Page 1

MAURICE D E L A F O S S E 1870-1926

PARIS SOCIÉTÉ GÉOGRAPHIQUEs,

D'ÉDITIONS

MARITIMES

ET

COLONIALES E

1 8 4 , boulevard Saint-Germain ( V I ) 1928

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


MAURICE

DELAFOSSE

l870-l926

PARIS S O C I É T É GÉOGRAPHIQUES,

D ' É D I T I O N S

MARITIMES

ET

COLONIALES e

184, boulevard Saint-Germain (VI ) 1928

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


ENVOI

A u c u n e personnalité n'est plus digne que Maurice DELAFOSSE d'être citée e n e x e m p l e a u x j e u n e s a c t i v i t é s q u ' a t t i r e la v i e c o l o n i a l e . L e « C o m i t é d e l'Afrique française » a r é s u m é ses m é r i t e s e n ces t e r m e s : « Il é t a i t à la fois u n h o m m e d ' e x p é r i e n c e e t d ' a c t i o n e t u n h o m m e d ' é t u d e

et

d e science e t ces d e u x q u a l i t é s s ' u n i s s a i e n t e n l u i à u n e g r a n d e b o n t é , à u n e m o d e s t i e c h a r m a n t e , a u p a t r i o t i s m e le p l u s é l e v é , à u n e a r d e n t e foi c o l o n i a l e e t à u n r o b u s t e b o n s e n s . . . Il fut u n d e s h o m m e s les p l u s b r i l l a n t s e t les p l u s actifs de la g r a n d e é q u i p e a f r i c a i n e . . . S o n œ u v r e q u e l a m o r t i n t e r r o m p t e n p l e i n e force r e s t e r a p r é c i e u s e . . . Ses élèves d e m e u r a i e n t p o u r l u i c o m m e

des

disciples... » E n é v o q u a n t la m é m o i r e de M a u r i c e D E L A F O S S E p r è s d e s j e u n e s h o m m e s , q u ' e n t h o u s i a s m e la Mission c i v i l i s a t r i c e d e la F r a n c e à t r a v e r s le m o n d e a u point de lui consacrer t o u t e leur existence, nous désirons a n i m e r leurs courages e t r e n d r e l e u r foi i n é b r a n l a b l e d a n s l a g r a n d e u r d e l ' œ u v r e à l a q u e l l e ils s'associent à leur t o u r . Q u e p o u r e u x c e t t e p l a q u e t t e , q u i t r a d u i t u n e p i é t é fidèle p o u r M a u r i c e DELAFOSSE, soit u n enseignement, u n guide c o n s t a n t et une égide. Les Amis

de Maurice

Delafosse.


MAURICE

DELAFOSSE

(1870-1926)


Carrière de Maurice Delafosse

E r n e s t - F r a n ç o i s - M a u r i c e D E L A F O S S E e s t n é à S a n c e r g u e s (Cher), le 2 0 d é c e m b r e 1870. B a c h e l i e r ès-sciences, è s - l e t t r e s , d i p l ô m é d e s L a n g u e s o r i e n t a l e s , il p a r t a i t e n 1894 p o u r la Côte d ' I v o i r e e n q u a l i t é d e c o m m i s des Affaires i n d i g è n e s , é t a i t a t t a c h é a u x Missions M O N T E I L e t B R A U L O T , p u i s a d m i s à l a fin d e 1897 d a n s le c a d r e d e s A d m i n i s t r a t e u r s c o l o n i a u x , a u q u e l il a p p a r t i n t j u s q u ' à sa n o m i n a t i o n d e G o u v e r n e u r des Colonies e n 1918. L e s p r i n c i p a l e s f o n c t i o n s q u i l u i f u r e n t confiées d u r a n t c e t t e p é r i o d e d e v i n g t - q u a t r e a n n é e s f u r e n t celles d e C o m m a n d a n t d e cercle à la C ô t e d ' I v o i r e e t a u S o u d a n , d e C o n s u l d e F r a n c e à M o n r o v i a , d e Chef d e la S e c t i o n française d e l a C o m m i s s i o n f r a n c o - a n g l a i s e p o u r l a d é l i m i t a t i o n de l a Côte d ' I v o i r e , d ' A d m i n i s t r a t e u r d e r é g i o n e t de c h a r g é de Missions soit e n Afrique O c c i d e n t a l e , soit e n F r a n c e , n o t a m m e n t p o u r c o l l a b o r e r à l ' E x p o s i t i o n coloniale d e Marseille, e t d e chef d u S e r v i c e des Affaires civiles a u G o u v e r n e m e n t g é n é r a l à D a k a r . U n e c o n n a i s s a n c e a p p r o f o n d i e des d i a l e c t e s et des c o u t u m e s des p o p u l a t i o n s africaines lui a v a i t fait confier dès l ' a n n é e 1900 d e s c o u r s à l ' E c o l e coloniale e t à l ' E c o l e des L a n g u e s o r i e n t a l e s v i v a n t e s , o ù son e n s e i g n e m e n t p o u r s u i v i j u s q u ' à sa m o r t a c r u c o n s t a m m e n t e n a u t o r i t é . N o m m é G o u v e r n e u r e t p l a c é p a r d é c r e t d u 2 j u i n 1918 à l a t ê t e de l a colonie d e l ' O u b a n g u i - C h a r i , M a u r i c e D E L A F O S S E , d o n t la s a n t é é t a i t a l t é r é e p a r de l o n g s e t p é n i b l e s séjours d a n s la zone t r o p i c a l e et p a r u n l a b e u r i n c e s s a n t , se v o y a i t , u n a n e t d e m i a p r è s , obligé de solliciter sa mise à la r e t r a i t e p o u r infirm i t é s c o n t r a c t é e s e n s e r v i c e . L e G o u v e r n e m e n t v e n a i t d e l u i e x p r i m e r sa g r a t i t u d e e n le n o m m a n t Officier de la L é g i o n d ' H o n n e u r . Devenu simple particulier, Maurice DELAFOSSE continua à s'occuper de son e n s e i g n e m e n t , d ' é t u d e s n o u v e l l e s c o m p l é t a n t celles q u ' i l a v a i t d é j à faites, d o n n a n t u n c o n c o u r s p r é c i e u x a u x r e c h e r c h e s de d i v e r s e s C o m p a g n i e s , I n s t i t u t d ' E t h n o l o g i e , A c a d é m i e d e s Sciences coloniales e t a u t r e s c o r p s s a v a n t s , a i n s i q u ' a u x t r a v a u x d e g r a n d e s I n s t i t u t i o n s sociales, Conseil s u p é r i e u r d e s Colonies, S o c i é t é a n t i e s c l a v a g i s t e , S o c i é t é des N a t i o n s , e t c . . M a u r i c e D E L A F O S S E est d é c é d é le 23 n o v e m b r e 1926. S a vie fut u n e d a n s le t r a v a i l , e x e m p l a i r e p a r l ' a c t i v i t é , la m o d e s t i e , le d é v o u e m e n t e t l ' h o n n e u r ! A. Y .


Obsèques de Maurice Delafosse DISCOURS PRONONCÉ AU NOM DU MINISTRE DES COLONIES ET DES COLONIAUX FRANÇAIS PAR M.

A.

D U C H E N E , CONSEILLER D'ÉTAT,

DIRECTEUR AU MINISTÈRE DES COLONIES MESSIEURS,

L a m o r t , d o n t les coups sont t o u j o u r s impitoyables et qui frappe si souv e n t a u h a s a r d , v i e n t d ' a t t e i n d r e celui que nous saluons u n e dernière fois, au m o m e n t où ses collègues, ses disciples, les ministres qui connaissaient ses t r a v a u x , t o u s ceux qui le lisaient, l ' e n t e n d a i e n t , le fréquentaient, formaient pour lui les plus grandes espérances. Ils é t a i e n t fondés à les concevoir, car Maurice DELAFOSSE é t a i t d ' u n âge où l'on p e u t compter encore sur de belles années de pleine activité, et parce qu'ils connaissaient, avec sa v a s t e érudition, l'autorité qu'il s'était acquise et qu'il ne cessait d'accroître chaque jour, en F r a n c e et hors de F r a n c e . On s a v a i t bien que sa s a n t é , fort éprouvée il y a quelques années, réclamait des m é n a g e m e n t s , mais qui de nous ne s'était h a b i t u é peu à p e u , le v o y a n t toujours alerte et toujours sur la brèche, à lui croire u n e force de résistance presque invincible ? L a réalité, m a l h e u r e u s e m e n t , était là, la réalité douloureuse, qui nous é t r e i n t t o u s en ce m o m e n t . Maurice DELAFOSSE m e u r t à la peine, après avoir consacré plus de t r e n t e ans de sa vie à m i e u x pénétrer les populations de cette Afrique si l o n g t e m p s mystérieuse, à m i e u x connaître leurs conceptions et leurs t e n d a n c e s , leurs langues et leurs c o u t u m e s . Lorsqu'il commença, t o u t jeune encore, de se t r o u v e r en c o n t a c t avec elles, la vie était r u d e à l ' E u r o p é e n d a n s ces p a y s à peine p a r c o u r u s , moins connus encore, où t o u t lui faisait défaut, l'installation matérielle, la sécurité de chaque jour, des moyens de communication que l'on v o u l a i t s i m p l e m e n t p r a t i c a b l e s , l'approvisionnement, l'assist a n c e et les soins m é d i c a u x . Mais Maurice DELAFOSSE a v a i t aussitôt ressenti la g r a n d e u r de l ' œ u v r e française qui s'ébauchait à peine, et la noblesse du b u t que l'on d e v a i t a t t e i n d r e . Il ne v o u l u t pas être le fonctionnaire qui passe, celui d o n t l'horizon se limite à la t â c h e quotidienne, et d o n t le m é r i t e déjà pourt a n t était g r a n d alors à vouloir l'accomplir au milieu de t a n t de difficultés. T o u t de suite, il r e c o n n u t que, pour s'assurer le concours de peuplades sans lesquelles nous ne p o u v o n s rien, il nous fallait c o m p r e n d r e les indigènes, et nous en faire c o m p r e n d r e . A cette œ u v r e , il se consacra dès lors t o u t entier ; il y a pleinement réussi. C'est à l'idée t r è s h a u t e qu'il se faisait ainsi de la mission coloniale de la F r a n c e que Maurice DELAFOSSE a u r a pour toujours a t t a c h é son n o m . P a r t o u t


— 10 — où on le r e n c o n t r e , à la Côte d'Ivoire, au Soudan, au Sénégal, on le voit, avec le m ê m e succès, appliquer sa m é t h o d e , la conseiller ou l'inspirer. P a r t o u t aussi, il est le chercheur p a t i e n t , l'organisateur attentif, à qui t o u t e une science en éveil p e r m e t d'observer u t i l e m e n t les h o m m e s et les choses, et p a r t o u t , enfin, il p r é s e n t e le fruit de ses t r a v a u x et de ses m é d i t a t i o n s dans de n o m b r e u x et r e m a r q u a b l e s ouvrages où ses successeurs n ' a u r o n t q u ' à puiser. Mais les années s'écoulent, et le m o m e n t vient où ce g r a n d laborieux, quel que soit son esprit de sacrifice, ne p e u t plus supporter les fatigues de la vie coloniale. D e v a n t les insistances qui se produisent, pour les siens beaucoup plus que p o u r lui-même, il a b a n d o n n e u n e carrière qu'il aime, et, Gouverneur des Colonies, il p r e n d sa r e t r a i t e p r é m a t u r é m e n t . Mais, s'il accepte de rester en F r a n c e , ce n ' e s t p a s , moins que j a m a i s p e u t - ê t r e , pour y demeurer oisif. Il a v a i t été j u s q u ' a l o r s un h o m m e d'action doublé d ' u n h o m m e d'études ; dorén a v a n t , il c o n t i n u e r a à cumuler l'un et l ' a u t r e rôles, mais en les intervertissant pour les a d a p t e r à son existence nouvelle. C'est l'homme d'études qui se fortifiera désormais en lui de l ' h o m m e d'action. Il se fait propagandiste et apôt r e ; il est t o u r à t o u r , en m ê m e t e m p s s'il le faut, écrivain, conférencier, professeur, conseiller t e c h n i q u e et d i p l o m a t e . D a n s les milieux s a v a n t s , dans la presse, d a n s les sphères a d m i n i s t r a t i v e s et gouvernementales, on réclame de t o u t e s p a r t s le secours de son expérience et do son j u g e m e n t . A l'Ecole Coloniale, à l'Ecole des L a n g u e s orientales, à l'Ecole des Sciences politiques, ses cours s o n t de ceux que l'on cite comme modèles. On le recherche p a r t o u t , mais p a r t o u t aussi on l'honore, car on sait qu'il allie la science à la conscience. A l ' a u t o r i t é du fonctionnaire et du s a v a n t , nul n'ignorait, de même, qu'il unissait la dignité de vie de l ' h o m m e privé, h e u r e u x d'être au milieu des siens, près d ' u n e épouse dévouée, et t o u j o u r s empressée à le seconder, et près de ses deux enfants d o n t il était légitimement fier. C'est vers eux, vers ceux qu'il laisse après lui, et d o n t nous connaissons t o u t e la douleur, qu'il me sera permis, au n o m de M. le Ministre des Colonies, de me t o u r n e r , en t e r m i n a n t cette brève évocation d'une existence t r o p brusq u e m e n t close et si bien remplie. Qu'ils sachent, au m o m e n t où nous saluons la dépouille de l ' h o m m e éminent qu'ils pleurent, que chacun de nous reportera sur eux également la h a u t e estime d o n t sa mémoire, pour tous ses amis, ne cessera pas d'être entourée.


DISCOURS PRONONCÉ PAR M.

PAUL

BOYER

DIRECTEUR DE L'ÉCOLE NATIONALE DES LANGUES ORIENTALES VIVANTES

MESSIEURS,

Le 10 juin 1898, alors qu'il a v a i t déjà q u a t r e ans de séjour en Afrique occidentale, d ' a b o r d comme commis, puis comme adjoint des Affaires indigènes, alors qu'il é t a i t déjà l ' a u t e u r d ' u n Manuel dahoméen (grammaire, chrestomathie, dictionnaire), qui n ' a pas été dépassé, alors que, déjà, il était u n maître, Maurice DELAFOSSE écrivait à l ' A d m i n i s t r a t e u r de l'Ecole des L a n g u e s orientales : « A y a n t été pressenti l'année dernière au sujet de m a c a n d i d a t u r e possible à u n e chaire de L a n g u e s soudanaises qu'il é t a i t alors question de créer à l'Ecole des Langues orientales, j ' a v a i s r é p o n d u q u ' e n principe, il me serait t r è s agréable de me voir accorder cette chaire, mais que je ne me sentais pas comp l è t e m e n t préparé à enseigner la langue m a n d é qui devait, avec la langue haoussa, être le principal objet du p r o g r a m m e . Cette année même, il ne me semblerait pas loyal de poser m a c a n d i d a t u r e à u n enseignement de langues soudanaises, ne v o u l a n t pas accepter la responsabilité de cet enseignement sans être e n t i è r e m e n t à m ê m e de m ' e n a c q u i t t e r d'une façon consciencieuse et profitable. » Maurice DELAFOSSE est t o u t entier dans cette lettre : souci constant de l'investigation p a t i e n t e et poursuivie sur place ; lucide conscience de la dignité et des devoirs de l'enseignement ; modestie intransigeante et sans nulle complaisance p o u r soi-même. Il a v a i t 23 ans q u a n d , a p r è s les plus solides é t u d e s , t a n t au Muséum d'Histoire naturelle q u ' à l'Ecole des L a n g u e s , il a v a i t été n o m m é , en a o û t 1894, Commis des Affaires indigènes à la Côte d'Ivoire. Il n ' e n a v a i t pas 30, q u a n d , faisant violence à sa modestie m ê m e , le Ministre de l'Instruction publique le chargeait, pour l'année scolaire 1900-1901, des cours de langues soudanaises à l'Ecole des L a n g u e s orientales. Appelé à diriger la Mission de délimitation franco-anglaise, il r e p a r t a i t pour l'Afrique à l ' a u t o m n e de 1901, s ' a c q u i t t a n t avec a u t a n t de fermeté que de t a c t d ' u n e fonction épineuse sur laquelle p e s a i e n t encore les souvenirs de


— 12 — F a c h o d a . E t l'Afrique le gardait j u s q u ' e n 1909, j u s q u ' a u m o m e n t où, chargé définitivement du cours de langues soudanaises à l'Ecole des Langues orient a l e s , en octobre 1909, il nous r e v e n a i t pour ne plus nous q u i t t e r , j a l o n n a n t u n e carrière universitaire merveilleusement laborieuse et féconde p a r sa nomin a t i o n de professeur-adjoint en janvier 1915, p a r sa n o m i n a t i o n de professeur t i t u l a i r e en n o v e m b r e 1921. P a r t a g é e e n t r e la linguistique et l ' e t h n o g r a p h i e , l ' œ u v r e de DELAFOSSE est considérable. A u t i t r e de la linguistique, c'est, après le Manuel dahoméen, l'Essai de Manuel de la langue agni, le Manuel de la langue haoussa, l'Essai de Manuel pratique de la langue mandé ou mandingue, — ces trois ouvrages en 1901 ; — les Vocabulaires comparatifs de plus de soixante langues ou dialectes parlés à la Côte d'Ivoire et dans les régions limitrophes, en 1 9 0 4 ; l' Esquisse générale des langues de l'Afrique, en 1 9 1 4 ; et enfin, t o u t e prête pour l'impression, une m o n u m e n t a l e é t u d e de la langue m a n d i n g u e , en q u a t r e volumes, œ u v r e considérable et qui épuise le sujet, et d o n t l'Ecole des Langues se fera u n point d ' h o n n e u r de h â t e r la publication. Au t i t r e de l ' e t h n o g r a p h i e , c'est les Frontières de la Côte d'Ivoire, de la Côte d'Or et du Soudan, en 1908 ; le peuple Siéna ou Sénoufo, en 1909 ; le HautSénégal et Niger (Soudan français) : le pays, les peuples, les langues, l'histoire, les civilisations, — trois g r a n d s volumes, qui sont la « somme » de notre Soud a n , en 1912 ; les Noirs d'Afrique en 1921 et l' Ame nègre en 1922. E t je n ' a i rien dit des t r a v a u x de l'arabisant, poursuivis en collaboration avec H O U D A S , son beau-père et son m a î t r e , et Henri G A D E N , son ami ; ni des n o m b r e u x mémoires et articles p a r u s dans t a n t de revues spéciales de France et d'Angleterre ; ni de ce livre c h a r m a n t et profond, où u n optimisme délibéré se voile parfois de mélancoliques nostalgies, Broussard ou les états d'âme d'un colonial, suivis de ses propos et opinions ; ni de cette assidue et vaillante collab o r a t i o n à la Dépêche Coloniale, où, j u s q u ' à ses derniers jours m ê m e s , il a défendu d e u x causes qui lui t e n a i e n t également au c œ u r : la cause des colonies et la cause des coloniaux. H o m m e d'action et de réalisation en m ê m e t e m p s q u ' h o m m e d'étude, f o n d a t e u r et, ce qui est mieux, véritable a n i m a t e u r de l ' I n s t i t u t ethnographique de P a r i s , directeur de la Revue d'Ethnographie, DELAFOSSE, t a n t par ses t r a v a u x personnels que p a r l'exemple m ê m e de sa vie, a ouvert les voies que p e n d a n t de longues années encore les africanistes d e v r o n t suivre. E t l'on r e t r o u v e son influence et la m a r q u e de son esprit d a n s d e u x t o u t e s récentes créations qui, sans lui, p e u t - ê t r e , ne seraient pas nées et à la h a u t e direction desquelles, — h o m m a g e r e n d u à sa m a î t r i s e , — il a v a i t été appelé dès le premier j o u r : le B u r e a u i n t e r n a t i o n a l des langues et cultures africaines, à Londres, et l ' I n s t i t u t d ' E t h n o g r a p h i e à Paris. Telle a été l ' œ u v r e scientifique du g r a n d s a v a n t , du grand professeur, du grand colonial, du grand F r a n ç a i s , qui, m o r t à la peine, m o r t à l'honneur, nous q u i t t e à 55 ans.


— 13 — L'Ecole des L a n g u e s orientales lui g a r d e r a pieusement u n souvenir a t t e n dri de g r a t i t u d e et d'affection ; n'était-il pas t r i p l e m e n t à elle, puisque, après avoir été l'un de ses élèves les plus brillants, il était devenu l'un des professeurs d o n t elle a le droit de s'enorgueillir, en m ê m e t e m p s qu'il épousait la fille de son a n c i e n m a î t r e , n o t r e regretté collègue HOUDAS ? E t l ' h o m m e , en DELAFOSSE, é t a i t exquis. Modeste, bienveillant, charm a n t ; — et quel causeur i n c o m p a r a b l e ! Sa vie d e m e u r e r a comme u n bel et noble e x e m p l e , sa vie q u ' u n t é m o i n t r è s sûr a v a i t u n jour résumée en cette formule : « Maurice DELAFOSSE n ' a j a m a i s fait de d é m a r c h e s q u ' e n faveur d'aut r u i , et il a toujours mis le souci du t r a v a i l au-dessus du souci des h o n n e u r s . »


DISCOURS PRONONCÉ PAR M . GEORGES

HARDY,

DIRECTEUR DE L'ÉCOLE COLONIALE

MESSIEURS,

E n v e n a n t s'incliner sur c e t t e t o m b e , l'Ecole Coloniale rend h o m m a g e à la fois à u n m a î t r e qui l'honorait et à u n h o m m e qu'elle regardait comme le modèle de t o u t e s les v e r t u s coloniales. U n visage d'ascète, où flambaient des y e u x admirables, u n corps amaigri p a r mille misères physiques, u n e voix p r e n a n t e où se mêlaient é t r a n g e m e n t l'ardeur et l'ironie, — t o u t en lui saisissait dès l'abord et donnait l'impression d ' u n e force u n peu mystérieuse. E t ce fut, en effet, une force d'une rare puissance, que cette âme logée d a n s u n e frêle enveloppe, — u n e force que rien n ' a b a t t a i t , qui se r e t r e m p a i t perpétuellement d a n s le plus noble idéal et qui, aux. heures difficiles, t r o u v a i t sa sauvegarde dans u n h u m o u r héroïque. Le secret de cette force, c'est que Maurice DELAFOSSE n ' e s t pas u n colonial d'occasion. Il sent en lui, dès le plus jeune âge, une irrésistible vocation : à 20 ans, à l'insu des siens, il p a r t délibérément pour le S a h a r a , et, p a r la suite, il ne cesse de rechercher les colonies rudes pour y rencontrer besogne à sa taille. Le climat l ' a t t e i n t t o u t de suite, mais sans p a r v e n i r à l'arrêter : à plusieurs reprises, nous avons v u n o t r e ami m o u r a n t , et nous a d m e t t o n s malaisément, a u j o u r d ' h u i , que sa merveilleuse énergie n ' a i t pas, une fois de plus, fait reculer la m o r t . C'est aussi d a n s sa vocation qu'il puise cette générosité, cette ineffable b o n t é , cette indulgence souriante, qui lui v a l u r e n t t a n t d'amis, et s u r t o u t ce sens de l'indigène, cette a p t i t u d e à comprendre p a r sympathie les âmes frustes qui l'entouraient, ce respect de l ' h u m a n i t é chez les plus humbles individus de l'espèce, qui firent de l u i , p a r t o u t où il est passé, un intense foyer de r a y o n n e m e n t français. E n m ê m e t e m p s qu'il dépense sans compter les ressources a b o n d a n t e s et délicates de son cœur, il se voue à des t â c h e s intellectuelles d o n t l'ampleur surprend les plus laborieux. Cet apôtre — le m o t prend ici t o u t son sens — est u n s a v a n t de première valeur. Il applique, à la connaissance des races, des inst i t u t i o n s , des c o u t u m e s , des langues indigènes, des m é t h o d e s parfaites ; il t r a vaille d a n s les pires conditions, m a i s il travaille sans t r ê v e et sans défaillance ; il laisse, à 55 a n s , une œ u v r e considérable, qui a renouvelé notre science de


— 16 — l'Afrique et qui restera, a u x y e u x des coloniaux étrangers aussi bien que des F r a n ç a i s , comme u n m o n u m e n t impérissable de h a u t e conscience et de lucidité. S u r t o u t , ce s a v a n t , qui v i t d a n s l'action, se soucie i n s t a m m e n t de ne point séparer la science de la vie. Il m a i n t i e n t à bonne h a u t e u r sa ligne d'horizon. U n e philosophie généreuse le soutient dans sa recherche ; les faits ne l'intéressent que d a n s la mesure où ils lui p e r m e t t e n t d'éclairer la voie de notre tâche civilisatrice, et nous lui devons pour u n e très large p a r t la mise au point d'une doctrine coloniale qui, t o u t en g a r d a n t scrupuleusement le c o n t a c t avec le réel, suit les meilleures t r a d i t i o n s de notre idéal national. A t a n t de v e r t u s que n u l t r a v e r s de caractère ne v e n a i t contrarier, à t a n t de mérites intellectuels, que personne n'osa jamais contester, Maurice D E L A FOSSE d e v a i t d'être, et depuis longtemps, u n m a î t r e écouté. Il avait, d'ailleurs, l e don et le goût de l'enseignement : s e s élèves do l'Ecole Coloniale le t e n a i e n t en particulière affection, et ils lui ont témoigné en t o u t e occasion le prix qu'ils a t t a c h a i e n t à ses leçons. Mais, c'est p a r t o u t qu'il c o m p t a i t des disciples, dans les coins les plus reculés des colonies, et des disciples fervents, a t t a c h é s à lui p a r des liens de tendresse a u t a n t que p a r reconnaissance d'esprit. Mon cher DELAFOSSE, m ê m e si je n'étais pas pour v o u s u n vieil a m i , m ê m e si nous n'avions pas vécu comme nous l'avons fait depuis des années d a n s u n e parfaite c o m m u n i o n d'idées et de s y m p a t h i e , je n'hésiterais pas à prendre l'engagement, au n o m de l'Ecole Coloniale et de t o u s les coloniaux q u i v o u s o n t connu, que votre souvenir restera v i v a n t en nous ; car v o u s êtes au premier r a n g de ceux à qui la France doit d'être et de demeurer ce qu'elle est, et c'est t o u t n a t u r e l l e m e n t q u ' o n t r o u v e r a , d a n s votre vie prolongée p a r vos t r a v a u x , ce mélange si séduisant de b o n n e h u m e u r , d'héroïsme et de sagacité qui signale le colonial français. Mon cher DELAFOSSE, c'est le c œ u r brisé que l'Ecole Coloniale vous dit adieu ; mais elle reste serrée, comme une vraie famille, a u t o u r de ceux que vous laissez.


DISCOURS PRONONCÉ PAR M.

LÉVY-BRUHL

MEMBRE D E L'INSTITUT, P R É S I D E N T D E L'INSTITUT

D'ETHNOLOGIE

MESSIEURS,

Q u a n d il s'est agi, il y a u n peu plus de d e u x a n s , de fonder à l'Université de Paris u n I n s t i t u t d'Ethnologie, la première personne que l'on est allé consulter sur ce projet a été M. Maurice DELAFOSSE. Il accueillit l'idée qui lui p a r u t réalisable et d ' u n grand intérêt à la fois scientifique et p r a t i q u e . Dès ce m o m e n t , il y fut acquis, et il s o u t i n t l ' I n s t i t u t n a i s s a n t de son a u t o r i t é et de ses conseils. Tel était son prestige d a n s le m o n d e colonial, et si g r a n d le respect d o n t il était e n t o u r é , que son n o m seul suffit à s u r m o n t e r bien des obstacles et à assurer les concours indispensables. Q u a n d on sut que M. DELAFOSSE était m e m b r e d u Comité directeur de l ' I n s t i t u t d ' E t h n o l o g i e et que, n o n cont e n t d'en être u n des fondateurs, il p r e n a i t u n e p a r t active à son organisation, les bonnes volontés se manifestèrent de t o u t e s p a r t s , et les choses qui paraissaient le plus difficile, d e v i n r e n t aisées. Grâce à lui, l ' I n s t i t u t d'Ehtnologie a pu, dès sa première année d'existence, commencer à rendre des services comme il l'avait p r é v u . Il a v a i t consenti lui-même, malgré ses multiples occupations, à se charger d ' u n enseignement à l ' I n s t i t u t d ' E t h n o l o g i e . L ' a n dernier, déjà profondément a t t e i n t p a r la m a l a d i e , il v o u l u t , p a r u n héroïque effort de v o lonté, aller j u s q u ' à la dernière des leçons qu'il a v a i t promises. Cette étroite collaboration m ' a valu le précieux privilège d ' e n t r e r d a n s l'intimité de M. DELAFOSSE. A u p a r a v a n t je le connaissais, comme t o u t le m o n d e , p a r ses b e a u x t r a v a u x d'ethnographie et de linguistique. Je l'avais rencontré quelquefois, et je ressentais pour lui la s y m p a t h i e qu'il ne p o u v a i t m a n q u e r d'inspirer, t a n t il a v a i t de c h a r m e n a t u r e l . Mais à travailler avec lui à u n e œ u v r e c o m m u n e , j ' a i appris à le connaître v r a i m e n t . J ' a i v u se déployer ces h a u t e s qualités morales que ses amis de toujours rappelaient t o u t à l'heure avec une poignante émotion : son exquise modestie, son parfait désintéressem e n t et son d é v o u e m e n t sans phrases à l ' œ u v r e entreprise qu'il jugeait utile à la science et à la F r a n c e . Maurice DELAFOSSE était de ces h o m m e s rares qui font h o n n e u r à leur p a y s dans le m o n d e entier. Je ne reviens pas sur ses n o m b r e u x ouvrages q u i o n t été énumérés et loués comme il convient p a r les o r a t e u r s p r é c é d e n t s . J'ajouterai, seulement que les e t h n o g r a p h e s et les linguistes de t o u s les p a y s rendaient h o m m a g e à son a u t o r i t é , et le considéraient comme le premier d'en-


— 18 — t r e eux, en particulier sur les sujets des langues de l'Afrique occidentale. L ' a n dernier lorsque fut créé à Londres l'Institut international des langues et civilisations africaines : M . DELAFOSSE fut u n des premiers s a v a n t s à qui l'on s'adressa, et, cet I n s t i t u t i n t e r n a t i o n a l u n e fois constitué, l'un des deux directeurs élus fut M . DELAFOSSE. Cette semaine encore, le vice-directeur, le major VISCHER, s'informait avec anxiété de la santé de M . DELAFOSSE qu'il savait en g r a n d danger. L ' a u t o r i t é de M . DELAFOSSE é t a i t d ' a u t a n t m i e u x établie qu'il savait se renouveler, et qu'il é t a i t toujours e n progrès. Ses premiers t r a v a u x , on l ' a d i t avec raison, n ' o n t rien perdu de leur valeur. Il est v r a i en m ê m e t e m p s q u ' a u fur et à mesure qu'il a v a n ç a i t d a n s la vie, sa m é t h o d e é t a i t d ' u n e sûreté croissante, et que son savoir gagnait en é t e n d u e , en solidité et en profondeur...


DISCOURS PRONONCÉ PAR M. M A R T I N E A U , PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DES COLONIES FRANÇAISES

MESSIEURS,

J e viens, a u n o m de la Société de l'Histoire des Colonies françaises, adresser u n dernier h o m m a g e à Maurice DELAFOSSE. L a m o r t qui supprime t o u t e s les souffrances ne laisse a u x s u r v i v a n t s que des regrets et des chagrins d o n t quelques-uns d u r e n t t o u t e la vie, et c'est pourquoi nous nous inclinons t r i s t e m e n t d e v a n t la douleur de sa femme et de ses enfants ; mais q u a n d celui qui s'en v a d i s p a r a î t dans le plein épanouissement de son activité et de son génie, après avoir accompli u n e grande œ u v r e , la m o r t est pour lui une consécration qui, l ' a r r a c h a n t a u x vicissitudes d u sort, conserve à t o u t j a m a i s son n o m d a n s u n e p u r e t é sans t a c h e et lui assure u n e a d m i r a t i o n impérissable. E t je ne crois pas dépasser beaucoup la vérité en disant que l ' œ u v r e historique laissée p a r DELAFOSSE lui survivra a u t a n t que les ouvrages de l'esprit d o m i n e n t ceux de l'imagination. Ceux-ci plaisent d a v a n t a g e pour u n t e m p s ; les a u t r e s sont d ' u n e durée indéfinie. Soit que dans les ouvrages considérables comme les pays du Haut-Sénégal-Niger ou l'Histoire générale de l'Afrique occidentale, encore inédite, mais qui est achevée, il ait entrepris de retracer le t a b l e a u des civilisations ou de dominations disparues avec leur a d a p t a t i o n possible à la paix française, soit que dans des t r a v a u x plus modestes, comme les Noirs de l'Afrique ou l'Ame Nègre, il nous ait initié a u x mystères de la famille des t r i b u s , DELAFOSSE a déployé dans t o u s ces genres les qualités primordiales et essentielles de l'historien : la conscience et la précision. Toutes ses informations sont sûres, t o u t e s ses descriptions sont claires : rien n ' e s t sacrifié à la déclamation ni à l'idéologie. Nulle anticipation chimerique. Il n ' a p e u t être pas été indifférent que DELAFOSSE ait passé p a r l'Administration et p r a t i q u é lui-même l ' a r t si délicat de gouverner les h o m m e s , ne fût-ce que des B a m b a r a s ou des Mandingues, pour donner à ses j u g e m e n t s et à ses récits c e t t e m a t u r i t é et c e t t e e x a c t i t u d e qui assurent à son œ u v r e une valeur indiscutée.


— 20

-

Tel sera le j u g e m e n t de l'histoire sur DELAFOSSE. P o u r n o u s , plus sensibles peut-être a u x impressions de l'heure présente, celui que n o u s pleurons c'est l'ami de t o u s les jours, l ' h o m m e simple et bienveillant, chez qui le c h a r m e d u cœur faisait oublier parfois la g r a n d e u r de l'esprit. L a m o r t ne p e u t plus unir ces qualités que d a n s u n souvenir. A nous de l ' e n t r e t e n i r comme u n héritage que nous t r a n s m e t t r o n s à n o t r e t o u r à ceux qui nous s u r v i v r o n t .


DISCOURS PRONONCÉ PAR M. P. B O U R D A R I E , SECRÉTAIRE PERPÉTUEL DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES COLONIALES

MESSIEURS,

Q u a n d Maurice DELAFOSSE m o u r u t au m a t i n d u 23 n o v e m b r e 1926, le j o u r m ê m e où il a v a i t projeté de reprendre ses cours, ce ne fut u n e surprise pour personne. Depuis des mois et des années, on le v o y a i t livrer une bataille quotidienne à la maladie, à la souffrance et à la m o r t . Seul, peut-on dire, il semblait ne pas voir son t e r m e qui, p o u r t a n t , a p p r o c h a i t . L ' a r d e u r au travail, l'amour de la science africaine, le d é v o u e m e n t a u x siens, ennoblissaient t o u t e s les heures de son existence et d o n n a i e n t à sa physionomie u n extraordinaire rayonnement. Il y a dans DELAFOSSE une m y s t i q u e coloniale, spécifiquement africaine. Bien peu, je pense, connaissent son point de d é p a r t . J ' a u r a i , sans d o u t e , u n jour ou l ' a u t r e , l'occasion de le raconter. DELAFOSSE e n t r a , en 1894, dans l'administration coloniale de l'Afrique occidentale. Il allait y faire t o u t e sa carrière. Celle-ci a n e t t e m e n t t o u s les caractères d ' u n e vocation t r è s h a u t e . Il serait e x t r ê m e m e n t intéressant de pouvoir fixer p a r des t e x t e s ou des faits l'origine m ê m e des vocations coloniales d o n t n o u s avons c o n n u quelques-unes et qui, a u x alentours de 1890, se t o u r n e n t assez volontiers vers le continent africain. E n particulier, les voyages de STANLEY, avec son fameux ouvrage : Dans les ténèbres de l'Afrique, et les voyages de D E BRAZZA ont d û déclencher plus d'une vocation : l'Afrique mystérieuse où l'on a b o r d e r a pour les étudier, p é n é t r e r et pétrir des h u m a n i t é s primitives, l'Afrique et t o u s ses secrets ou t o u t e s ses possibilités... Mais p o u r q u o i celui-ci préfère-t-il le Congo, celui-là, le S o u d a n et cet a u t r e le S a h a r a ? Seuls Pierre MILLE et Georges H A R D Y p o u r r a i e n t t e n t e r de l'élucider. Ainsi, DELAFOSSE est entré dans la carrière coloniale. C o m m e u n soldat le b â t o n de maréchal dans sa giberne, il a d a n s sa cantine les broderies d u Gouv e r n e u r général. P a s u n jour il ne s'en préoccupera et q u a n d on v o u d r a l'envoyer d a n s l ' O u b a n g h i , il préférera se consacrer à l'enseignement : c'est parce qu'il s'est assigné d'acquérir p a r la recherche personnelle la plus grande somme possible de la connaissance scientifique des colonies et des peuples de l'Ouest africain français. Les échelons administratifs successifs ne lui sont pas u n b u t ,


— 22 — mais u n m o y e n d ' é t e n d r e le c h a m p de ses recherches et des sources de documentation. D ' a n n é e en année, il a u g m e n t e la somme de ces connaissances dont, sans aide a u c u n e , il s'est tracé à lui-même le p r o g r a m m e en c o m m e n ç a n t p a r la linguistique. Il n'ira se former a u x Langues orientales qu'en y a p p o r t a n t les produits de sa cueillette personnelle. De la linguistique, il passera logiquement à l'ethnographie, puis à l'histoire, puis à la sociologie. E t sa recherche personnelle est faite d ' u n tel labeur, elle est d'une telle qualité qu'il devient de jour en jour u n m a î t r e plus écouté qui, b i e n t ô t , a t t e i n d r a à la r é p u t a t i o n mondiale. Enfin, il enseigne à Paris à l'Ecole des L a n g u e s orientales et à l'Ecole coloniale. L ' o n serait bien surpris si ceux qui furent ses élèves ne gardaient p a s de cet enseignement u n e empreinte profonde ; c'est alors qu'ils auraient été incapables de discerner les impondérables de cette m y s t i q u e d o n t je parlais au d é b u t et qui frappait t o u t observateur attentif. G. H A R D Y , a p p o r t a n t à sa dépouille mortelle l ' h o m m a g e de l'Ecole coloniale, s'exprimait ainsi : « Un visage d'ascète, où flamboient des y e u x admirables, u n corps amaigri p a r mille misères physiques, u n e voix p r e n a n t e , où se mêlaient é t r a n g e m e n t l ' a r d e u r et l'aménité, t o u t en lui saisissait dès l'abord et donnait l'impression d'une force u n peu mystérieuse. E t ce fut, en effet, u n e force d'une rare puissance que c e t t e â m e logée d a n s u n e frêle enveloppe, une force que rien n ' a b a t t a i t , qui se r e t r e m p a i t perpétuellement dans le plus noble idéal et qui, a u x heures difficiles, t r o u v a i t sa sauvegarde dans u n h u m o u r héroïque. » Sur quoi reposait cet étrange et admirable mélange d ' a r d e u r intellectuelle, de sérénité et d ' h u m o u r , sinon sur cette m y s t i q u e intérieure qui le m e n a i t , t o u t droit et ferme, au s e n t i m e n t du devoir t o t a l . On p e u t dire que, du premier au dernier jour de son existence, c'est ce s e n t i m e n t , au plus fort et au plus élevé, qui a guidé sa pensée et dicté t o u s ses actes. Remplir sa t â c h e j u s q u ' a u b o u t , sans défaillance de sa volonté plus forte que les fatigues supportées et les souffrances endurées, plus forte que la maladie qui, p a r périodes, semblait se lasser de livrer des assauts toujours repoussés à son corps toujours plus amaigri et toujours aussi résistant... remplir sa t â c h e q u o t i d i e n n e m e n t , sans a r r ê t , en p a s s a n t , sous le n o m de BROUSSARD, du sévère au plaisant, m ê m e sous la griffe de la douleur, et, si possible, m o u r i r à la tâche. Ainsi est-il m o r t , laissant u n grand vide dans le m o n d e colonial et d a n s notre compagnie.

ORLÉANS.

IMP.

H. T E S S I E R . —

7-28.


CETTE

NOTICE

A

ÉTÉ,

AUSPICES DE L ' A C A D É M I E

GRÂCE

A

UNE

SOUSCRIPTION

DES SCIENCES

OUVERTE

COLONIALES,

sous

LES

ÉTABLIE PAR UN

DE SES MEMBRES, M . A N D R É Y O U , AU NOM DES AMIS DE MAURICE

DELAFOSSE.

ELLE S'ADRESSE A TOUS CEUX QU'INTÉRESSE LE DÉVELOPPEMENT DE LA FRANCE EXTÉRIEURE, EN PARTICULIER A LA JEUNESSE CARRIÈRES

D'OUTRE-MER.

DES ÉCOLES QUI PRÉPARENT AUX


i


Maurice Delafosse : 1870 – 1926  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Maurice Delafosse : 1870 – 1926  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Profile for scduag
Advertisement