Page 1

SOCIÉTÉ DE

CRÉDIT FONCIER COLONIAL RAPPORT A L'ASSEMBLÈE

GÉNÉRALE

Du 19 Mai 1865.

PARIS IMPRIMERIE ADMINISTRATIVE ET DES CHEMINS DE FER DE PAUL DUPONT, RUE DE GRENELLE-SAINT-HONORÉ, 4 5 .

1865

MANIOC.org

Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


SOCIÉTÉ DE

CRÉDIT FONCIER COLONIAL RAPPORT

DU CONSEIL

A L'ASSEMBLÉE

D'ADMINISTRATION GÉNÉRALE

Du 1 9 Mai 1 8 6 5 .

MESSIEURS,

E n vous présentant, à n o t r e d e r n i è r e r é u n i o n , le compte r e n d u de l'exercice 1863,

nous vous avons fait

suspension des opérations

connaître les motifs q u i avaient d é t e r m i n é la

sociales pendant la p é r i o d e de transition q u e la

Société a eu à t r a v e r s e r pour a r r i v e r à sa transformation, et nous vous a v o n s indiqué les m e s u r e s de réorganisation adoptées p a r votre Conseil d ' a d m i n i s tration p o u r que les p r ê t s pussent r e p r e n d r e l e u r cours, dans les Colonies, dès les p r e m i e r s mois de 1 8 6 4 . Nous avons ajouté qu'assise désormais s u r des bases plus larges, possédant u n capital plus élevé et investie d'attributions p l u s complètes et mieux appropriées aux besoins de la propriété coloniale, la Société allait e n t r e r dans u n e è r e nouvelle et ne tarderait pas à voir s'ouvrir devant elle u n c h a m p beaucoup plus vaste d'opérations fructueuses. L'exercice 1 8 6 4 , dont nous avons aujourd'hui à vous entretenir, n'a pas trompé cette attente.

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


— 4 — Les résultats qu'il p r é s e n t e , et que nous allons m e t t r e sous vos yeux, constatent q u e , depuis qu'elles ont r e c o m m e n c é , les opérations de la Société se développent avec régularité et suivent une m a r c h e progressive. Ces p r e m i e r s résultats, qui sont du meilleur augure p o u r l ' a v e n i r ,

vous

p a r a î t r o n t assurément satisfaisants, si v o u s tenez compte du peu de t e m p s écoulé et de l'éloignement des lieux où nos prêts s'effectuent, et si vous n e perdez pas de v u e q u ' u n e institution c o m m e la nôtre trouve sa sécurité d a n s des exigences de régularité auxquelles il importait d'habituer tout d'abord les e m p r u n t e u r s , m a i s qui, p a r leur nouveauté et leur application

rigoureuse,

devaient ê t r e , p o u r n o s p r e m i è r e s transactions, une source de r e t a r d s et d'entraves. Dans le R a p p o r t qui va vous être présenté, nous suivrons l ' o r d r e adopté d a n s nos précédentes communications ; nous vous entretiendrons d'abord des opérations qui ont eu lieu pendant le cours de l'exercice ; puis n o u s soumettrons à votre examen et à votre approbation les comptes et le bilan de cet exercice, et, a p r è s vous avoir appelés à fixer le dividende à distribuer, ainsi q u e la v a l e u r des jetons de p r é s e n c e attribués aux a d m i n i s t r a t e u r s et aux c e n s e u r s , nous

vous

demanderons

de

compléter v o t r e Conseil d'administration

en

pourvoyant au r e m p l a c e m e n t de trois administrateurs démissionnaires.

er

§1 . Opérations. Avant de vous p a r l e r des prêts consentis depuis la transformation de la S o c i é t é , il convient d ' é t a b l i r ,

d'une m a n i è r e définitive sous ce r a p p o r t , la

situation de n o t r e ancienne Société. Les p r ê t s accordés p a r elle, réalisés p a r actes ou

simplement votés

au

3 1 d é c e m b r e 1 8 6 2 , et régularisés d e p u i s , se sont définitivement élevés, p a r suite de réductions ou de rectifications, à la s o m m e totale de 7 , 3 3 4 , 1 5 0 francs. Ces prêts, consentis sous l'empire de nos p r e m i e r s statuts, ont été faits à l'industrie sucrière p o u r constructions d'usines ou p o u r renouvellement ou amélioration d'outillage.

MANIOC.org

Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


— 5 —

Ils sont tous r e m b o u r s a b l e s en vingt ans, p a r annuités de 4 0 0 / 0 , se c o m posant, outre la s o m m e affectée à l ' a m o r t i s s e m e n t , de l'intérêt à raison de 6 fr. 3 8 0 / 0 p a r an, et de Frais d'administration fixés à 1 0 / 0 . Ils forment le bilan de notre

Société primitive et le contingent

d'affaires

réalisées par elle depuis sa fondation j u s q u ' a u 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 2 . Aucun p r ê t , v o u s le savez, Messieurs, n ' a été consenti en 1 8 6 3 . Avec l'année 1 8 6 4 ont c o m m e n c é nos opérations nouvelles. Dès le mois de février de cette a n n é e , en effet, v o t r e Conseil d ' a d m i n i s t r a t i o n s'est t r o u v é appelé à statuer s u r les p r e m i è r e s d e m a n d e s de p r ê t s formées à la Martinique et à la G u a d e l o u p e . Depuis ce m o m e n t , aux Antilles, les d e m a n d e s ont continué à se p r o d u i r e sans i n t e r r u p t i o n et à p r o g r e s s e r c o n s t a m m e n t . A la R é u n i o n , au c o n t r a i r e , elles se sont m o n t r é e s d ' a b o r d p e u n o m b r e u s e s ; certaines préventions semblaient s'être propagées dans cette colonie sur la d u r e t é des conditions faites aux e m p r u n t e u r s et sur les difficultés et les lenteurs dont les prêts étaient e n v i r o n n é s . Mais ces p r e m i è r e s impressions n ' o n t pas tardé à se dissiper et à faire place à u n e appréciation plus éclairée et plus exacte des services q u ' o n pouvait a t t e n d r e de n o t r e Société, et d ' i m p o r t a n t s appels faits à son crédit ont bientôt placé les propriétaires de cette colonie au p r e m i e r r a n g de nos e m p r u n t e u r s . Ainsi, m a l g r é les difficultés i n h é r e n t e s aux débuts de toute institution, n o t r e Société est entrée, avec l'exercice 1 8 6 4 , dans u n m o u v e m e n t d'affaires qui se développe chaque j o u r d a v a n t a g e et qui n e peut avoir d'autre limite q u e la satisfaction complète des besoins auxquels elle doit r é p o n d r e . Aux t e r m e s de nos nouveaux statuts, les affaires qui se p r é s e n t e n t s'engagent d'abord dans les Colonies ; les d e m a n d e s de prêts y sont r e ç u e s et instruites p a r les agents de la Société, puis soumises a u x Commissions coloniales, qui examinent la régularité des titres de p r o p r i é t é , la valeur et la solidité des gages, déterm i n e n t p r o v i s o i r e m e n t la quotité et les conditions des p r ê t s , et autorisent les agents de la Société à p r o c é d e r à la passation des actes conditionnels.

2

MANIOC.org

Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


6

L e s Commissions coloniales statuent ainsi sur les d e m a n d e s en p r e m i e r r e s s o r t . L e Conseil d'administration, dont la ratification est toujours nécessaire, n ' i n t e r vient ensuite que c o m m e juridiction souveraine, pour s a n c t i o n n e r , modifier ou r é f o r m e r l e u r s décisions. L e s statuts ont organisé de la s o r t e , avec b e a u c o u p de sagesse, u n double e x a m e n et u n contrôle s u p é r i e u r qui offrent toute garantie aux intérêts e n g a g é s et qui a s s u r e n t c o m p l é t e m e n t la sécurité des p r ê t s . Au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 les d e m a n d e s adressées à la Société et e n r e g i s t r é e s aux agences coloniales se sont élevées, pour nos trois Colonies, au chiffre total de 2 3 , 1 1 6 , 3 2 9 fr. 5 3 c. Dans

ce

chiffre,

les

d e m a n d e s formées

à

la

Réunion

figurent p o u r

12,114,000 francs; Celles formées à la G u a d e l o u p e , pour 6 , 2 5 6 , 0 0 0 francs ; Et celles formées à la Martinique, p o u r 4 , 7 4 6 , 3 2 9 fr. 5 3 c. L e s prêts consentis provisoirement p a r les Commissions coloniales se sont élevés : P o u r la Réunion, à

8 , 0 1 0 , 0 0 0 fr.

P o u r la G u a d e l o u p e , à

5,459,000

»

Et p o u r la Martinique, à

3,230,175

84

16,699,175

84

Ensemble..

» c.

Ceux ratifiés p a r le Conseil d'administration s'élèvent : P o u r la R é u n i o n , à

3 , 0 5 0 , 0 0 0 fr.

»

P o u r la Guadeloupe, à

3,801,500

»

Et p o u r la Martinique, à

2,195,075

84

9,046,575

84

Ensemble

Si l'on néglige les demandes admises p a r les Commissions coloniales et s u r lesquelles il n ' a v a i t pas encore été statué p a r le Conseil d'administration à la date du 31 d é c e m b r e 1 8 6 4 , pour n e tenir compte que des p r ê t s d e v e n u s défi-


— 7 — nitifs p a r la sanction du Conseil, on voit que le contingent d'affaires acquises, p r o d u i t par l'exercice, s'élève à la s o m m e de 9,0-46,575 fr. 8 4 c. et dépasse de 1 , 7 1 2 , 4 2 5 fr. 8 4 c , en une seule a n n é e , les p r ê t s effectués p e n d a n t toute sa d u r é e p a r n o t r e ancienne S o c i é t é . Si, m a i n t e n a n t , p o u r d é t e r m i n e r le chiffre des prêts effectués p a r n o t r e Société depuis son origine j u s q u ' à la fin du d e r n i e r exercice, on ajoute aux p r ê t s a n c i e n s , montant à 7 , 3 3 4 , 1 5 0 francs, ceux n o u v e a u x c o n s e n t i s e n 1 8 6 4 et s'élevant à 9 , 0 4 6 , 5 7 5 fr. 8 4 c , on t r o u v e q u ' a u 3 1 d é c e m b r e de ladite a n n é e ces divers prêts réunis forment u n e s o m m e totale de 1 6 , 3 8 0 , 7 2 5 fr. 8 4 c. Les p r ê t s n o u v e a u x , régis par nos statuts modifiés, produisent 8 0 / 0 d ' i n térêt p a r an, 1 fr. 2 0 0/0 de frais d'administration, et sont, à p e u d'exceptions p r è s , r e m b o u r s a b l e s en trente a n s , p a r des annuités de 1 0 fr. 0 4 0 / 0 , dans lesquelles l'amortissement se t r o u v e c o m p r i s . Ils se répartissent : p o u r la Guadeloupe,

e n t r e 5 3 e m p r u n t e u r s et sont

garantis p a r 6 3 i m m e u b l e s , et p o u r la Martinique, e n t r e 3 6 e m p r u n t e u r s et ont p o u r gage 4 7 i m m e u b l e s . A la R é u n i o n , où la p r o p r i é t é foncière est b e a u c o u p m o i n s morcelée qu'aux Antilles et se compose, en g é n é r a l , de vastes domaines et de g r a n d s centres de fabrication s u c r i è r e , ils se divisent e n t r e 4 e m p r u n t e u r s seulement et n'affectent que 4 i m m e u b l e s . Il est à r e m a r q u e r q u e , sauf deux c r é d i t s ouverts à l'industrie s u c r i è r e , t o u s les prêts n o u v e a u x ont été d e m a n d é s et accordés à titre foncier, et que plusieurs des d e m a n d e s de p r ê t s industriels qui avaient été adressées à n o t r e a n c i e n n e Société, et qui étaient pendantes lors de sa transformation, ont été r e p r o d u i t e s sous cette nouvelle f o r m e . Le p r ê t à titre foncier tend donc à dominer p r e s q u e exclusivement dans nos opérations et semble n e devoir plus laisser q u ' u n e place tout à fait secondaire au prêt à l'industrie s u c r i è r e , p o u r lequel, c e p e n d a n t , n o t r e Société avait été d ' a b o r d instituée. Trois causes principales nous paraissent de n a t u r e à p r o d u i r e et à expliquer ce résultat. La p r e m i è r e , c'est q u e le crédit ouvert pour construction d'usine ou a m é -


— 8 — lioration

d'outillage s u b o r d o n n e le v e r s e m e n t des fonds à l'exécution des t r a -

v a u x d e construction et à la mise en place des appareils, justifications n é c e s s a i r e s p o u r la sécurité du prêt, m a i s gênantes pour l ' e m p r u n t e u r , et qu'il n ' a p l u s à p r o d u i r e q u a n d il contracte à titre foncier, alors m ê m e que le m o n t a n t d u p r ê t est destiné à r e n o u v e l e r ou à a m é l i o r e r ses m o y e n s de fabrication. L a s e c o n d e , c'est que la nouvelle loi sur les s u c r e s , en rétablissant les s o u s t y p e s , abolis p a r la loi de 1 8 6 0 , sous l ' e m p i r e de laquelle s'était formée n o t r e Société p r i m i t i v e , a p e r m i s aux colons de c o n s e r v e r l e u r s anciens p r o c é d é s de fabrication, et a r e n d u , p a r conséquent, m o i n s nécessaire la transformation de l e u r s usines et le perfectionnement de leur outillage. L a troisième, enfin, et la principale, c'est que le d é g r è v e m e n t du sol p a r l ' a m o r t i s s e m e n t de la dette hypothécaire est le p r e m i e r et le plus p r e s s a n t besoin de la p r o p r i é t é foncière

aux Colonies. L à , c o m m e ailleurs, ce besoin

p r é c è d e et d o m i n e tous les a u t r e s , et le p r o p r i é t a i r e n e songe à a m é l i o r e r que lorsqu'il est s û r de c o n s e r v e r . L'affluence des d e m a n d e s de prêts qui se p r o d u i s e n t à titre foncier, depuis la transformation de n o t r e Société, est la m e i l l e u r e justification de la nécessité d e cette transformation et d é m o n t r e c o m b i e n il était u r g e n t de l ' o p é r e r dans l'intérêt des Colonies, n o n m o i n s q u e dans le n ô t r e . A p r è s la ratification des p r ê t s , c'est

dans les C o l o n i e s , au siége de nos

a g e n c e s , qu'il est p r o c é d é à l e u r réalisation ; mais la passation des actes définitifs n ' a lieu q u e s u r la p r o d u c t i o n de toutes les régularisations promises p a r les actes conditionnels ou exigées p a r le Conseil d'administration. Or ces régularisations indispensables e n t r a î n e n t parfois de longs délais, et la réalisation des p r ê t s s'en t r o u v e souvent r e t a r d é e . D ' u n a u t r e côté, la Société est quelquefois obligée de g a r d e r entre ses m a i n s les sommes n é c e s s a i r e s au r e m b o u r s e m e n t de c r é a n c e s à t e r m e qui p r i m e n t la sienne et qu'il faut acquitter s u r le montant des p r ê t s , afin de lui a s s u r e r le p r e m i e r r a n g h y p o t h é c a i r e qu'elle doit o c c u p e r sur les i m m e u b l e s affectés à sa garantie. Il en résulte q u e , d a n s le courant d'un exercice, il existe toujours u n e diffé-


— 9 —

r e n c e plus ou moins forte entre le montant des p r ê t s ratifiés et celui des prêts réalisés. E n effet, en ce qui c o n c e r n e celui qui n o u s occupe, s u r les prêts r a t i fiés en 1 8 6 4 ,

montant à

9 , 0 4 6 , 5 7 5 fr. 8 4 c . , cette différence s'élève

à

4 , 4 9 6 , 0 7 5 fr. 8 4 c , et se décompose ainsi e n t r e n o s trois Colonies :

Guadeloupe. P r ê t s ratifiés

3 , 8 0 1 , 5 0 0 fr.

P r ê t s réalisés Restant à réaliser.

Martinique.

P r ê t s ratifiés P r ê t s réalisés

1 , 7 8 0 , 0 0 0 fr.

» c.

2 , 1 9 5 , 0 7 5 fr. 8 4 c . .

Restant à réaliser

Réunion.

» c.

2,021,500

1,229,000 9 6 6 , 0 7 5 fr. 8 4 c .

P r ê t s ratifiés

3 , 0 5 0 , 0 0 0 fr.

P r ê t s réalisés

1,300,000

Restant à réaliser

1 , 7 5 0 , 0 0 0 fr.

» c.

» c.

La Société a u r a d o n c , pour parfaire le v e r s e m e n t des 9 , 0 4 6 , 5 7 5 fr. 8 4 c. d e prêts ratifiés dans le c o u r a n t de 1 8 6 4 , à faire face u l t é r i e u r e m e n t au p a y e m e n t des 4 , 4 9 6 , 0 7 5 fr. 8 4 c. restés e n t r e ses m a i n s , au fur et à m e s u r e de la p r o duction des justifications exigées ou de l'échéance des créances à r e m b o u r s e r . Nos ressources financières étant en F r a n c e , tandis que nos p r ê t s se réalisent dans les Colonies, au siége de nos agences, v o t r e Conseil d'administration a dû r e c h e r c h e r les m o y e n s p r o p r e s à p o u r v o i r à cette situation et à a s s u r e r , d ' u n e m a n i è r e constante et r é g u l i è r e , la m a r c h e de cette importante partie de notre service. L ' e x a m e n de cette question l'a a m e n é à reconnaître que ce résultat serait complétement atteint en autorisant nos agents à t i r e r des traites s u r la Société et à les négocier s u r les lieux. 3


— 10 —

Suivant nos prévisions, ce m o d e de p r o c é d e r a, en effet, parfaitement fonctionné, et nous en avons obtenu les résultats les plus satisfaisants. E n r é s u m é , l'exercice 1 8 6 4 présente les résultats suivants : 2 3 , 1 1 6 , 3 2 9 fr. 5 3 c. de d e m a n d e s se sont produits pendant sa d u r é e ; 1 6 , 6 9 9 , 1 7 5 fr. 8 4 c. de prêts ont été p r o v i s o i r e m e n t consentis p a r les C o m missions coloniales ; 9 , 0 4 6 , 5 7 5 fr. 8 4 c. de ces prêts ont été ratifiés par le Conseil d'administration. S u r ceux-ci il en a été réalisé pour 4 , 5 5 0 , 5 0 0 francs, et il restait,

pour

les parfaire, à v e r s e r 4 , 4 9 6 , 0 7 5 fr. 8 4 c . , Et 6 , 3 6 7 , 1 5 3 fr. 6 9 c. de demandes en instruction attendaient, au 3 1 d é c e m b r e d e r n i e r , les décisions des Commissions coloniales. Si maintenant, sans vouloir anticiper s u r l'exercice actuellement en c o u r s , nous jetons les yeux sur les opérations qui se poursuivent depuis le c o m m e n c e m e n t de la p r é s e n t e a n n é e , nous pouvons constater avec satisfaction que les demandes de prêts augmentent j o u r n e l l e m e n t , surtout en i m p o r t a n c e ; q u ' e l l e s s'instruisent mieux et plus rapidement, et q u ' à m e s u r e que notre Société fonctionne les colons en comprennent mieux les conditions et en apprécient de plus en plus les avantages et les bienfaits, et n o u s pouvons affirmer, sans c r a i n d r e que l'avenir n o u s d é m e n t e , que n o t r e institution de crédit est entrée désormais dans u n e période de pleine activité qui ne peut que se développer chaque j o u r davantage sous l'empire de n o m b r e u x et incessants besoins. C'est pour satisfaire à ces besoins q u e , après avoir épuisé les r e s s o u r c e s p r o venant de nos deux p r e m i è r e s émissions d'obligations, votre Conseil d ' a d m i nistration a jugé nécessaire, à la fin du dernier exercice, d'appeler d'abord un second versement de 1 2 5 francs s u r les actions, destiné à les libérer

de

2 5 0 francs, c o m m e celles du Crédit foncier de F r a n c e , et, cette condition de sécurité réalisée, de faire, bientôt a p r è s , appel au crédit en décidant l ' é m i s sion d ' u n e troisième série de 4 5 , 0 0 0 obligations. Nous a u r o n s à vous entretenir des détails de ces opérations, qui se sont accomplies, vous le savez, avec le plus grand succès, en vous rendant compte de l'exercice actuellement en c o u r s , auquel elles se r a p p o r t e n t .


11

Mais l'adoption de pareilles m e s u r e s atteste suffisamment par elle-même l'extension qu'ont prise nos prêts et le besoin de se p r é m u n i r d e s r e s s o u r c e s nécessaires p o u r y faire face et en favoriser le développement. Nous devons toutefois v o u s d o n n e r connaissance d'un vote r é c e n t émis, dans sa d e r n i è r e session, p a r le Conseil général de la Réunion et qui se r a t t a c h e , par sa date, à l'exercice qui n o u s occupe. Aux termes de conventions i n t e r v e n u e s , les 9 août et 8 s e p t e m b r e 1 8 6 3 , entre la Société et les colonies de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Réunion, représentées p a r Son E x c . M. le Ministre de la Marine et des Colonies, conventions sanctionnées p a r décrets de l ' E m p e r e u r , la Société, vous n e l'ignorez pas, s'est engagée

à effectuer

des prêts j u s q u ' à concurrence

de

• 1 0 millions dans chacune de ces colonies, et, de leur côté, elles se sont obligées à lui fournir, c h a c u n e , u n e garantie annuelle de 2 5 0 , 0 0 0 francs, inscrite à leurs budgets respectifs, et affectée, p a r préférence, aux ressources de la Société et à titre de subvention éventuelle, à couvrir les pertes qu'elle pourrait avoir éprouvées, dans le cours d'un exercice, soit sur le payement des annuités ducs p a r les e m p r u n t e u r s , soit s u r le r e m b o u r s e m e n t des prêts, après la liquidation des gages. L e s demandes de prêts ayant atteint à la R é u n i o n , dans le courant de 1 8 6 4 , la s o m m e de 1 2 , 1 1 4 , 0 0 0 francs, le Conseil général de cette Colonie, afin d'obtenir que la Société consentît à p o r t e r le chiffre de ses prêts à 2 0 millions de francs, a résolu d'élever à 5 0 0 , 0 0 0 francs la garantie fournie p a r la convention du 8 septembre 1 8 6 3 , et il a conféré à M. le Ministre de la Marine et des Colonies les pouvoirs nécessaires p o u r conclure à cet effet avec la Société une convention s u p p l é m e n t a i r e . La négociation de celte convention est en ce m o m e n t pendante, et il y a tout lieu d'espérer qu'elle ne t a r d e r a pas à être conclue.

§ 2.

Comptes et Bilan. Suivant le m o d e que nous avons précédemment adopté et qui a obtenu votre


— 12 — approbation, n o u s allons faire passer sous vos y e u x , en les accompagnant des explications nécessaires à leur complète intelligence, les divers articles qui figurent au bilan.

1. — Actif. Sous les articles 1 et 2 : Prêts hypothécaires et Prêts

hypothécaires

à 6 38 0/0, 7,010,269 fr.01 c.,

à 8 0 / 0 , 4 , 6 0 1 , 0 1 1 fr. 6 4 c . , figurent les prêts réalisés

tant p a r n o t r e ancienne Société que par la nouvelle et dont les annuités de r e m b o u r s e m e n t courent à n o t r e profit. L e chiffre

de

ces p r e m i e r s p r ê t s n e s'élevait,

au dernier

bilan,

qu'à

6 , 7 9 6 , 3 6 4 fr. 4 0 c. L'augmentation p r o v i e n t de v e r s e m e n t s effectués p a r

la

Société en 1 8 6 4 e n t r e les mains de certains e m p r u n t e u r s qui, antérieurement, n e s'étaient pas trouvés en m e s u r e de fournir

toutes les justifications n é c e s -

s a i r e s . Cette augmentation aurait été plus considérable s'il n'avait pas fallu tenir compte de l'amortissement o p é r é s u r les p r ê t s p a r le payement des annuités. L'article 3 , intitulé : Semestres

et annuités

dus, 1 7 5 , 7 0 2 fr. 0 1 c , r e p r é -

sente, c o m m e ce titre l'indique, deux annuités en r e t a r d , é c h u e s , la p r e m i è r e le 2 5 m a r s 1 8 6 4 , et la seconde le 3 0 s e p t e m b r e suivant, mais dont le r e c o u v r e m e n t n'inspire a u c u n e inquiétude, et les semestres d'annuités exigibles à la date m ê m e du 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 et à r e c o u v r e r dans les Colonies.

L'article 4 qui suit, Intérêts

courants : — 1 4 1 , 0 0 0 fr., concerne la s u p p u -

tation des intérêts acquis au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 et c o m p r i s dans les annuités à percevoir le 3 1 m a r s 1 8 6 5 . L'article 5 , Agences

: — 1,071 fr. 4 3 c. fait état d ' u n e s o m m e d u e p a r les

Agences coloniales. L e s Versements

en retard sur nos obligations,

qui font l'objet de l'article 6

et q u i , en 1 8 6 3 , montaient à 1 7 , 4 2 0 fr., ne s'élèvent plus q u ' à 1 5 , 7 6 0 fr.


— 13 — L'article 7 suivant, Obligations

en portefeuille

: —- 1 4 9 , 0 4 0 fr., n ' a pas v a -

rié et reste le m ê m e q u e dans n o t r e précédent bilan. Les Frais spéciaux et m o n t a n t à

aux

émissions

d'obligations,

1 4 5 , 7 9 9 fr. 9 4 c , n e

compris sous l'article

figuraient

8

au bilan de 1 8 6 3 q u e p o u r

9 9 , 4 4 7 fr. 3 7 c. Ils paraissent augmentés de 4 6 , 3 5 4 fr. 5 7 c. ; mais cette augmentation n'est qu'apparente et provient d'une écriture d ' o r d r e . E n jetant les yeux s u r le passif du bilan, on y voit, en effet, titre de Service

figurer

à l'article 8, sous le

des lots, u n e s o m m e de 6 4 , 1 4 9 fr. 1 0 c . , r e p r é s e n t a n t l'excé-

dant resté à la Société en 1 8 6 2 , 1 8 6 3 et 1 8 6 4 , sur les prévisions faites p o u r le service des lots attribués aux obligations et distribués pendant ces trois ann é e s . La s o m m e affectée à ce s e r v i c e , soit 1 0 / 0 du capital r e p r é s e n t é p a r les obligations, laissant un boni dans la p r e m i è r e période des tirages, tandis qu'elle devient insuffisante dans la seconde, il était nécessaire de rétablir

l'équilibre

et de rectifier la comptabilité. Mais, si l'on déduit, des 1 4 5 , 7 9 9 fr. 9 4 c. portés à l'actif, les 6 4 , 1 4 9 fr. 1 0 c. ci-dessus figurant au passif, il n e reste plus q u ' u n e s o m m e de 8 1 , 6 5 0 fr. 8 4 c , qui, c o m p a r é e à celle de 9 9 , 4 4 7 fr. 3 7 c. p o r t é e au bilan de 1 8 6 3 , p r é s e n t e , en faveur de 1 8 6 4 , u n e diminution de 1 7 , 7 9 6 f. 5 3 c . , correspondante à l'amortissement annuel produit p a r l'application à ces

frais

spéciaux des 0 fr. 2 8 c. r é s e r v é s s u r les annuités de r e m b o u r s e m e n t payées p a r les e m p r u n t e u r s et spécialement affectés à cette destination. L e s Frais de premier

établissement,

s'élevaient, lors du précédent

formant l'objet de l'article 9 ,

et qui

e x e r c i c e , à 1 4 , 3 2 1 fr. 7 8 c . , montent a u j o u r -

d'hui à 2 2 , 6 3 5 f. 1 3 c. et p r é s e n t e n t ainsi u n e augmentation de 8 , 3 1 3 f. 3 5 c. qu'expliquent et q u e justifient les dépenses occasionnées p a r la constitution de nos Agences coloniales. L'article 1 0 ,

Impôts

ticle 1 1 , Actionnaires, Actions,

et

droits

Versements

3 / 4 non appelés

: —

de transmission en retard

9,000,000

: — 6 9 fr. 8 3 c. ; l ' a r -

: — 1 , 5 0 0 fr., et l'article fr.,

n'exigent pas de

12,

commen-

taires.

I I . — Passif. Les d e u x p r e m i e r s articles d u passif, Capital serve statutaire

: — 1 2 , 0 0 0 , 0 0 0 f r . , et

Ré-

: — 2 , 8 5 0 fr., s'expliquent également d ' e u x - m ê m e s .

L'article 3 , qui s u i t , Semestre

et

demi-annuités

payés

d'avance

:


— 14 6 0 9 , 4 0 8 fr., 80 c. r e p r é s e n t e les r e t e n u e s

o p é r é e s p a r la Société s u r

montant

réalisation,

des p r ê t s ,

au m o m e n t

de

leur

conformément

le aux

statuts. Les articles 4 et 5, Obligations, tions,

2

e

re

1

émission

émission : — 2 , 8 0 6 , 5 0 0 fr.,

: — 2 , 6 9 7 , 0 0 0 fr. ;

c o m p r e n n e n t les

sommes

Obliga-

restant

à

a m o r t i r s u r ces deux émissions de titres. L'article

6 ,

Obligations.

Remboursements

et

Semestres

arriérés

:

4 6 , 4 8 4 fr. 3 5 c , se c o m p o s e , comme l'indique son titre, des s o m m e s dues à ceux de nos p o r t e u r s d'obligations qui n'ont pas réclamé le payement d'intérêts échus ou le r e m b o u r s e m e n t d'obligations à a m o r t i r sorties aux

derniers

tirages. Sous l'article 7 ,

Obligations.

Semestre

à écheoir le 1

e r

février

1865 :

1 3 2 , 4 0 6 fr. 2 5 c . , se trouve la supputation de la s o m m e incombant à l'exercice 1 8 6 4 dans le m o n t a n t des intérêts à p a y e r , le 1

e r

février 1 8 6 5 , s u r les

obligations. L'article 8 , Service

des lots : — 6 4 , 1 4 9 fr. 1 0 c , se c o m p o s e , c o m m e il a

été déjà expliqué, de l'excédant sur les lots distribués en 1 8 6 2 , 1 8 6 3 et 1 8 6 4 , du prélèvement de 1 0 / 0 d u capital des obligations affecté à ce s e r v i c e . A l'article s u i v a n t , Comptoir d'Escompte

: — 2 8 5 , 0 8 9 fr. 5 4 c , figure la

s o m m e qui, après épuisement des ressources p r o v e n a n t , soit du 1/4

versé

s u r les actions, soit du montant des obligations, a été avancée à la Société p a r le Comptoir d'Escompte pour s u b v e n i r à la réalisation des p r ê t s .

L'article 1 0 , Comptes courants

divers : — 1 3 3 , 0 1 2 fr. 7 2 c . , comprend les

sommes r e t e n u e s aux e m p r u n t e u r s s u r les p r ê t s déjà réalisés par actes définitifs et dont le v e r s e m e n t est s u b o r d o n n é à la production de régularisations promises ou exigées ou à l'échéance de créances à t e r m e . L'article 1 1 , Compte des sommes réservées

: — 2 9 , 9 4 9 fr. 2 0 c . , r e p r é s e n t e

le reliquat des r e t e n u e s opérées s u r les crédits ouverts à titre industriel p a r n o t r e ancienne Société, p o u r faire face aux i n t é r ê t s , frais et commissions p a r les e m p r u n t e u r s pendant la période de construction des u s i n e s .

dus


— 15 —

À l'article 1 2 qui suit, Intérêts

statutaires

: — 9 7 , 3 3 5 fr. 6 6 c. figurent les

intérêts acquis aux actionnaires au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 s u r le v e r s e m e n t opéré sur les actions. L'article 1 3 , Acceptations

à payer

: — 2 , 0 6 3 , 5 9 0 fr. 5 3 c . , se compose d u

montant des traites tirées sur la Société p o u r la réalisation des p r ê t s et à a c quitter à leur é c h é a n c e . En ajoutant à cette s o m m e celle de 2 8 5 , 0 8 9 fr. 5 4 c. avancée par le Comptoir d ' E s c o m p t e , et sans p a r l e r des traites en cours de voyage et de celles à émettre pour les prêts à réaliser chaque j o u r , on voit que la Société se trouvait déjà à d é c o u v e r t , au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 , d ' u n e s o m m e de 2 , 3 4 8 , 6 8 0 fr. 8 7 c . , situation à laquelle il devenait u r g e n t de pourvoir par l'adoption des m e s u r e s financières que nous vous avons fait c o n n a î t r e . L'article 1 4 , intitulé Compte de rapatriement exige u n e explication. La négociation

des

des capitaux traites de la

: — 70,000

fr.,

Société aux Co-

lonies a donné lieu à son profit à la perception de p r i m e s plus ou moins é l e vées ; mais ce bénéfice est dû à des circonstances variables et ne saurait ê t r e considéré que c o m m e transitoire. En effet, le cours du c h a n g e , qui est en

ce

m o m e n l favorable à la Société, peut plus tard lui devenir onéreux p a r suite des événements et des modifications probables q u e le développement de nos opérations doit a m e n e r dans la situation

financière

et économique des Colonies. La

Société peut donc, à u n m o m e n t donné, avoir à s u p p o r t e r des frais, soit pour la négociation de ses traites, soit à l'occasion des envois de n u m é r a i r e

qu'elle

serait obligée de faire p o u r la réalisation des p r ê t s , soit enfin pour le r a p a t r i e m e n t des capitaux qu'il faudrait faire r e v e n i r en F r a n c e p o u r le r e m b o u r s e m e n t des obligations. Il a, dès l o r s , p a r u sage à v o t r e Conseil d'administration de prévoir cette éventualité et de p r e n d r e

à l'avance les m e s u r e s de p r u d e n c e

qu'elle exige. Il a décidé, en c o n s é q u e n c e , q u ' u n p r é l è v e m e n t de 7 0 , 0 0 0 fr., o p é r é s u r le montant des p r i m e s , sera porté à u n compte particulier ouvert au r a p a t r i e m e n t des capitaux, p o u r ê t r e affecté u l t é r i e u r e m e n t , s'il y a lieu, aux frais que p o u r r a i e n t occasionner la réalisation des prêts aux Colonies el le r e tour des capitaux en F r a n c e . L'article 1 5 et d e r n i e r , Profits

et pertes

— s'élève à 2 2 6 , 0 8 2 fr. 7 9 c.


16

Conformément à l'article 7 5 des s t a t u t s ,

le q u a r t de cette s o m m e , soit

5 6 , 5 2 0 fr. 7 0 c . , doit être attribué au fonds de r é s e r v e . Après cette défalcation, 169,562

fr.

09 c . ,

nous

qui r é d u i t le compte vous proposons

de

profits et p e r t e s à

de décider q u ' u n e s o m m e de

1 6 8 , 0 0 0 fr. sera répartie entre les 2 4 , 0 0 0 actions de la Société, et que le solde r e s t a n t , de 1,562 fr. 0 9 , sera r e p o r t é à l'exercice 1 8 6 5 . Celte répartition d o n n e r a pour chaque action un dividende de 7 fr. qui sera payé le 1

e r

octobre p r o c h a i n , en m ê m e temps q u e l'intérêt statutaire.

E n ajoutant

à ce dividende

l'intérêt de 5 0 / 0 attribué aux a c t i o n s , soit

6 fr. 2 5 c. p a r an s u r le p r e m i e r v e r s e m e n t de 1 2 5 fr. dont elles étaient seulement libérées au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 , le r e v e n u total, pendant l'exercice clos, se sera élevé à 1 3 fr. 2 5 c. p a r a c t i o n , c'est-à-dire 1 0 , 6 0 0 / 0 s u r les 1 2 5

fr.

versés.

Jetons de présence. Au m o m e n t de la création de notre Société et plus t a r d , lors de sa transformation, la valeur des jetons de présence attribués aux administrateurs et aux censeurs a été provisoirement fixée à 1 0 fr. Vous aurez à apprécier si, en p r é s e n c e du développement de nos opérations, le m o m e n t n e serait pas v e n u de fixer définitivement la v a l e u r de ces jetons d e présence en les élevant au chiffre de 2 0 fr. généralement adopté p a r les autres Compagnies

financières.

Remplacement de trois Administrateurs démissionnaires. Depuis n o t r e d e r n i è r e réunion u n vide considérable s'est fait dans les r a n g s de votre Conseil d'administration. Des raisons de santé ou d'absence ont m o t i v é successivement la démission de M. Malavois, de M. le comte de Bouillé et de


-

17 —

M. C h a r l e s R o b i n , qui avaient c o n c o u r u tous trois à la fondation et à la t r a n s formation de notre Société, et qui apportaient à nos travaux le p r é c i e u x concours d ' u n e g r a n d e expérience et d ' u n e connaissance approfondie des m a t i è r e s coloniales. Vous vous associerez aux r e g r e t s q u e l e u r retraite n o u s i n s p i r e . Votre Conseil d'administration a p r o v i s o i r e m e n t p o u r v u aux vacances p r o duites en

appelant dans son sein

M. P i e r r e de G u i g n é , ancien m e m b r e du

Conseil général de la R é u n i o n , a u j o u r d ' h u i fixé à P a r i s , en r e m p l a c e m e n t M. Malavois ; M. Félix Rivet, avocat à la C o u r impériale de P a r i s ,

de

ancien

m e m b r e du Conseil général de la M a r t i n i q u e , en r e m p l a c e m e n t de M. le c o m t e de B o u i l l é , et M. Nas de T o u r i s , délégué de la R é u n i o n , en r e m p l a c e m e n t de M. Charles R o b i n , qui était investi des m ê m e s fonctions et auquel il a succédé. Ces choix présentent toutes les garanties désirables et nous assurent u n e collaboration utile et éclairée. Nous avons l ' h o n n e u r de les p r o p o s e r à v o t r e a p probation. Nous n e t e r m i n e r o n s p a s , Messieurs, sans payer u n j u s t e et public tribut d e r e m e r c i e m e n t s aux Commissions coloniales et à nos a g e n t s , dont le zèle, les lumières et le d é v o u e m e n t ont toujours été à la h a u t e u r de leur difficile

et

délicate mission, et dont les efforts se sont c o n s t a m m e n t associés aux n ô t r e s p o u r développer nos opérations dans les conditions de p r u d e n c e et de r é g u l a r i t é qui doivent en a s s u r e r le s u c c è s .


18

BILAN AU 31 DÉCEMBRE 1864.

ACTIF.

Prêts hypothécaires à 6-38 p. % — Semestres et

à 8 p. %

annuités dus

Intérêts courants

7,010,269 01

Capital

4,601,011 64

Réserve statutaire

175,702 01

Semestres et demi-annuités payés d'avance.

141,000

Obligations. 1

»

1,071 43

Agences Obligations. — Versements en retard. —

PASSIF.

En portefeuille

Frais spéciaux aux obligations Frais de premier établissement Impôts et droits de transmission Actionnaires. — Versements en retard Actions. — 3/4 non appelés

15,760

»

149,040

»

145,799 94

re

Id. Id.

e

2

69 83 1,500

»

9,000,000

»

2,697,000

»

2,806,500

»

semestres

Semestres à écheoir le vrier 1865

Service des lots

46,484 35 er

1

fé132,406 25 64,149 10

Comptoir d'Escompte

285,089 54

Comptes courants divers

133,012 72

Comptes des s o m m e s réservées Intérêts statutaires Acceptations à payer Compte de rapatriement des capitaux Profits et pertes

21,263,858 99

»

609,408 85

émission

Remboursements et

22,635 13

»

2,850

émission

arriérés Id.

12,000,000

29,949 20 97,335 66 2,063,590 53 70,000

»

226,082 79

21,263,858 99


RAPPORT DES CENSEURS A l'Assemblée g é n é r a l e du 1 9 Mai 1 8 6 5 .

MESSIEURS,

Le R a p p o r t que vous venez d ' e n t e n d r e vous a fait connaître la m a r c h e p r o gressive suivie p a r n o t r e Société p e n d a n t le d e r n i e r e x e r c i c e . Nous n ' a v o n s eu à constater, p o u r toutes les opérations qu'il e m b r a s s e , q u e l'observation r i g o u r e u s e de toutes les prescriptions statutaires et la r é g u l a r i t é des comptes et du bilan a r r ê t é au 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 , dont l'approbation v o u s est a u j o u r d ' h u i d e m a n d é e . Les difficultés q u e n o u s avions éprouvées au début ont été h e u r e u s e m e n t s u r m o n t é e s . Avec le concours intelligent et d é v o u é des Commissions coloniales et le zèle éclairé de nos agents, n o u s avons obtenu des établissements de p r o priété plus réguliers et de plus justes bases d'appréciation dans les e s t i m a t i o n s ; il a été possible ainsi de d o n n e r u n e légitime satisfaction aux e m p r u n t e u r s et à la Société les garanties que lui a s s u r e n t ses s t a t u t s . Nous avions toujours eu la ferme confiance que nos Colonies s a u r a i e n t p r o m p t e m e n t r e c o n n a î t r e les c o n ditions nécessaires et les avantages évidents de n o t r e institution. Nos opérations s'étendent a u j o u r d ' h u i aux trois Colonies, et votre Conseil d'administration ne néglige aucune des m e s u r e s qui peuvent a m é l i o r e r l ' i n s truction des affaires et i m p r i m e r à nos p r ê t s un développement r a p i d e . Les résultats obtenus vous p e r m e t t e n t d ' a p p r é c i e r p a r v o u s - m ê m e s la s i t u a tion.


— 20 — Les prêts faits à l'industrie s u c r i è r e , p e n d a n t la p r e m i è r e période de n o t r e Société j u s q u ' a u 31 d é c e m b r e 1 8 6 3 , se montaient à 7 , 3 3 4 , 1 5 0 francs. L e s p r ê t s fonciers, ratifiés p e n d a n t les dix m o i s de l'année 1 8 6 4 , où v o s n o u v e a u x Statuts ont fonctionné, ont été de 9 , 0 4 6 , 5 7 5 fr. 8 4 c. C'était u n e s o m m e totale de 1 6 , 3 8 0 , 7 2 5 fr. 8 4 c. Cette s o m m e allait excéder tous les fonds disponibles de la S o c i é t é , qui se composaient du p r e m i e r v e r s e m e n t s u r les actions et des deux p r e m i è r e s émissions d'obligations. C'est sous l ' e m p i r e de ces circonstances, et p o u r ne s ' a d r e s s e r au crédit q u e dans des conditions de complète s é c u r i t é , q u e v o t r e Conseil d'administration a j u g é utile, à la fin de l'exercice d e r n i e r , d'appeler u n n o u v e a u v e r s e m e n t de 1 2 5 francs sur les actions, q u i se t r o u v e n t libérées de 2 5 0 francs, c o m m e dans la c o m p a g n i e du Crédit foncier de F r a n c e . Ce v e r s e m e n t s'est effectué, au c o m m e n c e m e n t de l'année c o u r a n t e , avec une entière régularité ; il témoigne ainsi et de la b o n n e position de tous les d é t e n t e u r s de nos actions et de la

confiance qu'ils ont dans l'avenir de n o t r e

Société. Notre capital réalisé est donc maintenant de 6 millions ; il doit à la fois faciliter le m o u v e m e n t de nos opérations et laisser u n j e u plus libre et plus r é g u l i e r p o u r les émissions u l t é r i e u r e s d'obligations. L e succès avec lequel s'est accompli, en effet, l ' e m p r u n t qui a été mis en souscription, peu de t e m p s a p r è s , en est u n e p r e u v e évidente. L e s faits ont p r o m p t e m e n t , d ' a i l l e u r s , justifié l'opportunité de ces m e s u r e s . A u j o u r d ' h u i , mai 1 8 6 5 , le m o n t a n t total des prêts consentis s'élève à une s o m m e qui dépasse déjà 2 0 millions. Le bénéfice n e t , toutes déductions faites des c h a r g e s , est, p o u r l'exercice 1 8 6 4 , de 2 2 6 , 0 8 2 fr. 7 9 c ; il y a lieu d'en d é d u i r e le q u a r t p o u r la r é s e r v e prescrite

par

les s t a t u t s , et il

reste,

par

suite,

une

somme libre

de

1 6 9 , 5 6 2 fr., 0 9 c . , qui p e r m e t de d i s t r i b u e r un dividende de 7 francs p a r action, i n d é p e n d a m m e n t de l'intérêt de 5 0 / 0 déjà servi sur le capital v e r s é .


— 21 —

Votre Conseil d'administration vous d e m a n d e donc de voter ce dividende, qui s e r a payé le 1

e r

octobre p r o c h a i n , avec le semestre d'intérêts exigible à cette

époque. Nous devons au s u r p l u s , Messieurs, en t e r m i n a n t , vous r a p p e l e r que, dans les opérations de crédit foncier, les p r ê t s se font à long t e r m e et p a r annuités ; ce n'est q u e successivement que la Société r e n t r e dans les allocations auxquelles elle a droit c o m m e dans le capital du prêt lui-même ; les p r e m i e r s exercices supportent donc les c h a r g e s les plus l o u r d e s , mais l'avenir, qui doit profiter de l'ensemble de toutes les opérations, n o u s r é s e r v e , p a r u n e conséquence n a t u relle, u n e j u s t e c o m p e n s a t i o n .


EXTRAIT DU PROCÈS-VERBAL D E LA

Séance de l'Assemblée g é n é r a l e du 1 9 Mai 1 8 6 5 .

M . le Président soumet à l'Assemblée les comptes de l'exercice 1 8 6 4 , c o m p r e n a n t le t e m p s écoulé du 1

e r

j a n v i e r au 3 1 d é c e m b r e de ladite année et met

aux voix l'approbation de ces c o m p t e s . L ' A s s e m b l é e , votant p a r assis et l e v é , a p p r o u v e les comptes de l'exercice clos le 3 1 d é c e m b r e 1 8 6 4 . M . le Président m e t ensuite aux voix la proposition faite p a r le Conseil d ' a d ministration de décider q u e , sur le solde du compte de Profits et P e r t e s , s'élevant à 1 6 9 , 5 6 2 fr. 0 9 c . , u n e s o m m e de 1 6 8 , 0 0 0 francs s e r a répartie entre les 2 4 , 0 0 0 actions de la Société, et q u e le solde r e s t a n t , m o n t a n t à 1,562 fr. 0 9 c , sera r e p o r t é à l'exercice 1 8 6 5 . L ' A s s e m b l é e , votant p a r assis et l e v é , adopte cette proposition et décide, en conséquence, q u ' u n e s o m m e de 1 6 8 , 0 0 0 francs, donnant 7 francs p a r action, sera répartie e n t r e les 2 4 , 0 0 0 actions de la Société, et que le solde restant sera r e p o r t é à l'exercice en c o u r s . M . le P r é s i d e n t m e t aux voix la proposition d u Conseil

d'administration

tendante à ce que la valeur des jetons de p r é s e n c e attribués aux administrateurs et aux censeurs soit fixée à 2 0 francs. L'Assemblée, votant p a r assis et levé et adoptant cette proposition, fixe à 2 0 francs la v a l e u r des jetons de présence attribués aux a d m i n i s t r a t e u r s et aux censeurs.


— 24 Enfin M. le Président met aux voix la proposition du Conseil d ' a d m i n i s t r a tion tendante au r e m p l a c e m e n t de M. Malavois, administrateur d é m i s s i o n n a i r e , p a r M. P i e r r e de Guigné, ancien m e m b r e du Conseil général de la R é u n i o n ; a u r e m p l a c e m e n t de M. le c o m t e de Bouillé, administrateur démissionnaire, p a r M. Félix Rivet, avocat à la C o u r impériale de P a r i s , ancien m e m b r e du Conseil général de la Martinique, et au r e m p l a c e m e n t de M. Charles Robin, administrat e u r démissionnaire, p a r M. Nas de T o u r i s , délégué de la R é u n i o n . L ' A s s e m b l é e , votant p a r assis et levé, n o m m e successivement

administra-

t e u r s : M. P i e r r e de G u i g n é , en r e m p l a c e m e n t de M. Malavois ; M. Félix Rivet, en r e m p l a c e m e n t de M. le comte de Bouille, et M. Nas de T o u r i s , en r e m p l a c e m e n t de M. Charles R o b i n . L ' o r d r e du j o u r étant épuisé, la séance est l e v é e .

Paris. — Imprimerie Paul Dupont rue de Grenelle-Saint-Honoré, 45.

Société de Crédit foncier colonial : Rapport à l'Assemblée générale du 19 mai 1865  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Société de Crédit foncier colonial : Rapport à l'Assemblée générale du 19 mai 1865  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Profile for scduag
Advertisement