Page 1

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


C H A M B R E

DES

PAIRS

CHAMBRE DES PAIRS

N° 84.

1826.

Séance d u 11 a v r i l 1826.

O P I N I O N

DE M. L E DUC DE

CHOISEUL,

S U R l'article a d d i t i o n n e l proposé par la c o m m i s s i o n , r e l a t i v e m e n t aux droits des colons.

MESSIEURS, A la fin d'une discussion si l u m i n e u s e j e ne dois p o i n t abuser des instants et de la patience de la C h a m b r e : j ' a b o r d e avec inquiétude cette t r i b u n e où tout paroît a v o i r été dit s u r cette matière, où les talents les plus distingués ont combattu et défendu l'amendement que je v o u d r o i s dignement soutenir, et si j ' a i le m a l h e u r d'être d ' u n avis contraire à celui de mes nobles a m i s , si je ne puis réussir à faire fléchir la rigidité de leurs p r i n c i p e s dans u n e circonstance q u i , p o u r le b o n h e u r d u m o n d e , ne s'etoit pas encore offerte aux méditations des législateurs, je connois assez leurs sentiments g é néreux p o u r être sûr qu'ils entendront avec quelque faveur les sentiments d'humanité que la douloureuse situation des colons m ' i n s p i r e . >Je viens d o n c a p p u y e r encore devant vos Seigneuries cet article 8, présenté par votre c o m m i s s i o n . I l est d o u x de plaider devant elles une noble cause. Il a

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


(2) semblé juste à beaucoup de bons esprits de r e n d r e utile aux infortunés colons l'indemnité obtenue par le traité c o n c l u avec notre a n c i e n n e colonie de S a i n t D o m i n g u e . L ' i n t e n t i o n d u R o i , celle des C h a m b r e s , n'est sûrement pas de la rendre i l l u s o i r e ; car en laissant les choses dans l'ancien état, i l restoit au moins l'espérance; i c i , i l ne resteroit r i e n , pas m ê m e cette consolante chimère. Sans l'adoption de l'article 8 , les créanciers seroient les seuls privilégiés, et la l o i l e u r seroit u n i q u e m e n t profitable. O n objecte, et je suis l o i n de le n i e r , qu'une créance est une chose sacrée, qu'elle est i n d e s t r u c t i b l e . M a i s , M e s s i e u r s , c o m m e peuvent le d i r e les m a l h e u r e u x colons, le champ paternel l'est-il moins? E t q u a n d ils sont forcés de faire à jamais le sacrifice des n e u f dixièmes de la valeur de leurs propriétés, n'est-il pas j u s t e , n'est-il pas naturel d'exiger de leurs créanciers er

(et des seuls créanciers antérieurs au I j a n v i e r 1792) le m ê m e sacrifice. U n e créance, u n billet,

pésent-ils

plus dans la balance de la j u s t i c e , dans la conscience des h o m m e s , que la terre, que la propriété, que l'héritage de leurs pères. J'ai bien de la peine à le c r o i r e , Messieurs; j ' e n appelle à vos senteniments justes et gén é r e u x ; j ' e n appelle à ceux des créanciers mêmes. L a circonstance est u n i q u e dans les fastes d u m o n d e : elle ne peut être u n précédent dangereux p o u r les législations futures. Jamais o n ne verra des m a l h e u r s aussi grands, une r u i n e aussi compléte. T o u t a été enlevé aux anciens propriétaires de S a i n t - D o m i n g u e , b e a u coup d'entre eux n'ont d'autre patrie que la F r a n c e , et s'ils ne peuvent y d e v e n i r propriétaires f o n c i e r s , dans quelle classe se troriveront-ils placés? L e u r si-


(3) tuation est t e l l e , que l a nécessité de frustrer leurs créanciers par le p l a c e m e n t dans les fonds p u b l i c s établira vis-à-vis de ceux-ci une banqueroute

véri-

table, une banqueroute nécessaire, et cependant étern e l l e m e n t r e p r o c h é e . — Cette position n'est-elle pas de nature à attirer l'attention d u législateur, à l u i faire éviter, p a r l a franchise d'une mesure d'humanité, les inconvénients d'une situation aussi douteuse que déplorable ; mais cependant forcée p a r le besoin de v i v r e et de faire v i v r e l e u r famille. — I l dépend de v o u s , Messieurs, de r e n d r e la pauvreté des colons plus n o ble et plus h o n o r a b l e ; de la r e n d r e , a u m o i n s , exempte d'inquiétudes; de l e u r p e r m e t t r e , sans r e c o u r i r au refuge, j e puis m ê m e d i r e , à l a surséance dés fonds p u blics insaisissables; de l e u r p e r m e t t r e , dis-je, de posséder une c h a u m i è r e , u n a b r i ; de p o u v o i r c u l t i v e r , sans une spoliation n o u v e l l e , le c h a m p acquis avec le reste de cette m o d i q u e indemnité. N o n , M e s s i e u r s , vous ne v o u d r e z pas i n v o q u e r le d r o i t c o m m u n dans u n cas si e x c e p t i o n n e l , dans une situation dont le m a l h e u r et l'histoire n'ont jamais donné d'exemple. V o u s venez d'entendre u n e voix éloquente ( 1 ) , a c c o u tumée depuis long-temps à pénétrer dans vos c œ u r s . Vous allez e n entendre une autre (2), devant laquelle la m i e n n e doit s'éteindre; mais h e u r e u x de m e t r o u v e r associé à de si généreux défenseurs, m a confiance s'en augmente : o u i , j'ose l'espérer, vous assimilerez la prop o r t i o n des dettes à l a p r o p o r t i o n de l'indemnité p r o mise ; vous ne rendrez pas les d o u l e u r s éternelles, et

(1) M . le marquis de L a l l y . (2) M . le vicomte de Châteaubriant.


(4)

les souvenirs encore p l u s amers ; et rappelant clans nos cœurs la pensée de nos m a l h e u r s b i e n m o i n s grands et b i e n m i e u x réparés, vous voterez avec votre c o m m i s s i o n u n a n i m e l'article réparateur soumis en ce m o m e n t à l a sanction de vos Seigneuries.


Chambre des Pairs. Séance du 22 avril 1826.  

Auteur. Choiseul, C.-A.-G./ Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Anti...

Chambre des Pairs. Séance du 22 avril 1826.  

Auteur. Choiseul, C.-A.-G./ Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Anti...

Profile for scduag
Advertisement