Page 1

MAIRIE DE

FORT-DE-FRANCE

COMMISSION

MUNICIPALE

CHARGÉE

d'examiner à Port-of-Spain (Trinidad) le mode de rechargement et d'entretien des rues, le fonctionnement des abattoirs, les services de propreté, des eaux, des pompes funèbres, et en général toutes les méthodes de voirie urbaine, d'assainissement et d'hygiène appliquées et d'examiner le moyen de les adapter à la ville de Fort-de-France.

RAPPORT

FORT-DE-FRANCE

IMPRIMERIE

DESLANDES

34, Rue Perrinon, 34 192O

MANIOC.org

R é s e a u des b i b l i o t h è q u e s

Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOС.org R é s e a u des b i b l i o t h è q u e s

Ville d e Pointe-à-Pitre


MAIRIE

DE

FORT - DE - FRANCE

COMMISSION

MUNICIPALE

chargée d'étudier à Port-of-Spain (Trinidad) le mode de rechargement et d'entretien des rues, le fonctionnement des abattoirs, les services de propreté, des eaux, des pompes funèbres et en général toutes les méthodes de voirie urbaine, d'assainissement et d'hygiène appliquées, et d'examiner le moyen de les adapter à la ville de Fort-de-France.

RAPPORT

La Commission n o m m é e p a r le Conseil municipal à l'effet de se t r a n s p o r t e r à Trinidad et, au besoin, à Barbade a u x fins ci-dessus, composée de : MM. I. T a r q u i n , 2 è m e adjoint au Maire, Délégué à la Voirie, O. Mosole, Conseiller Municipal, P . N a y s , Agent-Voyer, a laissé la M a r t i n i q u e p a r le s t e a m e r faisant le service intercolonial des Antilles, le 27 février d e r n i e r ; elle a d é b a r q u é à Port-of-Spain le 29, y a s é j o u r n é j u s q u ' a u 14 m a r s et est r e n t r é e à F o r t - d e - F r a n c e le 16 m a r s . Dès son a r r i v é e d a n s la Colonie anglaise elle s'est p r é s e n t é e , avec u n e lettre de r e c o m m a n d a t i o n de M. le G o u v e r n e u r d e la M a r t i n i q u e , à M. le Consul français. Celui-ci lui a r e m i s aussitôt des lettres d ' i n t r o d u c tion p o u r M. le S e c r é t a i r e Colonial du G o u v e r n e m e n t d e T r i n i d a d qui a, l u i - m ê m e , d e m a n d é aux a u t o r i t é s m u n i c i p a l e s de la localité de favoriser toutes les investigations auxquelles la Commission désirait se livrer. Avec l'obligeant c o n c o u r s de l'Ingénieur m u n i c i p a l et d u chef du Service d e prophylaxie, les d é l é g u é s de la Ville d e F o r t - d e - F r a n c e ont pu p r o c é d e r au Chef-lieu de la T r i n i d a d et a u x e n v i r o n s à toutes les observations cidessous développées qui leur ont p a r u devoir se r a t t a c h e r à l e u r m i s s i o n . E T A B L I S S E M E N T et E N T R E T I E N des R U E S et C H A U S S É E S . — S a n s a u c u n e exagération l'on p e u t dire q u e la viabilité u r b a i n e est excellente à Port-of-Spain. Les voies s u b u r b a i n e s , d a n s le rayon t r è s é t e n d u q u e n o u s avons pu visiter, sont d a n s le m ê m e état. L'aspect q u e p r é s e n t e n t les c h a u s s é e s , s u r t o u t celles des r u e s , est celui d'un glacis b é t o n n é et enduit, de dix à douze m è t r e s de l a r g e u r . Le b o m b e m e n t est p e u a p p a r e n t , le profil t r a n s v e r s a l s e m b l e celui d ' u n e a i r e horizontale. P o u r t a n t q u e l q u e s m i n u t e s a p r è s les a v e r s e s la voie paraît à p e i n e h u m i d e . Cela tient à la constitution m ê m e de l ' e m p i e r r e m e n t d o n t l'épaiss e u r atteint p r è s d e 0 m 2 0 , et qui est r e v ê t u d ' u n e couche d'huile lourde q u i le r e n d i m p e r m é a b l e . De plus, b i e n q u e le sous-sol soit loin d'être Ville d e Pointe-à-Pitre


— 2 — m a u v a i s , l ' e m p i e r r e m e n t est assis s u r u n e solide fondation c o m p o s é e d ' u n pavage à sec de g r o s s e s p i e r r e s de 0 m 2 0 à 0 m 2 5 d'épaisseur, posées a u fond de l'encaissement et b a t t u e s à la d a m e . P a r d e s s u s ce lib a g e sont r é p a n d u s les cailloutis q u ' u n c y l i n d r a g e , au r o u l e a u - c o m p r e s s e u r , p o u s s é jusqu'au delà de 20 tonnes kilométriques ( 1 ) p a r m è t r e c u b e de p i e r r e s cassées, r é d u i t du tiers de l'épaisseur de 0 m 2 0 . L o r s q u e ce cylindrage intensif a été o p é r é , r é d u i s a n t les cailloutis au point d'en former u n e surface u n i e , l'on y r é p a n d , a u balai, u n e c o u c h e d huile l o u r d e s u r laquelle l'on s a u p o u d r e , en guise de m a t i è r e s d'agrégation, des fragments ou p o u s s i è r e s de pierrailles o b t e n u e s p a r le c o n c a s s a g e de p i e r r e s à l'aide du c o n c a s s e u r m é c a n i q u e . Enfin, le travail est parfait p a r un n o u v e a u pilonnage a u r o u l e a u - c o m p r e s s e u r . Le rouleau employé est de six à sept tonnes de force. L'entretien des c h a u s s é e s confectionnées avec u n tel soin est facile au possible, d'autant q u e Port-of-Spain est u n e ville aussi plate q u e F o r t - d e - F r a n c e , mais i n c o n t e s t a b l e m e n t située à u n e a u t r e altitude, c'està-dire bien plus élevée au-dessus du niveau de la m e r . La plus g r a n d e assiduité est d'ailleurs a p p o r t é e à cet e n t r e t i e n . L'atelier de c a n t o n n i e r s qui travaillent j o u r n e l l e m e n t et s a n s r e l â c h e à m a i n t e n i r la b o n n e viabilité des r u e s d e Port-of-Spain a u n effectif de 40 unités ; les ateliers p r é p o s é s aux r e c h a r g e m e n t s et travaux neufs sont i n d é p e n d a n t s de ce chiffre et v a r i e n t suivant l ' i m p o r t a n c e des travaux à e x é c u t e r . U n e ilache s'est elle à p e i n e dessinée q u e des j o u r n a l i e r s y frottent déjà le balai d e fer p o u r g r a t t e r le r e v ê t e m e n t u s é , y r é p a n d e n t u n e c o u c h e d ' h u i l e l o u r d e puis des g r a v i e r s et passent e n s u i t e un petit r o u leau à b r a s p o u r la c o m p r e s s i o n . La Voirie u r b a i n e de Port-of-Spain dispose de três g r a n d s m o y e n s ; de plus son outillage est des p l u s m o d e r n e s : elle p o s s è d e c o n c a s s e u r s m é c a n i q u e s , r o u l e a u x à v a p e u r , r o u l e a u x à b r a s , balai à c r i n s métalliq u e s , r a t e a u x en fer etc. e t c p o u r l'établissement et l ' e n t r e t i e n de ses c h a u s s é e s . Enfin elle est a d m i r a b l e m e n t servie p a r la n a t u r e , l'île de T r i n i d a d p r o d u i s a n t l'huile l o u r d e à b a s e asphaltique qui, c o n s é q u e m m e n t , r e v i e n t à un prix très faible ( environ 0f30 les q u a t r e litres ) et qui est suivant n o u s , le principal a g e n t d ' o b t e n t i o n des excellents r é s u l tats r e l a t é s . Peut-on parvenir au m ê m e progrès à Fort-de-France ? Sans h é sitation et sans c r a i n t e d'être taxé :1e p r é s o m p l i o n n o u s r é p o n d o n s affirm a t i v e m e n ' , e n c o r e q u e n o u s n e disposions pas des m o y e n s n a t u r e l s de l'île voisine, q u e n o t r e sous-sol n e vaut pas le sien et q u e le r o u l a g e des automobiles est plus intensif, toutes p r o p o r t i o n s g a r d é e s , ici q u e là ( Il existe en effet à la M a r t i n i q u e environ 800 autos p o u r u n e superficie, p o u r le moins six fois m o i n d r e q u e celle de T r i n i d a d qui n e c o m p t e q u e p r è s de 1.300 de ces v é h i c u l e s ) . P o u r cela il nous faudra u n outillage m o d e r n e , c'est-à-dire un c o n c a s s e u r m é c a n i q u e , u n r o u l e a u - c o m p r e s s e u r c o n v e n a b l e et les a u t r e s a c c e s s o i r e s de m o i n d r e i m p o r t a n c e q u e n o u s avons é n u m é r é s ( 1 ) N o u s r a p p e l o n s p o u r m é m o i r e q u e le n o m b r e d e t o n n e s k i l o m é t r i q u e s s ' o b t i e n t en m u l t i p l i a n t la l o n g u e u r d e la c h a u s s é e e x p r i m é e e n kilomètres par le poids du rouleau-compresseur exprimé en tonnes. R é s e a u des b i b l i o t h è q u e s

Ville d e Pointe-à-Pitre


-

3 —

plus h a u t . La Municipalité de F o r t - d e - F r a n c e p o s s è d e b i e n u n rouleau à v a p e u r , d'un poids de 12 à 1 3 t o n n e s mais t r o p c o n s i d é r a b l e p o u r le c y l i n d r a g e d e s c h a u s s é e s s u r un sous-sol m é d i o c r e , c o m m e c'est le cas e n ville. Cet e n g i n , qui est en parfait état, conviant plutôt p o u r les r o u t e s coloniales c o n s t r u i t e s s u r des t e r r a i n s i n c o m p r e s s i b l e s ou très r é s i s t a n t s N o u s p e n s o n s q u ' u n é c h a n g e avec la Colonie, qui a des r o u l e a u x de six à sept t o n n e s , est possible. A l ' h e u r e actuelle d'ailleurs, g r â c e a u x b o n s p r o c é d é s existants e n t r e le Service d e s Ponts st C h a u s s é e s et la Municipalité c e t é c h a n g e est p r e s q u e u n e question de fait, p u i s q u e c'est u n des petits r o u l e a u x à p é t r o l e q u e n o u s avons employé j u s q u ' i c i , d e p u i s déjà plus de trois a n s , p o u r le r e c h a r g e m e n t de nos r u e s et q u e le Service des T r a v a u x publics utilise n o t r e gros r o u l e a u q u a n d il en a besoin. En ce qui c o n c e r n e l'huile l o u r d e n o u s p o u r r o n s n o u s en a p p r o visionner. Cette m a t i è r e est u n e r é d u c t i o n d l'huile p r o v e n a n t d e s l a c s de p é t r o l e de T r i n i d a d . 11 y en a en assez g r a n d e q u a n t i t é et la d i s t a n c e est assez r a p p r o c h é e , p o u r q u e la ville de F o r t - d e - F r a n c e o b t i e n n e c e qui lui s e r a n é c e s s a i r e . La Commission a eu le soin d e s'en a s s u r e r làbas. En traitant soit d i r e c t e m e n t a v e c la C o m p a g n i e d'exploitation ou p a r l'interposition d'un n é g o c i a n t d e la p l a c e , ce qui à n o t r e avis v a u drait mieux en ce q u e n o t r e c o m m i s s i o n n a i r e serait à n o t r e p o r t é e , n o u s o b t i e n d r o n s des fournitures r é g u l i è r e s de c e t t e huile, avec laquelle n o u s avons déjà fait des essais, m a i s d e s essais incomplets ( à la r u e du C o m m e r c e , à la place C l é m e n c e a u et a u c i m e t i è r e d e la Levée.) L'exécution future des t r a v a u x d e v r a s'inspirer de la n é c e s s i t é d e r e n f o r c e r la solidité et la r é s i s t a n c e d e s c h a u s s é e s p o u r p a r e r au r o u l a g e c o n s i d é r a b l e d'aujourd'hui, ainsi q u ' a u x i n t e m p é r i e s . L ' e n c a i s s e m e n t de la c h a u s s é e , q u i est en ce m o m e n t constitué p a r la m a c h o i r e i n t é r i e u r e d u dalot, d e v r a ê t r e c o n t r e - b u t é p a r u n e nouvelle r a n g é e de pavés, de c h a q u e côté. Il y a u r a lieu d ' e n f e r m e r e n s u i t e d a n s cet e n c a i s s e m e n t u n e fondation de g r o s s e s r o c h e s d u r e s p a r d e s s u s lesquelles s e r o n t r é p a n d u s les cailloutis o b t e n u s avec le c o n c a s s e u r m é c a n i q u e , de d i m e n sions uniformes et s u r t o u t m o i n d r e s q u e celles des cailloutis a c t u e l l e m e n t e m p l o y é s , conditions i n d i s p e n s a b l e s p o u r avoir u n e c h a u s s é e u n i e , enfin c o m p r i m e r ces cailloutis b e a u c o u p plus q u e n o u s ne l'avons fait jusqu'ici. A la différence des m é t h o d e s de Port-of-Spain, n o u s r é p a n d r o n s u n e l é g è r e c o u c h e de m a d r é p o r e s c o m m e m a t i è r e s d'agrégation : elle s e r a c o m m e le crépi q u e l'on passe a v a n t l'enduit. Au d e s s u s des m a d r é p o r e s n o u s é t a l e r o n s l'huile l o u r d e q u e n o u s s a u p o u d r e r o n s de m e n u e s pierrailles et un d e r n i e r cylindrage n o u s a c h è v e r a la constitution de la c h a u s s é e qui, n o u s le c r o y o n s , offrira ainsi le m a x i m u m de r é s i s t a n c e . Cette réfection des r u e s m é r i t e d'être c o m p l é t é e , à l'intersection des voies ou c a r r e f o u r s , en r e m p l a ç a n t les c o u v e r t u r e s de dalots en bois par des pavages en p a v é s é q u a r r i s profilés suivant la figure ci-contre de façon à p e r m e t t r e le nettoyage du caniveau. La position de ces b o r d u r e s d e v r a ê t r e l é g è r e m e n t s u r é l e v é e p a r r a p p o r t a u profil longitudinal d e la r u e , disposition qui a p o u r b u t d ' a t t é n u e r l'effet, i n h é r e n t a u x lois de la p e s a n t e u r , q u ' e x e r c e n t les a u t o m o b i l e s au passage de ces carrefours. Dans l e u r position actuelle, e n c o n t r e b a s des c h a u s s é e s , les ponceaux sont, en effet, l i t t é r a l e m e n t é c r a s é s p a r les gros véhicules. Ville de Pointe-à-Pitre


—4— TROTTOIRS — Les trottoirs de Port-of-Spain sont p r o p o r t i o n n é s à la l a r g e u r des r u e s . Ils sont b é t o n n é s et c i m e n t é s mais n'ont pas c o m m e les n ô t r e s des b o r d u r e s en p i e r r e de taille. P o u r la mise en état des trottoirs de F o r t - d e - F r a n c e , il y a lieu de r e m p l a c e r les b o r d u r e s é c o r n é e s qui existent d a n s b e a u c o u p de r u e s , c o n t i n u e r à bouclier les crevasses et, s u r q u e l q u e s p o i n t s , r e p r e n d r e les e n d u i t s en o b s e r v a n t la p e n t e r é g l e m e n t a i r e de 3 à 4 c e n t i m è t r e s p a r m è t r e d a n s la direction du caniveau. L e u r e n t r e t i e n et conservation s e r a o b t e n u s u r t o u t p a r l'application de l'arrêté p r e s c r i v a n t p o u r c h a q u e p r o p r i é t a i r e l'obligation, q u e l q u e p e u négligée a u j o u r d ' h u i , de p r a t i q u e r d a n s le trottoir des gargouilles p o u r 1 é c o u l e m e n t des eaux des t o i t u r e s . Les d é p e n s e s qui r é s u l t e r o n t de la réfection des r u e s d a n s les conditions exposées s e r o n t s û r e m e n t très élevées, mais elles a u r o n t c o m m e c o n s é q u e n c e a v a n t a g e u s e d e r é d u i r e s e n s i b l e m e n t les frais a n nuels d'entretien. Les c h a u s s é e s d é s o r m a i s plus solides et m i e u x assises r é s i s t e r o n t a u t r e m e n t aux i n t e m p é r i e s . E n l e u r état actuel elles n e r é p o n d e n t plus aux besoins de n o t r e r o u l a g e . La loi du p r o g r è s v e u t q u ' a u x c i r c o n s t a n ces nouvelles soient opposées des m e s u r e s nouvelles. La m é t h o d e de l ' e m p i e r r e m e n t est la m o i n s o n é r e u s e de toutes les m é t h o d e s d'établissement des c h a u s s é e s . Si p o u r o b t e n i r le r é s u l t a t désirable : p o s s é d e r des c h a u s s é e s , fortes et bien e n t r e t e n u e s , n o u s r e c o u r o n s a u pavage des r u e s , la d é p e n s e s e r a i n c o n t e s t a b l e m e n t b e a u c o u p plus é l e v é e . C o m m e n t p r o c é d e r à cette réfection, p a r étapes successives, avec les r e s s o u r c e s o r d i n a i r e s ou p a r u n e mise en train g é n é r a l e en employant des r e s s o u r c e s e x t r a o r d i n a i r e s ? Il a p p a r t i e n d r a a u Conseil municipal de p r e n d r e telle décision q u e lui i n s p i r e r a sa clairvoyance. 11 n o u s paraît c e p e n d a n t , q u o i q u e anticipant s u r la question des v i d a n g e s , q u e n o u s traitons plus loin, utile d e faire o b s e r v e r q u e la r é fection des r u e s est i n t i m e m e n t liée au p r o b l è m e des égoûts. Si la ville de F o r t - d e F r a n c e devait, d a n s un avenir p r o c h a i n — ceci est n o t r e s o u hait — ê t r e m u n i d'un r é s e a u d'égoûts, la construction et le r e v ê t e m e n t définitifs des c h a u s s é e s d e v r a i e n t suivre et non p r é c é d e r l'exécution de l'égoùt. E n a t t e n d a n t l'élaboration et la réalisation d u p r o g r a m m e financier qui a s s u r e r a i t à la C o m m u n e les m o y e n s e x t r a o r d i n a i r e s puis les r e s s o u r ces n o r m a l e s p o u r les d é p e n s e s d'installation, d'exploitation, d ' u n e p a r t ; d'entretien et d ' a m o r t i s s e m e n t d'autre p a r t q u ' e n t r a î n e r a i t la création d e l'égoût collecteur r é d u i t , avec son u s i n e de r e f o u l e m e n t indispensable, n o u s n e devrions, p o u r a s s u r e r u n e m e i l l e u r e viabilité en ville, q u e p r o c é d e r à des travaux n'ayant point un c a r a c t è r e définitif. PROPRETÉ.

— E N L È V E M E N T des I M M O N D I C E S

La p r o p r e t é de Port-of-Spain fait l'admiration de ses visiteurs. Elle est p o u s s é e aux limites du possible. A toute h e u r e d u j o u r , l ' é t r a n g e r r e s s e n t la m ê m e i m p r e s s i o n favorable en p a r c o u r a n t les r u e s : celle d ' u n e ville toujours p a r é e sans q u e l'on se r e n d e c o m p t e de l ' h e u r e à laq u e l l e s'effectue sa toilette. C'est q u e le balayage des c h a u s s é e s se fait de


— 5 — nuit, e n t r e u n e et q u a t r e h e u r e s d u m a t i n , q u e l ' e n l è v e m e n t des o r d u r e s m é n a g è r e s c o m m e n c e à p a r t i r de 5 h e u r e s et se p o u r s u i t s i m u l t a n é m e n t p a r u n e t r e n t a i n e de g r a n d e s c h a r e t t e s . L'atelier p r é p o s é s e u l e m e n t au balayage c o m p r e n d cent vingt u n i t é s . Enfin Port-of-Spain possède un r é seau d'égoûts d e s s e r v a n t la plus g r a n d e partie, de la Ville. Les e a u x u s é e s et les v i d a n g e s des m a i s o n s vont à l'égoût. P o u r les q u a r t i e r s n o n m u n i s d'égoùt l'installation d'un châlet de nécessité, dans la c o u r de l'imm e u b l e , est obligatoire. Le service est a s s u r é p a r la voirie qui p r o c è d e sans t r a n s v a s e m e n t ; à l'aide d ' u n e p o m p e , les r é c i p i e n t s , en béton a r m é , de ces châlets, ( c o q u e t s pavillons bien a é r é s et v e n t i l é s ) sont vidés, puis lavés et désinfectés : les m a t i è r e s sont recueillies d a n s des tonneaux à f e r m e t u r e h e r m é t i q u e ( c o u v e r c l e s à v i s ) et r e n d u e s à u n e b o u c h e d'égoùt d a n s le voisinage de l'usine qui les refoule en m e r . Ce travail est aussi e x é c u t é de nuit. Les i n s p e c t e u r s d e voirie, d a n s l e u r s t o u r n é e s j o u r n a l i è r e s , constatent le d e g r é de r e m p l i s s a g e des châlets ou sont avertis p a r les o c c u p a n t s et font le n é c e s s a i r e . L e récipient p o u r le dépôt des o r d u r e s m é n a g è r e s est r i g o u r e u s e m e n t exigé. L ' e n l è v e m e n t se fait p a r les c h a r r e t t e s m u n i c i p a l e s , à la pointe d u j o u r . Le r é s e a u d'égoût existant à Port-of Spain est t r è s bien c o m p r i s . Il a été conçu r a t i o n n e l l e m e n t , c'est-à-dire c o m m e u n bassin fluvial. Les multiples tuyauteries d'évacuation des m a i s o n s p a r t i c u l i è r e s c o n s t i t u e n t les r u i s s e a u x affluant d a n s des collecteurs s e c o n d a i r e s qui r e m p l i s s e n t le rôle des rivières ; celles-ci t r a n s p o r t e n t les e a u x d a n s des collecteurs g é n é r a u x analogues aux fleuves ; enfin ces d e r n i e r s c o n d u i t s é v a c u e n t en un point où se t r o u v e u n g r a n d r é s e r v o i r d'où les vidanges sont refoulées à la m e r p a r l ' i n t e r m é d i a i r e de p u i s s a n t e s p o m p e s installées d a n s u n e u s i n e spéciale. Les conduites p a r t i c u l i è r e s et q u e l q u e s collecteurs s e c o n d a i r e s sont en g r è s vernissé ; certains collecteurs g é n é r a u x sont en fonte, les a u t r e s sont des c a n a u x m a ç o n n é s du profil o r d i n a i r e des é g o û t s . A p a r t les collecteurs g é n é r a u x d o n t le p a r c o u r s e m p r u n t e le milieu de la c h a u s s é e , les a u t r e s c o n d u i t e s p a s s e n t sous les t r o t t o i r s . Des r e g a r d s et des b o u c h e s disposés c o n v e n a b l e m e n t c o m p l è t e n t le r é s e a u d'égoût. E n plus de ces n o m b r e u x m o y e n s de salubrité dont dispose P o r t of-Spain il faut en c o n s i d é r e r un a u t r e qui n e c o n t r i b u e pas peu à faire de c e t t e ville la belle et c o q u e t t e cité a d m i r é e des é t r a n g e r s : c'est la p r o p r e t é des h a b i t a n t s . L ' o b s e r v a n c e des r è g l e m e n t s et a r r ê t é s de voirie y est absolue. Cela tient p e u t - ê t r e à la p r o m p t i t u d e et à l'efficacité des m e s u r e s de coercition. Il n ' i m p o r t e , le r é s u l t a t est a c q u i s et la b o n n e r é p u t a t i o n d o n t jouit le chef-lieu de l'île anglaise n'est pas surfaite. A F o r t - d e - F r a n c e n o u s en s o m m e s hélas ! a u point de v u e d'hyg i è n e et de s a l u b r i t é aux m é t h o d e s les plus primitives. E t les licences q u e p r e n n e n t , à la faveur de l'impunité, u n g r a n d n o m b r e de nos concitoy e n s , sont d é p l o r a b l e s . Depuis q u e l q u e t e m p s n o u s n o u s d é b a t t o n s p o u r p a r v e n i r à la transformation de n o t r e service des I m m o n d i c e s et n o u s r e s t o n s a u x prises avec les p i r e s difficultés d o n t le m a n q u e de b r a s n'est p a s la m o i n d r e . Le p e r s o n n e l i n d i e n qui a toujours été affecté a u c u r a g e des dalots et a u balayage des r u e s et places p u b l i q u e s est a u j o u r d ' h u i , au


— 6 — m o m e n t où la population s'est a c c r u e si i n t e n s i v e m e n t , r é d u i t à u n e quinzaine d'unités. Il s'est é p u i s é p a r extinction. G r â c e a u bienvaillant c o n c o u r s de la h a u t e administration n o u s avons p u o b t e n i r la cession d'un atelier de c o n d a m n é s c o m p r e n a n t dix à douze h o m m e s . Mais c o m b i e n insuffisant u n tel p e r s o n n e l r e s t e p o u r u n e population de plus d e t r e n t e mille h a b i t a n t s ! Les q u e l q u e s améliorations réalisées avec la mise en r é g i e du service et l'emploi des c a m i o n s automobiles p o u r l ' e n l è v e m e n t des ord u r e s sont e n c o r e loin du résultat à o b t e n i r . De sorte qu'il faut travailler s é r i e u s e m e n t à u n e meilleure organisation d u service. P o u r s u p p l é e r au m a n q u e de b r a s n o u s ne voyons q u ' u n moyen : l'outillage. L e n s e m b l e de n o t r e r é s e a u des r u e s a un d é v e l o p p e m e n t de onze k i l o m è t r e s environ, non c o m p r i s nos places p u b l i q u e s ; nos dalots p e u v e n t d o n c ê t r e évalués à plus de vingt k i l o m è t r e s . Il est impossible de p a r v e n i r au nettoyage quotidien d ' u n e telle é t e n d u e avec les q u e l q u e s indiens disponibles, l'atelier des c o n d a m n é s r e s t a n t affectés à l'enlèvem e n t des o r d u r e s . Or, il existe, m a l h e u r e u s e m e n t , chez les travailleurs i n d i g è n e s u n p r é j u g é qui les é c a r t e d u travail de p r o p r e t é des r u e s . L'on a quelquefois dit q u e c'était l'insuffisance des salaires qui éloignait les m a n œ u v r e s créoles. Cette a s s e r t i o n est i n e x a c t e . Il est au c o n t r a i r e facile de c o n s t a t e r q u e pour un n o m b r e m o i n d r e d ' h e u r e s detravail le balayage des r u e s ou dalots, payable par tâche, r a p p o r t e r a i t six et m ê m e huit francs p a r jour au m a n œ u v r e qui voudrait s'y employer, tandis q u e le salaire du j o u r n a l i e r o r d i n a i r e , t e r r a s s i e r ou c a n t o n n i e r est a u j o u r d ' h u i d e q u a t r e à cinq francs. L'outillage q u e nous p r é c o n i s o n s d e v r a se c o m p o s e r de balayeuses a u t o m a t i q u e s p o u r les c h a u s s é e s des r u e s . Q u a n t aux dalots qui sont les c o n d u i t e s d'évacuation des eaux m é n a g è r e s et pluviales, il ne p e u t ê t r e question de les s u p p r i m e r tant qu'il n'exilera pas u n e canalisation d'égoûts. Ce qui s'oppose à l e u r p r o p r e t é , c'est la p r a t i q u e détestable d y j e t e r les m a t i è r e s fécales. S'il y était m i s un t e r m e nos dalots d e v i e n d r a i e n t t o u t d e s u i t e m o i n s infects, faciles à c u r e r et c e t t e t â c h e s'exécuterait avec un p e r s o n n e l peu n o m b r e u x dont la ville p o u r r a i t s ' a s s u r e r en lui offrant c e r t a i n s a v a n t a g e s , le l o g e m e n t p a r e x e m p l e , et qui se r e c r u t e r a i t soit d a n s les c e n t r e s agricoles où il existe e n c o r e b e a u c o u p d'indiens, soit d a n s u n e des colonies voisines. L ' e n l è v e m e n t des o r d u r e s m é n a g è r e s p e u t se p o u r s u i v r e avec les c a m i o n s a u t o m o b i l e s m o n t é s c o m m e ils le sont p a r les c o n d a m n é s . Mais il est n é c e s s a i r e d ' a u g m e n t e r le n o m b r e de voitures de d e u x a u t r e s d o n t l'une d e s s e r v i r a la b a n l i e u e : vieux c h e m i n , r o u t e du T r a b a u d , la Folie les plaisirs de Brest et les e n v i r o n s d e la C o m p a g n i e G é n é r a l e T r a n s a t l a n t i q u e et l'autre r e s t e r a en r é s e r v e p o u r le cas de r é p a r a t i o n s a u x c a m i o n s en s e r v i c e . Toutefois, il faut le d i r e bien h a u t , la p r o p r e t é de nos voies pub l i q u e s n e s e r a réalisée qu'à la faveur d u n e stricte et r i g o u r e u s e o b s e r vance des a r r ê t é s de voirie, n o t a m m e n t de l'arrêté qui r e n d obligatoire p o u r c h a q u e i m m e u b l e u n récipient métallique ou en bois avec r e v ê t e m e n t i n t é r i e u r métallique, couvert et p o r t a n t le n u m é r o de la maison p o u r le dépôt des o r d u r e s m é n a g è r e s . Il est i n d i s c u t a b l e , e n effet, q u e tant


—7— v a u d r a la p r o p r e t é individuelle, tant v a u d r a la p r o p r e t é collective. Il a p p a r t i e n d r a d o n c à la police de sévir, p a r u n e action é n e r g i q u e c o n t r e les c o n t r e v e n a n t s ou les r é c a l c i t r a n t s a u x r é g l e m e n t s qui c o n s a c r e n t les devoirs de la population à cet é g a r d . Cette action n e d e v r a pas c o m p o r t e r d'exception ; elle d e v r a s ' e x e r c e r s u r t o u t d a n s les cours ou endroits habités p a r des a g g l o m é r a t i o n s où les règles d e l'hygiène s o n t cyniquement méconnues La Voirie m u n i c i p a l e , de son côté p o u r r a c o n t r i b u e r efficacem e n t à l'œuvre de la police si le Conseil municipal veut b i e n , à l'exemple de la Colonie qui vient d e faire a s s e r m e n t e r les a g e n t s des P o n t s - e t C h a u s s é e s , d é c i d e r l ' a s s e r m e n t a t i o n d u p e r s o n n e l de la Voirie, s u r t o u t des c o n d u c t e u r s de c a m i o n s et des surveillants de l'équipe des d é t e n u s , VIDANGES Le m o d e de vidanges est sans c o n t r e d i t la plaie de n o t r e ville ; il a été et est souvent t r è s s é v è r e m e n t critiqué p a r nos visiteurs. A la vérité, tandis q u ' e n F r a n c e , dans les colonies anglaises voisines, d a n s le m o n d e entier, les p r o g r è s de l'hygiène et de l'assainissement se sont réalisés d a n s des villes b e a u c o u p moins i m p o r t a n t e s q u e la n ô t r e , n o u s avons, au c o n t r a i r e , sinon r é g r e s s é d u moins m a r q u é le pas. Il serait p o u r t a n t injuste de dire q u e la question ait été tout à l'ait négligée ici. La p r é c é d e n t e municipalité s'en était p r é o c c u p é e s é r i e u s e m e n t . Le r a p p o r t p r é s e n t é p a r le Maire, M. Victor S é v è r e , à l'appui d u projet d u b u d g e t d e 1915 appelait tout p a r t i c u l i è r e m e n t l'attention d u Conseil municipal s u r ce point. N o u s lui e m p r u n t o n s ces passages : « L ' e n l è v e m e n t des vidanges est p o u r la Municipalité un p r o b l è m e d'autant plus difficile à r é s o u d r e q u e la Ville est bâtie à q u e l q u e s c e n t i m è tres s e u l e m e n t au d e s s u s du niveau de la m e r « Il n o u s faut, c e p e n d a n t , en finir a v e c les p r a t i q u e s actuelles, malp r o p r e s et d a n g e r e u s e s p o u r la s a n t é p u b l i q u e » Les c i r c o n s t a n c e s g r a v e s d a n s lesquelles n o u s avons vécu ces cinq d e r n i è r e s a n n é e s n'ont pas p e r m i s la réalisation du p r o g r a m m e d'assain i s s e m e n t c o n ç u p a r la p r é c é d e n t e édilité p o u r r e m é d i e r à cet état d e c h o s e s . C e p e n d a n t l'étude e n t r e p r i s e en ce sens avait fait un g r a n d pas. N o u s le v e r r o n s plus loin. La situation est aujourd'hui plus g r a v e c a r les c a u s e s d'insalubrité c r o i s s e n t g é n é r a l e m e n t avec la densité des populations. Il s e m b l e donc t e m p s d ' a b o r d e r c a r r é m e n t la question et de lui t r o u v e r u n e solution satisfaisante. P o u r le t r a i t e m e n t des r é s i d u s des collectivités, l'hygiène m o d e r n e p r é c o n i s e p l u s i e u r s m é t h o d e s p a r m i lesquelles n o u s t r o u v o n s l'inc i n é r a t i o n , l'épuration c h i m i q u e ou biologique, le r e f o u l e m e n t à la M e r . e t c . etc. L'incinération, t r è s o n é r e u s e , en raison de l'humidité des r é s i d u s qu'il faut r é d u i r e p a r u n e dessication p r é a l a b l e , est p e u p r a t i q u e . L ' é p u r a t i o n c h i m i q u e c'est-à-dire p a r précipitation à l'aide d'un m é l a n g e d e p r o d u i t s c h i m i q u e s n e reçoit son application q u e d a n s des conditions p a r t i c u l i è r e s et la p l u p a r t des villes qui l'ont essayée en g r a n d


— 8 — ont dû r e j e t e r cette m é t h o d e en raison des vicissitudes et des déboires qu'elles avaient é p r o u v é e s . Le p r o c é d é d é p u r a t i o n biologique ou p a r fosses s e p t i q u e s , consiste, c o m m e l'on sait, à a d m e t t r e d a n s un récipient clos, de d i m e n s i o n s variables avec l ' i m p o r t a n c e du n o m b r e de p e r s o n n e s a u q u e l il est d e s t i n é , ies m a t i è r e s fécales qui y s u b i s s e n t u n e fermentation et u n e d é c o m p o s i tion. Des m i c r o b e s d'un g e n r e spécial s'y développent vivant a u x d é p e n s des m a t i è r e s qu'ils t r a n s f o r m e n t en les r e n d a n t solubles. Enfin l'eflluent, ou p r o d u i t de cette décomposition, déjà n o t a b l e m e n t a m é l i o r é sous la forme liquide mais e n c o r e i m p u r p e u t , d a n s u n e installation à la c a m p a g n e , ê t r e dirigé, par u n e canalisation, dans u n r é c i p i e n t spécial p o u r ê t r e u l t é r i e u r e m e n t r é p a n d u s u r les c h a m p s en l a b o u r qu'il fertilise en raison des m a t i è r e s o r g a n i q u e s qu'il contient ; ou bien, s'il s'agit d ' u n e installation d a n s u n e ville, cet effluent doit p a s s e r p a r d e s filtres b a c t é r i e n s p o u r y s u b i r u n c o m p l é m e n t d'épuration i n d i s p e n s a b l e , a v a n t qu'il soit d é v e r s é d a n s les dalots des voies p u b l i q u e s p o u r ê t r e définitivem e n t r e n d u à un c o u r s d'eau ou à la m e r . Sans le c o m p l é m e n t d'épuration p r é c i t é ou lorsque le travail d'ép u r a t i o n est imparfait la fosse s e p t i q u e u r b a i n e est plutôt nuisible à l'hygiène p u b l i q u e . La m é t h o d e d'épuration biologique des r é s i d u s des villes p r é s e n t e d o n c q u e l q u e s a v a n t a g e s mais c o m p o r t e d e g r a v e s i n c o n v é n i e n t s . Les spécialistes de l'hygiène e s t i m e n t q u e les installations i n c o m plètes d u g e n r e de la fosse s e p t i q u e doivent ê t r e proscrites d a n s les villes ou g r a n d e s a g g l o m é r a t i o n s . Le C o n g r è s de « l'Association F r a n ç a i s e p o u r l ' a v a n c e m e n t des sciences », t e n u à T o u l o u s e en 1910 s'est r é s o l u m e n t p r o n o n c é d a n s ce s e n s . A p r è s discussion elle a conclu c o m m e suit : « La 1 9 è m e section ( Hygiène et M é d e c i n e p u b l i q u e s ) c o n s i d é r a n t “les multiples et g r a v e s i n c o n v é n i e n t s q u e p r é s e n t e au point de v u e d e la “ s a l u b r i t é g é n é r a l e , la diffusion au c e n t r e d e s a g g l o m é r a t i o n s d'appareils “ dits d ' é p u r a t i o n des e a u x u s é e s et m a t i è r e s de vidange, tels q u e les “ l'osses s e p t i q u e s établis s p é c i a l e m e n t p o u r c h a q u e habitation et d o n t le “ f o n c t i o n n e m e n t n e p e u t ê t r e surveillé ni a s s u r é de façon r é g u l i è r e et satisfaisante : “ E m e t le v œ u : “ Q u e les a d m i n i s t r a t i o n s municipales n ' a u t o r i s e n t ou n e tolèrent “ pas, à l ' i n t é r i e u r d e l e u r a g g l o m é r a t i o n , l'installation des fosses s e p t i q u e s “ p a r t i c u l i è r e s ou a u t r e s a p p a r e i l s d'épuration i n c o m p l è t e , les applications “ d e s p r i n c i p e s biologiques é t a n t e x c l u s i v e m e n t r é s e r v é e s au t r a i t e m e n t “ des r é s i d u s des collectivités, à u n e distance suffisante de toute c o n s t r u c “ tion h a b i t é e et avec les g a r a n t i e s de surveillance et de contrôle r e c o n n u e s “ n é c e s s a i r e s à ces installations. » Or, y a-t-il la possibilité d'installer des appareils complets d ' é p u r a tion d a n s les petites maisons de la ville dont c e r t a i n e s sont louées p a r app a r t e m e n t au galetas, a u p r e m i e r et m ê m e a u r e z - d e - c h a u s s é e ? N o u s n e le p e n s o n s pas. La p l u p a r t des bâtisses d e F o r t - d e - F r a n c e n'ont q u ' u n e c o u r exiguë où il serait difficile d'y t r o u v e r l ' e m p l a c e m e n t à assigner à u n e fosse s e p t i q u e avec le lit b a c t é r i e n . Il existe bien des maisons b o u r g e o i s e s de plus vaste é t e n d u e , pouvant se p r ê t e r à c e t t e installation mais quel résultat o b t i e n d r o n s - n o u s , au point de vue g é n é r a l , s'il n'est pas possible de g é n é r a l i s e r la m e s u r e ,


— 9 — De s o r t e qu'au cas où la Municipalité s'arrêterait au m o d e d e t r a i t e m e n t r é s i d u a i r e par é p u r a t i o n biologique ou fosse septique, elle n ' a d o p t e r a i t q u ' u n e solution b â t a r d e et transitoire nécessitant d'assez gros sacrifices administratifs et individuels sans c e p e n d a n t q u e soit c o m p l è t e ment résolu le p r o b l è m e d e s vidanges. N o u s s o m m e s ainsi a m e n é s à envisager la solution radicale, celle que toutes les villes, d é s i r e u s e s de réaliser l e u r assainissement, n e doivent p a s hésiter à a d o p t e r , le Tout à l'êgoût ». Mais n o u s optons p o u r le s y s t è m e d'égoût séparatif, c'est-à-dire celui qui n e reçoit q u e les e a u x m é n a g è r e s et les m a t i è r e s d e vidanges, à l'exclusion d e s eaux pluviales et des o r d u r e s m é n a g è r e s solides et v o l u m i n e u s e s , p a r c e q u e c e s y s t è m e est plus é c o n o m i q u e et que l'égoût général et u n i t a i r e exigerait d e s dim e n s i o n s d e conduites t r o p c o n s i d é r a b l e s et p a r suite trop o n é r e u s e s . Le p r o b l è m e ainsi p o s é paraît, c e r t e s formidable en raison d e s d é p e n s e s q u e sa solution e n t r a î n e r a . Mais il n'y a rien qui puisse n o u s effrayer. Il suffit d'étudier d ' u n p e u plus près les m o y e n s financiers à m e t t r e e n œ u v r e — et cela p e u t se faire p a r u n e Commission spéciale — p o u r se c o n v a i n c r e d e n o t r e optimisme. Il y a p r è s de trois a n s , le Maire, Monsieur S é v è r e avait r e ç u du D o c t e u r , I m b e a u x , I n g é n i e u r en Chef d e la Ville d e N a n c y , spécialiste des travaux d'assainissement, u n e lettre c o n t e n a n t d e s r e n s e i g n e m e n t s et u n q u e s t i o n n a i r e a u q u e l la Voirie municipale a déjà r é p o n d u , r e l a tivement à l'étude d un avant-projet d'égoûts pour F o r t - d e - F r a n c e . Cette l e t t r e , qui est datée d u 4 j u i n 1917, n o u s informait de l'existence d ' u n e société dite « Société G é n é r a l e d'Epuration et d ' A s s a i n i s s e m e n t » qui a installé d e s égoûts d a n s p l u s i e u r s ville de F r a n c e et q u i , d é s i r e u s e de faire des travaux de cette n a t u r e à l'étranger, acceptait d'étudier u n p r o jet p o u r notre ville et d'en réaliser l'exécution et l'exploitation m o y e n n a n t le p a y e m e n t d'une taxe, dont seraient imposés les propriétaires desservis, garantie p a r la Municipalité, et d'une s u b v e n t i o n de la Ville et de la C o lonie. Celte c o r r e s p o n d a n c e p o u r r a être consultée utilement p a r la Commission spéciale à qui sera échu l'examen détaillé t a n t a u point de v u e t e c h n i q u e q u e financier d u p r o b l è m e des égoùts. En ce qui c o n c e r n e les c o n t r i b u t i o n s des propriétaires et m ê m e d e s locataires, il suffit d e tenir c o m p t e des dépenses mensuelles q u e ceux-ci payent ou doivent payer, à l'heure actuelle p o u r l'enlèvement de leurs vidanges p a r les moyens r u d i m e n t a i r e s en usage. Il n'y a u r a d o n c p a s ou presque pas de gros sacrifices nouveaux de ce côté. ABATTOIRS L'attention d u précédent Conseil Municipal avait aussi été attirée s u r la nécessité d'une t r a n s f o r m a t i o n de notre abattoir s u i v a n t les principes de l'hygiène m o d e r n e . Un projet a été dressé d a n s ce sens en 1916 avec toutes les d o n n é e s q u i n o u s sont parvenues d e F r a n c e . Sa mise à exécution a été empêchée p a r la Guerre. A Port-of-Spain ce progrès est déjà réalisé. L'abattoir q u e nous a v o n s eu l'occasion de visiter, en c o m p a g n i e de l'Ingénieur-Voyer de cette ville, est u n établissement tout à fait m o d e r n e , p o u r v u de tous les a c c e s soires usités d a n s les g r a n d s abattoirs de la Métropole : appareils de levage, voie et bascule a é r i e n n e s , — c h a r r i o t s , — treuils, — câbles, — jeux de crochets, — tables de travail, — tablettes de triperie, — g r a n d s et petits é c h a n d o i r s alimentés p a r robinets d'eau froide et jets de v a p e u r , — génér a t e u r de vapeur e t c . . etc..


- 1 0 L'aire d u hall d'abbattage c o m p r e n d des rigoles et c a n a l i s a t i o n s d'évacuation des déchets qu'elles c o n d u i s e n t à la mer. Ses parois verticales sont carrelées en b r i q u e s émaillées ou vernissées. L'eau y est m a i n t e n u e en pression et peut être distribuée à profusion p a r des b o u c h e s de lavage. Un c o m p a r t i m e n t spécial est affecté à l'abattage des petits a n i m a u x . Enfin une c h a m b r e de dépôt parfaitement aérée est a m é n a g é e d a n s l'établissement. Les viandes y restent s u s p e n d u e s a p r è s l'abattage j u s q u ' a u lendemain matin ; de là elles sont véhiculées a u m a r c h é d a n s une voiture grillagée de façon à empêcher le contact des m o u c h e s . Le projet de t r a n s f o r m a t i o n de notre a b a t t o i r est c o n ç u d a n s le b u t de réaliser les m ê m e s c o n d i t i o n s de p r o p r e t é ; il c o m p r e n d de plus u n e c h a m b r e froide d a n s laquelle les viandes devront être déposées par les m a r c h a n d s b o u c h e r s et aussi conservées a u lieu d'être placées c o m m e en ce m o m e n t d a n s des lieux m a l s a i n s . Il suffit à notre avis q u e ce projet soit r e p r i s , revisé par le service c o m p é t e n t en ce qui c o n c e r n e les prix actuels des divers a p p a r a u x et m i s à exécution sans r e t a r d . Nous e s t i m o n s qu'il y a u r a lieu de penser également à u n meilleur a m é n a g e m e n t des b u r e a u x d ' a d m i n i s t r a t i o n , d u médecin vétérinaire et du logement d u surveillant q u i , en l'état actuel, sont, tout c o m m e l'abattoir p r o p r e m e n t dit, indignes d'une g r a n d e ville c o m m e F o r t - d e - F r a n c e . SERVICE des EAUX. Ce qui fait le caractéristique du service des eaux de Port-of-Spain c'est sa r é g l e m e n t a t i o n . T o u t e s p r o p o r t i o n s gardées l'eau est b e a u c o u p plus a b o n d a n t e ici q u e l à - b a s malgré les installations à g r a n d s frais de del'îleanglaise. Les e n v i r o n s de Port-of-Spain ne sont pas en effet p o u r v u s de c o u r s d'eau. Un seul r u i s s e a u , très exposé d'ailleurs a la pollution est capté à e n v i r o n trois kilomètres de la Ville. P o u r obtenir le s u r p l u s nécessaire à l'alimentation p u b l i q u e l'on a été c o n t r a i n t de creuser des puits o r d i n a i r e s et des puits artésiens a u n o m b r e de q u a t r e à six : les puits de Sainte-Claire et de Diégo-Martin et les puits artésiens de Cocoritte. A l'emplacement de c h a c u n de ces p u i t s est construite u n e usine d'aspiration et de refoulement q u i envoie l'eau d a n s de réservoirs situés au d e s s u s de la ville, d'où elle est d i s t r i b u é e p a r gravitation. La réglementation d u service des eaux permet à la population d'en avoir en tout t e m p s . Elle consiste s u r t o u t d a n s la repression du gaspillage. Il est formellement interdit, sous peine d ' a m e n d e s , de laisser ouvert le r o b i n e t de puisage en d e h o r s des besoins ; la c o n s o m m a t i o n particulière est ainsi réduite au m i n i m u m . Les a b o n n e m e n t s sont p r o p o r t i o n n e l s pour les m a i s o n s d ' h a b i t a tion o r d i n a i r e s ; ils sont de q u a t r e p o u r cent (4 o/o,) de la valeur locative b r u t e . D a n s les établissements le c o m p t e u r est exigible. Il n o u s m a n q u e , certes, à F o r t - d e - F r a n c e , u n e réglementation des eaux. Le débit de notre eau d ' a l i m e n t a t i o n p o u r r a i t l a r g e m e n t suffire à tous les besoins si u n réglage c o n v e n a b l e était opéré et si s u r t o u t il é t a i t mis un frein à la d é p e n s e plus qu'excessive des c o n c e s s i o n n a i r e s de la route de Didier. Il est à n o t r e c o n n a i s s a n c e q u ' u n projet d'arrêté a été p r é p a r é p a r le Service des P o n t s - et - Chaussées et s o u m i s à l'approbation du Chef de la Colonie p o u r la réglementation des a b o n n e m e n t s s u b u r b a i n s . Il serait désirable, sitôt la p r o m u l g a t i o n , d'en p o u r s u i v r e la scrupuleuse application si l'on veut obtenir de réels résultats. En ce qui c o n c e r n e la ville, la c o n s o m m a t i o n individuelle d e v r a être


— 11 — réduite et aussi réglementée, et, si n o u s avons l'égoût le c o m p t e u r n o u s paraît devoir s'imposer. Notre réseau de d i s t r i b u t i o n u r b a i n e pourra ainsi être m a i n t e n u en charge p e r m a n e n t e , ce qui p e r m e t t r a a u x b o u c h e s d'incendie de d e v e n i r efficaces. L'installation d'un certaiu n o m b r e de b o u c h e s de lavage à des e n droits à d é t e r m i n e r ne sera pas sans utilité. La diffusion des bornes-fontaines m u n i e s de robinets à pression ou de robinets d o n t la fermeture après puisage sera obligatoire, d a n s les q u a tiers de l'Ermitage, du T r a b a u d , de la Rivière-Monsieur sera s û r e m e n t u n e m e s u r e de c o m m o d i t é et d'hygiène pour la p o p u l a t i o n s u b u r b a i n e . De n o m b r e u s e s d e m a n d e s de concessions individuelles p a r v i e n n e n t des q u a r t i e r s s u b u r b a i n s , notre avis est q u ' u n e décision doive être prise p o u r mettre un t e r m e à ces a u t o r i s a t i o n s . Il ne faut pas p e r d r e de vue, en effet q u e le débit des rivières captées n'est pas i n é p u i s a b l e et qu'il y a lieu de penser a u x besoins qui découleront de l'agrandissement de la ville. Si les h a b i t a n t s de la route de Didier ont pu être servis i n d i v i d u e l l e m e n t — encore qu'il soit de toute urgence, c o m m e n o u s l'avons dit de r é d u i r e leur c o n s o m m a t i o n - c'est à la faveur du passage de la t u y a u t e r i e d a n s le voisinage de leurs villas, m a i s s'il fallait faire bénéficier du m ê m e régime toutes les villas des campagnes e n v i r o n n a n t e s : toutes celles de Balata, toutes celles de la route de Schœlcher en toutes celles de la RivièreMonsieur, le v o l u m e d'eau capté n'y suffirait p a s . La réfection de la c o n duite d'eau a d'abord été faite pour la Ville ; en d o t a n t certaines c a m p a gnes d'un certain n o m b r e de b o r n e s - f o n t a i n e s j u d i c i e u s e m e n t réparties, elles seront encore assez bien partagées. CIMETIÈRES Le vaste e m p l a c e m e n t s u r lequel est situé le principal cimetière de Port-of-Spain, le cimetière L a p e y r o u s e , a p e r m i s d'en faire u n e véritable petite cité m o r t u a i r e , traversée p a r de n o m b r e u s e s et larges allées e m p i e r r é e s s u r le modèle des rues et bordées de c a n i v e a u x maçonnés. De très riches caveaux et beaux m o n u m e n t s , œ u v r e s d e l'initiative privée, y sont c o n s t r u i t s c o m m e sépultures de familles. Les concessions t e m p o raires ou perpétuelles y sont accordées, en effet, s u i v a n t les m ê m e s régies de la législation française. Le cimetière L a p é y r o u s e est aussi affecté a u x inhumations publiques. En o u t r e de cette nécropole il existe le cimetière S a i n t - J a m e s , n o u v e l l e m e n t ouvert et qui n'est m ê m e pas encore clos de m u r s . Le Conseil m u n i c i p a l de F o r t - d e - F r a n c e devrait bien p r e n d r e u n e résolution en ce qui c o n c e r n e l'ouverture de n o t r e n o u v e a u c i m e t i è r e . Le cimetière privé de la Levée est a u j o u r d ' h u i comble ; il n'y reste pas une place pour une seule c o n c e s s i o n . Le T r a b a u d ne suffit plus d e p u i s longtemps aux i n h u m a t i o n s . Les fosses q u e la force des choses oblige d'y creuser le sont à l'encontre des prescriptions de l'hygiène p u b l i q u e . N o u s p r i o n s i n s t a m m e n t le Conseil m u n i c i p a l de ne p l u s r e t a r d e r celte affaire. MARCHÉS Nos m a r c h é s p e u v e n t a v a n t a g e u s e m e n t être c o m p a r é s à ceux de Port-of-Spain. Nous a v o n s devancé nos voisins d a n s l'organisation m a t é rielle de ce service. Notre b o u c h e r i e , notre triperie, notre p o i s s o n n e r i e , disposent de tablettes de m a r b r e et nos légumes et a u t r e s d e n r é e s sont exposées s u r des tables. Nous s o m m e s toutefois étroitement logés et il p a r a i t de toute utilité d'exécuter le projet déjà vieux de transposter la p o i s s o n n e r i e au b o u l e v a r d Allègre.


— 12 — D a n s l'ordre des t r a v a u x nécessaires il faudra tenir c o m p t e des rép a r a t i o n s nécessitées p a r l'état de la toiture du g r a n d m a r c h é , qui exiger o n t le r e m p l a c e m e n t d'un g r a n d n o m b r e de tôles. Enfin la pose dés b o u c h e s de lavage d a n s c h a c u n des deux vaiss e a u x , idée déjà adoptée p a r le conseil m u n i c i p a l et non encore réalisée à cause de la G u e r r e , possible à l'heure actuelle, permettra le lavage à g r a n d e e a u , c h a q u e soir, s u i v a n t les dispositions de l'arrêté du 22 j a n v i e r 1915. ECLAIRAGE ÉLECTRIQUE L'intensité de l'éclairage public n'est p a s , p r o p o r t i o n n e l l e m e n t , m o i n d r e à F o r t - d e - F r a n c e qu'à Port-of-Spain ; m a i s en r e v a n c h e l'éclairage électrique privé est b e a u c o u p plus développé d a n s celte d e r n i è r e ville d o n t la C o m p a g n i e de l'électricité possède une usine, d'une p u i s s a n c e c o n s i d é r a b l e , q u i fournit non seulement la l u m i è r e p u b l i q u e et privée m a i s aussi la torce motrice nécessaire à l'exploitation d ' u n e ligne de t r a m w a y s électriques d e s s e r v a n t Port-of-Spain et ses e n v i r o n s . Le n o m bre de voitures o m n i b u s c i r c u l a n t s i m u l t a n é m e n t est de vingt-quatre réparties s u r q u a t r e lignes. L'usine est actionnée p a r des g é n é r a t e u r s à v a p e u r ; elle e m p l o i e l'huile l o u r d e c o m m e c o m b u s t i b l e . Elle n'est p a s , c o m m e celle de F o r t - d e F r a n c e , sujette à des a r r ê t s m a l h e u r e u s e m e n t trop fréquents, consécutifs du m a n q u e de la force motrice : l'eau. Il est d'ailleurs plus q u e t e m p s de trouver ici, d'accord avec la Compagnie de l'électricité, un moyen d'éviter les i n t e r r u p t i o n s d'éclairage d o n t n o u s souffrons. Des p o u r p a r l e r s déjà engagés il résulte q u e la ville et la C o m p a g n i e c o n c e s s i o n n a i r e du m o n o p o l e de l'éclairage peuvent, s a n s trop de difficultés, t r o u v e r u n e solutiou p r a t i q u e c o m p a t i b l e avec tous les intérêts, s u r t o u t l'intérêt p u b l i c et conforme à l'esprit de l'acte de concession q u i stipule q u e des m o y e n s de fortune doivent p a r e r a u x «as de force m a j e u r e , de façon q u e la ville ne reste j a m a i s d a n s l'obscurité. N o u s p r o p o s o n s le renvoi de celle question à u n e C o m m i s s i o n spéciale à laquelle la société de l'électricité sera représentée. POMPES FUNÈBRES Un service complet et m o d e r n e de p o m p e s funèbres existe à P o r t of-Spain. La plus entière liberté, t a n t au point de vue du prix des c o n v o i s q u e des fournitures funéraires est laissée a u x c o m p a g n i e s J d'exploitation La loi de la c o n c u r r e n c e l'ait obstacle à la hausse arbitraire des p r i x . Les voitures des p o m p e s funèbres sont à traction a n i m a l e ; leurs décors el g a r n i t u r e s varient avec la classe des convois : il y en a p o u r toules les b o u r s e s . Notre précédente m u n i c i p a l i t é a en vain essayé la création d'un service de ce genre à F o r t - d e - F r a n c e . Le c a h i e r des charges dressé p o u r u n e adjudication p u b l i q u e a été a p p r o u v é p a r le Conseil m u n i c i p a l d a n s sa séance du 31 octobre 191(5. L'adjudication a eu lieu s a n s résultat. A q u e l q u e s t e m p s de là plusieurs d e m a n d e s sont p a r v e n u e s en vue de la passation d'un m a r c h é de gré à gré. 11 était difficile de choisir d a n s le n o m b r e , d ' a u t a n t qu'il s'agit ici, c o n f o r m é m e n t a u x p r i n c i p e s de l'adm i n i s t r a t i o n française, d'accorder u n m o n o p o l e . S'il faut en j u g e r p a r les désirs u n a n i m e s , j a m a i s plus i m p é r i e u s e nécessité ne s'est manifestée q u e celle de la création à F o r t - d e - F r a n c e d'un service de p o m p e s funèbres. L ' o u v e r t u r e du n o u v e a u cimetière sera une raison de plus à cette création. Le conseil m u n i c i p a l est saisi de plusieurs d e m a n d e s . La règle est de recourir à la c o n c u r r e n c e p a r voie d'adjudication p u b l i q u e , à m o i n s


—13— de c o n s i d é r e r c o m m e desuètes les d e m a n d e s d a t a n t déjà de plusieurs années et de ne retenir q u e la d e r n i è r e q u i est toute récente, a u q u e l cas le Conseil m u n i c i p a l p o u r r a i t , si celte offre, qui é m a n e de M o n s i e u r Bagoée, p a r a î t lui présenter des garanties sérieuses de p r o m p t e réalisation, émettre u n avis favorable à l'obtention de la p a r t d u Chef de la Colonie d'une a u t o r i s a t i o n en faveur de l'agrément de cette d e m a n d e . Ce qu'il faut : c'est gagner d u t e m p s . SERVICE

des

INCENDIES

Le service des incendies c o m p r e n d u n e t r e n t a i n e de p o m p i e r s c a s e r n é s , sous le c o m m a n d e m e n t d'un chef. De p l u s , tous les agents de police, a u n o m b r e de huit cents p o u r la seule ville de Port-of-Spain s o n t astreints, c h a q u e s e m a i n e , p é r i o d i q u e m e n t ou quelquefois i n o p i n é m e n t , à des exercices et des alertes. ( La Police relève d u G o u v e r n e m e n t . La Municipalité n'entretient q u ' u n e dizaine d'agents préposés à la surveillance des m a r c h é s el de l'abattoir ) Le matériel se c o m p o s e : 1. de deux p o m p e s à v a p e u r p o u v a n t refouler l'une soixante t o n n e s , l'autre vingt t o n n e s d'eau à l'heure ; 2 : des p o m p e s à b r a s ; 3 : des extincteurs dégageant d u gaz c a r b o n i q u e . Le réseau de d i s t r i b u t i o n d'eau u r b a i n e est a u s s i m u n i d ' u n très g r a n d n o m b r e de b o u c h e s d'incendie. Au dépôt central où sont c a s e r n é s les p o m p i e r s , deux c h e v a u x touj o u r s h a n a r c h é s peuvent en q u e l q u e s minutes être attelés à la g r a n d e p o m p e à vapeur. Une ligne t é l é p h o n i q u e directe relie le dépôt a u x d e u x r é s e r v o i r s situés s u r les collines qui c e i n t u r e n t la Ville. E n cas de s i n i s t r e , l'eau est envoyée en a b o n d a n c e a u p r e m i e r a p p e l . A part le dépôt central, il y a deux autres dépôts a n n e x e s , situés d a n s des q u a r t i e r s différents, t o u j o u r s gardés et p o s s é d a n t u n e p o m p e chacun. Ici, à l'époque de la g u e r r e , l'organisation d u service d'incendie était assurée par l'Autorité militaire q u i avait à p r e n d r e toutes les m e s u r e s utiles en cas de b o m b a r d e m e n t . Le Maire avait toutefois conservé toutes les a t t r i b u t i o n s que lui confère la loi. A u j o u r d ' h u i q u e l'effectif de la garnison est réduit a u m i n i m u m et que la Défense fixe doit d i s p a r a î t r e d ' u n jour à l'autre, il conviendrait de n o u s a s s u r e r des m o y e n s r a p i d e s de c o m b a t t r e les incendies. N o u s n ' a v o n s c o m m e matériel q u e des p o m p e s à b r a s très a n ciennes et u n extincteur m o n t é sur c h a r r i o t a u t o m o b i l e q u i est excellent p o u r les c o m m e n c e m e n t s d'incendie ou p o u r parfaire la besogne d'extinction, mais q u i ne peut v r a i m e n t pas lutter c o n t r e les fléaux de q u e l q u e i m p o r t a n c e . Notre p o m p e a u t o m o b i l e de Dion-Bouton, si p u i s s a n t e , est restée a u x ateliers de fabrication d e p u i s l'époque coïncidant avec le d é b u t de la guerre, où n o u s l'y a v i o n s envoyée p o u r être réparée. La p o m p e à v a p e u r d u service local est i m p r o p r e à tout usage, si n o u s en c r o y o n s les r e n s e i g n e m e n t s qui n o u s sont p a r v e n u s : tous les tubes de sa c h a u d i è r e doivent être r e m p l a c é s . La m u n i c i p a l i t é p o u r r a i t s'entendre avec la colonie q u i a à s a u v e garder de n o m b r e u x b â t i m e n t s c o l o n i a u x , p o u r l'acquisition d ' u n e b o n n e pompe à vapeur ou à pétrole q u i jointe à n o t r e p o m p e a u t o m o b i l e q u e n o u s e s p é r o n s recouvrer bientôt, c o n s t i t u e r a i e n t un matériel de toute sécurité. Les b o u c h e s d'incendie qui ont été placées s u r le p a r c o u r s d u réseau u r b a i n n ' a y a n t ni t u y a u t e r i e ni lances devraient en être p o u r v u s . E n ce q u i concerne le p e r s o n n e l , les douze s a p e u r s s u b v e n t i o n n é s s u r les fonds c o m m u n a u x p o u r r a i e n t recevoir u n e meilleure r é t r i b u t i o n grâce à u n e s u b v e n t i o n spéciale q u e la Colonie et la C h a m b r e de C o m -


-14

-

m e r c e voudraient bien n o u s d o n n e r et n o u s serions en droit d'exiger d'eux u n e garde et un service plus réguliers et plus complels. HYGIENE et P R O P H Y L A X I E Il existe à T r i n i d a d u n service d'hygiène el de p r o p h y l a x i e des m a ladies t r a n s m i s s i b l e s a n a l o g u e à celui de la M a r t i n i q u e . La m ê m e mét h o d e est suivie p o u r la visite des locaux, la désinfection des i m m e u b l e s c o n t a m i n é s , le nettoyage des c h é n e a u x , c o u r s , etc, etc.. Après observations des agents, un avis verbal est d o n n é aux propriélaires ou locataires, puis, u n avis écrit a v a n t p o u r s u i t e s et enfin p r o c è s verbal est dressé et les p o u r s u i t e s e n t a m é e s en cas d'inexécution des presc r i p t i o n s du service. Mais c o n t r a i r e m e n t à n o s h a b i t u d e s , la répression est réelle là-bas ; elle est de plus p r o m p t e et sévère et c o m p r e n d des a m e n d e s p r o p o r t i o n nées à la gravité des cas, d o n t le n o n p a y e m e n t e n t r a î n e la c o n t r a i n t e p a r corps avec travail obligatoire p o u r les d é t e n u s , h o m m e s et femmes. L'organisation du service général d'hygiène et de prophylaxie, à T r i n i d a d q u i ressortit au G o u v e r n e m e n t est complétée p a r l'installation d ' u n b u r e a u local d'hygiène à Port-of-Spain, ressortissant à la Municipalité. Il d e v r a i t en être de m ê m e à F o r t - d e - F r a n c e a u x termes de la loi du 15 n o v e m b r e 1909 qui rend cette installation obligatoire p o u r les villes de p l u s de 2o.ooo h a b i t a n t s . La mission a visité le Dispensaire p o u r tuberculeux de Port-ofSpain q u e dirige le distingué Docteur Georges M isson, Chef du b u r e a u m u n i c i p a l de p r o p h y l a x i e , qui s'est spécialisé d a n s le traitement de la tuberculose. Cet établissement, où les m a l a d e s sont visités et observés a v a n t d'être dirigés à u n e section isolée de l'hôpital, est très minutieusement t e n u . La mission s'est aussi r e n d u e , en c o m p a g n i e de Monsieur le Consul français, à Cocoritte, banlieue de Port-of-Spain, où se trouve la léproserie d o n t l'effectif est d'environ cinq cents malades. Cet é t a b l i s s e m e n t lui, a u s s i , très propre, fonctionne parfaitement avec le c o n c o u r s d é v o u é des s œ u r s d o m i n i c a i n e s de l'ordre de S a i n t - A u g u s t i n , de nationalité française. Il serait désirable, p a r m e s u r e de salubrité p u b l i q u e et d'économie q u e notre Colonie prît l'initiative d'une c o n s t r u c t i o n s e m b l a b l e q u i éviterait de laisser u n g r a n d n o m b r e de nos infortunés compatriotes victimes, de cette triste m a l a d i e , livrés à des soins insuffisants d a n s des c o i n s c a chés et m a l s a i n s ou l'envoi, à g r a n d s frais, de n o m b r e u x m a r t i n i q u a i s j u s q u ' à la Désirade, où les c h a g r i n s d'être séparés de leurs p a r e n t s et a m i s abrège de b e a u c o u p leur existence. CONCLUSIONS L ' i m p r e s s i o n générale q u e la mission r a p p o r t e de Port-of-Spain est en tous points excellente. Au p o i n t d e v u e matériel : u n e g r a n d e et belle ville, active, bâtie d a n s des c o n d i t i o n s h y g i é n i q u e s des plus favorables avec des m a i s o n s spacieuses, h a u t e s de plafond d o n t b e a u c o u p entre c o u r et j a r d i n . Des voies de c o m m u n i c a t i o n larges, solides, bien e n t r e t e n u e s , d ' u n e p r o p r e t é a d m i r a b l e ; les é t a b l i s s e m e n t s publics installés avec le m a x i m u m de confort ; les m o y e n s de locomotions n o m b r e u x et faciles, (lignes de t r a m w a y s électriques, divers établissements de location de voitures et a u t o m o b i l e s ) contrôlés et tarifés d'ailleurs p a r les a u t o r i t é s m u n i c i p a l e s pour la sauvegarde des intérêts d u p u b l i c qu'elles n'ont p a s voulu laisser livrés à l'arb i t r a i r e des intérêts p r i v é s . E n u n m o t , ville de p r o g r è s m o d e r n e . Port-of-Spain est de plus destiné au p l u s g r a n d a v e n i r ; d ' i m m e n s e s t e r r a i n s de palétuviers ou m a n g l i e r s qui l'avoisaient sont remblayés, d r a i -


— 15 — n é s , c o n s o l i d é s , assainis s a n s relâche. Ils f o r m e r o n t d e m a i n l'emplacem e n t où s'étendra la ville Au point de vue m o r a l : u n e p o p u l a t i o n calme, soucieuse de ses d e voirs et mettant à observer les lois et les réglements q u i — n o u s l'avons dit, — c o m p o r t e n t des sanctions i m m é d i a t e s u n zèle et u n e discipline de meilleur effet ; respectueuse de la propriété p u b l i q u e c o m m e de la propriété p r i v é e , i m b u e de ses droits m a i s n ' e s s a y a n t pas d'empiéter s u r ceux d u voisin. P o u r s'en r e n d r e bien c o m p t e il suffit de se t r o u v e r d a n s un étab l i s s e m e n t public, un guichet, u n m a g a s i n , uue m a n i f e s t a t i o n , p a r t o u t où il y a u n e affluence p o u r constater u n o r d r e parfait, c h a c u n s u i v a n t i n flexiblement cet o r d r e ou c o n s e r v a n t sa place. Bref, u n e n s e m b l e de gens de m œ u r s régulières. La mission n'a eu q u ' à se louer de l'aménité des p e r s o n n e s avec lesquelles elle a pris contact ; q u a n t a u x p e r s o n n a g e s officiels à q u i elle s'est présentée et avec q u i elle a été en relations, elle en a reçu u n excellent accueil. Avec u n e esquise obligeance ceux-là lui ont fourni tous les r e n seignements intéressants l'Ingénieur : de la ville capitale, M. F a r r e l l , et le Chef du service m u n i c i p a l de p r o p h y l a x i e , M. le Docteur M a s s o n , à la c o u r t o i s i e de qui la mission se doit de r e n d r e u n particulier h o m m a g e , l'ont a c c o m p a g n é e et initiée au fonctionnement des différentes b r a n c h e s de l e u r s services respectifs, s'employant à tout faire p o u r faciliter n o t r e tâche. Nous a v o n s gardé, des témoignages d'obligeance d o n t n o u s a v o n s été l'objet, une forte et agréable i m p r e s s i o n de s y m p a t h i e et de cordialité d o n t n o u s a v o n s r e n d u c o m p t e sitôt notre d é b a r q u e m e n t à M. le Maire de F o r t - d e - F r a n c e . P o u v o n s - n o u s à F o r t - d e - F r a n c e , m ê m e en d e s p r o p o r t i o n s m o i n d r e s , et p a r étapes successives, réaliser les progrès de nos voisins a n g l a i s ? Nous le c r o y o n s s i n c è r e m e n t . La question m o r a l e , c'est à dire celle qui touche à nos i n s t i t u t i o n s m ê m e est, certes, u n élément c o n s i d é r a b l e d u p r o b l è m e . Les lois a n glaises sont, à certains points de vue plus propices a u x réalisations, en ce qu'elles c o m p o r t e n t des m e s u r e s de répression a u t r e m e n t rigides q u e les lois françaises. Nos alliés a d m e t t e n t plus volontiers le p r i n c i p e de l'inéfficacité de toute m o r a l e sans s a n c t i o n . Quoi qu'il en soit, m a l g r é de mauvaises et a n c i e n n e s h a b i t u d e s , m a l g r é les licences déplorables d é n o t a n t p a r m i la p o p u l a t i o n plutôt de la négligence ou de l'indifférence pouries choses de l'assainissement et de l'hygiène p u b l i q u e , n o u s restons optimistes. Le d é v e l o p p e m e n t de Fort-de-France q u i d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s suit u n e progression a s c e n d a n t e est a r r i v é à u n point où u n effort c o n s i d é r a b l e est à faire si l'on ne veut c o m p r o m e t t r e cet essor : effort général tant d u côté des p o u v o i r s p u b l i c s , q u e du côté de la p o p u l a t i o n . La Guerre a e m p ê c h é cet effort s a n s a r r ê t e r ce d é v e l o p p e m e n t . P r a t i q u e m e n t , c h a c u n des p r o b l è m i s e x a m i n é s d a n s le cours de la p r é s e n t e étude est réalisable. N o u s n ' a v o n s pas la p r é t e n t i o n d'avoir fourni t e c h n i q u e m e u t u n travail complet ; n o u s croyons au c o n t r a i r e q u e de n o m b r e u x p o i n t s de détail d e v r o n t être développés et e x a m i n é s à n o u v e a u , soit par des c o m m i s s i o n s spéciales, soit p a r le service t e c h n i q u e m u n i c i p a l . Nous a v o n s tenu à signaler seulement après les constatations faites dans l'île anglaise de T r i n i d a d ce q u i n o u s a semblé o p p o r t u n et susceptible d ' a d a p t a t i o n à Fort-de-France. D a n s cet o r d r e d'idées n o u s ajouterons, en y i n s i s t a n t , la nécessité d ' a g r a n d i r n o t r e ville q u i à l'heure présente étouffe d a n s ses limites. Une crise de logement c o m m e l'on n'en a j a m a i s c o n n u , sévit en ville et d a n s la


- 1 6 banlieue où a u c u n e m a i s o n d'habitation n'est d i s p o n i b l e . Q u e l q u e soit l'emplacement choisi, les limites u r b a i n e s doivent être étendues en s'insp i r a n t des besoins de l'hygiène m o d e r n e p o u r réglementer la c o n s t r u c t i o n des q u a r t i e r s n o u v e a u x . Enfin n o u s d e v o n s t e n d r e à s o r t i r de l'ornière. Les m o y e n s doivent être a d a p t é s au b u t , d u s s e n t - i l s e n t r a î n e r quelq u e s taxes nouvelles, q u e l q u e s sacrifices n o u v e a u x . Il ne faut reculer devant a u c u n e m e s u r e d'organisation et de police, « car il s'agit de l'hygiène p u b l i q u e et c o m m e rien n'a de v a l e u r s a n s la vie h u m a i n e , il s'ensuit q u e la s a n t é h u m a i n e doit être la chose la plus précieuse et, par c o n séquent, q u e toutes les taxes q u i sont nécessaires p o u r c o n s e r v e r la santé et p r o l o n g e r la vie doivent être acceptées s a n s regret. » Le service d'hygiène et de p r o p h y l a x i e peut d a n s u n e large m e s u r e a i d e r la police m u n i c i p a l e . Il est certain q u e l'on se trouvera d a n s les d é b u t s a u x prises avec les r é c r i m i n a t i o n s de toutes sortes: celles q u ' i n s p i r e la b o n n e foi, s i m p l e m e n t guidées p a r la résistance instinctive à l'esprit d'abolition des vieilles cout u m e s ; celles suggérées aussi p a r la critique s y s t é m a t i q u e ou d'autres m a u v a i s e s p a s s i o n s ; m a i s la sagesse de la population s a u r a , tout compte fait, discerner el a p p r o u v e r l'Autorité m u n i c i p a l e d a n s son œ u v r e de progrès social. Fort-de-France,

le 16 avril

P. NAYS.

1920.

I. T A R Q U I N ,

O. MOSOLE.


Mairie de Fort-de-France. Commission municipale chargée d'examiner à Port-of-Spain ( Trinidad )  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Mairie de Fort-de-France. Commission municipale chargée d'examiner à Port-of-Spain ( Trinidad )  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Profile for scduag
Advertisement