Page 1

APPENDICE.

25


APPENDICE. RÉFUTATION D E LA D O C T R I N E FAUSSE ET DANGEREUSE A V A N C É E PAR M . DÉMONTRÉE

PAR

LES FAITS

ET

PAR

LE

BUXON,

RAISONNEMENT.

L A proposition faite tout récemment par M . B u x o n , le 15 mai de l'année 1 8 2 3 , au sein de la chambre des c o m munes en Angleterre, est d'une nature si grave et si d a n g e reuse, renferme des erreurs et des maximes tellement s u b versives de tout ordre colonial, du droit des gens, de la liberté et de la souveraineté nationales, que nous avons cru devoir les combattre et les réfuter. Ce devoir nous était d'autant plus imposé que cette discussion rentre dans notre sujet, forme un des points principaux et le complément de notre travail; elle nous fournira de plus de nouveaux développemens, également importans, qui serviront à constater de plus en plus toutes les vérités dont nous avons pris sur nous l'honorable défense. M. b u x o n , sur l'invitation, d i t - i l , de M. W i l b e f o r c e , même sur son invitation formelle et en sa présence, demande et sollicite avec instance l'abolition de l'esclavage dans les colonies des Indes occidentales ( o n remarquera cette expression générale), et spécialement dans les colonies britanniques. Il v e u t , par un acte législatif, rendre libres tous les enfans nés et à naître, au moyen duquel et par d'autres mesures subséquentes l'esclavage sera définitivement éteint par une émancipation lente et graduelle. Par cette innovation étrange et par les effets qu'elle doit entraîner, vraiment anarchique et spoliatrice de tous les droits des colons légitimement acquis,


388 il s o u t i e n t q u e

le droit

d'esclavage

est t o u t à la fois c o n -

traire aux dogmes d u christianisme et à la constitution g l e t e r r e , à la m o r a l e ,

à la j u s t i c e

d'An-

ct à l ' h u m a n i t é . Il ajoute

d e p l u s q u e le m a i n t i e n d e l ' e s c l a v a g e est d a n g e r e u x à la

vue

d'une

ha-

nation de plus de huit cent mille nègres l i b r e s ,

bitant l'île

florissante

de S a i n t - D o m i n g u e , et plusieurs autres

propositions également erronées ct insoutenables. E x a m i n o n s s é p a r é m e n t c h a c u n e de ces assertions. A v a n t t o u t , j e suis étonné q u ' a u c u n m e m b r e de la c h a m b r e n e se soit

levé

surtout

principale.

la

pour combattre

agita la question rent en

pas

à

faisant

comme

se

ces propositions d'entre

de la suppression

porter

valoir

nous

Plusieurs franchement

des

en

la

d'une

preuve

de

ce

haute

par

la

diverses,

lorsqu'on

la t r a i t e ,

défenseurs

raisonnemens

donnerons

de

eux,

y

n'hésitècommerce

,

considération

,

suite.

L'abolition

de l'esclavage était assurément et sans comparaison un objet d ' u n e p l u s h a u t e i m p o r t a n c e q u e c e l l e de la t r a i t e ; elle d e v a i t f o u r n i r à u n g r a n d n o m b r e d ' o r a t e u r s , s'ils l ' a v a i e n t e n t r e p r i s ou v o u l u , des a r g u m e n s m u l t i p l i é s , p u i s é s d a n s l ' i n térêt public nègres

comme

m ê m e , pour

dans celui des c o l o n s , dans celui en

démontrer

v i c e s , les injustices et les d a n g e r s . C e p e n d a n t M . moins comme

des

les i n c o n v é n i e n s et

les

Canning,

député que comme ministre, a combattu

diverses propositions

de M . Buxon ,

les

peut-être avec trop

m é n a g e m e n t , et a s s u r é m e n t a v e c t r o p d e c o m p l a i s a n c e

de

pour

ce dernier. Il en a d é m o n t r é les d a n g e r s , surtout d e la p r i n cipale ce

, désir

redoutant,

disait-il,

manifesté

de

les

troubles

vouloir

chainement exciterait parmi

rendre

que les

cette nègres

annonce libres

e u x ; ne voulant p a s , ct

, pro-

crai-

g n a n t de plus de nuire a u x planteurs auxquels on a v a i t , e n q u e l q u e sorte, donné à entendre q u e l'abolition de la traite n e c o m p r o m e t t r a i t pas leur droit de propriété. E n a d m e t t a n t néanmoins connue principe évident l'abolition de l'esclavage clans et

un la

laps nécessité

de

temps de

plus

prendre

ou

moins

éloigné

successivement

ou

des

l a t i v e s p o u r a m é l i o r e r l'état civil des esclaves ,

rapproché

mesures

,

légis-

il n'en blessait

pas m o i n s ce droit de p r o p r i é t é ; il l ' é b r a n l a i t ,

le

compro-


389 mettait m ê m e dès à présent par ces diverses assurances p o s i t i v e s , lesquelles ne p e u v e n t m a n q u e r de produire sur l ' e s prit des nègres des résultats aussi désastreux que la m o t i o n de M . Buxon

(1).

N o u s ne s o m m e s pas m o i n s étonnés que M . W i l b e f o r c e , cet infatigable négromane, ait a b a n d o n n é ce dernier exploit, cet acte m é m o r a b l e qui aurait couronné ses succès antérieurs, à u n d é p u t é p e u c o n n u j u s q u ' i c i,

à ce n o u v e l adepte d o n t

l'inexpérience et l'ignorance en matière coloniale et sur des faits j o u r n a l i e r s , c o m m e nous le constaterons par la s u i t e , surpassent ceux d e son professeur m ê m e . M a i s cet inent cesse l o r s q u e nous nous rappelons q u e M . n'a pas v o u l u,

étoime-

Wilbeforce

en cette occasion et de p r i m e a b o r d,

se m o n -

trer en contradiction avec l u i - m ê m e . I l a a v a n c é , en p l e i n p a r l e m e n t , lors de la discussion de la t r a i t e , q u ' i l n'était j a mais entré d a n s ses v u e s , ni dans celles d e ses h o n o r a b l e s amis o u de son p a r t i , de faire une proposition tendante à l'émancipation des esclaves (2) ; et on voit d é j à , par l e d i s cours de M . C a n n i n g , q u i depuis l o n g - t e m p s les assemblées législatives,

figure

dans

q u e cette assurance avait été e n

q u e l q u e sorte donnée aux c o l o n s , et il n'a été contredit par aucun m e m b r e de la c h a m b r e , pas m ê m e par M .

Wilbe-

foree. Peut-être ce dernier ne v e u t - i l prendre la parole q u ' a près d e longs d é b a t s , et

à p e u près au m o m e n t

cette

grande mesure sera p r o n o n c é e , se c o n t e n t a n t , dans l ' i n t e r valle,

(1)

d'envoyer M . B u x o n,

et ceux qui se réuniront par la

Ces d e u x discours ne m e sont c o n n u s q u e p a r des extraits fournis

p a r n o s j o u r n a u x f r a n ç a i s , e t p a r t i c u l i è r e m e n t p a r c e l u i îles Débals.

Ce-

p e n d a n t j e d o i s c r o i r e ces d i s c o u r s p l u s é t e n d u s d a n s les l o n g u e s gazettes anglaises, et p e u t - ê t r e d'autres orateurs sont-ils i n t e r v e n u s dans cette d i s c u s s i o n . J e n ' a i d o n c p u en r a i s o n n e r q u e d ' a p r è s ces e x t r a i t s ; e t e n n e les s u p p o s a n t p a s exacts d a n s t o u t e s l e u r s p a r t i e s , si l a t r a d u c t i o n e n est i m p a r f a i t e ,

nos

raisonnemens n'en

s e r o n t pas m o i n s v r a i s e t c o n -

c l u a n s , q u a n t a u x principes q u e nous défendons en opposition à c e u x

do

nos adversaires. (2) V o y e z 2 a v r i l de

les d é b a t s p a r l e m e n t a i r e s d u

l'année 1792,

9

du

et m ê m e c e u x d e l ' a n n é e

m o i s d e m a r s et d u 1793.


39o suite à l u i , en fourrageurs et en partisans,

escarmouchant et

tiraillant de tous côtés et sur tous les partis,

jusqu'à l ' é p o -

q u e glorieuse o ù la bataille sera engagée et gagnée par l u i , M . W i l b e f o r c e , c o m m e généralissime d e l'armée n é g r o p b i l e . E n outre, faisons r e m a r q u e r , c o m m e r e n s e i g n e m e n t i m p o r tant

et

pour

l'instruction

de

tous

,

que

la

nation

anglaise

,

entre toutes les nations maritimes, est celle qui a fait en tout t e m p s le plus

grand c o m m e r c e d'esclaves,

non-seulement

p o u r ses propres c o l o n i e s , mais é g a l e m e n t p o u r toutes les autres p a r la voie i n t e r l o p e , en t e m p s d e guerre c o m m e en t e m p s de p a i x ;

et cela sans aucune exception d e n a t i o n , à

S a i n t - D o m i n g u e c o m m e dans tous les entrepôt s e t p o r t s francs, aux Antilles c o m m e sur le continent américain. E l l e est aussi celle q u i , p e n d a n t la p l u s grande période de notre r é v o l u t i o n , a continué presque e x c l u s i v e m e n t ce c o m m e r c e , a p o u r v u a b o n d a m m e n t ses colonies de ses instrumens i n d i s p e n sables pour l'accroissement de leurs cultures l o n g - t e m p s avant que la traite a été s u p p r i m é e chez elle, l a q u e l l e encore ne l'a été qu'à une é p o q u e fixe et distante q u ' o n se p r o m e t t a i t déjà sans doute p a r avance de faire a d o p t e r à l ' E u r o p e entière. Leurs colonies ont d o n c eu tout le t e m p s nécessaire p o u r se procurer des nègres a u - d e l à m ê m e tuels,

d e leurs besoins a c -

par des crédits q u ' o n l e u r accordait v r a i s e m b l a b l e -

m e n t avec b e a u c o u p de facilité et d e latitude,

les uns et les

autres ayant u n intérêt p u i s s a n t , et devant d o n n e r la

plus

grande activité à leurs ventes et à leurs achats r e s p e c t i f s , p u i s q u e la traite était annoncée c o m m e d e v a n t avoir b i e n t ô t sa fin par une disposition législative. Cette activité a été s u r tout favorisée par le soin q u ' e l l e a pris,

avant l'abolition de

l a traite chez e l l e , d e l'interdire s t r i c t e m e n t et sous des peines sévères aux armateurs et négocians nationaux q u a n t aux c o lonies étrangères s e u l e m e n t ,

mais c o n t i n u a n t à l'autoriser

p o u r ses propres c o l o n i e s , m e s u r e dans laquelle peut-être la p o l i t i q u e n'a pas été t o u t - à - f a i t étrangère.

C'est encore elle

enfin q u i n'a v o u l u souscrire le 13 j u i l l e t 1713 à son alliance avec l'Espagne q u ' e n la f o r ç a n t , par un traité p a r t i c u l i e r , d e lui accorder un privilége s e m b l a b l e à celui d e l'assienlo ,

par


391 le m o y e n d u q u e l il l u i serait p e r m i s d ' i m p o r t e r a n n u e l l e m e n t au

continent

quatre

mille

américain huit

cents

pendant nègres.

trente Que

années

vous

consécutives

étiez

loin

, de

alors

vouloir p r o s c r i r e , restreindre ni m ê m e de donner aucun r e lâche ni ralentissement à ce genre de c o m m e r c e ! Voilà cependant la nation q u i a donné autrefois à la traite la plus grande

e x t e n s i o n , l'étendant

d e toutes parts,

e m p a r a n t presque e x c l u s i v e m e n t , tantôt p a r la voie lope

en

tantôt

violation

par

la

des

contrainte

réglemens qu'elle

particuliers

imposait;

et

et voilà

s'en inter-

prohibitifs cette

,

même

nation q u i veut, a u j o u r d ' h u i , en contradiction manifeste de tout ce q u ' e l l e a fait et exécuté pendant près de d e u x siècles et d e m i , et par u n motif, d i t - e l l e , de justice et d ' h u m a n i t é si l o n g - t e m p s m é c o n n u et enfreint p a r e l l e , l'abolir chez les autres nations maritimes sans aucune e x c e p t i o n , a u m é p r i s d u droit des gens, et en attaquant leur liberté et leur i n d é p e n d a n c e . Cette politique n'a cependant d'autre f o n d e m e n t q u e son intérêt propre et p r é s e n t , parce q u e la continuation d e la traite, qu'il l u i i m p o r t e à elle seule d e faire cesser, venue

d'une nécessité

première

a u x colonies

est d e -

étrangères,

p o u r le recrutement de leurs ateliers et l'accroissement d e leurs cultures,

lesquels n'ont p u avoir lieu pendant les trente

années de guerre survenues entre les puissances maritimes ; parce qu'enfin elle contribuerait et favoriserait le rétablissem e n t de S a i n t - D o m i n g u e ,

dont la splendeur avait fini par

exciter son inquiète jalousie en raison de la supériorité de sa culture et de son r é g i m e administratif, de sa grande p r é p o n dérance dans l e système colonial et dans la balance d u c o m m e r c e général en faveur de sa métropole ; tous avantages p e r dus p a r les r a v a g e s , la c o m b u s t i o n ,

l'anéantissement

de

S a i n t - D o m i n g u e et l e dépérissement de nos autres c o l o n i e s , et acquis à la nation anglaise p a r suite de ces m ê m e s revers. I l faut que les nations e u r o p é e n n e s , m ê m e celles q u i sont sans colonies, sans possibilité d'en a c q u é r i r , sans intérêt dans cette cause q u i n e peut affecter aucun de leurs droits présens ni f u t u r s , dont l'acquiescement était inutile s'il n'était

déjà

dérisoire et une véritable moquerie, puisque la traite continue


392 toujours par la voie de terre, et qu'on n'a employé jusqu'à présent aucun moyen pour l'interdire ni l'interrompre ; il faut, dis-je, que les nations donnent leur consentement à cette prohibition, qu'elles fléchissent toutes sous la volonté d'une seule, ct concourent par ce moyen au maintien imperturbable de son m o n o p o l e , quelque onéreux que soit ce monopole pour le commerce des nations possessionnées aux colonies, et quoique les gouvernemens espagnol et portugais aient primitivement protesté contre, en démontrant combien elle leur était préjudiciable. Jamais prétention ne fut plus injuste, plus exorbitante; et combien ne le serait-elle pas davantage si cette nation privilégiée continuait à faire ellemême la traite, comme l'assurent plusieurs de nos feuilles publiques ! Enfin cette traite n'a été supprimée chez cette nation qu'après de longs débats tumultueux, qu'après une e n quête ct une sorte do procédure publique où des témoins nombreux ont été mandés ct entendus à sa barre, ceux ayant résidé sur la côte d'Afrique contredisant les assertions de ces négrophiles (1); qu'après que des pétitions ont été présentées, lues et débattues devant elle ; qu'après une discussion prolongée librement pendant dix-huit années c o n sécutives ( depuis l'an 1788 jusqu'en 1806), sans qu'aucune puissance y soit intervenue ou s'en soit mêlée, ct laquelle a été enfin terminée définitivement par l'approbation et la sanction des trois branches de sa législature. Et v o u s , vous avez insisté, réclamé opiniâtrement et de suite cette abrogation par un seul article d'un traité consenti au milieu du fracas et du succès de vos armes réunies encore avec toutes celles de l ' E u r o p e , délibérant en commun au sein même de notre patrie, sans que la puissance souveraine, dans toute sa p l é nitude, soit encore intervenue dans cet acte emporté pour

(1) Elles ont été démenties à la chambre des pairs par plusieurs voyageurs, surtout par M M . Cocks et Knox, qui ont fréquenté la côte pendant vingt années de suite. ( Voyez les débats de la chambre du 10 mai 1733. )


393 ainsi dire de haute lutte et les armes à la main. Cette différence de conduite et de principe, d'action et de décision, dans son origine, ses résultats, et sous ces divers aspects, ne formentils donc pas un contraste des plus frappans et des plus choquans, le plus propre à irriter tout esprit juste et i m partial? Si votre colonie principale, celle de la Jamaïque, dont la prospérité et les richesses, ainsi que toutes celles qui vous a p partiennent, se sont accrues par nos malheurs dans une progression vraiment étonnante ( 1 ) , avait été détruite de fond en comble comme celle de Saint-Domingue, et que vos autres pos-

(1)

N o u s r a p p e l l e r o n s ici,

en f o r m e

d e c o m p a r a i s o n , les c a l c u l s d e

M . C a l q u e h o r m p a r l e s q u e l s l e n o m b r e des esclaves des c o l o n i e s b r i t a n n i q u e s est p o r t é â s e p t e e n t s o i x a n t e - d i x m i l l e q u a t r e - v i n g t - s e i z e ; les p r o d u i t s d e l e u r s c u l t u r e s à l a s o m m e é n o r m e d e 22,496,680 l i v r e s s t e r l i n g , 000 m i l l i o n s t o u r n o i s ; et l ' e s t i m a t i o n d e M . B r y a n E d w a r d , met

qui n'ad-

p o u r l a t o t a l i t é d e ces m ê m e s c o l o n i e s q u e q u a t r e c e n t c i n q u a n t e -

c i n q m i l l e six c e n t q u a t r e - v i n g t - q u a t r e e s c l a v e s ; j e n e m e r a p p e l l e p l u s à c o m b i e n s ' é l e v a i e n t l e u r s t r a v a u x . L ' u n d e ces états a é t é r é d i g é a v a n t l a r é v o l u t i o n f r a n ç a i s e , e t le p r e m i e r p e n d a n t et d e p u i s c e t t e é p o q u e f a t a l e . L e n o m b r e d e v o s esclaves a y a n t a u g m e n t é d e p r è s d e m o i t i é clans l ' e s p a c e d e q u i n z e o u v i n g t années p e n d a n t n o t r e r é v o l u t i o n , il s'ensuit é v i d e m m e n t q u ' i l s o n t d û p r o d u i r e u n e m a s s e d e richesse p r o p o r t i o n n é e à cette a u g m e n t a t i o n ,

laquelle

masse

devait être de moitié m o i n d r e au

c o m m e n c e m e n t de cette m ê m e r é v o l u t i o n .

Qu'on

mette

en r e g a r d c e

t a b l e a u d e la richesse e t d e la p r o s p é r i t é c r o i s s a n t e d e l ' A n g l e t e r r e , a v e c la ruine de S a i n t - D o m i n g u e ,

et l ' a f f a i b l i s s e m e n t ,

l e dépérissement des

c u l t u r e s d e t o u t e s les c o l o n i e s f r a n ç a i s e s e t é t r a n g è r e s , l ' o n j u g e r a si les A n g l a i s n ' o n t pas u n j u s t e m o t i f d e se r i r e d e n o u s,

d e n o s folles i m i t a -

t i o n s , et de se f é l i c i t e r d e l e u r s s u c c è s à n o s d é p e n s . V o i l à l e r é s u l t a t

final

d e l a l i b e r t é à S a i n t - D o m i n g u e , d e l ' i m p o s s i b i l i t é d e la traite p e n d a n t la r é v o l u t i o n p o u r p r e s q u e c e p t é e s,

t o u t e s les c o l o n i e s ,

les siennes

d e sa c o n t i n u a t i o n p o u r l ' A n g l e t e r r e j u s q u ' a u

seules ex-

moment

où il

l u i a c o n v e n u de la faire c e s s e r ; l e t o u t p o u r sa p l u s g r a n d e u t i l i t é , p o u r la ruine et au g r a n d d é t r i m e n t d e toutes les puissances coloniales. Je ne p a r l e pas des i n c e n d i e s , d e s m a s s a c r e s , d e s assassinats h o r r i b l e s c o m m i s s u r la p o p u l a t i o n e n t i è r e d e S a i n t - D o m i n g u e ; ce s o n t là d e j u s t e s r e présailles p o u r n o t r e i n h u m a n i t é p r é t e n d u e e t n o t r e c r u a u t é e n v e r s les n è g r e s,

s'il fallait e n c r o i r e M .

F o x dans un discours p a r l e m e n t a i r e .


394 sessions eussent été en général plus o u m o i n s bouleversées, e n d o m m a g é e s et ensanglantées par la propagation de principes désorganisateurs nés en pays étranger, et par l ' e n v o i d ' é m i s saires sortis d e ce m ê m e pays ; votre i n t é r ê t , votre honneur et dignité ne se seraient-ils p a s , avec juste r a i s o n , opposés à toutes les attaques portées contre leurs rétablissemens futurs ? N ' a u r i e z - v o u s , pas rejeté de suite avec i n d i g n a t i o n ,

sans

vouloir m ê m e admettre aucune r e p r é s e n t a t i o n , encore moins une discussion,

l'abolition de la t r a i t e , si surtout la nation

qui la solliciterait n'avait éprouvé aucun m a l h e u r ni catast r o p h e dans ses colonies, et avait d e plus un intérêt particulier à en p r o v o q u e r la s u p p r e s s i o n ? I n c o n t e s t a b l e m e n t . Pourquoi donc v o u l e z - v o u s , v o u s , Anglais, qui êtes cette nation favorisée ct intéressée, nous soumettre et nous contraindre à une s e m b l a b l e mesure, n o u s , F r a n ç a i s , habitans de S a i n t - D o m i n g u e , d e la Martinique,

de la G u a d e l o u p e, e t c . , qui nous s o m m e s

trouvés dans la description décrite, je veux dire p a r les p r i n c i pes de la n é g r o m a n i e qui ont pris naissance chez v o u s , et se sont ensuite répandus en France p o u r opérer notre ruine et notre anéantissement? Pourquoi enfin en f a i t e s - v o u s u n e loi g é n é rale,

d o n t vous r é c l a m e z l'exécution avec u n e nouvelle te-

nacité et r i g u e u r , en insistant et en v o u l a n t nous i m p o s e r des conditions onéreuses et avilissantes? D ' a b o r d , celle de visiter tous les bâtimens étrangers q u ' o n supposerait engagés dans la t r a i t e , ce q u ' a u c u n e nation ne p e u t p e r m e t t r e sans voir à l'instant m ê m e son c o m m e r c e arrêté ct entravé par le tyran des m e r s , livré aux insultes

et aux vexations d e tous ses

c r o i s e u r s , ce q u i pourrait a m e n e r u n j u s t e m o t i f de guerre : en second l i e u ,

celle

d e v o u l o i r a p p l i q u e r à la traite des

c h â t i m e n s infligés à la piraterie, la peine de m o r t ; cette peine n e p o u v a n t être l é g a l e m e n t établie que par les autorités s o u veraines de c h a q u e g o u v e r n e m e n t , d o n t l'application est réservée à leurs seuls tribunaux judiciaires ; attributions hors de la c o m p é t e n c e d ' u n e réunion de d i p l o m a t e s c o m m e vous le d é s i riez, quels que soient les pouvoirs d o n t elle se trouve m o m e n t a n é m e n t revêtue : en troisième l i e u , celle d'exiger ct d'insister sur l'enregistrement des esclaves dans nos colonies conservées.


395 par cela seul que vous l'avez o r d o n n é dans les vôtres ; ce qui vous conférerait et reconnaîtrait en vous le droit étrange et vexatoire

de

intérieure,

vous

immiscer

dans

notre

administration

d'en dicter, d'en prescrire tous les r é g l e m e n s , et

de porter par ce m o y e n u n e atteinte au d r o i t de p r o p r i é t é , droit le plus sacré d e t o u s , hommes d'état,

comme

le r e m a r q u e u n de nos

et q u e vos lois respectent j u s q u e dans ses

écarts et ses caprices

(1).

V o t r e prétention à insister auprès de notre g o u v e r n e m e n t pour cet enregistrement serait d'autant plus déplacée et i n d é cente,

que l ' a s s e m b l é e de la J a m a ï q u e v i e n t d e l ' a b o l i r par

Une résolution u n a n i m e,

en disant

q u ' i l ne lui avait

été

i m p o s é que par l'hypocrisie de M . W i l b e f o r e e ( à ) . Ce q u i p r o u v e sans réplique, notre d é m o n s t r a t i o n ,

nous croyons devoir répéter

q u e la suppression de la traite

fondée q u e sur l'intérêt d e la nation anglaise,

n'est

et n o n sur u n

m o t i f d ' h u m a n i t é , c o m m e elle et tous ses partisans nous l ' a s s u r e n t , mais b i e n dans i'intention réelle d e nuire aux colonies étrangères; c'est q u ' e l l e n'a j a m a i s fait aucune

démarche,

aucune tentative par l'intermédiaire de ses autorités, pas m ê m e c o m m e leurre o u s u b t e r f u g e , pour voiler ses intentions réelles, ni c h e r c h é par aucun m o y e n d i p l o m a t i q u e à s u p p r i m e r cette traite par la voie d e terre. Cependant tous ces nègres, n o m b r e d e soixante m i l l e, d e u x entrepôts établis en en qualité d ' e s c l a v e s ,

au

v e n d u s au g r a n d Caire et dans A b y s s i n i e , et transportés en Asie

avaient

u n droit b i e n é v i d e n t

à la

sollicitude et à l ' h u m a n i t é d u g o u v e r n e m e n t britannique

et

de tous les n é g r o p h i l e s . D'après les principes h a u t e m e n t professés et p u b l i q u e m e n t proclamés,

ces nègres ne p o u v a i e n t ni ne devaient faire une

exception à la généralité

Voyez

(1)

de la classe à laquelle ils a p p a r -

la réponse des plénipotentiaires

M . le d u c d e V e l l i n g t o n ,

français a u Mémoire

r e l a t i v e m e n t à l a t r a i t e des n è g r e s,

de

consignée

dans q u e l q u e s - u n s d e nos j o u r n a u x . (2) des

E x t r a i t d ' u n j o u r n a l d e la J a m a ï q u e ,

Débats,

d u m e r c r e d i 21 j a n v i e r

1824.

consigné dans le

journal


396 t i e n n e n t ; encore moins p o u v a i e n t - i l s être o u b l i é s ou dédaignés par

ceux-là

m ê m e s,

William-Sharp ,

les

Wilbeforce ,

les

Clarkson,. les

les B u x o n ct autres i l l u m i n é s de la secte qui

se sont déclarés leurs défenseurs officieux et leurs protecteurs constans. Ces sentimens d ' u n e bienveillance si compatissante q u i embrassait en apparence tout leur être, et occupait toutes leurs facultés en faveur d'une race étrangère et i d e n t i q u e m e n t la même dans l'universalité coup apaisés,

de ses m e m b r e s , se sont tout à

a m o r t i s , a n é a n t i s , o u , p o u r m i e u x d i r e , n'ont

j a m a i s effleuré leurs cœurs du m o m e n t qu'ils se sont convaincus q u e ces esclaves

transportés

en Orient ne p o u v a i e n t

plus

apporter a u c u n obstacle à leur c o m m e r c e de m o n o p o l e , ni être transférés dans les colonies étrangères. Ils se sont flattés en effet q u e ce transport ne pourrait avoir lieu, soit p a r une impossibilité réelle,

soit par la supériorité acquise et exercée

p a r leur g o u v e r n e m e n t auprès des puissances asiatiques,

au

m o y e n de laquelle c e l u i - c i c o n t r a r i e r a i t , entraverait et e m p ê c h e r a i t m ê m e ce transport s'il était praticable et être l é g a l e m e n t entrepris

pouvait

: et p o u r q u o i p a s , j e vous p r i e ?

car enfin j e n e vois aucune raison valable ni l é g i t i m e laquelle

ce

commerce

permet

aux

nous

serait

interdit,

pour

lorsqu'on

le

Orientaux sans q u ' o n ait j a m a i s cru devoir y

apporter aucun o b s t a c l e , pas m ê m e par u n e s i m p l e invitation o u a d m o n i t i o n , et encore moins par u n article o b l i g é dans un traité. Cependant sont

ces e s c l a v e s ,

comme

incomparablement moins

colonies,

nous l'avons déjà

heureux

que

ceux

dit,

de

nos

p u i s q u e plusieurs d e ces premiers subissent à leur

arrivée une opération cruelle q u i les prive d e l e u r qualité d'homme, chrétienté,

attentat suivi encore en I t a l i e , au centre de la sans q u ' a u c u n

gouvernement

réclame

contre;

attentat plus funeste et plus criminel sans doute que la p r i vation d e

leur liberté naturelle,

surtout p o u r

des nègres

excessivement adonnés dès leur plus tendre enfance au plaisir vénérien. D e p l u s, la traite,

ces Anglais ct tous les partisans d e l'abolition d e

o n le remarquera sans doute avec é t o n n e m e n t

ct


397 i n d i g n a t i o n , n ' o n t j a m a i s l'ait plus mention de ces esclaves transportés en Orient en partie dégradés ; pas plus dans leurs i n n o m b r a b l e s p a m p h l e t s répandus de toutes parts avec p r o fusion, q u e leurs orateurs p u b l i c s dans ces discours prononcés du haut de la tribune n a t i o n a l e , et répétés p e n d a n t un quart de siècle e n t i e r ; se contentant: de s'apitoyer s e u l e m e n t et sans cesse sur la condition misérable des seuls esclaves des colonies européennes d o n t ils nous font des descriptions aussi fausses qu'exagérées et absurdes,

en m ê m e t e m p s qu'ils i n j u r i e n t ,

dénigrent et déchirent les colons par tous les traits de la c a lomnie,

de la satire la plus amère et d e la haine la plus i n -

vétérée. Leur sollicitude ne s'est j a m a i s étendue sur ces êtres martyrisés dans la source de l e u r existence, réduits à un état de b r u t e et s e m b l a b l e s à ces a n i m a u x domestiques servant à nos seuls plaisirs,

à notre sensualitéjournalière par la p r i v a -

tion d e leur faculté génératrice. Ils ont a b s o l u m e n t

méconnu

et rejeté tous ces nègres esclaves, dégradés et autres, ne s ' a r retant et ne d é p l o r a n t j a m a i s leur sort dans aucun t e m p s et dans aucune c i r c o n s t a n c e , ne formant aucun v œ u , aucun p r o j e t , aucune tentative p o u r leur

délivrance présente

t u r e , ni pour e m p ê c h e r que de pareils attentats

ou f u -

pussent se

renouveler et se perpétuer. On p e u t , d'après ces faits et ces r a p p r o c h e m e n s aussi exacts que frappans, j u g e r avec une certitude entière si ces Anglais sont v é r i t a b l e m e n t a n i m é s p a r c e s s e n t i m e n s de justice et d ' h u manité qu'ils font éclater avec tant de p o m p e et d ' e m p h a s e ; s'ils ne sont pas p l u t ô t en e u x simulés et cachés sous ces dehors appareils

et imposans d'utilité et de vertu p u b l i q u e , ne r e -

celant au vrai q u e leurs intérêts propres et r é e l s , ceux

de

leur m o n o p o l e et de leur d o m i n a t i o n s u p r ê m e : nous laissons au lecteur à

prononcer.

Ce qui p r o u v e encore que la suppression d e la traite est relative à leurs

seuls intérêts,

que leurs colonies

vent fort b i e n , v e u l e n t ériger en néanmoins,

conçoi-

m o n o p o l e et d i s s i m u l e n t

c'est la pétition présentée

tout r é c e m m e n t au

roi par l'assemblée de la J a m a ï q u e . Les pétitionnaires se p l a i gnent entre autres choses :«

De la continuation de la traite


398 «

par

les

puissances

étrangères

;

d'où

il

résulte,

disent-ils,

« que la culture du sucre clans les colonies étrangères se fait «

à

«

cre

«

meilleur

marché

anglais

dans

:

leurs

,

ainsi

ct les

intérêts

peut

être

fourni

pétitionnaires demandent

au-dessous

qui

des

se

du

trouvent

mesures

sulésés

vigoureuse»

« contre la traite (1). » Le d o u b l e l'ait avancé par les pétitionnaires est contraire à toute vérité et peut aisément se prouver. Les colonies étrangères auront b e a u c o u p à l'aire, surtout

Saint-Domingue,

par l'anéantissement de ses cultures et d e ses établissemens de m a n u f a c t u r e s , et elles toutes,

par le défaut de bras,

de se

mettre de sitôt sur un pied d'égalité avec celles des Anglais , en

supposant

même

que

la

traite

v e m e n t . N ' e s t - i l pas certain, d e culture c o m m e

puisse

se

continuer

furti-

en e f f e t , que dans tout genre

dans toute sorte d'industrie ,

celui qui

p e u t c o m m a n d e r un plus grand c a p i t a l , qui a à sa disposition les m a c h i n e s et les instrumens indispensables à son exploita-, tion , doit nécessairement l ' e m p o r t e r en m a s s e , en supériorité et en p e r f e c t i o n n e m e n t d e p r o d u i t sur celui qui est p r i v é , dans u n degré i n f é r i e u r , d e tous ces m o y e n s de création p r e -

(1) V o y e z l ' a r t i c l e d e L o n d r e s , Constitutionnel

d u 3 6 avril dernier,

r a p p o r t é p a r le

s o u s l e n u m é r o 120.

C e t t e p r é t e n t i o n d e v i e n t é g a l e m e n t e x p l i c a t i v e p a r l e s p é t i t i o n s do plusieurs villes de c o m m e r c e do l ' A n g l e t e r r e , c o n s i g n é e s d a n s l e Morning pétitionnaires ,

Chronicle,

n i t é en f a v e u r de la suppression d e la traite, tement

que

rendra

bientôt

sa

d r o n t p a r là,

adressées au p a r l e m e n t ,

à l a fin d e l ' a n n é e

1814. Ces

a p r è s a v o i r i n v o q u é v a g u e m e n t les p r i n c i p e s d e l ' h u m a -

continuation à

ses

colonies

disent-ils,

,

même leur

finissent

momentanément

ancienne

splendeur

par déclarer netpour ,

la

et

France

elles

,

devien-

les é m u l e s e t les r i v a l e s d e celles de l ' A n g l e -

terre. V o i c i des p a r t i c u l i e r s intéressés,

moins circonspects, ou plus

que l e g o u v e r n e m e n t e t ses o r a t e u r s , q u i ambiguité

les vrais

motifs

e t d e la p o l i t i q u e a n g l a i s e, traite. Il m e

semble

que

témoignent

d e leurs inquiétudes ,

sans

de leur

ambition

relativement à celle grande question

la c o n c l u s i o n q u e n o u s e n a v o n s

francs

détour ni

d e la

d é d u i t e est.

a u j o u r d ' h u i a p p a r e n t e p o u r t o u t l e m o n d e , et n'est pas m o i n s é v i d e n t e qu'inattaquable.


399 mière , à la seule faveur desquels les travaux peuvent naître , se

multiplier

et

leurs

produits

se

vendre

à

meilleur

marché?

O r , il est é v i d e n t que les habitans qui n ' o n t plus la totalité des n è g r e s , que leur état de culture réclamait autrefois et dont ils sont actuellement

privés,

p r o d u i r o n t du sucre et

autres denrées en m o i n d r e quantité et d ' u n e qualité inférieure à celles des autres habitans c o l o n s , q u i o n t conservé et a u g menté c o n s i d é r a b l e m e n t leurs ateliers et tous les m o y e n s d ' u n e exploitation fructueuse p o u r un laps d e t e m p s assez éloigné. Si ces pétitionnaires avaient été sincères et d e b o n n e foi dans leurs réclamations,

ils auraient d o n c d û é t a b l i r , c o m m e v é -

rité incontestable,

q u e la suppression d e la traite leur

prix inférieur à celles des colonies étrangères, être

don-

au c o n t r a i r e , l a faculté de v e n d r e leurs denrées à u n

nant,

maintenue

invariablement,

elle devait

avec sévérité et par

m o y e n s c o ë r c i t i f s , n o n par les motifs qu'ils en

des

déduisent,

niais par cela m ê m e q u ' i l s conservent p a r là leurs avantages acquis, et s'assurent à j a m a i s le m o n o p o l e exclusif du c o m merce colonial. Ce c o m m e r c e ne pourra q u e s'accroître et se consolider de plus en plus par l'interdiction de la traite, grand d é t r i m e n t de toutes les colonies étrangères, l'impossibilité

bien

les

,

(Antilles) En

(1)

reconnue

par

des

de

blancs,

pouvoir

les

faire

ni

des

mains

par

au

attendu

fructifier libres

,

(1).

f o r m e d e c o n c l u s i o n , réunissons ici sous u n p o i n t de

V o y e z l e r a p p o r t des directeurs de

Léona,

o ù ils c o n v i e n n e n t

la c o m p a g n i e

r a i e n t p u é g a l e m e n t faire le m ê m e a v e u, difficultés

d e la

d e cette p r e m i è r e impossibilité ,

c o n t i n u e l l e m e n t renaissantes

Sierra-

e t ils a u -

q u a n t a u x n è g r e s , d ' a p r è s les que

leurs

agens

éprouvent à

a s s u j e t t i r ces d e r n i e r s à u n t r a v a i l l é g e r e t r é g u l i e r .« L ' i m p o s s i b i l i t é d e « « «

trouver poser

aucun

leur

santé

décourager

les

Européen ,

a

en

engagé

travailleurs

état les qui

de

travailler

directeurs

en

comme

désireraient

un

se

Afrique de

leurs

rendre

en

sans

ex-

devoirs

à

Afrique

« dans cette vue. » ( Rapport de la Compagnie aux actionnaires. ) Cette observation ,

faite p a r des p e r s o n n e s q u i p o u r s u i v e n t l e u r

j e t p a r s y s t è m e e t p a r t o u s les m o y e n s p o s s i b l e s ,

fournit

une

pro-

nouvelle

r é p o n s e v i c t o r i e u s e à t o u t e s ces p e r s o n n e s q u i v e u l e n t c u l t i v e r l e s c o l o nies avec des

blancs.


4oo vue générale binés,

toutes les

d é m a r c h e s ct tous les efforts c o m -

le système entier suivi ct e m p l o y é par le g o u v e r n e -

ment

britannique

auprès

des puissances

continentales,

à

l'effet d ' o b t e n i r l'abolition de la t r a i t e , tant dans les différens congrès tenus à l ' é p o q u e des traités d u 30 mars 1 8 1 4 et 20 novembre

1815

que dans ceux qui l'ont précédé. Cette con-

sidération générale

fera

vues et ses projets,

ses plans et ses combinaisons,

à nous faire apprécier justice,

ressortir avec

jusqu'à

plus d'évidence ses

d ' h u m a n i t é et d'intérêt général,

déterminations,

ct servira

quel point les principes de ont influé sur ses

o n t été ses seuls guides et ses seuls r é g u -

lateurs. Q u o i q u e cette abolition soit devenue obligatoire p o u r tous les g o u v e r n e m e n s qui y ont d o n n é leur plein c o n s e n t e m e n t , ainsi

que pour leurs sujets respectifs,

s o m m e s disposés à fléchir , loi,

sous laquelle

et p l u s encore u n article d ' u n traité,

toire et j u s t e

même

nous

n é a n m o i n s la discussion

qu'ils s o i e n t , n'en

d'une

quelque obligaest pas pour

cela

interdite à tous c e u x q u i veulent l ' e n t r e p r e n d r e , la faisant surtout avec les égards et les m é n a g e m e n s

couvenables ; et

elle f o r m e i n d u b i t a b l e m e n t une des attributions essentielles de la liberté de la presse. Les lois

et les traités

pouvant

présenter dans q u e l q u e s - u n s de leurs articles et c o m m a n d e m e n s impératifs

des

vices

ct des imperfections ,

il serait

i m p o s s i b l e de les apercevoir si l ' e x a m e n n'en était pas l i b r e m e n t autorisé : ct en e f f e t , c o m b i e n de lois et de traités ne pourrait-on réformés

et

pas

citer

même

qui

ont

annulés

en

été

en

totalité?

sion se rapporte entièrement

aux

tout Au

temps reste

actes d u

amendés

cette

gouvernement

anglais

plutôt q u ' à ceux relatifs à la France ; elle

sous

rapport

en

ce ce

qu'elle

ct

plus

touche

libre

,

discus-

et

plus

obligatoire

directement

nos

intérêts

les

devient

pour plus

nous

,

chers

et les plus i m m é d i a t s , lesquels o n t été négligés o u p e u r e s pectés par celle de ces puissances qui a eu l'art de faire p r é valoir généralement sa politique intéressée. Dans les débats qui eurent lieu à l ' é p o q u e des d e u x traités q u e nous venons de rapporter,

il fut reconnu par toutes les


401 puissances, que le m o t i f de leur réunion était fondé sur la nécessité d u rétablissement général de l ' o r d r e , afin d'assurer une tranquillité solide et d u r a b l e , détruite depuis v i n g t - c i n q années

consécutives

par des guerres continuelles,

par des

principes révolutionnaires et anarchiques ; sur celle de l ' é quilibre entre toutes les p u i s s a n c e s , afin q u ' a u c u n e d'elles ne soit d o m i n é e par la force ou les injustes prétentions d ' u n e seule o u p l u s i e u r s , et effectuée enfin de telle m a n i è r e q u e les destinées de la France fussent unies avec l'intérêt c o m m u n de l ' E u r o p e,

etc.

Le g o u v e r n e m e n t

britannique,

ces engagemens réciproques,

m a l g r é ces assurances

ne v o u l u t

et

cependant j a m a i s

permettre que le code m a r i t i m e et les droits des neutres f u s sent admis dans les discussions,

q u o i q u e ces objets

fussent

d'une i m p o r t a n c e assez grande pour c o m m a n d e r l'attention et la sollicitude générale. Sur l'instance de la France à cet égard les alliés d é c l a r è r e n t , au congrès d e

Châtillon ,

que

cette matière était étrangère à la réunion des plénipotentiaires. Ils ont,

ce m e s e m b l e,

en cette occasion

m a n q u é à leur

d e v o i r , en leur qualité de conciliateurs et de régulateurs s u prêmes des droits des nations,

que nous,

puissance m a r i t i m e , nous avions reconnaître et à constater. Car,

Français,

comme

un intérêt évident à faire

m a l g r é tout ce q u ' o n p e u t

nous opposer en raison des circonstances a c t u e l l e s , la France ne peut figurer sur la grande scène politique,

avec les attri-

b u t s et les qualités qui lui sont i n h é r e n t e s , avec le rang et la force qui lui appartiennent e s s e n t i e l l e m e n t , q u ' à la faveur et par le

maintien de sa

puissance

maritime,

également

avantageuse pour les intérêts et les droits d e t o u s ,

comme

c o n t r e - p o i d s nécessaire à la d o m i n a t i o n anglaise sur les m e r s . E n o u t r e , depuis la découverte d e l ' A m é r i q u e et le passage d u cap d e B o n n e - E s p é r a n c e ,

le c o m m e r c e avait changé de

n a t u r e , et d e continental q u ' i l était a v a n t , il était

devenu

entièrement m a r i t i m e p o u r la plus grande portion de l ' E u rope. bases,

N'était-il donc pas i m p o r t a n t et urgent d'en fixer les q u i ne l'avaient j a m a i s été d ' u n e manière régulière,

par u n accord général et p o u r la satisfaction de tous,

26

d'as-


402 surer surtout les droits des nations dans ces conflits terribles et ces luttes sanglantes, élevées de nation à nation? Cette époque n'était-elle donc pas arrivée et marquée par les événemens et par nos communes destinées? Quelle autre aurait pu être plus favorable que celle de la réunion de toutes les puissances européennes, manifestant les sentimens les moins personnels et les plus magnanimes ; s'unissant entre elles par le traité de la sainte-alliance, par un pacte nouveau dans la diplomatie, fondé et cimenté sur les préceptes et les m a x i mes de l'Évangile et du christianisme le plus pur, sur les devoirs et les obligations les plus sacrés, imposés à nous tous ? Ces droits des neutres avaient excité les plus fortes réclamations de la part de tous les gouvernemens, et avaient e n traîné, forcé en différentes fois ceux du nord, à se réunir dans une neutralité armée, pour les faire respecter par les puissances belligérantes. Le gouvernement britannique, lui s e u l , s'est refusé à la reconnaissance de ces droits ; il est parvenu par art et surtout par la force à dissoudre ces neutralités armées, et à contraindre ceux qui les avaient conçues pour l'intérêt de tous, à abandonner une partie de leurs droits les plus justes et les moins indisputables. On n'a pu rien régler ni arrêter sur ces grands objets par l'opposition constante du seul gouvernement anglais, qui conserve la faculté, comme puissance dominatrice des m e r s , de vexer tous les neutres en temps de guerre, les soumettant arbitrairement à de nouvelles obligations, à de nouvelles restrictions et entraves ; telles que les ordres de son c o n s e i l , celui connu sous le n o m de rule de 1756, en vertu duquel les puissances neutres ne peuvent faire le commerce avec les colonies, dont les métropoles sont en guerre avec lui (1); le blocus

(1)

« E n 1756,

l a F r a n c e , n e p o u v a n t c o m m u n i q u e r a v e c ses c o l o n i e s ,

accorda à q u e l q u e s puissances n e u t r e s l'autorisation merce.

L'Angleterre prétendit que

cette concession

d'y

faire le

com-

était i l l é g a l e , et

s ' e m p a r a des v a i s s e a u x e t d e t o u t ce q u i a p p a r t e n a i t a u x n e u t r e s . C e t t e q u e r e l l e d e m e u r a l o n g - t e m p s i n d é c i s e, conclusion d u

e t f u t m ê m e a j o u r n é e l o r s d e la

traité d e paix ; mais l'acte c o n n u en A n g l e t e r r e sous le


4o3 continental et autres mesures en ce genre également contraires au droit des gens que nos t e m p s désastreux o n t fait naître. I l fait plus ; il se réserve le plus i m m o r a l et le plus o d i e u x des excès

c o m m i s dans les t e m p s m o d e r n e s,

celui de se saisir

d e tous les b â t i m e n s m a r c h a n d s avant toute déclaration d e g u e r r e , naviguant en pleine paix sous la foi des traités et sous la s a u v e g a r d e , la protection tutélaire des puissances c i v i l i sées et de leur pacte social ; pratique affreuse; e t , si elle était adoptée et suivie par toutes les nations européennes, elle nous r a m è n e r a i t à ces t e m p s de barbarie, où t o u t

commerce

m a r i t i m e,

de piraterie u n i v e r s e l l e ,

toute c o m m u n i c a t i o n

libre

entre les p e u p l e s , seraient â j a m a i s i n t e r r o m p u s et proscrits. La réunion des plénipotentiaires, qui avaient p o u r o b j e t d e d é t r u i r e , d ' u n côté tout ce que la révolution française a v a i t , p r o d u i t d'irrégulier , d'anarchique et de contraire a u x droits respectifs des nations,

en rétablissant de l'autre les autorités

légitimes et l'équilibre entre les puissances, auraient d û s'occuper à proscrire et à flétrir, par un accord général et un vote u n a n i m e,

ces mesures m a r i t i m e s, arbitraires, tyranniques et

barbares,

conçues dans le délire du pouvoir ; à limiter et à

balancer cet injuste e n v a h i s s e m e n t exercé sur l ' e m p i r e

des

o n d e s . Ils auraient atteint ce b u t en forçant l'Angleterre à rendre à la France et aux autres états toutes leurs p o s s e s sions coloniales, au lieu de lui permettre d'en faire sa c o n quête particulière,

et en ne souffrant pas qu'elle conservât

d a n i la Baltique et la Méditerranée les différentes îles

dont

elle s'est emparée p e n d a n t la révolution française; ce qui la rend en quelque sorte maîtresse de ces mers intérieures

nom

de

comme

rule fixant

of

1756

ses

,

fut

droits

c i a t i o n s d e c e t t e n a t u r e .» politique

des états

dès

ct

ce

devant

moment servir

règle

( E x t r a i t d u Manuel

de l ' E u r o p e el des

t o m . I. p a g . 279. ) A i n s i

considére de

une simple

Colonies décision

,

chez

dans

Historique ,

etc. ,

cette

toutes du

au

nation les

,

négosystème

par M . Hèeren. )

de l'Angleterre devient

e t d o i t f o r m e r d é s o r m a i s la l o i g é n é r a l e d e l ' E u r o p e . Q u e l l e p r é t e n t i o n e x t r ê m e ct injuste !


404 grand d é t r i m e n t de ces nations d o n t elles b a i g n e n t les côtes et les rivages. Sous ces divers aspects,

on peut a v a n c e r et affirmer ,

ce

m e s e m b l e , que le congrès a m a n q u é en partie le g r a n d o b j e t, le b u t p r i n c i p a l de sa r é u n i o n , en p e r m e t t a n t aux Anglais de s'établir les dominateurs suprêmes des m e r s ; car un tel p o u v o i r est nécessairement l ' e n n e m i des puissances c o n t i n e n tales.

Ils o n t profité et retiré

u n plus

grand avantage des

é v é n e m e n s survenus et terminés par la révolution que toute autre nation,

p l u s encore à notre d é t r i m e n t qu'envers toute

autre puissance q u e l c o n q u e, par la perte de notre c o m m e r c e colonial et d e notre prépondérance m a r i t i m e . Si o n prétend que le g o u v e r n e m e n t britannique se serait refusé à ces r e s t i tutions et à cette restriction de son p o u v o i r m a r i t i m e et

ty-

r a n n i q u e , y a u r a i t - i l de f i n convenance et de l'indiscrétion de notre part à a f f i r m e r que tous les m o y e n s auraient été l é gitimes p o u r l'y contraindre? S e r a i t - o n m ê m e fondé à s'élever

contre une pareille d é t e r m i n a t i o n , lorsque

e u x - m ê m e s n ' o n t pas

les Anglais

hésité de l ' e m p l o y e r pour assurer leurs

droits ? Aussitôt après la découverte d e l ' A m é r i q u e et d u passage d u cap de B o n n e - E s p é r a n c e , les Espagnols

et les Portugais

v o u l u r e n t , en raison de leurs découvertes et de leur p r é p o n dérance m a r i t i m e , régner d e s p o t i q u e m e n t sur les mers excluant toutes les autres nations à la participation

en

d e cet

avantage c o m m u n , de ce bienfait d e la nature. V e r s la lin d u seizième s i è c l e , les Anglais et les Hollandais s'élevèrent avec force contre l'exercice

d'un

pareil

droit,

réclamèrent

les

armes à la m a i n la liberté des m e r s , tandis que Grotius dans ses écrits en d é m o n t r a i t la nécessité. L e s Espagnols voulurent é g a l e m e n t s'arroger l e droit de visiter les vaisseaux anglais en pleine m e r , s'appuyant sur sa vieille prétention de d o m i natrice exclusive et s u p r ê m e ; mais, contesté,

la guerre éclata en 1739

les Anglais le leur ayant

entre ces deux puissances.

Pourquoi les puissances maritimes ne se réuniraient-elles pas, et ne feraient-elles pas a u j o u r d ' h u i p o u r la reconnaissance et ta consécration de leurs droits légitimes,

pour cette n a v i -


405 gation libre et i n d é p e n d a n t e , hésité d'entreprendre

ce q u e les Anglais n'ont pas

à u n e certaine époque pour la racine

cause ? E t pourquoi c e u x - c i v o u d r a i e n t - i l s exercer à leur tour envers tous u n e d o m i n a t i o n qu'ils o n t reconnue être injuste et tyrannique,

lorsqu'ils e n étaient o u en pouvaient

devenir

v i c t i m e s , et lorsqu'ils o n t u n droit m o i n s apparent et m o i n s spécieux q u e ces premiers explorateurs à cet e n v a h i s s e m e n t u n i v e r s e l ? Suffit-il

d o n c d'être à son tour fort et puissant

pour violer i m p u n é m e n t toutes les lois d e la p o l i t i q u e , d e la j u s t i c e et d u droit des gens ? L'histoire des h o m m e s et d e leur g o u v e r n e m e n t n e le prouve m a l h e u r e u s e m e n t q u e t r o p . T o u t le inonde en général ( l e s individus c o m m e les g o u vernemens ) réclame i m p é r a t i v e m e n t et à grands cris là j u s lice p o u r soi,

et la m é c o n n a î t , la dédaigne l o r s q u ' i l faut e n

faire l'application aux autres. C e p e n d a n t toutes nos relations sociales

ne sont

fondées q u e s u r l'obligation q u ' i m p o s e l a

justice ; sans elle, il n'y a plus d e moralité parmi les h o m m e s . Cette d o m i n a t i o n exercée par les Anglais n e leur est pas cependant t e l l e m e n t naturelle q u ' e l l e ne puisse être c o m b a t tue c t restreinte. E l l e n'a été v é r i t a b l e m e n t acquise q u e d e puis et par notre révolution, time qui l'a précédée,

et fait prévaloir l ' h o n n e u r brillant et é c l a t a n t ,

p u i s q u e , dans la guerre m a r i -

les escadres françaises avaient soutenu d e son p a v i l l o n avec un succès

tant dans ces grandes e t savantes m a -

nœuvres de Hottes entières que dans les c o m b a t s particuliers de frégates à frégates ; et ces grands effets o n t été surtout opérés dans l ' I n d e , sans aucune sorte de revers,

sous s o n

illustre chef le bailli d e Suffren. Le g o u v e r n e m e n t britannique s'est refusé d e plus â r e c o n naître ce principe réclamé par tous les a u t r e s , c e l u i q u e le pavillon

neutre couvre les m a r c h a n d i s e s e n n e m i e s , à l ' e x -

ception c e p e n d a n t , et c o m m e d e r a i s o n , d e celles comprises sous la d é n o m i n a t i o n d e contrebande ; telles q u e m u n i t i o n s de guerre ct autres s e m b l a b l e s . I l a fait p l u s , i l a a r b i t r a i rement

et par sa seule v o l o n t é , durant notre

désastreuse

é p o q u e e l au m i l i e u d u b o u l e v e r s e m e n t et d e la confusion générale,

rangé dans ces articles de contrebande des objets


406 q u i n'y avaient j a m a i s été c o m p r i s, faisant ainsi de son code particulier une loi générale. C'était p o u r reconnaître et établir le principe d e la neutralité d u p a v i l l o n, priétés ennemies

d e la sûreté des p r o -

naviguant sous cette p r o t e c t i o n ,

q u e les

puissances d u N o r d s'étaient autrefois coalisées et armées

(1).

Cet ordre général à établir p o u r la tranquillité et le b o n h e u r d e t o u s , ce respect p o u r les droits d e c h a q u e nation en p a r t i c u l i e r , cet équilibre relatif entre toutes les puissances tant

sur

terre q u e

sur m e r , p e u v e n t - i l s

être réalisés

et

effectués, si le code m a r i t i m e et les droits des neutres ne s o n t pas fixés et régularisés d ' u n e m a n i è r e certaine, juste et c o n f o r m e a u x droits de tous ? Si la puissance sur terre p e u t être l i m i t é e et circonscrite dans d e certaines bornes, l e s o l , par les m o n t a g n e s , les

fleuves,

quelques

convenances

celle

par

étendue

son

politiques

illimitée

et

;

sans

sur

bornes

fixée

les affiliens le

vaste

assignables

par

et p a r Océan

,

,

embras-

sant le g l o b e entier dans presque son plus g r a n d d i a m è t r e , et s'étendant d ' u n pôle à l ' a u t r e , appartient indistinctement à t o u s . Cette dernière ne p e u t être le partage exclusif d ' u n e seule nation q u e par abus,

p a r v i o l e n c e , par une c o n s t r u c -

tion forcée et g i g a n t e s q u e , par d e s mesures arbitraires et t y r a n n i q u e s , toujours sujettes à des difficultés et à des d é m ê l é s interminables,

dont

le

résultat

final

est d'engendrer

des

guerres qui b a i g n e n t de sang et les m e r s ct les côtes et les c o n t i n e n s ; plus funeste une seule d'entre elles q u e toutes celles d u continent e n s e m b l e ! Q u ' a - t - o n fait p o u r s'opposer à ces n o u v e l l e s catastrophes

sanglantes

et universelles,

raissent et sont en effet inévitables,

(1) tres,

qui p a -

t a n t q u ' u n e seule p u i s -

O n p e u t c o n s u l t e r , s u r t o u t ce q u i a r a p p o r t a u x droits des n e u à la l i b e r t é des p a v i l l o n s , à celle d u c o m m e r c e ,

et s u r les p r é t e n -

tions e x t r ê m e s d u g o u v e r n e m e n t d ' A n g l e t e r r e , r e l a t i v e m e n t à son syst è m e e t à ses d r o i l s m a r i t i m e s , t o u t l e t r o i s i è m e l i v r e d u t o m e l ' H i s t o i r e critique

et raisonnée

de l'Angleterre

,

etc.,

v e r a n . L ' a u t e u r d e c e t é c r i t fait c o n n a î t r e d a n s l e t o u t ce q u e ce s u j e t r e n f e r m e d ' i m p o r t a n t , avec une grande profondeur de j u g e m e n t .

par M .

trois

de

de M o n t -

plus grand

détail

q u ' i l d e v e l o p p e ct d i s c u t e


407 sance

voudra

s'érigera

et

régnera

en

tyran

sur

la

plaine

l i q u i d e ; t a n t q u ' e l l e n e sera pas r é p r i m é e , restreinte n i

ba-

lancée

aux

par

aucune

autre

conformément

à la justice et

droits des g e n s,

si o n v e u t q u e ces p r i n c i p e s , si s o u v e n t r é -

c l a m é s e n v a i n,

s o i e n t enfin

pectés

u n i v e r s e l l e m e n t suivis et

A l a p r e m i è r e p é r i o d e d u congrès d e V i e n n e,

l ' E s p a g n e et

l e P o r t u g a l firent des p r o t e s t a t i o n s v e r b a l e s c o n t r e de

la

res-

(1)?

traite.

Pour

les

n e m e n t britannique

amener

crut

y

à

devoir

souscrire,

l'abolition

le

gouver-

postérieurement leur

faire

offre d ' u n e s o m m e d ' a r g e n t ; e t , dans les négociations p a r t i c u lières s u i v i e s d e p u i s à M a d r i d,

il n e

tains

et à se p r ê t e r

arrérages restés

en litige

consentit

à payer c e r -

à un

emprunt

q u ' a u t a n t q u e l a traite serait l i m i t é e à c i n q a n n é e s . L e m ê m e a p p â t en a r g e n t fut offert à la F r a n c e,

m a i s r e j e t é d e s u i t e et

avec i n d i g n a t i o n p a r elle ; il l u i fut p r o p o s é , en o u t r e , l a r e s t i -

(1) «

M a i s c e t a c c r o i s s e m e n t d e richesses ( d e l ' A n g l e t e r r e ) n e p o u -

vait p r o v e n i r d u s o l ; la source rieur. L'augmenter é t a i t p o s s i b l e,

n ' e n était q u e dans l e c o m m e r c e exté-

et e n exclure tous les autres peuples autant

m e n t le fondement de lu puissance ment

dès l o n g - t e m p s

modéré,

la

britannique ; révolution probable-

p r é p a r é e p a r l a possession des I n d e s . A u l i e u d o

reposer c o m m e autrefois nial

qu'il

f u t l e b u t d e t o u s ses cil'orts. A i n s i P i t t c h a n g e a t o t a l e -

s u r la c u l t u r e d u sol et sur u n système c o l o -

prospérité de l'Angleterre

appui q u ele commerce extérieur qui sement d e celui des ennemis,

n'avait maintenant p o u r

embrassait l'univers.

oppression d e celui

Anéantis-

d e s n e u t r e s,

telles

l u r e n t ses m a x i m e s ; e t c'est p a r l à q u ' e l l e f u t p l a c é e d a n s d e s r a p p o r t s n o u v e a u x avec les autres p e u p l e s d u continent. — L a d o m i n a t i o n e x clusive sur l a m e r , et par suite l'envahissement des colonies e n n e m i e s , tels d e v a i e n t ê t r e les effets q n e d e v a i t p r o d u i r e l e s y s t è m e m a r i t i m e d e s A n g l a i s . ( E x t r a i t s d u Manuel

Historique,

etc., p a r M . H é c r e n ,

liv. 2 ,

p a g . 3 4 e t 25. ) A

cet

envahissement

présentons

ici

un

Français

sensible

état

presque ,

quelque

général triste

des et

colonies

affligeant

a u x intérêts d e la p a t r i e ,

par qu'il

pour

d e s p e r t e s faites

France dans moins d ' u n siècle, e t acquises presqu'en g r a n d d é s a v a n t a g e,

l'Angleterre soit

,

tout

par l a

totalité, à notre

par l'Angleterre. D ' a b o r d , aux Antilles,

l'île d e la

G r e n a d e e t des G r e n a d i n s , S a i n t - C h r i s t o p h e , S a i n t - B a r t h é l e m i , S a i n t e C r p i s,

la D o m i n i q u e , T o b a g o , S a i n t e L u c i e , et S a i n t - V i n c e n t ;

ensuite


408 tution d e quelques colonies, retenant cependant les plus i m portantes,

et l'avantage illusoire d ' u n c o m m e r c e

maritime

l i b r e en a p p a r e n c e , mais restant asservi a u trident d e l ' A n gleterre, L e g o u v e r n e m e n t britannique,

a c c o u t u m é depuis si

l o n g - t e m p s à stipendier les puissances de l ' E u r o p e ,

faculté

résultante d e son seul c o m m e r c e m a r i t i m e et des richesses q u i en

découlent,

s'est persuadé q u e l'argent devait t e r m i n e r

tous les différens entre l u i et elles, c o m m e si l ' h o n n e u r e t l a dignité nationale ne dussent j a m a i s être entendus n i consultés. Dans ce m ê m e congrès de V i e n n e , l o r d Castlereagh p r o p o sait l'établissement d ' u n e c o m m i s s i o n particulière séante à L o n d r e s , laquelle s'occuperait des m o y e n s d e faire cesser le commerce

des n o i r s , et e n rendrait s u c c e s s i v e m e n t c o m p t e

a u x puissances étrangères,

ce q u i assurait e n q u e l q u e sorte à

cette seule c o m m i s s i o n l ' e x é c u t i o n des r é g l e m e n s et des m e sures q u ' e l l e

croirait devoir o u aurait

voulu

établir. L e s

plénipotentiaires d ' E s p a g n e et d e Portugal observèrent avec raison q u e , p u i s q u ' o n était d'accord sur le principe d e l ' a b o -

sur le c o n t i n e n t a m é r i c a i n , l e C a n a d a , l ' A c a d i e o u l a Nouvelle-Écosse, T e r r e - N e u v e c t la L o u i s i a n e , en y c o m p r e n a n t t o u t le cours d u M i s sissipi, l'Ile

de

avec

ses

France

vastes et

affluens,

toutes

nos

Missouri

et

anciennes

;

enfin

possessions

autres

dans

l ' e x c e p t i o n d e P o n d i c h e r y o ù e n c o r e il n o u s est d é f e n d u

,

aux

Indes

l'Indostan

,

, à

d'éleveraucunc

f o r t i f i c a t i o n , et C h a n d e r N a g o r sous l a v e r g e d e s A n g l a i s . N o u s n o u s r e fusons ct nous nous garderons bien d'ajouter à ce tableau Saint-Domingue ,

déplorable

d o n t la conservation d e v i e n t a u j o u r d ' h u i , e t d e p l u s

e n p l u s , d ' u n e nécessité i m p é r i e u s e c t u r g e n t e , e n c e q u e sa p e r t e s e r a i t irréparable dans

l'état d e d i m i n u t i o n

établissemens d ' o u t r e - m e r . A q u e l

et d'affaiblissement de tous nos

d e g r é d e f o r c e,

prospérité ne serait d o n c pas a u j o u r d ' h u i

d e richesses e t d e

p a r v e n u e l a F r a n c e,

si e l l e

a v a i t s u c o n s e r v e r c e s u t i l e s e t p r é c i e u s e s possessions p a r l e m a i n t i e n i n v a r i a b l e d ' u n e p u i s s a n c e m a r i t i m e r e s p e c t a b l e ! E l l e a u r a i t s u,

sous

l'autorité l é g i t i m e e t avec la g r a n d e u r des sentimens q u i la distinguent é m i n e m m e n t , faire r e s p e c t e r les d r o i t s d e s n e u t r e s , l a l i b e r t é dos m e r s , et e m p ê c h e r q u ' a u c u n c a u t o r i t é y r é g n â t t y r a n n i q u e m e n t , p o u r la r u i n e et le m a l h e u r

d e tous ; parce

nentale q u e maritime, l'Europe ,

q u e sa p u i s s a n c e à elle est a u t a n t c o n t i -

tenant par conséquent a u x intérêts généraux d e

d o n t e l l e est f o r c é e d ' a i l l e u r s de r e s p e c t e r tous l e s d r o i t s ,


409 lition,

l'exécution des mesures p o u r y parvenir appartenait

aux seules puissances q u i o n t des colonies, conséquence réglée par pectifs,

conformément

Castlcreagh

insistant

et devait être en

c h a c u n d e leurs gouvernemens r e s à leurs

pour

une

intérêts

particuliers.

intervention plus

pour des m o y e n s d ' u n e exécution plus i m m é d i a t e,

Lord

précise, M. Tal-

leyrand le pria de préciser ses m o y e n s d ' e x é c u t i o n . I l proposa pour lors q u e les puissances réunies au congrès prissent des moyens

efficaces p o u r p r o h i b e r dans leurs états l ' i n t r o d u c -

tion des denrées coloniales d e la

part de

ces nations

qui

n'auraient pas souscrit à l ' a b o l i t i o n de la traite, en continuant à a d m e t t r e ces m ê m e s productions en faveur s e u l e m e n t des g o u v e r n e m e n s q u i auraient consenti à cette suppression. Les ministres d'Espagne et de Portugal notifièrent à leur tour q u e , si on p r o h i b a i t l'entrée d u sucre et autres produits a p p a r t e n a i s à leurs colonies, présailles,

leurs g o u v e r n e m e n s useraient de r e -

et interdiraient chez eux l'entrée des denrées et

marchandises de ces nations q u i mettraient ainsi une restriction à l e u r c o m m e r c e colonial. Cet acte de représailles ayant été j u g é par les alliés raisonnable et l é g i t i m e,

ne r e n f e r m a n t

aucune v u e ni aucun caractère hostile, l o r d Castlereagh,

ne

p o u v a n t douter que d e son exécution il en

un

résulterait

d o m m a g e sensible p o u r les colonies anglaises et p o u r la m é tropole,

retira sa p r o p o s i t i o n .

L e 13 mars 1815 , les h u i t puissances signataires des traités de Paris

déclarèrent que

Bonaparte s'était placé

relations civiles et sociales ; q u e ,

hors

des

c o m m e e n n e m i et p e r t u r -

bateur d u repos d u m o n d e, il est livré à la vindicte p u b l i q u e ; q u ' e n r e n o n ç a n t à la convention d'Elbe ,

q u i l'avait

établi

à

l'île

il a détruit le seul titre légal a u q u e l son existence

se trouvait attachée. Le l o r d Castlereagh r e m a r q u e d e plus que le retour de N a p o l é o n en France a été,

p o u r toutes les

puissances, u n e insulte et une injure surpassant tout ce q u i a été fait par les g o u v e r n e m e n s p r é c é d e n s . V o i l à u n accord et u n e c o n v e n t i o n bien précis et b i e n c a ractérisés : Bonaparte m i s hors des lois des nations civilisées pour avoir r o m p u son b a n et détruit le seul titre légal par


410 l e q u e l i l avait une existence politique r e c o n n u e , et d o n t le retour en France était u n e insulte et une injure faites à tous les g o u v e r n e m e n s . D'après cette manifestation a u t h e n t i q u e , d e la part des puissances contractantes, réciproques, v o u l u,

c o m m e n t le

et leurs engagemens

plénipotentiaire anglais

lors d u traité d u 20 n o v e m b r e

décret r e n d u

par B o n a p a r t e ,

1815,

a-t-il

s'autoriser du

p e n d a n t les cent j o u r s ,

qui

abolissait a b s o l u m e n t et à l'instant m ê m e la t r a i t e , s o u t e nant

que

inutile

ce

décret

même,

de

était

légal,

soumettre

n o u v e l l e convention

qu'il

cette

n'était

plus

dernière

o u discussion p o l i t i q u e ? I l

p a r là et voulait que le t e r m e de cinq années, traité d u 3o

mars

1814

c o m m e n o n a v e n u, par

nécessaire

question

à

entendait

souscrit par le

e n faveur d e la t r a i t e , fût regarde

n o n existant o n a n n u l é de p l e i n

la seule décision

,

une

de B o n a p a r t e ; ce dernier

droit

ne s'étant

v r a i s e m b l a b l e m e n t porté à la rendre que dans le seul espoir d ' o b t e n i r la faveur d u g o u v e r n e m e n t b r i t a n n i q u e,

voyant

avec quelle opiniâtreté et tenacité c e l u i - c i poursuivait cette abrogation. A i n s i , ce q u ' u n e autorité l é g i t i m e, toute

l'Europe,

serait

détruit,

aurait ipso

établie

facto,

par

du une

consentement autorité

m i s e hors des lois des s o c i é t é s , e t c . , e t c ,,

r e c o n n u e de de

tous

usurpatrice

,

, et

etc. !

Ce d i p l o m a t e n e voulait d o n c maintenir contre toute r a i son et contre toute p u d e u r p u b l i q u e,

de tous les actes de

Bonaparte p e n d a n t les cent j o u r s , que celui concernant l ' a b o l i t i o n d e la traite ; c o m m e si cette m e s u r e n'était pas frapp é e de la m ê m e i n c o n v e n a n c e p o l i t i q u e , galité q u e tous ses autres actes, vait faire une e x c e p t i o n ;

lui

d e la m ê m e

et c o m m e

illé-

si elle en p o u -

q u i n'avait a u c u n titre légal

p o u r la p r o m u l g u e r , et encore moins p o u r en forcer l ' e x é cution,

surtout d'après l'assurance d o n n é e par ce m ê m e m i -

nistre, que le retour d e Bonaparte en France avait été une insulte et u n e injure surpassant tout ce q u i avait été fait p r é cédemment ,

ce

qui

impliquait

tout ce q u ' i l aurait pu arrêter,

et

anéantissait

d'avance

projeter o u décréter. B o n a -

parte ne serait d o n c revenu en France, et son autorité n ' a u rait été reconnue,

suivant ce d i p l o m a t e,

que p o u r la p r o -


411 mulgation et l'exécution légale de cette seule décision rendue par l u i , et à l'exclusion de tous ses autres actes q u e l c o n ques. Jamais l'inconséquence ,

l'irréflexion et un m a n q u e d e

pudeur o n t - i l s été portés aussi loin ! Après ce q u e nous venons de produire dans cet appendice et en se rappelant tout ce qui précède, on p e u t apprécier dès à présent à sa juste valeur toutes les démarches et les tentatives des plénipotentiaires anglais aux différens congrès,

surtout

de son principal m i n i s t r e , organe d u g o u v e r n e m e n t , r e l a t i v e m e n t à cette grande question de la traite. 11 faudrait ê t r e , ce m e

s e m b l e,

excessivement crédule p o u r

gouvernement b r i t a n n i q u e , cette suppression,

en

croire que l e

désirant et en p r o v o q u a n t

a été d é t e r m i n é u n i q u e m e n t , soit par l e

motif d'un sentiment d ' h u m a n i t é , soit par la considération d'un intérêt public et général. traire,

I l est impossible,

au

con-

de ne pas s'apercevoir que son intérêt seul est t e l l e -

ment d o m i n a n t et lié dans cette grande mesure de l ' i n t e r diction, tant au présent que pour l'avenir, q u e , si elle n'avait pas été adoptée par toutes les puissances coloniales,

elle lui

devenait excessivement onéreuse et impossible à s u p p o r t e r , c o m m e nous en avons la preuve dans la pétition de l ' a s s e m blée de la Jamaïque, et celle de plusieurs villes de c o m m e r c e d'Angleterre ,

rapportées ci-dessus,

qui connaissent et savent

bien apprécier leurs véritables i n t é r ê t s ; et qu'enfin il aurait été définitivement forcé,

dans cette

dernière

supposition,

de rapporter les lois rendues à cet é g a r d , et de suivre d e nouveau l'usage généralement établi. Nous savons fort b i e n que cette cause est perdue a u j o u r d'hui p o u r les colonies et pour leur m é t r o p o l e ; q u e tout ce que nous avons p u dire et o b j e c t e r , et tout ce q u ' o n p o u r rait de nouveau alléguer, ne changera en rien les dispositions prises actuellement à cet égard. Mais il n'en était pas m o i n s b o n et convenable de présenter cet exposé et

ces

dévelop-

pemens pour l'instruction des personnes exemptes de p r é ventions ;

ils

peuvent

étant un préalable

également

être

considérés

nécessaire à la proposition

comme

avancée et

soutenue par M . B u x o n . Bevenons d o n c actuellement à ce


412 dernier,

ce nouveau

c o r y p h é e d e la n é g r o m a n i e

E n manifestant l ' i n t e n t i o n d'affranchir esclaves d e ses compatriotes, et de les à l'exercice d e leurs droits civils,

moderne.

g r a d u e l l e m e n t les

amener insensiblement

il nous assure q u ' i l n'est

p o i n t entraîné par un s e n t i m e n t de m a l v e i l l a n c e

contre les

c o l o n s , m a i s , au c o n t r a i r e , q u ' i l est a n i m é par u n esprit de

sympathie quelle

en leur l a v e u r .

bonté

et

quelle

Quelle s y m p a t h i e ,

bienfaisance

bénigne

grand

Dieu!

de

part!

sa

Ses compatriotes lui d e v r o n t , pour cet acte é c l a t a n t , un t r i but

d e reconnaissance éternelle

de v o u l o i r,

sans l e u r

ap-

p r o b a t i o n , contre l e u r v o l o n t é expresse (1) et au m é p r i s de leurs droits

les plus évidens,

s ' i m m i s c e r , lui et les

siens,

dans leur administration intérieure et d o m e s t i q u e , en m i n a n t et en sapant les f o n d e m e n s

sur lesquels repose leur société

tout entière. Mais,

p o u r p r o n o n c e r c o m m e législateur à l'égard des c o -

(1) C e l a est t e l l e m e n t vrai que, lorsqu'il f u t q u e s t i o n d e l ' a b o l i t i o n de la traite, q u e s t i o n sans d o u t e m o i n s i m p o r t a n t e q u e celle d e l'affranc h i s s e m e n t g r a d u e l des esclaves sans i n d e m n i t é ,

rassemblée d e la J a -

m a ï q u e Ut les r é c l a m a t i o n s les p l u s fortes c o n t r e cetto p r e m i è r e m e s u r e , q u i n e f u r e n t pas m ê m e

é c o u t é e s . I l est é v i d e n t q u ' a u p r è s des

assem-

blées n a t i o n a l e s , ces a r b i t r e s s u p r ê m e s et a b s o l u e s , les d r o i t s des c o l o n s s o n t n u l s e l d e t o u t e n u l l i t é : ils s o n t m o i n s q u e d e s A n g l a i s,

ils s o n t

e u x - m ê m e s esclaves. C a r c'est l'être en e f f e t , p o u r des p r o p r i é t a i r e s censés libres e t d e v a n t l ' ê t r e dans t o u t e l a r i g u e u r d u t e r m e , qui; d ' ê t r e frustré d o t o u t d r o i t politique, l o r s q u e l e u r s c o m p a t r i o t e s en j o u i s s e n t dans t o u t e sa p l é n i t u d e ; d ' ê t r e assujettis a u x décisions arbitraires d'une a u t o r i t é q u i s'exerce sans c o n t r ô l e e t sans o p p o s i t i o n d e la p a r t d e ces mêmes au

colons

travers

propriétaires,

d'un

d'étendue ,

océan

ceux-ci

immense

le l a n g a g e

ct

ne d'une

pouvant espace

que do

faire

entendre

quinze

cents

,

lieues

d e l a raison e t d e la vérité a p p u y é s u r toutes

leurs c o n v e n a n c e s s o c i a l e s ; f a i b l e s ,

i n u t i l e s et i m p u i s s a n s

argumens

c o n t r e u n e puissance a b s o l u e ! . L'assemblée «

(l'abolition

«

la

«

les

colonie

de

la

de

la

;

que

réglemens

Jamaïque traite cette

intérieurs

)

le

représenta coup

intervention de

la

le de

en plus la

colonie,

effet

:

funeste

« à

législature était

Qu'elle la

portail

prospérité

britannique,

inconstitutionnelle,

de

dans im-

« p o l i t i q u e , e t serait p r o d u c t i v e d e la p a u v r e t é ( cela était e t serait d e venu vrai

si en effet les seules colonies anglaises

eussent été

privée)


413 lonies ,

pour leur donner des lois, surtout organiques et f o n -

damentales,

en a v e z - v o u s reçu la m i s s i o n ? A v e z - v o u s

été

n o m m é député par eux ? A v e z - v o u s reçu ce témoignage de leur confiance et de leur a m o u r , de manière à ne pouvoir leur

laisser

aucun doute sur la pureté de vos

intentions,

l'étendue et la rectitude de vos l u m i è r e s , qualités r é c i p r o q u e m e n t indispensables pour constituer u n véritable r e p r é sentant? E n êtes-vous m ê m e connu ? E x i s t e - t - i l entre vous et eux une liaison d'intérêts tellement identique,

qu'elle ne

puisse et ne doive jamais être séparée dans aucune de ses parties essentielles? V o u s n'oseriez résoudre aucune de ces questions d'une manière affirmative. C o m m e sujets anglais, nous s o m m e s soumis aux lois g é n é rales d u r o y a u m e,

aux réglemens prohibitifs du

commerce

que la métropole a seule le droit de f i x e r , en indiquant les denrées et les marchandises manufacturées dont l ' i m p o r t a -

de

ce

commerce,

«

et

«

pouvait

qu'enfin

«

métropole

la

tandis

:

que

continuation

résider tels

que

dans

étaient

les

celles

étrangères

de

la

la

continuation

fidélité

principes,

et

l'auraient

de les

la

de lois

part la de

continue des

leur

)

colons

protection union

de

; ne la

cons-

« titutive. » A

p e i n e a v i o n s - n o u s t r a c é ces lignes et en r e t o u c h a n t n o t r e t r a v a i l ,

n o u s a v o n s a p p r i s q u e r a s s e m b l é e c o l o n i a l e d e la J a m a ï q u e v e n a i t d ' a d o p t e r u n e série d e r é s o l u t i o n s d a n s l e s q u e l l e s e l l e d é s a p p r o u v e f o r m e l l e m e n t la p r o p o s i t i o n faite p a r M . C a n n i n g , l e 15 m a i ; celle :«

Q u ' i l était

utile d e p r e n d r e s u c c e s s i v e m e n t d e s m e s u r e s législatives p o u r a m é l i o r e r l'état c i v i l d e s esclaves d a n s les c o l o n i e s .»

L ' a s s e m b l é e d é c l a r e q u e ce

V o t e , arrêté u n a n i m e m e n t p a r la c h a m b r e des c o m m u n e s , est u n e usurpation d e pouvoirs

et u n e n v a h i s s e m e n t des droits a p p a r t e n a n t

à la

colonie : e l l e d é c l a r e q u ' à elle seule a p p a r t i e n t l ' a u t o r i t é d e faire des lois p o u r l ' a d m i n i s t r a t i o n i n t é r i e u r e sous la s a n c t i o n et d e sa m a j e s t é .» des Débats

,

l'approbation

( V o y e z l'article d e L o n d r e s , c o n s i g n é dans l e j o u r n a l

d u 4 f é v r i e r 1824.

)

D ' a p r è s ce q u e nous v e n o n s d e r e m a r q u e r a u c o m m e n c e m e n t d e c e t t e n o t e,

il est à c r o i r e q u ' o n

n ' a u r a n u l l e m e n t é g a r d à t o u t e s ces d é c l a r a -

tions ; e t c ' e s t ainsi q u e l ' i n j u s t i c e c o m m e n c e et se c o n s o m m e au m é p r i s d e tous les d r o i t s .


414 tion et l'exportation seront seulement permises

(1).

Comme

sujets anglais, nous s o m m e s soumis à tout ce qui importe à sa s û r e t é , à sa prospérité ct à sa grandeur, dans tout ce qui lui est particulier, c o m m e c o m m u n avec n o u s , à sa forme m o narchique ct à toute l'action d u p o u v o i r exécutif dans sa plus grande étendue ct exercice. Il nous s e m b l e que ces pouvoirs divers sont p l e i n e m e n t suffisans p o u r assurer les droits ct la suprématie de la m é t r o p o l e . M a i s , c o m m e sujets colons,

nous avons le droit de régler,

c o n c u r r e m m e n t avec le représentant

de la couronne,

tout

ce qui est relatif à nos intérêts particuliers ct locaux,

qui

n ' o n t aucun rapport avec les intérêts généraux de la n a t i o n , d o n t nous ne saurions en conséquence blesser aucun d e ses droits privés ni publics. La différence d u climat et des p r o priétés,

celle des h o m m e s , leur organisation et leur d i s c i -

p l i n e , celle résultante d e leurs m œ u r s et de leurs h a b i t u d e s ; notre éloigneinent du siége de l ' e m p i r e , au travers de l'océan Atlantique ; tous les effets q u i naissent d e ces rapports variés,

(t)

N o u s a v o n s t o u j o u r s p e n s é q u e le

commerce

de

la t r a i t e d e v a i t

faire u n e exception à cotte l o i g é n é r a l e , d u m o m e n t q u e la m é t r o p o l e s'en i n t e r d i s a i t l ' u s a g e . N o u s a v o n s à c e t é g a r d e x p o s é n o t r e o p i n i o n d a n s u n é c r i t q u i a p a r u e n 1814 ; n o u s e n r a p p o r t e r o n s l e passage s u i v a n t : « C ' e s t e n v a i n q u e M . P i t t , d a n s son d i s c o u r s adressé à la c h a m b r e des c o m m u n e s en l ' a n n é e 1792 ,

a v a n c e q u e l e p a r l e m e n t n e s'est p o i n t

lié p a r u n e sorte d e c o n t r a t à p e r m e t t r e p o u r t o u j o u r s la

continuation

d e l a t r a i t e ; q u ' e l l e p e u t ê t r e a n n u l é e en t o u t t e m p s s u i v a n t le b o n p l a i s i r d u p a r l e m e n t , c o m m e il p e u t r e s t r e i n d r e et a b o l i r les différens

genres

de c o m m e r c e qu'il a p r é c é d e m m e n t autorisé. » Ces

différens

g e n r e s , ces différentes b r a n c h e s p a r t i c u l i è r e s d o

com-

m e r c e p e u v e n t ê t r e s u c c e s s i v e m e n t i n t e r d i t e s sans q u e la n a t i o n o u l ' i n d i v i d u en

é p r o u v e a u c u n d o m m a g e s e n s i b l e,

q u o i q u ' i l soit g é n é r a l e -

m e n t reconnu qu'il y a p o u r une nation entière certain genre de c o m m e r c e p l u s u t i l e c t p l u s profitable q u e

tout autre.

Lo

grand art

l ' a d m i n i s t r a t i o n est d e s a v o i r b i e n d i s t i n g u e r e n t r e ces différens de commerce,

celui

qui

est r é e l l e m e n t

le plus

de

genres

a v a n t a g e u x p o u r la

n a t i o n e n g é n é r a l , p o u r e n f a v o r i s e r p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t le d é v e l o p p e m e n t . Q u o i q u ' i l en s o i t , ces differens g e n r e s d e c o m m e r c e , les o b j e t s a u x q u e l s ils se r a p p o r t e n t et les c a p i t a u x q u i les m e t t e n t e n m o u v e -


415 multipliés, et qui ne ressemblent en rien à ceux de l ' E u r o p e , lui

sont au

contraire diamétralement o p p o s é s , ne n é c e s s i -

tent-ils donc pas des lois particulières et un régime social distinct,

qui ne peuvent être v é r i t a b l e m e n t connus et décrétés

que par les seuls colons ? N ' e s t - c e pas d'ailleurs un principe de

la

constitution

qu'aucun

Anglais

qui

ne

nous

peut

régit

être

et

généralement

soumis

à

une

loi,

admis

ni

,

souffrir

dans sa propriété ni dans aucun autre d e ses d r o i t s , sans son consentement l i b r e m e n t e x p r i m é ,

soit par l u i - m ê m e ,

soit

par un h o m m e de son choix légalement élu en qualité de son représentant direct et i m m é d i a t ? Ë t e s - v o u s le nôtre,

même

fictivement o u par une construction forcée ? vous ne sauriez l'affirmer. La constitution veut également que la propriété, foncière soit représentée de préférence et d'une manière plus large que celle p u r e m e n t industrielle ; celle des colons l'est-elle et p e u t - e l l e l'être dans vos assemblées législatives, m ê m e i m p l i c i t e m e n t ? Notre é l o i g n e m e n t n e forme-t~il pas un obstacle

ment ,

étant en général des capitaux c i r c u l a i s , c e u x

fixes

consistant

s e u l e m e n t et en g r a n d e p a r t i e e n b â t i m e n s f l o t t a n s , ils p e u v e n t se t r a n s porter facilement d'une branche interdite à

une branche

nouvelle ou

conservée. L e c o m m e r c e d e l a traite,

quant

et e n t i è r e m e n t s u r des c a p i t a u x

aux

fixes,

c o l o n s,

p o r t a n t au c o n t r a i r e

n è g r e s et a n i m a u x ,

terres,

bâti-

m e n s et usines ; ces c a p i t a u x , d o n t les p r i n c i p a u x s o n t d e s n è g r e s sans l e s q u e l s les a u t r e s n ' a u r a i e n t p u

ê t r e m i s e n v a l e u r,

d a m e n t a l e e t p e r m a n e n t e des p r o d u c t i o n s c o l o n i a l e s, m a i n t i e n t e t assure la v a l e u r des conservateur

de

biens-fonds,

de

la

degrés

ces

é t a b l i s s e m e n s,

ruine

le seul gage q u i

le principe

c r é a t e u r et

toutes les t r a n s a c t i o n s et d e tous les e n g a g e m e n s

sonnels ; l ' a b o l i t i o n la

étant la base fon-

de

traite

entraînera

nécessairement

d e ces c a p i t a u x

per-

et

fixes,

par ceux

s u r t o u t relatifs a u x n è g r e s, p a r l e u r d i m i n u t i o n o u l e u r d é p é r i s s e m e n t journalier,

et p a r

une conséquence

infaillible ,

t o u s les c o n t r a t s et e n g a g e m e n s p e r s o n n e l s . —

l'anéantissement

Cette interdiction

de cau-

serait l a r u i n e d ' u n e classe n o m b r e u s e d e l a s o c i é t é,

laquelle ne p o u r -

rait

fixes

aliéner,

convertir

ni

t r a n s p o r t e r ses c a p i t a u x

dans

aucun

a u t r e g e n r e d ' i n d u s t r i e , e t d o n t les t r a v a u x n e p e u v e n t ê t r e d é c o u r a g é s , a m o i n d r i s n i i n t e r r o m p u s sans b l e s s e r e t sans v i o l e r t o u s ses

droits.


416 physique ct insurmontable pour notre réunion aux époques des prorogations et dissolutions des c h a m b r e s ? E n écartant pour le m o m e n t

cet e m p ê c h e m e n t matériel,

la propriété

pourrait-elle être représentée d ' u n e manière q u e l c o n q u e et avec sûreté p o u r n o u s , dans vos corps délibérans ? Si vous vouliez toutefois le tenter,

elle ne pourrait l'être que par

u n e sorte d'illusion et une véritable moquerie ; la voix de quelque

individus isolés,

sans force et sans influence par

leur petit n o m b r e insignifiant, se perdant nécessairement et devenant nulle au m i l i e u de cette réunion de députés,

nom-

m é s et arrivant de toutes les parties du r o y a u m e . D'ailleurs, l a société reposant entièrement sur des intérêts, ne sont n o m m é s

les députés

et ne sont constitués que pour être des d é -

fenseurs naturels et immédiats de ces m ê m e s intérêts,

base

de toute représentation nationale. Mais nos intérêts et toute notre existence sociale ne sont pas les m ê m e s, et sont entièrem e n t différens de ceux de la métropole ; dès lors nos r e p r é sentans doivent être pris et résider dans notre sein pour la d é fense de ces intérêts particuliers et dissemblables,

sans quoi

les droits des colonies seraient m é c o n n u s et enfreints

avec

autant d ' i m p u d e u r que d'injustice, c o m m e les événemens ne l'ont

que.

morales

trop et

prouvé.

politiques,

Toutes

ces

circonstances

n'imposent-elles

pas

physiques

forcément

,

l'obli-

gation d'abandonner aux colonies leur législation propre ? I l serait difficile de ne pas en convenir,

si on est tant soit p e u

juste ct raisonnable. N o u s soutenons, de considérations

en o u t r e , que la p r o p r i é t é , par une foule morales et politiques,

ne p e u t être c o n -

v e n a b l e m e n t et véritablement représentée que par seuls,

ceux-là

q u i sont tout à la fois possesseurs et résidens sur l e

sol (1). I l en est p e u p a r m i v o u s , aucun p e u t - ê t r e qui soit

(1)

D e s h o m m e s reunis ne forment u n corps de nation q u e par l e u r

r é s i d e n c e s u r u n t e r r i t o i r e d o n t ils o n t l a p r o p r i é t é : u n t e r r i t o i r e sans hommes,

ou

des h o m m e s

sans

désert, ceux-ci qu'une horde

t e r r i t o i r e,

ne s o n t , le premier q u ' u n

e r r a n t e et s a u v a g e ; e t t o u s d e u x e n c o r e


417 investi de cette première q u a l i t é , nulle de la seconde ; et ce n'est pas toutefois c o m m e propriétaire colon que vous avez ou auriez été élu m e m b r e des c h a m b r e s . I l est reconnu par tous les publicistes, et c'est là une vérité fondamentale et incontestable libres,

dans tous les gouvernemens

que des députés appelés à concourir à la confection

des lois,

doivent j o u i r d ' u n revenu assez considérable,

d'une

sorte de mise dans cette masse générale, p o u r répondre de leurs intérêts à la chose p u b l i q u e ; posséder enfin quelques action» dans cette b a n q u e nationale,

p o u r sûreté et garantie de l e u r

intervention et gestion. Des non-propriétaires sont des

ci-

toyens incomplets en q u e l q u e s o r t e , des personnes étrangères à cette réunion de mises en c o m m u n

pour la plus

grande

utilité et la sûreté générale. Or,

des Européens qui ne sont

point propriétaires aux colonies,

ne s o n t - i l s pas également

des citoyens incomplets q u a n t à e l l e s , ne possédant aucune action dans cette b a n q u e nationale,

ne pouvant d è s - l o r s les

considérer qu'en l e u r qualité d e n o n - p r o p r i é t a i r e s , sous les rapports les plus faux et les plus dangereux, seule philanthropie

sous ceux de la

encore exagérée et pervertie ;

restant

étrangers et indifférens aux mesures qu'ils décrètent pour ces contrées,

lesquelles ne sauraient j a m a i s les atteindre ni les

affecter dans leurs droits o u leurs intérêts individuels. I l ne suffit p a s , c o m m e nous l'avons d i t , d'être p r o p r i é taire,

il faut encore être habitant résident sur le sol. Cette

dans l'état de nature. Posséder et habiter, propriété de territoire ; et résidence sur ce territoire : telles sont les qualités constitutives d'une nation. — Q u e s'ensuit il de là ? Q u ' u n homme ne sera membre d'une nation que par un procédé p a r e i l , qu'aux mêmes conditions par lesquelles cette nation est devenue nation ; j'entends la résidence et la propriété : l'un sans l'autre n'est rien. L'habitant non-propriétaire n'est simplement qu'un habitant ; c'est le peuple sans territoire : de même le propriétaire n o n - h a b i t a n t n'est qu'un simple propriétaire : c'est le territoire sans peuple. Celui-là donc seulement est citoyen , membre de la cité , qui, remplissant les deux conditions qui la constituent elle-même, est habitant propriétaire, x (Les Ruines, ou Voyages en France , par V o l n e y . ) 27


418 d o u b l e nécessité est tellement importante et indispensable, que lorsque ces deux qualités ne sont pas r é u n i e s , on devient incap a b l e d'être u n véritable législateur, et on est sujet à c o m m e t tre les plus grandes erreurs ; nous en avons l ' e x e m p l e à S a i n t Domingue.

Nous avons v u des planteurs quittant la colonie

p o u r toujours,

après y avoir résidé n o m b r e d'années,

administré en personne et avec succès leurs biens, plus les m ê m e s objets sous leurs y e u x,

avoir n'ayant

perdre par degrés

leurs connaissances a c q u i s e s , intimer des ordres à leurs g é r a n s , et manifester dans le public des opinions contraires et en opposition directe avec leur est la

conséquence d'une

expérience passée. Si telle

résidence abandonnée

t o u r , l'inconvénient et le danger graves,

seraient b i e n

sans

re-

autrement

si des colons propriétaires qui n ' o n t j a m a i s résidé sur

les lieux m ê m e s

voulaient de l ' E u r o p e régler l ' a d m i n i s t r a -

tion de ces possessions éloignées. Cette

seconde incapacité se r e m a r q u e

gouvernemens représentatifs, teurs préférer constitutions d e leurs

même

dans

les

où nous v o y o n s tous les é l e c -

généralement et être forcés parfois par leurs d e prendre leurs députés p a r m i les habitans

cantons,

de leurs

petites c o m m u n e s , plutôt que

ceux d ' u n e c o m m u n a u t é plus éloignée, q u o i q u e représentant tous l'intérêt g é n é r a l , dans la persuasion où ils sont que des h o m m e s habitués à vivre au m i l i e u d ' e u x , connaissant leurs

besoins, sent,

les injustices o u les abus sous lesquels ils g é m i s -

sont leurs seuls défenseurs naturels et légitimes. Cette

identité d'intérêts et de s e n t i m e n s , par lesquels le député et l'électeur se c o r r e s p o n d e n t , se trouvent liés par les m ê m e s obligations ce

qui

nale,

,

sont

constitue peut-elle

affectés la

en

seule

,

tout la

point

et

véritable

usage

sur

les

généralement

premiers

même

degré

,

natio-

réellement exister entre l'Européen et le

colon ? C o m m e n t donc p e u t - o n vouloir, cet

au

représentation

suivi

principes

et de

fondé

en contradiction à

sur

l'organisation

la

raison

sociale,

même que

,

des

Européens soient les représentans légaux des colons ? cela est d e toute impossibilité,

contraire à toute raison et à toute

j u s t i c e . I l s'ensuit donc é v i d e m m e n t que des Européens, quelles


419 que soient leurs lumières en p o l i t i q u e , qui ne sont ni p r o priétaires ni habitans résidens aux colonies, ni ne l'ayan t m ê m e j a m a i s été, semblable, par

toutes

qui ne sont liés ni par les intérêts d'une nature ni ces

assujettis

aux

incapacités

,

mêmes de

obligations,

toute

sont

participation

exclus

à

la

,

légis-

lation locale ; ne pouvant j a m a i s décréter des lois p o u r ces contrées, en ce qui concerne leur r é g i m e intérieur, sans c o m promettre é m i n e m m e n t et leur sûreté ct leur

tranquillité;

ils ne p e u v e n t que régler les rapports généraux qui sont de leur nature à p e u près fixes. Ces vérités nous paraissent d é montrées et inattaquables. Ainsi donc , vous tous, Européens , législateurs et autres , vous et,

êtes

incompétens

et

inhabiles

pour

régler

nos

destinées;

si vous étiez justes et conséquens à vos p r i n c i p e s , à tous

ceux d'une législation équitable,

vous vous en abstiendriez à

jamais ; vous ne nous contesteriez p a s , et vous ne nous

en-

lèveriez pas nos droits l é g i t i m e s , n o n m o i n s sacrés et

im-

prescriptibles que les vôtres. Enfin,

et c'est ici u n principe f o n d a m e n t a l , m é c o n n u par

vous t o u s , la l o i , pour être l é g i t i m e , doit porter sur u n intérêt c o m m u n et n o n particulier ; et toute loi qui n'a pas ce c a ractère de g é n é r a l i t é , est nécessairement partiale et injuste. Or,

toutes les fois que vous prononcez sur les colonies,

dans

ce qui est relatif à des objets qui leur sont particuliers n o n c o m m u n s à tous, teurs,

ct

vous ne décrétez plus c o m m e législa-

mais vous o p p r i m e z et tyrannisez une partie de vos

concitoyens,

sans crainte et avec une pleine s é c u r i t é ,

ose-

r a i s - j e dire sans r e m o r d s et avec sûreté d e conscience? parce qu'avec ce m o t d ' h u m a n i t é si étrangement défiguré par vous, et d o n t vous faites u n abus c o n t i n u e l , vous vous croyez t o u t p e r m i s,

rien ne devant s ' o p p o s e r , suivant vous,

à votre

élan négrophile. D e p l u s , p o u r q u ' u n e loi tous,

soit obligatoire et c o m m u n e à

caractère que lui assigne l'universalité des j u r i s c o n -

sultes et publicistes,

il faut que celui qui l'a faite y soit per-

s o n n e l l e m e n t soumis de m ê m e que la généralité des citoyens. O r , lorsque vous décrétez p o u r les c o l o n i e s , vous rendez des


420 lois auxquelles elles sont uniquement astreintes, clans des objets et des intérêts, encore une fois, qui leur sont personnels et immédiats, sans qu'elles aient concouru à leur r é daction, encore moins par leur consentement, pas même par une simple pétition que vous rejetteriez indubitablement comme contraire à l'exercice de votre omnipotence et à l'exagération de vos sentimens négrophiles. Et v o u s , législateur et magistrat, ordonnateur et exécuteur de ces lois particulières, vous n'y êtes et ne pouvez y être soumis, non plus que la masse entière de vos compatriotes européens ; vous ne leur obéissez en rien ni les uns ni les autres ; elles ne sont point pour vous impératives, puisqu'elles ne se rapportent à aucun objet qui vous soit personnel, qui commande votre respect et votre obéissance ; et dès-lors leur création et leur promulgation devraient être et sont en effet hors de vos attributions (1).

(1)

Consultez l'écrit,

qui peuplent

Considérations

les colonies françaises

,

générales etc.,

sur

les

trois

classes

où nous croyons avoir donné

u n g r a n d d é v e l o p p e m e n t à c e t t e q u e s t i o n v r a i m e n t i m p o r t a n t e et f o n damentale. D a n s u n e r é s o l u t i o n p r i s e p a r l ' a s s e m b l é e d u S u d , e n v o y é e et d é p o s é e d a n s le t e m p s a u x a r c h i v e s d e la p r e m i è r e a s s e m b l é e

g é n é r a l e d e la e o -

l o n i e , a p r è s a v o i r c h e r c h é à c o n s t a t e r la n a t u r e d e s o b l i g a t i o n s l i a i e n t les c o l o n i e s à l e u r s m é t r o p o l e s ,

qui

leurs droits et leurs devoirs r e s -

p e c t i f s, l ' a c t i o n d e s d i v e r s p o u v o i r s d e l a s o c i é t é

e t des f o n c t i o n s

qui

l e u r s o n t i n h é r e n t e s ; e t , après u n e s u i t e d e r a i s o n n e m e n s , t o u s relatifs à n o t r e s u j e t , n o u s a v i o n s fini p a r c o n c l u r e et p a r é t a b l i r les d e u x p r i n cipes f o n d a m e n t a u x suivans : La

garantie

des d r o i t s

des

colonies

consiste

essentiellement

l ' e x e r c i c e p l e i n et e n t i e r d e l a p u i s s a n c e l é g i s l a t i v e , est r e l a t i f à l e u r r é g i m e i n t é r i e u r ,

pour tout

a v e c le c o n c o u r s,

ce

dans qui

la sanction libre

e t d é f i n i t i v e d u g o u v e r n e u r ; l e d é l é g u é et le r e p r é s e n t a n t d e la p u i s s a n c e e x é c u t r i c e d e la m é t r o p o l e ; s e u l écarta ou

tout projet

entreprise

hostile,

contre

leurs

sûreté et leur b o n h e u r . pose d'un

emaniére

La

toute

unique moyen par lequel on

i n t é r ê t s d i r e c t s et i m m é d i a t s , garantie des droits d e

non moins

p l e i n et e n t i e r d e la p u i s s a n c e d i v e r s e s,

et

m e s u r e fausse et d a n g e r e u s e c o n ç u e

exécutrice

contre leur

la m é t r o p o l e

évidente qu'essentielle dans toutes

sur

ses

re-

l'exercice

attributions

sous l a p r o t e c t i e n d u q u e l a u c u n e n v a h i s s e m e n t , a u c u n

cm-


421

Tous et chacun de ces attentats en particulier que nous venons d'énumérer ne sont-ils donc pas arbitraires ? ne tendent-ils pas directement au renversement de tout système de législation, de ce qui en constitue l'esprit et l'essence? N'enfreignez-vous pas également par là, d'une manière non moins violente qu'arbitraire et scandaleuse, tous nos droits acquis, et comme Anglais et comme hommes libres? Vous voulez impérativement la liberté des nègres, et vous nous enlevez celle dont nous jouissons au sein de notre patrie , laquelle n'a pu se perdre par notre migration volontaire , p i é t e m e n t n e p o u r r o n t a v o i r l i e u c o n t r e ses d r o i t s l é g i t i m e s, sa

souveraineté

suprême

dans

tous

les

rapports

communs

ceux

et

de

généraux

,

liens constitutifs de l'unité de l'empire et de notre union indissoluble. Ces p r i n c i p e s f o n d é s e n raison c t en d r o i t , s u r u n m o t i f m ê m e q u i t é n a t u r e l l e et d ' u n e j u s t i c e p o l i t i q u e a d m i n i s t r a t i v e , ê t r e,

ce m e s e m b l e,

ne

c o m b a t t u q u e p a r la f o r c e a r m é e,

d'é-

pouvant

auront néan-

m o i n s d e l a p e i n e à ê t r e r e c o n n u s e t p r o c l a m é s p a r les d i v e r s g o u v e r n e mens

de l ' E u r o p e ,

parce qu'ils veulent

e x e r c e r u n e s u p r é m a t i e sans

b o r n e s s u r t o u t e s les p a r t i e s d o l e u r d o m i n a t i o n , r é g n i c o l e o u c o n q u i s e , q u o i q u e les e x e m p l e s

q u i sont résultés d e cette p o l i t i q u e

o n t d é j à fait p e r d r e,

à l ' A n g l e t e r r e ct à l ' E s p a g n e ,

injuste leur

u n e grande partie

d e l e u r s c o l o n i e s . E t ce s o n t c o m m u n é m e n t les n a t i o n s les p l u s l i b r e s , r é p u t é e s o u d e v e n u e s telles s u b i t e m e n t , q u i e x e r c e n t c e t t e p l é n i t u d e d o p o u v o i r s a v e c l a p l u s g r a n d e t y r a n n i e . E l l e s v e u l e n t la l i b e r t é p o u r e l l e s s e u l e s , e t l ' o p p r e s s i o n p o u r les a u t r e s . I l l e u r s e m b l e q u e l a l i b e r t é p o l i t i q u e est d ' u n t r o p qu'elles

haut

prix

pour

devenir

seules sont dignes de l'apprécier

le

p a r t a g e d e t o u s,

et

et d'en jouir exclusivement.

L'histoire entière ne constate m a l h e u r e u s e m e n t q u e trop cette cruelle v é r i t é,

l a q u e l l e s'est r e n o u v e l é e d e p u i s n o t r e r é v o l u t i o n a v e c p l u s d ' i n

c o n s é q u e n c e , d ' u n e m a n i è r e p l u s o p p r e s s i v e et p l u s i n c o n s t i t u t i o n n e l l e e n c o r e e n v e r s les c o l o n i e s f r a n ç a i s e s . C a r celles-ci é t a i e n t l é g a l e m e n t et forcément appelées, c o t t e é p o q u e, titutionnels ct

de

,

en

v e r t u des n o u v e a u x p r i n c i p e s

nouveau

bien

nous

que

sommes

e t d e son e m p i r e . D o n c , rapports,

promulgués

à

à j o u i r d e l e u r l i b e r t é p o l i t i q u e et d e l e u r s d r o i t s c o n s aussi

c o m m e vous

les

Français

Français

et

de nous

la

métropole.

faisons

partie

Car

,

de

enfin

la

,

nation

si n o u s l e s o m m e s sous l ' u n et l ' a u t r e d e ces ne sauriez ct n'auriez p o i n t ,

je

pense,

l'im-

p u d e u r d e l e . n i e r , nos d r o i t s n e s o n t p a s m o i n s sacrés e t i m p r e s c r i p t i bles q u e les v ô t r e s , ê t r e altérés ni tion

d o i v e n t ê t r e é g a l e m e n t respectés,

modifiés

ct encore m o i n s

enfreints

ct ne par

sauraient

une

législa-

q u e v o u s n ' a v e z pas a s s u r é m e n t à v o u s seuls et sans n o t r e

con-


422 approuvée et encouragée par vous-même; et vous n'employez cette même liberté en faveur des nègres que pour opérer par degrés notre asservissement et notre ruine. Car, je le répète et je le demande de nouveau, la p r o priété acquise sur le nègre par la vente que la métropole a autorisée, légalisée et sanctionnée par ses lois primitives et subséquentes, à laquelle des commerçans et une foule de ses propres concitoyens, ont pris part en s'assurant de tous les b é néfices antérieurs, n'est-elle pas une propriété légitime, aussi sacrée que celle acquise par les mêmes formes et sous les

c o u r s l e d r o i t d e d é c r é t e r,

c o m m e n o u s n o u s flattons d e l ' a v o i r p r o u v é

i n v i n c i b l e m e n t . D ' a i l l e u r s l'injustice serait p l u s g r a n d e

sous u n

gou-

v e r n e m e n t r e p r é s e n t a t i f o ù les p r o p r i é t a i r e s p a y a n t m i l l e francs d e c o n tributions sont, appelés les

à l a c o n f e c t i o n d e s l o i s ; et n o u s , c o l o n s,

dont

m o i n d r e s habitations en s u c r e r i e , f o r m a n t la plus grande masse des

p r o p r i é t é s , ne v a l a n t j a m a i s m o i n s q u ' u n m i l l i o n c h a q u e , nous serions exclus

d e cette participation

tout d r o i t ,

à la

puissance

r i e z le d é c l a r e r n i le d é c r é t e r si v o u s êtes, douter,

s u p r ê m e,

au mépris do

d e t o u t e j u s t i c e et d e t o u t o r d r e s o c i a l ! N o n , v o u s n e s a u -

des législateurs

c o m m e nous ne pouvons en

probes et éclairés,

d e s c i t o y e n s fidèles

à la

p a t r i e e t a t t a c h é s a u s a n g de tous les v ô t r e s . J ' i g n o r e c e p e n d a n t si n o s c o l o n i e s , a u m o m e n t a c t u e l , o n t d e s assemb l é e s l é g i s l a t i v e s,

et si elles p a r t i c i p e n t a u x b i e n f a i t s d e l a C h a r t e sous

l e r a p p o r t d e l e u r s d r o i t s p o l i t i q u e s et de l e u r a d m i n i s t r a t i o n i n t é r i e u r e . S i c e t o b j e t v e n a i t à être m i s e n d i s c u s s i o n d a n s les c h a m b r e s , o u si l e p u b l i c s'en e m p a r a i t , j e n e serais pas é t o n n é ,

par une

inconséquence

p o u r t a n t b i e n é t r a n g e , q u e les p l u s g r a n d s o p p o s a n s n e f u s s e n t ces

pre-

n e u r s les p l u s a r d e n s et ces z é l a t e u r s les p l u s e n t h o u s i a s t e s d e s l i b e r t é s p u b l i q u e s , ceux-là m ê m e s q u i v e u l e n t l a s o u v e r a i n e t é e t l ' i n d é p e n d a n c e africaine à S a i n t - D o m i n g u e , tandis qu'ils refuseraient a u x colonies conservées l e d r o i t d e s ' a d m i n i s t r e r p a r e l l e s - m ê m e s d a n s tous l e u r s

rap-

ports intérieurs. C e t t e m ê m e i n j u s t i c e a été c o m m i s e d e n o u v e a u p a r les c o r t è s d ' E s p a g n e , q u i r e j e t è r e n t e n t o u t t e m p s les j u s t e s r é c l a m a t i o n s des c o l o n i e s e s p a g n o l e s . C e l l e s - c i a y a n t refusé d e r e c o n n a î t r e des actes a r b i t r a i r e s a t t e n t a t o i r e s à l e u r l i b e r t é i n d i v i d u e l l e e t à l e u r s û r e t é i n t é r i e u r e , les c o r t è s les d é c l a r è r e n t r e b e l l e s ; e t d e là se son t e n s u i v i s des q u e r e l l e s , des c o m m o t i o n s et le b o u l e v e r s e m e n t d e ces c o l o n i e s . U n e s e m b l a b l e i n j u s t i c e a é t é r e p r o d u i t e t o u t r é c e m m e n t p a r les c o r t è s d e P o r t u g a l . E n s ' e m p a r a n t , à l a f a v e u r d ' u n e r é v o l u t i o n , d e t o u t e la p u i s s a n c e s o u v e r a i n e et.


423 mêmes garanties ? et ces formes et ces garanties sont-elles autres et différentes en cette occasion ? ne sont-elles pas de la même nature que celles observées dans tout transport de propriété? Avez-vous le droit avec toute votre puissance législative d'anéantir,

sans une indemnité juste et légale,

une

propriété que vous avez consacrée pendant près de deux siècles et demi ? C'est à la seule faveur, c'est à la seule conservation d'une dépendance absolue ct permanente, que vous voulez annuler , qu'une terre sauvage a été défrichée et mise en pleine cul-

c n l i m i t a n t , en a n n u l a n t e n q u e l q u e s o r t e c e l l e d e l e u r c h e f i n a m o v i ble,

c o m m e les c o r t è s d ' E s p a g n e ils o n t refuse à l e u r s c o n c i t o y e n s b r é -

siliens u n e p a r t i e d e s m ô m e s p r i v i l é g e s q u i l e u r a p p a r t e n a i e n t i n c o n t e s t a b l ë m é i i t ; v o u l a n t les s o u m e t t r e , e n o u t r e , à t o u t e r e t e n d u e d e l e u r p u i s s a n c e l é g i s l a t i v e s o u v e r a i n e et à l e u r s r é s o l u t i o n s a r b i t r a i r e s . Q u ' e n est-il r é s u l t é ? Ces

B r é s i l i e n s se s o n t f o r m é s e n a s s e m b l é e s p a r t i c u l i è r e s , se

s o n t d o n n é s des lois p l u s o u m o i n s a p p r o p r i é e s à l e u r r é g i m e a v e c

la

participation e l l e concours libre d u vice-roi, représentant le p o u v o i r de la c o u r o n n e . S a n s les n o u v e a u x é v é n e m e n s s u r v e n u s d a n s

le

royaume

( e t p e u t - ê t r e i n d é p e n d a m m e n t de cette c a u s e , car les événernens pris une m a r c h e r é v o l u t i o n n a i r e ) ,

ont

ils se s e r a i e n t d é f i n i t i v e m e n t s é p a -

rés e t d é t a c h é s d e l a m é t r o p o l e , se s e r a i e n t c o n s t i t u é s e n é t a t d i s t i n c t et s o u v e r a i n ; l e u r p o p u l a t i o n é g a l e à c e l l e d e l a m è r e - p a t r i e , l e u r s r i chesses e t l e u r s r e s s o u r c e s e n t o u t g e n r e l e u r p e r m e t t a n t d e se c o n s t i t u e r e n u n e n a t i o n à p a r t , sans c r a i n d r e d ' ê t r e e n v a h i e ni s u b j u g u é e p a r a u c u n e p u i s s a n c e e u r o p é e n n e . M a i s i l est à c r o i r e , q u o i q u e l e m a l soit b i e n

grand

et p e u t - ê t r e b i e n e n r a c i n é , que l e u r s é p a r a t i o n n ' a y a n t p o i n t en

core é t é d é c l a r é e d ' u n e m a n i è r e f o r m e l l e c t

effective,

ils se r a l l i e r o n t d e

n o u v e a u sous l ' e m p i r e d e l e u r s o u v e r a i n r e p r é s e n t é p a r son

fils,

ci non plus q u ' e u x

primitive-

tous n'ayant

jamais

voulu

témoigner

celui-

m e n t l e d é s i r d e m é c o n n a î t r e c e t t e a u t o r i t é s o n s l e r a p p o r t d e la p u i s sance e x é c u t r i c e , m a i s v o u l a n t e t d é s i r a n t d e c o n s e r v e r c o m m e d e raison le droit de s'administrer p a r e u x - m ê m e s dans leurs relations intérieures e t d o m e s t i q u e s , sans d e v o i r n i p o u v o i r ê t r e s o u m i s , d a n s c e t t e

partie

s e u l e m e n t , à l ' e x e r c i c e d e l a p u i s s a n c e l é g i s l a t i v e d e la m é t r o p o l e . T e l s d e v r a i e n t ê t r e e n effet l e s d r o i t s et. les a t t r i b u t i o n s d e s c o l o n i e s sans a u c u n e e x c e p t i o n , si o n é t a i t j u s t e e t é q u i t a b l e e n v e r s e l l e s , soit que p a r l e u r r é u n i o n elles f o r m e n t c o r p s a v e c u n e n a t i o n d o n t le g o u v e r n e m e n t , est r e p r é s e n t a t i f , o u s o i t a v e c t o u t a u t r e r é g i e p a r t i e s p r i n c i p e s o u f o r m e s d i f f é r e n t e s . O n se r a p p e l l e r a q u e c e t é c r i t a été r é d i g é il y a p r è s d ' u n a n .


424 ture,

des m a c h i n e s dispendieuses et nécessaires à son exploi-

tation o n t été élevées,

des richesses i m m e n s e s créées, servant

tout à la fois à l'accroissement d e votre industrie agricole , manufacturière et commerciale, et à vous procurer des j o u i s sances multipliées : c'est à la faveur de ces m ê m e s c i r c o n stances q u ' u n e population n o m b r e u s e a été successivement f o r m é e, composée en grande partie d'esclaves, transportés et vendus par v o u s , et d'une autre portion plus p r é c i e u s e , sortie d e votre sein,

vivifiant tout ensemble par leurs t r a v a u x , et

cette dernière m a i n t e n a n t une subordination régulière,

l'or-

dre et l ' h a r m o n i e dans toutes les parties d u corps social par son intelligence et son activité,

par son h u m a n i t é

et

ses

lois protectrices. E t v o u s , vous voulez sans nécessité a p p a rente n i réelle, rable,

c o m p r o m e t t r e et renverser cet ordre a d m i -

q u e vos sociétés ne présentent m ê m e pas,

en affran-

chissant g r a d u e l l e m e n t nos esclaves sans avoir p u p r é v o i r , sans avoir p u calculer à l'avance par le défaut de lumières q u e vous n'avez p u acquérir par votre é l o i g n e m e n t , quels en s e r o n t les effets funestes pour les individus de toutes classes ; nous offrant pour toute sûreté,

pour toute garantie de nos

biens et d e nos p e r s o n n e s , cet esprit novateur et frénétique q u i s'est e m p a r é de toutes vos facultés. Q u e l est l ' h o m m e en France, m ê m e en E u r o p e,

en le s u p -

posant d o u é d'une rare sagacité o u d ' u n e sorte d'esprit p r o p h é t i q u e,

q u i a p u o u aurait p u prévoir,

déclarer o u s o u p -

çonner m ê m e à l'aurore de la révolution française et à c h a cune de ses époques remarquables,

quels en seraient les

fets funestes et sanglans ; que ses ravages s'étendraient

efdans

les deux h é m i s p h è r e s avec u n n o u v e a u degré de fureur et d e crimes sur ces contrées et plages éloignées ? E t vous, p e i n e c o n n u,

à

qui auriez d û l'être d'une manière p u b l i q u e

et honorable à tous vos compatriotes colons pour garantie d e vos

sentimens

à leur é g a r d , de leur confiance

a m o u r en votre personne,

et de leur

qualités indispensables pour légis-

later p o u r eux dans u n o b j e t de la plus haute importance o ù l e u r existence entière est c o m p r o m i s e : vous enfin, M . B u x o n , vous avez la témérité a u d a c i e u s e ,

avec

votre inscience et


425 après une catastrophe épouvantable dont votre nation e l l e même

a

failli

être v i c t i m e par

des

insurrections

par-

t i e l l e s , de vouloir tenter une révolution ( car l'affranchissem e n t des nègres ne peut s'effectuer q u e par une r é v o l u t i o n , de quelque manière q u ' o n s'y prenne ) dans des pays n a guère paisibles et heureux, mais renfermant aujourd'hui des matières inflammables, créées etallumées par tous les sectaires, toujours prêtes à faire explosion par les brandons que vous et les vôtres y ont jetés et continuent à agiter et à e m b r a s e r , au lieu de vous occuper o u d u moins de ne pas vous opposer à ce que n o u s , colons, nous les amortissions et les éteignions sans retour. V o u s qui ne connaissez rien de tout ce qui règle nos localités, de tout ce qui nous est propre et personnel, vous qui n'êtes jamais venu sur les lieux p o u r vous en instruire (car vous en raisonneriez tout différemment) c o m m e il était de v o tre devoir, puisque vous aviez la prétention étrange de vouloir nous a m e n d e r,

nous perfectionner pour notre plus grande

utilité et avantages ; vous enfin, M . B u x o n , qui n'en raisonnez que d'après vos systèmes d'utopie, d'après des notions fausses,

o u ce qui est encore pire

insensées et calomnieuses

que

nos ennemis se sont p l u à forger et à prodiguer à l'envi les uns

des

autres,

avec

une ignorance et une

inexpérience

égale à la v ô t r e ; c o m m e n t avez-vous la témérité d'introduire au milieu de nous des lois n o u v e l l e s , exotiques ct inconnues j u s q u ' à ce j o u r dans nos contrées,

qui entraîneront i m m a n -

q u a b l e m e n t la subversion de toutes nos bases c o n s t i t u t i o n nelles ? V o u s prétendez, vous et tous vos adhérons, que les nègres rendus libres ou amenés graduellement à la l i b e r t é , travailleront volontairement et sans y être contraints par une force coërcitive, sur une terre o ù la nature leur prodigue sans travail toutes les jouissances de la vie animale à laquelle ils sont seuls sensibles par suite de leur indolence ct de leur apathie naturelles,

forti-

fiées encore par le climat ; que cette liberté sera utile et p r o fi table à nous tous, et contribuera à la satisfaction et au b o n h e u r général. E t nous qui,

par une longue expérience sur les

h o m m e s et les c h o s e s , avons

acquis une connaissance p r u -


426 tique et profonde sur tous ces objets p h y s i q u e s

et m o r a u x

sans laquelle toute lumière, quelque étendue q u ' e l l e s o i t , est toujours

fausse et

dangereuse,

surtout en administration qui

n'admet q u e l'expérience p o u r g u i d e : nous q u i avons

acquis

cette connaissance, n o n - s e u l e m e n t par notre expérience j o u r nalière,

mais également par tous les m o n u m e n s

des âges

passés, nous affirmons et prouvons que les nègres n e sont pas susceptibles de cette liberté dont vous voulez les gratifier, q u ' i l s en ont fait en tout temps u n usage aussi licencieux que barbare dans toutes leurs associations particulières sans avoir j a m a i s p u présenter d'autres organisations sociales que celles de leurs hordes africaines ; que l'esclavage, par une foule de considérations physiques, morales et politiques, déduites dans tout le cours de cet é c r i t , est indispensablement

nécessaire

aux c o l o n i e s , que sans l u i il n'y a ni ordre ni culture, n i s u bordination et discipline sociales. Nous

s o m m e s ici é v i d e m m e n t en

opposition m a n i f e s t e ,

non encore en ce m o m e n t avec la législature entière,

mais

s e u l e m e n t avec quelques m e m b r e s d ' u n e seule de ses sections. Mais la c h a m b r e des c o m m u n e s tout entière réunie avec les deux

autres pouvoirs doivent-ils s'en rapporter u n i q u e m e n t

à vos seules assertions dénuées de toutes p r e u v e s , o u preuves controuvées et falsifiées ? P e u v e n t - i l s p o l i t i q u e m e n t et c o n s ciencieusement rejeter les connaissances des colons appuyées d e l'expérience,

ce guide infaillible de la sagesse h u m a i n e , f o r -

tifiées de leurs v œ u x exprimés au sein de leurs corps l é g i s l a tifs? Avez-vous le droit à vous s e u l s , sans notre concours exprès

en opposition aux principes avancés

et

démontrés c i - d e s s u s par nous d'une manière irrésistible,

et f o r m e l ,

de

prononcer s u r t o u t ce qui concerne nos intérêts les plus chers et les plus i m m é d i a t s ; sur ce qui peut compromettre nos v i e s , celles de nos familles et de notre existence entière c o m m e corps politique jouissant depuis deux siècles et d e m i d'une organisation toute particulière,

d o n t les m o u v e m e n s sont réglés et

coordonnés avec tout notre système v i t a l ? Ne

sommes-nous

donc pas Anglais aussi bien que vous tous ? Le m ê m e sang ne c i r c u l e - t - i l pas dans nos veines? E t , eu nous transportant sur


4 7 2

une terre étrangère,

autant et plus p e u t - ê t r e

avantage que p o u r le nôtre,

pour

votre

avons-nous aliéné o u p u aliéner

aucun de nos droits en notre qualité de vrais Bretons? N ' a vons-nous pas au contraire conservé notre sance,

ce droit imprescriptible,

fini par nos chartes,

droit de n a i s -

à j a m a i s inaliénable et d é -

our birth right,

en vertu duquel nous

avons d û être maintenus dans le privilége de nous gouverner par n o u s - m ê n t e s,

avec nos législatures particulières et l ' a c -

tion d u pouvoir royal dans tout ce qui est relatif à nos i n t é rêts d o m e s t i q u e s ? R é p o n d e z - m o i ici sans d é g u i s e m e n t : que signifierait, qu'importerait l'existence et la tenue de nos l é gislatures particulières? de quelle utilité et efficacité m ê m e p o u r r a i e n t - e l l e s nous ê t r e , si ce droit de self

govemment

( celui de se gouverner par s o i - m ê m e ) n'était pas

explicite-

m e n t r e n f e r m é dans leurs attributions, et s'il ne formait pas la partie principale de nos droits parmi

ces d r o i t s ,

en

civils

e s t - i l u n plus

et p o l i t i q u e s ?

Et,

e s s e n t i e l , plus sacré

que celui qui concerne nos esclaves et nos affranchis, ces derniers libérés par notre seule v o l o n t é et g é n é r o s i t é , sans l e quel tous les autres seraient aussi vains qu'illusoires, n e p r é senteraient plus q u ' u n e insulte à la raison et u n

véritable

m a c h i a v é l i s m e à l'esprit ? E s t - c e là ce que vous prétendez? D'ailleurs si cette puissance législative n'était pas e x c l u s i vement

concentrée dans

les assemblées coloniales avec le

concours direct et indéfini d u représentant de la c o u r o n n e , quelles s e r a i e n t , r é p o n d e z - m o i de n o u v e a u , les défenses et les aux

barrières légales q u ' e l l e

pourrait opposer

avec

succès

envahissemens et à l'anéantissement de leurs droits d e

l a part d ' u n

sénat siégeant à quinze cents lieues d e

c o n t r é e s , ignorant en

général tout ce q u i

leurs

i m p o r t e à leur

administration intérieure, et i m b u parfois de m a x i m e s s p é culatives,

subversives de leurs sociétés entières ? V o u d r i e z -

vous donc v o u s - m ê m e s être s o u m i s , ct dans vos biens et dans vos p e r s o n n e s , à une autorité sur laquelle vous n'auriez a u cune influence n i par v o u s - m ê m e s ,

ni par des délégués de

votre choix et de votre n o m i n a t i o n directe?

Voudriez-vous

donc lui être passivement et h o n t e u s e m e n t asservi en m u e t ,


428 et n'être autorisé sous aucune forme légale, à lui faire c o n naître vos vœux et vos droits, soit comme individus, soit comme corps, avant la promulgation de ses décrets suprêmes? Non assurément. Pourquoi, nous seuls colons, formerionsnous donc une exception à cette loi générale? Pourquoi s e rions-nous astreints à une législation applicable à nous seuls et rendue sans notre concours et participation, surtout sous un gouvernement représentatif où les droits individuels, r e posant sur les mêmes garanties que ceux des corps et des autorités suprêmes, en forment le ciment et leur union i n dissoluble? C'est là ce qui constitue principalement l'excellence de ce gouvernement et sa supériorité incontestable sur tous les autres, celui enfin qui établit sur des fondemens aussi stables que la sagesse humaine le comporte, une liberté légale, la tranquillité et le bonheur des peuples, la durée des empires avec ses diverses dépendances, nécessaires, et concourant tout ensemble à leur prospérité et à leur grandeur présente et future. Cette vérité politique en faveur des colonies nous semble être parvenue et avoir acquis, par nos raisonnemens divers et leur contexture, la force et l'évidence d'une démonstration rigoureuse, laquelle ne peut être combattue ni révoquée en doute par aucun ami de la justice et de l'ordre social; mais seulement par ces esprits arrogans, fastueusement et insolemment orgueilleux, qui voudraient, dans l'excès de leur égarement fantastique, assujettir à leur domination et les îles et les continens, les terres et les mers. Pour avoir méconnu et refusé ce droit incontestable, ce principe universel de toute législation équitable, surtout de la part d'un peuple libre, à vos colonies septentrionales de l'Amérique, ne se sont-elles pas affranchies de votre puissance après une lutte glorieuse, à la satisfaction générale de l ' E u rope, des publicistes et des hommes d'état, même de q u e l ques-uns des vôtres et des plus célèbres? Votre trop fameux Chatam, cet ennemi de la puissance française, sentiment qu'il avaitinspiré à son fils Pitt,ne s'est-il pas écrié dans ta chambre des pairs quelques jours avant sa mort : Paix avec l'Ame-


429 rique, et guerre avec l'univers entier (1). Ce sentiment de p a triotisme est sans doute e x a l t é , mais il n'en

est pas m o i n s

juste ; car enfin il vaut m i e u x avoir pour ennemis des é t r a n gers de toute nation q u e d'être en guerre avec ses propres c o n c i t o y e n s , situation de toutes la plus affligeante et la p l u s i m m o r a l e,

la plus féconde en m a l h e u r s et en crimes de tout

genre. Serait-ce à dire, parce q u e nous s o m m e s m o i n s forts que les colonies septentrionales,

m o i n s en état de lutter

contre

votre puissance législative, que vous voudriez nous faire fléchir sous vos lois injustes et arbitraires,

sans le

concours

en opposition manifeste de notre volonté et d e nos Mais nos droits,

et

droits?

encore une f o i s , ne sont pas moins sacrés

que les vôtres ; ils sont fondés sur notre contrat originel o u tacite,

sur la constitution britannique e l l e - m ê m e qui n'a p u

nous enlever aucun de nos p r i v i l é g e s , celui surtout

d'être

légalement représenté en notre qualité de citoyen libre et propriétaire ; priviléges que le t e m p s seul avait consacrés d e puis deux siècles et d e m i , et aurait d e nouveau corroborés si cela avait été nécessaire,

a u défaut d e toute autre c o n v e n -

tion ou stipulation q u e l c o n q u e . La force que vous prétendez dédaigner serait cependant le seul titre sur l e q u e l vous p o u r riez vous appuyer p o u r invalider tous nos droits et nos p r i viléges. Si l a conservation d ' u n e propriété injuste doit attirer la vengeance céleste sur leurs possesseurs,

en tant qu'ils

ne

s'empressent de s'en dessaisir c o m m e nous l'assure M . B u x o n , pourquoi donc ne f o u d r o i e - t - e l l e pas lui et tous les Anglais p o u r leur d o m i n a t i o n usurpatrice dans l ' I n d e et pour leur injuste envahissement sur tous les points d u globe et d'un p ô l e à Vautre? Pourquoi ne foudroie-t-elle pas eux tous pour s'être e m p a r é s , par la voie des armes, trepôts,

de tous les caps et e n -

de tous les passages et débouchés d u c o m m e r c e,

de

manière q u ' o n ne peut plus naviguer sans leur permission et

(1)

P e a c e w i t h A m e r i c a a n d w a r w i t h the w h o l e w o r l d .


43o bon plaisir, sans passer sous la volée de leurs canons et de leurs batteries, surtout en temps de guerre où toute c o m m u nication entre les nations se trouve nécessairement plus ou moins retardée, contrariée et entravée, à l'exception de celle appropriée à leurs seules spéculations mercantiles ? C e s possessions forment sans comparaison, par leur nature et leur étendue, un genre de propriété plus injuste et plus tyrannique que celle acquise sur nos nègres. Car la conquête avec tous ses abus, ses violences et ses rapines continuelles, envahissant les droits et l'indépendance des nations, est le seul titre qui détermine ces sortes d'usurpations, et ne les l é g i time assurément p a s , n'ayant jamais été approuvée ni ratifiée par aucune transaction véritablement légale. Le titre au contraire par lequel le nègre est passé entre les mains des colons ne porte point tous ces caractères d'injustices et de violences, ou qui ne puisse être justifié. Cette propriété a été acquise et s'est opérée en vertu d'un contrat légal et réel, par lequel le possesseur m'a transmis son droit, droit qui a été garanti par les lois existantes, et doit être respecté comme tous ceux d'une nature semblable. Si vous a f f i r m e z que le premier de tous dans cette suite de transactions, le roi ou le chef africain, n'avait pas le droit de vendre l ' h o m m e , son semblable, né dans l'esclavage ou condamné à subir cette condition comme prisonnier de guerre, pour crime ou pour tout autre délit quelconque ; ou si l'ayant, d'après les lois et les usages de son p a y s , dont vous n'êtes certes pas un juge compétent ni le réformateur légal, à moins que vous ne vouliez, dans vos folles prétentions, devenir le régulateur suprême de toutes les nations (questions que nous examinerons par la s u i t e ) ; prétentions qui ne seraient pas moins injustes qu'attentatoires à tous les droits ; ce chef a pu vendre son esclave, né dans cette condition ou devenu tel, mais que le capitaine négrier , les armateurset les capitalistes n'auraient pas dû se prêter à cette acquisition, comme violant par là les plus saintes obligations qu'imposent la morale et l'humanité ; je le veux.


431 Pour l o r s , v o u s , m é t r o p o l e , v o u s , autorité s o u v e r a i n e , l é gislatrice ct e x é c u t r i c e , ordonnatrice suprême de toutes n o s obligations s o c i a l e s , contre laquelle aucun individu ni a u cune autorité ne sauraient s'élever sans rebellion et sans m a n quer à ses premiers devoirs c o m m e c i t o y e n , vous

n'auriez

donc pas d û jamais permettre ce trafic i n f â m e ; m a i s , l'ayant formellement autorisé, régularisé et systématisé durant deux siècles et d e m i , t e m p s assurément plus que nécessaire p o u r reconnaître une erreur o u une injustice, m ê m e légalisé et sanctionné autant

vous l'avez par là

quecette

mesure a d é -

p e n d u de v o u s . E n c o n s é q u e n c e , le capitaine négrier, l ' a r m a t e u r et les autres capitalistes qui ont fourni les premiers f o n d s , ne sauraient être poursuivis ni recbercbés ,

envahis

ni inquiétés dans leurs a c q u i s i t i o n s , encore m o i n s

blâmés

ct censurés pour s'y être livrés ; puisque vous l'y avez f o r m e l l e m e n t autorisé,

vous l ' y avez de plus excité et e n c o u -

ragé par des faveurs ct des primes ; vous leur avez assuré par là,

et à j a m a i s ,

tous leurs droits acquis et transmissibles.

S'ils se trouvent ainsi les uns et les autres à l'abri d e

toute

c r a i n t e , de toute censure et de tout envahissement de votre part dans leur propriété : m o i , colon qu'ils ont substitué à leurs droits sans aucune sorte de restriction, j e ne saurais e n courir dans m a personne aucun préjudice pour cette transaction ; j e dois être m a i n t e n u dans cette propriété devenue l é g i t i m e,

par cette seconde opération c o m m e la première l'était.

Cette propriété n'a p u rien perdre d e sa légitimité

et de la

faculté qui lui est inhérente p a r le transfert q u i m ' a été fait, également permis ct sanctionné par v o u s . V o u s ne sortirez j a m a i s d u cercle dans l e q u e l vous vous trouvez forcément engagés, c o m m e législateurs et exécuteurs suprêmes des lois nationales.

V o t r e g o u v e r n e m e n t avec

le

concours des puissances n o i r e s , avaient o u n'avaient pas le droit, les unes de v e n d r e , etl'autre d'autoriser l'achat d u n è gre

comme

transmise

esclave.

par

une

S'ils vente

avaient

légitime,

ct repose sur la

contrats.

S'ils

ne

ce

successive

l'avaient

même pas,

droit, est

mon

devenue

acquisition une

garantie que les ils

n'auraient

,

propriété autres

pas

dû,


432 sans doute le permettre ; m a i s , en l'autorisant f o r m e l l e m e n t , quel q u e soit le m o t i f qui les y ait d é t e r m i n é e s ,

ils m ' o n t

mis par là m ê m e sous la protection de leurs lois,

surtout

v o u s , gouvernemens e u r o p é e n s , dont j e suis fondé à d e m a n der la stricte et rigoureuse o b s e r v a t i o n ; parce q u e , sujet et

citoyen,

j'ai

comme

d û m ' y confier a v e u g l é m e n t et sans

réserve : et v o u s , législateurs

et g o u v e r n e u r s ,

vous m ' e n

avez assuré et garanti l'exécution pleine et entière,

à laquelle

vous ne sauriez vous soustraire sans c o m m e t t r e une action h a u t e m e n t répréhensible et notoirement i n i q u e , sans violer l'acte de notre union et d u pacte social. Si enfin, risant,

en l ' a u t o -

ils o n t c o m m i s u n acte injuste et attentatoire à la

liberté de l ' h o m m e ; j e le v e u x : qu'ils n'avaient

pas

même

le pouvoir de légitimer ni de c o n s a c r e r ; j e l'accorde e n c o r e ; mais

pourquoi,

répondez-moi

avec

la m ê m e

sincérité

b o n n e f o i , f a u t - i l que cette i n j u s t i c e , cette infraction

et aux

lois de la morale et de l ' h u m a n i t é soit i m p u t a b l e aux seuls colons? Pourquoi f a u t - i l qu'ils en soient et en demeurent les seules v i c t i m e s , eux encore qui

n'y sont intervenus q u ' e n

troisième m a i n et forcément ; tandis que les autorités

pre-

m i è r e s , les auteurs et agens primitifs qui y ont participé en première m a i n,

l i b r e m e n t et d e leur pleine v o l o n t é , sont

affranchis de tout b l â m e et de toute responsabilité,

de toute-

perle et de toute remise résultant d e ce c o m m e r c e ? C o m m e r c e auquel les uns ont i m p r i m é le premier m o u v e m e n t ; les a u t r e s , régularisé et sanctionné les principes

moteurs,

et ont p r i s , par c o n s é q u e n t , sur eux et sur eux seuls tous les inconvéniens et les vices,

toutes les pertes et tous les d o m -

mages qui ont p u s ' e n s u i v r e , soit p r i m i t i v e m e n t o u

subsé-

quemment. N e dites-vous pas v o u s - m ê m e s que la vente faite d'un A f r i cain et passant de m a i n en m a i n , étant un v o l et u n b r i gandage,

n'acquiert pas

par

cette

transmission

successive

le droit qui lui m a n q u a i t dans l'origine ? nous acquiesçons p l e i n e m e n t à cette proposition. Mais à qui p e u t - o n véritablem e n t imputer ce p r e m i e r d é l i t ? Q u e l est le premier et le plus grand coupable ? Sans doute e n c o r e , v o u s ,

métropole,

lé-


433 gislateur et exécuteur s u p r ê m e

des lois n a t i o n a l e s ,

vous,

capitaliste et capitaine négrier. Pourquoi donc m ' i m p u t e r , vous arrêter à m o i colon,

faire peser sur m o i toute la c r i m i -

nalité et toute la perte résultant de ce contrat, sans m ê m e faire intervenir et mettre en cause les auteurs primitifs et tous les intermédiaires? Pourquoi pas à cette origine,

enfin ne

remontez-vous

à cette source p r e m i è r e , en condamnant

l'auteur primitif à une restitution, pour s'être permis un v é ritable v o l et un infâme brigandage, converti frauduleusement

et p o u r l'avoir

en u n acte également

ensuite

criminel,

pour l e q u e l tous les tribunaux d u m o n d e infligeraient au d é l i n q u a n t une peine plus o u m o i n s s é v è r e , en le forçant en m ê m e t e m p s à une restitution o u à une i n d e m n i t é é q u i v a lente? Si vous ne le pouvez cependant sans être en c o n t r a d i c tion avec v o u s - m ê m e s et sans être infracteurs de vos propres l o i s , vous ne le pouvez pas non plus quant aux colons ; p u i s que c e u x - c i n'ont agi q u ' e n vertu de ces m ê m e s lois q u ' i l Vous plaît d'abolir aujourd'hui pour la première cette abolition, humaine,

fois. Mais

d'après tous les principes de la jurisprudence

ne saurait avoir un effet rétroactif;

et vous ne

p o u v e z , en c o n s é q u e n c e , d i m i n u e r ni atténuer en r i e n , e n core m o i n s invalider le titre en vertu d u q u e l

le nègre est

passé entre les m a i n s d u c o l o n , et est devenu sa propriété incontestable.

Ce

raisonnement nous paraît concluant

et

péremptoire. Néanmoins,

et m a l g r é tous nos droits a c q u i s , s'il vous

paraît toujours injuste que nous retenions en notre p o s s e s sion le n è g r e , et que vous vouliez en conséquence nous en dépouiller, ce dont cependant vous n'avez pas le droit c o m m e nous nous flattons de l'avoir démonstrativement p r o u v é , i n d e m n i s e z - n o u s donc ; c'est de toute justice. Si nous s o m m e s m ê m e avec vous complices d'une loi i n h u m a i n e et b a r b a r e , supposition la plus extrême que nous puissions en votre faveur ct contre nous en m ê m e t e m p s , nous ne l'avons

été qu'après v o u s , à votre e x e m p l e et par

votre i n s t i g a t i o n , p a r t a g e o n s - e n inconvéniens

faire

puisque

néanmoins la f a u t e ,

et les charges dans la proportion et le

28

les

degré


4 34 de criminalité qui appartiennent à chacun de nous en p a r ticulier. Vous ne sauriez vous refuser à ce partage, tout en votre faveur: c a r , dans un contrat primitivement illégal, est-ce le dernier acquéreur qui est seul coupable, seul responsable, celui enfin qui en doit supporter uniquement les charges et toutes les conséquences? et tous les intermédiaires primitifs et secondaires seront-ils affranchis de toute o b l i gation et ne seront-ils soumis à aucune restitution; eux qui ont été les premiers transgresseurs de la loi naturelle, les premiers à nous entraîner et à nous séduire dans une erreur fatale, les premiers corrupteurs et fauteurs d'un contrat frauduleux et criminel, réputé jusqu'ici légitime, mais d é claré aujourd'hui et pour la première fois nul et invalide ? Vous n'oseriez le prononcer, si vous êtes des hommes tant soit peu justes et éclairés. Cette propriété avait tous les caractères d'une possession légitime et transmissible, ayant une valeur réelle lorsqu'elle était entre les mains de vos navigateurs, de vos c o m m e r ça ns et de tous leurs préposés divers, dont ils jouissaient et disposaient librement sans que l'autorité, aucune secte ni personne leur en contes tût la légitimité, ni cherchât à les frustrer des avantages qui y sont attachés ; et elle n'est plus, selon v o u s , qu'un attentat aux droits de l'homme, un véritable vol et un infâme brigandage, le produit d'un acte criminel et barbare, d'un contrat illicite et frauduleux, la honte et l'opprobre de notre nature qu'on doit s'empresser de briser, d'anéantir sans indemnité et en violant tous les engagemens antérieurs, lorsque cette même propriété échoit et reste définitivement en la possession des colons! Quelle inconséquence et quelle incohérence dans cette conduite ! quelle i n justice et quel abus de la force! Chacun peut actuellement en juger avec équité et impartialité. Je m e flatte que ces aperçus divers, ces raisonnemens aussi vrais que concluans, dans chacune de leurs parties comme dans leur ensemble, ne doivent plus laisser aucun doute sur le droit incontestable, possédé par les c o l o n s , de régir en définitive leur administration intérieure avec la sanc-


435 lion d u représentant d e la couronne, sur celui acquis envers leurs nègres q u e les autorités, dans l'une c o m m e dans l'autre attribution, ne sauraient leur enlever sans être e n c o n t r a d i c tion avec e l l e s - m ê m e s e t les principes, sans c o m m e t t r e l'acte le plus illégal et l e plus notoirement injuste. Quant à cette dernière propriété, si les colons pouvaient en être néanmoins un j o u r d é p o u i l l é s , cette

grande m e s u r e ne pourrait être

entreprise et exécutée qu'avec leur consentement exprès,

et

en leur accordant au préalable u n e juste et équitable i n d e m n i t é à être supportée par q u i de droit. Passons à u n e autre d e vos propositions. V o u s

soutenez

q u e l'esclavage est contraire aux d o g m e s d u christianisme. O n ne voit nulle part que l'esclavage soit c o n d a m n é par les livres saints. L ' o n voit a u contraire et clairement, par le p a s sage d e la G e n è s e ,

chap.

17,

?.5 et 28, q u e l'usage d e

vendre des esclaves est u n i v e r s e l ; Saint Jean l'a l u i - m ê m e a v o u é , et il dit q u ' i l était généralement reconnu. Joseph est acheté aussi p r o m p t e m e n t et v e n d u ensuite en Egypte avec autant de facilité que le serait de nos jours u n b œ u f ou un c h a m e a u . N u l l e défense de D i e u , nulle censure des prophètes n'a taxé cette vente d ' i m p i e o u d ' i m m o r a l e ; a u contraire il e n est parlé dans les saintes Écritures aussi favorablement que d'aucune autre espèce d e c o m m e r c e . L e droit d'avoir des esclaves est n o n - s e u l e m e n t p e r m i s , mais réglé par le vieux Testament ( Lévitique, c h a p . 28, v. 44 et 46 ; et E x o d e,

ch.

21, v. 3 , e t 4 )j et il n'est défendu nulle part par le nouveau. Q u o i q u e le c h r i s t i a n i s m e , remarque u n théologien m o derne,

soit sans contredit la religion la plus sainte,

la plus

h u m a i n e , la plus charitable et la plus bienfaisante qui ait été donnée aux h o m m e s ;

q u o i q u ' i l relève plus

autre religion la d i g n i t é , la noblesse,

q u e toute

les prérogatives et les

hautes espérances d e l'espèce h u m a i n e,

il n'a pas cependant

aboli la servitude ; il s'est contenté de fixer des règles d e conduite

pleines

de

sagesse,

de

prudence

et

de

modération

,

tant pour les maîtres que pour les esclaves. Enfin u n des plus savans h o m m e s d u siècle dernier ct le plus versé clans la connaissance des saintes Écritures, Bossuet,


436 en u n m o t dans ses variantes ( t . 3 , p . 341),

remonte à la

première origine de l'esclavage, et pose en principe que l ' o rigine de la servitude vient des lois d'une juste guerre où le vainqueur ayant tout droit sur le v a i n c u , jusqu'à pouvoir lui ôter la vie o u la lui conserver ; ce q u i , d o n n é naissance au m o t servi,

qui,

ajoute-t-il, a

devenu odieux dans la

s u i t e , a été dans son origine u n titre de bienfait et de c l é m e n c e , descendu d u m o t servare,

conserver. I l dit encore

que toutes les autres s e r v i t u d e s , o u p a r vente ou par n a i s sance,

o u a u t r e m e n t , sont formées et définies par celle - là ;

q u e c o n d a m n e r cet é t a t , ce serait entrer dans les sentimens outrés de ceux qui trouvent toute guerre i n j u s t e , ce serait n o n - s e u l e m e n t condamner le droit des gens où la servitude mais

est a d m i s e , c o m m e il p a r a î t , pour toutes les nations ; ce serait

condamner

ves, par la bouche et n'oblige

point

le Saint-Esprit de saint Pierre,

les maîtres

Nous pouvons d o n c ,

qui ordonne de demeurer

de les

aux

escla-

en leur

état,

affranchir.

appuyés sur l'histoire s a i n t e , et de

l'autorité de B o s s u e t , affirmer que l'esclavage n'est pas c o n traire

aux d o g m e s d u christianisme.

Indépendamment

de

ce témoignage sacré, et en supposant que nous n'eussions en notre faveur que l'opinion du plus célèbre et d u plus éclairé théologien d u dernier s i è c l e , de ce siècle où toutes les m a tières de la religion ont été éclaircies,

approfondies et fixées ;

de ce m ê m e Bossuet enfin dont les connaissances étaient aussi variées q u ' é t e n d u e s , s'élevant j u s q u ' a u s u b l i m e ,

qui a été

u n des principaux rédacteurs des libertés de l'Eglise licane, tout

il nous

semble

autre p o i d s ,

dans

gal-

q u ' u n e semblable autorité est d'un cette balance d'opinions

qu'enfantent les sectes et les partis,

diverses

que celle d'un W i l l e b e -

f o r c e , d'un B u x o n et consorts. N o u s disons de plus que ce n'est pas le c h r i s t i a n i s m e , nous s o m m e s fâchés de le d i r e , qui a aboli l'esclavage

en

E u r o p e . I l a subsisté pendant un n o m b r e

de

considérable

siècles dans cette partie du m o n d e après l'établissement c o m plet d u christianisme,

o ù des ecclésiastiques, des chapitres

et des ordres monastiques ne se faisaient pas scrupule de r e -


437 tenir en leur possession des esclaves. I l subsiste encore dans quelques contrées de l ' E u r o p e , et il avait lieu en France à l'époque

ou

serfs

des

à

quelques du

mont

années Jura

antérieures

étaient

de

asservis,

la à

révolution qui

je

,

vous

p r i e ? aux moines de l'église de Saint - Claude. Si l'esclavage est contraire aux d o g m e s du christianisme, c o m m e n t se faitil donc q u ' i l n'a pas été détruit

de suite par une

mesure

générale, et q u ' i l a continué à exister si l o n g - t e m p s au m i l i e u des chrétiens? C o m m e n t se fait-il que tant d'ecclésiastiques, de prélats,

de c o m m u n a u t é s

ignorer les

entières

qui

ne

pouvaient,

obligations prescrites par la religion,

puisq; e

l'instruction nous est transmise par eux s e u l s , et qui auraient dû en conséquence être l e s premiers et les plus

rigoureux

observateurs de cette loi s a i n t e , s'en soient dispensés sans un remords de conscience apparente ; et qu'ils aient été, vant le rapport des h i s t o r i e n s , les maîtres les plus surpassant

de beaucoup les

sui-

sévèns

laïques dans l e traitement d e

leurs esclaves ? Ce qui

a entraîné par degrés l'abolition d e

l'esclavage,

vous ne l'ignorez assurément p a s , car l'histoire entière le constate a m p l e m e n t et d'une manière également é c l a t a n t e , ce sont d ' a b o r d les croisades o ù une foule de seigneurs,

pour

pourvoir aux dépenses d ' u n e expédition aussi l o i n t a i n e , d'une si longue durée,

et

deux siècles entiers, libéraient leurs

esclaves m o y e n n a n t une s o m m e d ' a r g e n t , les soumettant e n core, nonobstant cette l i b é r a t i o n , à certaines prestations, à des corvées o u autres servitudes s e m b l a b l e s . E n s u i t e , ce sont les changemens survenus dans les m œ u r s ct les

habitudes

des peuples par l'introduction de l'industrie et d u c o m m e r c e , des arts et des sciences, mêmes

croisades,

déterminés encore en partie par ces

par la m a r c h e lente

et progressive

du

temps qui a m è n e des résultats et des combinaisons que l ' e s prit h u m a i n n'avait p u prévoir ni calculer ; ce fut enfin la p o litique des p r i n c e s , qui avaient intérêt à l'affranchissement des c o m m u n e s et à le favoriser dans toute l'étendue de leur royaume,

pour obtenir un meilleur ordre dans l'administra--

lion p u b l i q u e,

et pour se soustraire en m ê m e temps à l ' e n i -


438 pire arrogant et tyrannique de tous ces grands feudataires d u trône qui avaient usurpé tous les pouvoirs de la souveraineté: ce sont

finalement

toutes ces causes réunies,

autres en petit n o m b r e,

et quelques

qui ont a m e n é successivement et

p a r t i e l l e m e n t , non c o m p l é t e m e n t encore et p a r t o u t , la d e s truction de la servitude. A l'époque m ê m e des croisades,

les

gens de la c a m p a g n e , les p a y s a n s restèrent asservis; et les V é n i t i e n s , dans ces m ê m e s t e m p s , considérable d'esclaves,

faisaient un

commerce

les achetant en Asie, et les v e n d a n t

à Alexandrie. Savez-vous encore pourquoi elle a été définitivement d é truite en E u r o p e ? c'est que les seigneurs ecclésiastiques et laïques et tous les petits vassaux qui s'y prêtaient ou s'y s o u mettaient v o l o n t a i r e m e n t , n'accordaient pas gratuitement la liberté, et obtenaient toujours en retour une indemnité,

soit

actuelle ou a n n u e l l e , sans laquelle cette servitude n'aurait pu

être s u p p r i m é e

o u aurait au m o i n s éprouvé

beaucoup

d'obstacles et u n e lutte peut-être d'une longue durée. Ce q u i le p r o u v e i n v i n c i b l e m e n t ,

c'est que

avoir v e n d u la liberté à leurs esclaves, gêne ou de besoin,

ces s e i g n e u r s ,

après

dans des m o m e n s de

étaient r a r e m e n t disposés à tenir à leurs

engagemens, ne se faisant pas scrupule de les r o m p r e assez souvent.

Les c o m m u n e s , pour le maintien de leurs droits

a c h e t é s , étaient forcées de recourir à la protection de leurs chefs suzerains,

laquelle ne leur fut j a m a i s refusée. E t voilà

que vous voulez nous forcer à affranchir nos esclaves sans aucune sorte d ' i n d e m n i t é ,

ce que les gouvernemens les plus

absolus ne se sont j a m a i s p e r m i s , l'ayant conseillé plutôt qu'ordonné. Indépendamment

des c r o i s a d e s , il e x i s t a i t , il

est v r a i ,

une autre manière d'obtenir la liberté ; c'était d'entrer dans les ordres sacrés

o u de faire des v œ u x dans un monastère.

Cet usage f u t cependant bientôt a b o l i , en raison de tous les désordres qui en naissaient. Mais ce qui prouve que le c h r i s tianisme n'avait point aboli et ne s'opposait point à l ' e s c l a vage, c'est que pendant tout le t e m p s d u régime féodal, une foule de personnes libres se rendirent volontairement e s c l a -


439 ves,

tant envers les seigneurs ecclésiastiques, séculiers

réguliers

et

que des laïques. Les oblatis (oblati), ou serfs v o l o n -

taires des églises o u couvens,

étaient en fort grand n o m b r e

et étaient appelés, les uns censuals et les autres ministérials , et

ceux-ci

mot

devenaient

esclaves

dans

toute

la

rigueur

du

(1).

Si

nous

voulons

consulter

nos propres

annales,

nous

verrons que Louis-le-Gros, en affranchissant les villes de sou d o m a i n e , les s o u m i t à un cens et à l'obligation de porter les armes en temps de guerre. Les grands barons l'imitèrent ct

accordèrent,

des

lois

plus

à ou

chacune moins

des

villes

favorables,

de

selon

leur

le

plus

dépendance ou

d'argent que ces affranchis avaient donné pour se

le

,

moins

racheter

de la servitude. Toutes les villes n'étant pas é g a l e m e n t

ri-

ches, elles ne purent obtenir les m ê m e s franchises ; de là est venue cette m u l t i t u d e de coutumes qui existaient dans les différentes cités o u c o m m u n a u t é s d u r o y a u m e avant la r é v o lution. Ce ne fut q u e sous Louis X , temps après l'affranchissement des c o m m u n e s,

que les habitans

dire les serfs de la glèbe,

dit le H u t i n ,

des villes et

de la c a m p a g n e,

furent affranchis ,

long-

l'établissement c'est-à-

toujours sous la

condition de payer une certaine s o m m e pour le p r i x de la liberté q u ' o n leur accordait. Enfin Louis X I , tout m o n a r q u e absolu q u ' i l é t a i t , ne crut pas q u ' i l fût juste ni possible de supprimer le droit de guet et de garde,

droit

qui avait été

i m p o s é par tous les seigneurs sur le p e u p l e en les affranc h i s s a n t , sans accorder à ces m ê m e s seigneurs une i n d e m nité évaluée à cinq sous parisis. Ainsi on voit de toutes parts q u e le christianisme n'a

ja-

mais été la cause réelle par laquelle la servitude a été d é t r u i t e , mais effectuée seulement par des vues politiques o u

(1) V o y e z l ' i n t r o d u c t i o n à l ' H i s t o i r e de morceau sauriez

d'une récuser

généralement dernes.

Charles-Quint,

par Robertson,

grande érudition ct d'un j u g e m e n t profond. l ' a u t o r i t é d e l ' u n d e v o s p r o p r e s h i s t o r i e n s,

Vous

ne

reconnu

p o u r le p l u s sage c t le p l u s j u d i c i e u x de nos t e m p s

mo-


440 intéressées d e l a part des gouvernemens et des particuliers, et recevant toujours eux tous u n équivalent o u u n avantage quelconque p o u r prix de l'affranchissement. Si les changemens survenus dans les m œ u r s et les h a b i t u des des peuples,

si l'industrie, le c o m m e r c e , e t c . , e t c . , o n t

déterminé et nécessité l'abolition d e la servitude,

ces m ê m e s

causes n'existent pas aux Antilles. Les m œ u r s et les h a b i t u des des nègres ne sont point changées ; elles se sont m o i n s effacées et améliorées

qu'elles n'ont

été en quelque

sorte

assoupies et enchaînées ; car d u m o m e n t qu'ils o n t p u être abandonnés à e u x - m ê m e s ,

c ' e s t - à - d i r e , devenir l i b r e s , ils

ont repris tout leur caractère d e barbarie p r i m i t i v e . L ' i n d u s trie, les a r t s , e t c . , e t c . , n ' o n t jamais p u s'établir dans a u cune

d e leurs

associations

particulières;

ils ne sauraient

également se développer a u x Antilles. Leurs bras et leurs forces matérielles étant la seule chose requise p o u r la c u l ture des terres, l'industrie,

dernier o b j e t étranger et indépendant d e

les colons

d i r i g e n t , p a r leur i n t e l l i g e n c e , les

travaux et les différens perfectionnemens d o n t ils sont s u s ceptibles (1). Quant à ceux d ' u n autre genre,

on n'a jamais

p u trouver u n nègre e n état d'être m i s à la tête d ' u n c h a n tier, soit d'ouvriers c h a r p e n t i e r s , m a ç o n s o u tout autre t r a vail q u i d e m a n d e u n e sorte d'intelligence.

(1) L'intelligence est plus ou moins requise dans tous les emplois relatifs aux arts et aux manufactures, et la liberté de l'homme en est inséparable. Mais, dans l'agriculture proprement dite, l'intelligence est à peu près nulle pour les simples cultivateurs, les journaliers et les hommes de peine, leurs forces physiques étant la seule chose dont on a proprement besoin ; les perfectionnemens dont cette branche est susceptible et les machines les plus propres à abréger le travail, étant le produit de la science, des hommes qui s'y consacrentet des travaux qu'ils dirigent. Quoique M . Ganilh n'ait pas fait la distinction que nous v e nons d'établir, et qu'il donne la préférence à la liberté sur l'esclavage relativement au travail en général, cependant il a cru devoir faire quelques observations justes et sensées sur le travail des esclaves dans les colonies, qui semble en devoir consacrer la nécessité et le maintien.


441 Ce qui différencie les nègres d'avec ces peuples divers,

c'est

que c e u x - c i o n t su profiter de la liberté pour s'élever s u c c e s sivement a u x différais degrés de perfectibilité, dont leur n a ture morale et intelligente est susceptible ; tandis que ces p r e miers ne s'en sont prévalu partout que pour se livrer à leurs penchans déréglés, et en ont fait un usage aussi licencieux que révoltant et barbare.

Je pourrais m ê m e

nécessité de cette liberté pour tous,

vous contester la

sans laquelle l'industrie,

les arts et les sciences ne pourraient o u seraient supposés ne pouvoir naître chez u n peuple possédant des esclaves. N e s a i t - o n p a s , en effet, que chez les Romains et p a r t i c u lièrement, chez les G r e c s , ces heureuses productions de notre nature et de nos sociétés se sont développées avec u n e s u p é riorité marquée et transcendante que nous n'avons p u e n core,

nous m o d e r n e s , surpasser ni m ê m e égaler dans c e r -

taines parties celles qui tiennent aux b e a u x - a r t s . Ces esclaves dont le n o m b r e

chez les Athéniens

étaient de

cinq

cent

m i l l e sur une population libre de trente m i l l e âmes de tout âge et de tout sexe

(1);

le m ê m e rapport en n o m b r e effectif

existait à S a i n t - D o m i n g u e , entre la population libre et e s clave,

particularité assez remarquable ; ces esclaves

n'ont

apporté aucun obstacle à ce que ces peuples libres ne p u s sent donner une pleine carrière à leur industrie d'après les circonstances existantes, et développer au plus h a u t degré toutes leurs facultés intellectuelles ct m o r a l e s . Les n é g r o p h i lcs veulent c e p e n d a n t , nègres, que n o u s ,

par le seul fait de l'esclavage des

c o l o n s , nous soyons nécessairement des

h o m m e s cruels ct b a r b a r e s , sans lumières et sans h u m a n i t é . En

outre,

quelle

différence

énorme

ct

incommensurable

entre les esclaves des t e m p s anciens ct nos nègres ! plusieurs d e ces premiers,

en n o m b r e plus ou m o i n s g r a n d , d o n n a n t ,

dans leur état do s e r v i t u d e , des preuves de talent ct de v e r tus distingués,

(1)

Voyez Paw.

ignorés et inconnus d'aucun

de nos

escla-


442 v e s , lors m ê m e qu'ils ont été en pleine possession de leur liberté. Ainsi donc tout nous prouve que la liberté des nègres est impossible aux Antilles,

inutile m ê m e quant au b u t q u ' o n se

propose ; qu'elle ne p e u t avoir,

pour cause d é t e r m i n a n t e ,

ni les changemens survenus dans leurs m œ u r s et leurs h a b i tudes, ni

ni la nécessité de l ' i n d u s t r i e , des arts et des sciences,

l'obligation imposée par le christianisme. Cette

leur serait funeste sous tous les rapports possibles,

liberté nuisible

et dangereuse p o u r les colonies ; elle a été Seulement imaginée par des h o m m e s qui s'en sont fait une idée aussi fausse q u ' i n applicable à nos sociétés coloniales,

donnant pour preuve de

cette grande mesure les m o u v e m e n s , les changemens opérés et suscités en E u r o p e par eux s e u l s , et c o m m e devant e n traîner notre décision o u contraindre nos volontés. Ces c h a n g e m e n s s u r v e n u s , j e veux l e croire, dans la g é n é ralité des esprits en E u r o p e , ne sont pas une cause suffisante ni u n m o t i f j u s t e et valable pour vouloir les introduire aux Antilles,

s i , c o m m e nous venons de le p r o u v e r , les m œ u r s

et les habitudes des nègres et tout ce qui leur est p r o p r e , sont toujours restés à p e u près les m ê m e s . S'il s'est opéré un certain

m o u v e m e n t p a r m i e u x , par la seule et funeste i n -

fluence des n é g r o p h i l e s , tant en leur qualité

individuelle

q u ' e n celle de m e m b r e s d'un corps d é l i b é r a n t , loin de nous y soumettre,

nous devons au contraire le combattre,

trarier et en détruire les effets,

en c o n -

c o m m e on le ferait dans tout

autre g o u v e r n e m e n t o u tout système d'administration

qui

serait exposé à des m o u v e m e n s n u i s i b l e s , dangereux et p o r tant atteinte à l'ordre général. Cela est pour nous d'une o b l i gation d'autant plus impérieuse que nous n'habitons pas la m ê m e terre q u e ces novateurs et leurs p e u p l e s ; nous ne r e s pirons pas en général le m ê m e air ; notre atmosphère est différente, nos é l é m e n s , dans l'ordre p h y s i q u e et politique sont dissemblables

et c o m p o r t e n t u n r é g i m e particulier a p p r o -

prié à nos h u m e u r s, à notre t e m p é r a m e n t , à tout notre s y s tème organique et vital. Nous

r e m a r q u e r o n s , à cet é g a r d ,

que des écrivains de


443 toute d é n o m i n a t i o n , m ê m e quelques législateurs et certains p u b l i c i s t e s , v e u l e n t assimiler les colonies, et j u g e n t de leurs institutions,

par r a p p o r t a l ' E u r o p e , par rapport m ê m e à

une seule nation ; ct ces premiers encore dans tout ce qui est relatif à la sphère b o r n é e et circonscrite dans laquelle ils sont r e n f e r m é s . E x i s t e - t - i l

d o n c , j e le d e m a n d e , une m a -

nière plus fausse et plus absurde d ' e x a m i n e r et d e comparer les objets,

les h o m m e s et les choses,

les

habitudes,

les

ne

nécessitaient

situations pas

des

diverses lois

c o m m e si les m œ u r s , et

les

préjugés

particulières,

et

même

ne

,

mettaient

pas des différences essentielles et invincibles entre les h o m m e s ? E t v o u l o i r r a m e n e r c e u x - c i à une u n i f o r m i t é d e p r i n cipes et d'administration , sera t o u j o u r s , pour tout esprit sage et é c l a i r é , une entreprise f o l l e ,

c h i m é r i q u e , et le

d'une ignorance grossière p o u r celui q u i

cachet

l'entreprendrait;

parce que les h o m m e s seront toujours différens entre e u x,

ne

f û t - c e que p a r r a p p o r t a leur nature p a r t i c u l i è r e , laquelle est et restera toujours i n d é p e n d a n t e de toutes nos institutions diverses. Cela est t e l l e m e n t vrai q u e n o u s n e p a r v i e n d r o n s jamais Anglais

,

malgré Russes

tous ou

de

nos

efforts

toute

,

autre

à

rendre

nation,

le m ê m e système d'administration , m ê m e s m œ u r s, les m ê m e s h a b i t u d e s,

des

à

les

Français régir

,

par

à l e u r faire a d o p t e r les et à les rendre i d e n -

t i q u e m e n t les m ê m e s . La conclusion que n o u s voulons

en

tirer est é v i d e n t e et frappante p o u r tout h o m m e h a b i t u é à m é d i t e r sur ces grands objets d'utilité p u b l i q u e et d ' o r d r e universel. Dans vos e x c u r s i o n s , vous avancez que l'esclavage est c o n traire à la constitution b r i t a n n i q u e . p r e m i e r o u u n des premiers, dans cette classification, et

cette i n c o m p a t i b i l i t é ,

Comment

êtes-vous le

car j ' i g n o r e encore votre rang

q u i ayez aperçu cette

discordance

après q u e vos h o m m e s

d'état et

vos législateurs successifs o n t m a i n t e n u et sanctionné cet e s clavage p e n d a n t deux siècles et d e m i , le fortifiant ct l ' e n courageant de toutes parts et par toutes sortes de m o y e n s,

à

la faveur d e la traite et des p r i m e s ? Si cet esclavage n'est pas de droit dans votre c o n s t i t u t i o n , s'il n'est pas inscrit

dans


444 vos chartes en termes formels , il l'est au m o i n s de fait et par la pratique qui s'en est ensuivie,

p a r une convention tacite

q u i est plus q u e d e la tolérance. Q u a n d vous avez aboli la traite

par

souscrite

une

ensuite

résolution par

les

définitive

deux

autres

dans

votre

pouvoirs

,

chambre

il

me

q u e vous avez d û l'autoriser p r é c é d e m m e n t par les moyens.

Cette autorisation ne c o n s t i t u e - t - e l l e

,

semble mêmes

d o n c pas

le

droit d'esclavage ? Toutes ces lois parlementaires ne f o r m e n t elles d o n c pas u n code et le c o m p l é m e n t de votre c o n s t i t u tion ? ou ne r a p p o r t e z - v o u s et ne faites-vous dériver c e l l e - c i q u e de la grande charte obtenue sous votre roi Terre ? M a i s, nement

à cette é p o q u e,

si j e ne m e t r o m p e,

féodal et l'esclavage

existaient

Jean-sansle g o u v e r -

chez vous

comme

dans le reste de l ' E u r o p e ; et s'être t u à cet é g a r d , ce ne serait pas une raison p o u r croire que ce dernier eût été p r o s c r i t , et pour devoir le regarder c o m m e

entièrement contraire à

v o t r e constitution. Q u o i q u ' i l en soit de cette discussion pour laquelle vous nous jugerez sans doute i n c o m p é t e n t , ce à quoi nous a c q u i e s çons,

q u o i q u e nous

ayons h a b i t é p a r m i vous,

et quoique

nous nous soyons familiarisés avec v o t r e langue et avec vos écrivains, historiens,

moralistes et publicistes ; nous nous

b o r n e r o n s à vous d e m a n d e r si vos h o m m e s d'état et vos l é gislateurs des funestes

t e m p s anciens,

innovations,

h u m a i n s que v o u s n'oseriez b l â m e r,

et j u s q u ' a u m o m e n t

étaient

tous? Vous

moins

éclairés

n'oseriez

de

et

vos

moins

l'affirmer,

vous

censurer vos devanciers et les institutions

fondées par eux, si surtout elles vous avaient été p a r t i c u l i è r e m e n t profitables, et nuisibles à tout ce qui n'est pas

in-

t r i n s é q u e m e n t v o u s . M a i s les lumières et l ' h u m a n i t é n ' o n t elles d o n c éclaté p a r m i n o u s tous q u ' a u m o m e n t m ê m e,

qu'à

cette é p o q u e précise où vous et les vôtres o n t apparu sur l ' h o rizon p o u r éclairer nos esprits et embraser nos â m e s d e cet a m o u r expansif pour tous les êtres de notre espèce ? Vous v o u driez bien nous le p e r s u a d e r , vous nous l'insinuez assez s o u v e n t ; mais le p u b l i c entier se rira de vos vains efforts, de vos folles et ridicules prétentions. Car c'est au m o m e n t o ù vous ,


445 les vôtres et les sectaires de toute nation se sont montrés à d é couvert sur la grande scène d u inonde,

ont p u agir c o n f o r -

m é m e n t à leurs p r i n c i p e s , q u e l ' h u m a n i t é a été le plus v i o l e m m e n t offensée et o u t r a g é e ; que tous les genres de m a u x et de destruction se sont a c c u m u l é s sur nos tètes,

ont affligé

et t o u r m e n t é l'espèce h u m a i n e par la propagation des p r i n cipes ct des d o g m e s les plus opposés à la raison et aux véritables et

lumières

ont

,

celles

l'assentiment

qui

des

naissent seuls

d'une

sages.

longue

Ceux-ci

expérience

rejettent

,

avec

dédain toutes ces innovations enfantées par l'esprit d e p a r t i , toutes ces abstractions m é t a p h y s i q u e s i n c o m p a t i b l e s avec nos sociétés régulières,

tous ces cris de secte ct de p a r t i , n é g r o -

philes et radicaux,

orangistes et unitaires,

toutes ces a c c l a -

mations furibondes et populaires. I l existe a u j o u r d ' h u i en E u r o p e une classe d ' h o m m e s , et votre nation en fourmille plus que toute autre,

q u i ne s o n t ,

à p r o p r e m e n t p a r l e r , d'aucun pays en particulier ; ils

sont

s e u l e m e n t et u n i q u e m e n t r é v o l u t i o n n a i r e s , ne reconnaissant d'autre principe et d'autre s e n t i m e n t que ceux enfantés par u n s e m b l a b l e s y s t è m e . E n cette q u a l i t é , et p a r une sorte d e confraternité , constans

ils deviennent

zélateurs

les a m i s ,

des r é v o l u t i o n n a i r e s ,

les ardens en

et les

quelque

pays

qu'ils se m o n t r e n t , les préférant à leurs propres concitoyens qui ne sont pas animés d e ces m ê m e s principes

subversifs.

Ils s'intéressent et c o o p è r e n t , par la manifestation de leurs v œ u x et de leurs écrits,

par des souscriptions en armes et e n

a r g e n t , quelquefois par des m a n œ u v r e s sourdes et par l'envoi d'émissaires , au succès de ces m ê m e s révolutionnaires, q u a n d même

ceux-ci seraient en opposition

ouverte

et déclarée

contre leur g o u v e r n e m e n t , soit en t e m p s d e p a i x c o m m e en t e m p s d e guerre. Cette observation nous paraît foudée et p e u t être justifiée par

les é v é n e m e n s

dont

nous

sommes

journellement

les

tristes t é m o i n s . U n e x e m p l e à p e u près s e m b l a b l e s'est offert à l ' E u r o p e à l ' é p o q u e d e la r é f o r m a t i o n , L u t h e r , de Z u i n g l e et d e Calvin, nouvelle c o m m u n i o n ,

o ù les sectateurs d e

préféraient ceux de celte

en quelques lieux qu'ils h a b i t a s s e n t ,


446 à leurs propres concitoyens qu'ils auraient volontiers c o m battus et détruits ; f o r m a n t entre e u x une association g é n é rale,

étrangère et i n c o m p a t i b l e avec celle d e t e r m i n é e par nos

relations civiles et p o l i t i q u e s , se soutenant et s ' a p p u y a n t r é ciproquement

par des m o y e n s

que réprouve toute société

bien ordonnée. Si enfin vous persistez à soutenir q u e l'esclavage est c o n traire à votre c o n s t i t u t i o n , nous vous dirons pour lors avec autant d e vérité que de justice : M e t t e z - v o u s d o n c d'accord avec v o u s - m ê m e s ; cela vous est assurément très-facile. A b a n donnez-nous ,

nous colons,

à notre destinée ; ne vous

cupez plus d e nous n i d e nos intérêts réels o u abusifs, q u e nous

sommes

insurmontable

en

opposition avec v o u s ,

à l'union,

un

oc-

puis-

obstacle

à la m a r c h e et à l ' e n s e m b l e

de

v o t r e c o n s t i t u t i o n ; et, p o u r v o u l o i r les mettre en accord,

ac-

c o r d i m p o s s i b l e,

bouleverser

nos

gouverner

par

ne venez p o i n t troubler,

relations sociales. nous-mêmes

Laissez-nous

enfin

nous

c o n f o r m é m e n t à nos lois et à nos institutions

particulières qui f o r m e n t , p a r l e u r réunion, n o t r e organisation sociale,

la base de toute

laquelle ne saurait être violée dans

celle q u i lui sert d ' a p p u i et de f o n d e m e n t , l ' e s c l a v a g e , nous

précipiter,

nous et nos familles,

sans

dans u n a b î m e

de

m a u x et d e ruines sans f o n d et sans t e r m e . N o u s vous avons déjà p r o u v é q u e, p o u r avoir m é c o n n u et enfreint ce principe d e self

government,

vos

colonies d u n o r d o n t

échappé à

v o t r e d o m i n a t i o n c o m m e à l e u r p r o p r e r u i n e et asservissement

(1) D.

(1).

O n p e u t c o n s u l t e r l ' H i s t o i r e de la Révolution

Ramsay,

la Caroline

a u x tomes p r e m i e r et d e u x i è m e , du Sud,

p a g e s 31 ,

47 >

entreprises

et

142,

américaine

a u t o m e p r e m i e r , p . 5 o , 8 7 , 1 1 0 , et t o m e 336

exécutées

et s u i v a n t e s , par

lord

Dunmore,

,

parle

p a g . 2'|Ç), 293 ; e t c e l l e d e

o n se c o n v a i n c r a gouverneur

de

deuxième,

des la

mesures Virginie

,

et par les différens chefs de l'armée anglaise. i l s e n l e v a i e n t les n è g r e s ,

les e n r ô l a i e n t , l e s a r m a i e n t , p r o m e t t a n t

a s s u r a n t la l i b e r t é à t o n s c e u x - l à combattre

qui

se r é u n i r a i e n t à e u x , A n g l a i s ,

e n c o m m u n les p r o p r i é t a i r e s ,

et

pour

leurs anciens maîtres. C e

fut


447 Si vous ne voulez pas faire cet abandon, vous réservant par là et en tout temps la faculté d'affranchir illégalement nos nègres contre notre volonté expresse, nous tenant ainsi dans un état d'alarme sans cesse renaissant, incompatible avec notre sûreté habituelle et tous nos autres droits devenus également par là incertains, chancelans et précaires ; payeznous pour lors la valeur entière de nos propriétés en nègres , terres , machines ct animaux ; la justice vous l'ordonne et vous en fait un devoir rigoureux. Vous les vendrez ou les r é partirez ensuite entre tous vos partisans et affidés ; vous les administrerez conformément à vos vues, à vos seuls risques et périls, comme l'équité le requiert, et vous verrez par

non

s e u l e m e n t p a r des p r o c l a m a t i o n s,

mais par d'autres m o y e n s plus

i n f â m e s e n t r e p r i s c o n c u r r e m m e n t a v e c des p e r s o n n e s d u c a r a c t è r e l e p l u s d é p r a v é,

q u ' o n c h e r c h a à s é d u i r e,

dans l ' o u b l i d e l e u r s d e v o i r s .

c a p t e r e t e n t r a î n e r les e s c l a v e s

Attirés par un m o y e n

aussi p e r f i d e

ct

i n u s i t é j u s q u ' i c i d a n s l e s a n n a l e s d e s p e u p l e s civilisés ; u n n o m b r e p l u s ou moins considérable

d e n è g r e s a b a n d o n n è r e n t l e u r s h a b i t a t i o n s,

r a l l i è r e n t sous l ' é t e n d a r d b r i t a n n i q u e, ches à découvrir

les p r o p r i é t é s

qu'ils enlevèrent s u b o r d i n a t i o n,

ct

appartenant à leurs

maîtres

p i l l è r e n t e n c o m m u n a v e c les A n g l a i s ; e t

dit notre

a u t e u r,

se

contribuèrent p a r leurs r e c h e r -

cachées

toute

é t a n t d é t r u i t e , ils d e v i n r e n t i n s o -

l e n s c t r a p a c e s , et e n p l u s i e u r s o c c a s i o n s , s u r p a s s è r e n t l e s A n g l a i s m ê m e d a n s l e u r p i l l a g e et d é v a s t a t i o n . Q u o i q u e r e n t d e la m a n i è r e l a p l u s m i s é r a b l e,

plusieurs d'entre eux p é r i -

ceux qui survécurent f u r e n t , à

l ' é p o q u e d e l ' é v a c u a t i o n d e s t r o u p e s , e m m e n é s et v e n d u s d a n s les c o lonies anglaises. L a v e n t e des n è g r e s , a j o u t e l ' h i s t o r i e n , Vol

c t p a r p i l l a g e,

était trop

enlevés p a r

s é d u i s a n t e p o u r q u e d e s officiers e t d e s

soldats ct autres personnes attachées à l ' a r m é e ,

p u s s e n t y résister : i l

s u p p u t e , d ' a p r è s les m e i l l e u r s j u g e s , q u e d e p u i s les a n n é e s 1775 l ' a n n é e 1783 ,

jusqu'à

l ' é t a t d e la C a r o l i n e d u S u d a p e r d u e n n è g r e s p o u r

une

v a l e u r de a5 mille p o u n d s ; la G é o r g i e et autres parties d u c o n t i n e n t , q u a t r e m i l l e n è g r e s v a l a n t c h a c u n 25o

gourdes,

dont

la p l u p a r t

ont

é t é é g a l e m e n t t r a n s p o r t é s e t v e n d u s d a n s les c o l o n i e s a n g l a i s e s . 11 est à c r o i r e q u e , si l e g o u v e r n e m e n t a v a i t r é u s s i dans s o n e n t r e p r i s e m i l i t a i r e,

i l se s e r a i t n o n - s e u l e m e n t r e f u s é a u x j u s t e s r é c l a m a t i o n s d e

ces p e u p l e s,

mais il l e u r e û t enlevé et leurs libertés et leurs franchises,

c o m m e il l ' a v a i t d é j à o r d o n n é p o u r l a c o l o n i e d e M a s s a c h u s s e l , p r e m i e r l o y e r d e l ' i n s u r r e c t i o n ; et i l a u r a i t d e p l u s a p p e s a n t i s o n j o u g s u r e u x


448 la suite si vous avez un juste motif pour vous louer de vos plans négrophiles. Vous ne pouvez vous refuser à cette proposition juste et conciliatrice ; vous ne sauriez vouloir équitablement qu'une entreprise, au moins incertaine et douteuse, si elle n'était déjà dangereuse, fût conçue et exécutée par ceux-là mêmes qui y sont sans intérêt direct, présent ou éloigné, et effectuée aux dépens et risques des seuls actionnaires et malgré leur désapprobation formelle. Car, après vous être enrichis, vous et les vôtres, par la vente des nègres, par l'achat et la vente de toutes nos denrées, par suite d'un commerce exclusif qui vous a été singulièrement profitable, premier fondement de

t o u s . C a r la victoire est p r e s q u e t o u j o u r s a c c o m p a g n é e d ' u n m e n t d'oppression ,

s u r t o u t envers des h o m m e s réputés

redouble-

rebelles,

mé-

p r i s é s e t d é s i g n é s s o u s les q u a l i f i c a t i o n s l e s p l u s i n j u r i e u s e s . D a n s l a g u e r r e q u i ; v i e n t d ' a v o i r l i e u e n t r e les A m é r i c a i n s e t les A n glais

,

et

ceux-ci

se

à

une

époque

permirent

,

l'abolition

après

de

l'incendie

la

de

traite

avait

Washington

été et

prononcée autres

,

excur-

sions e n c e g e n r e , q u i r e s s e m b l e n t à d e s c o u r s e s d e p i r a t e s , d ' e n l e v e r u n e certaine

quantité

l e u r s c o l o n i e s,

de nègres

ainsi q u e

esclaves

l'assurent

qu'ils

vendirent

ces p r e m i e r s .

ensuite

Voilà,

certes

g e n r e d e traite b i e n a u t r e m e n t s c a n d a l e u x et c o n d a m n a b l e exercé sur la côte d ' A f r i q u e , c u n e l o i, jamais Anglais

que

s u r t o u t après avoir été p r o s c r i t ,

dans un celui

qu'au-

pas m ê m e c e l l e d e l a g u e r r e d a n s ses p l u s g r a n d s é c a r t s , n ' a

autorisé

ni

justifié.

S i,

à l'époque

de leur

ont cru p o u v o i r ravir a u x A m é r i c a i n s

s é p a r a t i o n,

les

leurs propriétés p a r t i -

c u l i è r e s c o m m e s u j e t s r e b e l l e s ; ils n e p o u v a i e n t p l u s

se l e

permettre

l o r s q u ' i l s les c o m b a t t a i e n t c o m m e p u i s s a n c e s o u v e r a i n e e t i n d é p e n d a n t e . J ' i g n o r e si ces d é p r é d a t e u r s e t v o l e u r s p u b l i e s o n t é t é p u n i s , r e c h e r c h é s o u c e n s u r é s m ê m e p a r les a u t o r i t é s n a t i o n a l e s . D a n s les différentes

guerres auxquelles

s o n t l i v r é e s d a n s l e u r s c o l o n i e s,

je

les puissances

m a r i t i m e s se

n e s a c h e pas q u e d a n s a u c u n e o c c a

s i o n o n se s o i t p e r m i s d e p a r t et d ' a u t r e d e p i l l e r d e s n è g r e s e t les p r o priétés particulières,

si c e n'est

l'île

sous

Saint-Eustache

cependant à l'époque

l'amiral

Rodney,

qui

fit

d e la p r i s e d e main

t o u t e s les p r o p r i é t é s p a r t i c u l i è r e s . E l l e s f u r e n t n é a n m o i n s l é g i t i m e s possesseurs p a r M . d e B o u i l l é , vent,

avec

cette

générosité,

basse s u r

remises

aux

g o u v e r n e u r g é n é r a l des îles d u

cette urbanité

française,

ce

général

a y a n t repris cette colonie à p e u d'intervalle d e t e m p s après la p r e m i è r e conquête.


449 votre

puissance c o m m e r c i a l e

et m a r i t i m e ,

il serait v r a i -

m e n t injuste et dérisoire q u ' e n vous retirant en q u e l q u e sorte d e cette entreprise,

gorgés d e biens et de trésors, vous nous

laissassiez nous débattre entre nous sur les débris d ' u n e

for-

t u n e attaquée et m i n é e d e toutes parts par v o u s , en c o n t e m p l e r froidement

le s p e c t a c l e , au m o i n s avec indifférence ;

nous exposer e n f i n ,

à nos Seuls risques et p é r i l s , à l'essai

d'une m e s u r e nouvelle sans que vous dussiez encourir, c o m m e particulier, a u c u n danger

ni d o m m a g e

dans

vos biens

ni

dans vos personnes. J'ai tort d e dire q u e vous vous retireriez d e cette e n t r e p r i s e , puisque v o u s prétendez ne pas vouloir

l'abandonner

après l'affranchissement des e s c l a v e s , et devoir conserver le droit d e nous administrer avec la faveur d ' u n privilége e x c l u sif p o u r votre c o m m e r c e . M a i s , j e vous le d e m a n d e , quels d o i v e n t être de votre part la c o m p e n s a t i o n

et le retour d e

cette faveur insigne? Q u e l doit être p o u r nous le sacrifice d ' u n droit d o n t vos compatriotes européens jouissent en c o m m u n à notre désavantage m a n i f e s t e ? Ce n'est pas sans d o u t e ,

et

s e u l e m e n t cette protection c o m m u n e et générale que v o u s devez à

également,

tous

vos

en

votre

concitoyens

nes c o m m e

dans

qualité

de

leurs

biens

puissance et

dans

souveraine leurs

,

person-

enfans d e la m ê m e patrie ; mais b i e n le droit

particulier a u x colons de régler et d ' o r d o n n e r tout ce q u i a r a p p o r t à leur r é g i m e particulier, sans le concours et l ' a u t o rité de votre puissance législative. d'autre base l é g i t i m e,

V o u s ne sauriez trouver

d'autre lien et c i m e n t à notre u n i o n

et b o n h e u r c o m m u n s ; ils sont fondés sur la r a i s o n , la j u s tice,

la p o l i t i q u e , sur la situation forcée des choses

et d e

nos rapports m u t u e l s . Comment,

d'ailleurs,

pouvez-vous

constitution proscrit l'esclavage,

affirmer

lorsque vous

que

votre

vous

faites

u n e pratique constante d'asservir les peuples que vous avez subjugués, Cette

de leur ravir leurs droits et leur i n d é p e n d a n c e ?

indépendance

n'est-elle

donc

pas

un

droit

aussi

sacré

,

et dont ils ne sont pas moins jaloux que celui de leur liberté naturelle,

sans l a q u e l l e ils ne sauraient j o u i r d ' a u c u n b i e n -

29


450 fait qui leur fût propre et personnel, surtout de ce privilége si essentiel de se gouverner par eux-mêmes, sans l'intervention forcée et arbitraire d'une autorité étrangère et usurpatrice? N'avez-vous pas conquis, par une suite de moyens que réprouvent également la morale et la civilisation, tout l'Indostan, au nombre de 45 millions d'hommes, lesquels, par la différence de leur langage, de leurs mœurs et de leurs habitudes, par leur élorgnement à l'autre extrémité du globe , semblaient devoir être à jamais séparés de vous et affranchis «le votre domination? Ne l'étendez-vous pas journellement, par suite de cet esprit de conquête et d'envahissement g é n é ral qui vous d o m i n e , sur toutes les portions non encore soumises ? et c'est une compagnie de marchands que vous avez constituée souveraine de ces contrées immenses et populeuses ; souveraineté la moins propre à gouverner les peuples par l'intérêt sordide qui la domine presque exclusivement et forme sa principale occupation. Cette concession de la puissance suprême a été presque généralement abandonnée par les gouvernemens européens ; elle n'a été restreinte seulem e n t , et depuis quelque temps par vous, mais assez étendue encore pour permettre à la compagnie de commettre des vexations et des injustices sans n o m b r e , comme vos propres annales le constatent (1). Le fameux procès intenté par la

V o y e z l ' o u v r a g e i n t i t u l é : État civil,

(1)

Bengale , p o r t é s,

par M .

Bolls,

et commercial

du

t é m o i n o c u l a i r e d e t o u s les faits p a r l u i

politique

rap-

a y a n t été e m p l o y é p e n d a n t p l u s i e u r s années de suite dans l ' I n d e

e n d i f f é r e n t e s q u a l i t é s : o u v r a g e t r a d u i t en f r a n ç a i s, sans n o m d ' a u t e u r . L'auteur «

Que

ment

anglaisa

les aux

déclaré

agens

de

publiquement

la

ordres des

compagnie

directeurs;

v e n t s u r les n a t u r e l s d u

pays,

22

gouverneurs

millions

partie

decette

et

le

que

;

que

ces

somme;

Bengale

est

que en

les

proie

au

â

dans

la

chambre

l'Inde

des

contreviennent

communes: formelle-

q u e c h a q u e a n n é e les e m p l o y é s l è -

un

i m p ô t extraordinaire s'approprient

tribunaux monopole

de et

la

justice aux

de plus plus

sont

vexations.

de

grande corrompus,

Les

habi-

t a n s d u B e n g a l e s o n t p l u s o p p r i m é s p a r la c o m p a g n i e q u ' i l s n e l ' é t a i e n t par

les

anciens

Mogols,

moyens employés

surtout par leurs anciens souverains. —

p a r la c o m p a g n i e

et ses a g e n s , p o u r

opprimer

Les les


451 c h a m b r e des c o m m u n e s contre M . Hastings,

ancien g o u v e r -

n e u r , en fournit la p r e u v e . O n a v u , en cette o c c a s i o n , v o tre illustre compatriote, d'accusation,

M . Burke,

dévoiler des

comme chef du comité

intrigues,

des

horreurs ct

des

cruautés d ' u n genre inouï et i n c o n n u j u s q u ' a l o r s . N e r e t e n e z - v o u s pas enfin ces peuples sous l ' e m p i r e de la f o r c e , l e v a n t sur eux des contributions é n o r m e s , sans leur c o n s e n t e m e n t préalable,

ne leur accordant a u c u n e

assem-

b l é e , l ' é m i s s i o n d ' a u c u n v o t e , l'exercice d ' a u c u n droit tout ce q u i i m p o r t e à leur b o n h e u r ?

en

Cette oppression et ce

refus de pouvoirs à des étrangers devenus vos sujets,

sont-ils

contraires o u conformes à votre constitution? Celle-ci ne vous i m p o s e - t - e l l e pas au contraire l ' o b l i g a t i o n d e reconnaître ces premiers principes d e toute législation é q u i t a b l e en faveur d e vos propres concitoyens,

ct sans doute aussi en faveur d e

c e u x q u e vous rangez sous votre puissance ; si votre c o n s t i tution était r é e l l e m e n t ce q u e vous assurez être o u devoir être,

o u p l u t ô t si vous étiez aussi libéral envers ces peuples

q u e vous persistez à vouloir l'être envers des n è g r e s , l e s quels,

en leur qualité d'esclaves,

ne sont ni vos s u b o r d o n n é s

ni vos sujets i m m é d i a t s ? Ils ne le d e v i e n n e n t q u ' a u m o m e n t où ils c o m m e t t e n t

quelques délits o u c r i m e s , en

m e t t a n t l'ordre p u b l i c

d'une

manière

r a m è n e sous votre j u r i d i c t i o n ;

compro-

quelconque qui

ct les t r i b u n a u x ,

les

en i n f l i -

geant la peine de m o r t , les caisses p u b l i q u e s nous i n d e m n i s e n t d e leur p e r t e .

m a l h e u r e u x i n d i e n s d e t o u t e classe,

sont i n n o m b r a b l e s . Ils e m p l o i e n t

t o u r à t o u r les a m e n d e s , les c o n f i s c a t i o n s , les e m p r i s o n n e m e n s , l e f o u e t , et ils a r r a c h e n t p a r f o r c e a u x f a b r i c a n s d e s b i l l e t s e t d e s o b l i g a t i o n s . Les

Indiens

malgré

leur

sont

réduits

jalousie

,

à les

un

tel

Anglais

état

d'avilissement

leur

enlèvent

et

d'esclavage

souvent

leurs

que

,

femmes

sans q u ' i l s o s e n t o u p u i s s e n t s'en p l a i n d r e . — L e m o n o p o l e e x e r c é

par

l a c o m p a g n i e s u r l e s e l , le b é t e l et le t a b a c , c o n s i d é r é s c o m m e p r e m i e r s b e s o i n s,

est d e s p l u s o d i e u x . »

E n parcourant cet é c r i t , divisé en d e u x

volumes,

on trouvera

des

p r e u v e s a m p l e s e t m u l t i p l i é e s des i n j u s t i c e s c t d e s v e x a t i o n s e m p l o y é e s p a r la c o m p a g n i e e t ses d i v e r s a g e n s e n v e r s les m a l h e u r e u x I n d i e n s .


452 V o u s tenez enfin ces peuples dans un état de d é p e n d a n c e et d e vasselage

extrêmes ; vous vous êtes

constitués

leurs

chefs et leurs a d m i n i s t r a t e u r s , l'arbitre d e leur sort et d e leur de

destinée. nullité

et

Ces de

différens

états

dépendance

de

souffrance

servile,

qui

et

de

misère

entraînent

la

,

sub-

version d e leur g o u v e r n e m e n t originel o ù ceux de leurs p r i n ces q u i les régissaient naguère sont d é t r ô n é s ,

rançonnés,

e m p r i s o n n é s et vexés sous m i l l e f o r m e s diverses

(1),

eux et

leurs s u j e t s , ne constituent-ils pas dans leur e n s e m b l e

un

véritable m o d e d'esclavage civil et p o l i t i q u e , cent m i l l e fois p i r e q u e celui exercé aux A n t i l l e s , si surtout o n a égard aux circonstances m u l t i p l i é e s q u i sont inhérentes a u x uns et aux autres et dans les choses et d a n s les personnes ? Nous nous en p e r m e t t r o n s ici une comparaison de

parallèle. Les uns f o r m a n t une p o p u l a t i o n

u n sol qui l e u r fut toujours propre,

en

forme

indigène sur

o ù e u x et leurs ancêtres

sont n é s ; les autres c o m p o s é s de peuplades diverses et transplantées sur u n e terre étrangère q u i ne leur a j a m a i s appart e n u : c e u x - l à , sous leur ancien g o u v e r n e m e n t ,

libres dans

leurs personnes et leurs propriétés (2), a n t i q u e b e r c e a u d e

(1)

Q u a n t a u p r i n c e , a p p e l é le g r a n d M o g o l , i l d é p e n d , c o m m e l e s

n a b a b s , d e s e m p l o y é s d e la c o m p a g n i e q u i l e u r a c c o r d e n t d e s p e n s i o n s , u n e sorte de s u b s i s t a n c e ; i n s t r u m e n s et vils j o u e t s de l e u r a m b i t i o n d e l e u r c u p i d i t é , ils e n f o n t

et

ce q u i l e u r plaît. ( M ê m e extrait. )

(a) M . H o l w e l l , a n c i e n g o u v e r n e u r d u B e n g a l e , n o u s d i t e n parlant, d e la p r o v i n c e d e B i s s e n a p o r e , g o u v e r n é p a r u n r a j a h , a n c i e n

souve-

r a i n d u p a y s : « O n n e t r o u v e p l u s q u e d a n s ce d i s t r i c t les v e s t i g e s l'ancien gouvernement

de

d e l ' I n d o s t a n , q u i é t a i t si sage e t si b i e n f a i s a n t .

C ' e s t là q u ' i l p a r a î t d a n s t o u t e sa b e a u t é , et q u ' o n a p e r ç o i t la r é g u l a r i t é d e s a n c i e n n e s m œ u r s . L ' a d m i n i s t r a t i o n est é q u i t a b l e et d o u c e ; les s o u verains s e m b l e n t m o i n s g o u v e r n e r leurs sujets q u e leurs enfans. L a prop r i é t é et la l i b e r t é d e s h o m m e s s o n t i n v i o l a b l e s .

O n n'y entend parler

d ' a u c u n v o l p u b l i c o u p a r t i c u l i e r . L e g o u v e r n e m e n t p r e n d u n soin i m m é d i a t d u v o y a g e u r e t d e son de

cette

province.

On

lui

é q u i p a g e , d è s q u ' i l e n t r e s u r les t e r r e s

d o n n e g r a t u i t e m e n t des gardes ,

qui

sont

c h a r g é s d e l e c o n d u i r e d e p l a c e e n p l a c e , et q u i r é p o n d e n t d e la p e r s o n n e e t d e s effets q u ' o n l e u r c o n f i e . » ( M ê m e s e x t r a i t s q u e c i - d e s s u s . ) Q u o i q u ' o n ait c h e r c h é

à infirmer ce

témoignage

de

M.

Holwell,


453 la civilisation, des arts et des sciences, qui date d'une origine presque fabuleuse, lesquels se sont ensuite répandus dans la plus grande portion de l'hémisphère occidental ; ceux-ci, soumis dans leur pays, de toute éternité, à un esclavage féroce, où les premiers élémens de l'ordre social, toutes les connaissances pratiques, fondées sur une industrie cultivée, et celles d'un genre plus élevé sont restées jusqu'ici inconnues et n'ont jamais pu germer ni prendre racine parmi eux, malgré tous les efforts tentés à cet égard : nous colons, comme premiers occupans, relativement aux nègres qui n'ont paru qu'après notre premier établissement ; possédai) I, à ce titre, les propriétés ; formant, sur un sol vierge et inoccupé en partie, un corps politique, constitué dès l'origine par nos premiers fondateurs, en rapport avec les mœurs ct les habitudes de ces peuplades transplantées que nous avons encore améliorées en partie en les soumettant à un régime infiniment plus doux, plus moral, que celui qu'ils éprouvaient dans leur pays natal, et tel qu'aucun individu

M . B o t h n o u s a s s u r e,

même ecrit,

q u e les h a b i t a n s

de l ' I n d e o n t été

a u t r e f o i s aussi sages et aussi h e u r e u x q u ' a u c u n d e l a t e r r e . —

cipes

du gouvernement

pire devint bientôt

florissant

U n auteur moderne, gouvernement avaient furent q u e,

été en

vigueur

et riche.

M . L u k e Scrafton ,

de l'Indostan sagement

,

jusqu'à

d a n s ses Réflexions

L'agriculture ,

sur

n o u s d i t q u e les l o i s d e l ' I n d o s t a n ,

établies

comme

l'invasion

des de

barrières Nadir

il n'y avait p e u t - ê t r e pas dans le m o n d e

administré.

prin-

Les

m o g o l é t a i e n t si m o d é r é s et si d o u x q u e l ' e m -

les m a n u f a c t u r e s

contre

Shah.

le qui

l'oppression

Avant

cette

,

épo-

un gouvernement mieux et

le c o m m e r c e

étaient

p l u s florissans q u ' o n n e p e u t l ' i m a g i n e r ; e x c e p t é c e u x q u i é t a i e n t d a n g e r e u x p a r l e u r s r i c h e s s e s et p a r l e u r p u i s s a n c e , p e r s o n n e verge de l'oppression.

ne sentait la

L e s commerçans n'avaient nulle part autant

l i b e r t é et d e s e c o u r s d e l a p a r t d u

gouvernement,

qui leur

de

accordait

une protection spéciale. » O n r e m a r q u e r a enfin q u e la c o u r des m e n t défendu ,

s o u s des p e i n e s s é v è r e s,

n i q u e r en A n g l e t e r r e

directeurs a toujours stricteà ses e m p l o y é s d e r i e n c o m m u -

d e t o u t ce q u i a r a p p o r t à

son c o m m e r c e c t à

son a d m i n i s t r a t i o n , a y a n t i n t é r ê t à v o i l e r l ' u n et l ' a u t r e p o u r p e r p é t u e r s o n m o n o p o l e c t ses v e x a t i o n s .


454 ne voudrait y r e t o u r n e r : v o u s , Indiens, ciennes libertés de

privés d e vos a n -

et f r a n c h i s e s , dépouillés e n grande partie

vos propriétés,

perdant en outre

votre

indépendance

c o m m e nation existante encore sur son propre t e r r i t o i r e , e t régis enfin p a r des lois qui n ' o n t amélioré en rien votre s i tuation,

l ' o n t a u contraire e m p i r é e,

et lesquelles

forment

l'apanage s u p r ê m e d e ceux q u i se sont emparés d e tous vos pouvoirs originels (1). C o m m e n t ne reconnaîtriez—vous pas ces différences r e m a r quables, dance

qui

nécessitent la liberté des u n s et la d é p e n -

des a u t r e s ? A u c u n d e vous a - t - i l j a m a i s t o n n é e n

plein p a r l e m e n t , geresse

fait entendre

sa voix e n f l a m m é e e t v e n -

contre cet injuste envahissement d e l ' I n d e , e n s o l -

licitant et e n p r o v o q u a n t la libération d e tous ces p e u p l e s , d e cette n o m b r e u s e population d e 4 5 millions d'individus ? Si v o u s ni aucun des vôtres n ' o n t j a m a i s réprouvé n i v o u l u a b a n d o n n e r cette d o m i n a t i o n tyrannique,

de q u e l droit e t

sur q u e l principe vous élevez-vous et d é c l a m e z - v o u s cesse avec tant contre

d e v i o l e n c e,

cette autorité

nègres ? C e l l e - c i

d'acrimonie

exercée,

par nous c o l o n s , sur nos

n'est-elle pas déterminée par des c o n s i d é -

rations majeures,

forcées,

et telles q u e nous vous les avons

(1) N o u s n o u s p r é v a u d r o n s e n c o r e e n c e t t e o c c a s i o n d e s de

observations

M . H é e r e n . — « L e g r a n d M o g o l n e l a r d a pas à céder à l a c o m p a g n i e

le droit d e lever des i m p ô t s pension. merce, se

sans-

et d e f r é n é s i e ,

le

trouve

dans l e B e n g a l e ,

et le nabab

gouverneur par

conservassent

le

,

fait

s'étant

aussi

souverain

encore

saisi

absolu

le fantôme

t r o u v e l i v r é à t o u t e s les c a l a m i t é s p a r t , a u x exactions

,

de

l'administration

quoique

les

comme

,

q u i p e u v e n t affliger u n p a y s ; d ' u n e avide et t y r a n n i q u e ; d ' u n

la politique a n g l a i s e

change toujours

pays

possesseurs

d e l ' a u t o r i t é . — A i n s i l e Bengale se

d'une administration

la c h u t e d u M y s o r e ,

du

anciens

a u t r e p a r t à toutes les gênes d u m o n o p o l e l e plus r i g o u r e u x . changé ,

reçut u n e

A i n s i , après s'être assuré d e l ' e x p l o i t a t i o n exclusive d u c o m -

celle

dans

—Depuis

l'Inde a sensiblement

des conquérans

tout puissans.

L e u r d o m i n a t i o n i n d i r e c t e d e v i e n t de p l u s en p l u s i m m é d i a t e ; l a c o m pagnie abandonna

ses alliés,

l e u r s é t a t s , e t ils n ' e n mettant à recevoir

les d é p o u i l l a e n t o t a l i t é o u e n p a r t i e d e

conservèrent

garnison

quelques

ou à payer

portions

tribut. »

qu'en

se s o u -


455

présentées dans

tout le cours de cet écrit ; tandis que la vôtre

n'est fondée q u e sur le désir d e la conquête,

sur la violation

de tous les d r o i t s , n e p o u v a n t être appuyée p a r aucune c o n sidération j u s t e n i h u m a i n e ? C o m m e n t p o u v e z - v o u s

enfin

concilier ce m o d e d'esclavage p o l i t i q u e ct i n d i v i d u e l , établi et m a i n t e n u invariablement par vous dans l ' I n d e,

avec votre

c o n s t i t u t i o n , l e m e t t r e en accord e t e n h a r m o n i e ? V o u s n e sauriez y parvenir,

et cette entreprise excéderait m ê m e les

efforts d u p l u s p r o f o n d d e v o s investigateurs. Si vous étiez c e p e n d a n t juste et conséquent à v o s p r i n c i p e s , avant d'affranchir des nègres qui n e vous appartiennent plus d u m o m e n t q u e vous en avez transporté la propriété à d ' a u t r e s , sur lesquels v o u s n e devriez en conséquence

exer-

cer aucun d r o i t , ct d o n t l ' é m a n c i p a t i o n m ê m e graduelle c a u serait u n s o u l è v e m e n t , des incendies et des m e u r t r e s , vous renonceriez à v o t r e d o m i n a t i o n arbitraire et t y r a n n i q u e sur l ' I n d e entière. Cette renonciation, loin d e produire aucun des résultats fâcheux d e l ' é m a n c i p a t i o n , serait a u contraire t r è s favorable pour ses h a b i t a n s et leur g o u v e r n e m e n t , en les rétab l i s s a n t , e n les réintégrant dans leurs droits et dignités p r e mières,

sans confusion et sans é m e u t e . A u t a n t l ' u n e d e ces

mesures serait utile et salutaire p o u r tous les intéressés, c o m m a n d é e par la j u s t i c e , l ' h u m a n i t é et les droits i m p r e s c r i p t i b l e s des p e u p l e s , autant l'autre serait funeste sous tous les rapports possibles, n'étant n i nécessaire, ni u r g e n t e , n i p o s s i b l e m ê m e , e t sans q u e leurs propagateurs p u i s s e n t n o u s d o n n e r aucune assurance certaine d e son succès a u t r e m e n t que parleurs v œ u x ; et succès qui n ' o n t j a m a i s p u être réalisés par aucune p e u p l a d e noire, ni par aucun t é m o i g n a g e des âges passés. A p puyés sur des faits et des démonstrations si p é r e m p t o i r e s , q u e p e u t - o n v é r i t a b l e m e n t nous opposer ? C'est

cependant

cette

dernière

mesure

que

vous

préférez

,

non encore une fois par humanité , comme nous nous flattons d e l'avoir p r o u v é , mais p a r suite d e cet esprit n o v a t e u r , do ce système r é v o l u t i o n n a i r e , e n violation d e tous n o s droits c o m m e b r e t o n s , et e n contradiction manifeste d e votre c o n stitution ; l a q u e l l e ,

loin

d'avoir

aboli

l'esclavage,

l ' a au


456 contraire c o n s a c r é , tacitement au m o i n s si ce n'est f o r m e l l e m e n t p e n d a n t d e u x siècles et d e m i , autant par l'usage et l a c o u t u m e q u e par vos propres l o i s , ce q u i constitue en notre fav e u r u n droit et u n e p r o p r i é t é i n c o m m u t a b l e s . Les personnes sensées et éclairées, chez vous, ne t é m o i g n e n t - e l l e s pas u n e r é p u g n a n c e e x t r ê m e à apporter le m o i n d r e c h a n g e m e n t dans leurs lois et c o u t u m e s anciennes ? P o u r q u o i

formerions-nous

u n e exception à cette sage r é s e r v e , dans u n o b j e t qui a p o u r soi une existence d ' u n e si longue durée ? A m e n d e z,

perfection-

nez, mais n'abolissez et ne détruisez pas ; car vos réformes et v o t r e p r é t e n d u e amélioration ne sont q u e des destructions véritables c o m m e nous nous flattons d e l'avoir p r o u v é . Je sais que par les derniers actes d u p a r l e m e n t et par l ' é t a b l i s s e m e n t d u bureau de c o n t r ô l e , o n a c h e r c h é à restreindre le pouvoir de la c o m p a g n i e et de ses agens, à garantir les I n diens des injustices et des vexations auxquelles ils sont j o u r n e l l e m e n t e x p o s é s . M a i s c o m m e n t p e u t - o n se flatter d e p r o téger c e u x - c i , et d ' e m p ê c h e r toute sorte de tyrannie et des concussions d e la p a r t des personnes éloignées d e plus d e quatre m i l l e lieues de la puissance c o ë r c i t i v e , et a u x q u e l l e s o n est forcé d e déléguer une grande p o r t i o n des pouvoirs p u b l i c s sous l e u r seule r e s p o n s a b i l i t é ; lorsque ces m ê m e s pouvoirs n e s o n t n i contenus ni r é p r i m é s par des assemblées o u u n e a u torité i n d i g è n e ; et l o r s q u ' a u sein m ê m e de nos s o c i é t é s , en présence et sous la vigilance de l'autorité s u p é r i e u r e , il se c o m m e t par f o i s , j e ne v e u x pas dire s o u v e n t , des actes a r b i traires et des abus de p o u v o i r ? E n o u t r e , q u e l intérêt réel p e u v e n t p r e n d r e des administrateurs et des fonctionnaires p u b l i c s â u n pays o ù ils ne résident que passagèrement, le quittant tous a u m o m e n t o ù ils o n t acquis u n e fortune p l u s o u m o i n s c o n s i d é r a b l e , q u ' i l s s'empressent

d e venir étaler a u x y e u x

de

leurs c o m p a t r i o t e s ? O n assure q u e l o r d Clives avait apporté d e ces contrées 137 m i l l i o n s ; il en doit être d e m ê m e des a u tres a g e n s , en p r o p o r t i o n de leur grade et d e leurs vexations particulières. Si m ê m e,

par la suite et à une certaine é p o q u e , on e n l è v e

à la c o m p a g n i e s o n privilége e x c l u s i f , le p o u v o i r qui

y est


457 attaché , et à la cour des directeurs son autorité supérieure , en

transportant

celle-ci

à

la

couronne,

qui

est

censée

avoir

fait cette cession ; cette dernière p o u r r a - t - e l l e , à la distance où elle se trouve de ces m ê m e s c o n t r é e s , c o m m a n d e r avec cette supériorité qui appartient à la puissance, faire respecter ses ordres et protéger les droits d e t o u s ? Cela est plus que douteux. Car il est r e c o n n u , par tous les publicistes et par une expérience constante,

q u ' à m e s u r e q u e l'état s'agrandit,

l'autorité s u p r ê m e s ' a f f a i b l i t , se p e r d en proportion d e cet a g r a n d i s s e m e n t , celle des d é l é g u é s devenant plus a r b i t r a i r e , sujet à p l u s d ' a b u s et d e vexations a u x extrémités de

l'em-

pire q u ' a u centre. On est en général p l u s libre dans les c a pitales q u e dans aucune autre portion d u r o y a u m e . Q u e l l e sera d o n c et que p e u t être son influence protectrice à cette autre extrémité d u g l o b e en faveur des o p p r i m é s contre leurs oppresseurs ? T o u s les Européens ayant été expulsés de l ' I n d e , le g o u v e r n e m e n t b r i t a n n i q u e se flatte d'être d é l i v r é désormais d e toute concurrence é t r a n g è r e , et de n'avoir plus aucun

en-

n e m i à c o m b a t t r e . C e p e n d a n t , par u n de ces derniers r é g l e m e n s,

il est d i t :«

Q u e le g o u v e r n e u r général ne peut faire

la guerre sans u n ordre exprès d e la cour des directeurs o u d u c o m i t é secret d u b u r e a u des directeurs,

à m o i n s q u e la

c o m p a g n i e o u ses alliés ne soient a t t a q u é s , o u que l ' e n n e m i ne fasse des préparatifs d'attaque contre eux ; e t , dans ce cas, p o u r d o n n e r aux mesures d u g o u v e r n e m e n t toute et la p r o m p t i t u d e

nécessaires,

risés à agir sans le c o n c o u r s ,

les gouverneurs

l'énergie

sont a u t o -

et m ê m e contre l ' o p i n i o n

c o n s e i l ; mais alors ils p r e n n e n t sur e u x toute la

du

responsa-

bilité. D'abord ,

c o m m e n t la cour des directeurs p e u t - e l l e

naître à t e m p s

con-

les m o t i f s d ' u n e j u s t e g u e r r e , transmis

de

l ' I n d e et renvoyés ensuite a p p r o u v é s par elle ? Q u e l t e m p s ne s ' é c o u l e r a - t - i l pas avant t o u t c o m m e n c e m e n t d'hostilités q u i p e u v e n t être p l u s o u m o i n s funestes à la puissance anglaise? A u s s i , c'est pour obvier à cet i n c o n v é n i e n t m a j e u r , q u e les gouverneurs sont autorisés,

les é v é n e m e n s p r é v u s a r r i v a n t ,


458 d'attaquer ce n o u v e l e n n e m i . Mais ces é v é n e m e n s s o n t , de leur n a t u r e , litigieux, gues,

et p e u v e n t naître m ê m e p a r des intri-

des m e n é e s sourdes et faites à dessein ; et d è s - l o r s ils

présentent aux gouverneurs une grande latitude et des p r é textes plausibles p o u r entreprendre et déclarer la g u e r r e . S'ils r é u s s i s s e n t , si surtout ils p a r v i e n n e n t à ajouter de nouvelles possessions aux d o m a i n e s actuels,

ils seront

vraisemblable-

m e n t approuvés et p e u t - ê t r e m a g n i f i q u e m e n t récompensés ; car m a l h e u r e u s e m e n t le succès justifie m e s,

tout p a r m i les

hom-

surtout de la part d e certains g o u v e r n e m e n s q u i c o n s i -

dèrent en général moins la j u s t i c e et les droits des gens que l'agrandissement

de

l e u r puissance,

q u e leur avantage et

leur utilité propres. S'ils é p r o u v e n t des défaites et d e grands revers,

q u e d e débats et de contestations p a r m i les partisans

et les antagonistes d e la guerre ! que d e discussions épineuses dans des intérêts si éloignés et si c o m p l i q u é s p a r d e v a n t l e s c h a m b r e s p o u r p o u v o i r distinguer c l a i r e m e n t et jusqu'à quel point ou

on

a

été

seulement

véritablement

défenseur

forcé

agresseur des

sans

intérêts

motifs

légitimes

nationaux

et

, de

la souveraineté s u p r ê m e ! Si ces diseussions se p r o l o n g e n t , si l'esprit d e parti s'en m ê l e, c o m m e cela paraît p r e s q u ' i m m a n q u a b l e , elles finiront par fatiguer le p u b l i c entier aussi bien q u e les a s s e m b l é e s . O n en a v u u n e x e m p l e frappant dans le l o n g procès d e M . Hastings ,

q u i a d u r é h u i t années entières

et consécutives ; et autant et p l u s p e u t - ê t r e par lassitude que par conviction,

la c h a m b r e des pairs a fini par a b s o u d r e cet

ancien gouverneur d e toute accusation,

q u o i q u e les charges

élevées contre lui paraissaient le c o m p r o m e t t r e d ' u n e

ma-

nière assez g r a v e . Ainsi on p e u t conclure,

d'après tout ce q u e nous

venons

d'exposer , q u e la guerre peut s ' a l l u m e r de n o u v e a u, être plus ou moins qu'assurée,

heureuse ; que et q u e les

cette d o m i n a t i o n est rien

I n d i e n s continueront à vivre

moins dans

l ' o p p r e s s i o n , sans p o u v o i r o b t e n i r le redressement d e leurs g r i e f s , ni être secourus et assistés dans leurs m i s è r e s , soit q u e l'autorité s u p r ê m e s'exerce par la c o m p a g n i e et ses agens, ou par les délégués de la c o u r o n n e .


459 Nous ferons r e m a r q u e r de p l u s , à cet égard,

que dans les

débats qui eurent lieu tout r é c e m m e n t au p a r l e m e n t b r i t a n nique, relativement à l ' i n d é p e n d a n c e des colonies d e l ' A m é r i que méridionale ( indépendance q u i ne ressemble en rien celle des nègres a u x A n t i l l e s,

i

et q u ' o n n e p e u t confondre

sans u n a v e u g l e m e n t e x t r ê m e ) , les m e m b r e s, tant de l ' o p p o sition que d u côté m i n i s t é r i e l , a s s u r è r e n t , à l ' e n v i les uns des autres,

q u ' i l était absurde et injuste q u e d i x - s e p t

mil-

lions d ' h o m m e s fussent assujettis au j o u g tyrannique d e d i x millions d'Espagnols e u r o p é e n s . C o m m e n t , après u n e a s s u rance si g é n é r a l e m e n t manifestée,

après une déclaration si

ouvertement p r o c l a m é e et

avouée,

vouloir que quaraute-cinq

millions d'Indiens

ose-t-on

prétendre

et

continuent à

'ester assujettis au j o u g tyrannique de quinze m i l l i o n s d ' A n glais ? Quelle inconséquence étrange et insensée ! Cependant quelle différence i m m e n s e entre ces deux p o s sessions ! l ' u n e fondée en totalité par des E u r o p é e n s f o r m a n t la niasse presque générale de la p o p u l a t i o n,

q u i y ont trans-

porté leurs capitaux et l e u r i n d u s t r i e , leurs a r t s , l e u r science et l e u r civilisation tout entière p a r m i des peuplades p o u r la plupart sauvages et barbares, devenues civilisées et jouissant de certains p r i v i l é g e s ; l'autre étant u n e n v a h i s s e m e n t total des droits d'une nation

entière h a u t e m e n t

civilisée par l e

m o y e n et avec l'assistance d ' u n e p o i g n é e d'Anglais restant étrangers à ces contrées ; d ' u n e nation enfin q u ' o n a s o u m i s à un j o u g étranger en détruisant son g o u v e r n e m e n t q u i e n faisait le b o n h e u r . Si l ' u n e est u n établissement

entièrement

e u r o p é e n , c o m m e o n n e saurait le m é c o n n a î t r e,

qui a p u

s'incorporer

métropole

n'en

étant

et

s'identifier

qu'une

extension

primitivement et

une

annexe,

Sa l a n g u e - m è r e, une partie d e ses lois, m œ u r s ; l'autre est et restera

avec

sa

conservant

de ses usages,

d e ses

toujours étranger à l ' E u r o p e

sous tous les rapports. T e l l e est cependant la p o l i t i q u e des représentans d ' u n e nation q u i croient juste et l é g i t i m e p o u r eux ce qu'ils refusent aux autres c o m m e vexatoire et t y r a n nique,

dans des circonstances e m p o r t a n t encore avec elles

plus d'abus d'autorité,

plus d'injustices criantes et

,

encore

iniques


46o dans une de ces circonstances que dans l'autre, c o m m e nous v e n o n s de le voir et d e le constater. L'esclavage est e n c o r e , suivant v o u s ,

contraire à la m o -

r a l e , à la j u s t i c e et à l ' h u m a n i t é . Les v e r t u s , les vérités et les sentimens qu'elles e x p r i m e n t c o m m a n d e n t i n d u b i t a b l e m e n t notre obéissance, hommages.

I l serait

notre r e s p e c t , et m é r i t e n t tous nos à désirer sans doute q u e ces principes

et ces sentimens animassent en général tous

les h o m m e s ;

mais il en est u n b i e n petit n o m b r e qui les suivent et les pratiquent

dans l e cours de l e u r l o n g u e existence.

Hélas!

n o t r e nature ne c o m p o r t e pas ce degré de perfection morale et la construction d e nos s o c i é t é s , cette œ u v r e d e notre sagesse p r é t e n d u e , le p e r m e t encore m o i n s,

soit p a r les vices et les

imperfections qui leur sont inhérentes,

soit par cette d i v e r -

sité d ' i n t é r ê t s , de p e n c h a n s et de passions d o n t c h a c u n de nous est a n i m é dans cette variété de professions e t d e situations

diverses

qu'entraîne

et q u e nécessite notre

réunion

e n m a s s e . Quels sont en effet les h o m m e s q u i , dans leurs relations m u l t i p l i é e s , surtout de p e u p l e à p e u p l e , obéissent à ses l o i s , et en font

la règle u n i q u e et constante de leur

c o n d u i t e ? N e sont-ils pas au contraire d o m i n é s,

subjugués

p a r leur i n t é r ê t ? et les l o i s , par l e u r exacte e x é c u t i o n , f o r tifiées et sanctionnées par la religion e l l e - m ê m e,

ne se m o n -

t r e n t - e l l e s pas s o u v e n t impuissantes p o u r les contenir dans les bornes de la m o d é r a t i o n,

d e la justice et de l ' h u m a n i t é ?

Ces

de

principes

d e j u s t i c e et

d ' u n e force coactive, gouvernemens

dans

m o r a l e u n i v e r s e l l e , privés

sont-ils respectés des peuples et des leurs

transactions

politiques et e x t é -

rieures ? Ne les e n f r e i g n e n t - i l s pas o u v e r t e m e n t ,

si surtout

dans ces d é m ê l é s , dans ces grandes luttes de p e u p l e à p e u p l e , o ù c h a c u n d ' e u x , s'étant m o n t r é alternativement le plus fort par le succès m o m e n t a n é d e ses armes, pas hésité d ' i m p o s e r des

n'a pas c r a i n t , n'a

conditions onéreuses,

contraires à toute équité naturelle ? V o u s

en

injustes

et

retracerais-je

ici des e x e m p l e s f u n e s t e s , puisés dans votre propre histoire, p l u s féconde en ce genre q u ' a u c u n e a u t r e ? I l est sans doute beau et l o u a b l e de r e c o m m a n d e r et d ' h o -


461 norer, m ê m e par ses v œ u x , ces vertus fondées sur la j u s t i c e , la morale et l ' h u m a n i t é ; m a i s il faudrait s'en m o n t r e r s o i même ce

exact

n'est

Ce

observateur.

qu'armé

de

n'est

cette

confiance et notre estime,

qu'à

égide

cette

qu'on

seule

peut

condition

mériter

,

notre

nous convaincre en m ê m e t e m p s

de la pureté des principes et de la sincérité des de ceux q u i s'établissent

en

chefs

sentimens

les ordonnateurs et

les

promulgateurs de ces lois sacrées et obligatoires p o u r nous tous. Si,

loin d e vous y c o n f o r m e r ,

vous enfreignez v o u s -

m ê m e , sans désapprobation et sans r e m o r d s appareils, ces lois saintes et sacrées envers des peuples entiers ; si de plus vous témoignez, formels, en

dans u n e circonstance particulière et en

faveur des uns,

les a u t r e s , lateurs

termes

une préférence aveugle et une prédilection outrée

,

dominés

de l'indifférence et de l'injustice contre

contraires à vos devoirs d e citoyens et de l é g i s -

vous

n'êtes

par

l'intérêt

plus

que

ou

des

hommes

l'orgueil

de

national,

mauvaise ou

foi

du

,

moins

perdus et égarés dans vos abstractions, a u m o y e n desquelles vous vous jouez de tous nos droits ; o u,

pour mieux

dire,

vous vous couvrez d u m a s q u e d e l ' h u m a n i t é et d e la j u s t i c e pour en i m p o s e r au vulgaire

et à la m u l t i t u d e : car

justice et une h u m a n i t é exercées f o r c é m e n t de citoyens, donnent

,

surtout

ces

et q u i ne p e u v e n t atteindre

ne

sont

vertus

et pures

ne

être

moins

seules

,

De

le

les

vertus

Un droit évident à n o t r e vénération et à nos h o m m a g e s . homme,

,

vraies

ont

vicieux m ê m e ,

désintéressées

ceux q u i les o r de

qui

cette manière tout

et

sauraient

une

sur une classe

h o n n ê t e et le plus

p e u t paraître h u m a i n et v e r t u e u x en

im-

posant des devoirs et des sacrifices q u i ne p e u v e n t le c o n cerner en rien,

o u d o n t il pourrait se j o u e r i m p u n é m e n t .

sacrifices et les vertus q u e vous

exigez

d e nous colons

Les ne

sauraient vous atteindre ; d o n c ils n e p e u v e n t être prescrits ni i m p o s é s nature,

par

v o u s . Il n'appartient

q u ' à l'auteur

de

la

à cet être u n i q u e

et s u p é r i e u r , de nous i m p o s e r

des devoirs et des sacrifices,

sans être astreint à aucune o b l i -

gation envers nous ; sa b o n t é , sa c l é m e n c e miséricordieuse étant un refuge assuré et notre seule consolation contre la


462 méchanceté

des h o m m e s ,

contre nos propres faiblesses et

n o s imperfections en tout genre. Ces vertus diverses o n t reçu plusieurs définitions de nos p h i losophes et d e nos moralistes m o d e r n e s . M a i s , en nous tenant ici à u n e définition

q u i leur est g é n é r a l e m e n t a p p l i c a b l e ,

elles o n t u n rapport direct et constant avec les devoirs que n o u s i m p o s e la société u n s envers les autres, de

fonctionnaires p u b l i c s,

suprême

race h u m a i n e

et d e chefs d e

les

l'administration

v o u l o i r les étendre indéfiniment sur

tout entière

est

une entreprise

r i q u e , d ' u n e p h i l o s o p h i e p e u éclairée, part qu'un l'âme,

multipliées

d e l'état. Ce sont là nos premières et nos plus ri-

goureuses o b l i g a t i o n s ; la

dans nos relations

en nos qualités de s i m p l e s citoyens,

engouement

d o n t l'exercice

de

l'esprit

chimé-

ne dénotant d e notre et

une

exaltation

de

ne p e u t recevoir d'application dans

a u c u n e é p o q u e et dans aucune circonstance de la vie c o m m u n e et ordinaire. C o n t e n i o n s - n o u s cercle p l u s o u inoins b o r n é,

d e renfermer dans un

nous l'avons déjà d i t , nos d e -

voirs et nos affections les plus réels et les plus

avantageux,

si nous voulons l e u r conserver la vie et les m o u v e m e n s leur sont p r o p r e s ; ne les étendons d e n o s sociétés

circonscrites,

qui

pas a u - d e l à d e l'enceinte

p o u r en détruire toute l'effi-

cacité, tout l e m é r i t e , et n'allons point créer a u loin,

sous

un masque imposteur,

h y p o c r i t e , et en échange de

toutes

nos obligations sociales,

des vertus stériles et d ' u n e vaniteuse

ostentation. Q u ' i m p o r t e en e f f e t , et de q u e l l e utilité réelle p e u t - i l être q u e m o i , E u r o p é e n , j e m'intéresse, j e me t o u r m e n t e e m p h a t i q u e m e n t , en i m a g i n a t i o n et par a b s t r a c t i o n , au sort d ' u n A f r i c a i n , d ' u n Tartare,

d'un h a b i t a n t des terres australes o u

d e toute autre contrée éloignée ; si d'ailleurs j e suis exact o b servateur des lois d e m o n pays, juste et h u m a i n envers t o u s m e s concitoyens d a n s toutes les occasions et les occurences d e la v i e , soit c o m m e i n d i v i d u , soit c o m m e

fonctionnaire

o u magistrat ? n ' e s t - c e pas là tout ce q u ' o n a droit d'exiger d e nous sur cette t e r r e , h u m a i n e m e n t et m o r a l e m e n t ? Q u a n t à

des devoirs d ' u n e

nature

supérieure

q u i nous

lient

et


463 nous s u b o r d o n n e n t

à

cet ordonnateur s u p r ê m e d e toutes

les œuvres d e la création,

ils sont d u ressort seul d e la c o n -

science, de cette croyance, d e cette foi intime ct d e ce for i n térieur ; ct d è s - l o r s ils sont h o r s d e la juridiction et de la puissance h u m a i n e . E n faisant tout le bien possible à m e s semblables,

à ceux

avec lesquels

nous vivons en c o m m u -

nauté, p a ï e n s , amis et c o n c i t o y e n s , suivant l'ordre d e p r é f é rence et d e p r é é m i n e n c e observé dans cette gradation et cette hiérarchie d e nos devoirs respectifs,et sans avoir c o m m i s à leur égard a u c u n tort,aucun m é f a i t , n o u s avons été justes e t h u m a i n s autant que n o t r e nature le c o m p o r t e . S'il est un être p a r m i nous q u i a acquis ce d e g r é de perfection m o r a l e ; si d e plus il en est u n qui,

à la réunion d e ces qualités,

ait é t é ,

c o m m e fonctionnaire p u b l i c o u chef d e l ' é t a t , impartial

des

lois

de

sa

patrie

et

de

la

justice

soit

l'exécuteur distributive

,

ou se soit efforcé d'être utile, de coopérer au bonheur de ses administrés et s u b o r d o n n é s dans le cercle i m m e n s e d e ses attributions,

en créant d e nouvelles institutions pour c o n s o -

lider ce m ê m e b o n h e u r ; c e l u i - l à aura b i e n m é r i t é et pourra u n j o u r i m p l o r e r avec résignation encore, et nos imperfections

car nos

faiblesses

en tout genre sont i n n o m b r a b l e s , la

b o n t é et la c l é m e n c e d u plus d o u x et d u p l u s généreux des maîtres. Si u n des p r e m i e r s pères de l'Église, Grégoire d e N a z i a n z e , a dit :«

orateur s a c r é , saint

q u e l'injustice c o m m i s e envers

des parens est la plus c r i m i n e l l e de toutes» ,

il s'ensuit é v i -

d e m m e n t q u e les obligations et les devoirs q u i nous l i e n t e n vers eux,

sont d'une nature p l u s i m p é r i e u s e et p l u s sacrée

q u e ceux q u i sont relatifs à nos concitoyens ; il s'ensuit é g a l e m e n t,

et par la m ê m e conséquence,

q u e nous s o m m e s plus

o b l i g é s , plus astreints envers ces derniers q u e nous n e s a u rions l'être relativement à des étrangers,

à des inconnus h a -

bitant u n e autre portion d u g l o b e : toutes m a x i m e s c o n f o r m e s aux principes établis par n o u s . C e p e n d a n t u n prélat distingué et illustre,

d e vertus é m i -

nentes et d ' u n génie s u p é r i e u r , renverse cette gradation d e s e n t i m e n s , ct s'égare, ce me s e m b l e , en disant : «J'aime m i e u x


464 m a famille que m o i - m ê m e ; j ' a i m e m i e u x m a patrie q u e ma famille;

mais

j'aime

Loin

d'admirer

j'ose

croire

mieux

cette

qu'elle

le

genre

progression

est

contraire

humain

de à

que

sentimens la

nature

et et

ma

patrie.

»

de

devoirs

,

à

ces

mêmes

devoirs ; à l a nature qui a i m p r i m é dans le c œ u r de tous les h o m m e s e n caractères indélébiles l ' a m o u r i n n é q u ' o n tenterait e n v a i n d'arracher ,

d e s o i , principe

et q u i , b i e n

et d i r i g é , p e u t servir d e f o n d e m e n t a u pacte

réglé

social ; à nos

devoirs q u i v e u l e n t que nous aimions, nous préférions et que nous nous occupions p r i v a t i v e m e n t des intérêts et d u b o n h e u r d e nos parens et de nos concitoyens p l u t ô t que de ceux qui nous s o n t étrangers. Car si c e u x - c i devaient l ' e m p o r t e r , n o s rapports sociaux seraient intervertis et r o m p u s,

tous

des bases

fictives et imaginaires substituées à des principes naturels et réels,

les seuls f o n d e m e n s d e toute association possible et

durable. Actuellement,

q u e l l e est la n é c e s s i t é , quelle n ' e n

pas m ê m e l ' i n j u s t i c e , si vous, tion

de

l'Europe,

dédaignant

ou

d u m o i n s indifférent

étranger en q u e l q u e sorte a u b o n h e u r d e vos d'outre-mer ,

serait

Anglais o u d e toute autre n a et

compatriotes

enfreignant en outre leurs droits par une légis-

l a t i o n n o u v e l l e que vous n'avez assurément pas à vous seuls le privilége preuves p a r

d'émettre

et de p r o m u l g u e r d'après

nous r a p p o r t é e s , vous

toutes

les

sacrifiiez e n entier ces

m ê m e s droits en faveur d ' u n e race étrangère ; race qui vous est i n c o n n u e, avec laquelle vous n ' a v e z aucune relation p o s sible et éventuelle,

par c o n s é q u e n t aucun devoir ni aucune

obligation à r e m p l i r envers elle,

soit au m o m e n t p r é s e n t ,

soit dans u n t e m p s plus é l o i g n é ? Q u e l droit a v e z - v o u s d e proè c l a m e r avec e m p h a s e,

exagération et é c l a t , votre

humanité

prétendue a u x dépens et au préjudice d e la nôtre ; d e vous croire enfin p l u s h u m a i n q u e nous t o u s en général c o m m e c h a c u n d e nous en particulier ? Q u a n d et c o m m e n t a u r i e z vous p u l'être envers des nègres, active e t par u n sacrifice r é e l , qu'un

vain et stérile

son ;

c'est-à-dire d'une m a n i è r e sans q u o i l ' h u m a n i t é

vous q u i êtes

n'est

étrangers à ces

sacrifices et n'en supportez aucun d o m m a g e ; vous enfin

qui


465 ne p o u v e z l'être et ne l'avez été j u s q u ' i c i que par des m o y e n s d a n g e r e u x , par u n e théorie fausse et insensée? L ' h u m a n i t é , q u a n t aux n è g r e s , considérée dans

son rapport général

et

particulier, vous est étrangère, et c o m m e i n d i v i d u s , et c o m m e législateurs ; elle

forme

au

contraire

une

des

obligations

exclusives et essentielles des colons en leur d o u b l e qualité de propriétaires ct d'administrateurs toutes leurs relations sociales avec

publics

des nègres,

e u x , et p a r les

par

devoirs

qui en d é r i v e n t , d o n t ils s'acquittent p o n c t u e l l e m e n t et avec plaisir, nonobstant et en contradiction f o r m e l l e des i n c u l p a tions et des calomnies de tous vos n é g r o p h i l e s . L'humanité

m ê m e que vous r é c l a m e z en leur faveur

va

directement contre votre b u t ; elle est nécessairement c o n trariée et restreinte par la suppression d e la traite. Car c'est u n fait qui ne p e u t être révoqué en d o u t e , et qui a été c o n firmé par tous les voyageurs qui o n t visité ct séjourné Afrique p e n d a n t plusieurs années d e s u i t e , quart de siècle,

en

et souvent u n

q u e les nègres sont i n c o m p a r a b l e m e n t plus

m a l h e u r e u x dans leur pays natal q u ' a u x A n t i l l e s , et m o i n s encore aux colonies françaises que partout ailleurs, douceur et l'urbanité des m œ u r s de leurs habitans, nature m ê m e

par la

et par la

de leur g o u v e r n e m e n t .

I n d é p e n d a m m e n t d e la d u r e t é , d e la sévérité exercée e n Vers e u x tous par des h o m m e s , leurs s e m b l a b l e s , e x c e s s i vement

ignorans,

cruels et barbares,

m a r c h e n t c o m m u n é m e n t e n s e m b l e,

défauts et vices q u i

ils sont de plus exposés

à être sacrifiés aux m â n e s d e leurs a n c ê t r e s , et massacrés d e sang-froid dans plusieurs occasions. Ces m a s s a c r e s , auxquels ils échappaient souvent autrefois par le m o y e n du rachat d e leurs personnes,

se renouvelleront ct s'étendront de n o u v e a u

par la suite sur tous leurs prisonniers i n d i s t i n c t e m e n t , p a r la suppression d e la traite,

c o m m e les faits récens le c o n s t a -

tent (1). I l est certes plus c o n f o r m e à l ' h u m a n i t é ,

(1)

N o u s v o u s e n a v o n s f o u r n i la p r e u v e à la p a g e 156 d e c e p r e m i e r

é c r i t . C o n s u l t e z e n o u t r e un Voyage frique

plus utile

; u n autre entrepris

au

dans

Sénégal;

la partie l'Histoire

méridionale de

Dahomé

3o

de

l'A-

,

par


466 pour les nègres d'être transportés aux colonies comme esclav e s , que d'être impitoyablement massacrés, que de c o n t i nuer même à vivre en Afrique, dans l'esclavage, sous leurs féroces conducteurs ; vous ne sauriez le nier. Il est évident, d'après tous ces faits et toutes ces c i r c o n stances incontestables , que leur sort, dans nos possessions , s'améliore d'une manière sensible par nos lumières et notre

M . D a l z c l , ancien gouverneur de W h y d a d ; et la compilation q u ' i l a faite de la narration donnée par Robert M o r i s , é't celle de L i o n e l A b s o n ; le premier ayant résidé pendant dix-huit ans, et. le dernier pendant vingt-sept sur la côte d ' A f r i q u e , dont vingt en qualité de gouverneur. Ce sont là vos propres auteurs qui, par leurs fonctions , leurs dignités , et leur longue résidence , méritent toute créance. Nous allons extraire de leurs écrits les d e u x traits suivans : « Q u a n d le roi du Dahomé m e u r t , toutes ses femmes se tuent entre elles. A la mort d'Adahoonson , le massacre devint général parmi les femmes, et cela continua pendant d e u x jours et demi. L a nature h u maine se soulève au récit de pareilles cruautés. Il suffit sans doute de constater ces faits, sans qu'il soit nécessaire de les détailler et de les circonstanciel. Contentons-nous de faire observer que cinq cent quatre-vingtquatre femmes furent massacrées par leurs compagnes en celte occasion, conformément aux préjugés quirègnent dans ce malheureux pays. « Il ordonna ( Adahoonson de rassembler un grand nombre do prisonniers et de me les montrer. Je refusai d'en acheter a u c u n , en ce qu'ils me paraissaient tous malades et extrêmement exténués (emacialed). « Puisque c'en est ainsi, dit-il, j e les tuerai.» Je cherchai à le dissuader de ce p r o j e t , et j e l'engageai à les employer à la fabrication d u sel, puisqu'ils venaient du pays qui le produisait, ou de les employer à tout autre usage. Il me dit que ce serait donner un mauvais exemple en conservant dans le pays des hommes qui pourraient devenir dangereux ; que les étrangers, dans un gouvernement tel que le sien, n u i raient et inspireraient des sentimens défavorables à son autorité. Je ne puis pas dire quel fut en définitif le sort de ces malheureux ; je sais qu'ils n'ont pas été conservés p o u r la fabrication du s e l , et j e ne doutepas que quelques-uns, après avoir recouvré leur force et leur s a n t é , n'aient été achetés depuis comme esclaves p o u r les colonies ; mais ceux q u i ne purent trouver des acheteurs ont été indubitablement mis à mort ; leurs coutumes annuelles, dont l'époque a p p r o c h a i t , en auront également réclamé trois cents pour arroser de leur sang le tombeau des ancêtres d'Adahoonson. »


467 humanité, par les douceurs, les ménagemens ct des sacrif i c e s à eux accordés dans les différentes occurrences de la v i e , soit en maladie ou en santé, soit dans leur vieillesse o u en lance. Il l'est encore par la protection de nos lois , qui , en les maintenant dans notre dépendance , dépendance indispensableinent nécessaire et utile pour tous, leur assurent leur petit p é c u l e , leur existence qui ne peut plus se perdre

« O n o r d o n n a que t o u s les crimes d e l ' e n n e m i s e r a i e n t a p p l i q u e s

aux

m u r s p o u r la décoration d u palais. L a personne chargée d e cette o p é r a t i o n , a y a n t n é g l i g é d e faire son c a l c u l , s ' a p e r ç u t , a v a n t q u ' e l l e e û t a c h e v é s o n e n t r e p r i s e,

qu'il

n'y

a v a i t pas

une

quantité

suffisante d e

c r â n e s p o u r g a r n i r t o u s les m u r s d u p a l a i s . E l l e d e m a n d a la p e r m i s s i o n d o c o m m e n c e r d e n o u v e a u son t r a v a i l , j u g e a n t q u ' e n p l a ç a n t l e s c r â n e s à u n e p l u s g r a n d e d i s t a n c e les u n s des a u t r e s ,

elle réussirait d ' u n e m a -

n i è r e r é g u l i è r e c t m é t h o d i q u e . L e roi n e v o u l u t pas c e p e n d a n t y d o n n e r s o n c o n s e n t e m e n t , e n o b s e r v a n t q u ' i l a u r a i t b i e n t ô t u n e q u a n t i t é suffisante d e têtes badagrées

( nation de l ' A f r i q u e ) ,

p o u r l'entière e x é c u -

t i o n d e son p l a n . C e s m ê m e s p e r s o n n e s c o n t i n u è r e n t d o n c l e u r t r a v a i l jusqu'à c e q u e tous

ces c r â n e s

f u s s e n t e m p l o y é s ; a y a n t alors

l e s m u r s q u i se t r o u v a i e n t v i d e s c t fait l e u r c a l c u l , elles

mesuré

virent,

qu'il

l e u r m a n q u a i t c e n t v i n g t - s e p t têtes p o u r a c h e v e r et p a r f a i r e l e u r s o p é rations.

C e nombre

d e victimes

fut incontinent

t i r é des p r i s o n s c t

m a s s a c r é d e s a n g f r o i d , et l e u r s têtes a p p l i q u é e s a u x m u r a i l l e s d u lais.

A v a n t leur exécution,

pa-

ils f u r e n t i n f o r m é s q u e les têtes a p p o r t é e s

par lo général de l ' a r m é e

avaient

leurs avaient été dès-lors

d e s t i n é e s à s u p p l é e r à c e d é f i c i t . C e t a c t e de

barbarie

fut

généralement

approuvé

été par

jugées toutes

insuffisantes , les

personnes

et que les présentes.

»

( Mêmes extraits que ci-dessus.) On

r e m a r q u e r a q u e ces m a s s a c r e s,

ces actes d e b a r b a r i e c t d e f é r o -

c i t é n e s o n t p o i n t d e t e r m i n é s p a r les m a u v a i s p e n c h a n s e t les v i c e s d e certains chefs o u d e q u e l q u e s i n d i v i d u s , mœurs,

do leurs usages

m a i s s o n t le p r o d u i t d o l e u r s

e t de leurs coutumes généralement

pratiqués

p a r eux t o u s , surtout dans cette i m m o l a t i o n de victimes humaines cousacrées

annuellement aux mânes d o leurs

ancêtres. V o i l à

les h o m m e s q u ' o n a préférés à des c o l o n s , à des compatriotes , a e x a l t é les q u a l i t é s m o r a l e s e t i n t e l l e c t u e l l e s ,

cependant dont o n

en d é p r i m a n t c e l l e s d e

ces d e r n i e r s ! C a r n o s n é g r o p h i l e s n e se s o n t pas b o r n é s à c o m p a r e r colons avec leurs esclaves s e u l e m e n t , mais é g a l e m e n t avec la race c a i n e en g é n é r a l , l a t r o u v a n t

s u p é r i e u r e , le

type du genre

les afri-

humain;

l u i a c c o r d a n t u n e littérature et la c o n n a i s s a n c e des sciences les plus élé -


468 que pour crime constaté, crime excessivement rare parmi e u x , par suite de notre surveillance habituelle, de notre police intérieure et domestique, par toutes nos lois p r o t e c trices, et surtout par notre humanité bienveillante et secourable. Quoique notre intérêt soit notre m o b i l e , l'humanité n'en est pas moins secourue, assistée et soulagée ; e t , sous ce l'apport, notre régime aurait dû recevoir vos justes éloges au lieu de vos dénigrans et calomnieux reproches. Il serait sans doute et en apparence et plus noble et plus humain de les affranchir complétement. Indépendamment que cette m e -

v é e s . I l est i m p o s s i b t e d e caracte'riser c e de'lire d e l ' e s p r i t h u m a i n , et e n m ê m e t e m p s cet é l o i g n e m e n t et cette p r é v e n t i o n

infernale contre tous

les siens. I l faut être possédé de la n é g r o m a n i e au plus h a u t degré

d'exaltation

e t d ' i n f a t u a t i o n f r é n é t i q u e p o u r a v o i r m a n i f e s t é et c h e r c h é à faire p r é v a l o i r d e s m a x i m e s et d e s s e n t i m e n s p r é c i e,

que

e x c l u s i v e,

j'aime

bien mieux

aussi e x t r a v a g a n s . O h ! q u e j ' a p -

cet

engouement,

cette

prédilection

c e t t e e x a l t a t i o n d é l i r a n t e e n f a v e u r d e t o u s l e s siens,

c o m m u n e p a t r i e,

d e ce sol o ù l ' o n est n é,

d e la

o ù l ' o n a r e ç u ses p r e m i è r e s ,

ses p l u s t o u c h a n t e s i m p r e s s i o n s , e t e x h a l é ses p r e m i e r s s o u p i r s ! S i

ces

sentimens sont sujets à e r r e r ,

des

à se p e r d r e d a n s d e s é g a r e m e n s et

faiblesses p o u r les s i e n s , s u i t e d e s i m p e r f e c t i o n s d e n o t r e n a t u r e m o r a l e , ils s o n t e n p a r t i e e x c u s a b l e s p a r c e q u ' i l s s o n t c o m m u n é m e n t l e p r o d u i t d ' u n e â m e a i m a n t e et s e n s i b l e , les p l u s p r o p r e s à a p p o r t e r q u e l q u e s a d o u cissemens

et quelques

avortées,

d a n s les d é s a p p o i n t e m e n s

consolations dans nos entreprises ambitieuses et qu'entraîne

une

vie p u b l i q u e

et

orageuse. A n a t b ê m e d o n c et m i l l e fois a n a t b ê m e à t o u s c e u x q u i n e d'émotions et d'entrailles apparentes c o n n u s , des b a r b a r e s , h e u r s et des

infortunes

que

et restent froids de leurs

p o u r des

compatriotes!

Que

s o u r d s ! ils t é m o i g n e n t a u c o n t r a i r e l e u r s a t i s f a c t i o n l a m i s è r e et les s o u f f r a n c e s d e s uns, t y r a n n i q u e s d e s a u t r e s,

ressentent

é t r a n g e r s , des i n -

et s o u r d s a u x récits d e s

mal-

d i s - j e , froids e t

emphatique

pour

l e u r j o i e e x t a t i q u e p o u r les s u c c è s

p o u r leur domination envahissante et b a r b a r e ,

l a q u e l l e ils v e u l e n t m a i n t e n i r et s a n c t i o n n e r d e n o u v e a u s u r le sol n a t i f d e s c o l o n s,

i n o n d é et a b r e u v é d u s a n g d e t o u s l e s l e u r s . P u r i f i e z e t v i -

vifiez au contraire et de n o u v e a u d a n t e , a u x l u m i è r e s et à

ce s o l ;

r e n d e z - l e à sa v e r t u

fécon-

l ' h u m a n i t é des h o m m e s q u i l'avaient e m b e l l i

s o u s les aspects les p l u s r i a n s,

et y a v a i e n t é t a b l i l e s é j o u r d e l a

et du b o n h e u r en f a v e u r d e tous c e u x q u i

l'habitaient.

paix


469 sure n'est pas praticable, nous parmi

le

constatent

vous,

font

c o m m e les preuves apportées par

amplement, ou

croient

quels devoir

sont foire

donc des

ceux

sacrifices

qui

,

d'un

si g r a n d intérêt dans q u e l q u e genre que ce s o i t ? quels sont ceux q u i croiraient devoir s'y s o u m e t t r e , q u ' o n pourrait m ê m e y contraindre par u n e loi i m p é r i e u s e et p r o m u l g u é e l é g a l e m e n t,

sans qu'ils fussent disposés à se soulever et ne se s o u -

levassent en effet? Pourquoi donc v o u d r i e z - v o u s nous poser,

nous

obligation

forcer,

d'une

nature

nous colons, semblable

?

im-

à n o u s soumettre à une vous

,

encore

une

fois

,

qui n'en sauriez être victimes, qui vous jouez en outre et ins o l e m m e n t d e tous nos droits,

en vous p a v a n a n t , a u m i l i e u

des vôtres, avec faste et orgueil, d e votre h u m a n i t é prétendue à nos seuls risques et périls, n ' e m p o r t a n t de votre part aucun sacrifice réel ni aucun acte d e générosité particulière. P e r m e t t e z - m o i de vous l e d e m a n d e r , si v o u s , et autres A n glais,

qui insistaient si f o r t e m e n t p o u r l'abolition

d e l'esclavage,

graduelle

étiez des colons de la J a m a ï q u e , nés o u r é -

sidans sur les l i e u x m ê m e s ,

possédant pour tout bien une

fortune transmise par héritage o u acquise par des travaux et des capitaux e m p l o y é s sur des h a b i t a t i o n s , fruits de dustrie d ' u n e vie e n t i è r e ; d o u t l ' é d u c a t i o n ,

société ct les autres avantages qui y sont attachés,

toutes les

habitudes enfin d e la vie privée et p u b l i q u e eussent été terminés et fixés en grande partie par cette m ê m e transmise o u acquise,

l'in-

le rang dans la dé-

fortune

en feriez-vous d o n c les uns et les a u -

tres le sacrifice par a m o u r p o u r l ' h u m a n i t é ? N o n i n d u b i t a b l e m e n t ; car v o u s êtes h o m m e s q u i ne n o u s êtes point s u p é rieurs en r i e n , d o m i n é s par votre intérêt et surtout par tout ce q u i constitue votre existence i n d i v i d u e l l e et c o l l e c t i v e , soit sous les rapports privés de la famille,

soit sous ceux

d ' u n e plus grande généralité. V o u s t o u s , vous nous assurez que ce sacrifice,

loin de p r o -

duire un résultat f â c h e u x , opérera au contraire u n avantage réel ct pour le b o n h e u r d e tous. Q u ' e n s a v e z - v o u s d o n c,

en-

core une fois? Suffit-il de posséder quelques idées libérales , quelques principes de la législation universelle.-, pour se croire


470 aptes à gouverner tous les p e u p l e s ? S'il en était a i n s i , vous p o u r r i e z , avec u n code général et u n i f o r m e,

prétendre à

régir le i n o n d e e n t i e r , c o m m e o n en a eu la prétention en France p e n d a n t u n e assez longue durée d e t e m p s . M a i s il en va tout a u t r e m e n t dans nos relations sociales. N e faut-il pas en effet connaître le caractère p h y s i q u e et m o r a l des p e u p l e s , leurs m œ u r s , leurs h a b i t u d e s et leurs préjugés m ê m e s , tout ce q u i

constitue enfin l ' e n s e m b l e d e l e u r législation et d e

leur état social? N e faut-il pas en foire u n e étude suivie et p r o f o n d e , en se transportant sur les lieux m ê m e s , et en a p p r e n a n t leurs langues et leurs idiomes divers? Ce n'est p o i n t p a r m i nous que vous avez acquis ces connaissances bles et indispensables,

préala-

sans lesquelles tout n'est q u ' i n c o h é -

rences et c o n t r a d i c t i o n s , ruines et m a l h e u r s , p u i s q u e

vous

n'y êtes j a m a i s venus ; ce n'est point n o n p l u s en Afrique o ù vous n'avez pas plus é t é , et les témoignages presque u n a n i m e s des voyageurs qui o n t fréquenté et séjourné dans ces contrées sauvages infirment toutes vos propositions, votre vain et f a l lacieux s y s t è m e . Quels sont d o n c et p e u v e n t ê t r e , à cet é g a r d , vos garans et vos autorités? aucuns. E s t - i l d o n c juste, sage,

est-il

p o u v e z - v o u s m ê m e r a i s o n n a b l e m e n t et é q u i t a b l e m e n t

y prétendre, surances,

de se confier et de se reposer sur vos seules a s -

sur vos seuls pronostics,

q u e l q u e séduisans

que

vous paraissent vos projets novateurs et les raisonnemens sur lesquels vous croyez p o u v o i r ou devoir les f o n d e r ? N ' y a-t-il d o n c pas d e votre part une p r é s o m p t i o n extrême, u n e t é m é rité sans égale et une injustice manifeste à v o u l o i r introduire f o r c é m e n t , et par une usurpation de p o u v o i r s , un ordre d e choses i n c o n n u j u s q u ' i c i dans nos c o n t r é e s , pas m ê m e s o u p ç o n n é en spéculation ni h y p o t h é t i q u e m e n t ,

qui

boulever-

serait tout notre système s o c i a l , lorsque s u r t o u t , j e

le r é -

pète d e n o u v e a u et avec une nouvelle assurance, votre sûreté personnelle et celle des v ô t r e s , aussi bien q u e vos

intérêts

p a r t i c u l i e r s , ne sont et ne p e u v e n t être c o m p r o m i s en aucune manière p a r cette étrange et funeste i n n o v a t i o n ? Cette considération d e r n i è r e , et à elle seule,

ne d e v r a i t -

elle pas être u n m o t i f suffisant et i m p é r i e u x m ê m e ,

com-


4 7 1

m a n d é autant par l ' h o n n e u r et la délicatesse que par les s i m ples convenances sociales,

p o u r interdire à tout h o m m e u n e

mesure de ce genre? Il ne suffit pas de dire que nos craintes sont c h i m é r i q u e s , i l importe s e u l e m e n t qu'elles soient possibles ; et q u i e s t - c e q u i oserait assurer le contraire? V o u s

est-il

m ê m e p o s s i b l e , avec toute votre sagacité prétendue, de p r é voir,

de

conjecturer

m ê m e quel sera

l e résultat

définitif

d'une résolution n o u v e l l e , exotique à nos contrées ct jamais tentée, sards,

sujette p a r conséquent à tant d'accidens et de h a à tant d ' é v é n e m e n s et futurs contingens? Dans cette

incertitude hasardeuse ct c r u e l l e , n ' e s t - i l p a s d u devoir de tout h o m m e h o n n ê t e et consciencieux d e s'arrêter, a p p u y é sur cette m a x i m e antique de la plus haute sagesse : dans le d o u t e , m o r t e l , a b s t i e n s - t o i ! 11 n'appartient q u ' à l'ignorance et à l'orgueil d u pbilosophisnie m o d e r n e de n e douter d e r i e n ; et c'est c o m m u n é m e n t sur ce q u e nous le m o i n s et p o u v o n s

m ê m e le m o i n s

connaissons

connaître,

q u ' o n est

plus affirmatif, qu'on, p r e n d un ton plus tranchant et p é d a n l e s q u e m e n t doctoral. Cependant le doute et l'incertitude sont les attributs distinctifs d e tout esprit sage et é c l a i r é , nous a c c o m p a g n e n t dans toutes nos connaissances; celles m ê m e les p l u s certaines en a p p a r e n c e , et enfin j u s q u e dans ce q u ' i l nous importerait le plus de c o n n a î t r e , la certitude d e notre b o n h e u r futur. Q u e n ' o n t pas d i t , répété et p r o c l a m é dans l e m ê m e sens que v o u s , avec e m p h a s e ct u n e assurance

présomptueuse,

tant en chaire p u b l i q u e q u e dans leurs i n n o m b r a b l e s p a m phlets,

les novateurs en tout pays a u c o m m e n c e m e n t de

notre révolution en faveur de la liberté ct de l'égalité a b s o lues,

de la souveraineté d u peuple,

et de cotte régénération

des droits de l ' h o m m e

universelle q u i devaient r a m e n e r

p a r m i n o u s l'âge d ' o r et l e règne d'Astrée, fabuleuse

antiquité?

Qu'en

est-il

résulté

?

ces temps d ' u n e ruines,

malheurs

et catastrophes épouvantables pour nous tous , du moins pour la plus grande généralité ,

dans toutes les parties d u corps

s o c i a l , et j u s q u e dans l e sein de nos d e m e u r e s et de nos f a milles.. I l en sera de m ê m e p o u r les colonies aux A n t i l l e s ,


472

qui d e v i e n d r o n t en tous points s e m b l a b l e s à S a i n t - D o m i n g u e , si o n persiste dans les m ê m e s m e s u r e s , et si o n n e rasseoit pas cette dernière sur ses anciennes bases. Cette conclusion nous paraît aussi assurée q u e la catastrophe en sera infaillible. M a i s , m ' o b j e c t e r e z - v o u s i c i , d'après vos assertions é t r a n ges et vos pronostics e x t r ê m e s et sinistres,

n'encourons-nous

pas n o u s - m ê m e s les m ê m e s m a l h e u r s et les m ê m e s c a t a s t r o p h e s pour nos propres colonies, nous

puissions

rapports

y

être

étrangers

et c r o y e z - v o u s d o n c au

m o i n s sous

que

tous

c o m m e r c i a u x ? J'ignore d ' a b o r d l'intérêt

les

véritable

que v o u s pouvez leur porter c o m m e s i m p l e s particuliers et comme

hommes

publics

,

je

soupçonne

qu'il

est

bien

faible

,

ou, pour mieux dire, je suis intimement convaincu, et on vient d e voir sur q u e l m o t i f évident repose notre c o n v i c t i o n , q u e cet intérêt est cruellement m é c o n n u et ignoré par vous,

ose-

r a i - j e dire ? dédaigné et m é p r i s é , en raison de vos principes d e liberté absolue et d e votre prétendu a m o u r en faveur d e s nègres. Je ne connais pas ensuite vos arrière et secrètes p e n sées,

n'étant pas affilié, D i e u m e r c i , à la secte des n é g r o p h i -

les ni initié à ses mystères p r o f a n e s , secrets et mystères q u i appartiennent à toute secte et a u x q u e l s les grands sacrificateurs d'après

sont

seuls

quelques

admis.

Mais

principes

nous

sommes

ouvertement

amenés

manifestés

à

croire par

,

elle

et par les effets qui en sont déjà r é s u l t é s , q u i n e vous

ef-

fraient et n e vous é p o u v a n t e n t n u l l e m e n t , q u e vous voulez la l i b e r t é et l ' é g a l i t é , par suite les droits civils et politiques en faveur de tous les esclaves des A n t i l l e s , per fas

et nefas

;

et q u e si vos colonies en sont v i c t i m e s , vous en recevrez u n e sorte d e c o m p e n s a t i o n et d e d é d o m m a g e m e n t dans l ' a n é a n tissement c o m p l e t d e

toutes les

é g a l e m e n t par là p e u t - ê t r e, rine,

autres. V o u s vous

flattez

par la supériorité de votre m a -

p a r c o u r a n t sans rivaux la vaste étendue des m e r s , d e

p o u v o i r facilement v o u s récupérer de vos pertes en portant votre a c t i v i t é , votre industrie en d'autres c o n t r é e s , en d ' a u tres climats,

où vous n'aurez

pas p e u t - ê t r e à craindre ni à

lutter contre a u c u n e concurrence étrangère. V o u s poursuivez en disant que l ' a b o l i t i o n d e l'esclavage a


473 été reconnue nécessaire par vos grands h o m m e s d ' é t a t , F o x et a u t r e s , é g a l e m e n t partisans ardens de la liberté p o l i t i q u e . A c c o r d e z - v o u s donc cette liberté politique à tous vos d i s s i d e n s , surtout aux catholiques romains d o n t la nation i r l a n daise est p r e s q u ' e n totalité composée ? L e u r surtout cette liberté

religieuse,

accordez-vous

bien plus importante q u e

cette p r e m i è r e , puisqu'elle tient à la c o n s c i e n c e , à nos s e n t i m e n s intimes et à nos plus secrètes p e n s é e s , à ces m o u v e m e n s et à ces élans expansifs vers l'auteur de la n a t u r e , sur lesquels vous ne devriez exercer aucun p o u v o i r ? V o u s le leur avez refusé p e n d a n t l o n g - t e m p s ; vous ne leur accordez m ê m e aujourd'hui q u ' u n e s i m p l e tolérance,

ce qui est loin

d'être

une liberté entière d u culte généralement a d m i s a u j o u r d ' h u i par le plus grand n o m b r e des gouvernemens européens. V o u s ê t e s , à cet é g a r d , m o i n s bienfaisans, m o i n s libéraux et m o i n s h u m a i n s que nous t o u s , et v o u s restez en arrière d ' u n e grande partie d e l ' E u r o p e . Accordez-vous enfin cette liberté politique aux différens peuples s o u m i s à votre e m p i r e , régnicoles o u conquis? V o t r e législature entière p r o u v e q u ' i l en est autrement. Q u e signifient d o n c

tout

toutes ces assurances p o m -

peuses et perfides ? quelle est l ' i m p o r t a n c e et l'utilité d e ces déclarations politiques e t mensongères d e vous et

de

vos

h o m m e s d'état ? D'ailleurs q u ' a v o n s - n o u s b e s o i n , n o u s , Français, de l ' o p i n i o n d e vos grands h o m m e s lorsqu'il s'agit d ' u n e

mesure,

l'abolition

dans

de l'esclavage,

qui

généralité toutes les colonies

doit

comprendre

sa

é t r a n g è r e s , c o m m e vous avez

la témérité de l ' a n n o n c e r ? S o n t - i l s d o n c nos législateurs et nos g o u v e r n e u r s ? Q u e l l e confiance m ê m e p e u t - o n avoir en M . F o x ? q u e l crédit m é r i t e n t ses déclamations de tribune et ses cris d e p a r t i , lui q u i ,

en s ' e x p r i m a n t sur la révolution

française dans les séances des 6 et 11 et

92,

a

«

grands

«

mention

«

pays

dit et ,

«

les

plus pour

fabrique

était

heureux

également

comme

« était la

qu'elle

le

un dont

avantageuse monde

événemens

l'histoire et

entier

la plus glorieuse

mai des années

des

ait

importante ;

que

la

et la plus

les

1791 plus

encore

fait

pour

sou

constitution prodigieuse


474 « qui eût jamais été élevée par la sagesse humaine (1)? » Ce profond politique n'a pas vu ni soupçonné, ou plutôt, comme chef de l'opposition encensant la révolution avec exagération, laquelle a été blâmée ct censurée avec une grande force de raisonncmens par le ministère,

par tous

les partisans et amis du gouvernement, comme elle l'est également et généralement aujourd'hui par tous ceux qui ne sont pas rangés sous ses bannières ; ce politique consommé n'a pas v o u l u , ou il ne lui a pas été permis de voir ce que d'autres ont aperçu en partie, que cette révolution et cette constitution tant prônées par lui,

lorsqu'elles ont été m i -

ses en action, recelaient en e l l e s - m ê m e s les principes les plus anarchiques,

les semences les plus fécondes de tout

trouble et de toute désorganisation, lesquelles devaient e n tra.iner le bouleversement des empires, avec tous les m a l heurs et les crimes qui en sont inséparables, partout où elles se répandraient et s'établiraient; et que cette révolution par elle-même était un des plus grands tléaux qui avaient ravagé et désolé la terre. Il n'a pas voulu enfin s'apercevoir que dans cette constitution si fortement exaltée par lui et au-delà de toute b o r n e , toute la puissance était concentrée dans une assemblée unique devenue démocratique peu de temps après Sa formation; que le partage de la souveraineté en ses trois pouvoirs originels, leur concours, leur indépendance ct leur équipondérance (a),

ces principes si essentiels de tout ordre

et de toute stabilité pour tout gouvernement libre,

(1)

la seule

M . F o x s a i d : T h e f r e n c h r é v o l u t i o n w a s o n e o f t the g r e a t e s t a n d

h a p p i e s t e v e n t s o f w i n c h h i s t o r y b o r e a n y r e c o r d, and advantageous

as h i g h l y i m p o r t a n t

to this c o u n t r y a n d t o t h e w o r l d . — A n d that the:

constitution was the m o s t glorious a n d s t n p e n d o u s fabrick that ever w a s r e a r e d b y h u m a n w i s d o m . ( Voyez l e s d é b a t s , ) ( a ) J e dis en t h é o r i e,

m a i s p a r u n e a l l i a n c e d a n s la p r a t i q u e : s e m -

b l a b l e à ces m a c h i n e s b i e n

o r d o n n é e s d o n t t o u t e s les p i è c e s se c o r r e s -

p o n d e n t , p a r t i c i p e n t et c o n c o u r e n t au m o u v e m e n t général par f a c t i o n d'un

p r e m i e r m o t e u r ; I c t d a n s la

circonstance

mentionnée

p a r le p o u v o i r r o y a l g u i d e v i e n t ce ressort p r i n c i p a l .

ci-dessu


475 digue à opposer avec efficacité aux déborde mens des passions politiques, aux fureurs emportées et sanguinaires de la d é mocratie , aux excès et violences de la partie aristocratique , aux actes arbitraires et tyranniques de tous les agens de l'administration p u b l i q u e ; que ce partage de la souveraineté en trois pouvoirs, qui forme la base de la constitution b r i tannique et l'admiration des Anglais de toute opinion, avait été rejetée et dédaignée par tous nos grands fabricateurs; elle n'a été enfin reconnue et établie véritablement que par la Charte, cet œuvre de la haute sagesse et des lumières supér i e u r e s de notre auguste législateur (1).

(1)

L e g o u v e r n e m e n t d u directoire n'en était q u ' u n e

imparfaite

et

un

vain

simulacre,

qu'en

apparence ;

représentation

et i l e n est de m ê m e d e c e l u i d e s

É t a t s - U n i s . Q u o i q u e les trois p o u v o i r s s e m b l e n t y

e x i s t e r,

car on n ' y distingue véritablement

m ê m e p o u v o i r d i v i s é e n trois s e c t i o n s .

On

ils n ' y s o n t

qu'un

n ' y r e n c o n t r e pas,

seul ce

et qui

est p o u r t a n t e s s e n t i e l e t i m p o r t a n t , u n p o u v o i r v r a i m e n t c o n s e r v a t e u r p o u r l a s o l i d i t é e t l e m a i n t i e n d u g o u v e r n e m e n t e t d e ses

institutions

fondamentales. P o u r d o n n e r d e l a c o n s i s t a n c e et d e l a s o l i d i t é à c e d e r n i e r g o u v e r n e ment,

il

faudrait, ce m e

s e m b l e,

q u e l e p r é s i d e n t e t les

sénateurs

f u s s e n t n o m m é s à v i e . O n e n s e n t i r a la n é c e s s i t é l o r s q u e l a p o p u l a t i o n , actuellement disséminée que celui de l ' E u r o p e , n i è r e assez r a p i d e,

sur ce

laquelle

se p r e s s e r a,

vaste territoire presque aussi é t e n d u s'accroît j o u r n e l l e m e n t se

et d'une

t o u c h e r a p a r t o u s les p o i n t s,

maet

q u ' o n c o m m e n c e r a à y r e s s e n t i r t o u s les v i c e s a t t a c h é s à n o s g r a n d e s a s sociations. D a n s

une

t e l l e s i t u a t i o n,

il faut que l'action du p o u v o i r

e x é c u t i f , celle de l'autorité q u i c o n c o u r t à son m a i n t i e n et à l'équilibre e u t r e les p o u v o i r s d e l a s o c i é t é,

soient réunis entre les m a i n s des p e r -

s o n n e s q u i y a i e n t u n i n t é r ê t p a r t i c u l i e r e t d e t o u s les i n s t a n s,

obtient p a r

ce q u on

l e u r n o m i n a t i o n à v i e ; et q u e leurs p o u v o i r s soient renfor-

cés e n p r o p o r t i o n d e l ' é t e n d u e d u t e r r i t o i r e e t d u n o m b r e d e ses h a b i t a n s . B i e n différent à cet égard d u p o u v o i r

démocratique,

q u i ne d o i t

e t n e p e u t ê t r e j a m a i s q u e t e m p o r a i r e ; p a r c e q u e s i , p a r la force q u i l u i est i n h é r e n t e,

i l v e n a i t à ê t r e c o n s t i t u é p e n d a n t u n e l o n g u e d u r é e,

on

à se m a i n t e n i r sans c o n v o c a t i o n t o u t l e t e m p s q u ' i l j u g e r a i t c o n v e n a b l e , il

e n v a h i r a i t t o u s les a u t r e s

pouvoirs

e t les

rendrait dépendans

de

sa s e u l e v o l o n t é o u p l u t ô t les a n é a n t i r a i t sans r e t o u r . Par

des c o n s i d é r a t i o n s

p a r t i c u l i è r e s , toutes relatives a u x

circons-


476 Mais voici une prétention plus extraordinaire que toutes celles dont nous avons entrepris l'examen, plus épouvantable et inconnue jusqu'ici dans les annales des peuples, qui met le comble à tous les genres d'usurpation et de tyrannie que peut vouloir exercer une nation envers toutes les autres. Vous prétendez que l'émancipation des nègres est une suite nécessaire de l'abolition de la traite, et que celle-ci ne sera jamais complétement réalisée tant qu'il existera des esclaves dans les colonies des Indes occidentales.Voilà votre proposition

t a n c e s d u m o m e n t , l e g o u v e r n e m e n t fe'déral e t c e l u i d e s états p a r t i c u liers, formant

la g r a n d e

confédération américaine ,

f a i t e m e n t et d ' u n e m a n i è r e t i t u t i o n p o l i t i q u e,

p e r s o n n e s et d e s p r o p r i é t é s , t o u s les

citoyens

remplissent par-

r e m a r q u a b l e le g r a n d o b j e t d e t o u t e i n s -

c e l u i d e m a i n t e n i r l ' o r d r e e t l a p a i x, le concours

6ans

la

s û r e t é des

d ' a s s u r e r e n f i n l a l i b e r t é e t l e b o n h e u r de d'aucune

force

publique

appa-

r e n t e , e t sans q u ' o n e n s e n t e l e b e s o i n . T o u s ces p e u p l e s s o n t v é r i t a b l e m e n t à l e u r â g e d ' o r ; r e s t e à s a v o i r q u e l l e en s e r a la d u r é e . P l u s i e u r s p e r s o n n e s s o n t p o r t é e s,

à l'imitation de M . F o x , à admirer

e t à r a p p e l e r d a n s l e u r s écrits l a c o n s t i t u t i o n d e 1 7 9 1, fondes

et les

assemblée

l u m i è r e s étendues d e celles q u i la

a décrété q u e l q u e s lois

circonstances,

opéré

sages

et

quelques réformes

les vues

pro-

rédigèrent. S i

d'autres

salutaires

cette

appropriées

et

aux

indispensables,

e l l e n ' e n a pas m o i n s p r é p a r é et a m e n é la r é v o l u t i o n ( j ' e n t e n d s p a r l e r d e la m a j o r i t é

et n o n

de cette

faible portion

é c l a i r é e,

luttant

avec

effort e t sans s u c c è s c o n t r e l ' h o r r i b l e a n a r c h i e q u i n o u s m i n a i t d é j à de toutes p a r t s ) , p a r l'avilissement et l'anéantissement en grande partie du pouvoir r o y a l , par la suppression

d e l a n o b l e s s e,

é t a t s et d e s c o n d i t i o n s ; p a r l ' i n s t i t u t i o n r a n t e,

tenue

en permanence ,

le n i v e l l e m e n t des

d'une seule c h a m b r e d é l i b é -

sans d r o i t d e

convocation ,

de

proro-

g a t i o n ni d e d i s s o l u t i o n d e l a p a r t d u s o u v e r a i n , e t l u t t a n t avec, s u c c è s , au m o y e n de la puissance pouvoir

de la c o u r o n n e ,

persées déjà de

p o p u l a i r e q u i l u i est i n h é r e n t e , c o n t r e ses p r é r o g a t i v e s

toutes parts ; par

p r o p r i é t é suffisante o u p o u r m i e u x commise

à l'époque

de

affaiblies, morcelées

le défaut d'une dire

la c o n v o c a t i o n

insignifiante ,

le

et dis-

représentation erreur

des é t a t s - g é n é r a u x avec

de

grave plus

d ' i r r é g u l a r i t é e n c o r e , puisque rien n e f u t i m p o s é à c e t é g a r d , e t p a r s u i t e d e ce m é p r i s

porté

à cette p r e m i è r e loi organisatrice et conservatrice

d e s g o u v e r n e m e n s l i b r e s , les trois o r d r e s n o u s o n t p r é s e n t é u n n o m b r e considérable de députés

sans p r o p r i é t é f o n c i è r e q u e l c o n q u e ,

circons

tance q u i suffisait à e l l e s e u l e a v e c la r é u n i o n d e s trois o r d r e s d a n s uni:


477 formellement et explicitement annoncée, sans détour ni aucune ambiguité. Il est en effet évident, par ces dernières expressions soulignées, que votre proposition est générale, n'admet a u cune exception, et comprend les colonies étrangères aussi bien que les vôtres. Car si vous n'aviez voulu désigner que vos colonies, vous l'eussiez exprimé en termes précis et f o r mels, et vous ne vous seriez pas servis d'une expression g é nérale. Ainsi voilà deux idées qui se lient dans votre plan et en sont désormais inséparables : proscrire l'esclavage dans

seule c h a m b r e u n i q u e p o u r e n g e n d r e r d e s t r o u b l e s e t des

révolutions

;

p a r ses p r i n c i p e s d e l a s o u v e r a i n e t é d u p e u p l e e t d e l a v o l o n t é g é n é r a l e , de l ' é g a l i t é a b s o l u e c t des d r o i t s d e l ' h o m m e ; p a r l a p r o p a g a t i o n e n f i n de t o u t e s ces m a x i m e s r é v o l u t i o n n a i r e s e t a n a r c h i q u e s m i s e s e n v o g u e , en c r é d i t et en c o n s i d é r a t i o n p a r m i la m u l t i t u d e ,

lesquelles o n t

même

classe

éclairée

politiques

qui

une

portion

étrangère

alors

assez

à

considérable

toutes

é t u d e p a r t i c u l i è r e,

ces

de

la

questions

des c o n n a i s s a n c e s

é t e n d u e s,

ct

gagné

instruite

réclament

,

une

p r o f o n d e s et s u r t o u t

pratiques. C e s excès en t o u t

genre

nous

ont donné pour

résultats

et

comme

corollaires i n é v i t a b l e s , p r e m i è r e m e n t , la seconde assemblée législative renversant la

monarchie

a v e c fracas c t

révolutionnairement,

s o n n a n t son d i g n e e t r e s p e c t a b l e r e p r é s e n t a n t

empri-

a v e c sa f a m i l l e

entière,

c o u v r a n t les m a r c h e s c t les d é b r i s d u t r ô n e d u s a n g c t des c a d a v r e s d e ses h o n o r a b l e s d é f e n s e u r s , Jurée a u n é a n t , dénommée

mettant

d a n s ( u n c l i n d ' œ i l la c o n s t i t u t i o n

cette n o u v e l l e m e r v e i l l e d u m o n d e ,

à b o n d r o i t p a r les a u t r e s l a

b l a g e b i z a r r e et g r o t e s q u e d ' i d é e s

les p l u s

i n d i v i s i b l e,

assem-

disparates; produisant

j o u r n é e s des 2 et 3 s e p t e m b r e et s u i v a n t e s , honte éternelle : secondement ,

s u i v a n t les u n s ,

d é m o c r a t i e r o y a l e, d'horrible mémoire

la convention ,

la

et

ces de

r é p u b l i q u e u n e et

ses s a n s - c u l o t t e s c t ses r é g i c i d e s b r i s a n t s c e p t r e e t c o u r o n n e

e t les r e m p l a ç a n t p a r les i n s t r u m e n s d u

s u p p l i c e,

sapant toutes

les

hases d e l ' é d i f i c e s o c i a l , p o l i t i q u e s , m o r a l e s e t r e l i g i e u s e s ; r e n i a n t l a D i v i n i t é , le c u l t e q u e t o u t m o r t e l l u i d o i t , ct faisant u n n o u v e a u p a c t e a v e c l e g é n i e m a l f a i s a n t d e l a n a t u r e, caractère

nouveau,

c e q u i a e n f a n t é d e s êtres

d'un

égarant et c o r r o m p a n t l'esprit de la m u l t i t u d e e n -

tière p a r des doctrines révolutionnaires enseignées d u h a u t d e la bune des

et

dans

des

clubs

tribunaux

de

sang,

nombreux et

;

établissant

produisant

enfin

le tous

régime les

de

la

tri-

terreur

horribles

Au

renouvellement

de

cette

d e r n i è r e p u i s s a n c e,

de

,

forfaits

d o n t c e t t e c o n v e n t i o n et ses s a t e l l i t e s se s o n t c o u v e r t s e t a b r e u v é s . nouveaux


478 toutes les colonies des Indes occidentales, sans aucune e x ception, afin que la traite soit à jamais abolie. L'une de ces mesures ne peut plus exister sans l'autre ; elles vont ensemble, sont conjointes et indissolubles. C'est vous qui les avez proclamées en pleine tribune à la face de l'Angleterre et de l'Europe en votre qualité de représentais, en vous érigeant et en vous constituant en quelque sorte les dictateurs suprêmes de trois portions entières du globe. Quelle assurance audacieuse et gigantesque !

malheurs jusqu'au le

et de

moment

carnage

simple tous

,

n o u v e l l e s c a t a s t r o p h e s se s o n t s u c c é d é s e t où

aventurier, les

le

soldat du

de

sang

fortune

et

par

la

violence

de

la

société

pouvoirs

la n a t i o n , l'ordre

un

l'effusion

le

,

ne

mépris

et

à

respirant des

l'aide

jusqu'au

que

hommes d'une

milieu

;

prolongés la

troupe

des

guerre

usurpant

, en

armée

représentons

, de

p l u s g r a n d d e s a t t e n t a t s et l ' a c t e l e p l u s c r i m i n e l dans

politique

q u e l e succès l e p l u s

heureux ne peut m ê m e

ja-

mais j u s t i f i e r , à moins q u e ce ne f û t p o u r rétablir le p o u v o i r l é g i t i m e comme

un

second

Monck,

exercé

les

armes

à

la

tuelle,

chaque audacieux

sans main

quoi ,

ayant

un

menace

ê t r e r e ç u e,

exemple d'une

d'usurpation

combustion

,

perpé-

également le droit d e l'entreprendre

( i l n ' a m a n q u é en effet à l a c o n j u r a t i o n pour

pareil l'état

de M a l l e t

q u ' u n plein

succès

a p p r o u v é e e t s a n c t i o n n é e p a r les a u t o r i t é s d u j o u r o u

celles q u i seraient nées de cette m ê m e

conjuration ,

e t p a r les r é v o l u -

t i o n n a i r e s d e t o u t e d é n o m i n a t i o n ) ; e t cet h o m m e a m b i t i e u x , c e n o u v e l Attila,

p o r t a n t l a d é s o l a t i o n et la d é v a s t a t i o n j u s q u ' a u x e x t r é m i t é s d e

n o t r e c o n t i n e n t , et finissant p a r a p p e s a n t i r son j o u g d e fer s u r l a F r a n c o e t l ' E u r o p e e n t i è r e , s u r les v a i n q u e u r s e t les v a i n c u s a v e c u n e é g a l e v i o l e n c e et t y r a n n i e . P a r la r e s t a u r a t i o n , c e t œuvré d e l a m i s é r i c o r d e c é l e s t e , l e D i e u

de

n o s p è r e s a e u p i t i é d e nos m i s è r e s e t d e nos i n f o r t u n e s i n c o m p a r a b l e s ; i l a p e r m i s q u e la s a g e s s e , l e g é n i e e t l a b o u t é r é g l a s s e n t nos d e s t i n é e s futures ,

que

l a p a i x e t l e b o n h e u r , si l o n g - t e m p s b a n n i s e t exilés d o

n o s c o n t r é e s , h a b i t a s s e n t d e n o u v e a u a u sein d e nos cités et d e nos f a m i l l e s . P u i s s e n t ces h e u r e u s e s e t s a l u t a i r e s t r a n s f o r m a t i o n s d u m a l a u b i e n , d u c r i m e à l a v e r t u,

d e la r é v o l t e à la fidélité,

s ' é t e n d r e e n f i n s u r la

m a l h e u r e u s e c o l o n i e d e S a i n t - D o m i n g u e e t s u r ses i n n o m b r a b l e s

ha-

bitans ! 11 n ' e n t r e p o i n t d a n s n o t r e s u j e t d ' e x p l o r e r prochaines qui ont déterminé

la r é v o l u t i o n ,

les causes é l o i g n é e s

ou

si s u r t o u t e l l e é t a i t

né-

cessaire o u i n é v i t a b l e . M a i s n o u s s o m m e s disposés à c r o i r e q u ' i f a existé


479 Vous vous montrez aujourd'hui à découvert; vous ne m o l lissez, vous ne biaisez plus dans vos attaques comme au temps de la discussion de l'abolition de la traite, où vous et les vôtres n'annonciez pas aussi positivement qu'elle était une mesure entraînant nécessairement et par une conséquence inévitable la libération des nègres de vos colonies, ct par extension celle des esclaves dans les autres possessions o c c i dentales, sans aucune exception. Votre ministre p r i n c i p a l ,

plusieurs circonstances à la f a v e u r desquelles

on aurait p u

l'arrêter,

la faire m ê m e r é t r o g r a d e r . S i l a s e u l e é v a s i o n d u r o i a v a i t r é u s s i , si elle n ' a v a i t pas m a n q u é p a r u n e s u i t e d ' i n c i d e n s e t d ' é v é n e m e n s

nombreux

d o n t il a f a l l u tout, le c o n c o u r s , u n s e u l o m i s d e v a n t p r o d u i r e l e s u c c è s d é s i r e ; si e l l e n ' a v a i t pas enfin m a n q u é ,

par une fatalité

s a u r a i t t r o p d é p l o r e r la m a l h e u r e u s e c t t r a g i q u e

dont

on ne

issue p o u r cette

au-

g u s t e e t i n f o r t u n é e f a m i l l e , ainsi q u e p o u r les é v é n e m e n s n o m b r e u x funestes

qui

s'en s o n t

e n s u i v i s,

i l n ' y a pas d e d o u t e q u e la

t i o n ; e û t p r i s u n e a u t r e d i r e c t i o n,

e u t c h a n g é d e f a c e , c t,

s a n t c e t t e p r e m i è r e é p o q u e o r a g e u s e, e x a l t a t i o n d é l i r a n t e d e s e s p r i t s,

et

révolu-

en traver-

ce p r e m i e r e n t h o u s i a s m e et c e t t e

ce p r e m i e r b o u i l l o n n e m e n t de passions

e f f e r v e s c e n t e s , n o u s n o u s s e r i o n s r e p o s é s et confiés à d e s s e n t i m e n s v r a i s et à des idées justes ; nous aillions eu en général peu

de souvenirs fâ-

c h e u x à r a p p e l e r , p e u de regrets d o n t n o u s eussions été t o u r m e n t é s o u forcés d ' e n g é m i r . N o u s s o m m e s d ' a u t a n t p l u s f o n d é s d a n s n o t r e c o n j e c ture ct à l ' a d m e t t r e c o m m e v é r i t é , q u ' à cette m ê m e é p o q u e de l'évasion d u r o i , t o u s les r é v o l u t i o n n a i r e s d e l a p r e m i è r e a s s e m b l é e é t a i e n t t e l l e m e n t d é c o u r a g é s e t a l a r m é s,

qu'ils avaient déjà arrêté entre e u x

v o y e r M . M a l l o u e t et quelques autres députés marquans d u côté

d'endroit,

a u p r è s d e s a m a j e s t é , p o u r s a v o i r ce q u ' e l l e d é s i r a i t d ' e u x e t c e q u i p o u r r a i t l u i ê t r e le p l u s a g r é a b l e ; l o r s q u e la n o u v e l l e d e son a r r e s t a t i o n fit c h a n g e r s u b i t e m e n t c e t t e m e s u r e,

ct au l i e u d e M .

d i a trois d é p u t é s d ' u n c a r a c t è r e b i e n c a p t i f à P a r i s, sa r o u t e,

différent

a u m i l i e u d e ses s u j e t s ,

M a l l o u e t on expé-

pour

ramener

le

roi

insulté ct outragé dans toute

s u s p e n d u e n s u i t e d e sa p r é r o g a t i v e

r o y a l e et s a c r é e , c o m m e

le s e r a i t u n s i m p l e m a g i s t r a t a m o v i b l e . Q u e l l e c h u t e et q u e l l e d é g r a d a tion de la majesté r o y a l e ! q u e l r e n v e r s e m e n t dans tous les

principes

conservateurs des g o u v e r n e m e n s m o n a r c h i q u e s ! E s t - i l é t o n n a n t , d'après un

pareil

brisé

son

exemple

,

sceptre,

ct

que

d'autres

aient

immolé

furieux lui

et

lui

aient

arraché

sa

les

siens

à

rage

leur

couronne impie

, et.

infernale ! N o u s sommes encore

disposés à c r o i r e q u e s'il se f û t t r o u v é à la t ê t e


48o M . Canning, qui passe pour un politique éminemment éclairé, et non moins instruit que vous sans cloute, s'il ne l'est davantage, en tout ce qui touche vos lois :t vos débats parlementaires, n'est pas convenu de ces différentes prétentions avancées par vous. Il a soutenu au contraire qu'on avait fait entendre en quelque sorte aux planteurs, que l'abolition de la traite ne compromettrait point leurs droits de propriété ; et puisque l'objet en discussion se rapportait u n i quement à des nègres, on ne peut entendre par cette expression

d u g o u v e r n e m e n t s u p r ê m e , d è s l ' a u r o r e d e l a r é v o l u t i o n , des h o m m e s forts, un seul peut-être

d'un

caractère

énergique,

d o n t les l u m i è r e s

e u s s e n t é t é e n r a p p o r t a v e c t o u t e s les c i r c o n s t a n c e s d u m o m e n t a c c o m p a g n é e s d ' u n e h a u t e sagesse , e l l e a u r a i t été é t o u f f é e à son o r i g i n e , o u , p o u r m i e u x dire , elle ne serait peut-être pas n é e . C a r ment , quelque vicieux

tout, g o u v e r n e -

m ê m e qu'on veuille le s u p p o s e r , n e p e u t être

f a c i l e m e n t r e n v e r s e n i c h a n g é ; il p o s s è d e e n l u i - m ê m e et e n t a n t q u ' e x i s t a n t , l a f o r c e e t l a p u i s s a n c e nécessaires

p o u r se m a i n t e n i r a v e c a v a n -

t a g e e t s é c u r i t é c o n t r e t o u t e s les i n n o v a t i o n s d a n g e r e u s e s , a t t e n t a t o i r e s A son a u t o r i t é , c o n t r e les p e r t u r b a t e u r s

et les

f a c t i e u x d e t o u t e des-

c r i p t i o n ; s'il sait e m p l o y e r , a v e c c o n v e n a n c e et v i g u e u r , t o u s les m o y e n s q u i s o n t a c t i v e m e n t e n s o n p o u v o i r , e t s'il n ' e n fait pas m e n t l'abandon en lâchant

et

en laissant flotter , a u

inconsidéré-

g r é d e s passions

d i v e r s e s , les r ê n e s d e l ' a d m i n i s t r a t i o n e n t r e d e s m a i n s i n h a b i l e s , fidèles o u p e r v e r s e s . L ' h i s t o i r e

entière confirme

n e l l e m e n t cette conclusion. S'il en exposés à des révolutions

était a u t r e m e n t ,

perpétuelles

d e l e u r s n o m b r e u x p a r t i s a n s et

in-

et j o u r -

les états

pour le malheur

d e t o u s , p o u r l a s e u l e satisfaction d ' u n suivis

amplement

seraient

et la

ruine

ou q u e l q u e s chefs a m b i t i e u x

adhérens , factieux ou

autres ,

a c c a p a r a n t t o u t e s les p l a c e s e t t o u t e s les d i g n i t é s , e x p l o i t a n t l ' é t a t

et

ses d i v e r s e s b r a n c h e s , c o m m e u n e p r o p r i é t é p a r t i c u l i è r e . N o u s a v o n s d o n c m a n q u é , e n c e t t e o c c a s i o n i m p o r t a n t e et c r i t i q u e , d e ces h o m m e s d ' é t a t v é r i t a b l e s e t d ' u n g r a n d g é n i e , d e c e u x s u r t o u t qui

savent prévoir

et calculer les é v é n e m e n s , en arrêter

les

effets

n u i s i b l e s , e t n e laisser é c h a p p e r d e c e v a s t e r é s e r v o i r q u e c e u x q u i p e u v e n t améliorer notre situation p o l i t i q u e , térêts possible ; e n

nous

conduisant

en froissant l e m o i n s d ' i n -

par une

pente douce , par

m a r c h e l e n t e et g r a d u e l l e , à l a s o r t e d e b o n h e u r q u e c o m p o r t e

une

l'ordre

s o c i a l , t o u j o u r s r e l a t i f et e n r a p p o r t a v e c les m œ u r s , les h a b i t u d e s et les i n s t i t u t i o n s p a r t i c u l i è r e s q u i a p p a r t i e n n e n t p r i v a t i v e m e n t à c h a q u e peuple.


481

de propriété que le droit acquis sur eux en vertu de la vente qui nous en avait été faite, la possession enfin de leurs personnes ; cela est évident. Il ajoute de plus que, loin que vous eussiez le droit d'abolir l'esclavage dans toutes les colonies, votre constitution n'en défendait pas même la tolérance dans les territoires où elle n'exerçait qu'une influence limitée, et par les expressions dont il se sert dans la suite de son discours , ces territoires où l'autorité de la métropole est moins limitée, sont les colonies étrangères et conquises, la Trinité, SainteLucie, Tabago et Demerari, dans lesquelles il n'existe point d'assemblées législatives, ce qui prouve en passant que les Anglais veulent la liberté pour eux seuls, et la refusent à ceuxlà même qui deviennent par la suite leurs sujets. Le gouvernement p o u r r a , suivant lui, y exercer plus promptement toutes les mesures d'amélioration que les c i r constances rendront praticables; en ajoutant néanmoins dans un autre endroit, qu'il ne fout nuire en aucune manière aux planteurs, ce qui est cependant assez difficile à concevoir avec le projet de l'affranchissement , et qu'un mot indiscret peut allumer un incendie. Tout cela sans doute est assez affirmatif; mais enfin vous voulez qu'il en soit tout autrement en dépit de la raison, de la justice et de votre propre constitution. Voyons de nouveau cependant et jusqu'à quel point vous pourrez soutenir vos assertions , surtout la principale , celle qui forme l'objet de notre discussion présente. D'abord votre gouvernement, en sollicitant auprès des puissances européennes l'abolition de la traite, a-t-il fait entendre, même par induction, que de cette abolition d e vait nécessairement s'ensuivre, dans un laps de temps quelconque, la liberté graduelle des esclaves ? Je l'ignore et je ne le pense pas. Cependant vous auriez dû nous en instruire, et de votre seul silence je conclus qu'il n'en est rien ; toutefois c'était de cette supposition primordiale, de ce point cardinal que devait naître votre proposition. S'il l'avait néanmoins i n sinué sous une forme plus ou moins déguisée, je doute fort que les puissances intéressées y eussent donné leur consentement ; et de cette seule intention supposée ou déclarée,

31


482 elles se seraient refusées d e p r i m e - a b o r d

à l'abolition de la

t r a i t e , sans m ê m e vouloir a d m e t t r e aucune discussion à cet é g a r d . N o u s s o m m e s d'autant

plus

fondés à soutenir

o p i n i o n e t à la croire i n c o n t e s t a b l e , c'est

cette

que d e u x d e ces

puissances ( l ' E s p a g n e et le P o r t u g a l ) o n t protesté d ' a b o r d f o r t e m e n t contre cette suppression; que p o u r les y a m e n e r , votre gouverneme.ù et

a gratifié la p r e m i è r e

la seconde d e

3oo,ooo ,

de

400,000 gourdes 'j

leur p e r m e t t a n t n é a n m o i n s

c o m m e r c e des esclaves au sud de l ' é q u a t e u r j u s q u ' à détermination; le principe ,

le

nouvelle

et qu'elles toutes e n f i n , après avoir a d m i s

o n t insisté p o u r

qu'un

t e r m e plus o u

l o n g l e u r fût a c c o r d é . D'après ces différentes

moins

oppositions ,

gratifications et permissions i n d é t e r m i n é e s , sujettes par c o n séquent à quelques contestations nouvelles ,

on

peut

con-

clure h a r d i m e n t que rien n'a été supposé ni s o u s - e n t e n d u , e n core m o i n s d é c l a r é , relativement à l'émancipation g r a d u e l l e , c o m m e conséquence d e l'abolition de la t r a i t e , et que votre proposition ne repose sur aucun titre légal ni d i p l o m a t i q u e . E n s u i t e de q u e l d r o i t , sur quel p r i n c i p e d e j u s t i c e et sur quelles lois des nations pouvez-vous vous a p p u y e r p o u r v o u l o i r de

votre

seule a u t o r i t é , étayée sans doute d e votre l é g i s -

lature et de votre puissance nationale , i m p o s e r une loi g é n é rale par laquelle les g o u v e r n e m e n s dans les Antilles forcés d e procéder , par votre c o m m a n d e m e n t ,

à

seront

l'émanci-

pation graduelle des esclaves appartenans à leurs s u j e t s ? D e q u e l droit et sur q u e l p r i n c i p e p o u v e z - v o u s nous enjoindre , nous i n t i m e r , nous inviter m ê m e , nous Français, nation l i b r e e t i n d é p e n d a n t e , grande et généreuse , ne reconnaissant a u c u n e puissance sur la terre qui nous soit s u p é r i e u r e , m ê m e p o u r la p l u p a r t inférieure en l u m i è r e s , en h u m a n i t é ( 1 ) ,

(1)

I l f a u t e n e x c e p t e r ces t e m p s r é v o l u t i o n n a i r e s , ces t e m p s d ' e x é -

c r a b l e m é m o i r e o ù les s e n t i m e n s d e l a j u s t i c e

et de l ' h u m a n i t é

furent

m é c o n n u s , outragés p a r la plus g r a n d e généralité d e nos g o u v e r n a n s et d e n o s a d m i n i s t r a t e u r s ; et o ù d e s c r i m e s a t r o c e s e t d e s e x é c u t i o n s sans n o m b r e i n o n d è r e n t , s o u i l l è r e n t l e sol de la p a t r i e et r o u g i r e n t , les o n d e s d u s a n g d e s v i c t i m e s . C e s é p o q u e s désastreuses et d é c h i r a n t e s des m i s é -


483 en vertus publiques et guerrières, nous enfin ( nation p u i s sante ) figurans au premier rang dans cette grande c o n f é d é ration européenne, de fléchir sous vos conceptions a r b i traires et tyranniques ? Quels seraient vos moyens pour parvenir à l'exécution d'un projet qui porte une atteinte directe au premier et au plus sacré droit des nations, celui de régler tous leurs rapports intérieurs et domestiques, c o n formément à leurs convenances particulières, en tant qu'ils ne sont point attentatoires aux principes conservateurs de l'ordre et de la morale publique établis entre les différens gouvernemens de l ' E u r o p e , à la marche et à l'ensemble de leur harmonie commune comme au bonheur de ses i n n o m brables habitans? Attendrez-vous la fin d'une guerre heureuse o ù vous lutterez seuls contre l'Europe ou seulement contre deux ou trois de ses principales puissances ( car il ne faudrait rien moins qu'un succès semblable purement hypothétique de

r c s et d e s c a l a m i t é s h u m a i n e s , rites de

légitimes, la

du

formation

proviennent du renversement

déchaînement

des

partis

qui

des

passions

luttent

autres p o u r l'acquisition du p o u v o i r ,

tous

affranchies à

la

fois

les

des a u t o -

tout uns

frein

contre

, les

ct ensanglantent l'arène politique

d e l e u r s i n t e r m i n a b l e s d é m ê l é s et d e l e u r s p r é t e n t i o n s hostiles;

de

réciproquement

ces é p o q u e s se s o n t r é p é t é e s c h e z t o u t e s les n a t i o n c,

et

par-

t i c u l i è r e m e n t c h e z les A n g l a i s , a v e c d e s n u a n c e s p l u s o u m o i n s f o r t e s . suffit d e l i r e l e u r h i s t o i r e p o u r se c o n v a i n c r e q u ' i l y a e u p l u s d e

Il

sang

v e r s é s u r l e u r s é c h a f a u d s , c t s o u v e n t d u p l u s p u r et d u p l u s g é n é r e u x , que partout

ailleurs,

dans leurs guerres

alternativement ct tout à la

fois c i v i l e s , p o l i t i q u e s et r e l i g i e u s e s . C ' e s t c h e z e u x enfin o ù l e s y s t è m e régicide

a été établi

et enseigné ; c'est e u x q u i o n t d o n n é le p r e m i e r

e x e m p l e d a n s l ' h i s t o i r e m o d e r n e , e t offert à l ' E u r o p e c o n s t e r n é e l e s p e c tacle d ' u n j u g e m e n t sacrilège exécuté p a r des f u r i e u x e t des i m p i e s s u r l'oint d u

Seigneur,

sur

u n e tête i n v i o l a b l e

et

sacrée. A i n s i

aucune

n a t i o n n e p e u t r é c l a m e r u n e e x c e p t i o n n i u n p r i v i l é g e e n sa f a v e u r ; elles sont toutes à p e u près é g a l e m e n t n a t i s m e r e l i g i e u x c t p o l i t i q u e,

malheureuses et victimes d u

des c o m p l o t s des factieux ,

d e la

fa-

fureur

d e s p a r t i s , d e l ' a m b i t i o n effrénée d e s d é m a g o g u e s e t a u t r e s c h e f s

révo-

lutionnaires. S i n o t r e r é v o l u t i o n a e n f a n t é d e s forfaits i n o u ï s e t n o m b r e u x , si e l l e a fait c o n n a î t r e d e s h o m m e s , j e d o i s d i r e d e s m o n s t r e s d ' u n cruel ct féroce;

s i e l l e s'est

caractère

p l u à v e r s e r le s a n g i n n o c e n t p a r

torrens


484 notre part )

pour

ces n a t i o n s ,

en conquérans à

ordonner

espagnole,

chacune

de

p o r t u g a i s e , danoise et h o l l a n d a i -

s e , d'affranchir les esclaves dans leurs colonies respectives? Pourriez-vous cains,

étendre cette

mesure

sur les

Anglo-Améri-

sur toutes ces nouvelles puissances d u continent m é -

ridional,

e n se disposant à se séparer de leurs

lesquelles,

m é t r o p o l e s sous une f o r m e vouloir affranchir

r é p u b l i c a i n e , ne paraissent pas

les nègres d o n t elles sont en

Cependant tous ces peuples,

nécessairement libérer leurs e s c l a v e s , vous,

possession?

d'après votre p r i n c i p e , si o n v e u t,

doivent suivant

q u e la traite soit a b o l i e .

E n o u t r e , et c o n s é q u e m m e n t à votre d o u b l e principe

de

leur union et c o n n e x i l é i n t i m e s , la servitude ne devrait-elle pas être é g a l e m e n t a b o l i e dans la partie septentrionale orientale d e l'Afrique et autres lieux,

et

afin q u ' e l l e fût à j a m a i s

proscrite de toutes parts? Cette c o n s é q u e n c e découle do votre principe et en forme le c o m p l é m e n t . Cependant votre p r o p o sition ne spécifie ct n ' i m p l i q u e

et s u r la

tous les

tyrannie

doux

points

de

et de

la

Robespierre

et c o n s o l a n t p o u r

fliction traits

de

la

d'aveuglement magnanimité,

que

domination et

de

ses

avec

sont

française,

de

de

dévouement

l'apanage

ct

surtout

abominables

nature h u m a i n e , universels,

b l i m e s . C e s g r a n d s s a c r i f i c e s , ces actes particulièrement ,

les colonies des I n d e s

dans

voir

ces m o m e n s

éclater

héroïque

ct

ont

été

est d'af-

parfois

des

de vertus

héroïques appartiennent généralement

u n e générosité et un a b a n d o n q u i m é r i t e n t de p l u s

jamais nos h o m m a g e s ,

pendant

sicaires, il

suplus

exécutés

en p l u s et à

et n o t r e a m o u r sans b o r n e s , p a r c e sexe

dont

l a s e n s i b i l i t é n'est j a m a i s étouffée n i a r r ê t é e p a r ces cris d e p a r t i s , p a r n o s v a i n c s e t s u b t i l e s t h é o r i e s , et e l l e n e se m o n t r e j a m a i s a v e c a u t a n t d ' é c l a t q u e d a n s ces m o m e n s d e c r i s e s , de f u r e u r e t d ' a v e u g l e m e n t o ù l a n a t u r e e n t i è r e n o u s l i v r e s e u l s à n o u s - m ê m e s , à n o s p r o p r e s faiblesses e t à n o s p r o p r e s i n f o r t u n e s . L o r s q u e les i n d i v i d u s d e ce m ê m e sexe n ' o n t p u , m a l g r é t o u s l e u r s efforts ,

s a u v e r l e s v i c t i m e s , ils se s o n t p r é c i p i t é s

a v e c u n e j o i e s e c r è t e et e n s a v o u r a n t l a m o r t sous l e f e r t r a n c h a n t

do

l e u r s f é r o c e s p e r s é c u t e u r s , c e u x - c i n e r e s p e c t a n t n i l ' i n n o c e n c e , ni l ' e n f a n c e, n i l a v i e i l l e s s e , n i les p l u s n o b l e s é l a n s , n o u s l a i s s a n t la s e u l e e s pérance

q u e l e u r sacrifice no sera pas p e r d u ,

sa d i g n e et é t e r n e l l e r é c o m p e n s e .

et a déjà reçu peut-être


485 occidentales.

E n supposant

m ê m e que vous n'eussiez e m -

p l o y é que l'expression colonies, des occidentales, que les

d'In-

sans y ajouter celle

o n n e p e u t e n t e n d r e , par cette p r e m i è r e ,

colonies européennes établies en A m é r i q u e et p a r -

ticulièrement a u x A n t i l l e s ;

car c'est là votre point de m i r e

p r i n c i p a l , et n o n les puissances orientales qui n ' o n t j a m a i s reçu cette qualification,

n'étant pas en effet

des colonies ;

cela est évident. A i n s i , et o n le v o i t p l e i n e m e n t , p e u vous i m p o r t e n t la traite en e l l e - m ê m e , et les nègres q u i en seraient par suite v i c t i m e s,

si ses effets réputés par vous

nuisibles

d o i v e n t se perpétuer en Orient s e u l e m e n t , et si son abolition ne doit avoir lieu q u e par rapport aux Antilles. Cependant si vous voulez sincèrement

et r é e l l e m e n t

que

l'esclavage soit à j a m a i s aboli p o u r le n è g r e , par suite d e la t r a i t e , et c o n f o r m é m e n t à votre d o u b l e p r i n c i p e , e x i g e z , e m p ê c h e z d o n c c e l l e - c i sur toutes les portions de l ' A f r i q u e i n d i s t i n c t e m e n t , et n e fixez pas votre attention,

votre s o l l i -

citude sur quelques parties isolées d e la côte occidentale s e u lement.

Pour cet e f f e t , e m p l o y e z les m ê m e s m o y e n s

dont

vous avez déjà fait usage avec tant de succès, pour obtenir , par

un

nérale. sans

traité Cela

laquelle

ou est

de

toute

d'une

tout

autre

nécessité

n'est

plus

manière,

cette

indispensable

qu'illusion

,

abrogation

et

gé-

rigoureuse

tromperie

et

,

for-

fanterie d e votre part. O r , j e le répète et j e le d e m a n d e

de

n o u v e a u , q u ' a - t - o n fait o u tenté p o u r o b t e n i r ce résultat si a r d e m m e n t désiré en apparence par votre g o u v e r n e m e n t et par vos n é g r o p h i l e s ?

rien, absolument

r i e n , dans

aucun

t e m p s ni dans aucune circonstance. Cela, sans d o u t e , est plus q u e r e m a r q u a b l e , et deviendrait inexplicable si nous vions pas fait connaître vos projets intéressés,

n'a-

et d é v o i l é vos

vues et vos pensées secrètes. I l peut paraître é g a l e m e n t étonnant que les divers g o u v e r n e m e n s de l ' E u r o p e ,

en l o u a n t la généreuse persévérance et

l ' h u m a n i t é constante d e celui de l ' A n g l e t e r r e , p o u r vouloir mettre fin à ce c o m m e r c e

d'esclaves,

participent d e tous leurs v œ u x ,

en assurant qu'ils

et y c o n c o u r r o n t d e

y

tous

leurs m o y e n s (c'est ainsi qu'ils s'expriment) ; il est é t o n n a n t ,


486 d i s o n s - n o u s, pas

arrêtés

d'après cette m a n i f e s t a t i o n , qu'ils n e se soient un

seul instant à la continuation d e ce m ê m e

c o m m e r c e sur la côte septentrionale et orientale en faveur des A s i a t i q u e s , n ' e n aient d e m a n d é ni exigé la suppression. Je n'ose entreprendre d ' e x p l i q u e r cette indifférence o u cet o u b l i , si fortement en o p p o s i t i o n et en contradiction avec ce désir si g é n é r a l e m e n t m a n i f e s t é et poursuivi dans différens congrès,

de ne v o u l o i r p e r m e t t r e n i tolérer plus l o n g - t e m p s

ce trafic. Vous

finissez

enfin

par

affirmer

«

que

le

maintien

de

l'es-

« clavage est dangereux à la vue d'une nation de plus de huit «

cent

mille

nègres

libres

,

habitant

l'île

florissante

de

Saint-

« Domingue. » D ' a b o r d , sur q u o i v o u s a p p u y e z - v o u s p o u r avancer cette étrange assertion,

cet accroissement subit de h u i t cent m i l l e

n è g r e s ? Je sais q u e vos feuilles p u b l i q u e s et des

quelques-unes

nôtres affirment q u e leur p o p u l a t i o n excède

déjà p l u s

d ' u n m i l l i o n , et b i e n t ô t elle sera d e plusieurs. Quels sont c e p e n d a n t , à cet é g a r d , leurs autorités et leurs garans,

ainsi

q u e les vôtres ? V o u s n e sauriez les uns et les autres en p r o duire aucun.

Car j e n e p e n s e pas que les nègres tiennent des

états statistiques,

et encore m o i n s q u e vous les ayez c o m p a r é s

avec les nôtres p o u r e n établir la v é r i t é . Dans tous les c a s , c e u x des nègres, t e u x,

s'ils en o n t rédigé,

ce q u i est p l u s q u e d o u -

ne p e u v e n t être q u e très-fautifs et i r r é g u l i e r s , leurs

é l é m e n s ne l e u r étant pas v r a i s e m b l a b l e m e n t c o n n u s, situation

d u pays,

celle dans laquelle ils

se sont

et l a

trouvés

j u s q u ' à présent ne leur ayant p a s p e r m i s é g a l e m e n t d'en d r e s ser a u c u n q u i p û t être exact. Si vous aviez v o u l u c o n s u l t e r les étals fournis p a r nos administrateurs,

et consignés dans

des pièces officielles et dans quelques écrits des colons,

devoir

q u i vous était c o m m a n d é , en v o t r e qualité d'accusateurs p u b l i c s o u d'investigateurs politiques,

vous auriez su q u e la p o -

p u l a t i o n à S a i n t - D o m i n g u e , à l ' é p o q u e q u i a précédé la r é v o l u t i o n , était c o m p o s é e de près d e cinq cent m i l l e esclaves, d e v i n g t - s e p t m i l l e h o m m e s de couleur et nègres libres,

mulâtres

quarterons et autres m é l a n g e s , et celle des colons r é s i d a i s ,


48

7

de t r e n t e - d e u x m i l l e personnes de tout âge et d e tout sexe. E n second l i e u , à q u i p e r s u a d e r a - t - o n véritablement q u ' a vec leur état d e guerre presque continuelle j u s q u ' a u m o m e n t a c t u e l , tant entre eux qu'avec les divers gouvernemens qui se sont s u c c é d é , f r a n ç a i s , espagnol et a n g l a i s , leur population ait a u g m e n t é dans une p r o p o r t i o n si considérable,

de trois

cent m i l l e h o m m e s sur cinq cent v i n g t - s e p t m i l l e , surtout dans un si court espace de t e m p s, arithméticiens politiques, obtenir

lorsqu'il faut,

suivant nos

cinq cents ans en E u r o p e pour en

u n e augmentation

qu'on

suppose

devoir

doubler

dans cet espace de t e m p s ? Saint-Domingue ,

depuis sa funeste révolution et la d o m i -

nation féroce exercée par des chefs m a m e l u r k s, doute de p o u v o i r présenter

est loin sans

aucune augmentation dans sa

population. Si un accroissement a e u l i e u p a r quelques nègres étrangers,

libres o u e s c l a v e s , j e v e u x bien le c r o i r e ; cet

accroissement a é t é plus q u e c o m p e n s é p a r une émigration d ' u n e foule d'entre

e u x ; d e ceux q u i se sont

rendus en

F r a n c e , enrôlés dans des régimens et f o r m a n t des corps e n tiers composés de leurs seules p e r s o n n e s , c o m m a n d é s p a r le

mulâtre

Saint-Georges

plusieurs et

surtout

autres des

,

en

femmes

si c o n n u ; par la fuite o u sortie d e nombre de

o n t suivi volontairement

plus

couleur,

ou tant

au continent

moins libres

considérable qu'esclaves,

,

qui

a m é r i c a i n ceux d e

leurs maîtres q u i échappèrent a u fer des assassins. E n outre,

à qui persuadera-t-on

qu'après la dévastation

et la ruine opérées sur tous les genres d e propriétés, et a n i m a u x,

b â t i m e n s , usines et m a c h i n e s,

culture

et j u s q u ' à l ' i n -

cendie de leurs propres cases qu'ils n ' o n t pas c r a i n t , dans leur a v e u g l e m e n t e x t r ê m e,

de livrer à la conflagration g é n é -

rale ; après une guerre de v i n g t - c i n q années de d u r é e , tant entre e u x q u ' a v e c trois p u i s s a n c e s , q u i les o n t forcés à y consacrer u n e partie d e leur

population

en i n t e r r o m p a n t

souvent les travaux des autres par leurs excursions et leurs ravages c o m m u n s ; sans capitaux, d e s'en p r o c u r e r ,

sans crédit etsans m o y e n s

capitaux i n d i s p e n s a b l e m e n t

nécessaires

pour réparer des pertes énormes ct pour réédifier d e n o u v e a u ,


488 sans lesquels aucune reproduction annuelle ne saurait avoir l i e u , avec leur paresse et apathie naturelle, qui n'ont été que trop constatées sous la verge despotique du redoutable Toussaint, lequel, malgré tous ses efforts à les exciter au travail, n'a pu y parvenir encore que par une police des plus sévères, par des chàtimens et des supplices répétés : à qui persuadera-t-on bonnement que cette colonie est aussi florissante, et plus, suivant certains sectaires, que dans le temps de sa plus grande prospérité? prospérité qui avait été le p r o duit combiné et successif d'une progression non interrompue pendant une durée d'un siècle et demi, surpassant celle de toutes les autres colonies européennes et excitant la jalousie d'une puissance rivale ; prospérité assurée par une discipline et une subordination générale et jamais troublée, où tout présentait l'ordre le plus parfait et des richesses sans cesse croissantes par l'augmentation des capitaux, par des supplémens de crédit et par des travaux poursuivis avec in telligence, activité et constance. R i e n , suivant nous, ne prouve autant l'enthousiasme frénétique de ces sectaires que ces assertions hasardées et téméraires, qu'ils ne peuvent et ne pourront jamais constater avec un degré même d'apparence, parce qu'elles sont contraires aux faits les plus avérés, à l ' e x p é rience de tous les temps, celle dépendante de l'administration générale comme particulière, aux principes de la science économique dans celle de ses branches reconnue pour incontestable, et enfin aux simples lumières du bon sens. Je ne sais pas même comment ils n'ont pas craint, en cette occasion, de décéler leur mauvaise foi insigne et tout leur égarement en insistant, sans preuves matérielles ni même possibles, sur de pareilles erreurs et de semblables absurdités, qui p o u vaient être si facilement refutées et mises au néant. Je me permettrai ici de pénétrer plus avant dans la d i s cussion. Je crois pouvoir soutenir, en opposition manifeste à tout ce que vous avancer et sans doute à votre grand étonn e m e n t , que vous n'avez pas le d r o i t , à vous seuls et sans le concours des puissances intéressées, de donner la liberté aux nègres de vos colonies et de bouleverser ainsi tout le système


489 c o l o n i a l , c o n s t a m m e n t observé et suivi j u s q u ' à ce j o u r , sans aucune altération ni modification réelles par tous les

gou-

vernemens maîtres d e ces c o n t r é e s , à l'exception d e cette étrange innovation introduite par la révolution seule,

poul-

le m a l h e u r et la confusion d e t o u s . N ' a - t - i l pas été,

en effet, arrêté et c o n v e n u entre tous l e s

g o u v e r n e m e n s d e l ' E u r o p e , par les traités conclus à la suite de la restauration l é g i t i m e, par tous ceux qui sont intervenus s u b s é q u e m m e n t , ratifiés et sanctionnés aux différens c o n g r è s , qu'ils se réunissaient tous de c œ u r et d'intention à l'effet d e maintenir la paix et l'ordre qui venaient d'être si h e u r e u s e m e n t rétablis entre toutes les p u i s s a n c e s , en garantissant en m ê m e t e m p s la sûreté des personnes et des propriétés? N ' o n t ils pas tous d é c l a r é , en r a p p e l a n t les m a x i m e s de la plus haute

sagesse et une politique

p r o f o n d e,

qu'ils s ' o p p o s e -

raient de toutes leurs forces et se prêteraient l e u r appui m u tuel pour

c o m b a t t r e tous

destructifs

de

toute

ces principes

organisation

révolutionnaires,

sociale ;

pour

com-

battre tous les c h a n g e m e n s qui tendraient à i n t e r v e r t i r , à bouleverser l'ordre général établi et les rapports subsistans entre e u x et leurs peuples ? N e se s o n t - i l s pas liés p a r u n acte s o l e n n e l , e n vertu d u q u e l ils se sont constitués les gardiens ct

les

protecteurs constans

système attaqué, repos, les

et réciproques de ce n o u v e a u

conservateur des droits d e tous partout o ù il serait troublé

ou

compromis ? système

nécessaire

au

au b o n h e u r des individus d e toute classe et d e tous

membres

composant

la grande

confédération

euro-

N'est-ce pas en c o n f o r m i t é d e ces m ê m e s m a x i m e s

géné-

péenne. r a l e m e n t approuvées et sanctionnées, que la guerre a été d é clarée et a o b t e n u u n succès m é r i t é contre tous ces p e r t u r b a teurs d u repos p u b l i c,

contre tous ces insensés novateurs q u i

o n t e n v a h i , à la faveur d'insurrections par eux préparées ct excitées,

l'autorité s u p r ê m e dans les r o y a u m e s de N a p l e s ,

de

P i é m o n t et d ' E s p a g n e , b o u l e v e r s é leur état s o c i a l , attaquéla sûreté des personnes et des p r o p r i é t é s , c o m p r o m i s enfin et mis dans un état de danger réel la tranquillité ct les i n s t i -


490 tutions des autres états ? Celle entreprise par la France contré cette dernière puissance,

n ' e s t - e l l e pas fondée sur les m ê m e s

m o t i f s de légitimité et d'intérêt g é n é r a l ? Elle a été conduite avec u n principe d e justice et de m o d é r a t i o n, avec des s e n t i m e n s d e b i e n v e i l l a n c e , d e générosité et de

magnanimité

i n c o n n u s j u s q u ' i c i dans les annales des n a t i o n s , qui h o n o rent tout à la fois et le g o u v e r n e m e n t s u p r ê m e et le c h e f i l lustre d e l ' a r m é e , et nos militaires et marins de tout grade. E l l e a été couronnée par u n succès p r o m p t et é c l a t a n t , à la g r a n d e mortification des révolutionnaires de tout p a y s , sans effusion de sang considérable ; d o n t le résultat a été de d é l i vrer le roi de l ' e s c l a v a g e , de le rétablir sur son trône et d'affranchir la nation entière contre paix

tous

ces violateurs de la

p u b l i q u e . C a r , c o m m e nous l'avons

q u e r,

u n e assemblée u n i q u e ,

sera j a m a i s q u ' u n e f a c t i o n , l a q u e l l e , les pouvoirs,

déjà fait

remar-

telle que celle des cortès,

ne

en anéantissant tous

s'en e m p a r e r a e x c l u s i v e m e n t , p o u r en faire

les i n s t r u m e n s

d e sa p u i s s a n c e et d e sa tyrannie sur la n a -

tion entière ; o u b i e n elle se divisera en plusieurs partis q u i s'entre-choqueront,

se

combattront

et r e n d r o n t toutes les

classes d e la société v i c t i m e s d e leurs erreurs et d e leurs p r o pres f u r e u r s . Ces m ê m e s m a x i m e s ,

consacrées par les p u i s s a n c e s ,

s o n t - e l l e s d o n c pas applicables exacte r i g u e u r ? exception?

peuvent-elles

ne

a u x Antilles dans toute leur et d o i v e n t - e l l e s

faire

une

sont—elles t e l l e m e n t étrangères à l ' E u r o p e p o u r

n e pas d e v o i r e n t i e r dans ses p l a n s , et n'exciter de sa part a u c u n soin ni aucune sollicitude ? Pour la p l u p a r t de ces puissances,

leurs colonies a u x A n t i l l e s , c o m p o s é e s d ' E u r o p é e n s

e n possession des propriétés et d ' u n e portion m i t i g é e d e la p u i s s a n c e , f o r m a n t une a n n e x e et u n e partie intégrante de l e u r e m p i r e,

se liant i n t i m e m e n t à leur p r o s p é r i t é , et par

u n e réaction sensible à celle des autres r o y a u m e s ; ne s o n t elles donc pas , ces colonies , par une conséquence naturelle , immédiate politiques

et et

dérivante de

famille,

de

leurs

comprises

pacte et cette confédération

obligations dans

générale?

ces

réciproques

traités,

dans

, ce

Affranchir les nègres


491 dans quelques-unes d e leurs possessions s e u l e m e n t , lesquelles se t o u c h e n t , se c o m m u n i q u e n t entre elles et n ' e n s o n t s é parées q u e par un bras d e m e r d ' u n trajet p r o m p t et f a c i l e , n'est-ce d o n c pas les exposer elles toutes à une c o m m o t i o n , à u n b o u l e v e r s e m e n t et à u n e conflagration générale ? n'est-ce pas

compromettre

l'existence

de

tous les colons

et

leurs

droits d e propriétés? n'est-ce pas introduire u n c h a n g e m e n t i n o u ï , u n principe subversif

dans leur g o u v e r n e m e n t , r é -

p r o u v é par les traités et en violation d e cette assurance, cette protection d o n n é e à la généralité des Européens

de dans

leurs biens et dans leurs p e r s o n n e s ? n ' e s t - c e pas enfin vouloir faire prévaloir de n o u v e a u ces systèmes nés et enfantés par l a révolution,

q u ' i l n'est pas plus p e r m i s d'établir aux Antilles

q u ' e n E u r o p e ; car nous s o m m e s et restons E u r o p é e n s sous tous les rapports généraux,

c o m m e r c i a u x et politiques ? U n e

puissance a - t - e l l e v é r i t a b l e m e n t le droit à elle s e u l e , en o p position a u x principes reconnus,

avoués et g a r a n t i s , ct sans

l ' a p p r o b a t i o n f o r m e l l e d'elles toutes,

d e p r o c l a m e r la liberté

d a n s ses propres c o l o n i e s ? A - t - e l l e le d r o i t d e

bouleverser

ainsi tout le s y s t è m e colonial dans sa base constitutive

et

f o n d a m e n t a l e , d'introduire enfin u n n o u v e a u r é g i m e , q u i , loin d ' a v o i r p o u r soi l'expérience d u passé, traire d i a m é t r a l e m e n t

lui est au c o n -

o p p o s é , et a engendré les effets les

plus funestes et les plus s a n g l a n s , des calamités sans n o m b r e et sans terme ? Je ne le pense a s s u r é m e n t pas,

et t o u t lecteur

i m p a r t i a l en j u g e r a de m ê m e , ce m e s e m b l e . Enfin vos l u m i è r e s , vraies o u f a u s s e s , recueillies par vous et les vôtres,

en fait d e législation et d'administration

tout ce q u i i m p o r t e à l'ordre s o c i a l , d o i v e n t - e l l e s règle et f o r m e r la conduite et d e leurs

gouvernemens

en

être

la

constante de toutes les nations respectifs ? Cette p r é t e n t i o n ,

faut l ' a v o u e r , serait aussi étonnante que révoltante et

il

mo-

queuse. I l faut renverser la proposition d e M . B u x o n , si de fausse q u ' e l l e est o n veut la rendre v r a i e . liberté à Saint-Domingue

C'est le m a i n t i e n d e la

q u i est dangereux,

e n le p r é s e n -

tant sans cesse a u x regards d e cette quantité d'esclaves q u i


49

2

p e u p l e n t les grandes et les petites Antilles. Si vous ne v o u lez pas q u e tous ces esclaves s ' i n s u r g e n t , i n c e n d i e n t les h a bitations et massacrent les propriétaires,

assujettissez donc

d e n o u v e a u et en c o m m u n c e u x de S a i n t - D o m i n g u e ; p u i s que

votre intérêt

est le m ê m e ,

vous

est é g a l e m e n t c o m -

m a n d é par les devoirs d u b o n v o i s i n a g e , d ' u n e

protection

r é c i p r o q u e , et p o u r l a destruction d e ces m ê m e s principes d e r é v o l t e , d'anarchie et

d'esprit

révolutionnaire,

contre

lesquels l ' E u r o p e s'est levée tout entière et en masse pour e n extirper j u s q u ' a u dernier g e r m e . Q u e l q u e soit l'aspect sous l e q u e l cette sujétion des nègres puisse être e n v i s a g é e , soit dans son e n s e m b l e o u dans ses conséquences, égard,

q u e l q u e supposition m ê m e

qu'on

fasse à cet

i l est c e r t e s , et cela est f r a p p a n t , plus facile,

c o n v e n a b l e ct p l u s u r g e n t , il y a m ê m e m o i n s

plus

d'inconvé-

niens et d e dangers possibles et r é e l s , d'assujettir de n o u veau

ceux de

Saint-Domingue,

qu'il

n'existe

de

positifs et évidens à encourir p o u r n o u s tous dans

dangers l'affran-

c h i s s e m e n t graduel des esclaves d e toutes les Antilles ; q u ' i l n'existe d ' i n c o n v é n i e n s , d e hasards ct d e difficultés à é p r o u v e r d e la part des g o u v e r n e m e n s et d e leurs sujets

colons

p o u r les a m e n e r à cette dernière m e s u r e . Cette première rass u r e , fortifie l'ordre ancien et toujours s u b s i s t a n t , d o n t la seule colonie d e S a i n t - D o m i n g u e fuit exception contre le v œ u des p r o p r i é t a i r e s , et j ' o s e dire de tous les colons i n d i s t i n c t e m e n t et de leurs g o u v e r n e m e n s respectifs,

u n seul p e u t - ê t r e

e x c e p t é ; tandis que l'autre est u n e innovation téméraire, j u s t i f i a b l e,

in-

ct u n e infraction à tous les droits.

V o u s n e p o u v e z p l u s hésiter sur cette grande question : attaquez d o n c sances

en

maîtresses

commun des

Saint-Domingue ,

Antilles,

si

vous

vous,

voulez

puis-

conserver

v o t r e d o m i n a t i o n et votre souveraineté l é g i t i m e sur ces s u p e r b e s contrées découvertes ct fertilisées p a r votre constante industrie

et v o t r e génie supérieur ; si v o u s voulez de plus

être c o n s é q u e n s a vos principes de restauration g é n é r a l e , si vous voulez le m a i n t i e n i m p e r t u r b a b l e des propriétés et la sûreté entière des personnes : attaquez d o n c ce centre de r e -


493 bellion,

p r o p a g a n d e si funeste à votre propre repos ;

gnez ce foyer d e désordre et d'anarchie perpétuels, france et de m a l h e u r p o u r le p l u s grand n o m b r e,

étei-

de soufp o u r la

presque universalité des individus ; et rétablissez de n o u v e a u p a r m i eux l ' e m p i r e d e nos lois protectrices de tout ordre,

de

toute sûreté et de toute s u b o r d i n a t i o n , q u i furent notre c o m m u n e égide durant d e u x s i è c l e s , à la seule faveur desquelles tous les genres de biens r e n a î t r o n t ,

c o m m e par le p a s s é ,

pour la prospérité et le b o n h e u r général. Car ne croyez pas,

c o m m e l'assurent tous les n é g r o p h i l e s ,

q u ' u n e émancipation, trouble,

m ê m e graduelle,

sans é m e u t e et sans

effusion

puisse s'opérer sans d e s a n g , soit

veuille c o m m e n c e r par les n o u v e a u - nés,

qu'on

ensuite p a r les

adultes, o u soit q u ' o n y procède de toute autre manière q u e l c o n q u e . Soyez assurés q u e, d u m o m e n t que le m o t de aura retenti à leurs oreilles, soient les premiers accens,

liberté

q u e l q u e faibles o u mitigés q u ' e n

quelques m é n a g e m e n s et q u e l q u e s

précautions q u ' o n croira devoir o u p o u v o i r y

apporter, la

masse entière ne v o u d r a p l u s travailler q u e f o r c é m e n t ,

se

contentera des productions brutes et spontanées de la nature , si on la laisse maîtresse de disposer de sa liberté à son gré , conformément

à

ses

goûts

et

à

sa

volonté

propre

,

comme

l'équité et le droit naturel le requièrent ; se portera à tous les e x c è s , méconnaîtra toute autorité et toute s u b o r d i n a t i o n , m o i n s par l'attrait de la liberté que p o u r s'abandonner à la d é b a u c h e , à son

i n d o l e n c e et apathie n a t u r e l l e , p o u r r e -

prendre ses m œ u r s africaines dans toute l e u r barbarie et f é rocité première,

p l u t ô t e n d o r m i e s,

assoupies

et enchaînées

que détruites. T e l s o n les a vus et tels o n les v o i t encore dans toutes les associations libres,

d u m o m e n t q u ' i l s o n t p u se diriger d ' a -

près e u x - m ê m e s , et se soustraire à notre d é p e n d a n c e , c o m m e nous l'avons déjà fait remarquer ; à Oncas, m o n t a g n e B l e u e , et m ê m e à la S i e r r a - L e o n a

à Semerica, à la (1).

(1) A s s u r e z - v o u s de nouveau des autorites p a r nous rapportées à la page 3 1 de l'écrit q u i précède cet a p p e n d i c e , et des réflexions q u e nous


494 Tels on les voit encore à Saint-Domingue, où leur travail est commandé et forcé par les quinze ou vingt mille hommes armés, leurs semblables, qui les tiennent dans un état de c o n trainte et d'oppression continuel. Tels on les a vus au premier moment de leur insurrection, o ù , n'étant encore que tumultuairement ralliés sous des chefs éphémères, ils se détachaient par petits pelotons, errans de toutes parts, vivant de vols et de rapines, assassinant tout blanc i s o l é , et enlevant quelques nègres qu'ils allaient vendre aux Espagnols. Toutes ces circonstances ont été attestées par Santhonax l u i m ê m e, confirmées par ses proclamations, et celle relative à la vente des nègres a été transmise au corps législatif. Il n'a pu se dispenser de la faire connaître, parce qu'elle

a v o n s c r u d e v o i r y a j o u t e r ; c o n s u l t e z l ' H i s t o i r e de la Jamaïque

par

Le

L o n g , et i n f o r m e z - v o u s s u r t o u t d e s é v é n e r n e n s a r r i v é s d e r n i è r e m e n t d a n s c e t t e î l e p a r m i les n è g r e s d e l a m o n t a g n e B l e u e , a p r è s l a r é v o l t e s u r v e nue à Saint-Domingue. Consultez également l'ouvrage de M . S t e d m a n déjà cité. L ' a u t e u r de cet écrit a s é j o u r n é dans la colonie d e S u r i n a m consécutives ,

p e n d a n t cinq années

y a fait la g u e r r e en q u a l i t é d e c a p i t a i n e , a visité leurs

établissemens d'Oncas

et d e S é m é r i c a s ,

donne

une narration de leurs

m œ u r s , de leurs habitudes sauvages ct féroces, q u i n'ont p o i n t p a r l e u r état de libération. caractère p r i m i t i f ,

Bien

loin

de l à ,

changé

ils o n t r e p r i s t o u t

leur

t o u s c o n t i n u a n t à c r o u p i r d a n s l a d é b a u c h e et d a n s

l ' o i s i v e t é l a p l u s a b s o l u e,

n e v o u l a n t se l i v r e r à d ' a u t r e t r a v a i l q u e c e l u i

d e l a p ê c h e e t d e l a c h a s s e , insuffisans p o u r l e u r s b e s o i n s p h y s i q u e s e t n ' y s u p p l é a n t q u e p a r d e s v o l s et d e s b r i g a n d a g e s s u r les p r o p r i é t é s d e s colons, et par d'autres m o y e n s d o n t nous avons r e n d u c o m p t e . I l assure, d e p l u s , q u e plusieurs tribus nègres insurgées sont d e v e n u e s a n t h r o p o p h a ges

:

«

Après

«

nous

«

fermée

«

curiosité

avoir

trouvâmes, de

la

pris

dit-il, chair

d'en

le sur

quartier

de

le

quelques

humaine

goûter

(

feu ;

Boucon

plusieurs

très-blâmable

pots de

sans

elles dans

nos doute

s'étaient lesquels

officiers, ),

réfugiées, était

ayant

trouvèrent

ren-

eu

la

qu'elle

« n'était pas inférieure au bœuf ct au porc. » Q u ' o p p o s e - t - o n à t o u s ces faits a v é r é s , à t o u t e s ces n a r r a t i o n s v é r i d i q u e s , a u x r é c i t s d e t o u s l e s v o y a g e u r s éclairés e t r é s i d a n s s u r les l i e u x m ê m e s , p e n d a n t l'espace d e q u i n z e o u v i n g t années d e suite ct q u e l q u e fois

d'une

vie

entière

?

Des

suppositions

des systèmes faux ct le délire de l'imagination.

gratuites,

des

idées

exagérées

,


495 était trop notoire dans la colonie pour pouvoir la passer sous silence ; mais ces aveux ont dû être excessivement pénibles pour un négrophile de cette trempe et de cette exaltation frénétique. Lorsque la liberté générale a été par lui proclamée, et long-temps encore après, il se plaint dans ces mêmes proclamations de la continuation des incendies, de leur vie vagabonde et de leur refus de travailler. Il menace de peines et de chàtimens ceux d'entre eux qui n'exécuteront pas ses ordres ; il assure des récompenses à ceux qui s'y conformeront, en leur annonçant que le travail est indispensable et d'une première obligation pour l'homme ; c'est à ce prix, a j o u t e - t - i l , que la liberté leur à été accordée, que la république leur en impose •cément le devoir, et c'est encore par ce seul moyen qu'ils s affranchirent pour toujours de leurs tyrans, les c o l o n s , a p pelés par lui nêgrivores. Vains efforts et tentatives inutiles ! menaces et châtimens, promesses et récompenses également infructueux ! les nègres ne persévèrent pas moins dans leurs habitudes, dans leurs penchans désordonnés et v i cieux. Lorsque enfin ils ont été réunis sous des chefs plus rusés , également féroces, devenus les dominateurs de quelques quartiers de la c o l o n i e , se supplantant et s'entr'égorgeant successivement ; lorsqu'à la suite de ces scènes sanglantes, T o u s saint, non moins barbare qu'eux tous, s'est constitué le chef suprême et unique parla défaite de ses concurrens, chassant toutesles autorités nationales, et jusqu'à Santhonax lui-même, malgré tous ces hauts faits en leur faveur, il n'a pu établir un certain ordre et les contraindre au travail que par des moyens violens, coërcitifs et par des supplices. Après sa chute, les chefs qui lui ont succédé, les Dessalines, Christophe et a u tres, s'entre-détruisant suivant leurs coutumes barbares, eux et leurs satellites divers ont pillé en commun pendant un assez long espace de temps les commerçans qui venaient trafiquer chez eux, s'emparant de leurs magasins et de tous les objets qui s'y trouvaient déposés, se permettant le long de leurs côtes et des îles adjacentes nombre de pirateries sur plusieurs nations européennes, et ont enfin en différentes occasions


496 e x p é d i é des émissaires p o u r soulever les nègres des A n t i l l e s , plus particulièrement ceux des colonies françaises. b o y e r , le d o m i n a t e u r actuel, vient de rendre tout r é c e m m e n t u n e proclamation par laquelle il défend tout c o m m e r c e entre S a i n t - D o m i n g u e et les colonies européennes, sous peine de confiscation, disant q u e les planteurs européens, partisans de l'esclavage, répandent toutes sortes de calomnies contre les nègres de sa d é p e n d a n c e , leur i m p u t a n t des projets hostiles contre les colonies. Je

ne

sache

pas

qu'aucune

colonie

soit

assez

imprudente

,

assez ennemie d'elle-même et si peu éclairée sur ses vrais intérêts, pour permettre à des nègres de S a i n t - D o m i n g u e

de

venir trafiquer chez elle avec leurs embarcations armées d'un équipage noir. Q u e l q u e s - u n e s s e u l e m e n t ct en petit n o m b r e , les Anglais et particulièrement les A n g l o - A m é r i c a i n s , quelques Français d ' E u r o p e , et n o n certainement ceux des

colonies,

avec quelques autres individus de toute n a t i o n , f o n t , il est vrai, à S a i n t - D o m i n g u e une sorte de négoce m e s q u i n et périlleux ; mais assurément aucune de ces colonies, exception,

et cela sans aucune

n e reçoit dans ses ports des navires expédiés

de

cette île insurgée et m o n t é s p a r des nègres. Cette proclamation n'est d o n c q u ' u n prétexte et un s u b terfuge, u n appât grossier et t r o m p e u r p o u r endormir l ' a c tivité et la surveillance des

autorités et des

autres colonies européennes,

afin de projeter plus s û r e m e n t

planteurs des

ct exécuter avec un plein s u c c è s , dans un t e m p s d é t e r m i n é et o p p o r t u n,

le s o u l è v e m e n t des esclaves dans

quelques-

unes de ces colonies. I l en est et il en sera de cette p r o c l a mation le

comme janvier

1

er

de

celle

1804(1),

rendue

dans

par

laquelle

Dessalines ils

et

assuraient

consorts qu'ils

, ne

tenteraient aucune révolution contre les colonies v o i s i n e s , les laisseraient respirer en paix ; et cependant lui e t les siens

(1)

«

«

truise

«

vent

Gardons-nous notre

ouvrage

paisiblement

cependant ;

sous

laissons l'égide

que en des

l'esprit

paix lois

de

respirer qu'ils

se

prosélytisme nos sont

« pas boute-feu les révolutionner, nous érigeant en législateurs des

voisins faites;

:

ne

dé-

qu'ils

vi-

et

n'allons


497 se sont efforcés depuis cette é p o q u e , en contravention de leurs assurances et par les moyens les plus pervers, à soulever ces mêmes colonies. On ne peut donc établir aucune confiance sur les dispositions manifestées par Boyer. Ne sait-on pas, en effet, q u e , depuis que ce chef mulâtre s'est emparé de toute l'autorité par la défaite du parti de Christophe, assurée par l'assassinat de sa personne, plusieurs nègres et mulâtres ont été expédiés en différentes fois de Saint-Domingue, tant antérieurement à cette époque que depuis, pour embraser tout l'archipel Occidental ? Ces complots ont été éventés, particulièrement ceux conçus et dirigés en plus grand nombre contre la M a r tinique pendant plusieurs années de suite; celui en I 8 I 5 par un général mulâtre, et dernièrement encore celui qui a éclaté dans le courant d'octobre 1822 , tramé par des agens et des émissaires sortant toujours de Saint-Domingue. Des nouvelles récentes nous apprennent que la Martinique vient d'être j e t é e , cette année 1824, dans les plus grandes alarmes, par la découverte d'une nouvelle conspiration, dont le but était de massacrer tous les blancs et de brûler la ville de Saint-Pierre. Elle était la suite d'une correspondance séditieuse que les mécontens avaient entretenue avec l ' E u rope, les îles anglaises et Saint-Domingue, et dans laquelle on a trouvé une. réponse de Boyer, relativement à des secours qu'on lui demandait. Enfin cette conjuration devait s'étendre sur tout l'archipel Occidental, particulièrement à la

«

Antilles,

faire

consister

notre

gloire

à

troubler

le

repos

des

îles

qui

« nous avoisinent.—Paix à nos voisins ! » Fait au mier

q u a r t i e r - g é n é r a l d e s G o n a ï v e s l e 1er j a n v i e r 1804,

l'an p r e -

d e l ' i n d é p e n d a n c e . P a r m i l e s g é n é r a u x et les chefs d e

l'armée,

signataires et a p p r o b a t e u r s d e cette m ê m e p r o c l a m a t i o n , dans laquelle o n d é f è r e t o u t e l ' a u t o r i t é à D e s s a l i n e s ; o n y r e m a r q u e la s i g n a t u r e d e P é t i o n , c e t a n c i e n p r é s i d e n t , e t p e u t - ê t r e c e l l e d e B o y e r se t r o u v é - t e l l e d a n s l ' é c r i t o r i g i n a l d o n t i l a p a r u d e s c o p i e s i m p r i m é e s . I l est b o n d ' o b s e r v e r q u e t o u t e s ces p r o c l a m a t i o n s e t a u t r e s pièces d e c e g e n r e s o n t toutes rédigées p a r les m u l â t r e s .

32


498 Jamaïque,

o ù il s'y était déjà introduit plusieurs nègres

et

mulâtres v e n a n t de S a i n t - D o m i n g u e , et expédiés sans doute p a r son chef. Cependant c e l u i - c i , au m ê m e m o m e n t ,

s'ex-

p r i m a i t d e la manière suivante : «Tranquilles dans notre pays, fidèles à nos devoirs constitutionnels, nous restons

absolu-

m e n t étrangers au système c o l o n i a l , et neutres dans les m o u v e m e n s q u i peuvent o u p o u r r o n t exister dans les îles d e cet archipel; Quelle

on

n'a

mauvaise

donc foi

aucun

insigne,

reproche

et

quelle

à

nous

confiance

faire

(1).

peut-on

»

avoir

en de pareils h o m m e s ! Quelle sûreté les g o u v e r n e m e n s p e u v e n t - i l s d o n c se promettre avec eux dans des traités d e c o m m e r c e o u d i p l o m a t i q u e s q u ' i l s n e violeront pas m o i n s toutes les époques passées,

qu'à

et j u s q u ' a u m o m e n t actuel i n c l u -

s i v e m e n t ! I l y aurait une d é m e n c e à v o u l o i r s'y confier. M a l h e u r e u s e m e n t l a vengeance des lois n'a p u , en général, t o m b e r q u e sur quelques misérables n è g r e s , trop s o t t e m e n t crédules et confians, plupart tion

du

leurs provocateurs ayant é c h a p p é,

t e m p s p a r une p r o m p t e f u i t e , à la juste

la

puni-

qu'ils avaient encourue. E l l e devrait peser particuliè-

r e m e n t sur e u x , sur e u x s e u l s , sur ces émissaires et agens i n c e n d i a i r e s , provocateurs d e r é v o l t e s , se tapissant et s o r tant c o m m e des bêtes féroces d e

leurs tanières

pour

nous

d é v o r e r , o u nous forcer à nous entr'égorger entre n o u s . T a n t que ce repaire d e b r i g a n d s subsistera, les Antilles p o u r r o n t elles

donc

d o m e s t i q u e,

maintenir

leur

p a i x ' intérieure et leur

régime

sans lesquels tout ordre ; toute s u b o r d i n a t i o n et

toute sûreté personnelles d e v i e n n e n t i m p o s s i b l e s , et se t r o u v e n t p o u r toujours bannis

d e leurs

sociétés?

Assujettissez

d o n c d e n o u v e a u ces propagateurs éternels de r é v o l t e , ces e n n e m i s nés d u système colonial et de toute

organisation

sociale, v o u s, puissances souveraines d e ces fertiles contrées, si vous voulez le b o n h e u r d e vos compatriotes ct celui des nègres m ê m e . P a r m i les réflexions qui naissent en foule de notre sujet et

(T)

Voyez les gazettes françaises et anglaises de cette année 1824.


499 qui nous p r é o c c u p e n t , il en est plusieurs d'une nature t r è s importante q u e nous adresserons à nos adversaires sous la f o r m e d'interrogation.

\

E n supposant que l'affranchissement proposé,

graduel et

progressif s'opère p r i m i t i v e m e n t sans trouble et sans d a n ger,

c o m m e on se le p e r s u a d e , et c o m m e cela est plus que

douteux ; et en supposant de p l u s, sonnes le

désirent,

c o m m e une foule de p e r -

que S a i n t - D o m i n g u e

reste en

même

t e m p s sous la dépendance des nègres et de quelques m u l â tres

,

soit

que

non

,

croit-on

ceux-ci cette

ou

soit

continuant

à

indépendance seulement

bonnement

et

que

les

se soit

gouverner

par

publiquement

tacitement nègres

soufferte

affranchis

eux-mêmes

,

reconnue et aux

ou

tolérée

,

Antilles,

m ê m e p a r t i e l l e m e n t , forcés de travailler c o m m e d e c o u t u m e et de vivre sous l'autorité de leurs anciens maîtres en qualité d e j o u r n a l i e r s , se contenteront de cette liberté offerte ? Car j e ne suppose pas que,

par l'affranchissement

proposé, on

veuille enlever a u x planteurs et leurs propriétés foncières et le droit de les administrer par e u x - m ê m e s ,

c o m m e l'avaient

établi les seconds commissaires français. Croit-on b o n n e m e n t qu'ils fléchiront sous cette d o u b l e obligation avec leurs m œ u r s et leurs h a b i t u d e s ; avec leur apathie et leur indolence n a t u relles,

et sur u n sol qui leur offre une subsistance assurée et

abondante,

sans efforts et sans p r e s q u ' a u c u n travail d e leur

part ? N e s o n t - i l s et ne seront-ils pas fondés alors et en droit, c o m m e les h o m m e s libres dans tous les pays d u m o n d e,

de

n e travailler qu'autant qu'ils en sentiront le besoin et la n é cessité q u ' a u x époques et de la m a n i è r e qui l e u r c o n v i e n dra ? E t quelle nécessité d e travailler dans u n pays o ù nature,

encore u n e

fois,

la

leur prodigue de toutes parts ses

dons d ' u n e m a i n généreuse et l i b é r a l e , et où,

par la tempé-

rature d u c l i m a t , ils p e u v e n t se passer f a c i l e m e n t , sans a u cun inconvénient ni danger p o u r e u x ,

de tout v ê t e m e n t et

autres besoins forcés ressentis par des peuples m o i n s f a v o r i sés ? Les y engager par un m o u v e m e n t lontaire de leur p a r t , sera,

devenu libre et

vo-

c o m m e cela a toujours été,

une

tentative vaine et illusoire ; les y contraindre,

les violenter


500 m ê m e à cet égard, serait une injustice manifeste et u n a t t e n tat à ces droits naturels r é c l a m é s , proclamés et préconisés de toutes p a r t s ; o u , si o n y p a r v e n a i t , ce ne serait q u ' e n é t a blissant de nouveau la servitude sous une forme plus o u m o i n s déguisée, laquelle n'en sera pas m o i n s réelle, et ne présentera plus que

contradictions

et incohérences dans

les

mesures

proposées o u à suivre. D e p l u s , ne v o u d r o n t - i l s pas, rendre

indépendans

conformément

à

pour

leurs

vivre

goûts

et

ne s'efforceront-ils pas à se au à

moins leurs

à

leurs

inclinations

manières

,

naturels

!

N e c h e r c h e r o n t - i l s pas à s'affranchir de toute autorité, et à se gouverner par e u x - m ê m e s, m i n g u e ? Ces sentimens

c o m m e leurs frères de S a i n t - D o -

et ces efforts ne s o n t - i l s

d o n c pas

n a t u r e l s , si surtout ils se persuadent qu'ils sont indigènes de ces c o n t r é e s , d e n o u v e a u x C a r a ï b e s , c o m m e ceux de S a i n t D o m i n g u e sont devenus,

tout à coup et par u n c h a n g e m e n t

d e nature inouï, de nouveaux Haïtiens, et q u ' e n cette qualité le pays ct lo p o u v o i r l e u r appartiennent par u n droit i m p r e s criptible? Ces m ê m e s sentimens et ces m ê m e s efforts ne sont-ils pas en outre u n e suite e t une conséquence dérivantes de leur l i b e r t é ? et p o u r r a - t - o n en e m p ê c h e r l'explosion et en effacer les traces autrement q u e par la force ? N e se croiront-ils fondés à r é c l a m e r , à vouloir f o r c é m e n t leur aussi b i e n que l e u r l i b e r t é ,

pas

indépendance

v o y a n t que leurs frères à S a i n t -

D o m i n g u e sont parvenus à s ' e m p a r e r ct à s'assurer en partie la première à l'aide de la seconde,

en massacrant et en e x -

pulsant la classe b l a n c h e tout entière ? Cet e x e m p l e frappant et toujours subsistant ne peut m a n q u e r d'occuper leurs e s prits,

d ' e n f l a m m e r leurs e s p é r a n c e s , d'encourager leurs

ef-

forts et d e frapper leurs regards é m e r v e i l l é s . Ceux enfin "des leurs qui auront quelques influences dans les ateliers par leurs qualités personnelles o u s i m p l e m e n t c o m m e c o m m a n d e u r s,

ne s e r o n t - i l s pas portés à vouloir cette i n d é -

pendance et à tout entreprendre pour se la procurer, tant de

par

s'emparer

de des

pouvoir

satisfaire

propriétés,

ct

de

leur

ambition

s'ériger

rieure ? N e seront-ils pas en outre excités,

en

se f l a t -

particulière autorité

,

supé-

encouragés par les


501 h o m m e s de toutes couleurs, et autres mélanges,

anciennement libres, mulâtres

d o n t la m a s s e p r e s q u e entière est p r o l é -

taire, laquelle aura u n intérêt p l u s d i r e c t à cet envahissement d e s p r o p r i é t é s e t des p o u v o i r s p a r sa s u p é r i o r i t é et p a r les a v a n t a g e s q u ' e l l e s'en p r o m e t t r a ,

tous

c o m m e cela s'est o p é r é

p r i m i t i v e m e n t à S a i n t - D o m i n g u e ? Ne seront-ils pas les uns et les autres p e r s u a d é s et incités

sans

saires

colonie, laquelle

arrivant

dra pour lors

de cette dernière et par

tous

ces m o y e n s

cesse

par des é m i s devien-

la m é t r o p o l e

future

d e toutes ces autorités africaines ? T o u t e s ces interpellations diverses n e sont arbitraires,

et

les conséquences

qui

déjà réalisées en grande partie aux

ni gratuites

en dérivent

Antilles.

se

ni

sont

N o u s en avons

u n e n o u v e l l e p r e u v e d a n s les j u g e m e n s r e n d u s contre les voltés de la Jamaïque dans la dernière insurrection

ré-

qui y a

éclaté. Nous avons sous les y e u x u n e gazette de cette colonie ( Jemaïca

courant

) , e n d a t e d u 24 j u i l l e t 1824 ,

o ù se t r o u v e

le procès fait à plusieurs nègres qui o n t subi u n e peine c a p i t a l e,

lesquels étaient impliqués et ont été convaincus

des agens actifs dans le c o m p l o t q u i avait p o u r b u t m i n e r tous les b l a n c s

sans exception.

Tous

d'être

d'exter-

affirment

dans

leurs déclarations, appuyées sur une foule de témoignages de leurs semblables, qu'ils sont libres par ordre de W i l e b e f o r c e ; q u ' e n cette qualité ils n e v e u l e n t , vailler, reront

et que le pays

ils n e

p a r l a f o r c e s i 011 l e u r f a i t

des leurs

doivent plus

leur appartient ; qu'ils s'en

q u i ne les joindraient

résistance,

tra-

empa-

et q u e

ceux

et n e les assisteraient

s e r o n t m i s à m o r t . T e l s e n e f f e t o n t é t é l e u r s d e s s e i n s, tentatives e t l e u r s efforts q u i a v a i e n t déjà r e ç u

un

pas

leurs

commen-

c e m e n t d'exécution, et qui n'ont é c h o u é en définitive que par la vigilance et l'énergie des colons et des autorités locales. Ainsi il est b i e n prouvé d'une

évident, comme

nous l ' a v o n s a v a n c é et

manière irréfragable,

q u e la l i b e r t é p o u r les

nègres est la cessation de tout t r a v a i l , l ' e n v a h i s s e m e n t et la possession exclusive des Antilles en l e u r faveur, par l e m a s sacre et l'expulsion entière de la classe b l a n c h e ,

à l'effet de

se constituer de n o u v e a u a v e c leurs c o u t u m e s et formes

afri-


502 caines. Que peut-on désormais opposer aux vérités que nous nous sommes efforcés d'établir dans tout le cours de cet é c r i t , surtout après des exemples aussi récens que frappans et notoires? Il n'y a que l'esprit le plus prévenu, se refusant à toute lumière, à cette expérience journalière et de tous les temps ( c e creuset où se résolvent toutes les difficultés, et ne donnant pour résultats que des vérités d'une pratique utile), qui puisse persévérer volontairement dans des mesures et des systèmes démontrés aussi faux que dangereux et funestes pour nous tous. Si enfin il était possible que la proposition Je M. Buxon pût s'effectuer avec quelque apparence de s u c cès et d'une manière même problématique, exempte de tous les malheurs et de tous les crimes qui en sont inséparables, de la perte de notre domination et de notre souveraineté l é gitime sur ces contrées, commencez donc avant tout à assujettir la grande colonie de Saint-Domingue, en la remettant de nouveau sous la puissance de la métropole, et en rétablissant les propriétaires sur leurs domaines. L'une de ces m e sures, toute chimérique qu'elle s o i t , ne peut plus avoir lieu ni être tentée avant que l'autre n'ait reçu son entière et complète exécution. M. Buxon peut actuellement et facilement se convaincre, d'après les preuves rapportées par n o u s , judiciaires et a u tres, et d'après les événemens arrivés à Démérari (1), s'il

(1)

T o u t c e q u e n o u s i n d i q u i o n s et p r é v o y i o n s d a n s n o s d i v e r s p a s -

sages c o m m e

u n e conséquence infaillible d e la m o t i o n d e M .

e t a v a n t q u e l e s é v é n e m e n s n o u s f u s s e n t c o n n u s , s'est d é j à

Buxon,

réalisé e n

partie non-seulement aux A n t i l l e s , mais également à D é m é r a r i .

Nous

a v o n s a p p r i s , d e p u i s l a r é d a c t i o n d e n o t r e é c r i t c t p a r les f e u i l l e s p u b l i q u e s,

q u e les n è g r e s a u n o m b r e d e trois m i l l e h o m m e s se s o n t i n s u r -

gés d a n s c e t t e c o l o n i e , e n d e m a n d a n t d e p r i m e a b o r d u n e e x e m p t i o n d e t r a v a i l p e n d a n t trois j o u r s d e l a s e m a i n e , e t b i e n t ô t ils n e v o u d r o n t p l u s t r a v a i l l e r , si o n n e les y c o n t r a i n t p a r l a f o r c e . L e s m ê m e s p e r s o n n e s q u i n o u s i n s t r u i s e n t d e ces faits n o u s i n f o r m e n t , p a r p l u s i e u r s l e t t r e s en

date d u

24 a o û t ,

t o u t e s c o n c o r d a n t e s e n t r e e l l e s , q u e les d e r n i è r e s

d i s c u s s i o n s d a n s l e s c h a m b r e s , é l e v é e s p a r la m o t i o n d e M . B u x o n , o n t été la c a u s e d e l a r é v o l t e ; l e s n è g r e s p r é t e n d a n t ,

en o u t r e , q u e le roi


5o3 n'est pas rebelle à toute conviction, que cette seule insinuation de vouloir affranchir les nègres, manifestée dans la chambre des communes, si elle était surtout répétée dans quelqu'une des colonies par certains émissaires dont la secte dispose et qu'elle tient à ses ordres, serait semblable à cette p r e mière étincelle mise à une mine qui embraserait d'un feu v i o lent toutes ces contrées, lesquelles seraient restées constamment paisibles et heureuses, si on n'était pas intervenu dans leur administration d'une manière non moins illégale que funeste et insensée. Cette seule possibilité des maux à venir devrait être, ce me semble, un motif impérieux pour i n t e r dire, arrêter tout h o m m e sensible qui a le sentiment de ses devoirs, e t , comme individu et comme membre d'un corps délibérant, de traiter publiquement une question d'une n a ture si épineuse, aussi délicate et aussi dangereuse, laquelle peut entraîner à son i n s u , je veux bien le croire, à tous les malheurs et à toutes les catastrophes qui en sont inséparables. Cette retenue salutaire ne vous a-t-elle pas été r e -

« l ' A n g l e t e r r e l e u r a v a i t d o n n é l a l i b e r t é , m a i s que les autorite's d e l a c o l o n i e l e s r e t e n a i e n t i n j u s t e m e n t d a n s l ' e s c l a v a g e . ( Koyez Londres,

les gazettes d e

d o n t les e x t r a i t s s o n t c o n s i g n e s d a n s l e j o u r n a l des D é b a t s . )

I l s e r a difficile, à M .

B u x o n et à ceux qui v e u l e n t

l'affranchissement

d e s n è g r e s , d e c o n t r e d i r e , d'affaiblir ces récits e t les r é s u l t a t s f â c h e u x q u ' a p r o d u i t s d é j à sa p r o p o s i t i o n . N o u s d e m a n d e r o n s d e p l u s q u ' e s t - c e q u i a p u r é p a n d r e p a r m i les n è g r e s c e t t e n o u v e l l e fausse, q u e l e r o i leur

a v a i t a c c o r d é l a l i b e r t é e t q u e les s e u l e s a u t o r i t é s

d'Angleterre coloniales

s'y

o p p o s a i e n t , ce q u i é t a i t u n m o y e n s û r p o u r d i r i g e r les p o i g n a r d s c o n t r e les p l a n t e u r s . C ' e s t e n c o r e là u n e c i r c o n s t a n c e q u e n o u s a v o n s a n n o n c é e , e t d o n t n o u s a v o n s fait p r e s s e n t i r les p e r s o n n e s q u i se c h a r g e r a i e n t d ' u n e p a r e i l l e m i s s i o n . N o s p r o n o s t i c s o n t d e v a n c é les é v é n e m e n s . S i l ' i n s u r r e c tion

n ' a v a i t pas é t é p r o m p t e m e n t

propagée

dans toute la G u i a n e , il

a p a i s é e , étouffée , e n serait r é s u l t é

e t si e l l e

s'était

des m a u x e t des

crimes affreux, toutes les h o r r e u r s auxquelles S a i n t - D o m i n g u e

a

été

en p r o i e . A b s t e n e z - v o u s d o n c , i n t e r d i s e z - v o u s à j a m a i s d e rien statuer ni p r o p o s e r d a n s v o s a s s e m b l é e s r e l a t i v e m e n t à n o s esclaves et à n o s aff r a n c h i s , s i v o u s êtes r é e l l e m e n t , c o m m e v o u s le p r é t e n d e z,

des a m i s do

l ' h u m a n i t é , e t si v o u s n e v o u l e z p l u s ê t r e i n f r a c t e u r s d e n o s l o i s , n i e x c é d e r les b o r n e s d e v o s p r o p r e s p o u v o i r s .


504 commandée par votre ministre principal, en déclarant qu'un seul mot indiscret pouvait allumer un incendie ? et vous n'avez pas craint de prononcer ce mot, vous, encore une fois , qui n'en sauriez être victime. Cette même précaution vous est également prescrite par plusieurs de vos hommes d'état et de vos plus illustres écrivains (1). Voyez ce qui est déjà résulté de votre proposition. Depuis sa manifestation, la ville de New-Castle a présenté, par l'organe d'un noble p a i r , le comte de Talbot, une pétition contre l'esclavage dans les colonies britanniques. Bientôt c e l l e - c i , et vraisemblablement d'autres villes, des communautés, des corporations entières et peut-être tous vos radicaux, sous la protection de leurs c h e f s , dont quelques-uns sont membres de vos assemblées, se réuniront, réclameront et commanderont avec clameur l'affranchissement des nègres, non seulement dans les colonies anglaises, mais également dans t o u -

(1) V o t r e B â c o n , c é l è b r e à si j u s t e t i t r e , a d i t :« n e p o i n t t e n t e r u n essai d a n s l ' é t a t ,

I l est c o n v e n a b l e d e

à m o i n s q u e la nécessité n'en

soit

u r g e n t e o u l ' u t i l i t é é v i d e n t e ; e t d e b i e n s ' a s s u r e r si c'est l a r é f o r m e q u i e n t r a î n e l e c h a n g e m e n t , o u si c e n'est p a s l e d é s i r d e c h a n g e m e n t prétend à la réformation. »

qui

M . Jenkinson, en qualité d e m e m b r e de la

c h a m b r e des c o m m u n e s , élevé d e p u i s à la pairie et a u x premiers

em-

p l o i s d e l ' é t a t , s'exprime de la m a n i è r e suivante dans les débats au s u j e t de

la

traite

croyons

Combien

d e m a u x existent dans la société q u e n o u s

d é n o t r e d e v o i r d e p r é v e n i r , m a i s a u x q u e l s i l est p l u s d a n g e -

r e u x d e s ' o p p o s e r q u e d e s'y s o u m e t t r e l o r s q u ' i l s o n t p r i s u n e consistance ! L e devoir d ' u n

certaine

h o m m e d ' é t a t n'est p a s d e c o n s i d é r e r a b s -

t r a c t i v e m e n t c e q u i est b i e n o u m a l e n s o i , m a i s d e b i e n p e s e r les d é s a vantages qui

doivent nécessairement résulter de l'abolition

d'un

mal

c o n t r e les c o n s é q u e n c e s q u i d o i v e n t n é c e s s a i r e m e n t r é s u l t e r d e sa c o n t i n u a t i o n .»

M . Burck lui-même

ne

dit-il pas q u e l'esprit d ' i n n o v a t i o n

est e n g é n é r a l l e r é s u l t a t d ' u n t e m p é r a m e n t égoïste e t d e v e r t u s é t r o i t e s ; e t q u e s a v o i r c o m b i e n u n m a l d o i t ê t r e t o l é r é , est u n e p a r t i e e s s e n t i e l l e d ' u n e sagesse é c l a i r é e . C o m b i e n d e passages d e ses écrits et d e v o s a u t r e s é c r i v a i n s n e p o u r r a i s - j e pas v o u s c i t e r , si j e les a v a i s sous les y e u x , e n c o n f i r m a t i o n ces m a x i m e s d ' u n e

de

si h a u t e s a g e s s e , l e s q u e l l e s n e d e v r a i e n t j a m a i s ê t r e

oubliées par ceux appelés légalement à nous g o u v e r n e r ? O n t - e l l e s été suivies ct respectées p a r v o u s

et par vos prédécesseurs dans t o u t ce q u o


5o5 tes sans e x c e p t i o n

: et pourquoi p a s , j e vous p r i e ,

v o u s - m ê m e s v o u s l e v o u l e z et s e m b l e z

puisque

p a r l à avoir autorisé

ces pétitions n o u v e l l e s e t scandaleuses dans la p o l i t i q u e m o derne ? C'est ici l e m o m e n t

d ' e x a m i n e r si ces sortes d e p é t i t i o n s

sont autorisées par vos lois, sibles

p r o n o n c é à la c h a m b r e membres, 1793,

et si elles s o n t r é e l l e m e n t a d m i s -

e t l é g a l e s . A cet effet, j e m e p r é v a u d r a i d ' u n

discours

d e s pairs p a r u n d e ses h o n o r a b l e s

le comte d ' A b i n g t o n ,

dans la séance d u 11 a v r i l

l o r s q u ' i l y fut q u e s t i o n d e la suppression d e la traite ;

discours laissé sans r é p o n s e p a r les m e m b r e s

d'une

opinion

contraire, aucun d'eux n'ayant p u vraisemblablement l e c o m battre n i le r é f u t e r . Cet e x a m e n n e sera pas d'ailleurs étranger ni inutile à n o u s Français ; i l servira à r é s o u d r e la légalité o u , si o n l ' a i m e m i e u x,

la c o n v e n a n c e d e ces foules d e pétitions

présentées j o u r n e l l e m e n t à nos c h a m b r e s, des débats p r o l o n g é s,

les entraînant dans

superflus e t sans résultats,

et d o n t u n

v o u s avez exécuté et tenté encore contre les colonies? A v e z - v o u s

exa-

m i n é et pesé, avec cet a m o u r véritable d u bien p u b l i c e t cette s o l l i c i t u d e q u e vous deviez à vos concitoyens, les conséquences q u i devraient résulter d e v o s c h a n g e m e n s ,

d e vos systèmes novateurs?

e t les avez-vous

c o m p a r é s e t m i s u n s e u l i n s t a n t e n b a l a n c e a v e c les a v a n t a g e s d o n t n o u s étions et

qui

tous se

en

possession

trouvent

antérieurement

aujourd'hui

à

compromis

ces par

changemens ces

funestes

T o u t p r o u v e l e c o n t r a i r e . P o u v i e z - v o u s m ê m e y p r é t e n d r e,

et

systèmes

,

innovations

?

vous étran-

gers à n o s r e l a t i o n s s o c i a l e s , e t n e l e s a y a n t a p e r ç u e s q u ' a u t r a v e r s d ' u n e o p t i q u e d o n t v o u s êtes l e s seuls i n v e n t e u r s e t les s e u l s m a c h i n i s t e s ? T o u t esprit j u s t e

e t impartial résoudra

ces q u e s t i o n s n é g a t i v e m e n t . I l s e r a

d e p l u s c o n v a i n c u c o m m e n o u s , d'après toutes nos p r e u v e s rapportées, q u e v o t r e i n t e r v e n t i o n d a n s l ' a d m i n i s t r a t i o n i n t é r i e u r e est u n e v é r i t a b l e u s u r p a t i o n fondée u n i q u e m e n t s u r l a f o r c e , e t q u e nos seules législatures coloniales o n t l e droit d e régler tous leurs rapports intérieurs a v e c l a s a n c t i o n d é f i n i t i v e d u r e p r é s e n t a n t d e la c o u r o n n e . N o u s r é p é t o n s, finale,

et n o u s insistons f o r t e m e n t e t i t é r a t i v e m e n t s u r c e t t e c o n c l u s i o n p a r c e q u ' e l l e est c a p i t a l e et m a j e u r e d a n s t o u t e s n o s r e l a t i o n s p o -

l i t i q u e s , q u e c'est s o u s c e l t e s e u l e g a r a n t i e,

sous cette sauvegarde tuté-

l a i r e q u e n o u s é c h a p p e r o n s à v o s i n j u s t i c e s,

à v o s actes arbitraires, e t à

une domination illégale et t y r a n n i q u e .


5o6 grand n o m b r e sont insignifiantes, o u , p o u r m i e u x d i r e , i n a d missibles. « Le droit de présenter des pétitions au roi,

à l'une

ou à

l'autre des c h a m b r e s d u p a r l e m e n t , j ' e n t e n d s u n fondement l é g a l , dit ce n o b l e p a i r , ne p e u t avoir lieu quo pour deux causes : la première, tionnel

commise

pour la violation d ' u n

par la

branches ; la seconde,

législature

droit c o n s t i t u -

o u par l ' u n e

de ses

pour obtenir le redressement de ce

droit ainsi enfreint et v i o l é . A c t u e l l e m e n t j e conçois q u e les droits constitutionnels du sujet pour pétitionner le

roi ou

chacune des c h a m b r e s d u p a r l e m e n t reposent et ne peuvent reposer q u e sur le droit résultant de la sécurité personnelle, de la liberté l'infraction

personnelle et d e

de

lorsqu'ils o n t

ces

m ê m e s droits

la

propriété et

sur

le

privée,

sur

redressement

été ainsi transgressés et violés.

« Cette doctrine q u e j e liens pour certaine est i n c o n t e s testable : e x a m i n o n s m a i n t e n a n t si les pétitions qui o n t été présentées

pour l'abolition

de la traite sont

fondées

sur

l'infraction d ' a u c u n de ces droits. Si le contraire est p r o u v é , elles sont p o u r lors frappées d'illégalité. Je d e m a n d e si ce c o m m e r c e d'esclaves tionnaires,

attaque o u t r o u b l e ,

aucuns d e leurs

q u a n t aux p é t i -

droits de sécurité,

d e liberté

ct d e propriété p e r s o n n e l l e ? E n e x a m i n a n t la question sur tous ces p o i n t s , o n ne saurait rien trouver qui s'y r a p p o r t e . Sur q u o i d o n c se fondent les pétitionnaires ? e s t - c e ie redressement

poul-

de q u e l q u e s torts o u griefs q u i leur soient

particulièrement applicables ? non,

cela n'est pas et ne s a u -

rait être ; car aucun de leurs droits n'a été violé ; e t , n étant pas v i o l é , il n'y a lieu à aucun redressement. « Ces pétitions d o i v e n t n é a n m o i n s

reposer sur

quelques

bases : quelles sont d o n c ces bases ? Les pétitionnaires vous disent qu'elles sont fondées sur

un motif d'humanité.

Mais

l ' h u m a n i t é ne f o r m e pas u n titre légal p o u r pétitionner c h a m b r e s,

les

p u i s q u e nous avons établi et p r o u v é q u e ce droit

d e pétition ne peut avoir lieu q u e p o u r d e u x causes définies et éclaircies par n o u s . L ' h u m a n i t é est un s e n t i m e n t p a r t i c u lier, ct n o n un principe politique qui d o n n e lieu à une action


507 publique ; c'est un cas de conscience, et non un droit constitutionnel. Si des pétitions doivent être admises pour satisfaire la conscience, pourquoi ne pétitionnerait-on pas les chambres pour altérer la liturgie de l'église anglicane et, pour changer la religion établie ? Le principe est le même, repose sur la même considération ; mais je me flatte qu'il ne sera pas suivi ni adopté. En renversant ma proposition, quel droit a un quaker ou autre dissident pour prétendre à plus d'humanité qu'un membre de l'église anglicane? et cependant tel est le p r é texte. En l'admettant, quelle doit être la réponse à leurs pétitions ? La réponse est facile : n'ayez rien à démêler avec ce commerce, et votre humanité n'est plus intéressée, et elle est hors de la question. Ne voulez-vous pas qu'il en soitainsi, pour lors je vous le demande de nouveau, de quel droit une réunion d'hommes, quelque nombreuse qu'elle soit ( à moins que ce ne soit pour des vues sinistres et pour des projets hypocrites, c'est le membre qui s'exprime a i n s i ) , afficherai lelle et exalterait-elle son humanité aux dépens, au détriment et contre l'humanité des autres? et viendrait-elle en conséquence pétitionner les chambres en raison de cette h u manité prétendue? Devons-nous, pour la satisfaire, révoquer nos propres actes où la foi publique est non-seulement violée, la justice sacrifiée, toutes les idées de la politique effacées , des milliers et dix milliers de sujets ruinés , des millions et dix millions de propriétés perdues ; mais encore où il faut o r donner sans retour la proscription d'un commerce entrepris et suivi par toutes les nations dans les quatre parties du m o n d e , et particulièrement par la nôtre pendant près de deux siècles et demi. « La conclusion que je déduis de tous ces précédens, dit sa seigneurie, c'est que ces pétitions, n'étant pas fondées sur un principe constitutionnel qui ait rapport, soit à l'infraction d'un d r o i t , soit au redressement d'un grief, et se ressentant trop de l'influence des temps modernes, sont illégale; ; e t , étant illégales, elles ne doivent pas être reçues, o u , étant reçues, elles doivent être dédaignées et rejetées. »


508 Si les principes renfermés dans ce discours, que j e n'ai traduit qu'en substance ct en partie, n'ayant par devers moi qu'un extrait faible, m o r c e l é , et en écartant tout ce qui est particulier à la constitution britannique, et en nous tenant seulement à des considérations générales ; si ces principes, disj e , peuvent être néanmoins reconnus pour vrais relativement à la traite, quoique le parlement en ait jugé différemment par la suite, et ce n'est pas pour la première fois qu'une assemblée législative se t r o m p e , si surtout elle est dominée par un esprit de prévention ; ces principes acquièrent un nouveau degré de force et d'évidence lorsqu'on vient à les appliquer à l'affranchissement des esclaves ; car la suppression de la traite n ' e s t , pour ainsi d i r e , qu'une infraction partielle, une suspension momentanée des droits des colons, où leur existence n'est pas compromise, et où la propriété n'est attaquée qu'éventuellement, lentement et successivement ; tandis qu'au contraire l'émancipation, même graduelle, sans i n d e m n i t é , porte une atteinte d i r e c t e , immédiate et à l'instant m ê m e , sur tous les genres de propriétés mobilières et immobilières, sur tous nos autres droits comme citoyens et comme membres d'une association particulière, réunie à la grande, il est v r a i , par un lien commun, mais ayant ses usages, ses coutumes et ses lois applicables à elles seules, dont la violation ne peut manquer d'entraîner sa chute p r é cédée de son avilissement et de son asservissement. Enfin et en dernier résultat, vous et tous les négrophiles vous soutenez que les nègres sont susceptibles de recevoir tous les degrés de la civilisation moderne, de perfectionner leurs facultés intellectuelles et morales dans un m o d e de progression continue ; quoique cet exemple ne se soit pas encore présenté dans aucune époque des âges passés, depuis six mille ans accomplis, ni au regard d'aucun voyageur, d'aucun observateur éclairé ct judicieux, et quoique les tentatives faites en France, en Angleterre ct aux États-Unis (1),

(1) « Leur existence tient plus de la sensation que de la réflexion, ct on doit rapporter à cette cause leur grande disposition au sommeil.


509 pour opérer ces grands effets, aient complétement échoué dans tout ce qu'on pouvait en espérer même de plus raisonnable. Si vous n'êtes pas encore satisfaits de tous ces faits avérés, de tous ces signes et traits caractéristiques imprimés par la n a -

a n i m a l e n r e p o s , et q u i ne

réfléchit

p a s , est n a t u r e l l e m e n t p o r t é à

d o r m i r ( v o i l à p o u r q u o i l e s e n f a n s d o r m e n t t a n t ),

leur

imagination

est l o u r d e,

i n s i p i d e e t i r r é g u l i è r e . Ce n'est p o i n t en A f r i q u e o ù j e les

c o n s i d è r e,

m a i s i c i ( a u x États-Unis ) au m i l i e u des b l a n c s e t d e s m o -

dèles d e t o u t e e s p è c e . I l s y s o n t d e p è r e en fils d e p u i s p l u s i e u r s g é n é r a tions ; i l s s o n t associés a u x b l a n c s , e t j a m a i s j e n'ai p u t r o u v e r u n seul d'entre e u x q u i se soit é l e v é a u - d e s s u s d e s idées les p l u s c o m m u n e s . J a m a i s ils n ' o n t

r i e n fait d e r e m a r q u a b l e ; ils s o n t a n m ê m e p o i n t o ù i l s

ont t o u j o u r s é t é ; l e u r s t u p i d i t é n ' e s t p o i n t u n effet d e l ' e s c l a v a g e , m a i s d e la n a t u r e,

c e q u i se p r o u v e p a r l a c o m p a r a i s o n . L e s esclaves d e s

R o m a i n s é t a i e n t t e n u s p l u s s é v è r e m e n t q u e n o u s n e r e t e n o n s les n è g r e s dans n o t r e c o n t i n e n t a m é r i c a i n ; e t c e p e n d a n t , c h e z les R o m a i n s , eut un très-grand mérite,

tels

nombre

d'esclaves

q u i se d i s t i n g u è r e n t

que Terence et Phèdre.»

(Note

il y

par leur

sur la Virginie,

par

M . Jeffèrson. ) D a n s une autre édition d e cet ouvrage

n o u s t r o u v o n s l e passage s u i -

vant q u e nous avons également traduit. N o u s

faisons c e t t e r e m a r q u e

afin q u ' o n n e n o u s a c c u s e p a s d ' i n f i d é l i t é , d a n s le cas o ù ce m ê m e

écrit

e û t été traduit par q u e l q u e auteur français. « I l est convenable ducation ,

d ' a v o i r é g a r d à l a différence d e s c o n d i t i o n s , d ' é -

d e c o n v e r s a t i o n e t d e l a s p h è r e d a n s l a q u e l l e ils s o n t p l a c é s .

P l u s i e u r s m i l l i e r s d e n è g r e s s o n t nés e t o n t été é l e v é s e n A m é r i q u e ; l a p l u p a r t à la v é r i t é o n t été e m p l o y é s à l ' a g r i c u l t u r e ,

conlinés dans leurs

p r o p r e s m a i s o n s et s o c i é t é s : c e p e n d a n t p l u s i e u r s s e s o n t t r o u v é s t e l l e m e n t situés q u ' i l s a u r a i e n t p u p r o f i t e r d e l a c o n v e r s a t i o n d e l e u r s m a î t r e s ; et d'autres

e n t r è s - g r a n d n o m b r e o n t été m i s e n a p p r e n t i s s a g e , c i r c o n .

stances q u i les o n t m i s en r a p p o r t e t e u s o c i é t é a v e c des b l a n c s . Quelques u n s d ' e u x o n t r e ç u u n e é d u c a t i o n l i b é r a l e,

et

tous o n t v é c u

d a n s un

pays o ù l e s arts e t les sciences o n t é t é c u l t i v é s d ' u n e m a n i è r e g u é e,

distin-

e t o n t e u s o u s les y e u x les m e i l l e u r s m o d è l e s des o u v r a g e s é t r a n -

g e r s . L e s I n d i e n s,

sans a u c u n a v a n t a g e e n c e g e n r e,

graveront souvent

s u r l e s pipes d e s figures q u i m o n t r e n t u n dessein e t d e l ' i n t e l l i g e n c e ; ils d e s s i n e r o n t u n a n i m a l,

u n e p l a n t e,

e t p r o u v e n t p a r ces essais q u e

l e g e r m e d e l ' i n t e l l i g e n c e est en e u x e t n ' a b e s o i n q u e d ' ê t r e d é v e l o p p é . Ils vous é t o n n e n t p a r les traits d e l a plus s u b l i m e é l o q u e n c e ,

ce q u i

d é m o n t r e e n m ê m e t e m p s l a force d e leur raison et; de l e u r s e n t i m e n t , une i m a g i n a t i o n

vive

e t a r d e n t e . M a i s je n ' a i j a m a i s p u d é c o u v r i r


510 ture m ê m e , allez donc vous en assurer par vous-mêmes ; sortez de l'enceinte de vos cités , et, nouveaux Lycurgues , puisque vous en avez la prétention ct voulez en exercer la puissance, transportez-vous et parcourez l'Afrique, les p e u -

qu'aucun

n è g r e a i t fait u s a g e d ' u n e

e x p r e s s i o n a u - d e s s u s d e la n a r r a -

t i o n l a p l u s c o m m u n e , n i q u ' i l ait j a m a i s t r a c é a u c u n e d e ces p r e m i è r e s ébauches relatives à l a p e i n t u r e ou à la s c u l p t u r e .

»

V o i l à c e p e n d a n t un p h i l o s o p h e , u n républicain ,

u n p r ô n e u r c t zéla-

t e u r d e s d r o i t s d e l ' h o m m e , u n é c r i v a i n d i s t i n g u é , et q u i passe p o u r un d e s h o m m e s l e s p l u s éclairés d e sa n a t i o n e t u n d e l e u r s s a g e s , u n p e r s o n n a g e e n f i n d e l a p l u s h a u t e c o n s i d é r a t i o n , a u t r e f o i s le p r e m i e r m a g i s t r a t d e la g r a n d e c o n f é d é r a t i o n a m é r i c a i n e , q u i , e t suivi les nègres h a r d i m e n t qu'ils

a p r è s a v o i r v u,

p e n d a n t l e c o u r s d e sa l o n g u e sont d ' u n e espèce différente

observe

c a r r i è r e,

prononce

d e c e l l e des

b l a n c s par

l ' i n f é r i o r i t é d e l e u r i n t e l l e c t , c t q u ' i l s o n t c o n s t a m m e n t p e r s é v é r é dans l e u r stupidité n a t u r e l l e , malgré

les

instructions,

p r é s e n t é s à u n t r è s - g r a n d n o m b r e d ' e n t r e e u x, plus ou

les

encouragemens

ct p a r l e u r

association

m o i n s i n t i m e a v e c des b l a n c s .

C o n t i n u o n s à c i t e r nos a u t o r i t é s ; e n v o i c i u n e q u e p e r s o n n e n e

sera

d i s p o s é à r é c u s e r : c'est B e r n a r d i n d e S a i n t - P i e r r e . Cet auteur,

ne p o u v a n t expliquer ni méconnaître

en

même

temp?

c e l t e différence c a r a c t é r i s t i q u e e n t r e l e s E u r o p é e n s c t les n è g r e s , ni r e n d r e raison

de cet esclavage

damnés,

n'hésite

p e r p é t u e l a u q u e l ces d e r n i e r s p a r a i s s e n t c o n -

pas à l ' a t t r i b u e r

à cette ancienne malédiction

n o n c é e d a n s la G e n è s e , c o n t r e l a r a c e d e C h a n a a n , C h a n a a n soit m a u d i t ! c l a v e s ! »«

Car,

a j o u t e - t - i l , les p o l i t i q u e s

pro-

e n ces m o t s :«

q u ' i l s o i t à l ' é g a r d d e ses frères l ' e s c l a v e

Que

d e s es-

a t t r i b u e r o n t l e s différens ca-

r a c t è r e s d e s E u r o p é e n s et d e s n è g r e s , à telles c a u s e s q u ' i l l e u r p l a i r a ; pour m o i , j e l e dis d u f o n d d e m o n c œ u r , o ù il y ait des m o n u m e n s p l u s celle

d e la n a t u r e d e

quelques

peuplades

j e ne connais point de livre

certains de l'histoire des nations et

la Genèse. — de l'Afrique

Cependant,

il

de

faut l ' a v o u e r ,

si

n o u s s u r p a s s e n t en q u a l i t é s m o r a l e s

( c e l a s e r a i t difficile à p r o u v e r , surtout, d ' a p r è s l a m a l é d i c t i o n p r o n o n c é e c o n t r e e u x,

la m o r a l i t é n'étant en p a r t i e q u e le d é v e l o p p e m e n t d e nos

f a c u l t é s i n t e l l e c t u e l l e s ),

e n g é n é r a l,

les n è g r e s s o n t t r è s - i n f é r i e u r s a u x

a u t r e s n a t i o n s p a r les q u a l i t é s d e l ' e s p r i t . I l s n ' o n t p a s

e n c o r e cu l ' i n -

d u s t r i e d e d o m p t e r l ' é l é p h a n t c o m m e l e s A s i a t i q u e s . Ils n ' o n t

perfect-

i o n n é a u c u n e espèce d e c u l t u r e . Ils d o i v e n t celle d e la p l u p a r t des vég é t a u x a l i m e n t a i r e s a u x P o r t u g a i s et, a u x A r a b e s . Ils n ' e x e r c e n t d e s arts l i b é r a u x q u i f a i s a i e n t c e p e n d a n t d e s du Nouveau-Monde,

bien

aucun

p r o g r è s c h e z les h a b i t a n s

plus modernes q u ' e u x .

Ils

sont dans

une


511 plades libres, situées au milieu et sur les confins de nos p o s sessions ; puisez-y de nouvelles lumières, si vous le pouvez, et faites ensuite l'application sur les lieux mêmes. Là vous trouverez une matière première et homogène, telle que la

p a r t i e d u c o n t i n e n t d ' o ù ils p o u v a i e n t a i s é m e n t p é n é t r e r j u s q u ' e n A m é rique, puisque pas m ê m e

l e v e n t d ' e s t les y p o r t e v e n t a r r i è r e ; et ils n'avaient;

découvert

les îles q u i s o n t d a n s l e u r v o i s i n a g e , telles

les îles C a n a r i e s e t celles d u

Cap-Vert.

que

L e s puissances noires de l ' A -

f r i q u e n ' o n t jamais eu l'esprit de construire u n brigantin ; loin d e s'étendre

a u d e h o r s,

elles o n t

laissé les p e u p l e s é t r a n g e r s s ' e m p a r e r d e

t o u t e s l e u r s côtes : c a r , d a n s les a n c i e n s t e m p s , les É g y p t i e n s et l e s P h é n i c i e n s se s o n t é t a b l i s s u r l e u r s côtes o r i e n t a l e s et s e p t e n t r i o n a l e s , sont aujourd'hui

au p o u v o i r des T u r c s

q u e l q u e s siècles,

les P o r t u g a i s,

et

des

les A n g l a i s ,

Arabes;

et,

les D a n o i s ,

qui

depuis

les H o l l a n -

d a i s e t les F r a n ç a i s se s o n t saisis d e c e q u i r e s t a i t e n o r i e n t , a u m i d i et à l ' o c c i d e n t ,

uniquement pour

pas q u ' i l y ait j a m a i s eu

chez

avoir des e s c l a v e s . — J e

eux

une

seule

q u e l q u e p e t i t e a r i s t o c r a t i e l e l o n g d e l a c ô t e, Ils o n t une m u l t i t u d e s e m b l e : m a i s,

de petits

d ' u n a u t r e c ô t é,

rois

qui

république,

ne

les v e n d e n t

sache

si c e

telle q u e celle d e

n'est

Fatime.

quand bon leur

l e s o r t d e ces r o i s est r e n d u s i d é p l o r a -

b l e p a r les p r ê t r e s , les f é t i c h e s , les g r i s - g r i s , p a r l e s r é v o l u t i o n s s u b i t e s , p a r l a m é d i o c r i t é m ê m e d e s a l i m e n s, qui voulussent

qu'il

y

a fort p e u

changer d'état avec eux. D'ailleurs ,

de

matelots

les n è g r e s é c h a p -

p e n t à l a p l u p a r t d e l e u r s m a u x p a r l e u r i n s o u c i a n c e et l a m o b i l i t é leur imagination.

Ils dansent

au milieu

d e l ' a b o n d a n c e , d a n s les fers c o m m e l e u r fait p e u r ,

un petit morceau

de

ils f o n t et d é f o n t l e u r s d i e u x à l e u r de la Nature

,

de la famine c o m m e a u

en liberté. S i une

de sein

patte de p o u l e

p a p i e r les r a s s u r e . C h a q u e j o u r f a n t a i s i e .»

Eludes

( E x t r a i t des

par Bernardin de Saint-Pierre. )

« L'intérieur de l'Afrique

n'est p o i n t s u j e t à ces r é v o l u t i o n s i m p r é -

v u e s q u i c h a n g e n t q u e l q u e f o i s la face d e s a u t r e s p a r t i e s d u m o n d e .

Au-

c u n d e ces p e u p l e s n e p e u t r e m o n t e r d a n s l e p a s s é , n i p r é s e n t e r q u e l q u e s vestiges d e g r a n d e u r . L e s A f r i c a i n s , q u o i q u e t o u j o u r s en g u e r r e e n t r e e u x , n ' o n t j a m a i s v u s ' é l e v e r a u m i l i e u d ' e u x des c o n q u é r a n s r e d o u t a b l e s , et l ' a i g u i l l o n d e l a g l o i r e o u l e g o û t d e s a r t s n e les o n t j a m a i s p o r t é s à d e s a c t i o n s r e m a r q u a b l e s . L ' o r g u e i l des chefs est e n r a i s o n d e l e u r f a i b l e s s e , e t ils o s e n t se d i r e r o i s e n

demandant l'aumône.

Rien

n e b r i l l e d a n s ces c l i m a t s e m b r a s é s ; l ' e s p r i t est m u e t , e t l a r a i s o n n u l l e ; les

passions

l'humanité

brutales

n'est

qu'un

font

seules

vain

entendre

nom,

et

leur

leurs

langage. entrailles

Pour ne

les furent

noirs

,

jamais

m u e s q u ' à la v u e d e n o s v e r r o t e r i e s e t d e nos l i q u e u r s f o r t e s . Q u e les


5l2 nature l'a formée, que vous pétrirez en tout sens et à votre guise, si on vous en laisse le maître ; là vous trouverez des peuplades diverses que vous vous efforcerez de réunir, en les engageant et en les amenant à travailler volontairement et

a u t r e s n a t i o n s s o i e n t d e v e n u e s c é l è b r e s , q u ' e u x - m ê m e s ils a i e n t été u n g r a n d s p e c t a c l e à l ' u n i v e r s , les p e u p l e s d e l ' A f r i q u e n e s'en

inquiètent

p a s . A u s s i j e serais t e n t é d e c r o i r e q u e l ' u n i v e r s m o r a l finit s u r les bords d u N i g e r et d u S é n é g a l , Atlantique, m a i n e .»

et q u ' a u - d e l à

l'œil d u voyageur

d e ces fleuves j u s q u ' à l ' o c é a n

se l è v e s u r u n e a u t r e

population

hu-

(Extrait d ' u n v o y a g e dans la partie m é r i d i o n a l e de l ' A f r i q u e . )

« 11 e û t été à d é s i r e r q u e l ' o n e û t m i s à l ' é p r e u v e la p a t i e n c e d e tous ces p r é d i c a t e u r s d ' u n e fausse p h i l o s o p h i e , en les c h a r g e a n t d ' u n e cent a i n e d ' e n f a n s et d ' e n f o r m e r d e s h o m m e s ; l e s o i n q u e l e d i r e c t o i r e exéc u t i f a p r i s d ' e n m ê l e r a v e c les enfans d e t o u t e c o u l e u r , est d e v e n u i n u t i l e . C e t essai a p r o u v é a u x n é g r o p h i l e s q u e les n o i r s n e s o n t p a s t o u t - à fait nos égaux ; toute l ' A f r i q u e é t u d i e r a i t , j'entends l ' A f r i q u e inconnue a u x anciens,

qu'elle n e produirait jamais un h o m m e de mérite. Les

P o r t u g a i s o n t t e n t é de c i v i l i s e r le C o n g o en y i n t r o d u i s a n t l e c h r i s t i a n i s m e , e t le C o n g o est, c o m m e i l a t o u j o u r s été e t c o m m e il sera t o u j o u r s , u n e r é g i o n b a r b a r e .»

(Extrait d'un voyage au Sénégal. )

« Ils n e m a n q u e n t

( les n è g r e s l i b r e s d e S u r i n a m ) d ' a u c u n d e ces

m o y e n s d ' e x e r c e r d a n s l e u r s v i l l a g e s n o s arts m é c a n i q u e s ; ils o n t p a r m i eux des

des

ouvriers

ateliers

main.

Ils

de

hollandais auraient

toutes et

les

devenus

professions

échappés,

comme

libres

un

fait

par

traité

les

les

autres

armes

à

, la

m ê m e le plus grand intérêt à conserver au moins

l ' e s p è c e d ' i n d u s t r i e nécessaire à l e u r d é f e n s e et à l'accroissement, d e l e u r f o r c e . O n c r o i r a i t qu'ils o n t d û d é s i r e r d e se m e t t r e e n é t a t d e f o r g e r d e s a r m e s , o u d e r é p a r e r c e l l e s d o n t ils se p o u r v o i e n t p a r d e s é c h a n g e s , et q u ' a y a n t tous

connus

les c o m m o d i t é s , les j o u i s s a n c e s d u

l u x e , si

p r é c i e u s e s a u x E u r o p é e n s , l ' e s p o i r d ' y p a r v e n i r serait p o u r e u x u n m o t i f de t r a v a i l : m a i s le r e p o s , l ' o i s i v e t é s o n t d e v e n u s , d a n s l e u r é t a t s o c i a l , l e u r p a s s i o n ; l e u r c u l t u r e , b o r n é e à l ' a b s o l u n é c e s s a i r e , les e x p o s e à d'affreuses disettes ; la chasse et la p ê c h e s o n t alors l e u r s e u l e r e s s o u r c e . R e p o u s s a n t c o n s t a m m e n t les m i s s i o n s religieuses e t t o u t e association d e r e l a t i o n s a v e c l e s b l a n c s , ils o n t p r é f é r é ,

p o u r s'assurer d e s a r m e s e t

q u e l q u e s u s t e n s i l e s , d e se c o n s t i t u e r , p a r u n t r a i t é , g a r d e s e t g e ô l i e r s de

leurs

quand

ces

camarades déserteurs

esclaves

qu'ils

viennent

leur

arrêtent

et

demander

vendent asile,

ou

aux

Hollandais

qu'ils

les

p r e n n e n t d a n s les b o i s . L e u r p o l i c e c o n s i s t e , c o m m e en A f r i q u e ,

,

surdans

l ' a u t o r i t é a b s o l u e d ' u n c h e f q u e la m u l t i t u d e fait p é r i r o n d é p o s e q u a n d e l l e en est m é c o n t e n t e . ( C ' e s t ainsi q u e t o u s les c h e f s n è g r e s à S a i n t -


513 sans y être contraints par une force majeure, si vous le pouvez ; vous les organiserez conformément à leurs élémens primitifs, ou en les altérant, ou en les combinant sous de n o u veaux rapports, sous tous ceux dont vous voudrez faire

D o m i n g u e , depuis Boukeman ,

J e a n n o t e t a u t r e s , j u s q u ' à Dessalines e t

C h r i s t o p h e , o n t d i s p a r u p a r c e t t e p r e m i è r e v o i e , ec i l e n sera d e

même

p o u r t o u s c e u x q u i p a r a î t r o n t p a r la s u i t e d a n s u n t e m p s q u e l c o n q u e . ) E t a b l i s à t r e n t e l i e u e s d e s q u a r t i e r s h a b i t e s p a r les H o l l a n d a i s , ils n e v e u l e n t n i r a p p r o c h e m e n t , ni c o m m e r c e , ni d'autre travail, ni d'autres m œ u r s e t c o u t u m e s q u e c e l l e s d e l e u r p a y s n a t a l , e t ils se m a i n t i e n n e n t d a n s ces p r i n c i p e s a v e c l a p l u s p e r s é v é r a n t e o b s t i n a t i o n .»

( E x t r a i t des

mémoires de M . M a l o u e t , ancien intendant de Cayenne qui a parcouru la c o l o n i e d e S u r i n a m . ) « Le

caractère national des n è g r e s ,

t o u t e s les fois q u ' i l s

peuvent,

c o m m e e n A f r i q u e , a g i r d ' a p r è s l e u r p r o p r e v o l o n t é e t d i s p o s i t i o n,

est

e n t i è r e m e n t et en t o u t p o i n t s a u v a g e . L e s v i n g t m i l l e n é g r e s d e S é r é m i c a s e t O n c a s v i v e n t d e p u i s n o m b r e d ' a n n é e s séparés e t h o r s d e t o u t e i n fluence parmi

e t j u r i d i c t i o n e u r o p é e n n e s ; et c e p e n d a n t j e n ' a i j a m a i s eux aucun

i n d i c e d e c i v i l i s a t i o n,

aperçu

d'ordre ni de g o u v e r n e m e n t ,

m a i s a u c o n t r a i r e d e s e x e m p l e s d e d é b a u c h e et d ' i n d o l e n c e , d e p a s s i o n s les

p l u s effrénées

M.

Stedman. )

e t les p l u s

licencieuses.»

(Extrait

de l'ouvrage

C o n s u l t e z é g a l e m e n t les v o y a g e s e n A f r i q u e p a r M u n g o - P a r c k ,

de tra-

d u i t e n f r a n ç a i s , c e u x d e V a i l l a n t , d e Pages, d e C o o k e t d e B r u c e ; e t l ' o n se c o n v a i n c r a d e p l u s en p l u s des vérités constatées dans e t le précédent. C e dernier v o y a g e u r , suite

en

Abyssinie,

pays c h r é t i e n ,

tout cet écrit

qui a résidé p l u s i e u r s années de y ayant exercé plusieurs

emplois

p u b l i c s d u c o n s e n t e m e n t d e s c h e f s , n o u s fait u n e p e i n t u r e affreuse

de,

m œ u r s d e c e p e u p l e , d e son r é g i m e s o c i a l , d e sa n é g l i g e n c e b a r b a r e e t d e l ' a b s e n c e t o t a l e d e t o u t e p o l i c e,

d e telle sorte q u e

les h y è n e s

par-

c o u r e n t t r a n q u i l l e m e n t l e u r s v i l l a g e s l a n u i t , et d é v o r e n t t o u s l e s i n d i vidus qu'elles rencontrent. O n r e m a r q u e r a f a c i l e m e n t q u e les p r e u v e s r a p p o r t é e s i c i s o n t d o n n é e s p a r d e s p e r s o n n e s q u i o n t e x a m i n é e t é t u d i é les n è g r e s d a n s l e u r originel,

constatant leurs

mœurs

quelles n'ont jamais varié non

et leurs h a b i t u d e s

p r e m i è r e s,

pays les-

p l u s q u e l ' e s c l a v a g e a u q u e l ils s o n t a s -

s u j e t t i s d e t o u t e é t e r n i t é . E l l e s les o n t d e p l u s s u i v i s d a n s l e u r s d i f f é r e n tes associations l i b r e s , s i t u é e s a u m i l i e u e t s u r les c o n f i n s d e n o s possessions c o l o n i a l e s , o ù ils s o n t r e p r é s e n t é s e x i s t a n s a v e c le m ê m e c a r a c t è r e s a u vage et a c c o m p a g n é de l e u r indolence et d e leur oisiveté

habituelles.

D a n s l e u r t r a n s p l a n t a t i o n s u r le c o n t i n e n t a m é r i c a i n e t a u t r e s c o n t r é e s c i -

53


514 choix ; et ne venez point, témérairement et en aveugle, tenter votre essai périlleux et hasardeux parmi vos compatriotes colons, avant de vous être assurés complétement de vos succès antérieurs, pour consommer, par anticipation, et leur ruine et leur désespoir.

vilisées ou libres, ils n'ont jamais donnéaucun signe d'intelligence, et sont restés dans leur état de stupidité naturelle; esclaves, ils n'ont pu être maintenus dans un état d'ordre ct de subordination parfaite que par la continuation de leur dépendance, mais livrés de nouveau à tous leurs excès et barbarie du moment qu'on le leur a permis, qu'on les a autorisés et encouragés à se soustraire à toute autorité el supériorité blanche, ou qu'ils ont pu d'eux-mêmes l'effectuer. Peut-on se refuser avec quelque apparence de raison à ces évidences multipliées, à ces preuves matérielles etprobantes, toujours concordantes et dans leurs principes et dans leur résultat? Que signifient, auprès de ces démonstrations historiques, physiques et morales, confirmées par l'expérience de tous les temps, ces assertions des Anglais, des négrophiles et de tous les philanthro-jacobins ? eux qui ne connaissent les nègres que d'après leur imagination déréglée, d'après les récits et les descriptions mensongères qu'ils se sont plu à recueillir les uns des autres , ct à faire circuler par la voie de la presse; eux enfin qui ne les ont jamais observés dans leur pays natal, ni dans nos possessions coloniales, n'apercevant que çà et là, et de loin à loin, quelques individus isolés, qui n'ont pu leur fournir aucune lumière certaine. 11 faut les considérer en masse, si on veut acquérir quelques connaissances positives; quelques exemples particuliers, qu'on peut toujours plus ou moins contester, ne prouvant absolument rien pour la généralité de l'espèce. Si je voulais connaître le caractère d'une nation, tout ce qui la constitue et la distingue essentiellement d'une autre ; si c'est une nation où les arts et les sciences sont en honneur, j'en consulterais sans doute les habitans, les hommes éclairés, ses historiens et ses moralistes; ou, mieux, encore je me transporterais chez elle ; si elle forme des peuplades incivilisées et barbares, je suis forcé de m'en rapporter aux étrangers qui auront résidé au milieu d'elles, si je n'ai pu moi-même m'y rendre et en faire sur les lieux mêmes une étude particulière et suivie. D'après cette donnée que la raison approuve, et que l'expérience confirme, n'est il pas absurde, contraire à tout esprit de recherche et d'instruction, à toute notion de justice et d'impartialité, de rejeter ct de dédaigner les seules lumières des personnes qui ont vécu au m i lieu des nègres pendant le cours d'une longue vie et ont été entraînées ; les une», par une curiosité louable, à vouloir connaître leur caractère


515 Ce conseil nous s e m b l e

être celui d e la sagesse et de la

prudence la plus c o m m u n e, dicté par la politique et .par l ' h u m a n i t é m ê m e,

le plus propre en m ê m e t e m p s à constater et

à régulariser votre système n é g r o p h i l e . C'est le seul plan q u i puisse h u m a i n e m e n t

et é q u i t a b l e m e n t

recevoir le

suffrage

i n t e l l e c t u e l e t m o r a l d a n s l e u r p a y s o r i g i n e l m ê m e ; les a u t r e s, intérêt

réel

et d e t o u s les

instans,

par un

à l e s e x a m i n e r et à les s u i v r e d a n s

toutes leurs h a b i t u d e s , dans toutes leurs

relations sociales e n t r e

et

avec

,

de

se

leurs

supérieurs

rapporter

?

Est-il

uniquement

raisonnable

comme

on

l'a

est-il fait

juste

aux

de

se

assertions

g r o p h i l e s et a u t r e s s e c t a i r e s , e u x q u i n e s o n t j a m a i s sortis d e

eux

confier des

,

né-

l'enceinte

d e leurs conciliabules, o ù l'on ne respirait q u e l'air infect des calomnies c o n t r e les c o l o n s,

q u ' u n e v a p e u r enivrante en faveur des nègres ? C e l a

est i n s o u t e n a b l e ,

r é v o l t a n t ; e t c'est c e p e n d a n t c e q u e v o u s a v e z fait e t

e x é c u t é les u n s et les a u t r e s . Vous

a u r e z beau vous écrier d e n o u v e a u q u e n o t r e

intérêt propre

c o m m e c o l o n s n o u s é g a r e , n o u s a v e u g l e et n o u s r e n d i n j u s t e s . S ' i l

en

é t a i t a i n s i , i l f a u d r a i t r e j e t e r l ' e x p é r i e n c e e t les c o n n a i s s a n c e s d e s p e r s o n n e s a d o n n é e s a u x a r t s, ciales, et a u t r e s ;

aux

professions u t i l e s ,

agricoles, c o m m e r -

celles des a d m i n i s t r a t e u r s dans l e u r s attributions d i -

v e r s e s , d a n s la s c i e n c e p r a t i q u e e t si i m p o r t a n t e d e g o u v e r n e r les h o m m e s conformément

à leurs m œ u r s , à leurs habitudes et à l e u r nature p a r -

ticulière. Par un renversement de tout ordre et de t o u t système admiss i b l e , il faudrait é t r a n g è r e s,

désormais

indifférentes

société particulière , bonheur,

e t u n i q u e m e n t se c o n f i e r à d e s p e r s o n n e s ignorantes

sur

qu'elles ne sauraient

t o u s les r a p p o r t s

en outre d i r i g e r ,

d'une

pour

son

p a r leur éloignement et l e u r défaut d'intérêt personnel ; il

f a u d r a i t enfin s c i e n c e,

ou

adopter leurs abstractions

métaphysiques

et leur

vaine

en opposition à une e x p é r i e n c e constante et j o u r n a l i è r e .

S i v o u s assurez q u e

les t é m o i g n a g e s relatifs a u x n è g r e s n e s o n t p a s

u n a n i m e s , q u ' i l s o n t é t é d é m e n t i s et i n f i r m é s e n p a r t i e p a r d ' a u t r e s v o y a g e u r s e t p a r c e r t a i n e s p e r s o n n e s q u i o n t v i s i t é t o u t r é c e m m e n t les c o l o nies ( j e n e v e u x p a s d i r e a v e c u n e s o r t e d ' e s p r i t r é v o l u t i o n n a i r e ,

avec

u n e p r é v e n t i o n m a r q u é e e n f a v e u r des n è g r e s et c o n t r e les c o l o n s , q u o i q u e cela s o i t assez a p p a r e n t ) , t o u t c e q u ' o n p o u r r a i t c o n c l u r e d e c e t t e d i v e r s i t é , o ù v o u s êtes c e r t a i n e m e n t e n m i n o r i t é,

tant par le n o m b r e

q u e p a r l e s v é r i t a b l e s l u m i è r e s , c ' e s t q u e c e t t e g r a n d e q u e s t i o n, se r a p p o r t a n t a u x n è g r e s d a n s t o u t e s ses c i r c o n s t a n c e s e t d é p e n d a n c e s ,

sur-

t o u t p o u r le p e r f e c t i o n n e m e n t d o n t ils s o n t s u c e p t i b l e s , d o i t ê t r e s o u m i s e à un

n o u v e l e x a m e n . E n a t t e n d a n t , il est j u s t e e t

convenable,

c o m m e n o t r e t e x t e l ' i n d i q u e , d e n e r i e n t e n t e r , de n e r i e n e n t r e p r e n d r e


516 des hommes impartiaux, honnêtes et éclairés ; c'est le seul enfin qui puisse être accueilli et favorisé par les autorités souveraines, les chefs et les administrateurs suprêmes de l'état. Ces derniers même, dans tout ce qui intéresse ou peut affecter leur société particulière, doivent s'opposer avec fermeté et constance à tout changement, à toute innovation qui puisse compromettre les droits ct compromette en effet ceux d'une classe nombreuse de la société ; surveiller toutes les parties de leur immense administration, afin qu'aucune commotion n'en vienne troubler l'ordre et l'harmonie, Ces changemens et ces novations sont encore plus fortement proscrits, ne peuvent être sous aucun prétexte entrepris ni tentés lorsque s u r t o u t , comme dans les cas présens, loin d'être fondés sur aucun motif d'intérêt ou d'utilité publique, ils sont au contraire en opposition avec ce même intérêt ou u t i lité publique, sans avantage réel ni même possible pour ceux en faveur desquels on les provoque, ni pour aucune classe de la société. Il n'y a que les négrophiles, leurs adhérens et leurs échos qui puissent rejeter et dédaigner ces utiles et salutaires conseils, et vouloir nous forcer prématurément à l'adoption de leurs mesures inconsidérées, si elles n'étaient déjà illégales, dangereuses et funestes. Pour prouver de plus en plus combien ces dispositions e r ronées sont dangereuses, et sont subversives du vrai s y s téme colonial, nous allons, pour supplément, rapporter un passage de l'histoire de Saint-Domingue par M. Bryan E d wards, qui fera connaître les menées et les trames odieuses des négrophiles anglais. « Quoique leur déclaration ostensible comme corps public fut telle ( il faut savoir que la société négrophile à Londres, appelée old jewry, ne voulait point en apparence l'affran-

d ' i m p o r t a n t et d e d é c i s i f

avant que

cette grande

q u e s t i o n n ' a i t é t é d é f i n i t i v e m e n t r é s o l u e à la s a t i s f a c t i o n

dans

l e s c o l o n i e s,

générale p a r

des nouvelles expériences répétées et continuées, en A f r i q u e , dans leurs différentes a s s o c i a t i o n s l i b r e s,

s o i t r é u n i e s o u s é p a r é e s,

îles et s u r les d e u x c o n t i n e n s a m é r i c a i n s .

répandues aux


517 c h i s s e m e n t des nègres, mais s i m p l e m e n t la suppression de la traite ), bers),

les chefs principaux d e la société ( leading

mem-

au m ê m e m o m e n t de leur déclaration, tenaient u n l a n -

gage différent, et la société e l l e - m ê m e , agissant en cette q u a lité, suivait une conduite entièrement opposée et contraire à la manifestation de leur profession p u b l i q u e . E n outre, elle s'eff o r ç a i t , par tous les m o y e n s possibles, d'exciter et d ' e n f l a m m e r l'esprit général

d u royaume

contre les planteurs. L e s

m e m b r e s distribuèrent à grands frais, dans toutes les colonies, des p a m p h l e t s et des discours

sans n o m b r e,

d o n t la t e n -

dance évidente était de rendre les habitans blanes odieux e t méprisables aux y e u x de leurs esclaves,

et d'exciter chez ces

derniers de telles idées d e leurs droits naturels et d e l'égalité de leurs conditions, qu'elles devaient nécessairement les a m e ner, par une lutte générale,

à la l i b e r t é , à la rébellion et à r é -

p a n d r e avec a b o n d a n c e le sang h u m a i n par des massacres n o m breux . Dans plusieurs de ces écrits des argumens sont produits dans un langage qui ne p e u t être suspect ni sujet à e r r e u r , et d o n t l'effet est d'exciter les nègres à se soulever en m a s s e , et à massacrer leurs maîtres sans leur accorder pitié ni m i s é r i c o r d e . — I n d é p e n d a m m e n t de cette profusion de p a m p h l e t s répandus gratuitement aux portes des églises et dans tous les endroits consacrés au culte d i v i n , tant dans l e r o y a u m e q u e dans les colonies,

la société fit frapper des m é d a i l l e s r e p r é -

sentant la figure d'un nègre n u,

chargé d e chaînes et i m p l o -

r a n t merci dans une attitude s u p p l i a n t e . E l l e trouva m o y e n d'en distribuer des milliers p a r m i les nègres dans chacune des colonies p o u r l'instruction, j e s u p p o s e , de ceux q u i ne savaient pas lire ; mais m a l h e u r e u s e m e n t cette attention

prévoyante

fut i n u t i l e ; plusieurs nègres d o m e s t i q u e s, retournant de l ' E u rope aux îles, donnèrent un n o m b r e suffisant d'instructeurs. Je suis a s s u r é , j e le certifie,

d'après une connaissance p a r t i c u -

lière à la J a m a ï q u e ( M . Bryan E d w a r d s est un h a b i t a n t p l a n teur d e cette c o l o n i e , y ayant résidé une longue suite d ' a n n é e s , h o m m e instruit qui a d o n n é une h i s t o i r e - g é n é r a l e de toutes les colonies b r i t a n n i q u e s , fort estimée et la seule q u i existe ; passé depuis en Angleterre et élu m e m b r e de la c h a m b r e des


518 c o m m u n e s ) , que les travaux de la société en faveur des n è gres, aussi b i e n q u e plusieurs discours violens prononcés dans le p a r l e m e n t

b r i t a n n i q u e ( ce qui indique les deux

cham-

bres ) , dans lesquels le corps entier des colons était

repré-

senté c o m m e u n troupeau de tyrans i m p i t o y a b l e s,

sans r e -

m o r d s et altérés d e sang h u m a i n ( a h e r d of b l o o d , thirsty a n d remorseless t y r a n t s ) , furent interprétés aux esclaves dans des termes adaptés à leur capacité et conformes

aux s e n t i -

m e n s q u ' o n pouvait leur supposer. I l serait difficile d e dire quelles autres

mesures les associés d u

old j e w r y

( j e crois

q u e cette expression désigne le lieu d e l e u r r a s s e m b l e m e n t , q u ' o n pourrait r e n d r e d ' u n e m a n i è r e plus précise et à b o n droit par celle d'antre ou de repaire ) auraient pour

exciter u n e révolte,

à moins

pu prendre

q u ' i l s ne leur eussent

fourni des armes et des m u n i t i o n s . » Si des m o y e n s aussi atroces q u e ceux q u e nous venons de t r a c e r , réunis à tous les genres de machinations et de perfidies, e m p l o y é s par la société p h i l a n t h r o p i q u e de Londres, ses associés, affidés et agens p o u r soulever les esclaves,

faire

massacrer tous les habitans b l a n c s , le désirant et le p r o v o q u a n t m ê m e lorsqu'il n'était question que de l'abolition de la traite n o n encore obtenue l é g a l e m e n t ;

quels ne doivent

pas être a u j o u r d ' h u i les tentatives et les efforts,

les m a n œ u -

vres compliquées et odieuses de la m ê m e secte, p o u r l'abolition de l'esclavage dans toutes les colonies sans aucune exception , pour

en

entraîner

et

qu'elle

ne

et

événernens

les

sera

en

forcer

la

mesure

de

toutes

parts

d e M . Buxon ? O n ne p e u t pas d o u t e r

après la proposition

arrêtée ont

par déjà

aucune annoncé

et de ses succès. E l l e aura, de p l u s,

considération une

partie

quelconque de

ses

,

efforts

la perfidie d ajouter q u e

les insurrections partielles q u i surviendront et les massacres q u i s'en s u i v r o n t , proviennent de la cruauté des colons, leur refus à améliorer le sort d e leurs esclaves,

de

tandis q u e

tous ces affreux désordres seront l'effet de leurs propres c o m plots e t m a c h i n a t i o n s . Si des écrivains,

des illuminés,

des sectaires formés

en

association particulière, se permettaient au sein de leurs g o u -


519 vernemens

respectifs,

de se déclarer et d e s'ériger

ainsi

o u v e r t e m e n t en prédicateurs d e séditions, de révoltes et d e meurtres, toutes les voix n e se réuniraient-elles pas et toutes les autorités ne concourraient-elles pas de suite à se p r ê ter leur a p p u i m u t u e l , à l'effet de s'emparer publiques,

de ces pestes

de les livrer à toute la rigueur et à la juste s é -

vérité des lois ? Pourquoi d o n c se p e r m e t t r a i t - o n ment,

avec u n e

sorte d'arrogance

et

impuné-

d'impudeur

mani-

festes envers des colons, ce q u ' a u c u n i n d i v i d u , ni réunion d e secte ou de p a r t i , n'oserait entreprendre au m i l i e u d e ses c o n c i t o y e n s , sans se voir d e suite arrêté et e m p r i s o n n é, j u g é et c o n d a m n é à u n e peine capitale ? N e s o m m e s - n o u s

donc

p a s , nous, colons français et anglais, vos concitoyens aussi

bien

que

ceux

de l ' E u r o p e , vos frères et vos compatriotes ? ne

s o m m e s - n o u s donc pas unis et engagés tous e n s e m b l e dans le m ê m e p a c t e , liés par les m ê m e s devoirs, s o u m i s a u x m ê m e s obligations ? Pouvez-vous enfreindre i m p u n é m e n t , c o m m e vous le faites les uns et les a u t r e s , ces m ê m e s

droits,

sans vous

rendre h a u t e m e n t criminels envers nous et la société, la patrie tout entière?

Pouvez-vous

méconnaître

envers

et v i o l e r

c o m m e vous vous le p e r m e t t e z , ces droits sacrés et i m p r e s c r i p tibles, i m p r i m é s par la nature m ê m e , et devenus obligatoires par toutes nos relations sociales, privées et politiques ? Serionsnous par hasard d e v e n u s , par notre transplantation volontaire, approuvée

et sanctionnée

par v o u s , une race

l ' E u r o p e et proscrite par elle,

étrangère à

des b o u c s émissaires chargés

de toutes les malédictions d ' I s r a ë l , exposés à la fureur de toutes les sectes nées et à naître,

et servant de point de m i r e

aux attaques répétées des f a c t i e u x , de tous les désorganisateurs d e l'ordre social et d e la p a i x p u b l i q u e ? A u c u n h o m m e sensé, h u m a i n et éclairé n'oserait soutenir ces doctrines i m p i e s ; et c e p e n d a n t nous n'avons cessé, en notre qualité de colons et depuis une certaine é p o q u e , d'en devenir les déplorables v i c t i m e s . Espérons et flattons-nous , et notre dernier refuge,

c'est là notre u n i q u e ressource

q u e la sagesse, l ' é q u i t é et l ' h u m a -

nité des g o u v e r n e m e n s , c o m b i n é s avec leurs m o y e n s d e force et de répression,

particulièrement celui que nous r e c o n n a i s -


520 s o n s , nous Français,

p o u r notre protecteur constant et notre

sauveur à venir, sauront mettre u n t e r m e à ces provocations d e révolte

et de carnage,

à ce d é b o r d e m e n t

continuel

de

m o u v e m e n s n é g r o p h i l e s , n o n m o i n s funestes que tous ceux q u i ont b o u l e v e r s é , ravagé et ensanglanté le g l o b e dans ses périodes les plus convulsivcs et les plus désastreuses. Faisons de plus,

i c i , une invocation à la puissance n a t i o -

nale et à son c h e f a u g u s t e , à ce prince d o n t les expressions aimables,

touchantes

et les vertus royales se sont montrées

avec u n n o u v e l éclat au m o m e n t et depuis son a v é n e m e n t au t r ô n e , portant toutes l ' e m p r e i n t e d ' u n caractère, d ' u n e â m e a i m a n t e, expansive et généreuse,

le plus n o b l e d e nos attri-

b u t s et le plus digue d ' e n f l a m m e r nos cœurs d ' a m o u r

et de

respect pour sa personne sacrée ; conjurons-le au saint n o m de la p a t r i e , sous les auspices sacrés de la légitimité et de la charte, à j a m a i s réunis, inséparables, et f o r m a n t p o u r toujours notre pacte social, d e nous rappeler, nous colons d e S a i n t - D o m i n gue, au sein d e nos demeures avec nos familles dispersées et m u t i l é e s ; d e nous rétablir dans nos héritages, dévastés et teints encore d u sang d e tous les nôtres ; d e nous rendre en retour d e tous nos sacrifices, p o u r prix d e n o t r e a t t a c h e m e n t ct de notre entier d é v o u e m e n t à sa cause sacrée,

et notre repos et

n o t r e sécurité, de nous assurer à j a m a i s notre b o n h e u r futur. E t p u i s s i o n s - n o u s et nos derniers n e v e u x , en goûtant

nos

félicités, nous écrier dans l'exaltation d e notre j o i e et d e notre reconnaissance : 0 France, s o u v e r a i n e m e n t j u s t e et b i e n f a i saute,

t u fus notre m è r e,

trice d e nos injures,

notre a p p u i , tu devins la r é p a r a -

la protectrice d e tous nos d r o i t s , sois et

d e m e u r e p o u r toujours notre é g i d e , notre refuge assuré dans l'adversité s o u s le sceptre tutélaire des B o u r b o n s,

et reçois

p o u r prix d e tant de b i e n f a i t s , et nos sermens et nos h o m m a g e s , ct le tribut d e nos veilles et de nos sueurs, et les v œ u x q u e nous f o r m o n s et adressons sans cesse à l'auteur

d e tout

b i e n , de toute j u s t i c e , p o u r q u e la sagesse, le génie et la gloire président à j a m a i s à tes destinées prospères et immortelles ! FIN.


ERRATA. On

r é c l a m e l ' i n d u l g e n c e d u l e c t e u r p o u r les f a u t e s é c h a p p é e s p e n -

d a n t u n e i m p r e s s i o n r a p i d e ; o n s'est c o n t e n t é d e c o r r i g e r c e l l e s p r i n c i p a l e s e t les p l u s f r a p p a n t e s . Page 4, — idem, — 34, — 61,

lig9 d e la n o t e, a u l i e u d e i n v o q u é e s , lisez : e x h a l é e s . l i g . 1 0 d e la n o t e , a u l i e u d e d é c e r n é s , lisez : f u l m i n é s . l i g . 13 , a u l i e u d e c e u x , lisez : c e l u i . l i g . 1 0 , a u l i e u d e l a q u e l l e q u i d e v i e n d r a , lisez : l a q u e l l e deviendra. l i g . 7 , a u l i e u d e é t a i e n t , lisez : f u s s e n t . l i g . 2 6 d e l a n o t e, a u l i e u d e l ' e m p l o i , lisez : l a n a t u r e . l i g . 1 6 , a u l i e u d e l e u r s, lisez ; n o s . l i g . 6 , a u l i e u d e l e u r , lisez : e l l e . l i g . 2 9 , a u l i e u d e les f u n e s t e s , lisez : d e f u n e s t e s . l i g . 7, a u l i e u d e c o m m é r a t i o n , lisez : c o m m é m o r a t i o n . l i g . 12, a u l i e u d e s u f f i r o n t , lisez : suffira.

— — — — — — —

62, iii, 112, 113, 122, 127, 134,

— —

1 3 7, l i g . 4, au lieu d e d u m o m e n t , lisez : a u m o m e n t . 1 3 9 , l i g . 2 7 , a u l i e u d e r é c l a m e , lisez : r é c l a m e n t .

— — — —

147, 148, 176, 2 o 5,

lig. lig. lig. lig.

— — — — — — —

210, 211, 251, 257, 281, 313, 3 2 7,

lig. lig. lig. lig. lig. lig. lig.

— — — — —

350, 351 , 3 6 7, 368, idem,

lig. lig. lig. lig. lig.

— — — — — —

a u l i e u d e ses m a c h i n a t i o n s , lisez : des m a c h i n a t i o n s . a u l i e u d e L e c a p i t a i n e, lisez : C e c a p i t a i n e . a u l i e u d e l a f a v e u r , lisez : à l a f a v e u r . d e l a n o t e , a u l i e u d e p r o p o r t i o n s , lisez : propositions. 30, au l i e u d e s ' a g g r a v e , Usez ; s ' a g g r a v a n t . 25, a u l i e u d e d a n g e r e u x , lisez : d a n g e r e u s e s . 8 , a u l i e u d e ses d é c o m b r e s , lisez : ces d é c o m b r e s . 1, a u l i e u d e p r é s e n t e n t , lisez : n e p r é s e n t e n t . 3 1 , a u l i e u d e e n s u i v i e s , lisez : s u i v i e s . 2 2 , supprimez et q u i . 1 7 d e la n o t e, a u l i e u d e i m p o r t a n t à c e q u e , lisez , u n portant que. 7, a u l i e u d e f a i t , lisez ; s a i t . 9 , a u l i e u d e é t a t , lisez : é c l a t . 1 9 d e l a n o t e, a u l i e u d e l e u r , lisez : l u i . 5 d e l a n o t e, a u l i e u d e se v o i r , lisez ; les v o i r . 1 6 d e l a n o t e, a u lieu d e c e l l e, lisez : c e u x .

31 , 32, 16, 21,

3 6 9 , l i g . 4, lieu d e s u c c é d a , lisez ; s u c c é d è r e n t . 3 8 0 , l i g . 2 9 , a u l i e u d e q u ' e l l e s, lisez : q u ' i l s . 4 0 3 , l i g . 13, a u l i e u d e L a r é u n i o n d e s p l é n i p o t e n t i a i r e s , Les plénipotentiaires. a

u

420, lig 18 d e l a n o t e, a u l i e u d e écarta, lisez : é c a r t e r a . 431 , l i g n e s 15 e t 1 6 , a u l i e u d e v o u s l ' y a v e z , lises : v o u s y avez. 5 1 6 , l i g . 7, a u l i e u d e p u i s s e, lisez :• p o u r r a i t .

lisez:

les


162

6 94


BIBLIOTHEQUE

8

SCHOELCHER

0018853


Réponses aux objections élevées contre le système colonial aux Antilles (2)  

Auteur. O'Shiell, B. B. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Réponses aux objections élevées contre le système colonial aux Antilles (2)  

Auteur. O'Shiell, B. B. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement