Page 1

£ TA

REVUE

COLONIAL MAI ET J U I N 1 8 4 9 .

ÉTAT DU TRAVAIL RURAL A LA MARTINIQUE DEPUIS L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE1. Rapport

adressé

commission dans la

an gouverneur

nommée pour

général

étudier

par

le secrétaire

la question

du travail

d'une libre

colonie2.

La colonie ne répond que partiellement à l'appel qui lui est adressé par l'admi­ nistration—Le travail au salaire et le travail à la p a r t ; avantages et incon­ vénients des deux modes.—Un système transitoire.—Nécessité de la concur­ rence du travail européen.—Le travail n'a été véritablement abandonné que dans les deux mois qui ont suivi l'émancipation.—Il laisse toutefois beaucoup à désirer.—De la petite culture appelée jardin.—Résultats heureux de cer­ tains déplacements de travailleurs. Ire PARTIE. MONSIEUR LE GOUVERNEUR GÉNÉRAL, J'ai l'honneur de vous adresser, conformément à vos ordres, le rapport d'ensemble des travaux de la commission

chargée,

sous votre présidence, de c o o r d o n n e r et d'examiner les renseignements fournis par les habitants et l e s maires de

toutes

l e s c o m m u n e s ; d e constater l'état de la culture à la Martinique,

et de faire connaître les améliorations qui pourraient

1

V. t. II, p . 199 de cette nouvelle série l'enquête sur l'état de la production aux colonies anglaises. Cette commission, sous la présidence du contre-amiral Bruat, gouverneur général des Antilles, était composée de MM. Jouannet, directeur de l'intérieur; Hayot, Castor, conseillers privés ; Clavier, conseiller à la cour d'appel ; Maillet, Simonet, Hardy, planteurs ; de Monthyel, secrétaire-rédacteur. 3

REV. COL. mAI ET JUIN

1849.

17

I

Manioc.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


— 248 — être introduites le plus u t i l e m e n t , soit au point de vue matériel, p o u r Féconder l'exploitation ; soit au p o i n t de vue moral, p o u r initier l e s cultivateurs a u \ bienfaits c o m m e aux devoirs de leur vie nouvelle. L e s d o c u m e n t s s o u m i s aux appréciations de la c o m m i s s i o n formaient vingt-trois d i v i s i o n s , c o r r e s p o n d a n t aux vingt-trois c o m m u n e s de la Martinique. T o u t e f o i s , l e s r e n s e i g n e m e n t s relatifs à douze c o m m u n e s seulement ont p u être utilement c o n s u l t é s . Dans p l u s i e u r s quartiers, en effet, les habitants paraissent n'avoir pas suffisamment apprécié, du m o i n s jusqu'à ce j o u r , c o m b i e n peut être regrettable le retard qu'ils a p p o r tent à fournir les indications qui leur ont été d e m a n d é e s . L e s c o m m u n e s qui ont r é p o n d u à l'appel d e l'administration, d'une manière c o m p l è t e , s o n t : le L a m e n t i n , — le Trou-auChat, — le Saint-Esprit, — le Carbet, — les A n s e s - d ' A r l e t s , — le D i a m a n t , — S a i n l e - L u c e , — l a Trinité, — la B a s s e - P o i n t e , — le Macouba, — le Fort-de-France, — le G r o s - M o r n e , — et l a Rivière-Pilote. Cent soixante-quatre d o s s i e r s , relatifs à un n o m b r e égal d'habitations, ont p e r m i s à la c o m m i s s i o n d'app r é c i e r le travail de 6 , 0 0 0 cultivateurs dans les c o n d i t i o n s de l'association, du salaire, et de q u e l q u e s essais de c o l o n a g e partiaire. Bien q u e c e s travaux d'examen ne c o m p r e n n e n t que d o u z e c o m m u n e s sur vingt-trois, ils n'en doivent pas m o i n s être c o n s i d é r é s c o m m e offrant, d a n s les limites de cet e n s e m b l e , un résultat d'observations très-satisfaisant. En effet, limitée à 7 lieues dans sa largeur m o y e n n e , et à (6 lieues dans sa plus g r a n d e é t e n d u e , la Martinique renferme des terres d'une nature tout o p p o s é e , et affecte les températures les plus contraires d a n s ses différents quartiers ; or, c'est dans tous les quart i e r s , que la c o m m i s s i o n a été progressivement appelée à p o r t e r ses investigations. La r é g i o n du N . , réputée par une c o n s t a n t e et p é r i o d i q u e a b o n d a n c e , a seule fait défaut aux a p p e l s itératifs de l'administration locale. Il résulte d e s p r o c è s - v e r b a u x c i - a n n e x é s , au n o m b r e de quatorze, par originaux et c o p i e s c o n f o r m e s , que le régime du travail au salaire et le régime plus g é n é r a l e m e n t adopté de l'association ont d o n n é l i e u , de la part des propriétaires, aux appréciations les plus diverses. Mais c'est de l'ensemble m ê m e d e c e s o p i n i o n s contraires, recueillies avec persévérance dans toutes les c o m m u n e s , que ressortiront, pour la c o m m i s s i o n , l'état actuel de la culture et l'exacte appréciation des améliora-

Manioc.оrg Réseau des bibliothèques Ville d e Pointe-à-Pitre


— 249 — tions qui pourraient être le plus h e u r e u s e m e n t a d o p t é e s . Le travail salarié, d'après l ' e x p o s é des q u e l q u e s partisans d e ce m o d e d'exploitation, s'harmonise c o m p l é t e m e n t avec l e s i d é e s actuelles d e s cultivateurs ; le résultat en est immédiat, et c'est d è s lors celui qui est préféré par u n e population que son éducation p r e m i è r e laissait dans l'insouciance de l'avenir p o u r n e l'occuper que du m o m e n t présent. C'est d o n c du salaire seul qu'il serait p e r m i s d'attendre de sérieux é l é m e n t s de culture. D'ailleurs, d i s e n t e n c o r e l e s m ê m e s rapports, l'association qui parait au cultivateur u n e d é p e n d a n c e p é n i b l e , s'use par l ' e x p é r i e n c e m ê m e qui s'en fait ; c'est un système qui p r é s e n t e b e a u c o u p de difficultés, et qui, n é c e s s a i r e m e n t , doit e x p o s e r le propriétaire à une o p p o s i t i o n d'inertie bien autrement difficile à vaincre que l'incertitude que p e u t entraîner parfois la culture au salaire. Cette o p i n i o n , n é a n m o i n s , ne s'est reproduite qu'à d e rares intervalles. La généralité des habitants regardent, au contraire, le travail salarié c o m m e un palliatif funeste qui c o n s o m m e la ruine de la p r o p r i é t é . — S o u s ce r é g i m e , d i s e n t - i l s , les travailleurs s o n t insouciants d e s s o i n s de la c u l t u r e ; ils a b a n d o n n e n t f r é q u e m m e n t un travail c o m m e n c é , et ne s o n t plus alors en n o m b r e suffisant p o u r arriver au résultat calculé ; les r e m p l a c e m e n t s ne se font pas toujours en t e m p s utile, et il en r é sulte que l e s travaux n'ont plus cet e n s e m b l e qu'il est si avantageux d'obtenir ; — le propriétaire d e m e u r e aussi à la m e r c i d e s e s voisins qui, par l'offre d'un salaire plus élevé, p e u v e n t , au m o m e n t o ù ils lui sont le plus n é c e s s a i r e s , lui enlever s e s cultivateurs les p l u s intelligents et les plus l a b o r i e u x . Enfin, il est c o n s t a n t q u e le travailleur au salaire ne porte aucun intérêt à la propriété, d é p e n s e avec i n s o u c i a n c e , au fur et à m e s u r e , tout l'argent qu'il reçoit, et qu'il d e m e u r e ainsi d a n s son imprévoyance native du l e n d e m a i n . L'association, au contraire, apprend au cultivateur à attendre le fruit de son travail; — il s'intéresse aux cultures ; — il l e s c o n s i d è r e c o m m e s i e n n e s ; — le contrat qui le lie ne lui permet pas de se livrer à la m o b i l e i n c o n s t a n c e qui se r e m a r que au salaire, et le bénéfice qu'il e s p è r e de son travail lui d e vient plus p r é c i e u x en raison m ê m e des privations qu'il s'imp o s e jusqu'au jour où il l'aura recueilli. Il est i m p o s s i b l e d e méconnaître qu'il y ait, dans cette vie d'ordre et de l a b e u r , toute une initiation a u x p l u s h e u r e u s e s qualités morales.

Manioc.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


— 250

-

Peut-être ne serait-il pas s a n s utilité d e constater c o m b i e n l'état e x c e p t i o n n e l des p o p u l a t i o n s laborieuses de la c o l o n i e se prête à la facile réalisation de ce. s y s t è m e d'association si p é n i b l e m e n t essayé sur le c o n t i n e n t e u r o p é e n . Ici, en effet, les g r o u p e s sont formés, — l e s ateliers réunis ; — l'hôpital e x i s t e ; — l e s usines, les m o u l i n s , les bâtiments sont édifiés ; chaque cultivateur a son l o g e m e n t , son m é n a g e , son jardin privé ; — lui d o n n e r u n e part équitable dans la répartition d e s p r o d u i t s , c'est l'intéresser à l'accroissement du revenu et c'est r é s o u d r e alors le p r o b l è m e d u travail libre. L e système d e l'association a d o n c c o n s t a m m e n t arrêté la p e n s é e de la majorité de la c o m m i s s i o n , mais elle a dû r e c o n naître en m ê m e temps que ce m o d e très-avancé n'était pas assez g é n é r a l e m e n t c o m p r i s ; et, qu'en l'admettant en p r i n c i p e c o m m e devant assurer la prospérité du pays et le bien-être d e s cultivateurs, il y avait n é c e s s i t é de chercher les m o y e n s d'en faciliter l'application. 11 résulte d'abord des faits signalés, que le p l u s grand vice d e l'association actuelle serait de ne pas déterminer, d'une manière assez précise, la part qui reviendrait équitablement à chaque cultivateur a s s o c i é , en raison directe de son travail. Mais la solution de cette question importante offre de telles difficultés, qu'elles n'ont p o i n t e n c o r e été résolues, m ê m e pouli e s g r a n d s c e n t r e s de fabrication de la m é t r o p o l e '. E n o u t r e , les différends survenus avec les cultivateurs, et les formalités judiciaires qui ont dû en être la c o n s é q u e n c e , paraiss e n t avoir inspiré les p r é v e n t i o n s qui ont été manifestées par q u e l q u e s propriétaires contre l'association; il devenait d è s lors utile d'étudier si ce n'était point dans la rédaction d e s contrats, dans la forme plutôt qu'au fond, que résidaient les obstacles, et l'affirmative n'a pas paru un instant d o u t e u s e . A l'appui de c e l t e o p i n i o n favorable au p r i n c i p e de l'association, il a été constaté que plusieurs habitants n'avaient pas

» Le travail par association n'existe pas dans les centres de fabrication de la métropole. Il y a donc évidemment ici une confusion d'idées. Elle provient d'une confusion de langage qui s'est produite dès les premiers a r r a n g e m e n t s conclus e n t r e les propriétaires et les nouveaux affranchis. Ces a r r a n g e m e n t s reposant sur la part brute étaient une sorte de salaire en nature, ou de colonage partiaire incomplet : ils n'étaient pas l'association, comme on les a tout d'abord appelés. Ils en auraient eu en partie le caractère, s'ils avaient eu pour base la part du produit nef.

(note

du

Rédacteur.)

Manioc.org Réseau des bibliothèques Ville d e Pointe-à-Pitre


— 251 — d'acte de s o c i é t é et n'en voulaient p o i n t avoir. La confiance et la b o n n e foi sont, à leurs y e u x , l e s meilleurs titres et aussi les plus s û r s , et ce sont les seuls qui servent de base à leurs c o n v e n t i o n s verbales. Dans la p e n s é e de hâter le m o m e n t où le cultivateur sera a m e n é à reconnaître les avantages qui d o i v e n t résulter p o u r lui d'un c o m p l è t e association, diverses m e s u r e s transitoires o n t été p r o p o s é e s à la c o m m i s s i o n . E l l e a d o n n é une attention particulière à celle d é v e l o p p é e par un de s e s m e m b r e s . D'après l'auteur de cette p r o p o s i t i o n , s'attacher au seul s y s tème d'association d'une manière a b s o l u e , c'est v o u l o i r i m p r o viser la métairie des g r a n d e s p r o p r i é t é s de la F r a n c e et de l'Angleterre, c'est vouloir atteindre, dès les p r e m i e r s j o u r s d'un essai, aux riches résultats d'une e x p é r i e n c e séculaire. P l u s tard, ajoute-t-il, l'association doit faire la p r o s p é r i t é du p a y s ; m a i s , dans les p r e m i e r s m o m e n t s , elle c o n s o m m e r a i t sa ruine. Il faut d o n c p r o f o n d é m e n t modifier ce s y s t è m e , en y i n troduisant des é l é m e n t s de salaire qui p e r m e t t e n t aux cultivateurs d'attendre la r é c o l t e , et qui préviendront ainsi leur d é couragement. Ce m o d e transitoire, b i e n qu'offrant d'heureuses c o n d i t i o n s de réussite, n'a p a s paru, c e p e n d a n t , à la c o m m i s s i o n devoir être i n d i s p e n s a b l e au maintien d u travail. U n système d'exploitation, qui ne s'est révélé q u e très-exc e p t i o n n e l l e m e n t , a paru à la c o m m i s s i o n devoir être partout conseillé. 11 consiste à diviser le p e r s o n n e l d'un atelier, selon sa force, en d e u x , trois et quatre g r o u p e s à p e u près égaux en n o m b r e . Chaque g r o u p e a un chef r e s p o n s a b l e qui, s o u s la direction du propriétaire, conduit la culture. Un sous-chef s u p p l é e le chef en cas d'absence. Ces divisions paraissent de nature à p r o v o quer une très-heureuse émulation parmi les différents g r o u p e s , en rendant facile la juste appréciation du résultat o b t e n u par par chacun d'eux, d a n s le m ê m e e s p a c e de t e m p s et d a n s l e s m ê m e s c o n d i t i o n s de culture. La c o m m i s s i o n a vu là, avec i n térêt, un a c h e m i n e m e n t vers le riche s y s t è m e du c o l o n a g e partiaire 1. 1

Le colonage partiaire n'est pas un riche système. Sauf les avantages e x ­ ceptionnels qu'il présente dans quelques parties du midi de la F r a n c e , il est, au contraire, considéré comme un mode inférieur d'amodiation ; mais il est. simple, pratique, et convient dès lors à une organisation naissante, pourvu, toutefois, qu'on le considère comme point de d é p a r t plutôt que comme point d'arrivé*. (Note du R é d a c t e u r )

Manioc.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


— 252 — Au p o i n t de vue d e s améliorations p r o p o s é e s par les habitants propriétaires, la sollicitude du g o u v e r n e m e n t a surtout été a p pelée s u r l a création d'usines centrales et l'immigration d'Europ é e n s qui seraient adjoints aux cultivateurs i n d i g è n e s . Il y a tout lieu d'espérer, a-t-il été dit g é n é r a l e m e n t , q u e l'Européen offrira au nouveau citoyen de la c o l o n i e d e s e x e m p l e s d'industrie et d'activité qui a m è n e r o n t une é m u l a t i o n s a l u t a i r e , p u i s b i e n t ô t , sans d o u t e , u n e c o m p l è t e et fraternelle assimilation e n t r e les h o m m e s des d e u x pays. La création d'usines centrales aurait surtout p o u r résultat de p r o t é g e r les petits habitants et d'assurer u n e facile récolte a u x plantations partielles de c a n n e s , a u x q u e l l e s les habitants vivriers e u x - m ê m e s pourraient alors se livrer d a n s une p r o p o r tion relative à leurs m o y e n s d'exploitation. L e s ateliers l o n g t e m p s c o n c e n t r é s , g r o u p é s aujourd'hui e n c o r e sans utilité sur un petit n o m b r e d'hectares, p o u r r a i e n t p r o g r e s s i v e m e n t s'étend r e sur les i m m e n s e s parties de terre jusqu'à ce jour i m p r o d u c tives. La c o l o n i e se trouverait alors d o t é e d'un é l é m e n t durable de p r o s p é r i t é . L e s b r a s , en effet, ne feraient pas l o n g t e m p s défaut à une e x p l o i t a t i o n forte et éclairée. Le d é d a i n du travail de la terre a dû être la c o n s é q u e n c e du travail forcé, c o m m e l'était aussi l'insouciance de la récolte d a n s c e s j o u r s o ù nul intérêt p e r s o n n e l n'attachait les ateliers à la culture, o ù aucun bénéfice ne devait résulter p o u r eux d'une a u g m e n t a t i o n de p r o d u i t s ; mais on est fondé à c o n s i d é r e r a u jourd'hui c o m m e c h o s e a s s u r é e q u e , dans un t e m p s d o n n é , il s'opérera dans l'esprit d e s cultivateurs u n c h a n g e m e n t aussi p r o f o n d q u e celui qui a été o p é r é dans leur c o n d i t i o n . Il m e r e s t e , Monsieur le g o u v e r n e u r général, à v o u s faire c o n n a î t r e le résultat d e s travaux d'examen de la c o m m i s s i o n au p o i n t d e vue de la situation actuelle de la culture et des d i s p o s i t i o n s morales d e s cultivateurs ; c'est là que v i e n n e n t se résumer p o u r la c o l o n i e les p l u s intimes q u e s t i o n s d'avenir. Il est acquis à la c o m m i s s i o n , c o m m e résumé c o n s t a n t de toutes s e s s é a n c e s , que la grande culture, déjà profondément atteinte par la législation transitoire de 1845 et 1846, a été c o m p l é t e m e n t a b a n d o n n é e , à q u e l q u e s e x c e p t i o n s p r è s , p e n d a n t les d e u x p r e m i e r s m o i s qui ont suivi l'émancipation ; mais il est é g a l e m e n t acquis q u e , d e p u i s cette é p o q u e , le travail a repris p r o g r e s s i v e m e n t et se maintient sur tous les points d e la colonie.


-

253 —

Le travail, sans d o u t e , laisse b e a u c o u p à d é s i r e r ; — l'imprévoyance e s t e n c o r e le principal caractère de l'esprit d u cultivateur ; il n'apprécie pas s a i n e m e n t e n c o r e les obligations que lui i m p o s e un contrat, non p l u s q u e l e s avantages qu'il retirerait d'une culture active et r é g u l i è r e ; mais il y a travail, et l'esprit du cultivateur, pris d a n s l ' e n s e m b l e des c a m p a g n e s , est e s s e n t i e l l e m e n t b o n . C e p e n d a n t , la situation de la culture a d o n n é lieu, d e la part d e s propriétaires d e la p r e s q u e totalité d e s c o m m u n e s , a u x plaintes les p l u s v i v e s . — Si les a t e l i e r s , d i s e n t - i l s , travaillent q u e l q u e s h e u r e s , c'est p o u r avoir une a p p a r e n c e de droit à c o n s e r v e r leurs cases et leurs jardins ; — ainsi, t o u s les contrats d'association stipulent neuf h e u r e s d e travail, et, sur a u c u n e p r o p r i é t é , on n'obtient p l u s de six ou sept h e u r e s ; l'intérêt de la r é c o l l e n'est q u e t r è s - s e c o n d a i r e chez d e s a s s o c i é s qui d é r o b e n t ainsi à la g r a n d e culture le p l u s de t e m p s possible. La majorité d e la c o m m i s s i o n a p e n s é que d e s appréciations ainsi g é n é r a l i s é e s étaient plus r i g o u r e u s e s q u e r é e l l e m e n t f o n d é e s ; travailler sept h e u r e s , six h e u r e s m ê m e à la g r a n d e culture q u a n d on en doit neuf, ce n'est p a s , il est vrai, r e m p l i r toutes ses obligations ; mais ce n'est c e r t a i n e m e n t pas n o n plus faire m é p r i s du bénéfice de la r é c o l t e et ne s o n g e r e x c l u s i v e m e n t qu'à son jardin. Le cultivateur qui agit ainsi c h e r c h e à concilier l e s e x i g e n c e s du p r é s e n t avec les e s p é r a n c e s de l'avenir, car le jardinage nourrit au j o u r le j o u r celui qui s'y livre, et peut lui permettre d'attendre l ' é p o q u e e n c o r e é l o i g n é e d'une fabrication d e s u c r e 1. Il a d o n c été r e c o n n u par la c o m m i s s i o n q u e tous les efforts s a g e s d e v a i e n t t e n d r e , d a n s u n e é p o q u e d e transition telle qu'est la nôtre, à entretenir d'abord le travail à toutes les c o n d i t i o n s , p u i s à le ramener p r o g r e s s i v e m e n t à ce qu'il d o i t être un jour. S u r différentes propriétés, d e regrettables t e n d a n c e s se sont manifestées, et, par suite d e différends g r a v e s , d e s travailleurs

(1) L'établissement du crédit et de la circulation aux colonies, en p e r m e t t a n t au planteur d'organiser un système d'avances imputables sur la part afférente aux cultivateurs, fera disparaître cette nécessité qui est réelle, et portera ainsi un premier coup au vieil usage des jardins que l'on ne peut s'empêcher de con­ sidérer comme un mauvais emploi des forces du travailleur. (Note du Rédacteur.)


— 254 — a s s o c i é s o n t dû être e x p u l s é s . Il y aurait inexactitude à d o n n e r à ces d é s o r d r e s partiels la d a t e p r é c i s e de l'émancipation. Il en faut rechercher la cause à u n e é p o q u e p l u s é l o i g n é e ; la liberté n'a fait q u e d é v e l o p p e r d e s dispositions qui étaient déjà d a n s le c œ u r et d a n s l'esprit d e certains cultivateurs. Ce serait é g a l e m e n t s'exposer à être inexact q u e de vouloir préciser de qui v i e n n e n t les torts, c o m m e aussi de vouloir en déterminer la nature. À cet é g a r d , des faits d'un haut intérêt se sont révélés : l e s cultivateurs e x p u l s é s p o u r i n s o u m i s s i o n se sont p o r t é s sur d e s p r o p r i é t é s v o i s i n e s ; et là, n o n - s e u l e m e n t ces a n c i e n s fauteurs d'insubordination sont d'excellents travailleurs, mais e n c o r e ils s e sont m a i n t e n u s d a n s u n e telle régularité de conduite d e p u i s le 1 j a n v i e r , qu'ils sont aujourd'hui chefs de g r o u p e s et d o n n e n t la plus h e u r e u s e i m p u l s i o n à la culture. E n p l u s i e u r s o c c a s i o n s , il a été constaté un c h a n g e m e n t aussi p r o m p t et aussi c o m p l e t chez p l u s i e u r s cultivateurs qui étaient d a n s l e s m ê m e s c o n d i t i o n s . Oisifs et i n s o u m i s c o m m e c e u x d o n t il vient d'être parlé, ils se sont; p o r t é s sur u n e habitation nouvelle et, aussitôt, sont d e v e n u s laborieux et e x e m p l a i res d a n s leur c o n d u i t e . e r

D e s e m b l a b l e s faits paraissent porter en e u x - m ê m e s une e x plication satisfaisante. Il doit arriver, en effet, p o u r b e a u c o u p d e cultivateurs p e u éclairés, qu'en p r o l o n g e a n t leur séjour sur l e s p r o p r i é t é s qu'ils habitaient l o n g t e m p s avant l'émancipation, c e soit p o u r eux la s o u r c e de souvenir irritants et de récrimin a t i o n s ; mais, lorsqu'ils changent, d'habitation, il n'en est plus a i n s i ; tout devient n o u v e a u p o u r e u x , et, d é s o r m a i s , rien ne trouble leur rapport avec un propriétaire contre lequel le passé n e s o u l è v e aucun souvenir : indispensables l'un à l'autre, ils s'associent avec u n e confiance r é c i p r o q u e que nulle prévention n e vient ternir. Ici, Monsieur le g o u v e r n e u r g é n é r a l , doit se b o r n e r ce r a p port d ' e n s e m b l e , les c o n c l u s i o n s définitives et les propositions q u e la c o m m i s s i o n est a p p e l é e à présenter ayant été par elle ajournées à la clôture de sa s e c o n d e s e s s i o n .

Revue coloniale. Mai et juin 1849.Première partie : Etat du travail rural à la Martinique...  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you