Page 1

MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


— 353 —

TRAITE DES NOIRS.—ESCLAVAGE.—ÈMÂNCIPATIOU, ETC.

TRAITE DES N o i r s . — Documents parlementaires anglais, relatifs à la traite des noirs. — Rapport, pour 18-48, du j u g e - c o m m i s s a i r e anglais, à S i e r r a - L e o n e . — E x t r a i t du r a p p o r t du j u g e - c o m m i s s a i r e anglais à S i e r r a - L e o n e pour 1849. — Rapports du j u g e - c o m m i s s a i r e anglais à la Havane pour 1848 et 1849. — Traités conclus par les officiers de la m a r i n e britannique avec les chefs de la cote d'Afrique en 1849. — E x t r a i t du journal le Times, relatif à la nouvelle loi du Brésil contre les importations d'esclaves. — Lettre d ' u n ministre protestant sur l'état de la traite à la côte de Benin en 1849.

Documents parlementaires anglais. — N o u s e x t r a y o n s de la c o r r e s p o n d a n c e des j u g e s - c o m m i s s a i r e s anglais, m e m b r e s des tribunaux m i x t e s , Institués p o u r le j u g e m e n t des navires arrêtés sous prévention d e traite des n o i r s , les rapports annuels, pour 1848 et 1849, de ces magistrats en e x e r c i c e à SierraL e o n e et à Cuba. L e s détails fournis par ces agents sont des p l u s favorables au maintien de l'escadre d e s côtes d'Afrique, et attribuent à l'active répression qu'elle e x e r c e , tous les ré­ sultats qu'ils constatent. Rapport pour 1848 du juge-commissairc anglais, membre du tribunal mixte de Sierra-Leone, au vicomte Palmerston. — Par suite de la mise à e x é c u t i o n d e s actes 2 et 3 Victoria, chapitre LXXIII, et 8 c l 9 Victoria, chapitre CXXII, il n'y a eu aucun navire de traduit devant les c o u r s m i x t e s , mais la cour d e vice-amirauté de c e l l e c o l o n i e a eu à p r o n o n c e r sur un grand n o m b r e d e p r i s e s . Je ne mets point en d o u t e que plusieurs de c e s bâtiments n'appartinssent à des E s p a g n o l s , bien que portant pavillon b r é s i l i e n , mais le s y s t è m e adopté aujourd'hui par l e s n é g r i e r s d e détruire tous les papiers et pavillons du navire avant la saisie, les met à m ê m e d'en cacher la nationalité. Ces précautions ont sans d o u t e p o u r cause la loi pénale q u e S . M. Catholique a p r o m u l g u é e à Madrid, le 2 n o v e m b r e 1845 ; c e l l e loi s e m b l e avoir frappé de terreur les négriers e s p a g n o l s . D e p u i s deux ans, en effet, il n'y a qu'un seul navire, l ' A t r e v i d a , porteur du pavillon e s p a g n o l , qui ail été traduit devant les c o u r s m i x t e s de S i e r r a - L e o n e . Le s e c o n d cl trois h o m m e s d e l'équipage du navire, seuls a m e n é s

MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


354

en celle ville, furent, conformément au décret s u s - n i e n l i o n n é , e n v o y é s prisonniers devant la juridiction d e s cours de justice des iles Canaries, mais j'ignore e n c o r e l'issue de leur p r o c è s . Il arrive aussi que b o n n o m b r e de négriers b r é s i l i e n s , une fois arrêtés, se trouvent n'avoir ni papiers de bord ni pavillon, pour cacher par ce m o y e n les n o m s d e s propriétaires du na­ vire et de la cargaison, ainsi que c e u x du capitaine, du subréc a r g u e et des officiers. Le m ê m e motif fait qu'ils préfèrent être traduits devant la cour de la vice-amirauté plutôt que devant les c o m m i s s i o n s m i x t e s ; c e l l e - l à , en effet, ne publie pas les n o m s d e s parties, tandis q u e , chaque a n n é e , les c o m m i s s i o n s m i x t e s c o n s i g n e n t les n o m s d e ceux qu'elles ont eu à juger dans les d o c u m e n t s a n n u e l s présentés au P a r l e m e n t . Le n o m b r e total des affaires s o u m i s e s aux c o m m i s s i o n s m i x t e s d e p u i s le mois de juin 1819, é p o q u e de leur établisse­ ment dans celte c o l o n i e , jusqu'à ce jour, est de 5 2 9 ; sur ce n o m b r e , 502 c o n d a m n a t i o n s ont été p r o n o n c é e s ; quant aux 27 autres bâtiments saisis, ils ont été rendus a u x réclamants, mis hors de cause, ou soustraits à la juridiction d e ces c o u r s . P e n d a n t cette p é r i o d e , les c o m m i s s i o n s m i x t e s o n t affranchi 6 4 , 6 2 5 esclaves, sur l e s q u e l s 5 6 , 9 5 5 ont été e n r e g i s t r é s ici. J'adresse ci-joint à Votre S e i g n e u r i e , une liste officielle des 17 b â t i m e n t s j u g é s par la cour de la vice-amirauté, p e n d a n t le d e u x i è m e trimestre de 1848. Cette liste, ajoutée a u x 14 navires j u g é s par la m ê m e c o u r p e n d a n t le premier semestre de la m ê m e a n n é e , forme un total de 31 n a v i r e s . Le n o m b r e d e s esclaves saisis a été de 5 , 6 1 9 ; 5 , 2 8 2 o n t été affranchis, 337 sont morts avant l'arrêt d'affranchissement. Celte effrayante mortalité doit être attribuée à l'inhumanité du capitaine du navire saisi par le c o m m a n d a n t S p r i g g , du s l o o p de S . M. Farci. Cet h o m m e avait entassé à bord d'un navire jaugeant 167 t o n n e a u x , 8 5 2 h o m m e s , femmes et enfants : 127 sont morts avant d'être é m a n c i p é s , c l sans la conduite pleine d'humanité du c o m m a n d a n t S p r i g g , qui fit passer environ 300 esclaves à bord du Ferret, la mortalité eût pris un caractère e n c o r e plus e f f r a y a n t La cour d e la v i c e - a m i r a u l é à S i e r r a - L e o n e a eu à j u g e r , c e t t e a n n é e , deux cas qui se présentent bien rarement. La première affaire était celle du steamer anglais Maid-of-Islay, capitaine William C u u n i n g h a m - T o w n l e y , d o n t le navire a été arrêté le 25 mai sur la rade de c e l l e p l a c e , par le c o m m a n d a n t D u n l o p , du s l o o p de S . M. Alert, s o u s prévention de participation à la

MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


— 355 — traite des esclaves, ou du m o i n s d e complicité dans ce trafic. Le Maid-of-Islay a été acquitté le 19 juillet dernier. M. H e d l e , j u g e en e x e r c i c e , o r d o n n a q u e ledit navire Maid-of-lslay, ses a g r è s , apparaux et tout son a r m e m e n t , seraient restitués à William C u n n i n g h a m - T o w n l e y , propriétaire et capitaine du navire, que les effets, p r o v i s i o n s et marchandises à bord dudit navire, seraient r e n d u s à MM. Harlindey et c o m p a g n i e , p r o ­ priétaires de ladite cargaison ; a o r d o n n é , en outre, que les frais seraient à la charge du capteur, et l'a c o n d a m n é aux d é p e n s . Le capteur a l'ait appel devant une cour d'un degré s u p é ­ rieur dans la m é t r o p o l e . D a n s ma lettre générale du 18 d é c e m b r e dernier, j'ai eu l'honneur de transmettre; à Votre S e i g n e u r i e tous les détails que j'ai pu recueillir sur cette affaire extraordinaire ; je prie d o n c r e s p e c t u e u s e m e n t Votre S e i g n e u r i e d e vouloir bien s'y reporter. V e r s le 27 s e p t e m b r e , le brick américain Lawrence, ca­ pitaine Edouard York, de 170 t o n n e a u x , a été saisi sur la rade de S i e r r a - L e o n e , par le c o m m a n d a n t D u n l o p , du s l o o p de S . M. Alert, c o m m e ayant été trouvé d a n s les eaux anglaises avec un a r m e m e n t fait en vue de la traite des n o i r s . Le brick Lawrence était arrivé sur c e l l e rade le 23 s e p t e m b r e dernier, le capitaine allégua que le bâtiment faisait trentequatre p o u c e s d'eau par h e u r e , et qu'il était venu dans ce port p o u r réparer son navire. Le 25 n o v e m b r e suivant, le susdit brick américain Lawrence a été déclaré d e b o n n e prise par la c o u r de vice-amirauté de S i e r r a - L e o n e . Le capitaine était parti pour le Brésil avant le jour des d é b a t s , emportant, j e p e n s e , le livre de bord du Lawrence. Le s l o o p d e S . M. Alert, c o m m a n d a n t D u n l o p , est arrivé ce matin sur notre rade, avec cent esclaves à bord ; il les a i m m é ­ diatement d é b a r q u é s dans Qucen's-Yard. J'appelle ici l'attention de Votre S e i g n e u r i e sur une phase nouvelle et intéressante d a n s l'histoire d e l'abolition de la traite. 11 résulte des laits, la preuve manifeste qu'un c h a n g e ­ ment d'une g r a n d e i m p o r t a n c e s'est o p é r é à Bissao, d a n s les parages m ê m e s où fleurissait, d e p u i s plus d'un s i è c l e , un vaste trafic d'esclaves, mais o ù maintenant des milliers d'indi­ g è n e s se livrent tous les jours à la culture des arachides pour donner du fret aux navires. Le j e u n e et puissant roi Branco e B e o m b a a rigoureusement interdit la traite. Le célèbre

MANIOC.org Réseau des bibliothèques

Ville de Pointe-à-Pitre


— 356 — Cajetano, gouverneur portugais d e Bissao, a é g a l e m e n t aboli le trafic d e s noirs et o c c u p e d e nombreuses troupes d'esclaves à à la culture d e s arachides s u r l'ile anglaise de B u l a m . Il parait q u e le commandant D u n l o p a e n v o y é s e s embarcal i o n s pour fouiller les criques qui d é b o u c h e n t sur la rivière Jeba, et en e x p u l s e r les n é g r i e r s . A la nouvelle de son arrivée, S. M. le roi Branco, bien que malade, est venu demander offi­ ciellement l'appui du c o m m a n d a n t , et le prier d'emmener à Sierra-Leone tous les esclaves qui s e trouvaient dans les barracons d e s deux négriers e s p a g n o l s , don Bito {alias Victor), Dalreda et d o n José Vanrell 1. Il assura en m ê m e temps au c o m m a n d a n t D u n l o p , qu'il avait définitivement aboli la traite sur tous ses d o m a i n e s , c o m m e roi d e B e o m b a . On demanda alors aux esclaves renfermés dans l e s barracons, s'ils préfé­ raient être faits libres à l'instant et d e m e u r e r dans le pays; niais tous déclarèrent qu'ils désiraient être conduits à SierraL e o n e . Ils furent alors e m b a r q u é s a bord de l'Alert, avec l'asseniinient d e s chefs, e t , c o m m e il a é t é dit plus haut, amenés dans notre c o l o n i e . Les d e u x E s p a g n o l s o n t été rejoindre par terre les autres trafiquants d'esclaves d u R i o - P o n g a s , le s e n o r Pellegrin et d o n Paul F a b r e , e s p a g n o l s , et les négriers indi­ g è n e s Mrs Lightburn et M. A l l e n . On p e u t considérer actuellement le R i o - P o n g a s , c o m m e le seul marché à esclaves au nord d e S i e r r a - L e o n e . Je n'ai entendu parler q u e de deux négriers, c o m m e ayant quitté le B i o - P o n g a s avec un chargement d'esclaves en 1848, et les deux navires, je p e n s e , appartenaient à d e s E s p a g n o l s . J'ai la satisfaction d e faire connaître à Votre S e i g n e u r i e que, par ordre du g o u v e r n e m e n t français, tous les esclaves au Sénégal et à G o r é e o n t été é m a n c i p é s . Cet événement si inté­ ressant ne peut m a n q u e r d e produire un grand effet sur les indigènes d e s États voisins, et les convaincra q u e la GrandeBretagne et la France s o n t n o n - s e u l e m e n t déterminées à s u p ­ primer la traite d e s e s c l a v e s , mais l'esclavage lui-même dans tous les pays s o u m i s à leur e m p i r e . Déjà l'agriculture sur u n e g r a n d e échelle est en progrès parmi les i n d i g è n e s c o m p r i s entre Sierra-Leone et la Gambie. Les principaux produits c o n s i s t e n t en riz et en arachides. La traite d e s arachides est d e p u i s plusieurs a n n é e s u n e branche 1

José Vanrell était le capitaine de la goélette espagnole l ' A t r e v i d a , condamné par les commissions mixtes à Sierra-Leone, le 8 décembre 1847.


— 357 — fort importante du c o m m e r c e d'exportation. La d e m a n d e de cet article pour la F r a n c e , H a m b o u r g et l'Amérique d é p a s s e de b e a u c o u p la p r o d u c t i o n . J'ai le plus vif e s p o i r q u e l'esprit d'agriculture et de c o m m e r c e qui se manifeste chez les indigènes est l'aurore d'un jour plus pur qui va dissiper les ténèbres où l'Afrique est e n c o r e p l o n g é e . Le R i o - P o n g a s seul e x c e p t é , je ne crois pas qu'il y ail entre, le cap b l a n c et S i e r r a - L e o n e , sur une é t e n d u e de côtes de plus de 0 0 0 milles, un seul point où se fasse l'exportation des noirs. Avant de terminer mon rapport, j'appelle r e s p e c t u e u s e m e n t l'attention d e Votre S e i g n e u r i e sur q u e l q u e s remarques au sujet du rappel, p r o p o s é par certaines p e r s o n n e s , d e l'escadre anglaise entretenue à la côte d'Afrique pour l'abolition de la traite des esclaves. Depuis plus de trente ans je p o r t e un vif intérêt à la cause de l'abolition de la traite ; ma position p r é s e n t e au service de S . M. et u n e r é s i d e n c e de plusieurs a n n é e s en Afrique m e mettent à m ê m e d e présenter à Votre S e i g n e u r i e une o p i n i o n qui est le fruit d e m o n e x p é r i e n c e d e c h a q u e jour et de mes observations sur les p r o g r è s actuels de la c a u s e d e l'abolition. Celte o p i n i o n , j e l'espère en toute humilité, pourra conduire q u e l q u e s - u n s de c e u x q u i , par u n e fausse appréciation d e s c h o s e s , d e m a n d e n t le rappel de l'escadre, à réfléchir avant d'exiger l'adoption d'une mesure, d o n t le résultat immédiat serait la ruine et la destruction de milliers d'être humains. J'ai la ferme c r o y a n c e que neuf m o i s ou un an a p r è s le rappel de notre e s c a d r e , tonte l'étendue de la côte o c c i d e n t a l e d'Afrique, du cap Verd à Bonguela, offrirait l'épouvantable spectacle de la destruction et d e s p l u s horribles cruautés. T o u s les p r o g r è s qu'ont faits ta religion, la civilisation, le c o m m e r c e , seraient anéantis ; en un mot, l'Afrique o c c i d e n t a l e retomberait, au bout d'un an ou d e u x , d a n s la barbarie la plus é p a i s s e . Le littoral d e v i e n d r a i t un repaire de pirates et de bri­ gands de la pire e s p è c e , a c c o u r u s du Brésil et de toutes les c o n t r é e s du g l o b e . Si n o s n é g o c i a n t s n o u r r i s s e n t l'espérance que la traite d e l'huile de palme, d e l'or, de l'ivoire, d e s arachides, des cuirs, de la cire, e t c . , subsisterait e n c o r e après le rappel d e nos c r o i s e u r s , ils pourraient, j e le crains, subir un terrible d é s a p ­ p o i n t e m e n t . Les milliers de n o i r s o c c u p é s au transport d e l'huile d e palme et aux travaux de l'agriculture seraient e n l e ­ vés aussitôt et e m b a r q u é s à b o r d des n é g r i e r s , En peu d e


— 358 — t e m p s les i n d i g è n e s fuiraient la c ô t e c o m m e un lieu pestiféré, Dans mon humble o p i n i o n , un traité strict avec le Brésil, semblable à celui qui lie l'Espagne ou plus étroit e n c o r e , p o u r ­ rait seul prévenir c e l l e affreuse calamité. S a n s aucun d o u t e , Votre S e i g n e u r i e a o b s e r v é l'excellent effet qu'a produit sur les négriers e s p a g n o l s la loi pénale, p r o m u l g u é e le 2 mars 1845. en E s p a g n e . D e p u i s lors, en l'espace de plus de d e u x a n s , il n'y a eu qu'un seul bâtiment portant pavillon e s p a g n o l de tra­ duit devant la c o m m i s s i o n mixte de S i e r r a - L e o n e . Je ferai observer aussi que, quel que soit le zèle d'une e s c a ­ d r e , et nulle n'en pourrait d é p l o y e r plus q u e notre croisière actuelle, quelle que fût cette escadre, elle n e saurait s e u l e par­ venir à abolir c o p l é t e m e n t la traite d e s e s c l a v e s sur la côte, si s e s efforts ne sont pas s e c o n d é s par la c o o p é r a t i o n active et loyale d e s g o u v e r n e m e n t s du Brésil et d e l ' E s p a g n e . Pour terminer avec s u c c è s c e l l e g l o r i e u s e e n t r e p r i s e , il faut, avant de rappeler nos c r o i s e u r s , que l'on e x é c u t e plus r i g o u ­ reusement les traités. E n 1849, la c o u r de vice-amirauté a eu à p r o n o n c e r sur la saisie de vingt-deux n a v i r e s ; q u i n z e d e c e s prises portaient le pavillon brésilien ; les sept autres sont de nationalité i n c o n n u e . D e u x d e c e s d e r n i e r s et trois navires b r é s i l i e n s avaient à bord des e s c l a v e s . Il en a été saisi ainsi 1,814, d o n t 92 s o n t morts avant l'arrêt de libération. Le j u g e - c o m m i s s a i r e de S i e r r a - L e o n e attribue la diminution du n o m b r e d e s prises à la réduction des forces navales britan­ n i q u e s de la c r o i s i è r e , mais surtout au d é c o u r a g e m e n t des n é ­ griers d e la côte. V o i c i la lin du rapport de ce magistrat, pour 1849 : D a n s mon d e r n i e r rapport, j'ai c o n s i g n é le c h a n g e m e n t important survenu dans les habitudes des i n d i g è n e s établis entre c e l l e c o l o n i e et la G a m b i e , d o n t un très-grand n o m b r e se livraient aux travaux a g r i c o l e s . J'ai appris avec satisfaction q u e cet état de c h o s e s est en voie de p r o g r è s . Ces p e u p l e s sont é v i d e m m e n t c o n v a i n c u s qu'il y a pour eux plus d'avantages à e m p l o y e r leurs esclaves à la culture qu'à les vendre aux E s p a ­ g n o l s ou aux B r é s i l i e n s . La preuve de ce fait, c'est qu'entre S i e r r a - L e o n e et la G a m b i e , le prix d e s esclaves s'est élevé de­ puis deux ans d'environ 100 p. % . Aujourd'hui; un bon es­ clave ne vaut pas moins de 3 d o u b l o n s , 240 francs. Dans le


— 359 — p a y s de S h e r b r o , un e s c l a v e d e m ê m e v a l e u r n e c o û t e q u e 10 a 12 d o l l a r s . D e u x d e s p r i n c i p a u x chefs d e G a l l i n a s o n t e n v o y é l e u r s (ils à l'école d e g r a m m a i r e d e F r e e - T o w n p o u r y ê t r e é l e v é s , e t d a n s un conseil tenu ici, il y a q u e l q u e s s e m a i n e s , n o u s a v o n s v o t é u n e s o m m e a n n u e l l e d e 1,250 f r a n c s p o u r p a y e r les frais d e l e u r é d u c a t i o n le t e m p s q u ' i l s r e s t e r o n t d a n s c e t t e é c o l e . C'est u n p a s i m p o r t a n t d a n s la b o n n e voie. L e s chefs n ' a v a i e n t p a s sollicité c e t t e faveur, e t c e t t e m a r q u e d e b i e n v e i l l a n c e d e la p a r t d e s a u t o r i t é s b r i t a n n i q u e s d e c e t t e c o l o n i e e n v e r s l e s chefs d e G a l l i n a s a e x c i t é c h e z e u x , et chez t o u s l e u r s s u j e t s en g é n é r a l , le s e n t i m e n t d ' u n e vive s a t i s f a c t i o n . C e s fils d e s chefs r é g n a n t s r e t o u r n e r o n t d a n s q u e l q u e s a n n é e s d a n s l e u r p a y s n a t a l , i m b u s d e s p r i n c i p e s du c h r i s t i a n i s m e e t d e la civilisation ; ils s u c c é d e r o n t p r o b a b l e m e n t à l e u r s p è r e s d a n s le g o u v e r n e m e n t d u p a y s ; p a r l e u r p o s i t i o n et l e u r influence ils p o u r r o n t n o n - s e u l e m e n t a c c o m p l i r d e s c h a n g e m e n t s d e la p l u s g r a n d e i m p o r t a n c e d a n s le c o m m e r c e et l ' a g r i c u l t u r e , m a i s y é t a b l i r u n c h r i s t i a n i s m e p u r , l ' a g e n t d e civilisation le p l u s p u i s s a n t et le p l u s p r o p r e , d a n s m o n h u m b l e o p i n i o n , à a b o l i r c o m p l é t e m e n t la t r a i t e et l ' e s c l a v a g e . L e s t r a i t a n t s d ' e s c l a v e s b r é s i l i e n s et e s p a g n o l s s o n t si b i e n c o n v a i n c u s q u e c'en e s t fait d e l e u r trafic à G a l l i n a s , q u ' i l s o n t d e m a n d é u n a n i m e m e n t au c o m m a n d a n t D u n l o p , d u s l o o p d e S . M. Alert, à lui p a y e r l e u r p a s s a g e p o u r le B r é s i l o u p o u r S i e r r a - L e o n e . Cette m e s u r e était d'ailleurs d'une nécessité ind i s p e n s a b l e , c a r les chefs i n d i g è n e s a v a i e n t notifié a u x n é g r i e r s é t a b l i s s u r l e u r t e r r i t o i r e q u ' i l fallait q u i t t e r le p a y s , en d é c l a r a n t en m ê m e t e m p s q u ' o n ne souffrirait p l u s à G a l l i n a s la p r é sence d'aucun négrier. Ce s o n t là d e s é v é n e m e n t s d ' u n e i m p o r t a n c e n o t a b l e d a n s l ' a b o l i t i o n g r a d u e l l e du trafic d e s e s c l a v e s . D e p u i s p l u s d e c e n t c i n q u a n t e a n s , c'est d e G a l l i n a s s u r t o u t q u e les E s p a g n o l s t i r a i e n t les n o i r s i n t r o d u i t s à C u b a et à P o r t o - R i c o . Un t r a i t é d e s p l u s s a t i s f a i s a n t s a été c o n c l u , il y a p e u d e t e m p s , e n t r e les chefs d e s t r i b u s r i v e r a i n e s d e S h e r b r o et le g o u v e r n e u r d e S i e r r a - L e o n e 1. L e s t r o u p e s d e la c o l o n i e et u n b â t i m e n t d e l ' e s c a d r e a v a i e n t eu a u p a r a v a n t à l e u r infliger

1

Ce traité est au m i n i n o , page 370. REV.

COL.

-

nombre de ceux dont nous donnons la liste dans ce ост.

1850.

24


— 300

-

un châtiment s é v è r e . Ce traité autorise l e s officiers de la ma­ rine b r i t a n n i q u e à d é b a r q u e r et à détruire tous les barracons et les factoreries de négriers qu'ils trouveraient à S h e r b r o . Les chefs s'y e n g a g e n t à ne permettre à aucun négrier étranger ni a g e n t de traite de résider d a n s le p a y s . Cette e x p u l s i o n c o m p l è t e portera, je l'espère, un c o u p fatal à la traite e s p a g n o l e , d u S é n é g a l au cap Saint-Paul, sur u n e é t e n d u e de c ô t e s de 1,500 milles. En 1 8 4 9 , il n'y a eu q u e d e u x b â t i m e n t s n é g r i e r s , d o n t le c h a r g e m e n t d'esclaves s'était effec­ tué près de Gallinas d a n s les p r e m i e r s m o i s , qui aient pu s'é­ c h a p p e r sur ce point. Ce résultat si i m p o r t a n t , sur lequel j'ai l'honneur d'appeler l'attention de Votre S e i g n e u r i e , est dû principalement, d a n s m o n h u m b l e o p i n i o n , au zèle et à la vigilance de l'escadre bri­ t a n n i q u e . S o n activité a déraciné la traite à Gallinas et à S h e r ­ b r o , et en a fait définitivement e x p u l s e r les principaux p r o m o ­ teurs et a g e n t s . 11 n'y a p l u s un seul Brésilien, Espagnol ou Portugais dans le p a y s ; en o u t r e , un b l o c u s strict établi sur la côte a définitivement et p o u r l o n g t e m p s , j'en ai la confiance, anéanti dans ces parages c e c o m m e r c e h o m i c i d e . J'appellerai e n c o r e l'attention d e V o t r e S e i g n e u r i e sur un au­ tre point, j e veux dire le parti à p r e n d r e à l'égard du capitaine, du s e c o n d et de l'équipage d e s négriers c a p t u r é s . Jusqu'à ce j o u r , l e s c a p t e u r s et le g o u v e r n e m e n t local les ont traités avec b e a u c o u p trop d ' i n d u l g e n c e . P l u s i e u r s d e c e s p r i n c i p a u x c a p i t a i n e s o n t été a m e n é s jusqu'à huit ou dix fois à Sierra-Leone. Ce sont d e s h o m m e s d'un prix inestimable pour les négriers dont, ils reçoivent u n e paye é n o r m e . S a n s ces h o m m e s de pra­ tique, e n effet, les r i s q u e s des n é g r i e r s seraient b i e n plus grands q u a n d ils n'auraient, p o u r diriger leurs navires, q u e d e s capitaines p e u au fait de la navigation des c ô t e s , des m o u v e ­ m e n t s de l'escadre anglaise et d e s s i g n a u x particuliers d e s a g e n t s c h a r g é s , sur la côte, d e l'embarquement des esclaves. Il serait d o n c fort désirable, p o u r la cause de l'abolition, q u e le maître, le s e c o n d , le s u b r é c a r g u e et l ' é q u i p a g e , fussent pu­ nis de q u e l q u e m a n i è r e . P e u t - ê t r e les lois du Brésil ne per­ mettraient-elles qu'un e m p r i s o n n e m e n t de d e u x ans pour les officiers du b o r d , et d'un an pour l ' é q u i p a g e ; un tel châtiment aurait un grand effet, en privant les négriers de leurs meilleurs capitaines. Je crains b i e n , en s o m m e , que le seul moyen prompt et efficace


— 361 — de mettre un terme à l'exportation d e s noirs en Afrique ne soit d'en interdire l'introduction au Brésil, en insistant sur la stricte e x é c u t i o n d e s traités aujourd'hui existants, o u en en c o n c l u a n t de nouveaux p o u r mettre un terme à un aussi criminel a b u s . Rapports, pour 1848 et 1849, du juge-commissaire anglais, membre du tribunal mixte de la Havane. — Le premier de ces rapports constate q u e , grâce aux efforts du g o u v e r n e m e n t an­ glais et de la croisière établie sur les c ô t e s d'Afrique, la traite avait c o n s i d é r a b l e m e n t d i m i n u é à Cuba p e n d a n t l'année 1848. Mais cet h e u r e u x état de c h o s e s s'était déjà modifié en 1 8 4 9 . N o u s d o n n o n s la traduction c o m p l è t e d e la d é p ê c h e adressée à lord Palmerston, le 1 janvier 1850, par le j u g e - c o m m i s s a i r e a n g l a i s , m e m b r e de la c o m m i s s i o n mixte de la H a v a n e . e r

Les r e n s e i g n e m e n t s qui me sont fournis constatent que la traite des esclaves a r e p r i s , en 1849, avec u n e activité d o n t d e ­ p u i s p l u s i e u r s a n n é e s on n'avait p l u s d ' e x e m p l e . J'ai pu n'es­ timer qu'à cinq le n o m b r e des bâtiments qui ont a p p o r t é d e s esclaves d a n s cette c o l o n i e , en 1818, et à 1,500 environ le chif­ fre de ces esclaves. Vingt bâtiments négriers au m o i n s ont a b o r d é , en 1849, à Cuba, et, d'après le n o m b r e d e s esclaves e m b a r q u é s sur chacun d'eux, y o n t a m e n é 6,575 n o i r s . E n a u g m e n t a n t d'un tiers le n o m b r e i n d i q u é , p o u r les navires qui ont dû arriver d a n s les parages é l o i g n é s de l'île, sans q u e n o u s en a y o n s reçu d'informations, il faut calculer la s o m m e p r o b a ­ ble de l'importation à 8 , 7 0 0 esclaves. D'après des r e n s e i g n e ­ m e n t s d i g n e s de foi, les lots d'adultes du prix le plus élevé s e sont vendus à raison de 28 d o u b l o n s par esclave, soit 496 d o l ­ lars ou 100 livres; les esclaves d'une moindre valeur, 2 2 d o u ­ b l o n s ou 394 dollars par t ê t e ; les femmes et les enfants pour un prix m o i n d r e , et selon leur valeur respective. L e s enfants o n t été importés dans une forte p r o p o r t i o n . C'est là une preuve de l'appauvrissement du marché sur la côte d'Afrique. Les trafiquants ne les auraient pas embarqués, en effet, s'ils e u s ­ sent pu prendre à la côte des noirs d'une plus g r a n d e valeur. Je crois à p r o p o s d'ajouter aux 8 , 7 0 0 esclaves, m e n t i o n n é s plus haut, 330 Indiens du Yucatan, importés par le vapeur Cetre, navire de don Antonio-Juan Parejo, qui passe aujourd'hui p o u r le plus riche trafiquant d'esclaves de cette place. Ces Indiens lui ont é t é v e n d u s par le g o u v e r n e m e n t du Yucatan, à raison d e 25 dollars par tète; Ce s o n t des prisonniers faits d a n s la dé


— 362 — plorable guerre d o n t ce pays est le théâtre, et dans laquelle le g o u v e r n e m e n t a c o m m i s de telles atrocités q u e des volontaires américains qui étaient v e n u s p r e n d r e du service au Yucatan, l'ont quitté i n d i g n é s . Les p r i s o n n i e r s ont été vendus à tout p r i x , a m e n é s enchaînés à Cuba, et aujourd'hui ils travaillent avec les ateliers, e x a c t e m e n t c o m m e les autres esclaves, et sont s o u m i s au m ê m e traitement. 11 est vrai qu'il a été c o n c l u , p o u r la forme, une e s p è c e de contrat d ' e n g a g e m e n t , mais c e l l e m e ­ sure h y p o c r i t e a plutôt p o u r but de p r é v e n i r les objections d e s puissances é t r a n g è r e s que les s c r u p u l e s des habitants. On peut d o n c évaluer, en n o m b r e r o n d , à 9 , 0 0 0 p e r s o n n e s les e s ­ claves i m p o r t é s c e l t e a n n é e à Cuba. Je m e suis arrêté s u r cette phase n o u v e l l e d e la traite, à cause de la c o r r e s p o n d a n c e que j'ai cru de mon devoir de vous adresser dès les p r e m i è r e s importations de c e s malheureux I n d i e n s . Je prie V o t r e S e i g n e u r i e de se reporter particulière­ ment à ma d é p ê c h e du 24 mars 1 8 4 9 , où sont établis les r a p ­ ports qu'entretient, par le m o y e n de s e s a g e n t s , le senor Parejo avec le Yucatan, p o u r faire le trafic d e s e s c l a v e s . La d é p o ­ sition de sir C h . Hotham devant le c o m i t é de la Chambre d e s Lords, en mai dernier, question 1 , 7 1 1 , fait connaître que d e u x navires, munis de papiers du Yucatan et d e s t i n é s p o u r la Ha­ vane, venaient d'être saisis et c o n d a m n é s . S a n s doute, c'est d a n s leurs visites au Yucatan et en n é g o c i a n t le transport d e s p r i s o n n i e r s qu'ils ont a m e n é s en celte île, q u e les a g e n t s du senor Parejo se s o n t procuré les papiers d o n t ils ont muni ces navires et d'autres e n c o r e peut-être. Si, en effet, les navires p a r l a i e n t d u pays i n d i q u é , c'est e n c o r e là un indice d e s embar­ ras qui arrêtent les n é g r i e r s et les forcent à recourir à de pa­ reils s t r a t a g è m e s . E n e x p o s a n t m e s o p i n i o n s et m e s r e n s e i g n e m e n t s à V o t r e S e i g n e u r i e , je m e suis toujours efforcé de m e renfermer d a n s la limite des faits s u r v e n u s à Cuba, sur lesquels j e pouvais m e former un j u g e m e n t d'une manière satisfaisante, et mettre V o ­ tre S e i g n e u r i e à m ê m e d'en tirer d e justes c o n c l u s i o n s . Je n'au­ rais pas p r é s u m é d'émettre un avis sur les mesures a d o p t é e s par le g o u v e r n e m e n t de Sa Majesté et les officiers de noire ma­ rine p o u r s u p p r i m e r la traite, c o n s i d é r a n t c o m m e hors d e mon p o u v o i r de me former à ce sujet des o p i n i o n s e x a c t e s . Tout ce que j'ose avancer, c'est que j'ai la conviction que les efforts du g o u v e r n e m e n t de Sa Majesté n'ont pas été infruc­ tueux et q u e le zèle et l'activité des croiseurs britanniques


— 363 — o n t obtenu les résultats qu'on pouvait raisonnablement atten­ dre de leur n o m b r e . C'est ce que prouvent les nouveaux stra­ tagèmes a u x q u e l s ont recours l e s n é g r i e r s , la diminution du n o m b r e des esclaves qu'ils embarquent, le prix un peu plus élevé de c e s esclaves, malgré la baisse des s u c r e s . Entre autres nouveaux e x p é d i e n t s , ils tirent leurs esclaves, non plus de l'A­ frique» mais du Brésil; T r o i s cargaisons de noirs, sinon quatre, ont été cette a n n é e i m p o r t é e s de ce dernier pays. Je remarque que l'attention de M. le consul Cowper, à P e r n a m b u c o , a été attirée sur ce l'ait, car il en parle dans sa lettre du 10 juillet 1848, adressée à Votre S e i g n e u r i e . T o u t e f o i s , le n o m b r e qu'on lui avait indiqué est é v i d e m m e n t inexact, car il n'y en aurait pas eu assez pour couvrir les frais du transport. Il n o m m e le navire Paquette-de-Trinidad, nom qui indique la c o l o n i e p o u r laquelle on l'expédiait, et qui pourrait bien être un d e c e u x qu'on in­ diquait c o m m e partis d u Brésil au c o m m e n c e m e n t de l'année dernière. Il résulte,clairement, de la position g é o g r a p h i q u e du Brésil, qu'il est bien p l u s facile d'y faire la traite qu'à Cuba. La dis­ tance de l'Afrique e s t m o i n d r e , les mers s o n t m o i n s d a n g e ­ r e u s e s ; on peut y e m p l o y e r d e s bâtiments p l u s petits, moins s o l i d e s et d e s é q u i p a g e s m o i n s n o m b r e u x . Aussi les esclaves p e u v e n t - i l s s e v e n d r e m o i n s c h e r p o u r les m i n e s et les plan­ tations au Brésil qu'à Cuba. Mais le voyage du Brésil à Cuba est l o n g de 50 j o u r s en m o y e n n e ; et, si les n é g r i e r s doivent s u p p o r t e r un tel e x c é d a n t d e d é p e n s e s , leurs bénéfices, dans l'état actuel d e la d e m a n d e , d o i v e n t être g r a n d e m e n t r e s ­ treints. J'ai déjà d o n n é le prix q u e valaient, par l o t s , les escla­ v e s , l'année d e r n i è r e . Mais je suis fondé également à dire qu'ils ont trouvé difficilement d e s a c h e t e u r s . L o n g t e m p s , l e s courliers ont c o l p o r t é les o f f r e s ; b e a u c o u p d'esclaves sont restés l o n g t e m p s dans les mains d e s négriers, et o n a m ê m e dit que les c e n t s o i x a n t e - q u a t o r z e noirs r é c e m m e n t saisis, et c e u x qu'on a pris a n t é r i e u r e m e n t , étaient le rebut d e s i m p o r t a t i o n s qu'on avait refusé sur les d o m a i n e s où avait été a c c e p t é e la partie la plus valide des Cargaisons. On e x p r i m e librement à ce sujet contre les autorités locales et m ê m e contre le g o u ­ v e r n e m e n t des s o u p ç o n s , qui sont d e nature à attirer l'atten­ tion. Dès o c t o b r e 1846, j'ai fait connaître à Votre S e i g n e u r i e qu'on s o n g e a i t à se procurer des esclaves au Brésil, et q u e la s p é ­ culation avait manqué par suite de l'ouragan de cette année»


— 3(54 — qui avait cause la perle du navire d e s t i n é à c e l l e opération. J'ai eu à signaler plusieurs f o i s , d e p u i s lors, ce projet qu'on e x é c u t e aujourd'hui, et qu'on établira sans d o u t e en pratique si o n le trouve avantageux. L e s Irais du transport d'esclaves du Brésil n e d é p a s s e r o n t pas 10 livres sterling par tête au m a x i m u m , il n'y a d o n c à considérer que la valeur des noirs à Cuba, s'il n'y a pas à courir les r i s q u e s de saisie, soit d a n s la traversée, soit à l'arrivée dans l'île. Si les négriers s o n t contraints de recourir à un pareil e x p é ­ dient, c'est un s i g n e certain qu'ils ne trouvent pas leur trafic aussi profitable qu'ils voudraient le faire croire g é n é r a l e m e n t . Mais ils ne sauraient essayer d'accréditer ici u n e ielle o p i n i o n , cl ne le pourraient jamais en p r é s e n c e d e s faits. Parmi ceux q u i , d a n s ces derniers t e m p s , se sont o c c u p é s de ce trafic, il n'y en a pas un seul qu'on puisse indiquer c o m m e s'y étant enrichi. T o u s ceux qui y ont acquis de l ' o p u l e n c e , avant qu'on prit c o n t r e ce c o m m e r c e d e s m e s u r e s plus s é v è r e s , il y a d o u z e ans e n v i r o n , y ont r e n o n c é , et c e u x qui o n t pris leur place sont c o n n u s ici c o m m e manquant de fortune. 11 ne, me siérait certainement pas de d o n n e r ici les n o m s de g e n s qui ne s o n t pas déclarés i n s o l v a b l e s ; mais je ne suis pas tenu à la m ê m e réserve à l'égard de la maison d e s fameux n é g r i e r s B i a n c o et Carvalho, d o n t les n o m s se trouvent si souvent cités d a n s les d o c u m e n t s relatifs à la traite des noirs. Il y a q u e l q u e t e m p s , la société s'est d i s s o u t e , et la maison s'est reconstituée s o u s le nom d e Pedro Blanco et Compagnie. Leur ancien associé, Carvalho, passait p o u r riche ; mais, il y a un an environ, il était allé à M e x i c o s o u s p r é t e x t e d'affaires, et, un jour, on l'a trouvé n o y é , n o n s a n s s o u p ç o n d e s u i c i d e ; car, on reconnut a l o r s , en effet, q u e s e s affaires étaient fort e m b a r r a s s é e s . La m a i s o n P e d r o Bianco et C o m p a g n i e manqua, vers le m ê m e t e m p s , avec un passif d'environ 5 0 0 , 0 0 0 dollars. Celte faillite fut attribuée a u x d é t o u r n e m e n t s d'un neveu d e M. B i a n c o , Villaverde, qui s'est enfui à N e w - O r l é a n s avec le g e ô l i e r de la Havane. Mais on a fait connaître la s o m m e d e s mal­ versations de Villaverde, et elle ne d é p a s s e pas 100,000 dollars. La maison était d o n c insolvable sans cela. L e chef de la maison, P e d r o B i a n c o , habile, d e p u i s p l u s i e u r s a n n é e s , l'Italie p o u r des raisons particulières. C'est le c o m t e de Villanueva, i n t e n ­ dant général du T r é s o r royal à Cuba, et d o n t la charge est presque aussi é l e v é e q u e celle du capitaine général, p u i s q u e , seul, il a le c o n t r ô l e du r e v e n u , que le n é g o c i a n t a choisi pour


— 365 — son représentant. L'intendant général a d é s i g n é à sa place le général Q u e x a d a , qui signe pour son excellence le comte de Villanueva. Ce fait, qui prouve l e s relations d'un négrier avec un m e m b r e aussi haut placé d e l'administration, m o n t r e assez qu'il faut chercher ailleurs, que dans ce qui passe ici, la cause de la d é c r o i s s a n c e de la traite. Je n'hésite pas à l'attribuer aux m e s u r e s prises par le g o u v e r n e m e n t b r i t a n n i q u e , et aux croi­ seurs de la côte d'Afrique. U n e autre p r e u v e d e l'efficacité d e notre c r o i s i è r e , c'est la difficulté qu'éprouvent les n é g r i e r s à se procurer d e s marins pour un v o y a g e aux côtes d'Afrique. D e u x navires ont d u , d e r ­ n i è r e m e n t , retarder leur départ faute d'équipage, et lotis c e u x qui m o n t e n t à b o r d d e s n é g r i e r s passent p o u r la lie et le rebut d e toutes les n a t i o n s . Les marins e s p a g n o l s s e refusent, p o u r le salaire g é n é r a l e m e n t é n o r m e do 40 dollars, ou 8 livres ster­ ling par m o i s , mais d o n t le p a y e m e n t d é p e n d d u s u c c è s d e l'opération, à risquer de p e r d r e leurs g a g e s ainsi que la santé ou la vie sur la c ô t e . Aussi n'y a-t-il pas u n b o n matelot espa­ gnol qui s'embarque sur l e s n é g r i e r s , tandis q u e j e c o n n a i s grand n o m b r e d'exemples d e marins de c e l l e nation qui s e s o n t e m b a r q u é s à bord d e bâtiments a n g l a i s , d e s t i n é s p o u r l'Europe, au prix de 18 dollars par m o i s . J'ai c a u s é sur c e sujet avec un grand n o m b r e de marins du port, qui sont d'an­ ciens m a t e l o t s . T o u s s'accordent à dire q u e le service à b o r d d e s n é g r i e r s est p e u r e c h e r c h é , à cause des risques d e la perte des g a g e s , par suite d e saisie, et d e s maux qui sont inhé­ rents à c e trafic. Plusieurs avouaient avoir été p l u s i e u r s fois à la c ô t e p e n d a n t leur v i e ; mais, le plus s o u v e n t , leur bâtiment avait été capturé, et ils avaient perdu leurs g a g e s . L'un d'eux déclarait q u e , sur huit v o y a g e s , il avait été p r i s s e p t fois ; un autre avait tenté trois v o y a g e s , et avait été p r i s à t o u s . L e s pertes a t t e i g n e n t , d a n s t o u s c e s c a s , les armateurs d e s n a ­ v i r e s ; mais ils é c h a p p e n t aux autres m a u x q u ' o n t à souffrir les pauvres marins qu'ils e m p l o i e n t . J e n e saurais n o n p l u s p a s s e r s o u s s i l e n c e le t é m o i g n a g e que tous r e n d e n t d e l'efficacité d e l'escadre et d e s p r o c é d é s g é n é r e u x de n o s officiers. T o u s r e c o n n a i s s e n t qu'on l e s a trai­ tés aussi b i e n q u e p o s s i b l e ; ils déclarent q u e l'état d e civili­ sation d e s Africains l i b é r é s , établis à S i e r r a - L e o n e , est trèsremarquable. L e s qualités nautiques de nos navires, leur s u c c è s n e s o n t point c o n t e s t é s par e u x , c e qui est b i e n différent d e ce q u e voudraient n o u s faire croire certaines p e r s o n n e s dans


— 366 — d e s vues i n t é r e s s é e s . J e c o n c l u s d e t o u s c e s faits q u e , si q u e l q u e i n d i v i d u a, d a n s ces d e r n i e r s t e m p s , g a g n é à f a i r e la t r a i t e , c ' e s t e n s o m m e a u j o u r d ' h u i un trafic s a n s bénéfices. O n se t r o m p e r a i t , si on c a l c u l a i t q u e le p r i x d ' u n e s c l a v e à la c ô t e é t a n t d e 25 d o l l a r s et d e 4 0 0 d o l l a r s d a n s l'ile, la différence r e p r é s e n t e le bénéfice r é e l d u n é g r i e r . Il y a b i e n d e s d é p e n s e s e t bien des risques qui sont peu c o n n u s , mais qui confirmeraient l ' e x a c t i t u d e d e m e s a s s e r t i o n s , si o n les o b s e r v a i t d e p r è s . D e p u i s d i x a n s m ê m e , la t r a i t e a c o m p l è t e m e n t c h a n g é d e c a r a c t è r e . E n 1840, a v a n t l ' a r r i v é e d u g é n é r a l V a l d è s , il y a v a i t , à 3 milles d e la H a v a n e , six p r i n c i p a u x b a r r a c o n s e t p l u s i e u r s a u t r e s petits p r e s q u e t o u j o u r s r e m p l i s d ' e s c l a v e s , p o u r s a t i s f a i r e a u x d e m a n d e s (voir les l e t t r e s d e J . - J . G o r n e y , s u r u n Hiver dans les lndes-Occidentales, p . 160). O n y allait c h o i s i r les e s c l a v e s d o n t on avait b e s o i n aussi l i b r e m e n t q u e d a n s tout a u t r e magasin. L e général Valdès y a mis o r d r e ; les b a r r a c o n s o n t été affectés à d ' a u t r e s u s a g e s . D e p u i s l o r s , les n é g r i e r s o n t été forcés d e c o n d u i r e l e u r s c a r g a i s o n s à u n e c e r t a i n e d i s t a n c e et d e les m e t t r e , le p l u s s o u v e n t , s u r d e s p r o p r i é t é s p a r t i c u l i è r e s en a t t e n d a n t l e s a c h e t e u r s , ce q u i a u g m e n t e les difficultés d u m a r c h é . U n e fois l e s y s t è m e d e s b a r r a c o n s a b a n d o n n é , il e s t t r o p h i d e u x p o u r q u ' o n y r e v i e n n e , e t l e s n é g r i e r s n e l ' o n t p a s e s s a y é . Q u a n d le g é n é r a l V a l d è s n ' a u r a i t r i e n l'ait d e p l u s , sa m é m o i r e m é r i t e r a i t d ' ê t r e h o n o r é e ; m a i s t o u t e s les m e s u r e s q u ' i l a p r i s e s é t a i e n t si h o s t i l e s à la t r a i t e , si d é c o u r a g e a n t e s p o u r ce trafic, q u e j a m a i s les n é g r i e r s , d é ç u s d a n s l e u r s s p é c u l a t i o n s , n ' o n t p u r e g a g n e r le t e r r a i n p e r d u , ni r e f o r m e r l e u r s a n c i e n n e s s o c i é t é s , m a l g r é l e s o c c a s i o n s et la l i b e r t é q u ' i l s o n t e u e s d e le f a i r e . O n s e t r o m p e r a i t f o r t , si o n s'imaginait, q u e le g o u v e r n e m e n t a j a m a i s eu q u e l q u e c r a i n t e r é e l l e d e l ' a u g m e n t a t i o n d e la p o p u l a t i o n e s c l a v e d a n s c e t t e î l e . Le d e r n i e r r e c e n s e m e n t d e 1846 a d o n n é les chiffres s u i v a n t s : Population blanche Gens de couleur libres Esclaves TOTAL.

898,752

s a n s c o m p t e r l ' a r m é e , la m a r i n e e t la p o p u l a t i o n flottante e s t i m é e à p l u s d e 4 0 , 0 0 0 â m e s . Les g e n s d e c o u l e u r s o n t d o n c a u x b l a n c s d a n s la p r o p o r t i o n d e 9 a 8, e t les e s c l a v e s c o m -


~

367 —

p a r é s à la p o p u l a t i o n b l a n c h e s o n t c o m m e 3 à 4 . C e s esclaves sont différents de langage et de pays. éloignés les uns des a u t r e s , s a n s a r m e s , s a n s r e s s o u r c e s . Q u a n d le n o m b r e en s e r a i t d o u b l é e t t r i p l é , les b l a n c s n ' a u r a i e n t a u c u n e r a i s o n fond é e d e c r a i n d r e c e t t e a u g m e n t a t i o n , é t a n t t o u s b i e n a r m é s et a p p u y é s d ' u n e force m i l i t a i r e c o n s i d é r a b l e . D e p u i s l o n g t e m p s , les n é g r i e r s n ' i m p o r t e n t q u e p e u ou p o i n t d e f e m m e s , aussi n ' y a-t-il p a s d e c a s t e s . L e s g e n s d e c o u l e u r n ' o n t d o n c p a s ici l e s chefs q u ' i l s o n t t r o u v é s d a n s d ' a u t r e s pays p o u r d i r i g e r une insurrection réellement r e d o u t a b l e ; et, réduits à euxm ê m e s , ils n e s a u r a i e n t t o u t a u p l u s , faute d ' u n i o n e t d ' e n tente, que causer quelques dommages temporaires. Ce n ' e s t d o n c p a s la c r a i n t e d e v o i r s ' a c c r o î t r e la r a c e n o i r e q u i a e n g a g é le g o u v e r n e m e n t à d é c o u r a g e r l ' i m p o r t a t i o n d e s e s c l a v e s . T o u t l e m é r i t e d e c e t t e p o l i t i q u e n o u v e l l e est d û au g é n é r a l V a l d è s , q u i a e x é c u t é a v e c t a n t d e l o y a u t é les e n g a g e m e n t s p r i s p a r l ' E s p a g n e , e t si b i e n r o m p u les c o m b i n a i s o n s d e s t r a f i q u a n t s d ' e s c l a v e s q u ' i l s n ' o n t p u l e s r e n o u e r s a n s difficulté. L e g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l a su r e n d r e - j u s t i c e a u c a ractère h o n o r a b l e de ce gouverneur, en d o n n a n t à u n e corv e t t e d e s e i z e c a n o n s le n o m d e Genéral-Valdés, et p r o u v a n t a i n s i q u e le vrai m é r i t e o b t i e n t le r e s p e c t , m ê m e d e la p a r t d'adversaires politiques. Sans doute, l'administration qui a suivi n ' a p a s m o n t r é le m ê m e b o n v o u l o i r ni le m ê m e e s p r i t ; m a i s , en e x i g e a n t u n i m p ô t d e t a n t p a r t ê t e , p o u r p e r m e t t r e l ' i m p o r t a t i o n d e s e s c l a v e s , la c u p i d i t é d u g é n é r a l O ' D o n n e l a c o n t r i b u é à d é c o u r a g e r la t r a i t e . Il s e m b l e q u e le c a p i t a i n e g é n é r a l a c t u e l s u i t le m ê m e s y s t è m e . Bien q u ' i l se s o i t f o r m e l lement prononcé d'abord contre toute introduction d'esclaves, il e s t c e r t a i n q u ' a u j o u r d ' h u i ses v u e s n e s o n t p l u s les m ê m e s , ou q u ' i l s'est b i e n r e l â c h é d e c e t t e r i g u e u r . Il est i m p o s s i b l e q u e d e s i m p o r t a t i o n s a u s s i c o n s i d é r a b l e s a i e n t p u s'effectuer à s o u insu ; e t l ' i n t e r p r é t a t i o n la p l u s h o n o r a b l e à d o n n e r à sa c o n d u i t e , c'est q u ' i l a u r a c é d é à d e p r e s s a n t e s s o l l i c i t a t i o n s e t , p e u t - ê t r e , à d e s i n s t r u c t i o n s d e la m é t r o p o l e , p o u r favoriser q u e l q u e s cas p a r t i c u l i e r s . N o n - s e u l e m e n t le n o m b r e d e s i m p o r t a t i o n s a é t é g r a n d c e l l e a n n é e ; o n n ' a t t e n d p a s m o i n s d ' e s c l a v e s , j e le c o n s t a t e à r e gret, pendant l'année qui commence. C e n ' e s t p l u s d ' o r d i n a i r e d e la H a v a n e q u e s ' e x p é d i e n t les n é g r i e r s , a u s s i n'ai-je p u a v o i r , s u r ces n a v i r e s , a u c u n d é t a i l . M a i s on m'a a s s u r é q u e t r o i s v e n a i e n t d e p a r t i r , en o u t r e d e


-

388

c e u x qui sont m e n t i o n n é s sur ma liste; Los croiseurs ne sont d o n c pas au terme de leurs travaux ; car d e nouveaux a v e n ­ turiers ont remplacé ceux qui ont été d é c o u r a g é s par la di­ minution d e s bénéfices et l e s saisies. Tant que la loi permettra ici l'esclavage, je ne crois pas que les c o l o n s de Cuba tentent d e se p r o c u r e r d e s travailleurs d'autre c o n d i t i o n . E n Afrique, en C h i n e , au Y u c a t a n , ce seront des esclaves qu'ils iront p r e n d r e . Ils y trouvent l'avan­ tage de pouvoir c o m p t e r s u r un travail i n i n t e r r o m p u , et de n e pas p e r d r e leurs récoltes, faute de bras au m o m e n t né­ cessaire. Dans les b o n n e s a n n é e s , les c a n n e s , sur chaque habitation, ne peuvent être toutes livrées à la fabrication du s u c r e ; la production d é p e n d d o n c du n o m b r e de bras d o n t on d i s p o s e , et n'a de limites que l e s forces d e s esclaves et les appareils mis en œ u v r e . Si d o n c l e s p l a n t e u r s pouvaient se procurer deux esclaves au lien d'un p o u r 4 0 0 dollars ils d o u b l e r a i e n t leurs m o y e n s de production en établissant, à peu de frais, un travail extraordinaire q u e leur permettrait d'organiser la liberté du trafic d e s esclaves. L'année passée a été peu favorable a la c u l t u r e . L e s e x p o r ­ tations de ce port et de Matanzas se s o n t élevées à 8 5 0 , 3 4 8 cais­ s e s de s u c r e , au lieu d e 1,000,341 en 1848 et 1,006,767 en 1847. La d e r n i è r e saison a été on n e peut p l u s favorable, et on évalue les e x p o r t a t i o n s à faire, en 1850, au chiffre de 1,250,000 c a i s s e s . T o u t e f o i s , cette a u g m e n t a t i o n d e s produits tient à la plus g r a n d e é t e n d u e d e s cultures établies sur les n o u v e a u x d o m a i ­ n e s , d e p u i s 1847 et 1 8 4 8 . Tant q u e le g o u v e r n e m e n t local permettra la traite ou fermera l e s y e u x sur ce commerce, cri­ m i n e l , l'importation se réglera sur la d e m a n d e . Je termine d o n c par le relevé statistique suivant, qui vient d'être p u b l i é sur les d o n n é e s du r e c e n s e m e n t de 1846 : T e r r e s cultivées P r a i r i e s naturelles — artificielles... T e r r e s non défrichées T e n e s arides

65,677 99,612

caballerias. —

17,404 409,826 139,263 73l,784

La caballeria, anglais.

mesure

locale,

représente

33

acres

1/2


— 369 —

On ne. comptait, en 1827, que 510 habitations sucrières, il y en a aujourd'hui 1,442. Les plantations d e caféiers ont é t é r é d u i t e s d e 2 , 0 6 4 à 1,760. Il y avait, en 1826. 3,098 fermes pour l'élève d e s b e s t i a u x ; il y e n a 4 , 3 8 8 aujourd'hui. L e s e x p l o i t a t i o n s diverses s'éle­ vaient, en 1827, au n o m b r e d e 1 3 , 9 4 7 ; aujourd'hui, o n en c o m p t e 2 5 , 2 9 2 . L e s plantations d e tabac étaient alors d e 5,534 ; et, aujourd'hui, il y en a 9 , 1 0 2 . Sur 2 8 6 plantations s u c r i è r e s , o n e m p l o i e l e s moulins à va­ peur, 3 autres o n t d e s machines m u e s par l'eau ; sur le reste, on e m p l o i e les a n i m a u x . Traités conclus par les officiers de lu marine britannique à la côte d'Afrique.—Au n o m b r e des p i è c e s a n n e x é e s au premier rapport d é p o s é en 1849 par le comité d'enquête de la Chambre des Lords, sur la question de savoir si la c r o i s i è r e d e s c ô t e s occidentales d'Afrique sera m a i n t e n u e , s e trouve la liste c o m p l è t e d e s traités p a s s é s par la Grande-Bretagne avec d e s chefs du littoral afri­ cain, d e 1841 à 1 8 4 8 , pour la s u p p r e s s i o n d u trafic d e s escla­ ves. Cette liste c o m p r e n d quarante-deux p i è c e s q u e n o u s avons r e p r o d u i t e s pour la plupart dans n o t r e r e c u e i l et dont treize s e u l e m e n t s o n t antérieures à la convention du 2 9 mai 1 8 4 5 . T o u s les traités c o n c l u s d e p u i s cette é p o q u e c o n t i e n n e n t une clause spéciale qui réserve au g o u v e r n e m e n t français la faculté d'y accéder et d e devenir partie contractante. Quatre c o p i e s d e traités nouveaux p a s s é s dans le courant d e 1 8 4 9 et aux m o i s d e janvier et février 1 8 5 0 , o n t é t é , il y a q u e l q u e temps, communiqués par le Foreign Office au département d e s affaires é t r a n g è r e s . Ils s o n t en tout s e m b l a b l e s a u x traités du m ê m e g e n r e déjà reproduit d a n s c e l t e revue. Un entre autres, le traité c o n c l u entre les chefs de Sherbro et l e c o m m a n d a n t d e l ' A l e r t , renferme, pour la libération immédiate d e s esclaves d é ­ tenus dans l e s barracons, et l'expulsion d e s trafiquants e u r o ­ p é e n s hors d e s territoires d é s i g n é s , d e u x articles s e m b l a b l e s à c e u x q u e n o u s a v o n s déjà e u occasion d e signaler d a n s le traité fait par le c o m m a n d a n t du Favorite avec l e s chefs d e Manna 2. V o i c i , au reste, l e s n o m s d e s signataires d e s derniers traités avec l'indication g é o g r a p h i q u e d e s l i e u x qu'ils c o m ­ prennent. 1

1 Voir Revue

coloniale,

t. IV; p. 2 5 3 , et dans la 2

et suiv. » Voir 2e série, t. II, p. 2 3 8 .

e

série, t. II, p. 236


— 370 — Ote des B i s s a g o t s . . .

Còte de S i e r r a - L e o n e .

Cote du Gabon

(Le ( 1

lieutenant Jollife, c o m m a n d a n t le Pluto, et le roi de Biombo, Branco, sur la rivière J e b a . Le lieutenant Dunlop, commandant l ' A l e r t et les chefs des rivières Sherbro, Bagroo, Jong et Boom. (2° Le commodore Fanshawe, c o m m a n d a n t l e Centaure, (etleschefs des rivières de Gallinas et de Solyman. ( Le c o m m a n d a n t du Cygnet, Kenyon, et le roi Georges ( et les chefs de Corisco.

(

o

la nouvelle loi contre la traite an Brésil. — N o u s a v o n s re­ produit dans notre n u m é r o d'août d e r n i e r les principales d i s p o s i t i o n s de la loi nouvelle p o u r l'abolition de la traite des noirs qui vient d'être v o t é e par la Chambre des d é p u t é s du Brésil. Le Times du 30 o c t o b r e 1 8 5 0 , en publiant cette loi t e x t u e l l e m e n t , la fait précéder des réflexions suivantes : 1

11 y a peu de t e m p s un grand m e e t i n g p u b l i e , c o n v o q u é par le lord P r o v o s t à la d e m a n d e d'un grand n o m b r e de p e r s o n ­ n a g e s influents, s'est réuni à G l a s g o w dans le but d'adopter d e s résolutions et de n o m m e r u n e commission chargée de pré­ parer, des p é t i t i o n s au Parlement pour réclamer l'exécution des traités qui e x i s t e n t entre ce pays , le Brésil et l'Espagne contre le trafic d e s e s c l a v e s . N o u s r e n d o n s p l e i n e justice aux s e n t i m e n t s d o n t sont ani­ m é e s les p e r s o n n e s qui ont eu l'idée première d e cette réu­ nion ; mais, n o u s le d i s o n s à regret, le m o m e n t ne n o u s paraît pas bien choisi pour une démonstration publique de c e g e n r e , du m o i n s en c e qui c o n c e r n e l'empire du Brésil. Ce n'est point au ministre actuel des affaires é t r a n g è r e s en Angleterre q u e c e m e e t i n g peut adresser le reproche de m a n ­ q u e r à l ' a c c o m p l i s s e m e n t de s e s d e v o i r s , L'énergie e t la p e r ­ s é v é r a n c e qu'il d é p l o i e pour faire triompher la cause que son pays a e m b r a s s é e , sont c o n n u e s de t o u s . Quant au g o u v e r n e ­ ment brésilien , q u e l l e q u e soit l'opinion qu'on ait entretenue jusqu'à ce jour d e sa sincérité , on ne peut sans aucun doute l'accuser en c e m o m e n t d'éluder l'exécution de s e s e n g a g e ­ m e n t s . Les d e r n i è r e s n o u v e l l e s r e ç u e s de Rio-Janeiro renfer­ m e n t la preuve c o m p l è t e qu'il a la ferme résolution de mettre lin à un trafic n o n - s e u l e m e n t contraire aux lois divines et hu­ m a i n e s , mais qui présente en outre un obstacle infranchis­ sable à toute tentative pour d é v e l o p p e r la civilisation et la p r o s p é r i t é du p a y s . Quand ils se déclarent si pleins de sollicitude pour cette 1

Voir t. V, p. 213


— 371 — importante question , n o u s ne saurions l'aire aux h o n o r a b l e s p r o m o t e u r s du meeting l'injustice de s u p p o s e r qu'à la veille m ê m e d'émettre leurs p r o p o s i t i o n s ils ignoraient les événe­ m e n t s importants qui venaient de se produire dans la capitale du Brésil. Mais c e r t a i n e m e n t n o u s ne p o u v o n s croire qu'ils y aient attaché toute l'attention et l'importance qu'ils méritent. A u t r e m e n t ils se seraient abstenus de passer outre, bien c o n v a i n c u s qu'ils auraient été que les efforts réunis des d e u x g o u v e r n e m e n t s sont plus efficaces que ne saurait l'être toute pétition p r é s e n t é e au parlement. Si n o u s avions été a p p e l é s à émettre un avis sur l'état pré­ sent de la q u e s t i o n , n o u s a u r i o n s été plus d i s p o s é s à c o n d a m ­ ner les derniers p r o c é d é s de nos c r o i s e u r s sur la côte du Brésil qu'à conseiller l'emploi de m e s u r e s plus rigoureuses. 11 s e m b l e en vérité que l'arrivée du Sharpshooter à Rio-Janeiro a été le signal d e l'invasion d e s ports et d e s rades du Brésil, de l'arrestation sans distinction des bâtiments b r é s i l i e n s et de l'incendie de p l u s i e u r s d'entre e u x . N o u s n'avons pas l'intention de traiter ici du droit q u e n o u s p o u v o n s avoir d'arrêter et d e c o n d a m n e r les bâtiments brési­ liens. On a discuté à fond la valeur de l'acte passé en 1843 dans c e b u t , et n o u s n o u s s o u v e n o n s que l'une de n o s pre­ mières autorités en matière de jurisprudence i n t e r n a t i o n a l e , un jurisconsulte que son savoir a p r o m u au poste le plus élevé de notre établissement j u d i c i a i r e , a motivé clairement u n e opinion o p p o s é e . N o u s p o u v o n s , sans n o u s mettre en o p p o s i ­ tion avec ce qui est en c e m o m e n t la loi du pays, soutenir que n o u s ne s a u r i o n s avoir la prétention d'étendre l'action de la loi aux ports et aux rades d'un pays i n d é p e n d a n t . 11 y a de l'injustice d a n s u n e telle c o n d u i t e , et surtout quand par là ou porte atteinte au c o m m e r c e de c a b o t a g e de ce pays. N o u s a v o n s avancé q u e la marche suivie r é c e m m e n t par le g o u v e r n e m e n t brésilien n o u s d o n n e une preuve décisive de sa sincérité. A l'appui de notre a l l é g a t i o n , n o u s d o n n o n s la traduction c o m p l è t e et textuelle d'une loi qui a passé à la troi­ s i è m e lecture a la Chambre d e s d é p u t é s et a été r e n v o y é e au sénat pour être s o u m i s e de n o u v e a u à sa délibération Cette loi, d'après n o s plus récents r e n s e i g n e m e n t s , a été s a n c t i o n n é e le 13 août. N o u s allons e x p o s e r aussi b r i è v e m e n t que p o s s i b l e , d'après la presse brésilienne , l'historique de cette l o i , p o u r mettre nos lecteurs en état de juger par e u x - m ê m e s n o n - s e u ­ lement de la valeur de cette mesure l é g i s l a t i v e , mais aussi des


— 372 — progrès qu'a faits sur c o l l e q u e s t i o n l'opinion publique au Brésil, p r o g r è s dont elle est u n e preuve frappante. Q u i c o n q u e s'occupe d e la question d e la traite d e s n o i r s sait q u e , le 7 n o v e m b r e 1831, u n e loi a été p r o m u l g u é e à Rio-Janeiro pour la mise à e x é c u t i o n d e s clauses du traité d e 1820. E n 1837 u n e autre loi a é t é p r o p o s é e au sénat p o u r le même objet et, après y avoir é t é v o t é e , a été r e n v o y é e à la s e c o n d e c h a m b r e . La chambre d e s d é p u t é s la prit en considération en 1848, et passa à la p r e m i è r e lecture ; mais la s e c o n d e lecture en fut ajournée. On ne jugea pas à p r o p o s alors d'y d o n n e r suite, et avec grande r a i s o n , car plusieurs d i s p o s i t i o n s d e celte l o i , loin d'atteindre le négrier, lui étaient plutôt favorables. A la s e s s i o n p r é s e n t e d e la Chambre d e s d é p u t é s , le g o u v e r ­ n e m e n t , profitent d e la n o m b r e u s e majorité d o n t il d i s p o s e d a n s cette a s s e m b l é e , a fait p r é s e n t e r la susdite loi d é nou­ veau, avec l'intention d'en faire retrancher les articles d é f e c ­ tueux et d e modifier l e s autres. L'occasion était bien choisie et le résultat a rempli s o n attente. Les articles é l i m i n é s équivalaient à un rappel de la loi d e 1831, les d e r n i e r s surtout q u i p r o t é g e a i e n t le négrier contre toute poursuite. Comparée au projet p r i m i t i f , la loi nouvelle renferme d e s d i s p o s i t i o n s qui arment le g o u v e r n e m e n t du Brésil d'un pouvoir plus efficace et mettent l'infracteur dans une position telle q u e p r o b a b l e m e n t l e s négriers r e n o n c e r o n t à poursuivre leur criminelle industrie qui n e sera plus sans danger. A l'expiration d e la c o n v e n t i o n d e 1817, il n e restait pas d e loi qui imposât la peine d e la confiscation d e s navires et de leurs cargaisons, ni qui déterminât dans quelles circonstances un bâtiment serait déclaré être é q u i p é en v u e d e la traite. L'acte d e 1831 laissait le j u g e m e n t d e tous les cas aux cours ordinaires d e j u s t i c e , c o m p o s é e s d e p e r s o n n e s q u i , par leur peu d'habitude d e s matières judiciaires et leur c o m p l è t e irres­ ponsabilité, offraient peu ou point d e garantie. Cette loi ne contenait pas n o n p l u s d e disposition qui assi­ milât la traite d e s e s c l a v e s à la piraterie, et la punit c o m m e telle. La loi actuelle présente sur tous c e s p o i n t s les d i s p o s i t i o n s les plus claires et les plus satisfaisantes. On peut dire avec q u e l q u e raison, nous d e v o n s le confesser, q u e c e n'est là q u e la loi écrite, et que n o u s d e v o n s , avant d'en porter un j u g e m e n t , en attendre la mise à e x é c u t i o n . S a n s aucun d o u t e ; mais n'avons-nous pas assez d e faits p o u r n o u s


— 373 — faire croire qu'elle sera loyalement a p p l i q u é e , et que doréna­ vant le trafiquant de chair humaine sera traité c o m m e il le mérite ? N o u s ne s o m m e s pas assez s c e p t i q u e s , n o u s l'avouons, p o u r fermer nos y e u x aux preuves que nous ont d o n n é e s r é c e m m e n t le g o u v e r n e m e n t et le p e u p l e brésilien, que ces mesures sont s é r i e u s e s , et non pas s e u l e m e n t un leurre p o u r pouvoir mieux atteindre le but auquel, à tort ou à raison, on leur reproche d e tendre. Toute q u e s t i o n , de q u e l q u e nature qu'elle soit, a ses diffé­ rentes phases, et quand n o u s avons à juger de son état présent, n o u s d e v o n s tenir c o m p t e d e s c i r c o n s t a n c e s , non pas dans leur valeur a b s o l u e , mais dans leurs rapports avec l'état p r é c é ­ dent. P o u r d é c i d e r , en c o n s é q u e n c e , si la nation b r é s i l i e n n e est s i n c è r e dans son désir de faire exécuter les c o n v e n t i o n s qui l'engagent envers l'Angleterre, il faut regarder le passé et e x a m i n e r q u e l l e s preuves de ce désir elle a déjà fournies, et si les n o u v e l l e s marques qu'elle en a d o n n é e s ont plus ou m o i n s de valeur et méritent plus ou moins notre confiance. N o u s avons suivi la question de la traite avec tout l'intérêt et l'attention qu'elle mérite, et n o u s en s o m m e s v e n u s à celle c o n c l u s i o n , (que jamais le g o u v e r n e m e n t du Brésil n'avait l'ail autant p o u r la r é s o u d r e ; q u e jamais en c e pays l'opinion ne s'était aussi c l a i r e m e n t , aussi manifestement déclarée en c o n c o r d a n c e avec les d e s s e i n s d e l'Angleterre. Il ne pouvait en être autrement. L'idée du droit est essentielle à l'esprit humain, et tôt ou lard, elle prend toute sa force en dépit d e s c i r c o n s t a n c e s qui la c o m b a t t e n t . Elle acquiert u n e puissance nouvelle, quand elle est s o u t e n u e par l'orgueil et l'intérêt. Or, le Brésil a eu b e a u c o u p à souffrir s o u s ces d e u x points de vue. Il ne faut d o n c pas s'étonner q u e , sous l'influence d e pareils motifs, le g o u v e r n e m e n t impérial ail enfin senti la nécessité d'agir avec é n e r g i e , surtout eu considérant que le Brésil garde bien peu de c h o s e d e s profits de la traite qui le met dans une position si difficile, et q u e les principaux ailleurs de ses e m ­ barras, après avoir bravé les lois du p a y s , s'en é l o i g n e n t et retournent dans le leur pour jouir en paix d'une fortune a m a s ­ s é e par d'aussi h o n t e u x m o y e n s . L'adoption d e la loi nouvelle a été a c c o m p a g n é e , tant dans la chambre é l e c t i v e que d a n s la p r e s s e , d e s déclarations les p l u s h o n o r a b l e s ; d e s b â t i m e n t s de g u e r r e b r é s i l i e n s ont été e n v o y é s en croisière, munis d e s o r d r e s les plus formels contre la traite et tous ceux qui s'y livrent.


— 374 — N o u s avons vu avec regret q u e la conduite de nos croiseurs sur la côte du Brésil n'a pas été de nature à e n c o u r a g e r le m o u v e m e n t de l'opinion p u b l i q u e . Si n o u s n'avons été réduits à l'emploi de ces mesures coërcitives qu'en considération des efforts trop faibles du g o u v e r n e m e n t brésilien pour la prohi­ bition de la traite, certainement, q u a n d la politique du Brésil change, n o u s d e v o n s , de notre côté, modifier n o s d i s p o s i t i o n s . N o u s e s p é r o n s qu'il en sera ainsi bientôt : avec un peu plus d'énergie d'un côté et m o i n s de v i o l e n c e de l'autre, toutes les difficultés seront é c a r t é e s , et une c o n c l u s i o n favorable termi­ nera cette importante q u e s t i o n . Lettre d'un missionnaire protestant sur l'état de la traite à la côte de Benin, en 1849. — N o u s e m p r u n t o n s au Times les d é ­ tails qui suivent, sur la situation de la traite et les p r o g r è s des missionnaires protestants d a n s le r o y a u m e d'Egba, dont la c a ­ pitale A b b e o k u t a , située; à 56 milles environ dans l'intérieur, sur la côte de B e n i n , p o s s è d e , d i t - o n , une population de 5 0 , 0 0 0 Ames. L'auteur de la lettre d'où sont tirés ces rensei­ g n e m e n t s , est le révérend T o w n s e n d , m e m b r e de l'église a n ­ glicane, et e n v o y é en Afrique par la S o c i é t é d e s missions pro­ testantes. Il est un d e s t é m o i n s qu'a e n t e n d u s , en 1849, le c o m i t é de la c h a m b r e d e s lords, c h a r g é d ' e x a m i n e r toutes les q u e s t i o n s relatives à l'abolition définitive de la traite. Abbeokuta, 27 juin

1830.

V o u s a p p r e n d r e z avec satisfaction que le trafic des esclaves est en grande détresse, et m ê m e je suis c o n v a i n c u q u e c'est à Lagos un c o m m e r c e à perte. Plusieurs fois d e p u i s peu, on a d û , faute d'acheteurs, ramener des esclaves du marché. Lagos, en effet, est plein d'esclaves, et les trafiquants ne peuvent les embarquer par suite de la stricte surveillance dont ils sont l'objet. On a saisi r é c e m m e n t trois navires vides, et cette c a p ­ ture s e m b l e avoir p o r t é une rude atteinte à la traite. J'ai pris des informations pour a p p r é c i e r la réalité de la dépréciation de c e trafic, tout le m o n d e m'en a parlé c o m m e d'un fait bien c o n n u ; j e n'ai pas trouvé un seul t é m o i g n a g e contradictoire. J'ai vu aujourd'hui un h o m m e qui venait d'envoyer q u e l q u e s esclaves à Lagos p o u r les v e n d r e . « Je lui ai d e m a n d é quel était, sur le marché, le prix des meilleurs esclaves. — 50 livres. — Quel était-il l'année p a s s é e ? — 00 livres. — Et l'année d'avant? — 8 0 livres. — Q u e l l e est la cause de cette d é p r é c i a t i o n ? —


— 375 — L e s Anglais ferment le c h e m i n de la mer. " On m'a dit qu'un grand n o m b r e de marchands d'esclaves avaient quitté L a g o s , que c e u x qui y étaient restés n'étaient que de misérables a v e n ­ turiers, d o n t b e a u c o u p s o n t débiteurs de fortes s o m m e s aux i n d i g è n e s . L e massacre d e 2 , 0 0 0 esclaves d o n t on parle en A n g l e t e r r e , est c h o s e i n c o n n u e ici. Je me suis informé auprès d'un noir, qui vient souvent à Lagos en q u a i t é de messager des chefs i n d i g è n e s , s'il pensait que ce pût être vrai. L'absur­ dité d'une pareille idée le fit rire. Pouvait-on, dit-il, les s u p ­ poser a s s e z i n s e n s é s p o u r détruire une valeur aussi g r a n d e , qu'il était toujours facile de revendre à l'intérieur, à défaut d'occasions p o u r l ' e x p o r t a t i o n . Ce m ê m e individu me dit qu'il avait été chargé à L a g o s d e m e s s a g e s p o u r son maître (ce maître est mort aujourd'hui), où on l'invitait à e m p l o y e r des m o y e n s p r o p r e s à n o u s faire a b a n d o n n e r le p a y s . On croit aussi, avec assez de vraisemblance, que la persécution dirigée contre nos prosélytes était en partie due à l'influence des chefs de L a g o s , sur le chef d e s négriers de ce p a y s , qui y a pris la part la plus active. Ce m ê m e chef montre maintenant u n e grande a n i m o s i t é contre n o u s , et la laisse éclater de t e m p s en t e m p s . 11 a c o m m i s l'autre jour u n e grave injure à l'égard d e d e u x d e n o s a g e n t s i n d i g è n e s . L'un d'eux est T h o m a s R i n g 1 , q u e vous c o n n a i s s e z . Il les a frappés d a n s les r u e s sans la m o i n d r e p r o ­ vocation de leur part : j e suis h e u r e u x de vous a n n o n c e r qu'ils n'ont pas r i p o s t é . La c a u s e d e cette irritation. c'est la d é p r é ­ ciation des e s c l a v e s . La manifestation de pareils s e n t i m e n t s à notre é g a r d , est la m e i l l e u r e p r e u v e indirecte de c e l t e d é p r é ­ ciation. Le c o m m e r c e avec les Anglais g a g n e évidemment du terrain. L e s marchandises anglaises qui se vendent à Badagry, sont j u g é e s par les noirs de qualité s u p é r i e u r e à celles qu'ils achètent à L a g o s . C'est si b i e n là le s e n t i m e n t général aujour­ d'hui, qu'à cause de cela m ê m e ce s o n t les marchandises d e s g e n s d'Abbeokuta qui règlent le marché sur les places d e l'in­ térieur en c o m m u n i c a t i o n avec c e p a y s . T o u s c e s faits t e n d e n t à un grand et u n i q u e résultat : la s u p p r e s s i o n de la traite d e s e s c l a v e s et r é t a b l i s s e m e n t du c o m m e r c e l i c i t e . N o u s p o u v o n s

» C'est ce m ê m e Thomas King qui fut c h a r g é , lorsque l'expédition du Niger dut r e g a g n e r la m e r , à cause de la maladie de tous les officiers, du c o m m a n d e m e n t de la patache Amelin pour la protection de la ferme-modèle. Sa conduite, pendant les huit mois qu'il commanda ce bâtiment, lui m é r i t a la plus complète approbation. REV.

COL. —

OCT.

1850.

5


— 376 — e s p é r e r q u e ce r é s u l t a t si d é s i r a b l e est p r è s d e s ' a c c o m p l i r ; je s u i s c o n v a i n c u q u e , si l ' A n g l e t e r r e p e r s é v è r e d a n s ses efforts, ils s e r o n t c o u r o n n é s d ' u n plein s u c c è s . Il y a eu a u p a r a v a n t u n c o m p r o m i s p a s s é e n t r e les g e n s d e L a g o s e t les G e b u s , p o u r ne p l u s v e n d r e d e p o u d r e à t i r e r a u x E g b a s ( g e n s d ' A b l i e o k u i a ) . Mais le marché d e B a d a g r y est a u j o u r d ' h u i d ' u n e telle i m p o r t a n c e , q u e les g e n s d e L a g o s s o n t m a i n t e n a n t o b l i g é s , p o u r y a c h e t e r et m a i n t e n i r l e u r p r o p r e c o m m e r c e , d e v e n d r e a u x E g b a s . D o m i n g o , à P o r t o - N o v o , a c h è t e d e l'huile d e p a l m e en g r a n d e q u a n t i t é , s a n s r e n o n c e r au trafic d e s e s c l a v e s , q u a n d il a q u e l q u e o c c a s i o n d e les e m b a r q u e r ; m a i s ses a c h a t s (l'huile s o n t u n e p r e u v e d e la d é c a d e n c e d e la t r a i t e d e s n o i r s : c e s o n t là d e s c h o s e s n o u v e l l e s p a r m i les t r a i t a n t s . O n lui a p p o r t e é g a l e m e n t d e l ' i v o i r e , d o n t il d o n n e u n m e i l l e u r p r i x q u e les traitants de B a d a g r y . O u n o u s r e p r é s e n t e , toutefois, les n é g r i e r s d e L a g o s c o m m e si o b s t i n é m e n t d é t e r m i n é s à d é f e n d r e ce d e r n i e r p o s t e à o u t r a n c e , q u ' i l s se c o t i s e n t p o u r a c h e t e r d e s e s c l a v e s , q u a n d il n ' y a p a s c h a n c e d ' e m b a r q u e m e n t , afin d e m a i n t e n i r l e u r s r e l a t i o n s c o m m e r c i a l e s a v e c l ' i n t é r i e u r . T e l l e est, a u j o u r d ' h u i , la s i t u a t i o n du m a r c h é : d e s e s c l a v e s s o n t e x p o s é s en v e n t e , s a n s (que nul e n d e m a n d e le p r i x . D ' a u t r e s d i s e n t (que b e a u c o u p d ' e s c l a v e s m e u r e n t faute d e s o i n s e t d e n o u r r i t u r e : si la m o i t i é d e ce qu'on d i t est v r a i , cela montre à q u e l p o i n t la t r a i t e d e s e s c l a v e s est d é p r é c i é e , e t c o m b i e n il est p r o b a b l e q u e d e la suite d a n s n o s efforts en a m è n e r a i t la s u p p r e s s i o n définitive. R é u n i s s o n s , en effet, d e u x ou t r o i s d e s faits o b s e r v é s . 1° B e a u c o u p d ' e s c l a v e s s o n t r e t i r é s du m a r c h é , où ils n ' o n t pas t r o u v é d ' a c h e t e u r s ; 2° La v a l e u r d e s e s c l a v e s est d e s c e n d u e d e 8 0 à 50 l i v r e s (je c r o i s , d ' a p r è s d ' a u t r e s i n f o r m a t i o n s , q u e les p r i x d e 70 e t 40 l i v r e s s e r a i e n t p l u s p r è s d e la v é r i t é ) ; 3° L e s p r i n c i p a u x t r a f i q u a n t s d e c e l l e p l a c e n o u r r i s s e n t c o n t r e n o u s les s e n t i m e n t s d e la p l u s vive a n i m o s i t é p a r s u i t e d e la d é p r é c i a t i o n d e s e s c l a v e s ; ce s o n t d e s faits d e n o t o r i é t é p u b l i q u e , i n c o n t e s t a b l e e t n o n p a s d e s o u ï - d i r e ; o n d i t e n c o r e que les t r a f i q u a n t s d ' e s c l a v e s q u i t t e n t L a g o s ; q u e c e u x q u i y restent souilles h o m m e s sans ressources, débiteurs des marchands indig è n e s , q u i , d e l e u r c ô t é , d o i v e n t a u s s i a u x t r a f i q u a n t s d e l'int é r i e u r . C e t t e situation v i e n t d e ce q u e les A n g l a i s i n t e r c e p t e n t le p a s s a g e . T o u s c e s b r u i t s certains Confirment ce q u e lions s a v o n s s u r ce p o i n t ; o r , a mon a v i s , t o u s c e s faits r é u n i s n o u s


— 377 — p r é s e n t e n t les c h o s e s sous l'aspect le plus satisfaisant, et m o n ­ trent clairement q u e , si nous persévérons dans nos efforts, ils s e r o n t c o u r o n n é s d'un s u c c è s c o m p l e t . J'ai été r é c e m m e n t visiter les fermes d e quelques-uns de n o s p r o s é l y t e s . Plus je me mets au courant, des p r o c é d é s de culture d e s noirs, m o i n s j e suis d i s p o s é à les m é p r i s e r . Les Anglais plus particulièrement savants ne regardent qu'avec des sentiments qui a p p r o c h e n t du d é d a i n , ce qui se fait en dehors des règles qu'ils ont établies : ils oublient que la s c i e n c e n'a de, valeur par e l l e - m ê m e qu'autant qu'elle contribue au bien-être du g e n r e humain. La s c i e n c e a g r o n o m i q u e peut être d'une valeur ines­ timable en A n g l e t e r r e , où le n o m b r e des habitants rend dési­ rable d'obtenir la plus grande s o m m e de produits possible sur u n e quantité d o n n é e de terre; mais ici on n'a pas même b e ­ s o i n des neuf d i x i è m e s de la surlace entière d u sol pour four­ nir aux b e s o i n s des habitants. Le seul résultat qu'il y aurait à d e m a n d e r à la s c i e n c e de la culture, serait le r e n d e m e n t de cinq c e n t i è m e s , seul nécessaire, au lieu de dix c e n t i è m e s . On peut mettre eu q u e s t i o n , à m o n avis, si tout perfection­ n e m e n t qui diminuerait le travail ou la quantité de terres à mettre e n culture, contribuerait réellement au b i e n - ê t r e du p a y s ; ce qu'il n o u s faut, c'est un marché pour ces produits. Les A n g l a i s raisonnent mal sur ce p o i n t ; ils disent : ii n'y a pas de produit, d o n c il n'y a pas de marché ; il n'y a p o i n t d e v e n d e u r s , d o n c il n'y a point d'acheteurs. Ceci serait vrai, si le p e u p l e de cette contrée montrait peu d'inclination au travail, tandis q u e le petit n o m b r e de d e n r é e s mises en vente prouveraient qu'il y a déjà un marché existant. C'est ce qui est contraire aux faits, et on peut le reconnaître en e x a m i n a n t q u e l s sont les marchés ouverts aux produits indi­ g è n e s . Il faut dire qu'il n'y a point de produits, parce qu'il n'y a pas d e marché ; pas de vendeurs, parce qu'il n'y a point d'acheteurs. Ce qui manque, c'est la demande pour le produit des fermes d e ce pays. Si leur produit actuel n'a point d'acheteurs, il faut leur e n s e i g n e r à obtenir des produits qui se v e n d e n t ; c'est quand les travailleurs s o n t trop peu n o m b r e u x p o u r r é p o n d r e à la d e m a n d e , qu'on peut e n s e i g n e r avec avantage les m o y e n s d'économiser le travail ; si la terre ne peut plus produire assez a v e c le s y s t è m e existant de culture, on peut alors a p p r e n d r e à l'économiser en la travaillant d'après les p r i n c i p e s d e la science.


— 378 — V o u s a p p r e n d r e z avec plaisir q u e l'œuvre immédiate de notre m i s s i o n p r o s p è r e , malgré la d e r n i è r e p e r s é c u t i o n : en fait, cette p e r s é c u t i o n a prouvé q u e notre œ u v r e est b i e n l'œuvre d e D i e u . Le p l u s grand n o m b r e de n o s convertis sont d e m e u r é s f e r m e s ; c e u x qui o n t e u p e u r et qui se s o n t é l o i g n é s d a n s c e t e m p s , sont r e v e n u s . Le petit n o m b r e d e c e u x que les p a ï e n s o n t entraînés d e n o u v e a u à l'idolâtrie, n'ont pas p o u r cela p e r d u la conviction qu'ils s'étaient formée s u r le christianisme ; m a i s ils ont c é d é à u n e force d o n t n o u s i g n o r o n s la p u i s s a n c e , p o u r ne pas l'avoir é p r o u v é e : c'est la crainte et n o n la c o n ­ viction qui l e s a fait c é d e r . O n a entraîné u n vieillard de ma c o n g r é g a t i o n qui suivait m e s i n s t r u c t i o n s particulières avant q u e j e m e rendisse en A n g l e t e r r e : ceci s'est passé p e n d a n t m o n a b s e n c e . On lui a i m p o s é la g r a n d e prêtrise d e sa ville ; un refus lui aurait p r o b a b l e m e n t c o û t é la p e r l e de tous s e s b i e n s , la peur lui a fait a c c e p t e r cet h o n n e u r , et ils ont un prêtre qui ne voit q u e d e s i m p o s t u r e s d a n s toutes leurs prati­ q u e s idolâtres : il dit aujourd'hui q u e c'est tout m e n s o n g e et rien que mensonge. J'ai c o m p a s s i o n d e tous c e u x q u i , par crainte, ou peut-être aussi faute d'une p e r c e p t i o n claire d e la nature et des attributs d e Dieu et d e la religion c h r é t i e n n e , s o n t r e t o m b é s dans l'ido­ l â t r i e : s'ils étaient r e t o u r n é s par amour au p a g a n i s m e , ce serait b i e n autre c h o s e . Dieu a été avec n o u s , il n o u s a s o u t e n u s ; il a favorisé et n o u s - m ê m e s et sa parole aux y e u x de ce p e u p l e : n o s é c o l e s d'adultes et n o s services réguliers sont a s s i d û m e n t fréquantés.

Paris—Imprimerio de Paul Dupon rue de Grenulle-St-Honoré, 4 3 .


Traite des Noirs. Esclavage. Emancipation, etc. Revue Coloniale  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Traite des Noirs. Esclavage. Emancipation, etc. Revue Coloniale  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Profile for scduag
Advertisement