Page 1

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


COLLECTION

LITTÉRAIRE

DES

ROMANS

D'AVENTURES D

R -P. LEPERS LA

TRAGIQUE HISTOIRE DES FLIBUSTIERS RECUEILLIE ET ADAPTÉE PAR PIERRE-BERNARD B E R T H E L O T

DESSIN

GRAVÉ

SUR

BOIS

PAR

GUS

BOFA

L'ÉDITION FRANÇAISE ILLUSTRÉE 21, RUE HAUTEFEUILLE — PARIS 4e Édition


LA TRAGIQUE HISTOIRE DES FLIBUSTIERS


LA TRAGIQUE HISTOIRE

DES FLIBUSTIERS HISTOIRE DE SAINT-DOMINGUE ET DE L'ILE DE LA TORTUE, REPAIRES DES FLIBUSTIERS,

RÉV.

ÉCRITE

P.

VERS

1715

PAR

LE

LEPERS

RECUEILLIE ET ADAPTÉE PAR

PIERRE-BERNARD

BERTHELOT

118953 & L E S É D I T I O N S G. GRÈS ET Cie 21,

RUE HAUTEFEUILLE,

PARIS


IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE VINGT EXEMPLAIRES SUR VÉLIN PUR FIL LAFUMA ( DONT CINQ HORS COMMERCE) NUMÉROTÉS DE

1

A 15

ET DE 16

A 20.


INTRODUCTION

11 y a u r a i t u n e sorte de vanité à p r é t e n d r e faire u n e d é c o u v e r t e en r a p p o r t a n t les exploits des b o u c a ­ n i e r s et des flibustiers des I n d e s occidentales, car le g o û t de l'action ou celui, plus paisible, des r o m a n s d ' a v e n t u r e s o n t r e m i s depuis p e u à l ' o r d r e d u j o u r l'histoire de ces fondateurs des colonies françaises. Mais, j u s q u ' i c i , les historiens de la flibuste o n t été soit des flibustiers c o m m e M o r g a n , R a v e n a u de L u s s a n et m ê m e le b a r b i e r - c h i r u r g i e n Œ x e m e l i n , soit des historiens p o m p e u x , soit e n c o r e des c o n ­ t e u r s fantaisistes. L ' o u v r a g e q u e l'on va lire n ' a p ­ partient à a u c u n e de ces c a t é g o r i e s . S a n s d o u t e , l ' a u t e u r a vécu s u r la t e r r e m ê m e de la flibuste, il en a c o n n u les t é m o i n s oculaires et les derniers rejetons, donc il est p r e s q u e u n c h r o n i q u e u r ; c e p e n d a n t , il est a r r i v é après la période active, s o n caractère (il est P è r e jésuite) le m e t à l'abri


INTRODUCTION

VI

de t r o p d ' e n t h o u s i a s m e , et il est, p r e s q u e , u n h i s t o ­ rien. L'Histoire de l'Isle de Saint-Domingue du Révé­ r e n d P è r e L e p e r s n'est pas à l'abri de tout r e p r o c h e . L ' a u t e u r l u i - m ê m e se défiait de son style q u ' u n de ses b i o g r a p h e s a s s u r e être en effet fort r u s t i q u e ; parfois a u s s i sa sagacité est en défaut, il accepte t r o p facilement des histoires c o n t r o u v é e s et brouille les dates et m ê m e les n o m s , mais telle qu'elle est cette histoire a mérité d'être considérée par l'un des plus r é c e n t s historiens de cette r é g i o n c o m m e très s u p é ­ r i e u r e a u x v o l u m e s q u ' e n tira le P è r e Charlevoix. On s ' é t o n n e r a parfois de t r o u v e r mêlées à u n texte fort original des pages qui é v o q u e n t i n v i n c i b l e m e n t tels passages d ' Œ x e m e l i n ou d ' a u t r e s c h r o n i q u e u r s français o u é t r a n g e r s . Q u e le l e c t e u r p a r d o n n e ces e m p r u n t s , le m o t n'est pas t r o p fort, à L e p e r s , l u i m ê m e c r u t bien faire en s u p p l é a n t ainsi à u n défaut d'information, et n ' e s t - c e pas a p r è s t o u t la vraie méthode historique? *

** J e a n - B a p t i s t e L e p e r s , ou m i e u x L e P e r s , n a q u i t à Lille e n F l a n d r e , le 16 d é c e m b r e 167S ; e n t r é a u noviciat des Jésuites dès 1693, il t e r m i n a ses études de théologie à P a r i s où il se lia tout p a r t i c u l i è r e m e n t a v e c le P è r e Charlevoix, futur éditeur de son histoire de S a i n t - D o m i n g u e . L e s missions évangéliques de la m e r des Antilles


INTRODUCTION

VII

t r a v e r s a i e n t à cette é p o q u e u n e crise t e r r i b l e . L e s fatigues d ' u n apostolat en pays s a u v a g e , j o i n t e s à u n climat de feu et à u n e g r a n d e h u m i d i t é e n t r e ­ t e n u e par la m e r et s u r t o u t les m a r é c a g e s , d é p e u ­ plaient les missions qui n e p a r v e n a i e n t plus à a s s u ­ r e r le service divin. On avait a l o r s r e c o u r s à des prêtres séculiers arrivés a u x îles s a n s m i s s i o n et à des a u m ô n i e r s de la m a r i n e g é n é r a l e m e n t b r a v e s g e n s et fort d é v o u é s , m a i s q u e la t r o p l o n g u e fré­ q u e n t a t i o n des matelots prédisposait à d'excessives indulgences. P o u r r e m é d i e r à cet état de choses é g a l e m e n t n u i ­ sible a u x i n t é r ê t s de la religion et de la c o u r o n n e , la Cour décida de faire appel à la Société de J é s u s qui avait déjà u n e mission p r o s p è r e d a n s l'île S a i n t Christophe. Les Jésuites n ' a c c e p t è r e n t q u ' a p r è s avoir o b t e n u u n e cession en r è g l e des Capucins qui s ' a v o u è r e n t hors d'état et de volonté de fournir de n o u v e a u x hommes. L e 24 a o û t 1704, la p r e m i è r e mission j é s u i t e d é b a r q u a i t d a n s la g r a n d e île, à la Caye S a i n t - L o u i s , et se dirigeait avec de g r a n d e s difficultés v e r s le Cap français. L e p e r s faisait partie de ce p r e m i e r convoi d'« o u ­ vriers », il n e devait plus quitter S a i n t - D o m i n g u e où il m o u r u t t r e n t e a n s plus t a r d . Il r e ç u t t o u t d'abord la c h a r g e de la paroisse de L i m o n a d e , p a r t i c u l i è r e m e n t é p r o u v é e par de r é c e n t e s luttes et où les églises étaient r u i n é e s , o u v e r t e s j o u r


VIII

INTRODUCTION

et n u i t , dit le P è r e Margat, a u x profanations des h o m m e s et des a n i m a u x . L ' œ u v r e était d u r e , mais L e p e r s était h o m m e à la m e n e r à bien. T o u s ses b i o g r a p h e s s'accordent à le r e p r é s e n t e r c o m m e d o u é d ' u n esprit et d ' u n e m é m o i r e r e m a r ­ quables, de b e a u c o u p de c a n d e u r et s u r t o u t d ' u n cœur extrêmement charitable. P e n d a n t les t r e n t e a n s qu'il passa d a n s l'île il y e u t p e u de c o n t r é e s qu'il ne p a r c o u r û t , laissant par­ t o u t des traces de ses l a b e u r s . Vers 1720, Charlevoix estime q u e L e p e r s a déjà c o n s t r u i t u n e dizaine d'églises, baptisé de sa m a i n trois mille n è g r e s adultes et p l u s e n c o r e de petits enfants. L e b o n P è r e ne tirait a u c u n e vanité de s e m b l a b l e s s u c c è s . Il vivait fort r e t i r é , n ' a y a n t q u e p e u de c o m ­ m e r c e avec les a u t r e s E u r o p é e n s , et son g o û t parti­ culier le portait à se confiner d a n s les lieux les plus s a u v a g e s où il avait t o u t à o r g a n i s e r . Q u a n d l ' œ u v r e était en b o n n e voie il d e m a n d a i t aussitôt u n succes­ s e u r et partait exercer ailleurs s o n inlassable a c t i ­ vité. P r o f o n d é m e n t indifférent e n t o u t ce qui c o n c e r ­ nait la vie matérielle, p r e n a n t p e u de soin de l u i m ê m e , il était d ' u n aspect e x t r ê m e m e n t n é g l i g é . Il faisait si p e u de cas des bienfaits de la civilisation q u ' a u x lieux où il se fixait on n e pouvait voir a u c u n e espèce de cuisine, ce qui s e m b l e stupéfier le P è r e Margat. P r e s q u e t o u j o u r s en v o y a g e , L e p e r s se contentait


INTRODUCTION

IX

p o u r t o u t e provision d'ceufs d u r s et d ' u n p e u de fromage qu'il m a n g e a i t a u p r è s d u p r e m i e r r u i s s e a u venu. E n c o r e fallait-il q u e la n a t u r e l'obligeât à se s o u ­ venir de ses exigences et, parfois m ê m e , e m p o r t é p a r l ' a r d e u r de l ' é t u d e , il oubliait si bien l ' h e u r e des repas q u e son n è g r e devait l u i r a p p e l e r qu'il était t e m p s de se s u s t e n t e r . P o u r t a n t , m ê m e exercé avec u n e a u s s i g r a n d e conscience, l'apostolat laissait a u P è r e L e p e r s des loisirs qui l u i fussent d e v e n u s i n s u p p o r t a b l e s s'il n'avait t r o u v é à les r e m p l i r . Il n'existait pas e n c o r e d'histoire locale de l'île ; L e p e r s e n t r e p r i t d'en écrire u n e . A r r i v é de b o n n e h e u r e d a n s l'île, L e p e r s p u t e n c o r e c o n n a î t r e q u e l q u e s anciens flibustiers et les c e n d r e s q u e r e m u a i t sa m a i n d'historien étaient encore chaudes. Avec b e a u c o u p de conscience, sinon de sens c r i ­ t i q u e , il s'efforça de c o n t r ô l e r les u n s par les a u t r e s les divers t é m o i g n a g e s qu'il recueillait et en fin de c o m p t e n e réussit pas t r o p m a l d a n s u n e œ u v r e é m i n e m m e n t difficile. A r m é de tous ces d o c u m e n t s , L e p e r s rédigea de v o l u m i n e u x m é m o i r e s , puis, la tâche é t a n t a c h e v é e , il s'en d é s i n t é r e s s a . P e u t - ê t r e m ê m e l'Histoire de Saint-Domingue fûtelle restée i n c o n n u e si le P è r e Charlevoix, qui c o n ­ naissait la v a l e u r de s o n c o l l è g u e , ne lui eût d e m a n d é c o m m u n i c a t i o n de ses t r a v a u x à fin d'édition. L e p e r s


X

INTRODUCTION

n'hésita pas à se dessaisir d u fruit de ses l a b e u r s ; cela, o n l'a v u , était d a n s son c a r a c t è r e , m a i s l'édi­ tion p r o m i s e alla t o u t d'abord assez m a l . Il s e m b l e q u ' e n c o u r s de r o u t e u n e partie d u m a n u s c r i t se perdit d a n s u n n a u f r a g e , puis le P è r e Charlevoix partit en I t a l i e ; à s o n r e t o u r il t r o u v a les m é m o i r e s cette fois a u c o m p l e t et allait se m e t t r e a u travail l o r s q u ' i l s'avisa q u e L e p e r s avait dû c o m ­ m e t t r e force e r r e u r s . Charlevoix, a y a n t o b t e n u c o m m u n i c a t i o n d ' u n e partie des archives de la m a r i n e , e n t r e p r i t de c o r r i g e r s o n m o d è l e . L ' i n t e n t i o n était b o n n e , le r é s u l t a t fut assez fâcheux. Les d e u x v o l u m e s à quoi se r é s u m a l'Histoire sous sa p r e m i è r e forme i m p r i m é e m a n ­ q u e n t de fond à peu près a u t a n t q u e l ' œ u v r e o r i g i ­ n a l e , mais ils en o n t p e r d u la s a v e u r , c'est d u m a u ­ vais Charlevoix, ce n ' e s t plus d u t o u t d u L e p e r s . L ' a u t e u r paraît avoir été d é ç u ; en t o u t cas il r e p r i t son travail et rédigea u n e sorte d'abrégé de s o n p r e ­ m i e r v o l u m e c o m m e p o u r p r o t e s t e r c o n t r e les déve­ l o p p e m e n t s de son peu s c r u p u l e u x é d i t e u r . Les m a n u s c r i t s de ces d e u x o u v r a g e s s o n t e n c o r e c o n s e r v é s à la Bibliothèque nationale de P a r i s et c'est d'après le p r e m i e r qu'est faite la p r é s e n t e é d i ­ tion, e n s o m m e édition o r i g i n a l e , de l'Histoire de Saint-Domingue, par le R é v é r e n d P è r e L e p e r s .

** Dégoûté de l'histoire par ces déboires ou plus p r o -


INTRODUCTION

XI

b a b l e m e n t e n c o r e las de r e c h e r c h e s d'où il imaginait avoir tiré l'essentiel, L e p e r s t o u r n a vers d ' a u t r e s b u t s son besoin d'agir. U n e m é t h o d e de b o t a n i q u e r é c e m m e n t publiée par M. de T o u r n e f o r t lui é t a n t t o m b é e e n t r e les m a i n s , il se p a s s i o n n a p o u r cette science et e n t r e p r i t d'écrire u n e histoire n a t u r e l l e de l'île a p r è s en avoir écrit u n e histoire politique. Cette d e r n i è r e passion c a u s a sa p e r t e . L e P è r e Margat r a p p o r t e en effet q u e c'est poussé par le désir d ' h e r b o r i s e r q u e L e p e r s sollicita et obtint la c h a r g e d u q u a r t i e r de D o n d o n . Cette r é g i o n , située a u milieu de m o n t a g n e s de t r e n t e à q u a r a n t e lieues d'épaisseur, bien exposée a u x v e n t s de la m e r , est assez h u m i d e et très boisée, p a r t a n t très propice a u x études de b o t a n i q u e . Mal­ h e u r e u s e m e n t son climat est b e a u c o u p plus frais q u e celui des p l a i n e s . L e p e r s était déjà â g é , s o n c o r p s qu'il avait t o u ­ j o u r s n é g l i g é était s u r m e n é de travail et de fatigues ; il n e s u p p o r t a pas ce c h a n g e m e n t de climat, et bien­ tôt, obligé de s'aliter, il m o u r a i t d a n s le c o u r s de l ' a n n é e 173S. Ses d e r n i è r e s r e c h e r c h e s n e furent p o u r t a n t pas perdues. S o n a m i le d o c t e u r D e s p o r t e s , botaniste de talent, obtint c o m m u n i c a t i o n des papiers de L e p e r s et c o m ­ posa, d'après e u x , u n traité des maladies de S a i n t D o m i n g u e et de l e u r c u r e où il n ' o u b l i e q u e de citer ses s o u r c e s .


XII

INTRODUCTION

Ainsi, j u s q u ' à n o s j o u r s , l'infatigable t r a v a i l l e u r q u e fut L e p e r s n'avait j a m a i s été édité, d u m o i n s sous son nom. Le présent volume ne prétend qu'à c o m b l e r cette l a c u n e et le l e c t e u r j u g e r a s'il était utile de le faire.

PIERRE-BERNARD BERTHELOT.


HISTOIRE DE SAINT-DOMINGUE ET DE

L'ILE DE LA TORTUE

I LES

ORIGINES

Il est assez s u r p r e n a n t q u ' o n ait laissé si l o n g ­ t e m p s les E s p a g n o l s seuls d a n s le N o u v e a u - M o n d e , ce qui l e u r a d o n n é le loisir de s u b j u g u e r peu à peu toutes les différentes provinces sans q u ' a u c u n e des n a t i o n s d ' E u r o p e se soit avisée d'aller partager cette gloire, à l'exception toutefois des P o r t u g a i s q u i ont occupé le Brézil mais qui, a y a n t en m ê m e t e m p s trop à faire du côté de l'Orient, n ' o n t pas été en état de p o u r s u i v r e l e u r s c o n q u ê t e s d a n s cette partie des I n d e s occidentales. Les F r a n ç a i s , ou plutôt q u e l q u e s p r o t e s t a n t s de celte nation car il ne paraît pas q u e n o s rois s'en soient m ê l é s , ont été les p r e m i e r s , a p r è s les E s p a ­ gnols et les P o r t u g a i s , à e n t r e p r e n d r e de c o n q u é r i r des colonies d a n s l ' A m é r i q u e , s o u s la protection de 1


HISTOIRE

2

DE

SAINT-DOMINGUE

Gaspard de Coligny, c o m t e de Chatillon, en son t e m p s amiral de F r a n c e et fameux partisan du c a l ­ vinisme. C e t adroit et passionné h é r é t i q u e , j u g e a n t qu'il était de l ' a v a n t a g e de sa secte d'avoir u n e r e t r a i t e d a n s le N o u v e a u - M o n d e a u cas où ses affaires e u s s e n t été au pire d a n s l'ancien, e n v o y a , en l'an 1555, u n n o m m é Villegagnon v e r s les côtes du B r é zil, avec d e u x n a v i r e s d o n t les équipages étaient p r e s q u e t o u s p r o t e s t a n t s . Il devait t e n t e r de fonder un établissement. Ils furent a b o r d e r à l ' e m b o u c h u r e du Rio J e n n e r o où ils p r i r e n t t e r r e d a n s u n e petite île q u ' o n y voit à l ' e n t r é e et s u r l a q u e l l e les P o r t u g a i s ont, a u j o u r ­ d'hui, bâti la ville de S a i n t - S é b a s t i e n . Ils s'y a r r ê ­ t è r e n t et y bâtirent u n fort sans d'abord t r o u v e r q u e l q u e opposition. Mais, l e u r s g e n s a y a n t m a n q u é de les seconder à p r o p o s , aussi bien q u e la Cour de F r a n c e où l'on r e g a r d a i t cette e n t r e p r i s e de m a u v a i s œil, Villega­ g n o n se vit obligé de faire u n v o y a g e p o u r p r e n d r e de n o u v e l l e s m e s u r e s et il arriva, p e n d a n t son a b s e n c e , q u e la g a r n i s o n qu'il avait laissée d a n s la forteresse fut s u r p r i s e par les P o r t u g a i s qui m i r e n t t o u t à feu et à s a n g . L e s h u g u e n o t s n ' o n t j a m a i s depuis s o n g é à se rétablir s u r cette côte q u o i q u e la F r a n c e ait, l o n g ­ t e m p s a p r è s , fait u n e nouvelle tentative s u r le Brézil, d u côté de l'île et de la rivière de M a r a y n a n , mais qui n ' e u t g u è r e plus de réussite q u e celle d o n t n o u s v e n o n s de p a r l e r . 1

1. R i o - d e - J a n e i r o .


LES

ORIGINES

3

C e p e n d a n t l'amiral de Coligny n ' a b a n d o n n a pas pour cet échec son p r e m i e r et capital dessein d'avoir u n refuge d a n s l ' A m é r i q u e , mais il n e fit p o u r cela des efforts que six ou sept a n s plus tard, savoir en l'année 1562, si fameuse par les furieux r a v a g e s q u e ceux de sa secte firent d a n s t o u t e la F r a n c e . Il c r u t qu'il serait plus aisé d'agir du côté de la F l o r i d e où il se flattait q u e les E s p a g n o l s , qui n ' y ont j a m a i s eu que de faibles é t a b l i s s e m e n t s , ne p o u r r a i e n t pas t r a v e r s e r celui qu'il y voulait faire. Il détacha p o u r cet effet J e a n R i b a u d avec d e u x navires, l e q u e l étant allé s u r g i r s u r les côtes les plus s e p t e n t r i o n a l e s de cette vaste c o n t r é e , y a r b o r a les a r m e s d u roi s u r u n e c o l o n n e qu'il fit d r e s s e r , a u lieu d ' u n e croix, selon la c o u t u m e des p r é t e n d u s r é f o r m a t e u r s . A y a n t r é s o l u de s'y a r r ê t e r , on y travailla aussitôt par son o r d r e à la c o n s t r u c t i o n d ' u n fort. Il d o n n a à la r é g i o n le n o m de Caroline, d u n o m de n o t r e roi qui a l o r s r é g n a i t . Le m a n q u e de vivres les a y a n t à n o u v e a u obligés à a b a n d o n n e r cette côte, ils se virent r é d u i t s , en r e t o u r n a n t en E u r o p e , à m a n g e r u n de l e u r s c o m ­ p a g n o n s et ils n ' e n seraient sans d o u t e pas d e m e u r é s là sans le b o n h e u r qu'ils e u r e n t de faire r e n c o n t r e d'un vaisseau qui j e t a s u r les côtes de F r a n c e c e u x qui v o u l a i e n t y r e t o u r n e r , et conduisit les a u t r e s en A n g l e t e r r e , v e r s la r e i n e Elisabeth, qui avait a u s s i formé le dessein d'établir son a u t o r i t é s u r q u e l q u e s parties du N o u v e a u - M o n d e . Coligny ne se d é c o u r a g e a pas e n c o r e , il fit p a r t i r trois a u t r e s vaisseaux bien équipés s o u s la c o n d u i t e de R e n é de L a u d o n i è r e , qui rétablit la f o r t e r e s s e . Mais les E s p a g n o l s s'en é t a n t r e n d u s m a î t r e s à n o u -


4

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

veau, quelque temps après, massacrèrent jusqu'au n o m b r e de six cents p e r s o n n e s ; L a u d o n i è r e put à peine, avec q u e l q u e peu d ' a u t r e s , se s a u v e r d a n s les v a i s s e a u x , et n e se v o y a n t plus de r e s s o u r c e s d a n s ses m a l h e u r s , r e t o u r n a en F r a n c e . L e r o i , étant e x t r ê m e m e n t irrité c o n t r e les Calvinistes, prit peu de part à ce d é s a s t r e , o u t r e q u e les g u e r r e s civiles et d o m e s t i q u e s le m e t t a i e n t h o r s d'état d'en tirer r a i ­ son. A u défaut d u roi, u n particulier n o m m é D o m i ­ n i q u e de G o u r g u e s e n t r e p r i t l u i - m ê m e de v e n g e r cet affront ; il équipa d e u x navires d a n s lesquels il mit d e u x cents soldats et q u a t r e - v i n g t s m a t e l o t s et, é t a n t parti de B o r d e a u x en l'an 1567, il lit voile vers la F l o r i d e . Il y fit à son t o u r u n horrible m a s s a c r e , mais n ' é t a n t pas assez fort p o u r se m a i n t e n i r s u r ces côtes et c o n t e n t de s'être v e n g é , il reprit la r o u t e de l ' E u r o p e . Ce ne fut p r o p r e m e n t q u e vers le c o m m e n c e m e n t de l ' a u t r e siècle q u e les F r a n ç a i s et les Anglais e n t r e p r i r e n t t o u t de bon de posséder des colonies d a n s le N o u v e a u - M o n d e . Les p r e m i e r s d a n s le Canada, les a u t r e s d a n s la N o u v e l l e - A n g l e t e r r e . Ces d e u x nations ne visaient e n c o r e q u ' à s'établir d a n s le n o r d de l ' A m é r i q u e où les E s p a g n o l s n ' a v a i e n t pas d'établissement. L a puissance de ces d e r n i e r s l e u r paraissait trop formidable et trop bien établie d a n s les provinces m é r i d i o n a l e s , mais elles s'accou­ t u m è r e n t peu à p e u à n e les p l u s c r a i n d r e et se d é t e r m i n è r e n t l ' u n e et l ' a u t r e à s'en a p p r o c h e r de plus près en s ' e m p a r a n t des Petites-Antilles q u e les E s p a g n o l s avaient négligé d'occuper, soit qu'ils ne les r e g a r d a s s e n t q u e c o m m e des îles de peu de


LES

ORIGINES

5

c o n s é q u e n c e , a u x q u e l l e s ils d o n n a i e n t par m é p r i s le n o m de caïes ou qu'ils n e v o u l u s s e n t avoir r i e n à démêler avec les Caraïbes qui en étaient les h a b i ­ tants n a t u r e l s et d o n t ils avaient plus d ' u n e fois éprouvé la férocité. M. d ' E n a m b u c , g e n t i l h o m m e n o r m a n d , e n t r e p r i t le p r e m i e r de c o n d u i r e u n e colonie d a n s l'île de Saint-Christophe où il se r e n d i t en l'an 1625. P a r u n c o n c o u r s d ' é v é n e m e n t s assez s i n g u l i e r s , M. W a e n a r d y arriva aussi d ' A n g l e t e r r e la m ê m e a n n é e afin d'y faire le m ê m e é t a b l i s s e m e n t p o u r sa nation. A p r è s q u e ces d e u x chefs e u r e n t j o i n t l e u r s a r m e s pour chasser les Caraïbes qui a v a i e n t comploté de les é g o r g e r , ils la p a r t a g è r e n t e n t r e les d e u x n a t i o n s , qui dès lors c o m m e n c è r e n t à défricher des habitations c h a c u n e dans l ' é t e n d u e des limites d o n t on convint de part et d ' a u t r e . Les E s p a g n o l s en p r i r e n t de l ' o m b r a g e et c o m ­ prirent q u e ces n o u v e a u x hôtes les visiteraient bientôt encore de plus près si on les laissait s'appri­ voiser p a r m i e u x . C'est p o u r q u o i ils c r u r e n t qu'il lallait par u n coup d'éclat à j a m a i s l e u r ôter l'envie de devenir l e u r s voisins et l e u r s c o n c u r r e n t s pour la possession de l ' A m é r i q u e . L'occasion se p r é s e n t a c o m m e d ' e l l e - m ê m e . Le roi d ' E s p a g n e envoyait a l o r s au Brésil F r é ­ déric de Tolède, avec u n e grosse flotte c o n t r e les Hollandais, qui s'étaient depuis p e u saisis de cette vaste r é g i o n . Il lui d o n n a o r d r e de passer c h e m i n faisant par Saint-Christophe et de chasser les é t r a n 1. On d o n n e ce n o m à d e s r o c h e r s plats q u i mer et forment parfois de très petites îles.

sortent

de

la


6

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

g e r s qui c o m m e n ç a i e n t à s'y établir. Il n e fut pas difficile à ce g é n é r a l d'exécuter sa commission avec des forces e n t i è r e m e n t s u p é r i e u r e s . Les F r a n ç a i s et les Anglais q u i t t è r e n t la partie s u r la s o m m a t i o n qui l e u r fut faite et ils d é l o g è r e n t de l'île sans c o m b a t . Ils s'y r é t a b l i r e n t toutefois, les u n s et les a u t r e s , peu de t e m p s a p r è s , m a l g r é les m e n a c e s de l ' E s p a g n o l de passer à son r e t o u r a u fil de l'épée t o u s c e u x qu'il t r o u v e r a i t e n c o r e c o n t r e l e u r p r o m e s s e , s o u s laquelle il les avait r e n v o y é s la vie s a u v e . Mais, c o m m e p e n d a n t l'exil de nos g e n s de l'île de S a i n t - C h r i s t o p h e , la p l u p a r t e r r è r e n t çà et là c h e r ­ c h a n t à s'établir a i l l e u r s , q u e l q u e s - u n s t o u r n è r e n t i n s e n s i b l e m e n t et p r e s q u e sans dessein du côté de l'île H i s p a g n o l a et c'est à ces infortunés fugitifs q u e les colonies de cette île doivent l e u r p r e m i e r c o m ­ m e n c e m e n t , car ils p r i r e n t t e r r e s u r ces côtes, sans a u c u n e opposition des E s p a g n o l s , qui s'étaient r e t i r é s plus a v a n t d a n s le p a y s . Ils s'y a r r ê t è r e n t d ' a u t a n t plus volontiers qu'ils y t r o u v è r e n t de quoi s u b s i s t e r à l e u r aise de la chasse des bœufs et des p o u r c e a u x d o n t t o u t le pays fourmillait. Les m a r ­ c h a n d s h o l l a n d a i s , qui depuis p l u s i e u r s a n n é e s fré­ q u e n t a i e n t ces côtes p o u r y trafiquer s o u s main avec les E s p a g n o l s , a c h e v è r e n t de les y fixer, en l e u r pro­ m e t t a n t de les visiter s o u v e n t , de n e les laisser m a n q u e r de rien, et de p r e n d r e à u n prix d o n t ils s e r a i e n t satisfaits les cuirs de bœuf qu'ils tiraient do la chasse de ces a n i m a u x . Ce fut a l o r s qu'il s'établit s u r l'île l l i s p a g n o l a u n e partie de c e r t a i n e s g e n s , qui furent appelés « B o u ­ c a n i e r s », parce q u ' i l s s'assemblaient d a n s certains r e n d e z - v o u s de chasse p o u r y rôtir et y fumer à la


LES

ORIGINES

7

m a n i è r e d e s I n d i e n s , qui appellent ces sortes d ' e n ­ droits « b o u c a n s . » Il est à r e m a r q u e r qu'ils étaient p r e s q u e tous n o r m a n d s de n a t i o n , dignes successeurs de g e n s qui firent jadis t r e m b l e r t o u t e l ' E u r o p e , c o m m e ceux-ci furent la t e r r e u r de l ' A m é r i q u e , o ù , a p r è s avoir porté l'effroi et la désolation d a n s l ' é t e n d u e de vingt mille lieues, s u r l ' u n e et l ' a u t r e m e r , ils s o n t à la fin d e m e u r é s en possession de la meilleure partie de l ' u n e des plus g r a n d e s , des plus belles et des plus riches îles d u m o n d e , à laquelle on a u r a i t pu d o n n e r le n o m de N o u v e l l e - N o r m a n d i e , si l ' u s a g e qui est le plus injuste des t y r a n s ne l'eût e m p o r t é s u r la r a i s o n , en lui faisant p r e n d r e celui de S a i n t - D o m i n g u e , d u n o m de la ville capitale, et c'est ainsi q u e n o u s l ' a p ­ pellerons d é s o r m a i s , q u o i q u e les E s p a g n o l s aient c o n t i n u é à l'appeler E s p a n o l a ou H i s p a n o l a . Cette colonie n o u v e l l e prenait t o u s les j o u r s de n o u v e a u x a c c r o i s s e m e n t s , qui s e m b l a i e n t , dès l o r s , p r é s a g e r de sa future g r a n d e u r , m a i s elle était s u r ­ t o u t défectueuse en ce q u ' e l l e m a n q u a i t de cette diversité de professions et d'états qui font l ' o r n e m e n t et le soutien d ' u n e r é p u b l i q u e , celle-ci n ' é t a n t c o m ­ posée q u e de c h a s s e u r s . Elle ne tarda pas à se per­ fectionner et à recevoir u n e forme plus r é g u l i è r e . Il s'en t r o u v a p l u s i e u r s p a r m i les b o u c a n i e r s p o u r qui la chasse, i n n o c e n t e mais t r o p pénible des bêtes, n ' e u t j a m a i s d'attrait, ou q u i s'en l a s s è r e n t . U n e espèce de chasse à l ' h o m m e , chose é t r a n g e , fut plus de l e u r génie, et ce fut en ce dessein q u ' o n les vit en b r i g a n d s c o u r i r les m e r s , pillant quelquefois indifféremment l'ami et l ' e n n e m i . Ceux-là furent appelés « F l i b u s t i e r s », d ' u n m o t


8

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

anglais qui r é p o n d à celui de forban ou de c o r s a i r e , et ce fut là le second corps qui c o m m e n ç a à faire partie de la R é p u b l i q u e française de S a i n t - D o m i n g u e . Il ne fallait p l u s , a u x u n s et a u x a u t r e s , q u ' u n e île m o i n s éloignée q u e Saint-Christophe, p o u r y c o n ­ d u i r e l e u r s m a r c h a n d i s e s et l e u r butin en lieu de s û r e t é , et p o u r s'y tenir à c o u v e r t des E s p a g n o l s qui e u s s e n t pu t o m b e r s u r eux a u d é p o u r v u et les acca­ bler d a n s les c o m m e n c e m e n t s . Ils choisirent p o u r cela l'île de la T o r t u e , qui l e u r p a r u t avoir t o u t e s sortes d'avantages p o u r les desseins qu'ils se p r o p o s a i e n t . L a T o r t u e est placée a u 20° 10' de latitude s e p t e n ­ t r i o n a l e d u n o r d de S a i n t - D o m i n g u e , d o n t elle n'est s é p a r é e q u e par u n canal de d e u x lieues de l a r g e et à laquelle elle est parallèle, c o u r a n t c o m m e elle de l'est à l'ouest d a n s l ' é t e n d u e d'environ huit lieues de l o n g u e u r s u r doux a u plus de l a r g e u r d u n o r d a u s u d , de sorte q u e son c o n t o u r est à peu près de d i x - h u i t lieues. Ce n ' e s t p r o p r e m e n t q u ' u n e m o n ­ t a g n e qui, d a n s sa l o n g u e u r , s'élève i n s e n s i b l e m e n t de ses d e u x e x t r é m i t é s en dos d'âne, o u plutôt c o m m e le dessus d ' u n e t o r t u e qu'elle r e p r é s e n t e , si bien q u e le n o m de cet a m p h i b i e lui est resté depuis q u e Christophe Colomb le lui d o n n a p r e m i è r e m e n t , lors de sa d é c o u v e r t e . On la p a r c o u r t a i s é m e n t de l'ouest à l'est par­ d e s s u s sa cime le p e n c h a n t en étant fort d o u x , mais il est difficile de la t r a v e r s e r s u r sa l a r g e u r , s u r t o u t d u côté d u n o r d où la descente est fort r u d e et fort e s c a r p é e , sans qu'il y ait la m o i n d r e plaine a u pied, ni vallée habitable, ni e n c o r e a u c u n e n d r o i t où u n c a n o t s e u l e m e n t puisse p r e n d r e t e r r e .


LES

ORIGINES

9

Ou a d o n n é le n o m de « Côte de F e r » à t o u t e cette côte, c o m m e p o u r e x p r i m e r l ' h o r r e u r d o n t on se sent saisi en la v o y a n t de près hérissée de t o u t e part de r o c h e r s affreux. L a p e n t e de cette m o n t a g n e n ' a , à b e a u c o u p p r è s , tant de c h u t e d u côté d u s u d où p r e s q u e t o u t e s les vallées sont praticables et susceptibles de c u l t u r e . L'on y voit m ê m e , a u pied, de petites plaines fort fertiles le l o n g de la m e r d o n t la côte est p a r t o u t accessible mais a u x chaloupes s e u l e m e n t , à l ' e x c e p ­ tion d ' u n e n d r o i t appelé la R a d e , à d e u x lieues de la pointe de l'Est où les plus gros vaisseaux p e u ­ vent mouiller en s û r e t é s u r u n bon fond de s a b l e . Cette r a d e a, de plus, u n a u t r e a v a n t a g e : de p o u ­ voir être défendue facilement n ' y a y a n t p o u r cela q u ' à t r a n s p o r t e r q u e l q u e s pièces de c a n o n s u r u n r o c h e r qui la borde et la c o m m a n d e et qui, é t a n t inaccessible, p e u t en q u e l q u e s o r t e passer p o u r imprenable. T o u t e l'île est r e v ê t u e de g r a n d s bois qui y v i e n n e n t si n a t u r e l l e m e n t qu'il naît de g r a n d s a r b r e s d ' e n t r e les fentes des r o c h e r s sans q u ' o n s'aperçoive où ils p e u v e n t tirer l e u r n o u r r i t u r e . Les acajous y s o n t b e a u c o u p plus c o m m u n s q u e dans S a i n t - D o m i n g u e et c'est là ce qui fait en partie le m é r i t e de cette île, parce que cette espèce de bois est b e a u c o u p estimée p a r t o u t , a u c u n e n ' é t a n t plus p r o p r e p o u r la m e n u i ­ serie et p o u r c o n s t r u i r e des c a n o t s . L e t e r r o i r , q u o i q u e m o n t a g n e u x , est d ' u n b o n r a p p o r t , à l'exception de q u e l q u e s c a n t o n s , qui n e sont q u e p u r r o c h e r . Il n ' y a a u c u n e rivière et peu de fontaines, s u r t o u t s u r la côte n o r d . L a sud e s t beaucoup m i e u x p a r t a g é e , q u o i q u ' o n puisse dire que


10

HISTOIRE

De

SAINT-DOMINGUE

toute l'île est d é p o u r v u e d'eau en c o m p a r a i s o n de Saint-Domingue. La s o u r c e la plus a b o n d a n t e de la T o r t u e se voit près de cette r o c h e d o n t j ' a i p a r l é , d o n t il sort u n jet d'eau, g r o s c o m m e le b r a s , ce qui est u n e g r a n d e c o m m o d i t é p o u r les vaisseaux qui peuvent m o u i l l e r dans la r a d e voisine. L e cochon s a u v a g e n'y est pas m o i n s c o m m u n que d a n s la g r a n d e î l e ; s'il est plus petit, il est, en r e v a n c h e , plus délicat. Les côtes sont aussi plus p o i s s o n n e u s e s , p a r t i c u l i è r e m e n t celles du s u d , et le bon air q u ' o n respire p a r t o u t la relève infiniment s u r sa voisine, q u e les v a p e u r s de ses m a r a i s r e n d e n t fort m a l s a i n e et liévreuse. Tel est e n c o r e a u j o u r d ' h u i l'état de la T o r t u e q u e les b o u c a n i e r s et les flibustiers se p r o p o s è r e n t alors d'occuper. Mais ils furent p r é v e n u s par les E s p a g n o l s qui, avec leur p r é v o y a n c e o r d i n a i r e , s'en étaient déjà s a i s i s et y avaient mis vingt-cinq h o m m e s de g a r n i ­ son. Ceux-ci s'acquittèrent p o u r t a n t mal de l e u r devoir, car ils r e g a r d a i e n t l e u r séjour d a n s cette île c o m m e u n exil et cédèrent sans difficulté la partie à nos g e n s qui les en firent sortir, et prirent l e u r place avec la m ê m e satisfaction q u ' o n la l e u r a b a n d o n n a i t (1632). Dès q u ' o n e u t appris à Saint-Christophe ce qui venait d'arriver, p l u s i e u r s en sortirent p o u r se r e n d r e à la T o r t u e , d a n s l'espérance d'y faire fortune plus p r o m p t e et plus s û r e par la facilité q u ' o n avait de c o m m e r c e r , en t o u t e liberté, avec les é t r a n g e r s , et de t o m b e r de toutes parts s u r les E s p a g n o l s qui n a v i g u a i e n t s u r les m e r s .


LES

ORIGINES

11

11 y vint de cette façon b e a u c o u p de m o n d e . L a p l u p a r t n ' é t a n t pas t o u t à fait si r u s t i q u e s que les p r e m i e r s , et, sachant déjà ce que c'était que des habi­ tations, ils se m i r e n t à cultiver la t e r r e , et e n g a ­ g è r e n t quelques anciens à faire de m ê m e , p o u r n e pas d o n n e r t o u s d a n s le m ê m e g e n r e de vie et s u b s i s t e r a u t r e m e n t q u e les bêtes c a r n a s s i è r e s , ainsi q u e les boucaniers et les flibustiers qui no vivaient que de p u r e viande semblaient avoir fait j u s q u e - l à . D'ailleurs les Hollandais qui, seuls, les visitaient e n c o r e , les pressaient de s'occuper de la c u l t u r e d u tabac, q u ' o n n o m m a i t alors « p é t u m » ; il y avait lieu de p r o m e t t r e de plus g r a n d e s richesses de ce c o m m e r c e , que de celui des cuirs des bœufs ou m ê m e de la c o u r s e a u x E s p a g n o l s . 11 y en e u t p l u ­ sieurs qui, p o u r ce n o u v e a u motif, q u i t t è r e n t l e u r profession de b o u c a n i e r et de flibustier et qui s'appli­ q u è r e n t à l'exemple des n o u v e a u x v e n u s à former des h a b i t a t i o n s . Ils c h a n g è r e n t de n o m c o m m e ils avaient déjà t'ait de m a n i è r e de v i v r e , et furent appelés « H a b i ­ tants » p o u r les distinguer de l e u r s c a m a r a d e s b o u ­ caniers et flibustiers. G o m m e ces trois espèces de g e n s tendaient, cha­ c u n e à sa m a n i è r e , v e r s u n m ê m e b u t qui était de faire fortune, par des voies où ils m a r c h a i e n t , ce s e m b l e , à l ' a v e n t u r e et en c o u r a n t de fort g r a n d s r i s q u e s p o u r l e u r p e r s o n n e , ils s'appelèrent tous d ' u n n o m c o m m u n : « A v e n t u r i e r s ». Les u n s et les a u t r e s c o m m e n ç a i e n t de r é u s s i r assez bien d a n s l e u r s desseins à l'aide des Hollandais qui ne les laissaient m a n q u e r de r i e n , m a i s ce qui a c o n t r i b u é d a v a n t a g e à faire p r o s p é r e r de plus en


12

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

plus cette colonie n a i s s a n t e , fut q u e tous les m a r ­ c h a n d s français, les Dieppois s u r t o u t , c o m m e n c è r e n t en ce temps-là à suivre l'exemple des H o l l a n d a i s . Ils firent plus ; ils a m e n è r e n t des h o m m e s laits et des j e u n e s g a r ç o n s qu'on n o m m a « E n g a g é s ». Ils les v e n d a i e n t a u x A v e n t u r i e r s pour trois a n s , p o u r les servir p e n d a n t ce t e m p s en qualité d'esclaves, c o m m e ils s'y étaient e n g a g é s par c o n t r a t passé en b o n n e et d u e forme p a r - d e v a n t notaire a v a n t l e u r d é p a r t de F r a n c e . Les E n g a g é s firent alors c o m m e u n e q u a t r i è m e classe de la colonie française de S a i n t - D o m i n g u e , a v e c cette différence q u ' é t a n t d a n s la servitude ils n ' a v a i e n t a u c u n e part au g o u v e r n e m e n t . Celui-ci éiait d a n s ses d é b u t s si d é m o c r a t i q u e que le n o m b r e des chefs égalait celui des h o m m e s libres, c h a c u n des A v e n t u r i e r s u s a n t du droit de s o u v e r a i n dans l'enclos de ses p o s s e s s i o n s . L ' a c c r o i s s e m e n t de t o u s ces gens-là n e pouvait q u ' ê t r e préjudiciable a u x E s p a g n o l s à qui il semblait p r é s a g e r en particulier la r u i n e prochaine de l'île de S a i n t - D o m i n g u e . Ils ne s ' e n d o r m i r e n t pas s u r u n i n t é r ê t aussi capital. L e g é n é r a l des Galions e u t o r d r e d ' a t t a q u e r la T o r ­ t u e et de faire main basse s u r t o u t ce qu'il y t r o u v e ­ rait d ' é t r a n g e r s , sans s ' a m u s e r à stipuler avec e u x c o m m e on avait fait à S a i n t - C h r i s t o p h e . 11 y fut, a y a n t choisi p o u r cela le t e m p s où les b o u c a n i e r s étaient à la chasse d a n s la G r a n d e - I l e et les flibustiers en c o u r s e (1633) ; si bien q u e n ' a y a n t à faire q u ' a u x h a b i t a n t s , il en eut fort bon m a r c h é . Il les passa p r e s q u e t o u s a u fil de l'épée, sans m ê m e d o n n e r q u a r t i e r à ceux qui furent se r e n d r e après la


LES

ORIGINES

13

reddition de l'île et qu'il fit p e n d r e s a n s r é m i s s i o n . Il y en eut toutefois q u e l q u e s - u n s q u i se s a u v è r e n t la n u i t , d a n s des c a n o t s , et d ' a u t r e s qui g a g n è r e n t la montagne. L ' E s p a g n o l , fier de son exploit, n e laissa pas de g a r ­ nison d a n s l'île, s'étant p e r s u a d é q u e les F r a n ç a i s p r e n d r a i e n t bien g a r d e de n e plus s'exposer, d é s o r ­ mais, à de si fâcheux accidents ; il se c o n t e n t a , de r e t o u r à S a i n t - D o m i n g u e , de faire lever une. c o m p a ­ gnie de lanciers p o u r e x t e r m i n e r les a v e n t u r i e r s q u e l'on t r o u v e r a i t e n c o r e d a n s la G r a n d e - I l e . Cette c o m p a g n i e fut appelée la « C i n q u a n t a i n e », q u o i ­ qu'elle fût c o m p o s é e de cinq c e n t s h o m m e s , mais q u i se r e l a y a i e n t t o u r à t o u r , et n ' a l l a i e n t d ' o r d i n a i r e en c a m p a g n e q u e par e s c o u a d e s de c i n q u a n t e à la fois. L e s E s p a g n o l s l'ont t o u j o u r s e n t r e t e n u e s u r pied depuis les g u e r r e s q u e n o u s a v o n s e u e s c o n t r e e u x . C o m m e effectivement la « camisade » avait été furieuse les F r a n ç a i s n e se p r e s s è r e n t pas de r e t o u r ­ n e r à la T o r t u e , crainte de pareils d é s a s t r e s . Q u e l ­ q u e s - u n s r e p r i r e n t la r o u t e de Saint-Christophe et d ' a u t r e s c o n t i n u è r e n t l e u r vie de b o u c a n i e r s , m e t ­ tant t o u t l e u r soin à se g a r d e r des s u r p r i s e s de la C i n q u a n t a i n e , de sorte qu'il n e s'en t r o u v a q u e très peu qui osèrent rentrer dans leurs anciennes d e m e u r e s , où l e u r n o m b r e s'accrut c e p e n d a n t p e u à peu, j u s q u ' à trois cents h o m m e s , p a r m i lesquels q u e l q u e s A n g l a i s . Il l e u r m a n q u a i t u n chef et ils c o m p r i r e n t q u e c'était u n e nécessité de s'en d o n n e r u n afin de se c o n d u i r e , sous son a u t o r i t é , avec plus d ' o r d r e et de discipline. Un n o m m é W i l l i s , q u o i q u e A n g l a i s , e u t l'adresse de se p r o c u r e r cette p r é é m i -


14

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

n e n c e . L ' A n g l e t e r r e négligea a l o r s l'occasion de se r e n d r e m a î t r e s s e d ' u n e si belle île qui semblait lui ê t r e dévolue d ' e l l e - m ê m e . Il y a bien l ' a p p a r e n c e que la C o u r o n n e ne fut pas avertie à t e m p s . Quoi qu'il en soit, le S e i g n e u r qui la destinait à n o t r e nation à qui elle devait servir d ' a c h e m i n e m e n t à la p o s ­ session de l'île de S a i n t - D o m i n g u e , m é n a g e a les m o y e n s de la m a n i è r e q u e n o u s allons voir. Ce n'était pas sans c h a g r i n q u e les a v e n t u r i e r s français s'étaient laissés s u r p r e n d r e en r e c e v a n t u n j o u g é t r a n g e r . Se v o y a n t privés de la possession d ' u n e île d o n t ils avaient fait la c o n q u ê t e , ils firent plus d ' u n e fois q u e l q u e s efforts p o u r r e n t r e r d a n s l e u r droit, mais qui furent r e n d u s inutiles par l'a­ dresse de W i l l i s , qui s'était fortifié d'Anglais j u s ­ q u ' à ne plus rien a p p r é h e n d e r .


Il M. LE SES

VASSEUR A LA CRIMES ET SA

TORTUE MORT

C'en était fait de cette île et de S a i n t - D o m i n g u e p o u r la F r a n c e sans u n de n o s a v e n t u r i e r s d o n t j e v o u d r a i s savoir le n o m p o u r en c o n s e r v e r la m é m o i r e . Il sortit de l'île s e c r è t e m e n t et passa à S a i n t - C h r i s t o p h e , où il d o n n a avis de t o u t à M. de Poincy qui y faisait sa r é s i d e n c e c o m m e l i e u t e n a n t du roi p o u r les îles de la G u a d e l o u p e et de la Marti­ nique. Cet illustre chevalier de Malte, qui n'avait pas moins de pénétration q u e de b r a v o u r e , r e ç u t c o m m e il c o n v e n a i t cet avis d o n t il semblait dès lors e n t r e ­ voir les c o n s é q u e n c e s . Il r é s o l u t de d é b u s q u e r les Anglais de la T o r t u e tandis qu'ils y étaient e n c o r e p e u fortifiés, et s'y porta avec d ' a u t a n t plus d ' a r d e u r et de diligence qu'il craignait que W i l l i s , l e u r chef p r é ­ t e n d u , qui j u s q u ' a l o r s était sans a v e u , ne se m é n a g e â t u n e commission de la Cour d ' A n g l e t e r r e , laquelle


16

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

en ferait u n e affaire d ' E t a t de se m a i n t e n i r d a n s l ' u s u r p a t i o n de cette île sous prétexte que les F r a n ­ çais n ' y avaient plus de droits depuis qu'ils e n a v a i e n t été expulsés par les E s p a g n o l s . Il y avait à S a i n t - C h r i s t o p h e u n n o m m é L e V a s s e u r , qui avait a c c o m p a g n é M. d ' E n a m b u c à la c o n ­ q u ê t e de cette île. C'était u n h o m m e d'esprit, b o n i n g é n i e u r et b o n ofticier. M. de Poincy en faisait t a n t d'estime qu'il semblait n e p r e n d r e conseil q u e de lui, mais c o m m e il était p r o t e s t a n t les e n n e m i s d u g é n é r a l avaient pris là l'occasion de l'accuser d'être le p r o t e c t e u r des hérétiques et cela lui avait attiré q u e l q u e s r e p r o c h e s de la C o u r . L'affaire pouvait tirer à c o n s é q u e n c e p o u r sa fortune s'il n ' e û t travaillé à d é t r u i r e ces s o u p ç o n s par où il n e donnait q u e t r o p de prise. I l ' c r u t t r o u v e r dans l'avis q u ' o n venait de lui d o n n e r le m o y e n de c o n t e n t e r , d u m o i n s e n a p p a r e n c e , la Cour et les catholiques des îles. I l s'agissait d ' e n g a g e r la p l u p a r t des calvinistes qui étaient établis à Saint-Christophe d'en sortir s o u s q u e l q u e prétexte h o n n ê t e et spécieux. D a n s cette v u e , il proposa à M. L e V a s s e u r l ' e n t r e ­ prise de la T o r t u e d o n t il l'établirait g o u v e r n e u r a p r è s qu'il en a u r a i t chassé les Anglais et, p o u r l ' e n g a g e r plus fortement à ne rien n é g l i g e r p o u r l a r é u s s i t e de cette expédition, il convint a v e c lui, par u n article secret, qu'il y a u r a i t d a n s l'île u n e e n t i è r e liberté de conscience et q u ' o n n ' y inquiéterait p e r s o n n e s u r l'article de la religion. Le V a s s e u r a y a n t ainsi fait ces propositions aussi a v a n t a g e u s e s qu'il le pouvait désirer, a s s e m b l a , ce q u e M. de P o i n c y avait prévu qu'il ferait, t o u t ce qu'il p u t t r o u v e r de h u g u e n o t s avec lesquels il s'em-


M. LE VASSEUR

A LA

TORTUE

17

barqua, lui e n v i r o n q u a r a n t i è m e . Il fut m o u i l l e r a u P o r t - M a r g o d a n s l'île de S a i n t - D o m i n g u e , à sept lieues a u v e n t de la T o r t u e (1641). 11 s é j o u r n a là près de trois m o i s , s'occupant u n i q u e m e n t à c o n c e r ­ ter son e n t r e p r i s e avec q u a n t i t é de b o u c a n i e r s qui avaient l e u r s b o u c a n s dans ce q u a r t i e r ; il en e n g a ­ gea environ c i n q u a n t e à le s u i v r e , la p l u p a r t de la m ê m e religion q u e l u i . Q u o i q u e , m ê m e a p r è s cette j o n c t i o n , ses forces ne fussent n u l l e m e n t p r o p o r t i o n n é e s à celles des A n ­ glais, il se d é t e r m i n a d'aller a t t a q u e r , ne d o u t a n t pas que les F r a n ç a i s , q u i étaient toujours à la T o r ­ t u e , ne se d é c l a r a s s e n t p o u r lui dès qu'ils le v e r r a i e n t paraître. Il ne se t r o m p a i t pas, car a y a n t fait descente d a n s l'île s u r la fin d'août de cette a n n é e , il e n v o y a dire a u c o m m a n d a n t anglais qu'il e û t à sortir a u p l u s tôt, lui et ses g e n s , le m e n a ç a n t du r e s t e , s'il diffé­ rait en cela de v i n g t - q u a t r e h e u r e s , de n e faire a u c u n quartier. Les F r a n ç a i s qui étaient d a n s l'île se s o u l e v è r e n t i n c o n t i n e n t et a p p u y è r e n t les m e n a c e s q u ' o n venait de faire, de sorte que W i l l i s , qui ne s'était pas attendu à cette r é v o l u t i o n , n ' e u t d ' a u t r e parti à p r e n d r e que celui de se r e t i r e r , ce qu'il lit avec ses g e n s . Les Français se saisirent aussitôt d ' u n e espèce de fort q u e les Anglais y a v a i e n t bâti et où l'on t r o u v a q u e l q u e s pièces de c a n o n . M. L e Vasseur, p o u r être m a î t r e de l'île, n e s'y crut pas p o u r cela en s û r e t é s'il ne se p r é c a u t i o n ­ nait, en m ô m e t e m p s , c o n t r e les E s p a g n o l s et c o n t r e les Anglais, qu'il avait à c r a i n d r e é g a l e m e n t . L e s Anglais toutefois le laissèrent en r e p o s p a r c e q u e , 2


18

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

a y a n t a b a n d o n n é , depuis ce t e m p s - l à , l e u r d e s ­ sein s u r la T o r t u e , ils a u r a i e n t eu affaire à d e u x n a t i o n s p u i s s a n t e s p o u r s'en a s s u r e r la possession. Ils t o u r n è r e n t leur v u e vers la J a m a ï q u e , à laquelle ils c o m m e n c è r e n t à livrer q u e l q u e s a s s a u t s . Si elle ne s u c c o m b a pas dès lors tout entière s o u s les r u d e s c o u p s qu'ils lui p o r t è r e n t , elle fut b e a u c o u p e n t a m é e et disposée à n e plus tenir l o n g t e m p s c o n t r e l e u r s efforts. Il n'en fut pas ainsi des E s p a g n o l s , piqués au vif et f u r i e u s e m e n t e m b a r r a s s é s de voir que les F r a n ­ çais, déjà m a î t r e s de la T o r t u e , m e n a ç a i e n t d ' e n v a h i r l'île de S a i n t - D o m i n g u e qui l e u r a servi de fonde­ m e n t à la c o n q u ê t e du N o u v e a u - M o n d e . Ils c r u r e n t qu'il fallait, sans se lasser, multiplier les a r m e m e n t s c o n t r e e u x et les h a r c e l e r t e l l e m e n t , q u ' o n les obli­ geât à r e p r e n d r e la r o u t e de l ' E u r o p e , ou du m o i n s des Petites-Antilles si l'on ne pouvait a r r i v e r à b o u t de les d é t r u i r e . L a C o u r d ' E s p a g n e prit cette affaire fort à c œ u r ; m a i s p e n d a n t qu'elle p r e n d des m e s u r e s p o u r a t t a ­ q u e r la T o r t u e , L e V a s s e u r n ' e n p r e n d pas de m o i n d r e s pour faire a v o r t e r les projets de ses e n n e ­ mis. Il fallait, a v a n t t o u t e s choses, bâtir u n fort p o u r la s û r e t é de l'île, m a i s qui fût m i e u x situé q u e celui q u ' a v a i e n t fait les A n g l a i s , l e q u e l , p o u r ê t r e c o m ­ m a n d é de t o u t e s parts, ne pouvait d o n n e r lieu à u n e l o n g u e r é s i s t a n c e . L e V a s s e u r n e t a r d a pas à d é c o u ­ vrir que la r o c h e , d o n t j ' a i p a r l é , qui est assise s u r u n e m o n t a g n e q u i d o m i n e le port, était p r é c i s é m e n t ce qu'il lui fallait. Il fit élever u n e m a i s o n s u r ce s o m m e t où il faisait sa d e m e u r e . L ' o n ne pouvait y


M. LE VASSEUR

A LA

TORTUE

19

m o n t e r q u e par des échelles, ce qui d o n n a lieu a u x railleurs de l'appeler s o n « c o l o m b i e r ». Il y m o n t a quelques pièces de c a n o n o u t r e celui q u e les Anglais avaient laissé, il fit faire de plus des t e r r a s s e s r é g u ­ lières a u t o u r de la plate-forme de la m o n t a g n e o ù il fit aussi d r e s s e r u n e b a t t e r i e . A p r è s quoi, il c r u t n e plus avoir r i e n à a p p r é h e n d e r des E s p a g n o l s qui n e t a r d è r e n t point à aller l ' a t t a q u e r . A p r è s qu'ils e u r e n t équipé à S a i n t - D o m i n g u e six bâtiments s u r lesquels ils e m b a r q u è r e n t cinq à six cents h o m m e s , ils v i n r e n t se p r é s e n t e r d e v a n t le h a v r e de la T o r t u e (1643). L e V a s s e u r les laissa a p p r o c h e r p o u r m i e u x a p p l i q u e r les c o u p s qu'il l e u r gardait j u s q u ' à ce q u e , les a y a n t à b o n n e p o r t é e , il lit d é c h a r g e r sur e u x t o u t e son artillerie, ce qui les d é c o n c e r t a , d ' a u t a n t plus qu'ils s'étaient figuré qu'il n ' y avait, s u r cette île, ni fort, ni c a n o n . Ils se r e t i r è r e n t aussitôt en d é s o r d r e et ils p r i r e n t le l a r g e où ils t i n r e n t conseil s u r le parti qu'ils p r e n d r a i e n t . L e r é s u l t a t fut q u ' o n irait m o u i l l e r plus bas, vis-àvis d ' u n e n d r o i t n o m m é C a y o n n e , et q u ' a p r è s y a v o i r d é b a r q u é , on pousserait droit a u fort des F r a n ç a i s q u ' o n tâcherait d ' e m p o r t e r de vive force. La descente se fit sans q u e p e r s o n n e s'y o p p o s â t parce q u ' o n voulait les laisser t o m b e r d a n s u n e e m b u s c a d e d a n s laquelle ils ne m a n q u è r e n t pas de d o n n e r . C o m m e ils tiraient droit au fort, ils furent c h a r g é s si v i v e m e n t par les a v e n t u r i e r s qu'ils se v i r e n t obligés de t o u r n e r le dos et de r e p r e n d r e a u plus tôt la r o u t e des c h a l o u p e s d a n s lesquelles ils se r e m b a r q u è r e n t avec précipitation. Cet échec coûtait a u x E s p a g n o l s d e u x cents h o m m e s d e m e u r é s é t e n d u s s u r la plage.


20

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Le bruit de cette victoire s'étant r é p a n d u d a n s les îles, on n ' y parla plus q u e de M. L e V a s s e u r q u ' o n élevait j u s q u ' a u x n u e s à tel point q u e M. de P o i n c y p a r u t j a l o u s e r la gloire de cet a v e n t u r i e r . Quoi qu'il en soit> p o u r ce motif ou parce qu'il c o m m e n ç a i t à se lasser de L e V a s s e u r , M. de P o i n c y r é s o l u t de le r e t i r e r de la T o r t u e et d'en d o n n e r le g o u v e r n e m e n t à quelque autre. 11 e n v o y a p o u r ce sujet M. de Lonvillicrs, s o n n e v e u , s o u s le prétexte de c o n g r a t u l e r Le Vasseur s u r sa victoire et de faire d a n s l'île u n é t a b l i s s e m e n t , mais en réalité p o u r tâcher de l ' e n g a g e r à faire u n v o y a g e à Saint-Christophe et de s ' e m p a r e r du g o u ­ vernement pendant son absence. L e V a s s e u r p é n é t r a les desseins d u g é n é r a l et prit bien g a r d e de ne pas d o n n e r d a n s le piège q u ' o n l u i t e n d a i t ; il r e ç u t le n e v e u avec t o u t le r e s p e c t qui était dû à l'oncle et lui fit en sa considération mille a m i t i é s , mais, c o m m e il craignait q u e , s'il laissait Lonvilliers faire u n l o n g séjour d a n s l'île, il n ' y pra­ tiquât des c r é a t u r e s à son préjudice, il sut, avec b e a u c o u p de d i s s i m u l a t i o n , l'obliger à se r e m b a r q u e r et à r e t o u r n e r à S a i n t - C h r i s t o p h e a p r è s avoir r e ç u à la T o r t u e plus d ' h o n n e u r s q u e de c o n t e n t e m e n t . T o u s ces succès enflèrent t e l l e m e n t le c œ u r de M. Le V a s s e u r qu'il se m é c o n n u t bientôt. D ' h o m m e assez m o d é r é qu'il avait été j u s q u ' a l o r s , il p a r u t h a u t a i n , violent, c r u e l . 11 c h a r g e a ses h a b i ­ t a n t s de t r i b u t et de corvées, aussi l e u r devint-il bientôt u n sujet d ' h o r r e u r et d'aversion. Il e n t r e p r i t en t y r a n de s'en faire r e d o u t e r lorsqu'il n ' e u t plus lieu de rien p r é t e n d r e à leur affection. Il fit p o u r cela c o n s t r u i r e u n e c a g e de fer où l'on


M. LE VASSEUR

A LA

TORTUE

21

ne m a n q u a i t pas d'être logé dès q u ' o n avait le m a l ­ h e u r de lui déplaire en la m o i n d r e c h o s e . E l l e était si étroite q u e le patient n e pouvait s'y tenir d e b o u t , ni c o u c h é de son l o n g . Il connaissait si bien l u i m ê m e q u e cette m a c h i n e était u n supplice sans égal qu'il l'appelait : « l'enfer ». Son fort, p o u r être plus spacieux et p a r là m o i n s i n c o m m o d e p o u r les p r i s o n n i e r s qu'il y m e t t a i t , avait r e ç u de lui, par dérision, le n o m de « p u r g a t o i r e ». Il n e s'en tint pas à la m o q u e r i e par r a p p o r t à la religion c a t h o l i q u e , il l ' e x t e r m i n a e n t i è r e m e n t de son île où il n e v o u l u t pas qu'il y eut d ' a u t r e exercice q u e celui de la p r o t e s t a n t e . Il en fit chasser u n p r ê t r e et le P è r e Marc d ' A n g e r s , c a p u c i n , qui s'y t r o u v a i t p o u r l o r s , et puis n e s'accordant pas m i e u x avec son m i n i s t r e , il l'interdit aussi de son m i n i s t è r e . Ce m i n i s t r e était M. de Rochefort, qui a d o n n é a u public u n e Histoire des Antilles. M. L e V a s s e u r , n é a n m o i n s , n'avait pas e n c o r e , alors élevé tout à fait l ' é t e n d a r d de la rébellion, car q u o i q u e d e p u i s q u e l q u e t e m p s il v é c û t d a n s u n e espèce d ' i n d é p e n d a n c e de M. de P o i n c y , il m é n a g e a i t t o u j o u r s , en a p p a r e n c e , ce général d o n t il r e d o u t a i t la v a l e u r ; o u t r e q u ' e n g a g n a n t du t e m p s , il affer­ missait de plus en plus son a u t o r i t é . M. de P o i n c y , qui ne le craignait pas, et qui a p p r é h e n d a i t d'avoir du dessous s'il fallait en v e n i r à la force, ne négligea rien p o u r le tirer de la T o r t u e par de n o u v e l l e s adresses q u e l ' a u t r e savait t o u j o u r s é l u d e r . Ce n e fut l o n g t e m p s e n t r e eux q u ' u n c o m b a t de civilités et de caresses a p p a r e n t e s , par où ils t â c h a i e n t de se s u r p r e n d r e m u t u e l l e m e n t . Le V a s s e u r en sortait t o u j o u r s victorieux, parce q u e , o u t r e qu'il parait


22

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

a d r o i t e m e n t les c o u p s de M. de P o i n c y , il avait e n c o r e la hardiesse de se m o q u e r quelquefois de lui assez o u v e r t e m e n t , c o m m e l o r s q u e ce g é n é r a l l u i envoya demander une Notre-Dame d'argent que les flibustiers avaient prise dans les n a v i r e s e s p a ­ g n o l s . L e V a s s e u r en e n v o y a u n e de bois t o u t e s e m ­ blable, l u i m a r q u a n t q u e les catholiques étaient trop spirituels p o u r croire q u e la m a t i è r e fit rien à l e u r dévotion, mais q u e , p o u r l u i , il avait t r o u v é tant d'art et de délicatesse d a n s celle d ' a r g e n t , qu'il ne pouvait se r é s o u d r e à s'en défaire qu'il n ' e n eût, à loisir, considéré t o u t e s les b e a u t é s . M. de P o i n c y n'était pas h o m m e à souffrir plus l o n g t e m p s de pareilles insolences, q u ' u n air r a i l l e u r n e faisait q u ' a s s a i s o n n e r d ' u n n o u v e a u sel qui les r e n d a i t plus p i q u a n t e s . Il n ' e û t pas m a n q u é d'en tirer r a i s o n a u plus tôt s a n s u n e g u e r r e civile qui s u r v i n t d a n s les îles d u V e n t et qu'il avait a l l u m é e l u i - m ê m e en refusant de r e c o n n a î t r e M. Thoisi P a t r o cles q u e le roi lui avait s u b s t i t u é d a n s la l i e u t e n a n c e g é n é r a l e de t o u t e s les îles françaises. L e V a s s e u r s o n g e a à se prévaloir de l ' e m b a r r a s où il vit son g é n é r a l et d'où il ne c r u t pas qu'il pût se tirer ni tôt, ni si bien qu'il fit. II c r u t a l o r s n'avoir plus r i e n à m é n a g e r , et c o m m e il était déjà t o u t a c c o u ­ t u m é à t r a n c h e r du s o u v e r a i n et à s'en d o n n e r des a i r s , il n ' e u t p r e s q u e d ' a u t r e d é m a r c h e à faire q u e de se p o r t e r o u v e r t e m e n t p o u r tel et en u s u r p e r p u b l i ­ q u e m e n t , c o m m e il le fit, t o u t e l'autorité s o u s laquelle le peuple de son île, qui était déjà p r e s q u e fait a u j o u g et p o u r la p l u p a r t calviniste, plia sans résistance p o u r l ' a m o u r de l e u r religion à laquelle ils se proposaient q u e cette île servirait d'asile a s s u r é .


M. LE VASSEUR

A LA

TORTUE

23

Après que M. de P o i n c y eut t e r m i n é à son a v a n ­ tage son conflit avec M. P a t r o c l e s , il ne m a n q u a pas, c o m m e il l u i t a r d a i t de le faire, de t o u r n e r toutes ses pensées vers la T o r t u e , ne p o u v a n t p l u s souffrir de s'y voir j o u é i m p u n é m e n t par u n h o m m e de n é a n t c o m m e était Le V a s s e u r . D'ailleurs les anciennes accusations qui le c h a r g e a i e n t d'être le p r o t e c t e u r des h é r é t i q u e s s'étaient r e n o u v e l é e s t o u t de n o u v e a u , car, q u o i q u ' o n n ' e û t e n c o r e a u c u n e c e r ­ titude de son traité avec L e V a s s e u r p o u r la liberté de conscience à la T o r t u e , on en avait déjà de forts s o u p ç o n s et il était à c r a i n d r e q u e la chose vînt à se r e n d r e p u b l i q u e c o m m e il a r r i v a en effet, q u o i q u e a p r è s la m o r t de M. de P o i n c y s e u l e m e n t . I n d é p e n ­ d a m m e n t de t o u t cela on le blâmait fort d'avoir e n v o y é des h é r é t i q u e s à la c o n q u ê t e d ' u n e île où ils s'étaient r e n d u s i n d é p e n d a n t s , d o n t il y avait lieu d ' a p p r é h e n d e r de funestes s u i t e s . T o u s ces motifs étaient t r o p p u i s s a n t s p o u r n e pas l ' e n g a g e r à n e rien m é n a g e r d a n s u n e affaire de si g r a n d e c o n s é ­ q u e n c e p o u r s o n h o n n e u r , sa fortune et sa religion, mais j e ne sais pas s'il eût r é u s s i d a n s sa tentative sans u n e r é v o l u t i o n qui éclata à la T o r t u e p e n d a n t que ce général faisait travailler à ses a r m e m e n t s . Il y avait déjà neuf ou dix ans que la T o r t u e , d e v e n u e u n e petite G e n è v e , gémissait sous le j o u g de Le V a s s e u r l o r s q u e cet h o m m e , é g a l e m e n t en révolte c o n t r e son dieu et c o n t r e son roi, fut a s s a s ­ siné d ' u n e m a n i è r e tout à fait t r a g i q u e . Deux capitaines de l'île, n o m m é s Martin et T h i ­ bault, q u ' o n disait ê t r e ses n e v e u x et qui du m o i n s étaient ses c o m p a g n o n s de f o r t u n e , c o n s p i r è r e n t de lui ôter la vie, quoiqu'il les a i m â t si t e n d r e m e n t q u e ,


24

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

n ' a y a n t pas d'enfants, il les avait a d o p t é s c o m m e tels, ou du m o i n s avait testé en l e u r faveur. On tient q u e le sujet de l e u r q u e r e l l e vint d ' u n e maîtresse q u e L e V a s s e u r avait ravie à T h i b a u l t qui l'entretenait. Ces i n g r a t s furent d ' a u t a n t plus portés à a c c o m ­ plir ce parricide, qu'ils c r u r e n t q u ' é t a n t ses héritiers et des p r e m i e r s officiers de l'île, ils lui s u c c é d e r a i e n t sans peine à ses biens et à son a u t o r i t é , à quoi tout le m o n d e d o n n e r a i t v o l o n t i e r s la m a i n , ne fût-ce que p o u r r e c o n n a î t r e le service r e n d u en cela à la colonie, en la d é b a r r a s s a n t d ' u n h o m m e qui la t y r a n n i s a i t . Ils p r i r e n t l e u r t e m p s , q u ' u n jour q u e M. L e V a s s e u r descendait d u fort pour se r e n d r e d a n s un m a g a s i n près de la m e r , c o m m e il était s u r le point d'y e n t r e r , l'un des d e u x assassins qui l'observaient, c'était Thibault, d é c h a r g e a s u r lui son fusil d o n t il ne fut q u e l é g è r e m e n t b l e s s é . L e V a s s e u r c o u r u t p r o m p t e m e n t à son n è g r e qui le suivait p o r t a n t son épée, mais il fut p r é v e n u d a n s ce m o m e n t par Martin qui le saisit au c o r p s . G o m m e ils étaient t o u s les d e u x à se d é b a t t r e , L e Vasseur a p e r ç u t , en t o u r n a n t la tète, Thibault qui arrivait s u r l u i le poignard à la m a i n . 11 attendit le c o u p en s'écriant, c o m m e a u t r e ­ fois César à B r u t u s : « C'est d o n c toi, m o n fils, q u i m e t u e ! » et il t o m b a m o r t en d i s a n t ces p a r o l e s . Q u e l q u e s - u n s ajoutent qu'il se déclara c a t h o ­ lique en m o u r a n t , mais j e n'ai pu vérifier celle c i r c o n s t a n c e par le r a p p o r t des g e n s qui d e m e u ­ raient alors d a n s l'île et que j ' a i c o n s u l t é s l à - d e s s u s . Q u o i q u ' i l n ' y e û t p e r s o n n e à la T o r t u e qui n e détestât d a n s son c œ u r l'attentat q u ' o n venait de c o m ­ m e t t r e , l'on eût dit, à voir c o m m e t o u t y d e m e u r a


M. LE VASSEUR

A LA

TORTUE

25

t r a n q u i l l e , q u e cette m o r t avait été o r d o n n é e par a r r ê t public et p o u r le seul bien de la colonie. L e s assassins p r i r e n t , s a n s q u ' o n les t r o u b l â t en a u c u n e m a n i è r e , possession des biens de L e V a s s e u r , c o m m e s'ils n ' e u s s e n t fait q u e recueillir u n e légi­ time succession. On ne lit m ê m e a u c u n e difficulté à les r e c o n n a î t r e c o m m e g o u v e r n e u r s de l'île avec u n e a u t o r i t é égale en la place d u m o r t , t a n t l ' h o m m e a de p e n c h a n t et de facilité à p a r d o n n e r a u x c r i m e s les plus o d i e u x , à condition qu'ils d e v i e n n e n t favo­ rables à son i n t é r ê t .


III

M. DE FONT EN AI REPREND LA TORTUE IL EN EST A NOUVEAU CHASSÉ PAR LES ESPAGNOLS

C e p e n d a n t M. de P o i n c y , qui ne savait e n c o r e rien de la m o r t de Le V a s s e u r , avait déjà pris des m e s u r e s p o u r le déposséder de son g o u v e r n e m e n t d o n t il venait de revêtir M. de F o n t e n a i , chevalier de Malte, à peu près a u x m ê m e s conditions qu'il avait accordées à Le V a s s e u r dix ou onze a n s a u p a r a v a n t . Ce chevalier était l ' h o m m e qu'il fallait p o u r cette expédition. Il s'était déjà signalé en plus d ' u n e occasion c o n t r e les T u r c s d a n s le L e v a n t . Il n'était q u e d e p u i s peu passé en A m é r i q u e pour y m a r c h e r s u r les traces de M. de P o i n c y et s'y faire é g a l e m e n t c r a i n d r e , c o m m e lui, des n a t i o n s e s p a g n o l e et anglaise. Il ne s'agissait plus e n t r e ces deux chevaliers q u e de t r o u v e r le m o y e n de déloger s û r e m e n t Le V a s s e u r de la T o r t u e .


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

27

Cette e n t r e p r i s e était pleine d'écueils et de d a n ­ g e r s . Le secret l e u r p a r u t ê t r e le p o i n t le plus essentiel pour le faire r é u s s i r , parce qu'il y avait lieu de c r a i n d r e q u e si L e V a s s e u r en était averti il n'appelât les Anglais à son s e c o u r s et n e l e u r livrât son île s'il n e se sentait pas assez fort p o u r la garder. On c o n v i n t d o n c q u e M. de F o n t e n a i a r m e r a i t , mais en a p p a r e n c e , p o u r suivre s e u l e m e n t son p r e ­ mier dessein qui était de c o u r i r c o n t r e les e n n e m i s de l'Etat. Il fut en effet croiser p e n d a n t q u e l q u e t e m p s d e v a n t C a r t h a g è n e où il fit des prises assez c o n s i d é r a b l e s . Il avait le m o t de M. de P o i n c y p o u r se r e n d r e , à certain jour, a u fort de l ' E c u , d a n s l'île de S a i n t - D o m i n g u e , à q u e l q u e s lieues à l'ouest de la T o r t u e , où il devait ê t r e j o i n t par u n a u t r e v a i s ­ seau q u ' o n c o m m e n ç a d ' é q u i p e r après son d é p a r t et d o n t M. de P o i n c y d o n n a le c o m m a n d e m e n t à son n e v e u M. de Tréval (1652). Ces deux illustres a v e n t u r i e r s , é t a n t a r r i v é s vers la fin de cette a n n é e a u t e m p s et a u lieu d o n t on était c o n v e n u , a p p r i r e n t d'abord par q u e l q u e s b o u ­ caniers qu'ils t r o u v è r e n t là la fin t r a g i q u e du sieur L e V a s s e u r et t o u t ce qui l'avait suivie. Cette n o u ­ velle n e l e u r fut pas t e l l e m e n t d ' u n h e u r e u x présage p o u r le succès de l e u r e n t r e p r i s e qu'ils n ' e u s s e n t lieu à a p p r é h e n d e r q u e les assassins n e se défen­ dissent en désespérés. Ils s'avancèrent avec l e u r s vaisseaux j u s q u ' à l'entrée d u h a v r e , c o m m e p o u r sonder les dispositions où l'on était dans l'île, mais ils n e furent r e ç u s qu'à b o n s coups de c a n o n q u ' o n l e u r tira de la forteresse dont, n ' a y a n t pu s o u t e n i r le feu, ils se r e t i r è r e n t p r o m p t e m e n t et furent


28

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

m o u i l l e r plus bas vers C a ï o n n e où ils se p r o p o s a i e n t de t e n t e r la descente c o m m e avaient fait les E s p a ­ g n o l s en pareille occasion. Ils le firent sans a u c u n e difficulté, parce q u e les m e u r t r i e r s avaient déjà pris le parti de se r e n d r e , s'étant a p e r ç u s q u e les milices de l'île étaient peu disposées à se d é f e n d r e . Ils d é p u t è r e n t aussitôt vers M. de F o n t e n a i , à qui ils offrirent de livrer la forteresse, à condition q u ' o n n e r e c h e r c h â t pas de la m o r t de M. L e Vasseur et q u ' o n les laissât en possession de ses biens. On l e u r accorda t o u t et la T o r t u e r e n t r a aussitôt d a n s l'obéissance a u Roi sans effusion de s a n g . Dès qu'on sut le c h a n g e m e n t arrivé d a n s cette île, ceux q u e la r i g u e u r d u p r é c é d e n t g o u v e r n e m e n t avait éloignés ou qui en étaient sortis par principe de religion, ne t a r d è r e n t point à y r e n t r e r ; d'où il arriva q u e cette île devint en peu de t e m p s plus flo­ r i s s a n t e qu'elle n'avait e n c o r e été j u s q u e - l à . C o m m e elle c o m m e n ç a i t à avoir plus de m o n d e qu'il ne lui en fallait, elle se vit en état d'établir u n e colonie d a n s la g r a n d e île d a n s le q u a r t i e r appelé la G r a n d e A n s e , à la côte de l'ouest. On choisit e x p r è s ce lieu p o u r être u n des plus éloignés des b o u r g a d e s e s p a ­ g n o l e s et par là m o i n s exposé à l e u r s i n c u r s i o n s . Nos g o u v e r n e u r s , qui a v a n t ce t e m p s - l à ne p r e ­ naient que le titre de g o u v e r n e u r de la T o r t u e , c o m ­ m e n c è r e n t à y ajouter celui de S a i n t - D o m i n g u e en cette m a n i è r e : N o u s , g o u v e r n e u r s p o u r le Roi de l'île de la T o r t u e et côtes de S a i n t - D o m i n g u e . Et c'est ainsi qu'ils se qualilient e n c o r e a u j o u r d ' h u i , par où l'on voit q u ' u n e île de peu de c o n s é q u e n c e telle q u ' e s t celle de la T o r t u e , q u ' o n a m ê m e depuis a b a n d o n n é e , est n o m m é e la p r e m i è r e , soit pour


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

29

c o n s e r v e r son droit d ' a n c i e n n e t é s u r celle de S a i n t D o m i n g u e , soit parce q u e cette d e r n i è r e n ' a p p a r t i e n t pas t o u t entière a u x F r a n ç a i s , et que celle de la T o r t u e a servi d ' a c h e m i n e m e n t à c o n q u é r i r ce qu'ils en p o s s è d e n t . C e p e n d a n t les E s p a g n o l s furent p r e s q u e a u t a n t a l a r m é s de l'établissement des F r a n ç a i s à la G r a n d e Anse que s'ils les avaient déjà v u s a u x portes de la ville de S a i n t - D o m i n g u e , mais n ' o s a n t les aller t r o u b l e r par t e r r e , à c a u s e des g r a n d e s forêts qu'ils a u r a i e n t eues à t r a v e r s e r p o u r p é n é t r e r j u s q u ' à e u x , ils e n t r e p r i r e n t de le faire par m e r . Ils a r m è r e n t à cet effet q u e l q u e s pirogues qui s o n t des espèces de d e m i - g a l è r e s , et furent piller les cases de ces n o u ­ veaux h a b i t a n t s et en t u è r e n t et e n l e v è r e n t q u e l q u e s u n s . Ils r e v i n r e n t plusieurs fois, faisant t o u j o u r s la m ê m e exécution, q u o i q u e s o u v e n t ils y perdissent e u x - m ê m e s bien du m o n d e . Mais quoi qu'ils p u s s e n t faire, n o s g e n s y t i n r e n t t o u j o u r s bon et s'affer­ m i r e n t , d a n s leur n o u v e l l e d e m e u r e , s o u s la p r o t e c ­ tion des b o u c a n i e r s et des flibustiers q u i les secouraient a u besoin et a c c o u r a i e n t à e u x de la Tortue. Les E s p a g n o l s déconcertés plus q u e j a m a i s , et effrayés des m a l h e u r s d o n t ils étaient m e n a c é s , t o u r n è r e n t e n c o r e u n e fois l e u r s efforts c o n t r e la T o r t u e , d'où ils a v a i e n t v u partir t o u s les c o u p s qu'on l e u r avait p o r t é s j u s q u ' a l o r s . Il ne s'agissait plus s e u l e m e n t de p r é s e r v e r t o u t S a i n t - D o m i n g u e de la d o m i n a t i o n française qui c o m m e n ç a i t à s'y faire sentir, mais il y allait e n c o r e de la perte entière de l e u r c o m m e r c e d a n s l ' A m é r i q u e où l e u r s vaisseaux n'osaient p r e s q u e plus tenir la m e r , c a r ,


30

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

c o m m e le chevalier de F o n t e n a i avait passé t o u t e sa j e u n e s s e d a n s les c o u r s e s , à quoi d'ailleurs son génie m a r t i a l et plein de feu le portait b e a u c o u p , il équipait à cette fin a u t a n t de corsaires qu'il pouvait. Ses g e n s , à s o n e x e m p l e , d o n n a i e n t p r e s q u e t o u s d a n s ce g e n r e de vie, en s o r t e q u e la p l u p a r t des b o u c a n i e r s , et h a b i t a n t s avec l e u r s e n g a g é s , s'em­ b a r q u è r e n t indifféremment avec les flibustiers de profession p o u r g a g n e r les b o n n e s g r â c e s de l e u r g o u v e r n e u r qui ne se p r e n a i e n t q u e par là. Mais ce fut cela m ê m e , qui s a n s y p e n s e r , causa la p e r t e de l'île parce q u e les E s p a g n o l s , qui furent avertis par l e u r s espions de ce qui s'y passait, a r m è r e n t de n o u v e a u p o u r tâcher à la r e p r e n d r e s u r les F r a n ç a i s . Ceux-ci n e s o n g e a i e n t à r i e n m o i n s q u ' à se voir a t t a q u e r . Q u a n d ils r e ç u r e n t les p r e m i è r e s n o u v e l l e s de cet a r m e m e n t , t o u t e l'île était a l o r s à se divertir a u sujet de l'arrivée de M. H o t m a n , cadet de M. de F o n t e n a i , qui a y a n t appris en F r a n c e le poste q u e son frère occupait à la T o r t u e y était parti p o u r v e n i r p a r a î t r e avec lui s u r le t h é â t r e du Nouveau-Monde. U n b o u c a n i e r é t a n t a r r i v é en diligence a u milieu des réjouissances p u b l i q u e s , r a c o n t a q u ' é t a n t à la chasse v e r s la t ê t e de l'île où est la p é n i n s u l e d e S a m a n a , il avait eu C o n n a i s s a n c e d ' u n e escadre de v a i s s e a u x e s p a g n o l s qui tiraient v e r s S a i n t D o m i n g u e . On n e d o u t a point, s u r ce r a p p o r t , q u e cette flotte n e fût d e s t i n é e p o u r la T o r t u e . L a fête finit aussitôt et l'on ne s o n g e a p l u s q u ' à se bien défendre. L e chevalier fit faire p e n d a n t q u e l q u e s j o u r s l'exercice d u c a n o n , de la m o u s q u e t e r i e , et de t o u t


M. DE F0NTENA1

REPREND

LA

TORTUE

31

ce q u ' e n s e i g n e l'art militaire p o u r s o u t e n i r ou a t t a ­ quer l ' e n n e m i a v e c o r d r e et s u c c è s , et il y en e u t p l u s i e u r s , e n particulier, qui s ' é p r o u v è r e n t à j e t e r des g r e n a d e s a u bas des bastions, ce qui d o n n a lieu à u n é t r a n g e accident. Thibault, u n des d e u x m e u r t r i e r s de M. L e V a s s e u r , prit, à l ' é m u l a t i o n des a u t r e s , u n e g r e n a d e qui lui a y a n t crevé d a n s la m a i n , a v a n t de la pouvoir j e t e r , la lui fracassa e n t i è r e m e n t . C'était u n spec­ tacle é p o u v a n t a b l e q u e de la lui voir p e n d a n t e plus d'un pied a u - d e s s o u s d u poignet où elle n'était p l u s attachée q u e par q u e l q u e s nerfs a l l o n g é s par la violence d u c o u p . On la lui c o u p a p e n d a n t u n e défaillance de plus de d e u x h e u r e s où il était t o m b é . E t a n t r e v e n u à lui, il déclara q u e sa m a i n lui faisait m a l , et il fut si effrayé de la voir d a n s u n e serviette, qu'il s'évanouit t o u t de n o u v e a u j u s q u ' à ce q u ' o n le crût mort. Il s'en r é c h a p p a n é a n m o i n s . L ' o n fit à cette o c c a ­ sion q u e l q u e s réflexions s u r la j u s t i c e divine, sans c e p e n d a n t se distraire d u soin de se bien défendre si l'on était a t t a q u é , c o m m e il a r r i v a . L a flotte q u ' o n avait v u e était effectivement d e s ­ tinée c o n t r e les a v e n t u r i e r s , de sorte q u ' a p r è s q u e les E s p a g n o l s e u r e n t fait à S a i n t - D o m i n g u e les p r é ­ paratifs qui leur m a n q u a i e n t e n c o r e , ils p a r u r e n t a u v e n t de la T o r t u e avec cinq gros vaisseaux et p l u s i e u r s b a r q u e s qu'ils r e m p l i r e n t de m o n d e (1654), d a n s la r é s o l u t i o n q u e si cela n e suffisait pas, de tirer de n o u v e a u x et plus a m p l e s s e c o u r s de la g r a n d e île selon l e u r s b e s o i n s . Ils firent m i n e d ' a b o r d d ' e n t r e r de vive force d a n s la r a d e , m a i s , se r e s s o u v e n a n t de la réception q u ' o n l e u r avait faite autrefois, et v o y a n t


32

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u ' o n l e u r r é p o n d r a i t e n c o r e s u r le m ê m e t o n , ils prirent r o u t e vers Caïonne où ils m i r e n t l e u r s g e n s à t e r r e m a l g r é M. H o t m a n qui lit feu s u r eux et qui, après q u e l q u e s d é c h a r g e s de m o u s q u e t e r i e , v o y a n t q u e la partie n'était pas t e n a b l e , se retira et fut se poster s u r u n e colline où il espérait tenir bon et c o m b a t t r e . Mais il y fut e n c o r e forcé et se vit obligé de p r e n d r e la r o u t e d u fort, ce qu'il fit en bon o r d r e . L e s E s p a g n o l s a v a n c è r e n t et c a m p è r e n t d a n s u n e petite plaine où ils furent trois j o u r s à c o n c e r t e r s u r les m o y e n s de se r e n d r e maîtres d u fort qui, v u son assiette s u r u n e r o c h e e s c a r p é e , a v a i t j u s q u ' a l o r s passé p o u r i m p r e n a b l e . L ' o n d e m e u r a d'accord q u ' o n ne pouvait le p r e n d r e q u ' e n m o n t a n t d u c a n o n s u r la m o n t a g n e qui le c o m m a n d a i t , mais cela n'était pas aisé. L a m o n t a g n e semblait en cet e n d r o i t ê t r e inaccessible, et les F r a n ç a i s l'avaient a u s s i s u p p o s é , aussi se m o q u è r e n t - i l s de l e u r e n n e m i l o r s q u ' i l s le v i r e n t se m e t t r e en m o u v e m e n t p o u r p r e n d r e de ce côté-là. Mais peu de choses sont impossibles a u flegme e s p a g n o l . Ils v i n r e n t à bout de tracer un sentier d a n s la m o n t a g n e et de d r e s s e r u n e batterie s u r sa cime, a u g r a n d é t o n n e m e n t et à la confu­ sion des F r a n ç a i s qui se v i r e n t t o u t d ' u n coup salués par des b o n s c o u p s de c a n o n , d o n t il n ' y avait a u c u n qui ne portât, parce q u e le chevalier, par g r a n d e i m p r u d e n c e , avait fait faire de g r a n d s abatis d ' a r b r e s , à q u e l q u e cents pas à la r o n d e , a u t o u r d u fort de peur de s u r p r i s e , l e s q u e l s , s'ils e u s s e n t été laissés d e b o u t , e u s s e n t pu g a r a n t i r les assiégés d o n t ils a u r a i e n t d é r o b é la v u e a u x e n n e m i s . Les F r a n ­ çais, q u o i q u e u n peu d é c o n c e r t é s , n e p e r d i r e n t pas c o u r a g e . Ils travaillèrent au plus tôt à u n é p a u l e -


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

33

m e n t qui les mît à c o u v e r t d u feu des a s s i é g e a n t s . Mais ceux-ci firent aussitôt u n e nouvelle batterie à mi-côte de la m o n t a g n e , d'où ils battaient d ' u n b o u t à l'autre de l ' é p a u l e m e n t . M. de F o n t e n a i vit a l o r s sa perte inévitable s'il n ' e n c l o u a i t pas le c a n o n des e n n e m i s . Son frère s'offrit à faire le c o u p . Il partit à trois h e u r e s de nuit avec t r e n t e flibustiers q u i devaient ê t r e s o u t e n u s p a r a u t a n t d ' a u t r e s , mais un esclave é t a n t furtivement sorti d u fort alla d o n ­ ner avis a u x E s p a g n o l s de ce qui se passait et fit par là é c h o u e r l ' e n t r e p r i s e . Cela n ' e m p ê c h a pas q u e M. H o t m a n qui, à l'approche des b a t t e r i e s , s'aperçut bien qu'il était a t t e n d u , ne d o n n â t tête baissée s u r les e n n e m i s , mais ce fut avec p l u s de gloire q u e de s u c c è s , parce q u ' a y a n t affaire à t r o p forte partie, il fallut s o n g e r à la r e t r a i t e . Le peu de r é u s s i t e q u ' e u t cette sortie a c h e v a les F r a n ç a i s , d ' a u t a n t plus que les E s p a g n o l s , q u i c o n t i n u a i e n t t o u j o u r s à les presser v i v e m e n t , d r e s s è r e n t e n c o r e d ' a u t r e s b a t t e ­ ries q u i d o n n a i e n t de t o u t e s parts en flanc s u r e u x , en t u a n t b e a u c o u p et blessant la p l u p a r t des a u t r e s . Les h a b i t a n t s s'écrièrent alors en t u m u l t e qu'ils v o u l a i e n t se r e n d r e , et u n n o m m é Noël Bedel, plus h a r d i q u e les a u t r e s , en fut faire les propositions à M. de F o n t e n a i . — C o m m e n t , se r e n d r e , r e p a r t i t le chevalier t o u t en c o l è r e ; a h ! t r a î t r e , si j ' e n suis r é d u i t là, tu n ' e n seras pas t é m o i n ! Et il l u i d é c h a r g e a a u m ê m e i n s ­ t a n t s o n pistolet d a n s la tête. Les m u t i n s furent u n peu é t o n n é s d u c o u p , m a i s dès le l e n d e m a i n , la conspiration éclata t o u t de n o u ­ v e a u , c e p e n d a n t q u e les E s p a g n o l s , s ' e n n u y a n t e u x m ê m e s b e a u c o u p de la l o n g u e u r et de la difficulté 3


34

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d u siège, s o n g è r e n t tout de bon à le lever l o r s q u ' u n des conjurés s'étant évadé du fort fut les avertir de n e rien précipiter, q u e les assiégés n e p o u v a i e n t plus tenir l o n g t e m p s à cause de l e u r s dissensions, ce qui releva le c o u r a g e des e n n e m i s qui r e c o m m e n ­ c è r e n t à c a n o n n e r avec plus de furie q u ' a u p a r a v a n t . M. de F o n t e n a i fit u n e d e u x i è m e sortie, mais qui fut e n c o r e plus i n u t i l e que la p r e m i è r e , de sorte q u e se v o y a n t pressé au d e d a n s et a u d e h o r s , il n e s o n g e a p l u s q u ' à obtenir u n e capitulation h o n o r a b l e qui lui fut accordée telle qu'il la d e m a n d a . 11 sortit d u fort avec t o u t e s les m a r q u e s d ' h o n n e u r , e m m e n a n t avec lui dix esclaves n è g r e s qu'il avait. Il y eut q u e l q u e s a v e n t u r i e r s qui se scandalisèrent de ce qu'il n ' e û t pas t o u t perdu c o m m e e u x et qui o s è r e n t e n c o r e l'accuser de t r a h i s o n c o m m e a y a n t v e n d u son fort à prix d ' a r g e n t , mais sa l o n g u e et c o u r a g e u s e r é s i s ­ t a n c e et ce q u ' o n lui vit faire par la suite, le j u s t i ­ fient p l e i n e m e n t et le m e t t e n t à c o u v e r t de tout s o u p ­ çon. L ' o n était c o n v e n u , par un article de la capitula­ t i o n , q u e les F r a n ç a i s r e m e t t r a i e n t à flot deux navires, é c h o u é s d a n s le port, d a n s lesquels ils s ' e m b a r q u e ­ raient pour se r e t i r e r où ils le j u g e r a i e n t à p r o p o s , et ce fut à quoi ils s ' e m p l o y è r e n t , après qu'ils furent sortis du fort; mais c o m m e ils n ' a v a n ç a i e n t pas assez a u g r é d e s E s p a g n o l s , on les m e n a ç a de les passer t o u s a u fil de l'épée si, d a n s les trois j o u r s , ils n ' a m e n a i e n t pas l e u r o u v r a g e à la perfection. Ces m e n a c e s r e d o u b l è r e n t l e u r s efforts et ils se t r o u v è r e n t en état de m e t t r e à la voile a v a n t q u e le troisième j o u r fût expiré. Mais les E s p a g n o l s , p e n d a n t ce temps, avaient c h a n g é d'avis. L e u r g é n é r a l fit


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

35

réflexion q u ' a y a n t déjà r e n v o y é à S a i n t - D o m i n g u e les gros vaisseaux de son escadre et n e lui r e s t a n t plus q u e les b a r q u e s p o u r s'y r e n d r e , il p o u r r a i t être a t t a q u é s u r la r o u t e par les a v e n t u r i e r s s'il les laissait partir a v a n t lui. D a n s cette a p p r é h e n s i o n , il leur d e m a n d a des otages et M. de F o n t e n a i ne p u t se dispenser de lui d o n n e r son frère. L ' E s p a g n o l n e se c r u t pas e n c o r e assez e n sûreté s'il ne partait l u i m ê m e en p r e m i e r . Il le fit, e m m e n a n t avec lui son otage, a p r è s qu'il e u t laissé d a n s le port ce qu'il fallait de m o n d e p o u r le g a r d e r . E t a n t arrivé à SaintD o m i n g u e , où il fut r e ç u en t r i o m p h e c o m m e s'il eût été de r e t o u r de la c o n q u ê t e d ' u n r o y a u m e entier, il r e n v o y a M. H o t m a n à la T o r t u e d'où à son a r r i v é e les F r a n ç a i s e u r e n t la permission de partir. Thibault et Martin e n t r è r e n t , en qualité de capi­ taines, d a n s l'un des d e u x vaisseaux avec u n e partie des habitants et le peu de femmes et d'enfants qu'il y avait a l o r s d a n s l'île. Après avoir l o n g t e m p s battu les m e r s sans t r o p savoir où ils allaient, ni où ils voulaient aller, ils se décidèrent de tirer s u r le c o n t i ­ n e n t à dessein d'y croiser s u r les E s p a g n o l s l o r s ­ qu'ils seraient r e m o n t é s d ' u n b â t i m e n t à la place du leur qui p r e n a i t eau de t o u t e s p a r t s . Mais ces â m e s s a n g u i n a i r e s s o u t i n r e n t e n c o r e e n cette occasion leur c a r a c t è r e , ils n e r e t i n r e n t avec e u x q u e les h o m m e s les plus sains et les plus r o b u s t e s , et d é b a r ­ q u è r e n t les a u t r e s c o m m e m e u b l e s inutiles avec les femmes et les enfants, s u r deux petites îles désertes q u ' o n appelle les C a ï m a n s , situées à t r e n t e ou q u a ­ r a n t e lieues de la J a m a ï q u e , a u d a n g e r inévitable de m o u r i r de faim et de m i s è r e , ce qui serait a r r i v é s a n s u n vaisseau hollandais qui s u r g i t par hasard et


36

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

les a y a n t pris d a n s son bord les conduisit d a n s les Petites-Antilles. Il y a a p p a r e n c e que la m e s u r e de Martin et de T h i b a u l t se t r o u v a pleine a p r è s cette d e r n i è r e et infâme d é m a r c h e , et que la m a i n d u T o u t - P u i s s a n t n e t a r d a pas à s'appesantir s u r e u x . G o m m e on n'en eut plus de n o u v e l l e s , on a t o u j o u r s c r u qu'ils avaient s o m b r é en m e r o u é c h o u é s u r q u e l q u e côte d é s e r t e , ou habitée s e u l e m e n t par des s a u v a g e s qui les a u r a i e n t d é v o r é s . Le chevalier de F o n t e n a i et son frère H o t m a n , a v e c la plus g r a n d e partie des h a b i t a n t s , e u r e n t en p a r t a g e l ' a u t r e vaisseau qu'ils c o n d u i s i r e n t à P o r t - M a r g o p o u r le r a d o u b e r et p o u r délibérer à loisir s u r le parti qu'il y a u r a i t d é s o r m a i s à p r e n d r e pour e u x . Ils y t r o u v è r e n t h e u r e u s e m e n t u n vaisseau h o l l a n ­ dais qui venait, selon la c o u t u m e de cette n a t i o n , négocier a v e c les a v e n t u r i e r s . L e capitaine eut pitié de c e u x - c i et les aida à r e m e t t r e l e u r b â t i m e n t en état de tenir la m e r . Il l e u r d o n n a p o u r cet effet u n m â t , des voiles et des provisions, c o m p t a n t q u e l e u r dessein était de r e g a g n e r la F r a n c e ; m a i s ce n'était n u l l e m e n t l'intention des d e u x illustres frères. Dès qu'ils se v i r e n t r e m o n t é s , ils s o n g è r e n t t o u t de bon a r e t o u r n e r à la T o r t u e et à la r e p r e n d r e s u r les E s p a g n o l s . Q u o i q u ' u n pareil projet ne pût g u è r e p a r a î t r e q u e c h i m é r i q u e , eu égard à l'état où ils se t r o u v a i e n t c e p e n d a n t , o u t r e t o u t l e u r é q u i p a g e qui fut du m ê m e avis, q u e l q u e s b o u c a n i e r s , qui étaient en g r a n d n o m b r e a u P o r t - M a r g o , se m i r e n t de la partie et s ' e n g a g è r e n t par s e r m e n t à la suite des d e u x chevaliers.


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

37

Avec ce secours ils firent r o u t e s u r la T o r t u e o ù , ayant mis à t e r r e , ils m a r c h è r e n t s u r le v e n t r e des E s p a g n o l s qui v o u l u r e n t s'opposer à la d e s c e n t e . Puis, c o n t i n u a n t à pousser l e u r pointe, ils se m i r e n t a u x t r o u s s e s des fuyards qui se r e t i r a i e n t v e r s le fort et d o n t ils firent u n g r a n d c a r n a g e . Ils n e se proposaient rien m o i n s q u e d ' e n t r e r p ê l e - m ê l e avec les a u t r e s d a n s la forteresse, l o r s q u ' i l s furent a r r ê t é s tout e o u r t par u n e e m b u s c a d e où ils allaient d o n n e r sans u n chien qui avait pris le d e v a n t et qui, a y a n t éventé les E s p a g n o l s , se mit à a b o y e r . Q u o i q u e le chevalier de F o n t e n a i y fût u n peu e n g a g é , il s u t se démêler a d r o i t e m e n t , il fit m ê m e en se r e t i r a n t u n e d é c h a r g e si à propos s u r e u x , qu'il les obligea de se r e t i r e r a u plus vite v e r s le fort où il les suivit du m ê m e pas. Les E s p a g n o l s , qui de s u r l e u r r e m ­ part s ' a p e r ç u r e n t de sa précipitation, ne d o u t è r e n t pas q u e les F r a n ç a i s , s u i v a n t toujours l e u r génie bouillant et i m p é t u e u x , ne fussent se désaltérer à la fontaine qui coule au pied de la r o c h e et ils se p r é ­ p a r è r e n t à d o n n e r s u r eux d a n s ce m o m e n t ; mais le chevalier, a y a n t p r é v u ce qui p o u r r a i t a r r i v e r , e u t soin de tenir la moitié de son m o n d e sous les a r m e s tandis q u e l ' a u t r e se rafraîchissait. L e s E s p a g n o l s fondirent sur eux c o m m e ils l'avaient projeté, mais à l e u r p r o p r e m a l h e u r , en ce qu'ils furent si bien reçus qu'ils laissèrent q u a r a n t e h o m m e s des l e u r s sur le c a r r e a u . L e s a u t r e s , s'étant réfugiés d a n s le fort, e u r e n t à peine le t e m p s d'en fermer les p o r t e s et d ' e m p ê c h e r les F r a n ç a i s de les y s u i v r e . De si h e u r e u x c o m m e n c e m e n t s s e m b l a i e n t tout p r o m e t t r e , mais ce n'était pas là le plus difficile. Il s'agissait de se r e n d r e m a î t r e s d ' u n e forteresse


38

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

défendue par plusieurs batteries de c a n o n s sans en avoir a u c u n . E n e û t - o n eu, il n ' y avait nulle a p p a r e n c e de les pouvoir élever s u r la m o n t a g n e parce q u e les E s p a ­ g n o l s y avaient c o n s e r v é l e u r s batteries. Ce fut cela m ê m e qui d o n n a de b o n n e s e s p é r a n c e s a u chevalier. Il se p e r s u a d a q u e s'il pouvait s ' e m ­ p a r e r d u c a n o n de la m o n t a g n e q u e les E s p a g n o l s n ' a v a i e n t r e n f e r m é q u e d a n s u n e espèce de réduit de gros t r o n c s d ' a r b r e s , il lui serait e n s u i t e aisé de les p r e n d r e c o m m e il avait été pris. D a n s ce dessein, il a t t a q u a d o n c b r u s q u e m e n t le r é d u i t en plein midi, et, l ' a y a n t e m p o r t é d'assaut, il fit main basse s u r c i n q u a n t e h o m m e s qui le défen­ daient. Il fit à l'instant pointer le c a n o n s u r le fort et il allait d a n s peu l ' e m p o r t e r sans u n s e c o u r s de d e u x cents h o m m e s qui vint de la g r a n d e île a u x assiégés, ou s'il eût eu assez de p o u d r e p o u r c o n t i ­ n u e r le siège. Ce fut p o u r lui u n e nécessité de le l e v e r , ce qu'il fit en se r e m b a r q u a n t et en r e t o u r n a n t à P o r t - M a r g o où u n e partie de ses gens r e s t è r e n t et r e p r i r e n t l e u r vie de flibustiers et de b o u c a n i e r s . P o u r lui, ne j u g e a n t pas q u e la T o r t u e p û t se r e p r e n d r e de sitôt, ni l'établissement des F r a n ç a i s à la G r a n d e - A n c e se s o u t e n i r d é s o r m a i s , il r e p r i t la r o u l e de F r a n c e avec ceux qui le v o u l u r e n t s u i v r e ; mais c o m m e son b â t i m e n t était tout criblé et faisait b e a u c o u p d'eau, il put à peine le c o n d u i r e j u s q u ' a u x Açores où il l ' é c h o u a . De là il r e p a s s a en F r a n c e où il est m o r t . Les F r a n ç a i s furent e n s u i t e l o n g t e m p s sans rien e n t r e p r e n d r e s u r la T o r t u e . Les b o u c a n i e r s qui


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

39

étaient r e s t é s m i r e n t t o u s l e u r s soins à se g a r d e r e u x - m ê m e s des E s p a g n o l s et, p o u r cela, ils établirent leurs b o u c a n s d a n s les lieux les plus éloignés d ' e u x . Ceux qui avaient été h a b i t a n t s et qui v o u l u r e n t c o n ­ tinuer le m ê m e g e n r e de vie, se r e t i r è r e n t à l a G r a n d e - A n c e où ils perfectionnèrent et m u l t i p l i è r e n t le peu d ' é t a b l i s s e m e n t s qu'il y avait mais n o n pas s a n s recevoir, de t e m p s en t e m p s , de r u d e s a t t a q u e s de la part des E s p a g n o l s . P o u r ce qui est des flibustiers, c o m m e ils ne d e m a n d a i e n t q u ' u n e r e t r a i t e où ils p u s s e n t en t o u t e s û r e t é réfugier l e u r b u t i n , n e la t r o u v a n t plus p a r m i leur n a t i o n , ils furent la c h e r c h e r à la J a m a ï q u e , p a r m i les Anglais à qui ils ne s e r v i r o n t pas peu pour l e u r a s s u r e r la possession entière de t o u t e l'île qui passa alors a u pouvoir de cette nation de cette m a n i è r e (1655). Le t y r a n C r o m w e l l d o m i n a i t en ce t e m p s - l à en A n g l e t e r r e sous le n o m spécieux de protecteur de la nation ; v o u l a n t a p p a r e m m e n t lu d o n n e r des m a r q u e s de son zèle, il lit travailler à u n gros a r m e m e n t d a n s la v u e de s ' e m p a r e r de q u e l q u e nouvelle île ou place considérable d a n s le N o u v e a u - M o n d e q u o i q u e les Anglais fussent alors en paix avec tous l e u r s voisins. Cet a r m e m e n t était c o m p o s é de soixante voiles s u r lesquelles il y avait dix mille h o m m e s de d é b a r q u e ­ m e n t c o m m a n d é s par l ' a m i r a l P e n . Cette flotte passa a u t r a v e r s des Petites-Antilles sans s'y a r r ê t e r et fut a b o r d e r à S a i n t - C h r i s t o p h e où M. de P o i n c y c o m ­ m a n d a i t toujours p o u r la F r a n c e . P e n lui d e m a n d a la permission de passer par le quartier français p o u r se r e n d r e a u x habitations anglaises de la m ê m e île, ce q u e n o t r e g é n é r a l n'osa


40

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

lui refuser, se r a s s u r a n t s u r la paix. Mais pour faire en m ê m e t e m p s b o n n e c o n t e n a n c e et m o n t r e de ses forces a u delà de ce qu'il avait, il fit r a n g e r t o u t e s les milices e n haie c o m m e p o u r faire h o n n e u r à l'amiral anglais ; mais à m e s u r e q u e celui-ci passait, il l e u r avait o r d o n n é de quitter l e u r s r a n g s et d'aller par u n c h e m i n d é t o u r n é se poster à l ' a u t r e b o u t , de sorte q u e de cette façon, elles firent u n e très l o n g u e file q u i d o n n a à l'Anglais u n e idée très a v a n t a g e u s e de nos forces p r é t e n d u e s . L ' o n n'a j a m a i s cru p o u r t a n t q u e P e n eût des v u e s s u r n o t r e colonie de S a i n t - C h r i s t o p h e , au c o n t r a i r e il r e n o u v e l a les c o n v e n t i o n s passées e n t r e ces d e u x n a t i o n s p o u r les limites établies e n t r e elles s u r cette île. Quoi qu'il en soit, a p r è s s'y ê t r e rafraîchi p e n d a n t q u e l q u e s j o u r s , il fut fondre s u r la ville de SaintD o m i n g u e où il p a r u t q u e son principal dessein le conduisait. Mais les E s p a g n o l s s'y défendirent si f e r m e m e n t qu'ils lui c o u l è r e n t bas p l u s i e u r s de ses v a i s s e a u x , t u è r e n t d e u x mille h o m m e s de ceux qui avaient été mis à t e r r e et obligèrent les a u t r e s à se r e m b a r q u e r en d é s o r d r e . Cette ville a depuis toujours s o l e n n i s é cette v i c ­ toire par u n e fête q u ' o n y fait t o u s les a n s . Après cet échec, les Anglais, ne v o u l a n t pas s'en r e t o u r n e r sans rien faire p o u r ne pas p e r d r e le fruit d ' u n si gros a r m e m e n t , furent t o m b e r s u r la J a m a ï q u e d o n t ils étaient déjà m a î t r e s en partie et qu'ils e n l e ­ v è r e n t e n t i è r e m e n t , a y a n t été secondés par les flibus­ tiers de l ' u n e et l ' a u t r e n a t i o n . C e p e n d a n t , les E s p a g n o l s de la J a m a ï q u e étaient m o i n s assujettis q u e d o m p t é s ; ils n ' a v a i e n t fait


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

41

q u ' a b a n d o n n e r l e u r s b o u r g a d e s p o u r se r e t i r e r d a n s les m o n t a g n e s d'où ils m e n a ç a i e n t c h a q u e j o u r de d e s ­ cendre et de r e n t r e r clans l e u r s a n c i e n n e s d e m e u r e s . Il n'y avait q u e les b o u c a n i e r s qui fussent capables de les déloger de l e u r s t a n i è r e s et les Anglais n ' e n avaient a u c u n . Ils e u r e n t le secret de m e t t r e à prix les tètes des E s p a g n o l s , ce qu'ils lirent savoir a u x boucaniers français de S a i n t - D o m i n g u e , d o n t p l u ­ sieurs n e m a n q u è r e n t pas, par la haine qu'ils p o r ­ taient à cette n a t i o n , de se r e n d r e a u plus tôt à la J a m a ï q u e . L'avarice en conduisit d ' a u t r e s . Ils s'acquittèrent t o u s si bien de l e u r c o m m i s s i o n , q u ' a p r è s avoir d é t r u i t u n e partie des E s p a g n o l s , ils obligèrent l ' a u t r e à. se r e n d r e à composition et à évacuer l'île. Mais il était t e m p s q u e nos b o u c a n i e r s , a p r è s avoir travaillé p o u r u n e nation é t r a n g è r e , r e t o u r n a s s e n t au service de la l e u r et lui aidassent à se r e m e t t r e en possession de la T o r t u e , ce qui n ' a r r i v a toutefois q u e cinq ans après la r é d u c t i o n de la J a m a ï q u e p a r l'amiral P e n . Il y avait six a n s q u e la T o r t u e était a u x m a i n s des E s p a g n o l s sans que M. de P o i n c y , qui vivait e n c o r e , e û t formé le m o i n d r e dessein p o u r en t e n t e r la r e p r i s e . Il m o u r u t cette a n n é e - l à à S a i n t - C h r i s ­ tophe a p r è s avoir parfaitement bien s o u t e n u la gloire de la F r a n c e d a n s le N o u v e a u - M o n d e où cette c o u r o n n e lui doit, après M. d ' E n a m b u c , les é t a b l i s ­ s e m e n t s qu'elle a m a i n t e n a n t d a n s les P e t i t e s Antilles. Je ne sais si le S e i g n e u r n'avait permis q u e la T o r t u e fût enlevée par les E s p a g n o l s q u e p o u r con­ fondre la m a u v a i s e politique de ce g é n é r a l , qui s'en


HISTOIRE

42

DE

SAINT-DOMINGUE

était e m p a r é u n e p r e m i è r e fois a u préjudice de la vraie r e l i g i o n ; d u m o i n s il p a r u t q u e sa m o r t fut c o m m e l'époque du r e t o u r de n o t r e nation s u r cette île. Elle s'y est depuis toujours m a i n t e n u e et e n a fait le fondement de ses a u t r e s colonies d a n s l'île de Saint-Domingue. Voici c o m m e n t cette nouvelle r é v o l u t i o n a r r i v a . L e s nouvelles de la m o r t de M. de P o i n c y étant p a r v e n u e s en F r a n c e , u n g e n t i l h o m m e p é r i g o u r d i n , n o m m é du Rossey, prit le parti de r e t o u r n e r a u x îles où il avait eu autrefois q u e l q u e c o m m a n d e m e n t , dans celle de S a i n t - C h r i s t o p h e , en qualité de lieu­ tenant et m ê m e , selon d ' a u t r e s , d'associé de M. d ' E n a m b u c . D a n s l'expédition que F r é d é r i c de Tolède lit, c o m m e n o u s l'avons v u , c o n t r e cette île, du Rossey, qui c o m m a n d a i t d a n s le q u a r t i e r où les E s p a g n o l s firent l e u r d e s c e n t e , les avait laissé m e t t r e à t e r r e sans s'y opposer, et puis, les v o y a n t d e s c e n d u s , il avait crié le p r e m i e r « s a u v e - q u i p e u t », et s'était sauvé effectivement jusque dans le q u a r t i e r où était M. d ' E n a m b u c , qui n'avait pu le r a s s u r e r , ni l'obliger à t o u r n e r tête d e v a n t l ' e n n e m i . Il avait e n c o r e poussé sa lâcheté plus loin. Après q u e la colonie française e û t été e m b a r q u é e , a u lieu d'imiter M. d ' E n a m b u c qui n'avait fait q u e se r e t i r e r d a n s u n e île voisine, d'où il était e n s u i t e r e t o u r n é à Saint-Christophe, ce lâche d u Rossey avait pris voile p o u r la F r a n c e , avec u n e partie de la colonie. A son a r r i v é e à P a r i s M. le c a r d i n a l de Richelieu l'avait fait m e t t r e à la B a s t i d e , où il était d e m e u r é 1

1. La B a s t i l l e .


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

43

plusieurs a n n é e s à faire, c o m m e l'on va voir, des réflexions salutaires p o u r son h o n n e u r . Après qu'il fut sorti de prison, il n'avait osé s u i v r e le p e n c h a n t qui le portait à r e t o u r n e r a u x îles, parce q u e M. de P o i n c y qui n ' a v a i t rien t a n t en aversion q u e les l â c h e s , lui e û t p r o b a b l e m e n t fait un m a u v a i s parti. L a m o r t de ce g é n é r a l le tira d ' i n q u i é t u d e . Il n'osa c e p e n d a n t , ou n e v o u l u t pas r e t o u r n e r à S a i n t - C h r i s t o p h e , soit qu'il n e vît pas qu'il p û t y t r o u v e r m a t i è r e à q u e l q u e belle action qu'il se p r o p o s a i t p o u r b u t de son v o y a g e , ou qu'il crût q u e rien n e p o u r r a i t effacer j a m a i s la h o n t e et l'infamie d o n t il s'était c o u v e r t à la face de t o u t e cette île. L a T o r t u e , qu'il savait depuis des a n n é e s a u p o u ­ voir des E s p a g n o l s , lui p a r u t plus p r o p r e à son d e s ­ sein. Il se p e r s u a d a q u e s'il pouvait la r e p r e n d r e s u r e u x , n o n s e u l e m e n t il r é p a r e r a i t a v a n t a g e u s e m e n t le passé mais e n c o r e qu'il i m m o r t a l i s e r a i t s o n n o m par u n e c o n q u ê t e de cette n a t u r e , qui l u i v a u d r a i t p o u r le m o i n s le G o u v e r n e m e n t de ladite île. 11 n'ignorait pas quels g e n s c'était q u e les b o u c a n i e r s , toujours restés en très g r a n d n o m b r e à SaintD o m i n g u e , ni l'usage que l'on pouvait en faire si l'on mettait à l e u r tète un chef e n t e n d u et e x p é r i ­ m e n t é . Il c r u t être l ' h o m m e q u e le ciel avait destiné p o u r cela et il n e d o u t a n u l l e m e n t q u e s'il allait l e u r offrir ses services ils n e le choisissent p o u r l e u r général. Sa naissance, son g r a n d â g e , et les liaisons qu'il avait e u e s autrefois avec q u e l q u e s - u n s d ' e n t r e e u x à Saint-Christophe, le r e n d a i e n t digne de cette p r é é m i ­ n e n c e . Dans cette r é s o l u t i o n , il partit p o u r la T o r t u e


44

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d a n s u n vaisseau q u i allait négocier les cuirs avec les boucaniers et fut m o u i l l e r l'ancre a u P o r t - M a r g o , où était le g r a n d r e n d e z - v o u s de ceux-ci. E n faveur de l e u r a n c i e n n e c o n n a i s s a n c e , ils le r e ç u r e n t parfai­ t e m e n t bien. Du Rossey de son côté savait c o m m e n t il faut p r e n d r e ces sortes de g e n s : il les régala a b o n ­ d a m m e n t de vin et d'eau-de-vie, et ce fut a u milieu de ces réjouissances qui d u r è r e n t p l u s i e u r s j o u r s qu'il l e u r lit part de ses d e s s e i n s . Les b o u c a n i e r s , qui ne d e m a n d a i e n t pas m i e u x q u e de se rétablir d a n s l e u r s a n c i e n n e s possessions, e n t r è r e n t d a n s t o u t e s ses v u e s et s'offrirent à le s u i v r e p a r t o u t où il les c o n d u i r a i t . Ils le p r o m i r e n t m ê m e avec s e r m e n t d a n s la c h a l e u r d u vin qui les animait. Il a s s e m b l a de cette façon j u s q u ' à trois ou q u a t r e cents h o m m e s avec lesquels il s ' e m b a r q u a sans plus t a r d e r d a n s des c a n o t s et il fut m o u i l l e r a u P o r t - d e P a i x , afin d'aviser de plus près a u m o y e n d ' e n t a m e r et de m e n e r à b o n n e fin cette g r a n d e affaire. L'on convint q u e cent h o m m e s iraient d e s c e n d r e à la s o u r d i n e s u r la côte nord de la T o r t u e et se t i e n ­ d r a i e n t cachés j u s q u ' à l'approche de la n u i t . Ils t e n ­ teraient ensuite de s u r p r e n d r e les E s p a g n o l s postés s u r le h a u t de la m o n t a g n e qui c o m m a n d a i t le p o r t de la Roche. P e n d a n t ce t e m p s , les a u t r e s m e t t r a i e n t à t e r r e s u r la côte s u d et investiraient le fort de ce côté-là. Ceux qui furent choisis p o u r d e s c e n d r e a u n o r d partirent les p r e m i e r s et, a p r è s avoir franchi mille précipices par où h o m m e qui vive n'était e n c o r e passé, ils t o m b è r e n t à la pointe du j o u r s u r les E s p a g n o l s qui, pris a u d é p o u r v u , y p e r d i r e n t p r e s q u e tous la vie. Ceux qui étaient r e s t é s d a n s le fort


M. DE FONTENAI

REPREND

LA

TORTUE

45

c r u r e n t q u e l e u r s g e n s se battaient e n t r e e u x , et c o u r u r e n t p o u r y m e t t r e o r d r e , ce qui fut o b s e r v é par les b o u c a n i e r s qui étaient d e s c e n d u s a u s u d . Sans ê t r e a p e r ç u s ils se glissèrent e n t r e le fort et les E s p a g n o l s qui étaient sortis, les e m p ê c h è r e n t p a r là d'y r e n t r e r et les forcèrent de se r e n d r e à discré­ tion. L e fort, où a p r è s ces pertes il ne restait pas assez de m o n d e p o u r le défendre, se rendit le m ê m e j o u r a p r è s q u ' o n e u t permis à ceux qui y étaient de se r e t i r e r la vie s a u v e avec les p r i s o n n i e r s q u ' o n y avait faits. Ce fut ainsi q u ' e n peu d ' h e u r e s un peu d'industrie s o u m i t a u x a v e n t u r i e r s cette place q u e d'autres q u ' e u x n ' a u r a i e n t p u r é d u i r e q u e par u n siège d a n s les formes. M. d u Rossey, après ce succès p r e s q u e i n e s p é r é , s'appliqua à m i e u x g a r d e r la T o r t u e q u ' o n n'avait fait a u p a r a v a n t . 11 réussit si bien q u e les E s p a g n o l s ne firent p l u s m i n e depuis d'en r e n o u v e l e r l ' a t t a q u e , e n n u y é s p e u t - ê t r e de ces fréquentes reprises et des grosses dépenses qu'il leur fallait faire pour e n t r e ­ tenir la g a r n i s o n , sans que cette t e r r e produisit rien au d o m a i n e de Sa Majesté C a t h o l i q u e . La t e r r e a y a n t ainsi c h a n g é de m a î t r e s fut i n c o n ­ tinent r e m p l i e d'habitants qui y a b o r d è r e n t de t o u t e s p a r t s . Ils se s o u m i r e n t par provision à M. d u Rossey j u s q u ' à ce q u e le Roi l'eût p o u r v u de ce g o u v e r ­ n e m e n t , mais il n e put j a m a i s l'obtenir sans q u ' o n sache p o u r q u o i , sinon q u e la belle action qu'il venait de faire n'avait pas e n c o r e effacé le s o u v e n i r de ses fautes passées. Se c r o y a n t m a l servi de ses a m i s , il fut l u i - m ê m e en F r a n c e o ù ses p o u r s u i t e s furent é g a l e m e n t inutiles, de sorte q u ' a p r è s s'être v u r é d u i t à u n e e x t r ê m e p a u v r e t é il n ' e u t pas d ' a u t r e


46

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

r e s s o u r c e dans son m a l h e u r , q u e de r e v e n i r , après six ou sept a n n é e s , m e n d i e r en q u e l q u e sorte son pain à la T o r t u e où il est m o r t d a n s la m a i s o n d ' a u t r u i (1662). P e n d a n t son a b s e n c e il avait établi M. de la Place, son n e v e u , p o u r g o u v e r n e r la colonie. C o m m e la Cour tardait à n o m m e r à ce g o u v e r n e m e n t il y r e s t a assez l o n g t e m p s p o u r faire c o n n a î t r e q u e p e r s o n n e n ' e n était plus digne q u e lui si c'était u n e nécessité q u e son oncle en fût exclu. Il rendit t o u j o u r s la justice avec b e a u c o u p d ' i n t é ­ grité et de d é s i n t é r e s s e m e n t , à la satisfaction de t o u s les différents corps d ' a v e n t u r i e r s qui l'aimaient et le c r a i g n a i e n t c o m m e l e u r c o m m u n p è r e . C'est de son t e m p s q u e l'on c o m m e n ç a à s'établir s u r la côte n o r d de S a i n t - D o m i n g u e et l u i - m ê m e en d o n n a l ' e x e m p l e en y faisant défricher u n e habitation a u P o r t - d e - P a i x . Mais ce qui c o m m e n ç a à d o n n e r u n n o u v e a u l u s t r e à cette colonie n a i s s a n t e fut u n e prise d e n è g r e s q u e les flibustiers firent s u r les E s p a g n o l s , et qu'ils c o n d u i s i r e n t à la T o r t u e , où l'on ne c o n n a i s ­ sait g u è r e e n c o r e cette sorte d'esclaves, q u o i q u ' o n y e n e û t déjà fait glisser q u e l q u e s - u n s , d u t e m p s de M. L e v a s s e u r et de M. de F o n t e n a i . Les e n g a g é s c o n t i n u è r e n t e n c o r e fort l o n g t e m p s à y ê t r e plus en v o g u e et il s'est v u des particuliers qui en avaient j u s q u ' à d e u x et trois c e n t s ; mais enfin, par l'arrivée de ces n è g r e s , la colonie se t r o u v a c o m ­ posée d ' u n c i n q u i è m e corps qui, p o u r être le plus vil, n e laisse pas d'être en soi très considérable, puisqu'il est a u j o u r d ' h u i trois fois plus n o m b r e u x q u e t o u s les a u t r e s r é u n i s et q u ' u n h o m m e n'est ici estimé riche et o p u l e n t que par le n o m b r e de ses


M. DE FONTENAI

REPREND

LA TORTUE

47

noirs, l a t e r r e étant e n c o r e à la discrétion de ceux qui en d e m a n d e n t des concessions a u x g o u v e r n e u r s qui la d o n n e n t gratis et sans a u c u n e r e d e v a n c e ou servitude.


IV LES BOUCANIERS ET LA LUTTE CONTRE LES ESPAGNOLS

Ce qui se passa de plus singulier s o u s ce g o u v e r ­ n e m e n t est e n c o r e ce qui r e g a r d e les b o u c a n i e r s . Ils se t r o u v è r e n t en ce t e m p s - l à a u plus h a u t p o i n t d'élévation où on les ait e n c o r e v u s , tant à raison de l e u r n o m b r e qui n'avait j a m a i s été si g r a n d , (on l'esti­ m a i t à trois mille), qu'à c a u s e des c o m b a t s qu'ils e u r e n t à s o u t e n i r c o n t r e les E s p a g n o l s a u x q u e l s ils furent a l o r s plus en b u t t e qu'ils n ' a v a i e n t j a m a i s été par le passé ni qu'ils n e furent j a m a i s d e p u i s . L e s E s p a g n o l s en effet les r e g a r d a i e n t c o m m e le b o u l e ­ v a r d des colonies françaises et c o m m e le principal f o n d e m e n t s u r qui p o r t a i e n t les é t a b l i s s e m e n t s de la T o r t u e et de S a i n t - D o m i n g u e ; ils ne d o u t è r e n t pas q u e s'ils v e n a i e n t à bout d ' e x t e r m i n e r ces b o u c a ­ n i e r s , ils ne r u i n a s s e n t du m ê m e coup t o u s les p r o ­ j e t s de la F r a n c e d a n s ces d e u x îles. Mais a v a n t q u e d ' e n t r e r d a n s le détail de ce qui se fit de part et


LES

49

BOUCANIERS

d ' a u t r e , l'on m e s a u r a p e u t - ê t r e b o n g r é q u e j e fasse u n p e u m i e u x c o n n a î t r e quel g e n r e d ' h o m m e s c'étaient q u e les b o u c a n i e r s , d a n s quels e n d r o i t s étaient l e u r s principaux b o u c a n s , quelle était l e u r m a n i è r e de vivre, de se vêtir, de se loger, de s ' a r m e r et de faire la g u e r r e , T o u t en g é n é r a l était singulier d a n s ces g e n s - l à et l e u r h a b i l l e m e n t en particulier ne l'était pas m o i n s que l e u r n o m . Il n e consistait q u ' e n u n e c h e m i s e tout i m b u e et c o m m e poissée du s a n g des a n i m a u x qu'ils t u a i e n t et d ' u n caleçon, e n c o r e plus c r a s s e u x et t o u t ouVert par en bas en forme de j u p e ou de ç a n d a l e . Ils se ceignaient, de p l u s , les r e i n s avec u n e c o u r r o i e qui servait à s o u t e n i r u n e gaine c o n ­ t e n a n t q u e l q u e s c o u t e a u x flamands avec u n e espèce de sabre fort, c o u r a m m e n t appelé par e u x « m a n ­ chette », à l'imitation des E s p a g n o l s de qui ils avaient e m p r u n t é cet i n s t r u m e n t . Ils n e p o r t a i e n t s u r la tête q u ' u n cul de c h a p e a u où il restait s e u l e m e n t u n bord s u r le d e v a n t c o m m e a u x Caripoux et l e u r s s o u ­ liers s'appelaient « souliers de cochon » p o u r n ' ê t r e faits q u e de peau de ces a n i m a u x . L e u r s fusils étaient d'un plus gros calibre q u e ceux o r d i n a i r e s , le c a n o n avait e n v i r o n 4 pieds et d e m i de l o n g u e u r et tirait les balles de seize à la livre. 1

2

C'est de l e u r n o m q u e ces sortes d ' a r m e s ont été appelées « b o u c a n i è r e s », p o u r les d i s t i n g u e r des « giboyères », q u i n ' o n t pas tant de p o r t é e . Ils a v a i e n t à l e u r suite q u e l q u e s e n g a g é s , les u n s 1. C'est e n c o r e a u j o u r d ' h u i le n o m d o n n é a u x j u p e s p o r t é e s par les mulâtresses. 2 I n s t r u m e n t s e r v a n t à c o u p e r l e s c a n n e s à s u c r e ; on dit p l u t ô t « m a c h e t t e ».

4


50

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

plus, les a u t r e s m o i n s , c h a c u n selon les m o y e n s qu'il avait d'en a c h e t e r , et o u t r e cela u n e m e u t e de vingt à t r e n t e c h i e n s , p a r m i lesquels il y avait t o u ­ j o u r s un « brac » ou « v e n t e u r » qui p r e n a n t le devant et m a r c h a n t s u r la piste des a n i m a u x , c o n d u i ­ sait les a u t r e s j u s q u ' à l e u r gîte. L e u r s principaux b o u c a n s étaient d a n s la p r e s ­ qu'île de S a m a n a , d a n s u n e petite île qui est au milieu d u port de Baiaha, a u P o r t - M a r g o , d a n s la S a v a n e b r û l é e , vers l ' e m b a r c a d è r e de Mirbalet, et au fond de l ' I l l e - à - V a c h e . Ils habitaient s o u s des espèces de b a r a q u e s qu'ils n o m m a i e n t à l'imitation des I n d i e n s « ajoupas ». Ces petites loges q u ' o n pouvait faire à la hâte et p r e s q u e sans travail étaient fort à l e u r g o û t , parce q u ' e n les m e t t a n t suffisamment à c o u v e r t de la pluie, elles les laissaient exposés a u v e n t , qui en t o u t t e m p s fait a u t a n t de plaisir ici qu'il est s o u v e n t fâcheux et i n c o m m o d e d a n s les pays s e p t e n t r i o n a u x . C o m m e famille, les b o u c a n i e r s n ' a v a i e n t ni f e m m e s , ni e n f a n t s , ni a u c u n e sorte d'héritier, c h a ­ c u n d ' e u x s'associait d'ordinaire avec u n de ses c a m a r a d e s , t a n t p o u r avoir u n aide d a n s les besoins de la vie q u e p o u r être assisté q u a n d il serait m a l a d e . Ils vivaient e n s e m b l e , en c o m m u n a u t é de b i e n s , et le d e r n i e r vivant e m p o r t a i t t o u t . Ils appelaient cela « s'amateloter » ils se traitaient en c o n s é q u e n c e de m a t e l o t s et de là vient q u ' o n d o n n e e n c o r e v u l g a i ­ r e m e n t d a n s l'île le n o m de « m a t e l o t a g e » à t o u t e société q u e p l u s i e u r s p e r s o n n e s font e n s e m b l e , p o u r faire valoir en c o m m u n l e u r s i n t é r ê t s . Ils en usaient les u n s avec les a u t r e s avec b e a u ­ c o u p de d r o i t u r e , de familiarité et de franchise.


LES

BOUCANIERS

51

C'était u n c r i m e capital p a r m i e u x q u e de tenir r i e n sous clé, c o m m e c'en était u n a u t r e , qu'ils p u n i s s a i e n t par un entier r e t r a n c h e m e n t de l e u r corps, q u e de dérober la m o i n d r e b a g a t e l l e , mais il était p e r m i s à chacun de s ' a c c o m m o d e r sans façon d a n s le coffre d'autrui de ce qu'il t r o u v a i t à sa b i e n s é a n c e , p o u r v u s e u l e m e n t , qu'il en prévînt le p r o p r i é t a i r e qui n e pouvait avoir à r e d i r e - s a n s passer p o u r infâme, à lui permis s e u l e m e n t , d'user de représailles e n v e r s q u i que ce fût en pareille occasion. Ils vivaient ainsi en b o n n e intelligence n ' y a y a n t point de m i e n et de tien qui les t r o u b l â t . Ils avaient cependant, q u o i q u e très r a r e m e n t , de l é g e r s d é m ê ­ lés. L e u r m a n i è r e de se m e n a c e r d a n s ces occasions était telle : « P r e n d s g a r d e , m a t e l o t , j e te c o u l e r a i un plomb », m a i s l e u r s a m i s c o m m u n s les r a c c o m ­ modaient bientôt, et sans peine ils les e m p ê c h a i e n t d'en v e n i r à de fâcheuses e x t r é m i t é s . Ils se réglaient selon u n e certaine c o u t u m e , q u i n'était q u ' u n c o m p o s é de bizarres lois, qu'ils s'étaient faites e n t r e e u x . L e plus habile j u r i s c o n s u l t e e û t entrepris en vain d'en r e d r e s s e r ou r é f o r m e r q u e l ­ q u e s - u n e s c o n f o r m é m e n t a u code ou au digeste. Ils r é p o n d a i e n t froidement à tout ce q u ' o n pouvait dire au c o n t r a i r e : « Ce n'est point là la c o u t u m e de la Côte ». Ils fondaient ce droit p r é t e n d u de se c o n d u i r e suivant l e u r caprice, s u r ce qu'ils a v a i e n t , d i s a i e n t ils, passé le T r o p i q u e et, par u n e certaine c é r é m o n i e que les m a r i n i e r s y pratiquaient et à laquelle on a i m p e r t i n e m m e n t d o n n é le n o m de « b a p t ê m e », ils comptaient avoir été délivrés ainsi de l e u r s anciennes obligations. C'était b e a u c o u p p o u r e u x q u e d e s e s o u v e n i r e n c o r e u n peu d u Dieu de l e u r s p è r e s .


52

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

A cela p r è s , ils affectaient de m e t t r e t o u t en oubli, j u s q u ' a u x n o m s de l e u r s familles a u x q u e l s ils en s u b s t i t u a i e n t d ' a u t r e s plus r i d i c u l e s , c o m m e Brisgalet, V e n t - e n - P a n e , P a s s e - P a r t o u t , Chasse-Marée, et mille a u t r e s de cette n a t u r e , qu'ils affectaient de p o r t e r j u s q u ' à la fin de l e u r s j o u r s , sans qu'il fût j a m a i s possible de les faire décliner l e u r véritable n o m , à m o i n s qu'ils se m a r i a s s e n t , ce qui a d o n n é lieu à u n p r o v e r b e qui a e n c o r e c o u r s a u j o u r d ' h u i : « Qu'on ne connaît les g e n s d a n s les îles q u e l o r s ­ qu'ils se m a r i e n t . » C o m m e ils faisaient b e a u c o u p d'exercice et qu'ils n e vivaient q u e de v i a n d e s fraîches ils j o u i s s a i e n t d'ordinaire d ' u n e assez b o n n e s a n t é . Ce n'est pas q u e les lièvres n e fussent très c o m m u n e s p a r m i e u x , car ils étaient s o u v e n t obligés de m a r c h e r d a n s les m a r é ­ cages et d ' e s s u y e r la pluie s u r le d o s , mais ou elles n'étaient q u ' é p h é m è r e s o u , t o u t a u p l u s , l e n t e s si elles se r e n d a i e n t c o n t i n u e s . Ils faisaient si p e u de cas de ces sortes d ' i n c o m m o d i t é s qui ne les e m p ê ­ chaient pas d'agir q u e si l'un d'eux d e m a n d a i t à son c a m a r a d e c o m m e n t il se portait. « F o r t bien, r é p o n ­ dait-il, j e n'ai q u e la fièvre! » La chasse des t a u r e a u x faisait t o u t l e u r exercice et toute l e u r application. S'ils d o n n a i e n t , quelquefois, q u e l q u e s m o m e n t s à celle du cochon s a u v a g e , ce n'était q u e p o u r se divertir et se r é g a l e r lorsqu'ils s ' e n n u y a i e n t de m a n g e r de la bêle à c o r n e . Ils p a r ­ taient le m a t i n , à l'aube du j o u r , seul à s e u l p o u r l'ordinaire, suivis s e u l e m e n t de l e u r s e n g a g é s et de l e u r s chiens, et m a r c h a i e n t à t r a v e r s mille précipices a u g r é de l e u r « v e n t e u r » qui les conduisait s u r le p r e m i e r a n i m a l d o n t il avait suivi la piste. P e n d a n t


LES

BOUCANIERS

53

que les chiens l ' a r r ê t a i e n t e n a b o y a n t a u t o u r de lui, le boucanier s u r v e n a n t le tirait droit a u - d e s s u s de la poitrine et, a p r è s l'avoir j e t é bas d ' u n c o u p , il c o u ­ rait lui c o u p e r le j a r r e t p o u r l ' e m p ê c h e r de se r e l e ­ ver. Il lui était d ' u n e g r a n d e c o n s é q u e n c e de ne pas m a n q u e r de t e r r a s s e r sa bête parce q u e , s'il n e la blessait q u e l é g è r e m e n t , le t a u r e a u en furie fonçait sur lui et s u r s e s gens et n e m a n q u a i t pas de les attraper à la c o u r s e et d'en é v e n t r e r q u e l q u e s - u n s . Gela n'arrivait p o u r t a n t q u e très r a r e m e n t , car le boucanier était d ' o r d i n a i r e s û r de son c o u p , et q u e , s'il le m a n q u a i t , il avait le t e m p s et la précaution de se couvrir de q u e l q u e a r b r e ou de se g u i n d e r d e s s u s . Quand le t a u r e a u était demi-écorché le m a î t r e en tirait les plus gros os qu'il cassait s u r le c h a m p et dont il suçait la m o e l l e . Cela lui servait de d é j e u n e r . Il laissait u n de ses valets pour achever de lever le cuir, avec u n bon m o r c e a u de viande qu'il avait o r d r e de porter a u boucan p o u r y p r é p a r e r le dîner p o u r le r e t o u r de la c o m p a g n i e , qui c e p e n d a n t c o n t i n u a i t sa r o u t e j u s q u ' à ce q u e le b o u c a n i e r eût t u é a u t a n t de bêtes qu'il avait de p e r s o n n e s avec l u i . Après quoi il s'en r e t o u r n a i t le d e r n i e r au b o u c a n chargé, lui aussi, d ' u n c u i r . Il y t r o u v a i t la table mise, mais quelle table ! Chacun avait la sienne : u n copeau de bois, u n e p i e r r e , t o u t était b o n . S a n s nappe, sans serviette, sans façons. L'on n ' y servait que de la viande sans pain, s a n s vin, sans rien qui pût tenir lieu de l'un ou de l ' a u t r e , sans a u t r e a s s a i s o n n e m e n t q u e celui du p i m e n t ou poivre l o n g , mêlé avec d u j u s d ' o r a n g e ou de citron ; c'est ce q u ' o n appelle e n c o r e , après e u x , u n e « p i m e n t a d e ». Mais ce qui r e n d a i t l e u r r e p a s e x t r ê m e m e n t a g r é a b l e et


54

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

divertissant, était le bon appétit avec lequel ils m a n ­ geaient et les mille gentillesses q u e leur esprit con­ tent de son sort l e u r faisait débiter. Le lendemain ressemblait au j o u r précédent et le b o u c a n i e r c o n t i ­ n u a i t le m ê m e t r a i n de vie, a u t a n t de t e m p s qu'il était nécessaire p o u r r a m a s s e r le n o m b r e de cuirs qu'il s'était proposé de r a m a s s e r et qu'il allait v e n d r e à la T o r t u e . L e s plus g e n s de bien p a r m i e u x achetaient d u p r o v e n u de ces cuirs q u e l q u e s esclaves n è g r e s ou e n g a g é s et, quittant la vie de b o u c a n i e r s , d e v e n a i e n t h a b i t a n t s . Ils appelaient cela se r e t i r e r , c o m m e v o u ­ lant m a r q u e r par là qu'ils allaient m e n e r u n e vie plus h u m a i n e et plus c h r é t i e n n e . L e s plus libertins, a p r è s avoir t o u t dissipé d a n s les c a b a r e t s , r e t o u r ­ n a i e n t dans les forêts p o u r y t r o u v e r de quoi four­ nir à de n o u v e l l e s d é b a u c h e s . L a vie de boucanier, q u o i q u e très d u r e en soi et exposée à de très g r a n d s d a n g e r s , avait c e p e n d a n t p o u r e u x des c h a r m e s si puissants qu'on a v u des enfants de famille y p e r s é v é r e r j u s q u ' à la m o r t et refuser de r e t o u r n e r en F r a n c e recueillir de riches successions qui l e u r étaient é c h u e s , tant l ' h o m m e se plaît de vivre à sa m a n i è r e et ne t r o u v e p r e s q u e pas de mal qu'en ce qui n'est pas de son choix. L e m a l était que, quoiqu'il ne l e u r fût pas impossible de sanctifier cette profession, ils n ' y persévéraient que par le m ê m e esprit de libertinage qui les y avait e n g a g é s de sorte que t o u t ce q u e l'on p e u t dire à l ' h o n n e u r de ces anciens fondateurs de nos colonies, est q u ' a y a n t toujours eu g r a n d soin de se tenir vêtus ils n'ont pas imité, en cela seul, les a u t r e s sauvages de l ' A m é r i q u e ; p o u r le r e s t e , on peut sans façon


LES

BOUCANIERS

55

l e u r d o n n e r r a n g p a r m i ces gens-là, p o u r v u q u ' o n les mette a u n o m b r e de ceux q u e les E s p a g n o l s appellent « I n d i o s - B r a v o s » p o u r n'avoir j a m a i s pu les d o m p ­ ter, c o m m e ils ne p u r e n t venir à b o u t des b o u c a n i e r s contre lesquels on les va voir t o u r n e r t o u s l e u r s efforts. Les b o u c a n i e r s avaient cette m a u v a i s e habitude d'aller d'ordinaire à la chasse seuls o u peu a c c o m p a ­ g n é s . D'où il arrivait q u e p l u s i e u r s avaient d o n n é dans des partis e n n e m i s qui les épiaient. Les E s p a ­ gnols enflés de ces petits succès se p e r s u a d è r e n t qu'ils n'avaient qu'à multiplier l e u r s soins p o u r s u r p r e n d r e t o u s les b o u c a n i e r s les u n s après les a u t r e s . Dans cette v u e ils m i r e n t t o u t e la « C i n q u a n ­ taine » en c a m p a g n e , et divisant l e u r s g e n s en pelo­ tons et escouades différents ils les e n v o y a i e n t d a n s les lieux où étaient les chasses o r d i n a i r e s des b o u c a ­ niers. II y en e u t effectivement b e a u c o u p qui t o m ­ b è r e n t d a n s ces pièges q u ' o n l e u r tendait p a r t o u t et qui furent tués ou faits p r i s o n n i e r s ce qui était p o u r eux p r e s q u e la m ê m e chose, car les E s p a g n o l s ne leur d o n n a i e n t quelquefois la vie que pour s'en faire u n e espèce de t r o p h é e et les e n v o y a i e n t enfin s u r le c o n t i n e n t pour les faire servir de m a n œ u v r e s a u x m a ç o n s qui travaillaient à la c o n s t r u c t i o n des forts des villes m a r i t i m e s . Les b o u c a n i e r s étaient si bien p e r s u a d é s de l'usage que l'on ferait de l e u r p e r s o n n e s'ils étaient pris qu'ils aimaient m i e u x se faire t u e r s u r place q u e de se r e n d r e à q u e l q u e condition q u e ce fût. Cette r é s o ­ lution d é s e s p é r é e de v e n d r e c h è r e m e n t l e u r vie la l e u r sauvait s o u v e n t . L ' o n vit plus d ' u n e fois en ce temps-là u n seul h o m m e t e n i r tête à t o u t e u n e c o m -


56

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

pagnic d'Espagnols, dont aucun, étant tous armés de l a n c e s , n'osait se détacher le premier p o u r l'atta­ q u e r . Mais ils n ' a v a i e n t pas toujours le t e m p s de se m e t t r e en défense, ou bien ils s u c c o m b a i e n t enfin a p r è s l'avoir fait v i g o u r e u s e m e n t . Ainsi il en était déjà péri u n g r a n d n o m b r e , q u o i q u e pas assez a u gré des E s p a g n o l s à qui il tardait de les voir t o u s e x t e r ­ minés. P o u r en d é t r u i r e u n plus g r a n d n o m b r e , ils e n t r e ­ p r i r e n t de les s u r p r e n d r e la nuit dans l e u r s b o u c a n s , d o n t ils s'appliquèrent par l e u r s espions à d é c o u v r i r les e n d r o i t s . Q u a n d ils en avaient u n e fois c o n n a i s ­ sance, c'en était fait des b o u c a n i e r s qui s'y r e t i r a i e n t parce qu'à la faveur de la nuit, les E s p a g n o l s allaient les y s u r p r e n d r e à t r a v e r s les bois et les avaient percés de l e u r s lances d a n s l e u r s t e n t e s où ils étaient à se r e p o s e r a v a n t qu'ils fussent réveillés et qu'ils p u s s e n t se servir de l e u r s a r m e s . Ils en firent périr q u a n t i t é de cette façon, v u l'adresse singulière de c e t t e nation p o u r u s e r de telles s u r p r i s e s , se d o n ­ n a n t t o u t e la patience et le temps qu'il faut p o u r les faire r é u s s i r . J e ne sais s'il serait resté à la fin u n s e u l des b o u c a n i e r s , sans les mesures, qu'ils p r i r e n t p o u r pousser, à l e u r t o u r , l e u r s e n n e m i s . Ils n ' a v a i e n t eu ce s e m b l e j u s q u e - l à d ' a u t r e but q u e de se tenir s u r la simple défensive, car, c o m m e ils c h e r c h a i e n t m o i n s à établir l ' a u t o r i t é de l e u r nation s u r l'île de S a i n t - D o m i n g u e qu'à y v a q u e r p o u r l e u r s i n t é r ê t s particuliers à l'exercice de la chasse qui faisait d'ailleurs tout l e u r plaisir, t o u t l e u r soin n'avait e n c o r e été que de se g a r d e r des s u r ­ p r i s e s des E s p a g n o l s mais lorsqu'ils s'en v i r e n t p r e s s é s de fort près et que l e u r s pertes se mufti-


LES

BOUCANIERS

57

plièrent coup s u r c o u p , ils firent c o m m e les t a u r e a u x qu'ils chassaient l o r s q u ' i l s se sentaient blessés : ils d o n n è r e n t en furieux s u r ceux qui les p e r s é c u t a i e n t , furent les c h e r c h e r p a r t o u t où ils espéraient pouvoir les t r o u v e r et, c o m m e l e u r n o m b r e secondait a l o r s leur c o u r a g e , a n i m é s d ' u n e s o r t e de désespoir, ils en e u r e n t bon m a r c h é d a n s t o u t e s les occasions. Ce ne fut plus p e n d a n t q u e l q u e t e m p s par t o u t e l'île q u ' u n e cruelle boucherie d ' h o m m e s qui s ' é g o r ­ geaient les u n s les a u t r e s sans m i s é r i c o r d e . Le g r a n d fond e s p a g n o l , qui est u n e plaine de g r a n d e é t e n d u e vers le milieu de l'île, a servi de t h é â t r e à la p l u p a r t de ces scènes s a n g l a n t e s , de là vient q u e l'infâme n o m de « Massacre » ou « Matésie », d u n o m e s p a ­ gnol de « Matésia » signifiant la m ê m e chose, est d e m e u r é j u s q u ' à ce j o u r à p l u s i e u r s c a n t o n s p a r t i ­ culiers p o u r avoir été a r r o s é s d u s a n g de l ' u n e ou l'autre n a t i o n . L ' o n eut avis à la Cour d ' E s p a g n e de ce qui se passait à S a i n t - D o m i n g u e . Sa Majesté catholique a p p r o u v a la c o n d u i t e q u ' o n y tenait envers les F r a n ç a i s et elle e x h o r t a ses officiers à les harceler s a n s r e l â c h e p o u r les e m p ê c h e r de p r e n d r e terre s u r la n o b l e île e s p a g n o l e , p r o m i t des r é c o m ­ penses à ceux qui se d i s t i n g u e r a i e n t d a n s cette g u e r r e , p e r m i t que l'on tirât des t r o u p e s des îles voisines et du c o n t i n e n t et e n v o y a p o u r les c o m m a n ­ der u n vieil officier flamand n o m m é Vandelmof qui l'avait bien servi d a n s les g u e r r e s de F l a n d r e (1668). Cet officier a r r i v a à S a i n t - D o m i n g u e , avec des ordres très précis d'aller a t t a q u e r les F r a n ç a i s p a r ­ t o u t o ù il c o n n a î t r a i t qu'ils avaient l e u r r e t r a i t e . Il ne fut pas l o n g t e m p s p o u r les chercher, car, s'étant


58

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

r e n d u à cet effet a u b o u r g de Goava, il fut informé q u e la partie la plus c o n s i d é r a b l e des boucaniers avait son b o u c a n à la S a v a n e b r û l é e vers les G o n a ï v e s . Il se fit suivre aussitôt de 500 h o m m e s d'élite et m a r c h a en diligence v e r s ce q u a r t i e r , c r o y a n t y s u r p r e n d r e les F r a n ç a i s d ' a u t a n t plus aisé­ m e n t qu'ils ne s'attendaient pas à ê t r e a t t a q u é s de j o u r , ce qui n e l e u r était pas e n c o r e a r r i v é . L a m a r c h e des E s p a g n o l s ne put être si secrète q u e les b o u c a n i e r s n ' e n e u s s e n t c o n n a i s s a n c e par u n d ' e n t r e e u x qui, étant à la chasse du côté de la province de l'Artibonite, a p e r ç u t cette a r m é e s'avançant en b o n o r d r e . 11 en fut aussitôt avertir ses c o m p a g n o n s qui, s a n s rien c r a i n d r e et sans a t t e n d r e le r e t o u r d e q u a n t i t é de b o u c a n i e r s qui étaient dispersés çà et là d a n s l e u r s chasses, s'en furent a u n o m b r e d ' e n v i r o n cent, qui se t r o u v a i e n t a l o r s a u b o u c a n , a u - d e v a n t des E s p a g n o l s . Ils les r e n c o n t r è r e n t p r é c i s é m e n t à un détroit de m o n t a g n e qui s é p a r e le g r a n d et le petit fond. Les E s p a g n o l s , s u r p r i s de trouver si tôt ceux qu'ils cherchaient, furent u n peu d é c o n c e r t é s . On se battit d'abord avec a r d e u r de part, et d ' a u t r e , m a i s , Vandelmof a y a n t été tué dès la p r e m i è r e d é c h a r g e des b o u c a n i e r s , ce ne fut bientôt plus p a r m i les E s p a g n o l s q u ' u n e d é r o u t e g é n é r a l e . Bien l e u r en prit en cette occasion d'avoir des chevaux p o u r s'échapper, c o m m e ils firent p o u r la p l u p a r t , avec u n e perte de 25 des l e u r s s e u l e m e n t , parce q u e les b o u c a n i e r s qui étaient à pied ne p u r e n t les s u i v r e . Ce détroit de m o n t a g n e a été depuis appelé la « coupe de Vandelmof. » Ce p r e m i e r échec r e b u t a e n t i è r e m e n t les E s p a ­ gnols qui n ' o s è r e n t plus depuis a t t a q u e r les b o u c a -


LES

BOUCANIERS

59

niers q u ' a u d é p o u r v u , en quoi, c o m m e ils avaient m i e u x réussi par le passé, ils n ' e u r e n t pas m o i n s de succès d a n s la suite parce que les b o u c a n i e r s q u i , du génie qu'ils étaient ne p o u v a i e n t se g ê n e r , ni c o n ­ t r a i n d r e l o n g t e m p s , se lassèrent bientôt de l ' i n t e r ­ r u p t i o n de leur chasse. Ils la r e p r i r e n t s u r le m ê m e pied q u ' a u p a r a v a n t et laissèrent en repos les E s p a ­ g n o l s , qui n ' u s a n t pas de m ê m e à l e u r é g a r d en s u r ­ prirent e n c o r e p l u s i e u r s d a n s lés bois où ils c o n t i ­ n u è r e n t à leur t e n d r e des pièges. Des m a l h e u r s t r o p souvent redoublés apprirent aux boucaniers à deve­ nir plus circonspects et à u s e r de p r é c a u t i o n s . Car d'un côte ne p o u v a n t se passer de la chasse a u t a u ­ r e a u qui faisait t o u t e l e u r subsistance et de l ' a u t r e se v o y a n t à tous m o m e n t s exposés à t o m b e r d a n s les m a i n s des E s p a g n o l s , ils t r o u v è r e n t u n e espèce de milieu à t o u t cela qui fut de t r a n s p o r t e r l e u r s b o u c a n s d a n s de petites îles à p r o x i m i t é de la g r a n d e , où ils furent passer la nuit en s û r e t é . P o u r le j o u r , ils r é s o l u r e n t , q u a n d ils iraient à la chasse, de s ' a c c o m p a g n e r t o u s , jusqu'à u n certain e n d r o i t , et de r e v e n i r de m ê m e s u r le soir p l u s i e u r s e n s e m b l e . Telle fut la m a n i è r e de chasser q u e les boucaniers g a r d è r e n t depuis c o n s t a m m e n t et qui déconcerta un peu les E s p a g n o l s , quoiqu'ils c o n t i ­ n u è r e n t t o u j o u r s de l e u r faire la g u e r r e à o u t r a n c e et sans q u a r t i e r . 11 est i n c r o y a b l e combien de fois les u n s et les a u t r e s en s o n t v e n u s a u x m a i n s . Il suf­ fira de r a p p o r t e r ici u n e ou d e u x de l e u r s actions pour achever de d o n n e r u n e idée entière de ce q u i se passait e n t r e les b o u c a n i e r s et les E s p a g n o l s , sous ce g o u v e r n e m e n t et m ê m e sous celui qui le suivit. 11 y a, à la côte n o r d de l'île de S a i n t - D o m i n g u e ,


60

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

u n port n o m m é Baiaha qui p e u t passer à j u s t e titre, n o n s e u l e m e n t pour le plus beau et le plus spacieux de toute l'île, mais e n c o r e p o u r l'un des plus s û r s et des plus c o m m o d e s de l ' A m é r i q u e . L'on y voit vers le milieu u n e petite île, qui en c o m m a n d e l'entrée d'ailleurs fort étroite, et où les plus g r o s n a v i r e s p e u v e n t mouiller si près de la t e r r e qu'ils y t o u c h e n t i e u r b e a u p r é . C'est s u r cette île q u e la plus g r o s s e partie dès b o u c a n i e r s se r e t i r a p o u r se g a r a n t i r des s u r p r i s e s de l e u r s e n n e m i s . Ils choisirent ce lieu de préférence à t o u t a u t r e , t a n t p o u r son h e u r e u s e situation a u milieu d'un beau port, que parce q u e la chasse des e n v i r o n s d a n s la g r a n d e t e r r e passait pour être la m e i l l e u r e et la plus a b o n d a n t e de cette île depuis q u e les E s p a g n o l s , r e d o u t a n t le voisinage de la T o r t u e , qui n ' e n est q u ' à v i n g t - c i n q lieues s o u s le vent, s'étaient r e t i r é s plus à l'Est et avaient laissé en proie a u x F r a n ç a i s l e u r s p r o p r e s bestiaux qui avaient é t r a n g e m e n t multiplié. Cette p r o x i m i t é de la T o r t u e facilitait a u x b o u ­ caniers le t r a n s p o r t de l e u r s c u i r s d a n s cette île, v u qu'ils n'avaient q u ' à faire v e n t a r r i è r e p o u r s'y r e n d r e en p e u d ' h e u r e s d a n s l e u r s c a n o t s . Il n'était pas m ê m e t o u j o u r s nécessaire qu'ils fissent ce v o y a g e , les navires français et hollandais les allaient s o u v e n t c h e r c h e r chez e u x . Il s'était déjà formé s u r la petite île u n assez beau b o u r g , où l'on t r o u v a i t chez les m a r c h a n d s et chez les cabaretiers toutes les nécessités et m ê m e la p l u p a r t des c o m m o d i t é s de la vie. Les b o u c a n i e r s vivaient d a n s u n e espèce d ' i n d é ­ p e n d a n c e d u g o u v e r n e u r de la T o r t u e a u q u e l ils se c o n t e n t a i e n t de r e n d r e de t e m p s en t e m p s q u e l q u e s


LES

BOUCANIERS

61

légers h o m m a g e s . P o u r e u x l e u r u n i q u e b u t était de chasser et ils n e s'appliquaient q u ' à cela. Ils p a r t a i e n t le m a t i n t o u s e n s e m b l e , j u s q u ' à u n e certaine colline, q u e l'on voit des S a v a n e s de Baiaha, et q u e l'on a depuis appellée la M o r n e à V i g n e , p a r c e q u ' é t a n t a r r i v é s s u r s o n s o m m e t ils portaient la v u e de t o u t e s p a r t s p o u r t â c h e r de d é c o u v r i r les partis e s p a g n o l s , s'il y e n avait q u i r ô d a s s e n t de ce côté-là. P u i s ils se s é p a r a i e n t , q u i d ' u n côté, qui d ' u n a u t r e , et c h a c u n allait t u e r sa bête ; ils r e v e n a i e n t l e u r chasse finie a u m ê m e r e n ­ d e z - v o u s et les p r e m i e r s a r r i v é s a t t e n d a i e n t les d e r n i e r s p o u r s'en r e t o u r n e r t o u s de c o n s e r v e , c o m m e ils étaient v e n u s , j u s q u ' à u n e m b a r c a d è r e dit, e n c o r e a u j o u r d ' h u i , d u F l a c o n , où l e u r s c a n o t s les a t t e n d a i e n t p o u r les r e p o r t e r à la petite île. S'ils s'apercevaient, l o r s q u ' i l s étaient d e r e t o u r a u x b o u c a n s , qu'il l e u r m a n q u a i t de l e u r s g e n s , ils j u g e a i e n t qu'il fallait qu'ils e u s s e n t été pris o u m a s s a c r é s par les E s p a g n o l s et a l o r s , en v e r t u d ' u n r è g l e m e n t qu'ils s'étaient faits e n t r e e u x , il y avait i n c o n t i n e n t s u r v é a n c e de c h a s s e j u s q u ' à ce qu'ils e u s s e n t r e c o u v r é ou v e n g é l e u r s m o r t s . C'est ce q u i arriva u n j o u r e n t r e a u t r e s q u ' à l e u r r e t o u r s u r le soir ils v i r e n t qu'ils a v a i e n t faute de q u a t r e h o m m e s , de c e u x qui étaient partis le m a t i n . 11 fallait en a v o i r des n o u v e l l e s . Ils lirent à ce dessein u n g r o s p a r t i qui e u t o r d r e de p o u s s e r , s'il était n é c e s s a i r e , j u s q u ' à la ville de S a n - I a g o p o u r savoir ce qu'ils étaient d e v e n u s . Les b o u c a n i e r s a p p r i r e n t s u r l e u r r o u t e , par q u e l q u e s p r i s o n n i e r s qu'ils lirent, q u e ceux qu'ils c h e r c h a i e n t avaient été m a s s a c r é s par l e s E s p a g n o l s , qui ne l e u r a v a i e n t v o u l u faire a u c u n


62

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u a r t i e r . Les b o u c a n i e r s , à cette n o u v e l l e , e n t r è r e n t d a n s u n e sorte de fureur et a p r è s avoir s u r l ' h e u r e u s é de représailles s u r les p r i s o n n i e r s qu'ils avaient s o u s la m a i n , ils se r é p a n d i r e n t e n furieux d a n s les H a t o s des e n v i r o n s , où ils firent la m ê m e e x é c u ­ tion s u r les bêtes et s u r les h o m m e s , indifférem­ ment. L e s E s p a g n o l s avaient de t e m p s en t e m p s l e u r r e v a n c h e . U n e fois e n t r e a u t r e s q u e des b o u c a n i e r s passaient u n e rivière, c h a r g é s à l ' o r d i n a i r e c h a c u n d ' u n cuir s u r le dos, ils fondirent à l'improviste s u r e u x et l e u r liront t e i n d r e cette rivière de l e u r s a n g . Elle a depuis t o u j o u r s porté le n o m de « Massacre » et sert e n c o r e a u j o u r d ' h u i de limite provisionnelle e n t r e les possessions françaises et e s p a g n o l e s . U n a u t r e échec q u e les b o u c a n i e r s r e ç u r e n t lit e n c o r e plus de bruit et servit l o n g t e m p s de sujet à l e u r s l a m e n t a t i o n s . U n e partie d ' e n t r e e u x , qui avaient à l e u r tête u n e sorte de chef appelé T o r é , avait établi u n fameux b o u c a n d a n s u n lieu n o m m é L a c u l des P i n s d'où ils n'avaient pas v o u l u s'en r e t o u r n e r s u r la petite île do Baiaha j u s q u ' à ce qu'ils e u s s e n t r é u n i u n certain n o m b r e de c u i r s , ce qui étant fait, ils s'en c h a r g è r e n t et r e p r i r e n t la r o u t e de la m e r . Les E s p a g n o l s , qui les observaient depuis l o n g t e m p s et q u i avaient a s s e m b l é de g r a n d e s forces p o u r les s u r p r e n d r e a u r e t o u r , t o m b è r e n t s u r e u x q u a n d ils t r a v e r s a i e n t les S a v a n e s de Baiaha. L e s boucaniers se défendirent en braves g e n s , mais ils furent accablés sous le n o m b r e et, il n ' y en eut pas u n qui r é c h a p p â t . Telle était la m a n i è r e de vivre des b o u c a n i e r s qui s'étaient retirés d a n s la petite île de Baiaha. Ceux q u i


LES

BOUCANIERS

63

avaient l e u r s b o u c a n s ailleurs se c o n d u i s a i e n t de la m ê m e façon. Après q u e les E s p a g n o l s e u r e n t t e n t é en vain toutes sortes de m o y e n s p o u r les chasser de S a i n t D o m i n g u e , ils e u r e n t r e c o u r s à u n e d e r n i è r e a d r e s s e qui l e u r r é u s s i t , m a i s a u t r e m e n t qu'ils n e se l'étaient p r o p o s é . Ce fut de d é t r u i r e les bêtes à c o r n e s a u t a n t q u e cela se p o u r r a i t , se p e r s u a d a n t que lorsqu'il n ' y en aurait plus u n e g r a n d e q u a n t i t é , la nécessité obli­ gerait les b o u c a n i e r s à quitter l e u r profession devenue inutile. Ils a r m è r e n t p o u r cela l e u r Cin­ quantaine, et firent u n e chasse g é n é r a l e par t o u t e l'île, où il fut fait u n e tuerie i n c r o y a b l e de t a u ­ r e a u x s a u v a g e s , de sorte q u e les b o u c a n i e r s q u i v o u ­ l u r e n t chasser a p r è s , n e firent p o u r ainsi dire q u e glaner et p e r d r e l e u r t e m p s . L e m é t i e r ne v a l u t plus r i e n , et p l u s i e u r s le q u i t ­ tèrent, m a i s les E s p a g n o l s g a g n è r e n t p e u o u r i e n à ce c h a n g e m e n t qui ne fit q u e t r a n s f o r m e r les b o u caniers e n h a b i t a n t s . C'est en ce t e m p s q u ' o n c o m ­ mença à défricher les q u a r t i e r s d u G r a n d et d u P e t i t Goava et de L é o g a n e , à la côte de l'Ouest, et que celui d u P o r t - d e - P a i x à la côte d u N o r d s'accrut c o n s i d é r a b l e m e n t . Ceux d ' e n t r e les b o u c a n i e r s p o u r qui la vie d ' h a b i t a n t , c o m m e t r o p r é g u l i è r e et t r o p sédentaire, n ' e u t pas d'attrait se r a n g è r e n t p a r m i les flibustiers d o n t le n o m b r e prit a l o r s le d e s s u s .


V LES

FLIBUSTIERS

C'est p o u r cela q u e , c o m m e il sera d a n s la suite s o u v e n t parlé de l e u r s expéditions q u i , avec celles des b o u c a n i e r s , o n t servi a u f o n d e m e n t de nos colonies, j e m e crois obligé, a v a n t de passer o u t r e , de faire u n e espèce d ' a n a t o m i e de ces g e n s - l à , c o m m e j ' a i fait des a u t r e s . T o u t d'abord les flibustiers se d i s t i n g u e n t des a u t r e s corsaires en ce q u e n ' a y a n t ni b â t i m e n t s p o u r faire la c o u r s e , ni les m u n i t i o n s nécessaires p o u r les é q u i ­ per, l e u r génie v e n a n t à s u p p l é e r à t o u t , ils t r o u ­ v è r e n t le m o y e n de se p r o c u r e r tous ces a v a n t a g e s sans faire a u c u n e d é p e n s e . Ils s'associaient p l u s i e u r s e n s e m b l e , ce q u e selon l e u r ancien l a n g a g e ils a p p e ­ laient « s'amateloter » et, p o u r s e r r e r plus fortement en cet état le n œ u d de l e u r u n i o n , ils se traitaient par u n e expression des plus b u r l e s q u e s de « frères de la Côte ». Ils achetaient alors en c o m m u n , s'ils n ' a i m a i e n t m i e u x le fabriquer e u x - m ê m e s , u n c a n o t


LES

FLIBUSTIERS

65

dans lequel ils s ' e m b a r q u a i e n t vingt-cinq ou t r e n t e h o m m e s , s a n s a u t r e s provisions le p l u s s o u v e n t q u e celles qu'ils a t t e n d a i e n t de l e u r fusil. L e u r b u t e n cet état n'était pas e n c o r e de p r e n d r e de gros navires m a r c h a n d s et e n c o r e m o i n s des navires a r m é s en g u e r r e , ils étaient t r o p faibles p o u r cela. Ils se p r o ­ posaient s e u l e m e n t de s u r p r e n d r e q u e l q u e b a r q u e de p ê c h e u r ou a u t r e petit b â t i m e n t afin de se m o n t e r . L'étaient-ils u n e fois, ils se c r o y a i e n t en état de t o u t entreprendre. Ils s'en r e t o u r n a i e n t a l o r s à la T o r t u e p o u r y faire de n o u v e a u x h o m m e s qu'ils e n t a s s a i e n t les u n s s u r les a u t r e s p o u r ainsi dire, j u s q u ' a u n o m b r e de cent c i n q u a n t e d a n s u n e seule b a r q u e . De là ils se r e n ­ daient a u port de Baiaha s'ils voulaient faire des vivres en bœuf ou en c o c h o n , et à la côte S u d de l'île d e C u b a s'ils n ' a v a i e n t dessein q u e de se p o u r ­ voir de t o r t u e qui est là très a b o n d a n t e . A v a n t de se m e t t r e t o u t de b o n en m e r , ils se choisissaient u n capitaine qui était amovible à l e u r volonté et qui n ' a v a i t d ' a u t r e p r é é m i n e n c e q u e celle de c o m m a n d e r d a n s l'action et d e lever u n d o u b l e lot d a n s le p a r t a g e des b u t i n s qui se feraient. L ' o n payait, à frais c o m m u n s le coffre d u c h i r u r g i e n q u i , si l'on faisait prise, tirait u n lot c o m m e les a u t r e s , après toutefois q u ' o n avait r é c o m p e n s é a v a n t t o u t e chose les blessés de la m a n i è r e de t o u t t e m p s r e ç u e parmi e u x . L a plus g r a n d e de ces r é c o m p e n s e s était de six cents écus o u six esclaves p o u r c e u x qui avaient p e r d u les d e u x y e u x , ou les d e u x pieds. S'il y avait eu des estropiés d a n s le c o m b a t sans q u ' o n e û t fait p r i s e , ceux q u i en avaient é c h a p p é sains et saufs étaient obligés de c o n t i n u e r la c o u r s e


66

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

a u s s i l o n g t e m p s qu'il était nécessaire p o u r r é c o m ­ p e n s e r l e u r s frères blessés. Ils appelaient cette c o n v e n t i o n « chasse-partie » et c'était là, c o m m e ils parlaient, faire la c o u r s e à « compagnon-bon-lot.» 11 serait difiicile de dire p r é c i s é m e n t à qui ils en v o u l a i e n t d a n s les p r e m i e r s t e m p s , à m o i n s q u ' o n n e dise q u e c'était à t o u t le g e n r e h u m a i n . L ' E s p a ­ g n o l toutefois était l e u r e n n e m i favori; paix ou g u e r r e ils a t t a q u a i e n t cette n a t i o n p a r t o u t où ils la r e n c o n t r a i e n t et ils s e m b l a i e n t se délecter s i n g u l i è ­ r e m e n t d a n s le m a l qu'ils p o u v a i e n t faire de q u e l q u e m a n i è r e q u e ce fût. Les E s p a g n o l s de l e u r côté ne les é p a r g n a i e n t p a s . Ils les t r a i t è r e n t d ' a b o r d de « P e r r o s Herejes » (chiens d ' h é r é t i q u e s ) , soit qu'ils ne c r u s s e n t pas q u e des catholiques p u s s e n t l e u r faire tant de m a l , soit parce qu'effectivement les p r e m i e r s flibustiers étaient A n g l a i s , et de là le n o m qui est tiré de l e u r langue. Mais l o r s q u ' i l s s u r e n t qu'il y avait des F r a n ç a i s p a r m i e u x et m ê m e qu'ils en faisaient le plus g r a n d n o m b r e , ils ne les a p p e l è r e n t plus q u e d u n o m c o m ­ m u n de « L a d r o n é s » ( b r i g a n d s ) , et ils n e m a n q u a i e n t pas de l e u r faire p o r t e r la peine q u a n d ils le pouvaient. L e s flibustiers se faisaient d ' o r d i n a i r e h o n n e u r de ce d e r n i e r n o m , s o u h a i t a n t s e u l e m e n t q u e l e u r s e n n e m i s l e u r d o n n a s s e n t lieu de le vérifier s o u v e n t p a r les effets ; quelquefois p o u r t a n t , il l e u r prenait envie de s'en offenser et bien loin de vouloir passer 1

1. E v i d e n t e c o r r u p t i o n d e c h a r t e - p a r t i e .


LES

FLIBUSTIERS

67

pour des v o l e u r s et p o u r des b r i g a n d s , ils p r é t e n ­ daient pouvoir se d o n n e r sans contredit p o u r les plus h o n n ê t e s g e n s qui fussent d a n s l ' A m é r i q u e . Ils n ' e s t i m a i e n t r i e n m o i n s q u e l e u r g u e r r e fût illé­ gitime, p r é t e n d a n t a u c o n t r a i r e avoir la plus j u s t e action d u m o n d e c o n t r e les E s p a g n o l s q u i les avaient s o u v e n t e m p ê c h é s par des voies de fait de chasser et de pêcher le l o n g de l e u r s côtes. Ils iondaient ce droit p r é t e n d u de chasse et de pêche sur la n a t u r e qui, disaient-ils, le d o n n a i t à t o u s les h o m m e s . Nos g o u v e r n e m e n t s , qui s e m b l a i e n t e n cela p e n s e r c o m m e les flibustiers, p o u r les a u t o r i s e r d a v a n t a g e et affermir peu à peu l'autorité de la F r a n c e clans le N o u v e a u - M o n d e , l e u r d o n n a i e n t des c o m m i s s i o n s de chasse et de pêche. L e plus g r a n d mal était q u e les flibustiers p r e n a i e n t les navires pour des poissons et e n t r a i e n t d a n s les villes e t b o u r g a d e s e s p a g n o l e s c o m m e d a n s u n e forêt q u a n d ils y p o u v a i e n t faire d e s c e n t e . Quoi qu'il en soit, il est certain q u ' à la faveur de ces titres s p é c i e u x , t o u t ce q u i l e u r t o m b a i t s o u s la main l e u r paraissait acquis le m i e u x du m o n d e . Ils ne s'avisaient s e u l e m e n t pas de fonder là-dessus le m o i n d r e d o u t e et de là vient q u ' a v a n t de se m e t t r e en r o u t e ils r e c o u r a i e n t à Dieu par des p r i è r e s publiques et ne m a n q u a i e n t pas d'en u s e r de m ê m e à l e u r r e t o u r si l e u r s affaires avaient eu u n e issue favorable. T o u t était divertissant et singulier chez ces gens-là, mais il ne se passait pas de scène plus plaisante q u e lorsqu'ils étaient u n e fois en m e r . G o m m e ils étaient i n d é p e n d a n t s les u n s des a u t r e s , chacun vivait à sa m a n i è r e , d o r m a n t ou c h a n t a n t


68

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u a n d bon lui semblait, et c'était à celui qui j o u e r a i t la plus belle farce à son c a m a r a d e . Ils n ' é t a i e n t n é a n m o i n s pas t o u j o u r s disposés à folâtrer et à r i r e parce q u ' é t a n t trop pressés s u r l e u r s b a r q u e s ils y souffraient t o u t ce q u ' o n p e u t i m a g i n e r de plus fâcheux et de p l u s r e b u t a n t , et en o u t r e ils étaient c o n t i n u e l l e m e n t exposés au soleil et à la pluie, la faim les talonnait s o u v e n t et le c h a g r i n de n e r i e n p r e n d r e les poussait parfois à u n e espèce de d é s e s ­ poir. C'était cette r u d e g ê n e où ils étaient d a n s l e u r s b â t i m e n t s qui l e u r inspirait en partie a u t a n t de c o u ­ r a g e qu'ils en faisaient paraître d a n s l'occasion. Car, dès qu'ils a p e r c e v a i e n t q u e l q u e n a v i r e , il n ' y avait sorte de d a n g e r a u q u e l ils ne s'exposassent d a n s l'espérance de se t r o u v e r m o i n s à l'étroit et de r e m é d i e r d a n s le m ê m e c o u p à l e u r i n d i g e n c e . G r o s ou petit, ils l'abordaient r é s o l u m e n t a u t r a v e r s de mille coups de c a n o n s qui quelquefois les coulaient en un instant et les faisaient p o u r j a m a i s d i s p a r a î t r e . Cela n'arrivait toutefois q u e r a r e m e n t parce q u ' é t a n t t o u s excellents fusiliers et l e u r s petits b â t i m e n t s g o u v e r n a n t avec b e a u c o u p de facilité, ils n e p r é s e n ­ taient j a m a i s q u e l e u r p r o u e à c e u x qu'ils a t t a q u a i e n t et d é c o n c e r t a i e n t t o u s les c a n o n n i e r s e n t i r a n t d r o i t d a n s les s a b o r d s où p e r s o n n e n e paraissait i m p u n é ­ m e n t p o u r pointer le c a n o n . Q u a n d ils étaient u n e fois à bord du vaisseau e n n e m i ils s'en r e n d a i e n t m a î t r e s ou ils m o u r a i e n t t o u s à la p e i n e . L a victoire toutefois d e m e u r a i t p r e s q u e toujours de leur coté, parce q u ' e n q u e l q u e n o m b r e q u e fussent les E s p a g n o l s ils n'osaient tenir c o n t r e des g e n s q u i , à l e u r s y e u x , étaient des « d e m o -


LES

FLIBUSTIERS

69

nios », c o m m e ils disaient, plutôt q u e des h o m m e s . Aussi ils p r e n a i e n t d'ordinaire le parti de se r e n d r e et de d e m a n d e r q u a r t i e r , ce q u e les F r a n ç a i s l e u r accordaient de bon c œ u r q u a n d la prise était riche ; mais, q u a n d il n ' y avait q u e peu de chose, ils jetaient de dépit les v a i n c u s à la m e r . Les côtes q u e les flibustiers français fréquentaient le plus étaient celles de C a r a q u e , de C a r t h a g è n e , de P u e r t o - B e l o , de l ' e m b o u c h u r e de la rivière de C h a g r e et des lacs Maracaïbo et N i c a r a g u a , ainsi q u e les côtes de la N o u v e l l e - E s p a g n e et de l'île de C u b a . Ils n ' é t a i e n t pas fort d é s i r e u x de p r e n d r e les v a i s ­ seaux q u i v e n a i e n t d ' E s p a g n e , car ils n'étaient g u è r e c h a r g é s q u e de vin, de farine et de toile, et n o s colonies e n c o r e t r o p faibles a l o r s p o u r c o n s o m m e r toutes ces provisions n ' é t a i e n t pas en état de l e u r en d o n n e r ce qu'elles v a l a i e n t . Ils n e fondaient l e u r e s p é r a n c e q u e s u r le r e t o u r de ces m ê m e s b a t e a u x qui r a p p o r t a i e n t soit des piastres, p o u r le prix de l e u r t r a i t e , soit des m a r c h a n d i s e s de g r a n d prix, telles que s o n t la cochenille, l'indigo, la vanille, !e cacao, le s u c r e et quelquefois des perles, des é m e r a u d e s et mille a u t r e s r a r e t é s et curiosités du N o u ­ veau-Monde. Ils j e t a i e n t s u r t o u t des y e u x de concupiscence s u r la flotte des galions d u Roi d ' E s p a g n e . C'eût été pour e u x u n e e n t r e p r i s e t r o p h a s a r d e u s e q u e de l'attaquer avec des e n g i n s si petits q u e ceux qu'ils m o n t a i e n t , et q u e l q u e t é m é r a i r e s qu'ils fussent, ils n'étaient pas assez d é p o u r v u s de j u g e m e n t p o u r oser u n e pareille e n t r e p r i s e . Ils se c o n t e n t a i e n t de s u i v r e les galions en q u e u e j u s q u ' à l e u r d é b a r q u e m e n t à Baiaha. Ils ne r i s q u a i e n t r i e n du r e s t e à faire ce


70

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

m a n è g e , parce q u e l e u r s esquifs étaient très l é g e r s . Ils s'approchaient et s'éloignaient c o m m e ils v o u ­ laient de ces l o u r d e s m a s s e s , a u t o u r desquelles ils voltigeaient sans cesse en a t t e n d a n t le m o m e n t favo­ r a b l e . Q u ' u n g r o s t e m p s ou q u e l q u e a u t r e accident laissât u n b â t i m e n t à l'arrière, ils n e m a n q u a i e n t pas de fondre aussitôt s u r lui c o m m e s u r l e u r p r o i e . P i c o r e , le g r a n d flibustier de ce temps-là, enleva de cette façon le g r a n d a m i r a l des galions, qu'il e m m e n a en F r a n c e . L e B a s q u e , a u t r e a v e n t u r i e r , fit e n c o r e u n coup plus hardi, qui fut d'aller enlever sous le c a n o n du P u e r t o - B e l o u n vaisseau de la m ê m e flotte appelé « M a r g u e r i t e », c h a r g é d'un m i l ­ lion de piastres. Ils c o n d u i s a i e n t l e u r s prises où b o n l e u r s e m b l a i t . C'était d'ordinaire à la T o r t u e ou à la J a m a ï q u e . A v a n t d'en venir a u p a r t a g e , u n c h a c u n levait la m a i n c o m m e il avait fidèlement a p p o r t é à la m a s s e t o u t ce qu'il avait pillé. S'il y en avait qui fussent s u r p r i s d a n s de faux s e r m e n t s on les d é b a r q u a i t à la p r e m i è r e occasion d a n s u n e île déserte où ils m o u ­ r a i e n t de faim, si l e u r i n d u s t r i e ou q u e l q u e h a s a r d n'aidait à les en t i r e r . Q u a n d l e u r prise avait été faite en v e r t u d ' u n e commission légitime, on levait s u r elle le dixième de l'amiral, o u plutôt du g o u v e r n e u r , qui avait d o n n é la c o m m i s s i o n , car la F r a n c e ni son a m i r a l n e se mêlaient g u è r e e n c o r e de ce qui se pas­ sait à S a i n t - D o m i n g u e . Si l'on était en paix avec les E s p a g n o l s et q u e les flibustiers e u s s e n t fait q u e l q u e s prises s u r e u x , ils allaient la p a r t a g e r d a n s un q u a r ­ t i e r éloigné et ils en étaient quittes à l e u r r e t o u r à la T o r t u e p o u r faire u n p r é s e n t au g o u v e r n e u r q u i , e n c o n s é q u e n c e , faisait s e m b l a n t de t o u t i g n o r e r et


LES

FLIBUSTIERS

71

qui d'ailleurs, eût-il e n t r e p r i s de p u n i r les c o u p a b l e s , eût m a n q u é d'autorité p o u r le faire. Dès q u e les lots étaient distribués il y en avait peu qui ne fussent aussitôt dissipés au c a b a r e t où les flibustiers p o r t a i e n t la débauche j u s q u ' a u x d e r n i e r s excès, de m ê m e q u e leur abstinence et l e u r j e û n e forcé p e n d a n t le t e m p s de leur c o u r s e avaient s o u v e n t été j u s q u ' a u p r o d i g e . C'étaient des gens qui n e vivaient j a m a i s d a n s un j u s t e milieu : l e u r sort les conduisait toujours à u n e joie excessive ou à u n e m i s è r e i n s u p p o r t a b l e . Ils n e c o m p t a i e n t s u r r i e n m o i n s q u e la d u r é e de leurs j o u r s , mais c'était a u sens des i m p i e s , m o u r i r ou faire f o r t u n e , en a t t e n d a n t c o u r i r de t o u t e s ses forces a u plaisir, q u o i q u e p a r les voies les plus r i s ­ quées. C'était là t o u t e l e u r m a x i m e . L ' e s p é r a n c e de se voir par q u e l q u e bon coup plus à l e u r aise les r a s s u r a i t s u r les d a n g e r s de la vie p r é s e n t e et l e u r impiété c o n s o m m é e étouffait p r e s q u e en e u x t o u t e pensée de l ' é t e r n i t é . Ce n ' e s t pas qu'ils n e p a r u s s e n t quelquefois r e n t r e r en e u x - m ê m e s et p e n s e r à l e u r salut, p a r t i c u l i è r e m e n t a v a n t le c o m b a t ; o n les voyait a l o r s s ' e m b r a s s e r les u n s les a u t r e s e n s i g n e d ' u n e réconciliation parfaite et se d o n n e r de g r o s coups s u r la poitrine p o u r m a r q u e r u n e c o m p o n c t i o n qu'ils n ' a v a i e n t a p p a r e m m e n t pas, car ils n ' é t a i e n t pas plutôt échappés d u d a n g e r qu'ils c o n t i n u a i e n t avec plus de fureur q u e j a m a i s l e u r s b l a s p h è m e s , leur c r a p u l e et l e u r b r i g a n d a g e . Les b o u c a n i e r s qui les c o n n a i s s a i e n t bien, q u e l q u e peu qu'ils fussent e u x - m ê m e s réglés d a n s l e u r j o i e , ne r e g a r d a i e n t l e u r s frères les flibustiers q u e c o m m e des libertins de profession, a u p r è s desquels ils se croyaient fort d é v o t s .


72

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Ils aimaient à plaisanter les u n s s u r les a u t r e s . L e s p r e m i e r s firent s u r ceux-ci le conte s u i v a n t q u e l'on m e p e r m e t t r a de r a p p o r t e r q u o i q u e t r o p p e u s é r i e u x p o u r u n e histoire, m a i s qui a c h è v e r a de m a r q u e r le c a r a c t è r e q u e j e décris. L ' o n supposait q u e p l u s i e u r s flibustiers, a y a n t été t u é s d a n s u n c o m b a t , furent frapper à la porte d u P a r a d i s , où l'on n'avait v o u l u en recevoir e n c o r e a u c u n j u s q u ' a l o r s . Mais saint P i e r r e a y a n t cette fois o u v e r t sans t r o p s'informer qui ce pouvait ê t r e , n o s a v e n t u r i e r s n e m a n q u è r e n t p a s d'y e n t r e r a u plus vite, et de tenir b o n , m a l g r é la s o m m a t i o n qui l e u r fut faite de sortir dès q u ' o n les e u t c o n n u s p o u r qui ils étaient. J a m a i s , d i t - o n , saint P i e r r e n'avait été si e m b a r r a s s é , l o r s q u ' i l s'avisa d ' u n expédient qui lui réussit. « N a v i r e ! » s'écria-t-il, t o u t d ' u n c o u p . « De q u e l côté » ? d e m a n d è r e n t les flibustiers. « S o u s le v e n t à n o u s », r e p a r t i t saint P i e r r e en l e u r m o n t r a n t un e n d r o i t h o r s du P a r a d i s . « Chasse d e s s u s » ! s'écriè­ r e n t les flibustiers s ' i m a g i n a n t c o u r i r a p r è s . Mais dès q u e saint P i e r r e les vit d e h o r s , il ferma b r a ­ v e m e n t la p o r t e s u r e u x , et l'on ajoute qu'il a t o u ­ j o u r s pris g a r d e depuis de t o m b e r d a n s de pareilles surprises. Q u o i q u e ce ne soit m o n dessein de r a p p o r t e r ici les expéditions des flibustiers de S a i n t - D o m i n g u e , q u ' a u t a n t q u e n o s colonies y o n t u n e part, ou qu'elles o n t servi à l e u r a g r a n d i s s e m e n t , n é a n m o i n s p o u r faire voir d a n s u n e x e m p l e ce q u e j e viens de r a c o n ­ ter s u r l e u r m a n i è r e de vivre, j e r a c o n t e r a i s u c c i n c ­ t e m e n t la vie du plus fameux a v e n t u r i e r qui se soit v u s o u s le g o u v e r n e m e n t de M. de la P l a c e , d ' a u t a n t


LES

FLIBUSTIERS

73

plus que ses e n t r e p r i s e s c o n t r e les E s p a g n o l s n ' o n t pas peu c o n t r i b u é à i m p r i m e r à cette nation la ter­ r e u r d u n o m français, et à affermir n o s colonies, encore c h a n c e l a n t e s d a n s l e u r c o m m e n c e m e n t . L ' a v e n t u r i e r d o n t j ' a i à parler, l'Olonnais, ainsi n o m m é parce qu'il était natif des S a b l e s - d ' O l o n n e . en P o i t o u , a v a n t de c o m m a n d e r avait été e n g a g é , boucanier et simple flibustier. L o r s q u ' i l fut u n e fois à la tête d ' u n parti de ces d e r n i e r s , il fit mille belles actions qui le firent s u r n o m m e r le « F l é a u des E s p a ­ gnols ». C o m m e il eut u n j o u r par m a l h e u r échoué le vaisseau qu'il m o n t a i t il r e t o u r n a à la T o r t u e , où M. de la Place qui connaissait sa v a l e u r l u i en d o n n a u n a u t r e avec l e q u e l il fit de b o n s coups j u s q u ' à ce qu'il ait tenté u n e descente en t e r r e ferme où il e u t à faire à trop forte partie ; la p l u p a r t de ses gens y furent t u é s , les a u t r e s faits p r i s o n n i e r s et menés- à C a m p ê c h e ; lui seul échappa par l'adresse qu'il e u t de se barbouiller de s a n g le visage et de se m ê l e r parmi les m o r t s , d'où étant sorti il fit r e n c o n t r e de quelques esclaves qu'il e n g a g e a , s o u s p r o m e s s e de liberté, à enlever u n c a n o t avec l e q u e l il se r e n d i t à la T o r t u e où il l e u r tint p a r o l e . 11 ne s o n g e a plus a p r è s cela q u ' à d é t r o m p e r les E s p a g n o l s s u r sa m o r t , et il s'y prit d ' u n e telle s o r t e qu'ils ne r e s t è r e n t pas l o n g t e m p s d a n s l ' e r r e u r . Ceux de Cuba a y a n t appris qu'il rôdait à s o n o r d i n a i r e le long de l e u r s côtes, mais d a n s u n c a n o t s e u l e m e n t a r m é de ses h o m m e s parce qu'il n'avait pas e n c o r e eu le t e m p s de se r e m o n t e r , e n g a g è r e n t l e u r g o u ­ v e r n e u r à e n v o y e r c o n t r e lui u n e frégate l é g è r e de dix pièces de c a n o n et de q u a t r e - v i n g t s h o m m e s d'équipage, avec o r d r e a u capitaine qui le c o m m a n -


74

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

dait de n e point d o n n e r de q u a r t i e r : des o r d r e s s e m b l a b l e s furent e n v o y é s à q u a t r e b a r q u e s qui étaient a u port de Principe* p o u r s e c o n d e r la frégate au cas de besoin. N o t r e a v e n t u r i e r fit r e n c o n t r e de cette frégate a v a n t qu'elle se fût j o i n t e a u x b a r q u e s , et il lui fal­ l u t c o m b a t t r e avec son faible canot c o n t r e ce vaisseau a r m é et équipé de t o u t e pièce. Il fut à l ' a b o r d a g e , c'est t o u t ce qu'il pouvait faire, et après u n l o n g et s a n g l a n t c o m b a t il en d e m e u r a m a î t r e . C o m m e il était c r u e l , il lit achever les E s p a g n o l s qui n'étaient que blessés ; p e n d a n t cette exécution u n esclave fut se j e t e r à ses pieds et le pria t o u t en t r e m b l a n t de ne point le t u e r , p r o m e t t a n t de dire la v é r i t é . A ce m o t de vérité l'Olonnais c o m p r i t qu'il y avait là q u e l q u e m y s t è r e , il i n t e r r o g e a l'esclave qui découvrit t o u t , a j o u t a n t qu'il avait été e m b a r q u é c o m m e b o u r r e a u p o u r le p e n d r e avec t o u t e sa s u i t e . Dès q u e n o t r e a v e n t u r i e r eut e n t e n d u parler de b o u r r e a u il devint t o u t furieux, et d a n s le m o m e n t il lit o u v r i r l ' é c o u tille et c o m m a n d a à tous les E s p a g n o l s qui étaient à fond de cale de m o n t e r u n à u n s u r le p o n t . Il l e u r coupait à t o u s la tête à m e s u r e qu'ils sortaient et p o u r d o n n e r des m a r q u e s de la satisfaction qu'il en recevait, à c h a q u e nouvelle exécution il léchait la pointe de son s a b r e . C o m m e il eut en m ê m e t e m p s avis des ordres e n v o y é s a u x q u a t r e b a r q u e s qui étaient a u port de P r i n c i p e , il fit voile de ce côté-là et il s'en saisit ; il en fit j e t e r s a n s pitié les équipages à la m e r , n ' a y a n t fait grâce q u ' à u n seul h o m m e qu'il e n v o y a avec u n e 1. Puerto P r i n c i p e .


LES

FLIBUSTIERS

75

lettre au g o u v e r n e u r p o u r l'informer de cette hor­ rible e x é c u t i o n . On c o m p t e qu'il périt en cette occasion plus de deux cents E s p a g n o l s d a n s le c a r n a g e . L ' O l o n n a i s , m a n q u a n t de m o n d e p o u r a r m e r ses prises, les échoua toutes à l'exception de la frégate qu'il retint p o u r se monter et d a n s laquelle il r e p r i t la r o u t e de la T o r ­ tue. L à il s'associa avec le B a s q u e , d o n t j ' a i déjà parlé, et ils d r e s s è r e n t e n s e m b l e u n p l a n d ' u n e entreprise qu'ils t i n r e n t secrète ; ils firent s e u l e m e n t publier par t o u t e la côte q u e t o u s c e u x qui v o u ­ draient être de la partie e u s s e n t à se r e n d r e à c e r ­ tain j o u r à Baiaha où ils allaient travailler à u n armement considérable.


VI L'EXPÉDITION

DE

MARACAIBO

Le c o n c o u r s d ' h o m m e s et de vaisseaux fut assez g r a n d , il s'y t r o u v a six b â t i m e n t s y c o m p r i s ceux de l ' O l o n n a i s et d u B a s q u e , et s u r t o u t e la flotte q u a t r e c e n t q u a r a n t e h o m m e s d ' é q u i p a g e . Ils p a r t i r e n t de Baiaha et t i r è r e n t v e r s l'est sans d é c l a r e r e n c o r e l e u r dessein ; à peine avaient-ils d o u b l é la pointe do l'île qu'ils firent r e n c o n t r e de d e u x vaisseaux qu'ils p r i r e n t a i s é m e n t ; l'un était c h a r g é de cacao et l ' a u t r e de m u n i t i o n s de g u e r r e . L'Olonnais retint celui-ci et r e n v o y a l ' a u t r e se d é c h a r g e r à la T o r t u e avec l ' o r d r e de le r e v e n i r j o i n d r e a u r e n d e z - v o u s qu'il l e u r d o n n a à l'île de Crosot. Y étant a r r i v é , il fit la r e v u e de son m o n d e et il l e u r déclara q u e son dessein était d'aller piller la ville de Maracaïbo. Cette ville est située s u r le bord occidental du lac d u m ê m e n o m , v e r s le onzième d e g r é de latitude s e p t e n t r i o n a l e , elle passait p o u r l ' u n e des plus o p u ­ l e n t e s q u e les E s p a g n o l s e u s s e n t s u r la côte, depuis


L'EXPÉDITION

DE

MARACAIBO

77

la Vera-Cruz j u s q u ' à l ' e m b o u c h u r e de la rivière O r é noque. On y c o m p t e a u j o u r d ' h u i de sept à h u i t mille âmes, il y avait a l o r s e n v i r o n u n tiers en m o i n s . Il s'y fait un g r a n d c o m m e r c e de tabac, de cuirs et de cacao par le m o y e n d u lac qui d'un b o u t aboutit à la m e r et se t e r m i n e de l ' a u t r e à plus de cinquante lieues d a n s les t e r r e s . La n a t u r e a formé à son e m b o u c h u r e u n b a n c de sable qui en r e n d l ' e n t r é e difficile et d a n g e r e u s e , ce qui oblige les E s p a g n o l s à e n t r e t e n i r e x p r è s u n pilote pour e n t r e r et sortir les vaisseaux qui se p r é s e n t e n t . Mais l'OIonnais n'était n u l l e m e n t e m b a r r a s s é de ce côté-là, parce qu'il avait avec l u i u n p r a t i q u e qui l u i avait r é p o n d u s u r sa tête de faire franchir s a n s r i s q u e a toute la flotte le passage de cette b a r r e . L a diffi­ culté était de se r e n d r e m a î t r e s d ' u n fort qui c o m ­ m a n d e l'entrée d u lac et o ù l'on savait qu'il y a t o u ­ j o u r s d e u x cent c i n q u a n t e h o m m e s de g a r n i s o n . Mais le n o m b r e ne sert de r i e n q u a n d on m a n q u e de v a l e u r contre des g e n s q u i e n ont b e a u c o u p . L'OIonnais fit a t t a q u e r ce fort e t . il l ' e m p o r t a a p r è s u n e faible résistance de la g a r n i s o n q u i prit la fuite; p u i s , sans t a r d e r , profitant de s o n a v a n t a g e et de la t e r ­ r e u r de ses e n n e m i s , il se mit à l e u r s t r o u s s e s et e n t r a p r e s q u e aussitôt q u ' e u x d a n s Maracaïbo, q u i était alors o u v e r t e de t o u t e part et d o n t le s a l u t dépendait u n i q u e m e n t d u fort q u ' o n venait d ' e n ­ lever. Q u o i q u e l'OIonnais se fût b e a u c o u p pressé il arriva encore trop tard, parce q u e les plus riches b o u r g e o i s , au p r e m i e r bruit d u canon d u fort, se d o u t a n t bien qu'il ne ferait pas u n e l o n g u e r é s i s t a n c e , s'étaient p r o m p t e m e n t j e t é s d a n s des canots avec l e u r a r g e n t


78

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

et l e u r s m e u b l e s les plus précieux et s'étaient retirés à Gibraltar, b o u r g situé de l ' a u t r e côté, v e r s le fond d u lac. La faute q u e lirent a l o r s l e s flibustiers fut de m a n q u e r à les y s u i v r e . Ils s ' a m u s è r e n t p e n d a n t quinze j o u r s à faire b o n n e c h è r e et à piller le peu qui était r e s t é d a n s la ville. Ils p a s s è r e n t ensuite à Gilbraltar, mais ils y t r o u v è r e n t les E s p a g n o l s bien r e t r a n c h é s , de sorte qu'il fallut c o m b a t t r e n o n sans g r a n d e p e r t e de p a r t et d ' a u t r e , q u o i q u e l a victoire se déclarât à l'ordinaire p o u r les flibustiers. Mais q u e l q u e r e c h e r c h e qu'ils firent ils n e p u r e n t t r o u v e r q u ' u n e bien petite partie de l'or et de l ' a r g e n t q u e les E s p a g n o l s avaient caché. Ils b r û l è r e n t le b o u r g , de dépit, et s'en r e t o u r n è r e n t à Maracaïbo où ils m e n a c è r e n t les b o u r g e o i s d'en faire a u t a n t de l e u r ville s'ils n e l a r a n ç o n n a i e n t . Ceux-ci, qui ne d e m a n ­ daient pas m i e u x q u e de se délivrer a u plus tôt de tels hôtes et de se r é d i m e r de l'incendie, l e u r t r o u ­ v è r e n t ce qu'ils d e m a n d a i e n t et l e u r firent, o u t r e cela, p r é s e n t de cinq cents bètes à c o r n e s p o u r les aider à subsister p e n d a n t leur r e t o u r . L ' O l o n n a i s , n ' é t a n t q u ' à d e m i satisfait de s o n butin, n'était pas d'avis de r e p r e n d r e si tôt la r o u t e de SaintD o m i n g u e ; il p r o p o s a à ses c a m a r a d e s d'aller a t t a ­ q u e r la ville de Merida qui est bien a v a n t d a n s les t e r r e s et où ils p o u r r a i e n t achever de s'enrichir. Mais le plus g r a n d n o m b r e n ' é t a n t pas de son s e n t i m e n t , il n'insista point d a v a n t a g e , et, après avoir mis à la voile, e m m e n a n t aussi avec lui u n vaisseau c h a r g é de tabac qu'il avait r e n c o n t r é , il fit r o u t e v e r s le p o r t de Saint-Louis à la côte d u s u d de S a i n t - D o m i n g u e ; mais ne s'étant pas tous t r o u v é s d'accord de p a r ­ t a g e r là l e u r b u t i n , ils en s o r t i r e n t et furent faire ce


L'EXPÉDITION

DE

MARACAIB0

79

partage a u port des Gonaïves, à la côte de l ' o u e s t . Le pillage consistant en j o y a u x , p i e r r e r i e s , or et argent, t a b a c , cacao et esclaves, fut estimé e n v i r o n quatre cent mille é c u s . Un c h a c u n leva son lot et puis l'on appareilla p o u r la T o r t u e . Après q u e l'OIon­ nais e u t dissipé ce q u e lui avait valu le sac de Maracaïbo, il forma u n a u t r e dessein qui fut de t e n t e r s u r le lac de N i c a r a g u a ce qu'il venait d'exécuter s u r le p r e m i e r . Soixante flibustiers avaient depuis p e u s u r ­ pris la ville de G r a n a d a , située s u r le fond de ce l a c , qui n ' a sa tête q u ' à q u a t r e lieues de la m e r du s u d , bien qu'il se d é g o r g e d a n s celle d u n o r d . Q u o i q u e ces a v e n t u r i e r s n ' e u s s e n t pillé q u e q u e l q u e s m a i s o n s , étant en trop petit n o m b r e p o u r y faire u n plus l o n g séjour, ils n ' a v a i e n t j a m a i s fait de si bon v o y a g e . L'OIonnais ne se proposait pas d'en sortir sitôt l o r s ­ qu'il y serait u n e fois et n e se flattait de r i e n m o i n s que d'en e n l e v e r des richesses i m m e n s e s . Il a r m a donc d a n s ce dessein et, c o m m e il y eut de l ' é m u ­ lation e n t r e les flibustiers à qui serait de cette p a r t i e , il se vit en peu de t e m p s à la tête d ' u n a r m e m e n t b e a u c o u p plus fort q u e le p r e m i e r . L e r e n d e z - v o u s fut à M a t a m a n o , s u r la côte s u d de C u b a ; de là, il tira d r o i t v e r s l ' e m b o u c h u r e d u lac. Mais les c o u r a n t s l'ayant i n s e n s i b l e m e n t dérivé j u s q u e d a n s le golfe de H o n d u r a s , il ne s'en p u t tirer q u e l q u e effort qu'il fît, ce qui le d é c o n c e r t a e n t i è r e m e n t . C e p e n d a n t , p o u r n e pas p e r d r e t o u t à fait son t e m p s et sa peine et se d é d o m m a g e r le plus qu'il p o u r r a i t des frais de son a r m e m e n t , il se mit à piller q u e l q u e s petites villes qui d o n n e n t s u r ce golfe, e n t r e 1

1. L'Océan P a c i f i q u e .


80

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

a u t r e s San-Pedro et Puerto Cavallo, m a i s il y t r o u v a p e u de chose, s u r t o u t p e u d ' a r g e n t , à quoi il visait presque uniquement. Il eut, là, avis de l'arrivée de la H o u r q u e qui est u n b â t i m e n t de sept à huit cents t o n n e a u x , qui vient t o u s les a n s d ' E s p a g n e a u x H o n d u r a s p o u r p o u r v o i r aux besoins de la province Guatemala. Il fut la p r e n d r e à l ' a n c r e , là où elle était m o u i l l é e , et il eut l'ait effectivement u n e riche prise si les m a r c h a n d i s e s les plus précieuses n ' e u s s e n t déjà été d é c h a r g é e s et t r a n s p o r t é e s plus a v a n t d a n s les t e r r e s . N ' y a y a n t plus g r a n d e e s p é r a n c e de rien faire, t o u t e la flotte se d é b a n d a et les différents capitaines flibustiers qui la c o m p o s a i e n t furent c h a c u n c h e r ­ cher fortune où ils e s p é r a i e n t la p l u t ô t r e n c o n t r e r . Moyse Vauclin, qui en était v i c e - a m i r a l , fut croiser d e v a n t La H a v a n e où il n e t a r d a pas à faire u n e prise qui valait plus de c i n q u a n t e mille é c u s . Il n ' y e u t q u e l'Olonnais qui n e se laissa pas a b a t t r e par ce r e v e r s de fortune et q u i n ' a b a n d o n n a pas son p r e m i e r dessein. Il r a n i m a ses g e n s et il appareilla t o u t de n o u v e a u p o u r le l a c ; mais son b â t i m e n t étant fort g r a n d et peu m a n i a b l e , il e u t b e a u c o u p de peine à g a g n e r le cap de Gracias à Dios, qu'il lui fallut n é c e s s a i r e m e n t d o u b l e r . Y é t a n t a r r i v é , il fut accueilli d ' u n a u t r e m a l h e u r . S o n vaisseau échoua s u r des récifs d'où l'on n e p u t j a m a i s le t i r e r . Cet accident n e l'abattit pas e n c o r e , il r a m a s s a a u plus tôt les débris de son b â t i m e n t et en fit faire q u e l q u e s b a r q u e s l o n g u e s avec l e s q u e l l e s il appareilla p o u r c o n t i n u e r sa r o u t e . C h e m i n faisant, il e u t la curiosité de d e s c e n d r e à t e r r e à u n e n d r o i t n o m m é des E s p a g n o l s Boca del D r a g o , et des F r a n -


L'EXPÉDITION

DE

MARACAIBO

81

çais B o u c d e r a g u e , où il y a des I n d i e n s q u e les Espagnols n ' o n t encore pas d o m p t é s . Mais, à peine avait-il mis le pied h o r s d u c a n o t qui le portait, q u ' u n e t r o u p e de ces s a u v a g e s t o m b a sur lui et le prit. L'on a su d e p u i s , par q u e l q u e s - u n s de ses c o m ­ p a g n o n s qui s ' é c h a p p è r e n t , qu'il avait été rôti et m a n g é par ces a n t h r o p o p h a g e s . Les a u t r e s flibus­ tiers, a y a n t p e r d u l e u r chef, s'en r e t o u r n è r e n t sans plus r i e n t e n t e r à la T o r t u e où il était c e p e n d a n t arrivé de g r a n d s c h a n g e m e n t s .


VII M.

OGERON

Depuis q u a t r e a n s q u e l'île était r e n t r é e a u p o u v o i r d u Roi, Sa Majesté n e l'avait pas e n c o r e p o u r v u e d ' u n g o u v e r n e u r et l'on y avait laissé u n e e n t i è r e liberté de c o m m e r c e . Les choses c h a n g è r e n t de face, l o r s q u ' u n e t r o u p e de m a r c h a n d s s'étant établie s o u s le n o m de C o m p a g n i e d'Occident, fit c o m p r e n d r e la T o r t u e d a n s ses limites et y e n v o y a u n officier n o m m é M. O g e r o n p o u r y c o m m a n d e r , avec u n o r d r e d u Roi p o u r M. de la Place de quitter le g o u v e r n e m e n t et de r e p a s s e r e n F r a n c e . M. O g e r o n vint m o u i l l e r a u P o r t - M a r g o , d'où il e n v o y a d o n n e r avis a u x h a b i t a n t s de la T o r t u e de son arrivée et de sa c o m ­ mission, n ' o s a n t d'abord y aller l u i - m ê m e parce qu'il craignait q u ' o n n e l'y r e ç û t p a s . Il savait par sa p r o p r e expérience, car il était déjà v e n u a u x îles, quels g e n s c'était q u e les a v e n t u r i e r s et c o m b i e n il serait d a n g e r e u x de l e u r r o m p r e d ' a b o r d en visière, en les forçant de se s o u m e t t r e à u n e c o m p a g n i e q u i


M. OGERON

83

s'était déjà r e n d u e odieuse d a n s les îles d u V e n t et qui, a p r è s q u e l q u e i n t e r r u p t i o n , ne faisait q u e se rétablir s o u s le n o m de C o m p a g n i e d'Occident, a u lieu de celui de C o m p a g n i e de l ' A m é r i q u e q u ' e l l e portait a u p a r a v a n t . Les habitants lui r é p o n d i r e n t qu'ils n'accepteraient j a m a i s l'établissement d ' a u c u n e c o m p a g n i e d o n t ils d u s s e n t d é p e n d r e , m a i s q u e s'il ne v e n a i t q u ' a u n o m d u Roi p o u r les g o u v e r n e r sous son a u t o r i t é , ils le r e c e v r a i e n t avec plaisir p o u r v u q u ' o n n e l e u r interdît pas le c o m m e r c e avec les Hollandais, qui n e les a v a i e n t laissés m a n q u e r de rien d a n s u n t e m p s où l'on ignorait e n c o r e en F r a n c e qu'il y eût des F r a n ç a i s s u r la T o r t u e et à la côte Saint-Domingue. M. O g e r o n fit s e m b l a n t d'acquiescer a u x conditions qu'on lui prescrivit et il se r e n d i t sans t a r d e r à la T o r t u e où il prit possession du g o u v e r n e m e n t q u e M. de la P l a c e , qui était u n parfait h o n n ê t e h o m m e et b o n s e r v i t e u r d u Roi, lui r e m i t sans difficulté q u o i q u e pas sans c h a g r i n de s'en voir dépouillé. Il r e p a s s a depuis en F r a n c e et il se r e t i r a d a n s le P é r i gord d o n t il était o r i g i n a i r e . Son départ affligea b e a u ­ coup la colonie, m a i s l ' h e u r e u x caractère de son successeur l'eut bientôt consolée de cette p e r t e . M. O g e r o n était u n h o m m e é g a l e m e n t p r o p r e à g o u ­ v e r n e r en paix c o m m e en g u e r r e , très e n t e n d u p o u r l'établissement d ' u n e colonie, s a g e , p r u d e n t , discret, équitable, désintéressé, a i m a n t son Roi et sa n a t i o n aux'quels il p r o c u r a t a n t qu'il p u t la gloire. Il affec­ tait en t o u t e occasion de paraître plutôt le père et m ê m e le c a m a r a d e de ses h a b i t a n t s q u e le m a î t r e et le g o u v e r n e u r . Mais, par m a l h e u r , il dépendait d ' u n e c o m p a g n i e d o n t il n e p u t se dispenser de faire valoir


84

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

l e s d r o i t s , quoiqu'il c o n n û t bien qu'ils fussent des plus contraires à l'établissement d ' u n e colonie. L o r s q u ' i l vit son a u t o r i t é u n peu affermie et qu'il c r u t , p a r ses b o n n e s m a n i è r e s , avoir disposé ses h a b i t a n t s à plier s o u s le j o u g de la n o u v e l l e c o m p a ­ g n i e , il n e balança plus à en publier les o r d r e s ; mais il fut bien t r o m p é , parce q u ' a u p r e m i e r c o m m a n d e ­ m e n t qu'il fit de n e plus traiter avec les H o l l a n d a i s , les h a b i t a n t s se r e c r i è r e n t t o u s qu'ils s'étaient déjà expliqués l à - d e s s u s , q u ' e n t o u t cas, d a n s u n e affaire de cette i m p o r t a n c e , il fallait a u p a r a v a n t c o n s u l t e r l e u r s frères b o u c a n i e r s et flibustiers, et s u r t o u t les a u t r e s habitants q u i étaient s u r la G r a n d e - I l e , et q u ' a v a n t de passer o u t r e , on a t t e n d r a i t l e u r r é p o n s e . Elle vint, cette r é p o n s e , plus tôt q u ' o n n e l ' a t t e n ­ dait, mais telle, a p r è s t o u t , q u ' o n la pouvait a t t e n d r e . L a déclaration de M. O g e r o n fut p a r t o u t rejetée, s u r t o u t à la côte de l'ouest où les h a b i t a n t s prirent les a r m e s et firent u n e espèce d'association p o u r se défaire de t o u s ceux qui p a r l e r a i e n t en faveur de la nouvelle compagnie. P e u s'en fallut, à cette n o u v e l l e , q u e c e u x de la T o r t u e n ' e n fissent a u t a n t et n ' e m b a r q u a s s e n t par voie de fait l e u r g o u v e r n e u r p o u r le r e n v o y e r en F r a n c e . Mais le respect et l'affection qu'ils avaient p o u r lui les e m p ê c h è r e n t toujours de se p o r t e r à son é g a r d à a u c u n e violence. M. O g e r o n n'était pas peu e m b a r r a s s é a u milieu de ces t r o u b l e s , il prit e n c o r e u n e fois le parti de dissimuler et d ' a t t e n d r e t o u t d u temps. Il e n v o y a c e p e n d a n t u n e b a r q u e a u x P e t i t e s Antilles, p o u r d e m a n d e r du s e c o u r s au g é n é r a l ; m a i s , a v a n t q u e ce secours a r r i v e , il e u t à souffrir


M. OGERON

85

tout ce qu'on p e u t a t t e n d r e d ' u n tas de révoltés d'aussi m a u v a i s e t r e m p e q u e le p o u v a i e n t ê t r e des gens a c c o u t u m é s depuis l o n g t e m p s à vivre s a n s règle et sans discipline et q u i , t a n t b o u c a n i e r s q u e flibustiers et h a b i t a n t s , s'intéressaient t o u s d a n s cette querelle. Ils s'étaient les uns et les a u t r e s mis d a n s l'esprit, avec q u e l q u e raison a p p a r e n t e , que cette c o m p a g n i e de m a r c h a n d s ne cherchait à établir a u milieu d'eux son a u t o r i t é que p o u r les a s s e r v i r e n s u i t e à son a v a ­ rice, en p r e n a n t par u n e d o u b l e u s u r e l e u r s m a r ­ chandises s u r le pied q u ' e l l e v o u d r a i t et l e u r v e n ­ dant les siennes à u n prix e x o r b i t a n t . S u r ces entrefaites, d e u x vaisseaux de la c o m p a ­ gnie a r r i v è r e n t à la T o r t u e où il firent u n e partie d e leur traite sans a u c u n t r o u b l e et en p a r t i r e n t e n s u i t e pour aller l'achever à la côte de l'ouest de la G r a n d e 11c. M. O g e r o n p r é v o y a n t q u e les h a b i t a n t s de ces q u a r t i e r s - l à , qui a v a i e n t p a r u les plus échauffés contre la c o m p a g n i e , p o u r r a i e n t faire q u e l q u e diffi­ culté p o u r les recevoir, s ' e m b a r q u a d e d a n s p o u r autoriser l e u r c o m m e r c e et apaiser, s'il y avait lieu, les séditieux. Dès q u e ces vaisseaux p a r u r e n t vers L é o g a n e , les h a b i t a n t s , q u i en avaient déjà des n o u v e l l e s , l e u r e n v o y è r e n t signifier qu'ils n e les r e c e v r a i e n t p a s . M. O g e r o n se m o q u a de l e u r refus et se j e t a à l ' i n s ­ tant d a n s u n e c h a l o u p e p o u r aller à t e r r e ; m a i s les m u t i n s qui bordaient le rivage en g r a n d n o m b r e et en b o n n e c o n t e n a n c e , lui c r i è r e n t de n e point a v a n c e r et t i r è r e n t m ê m e q u e l q u e s c o u p s de fusil p o u r l'obli­ ger à r e b r o u s s e r . C'eut été u n e t é m é r i t é p o u r l u i que de se raidir c o n t r e des rebelles qu'il n'avait pas


86

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

la force de s o u m e t t r e . Il r e b r o u s s a d o n c et r e p r i t avec ses vaisseaux la r o u t e de la T o r t u e . Y étant a r r i v é , il apprit qu'il y avait le l o n g de la côte de S a i n t - D o m i n g u e d e u x v a i s s e a u x h o l l a n d a i s qui cherchaient aussi à n é g o c i e r . Il dépêcha a u plus tôt u n exprès à L é o g a n e , p o u r défendre t o u t c o m m e r c e avec ces é t r a n g e r s , mais cela ne servit de r i e n . Ils furent, en dépit de l e u r g o u v e r n e u r , à bord des H o l ­ landais où ils v e n d i r e n t et a c h e t è r e n t ce qu'ils v o u ­ l u r e n t et p r o m i r e n t qu'ils c o n t i n u e r a i e n t t o u j o u r s de négocier avec e u x c o m m e par le passé. L e u r révolte alla si loin q u e les plus m u t i n s s o u ­ t e n a i e n t déjà qu'ils ne devaient d ' o b é i s s a n c e q u ' à Dieu, a p r è s qui la t e r r e où ils étaient n ' a v a i e n t , disaient-ils, d ' a u t r e m a î t r e q u ' e u x - m ê m e s p o u r l'avoir c o n q u i s e a u péril de l e u r vie, s u r u n e n a t i o n qui l'avait occupée e l l e - m ê m e s u r les I n d i e n s . L e s plus m o d é r é s n e refusaient pas d'obéir au R o i , m a i s ils protestaient t o u s qu'ils ne souffriraient j a m a i s q u ' u n e c o m p a g n i e de m a r c h a n d s associés, disaientils, p o u r l e u r c o u p e r la g o r g e , exécutât s o n dessein en v e n a n t recueillir pour elle seule t o u t le fruit de l e u r s t r a v a u x et de l e u r s c o n q u ê t e s . Les u n s et les a u t r e s d é l i b é r è r e n t a l o r s s'ils n ' i r a i e n t pas a t t a q u e r la T o r t u e où ils n e m a n q u e ­ r a i e n t pas de b o n n e s i n t e l l i g e n c e s , p o u r se saisir d u g o u v e r n e u r et des officiers de la c o m p a g n i e , et les faire t o u s r e p a s s e r en F r a n c e . Mais, c o m m e ils v i r e n t q u e M. O g e r o n n ' e n t r e p r e n a i t r i e n c o n t r e e u x , ils n e r e m u è r e n t pas e u x - m ê m e s d a v a n t a g e , satisfaits d'avoir mis j u s q u ' a l o r s la victoire de l e u r côté et ne doutant nullement vu leur résolution désespérée, de l'y retenir, qu'elle n ' y d û t toujours d e m e u r e r .


M. OGERON

87

Ils se flattaient q u e M. O g e r o n , e n n u y é de se m o r ­ fondre d a n s son g o u v e r n e m e n t où il n e pouvait faire valoir ses o r d r e s , quitterait de l u i - m ê m e la partie et ne tarderait pas à s'en a l l e r ; mais ils se t r o m p è ­ rent fort d a n s l e u r s conjectures et il en a r r i v a t o u t autrement. L e s e c o u r s que le g o u v e r n e u r avait e n v o y é s o l l i ­ citer a u x îles d u V e n t , arriva plus tôt et plus g r a n d qu'on n e l'avait e s p é r é . L e chevalier de L o u r d i s y était a l o r s avec u n e escadre des v a i s s e a u x d u R o i . Dès qu'il eut appris ce qui se passait à la T o r t u e , il détacha M. de G a b a r e t avec trois b â t i m e n t s s u r l e s ­ quels il mit q u a t r e cents soldats qu'il e n v o y a à M. O g e r o n . A l'approche de ces vaisseaux, les h a b i t a n t s de la T o r t u e iirent m i n e de se "mutiner, c r o y a n t q u ' o n voulait les r é d u i r e par la force, m a i s ils m i r e n t bas les a r m e s dès q u e M. O g e r o n , avec sa d o u c e u r et sa m o d é r a t i o n o r d i n a i r e s , leur e u t p r o m i s qu'il ne l e u r serait fait a u c u n m a l et q u ' o n l e u r d o n n e r a i t u n e j u s t e satisfaction s u r les d e m a n d e s qu'ils p o u r r a i e n t faire. Enfin, a p r è s avoir bien d i s p u t é , on c o n v i n t , de part et d ' a u t r e , q u e tout n a v i r e français a u r a i t la liberté de trafiquer à la T o r t u e et côte S a i n t D o m i n g u e , en payant cinq p o u r cent d ' e n t r é e et de sortie à la c o m p a g n i e ; mais q u e t o u t c o m ­ merce serait interdit p o u r j a m a i s avec les é t r a n g e r s , spécialement avec les H o l l a n d a i s . Cet accord a y a n t été signé, des d é p u t é s de la T o r ­ tue s e m b a r q u è r e n t à l'instant d a n s les vaisseaux avec M. O g e r o n , p o u r aller le faire ratifier par les habitants de L é o g a n e où l'on s'attendait de t r o u v e r de fortes o p p o s i t i o n s .


88

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

L e s avis y furent, en effet, p a r t a g é s ; le plus g r a n d n o m b r e opinait à y s o u s c r i r e , mais d ' a u t r e s , qui avaient à l e u r tète u n n o m m é L i m o u s i n , insistaient à ce q u ' o n n ' e n fit r i e n , et v o u l a i e n t q u ' o n levât t o u t de bon l ' é t e n d a r d de rébellion, p u i s q u ' o n était assez forts p o u r le faire i m p u n é m e n t ; les t r o u p e s , d o n t on voulait l e u r faire p e u r , n ' é t a n t pas capables de les r é d u i r e . P o u r t a n t , c o m m e n ç a n t à a p p r é h e n d e r les suites de l e u r r é v o l t e , s'ils c o n t i n u a i e n t d'y persister, ils finirent par signer et ce fut u n n o m m é « la P l u m e » qui le lit, a u n o m de t o u t ce qu'il y avait là d'habitants, de b o u c a n i e r s , et de flibustiers, d o n t le n o m b r e allait à près de m i l l e . L a paix faite, on but en c é r é m o n i e , a u x a c c l a m a t i o n s de la m u l t i ­ t u d e , et, p a r m i le bruit du c a n o n et de la m o u s q u e lerie, a u x santés du Roi, de la C o m p a g n i e , de M. O g e r o n et de M. de G a b a r e t . A p r è s quoi ce d e r ­ nier r e p r i t la r o u t e de F r a n c e . M. O g e r o n r e t o u r n a aussi à la T o r t u e , mais sans avoir pu digérer l'affront q u e le n o m m é L i m o u s i n avait v o u l u lui faire à la tête de son p a r t i . Il résolut d'en tirer raison à q u e l q u e prix q u e ce fût, afin d'achever d'établir, par u n coup d'éclat, l'aulorilé de la c o m p a g n i e et la s i e n n e s u r ces nouvelles colonies. S'étant, d a n s cette v u e , r e n d u de n o u v e a u à L é o g a n e d a n s u n e b a r q u e , il fut, avec d e u x h o m m e s , s u r p r e n d r e p e n d a n t la nuit le L i m o u s i n d a n s u n e espèce de h u t t e où il d e m e u r a i t . C o m m e cet h o m m e se sentait c o u p a b l e et qu'il craignait q u e tôt ou tard on n e se saisît de sa p e r ­ s o n n e , il avait la précaution de ne j a m a i s p r e n d r e do r e p o s , qu'il n ' e û t u n chien attaché a u pied de s o n


M. OGERON

89

lit, afin qu'il le réveillât a u p r e m i e r b r u i t ; mais le chien se t u t cette fois-là et laissa p r e n d r e son m a î t r e sans a b o y e r . M. O g e r o n conduisit sa proie à son bord où il voulait en disposer à loisir, mais s'apercevant que les a v e n t u r i e r s n e r e m u a i e n t n u l l e m e n t p o u r ce qu'il venait de faire, et qu'ils paraissaient n ' y point p r e n d r e de part, il v o u l u t é p r o u v e r j u s q u ' o ù pourrait aller leur patience qui était déjà plus g r a n d e qu'on a u r a i t pu l ' e s p é r e r . Il l e u r e n v o y a o r d r e de se m e t t r e à certain j o u r sous les a r m e s , et ils y p a r u r e n t a u n o m b r e de plus de huit cents ; et p u i s , étant d e s c e n d u à t e r r e avec son prisonnier, u n prêtre et le b o u r r e a u , il fit p e n d r e le L i m o u s i n e n présence de t o u t ce m o n d e a s s e m b l é , à u n a r b r e , appelé raisinier, d a n s u n e n d r o i t n o m m é la P o i n t e , proche le bord de la m e r . Il n ' y eut p e r s o n n e qui osa faire a u c u n m o u v e ­ m e n t en faveur d u c o u p a b l e , ce qui fit dire à M. O g e r o n , e n vaillant, « qu'il n ' e û t j a m a i s cru que les a v e n t u r i e r s fussent de si b o n n e s g e n s . » Cette m a n i è r e de p l a i s a n t e r , qui était fort de l e u r goût, et qu'il s'était r e n d u à dessein fort o r d i n a i r e , acheva de lui g a g n e r le c œ u r d ' u n c h a c u n . Ils l u i promirent tout de n o u v e a u u n e fidélité i n v i o l a b l e , dont ils ne s'écartèrent plus ; c o m m e a u s s i M. O g e ­ ron accomplit a l o r s u n point i m p o r t a n t a u q u e l il s'était e n g a g é et qui perfectionna b e a u c o u p la c o l o ­ nie.


VIII LES

AVENTURIÈRES

D a n s le fort de la révolte d o n t n o u s a v o n s p a r l é , u n j o u r q u e ce g o u v e r n e u r faisait s e m b l a n t d'être en g r o s s e colère c o n t r e les a v e n t u r i e r s , il dit a v e c dessein, q u o i q u ' o n c r û t q u e cela lui était échappé : — C o r b l e u , — c'était son j u r e m e n t o r d i n a i r e , — j e ferai v e n i r à t o u s ces coquins-là des chaînes de F r a n c e ! — On ne c o m p r i t pas alors ce qu'il voulait dire, mais le m y s t è r e n e t a r d a pas à se d é c o u v r i r par l'arrivée d ' u n n a v i r e c h a r g é de filles q u e la C o m ­ pagnie envoyait p o u r fixer u n p e u , en les m a r i a n t , le génie inquiet et t u r b u l e n t des a v e n t u r i e r s . 11 est à r e m a r q u e r q u e j u s q u ' à ce t e m p s - l à , il n ' y avait e n c o r e a u c u n e femme à la côte de S a i n t D o m i n g u e et qu'elles étaient des plus r a r e s à la T o r t u e o ù l'on en comptait a u plus q u e q u a t r e ou cinq, quoi­ q u e le n o m b r e des a v e n t u r i e r s , qui avaient établi l e u r d e m e u r e d a n s ces lieux, fût de q u a t r e mille e n v i r o n . Ce s e c o u r s fit merveille, q u o i q u ' e n soi fort petit,


LES

AVENTURIÈRES

91

et peu p r o p o r t i o n n é a u besoin q u ' o n en avait, car elles n'étaient q u e c i n q u a n t e en t o u t ; ce qui fit q u e , par allusion a u x c o m p a g n i e s des lanciers e s p a g n o l s , cette t r o u p e fut appelée « la C i n q u a n t a i n e », s u i v a n t la c o u t u m e q u ' o n avait d'attacher u n n o m bizarre à tous ceux q u ' o n i n c o r p o r a i t p a r m i les a v e n t u r i e r s . L'on n e savait pas t r o p q u e l motif avait e n g a g é ces filles à passer ainsi a u b o u t d u m o n d e ; m a i s cela i m p o r t a i t p e u , et c'était de quoi l'on n e s'infor­ mait pas, parce q u ' o n n ' y r e g a r d a i t pas de si près dans ces p r e m i e r s t e m p s . Elles n e t a r d è r e n t pas à trouver des partis a v a n t a g e u x par les alliances qu'elles firent avec les plus riches h a b i t a n t s à q u i il ne m a n q u a i t plus q u e cela p o u r les r a m e n e r à des m œ u r s plus douces et plus h o n n ê t e s , et p o u r l e u r faire p e r d r e u n certain esprit de libertinage et d ' i n ­ dépendance d a n s le t e m p s de l e u r s c o u r s e s s u r m e r ou dans les bois. Ainsi la colonie a c q u i t a l o r s en q u e l q u e sorte sa perfection en r e c e v a n t , par l'arrivée de ces femmes, l ' u n i q u e et d e r n i e r o r n e m e n t qui lui m a n ­ quait e n c o r e . Mais ces m è r e s fondatrices de n o s colonies n e r e s s e m b l è r e n t pas à la l u m i è r e qui se c o m m u n i q u e sans r i e n p e r d r e de sa clarté et sans se souiller des mauvaises qualités des corps s u r lesquels elle se répand. Les femmes servirent b e a u c o u p à a d o u c i r l ' h u m e u r b r u s q u e et b o u r r u e des h a b i t a n t s , mais ce qu'elles l e u r c o m m u n i q u è r e n t de l e u r d o u c e u r fut autant de p e r d u p o u r elles et elles n ' e n r e ç u r e n t e n échange q u ' u n peu de leur air m a r t i a l et t r o p libre, dont la m o d e s t i e de l e u r sexe avait peine à s ' a c c o m ­ moder.


92

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Ces nouvelles b o u c a n i è r e s et flibustières apprirent bientôt à m a n i e r des a r m e s c o m m e l e u r s m a r i s et on les vit quelquefois, à l e u r e x e m p l e , c o u r i r les bois et a b a t t r e le t a u r e a u et le s a n g l i e r c o m m e aussi, faire e n t r e elles le coup de pistolet o u m ê m e contre de vieux g u e r r i e r s , avec qui elles osaient se m e s u r e r , en sorte q u ' o n les eût prises p o u r a u t a n t d'héroïnes et d ' a m a z o n e s . Quoi qu'il en soit, r i e n ne vint plus à propos que ce s e c o u r s p o u r établir la colonie ; et la c o m p a g n i e en e u t u n si p r o m p t p l a c e m e n t , car elles furent v e n d u e s au plus offrant et d e r n i e r e n c h é r i s s e u r , que M. O g e r o n r e n v o y a le plus tôt qu'il p u t le m ê m e vaisseau en F r a n c e p o u r en a m e n e r u n e nouvelle c a r g a i s o n , qui ne t a r d a pas d ' a r r i v e r . 11 eut été à s o u h a i t e r q u ' o n eût c o n t i n u é de la m ê m e façon à e n v o y e r u n n o m b r e de femmes p r o ­ p o r t i o n n é à celui des a v e n t u r i e r s , car, s'il avait été à propos q u e les p r e m i e r s F r a n ç a i s l o r s de la c o n ­ q u ê t e de la T o r t u e et de S a i n t - D o m i n g u e n ' e u s s e n t a u c u n e n g a g e m e n t de crainte q u e les f e m m e s , d'ail­ l e u r s plus e m b a r r a s s a n t e s q u ' u t i l e s , ne l e u r e u s s e n t a m o l l i le c o u r a g e ; ainsi il était t e m p s , alors q u ' o n n e craignait plus g u è r e l ' E s p a g n o l , d ' a r r ê t e r , par le m a r i a g e , u n n o m b r e p r e s q u e infini de g a r ç o n s qui se t r o u v a i e n t s u r ces côtes ou qui y v i n r e n t d a n s la suite et qui, faute de cela, ont passé ailleurs ou bien ont fini l e u r s j o u r s s u r les m ê m e s lieux, s a n s laisser do postérité. C'est là, à m o n avis, u n e des plus g r a n d e s fautes q u ' o n ait c o m m i s e s d a n s l'établisse­ m e n t de ces colonies, qui, par l'omission d ' u n point si i m p o r t a n t , s o n t d e m e u r é e s faibles et peu fournies j u s q u ' à ce j o u r , le petit n o m b r e d'enfants qui s o n t


LES

AVENTURIÈRES

93

provenus des p r e m i e r s m a r i a g e s a y a n t été de b e a u ­ coup insuffisant p o u r r e m p l a c e r les anciens h a b i t a n t s qui sont v e n u s à m o u r i r . M. O g e r o n qui, dès l o r s , prévoyait t o u t e s ces suites, ne négligea r i e n p o u r les prévenir, mais il fut mal secondé ; p o u r t a n t , il vint e n c o r e de t e m p s en t e m p s de nouvelles r e c r u e s de filles, en qualité d'engagées p o u r trois a n s , sans c o m p t e r b e a u c o u p d'autres qui y v e n a i e n t libres ou avec l e u r s m a r i s . Mais cet e n g a g e m e n t de filles, q u ' o n r e n d a i t par là esclaves, a été défendu par la suite c o m m e sujet à de g r a n d s i n c o n v é n i e n t s , de sorte q u e cette m a r ­ chandise est a u j o u r d ' h u i de c o n t r e b a n d e s u r ces côtes où elle serait d'ailleurs fort inutile depuis que Dieu a t e l l e m e n t d o n n é sa bénédiction s u r les mariages, que n o s colonies c o m m e n c e n t à four­ miller d'enfants et, q u ' e n particulier, l'on y v e r r a avant p e u , c o m m e d a n s les a u t r e s p a y s , plus de femmes ou de filles q u e d ' h o m m e s et de g a r ç o n s . Après que M. O g e r o n e u t pacifié tous les t r o u b l e s de la colonie et qu'il l ' e u t mise en état de se p e r p é ­ tuer par des alliances légitimes et sacrées, il s'appliqua à la faire fleurir et à l ' a u g m e n t e r par t o u s les moyens q u e son i n d u s t r i e a n i m é e et s o u t e n u e de son zèle lui p u t s u g g é r e r . Il avait déjà r e m a r q u é que p l u s i e u r s b o u c a n i e r s et flibustiers n e c o n t i ­ nuaient l e u r vie libertine q u e faute de certains secours nécessaires à qui e n t r e p r e n d de s'établir. P o u r r e m é d i e r à cela, il e n g a g e a les S e i g n e u r s de sa C o m p a g n i e à faire des a v a n c e s à c e u x qui v o u ­ lurent se r e n d r e h a b i t a n t s et il e n avança b e a u c o u p l u i - m ê m e de ses p r o p r e s fonds et sans i n t é r ê t s . P o u r m i e u x m e t t r e en pratique ses b o n n e s i n t e n -


94

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

t i o n s , il fit achat de d e u x navires qu'il e n v o y a tour à tour en F r a n c e p o u r son c o m p t e afin q u e , par ce v o y a g e alternatif, il e n tirât ou y e n v o y â t en tous t e m p s ce qu'il voulait. L ' o n e û t dit q u e ces deux navires étaient m o i n s les siens q u e ceux de t o u t e la colonie. Un c h a c u n y e m b a r q u a i t ses d e n r é e s à un fret t r è s m o d i q u e et, lorsqu'ils r e t o u r n a i e n t chargés de celles d ' E u r o p e , ce g é n é r e u x g o u v e r n e u r les étalait à la v u e d u public et les m e t t a i t p o u r ainsi dire à sa discrétion, sans r i e n exiger s u r - l e - c h a m p des a c h e t e u r s , pas m ê m e de billet, mais se conten­ t a n t d ' u n e p r o m e s s e verbale de le satisfaire q u a n d ils p o u r r a i e n t ; j u s q u e - l à qu'il usait quelquefois d'une d o u c e violence à cet é g a r d e n v e r s ceux qui, par u n e certaine timidité n a t u r e l l e , c r a i g n a i e n t de s'engager m a l à p r o p o s , ou n ' o s a i e n t lui r i e n d e m a n d e r . Les b o n n e s qualités d ' u n esprit si bien fait et d ' u n c œ u r si g é n é r e u x , n e p o u v a i e n t m a n q u e r de l u i a t t i r e r , de la part des a v e n t u r i e r s , u n d é v o u e m e n t e n t i e r et u n e parfaite s o u m i s s i o n , q u o i q u e ces esprits grossiers et b r u t a u x n e fussent g u è r e accou­ t u m é s d'obéir à des c o m m a n d e m e n t s et, e n c o r e m o i n s , à m a r q u e r de la r e c o n n a i s s a n c e e n v e r s leurs bienfaiteurs. Sa r é p u t a t i o n eut bientôt volé j u s ­ q u ' a u x P e t i t e s - A n t i l l e s , d'où le bruit de ses largesses attira q u a n t i t é d ' h a b i t a n t s . On e u t aussi avis en F r a n c e , c o m m e on facilitait à S a i n t - D o m i n g u e les voies d ' a m a s s e r d u bien et il ne tarda pas à en v e n i r des familles e n t i è r e s , p a r t i c u l i è r e m e n t de la p r o ­ vince d'Anjou où M. O g e r o n était le plus c o n n u parce qu'il en était o r i g i n a i r e . L e s flibustiers de l e u r côté a c c o u r u r e n t aussi de t o u t e part à la T o r t u e , parce q u ' y a y a n t g u e r r e alors


LES

AVENTURIÈRES

95

entre les E s p a g n o l s et les P o r t u g a i s , M. O g e r o n avait eu soin de faire v e n i r des c o m m i s s i o n s p o r t u g a i s e s ' qu'il distribuait a u x corsaires q u i l u i en d e m a n d a i e n t et qui, m u n i s de ces p o u v o i r s , faisaient tous les j o u r s de riches prises s u r les E s p a g n o l s , sans c o u r i r les mêmes r i s q u e s q u ' e n faisant c o m m e à l'ordinaire la course sans c o m m i s s i o n d ' a u c u n e a u t o r i t é s o u v e ­ raine. Mais si M. O g e r o n e u t ainsi g r a n d soin d ' a c ­ croître le n o m b r e de t o u t e s les espèces d ' a v e n t u ­ riers, ce n'était q u ' e n v u e de c h a n g e r u n j o u r les flibustiers et b o u c a n i e r s en h a b i t a n t s , et, en a t t e n ­ dant, de les faire servir de défense et d'appui c o n t r e les i n c u r s i o n s des E s p a g n o l s . De cette façon le n o m b r e des h a b i t a n t s se m u l t i p l i a de telle s o r t e , qu'ayant été j u s q u ' a l o r s le plus petit, il c o m m e n ç a à l ' e m p o r t e r s u r celui des b o u c a n i e r s et des flibus­ tiers, mais n o n pas s u r celui des e n g a g é s qui d e m e u r a e n c o r e l o n g t e m p s le plus g r a n d de t o u s . Il en arrivait quelquefois j u s q u ' à d e u x ou trois cents dans u n s e u l n a v i r e . Ce fut en ce temps-là q u ' o n c o m m e n ç a de défri­ cher la côte d u n o r d de la G r a n d e - I l e , d e p u i s le Port-de-Paix jusqu'au Port-Margot inclusivement. M. Oger on en d o n n a l u i - m ê m e l ' e x e m p l e d a n s ce dernier q u a r t i e r , p a r u n e belle habitation qu'il lit établir près de la m e r , et s u r laquelle il e u t d a n s la suite j u s q u ' à d e u x cents e n g a g é s . Ce n'était pas sans de g r a n d s risques q u ' o n s ' e n r i ­ chissait d a n s ces p r e m i e r s t e m p s , car l ' E s p a g n o l , qui avait t r o u v é l'adresse d'affamer les b o u c a n i e r s , et d'en d i m i n u e r par là le n o m b r e , n e s'attachait p r e s q u e plus q u ' à s u r p r e n d r e les habitants et à t o m ­ ber s u r e u x a u d é p o u r v u . P l u s i e u r s , de cette façon,


96

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

furent égorgés de n u i t d a n s l e u r s lits o u de jour, m ê m e , a u milieu de l e u r s habitations. Ils furent obligés, p o u r se g a r a n t i r de ces s u r p r i s e s , de s'at­ t r o u p e r s u r le soir p l u s i e u r s voisins e n s e m b l e et de former p e n d a n t la n u i t u n corps de g a r d e . P o u r le j o u r , ils n'allaient j a m a i s a u travail q u ' a r m é s , traî­ n a n t l e u r s fusils a p r è s eux à m e s u r e qu'ils a v a n ­ çaient d a n s les r a n g s de t a b a c . M. O g e r o n , e x t r ê ­ m e m e n t irrité de cette m a n i è r e d'agir des E s p a g n o l s , s o n g e a t o u t de bon à s'en v e n g e r et à l e u r faire voir q u e ce n'était rien m o i n s q u e la p e u r qui l'avait obligé à se tenir j u s q u ' a l o r s s u r la simple défensive. E n effet, il n e s'était t e n u en r e p o s depuis trois ans qu'il était p a r v e n u a u g o u v e r n e m e n t q u e pour s u i v r e les o r d r e s d u Roi de n e faire a u c u n e hosti­ lité c o n t r e l ' E s p a g n e avec laquelle on était en paix depuis le traité des P y r é n é e s , de l'an 1659.


IX REPRISE

DE LA GUERRE LES ESPAGNOLS

CONTRE

La g u e r r e s'étant a l l u m é e t o u t de n o u v e a u en E u r o p e e n t r e les d e u x n a t i o n s , les a v e n t u r i e r s se virent p a r là d a n s u n e entière liberté d'agir et de pousser à l e u r t o u r l e u r s e n n e m i s , d o n t ils n'avaient pas été é p a r g n é s en pleine paix. Les E s p a g n o l s s'étaient c r u s en droit d'en u s e r de la s o r t e , sous prétexte q u e la T o r t u e n'avait été cédée à la F r a n c e par a u c u n t r a i t é , de sorte q u e ceux qui l'habitaient étaient, disaient-ils, des u s u r p a t e u r s q u ' o n p o u ­ vait e x t e r m i n e r sans s c r u p u l e s . Mais, n ' a y a n t p u venir à b o u t de l e u r dessein, ils faillirent e u x m ê m e s se voir chasser de la G r a n d e - I l e où ils n e se tinrent p r e s q u e plus q u e s u r la défensive. L e d e s ­ sein de M. O g e r o n était d'aller piller la ville de S a i n t - D o m i n g u e , m a i s cette e n t r e p r i s e p a r u t trop hardie et le succès t r o p d o u t e u x à bien des g e n s , d ' a u t a n t q u e cette ville pouvait, en m o i n s de v i n g t 7


98

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u a t r e h e u r e s , m e t t r e trois mille h o m m e s s u r pied et q u e ses h a b i t a n t s étaient e n c o r e t o u t fiers de la victoire r e m p o r t é e s u r l'amiral P e n , douze ans a u p a r a v a n t . On se d é t e r m i n a d o n c p o u r la ville de Santo Jago de los Caballeros qui, q u o i q u e la seconde de l'île e n g r a n d e u r et en dignité, n'avait pas dans t o u t e sa d é p e n d a n c e plus de six à sept cents c o m ­ battants. Cette ville est assise à quatorze lieues de la m e r , a u n o r d de P u e r t o de Plata, qui est son e m b a r c a ­ d è r e , d a n s u n e plaine des plus r i a n t e s et des plus fertiles de l'île, s u r le bord de la Rivière Y a q u i qui r o u l e l'or p a r m i son sable et q u i , se d é c h a r g e a n t d a n s la m e r a u p r è s de Monte-Christi, en p r e n d le n o m p a r m i les F r a n ç a i s . L a ville est m a l bâtie, à l'exception des églises, et assez p a u v r e c o m m e le s o n t c o m m u n é m e n t les villes e s p a g n o l e s de l ' A m é ­ r i q u e q u i ne sont pas placées près de la m e r , elle n e fait c o m m e r c e q u e de cuir et de suif, t o u t e s les richesses de ses h a b i t a n t s c o n s i s t a n t en bétail d o n t l'on voit des t r o u p e a u x i n n o m b r a b l e s d a n s les s a ­ v a n e s qui en d é p e n d e n t . C'étaient les habitants de cette ville qui i n c o m m o ­ daient a l o r s le plus des colonies françaises et ce fut aussi s u r e u x q u e fut fondre l ' o r a g e qui se p r é p a r a i t . L ' o n choisit p o u r chef de cette expédition u n capi­ taine flibustier n o m m é de l'Ile, h o m m e de c œ u r et d ' e x p é r i e n c e . 11 fut m e t t r e à t e r r e à P u e r t o de P l a t a , avec trois o u q u a t r e cents a v e n t u r i e r s qui v o u l u r e n t ê t r e de l ' e n t r e p r i s e , car M. O g e r o n n ' y contraignit p e r s o n n e , j u g e a n t q u e ce n o m b r e de v o l o n t a i r e s qui s'étaient p r é s e n t é s d'abord était plus q u e suffisant, à cause de la s u p é r i o r i t é de nos a r m e s s u r celles des


REPRISE

DE LA GUERRE

CONTRE

LES ESPAGNOLS

99

Espagnols. Il s'agissait, a v a n t d'arriver à la ville, de faire quatorze lieues, p r e s q u e t o u j o u r s a u t r a v e r s des bois et, le plus s o u v e n t , par de certains défilés où d e u x ou trois h o m m e s a u plus p o u v a i e n t m a r ­ cher de front. L e s F r a n ç a i s se tenaient s u r l e u r s gardes, de crainte de d o n n e r d a n s q u e l q u e e m b u s ­ cade ; m a i s , à l e u r g r a n d é t o n n e m e n t , il n e se p r é ­ senta-personne qui e n t r e p r î t de l e u r disputer le p a s ­ sage, de sorte q u e , sans a u c u n c o m b a t , ils e n t r è r e n t dans S a n J a g o , qu'ils t r o u v è r e n t e n t i è r e m e n t a b a n ­ donné. L e s h a b i t a n t s n ' a v a i e n t osé les a t t e n d r e , et s'étaient r e t i r é s plus à l'est v e r s la b o u r g a d e de la Véga. L e s a v e n t u r i e r s n ' y t r o u v è r e n t q u e ce q u ' o n n'avait pu e m p o r t e r ; p o u r t a n t , c o m m e ils e u r e n t t o u t le t e m p s d'y faire des p e r q u i s i t i o n s , ils d é c o u v r i r e n t à la fin q u e l q u e s t r é s o r s c a c h é s . Car, a p r è s t o u t , cette ville, q u i avait été o p u l e n t e autrefois et q u ' o n n'avait j a m a i s pillée, n'était pas e n t i è r e m e n t d é p o u r ­ vue de richesses, q u ' o n y a p p o r t a i t m ê m e d'ailleurs, c o m m e d a n s u n lieu s û r , p o u r ê t r e situé loin de la mer. Des partis furent détachés p o u r faire des courses dans les e n v i r o n s , d'où ils r a m e n è r e n t q u e l ­ que peu de p r i s o n n i e r s q u ' o n r a n ç o n n a . Mais c o m m e on ne p u t p r e n d r e la p l u p a r t des m a î t r e s des H a t o s , on fit t o u t le d é g â t q u ' o n p u t p a r m i l e u r bétail, s a n s que, p e n d a n t t o u t e s ces e x é c u t i o n s , les E s p a g n o l s aient fait m i n e de vouloir s'y o p p o s e r . L e s flibustiers, ne t r o u v a n t plus r i e n à p r e n d r e ni à d é t r u i r e , s'en r e t o u r n è r e n t d a n s le m ê m e succès qu'ils étaient v e n u s , a p r è s avoir, a u p a r a v a n t , obligé les E s p a g n o l s de foncer vingt-cinq mille piastres p o u r le r a c h a t d e leur ville qui, à ce prix-là, fut s a u v é e des flammes Cette expédition valut à c h a q u e a v e n t u r i e r trois


100

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

cents écus et d o n n a b e a u c o u p d'ascendant a u x F r a n ­ çais s u r les E s p a g n o l s qui, depuis ce t e m p s - l à , com­ m e n c è r e n t à d é s e s p é r e r de se rétablir j a m a i s dans l'entière possession de S a i n t - D o m i n g u e . L ' o n ne parlait alors q u e des prises q u e les flibustiers fai­ saient, t o u s les j o u r s , de vaisseaux e s p a g n o l s et de l e u r s descentes s u r les côtes de cette n a t i o n où ils pillaient, n o n s e u l e m e n t des villes, mais e n c o r e des provinces entières et e n e m p o r t a i e n t u n butin i n c r o y a b l e en or, a r g e n t et esclaves. Les capitaines les plus fameux p a r m i les F r a n ç a i s furent a l o r s , o u t r e celui d o n t n o u s v e n o n s de p a r l e r , Vauclin, T r i b u t o r , le B a s q u e , O u i n e t . P a r m i les Anglais : R o c , David, Mansfeld, M o r g a n . L e s villes de C o m a n a , de Coro, d e S a i n t e - M a r t h e , de C a r a q u e , furent prises en diffé­ r e n t e s e x p é d i t i o n s . Celle de Maracaïbo le fut u n e s e c o n d e fois p a r le B a s q u e , quoiqu'il n ' e û t a v e c lui q u e q u a r a n t e h o m m e s . Il s'en r e n d i t m a î t r e par s u r ­ p r i s e , s'étant saisi à la faveur de la n u i t des p e r ­ s o n n e s les plus considérables de la ville. Mais c r a i ­ g n a n t d'être a t t a q u é , dès q u e le j o u r paraîtrait, par u n e n o m b r e u s e b o u r g e o i s i e , il e u t l ' a d r e s s e d'enfer­ m e r ses p r i s o n n i e r s d a n s la g r a n d e église où il m e n a ç a de les faire t o u s périr en cas q u ' o n fît lem o i n d r e m o u v e m e n t en l e u r faveur, et si l'on refu­ sait de lui d o n n e r la r a n ç o n qu'il d e m a n d a i t . Il fallut en passer p a r t o u t ce q u e cet a v e n t u r i e r v o u l u t ; il sortit e n s u i t e de la ville en plein j o u r , t e n a n t , lui et ses g e n s , le pistolet ou le sabre s u r ses p r i s o n ­ n i e r s qu'il n e r e n v o y a q u e l o r s q u ' i l fut e m b a r q u é et h o r s de t o u t r i s q u e . L a paix qui se fit cette a n n é e à Aix-la-Chapelle, laissa u n peu les E s p a g n o l s r e s p i r e r des c h a u d e s


REPRISE

DE LA GUERRE

CONTRE

LES ESPAGNOLS

101

alarmes q u ' o n avait c o m m e n c é de l e u r d o n n e r . L e s flibustiers avaient peine à s ' a c c o m m o d e r de cette paix, s o u s p r é t e x t e , disaient-ils, de n ' y avoir pas donné l e u r c o n s e n t e m e n t et de n'avoir pas m ê m e été appelés a u x conférences. P l u s i e u r s s u c c o m b è r e n t à la tentation de la r o m p r e et se r e n d i r e n t forbans. Celui qui se distingua le plus fut M o r g a n , anglais de nation, qui s'étant mis à la tète d'environ mille h o m m e s , d o n t près de la moitié étaient français, entreprit d'aller saccager la n o b l e ville de P a n a m a ; il fut d é b a r q u e r son m o n d e a u b o u r g de Cruz, à cinq lieues de P a n a m a . De là, il s'avança en o r d r e de bataille c o n t r e les E s p a g n o l s , qui, a u n o m b r e de trois mille, l'attendaient de pied ferme dans u n e grande s a v a n e . Ceux-ci avaient de plus à l e u r tête deux cents t a u r e a u x qu'ils p r é t e n d a i e n t p o u s s e r e n furie c o n t r e les flibustiers, a u m o m e n t où ils p a r a î ­ traient. Mais, il en a r r i v a tout a u t r e m e n t , parce q u e les t a u r e a u x , é p o u v a n t é s des cris et du feu des flibus­ tiers, se r e n v e r s è r e n t s u r l e u r s m a î t r e s d o n t ils avancèrent, par ce m o y e n , la d é r o u t e qui fut e n t i è r e , en sorte q u e les fuyards et les victorieux e n t r è r e n t ensemble d a n s la ville. Les a v e n t u r i e r s la m i r e n t a u pillage p e n d a n t plusieurs j o u r s ; ils r e t o u r n è r e n t j u s q u ' a u fort d e Chagre où se devait p a r t a g e r le b u t i n . Mais ils furent délivrés de cet e m b a r r a s , parce q u e M o r g a n , d'intel­ ligence avec q u e l q u e s A n g l a i s , en e m b a r q u a la n u i t tout le m e i l l e u r dans u n vaisseau et fit voile p o u r la J a m a ï q u e , ne laissant g u è r e p o u r p a r t a g e à t o u s les autres q u e le désespoir et la confusion. Ceux qui c r u r e n t pouvoir tirer raison de cette insulte, s u i v i r e n t Morgan à la J a m a ï q u e . P r e s q u e


102

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

t o u s les F r a n ç a i s r e v i n r e n t à la T o r t u e fort h o n t e u x d'avoir e n t r e p r i s u n e g u e r r e injuste d o n t ils avaient tiré si peu d ' a v a n t a g e s . Cela en e n g a g e a plusieurs à a b a n d o n n e r la c o u r s e et à se faire h a b i t a n t s .


X GUERRE

CONTRE

LES

HOLLANDAIS

On c o m m e n ç a i t alors à défricher la fameuse plaine du Cap F r a n ç a i s , douze lieues à l'est de la T o r t u e . L'on c o m m e n ç a p a r l'endroit où est a u j o u r d ' h u i la ville de ce n o m , d o n t la plus g r a n d e partie d u t e r ­ rain était occupée par u n n o m m é Gobin, calviniste de religion, qui fut le p r e m i e r h a b i t a n t de cette plaine. Les flibustiers qui v o u l u r e n t c o n t i n u e r l e u r p r o ­ fession en t r o u v è r e n t bientôt l'occasion favorable dans la g u e r r e qui s'alluma e n t r e n o u s et les H o l ­ landais. Il y avait de b e a u x coups à faire s u r cette nation qui trafique par t o u t le N o u v e a u - M o n d e . Il s'en fit effectivement p l u s i e u r s , m a i s la colonie n ' y eut de part en corps q u e d a n s la p r e m i è r e expédition qui se fit s u r l'île de Carasol, d o n t il n o u s faut m a i n ­ tenant parler. Cette île q u ' o n peut c o m p t e r a u n o m b r e des Antilles est a u onzième d e g r é de latitude s e p t e n t r i o -


104

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

n a l e . L e s I n d i e n s l'appelaient C u r a ç a o , n o m q u e les E s p a g n o l s l u i o n t c o n s e r v é j u s q u ' à ce j o u r . Ce n ' e s t q u ' u n r o c h e r de q u e l q u e s lieues de circuit, il n'a d ' a u t r e s c o m m o d i t é s q u e celle d ' u n beau port et d'être a u voisinage d u c o n t i n e n t éloigné de treize lieues s e u l e m e n t ; cela d o n n e u n e g r a n d e facilité aux Hollandais qui e n étaient a l o r s les m a î t r e s pour e n t r e t e n i r avec les E s p a g n o l s u n c o m m e r c e r é g l é d o n t ils tirent, t o u s les a n s , p l u s i e u r s millions de piastres. M. de Baes qui c o m m a n d a i t en ce temps-là s u r t o u t e s les colonies françaises des Antilles, en qualité de l i e u t e n a n t - g é n é r a l , r é s o l u t de l e u r enlever ce poste en se s e r v a n t de q u e l q u e s vaisseaux d u Roi, qui se t r o u v è r e n t a l o r s d a n s les îles et a u x q u e l s il joignit t o u t ce qu'il put t r o u v e r de b a r q u e s s u r toutes ces côtes. Il détacha u n des v a i s s e a u x , n o m m é l'Infante, p o u r la T o r t u e où il e n v o y a des o r d r e s à M. O g e r o n de l'aller t r o u v e r avec le plus de flibustiers qu'il p o u r r a i t . M. O g e r o n r a s s e m b l a en diligence q u a t r e cents h o m m e s et s ' e m b a r q u a avec e u x d a n s ce vaisseau. L o r s q u ' i l s furent par le t r a v e r s de P o r t o r i e , la m e r grossit é t r a n g e m e n t d ' u n furieux v e n t d u n o r d , qui j e t a le b â t i m e n t à la côte où il s ' é c h o u a ; mais, de b o n n e fortune, ce fut s u r u n b a n c de sable et si près de t e r r e , qu'il fut aisé à t o u t l'équipage d e s ' y s a u v e r avec l e u r s a r m e s et u n e partie de l e u r b a g a g e . M. de Baes, lassé d ' a t t e n d r e ce v a i s s e a u qui n'arrivait point, ne laissa pas de p o u r s u i v r e son e n t r e p r i s e . Il fut se p r é s e n t e r devant Corasol, d o n t il fit s o m m e r le g o u v e r n e u r de se r e n d r e . Celui ci e n v o y a des d é p u t é s p o u r conférer avec le g é n é r a l français. L ' o n n'a pas su ce qui se passa d a n s ces c o n f é r e n c e s ,


GUERRE CONTRE

LES

HOLLANDAIS

105

mais M. de Baes leva le c a m p et s'en r e t o u r n a à la Martinique, sans r i e n faire, soit q u e par l ' a b s e n c e des flibustiers il ne fût pas assez fort p o u r r é d u i r e les Hollandais, soit qu'il se soit laissé c o r r o m p r e par leur a r g e n t . C e p e n d a n t , l'équipage de l'Infante échoué à P o r t o r i e ne savait quel parti p r e n d r e . L e s flibustiers s o u t e n a i e n t q u ' o n ne pouvait en s û r e t é se rendre a u x E s p a g n o l s , qui p r é t e n d a i e n t e n c o r e en ce temps-là q u ' o n n e pouvait, sans l e u r p e r m i s s i o n , naviguer en A m é r i q u e , et qui se c r o y a i e n t en droit d'en faire u n c r i m e à ceux qui l ' e n t r e p r e n a i e n t a u t r e m e n t ; q u ' e n c o n s é q u e n c e ils ne m a n q u e r a i e n t Pas de les a r r ê t e r t o u s et de l e u r faire u n m a u v a i s parti, si l'on était assez i m p r u d e n t p o u r se r e n d r e ; donc, il valait m i e u x se fortifier d a n s l'île et y tenir bon, en a t t e n d a n t des s e c o u r s de la T o r t u e où l'on tâcherait c e p e n d a n t de d o n n e r avis de l'état où ils étaient r é d u i t s . M. O g e r o n a p p u y a i t fort cet avis et ht ce qu'il p u t p o u r le faire p r é v a l o i r . Mais M. de M o n t o r q u i é , capitaine de ce vaisseau, ne p o u v a n t se p e r s u a d e r q u ' o n pût être nulle part en d a n g e r , à l'abri de la paix, r é s o l u t d ' u s e r de bonne foi avec les E s p a g n o l s , et v o u l u t a b s o l u m e n t qu'on se r e n d i t à e u x , ce qui fut fait. L a suite fit bien voir que les a v e n t u r i e r s ne s'étaient pas t r o m ­ pés et qu'ils é t a i e n t p a r f a i t e m e n t i n s t r u i t s d u génie des E s p a g n o l s de l ' A m é r i q u e et, en particulier, de ceux de P o r t o r i e o ù il n ' y avait g u è r e q u e de la canaille et des gens de n é a n t . On n e s'y fit effecti­ vement a u c u n s c r u p u l e de violer en cette occasion le droit des g e n s . On les fit t o u s p r i s o n n i e r s et on les traita avec b e a u c o u p d'indignité. P o u r t a n t les E s p a g n o l s , qui n ' a v a i e n t pas plus de quinze cents


106

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

c o m b a t t a n t s d a n s cette île, a u r a i e n t p u r e m a r q u e r q u ' a u n o m b r e où ils étaient, les F r a n ç a i s e u s s e n t pu s'en r e n d r e les m a î t r e s , s'ils avaient v o u l u se servir de l ' a v a n t a g e de s'y t r o u v e r , a p r è s l e u r m a l h e u r , les a r m e s à la m a i n . L e s plus d i s t i n g u é s e u r e n t p o u r prison la ville de P o r t o r i e , et on dispersa les a u t r e s d e u x à d e u x dans les H a t o s de la c a m p a g n e . M. O g e r o n fut de ces d e r ­ n i e r s , parce q u ' é t a n t v ê t u fort s i m p l e m e n t les Espa­ gnols ne p u r e n t se p e r s u a d e r qu'il fût le g o u v e r n e u r de la T o r t u e ; p e u t - ê t r e ne faisaient-ils s e m b l a n t de n ' e n rien croire q u e p o u r le p e r d r e plus s û r e m e n t . Quoi qu'il en soit, ils déférèrent c o n s t a m m e n t les h o n n e u r s de g o u v e r n e u r à M. de P o u a n c e y , son n e v e u , qui avait plus l'air d ' u n « cavalier ». M. O g e r o n s'en mit fort p e u en peine et, bien loin de faire a u c u n e i n s t a n c e p o u r se faire r e c o n ­ n a î t r e , il affecta a u c o n t r a i r e de cacher son n o m et sa qualité, ravi d'être à la c a m p a g n e avec le c o m ­ m u n des p r i s o n n i e r s , soit qu'il la considérât c o m m e u n e prison plus spacieuse et m o i n s i n c o m m o d e q u e la ville ou qu'il e s p é r â t y t r o u v e r plus a i s é m e n t les m o y e n s de se s a u v e r , c o m m e il arriva effectivement. Car, a y a n t fait r e n c o n t r e d ' u n m é c h a n t canot é c h o u é s u r le rivage de la m e r , il s'en saisit, et y étant e n t r é lui q u a t r i è m e , il se c o m m i t à la m e r c i de ce léger esquif, s a n s v i v r e s , s a n s a u c u n e a u t r e provision, n ' a y a n t p o u r t o u t s e c o u r s q u e des m o r c e a u x de planches qui l e u r s e r v a i e n t de r a m e s et l e u r s c h e ­ m i s e s de voiles avec l e u r s c h a p e a u x . Ils a r r i v è r e n t en cet état plus m o r t s q u e vifs à la p r e s q u ' î l e de S a m a n a où ils e u r e n t le b o n h e u r de t r o u v e r q u e l q u e s boucaniers qui n e n é g l i g è r e n t r i e n


GUERRE

CONTRE

LES

HOLLANDAIS

107

pour rétablir l e u r g o u v e r n e u r ; l ' u n d ' e u x se dépouilla de sa chemise p o u r la lui d o n n e r . Ils le r e c o n d u i s i r e n t e n s u i t e d a n s l e u r s c a n o t s à la T o r t u e d o n t les habitants furent d ' a u t a n t plus ravis de le revoir, qu'ils avaient e x t r ê m e m e n t a p p r é ­ hendé p o u r sa vie, car d ' a u t r e s p r i s o n n i e r s , é c h a p ­ pés a v a n t lui, avaient r a p p o r t é q u e les E s p a g n o l s avaient déjà m a s s a c r é p l u s i e u r s F r a n ç a i s d ' e n t r e ceux qui étaient r e t e n u s à la c a m p a g n e , et qu'il y avait lieu d ' a p p r é h e n d e r qu'ils n'en fissent a u t a n t de c e u x qui étaient r e s t é s . E n effet, l'on apprit d a n s la suite qu'ils n ' a v a i e n t d o n n é q u a r t i e r à a u c u n et que seuls s'étaient s a u v é s c e u x q u i a v a i e n t usé d'in­ dustrie à l ' e x e m p l e de l e u r g o u v e r n e u r . Les officiers p r i s o n n i e r s d a n s la ville ne furent g u è r e plus é p a r g n é s . On les e m b a r q u a , a u n o m b r e de dix-sept, d a n s u n vaisseau d o n t le capitaine avait ordre de les passer en t e r r e ferme, afin d'être e n s u i t e conduits d a n s le P é r o u d'où, a p p a r e m m e n t , ils n e seraient j a m a i s r e v e n u s . Mais ce vaisseau fut pris dans sa r o u t e p o u r la H a v a n e où il devait se r e n d r e d'abord, par u n corsaire a n g l a i s , n o m m é P i t r i a n s . Ce ne fut pas sans se défendre v i g o u r e u s e m e n t q u e le capitaine e s p a g n o l se r e n d i t , et il perdit cent h o m m e s d a n s le c o m b a t et y r e ç u t l u i - m ê m e cinq coups de fusil. Il ne s'attendait pas a p p a r e m m e n t q u ' o n lui fît q u a r t i e r , ni à ses g e n s , m a i s il fut h e u ­ r e u s e m e n t t r o m p é , car la g é n é r o s i t é française alla si loin d a n s cette occasion q u ' a u lieu d ' u s e r d e r e p r é ­ sailles s u r des g e n s esclaves des o r d r e s de l e u r s g o u v e r n e u r s et p e u t - ê t r e m ê m e de l e u r prince, ils o b t i n r e n t par l e u r s p r i è r e s , d u capitaine a n g l a i s , qu'il ne serait fait a u c u n t o r t à c e u x qui étaient


108

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

r e s t é s du c a r n a g e . M. de P o u a n c e y , en p a r t i c u l i e r , prit u n tel soin du capitaine e s p a g n o l , q u ' a p r è s l'avoir fait g u é r i r de ses b l e s s u r e s , il lui p r o c u r a la liberté. O u t r e la gloire q u e l ' a v e n t u r i e r P i t r i a n s acquit par u n e si belle action qui sauvait la vie à t a n t d ' h o n n ê t e s g e n s , il eut e n c o r e la joie de t r o u v e r d a n s sa prise cent mille écus en réaies ou escalins d ' E s p a g n e , destinés à payer la g a r n i s o n de la H a v a n e . Q u a n d M. O g e r o n se fut u n peu délassé à la T o r t u e de ses fatigues passées, il c r u t de son devoir de r e t o u r n e r a r m é à P o r t o r i e , p o u r se faire r e n d r e les p r i s o n n i e r s , si par hasard il en restait e n c o r e q u e l q u e s - u n s en vie, ou, en t o u s cas, p o u r v e n g e r leur mort. Il a s s e m b l a , p o u r cet effet, quatorze à quinze cents h o m m e s et, s'étant mis à l e u r t è t e , il fut p r e n d r e t e r r e d a n s cette île. Il détacha aussitôt u n officier vers le g o u v e r n e u r , p o u r lui d e m a n d e r les F r a n ç a i s q u ' o n retenait si i n j u s t e m e n t ; ce n'était q u e p o u r voir quelle serait sa r é p o n s e . L ' E s p a g n o l fut fort e m b a r r a s s é à e n faire a u c u n e ; il r é p o n d i t toutefois, p o u r g a g n e r du t e m p s , q u ' o n allait les c h e r c h e r et qu'ils n e t a r d e r a i e n t pas à p a r a î t r e . Mais M. O g e r o n n'ignorait pas q u ' i l s étaient t o u s m o r t s ou partis ; il se r é p a n d i t sans t a r d e r par t o u t e l'île avec son a r m é e , faisant m a i n basse s u r t o u t ce qu'il t r o u v a i t et r a v a g e a n t tous les H a t o s , où il fit u n dégât i n c o n c e v a b l e . Les Espagnols n'osèrent l'attaquer pendant toute cette expédition ; m a i s , s'étant i m a g i n é qu'ils p o u r ­ raient a i s é m e n t le s u r p r e n d r e à son r e t o u r vers le bord de la m e r où ses bâtiments étaient à l ' a n c r e , ils lui d r e s s è r e n t u n e e m b u s c a d e . Ils ne furent pas


GUERRE

CONTRE

LES

HOLLANDAIS

109

tout à fait t r o m p é s clans leur conjecture, car, a p r è s que les F r a n ç a i s e u r e n t porté l'effroi et la désolation par toute l'île, ils furent à l e u r r e t o u r d o n n e r droit dans le piège. Ils p e r d i r e n t quinze h o m m e s dès la p r e ­ mière d é c h a r g e q u ' o n fit s u r e u x , mais s'étant e n s u i t e r e c o n n u s et r a n i m é s , ils d o n n è r e n t s u r les E s p a g n o l s avec tant de r é s o l u t i o n , qu'ils l e u r firent lâcher pied et en firent u n h o r r i b l e m a s s a c r e . M. O g e r o n se r e m b a r q u a clans ses b â t i m e n t s et s'en r e t o u r n a à la T o r t u e , u n peu consolé de la m o r t de ses gens par la v e n g e a n c e qu'il en venait de tirer et qui n'était q u ' u n léger p r é l u d e . Il formait en effet le dessein d'enlever t o u t e l'île S a i n t - D o m i n g u e a u x E s p a g n o l s , qui n o u s d é c l a r è r e n t cette a n n é e la g u e r r e , en faveur des Hollandais r é d u i t s à la d e r n i è r e e x t r é ­ mité. L ' o n p e u t dire qu'il n e p u t s'y m i e u x p r e n d r e qu'il ne lit. Sa v u e était de r e n f e r m e r de t o u t e part les E s p a g n o l s , afin de les obliger de se r a n g e r sous la b a n n i è r e française, c o m m e les Anglais avaient aisément r é d u i t c e u x de la J a m a ï q u e , a p r è s qu'ils se furent saisis des côtes de cette île. M. O g e r o n c o m m e n ç a , d a n s ce dessein, par faire habiter la côte du s u d de l'Ile v e r s l ' o u e s t o ù il n ' y avait e n c o r e q u e des b o u c a n i e r s ; il e n v o y a en m ô m e temps u n e colonie d a n s la presqu'île de S a m a n a afin que les E s p a g n o l s , s e r r é s de t o u s côtés par les F r a n ç a i s , n ' e u s s e n t p r e s q u e plus de sortie à la m e r que du côté de la ville S a i n t - D o m i n g u e , qu'il se proposait de r é d u i r e par q u e l q u e a u t r e m o y e n . Ceux qui furent e n v o y é s à la côte d u s u d d a n s la plaine dite le fond de l ' l i e - à - V a c h e s , n ' y t i n r e n t pas l o n g t e m p s , parce q u e les E s p a g n o l s furent à e u x


110

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d a n s des p i r o g u e s et d é t r u i s i r e n t l e u r s p r e m i e r s essais d'habitations. Cet échec n e r o m p i t pas les m e s u r e s principales de M. O g e r o n qui suspendit s e u l e m e n t celles prises de ce côté-là où il paraissait m o i n s nécessaire de p o u r v o i r , mais il s'appliquait à former et à faire fleurir la colonie de S a m a n a qu'il crut être d'une extrême conséquence. S a m a n a est u n e p é n i n s u l e v e r s la pointe de l'est de l'île S a i n t - D o m i n g u e , à l a q u e l l e elle est u n i e par u n i s t h m e d ' u n q u a r t de lieue de l a r g e s e u l e m e n t et qui est aisé à défendre p o u r n ' ê t r e q u ' u n p a y s m a r é c a ­ g e u x . Elle a q u a t r e à cinq lieues de l a r g e u r m o y e n n e , s u r quinze à seize de l o n g et, e n v i r o n , q u a r a n t e de circuit. Elle c o u r t d a n s sa l o n g u e u r à l'est s u d - e s t et laisse o u v e r t e a u m ê m e v e n t u n e baie profonde de quatorze lieues e n t r e elle et l'île S a i n t - D o m i n g u e . L e m o u i l l a g e en est b o n , s û r et si c o m m o d e , q u e les vaisseaux p e u v e n t s'y a m a r r e r à t e r r e . S o n t e r r a i n , q u o i q u e m o n t a g n e u x , est des plus fertiles et, si l'on en croit c e u x qui y ont autrefois fait l e u r séjour, n o u s en a v o n s p e u d a n s la g r a n d e île qui l'égale e n b o n t é . Elle a d u m o i n s ce d o u b l e a v a n t a g e , étant placée à la tête de l'île, de servir d ' a t t e r r a g e à t o u s les b â t i m e n t s qui, v e n a n t d ' E u r o p e , v o n t d'abord la r e c o n n a î t r e et de p o u v o i r facilement lier c o m m e r c e a v e c les Petites-Antilles d o n t elle est à p o r t é e par son voisinage. Les a v e n t u r i e r s l'avaient r e g a r d é e , dès les c o m ­ m e n c e m e n t s , c o m m e u n e s e c o n d e T o r t u e et ils n ' a v a i e n t pas m a n q u é d'envie de s'en e m p a r e r ; mais ils lirent réflexion que si, de là, ils p o u v a i e n t p o r t e r des coups de bien près a u x E s p a g n o l s , ils s'expo­ saient aussi à en recevoir, à c a u s e de la proximité


GUERRE CONTRE

LES

HOLLANDAIS

111

de la ville de S a i n t - D o m i n g u e qui n ' e n est éloignée que de v i n g t lieues a u p l u s . Ainsi ils s'étaient attachés de préférence à la T o r t u e où il l e u r était plus aisé de s'établir, a y a n t m o i n s de r i s q u e s à courir. Il était n é a n m o i n s passé de t e m p s en t e m p s des boucaniers à S a m a n a p o u r y v a q u e r à l'exercice de la chasse, et c'était là la seule espèce d'établisse­ ment qu'il y avait eu j u s q u ' a l o r s dans cette p r e s ­ qu'île, t a n t de n o t r e part q u e de celle des E s p a g n o l s qui n ' y o n t j a m a i s eu ni villes, ni b o u r g a d e s . Q u e l q u e s h a b i t a n t s de la T o r t u e y p a s s è r e n t a l o r s , par o r d r e de M. O g e r o n , s o u s la c o n d u i t e d ' u n c e r ­ tain J a m e t , à qui on d o n n a le c o m m a n d e m e n t s u r les a u t r e s et q u i , pour cette r a i s o n , était c o m m u n é ­ ment traité par les r a i l l e u r s de m a r q u i s de S a m a n a . Il n ' y passa d'abord q u e des h o m m e s , mais il n e tarda pas à y a r r i v e r a u s s i des femmes par la voie d'un vaisseau m a l o u i n qui en était c h a r g é p o u r la Tortue et qui relâcha en passant à S a m a n a . A cette occasion, la p l u p a r t de ceux qui y étaient se marièrent. Ils se r e n d i r e n t p o u r cela à bord d u vaisseau d'où c h a c u n enleva la s i e n n e , a p r è s en avoir p a y é le prix a u m a r c h a n d . Cette colonie e n c o r e n a i s s a n t e r e ç u t plutôt par là un n o u v e a u l u s t r e q u ' u n véritable a c c r o i s s e m e n t , car, d a n s le fond, il ne fallait pas là des f e m m e s encore sitôt, afin de ne point amollir le c o u r a g e de ces p r e m i e r s c o l o n i s e u r s , qui, a y a n t à ê t r e plus s o l ­ dats q u ' h a b i t a n t s , n e faisaient q u e s ' e m b a r r a s s e r d'un m e u b l e inutile et d o n n e r , par ce m o y e n , plus de prise à l e u r s e n n e m i s . M. O g e r o n partit a l o r s p o u r la F r a n c e , t a n t p o u r y faire, c o m m e il disait, de nouvelles c a r g a i s o n s de ces


112

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

sortes de chaînes, que p o u r p r o p o s e r à la Cour son dessein t o u c h a n t l ' e n v a h i s s e m e n t de t o u t e l'île SaintD o m i n g u e s u r les E s p a g n o l s . On dit qu'il eut l'hon­ n e u r de parler à Sa Majesté qui e n t r a fort d a n s ses v u e s . On entrevit dès l o r s , c o m m e M. O g e r o n le fai­ sait r e m a r q u e r , que, si u n e fois on se r e n d a i t bien m a î t r e de la p r e s q u ' î l e de S a m a n a , il serait aisé ensuite de faire la c o n q u ê t e de la partie orientale de l'île S a i n t - D o m i n g u e , c o m m e après la prise de la T o r t u e , l'on s'était saisi sans peine des provinces de l'Occident. Il s'offrit l u i - m ê m e à faire le coup si on voulait le s e c o n d e r d ' u n e forte escadre par m e r , p e n d a n t qu'il irait par t e r r e la tête des g e n s de la côte a t t a q u e r la ville de S a i n t - D o m i n g u e . Il se p r o ­ m e t t a i t q u ' a p r è s la c o n q u ê t e de cette place, la seule fortifiée d a n s l'île, les a u t r e s se r e n d r a i e n t d'ellesm ê m e s et q u e t o u t serait obligé de plier s o u s le j o u g de la d o m i n a t i o n française. Ce dessein était d i g n e d ' u n e g r a n d e â m e telle que l'avait M. Ogeron et j e ne sais, v u la disposition favorable o ù la Cour paraissait être à son é g a r d , s'il lui e û t été plus dif­ ficile de l'exécuter que de le former, s a n s la m o r t qui, l'ayant enlevé à Paris s u r la fin de cette a n n é e , r o m p i t le fil d ' u n si beau projet qui s'évanouit avec lui. 11 fut g é n é r a l e m e n t r e g r e t t é , tant à la Cour q u e d a n s son g o u v e r n e m e n t d a n s l ' é t e n d u e d u q u e l il a c o n t r i b u é , par ses soins et par ses libéralités, à établir d e u x fois plus d'habitants qu'il n'en avait t r o u v é lorsqu'il y e n t r a ; par où il paraît q u e c'est à j u s t e titre q u e les colonies de S a i n t - D o m i n g u e le r e g a r d e r o n t à j a m a i s c o m m e l e u r fondateur. S'il n ' y a pas acquis de g r a n d s biens, c o m m e ont fait p r e s q u e


GUERRE CONTRE

LES

HOLLANDAIS

113

tous ses s u c c e s s e u r s d a n s des t e m p s m o i n s favo­ rables, n o u s avons en cela des nouvelles m a r q u e s de son intégrité et de son d é s i n t é r e s s e m e n t . Il n ' e u t pas laissé c e p e n d a n t de s'enrichir et cela, par les voies les plus légitimes et les plus i n n o c e n t e s , s'il n'avait été la victime de la c o m p a g n i e d'Occident qui, a y a n t mal fait ses affaires, lui est d e m e u r é e redevable de grosses s o m m e s j a m a i s a c q u i t t é e s . Cette c o m p a g n i e , encore plus funeste à n o s colonies d o n t elle r e t a r d a beaucoup l'accroissement, fut obligée de r e m e t t r e , cette m ê m e a n n é e , toutes les îles françaises e n t r e les mains du Roi q u i , depuis ce t e m p s - l à , en est le s e u l seigneur. S e u l e cette n o u v e l l e fut capable de c o n s o ­ ler un peu les habitants de la T o r t u e et côte S a i n t D o m i n g u e , de la m o r t d ' u n g o u v e r n e u r aussi c h e r que celui qu'ils v e n a i e n t de p e r d r e .


XI MONSIEUR

DE

POUANCEY

L o r s q u e M. O g e r o n était parti p o u r la F r a n c e , il avait laissé d e u x officiers p o u r c o m m a n d e r en son a b s e n c e avec u n e a u t o r i t é égale, c h a c u n d a n s son d é p a r t e m e n t , savoir M. de P o u a n c e y , son n e v e u , à la côte de l'ouest, et M. de Cussi à la T o r t u e et s u r la côte du n o r d de l'île S a i n t - D o m i n g u e . Dès qu'ils e u r e n t appris la m o r t de M. O g e r o n , ils e n t r è r e n t en c o n c u r r e n c e p o u r le g o u v e r n e m e n t ; m a i s , le s o u v e ­ nir e n c o r e t o u t r é c e n t et e x t r ê m e m e n t précieux q u e le Roi avait d ' u n a u s s i excellent h o m m e q u e l'était M. O g e r o n , fit q u e M. de P o u a n c e y l ' e m p o r t a aisé­ m e n t s u r s o n c o m p é t i t e u r . L ' o n ne pouvait d'ailleurs faire u n m e i l l e u r choix, car rien n e r e s s e m b l a i t m i e u x à l'oncle q u e le n e v e u . Il était b r a v e c o m m e l u i , p o p u l a i r e , désintéressé et visait u n i q u e m e n t à la gloire de s o n Roi et de sa n a t i o n . Il semblait né p o u r c o m m a n d e r , tant il avait l'air n o b l e et m ê m e u n e a p p a r e n c e u n peu h a u t a i n e ,


MONSIEUR

DE

POUANCEY

115

mais il sut la t e m p é r e r t o u j o u r s par t a n t de d o u c e u r et de b o n t é , qu'il se m é n a g e a c o n s t a m m e n t l'affection de t o u s . Il était g r a n d e n n e m i , c o m m e son oncle, des avocats et des p r o c u r e u r s et ils ne souffrirent jamais q u e de l e u r t e m p s il en vînt a u c u n à S a i n t D o m i n g u e , de p e u r q u e les procès n ' y e n t r a s s e n t avec e u x . Il est vrai q u e l e u r c o n d u i t e n e fut pas en cela g é n é r a l e m e n t a p p r o u v é e et qu'il y en eut p o u r p r é t e n d r e q u e s'ils en usaient de la sorte c'était afin de n ' ê t r e pas éclairés par ces sortes de g e n s s u r les lois, et p o u r d e m e u r e r seuls les a r b i t r e s s o u v e r a i n s des biens et de la vie des h a b i t a n t s . M. de P o u a n c e y avait a u t a n t à c œ u r l ' a v a n c e m e n t de la colonie q u e M. O g e r o n , mais il n e porta pas ses v u e s si loin, soit qu'il e û t l'esprit m o i n s v a s t e o u qu'il c r û t devoir agir avec plus de p r u d e n c e . Il songea plus à m a i n t e n i r les c o n q u ê t e s déjà faites, qu'à en t e n t e r de n o u v e l l e s . Bien loin de p o u r s u i v r e le dessein de son oncle qui avait été en F r a n c e p o u r se p r o c u r e r u n a r m e m e n t c o n t r e les E s p a g n o l s , il envoya des o r d r e s a u x habitants de S a m a n a d ' a b a n ­ d o n n e r cette p r e s q u ' î l e et d'aller habiter a u Cap français p o u r en fortifier la colonie n a i s s a n t e . Il en usa ainsi c r o y a n t impossible à ces d e u x colonies de se s o u t e n i r l ' u n e sans l ' a u t r e , p o u r ê t r e t r o p a u voisinage des E s p a g n o l s qui m e n a ç a i e n t t o u s les j o u r s de les e n v a h i r . Les h a b i t a n t s de S a m a n a e u r e n t peine à déférer à ces o r d r e s et ils n e p r o m i r e n t de les s u i v r e q u e lorsqu'ils a u r a i e n t p e u à p e u r e t i r é l e u r s effets et c o n s o m m é l e u r s vivres ; m a i s ils n ' e n e u r e n t pas le loisir et ils h â t è r e n t e u x - m ê m e s l e u r r u i n e par u n e entreprise à c o n t r e - t e m p s .


116

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Il y a d a n s la g r a n d e île, e n v i r o n à quinze lieues de S a m a n a , u n b o u r g appelé le Cotui, l ' u n des principaux q u e les E s p a g n o l s t i e n n e n t s u r S a i n t D o m i n g u e . Il n e s'y fait, c o m m e d a n s t o u s les a u t r e s , d ' a u t r e c o m m e r c e q u e de cuirs et de suif. Les F r a n ç a i s de S a m a n a a l l è r e n t l ' a t t a q u e r et le prirent facilement, m a i s aussi sans y faire g r a n d b u t i n . Celte e n t r e p r i s e de p e u do c o n s é q u e n c e irrita plus les E s p a g n o l s qu'elle n e les h u m i l i a . Ils r é s o l u r e n t d'en tirer v e n g e a n c e , et ne t a r d è r e n t pas à t r o u v e r l'occasion favorable d a n s la perfidie d ' u n F r a n ç a i s . Ce traître l e u r r e p r é s e n t a qu'il y avait p e u d'habitants s u r cette p é n i n s u l e où l'on n e t r o u v e r a i t p r e s q u e q u e des femmes, u n e partie des h o m m e s étant en m e r et l ' a u t r e à la chasse et q u e , p o u r p e u q u ' o n prit bien ses m e s u r e s , l'on p o u r r a i t en u n m ê m e j o u r s u r p r e n d r e c e u x qui étaient r e s t é s s u r les h a b i ­ tations et e n v e l o p p e r les c h a s s e u r s qui avaient l e u r b o u c a n d a n s u n endroit appelé « la m o n t a g n e r o n d e » et où il s'offrait de les c o n d u i r e . Les E s p a g n o l s profitèrent des l u m i è r e s d o n n é e s par ce perfide et a c c e p t è r e n t ses offres. Ils se m i r e n t s o u s sa c o n d u i t e et ils r é u s s i r e n t , c o m m e il le l e u r avait fait e s p é r e r . Ils p a s s è r e n t a u fil de la lance les h o m m e s et les femmes qui se t r o u v è r e n t s u r les habitations et puis, étant t o m b é s la nuit a u d é p o u r v u s u r les c h a s s e u r s q u i n e s'attendaient à r i e n , ils en lirent la m ê m e b o u c h e r i e . Il y eut c e p e n d a n t p l u ­ s i e u r s des u n s et des a u t r e s qui se s a u v è r e n t d a n s les bois et qui, s'étant e m b a r q u é s dans des c a n o t s , p o r ­ t è r e n t les restes de l e u r m i s é r a b l e colonie a u Cap F r a n ç a i s où q u e l q u e s - u n s de ces r é c h a p p e s s o n t e n c o r e vivants en 1715.


MONSIEUR

DE POUANCEY

117

T o u t e s les a u t r e s colonies de S a i n t - D o m i n g u e grossissaient à v u e d'œil, en dépit des E s p a g n o l s qui faisaient des efforts inutiles p o u r en e m p ê c h e r l'accroissement. Déjà, elles paraissaient e n t i è r e m e n t affermies, l o r s q u ' i l s u r v i n t u n accident qui en e û t causé la r u i n e si l ' e n n e m i avait eu l'adresse d'en profiter. L'on fit, a u c o m m e n c e m e n t de cette a n n é e , u n a r m e m e n t considérable en F r a n c e , sans q u ' o n p û t pénétrer d'abord à q u o i il était destiné. Ceux qui c r u r e n t q u ' o n avait en v u e u n e place de l ' A m é r i q u e , ne virent pas d ' a u t r e ville q u e S a i n t - D o m i n g u e . L ' o n se s o u v e n a i t e n c o r e de ce q u e M. O g e r o n avait p r o ­ posé l à - d e s s u s , peu d'années a u p a r a v a n t , m a i s il était m o r t et p e r s o n n e depuis lui n'avait p o u r s u i v i cette affaire. C'était à l'île de T a b a g o q u ' o n e n v o u l a i t . L e s Etats de H o l l a n d e l'occupaient depuis q u e l q u e t e m p s , mais c'était e n c o r e u n e assez faible colonie. Ce fut sur u n e n d r o i t si chétif q u ' u n si gros o r a g e fut fondre. M. le c o m t e d ' E s t r é e s , depuis m a r é c h a l de F r a n c e , qui c o m m a n d a i t cette a r m é e navale c o m p o s é e de vingt vaisseaux de l i g n e , sans c o m p t e r les b r û l o t s , enleva sans peine ce poste a u x Hollandais mais il l ' a b a n d o n n a a p r è s en avoir chassé les h a b i t a n t s . L'île de T a b a g o est depuis toujours d e m e u r é e d é s e r t e , c o m m e étant de peu de c o n s é q u e n c e , m a r q u e trop certaine q u ' e l l e n e méritait pas q u ' o n fît c o n t r e elle de si g r a n d s efforts. Après cette expédition, M. d'Estrées v o u l u t faire la m ê m e chose s u r Corasol, e n c o r e peu fortifiée, mais qui passait p o u r u n e place de tout a u t r e i m p o r ­ tance q u e T a b a g o . C o m m e l'on avait déjà é c h o u é


118

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

u n e fois d a n s cette e n t r e p r i s e , il c r u t qu'il n e fallait r i e n t e n t e r de n o u v e a u s a n s le s e c o u r s des a v e n t u ­ r i e r s . Il avait e u la p r é c a u t i o n , dès qu'il était a r r i v é a u x P e t i t e s - A n t i l l e s , d e d é p ê c h e r M. le c o m m a n ­ d e u r de F l a c o u r t a v e c t r o i s v a i s s e a u x v e r s M. de P o u a n c e y , p o u r l u i p o r t e r des o r d r e s de r a s s e m b l e r le p l u s de g e n s et de v a i s s e a u x de la côte qu'il p o u r ­ r a i t , et de l ' a l l e r r e j o i n d r e a v e c e u x a u r e n d e z - v o u s , qui était l'île d e S a i n t - C r i s t o p h e , p o u r q u e l q u e g r a n d e expédition. M. de P o u a n c e y c r u t q u ' o n avait p o u r le m o i n s e n v u e la p l u s forte place de l ' A m é r i q u e ; il a m a s s a j u s q u ' à q u i n z e c e n t s h o m m e s , q u o i q u ' i l vît bien q u e p e n d a n t s o n a b s e n c e , n o s colonies d e m e u r e r a i e n t fort e x p o s é e s . Il j u g e a s e u l e m e n t à p r o p o s , a v a n t de p a r t i r , de faire u n e a p p a r i t i o n a v e c h u i t c e n t s h o m m e s d u côté d u b o u r g e s p a g n o l G o a v a , afin d e m a r q u e r p a r là q u e les F r a n ç a i s s o n g e a i e n t bien plus à a t t a ­ q u e r q u ' i l s n e c r a i g n a i e n t de l ' ê t r e e u x - m ê m e s . Cela fait, il s ' e m b a r q u a a v e c s o n m o n d e , p a r t i e s u r les t r o i s v a i s s e a u x d u Roi et l ' a u t r e s u r des b â t i m e n t s a p p a r t e n a n t a u x flibustiers. Ils f u r e n t obligés de r e l â c h e r c h e m i n faisant à P u e r t o - d e - P l a t a d ' o ù u n j e u n e g a r ç o n , q u i é c h a p p a de la flotte, fut a v e r t i r les E s p a g n o l s d e S a n t o J a g o q u e les F r a n ­ çais é t a i e n t p r e s q u e t o u s p a r t i s et qu'il n e r e s t a i t p l u s g u è r e q u e les f e m m e s et les invalides s u r les habitations. C e p e n d a n t M. de P o u a n c e y a r r i v a à S a i n t - C h r i s ­ t o p h e o ù il fut bien r e ç u de M. d ' E s t r é e s , d o n t il avait e x é c u t é les o r d r e s p o n c t u e l l e m e n t et d ' u n e m a n i è r e qui le m e t t a i t en état d e t o u t e n t r e p r e n d r e . Mais l o r s q u ' i l s u t q u e cet a m i r a l n ' e n v o u l a i t q u ' à


MONSIEUR

DE

POUANCEY

119

Corasol, il n e p u t s'empêcher de l u i t é m o i g n e r sa surprise de ce q u ' o n faisait de si g r a n d s préparatifs contre u n e bicoque de forteresse d o n t il offrit de se rendre m a î t r e avec trois cents flibustiers, p o u r v u que quelques vaisseaux de la flotte lui g a r d a s s e n t le p o r t . Il se r e p e n t i t a l o r s d'être v e n u de si loin et avec de si g r a n d e s forces p o u r si peu de chose, a u d a n g e r de perdre l ' u n e des plus belles îles du m o n d e p o u r gagner u n r o c h e r q u ' o n quitterait p e u t - ê t r e , c o m m e l'on venait de faire de T a b a g o , q u a n d on s'en serait emparé. M. d ' E s t r é e s n e disconvint point q u ' o n n e p û t réduire Corasol avec b e a u c o u p m o i n s de force q u ' o n en avait, mais enfin c'était à la flotte entière à faire le coup p u i s q u ' e l l e n'était e n v o y é e q u e p o u r cela. L'on m i t d o n c à la voile a p r è s les fêtes de P â q u e s et on fit r o u t e s u r Corasol, t o u t e l ' a r m é e m a r c h a n t dans u n e m ê m e p o m p e et avec u n e pareille o r d o n ­ nance de bataille, q u e si l'on avait eu dessein d'aller affronter t o u t le c o n t i n e n t de l ' A m é r i q u e . A p r è s quelques j o u r s de m a r c h e , l o r s q u ' o n n'était plus q u ' à peu de lieues des îles d'Aves, qui sont e n t o u r é e s de brisants cachés s o u s l'eau, M. d ' E s t r é e s e n v o y a s u r le soir des o r d r e s à t o u s les vaisseaux de courir t o u t e la n u i t u n e aire de v e n t qui portait d i r e c t e m e n t s u r ces îles, d o n t il se croyait bien loin, t r o m p é en cela par u n e fausse e s t i m e . D u B r e u i l , son p r e m i e r pilote, l'avertit q u ' o n allait é c h o u e r si l'on ne changeait a u plus tôt de r o u t e . M. d ' A m b l i m o n t , qui c o m m a n d a i t u n des vais­ seaux de l'escadre et qui fut depuis l i e u t e n a n t général a u g o u v e r n e m e n t des îles, lui e n v o y a d o n n e r le m ê m e avis. Mais l'amiral fit p e u de cas


120

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

de ces r e m o n t r a n c e s et ne r é v o q u a point ses ordres, en sorte q u e s u r le m i n u i t , dix-huit vaisseaux de ligne qui m a r c h a i e n t de front ou à peu de distance les u n s des a u t r e s , d o n n è r e n t p r e s q u e en m ê m e t e m p s s u r les récifs où ils se brisèrent et s'ouvrirent en m o i n s de r i e n . Il n ' y e u t q u e le Bourbon, c o m m a n d é par S o u r d i s , le Dromadaire, grosse flotte, avec d e u x b r û l o t s et l'hôpital de l ' a r m é e , qui e u r e n t le t e m p s de r e b a n d e r , p o u r être restés u n peu à l ' a r r i è r e , n e m a r c h a n t pas si bien q u e les a u t r e s . Ils s e r v i r e n t à retirer les équipages des bâtiments é c h o u é s , d o n t il y eut peu de m o n d e de noyé ; encore n e fût-ce g u è r e q u e des matelots qui s ' a m u s è r e n t à défoncer des b a r r i q u e s d e v i n . Q u o i q u e les bâtiments flibustiers, q u i étaient bien u n e douzaine, t i r a s s e n t m o i n s d'eau, p l u s i e u r s se p e r d i r e n t de m ê m e p o u r n'avoir pas viré de bord à t e m p s . M. de P o u a n c e y s ' e m b a r q u a avec ses g e n s dans ceux qui avaient échappé et il reprit en diligence la r o u t e de SaintD o m i n g u e où il y avait lieu de c r a i n d r e q u e les E s p a g n o l s , profitant de son a b s e n c e , n ' e u s s e n t fait q u e l q u e i r r u p t i o n d a n s nos colonies. E n effet, s u r le r a p p o r t q u e l e u r avait fait le j e u n e g a r ç o n qui s'était réfugié chez e u x , et qu'ils avaient vérifié par l e u r s espions, ils avaient a s s e m b l é t o u s l e u r s c o m b a t t a n t s d a n s le dessein de n o u s t o m b e r dessus de t o u t e part. Mais c o m m e ils étaient d a n s u n e a p p r é h e n s i o n c o n t i n u e l l e d u r e t o u r de M. de P o u a n c e y et qu'ils i g n o r a i e n t la destinée de la flotte qu'il était allé j o i n d r e , ils se t i n r e n t e u x - m ê m e s s u r l e u r s g a r d e s , et n ' e n t r e p r i r e n t rien de considé­ r a b l e . Ils p a r u r e n t s e u l e m e n t devant le cap F r a n ç a i s où ils m a s s a c r è r e n t q u e l q u e s misérables qu'ils t r o u -


MONSIEUR

DE

POUANCEY

121

vèrent à l'écart. L e s Hollandais, de l e u r côté, v o u ­ lurent avoir l e u r r e v a n c h e . Ils p a r u r e n t , avec quelques v a i s s e a u x , à la h a u t e u r du petit Goave, s u r la côte de l'ouest, où ils n o u s e n l e v è r e n t le l o n g de cette côte douze vaisseaux c h a r g é s de tabac et puis, en a c h e t è r e n t e n c o r e u n e plus g r a n d e q u a n t i t é des habitants. M. d u Casse, d o n t il sera b e a u c o u p parlé dans la suite, et qui était a l o r s u n b o n m a r c h a n d , acheta des Hollandais son vaisseau, lequel était d u n o m b r e de ceux qui t o m b è r e n t e n t r e l e u r s m a i n s . C e p e n d a n t M. de P o u a n c e y , de r e t o u r à la T o r t u e , cherchait à consoler ses gens qui étaient a u désespoir d'avoir, c o m m e ils parlaient, p e r d u l e u r v o y a g e . 11 leur proposa u n e e n t r e p r i s e s u r la ville de S a n t o Jago de Cuba, a n c i e n n e capitale de cette île, mais à qui la H a v a n e dispute a u j o u r d ' h u i cette p r é é m i ­ nence. H u i t cents h o m m e s s ' e n r ô l è r e n t p o u r cette expédition. G r a m m o n t , fameux capitaine flibustier de ce t e m p s - l à , devait les c o m m a n d e r par m e r et M. de F r a n q u e n a i , l i e u t e n a n t du Roi au cap F r a n ç a i s , quand on serait à t e r r e . Le d é b a r q u e m e n t se fit sans a u c u n risque et sans être d é c o u v e r t a u s u d - e s t de la ville. Ils s'en a p p r o c h a i e n t déjà à la faveur d'un beau clair de l u n e et c o m p t a i e n t la s u r ­ prendre au point d u j o u r , l o r s q u ' u n accident t r o u b l a leur m a r c h e et les déconcerta e n t i è r e m e n t . Ils n e firent, faute d ' u n b o n g u i d e , q u e t o u r n o y e r a u t o u r d'une c o l l i n e ; et ce qu'il y eut de plus plaisant fut que l'avant-garde était v e n u e par ce m a n è g e à r e n ­ contrer ceux qui m a r c h a i e n t à la q u e u e . On se chargea de part et d ' a u t r e a v a n t de se r e c o n n a î t r e ; ce qui n e se fit q u e l o r s q u ' o n s'entendit parler français et crier « t u e , t u e ! » L e feu cessa aussitôt, mais c'en fut assez


122

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

p o u r faire m a n q u e r l'expédition, car le j o u r étant s u r v e n u et les E s p a g n o l s s'étant a s s e m b l é s a u bruit des c o u p s de fusil q u ' o n avait tirés, il y a u r a i t eu de la t é m é r i t é à aller a t t a q u e r u n e ville q u i peut m e t t r e en p e u d ' h e u r e s s u r pied q u a t r e mille c o m ­ battants. On appareilla à l'instant p o u r s'en r e t o u r n e r à la T o r t u e où l'on rit l o n g t e m p s de cette m é p r i s e . L e s flibustiers n e furent pas p a r t o u t si infortunés, car, s a n s parler de l e u r s exploits s u r m e r qui sont s a n s n o m b r e , les villes de P u e r t o del Principe, d a n s l'île de Cuba, de S a i n t - T h o m a s ou d ' O r é n o q u e s u r la rivière de m ê m e n o m , celle de Truxillo dans le c o n t i n e n t et p l u s i e u r s a u t r e s , furent prises et pillées. Celle de Maracaïbo le fut u n e t r o i s i è m e fois p a r G r a m m o n t qui y d e m e u r a six s e m a i n e s à s'y divertir. L e p l u s fameux flibustier de ce temps-là, o u t r e ce d e r n i e r d o n t il sera e n c o r e p a r l é , fut u n certain B e r n a n o s q u e le Roi a h o n o r é , d e p u i s , de la majorité de P o r t - d e - P a i x . 11 y eut m ê m e a l o r s des a v e n t u r i e r s do la plus h a u t e qualité e n la p e r s o n n e du m a r q u i s de M a i n t e n o n , qui vint a u x îles se m e t t r e à la tête de q u a n t i t é de flibustiers a v e c lesquels il r a v a g e a en particulier les îles de la Trinité et de la M a r g u e r i t e s u r les E s p a g n o l s . Mais la paix s'étant c o n c l u e cette a n n é e , le dix d'août, à N i m è g u e e n t r e la F r a n c e , d ' u n e part, et l ' E s p a g n e et la H o l l a n d e de l ' a u t r e , les a v e n t u r i e r s se v i r e n t c o n t r a i n t s de m e t t r e lin à l e u r s expéditions. Cette paix est p r o p r e m e n t l'époque de l'affermissement des colonies françaises d a n s S a i n t - D o m i n g u e . Car les E s p a g n o l s , à qui l'expérience de l o n g u e s a n n é e s avait appris qu'il n ' y avait n u l l e a p p a r e n c e de d é b u s -


MONSIEUR

DE

POUANCEY

123

quer les F r a n ç a i s de la partie de cette île qu'ils avaient occupée, s e m b l è r e n t alors la l e u r céder tacitement. Ils firent d a n s n o s colonies ce qu'ils n'avaient pas fait a p r è s les a u t r e s traités de p a i x , et nous fûmes aussi p a r m i e u x avec u n e liberté e n t i è r e pour le c o m m e r c e de part et d ' a u t r e , a u g r a n d a v a n ­ tage des d e u x n a t i o n s . M. de P o u a n c e y n e s u r v é c u t q u e de d e u x a n s à la conclusion de la paix sans q u e , p e n d a n t ce t e m p s - l à , il se soit rien passé de c o n s i d é r a b l e , q u ' u n e r é v o l t e de nègres a u P o r t - d e - P a i x , qui fut c o m m e u n d e r n i e r danger c o u r u par nos colonies. Il y avait a u Port-de-Paix u n n è g r e , appelé P a d r e Jan, qui avait été autrefois a u service des E s p a g n o l s niais d'où il s'était s a u v é à la T o r t u e , p o u r avoir t u é son m a î t r e . On lui avait d o n n é la liberté en qualité de transfuge et il s'était mis à défricher u n e habitation dans le q u a r t i e r du Massacre, dit a u j o u r d ' h u i de Saint-Louis. Gomme u n m a u v a i s n a t u r e l ne se c o r r i g e pas aisé­ ment et q u ' u n e m é c h a n t e action ne lui sert d ' o r d i ­ naire q u e d ' a c h e m i n e m e n t à q u e l q u e a u t r e , il d é b a u ­ cha s e c r è t e m e n t q u e l q u e s - u n s de nos esclaves avec lesquels il e n t r e p r i t de m a s s a c r e r tous les F r a n ç a i s de ces quartiers-là et de se r e t i r e r e n s u i t e chez les Espagnols de qui il espérait, à la faveur de cette nouvelle perfidie, obtenir le p a r d o n de la p r e m i è r e . Il n ' y avait e n c o r e en ce t e m p s - l à qu'assez peu do noirs d a n s la colonie, et ceux qui y étaient avaient la p l u p a r t été enlevés a u x E s p a g n o l s d a n s les d e s ­ centes que les flibustiers faisaient s o u v e n t s u r l e u r s t e r r e s . C o m m e il était r e s t é à p l u s i e u r s d'entre eux quelque envie de r e t o u r n e r chez l e u r s a n c i e n s


124

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

m a î t r e s , P a d r e j a n n ' e u t pas de peine à en intéresser q u e l q u e s - u n s d a n s sa conspiration. Il grossit sa t r o u p e j u s q u ' a u n o m b r e de 25 qui, t o u s , s ' a r m è r e n t de ce qu'ils p u r e n t et se m i r e n t à c o u r i r le pays e n t r e le P o r t - M a r g o t et le P o r t - d e - P a i x , t u a n t et m a s s a c r a n t t o u t ce qu'ils r e n c o n t r a i e n t . L'on c o m p t e qu'il y eut plus de 25 p e r s o n n e s qui périrent, d ' a b o r d d a n s les q u a r t i e r s d u B o r g n e , de SainteA n n e et de S a i n t - L o u i s , q u ' o n c o m m e n ç a i t seule­ m e n t d'habiter ; a p r è s quoi les r é v o l t é s , ne se sentant pas e n c o r e assez forts p o u r a t t a q u e r le P o r t - d e P a i x , ils furent se poster s u r l ' u n e des plus hautes m o n t a g n e s de l'île, la m o n t a g n e de T a r a r e , entre les q u a r t i e r s de S a i n t e - A n n e et de S a i n t - L o u i s . Là, ils se firent u n e espèce de fort, par de g r a n d s abatis de bois qu'ils m i r e n t les u n s s u r les a u t r e s . Ils p r é ­ t e n d a i e n t y tenir ferme j u s q u ' à ce qu'ils fussent r e n ­ forcés de l e u r s a u t r e s c a m a r a d e s , qu'ils p r é s u m a i e n t devoir se r é v o l t e r à l e u r e x e m p l e , afin d'achever t o u s e n s e m b l e leur o u v r a g e d'iniquité. Ils allaient cepen­ d a n t en partie de côté et d ' a u t r e , à dessein de d é b a u ­ cher d'autres esclaves ou de les enlever de force et de t u e r les F r a n ç a i s qu'ils p o u r r a i e n t t r o u v e r à l'écart ou peu s u r l e u r s g a r d e s . M. de P o u a n c e y , qui était a u P o r t - d e - P a i x , ne fut pas p e u e m b a r r a s s é dans cette c o n j o n c t u r e . Il n'était pas aisé de r é d u i r e les rebelles d a n s u n lieu qui, par sa situation, était p r e s ­ q u e inaccessible, et, c o m m e l'on supposait qu'ils s'y défendraient e n d é s e s p é r é s , il était encore plus dif­ ficile de t r o u v e r qui v o u l û t c o u r i r les risques d ' u n e telle e n t r e p r i s e . Il n'y avait a u c u n habitant qui se p r é s e n t â t p o u r cela, les u n s s'excusant s u r l e u r s a n t é , et les a u t r e s s u r le peu d'usage de courir les bois,


MONSIEUR DE

POUANCEY

125

depuis qu'ils s'étaient mis à défricher des h a b i t a ­ tions. Cependant le d a n g e r pressait, et l'on e n t e n d a i t tous les j o u r s parler de désertion de n è g r e s ou de nouveau m a s s a c r e d'habitants, lorsqu'il vint à passer par le P o r t - d e - P a i x u n e t r o u p e d'environ t r e n t e boucaniers qui r e v e n a i e n t de la province des Gonaïves où ils avaient l e u r chasse. M. de P o u a n c e y leur proposa de r e n d r e , en passant, u n service essentiel à la colonie, qui serait d'aller a t t a q u e r les rebelles d a n s l e u r r é d u i t et les dissiper ; ces g e n s intrépides, qui n e s'en firent pas m ê m e u n e affaire, donnèrent volontiers les m a i n s à cela. Ils y furent s u r - l e - c h a m p et, les a y a n t forcés d a n s l e u r s r e t r a n ­ chements, ils en t u è r e n t sept, d o n t P a d r e j a n . L e s autres se s a u v è r e n t d a n s les bois et t i r è r e n t d u côté des terres E s p a g n o l e s , d a n s le dessein de s'y r e n d r e . Les b o u c a n i e r s les p o u r s u i v i r e n t l o n g t e m p s , sans pouvoir les a t t e i n d r e , t a n t la p e u r avait d o u b l é l e u r s Pas. Q u a n d ils furent las de l e u r d o n n e r la chasse, ils e n v o y è r e n t avertir M. de P o u a n c e y de l e u r faire couper c h e m i n d a n s u n e n d r o i t qu'ils i n d i q u è r e n t et Par où il fallait q u e les rebelles, à la r o u t e qu'ils fai­ saient, passassent n é c e s s a i r e m e n t . Mais le g o u v e r ­ neur n e p u t c o m m a n d e r du m o n d e à t e m p s , de s o r t e que les n è g r e s s ' é c h a p p è r e n t et se r e n d i r e n t p a r m i les E s p a g n o l s qui les r e ç u r e n t favorablement, p a r c e qu'il n'y avait pas e n c o r e en ce t e m p s - l à de cartel établi e n t r e eux et n o u s p o u r les esclaves fugitifs. M. de P o u a n c e y , peu de t e m p s a p r è s cette r é v o l t e , m o u r u t a u petit Goave où il s'était r e n d u pour q u e l q u e affaire ; il e u t en m o u r a n t la consolation de laisser nos colonies en paix avec les E s p a g n o l s et e n état


\ 26

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

de se s o u t e n i r d é s o r m a i s , si la g u e r r e avait à se déclarer de n o u v e a u . La plaine du cap F r a n ç a i s à la côte du Nord se peupla b e a u c o u p de son t e m p s et celle du Cul-de-Sac, à la côte de l ' O u e s t , c o m m e n ç a à se défricher.


XII MONSIEUR

DE

CUSSY

Le g o u v e r n e m e n t de l'île de la T o r t u e et côte S a i n t - D o m i n g u e semblait c o m m e n a t u r e l l e m e n t dévolu à M. de ussy a p r è s la m o r t de M. de P o u a n c e y , qui seul le lui avait disputé et l'avait e m p o r t é s u r lui a p r è s celle de M. O g e r o n . Il n ' e n était pas t o u t à fait i n d i g n e , p e r s o n n e n ' é t a n t plus que lui a u fait de la colonie où il exerçait depuis l o n g t e m p s la c h a r g e de p r e m i e r l i e u t e n a n t de Roi refuser u n e place où la fortune l'avait j u s q u ' a l o r s conduit pas à p a s . D'ailleurs il avait des m a n i è r e s douces et p o p u l a i r e s qui lui avaient g a g n é d'avance l'affection des a v e n t u r i e r s , mais il était de son a v e u peu intelligent d a n s l'art militaire, n ' a y a n t j a m a i s servi en E u r o p e ni fait, c o m m e il disait, d ' a u t r e g u e r r e q u ' a u x perdrix à la c a m p a g n e . Ce n'était pas là t o u ­ tefois son principal défaut ; il avait u n e passion e x t r ê m e pour le c o m m e r c e et l'on p e u t dire qu'il n e


128

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

fit a u t r e chose p e n d a n t son g o u v e r n e m e n t ; outre qu'il faisait p r e s q u e l u i seul t o u t celui de d e d a n s , il e n e n t r e t i n t t o u j o u r s u n fort réglé a u d e h o r s avec les E s p a g n o l s , soit q u e n o u s fussions en g u e r r e ou en paix avec e u x ; il e n t r a i t là-dessus d a n s u n détail qui allait j u s q u ' à la m i n u t i e , par où il s'attira peu à p e u l'indignation et le m é p r i s de ses h a b i t a n t s qui c r u r e n t q u e ces bas s e n t i m e n t s d a n s u n e â m e si m e r c e n a i r e et de pareilles liaisons et intelligences avec l ' e n n e m i n e s'éloignaient pas b e a u c o u p de la t r a h i s o n d o n t il fut accusé j u s q u ' a u p r è s d u ministre. Ce fut u n m a l h e u r depuis i r r é p a r a b l e p o u r la colonie q u e d'avoir eu en ce t e m p s - l à u n g o u v e r ­ n e u r de ce c a r a c t è r e . T o u t a u t r e eût acquis toute cette île à la F r a n c e par la c o n q u ê t e qu'il était aisé d'en faire p o u r p e u q u ' o n e û t v o u l u profiter des a v a n t a g e s q u e n o u s avions alors s u r les E s p a g n o l s . J a m a i s l e u r s colonies n ' a v a i e n t été si d é l a b r é e s , si défaites, si humiliées ; on y t r e m b l a i t a u seul n o m des flibustiers d o n t le n o m b r e n'avait j a m a i s e n c o r e été si g r a n d , ni si formidable, et qui c o n t i n u a de s'accroître b e a u c o u p . L a g u e r r e s'étant déclarée e n t r e la F r a n c e et l ' E s p a g n e , tous les corsaires des a u t r e s nations v i n r e n t se réfugier d a n s n o s colonies p o u r y p r e n d r e des c o m m i s s i o n s françaises. L ' o n c o m p t e qu'il y eut a l o r s a u m o i n s trois mille flibustiers s u r ces côtes. L a ville de S a i n t - D o m i n g u e , forte par son assiette et par ses fortifications, n'était p o u r t a n t pas capable de tenir c o n t r e t a n t de g e n s et de résister à des forces si s u p é r i e u r e s , qui e u s s e n t eu à l e u r tête u n g é n é r a l e n t e n d u et e x p é r i m e n t é , du m o i n s était-ce là le s e n t i m e n t c o m m u n de t o u t e la colonie, et


MONSIEUR

DE

129

CUSSY

peut-être celui de M. de Cussy l u i - m ê m e , mais les grandes expéditions n e t e n t e n t j a m a i s les â m e s peu sensibles à la gloire et toutes occupées d ' u n vil et sordide i n t é r ê t . C e p e n d a n t les flibustiers n'étaient pas g e n s à d e m e u r e r d a n s l'inaction et dans le repos à l'exemple de l e u r g o u v e r n e u r et, c o m m e par u n e espèce d ' i n ­ sulte et p o u r lui r e p r o c h e r t a c i t e m e n t sa lâcheté qui lui faisait m a n q u e r le b e a u coup de se r e n d r e m a î t r e de la ville de S a i n t - D o m i n g u e , ils furent p r e n d r e et piller p l u s i e u r s villes d u c o n t i n e n t d o n t q u e l q u e s unes s u r p a s s a i e n t celle-ci en force et d ' a u t r e s l'égalaient. Les villes d o n t n o s a v e n t u r i e r s se r e n d i r e n t maîtres vers ce t e m p s - l à furent : P o r t o b e l o , S a i n t F r a n ç o i s - d e - C a m p ê c h e , S a i n t - T h o m a s s u r la rivière O r é n o q u e , la Vera-Cruz et p l u s i e u r s a u t r e s . Les chefs qui e u r e n t le plus de part à ces expéditions furent les capitaines J u n q u é , Michel, de Graffe, V a n h o r n e , G r a m m o n t , L e S a g e , G r o g n e t , Godefroi. Je les o m e t s t o u t e s ou j e n ' e n toucherai q u ' u n m o t en passant, aussi bien q u e les belles actions qu'ils firent en m e r , c o m m e faisant peu à m o n sujet. Il n ' y a q u e l'expédition de la Vera-Cruz qui a y a n t eu des suites c o n s i d é r a b l e s p o u r cette colonie, m é r i t e d'être r a p p o r t é e plus a u l o n g . L a V e r a - C r u z , ville avec p o r t s u r les côtes de la N o u v e l l e - E s p a g n e , à la mer d u N o r d est e n v i r o n a u dix-huitième d e g r é de latitude s e p t e n t r i o n a l e et vers le d e u x cent s o i x a n t e dix-septième d e g r é de l o n g i t u d e . Cette ville est p r o ­ p r e m e n t l'étape et le m a g a s i n de toutes les m a r c h a n ­ dises qui p a s s e n t d ' u n e E s p a g n e à l ' a u t r e , ce qui la rend e x t r ê m e m e n t o p u l e n t e par le g r a n d c o m m e r c e 9


130

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u i s'y fait ; peu l'égalent en richesses d a n s t o u t le Nouveau-Monde. L e s E s p a g n o l s qui en ont c o n n u l ' i m p o r t a n c e n ' o n t rien négligé pour fortifier son p o r t où les vaisseaux m o u i l l e n t e n t r e le c o n t i n e n t et u n e petite île appelée a n c i e n n e m e n t Vina. Ils ont bâti s u r cette île u n e forteresse q u ' o n n o m m e S a i n t - J e a n d ' O l u a qui peut passer p o u r i m p r e n a b l e et qui a d u m o i n s cette c o m m o d i t é q u e les vaisseaux p e u v e n t s'y a m a r r e r t o u t le l o n g a u x c r é n e a u x s o u s le c a n o n qui les défend de l ' e n n e m i p e n d a n t que cette île les tient à l'abri des v e n t s d u n o r d , fort à c r a i n d r e d a n s ces côtes-là. L a V e r a - C r u z n'était a l o r s fortifiée d u côté de la t e r r e q u e par u n e simple forteresse, où il y avait douze pièces de c a n o n , ce qui n ' e m p ê c h a i t pas cette ville de passer p o u r t r è s forte, parce q u e , o u t r e sa g a r n i s o n r o y a l e et sa milice n o m b r e u s e , elle peut ê t r e s e c o u r u e en peu de j o u r s par toutes les forces de la N o u v e l l e - E s p a g n e . C'est là où n o u s allons c o n ­ d u i r e nos flibustiers. Le chef de cette e n t r e p r i s e fut le capitaine L a u r e n t de Graffe, l ' e n n e m i le plus formidable q u ' e u s s e n t a l o r s les E s p a g n o l s s u r ces m e r s ; il r a s s e m b l a douze cents flibustiers, t o u s g e n s d'élite, et qui avaient à l e u r tête les plus fameux capitaines de ce temps-là, avec lesquels il s ' e m b a r q u a a u petit Goave d a n s dix b â t i m e n t s , t a n t frégates q u e b a t e a u x . Il m o n t a i t u n vaisseau de c i n q u a n t e pièces de c a n o n ; le capitaine V a n h o r n , son vice-amiral, en c o m m a n ­ dait un a u t r e de force à peu près égale, et avait 1

1. Ou d ' u l l o a .


MONSIEUR DE

CUSSY

131

pour second le capitaine G r a m m o n t qui, par q u e l q u e coup de m e r , avait été d é m o n t é du sien peu de temps a u p a r a v a n t . Les capitaines J u n q u é et Godefroi étaient aussi de la partie et c o m m a n d a i e n t c h a c u n leur bâtiment. L a difficulté était m o i n s de se r e n d r e maître de la Vera-Cruz q u e de la s u r p r e n d r e , et c'est à ce dernier point q u e v i s è r e n t u n i q u e m e n t nos flibustiers, p e r s u a d é s q u e s'ils étaient d é c o u v e r t s , o n leur ferait d a n s la ville u n e m a u v a i s e r é c e p t i o n . Pendant qu'ils étaient à délibérer c o m m e n t ils s'y prendraient, ils firent h e u r e u s e m e n t q u e l q u e s p r i ­ sonniers e s p a g n o l s qui les t i r è r e n t d ' e m b a r r a s en leur a p p r e n a n t q u ' o n a t t e n d a i t à t o u t e h e u r e à la Vera-Cruz d e u x vaisseaux qui devaient y a r r i v e r de la côte de C a r a q u e . Cette n o u v e l l e servit de matière toute p r é p a r é e a u s t r a t a g è m e q u ' o n c h e r c h a i t . Les flibustiers m i r e n t tout l e u r m o n d e d a n s d e u x de l e u r s vaisseaux qui s ' a v a n c è r e n t la veille de 1 Ascension de cette a n n é e j u s q u ' a s s e z près d u port de la ville, c o m m e faisant m i n e d'y vouloir e n t r e r , Pendant q u e les a u t r e s t i n r e n t le l a r g e h o r s de la vue. La r u s e réussit ; l'on n e d o u t a n u l l e m e n t d a n s la ville q u e ce n e fussent là les vaisseaux q u ' o n attendait, il n ' y e u t p e r s o n n e qui n'en t é m o i g n â t de la joie et qui n e c o u r û t s u r le r i v a g e o u ne m o n t â t dans q u e l q u e t o u r p o u r les voir, car on les savait chargés de cacao d o n t on m a n q u a i t p r e s q u e a b s o l u ­ ment dans la ville et d o n t l ' E s p a g n o l n e se p e u t pas plus passer q u e des choses les plus nécessaires. P e n d a n t q u ' o n était attentif à les c o n s i d é r e r , on s'aperçut q u e ces d e u x vaisseaux n ' a v a n ç a i e n t plus t semblaient m ê m e r e c u l e r , quoiqu'ils e u s s e n t t o u t le temps d ' e n t r e r et q u e le v e n t leur fût favorable ; e


132

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

cela lit naître q u e l q u e s o u p ç o n a u x plus défiants et l'on e n fut avertir le g o u v e r n e u r D o n Luis de Cord o b a . Celui-ci, qui avait ses lettres d'avis et qui voyait q u e le n o m b r e et la g r o s s e u r de ces vais­ s e a u x q u ' o n l u i dépeignait r é p o n d a i e n t parfaitement à ce q u ' o n lui en avait m a n d é , n ' e n t r a d a n s aucune défiance, pas m ê m e après que le c o m m a n d a n t de la f o r t e r e s s e de S a i n t - J e a n d'Olua fût v e n u lui-même l'avertir q u e c e r t a i n e m e n t ces vaisseaux étaient e n n e m i s et qu'il fallait s'en délier. L a nuit étant s u r v e n u e l à - d e s s u s c h a c u n fut se r e p o s e r t r a n q u i l l e m e n t , s u r cet air de sécurité que le g o u v e r n e u r avait fait p a r a î t r e . V e r s m i n u i t les flibustiers qui, c e p e n d a n t , avaient mis à t e r r e dans u n lieu a p p e l é la vieille Vera-Cruz, à d e u x ou trois milles à l'ouest de la n o u v e l l e , a p r è s avoir marché en diligence, a r r i v è r e n t d a n s la ville sans être découverts. Ils se saisirent sans c o m b a t d u g o u v e r n e u r de la forteresse, de la ville et de t o u s les postes avan­ t a g e u x . Q u e l q u e s soldats, qui s'échappèrent s u r ces entrefaites, furent à la g r a n d e église s o n n e r les cloches, ce qui, avec les coups de fusil q u ' o n avait e n t e n d u tirer, mit l ' a l a r m e p a r m i les b o u r g e o i s . P l u s i e u r s , n e s a c h a n t e n c o r e ce que c'était, v o u l u r e n t sortir de l e u r logis p o u r aller, à t o u t h a s a r d , se r a n g e r s o u s l e u r s d r a p e a u x , mais t r o u v a n t toutes les a v e n u e s o c c u p é e s et se v o y a n t s a l u e r par les m o u s q u e t a d e s , ils r e n t r è r e n t d a n s l e u r s maisons plus p r o m p t e m e n t qu'ils n ' e n étaient sortis. L e s flibustiers furent les en déloger de bon matin et les e n f e r m è r e n t t o u s , h o m m e s et femmes, dans les églises o ù ces infortunés p r i s o n n i e r s furent sans


MONSIEUR DE

CUSSY

133

boire ni m a n g e r p e n d a n t trois j o u r s q u e d u r a l e s a c leur ville ; o n l e u r fit r o u l e r , a p r è s ce t e m p s - l à , quelques b a r r i q u e s d'eau ; p l u s i e u r s , a y a n t b u i n d i s ­ crètement, m o u r u r e n t s u r - l e - c h a m p . Il n ' e n fut p a s ainsi des vivres q u ' o n l e u r e n v o y a si p e t i t e m e n t , q u e ces affamés n ' e u r e n t pas lieu d'en faire a u c u n e x c è s et d'en étouffer. Par b o n h e u r p o u r ce peuple affligé, l ' é v ê q u e de la ville des A n g e s , d o n t la Vera-Cruz dépend p o u r l e spirituel, n'était pas bien loin de là à faire la visite de son d i o c è s e ; il a c c o u r u t aussitôt a u s e c o u r s de son t r o u p e a u . E t a n t arrivé près de la ville, il leva Pavillon p a r l e m e n t a i r e , et a y a n t o b t e n u u n saufconduit p o u r y e n t r e r , il négocia la r a n ç o n d e s bourgeois et de la ville. Elle fut r é g l é e à d e u x millions de piastres d o n t la moitié fut payée a v a n t la du q u a t r i è m e j o u r , et le r e s t e d a n s les v i n g t quatre h e u r e s s u i v a n t e s , car les flibustiers c o u r a i e n t risque d'être accablés par l e vice-roi d u Mexique qui approchait avec de g r a n d e s forces. Vers les onze h e u r e s d u matin d u c i n q u i è m e j o u r , la rançon n ' é t a n t plus q u ' à cinq lieues de la ville et le vice-roi à dix, les vigies françaises a p e r ç u r e n t du haut d u clocher de la g r a n d e église u n e flotte de quatorze voiles q u ' o n n e d o u t a n u l l e m e n t être celle de la N o u v e l l e - E s p a g n e a t t e n d u e d ' E u r o p e de j o u r e n Jour. ils s o n n è r e n t a u s s i t ô t les cloches et firent les signaux d o n t o n était c o n v e n u , ce qui m i t é g a l e m e n t l'alarmep a r m i les flibustiers et l e u r s p r i s o n n i e r s ; ceux-là c r a i g n a n t de se t r o u v e r e n t r e d e u x feux, et ceux-ci a p p r é h e n d a n t à t o u t m o m e n t d'être m a s 1

1. L o s A n g e l è s ?


134

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

sacrés par les flibustiers afin de se voir m o i n s d'en­ n e m i s s u r les b r a s . Les flibustiers étaient c e p e n d a n t les moins épou­ v a n t é s parce qu'ils v o y a i e n t j o u r à la retraite, mais, c o m m e il n ' y avait point de t e m p s à p e r d r e , ils e m b a r q u è r e n t en diligence le meilleur de l e u r butin qui consistait en a r g e n t e r i e et en cochenille et tem­ p o r i s è r e n t t a n t qu'ils p u r e n t à s ' e m b a r q u e r euxm ê m e s parce qu'ils a t t e n d a i e n t à toute h e u r e l'ar­ rivée de l ' a u t r e moitié de la r a n ç o n qu'ils savaient n ' ê t r e pas loin et qui, en effet, serait arrivée à temps si ceux qui la portaient, a p p r o c h a n t de la ville, n ' e u s s e n t e n t e n d u un g r a n d bruit de c a n o n s dont ils n e p u r e n t d e v i n e r le sujet. Mais ce n'était que des d é c h a r g e s en l'air d u c a n o n de la forteresse de S a i n t - J e a n q u e le c o m m a n d a n t faisait faire comme p o u r insulter le g o u v e r n e u r de la Vera-Cruz qui s'était l a i s s é p r e n d r e si s o t t e m e n t . Il n'avait fait a u t r e chose depuis le j o u r de la prise. P e u t - ê t r e aussi q u e comme a l o r s , il voyait la flotte e s p a g n o l e s'approcher, il fit j o u e r p l u s q u ' à l ' o r d i n a i r e , son artillerie. Ce fut d o n c u n e nécessité a u x flibustiers de partir, et ils le firent, d a n s des c h a l o u p e s et des c a n o t s , à l'en­ t r é e de la nuit, e m m e n a n t avec e u x , à défaut de ce q u i l e u r m a n q u a i t e n c o r e de la r a n ç o n , tous les esclaves de la ville avec t o u t e s les femmes ou filles n o i r e s ou m u l â t r e s s e s q u o i q u e de condition libre, l e q u e l n o m b r e de p r i s o n n i e r s était e n v i r o n de quinze cents p e r s o n n e s . A y a n t g a g n é l e u r s vaisseaux qui étaient mouillés à l a baie du Sacrifice, à q u e l q u e s lieues en m e r de 1a V e r a - C r u z , ils y passèrent le r e s t e de la n u i t en g r a n d e confusion et d a n s l ' a p p r é h e n s i o n de se voir


MONSIEUR

DE

CUSSY

135

insultés le l e n d e m a i n par la flotte e s p a g n o l e qui n avait osé à son passage a t t a q u e r la flotte flibustine qu'elle n'avait v u e q u e p o u r en ê t r e é p o u v a n t é e elle-même, et se c o u l e r , c o m m e elle avait fait, plus p r o m p t e m e n t d a n s le port de la V e r a - C r u z , m a i s d'où il y avait d a n g e r qu'elle ne sortit après s'être un peu r a s s u r é e . C'est p o u r t a n t ce qu'elle n'osa faire tant les flibustiers étaient g e n s avec qui les E s p a ­ gnols n ' a i m a i e n t point d'avoir r i e n à d é m ê l e r . C e p e n d a n t l ' e m b a r r a s de nos a v e n t u r i e r s était grand d a n s la baie du Sacrifice. Ils n'avaient ni eau, ni vivres et le d é p a r t pressait ; ils t i n r e n t c o n ­ seil au point d u j o u r où les avis furent t e l l e m e n t par­ tagés s u r ce q u ' o n ferait des p r i s o n n i e r s q u e l'amiral et le v i c e - a m i r a l s'étant pris de paroles et d o n n é le défi, furent à l'instant se battre en duel s u r u n e anse de sable où ce d e r n i e r r e ç u t u n coup d'épée. L a querelle des capitaines devint celle des équipages qui allaient en venir aux m a i n s si l'amiral L a u r e n t n'avait s u r l ' h e u r e m i s à la voile avec la p l u p a r t des vaisseaux de la flotte, qui le suivirent après q u ' o n e u t fait en hâte le p a r t a g e d u butin et des p r i s o n n i e r s a u x q u e l s on ne j u g e a pas à propos de d o n n e r la liberté. A p r è s de l o n g u e s contestations ces vaisseaux e u r e n t u n e c o u r t e navigation et a r r i v è r e n t h e u r e u s e ­ m e n t a u petit G o a v e . Le vice-amiral V a n h o r n , qui était blessé, r e s t a e n c o r e u n j o u r d a n s la baie d u Sacrifice avec u n e patache et u n e b a r q u e l o n g u e qui l'accompagnaient ; après quoi il en partit p o u r faire r o u t e p o u r S a i n t - D o m i n g u e . Sa plaie, qui n'était q u ' a u b r a s , n'avait pas d ' a b o r d p a r u m o r t e l l e , mais le m a u v a i s air d u vaisseau l ' a y a n t a p p a r e m m e n t e n v e n i m é e , il en m o u r u t q u e l q u e s j o u r s a p r è s , fort


136

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

r e g r e t t é de son équipage d o n t l'affection égalait l'es­ t i m e qu'il avait p o u r l u i . Il était F l a m a n d de nation natif d ' O s t e n d e ; c'était bien l'un des h o m m e s de s o n siècle des plus d é t e r m i n é s , il n e pouvait pas souffrir la m o i n d r e lâcheté d a n s a u c u n des siens qu'il ne leur cassât à l'instant la t ê t e . Il laissa en m o u r a n t son vaisseau au capitaine G r a m m o n t qui le c o m m a n d a d e p u i s . Mais ce n e fut pas sitôt qu'il le put c o n d u i r e d a n s cette île, parce que ce b â t i m e n t faisant eau de t o u t e part n e g o u v e r n a i t p r e s q u e p l u s . . Il fut, de cette façon, trois ou q u a t r e mois en m e r à c o m b a t t r e c o n t r e les v e n t s et les c o u r a n t s , p e n ­ d a n t l e q u e l t e m p s ils se v i r e n t r é d u i t s à u n e famine e x t r ê m e , ce qui p o r t a les plus i m p a t i e n t s des flibus­ tiers à d e m a n d e r q u ' o n j e t â t ce qu'ils avaient de pri­ s o n n i e r s à la m e r . L'affaire fut mise en délibération, mais la plus forte voix fut p o u r la n é g a t i v e . L a faim, la m i s è r e et la maladie a r r a c h è r e n t bientôt à ces m i s é r a b l e s u n e vie q u ' u n r e s t e de pitié l e u r avait s a u v é e . Il en m o u r u t près des trois quarts ; il n ' e n échappa g u è r e q u e les j e u n e s filles qui e u r e n t le plus de part a u s e c o u r s q u ' u n e t e n d r e c o m p a s s i o n a c o u t u m e d ' i n s p i r e r . Elles a u r a i e n t enfin subi le m ê m e sort et t o u s les flibustiers après elles, sans l ' h e u r e u s e r e n c o n t r e q u ' o n fit d ' u n vaisseau espa­ g n o l c h a r g é de farine et q u ' o n prit, ce qui s e m a la joie et l ' a b o n d a n c e p a r m i n o s a v e n t u r i e r s qui ne t a r d è r e n t point à e s s u y e r d'autres é p r e u v e s . L e u r patache s'étant séparée d u vice-amiral fut r e n c o n t r é e et prise par l ' a r m a d a e s p a g n o l e , a u t r e ­ m e n t la flotte qui croise c o n t i n u e l l e m e n t s u r ces m e r s p o u r en écarter les c o r s a i r e s . 11 n ' y e u t q u e les flibustiers qui étaient d e d a n s et qui, s'étant jetés


MONSIEUR DE

CUSSY

137

dans leur c h a l o u p e , e u r e n t le b o n h e u r de g a g n e r la Jamaïque d o n t ils n'étaient pas b e a u c o u p éloignés. Leur b a r q u e é p r o u v a e n c o r e u n plus funeste sort ; elle disparut t o u t à c o u p s a n s q u ' o n en ait j a m a i s appris des n o u v e l l e s , ce qui fit croire qu'elle avait sombré. P e u s'en fallut qu'il n ' e n arrivât a u t a n t a u vice-amiral, où l'on faisait c o n t i n u e l l e m e n t j o u e r trois pompes depuis trois m o i s , mais enfin il arriva a u cul-de-sac à la côte de l'Ouest où l'on fut d ' a u t a n t plus surpris de le voir q u e l'on croyait c o n s t a m m e n t depuis l o n g t e m p s qu'il était p e r d u . Les p r i s o n n i e r s étant d é b a r q u é s furent tous v e n d u s indifféremment p o u r esclaves, c o m m e l ' a v a i e n t été ceux qui étaient arrivés les p r e m i e r s . On stipula seulement, p o u r pallier u n p e u u n e injustice si criante, que les femmes et les filles m u l â t r e s s e s n e serviraient q u e sept a n s . T o u s g é n é r a l e m e n t o b t i n ­ rent ce s o r t , d a n s la suite, q u o i q u e j ' e n aie c o n n u plusieurs qui n ' o n t été mis en liberté q u ' a p r è s plus de trente a n s de s e r v i t u d e , t a n t les h o m m e s o n t Peine à restituer ce qu'ils o n t u n e fois m a l a c q u i s . La p l u p a r t de ces filles m u l â t r e s s e s et m ê m e des négresses c u r e n t le b o n h e u r de se m a r i e r assez bien dans la colonie alors qu'il y avait e n c o r e peu de femmes blanches et pas b e a u c o u p de n o i r e s . Elles y ont p r e s q u e t o u t e s laissé postérité et c'est d'elles que descendent en m e i l l e u r e partie ce q u e n o u s y voyons a u j o u r d ' h u i de m u l â t r e s s e s ou de g e n s de sang m ê l é . Il n'était pas e x t r a o r d i n a i r e a u x flibustiers de faire de pareils coups p o u r v u q u e la F r a n c e e û t la g u e r r e avec l ' E s p a g n e , aussi n e craignaient-ils rien t a n t que la paix. Les nouvelles qui s u r v i n r e n t cette


138

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

a n n é e d ' u n e trêve de v i n g t - q u a t r e a n s conclue entre les deux c o u r o n n e s les c o n s t e r n a e n t i è r e m e n t , car d ' u n côté ils n e p o u v a i e n t plus d é s o r m a i s battre la m e r qu'en qualité de forbans, métier un peu dange­ r e u x pour des g e n s qui, q u e l q u e m é p r i s qu'ils affec­ tassent p o u r la vie, n'aimaient point a p r è s t o u t de se voir hisser s u r les potences, s'ils v e n a i e n t à être pris, ce qui n e pouvait g u è r e l e u r m a n q u e r tôt ou tard ! et, de l ' a u t r e , ils n e pouvaient se r é s o u d r e à quitter l e u r vie libertine qui, t o u t e pénible et risquable qu'elle fût en soi, avait pour e u x des c h a r m e s inex­ plicables. L ' e m b a r r a s était g r a n d p o u r des g e n s de ce c a r a c t è r e a u milieu de ces d e u x e x t r é m i t é s , mais ils s u r e n t , avec l e u r a d r e s s e o r d i n a i r e , y t r o u v e r une espèce de t e m p é r a m e n t qui fut de passer à la mer du S u d où ils savaient q u e les E s p a g n o l s de ces payslà, g e n s d'ailleurs des plus lâches et des plus effé­ m i n é s d ' e n t r e t o u s ceux du N o u v e a u - M o n d e , condui­ saient s o u v e n t des richesses i m m e n s e s d a n s des vaisseaux de peu de force et sans c a n o n s , parce qu'il était p r e s q u e inouï j u s q u ' à ce t e m p s - l à , q u ' a u ­ c u n corsaire se fût e n c o r e avisé d'aller croiser sur ces côtes. L a difficulté était de s'y r e n d r e ; il y avait d e u x voies p o u r cela. L a plus s û r e et la plus o u v e r t e , mais aussi la plus l o n g u e , était celle de la m e r par le détroit de Magellan. Celle de terre était plus c o u r t e , il n ' y avait q u e dix-huit lieues d ' u n e m e r à l ' a u t r e , depuis l ' e m b o u c h u r e de la rivière de C h a g r e j u s q u ' à P a n a m a , mais elle était la plus d a n g e r e u s e et avait e n c o r e cet inconvénient q u e ceux qui la p r e n d r a i e n t se t r o u v e r a i e n t sans vaisseau lorsqu'ils a u r a i e n t t r a v e r s é le continent.


MONSIEUR

DE

CUSSY

139

Chacun prit s o n parti et il y e u t e n v i r o n d e u x mille h o m m e s , t a n t F r a n ç a i s q u ' A n g l a i s , q u i , la m ê m e a n n é e , la p l u p a r t sans se c o n n a î t r e et sans se c o n s u l t e r , p a r t i r e n t de S a i n t - D o m i n g u e et de la J a m a ï q u e p o u r aller fondre s u r les côtes de la m e r du Sud, n ' a y a n t de l e u r part d ' a u t r e dessein q u e de s'y enrichir à j a m a i s , mais étant c o n d u i t s par u n e main invisible à qui ils allaient servir de fléau p o u r châtier les E s p a g n o l s de ces pays-là. Les Anglais p r i r e n t le plus c o m m u n é m e n t la voie de la m e r qui r é u s s i t à sept ou huit cents d'entre e u x , lesquels franchirent h e u r e u s e m e n t le détroit de Magellan. Ils Coururent a u s s i , a v a n t les F r a n ç a i s , les r i s q u e s de la t e r r e , car ce furent cent vingt-cinq h o m m e s de cette nation q u i , a y a n t d é b a r q u é a u golfe de Darien et, de là, g a g n é la tête d ' u n e rivière appelée Roca de Chica qui, les p r e m i e r s , se r e n d i r e n t par c a n o t s à la m e r d u S u d où cette rivière se d é c h a r g e . Ils furent suivis d a n s cette r o u t e p r e s q u e a u s s i t ô t par q u a t r e cent t r e n t e - q u a t r e F r a n ç a i s , sous la c o n d u i t e des capitaines G r o g n i e t , l ' E c u i e r et le P i c a r d . P l u s i e u r s p a r t i r e n t , tant F r a n ç a i s q u ' A n g l a i s , et v o u l u r e n t , peu de t e m p s a p r è s , p r e n d r e le m ê m e c h e m i n , mais les E s p a g n o l s s u r e n t si bien intimider les I n d i e n s en les m e n a ç a n t de les e x t e r m i n e r s'ils d o n n a i e n t e n c o r e e n t r é e d a n s l e u r s pays a u x é t r a n ­ g e r s , q u e ces s a u v a g e s firent depuis main basse s u r t o u s ceux qui, de n o u v e a u , t e n t è r e n t ce p a s s a g e . D e u x cents F r a n ç a i s , s o u s la conduite et d a n s le vaisseau d u capitaine L e S a g e , t e n t è r e n t aussi de p a s ­ ser à la m e r d u S u d par le détroit de Magellan et par­ t i r e n t du port d u Gap, celte m ê m e a n n é e , sans que l'on en a p p r î t de l o n g t e m p s des n o u v e l l e s . C e p e n -


140

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d a n t ceux qui s'y étaient r e n d u s t a n t par m e r que par t e r r e s'étaient j o i n t s , près de P a n a m a , au n o m b r e d'environ onze cents h o m m e s d a n s dix bâtiments t a n t g r a n d s que petits ; car, o u t r e c e u x q u e les Anglais y a v a i e n t c o n d u i t s , ils avaient déjà fait s u r cette m e r p l u s i e u r s prises e s p a g n o l e s , qu'ils cédèrent sans peine a u x flibustiers français, d ' a u t a n t plus que s'étant mis t o u s de société ils n'avaient plus qu'un même intérêt. L e u r p r e m i e r b u t fut d'enlever à son passage la flotte du P é r o u qui était a t t e n d u e d a n s peu de j o u r s à P a n a m a . Ils se m i r e n t , en a t t e n d a n t , à se divertir s u r de petites îles qui s o n t proches de cette ville et où les b o u r g e o i s , qui y v o n t s o u v e n t passer le t e m p s , ont des m a i s o n s de plaisance, a c c o m p a g n é e s de j a r ­ dins délicieux. Les flibustiers, p l o n g é s d a n s les délices de ces îles e n c h a n t é e s , ne s o n g e a i e n t point q u e la flotte du P é r o u p û t e n t r e r dans P a n a m a sans ê t r e a p e r ç u e , c o m m e de fait il a r r i v a . S ' i m p a t i e n t a n t de ne pas la voir passer et i g n o r a n t qu'elle le fût, ils p a r t i r e n t c r o y a n t aller a u - d e v a n t , mais ils ne firent r e n c o n t r e q u e d ' u n e b a r q u e qui l e u r apprit qu'il y avait déjà trois s e m a i n e s q u e cette flotte était mouillée d a n s le port de P a n a m a . Cette n o u ­ velle inopinée fut u n coup de foudre p o u r e u x , mais il fallut s'en consoler quoiqu'ils e u s s e n t déjà dévoré des y e u x les richesses d u P é r o u et qu'ils les vissent, p o u r ainsi dire, l e u r échapper des m a i n s par l e u r n é g l i g e n c e . Ce n e fut pas t o u t ; après que cette flotte se fut rafraîchie à P a n a m a , qu'elle y e u t pris du renfort, elle en sortit p o u r aller chercher celle des flibustiers et la c o m b a t t r e . Elle p a r u t forte de sept voiles d o n t l'amiral pouvait porter


MONSIEUR

DE

CUSSY

141

70 c a n o n s , quoiqu'il n ' y en eût q u e 56 de m o n t é s ; l'amiral flibustier n ' e n avait q u e 36, et il y avait encore m o i n s de p r o p o r t i o n e n t r e les a u t r e s v a i s ­ seaux de l ' u n e et de l ' a u t r e flotte. Les flibustiers qui v i r e n t bien q u e la partie n'était pas égale, et qu'il n'y avait là q u e des coups à g a g n e r pour e u x , t â c h è r e n t d'éviter le c o m b a t et r e t i n r e n t tant qu'ils p u r e n t l ' a v a n t a g e du v e n t , mais ils n e purent si bien faire qu'ils n ' e u r e n t b e a u c o u p à souffrir d u c a n o n de l ' e n n e m i qui l e u r coula à fond u n e b a r q u e l o n g u e et i n c o m m o d a p l u s i e u r s de l e u r s a u t r e s b â t i m e n t s ; a p r è s quoi, les d e u x flottes se s é p a r è r e n t , celle des E s p a g n o l s r e n t r a dans P a n a m a , et celle des flibustiers prit la r o u t e de l'île de Saint-Jean de Cueblo à q u a t r e - v i n g t s lieues à l'ouest de P a n a m a , à dessein de s'y r a d o u b e r sans avoir fait d ' a u t r e p e r t e que celle d e d e u x h o m m e s qui furent tués d a n s le c o m b a t . On n ' a pas su si celle des E s p a g n o l s a été plus considérable. Les flibustiers, a u désespoir d'avoir m a n q u é l e u r coup et de p a r a î t r e v a i n c u s a u x y e u x de l e u r s e n n e m i s qui c r o y a i e n t l e u r perte plus g r a n d e q u ' e l l e n était, r é s o l u r e n t de faire sans t a r d e r q u e l q u e n o u ­ velle expédition qui fît c o n n a î t r e a u x E s p a g n o l s qu'ils n ' a v a i e n t rien p e r d u de l'envie de l e u r n u i r e . Ils e n v o y è r e n t trois cents h o m m e s d a n s des c a n o t s pour aller s u r p r e n d r e le Pueblo Nuevo, b o u r g qui est distant de dix lieues de l'île de S a i n t - J e a n . Ils v o u ­ laient s u r t o u t avoir des vivres d o n t ils c o m m e n ç a i e n t a m a n q u e r . P o u r a r r i v e r à ce b o u r g il faut m o n t e r deux lieues d a n s u n e fort belle rivière et a t t e n d r e pour cela la m a r é e . L e b o u r g n'est pas des m i e u x situé quoiqu'assis s u r le bord de la r i v i è r e , é t a n t


142

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

t o u t e n v i r o n n é de m a r é c a g e s . Y é t a n t a r r i v é s , ils n ' y t r o u v è r e n t ni g e n s ni v i v r e s , ce qui les obligea d'aller rejoindre l e u r s n a v i r e s ; c h e m i n faisant, ils firent r e n c o n t r e d ' u n e b a r q u e c h a r g é e de soieries d o n t ils se saisirent. L e c h a g r i n qu'ils e u r e n t de n'avoir e n c o r e rien fait de c o n s é q u e n t , mit la discorde e n t r e les deux n a t i o n s . E n o u t r e les F r a n ç a i s n e p o u v a i e n t s u p ­ p o r t e r les h a u t e u r s c o n t i n u e l l e s des Anglais qui, se s e n t a n t les plus forts, voulaient se r e n d r e m a î t r e s de t o u t . Ce fut u n e nécessité de se séparer p o u r obvier a u x suites d ' u n e q u e r e l l e qui aurait pu les a r m e r les u n s c o n t r e les a u t r e s . Les Anglais se r e t i r è r e n t et furent, avec l e u r seule force, c h e r c h e r fortune et les F r a n ç a i s r e s t è r e n t e n c o r e q u e l q u e t e m p s s u r l'île p o u r se disposer à en faire de m ê m e , ce qu'ils ne pouvaient si tôt, faute de vaisseaux qui étaient p r e s q u e tous restés e n t r e les m a i n s des p r e ­ m i e r s à qui ils a p p a r t e n a i e n t .


XIII EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU

SUD

Comme les flibustiers des d e u x nations v o n t désormais agir s é p a r é m e n t , j e m e crois dispensé de suivre les Anglais dans l e u r s expéditions, m o n sujet me b o r n a n t à celles des F r a n ç a i s . Je ne laisserai Pourtant pas d'indiquer en passant ce q u ' o n t fait les Anglais s u r cette m e r , depuis cette s é p a r a t i o n qui advint le 9 juillet de cette a n n é e . Comme les F r a n ç a i s étaient à fabriquer des canots sur l'île de S a i n t - J e a n , p o u r suppléer a u x vaisseaux qui leur m a n q u a i e n t , ils n'en avaient q u ' u n en t o u t avec d e u x b a r q u e s , u n e sentinelle qu'ils a v a i e n t Posée sur le bord de la m e r , vint les avertir q u ' i l Paraissait u n e voile a u l a r g e . C'était u n petit b â t i ­ ment a n g l a i s , m o n t é par q u a r a n t e h o m m e s de sa nation et onze F r a n ç a i s d o n t on n'avait eu j u s q u e - l à aucune c o n n a i s s a n c e . A p r è s q u e l q u e s p o u r p a r l e r s il alla rejoindre la flotte anglaise mais les onze F r a n ­ çais prirent parti pour l e u r n a t i o n .


144

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

L e s F r a n ç a i s n e s ' e n n u y a i e n t pas s u r l'île de Cueblo où ils faisaient b o n n e c h è r e de la chasse et de la pêche qui y sont, l ' u n e et l ' a u t r e , fort abondantesCette île a e n v i r o n douze lieues de t o u r , elle est située à cinq h e u r e s du c o n t i n e n t , inhabitée, fort m o n t a g n e u s e , remplie de bois et a r r o s é e de très belles r i v i è r e s . Elle n'est utile a u x E s p a g n o l s q u e par les mâtures qu'ils e n t i r e n t p o u r les vaisseaux, elle est peuplée de cerfs, de s i n g e s , d'agoutis et de lézards et les t o r t u e s a t t e r r i s s e n t en q u a n t i t é d a n s ses a n s e s . Le d é g â t que firent les flibustiers p e n d a n t l e u r long séjour rendit le gibier r a r e , et il fallut s o n g e r à en sortir p o u r aller c h e r c h e r a u d e h o r s de quoi vivre. Ils a p p a r e i l l è r e n t t o u s e n s e m b l e p o u r u n e expédi­ tion de g r a n d e c o n s é q u e n c e . C'était d'aller prendre Realejo. L e s flibustiers, n ' y t r o u v a n t plus rien à piller, p a s s è r e n t à u n b o u r g à trois lieues de là n o m m é Pueblo Viejo; ils y t r o u v è r e n t les E s p a g n o l s r e t r a n ­ chés d a n s l'église et e n v i r o n c e n t c i n q u a n t e cava­ liers d a n s la place d ' a r m e s . Ils d o n n è r e n t d'abord s u r ceux-ci qui p r i r e n t aussitôt la fuite; ceux qui étaient d a n s l'église firent q u e l q u e l é g è r e résistance, a p r è s quoi ils s'enfuirent à pied par u n e porte do la sacristie q u e les flibustiers n e g a r d a i e n t p a s . Ils e m p o r t è r e n t de ce b o u r g t o u t ce qu'ils p u r e n t de v i v r e s , t a n t s u r des c h e v a u x q u e s.ur l e u r dos et ils se r e t i r è r e n t à bord de l e u r n a v i r e . Ils appareillèrent e n s u i t e p o u r aller j o i n d r e l e u r s b a r q u e s à l'île de Cueblo où ils avaient m a r q u é le r e n d e z - v o u s en cas de s é p a r a t i o n . Ils d é t a c h è r e n t s e u l e m e n t 71 h o m m e s d a n s trois c a n o t s , avec o r d r e de faire des descentes


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

145

dans les endroits les plus aisés p o u r s'y fournir de vivres le plus a b o n d a m m e n t qu'ils p o u v a i e n t , afin de frustrer par là l'attente des E s p a g n o l s qui visaient u n i q u e m e n t à les affamer et à les o b l i g e r par la faim de se r e n d r e à discrétion ou, d u m o i n s , à abandonner la partie en s'en r e t o u r n a n t d ' o ù ils étaient v e n u s . Ils avaient mis effectivement p a r t o u t si bon o r d r e à ce q u e les flibustiers d a n s l e u r s d e s c e n t e s n e pussent r e c o u v r e r a u c u n v i v r e , q u e , les s o i x a n t e et onze h o m m e s qui étaient r e s t é s p o u r en r a m a s s e r , ne t r o u v è r e n t p o u r e u x - m ê m e s q u e des c h e v a u x dont ils furent trop h e u r e u x de pouvoir se r é g a l e r , repas qu'ils firent a l o r s p o u r la p r e m i è r e fois m a i s qui ne fut pas la d e r n i è r e . N é a n m o i n s , par le m o y e n de q u e l q u e s s e c o u r s q u ' o n l e u r e n v o y a de l'île d e Cueblo, ils se d é t e r m i n è r e n t à aller forcer u n e petite ville appellée Chirtquita où ils t r o u v è r e n t de q u o i satisfaire la faim qui les pressait, e n s u i t e ils furent rejoindre l e u r s c a m a r a d e s s u r cette île. E t a n t t o u s là rassemblés ils t i n r e n t u n conseil où ils a r r ê t è r e n t qu'il était nécessaire de faire i n c e s s a m m e n t de grandes p i r o g u e s parce qu'ils ne p o u v a i e n t plus se servir de l e u r s n a v i r e s , n ' a y a n t plus de voiles ni de quoi en faire et qu'il n ' y avait n u l l e a p p a r e n c e d'en p r e n d r e a u c u n s u r les E s p a g n o l s qui a v a i e n t a r r ê t é e n t i è r e m e n t la navigation le l o n g de ces côtes depuis que t a n t de pirates les infestaient par l e u r s c o u r s e s . On se mit d o n c à travailler en diligence à la fabrique de ces p i r o g u e s , et il arriva p e n d a n t q u ' o n y était occupé q u ' u n e escadre c o m p o s é e de quinze voiles p a r u t à la v u e de l'île. L e s flibustiers n e d o u ­ tèrent n u l l e m e n t q u e ce n e fût la flotte e s p a g n o l e 10


146

HISTOIRE

DE

SA1NT-D0MINGUE

q u i les cherchait ; ils m i r e n t a u plus vite t o u t ce qui était à bord de l e u r navire dans les d e u x barques, l ' é c h o u è r e n t de crainte que les E s p a g n o l s n ' e n pro­ fitassent et n e s o n g è r e n t plus q u ' à l e u r empêcher la descente d a n s l'île, s'ils la tentaient, ce qu'ils n ' o s è r e n t s'étant c o n t e n t é s de c a n o n n e r le navire et de le percer de mille coups a v a n t de l ' a b o r d e r , fort s u r p r i s q u a n d ils y e n t r è r e n t de n ' y t r o u v e r qu'un chat qui en faisait tout l'équipage. A p r è s quoi, tout vains de l e u r expédition, ils r e p r i r e n t le chemin de Panama. Les F r a n ç a i s a c h e v è r e n t en r e p o s l e u r o u v r a g e en q u a t r e ou cinq m o i s , et puis ils m i r e n t à la voile avec l e u r s d e u x b a r q u e s , u n e d e m i - g a l è r e de qua­ r a n t e a v i r o n s , dix g r a n d e s pirogues et q u a t r e canots l é g e r s . Ils g a g n è r e n t la pointe de l'île p o u r faire la r e v u e de l e u r m o n d e qui était affaibli de trente h o m m e s depuis l e u r séparation d'avec les Anglais. Ils f o r m è r e n t alors le dessein d'aller a t t a q u e r la ville de G r e n a d e s u r le lac de N i c a r a g u a , mais les vivres l e u r m a n q u a i e n t et il fallait s'en p o u r v o i r avant t o u t e s c h o s e s . Ils se d o n n è r e n t b e a u c o u p de m o u ­ v e m e n t p o u r cela, quoique d'abord assez inutile, parce que les E s p a g n o l s les l e u r disputaient toujours avec la m ê m e a r d e u r qu'ils les r e c h e r c h a i e n t ; ils se ravitaillèrent p o u r t a n t à la fin aux dépens de q u e l q u e s u n s d'entre eux à qui il en coûla la vie d a n s mille petits c o m b a t s qu'il l e u r fallait livrer à t o u t m o m e n t . T o u t e la petite flotte s'étant r a s s e m b l é e faisait déjà r o u t e pour se r e n d r e à G r e n a d e , l o r s q u ' u n m a t i n on s'aperçut q u ' o n était treize voiles, quoi­ q u ' o n ne d û t être que douze. On chassa aussitôt s u r celle q u ' o n c r u t s u r n u m é r a i r e et a p r è s u n e h e u r e de


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

147

chasse ou en découvrit e n c o r e cinq a u t r e s . On j o i ­ gnit la p r e m i è r e où l'on apprit q u e c'était là u n e affaire de la flotte anglaise qui avec cinq canots qui étaient les cinq voiles q u ' o n voyait à sa suite, allait chercher des vivres d o n t elle c o m m e n ç a i t aussi à manquer. L e capitaine s'appelait T o u s l é . Comme o n se connaissait déjà, cette e n t r e v u e se fit avec plaisir de part et d ' a u t r e et c h a c u n se mit à raconter les prouesses de sa nation. Les F r a n ç a i s découvrirent a u x Anglais l e u r dessein s u r la ville de Grenade et le capitaine T o u s l é ainsi que ses g e n s , a u nombre de cent vingt-cinq h o m m e s , l ' a y a n t j u g é fort beau et très praticable, ils d e m a n d è r e n t à être de la partie, ce q u ' o n l e u r a c c o r d a . Ces flibustiers anglais, parfaitement satisfaits des n ô t r e s et de l e u r nouvelle société, s'attachèrent depuis c o n s t a m m e n t à l e u r f o r t u n e et furent de t o u t e s l e u r s e x p é d i ­ tions. On n ' e n t e n d i t plus depuis ce t e m p s - l à p a r l e r de la flotte anglaise, sinon q u ' a p r è s avoir e n c o r e r ô d é quelque t e m p s le l o n g des côtes du P é r o u où elle fit de furieux r a v a g e s , elle se dissipa enfin, q u e l q u e s vaisseaux a y a n t pris la r o u t e des G r a n d e s - I n d e s et d'autres r e p r i s celle d ' E u r o p e , avec de riches dépouilles qu'ils r e m p o r t a i e n t de l ' E s p a g n o l . Les F r a n ç a i s qui, faute de v a i s s e a u x , n ' a v a i e n t encore r i e n t e n t é de considérable étaient c e p e n d a n t arrivés dans les p a r a g e s de G r e n a d e qu'ils se p r o p o ­ saient d ' a t t a q u e r et où ils espéraient se d é d o m m a g e r de leur petite fortune par u n e plus grosse qui m e t ­ trait le c o m b l e à l e u r s v œ u x et les r e n v e r r a i t d a n s l e u r pays p l e i n e m e n t c o n t e n t s et satisfaits. G r e n a d e est u n e ville riche et spacieuse, assise s u r


148

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

le bord du lac de N i c a r a g u a à e n v i r o n vingt lieues de la m e r du S u d . Elle est située dans u n fond en l ' a b o r d a n t du côté de cette m e r . Les églises y sont magnifiques et les m a i s o n s assez bien bâties, il y a p l u s i e u r s c o u v e n t s de l'un et de l ' a u t r e sexe. Le pays d ' a l e n t o u r est occupé par q u a n t i t é de belles sucreries qui r e s s e m b l e n t plutôt à de petites bour­ gades q u ' à des m a i s o n s p a r t i c u l i è r e s . Il y avait d a n s cette ville de quoi enrichir nos fli­ b u s t i e r s , mais q u e l q u e soin et q u e l q u e diligence qu'ils a p p o r t a s s e n t p o u r cacher et p r e s s e r tout e n s e m b l e leur m a r c h e a u t r a v e r s des bois, les bour­ geois de la ville en e u r e n t avis, ce qui l e u r donna lieu de s a u v e r l e u r s richesses s u r d e u x vaisseaux qu'ils firent passer bien a v a n t d a n s le lac. Les fli­ bustiers s u r e n t , a v a n t d ' a r r i v e r d a n s la ville, qu'ils étaient d é c o u v e r t s et b a l a n c è r e n t u n peu d a n s l'in­ certitude de r e c u l e r ou d ' a v a n c e r . P u i s , se d é t e r m i ­ n a n t b r u s q u e m e n t à p o u r s u i v r e l e u r r o u t e , le danger qu'ils allaient c o u r i r n e servit q u ' à r a n i m e r leur c o u r a g e et à l e u r faire d o u b l e r le pas. Ils t r o u v è r e n t , dès l'entrée des f a u b o u r g s , u n e forte e m b u s c a d e où ils m a r c h è r e n t s u r le v e n t r e à t o u s c e u x qui la com­ posaient ; ils en firent a u t a n t à ceux qu'ils r e n c o n ­ t r è r e n t a u x portes de la ville d'où ils c o u r u r e n t droit à la place d ' a r m e s , qu'ils savaient être bien fortifiée et où on les attendait en b o n n e c o n t e n a n c e . Dès q u e les E s p a g n o l s qui y étaient les virent, à b o n n e p o r t é e , ils firent g r a n d feu des c a n o n s c h a r g é s à mitraille qui les p r e n a i e n t en flanc et d o n t il y eut q u e l q u e s flibustiers de b l e s s é s ; m a i s , u n e partie de ceux-ci a y a n t g a g n é u n e é m i n e n c e qui c o m m a n d a i t s u r cette place et u n e a u t r e le pied de la m u r a i l l e d'où


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

149

ils jetaient des g r e n a d e s qui déconcertaient les assié­ gés, ils les obligèrent, en moins d ' u n e h e u r e et d e m i e , de leur a b a n d o n n e r le t e r r a i n . Les F r a n ç a i s , m a î t r e s de la place d ' a r m e s , le furent en m ê m e t e m p s de la ville, sans d ' a u t r e s pertes q u e de q u a t r e h o m m e s tués et de huit blessés, d o n t peu p o u r t a n t r é c h a p ­ pèrent. L e butin n'y fut pas g r a n d en p r o p o r t i o n de la r e n o m m é e de cette ville, de sorte q u e les fli­ bustiers a c q u i r e n t e n c o r e cette fois plus de gloire que de r i c h e s s e s . Ils se seraient a i s é m e n t consolés dans l e u r m a l h e u r si, a u m o i n s , ils avaient e u des canots à l e u r disposition p o u r r e p a s s e r , c o m m e ils en avaient g r a n d e envie, par ce lac à la m e r d u N o r d où il va a b o u t i r . Ils a u r a i e n t pu, par le m ê m e m o y e n , enlever en passant les d e u x vaisseaux qui y étaient, t ainsi ils e u s s e n t fait d ' u n e pierre d e u x c o u p s , et deux b o n s coups ; m a i s ils n ' a v a i e n t pas e n c o r e accompli l e u r m a l h e u r e u s e d e s t i n é e , ni celle des Espagnols, et il l e u r fallut e n c o r e u n e fois r e p r e n d r e la r o u t e de la m e r d u S u d sans p o u v o i r oser à peine espérer, d a n s l ' é l o i g n e m e n t où ils en étaient, de la jamais r e g a g n e r . E n effet, les E s p a g n o l s a y a n t j e t é l'alarme d a n s tout le pays d ' a l e n t o u r et s'étant u n peu r e c o n n u s et r a s s u r é s , les i n v e s t i r e n t de t o u t e Part et q u o i q u e les flibustiers se fussent fait j o u r a u travers d'eux, a p r è s a v o i r brûlé l e u r ville de dépit, ils les p r e s s è r e n t t e l l e m e n t et l e u r d r e s s è r e n t t a n t d'embuscades, q u e p l u s i e u r s y p é r i r e n t en c h e m i n ; les a u t r e s q u i s'en d e m ê l è r e n t furent toujours m e n é s nattant j u s q u ' à la m e r où ils e u r e n t bien de la peine à rejoindre l e u r s v a i s s e a u x . A p r è s qu'ils se furent r e m b a r q u é s , ils tinrent conseil s u r le parti qu'il y avait à p r e n d r e dans l ' o c c u r r e n c e où ils se t r o u v a i e n t . e


150

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

L e s s e n t i m e n t s furent p a r t a g é s ; les u n s étaient d'avis qu'il fallait r e m o n t e r vers P a n a m a où il y avait lieu de croire q u e les E s p a g n o l s qui les v o y a i e n t éloignés d'eux depuis plus d ' u n a n , a u r a i e n t enfin rétabli la n a v i g a t i o n . Les a u t r e s qui savaient, par l'expérience d u passé, le m a u v a i s t e m p s qu'il fallait e s s u y e r dans ce pays p e n d a n t la plus g r a n d e partie de l'année, v o u l a i e n t a u c o n t r a i r e d e s c e n d r e plus bas à l'ouest. Ces différents avis furent suivis c h a c u n par leurs partisans a p r è s q u ' o n e u t r é c o m p e n s é les invalides et p a r t a g é les b â t i m e n t s et les vivres. Les u n s , au n o m b r e de 148 F r a n ç a i s q u i avaient à l e u r tête le capitaine Grogniet, d e s c e n d i r e n t à l'ouest ; les a u t r e s en pareil n o m b r e , a u x q u e l s se j o i g n i r e n t les Anglais avec l e u r chef Touslé qui le fut aussi de t o u t e cette b a n d e , r e m o n t è r e n t vers P a n a m a . Je sui­ vrai ce d e r n i e r parti d a n s ses expéditions c o m m e é t a n t le plus c o n s i d é r a b l e , d ' a u t a n t plus q u ' o n verra bientôt l ' a u t r e s'y r é u n i r peu à peu, q u o i q u e non pas e n t i è r e m e n t . L e p r e m i e r exploit qu'ils firent, a p r è s l e u r sépa­ r a t i o n , fut la prise de Villia, petite ville à trente lieues s o u s le v e n t de P a n a m a . Ils y firent trois cents p r i s o n n i e r s tant h o m m e s q u e femmes et y t r o u v è r e n t e n v i r o n la v a l e u r de quinze mille piastres, en or et en a r g e n t , s o m m e peu c o n s i d é r a b l e au prix de ce que les b o u r g e o i s , qui se t e n a i e n t toujours s u r la défiance, a v a i e n t mis en lieu de s û r e t é . 11 y avait dans la ville p o u r plus d'un million et demi de riches m a r c h a n d i s e s ; les flibustiers s ' a c c o m m o ­ d è r e n t des plus précieuses et p r o p o s è r e n t de r a n ç o n ­ n e r la ville. Le g o u v e r n e u r fit r é p o n s e q u e t o u t e la r a n ç o n


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

151

qu'il prétendait l e u r payer était en p o u d r e et e n balles, dont il avait à l e u r service, ce qui était p r o ­ prement leur dire de b r û l e r la ville c o m m e ils firent ; après quoi ils se m i r e n t en c h e m i n avec l e u r s p r i s o n ­ niers et l e u r s m a r c h a n d i s e s , mais le g o u v e r n e u r q u i voulut l e u r tenir parole les poussa v i v e m e n t , enleva les m a r c h a n d i s e s , leur t u a sept ou huit h o m m e s et n prit un a u t r e à qui il fit à l'instant c o u p e r la tête qu'il e n v o y a planter s u r u n piquet, d a n s u n lieu par où les flibustiers devaient passer. Ce spectacle m i t en fureur ces g e n s déjà peu modérés de l e u r n a t u r e l ; ils s'en v e n g è r e n t s u r - l e champ s u r q u a t r e de l e u r s p r i s o n n i e r s d o n t ils m i r e n t les têtes a u m ê m e e n d r o i t et e n v o y è r e n t dire a u g o u v e r n e u r qu'ils en feraient a u t a n t de t o u s les autres s'il ne les dégageait a u plus tôt par u n e r a n ­ çon de dix mille piastres. Cet officier n'y v o u l u t point e n t e n d r e , ce qui e n g a g e a les flibustiers p o u r le r e n d r e plus docile à l e u r e n v o y e r d e u x a u t r e s têtes de ses g e n s avec m e n a c e de lui aller c o u p e r la s i e n n e , s'il laissait r é p a n d r e d a v a n t a g e de s a n g i n n o c e n t . L e g o u v e r n e u r à ce coup devint traitable et e n v o y a dire qu'il payerait la s o m m e q u ' o n d e m a n d a i t et qu'en attendant qu'elle fût p r ê t e et livrée, il f o u r n i r a i t chaque j o u r a u x flibustiers dix bœufs, v i n g t m o u ­ tons et d e u x p a q u e t s de farine pesant e n v i r o n c h a c u n cent livres, ce qui fut exécuté p o n c t u e l l e m e n t . Après la prise de Villia, les flibustiers e u r e n t avis qu'on attendait à P a n a m a u n e b a r q u e c h a r g é e de huit cents livres de p o u d r e d'or et d e u x a u t r e s d o n t la cargaison était en farine et qui portaient de plus la paye de la g a r n i s o n . Cette n o u v e l l e les pressa de se r e n d r e en diligence de ce côté-là. e


152

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Les b o u r g e o i s de la ville, fort a l a r m é s d u retour de ces n o u v e a u x h ô t e s , ne n é g l i g è r e n t rien p o u r s'en délivrer et m i r e n t à cette fin la force et l'industrie en usage. L a g a r n i s o n de cette place était c o m p o s é e en partie de ce qu'ils a p p e l l e n t soldats g r e c s . Ce sont des g e n s de toutes n a t i o n s indifféremment, qu'ils p r e n n e n t à l e u r solde et d o n t ils se servaient depuis l o n g t e m p s p o u r les o p p o s e r a u x flibustiers qu'ils appellent ladrones. Ces Grecs s e r v e n t assez fidèle­ m e n t l ' E s p a g n o l chez qui ils t r o u v e n t l e u r compte par la h a u t e paye q u ' o n leur d o n n e ; ils s o n t les seuls d a n s le Nouveau-Monde qui aient su se faire r e d o u t e r des flibustiers. Un parti de ces gens-là e n t r e p r i t un j o u r de s u r p r e n d r e le petit Goave s u r les F r a n ç a i s ', ils r é u s s i r e n t et se r e n d i r e n t d'abord m a î t r e s de la forteresse. Mais les h a b i t a n t s , s'étant ralliés, les y a s s i é g è r e n t et les o b l i g è r e n t de se r e n d r e à discrétion C o m m e on ne l e u r t r o u v a point de c o m m i s s i o n qu'ils avaient laissée d a n s l e u r b o r d , ils furent t o u s pendus et depuis ils n ' a t t e n t è r e n t plus r i e n s u r les colonies françaises de S a i n t - D o m i n g u e . Les E s p a g n o l s les a v a i e n t t e n u s l o n g t e m p s d a n s l e u r s places situées s u r la m e r du N o r d c o m m e é t a n t les plus exposées a u x c o u r s e s des flibustiers, mais lorsqu'ils virent q u e ceux-ci étaient passés d ' u n e m e r à l ' a u t r e , ils en lirent de m ê m e de l e u r s Grecs et les lâchèrent d ' a b o r d , q u o i q u ' a v e c peu de succès, en deux ou trois r e n c o n t r e s que j ' a i omises, c o n t r e les ladrones, ils y e u r e n t e n c o r e r e c o u r s en cette occasion. Un capitaine de ces Grecs se mit en m e r d a n s u n e p i r o g u e e x p r è s p o u r se faire p r e n d r e des flibus­ tiers ; il fut pris en effet, et p o u r les mieux l e u r r e r ,


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

153

feignit de vouloir p r e n d r e parti avec e u x , son b u t étant de les a t t i r e r sous le c a n o n de P a n a m a . Il l e u r dit qu'il y avait dans le port u n e frégate qui e n t r a i t en charge et q u ' o n p o u r r a i t facilement e n l e v e r , en quoi il s'offrait de les servir. Les flibustiers furent bien aise de proliter de cet avis dans le besoin où ils étaient de vaisseaux et partirent p e n d a n t la nuit, avec q u a t r e canots p o u r s'emparer de cette frégate. Mais la r e n c o n t r e i n o ­ pinée d ' u n e b a r q u e qui sortait d u port et qu'ils pri­ rent, les préserva du d a n g e r où ils allaient se préci­ piter. Ils a p p r i r e n t , par le m a î t r e de cette b a r q u e , que c'était un piège q u ' o n l e u r p r é p a r a i t et q u e dès qu'ils s e r a i e n t près de cette frégate, u n e grêle de menues a r m e s fondrait s u r eux avec le c a n o n de la ville et du v a i s s e a u , et qu'il serait impossible q u e pas un en r é c h a p p â t , à m o i n s de se r e n d r e s u r - l e champ à discrétion. Ce second avis c o û t a la tète a u capitaine grec qui avait d o n n é le p r e m i e r , et qui fut ainsi payé de sa trahison. Les E s p a g n o l s j o i g n i r e n t a l o r s la force à l'adresse, d a n s l'espérance de m i e u x r é u s s i r . Ils avaient r e m a r q u é , depuis q u e l q u e t e m p s , q u e le m a n q u e de vivres obligeait s o u v e n t les flibustiers de se partager pour eu aller c h e r c h e r fort a u loin, parce q u ' u n gros c o r p s de métier l e u r g a r d a i t les côtes des e n v i r o n s de P a n a m a . Ils firent é q u i p e r fort s e c r è t e m e n t u n e frégate et d e u x b a r q u e s , qu'ils r e m p l i r e n t de m o n d e . L e u r b u t était de t o m b e r à l'improviste s u r le p r e m i e r parti qu'ils r e n c o n t r e ­ raient, puis de d o n n e r s u r u n s e c o n d et de les défaire ainsi tous l ' u n a p r è s l ' a u t r e . Les flibustiers n ' e u r e n t a u c u n s o u p ç o n du piège


154

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

qu'on l e u r tendait à P a n a m a ou l'on n e se p r o p o ­ sait rien m o i n s q u e de les y voir bientôt t o u s con­ duits, pieds et m a i n s liés. Mais les E s p a g n o l s , dupes éternelles de l e u r s e n n e m i s , se virent bientôt livrés de n o u v e a u à ces furies infernales q u e le Ciel avait suscitées c o n t r e e u x . L a frégate sortit du port avec les b a r q u e s qui l ' a c c o m p a g n a i e n t et fut c h e r c h e r les flibustiers qui étaient mouillés a u x îles voisines mais qui, par u n singulier b o n h e u r p o u r e u x , se t r o u v è r e n t ce j o u r - l à tous r a s s e m b l é s . Ceux-ci, fort s u r p r i s de cette visite i n o p i n é e , a p p a r e i l l è r e n t a u plus vite ; et c e p e n d a n t les E s p a g n o l s a p p r o c h è r e n t . On se battit depuis le lever d u soleil j u s q u ' à midi. Mais enfin, les b â t i m e n t s e s p a g n o l s a y a n t été d é s e m p a r é s , les flibustiers les j o i g n i r e n t de près et j e t è r e n t d a n s le plus g r a n d q u a n t i t é de g r e n a d e s d o n t u n e lit des effets m e r v e i l l e u x en m e t t a n t le feu d a n s de la p o u d r e r é p a n d u e et qui brûla bien du m o n d e ; ce qui fut cause que le c o m b a t se t e r m i n a plus tôt qu'il n ' a u r a i t fait, parce q u e les flibustiers a r r i v è r e n t à l'instant s u r ce n a v i r e et l ' a y a n t a c c r o c h é , s'en r e n ­ dirent les maîtres. U n e des barques espagnoles fut, de m ê m e , prise à l ' a b o r d a g e par u n e flibustière. L ' a u t r e fut é c h o u é e en pleine côte où elle fut aussi­ tôt b r i s é e . Il y e u t , d a n s la frégate, q u a t r e - v i n g t s h o m m e s , t a n t m o r t s que blessés, de cent vingt qu'ils étaient. De la b a r q u e prise à l ' a b o r d a g e , de s o i x a n t e - d i x , il n ' e n r e s t a q u e dix-neuf de s a i n s ; et, de celle qui s'échoua, il n'y eut que dix ou douze p e r s o n n e s qui g a g n è r e n t la t e r r e . P e n d a n t q u e les victorieux étaient à r a c c o m m o d e r les manoeuvres des prises qu'ils v e n a i e n t de faire,


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

155

et à j e t e r les m o r t s à la m e r , ils a p e r ç u r e n t d e u x autres voiles qui s o r t a i e n t de P a n a m a et qui p o r ­ taient sur e u x . Ils i n t e r r o g è r e n t les p r i s o n n i e r s p o u r savoir ce q u e ce pouvait ê t r e , à quoi ils r é p o n d i r e n t qu ils ne d o u t a i e n t n u l l e m e n t q u e ce ne fût d u s e c o u r s qu on leur e n v o y a i t . On les laissa venir et l'on a r b o r a p a r t o u t pavillon espagnol p o u r les m i e u x t r o m p e r . Ils y furent pris, ils c r u r e n t q u e l e u r s g e n s avaient r e m p o r t é la v i c ­ toire, et s ' a p p r o c h è r e n t des vaisseaux pour les en féliciter. Mais ils y furent r e ç u s a u t r e m e n t qu'ils n espéraient ; on n e les salua q u e par u n e furieuse décharge de m o u s q u e t e r i e , en m ê m e t e m p s q u ' o n leur cria d ' a m e n e r , à quoi n ' a y a n t point v o u l u entendre, on l e u r coula à fond u n e de l e u r s b a r q u e s et l'autre fut aussitôt a b o r d é e et prise. On y t r o u v a quatre paquets de c o r d e s , toutes coupées d'égale g r a n d e u r , qu'ils avaient p r é p a r é e s p o u r lier les fli­ bustiers, n ' é t a n t partis de P a n a m a q u e d a n s la p e r ­ suasion qu'ils étaient p r i s . Mais ils avaient trop tôt chanté victoire et ces c o r d e s furent c a u s e q u ' o n n e donna a u c u n q u a r t i e r à ceux de la b a r q u e où elles étaient, quoiqu'il n'y e û t g u è r e d e d a n s q u e des enfants de famille. D u r a n t t o u t le c o m b a t , les fli­ bustiers ne p e r d i r e n t q u ' u n seul h o m m e , mais il y en eut v i n g t - d e u x de blessés, du n o m b r e desquels était le capitaine T o u s l é qui m o u r u t de ses b l e s s u r e s aussi bien que p r e s q u e tous les a u t r e s , parce que les balles des E s p a g n o l s étaient e m p o i s o n n é e s . Ils e n v o y è r e n t u n e lettre a u président de P a n a m a pour s'en plaindre et p o u r lui d e m a n d e r cinq p r i s o n ­ niers qui restaient seuls d ' u n m a s s a c r e sans q u a r t i e r que les E s p a g n o l s avaient fait de trois partis t a n t


156

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

F r a n ç a i s q u ' A n g l a i s , qui depuis avaient tenté de passer par t e r r e de la m e r d u N o r d à celle d u Sud. L e président, qui avait des o r d r e s très précis de son Roi de ne r e n d r e a u c u n Ladron q u ' o n aurait fait p r i s o n n i e r , en q u e l q u e sorte q u e ce fût, ne v o u l u t faire point r e l â c h e r ceux qu'il avait e n t r e les m a i n s , et ce qu'il y e u t de plus m a u v a i s en lui, c'est qu'il fit a u x flibustiers u n e r é p o n s e fort a r r o g a n t e . Mais il avait affaire à des g e n s q u i , s u r t o u t q u a n d on l e u r échauffait la bile, prenaient bientôt l e u r parti et t o u j o u r s des plus violents. Ils e n v o y è r e n t a u p r é s i d e n t v i n g t tètes de ses g e n s d a n s un canot et lui firent dire qu'ils c o n t i n u e ­ r a i e n t à le gratifier de pareils p r é s e n t s s'il ne venait à composition. Il y vint et l e u r fit tenir la lettre s u i v a n t e avec quantité de rafraîchissements : je vous envoie tous les prisonniers que j'ai dans ma place; à l'égard de ceux que vous avez entre les mains, je m'en remets à votre honnêteté. Les flibustiers ne r é p o n d i r e n t pas t o u t à fait s u r le m ê m e ton, quoiqu'ils lui r e n v o y è r e n t u n e douzaine des plus blessés d ' e n t r e l e u r s p r i s o n n i e r s . Voici leur réponse. « Que ne nous avez-vous plutôt renvoyé nos cinq camarades, vous auriez sauvé la tête à tant de misérables dont le sang répandu retombera sur la vôtre. Nous vous renvoyons en échange douze de vos hommes et vous demandons vingt mille piastres pour la rançon de ceux qui nous restent, faute de quoi nous les mettrons hors d'état de nous renvoyer des balles empoisonnées, qui est une contravention si manifeste aux maximes de la bonne guerre que, si nous n'aimions mieux céder à la pitié et à l'humanité et don-


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

157

ner quelque chose à notre commune religion, nous ne ferions quartier à pas un de vos gens ». Il fallut q u e les E s p a g n o l s en passassent par t o u t ce que v o u l u r e n t les flibustiers. N é a n m o i n s c o m m e ils ne p u r e n t , ou qu'ils firent s e m b l a n t de n e pouvoir, trouver sitôt la s o m m e en q u e s t i o n , ils e n v o y è r e n t prier les flibustiers de ne point s'impatienter. Mais ceux-ci qui méditaient q u e l q u e g r a n d dessein et qui étaient pressés de partir, r é p o n d i r e n t qu'ils se c o n ­ tenteraient de la moitié de la s o m m e qu'ils avaient demandée p o u r v u q u ' o n se dépêchât, q u ' a u t r e m e n t , ils l'iraient c h e r c h e r e u x - m ê m e s t o u t entière avec les i n t é r ê t s . Cette r é p o n s e d é t e r m i n é e e u t son effet : dès le l e n d e m a i n , on vit paraître u n e b a r q u e qui sortait d u Port, c'était la r a n ç o n q u ' o n e n v o y a i t par u n cheva­ lier de Malte à qui on livra en m ê m e temps les p r i ­ sonniers. P o u r c o m b l e de b o n h e u r , les flibustiers, se retirant, p r i r e n t u n e b a r q u e de vivres et de s u c r e ­ ries. Il n ' y avait e n c o r e rien d a n s t o u t ce qui s'était passé j u s q u ' a l o r s qui satisfit p l e i n e m e n t les flibus­ tiers et il s'en fallait de b e a u c o u p q u e l e u r fortune répondît à l e u r désir. Cette b a r q u e c h a r g é e de huit cents livres de p o u d r e d'or, q u ' o n l e u r avait dit être attendue à P a n a m a , ne paraissait point, n o n plus q u e deux a u t r e s qui portaient la paye de la g a r n i s o n , et ils savaient, de b o n n e part, qu'elles étaient t o u t e s d e u x r e t e n u e s en lieu d e s û r e t é . Il n'y avait point d ' a p p a ­ rence q u ' a p r è s l ' a l a r m e qu'ils v e n a i e n t de j e t e r de nouveau s u r ces côtes la navigation se r o u v r î t de l o n g t e m p s ; c e p e n d a n t , ils ne v o u l a i e n t point s'en r e t o u r n e r d'où ils étaient v e n u s les m a i n s vides ou à demi r e m p l i e s . Il fallait, pour r e n d r e l e u r fortune


158

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

c o m p l è t e , faire u n coup de parti et r i s q u e r le tout p o u r le t o u t ; c'est à q u o i ils s'étaient déjà déter­ m i n é s . Le P é r o u seul l e u r avait p a r u pouvoir r é p o n d r e à t o u t e l ' é t e n d u e de l e u r s désirs. L e s côtes où ils avaient p a r u j u s q u ' a l o r s n ' é t a i e n t pas assez riches, o u t r e q u e les habitants de ces quartiers-là c o m m e n ç a i e n t à s ' a g u e r r i r par les fréquentes incur­ sions q u ' o n avait faites s u r e u x . Les provinces qu'on t r o u v e plus à l ' o u e s t et qui s o n t p r o p r e m e n t celles de la N o u v e l l e - E s p a g n e , avaient bien de quoi les satisfaire, mais elles passaient pour être h o r s d'in­ sultes par la m u l t i t u d e de l e u r s h a b i t a n t s . Il est vrai q u e la ville de P a n a m a , qu'ils avaient s o u s l e u r s y e u x , r e n f e r m a i t de g r a n d s t r é s o r s , et qu'ils n ' a v a i e n t qu'à la p r e n d r e p o u r s'en r e t o u r n e r plei­ n e m e n t satisfaits d a n s leur pays. Mais on l'avait si bien fortifiée depuis que les flibustiers l'avaient brûlée en 1670, q u ' o n n e pouvait la r é d u i r e q u e par u n siège réglé et d a n s les formes, de quoi trois cents h o m m e s qu'ils étaient a u p l u s , n ' é t a i e n t pas capables. Il y avait p o u r t a n t d e u x difficultés de passer le P é r o u : la p r e m i è r e était le m a n q u e de vaisseaux p r o p r e s à r e m o n t e r a u v e n t ; l ' a u t r e la disette de vivres q u ' o n ne pouvait faire q u ' a v e c peine, s u r les côtes de ce r o y a u m e , s u r t o u t de l'eau, q u ' o n ne t r o u v e s o u v e n t q u e bien a v a n t d a n s le p a y s . A p r è s qu'ils e u r e n t b e a u c o u p r a i s o n n é l à - d e s s u s , ils t r o u v è r e n t u n e espèce de t e m p é r a m e n t qui fut de s'en tenir à la seule a t t a q u e de Guayaquil qui, é t a n t la ville d u P é r o u la m o i n s éloignée de P a n a m a , avait la r é p u t a t i o n , c o m m e toutes les a u t r e s de ce r o y a u m e , d'avoir d a n s son sein de g r a n d e s richesses,


EXPÉDITIONS

DANS

LA MER DU SUD

159

Mais il fallait des vivres p o u r cette expédition et c'était u n e nécessité de les aller c h e r c h e r s u r d'autres cotes que s u r celles du P é r o u , ne fut-ce q u e p o u r ne point être d é c o u v e r t s q u a n d on y a b o r d e r a i t . Ils p a r c o u r u r e n t à ce dessein les côtes de V e r a g u a , de Costa-Rica et de N i c a r a g u a où ils p r i r e n t et pillèrent de nouveau la p l u p a r t des villes et, b o u r g a d e s qu'ils avaient déjà r a v a g é e s . Ils formèrent aussi q u e l q u e s n o u v e l l e s e n t r e p r i s e s , n particulier c o n t r e Nicoya, ville considérable d u g o u v e r n e m e n t de Costa-Rica, où ils firent q u a n t i t é de p r i s o n n i e r s , qu'ils r a n ç o n n è r e n t p o u r des v i v r e s , à quoi ils visaient alors u n i q u e m e n t . Ils ne t r o u ­ vèrent pas m ê m e cette seconde fois la résistance à laquelle ils s'étaient a t t e n d u s , en e n t r e p r e n a n t de nouveau s u r ces côtes, parce que l ' E s p a g n o l , p a r ­ tout a t t e r r é et a b a t t u , n'osait plus tenir d e v a n t des gens qui s e m b l a i e n t se j o u e r d ' e u x . Car, l o r s q u e les flibustiers e n t r a i e n t d a n s l e u r s villes, ce n'était ni en o r d o n n a n c e de bataille, ni avec ce sang-froid t ce sérieux glaçant que la v u e d'un g r a n d et p r e s ­ sant d a n g e r inspire d ' o r d i n a i r e . On les v o y a i t c o u r i r comme des fous, c h a n t a n t et d a n s a n t , de m ê m e q u e des gens qui v o n t à u n festin sans o r d r e , sans r a n g , sans discipline, et p u i s , foncer c o m m e des furieux, têtes baissées et les y e u x fermés, s u r l e u r s e n n e m i s que cette hardiesse seule déconcertait et m e t t a i t en déroute. L o r s q u ' i l s se furent ravitaillés suffisamment et qu'ils s o n g a i e n t se r e m b a r q u e r d a n s l e u r s c a n o t s , ils eurent avis q u e des flibustiers, qui n ' é t a i e n t pas de l e u r bande, avaient fait u n e descente à q u e l q u e s lieues plus bas ; ils j u g è r e n t aussitôt qu'il fallait q u e ce fût e

e


160

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

le capitaine G r o g n i e t avec ses g e n s et ils furent à sa r e n c o n t r e . C'était lui e n effet, mais avec soixante de ses g e n s s e u l e m e n t . Il avait quitté les a u t r e s quatrev i n g t - c i n q , car il en avait perdu trois depuis sa séparation et il r e m o n t a i t la côte avec ceux qui l'avaient v o u l u s u i v r e , à dessein, disait-il, de cher­ cher q u e l q u e e n d r o i t inhabité et de s'abandonner avec u n c o m p a s a u t r a v e r s des bois p o u r g a g n e r la mer du Nord. On lui r e p r é s e n t a que ce projet était pratiquement impossible avec si peu de forces qu'il en avait ou, à t o u t le m o i n s , infiniment d a n g e r e u x ; que si l'on était obligé d'en v e n i r là, il y a u r a i t bien plus de s û r e t é de le faire tous e n s e m b l e , mais qu'il fallait cependant u n i r l e u r s a r m e s et a m a s s e r de quoi r e t o u r n e r avec h o n n e u r d a n s l e u r p a y s . Il se laissa p e r s u a d e r par de si b o n n e s raisons et, a p r è s avoir r a c o n t é a u x autres ses a v e n t u r e s , d o n t le récit n o u s m è n e r a i t trop loin et qui, d'ailleurs, n e m e paraissent pas intéressantes, il prit place d a n s l e u r s bords avec ses g e n s et ils c i n g l è r e n t à pleines voiles vers le P é r o u p o u r leur expédition de G u a y a q u i l où il p a r u t m ê m e c o m m e chef de t o u t e la b a n d e , q u o i q u ' à p r o p r e m e n t parler ces m e s s i e u r s n ' e n a v a i e n t point, le caprice et leur étoile l e u r t e n a n t lieu de guide et de c o n d u i t e , et le hasard secondé de l e u r t é m é r i t é l e u r r é p o n d a n t presque toujours du succès de l e u r s e n t r e p r i s e s .


XIV LA PRISE

DE

GUAYAQUIL

Guayaquil, que d ' a u t r e s n o m m e n t G u e a q u i l l e et d autres e n c o r e la Culate, est u n e ville d u g o u v e r ­ nement de Quito située e n t r e le second et le t r o i ­ sième d e g r é de latitude a u s t r a l e , à dix lieues de l ' e m b o u c h u r e d ' u n e rivière a u p r è s de laquelle on l'a bâtie et par où des b a r q u e s , et m ê m e des navires de deux cents t o n n e a u x , p e u v e n t r e m o n t e r j u s q u e près de ses m u r a i l l e s . C'est la p r e m i è r e ville m a r i t i m e considérable q u e l'on r e n c o n t r e en allant de P a n a m a vers le P é r o u et la seule de t o u t ce vaste r o y a u m e où il p l e u v e . Elle fait p r e s q u e le t o u r d ' u n e petite montagne s u r laquelle on a c o n s t r u i t trois forts, dont le plus g r a n d c o m m a n d e les a u t r e s et t o u s trois la ville e n t o u r é e de m u r a i l l e s du côté de la r i v i è r e . Les maisons y s o n t p r e s q u e t o u t e s bâties s u r pilotis t élevées à q u e l q u e s pieds de t e r r e à c a u s e des c r u e s d eau si g r a n d e s d a n s la saison des pluies, de j a n vier j u s q u ' à la lin d'avril, q u ' o n est obligé de faire e

11


162

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

des p o n t s et des levées d a n s les r u e s p o u r éviter la fange. Les églises et les m a i s o n s religieuses y sont riches et magnifiques c o m m e p a r t o u t ailleurs sui­ v a n t la pieuse c o u t u m e des E s p a g n o l s . Le plus g r a n d c o m m e r c e qui s'y fait est de cacao, d o n t cette ville pourvoit t o u t le P é r o u , ce qui la r e n d partici­ p a n t e des richesses de ce r o y a u m e si o p u l e n t et si r e n o m m é par ses m i n e s d'or et d ' a r g e n t . Nos flibustiers furent près de d e u x m o i s avant de g a g n e r la pointe de S a i n t e - H é l è n e qui est encore t r e n t e lieues s o u s le v e n t de G u a y a q u i l et où com­ m e n c e la baie qui a pris son n o m de cette ville. Leur p r e m i e r soin fut de cacher l e u r a r r i v é e , ce qu'ils firent en allant m o u i l l e r d e r r i è r e u n e petite île d'en­ v i r o n vingt lieues de t o u r a p p e l é e la P u n a , laquelle est établie à deux lieues d u c o n t i n e n t , vis-à-vis la rivière de G u a y a q u i l . C'est à l'abri de cette île où il y a bon m o u i l l a g e , q u e se t i e n n e n t les plus g r o s vaisseaux qui, p o u r tirer trop d'eau, ne p e u v e n t r e m o n t e r jus­ q u ' à la ville. A p r è s s'être e n q u i s de q u e l q u e s p r i s o n n i e r s qu'ils avaient faits, de l'état, situation et disposition de la ville qu'ils allaient p r e n d r e , ils d i s p o s è r e n t t o u t pour l ' a t t a q u e , s u i v a n t l ' o r d r e qui suit : savoir que cin­ q u a n t e enfants p e r d u s c o n d u i t s par le capitaine P i c a r d , qui c o m m a n d a i t u n e petite frégate, iraient i n s u l t e r le g r a n d fort, p e n d a n t q u e le capitaine Grogniet, avec le gros d u m o n d e , tâcherait de se rendre m a î t r e de la ville et du p o r t . Ils a p p a r e i l l è r e n t e n s u i t e et e n t r è r e n t dans la rivière de G u a y a q u i l , à la faveur de la n u i t , étant secondés par la m a r é e , d o n t le c o u r a n t est si rapide qu'il les éleva de q u a t r e lieues en d e u x h e u r e s de


La PRISE

DE

GUAYAQUIL

163

temps. Dans d e u x endroits des plus larges de cette rivière, il y a d e u x très b o n n e s îles à c o u v e r t de l ' u n e desquelles ils se t i n r e n t cachés p e n d a n t t o u t le jouisuivant. L e soir, ils r e m i r e n t à la voile et se laissèrent de n o u v e a u r e m o n t e r a u gré du c o u r a n t , sans se servir de l e u r s a v i r o n s de p e u r que les sentinelles n'entendissent le b r u i t de l e u r n a g e . Le dessein de leur p r a t i q u e était de l e u r faire dépasser la ville p o u r mettre à t e r r e a u - d e s s u s , d ' a u t a n t qu'elle était plus faible et plus m a l g a r d é e de ce côté-là ; mais son projet ne réussit point à c a u s e q u e la m a r é e qui vint à baisser l e u r fut a u t a n t nuisible qu'elle l e u r avait été a u p a r a v a n t favorable. Cela les obligea de faire leur descente deux h e u r e s a v a n t le j o u r à u n e p o r ­ tée de c a n o n en deçà de la ville. Ils allaient la s u r ­ prendre infailliblement, sans u n flibustier qui, en m e t t a n t pied à t e r r e , tira du feu p o u r a l l u m e r sa pipe, ce qui mit aussitôt l ' a l a r m e d a n s u n corps de garde e s p a g n o l du voisinage, d'où e l l e ne tarda point à passer d a n s la ville. C o m m e les b o u r g e o i s s'attendaient depuis l o n g ­ temps d'être a t t a q u é s par les a v e n t u r i e r s , ils n e furent q u ' à d e m i s u r p r i s de l e u r a p p r o c h e et n e s o n ­ gèrent plus qu'à se m e t t r e en état de faire u n e b o n n e défense, a p r è s qu'ils e u r e n t e n v o y é l e u r s plus g r a n d e s richesses a u dedans des t e r r e s , s o u s la g a r d e et la conduite de l e u r s esclaves. Ils c o m m e n c è r e n t par décharger l'artillerie de t o u s les forts, c o m m e p o u r intimider l e u r s e n n e m i s et l e u r m a r q u e r q u ' o n était disposé à les bien recevoir. E n effet, dès la pointe du j o u r , ils sortirent a u n o m b r e de sept cents h o m m e s a u - d e v a n t des flibus­ tiers qui s'avançaient de l e u r c ô t é . Q u a n d on fut à


164

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

j u s t e portée, on se salua de part et d ' a u t r e à coups de m o u s q u e t s . L e s E s p a g n o l s e u r e n t d'abord de l ' a v a n t a g e grâce à l e u r r e t r a n c h e m e n t et, ce premier succès les a y a n t a n i m é s , ils foncèrent l'épée à la main s u r les a v e n t u r i e r s , c r o y a n t l e u r m a r c h e r sur le v e n t r e ; m a i s ceux-ci, a y a n t v i g o u r e u s e m e n t sou­ t e n u le choc, les p r e s s è r e n t à l e u r t o u r et les obli­ g è r e n t de lâcher pied. P u i s , s'étant mis à leurs t r o u s s e s , ils e n t r è r e n t avec e u x pêle-mêle dans la ville où ils firent u n horrible c a r n a g e . Il n ' y avait plus q u e les forts à p r e n d r e ; les deux petits ne firent p r e s q u e point de résistance. On tint b o n d a n s le plus g r a n d p e n d a n t q u e l q u e s h e u r e s et ce ne fut qu'avec perte de neuf h o m m e s t u é s et de douze blessés que les flibustiers s'en r e n d i r e n t m a î t r e s ; après quoi ils furent c h a n t e r le Te Deum d a n s la g r a n d e église. A p r è s que t o u t fut ainsi r é d u i t d a n s la ville, les victorieux y firent sept c e n t s p r i s o n n i e r s , tant h o m m e s que femmes, p a r m i lesquels étaient le g o u ­ v e r n e u r et sa famille. Il était blessé ainsi q u e plu­ sieurs officiers et p e r s o n n e s de qualité qui, seuls e n t r e cinq mille h o m m e s qui défendaient cette place, a v a i e n t p a y é de l e u r s p e r s o n n e s p e n d a n t cette action. L e s flibustiers s'étant mis à piller t r o u v è r e n t e n c o r e d a n s la ville soixante mille piastres, sans c o m p t e r les perles et les pierreries n o n plus que la vaisselle d ' a r g e n t en p r o d i g i e u s e q u a n t i t é . Q u e l q u e s partis qu'ils m i r e n t u n peu t r o p tard a p r è s c e u x qui fuyaient h o r s de la ville r a m e n è r e n t aussi u n b u t i n , g u è r e m o i n s c o n s i d é r a b l e . Ils p r i r e n t e n t r e a u t r e s r a r e t é s u n aigle de v e r m e i l d o r é qui avait servi de


LA PRISE DE

GUAYAQUIL

165

tabernacle à q u e l q u e église ; il pesait soixante-huit livres et était parfaitement b e a u , t a n t à c a u s e d u travail que p o u r d e u x g r o s rocs d ' é m e r a u d e q u i lui servaient d ' y e u x . Le soir, l'on c o n v i n t avec le g o u v e r n e u r d u prix de sa r a n ç o n , de celle de son m o n d e , de la ville, de ses forts et de dix-sept v a i s s e a u x , tant barques q u e frégates, qui étaient d a n s le p o r t . Elle fut réglée à trois cent mille piastres, payables e n o r . Mais, parce qu'il fallait la faire v e n i r de la ville de Quito, distantede q u a t r e - v i n g t s lieues, on stipula q u e les flibus­ tiers iraient l ' a t t e n d r e s u r l'île de P u n a , o ù c e p e n d a n t ou leur fournirait des vivres. Rien ne les empêchait de partir dès le l e n d e m a i n de la ville a p r è s cette c o n ­ vention mais, c o m m e ils s'y t r o u v a i e n t bien, ils y restèrent e n c o r e trois j o u r s p e n d a n t lesquels ils fail­ lirent p e r d r e le fruit de l e u r c o n q u ê t e , car le feu s'étant pris, par la faute d'un flibustier, à u n e m a i ­ son et a y a n t c o n s u m é u n tiers de la ville, il y avait lieu d ' a p p r é h e n d e r que-les E s p a g n o l s refusassent de rien payer a p r è s u n e pareille c o n t r a v e n t i o n . P o u r aller a u - d e v a n t de cet i n c o n v é n i e n t , les fli­ bustiers p r i r e n t le parti de se p l a i n d r e e u x - m ê m e s les p r e m i e r s . F e i g n a n t donc d ' i g n o r e r l'origine de cet incendie, ils e n v o y è r e n t b r u s q u e m e n t d e m a n d e r aux E s p a g n o l s d'où venait q u ' a p r è s l e u r a c c o m m o ­ dement ils avaient fait m e t t r e le feu près de l e u r corps de g a r d e , où ils avaient t o u t e s l e u r s p o u d r e s et l e u r s provisions, et ils les m e n a c è r e n t de s'en v e n ­ ger s u r - l e - c h a m p s u r le r e s t e de la ville et s u r les Prisonniers qu'ils avaient e n t r e l e u r s m a i n s . L e s Espagnols fort e m b a r r a s s é s l e u r en firent des e x c u s e s t leur dirent q u e ce ne pouvait être que de la canaille e


166

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

qui eût fait le coup et q u ' i l s les priaient de n e se point fâcher. L e s flibustiers n'avaient point e n c o r e envie de sor­ tir sitôt de la ville, mais l'infection que c a u s a i e n t les corps r é p a n d u s çà et là, les o b l i g è r e n t d ' e n déloger et de se r e t i r e r s u r l'île de P u n a où ils e m m e n è r e n t avec e u x l e u r s p r i s o n n i e r s . Y étant a r r i v é s , le capi­ taine G r o g n l e t m o u r u t d ' u n e b l e s s u r e qu'il avait r e ç u e le j o u r de la prise de la ville, e n v o u l a n t e m p ê c h e r , lui s e p t i è m e , cent E s p a g n o l s d ' e n t r e r dans le fort, et le m ê m e j o u r , il l e u r m o u r u t encore quatre h o m m e s . L e t e r m e de la r a n ç o n étant é c h u , il y avait déjà q u a t r e j o u r s ; les flibustiers c o m m e n ç a i e n t à s'en­ n u y e r de ce r e t a r d e m e n t et à en s o u p ç o n n e r q u e l q u e chose de m a u v a i s ; ils c r u r e n t qu'il fallait u n peu r e m u e r le flegme n a t u r e l des E s p a g n o l s , ce qu'ils firent en l e u r e n v o y a n t q u a t r e têtes de l e u r s prison­ n i e r s a p r è s les avoir t o u s fait j o u e r a u x dés à qui perdrait la s i e n n e . Un si triste spectacle n ' a t t e n d r i t point le l i e u t e n a n t d u roi de G u a y a q u i l , qui était u n h o m m e d u r et qui, c o m p t a n t s u r les s e c o u r s qu'il faisait v e n i r de t o u t e part, avait résolu de n e rien payer d e l à r a n ç o n , en dût-il c o û t e r la vie à t o u s les p r i s o n n i e r s , ce q u ' o n découvrit par u n e lettre qu'il écrivait a u vice-roi de L i m a et qui fut i n t e r c e p t é e . Cette disposition où était le c o m m a n d a n t de G u a y a ­ quil e m b a r r a s s a fort les flibustiers ; ils p r e s s è r e n t avec m e n a c e le g o u v e r n e u r , leur prisonnier, d'y m e t t r e o r d r e ; q u ' a u t r e m e n t ils y p o u r v o i r a i e n t de la b o n n e m a n i è r e . Celui-ci, é t o n n é du d a n g e r où il était avec ses g e n s , e n v o y a d a n s la ville un padre ou religieux, avec un plein pouvoir pour agir c o n t r e l'opposition


LA PRISE DE

GUAYAQUIL

167

que le l i e u t e n a n t du Roi a p p o r t a i t de son chef à la capitulation de la ville. Mais cet officier se m o q u a des ordres de s o n g o u v e r n e u r prisonnier et c o n s e n t i t à peine à la prière des b o u r g e o i s q u ' o n offrît a u x fli­ bustiers q u a r a n t e - d e u x mille piastres p o u r t o u t e rançon. Il les l e u r e n v o y a avec u n e lettre c o n ç u e e n des t e r m e s de défi d'en obtenir d a v a n t a g e , par quelque voie q u e ce fût. Les flibustiers r e ç u r e n t t o u j o u r s cette s o m m e à compte et par provision et n e r e l â c h è r e n t q u e les moins considérables de l e u r s p r i s o n n i e r s . Mais l o r s quils v i r e n t qu'il n e l e u r venait plus r i e n , ils mirent conseil s u r ce qu'ils feraient des a u t r e s . L a douceur p r é v a l u t cette fois s u r l e u r s esprits et ils se r é s o l u r e n t à les g a r d e r d u m o i n s e n c o r e q u e l q u e temps s u r l'île de P u n a , d a n s l'espérance qu'il se ferait en l e u r faveur q u e l q u e r é v o l u t i o n d a n s la ville °u l'opiniâtreté d u l i e u t e n a n t d u roi avait à c o m ­ battre l'inclination du public qui, par l'intérêt q u ' u n chacun prenait d a n s les p r i s o n n i e r s , voulait s'en tenir aux stipulations faites pour l e u r délivrance a p r è s la prise de la ville. P e n d a n t q u e nos a v e n t u r i e r s étaient à se divertir sur cette île et qu'ils y passaient le meilleur q u a r t i e r d hiver qu'ils e u s s e n t e n c o r e eu, il s'y passa u n e chose d i g n e d'être r a p p o r t é e . L ' u n d'eux vola à son camarade trois cents é c u s . Le cas était n o u v e a u , car jusqu'alors ils s'étaient g a r d é u n e fidélité inviolable. IlS recueillirent les voix s u r ce qu'il y avait à faire en l'occasion et elles furent pour q u ' o n cassât la tète au c o u p a b l e , ce qui fut e x é c u t é , t a n t ces g e n s là ne balançaient plus s u r rien et se croyaient s a n s façon en droit d'exercer u n e a u t o r i t é s o u v e r a i n e .


168

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Ils partirent enfin de l'île de P u n a moins parce qu'ils s'y lassaient q u e p o u r é p r o u v e r si le lieute­ n a n t de G u a y a q u i l , les v o y a n t s'en aller avec les p r i s o n n i e r s , n ' e n v e r r a i t pas après eux p o u r les rap­ peler et l e u r p a y e r la r a n ç o n , de peur qu'ils ne se p o r t a s s e n t à l e u r égard à q u e l q u e fâcheuse extrémité. Mais rien ne p a r u t , ce qui c o m p r o m i t e n c o r e une fois la pitié flibustière avec l e u r c r u a u t é . Mais la d o u c e u r l ' e m p o r t a do n o u v e a u et ils m i r e n t leurs p r i s o n n i e r s à t e r r e , à la pointe de S a i n t e - H é l è n e . Ils se m i r e n t a l o r s à p a r t a g e r , l'or, l ' a r g e n t , les perles et les pierreries t r o u v é s à G u a y a q u i l , ce qui pou­ vait faire en t o u t e n v i r o n quinze cent mille livres ; a p r è s quoi, c h a c u n étant assez c o n t e n t de son lot, j o i n t à ce qu'ils avaient déjà a m a s s é a u p a r a v a n t , ils n e s o n g è r e n t plus q u ' a u x voies de r e p a s s e r à la mer d u N o r d . L e u r s vaisseaux, en trop m a u v a i s état, ne l e u r p e r m e t t a n t pas de t e n t e r l e u r r e t o u r par mer par le détroit de Magellan, ils r e p r i r e n t la r o u t e de l'ouest p o u r c h e r c h e r q u e l q u e e n d r o i t favorable à le faire p a r t e r r e et, a p r è s q u a t r e à cinq cents lieues de n a v i g a t i o n , ils a r r i v è r e n t aux îles de Mapalle, au voisinage de la côte de N i c a r a g u a . P e n d a n t q u ' u n e partie des flibustiers était occupée à g u i n d e r leurs navires s u r ces îles et q u e les a u t r e s étaient à la chasse p o u r p o u r v o i r à l e u r c o m m u n e subsistance, il arriva q u ' u n de ces d e r n i e r s fit r e n c o n t r e de deux F r a n ç a i s qui furent r e c o n n u s p o u r être des q u a t r e vingt-cinq qui s'étaient séparés du capitaine Grogniet p o u r aller vers la Californie, et l'on apprit d'eux q u e les c i n q u a n t e - c i n q a u t r e s avaient c o n t i n u é l e u r r o u t e vers la Californie où ceux-ci n ' a y a n t pas v o u l u les s u i v r e , les a v a i e n t quittés à la h a u t e u r


LA PRISE

DE

GUAYAQUIL

169

d'Acapulco, r e b u t é s qu'ils furent des difficultés t r o u ­ vées p a r t o u t , à faire descente s u r ces côtes fort peuplées et où la m e r est fort grosse en t o u s t e m p s . Cette n o u v e l l e fit de la peine à t o u s les flibustiers qui c r u r e n t q u e la perte de l e u r s c i n q u a n t e - c i n q c a m a ­ rades était inévitable, s'ils s'obstinaient d a v a n t a g e â tirer vers la Californie. C'est p o u r q u o i ils r é s o ­ lurent, d ' u n c o m m u n accord, de les aller c h e r c h e r avant d e r e p a s s e r à la m e r d u N o r d , et firent voile à ce dessein vers A c a p u l c o . L o r s q u ' i l s furent p a r le t r a v e r s de la b a i e d e T e h u a n tepec, ville m a r i t i m e de la N o u v e l l e - E s p a g n e , ils firent e n t r e r l e u r s navires dans le port de H u a t u l e o , qui en est à vingt lieues s o u s le v e n t , et e u x furent, avec l e u r s chaloupes et l e u r s c a n o t s , c h e r c h e r u n endroit favorable p o u r la d e s c e n t e . A p r è s qu'ils l'eurent faite assez h e u r e u s e m e n t , sans p r e s q u e a u c u n e résistance de la part des E s p a g n o l s , ils s'occupèrent à r a s s e m b l e r des vivres et à faire de l'eau, à quoi ils visaient a l o r s u n i q u e m e n t . Mais, quelques p r i s o n n i e r s qu'ils firent l e u r a y a n t dit qu'ils n ' é t a i e n t plus qu'à q u a t r e lieues de T e h u a n t e pec, d o n t il n e l e u r serait pas impossible de se r e n d r e m a î t r e s , ils t o u r n è r e n t tout d ' u n c o u p de ce côté-là. Mais, y é t a n t e n t r é s avec assez de facilité, ils en d é l o g è r e n t avec b e a u c o u p de précipitation, s a n s tirer a u c u n a v a n t a g e de la prise de cette ville où ils craignirent d'être e n v e l o p p é s par les E s p a g n o l s q u i , après être r e v e n u s de l e u r p r e m i e r é t o n n e m e n t , s'étaient ralliés au n o m b r e de trois mille h o m m e s . Les flibustiers furent rejoindre l e u r s bâtiments au port de H u a t u l e o d'où ils d é t a c h è r e n t u n e petite galère qui fut j u s q u e par delà Acapulco, p o u r c h e r -


170

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

cher l e u r s g e n s , d o n t elle n'apprit a u c u n e n o u v e l l e . A son r e t o u r l'on r e p r i t la r o u t e des côtes de Mapalle où l'on devait décider d u lieu par o ù l'on repasserait à la m e r d u N o r d . L'on conclut q u e ce serait par Ségovie, ville du g o u v e r n e m e n t de N i c a r a g u a , s u r les confins de celui des H o n d u r a s . Cette ville est située à q u a r a n t e lieues de la m e r d u S u d et à soixante de la tète d ' u n e g r a n d e rivière qui va se r e n d r e à la m e r d u N o r d a u cap de Gracias à Dios. Q u e l q u e r i s q u e qu'il y e û t à p r e n d r e cette r o u t e où, par le r a p p o r t des p r i s o n n i e r s , l'on comptait avoir cinq ou six mille h o m m e s s u r les b r a s , c'était, a p r è s t o u t , la m o i n s difficile et il fallut s'y r é s o u d r e . Ils se m i r e n t donc en c h e m i n , le p r e ­ mier de j a n v i e r de cette a n n é e , a u n o m b r e de 280 h o m ­ m e s qui restaient e n tout, après avoir a u p a r a v a n t b r û l é l e u r s vaisseaux afin de se m e t t r e h o r s d'état de pouvoir c h a n g e r de s e n t i m e n t s . P e n d a n t douze j o u r s qu'ils furent à g a g n e r Ségovie, il ne s'en passa a u c u n sans c o m b a t s toujours victorieux et sans p e r d r e u n seul h o m m e . Ils e n t r è r e n t dans cette ville p a u v r e et m a l bâtie, qu'ils t r o u v è r e n t a b a n d o n n é e et où ils n e firent pas u n g r a n d b u t i n , d ' a u t a n t plus q u ' é t a n t p r e s s é s , ils n e v o u l u r e n t pas s'y a r r ê t e r . Ils n ' é t a i e n t pas tirés de d a n g e r p o u r être a u delà de cette ville. Ils avaient à q u e l q u e s lieues plus a v a n t un défilé de m o n t a g n e s à franchir. Les E s p a ­ gnols le g a r d a i e n t a u n o m b r e de quinze c e n t s , à c o u v e r t de trois r e t r a n c h e m e n t s qu'ils avaient p r a ­ tiqués l'un a u - d e s s u s de l ' a u t r e . Ils c o m p t a i e n t si bien q u ' a u c u n flibustier n ' e n échapperait, qu'ils c r u r e n t pouvoir, sans risquer de se t r o m p e r , l e u r a n n o n c e r l e u r prochain m a l h e u r , ce qu'ils firent par


LA PRISE

DE

GUAYAQUIL

171

une lettre qu'ils l e u r e n v o y è r e n t . Les flibustiers furent effectivement saisis de q u e l q u e crainte e n n e voyant point c o m m e n t ils se tireraient d ' u n tel pas ; mais c o m m e rien n'est à l ' é p r e u v e d ' u n e r é s o l u t i o n désespérée, ils r é s o l u r e n t d'y avoir r e c o u r s en cas de besoin et firent c e p e n d a n t a u x E s p a g n o l s cette réponse d é t e r m i n é e , p o u r les intimider à l e u r t o u r : — P o u r q u o i n o u s insultez-vous, lâches et effé­ minés q u e v o u s ê t e s ? I g n o r e z - v o u s e n c o r e q u e l s gens n o u s s o m m e s , et faut-il q u ' à n o t r e gloire et pour votre m a l h e u r n o u s v o u s r e n c o n t r i o n s de n o u ­ veau s u r n o t r e r o u t e . Allez, g e n s s a n s c o u r a g e et sans h o n n e u r , multipliez-vous, s'il se p e u t , a u t a n t que le sont les bœufs de vos s a v a n e s , entassez r e t r a n ­ chements s u r r e t r a n c h e m e n t s , depuis le pied de vos montagnes j u s q u ' a u s o m m e t , n o u s v o u s y force­ rons, n o u s p a s s e r o n s et n o u s irons où n o u s v o u l o n s aller. N'y en eût-il p a r m i n o u s q u ' u n seul de r e s t e , d ne v o u s craindrait pas t o u s et saurait e n c o r e v o u s défaire l'un a p r è s l ' a u t r e . Après q u o i ils s'avancèrent r é s o l u m e n t p o u r véri­ fier leur r é p o n s e par les effets. Lorsqu'ils furent arrivés a u pied de la m o n t a g n e t qu'ils e u r e n t considéré de près les difficultés, qu'on ne l e u r avait point e n c o r e assez e x a g é r é e s , ils tombèrent d'accord qu'elles étaient i n s u r m o n t a b l e s , s'il s'agissait d ' a t t a q u e r de front les E s p a g n o l s et que l ' u n i q u e parti qui restait était de p r e n d r e à coté des r e t r a n c h e m e n t s p o u r l e u r t o m b e r d e s s u s par derrière. Mais cela n'était pas aisé à e x é c u t e r . Il n ' y avait, d ' u n côté et d ' a u t r e des r e t r a n c h e m e n t s , q u e des abîmes et des précipices affreux et la m o n t a g n e était p a r t o u t si raide et si e s c a r p é e , qu'il n'était pas e


172

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

v e n u à la pensée des E s p a g n o l s q u ' o n pût par là aller à e u x . Mais la nécessité vient s o u v e n t à bout de ce qui paraît impossible ; les flibustiers ayant g r i m p é t o u t e la nuit et s'étant g u i n d é s à la faveur des racines des a r b r e s qu'ils e m p o i g n a i e n t , j u s q u ' a u haut de la m o n t a g n e , se t r o u v è r e n t le m a t i n a u - d e s s u s des E s p a g n o l s , qui les c r o y a i e n t e n c o r e a u - d e s s o u s et qui, se v o y a n t ainsi s u r p r i s , p e r d i r e n t contenance et ne s o n g è r e n t plus qu'à se s a u v e r e u x - m ê m e s , ce qu'ils ne firent pas t o u s , parce q u e les flibustiers, les a y a n t c h a r g é s s u r l ' h e u r e , en firent u n g r a n d car­ n a g e et par là m i r e n t c o m m e le d e r n i e r sceau à tous les m a u x qu'ils leur avaient faits et se virent en m ê m e temps délivrés de l ' a p p r é h e n s i o n où ils avaient t o u j o u r s été de t o m b e r tôt ou tard e n t r e l e u r s m a i n s . Ils n ' e u r e n t plus d ' e n n e m i s à c o m b a t t r e a p r è s cette victoire et ils a r r i v è r e n t , au bout de q u e l q u e s j o u r s , à cette rivière s u r laquelle ils devaient s ' e m b a r ­ quer. L e u r p r e m i e r soin fut de faire aussitôt des piperies, qui ne sont q u e plusieurs pièces de bois liées e n s e m b l e , p o u r la d e s c e n d r e les p r e m i è r e s j o u r n é e s , ne p o u v a n t point e n c o r e se servir de c a n o t s qui se seraient mille fois fracassés c o n t r e les r o c h e r s ; mais l o r s q u e le c o u ­ r a n t fut d e v e n u plus u n i et plus profond, ils y e u r e n t r e c o u r s et en fabriquèrent p l u s i e u r s . Ils a c h e v è r e n t , à la faveur de ces c a n o t s , le reste d u c h e m i n et a r r i ­ v è r e n t a u cap de Gracias à Dios où ils furent parfai­ t e m e n t bien traités des I n d i e n s , h a b i t a n t s n a t u r e l s de ces q u a r t i e r s , de tous t e m p s amis des flibustiers. Ils e u r e n t le b o n h e u r d'y t r o u v e r u n e b a r q u e a n g l a i s e ; ils la frétèrent, m a i s c o m m e elle ne pouvait les contenir t o u s , elle n ' e n prit q u ' u n e partie qu'elle


LA PRISE

DE

GUAYAQUIL

173

ramena à S a i n t - D o m i n g u e où ils a r r i v è r e n t le 8 d'avril de cette a n n é e , y a y a n t près de q u a t r e a n s qu ils en étaient partis. Les a u t r e s n ' y r e v i n r e n t q u e quelque t e m p s après et par la voie de la J a m a ï q u e . M. de Gussy, qui y c o m m a n d a i t t o u j o u r s , les r e ç u t favorablement, en v e r t u d ' u n e a m n i s t i e q u e le roi avait accordée a u x forbans qui r e v i e n d r a i e n t dans un certain t e m p s n o n e n c o r e é c h u . Ils étaient tous riches, d ' u n butin plus ou m o i n s g r a n d selon que chacun avait su le c o n s e r v e r p e n d a n t l e u r l o n g , Pénible et d a n g e r e u x v o y a g e , ou qu'ils avaient p e r d u °u gagné a u j e u . P l u s i e u r s r e p a s s è r e n t en F r a n c e , m a i s la p l u p a r t sont restés d a n s l'île o ù ils se s o n t fait de beaux établissements a u x d é p e n s des E s p a g n o l s , m a i s p e u n j o u i s s e n t e n c o r e en cette a n n é e 1715, parce qu'ils sont p r e s q u e t o u s m o r t s sans q u ' o n ait e n t e n d u parler q u ' a u c u n ait r é p a r é par q u e l q u e r e s t i t u t i o n ses vols et ses b r i g a n d a g e s . Q u a n t a u x 55 flibusùers que n o u s avons laissés d a n s la m e r du S u d , faisant r o u t e vers la Californie, ils furent j u s q u ' à 1 entrée d u golfe de ce n o m où ils s ' a r r ê t è r e n t s u r trois petites îles i n h a b i t é e s , appelées les « Trois Maries », d o n t ils se r e n d i r e n t m a î t r e s et où ils souffrirent t o u t ce q u ' o n p e u t i m a g i n e r , p e n d a n t quatre a n s qu'ils y s é j o u r n è r e n t , sans j a m a i s avoir °sé m e t t r e le pied d a n s la partie voisine d u c o n t i ­ nent, habitée par force E s p a g n o l s et I n d i e n s . Craignant m ê m e , à la fin, d'être a t t a q u é s s u r ces îles, il l e u r fallut s o n g e r à se r e t i r e r p o u r r e m é d i e r à leur disette et se m e t t r e en lieu d ' a s s u r a n c e . Mais de quelque côté qu'ils t o u r n a s s e n t l e u r s esprits, ils se voyaient d a n s l'impossibilité d'échapper à la faim e


174

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

o u a u x E s p a g n o l s . Ils n ' e u r e n t , d a n s l e u r espèce de désespoir, d ' a u t r e parti à p r e n d r e q u ' à t e n t e r leur r e t o u r vers l e u r s c a m a r a d e s , ce qu'ils se m i r e n t en devoir d'exécuter, allant t o u j o u r s c o n t r e le vent. Mais, n e les a y a n t plus r e t r o u v é s , ils continuèrent l e u r r o u t e de m ê m e j u s q u ' a u détroit de Magellan, l o n g e a n t t o u j o u r s la côte d u plus près qu'ils pou­ vaient, d a n s u n seul canot, p e n d a n t l'espace de près de d e u x mille lieues, ce qui paraîtra i n c r o y a b l e . Ils étaient déjà e n g a g é s d a n s le détroit lorsque, faisant réflexion qu'ils étaient p a u v r e s et dénués de t o u s biens, ils e u r e n t h o n t e de s'en retourner l e s m a i n s vides à S a i n t - D o m i n g u e . C'est pourquoi, a n i m é s alors par u n n o u v e a u désespoir, ils rebrous­ sent v e r s la côte d u P é r o u et v o n t d o n n e r d a n s le p o r t d'Arica où il y avait u n vaisseau chargé de plus de d e u x m i l l i o n s , en espèces d ' a r g e n t , q u ' o n avait tirés des fameuses m i n e s du P o t o s i . Ils e n l è v e n t ce b â t i m e n t et le m o n t e n t , et puis appareillent de nou­ v e a u p o u r le détroit de Magellan. Y étant arrivés, ils ont le m a l h e u r de s'échouer a p r è s avoir sauvé c e p e n d a n t u n e partie des richesses ; l e u r ressource est alors de c o n s t r u i r e u n e d o u b l e c h a l o u p e des débris de ce vaisseau, avec l a q u e l l e , a y a n t doublé le détroit et fait près de d e u x mille a u t r e s lieues le l o n g des côtes de la m e r d u N o r d , ils arrivent enfin à l'île de C a y e n n e , où p l u s i e u r s se s o n t établis et d'où les a u t r e s s o n t r e p a s s é s en F r a n c e o u dans cette île de S a i n t - D o m i n g u e . Un d'eux n o m m é H u c h e t , qui s'était m a r i é avant son passage à la m e r d u S u d , t r o u v a , le j o u r m ê m e de son r e t o u r , sa femme qui venait d ' e n t e r r e r un second m a r i . Il r e p r i t sans a u c u n e difficulté son


LA PRISE

DE

GUAYAQUIL

175

r a n g q u e t o u t a u t r e flibustier q u ' u n m o r t n ' a u r a i t pas m a n q u é de lui disputer avec e n t ê t e m e n t , la c o u t u m e de ces gens-là étant de n e point se céder facilement les u n s a u x a u t r e s et de faire a u t a n t de bruit q u a n d ils o n t t o r t q u e l o r s q u e la justice est de leur côté. L'on eut aussi, p r e s q u e en m ê m e t e m p s , n o u v e l l e des d e u x cents flibustiers, lesquels étaient partis sous la conduite d u capitaine Le S a g e , p o u r passer à la m e r du S u d par le détroit de Magellan. Ils étaient allés se p r é s e n t e r a u détroit qu'ils avaient déjà à demi franchi, mais la saison é t a n t alors fort avancée et d e v e n u e p e u favorable à ce passage, ils furent obligés de r e b r o u s s e r et, c o m m e on i g n o r a i t e n c o r e en ce temps-là q u ' o n pût p r e n d r e a u - d e s s u s de la T e r r e de feu, ils prirent le parti d'aller c o u r i r la m e r d'un a u t r e côté. Ils p a r c o u r u r e n t , en forbans, p e n ­ dant plus de d e u x a n n é e s t o u t e la côte d'Afrique. Ils y lirent n o m b r e de prises où ils t r o u v a i e n t de q u o i se r é g a l e r c o m m e s'ils avaient été en b o n n e a u b e r g e , mais dont il n ' y e u t q u ' u n e qui les r e n d î t riches à jamais. C'était u n vaisseau v e n a n t des G r a n d e s - I n d e s , où il y avait b e a u c o u p de p o u d r e d'or a p p a r t e n a n t à u n j e u n e Hollandais déjà fiancé d a n s son p a y s , lequel avait fait cet a r m e m e n t à dessein de d o u e r sa maîtresse du gain qu'il ferait à ce v o y a g e . Les fli­ bustiers le r e m e r c i è r e n t du p r é s e n t forcé qu'il l e u r faisait et le r e n v o y è r e n t , son vaisseau vide, a c c o m ­ plir son m a r i a g e en H o l l a n d e . P o u r e u x , a y a n t désormais fait fortune, ils n e s o n g è r e n t plus qu'à en venir j o u i r t r a n q u i l l e m e n t à S a i n t - D o m i n g u e . Ils furent n é a n m o i n s d'abord s u r g i r à C a y e n n e d'où la


176

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

p l u p a r t r e p a s s è r e n t e n s u i t e dans cette île. Quoique b e a u c o u p de forbans français fussent passés dans la m e r du S u d , p e n d a n t les trois ans de paix de 1684 j u s q u ' e n 1687, on en vit e n c o r e un plus grand n o m b r e d a n s la m e r d u N o r d où ils d o n n a i e n t a u t a n t d ' i n q u i é t u d e a u x E s p a g n o l s q u e l o r s q u e n o u s étions en g u e r r e avec e u x . Ces gens-là a v a i e n t l e u r retraite à S a i n t - D o m i n g u e o ù , q u o i q u e nos g o u v e r n e u r s fissent s e m b l a n t de les d é s a v o u e r , ils les recevaient t o u j o u r s à bras o u v e r t s a u r e t o u r de l e u r s c o u r s e s , p o u r v u qu'ils y r e v i n s s e n t les m a i n s c h a r g é e s de pré­ sents en l e u r faveur et qu'ils expiassent ainsi à leur t r i b u n a l la h o n t e de l e u r s b r i g a n d a g e s .


XV LE GOUVERNEMENT

DE M. DE

CUSSY

M. de Cussy c o n t i n u a i t à a i m e r le r e p o s et rien ne lui plaisait m o i n s q u e le bruit des a r m e s . G o m m e une passion p r e n d de n o u v e l l e s racines à m e s u r e qu'on lui lâche la bride, celle qu'il avait p o u r le c o m m e r c e s'était t e l l e m e n t fortifiée en l u i , qu'il n e craignait plus de la s u i v r e en pleine g u e r r e en trafiquant p u b l i q u e m e n t avec les E s p a g n o l s , a u x ­ quels il faisait passer les m e i l l e u r e s m a r c h a n d i s e s de nos c o l o n i e s , qui en recevaient u n t r è s g r a n d préjudice, d ' a u t a n t plus qu'il obligeait par là les habitants d'acheter à u n très h a u t prix le peu qu'il leur en laissait. J u s q u e - l à , l'on s'en était t e n u a u x plaintes qui n ' a v a i e n t p r o d u i t a u c u n effet ; la patience échappa enfin à p l u s i e u r s . U n , e n t r e a u t r e s , n o m m é Chevalier, leva p u b l i q u e m e n t l'étendard de la rébellion et, de c o n c e r t avec q u e l q u e s a u t r e s , fut enlever u n n a v i r e à la baie de Mancenille près de Monte-Chrisli où il était à traliquer p o u r M. de


178

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Cussy avec les E s p a g n o l s . A p r è s quoi, il fut luim ê m e par t o u t e s les m a i s o n s des habitants tenter l e u r fidélité. Il en e n g a g e a u n g r a n d n o m b r e dans sa r é v o l t e et, s'étant mis à l e u r t ê t e , il fut se poster s u r u n e colline située a u milieu de la ville du Gap français où il lit m i n e de se fortifier, y a y a n t fait p o u r cela m o n t e r du c a n o n . M. de F r a n q u e n a i , l i e u t e n a n t de Roi, qui y c o m ­ m a n d a i t en l'absence de M. de Cussy, lequel faisait sa résidence o r d i n a i r e au P o r t - d e - P a i x , a s s e m b l a de s o n côté les milices r e s t é e s fidèles, et fut se camper de la v u e de Chevalier d a n s la place d ' a r m e s de la m ê m e ville. T o u s les h a b i t a n t s de la plaine s'étaient p a r t a g é s e n t r e les d e u x partis et j e ne sais lequel e û t e u l ' a v a n t a g e si l'on e n fût v e n u a u x m a i n s . Chevalier, v o u l a n t se justifier, d é p u t a u n de ses g e n s vers M. de F r a n q u e n a i p o u r lui dire qu'il n'avait pris les a r m e s q u e p o u r e m p ê c h e r les c o r ­ r e s p o n d a n c e s d u g o u v e r n e u r avec les E s p a g n o l s , a u g r a n d préjudice et a u d a n g e r manifeste de nos c o l o n i e s , et qu'il était prêt à les m e t t r e bas, p o u r v u q u ' o n lui d o n n â t des a s s u r a n c e s d ' u n p r o m p t r e m è d e à tous ces d é s o r d r e s . M. de F r a n q u e n a i fut si o u t r é de cette i n s o l e n c e , qu'il a u r a i t , du n a t u r e l bouillant et i m p é t u e u x qu'il était, fait p e n d r e l'envoyé s u r - l e - c h a m p , si ceux q u i l ' a c c o m p a g n a i e n t n ' e u s s e n t r e p r é s e n t é que c'était là p o u s s e r les choses t r o p loin d a n s l ' o c c u r r e n c e d é l i c a t e où l'on se t r o u v a i t . C h a n g e a n t d o n c de r é s o l u t i o n et p r e n a n t u n p a r t i plus m o d é r é , il fit dire à Chevalier et à ses g e n s qu'il informerait la Cour des sujets de l e u r s plaintes, laquelle ne m a n q u e r a i t pas d'y satisfaire, si elle les


LE GOUVERNEMENT

DE M. DE

CUSSY

179

trouvait r a i s o n n a b l e s , et, q u ' e n a t t e n d a n t , on o u b l i e ­ rait e n t i è r e m e n t le passé et q u ' o n vivrait e n b o n n e intelligence de part et d ' a u t r e . Les révoltés, dont la p l u p a r t se r e p e n t a i e n t déjà des e n g a g e m e n t s pris, p a r u r e n t satisfaits de cette réponse et se s é p a r è r e n t . M. de F r a n q u e n a i en fit de même de son côté et c h a c u n se r e t i r a chez soi. Dès que M. de Cussy e u t appris ce qui s'était passé au Cap, il m a n d a à M. de F r a n q u e n a i de c o n v o q u e r une r e v u e g é n é r a l e des h a b i t a n t s de la plaine et de faire en sorte qu'il p û t se saisir de la p e r s o n n e de Chevalier et le lui e n v o y e r . L a r e v u e se fit a u Q u a r t i e r Marin où le l i e u t e n a n t de roi avait s o n h a b i t a t i o n . Chevalier, avec ses p r i n c i p a u x officiers, délibéra longtemps s'il s'y r e n d r a i t , se d o u t a n t du piège q u ' o n lui tendait. Mais enfin, il y fut, s u r les a s s u r a n c e s que c e u x de son parti lui d o n n è r e n t qu'ils s a u r a i e n t bien le défendre si l'on e n t r e p r e n a i t s u r sa p e r s o n n e . Tous les habitants étant s o u s les a r m e s , d e v a n t la maison de M. de F r a n q u e n a i , cet officier e n v o y a ordre à Chevalier de le v e n i r t r o u v e r chez l u i . II obéit, mais il ne fut pas plutôt e n t r é q u e , le saisissant Par le bras : « Je t ' a r r ê t e , lui dit-il, de la part d u Roi ». Chevalier t o u r n a la tète à l'instant p o u r voir si ses gens v e n a i e n t à son s e c o u r s o u se m e t t a i e n t en p o s ­ ture de le vouloir défendre, m a i s , n ' e n v o y a n t a u c u n qui fît le m o i n d r e m o u v e m e n t : « Je suis m o r t , s'écriat-il. — N o n , lui répliqua aussitôt M. de F r a n q u e n a i , J t ' a s s u r e Chevalier qu'il n e t ' a r r i v e r a a u c u n m a l de ma part » ; et il c r u t depuis l u i avoir t e n u parole parce qu'il ne fit que l ' e m b a r q u e r le m ê m e j o u r p o u r le Port-de-Paix où il fut p e n d u à son a r r i v é e par o r d r e de M. de C u s s y . e


180

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Cette m o r t r e m i t la paix a u d e d a n s et M. de Cussy c o n t i n u a à la g a r d e r a u d e h o r s avec les EspagnolsL a b o n n e intelligence du g o u v e r n e u r français avec l ' e n n e m i ne laissait pas de p r o d u i r e de b o n s effetsNos colonies p e n d a n t ce temps-là se fortifiaient, croissaient à v u e d'ceil et jouissaient d ' u n repos qu'elles n'avaient pas e n c o r e g o û t é j u s q u ' a l o r s . Mais enfin M. de Cussy, faisant violence à son n a t u r e l , se d é t e r m i n a c o n t r e t o u t e e s p é r a n c e à la g u e r r e . 11 s'était r e n d u depuis peu au Cap français, à l'oc­ casion de la révolte passée. Un capitaine malouin, n o m m é P r a i l l é , qui y était de r e l â c h e , a p r è s une traite qu'il venait de faire avec les E s p a g n o l s , le long des côtes de l'île, lui a p p o r t a la nouvelle de la dispo­ sition de cette nation à passer sous la b a n n i è r e fran­ çaise, p o u r peu q u ' o n lui en facilitât les m o y e n s , soit qu'effectivement q u e l q u e s E s p a g n o l s l u i eussent d o n n é de pareilles a s s u r a n c e s ou qu'il l'eût inféré des d i s c o u r s qu'il avait e u s a v e c e u x . Il a s s u r a en particulier q u e les q u a t r e cents h o m m e s de la gar­ n i s o n de S a i n t - D o m i n g u e , en quoi consistaient leurs principales forces, n'avaient pas reçu de paye depuis très l o n g t e m p s et qu'ils ne d e m a n d a i e n t pas mieux q u e de c h a n g e r de m a î t r e p o u r se libérer de la tyran­ nie de l e u r s officiers. Il n ' e n fallut pas d a v a n t a g e p o u r a n i m e r à u n e si belle e n t r e p r i s e M. de Cussy qui c r u t en cette occasion pouvoir s'acquérir une gloire i m m o r t e l l e , sans r i e n r i s q u e r . Mais c o m m e il avait toujours p a r u bien plus sensible à l'intérêt qu'à la gloire, l'on a c r u , avec b e a u c o u p de vraisem­ blance, qu'il n'en voulait pas tant a u d o m a i n e du Roi d ' E s p a g n e q u ' à la b o u r s e de ses sujets et q u e , con­ naissant parfaitement la supériorité des a r m e s f r a n -


LE GOUVERNEMENT

DE M. DE

CUSSY

181

Çaises en ce t e m p s - l à s u r celles des E s p a g n o l s , il n eut j a m a i s d ' a u t r e but, en faisant s e m b l a n t de les vouloir a t t a q u e r , q u e de les m e t t r e à de grosses con­ tributions. Quoi qu'il en soit, s u r l'avis q u ' o n l u i venait de d o n n e r , il a s s e m b l a six cents h o m m e s d e la ville et de la plaine d u Gap a u x q u e l s il joignit trois cents flibustiers qui se t r o u v è r e n t là par h a s a r d . Il aurait pu tirer p r e s q u e a u t a n t de m o n d e du P o r t - d e Paix et de l'île de la T o r t u e , et p o u r le m o i n s a u t a n t de flibustiers, du seul petit Goave qui leur s e r v a i t de retraite o r d i n a i r e , sans c o m p t e r u n pareil n o m b r e d'habitants q u e lui pouvait fournir la côte de l'Ouest. Mais ce peu était plus q u e suffisant dans le dessein où. il était de n e pas faire g r a n d m a l a u x E s p a g n o l s , d se proposait a u plus de p r e n d r e la ville de S a n t o Jago de los Gaballeros. Le rendez-vous de la petite armée fut à la savane de L i m o n a d e , à q u a t r e l i e u e s à l'est du Gap. M. de Cussy en lit la r e v u e et la t r o u v a leste et en bon état. Après q u o i on se mit en m a r c h e le l e n d e m a i n de la S a i n t - P i e r r e de cette a n n é e . L e s Français, qui c r o y a i e n t courir à la c o n q u ê t e de t o u t e l'île, m a r c h a i e n t avec u n e joie i n c r o y a b l e c o m m e s'ils avaient été à u n festin. 11 y avait déjà cinq j o u r s qu'on était en m a r c h e , sans q u ' o n e û t a p e r ç u les moindres vestiges de l ' e n n e m i , l o r s q u ' o n découvrit quelques E s p a g n o l s q u i , d u h a u t d ' u n e petite é m i nence, observaient la c o n t e n a n c e et le n o m b r e de nos gens. M. de Cussy détacha aussitôt u n officier avec un pavillon p a r l e m e n t a i r e p o u r d o n n e r à c o n n a î t r e qu'on voulait l e u r p a r l e r . L ' E s p a g n o l qui c o m m a n ­ dait ce parti s'avança s u r ce signal d ' a s s u r a n c e et d e m a n d a ce q u ' o n lui voulait. On le s o n d a s u r la disposition p r é t e n d u e de sa nation à passer sous la


182

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d o m i n a t i o n française, mais cet officier, qui s'appelait D o n R o d r i g u e et qui se d i s t i n g u a b e a u c o u p dans la suite par sa v a l e u r , r é p o n d i t d ' u n air lier qu'on se repaissait de c h i m è r e s si l'on s'était mis en marche s u r des e s p é r a n c e s si frivoles, puisqu'il n ' y avait point d ' E s p a g n o l d a n s t o u t e s les I n d e s qui n e fût prêt à d o n n e r p o u r son Roi j u s q u ' à la d e r n i è r e goutte de s o n s a n g , et que, si les F r a n ç a i s étaient assez h a r d i s p o u r passer plus a v a n t , ils ne t a r d e r a i e n t pas à recevoir le c h â t i m e n t de l e u r t é m é r i t é . M. de Cussy fut frappé de la r é p o n s e r é s o l u e de cet E s p a g n o l et, se figurant qu'il n'avait parlé q u e c o m m e l'organe de sa n a t i o n , il prit la r é s o l u t i o n de s'en r e t o u r n e r à l ' h e u r e m ê m e , s a n s passer o u t r e . Il le fit connaître à ses p r i n c i p a u x officiers et ceux-ci à t o u t e l'armée o ù il s'éleva à l'instant u n cri g é n é r a l qu'ils n'en feraient rien, q u e ce serait p o u r la p r e m i è r e fois que les F r a n ç a i s e u s s e n t t o u r n é le dos a u x Espagnols, q u e , p u i s q u ' o n les avait a m e n é s là de si loin, ils vou­ laient c o n t i n u e r l e u r r o u t e ; q u ' a u r e s t e , M. de Cussy pouvait s'en r e t o u r n e r si la p e u r l'avait saisi, qu'il l e u r laissât s e u l e m e n t M. de F r a n q u e n a i pour les c o m m a n d e r , c o m m e il s'y offrait, et que p o u r eux, ils se faisaient fort de se r e n d r e , a v a n t p e u , maîtres de t o u t e l'île p o u r la F r a n c e . Les flibustiers, tels q u ' a v a i e n t été o u qu'étaient e n c o r e p r e s q u e t o u s ceux qui c o m p o s a i e n t cette a r m é e , n e s o n t pas g e n s bien m a n i a b l e s . L a disci­ pline militaire et la s o u m i s s i o n à l e u r s c o m m a n d a n t s s o n t i n c o n n u e s p a r m i e u x . Il fallut q u e le gouver­ n e u r se relâchât, et m ê m e n ' o s a n t r e t o u r n e r seul, il se laissa e n t r a î n e r m a l g r é lui à passer o u t r e . Leur m a r c h e d u r a treize j o u r s sans r i e n r e n c o n t r e r , au


LE GOUVERNEMENT

DE M. DE

CUSSY

183

b o u t desquels ils a r r i v è r e n t à u n e lieue de S a n t o Jago. A v a n t d ' e n t r e r d a n s u n e g r a n d e savane q u ' o n trouve près de ce b o u r g , il faut t r a v e r s e r u n bois par une espèce de défilé q u e les pluies et les passants ont c r e u s é peu à peu et p a r où l'on ne peut passer que trois de front a u p l u s . Les pratiques de l ' a r m é e avertirent M. de Cussy qu'infailliblement les E s p a ­ gnols d r e s s e r a i e n t là q u e l q u e e m b u s c a d e et qu'il fallait s'y t e n i r s u r ses g a r d e s . S u r cet avis, on prit les m e s u r e s qu'il fallait et l'on se disposa à t o u t é v é n e m e n t . C o m m e l'on c r u t que le plus g r a n d d a n ­ ger serait p o u r l ' a v a n t - g a r d e et pour le corps de bataille, on fit m a r c h e r à la tête les trois cents flibus­ tiers c o m m a n d é s par Davio, fameux corsaire de ce temps-là, et l'on tira les m e i l l e u r s h o m m e s des c o m ­ pagnies q u i faisaient l ' a r r i è r e - g a r d e , p o u r les incor­ porer d a n s le g r o s de l ' a r m é e . Ce fut là q u e M. de Cussy se tint c o m m e d a n s le lieu le plus s û r et le plus à p o r t é e p o u r d o n n e r ses o r d r e s de t o u t e part ; et, c o m m e s'il e û t craint q u e les E s p a g n o l s , qui c e r t a i n e m e n t ne le haïssaient pas, n ' e n e u s s e n t v o u l u q u ' à lui, il se déguisa s o u s l'habit de simple habitant et sous le n o m de S a i n t - G e r m a i n , avec défense de l'appeler a u t r e m e n t . L ' a r m é e e n t r a d a n s le défilé et fut l o n g t e m p s sans rien a p e r c e v o i r . P o u r t a n t u n chien s'étant u n peu écarté d a n s le bois, se mit à j a p p e r , ce qui d o n n a lieu a u x plus p r u d e n t s de s o u p ç o n n e r qu'il y avait là du m o n d e à les épier o u à l e u r d r e s s e r q u e l q u e piège. Mais le c o m m u n négligea cet indice et l'on passa o u t r e , s a n s s'en éclaircir. Q u a n d c e u x de l ' a r r i è r e - g a r d e , c o m p o s é e de la


184

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

c o m p a g n i e du Morne r o u g e , v i r e n t t o u t tranquille, ils se p e r s u a d è r e n t a i s é m e n t qu'il n ' y avait rien à c r a i n d r e . Ils étaient à r i r e et à folâtrer chemin faisant, p o r t a n t l e u r s a r m e s en b a n d o u l i è r e et mar­ c h a n t sans o r d r e , l o r s q u e des lanciers espagnols» s o r t a n t tout à coup du bois où ils s'étaient tenus, v e n t r e à t e r r e les p e r c è r e n t p r e s q u e t o u s de leurs lances a v a n t qu'ils e u s s e n t pu se m e t t r e en défense. S e u l le capitaine, appelé F r o m a g e a u , e u t le temps de tirer ses d e u x pistolets ; a p r è s quoi il fut tué. Gelin, capitaine de la c o m p a g n i e de L i m o n a d e , qui précédait i m m é d i a t e m e n t , subit le m ê m e sort avec six de ses g e n s . Je n e sais s'il n ' e n serait pas arrivé a u t a n t à t o u t e l ' a r m é e , sans la r é s o l u t i o n de S a i n t - G a n i e r , simple v o l o n t a i r e d a n s la compagnie de L i m o n a d e , lequel, v o y a n t q u ' o n c o m m e n ç a i t à lâcher pied, r a n i m a t o u s ceux qui étaient près de lui» à faire volte-face à son e x e m p l e . Ils le lirent avec t a n t de succès d a n s ce défilé où u n seul coup de fusil b o u c a n i e r jetait bas d e u x o u trois Espagnols q u e ceux-ci, é p o u v a n t é s à leur t o u r , se r e t i r è r e n t a u plus vite d a n s le bois d'où ils étaient sortis. C e p e n d a n t l ' a v a n t - g a r d e avait été aussi a t t a q u é e . M. de Cussy, q u e ces deux a t t a q u e s faites à la fois, avaient e n t i è r e m e n t d é c o n c e r t é , n e savait plus où il e n était ; il ne d o n n a i t a u c u n o r d r e ; il défendit de t i r e r j u s q u ' à ce q u ' o n vît les E s p a g n o l s plus à décou­ v e r t . Mais Davio, qui c o m m a n d a i t les flibustiers, m é ­ prisant sa défense : « — F e u , s'écria-t-il, mes frères, a u t r e m e n t n o u s s o m m e s p e r d u s . » — 11 en partit dans le m o m e n t u n si g r a n d de t o u t e p a r t q u e les Espa­ g n o l s ne p u r e n t le s o u t e n i r , ils p r i r e n t la fuite. Les flibustiers se m i r e n t à l e u r s t r o u s s e s et en firent un


LE GOUVERNEMENT

DE M. DE

CUSSY

185

grand c a r n a g e . N o u s perdîmes d a n s ce c o m b a t e n v i ­ ron trente h o m m e s ; l'on a j a m a i s su a u j u s t e q u e l l e a été la p e r t e des E s p a g n o l s , mais l'on a t o u j o u r s estimé qu'elle n ' a pu être m o i n d r e de trois c e n t s . Cette victoire facilita la prise de S a n t o - J a g o , qui est d'ailleurs sans défense. Les F r a n ç a i s y e n t r è r e n t le m ê m e j o u r et n ' y firent pas g r a n d butin à cause de sa p a u v r e t é . Ils n'en e u r e n t pas m ê m e le t e m p s , parce qu'ils n ' y s é j o u r n è r e n t q u ' u n e n u i t et q u e , dès le lendemain m a t i n , M. de Cussy fit battre la g é n é ­ rale p o u r la r e t r a i t e . L ' o n fut fort s u r p r i s d ' u n e résolution si précipitée ; on lui en d e m a n d a la r a i s o n . Il répondit que, s u i v a n t le r a p p o r t des p r i s o n n i e r s , la garnison de la ville de S a i n t - D o m i n g u e était en marche p o u r venir a u s e c o u r s de S a n t o - J a g o et qu'il craignait d'être enveloppé de toute part par les E s p a ­ gnols. On eut beau lui r e p r é s e n t e r q u e cette g a r n i s o n m é c o n t e n t e , c o m m e on en avait r e ç u de nouvelles a s s u r a n c e s , se déclarerait française, q u ' e n t o u t cas on était assez forts p o u r la battre, et que sa défaite serait suivie de la prise de la ville de S a i n t D o m i n g u e et en m ê m e t e m p s de t o u t e l'île, rien ne put le r a s s u r e r . Il fallut partir, et cela se fit avec tant de précipitation qu'il n ' y eut pas m ê m e d ' o r d r e s donnés p o u r m e t t r e le feu à la ville ni p o u r e n t e r ­ rer les m o r t s , q u o i q u ' o n r e p a s s â t s u r le c h a m p de bataille. Mais M. de la Boulai, major de l ' a r m é e , et q u e l q u e s - u n s des plus d é t e r m i n é s qui étaient e x p r è s restés de l ' a r r i è r e , m i r e n t le feu p a r t o u t à l ' e x c e p ­ tion des églises. 11 n'y e u t q u e les corps de nos g e n s qui, à la h o n t e éternelle des victorieux, d e m e u r è r e n t sans s é p u l t u r e , p e n d a n t que c e u x des v a i n c u s en r e ç u r e n t u n e fort h o n o r a b l e .


186

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

L e s E s p a g n o l s n e profitèrent point de cette r e t r a i t e des F r a n ç a i s , q u i tenait de la fuite, par la m a x i m e qu'il faut faire u n pont d'or à u n ennemi qui fuit. M. de Cussy arriva sans a u t r e accident de S a n t o J a g o au Cap français en b e a u c o u p m o i n s de t e m p s qu'il n'avait été à y aller, a p r è s avoir moins v a i n c u les E s p a g n o l s q u e l e u r avoir d o n n é à con­ naître que les F r a n ç a i s , j u s q u e - l à invincibles, pou­ v a i e n t à l e u r t o u r être battus s'ils étaient attaqués.


XVI PERTE DE ET SES

SAINT-CHRISTOPHE CONSÉQUENCES

Dans la n u i t passée à S a n t o - J a g o , le bruit s'était r é p a n d u d a n s l ' a r m é e française que l'île de S a i n t Christophe avait été prise s u r n o u s par les Anglais. Le matin étant v e n u , on r e c h e r c h a avec soin l ' a u t e u r de cette n o u v e l l e , m a i s on n e le t r o u v a point, ce qui fit q u ' o n n ' y ajouta point de foi. Mais t o u t le m o n d e fut bien s u r p r i s , en a r r i v a n t a u Cap, d'y t r o u v e r cette colonie d é b a r q u é e a u n o m b r e de plus de trois mille â m e s . L'on a déjà pu r e m a r q u e r q u e l'île de SaintChristophe a été la p r e m i è r e des Antilles habitée par les F r a n ç a i s dès l'an 1625. M. le chevalier de Poinci, qui ne m o u r u t q u ' e n 1660 et qui avait s u c ­ cédé à M. d ' E n a m b u c , fondateur de cette colonie, l'avait fait fleurir e x t r a o r d i n a i r e m e n t . MM. les che­ valiers de Sales et de S a i n t - L a u r e n s c o n t i n u è r e n t depuis à la g o u v e r n e r s u c c e s s i v e m e n t , a u n o m du


188

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

g r a n d m a î t r e de Malte, et la p o r t è r e n t e n c o r e à un plus h a u t point de gloire. L'île a y a n t été e n s u i t e r é u ­ nie a u d o m a i n e de Sa Majesté, M. le c o m t e do Blenac, g o u v e r n e u r g é n é r a l p o u r le roi d a n s t o u t e s les Antilles, chassa les Anglais de la partie qu'ils avaient occupée dès le c o m m e n c e m e n t et n o u s en d e m e u ­ r â m e s seuls les m a î t r e s , ce q u i d o n n a u n n o u v e a u relief à cette colonie. Mais les Anglais n o u s en chas­ s è r e n t à l e u r t o u r cette a n n é e , par la trahison, à ce q u ' o n a toujours p r é t e n d u , des principaux officiers d o n t j ' o m e t s les n o m s p o u r l ' h o n n e u r de l e u r s familles, a u j o u r d ' h u i établies à S a i n t - D o m i n g u e . La désolation fut g r a n d e ; l'on vit quantité de g e n s qui avaient de gros biens s u r cette île-là, réduits en un m o m e n t à la mendicité, sans t e r r e , sans esclaves, s a n s r e s s o u r c e a u c u n e . T o u t e la grâce que les Anglais firent a u x familles les plus d i s t i n g u é e s fut de les e n v o y e r , le b â t o n blanc à la m a i n , à la Martinique. Les a u t r e s furent c o n d u i t s d a n s cette île m a l g r é e u x , m a l h e u r qu'ils r e d o u t è r e n t mille fois d a v a n ­ tage q u e t o u t ce qui venait de l e u r a r r i v e r . SaintD o m i n g u e passait a l o r s p o u r u n e t e r r e qui dévorait ses habitants et p o u r u n pays d o n t les c o n q u é r a n t s ne s'étaient e n c o r e fait c o n n a î t r e q u e par la férocité de leur h u m e u r . Cela n'était que trop vrai, et il l'était e n c o r e d a v a n t a g e p o u r des g e n s qui n ' y a r r i ­ v è r e n t que r e m p l i s et p r é v e n u s de cette idée. E n effet, plus des d e u x tiers m o u r u r e n t dès les p r e ­ m i è r e s a n n é e s , ceux-là s u r t o u t qui du Cap passèrent au P o r t - d e - P a i x où on les trouvait é t e n d u s et m o r t s le l o n g des g r a n d s c h e m i n s , s a n s s e c o u r s , quelquefois sans s a c r e m e n t s et s o u v e n t s a n s s é p u l t u r e . Ceux qui p u r e n t r e p a s s e r d a n s les Petites-Antilles n e m a n -


PERTE

DE

SAINT-CHRISTOPHE

189

quèrent point d'en e m b r a s s e r l'occasion avec a r d e u r . Ainsi, d ' u n a u s s i g r a n d n o m b r e qui a r r i v a d ' a b o r d il n'en est r e s t é t o u t au plus q u ' u n q u a r t à SaintD o m i n g u e . C e p e n d a n t , le peu qui r e s t a ne laissa point de lui d o n n e r u n n o u v e a u l u s t r e , soit par les h o m m e s qui v i n r e n t en cette occasion, et qui r e m ­ plirent h e u r e u s e m e n t et b e a u c o u p a u delà le vide qu'y avait fait le c o m b a t de S a n t o - J a g o , soit bien plus, par u n t r è s g r a n d n o m b r e de femmes et de biles, s u r lesquelles la m o r t a l i t é n'avait point eu t a n t d'empire et d o n t on tira e n c o r e u n plus g r a n d a v a n ­ tage q u e des h o m m e s . Ce n'est pas qu'il n ' y eut dès lors u n n o m b r e de femmes d a n s S a i n t - D o m i n g u e français, m a i s , o u t r e qu'il n ' y en avait pas assez, plus de la moitié des h o m m e s n e t r o u v a i e n t point à se m a r i e r ; la p l u p a r t de celles qui y étaient, plus flibustières q u e l e u r s m a r i s , n'avaient ni la. d o u c e u r naturelle au sexe, ni m ê m e la fécondité et peu d ' e n t r e elles e u r e n t des e n f a n t s . L'île de Saint-Christophe p o u r v u t e n cette occasion a b o n d a m m e n t et efficacement a u x besoins de celle de Saint D o m i n g u e . Rien de plus h o n n ê t e , de plus sage, de plus v e r t u e u x , que les p e r s o n n e s du sexe venues a l o r s de cette p r e m i è r e île, qui passait en ce temps-là, à j u s t e t i t r e , p o u r le P a r i s des îles. T o u t ce qu'il y a a u j o u r d ' h u i ici de politesse, de piété, doit r a p p o r t e r là son o r i g i n e , aussi bien q u e ce grand n o m b r e d'enfants de l'un et l ' a u t r e sexe qui font l ' o r n e m e n t et l ' e s p é r a n c e de nos colonies. Mais Dieu, qui m a r q u a i t d ' u n e m a n i è r e si visible vouloir soutenir nos é t a b l i s s e m e n t s , c o n t i n u a de n o u s e x p o ­ ser à de r u d e s é p r e u v e s a v a n t de n o u s d o n n e r la paix. On eut avis que les E s p a g n o l s avaient c o n j u r é


190

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

la perte des colonies françaises, en particulier de celle de la plaine d u Cap d'où étaient partis les der­ niers coups qu'ils avaient r e ç u s , et qu'ils amassaient à ce dessein des t r o u p e s de toutes p a r t s , m ê m e des îles voisines et d u c o n t i n e n t . On apprit peu de temps a p r è s qu'ils étaient en m a r c h e et qu'ils a p p r o ­ chaient de n o s frontières a l o r s à la rivière de R e b o u c q , vingt-cinq lieues à l'est d u Cap. M. de Cussy e n fut effrayé ; il était alors l u i - m ê m e a u Cap p o u r j e ne sais quelle affaire. 11 m a n d a M. de F r a n q u e n a i et lui o r d o n n a de bien faire son devoir en cas d'attaque ; p o u r lui, il allait se r e t i r e r a u fort d u P o r t - d e - P a i x , lieu de son g o u v e r n e m e n t . C o m m e il était évident, par la r o u t e que l ' e n n e m i tenait, qu'il en voulait a u Cap, M. de F r a n q u e n a i fut fort surpris de la r é s o l u t i o n du g o u v e r n e u r , l ' i m p u t a n t à sa l â c h e t é . C'est p o u r q u o i il lui r e p a r t i t avec beaucoup de franchise q u e , s'ils n e p a r t a g e a i e n t tous d e u x le d a n g e r p r é s e n t , il s o n g e r a i t l u i - m ê m e à m e t t r e sa vie, ses esclaves et ses biens à c o u v e r t . Cette r é p o n s e piqua d ' h o n n e u r M. de Cussy qui n ' e u t rien à r é p l i ­ q u e r et a y a n t pris s u r - l e - c h a m p la r é s o l u t i o n de r e s ­ t e r , il d o n n a aussitôt les o r d r e s nécessaires p o u r a s s e m b l e r son m o n d e et aller a u - d e v a n t de l ' e n n e m i , q u ' o n n'avait déjà laissé q u e t r o p a v a n c e r . On a u r a i t pu d i s p u t e r le t e r r a i n pied à pied a u x E s p a g n o l s et l e u r d r e s s e r des e m b u s c a d e s d a n s les q u a r t i e r s de Baiaha et de Y a q u i , qui n ' é t a i e n t pas e n c o r e défri­ chés et où il l e u r fallait passer a u t r a v e r s des bois fort épais et n a t u r e l l e m e n t e m b a r r a s s é s . Mais on n'en lit r i e n , c o m m e a u s s i on ne lit v e n i r a u c u n s e c o u r s d u P o r t - d e - P a i x parce q u ' o n s'y était pris trop t a r d . Les milices m ê m e d u P o r t - M a r g o t , q u a r t i e r situé à


PERTE DE

SAINT-CHRISTOPHE

191

l'extrémité occidentale de la plaine, ne p u r e n t se ranger à t e m p s a u r e n d e z - v o u s à la savane de Limonade. Cette savane était très p r o p r e à servir de c h a m p de bataille ; elle est e n v i r o n d ' u n e lieue c a r r é e , par­ faitement plate et u n i e , s a n s être e n t r e c o u p é e par aucun fossé n a t u r e l ni artificiel. Il y a s e u l e m e n t , Par ci, par là, q u e l q u e s petits b o u q u e t s de bois qui semblent être faits p o u r e s c a r m o u c h e r . Du r e s t e , elle est e n t o u r é e de toutes p a r t s de bois de h a u t e futaie et de plus, du côté de l'est, bordée d ' u n bras fort p r o ­ fond d ' u n e g r a n d e rivière s u r l e q u e l les E s p a g n o l s °nt eu autrefois u n e ville appelée P u e r t o Real d o n t ils ont t o u j o u r s c o n s e r v é le n o m à ladite s a v a n e . M. de Cussy s'y était r e n d u avec e n v i r o n mille hommes p o u r y a t t e n d r e l ' e n n e m i de pied ferme. Mais c'était en cela m ê m e qu'il lit u n e nouvelle faute, Parce q u e les E s p a g n o l s a y a n t a u m o i n s le double de monde, il n'était pas p r u d e n t de les c o m b a t t r e en rase c a m p a g n e . Il n ' y e u t p e r s o n n e q u i l u i fît r e m a r ­ quer cette faute, a u c o n t r a i r e , c h a c u n l'aida à la commettre par l ' a r d e u r qui les portait t o u s à en venir a u x m a i n s avec les E s p a g n o l s . On ne faisait Point e n c o r e réflexion q u e cet e n n e m i était t o u t a u t r e depuis qu'il avait v u l'effet de ses lances à S a n t o Jago et nos gens se r e t i r e r a p r è s la victoire, avec tant de précipitation. Enfin t o u t présageait, ce s e m b l e , q u e n o u s a u r i o n s le dessous d a n s cette action. U n e b o n n e partie des milices étant partie en hâte de chez e u x , n'avait pas aPporté de v i v r e s . E t a n t à la s a v a n e ils d e m a n ­ dèrent a u g o u v e r n e u r q u ' o n t u â t q u e l q u e s bêtes à cornes qui étaient à paître l à . Ce bétail, avec la


192

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

s a v a n e , a p p a r t e n a i t à M. de F r a n q u e n a i ; on lui en fit la proposition, qu'il rejeta bien loin, ce qui donna lieu à u n e grosse querelle e n t r e lui et M. de Cussy L e s habitants m u r m u r a n t de l e u r côté, u n e partie se d é b a n d a s o u s prétexte d'aller p o u r v o i r à leurs besoins, m a i s on n e les revit p l u s . E n sorte qu'il ne r e s t a q u ' e n v i r o n sept cents h o m m e s ; p a r m i ceux-là il y avait b e a u c o u p de p a u v r e s g a r ç o n s q u i n'avaient p o i n t d ' a r m e s et q u ' o n posta exprès à la q u e u e de l ' a r m é e , afin qu'ils r a m a s s a s s e n t les fusils de ceux qui seraient tués d a n s le c o m b a t et qu'ils prissent l e u r s places. P a r u n e a u t r e b é v u e , on m i t à pied les cavaliers, d o n t il y avait q u e l q u e s c o m p a g n i e s , sans qu'il restât u n s e u l officier à cheval pour c o m m a n d e r , pas mêmo le g o u v e r n e u r qui v o u l u t c o m b a t t r e en simple parti­ culier, a v o u a n t de b o n n e foi qu'il n ' e n t e n d a i t pas le métier de la g u e r r e . Ce fut a l o r s que p o u r animer ses g e n s , il dit t o u t h a u t q u e c o m m e il avait tué autrefois en F r a n c e des perdrix à la c a m p a g n e , d espérait être assez adroit e n cette occasion p o u r pro­ c u r e r u n pareil sort à q u e l q u e s - u n s des e n n e m i s . U n capitaine flibustier n o m m é P a t r o n p i e r r e , l e q u e l était de la partie avec ses g e n s , intervint làd e s s u s et d e m a n d a à M. de C u s s y la permission d'aller q u e r i r dans son bord q u e l q u e s p i e r r i e r s ; il se proposait de les c h a r g e r à c a r t o u c h e s , de les aller poster vis-à-vis l'endroit par où l ' e n n e m i devait e n t r e r d a n s la savane et de faire un tel c a r n a g e que cela les a u r a i t peut-être e n t i è r e m e n t déconcertés ; m a i s , par u n n o u v e a u surcroit de m a l h e u r , cet avis fut rejeté. Cependant les E s p a g n o l s avançaient : ils en donné-


PERTE DE

SAINT-CHRISTOPHE

193

rent avis e u x - m ê m e s par u n e d é c h a r g e qu'ils lirent pour é p r o u v e r l e u r s m o u s q u e t s lorsqu'ils furent d a n s un lieu appelé la r a d e de Caracolle, à u n e lieue ou environ du c a m p des F r a n ç a i s . M. de Cussy, s'étant a p e r c u q u e les r a n g s de son armée étaient brouillés et q u ' o n allait c o m b a t t r e s a n s discipline et sans o r d r e , d e m a n d a , t o u t h a u t , s'il n ' y avait là p e r s o n n e q u i se fût autrefois t r o u v é à u n combat r é g l é . Un h o m m e s'étant p r é s e n t é p o u r tel, il fut prié de m e t t r e les c o m p a g n i e s en bataille, ce qu'il fit, les disposant en d e m i - l u n e avec u n e d e x ­ térité et d a n s u n o r d r e qui s e m b l a i e n t r é p o n d r e d u succès de l'action. S u r ces entrefaites, on a p e r ç u t , vers les dix h e u r e s d u m a t i n , l ' E s p a g n o l déliler p e u à peu d a n s la s a v a n e et se m e t t r e en r a n g , à m e s u r e qu'il y e n t r a i t . On était a l o r s au v i n g t et un j a n v i e r , jour de sainte A g n è s , qui t o m b a i t u n d i m a n c h e . L e s deux a r m é e s étaient e n c o r e séparées d ' u n e d e m i lieue, sans q u e la n ô t r e fît a u c u n m o u v e m e n t ; les ennemis furent u n peu d é c o n c e r t é s de n o t r e b o n n e contenance. On dit m ê m e qu'ils d é l i b é r è r e n t s'ils n e s'en r e t o u r n e r a i e n t pas, car ils n o u s c r o y a i e n t b e a u ­ coup plus forts ou se p e r s u a d a i e n t que des g e n s témoignant tant de r é s o l u t i o n , seraient invincibles. Mais l e u r s o r d r e s étaient de périr ou de v a i n c r e . Ils s'avancèrent d o n c d ' u n pas g r a v e et d ' u n air d é t e r m i n é . U n e partie de l e u r s t r o u p e s était a r m é e de m o u s q u e t s et l ' a u t r e de l a n c e s . Mais ce n'était guère q u e s u r les lanciers qu'ils c o m p t a i e n t , l e u r s m o u s q u e t a i r e s étant peu a d r o i t s et no p o u v a n t se servir de l e u r s a r m e s t r o p p e s a n t e s q u ' e n les a p p u y a n t s u r des fourches. Us étaient t o u s à pied, à l'exception des principaux ofliciers. Les F r a n ç a i s 13


194

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

n'avaient q u e des fusiliers, mais d o n t les fusils bou­ caniers valaient des m o u s q u e t s ce qui n'empêchait pas qu'ils les m a n i a s s e n t a i s é m e n t et qu'ils fussent si experts en fait de ces sortes d ' a r m e s , qu'ils étaient s û r s de l e u r c o u p . L e s E s p a g n o l s f i r e n t la p r e m i è r e d é c h a r g e dont il y e u t peu de m o n d e tué ou blessé. De ces derniers fut M. de F r a n q u e n a i , lequel, étant h o m m e de cœur, n e v o u l u t point quitter le c o m b a t pour s'aller faire p a n s e r . Les F r a n ç a i s r é p o n d i r e n t par u n feu continu qui e n j e t a un si g r a n d n o m b r e par t e r r e , q u e les a u t r e s , é p o u v a n t é s , c o m m e n c a i e n t à lâcher pied. Mais s'étant a p e r ç u s que nos g e n s e u x - m ê m e s se reti­ r a i e n t , ils r e p r i r e n t c o u r a g e et t i n r e n t b o n . C'était les j e u n e s g e n s sans a r m e s , mis à la q u e u e de notre a r m é e , l e s q u e l s ne s'étant e n c o r e t r o u v é s à aucun c o m b a t , furent t e l l e m e n t effrayés, dès le c o m m e n ­ c e m e n t de celui-ci, qu'ils p r i r e n t la fuite dès qu'ils le v i r e n t e n g a g é . L e plus fâcheux est q u e ce mauvais exemple fut aussitôt suivi par la c o m p a g n i e de la petite A n c e qui c r u t , en v o y a n t ces fuyards, q u e tout était p e r d u . P l u s i e u r s a u t r e s se laissèrent entraîner de m ê m e . L e s lanciers e s p a g n o l s , v o y a n t la victoire c e r t a i n e , a v a n c è r e n t tête baissée s u r les F r a n ç a i s et enfoncèrent en m o i n s de rien ce qui faisait encore q u e l q u e r é s i s t a n c e . M. de Cussy, qui était a u c e n t r e , v o u l u t se s a u v e r q u a n d il vit tout p e r d u ; mais il n ' e u t pas fait q u e l q u e s pas q u ' u n E s p a g n o l le perca de sa lance et il t o m b a m o r t . L a d é r o u t e fut g é n é ­ r a l e et la perte fut g r a n d e parce qu'il y avait, de l'en­ droit d u c o m b a t , u n q u a r t de lieue pour g a g n e r le bois ; la plus g r a n d e partie des fuyards furent atteints p a r les m u l â t r e s e s p a g n o l s , g e n s fort alertes et


PERTE

DE

SAINT-CHRISTOPHE

195

e x t r ê m e m e n t vites à la c o u r s e . Q u e l q u e s - u n s se réfugièrent d a n s les bocages de la S a v a n e o ù ils vendirent c h è r e m e n t l e u r vie ; il y en eut m ê m e de ceux-là qui furent assez h e u r e u x p o u r la s a u v e r par l'extrême r é s o l u t i o n qu'ils t é m o i g n è r e n t de ne v o u ­ loir j a m a i s se r e n d r e et par le b o n h e u r qu'ils e u r e n t de se défendre avec succès, en a b a t t a n t a u t a n t d'Espagnols qu'il s'en présentait. M. B r u n e l o t , encore a u j o u r d ' h u i v i v a n t et capitaine d'infanterie d u quartier Marin, était de ce n o m b r e . Nous a v o n s p e r d u d a n s ce c o m b a t environ q u a t r e cents h o m m e s , d u n o m b r e d e s q u e l s , o u t r e M. le g o u ­ v e r n e u r et M. de F r a n q u e n a i , l i e u t e n a n t d u r o i , furent, p r e s q u e t o u s les ofticiers de milice, à l'excep­ tion de M. d u R o , capitaine de L i m o n a d e , t o u t e la compagnie du q u a r t i e r Marin qui était la Colonelle, hormis six h o m m e s , et t o u t ce qu'il y avait de fli­ bustiers d a n s l ' a r m é e avec l'élite des h a b i t a n t s de la plaine d u Cap et aussi b e a u c o u p de flibustiers r e v e ­ nus depuis peu de la m e r d u S u d et établis d a n s la dépendance du Cap. On dit q u ' u n d'eux, é t a n t échappé de la bataille mais a u désespoir d'avoir été vaincu par les E s p a g n o l s , qui n ' a v a i e n t j a m a i s p a r u à ses yeux q u e des g e n s lâches et efféminés, prit s o n fusil et ses pistolets et piqua son cheval a u milieu de l e u r c a m p , c o m m e s'il avait e n c o r e e s p é r é les pouvoir vaincre s e u l , o u qu'il v o u l û t se p r o c u r e r la c o n s o l a ­ tion de m o u r i r en brave h o m m e et de ne pas s u r v i v r e au m a l h e u r de sa n a t i o n . La perte des E s p a g n o l s ne fut g u è r e moins g r a n d e que la n ô t r e , mais c o m m e ils e u r e n t soin de la c o u ­ vrir en ensevelissant l e u r s m o r t s , on n ' a j a m a i s s u j u s q u ' o ù elle avait été. Ils p a r c o u r u r e n t dès le l e n -


196

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d e m a i n et les j o u r s s u i v a n t s la plaine e n victorieux, b r û l è r e n t le b o u r g , s u r p r i r e n t e n c o r e quelques h o m m e s s u r les h a b i t a t i o n s . Ils ne firent a u c u n quar­ tier, e m m e n è r e n t p l u s i e u r s femmes et enfants de m ê m e q u ' u n g r a n d n o m b r e d'esclaves, et tout cela sans plus de résistance. Les h a b i t a n t s , n ' a y a n t plus de chef, s'étaient réfugiés d a n s les bois et d a n s les m o n t a g n e s , u n i q u e m e n t attentifs à m e t t r e à couvert l e u r s femmes et l e u r s enfants, avec les n è g r e s qui l e u r restaient et qui avaient été assez fidèles pour ne pas a b a n d o n n e r l e u r s m a î t r e s d a n s de si cruelles extrémités. Enfin, après u n v o y a g e g é n é r a l qui d u r a six ou sept j o u r s , l ' E s p a g n o l , c o n t e n t de son expédition a u t a n t q u e n o u s en étions h u m i l i é s , et a y a n t pris s u r n o u s l ' a s c e n d a n t qu'il n'a pas p e r d u depuis, r e p r i t la r o u t e de ses t e r r e s , et nos F r a n ç a i s , s o r t a n t de l e u r s t a n i è r e s , se m i r e n t à r a s s e m b l e r les débris de l e u r s habitations et à les rétablir.


XVII

M. DE LA BOULAI

ET M. DU

CASSE

M. de la Boulai, a l o r s major d u P o r t - d e - P a i x , à qui le c o m m a n d e m e n t de la côte d u N o r d était dévolu par la m o r t de M. de Cussy et de M. de F r a n q u e n a i , s'en vint a u Cap aussitôt a p r è s le d é p a r t des E s p a ­ gnols, à dessein d'aider cette colonie à r é p a r e r ses pertes. Mais en v o u l a n t la servir il faillit achever de la d é t r u i r e , par u n e e n t r e p r i s e qu'il forma à c o n t r e ­ t e m p s . Il se mit en tète d'avoir sa r e v a n c h e et d'aller brûler le b o u r g e s p a g n o l de Goave, situé a u sud de la plaine du Cap, v e r s le milieu de l'île. L e Cap l u i fournit e n c o r e huit cents h o m m e s p o u r cette expé­ dition, avec lesquels il se mit e n r o u t e et t r a v e r s a les m o n t a g n e s j u s q u ' à u n détroit, n o m m é la P o r t e , qui n o u s servait de limites du coté d u S u d . E t a n t arrivée là, l ' a r m é e se m u t i n a et ne v o u l u t point passer o u t r e . On lui d e m a n d a ce qu'il prétendait faire et si, sous prétexte de b r û l e r q u e l q u e s m é c h a n t e s et chétives cases qui c o m p o s a i e n t ce b o u r g , il était p r u -


198

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d e n t d'exposer t o u t e la colonie à périr. C o m m e il persistait à vouloir p o u s s e r sa pointe, le chevalier D e s l o n g c h a m p s , capitaine de cavalerie, l u i dit qu'il n e le suivrait point, et à l'instant il r e p r i t le chemin d u Cap avec ceux qui v o u l u r e n t l'imiter et qui furent en g r a n d n o m b r e . M. de la Boulai se vit par là dans l'impuissance d ' e x é c u t e r son dessein et obligé de s'en r e t o u r n e r ; mais ne v o u l a n t pas r e p a s s e r par le Cap, il s'en fut droit au P o r t - d e - P a i x . L e s colonies françaises se t r o u v a i e n t a l o r s en très g r a n d d a n g e r et m e n a ç a i e n t de n o u v e a u r u i n e , si elles n'avaient t r o u v é u n e p r o m p t e r e s s o u r c e en la p e r s o n n e de M. du Casse, qui fut en ce temps-là n o m m é g o u v e r n e u r . Cet h o m m e de f o r t u n e dont l'élévation a s u r p r i s t o u t e l ' E u r o p e , m é r i t e de vivre d a n s les siècles à v e n i r et j e m e t r o u v e ici d'autant plus obligé de le bien faire c o n n a î t r e , q u e n o u s le r e g a r d o n s c o m m e le r e s t a u r a t e u r de n o s coloniesM. du Casse était originaire d u B é a r n , d ' u n e assez basse extraction, d u m o i n s n'était-il pas gentil­ h o m m e . Ses p r e m i e r s emplois e u r e n t lieu s u r les côtes d'Afrique, a u service de la c o m p a g n i e du S é n é g a l d o n t il dirigea q u e l q u e t e m p s les affaires. Ce fut alors qu'il c o m m e n ç a à se faire c o n n a î t r e à S a i n t - D o m i n g u e où il vint établir u n b u r e a u p o u r cette c o m p a g n i e . Il y fut très m a l r e ç u , s u r t o u t au Cap français d o n t les h a b i t a n t s en v i n r e n t j u s q u ' à p r e n d r e les a r m e s c o n t r e lui, p o u r l'obliger à se r e m b a r q u e r , parce qu'ils ne v o u l a i e n t a b s o l u m e n t pas e n t e n d r e parler de la c o m p a g n i e d o n t le n o m seul l e u r était d e v e n u e x t r ê m e m e n t odieux. Cepen­ d a n t , a p r è s qu'il e u t déclaré l à - d e s s u s l'intention du r o i et de ses m a î t r e s , et qu'il e u t fait c o m p r e n d r e


M. DE LA BOULAI

ET M. DU

CASSE

199

que les colonies de S a i n t - D o m i n g u e t i r e r a i e n t toutes sortes d'avantages de la traite des n è g r e s , qui était l'unique but de la n o u v e l l e c o m p a g n i e , les habitants s apaisèrent et c o n s e n t i r e n t à tout ce qu'il v o u l u t . M. du Casse s'en r e t o u r n a e n s u i t e en F r a n c e , rendre c o m p t e de ce qu'il avait négocié p o u r sa c o m ­ pagnie, qui fut si satisfaite de sa c o n d u i t e , qu'elle lui d o n n a le c o m m a n d e m e n t du p r e m i e r t r a n s p o r t de n è g r e s s u r cette île. Elle lui fit équiper, à cette fin, un vaisseau n o m m é La Bannière, do 26 pièces de c a n o n , avec lequel il fit voile p o u r les côtes d Afrique, mais u n gros t e m p s l'obligea de r e l â c h e r en A n g l e t e r r e où, par u n surcroît de m a l h e u r , il fut attaqué d ' u n e maladie d a n g e r e u s e et opiniâtre qui l'obligea d'y s é j o u r n e r l o n g t e m p s p o u r se faire t r a i ­ ter. C e p e n d a n t , afin que ses a r m a t e u r s ne r e ç u s s e n t pas un plus g r a n d préjudice d ' u n si l o n g r e t a r d e m e n t , il fit partir son vaisseau s o u s les o r d r e s de son lieu­ tenant, q u i le conduisit à bon port, a p r è s avoir h e u r e u s e m e n t fini sa traite, suivant l'intention de la compagnie. P o u r lui, sitôt bien r e m i s de ses indispositions, il fit achat d ' u n n o u v e a u b â t i m e n t à dessein d'aller à Gorasol négocier des n è g r e s et de v e n i r les v e n d r e ensuite d a n s n o t r e colonie. Mais, c o m m e n o u s étions alors en g u e r r e avec les H o l l a n d a i s , il se m u n i t d ' u n e commission a n g l a i s e , afin de n a v i g u e r en s û r e t é s o u s le pavillon de cette c o u r o n n e . Il fut droit à S a i n t Christophe où M. le chevalier de S a i n t - L a u r e n s c o m m a n d a i t , de qui il prit aussi u n e c o m m i s s i o n française p o u r l u i servir a u besoin ; a p r è s quoi il fit voile vers Corasol. Il en était déjà assez proche lorsqu'il fit ren


200

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d ' u n gros vaisseau h o l l a n d a i s , d o n t le capitaine lui cria d ' a m e n e r et de l'aller t r o u v e r avec sa commis­ sion p o u r la lui faire voir. M. d u Casse lui répartit qu'il avait p e r d u sa c h a l o u p e par u n coup de m e r et le pria de l u i e n v o y e r la s i e n n e , ce q u i , a y a n t été fait, il s ' e m b a r q u a p o r t a n t avec lui sa commission a n g l a i s e , p e n d a n t q u e l'officier hollandais qui avait a m e n é la c h a l o u p e , restait à bord du n a v i r e français. Cet h o m m e qui était à fureter p a r t o u t p o u r découvrir si ce n a v i r e n'était pas e n n e m i , a p e r ç u t s u r la table de la g r a n d e c h a m b r e u n e tabatière q u e M. d u Casse y avait laissée par m é g a r d e . Il la prit et y trouva e n l ' o u v r a n t la c o m m i s s i o n française. Il en donna a u s s i t ô t avis à son capitaine qui fit saisir le vaisseau et le conduisit à Corasol où il fut adjugé de bonne prise. M. du Casse n e perdit point p o u r cela c o u r a g e . Il a c h e t a à Corasol u n a u t r e vaisseau qu'il chargea de n è g r e s p o u r S a i n t - D o m i n g u e où il les vint débar­ q u e r d a n s le q u a r t i e r de l'Ile à Vache à la côte du S u d ; puis, a y a n t d o u b l é le cap T i b u r o n , à dessein d'aller m o u i l l e r a u p o r t d u petit Goave, à la côte de l'Ouest, il t o m b a d a n s u n e e s c a d r e hollandaise qui venait d'enlever tous les vaisseaux français qui étaient à négocier le l o n g de cette c ô t e . Il traita avec les e n n e m i s p o u r la r a n ç o n d u sien, et de p l u s , il acheta d ' e u x trois de l e u r s prises chargées de tabac, avec lesquelles, étant h e u r e u s e m e n t arrivé en F r a n c e , il fit e n c o r e u n bon v o y a g e m a l g r é les échecs réitérés qu'il avait r e ç u s . La c o m p a g n i e lui fit de n o u v e a u équiper le v a i s ­ s e a u La Bannière, d a n s le m ê m e dessein qu'elle avait déjà fait. A p r è s qu'il eut achevé sa traite s u r cette


M. DE LA BOULAI

ET M. DU

CASSE

201

île, il a r r i v a , c o m m e il r e t o u r n a i t e n F r a n c e , qu'il fit e n c o r e r e n c o n t r e d ' u n vaisseau hollandais. Quoique ce fût u n e g r o s s e flotte, il n e balança p o i n t à l'aller a t t a q u e r , et l ' a y a n t a b o r d é et a c c r o c h é , il sauta à b o r d , lui v i n g t i è m e , s a n s être suivi du r e s t e de son é q u i p a g e , et il le fit r e n d r e a p r è s q u e l q u e combat p e n d a n t l e q u e l il a r r i v a q u e les d e u x vais­ seaux, je n e sais par q u e l m o y e n , se d é g a g è r e n t l'un de l ' a u t r e . Ceux qui étaient r e s t é s d a n s le vaisseau français, c r o y a n t a l o r s l e u r capitaine p e r d u , se mirent à fuir à t o u t e s voiles, sans que les F r a n ç a i s qui avaient s a u t é à bord du hollandais et qui l e u r criaient à pleine tête qu'ils en étaient les m a î t r e s , pussent les r a s s u r e r . C e p e n d a n t , à force de s i g n a u x , on se r e c o n n u t enfin et les d e u x navires firent r o u t e de c o n s e r v e j u s q u ' e n F r a n c e où M. du Casse les con­ duisit et arriva glorieux a u p o r t de L a Rochelle. Cette action fut publiée à la C o u r et vint j u s q u ' a u x oreilles du roi qui v o u l u t q u ' u n si b r a v e h o m m e fût couché s u r l'état de la m a r i n e et ce fut là p r o p r e ­ ment l'époque d'où l'élévation de M. d u Casse a pris son c o m m e n c e m e n t . Il a t o u j o u r s c o n t i n u é depuis à se d i s t i n g u e r par sa b r a v o u r e et par sa p r u d e n c e , en s o r t e qu'il était déjà capitaine de h a u t bord, lorsqu'il fut p o u r v u du g o u v e r n e m e n t de S a i n t Domingue. Dès qu'il y fut a r r i v é , il d o n n a ses p r e m i e r s soins au Cap français, où il établit u n c o m m a n d a n t tel qu'il fallait, en la p e r s o n n e de M. L a u r e n t de Graffe. Get officier était natif de la ville de Bréda e n B r a b a n t ; il avait été d'abord a u service des E s p a g n o l s en qualité de simple matelot, puis de c a n o n n i e r s u r l e u r s vaisseaux. Il passait en cette d e r n i è r e qualité p o u r


202

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

l ' h o m m e le plus adroit de son t e m p s , sûr d'appliquer son coup p a r t o u t où il voulait. Son a d r e s s e et sa b r a v o u r e lui a v a i e n t depuis acquis q u e l q u e c o m m a n ­ d e m e n t p a r m i e u x et il s'était, en plus d ' u n e occa­ sion, distingué c o n t r e les flibustiers qui le r e d o u ­ taient. Il en fut pris à la fin, mais, se v o y a n t parmi de braves g e n s , il ne put j a m a i s se r é s o u d r e à les quitter. Il devint donc flibustier l u i - m ê m e et bientôt le m a î t r e des flibustiers. Il fit tant de pièces aux E s p a g n o l s , qui l'appelaient L a u r e n c i l l o , q u e toutes l e u r s côtes étaient r e m p l i e s de la t e r r e u r de ses a r m e s , à tel point que d a n s l e u r s prières publiques, ils d e m a n d a i e n t à Dieu qu'il les g a r d â t de la fureur de cet h o m m e , de m ê m e que les Parisiens en u s è r e n t , dit-on, autrefois e n v e r s les N o r m a n d s qui portaient le s a n g et le c a r n a g e j u s q u ' a u x m u r a i l l e s de l e u r ville. Ce n'est pas qu'il l e u r fit tout le m a l q u ' o n mettait s u r son c o m p t e , mais c'était u n e adresse des a u t r e s flibustiers, de s u p p o s e r toujours Laurencillo à l e u r tête d a n s toutes l e u r s expéditions, s û r s de v a i n c r e sous un n o m si formidable. Il n'est rien que les E s p a g n o l s n ' e u s s e n t volontiers d o n n é p o u r le s u r p r e n d r e . Aussi L a u r e n t de Graffe était-il si bien c o n v a i n c u de l e u r i n t e n t i o n , q u e lorsqu'il était en d a n g e r de t o m b e r e n t r e l e u r s m a i n s , il se tenait à la s o u t e a u x p o u d r e s , la m è c h e a l l u m é e à la m a i n , r é s o l u de se faire s a u t e r q u a n d il n'y a u r a i t plus d'espoir. C'est ce qu'il se disposait à faire u n e fois, e n t r e a u t r e s , q u e les E s p a g n o l s de C a r t h a g è n e , le s a c h a n t près de leur ville d a n s u n e simple b a r q u e , d é t a c h è r e n t a p r è s lui d e u x gros vaisseaux de c i n ­ q u a n t e pièces de c a n o n . L a u r e n c i l l o se c r u t a l o r s p e r d u . C e p e n d a n t , le


M. DE LA

BOULAI

ET M. DU

CASSE

203

désespoir v e n a n t à r e d o u b l e r son c o u r a g e , il fit si bien qu'il se rendit m a î t r e des d e u x b â t i m e n t s , à la bonte é t e r n e l l e de cette n a t i o n . Sa Majesté, désirant le r é c o m p e n s e r de tant de belles actions, lui e n v o y a d'abord des lettres de naturalisation et de grâce, pour la m o r t d u capitaine V a n h o r n , qu'il avait tué, lors de l'expédition de la V e r a - C r u z . Depuis, elle le gratifia d'un brevet de major, ensuite d ' u n e l i e u t e n a n c e de roi, et c'est en cette d e r n i è r e qualité que M. du Casse l'envoya c o m m a n d e r au Cap où l'on espérait que son seul n o m servirait de barrière c o n t r e de nouvelles i r r u p t i o n s des E s p a g n o l s , d o n t on était m e ­ nacé. A p r è s avoir ainsi p o u r v u a u Cap, M. du Casse s'appliqua à p r o c u r e r la s û r e t é des colonies en g é n é ­ ral. L'on c o m p t a i t toujours d a n s l'île g r a n d n o m b r e de flibustiers, lesquels avaient l e u r retraite la plus ordinaire au petit Goave, afin de t o m b e r de là plus a i s é m e n t s u r les Anglais de la J a m a ï q u e ou s u r les Espagnols du c o n t i n e n t . C'était u n g r a n d secret pour nos g o u v e r n e u r s q u e de savoir, p o u r ainsi dire, mettre en œ u v r e ces g e n s - l à et en tirer tous les ser­ vices qu'ils étaient capables de r e n d r e à nos colonies. C'est ce que M. du Casse envisagea et l'on peut dire qu'il y a m i e u x r é u s s i q u ' a u c u n de ses p r é d é c e s s e u r s . P o u r a n i m e r les flibustiers par sa présence et être plus à p o r t é e de les lâcher, selon qu'il j u g e r a i t à propos, c o n t r e les e n n e m i s de l'Etat, il quitta le fort du P o r t - d e - P a i x qui avait servi j u s q u ' a l o r s de r é s i ­ dence au g o u v e r n e u r de l'île et, s'installa dans celui du petit Goave. T a n t qu'il y fut il ne se passa p r e s q u e point de s e m a i n e qu'il ne p o r t â t q u e l q u e coup funeste a u x Anglais ou a u x E s p a g n o l s , par m e r et par t e r r e ,


204

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

i n d i f f é r e m m e n t . Les descentes que les flibustiers faisaient à la J a m a ï q u e p o u r y enlever des nègres, étaient s u r t o u t si f r é q u e n t e s , q u ' o n n'appelait plus cette île, à S a i n t D o m i n g u e , que la petite Guinée. U n e s u r t o u t de ces expéditions est r e m a r q u a b l e . Elle fut m e n é e par M. du Casse avec cinq g r o s vais­ seaux et huit barques flibustières. L e s navires du r o i n ' a v a i e n t q u e l e u r s équipages o r d i n a i r e s , sans a u c u n e t r o u p e de d é b a r q u e m e n t . Ils n'étaient que p o u r a p p u y e r l ' e n t r e p r i s e e n favorisant les flibus­ tiers, p e n d a n t et a p r è s l e u r descente qu'ils firent d ' a b o r d à Yala, b o u r g considérable situé à la côte d u sud de l'île, et cela sans difficulté et sans perte d ' a u c u n des l e u r s , parce que les Anglais n ' o s è r e n t la leur disputer. Maîtres d u t e r r a i n , ils se r é p a n d i r e n t aussitôt par­ t o u t , pillant ou d é t r u i s a n t t o u t ce qu'ils r e n c o n ­ t r a i e n t , attentifs s u r t o u t à enlever le plus de nègres qu'ils p o u r r a i e n t , c o m m e étant là le plus riche butin qu'ils p o u v a i e n t faire. Après y avoir s é j o u r n é environ huit j o u r s , ils passèrent par t e r r e à six ou sept lieues plus à l'est, vers la tête de l'île, d a n s u n quartier appelé le P o r t - M o r a n t où ils firent p e n d a n t a u t a n t de t e m p s qu'ils y d e m e u r è r e n t la m ê m e exécution et avec la m ê m e facilité a u c u n Anglais n ' a y a n t e n c o r e osé paraître p o u r les en e m p ê c h e r . Ils ne t r o u v è r e n t pas plus de r é s i s t a n c e à la côte d u N o r d où ils firent passer q u e l q u e s - u n s de l e u r s b â t e a u x bien a r m é s . T o u t e cette é t e n d u e de pays qu'ils, p a r c o u r u r e n t , fut e n t i è r e m e n t r a v a g é e ; ils b r û l è r e n t t o u s les m o u l i n s à s u c r e , e m b a r q u è r e n t d a n s l e u r s vaisseaux ce qu'ils y t r o u v è r e n t de plus précieux et e n l e v è r e n t plus de deux mille esclaves, lesquels, par l'affection qu'ils


M. DE LA BOULAI

ET M. DU

CASSE

205

ont n a t u r e l l e m e n t p o u r le F r a n ç a i s , d o n t ils s a v e n t qu'ils s o n t traités avec d o u c e u r , v e n a i e n t d ' e u x mêmes se j e t e r e n t r e l e u r s m a i n s . Q u e l q u e h e u r e u s e qu'eût été cette expédition j u s q u ' a l o r s elle n'était pas tout à fait d a n s le g o û t des flibustiers q u i , n ' a i ­ mant pas à t r o u v e r t a n t de facilités d a n s l e u r s e n t r e ­ prises, n ' e u s s e n t pas été fâchés de r e n c o n t r e r q u e l q u e résistance p o u r d o n n e r par là plus d'éclat à l e u r entreprise et en r e l e v e r la g l o i r e . M. du Casse se r é s o l u t d o n c d'aller c h e r c h e r , d a n s un a u t r e q u a r t i e r de l'île, ce qu'il n'avait pas t r o u v é dans les v i n g t lieues et plus de pays qu'il avait p a r ­ courues. Il y a, à la m ê m e côte d u s u d de la J a m a ï q u e , vers l'ouest, u n q u a r t i e r appelé des n ô t r e s Vatiou et des Anglais la baie de K o w , qui passe p o u r des plus o p u l e n t s de l'île et s u r lequel, p o u r cette r a i ­ son, les flibustiers, en passant le l o n g de ses côtes, avaient s o u v e n t j e t é des y e u x de c o n c u p i s c e n c e mais qui, p o u r être en m ê m e t e m p s des p l u s pleuplés et par là des plus forts, n'avait point e n c o r e été a t t a ­ qué par eux à force o u v e r t e . T o u t e s l e u r s tentatives j u s q u ' a l o r s c o n t r e ce q u a r t i e r s'étaient t e r m i n é e s à quelques coups de m a i n , qu'ils faisaient la n u i t , pendant lequel t e m p s d é b a r q u a n t à la s o u r d i n e d a n s quelque e n d r o i t é c a r t é , ils allaient p r o m p t e m e n t enlever les n è g r e s de quelque s u c r e r i e et puis ils se r e m b a r q u a i e n t a u plus vite et p r e n a i e n t la fuite. Mais c o m m e on était a l o r s assez forts p o u r s'en r e n d r e m a î t r e s , on t o u r n a de ce côté-là et, p o u r s'y r e n d r e plus p r o m p t e m e n t , car on était alors à u n bout de l'île et V a t i o u était p r e s q u e à l ' a u t r e , c h a ­ cun se r e m b a r q u a d a n s son b â t i m e n t . Q u a n d on fut a r r i v é à la h a u t e u r de ce q u a r t i e r ,


206

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

les flibustiers e n t r è r e n t d a n s les c h a l o u p e s et dans les c a n o t s , M. de Graffe à l e u r tête ; car, p o u r M. du Casse, il était resté à bord des vaisseaux d u roi, pour d o n n e r de là les o r d r e s n é c e s s a i r e s . L a descente se fit avec m o i n s de difficulté q u ' o n n'avait c r u , mais on n'était pas b e a u c o u p plus a v a n c é s p o u r cela. On r e m a r q u a q u e les e n n e m i s , a p r è s s'être légèrement d é f e n d u s , s'étaient retirés d a n s l e u r s r e t r a n c h e m e n t s d o n t ils avaient trois l'un d e r r i è r e l ' a u t r e où ils se t e n a i e n t forts et qu'il fallait n é c e s s a i r e m e n t franchir p o u r p é n é t r e r d a n s l e u r q u a r t i e r . Mais ce fut alors q u e les flibustiers, s'étant a n i m é s à bien faire, firent voir de quoi ils sont capables d a n s l'occasion. Ils forcèrent ces r e t r a n c h e m e n t s l'un a p r è s l'autre, q u o i q u e les e n n e m i s qui les défendaient l e u r fussent s u p é r i e u r s en n o m b r e . Mais ce ne fut pas sans g r a n d e effusion de s a n g des d e u x c ô t é s . Les fruits de la victoire ne furent pas propor­ t i o n n é s a u prix qu'elle avait c o û t é , parce q u e les A n g l a i s de ce q u a r t i e r , qui s'étaient a t t e n d u s à être a t t a q u é s tôt ou t a r d , a v a i e n t pris, de l o n g u e m a i n , l e u r s p r é c a u t i o n s p o u r m e t t r e e n s û r e t é l e u r s vies et l e u r s b i e n s , e n cas q u ' o n vînt à les forcer dans leurs retranchements. L e s plus riches d ' e n t r e e u x avaient bâti chacun, d a n s l'enclos de l e u r habitation, u n e espèce de châ­ t e a u ou de m a i s o n forte, où ils t e n a i e n t s e r r é s leur a r g e n t , l e u r s esclaves et ce qu'ils avaient de plus précieux. Ils s'y réfugièrent a p r è s le c o m b a t et ils y firent ferme. Les flibustiers qui, a p r è s avoir passé s u r le ventre à l e u r s e n n e m i s , c o u r a i e n t la c a m p a g n e où ils ne s'attendaient plus à t r o u v e r de r é s i s t a n c e , a r r i -


M. DE LA BOULAI

ET M. DU

CASSE

207

vèrent à u n e de ces m a i s o n s fortes. Ils c r u r e n t d'abord p o u v o i r y e n t r e r et la piller i m p u n é m e n t , mais ils furent bien s u r p r i s de voir q u ' e n m o i n s de rien u n e grêle de coups de fusil qui p a r t i r e n t des m e u r t r i è r e s de cette m a i s o n , l e u r j e t a p l u s i e u r s de leurs g e n s s u r le c a r r e a u . Gela ne fit q u e les a c h a r ­ ner d ' a v a n t a g e a u c o m b a t , j u s q u ' à ce q u e , v e n a n t à faire réflexion qu'il y avait de la folie à se battre contre des m u r a i l l e s q u ' o n ne pouvait a b a t t r e qu'avec le canon ils se r e t i r è r e n t t o u t confus de la perte qu'ils avaient faite par l e u r indiscrétion, q u i l e u r coûta e n v i r o n c i n q u a n t e h o m m e s , e n t r e a u t r e s l e capitaine L e S a g e . On tint conseil p o u r v e n g e r cet affront. Certains étaient d'avis d'aller c h e r c h e r d u canon à bord des vaisseaux et q u ' o n n ' e u t pas le démenti de ce q u ' o n avait c o m m e n c é . Mais finale­ ment on j u g e a l'affaire t r o p l o n g u e et très d a n g e ­ reuse et on laissa ce g e n r e d'expédition. D'ailleurs des émissaires des n è g r e s fugitifs des m o n t a g n e s v i n r e n t dire q u e sept mille de l e u r s c a m a r a d e s ne tarderaient pas d'arriver d a n s l'impatience qu'ils étaient t o u s de se r e n d r e a u x F r a n ç a i s . Mais il fallut promptement. partir parce q u ' o n e u t avis qu'il venait un p u i s s a n t s e c o u r s a u x A n g l a i s . U n e a u t r e expédition, c o n d u i t e par le capitaine Davio, n ' e u t pas de g r a n d s r é s u l t a t s . T o u t d'abord elle p a r u t t o u r n e r à l'entière confusion des F r a n ç a i s d é b a r q u é s à la J a m a ï q u e qui, séparés de l e u r flotte par u n e t e m p ê t e , furent e n c o r e en b u t t e à u n terrible accident. Ce fut u n t r e m b l e m e n t de t e r r e si affreux qu'à peine en c o n n a î t - o n de s e m b l a b l e . Davio et ses h o m m e s y é c h a p p è r e n t en se réfugiant d a n s des b a r q u e s , mais dès leur r e t o u r à t e r r e , a p r è s la


208

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

s e c o u s s e , ils p e n s è r e n t être r e p r i s par les Anglais. F i n a l e m e n t , Davio, a t t a q u é par l ' e n n e m i , sauta avec s o n b â t i m e n t et bien peu de ces flibustiers r e g a g n è r e n t la T o r t u e . M. du Casse, e n r a g é de ces é c h e c s , p r é p a r a contre la J a m a ï q u e u n e nouvelle expédition qui, avec l'aide de M. de Montai et de trois v a i s s e a u x d u Roi, réussit entièrement. Les F r a n ç a i s d é b a r q u è r e n t s a n s g r a n d e résistance et p e n d a n t trois s e m a i n e s pillèrent et r a v a g è r e n t les divers q u a r t i e r s de la J a m a ï q u e . Après quoi ils r e v i n r e n t au petit Goave avec un butin de d e u x â trois mille esclaves, quantité de c h a u d i è r e s à s u c r e et d'ustensiles p r o p r e s à le fabriquer, s a n s c o m p t e r l'indigo q u ' o n avait pillé et e m b a r q u é avec q u e l q u e s a u t r e s m a r c h a n d i s e s de valeur. L ' o n a c r u a l o r s assez c o m m u n é m e n t d a n s la colonie q u e M. d u Casse avait d é t o u r n é u n e b o n n e partie des effets enlevés à la J a m a ï q u e et qu'il se les était r e n d u s p r o p r e s . Il serait p e u t - ê t r e a u s s i dif­ ficile de le disculper de cette m a l v e r s a t i o n pré­ t e n d u e c o m m e de l'en c o n v a i n c r e . On peut dire n é a n m o i n s , que quoi qu'il ait pu faire en cela, ce n e fut q u e d u c o n s e n t e m e n t tacite des flibustiers qui le r e g a r d a i e n t c o m m e l e u r p è r e , et d o n t il avait si bien su g a g n e r les c œ u r s qu'ils s'en remettaient e n t i è r e m e n t à lui de t o u t ce qui pouvait l e u r a p p a r ­ t e n i r et de la disposition, b o n n e ou m a u v a i s e , qu'il en pouvait faire. On doit dire d u m o i n s , et toute cette île r e n d e n c o r e a u j o u r d ' h u i cette j u s t i c e , que s'il n'a pas t o u j o u r s r e n d u l u i - m ê m e celle qui était d u e a u x flibustiers, il a s u , c o m m e on dit, p l u m e r la


M. DE LA BOULAI

ET M. DU

209

CASSE

poule sans la faire crier. Car l o r s q u e q u e l q u e flibus­ tier l'allait t r o u v e r p o u r lui d e m a n d e r l ' a r g e n t qu'il prétendait lui être dû, il l u i r é p o n d a i t à p e u près de cette m a n i è r e b u r l e s q u e : « Je sais bien, c o q u i n , q u e quand tu es en a r r i è r e de moi, tu m e traites de chien rouge et de v o l e u r , m a i s j e m ' e n m o q u e ; si tu n'es pas c o n t e n t , p r e n d s m o n épée et enfonce-la-moi dans le c o r p s ; p o u r de l ' a r g e n t j e n ' e n ai point et tu n'en a u r a s point ! » Mais p o u r effacer t o u t s o u p ç o n sinistre q u ' o n pouvait se former de la conduite d ' u n si g r a n d h o m m e que l'envie j a l o u s e de son élévation n ' a pas épargné, on ne peut nier, s'il est vrai qu'il ait pris d une m a i n , qu'il n'ait restitué de l ' a u t r e avec u s u r e . Jamais on ne vit d ' â m e p l u s g é n é r e u s e et plus secourable que M. d u Casse. Il ne pouvait voir un h o m m e d a n s l ' e m b a r r a s et d a n s la souffrance sans se porter aussitôt à son s e c o u r s . Il n'est pas c r o y a b l e combien d ' h a b i t a n t s il a d o n n é à cette colonie par des s e c o u r s d ' a r g e n t et de n è g r e s , qu'il avançait à qui avait r e c o u r s à l u i , et cela sans a u c u n i n t é r ê t et même, s o u v e n t , s a n s se faire r e m b o u r s e r du capital. Je peux, m o i - m ê m e , lui r e n d r e ce t é m o i g n a g e q u e je l'ai vu à son passage par cette île avec les galions d'Espagne, d o n t il était a m i r a l en 1713, r e m e t t r e à certains particuliers des s o m m e s considérables qui leur étaient dues depuis près de vingt a n s .

14


XVIII EXPÉDITION CONTRE

ANGLO-ESPA

GNOLE

SAINT-DOMINGUE

Mais a u t a n t M. du Casse faisait la joie de ses habitants et en était le s o u t i e n , a u t a n t il était la t e r r e u r et l'objet de la h a i n e de nos e n n e m i s , tant E s p a g n o l s qu'Anglais, l e s q u e l s , p o u r se venger, c o n s p i r è r e n t e n s e m b l e la r u i n e entière de SaintD o m i n g u e . Ils n e se p r o p o s a i e n t r i e n m o i n s q u e de la r a v a g e r d'un b o u t à l ' a u t r e , de n e faire q u a r t i e r à a u c u n h o m m e , de dissiper et de d é p a y s e r les femmes et les enfants, d'enlever les esclaves, en u n m o t de n e laisser s u r la face de cette île a u c u n vestige des colonies françaises. Il fallait de g r a n d e s forces pour cela et u n puissant a r m e m e n t par m e r et par t e r r e , et c'est à quoi ces d e u x n a t i o n s t r a v a i l l è r e n t à l'envi l ' u n e de l ' a u t r e . Les E s p a g n o l s a r m è r e n t en E u r o p e trois vaisseaux qui v i n r e n t se j o i n d r e à l'escadre de cinq a u t r e s , qu'ils t i e n n e n t en t o u t t e m p s d a n s l ' A m é r i q u e et


EXPÉDITION

CONTRE

SAINT-DOMINGUE

211

qu'ils appellent A r m a d a de Barloviento. Les Anglais en é q u i p è r e n t a u t a n t et a n i m è r e n t t o u s l e u r s flibus­ tiers de la J a m a ï q u e à se m e t t r e de la partie ; si bien que leur flotte g é n é r a l e p a r u t vers la m i - m a i a u vent du Cap français forte de plus de t r e n t e voiles et de q u a t r e mille h o m m e s de d é b a r q u e m e n t , p e n d a n t que d e u x mille E s p a g n o l s l a suivaient p a r t e r r e . M. de Graffe, q u i c o m m a n d a i t a u Cap, a s s e m b l a en diligence les milices de la plaine, à peine mille h o m m e s , et s'avança à l e u r tête v e r s les Espagnols qui venaient par t e r r e p o u r l e u r disputer le passage à la faveur des r e t r a n c h e m e n t s q u ' o n avait pratiqués le l o n g d ' u n bras de la G r a n d e Rivière. Les e n n e m i s avaient si bien pris l e u r s m e s u r e s par des s i g n a u x qu'ils se d o n n a i e n t à t o u t m o m e n t les u n s a u x a u t r e s , qu'ils se p r o p o s a i e n t de t o m b e r ensemble s u r n o s g e n s p a r d e v a n t et par d e r r i è r e . De bonne fortune M. de Graffe fut averti de l e u r dessein ou il le prévit, s a n s q u o i il était taillé en p i è c e s , mais il fit la faute de se r e t i r e r avec trop de précipitation et sans tirer u n seul c o u p ; par où il c o m m e n ç a à donner atteinte à la g r a n d e r é p u t a t i o n qu'il s'était acquise d a n s le passé. Il la perdit t o u t e n t i è r e , l o r s qu'après q u e les e n n e m i s furent j o i n t s , il négligea de les h a r c e l e r p a r des partis qu'il pouvait l â c h e r contre e u x et de l e u r d r e s s e r des e m b u s c a d e s , ce qu'il était aisé de faire à c h a q u e pas a u t r a v e r s des bois touffus, d o n t plus des d e u x tiers de la plaine étaient e n c o r e c o u v e r t s e n ce t e m p s - l à . Bien plus, il parut q u e t o u t e son application fut alors de veiller à n'être pas s u r p r i s l u i - m ê m e et à n e point t o m b e r entre les m a i n s des E s p a g n o l s . Car, a p r è s avoir d o n n é permission à ses g e n s , s'ils n e la prirent e u x - m ê m e s ,


212

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

de se r e t i r e r où bon l e u r s e m b l e r a i t , il s'enfonça d a n s les bois, peu a c c o m p a g n é , a y a n t g r a n d soin de ne j a m a i s gîter deux nuits dans u n m ê m e endroit, fort e m b a r r a s s é , d a n s tous ses pénibles v o y a g e s , de sa c o r p u l e n c e hollandaise, q u ' u n e vie sédentaire et de b o n n e chère avait depuis q u e l q u e t e m p s de b e a u c o u p épaissie et a p p e s a n t i e . On se demanda a l o r s où était le brave L a u r e n c i l l o , autrefois le fléau et la t e r r e u r des E s p a g n o l s ; on e u t beau le chercher, o n n e le r e t r o u v a plus en l u i - m ê m e . C e p e n d a n t les e n n e m i s e x é c u t è r e n t e n partie ce qu'ils avaient projeté. Ils b r û l è r e n t u n e s e c o n d e fois la ville d u Cap, r a v a g è r e n t t o u t de n o u v e a u les habitations de la plaine, e n l e v è r e n t p l u s i e u r s femmes, e n t r e a u t r e s celle de M. de G rafle. C'était u n e véri­ table h é r o ï n e à qui il semblait avoir t r a n s m i s toute sa v a l e u r depuis qu'il s'était m a r i é avec elle. Elle en avait déjà b e a u c o u p n a t u r e l l e m e n t et c'était en particulier parce q u ' u n j o u r elle l'était allée trouver le pistolet à la m a i n p o u r tirer raison de quelque injure qu'il l'avait choisie p o u r f e m m e , ne jugeant pas qu'il y en eût de plus d i g n e q u e celle-là de son alliance. A p r è s qu'ils e u r e n t fait a u Cap t o u t e l'exécution qu'ils p u r e n t , les e n n e m i s t o u r n è r e n t l e u r s vues et l e u r s pas vers le P o r t - d e - P a i x . Ce d e r n i e r quartier est éloigné du p r e m i e r de vingt lieues par t e r r e , par le plus c o u r t c h e m i n , et de t r e n t e par le m o i n s dif­ ficile et le plus o r d i n a i r e . Ses d é p e n d a n c e s n'étaient pas d ' u n e si g r a n d e é t e n d u e que celles d u Cap, mais il était, à p r o p o r t i o n , plus peuplé et plus riche, pour avoir été des premiers habité. Y c o m p r i s quelques c o m p a g n i e s de t r o u p e s réglées qui étaient dans la


EXPÉDITION

CONTRE

SAINT-DOMINGUE

213

forteresse, on y comptait à peu près m ê m e n o m b r e de c o m b a t t a n t s depuis q u e M. d u Casse avait obligé, deux a n s a u p a r a v a n t , les habitants de la T o r t u e d'en s o r t i r ; M. de la Boulai, alors l i e u t e n a n t de r o i , en étant c o m m a n d a n t ; c'était u n h o m m e de p e u de tête et n a t u r e l l e m e n t b r o u i l l o n . Tel était, en ce temps-là, l'état d u P o r t - d e - P a i x . Les e n n e m i s p r i r e n t l e u r r o u t e vers ce q u a r t i e r , partie par m e r , partie par t e r r e . Ceux-ci se p a r ­ tagèrent e n c o r e en d e u x b a n d e s ; les u n s y furent par le c h e m i n le plus l o n g et les a u t r e s par le plus court en c ô t o y a n t la m e r . Ces derniers pillèrent en passant le P o r t - M a r g o t . Ils avaient, les u n s et les autres, a v a n t d ' a r r i v e r à l e u r t e r m e , t a n t de diffi­ cultés à franchir, q u ' o n disait c o m m u n é m e n t q u ' u n e compagnie de femmes enceintes eut été capable de les défaire. Mais ni le c o m m a n d a n t du Cap ni celui du P o r t - d e - P a i x n e lirent a u c u n m o u v e m e n t pour t r o u b l e r l e u r m a r c h e . A l e u r défaut des rivières sem­ blèrent p r e n d r e n o t r e cause en m a i n et c o m b a t t r e en n o t r e faveur. La r o u t e la plus aisée m a i s la plus longue s'appelle le « Chemin de Plaisance », à c a u s e d'une m o n t a g n e de ce n o m , d ' u n e lieue de h a u t e u r , fort r a i d e et escarpée, qu'il faut n é c e s s a i r e m e n t franchir. Ceux qui l'avaient prise avaient de plus à traverser d e u x rivières plus de q u a r a n t e fois ; ils étaient moitié E s p a g n o l s et moitié A n g l a i s . Ces rivières se t r o u v è r e n t grosses d a n s le t e m p s de l e u r m a r c h e et e x t r a o r d i n a i r e m e n t enflées. Les E s p a g n o l s , a c c o u t u m é s à r e n c o n t r e r p a r t o u t d a n s cette île ces sortes d'obstacles, les franchissaient aisément, mais les Anglais étaient fort e m b a r r a s s é s . A l o r s , les p r e ­ miers, faisant en a p p a r e n c e les officieux à l'égard


214

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

des a u t r e s , en prenaient q u e l q u e s - u n s s u r l e u r dos o u à l e u r s côtés, c o m m e p o u r les passer à la nage ; mais peu a p r è s , ils secouaient l e u r s fardeaux et les précipitaient a u fond de la r i v i è r e . D ' a u t r e s tendaient des cordes ou des lianes d ' u n bord de la rivière à l ' a u t r e et invitaient les Anglais à s'en servir pour passer et, lorsqu'ils étaient a u milieu, ils coupaient ces cordes et laissaient aller à la dérive ces pauvres infortunés qu'ils c h a r g e a i e n t e n c o r e d'imprécations, en les traitant de Perros Herejes, chiens d'hérétiques. On c o m p t e qu'il périt de cette façon ou a u t r e m e n t plus de trois cents Anglais, la p l u p a r t par la mau­ vaise foi des E s p a g n o l s c h a r g é s de l e u r conduite. L a forteresse d u P o r t - d e - P a i x fut enfin investie, par t e r r e et par m e r par les e n n e m i s q u i en c o m ­ m e n c è r e n t le siège d a n s les formes, par trois batte­ ries de c a n o n s et u n e de m o r t i e r s , dressées s u r des collines qui la c o m m a n d a i e n t . M. de la Boulai s'y était enfermé avec, e n v i r o n , cinq cents h o m m e s et q u e l q u e s esclaves, a p r è s y avoir fait c o n d u i r e u n e partie de bétail du q u a r t i e r et fait t u e r l ' a u t r e . Les femmes et les esclaves, aussi bien q u e ceux d'entre les h o m m e s qui n'avaient pas eu le c œ u r ou le temps de se r a n g e r a u fort, avaient g a g n é les bois et les a u t r e s des m o n t a g n e s . L e feu des assiégeants par t e r r e fut g r a n d et c o n ­ t i n u , parce qu'ils v o y a i e n t n o s g e n s à d é c o u v e r t et qu'ils voulaient p r o m p t e m e n t finir cette expédition et en aller c o m m e n c e r u n e a u t r e c o n t r e le petit Goave, à la côte de l'Ouest, afin d ' a c h e v e r par là le r a v a g e entier de toutes nos c o l o n i e s . Ils n ' o s è r e n t s'approcher par m e r , ni e n t r e r d a n s le p o r t , mais l e u r s vaisseaux se t i n r e n t t o u j o u r s a u loin le l o n g


EXPÉDITION

CONTRE

SAINT-DOMINGUE

215

de la côte s o u s le v e n t de la forteresse et hors de la portée d u c a n o n . Ils v o u l u r e n t p o u r t a n t les faire approcher, lorsqu'ils virent q u e le siège tirait en l o n g u e u r , m a i s n o t r e artillerie les r e ç u t de telle manière, qu'elle les eut bientôt obligés à r e p r e n d r e leurs p r e m i e r s p o s t e s . H o r s de ces besoins p r e s s a n t s , les assiégés tiraient peu, a u t a n t p o u r é p a r g n e r l e u r s poudres d o n t ils n ' a v a i e n t pas a b o n d a m m e n t q u e parce qu'il e û t été inutile de le faire s u r des g e n s qui s'étaient c a m p é s d e r r i è r e des collines, h o r s de la vue du fort, ou, a u l a r g e , h o r s de la portée du c a n o n . Les e n n e m i s c e p e n d a n t , s u r t o u t les E s p a g n o l s , envoyaient des partis j u s q u e dans les m o n t a g n e s , pour s u r p r e n d r e ceux qui s'y étaient réfugiés. Ils faisaient s a n s pitié m a i n basse s u r t o u s les h o m m e s qu'ils r e n c o n t r a i e n t et ils r a m e n a i e n t à leur c a m p n o m b r e de f e m m e s , d'enfants et d'esclaves. L o r s q u e la brèche fut c o n s i d é r a b l e , les c o m m a n ­ dants e n n e m i s , tant espagnols q u ' a n g l a i s , e n v o y è r e n t chacun u n h é r a u t d ' a r m e s p o u r s o m m e r les assiégés de se r e n d r e à l ' u n ou l ' a u t r e des d e u x r o i s . Mais on leur fit r é p o n s e q u e p o u r p r é v e n i r la jalousie qui pourrait naître e n t r e les d e u x m o n a r q u e s s u r la préférence, l'on était d'avis de c o n s e r v e r la forte­ resse a u roi de F r a n c e , s o n s o u v e r a i n l é g i t i m e . Cette r é p o n s e e m b a r r a s s a fort les a s s i é g e a n t s . Il n'y avait point d ' a p p a r e n c e de pouvoir e n c o r e de sitôt m o n t e r à l'assaut. Il leur m o u r a i t b e a u c o u p de m o n d e par la c h a l e u r du climat et de la saison ; l'on était alors a u m o i s de j u i n . L a division r é g n a i t p a r m i eux, m o i n s s u r la préférence en question, q u ' a u sujet des n o u v e a u x affronts que les E s p a g n o l s fai­ saient c h a q u e j o u r a u x A n g l a i s d o n t la patience était


216

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

à l ' e x t r é m i t é . L'affaire alla si loin q u e les deux n a t i o n s en furent j u s q u ' à p r e n d r e les a r m e s l'une contre l ' a u t r e et à se r a n g e r en bataille, prêtes à se b a t t r e . Il n ' y eut q u e l'intérêt c o m m u n qui pût les r é u n i r en a p p a r e n c e et s u s p e n d r e p o u r quelque temps leur animosité. Mais, par m a l h e u r , nos g e n s ne s'accordaient pas mieux depuis q u e l q u e s j o u r s . Se v o y a n t bientôt au b o u t de l e u r s vivres et irrités de ce que M. du Casse, à qui ils avaient e n v o y é p l u s i e u r s exprès à L é o g a n e , ne faisait pas s e u l e m e n t m i n e de les v o u l o i r secourir, ils c o n c l u r e n t t o u s à la reddition de la place, avec cette différence q u e les t r o u p e s r é g u l i è r e s voulaient sortir avec c o m p o s i t i o n , et les milices l'épée à la m a i n , en se faisant j o u r au t r a v e r s des e n n e m i s , parce qu'elles c r a i g n a i e n t de n ' o b t e n i r a u c u n q u a r ­ tier des E s p a g n o l s . M. de Nisville, capitaine d'une c o m p a g n i e , h o m m e sage et e n t e n d u , s u r qui roulait, par l'incapacité du c o m m a n d a n t , t o u t e la conduite des a s s i é g é s , avait en h o r r e u r , avec q u e l q u e peu d ' a u t r e s , u n e pareille lâcheté, et il s u t si bien faire, tant par s o n a d r e s s e q u e par son a u t o r i t é , qu'il e m p ê c h a tant qu'il v é c u t l'exécution de l ' u n et de l ' a u t r e de ces projets, mais il fut tué d ' u n boulet de c a n o n et le plus m a u v a i s des d e u x partis p r é v a l u t , parce qu'il était le plus fort et qu'il n'avait plus do c o n t r e p o i d s . Car pour M. de la Boulai, son avis était toujours le d e r n i e r proposé ou le plus a p p u y é . M. du P a t i , a u j o u r d ' h u i si c o n n u dans l'île par l'éminence de son r a n g et qui l'était dès l o r s par mille belles qualités, servit e n c o r e q u e l q u e t e m p s de digue c o n t r e ce furieux t o r r e n t qui e m p o r t a i t t o u t le m o n d e , mais enfin il lui fallut céder et il fut r é s o l u


EXPÉDITION

CONTRE

SAINT-DOMINGUE

217

qu'on sortirait la nuit s u i v a n t e , à dix h e u r e s d u soir. Il y avait v i n g t - d e u x j o u r s que le siège d u r a i t . Les e n n e m i s furent avertis par des d é s e r t e u r s de ce qui avait été conclu par les assiégés et ils ne m a n q u è r e n t point de p r e n d r e des m e s u r e s p o u r tâcher qu'il n'en échappât a u c u n . Nos g e n s a p p r i r e n t par l e u r s espions qu'ils étaient a t t e n d u s : — « N ' i m ­ porte — s'écrièrent-ils, s ' a b a n d o n n a n t à l e u r r é s o ­ lution d é s e s p é r é e , — t u e qui t u e , il faut s o r t i r . . . » Ils s o r t i r e n t d o n c à l ' h e u r e m a r q u é e a u n o m b r e d environ q u a t r e cents h o m m e s qu'ils étaient e n c o r e , mais ils ne furent point à q u a t r e cents pas d u fort qu'ils d o n n è r e n t d a n s u n e e m b u s c a d e d o n t ils se démêlèrent assez h e u r e u s e m e n t . Q u e l q u e s - u n s , e n t r e autres le c o m m a n d a n t , prirent à droite et à g a u c h e dans des halliers qui étaient là, et se r e t i r è r e n t o ù ils p u r e n t , mais le g r o s , a u n o m b r e de d e u x c e n t cinquante h o m m e s , suivit le c h e m i n d o n t on était convenu et c o n t i n u a sa m a r c h e en b o n o r d r e . M . de B e r n a n o s , major de la forteresse, autrefois capitaine flibustier, et q u e le Roi avait pris depuis peu à son service, c o m m a n d a i t la tête, et M. d u P a t i , la q u e u e . A six cents pas de la p r e m i è r e e m b u s c a d e , ris d o n n è r e n t d a n s u n e a u t r e plus d a n g e r e u s e q u ' o n leur avait dressée s u r u n e é m i n e n c e et qu'ils ne purent forcer qu'avec u n e perte de près de cent h o m m e s , e n t r e lesquels fut M. de B e r n a n o s . Q u a n d ris e u r e n t atteint le fleuve des Trois Rivières, ils s'y jetèrent et le passèrent, a y a n t de l'eau j u s q u ' a u x aisselles. Ils c o n t i n u è r e n t l e u r traite j u s q u ' à u n e lieue d u fort où, se c r o y a n t en s û r e t é dans les bois, ris v o u l u r e n t p r e n d r e q u e l q u e r e p o s . Mais u n parti d ' E s p a g n o l s , qui les s u i v a i t de p r è s , n e l e u r en


218

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

d o n n a pas le t e m p s . Il fallut e n c o r e se b a t t r e , mais l e u r feu étant s u p é r i e u r à celui des e n n e m i s , ils les e u r e n t bientôt obligés à se r e t i r e r . Il n ' y e u t de nos gens q u e M. du P a t i , alors c o m m a n d a n t de la t r o u p e , qui fut blessé d ' u n c o u p d e m o u s q u e t au t r a v e r s d u c o r p s . Cet officier, se v o y a n t d a n s u n état qui paraissait d é s e s p é r é , se fit p o r t e r par deux n è g r e s d a n s u n g r a n d c h e m i n , d a n s l ' e s p é r a n c e que les e n n e m i s , qui ne t a r d e r a i e n t pas à l ' y r e n c o n t r e r , a u r a i e n t soin de le faire p a n s e r et de le bien traiter, c o m m e il a r r i v a . Les assiégeants s'étaient c e p e n d a n t r e n d u s maîtres d u fort qui l e u r avait été r e n d u à c o m p o s i t i o n par c i n q u a n t e à soixante h o m m e s qui y étaient restés. C'était des g e n s q u i n'en a v a i e n t point v o u l u sortir avec les a u t r e s , ou qui y étaient r e n t r é s dès qu'ils a v a i e n t a p e r ç u la p r e m i è r e e m b u s c a d e . Ils avaient e u la p r é c a u t i o n de f e r m e r s u r e u x u n e porte de fer et ce fut ce qui les s a u v a , parce q u e les Anglais qui les avaient suivis, et qui v o u l a i e n t a c q u é r i r la gloire d'y e n t r e r les p r e m i e r s , l e u r p r o m i r e n t b o n quartier s'ils se r e n d a i e n t , ce qui fut fait a u s s i t ô t . Les e n n e m i s , a p r è s la reddition de la forteresse du Port-de-Paix, ne p a s s è r e n t point à la côte de l'Ouest c o m m e ils l'avaient projeté. Ils étaient e x t r ê m e m e n t affaiblis et h o r s d'état d ' e n t r e p r e n d r e r i e n de n o u ­ veau ; d'ailleurs l e u r mésintelligence durait toujours et t o u t e l'attention de l e u r s officiers g é n é r a u x allait à e m p ê c h e r les d e u x partis d'en v e n i r aux m a i n s . Ils n e se s é p a r è r e n t toutefois pas si tôt ; ils c o n t i n u è r e n t p e n d a n t dix-sept j o u r s à faire d u dégât d a n s le q u a r t i e r , ils d é m o l i r e n t le fort, achevèrent de b r û l e r ou de d é t r u i r e ce qui restait e n c o r e s u r les


EXPÉDITION

CONTRE

SAINT-DOMINGUE

219

habitations, et firent e n c o r e de n o u v e a u x p r i s o n ­ niers. Après q u o i ils se r e m b a r q u è r e n t , les Anglais e m m e n a n t avec e u x la p l u p a r t des h o m m e s et les Espagnols, les femmes et les e n f a n t s . L a p l u p a r t de ces derniers furent c o n d u i t s par m e r à L a H a v a n e et de là à la V e r a - C r u z ; il n ' y en eut q u ' u n petit n o m b r e q u e les E s p a g n o l s conduisirent, par t e r r e à S a i n t - D o m i n g u e , e n t r e a u t r e s la fameuse M de Graffe, afin qu'elle l e u r servît de t r i o m p h e d a n s cette ville où L a u r e n c i l l o , son m a r i , avait été j u s ­ qu'alors si r e d o u t é . Mais elle, c o m m e les a u t r e s , fut ensuite t r a n s p o r t é e à la Vera-Cruz, où était le l'endez-vous g é n é r a l des f e m m e s et des enfants qu'on avait p r i s . De la N o u v e l l e - E s p a g n e où elles furent l o n g t e m p s à t r a î n e r u n e vie m i s é r a b l e qui e n emporta b e a u c o u p , on les fit passer d a n s la vieille où elles a u r a i e n t péri les u n e s a p r è s les a u t r e s , par les misères q u ' o n l e u r faisait souffrir à dessein, si la Paix n e s'était faite peu de t e m p s a p r è s . me

La F r a n c e les r é c l a m a alors et les E s p a g n o l s ne p u r e n t se dispenser de r e n d r e le p e u q u i en restait et qui r e p a s s è r e n t e n s u i t e la p l u p a r t d a n s cette île.


XIX PRISE

DE

CARTHAGÈNE

Les pertes q u e n o s colonies v e n a i e n t de faire furent peu a p r è s assez bien r é p a r é e s par l'arrivée des h a b i t a n t s de l'île de Sainte-Croix q u i furent t r a n s p o r t é s d a n s celle-ci a u c o m m e n c e m e n t de l ' a n n é e s u i v a n t e . Sainte-Croix est u n e des P e t i t e s Antilles, la plus voisine de l'île de P o r t o - R i c o , laquelle est u n e des q u a t r e g r a n d e s . Elle a environ dix-huit lieues de l o n g s u r trois à q u a t r e de l a r g e ; étant plus u n i e q u e m o n t a g n e u s e et p a r t o u t h a b i ­ table, ce qui n'est pas c o m m u n a u x Antilles. On la r e n o m m e aussi p o u r la bonté de ses bois, propres à la t e i n t u r e et à la c h a r p e n t e ; mais elle est u n peu diffamée pour s o n m a u v a i s air et ses m a u v a i s e s eaux, qui y r e n d e n t les fièvres e n c o r e plus fréquentes qu'à S a i n t - D o m i n g u e . Cette île t o m b a a u pouvoir des Anglais et des Hollandais qui la p a r t a g è r e n t entre e u x . Mais ne p o u v a n t vivre en b o n n e intelligence, ils en v i n r e n t a u x m a i n s . Les Hollandais e u r e n t le


PRISE DE

CARTHAGÈNE

221

dessous et furent obligés de céder la partie à l e u r s c o n c u r r e n t s , lesquels furent chassés à l e u r t o u r par les E s p a g n o l s de P o r t o - R i c o et ceux-ci par les F r a n ­ çais en 1650, s o u s la conduite de M. de V a u g a l a n que M. le chevalier de Pointis y avait e n v o y é p o u r la c o n q u é r i r . L a F r a n c e en a depuis toujours été la m a î t r e s s e , m a l g r é les efforts q u e ses e n n e m i s firent en différents t e m p s p o u r la lui e n l e v e r ; mais c o m m e on craignit de n e p o u v o i r toujours s'y s o u t e n i r , la Cour j u g e a à propos d'enlever la colonie et de la faire passer à S a i n t - D o m i n g u e afin qu'elle aidât celle du Gap français et du P o r t - d e - P a i x à relever leurs débris. La c o m m i s s i o n de faire ce t r a n s p o r t fut d o n n é e â M. des A u g i e r s , à qui le Roi fit équiper, à cette lin, cinq v a i s s e a u x . Il m e n a i t avec lui M. de Galifet, d ' u n e famille d i s t i n g u é e de P r o v e n c e , qui, depuis peu, avait été n o m m é a u g o u v e r n e m e n t de cette colonie, qu'il devait suivre à S a i n t - D o m i n g u e , p o u r y c o m m a n d e r d a n s t o u t e la côte d u N o r d . Les habitants de Sainte-Croix e u r e n t peine à quitter l e u r s a n c i e n n e s possessions, mais il fallut obéir. Ils furent d o n c e m b a r q u é s , h o m m e s , femmes, enfants et esclaves, sans exception, et ils a r r i v è r e n t a u Cap français au n o m b r e d'environ 1.500 â m e s p a r m i lesquelles on d i s t i n g u e e n c o r e a u j o u r d ' h u i les familles de M. de Bréda, a l o r s major de S a i n t e Croix et p r é s e n t e m e n t , l i e u t e n a n t de roi du P o r t - d e Paix, et celle de M. du Bois, petit-fils d ' u n g o u v e r ­ neur de la m ê m e île. M. de Galifet, par o r d r e d u r o i , c o n s e r v a t o u ­ j o u r s depuis le, titre de g o u v e r n e u r de l'île de S a i n t e Croix et en t o u c h a les a p p o i n t e m e n t s , c o m m e font


222

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

e n c o r e ses s u c c e s s e u r s , lesquels inscrivent ainsi leurs o r d o n n a n c e s : — N o u s , g o u v e r n e u r p o u r le roi de l'île de Sainte-Croix, c o m m a n d a n t a u Cap et dans t o u t e la côte d u N o r d de l'île de S a i n t - D o m i n g u e . Ce d e r n i e r office avait été créé dès d e u x a n s a u p a r a v a n t , en faveur de M. de B o i s s i - R a m é , s u r la r e p r é s e n ­ tation q u e M. d u Casse avait faite à la C o u r , qu'il était nécessaire d'y avoir u n oflicier c o m m a n d a n t d a n s t o u t e la côte du N o r d , depuis q u e le g o u v e r ­ n e u r de l'île faisait sa résidence a u petit Goave. M. de B o i s s i - R a m é s'était r e n d u en cette qualité de F r a n c e a u Cap français, o ù il avait été r e ç u avec a p p l a u d i s s e m e n t s , mais sans s'y a r r ê t e r ; il v o u l u t passer à L é o g a n e , p o u r y r e n d r e ses respects à M. d u Casse. Il s ' e m b a r q u a , à cette lin, d a n s u n vaisseau qui y allait. E t a n t a r r i v é à la tête de l'île, il fut chassé par u n b â t i m e n t a n g l a i s . D a n s la crainte d'être pris, il se j e t a d a n s u n e c h a l o u p e , c o m p t a n t de g a g n e r la t e r r e , mais les v e n t s et les c o u r a n t s le d é r i v è r e n t s u r l'île de Cuba où il a b o r d a d a n s u n lieu d é s e r t . Il se r e n d i t de là à la côte d u N o r d où il t o m b a m a l a d e et m o u r u t peu de t e m p s a p r è s . L e s E s p a g n o l s lui r e n d i r e n t t o u s les h o n n e u r s funèbres d u s à sa d i g n i t é . Ainsi, quoique M. de Galifet n'ait pas été le p r e m i e r c o m m a n d a n t d u Gap français, en titre d'office, il est celui qui a le p r e m i e r fait les fonctions de cet e m p l o i . P e r s o n n e n'était plus d i g n e q u e lui d'en ê t r e r e v ê t u ; il passait, avec r a i s o n , p o u r le plus g r a n d h o m m e qui fût v e n u j u s q u ' a l o r s a u x îles p o u r la c o n d u i t e d ' u n e colonie. Il avait l'esprit s u b l i m e , vaste, é t e n d u , capable des plus g r a n d e s e n t r e p r i s e s , à la p é n é t r a t i o n d u q u e l r i e n n'échappait, avec le n a t u r e l vif et plein de feu,


PRISE DE

CARTHAGÈNE

223

comme l'ont d'ordinaire les P r o v e n ç a u x . E n c o n s é ­ quence il n ' i g n o r a i t r i e n , il ne négligeait r i e n de tout ce qui p e u t c o n t r i b u e r à faire fleurir u n e nation, ou au b o n h e u r d ' u n e colonie n a i s s a n t e , et il e n t r a i t là-dessus d a n s u n détail infini, q u o i q u e p a r m i t a n t d ' e m b a r r a s il s e m b l â t , par u n e s u p é r i o r i t é de génie, se j o u e r et se divertir. Avocat g é n é r a l d u petit h a b i ­ tant, il plaidait l u i - m ê m e l e u r s c a u s e s , à s o n p r o p r e tribunal, c o n t r e les riches du siècle et il prononçait, le plus s o u v e n t , e n faveur des p r e m i e r s , a p r è s avoir mis l e u r droit d a n s t o u t s o n j o u r , c o n v a i n c u d'ail­ leurs qu'il est a u t a n t ordinaire a u x g r a n d s d'accabler les petits par l e u r a u t o r i t é , qu'il est r a r e que les petits aient la hardiesse et e n c o r e m o i n s le p o u v o i r de faire des injustices a u x g r a n d s . Tel a été M. D o n o n de Galifet, p r e m i e r c o m m a n d a n t d u Cap français où il vidait seul plus de procès en u n j o u r q u ' u n p a r l e ­ ment n ' e n s a u r a i t t e r m i n e r en u n a n , t a n t il était au fait de n o s colonies et de t o u t e s les affaires, s a n s que j a m a i s p e r s o n n e ait pu r é u s s i r à le t r o m p e r , h e u r e u x s'il avait su se r e n d r e à l u i - m ê m e la j u s ­ tice qu'il rendait si bien a u x a u t r e s , et s'il e u t u n peu m o d é r é la t r o p g r a n d e a r d e u r q u ' o n l u i a t t r i ­ buait à s'enrichir. Mais quoiqu'il ne fût pas m a r i é et qu'il n ' e û t pas d'enfants, j a m a i s il n e put m e t t r e de b o r n e s à près d ' u n million de biens q u ' o n c o m p t a i t qu'il avait acquis par des voies équivoques ; de sorte que de g r a n d e s richesses ne furent j a m a i s p o u r l u i q u ' u n n o u v e a u titre p o u r en r e c h e r c h e r de plus a m p l e s , et ce fut cela seul qui l'empêcha de m o n t e r a u s s i h a u t q u e son m é r i t e personnel s e m ­ blait v o u l o i r l'élever n a t u r e l l e m e n t . Nos a r m é e s é t a n t p a r t o u t s u p é r i e u r e s , n o n o b s t a n t


224

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

t o u t e l ' E u r o p e liguée c o n t r e n o u s , p e n d a n t la guerre qui d u r a i t depuis près de dix a n s , il n ' y eut plus rien que la F r a n c e ne se c r û t en état d'entreprendre avec succès c o n t r e ses e n n e m i s . On y forma le dessein d'enlever les galions d ' E s p a g n e qu'on savait ê t r e prêts à partir de l ' A m é r i q u e o u , tout au m o i n s , de piller s u r cette c o u r o n n e q u e l q u e ville de c o n s é q u e n c e . Il se fit, à cette fin, u n a r m e m e n t c o n s i d é r a b l e , a u x risques et fortunes de quelques particuliers, a u x q u e l s le Roi prêta ses t r o u p e s et ses v a i s s e a u x , avec u n g é n é r a l d'expérience qui fut M. le b a r o n de P o i n t i s . Mais c o m m e il n'était g u è r e possible de réussir d a n s ce g e n r e d'expédition sans le s e c o u r s des gens de la côte de S a i n t - D o m i n g u e , Sa Majesté envoya o r d r e à M. du Casse d'en a s s e m b l e r le plus qu'il p o u r r a i t et de les tenir prêts p o u r les j o i n d r e à l ' a r m e m e n t , qui ne tarderait pas d'arriver. Il a r r i v a , effectivement, à la m i - m a r s , au petit Goave, fort de 17 voiles s u r lesquelles il y avait 1.700 soldats, 150 g a r d e s de la m a r i n e et 2.638 offi­ ciers de navire et m a t e l o t s . On prit s u r cette île 190 soldats d ' a u g m e n t a t i o n . L e vaisseau le Pontchartrain, avec u n a u t r e qui se t r o u v a i t a l o r s à la côte, v o u l u r e n t être aussi de la partie, quoiqu'ils fussent p o u r d ' a u t r e s a r m a t e u r s , et l'on grossit e n c o r e l ' a r m e m e n t de la frégate n o m m é e le Christ prise depuis peu s u r les E s p a g n o l s par M. des A n g e r s . Les g e n s de la côte étaient a u n o m b r e d'en­ v i r o n 1.400 tant h a b i t a n t s que flibustiers, nègres libres et quelques esclaves q u ' o n y j o i g n i t . Les flibustiers avaient à eux neuf bâtiments dont c h a c u n avait son capitaine, p a r m i lesquels le capi-


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

225

taine Godefroi était c o m m e l ' a m i r a l . M. G a r n i e r c o m m a n d a i t les h a b i t a n t s du Cap, M. P i n c e u x d u P o r t - d e - P a i x . M. du Pati, capitaine d'infanterie, avait sous l u i les n è g r e s . M. du Casse, c o m m e l e u r g o u v e r n e u r c o m m u n , les c o m m a n d a i t t o u s , M. de Galifet sous lui et le major Le P a g e . L e s habitants de L é o g a n e a v a i e n t pris parti d a n s les différents flibustiers, à l'exception des plus distingués qui s'étaient e m b a r q u é s dans le Pontchartrain avec M. d u Casse. L e s h a b i t a n t s du Cap et de Port-de-Paix étant entrés d a n s les vaisseaux d u r o i . Les g e n s de la côte, a v a n t de s ' e m b a r q u e r , v o u ­ l u r e n t savoir s u r quel pied on les r é c o m p e n s e r a i t et ils p r o t e s t è r e n t tous n'en vouloir point d ' a u t r e q u e celui s u r l e q u e l ils ont c o u t u m e de se r é g l e r et qu'ils a p p e l l e n t faire la c o u r s e à c o m p a g n o n bon lot. J'ai m a r q u é a i l l e u r s en q u o i cela consiste. Cette m a n i è r e de c o n v e n t i o n , par e u x appelée chassepartie, n'était pas a v a n t a g e u s e a u x p r e m i e r s inté­ ressés d a n s l ' a r m e m e n t , mais c o m m e on ne p o u v a i t se passer des flibustiers, il fallut q u e M. de Pointis y souscrivît a v e u g l é m e n t , car sans cela pas u n n e l'eût suivi. Les choses mises en état, on n e songeait plus q u ' à s ' e m b a r q u e r lorsqu'il s u r v i n t u n accident qui pensa r o m p r e l ' e n t r e p r i s e . U n officier de la m a r i n e , qui était de g a r d e , s ' i m a g i n a n t pouvoir d i s ­ poser des flibustiers c o m m e des soldats, e n m i t u n aux a r r ê t s d a n s le fort du petit Goave p o u r j e ne sais quelle i n s u l t e qu'il avait c o m m i s e . Ses c a m a ­ rades furent c h o q u é s de sa détention et, sans s'infor­ m e r s'il était i n n o c e n t ou c o u p a b l e , ils s'en furent en t r o u p e droit a u fort, d e m a n d e r avec des cris t u m u l t u e u x et m e n a ç a n t s q u ' o n le r e m î t en liberté. 15


226

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

L'officier ne l e u r répondit q u ' e n faisant faire feu sur e u x d o n t il y en eut plusieurs de t u é s . Cela ne servit q u ' à a n i m e r de plus en plus des g e n s s u r qui la raison avait peu d ' e m p i r e ; ils investirent le fort surl e - c h a m p et d i r e n t qu'ils n e partiraient de là qu'ils n ' e u s s e n t l'officier m o r t ou vif. Ce fut en vain que q u e M. de Pointis l u i - m ê m e s'employa p o u r calmer l ' o r a g e . Il n ' y eut que M. d u Casse qui cependant s'était a b s e n t é mais qui, s u r v e n a n t a l o r s fort à pro­ pos, p u t y r é u s s i r par l ' a s c e n d a n t qu'il avait sur l e u r s esprits : « E h quoi ! m e s chiens, l e u r dit-il en a r r i v a n t et j e t a n t son c h a p e a u par t e r r e , serez-vous toujours des diables sous v o t r e peau d ' h o m m e ? » Ils n e firent que baisser d o u c e m e n t la tête à ces paroles, c o m m e p o u r m a r q u e r qu'ils r e n t r a i e n t d a n s le devoir. C e p e n d a n t , de p e u r que l e u r bile n e vînt à s'échauffer t o u t de n o u v e a u , o n l e u r d o n n a q u e l q u e légère satisfaction a u sujet de l'officier en question, et ainsi t o u t fut apaisé. D a n s ces dispositions on appareilla et t o u t e l'ar­ m é e fit r o u t e d a n s u n o r d r e capable de faire t r e m b l e r t o u t e s les I n d e s . On déclara a l o r s q u ' o n en voulait à C a r t h a g è n e , ville fameuse du c o n t i n e n t , où l'on espérait t r o u v e r les g a l i o n s . On a t t e r r a s u r cette ville le 12 d'avril, mais ils n ' y étaient pas e n c o r e arrivés de P u e r t o - B e l l o , d'où ils devaient partir incessam­ m e n t , c o m m e on le sut par u n e b a r q u e d'avis qui fut s u r p r i s e et où l'on t r o u v a des o r d r e s p o u r les officiers du Roi à C a r t h a g è n e , de tenir prêt l'argent qui devait y être e m b a r q u é . S a n s p e r d r e de t e m p s à les a t t e n d r e ou à les aller c h e r c h e r , M. de Pointis se d é t e r m i n a s u r l ' h e u r e p o u r l'attaque de cette ville, p e r s u a d é q u e s'il la p r e n a i t , il y t r o u v e r a i t de q u o i


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

227

se satisfaire p l e i n e m e n t , n ' y en a y a n t pas de plus riche d a n s l ' A m é r i q u e , à l'exception t o u t a u plus de celles de L i m a et de Mexico. On ne pouvait battre C a r t h a g è n e sans ê t r e a u p a ­ ravant m a î t r e d u port dont l'entrée est défendue par d e u x b o n n e s forteresses. L a p r e m i è r e s'appelle Boca Chica, à trois lieues a u sud-ouest de la ville, sur u n e pointe de t e r r e qu'il faut n é c e s s a i r e m e n t r a n g e r en e n t r a n t et où il n ' y a q u e la passe d ' u n navire, d'où ce fort a pris son n o m , qui v e u t dire petite e m b o u c h u r e . Il est à q u a t r e bastions fort réguliers d o n t le r e m p a r t est à l ' é p r e u v e de la bombe et m ê m e q u ' u n b o u l e t de trente-six, tiré de la portée d u m o u s q u e t c o n t r e ses m u r a i l l e s , n e fait que b l a n c h i r . L a m e r bat a u pied d ' u n côté et il est e n t o u r é des trois a u t r e s d ' u n fossé à sec creusé d a n s le r o c s u r l e q u e l on a p a r e i l l e m e n t taillé le glacis. Ce fut à sa prise q u ' o n visa d'abord. Les flibustiers, s u i v a n t l e u r génie bouillant et i m p é t u e u x , furent les p r e m i e r s à t e r r e et, a y a n t p é n é t r é , la h a c h e et la serpe à la m a i n , M. d u Casse à l e u r tête, a u t r a v e r s d ' u n pays c o u v e r t d ' u n bois touffu et impraticable à gens d ' u n a u t r e c a r a c t è r e que le l e u r , ils e n t o u r è r e n t le fort du côté de la ville et facilitèrent ainsi la descente à M. de P o i n t i s , suivi de ses t r o u p e s , lequel se disposa aussitôt à en faire le siège d a n s les formes. Les E s p a g n o l s , é t o n n é s de voir investi ce fort où ils avaient m a n q u é d ' e n v o y e r du s e c o u r s par t e r r e , t e n t è r e n t de le faire par m e r , dans u n e p i r o g u e qu'ils é q u i p è r e n t de 30 h o m m e s . C o m m e elle se coulait d o u c e m e n t , afin de n ' ê t r e point a p e r ç u e , le l o n g des a r b r e s appelés m a n c h e s , d o n t le rivage est bordé e n cet endroit, q u e l q u e s fli-


228

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

bustiers qui étaient là à r ô d e r , n e p o u v a n t se gêner à r e s t e r d a n s le c a m p , en e u r e n t c o n n a i s s a n c e et, a y a n t à l'instant l'ait feu sur elle, ils l'obligèrent d ' a m e n e r et ce fut par les gens qu'elle portait q u ' o n apprit qu'il n ' y avait q u e 200 h o m m e s d a n s la for­ teresse. U n e h e u r e a p r è s , on vit paraître d e u x autres d e m i - g a l è r e s qui venaient à m ê m e fin. Les flibustiers les accueillirent de la m ê m e m a n i è r e , sans les prendre toutefois. Ils les obligèrent s e u l e m e n t de r e b r o u s s e r v e r s C a r t h a g è n e . Mais, c o m m e en les a t t a q u a n t ils s'étaient i n s e n s i b l e m e n t avancés à d é c o u v e r t s u r la g r è v e , sous le c a n o n du fort, les E s p a g n o l s en firent s u r eux u n e si furieuse d é c h a r g e à c a r t o u c h e s , que plus de q u a r a n t e y d e m e u r è r e n t . L e s a u t r e s , a u lieu de se retirer a u c a m p , foncèrent s u r l ' h e u r e j u s q u e s o u s les m u r a i l l e s de Bocachic, d'où ils firent feu s u r tous les E s p a g n o l s qui se p r é s e n t a i e n t . M. de P o i n t i s , qui les c r u t p e r d u s , v o u l u t les r a p p e l e r dans le m o m e n t , mais M. d u Casse le pria de les laisser faire, lui r e p r é s e n t a n t que telle était l e u r m a n i è r e d ' a t t a q u e r et de p r e n d r e les villes, q u ' o n verrait bien­ tôt beau j e u , q u ' e n t o u t cas, s'ils m a n q u a i e n t leur c o u p , ils p o u r r a i e n t avec m o i n s de d a n g e r et plus a i s é m e n t r e v e n i r la n u i t . E n effet nos a v e n t u r i e r s ne s o n g e a i e n t à r i e n m o i n s qu'à s'en r e t o u r n e r . Après q u e l e u r feu eut fait cesser celui des E s p a g n o l s , ils crièrent q u ' o n l e u r e n v o y â t des échelles p o u r m o n t e r à l'assaut, et on leur en e n v o y a aussitôt bon n o m b r e . Les E s p a g n o l s furent intimidés de l e u r s cris et de l e u r r é s o l u t i o n et, c o m m e ils r e d o u t a i e n t effecti­ v e m e n t les g e n s de la côte S a i n t - D o m i n g u e c o m m e si c'eût été a u t a n t de furies d'enfer, ils a r b o r è r e n t à


PRISE

ÙE

CARTHAGÈNE

229

l'instant pavillon p o u r capituler et ils ne d e m a n ­ dèrent d ' a u t r e condition à M. de P o i n t i s , sinon q u e ces g e n s là n ' e n t r a s s e n t point dans le fort après sa reddition. Dès le l e n d e m a i n , la plus g r a n d e partie des flibus­ tiers fut e m b a r q u é e p o u r aller de l ' a u t r e côté d u port p r e n d r e u n riche c o u v e n t de religieux, appelé N o t r e - D a m e de la P o u p e , situé à l'est de la ville à u n e portée de c a n o n , et on leur d o n n a M. de Galifet pour les c o m m a n d e r . Mais c o m m e ils haïssaient cet officier a u t a n t qu'ils avaient e n singulière affec­ tion M. d u Casse, ils s'écrièrent t o u s qu'ils n e v o u ­ laient pas de lui p o u r c o m m a n d a n t , et m ê m e il y en eut u n d'assez h a r d i p o u r l ' o u t r a g e r de paroles et se p r e n d r e a u collet avec lui. M. de Galifet fut en porter plainte à M. de P o i n t i s , lequel fit aussitôt saisir le c o u p a b l e qui, par h a s a r d , se t r o u v a alors séparé des a u t r e s . Déjà il était attaché à u n a r b r e pour être passé par les a r m e s , l o r s q u e son c a p i t a i n e , appelé P i e r r e , qui c e p e n d a n t avait appris ce qui se passait, le vint r e d e m a n d e r avec a r r o g a n c e . M. de Pointis le fit saisir l u i - m ê m e et fut à l'instant avec lui à bord des navires p o u r d e m a n d e r a u x g e n s de la côte en quoi il avait pu les offenser et ce qu'ils d e m a n d a i e n t . Ces h o m m e s , en t o u t e a u t r e occasion si d é t e r m i n é s et si peu r e s p e c t u e u x mais q u e l'indigne procédé de l e u r c a m a r a d e rendait, en celle-ci, m u e t s , se t i n r e n t t o u s dans u n profond et m o r n e silence, tant la conscience a quelquefois de pouvoir s u r les âmes les plus e n d u r c i e s . Alors M. de P o i n t i s , p r e n a n t congé d'eux et se r e t o u r n a n t vers le capitaine P i e r r e : « Suivez-moi, dit-il, capitaine P i e r r e , j e r é p o n d r a i de votre p e r s o n n e . » Cet a r r o g a n t chef de flibustiers


230

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

pâlit d a n s le m o m e n t et ne dit m o t n o n plus que n'avaient fait ses c o m p a g n o n s . Il n ' y en eut q u ' u n , lequel, p e n d a n t q u e le g é n é r a l se r e m b a r q u a i t , regar­ d a n t t o u s les a u t r e s avec i n d i g n a t i o n , l e u r dit : « E t e s - v o u s flibustiers v o u s a u t r e s lâches jamais v o u s ne r e v e r r e z vos c a m a r a d e s », et qui, s'étant fait ensuite u n n o u v e a u front, cria à h a u t e voix à M. de Pointis : «Monsieur, n o u s v o u s d e m a n d o n s n o t r e capi­ t a i n e ! » — « Le voilà, r e p a r t i t aussitôt M. de Pointis qui n e cherchait q u ' à les obliger, q u e ne n o u s l'avezv o u s d e m a n d é plus tôt? » E t a n t e n s u i t e de r e t o u r à t e r r e , il v o u l u t l e u r faire la grâce t o u t entière quoi­ qu'ils n e l'eussent pas p r i é ; ce fut en d o n n a n t la vie a u p r e m i e r c o u p a b l e . Mais a u s s i il l e u r renvoya de n o u v e a u M. de Galifet, qu'ils r e ç u r e n t a l o r s avec s o u m i s s i o n et ils furent où l e u r commission les appelait. M. de P o i n t i s , de son côté, s'achemina avec le reste des flibustiers et avec ses t r o u p e s vers la seconde forteresse appelée des E s p a g n o l s S a n t a Cruz, à u n e lieue de la ville et à deux de celle de Boca Chica, d o n t elle n ' e s t g u è r e m o i n s forte. Sa s u r p r i s e ne fut pas m é d i o c r e l o r s q u ' à son approche, il vit la g a r n i s o n d e m a n d e r à c o m p o s e r , le gouver­ n e u r de C a r t h a g è n e l ' a y a n t ainsi o r d o n n é , dans la r é s o l u t i o n où il était de s'en tenir u n i q u e m e n t à la défense de sa ville. T o u t r é u s s i s s a n t ainsi avec u n succès inespéré, le g é n é r a l français t r a v e r s a avec t o u t e l ' a r m é e d u côté où était le plus g r a n d n o m b r e des flibustiers qui lui avaient d o n n é avis, c o m m e a p r è s s'être e m p a r é s de N o t r e - D a m e de la P o u p e , ils s'étaient c a m p é s près d u fort de S a i n t - L a z a r e , qui n'est q u ' à u n e portée


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

231

de m o u s q u e t de la ville et qu'ils n ' a t t e n d a i e n t q u e ses ordres p o u r l ' a t t a q u e r . C'était u n e nécessité de p r e n d r e cette forteresse avant de passer o u t r e . L e s flibustiers a u r a i e n t p u l'occuper dès lors s a n s le s e c o u r s de l e u r g é n é r a l , c o m m e M. de Galifet les y portait; mais parce q u e c'était cet officier, ils n ' e n v o u l u r e n t rien faire, ces gens n ' é t a n t a c c o u t u m é s à agir q u e par caprice et selon l'instinct d ' u n n a t u r e l b r u t a l et e m p o r t é . Mais ils ne v i r e n t pas plutôt MM. de Pointis et d u Casse a r r i v e r , q u e p o u r m o n t r e r qu'ils n e p e r d e n t j a m a i s la victoire de v u e quoiqu'ils lui p e r m e t t e n t quelquefois de s'éloigner u n peu, ils furent se p o r t e r s u r u n e colline d ' u n très difficile accès, d'où ils avaient le fort de Saint-Lazare à d é c o u v e r t . Ils n e cessèrent de le battre d ' u n e telle furie, de l e u r s fusils b o u c a n i e r s , q u e les E s p a g n o l s , v o y a n t à t o u t coup q u e l q u e s - u n s des l e u r s jetés par t e r r e , l ' a b a n d o n ­ n è r e n t e n t i è r e m e n t et se s a u v è r e n t d a n s la ville. On y m o n t a aussitôt du c a n o n , q u o i q u ' i l y en e û t déjà, et on se disposa à a t t a q u e r la ville d a n s les formes. P o u r bien c o m p r e n d r e l'attaque q u ' o n va faire, il faut r e m a r q u e r que cette ville, r é g u l i è r e m e n t fortiliée, est divisée en h a u t e et basse, toutes d e u x isolées de la m e r et u n i e s e n s e m b l e par u n pont-levis s u r u n fossé o ù cet é l é m e n t r e g o r g e ; c o m m e aussi par u n a u t r e p o n t , on passe de la basse ville, a u t r e m e n t appelée Y m a n i , d a n s le c o n t i n e n t , vers où est le fort de Saint-Lazare qui la c o m m a n d e . Ce n'était q u e de ce côté-là q u ' o n pouvait a t t a q u e r la ville b a s s e et de celle-ci la h a u t e , et c'est à quoi on c o m m e n ç a de travailler le 21 d u m ê m e mois, six j o u r s a p r è s la p r e m i è r e descente devant Bocachic.


232

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

P e n d a n t le siège d ' Y m a n i , qui d u r a dix j o u r s , les flibustiers c u r e n t p o u r ainsi dire carte blanche, n ' é t a n t pas g e n s q u ' o n pût forcer à t r a î n e r le canon, p o r t e r les b o u l e t s , d r e s s e r des batteries, et l'on e m p l o y a à ces pénibles exercices les n è g r e s de la côte, q u ' o n y avait c o n d u i t s à ces fins, c o m m e aussi les m a t e l o t s q u ' o n peut a p p e l e r . les esclave de l ' E u r o p e , et q u e les n ô t r e s , p o u r se les opposer, appellent s o u v e n t , par dérision, des n è g r e s blancs. L e s a v e n t u r i e r s n ' e u r e n t d ' a u t r e c h a r g e q u e celle de se p o r t e r s u r le fort de S a i n t - L a z a r e , de faire de là u n feu continuel de l e u r s m e n u e s a r m e s s u r les batte­ ries des E s p a g n o l s , d'aller en partis pour faire des pri­ s o n n i e r s et r a m a s s e r d u butin et d'écarter les secours q u e les e n n e m i s p o u r r a i e n t t e n t e r d ' i n t r o d u i r e dans la ville. Ils s'acquittèrent parfaitement bien de toutes c e s c o m m i s s i o n s , e n t i è r e m e n t conformes à l e u r génie. Ce fut à la faveur de l e u r feu que M. de Pointis eut b e a u c o u p de facilités à d r e s s e r ses batteries e n t r e le fort de Saint-Lazare et le bastion qu'il battait en b r è c h e , et, à c a u s e du d o m m a g e que les E s p a g n o l s en r e c e v a i e n t , qu'elles t o u r n è r e n t toutes l e u r s feux contre eux. Il se fit peu de p r i s o n n i e r s par les partis qui allaient en c o u r s e , c o m m e aussi le b u t i n fut fort m é d i o c r e , t o u t a y a n t été enfermé d a n s la ville ou t r a n s p o r t é plus loin d a n s les t e r r e s . Quoiqu'il vînt plus d ' u n e fois des avis de l'ap­ proche d ' u n e a r m é e de s e c o u r s , il n ' y e u t jamais q u ' u n parti de vingt-cinq flibustiers q u i en t r o u v a u n de d e u x cents I n d i e n s c o m m a n d é s par u n E s p a ­ g n o l . Les I n d i e n s firent u n e d é c h a r g e de l e u r s flèches d o n t il n ' y e u t q u ' u n flibustier de blessé et


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

233

puis ils s'enfuirent avec u n e perte de neuf o u dix des l e u r s . L o r s q u e la brèche fut assez g r a n d e p o u r m o n t e r à l'assaut, M., de Pointis en régla l ' o r d r e en cette m a n i è r e . Il v o u l u t q u e les g r e n a d i e r s de l ' a r m é e eussent le pas s u r les flibustiers, lesquels n e feraient que les suivre et seraient e u x - m ê m e s s o u t e n u s et suivis par les a u t r e s t r o u p e s du r o i . Les flibustiers p a r u r e n t c h o q u é s de ce qu'on n e l e u r d o n n a i t pas la tête de l'attaque, m a i s dans le fond, ils ne l'étaient pas. Ils n'avaient pas l ' â m e assez g r a n d e p o u r p r é ­ férer l ' h o n n e u r à la vie, et ils l'avaient t r o p i n t é ­ ressée p o u r c r a i n d r e la m o r t q u a n d il fallait n é c e s ­ s a i r e m e n t s'y exposer p o u r s'enrichir. S'ils p r e n a i e n t q u e l q u e i n t é r ê t à cette préférence, c'était a u plus parce qu'ils s'imaginaient q u e les E s p a g n o l s , i n t i ­ midés à l e u r p r e m i e r aspect, ne feraient a u c u n e résistance, au lieu q u e si les g r e n a d i e r s venaient à s'ébranler, on pouvait c r a i n d r e q u e l ' e n n e m i , e n c o u ­ r a g é par ce succès, n é l e u r r e n d î t e n s u i t e la victoire plus c h è r e . M. de P o i n t i s , v o u l a n t d é d o m m a g e r en q u e l q u e sorte les flibustiers de l ' h o n n e u r qu'il l e u r refusait et qu'il n e pouvait se dispenser d'accorder a u x t r o u p e s du roi, mit M. d u Casse à la tête de ces d e r ­ n i è r e s . Mais les g e n s de la côte, n ' é t a n t e n c o r e q u ' à d e m i satisfaits de cette déférence de l e u r g é n é r a l à l e u r é g a r d , se d é t e r m i n è r e n t à u s u r p e r e u x - m ê m e s la justice qu'ils p r é t e n d a i e n t l e u r être d u e . Dès qu'ils v i r e n t d o n n e r le signal de l'assaut et que M. du Casse y montait, ils c r u r e n t ne p o u v o i r m i e u x faire que de suivre l e u r chef du plus près qu'ils p o u r r a i e n t . C'est p o u r q u o i , sans p r e n d r e les d é t o u r s des b o y a u x et


234

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

des c h e m i n s c o u v e r t s , ils c o u r u r e n t tout droit à la b r è c h e , et e m p o r t è r e n t la place de vive force avec u n e perte de c i n q u a n t e à s o i x a n t e des l e u r s . Ce ne fut plus q u ' u n h o r r i b l e c a r n a g e des E s p a g n o l s d o n t la plupart, p o u r t a n t , se s a u v è r e n t d a n s la ville h a u t e o ù , sans la nuit qui s u r v î n t , l'on serait e n t r é avec e u x . L e r e s t e fut i m p i t o y a b l e m e n t m a s s a c r é , e n t r e a u t r e s d e u x cents qui s'étaient réfugiés d a n s u n e église où on les passa a u fil de l'épée. A p r è s quoi on s o n g e a à l'attaque de la ville h a u t e qui pouvait tenir a i s é m e n t b e a u c o u p plus l o n g t e m p s que le fau­ bourg. P e n d a n t q u ' o n disposait t o u t p o u r cela, u n flibus­ tier, natif de C a r t h a g è n e m ê m e , t o u c h é d ' u n reste de pitié p o u r ses c o n c i t o y e n s , ou plutôt m o u r a n t d'envie de se revêtir a u plus tôt de l e u r s dépouilles, s'avança avec u n e espèce de d r a p e a u p a r l e m e n t a i r e j u s q u e près le fossé de la ville, et là, m o n t a n t sur u n e petite é m i n e n c e d'où il pouvait ê t r e e n t e n d u , il fit signe qu'il v o u l a i t p a r l e r . L o r s q u ' i l c r u t être écouté et qu'il se fut fait c o n n a î t r e , il r e p r é s e n t a que c'était en vain q u e l'on p r é t e n d a i t résister à des fli­ b u s t i e r s , g e n s de tous t e m p s invincibles et aussi incapables de r e c u l e r que de m a n q u e r l e u r e n t r e ­ prise, s u r quoi il en appela à l'expérience q u ' e u x m ê m e s en avaient faite si s o u v e n t par le passé ; qu'ils ne s'imaginassent d o n c pas q u ' u n e l o n g u e et r i g o u r e u s e résistance p û t les dispenser de t o m b e r e n t r e les mains de ces g e n s i n t r é p i d e s , puisque, q u a n d m ê m e il n'en resterait plus q u ' u n e poignée, ils n e cesseraient de se battre c o n t r e eux t o u s , j u s ­ qu'à ce qu'ils e u s s e n t v e n g é d a n s leur s a n g celui de l e u r s f r è r e s ; q u e , p a r t a n t , il valait bien m i e u x l e u r


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

235

a b a n d o n n e r des richesses viles et périssables, telles que sont l'or et l ' a r g e n t , que de se précipiter d a n s u n e perte inévitable et sans r e s s o u r c e s . A u r e s t e , seule la considération qu'il avait p o u r sa c h è r e patrie le faisait parler de la s o r t e , et on v e r r a i t , d a n s le sac futur de la ville, d o n t il priait Dieu de les p r é s e r ­ ver, c o m b i e n il lui serait lidèle. E n ce cas, qui ne pouvait m a n q u e r d'arriver, si on ne se r e n d a i t à son charitable avis, il irait l u i - m ê m e t r e m p e r son épée d a n s le sein de c e u x qui a u r a i e n t e m p ê c h é de le s u i v r e , p o u r d o n n e r en cela des preuves incontestables de son zèle p o u r le lieu de sa naissance. Je n e sais si ce flibustier obtint gain de cause d a n s l'esprit de ses c o m p a t r i o t e s ou si, i n d é p e n d a m m e n t de son d i s c o u r s , ils étaient d é t e r m i n é s à se r e n d r e . Mais, dès le m ê m e j o u r , ils battirent la c h a m a d e p o u r capituler et d e m a n d è r e n t q u ' o n l e u r e n v o y â t quelqu'un pour entendre leurs propositions. M. du Casse fut d é p u t é p o u r cela et passa d a n s la ville; mais ils n e v o u l u r e n t pas de l u i c o m m e chef des flibustiers et dirent qu'ils ne t r a i t e r a i e n t q u ' a v e c M. de Pointis l u i - m ê m e , à qui ils p r i r e n t s u r le c h a m p le parti d ' e n v o y e r des d é p u t é s . L a c a p i t u l a ­ tion fut signée de part et d ' a u t r e , à cette condition principale q u e t o u s les biens des E s p a g n o l s qui v o u ­ draient sortir de la ville a p r è s sa r e d d i t i o n , seraient g é n é r a l e m e n t contisqués ; m a i s que, p o u r c e u x qui r e s t e r a i e n t s o u s l'obéissance d u roi de F r a n c e , ils n e seraient t e n u s q u e de d o n n e r u n e déclaration nette et précise de l'or, de l ' a r g e n t et des j o y a u x qu'ils possédaient, m o y e n n a n t quoi on l e u r en l a i s ­ serait la moitié.


236

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

Dès le l e n d e m a i n , le g o u v e r n e u r sortit à la tête de 1.700 h o m m e s sous les a r m e s et M. de Pointis prit aussitôt sa place, suivi de ses t r o u p e s s e u l e ­ m e n t , parce q u e , p e n d a n t la capitulation, il avait eu l'adresse d'éloigner les a v e n t u r i e r s , s o u s prétexte de les e n v o y e r a u - d e v a n t d ' u n e a r m é e de dix mille I n d i e n s q u i venaient, disait-on, a u s e c o u r s de la place. L o r s q u ' e l l e fut r é d u i t e , il l e u r e n v o y a dire qu'il n ' y avait t r o u v é q u e peu de richesses et qu'il ne valait pas la peine qu'ils y v i n s s e n t . « Quoi ! s'écrièrent ces g e n s - l à , en r e m p l i s s a n t l'air de leurs j u r e m e n t s , il y a p e u de richesses à C a r t h a g è n e ; où y en a-t-il d o n c ? » E t p a r t a n t en dépit de M. de Galifet, l e u r c o m m a n d a n t , ils c o u r u r e n t avec préci­ pitation j u s q u ' a u x portes de la ville, qu'ils t r o u ­ v è r e n t g a r d é e s par les t r o u p e s d u r o i . P e u s'en fallut qu'ils ne se d é t e r m i n a s s e n t à les forcer s u r le c h a m p ; m a i s , a y a n t d é l i b é r é , M. de Pointis leur e n v o y a dire de r e t e n i r u n p e u l e u r fougue et qu'ils e n t r e r a i e n t . Ils e n t r è r e n t en effet, mais u n e c o m p a ­ gnie s e u l e m e n t à la fois, et à de l o n g s i n t e r v a l l e s , et ils furent postés s u r les r e m p a r t s . Mais, ne s'accomm o d a n t pas de ce poste, ils n ' e n e u r e n t bientôt plus q u e ceux qu'ils se choisirent e u x - m ê m e s et qu'ils changeaient assez facilement. C e p e n d a n t M. de P o i n t i s , n ' a y a n t pu v e n i r à bout d'exclure de la ville les g e n s de la côte c o m m e les E s p a g n o l s l'en avaient prié et c o m m e il le désirait e n c o r e plus q u ' e u x , v o u l a n t toutefois faire g a r d e r lai plus exacte discipline qu'il se p o u r r a i t , porta des o r d r e s r i g o u r e u x de ne faire a u c u n e violence à per­ s o n n e et, p o u r m o n t r e r d'abord c o m m e il punirait sans rémission les c o u p a b l e s , il fit casser la tète à


PRISE

DE

CARTHAGÈNE

237

sonb p r o p r e c h a r p e n t i e r p o u r u n e faute assez légère c o m m i s e e n ce g e n r e . Après quoi, il se r e n d i t dans un g r a n d logis appelé la Contadorie où il passa près d ' u n mois à recevoir et à e n r e g i s t r e r l ' a r g e n t d u roi d ' E s p a g n e et celui que les particuliers lui a p p o r ­ taient de t o u t e part. Les flibustiers, p e n d a n t ce temps-là, faisaient assez mauvaise ligure d a n s la ville par la c o n t r a i n t e qu'ils étaient obligés de g a r d e r . Ils ne pouvaient souffrir qu'on eût laissé q u e l q u e chose a u x E s p a g n o l s , leur c o u t u m e étant de tout enlever en ces sortes d'occa­ sions et de d é t r u i r e ce qu'ils ne p e u v e n t e m p o r t e r . Ils craignaient M. de Pointis et ils en étaient craints r é c i p r o q u e m e n t . Cela était cause, d ' u n côté, qu'ils ne faisaient pas t o u t le dégât qu'ils e u s s e n t fait s'ils avaient pu agir l i b r e m e n t , et q u e , de l ' a u t r e , ce général qui les m é n a g e a i t n'osait les p u n i r des injustes vexations qu'ils faisaient à tout m o m e n t a u x E s p a ­ g n o l s , d o n t a u c u n ne paraissait d a n s les r u e s avec u n castor o u u n e épée à g a r d e d ' a r g e n t s a n s que q u e l q u e a v e n t u r i e r n e les lui enlevât a u plus tôt. L e s vaincus n ' é t a i e n t pas m ê m e en s û r e t é chez e u x , de sorte q u e les m u r a i l l e s de l e u r s m a i s o n s aussi bien que la foi p u b l i q u e étaient de trop faibles r e m p a r t s p o u r les m e t t r e à c o u v e r t des i n s u l t e s . Q u a n d les E s p a g n o l s virent cela, ils c r u r e n t n e pouvoir m i e u x faire q u e p r e n d r e les flibustiers e u x m ê m e s p o u r l e u r s p r o t e c t e u r s et l e u r s g a r d i e n s . Il n'y en e u t a u c u n de c e u x qui étaient u n peu à l e u r aise qui n ' e n prît un p o u r s a u v e g a r d e ; ils lui d o n ­ naient p o u r salaire j u s q u ' à trois ou q u a t r e piastres par j o u r . Il e s t c e r t a i n que q u e l q u e s flibustiers en a g i r e n t de b o n n e foi et qu'ils firent bon g u e t et b o n n e g a r d e


238

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

en faveur de c e u x qui les e m p l o y a i e n t . Car à Dieu n e plaise q u e j e veuille c h a r g e r et d é n i g r e r g é n é r a ­ l e m e n t t o u s les g e n s de la côte qui furent à cette expédition. Mais n o u s devons a u s s i r e n d r e ce t é m o i g n a g e à la v é r i t é , que n o u s t e n o n s de la b o u c h e m ê m e de quelques flibustiers, que les E s p a g n o l s , bien loin d'avoir en eux des g a r d i e n s et des d é f e n s e u r s , n'avaient souvent q u e des espions, l e s q u e l s , a p r è s s'être bien instruits c o m m e n t ils p o u r r a i e n t faire l e u r c o u p , appelaient à l e u r aide q u e l q u e s - u n s de l e u r s c a m a r a d e s et dépouil­ laient i m p i t o y a b l e m e n t l e u r s hôtes de t o u t ce qu'ils possédaient. C'était e n vain q u e les E s p a g n o l s en allaient p o r t e r l e u r s plaintes à M. de P o i n t i s . Ce g é n é r a l s'offrait bien de l e u r r e n d r e j u s t i c e , p o u r v u q u ' o n lui r e p r é s e n t â t les coupables ; m a i s les c o u ­ pables n e se t r o u v a i e n t j a m a i s . Ils étaient p e n d a n t ce t e m p s - l à à l'hôpital où ils faisaient s e m b l a n t de t r e m b l e r de fièvre, ou bien ils se défiguraient de telle s o r t e qu'ils e n étaient m é c o n n a i s s a b l e s . L e u r s officiers majors travaillaient à peu près s u r le m ê m e plan q u ' e u x . M. de Galifet, étant à fureter partout p o u r voir s'il n'y a u r a i t pas q u e l q u e bon c o u p à faire, t r o u v a de b o n n e f o r t u n e , d a n s u n e maison, p l u s i e u r s caves de fenouillette ; il y mit u n flibustier en faction avec o r d r e d'y faire b o n n e g a r d e . Mais le major M. P a g e , é t a n t v e n u par h a s a r d à passer par là, r e n v o y a a d r o i t e m e n t le fonctionnaire à sa c o m p a ­ gnie et, c e p e n d a n t , il fit enlever t o u t e la b o u t i q u e .


XX PILLAGE

DE LES

CARTHAGÈNE FLIBUSTIERS

PAR

M. de P o i n t i s , c o n s i d é r a n t q u e C a r t h a g è n e était u n poste considérable d'où la F r a n c e pouvait e n s u i t e étendre ses c o n q u ê t e s d a n s le N o u v e a u - M o n d e , avait d'abord r é s o l u d'en g a r d e r les trois forts et de n e démolir que les fortifications de la ville où il devait laisser M. de Galifet pour g o u v e r n e u r , avec q u e l q u e s c o m p a g n i e s de t r o u p e s r é g l é e s et u n e partie de flibustiers. Mais e n s u i t e , faisant réflexion que ses équipages étaient e x t r ê m e m e n t d i m i n u é s , t a n t par le n o m b r e de c e u x tués a u siège que par la maladie qui c o n t i n u a i t à faire de g r a n d s r a v a g e s p a r m i e u x et, qu'en c o n s é q u e n c e , il lui restait à peine assez de m o n d e p o u r r e c o n d u i r e ses vaisseaux en F r a n c e , il fit r a s e r t o u t e s les fortiiications sans excepter celles des trois forts et se disposa à partir en diligence. Il ne s'agissait plus q u e de t r o u v e r q u e l q u e m o y e n p o u r e m b a r q u e r le butin s a n s e n faire part a u x


240

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

flibustiers, car c'était là son b u t . Il n'était pas aisé de le faire sans leur permission et il était d a n g e r e u x de la l e u r d e m a n d e r . Il leur j e t a de la poussière a u x y e u x et par là il vint à b o u t de les l e u r r e r . Les étant allé t r o u v e r , il bénit Dieu en l e u r présence de ce que Sa Majesté s u p r ê m e avait d o n n é u n si bon succès à l e u r expédition c o m m u n e , qui avait s u r t o u t réussi par la v a l e u r et l'intrépidité des flibustiers, ajoutant qu'il était n o n s e u l e m e n t j u s t e qu'ils participassent a u butin de la m a n i è r e qu'il en était c o n v e n u avec e u x au petit G o a v e , mais qu'il voulait e n c o r e leur faire à tous u n e gratification p o u r l e u r d o n n e r à con­ n a î t r e , plus a m p l e m e n t , combien il était satisfait de l e u r c o n d u i t e . Et, à l'instant, passant des paroles aux effets, il lit délivrer, c o m m e p o u r c o m m e n c e r , u n e certaine s o m m e à chacun de l e u r s ofliciers. Cependant on chargeait le b u t i n s u r les v a i s s e a u x du r o i . Les c o m p a g n o n s f l i b u s t i e r s se d o u t è r e n t d u piège q u ' o n l e u r tendait, s u r t o u t q u a n d ils virent q u ' o n n e l e u r d o n n a i t rien et q u e les p r o m e s s e s magnifiques d u général se t e r m i n a i e n t à quelques p r é s e n t s de peu de c o n s é q u e n c e en faveur des prin­ cipaux d ' e n t r e e u x q u ' o n voulait g a g n e r . L à - d e s s u s , ils se m e t t e n t à m u r m u r e r et ils se c a n t o n n e n t par p e l o t o n s , p o u r p r e n d r e avis les u n s des a u t r e s s u r le parti qu'il y a à p r e n d r e ; mais se t r o u v a n t de diffé­ r e n t s avis et n ' é t a n t pas secondés par l e u r s officiers, qui c r a i g n e n t d'irriter l e u r bienfaiteur et d ' a r r ê t e r le c o u r s de ses faveurs, t o u t le butin s ' e m b a r q u e et ils c o m m e n c e n t à s'apercevoir qu'ils s o n t j o u é s . Cepen­ d a n t , ne p e r d a n t pas e n c o r e t o u t e e s p é r a n c e , ils s ' e m b a r q u e n t e u x - m ê m e s , c r o y a n t que le p a r t a g e va se faire s u r la m e r ; mais on vient aussitôt leur


PILLAGE

DE CARTHAGÈNE

PAR

LES FLIBUSTIERS

241

demander, de la part de M. de P o i n t i s , s'ils v e u l e n t être payés à cinq écus par mois s u r le pied des m a t e ­ lots. L'on peut a i s é m e n t s'imaginer d a n s quelle f o u g u e ces g e n s - l à e n t r è r e n t d a n s cette proposition. L e s uns, poussés par le désespoir, voulaient se j e t e r d a n s la m e r ; les a u t r e s , a n i m é s de fureur et de r a g e , étaient d'avis d'aller i n s u l t e r M. de P o i n t i s , l e q u e l étant à c o u v e r t de ses c h â t e a u x m a r i n s n e l e u r leur r é p o n d a i t avec ses officiers que p a r de s a n g l a n t e s railleries, et c'était ce m é p r i s q u ' o n t é m o i g n a i t de leurs p e r s o n n e s joint à l'injustice q u ' o n l e u r faisait t à l'impuissance de se v e n g e r qui les outrait de telle sorte qu'ils n e se d é t e r m i n a i e n t à r i e n , é t a n t incapables de p r e n d r e a u c u n e r é s o l u t i o n tant qu'ils eurent la flotte de M. de Pointis s o u s l e u r s y e u x , lequel c e p e n d a n t appareilla p o u r s'en r e t o u r n e r en France. Après q u e les vaisseaux e u r e n t d i s p a r u , les gens de la côte r e p r i r e n t u n peu l e u r s s e n s et l'un d e u x , ayant prit la parole : « C'est à t o r t , dit-il, m e s frères, que n o u s n o u s p l a i g n o n s de M. de P o i n t i s . Ce chien (c'est ainsi qu'ils le t r a i t è r e n t ) n ' e m p o r t e rien du n ô t r e ; il a laissé n o t r e part de b u t i n à C a r t h a g è n e , c'est là qu'il faut l'aller c h e r c h e r , c'est là que n o u s le t r o u ­ verons. » Il n'y en e u t pas u n qui ne t r o u v â t cette p r o p o s i ­ tion r a i s o n n a b l e , et ils se m i r e n t a u s s i t ô t en devoir de l'exécuter. E n vain M. du Casse tâcha de les détourner par t o u s les motifs qu'il pouvait l e u r p r o ­ poser e n pareil c a s . Il perdit cette fois toute c r é a n c e dans l e u r s e s p r i t s , sans qu'il ait pu s e u l e m e n t les e n ­ gager à recevoir M. Le P a g e , l e u r major, p o u r c o m e

16


242

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

m a n d a n t , d a n s la nouvelle e n t r e p r i s e qu'ils allaient faire, afin d'agir plus r é g u l i è r e m e n t et m o i n s tyrann i q u e m e n t sous ses o r d r e s . C'est p o u r q u o i , voyant qu'il perdait son t e m p s à l e u r faire des remontrances a u x q u e l l e s ils bouchaient l e u r s oreilles, il reprit la r o u t e du petit Goave s u r le vaisseau Pontchartrain, a c c o m p a g n é des m ô m e s h a b i t a n t s de Léogane qu'il avait a m e n é s . Les flibustiers de l e u r côté r e n t r è r e n t au plus tôt d a n s C a r t h a g è n e où l e u r r e t o u r fut plus r u d e que l'eût été u n quintal de plomb s u r la tête de chaque E s p a g n o l ; ceux-ci frémirent d ' h o r r e u r à la v u e des m a l h e u r s d o n t ils allaient ê t r e a c c a b l é s . On com­ m e n ç a par les e n f e r m e r t o u s d a n s la g r a n d e église où les flibustiers l e u r e n v o y è r e n t des d é p u t é s qui e u r e n t o r d r e de leur parler en cette s o r t e : « N o u s n ' i g n o r o n s , m e s s i e u r s , q u e v o u s nous regardez c o m m e des gens s a n s h o n n e u r , sans parole, sans probité ; l'infâme n o m de Ladrones que v o u s n o u s avez affecté depuis q u e n o u s c o u r o n s vos côtes, q u o i q u ' a v e c c o m m i s s i o n de n o t r e P r i n c e , et le refus que v o u s avez fait en d e r n i e r lieu de nous laisser e n t r e r dans le fort de Boca-Chica et de trai­ ter avec n o t r e chef de la reddition de votre ville s o n t des p r e u v e s manifestes des s e n t i m e n t s désavan­ t a g e u x q u e v o u s avez de nos p e r s o n n e s . N o u s voilà, p a r m i v o u s , les a r m e s à la m a i n , en état de nous v e n g e r si n o u s le voulions et c'est s a n s d o u t e à quoi v o u s v o u s attendez, ce q u e m o n t r e assez l'air pâle et t r e m b l a n t où n o u s v o u s v o y o n s t o u s . Mais rassurezv o u s , n o u s ne s o m m e s de r e t o u r d a n s v o t r e ville que pour v o u s d é t r o m p e r à n o t r e sujet et p o u r vous m o n t r e r que les m a u v a i s e s qualités d o n t v o u s nous


PILLAGE

DE CARTHAGÈNE

PAR

LES FLIBUSTIERS

243

revêtez sont aussi éloignées de n o t r e caractère et qu'elles c o n v i e n n e n t parfaitement à M. de P o i n t i s , n o t r e g é n é r a l . Il n o u s a t r o m p é s , le perfide ; c a r , quoiqu'il n'ait conquis v o t r e ville q u e p a r n o t r e v a l e u r , il a fait refus de n o u s d o n n e r part a u b u t i n , et n o u s a obligés par là à v o u s v e n i r r e n d r e u n e nouvelle visite. Mais p o u r v o u s m o n t r e r q u e n o u s s o m m e s de m e i l l e u r e foi que lui, trouvez-nous s e u ­ l e m e n t cinq millions et n o u s v o u s p r o m e t t o n s q u e n o u s n o u s r e t i r e r o n s sans exiger d a v a n t a g e et sans c o m m e t t r e a u c u n d é s o r d r e . Q u e si v o u s refusez d'écouter des propositions si r a i s o n n a b l e s , il n ' y a r i e n à quoi v o u s ne deviez v o u s a t t e n d r e , sans que v o u s puissiez v o u s en p r e n d r e de t o u s vos m a l h e u r s qu'à v o t r e opiniâtreté et à la m a u v a i s e foi de M. de P o i n t i s , d o n t n o u s v o u s p e r m e t t o n s d'accabler la m é m o i r e de la malédiction. P o u r n o u s , n o u s p r o t e s ­ t o n s p u b l i q u e m e n t de n o t r e i n n o c e n c e . » L e s E s p a g n o l s c o m p r i r e n t a i s é m e n t qu'il n ' y avait pas d ' a u t r e r é p o n s e à faire a u x flibustiers q u ' e n a r g e n t c o m p t a n t , et c'est à quoi ils travaillèrent à l ' h e u r e m ê m e . Un religieux m o n t a en chaire et tâcha de p o r t e r ses a u d i t e u r s , par les r a i s o n s les plus vives et les plus p r e s s a n t e s , à livrer sans r é s e r v e leur or et l e u r a r g e n t p o u r m e t t r e l e u r s vies à c o u v e r t ; après quoi on fit u n e quête g é n é r a l e par t o u t e l ' a s ­ s e m b l é e ; m a i s l o r s q u ' o n eut a s s e m b l é toutes les s o m m e s qui furent p r o m i s e s , on se t r o u v a e n c o r e b e a u c o u p a u - d e s s o u s de celle q u e les a v e n t u r i e r s d e m a n d a i e n t . Les E s p a g n o l s firent ce qu'ils p u r e n t p o u r les obliger à se c o n t e n t e r de m o i n s , mais ces g e n s d u r s et inflexibles n ' e n v o u l u r e n t j a m a i s r i e n rabattre.


244

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

C'est p o u r q u o i , v o y a n t q u ' o n ne les satisfaisait point, il n ' y eut ni m a i s o n particulière ni église o ù ils n e p o u s s è r e n t l e u r s r e c h e r c h e s , j u s q u ' a u x c r e u x des t o m b e a u x qu'ils fouillèrent, p o u r c o n t e n t e r l e u r effroyable cupidité. N ' é t a n t e n c o r e qu'à demi satisfaits des perquisi­ tions qu'ils avaient faites, et se p e r s u a d a n t a i s é m e n t qu'il y avait des t r é s o r s qui l e u r seraient é c h a p p é s , ils t i r è r e n t les E s p a g n o l s l'un a p r è s l ' a u t r e de la g r a n d e église et l e u r d o n n è r e n t la gêne p o u r l e u r faire a v o u e r où ils avaient caché l e u r or et l e u r a r g e n t . Ils se p o r t è r e n t à cet é g a r d à des c r u a u t é s qui feraient h o r r e u r a u x I r o q u o i s et à des n a t i o n s e n c o r e plus féroces, s'il y en a a u m o n d e . Mais ce fut là le fait de quelques particuliers, car les flibus­ tiers en corps en u s è r e n t avec b e a u c o u p de m o d é r a ­ t i o n . T o u t ce qu'ils firent de plus singulier fut d e faire confesser par finesse, p o u r intimider les a u t r e s , d e u x des p r i n c i p a u x de la ville, lesquels disaient avoir d o n n é tout l e u r a r g e n t . Et puis, faisant s e m ­ blant de les passer par les a r m e s , ils firent e n t e n d r e , d a n s u n e c o u r voisine, p l u s i e u r s coups de fusil et e n v o y è r e n t dire a u x E s p a g n o l s q u e c e u x - l à étaient m o r t s et qu'ils en allaient faire a u t a n t d'eux t o u s . L a r u s e e u t le succès qu'ils en a v a i e n t e s p é r é et on l e u r a p p o r t a , ce j o u r - l à , plus d ' u n million. Il faut d o n c r e n d r e cette justice a u c o m m u n des flibustiers, qu'ils ne c o m m i r e n t a u c u n e c r u a u t é . Au c o n t r a i r e , c o m m e les a v e n t u r i e r s s'étaient d o n n é s de tout t e m p s , s a n s façon et fort s é r i e u s e m e n t , p o u r les plus h o n n ê t e s g e n s qui fussent d a n s le N o u v e a u - M o n d e , ils firent e n c o r e a l o r s u n e action fort d a n s l e u r c a r a c t è r e . Deux d ' e n t r e eux c o m m i r e n t u n e action


PILLAGE

DE CARTHAGÈNE

PAR

LES FLIBUSTIERS

245

i n f â m e , qui n'avait point de r a p p o r t à l'intérêt c o m ­ m u n ; car à ce d e r n i e r é g a r d on dissimulait t o u t . Ils s ' a s s e m b l è r e n t p o u r délibérer t o u c h a n t le châti­ m e n t qu'ils infligeraient a u x c o u p a b l e s . Le cas l e u r p a r u t , c o m m e il était, digne de m o r t et ils les y con­ d a m n è r e n t à l'instant, s a n s c o n s u l t e r s'ils étaient r e v ê t u s de l'autorité nécessaire p o u r p o r t e r u n pareil j u g e m e n t . L e s E s p a g n o l s , t o u c h é s de pitié p o u r ces d e u x m i s é r a b l e s d o n t ils avaient été les d é l a t e u r s , v o u l u r e n t i n t e r c é d e r p o u r e u x , mais ils avaient affaire à des j u g e s inflexibles, aussi incapables de r é v o q u e r l e u r s e n t e n c e que d'en e x a m i n e r la j u s ­ tice. L e j u g e m e n t subsista et les criminels e u r e n t la tête cassée. N ' y a y a n t plus rien à b u t i n e r , il fallut s o n g e r a u d é p a r t , a u b o u t de trois ou q u a t r e j o u r s ; mais l o r s ­ qu'il fut question d ' e m b a r q u e r le butin, il s'éleva u n e querelle e n t r e les g e n s de la côte s u r la m a n i è r e d o n t o n le p a r t a g e r a i t . Les flibustiers p r é t e n d a i e n t en frustrer les h a b i t a n t s ou du m o i n s ne l e u r en faire p a r t q u e d ' u n e très petite partie s u r ce que, disaient-ils, e u x l e s flibustiers avaient fait de g r a n d e s d é p e n s e s a u petit Goave où M. d u Casse les avait r e t e n u s d e u x ou trois m o i s , a u lieu que les h a b i t a n t s p e n d a n t ce t e m p s - l à étaient r e s t é s s u r l e u r s h a b i t a ­ tions et q u ' e n s u i t e ils avaient été e m b a r q u é s s u r les vaisseaux de l'escadre d u roi, où ils avaient été n o u r ­ ris s a n s qu'il l e u r en e û t rien c o û t é . Mais p e n d a n t qu'ils étaient à c o n t e s t e r , u n i n c i d e n t qui s u r v i n t les eut bientôt réconciliés. Ils e u r e n t avis, par u n e b a r q u e e n v o y é e de la Mar­ t i n i q u e , qu'ils allaient ê t r e enveloppés par u n e flotte a n g l a i s e , s'ils n e se s a u v a i e n t i n c e s s a m m e n t . L a m ê m e


246

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

b a r q u e avait d o n n é le m ê m e avis à M. de P o i n t i s , l e q u e l avait effectivement r e n c o n t r é cette flotte, à laquelle il avait h e u r e u s e m e n t échappé, s'étant t o u ­ j o u r s c o n s e r v é le v e n t s u r elle avec p e r t e du seul bâ­ t i m e n t qui servait d'hôpital à s o n a r m é e . Les flibus­ tiers n ' e u r e n t pas le m ê m e b o n h e u r . S u r l'avis q u ' i l s v e n a i e n t de r e c e v o i r , ils a p p a r e i l l è r e n t en hâte, a u n o m b r e de neuf b â t i m e n t s , y c o m p r i s le Christ, q u e M. de Pointis avait cédé a u x h a b i t a n t s qui n ' e n a v a i e n t a u c u n à e u x . Ils firent en hâte u n p a r t a g e de l'or et de l ' a r g e n t et se d o n n è r e n t rendez-vous à l'île à V a c h e à la côte du sud de S a i n t - D o m i n g u e , où ils devaient faire u n second p a r t a g e des m a r c h a n d i s e s et des esclaves. Ils c o m p t a i e n t qu'ils a v a i e n t , a u m o i n s , mille écus à l ' h o m m e ; mais ils n ' e u r e n t pas fait t r e n t e lieues qu'ils t r o u v è r e n t la flotte e n n e m i e d a n s l e u r s e a u x . T o u s l e u r s b â t i m e n t s s'éparpillèrent à l'instant, c o m m e u n e b a n d e de p e r d r e a u x à la v u e d u c h a s s e u r . L e Christ, le plus fort et le plus riche de t o u s , son équipage étant de plus de 230 h o m m e s et sa charge de plus d ' u n million, fut le p r e m i e r p r i s . L e Cerf-Volant, qui ne lui cédait g u è r e en force ni en richesse, et qui était c o m m a n d é p a r le capi­ taine P i e r r e , é p r o u v a le m ê m e sort. La Bembrouc, qui avait p o u r capitaine Galet, s'échoua et se b r û l a à la côte de cette île. Mais l ' é q u i p a g e se s a u v a avec son a r g e n t . Un a u t r e fut j e t é à la côte de C a r t h a ­ g è n e où, étant t o m b é s e n t r e les m a i n s des E s p a g n o l s , ils l e u r s e r v i r e n t l o n g t e m p s de j o u e t s , a y a n t été e m p l o y é s à rétablir les fortifications de cette ville. L ' a m i r a l Godefroi, avec B l o u c , P a y s , Sales et Macari, furent assez h e u r e u x p o u r s'échapper. Ce n e fut pas tout ; les A n g l a i s , p o u s s a n t l e u r pointe et se


PILLAGE

DE CARTHAGÈNE

PAR LES FLIBUSTIERS

247

p e r s u a d a n t qu'ils p o u v a i e n t s u r p r e n d r e le petit Goave s'ils n e perdaient pas de t e m p s , t i r è r e n t droit de côté-là. Ils le s u r p r i r e n t en effet si bien, y a y a n t fait d e s c e n t e p e n d a n t la n u i t , q u e M. du Casse eut à peine le loisir de se s a u v e r en chemise par u n e fenêtre. Mais ils n ' e n furent pas l o n g t e m p s les m a î t r e s , parce q u e les flibustiers déjà a r r i v é s , mais épars ça et là s u r les habitations d ' a l e n t o u r , se ralliè­ rent aussitôt et obligèrent l ' e n n e m i à se r e m b a r q u e r a v a n t les dix h e u r e s du m a t i n , après toutefois qu'il eut réduit ce b o u r g en c e n d r e s . Cependant, les équipages du Christ et du CerfVolant, a u n o m b r e d ' e n v i r o n 500 h o m m e s , avaient été distribués d a n s t o u s les bâtiments de la flotte o ù l'on ne négligeait r i e n p o u r les faire périr par les t r a v a u x et les m a u v a i s t r a i t e m e n t s . L e b u t des e n n e ­ mis était qu'il n ' e n r e v î n t j a m a i s a u c u n dans l ' A m é ­ r i q u e où ils n ' a v a i e n t pas de plus formidables e n n e m i s que ces g e n s - l à . Mais c'était en vain q u ' o n s'efforçait de les d é t r u i r e . Il n ' e n m o u r u t q u e très peu p e n d a n t toute la t r a v e r s é e et la r e l â c h e q u e la flotte fit à la Virginie, a u lieu q u e les é q u i p a g e s anglais d i m i ­ nuaient t e l l e m e n t c h a q u e j o u r par la m a l a d i e , q u e les g e n s de la côte e u r e n t plus d ' u n e fois la pensée de se r é v o l t e r . Mais p e n d a n t qu'ils diffèrent de j o u r en j o u r et qu'ils e s p è r e n t d ' ê t r e r e p r i s d a n s les m e r s de l ' E u r o p e par les M a l o u i n s , ils a r r i v e n t enfin e n A n g l e t e r r e . De b o n n e fortune ils a p p r i r e n t la paix e n y a r r i v a n t , sans quoi on les a u r a i t laissés p o u r r i r d a n s les p r i s o n s ; cela fut c a u s e qu'ils n'en e u r e n t a u c u n e à souffrir et q u ' o n les repassa p r e s q u e aussitôt en F r a n c e . Sa Majesté, déjà instruite des prouesses et des b e a u x faits de ces gens-là, o r d o n n a à


248

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

ses i n t e n d a n t s de ne les laisser m a n q u e r de rien; mais l ' a b o n d a n c e l e u r fut plus funeste que ne l'avaient été la faim et le travail. 11 en m o u r u t u n grand n o m b r e , s u r t o u t de ceux qui étaient originaires des î l e s ; de sorte qu'il n ' e n repassa, t a n t p o u r cette rai­ son q u e p o u r quelques a u t r e s , q u ' e n v i r o n la moitié d a n s celle-ci. C e p e n d a n t M. d u Casse avait e n v o y é depuis long­ t e m p s M. de Galifet en F r a n c e pour d e m a n d e r jus­ tice au roi c o n t r e M. de P o i n t i s , en faveur des gens de la c ô t e . Cet officier avait tous les t a l e n t s néces­ saires p o u r faire r é u s s i r sa c o m m i s s i o n , et il s'en acquitta si bien q u e Sa Majesté o r d o n n a aux intéres­ sés d a n s l ' a r m e m e n t de C a r t h a g è n e de r e m e t t r e aux a v e n t u r i e r s la s o m m e de quinze cent mille livres p o u r l e u r c o n t i n g e n t d u sac de cette ville. Cette s o m m e bien m é n a g é e était capable de r e m e t t r e nos colonies s u r u n bon pied et de r é p a r e r avantageuse­ m e n t les pertes qu'elles avaient faites à cette fameuse expédition, et c'est à quoi M. de Galifet travaillaIl r e p r é s e n t a à Sa Majesté qu'il était plus expédient de distribuer cette s o m m e a u x a v e n t u r i e r s en nègres q u ' e n a r g e n t effectif, qu'ils dissiperaient peut-être s u r - l e - c h a m p en de folles d é p e n s e s , a u lieu que les e s c l a v e s , qu'ils r e c e v r a i e n t , les e n g a g e r a i e n t à s'éta­ blir d a n s l'île et à y former des h a b i t a t i o n s . Cela était très bien i m a g i n é ; a u s s i Sa Majesté approuva-telle ce projet et fit aussitôt expédier d e s o r d r e s pour e n v o y e r de ses vaisseaux en G u i n é e s'y charger de n è g r e s , l e s q u e l s seraient distribués a u x g e n s de la côte s u r le pied chacun de d e u x cent cinquante livres. Les n è g r e s a r r i v è r e n t et on en distribua u n e par-


PILLAGE

DE CARTHAGÈNE

PAR LES FLIBUSTIERS

249

tie a u x intéressés ; mais on sut, au s u r p l u s , si bien e m b a r r a s s e r cette affaire, q u e dix-huit a n s après elle n'était pas e n t i è r e m e n t débrouillée. P l u s i e u r s flibus­ tiers s'étaient déjà écartés et avaient passé dans d ' a u t r e s pays, o u t r é s de l'injustice q u e l e u r avait faile M. de P o i n t i s à C a r t h a g è n e . Celle dont on chargea a l o r s M. de Galifet en chassa e n c o r e u n plus g r a n d n o m b r e de l'île, en sorte q u e nos colonies fussent d e m e u r é e s sans défense si la g u e r r e e u t c o n t i n u é et q u e l ' e n n e m i y eût fait q u e l q u e i r r u p t i o n . Ainsi se t e r m i n a la fameuse expédition de Cartha­ gène qui m a r q u e aussi le c o m p l e t é t a b l i s s e m e n t de n o s colonies. L ' a v è n e m e n t de Philippe de F r a n c e , d u c d'Anjou, a u t r ô n e d ' E s p a g n e , unit nos intérêts à ceux de celte c o u r o n n e d o n t n o u s n ' e û m e s plus rien à r e d o u t e r , pas plus q u ' e u x de n o u s . C h a c u n e des d e u x nations d e m e u r a paisiblement d a n s la partie de l'île qu'elle occupait a v a n t la paix.


XXI PAIX

DEFINITIVE

AVEC

L'ESPAGNE,

DÉVELOPPEMENT DES

COLONIES

FRANÇAISES

Nos colonies o n t r e ç u d e p u i s ce temps-là u n n o u ­ vel a c c r o i s s e m e n t par la g r a n d e affluence de peuples qui y a b o r d e n t c h a q u e j o u r de l ' E u r o p e et de n è g r e s q u ' o n y a m è n e des côtes d'Afrique, mais s u r t o u t c e r t a i n s traits qui l e u r m a n q u a i e n t encore et qui o n t a c h e v é de les porter à l e u r d e r n i è r e perfection, et dont, il est peut-être à p r o p o s de p a r l e r . Des trois côtes de l'île q u e n o u s o c c u p o n s , en t o u t ou en p a r t i e , celle d u S u d d o n t n o u s s o m m e s m a î t r e s , depuis le cap T i b u r o n j u s q u ' à l'île de la Béate, était la m o i n s h a b i t é e . Le roi c o m m i t , au c o m m e n c e m e n t de ce siècle, le soin de la faire défri­ c h e r à u n e c o m p a g n i e de m a r c h a n d s qu'il établit s o u s le n o m de S a i n t - L o u i s et à qui il e n g a g e a à certaines conditions cette côte p o u r c i n q u a n t e a n s , p e n d a n t lesquels il sera permis à e u x seuls d'y faire le c o m -


PAIX

DÉFINITIVE

AVEC

L'ESPAGNE

251

m e r c e qu'ils é t e n d e n t sous main j u s q u e ehez les E s p a g n o l s d u c o n t i n e n t , d o n t ils sont le plus à p o r ­ tée. Les s e i g n e u r s de cette c o m p a g n i e ont parfaite­ m e n t accompli toutes les charges que Sa Majesté l e u r avait imposées et cette côte est a u j o u r d ' h u i des mieux établies. La côte du N o r d était bien p e u p l é e , m a i s il n ' y avait point e n c o r e de j u s t i c e s u p é r i e u r e où l'on p u t porter les causes d'appel. On allait p o u r cela à L é o g a n e où le roi, à la sollicitation de M. d u Casse, avait depuis q u e l q u e t e m p s créé u n conseil s o u v e r a i n avec les m ê m e s p r é r o g a t i v e s q u e nos p a r l e m e n t s . Sa Majesté, v o u l a n t de m ê m e p o u r v o i r à la c o m ­ modité des peuples d u n o r d de l'île, créa cette a n n é e u n e pareille C h a m b r e a u Cap français. Elle ne fut d'abord c o m p o s é e q u e de sept conseillers q u ' o n tira d ' e n t r e les plus spirituels et les plus pieux h a b i t a n t s . Ces illustres m e s s i e u r s furent : MM. G a r n i e r , de Sylvacane, de l ' E t a n g , de Bonnefoi, d u Breil et P o u r n i e r . M. Vincent fut r e v ê t u de l'emploi de p r o ­ c u r e u r g é n é r a l . MM. d u Breil et F o u r n i e r ne r e c o n ­ n u r e n t pas en eux u n m é r i t e qui brillait a u x y e u x de tout le i n o n d e . Ils d o n n è r e n t la démission de leur c h a r g e , n e v o u l a n t point avoir à r é p o n d r e à Dieu et au roi des biens et de la vie de t o u t u n p e u p l e . Les a u t r e s , sacriliant l e u r repos au bien p u b l i c , b a i s ­ sèrent c o u r a g e u s e m e n t les épaules sous le poids d o n t on les c h a r g e a i t . L'intégrité et le d é s i n t é r e s s e m e n t qu'ils ont toujours fait p a r a î t r e d a n s la dispensation de la j u s t i c e , font seuls l e u r apologie ou, p o u r parler plus j u s t e , l e u r p a n é g y r i q u e . Q u o i q u e la colonie fût infiniment satisfaite de M. du Casse, son g o u v e r n e u r , et qu'il lui fût en


252

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

q u e l q u e façon nécessaire, le Roi le lui ôta pour l'élever a u x premiers emplois de la m a r i n e où Sa Majesté voulait s'en servir p e n d a n t la g u e r r e que p r e s q u e t o u t e l ' E u r o p e liguée n o u s déclara alors et a u n o u v e a u roi d ' E s p a g n e , Philippe V. M. A u g é vint de la G u a d e l o u p e , l'année e n s u i t e , p o u r lui succéder. Il avait a u p a r a v a n t g o u v e r n é cette d e r n i è r e île, qu'il v e n a i t de défendre c o n t r e les Anglais qui l'avaient a t t a q u é e en vain a p r è s celle de Saint-Christophe, qu'ils avaient prise e n c o r e u n e fois et d o n t la colo­ nie avait de n o u v e a u été t r a n s p o r t é e s u r cette île. M. de Galifet avait c o m m a n d é en chef d a n s l'île d e p u i s le d é p a r t de M. d u Casse, mais, c o m m e son m i n i s t è r e n'avait pas été a g r é a b l e à bien des g e n s , la p r e m i è r e chose que lit M. A u g é en a r r i v a n t fut de l'interdire s u r q u e l q u e s plaintes qui lui furent faites de cet officier; cela l'obligea de repasser en F r a n c e p o u r s'y justifier. Il y a a p p a r e n c e qu'il y r é u s s i t puisqu'il fut n o m m é a u g o u v e r n e m e n t de la G u a d e l o u p e . Mais il m o u r u t à P a r i s a v a n t de s'y r e n d r e et Sa Majesté p o u r v u t M. de Charitte, déjà l i e u t e n a n t de r o i a u Cap, d u g o u v e r n e m e n t de SainteCroix. Cet officier s'était autrefois b e a u c o u p distin­ g u é au. service d u r o i ; de quoi il porte e n c o r e des cicatrices g l o r i e u s e s . L e g o u v e r n e m e n t de M. A u g é fut t r è s paisible au d e d a n s , t e n a n t en cela de sa d o u c e u r n a t u r e l l e ; mais il fut fort t r o u b l é a u d e h o r s par les c o u r s e s des fli­ b u s t i e r s a n g l a i s , qui p r e n a i e n t la p l u p a r t de nos n a v i r e s . On avait écarté p r e s q u e tous les n ô t r e s par les injustices qu'on l e u r avait faites, s u r t o u t dans l'affaire de C a r t h a g è n e . L e désespoir en avait porté p l u s i e u r s à passer à la J a m a ï q u e , d'où ils infestèrent


PAIX DÉFINITIVE

AVEC

L'ESPAGNE

253

é t r a n g e m e n t n o s côtes, p e n d a n t toute la g u e r r e q u i d u r a plus de dix a n s . D ' a u t r e s , u n peu plus m o d é r é s , a y a n t en h o r r e u r de porter les a r m e s c o n t r e l e u r nation, se r e t i r è r e n t e n t e r r e ferme d a n s la province de Las H o n d u r a s , d a n s u n e n d r o i t n o m m é des E s p a ­ gnols Boca del Tauro et, de n o u s , Bocator, e n t r e le cap de Gracias à Dios et P u e r t o - B e l l o . Les I n d i e n s qui habitent cette c o n t r é e s o n t d u n o m b r e de ceux que les E s p a g n o l s appellent Indios bravos. Ils r e ç u r e n t parfaitement bien nos flibus­ tiers, qu'ils connaissaient depuis l o n g t e m p s , et ils c o n t r a c t è r e n t des alliances avec e u x . Ils ne font plus a u j o u r d ' h u i q u ' u n m ê m e peuple e n s e m b l e et u n e m ê m e r é p u b l i q u e qui est déjà formidable a u x E s p a ­ gnols. Le Roi n o m m a , p o u r succéder à M. A u g é , M. le comte de Choiseul qui se r e n d i t aussitôt à son g o u ­ v e r n e m e n t et ne l'illustra pas m o i n s par sa v e r t u q u e par sa n a i s s a n c e . C'était u n e de ces â m e s droites et g é n é r e u s e s qui ne p r e n n e n t j a m a i s à g a u c h e et à q u i la seule o m b r e d u vice fait h o r r e u r . Il interdit M. de Charitte qui avait c o m m a n d é en chef depuis la m o r t de M. A u g é . M. de B a r r i è r e , l i e u t e n a n t de roi a u Cap, oflicier qui s'était signalé dès le c o m m e n c e ­ m e n t de la g u e r r e c o n t r e les Anglais qu'il avait obligés de lever le siège de la forteresse d e S a i n t A u g u s t i n d a n s la F l o r i d e , c o m m a n d a à la côte d u Nord p e n d a n t u n e a n n é e au b o u t de laquelle M. de Charitte fut rétabli d a n s son poste par o r d r e de la Cour. M. de Choiseul c o n t i n u a t o u j o u r s à faire t o u s ses efforts p o u r r e n d r e la colonie florissante a u dedans et au d e h o r s , mais il e u t le m a l h e u r , a u s s i bien que M. A u g é , de t o m b e r d a n s des temps p e u


254

HISTOIRE

DE

SAINT-DOMINGUE

favorables. Les e n n e m i s n o u s étant t r o p supérieurs sur la m e r , il ne négligea rien p o u r y r e m é d i e r et p o u r a r r ê t e r l e u r s c o u r s e s q u i n o u s étaient si f u n e s t e s ; il fit venir de F r a n c e des g a r d e - c ô t e s , il e n t r e p r i t de rétablir la c o u r s e et tâcha p o u r cet effet de r a s s e m b l e r les flibustiers dispersés. Il fit publier u n e a m n i s t i e en faveur de ceux qui s'étaient retirés chez l ' e n n e m i ; il e n v o y a des ofliciers à la ville de S a i n t - D o m i n g u e et à Bocator, p o u r en r a m e n e r ceux q u ' o n y t r o u v e r a ï t . Il a r m a p l u s i e u r s navires à. ses dépens et e n g a g e a les plus riches habitants de L é o g a n e à imiter son e x e m p l e . L'on fit, effective­ m e n t , q u e l q u e s beaux c o u p s , m a i s ce furent là les d e r n i e r s efforts de la fameuse flibuste de SaintD o m i n g u e , dès l o r s r é d u i t e à l'agonie et qui, depuis, a e n t i è r e m e n t expiré. Le séjour de cette île fut depuis i n s u p p o r t a b l e à M. de Choiseul ; il demanda a u Roi la permission de faire u n v o y a g e en France p o u r y p r e n d r e de n o u v e l l e s m e s u r e s p o u r le bien d e cette colonie ; ce qui lui fut a c c o r d é . S'étant e m b a r q u é dans u n vaisseau de Sa Majesté, il fut r e n c o n t r é à la h a u t e u r de La H a v a n e par u n e escadre anglaise. Il fallut c o m b a t t r e ; ce qu'il fit en h o m m e de c œ u r . Mais a y a n t reçu p e n d a n t le c o m b a t u n coup de fusil d a n s la poitrine, il en m o u r u t quelques j o u r s a p r è s , à L a H a v a n e , o ù l ' e n n e m i victorieux l'avait mis à t e r r e . M. de Choiseul, en p a r t a n t , avait laissé M. de Valernod p o u r g o u v e r n e r j u s q u ' à son r e t o u r ; la Cour le l u i a y a n t e n v o y é d e p u i s peu, à sa p r i è r e , avec le titre de c o m m a n d a n t , afin q u e p e n d a n t s o n absence, le c o m m a n d e m e n t de l'île n e fût pas de nouveau dévolu à M. de Charitte q u i , c e p e n d a n t , ne tarda


PAIX

DÉFINITIVE

AVEC

L'ESPAGNE

255

pas à y parvenir u n e seconde fois par la m o r t de M. de Valernod, s u r v e n u e p e u de t e m p s après le d é p a r t de M. de Choiseul. 11 y a a p p a r e n c e q u e le roi t r o u v a l u i - m ê m e à propos q u e M. de Charitte ne c o m m a n d â t pas plus l o n g t e m p s à S a i n t - D o m i n g u e ; Sa Majesté le n o m m a a u g o u v e r n e m e n t de la Mar­ tinique où il ne fut p o u r t a n t j a m a i s , parce que cet emploi l'aurait trop éloigné des g r a n d s biens qu'il avait à S a i n t - D o m i n g u e et s u r lesquels il vit e n c o r e a u j o u r d ' h u i , en riche et h o n o r a b l e particulier. M. le c o m t e d ' A r q u y a n , qui tient, par ses alliances, à la reine douairière de P o l o g n e et à M. de Philip peaux, c o m t e de P o n t c h a r t r a i n , ci-devant chancelier de F r a n c e , et qui fait les délices c o m m e l ' h o n n e u r de t o u t ce pays, fut r e v ê t u du g o u v e r n e m e n t de S a i n t e Croix et vint, en cette qualité, c o m m a n d e r d a n s t o u t e l'île, j u s q u ' à l'arrivée de M. le c o m t e de B l e n a c , q u e le Roi avait n o m m é a u g o u v e r n e m e n t de S a i n t - D o m i n g u e et qui ne tarda pas à s'y r e n d r e . Il est fils d u fameux g é n é r a l de ce n o m q u i , p e n d a n t qu'il g o u v e r n a toutes les îles, fut la t e r r e u r de t o u s nos e n n e m i s . Il g o u v e r n e , depuis 1712, avec b e a u ­ coup de sagesse et de p r u d e n c e , ce qui a e n g a g é Sa Majesté en cette a n n é e 1715 à l ' h o n o r e r du titre de g o u v e r n e u r g é n é r a l de la T o r t u e et côtes S a i n t D o m i n g u e . Au lieu q u ' a u p a r a v a n t , il n e se qualifiait q u e s i m p l e m e n t g o u v e r n e u r , et qu'il d é p e n d a i t du g o u v e r n e u r g é n é r a l des îles, d o n t il est a u j o u r d ' h u i i n d é p e n d a n t . Il a sous lui d e u x a u t r e s g o u v e r n e u r s , savoir, celui de l'île Sainte-Croix en la p e r s o n n e de M. le c o m t e d ' A r q u y a n , qui c o m m a n d e dans t o u t e la plaine du N o r d , et celui de L é o g a n e créé depuis peu en faveur de M. d u P a t i , ancien oflicier de la


256

HISTOIRE

DE SAINT

DOMINGUE

côte, qui c o m m a n d e en cette qualité à la côte de l'Ouest et à la côte d u S u d o ù il n ' y a point e n c o r e de g o u v e r n e u r q u e celui q u e la C o m p a g n i e de SaintL o u i s y met pour ses affaires p a r t i c u l i è r e s . Telle est la relation la plus j u s t e q u e j ' a i su faire de ce qui s'est passé à S a i n t - D o m i n g u e , j u s q u ' à ce j o u r . Il n e faudrait p l u s , ce m e s e m b l e , q u e peu de chose p o u r lui d o n n e r sa d e r n i è r e perfection et le pouvoir m e t t r e a u n o m b r e des pays e n t i è r e m e n t formés et parfaitement établis. Il est nécessaire a v a n t t o u t de régler nos limites et c'est à quoi, dit-on, les d e u x c o u r o n n e s travaillent efficacement. Il faudrait a u s s i , a u plus tôt, y établir u n ou p l u s i e u r s é v è q u e s français, mais l'on n'y pense, j e crois, point e n c o r e du tout, la c o u t u m e des h o m m e s étant de c o m m e n c e r p r e s q u e toujours par le t e m p o r e l qui les occupe b e a u c o u p plus q u e le salut de l e u r s â m e s . C e p e n d a n t l'Eglise, qui est l'épouse de Jésus-Christ, y sera t o u ­ j o u r s , j u s q u ' à ce temps-là, sans g r â c e , sans curiosité, dans le m é p r i s , d a n s l ' o p p r o b r e .


T A B L E DES CHAPITRES

INTRODUCTION

VII

I. — Les origines II.

1

— M. Le V a s s e u r à la T o r t u e . — S e s c r i m e s e t

sa

mort III.

15

- M. d e F o n t e n a y r e p r e n d la T o r t u e .

— Il e n e s t

à n o u v e a u c h a s s é par l e s E s p a g n o l s

26

I V . — L e s b o u c a n i e r s e t la l u t t e c o n t r e l e s E s p a g n o l s . V. VI.

48

— Les flibustiers

64

— L'expédition de Maracaïbo

76

V I I . — M. O g e r o n VIII IX

82

- L e s a v e n t u r i è r e s . — P r o s p é r i t é de la c o l o n i e . — R e p r i s e d e la g u e r r e c o n t r e l e s E s p a g n o l s

. .

. . . .

97

X . — Guerre c o n t r e l e s H o l l a n d a i s XI. XII. XIII.

103

M. d e P o u a n c e y

114

M. d e C u s s y

127

Expéditions dans la mer du S u d .

XIV

. . . . . . . .

143

- La p r i s e d e G u a y a q u i l

XV

161 .

.

X V I . — Perte de Saint-Christophe et s e s c o n s é q u e n c e s .

.

XVII.

- G o u v e r n e m e n t d o M. d e C u s s y . — D é s a s t r e s .

-

90

MM. d e la B o u l a i et d u C a s s e

177 187 197

17


TABLE

258 XVIII. — L'expédition

anglo-espagnole

DES

contre

CHAPITRES Saint-Do-

mingue XIX. XX. XXI.

210

— Prise de Carthngène — P i l l a g e de C a r t h a g è n e p a r l e s

220 flibustiers

239

— Paix définitive avec l'Espagne. — Développement des colonies françaises

E. GHEVIN —

IMPRIMERIE DE LAGNY

250


ÉDITIONS

GEORGES

CRÈS

i e

ET C ,

PARIS

Extrait du Catalogue général L é o n BARANGER. L e M a î t r e d e l a f o r c e , i l l u s t r a t i o n s d e R a p h a ë l D i l i g e n t . In-16 5 fr. B i a i s e CENDRARS. J ' a i t u é , p o r t r a i t F e r n a n d L é g e r , in-16

de l'auteur par 1 fr. 40

G. K. CHESTERTON. L a S p h è r e e t l a C r o i x , C h . G r o l l e a u , in-16

trad. de 7 fr.

M a u r i c e DEKOBRA e t R e n é CAIRE. L e V o y a g e s e n t i m e n t a l d e l o r d L i t t l e b i r d , illustrations de Martin, u n v o l . in-16 5 fr. L u c DURTAIN. M a n u s c r i t v o l u m e in-16

trouvé

dans

u n e île, un 6 fr.

G u s t a v e GEFFROY. N o u v e a u x c o n t e s d u p a y s d ' O u e s t , frontispice de Louis Legrand, couverture de MaloRenault 6 fr. P a u l GÉRALDY. L a G u e r r e , M a d a m e , in-16

un

vol.

petit 2 fr.

G i l b e r t DE VOISINS. L e s M o m e n t s p e r d u s d e J o h n S h a g , u n v o l . in-16 3 fr. — L ' E s p r i t i m p u r , u n v o l . in-16 6 fr. — P o u r l ' a m o u r d u l a u r i e r , u n v o l u m e i n - 1 6 . 6 fr. — L e D é m o n s e c r e t , u n v o l . in-16 6 fr. — L e B a r d e l a F o u r c h e , u n v o l u m e in-16.... 5 fr. — F a n t a s q u e s . Petits poèmes de propos divers, sur vélin do Rives 2 2 fr. r

D

LUCIEN-GRAUX. L e M o u t o n G u e r r e ) ( 5 m i l l e ) , u n v o l . in-16

rouge

e

(Contes

de 5 fr.

- R é i n c a r n é ! R o m a n d e l ' A u - d e l à (84 m i l l e ) . C o u ­ v e r t u r e i l l u s t r é e p a r Q u i n t , u n vol. in-16 6 fr. e


ÉDITIONS

2

«georges

CRÈS E T C

i e

, PARIS

0 . HENRY. C o n t e s . D a n s l a g r a n d ' v i l l e , A u x p l a i n e s

d u T e x a s , traduits de l'anglais, p a r Maxime Maury, u n vol. in-16 6 fr.

J.-K.

HUYSMANS. M a r t h e

e

(16 é d . ) . I l l u s t . d e

Bernard

N a u d i n , u n v o l u m e in-16 —

Le Drageoiraux

6 fr.

é p i c e s , u n vol. in-16

IRVING. C o n t e s

Washington

de

6 fr.

IAlhambra.

Trad.

d ' E m i l e G o d e f o y , U n v o l . in-16 H.-R.

LENORMAND. L e P e n s e u r

6 fr.

e t l a C r é t i n e , un vo­

l u m e in-16 John-Antoine

6 fr. NAU. T h é r è s e

D o n a t l . Mœurs

corses.

Préface d e Jean Royère. Couverture illustrée p a r P . F a l k é , u n v o l . in-16 6 fr. J u l e s RENARD. L e s C l o p o r t e s , u n vol. in-16

— L a Maîtresse.

Illustrations

6 fr.

de Barraud,

u n vol.

in-16. S u r p a p i e r d e Rives —

Nosfrères

Marcel

farouches,

27 fr. 50

u n v o l . in-16

SCHWOB. L e R o i a u

masque

6 fr. d ' o r , un

in-16

vol.

. 6fr.

— C œ u r d o u b l e , u n v o l . in-16, couv.

de

Daragnès.

7 fr. — Vies

imaginaires,

u n vol. in-16, c o u v e r t u r e

G. B u c h e t

de

6 fr.

Gabriel S o u l a g e s . L e s p l u s J o i i e s r o s e s d e l ' A n t h o l o g i e g r e c q u e , u n vol. in-16 6 fr. P.-J. TOULET. C o m m e

u n e f a n t a i s i e , un

vol. in-16.

6 fr. Monsieur

du Paur,

u n vol. in-16

6 fr.

L e s C o n t e s d e B e h a n z i g u e , u n v o l . in-16, s u r p a p i e r

vélin a n g l a i s VILLIERS

27 fr. 50

DE L'ISLE A D A M . N o u v e a u x

N o u v e l l e é d . s u i v i e d e Propos m e n t s inédits, u n vol. iu-16 — C h e z l e sP a s s a n t s .

contes

d'au-delà

Fantaisies, pamphlets,

nirs et p a g e s inédites, u n vol.

cruels.

et d e frag­ 6 fr.

in-16

souve­

6 fr.


3

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET CIE PARIS

J e a n VARIOT, L e s H a s a r d s de la g u e r r e , u n v o l u m e in-16 6fr. - L e S a n g d e s a u t r e s , u n vol. 16 6 fr. I s r a ë l ZANGWILL. L e s E n f a n t s d u G h e t t o . T r a d u c t i o n d e P i e r r e Mille, a v e c un p o r t r a i t d e l ' a u t e u r , u n v o l . in-16 6fr. — C e n'est q u e M a r y - A n n . T r a d u c t i o n de Mme Mar­ cel G i r e t t e , u n vol. in-16 6 fr. L e s r ê v e u r s du G h e t t o , Traduction de Mme Marcel G i r e t t e , d e u x vol. in-16. T o m e I 6 fr. — T o m e II 7fr. — 'Had G a d y a . T r a d u c t i o n de Mme Marcel Girette, u n vol. in-16 2 fr.

COLLECTION LITTÉRAIRE DES ROMANS D'AVENTURES D E LA BATUT ET BIRABEAU. L ' H o m m e a u x t r o i s p e a u x . C o u v e r t u r e et frontispice de P i e r r e Falké, un vol. in-16. 5fr. L o u i s CHADOURNE. L e M a î t r e d u n a v i r e . D e u x b o i s o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , c o u v . e t f r o n t i s p i c e , u n vol. in-16 5 fr. J.-O. CURWOOD. B a r i , c h i e n - l o u p . T r a d u c t i o n d e L é o n Bocquet. Couverture et frontispice de Quint, un vo­ l u m e in-16 5 fr, J.-O. CURWOOD. L e s C œ u r s l e s p l u s f a r o u c h e s . T r a ­ duction de Léon Bocquet. Illustrations de Chas La• b o r d e , u n v o l . in-16 5 fr. 50 CYRIL-BERGER. L a M e r v e i l l e u s e a v e n t u r e d e J i m S t a p p l e t o n . C o u v e r t u r e et frontispice d e J o s e p h H é m a r d , u n v o l . in-16 5 fr. H . - H . E W B R S . M a n d r a g o r e , h i s t o i r e d'un ê t r e t é r i e u x . T r a d u c t i o n d e C h a r l e t t e A d r i a n n e et H e n r i . Bois o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n vol. 5

mysMarc in-16. fr. 50


4

i e

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C ,

PARIS

Daniel DE F O E . L a d y R o x a n a o u l ' H e u r e u s e m a t t r e s s e . T r a d . d e G e o r g e s G a r n i e r , u n vol. i n - 1 6 . 6 fr. — Moll F l a n d e r s . Traduction de Marcel S c h w o b , un 6 fr. vol. in-16. — Les pirateries du capitaine Singleton. Traduc­ t i o n d e M a u r i c e D e k o b r a (6 mille). D e u x b o i s o r i g i ­ n a u x d e D a r a g n è s , u n vol. in-16 5 fr. 50 — L ' É t o n n a n t e vie du c o l o n e l J a c k . T r a d u c t i o n de M a u r i c e D e k o b r a (6 m i l l e ) . D e u x b o i s o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n v o l . in-16 5 fr. e

e

D

r

LUCIEN-GRAUX. L a D a m e d e c r i s t a l . C o u v e r t u r e et f r o n t i s p i c e p a r Q u i n t , u n v o l . in-16 5 fr.

B r e t HARTE. U n e é p a v e d e s p l a i n e s . T r a d u c t i o n d ' A l b e r t S a v i n e e t Michel G e o r g e s - M i c h e l (6 m i l l e ) . I l l u s t r a t i o n s d e Q u i n t , u n v o l . in-16 5 fr. 50 e

J a c k LONDON. L e F i l s d u l o u p . T r a d u c t . d e M . S. b e r t . Bois o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n vol. i n - l 6 . — M a r t i n E d e n . Traduction de Claude Cendrée. o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n v o l . in-16

Jou5 fr. Bois 6 fr.

P i e r r e MAC ORLAN. L e C h a n t d e l ' é q u i p a g e . I l l u s t r a ­ t i o n s d e G u s . Bofa (6e m i l t e ) , u n vol. i n - 1 6 . . 5 fr. 50 — L a B ê t e c o n q u é r a n t e , suivi d e L e R i r e j a u n e . D e u x b o i s o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n v o l . in-16. 5 fr. A n d r é MARY. L e s A m o u r s d e F r ê n e e t G a l e r a n , suivi d e Le B e l I n c o n n u . Bois originaux de D a r a g n è s , u n vol. in-16 5 fr. 50 R i d e r HAGGARD. S h e ( E l l e ) . T r a d u c t i o n H i l l e m a c h e r , u n vol. in-16 (23 mille) e

de Jacques 5 fr.

M a u r i c e R E N A R D . L e d o c t e u r L e r n e , s o u s - d i e u . Cou­ v e r t u r e e t f r o n t i s p i c e d e J o s e p h H é m a r d , u n vol. in-16 5 fr. — Le P é r i l bleu. Couverture et frontispice de Joseph H é m a r d , u n v o l . in-16 5 fr. 50 Bernard S H A W . C a s h e l B y r o n , g e n t l e m a n e t b o x e u r . Traduction de Louis Baudoir. Deux bois originaux 5 fr. de D a r a g n è s , u n vol. in-16.


5

i e

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C , PARIS

R. L. STEVENSON. L e s N u i t s d e s î l e s . D e u x b o i s o r i g i n a u x d e D a r a g n è s , u n vol. in-16 5 fr. — L e s H o m m e s Joyeux. Traduction d'Albert Savine e t M i c h e l G e o r g e s - M i c h e l . Bois o r i g i n a u x d e D a r a 5 fr. 50 g n è s , u n v o l . in-16

GOLLECTION LITTÉRAIRE DES ROMANS ÉTRANGERS R u d y a r d KIPLING. D i v e r s e s c r é a t u r e s . T r a d u c t i o n d e G. L e r o l l e . C o u v e r t u r e i l l u s t r é e p a r D a r a g n è s , u n volume in-16 5 fr. B r a h m STOKER. D r a c u l a , l ' H o m m e d e l a n u i t . T r a ­ duction d'Eve et Lucie Paul-Margueritte. Couverture i l l u s t r é e p a r P i e r r e F a l k é , u n v o l . in-16 5 fr. W . W . J . JACOBS. L ' A m o u r e s t d e l a t r a v e r s é e . . . T r a d u c t i o n d ' A l b e r t S a v i n e e t Michel G e o r g e s - M i ­ chel. C o u v e r t u r e illustrée p a r P i e r r e Falké. u n vol. in-16 5 tr. Coelho NETTO. M a c a m b i r a - R o m a n brésilien. T r a d u c ­ tion de Philéas Lebesgue et M . Gahisto. Couverture i l l u s t r é e p a r C h a s L a b o r d e , u n v o l . in-16 5 fr.

DRAMES D'HISTOIRE ET DE POLICE C o u v e r t u r e s i l l u s t r é e s d e G u s . Bofa, C h a q u e v o l u m e in-16, 3 fr. 50 A r t h u r CONAN DOVLE. M y s t è r e s e t a v e n t u r e s . — Nouveaux mystères et aventures. — Derniers m y s t è r e s e t a v e n t u r e s . — U n d u o . — Idylle d e banlieue. — Le Parasite. — La Bataille d e S e d g e m o o r . — Le Capitaine Micah Clarke. J u l i e n HAWTHORNE. L a C o n f e s s i o n d ' u n c o n d a m n é . H . B . MARRIOTT W A T S O N . D i c k

Aventuriers.

le

galopeur.

Les


6

IE

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C ,

PARIS

A r t h u r MORRISON. D o r r i n g t o n , d é t e c t i v e m a r r o n . — L e s e n q u ê t e s du p r e s t i g i e u x H e w i t t . — Nouv. e n q u ê t e s du p r e s t i g i e u x Hewitt. — D e r n . e n q u ê t e s du prestigieux Hewitt.

COLLECTION « VARIA » à 3 fr. le v o l . G . K . CHESTERTON. L e s C r i m e s d e

i'Angleterre.

COLETTE. D a n s la f o u l e . L o u i s DELLUC. L e T r a i n s a n s y e u x . R o m a n . A r t h u r MACHEN. L e G r a n d D i e u P a n . R o m a n t r a d u i t de l'anglais, par J . - B . Toulet. Hugues çais.

REBELL. L e s N u i t s c h a u d e s d u C a p f r a n -

THÉÂTRE H e n r y BATAILLE. E c r i t s s u r le t h é â t r e . U n vol. in-16. 6 fr. — L e P h a l è n e . U n v o l . in-16 7 fr. — L e s S œ u r s d ' a m o u r . U n vol. in-16 7 fr. F r a n ç o i s DE CUREL, d e l ' A c a d é m i e f r a n ç a i s e . T h é â t r e c o m p l e t . S e p t v o l u m e s in-16. T o m e I : La Danse devant le miroir. — La Figurante 6fr. T o m e II : L'Envers d'une Sainte. — Les Fossiles. 6 fr. T o m e III : L'Invitée. — La Nouvelle Idole 6 fr. T o m e IV : Le Repas du Lion. — La Fille sauvage. 6 fr. L e s t o m e s V e t VI p a r a î t r o n t s o u s p e u . P i è c e s s é p a r é e s , p a r u e s et à p a r a î t r e : La Fille sauvage, u n v o l . in-16 Le Repas du Lion, u n vol. in-16 La Nouvelle

Idole,

u n vol. in-16

3 fr. 3 fr. 3 fr.


IE

ÉDITIONS GEORGES CRÈS E T C ,

7

PARIS

La Figurante, u n vol. in-16 La Danse devant le Miroir, u n vol. in-16 L'Ame en folie La Comédie du Génie L'Envers d'une Sainte

3 3 3 3 3

fr. fr. fr. fr. fr.

M a u r i c e DONNAY. L ' I m p r o m p t u d u p a q u e t a g e . P i è c e e n u n a c t e , u n vol. in-16 2 fr. R I P e t R . GIGNOUX. L e S c a n d a l e d e D e a u v i l l e . C o ­ m é d i e en t r o i s a c t e s , u n vol. in-16 6 fr. H . R. LENORMAND. T h é â t r e c o m p l e t . T o m e I. Ratés. Le Temps est un songe. — Le T e m p s e s t un s o n g e . 0 tableaux. Une q u e t t e i l l u s t r é e , g r . in-8 — L e s R a t é s , in-16 — L e S i m o u n , in-16

pla­ 1 fr. 3 fr. 3 fr.

Alfred MORTIER. in-16

vol. 6 fr.

Dramaturgie

de

Les

P a r i s , un

POÉSIE C h a r l e s BAUDELAIRE. r e v u e s u r les textes p a g n é e d e n o t e s et Bever. Avec q u a t r e t i o n ) , u n vol. in-16

Les Fleurs originaux et variantes et portraits en

du Mal. Edit. crit., manuscrits, accom­ publiée par Ad. van p h o t o t y p i e (26 é d i ­ 6 fr.

J e a n CHUZEWILLE. A n t h o l o g i e d e s c o n t e m p o r a i n s , u n vol. in-16

e

poètes

russes 6 fr.

P i e r r e DE RONSARD. L e s A m o u r s . T e x t e é t a b l i s u r l e s é d i t i o n s d e 1560 e t d e 1578, e t p u b l i é a v e c d e s a d d i ­ tions de l'auteur, des n o t e s et des c o m m e n t a i r e s p a r A d . v a n B e v e r . 8 r e p r o d u c t i o n s en p h o t o t y p i e . 2 v o l . in-16 12 fr.


IE

8

É D I T I O N S GEORGES CRÉS ET C ,

PARIS

ŒUVRES DE VICTOR HUGO : Théâtre : I. Hernani, u n vol. in-16 1 fr. 50 II. Lucrèce Borgia.— Angelo, u n vol. in-16. 1 fr. 50 III. Le Roi s'amuse, t e x t e i n t é g r a l , u n v o l u m e in-16. 1 fr. 50 Poèmes choisis : I. II. III. IV. V. VI.

L'Amour, u n v o l . in-16 Chansons d'amour, u n vol. in-16 Chansons héroïques, u n vol. in-16 Famille, u n v o l . in-16 Nature, u n vol. in-16 Patrie, u n vol. in-16

1 1 1 1 1 1

fr. fr. fr. fr. fr. fr.

50 50 50 50 50 50

Histoires et Voyages : I. En voyage (Les B o r d s d u R h i n ) , u n v o l u m e in-16 1 fr. 50 II. La peine de mort, u n v o l . in-16 1 fr. 50 III. Souvenirs d'enfance, u n v o l . in-16 1 fr. 50 IV. Souvenirs politiques (1825-1847), u n v o l u m e in-16. 1 fr. 50 V . Souvenirs

politiques

(1848-1882), u n v o l u m e in-16. 1 fr. 50 Œuvres choisies. — Légendes et Contes : I. Légendes, u n v o l . in-16 1 fr. 50 II. Nouvelles Légendes, u n vol. in-16 1 fr. 50 III. Contes et Récits, u n vol. in-16 1 fr 50 IV. Nouveaux Contes et Récits, u n v o l . in-16. 1 fr. 50

LITTÉRATURE GÉNÉRALE, CRITIQUE ANTHOLOGIES R o b e r t VALLERY-RADOT. A n t h o l o g i e d e la p o é s i e c a t h o l i q u e d e V i l l o n , j u s q u ' à n o s j o u r s , u n vol. in-16, f r o n t i s p i c e d e C h a r l e s J o u a s 6 fr.


IE

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C ,

PARIS

9

H e n r i BRÉMOND e t C h a r l e s GROLLEAU. A n t h o l o g i e d e s écrivains c a t h o l i q u e s P r o s a t e u r s f r a n ç a i s du X V I I s i è c l e , u n fort vol. in-16, a v e c u n p o r t r a i t d e s a i n t F r a n ç o i s d e S a l e s , en h é l i o g r a v u r e 6 fr. — A n t h o l o g i e F r a n c i s c a i n e du m o y e n - â g e , t r a n s ­ latée et a n n o t é e p a r Maurice Beaufreton, un vol. in-16 8 fr. 50 — A n t h o l o g i e p r o t e s t a n t e f r a n ç a i s e (xvi et x v i i siècle), r e c u e i l l i e e t p u b l i é e s o u s la d i r e c t i o n d e R a o u l Allier, u n vol. in-16 o r n é d e c i n q p o r t r a i t s 6 fr. — A n t h o l o g i e p r o t e s t a n t e f r a n ç a i s e (xviii et xix siècles), u n vol. in-16 7 fr. — A n t h o l o g i e d e s écrivains belges, par DumontW i l d e n , d e u x vol. in-16 12 fr. e

e

e

e

e

BAUDELAIRE. L e S p l e e n d e P a r i s . P e t i t s p o è m e s en p r o s e . Edition revue sur les textes originaux, accom­ p a g n é e de n o t e s et v a r i a n t e s , avec deux portraits en p h o t o t y p i e , u n v o l . in-16 6 fr. — J o u r n a u x i n t i m e s . Texte intégral, publié sur le m a n u s c r i t , u n vol. in-16 6 fr. A n d r é ROUVEYRE S o u v e n i r s d e m o n c o m m e r c e . G o u r m o n t , A p o l l i n a i r e , M o r é a s , S o u r y , u n v o l . in-16 g r . j é s u s s u r vélin d e R i v e s 22 fr. V i c t o r SÉGALEN. P e i n t u r e s , u n vol. in-16

6 fr.

— S t è l e s , u n v o l . in-16 6 fr. L o u i s THOMAS. L ' E s p r i t d ' O s c a r W i l d e , u n vol. i n - 1 6 . 6_fr. L a u r e n t TAILHADE. Q u e l q u e s U n v o l u m e in-16

Fantômes

de

Jadis. 5 fr.

Léon WERTH. V o y a g e s a v e c m a pipe... Couverture i l l u s t r é e d e V l a m i n c k , u n vol. in-16 7 fr.

BEAUX-ARTS G u s t a v e GEFFROY. C o n s t a n t i n G u y s . L ' H i s t o r i e n d u S e c o n d E m p i r e . U n vol. in 4, a v e c d e u x p o r t r a i t s e t 34 h é l i o t y p i e s , d o n t 4 e n c o u l e u r s 66 fr.


10

IE

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C , PARIS

A u g u s t e BRÉAL. V é l a s q u e z . A v e c

huit

phototypies. 7 fr. 50

P a u l GAUGUIN. L e t t r e s d e P a u l G a u g u i n à D a n i e l d e M o n f r e i d . Précédées d'un h o m m a g e par Victor Segalen, avec huit reproductions en phototypie, un v o l u m e in-16 7 fr. 50 A m b r o i s e VOLLARD. P a u l C é z a n n e . O u v r a g e o r n é d e huit phototypies, d'après des tableaux de Cézanne, u n vol. in-16 9 fr. — R e n o i r , u n v o l . in-16, o r n é d e 11 i l l u s t r a t . . . 9 fr. A n d r é SALMON. L ' A r t v i v a n t . A v e c d o u z e p h o t o g r a ­ phies 9 fr.

HISTOIRE DE L'ART Elie F A U R E . T o m e I . L ' A r t a n t i q u e , u n v o l . 1 5 x 2 2 , i l l u s t r . d e 195 r e p r o d u c t i o n s d o n t u n g r a n d n o m b r e hors texte 25 fr. T o m e I I . L ' A r t m é d i é v a l , u n v o l . 15 X 22 i l l u s t r é d e 285 r e p r o d u c t i o n s 25 fr. T o m e I I I . L ' A r t r e n a i s s a n t , u n vol. 15 X 22 i l l u s t r é d e 240 r e p r o d u c t i o n s 25 fr. T o m e I V . L ' A r t m o d e r n e , u n v o l . 15 X 22 i l l u s t r é d e 250 r e p r o d u c t i o n s 30 fr. — L e s C o n s t r u c t e u r s ( L a m a r c k , Michelet, Cézanne, D o s t o i e w s k y , N i e t z s c h e ) , u n v o l u m e in-16 5 fr. — La C o n q u ê t e 6 fr. — La S a i n t e F a c e 6 fr. — L a D a n s e s u r le f e u e t l ' e a u 6 fr. — Napoléon 6 fr. — La Roue. Roman 6 fr.

LITTÉRATURE CATHOLIQUE M g r R. I I . B E N S O N . P a r a d o x e s d u c a t h o l i c i s m e . Traduit de l'anglais, avec l'autorisation de l'auteur, p a r C h a r l e s G r o ï l e a u , u n vol. in-16 6 fr.


i e

ÉDITIONS GEORGES CRÈS ET C , PARIS

11

L o u i s BERTRAND. S a i n t A u g u s t i n . F r o n t i s p i c e e t o r n e ­ mentations typographiques dessinés et gravés sur b o i s p a r G é r a r d C o c h e t , u n v o l . in-18 g r . J é s u s s u r vélin d e Rives 22 fr. R a y m o n d LULLE. L ' A m i e t l ' A i m é . T r a d u c t i o n e t p r é ­ face d e M a r i u s A n d r é , u n v o l . in-16 J é s u s s u r vélin d e Rives 24 fr. 75 SAINTE THÉRÈSE.

Commentaires

sur

le

Cantique

d e s o a n t i q u e s . Avec u n e préface d e Maurice B a r r é s . T r a d u c t i o n d u c o m t e d e P r é m i o Réal. O r n e m e n t a ­ t i o n s d e D a g o u c i a M o u a t , u n vol. in-16 s u r vélin d e Rives 27 fr. 50 — L'Imitation d e Jésus-Christ. Traduction de l'abbé d e Lamennais. Illustrations d e Maurice Denis, u n v o l . in-16 J é s u s s u r vélin d e R i v e s 33 fr. — L e s Petites fleurs de saint François d'Assise. Traduction d e T. d e W y z e w a . Avec deux dessins d e Mlle V a l e n t i n e R e y r e g r a v é s s u r b o i s p a r G e o r g e s A u b e r t e t t i r é s e n d e u x t o n s , u n v o l . in-16 J é s u s s u r vélin d e Rives 27 fr. 50

HISTOIRE D

r

LUCIEN-GRAUX. L e s F a u s s e s n o u v e l l e s d e l a g r a n d e G u e r r e . Ouvrage couronné par l'Académie F r a n ç a i s e . S e p t v o l u m e s g r a n d in-16 ( 6 mille), p l u s d e 3.000 p a g e s C h a q u e v o l u m e 7 fr. 50 e

W i l l i a m L E QUEUX. R a s p o u t i n e , l e m o i n e s c é l é r a t . Pièces secrètes recueillies par le Service du Contreespionnage anglais. Traduction d e L. Tremlett (80 mille), u n vol. in-16 5 fr. — L a Vie s e c r è t e d e la T z a r l n e t r a g i q u e . Révéla­ t i o n s s e n s a t i o n n e l l e s d e s a fille d ' h o n n e u r , la b a r o n n e Tzankoff. T r a d u c t i o n d ' A . L e G a y , u n v o l . in-16. 5 f r 50 — Le m i n i s t r e du M a l . Mémoires de Féodor R a j e v s k i , s e c r é t a i r e p r i v é d e R a s p o u t i n e . T r a d . L. T r e m ­ lett 5 fr. e


12

IE

ÉDITIONS CEOUGES CRÈS ET C , PARIS

J e a n DE PIERREFEU. G. Q . G., S e c t e u r I ( T r o i s a n s a u G r a n d Q u a r t i e r G é n é r a l , p a r le r é d a c t e u r d u C o m ­ m u n i q u é ) (44 m i l l e ) , d e u x v o l . , e n s e m b l e 1 2 fr. e

Toute la lumière sur des événements longtemps tenus c a c h é s au public.

G é n é r a l DE LACROIX. L e M a r é c h a l F o c h , u n v o l . i n - 1 6 , orné d'un portrait du Maréchal 3 tr. 5 0

LES GRANDS HOMMES DE LA GUERRE C o l l e c t i o n p u b l i é e s o u s la d i r e c t i o n d e G a b r i e l H a n o t a u x , d e l ' A c a d é m i e f r a n ç a i s e e t s o u s le p a t r o n a g e d u C o m i t é F r a n c e A m é r i q u e , le v o l u m e 3 fr. 5 0 — F a y o l l e , p a r H e n r y B o r d e a u x , de l'Académie fran­ çaise. — F r a n c h e t d ' E s p é r e y , p a r le c o m m a n d a n t G r a s s e t . — J o f f r e , p a r Gabriel Hanotaux, de l'Académie fran­ çaise. — C a s t e l n a u , p a r V i c t o r G i r a u d . (Chaque volume orné d'un portrait).

IMPRIMERIE CENTRALE DE L'OUEST. — LA ROCHE-SUR-YON.


118953


L E S

L I V R E S

ROMANS

Q U ' I L

F A U T

L I R E

D'AVENTURES

LES A V E N T U R E S D U CAPITAINE S I N G L E T O N . par Daniel de FOE, Traduction de Maurice DEKOBRA Couverture et frontispice de DARAGNES, Un volume in-16 . . . net 5 fr. SC M A N D R A G O R E , par H . - H . E W E R S . Traduction de Charrette ADRIANNE et Marc HENRY- Couverture et frontispice de D A R A G N E S . Un volume in-16 . . . . net fr. 5 0

(SHE) E L L E , par Rider H A G G A R D . Traduction de Georges L A B O U C H E R E . Courerture ct frontispice de Q U I N T . Un volume in-16 net 5 fr. » L E V O Y A G E I M M O B I L E , suivi d ' a u t r e s Histoires singulières, par Maurice R E N A R D . Couverture et fron­ tispice de Joseph H E M A R D . Un volume in-16 . . net 8 fr. »

L E P E R I L BLEU, par M. R E N A R D . Couverture et (rontispice de J. H E M A R D . Un volume in-16 . . . . net 5 fr. >

LA D A M E DE CRISTAL, par le Dr LUCIEN-GRAUX. Couverture et fron­ tispice de Q U I N T . Un volume, in-16 . . . . net 5 fr. »

BARI. C H I E N - L O U P . par James Oliver C U R W O O D . Traduction française par Léon BOCQUET. Couverture et fron­ tispice de Piene FALKE. Un volume in-16 nel S fr.

CASHEL BYRON, gentleman et boxeur, par Bernard S H A W . Traduc­ tion de L. BAUDOIR. Deux bois de DARAGNES. Un Volume in-16 . . . . nei 5 fr. »

L'HOMME AUX TROIS PEAUX. par DE L A B A T U T et B1RABEAU. Couverture et frontispice de P. FALKE. Un volume in-16 . . net 5 fr. »

L A MERVEILLEUSE A V E N T U R E DE J I M S T A P P L E T O N . par CYRILB E R G E R . Couverture et frontispice de J. H E M A R D . Un vol. in-16. net 5 fr. »

L ' E T O N N A N T E VIE DU C O L O N E L J A C K , par Daniel de F O E . Traduction française de Maurice DEKOBRA. Deux bois de D A R A G N E S . Un volume in-16 . . . . net 5 fr »

LES C O N Q U E R A N T S D'IDOLES, par Charles D E R E N N E S . Couverture, fron­ tispice et illustrations de Ch. G E N T Y Un volume in-16 . . . . net 5 fr. »

L E D O C T E U R LERNE, sous dieu, par Maurice R E N A R D . Couverture et frontispice de J . H E M A R D . Un volume in-16 net 5 fr. » L E S NUITS D E S ILES, par R.-L. S T E V E N S O N . Traduit de l'anglais par Fred CAUSSE-MAEL. Deux bois de DARAGNES. Un volume in-16 . . . . net 5 fr. » L A B E T E C O N Q U E R A N T E , suivi de L e Rire J a u n e , par Pierre M A C O R L A N . Couverture et frontispice de D A R A G N E S . Unvol. in-16, net 5 fr. »

L E C H A N T DE L ' E Q U I P A G EE,, par Pierre M A C O R L A N . Illustrations de G U S BOFA. Un vol. in-16. net S В fr. fR » L E M A I T R E D U N A V I R E , par7LLouis C H A D O U R N E . Deux bois originaux de D A R A G N E S . Un vol. in-16. ne 5 fr. » J O E ROLLON, L ' A U T R E HOMME INVISIBLE, par Edmond C A Z A L . Couverture et frontispice du R. DILIGENT Un volume in-16 . . . . net 5 fr. » LE FILS D U L O U P , par Jack LONDON. Traduction de M.-S. J O U B E R T . Cou­ verture et frontispice de D A R A G N E S . Un volume in-16 . . net 5 fr. »

ROMANS ETRAN GERS L ' A M O U R EST DE LA T R A V E R S E E , par W . W . JACOBS. Traduit de l'an­ glais par Albert SAVINE et Michel GEORGES-MICHEL. Couverture de P . F A L K E . Un vol. in-16. net S fr. »

D R A C U L A , L ' H O M M E DE L A N U I T , par Brahm STOKER. Traduit de l'anglais par Eve et Lucie P A U L M A R G U E R I T T E . Couverture de Pierre F A L K E , Un volume in-16 . . . . net 5 fr. »

D I V E R S E S C R E A T U R E S , par Ru­ dyard KIPLING. Traduit de l'anglais pat Guillaume L E R O L L E . Couverture de D A R A G N E S . Un vol. in-16. net 5 fr. »

M A C A M B I R A , Roman brésilien, par Coelho N E T T O . Traduction de Ph. LEBESGUE et M. C A H I S T O . Un volume in-16 net S fr. »

L'ÉDITION

PARIS

F R A N Ç A I S E

— 21. R u e

Hautefeuille,

IMP.DEMATRIS — PARIS

I L L U S T R É E

21 — P A R I S


BIBLIOTHEQUE SCHOELCHER

8

0019660


La Tragique histoire des flibustiers, histoire de Saint-Domingue et de l'ile de la tortue.  

Auteur. Lepers, J.B. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you