Page 1

MOTION DE M. D E C U R T , DÉPUTÉ DELA Au

GUADELOUPE,

nom des Colonies

réunies.

Mon nobis, fed Reipublicæ nati fumus.

A

P A R I S ;

Chez B A U D O U I N , Imprimeur de L ' A S S E M B L É E N A T I O N A L E , rue du Foin Saint-Jacques, N ° . 3 1 .

1789.

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville d e Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des b i b l i o t t h è q u e s Ville de Pointe-à-Pitre


M O T I O N D E M. D E D É P U T É

Au

DE LA

CURT, GUADELOUPE

nom des Colonies

réunies.

MESSIEURS,

L E S Miniftres du R o i vous o n t d e m a n d é , le 27 O c t o b r e d e r n i e r , des éclairciffemens fur ce qui concerne

les C o l o n i e s , en vous

qu'elles diffèrent e n que

ces

même ont

&

différences à

rappelé

l'eflence la

tout

de

tiennent des

néceffité

expofant

la M é t r o p o l e ; à

la

nature

chofes : ils de

donner

à

vous vos

A 2

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville d e P o i n t e - à - P i t r e


4

Ifles

à

fucre

o n régime

particulier,

&

des

L o i s q u i s'accordent parfaitement avec leur p o fition phyfique. I l s

o n t enfin i n t e r r o g é

votre

v œ u fur les Décrets q u e vous avez déjà r e n d u s , &

qu'ils r e g a r d e n t c o m m e impraticables dans

vos

poffeffions

éloignées.

V o u s avez pris en confidération ce M é m o i r e d ' a u t a n t plus intéreffant,

qu'il n'eft fondé q u e

fur des principes reconnus & refpectés par toutes les N a t i o n s d e l ' E u r o p e q u i o n t des C o l o n i e s dans l'Archipel A m é r i c a i n . L e C o m i t é de C o m m e r c e a été chargé par vous d e l'examiner pour v o u s en faire le Rapport. C'eft dans cet état d e c h o f e s , M e f f i e u r s , q u e les D é p u t é s des C o l o n i e s fe font concertés pour a p p r o f o n d i r des vérités q u e les Miniftres du R o i v o u s o n t i n d i q u é e s . Elles f o r m e n t un des plus g r a n d s intérêts que v o u s ayez à régler p o u r là profpérité d e la N a t i o n . J u f q u ' à ce m o m e n t

M e f f i e u r s , refpectant les

g r a n d s travaux d o n t vous vous

êres

fucceffive-

m e n t o c c u p é s , les D é p u t é s des C o l o n i e s ont cru d e v o i r garder le filence le plus abfolu , & a t t e n d r e q u e l'Affemblée N a t i o n a l e fixât fon a t t e n t i o n fur

fes poffeffions éloignées. A u j o u r d ' h u i leur filence d e v i e n d r o i t auffi d a n g e r e u x qu i m p o l i t i q u e .

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville d e Pointe-à-Pitre


5 L e s Miniftres o n t parlé : ils attendent votre r é ponfe ; mais rien de ce q u i intéreffe les C o l o n i e s n'a encore été l é g a l e m e n t difcuté. Les g r a n d e s queftions qu'elles préfenrent n ' o n t été foumifes à aucun e x a m e n préparatoire ; & s'il vous falloit

p r o n o n c e r , vous n'auriez en général

que

des bafes très incertaines pour fixer votre j u g e nient. C e p e n d a n t , M e f f i e u r s , les grandes

reffour-

ces d e la N a t i o n font t e l l e m e n t d é p e n d a n t e s d u fort des C o l o n i e s , q u e la m o i n d r e e r r e u r dans le fyftême q u i doit les r é g i r , cauferoir un m a l irréparable. D a n s les révolutions q u i c h a n g e n t la face des E m p i r e s , o n peut a u t o u r d e foi d é -

paffer le b u t , fans crainte abfolue d ' u n e lution

diffo-

inévitable. T é m o i n de la f e c o u f f e , le

m o u v e m e n t r é t r o g r a d e eft, pour ainfi d i r e , fous la m a i n

du

Légiflateur.

Mais à deux

mille

lieues de tous les p o u v o i r s , de tous les m o y e n s , la publication feule d ' u n e mauvaife L o i

feroit

infailliblement fuivie des réfultats les plus f u neftes.

Sans d o u t e , M e f f i e u r s , les C o l o n i e s n ' o n t point à craindre

d e pareils m a l h e u r s ,

q u ' i l eft dans vos principes les

matières

i m p o r t a n t e s fur

parce

d e faire p r é p a r e r lefquelles

vous

A 3

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville d e P o i n t e - à - P i t r e


6

avez à délibérer. C'eft ainfi q u e vous avez f o r m é des C o m i t é s p o u r tous les objets

foumis

aux règles d u c a l c u l , o u q u i , tenant à b e a u coup les

de rapports, plus é t e n d u e s ,

exigent

les

&

méditations pro-

des

connoiffances

fondes. M a i s ces C o m i t é s ne peuvent embraffer l'intérieur

du

Royaume ; &

fi vous

que

voulez

organifer vos C o l o n i e s d ' u n e m a n i è r e qui v o u s affure à jamais les avantages d e ces précieufes contrées,

vous devez former

s'occupe

fans

délai

d'en

un C o m i t é qui perfectionner

les

moyens. Telle eft, Meiffeurs,

la d e m a n d e q u e j e

fuis autorifé à vous faire au n o m des C o l o n i e s r é u n i e s . Il s'eft é l e v é , depuis q u e l q u e s a n n é e s , t a n t d e queftions

captieufes fur

leur r é g i m e ,

tant d'objections oratoires fur leur i m p o r t a n c e , t a n t d e d o u t e s ridicules fur la néceffité d e les c o n f e r v e r , qu'il eft t e m p s d e forcer au filence & les O r a t e u r s de mauvaife f o i , & les A p ô t r e s des d é c l a m a t i o n s a c a d é m i q u e s , & les fpéculatifs q u i Veulent juger par c o m p a r a i f d n , des contrées abfolument

diffemblables

J e vous propofe d o n c , M e f f i e u r s , de f o r m e r un C o m i t é des C o l o n i e s ,

compofé de vingt


7 Membres

}

pris dans cette h o n o r a b l e A f f e m b l é e .

V o u s p e n f e r e z , fans d o u t e , qu'il doit être m i partie d e C o l o n s , & m i - p a r t i e d e N é g o c i a n s ; parce q u e les C o l o n i e s étant deftinées à opérer la c o n f o m m a t i o n d u fuperflu d u R o y a u m e ,

&

à accroître la richeffe N a t i o n a l e par le m o y e n des

échanges,

les Négocians

&

les

Colons

font entr'eux les feuls légitimes c o n t r a d i c t e u r s . Je

dirai

p l u s , Meffieurs : eux feuls font

en

état d'inftruire v o t r e r e l i g i o n , & d e vous p r é fenter

les meilleurs vues fur toutes les parties

d e ce g r a n d e n f e m b l e . C e C o m i t é ainfi c o m p o f é , M e f f i e u r s ,

pro-

d u i r o i t d ' a b o r d le b i e n inappréciable d e r a p procher le C o m m e r c e & les C o l o n i e s fur leurs r é c l a m a t i o n s refpectives : oubliant les uns & les autres leurs intérêts particuliers pour n e c u p e r q u e d e l'intérêt d e l ' é t a t , ils à force de franchife o ù doit s'arrêter

&

fixeroient,

de l o y a u t é , le t e r m e

le C o m m e r c e

prohibitif. I l s

d é t e r m i n e r o i e n t d e la m a n i è r e la m o i n s ceptible d ' a b u s , empêcher

que

Royaume

aucun

s'oc-

fuf-

t o u s les m o y e n s qui p e u v e n t la

contrebande des

n'enlève

avantages d o n t il

au doit

profiter. Paffant enfuite aux Lois q u i p e u v e n t le plus

A 4


8 influer

fur l a p r o p r i é t é d u C o m m e r c e

l'Agriculture,

ils vous i n d i q u e r o i e n t

8c d e la

ma-

n i è r e de les fimplifier : c a r , M e f f i e u r s , tout ce q u i n'eft point

actif,

tout

point u n m o u v e m e n t r a p i d e

ce q u i ne d o n n e aux

tranfactions

des C o l o n i e s , y doit être a b f o l u m e n t

profcrit,

c o m m e d e f t r u c t i f de l'induftrie N a t i o n a l e . Ils r e c h e r c h e r a i e n t encore jufqu'à quel p o i n t il c o n v i e n t d e confier aux D é l é g u é s d u p o u v o i r exécutif le d r o i t d e faire des R è g l e m e n s p r o vifoires

fur des é v é n e m e n s q u e la

prudence

h u m a i n e ne p e u t prévoir n i e m p ê c h e r ; é v é n e m e n s auxquels il feroit d u plus grand

danger

d e n e pas obvier fur les l i e u x , & fans a u c u n e remife. Enfin,

M e f f i e u r s , c o m m e d a n s les C o l o n i e s

il n'exifte ni d î m e s à f u p p r i m e r , ni féodalité à d é t r u i r e , ni priviléges à c o m b a t t r e , ni T r a i tans à d é p o u i l l e r , n i i m p ô t s o d i e u x à p r o f crire ; C o m m e il n'y a aucun fyftême de finances à p u r i f i e r , & q u e l'affiette des i m p ô t s u n e fois d é t e r m i n é e par les Affemblées c o l o n i a l e s , il n e s'agir plus q u e de f u r v e i l l e r , avec q u e l q u ' a t t e n t i o n , les deux C h a p i t r e s de recette & d e d é peufes ; ce q u i eft très facile dans des pays où


9 la g r a n d e c o m m u n i c a t i o n n e laiffe de fecret fur rien , & p o u r p e r f o n n e ; C o m m e les T r i b u n a u x n ' o n t b e f o i n q u e d ' u n petit n o m b r e d e Lois pour affurer la propriété d e chacun ; L e C o m i t é q u e j'ai l ' h o n n e u r d e vous p r o p o f e r , p o u r r o i t , e n très-peu d e t e m p s , vous préfenter un plan g é n i t a l de Conftiturion , d ' A d miniftration

& d e J u r i f p r u d e n c e , auffi p o l i t i -

q u e d a n s fon b u t q u e fimple dans fes m o y e n s , & q u i , en affurant le b o n h e u r d e tous, a u t a n t q u e l'intérêt d e l'Etat p e u t le p e r m e t t r e ,

ren-

droit les C o l o n i e s floriffantes p o u r le plus g r a n d avantage d e la N a t i o n . C'eft au n o m facré d e la P a t r i e ,

Meffieurs,

q u e je vous invite à accueillir la M o t i o n

que

j ' a i l ' h o n n e u r d e vous faire : car je dois vous le d i r e , & fur-tout vous le prouver : fi les C o l o n s n e confultoient fi

leur

dévouement

pouvoit accès

q u e leurs intérêts perfcnnels ;

laiffer aux

à la

dans

féductions

chofe

leur

publique

ame

quelque

plus

grande

f o r t u n e ; s'ils n e m e t t o i e n t

pas leur

gloire a

fe facrifier

l'amour

à l'héroifme

d'une

,

de

françois ; e n f i n , M e f f i e u r s ,

du

nom

fi les C o l o n s n e

v o u l o i e n t p a s , à t o u t p r i x , refter C i t o y e n s d ' u n e


10 g r a n d e N a t i o n à laquelle il ne m a n q u o i t qu'une Conftitution f a g e ,

pour être la p r e m i è r e

du

M o n d e ; a n - l i e u d e vous d e m a n d e r des Lois &

u n régime q u i les unifient à j a m a i s , q u i

les affujétiffent

même

à

votre

b o n h e u r , ils

euffent propagé ce principe i m p o l i t i q u e & deftructif d e

vos plus

grandes

reffources,

que

les C o l o n i e s font plus nuifibles qu'utiles. A l o r s , M e f f i e u r s , fi, a b a n d o n n é e s à e l l e s - m ê m e s , elles euffent: ouvert leurs Ports aux Puiffances c o m m e r ç a n t e s de l'Europe & d e l ' A m é r i q u e , u n bénéfice é n o r m e fe préfentoit à elles dans la c o n c u r r e n c e des échanges. E t en effet, dans un tel érat de c h o f e s , elles acheteroient au rabais tous les objets qu'elles c o n f o m m e n t , & v e n d r o i e n t à l'enchère toutes leurs productions ; de m a n i è r e q u ' e n d e r n i e r r é f u l t a t , la fur le prix d e

diminution

leurs c o n f o m m a t i o n s , & l'ac-

croiffement de la valeur de leurs d e n r é e s , a u raient

a u g m e n t é de plus du tiers la balance d e

leurs échanges. Voulez vous,

Meffieurs,

d ' u n e manière irréfiftible,

vous

convaincre

des facrifices

que

vous recevez j o u r n e l l e m e n t des C o l o n i e s ? O p pofez aux avantages qu'elles t r o u v e r a i e n t dans u n c o m m e r c e l i b r e , les bénéfices q u e la France retire


11 d'un c o m m e r c e r c e exclufif auquel elles veulent fe f o u m e t t r e . J e pourrois fans douce à cet égard fournir des détails q u i m e paroiffoient

invrai-

femblables avant d e les avoir approfondis m o i m ê m e , j ' a i m e m i e u x vous préfenter les calculs d ' u n N é g o c i a n t d e B o r d e a u x , q u i , après avoir p a r c o u r u n o s Ifles en h o m m e d ' É t a t , a p u b l i é , à

fon r e t o u r , d'excellentes réflexions fur

ces

matières. 11 fuppofe , M e f f i e u r s , dix millions d e d e n rées

Coloniales,

fol,

&

de

payées en denrées de

l'induftrie

de

vos

votre

Manufactures.

V o i c i c o m m e il divife les Bénéfices : Au

C o m m e r c e National

vingt p o u r cent ;

dix au fol & au M a n u f a c t u r e s . M ê m e f o m m e p o u r le

fret des Vaiffeaux

employés

N a v i g a t i o n . Enfin e n c o r e dix pour les d r o i t s , les c o m m i f f i o n s ,

les

à

cette

cent p o u r falaires des

O u v r i e r s & J o u r n a l i e r s employés aux A r m e m e n s . Il réfuite

de

ce calcul q u i

ne

peut

être

f o u p ç o n n é d ' e x a g é r a t i o n , q u ' e n n e confidérant ces tranfactions

q u e fous le r a p p o r t

de

l'in-

duftrie intérieure d u R o y a u m e , vous partagez par m o i t i é ce revenu des C o l o n i e s . Mais

fi

poffeffions

vous

confidérez,

Meffieurs,

fous les g r a n d s rapports

ces

politiques,


12 fi vous calculez les reffources q u e vous

tirez

d e leurs richeffes territoriales , fi vous pefez l'influence qu'elles vous d o n n e n t fur toutes les Nations

commerçantes,

vous

fentirez

plus

q u e jamais la néceffité d e des conferver & d e les accroître. poffible

C a r , Meffieurs,

d e le

diffimuler : vos

il n'eft

plus

Manufactures

n ' o n t p r e f q u e plus d e débouchés q u e dans les C o l o n i e s , à l'exception d e q u e l q u e s m o d e s & d e q u e l q u e s bijoux ; l'Europe ne vous d e m a n d e en échange q u e vos S u c r e s , vos. C a f é s , vos Cotons,

votre I n d i g o ; & q u a n d

d e m a n d e r o i e n t vos b l e d s ,

il n'eft

elles vous q u e trop

prouvé q u e la libre exportation des grains p e u t quelquefois fâcheufe

réduire

le R o y a u m e

à la

extrémité.

V o u s devez Colonies,

obferver

encore

q u e fans les

vous n'auriez q u e peu o u point d e

de commerce maritime, conféquemment de

plus

point

M a r i n e ; ce q u i laifferoit vos côtes e x p o -

fées aux infultes d e la p r e m i è r e Puiffance m a ritime

qui voudrait

p r e n d r e la p e i n e d e les

attaquer; Q u e les C o l o n i e s occupent 800 g r a n d s N a vires m a r c h a n d s , deftinés aux voyages d e l o n g cours,

& 6 à 7 0 0 petits deftinés au cabotage a


13

& q u ' e n d o n n a n t u n e occupation directe â plus d e cinq millions d ' h o m m e s , u n g r a n d

mou-

v e m e n t à vos M a n u f a c t u r e s , elles doublent la valeur d e s t e r r e s , par ce n o m b r e prodigieux d e c o n f o m m a t e u r s qu'elles e m p l o i e n t . C e n'eft pas t o u t , Meffieurs ; vous avez m i s la dette

d e l'Etat fous la fauve-garde

d e la

loyauté F r a n ç o i f e : dans m o n o p i n i o n ,

les r i -

cheffes

feules

des C o l o n i e s peuvent garantir

l'exécution d e ce D é c r e t fur 2.45 millions

honorable. En effet,

d e denrées q u e vous en r e -

cevez a n n u e l l e m e n t , vous en c o n f o m m e z à p e u près 80 m i l l i o n s , q u i fe décuplent par la circulation i n t e r i e u r e . L e refte paffe à l'Etranger; & c o m m e les objets qu'ils échange,

vous

donnent

en

n e s'élèvent t o u t au plus q u ' à 88

m i l l i o n s , il vous refte u n e folde de 75 millions, q u i d i m i n u e d'autant

l'exportation

de numé-

raire à laquelle vous feriez forcés, p o u r

faire

h o n n e u r aux intérêts é n o r m e s d e la dette q u e vous avez déclarée Je

termine

ici

Nationale. d e s réflexions

roient plus d e d é v e l o p p e m e n t , de

qui s'il

exiges'agiffoit

p r o n o n c e r fur le fort des C o l o n i e s . Il n e

s'agit a u j o u r d ' h u i q u e d e choifir

les m e i l l e u r s

m o y e n s d e travailler à leur organifation.

Si


14 j ' a i pu v o u s convaincre q u e je n e les follicite q u ' a u n o m d e l'intérêt d e l ' E t a t , vous n e b a l a n cerez pas à adopter u n e M o t i o n qui m ' a

paru

t o u t e de p a t r i p t i f m e . V o u s êtes la p r e m i è r e N a t i o n d e l'Univers q u i ait a d m i s fes C o l o n i e s à l'honn e u r d'être M e m b r e s d u C o r p s Légiflatif. N o u s a v o n s fenti v i v e m e n t le prix d'un acte de juftice donc l'éloge c o m m e n c e à vous. M a i s n'eft-ce pas vous prouver n o t r e g r a t i t u d e d ' u n e m a n i è r e q u i fe r a p p r o c h e d e vos p r i n c i p e s , q u e de v o u s dévoiler les reffources q u e vous devez tirer d e nos r i c h e f f e s , & d e n o u s foumettre

plus q u e

jamais à vous les conferver par des facrifices? C e p e n d a n t , pour q u e cet état d e choies fubfifte, il nous faut u n e légiflation particulière q u i n e contrarie en rien nos m œ u r s , nos u f a g e s , p r o p r i é t é s ; il f a u t , f u r - t o u t , qu'elle nous

nos affure

la tranquillité fur nos f o y e r s , p e n d a n t q u e nous travaillerons à vous procurer cette efpèce

de

b o n h e u r q u i d é p e n d d e toutes les c o m m o d i t é s d e la vie.

Laiffez

d o n c aux C o l o n s r é u n i s ,

aux N e g o c i a n s , le foin d e vous éclairer

fur

leurs b e f o i n s ; o r d o n n e z qu'ils travaillent euxm ê m e s au code qu'ils p e n f e r o n t

convenir

le

m i e u x à leur fituation. L o r f q u e ce travail i m portant,

8c q u i exige les plus g r a n d e s

con-


15 noiffances

l o c a l e s , a u r a été exécuté avec la m a -

t u r i t é néceffaire,

vous l'examinerez dans v o t r e

fageffe, & vous ne le d é c r é t e r e z q u e lorfqu'il ne vous reftera a u c u n d o u t e fur fon utilité & fur fa perfection. A l o r s , Meffieurs, vous pourrez vous reppfer plus

q u e jamais fur

créoles.

Vous

la foi, fur l ' a t t a c h e m e n t

a u r e z à deux

mille

lieues

de

v o u s , des C o n c i t o y e n s d o n t vous aurez décrété l e b o n h e u r , & q u i , toujours fidèles aux intérêts c o m m u n s , vous e n r i c h i r o n t en t e m p s d e paix des

fruits de leurs f u e u r s ,

&

verferoient

en

t e m p s d e g u e r r e jufqu'à la d e r n i è r e g o u t t e d e leur fang pour repouffer

d e leurs foyers t o u s

les e n n e m i s d e la France. Je

c o n c l u s , au n o m des C o l o n i e s r é u n i e s ,

au D é c r e t fuivant : L'Affemblée

Nationale

décrète

qu'il

fera

n o m m é , fans d é l a i , u n C o m i t é des C o l o n i e s , c o m p o f é de vingt M e m b r e s , mi-partie d e D é putés des Villes m a r i t i m e s de C o m m e r c e & d e M a n u f a c t u r e , & m i partie d e D é p u t é s des C o l o n i e s , p o u r préparer toutes les matières q u i p e u v e n t ê t r e relatives à ces poffeffions

impor-

tantes.

Paris,

DE

le

27

CURT,

Novembre

1789,

Signe,


Motion de M. de Curt, Député de la Guadeloupe, au nom des Colonies réunies  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you