiture ou une voiture de sport. Chaque chose en son temps. Si je prolonge (ndlr, il a quatre ans de contrat), on verra. Mais alors, il est probable que j’essaierai de trouver une autre belle voiture ancienne. Une Jaguar, par exemple. Qu’elle soit berline ou cabriolet. J’aime le cuir, le bois. La Jaguar, ça me rappelle la XJ de James Bond dans «Skyfall». C’est beau, c’est la classe. Ca évoque l’ancien temps. C’est magnifique. On ne retrouve pas ce charme-là dans les voitures récentes. Je préfère l’ancien rénové. Il y a un plus. J’ai vraiment été gâté pour la photo de cet article. Et je remercie beaucoup Guislain d’avoir mis sa Jaguar XK 140 de 1955 à disposition. C’est une voiture extraor-

dinaire. Et en plus, elle a une histoire. Elle a transporté la Coupe du Monde de Rugby en 1997 dans Reims, de la gare à la place d’Erlon. Et c’est une grande voyageuse. Elle a fait plusieurs périples: Reims-Istanbul-Athènes ; Reims-Stockholm ; Reims-Dubrovnik ; Reims - SaintPetersbourg... Un vrai tour d’Europe pour un vrai globe-trotter. Ca devait être super. Guislain m’a fait faire un tour avec lui... c’était super ! Au Stade de Reims, il y a au moins une personne qui partage la même passion que moi, c’est le doc. Il a une vieille SAAB cabriolet. Elle est très belle. J’aime bien. Elle est noire... Superbe. Je ne vais pas dans les expos de voitures anciennes parce que celles qui sont présentées sont déjà rénovées. J’aime mieux pouvoir faire comme j’aime. La voiture américaine, c’est bien, mais je préfère les vieilles européennes, les vieilles anglaises, les vieilles allemandes. J’aime bien aussi la vieille 403... Pour l’heure, ce que je préfère vraiment, c’est ma vieille Mercedes d’aujourd’hui... et la vieille Jaguar de demain. Avec celle de Guislain, j’ai fait un nouveau pas vers mon rêve.”



Rouge blanc 32