Page 127

508 Tableau n° 25 ORIGINES PROFESSIONNELLES DE QUELQUES EMIGRANTS PAR PONDICHÉRY ET KARIKAL DANS LA DECENNIE 1860 Convoi Date Nbre de passagers Cultivateurs Artisans Domestiques Autres et divers Sans profession "Vagabonds" et voleurs

SUGER 1861 (a) 269 H 97 F 42,3 60,2 17,3 26,8 7,4 10,3 12,9 20,6 2,2

DAGUERRE 1864 (b) 314 pass. 43 27

ALLAHABAD 1866 (c) 320 H 110 F 65,4 78,4 22,0 14,1

7,5

12,6

INDUS 1868 (c) 283 H 53,3 14,5 1,4 0,7 (d) 11,4 18,7

JUMNA 1868 (e) 481 pass. 36,9 6,2 48,6 8,3

en % Sources (a) Rapport du Dr Gaigneron, accompagnant le convoi, publié dans Revue Mme et Coloniale, vol. V, 1862, p. 724-725. (b) ANOM, Gua. 188/1144, rapport du commissaire à l'immigration au directeur de l'Intérieur sur les opérations du 3e trimestre 1864. (c) ANOM, Gua. 183/1126, dossiers des convois cités, rapport du médecin-accompagnateur. (d) Dont un "prêtre" (probablement un brahmane).

d'ailleurs, mais de façon plus littéraire, plusieurs autres médecins-accompagnateurs352. Parmi les artisans, on note le rôle relativement important joué par les tisserands, qui représentent 39 % du total de la catégorie chez les hommes embarqués sur le Suger, 24 % de ceux de l'Indus et 30 % sur le Jumna ; c'est le moment où le textile artisanal indien subit de plein fouet les effets meurtriers de la concurrence de Manchester353, poussant à l'exil des milliers de gens qui en vivaient jusqu'alors. Deux mots enfin sur les réalités que recouvre la dernière ligne de ce tableau. La catégorie des "Vagabonds" ne concerne que l'Indus ; son existence est évidemment la conséquence de la terrible famine qui vient de ravager tout le centre et le sud du Deccan au cours des deux années précédentes ; beaucoup de ces prétendus vagabonds sont en réalité de pauvres hères ruinés et affamés qui n'ont plus que l'émigration comme seul moyen de ne pas périr d'inanition. Quant aux "voleurs", représentés en tant que tels uniquement sur le Jumna, cette dénomination semble recouvrir une appartenance castique au moins autant que comportementale. Ceci nous amène aux origines castiques des immigrants arrivés aux Antilles françaises par Pondichéry et Karikal. Nous ne savons que très peu de choses à ce sujet, n'étant renseignés, et encore très partiellement, que pour six convois seulement, mais, dans tous les cas, 352. ANOM, Gua. 183/1126, dossiers Java et second Contest, rapports des Drs Schmidt et Jobard, 1866 et 1871 ; Gua. 25/238, premier dossier Copenhagen, Dr Vergniaud, 1881. Voir également les témoignages des médecins accompagnant le Bayswater (1870) et le British Navy (1874) en route pour la Martinique. 353. Voir supra, chap. V.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement