Page 1

Manioc.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


Manioc.org

Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org

Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-PItre


MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


LE PACTE DE FAMILLE ET

L'AMÉRIQUE LA

POLITIQUE

COLONIALE DE

1760

A

FRANCO

ESPAGNOLE

1792

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


Publié

sous

le patronage de la Société

de l'Histoire

des Colonies

françaises


L E

PACTE DE FAMILLE ET

L'AMÉRIQUE LA POLITIQUE COLONIALE FRANCO-ESPAGNOLE DE

1760 A

4792

PAR

Francis

P.

RENAUT

PARIS

EDITIONS

LEROUX,

28,

1922

BUE

BONAPARTE,

VIE


T o u s droits dp t r a d u c t i o n , r e p r o d u c t i o n et a d a p t a t i o n réservés pour tous pays

Copyright

1922

by Francis P. RENAUT

Printed

in

France.


ÉTUDES SUR

LE P A C T E DE ET

LA POLITIQUE

COLONIALE

FAMILLE FRANÇAISE

(1760-1793)

L ' A m é r i q u e e t la c o l o n i s a t i o n e u r o p é e n n e a u XVIII s i è c l e . e

Au xviiie siècle, les expériences coloniales se p r a t i q u a i e n t p r e s q u e e x c l u s i v e m e n t sur le sol a m é r i c a i n . Hors d u Nouveau Monde, on n e r e n c o n t r a i t g u è r e c o m m e tentatives de p e u p l e m e n t q u e celles p r a t i q u é e s par la France à l'Ile B o u r b o n et à l'Ile de F r a n c e , p a r les Hollandais au Cap et à Ccylan ; p a r t o u t ailleurs, en Afrique c o m m e en Asie, prévalait la tactique des c o m p t o i r s et factoreries. L'Amér i q u e , a u c o n t r a i r e , recevait u n Ilot de c o l o n s , de fonctionnaires et apparaissait c o m m e

l'apanage de q u a t r e

p u i s s a n c e s e u r o p é e n n e s q u i s'en a p p r o p r i a i e n t toutes les côtes et îles, toutes les terres c o n n u e s : l'Espagne et la


-2F r a n c e , et, loin derrière elles, l'Angleterre et le P o r t u g a l , sans c o m p t e r les n o m b r e u x états possédant de m i n u s cules o u de t e m p o r a i r e s é t a b l i s s e m e n t s ( D a n e m a r k , Provinces-Unies, Suède, B r a n d e b o u r g ) . Au P o r t u g a l revenait le vaste d o m a i n e brésilien e n c o r e i n d é l i m i t é . La G r a n d e - B r e t a g n e , maîtresse de q u e l q u e s Antilles, détenait

les côtes d u

continent

septentrional

e n t r e l'Acadic et la rivière S a v a n n a h . Le reste de ce m o n d e se partageait e n t r e les m o n a r c h i e s b o u r b o n s . L'empire de L'Espagne e m b r a s s a i t le Mexique avec ses d é p e n d a n c e s d u Texas et de Californie (occupées p a r un réseau de p o s t e s à larges m a i l l o n s ) , la région des I s t h m e s , les capitaineries de Caracas et de Buenos-Ayres s u r le v e r s a n t a t l a n t i q u e , celles de L i m a et de Santiago s u r le littoral pacifique : dé p l u s , d a n s la m e r des Caraïbes, u n e ceinture de possessions d e p u i s la p é n i n s u l e l l o r i d i c n n c j u s q u ' à la T r i n i d a d a u x contins a m a z o n i e n s ,

en p a s s a n t p a r

Cuba,

Bico, la p o r t i o n orientale de S a i n t - D o m i n g u e ,

Porto servait

d'avant-postes p r o t e c t e u r s aux riches p r o v i n c e s de T e r r e Ferme. Le d o m a i n e de la F r a n c e , m o i n s splendide p a r l'étend u e et p a r la richesse, était plus c o m p a c t , c o n c e n t r é qu'il était a u t o u r de d e u x artères fluviales : le S a i n t - L a u r e n t , le fleuve du C a n a d a , et leMississipi, le fleuve de la Louisiane, c o m m u n i q u a n t e n s e m b l e p a r les G r a n d s Lacs et la vallée de l'Ohio, e n s e r r a n t de l e u r étreinte les possessions b r i t a n n i q u e s égrenées le l o n g d u littoral a t l a n t i q u e . La colonisation était dense a u t o u r de la Nouvelle Orléans, Québec et de Montréal ; l ' i n t é r i e u r

de

restait m a l c o n n u ,

p r a t i q u e m e n t i n e x p l o r é . A ces colonies c o n t i n e n t a l e s , il fallait ajouter le chapelet des Antilles : S a i n t - D o m i n g u e , La G u a d e l o u p e , la M a r t i n i q u e , G r e n a d e , Sainte-Lucie, T a b a g o , Saint-Martin.

Saint-Vincent,


-3Ces faits suffisent à e x p l i q u e r le rôle c o n s i d é r a b l e q u e jouait l ' A m é r i q u e d a n s les c o m b i n a i s o n s coloniales de la d i p l o m a t i e . Si les I n d e s Orientales c o n s t i t u a i e n t u n facteur s u r t o u t c o m m e r c i a l , les I n d e s Occidentales et le N o u v e a u Monde étaient u n facteur de p u i s s a n c e p a r les é l é m e n t s territoriaux, maritimes, économiques, financiers,

même

sociaux m i s en j e u . L ' i m p o r t a n c e des q u e s t i o n s coloniales e

ne devait cesser de g r a n d i r a u x v n i siècle, de s ' i m p o s e r p a r suite a u x h o m m e s d'état ; p a r c o n s é q u e n t le c o n t i n e n t a m é r i c a i n avec tous ses p r o b l è m e s devait t e n i r u n e place t o u j o u r s p l u s c o n s i d é r a b l e d a n s la p o l i t i q u e des vieilles cours européennes. ** Le r é g i m e c o l o n i a l , tel q u ' i l est a l o r s p r a t i q u é p a r les g r a n d e s p u i s s a n c e s , a p p a r a î t tout à la fois u n et divers : u n p a r l'identité des p r i n c i p e s a d m i s , d i v e r s p a r la r é p e r c u s s i o n d u t e m p é r a m e n t n a t i o n a l s u r l ' a p p l i c a t i o n de ces m ê m e s p r i n c i p e s . L'influence des idées m e r c a n t i l i s t e s et b u l l i o n i s l e s reste p r é d o m i n a n t e s u r les g o u v e r n e m e n t s , et Paris, L o n d r e s , Madrid t i e n n e n t é g a l e m e n t p o u r i n t a n gible q u e

les

colonies o n t p o u r

fonction

s u b v e n i r a u x b e s o i n s de la m é t r o p o l e ,

unique

de

q u e ces b e s o i n s

soient positifs ( i m p o r t a t i o n ) o u négatifs ( e x p o r t a t i o n ) . La règle d u m o n o p o l e de p r o d u c t i o n , de c o m m e r c e et de n a v i g a t i o n en faveur de la m è r e - p a t r i e a p o u r c o n s é quence muraille

d'envelopper de

les

possessions e x o t i q u e s

Chine administrative

d'une

; cette c l a u s t r a t i o n

r i g o u r e u s e se p r a t i q u e n o n s e u l e m e n t à l'égard des a u t r e s p a y s d ' E u r o p e , niais aussi e n v e r s les r é g i o n s voisines soum i s e s à d ' a u t r e s d o m i n a t i o n s , et elle se t r o u v e renforcée p a r le r é g i m e de stricte tutelle exercée p a r le m é t r o p o l e , u n e tutelle q u i p r é v i e n t l ' e x p a n s i o n d ' i n d u s t r i e s o u

de


-4-

cultures susceptibles de c o n c u r r e n c e r celles de la m è r e patrie. Parfois m ê m e , l'idée de c o n t r ô l e est poussée si loin q u e l'action privée est a n n i h i l é e p a r de sévères règlem e n t s et q u e l'activité é c o n o m i q u e des colonies d e m e u r e a u x m a i n s de l'Etat. Ce d e r n i e r système finit p a r s e m b l e r excessif et d i s p a r a i t p e u à p e u a u xvm" siècle. P a r c o n t r e , l ' i s o l e m e n t colonial, au n o m de la saine balance d u c o m merce, demeure un dogme. Ce q u i est m o i n s d o g m a t i q u e et m o i n s u n i v e r s e l , c'est la façon de p r a t i q u e r la c o l o n i s a t i o n , d ' e n t e n d r e l ' a d m i nistration des colonies, le rôle p o l i t i q u e des colonies. A cet é g a r d , il y a opposition et contraste e n t r e les divers domaines

européens d'Amérique.

Dans ce c o n t r a s t e se

t r o u v e le g e r m e de la t r a n s f o r m a t i o n

q u e s u b i r a le Nou-

veau C o n t i n e n t au x i x ' s i è c l e ; p a r lui s'expliquent et se justifient

les vicissitudes des systèmes c o l o n i a u x

s u c c e s s i v e m e n t j u s q u ' a u xx" siècle, d i s p a r a î t r o n t

qui, pour

laisser les A m é r i q u e s à des A m é r i c a i n s . L ' U l t r a m a r n e c o n s t i t u e à vrai dire q u ' u n e

Nouvelle

E s p a g n e : c'est u n e r e p r o d u c t i o n fidèle de la m é t r o p o l e adaptée au c l i m a t et a u x c o n d i t i o n s de vie

économique

ou sociale. H o r m i s la présence d ' i n d i g è n e s et la p r a t i q u e de l'esclavage, on p o u r r a i t , à L i m a c o m m e à Mexico, se croire en Andalousie, tant la vie coloniale est r i g o u r e u s e m e n t calquée s u r celle de la m è r e - p a t r i e ; c'est le résultat de la t r a n s p l a n t a t i o n des diverses classes de la société, p h é n o m è n e q u i n e s'est q u e r a r e m e n t p r o d u i t d a n s les a u t r e s possessions e u r o p é e n n e s . En effet, les découvertes de Cortès, Pizarre et Alniagro o n t suscité a u xvi" siècle u n exode de p o p u l a t i o n q u ' a suivi au siècle s u i v a n t u n e é m i g r a t i o n p l u s m é t h o d i q u e ; p e u à peu u n e cristallisation de ces é l é m e n t s s'est opérée p o u r a b o u t i r à la forma-


— 5 — lion d ' u n m o n d e créole, m o d e l é s u r le m o n d e e s p a g n o l , G r a n d e n o b l e s s e de c o u r , petits h o b e r e a u x p r o v i n c i a u x et r i c h e s b o u r g e o i s v i e n n e n t p é r i o d i q u e m e n t de la p é n i n sule t e n i r des e m p l o i s

en A m é r i q u e ,

plus rarement

se

l i v r e r à l'exploitation de g r a n d s d o m a i n e s ; ils e n t r e n t f a t a l e m e n t en conflit avec l'aristocratie et la b o u r g e o i s i e créoles qui" é m i g r é e s en des t e m p s p l u s o u m o i n s l o i n t a i n s , s ' i m p l a n t è r e n t d a n s les vice-royautés et les c a p i t a i n e r i e s et se p a r t a g è r e n t t o u t le sol q u e n e se réservait pas l'Etat.

Le conflit

est g r a n d ,

car les p é n i n s u l a i r e s

r ê v e n t de s'assurer le m o n o p o l e des bénélices et des c h a r ges, ils s o n t les p a r t i s a n s zélés d u m e r c a n t i l i s m e le p l u s étroit et de l ' o b s c u r a n t i s m e le p l u s r i g o u r e u x , ils d é t i e n n e n t les a v e n u e s d u p o u v o i r s u p r ê m e , s ' a p p u y a n t s u r la c o u r , le Conseil des I n d e s . Les créoles v e u l e n t l e u r p a r t d a n s l ' a d m i n i s t r a t i o n q u i les r é g i t et, s u b i s s a n t d u r e m e n t les effets d u m o n o p o l e à o u t r a n c e , sollicitent l ' a t t é n u a t i o n du r é g i m e é c o n o m i q u e ; m a i s ces r e v e n d i c a t i o n s les refl d e n t s u s p e c t s , bien qu'elles a u g m e n t e n t s a n s cesse p a r le renforcement

des classes créoles

d u fait

d'un

afflux

constant. A côté de ces é l é m e n t s , il en

est d ' a u t r e s ,

bourgeois

a d o n n é s a u x arts l i b é r a u x , petits p r o p r i é t a i r e s , n é g o c i a n t s et a r t i s a n s q u i g r a v i t e n t a u t o u r des capitales et s'installent d a n s les p o r t s ; la basse classe e l l e - m ê m e est r e p r é s e n t é e l a r g e m e n t . Q u a n t aux i n d i g è n e s s o u m i s a u système des encômiehdas,

o u ils s o n t de véritables esclaves a t t r i b u é s à

des familles (yanaconas), autonomes

o u ils f o r m e n t des g r o u p e m e n t s

astreints à payer redevance

Pratiquement

ils n e

comptent

pas d a n s

au

fisc

royal.

la vie

publi-

q u e , n o n p l u s q u e les n è g r e s i m p o r t é s d'Afrique ; les u n s et les a u t r e s s o n t en d e h o r s de l ' h u m a n i t é e s p a g n o l e . Des

deux

pouvoirs

qui

s'exercent d a n s

l'Amérique


— 6 — e s p a g n o l e , il e n est u n q u i d é c l i n e : c'est le p o u v o i r relig i e u x . Le clergé d o m i n a i t le m o n d e

hispano-américain

p a r suite d u caractère semi-religieux d e la c o n q u ê t e , m a i s sa

s p l e n d e u r est passée et s'il tient u n e place

encore

c o n s i d é r a b l e d a n s la v i e privée ( e n s e i g n e m e n t ,

institu-

tions c h a r i t a b l e s ) , il n'a p l u s d e rôle r é e l l e m e n t p o l i t i q u e . Sans le monopole; d e l ' e n s e i g n e m e n t q u i lui a s s u r e la m a î t r i s e des c o n s c i e n c e s , il p e r d r a i t son p r e s t i g e , et le Saint-Office serait i n c a p a b l e d e s o u t e n i r l o n g t e m p s l'édifice é b r a n l é p a r le scepticisme

g r a n d i s s a n t . Les agisse-

m e n t s des j é s u i t e s a u P a r a g u a y c o n s t i t u e n t d e p l u s e n p l u s u n cas e x c e p t i o n n e l q u e le m o u v e m e n t de libéral i s m e b a l a y e r a sans p e i n e ; et ce fut la seule e x p é r i e n c e d'établissements espagnols privés. Le p o u v o i r r o y a l s'affirme

d e p l u s en p l u s ,

a p r è s la r é n o v a t i o n d u c à l ' a v è n e m e n t l ' œ u v r e se p o u r s u i v r a

sous

surtout

de P h i l i p p e V ;

s o n fils cadet C h a r l e s 1 1 1 .

L ' a d m i n i s t r a t i o n c o l o n i a l e p r é s e n t e en E s p a g n e celle p a r ticularité de f o r m e r u n tout : de Madrid a u x petits postes é p a r s d a n s toute l ' A m é r i q u e , il y a u n e h i é r a r c h i e , m a i s il y a aussi u n i t é . Les c a d r e s s o n t m u l t i p l e s et les a g e n t s de l'autorité s o n t i n n o m b r a b l e s . C e p e n d a n t l ' e m p i r e h i s p a n i q u e est si vaste q u e la p o p u l a t i o n m é t r o p o l i t a i n e a u x e x c é d e n t s limités n e p e u t suffire à la tâche

d'occuper, 1

d ' a p p r o p r i e r et d ' a d m i n i s t r e r les d e u x l i e r s d u c o n t i n e n t . Ce q u i fait la s p l e n d e u r de l ' U l l r a m a r

fait aussi sa fai-

blesse : s o n é t e n d u e est d i s p r o p o r t i o n n é e p a r r a p p o r t à l ' é m i g r a t i o n q u i doit le vivifier. Il est p o u r t a n t u n e i n s t i t u t i o n q u i p e r m e t à la fois à l ' e m p i r e c o l o n i a l de v i v r e et au r é g i m e d e se m a i n t e n i r , c'est celle d u Conseil des I n d e s . La m o n a r c h i e h i s p a n i q u e i. C e q u i e x p l i q u e l a p r é s e n c e , c o m m e a d m i n i s t r a t e u r s d e B a s q u e s , d e L o u i s i a n a i s f r a n ç a i s et d'Irlandais.

espagnols,


-7est la seule q u i ait c o m p r i s q u ' à des c o l o n i e s de p e u p l e m e n t devait f a t a l e m e n t c o r r e s p o n d r e u n o r g a n i s m e c e n t r a l , d e s t i n é à p o u r v o i r a u x b e s o i n s n a t u r e l s et m o r a u x des c o l o n i e s , à d é f e n d r e et à p r o t é g e r les colonies à l ' i n t é r i e u r et à l'extérieur. Alors q u ' e n A n g l e t e r r e , en F r a n c e , il n ' y a a u c u n lien e n t r e les possessions l o i n t a i n e s et le p o u v o i r c e n t r a l , à Madrid, u n m i n i s t è r e r é u n i t e n t r e ses m a i n s tous

les r o u a g e s

qui animent

l'Ultramar.

Ce

m i n i s t è r e c o n c r é t i s e a u x y e u x de la n a t i o n la partie exotiq u e de l'Etat et il c o n t r i b u e à r a p p e l e r à t o u t E s p a g n o l l'immensité du

t e r r i t o i r e n a t i o n a l . Ce facteur

impondé-

rable, mais certain, a déterminé l'intérêt qu'a

toujours

a t t a c h é a u x affaires coloniales le C a b i n e t de l'Escurial, i n t e r p r è l e d u p a y s à ce sujet. L ' t j l l r a m a r est p a r t i e i n t é g r a n t e d u r o y a u m e ; à ce litre, il p a r t i c i p e à la vie n a t i o n a l e ; les f o n c t i o n n a i r e s

intimement

royaux

estiment

n a t u r e l de p o u r s u i v r e leur c a r r i è r e en A m é r i q u e , la G r a n dessc c o m m e les h i d a l g o s de p r o v i n c e b r i g u a n t à les postes a u delà des m e r s et n e se s e n t a n t

l'en\i

nullement

exilés s u r les rives a m é r i c a i n e s . T o u t e agression e n n e m i e s u r u n p o i n t i n c o n n u des territoires d ' o u t r e - m e r ,

toute

violation des règles de m o n o p o l e csl susceptible de faire tressaillir le p e u p l e e s p a g n o l à L'égal d ' u n e

a t t a q u e sui-

tes côtes de Galice ou d ' A n d a l o u s i e . En F r a n c e , le r o y a u m e b o u r b o n voisin, la s i t u a t i o n est différente. Certes, le rôle é c o n o m i q u e des colonies y est compris d e m ê m e façon q u ' e n E s p a g n e , m a i s la c o n c e p tion

p o l i t i q u e des c o l o n i e s est

p a r t i c u l i è r e : lieux de

déportation, théâtres d'aventures, centres n e m e n t , telle est la définition

d'approvision-

acceptée. Aussi, n e p a r -

taient g u è r e o u t r e m e r c o m m e c o l o n s ou petits naires

que

le r e b u t de

la

métropole

et

fonctionles esprits


-8a v e n t u r e u x ; le n é g o c e avec les I n d e s , c'est-à-dire l'expat r i a t i o n toute t e m p o r a i r e , suffisait p o u r la p l u p a r t des F r a n ç a i s à a s s o u v i r l e u r g o û t de l ' e x o t i q u e . Les h a u t s e m p l o i s c o l o n i a u x r e v e n a i e n t , c o m m e de j u s t e , a u x g e n s de q u a l i t é , m a i s les c o m p é t i t i o n s n ' é t a i e n t g u è r e â p r e s p o u r bien des n o m i n a t i o n s q u i é q u i v a l a i e n t à des exils déguisés o u q u i , d u m o i n s , étaient c o n s i d é r é e s

comme

telles. D'ailleurs la m a u v a i s e o r g a n i s a t i o n de ces

lointaines

p r o v i n c e s , l e u r d é l a b r e m e n t et le d é d a i n s y s t é m a l i q u e d e s g o u v e r n a n t s à l e u r é g a r d c o n s t i t u a i e n t de valables excuses à la r é p u g n a n c e manifestée p o u r accepter des lâches difficiles et i n g r a t e s c o m m e l ' a d m i n i s t r a t i o n des c o l o n i e s . L ' é l é m e n t c o l o n , en g é n é r a l de v a l e u r m é d i o c r e , était p r é tentieux,

i n s a t i a b l e a u t a n t q u e t u r b u l e n t ; il n e c o n s t i -

t u a i t ni c o r p s , ni o p i n i o n c o m m e d a n s l ' A m é r i q u e espag n o l e , m a i s , au c o n t r a i r e , livré à d ' i n n o m b r a b l e s coteries r i v a l e s , il était u n e s o u r c e d ' e m b a r r a s fréquents p o u r les a d m i n i s t r a t e u r s . A cela, s'ajoutaient les rivalités m e s q u i n e s et j a l o u s e s des c o m m e r ç a n t s , a r m a t e u r s cl m a n u f a c t u r i e r s de la m é t r o p o l e q u i veillaient avec u n e h a i n e u s e v i g i l a n c e à n e pas laisser se d é v e l o p p e r d ' i n d u s t r i e o u de trafic p r o p r e s a u x c o l o n i e s . E n l i n les possessions

françaises

étaient guettées p a r de tenaces a d v e r s a i r e s , les A n g l a i s p r i n c i p a l e m e n t ; aussi conflits l o c a u x et i n c i d e n t s de frontière se m u l t i p l i a i e n t en ces r é g i o n s où a u c u n e d é l i m i t a t i o n p r é c i s e n ' e x i s t a i t d u fait d ' u n e g é o g r a p h i e m a l c o n n u e et où l ' o c c u p a t i o n avait u n c a r a c t è r e t r o p s o u v e n t fictif. Le m a l o r i g i n e l q u i m i n a i t le r é g i m e c o l o n i a l de la France était l ' a b s e n c e

de toute o r g a n i s a t i o n c o l o n i a l e ,

c o n s é q u e n c e de l'indifférence g é n é r a l e p o u r tout ce q u i sortait d u c a d r e m é t r o p o l i t a i n . Cet e m p i r e l o i n t a i n était d û , en s o m m e , à l'initiative

p r i v é e ; m a i s la

ceuliali


sation

administrative

9

pratiquée

sous

Louis

\ l l l et

Louis XIV avait fait passer d a n s bien des cas a u x m a i n s de l'Etat ce q u i avait été créé p a r des p a r t i c u l i e r s *. De là l'absence a b s o l u e d e p l a n d ' e n s e m b l e r é g i s s a n t l ' a d m i n i s t r a t i o n d e ces l o i n t a i n e s p o s s e s s i o n s . U n e copie aussi exacte q u e possible des r o u a g e s

fonctionnant

dans

la

m é t r o p o l e , tel avait été l ' u n i q u e effort d ' o r g a n i s a t i o n d u g o u v e r n e m e n t r o y a l . S'il n ' y avait p a s eu

adaptation

des m é t h o d e s p r a t i q u é e s p a r la m o n a r c h i e , il n ' y a p o i n t lieu d e s'en é t o n n e r ,

c a r o n avait

eu r e c o u r s à u n e

s i m p l e t r a n s p l a n t a t i o n de s y s t è m e s a n s souci des b e s o i n s l o c a u x , s a n s souci n o n p l u s d e la d i s l a n c e s é p a r a n t de Versailles les capitales c o l o n i a l e s . Alors q u e les E s p a g n o l s a v a i e n t senti la nécessité d ' u n e d é c e n t r a l i s a t i o n l i m i t é e , les F r a n ç a i s r e s t a i e n t s o u m i s à l ' a u t o c r a t i s m e m é t r o p o l i t a i n . G o u v e r n e u r s et i n t e n d a n t s avaient

théoriquement

les m ê m e s p o u v o i r s q u e l e u r s

collègues d ' E u r o p e , m a i s ils é t a i e n t h o r s d'étal d e j o u e r a u x p r o c o n s u l s , m a n q u a n t d e t o u s l e s m o y e n s nécessaires p o u r ce rôle. P r a t i q u e m e n t ,

ils étaient d a n s la d é p e n -

d a n c e des secrétaires d u r o i , m a i s , r e l e v a n t

simultané-

m e n t d e p l u s i e u r s d é p a r t e m e n t s (de la M a r i n e

princi-

p a l e m e n t ) , ils c o u r a i e n t le r i s q u e d e voir leurs d e m a n d e s demeurer oubliées, p a r c e q u e les secrétaires d'état se

I. E n r a i s o n , t o u t e f o i s , d u p e u d ' a t t r a i t e x e r c é p a r l e s r é g i o n s c o l o n i a l e s , l e centralisme i n a u g u r é s o u s L o u i s X I I I c l L o u i s XIV n ' a v a l l fait «pic p e u d e r a v a g e s o u t r e m e r . E n p l e i n x v n r siècle, on pouvait trouver trois types d e colonies françaises : les colonies d ' é l a t c o m m e le C a n a d a , la L o u i s i a n e , B o u r b o n ; les c o l o n i e s privées (comptoirs d'Afrique OU é t a b l i s s e m e n t s d ' I n d o u s l a n ) ; enfin les colonies m i x t e s o ù le p o u v o i r royal n'avait p a s m i s fin à c e r t a i n e s i n s t i t u t i o n s s o c i a l e s d o n t l e r ô l e t e n d a i t à s ' e f f a c e r ( c o m m e a u x Antilles). Les colonies d'Etat et les colonie mixtes correspondaient en partie a u x provinces d'Etat et a u x provinces d e g o u v e r n e m e n t q u i e x i s t a i e n t d u n s la m é t r o p o l e .


1 0

désintéressaient en général des colonies et qu'ils u s a i e n t largement

d u prétexte d u conflit

d'attributions

pour

rester d a n s l'inaction la plus complète à l'égard des sollicitations de leurs agents coloniaux. Ceux-ci, p a r suite, se t r o u v a i e n t livrés à e u x - m ê m e s , livrés à leurs inspirations

bonnes

ou

mauvaises,

avec

la

perspective

d'être

p e u ou p o i n t récompensés en cas de succès e '

d'être

sévèrement

traités en cas d'échec, à m o i n s

que

de bienfaisantes influences de cour ne se fissent sentir. Le p r i n c i p e q u e les colonies étaient les servantes de la mère-patrie était poussé j u s q u ' a u x applications les plus illogiques. Leur d é v e l o p p e m e n t é c o n o m i q u e était s c r u p u leusement épié de la m é t r o p o l e , mais, p a r c o n t r e , o n n'avait c u r e de leur expansion ni de l e u r protection ; les forces

militaires et navales chargées

d'assurer

sécurité d u d o m a i n e d ' o u t r e m e r étaient en

la

proportion

intime avec la tâche à a c c o m p l i r ; les secours

financiers

accordés aux colonies étaient réduits à l'extrême, ce q u i e x p l i q u a i t la médiocre expansion de cet e m p i r e . L'indifférence des m i n i s t r e s du ltoi Très l'égard des questions coloniales avait p o u r de laisser les possessions lointaines

fleurir

Chrétien

à

conséquence ou dépérir,

selon l'homme qui les g o u v e r n a i t . Frontenac au Canada,Mahé de la Bourdonnais à l'Ile de F r a n c e , l ' h o n n e u r de la gloire nul

ne

les

soutenaient

française et du pavillon,

encourageait,

dans

la

métropole.

mais Bien

d'ailleurs n'incitait les g o u v e r n a n t s à se p r é o c c u p e r de la défense des intérêts n a t i o n a u x en pays exotiques ; tout au plus commerçants cl armateurs s'intéressaient ils d a n s une

mesure

toute spéciale ii ces problèmes extérieurs,

mais leur influence limitée aux ports ne s'exerçait p o i n t à la Cour et d a n s les a n t i c h a m b r e s ministérielles. Rarem e n t , dans les débals de cabinet, intervenait un

sujet


11

d ' o r d r e c o l o n i a l , et l'était-il q u e , traité s o m m a i r e m e n t , il était bientôt écarté c o m m e i m p o r t u n . Nul s t i m u l a n t d a n s la n a t i o n , q u i r é p u g n a i t à l'expatriation sous des cieux Certes d a n s

i n c o n n u s et raillait l ' é t r a n g e r .

toute l ' E u r o p e , d a n s le m o n d e entier, on

r e n c o n t r a i t a u x v n r siècle des F r a n ç a i s , m a i s il s'agissait p l u t ô t d ' a v e n t u r i e r s et de déclassés q u e d ' h o n n ê t e s l o n s . Il n ' y

co-

avait d o n c p o i n t possibilité d'établir d a n s

les colonies des c e n t r e s de p e u p l e m e n t , q u i tussent a u t a n t de c e n t r e s de r a y o n n e m e n t et de p r o p a g a n d e française. L'absence de tout é l é m e n t stable en n o m b r e

permettait

à des états c o n c u r r e n t s de la F r a n c e de se j e t e r s u r ses colonies et d'y b a l a y e r en p e u de t e m p s tous les vestiges de l ' a n c i e n n e

domination.

Ainsi s'explique

que

Terre-Neuve, q u e l'Acadie a n n e x é e s p a r l ' A n g l e t e r r e a u x traités

d'Utrechl

1 7 1 3 , eussent

en

années une physionomie

pris

en

quelques

entièrement britannique.

L o u i s i a n e c o n t e n a i t en 1 7 6 0 d e u x m i l l e b l a n c s s u r des milliers

de k i l o m è t r e s ; a u x

La

répartis

Antilles la p r o -

p o r t i o n était a n a l o g u e , et seul le C a n a d a , p a r sa p o p u lation prolifique, offrait u n e situation m o i n s d é s a s t r e u s e .

Si le r é g i m e français c o n t r a s t a i t avec le r é g i m e espagnol au p o i n t de v u e d u rôle j o u é p a r les colonies d a n s la vie n a t i o n a l e et d u p r o g r a m m e g é n é r a l

de c o l o n i -

s a t i o n , il s'opposait avec n o n m o i n s de v i g u e u r avec le

système anglais.

En G r a n d e - B r e t a g n e ,

l'œuvre

co-

loniale avait été et restait e n c o r e u n e e n t r e p r i s e p r i v é e ; l'action

gouvernementale

demeurait attestée difficulté.

discrète

par

et

chartes

Là c o m m e

s'accusant

l'idée et

de

privilèges

dans

progressivement

l'autonomie était

la m o n a r c h i e

de

admise

fait sans

hispanique,

la Nouvelle Angleterre et l ' A m é r i q u e anglaise

faisaient


12

-

partie i n t é g r a n t e

-

des Iles B r i t a n n i q u e s , bien

qu'aucun

o r g a n i s m e c e n t r a l n e v î n t u n i r les parcelles éparscs de cet e m p i r e e x o t i q u e ; le roi et le conseil é c o n o m i q u e des Lords d u C o m m e r c e et des P l a n t a t i o n s c o n s t i t u a i e n t le l i e n essentiel e n t r e m è r e - p a t r i e et c o l o n i e s .

Néanmoins

d i r i g e a n t s et sujets s u i v a i e n t avec u n e a t t e n t i o n s o u t e n u e les é v é n e m e n t s d ' o u t r e m e r ; les é c h a n g e s

réciproques

e n t r e m é t r o p o l e et colonies étaient actifs, bien p r e i n t s de m e r c a n t i l i s m e ,

et

les

relations

qu'em-

fréquentes

a u t a n t q u e suivies. Un Ilot d ' é m i g r a t i o n existait,

ren-

forcé p a r u n e p o l i t i q u e i n t e n s e de c o l o n i s a t i o n p r a t i q u é e s u r le c o n t i n e n t

(embauchage

en

H o l l a n d e , en Alle-

m a g n e ) . Aussi la p o p u l a t i o n des colonies b r i t a n n i q u e s était-elle d e n s e ; p a r suite, elle p r e n a i t c o n s c i e n c e

de

sa force

un

et c o n s t i t u a i t

pour

les pays l i m i t r o p h e s

voisin i n c o m m o d e . U n e m e n t a l i t é particulière mentalité

le

g o û t de l ' i n d é p e n d a n c e

tendances

impérialistes et a u x p r i n c i p e s

naissait,

s'alliait

aux

mi a r i s t o c r a -

t i q u e s , m i - d é m o c r a t i q u e s . Les possessions b r i t a n n i q u e s d i s p o s a i e n t d o n c d ' u n e forte a r m a t u r e n a t u r e l l e q u i c o m p e n s a i t l e u r faible é t e n d u e , l e u r p e r m e t t a i t de résister a u x a t t a q u e s de l'extérieur et de s ' a g r a n d i r sans cesse. Le

sûr

les

classes

appui de

que la

fournissaient société

sans

compter

métropolitaine

core à cet a v a n t a g e et c o n s t i t u a i t

un

toides

ajoutait

en-

facteur g a r a n t de

succès p o u r la lutte en v u e de l ' h é g é m o n i e c o l o n i a l e .

Le sort des e m p i r e s c o l o n i a u x d ' A m é r i q u e n'était c e l l e s pas sans d é p e n d r e et des c o n d i t i o n s d'existence et des r é g i m e s a u x q u e l s ils étaient s o u m i s , m a i s p l u s essentielle e n c o r e était l'action de la m é t r o p o l e

sur

les

colonies,


— 13 — action d é p e n d a n t de l ' o p i n i o n p u b l i q u e et de l ' o p i n i o n gouvernementale

à l'égard

des colonies.

Les

facteurs

p u r e m e n t p o l i t i q u e s , voire m ê m e é c o n o m i q u e s et ciers

ne

et la

valeur

remédier

pouvaient des

avoir

qu'un

rôle

hommes

d'état

était

à l'œuvre

finan-

d'arrière-plan, impuissante

à

néfaste a c c u m u l é e p a r les a n n é e s .

D a n s ce d o m a i n e devait se révéler la loi q u e les peuples o n t le destin qu'ils se tissent e u x - m ê m e s . Si l ' e m p i r e français d u N o u v e a u Monde, h a r m o n i e u s e m e n t g r o u p é , facile à défendre et p r o s p è r e , n e s u r v é c u t p o i n t au m i l i e u d u xvm° siècle, c'est q u ' i l fut d é t r u i t p a r l'indifférence de la n a t i o n e n t i è r e , t a n d i s q u e

l'Espagne

s u t s a u v e g a r d e r l'intégrité de possessions dix fois p l u s vastes, m i l l e fois p l u s exposées a u x convoitises e n n e m i e s cl m a l protégées p a r u n e p u i s s a n c e e n d é c a d e n c e , grâce à la v o l o n t é t e n d u e j u s q u ' à l ' o b s t i n a t i o n de son s o u v e r a i n et de son p e u p l e

Si l ' A n g l e t e r r e sut p e n d a n t p l u s d ' u n

siècle c o u d r e pièce à pièce les l a m b e a u x

d'un

domaine

e x o t i q u e , c'est qu'elle avait u n e p o l i t i q u e c o l o n i a l e a u service de laquelle c e p e n d a n t il

y

se m e t t a i t la n a t i o n tout

eut,

d a n s l'histoire

entière ;

britannique,

des

pages s o m b r e s c o m m e le fut la p é r i o d e de 1 7 7 5 à 1 7 9 0 , d u r a n t laquelle la s u p r é m a t i e anglaise s u r les m e r s et d a n s les colonies s u b i t u n e r e d o u t a b l e éclipse. P o u r t a n t il y eut en F r a n c e u n e b r i l l a n t e t e n t a t i v e e n v u e de r é a g i r c o n t r e les d é s a s t r e u x effets de l ' i n c o m p r é h e n s i o n coloniale,

tentative d ' o r d r e d i p l o m a t i q u e d e s -

tinée à r é t a b l i r u n e situation d e v e n u e c r i t i q u e . Ce fut la P o l i t i q u e d u Pacte de F a m i l l e i n s t a u r é e et p r a t i q u é e p a r I. M ê m e a u x t e m p s d e l ' a b a i s s e m e n t d e l a p u i s s a n c e e s p a g n o l e , o n voit C h a r l e s IV, m o n a r q u e p e u i n t e l l i g e n t , se refuser o b s t i n é m e n t , m a l g r é les d a n g e r s p r e s s a n t s d u m o m e n t , à a l i é n e r e n faveur de Napoléon u n e parcelle de son d o m a i n e colonial.


- 14 C h o i s e u l . Il est p i q u a n t de c o n s t a t e r q u e cet effort tenté pour

orienter

plus c o n f o r m e

la

politique

française

dans

à ses véritables intérêts fut

un

sens

dn à u n

étranger e n t r é au service de Louis XV et q u e cet effort demeura tive

absolument

heureuse,

mais

personnel stérile,

à son

auteur.

qid n e p r é v i n t

Initia-

point

la

faillite d u système c o l o n i a l français d ' A n c i e n R é g i m e !


15

La s i g n a t u r e d u P a c t e d e F a m i l l e e t le T r a i t é de Paris (1760-1763).

I. — Lu Lutte Coloniale

Franco-Anglaise.

T a n d i s q u e , s u r les c h a m p s de bataille

d'Allemagne,

u n e coalition f o r m i d a b l e essayait d ' a b a t t r e la P r u s s e , u n e â p r e lutte m a r i t i m e m e t t a i t a u x prises, d e p u i s 1 7 6 6 , d e u x des g r a n d e s p u i s s a n c e s navales et coloniales de l ' E u r o p e . La F r a n c e et l ' A n g l e t e r r e , tout en p r e n a n t p a r t d a n s des c a m p s opposés à la rivalité a u s t r o - p r u s s i e n n e ,

s'affron-

taient en u n duel, r e d o u t a b l e s u r les m e r s . . En fait, il s'agissait m o i n s d ' u n conllit à b u t local q u e du r è g l e m e n t déiinilif de la m a î t r i s e des m e r s

et de

la

s u p r é m a t i e s u r les terres l o i n t a i n e s , p r o d u c t r i c e s de d e n rées e x o t i q u e s . C'était u n e des p h a s e s de

l'antagonisme

q u i , d e p u i s le d é b u t d u xviu" siècle, s'était p o u r s u i v i e n t r e le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s et les états c o n t i n e n t a u x p o s sesseurs d ' u n e

marine

considérable

(Fspagne, France,

P r o v i n c e s - U n i e s ) . Déjà, étape p a r étape, cet a n t a g o n i s m e avait

a b o u t i à la c o n s t i t u t i o n d ' u n

d ' o u t r e - m e r : assoupi tère de VValpolc,

un

empire

moment

durant

il avait r e p r i s d e p u i s

britannique le

minis-

17/10 avec

un

redoublement d'intensité. U n e différence p r o f o n d e

se m a r q u a i t d a n s la c o n d u i t e

de la g u e r r e d a n s les d e u x p a y s b e l l i g é r a n t s . En F r a n c e , l'intérêt se c o n c e n t r a i t

s u r les affaires

c o n t i n e n t a l e s . Le

roi, la c o u r , g e n s de r o b e cl de lettres, bref les salons q u i f o r m a i e n t l ' o p i n i o n , n ' a v a i e n t qu'indifférence et d é d a i n p o u r des r é g i o n s éloignées, i g n o r é e s .

Le s o u v e n i r

des


- 16 c o m b i n a i s o n s de Law a u Mississipi, la gestion laborieuse de la C o m p a g n i e des Tndes Orientales c o n t r i b u a i e n t p u i s s a m m e n t à e n t r e t e n i r le d i s c r é d i t a u t o u r

des o p é r a t i o n s

l o i n t a i n e s . Seuls q u e l q u e s h o m m e s d'État, q u e l q u e f o n c t i o n n a i r e s , a r m a t e u r s ou p l a n t e u r s s o n g e a i e n t à l'existence des possessions et c o m p t o i r s d ' o u t r e - m e r . effacés d ' u n s y s t è m e d é d a i g n é ,

Représentants

ils étaient sans

grande

influence s u r la p o l i t i q u e e x t é r i e u r e , leur voix é t a n t facilem e n t étouffée sous le b r u i t et l'agitation des c o u r t i s a n s , des financiers, des é c r i v a i n s q u i e n c o u r a g e a i e n t p a r ou

i g n o r a n c e les t e n d a n c e s

officielles

intérêt

d'immixtion

à

o u t r a n c e d a n s les affaires c o n t i n e n t a l e s . Le g o u v e r n e m e n t , c'est-à-dire le roi et ses conseillers, n ' a v a i t en effet d ' y e u x ou d'oreilles q u e p o u r les affaires c o n t i n e n t a l e s , l'équilibre e u r o p é e n . C o n t r a i n t de m e n e r la g u e r r e s u r d e u x fronts, l ' u n de m e r , l'autre de terre, il se d o n n a i t tout e n t i e r à la c o n d u i t e des hostilités s u r le d e r n i e r , n ' a c c o r d a n t a u p r e m i e r q u ' u n e a t t e n t i o n distraite au c o u r s des loisirs laissés p a r les c o m b i n a i s o n s d i p l o m a t i c o - m i l i l a i r c s e n P o l o g n e , en A u t r i c h e , en Bavière ou en Italie. D a n s la m o n a r c h i e

b r i t a n n i q u e , il n ' e n était p a s

de

m ê m e . Sans d o u t e Georges II c o m m e Louis XV d o n n a i t , d a n s ses p r é o c c u p a t i o n s , le pas a u x p r o b l è m e s de

l'Eu-

rope Centrale s u r ceux d ' A m é r i q u e o u d'Asie : n'était-il pas, p a r t r a d i t i o n et p a r é d u c a t i o n , p l u s électeur de H a n o v r e q u e roi d ' A n g l e t e r r e P Mais ses m i n i s t r e s et ses sujets a n g l a i s savaient rétablir la b a l a n c e e n f a v e u r des intérêts n a t i o n a u x ; ils d o n n a i e n t a u x q u e s t i o n s coloniales toute leur importance. La n a t i o n , à

cet é g a r d , suivait ses chefs

presse et le P a r l e m e n t , p a r t i c i p a i t

cl, par la

q u e l q u e p e u à l'exer-

cice d u p o u v o i r . Les n é g o c i a n t s de la Cily, les b a n q u i e r s ,


17

les a r m a t e u r s , les i n d u s t r i e l s des c o m t é s d u c e n t r e étaient tous intéressés à la c o n q u ê t e de r é g i o n s de

production

o u de m a r c h é s d ' e x p o r t a t i o n . Ils étaient d o n c tout acquis à u n e p o l i t i q u e d ' e x p a n s i o n coloniale et l e u r s r e p r é s e n tants a u x C o m m u n e s

savaient parler

h a u t . La

gentry

a p p u y a i t ces t e n d a n c e s , s a c h a n t q u e la g u e r r e lui d o n n a i t s u r le m a r c h é i n t é r i e u r u n m o n o p o l e p o u r les d e n r é e s agricoles et p e n s a n t p a r surcroît q u e la m u l t i p l i c a t i o n des possessions l o i n t a i n e s a u g m e n t a i t l e s c h a n c e s de b r i l l a n t e s 1

c a r r i è r e s a d m i n i s t r a t i v e s et m i l i t a i r e s . P l u s e n c o r e q u e la g r a n d e majorité des Anglais de la m é t r o p o l e , les Anglais des colonies se m o n t r a i e n t a r d e n t s . C'était eux q u i a v a i e n t r e n d u inévitable le conflit en 1 7 5 5 . Bien m i e u x , d a n s l'intervalle e n t r e la paix d'Aix-la-Chapelle (1748) et l'attentat de Boscawen en 1 7 5 6 , i n c i d e n t s de frontières et a g r e s s i o n s

locales n ' a v a i e n t p o i n t

là où se t o u c h a i e n t les d e u x

empires

coloniaux

cessé rivaux

(contins c a n a d i e n s et louisianais — c o m p t o i r s des I n d e s ) . Ainsi, tandis q u e les Anglais s ' a t t a c h a i e n t à affermir l e u r p u i s s a n c e et leur p r o s p é r i t é , les F r a n ç a i s se l i v r a i e n t à des exploits stériles, sacrifiant leurs forces et leurs colonies à l'espoir d'exercer

u n e d o m i n a t i o n fragile s u r le

c o n t i n e n t e u r o p é e n . Cette e r r e u r d ' a p p r é c i a t i o n ,

jointe

a u g o û t de Louis XV p o u r le dédale des c o m p l i c a t i o n s d i p l o m a t i q u e s , r e n d i t désastreuses les c a m p a g n e s navales et coloniales. Dès 1 7 5 9 , il n ' y avait plus çà et là q u e q u e l q u e s forteresses o u îles s o u m i s e s à u n siège : P o n d i c h é r y , Montréal, Sainte Lucie, etc. Voilà tout ce q u i r e s t a i t d u C a n a d a , des I. D a n s la p r e s s e a n g l a i s e , o n d i s c u t a i t l o n g u e m e n t e n f a v e u r d e l ' a n n e x i o n à la p a i x d e t e l l e o u t e l l e c o l o n i e f r a n ç a i s e o c c u p é e , e t t o u t e u n e floraison de p a m p h l e t s s u r ces q u e s t i o n s attestait l'intérêt q u ' y a t t a c h a i t le p u b l i c b r i t a n n i q u e . 2


— 18 — I n d e s et des Antilles

. Seule la L o u i s i a n e é c h a p p a i t à ce

sort, b i e n q u e voisine et d u C a n a d a et des treize

colonies

a n g l a i s e s de l ' A m é r i q u e .

se sou-

Celles-ci, à d i r e v r a i ,

ciaient peu des territoires situés a u - d e l à

des

Appalaches

et t o u r n a i e n t toutes leurs r e g a r d s vers le C a n a d a . La vallée m i s s i s s i p i e n n e n'en était pas m o i n s h o r s d'état de se défend r e avec i.5oo h o m m e s de t r o u p e et elle

était p r a t i q u e -

m e n t b l o q u é e . S u r t e r r e , les succès de la c o a l i t i o n n ' é t a i e n t guère plus

brillants

et la

Prusse résistait

à

tous

les

assauts. Le m i n i s t r e des Affaires

Étrangères

de Louis XV q u i

avait présidé et assisté à la reprise des h o s t i l i t é s , l'abbé de Bernis, d é v o u é à la p o l i t i q u e c o n t i n e n t a l e et a u t r i c h i e n n e , c o n s l a t a i t l a faillite de s e s p l a n s . Il se r e t i r a i t en d é c e m b r e [-f)8. C'est alors q u e lui succéda a u x affaires le c o m t e de G h o i s e u l S t a i n v i l l e , L o r r a i n e n t r é au service de la F r a n c e , caractère

énergique

autant qu'ambitieux

i n t e l l i g e n c e déliée et u n

esprit

servi p a r u n e

large. Pour lui,

point

de fétichisme de « s y s t è m e p o l i t i q u e » ; c'était e r r e u r d e s'obstiner

en

une

politique

continentale à l'heure

l ' A n g l e t e r r e tentait d'asseoir sa s u p r é m a t i e n a v a l e ; c'était i m p o s s i b i l i t é de m e n e r de front d e u x g u e r r e s aussi r e n t e s et aussi difficiles.

diffé-

Son esprit réaliste v o y a i t avec

raison d a n s l'Angleterre et n o n d a n s la P r u s s e le v é r i t a b l e a d v e r s a i r e de la F r a n c e . La P r u s s e n e m e n a ç a i t ni l'exist e n c e , n i l'essor

de celle-ci

; la G r a n d e - B r e t a g n e ,

c o n t r e , visait à i n t e r d i r e t o u t d é v e l o p p e m e n t

à la F r a n c e , à é t a b l i r sa s u z e r a i n e t é é c o n o m i q u e s u r continent.

D'autre

part,

par

commercial

toute u n e coalition

le

tenait en

b a l e i n e le C a b i n e t de Berlin t a n d i s que; la F r a n c e était seule I. Pondtchéry capitula e n 1760, restant çaise d'Hindous t a n , Montréal l u i é g a l e m e n t A m h e r s t en 1760.

la d e r n i è r e p l a c e f r a n capturé p a r l e général


- 19 — à afl'ronler les forces b r i t a n n i q u e s . A q u o i b o n dès lors se faire l'auxiliaire de l ' A u t r i c h e c o n t r e F r é d é r i c II ? S c i n d e r o p é r a t i o n s m a r i t i m e s et o p é r a t i o n s terrestres était v a i n , c a r les c o u r s de L o n d r e s et de Berlin f o r m a i e n t u n

bloc,

m a i s il y avait lieu de d é p l a c e r l'axe de la g u e r r e , de le p o r t e r d ' A l l e m a g n e sur les côtes a t l a n t i q u e s , de consac r e r tous ses efforts à la lutte vitale, m a i s d é d a i g n é e j u s q u ' a l o r s , à la lutte c o n t r e la m a r i n e

britannique.

Une

contre-offensive coloniale était difficile d u fait des succès a n g l a i s . A tout le m o i n s fallait-il, p a r u n e résistance intelligente, essayer de c o n j u r e r les désastres à v e n i r cl de l i m i t e r les pertes subies. C'est ce q u e tenta le n o u v e a u m i n i s t r e q u i , tout en p o u r s u i v a n t les hostilités, tâta le terrain c o n d u i s a n t vers la paix. Bernis, p u s i l l a n i m e , c h e r c h a i t u n e paix i m m é d i a t e , m a i s u n e paix d ' h u m i l i a t i o n ; C h o i s e u l tenta d ' o b t e n i r la paix p a r l ' i n t i m i d a t i o n et la r a i s o n . De là les essais de négociations

avec

l'Angleterre p a r

l ' i n t e r m é d i a i r e des

Provinces-Unies : les c o n v e r s a t i o n s e n t r e le c o m t e

d'Affry

et le général Yorke à La Haye se p o u r s u i v i r e n t d u r a n t tout l'été de 1 7 5 9 , m a i s é c h o u è r e n t grâce à l ' i n t r a n s i g e a n c e de Pitt et de ses collègues. Choiseul se voyait d o n c d a n s l ' a l t e r n a t i v e : soit de p o u r suivre la g u e r r e avec u n e m a r i n e d u r e m e n t é p r o u v é e , des colonies à d e m i c o n q u i s e s , des finances délabrées, sans c o m p t e r les e m b a r r a s c o n t i n e n t a u x , soit de souscrire à u n i ' c a p i t u l a t i o n i m p l i q u a n t le r e n o n c e m e n t à toute a m b i tion c o l o n i a l e et r i v a n t é c o n o m i q u e m e n t

la F r a n c e a u

c h a r t r i o m p h a l de l'Angleterre. Bien p l u s , la paix m a r i l i m e étant

s u b o r d o n n é e à la pacification

continentale,

l ' a v è n e m e n t d u tzar Pierre III é b r a n l a i t la coalition et perm e l l a i l à la Prusse c o m m e au H a n o v r e de se m o n t r e r p l u s exigeants.


20

Dès lors, m i e u x valait p r o l o n g e r les hostilités et r i s q u e r le sort des batailles q u i , fût-il c o n t r a i r e , . n e p o u v a i t a g g r a ver la s i t u a t i o n . Choiseul se r é s i g n a à cette é v e n t u a l i t é , e s c o m p t a n t u n e alliance navale q u i offrirait l'occasion de lasser, s i n o n d e v a i n c r e , l ' A n g l e t e r r e . Cette a l l i a n c e n e v i n t p o i n t des P r o v i n c e s - U n i e s où G u i l l a u m e V était sous la tutelle de

le futur

slathouder

s o n o n e l e Louis d e

B r u n s w i c k , où les p a r t i s n ' a s p i r a i e n t q u ' à u n e p r u d e n t e n e u t r a l i t é ; elle v i n t de l'autre g r a n d e p u i s s a n c e m a r i t i m e de l ' A t l a n t i q u e , de l'Kspagnc où u n n o u v e a u r o i , à p e i n e m o n t é s u r le t r ô n e , a n n o n ç a i t son i n t e n t i o n de d é p l a c e r l'axe p o l i t i q u e d u p a y s .

2. — La Politique

Espagnole et lu Conclusion

du

Pacte.

Quand, le 10 a o û t 1 7 6 9 , le roi Ferdinand VI d'Espagne m o u r u t , la m o n a r c h i e i b é r i q u e était n e t t e m e n t à la r e m o r q u e de l ' A n g l e t e r r e .

Situation p a r a d o x a l e si l'on

songe

q u ' e n 17V» le P a r l e m e n t b r i t a n n i q u e retentissait de violents cris de g u e r r e c o n t r e

l ' F s p a g n e et q u e

l'opinion

p u b l i q u e , la majorité des C o m m u n e s a v a i e n t c o n t r a i n t le pacifique YYalpole à briser toute négociation a m i c a l e p o u r e n t a m e r c o n t r e I L l l r a m a r u n e g u e r r e dictée p a r les intérêts les p l u s m e r c a n t i l e s . L'inefficacité de la lutte e n g a g é e de 1740 a 17/18 et s u r tout l ' a v è n e m e n t de F e r d i n a n d VI en 17/i(i déterminèrent u n r e v i r e m e n t de la politique; a n g l a i s e e n v e r s l'Espagne, Au lieu de t e n d r e au

d é m e m b r e m e n t de l'Ultramar, on

e n t r e p r i t de p o r l u g a l i s c r l'état h i s p a n i q u e , c'est à-dire delui i m p o s e r u n a s s e r v i s s e m e n t

p o l i t i q u e et é c o n o m i q u e

s e m b l a b l e à celui du P o r t u g a l . E n t r e p r i s e q u e facilitaient


21

m a i n t s facteurs : l ' i n d o l e n c e et la paresse d'esprit d u

roi

q u i n e r a p p e l a i e n t g u è r e les talents de P h i l i p p e V, l'influence de la r e i n e , P o r t u g a i s e tout acquise a u x vues d u C a b i n e t de S a i n t - J a m e s , enfin

l'existence à Madrid d ' u n

parti hostile a u r a p p r o c h e m e n t i n t i m e avec la F r a n c e , tel q u ' i l avait été p r a t i q u é sous P h i l i p p e V. Ce parti anti-français était en g r a n d e partie d û à la p o l i t i q u e italienne de la r e i n e - m è r e Elisabeth

Farnèse,

à celte p o l i t i q u e q u i avait r e n d u nécessaire l ' a p p u i

de

la C o u r de Versailles et avait d o n n é u n e place p r é é m i nente

à l ' a m b a s s a d e u r de Louis XV. P a r r é a c t i o n , il se

m i t a u x o r d r e s de la G r a n d e - B r e t a g n e et, secondé p a r la r e i n e — et i n c o n s c i e m m e n t p a r le roi, — il réussit à o r i e n t e r l'axe d i p l o m a t i q u e de l ' E s p a g n e vers L o n d r e s . De l'jbo à 1 7 5 5 eut lieu le d é t a c h e m e n t progressif e n v e r s la F r a n c e et l'évolution vers l ' A n g l e t e r r e q u ' a t t e s t a i e n t le traité de c o m m e r c e a n g l o - e s p a g n o l de 1 7 5 0 , l'arrivée a u p o u v o i r de m i n i s t r e s a n g l o p h i l e s : d u c de Iluescar, c o m t e d e Valparaiso, m a r q u i s

d e Carvajar,

l'Irlandais

Wall,

t a n d i s q u e l'ancien p a r t i français fondé sous P h i l i p p e V s'effondrait : La E n s e n a d a écarté des affaires, Eslava m o r t , l ' a m b a s s a d e u r français d u c de D u r a s r a p p e l é à la d e m a n d e d e F e r d i n a n d VI. L o r s q u e la g u e r r e m a r i t i m e éclata à n o u veau en 1 7 6 0 , le g o u v e r n e m e n t de l'Escurial

observa la

plus entière n e u t r a l i t é , abstention significative q u i p r é l u d a i t sans d o u t e à u n e e n t e n t e formelle avec la C o u r de Londres. Si cette attitude n'affectait g u è r e le m i n i s t è r e où siégeait Bernis, il n ' e n alla p l u s de m ê m e après

1768. Choiseul

c o n c e n t r a i t son a t t e n t i o n s u r la lutte coloniale ; à ce litre il r e c h e r c h a i t la seule alliance possible, l'alliance q u e d i c taient les t r a d i t i o n s et les i n t é r ê t s . A v a n t m ê m e q u e le n e u r a s t h é n i q u e F e r d i n a n d VI eût t e r m i n é son existence,


22

il était e n t r é en r a p p o r t avec le futur souverain

hispa-

n i q u e , C h a r l e s Vil de Naples, et avait t r o u v é en ce d e r n i e r u n a d e p t e de l ' u n i o n des d e u x c o u r o n n e s b o u r b o n s en m ê m e t e m p s q u ' u n farouche adversaire de la G r a n d e B r e t a g n e '. Ce m o n a r q u e , d e v e n u C h a r l e s I I I

2

en m o n t a n t s u r l e

t r ô n e de Madrid, était u n h o m m e i n t e l l i g e n t ,

ouvert aux

idées nouvelles bien q u e d ' u n esprit conservatif,

même

en de m e n u s détails ; d e p l u s , tenace, fier et doté d ' u n e fidèle m é m o i r e . 11 n ' h é s i t a pas à c o n s e r v e r le personnel g o u v e r n e m e n t a l installé p a r s o n frère, m a i s lui d o n n a des i n s t r u c t i o n s nouvelles. On v i t d o n c Wall

:i

d e m e u r e r à la

G u e r r e , le m a r q u i s de Musquiz a u x Affaires E t r a n g è r e s , le m a r q u i s del C a m p o Villar à la J u s t i c e , le bailli d'Arriaga à la M a r i n e et a u Conseil des I n d e s . Seul le titulaire d e s F i n a n c e s , l ' a n g l o p h i l e d u c d e Valparaiso, fut r e m p l a c é par un

Sicilien, le m a r q u i s

de Squillace. Toutefois, si

les h o m m e s restaient les m ê m e s , la direction de la polit i q u e était p r o f o n d é m e n t

modifiée

Le parti a n g l a i s subissait de ce fait u n e éclipse q u i m e n a ç a i t d'être d u r a b l e : ceux d e ses m e m b r e s q u i étaient m a i n t e n u s au p o u v o i r devaient a b d i q u e r

leurs o p i n i o n s

et s u b i r l ' i m p u l s i o n d o n n é e p a r le r o i . Le n o u v e a u p r o g r a m m e tendait à la reprise I. Un ultimatum anglais

appuyé

d'une

politique

p a r la m e n a c e

de

familiale bombarder

immédiatement N a p l e s c l d e s t i n é à o b l i g e r Charles IV a rester neutre d a n s la g u e r r e d'Italie d e î - 3 8 c o n s t i t u a i t n ' o u b l i a i t p o i n t le r o i d ' E s p a g n e .

u n souvenir amer q u e

2 . C h a r l e s I I I , n é e n j a n v i e r 171(1, m o r t l e i 4 d é c e m b r e 1788, d u c d e l ' a r m e e t d e P l a i s a n c e e n 17.51, r o i d e N a p l e s e n 1 7 3 8 , r o i d ' E s p a g n e e n 1759. 3. Richard Wall, I r l a n d a i s e n t r é a u s e r v i c e d e l ' E s p a g n e , d e v i n t p r i n c i p a l m i n i s t r e d e Ferdinand V I , o b t e n a n t l e portefeuille d e s Affaires E t r a n g è r e s e n 17.54, c e l u i d e l a C u e r r e e n 1 7 5 7 ; m a i n t e n u a u p o u v o i r p a r C h a r l e s I I I , il m e n a ç a d e s e r e t i r e r e n s e p t e m b r e 1 7 6 a , et q u i t t a l e m i n i s t è r e e n a o û t 1 7 6 3 .


23

bourbonnienne

comme

au

temps

de

Philippe

V.

C h a r l e s III t é m o i g n a i t o u v e r t e m e n t ces i n t e n t i o n s , c o n s e r v a n t a u p r è s de lui l ' a m b a s s a d e u r français à Naples, le m a r q u i s d'Ossun,

p e r s o n n a g e représentatif

mais vide,

d é n u é d ' i n i t i a t i v e , p r i v é de perspicacité et i n c a p a b l e de t o u t travail a p p r o f o n d i , au reste u n parfait c o u r t i s a n a d a p t é à l ' a m b i a n c e royale. S i m p l e i n s t r u m e n t de m i s s i o n , il allait c o n t r a i n d r e son m i n i s t r e à

fort

trans-

établir à

Madrid en des postes secondaires des i n f o r m a t e u r s p l u s habiles et plus actifs. C h o i s e u l et C h a r l e s III d é s i r a i e n t u n r a p p r o c h e m e n t m u t u e l , et il fallut p e u de t e m p s

pour

r e c o n n a î t r e ces d i s p o s i t i o n s r é c i p r o q u e s favorables à u n e alliance. Le c a b i n e t b r i t a n n i q u e n ' a v a i t pas tardé à se r e n d r e c o m p t e q u e le c h a n g e m e n t Madrid

impliquait

un

survenu

s u r le t r ô n e

c h a n g e m e n t de

de

politique, que

C h a r l e s III suivrait les t r a d i t i o n s de son père p l u s q u e celles de son frère, r a m e n a n t la m o n a r c h i e d a n s

l'orbite

de la F r a n c e . Il n ' a v a i t p u e n t r e t e n i r d ' i l l u s i o n s à é g a r d , car, dès s e p t e m b r e

cet

1 7 6 9 , 1 e m i n i s t r e de Naples à

L o n d r e s , le p r i n c e A l b e r l i n i , offrait la m é d i a t i o n de son m a î t r e e n t r e la F r a n c e et l ' A n g l e t e r r e .

Pilt fit r e p o u s s e r

celte o u v e r t u r e sous le p r é t e x t e d ' u n c o n g r è s de pacification g é n é r a l e p r o p o s é p a r la P r u s s e . Bien q u e cet essai n ' e û t eu a u c u n e suite, il n ' y en avait pas m o i n s c o n t r a s t e e n t r e les p r e m i è r e s décisions d u n o u v e a u roi d ' E s p a g n e et la réserve a p a t h i q u e de F e r d i n a n d VI. L ' a m b a s s a d e u r de Georges II à M a d r i d , Lord Bristol, n ' a v a i t p u p r é v o i r ce revirement qui atteignait à l'improviste

son g o u v e r n e -

m e n t , m a i s il eut b i e n t ô t toute occasion de faire p a r t à sa c o u r des modifications

essentielles a p p o r t é e s à l'orienta-

tion e s p a g n o l e . C h a r l e s III, en effet, m u l t i p l i a i t les t é m o i g n a g e s d ' u n e


- 24 — b o n n e volonté n o n é q u i v o q u e e n v e r s la F r a n c e : il n ' a g i s sait p o i n t sous l ' i n s p i r a t i o n de l ' o p i n i o n p u b l i q u e ou de ses conseils, il n e cédait p o i n t

a u x s u g g e s t i o n s d u falot

d ' O s s u n , m a i s il m e n a i t u n e p o l i t i q u e p e r s o n n e l l e q u i s'accordait

d'ailleurs

avec

l'intérêt n a t i o n a l et

surtout

avec le s e n t i m e n t n a t i o n a l de fierté et d ' o r g u e i l . Agissant en vue de relever le prestige h i s p a n i q u e , il était suivi p a r le p e u p l e et la m a j o r i t é des g r a n d s . C o m m e il n e p o u v a i t b r u s q u e m e n t r o m p r e en visière avec la G r a n d e - B r e t a g n e , d u fait de la s i t u a t i o n d i p l o m a t i q u e g é n é r a l e , d u fait aussi des c o n d i t i o n s i n t é r i e u r e s de la m o n a r c h i e (récent a v è n e ment du souverain

— domination

à p e i n e effacée

du

parti a n g l o p h i l e — o r g a n i s a t i o n militaire et n a v a l e déficitaire), il se p r é p a r a i t p a r des t r a n s i t i o n s fort a p p a r e n t e s à passer de la n e u t r a l i t é à la b e l l i g e r e n c e . A p e i n e les d é m a r c h e s d u p r i n c e A l b e r t i n i avaient-elles é c h o u é qu'elles étaient r e n o u v e l é e s p a r des r e p r é s e n t a n t s officiels e s p a g n o l s . C'étaient

s u c c e s s i v e m e n t la mission

extraordinaire du

d'Abreu,

chevalier

p u i s la

mission

p e r m a n e n t e à L o n d r e s d u c o m t e de F u c n t è s , m i s s i o n s d e s tinées toutes d e u x à

offrir

la

médiation

hispanique.

Quelle p u i s s a n c e m i e u x q u e l ' E s p a g n e , la t r o i s i è m e p u i s s a n c e navale, la p r e m i è r e au p o i n t de v u e c o l o n i a l , eût pu j o u e r ce rôle d e c o n c i l i a t e u r q u i

supposait une

force

m a r i t i m e susceptible d ' i n t i m i d e r l'Angleterre et de rassur e r la F r a n c e ? Le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s n e se laissa pas i m p r e s s i o n n e r . P a r v e n u en u n

faite de g l o i r e , e n i v r é des

succès

r e m p o r t é s , p r é l u d e s de t r i o m p h e s p l u s décisifs, il c o n c e vait v o l o n t i e r s la possibilité de balayer d é f i n i t i v e m e n t

la

C o u r de Versailles d u m o n d e e x t r a - e u r o p é e n et de Passer vir en ce q u i c o n c e r n e la n a v i g a t i o n .

Aussi était-il p e u

disposé à se c o n t e n t e r d e l'uli possidetis

; il désirait faire


25

d i s p a r a î t r e le d r a p e a u b l a n c d u C a n a d a , des I n d e s et des Antilles, afin de p o u v o i r à son g r é d i c t e r u n e paix r o m a i n e à Carthage vaincue. Les p r o p o s i t i o n s v e n u e s de Madrid accueillies à L o n d r e s nation. L'opinion

n e furent

ni p a r les d i r i g e a n t s , ni

donc par La

p u b l i q u e , saturée des rêves i m p é r i a -

listes et m e r c a n t i l e s q u e c o n c e v a i e n t la City et ses p r o t e c teurs, voulait

recueillir le fruit des sacrifices

subis et

des victoires r e m p o r t é e s . Ce fruit, c'était la m a î t r i s e des océans et la d o m i n a t i o n coloniale, u n

monopole quasi-

exclusif s u r le trafic des m e r s . Les p r é t e n d o n s à l'égard d u commerce

neutre (comme

l'éprouvaient

tout

particu-

l i è r e m e n t les Hollandais) n e r e n d a i e n t point illusoire ce p r o g r a m m e . La n a t i o n b r i t a n n i q u e surexcitée par l'enjeu formidable de la g u e r r e a p p u y a i t sans réserve la p o l i t i q u e b e l l i q u e u s e d ' u n Pitt et c o n s i d é r a i t sans effroi sans regret la perspective d ' u n dénoncée

d e p u i s le d é b u t

e n n e m i s héréditaires.

conflit avec

comme

l'Espagne,

d u siècle c o m m e l'un

Elle envisageait

des

celte é v e n t u a l i t é

avec confiance, t e n a n t la m o n a r c h i e i b é r i q u e p o u r u n état v e r m o u l u é t a n ç o n n é p a r les B o u r b o n s . Peut-être, m ê m e

en

bien

des cercles

commerçants

d ' A n g l e t e r r e , estimait-on q u ' u n e g u e r r e e s p a g n o l e n e p o u vait être q u ' a v a n t a g e u s e ; u n e g u e r r e sans risques q u i , loin de c o m p r o m e t t r e

les

p r é c i e u x résultats

d u traité

c o m m e r c e de 1 7 6 0 , c o n t r a i n d r a i t le n o u v e a u

de

roi à le

r e c o n n a î t r e , à s u b i r ainsi l ' e m p r i s e é c o n o m i q u e anglaise et à céder m ê m e q u e l q u e s parcelles de son e m p i r e Nouveau

M o n d e . P a r c o n t r e , la fraction

du

hanovrienne

s ' a l a r m a i t de cette r e c r u d e s c e n c e d'esprit b e l l i q u e u x , de (•elle e x t e n s i o n éventuelle d u n o m b r e des toutes choses q u i

signifiaient u n e

belligérants,

prolongation

de la

g u e r r e . Or elle désirait u n p r o m p t r è g l e m e n t des allai res


26 —

d ' A l l e m a g n e , si d é s a s t r e u s e s p o u r l'électorat livré à la m e n a c e de l ' i n v a s i o n . Mais ce parti pacifique était a l o r s s a n s forces a u p r è s d u c a b i n e t b r i t a n n i q u e . La r u p t u r e p a r a i s s a i t fort p r o b a b l e l o r s q u ' a u m i l i e u d e 1 7 6 0 le c o m t e d e F u e n t è s offrit le choix e n t r e la paix o u la g u e r r e . Il p a r l a i t e n c o r e d e m é d i a t i o n , m a i s liait à cette q u e s t i o n u n différend

tout personnel

à sa c o u r .

Les

A n g l a i s , en d é p i t d e s p r i n c i p e s d ' c x c l u s i v i s m e c t d c m o n o p o l e p r a t i q u é s p a r les E s p a g n o l s d a n s l ' U l t r a m a r , é t a i e n t p a r v e n u s p a r u n e action lente et t e n a c e à a r r a c h e r la c o n cession d u d r o i t d e c o u p e r des bois p r é c i e u x s u r c e r t a i n s p o i n t s d e la côte d e l ' A m é r i q u e C e n t r a l e . Ils s ' a u t o r i s a i e n t d e ce fait p o u r f o n d e r à d e m e u r e d e s é t a b l i s s e m e n t s s u r trois p o i n t s d u l i t t o r a l : en M o s q u i t i e , à l ' e m b o u c h u r e d u llio G r a n d e de Nicaragua ; des deux côtés d e la p é n i n s u l e d u Y u c a t a n , s u r le v e r s a n t c a r a ï b e à Belize

1

et s u r le ver-

s a n t m e x i c a i n d a n s la p r o v i n c e d e C a m p è c h e . A m a i n t e s r e p r i s e s , le C o n s e i l des I n d e s , la d i p l o m a t i e royale s'étaient élevés avec v é h é m e n c e c o n t r e ces e m p i é t e m e n t s d a n g e r e u x , s u r t o u t a u p o i n t d e v u e c o n t r e b a n d e , p o u r la sécurité d u Mexique et de la T e r r e F e r m e . Toutefois, la passivité d u g o u v e r n e m e n t d e L o n d r e s a v a i t p e r m i s à ce dern i e r de résister à toutes les p r o t e s t a t i o n s et i n j o n c t i o n s de P h i l i p p e V -. Le c o m t e d e F u e n t è s é v o q u a i t à n o u v e a u ces difficultés p e n d a n t e s et d e m a n d a i t l ' é v a c u a t i o n

i m m é d i a t e d e s éta-

b l i s s e m e n t s d e Mosquitie, q u i n ' a v a i e n t p a s s e u l e m e n t u n c a r a c t è r e de p e r m a n e n c e ,

I. Actuellement H o n d u r a s

mais q u i semblaient

encore

Britannique.

2. L a c o n v e n t i o n d u 13 juillet 1 7 1 3 c o n c l u e e n t r e l e marquis d e B e d mar e t L o r d L e x i n t o n é t a i t l e d e r n i e r l e x l e r é g i s s a n t l a q u e s t i o n . L ' a r t . 3 s t i p u l a i t l a p e r m i s s i o n a c c o r d é e a u x A n g l a i s d e couper du b o i s d e c a m p è c h e à la b a i e d e H o n d u r a s .


27

d e v o i r s e r v i r do base à u n e c o l o n i s a t i o n p a r u n e

propa-

g a n d e a d r o i t e m e n t m e n é e p a r m i les p o p u l a t i o n s i n d i g è n e s . Il i m p o r t a i l de c o u p e r c o u r t à ce d a n g e r , c a r toute la façade a t l a n t i q u e d u N i c a r a g u a , la seule accessible de l ' A m é r i q u e C e n t r a l e , m e n a ç a i t de t o m b e r a u x m a i n s de l ' A n g l e t e r r e . Celle-ci fit t r a î n e r les p o u r p a r l e r s s a n s c e p e n d a n t celer s o n i n t e n t i o n de d é c l i n e r la m é d i a t i o n et de m a i n t e n i r sa m a i n - m i s e s u r les rivages m o s q u i t o s . P o u r t a n t , a u m o m e n t de

b r i s e r n e t avec

quelque

hésitation,

l'Espagne, non

on ressentait à L o n d r e s

q u e les escadres

hispaniques

p a r u s s e n t r e d o u t a b l e s , m a i s il s'agissait de r o m p r e avec la politique

de p r o t e c t o r a t

si

brillamment

menée

sous

F e r d i n a n d VI. Un r e t o u r offensif d u p a r t i a n g l o p h i l e à Madrid était-il possible P Ne c o n v e n a i t - i l p a s de p e r m e t t r e au P o r t u g a l d e se m e t t r e en état de s u p p o r t e r

l'assaut

des E s p a g n o l s ? S u r t o u t , n ' y avait-il p a s lieu d ' e n

finir

avec les d é b r i s des forces françaises a v a n t d ' a b a t t r e l'Espagne ? C h a r l e s III n e se laissait pas a b u s e r p a r ces e x p é d i e n t s d i l a t o i r e s . V o l o n t a i r e et r é s o l u , il n e reculait p a s d e v a n t des m a n i f e s t a t i o n s é n e r g i q u e s . D a n s le c o u r a n t de 1 7 6 0 , il o r d o n n a p a r

cédule

l'été

r o y a l e la s u p p r e s s i o n de

l'établissement a n g l a i s d e C a m p ê c h e . A i n s i , à M a d r i d , o n «lissait r a p i d e m e n t de la n e u t r a l i t é à la m é d i a t i o n et de la m é d i a t i o n à la b e l l i g e r e n c e . De fait, le roi n é g o c i a i t a c t i v e m e n t à Paris en v u e de la c o n c l u s i o n de l'alliance des deux c o u r s . Dès le d é b u t , il avait d o n n é

son

e n t i è r e a d h é s i o n à la r e n a i s s a n c e

de

l ' u n i o n des m o n a r c h i e s cis- et t r a n s - p y r é n é e n n e s . Louis XV restait e n d e h o r s d u d é b a t , q u i r e p o s a i t p r e s q u ' e n l i è r e m e n t s u r C h a r l e s III et s u r C h o i s e u l . T o u t e f o i s , q u a n d il s'agit d e r é g l e r avec p r é c i s i o n les c o n d i t i o n s

de l ' a l l i a n c e ,

la

d i s c u s s i o n d e v i n t a n i m é e , r e n d u e p l u s a r d u e p a r le fait


28

qu'à Madrid le m a r q u i s d'Ossun était i n c a p a b l e d ' a s s u m e r la t â c h e délicate de c o n v a i n c r e les m i n i s t r e s e s p a g n o l s , t o u j o u r s r é t i c e n t s et p e u s o u c i e u x de r a m e n e r les t e m p s d e la « C o l o n i s a t i o n F r a n ç a i s e ». D ' a u t r e p a r t , l ' a m b a s s a d e u r e s p a g n o l à Versailles, le m a r q u i s

de G r i m a l d i ,

si

a m i de la F r a n c e fût-il, r e d o u t a i t q u e , d a n s l ' e n t e n t e des d e u x r o y a u m e s , celui de L o u i s XV n e p r î t le pas s u r l'aut r e et q u e les m i n i s t r e s m a d r i l è n e s n e fussent les c o m m i s ou les i n s t r u m e n t s de l e u r s collègues de F r a n c e . E n o u t r e , la r e i n e Marie-/Ymélie, p e u favorable

à une

e n t e n t e i n t i m e avec le c a b i n e t de Versailles, c o n t r i b u a i t p a r la s i m p l e e x p r e s s i o n d e ses s e n t i m e n t s à e n c o u r a g e r à l ' i n a c t i o n les h o m m e s d ' E t a l d e m e u r é s s e c r è t e m e n t a n g l o p h i l e s , n o t a m m e n t le m i n i s t r e W a l l t o u j o u r s très i n f l u e n t . La m o r t de la r e i n e , s u r v e n u e

i n o p i n é m e n t le 27 s e p -

t e m b r e 1 7 6 0 , v i n t affaiblir le c l a n a n g l a i s et accélérer

le

r a p p r o c h e m e n t avec la F r a n c e . Les d o u b l e s pourparlers e n g a g é s avec la C o u r d e S a i n t J a m e s étaient manifestement 1760.

Wall n'avait pu,

v o u é s à l ' é c h e c à la fin de

ni p e u t - ê t r e v o u l u , o b t e n i r

de

satisfactions de Lord Bristol et, à L o n d r e s , F u e n l è s était b e r c é de p r o m e s s e s de r e n o n c e m e n t a u x p r i v i l è g e s de C a m p è c h e , vagues p r o m e s s e s (pie n e u t r a l i s a i t le ton a r r o g a n t et i n t r a n s i g e a n t des B r i t a n n i q u e s s u r les affaires d e c o m m e r c e et de p r i s e . C h o i s e u l , p a r c o n t r e , se m o n t r a i t t o u r à t o u r p r e s s a n t et m o d é r a t e u r .

Attitude

contradictoire

en

apparence.

A u t a n t il insistait p o u r q u e le r e l è v e m e n t naval de l'Esp a g n e n e souffrît a u c u n r e t a r d , a u t a n t il paraissait redouter u n e i r r é m é d i a b l e r u p t u r e h i s p a n o - a n g l a i s e . C'est q u ' i l souhaitait,

s a n s d o u t e , faire p r e s s i o n s u r Pilt p a r u n e

réelle m e n a c e d ' a l l i a n c e offensive, m a i s n e v o u l a i t p a s laisser cette a r m e s'émousser e n faisant courir à son

allié


29 —

le d a n g e r de désastres m a r i t i m e s . Si u n traité formel d e v a i t r e s s e r r e r les liens e n t r e les d e u x m o n a r c h i e s , p l u s i m p o r t a n t e serait e n c o r e u n e d é c l a r a t i o n p a t e n t e d e l ' E s c u r i a l , sorte d ' u l t i m a t u m adressé à l ' A n g l e t e r r e sous f o r m e de m é d i a t i o n a r m é e . Délicate q u e s t i o n d e n u a n c e . Le p r i n c i p e d e l'alliance était a d m i s , m a i s les t e r m e s e n é t a i e n t réservés de p a r t et d'autre. En mai 1 7 6 1 , l'ambassadeur d'Ossun recevait de son m i n i s t r e u n « c a n e v a s d e l'alliance » c o m p o r t a n t d e u x traités d i s t i n c t s : « « « « « « «

« L'un sera un pacte de famille à stipuler et à constituer à perpétuité entre tous les souverains de la maison de. France et qui, n'étant relatif qu'aux intérêts des branches qui la composent, sera exclusif pour toute autre puissance ; le second traité, auquel d'autres puissances pourront être admises à accéder, roulera sur les objets q u i , regardant principalement le Roi et le roi d'Espagne, ont aussi des rapports plus ou moins directs avec d'autres rois ou républiques » C h a r l e s III et u n petit » r o u p c d ' E s p a g n o l s s e . m o n t r a i e n t

plus ardents à conclure, belliqueux qu'ils étaient par politique personnelle.

Toutefois ces s e n t i m e n t s , ce p e n c h a n t

p o u r u n e a l l i a n c e aussi é t e n d u e q u e p o s s i b l e d e v a i e n t ê t r e mis à l'épreuve, car au m o m e n t où d'Ossun obtenait c o m m u n i c a t i o n des g r a n d e s lignes d u pacte d e famille, u n e n o u v e l l e offensive pacifique était m e n é e p a r la F r a n c e . Les conditions

p o l i t i q u e s se m o d i f i a i e n t en A n g l e t e r r e . La

g u e r r e , e n se p r o l o n g e a n t , faisait des m é c o n t e n t s ; u n n o u 1. Archives du Ministère

des Affaires

Etrangères, Espagne, v o l . 5 3 a ,

f° 2 3 3 , 12 m a i 1 7 O 1 . C ' é t a i t a s s u r é m e n t l a n g a g e officiel c a r C h o i s c u l , p a r s e s a g e n t s spéciaux agissant en d e h o r s d e l ' a m b a s s a d e u r , avait p u poser déjà p l u s i e u r s b a s e s p r é a l a b l e s à l ' a l l i a n c e : il n ' y a v a i t p o i n t l à t a b l e r a s e , c o m m e le l a i s s e r a i t s u p p o s e r la c o r r e s p o n d a n c e o l ï i c i e l l e a v e c l e Splendide m a n n e q u i n q u ' é t a i t le M a r q u i s d ' O s s u n .


— 30 — veau roi m o n t a i t s u r le t r ô n e , a p p o r t a n t d a n s les affaires du royaume une mentalité nouvelle. Aussi C h o i s e u l . e n t e n d a n t profiter de ces facteurs, faisait en m a r s - a v r i l 1 7 6 1 p r u d e m m e n t s o n d e r le t e r r a i n p a r le m i n i s t r e russe à La H a y e , le p r i n c e Galitzin. Les p r o p o s i t i o n s c o n t e n u e s d a n s u n Mémoire en

A n g l e t e r r e des oreilles

hanovrien

pour la paix

trouvèrent

c o m p l a i s a n t e s d a n s le p a r t i

q u i , t o u t g a g n é à des idées de pacification,

avait depuis

1 7 6 9 fait des

r e c r u e s lasses d ' u n e

guerre

indéfinie o u lasses d e l à d i c t a t u r e d ' u n Pitt. De p l u s , le n o u v e a u roi Georges III i n c l i n a i t à laisser faire u n e réaction c o n t r e le t o u t - p u i s s a n t m i n i s t r e et, p a r suite, a d m e t tait la possibilité d e s i g n e r

une

p a i x t r i o m p h a l e afin

d'asseoir e n s u i t e à loisir son influence p e r s o n n e l l e . Il y e u t d o n c en m a i 1 7 6 1 é c h a n g e de p l é n i p o t e n t i a i r e s ; le c o m t e de Bussy se r e n d i t à L o n d r e s et Lord S t a n l e y v i n t à P a r i s . La p r é s e n c e d ' u n r e p r é s e n t a n t officiel çais d a n s

la c a p i t a l e

britannique

permettait

fran-

d'espérer

q u ' u n e aclion ellicace serait exercée s u r les m i l i e u x p a c i fiques. Toutefois cette c o n v e r s a t i o n d i p l o m a t i q u e n ' i m p l i q u a i t p a s u n a r m i s t i c e . C'est ainsi q u e , le i 5 j u i n 1 7 O 1 , u n e e x p é d i t i o n a n g l a i s e p a r v e n a i t à se r e n d r e m a î t r e s s e de Belle-Isle, base d ' o p é r a t i o n

c o n t r e les cotes m ê m e s

de

France. Les p r é t e n t i o n s d u c a b i n e t de Versailles s'étaient a b a i s sées et d e v e n a i e n t m o d e s t e s . La base de Yuli possidetis

q u e l q u e d é s a v a n t a g e u s e q u ' e l l e fût — n ' é t a i t p a s c o n t e s tée ; seule la d a t e de sa

fixation

restait en litige. L ' A n g l e -

terre d é s i r a n t g a r d e r le p l u s de t e r r i t o i r e s p o s s i b l e s , moins comme monnaie d'échange,

la F r a n c e

au

comptant

faire v a l o i r ses o c c u p a t i o n s en A l l e m a g n e à titre d e c o m p e n s a t i o n p o u r ses p e r t e s c o l o n i a l e s , il y avait là m a t i è r e


31

à d é b a t , d ' a u t a n t p l u s q u e la m a j e u r e p a r t i e de l ' o p i n i o n b r i t a n n i q u e se refusait à s u i v r e le c l a n h a n o v r i e n d a n s la voie des r e s t i t u t i o n s c o m p e n s a t r i c e s . P o u r t a n t , en ce q u i c o n c e r n a i t l'Afrique et l'Asie, il n ' y a v a i t q u e p e u de difficultés. Les factoreries de G u i n é e o u d u S é n é g a l n e s o u l e v a i e n t pas d ' a r d e n t e s p a s s i o n s .

La

F r a n c e p o u v a i t sans p e i n e r e n o n c e r à ses c o m p t o i r s et p r o t e c t o r a t s des I n d e s ; c'était s u r t o u t affaire p r i v é e , et la C o m p a g n i e des I n d e s situation

Orientales se

trouvait dans

une

financière c r i t i q u e . L ' A m é r i q u e , au c o n t r a i r e ,

était u n c h a m p de bataille p l u s d i s p u t é . C h o i s e u l c o n c e vait l ' e s p é r a n c e de s a u v e r , a u m o i n s en p a r t i e , le d o m a i n e c o l o n i a l d u N o u v e a u M o n d e , d e c o n s t i t u e r d a n s la m e r d e s Antilles et le golfe d u Mexique u n foyer d ' a c t i o n et d e r a y o n n e m e n t q u i , en

liaison avec les p o s s e s s i o n s espa-

gnoles,

de

permettrait

combattre

efficacement

l'in-

fluence g r a n d i s s a n t e des A n g l o - S a x o n s d a n s cette p a r t i e du monde. N a t u r e l l e m e n t , u n tel p r o g r a m m e se h e u r t a i t à L o n d r e s à u n e o p p o s i t i o n i r r é d u c t i b l e . Là, d e u x g r o u p e s i m p é r i a listes se s o u t e n a i e n t m u t u e l l e m e n t , l'un r e c r u t é en A n g l e t e r r e , l'autre f o u r n i p a r les treize c o l o n i e s a m é r i c a i n e s (de la N o u v e l l e - A n g l e t e r r e à la G é o r g i e ) . T o u s d e u x d é p l o y a i e n t l e u r a r d e u r à p r o p o s de la c o n q u ê t e d u C a n a d a , et ce p r o b l è m e , b i e n d é d a i g n é en F r a n c e , suscitait les p l u s v i o l e n tes c o n t r o v e r s e s de l'autre côté d u d é t r o i t . T r o i s thèses é t a i e n t en p r é s e n c e : i" O b t e n i r la G u a d e l o u p e en r é t r o c é d a n t le C a n a d a : 2 " C a r d e r le C a n a d a e n r e n o n ç a n t à Guadeloupe

; 3" J o i n d r e a u

Canada

la

toutes les Antilles

f r a n ç a i s e s . Ces d e u x d e r n i è r e s c o n c e p t i o n s é t a i e n t s u r t o u t préconisées

p a r les A n g l o - A m é r i c a i n s ,

défendues

par

d'innombrables pamphlets auxquels répondaient d'autres brochures

non moins passionnées. Benjamin Franklin,


- 32 r e p r é s e n t a n t la P e n n s y l v a n i e , n ' é p a r g n a i t pas sa p l u m e p o u r s o u t e n i r la p o l i t i q u e d ' a n n e x i o n et p o u r réfuter les arguments

d a n g e r e u x d i r i g é s c o n t r e les c o l o n i e s : p a r

e x e m p l e la possibilité de v o i r les treize c o l o n i e s se d é c l a r e r i n d é p e n d a n t e s dès q u ' a u c u n d a n g e r e x t é r i e u r n e les m e n a cerait p l u s d a n s le N o u v e a u M o n d e . Il faisait v a l o i r les efforts, les d é p e n s e s a c c o m p l i e s p o u r se saisir d u S a i n t L a u r e n t , affirmait l'utilité de celte c o n q u ê t e et s o u l i g n a i t à tout p r o p o s la p r o f o n d e d é s u n i o n r é g n a n t p a r m i ses c o m p a t r i o t e s . Q u a n t aux p a r t i s a n s de l ' a n n e x i o n p r é f é r e n tielle des Antilles, ils se fondaient, e s s e n t i e l l e m e n t s u r la p o l i t i q u e d u s u c r e : nécessité de m e t t r e la m a i n s u r les îles à p l a n t a t i o n de c a n n e s afin d'étouffer cette c o n c u r r e n c e é t r a n g è r e et de m e t t r e u n t e r m e à l'active s é v i s s a n t — en d é p i t d u Molasses Act

contrebande

de 1 7 3 3 — s u r le

1

c o n t i n e n t n o r d - a m é r i c a i n . La v i r u l e n c e de ces p o l é m i q u e s attestait l'intérêt a t t a c h é à ces q u e s t i o n s et r u i n a i t t o u t e s p o i r de s a u v e r le C a n a d a des m a i n s a n g l a i s e s . Si les (( a r p e n t s d e n e i g e » c a n a d i e n s p r o v o q u a i e n t le Canada

Pamphlet

d e 1 7 6 0 , sa r é p o n s e de 1 7 6 ] , les b r o -

c h u r e s d'Israël M a u d u i t f 1 7 6 1 - 6 2 ) , la L o u i s i a n e , p a r c o n t r e , n'éveillait n u l désir. Taxée de c o l o n i e i n u t i l e , elle était délaissée

d é d a i g n e u s e m e n t et, b i e n q u e

sans

défense,

n ' é t a i t l'objet d ' a u c u n e a t t a q u e . On e n v i s a g e a i t , d a n s cabinet

britannique,

L'éventualité

d'en

faire u n e

le

sorte

d ' é t a t - t a m p o n où nul b e l l i g é r a n t n ' a u r a i t le d r o i t d e s'installer. T e r r e - N e u v e , l'île a u x m o r u e s , n e c o n s t i t u a i t p o i n t u n t e r r a i n d ' e n t e n t e . C h o i s e u l insistait p o u r le m a i n t i e n des d r o i t s de p ê c h e et de sècherie en faveur des F r a n ç a i s ; il

I. W I L L I A M rical

Review,

L . G H A N T : Canada

juillet

1912).

versus

Guadeloupe.

(American

Histo-


— 33 — d e m a n d a i t , en o u t r e , q u ' e n é c h a n g e d u C a n a d a , u n p o r t voisin de L'île fût e n q u e l q u e sorte n e u t r a l i s é et r e ç û t u n c o m m i s s a i r e français y e x e r ç a n t p l e i n e a u t o r i t é . Ce p o r t p o u v a i t être, soit d a n s l'Ile Royale (île d u c a p B r e t o n ) , soit d a n s l'île S a i n t - J e a n , soit enfin s u r le c o n t i n e n t a m é r i c a i n d a n s la r é g i o n d u c a p C a n s o (à l ' e x t r é m i t é N o r d de l'Acadie). Cette s o l u t i o n était r e p o u s s é e p a r les A n g l a i s . Pitt s'y m o n t r a i t o p p o s é , n'offrant

comme compensation

q u e les d e u x îlots inutiles et stériles de M i q u e l o n

et de

S a i n t - P i e r r e . A l'égard des Antilles, il n ' a d m e t t a i t q u e la r e s t i t u t i o n de la G u a d e l o u p e ( p l u s celle dè Belle-Isle) m a i s c o m p t a i t se r é s e r v e r les é t a b l i s s e m e n t s de G u y a n e ,

l'An-

gleterre n'ayant alors

côtes

1

d'Amazonie .

Ainsi

a u c u n e p o s s e s s i o n s u r les d o n c , le r è g l e m e n t

des

questions

a m é r i c a i n e s était m i s p a r les d e u x b e l l i g é r a n t s a u

pre-

m i e r p l a n de l e u r s p r é o c c u p a t i o n s et c o n s l i t u a i t u n e p i e r r e d'achoppement. Une

erreur d'appréciation

protocolaire vint

rendre

L'échec i n é v i t a b l e et p e r m e t t r e au p a r t i de la g u e r r e o u t r a n c e de r o m p r e avec é l é g a n c e . A l ' i n s t a n t e

à

demande

de C h a r l e s 111, q u e L o u i s XV a p p u y a i t c o n t r e le g r é de C h o i s e u l , les r e v e n d i c a t i o n s e s p a g n o l e s f u r e n t liées a u x o u v e r t u r e s françaises de p a i x . F u c n t è s et Bussy r e m i r e n t conjointement

leurs

m é m o i r e s . C'était u n e m a l a d r e s s e

q u ' e x p l o i t a le p r e m i e r m i n i s t r e b r i t a n n i q u e ; il cria à la d é l o y a u t é , et r é p o n d i t avec h a u t e u r à l ' e n v o y é français : « Je dois vous déclarer très nettement au nom de S. M. « qu'Klle ne souffrira point que les disputes de l'Espagne « soicnl mêlées d'une façon quelconque dans la négociation « de paix des deux couronnes. A quoi j'ai à ajouter qu'il

I.

A. B O U R G U E T : Eludes

sur

la

Politique

extérieure

de

Choiseul,

1907. 3


« « « « « «

34

-

sera regardé comme offensant pour là dignité du roi et non compatible avec la bonne foi de la négociation qu'on fasse mention de pareille idée. En outre, on n'entend pas que la France ait, en aucun temps, droit de se mêler de pareilles discussions entre la Grande-Bretagne el l'Espagne » E n m ê m e t e m p s , P i t t se s e r v a i t d u d a n g e r d ' u n e coali-

t i o n f r a n c o - e s p a g n o l e d e s t i n é e à r é g i r le N o u v e a u M o n d e p o u r faire a c c e p t e r p a r l ' o p i n i o n p u b l i q u e u n e p r o l o n g a tion d e la g u e r r e : la d o m i n a t i o n d e l ' A m é r i q u e d u Nord et des Antilles n'élait-elle p a s , a u x y e u x d e s A n g l o - A m è ne sains, le p r i n c i p a l e n j e u de la Lutte? Dès j u i l l e t 1 7 6 1 , il d e v i n t é v i d e n t q u e la F r a n c e n ' a c c e p t e r a i t p o i n t d e n e recevoir d e s o n a n c i e n d o m a i n e c o l o n i a l , q u e

quelques

p a r c e l l e s s a n s c o h é s i o n et sans a v e n i r , b r i s a n t t o u t e s p o i r d e r e l è v e m e n t . Toutefois les p o u r p a r l e r s n e f u r e n t définitivement suspendus deux

qu'en septembre 1761 : aucune des

monarchies bourbons n'avait p u vaincre l'opiniâ-

treté b r i t a n n i q u e -. Néanmoins

cette tentative

n'était point

vaine.

Elle

d é m o n t r a i t q u e la paix d e v e n a i t p o s s i b l e , q u ' e l l e était souhaitée en Angleterre

et q u ' i l fallait

provoquer u n e

v a g u e de c h a u v i n i s m e p o u r o b t e n i r u n a j o u r n e m e n t des n é g o c i a t i o n s . Pill avait affirmé à la fois sa p u i s s a n c e e t l a fixité de sa p o l i t i q u e c o l o n i a l e ; il avait révélé aussi qu'il était le p r i n c i p a l obstacle à toule pacification. U n e a u t r e c o n s é q u e n c e d e cet é c h e c d e paix se faisait s e n t i r à M a d r i d . La t a c t i q u e d e Pitt e n v e r s F u e n t è s , b l e s s a n t l ' a m o u r - p r o p r e e s p a g n o l et t é m o i g n a n l d e s m a u v a i s e s I. Archives du Ministère des Affaires Etrangères, A n g l e t e r r e , v o l . f° 54 ; 24 j u i l l e t 1 7 6 1 . 2 . A . BOURGUET :C h o i s e n tet l'Angleterre (Revue H i s t o r i q u e , 1899) ; Le Duc de Choiseul el l'Alliance espagnole p a r A . BOURGUET, [906.


- 35 dispositions du l'Espagne

C a b i n e t de S a i n t - J a m e s , i n c l i n a

à la g u e r r e

et

détermina

toute

l'accélération

de

l'alliance. En m a i 1 7 6 1 é t a i e n t p a r t i s de P a r i s les p r e m i e r s p r o j e t s de traité d ' a l l i a n c e et les m i n i s t r e s de C h a r l e s 111 a v a i e n t é l a b o r é de l e u r côté des c o n t r e p r o j e t s .

Toutefois

le t e r r a i n , p r é p a r é l o n g t e m p s à l ' a v a n c e , a v a i t p u être r a p i d e m e n t f r a n c h i . Les clauses m i l i t a i r e s et é c o n o m i q u e s n ' a r r ê t è r e n t g u è r e les n é g o c i a t e u r s p r i n c i p a u x , q u i é t a i e n t C h o i s e u l et l ' a m b a s s a d e u r

Grimaldi. D'Ossun, à

M a d r i d , se b o r n a i t à j o u e r le rôle d ' o b s e r v a t e u r et d ' a g e n t de t r a n s m i s s i o n . S u r les q u e s t i o n s territoriales, il y e u t d é b a t p l u s l o n g . A quelle date s'appliquerait

la g a r a n t i e r é c i p r o q u e des

t e r r i t o i r e s P a u m o m e n t de la s i g n a t u r e d u Pacte o u a u moment

de la p a i x g é n é r a l e ? Celte d e r n i è r e

solution

p r é v a l u t . La r e p r i s e d e G i b r a l t a r serait-elle u n arlicle fond a m e n t a l de l'alliance, et q u e l serait le sort de M i n o r q u e ? T o u s ces p o i n t s d u r e n t être e x a m i n é s et discutés l o n g u e m e n t . La F r a n c e t e n a i t à c o n s e r v e r

P o r t - M a h o n p o u r se

p a y e r de l'expédition des Baléares. De m ê m e , le fait p o u r la C o u r de Versailles d e p r e n d r e en m a i n la défense des i n t é r ê t s e s p a g n o l s en A m é r i q u e avait été s o u l e v é dès le m i l i e u de 1 7 6 0 . C h o i s e u l s'y m o n t r a i t o p p o s é , m a i s l ' i n t e r v e n t i o n de Louis XV d é c i d a de la fusion des i n t é r ê t s c o l o n i a u x des d e u x m o n a r c h i e s d a n s les p o u r p a r l e r s d e L o n d r e s , et cette d é c i s i o n se r é p e r c u t a d a n s les clauses p o l i t i q u e s d u traité d ' a l l i a n c e . Enfin, des difficultés

de

p r o t o c o l e s u r la p r é s é a n c e à o b s e r v e r e n t r e les d e u x p u i s s a n c e s furent u n obstacle — et n o n u n des m o i n d r e s — q u i t i n r e n t en s u s p e n s q u e l q u e t e m p s la s i g n a t u r e

de

l'accord. A la suite des n é g o c i a t i o n s m a l h e u r e u s e s avec l'Angle-


— 36 terre, a p r è s la d i v u l g a t i o n des i n t e n t i o n s d u

Cabinet d e

l ' E s c u r i a l à cette o c c a s i o n , la nécessité de c o n c l u r e d é t e r m i n a u n p r o m p t r è g l e m e n t des articles restés Le i 5 a o û t 1 7 6 1 , C h o i s e u l et G r i m a l d i

litigieux.

apposaient

leur

sceau a u bas d u traité q u i d e v a i t p o r t e r le n o m f a m e u x d e Pacte de

Famille.

Y prenaient part c o m m e puissances contractantes

les

C o u r s de F r a n c e , d ' E s p a g n e , de Naples et de P a r m e , ces d e r n i è r e s p a r voie d ' a c c e s s i o n u l t é r i e u r e (art. 2, 3 et 21 ). La g a r a n t i e r é c i p r o q u e des t e r r i t o i r e s était s t i p u l é e p o u r l'état o ù l ' u n e et l ' a u t r e c o u r s se t r o u v e r a i e n t à la p a i x g é n é r a l e (art. 2 ) . Le p r i n c i p e « Qui a t t a q u e u n e c o u r o n n e attaque

l ' a u t r e » était i n s c r i t

dans

l'article

3 avec

la

réserve q u e le C a b i n e t d e Versailles d i s p e n s a i t son allié d e toute i n t e r v e n t i o n p o u r les g u e r r e s p u r e m e n t

continen-

tales d é r i v a n t de la P a i x de W e s t p h a l i c . De n o m b r e u s e s cl

minutieuses

s t i p u l a t i o n s r é g l a i e n t les c o n d i t i o n s

du

c o n c o u r s m i l i t a i r e et n a v a l en cas de g u e r r e (art. 5 à 2 0 ) . 'foute paix s é p a r é e était s o i g n e u s e m e n t i n t e r d i t e (art. 17 et [8). Enfin le r é g i m e d u t r a i t e m e n t

national pour

sujets de c h a q u e c o u r o n n e était p r é v u d a n s

toutes

affaires de c o m m e r c e , n a v i g a t i o n et é t a b l i s s e m e n t

les les (art.

23 à 2 5 ) .

3. —

L'Intervention

Espagnole.

Le P a c t e de F a m i l l e avait été s i g n é le t5 a o û t 1 7 6 1 ; m o i n s de c i n q m o i s p l u s l a r d , le !\ j a n v i e r 17G2, la g u e r r e éclatait e n t r e E s p a g n e et A n g l e t e r r e . D a n s l ' i n t e r v a l l e , b i e n des ressorts a v a i e n t été m i s en a v a n t p o u r e m p ê c h e r q u ' i l en fût a i n s i . Par u n é t r a n g e r e v i r e m e n t , on a v a i t vu la G r a n d e - B r e t a g n e insister p o u r


-

37

-

le m a i n t i e n de la p a i x . Georges III avait i n a u g u r é s o n r è g n e p e r s o n n e l , a p r è s o n z e m o i s de r é s e r v e , e n r e n v o y a n t le 5 o c t o b r e 1 7 6 1 l ' h o m m e d'Etat q u i avait c o n t r i b u é à a s s e o i r s u r des bases solides la s u p r é m a t i e n a v a l e d u p a y s , m a i s q u i s y m b o l i s a i t la g u e r r e à o u t r a n c e . D a n s le c a b i n e t Newcastle r e m a n i é , le p r e m i e r rôle allait i n c o m b e r u n nouveau venu, au

Secrétaire d ' E t a t

p o u r le

à

Nord,

1

L o r d B u t e , c o n f i d e n t d u r o i . R e p r é s e n t a n t fidèle de la v o l o n t é de son m a î t r e , celui-ci d é s i r a i t la p a i x afin de relever le p o u v o i r r o y a l et d ' a b a i s s e r la s u p r é m a t i e des w h i g s . A i n s i , a l o r s q u ' e n s e p t e m b r e 1 7 6 1 on p a r l a i t à L o n d r e s o u v e r t e m e n t de g u e r r e c o n t r e l ' E s p a g n e , a l o r s qu'on

préparait un

espagnoles

et

plan

contre

d'attaque

Panama,

c o n t r e les Antilles

le

mois

suivant

une

d é t e n t e subite s u r v e n a i t . La r a i s o n

d u conflit a n g l o - e s p a g n o l ( q u e s t i o n

de la

c o u p e d u bois de c a m p è c h e et des é t a b l i s s e m e n t s s u b s é q u e n t s ) était u n casus les

belli b i e n m i n c e . Des d e u x côtés,

é l é m e n t s pacifiques

s'employaient

à empêcher

la

g u e r r e . Les p a r t i s h a n o v r i e n et a n t i - c o l o n i a l , tout ce q u i g r a v i t a i t a u t o u r de Bute, d e Bedford et de B a r r i n g t o n , profilant

de l ' é l o i g n c m e n t de Pitt,

des s e n t i m e n t s de

Georges III, des c o m b i n a i s o n s d ' o r d r e i n t é r i e u r ,

s'effor-

ç a i e n t de t r o u v e r u n t e r r a i n de c o n c i l i a t i o n . P a r m i les E s p a g n o l s , le c l a n des m o d é r é s , des a n g l o p h i l e s secrets t e n t a i t de j o u e r le rôle de f r e i n ;

le c o m t e de

Fuentès

c h e r c h a i t des s o l u t i o n s satisfaisantes p o u r les d e u x c h a n celleries. Mais le c a b i n e t b r i t a n n i q u e n ' é t a i t pas h o m o g è n e . Le I. John Sluarl, Comte de Rule, n é e n 1 7 1 8 , m o r t e n 1 7 0 a . A m i p e r s o n n e l d e G e o r g e s III e t d e s o n p è r e F r é d é r i c . M e m b r e d u C o n s e i l P r i v é e n 17G0. S e c r é t a i r e d ' E t a t p o u r l e N o r d d a n s l e s c a b i n e t s Pill el N e w c a s t l e (1761-6»), p r e m i e r m i n i s t r e ( m a i 1762-avril 1768).


— 38 — Secrétaire d'Etat p o u r le Sud q u i avait d a n s ses a t t r i b u tions les affaires p é n i n s u l a i r e s e t a m é r i c a i n e s , Lord E g r e 1

m o n t , n e p a r t a g e a i t n u l l e m e n t les i n c l i n a t i o n s de l'Ecossais Bute et d u roi ; il a s p i r a i t a u contraire a u x c o n q u ê t e s c o l o n i a l e s et n e s'effrayait p a s d ' u n n o u v e a u conflit. Si, p o u r satisfaire s o n s o u v e r a i n , il i n c i t a i t Lord Bristol à la c o n c i l i a t i o n ( n o v e m b r e 1 7 6 1 ) , il r e n d a i t vain p a r son attit u d e e n v e r s F u e n t è s t o u t e s p o i r d e p a i x . Il r é u s s i t p a r u n d o u b l e j e u a d r o i t à faire é c h o u e r les efforts des d e u x a m b a s s a d e u r s , q u i , six m o i s p l u s t ô t . e u s s e n t p u perm e t t r e à la m é d i a t i o n e s p a g n o l e de r e s t a u r e r la p a i x . La t e n t a t i v e v e n a i t t r o p tard a u m o m e n t

o ù , en E s p a g n e ,

l'esprit p u b l i c était p o u s s é à la g u e r r e , a p r è s la c o n c l u sion d u Pacte d e f a m i l l e . Q u a n t à C h o i s e u l , il e n t e n d a i t d i s p o s e r d e cette a r m e q u ' é t a i t u n e offensive

hispanique

en P o r t u g a l et a u x c o l o n i e s . Peut-être avail il la m a c h i a v é l i q u e p e n s é e d e faire é v e n t u e l l e m e n t p a y e r p a r l ' i m m e n s e d o m a i n e de l ' U l t r a m a r u n e p a r t des c o m p e n s a t i o n s territoriales à livrer a u C a b i n e t d e S a i n t - J a m e s . Aussi ne relevait-il g u è r e les o u v e r t u r e s d e p a i x b r i t a n n i q u e s , se r é s e r v a n t d e les r e p r e n d r e en cas d ' i n s u c c è s . Au fond, il était prisonnier d e sa propre p o l i t i q u e . A y a n t excité le roi d'Espagne c o n t r e la Grande-Bretagne; il d e v a i t s u b i r l'accès de fièvre g u e r r i è r e d e ce m o n a r q u e sans

pouvoir

céder a u x velléités pacifiques q u i se faisaient j o u r à ce moment.

E n réalité,

la g u e r r e

maritime,

près de se

t e r m i n e r q u e l q u e s m o i s p l u s tôt, r e b o n d i s s a i t d o n c p a r

I. Sir Charles Wyndham, Comte d'Eyremont, n é en 1 7 1 0 , m o r t en 17*13, s i è g e a u x C o m m u n e s d e 1 7 3 5 à 1 7 5 0 , e n t r e à l a C h a m b r e d e s Lords'en 1 7 6 1 . M e m b r e d u C o n s e i l P r i v é ( 1 7 O 1 ) . S e c r é t a i r e d'Etat p o u r le S u d d a n s les c a b i n e t s Pitt, N e w c a s t l e , B u t e e t G r e n v i l l e ( 1 7 6 0 - 1 7 G 3 ) . Beau-frère d e G r e n v i l l e e t d ' H a l i f a x , il f o r m e a v e c e u x l e t r i u m v i r a t (17O3).


— 39 — l'intervention ardents

e s p a g n o l e . Aux

t e m p s de Pitt, ses p l u s

p a r t i s a n s se t r o u v a i e n t en A n g l e t e r r e ; d e p u i s

l ' a v è n e m e n t d e Lord Bute, elle était a c c l a m é e e n E s p a g n e , acceptée en F r a n c e et en A n g l e t e r r e , subie p r e s q u e p a r le gouvernement anglais. L ' i n t e r v e n t i o n e s p a g n o l e n ' é t a i t p o i n t p o u r les

diri-

g e a n t s de L o n d r e s u n e s u r p r i s e . P r é v u e d e p u i s les p r o p o s i t i o n s de m é d i a t i o n , prochaine Famille

dès l'été de

elle a p p a r a i s s a i t i n é v i t a b l e et 176,1. Sans

d o u t e , le P a c t e

était resté secret et L o r d Bristol

n'avait

de pu,

m ê m e avec le s e c o u r s d e ses e s p i o n s , en p e r c e r t o u t le m y s t è r e ; m a i s l'état d ' e s p r i t r é g n a n t à M a d r i d , le b r i l l a n t détachement

p o u r la p a i x

s u c c é d a n t à de

manifestes

d é s i r s de pacification, le r e v i r e m e n t s u r v e n u à P a r i s , t o u t d é n o n ç a i l à L'envi u n a c c o r d offensif e n t r e les d e u x c o u r s bourbons. L ' E s c u r i a l e n g a g e a i t la l u t t e c o n t r e u n a d v e r s a i r e v a i n q u e u r avec u n e alliée déjà h o r s d e c o m b a t . C'était m a r c h e r a u d é s a s t r e si la p r u d e n c e n e d o m i n a i t . Or, dès le d é b u t , u n e faute capitale fut c o m m i s e : la g u e r r e m a r i t i m e contre

l ' A n g l e t e r r e fut d o u b l é e d ' u n e g u e r r e

continen-

tale c o n t r e le P o r t u g a l . Certes, il e u t été difficile d ' a t t e n d r e d e ce r o y a u m e v o i s i n , vassal de L o n d r e s , u n e stricte et i m p a r t i a l e , m a i s o n

neutralité

n'en p o u v a i t c r a i n d r e u n e

r e d o u t a b l e a g r e s s i o n , é t a n t d o n n é le d é l a b r e m e n t de son a r m é e cl ses e m b a r r a s i n t é r i e u r s . C h a r l e s III t e n a i t à r e m p o r t e r des succès faciles, succès t a n t e u r o p é e n s q u ' a m é r i c a i n s , a u x d é p e n s de la c o u r o n n e de P o r t u g a l . J u s q u ' e n ciations furent espagnols d'Etat

m a r s 1 7 6 2 , de fallacieuses

négo-

m e n é e s p a r les p l é n i p o t e n t i a i r e s franco-

O'Dunnc

et José T o r é r o

avec

1

le Secrétaire

Luis A eu fi a ; elles a b o u t i r e n t à l ' u l t i m a t u m

du

16 m a r s 1 7 6 2 q u i , rejeté p a r la C o u r de L i s b o n n e , o u v r i t


— 40 — 1

la c a m p a g n e m i l i t a i r e . A u c u n e résistance sérieuse la p a r t des sujets de Sa Majesté Très Fidèle, u n e a n g l a i s e aussi l o i n t a i n e q u e l ' a p p u i

de aide

français d o n n é a u x

E s p a g n o l s (ce d o n t ces d e r n i e r s ne se p l a i g n a i e n t p o i n t ) . Toutefois la n a t u r e se c h a r g e a de l i m i t e r la p o r t é e des conquêtes

espagnoles.

Porto,

Nord, ne put être a t t e i n t ;

objectif

de

l'armée

du

l'occupation d'une partie d u

Tras-os-Montes et de Badajoz d a n s le S u d , tel fut le bilan de la g u e r r e h i s p a n o - p o r t u g a i s e en E u r o p e . D a n s le Nouveau M o n d e , le g o u v e r n e u r de B u e n o s - A y r c s , D o n P e d r o Cevallos, e n l e v a i t la c o l o n i e e n n e m i e d u San S a c r a m e n t o en n o v e m b r e 1 7 6 a . C e p e n d a n t le g o u v e r n e m e n t a n g l a i s réalisait le p r o g r a m m e naval qu'il s'était tracé. D ' u n e p a r t , il r e n d a i t la reprise

de Gibraltar

impossible

p o u r les forces

espa-

g n o l e s . De l ' a u t r e , il p o r t a i t à la m o n a r c h i e de C h a r l e s 111 des c o u p s q u i n e s ' é g a r a i e n t pas en l ' i m m e n s e

étendue

des p o s s e s s i o n s c o n t i n e n t a l e s a m é r i c a i n e s : là, la solidité de l ' o c c u p a t i o n eut été p r é c a i r e et les c h a n c e s de c o n s e r v e r ces a c q u i s i t i o n s à la p a i x é t a i e n t m i n i m e s . Au contraire, le d o m a i n e des Antilles offrait u n e proie p l u s facile et permettait succès déjà b a n n i r de

d'atteindre

l'Espagne

remportés la

sur

m e r des

cl

de

consolider

la F r a n c e ; en

Caraïbes

les

s o m m e , de

toute base

d'activité

latine. E n cette a n n é e 1 7 6 2 , les escadres

britanniques

Rodney a c h e v a i e n t de saisir les d e r n i è r e s îles où le d r a p e a u Lucie

blanc. : la M a r t i n i q u e ,

et S a i n t - V i n c e n t .

espagnoles : Cuba

et P o r t o Rico,

1. A . B O U K G U K T : Un Ultimatum D'IIISIOIIII: DIPLOMATIQUE,

1910,

la G r e n a d e ,

S'attaquer aux

au).

Sainte Antilles

c'était c o m p l é t e r

Franco-Espagnol p.

deux

sous flotta

au Portugal

le

(REVUE


—41

cercle d ' i n v e s t i s s e m e n t de l ' A m é r i q u e c e n t r a l e l a t i n e , de la L o u i s i a n e à la Nouvelle G r e n a d e . A cette d a t e , C u b a était a d m i n i s t r é p a r D o n J u a n Prada,

g o u v e r n e u r aussi i n c a p a b l e

que vantard.

de

Bien

a v a n t la d é c l a r a t i o n de g u e r r e , il avait a s s u r é la C o u r d ' E s p a g n e q u e La H a v a n e était i m p r e n a b l e t o u t c o m m e l'île. Or, le 6 j u i n 1 7 6 2 , p a r u t d e v a n t la capitale c u b a i n e u n e Hotte a n g l a i s e sous le c o m m a n d e m e n t de P o c o c k e , portant

un

nique par

corps expéditionnaire

a m e n é de la Marti-

le g é n é r a l A l b c r m a l e . Le d é b a r q u e m e n t fut

c h o s e p e u difficile, le siège de la place

fut m e n é avec

v i g u e u r , si b i e n q u e le 11 a o û t était signée u n e c a p i t u l a tion q u i

livrait

a u x A n g l a i s l'île e n t i è r e , u n e flotte de

n e u f vaisseaux de l i g n e et onze frégates, u n c o n v o i de g a l i o n s p o r t a n t v i n g t m i l l i o n s de livres. C'était la m a i n m i s e s u r u n e p o s i t i o n n a v a l e de p r e m i e r o r d r e , l'établiss e m e n t d u c o n t r ô l e b r i t a n n i q u e s u r les voies d'accès à la T e r r e F e r m e . D a n s les I n d e s O r i e n t a l e s , pas

la f o r t u n e n e c o u r o n n a i t

d a v a n t a g e les a r m e s e s p a g n o l e s . Aux P h i l i p p i n e s ,

l'escadre de l ' a m i r a l C o r n i x j e t a i t d e v a n t Manille des t r o u p e s dirigées p a r le b r i g a d i e r D r a p i e r . A u c u n e défense ne

fut

même

tentée.

L ' a r c h e v ê q u e D o n A n t o n i o Kojo

s ' e m p r e s s a de n é g o c i e r u n e c a p i t u l a t i o n ( 2 4 s e p t e m b r e 1 7 6 2 ) . M o y e n n a n t q u a t r e m i l l i o n s de piastres ( d o n t u n e m o i t i é p a y é e c o m p t a n t ) , la ville fut r a c h e t é e d u p i l l a g e . Mais les r a d e s et les côtes de l ' a r c h i p e l n ' e n p a s s a i e n t pas m o i n s sous le c o n t r ô l e b r i t a n n i q u e ,

auquel

échappait

seul l ' h i n t e r l a n d p h i l i p p i n où l ' a u d i t e u r S i m o n de A n d c y Salazar m e n a j u s q u ' à la p a i x u n e active c a m p a g n e de guérilla. Ainsi l ' E s p a g n e

p a y a i t c h è r e m e n t les fautes de

régime administratif

(népotisme,

son

i n c u r i e , superficialité


42

d e s taches a c c o m p l i e s ) en m ê m e t e m p s q u e l ' e r r e u r de son s o u v e r a i n rable

un

de v o u l o i r l a n c e r d a n s u n e l u t t e i n e x o -

pays

désorganisé,

d e u x a n s à des r é f o r m e s

à peihe

soumis

depuis

hâtives el c o n d u i t d e p u i s u n

t e m p s égal p a r u n e m a i n p l u s ferme, p l u s i n t e l l i g e n t e . L o i n d ' ê t r e de q u e l q u e s e c o u r s à l'alliée q u i l ' e n t r a î n a i t d a n s la g u e r r e , loin de d é f e n d r e les Antilles

françaises

ou la L o u i s i a n e , elle n e p o u v a i t s a u v e g a r d e r sa p r o p r e i n t é g r i t é m e n a c é e p a r les escadres b r i t a n n i q u e s . Bien p l u s , a u x

désastres coloniaux

se j o i g n a i t

un

sévère b l o c u s e n t r a v a n t le trafic m a r i t i m e e s p a g n o l , la suspension

de l'arrivée des g a l i o n s . Le c o m m e r c e était

c o m p r o m i s , et les finances p u b l i q u e s d é l a b r é e s p a r les d é p e n s e s de g u e r r e se r e s s e n t a i e n t d e l ' a b s e n c e

absolue

d u p r o d u i t des i m p ô t s et m o n o p o l e s d u N o u v e a u M o n d e . Aussi, à M a d r i d , le g o û t p o u r les e x p é r i e n c e s g u e r r i è r e s , q u i n ' a v a i t j a m a i s été fort vif ni d a n s le p e u p l e , ni m ê m e p a r m i tous les d i r i g e a n t s , faisait m a n i f e s t e m e n t place à des a s p i r a t i o n s de p a i x . La n o u v e l l e de la c h u t e d e La H a v a n e , c o n n u e en o c t o b r e 1 7 6 2 , avait o u v e r t la voie a u x t e n d a n c e s pacifiques. Le roi p r e s q u e seul restait décidé à poursuivre

la g u e r r e . Ses m i n i s t r e s

d é c o u r a g é s , Wall s e c r è t e m e n t

étaient

abattus

h o s t i l e à la lutte

et

contre

I' Angleterre, S q u i l l a c e d é s i l l u s i o n n é . Au m ê m e m o m e n t , des tractations s'ébauchaient e n t r e Versailles et L o n d r e s . La c a m p a g n e m a r i t i m e s'était, e n 1 7 6 2 , tristement r o u v e r t e p o u r la F r a n c e : les d e r n i è r e s places a m é r i c a i n e s , les d e r n i è r e s 'Antilles

succombaient

à leur tour.

pratiquement

L'alliance

espagnole

faisait

faillite. C h o i s e u l se r e p r e n a i t à s u i v r e d e r e c h e f la voie des

négociations,

alors

plus

p r a t i c a b l e q u e six

mois

auparavant. Pilt restait d a n s l ' o m b r e , Newcastle r é s i g n a i t son poste


- 43 — de p r e m i e r m i n i s i r e . symbolisant l'adhésion

Au p o u v o i r a r r i v a i t Lord

la v o l o n t é de p a i x ( m a i

royale,

dédaigneux

de

1762).

l'opposition

Bute,

Fort

de

de

ses

d e u x Secrétaires d'Etat ( d ' E g r e m o n t p o u r le Sud et G r e n ville p o u r le N o r d ) , il saisit l'occasion de p l a i n t e s voquées par

le

traitement rigoureux

que

pro-

subissait u n

illustre p r i s o n n i e r , le c o m t e d ' E s t a i n g , p o u r r o u v r i r les c o n v e r s a t i o n s avec le C a b i n e t d e Versailles. Le r e p r é s e n t a n t de la S a r d a i g n e à L o n d r e s , de Viry, servait d ' i n t e r médiaire. Ces t r a v a u x d ' a p p r o c h e d i p l o m a t i q u e s p e r m i r e n t

aux

d e u x p r e m i e r s m i n i s t r e s de se c o n v a i n c r e m u t u e l l e m e n t "de l e u r s désirs de paix ; aussi

deux

plénipotentiaires

officiels furent-ils d é s i g n é s : L o r d Bedford, l o r d d u sceau p r i v é d a n s le C a b i n e t Bute et p a r t i s a n r é s o l u de la p a i x , se r e n d i t à P a r i s t a n d i s q u e le d u c de N i v e r n a i s L o n d r e s . E n d é p i t de cet é c h a n g e

gagnait

de n é g o c i a t e u r s , le

c e n t r e des o p é r a t i o n s p o l i t i q u e s était

en

fait

à Paris,

m a i s les i n t r i g u e s des p a r t i s a n s a c h a r n é s de la g u e r r e n e m a n q u a i e n t p o i n t de s'exercer d a n s les d e u x capitales. Les bases déjà posées l ' a n n é e p r é c é d e n t e p a r Bussy et Stanley

ne

c o n t r i b u è r e n t pas p e u à a l l é g e r le d é b a t .

C e r t e s , le r é g i m e de \'uli possidetis

se p r é s e n t a i t en 1 7 6 2

plus défavorable à la F r a n c e q u ' e n 1 7 6 1 . Toutefois, E g r e m o n l n e p o u v a i t se m o n t r e r p l u s r i g o u r e u x q u e Pitt, et Bute c o m m e Bedford, p o r t e - p a r o l e s de Georges III, é t a i e n t là

pour

a d o u c i r les

conditions

exigées et éviter u n e

s u r e n c h è r e de la d e r n i è r e h e u r e . P o u r l'Afrique, a u c u n e difficulté. Les A n g l a i s n ' a v a i e n t p a s senti s'éveiller l e u r s a m b i t i o n s à l'égard de ce c o n t i n e n t . Ils c o n s e n t a i e n t d o n c à la r e s t i t u t i o n de C o r é e ét d e s factoreries de G u i n é e . En E u r o p e , M i n o r q u e s ' é c h a n g e a i t c o n t r e Belle Isle ; la m a i n - m i s e b r i t a n n i q u e s u r la


- 44 Méditerranée O c c i d e n t a l e d e m e u r a i t aussi solide q u e les r o c h e r s inviolés de G i b r a l t a r . Dans le N o u v e a u M o n d e , G u a d e l o u p e et - M a r t i n i q u e é t a i e n t r e n d u e s à la F r a n c e ; S u r le c o n t i n e n t m ê m e , la L o u i s i a n e était c o u p é e

en

d e u x t r o n ç o n s el cessait de f o r m e r — d a n s l'esprit

des

d i r i g e a n t s b r i t a n n i q u e s — u n é t a t - t a m p o n . La L o u i s i a n e O r i e n t a l e (à l'Est d u

Mississipi)

t o m b a i t en p a r t a g e

à

l ' A n g l e t e r r e , la p a r t i e o c c i d e n t a l e restait à la F r a n c e , de même droit

q u e le delta de

et la N o u v e l l e - O r l é a n s .

pêche à Terre-Neuve,

il était

Quant

conservé

au aux

Français. C h o i s e u l insistait p o u r o b t e n i r les c i n q c o m p t o i r s de l'Inde et les é t a b l i s s e m e n t s de G u y a n e , r é c l a m a i t la rétro-» cession de p l u s i e u r s a u t r e s Antilles et d e m a n d a i t avec i n s t a n c e q u ' e n é c h a n g e de l ' a b a n d o n définitif d u C a n a d a , l'Ile Royale, à l ' o u v e r t u r e d u S a i n t - L a u r e n t , r e s t â t a u x m a i n s de la F r a n c e . De ces r e q u ê t e s plaidées avec c h a l e u r à P a r i s et à Versailles, l ' u n e d'elles était suivie d'effet à la fin d u

mois

de j u i l l e t : l'île de S a i n t e - L u c i e «'lait

laissée à son a n c i e n n e m é t r o p o l e et, de p l u s , les îlots de M i q u e l o n et S a i n t - P i e r r e , situés a u Sud de T e r r e - N e u v e , é t a i e n t g a r a n t i s possession f r a n ç a i s e . A v a n t a g e s m i n i m e s , sans doute, mais appréciables pour un pays vaincu a c c u l é à la r e d d i t i o n , reconstitution

pour un

c o l o n i a l e étaient

et

p a y s o ù les idées de l ' a p a n a g e exclusif d ' u n

ministre, P o u r t a n t cette œ u v r e de r é c o n c i l i a t i o n

franco-britan-

n i q u e élait t r a v e r s é e «à la fois p a r les p r o t e s t a t i o n s des farouches

tenants

de

Pill et

par

les

menées

du

roi

d'Espagne. A L o n d r e s , la m a j o r i t é des C o m m u n e s était soulevée d ' i n d i g n a t i o n à L'annonce de La reprise des n é g o c i a t i o n s ; les w h i g s , parti

dominant,

tonnaient contre

l'indigne


— 45 — m i n i s t è r e q u i a n n i h i l a i t la v i c t o i r e

nationale

et a t t e i -

g n a i e n t i n d i r e c t e m e n t la p e r s o n n a l i t é r o y a l e d o n t ils s e n t a i e n t l ' a n i m o s i t é c o n t r e e u x . D e r r i è r e ces d é p u t é s v e n a i t foute l ' o p i n i o n p u b l i q u e de L o n d r e s et des g r a n d s c e n t r e s , e m b r i g a d é e p a r l e s b o u r g e o i s de la M ê m e a u sein d u

Cabinet,

City.

l ' e s p r i t de P i t t p e r ç a i t et

s'exerçait. E g r e m o n t , m a r i o n n e t t e e n t r e les d o i g t s h a b i l e s de

son

relarder auxquels

beau-frère G r e n v i l l e , t r a v a i l l a i t en s o u s - m a i n à les n é g o c i a t i o n s . Les p o u r p a r l e r s

de

Londres,

il était p a r t i e , a v a i e n t u n t o u t a u t r e t o n q u e

c e u x de Paris ; ils se t r a î n a i e n t l e n t e m e n t o u p l u t ô t ils n'avançaient guère.

Bedford

Bute des e n t r a v e s suscitées

se p l a i g n a i t a m è r e m e n t à par

le Secrétaire d ' E t a t

du

S u d . D ' a i l l e u r s , les succès r e m p o r t é s s u r les E s p a g n o l s favorisaient la r e c r u d e s c e n c e d ' i n t r a n s i g e a n c e des m i l i e u x c o l o n i a u x et d e s s e r v a i e n t la p o l i t i q u e m i n i s t é r i e l l e . D ' a u t r e p a r t , C h o i s e u l se h e u r t a i t à des o b s t a c l e s a n a l o g u e s , v e n a n t de l ' o b s t i n é C h a r l e s I I I . Il a v a i t à d é p l o y e r p l u s de zèle p o u r

convaincre

ce

m o n a r q u e vaincu

de

l ' u r g e n t e nécessité de p o s e r les a r m e s q u e p o u r l ' i n c i t e r , neutre,

à se j e t e r d a n s le conflit

m a r i t i m e . Lié par le

Pacte de F a m i l l e , il était o b l i g é de s u b o r d o n n e r la p a i x à l'acquiescement

de son

allié q u i , e n t r é d a n s la g u e r r e

p o u r r e p r e n d r e G i b r a l t a r et se l i b é r e r de la tutelle é c o n o m i q u e a n g l a i s e , ne p o u v a i t se r é s o u d r e à r e n o n c e r à ces b u t s de g u e r r e

et à p a y e r le p r i x

de

ses

défaites.

L ' o p i n i â t r e t é d e s c o l o n i a u x a n g l a i s à v o u l o i r la c e s s i o n d ' u n e p o s s e s s i o n e s p a g n o l e c o m m a n d a n t l'accès d u golfe d u M e x i q u e a c h e v a i t de p o u s s e r à l ' e x t r ê m e les

résolu-

l i o n s d ' u n roi t e n a c e et o r g u e i l l e u x . V e n i r à b o u t de ces résistances était a r d u ;

il fallut e n v o y e r à Madrid

un

plénipotentiaire spécial, O ' D u n n e , p o u r doubler d'Ossun ( a o û t 1762),


46

C e p e n d a n t les m i n i s t r e s h i s p a n i q u e s , s ' a p p u y a n t s u r le p a r t i des m o d é r é s fen p a r t i c u l i e r s u r G r i m a l d i , a m b a s s a d e u r à Versailles) et s u r le g r o u p e des a n g l o p h i l e s , travaillaient à l ' œ u v r e de facilité

du

conciliation.

gouvernement

français

Par à

malheur,

renoncer à

la ses

c o l o n i e s n ' é t a i t pas s a n s i n q u i é t e r le roi et la n a t i o n e s p a g n o l e , n o n pas q u ' i l s se s o u c i a s s e n t b e a u c o u p d u C a n a d a o u des I n d e s , m a i s l ' a l i é n a t i o n de l o u t o u partie de la L o u i s i a n e , a l i é n a t i o n c o n s e n t i e avec légèreté, p u i s q u e la c o l o n i e restait e n c o r e a u x m a i n s de la F r a n c e , r a p p r o c h a i t l ' A n g l e t e r r e d u Mexique et faisait des F l o r i d e s u n e e n c l a v e en t e r r i t o i r e b r i t a n n i q u e . Choiseul r é p o n d a i t q u e les

dangers

réduits dans

de

la

contrebande

anglaise

étaient

fort

la vallée m i s s i s s i p i e n n e , q u e les F l o r i d e s

é t a i e n t p l u s v u l n é r a b l e s d u côté de la / J é o r g i c q u e du côté d u Mississipi. De p l u s , il offrait de p r e n d r e à sa c h a r g e les pertes t e r r i t o r i a l e s é v e n t u e l l e s de la c o u r o n n e d ' E s p a g n e en c é d a n t à celle-ci c o m m e c o m p e n s a t i o n

une

c o l o n i e française : soit la partie o u e s t de S a i n t - D o m i n g u e ) soit la L o u i s i a n e O c c i d e n t a l e . M ê m e cette d e r n i è r e p r o p o s i t i o n , s u s c e p t i b l e de r a s s u r e r C h a r l e s III p a r L'interposition d ' u n e z o n e e s p a g n o l e t a m pon

e n a v a n t des p r o v i n c e s

mexicaines, ne

trouvait

q u ' u n a c c u e i l glacial a u p r è s d u s o u v e r a i n el de ses c o n seillers. W a l l v o y a i t d a n s celle offre u n d a n g e r (assimilation difficile de c o l o n s français t u r b u l e n t s ) o u u n piège (reprise u l t é r i e u r e p a r la F r a n c e ) . E v e n t u a l i t é q u i certes n'était nullement

chimérique quand

r i c h e et p r o s p è r e S a i n t - D o m i n g u e ,

il s'agissait de la m a i s q u i était p l u s

i m p r o b a b l e en ce q u i c o n c e r n a i t la L o u i s i a n e , o n é r e u s e possession

engloutissant

les m i l l i o n s et ne f o u r n i s s a n t

q u e peu de d e n r é e s e x o t i q u e s . L ' a r d e u r de C h o i s e u l ù p r e s s e r s o n s e c o n d m a r i t i m e


-

47

-

de p a r t i c i p e r a u x n é g o c i a t i o n s s ' e x p l i q u a i t ; a v e c g l e t e r r e , l'accord même

conclu

se p r é c i s a i t

l'An-

de p l u s e n p l u s , il était le m o i s d ' a o û t 1 7 6 2 .

en p r i n c i p e vers

A j o u r n e r sa s i g n a t u r e était r i s q u e r g r o s j e u en p r é s e n c e des p r o t e s t a t i o n s w h i g s , de la

vague de

chauvinisme

a n g l a i s . C'était d i s c r é d i t e r le m i n i s t è r e Bute, le r e n v e r s e r et p e r m e t t r e p e u t - ê t r e le r e t o u r a u p o u v o i r de Pitt,

c'est-

à-dire s'exposer, soit à c o n t i n u e r la g u e r r e d é s a s t r e u s e , soit à s u b i r de p l u s d u r e s c o n d i t i o n s de p a i x . P e u à p e u , C h a r l e s 111 cédait sous l'influence d u m i n i s t r e français et de ses p r o p r e s c o n s e i l l e r s , sous la

pression

des faits, de la r a i s o n q u i c o m m a n d a i t de céder. A la fin de s e p t e m b r e 1 7 6 2 , il d é c i d a i t d ' a c c é d e r a u x p o u r p a r l e r s et d é s i g n a i t c o m m e s o n r e p r é s e n t a n t d i p l o m a t i q u e le m a r q u i s d e G r i m a l d i , d o n t la p r é s e n c e t a r d i v e n e

pouvait

c o n t r i b u e r à a m é l i o r e r les c o n d i t i o n s faites à l ' E s p a g n e . En

effet,

d a n s le tête à tête

franco-britannique,

les

g r a n d e s lignes d u statut i m p o s é a u x m o n a r c h i e s p é n i n sulaires a v a i e n t été f a t a l e m e n t tracées. Le rôle d u p l é n i p o t e n t i a i r e h i s p a n i q u e s e m b l a i t d e v o i r se b o r n e r a e n t é r i n e r les p r o p o s i t i o n s

britanniques.

D'ailleurs,

le geste

de

C h o i s e u l offrant u n e partie d e la L o u i s i a n e o u de SaintD o m i n g u e était de n a t u r e à faire p r e s s e n t i r q u e l ' E s p a g n e a u r a i t à t r a i t e r en v a i n c u e et n e s a u r a i t a r g u e r de ses succès r e m p o r t é s s u r le P o r t u g a l , p u i s q u e la F r a n c e s o u cieuse d ' a s s u r e r la p a i x a p l a n i s s a i t à l ' a v a n c e p o u r son alliée la voie de la c a p i t u l a t i o n .

4. — Le Traité de

Paris.

Dès q u e les i n t e n t i o n s pacifiques de l ' E s p a g n e connues

à Londres,

Lord

d'Egremont

remit

furent au

duc


48

de Nivernais les c o n d i t i o n s de paix relatives à cette p u i s s a n c e . De ces c o n d i t i o n s , il était s'il a v a i t d û

le p r i n c i p a l

auteur;

s u b i r , en ce q u i c o n c e r n a i t le sort de la

F r a n c e , L'influence de Bute el de Bedford, il réussissait à l e u r i m p o s e r ses vues d a n s le d o m a i n e de la

politique

e s p a g n o l e . 11 posait c o m m e base de n é g o c i a t i o n u n p r o g r a m m e d i r e c t e m e n t o p p o s é à celui de C h a r l e s III : rétab l i s s e m e n t d u statu

quo ante bellurn p o u r le P o r t u g a l et

ses c o l o n i e s — r é t a b l i s s e m e n t des traités de c o m m e r c e (notamment

du

traité de

1 7 6 2 ) -— r e c o n n a i s s a n c e d u

d r o i t de c o u p e r d u bois s u r

la côte de

Campèche

r e c o n n a i s s a n c e des é t a b l i s s e m e n t s de Mosquitie — enfin, cession d ' u n e c o l o n i e e s p a g n o l e située à l ' o u v e r t u r e d u golfe d u M e x i q u e L Ce d e r n i e r p o i n t é t a n t de n a t u r e à faire é c h o u e r les p o u r p a r l e r s , Bute, s o u c i e u x d ' o b t e n i r la s i g n a t u r e espag n o l e , e û t désiré le v o i r écarté o u a u m o i n s r e l é g u é

à

L'arrière-plan d e s p r é o c c u p a t i o n s b r i t a n n i q u e s . 11 ne p u t o b t e n i r g a i n de cause et d u t se b o r n e r à offrir au C a b i n e t d e l ' E s c u r i a l la liberté d u c h o i x d u m e m b r e q u i

serait

a m p u t é d u d o m a i n e de l ' U l t r a m a r . L ' a l t e r n a t i v e p o r t a i t s u r C u b a , P o r t o - B i c o , les Florides et la p é n i n s u l e d u 'i ucat a n . La cession de celle-ci était

à é c a r t e r d ' e m b l é e , car

elle p e r m e t t r a i t a u x A n g l a i s de p r e n d r e pied définitivem e n t a u x confins

m e x i c a i n s et g u a t é m a l t è q u e s ;

c'était

r o m p r e l ' u n i t é c o n t i n e n t a l e de l ' e m p i r e c o l o n i a l e s p a g n o l s ' é t e n d a n t j u s q u ' a l o r s s a n s s o l u t i o n de c o n t i n u i t é de la I. A c ô t é d e c e s c o n d i t i o n s p o s i t i v e s , il e n é t a i t d ' a u t r e s d e c a r a c t è r e n é g a t i f p o u r l e s A n g l a i s : c o n s e r v a t i o n d e G i b r a l t a r e t d e Minorque q u i c o m m a n d a i e n t le c o m m e r c e m a r i t i m e e s p a g n o l e t m e n a ç a i e n t l e s c ô t e s O r i e n t a l e s d e la p é n i n s u l e ! ; r e f u s a u x E s p a g n o l s d u d r o i t d e poche à T e r r e - N e u v e . — O n v o i t q u e l e s s u c c è s r e m p o r t é s s u r l e s P o r t u g a i s n e servaient m ê m e p a s à a d o u c i r les e x i g e n c e s b r i t a n n i ques.


- 4 9 Californie à la P a t a g o n i e . D ' a u t r e p a r t , C u b a et P o r t o Kico, o u t r e l e u r s r i c h e s p l a n t a t i o n s , c o n s t i t u a i e n t des positions

maritimes hors

pair

c o m m a n d a n t les r o u t e s

d ' E u r o p e à La Vera Cruz et à P a n a m a . Les a b a n d o n n e r serait a b d i q u e r

la

maîtrise

du

commerce colonial

et

e x p o s e r les g a l i o n s à d ' i n c e s s a n t s d a n g e r s . R e s t a i e n t les F l o r i d e s , possession n ' a y a n t q u ' u n e v a l e u r

stratégique,

p a y s de s a v a n e s , de l a g u n e s et de plages a r i d e s , p a y s à peine connu,

n'offrant

q u e d e u x p o i n t s de r e l â c h e s à

P e n s a c o l a cl à Mobile. C'était sans d o u t e u n des m o n t a n t s de la p o r t e s ' o u v r a n t s u r le golfe d u Mexique ; m a i s s'il fallait en sacrifier u n , m i e u x valait c o n s e r v e r la r i c h e Cuba. Voilà ce q u i fut d é c i d é à M a d r i d ; ainsi

fut

sauvée

C u b a . De m ê m e , l ' a r c h i p e l des P h i l i p p i n e s p u t é c h a p p e r à l'avidité b r i t a n n i q u e , la p r i s e de Manille ( s e p t e m b r e 1762)

n ' é t a n t pas a l o r s c o n n u e e n

E u r o p e . Le 3 n o -

v e m b r e 1 7 6 2 , les p r é l i m i n a i r e s de F o n t a i n e b l e a u é t a i e n t s i g n é s . L ' A n g l e t e r r e a c q u é r a i t le C a n a d a et ses d e r n i è r e s dépendances Florides,

insulaires,

plusieurs

la L o u i s i a n e O r i e n t a l e

et

les

A n t i l l e s : la G r e n a d e , D o m i n i q u e ,

S a i n t - V i n c e n t , T a b a g o . Elle o b t e n a i t liberté d ' a c l i o n d a n s les I n d e s ,

réduisant

la p a r t de la F r a n c e à q u e l q u e s

comptoirs

dispersés

s u r les côtes.

La

monarchie

de

Louis XV n e j o u i s s a i t p l u s dès l o r s q u e d ' u n d o m a i n e colonial

r e s t r e i n t : la

Guyane,

la G u a d e l o u p e

et

ses

d é p e n d a n c e s , la M a r t i n i q u e , Sainte-Lucie, u n e m o i t i é d e S a i n t - M a r t i n et la p o r t i o n o c c i d e n t a l e de

Saint-Domin-

g u e , d é b r i s d ' u n e m p i r e a m é r i c a i n . De p l u s , elle c o n s e r vait e n c o r e des d r o i t s de p ê c h e r i e à T e r r e - N e u v e ainsi q u e les d e u x îlots de M i q u e l o n et d e S a i n t - P i e r r e (art. 3 - 4 ) . L ' E s p a g n e élail m o i n s m a l t r a i t é e : elle p e r d a i t les F l o r i d e s (art. 1 9 ) , r e n o n ç a i t à tout d r o i t de p ê c h e à T e r r e 4


-

50

Neuve, r e c o n n a i s s a i t a u x A n g l a i s le p r i v i l è g e de c o u p e r d u bois de c a m p ê c h e et d ' é t a b l i r s u r le l i t t o r a l des m a g a sins et des i n s t a l l a t i o n s , m a i s o b t e n a i t , en r e v a n c h e , la démolition

des fortifications

élevées d a n s la baie

de

H o n d u r a s (art. 1 6 ) . Elle r é t r o c é d a i t a u x P o r t u g a i s toutes ses r é c e n t e s

c o n q u ê t e s effectuées

t a n t en E u r o p e q u ' e n

A m é r i q u e (art. 2 1 ) . Q u a n t à M i n o r q u e , elle r e n o n ç a i t à r e p r e n d r e celle i m p o r t a n t e

base n a v a l e q u i restait b r i -

tannique, tout c o m m e Gibraltar. Q u e l q u e s j o u r s a v a n t la signature! de ce traité p r é p a r a toire, le m a r q u i s de G r i m a l d i avait c o n c l u avec C h o i s e u l u n acte p a r lequel la L o u i s i a n e o c c i d e n t a l e , a v e c La Nouvelle O r l é a n s , passait sous la s o u v e r a i n e t é espagnole. 11 avail s i g n é sans g r a n d e n t h o u s i a s m e cet a c c o r d q u i , en a p p a r e n c e , a r r o n d i s s a i t e n c o r e le vaste e m p i r e de

l'Amérique

hispanique.

L'annexion

de

colonial Saint-Do-

m i n g u e français e u t été, à t o u t p r e n d r e , u n e

acquisi-

tion p r é f é r a b l e a u x y e u x des E s p a g n o l s à celte m o i t i é d e la

vallée

mississipienne.

Anglais — qui

Le v o i s i n a g e

avait été fatal à

immédiat

apparaissait c o m m e d a n g e r e u x , et la possession seule rive d u Mississipi

des

la N o u v e l l e - F r a n c e — d'une

c o n s t i t u a i t p o u r le C a b i n e t d e

l'Escurial, o b s t i n é m e n t a t t a c h é a u p r i n c i p e d u m o n o p o l e c o m m e r c i a l et m a r i l i m e le p l u s r i g o u r e u x , u n e

source

d ' a u t a n t p l u s s û r e de conllit, q u e l ' a u t r e rive t o m b a i t en p a r t a g e à l ' A n g l e t e r r e , d é p o u r v u e de t o u t respect e n v e r s les lois étrangères et le d r o i t des g e n s . La C o u r d e Madrid a v a i l posé d e u x c o n d i t i o n s à

l'an-

n e x i o n de la L o u i s i a n e de l ' O u e s t : a u c u n p o r t a n g l a i s ne serait fondé s u r le littoral floridicn — la n a v i g a t i o n s u r le Mississipi serait réservée, c'est-à-dire q u ' a u c u n e liberté de n a v i g a t i o n n e serait i n t r o d u i t e p a r les A n g l a i s s u r ce


— 51 — fleuve. N a t u r e l l e m e n t , le C a b i n e t b r i t a n n i q u e se rit de ces p r é t e n t i o n s el refusa net de les e x a m i n e r . Bien q u e ces clauses jugées essentielles ne fussent p o i n t a d m i s e s p a r la G r a n d e - B r e t a g n e , le c a d e a u royal fait p a r L o u i s XV à C h a r l e s 111 fut accepté s u r les i n s t a n c e s p r e s s a n t e s d u monarque

français.

Celte

extension

territoriale

était

j u g é e p a r le roi d ' E s p a g n e et ses m i n i s t r e s c o m m e

une

c h a r g e o n é r e u s e p o u r le T r é s o r et u n e cause de d é m ê l é s i n c e s s a n t s avec l ' A n g l e t e r r e . T o u t a u p l u s p o u v a i t - o n y a t t a c h e r u n e v a l e u r n é g a t i v e . Mieux valait q u e la r é g i o n de l'Ouest d u Mississipi fût a u x m a i n s de l ' E s p a g n e

que

de la G r a n d e - B r e t a g n e ,

être

c a r cette d e r n i è r e p o u r r a i t

arrêtée, s i n o n d é f i n i t i v e m e n t , d u m o i n s

provisoirement

d a n s sa m a r c h e vers l ' o c c u p a t i o n d e t o u t le c o n t i n e n t n o r d - a m é r i c a i n ; m i e u x v a l a i t i n t e r p o s e r e n t r e les frontières des c o l o n i e s a n g l a i s e s et celles d u Nouveau-Mexique et d u Texas u n e b a n d e de t e r r i t o i r e s e r v a n t de glacis et de poste a v a n c é à la v i c e - r o y a u t é de Mexico. Telle est la raison p o u r

l a q u e l l e C h a r l e s III se décida, le

i3 no-

v e m b r e 1 7 6 2 , à ratifier l'acte d e cession d u 3 n o v e m b r e , acte r e m p l i de réserves q u i t é m o i g n a i e n t d u p e u

d'em-

p r e s s e m e n t des E s p a g n o l s à s'installer s u r le Mississipi, acte d e s t i n é à r e s t e r sacrel et à n e r e c e v o i r s o n e x é c u t i o n qu'après

rédaction

d'une

convention

spéciale s u r

les

délai Is d ' a p p l i c a t i o n L

1. C e t a c t e é t a i t a i n s i c o n ç u : « « « « « « «

« . . . S . M. T . G., v é r i t a b l e m e n t s e n s i b l e a u x s a c r i f i c e s q u e l e R o i C a t h o l i q u e a bien v o u l u faire g é n é r e u s e m e n t p o u r c o n c o u r i r avec El le a u r é t a b l i s s e m e n t d e l a p a i x , a d é s i r é d e l u i d o n n e r à c e t t e o c c a sion u n e p r e u v e d u vifintérêl q u i , I l e p r e n d à sa satisfaction el a u x a v a n t a g e s «le s a c o u r o n n e . P o u r c e t effet, S. M. T . C . a a u t o r i s é l e Duc de Choiseul à délivrer ...au Marquis de Grimaldi.,. u n acte p a r l e q u e l S. M. T . C . c è d e e n t o u t e p r o p r i é t é , p u r e m e n f e t s i m p l e m e n t , à S. M. C . e t à s e s s u c c e s s e u r s à p e r p é t u i t é l e s p a y s c o n n u s


-

Le traité définitif

52 —

rétablissant

la paix e n t r e l ' A n g l e t e r r e ,

la F r a n c e et l ' E s p a g n e fut s i g n é à Paris le 10 février 1 7 6 3 et r e p r o d u i s a i t les s t i p u l a t i o n s d e F o n t a i n e b l e a u . « s o u s le n o m d e la L o u i s i a n e , a i n s i q u e L a N o u v e l l e O r l é a n s e t l'île « d a n s laquelle celte ville e s t s i t u é e . « « « « « » « « «

« Mais le M a r q u i s d e G r i m a l d i , n ' é t a n t p a s e x a c t e m e n t i n f o r m é d e s i n t e n t i o n s d e S. M. C . , a c r u n e d e v o i r a c c e p t e r l a d i t e c e s s i o n q u e c o n d i l i o n n e l l e m e n t e l sub spe rati e n a t t e n d a n t les o r d r e s qu'il r e c e v r a d u R o i S o n M a î t r e , l e s q u e l s , s'ils s o n t c o n f o r m e s a u x d é s i r s d e S. M. T . G., c o m m e Elle l ' e s p è r e , s e r o n t i m m é d i a t e m e n t s u i v i s d e l ' a c t e f o r m e l e t a u t h e n t i q u e d e l a c e s s i o n d o n t il s ' a g i t , d a n s l e q u e l s e r o n t s t i p u l é e s l e s m e s u r e s à p r e n d r e e t l'époque à f i x e r d ' u n c o m m u n a c c o r d , t a n t p o u r l ' é v a c u a t i o n d e l a L o u i s i a n e et d e L a Nouvelle O r l é a n s p a r l e s s u j e t s d e S . M . T. G . q u e p o u r l a prise d e p o s s e s s i o n d e s d i l s p a y s p a r les s u j e t s d e S. M. G . . . . »

Archives du Ministère des Affaires m e n t , v o l . VI, fos 1 3 3 - 1 3 4 .

Etrangères,

Etats-Unis,

Supplé-


— 53 —

Le B i l a n a p p a r e n t e t r é e l d e l a G u e r r e d e S e p t A n s . La p a i x d e P a r i s

s i g n é e le 10 février 1 7 6 3 s e m b l a i t

tracer u n e l i g n e d e d é m a r c a t i o n

définitive

entre

vain-

q u e u r et v a i n c u s ; elle s e m b l a i t aussi d e v o i r régler p o u r u n e l o n g u e p é r i o d e la q u e s t i o n de la p r é p o n d é r a n c e m a r i t i m e . A lire les articles d u traité, o n p o u v a i t a i s é m e n t c o n c l u r e q u e la F r a n c e cessait à la fois d'être p u i s s a n c e n a v a l e et c o l o n i a l e de p r e m i e r o r d r e t a n d i s q u e l ' E s p a g n e était p l u s q u e j a m a i s confinée d a n s u n rôle s e c o n d a i r e et o b s c u r ; la G r a n d e - B r e t a g n e , p a r c o n t r e , r a y o n n a i t

en

E u r o p e t a n t c o m m e m a î t r e s s e des m e r s q u e c o m m e a r b i tre des c o u r s c o n t i n e n t a l e s marchés.

o u d o m i n a t r i c e des g r a n d s

* * •

La m o n a r c h i e de L o u i s XV n e c o n s e r v a i t p l u s q u e cert a i n e s de ses p o s s e s s i o n s d ' o u t r e - m e r , p a r la g r â c e de l ' A n g l e t e r r e selon toute a p p a r e n c e , m a i s ce d o m a i n e c o l o nial semblait composé de débris épars, sans cohésion, p a r suite difficiles à p r o t é g e r c o n t r e des a g r e s s i o n s , ciles aussi à m e t t r e en v a l e u r s a n s e n g a g e r dépenses

diffi-

d'immenses

En clï'et, quel parti tirer des c o m p t o i r s et facto-

reries d ' A f r i q u e , si d é d a i g n é e s p a r le c o m m e r c e a n g l a i s ? q u e faire des r i c h e s Antilles e n c a s t r é e s a u m i l i e u

des

îles b r i t a n n i q u e s et e n s e r r é e s d a n s u n réseau t a n t stratégique qu'économique appartenant à l'étranger? L'avenir de ces c o l o n i e s a p p a r a i s s a i t p r é c a i r e et o n p o u v a i t — n o n s a n s q u e l q u e r a i s o n — se d e m a n d e r si la p u i s s a n c e s'était

laisse

exclure

de

vastes

c o m m e ceux de l ' i n d o u s l a n

empires

qui

continentaux

o u de l ' A m é r i q u e d u Nord,


-

54 —

s a u r a i t s a u v e g a r d e r les d e r n i è r e s épaves de sa d o m i n a t i o n d'outre mer. . D e l à g u e r r e de S e p t Ans, le prestige de la F r a n c e sortait s i n g u l i è r e m e n t a m o i n d r i , le naval c o m m e le c o l o n i a l , voire m ê m e le d i p l o m a t i q u e . La C o u r d e Versailles

reti-

rait-elle de la g u e r r e c o n t i n e n t a l e plus de succès q u e

de

la g u e r r e m a r i t i m e i' Du traité d ' H u b e r t s b u r g c o n c o m m i t t a n t de celui de Paris, elle n ' o b t e n a i t a u c u n a v a n t a g e . Se r é s e r v a n t s e u l e m e n t d'affirmer son souci d e ' l ' é q u i l i b r e e u r o p é e n , elle laissait à l ' A u t r i c h e la p r e m i è r e place d a n s les c o m b i n a i s o n s c o n t i n e n t a l e s ; s e s sacrifices e n A m é r i q u e et en Asie, ses l o u r d e s d é p e n s e s et ses p e r t e s

en

h o m m e s n e t r o u v a i e n t d ' a u t r e c o m p e n s a t i o n q u e la satisfaction d ' a v o i r m e n a c é l'existence de la P r u s s e et p r é v e n u l ' a g r a n d i s s e m e n t de celle-ci. S a n s d o u t e la g u e r r e n ' a v a i t p o i n t a p p o r t é d ' a v a n t a g e s t a n g i b l e s , m a i s la p a i x e n r e g i s t r a i t des p e r l e s d o n t

l'im-

p o r t a n c e était p l u s a p p a r e n t e q u e réelle. Les forces v i v e s d u r o y a u m e r e s t a i e n t i n t a c t e s . Le t e r r i t o i r e

métropoli-

tain a v a i t é c h a p p é

occupation

à toute dévastation

ou

( h o r m i s l e s r a i d s é p h é m è r e s de croisières a n g l a i s e s et la s a i s i e de belle Isle en 1 7 6 2 ) . L'activité c o m m e r c i a l e avait été e n t r a v é e p a r les hostilités sous le p a v i l l o n n a t i o n a l , m a i s a v a i t t r o u v é des e x u t o i r e s d a n s les r a p p o r t s

avec

les p u i s s a n c e s n e u t r e s ; elle était p r è l e à r e p r e n d r e sa plén i t u d e dès la p a i x .

L ' a n é a n t i s s e m e n t d u tralic c o l o n i a l

provoqué par l'abandon

de l ' i n d o u s l a n

était-il u n c o u p i r r é p a r a b l e ? N u l l e m e n t ,

et d u

Canada

c a r les o p é r a -

t i o n s de la C o m p a g n i e d e s Indes ne r a p p o r t a i e n t g u è r e , le C a n a d a n e f o u r n i s s a i t à la m è r e - p a t r i e q u e des m a t i è res

premières

e n c o m b r a n t e s (bois) ou des articles

de

luxe ( f o u r r u r e s ) . La p r i n c i p a l e utilité de ces

possessions

a v a i t été de s e r v i r de d é b o u c h é s à l ' i n d u s t r i e

mélropoli-


55

t a i n c . Celle-ci, certes, tirait p l u s p a r t i des p r o d u c t i o n s d e la L o u i s i a n e , m a i s ces p r o d u c t i o n s é t a i e n t p e u a b o n d a n tes et l e u r v a l e u r r e p r é s e n t a i t — c o m m e e n m a i n t e s c o l o nies d ' a i l l e u r s — u n e m a i g r e c o m p e n s a t i o n

a u x fiais

i

d ' a d m i n i s t r a t i o n . Ces d é b o u c h é s p e r d u s p o u v a i e n t , d u r e s t e , a v o i r u n é q u i v a l e n t d a n s les m a r c h é s

nouveaux

q u ' i n d u s t r i e l s et c o m m e r ç a n t s français p o u v a i e n t s ' o u v r i r e n E u r o p e m ê m e , e n profitant des c o n d i t i o n s g é n é r a l e s d e crise q u i sévissaient a u l e n d e m a i n de la s u s p e n s i o n des h o s t i l i t é s . De p l u s , le d o m a i n e C a b i n e t d e Versailles

colonial q u i restait e n c o r e a u

était la p a r t la p l u s p r é c i e u s e :

certes, q u e l q u e s Antilles a v a i e n t été cédées à l ' A n g l e t e r r e , m a i s des îles à s u c r e et à café d e m e u r a i e n t e n c o r e à la F r a n c e ( S a i n t - D o m i n g u e , la G u a d e l o u p e

et la M a r t i n i -

q u e ; B o u r b o n ) ; des é t a b l i s s e m e n t s e n G u i n é e et a u Sénégal a s s u r a i e n t la c o n t i n u a t i o n d u c o m m e r c e d e la g o m m e , de l'ivoire et d e l à p o u d r e d ' o r . A i n s i la g r a n d e m o n a r c h i e b o u r b o n c o n s e r v a i t e n c o r e ses c o l o n i e s à p l a n t a t i o n s et ses c o l o n i e s d e c o m m c r c c q u i , bien q u e d i s p e r s é e s , offraient des p o i n t s d'escale s u r les g r a n d e s r o u l e s m a r i t i m e s ; elle p e r d a i t ses c o l o n i e s d e p e u p l e m e n t c o m m e la L o u i s i a n e et le C a n a d a , m a i s le m a l était p e u c o n s i d é r a b l e p o u r u n e n a t i o n d é p o u r v u e d e lout c o u r a n t d ' é m i g r a t i o n r é g u l i è r e , d'autant

m o i n s c o n s i d é r a b l e q u e les îles antillaises

prêtaient dans

une

certaine mesure

I. L a L o u i s i a n e p r o d u i s a i t e n p o u r 3.6oo.ooo livres d e Sao.ooo livres de

tabac,

1762 pour

pour

à

410.000

a5o.ooo

piastres g o u r d e s et d'argent,

livres

livres de

d'indigo, pelleteries,

p o u r 3o.ooo livres

huis c q u a r r i ,

25.000 l i v r e s d e s u i f e t d ' h u i l e a n i m a l e , a u t a n t d e

végétale. Par

c o n t r e , le m o n t a n t d e s t r a i t e s

à p l u s de a millions de livres. Celle a n n é e

sur

se

l'expatriation.

la

Marine

de cire

s'élevait

17G3 p e u l c o m p t e r

comme

1750, il n ' y avait q u e p o u r 370.000 l i v r e s

d'indigo,

i a o . 0 0 0 l i v r e s d e p e l l e t e r i e s , 90.000 l i v r e s d e t a b a c ( d ' a p r è s

l'ouvrage

liés Favorable. E n

de M. d c V i l l i e r s d u

Terrage).


56

L ' a b a n d o n à l ' E s p a g n e de toute la L o u i s i a n e

Occidentale

avec la m é t r o p o l e de la N o u v e l l e - O r l é a n s t é m o i g n a i t n e t t e m e n t d u p e u d ' a t t r a i t et de la m é d i o c r e i m p o r t a n c e q u e p r é s e n t a i t à Paris la q u e s t i o n des c o l o n i e s de p e u p l e m e n t . D ' a i l l e u r s la F r a n c e s o r t a i t de la g u e r r e de Sept A n s avec l ' e s p é r a n c e

d'une

riche compensation aux

pertes

coloniales, compensation qui n'était obtenue qu'indirect e m e n t d u fait des hostilités : n ' o b t e n a i t - e l l e p a s , g r â c e au Pacte de F a m i l l e , l ' o u v e r t u r e à ses n é g o c i a n t s el a r m a t e u r s d u vaste m a r c h é e s p a g n o l ? P e r s p e c t i v e

singulièrement

a v a n t a g e u s e p u i s q u ' i l s'agissait d ' u n m a r c h é accessible et d ' u n

facilement

m a r c h é qid offrait La p o s s i b i l i t é de

fructueuses o p é r a t i o n s en r a i s o n de l'afflux d ' o r d a n s les villes e s p a g n o l e s et d e l'état m é d i o c r e de l ' i n d u s t r i e h i s p a n i q u e . De p l u s , ces r e l a t i o n s c o m m e r c i a l e s et m a r i t i m e s é t a i e n t p l u s aisées à d é f e n d r e c o n t r e des a g r e s s i o n s b r i t a n n i q u e s q u e des r e l a t i o n s e n t r e t e n u e s avec de l o i n t a i n e s colonies, quelles qu'elles

fussent. IL est v r a i q u e celle

e x p a n s i o n au sein d u m a r c h é e s p a g n o l était s u b o r d o n n é e à la v o l o n t é d u g o u v e r n e m e n t de Madrid ; m a i s ce dern i e r n'était-il p a s , d u fait de la paix de P a r i s a u t a n t q u e d u P a c t e de F a m i l l e , a m e n é à c o m b i n e r ses efforts avec c e u x de la F r a n c e afin de s'assurer u n e é c l a t a n t e r e v a n c h e s u r la G r a n d e - B r e t a g n e ? De telles p e r s p e c t i v e s é t a i e n t d o n c d e n a t u r e ;i donnerai! m i n i s t r e q u i avait s i g n é le fâcheux traité de paix u n e p o p u l a r i t é d a n s les m i l i e u x c o m m e r ç a n t s , u n e p o p u l a r i t é p r e s q u ' a u s s i g r a n d e q u e celle q u i d e v a i t a c c u e i l l i r

le

c a b i n e t b r i t a n n i q u e r a p p o r t a n t de la g u e r r e des profits abondants française,

p o u r la n a t i o n . D'ailleurs l ' o p i n i o n p u b l i q u e cette o p i n i o n

des s a l o n s p a r i s i e n s q u i

seule

c o m p t a i t , se d é s i n t é r e s s a i t c o m p l è t e m e n t des c o l o n i e s ; elle n e j u g e a i t p o i n t q u e l ' a b a n d o n d u p r o t e c t o r a t s u r


-

57

-

les p r i n c e s h i n d o u s , la p e r t e d u C a n a d a et d e la L o u i s i a n e , la cession de diverses A n t i l l e s , fussent u n d o m m a g e o u l i m i t a s s e n t la p u i s s a n c e de p r o d u c t i o n d u r o y a u m e . Des désastres c o l o n i a u x o u m a r i t i m e s , n u l é c h o d u r a b l e d a n s la société française. N ' a v a i t - o n pas v u f o r m u l e r s é r i e u s e m e n t en j a n v i e r 1 7 5 9 u n projet d ' a b a n d o n d u C a n a d a c o n t r e l ' a c q u i s i t i o n de la Géorgie et des F l o r i d e s « avec les isles a d j a c e n t e s , les isles de la

Providence

situées d a n s

le d é t r o i t de

Bahama

et celles d e S a i n t e - H é l è n e , de S a i n t A u g u s t i n ,

gisantes

s u r les côtes de la Géorgie et des L u c a y c s », la rivière de S a v a n n a h s e r v a n t de frontière et r e s t a n t o u v e r t e à la n a v i g a t i o n

des

deux puissances

: F r a n c e et A n g l e -

t e r r e ? On p r é v o y a i t m ê m e , p o u r c o m p l é t e r la d i s p a r i t i o n d u C a n a d a français, l ' é c h a n g e des îles Royale et S a i n t Jean contre Minorque

Le seul fait de c o n c e v o i r

un

tel p r o g r a m m e en u n m o m e n t o ù les t r o u p e s c a n a d i e n nes r é s i s t a i e n t a u x forces c o l o n i a l e s et m é t r o p o l i t a i n e s d e la G r a n d e - B r e t a g n e p e r m e t de c o m p r e n d r e

l'indifférence

n a t i o n a l e en m a t i è r e c o l o n i a l e , la passivité avec l a q u e l l e o n r e ç u t en F r a n c e les clauses c o l o n i a l e s de la p a i x de 1 7 6 3 . Toutefois, u n e parmi

telle

attitude

n'était point

les g o u v e r n a n t s . Si Louis XV n o n

chait guère d'importance

aux questions

générale

plus de

n'atta-

commerce

e x o t i q u e s , en r e v a n c h e le D u c de C h o i s e u l ainsi q u e son cousin

Choiscul-Praslin

estimaient que

la

France

se

t r o u v a i t r é d u i t e p a r le traité de Paris a u d o m a i n e colon i a l m i n i m u m ; s a n s factoreries, s a n s c o l o n i e s à épices ou à denrées

tropicales,

s a n s p o i n t s d'escale d a n s

les

m e r s é l o i g n é e s , le trafic m a r i t i m e français serait voué à la d é c a d e n c e , p e u t - ê t r e m ê m e à la d i s p a r i t i o n si les m a r i n e s 1. Archives ss.

fos256et

des

Aff. E t r . , Grande-Bretagne,

Documents,

Volume

41,


— 58 — m a r c h a n d e s a n g l a i s e et h o l l a n d a i s e

établissaient

sans

conteste l e u r m o n o p o l e de fait. Choiseul entendait

donc, non

seulement

conserver

avec soin les d é b r i s de l ' e m p i r e c o l o n i a l sauvés de la g u e r r e , m a i s e n c o r e r e s t a u r e r cet e m p i r e d a n s toutes les r é g i o n s o ù le v i g i l a n t c o n t r ô l e des A n g l a i s s'exercerait avec le m o i n s d ' â p r e t é . A v a n t m ê m e la c o n c l u s i o n d e la paix définitive, il j e t a i t les bases d ' u n e r e p r i s e d ' e x p a n sion c o l o n i a l e : il se p r é p a r a i t à revivifier les c o m p t o i r s d ' A f r i q u e , à r e l e v e r les é t a b l i s s e m e n t s de G u y a n e , à m e t tre p l e i n e m e n t en v a l e u r les p o s s e s s i o n s antillaises ou les établissements

de l'Océan

I n d i e n , a r r a c h é s à l'avidité

b r i t a n n i q u e . Il était r é s o l u à n e laisser é c h a p p e r a u c u n e occasion de p l a n t e r le p a v i l l o n français s u r des terres n o u v e l l e s , r e p r e n a n t des c o l o n i e s a b a n d o n n é e s o u e n c o u r a g e a n t a r m a t e u r s ou m a r i n s à t e n t e r des e x p é d i t i o n s vers 1

les r é g i o n s e n c o r e i n o c c u p é e s . A ces i n c i t a t i o n s a d r e s s é e s aux entreprises

privées

venaient

s'ajouter

les

efforts

a c c o m p l i s d a n s les d o m a i n e s officiels p o u r r e c o n s t i t u e r , en d é p i t de la détresse financière, n a t i o n a l e si c o m p r o m i s e p a r La

la p u i s s a n c e

navale

Reconstitution

guerre.

i n d i s p e n s a b l e t a n t p o u r le m a i n t i e n d u p r e s t i g e français en E u r o p e q u e p o u r la s a u v e g a r d e de L'avenir

colonial

français. Le m i n i s t r e d ' a i l l e u r s p o u v a i t se livrer obstacles (pie ceux d ' o r i g i n e

financière

sans

autres

à celle œ u v r e de

relèvement maritime

puisque l'opinion

son désintéressement,

lui

publique,

laissait carie b l a n c h e

en

par la

m a t i è r e . Il n ' a v a i t p o i n t a r e d o u t e r u n e o p p o s i t i o n tenace, ostensible o u d i s s i m u l é e , ni d a n s l e s m i l i e u x intellectuels I. O u e l q u e s

c a s t y p i q u e s a p p a r a i s s e n t d a n s les

espagnoles, n o t a m m e n t à propos ci-dessous).

de

Manille

et

relations des

franco-

Falkland

(voir


-

59

-

ni au sein des B u r e a u x , p o u r v u q u e les p r o g r a m m e s o u s y s t è m e s favoris des p o l i t i q u c s . d e s a l o n s o u des c o m m i s dirigeants

n e fussent p o i n t g è n e s

par l'exécution

de

m e s u r e s c o l o n i a l e s . C h o i s e u l p r e n a i t soin en vérité de n e p o i n t a l a r m e r l ' o p i n i o n p u b l i q u e française e n sant voir l'éventualité d'une

lui

lais-

nouvelle guerre maritime

et il travaillait à d i s s i m u l e r ses p l a n s d ' e x p a n s i o n

loin-

l a i n e à la fois à la F r a n c e et à l ' A n g l e t e r r e . Ce n'est p o i n t q u ' i l v o u l û t i g n o r e r la p o l i t i q u e c o n t i n e n t a l e , m a i s a u lieu de se laisser a b s o r b e r e n t i è r e m e n t p a r le

système

a u t r i c h i e n et les soucis de l ' é q u i l i b r e en E u r o p e C e n t r a l e , il traçait r é s o l u m e n t u n e l i g n e de d é m a r c a t i o n e n t r e le p r o g r a m m e terrestre cl le p r o g r a m m e m a r i t i m e , t e n a n t la b a l a n c e égale e n t r e l ' u n et l'autre tout eu s ' i n s p i r a n t des c i r c o n s t a n c e s . Or, a p r è s 1 7 6 3 , la g r a n d e p u i s s a n c e advei'se était p o u r la F r a n c e la G r a n d e - B r e t a g n e

et n o n

p l u s la P r u s s e . C e l a i t aussi le cas de l ' E s p a g n e , q u i v o y a i t d a n s la domination

b r i t a n n i q u e des m e r s

le g r a n d

problème

n a t i o n a l c o m m e la g r a n d e m e n a c e p o u r la s p l e n d e u r de la m o n a r c h i e h i s p a n i q u e . Celle-ci avait été a t t e i n t e par la d e r n i è r e g u e r r e b e a u c o u p plus m o r a l e m e n t q u e m a t é r i e l l e m e n t . S a n s d o u l e La H a v a n e et u n e p a r t i e de C u b a , Manille

et sa b a n l i e u e a v a i e n t été capturées^et pillées ;

s a n s d o u t e les escadres d u roi c a t h o l i q u e n ' a v a i e n t

pu

t e n i r la m e r c o n t r e les (lottes a n g l a i s e s ; m a i s , en définitive,

la paix

de Paris

n'amputait

guère

le

royaume

p é n i n s u l a i r e (pie d ' u n e c o l o n i e à p e u près i n u t i l i s a b l e . La F l o r i d e n ' a v a i t

jamais

a t t i r é , avec ses l a g u n e s

el

ses s a v a n e s , la s o l l i c i t u d e a t t e n d r i e d e la m é t r o p o l e ; elle n ' a v a i t q u e des h a v r e s c o m m e Pcnsacola o u Mobile d o n t l'activité était n e u t r a l i s é e p a r le v o i s i n a g e d e La H a v a n e


— 60 — o u de La N o u v e l l e - O r l é a n s . Son i m p o r t a n c e était p u r e m e n t n é g a t i v e , p e r m e t t a n t a u x E s p a g n o l s de c o n t r ô l e r d e façon a b s o l u e l'accès s e p t e n t r i o n a l au Golfe d u M e x i q u e . D é s o r m a i s , l ' E s p a g n e n e d i s p o s e r a i t p l u s q u e d ' u n e rive d u c a n a l floridicn et laisserait les A n g l a i s s ' i n s t a l l a n l à Mobile v i o l e r les a b o r d s d e la m e r i n t é r i e u r e m e x i c a i n e . Ne valait-il p a s m i e u x o b t e n i r la r e s t i t u t i o n des P h i l i p p i n e s et de C u b a au p r i x d u d a n g e r é v e n t u e l de la création à Pcnsacola d ' u n e base n a v a l e et d ' u n c e n t r e de c o n t r e b a n d e !'...

Encore

faudrait-il

aux Anglais

plusieurs

an nées p o u r réaliser cette en Ircprise, q u e l q u e peu arti ficiel le d u fait q u e les F l o r i d e s é t a i e n t p r a t i q u e m e n t coupées de toutes c o m m u n i c a t i o n s terrestres avec les a n c i e n n e s colon i e s b r i t a n n i q u e s d ' A m é r i q u e (Géorgie, C a r o l i n e s o u Virginie). L'Espagne déplorait donc par principe plus que

par

utilité ses pertes t e r r i t o r i a l e s , elle d é p l o r a i t p l u s e n c o r e de n ' a v o i r p u r é c u p é r e r ni G i b r a l t a r , ni M i n o r q u c . Elle a v a i t r e l a t i v e m e n t p e u souffert

é c o n o m i q u e m e n t de la b r è v e

g u e r r e m a r i t i m e . Toutefois le g o u v e r n e m e n t h i s p a n i q u e avait p u se r e n d r e c o m p t e de m a i n t e s e r r e u r s d e r é g i m e et d a n s cet e n s e i g n e m e n t résidait s u r t o u t la portée d u c o n flit. C h a r l e s III et ses c o n s e i l l e r s p o u v a i e n t avec r a i s o n se r e n d r e c o m p t e — m a i s à des d e g r é s très d i v e r s — d e l'imprudence

qu'ils

avaient

commise

en

lançant

la

m o n a r c h i e , mal p r é p a r é e et mal outillée, d a n s u n e Lutte d ' e n d u r a n c e avec un a d v e r s a i r e r e d o u t a b l e a u t a n t q u ' e x p é r i m e n t é . La faiblesse

de

la m o n a r c h i e éclatait

aux

y e u x d u s o u v e r a i n q u i venait à p e i n e de p r e n d r e possession d u t r ô n e el qui n ' a v a i t pu effacer les traces désastreuses d u r è g n e d e F e r d i n a n d VI. La sujétion

financière d u c au

trafic des g a l i o n s , la

q u a s i i n d é p e n d a n c e des vice-rois é t a i e n t les p r i n c i p a u x


61-

de ces m a u x q u i c o m p r o m e t t a i e n t la s é c u r i t é d e l ' e m p i r e colonial.

Une

minutieuse

inspection

des

possessions

d ' A m é r i q u e , u n e réfection de la m a r i n e de g u e r r e , voilà les t â c h e s f o r m i d a b l e s q u i s ' i m p o s a i e n t à la m o n a r c h i e . La n a t i o n avait v a g u e m e n t c o n s c i e n c e de ces i m p e r f e c t i o n s , elle s e n t a i t l ' a b a i s s e m e n t d a n s

lequel

elle était

p l o n g é e a u p o i n t de v u e m a r i t i m e et souffrait de cet état de c h o s e s .

Les g o u v e r n a n t s

qui avaient cru

marcher

à u n e g u e r r e de r e v a n c h e , se r e m e t t a i e n t l e n t e m e n t des d é s i l l u s i o n s é p r o u v é e s et e n v i s a g e a i e n t

avec q u e l q u ' i n -

q u i é l u d c le travail à a c c o m p l i r avec des finances o b é r é e s et u n c o m m e r c e e n g o u r d i . N é a n m o i n s l ' o r g u e i l n a t i o n a l , le s e n t i m e n t q u e l ' A m é r i q u e e s p a g n o l e était u n e i n t é g r a n t e de l'état,

partie

s t i m u l a i e n t les é n e r g i e s et les c o u -

rages. Le roi était p l u s a r d e n t q u e j a m a i s à r e c h e r c h e r u n succès q u i l'avait fui u n e p r e m i è r e fois ; il v o u l a i t n o n plus une

revanche, mais

sa r e v a n c h e .

Ses m i n i s t r e s

n ' é l a i e n t p o i n t s a n s a p p r é c i e r l e u r p a r t de r e s p o n s a b i l i t é d a n s le d é s a s t r e et ils é t a i e n t p r ê t s à c o l l a b o r e r activem e n t à l ' œ u v r e de r e v a n c h e .

Le p a r t i a n g l o p h i l e allait

s'effacer d é f i n i t i v e m e n t de la scène et les d i v e r g e n c e s q u i demeuraient

a l l a i e n t être d u e s à l ' i n t e r p r é t a t i o n de la

politique francophile.

Le P a c t e d e F a m i l l e était a d m i s

c o m m e base des r a p p o r t s

franco-espagnols,

mais, alors

q u e les u n s e s t i m a i e n t n é c e s s a i r e u n e c e r t a i n e a b d i c a t i o n de s o u v e r a i n e t é a u profit de la p o l i t i q u e c o m m u n e a n t i a n g l a i s e , d ' a u t r e s s'efforçaient de l i m i t e r les c o n c e s s i o n s à faire à la m o n a r c h i e v o i s i n e et alliée. Alors q u ' e n F r a n c e le p r o g r a m m e d e g u e r r e

maritime

était s o u t e n u p a r C h o i s e u l et u n p e t i t clan de p a r t i s a n s du

m i n i s t r e , à Madrid

au

contraire,

ce

programme

réunissait tous les suffrages et t o u s les d i r i g e a n t s t r a v a i l laient — avec u n e a r d e u r v a r i a b l e , d ' a i l l e u r s — à son


62- —

e x é c u t i o n . Il y avait u n véritable b l o c d e v o l o n t é s tend u e s c o n t r e l'Angleterre et u n e sorte d é c a b i n e t dé g u e r r e , r é u n i s s a n t a u t o u r de C h a r l e s III le m i n i s t r e des F i n a n cés S q u i l l a c e , celui d e l ' E x t é r i e u r G r i m a l d i , celui d e la Marine e l d e s Indes A r r i a g a , voire m ê m e le m i n i s t r e de la G u e r r e W a l l

s u r v i v a i t à la cessation d e s h o s t i l i t é s ,

a t t e s t a n t p a r son m a i n t i e n le c a r a c t è r e f o n d a m e n t a l et n a t i o n a l d o n n é à la p o l i t i q u e d ' a b r o g a t i o n d ' u n traité qui, s o m m e t o u t e , n e p r i v a i t la C o u r m a d r i l è n e q u e d e s marécages Ainsi

floridiens.

l'attitude des vaincus ne variait qu'en

degré,

l ' a m è r t u m é d e la défaite était d ' a u t a n t plus v i v e m e n t ressentie q u e les perles a v a i e n t élé plus m i n i m e s . Quelle était, d ' a u t r e part, la s i t u a t i o n d u v a i n q u e u r ?

L ' A n g l e t e r r e offrait le p l u s é t r a n g e c o n t r a s t e de s p l e n d e u r cl d e d é t r e s s e , d ' i m m u t a b i l i t é et de r é n o v a t i o n . Extérieurement, elle s e m b l a i t n ' a v o i r g u è r e c h a n g é d e p u i s 17/10 o u 1 7 5 0 , triais, en fait, elle était en p r o i e a u d é s a r r o i qui m a r q u e toutes les r é v o l u t i o n s ; o r la r é v o l u t i o n q u i a t t e i g n a i t la n a t i o n b r i t a n n i q u e était m o i n s d ' o r d r e p o l i t i q u e q u e d e nature é c o n o m i q u e , sociale et m o r a l e . Les c o n s é q u e n c e s d ' u n e o b s t i n é e p o u r s u i t e d e la d o m i n a t i o n d e s m e r s se faisaient j o u r

lentement. Commerce,

i n d u s t r i e , a g r i c u l t u r e a v a i e n t été f o r t e m e n t c o i n de la p o l i t i q u e

marqués au

b e l l i q u e u s e pratiquée d e p u i s

vingt

a n s et ils c o n s e r v a i e n t plus ou m o i n s celle empreinte, ne pouvant plus r e v e n i r en lyli.'i avec élasticité au slade de 1. Le 21 août 1763 il s e retirail el s o n portefeuille était attribué à Squillace qui, ( l e la sorte, d e v e n a i t g é r a n t d e n o m b r e u x services.

en l'ail un p r e m i e r

ministre


63

l ' é c o n o m i e de p a i x . Le c o m m e r c e e x t é r i e u r et le r a v i t a i l l e m e n t n a t i o n a l , p a r suite toutes les b r a n c h e s d'activité s e m b l a i e n t d é p e n d r e des c o n d i t i o n s de g u e r r e m a r i t i m e : o p é r a t i o n s de c o u r s e , visite des b â t i m e n t s n e u t r e s , c a p t u r e des c o l o n i e s e n n e m i e s , c o u r s forcé, i m p ô t s

doublés

et e m p r u n t s f r é q u e n t s . Les g r a n d s p r o p r i é t a i r e s se félicitaient de la s u s p e n s i o n o u de la r é d u c t i o n des e n t r é e s de p r o d u i t s a l i m e n t a i r e s , ce q u i l e u r p e r m e t t a i t

d'imposer

a u x c o n s o m m a t e u r s des p r i x excessifs. C e r t a i n s i n d u s triels et c o m m e r ç a n t s , s ' a p p r o v i s i o n n a n t

f a c i l e m e n t en

m a t i è r e s p r e m i è r e s , l i r a i e n t de l e u r côté de g r o s profits. On c o n ç o i t s a n s p e i n e q u ' à l ' a u b e d e s n é g o c i a t i o n s d é c i sives, en 1 7 6 2 , des n é g o c i a n t s de la City a i e n t s p o n t a n é m e n t offert

de s o u s c r i r e à u n e c o n t r i b u t i o n

extraordi-

n a i r e p o u r la c o n t i n u a t i o n des h o s t i l i t é s . C'est q u e la g u e r r e était p o u r e u x u n e s o u r c e d ' e n r i c h i s s e m e n t et q u e la p a i x signifiait le r e t o u r de la c o n c u r r e n c e é t r a n g è r e , la f e r m e t u r e des m a r c h é s alliés o u a c q u i s p a r c o n q u ê t e (colonies françaises et e s p a g n o l e s ) , la fin d u m o n o p o l e de l'ait s u r les t r a n s p o r t s m a r i t i m e s , etc. J a m a i s b a r r i è r e d o u a nière ne c o n s t i t u e r a i t u n obstacle a u x e x p o r t a t i o n s de l'ét r a n g e r c o m m e l'étaient croisières et corsaires b r i t a n n i q u e s . P o u r t a n t , si c e r t a i n s p a r t i c u l i e r s s ' e n r i c h i s s a i e n t et p r o filaient

de la g u e r r e , la n a t i o n

t o u t e n t i è r e se t r o u v a i t

vers 1 7 6 2 en u n e s i t u a t i o n c r i t i q u e , et cette

situation

n ' a v a i t pas été s a n s influer s u r les d é c i s i o n s d u

gouver-

n e m e n t . Certes celui-ci n ' é t a i t n u l l e m e n t r é d u i t à i m p l o r e r la paix ; m a i s il en a r r i v a i t à la désirer, à s e n t i r p l u s o u m o i n s o b s c u r é m e n t q u ' i l n e p o u v a i t pas i m p u n é m e n t d i c t e r ses c o n d i t i o n s à ses a d v e r s a i r e s et q u ' i l r i s q u a i t , en p r o l o n g e a n t la g u e r r e , de c o m p r o m e t t r e ses succès en r é v é l a n t c e r t a i n e s de ses faiblesses. C'est que d a n s les lies B r i t a n n i q u e s sévissait, s i n o n la


64

f a m i n e , d u m o i n s la disette, — la disette en

denrées

a l i m e n t a i r e s c o m m e en articles m a n u f a c t u r é s . Les a r t i cles les p l u s nécessaires à la vie v o y a i e n t l e u r s p r i x m o n t e r s a n s cesse, se m a i n t e n i r à l'éliage des c o u r s d u blé ; l ' a g r i c u l t u r e ne p o u v a i t suffire à n o u r r i r la p o p u lation et l ' i n d u s t r i e n a t i o n a l e , souffrant déjà de la spécialisation, ne p o u v a i t s u p p l é e r les a r r i v a g e s d u c o n t i n e n t , i n t e r r o m p u s p a r la g u e r r e . Q u ' i m p o r t a i t d'épices,

l'introduction

de s u c r e , de café si des p r o d u i t s p l u s i n d i s -

p e n s a b l e s m a n q u a i e n t ? si l'aclivité des c o r s a i r e s e n n e m i s j o i n t e à l'hostilité de n e u t r e s

indignés

des

pratiques

m a r i t i m e s a n g l a i s e s r a l e n t i s s a i t le m o u v e m e n t des i m p o r t a t i o n s et e x p o r t a t i o n s b r i t a n n i q u e s ? Les d é b o u c h é s e x t é r i e u r s , déjà r e s t r e i n t s en t e m p s de paix d u fait de la m é d i o c r e variété des p r o d u c t i o n s

se r e s s e r r a i e n t e n c o r e à

la s u i t e des r e p r é s a i l l e s c o m m e r c i a l e s exercées s u r le c o n t i n e n t c o n t r e les A n g l a i s . L ' i n d u s t r i e et le c o m m e r c e en g é n é r a l souffraient é n o r m é m e n t d e la p o l i t i q u e b e l l i q u e u s e q u i avait p o u r r é s u l tat de r é s e r v e r toutes les possibilités de d é v e l o p p e m e n t à u n e u n i q u e b r a n c h e d'activité : la n a v i g a t i o n .

Prises

et c o n t r e b a n d e , h a u t s frets n e suffisaient p o i n t à e n r i c h i r la n a t i o n et, loin d e m a i n t e n i r u n j u s t e é q u i l i b r e d a n s les r e v e n u s des diverses classes de la société,

concen-

t r a i e n t en c e r t a i n e s m a i n s tous les profits ; à ce facteur de d é n i v e l l e m e n t d a n s la r é p a r t i t i o n v e n a i e n t

s'ajouter

les s p é c u l a t i o n s m é t r o p o l i t a i n e s et c o l o n i a l e s , les b é n é fices

scandaleux

des

grands

propriétaires

T a n d i s q u e les r e v e n u s d i m i n u a i e n t p o u r la partie

de

la n a t i o n , les c h a r g e s

publiques

fonciers. majeure s'accrois-

saient. P o u r s u b v e n i r a u x d é p e n s e s de g u e r r e , il a v a i t I. L e s g r a n d s a r t i c l e s d ' e x p o r t a t i o n é t a i e n t l e s c o t o n n a d e s , l e s p o i s s o n s et les d e n r é e s c o l o n i a l e s , q u e l q u e s m i n e r a i s : p l o m b e l é t a i n .


— 65

fallu

h y p o t h é q u e r l'avenir n o n seulement

p a r le r e n -

f o r c e m e n t des i m p ô t s e x i s t a n t s , m a i s e n c o r e p a r l a

mul-

t i p l i c a t i o n des e m p r u n t s . L'inflation de la dette flottante avait p a r u au g o u v e r n e m e n t u n p r o c é d é c o m m o d e p o u r se p r o c u r e r des ressources et les. B o n s de la M a r i n e (du Trésor) a v a i e n t été é m i s en des p r o p o r t i o n s q u i d é p a s s a i e n t les limites d ' u n sain c r é d i t p u b l i c . S a n s la discip l i n e et le p a t r i o t i s m e d u p e u p l e a n g l a i s , tout ce p a p i e r m o n n a i e eut p r o m p t e m e n t été d é p r é c i é ; n é a n m o i n s e n 17G2 il c i r c u l a i t p é n i b l e m e n t et l'agio a p p a r a i s s a i t .

A.

p e i n e les p r é l i m i n a i r e s de F o n t a i n e b l e a u étaient-ils signés q u e les c o n v e r s i o n s c o m m e n ç a i e n t el en 1764 o n c o n solida p a r r é d u c t i o n les soldes des é m i s s i o n s de b o n s n o n encore rachetés. La g u e r r e avait é t é o u v e r t e a l o r s q u e le fardeau de la p r è s de 70 m i l l i o n s de livres s t e r l i n g ;

dette a t t e i g n a i t

en s e p t a n n é e s , la dette avait d o u b l é , p a r v e n a n t au total de i 3 3 m i l l i o n s . Le service des i n t é r ê t s avait fatalement suivi u n e p r o g r e s s i o n a n a l o g u e et le T r é s o r d e v a i t c h a q u e année

débourser

en

arrérages

environ

5 millions

de

livres s t e r l i n g . D é p l u s , il était i m p o s s i b l e a u l e n d e m a i n de la p a i x d ' a u g m e n t e r le t a u x de t a x a t i o n et p l u s i m possible e n c o r e de d é p l o y e r u n e i n g é n i o s i t é

quelconque

en m a t i è r e fiscale p u i s q u e loute m a t i è r e i m p o s a b l e p a y a i t des d r o i t s . La s i t u a t i o n était telle en 1 7 6 3 q u e ,

malgré

la l i q u i d a t i o n p r o g r e s s i v e des services de g u e r r e , il fallut a v o i r r e c o u r s à l ' e m p r u n t el é m e t t r e p o u r trois m i l l i o n s et d e m i de livres s t e r l i n g des titres g a g é s s u r u n i m p ô t n o u 1

veau a t t e i g n a n t le v i n , le v i n a i g r e , le cidre el le p o i r é . Les b u d g e t s d ' a p r è s - g u e r r e restaient l o u r d e m e n t g r e v é s 1. E n

1 7 5 6 , la d e t t e g l o b a l e e s t d e 7 4 . 5 7 5 . 0 3 5 £ ( d o n t 8 i 5 . 5 5 5 £

consolidées).

En

1763,

( d o n t 5.000.000 £ n o n

la

non

d e t t e g l o b a l e s ' e s t é l e v é e à 1.32.716.049

consolidés). 5

£


66

p a r des d é p e n s e s e x t r a o r d i n a i r e s m i l i t a i r e s o u n a v a l e s . U n m i l l i o n et d e m i de livres s t e r l i n g était p r é v u c o m p t e de la Hotte en 1 7 6 4 et 1 7 6 6 , p r e s q u e a u t a n t

au

pour

l ' a r m é e s a n s c o m p t e r les s u b s i d e s d u s a u x p r i n c e s allem a n d s , les frais de r a v i t a i l l e m e n t des forces royales a u x c o l o n i e s , etc. E n définitive, la g u e r r e m a r i t i m e de 1 7 6 6 à 1 7 6 3 c o û t a i t à l ' A n g l e t e r r e 8 2 . 6 2 3 . 7 3 8 livres s t e r l i n g , d o n t le q u a r t à p e i n e avait été c o u v e r t p a r voie d ' i m p ô t s '. Telles é t a i e n t les p e r l e s p o u r l ' E t a t ; q u a n t a u x d o m m a g e s subis p a r les p a r t i c u l i e r s d u fait des h o s t i l i t é s , ils sont impossibles à évaluer. La

Grande-Bretagne

victorieuse

a c q u é r a i t de

nom-

b r e u s e s c o l o n i e s d o n t la m i s e en v a l e u r d e v e n a i t problématique

en

r a i s o n de

la p é n u r i e de

capitaux dispo-

n i b l e s : le C a n a d a , la L o u i s i a n e O r i e n t a l e et les F l o r i d e s seraient-elles aisées à e x p l o i t e r et p o u r r a i e n t - e l l e s rapidement

à

la

métropole un

fournir

dédommagement

aux

d é p e n s e s d e g u e r r e ? Il est vrai q u e les A n t i l l e s enlevées à la F r a n c e é t a i e n t i m m é d i a t e m e n t e x p l o i t a b l e s , q u e la C o m p a g n i e des I n d e s n ' a v a i t p l u s à r e d o u t e r en

Ilin-

d o u s l a n la c o n c u r r e n c e de sa rivale française ; m a i s ces a v a n t a g e s m i s e n b a l a n c e avec les d é p e n s e s a c c u m u l é e s d e p u i s 1 7 5 6 p a r a i s s a i e n t bien l é g e r s , p e u s u s c e p t i b l e s d e r é t a b l i r l ' é q u i l i b r e c o m m e r c i a l de l ' A n g l e t e r r e el de r e s t a u r e r la p r o s p é r i t é d e celle-ci. C'était a s s u r é m e n t ces i m p é r i e u x motifs

financiers

qui

a v a i e n t en p a r t i e e n r a y é le c o u r a n t de b e l l i c i s m e q u i e n t r a î n a i t la p l u p a r t des h o m m e s

politiques anglais.

La

n a t i o n , d e p u i s les t e m p s de W a l p o l e , a v a i l littéralement élé s a t u r é e d ' e s p r i t g u e r r i e r : elle avait c o n t r a c t é d e p u i s 1. Considerations on the Trade

and

Finance

of

tlds

Kingdom,

pam-

p h l e t p a r u à L o n d r e s en 1766 et relatif à l a s i t u a t i o n é c o n o m i q u e financière

d'Angleterre.

et


- 6 7 -

1 7 4 0 l ' h a b i t u d e de vivre en état de g u e r r e p l u s ou m o i n s o u v e r t e avec ses r i v a u x d u c o n t i n e n t . P s y c h o l o g i q u e m e n t c o m m e m a t é r i e l l e m e n t elle s'était a d a p t é e à ce n o u v e a u r é g i m e . C e p e n d a n t la p r o l o n g a t i o n indéfinie des hostilités q u e c o u p a i e n t s e u l e m e n t de b r è v e s trêves avait fini p a r frapper

de p a r a l y s i e c e r t a i n e s b r a n c h e s

par démoraliser

de n o m b r e u x

d'activité,

e s p r i t s au c o n t a c t des

profits illicites et des s p é c u l a t i o n s é h o n t é e s , p a r lasser aussi la g r a n d e m a s s e des c o n s o m m a t e u r s , v i c t i m e des g r a n d s s e i g n e u r s a g r a r i e n s c o m m e des g r a n d s m a r c h a n d s . Ceuxci c o m m e ceux-là, u n i s p a r la c o m m u n a u t é

d'intérêts,

e u s s e n t p u m ê m e a p r è s 1 7 6 2 t e n i r en é c h e c , g r â c e à l e u r p u i s s a n c e p o l i t i q u e et à l e u r s c a p i t a u x , les m o u v e m e n t s p o p u l a i r e s en faveur d e la p a i x ; m a i s la détresse d u Trésor r o y a l , d ' u n e p a r t , et les c o m b i n a i s o n s pacifiques de Georges I I I , de L o r d Bute el d e ses a m i s a v a i e n t fini p a r n e u t r a l i s e r le c h a u v i n i s m e i n t é r e s s é des n é g o c i a n t s de la CUy el des l o r d s t e r r i e n s . La p a i x a v a i t été a c q u i s e , m a i s les p a r t i s b e l l i q u e u x n e d é s a r m a i e n t p o i n t , si bien q u ' o n p o u v a i t assister à cet é t r a n g e spectacle : d a n s le p a y s v a i n q u e u r , le c a b i n e t qui signait u n

traité

singulièrement

avantageux

était

l'objet des a t t a q u e s les p l u s v i o l e n t e s t a n t d a n s la presse q u e d a n s les r u e s de la c a p i t a l e . Lord Bute était v i l i p e n d é d a n s les j o u r n a u x , c r i t i q u é en u n e n u é e de p a m p h l e t s , raillé p a r m a i n t e s c a r i c a t u r e s cl des c o r t è g e s s ' o r g a n i s a i e n t à L o n d r e s p o u r p r o m e n e r au m i l i e u des s a r c a s m e s u n e botte, e m b l è m e h o m o n y m i q u e du premier ministre. Celui-ci a v a i t c o n t r e lui d'être Écossais, d'être

l'ami

et le c o n f i d e n t é c o u t é d u j e u n e r o i , d ' a v o i r peu d ' a m i s et m o i n s e n c o r e de p a r t i s a n s p o l i t i q u e s , d ' a v o i r été le s u c c e s s e u r de Pill. C o n t r e l u i se r é u n i s s a i e n t en

une

coalition f o r m i d a b l e les b e l l i q u e u x el les m e r c a n t i l e s , les


— 68

admirateurs

de Pitt et les a d v e r s a i r e s de la

politique

h a n o v r i e n n e , les e n n e m i s d u p o u v o i r p e r s o n n e l et les a m i s zélés d u j e u n e roi, ces d e r n i e r s r e d o u t a n t d e voir la p o p u l a r i t é de Georges III d i m i n u é e p a r la tutelle d'un lord écossais. Bien p l u s , les i n t r i g u e s é t r a n g è r e s se m ê laient e n c o r e a u x é l é m e n t s p u r e m e n t i n t é r i e u r s de cetle o p p o s i t i o n : si lord Bute et les n é g o c i a t e u r s d u Irai té d e P a r i s é t a i e n t , en raison de l e u r s o p i n i o n s pacifiques, vus avec faveur p a r

les monarchies b o u r b o n s ,

ils ne p o u -

v a i e n t pas tirer force o u a p p u i de ces s y m p a t h i e s cl p a r c o n t r e ils se h e u r t a i e n t à l ' a n i m o s i t é

du cabinet prus-

sien. F r é d é r i c II, l'allié de l'Angleterre, m é c o n t e n t

du

p r o g r a m m e pacifique d e l à ( l o u r de Saiid .lames, multipliait à ses a g e n t s à L o n d r e s , Michel! et le (Jointe Ixnyphaii s e n , des

instructions

positives

pour

m e n e r campagne

contre le cabinet (1762.-1763)L Lord

Bute, q u i avait obtenu p o u r la ratification des

préliminaires de paix des é c r a s a n t e s

m a j o r i t é à la fois

aux C o m m u n e s et à la Chambre des Lords (le 9 d é c e m b r e 1762

les

6 5 non)

Communes

avaient

était bien d é f e n d u

donné

3 1 9 oui

contre

p a r la grande m a j o r i t é

de

L'opinion p u b l i q u e et g r a n d e m e n t attaqué par la p l u p a r t des partis politiques. Certes son intention a v a i t toujours été de réaliser l ' œ u v r e de pacification chère au roi et de se r e t i r e r a u s s i t ô t celle t a c h e a c c o m p l i e p o u r laisser la place à q u e l q u e m a n œ u v r i e r parlementaire choisi p a r l e souverain.

Lui-même

n'av ait

p o i n t d'ambition et son

e x p é r i e n c e m i n i s t é r i e l l e toute récente ne l ' i n c l i n a i t à se maintenir

au

pouvoir.

regret se dresser c o n t r e

Néanmoins

il

pas

voyait avec

lui les leaders de la

politique

n a t i o n a l e , les Pill et T e m p l e ; il vovail se s é p a r e r de lui

1. William

Pill

und

Graf

Bute,

par von

RUVILLE,

1895.


- 6 9 -

le Duc de Bedford, s i g n a t a i r e d u traité de P a r i s , et il sentait F o x , s o n allié, q u e l q u e p e u i n c e r t a i n . Deux satisfactions

lui p o u v a i e n t être réservées : d ' u n e p a r t , s o n

œ u v r e de paix n ' é t a i t pas a t t a q u é e car n u l n ' e u t osé risq u e r l ' i m p o p u l a r i t é p o u r faire o s t e n s i b l e m e n t le p r o c è s d ' u n e paix t r i o m p h a l e , d ' u n e paix qui lésait les i n t é r ê t s de q u e l q u e s s p é c u l a t e u r s et c o n s a c r a i t les i n t é r ê t s n a t i o n a u x — d ' a u t r e p a r t , sa s u c c e s s i o n était â p r e m e n t d i s p u t é e et si l ' o p p o s i t i o n qui l'assaillait

était

nombreuse,

elle était h é t é r o c l i t e . Les p a r t i s se f r a g m e n t a i e n t p l u s q u e j a m a i s en fractions d o m i n é e s p a r u n e p e r s o n n a l i t é ; aussi l e u r faiblesse s'accroissait, m e n a ç a n t d ' i n t r o d u i r e l ' i n c o hérence

dans

le m o n d e

politique

britannique.

Déjà,

d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s , o n avait v u des c h a n g e m e n t s de p o s i t i o n s u b i t s , des factions passer des r a n g s d u g o u v e r n e m e n t à l ' o p p o s i t i o n et vice-versa,

on avait vu

des

sécessions fameuses et des transfuges g l o r i e u x . Pitl r é c l a m a i t le m i n i s t è r e ; il n e v o u l a i t p o i n t portefeuille

d'un

m a i s il les v o u l a i t tous p o u r les d i s t r i b u e r

à ses p a r t i s a n s . Georges 111 r e p o u s s a i t f o r m e l l e m e n t les c a n d i d a t u r e s de Pitt el de T e m p l e ; il s o u h a i t a i t le m a i n tien a u p o u v o i r de son

m e n t o r Bute, m a i s ce d e r n i e r

remil le S avril 1 7 6 3 sa d é m i s s i o n , t r a n s m e t t a n t la T r é sorerie à Grenville son transition

dominé

4

a d j o i n t . Ce fut u n c a b i n e t de

p a r le t r i u m v i r a t des

trois b e a u x -

frères : G r e n v i l l e , Halifax c t F g r e m o n t . C a b i n e t é p h é m è r e , car Egremont

mourait subitement

le 21 a o û t 1 7 6 3 , ce

q u i r e m e t t a i t en q u e s t i o n le r e t o u r de P i t l a u m i n i s t è r e . De

1. L o r d B u t e , l o r s q u ' i l a v a i l p r i s la d i r e c t i o n d u c a b i n e ! e n m a i 1763, a v a i t c o n f i e s o n p o s t e d e S e c r e t a i r e d ' E t a t p o u r le N o r d à T h o m a s G r e n v i l l e ; le C o m t e d ' E g r e m o n l a v a i t c l é S e c r é t a i r e d ' E t a t p o u r le S u d . En avril 1763, G r e n v i l l e p r i t la T r é s o r e r i e d e s m a i n s d e B u t e et r e m i t son p r o p r e p o r t e f e u i l l e à L o r d Halifax.


— 70 — n o u v e l l e s i n t r i g u e s v i n r e n t é l o q u e m m e n l t é m o i g n e r de la r u p t u r e des c a d r e s des p a r t i s , d u d é s a r r o i des h o m m e s d'état et d e la

maîtrise

des a p p é t i t s

sur

le

domaine

p o l i t i q u e . P i l l fut d e r e c h e f écarté et u n c a b i n e t r e p l â t r é Grcnville-Rockingham taine

en

s'altaquant

commença au

u n e carrière

problème

de

incer-

l'exécution

du

traité. *

A i n s i d o n c , le v a i n q u e u r s o r t a i t de la g u e r r e m a r i t i m e en p l u s m a u v a i s e p o s t u r e q u e Les v a i n c u s . Sa m a r i n e était s p l c n d i d c m a i s elle a v a i t c o u l é c h e r ; son

industrie

et son c o m m e r c e é t a i e n t , selon le cas, d a n s le m a r a s m e le plus profond

ou

An

vue

point

de

d a n s u n e p r o s p é r i t é t o u t artificielle.

ébranlé tandis que était

financier,

c o m b l é à l'aide

conquêtes coloniales

son crédit e x t é r i e u r

était

le déficit e n t r e recettes et d é p e n s e s d ' é m i s s i o n s de titres d ' E t a t .

Les

ne rapporteraient guère avant p l u -

s i e u r s a n n é e s et le conflit q u i en 1 7 6 2 avait m i s prises

aux

les p a r t i s a n s des f o u r r u r e s ( C a n a d a , Nouvelle-An-

g l e t e r r e , Ohio) et c e u x des sucres (Antilles, C a r o l i n e s ) , annonçait

bien des difficultés

et rivalités e n t r e les a n -

c i e n n e s et n o u v e l l e s p o s s e s s i o n s , p e u t être m ê m e e n t r e c o l o n i e s et m é t r o p o l e . L ' i n s t a b i l i t é d u g o u v e r n e m e n t de L o n d r e s n'était pas le s y m p t ô m e le m o i n s significatif de cet affaiblissement d e l ' A n g l e t e r r e victoire a u p r i x pable de

d'efforts

l'exploiter.

qui,

parvenue

à

la

c o n s i d é r a b l e s , p a r a i s s a i t inca-

La d o m i n a t i o n

des

mers

et

du

m o n d e c o l o n i a l était a c q u i s e m a i s son u t i l i s a t i o n s e m blait contestable. En r e v a n c h e , les m o n a r c h i e s b o u r b o n s é t a i e n t

relati-

v e m e n t m o i n s é p r o u v é e s . L e u r c o m m e r c e était p l u s aisé à relever q u e

celui de la

Grande-Bretagne, en

partie


71

b o y c o t t é s u r le c o n t i n e n t : l e u r s finances étaient obérées m a i s il n ' y avait p o i n t ce p e s a n t fardeau d ' u n e p u b l i q u e é c r a s a n t e . S u r t o u t les g o u v e r n e m e n t s solidement

dette étaient

établis : C h o i s e u l n e se h e u r t a i t à a u c u n e

o p p o s i t i o n r e d o u t a b l e et son h a b i l e t é , son d o i g t é lui a s s u r a i e n t carte b l a n c h e e n p o l i t i q u e m a r i t i m e et c o l o n i a l e ; à M a d r i d , C h a r l e s TU et s e s c o n s e i l l e r s t r a v a i l l a i e n t avec l ' a p p u i de la n a t i o n

a u r e l è v e m e n t d e la m a n n e et d e

l'empire d'Ultramar. Les v a i n c u s d e v a i e n t f a t a l e m e n t s o n g e r a la r e v a n c h e , m a i s avaient-ils p l e i n e m e n t c o n s c i e n c e de la fragilité

de

la p u i s s a n c e a n g l a i s e ? De l e u r c ô t é , les p a r t i s b e l l i q u e u x b r i t a n n i q u e s n e d e m a n d a i e n t q u ' à r e n t r e r en s c è n e et à r e p r e n d r e le p o u v o i r p o u r o r i e n t e r d e r e c h e f la vie écon o m i q u e d u p a y s d a n s les voies de l ' é c o n o m i e d e g u e r r e . Il y a v a i t d o n c d a n s cet a n t a g o n i s m e c o n j u g u é des causes de conflit q u e l ' é p u i s e m e n t m a t é r i e l et la v o l o n t é de p a i x des n a t i o n s p o u v a i e n t p a r a l y s e r . Toutefois,

la m i s e à

e x é c u t i o n de m a i n t e s clauses d u traité de P a r i s

n'offrait-

clle p a s q u e l q u e o c c a s i o n de d é c h a î n e r à n o u v e a u h o s t i l i t é s a p r è s u n bref r é p i t ?

les


72

L'Exécution du Traité de Paris et les Incidents des Bois de Campèche. Le traité de Paris de 1 7 6 3 , tout l é o n i n qu'il fut p o u r les v a i n c u s , n ' e n c o m p o r t a i t p a s m o i n s p o u r le v a i n q u e u r q u e l q u e s c h a r g e s el o b l i g a t i o n s . 11 d e v a i t d o n c être m i s en a p p l i c a t i o n p a r les trois p a r t i e s c o n t r a c t a n t e s ; q u e l l e serait l ' a l t i t u d e de c h a c u n des a n c i e n s b e l l i g é r a n t s a u c o u r s de l'exécution de l'acte d u 10 février 1 7 6 3 ? La F r a n c e allait m a n i f e s t e r sa loyauté p a r u n e m p r e s s e m e n t n u l l e m e n t é q u i v o q u e à m e t t r e en v i g u e u r le n o u veau

s t a t u t c o l o n i a l édicté p a r la p a i x . N'était clic pas

d'ailleurs

directement

intéressée à u n

prompt

règle-

m e n t de ces affaires, elle q u i , de p a r le traité de P a r i s , r e n t r a i t en possession de q u e l q u e s c o l o n i e s cl aussi

de

Bel le-1 sic et était a u t o r i s é e à e x e r c e r de n o u v e a u ses d r o i t s de pèche à T e r r e - N e u v e . Ses c o l o n i e s cédées à l'Angleterre n'élaicnl-elles pas, en fait, a u x m a i n s d e celle ci d e p u i s q u e l q u e t e m p s d é j à ? A cet é g a r d , il n ' y a v a i t q u ' u 11e unique

e x c e p t i o n : la L o u i s i a n e

région

m a r i t i m e (celle de La Nouvelle O r l é a n s ) ,

qui,

même

dans

sa

avait

é c h a p p é aux a t t a q u e s h r i l a n n i q u c s . D ' a u t r e p a r t , le C a b i n e t de Versailles, en réalisant sa d é c h é a n c e c o l o n i a l e , ne c o u r a i t p o i n t le r i s q u e de soulever l ' i n d i g n a t i o n

d a n s les s a l o n s ; l'indifférence de la

n a t i o n e n v e r s les q u e s t i o n s c o l o n i a l e s était un s u r g a r a n t de l'application exacte p a r la F r a n c e d u t r a i t é d e P a r i s . Et m ê m e à cette indifférence

p o p u l a i r e v e n a i t s'ajouter

celle de la p l u p a r t des d i r i g e a n t s . Ce n ' é t a i t d o n c p o i n t l ' a b a n d o n d u C a n a d a et des p r i n c i p a l e s A n t i l l e s , l ' a b d i -


73

cation de la s u p r é m a t i e française en I l i n d o u s l a n q u i p o u v a i e n t faire n a î t r e des c o m p l i c a t i o n s d i p l o m a t i q u e s . P o u r t a n t ces c o m p l i c a t i o n s d e v a i e n t s u r g i r l o r s de la m i s e en a p p l i c a t i o n d u t r a i t é , m a i s c'étaient les clauses financières cl é c o n o m i q u e s q u i d e v a i e n t p r o v o q u e r ces c o n flits. A i n s i la d é m o l i t i o n d u p o r t de D u n k e r q u e , o u p l u s c x a c l c m e n t la m i s e h o r s d ' u s a g e de celui-ci p a r la d e s t r u c t i o n des o u v r a g e s ( d i g u e s et jetées) p r o t é g e a n t

les

b a s s i n s c o n t r e l ' e n s a b l e m e n t . De p l u s , la F r a n c e , si elle n ' a v a i l pas à p a y e r

des i n d e m n i t é s de g u e r r e , a v a i t à

p r o c é d e r à la l i q u i d a t i o n de c e r t a i n e s dettes a u profil d e l ' A n g l e t e r r e . Or, en l'état des

finances

d u r o y a u m e , il

était difficile a u t a n t q u e p é n i b l e de r a v i t a i l l e r le t r é s o r de l'ennemi. Choiseul, connaissant

le g r a n d

besoin

de paix

du

r o y a u m e , était f e r m e m e n t résolu à éviter n o n s e u l e m e n t toulc

r e p r i s e des h o s t i l i t é s , m a i s

encore

t o u t état

de

g u e r r e l a t e n t e ; il e n t e n d a i t d i s p o s e r d ' u n e l o n g u e p é r i o d e de r e p o s , nécessaire à la fois p o u r c o m p e n s e r les pertes d e toute

n a t u r e de

la d e r n i è r e g u e r r e et p o u r p r é p a r e r la

r e v a n c h e qu'il se flattait d ' a c c o m p l i r

de c o n c e r t avec

l ' E s p a g n e . Aussi, t o u t en d é f e n d a n t é n e r g i q u e m e n t les intérêts

nationaux,

comptait-il

n e p o i n t faire

montre

d ' o p i n i â t r e t é et m a n i f e s t e r u n e s p r i t c o n c i l i a n t . Il n ' é t a i t p o i n t s a n s s a v o i r q u e le C a b i n e t Bute avait été p r o m p t e m e n t d é b o r d é p a r tous c e u x q u ' i r r i t a i t son e s p r i t pacifique. Il se t r o u v a i t en p r é s e n c e d ' u n

nouveau

m i n i s t è r e G r c n v i l l e - R o c k i n g h a m , peu h o m o g è n e , faible et o n d o y a n t , p a r s u i t e i n c a p a b l e d ' i m p o s e r silence a u x p a r t i s a n s d ' u n e paix p u n i q u e . C h o i s e u l p o u r t a n t , c o n s c i e n t de ces difficultés de p o l i t i q u e i n t é r i e u r e a n g l a i s e , avait choisi

comme

r e p r é s e n t a n t p r o v i s o i r e de L o u i s XV à

L o n d r e s u n h o m m e h a b i l e et fort au fait des

habitudes


-74 d u g o u v e r n e m e n t et d e la C o u r b r i t a n n i q u e s : le c h e v a l i e r d ' E o n , secrétaire d u d u c d e N i v e r n a i s , avait succédé à ce dernier au mois de mai 1763. Le d u c était r e n t r é en F r a n c e d è s l ' é c h a n g e d e s ratific a t i o n s , m a i s il s'était p r é o c c u p é de se c h o i s i r , d e c o n c e r t a v e c C h o i s e u l , u n s u c c e s s e u r définitif

tel q u e la p a i x n e

r i s q u â t p a s d'etre c o m p r o m i s e et q u e l ' œ u v r e d e r e v a n c h e p û t se p o u r s u i v r e c o n t r e l ' A n g l e t e r r e . Il fallait en effet un

p e r s o n n a g e à la fois s o u p l e c l f e r m e , é n e r g i q u e et

c o n c i l i a n t , ferme p o u r d é f e n d r e les i n t é r ê t s et la d i g n i t é d u p a y s , s o u p l e et c o n c i l i a n t p o u r éviter d e d o n n e r prise a u x p a r t i s b e l l i q u e u x a n g l a i s prèls à d é n o n c e r la paix s o u s prétexte d'une exécution retardée o u

fictive

d u traité.

Après m a i n t e s h é s i t a t i o n s , le c h o i x se p o r t a s u r le c o m t e de Guerchy, a m i personnel de Nivernais, brave militaire el h o n n ê t e h o m m e d o n t l ' e x p é r i e n c e d i p l o m a t i q u e n ' é t a i t certes à la h a u t e u r n i d e s c i r c o n s t a n c e s , n i d u poste o ù il élait a p p e l é . L ' i n t é r i m , q u i d ' a i l l e u r s d e v a i t être p e u l o n g , fut t e n u p a r d ' E o n , p o u r v u le 3 j u i l l e t 1 7 6 3 d u litre de m i n i s t r e p l é n i p o t e n t i a i r e ,

l a n d i s q u e Georges III se

faisait r e p r é s e n t e r à P a r i s p a r M. d e Neville. D'Eon, puis de G u e r c h y face à d e u x p r o b l è m e s

1

e u r e n t d è s le d é b u t a

financiers,

faire

corollaires prcsqu'obli-

gés de la s i g n a t u r e de la p a i x . Le p r e m i e r était relatif a u r è g l e m e n t d e s s o m m e s d u e s p a r la F r a n c e p o u r l ' e n t r e t i e n d e ses soldats p r i s o n n i e r s : il s'agissait là d ' u n total d e 26 millions et d e m i

de

livres

tournois

(exactement

2 6 . 4 3 5 . 3 8 4 livres). S o m m e d ' a i l l e u r s très élevée si l ' o n envisage

la c o n d i t i o n

m i s é r a b l e faite

aux prisonniers

français d e p u i s 1 7 5 6 . La C o u r d e Versailles a c c e p t a i t b i e n 1.

A. p a r t i r d u

Guerchy, Études

ambassadeur Historiques,

17 o c t o b r e

1763.

de France

Cf. M. C O Q U E L U C : L e Comte

à Londres,

septembre-octobre

1768-1767

r g o 8 , p . 433-473).

(Revue

de des


- 7 5 -

le p r i n c i p e d u p a i e m e n t , m a i s n o n la s o m m e r é c l a m é e . Elle s'élevait en p a r t i c u l i e r c o n t r e l ' i n c l u s i o n en ce total des d é p e n s e s afférentes a u x p r i s o n n i e r s

faits a v a n t

la

d é c l a r a t i o n de g u e r r e ; p a r s u i t e , elle d é c l i n a i t le p a i e m e n t de ces d é p e n s e s à titre de s a n c t i o n c o n t r e les p r o cédés b r i t a n n i q u e s c o n t r a i r e s a u d r o i t

des g e n s .

Elle

d é c l a r a i t v o u l o i r r a m e n e r à i 5 m i l l i o n s de livres sa c o n t r i b u t i o n a u x frais d ' e n t r e t i e n de ses sujets. L'affaire, si m i n c e fût-elle q u a n t à son i m p o r t a n c e et a u x p r i n c i p e s en j e u , t r a î n a en l o n g u e u r q u i n z e m o i s . C h o i s e u l p r o p o s a b i e n d e lier ce r è g l e m e n t à la q u e s t i o n de D u n k e r q u c , offrant de p a y e r s u r - l e - c h a m p i 5 m i l l i o n s si l ' A n g l e t e r r e

se désistait

de ses exigences relatives à

la d e s t r u c t i o n des jetées de D u n k e r q u e . L ' i n t r a n s i g e a n c e b r i t a n n i q u e n e p u t se m a i n t e n i r i n d é f i n i m e n t à p r o p o s d ' u n litige aussi s e c o n d a i r e . Le Secrétaire d ' E t a t Halifax, a p r è s a v o i r , d u r a n t tout l'été de 1 7 6 4 , t o n n é c o n t r e la F r a n c e et r é c l a m é les 26 m i l l i o n s , se r a d o u c i t à l'aut o m n e et accepta f i n a l e m e n t

les i 5 m i l l i o n s

proposés.

Un a c c o r d spécial s i g n é le 27 février 1 7 6 5 e n r e g i s t r a

la

s o l u t i o n d o n n é e a u conflit et fixa à 670.000 livres s t e r l i n g la s o m m e p a r l a q u e l l e la F r a n c e é t e i g n a i t cette d e t t e . C'était là u n p o i n t de détail s u r l e q u e l les d e u x p a r t i e s e u r o p é e n n e s é t a i e n t d ' a c c o r d q u a n t a u fond, et c e p e n d a n t il avait fallu d e u x a n n é e s de n é g o c i a t i o n s a r d u e s a v a n t q u e la F r a n c e o b t i n t j u s t e m e n t g a i n de c a u s e . La r a i s o n d e ce fait réside en ce q u e le c a b i n e t G r e n v i l l e r e d o u t a i t de s'exposer à la c e n s u r e des c a n d i d a t s au p o u v o i r (de P i l t et de T e m p l e s u r t o u t ) . Aussi v o u l a i t - i l a u x y e u x de la n a t i o n p a r a î t r e n e r e n o n c e r à a u c u n e b r i b e des a v a n t a g e s c o n c é d é s d a n s le t r a i t é , ne laisser t r a n s g r e s s e r a u c u n e clause d e celui-ci s a n s o p p o s e r

la p l u s vive r é s i s t a n c e ,


- 7 6 -

D'ailleurs

ce

ministère

peu

homogène

contenait

des

h o m m e s d ' E t a l d o n t les d i s p o s i t i o n s e n v e r s les monarchies b o u r b o n s

étaient

rien

m o i n s q u ' a m i c a l e s : de là

q u e l q u e difficulté p o u r G r e n v i l l e el R o c k i n g h a m à faire m o u v o i r s u r des lignes parallèles la p o l i t i q u e i n t é r i e u r e d e c o a l i t i o n cl la p o l i t i q u e e x t é r i e u r e de c o n d e s c e n d a n c e h a u t a i n e e n v e r s la F r a n c e . L'autre

question

financière

en j e u

ressortissait plus

d i r e c t e m e n t air d o m a i n e c o l o n i a l . Il s'agissait de la liqui d a t i o n du

p a p i e r - m o n n a i e français

au

C a n a d a . La der-

nière g u e r r e avait incité à m u l t i p l i e r les i n s t r u m e n t s de c r é d i t d a n s celte possession o ù l'on v o y a i t c i r c u l e r s i m u l t a n é m e n t des billets de m o n n a i e , d e s lettres de c h a n g e d ' E t a t , des o r d o n n a n c e s et tous a u t r e s signes

fiduciaires

d o n t la variété était égale à l ' a b o n d a n c e ( e n v i r o n 7 3 m i l l i o n s de livres de pa p i e r - m o n naie se t r o u v a i e n t en c i r c u lation vers 176/1). Aussi la d é p r é c i a t i o n d e ces

monnaies

de p a p i e r avait, e l l e précédé la paix de; Paris el L'agiotage se d o n n a i t libre c o i n s s u r c e s v a l e u r s . Or le C a b i n e t de Versailles avail r e n d u le \>J\ d é c e m b r e [764 un a r r ê t en conseil fixant la v a l e u r réelle des billets de

monnaie

et o r d o n n a n c e s

au

quart

de l e u r

valeur

n o m i n a l e , celle des traites à m o i t i é de l e u r valeur nonii n a l e . De p l u s ,

le r e m b o u r s e m e n t de ces titres devail se

faire p a r voie de tirage avec r e t e n u e rie 10 "/„, n o n

en

a r g e n t m a i s en litres de renies à \ 1 /:>. "/„. C'était é t a b l i r u n s i m p l e (''change de p a p i e r s d ' E t a l cl un é c h a n g e fort o n é r e u x . L'arrêt en conseil c o n s a c r a i t la faillite partielle du

gouvernement

français

au

Canada

et a c h e v a i t

de

p o r t e r a t t e i n t e au c r é d i t des billets c a n a d i e n s . On c o n ç o i t sarrs peine (pu; la ( '.our de SainI J a m e s d o n t , les sujets tilres

étaient pour

(environ

u n e large p a r t p o r t e u r s de ces

17 m i l l i o n s de livres), p r o t e s t â t c o n t r e


77

cette m e s u r e de l i q u i d a t i o n . Elle d e m a n d a — ce q u i n ' é t a i t p o i n t excessif — q u e tous les billets fussent p a y é s s u r le m ê m e p i e d (à s a v o i r u n e d é p r é c i a t i o n d e 5o °/„) et q u e les r e m b o u r s e m e n t s e u s s e n t lieu en a r g e n t . Les finances françaises étaient certes m a l en p o i n t , m a i s était-ce là u n e excuse p o u r n e p o i n t h o n o r e r sa s i g n a t u r e et t r a i t e r de façon d r a c o n i e n n e des p o r t e u r s de titres c o n fiants en la solvabilité française ? Le C a b i n e t de Versailles s o u t e n a i t cette thèse qu'il n e v o u l a i t p o i n t faire le j e u des s p é c u l a t e u r s , m o i n s e n c o r e celui des s p é c u l a t e u r s a n g l a i s . Ce litige s'éternisa é g a l e m e n t , m a i s cette fois le g o u v e r nement

français

dut

faire des

concessions.

Choiseul

admit b i e n t ô t le p r i n c i p e q u e l'arrêt s ' a p p l i q u e r a i t clans son i n t é g r a l i t é vis-à-vis des p o r t e u r s a n g l a i s m o y e n n a n t des c o m p e n s a t i o n s ,

notamment une prime

compensa-

t o i r e de la p e r t e à l ' a g i o . N o u v e a u d é b a t s u r le p o i n t

de

s a v o i r si celle p r i m e s e r a i t p a y é e en a r g e n t o u en p a p i e r et q u e l serait

son

moulant.

L'Angleterre

demandait

a m i l l i o n s et d e m i d e livres, la F r a n c e offrait

1.000.000

livres. F i n a l e m e n t , la c o n v e n t i o n d u 29 m a r s 176C décida q u e les p o r t e u r s a n g l a i s s e r a i e n t payés en r e n i e s françaises p o u r le capital et p o u r la p r i m e , m a i s u n e s u r p r i m e d ' u n d e m i - m i l l i o n de livres en a r g e n t leur serait a l l o u é e . Aux

questions

c o r s e r le d é b a t liques,

financières

venaient

s'ajouter,

f r a n c o - a n g l a i s , les p r o b l è m e s

mi-territoriaux

liés à

l'exécution

de

pour

mi-polila p a i x .

L'affaire des p ê c h e r i e s de T e r r e - N e u v e était fort é p i n e u s e . D ' u n e p a r t , d u r a n t la c a m p a g n e de p ê c h e de l ' a r m i s t i c e (i7G.'5), Shore,

les

p ê c h e u r s a n g l a i s avaient e n v a h i le

s a c c a g e a n t h a b i t a t i o n s et m a g a s i n s ,

French

contraignant

l e u r s c o n c u r r e n t s f i a n ç a i s à se r e m b a r q u e r au p l u s vite dès la mi-septembre. A la s u i t e des p r o t e s t a t i o n s de la


- 7 8 C o u r de Versailles, a u c u n acte d ' a g r e s s i o n n e vint e n t r a v e r les c a m p a g n e s de 1 7 6 5 et 1 7 6 5 , m a i s a u c u n e satisfaction ne fut a c c o r d é e et u n e m a u v a i s e v o l o n t é se manifesta s o u r d e m e n t e n t r e

pécheurs

réciproque

rivaux,

mau-

vaise v o l o n t é q u ' e n c o u r a g e a i e n t les conflits e n t r e le g o u v e r n e u r de T e r r e - N e u v e Palisser et celui de S a i n t - P i e r r e et M i q u e l o n D a n g e a c . les

cabinets

intéressés u n actif é c h a n g e de n o t e s , i n c i d e n t s

Ces i n c i d e n t s

locaux

suscitaient

entre

d'autant

p l u s significatifs q u e d ' a u t r e s m a n i f e s t a t i o n s , celles là d e p r i n c i p e , v e n a i e n t les r e n f o r c e r cl leur d o n n e r d e l ' i m p o r t a n c e . En effet, à L o n d r e s , on c o n t e s t a i t fort l'interprétation

française

d u traité

d é l i m i t a t i o n d u French

Shore.

en ce q u i c o n c e r n a i t la On était d ' a c c o r d s u r la

lettre m a i s n o n s u r r e m p l a c e m e n t montoire

à attribuer au pro-

de P o i n t e - R i c h é : les F r a n ç a i s

t r o u v e r ce c a p p a r ^7" de latitude N o r d

prétendaient alors q u e

les

A n g l a i s le r e p o r t a i e n t p l u s h a u t vers 5 o " 3'. Il y avait là m a t i è r e à é c h a n g e de notes a v a n t q u e C h o i s e u l n e r e c o n n u t c o m m e e n t a c h é e d ' e r r e u r la carte d u g é o g r a p h e Herm a n Moll d o n t il se servait. P u i s , en 1 7 6 5 , l ' A n g l e t e r r e réveilla le conflit en s o u l e v a n t la q u e s t i o n d u s t a t u t des îles S a i n t - P i e r r e et M i q u e l o n . Ne prétendait-elle pas les a v o i r restituées s o u s c o n d i t i o n de n'y p o i n t p e r m e t t r e le s t a t i o n n e m e n t de b â t i m e n t s de g u e r r e ? Hccours a u x m i n u t e s des protocoles de n é g o c i a t i o n p o u r démontrer c o m b i e n

mal fondées étaient ces e x i g e n c e s .

La q u e s t i o n d e la non-fortification de ces îles avait élé d i s c u t é e lors des préliminaires, m a i s a v a i t été écartée lors d u traité définitif ; de toute a u t r e s e r v i t u d e , il avait élé moins

encore

question.

C h o i s e u l d u t faire r e c o n n a î t r e

q u e les d r o i t s de s o u v e r a i n e t é de L o u i s XV é t a i e n t entiers à S a i n t - P i e r r e et M i q u e l o n . Les m i n i s t r e s

britanniques


79

r é p o n d i r e n t à cette défaite q u i l e u r était infligée en i n t e r d i s a n t la p ê c h e a u x F r a n ç a i s d a n s le c a n a l e n t r e ces îles et T e r r e - N e u v e . Ils é m i r e n t m ê m e l'idée

d e faire

p r o h i b e r toute p ê c h e a u t o u r des d e u x îles françaises ; b a t t u s s u r ce p o i n t , ils se r a b a t t i r e n t en d e r n i e r r e s s o r t s u r l ' i n t e r d i c t i o n d'accès a u x F r a n ç a i s des e a u x d u S a i n t L a u r e n t et d u L a b r a d o r a u n o m de l'article XIII d u t r a i t é d'Utrecht. D a n s ces affaires

de

pêcheries,

C h o i s e u l fut

h e u r e u x q u e p o u r le r è g l e m e n t des affaires il n e p a r v i n t p o i n t

moins

financières

;

à conclure d'accords m ê m e provi-

soires el les litiges r e s t è r e n t en l'état. P a r c o n t r e , il l'emp o r t a , g r â c e à sa ténacité, p l u s de succès d a n s la q u e s t i o n d e D u n k c r q u e . La G r a n d e - B r e t a g n e a v a i t o b t e n u p a r

le

traité d e P a r i s l ' a n n i h i l a t i o n de ce port, g r â c e à des clauses p r é v o y a n t la d é m o l i t i o n des j e t é e s et d e l'écluse qui p r é v e n a i e n t l ' e n s a b l e m e n t . Clauses p é n i b l e s et

humiliantes

q u ' o n n e s o n g e a i t en F r a n c e q u ' à é l u d e r . T a n d i s q u e des t r a v a u x très a p p a r e n t s de c o u p u r e des jetées d o n n a i e n t u n c o m m e n c e m e n t de satisfaction a u x m i n i s t r e s de Georges III et à l ' o p i n i o n a n g l a i s e , des d i s c u s s i o n s p r o l o n g é e s p e n d a n t trois a n s s u r le p o i n t d e s a v o i r s'il

était o p p o r t u n de

c o m p l é t e r ces t r a v a u x de

destruction, l'intervention discrète du minisire impérial à P a r i s , le c o m t e de S c h e l e r n , faisant v a l o i r les i n t é r ê t s f l a m a n d s en la m a t i è r e , c o n t r i b u è r e n t

à émousser

les

é n e r g i e s b r i t a n n i q u e s s u r celle q u e s t i o n , si b i e n q u ' à la fin de l ' a n n é e 1 7 6 6 C h o i s e u l réussissait à faire r é p a r e r les d i g u e s de D u n k c r q u e sans p r o v o q u e r à la C h a m b r e des C o m m u n e s u n e t e m p ê t e d ' i n d i g n a t i o n c o n t r e le c a b i n e t S h e l b u r n e q u i , a u c o u r s de l'été et d e l ' a u t o m n e , s'était b o r n é à a d r e s s e r a Versailles de p l a t o n i q u e s r e m a r q u e s à ce sujet.


— 80 — En s o m m e , qué

son

C h o i s e u l p o u v a i t se

p r o g r a m m e , c'est à-dire

flatter

d'avoir

de n ' a v o i r ,

appli-

tout

en

d é f e n d a n t les i n t é r ê t s d e la F r a n c e , n u l l e m e n t c o m p r o m i s la cause de la p a i x . M ê m e il avait réussi à o b t e n i r , c o n t r e toute a t t e n t e , g a i n de c a u s e i n t é g r a l e m e n t s u r la question

de D u n k e r q u e ,

partiellement

sur

les

litiges

financiers, s a n s s o u l e v e r le p r o b l è m e d ' u n e révision d u traité de P a r i s , s a n s s ' a t t i r e r la m e n a c e d ' u n

ultimatum

a n g l a i s et s a n s se voir d é n o n c é p a r les m i n i s t r e s t a n n i q u e s c o m m e le trouble-fête de l ' E u r o p e

bri-

el le d é b i -

teur r é c a l c i t r a n t el déloyal de la G r a n d e - B r e t a g n e . Ainsi, de 1 7 6 3 à 1 7 G 6 , il réussissait à m e t t r e en a p p l i c a t i o n le traité de Paris au m o i n d r e c o û t p o u r la F r a n c e . A d i r e v r a i , il n ' a v a i t eu q u e peu de c h o s e s à livrer au

vain-

q u e u r q u i était déjà n a n t i et il n ' a v a i t de cession à faire q u ' à u n allié, l ' E s p a g n e ,

r e c e v a n t la L o u i s i a n e o c c i d e n -

tale ; e n c o r e le d o n a t a i r e m o n t r a i t si peu d ' e m p r e s s e m e n t à réaliser cette a c q u i s i t i o n q u e , j u s q u ' e n

1 7 6 8 , la r é g i o n

de la rive d r o i t e d u Mississipi avec La Nouvelles O r l é a n s 1

restait c o l o n i e f r a n ç a i s e . Q u a n t à la paix d ' H u b e r t s b o u r g , elle l'établissait le stutu et m a i n t e n a i t l'alliance

continentale

quo unie

bellum

franco-autrichienne.

P a r c o n t r e , l ' E s p a g n e , bien q u e p a y a n t m o i n s q u e s o n allié les frais de la g u e r r e m a r i t i m e , élait s o u m i s e à p l u s de p r e s t a t i o n s t e r r i t o r i a l e s ou financières, a v a i t à s u b i r ce q u i , aux veux de ses d i r i g e a n t s , a p p a r a i s s a i t c o m m e d ' i n c r o y a b l e s h u m i l i a t i o n s ou de d o u l o u r e u s e s a t t e i n t e s a u x intangibles

principes

De ce fait, l'exécution

du

régime

colonial

hispanique.

d u traité de P a r i s d e v a i t être p l u s

1. V . , d a n s u n e p r o c h a i n e

Elude,

les p a g e s r e l a t i v e s à la

d e la L o u i s i a n e O c c i d e n t a l e à l ' E s p a g n e .

cession


— 81 — difficile p o u r les E s p a g n o l s q u e p o u r les F r a n ç a i s , el cela d'aulant Cour

p l u s q u e ce traité n e

de Sainl lldefonse

c o n s t i t u a i t pas p o u r la

la l i q u i d a t i o n

radicale

d'une

Situation c o l o n i a l e : l ' U l l r a m a r était à p e i n e a m p u t é , m a i s les s o u r c e s de conflits a m é r i c a i n s q u a s i - s é c u l a i r e s e n t r e les C a b i n e t s de S a i n t - J a m e s et de l ' E s c u r i a l se t r o u v a i e n t n o n effacées, m a i s c o n s a c r é e s o u renforcées, p a r la lettre o u l'esprit d u traité. P o u r t a n t les F r a n c o - E s p a g n o l s t é m o i g n è r e n t de d é s i r de n e p o i n t r e t a r d e r traité : les u n s

l'exécution

territoriale

leur du

c é d a n t la L o u i s i a n e O r i e n t a l e et r e c o u -

v r a n t Belle-Isle, q u e l q u e s Antilles, etc. ; les a u t r e s a b a n d o n n a n t les F l o r i d e s et r e p r e n a n t C u b a et les P h i l i p p i n e s . P o u r le p r i n t e m p s d e 176/1, les A n g l a i s étaient

maîtres

des t e r r i t o i r e s situés e n t r e A l l e g h a n y s et Mississipi. Dès le 2 0 o c t o b r e 176.5 Mobile était o c c u p é e p a r R o b e r t F a r i n e r , les postes d u T o m b i g b e e u n m o i s p l u s t a r d p a r T h o m a s F o r d . Les é t a b l i s s e m e n t s d u Ilaut-Mississipi é t a i e n t r e m i s au m a j o r Loftus a u p r i n t e m p s de 1 7 6 4 t a n d i s q u e SaintA u g u s t i n et P e n s a c o l a é t a i e n t évacués p a r les a u t o r i t é s e s p a g n o l e s , p a s s a n t e n t r e les m a i n s de George J o h n s t o n , le n o u v e a u g o u v e r n e u r d e la F l o r i d e a n g l a i s e . En m ê m e t e m p s , B à t o n - B o u g e et la r é g i o n d u Bas-Mississipi é t a i e n t p l a c é s s o u s l ' a u t o r i t é d u c o l o n e l B o b e r t s o n , c h a r g é de l ' a d m i n i s t r a t i o n de la L o u i s i a n e O r i e n t a l e . La prise de c o n t a c t e n t r e les t r i b u s i n d i e n n e s et les r e p r é s e n t a n t s de la c o u r o n n e b r i t a n n i q u e fut p e u satisfaisante.

Les n o u v e a u x

venus

agirent

avec

légèreté,

i m p r é v o y a n c e o u d u r e t é , faisant r e g r e t t e r le r é g i m e français m o i n s sévère. Le r é s u l t a t fut u n g é n é r a l des i n d i g è n e s ,

mécontentement

m é c o n t e n t e m e n t q u i , attisé

par

c e r t a i n e s a m b i t i o n s , a b o u t i t à u n s o u l è v e m e n t . Celui-ci, d i r i g é p a r le chef P o n t i a c , se d é v e l o p p a d a n s la vallée de 6


— 82

l'Ohio et la r é g i o n des G r a n d s - L a c s , m e t t a n t en d a n g e r la Nouvelle A n g l e t e r r e et les c o l o n i e s v o i s i n e s . D é t r o i t

fut

assiégé p a r les i n s u r g é s , des i n c u r s i o n s i n d i e n n e s e u r e n t lieu d a n s le New York. A la g u e r r e c o l o n i a l e c o n t r e les F r a n ç a i s succédait la g u e r r e i n d i e n n e . M o y e n n a n t

un

effort m i l i t a i r e c o n s i d é r a b l e et des d é p e n s e s f o r m i d a b l e s , m o y e n n a n t u n traité en règle, l ' i n s u r r e c t i o n fut apaisée en 1 7 6 6 , m a i s seul l'assassinat de P o n t i a c en 17G8 r a s s u r a déli 11 i l i v e i n e n t les A n g l a i s . La m o d é r a t i o n relative de ceux-ci a u sujet de l'exécution d u traité de Paris en [764 et 1 7 6 5 fut d u e s a n s d o u t e en

partie

à ces difficultés

l'Amérique du

politiques survenues

dans

Nord. Si la s i t u a t i o n d a n s la r é g i o n des

G r a n d s - L a c s élait

n e t t e m e n t défavorable au

gouverne-

m e n t de L o n d r e s , elle n ' é t a i t g u è r e m e i l l e u r e s u r la frontière l o u i s i a n a i s e . Les r e l a t i o n s e n t r e les d e u x rives d u Mississipi é t a i e n t s u p p r i m é e s ; Robertson était en conflit aigu avec A b b a d i e , le g o u v e r n e u r français de la Louisiane d e m e u r é en f o n c t i o n s à La Nouvelle O r l é a n s . Bâton-Rouge, a u x m a i n s des A n g l a i s , d e v e n a i t u n e n t r e p ô t de c o n t r e b a n d e é b o u l é e d o n t se p l a i g n a i e n t é g a l e m e n t les F r a n ç a i s et l e s E s p a g n o l s maritimes

et

des c o l o n i e s v o i s i n e s . Les o p é r a t i o n s

commerciales entre

les p o r t s

ci-devant

français o u e s p a g n o l s et La Nouvelle O r l é a n s , C u b a , La Vera C r u z , etc., n ' a v a i e n t p u cesser dès le l e n d e m a i n d u traité d e P a r i s , m a i s d u côté b r i t a n n i q u e

elles étaient

m e n a c é e s de m i l l e e n t r a v e s qui p r a t i q u e m e n t paralysaient le trafic local et i n t e r c o l o n i a l . Si les F r a n c o - E s p a g n o l s a v a i e n t m o n t r é quelque

em-

p r e s s e m e n t à livrer les c o l o n i e s cédées a u x A n g l a i s , c e u x ci, n ' a y a n t montraient

rien à g a g n e r à u n e p r o m p t e

restitution,

peu de zèle, à la p r a t i q u e r , M ê m e , u n esprit

e x e m p t d e tout l i b é r a l i s m e et e m p r e i n t

de

déloyauté


— 83 —

s e m b l a i t p e r c e r en bien des a g i s s e m e n t s d u C a b i n e t de S a i n t - J a m e s et de ses r e p r é s e n t a n t s c o l o n i a u x . La r e c o u v r a n c e de trois Antilles p a r la F r a n c e d e v a i t a v o i r lieu en v e r t u d u traité. Or, si Bute était p a r t i s a n de l ' e x é c u t i o n i m m é d i a t e d e ces c l a u s e s , E g r e m o n t e n t e n d a i t p r o l o n g e r l ' o c c u p a t i o n le p l u s possible et il s ' i n g é n i e à r e n d r e la r e m i s e des îles aussi lente el aussi o n é r e u s e q u e p o s s i b l e . Sa m o r t i m p r é v u e n e p r o v o q u a p o i n t de changement

de s y s t è m e .

C'est a i n s i

que

l'évacuation

d é b u t a p a r S a i n t e L u c i e , la m o i n s r i c h e de ces c o l o n i e s , ce q u i p e r m i t de r e l a r d e r e n c o r e la livraison de la Guad e l o u p e et de la M a r t i n i q u e . E n l ' a u t o m n e d e 176/1, la r e s t i t u t i o n élait a c c o m p l i e . Mais les a u t o r i t é s a n g l a i s e s , a v a n t de se r e t i r e r , a v a i e n t édicté m i l l e m e s u r e s v e x a t o i r e s et d é s a v a n t a g e u s e s

telles

q u e l ' i n t e r d i c t i o n de p a y e r les dettes en m a r c h a n d i s e s , l'obligation

de

s'acquitter

en

lettres

de

change,

D ' a u t r e p a r t , l ' é t a b l i s s e m e n t de la s o u v e r a i n e t é nique

d a n s les îles c i - d e v a n t

Grenade, Tabago,

élait

etc.

britan-

françaises : D o m i n i q u e ,

l'occasion de

débals

diploma-

t i q u e s . E g r e m o n t , p u i s Halifax, i n v o q u a n t le fait q u e ces Antilles é t a i e n t r é p u t é e s n e u t r e s (c'est-à-dire soustraites à t o u t e d o m i n a t i o n e x c l u s i v e ) , p r é t e n d a i e n t q u e le traité de Paris n ' a v a i t r i e n p r é v u q u a n t a u s l a l u t des h a b i t a n t s . Ils e s p é r a i e n t ainsi c o u v r i r d ' u n voile légal les s p o l i a t i o n s exercées c o n t r e les c o l o n s français de ces îles : t e r r a i n s confisqués et v e n d u s p a r le g o u v e r n e m e n t , i n t e r d i c t i o n d e t r a n s f e r t de v a l e u r s m o b i l i è r e s . Les s p é c u l a t e u r s n e c r a i g n a i e n t p o i n t d ' a b u s e r s a n s v e r g o g n e de la s i t u a t i o n , i m p o s a n t a u x e m i g r a n t s des p r i x e x o r b i t a n t s p o u r l e u r t r a n s f e r t en territoire français. Le g o u v e r n e m e n t de Versailles r é u s s i t à faire a d m e t t r e e n faveur des A n t i l l a i s français le r é g i m e des C a n a d i e n s et A c a d i e n s .


- 84 — De s o n coté la C o u r d e Madrid traces a n a l o g u e s ; n e devait-elle

était s o u m i s e à m i l l e point

recouvrer

deux

i m p o r t a n t e s p o s s e s s i o n s : Cuba et les P h i l i p p i n e s ! ' Mais ici c o m m e là m a i n t e s difficultés

surgirent pour retarder

le r è g l e m e n t d e c o m p t e de l ' o c c u p a t i o n

et, p a r s u i t e ,

l'évacuation. A La H a v a n e il y avail eu r e d d i t i o n o r d i n a i r e e n t r e forces g o u v e r n e m e n t a l e s et le d é b a t n e p u t se p r o l o n g e r o u t r e m e s u r e . A M a n i l l e , il e n était a u t r e m e n t : l ' a r c h i p e l a v a i t été c o n q u i s

p a r la C o m p a g n i e b r i t a n n i q u e d e s

I n d e s , l a q u e l l e a v a i l t é m o i g n é d ' u n esprit q u e l q u e p e u m e r c a n t i l e d a n s ses o p é r a t i o n s

m i l i t a i r e s . La ville d e

Manille m e n a c é e de pillage avait d û se r a c h e t e r a u p r i x de q u a t r e m i l l i o n s d e p i a s t r e s , d o n t la m o i t i é p a y é e s u r l e - c h a m p . Or l ' h e u r e d e l ' é v a c u a t i o n s o n n a a v a n t q u e les P h i l i p p i n e s se fussent a c q u i t t é e s d u v e r s e m e n t d e s d e u x millions complémentaires. n'osa

La

Compagnie

des

Indes

faire p r o l o n g e r l ' o c c u p a t i o n p o u r r e c o u v r e r i n t é

g r a l e m e n t sa c r é a n c e ; a p r è s p l u s i e u r s m o i s d ' h é s i t a t i o n , elle o r d o n n a le r a p p e l d e ses forces p o u r le i " avril 176/1. Mais ce n o n - p a i e m e n t d e s d e u x m i l l i o n s d e piastres s a n s cesse a j o u r n é n ' a l l a i t pas l a r d e r à d e v e n i r u n e s o u r c e d e c o n l l i l a i g u , c a r le C a b i n e t

de Sainl-.lames ne pouvait

m a n q u e r d e s o u t e n i r les d r o i t s q u e lirait la C o m p a g n i e des I n d e s d e la c a p i t u l a t i o n de M a n i l l e . A ce p o i n t

de friction e n t r e les g o u v e r n e m e n t s d e

L o n d r e s el de Madrid s'en a j o u t a i e n t b e a u c o u p d'autres : en particulier, L'installation d e c o l o n s el d e llihuslicrs a n g l a i s d a n s les îles JJahama vers 1 7 6 6 , la m a i n - m i s e d e l ' A n g l e t e r r e s u r les îles T u r k s , pelit g r o u p e i n s u l a i r e situé au iNord d e S a i n t - D o m i n g u e et à l ' e x t r é m i t é de la c h a î n e des B a h a m a . Le C a b i n e t de L'Escurial voyait d a n s ces actes d e s a t t e i n t e s directes à ses d r o i t s a u t a n t q u ' à


— 85 — la s é c u r i t é de son e m p i r e a m é r i c a i n : il d é c l a r a i t q u e l'un

et l ' a u t r e

remis

d e ces a r c h i p e l s

e n t r e ses m a i n s ,

neutres jusqu'au prétentions l'égard

du

moment

du

devaient

moins

être,

considérés

règlement

sinon comme

définitif

des îles c o n t e s t é e s n e fut p o i n t a d m i s e p a r la

G r a n d e - B r e t a g n e , q u i n i a l'existence de t o u t d r o i t gnol traité

des

r i v a l e s . Cette p o l i t i q u e de p o r t e o u v e r t e à

sur

les T u r k s

secret de

et i n v o q u a

espa-

p o u r les B a h a m a u n

cession c o n s e n t i p a r le roi d ' E s p a g n e

C h a r l e s II. Toutefois le g o u v e r n e m e n t h i s p a n i q u e n ' e n t e n d a i t p o i n t e n t r e r en g u e r r e dès 1 7 6 5 et il n e v o u l a i t p o i n t r o u v r i r les h o s t i l i t é s p o u r u n sujet d ' a u s s i m i n c e importance

q u e ces a r c h i p e l s a m é r i c a i n s . Aussi laissa-

t-il les c h o s e s en l'état, se b o r n a n t atteintes portées par

à enregistrer

l ' A n g l e t e r r e a u slalu

ces

quo a n t i l l a i s

tel q u ' i l était fixé à ses y e u x p a r le traité d e P a r i s . Si l ' E s p a g n e à cet égard ne p e r d a i t q u e des e s p é r a n c e s d ' é t a b l i s s e m e n t en ces îles, elle était, e n d ' a u t r e s p o i n t s d u N o u v e a u C o n t i n e n t , d i r e c t e m e n t lésée en ses i n t é r ê t s . Il s ' a g i s s a i t d e l a q u e s t i o n si l o n g u e m e n t et v i v e m e n t d i s c u t é e de ces é t a b l i s s e m e n t s a n g l a i s d e l ' A m é r i q u e C e n t r a l e d e s t i n é s à la c o u p e des b o i s de c a m p è c h e et bois d e teint u r e . Ces é t a b l i s s e m e n t s , d o n t les p l u s a n c i e n s d a t a i e n t à p e i n e de 1 6 7 0 , é t a i e n t n é s de la ténacité de l ' A n g l e t e r r e à v o u l o i r p r e n d r e pied d a n s la « B é g i o n des I s t h m e s », de la faiblesse des d i r i g e a n t s h i s p a n i q u e s à la xvii" siècle el s u r t o u t

de l ' i m p o s s i b i l i t é o ù

g o u v e r n e u r s e s p a g n o l s de s u r v e i l l e r l ' i m m e n s e des côtes a m é r i c a i n e s cl de p r é v e n i r

fin

du

é t a i e n t les étendue

l'installation

de

flibustiers en des baies retirées. Ils se r e n c o n t r a i e n t

en

trois zones d i s t i n c t e s : la p é n i n s u l e d u Y u c a t a n

(forêts

d u C a p C a t a h o u c h e et l a g u n e s d u T c r m i n i o s ,

établis-


86

s c m e n t s les p l u s a n c i e n s ) , la baie de H o n d u r a s (du golfe d u Triste a u x

Bios H o n d o et Bclise), enfin la côte des

Mosquitos de p a r t el d ' a u t r e d u Cap Gracias a Dios. Le C a b i n e t

de

l'Escurial

protestait

périodiquement

c o n t r e les i n c u r s i o n s d e ces c o l o n s , m a i s n'obtenait n u l l e satisfaction. C h a r l e s III, s o u c i e u x de p r o t é g e r

ses d o -

m a i n e s d ' A m é r i q u e , s o n g e a dès son accession a u t r ô n e à m e l l r c (in à ces e m p i é t e m e n t s j u g é s d a n g e r e u x , a b o u t i s s a i e n t à la f o r m a t i o n tanniques s'incruslant dans

le liane d e ses possessions

de la Mer Caraïbe. En effet, il ne s'agissait blissements

provisoires

ou

qui

d e véritables c o l o n i e s b r i p l u s d'éta-

saisonniers, mais

d'établis-

s e m e n t s p e r m a n e n t s r e l e v a n t du g o u v e r n e u r de la J a maïque. Aussi les préliminaires de la paix p a r u r e n t en 1 7 6 2 a u g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l u n e occasion favorable en finir avec ce litige

Mais la C o u r de L o n d r e s se refusa Madrid

sur

pour

p e n d a n t d e p u i s le xvn" siècle.

ce t e r r a i n

à s u i v r e celle

el e n t r e p r i t de d é f e n d r e

g i q u e i n e n t le d r o i t d é c o u p e

c o n c é d é à ses sujets.

a d m i t toutefois u n e a t t é n u a t i o n

de

énerElle

marquée du

caractère

de p r i s e d e possession définitive et d e p l e i n e

souverai-

neté s u r les d i s t r i c t s o c c u p é s en fait p a r les

coupeurs

de bois car, p a r u n article d u traité de 1 7 6 3 , la G r a n d e B r e t a g n e p r o m e t t a i t de « faire d é m o l i r d a n s les q u a t r e « m o i s q u i s u i v r o n t l ' é c h a n g e des ratifications d u traité « toutes les fortifications

q u e des sujets

anglais

pour-

« r a i e n t a v o i r élevées d a n s la Baie de H o n d u r a s et a u t r e s « lieux des

territoires

espagnols

en

Amérique.

>> Par

c o n t r e , l ' E s p a g n e s ' e n g a g e a i t » à ne p l u s p e r m e t t r e q u e « les

Anglais

fussent

« prétexte q u e l c o n q u e « travaux pour couper,

inquiétés

ou

molestés

sous

un

d a n s lesdits lieux et d a n s l e u r s t r a n s p o r t e r et c h a r g e r

les bois


- 8 7 « de teinture,

d é c l a r e q u e p o u r cet effet lesdits sujets

« a n g l a i s p o u r r o n t b â t i r s a n s e m p ê c h e m e n t et o c c u p e r « s a n s i n t e r r u p t i o n les m a i s o n s et m a g a s i n s

nécessaires

« p o u r les a b r i t e r ainsi q u e l e u r famille et l e u r s effets. « Cetlc faculté n e d e v r a s ' é t e n d r e q u ' à la Baie de H o n « d u r a s et a u x b o r d s d u fleuve W a l l i s . » La m i s e en quer

de

v i g u e u r de cet a r t i c l e n e p o u v a i t m a n -

p r o v o q u e r u n conflit

d i p l o m a t i q u e . La C o u r

de Madrid c s t i m a i l a v o i r o b t e n u la d i s p a r i t i o n des établissements yucalèques en

même

t e m p s q u e la r e c o n -

n a i s s a n c e de sa s o u v e r a i n e t é s u r les d i s t r i c t s de la Baie de

Honduras

et de

la Côte

l'Angleterre entendait

bien

mosquito.

De son

côté,

q u e les d r o i t s a c q u i s

res-

tassent i n t a c t s . L ' a c c o r d n ' a v a i t p u se faire e n t r e les v u e s hispano-britaniques que grâce à un malentendu plus ou moins volontaire. Le roi C h a r l e s III c o m p t a i t n e p o i n t laisser en s u s p e n s l ' a p p l i c a t i o n d u traité de Paris q u a n t à la c o u p e des bois de t e i n t u r e . A la lin de 17G0, selon les o r d r e s v e n u s d e Madrid, le g o u v e r n e u r d u Y u c a t a n , D o n P h i l i p p e R a m i r e z , p r o c é d a i t à l ' e x p u l s i o n des c o l o n s a n g l a i s el à la dest r u c t i o n de leurs h a b i t a t i o n s et m a g a s i n s d a n s la r é g i o n du Cap Gatahouche ; puis,

soit p a r

erreur

d'interpré-

tation des i n s t r u c t i o n s de s o n g o u v e r n e m e n t , soit p a r zèle, il e n t r e p r i t les m ô m e s o p é r a t i o n s d ' a n é a n t i s s e m e n t s u r les rivages de la Raie de H o n d u r a s . De s o n côté, le P r é s i d e n t de l ' A u d i c n c i a de G u a t e m a l a , D o n Luis

F e r n a n d e z de H e r n a n d e z , c h a r g e a i t

l'un

de

ses officiers, l ' i n g é n i e u r Luis N a v a r r o , d e la d i s p a r i t i o n des é t a b l i s s e m e n t s a n g l a i s de la côle des M o s q u i t o s , m a i s , s u r ce t h é â t r e d ' a c t i o n , gnols restèrent

les m e s u r e s p r i s e s p a r les E s p a -

p u r e m e n t p l a t o n i q u e s en r a i s o n de la

p l u s g r a n d e d e n s i t é de la p o p u l a t i o n et d e l ' i m p o r t a n c e


— 88 — des

postes défensifs

printemps

de

élevés s u r ces r i v a g e s .

1 7 6 1 , le

guatémaltèque renonçait

gouverneur à exécuter

de

Ainsi, au

la

province

ses p r o j e t s ,

vrai-

s e m b l a b l e m e n t i n s p i r é s p a r les i n s t r u c t i o n s d u P r é s i d e n t d u Conseil des I n d e s , le Bailli d ' A r r i a g a . Les c o l o n s Honduras

britanniques

chassés

du

Antilles voisines. De là, ils p r o t e s t a i e n t à L o n d r e s c o n t r e le t r a i t e m e n t q u ' o n et à leurs s'ajouter

Y u c a l a n et d u

s'étaient réfugiés à la J a m a ï q u e et d a n s les

pétitions

les

dolentes

rapports

(en

ou

véhémentement l e u r avait

indignées

général

plus

infligé

venaient

violents)

a g e n t s d e la c o u r o n n e p o u r les é t a b l i s s e m e n t s

des

détruits.

Les m i n i s t r e s de L o n d r e s n e p o u v a i e n t d o n c m a n q u e r d e s o u l e v e r à ce sujet u n d é b a t d i p l o m a t i q u e et de f o r m u l e r d ' é n e r g i q u e s r e p r é s e n t a t i o n s à la C o u r de Madrid. Des le m o i s de s e p t e m b r e 176/1, l ' a m b a s s a d e u r de Georges 111 en E s p a g n e , L o r d B o c h f o r d ,

p r é s e n t a i t a u m i n i s t r e de

( m a r i e s 111 u n l o n g m é m o i r e q u i , a p r è s a v o i r les p é n i b l e s i n c i d e n t s de l'hiver et du

retracé

printemps

pré-

c é d e n t s , c o n c l u a i t à la r e c o n n a i s s a n c e formelle p a r Sa Majesté Catholique du d r o i t de l ' A n g l e t e r r e

à procéder

à la coupe de bois de t e i n t u r e en tous lieux et q u i , en outre,

réclamait

un

exemplaire

châtiment

pour

Don

Ramirez. Charles velléités,

III et ses conseillers émanant

soit

constataient

d'eux-mêmes,

soit

que de

les leurs

a g e n t s , de m e t t r e à e x é c u t i o n d a n s u n e s p r i t de r i g u e u r les stipulations d u traité de 1763, risquaient de c o û t e r c h e r à la c o u r o n n e L o n d r e s n e visait r i e n des i n c i d e n t s d u

d'Espagne.

En

effet,

la C o u r

m o i n s q u ' à o b t e n i r à la

Yucalan

l'annulation

talion de son d r o i t d e c o u p e , le r é g i m e a n t é r i e u r à la p a i x

de toute

de

faveur limi

bref à a m é l i o r e r e n c o r e de

1763. Le

gouverne-


- 8 9 m e n t espagnol

entendail

bien

ne p a s s ' e n g a g e r d a n s

la voie des c o n c e s s i o n s ; il étail d ' a u t a n t

moins

à a g i r ainsi q u ' i l j u g e a i t les s t i p u l a t i o n s de P a r i s

(limitation

Honduras

el à

voulait

paix

d r o i t de c o u p e à la Baie

de

la Côte des Mosquitos -— d e s t r u c t i o n

des fortifications Il n e

du

enclin

d e la

anglaises) fort insuffisantes à s o n g r é .

donc

point

perdre

le

léger

bénéfice

a c q u i s p a r le t r a i t é . Il a c c e p t a i t d o n c d e b l â m e r D o n Ramirez, m a i s n o n pas de le p u n i r p o u r a v o i r

procédé

q u e l q u e p e u r a d i c a l e m e n t à la s u p p r e s s i o n des

fortili

c a t i o n s élevées p a r les c o l o n s b r i t a n n i q u e s ; d ' a u t r e p a r t il se refusait à a c c o r d e r des i n d e m n i t é s , et p l u s e n c o r e à r e c o n n a î t r e aux sujets de la G r a n d e - B r e t a g n e le d r o i t d e c o u p e r d u bois en tous lieux. Mais les A n g l a i s i n s i s t a i e n t avec é n e r g i e : à Madrid L o r d B o c h f o r d , à L o n d r e s les secrétaires d'état q u ' é t a i e n t les d e u x L o r d s Halifax cl S a n d w i c h . Il fallait céder, car la F r a n c e , e l l e - m ê m e e n g a g é e d a n s les i n t e r m i n a b l e s d é b a t s d'ordre

financier o u les d i s c u s s i o n s relatives à T e r r e r

Neuve, n e p o u v a i t p r ê t e r e n

cet a u t o m n e de 176/1 u n

a p p u i efficace. Le M a r q u i s d e G r i m a l d i m o n t r a à l ' a m b a s s a d e u r b r i t a n n i q u e la lettre q u e le Bailli d ' A r r i a g a a d r e s sait a u g o u v e r n e u r d u Y u c a t a n , lcllrc q u i c o n t e n a i t u n blâme

sévère

en m ê m e

temps

les c o l o n s a n g l a i s p r a t i q u e r

q u e l ' o r d r e de

la c o u p e des bois

laisser partout

où ils é t a i e n t installés a v a n t i 6 3 . Le P r i n c e d e Masse7

r a n o fil la m ê m e c o m m u n i c a t i o n a u x m i n i s t r e s a n g l a i s . Ceux-ci

p e n s è r e n t q u e le r é t a b l i s s e m e n t

d u statu

quo

t e r r i t o r i a l a n t é r i e u r à la paix était u n a v a n t a g e suffisant cl ils se t i n r e n t p o u r satisfaits d ' a v o i r é l u d é u n e p a r t i e des o b l i g a t i o n s relatives

à la c o u p e des bois d e

tein-

ture. En m a r s 1 7 6 5 , le c o m m a n d a n t de la station des I n d e s


Occidentales

90

Britanniques,

Sir W i l l i a m

Barnchy,

pro-

cédait à la r e i n s t a l l a t i o n des c o l o n s e x p u l s é s t a n t d a n s la Baie d e H o n d u r a s q u e d a n s la r é g i o n d u C a p Calahouche. furent

Sans

point

doute

les fortifications

relevées, m a i s

antérieures

ne

anglaises

in-

les c o l o n i e s

crustées d a n s l ' A m é r i q u e C e n t r a l e r e p r i r e n t vie el p r o s périté sous la h a u t e

direction d u Gouverneur Général

des A n t i l l e s . L ' i n c i d e n t était clos, m a i s a u des

Espagnols.

Ceux-ci,

non

seulement

réaliser leur p r o g r a m m e de libérer

de

désavantage n'avaient

toute

pu

servitude

l e u r s possessions c o n t i n e n t a l e s de la Mer C a r a ï b e , m a i s e n c o r e ils a v a i e n t d û r e n o n c e r à la principale s t i p u l a t i o n en l e u r faveur et p a r s u r c r o î t ils a v a i e n t subi u n e pénible humiliation

en s ' i n c l i n a n t d e v a n t les p r o t e s t a t i o n s a n -

glaises. Celte c a p i t u l a t i o n , p l u s e n c o r e q u e celle relative

aux

B a h a m a et a u x îles Turks, était i m p o s é e p a r les c o n ditions du m o m e n t .

La C o u r de Madrid s'y soumettait

p é n i b l e m e n t : ne d e v a i t elle pas éviter u n e r u p t u r e la livrerait isolée el mal p r é p a r é e a u x c o u p s de

qui

l'adver-

saire ? n e devait-elle p a s t r a v a i l l e r en silence à recons tituer ses forces? Ne fallait-il pas s u r t o u t veiller à m a i n tenir

un

synchronisme

diplomatique

entre

les

deux

m o n a r c h i e s b o u r b o n afin q u e celles-ci, a g i s s a n t de c o n cert, s'assurassent

toutes les c h a n c e s de succès p o u r la

revanche attendue sur l'Angleterre ?


— 91 —

La P o l i t i q u e d e R e v a n c h e e t l a C o l l a b o r a t i o n franco-espagnole. Les d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n p o u v a i e n t vis-à-vis d e l'Angleterre

suivre

une

politique

presque

commune

o u au m o i n s i d e n t i q u e en a p p a r e n c e m a i s , en

réalité,

cette p o l i t i q u e était différente en c h a c u n des d e u x p a y s t a n t p o u r des r a i s o n s d ' o r g a n i s a t i o n i n t é r i e u r e q u e p o u r des causes d u e s a u t e m p é r a m e n t n a t i o n a l o u a u x

vues

p a r t i c u l i è r e s des g o u v e r n a n t s . En

France

l'opinion

publique

se d é s i n t é r e s s a i t

des

q u e s t i o n s m a r i t i m e et c o l o n i a l e ; les s a l o n s n ' y p r ê t a i e n t guère attention

et la g u e r r e n a v a l e n ' a v a i t j a m a i s

re-

cueilli b e a u c o u p de p o p u l a r i t é soit à la c o u r , soit p a r m i la n a t i o n .

Dans

d'hommes

qui

les

cercles

dirigeants,

s'attachassent

à

il

était

peu

c o m b a t t r e la G r a n d e -

B r e t a g n e s u r le t e r r a i n m a r i t i m e et c o l o n i a l . P a r s u i t e , C h o i s e u l , q u i était p r e s q u e seul e n t r e les g o u v e r n a n t s à ne p o i n t p a r t a g e r ce d é d a i n p o u r les affaires l o i n t a i n e s , se t r o u v a i t libre d ' a g i r à sa g u i s e en ce d o m a i n e , p o u r v u q u e son

action

complications

n'entraînât financières

point ou

de t r o p

redoutables

d i p l o m a t i q u e s . De

tant par son ascendant personnel auprès du

plus,

souverain

q u e p a r ses m u l t i p l e s f o n c t i o n s , il d i s p o s a i t d ' u n e fluence si c o n s i d é r a b l e q u ' e n

la p o l i t i q u e e x t é r i e u r e , l ' a r b i t r e d e la g u e r r e paix p o u r

la

France, pourvu

in-

fait il était le m a î t r e d e qu'il

observât

et de la quelque

m é n a g e m e n t envers certains systèmes politiques

chers

à Louis XV o u à des c l a n s p u i s s a n t s à la C o u r . C h o i s e u l n'était-il p a s le chef d u D é p a r t e m e n t de la G u é r i e el de celui de la M a r i n e d e p u i s 1 7 6 1 ? S'il avait


— 92 — d é l é g u é à son c o u s i n C h o i s e u l - P r a s l i n Affaires E t r a n g è r e s ,

d i e n c e toutes les affaires

des

r e s s o r t i s s a n t a u Pacte de Fa-

m i l l e , ce q u i é v i d e m m e n t au

la g e s t i o n

il c o n s e r v a i t avec soin en son o b é a s s u r a i t l ' u n i t é de

direction

triple p o i n t de v u e d i p l o m a t i q u e , m i l i t a i r e

et c o -

l o n i a l . Il c o n t r ô l a i t d o n c trois g r a n d s m i n i s t è r e s et, de p l u s l ' a d m i n i s t r a t i o n des t r a n s p o r t s p a r la s u r i n t e n d a n c e des postes q u ' i l d é t e n a i t . Enfin, s'il n ' a v a i t p u se faire a t t r i b u e r les F i n a n c e s lors d u d é p a r t d e l l e r t i n , d u exerçait-il u n e i n f l u e n c e p e r s o n n e l l e s u r le

moins

contrôleur

général. Ainsi C h o i s e u l a v a i t b i e n e n nécessaires contre

pour

mener

l'Angleterre

puisque, sur n'était

plus

cette

m a i n les politique

revanche

q u i à cette h e u r e seule i m p o r t a i t ,

le c o n t i n e n t , l ' a b a i s s e m e n t souhaitable

était fort solide en

instruments de

et q u e

d e la

Prusse

l'alliance a u t r i c h i e n n e

raison des i n t é r ê t s d u C a b i n e t

V i e n n e à d e m e u r e r u n i au C a b i n e t de Versailles

de

alors

q u e les c o n s é q u e n c e s du traité de Paris d e v a i e n t l o u r d e ment

peser à

l'avenir

s u r la

France.

Le m i n i s t r e de

Louis XV, en p u i s s a n t réaliste q u ' i l était, c o m p r e n a i t q u e le r e l è v e m e n t m i l i t a i r e cl naval i m p l i q u é p a r cette p o l i t i q u e de r e v a n c h e d e v a i t c i r e m e n é avec

prudence

et l e n t e u r car, d ' u n e p a r t , la réfection de la m a r i n e d e g u e r r e d e v a i t être p r c s q u ' i n t é g r a l c a v a n t de r i s q u e r u n e reprise a v a n t a g e u s e des hostilités s u r m e r : L'expérience d e 1 7 5 6 m o n t r a i t tous les d a n g e r s d ' u n e m é d i o c r e pré paralion

militaire.

L ' œ u v r e e n t r e p r i s e était de

longue

h a l e i n e el n e p o u v a i t être m e n é e t r o p o s t e n s i b l e m e n t , de c r a i n t e q u e la C o u r de L o n d r e s ne fut t e n t é e de d i s s i p e r , p a r u n e g u e r r e p r é v e n t i v e , toute m e n a c e d i r i g é e c o n t r e sa s u p r é m a t i e .

D'autre

part, il fallait

t e n i r c o m p t e de

L'épuisement des finances p u b l i q u e s , de la s i t u a t i o n c m -


- 9 3 barrasséc

des

ménager sation

fortunes privées ; ne convenait-il pas

les u n e s

sûre

des p r o g r a m m e s

dépenses

de

e t l e s a u t r e s p o u r p e r m e t t r e la r é a l i -

a s s u r e r la f o r m a t i o n d ' u n face aux

-

naval

et

militaire,

pour

trésor de guerre qui pût

extraordinaires

au

faire

lendemain

d'une

r u p t u r e ? E n o u t r e , il n e f a l l a i t p a s e f f a r o u c h e r l ' o p i n i o n publique française peu favorable à une nouvelle surtout

maritime.

la nécessité d ' a g i r e n c o n c o r d a n c e seul

fait

de

guerre,

E n f i n il y a v a i t l i e u d e n e p a s o u b l i e r

préparer

avec

des opérations

l ' E s p a g n e , et

conjointes

le

ou

de

v e i l l e r à u n e j o n c t i o n d e s f l o t t e s e n t r a î n a i t d e s r e t a r d s et des difficultés

d'exécution.

P o u r t a n t les d e u x C h o i s e u l

pouvaient accomplir

leur

tâche presqu'à leur gré puisque, du Contrôle Général F i n a n c e s , ils n ' e x i g e a i e n t

qu'un

effort

modéré

nation des sacrifices c o m p a t i b l e s avec les

des

et d e la

circonstances.

Ils s'efforçaient, p o u r m e n e r à b i e n c e l l e œ u v r e de

relè-

v e m e n t , de s'adapter aux conditions

n o u v e l l e s faites p a r

le t r a i t é

n'effrayer

d e P a r i s . Ils t r a v a i l l a i e n t à

ni

n i o n p u b l i q u e , ni les m i l i e u x de la c o u r ,

moins

l'étranger

aux

et

ils

dissimulaient,

surtout

l'opiencore

yeux

de

l ' a d v e r s a i r e , l ' a m p l e u r de l e u r e n t r e p r i s e . T o u t e n n e n é g l i g e a n t p a s l ' a r m é e ( o r d o n n a n c e d e 1764 r e v i s a n t l e s t a t u t d e s t r o u p e s d e t e r r e ) , le d u c d e

Choi-

seul p o r t a i t s o n a c t i v i t é v e r s la m a r i n e , q u i a v a i t g r a n d besoin d'amélioration

a p r è s les g u e r r e s d e 1 7 4 0 à

1763,

a m é l i o r a t i o n s a d m i n i s t r a t i v e s , t e c h n i q u e s , etc. Assisté de deux

collaborateurs

énergiques, Truguet

ministre exécutait par une ordonnance

et

de

Rodier,

1764

le

maintes

r é f o r m e s d a n s l ' o r g a n i s a t i o n n a v a l e m a i s , c o m p r e n a n t la v a n i t é d e c e g e n r e d ' a c t i o n , il s ' a t t a c h a i t a u s s i à s t i m u l e r d a n s la n a t i o n le g o û t cet é g a r d

il t r o u v a i t

des e x p é d i t i o n s dans

la

lointaines.

bourgeoisie

Si

et p a r m i

à les


- 9 4 artisans u n e b o n n e

volonté

manifeste

à servir

s e i n s , il r e n c o n t r a i t l ' h o s l i l i l é d e s c l a s s e s

ses d e s -

privilégiées et

des g e n s de c o u r lesquels tentaient de limiter o u frapper de stérilité les r é f o r m e s o u i n n o v a t i o n s . P o u r t a n t , a u lendemain

d e la p a i x , l a m a r i n e

de guerre

réduite à u n e quarantaine de vaisseaux de frégates : p a r b o n h e u r ,

française était

et u n e d o u z a i n e

les c o n t r i b u t i o n s

spontanées

d'étals p r o v i n c i a u x , de c o r p o r a t i o n s et de c o r p s permirent

la

mise

en

chantier

de

privés

nouveaux

bâti-

ments. Pour

la m i s e

récemment

en v a l e u r des ressources

créées,

Choiseul

existantes

ne trouvait point

ou

toujours

les c o l l a b o r a t e u r s é c l a i r é s e t a c t i f s q u i l u i e u s s e n t é t é n é c e s s a i r e s . 11 n e p o u v a i t c o m m u n i q u e r à t o u s s o n é n e r g i e et s o n e n t h o u s i a s m e ; surveillance

tation des possessions France

n'aboutirent

p o u r la m i s e

il n e p o u v a i t

vigilante.

Aussi

exercer partout une

le r e l è v e m e n t

et

l'exploi-

l a i s s é e s p a r le t r a i t é d e 1 7 6 3 à la qu'à de m i n c e s

en défense

résultats ;

de ce d o m a i n e

même

restreint,

on

n ' a g i t q u ' a v e c m o l l e s s e c l notamment, d a n s l ' I l i n d o u s l a n , la C o m p a g n i e d e s I n d e s f a i s a i t p r e u v e d e d é c o u r a g e m e n t et d ' u n e x c e s s i f e s p r i t d e p r u d e n c e . A u x A n t i l l e s , o n n e pouvait q u e réparer

les pertes d u c s

a u x hostilités

et à

l'occupation anglaise. Quant

au programme

d'acquisitions

c e p t i o n q u i p r é v o y a i t la s u b s t i t u t i o n

coloniales,

con-

de nouvelles posses-

s i o n s a u x colonies p e r d u e s p a r le t r a i t é et qui p a r là d e v a i t attester le vitalité d e la Prance, ce n e fut q u ' u n e d ' é c h e c s e n d é p i t d e la j u s t e s s e d e s initiatives. a v a i t d a n s ce b u t j e t é distinctes : en Afrique

les y e u x s u r d e u x

régions

bien

s u r M a d a g a s c a r o ù les c o m p t o i r s

e n t r e t e n u s d e p u i s le x v n " siècle d e v a i e n t être servir de centres

série

Choiseul

relevés et

d e c o l o n i s a t i o n ; e n A m é r i q u e s u r la


- 9 5 G u y a n e (vallée d u K o u r o u ) . L à aussi l'énergique minisire voulait obtenir des colonies de peuplement, des « colonies blanches » ; avec beaucoup d'illusions sance

des conditions

et de m é c o n n a i s -

géographiques,

fonder sur ces rivages

méridionaux

il

se

flattait

de

de la M e r C a r a ï b e

l ' é q u i v a l e n t d e la N o u v e l l e A n g l e t e r r e o u des C a r o l i n e s : p e u t - ê t r e le s o u p ç o n d e s r i c h e s s e s m i n i è r e s d e l a G u y a n e renforçait les espoirs d'ordre En

Afrique

comme

agricole.

en Amérique,

l'essai

conçu

dès

1 7 6 a , l e n l é d è s le p r i n t e m p s d e 1 7 6 3 , p o u r s u i v i e n 1 7 6 4 , l

fut m a l h e u r e u x e n r a i s o n d e la m a l a d r e s s e d e s p r e m i e r s a d m i n i s t r a t e u r s , d e la m é d i o c r e

préparation

matérielle

des e x p é d i t i o n s , d e s obstacles d e la n a t u r e . C e s i n s u c c è s 2

ne

découragèrent point

la r é a l i s a t i o n

le m i n i s t r e , q u i p e r s é v é r a

de son p r o g r a m m e

dans

et q u i , a u c o u r s d e s

négociations diplomatiques ultérieures, n'oublia point de c h e r c h e r à a s s u r e r à la c o u r o n n e d e F r a n c e d e n o u v e a u x domaines

extra-européens . :I

C h o i s e u l n ' o u b l i a i t certes p o i n t les é t a b l i s s e m e n t s

c l factoreries

de mettre

sauvées

en valeur

d u désastre de

1763. Les encouragements donnés au développement des plantations

à Saint-Domingue

g n e n t d e la s o l l i c i t u d e q u ' i l

et à S a i n t e - L u c i e

éprouvait

pour

témoi-

les colonies

a n t i l l a i s e s , c o r o l l a i r e d e s p r o j e t s g u y a n a i s . Il e s t t o u t e f o i s curieux

qu'en

cette o c c u r r e n c e , le d u c , si a r d e n t à v o u -

l o i r r e c o n s t i t u e r u n e m p i r e c o l o n i a l a n t i l l a i s , si e m p r e s s é à v o u l o i r s u r le N o u v e a u C o n t i n e n t ches, n'eut

point songé

des colonies

à c o n s e r v e r à la C o u r

blan-

de V e r -

I. V. II. Kroidevaux : Une mission géographique et militaire à la Guyane en 1702 (Annales de Géographie, i 5 janvier 1 8 9 2 , p. 2 1 8 - 2 3 1 ) . 2 Le récit détaillé de ces expériences figure dans l'ouvrage de DAUUIGNY, Ghoiseul et la France d'Outremer. 15. Voir infra nos études sur les projets français aux Philippines et aux Malouincs.


- 9 6 saillosunc

c o l o n i e t o u t e f a i t e , la. p o r t i o n o c c i d e n t a l e d e

la L o u i s i a n e , i m m e n s e r é g i o n s ' é t e n d a n t e n t r e l e M i s s i s s i p i , les G r a n d s L a c s et les M o n t a g n e s

Rocheuses,

disposant

en o u t r e de ce d é b o u c h é m a r i t i m e et d e ce vaste e n t r e p ô t q u ' é t a i t L a N o u v e l l e O r l é a n s . O r l e m i n i s t r e s e m b l a i t se désintéresser de cette c o l o n i e , t e n a n t p o u r a c q u i s q u ' e l l e f û t e s p a g n o l e , q u o i q u e l e C a b i n e t d e l ' E s c u r i a l se m o n t r â t si p e u s a t i s f a i t d e c e t t e cesse

la prise

qu'en

1767-68

acquisition

qu'il

retardait

de possession

(qui ne devait

) . L'altitude

du gouvernement

d

paraît à cet égard

difficilement

sans

avoir lieu français

explicable : à quoi b o n

travailler à élever u n e c o l o n i e en G u y a n e alors q u ' o n en délaisse u n e autre considérait ductive

s u r le R a s M i s s i s s i p i ? S a n s d o u t e , o n

la L o u i s i a n e c o m m e u n e p o s s e s s i o n p e u p r o -

mais

pourquoi

Les traditions autant

n'y point

tenter des réformes ?

q u e l'intérêt

semblaient

inviter

c o n s e r v e r celte c o l o n i e et n'était-il p a s c u r i e u x bureaux

d e la M a r i n e ,

non

c e u x d e s A lia i r e s E t r a n g è r e s ,

moins

à

q u e les

conservateurs que

témoignassent u n e relative

indifférence à ce sujet, p o u r t a n t d i g n e d e toute l e u r alien lion ?

En

Espagne aucune indifférence semblable ne régnait

à l'égard de l'Ultramar.

Charles

appuyés par l'ensemble

d e la n a t i o n ,

III e t s e s c o n s e i l l e r s , étaient

d'accord

p o u r p l a c e r a u p r e m i e r r a n g d e l e u r s préoccupations l e s affaires

maritimes e t c o l o n i a l e s ,

les relations

politiques

e t é c o n o m i q u e s a v e c la Grande-Bretagne — c e q u i n ' e m p ê c h a i t point d e l a i s s e r e n b o n n e

p l a c e la q u e s t i o n d e s

r a p p o r t s a v e c la F r a n c e ( l e s q u e l s é t a i e n t liés e n u n e l a r g e 1. Nous reviendrons rieures.

s u r ce point dans u n e de nos études u l t é -


— mesure

97 —

au développement

d e la politique

hispano-an-

glaise) e l l e s problèmes italiens. A Madrid,

s o u v e r a i n et m i n i s t r e s é t a i e n t u n a n i m e s à

désirer la r e v a n c h e des défaites de 1761-62,

l'annulation

d u traité d e P a r i s et le r e l è v e m e n t d e la p u i s s a n c e

navale

h i s p a n i q u e . Toutefois le roi et q u e l q u e s p e r s o n n a g e s d e l'entourage royal manifestaient

u n e plus grande

ardeur

q u e les m i n i s t r e s . C h a r l e s I I I , a u l e n d e m a i n d e la p a i x , n ' a v a i l rien p e r d u de l ' e n t h o u s i a s m e et de l'esprit

réfor-

m a t e u r d o n t il était a n i m é en m o n t a n t s u r le trône d'Esp a g n e q u e l q u e s a n n é e s a u p a r a v a n t . I l se s e n t a i t résolu, e n dépil des échecs

subis,

à rétablir

toujours

le p r e s t i g e

e s p a g n o l e n vVmérique et s u r les o c é a n s a u x d é p e n s d e l'hégémonie de

britannique.

S a n s d o u t e , il avait tiré profit

la p é n i b l e e x p é r i e n c e d e la g u e r r e passée, m a i s i l n e

paraissait pas e n c o r e c o m p r e n d r e et assimiler p l e i n e m e n t le

tempérament

trations

espagnol,

espagnoles

quelques

années

la

puisqu'il

tenir

tôle

technique se flattait

aux

forces

des a d m i n i s de pouvoir

en

nombreuses

et

aguerries de l ' A n g l e l e r r e — avec le c o n c o u r s de la F r a n c e , il est v r a i . Par contre, les ministres, tout en adoptant, m o i n s p a r désir de plaire q u e p a r patriotisme, les v u e s de leur souverain, n'étaient pas sans apprécier à leurs justes valeurs les o b s t a c l e s d ' o r d r e

matériel

et m o r a l q u i e m p ê c h a i e n t

u n e réalisation i m m é d i a t e des projets d u r o i . Ils savaient c o m b i e n l e n t e m e n t t r a v a i l l a i e n t les a r s e n a u x et c o n s t r u i saient les c h a n t i e r s m a r i t i m e s ,

combien lentement

vaient l e s f o r t i f i c a t i o n s ; i l s se d o u t a i e n t difficulté

à

éduquer

les officiers d e toutes

discipliner

s'éle-

au m o i n s d e la

les é q u i p a g e s et les troupes,

à

a r m e s . Ils savaient aussi

q u e l s l o n g s délais e x i g e a i t la t r a n s m i s s i o n d e s o r d r e s d e la c a p i t a l e

a u x colonies el quels plus longs

délais e x i 7


- 9 8 g e a i e n t les t r a v a u x effectués connaissaient à peu

s o u s les t r o p i q u e s . E n f i n

près exactement

r o y a l e s et n ' i g n o r a i e n t p o i n t

l'état des d'années

seraient

nécessaires p o u r constituer un trésor de guerre.

Certains

ministres

éprouvaient

combien

ils

finances

donc

quelque

découragement,

q u e l q u e p e s s i m i s m e , tandis q u e d'autres c o n s e r v a i e n t l'esp é r a n c e d ' e x é c u t e r le p r o g r a m m e plupart fixaient

d'entre

eux,

tout

conçu.

Néanmoins

en préconisant

à celle-ci u n e é c h é a n c e

plus

la

la

revanche,

lointaine

que celle

escomptée par Charles III. Il n ' y a v a i t p o i n t r é e l l e m e n t d i s s e n t i m e n t

e n t r e le r o i

e t ses m i n i s t r e s , m a i s il y a v a i t d e s d i v e r g e n c e s d ' o p i n i o n q u a n t a u m o d e d e p r é p a r a t i o n d e la g u e r r e d e r e v a n c h e . E n t r e les m i n i s i r e s e u x - m ê m e s , s u r g i s s a i e n t des rivalités. A dire v r a i , o n n e p o u v a i t p l u s p a r l e r de clan b r i t a n n i q u e m a i s , e n r e v a n c h e , i l y a v a i t le c l a n d e s v r a i s e n n e m i s de

la

tutelle française

Espagnols

et le c l a n d e s

ardents d u Pacte ; entre ces d e u x extrêmes

se

partisans dévelop-

p a i t t o u t e u n e g a m m e d ' o p i n i o n s . E n p a r t i c u l i e r , le à attribuer

à

la F r a n c e d a n s

le p r o c h a i n c o n f l i t

rôle

accen-

t u a i t les d i s s e n t i m e n t s . D ' a i l l e u r s , a u l e n d e m a i n d e la p a i x , le p e r s o n n e l v e r n a n t a v a i t s u b i q u e l q u e s a l t é r a t i o n s . La g r a n d e parmi

les

secrétaires d'état

avait sombré. Don Ricardo et des Affaires l e 21

août

gou-

ligure,

du temps d e Ferdinand Wall,

ministre

E t r a n g è r e s , s ' é t a i t d é m i s d e ses

176.3 m i - v o l o n t a i r e m e n t ,

m i s o u s la

fonctions pression

des c i r c o n s t a n c e s . Sa q u a l i t é d ' é t r a n g e r , d ' I r l a n d a i s , l e v a i t déjà bien des c o l è r e s a u g n o l e ; de

sou-

sein de l'aristocratie

espa

p l u s , la r e s p o n s a b i l i t é d e s d é s a s t r e s n a v a l s

d i p l o m a t i q u e s n ' a v a i t p a s été celte

VI,

d e la G u e r r e

lourde

succession

sans

fut d i v i s é e

l'atteindre. e n deux

et

Pourtant parts

é c h u r e n t encore à des étrangers. L'administration

de

qui la


99 —

Guerre r e v i n t au M a r q u i s de S q u i l l a c e , déjà titulaire des F i n a n c e s , u n Italien fort s y m p a t h i q u e a u r o i , très h i s p a nifié, p e u f a v o r a b l e a u Pacte de F a m i l l e et à la F r a n c e , mais un h o m m e scrupuleux. gères, elles furent

Q u a n t a u x Affaires

confiées au C o m t e

quoique d'origine génoise,

occupait

Etran-

de Grimaldi qui, le poste singulière-

m e n t i m p o r t a n t d ' a m b a s s a d e u r à P a r i s . En c e t t e p o s i t i o n , il s'était m o n t r é partisan

sincère de l'alliance

a u t a n t q u e persona grata p r è s d e C h o i s e u l . diplomate

habile,

rompu

française

A u reste, u n

aux pratiques de chancellerie

et d e n é g o c i a t i o n , p o u r v u d ' u n e m é m o i r e r e m a r q u a b l e et d'un honnête a m o u r d u travail. Un ambassadeur (James

Harris,

plus

lard Lord

Malmesbury ), 1

anglais tout

en

l'accusant de médiocrité el de servilité, reconnaissait q u e G r i m a l d i était

partisan d u Pacte

de Famille

spontané-

m e n t , p a r s e n t i m e n t d e l'utilité d e cette a l l i a n c e p o u r sa s e c o n d e patrie. A u p r i v é , c'était cultivé,

un homme

a i m a b l e et

d o t é d e s e n t i m e n t s d ' h u m a n i t é et d e d é s i n l é r e s -

semenl. Les

autres

départements

ministériels

ne

subissaient

p o i n t d e c h a n g e m e n t . E n p a r t i c u l i e r le B a i l l i

d'Arriaga

d e m e u r a i t à l a lête d e l a M a r i n e e t d u C o n s e i l d e s I n d e s , conservant

p a r ce c u m u l

domaine colonial. vailleur

médiocre,

Homme officier

la h a u t e intégrée! compétent,

main

s u r tout le

dévoué, mais

tra-

bon administra-

teur local, mais piètre ministre en raison de son absence de tout esprit n o v a t e u r et d e son i m p u i s s a n c e à c o n c e v o i r ou

exécuter

de grandes idées. Détenteur

f e u i l l e d e p u i s 1 7 5 4 , il s e m b l a i t

de son

e n 176.'] p l u s

en

portefaveur

1. James Harris fut secrétaire de légation, puis Chargé d'affaires à Madrid de 176(1 à 1 7 7 1 . Il d u t sans doute moliver son sévère j u g e m e n t sur Grimaldi par l'origine, génoise el l'éducation donnée à celui-ci, car G r i m a l d i , en fils cadet, était destiné à être d'Eglise.


1OO

q u e j a m a i s e l l e s é c h e c s n a v a l s d e la g u e r r e n e s e m b l a i e n t pas

avoir

que

ébranlé

Grimaldi

d'entrer

au

exception

et

s o n c r é d i t . C e p e n d a n t e n 176/1, a l o r s Squillacc obtenaient

Conseil

d'Etat,

Arriaga

la f a v e u r fut

enviée

l'objet

d'une

marquée, attribuable, selon u n e r u m e u r partie

du cabinet royal, au désir de stimuler le chef d'une nistration j u g é e

admi-

indolente.

L e s o u c i d e t r a v a i l l e r a la r e v a n c h e fil q u ' a p r è s l ' a r r i v é e de G r i m a l d i a u x affaires u n e sorte d e c a b i n e t d e g u e r r e se f o r m a , i n n o v a t i o n d u c a u t a n t

aux circonstances qu'à

l'initiative d u roi e l d e s m i n i s t r e s . C e c a b i n e t était c o m posé des titulaires

des cinq

principaux

services d'état :

G r i m a l d i , S q u i l l a c c e t A r r i a g a ; il é t a i t d e s t i n é à f a c i l i t e r les é c h a n g e s d e v u e s entre les chefs d e c e s d é p a r t e m e n t s , à

assurer

une intime

collaboration

entre

eux, bref

à

étudier en c o m m u n les mesures préparatoires à u n e n o u velle

guerre.

dehors

Naturellement

le roi n e restait

de ces délibérations

et d o n n a i t

point

en

une énergique

impulsion à celles-ci. L e p r o g r a m m e c o m p o r t a i t t r o i s p o i n t s d o n t le p r e m i e r seul était d e la c o m p é t e n c e e x c l u s i v e d e l ' E s p a g n e : 1" D é f e n s e d e l ' U l l r a m a r ; 2° A r m e m e n t s m i l i t a i r e s e t n a v a l s ; y

P l a n d e guerre contre la Grande-Bretagne ( d i p l o m a -

t i q u e et m i l i t a i r e ) . Ces deux

derniers

points dépendaient dans u n e

m e s u r e d e la collaboration de

la p o l i t i q u e

commune

large

française; e t d e L'orientation aux deux

monarchies

bour-

bon. La défense apparaissait,

des Indes après

les

tant Orientales

qu'Occidentales

enseignements

d e la

dernière

g u e r r e , l ' u n d e s talons d ' A c h i l l e d e l ' E s p a g n e : la c a p t u r e p r e s q u ' a i s é e des P h i l i p p i n e s et d e C u b a , la m e n a c e

diri-


101 -

géc contre l ' A m é r i q u e Centrale restaient encore présentes à la m é m o i r e des h o m m e s d'état e s p a g n o l s , et f a t a l e m e n t le c a b i n e t de g u e r r e d e v a i t le retour de

songer avant tout à

semblables éventualités.

prévenir

Il y d e v a i t

d'autant p l u s q u e les débals p e n d a n t s e n t r e

les

songer

Cabinets

d e l ' E s c u r i a l et d e S a i n t - J a m e s , q u e l e s r e l a t i o n s si

peu

a m i c a l e s entre ces d e u x g o u v e r n e m e n t s faisaient c r a i n d r e u n e a g r e s s i o n b r i t a n n i q u e i n o p i n é e o u la r e p r i s e d ' h o s t i lités m a r i t i m e s g é n é r a l e s . La

s é c u r i t é d e la

vice-royauté du

Mexique

sollicitait

plus p a r t i c u l i è r e m e n t l'attention des E s p a g n o l s ; c e u x ci veillaient toujours avec soin à vinces

la protection

d e ses p r o -

et d e s g a l i o n s q u i e n s o r t a i e n t , m a i s i l s d e v a i e n t

r e d o u b l e r de p r é c a u t i o n s d e p u i s q u e les A n g l a i s , installés d é s o r m a i s s u r le B a s - M i s s i s s i p i , m a î t r e s d e b a s e s d ' o p é r a t i o n s s u r le G o l f e d u M e x i q u e telles q u e M o b i l e et P e n s a c o l a , p o u v a i e n t a t t a q u e r s i m u l t a n é m e n t C u b a et les p o r t s de la N o u v e l l e E s p a g n e : V e r a C r u z , T a m p i c o , etc. L'immensité

des possessions

hispaniques

d'Amérique

rendait i m p o s s i b l e toute défense q u i eût v o u l u être

uni-

v e r s e l l e . Il f a l l a i t f a i r e u n c h o i x e n t r e l e s p r o v i n c e s

et se

r é s o u d r e à ne p r o t é g e r q u e celles q u i é t a i e n t les p l u s v u l n é r a b l e s q u les p l u s v i s é e s p a r l a G r a n d e - B r e t a g n e .

C'est

a i n s i q u e s i x z o n e s d e d é f e n s e f u r e n t e n v i s a g é e s : C u b a et P o r l o - U i c o , t o u j o u r s c o n v o i t é e s p a r la C o u r d e —

Londres

le M e x i q u e e t la P l a t a a u x d e u x a i l e s — e n f i n la T e r r e

F e r m e e l le P é r o u p o u r f e r m e r l o u l a c c è s a u x d e u x

flancs

de l ' i s t h m e de P a n a m a . E n c h a c u n e de ces r é g i o n s t r a n s f o r m é e s en redan, o n constituerait des centres de résistance sous

la d i r e c t i o n

auraient

pour

d'officiers

généraux

experts.

Ceux-ci

tâche d'élever des fortifications, de c o n s -

t r u i r e d e s a r s e n a u x et c h a n t i e r s , d e l e v e r e t e n t r a î n e r d e s milices

qui,

fait

exceptionnel,

seraient

renforcées

de


102

troupes européennes destinées armées

— ù servir

de n o y a u

à

des

coloniales.

Cuba

serait dotée de h u i t

régiment

bataillons

de d r a g o n s , p l u s

tandis que

Porlo-Rico

deux

de

milice,

bataillons

disposerait de

d'un

européens,

cinq bataillons de

m i l i c e , u n r é g i m e n t d e d r a g o n s et d e u x b a t a i l l o n s e u r o péens ; en outre, d a n s ces d e u x Antilles, tout u n réseau de fortifications

serait établi p o u r p r é v e n i r

tout

débarque-

m e n t . P a r c o n t r e , la p o r t i o n e s p a g n o l e d e S a i n t - D o m i n g u e s e r a i t l i v r é e à e l l e - m ê m e , c ' e s t - à - d i r e c o n f i é e e n f a i t à la p r o t e c t i o n d e la F r a n c e . A

Puerto Bello, à

C u m a n a , o n créerait des bataillons de derait milice,

des arsenaux. deux

Au

régiments

Mexique, de

Caracas

et à

m i l i c e et o n

douze

l'on

bataillons

dragons, cl à La Vera

u n e garnison spéciale avec deux bataillons européens un

détachement

d'artilleurs.

A

Buenos

de

Cruz et

Ayres

serait

c o n s t i t u é e u n e a r m é e l o c a l e d e s t i n é e à e n v a h i r le

Brésil

Méridional a l m s qu'au Pérou seraient formées des troupes de réserve

à rôle p u r e m e n t défensif,

venir qu'au cas turé l'isthme de

appelées

Panama.

A u point de vue naval, on renforçait remplaçait

à n'inter-

les f o r c e s b r i t a n n i q u e s a u r a i e n t c a p -

les bâtiments

les s t a t i o n s et

Irop anciens

par

d'autres

on en

é l a t d e m i e u x s e r v i r . L a r é p a r t i t i o n d e s u n i t é s é t a i t la s u i vante; p o u r

L'année

1760 : à

d e l i g n e et six frégates

la H a v a n e ,

deux

vaisseaux

(dont trois peu utilisables); à La

Vera ( i r u z , trois v a i s s e a u x et sept frégates ; à C a r t h a g è n e , un vaisseau,

u n e frégate,

un

chébec cl un p a q u e b o t ; à

B u e n o s A y r e s , t r o i s v a i s s e a u x et d e u x f r é g a t e s . D e p l u s , il y a v a i t u n b â t i m e n t frégates une

croisaient

d e l i g n e a u x P h i l i p p i n e s et

dans

b o n n e partie de

la

les m e r s d u S u d . flotte

C'était

espagnole qui

éparpillée en A m é r i q u e , sans a u c u n e puissance

était

deux donc ainsi

offensive


— sauf

103

d a n s les A n t i l l e s . L a

marine de guerre

hispanique

comptait alors environ trente-six vaisseaux, u n e de frégates, La v a l e u r ron

de

ces b â t i m e n t s était assez m i n c e c a r

les t r o i s q u a r t s

1750 à

trentaine

u n e d i z a i n e d e c h é b e c s et q u e l q u e s g a l i o t e s L envi-

d ' e n t r e e u x a v a i e n t été c o n s t r u i t s

de

1765.

L e s o u c i d e c o n s e r v e r la p e r l e d e s A n t i l l e s e t d e p r o t é g e r l e s a v a n t - p o s t e s c o u v r a n t le M e x i q u e fit q u e les p r é p a ratifs

de

défense

les

premiers

et

les

plus

importants

e u r e n t l i e u à C u b a . T r a v a u x d e f o r t i f i c a t i o n s et o r g a n i s a t i o n m i l i t a i r e f u i e n t a c t i v e m e n t p o u s s é s . D è s f é v r i e r 176/1, le C a p i t a i n e G é n é r a l ,

M. de Riecla, a n n o n ç a i t

la

forma-

l i o n d ' u n c o r p s de m i l i c e à h u i t b a t a i l l o n s (soit six m i l l e h o m m e s ) et d ' u n c o r p s de d r a g o n s ( h u i t c e n t s Q u a n t a u x o u v r a g e s militaires, ils étaient mentés ; les

travaux

devaient

e n t r a î n e r p o u r le t r é s o r

durer

hommes).

relevés et

e n v i r o n six

aug-

a n s et

royal une dépense annuelle

d e m i - m i l l i o n de piastres. A celte participation

d'un

financière

d e la m é t r o p o l e , v e n a i e n t s ' a j o u t e r l e s c o n t r i b u t i o n s habitants qui

prêtaient

l'entretien

des

aider

mise

à la

leurs

troupes.

esclaves

L'empressement

en défense de

l'île

des

élait u n

les

autres

provinces

du

Nouveau

colons

à à

résultat de

l ' o c c u p a t i o n a n g l a i s e , d o n t o n r e d o u t a i t f o r t le Dans

des

et s u b v e n a i e n t

retour.

Monde,

on

t é m o i g n a i t d ' u n e é g a l e a r d e u r . D a n s les r é g i o n s p l a t é e n n e s , M.

de

Cevallos

réunissait

des

troupes,

amassait

m u n i t i o n s e l é l e v a i t d e s f o r t i f i c a t i o n s d a n s la z o n e tière. armée

De son

côté,

de q u a r a n t e

le v i c e - r o i d u mille

Pérou

réunissait

h o m m e s , d o n t six mille

des fronune cava-

1. L'étal ollicicl figurant aux Mss. du British Museum indique 16 frégates, mais ce chiffre parait inférieur à la réalité en raison de l'âge de ces frégates (dix et douze ans) et il s'adapte m a l avec les informations recueillies par les diplomates français.


104 liers. A u Mexique, on procédait à u n e réorganisation de l ' a d m i n i s t r a t i o n , n o t a m m e n t à celle d e la b r a n c h e s o u s la d i r e c t i o n d u s u r i n t e n d a n t D o n F r a n c i s c o et

celle d u militaire sous

fiscale Carasca

le lieutenant-général d e V i l -

lalba. L a d i r e c t i o n s u p r ê m e d e la p r o t e c t i o n d e s I n d e s i n c o m b a i t officiellement au B a i l l i d ' A r r i a g a , m a i s p r a t i q u e m e n t elle

se t r o u v a i t d a n s l e s m a i n s d ' u n h o m m e d e

guerre

d o n t la popularité s u c c é d a i t à c e l l e d e W a l l . C o m p a t r i o t e d e c e d e r n i e r , O ' R e i l l y é t a i t c o n s i d é r é à la f o i s c o m m e l e p l u s b r i l l a n t h o m m e d e g u e r r e et le p l u s h a b i l e a d m i n i s trateur militaire de l'Espagne

J o u i s s a n t à la c o u r d ' u n e

s o l i d e i n f l u e n c e , il r e ç u t m i s s i o n d ' i n s p e c t e r e t d e c o n t r ô ler l ' œ u v r e d e d é f e n s e d e s I n d e s a v e c p l e i n e

autorité sur

t o u t l e N o u v e a u M o n d e hispanique. E n f a i t , i l d o n n a u n e v i g o u r e u s e impulsion aux entreprises p o u r s u i v i e s p a r l e s gouverneurs

locaux

tructions reçues, bases d'opérations

tout

en s'altachanl,

à faire d e C u b a

selon les i n s -

cl de Porto Rico des

offensives.

Ces p o u v o i r s a n o r m a u x confiés

à O'Reilly étaient d u s ,

c o m m e la f o r m a t i o n du cabinet d e g u e r r e , à l ' i n s p i r a t i o n d e C h a r l e s III el m o n t r a i e n t

chez celui-ci l'intention de

p r é v e n i r l e s funestes effets d e l ' a u t o n o m i e de facto jouissaient étaient

vice-rois

apparus

et capitaines

manifestement

généraux,

lors

des

hostilités de

1 7 G 1 ()•(. Le r o i e n t e n d a i t q u e la g u e r r e d e r e v a n c h e vint a u n e forces

h e u r e v o u l u e p a r l u i , à l'heure

d e la

monarchie

seraient

dont

effets q u i sur-

où toutes les

tendues pour

la

lutte

1. O'Reilly, né en 17:5."), m o r t en 179/1. Entré de b o n n e heure au service de l'Kspagne, il se d i s l i n g u c r o n i i u e lieutenant-colonel dans la campagne d e Portugal 1 7 6 3 - 6 3 et acquiert u n e grande réputation. Brigadier général, puis m a j o r général el capitaine général de la Havane.


105

contré l ' A n g l e t e r r e ; si c e t t e i d é e é t a i t i r r é a l i s a b l e , d e p a r les

tendances

belliqueuses

de

la C o u r de L o n d r e s ,

du

m o i n s voulait-il q u e celte g u e r r e p r o c h a i n e ne prit p o i n t à l ' i m p r o v i s l e m é t r o p o l e et c o l o n i e s . Aussi

le s o u v e r a i n ,

questions

tout

d'administration

b o n n e part des activités relèvement dépenses tenu

bonne

naval

l'armée

et d e

place

ne négligeant

point

les une

et des ressources n a t i o n a l e s a u

militaire,

de

en

intérieure, consacrait-il

dans

et

colonial

la

les

marine

budgets

du

pays.

avaient

Les

toujours

espagnols,

mais,

d e p u i s 1 7 6 0 , e l l e s e n p r e n a i e n t u n e p l u s g r a n d e e n c o r e , si bien

qu'une

chaque

bonne

année

servait

partie des à

disponibilités

alimenter

e x t r a o r d i n a i r e d e l ' a r m é e et de la tions,

les

chiffres

de l'année

obtenues

un véritable flotte.

1760 sont

A litre

budget d'indica-

é l o q u e n t s : les

r e c e t t e s p é n i n s u l a i r e s a t t e i g n a i e n t 32 m i l l i o n s d e p i a s t r e s et c e l l e s

d'Amérique

5.328.000

p i a s t r e s ; les

o r d i n a i r e s s ' é l e v a i e n t à p l u s d e 23 m i l l i o n s 7.208./100

piastres appartenaient

67/1.800 p i a s t r e s à

la

à

l'armée,

m a r i n e et 2 . 5 o o . o o o

dépenses

sur lesquels 3

millions

piastres

aux

dépenses de c o u r . A s s u r é m e n t l'excédent budgétaire apparent servit de p l u s en p l u s , en d e h o r s des s o m m e s prélevées par

le roi p o u r ses

belliqueuses après

besoins personnels,

à des

fins

1763 . 1

L e s p r é p a r a t i f s d e g u e r r e n e se b o r n a i e n t

évidemment

p a s à m e t t r e les I n d e s à l ' a b r i d ' u n c o u p d e m a i n a n g l a i s ; c'était

la

lâche

défensive mais il

en

était u n e autre de

nature offensive. Les a r m e m e n t s p r o p r e m e n t dits de

mer

e t d e t e r r e , a y a n t l i e u d a n s la m é t r o p o l e d e f a ç o n p r e s q u e exclusive,

étaient

subordonnés

à

deux

facteurs :

l'un

f i n a n c i e r (les r e s s o u r c e s d u t r é s o r q u i s u f f i s a i e n t à la m i s e

i.

British Museum,

Add, Mss. 368o6, f°

s

124-128.


106

à exécution d'un p r o g r a m m e militaire s'étendant sur u n e certaine période)

l'autre

politique

m i l i t a i r e et d i p l o m a t i q u e d e l à En

(la

collaboration

France).

effet, c e s a r m e m e n t s d e v a i e n t ê t r e

menés

d e telle

sorte q u e les a r m é e s et e s c a d r e s c o m b i n é e s d e s d e u x alliés p u s s e n t a g i r a v e c le m a x i m u m d ' e f f i c a c i t é c l d i s p o s e r d e la

supériorité

plan

numérique

et u n e c o h é s i o n

:

d'où u n e c o m m u n a u t é de

dans la direction des opérations.

D ' a u t r e p a r t , ils n e se p o u v a i e n t l'autre m o n a r c h i e Cabinet façon

sans

éveiller

de Saint-James : de

a c c o m p l i r en l'une o u l'attention

vigilante du

là, l a n é c e s s i t é

d'agir de

c o n c e r t é e entre les g o u v e r n e m e n t s de Versailles et

M a d r i d afin d ' é v i t e r e n c o m m u n

toute d e m a n d e

d'expli-

cation o u tout u l t i m a t u m de l'Angleterre. Or le p r o g r a m m e e s p a g n o l supposait u n r e d o u b l e m e n t d ' a c t i v i t é q u i n e p o u v a i t g u è r e p a s s e r i n a p e r ç u . Il p r é v o y a i t la

construction

de six vaisseaux de ligne par an

(dont deux construits à Carthagènc, quatre à Santander, d'autres à la H a v a n e ) , soit en trois a n s d i x - h u i t

unités

n o u v e l l e s et u n total de c i n q u a n t e - q u a t r e b â t i m e n t s

vers

1 7 6 6 ; ce chiffre

qui

parlait

apparaissait insuffisant

d'obtenir

une

flotte

à Grimaldi

d e 80 b â t i m e n t s

de ligne.

Q u a n t a u n o m b r e d e s f r é g a t e s , i l s'élèverait parallèlement de trente à soixante. Cet e f f o r t , c o n s i d é r a b l e s u r le p a p i e r , l ' é t a i t p l u s e n c o r e q u a n d o n passait à la r é a l i s a t i o n : m é d i o c r e s financières,

car

on

ne pouvait

imposer

ressources

à l'infini u n e

n a t i o n , si p a t r i o t e q u ' e l l e f û t ; l e n t e u r d e s travaux d a n s l e s a r s e n a u x et les c h a n t i e r s ; e x t r ê m e

division des attribu-

t i o n s d a n s les d é p a r t e m e n t s m i n i s t é r i e l s , c e q u i o c c a s i o n n a i t d e s retards e t prévenait t o u t e u n i t é d e d i r e c t i o n . Néanmoins gramme

naval

le

commencement

d'exécution

e s p a g n o l était de nature

du

pro-

à susciter cer-


— taines espérances

107

c h e z les F r a n c o - E s p a g n o l s

et

cerlaines

i n q u i é t u d e s c h e z l e s A n g l a i s . D è s j u i n 176/1, L o r d R o c h f o r d se f a i s a i t l ' i n t e r p r è t e d e s o n g o u v e r n e m e n t p o u r à Madrid de

éclaircissements au sujet signalaient notes

adresser

v é h é m e n t e s r e p r é s e n t a t i o n s et r é c l a m e r les

s'ouvrit

consuls sur celle

des préparatifs

des

belliqueux

britanniques.

Un

q u e s t i o n e t il

ne

que

échange devait

de

guère

c e s s e r : les m i n i s t r e s a n g l a i s a t t r i b u a i e n t d a n s leurs p r o testations

toute

la

responsabilité de

cette activité

F r a n c e q u i , p a r ses c o n s e i l s f a l l a c i e u x , d é t o u r n a i t g n e d e la v o i e d e l a s a g e s s e et d e peu

à

la

l'Espa-

la p a i x , v u e s

quelque

les m e s u r e s

navales

erronées.

S'il

y

avait

parallélisme

entre

p r i s e s e n d e ç à et a u delà des P y r é n é e s , e n t r e

l'orientation

des p o l i t i q u e s m a r i t i m e s s u i v i e s p a r les d e u x c o u r s a l l i é e s , en r e v a n c h e , il n ' y a v a i t p l u s r i g o u r e u s e s i m i l i t u d e

entre

les

et

manifestations

de cette

politique ^

Versailles

à

M a d r i d . C h o i s e u l et son e n t o u r a g e , a g i s s a n t d ' a i l l e u r s e n conformité

avec

le s e n t i m e n t g é n é r a l

c o m m u n au g o u -

v e r n e m e n t et à l a n a t i o n , v o u l a i e n t é v i t e r t o u t e bilité d'une reprise i m m é d i a t e d a i e n t c o m p t e de la n é c e s s i t é de fallait a v a n t d ' e n g a g e r conditions

p a t i e n t e r d i x a n s s'il le

la g u e r r e de

de succès parfait

possibi-

d e s h o s t i l i t é s . I l s se r e n revanche dans

et ils e n t e n d a i e n t

des

prévenir

toute rupture avec l'Angleterre susceptible, en raison

de

l'état g é n é r a l

de

des c h o s e s , d'être à l'avantage e x c l u s i f

c e t t e d e r n i è r e . P a r s u i t e , le m i n i s t r e p r é f é r a i t a c c e p t e r d e s solutions peu favorables des litiges d'encourager les

les

monarchies

coups

reçus

éléments

bourbon

durant

la

existants

plutôt

encore dernière

chancelantes guerre.

Celle

sous

l'éventualité

les

lactique

de p r u d e n c e ne p u t qu'être accentuée lorsqu'après apparut

que

belliqueux anglais à frapper

d ' u n r e t o u r a u x affaires d u

1766 vieux


— Pitt d e v e n u

Lord

108

C h a t h a m , éventualité vérifiée

l'année

suivante. T o u t a u t r e é t a i t l a c o n c e p t i o n d e C h a r l e s 111 e t d e c e r tains de ses ministres. C e u x - c i , p a r t e m p é r a m e n t o u p a r r a i s o n , s u b i s s a i e n t a v e c i m p a t i e n c e les c l a u s e s d u de

traité

1 7 6 3 , p r o t e s t a i e n t c o n t r e les a p p l i c a t i o n s q u e p r é t e n -

d a i t faire l a C o u r d e L o n d r e s d e c e t r a i t é et se p l a i g n a i e n t d e s h u m i l i a t i o n s i n c e s s a n t e s s u b i e s d e p u i s 1 7 6 0 d e la p a r t des

Anglais.

Ils souffraient

également

m e n a c e q u i pesait c o n s t a m m e n t

de

la double

s u r le r o y a u m e

p a r la

présence de forces e n n e m i e s à Gibraltar e l à M i n o r q u c . En o u t r e , les E s p a g n o l s é t a i e n t , p a r é d u c a t i o n , d o m i n é s p a r c e r t a i n s p r i n c i p e s c o l o n i a u x q u e b l e s s a i t la d e r n i è r e p a i x : principe

d'unité

territoriale

de

l'Ullramar,

principes

d'exclusivisme é c o n o m i q u e q u i faisaient paraître rables

les é t a b l i s s e m e n t s a n g l a i s d e C a m p ê c h e

intolée l d e la

M o s q u i l i e , c e u x d u H o n d u r a s , l e s c e n t r e s d e contrebande des B a h a m a e l de Bâton-Rouge. C e s p r i n c i p e s n e permettaient de c o n s i d é r e r les s o l u t i o n s i m p o s é e s p a r la G r a n d e Bretagne que c o m m e un régime purement provisoire. S a n s d o u t e , c h e z p l u s i e u r s c o n s e i l l e r s e t m i n i s t r e s , l'influence

de

ces principes

n'était

point

telle q u ' e l l e

les

a v e u g l â t s u r les d a n g e r s d ' u n e r e n a i s s a n c e d e l a g u e r r e . I,e p o i n t d e v u e f r a n ç a i s d'état

était partagé

par ces

e s p a g n o l s , Lesquels éprouvaient e n

hommes

matière

poli-

t i q u e les mêmes sentiments qu'en m a t i è r e administrative et n e se l a i s s a i e n t

point

t r o p s é d u i r e p a r d e s projets

éloignés d e t o u t e r é a l i t é . Toutefois le f a i t q u e C h a r l e s l i t l u i - m ê m e s ' i n t é r e s s a i t a c t i v e m e n t a u s o r t d e l'Ultramar, a u p r e s t i g e n a v a l e l c o l o n i a l d e la m o n a r c h i e , qu'il i n c l i n a i t nettement à la g u e r r e , n e u t r a l i s a i t l ' a c t i o n d e c e c l a n de conseillers qui préconisait u n e politique à

retardement.

belliqueuse


— Les politiques

suivies

109 par

— les d e u x c o u r s v i s - à - v i s d e

l ' A n g l e t e r r e ne p o u v a i e n t , d a n s ces c o n d i t i o n s , être s y n chrones

bien

qu'elles

des h o m m e s

fussent

parallèles. Les caractères

au p o u v o i r a u t a n t

que

n a t i o n a u x e t les c o n d i t i o n s d ' e x i s t e n c e

les

tempéraments

des e m p i r e s colo-

n i a u x d e F r a n c e et d ' E s p a g n e é t a i e n t r e s p o n s a b l e s d e c e t t e discordance. D'autres éléments intervenaient aussi c e s e n s , n o t a m m e n t l ' i n f l u e n c e d e la p o l i t i q u e

dans

continen-

tale. Le Cabinet

de

V e r s a i l l e s , e n effet, a v a i t à f a i r e f a c e à

b i e n d e s p r o b l è m e s c o n t i n e n t a u x q u e sa s i t u a t i o n g é o g r a phique

autant que

imposaient

de

sa p o s i t i o n

connaître.

A

de g r a n d e

l'Escurial,

puissance

on était

lui

moins

e n g a g é d a n s le d é d a l e d e s c o m b i n a i s o n s e u r o p é e n n e s e t on n'y

participait directement q u ' e n Italie, où

régnaient

d e s p r i n c e s e s p a g n o l s à N a p l e s et à P a r m e . M ê m e d a n s c e d o m a i n e l e s i n t é r ê t s f r a n ç a i s n e se c o n f o n d a i e n t p a s a v e c ceux de son

a l l i é : la C o u r d e

D e u x Sicilcs n'était que

n o m i n a l e m e n t m e m b r e d u P a c t e d e F a m i l l e et l e s

ambi-

tions des infants sur l'Italie Centrale étaient vues à Paris sans enthousiasme.

P a r c o n t r e , les visées françaises

la C o r s e d é p l a i s a i e n t à M a d r i d o ù l ' o n e u t d é s i r é ,

sur

toulen

faisant pièce à l ' A n g l e t e r r e s u r ce p o i n t , i n c o r p o r e r l'île à la m o n a r c h i e e s p a g n o l e o u l a d o n n e r à l ' u n d e s installés à

en

Gênes.

tembre

Italie, La

176/1,

s'il

était

convention

impossible

de

franco-génoise

communiquée

dès

ministres de C h a r l e s III, n'était

le

11

la du

infants laisser /i

sep-

septembre

aux

point de nature à

être

c h a l e u r e u s e m e n t a p p r o u v é e c a r e l l e a p p a r a i s s a i t c o m m e le p r é l u d e d e l ' a n n e x i o n d e la C o r s e à la F r a n c e et fin

aux

compte

projets d'intervention de

la

franco-espagnole

mettait p o u r le

République, projets que caressaient

m a l d i cl, v r a i s e m b l a b l e m e n t , son m a î t r e .

Gri-


— D'autre

110

part, la position

-

du Portugal

était e n v i s a g é e

d e f a ç o n t r è s d i f f é r e n t e à P a r i s el à M a d r i d . L à , o n v o y a i t d a n s la C o u r d e L i s b o n n e u n a l l i é d e l ' A n g l e t e r r e aussi

u n adversaire

peu dangereux aux points

mais

de v u e

naval, é c o n o m i q u e ou colonial, adversaire q u i , soumis à u n e p o l i t i q u e d e d o u c e u r el de p r e s s i o n é n e r g i q u e , p o u v a i t être détaché de l'alliance anglaise o u tout au m o i n s réduit à la n e u t r a l i t é l o r s d e la g u e r r e d e r e v a n c h e . A M a d r i d , au

contraire,

on considérait

le p r o b l è m e d e s r e l a t i o n s

a v e c le P o r t u g a l s o n s u n a s p e c t t o u t o p p o s é , c a r e n E u r o p e et en A m é r i q u e le P o r t u g a l v o i s i n h o s t i l e el e n n e m i

était le v o i s i n d e l ' E s p a g n e ,

héréditaire soulevant de perpé-

tuels l i l i g e s et c o n s t i t u a n t u n e c o n s t a n t e

menace.

Le t r a i t é d e P a r i s d ' a i l l e u r s , s'il n e s a t i s f a i s a i l p o i n t l e Cabinet de l'Escurial p r o c u r a i t nul sujet n a i t les c l a u s e s

p o u r ses c l a u s e s

anglaises, ne lui

de c o n t e n t e m e n t en ce q u i c o n c e r -

p o r t u g a i s e s : le r é t a b l i s s e m e n t d u statu

quo ante belluin p r é v u p a r l ' a r t i c l e 21 s u s c i t a i t l ' i r r i t a t i o n d e s E s p a g n o l s q u i se v o y a i e n t

frustrés des résultats

de

l e u r s efforts c o n t r e le B r é s i l et d e l e u r s v i c t o i r e s d ' a u t a n t plus

précieuses

qu'elles

étaient

plus

rares.

Don Pedro

C e v a l l o s n e se p r e s s a i t d o n c p o i n t d ' é v a c u e r l e t e r r i t o i r e contesté a u x contins

platéens ( n o t a m m e n t la c o l o n i e d u

Saint-Sacrement) et q u a n d t i o n s r e ç u e s , il se r e l i r a

il m i l à e x é c u t i o n les i n s t r u c -

en détruisant

les f o r t s e l l e s éta-

b l i s s e m e n t s é l e v é s p a r l ' e n n e m i (lin 176.'^). D é p l u s , il m i l des e n t r a v e s a u c o m m e r c e possessions brésiliennes

p a r terre o u p a r e a u e n t r e l e s e t les p r o v i n c e s

platéennes en

f r a p p a n t d ' u n d r o i t d e :>.\ "/„ ad valorem les p r o d u i t s p o r t u g a i s : le trafic temps

i-G/j).

frontalier

part d u g o u v e r n e m e n t . Aussi

la

se t r o u v a

suspendu

De l à , d e v é h é m e n t e s p r o t e s t a t i o n s

reprise

(prind e la

portugais.

des

relations

diplomatiques,

très


111

p r o m p t e e n t r e la F r a n c e

et le

Portugal ,

tardait

1

singu-

l i è r e m e n t à se p r o d u i r e e n t r e c e l u i - c i et l ' E s p a g n e . C e n e fut q u ' e n l ' é t é d e 176/i q u ' o n la d é s i g n a t i o n

des

p r o c é d a d e p a r t et d ' a u t r e à

a m b a s s a d e u r s respectifs : M.

p o u r le P o r t u g a l et

le M a r q u i s d ' A l m o d o v a r

de

Sa

pour l'Es-

p a g n e . C e d e r n i e r d i f f é r a p l u s d e s i x m o i s s o n d é p a r t , si bien qu'il ne parut sur derniers jours

les

rives

d e d é c e m b r e 176/1.

du Tage Ce

q u e d a n s les

retard

était d û en

p a r t i e a u x i n q u i é t u d e s q u ' à la c o u r d e C h a r l e s 111 o n r e s sentait au

bruit

d'un

mariage

qui

unirait

le

Roi

des

R o m a i n s ( J o s e p h II) a v e c u n e i n f a n t e d e R r a g a n c e ( p r i n t e m p s d e 176/1) ; si cette é v e n t u a l i t é se r é a l i s a i t , redoutait de v o i r toute future de l'Ouest

l'Espagne

attaque contre son

n e u t r a l i s é e p a r la m e n a c e d ' u n e

voisin

intervention

a u t r i c h i e n n e s ' e x e r ç a n t d u M i l a n a i s c o n t r e les i n f a n t s espagnols d'Italie . 2

La C o u r de Versailles ne partageait p o i n t

c e s a l a r m e s , les t e n a n t p o u r v a i n e s , c l e l l e s ' e f f o r ç a i t d ' e n t r e t e n i r a v e c le C a b i n e t d e L i s b o n n e a m i c a u x que possible

en

dépit

des

d e la

rapports

aussi

domination

quasi

e x c l u s i v e d u c o m t e d'OEyras ( d e v e n u p l u s lard M a r q u i s de Pombal), lui-même favorable à l'alliance britannique. S'il

y

avait

des

b o u r b o n sur des

nuages

en a v a i t a u s s i s u r les p o i n t s diates

entre

entre

les

deux

questions de diplomatie

les d e u x

puissances

g é n é r a l e , il y

relatifs a u x relations

nations. Le Pacte

immé-

de Famille

était

i n c a p a b l e d ' a p l a n i r o u d e p r é v e n i r les d i f f i c u l t é s r é s u l t a n t d'un

contact permanent

entre peuples

voisins.

Le pro-

1. Le chevalier de Saint-Priest représentait la France à Lisbonne dès les derniers mois de 1 7 6 3 . ». Dès avant ces projets de mariage, Grimaldi, m ô m e c o m m e ambassadeur à Paris, avail cherché à transformer les deux alliances dualistes de la France en une Triple Alliance, mais les Cours de Vienne el de Versailles n'avaient guère goûté cette conception et aucune négociation formelle n'eut lieu à ce sujet de 1762 à 1 7 6 5 .


112

blême d é l i c a t d e s é c h a n g e s

économiques

et des trans-

p o r t s m a r i t i m e s é t a i t difficile à r é g l e r . En

particulier,

l'administration

espagnole

n'aimait

p o i n t à se d é p a r t i r d e s r è g l e s s é v è r e s d e s o n r é g i m e c o m mercial. Les Français,qui aspiraient à j o u i r d'une position p r i v i l é g i é c d a n s le r o y a u m e p é n i n s u l a i r e , se p l a i g n a i e n t d'èlrc

en presque

t o u s les c a s t r a i t é s s u r l e m ê m e p i e d

q u e les autres n a t i o n s ; aussi

protestaient ils contre

le

d r o i t d e v i s i t e , c o n t r e l c s t a x e s d i v e r s e s d o n t i l s se c r o y a i e n t e x o n é r é s en q u a l i t é

d ' a l l i é s e t i l s invoquaient à l ' a p p u i

d e l e u r s d e m a n d e s le P a c t e d e F a m i l l e . D e s o n c ô t é , l e g o u v e r n e m e n t de Louis X V constatait, n o n sans déplaisir, q u e le trafic m a r i t i m e f r a n ç a i s d i m i n u a i t

s u r les

côtes

espagnoles, tant à cause d u d é v e l o p p e m e n t d u cabotage b a l é a r e et e s p a g n o l q u ' e n r a i s o n d e la c o n c u r r e n c e d e s b â t i m e n t s h o l l a n d a i s o u a n g l a i s j o u a n t le r ô l e d e tramps et o f f r a n t

à bas prix

leurs

frets a l o r s

que

les

arma-

teurs f r a n ç a i s m a i n t e n a i e n t p o u r l e s t r a n s p o r t s d e s t a u x excessifs. D'aulre part, les E s p a g n o l s

f a i s a i e n t entendre maintes

doléances au sujet de l'attitude de leurs alliés,

attitude

qu'ils j u g e a i e n t h a u t a i n e c l a c c o m p a g n é e d'onéreuses prét e n t i o n s . Ils v o y a i e n t d ' u n œ i l p e u f a v o r a b l e les F r a n ç a i s réclamer

un

régime

d'exception

en toute

matière. Ils

a p p r é c i a i e n t fort m a l la t h è s e f r a n ç a i s e s e l o n l a q u e l l e ils é t a i e n t m a t é r i e l l e m e n t i n c a p a b l e s d ' a s s u r e r le c o m m e r c e de l ' A m é r i q u e

et d u P a c i f i q u e , g o û t a n t p e u l a compa-

raison/avec le c h i e n nuit

d u j a r d i n i e r q u i n e fait

à qui veut travailler.

quences contribuait

rien

et

C e fait s e u l a v e c s e s consé

à rendre

le P a c t e d e F a m i l l e impo-

p u l a i r e e n c e r t a i n s m i l i e u x ( a r i s t o c r a t i e et b o u r g e o i s i e ) . Même p a r m i unanimement

les d i r i g e a n t s , l'accord d e [ 7 6 1 n ' é t a i t p a s approuvé

et c e r t a i n s h o m m e s

d'élat

le


— 113 — c o n s i d é r a i e n t c o m m e néfaste p o u r les intérêts n a t i o n a u x . Aussi ment

les d e m a n d e s

d'un

régime

accueillies p a r l e s lacc se refusait

de

françaises faveur

relatives à l'établisse-

étaient-elles

froidement

titulaires de certains m i n i s t è r e s . S q u i l -

à suspendre

le d r o i t de visite p o u r les

b â t i m e n t s français o u à a c c o r d e r u n tarif p r i v i l é g i é a u x n é g o c i a n t s français, a l l é g u a n t le d a n g e r de tels p r é c é d e n t s . T o u t e f o i s il se r é s o l v a i t le aG mai 17G") à faire d r o i t à u n e requête de C h o i s e u l en s u p p r i m a n t le d r o i t d ' h a b i l i t a t i o n de 7 "/„ q u i

frappait

les

sucres

français.

Une

autre

réforme plus g é n é r a l e s u r v e n a i t en o c t o b r e 1 7 6 a : les p r o h i b i t i o n s o u i m p ô t s a t t e i g n a n t le c o m m e r c e d ' A m é r i q u e étaient r e m p l a c é s p a r u n e taxe de G "/„ sur les p r o d u i t s n a t i o n a u x et de 7 "/„ sur c e u x de l ' é t r a n g e r .

Néanmoins

les c o m m e r ç a n t s f r a n ç a i s , q u i a v a i e n t espéré c o n q u é r i r le m a r c h é e s p a g n o l , tant voyaient déçus testations

dans

souvent

métropolitain

que

colonial,

se

l e u r s e s p é r a n c e s et, p a r l e u r s p r o -

inconsidérées,

ne d i s p o s a i e n t

guère

l ' a d m i n i s t r a t i o n h i s p a n i q u e à faire d r o i t à l e u r s v œ u x . »

MËme à u n p o i n t de v u e p u r e m e n t p o l i t i q u e , il y

avaiT

des f r o i s s e m e n t s entre les d e u x c o u r s b o u r b o n . Le Cabinet de V e r s a i l l e s faisait sentir q u e l ' a l l i a n c e , p o u r tueuse, d e v a i t être s o u m i s e

à une direction

s i e n n e . S a n s d o u t e , L o u i s X V était le c h e f de la de

B o u r b o n et la F r a n c e la p l u s i m p o r t a n t e

p u i s s a n c e s m a i s ces c o n s i d é r a t i o n s force telle q u ' e l l e s

fruc-

être

unique des

n'avaient point

fussent a c c e p t é e s

à

la

maison

aveuglément

deux une par,

les e s p a g n o l s . Assurément Choiseul propre

espagnol

s'allacbail

m a i s il a v a i t

à ménager l'amour-

s u r t o u t à c œ u r de 8

faire


- 114 t r i o m p h e r sa p o l i t i q u e

d e r e l è v e m e n t et d e

P a r suite, il ressentait q u e l q u e irritation [ ' E s p a g n e risquer d e c o m p r o m e t t r e s'abandonnani à quelque Manille. D'autre

voyait

s o n programme e n

nervosité e n v e r s

p o u r l'affaire d e s bois d e C a m p ê c h e

revanche.

lorsqu'il

l'Angleterre

ou d e s m i l l i o n s d e

p a r t , C h o i s e u l , énergique, actif, d i s p o -

s a n t d e la p l u p a r t d e s m i n i s t è r e s f r a n ç a i s e t d o n n a n t u n e i m p u l s i o n u n i q u e à ces départements variés, c o m p r e n a i t m a l les l e n t e u r s

de l'administration

espagnole,

les obs-

t a c l e s que c e l l e - c i r e n c o n t r a i t . A u s s i s ' e n i r r i t a i t - i l , d é s e s p é r a n t de v o i r a r m é e , m a r i n e et c o l o n i e s d ' E s p a g n e j o u e r leur

r ô l e à l ' h e u r e d e la p r o c h a i n e g u e r r e .

temenl

était d'autant

Son mécon-

p l u s v i f q u ' i l c o m p a r a i t c h e z son

a l l i é s a m é d i o c r e p r é p a r a t i o n militaire à s e s p r o g r a m m e s d é m e s u r é s et

à

ses intempestives

a v e c la G r a n d e - B r e t a g n e . l'alliance

velléités

devait j o u e r avec réciprocité

O s s u n l e i " o c t o b r e 1 7 6 6 que, d a n s hispano-anglais,

de

rupture

I l e n v e n a i t à se d e m a n d e r si et il

mandait à

l e cas d ' u n c o n f l i t

la France i n t e r v i e n d r a i t s u r - l e - c h a m p ;

m a i s s e r a i t - i l d e l ' i n t é r ê t d e c e l l e ci qu'en cas d e guerre franco-anglaise l ' E s p a g n e

se d é c l a r â t i m m é d i a t e m e n t et

e n t r â t en l i c e ? C e r t e s C h o i s e u l a p p r o u v a i t le plan d e d é f e n s e d e s I n d e s , mais

il s ' i n q u i é t a i t

quand

le

bien p l u s

programme

des

de savoir

armements

comment navals

et

serait

e x é c u t é . C e l l e s il appréciait à sa j u s t e v a l e u r le r ô l e d e s ports

coloniaux

espagnols c o m m e

hase

d'opérations et

e s c a l e d e s flottes a l l i é e s m a i s , a v e c r a i s o n , il t e n a i t p o u r essentiel

d ' a v o i r d ' a b o r d d a n s d e s m e r s européennes la

m a î t r i s e s u r les e s c a d r e s b r i t a n n i q u e s . C h o i s e u l dait

à être

deman-

t e n u minutieusement a u c o u r a n t d e s p r o j e t s

cl s u r t o u t d e l ' e x é c u t i o n

d e s armements, tant p a r l'am-

b a s s a d e u r d'( ) s s u n q u e par le m i n i s t r e e s p a g n o l G r i m a l d i :


— il d é s i r a i t

qu'on

115

déployât

plus

d'activité

à

bâtir

des

navires qu'à dresser des p l a n s . D a n s u n e note à d'Ossun, le 7 en

février

17G/1, il l o u e le p r o g r a m m e e s p a g n o l m a i s v o i t

celui-ci un

ouvrage

de

pure

spéculation

n'existant

q u e s u r le p a p i e r ; a i l l e u r s il se p l a i n t d e la m é g a l o m a n i e des projets du

v e n u s de Madrid cl estime q u e les. ressources

royaume

péninsulaire sont

mal à propos (i3 novembre

gaspillées ou

employées

1763).

L e m i n i s t r e , e n o u t r e , n ' é t a i t p a s s a n s se m é f i e r d e l a v é r a c i t é des r a p p o r t s q u i lui é t a i e n t s o u m i s et il j u g e a i t b o n de les faire rectifier. population que

l'armée

raison

ces

D'Ossun

lui

mandant

espagnole atteint dix m i l l i o n s compte chiffres

53.000 h o m m e s

97.000 à

huit

hommes, millions

que

la

d'habitants et il

réduit

avec et

à

de t r o u p e s ( d o n t 7.600 c a v a l i e r s ) . En

ce

q u i c o n c e r n e la m a r i n e , i l é p r o u v e

d'habitants

plus

de

scepticisme

e n c o r e . Il n e se c o n t e n t e p a s d e c o n n a î t r e l e n o m b r e d e s unités

en

service

ou

en construction,

le n o m b r e

des

c a n o n s à b o r d de c h a q u e v a i s s e a u , il v e u t — n o n à tort

t e n i r c o m p t e d e la v a l e u r c o m b a t i v e d e c e s u n i t é s et p l u s e n c o r e des é q u i p a g e s . Mesure p r u d e n t e , car u n e inspection

menée

par l'ingénieur français Gauthier révèle que

la p l u p a r t d e s v a i s s e a u x c o n s t r u i t s s o u s la d i r e c t i o n Anglais d'une

(conséquence

manœuvre

réparations.

Le

du règne

difficile résultat

de F e r d i n a n d VI)

et n é c e s s i t e n t de

celle

de

inspection

des sont

fréquentes fut

que

C h a r l e s 111 c h a r g e a G a u t h i e r d e r é p a r e r l e s e s c a d r e s e x i s tantes et d ' e n a r m e r d e n o u v e l l e s , d é c i s i o n q u i s u s c i t a u n vif dépit chez b e a u c o u p d ' E s p a g n o l s , m a i s

q u i a s s u r a le

c o n t r ô l e de C h o i s e u l s u r les c o n s t r u c t i o n s n a v a l e s d e s o n allié. Le ministre de Louis X V entendait exercer u n contrôle a n a l o g u e au p o i n t de

v u e d i p l o m a t i q u e . 11 t i r a i t p a r t i d e


la s i t u a t i o n

toute

116

-

particulière d o n t j o u i s s a i t le m a r q u i s

d ' O s s u n à la c o u r d e C h a r l e s 111, é t a n t l ' a m i d u s o u v e r a i n p l u t ô t qu'un marquis par

ambassadeur : aussi

l a i s s a i t il s a g e m e n t

à son poste tout en e s t i m a n t difficile

le

d'obtenir

son entremise des rapports v r a i m e n t détaillés c l cri-

tiques o u de charger tions

délicates.

le m a r q u i s d e n é g o c i e r d e s q u e s -

Aussi

se s e r v a i t - i l

d'envoyés

extraordi-

naires et spéciaux p o u r d o u b l e r l ' a m b a s s a d e u r ; c'est ainsi qu'il

employa comme

u n e sorte

de réprésentant

minis-

t é r i e l l ' a b b é l i e l i a r d i . C e l u i - c i , M a l i e n el h o m m e d ' é g l i s e , 1

se t r o u v a i t à M a d r i d Général Paris,

depuis

1757 en

d u C o m m e r c e e t d e la M a r i n e ; il d e v i n t

dehors

u n e véritable;

de l'ambassade,

qualité

puissance

organisant

d'Agent

a p r è s la p a i x de à côté

avec

et e n

son secrétaire

d ' I r a n d a z u n e sorte de l é g a t i o n et a y a n t p l e i n e a u l o r i l é s u r l e s c o n s u l s f r a n ç a i s . O s t e n s i b l e m e n t , il é t a i t c h a r g é d e m i s sions p u r e m e n t é c o n o m i q u e s , n o t a m m e n t m i n e r l e modus vivendi é c o n o m i q u e Famille : ainsi Grimaldi

et

l'abbé

mince. Officiellement, tentes,

mais,

avait

de Squillacc

il d e v a i t d é t e r -

résultant d u Pacte de

a c c è s à la c o u r , a u p r è s d e

et son influence

n'était p a s

ses m i s s i o n s é t a i e n t t r è s

e n fait, elles é t a i e n t

intermit-

p r e s q u e c o n t i n u e s , si

b i e n qu'elles a s s u r a i e n t l e c o n t r ô l e d i s c r e t c l e f f i c a c e l'activité

des ministres

espagnols

et d e

de

l'ambassadeur

français. Pourtant ministre homme

Choiseul

d e s Affaires qu'il

a v a i t l'avantage d e t r o u v e r d a n s le Etrangères

connaissait

bien

et

de

Charles

sur lequel

III u n il

avait

quelque i n f l u e n c e , G r i m a l d i a y a n t é t é a m b a s s a d e u r à P a r i s 1. Beliardi, n é à Sinigaglia e n • 7•*3. attaché à la chancellerie pontificale, p u i s a n c a r d i n a l Garrero durant sa légation d'Espagne, e n t r a ensuite a u service ( l e la f i a n c e . S u r l'activité d e l'abbé c o m m e agent

f r a n ç a i s , c f . l ' o u v r a g e d e W a r d . C f . la m i s s i o n

t'avier e n


- 117 jusqu'en

1763. Cet avantage i m m e n s e atténuait l'éloigne-

m e n l de Madrid et permettait parfois, en e s q u i v a n t l'intermédiaire d e d'Ossun, d'agir d i r e c t e m e n t s u r le C a b i n e t de

l'Escurial

n'avait-il tions

et s u r C h a r l e s

pas marqué

avec

l'Espagne

III.

l'intérêt

D'ailleurs

Choiseul

qu'il attachait aux

en distrayant

du

ministère

relades

Affaires E t r a n g è r e s ce s e r v i c e et en se le r é s e r v a n t ? Il n e pouvait

aussi

manquer

d'attribuer

une grande

impor-

tance a u poste d'ambassadeur e s p a g n o l à Paris, ce poste qui achevait de compléter

la l i a i s o n

politique entre les

d e u x c a b i n e t s e t q u i a s s u r a i t la c o l l a b o r a t i o n é t r o i t e e n t r e les a c t e u r s d e c e t t e p o l i t i q u e d e r e v a n c h e . A Grimaldi

avait succédé D o n Joaquim Pignatclli del

Aragon y Moncayon,

X V P comte de Fuentès ', qui vint

o c c u p e r ses f o n c t i o n s e n février était

peu

l'exécution

propice

à

1764. L'heure

un changement

d u traité de Paris, l ' a p p l i c a t i o n

économiques

inscrits a u

Pacte

pourtant

d'ambassadeur : des principes

de Famille

soulevaient

m a i n t e s difficultés q u e seul p o u v a i t effacer le d é s i r m u t u e l d'assurer l ' u n i o n entre les d e u x De

monarchies.

fait, C h o i s e u l , q u i se f é l i c i t a i t d e v o i r la d i r e c t i o n

des affaires d i p l o m a t i q u e s e s p a g n o l e s a u x m a i n s d e G r i m a l d i , zélé partisan d u Pacte, d e v a i t espérer t r o u v e r e n l'ambassadeur

de famille u n e c o m m u n i o n

d'idées

qui

affermit l a c o l l a b o r a t i o n d e s c o u r s b o u r b o n . U n e o c c a s i o n d ' a i l l e u r s se p r é s e n t a p o u r p e r m e t t r e a u p r e m i e r m i n i s t r e d e L o u i s X V d ' e x p o s e r ses v u e s à c e s u j e t . Le c o m t e

d e Fuentès, a p r è s q u e l q u e s m o i s d e p r é s e n c e

à Paris, tomba

gravement

malade

(septembre

1764) et

1. Le C o m t e de Fuentès avait occupé divers postes diplomatiques : ministre à Turin en 17.53, envoyé extraordinaire h Londres de 1 7 5 9 à 1 7 G 1 , conseiller d'Etat depuis depuis 1 7 6 1 .

1 7 6 2 , chevalier de la Toison d'Or


— 118 — son

précaire

nation

étal d e santé, p u i s l ' a n n o n c e d e sa

à u n poste

d e la m a i s o n probable

d e la c o u r

de

l'infant

un changement

madrilène

D o n Luis)

nomi-

(grand

rendirent

d'ambassadeur

au

maître bientôt

printemps

de 1 7 6 5 . L a q u e s t i o n fut m ê m e d i s c u t é e à l'Escurial e n t r e Grimaldi

et l'abbé

Beliardi : o n parla

entretiens d e s candidats é v e n t u e l s

au cours de ces

à celte

ambassade

désirée. Le comte d'Aranda, l'un des personnages q u a n t s d a n s la p o l i t i q u e général

de

la

province

si

mar-

i n t é r i e u r e e s p a g n o l e , Capitaine de

Valence,

était

l'un des

p r i n c i p a u x c o n c u r r e n t s t a n d i s q u e le P r i n c e d e M a s s e r a n o , a m b a s s a d e u r à L o n d r e s , désirait fort o c c u p e r

le p o s t e d e

Versailles. B e l i a r d i se p r o n o n ç a d i s c r è t e m e n t e n l a v e u r d u p r e m i e r d e c e s d e u x g r a n d s c o m p é t i t e u r s : il l a i s s a e n t e n d r e q u e Masserano, marié

à u n e princesse d e Soubisc, serait de

ee chef v u d ' u n œ i l p e u f a v o r a b l e

par Choiseul qui, en

r e v a n c h e , f a i s a i t f o n d s u r la r é p u t a t i o n d ' a c t i v i t é

d'Aranda

p o u r e s p é r e r que c e d e r n i e r à P a r i s travaillerait à hâter la p r é p a r a t i o n n a v a l e c l m i l i t a i r e d e l ' L s p a g n e . C h a r l e s I I I , d e s o n c ô t é , manifestait s o n d é s i r d e v o i r Masserano

le P r i n c e d e

le représenter a u p r è s d e L o u i s X V e t il p a r l a i t

d e la n é c e s s i t é d ' u n c o n t a c t p e r s o n n e l p o u r f a i r e certaines p r é v e n t i o n s (juin

La s i t u a t i o n d e v e n a i t d é l i c a t e , toute c h a n c e

d'être agréé

tomber

17(15). le c a n d i d a t r o y a l a y a n t

à c o n t r e c œ u r par le m i n i s t r e

f r a n ç a i s . C e l u i - c i lit p a r i d e s e s v u e s p e r s o n n e l l e s à s o n a g e n l B e l i a r d i d a n s u n e i n s t r u c t i o n e n v o y é e d e ( loin p i è g n e , le (S j u i l l e t

17(1.5 '. C h o i s e u l , a p r è s a v o i r d é p l o r é l e d é p a r t

projeté d e Fuentès, a j o u t a i t : « Il m ' i m p o r t e

peu à moi personnellement

1. Aff. Etr. Espagne, vol. 5/|3, f°" 207-209.

q u i sera


— 119 — ambassadeur d'Espagne bien avec

il se c o n d u i r a aussi; deux

e n F r a n c e c a r , o u i l se c o n d u i r a

m o i tant q u e j e serai c h a r g é d u m i n i s t è r e , o u m a l . S i i l se c o n d u i t b i e n , t o u t

ira bien

si il se c o n d u i t m a l , i l a r r i v e r a i n c e s s a m m e n t d e choses

l'une : o u j e quitterai

la

correspondance

d ' E s p a g n e o u il q u i t t e r a l ' a m b a s s a d e . Je n ' a p p e l l e p a s se conduire m a l , de ne m e point aimer, de n'avoir

aucunes

attentions p o u r m o i , a u c u n s liens de société q u i r e n d e n t a m i s d e s g e n s q u i t r a i t e n t des affaires e n s e m b l e .

Comme

j e suis d e m o n n a t u r e l assez p e u e x a c t s u r les a t t e n t i o n s , que je ne promets

p a s d ' a i m e r le n o u v e l a m b a s s a d e u r et

q u ' i l estdifficile de faire s o c i é l é a v e c u n m i n i s t r e s u r c h a r g é et q u i v o y a g e c o n t i n u e l l e m e n t , l a l o y d o i t ê t r e é g a l e e n t r e n o u s c l il est p o s s i b l e q u e n o u s n o u s c o n d u i s i o n s bien l ' u n et l ' a u t r e s a n s g e s n e et s a n s d é l i c a l c s s c ; m a i s j ' a p p e l l e se c o n d u i r e m a l v i s - à - v i s d e m o i , si j ' a p p r e n a i s q u ' i l c o n f i â t à des familles françoiscs ce q u e j e luy dis s u r ces affaires, si c e s f a m i l l e s c l l u i l i r a i e n t d e s c o n s é q u e n c e s e l f o r m a i e n t des intrigues à l'occasion des propos q u e tiendrait bassadeur d'Espagne, enfin

s ' i l se p l a i g n a i t

à

l'am-

d'autres

q u ' à son m a î t r e o u a u m i e n des torts v r a i s o u faux il c r o i r a i t

pouvoir

m'accuser.

qu'il

serait

dangereux,

Dieu

dans

sa

colère

traiter des affaires

surtout m'a

ensemble.

avec

donnée, 11

la de

vivacité

dans

que

nous

laisser

serait de m ê m e

impos-

sible q u a n t à m o i de traiter avec u n a m b a s s a d e u r p a g n e q u i se m c s l c r a i t

dont

D a n s ces cas v o u s sentez

d'Es-

les i n t r i g u e s d e c o u r ,

de

Jésuites, d e P a r l e m e n t , e t c . , q u i r é g n e n t d a n s c e p a y s - c y , parce

qu'un intriguant inspire

hais e l les m é p r i s e qu'avec

d e la r é s e r v e , q u e j e les

par principe

el

m a c o u r alliée c o m m e nous

par

L'Espagne j e n e s ç a i s d ' a u t r e m a n i è r e franchise.

caractère

devons

et

l'être avec

d e t r a i t e r q u e la


120

« Quant a u x affaires du l l o y , j e pense q u e L'ambassadeur d'Espagne d o i t

être

u n h o m m e r o m p u a u x affaires q u i

ait de l ' e x p é r i e n c e , q u i soit en étal seiller des partis

en

grand,

de saisir et d e c o n -

q u i ait dans

le c œ u r

un

g r a n d i n t é r ê t à l ' u n i o n e t à la gloire d e s d e u x c o u r o n n e s , q u i s o i t u n m i n i s t r e e n France d e la F i a n c e c o m m e d e l ' E s p a g n e . S i M . d e M a s s e r a n a t o u l c s c e s q u a l i t é s , si o n le p r é s e r v e à s o n â g e d e s i n c o n v é n i e n t s q u ' o n pose

et q u ' e n

même

temps o n lui donne

lui sup-

les c o n n a i s -

s a n c e s q u i l u i s o n t n é c e s s a i r e s , e n f i n s ' i l e s t le p l u s u t i l e p o u r l ' E s p a g n e i c y e t le s e u l s u r l e q u e l le R o y Catholique puisse jetler

les y e u x , j'applaudirais a u c h o i x

du Roi

d ' E s p a g n e e t il t r o u v e r a e n m o i p e u d e t a l e n t s m a i s u n zèle et u n i n t é r ê t p o u r sa c o u r q u i n'est p a s c o m m u n et dont

j e l'assure

que mon cœur

et m o n

esprit ne

se

départiront point. » Toutes

ces

démarches

restèrent

vaincs.

D'Aranda

demeura en Espagne chargé de fonctions administratives ; Masserano,

proposé

ambassade

de

pour

famille,

L'ambassade d e l ' a r m e ,

P i g n a t e l l i t a n d i s que Fuentès, n'obtenanl p a s en live de place parmi

autre

se v i t é v i n c e r d e c e poste p a r

la m a i s o n

de Don Luis,

défini

conserva

l ' a m b a s s a d e d e P a r i s o ù il d e m e u r a j u s q u ' e n 1 7 7 . L Néanmoins

cet incident

permettait de d é v o i l e r à eer

tains initiés l ' i m p o r t a n c e q u ' a t t a c h a i t C h o i s e u l

au choix

d e la p e r s o n n e chargée d e représenter le r o i Catholique auprès d e L o u i s XV e t a u s s i d e c o l l a b o r e r a v e c l u i à l ' e x é c u t i o n d u P a c t e d e Famille c o m m e à la guerre

de revanche.

la p r é p a r a t i o n d e

C h o i s e u l désirait bien a v o i r sous

s o n i n f l u e n c e d i r e c t e o u l o i n t a i n e les p r i n c i p a u x de

d'étendre s o n action j u s q u ' à C h a r l e s par

moteurs

la politique espagnole e t p e u l être ne craignait il p a s

que

pour

lui l'élément

III. Il l a i s s a i t v o i r

directeur

de

l'alliance


121 b o u r b o n e t a n t i - a n g l a i s e é t a i t la F r a n c e , m a i s a u s s i l ' i n cident du

remplacement

Madrid on entendait

de

avoir

Fuentès

témoignait

qu'à

u n e v o l o n t é . P a r s u i t e , si

la

r a i s o n c o m m a n d a i t le m a i n t i e n d e l ' a l l i a n c e , l ' i n c l i n a t i o n à se s o u m e t t r e à la t u t e l l e f r a n ç a i s e n ' é t a i t - c l l c p a s u n a n i m e m e n t r e s s e n t i e p a r m i la

cour

h i s p a n i q u e ; elle

d'autant p l u s affaiblie q u e , lors des gnols tiré

nés du

mince.

au

Pacte

lendemain de

Famille

de la p a i x

conflits de

apparaissait

était

anglo-espa-

Paris,

le

profit

singulièrement


122

Les Iles Turques et les Millions de Manille (1764-1766). L a F r a n c e a v a i t e x é c u t e l e s c l a u s e s d e la p a i x m a r i t i m e de i 7 G 3 a v e c l o y a u t é ; l'indifférence de

l'opinion

publi-

q u e a v a i t p e r m i s d e sacrifier la m a j e u r e p a r t i e d u d o m a i n e d'outremer sans qu'aucun fitjour.

Choiseul

mouvement

d ' i n d i g n a t i o n se

et l e s r a r e s p a r t i s a n s

d'une

politique

c o l o n i a l e e n t r e v o y a i e n t la nécessité d e n e p o i n t s o u l e v e r à ce sujet de débat avec années de paix

l ' A n g l e t e r r e afin de s'assurer ces

indispensables

à la

g u e r r e de r e v a n c h e . L ' E s p a g n e était

préparation

d'une

de son côlé sollici-

tée d ' a g i r s e l o n u n p l a n a n a l o g u e e t d ' é v i t e r t o u t c o n f l i t . L'opinion

anglaise,

p a r c o n t r e , si e l l e

désirait

vive-

m e n t le r e l o u r d e la p a i x , s ' a d a p t a i t p l u s m a l a i s é m e n t a u x c o n d i t i o n s é c o n o m i q u e s et p o l i t i q u e s d ' u n e la

lenteur

avec laquelle

elle revenait

ère de

à un régime

mal était e n c o r e a c c r u e p a r l'activité de ces partis

paix: norbelli-

q u e u x q u i c o n t i n u a i e n t à c r i t i q u e r la d i p l o m a t i e p a c i f i q u e de L o r d Bute et q u i ne c h e r c h a i e n t q u ' à susciter des i n c i dents d i p l o m a t i q u e s en v u e de m a i n t e n i r en effervescence L'esprit p u b l i c . N é a n m o i n s l e g o u v e r n e m e n t

britannique

en son e n s e m b l e ne partageait pas ce p o i n t de v u e el tentait de résister à celle o p p o s i t i o n p a r l e m e n t a i r e q u i ne v o y a i t dans

u n e tension des rapports

de revenir a u

extérieurs q u e l'occasion

pouvoir.

1. — L'Affaires des Iles Turques (1764). La C o u r d e V e r s a i l l e s a v a i t d o n n é e n t i è r e s a t i s f a c t i o n à la G r a n d e - B r e t a g n e e n c e q u i c o n c e r n a i t l ' e x é c u t i o n terri-


123

t o r i a l e d e la p a i x . Q u e s t i o n s

financières

et question

de

de D u n k c r q u e restaient p e n d a n t e s m a i s il n ' y a v a i t g u è r e là d e c a u s e s s u s c e p t i b l e s d e f a i r e t r e s s a i l l i r l e s n a t i o n s , n i m ô m e d e p e r p é t u e r u n e s p r i t d e d é f i a n c e d a n s les r e l a t i o n s d i p l o m a t i q u e s . U n e m e s u r e prise a u x Antilles par un g o u verneur français, mesure toute

locale,

d'apparence

fort

a n o d i n e , s u r v i n t et t é m o i g n a d e l a n e r v o s i t é d e s m i l i e u x p o l i t i q u e s b r i t a n n i q u e s e n s e r v a n t de t h è m e à cette o p p o l i o n f r i a n d e d e c a s a s belli, C e fut l ' a f f a i r e d e s l i e s T u r q u e s , c e s d e r n i e r s m a i l l o n s d e la c h a î n e situés à l'ouverture

de

ce canal

insulaire des maritime

e n t r e C u b a et S a i n t - D o m i n g u e , p e r m e t d e avec

la

Jamaïque,

cl fréquenté à longs tant les s a l i n e s

groupe

naturelles

par

d'habitants

les s a u n i e r s e x p l o i -

de ces p a r a g e s . 1

Le C o m l c d ' E s l a i n g , g o u v e r n e u r g é n é r a l des le V e n t

(c'est-à-dire

des

passant

communiquer

d'îles d é p o u r v u

intervalles

Bahama

qui,

dernières

Antilles

a v a i t , p a r o r d r e d o n n é a u C a p F r a n ç a i s l e 26

lies sous françaises)

mai

1764,

c h a r g é le c o m t e d e G u i c h e n d e se r e n d r e e n c e s î l e s v o i sines de S a i n t - D o m i n g u e p o u r

« d o n n e r la c h a s s e à des

« f o r b a n s q u ' o n d i t i n f e s t e r ces p a r a g e s et p o u r f o r m e r des « é t a b l i s s e m e n t s s u r l e s î l e s . Il f e r a , a j o u t a i e n t « lions, détruire

lesdits

établissements

lesinslruc-

construits

sans

« a u c u n e p e r m i s s i o n . . . 11 fera b â t i r u n p h a r e s u r c h a c u n e « des

îles

nommées

la

Petite

et la

Grande

Saline... »

C o m m e ce petit g r o u p e i n s u l a i r e était o f f i c i e l l e m e n t

sous

la d é p e n d a n c e de la c o u r o n n e d ' E s p a g n e , d ' E s l a i n g

avait

demandé

et

gouverneur

obtenu

l'assentiment

de S a i n t - D o m i n g u e

du

Marquis

d'Azlor,

espagnol.

T . (les iles forment actuellement la colonie britannique de T u r k s a n d Caïcos Islands ; elles sont restées à tous égards dans la m ô m e situation q u ' a u x v m ° siècle. La grande île Grant Inague voisine de Cuba leur est toujours rattachée.


- 124 A l a fin d e j u i n avec

u n e flottille

1764, Guichen composée

mouillait

aux Turques

d u v a i s s e a u le Brûlant, d e

d e u x c o r v e t t e s , u n c h e b c c , e t c . , ( l a f r é g a t e Calypso a v a i t été e n v o y é à l a G r a n d e I n a g u e ) . A u s s i t ô t i l s a i s i s s a i t

huit

b â t i m e n t s d o n t les p a p i e r s é t a i e n t s u s p e c t s o u a b s e n t s , il arrêtait quelques colons

et obtenait

des autres u n acte

r e c o n n a i s s a n t la s o u v e r a i n e t é s u r e u x d e s c o u r s b o u r b o n . E n o u t r e , il é t u d i a l a q u e s t i o n d ' é l e v e r d e s p h a r e s e n b o i s de

cinquante

pieds de haut

à

la G r a n d e

et à la Petite

Saline . 1

M o i n s d ' u n m o i s plus tard, d e u x

véhémentes

protesta-

tions parvenaient au C o m t e d'Eslaing. L'une émanait de Sir W i l l i a m Burnaby,

l'amiral commandant

la

station

a n g l a i s e d e l a J a m a ï q u e , r é c l a m a n t la r e s t i t u t i o n d e s î l e s , d e s c a p t u r e s o p é r é e s et l a d é m o l i t i o n d e s o u v r a g e s é l e v é s s u r les S a l i n e s , les C a ï q u e s et à I n a g u e ( 1 6 j u i l l e t ) ; l'autre protestation, conçue en termes analogues, venait d u g o u verneur des Bahama, W i l l i a m Shirley (ro juillet). L e 22 a o û t , d ' E s t a i n g r é p o n d i t à S h i r l e y e t l e 28 à S i r W i l l i a m . Sa r é p l i q u e constituait

u n véritable

mémoran-

d u m ; t o u t d ' a b o r d l ' e x p é d i t i o n d e Guichen é t a i t p r é s e n t é e comme

une mesure

de police destinée

à disperser u n

un foyer de forbans et d e n a u f r a g e u r s : à l'appui de

cette

t h è s e v e n a i t l e fait q u e l e s b â t i m e n t s s a i s i s

sans

papiers réguliers et q u e les p s e u d o - c o l o n s invoquer

de nationalité

définie.

étaient

ne pouvaient

A u reste,

les navires

a m e n é s a u C a p a v a i e n t été relâchés ainsi q u e les p r i s o n niers. Q u a n t a l'accusation d'avoir élevé des fortifications, le g o u v e r n e u r

la

réfutait v i v e m e n t

travaux pour

l'érection

non

entrepris,

encore

et s i g n a l a i t

des phares, travaux avaient

1. Rapport d'Estaing du 2/1 j u i n 1 7 6 4 .

un

q u e les

projetés

caractère

et

d'utilité


125

g é n é r a l e ; n é a n m o i n s il é t a i t p r ê t à r e n o n c e r à l e u r e x é c u tion. S u r le f o n d

de l'affaire,

d'Eslaing

prétendait

n'avoir

agi q u ' e n m a n d a t a i r e de l ' E s p a g n e , s o u v e r a i n e des T u r q u e s e t C a ï q u e s . E n effet

le r o i d ' E s p a g n e

e n iGGG le g o u v e r n e m e n t

des

Charles

Bahama,

d e r n i e r a u x 22" e t 28 d e g r é s d e l o n g i t u d e

créant

limité

ce q u i

0

dudit gouvernement

II,

avait

ce

excluait

l e s T u r q u e s et C a ï q u e s , I n a g u e . P a r

s u i t e , c e s î l e s n ' a v a i e n t p u ê t r e c o m p r i s e s d a n s la

cession

d e s B a h a m a à l ' A n g l e t e r r e e t e l l e s r e s t a i e n t s o u s la s o u v e raineté

hispanique.

Souveraineté

manifestée au cours d u xviu

11

qui,

au

reste,

s'était

siècle par des actes de police

m a r i t i m e d a n s c e s p a r a g e s . B i e n p l u s , la C o u r d e M a d r i d a v a i t é n e r g i q u e m e n t d é f e n d u ses d r o i t s s u r c e s q u ' e n 1762 le

C a b i n e t de

Versailles

avait

îles

lors-

c h e r c h é à s'y

i n s t a l l e r cl y a v a i t e n v o y é l ' e x p é d i t i o n d e M . d e K e r n s o r e t (la c o r r e s p o n d a n c e

échangée

entre l ' a m b a s s a d e u r d u c de

D u r a s e t le m i n i s t r e e s p a g n o l W a l l e n f a i s a i t f o i ) . Avant

même

que

l'échange

de

notes put

se

pour-

s u i v r e entre g o u v e r n e u r s c o l o n i a u x , l'affaire était é v o q u é e en E u r o p e d e v a n t les c h a n c e l l e r i e s intéressées.

L'opinion

a n g l a i s e , a v e r t i e d e s p r é t e n t i o n s d e la F r a n c e e t a d r o i t e m e n t stimulée, s'émeut.

L ' a m b a s s a d e u r de G e o r g e s III à

à Versailles reçoit l'ordre de prolester contre

l'expédition

d c G u i c h e n , d e r é c l a m e r la r e s t i t u t i o n d e s îles et tion

des

dommages

causés

(26

août

r e c e v a n t s i m u l t a n é m e n t la v e r s i o n

répara-

1764). Choiseul,

anglaise

et

française

de l ' i n c i d e n t , n'hésite pas ; il d é c i d e de d o n n e r

satisfac-

tion a u x d e m a n d e s b r i t a n n i q u e s : l'installation des phares sera

abandonnée,

le p a i e m e n t

des

dommages

accordé,

c a r à q u o i b o n susciter u n conflit p o u r u n e telle v é t i l l e ? Il se p l a i n t s e u l e m e n t a u p r è s d e L o r d t e m b r e d e la c h a l e u r d o n t o n

H e r t f o r d le 4 s e p -

fait m o n t r e

en

Angleterre


126 pour

soutenir

une

cause

si

peu

importante.

c e p e n d a n t à réserver les droits de l ' E s p a g n e . se

désiste

de

toute

prétention

sur

les

Il

La

tient

France

Turques

n ' e n t e n d pas d o n n e r u n titre de p r o p r i é t é

mais

à l'Angleterre ;

e l l e se b o r n e à r e n o u v e l e r e n v e r s c e l l e - c i l e g e s t e a c c o m p l i e n 175/i e n v e r s l ' E s p a g n e . A L o r d H e r t f o r d , il e s t r a p p e l é non sans quelqu'ironic

q u ' e n 175/i sa c o u r a p p u y a i t

r e v e n d i c a t i o n s h i s p a n i q u e s ce qui i m p l i q u a i t u n e

les

recon-

naissance des droits de l ' E s p a g n e sur les îles. C h o i s e u l e s t si s o u c i e u x d ' é v i t e r t o u t e

cause de

conflit

q u ' i l ne tient n u l c o m p t e des rapports v e n u s des A n t i l l e s , r a p p o r t s m o n t r a n t l ' i m p o r t a n c e d e la p o s i t i o n d e s T u r q u e s l e s q u e l l e s c o m m a n d e n t le trafic d e s A n t i l l e s C e n t r a l e s

et

qui, aux mains des Angiitis, peuvent singulièrement m e n a c e r la s é c u r i t é d e S a i n t - D o m i n g u e . L e C o m t e

d'Es-

l a i n g s u g g é r a i t m ô m e p o u r concilier tous les intérêts u n curieux

r é g i m e de c o n d o m i n i u m à trois,

l e q u e l les lies

seraient

possédées

en

régime

commun

selon par

la

G r a n d e - B r e t a g n e et l e s m o n a r c h i e s b o u r b o n : l e s c o - s o u v e r a i u s se p a r t a g e a n t l ' e x p l o i t a t i o n d e s s a l i n e s , un

égal n o m b r e de c o l o n s ,

exerçant

s i m u l t a n é m e n t les droits de p o l i c e

à tour

installant de rôle ou

et e n t r e t e n a n t à

c o m m u n s les p h a r e s , le b a l i s a g e , e t c

-

frais

Ce système permet-

tait d e t i r e r p a r t i d e s î l e s s a n s les a t t r i b u e r à u n é t a t p a r t i c u l i e r e l tout en p r é v e n a n t

l e s i n c o n v é n i e n t s d e la s i t u a -

t i o n d ' u n e res nuUius ( i n s t a l l a t i o n d e f o r b a n s e n c e s p a r a ges, absences de travaux d'art m a r i t i m e s ,

etc,).

Pourtant

C h o i s e u l l'écarta i m p i t o y a b l e m e n t cl songea m o i n s e n c o r e à i n v o q u e r le f a i t q u e H i c h e l i e u , p u i s L o u i s X i l l successivement novembre

i6/\o

par

patentes

accordé

des

du

28 j a n v i e r

concessions

avaient

iG!W et

dans

les

Inague, Ibaque, M o r g a n e . 4

1.

Aff. Elr. Amérique, Documents,

vol. X X I I , f"

08-5g.

de îles


— 127 — Aussi, dès îles

le

Turques

cette

milieu

espèce»,

danger

les

cours.

n'est

relations

d o m a i n e des

de septembre 1764,

qualifiée

par

Choiseul

de

l'affaire des « misère

de

p l u s p l u s susceptible de m e t t r e en franco-anglaises

conversations

L'indemnisation

et s o r t m ê m e

du

d i p l o m a t i q u e s entre les d e u x

des

sauniers

expulsés

a v o i r lieu sans difficulté. Par contre, l'Espagne

devait

succédait

à la F r a n c e c o m m e i n t e r l o c u t r i c e de la G r a n d e - B r e t a g n e . L e g o u v e r n e m e n t d e M a d r i d a v a i t été a v i s é d e

l'incident

p a r l e m a r q u i s d ' A z l o r e t p a r d ' O s s u n . Il fit m o n t r e

vis-

à-vis de ces m i n u s c u l e s îles antillaises de m o i n s d'indifférence que son allié. existence mais

Sans

doute, Grimaldi

ignorait

leur

le B a i l l i d ' A r r i a g a , q u i d é j à e n 176/1 a v a i t

succède à La Ensenada à la tête du département de la M a r i n o , n o n seulement connaissait

leur histoire mais

encore avait participé au règlement du débat franco-espag n o l à c e s u j e t . L e s m i n i s t r e s d e C h a r l e s III d ' u n

commun

a c c o r d a f f i r m è r e n t les d r o i t s d e s o u v e r a i n e t é d e l ' E s p a g n e s u r l ' a r c h i p e l et i n v o q u è r e n t déjà relaté avait

en

par

175/1

Choiseul: à

contre savoir

l ' A n g l e t e r r e le que

implicitement reconnu

cette que

fait

puissance

les

Turques

é t a i e n t p o s s e s s i o n h i s p a n i q u e e n s o u t e n a n t la c a u s e e s p a gnole. Lord Bochford l'assurance que

eut

donc à transmettre à Londres

le c a b i n e t d e l ' E s c u r i a l e n t e n d a i t ne p o i n t

ê t r e d é p o u i l l é d e c e s î l e s , l e s d é f e n d r e j u s q u ' à la d e r n i è r e extrémité e t

ne

les

céder

que

sous

la

menace

d'une

guerre, L o r d H a l i f a x e t ses c o l l è g u e s n ' o s è r e n t p o u r u n si m i n c e objet faire figure d ' a g r e s s e u r o u r o u v r i r des hostilités q u i e u s s e n t été p e u p o p u l a i r e s . D e p l u s , à L o n d r e s , o i l c r a i n t d e v o i r les e n t r e p r e n a n t s F r a n ç a i s p r o x i m i t é des

Bahama mais

avait

prendre pied

o n ressentait peu

t u d e d e v o i r les T u r q u e s s o u s la d o m i n a t i o n

à

d'inquié-

hispanique.


— Enfin croyait

o n était e n c o r e grâce aux

128

dans

avis de

la

période

Ilochford

P a c t e d e F a m i l l e et r e s t a u r e r p h i l e ; p a r s u i t e , le m i n i s t è r e

à

d ' i l l u s i o n et o n

pouvoir rompre

Madrid

un

parti

britannique

le

anglo-

ne voyait nul

i n c o n v é n i e n t i à t é m o i g n e r a la c o u r e s p a g n o l e d e s p r é v e n a n c e s p e u o n é r e u s e s . C ' e s t p o u r q u o i il o b s e r v a u n

pru-

d e n t s i l e n c e s u r la q u e s t i o n d e s T u r q u e s , p r o f i t a n t d e c e q u e la C o u r d e l ' E s c u r i a l n ' é t a i t

mise

en cause

qu'indi-

r e c t e m e n t e t n ' a v a i t p o i n t à i n t e r v e n i r d a n s la l i q u i d a t i o n pécuniaire des suites de l'expédition de G u i c h e n . Ce n'est pas d'ailleurs saient

des

îles mais

q u e les

Anglais

se

ils laissaient l ' o u b l i

désintéres-

se f a i r e à c e t

é g a r d afin de m e t t r e s a n s b r u i t les m a i n s s u r

l'archipel.

E n effet, q u a t r e a n n é e s p l u s t a r d , l e C h e v a l i e r d e

Hohan,

g o u v e r n e u r de S a i n t - D o m i n g u e , m a n d a i t à Versailles q u e les îles T u r q u e s q u i e u s s e n t d û rester n e u t r e s inoccupées,

étaient

c'est-à-dire

l'objet d'une colonisation anglaise ;

u n fort m ê m e y était élevé. Protestations

franco-espagnoles

auprès d u Secrétaire d'Etat S h e l b u r n c ; celui-ci nia l'existence

d'établissements

britanniques

cl

déclara

c a u s e d e c e s b r u i t s é t a i t la p r é s e n c e

dans

a g e n t d e la c o u r o n n e afin de vérifier

l'état

les

que

îles

la

d'un

des s a l i n e s et

a s s u r e r l ' o r d r e p a r m i les p ê c h e u r s et s a u n i e r s . L e s d e u x 1

cours

bourbon

montré

aux

mettaient

n'insistèrent

gouvernants

point

de

point,

satisfaites

Londres

une main-mise

qu'elles

subreplice

d'avoir ne

per-

sur ces îles.

Q u e le C a b i n e t d e S a i n t - J a m e s c u l l ' i n t e n t i o n

plus

ou

m o i n s a v o u é e d e se s a i s i r d e s A n t i l l e s e n c o r e v a c a n t e s

1. Cet agent

André S y m m c r

organisait

une

véritable

et

colonie,

créant un conseil local de huit m e m b r e s élus et deux n o m m é s

par

l u i - m ê m e , établissant des taxes, attirant des étrangers et visant à ruiner le port espagnol de Monte-Chrislo a nial Papers,

cl. V, v o l u m e tt'i, f" 137 et suiv.

Saint-Domingue.

Colo-


129

i n o c c u p é e s , c'est ce q u i résulte d e s o n attitude e n v e r s les T u r q u e s , les C a ï q u e s cl autres îles voisines. D u r a n t les a n n é e s d e 1 7 6 3 e t 176/i, i l a v a i t r é p a n d u — s a n s d o u t e à titre d e ballon d'essai — la r u m e u r d ' a n n e x e r l ' î l e d e la B i q u e

qu'il

ou Krabb,

se

laquelle

proposait apparte-

nait d e p u i s 1682 à la C o u r d e C o p e n h a g u e . Celle-ci a v a i t r e n o n c é en 1698 à p o u r s u i v i e la colonisation d e K r a b b par

suite

d'épidémies

persistantes

qui décimaient

la

p o p u l a t i o n , mais elle ne c o m p l a î t n u l l e m e n t a b d i q u e r ses droits

s u r cette

Antillc c o m m e

convention franco-danoise

le p r o u v a i t la récente

de 1783 relative à l'achat de

S a i n t e - C r o i x p a r le D a n e m a r k .

2. — L e s Incidents de Gambie

(1764-65).

L ' a f f a i r e d e s î l e s T u r q u e s a v a i t d a n s sa p h a s e d i p l o m a tique à peine duré u n m o i s grâce à l'esprit de conciliation de C h o i s e u l et à la m o d é r a t i o n des p r i n c i p a u x

ministres

anglais. Dételles dispositions étaient indispensables dans les relations f r a n c o - b r i t a n n i q u e s , les zones d e friction étant m u l t i p l e s a u x c o l o n i e s . Q u e l q u e s s e m a i n e s a p r è s le r è g l e m e n t de l ' i n c i d e n t antillais s'élevait u n n o u v e a u différend d'importance

également

minime, mais

susceptible

de

d é c h a î n e r u n e g u e r r e si q u e l q u e c o m p l a i s a n c e é t a i t m i s e à f o r g e r d e s casus belli. I l s ' a g i s s a i t c e t t e f o i s d e l a t r a i t e d e l a g o m m e et d u commerce

en

l'offensive

proclamant

Sénégambie.

Les Anglais

la rivière

avaient

de Gambie

pris

domaine

r é s e r v é et i l s se p l a i g n a i e n t d ' y v o i r d e s n é g o c i a n t s f r a n çais ;

apprenant

même

l'existence

d'un

établisement

français à A l b r c d a s u r cette rivière d e G a m b i e , ils a n n o n çaient

leur intention d'arrêter tout c o m m e r c e

étranger

a i n s i q u e d e d é t r u i r e la f a c t o r e r i e et le fort f r a n ç a i s d ' A l 9


— 130 breda. Le g o u v e r n e m e n t b r i t a n n i q u e était prêt à d o n n e r m a i n f o r t e a u x a g e n t s d e s c o m p a g n i e s cl d é t a c h a i t p o u r la c ô t e d ' A f r i q u e u n e f r é g a t e d o n t le c o m m a n d a n t r e c e v a i t des instructions secrètes. C ' e s t en ces c o n d i t i o n s de fait q u e s ' o u v r i r e n t de d é c e m b r e

17G4

des

conversations

à

au

Londres

mois entre

G u e r c h y , Crenville, S a n d w i c h cl Halifax. Deux ordres de q u e s t i o n s é t a i e n t d i s c u t é s : en ce q u i c o n c e r n a i t r é t a b l i s s e m e n t f r a n ç a i s d ' A l h r e d a s u r la r i v e d r o i t e il s'agissait d ' u n v i e u x poste r é c e m m e n t a v a i t là p o i n t d e

tort

mais au

de la

Gambie,

relevé

et il n ' y

contraire

s ' é l e v a i t s u r la

rive g a u c h e u n fort a n g l a i s baptisé S a i n t - J a m e s . p o i n t , a u c u n e difficulté p o u v u q u ' u n

enquête

fut

Sur

ce

menée

sur place, R e s t a i t la q u e s t i o n d e p r i n c i p e : l e s F r a n ç a i s a v a i e n t - i l s le d r o i t d é f a i r e le c o m m e r c e

en

S é n é g a m b i e ? La

des m i n i s t r e s de G e o r g e s III élait avait implicitement

admis que

q u e . le la

Gambie

toire a n g l a i s à titre de d é p e n d a n c e d u

thèse

traité de 1763 était

Sénégal

et

terriqu'au

r e s t e p l u s d e v i n g t f o r t s a n g l a i s se d r e s s a i e n t d a n s c e t t e région. A

cela,

Guerchy

répondait

que

géographique*

m e n t c o m m e a d m i n i s l r a t i v e m c n t la G a m b i e é t a i t d i s t i n c t e d u S é n é g a l e t q u e le t r a i t é d e

Paris

n'avait pu altérer

le

statut c o m m e r c i a l de cette r i v i è r e . C h o i s e u l , a l l i a n t la f e r m e t é à la m o d é r a t i o n , é v i t a q u e le d é b a t s ' e n v e n i m â t .

Ne

prétendant qu'à partager avec

les A n g l a i s

de

la

la

traite

gomme

en

v i s a n t p a s à s ' a s s u r e r le trafic e x c l u s i f réussit à faire r é v o q u e r les o r d r e s

de

de

Gambie la

contre,

il d o n n a

James qui réclamait jugé

« trop

salisfaclion

ne il

l'Amirauté

à l ' e x p u l s i o n des F r a n ç a i s et à la d e s t r u c t i o n Par

et

région,

au Cabinet

relatifs

d'Albreda. de Saint-

le r e n v o i d u g o u v e r n e u r d e C o r é e

r e m u a n t ».

Dès

les

premiers

jours

de


— 131 — février 1765, G u e r c h y pouvait m a n d e r

à

Versailles

que

la d i s c u s s i o n s u r c e p o i n t é t a i t c l o s e s a n s q u e l e s i n t é r ê t s d u c o m m e r c e français fussent lésés. L'altitude c o n c i l i a n t e d u m i n i s t r e et de l ' a m b a s s a d e u r a v a i t p e r m i s d e r a m e n e r l'incident forme

à ses j u s t e s p r o p o r t i o n s c l l e s s a t i s f a c t i o n s d e

acecordées

à

l'Angleterre

donnaient au

R o c k i n g h a m le m o y e n d e p a r a l y s e r d e v a n t le

cabinet

Parlement

et l ' o p i n i o n toute o p p o s i t i o n des p a r t i s b e l l i q u e u x .

3. — Les Millions de Manille La F r a n c e faisait p r e u v e e n v e r s cère désir de paix tant dans

le

(1764-68).

l'Angleterre d'un

règlement

des

c o l o n i a u x s u r v e n a n t à l ' i m p r o v i s t e q u e clans d u traité de p a i x (dcllc pagne, quoique plus

l'exécution

canadienne — Dunkerque). sensible

adoptait une semblable

à

ses

politique

et

échecs elle

sin-

incidents L'Es-

maritimes,

accomplissait

sans trop de r é p u g n a n c e s les o b l i g a t i o n s q u e lui i m p o s a i t le

traité

(Florides —

question

des bois

de C a m p ê c h c ) .

G r i m a l d i , à p r o p o s des îles T u r q u e s o u des é t a b l i s s e m e n t s de

la

Baie

de

Honduras,

se

m o n t r a i t c o n c i l i a n t et n e

t é m o i g n a i t pas p l u s q u e son s o u v e r a i n o u

ses

collègues

le d é s i r d e p r o v o q u e r u n c o n f l i t a v e c l a G r a n d e - B r e t a g n e . Or pourtant plan

des

un

litige demeurait pendant à

l i t i g e q u i se r a t t a c h a i t à la l i q u i d a t i o n d e en

l'arrière-

p r é o c c u p a t i o n s d i p l o m a t i q u e s des d e u x

demeurant

cours,

la g u e r r e

tout

i n d é p e n d a n t d u t r a i t é d e p a i x : c ' é t a i t la

q u e s t i o n de la r a n ç o n de M a n i l l e . Cette capitale des P h i l i p p i n e s

avait

été

inopinément

m e n a c é e p a r u n e e x p é d i t i o n d e la C o m p a g n i e d e s anglaises

avant

de

croire à

l'imminence

de la

L'archevêque Don Manuel Antonio Boxo, qui le g o u v e r n e u r m o r t

peu

Indes

guerre.

remplaçait

a u p a r a v a n t , a v a i t s i g n é le 8 o c -


— 132 — t o b r c 17G2 u n e c a p i t u l a t i o n a u t e r m e d e l a q u e l l e la p o p u l a t i o n se r a c h e t a i l d u p i l l a g e m o y e n n a n t p a i e m e n t d e q u a t r e m i l l i o n s d e p i a s t r e s , d o n t la m o i t i é v e r s é e s u r l e c h a m p . 11 n'y e n a v a i l pas m o i n s e u s a c c a g e . D ' a u t r e p a r t , les a u t o r i t é s l o c a l e s e s p a g n o l e s , l o i n d e p o u v o i r f a i r e face à c e s e n g a gements

financiers,

les s o m m e s

avaient

nécessaires

o c c u p é e . E n fait, u n e

à

dû e m p r u n t e r aux

l'administration

partie de

Anglais

de

la

zone

l'archipel échappant

au

contrôle de l'envahisseur, l'auditeur Don S i m o n de A n d a y

Salazar

de

menait

dans

les p r o v i n c e s

une

active

lutte

guérilla. O r la p a i x d e P a r i s

pines

restait m u e t t e au sujet des P h i l i p -

c a r la n o u v e l l e d e c e l t e c o n q u ê t e n ' é t a i t

parvenue

e n E u r o p e q u e b i e n a p r è s les p r é l i m i n a i r e s d e F o n t a i n e b l e a u e t m ê m e a p r è s la s i g n a t u r e d u t r a i t é d é f i n i t i f ( m a r s 1 7 6 3 ) . Il e s t v r a i q u e l ' a r t i c l e x x i u r e l a t i f à la r e s t i t u t i o n des territoires non m e n t i o n n é s s'appliquait en et

c ' e s t p o u r q u o i la C o m p a g n i e d e s I n d e s

difficulté

d'évacuer

mois d'occupation.

l'espèce

1

ne put

faire

M a n i l l e e n a v r i l 176/i a p r è s d i x

huit

R e s t a i t la q u e s t i o n d e la r a n ç o n . L e

g é n é r a l D r a p e r et l ' a m i r a l C o r n i s h a v a i e n t r e ç u à p e i n e u n m i l l i o n et e n c o r e a v a i e n t - i l s e n m a i n d e s l'archevêque

Don Manuel

Antonio avait

v a l l e s t i r é e s s u r la T r é s o r e r i e

traites q u e

à longs

inter-

de Madrid. Celle-ci

refusa

d e p a y e r si b i e n q u e la C o m p a g n i e

alarmée

chargea

le

g o u v e r n e m e n t d e L o n d r e s d e r e c o u v r e r sa c r é a n c e . C'est

a i n s i q u e le 3 f é v r i e r

17G/1 l o r d H a l i f a x

invitait

l ' a m b a s s a d e u r d u r o i à r é c l a m e r le p a i e m e n t d e s e t d u c o m p l é m e n t d e la r a n ç o n . L o r d H o c h f o r d

1.

traites

signifiait

Le plénipotentiaire anglais Neville répondait le a5 avril 1 7 6 3 à

u n e note du

m ê m e j o u r de

son

collègue

déclarant que l'article XXIII s'appliquait France).

espagnol

Grimaldi,

en

bien aux Philippines ( S . P.


133

d o n c le 2 m a r s à G r i m a l d i q u e d e u x

traites a v a i e n t

prolcstécs : l'une

1762

du

22

décembre

s'élevant

8.864 p i a s t r e s , l ' a u t r e d u 1 " m a r s 1 7 6 3 à i 5 . i 8 o L e m i n i s t r e e s p a g n o l r é p o n d a i t le i 5 m a r s e n

d a n s le d o m a i n e La cette

à

piastres.

invoquant

d e s i r r é g u l a r i t é s de f o r m e et d e m a n d a n t des d é l a i s é t a b l i r le d o s s i e r . L ' a f f a i r e

été

des m i l l i o n s de Manille

pour

entrait

diplomatique.

C o u r de Madrid était-elle prise à l ' i m p r o v i s t e

par

réclamation ? Ce n'était point i m p r o b a b l e

elle

car

n'avait eu d e p u i s 1762 a u c u n e relation officielle a v e c l'archipel

p h i l i p p i n et ce

n'était qu'au p r i n t e m p s

de

1764

q u ' u n n o u v e a u g o u v e r n e u r p r e n a i t p o s s e s s i o n des îles et rétablissait l ' a d m i n i s t r a t i o n . A v e c la l e n t e u r des r e l a t i o n s e n t r e l ' E u r o p e et les r é g i o n s d u P a c i f i q u e , les d i r i g e a n t s madrilènes pouvaient

fort bien d e m e u r e r

dans

l'incerti-

tude q u a n t a u x c o n d i t i o n s p o l i t i q u e s des P h i l i p p i n e s . Ils jugèrent pour

la d e t t e

de d e u x m i l l i o n s de piastres écrasante

le trésor r o y a l o b é r é ,

plus

é c r a s a n t e e n c o r e si

la

p o p u l a t i o n p h i l i p p i n e d e v a i t s'acquitter de cette dette. E n o u t r e , i l s p e n s a i e n t q u ' e n d r o i t la d e m a n d e d e l a g n i e était m a l La d'avril

thèse 1764

Compa-

fondée

espagnole et

présentée

maintes

à

Londres

dès

f o i s r é p é t é e , se r é s u m e

L ' e x i g e n c e d ' u n e r a n ç o n à titre d e r a c h a t

de

la

p i l l a g e est

a n o r m a l e e n t r e n a t i o n s c i v i l i s é e s et o n n e p e u t v o i r qu'un

artifice

des

commandants

fin

ainsi :

britanniques

en

là vue

d ' a b u s e r d e la c r é d u l i t é , d e l ' i n e x p é r i e n c e et d e l a f r a y e u r d'un ecclésiastique subitement investi de fonctions nistratives en u n e période d'extrême

crise.

n'était c o m p é t e n t ni en matière militaire, ni en administrative

ou

financière

pour signer

admi-

L'archevêque une

matière capitula-

t i o n d e c e g e n r e . I l y a v a i t d o n c a b u s d e f o r c e d e la p a r t


-

134

des A n g l a i s '. D'autre part, D o n Manuel A n t o n i o ne pouv a i t s ' e n g a g e r q u e p o u r c e q u i é t a i t e n s o n p o u v o i r e l il n e p o u v a i t s i g n e r d e s traites s u r le trésor r o y a l p o u r u n e somme

quelconque.

D ' a i l l e u r s si c e s y s t è m e n ' é t a i t p a s

admis, on pourrait contraindre un Ibnclionnaire quelconq u e à r u i n e r s o n p a y s et à p r é v e n i r loute p o u r s u i t e

d'hos-

tilités p a r l ' i m p o s i t i o n d e c o n t r i b u t i o n s d e g u e r r e

formi-

dables. L a c o n v e n t i o n d e M a n i l l e é t a i t d o n c n u l l e de jure,

mais,

a j o u t a b i e n t ô t G r i m a l d i , e l l e l ' e s t de f'ucto. E n effet,

elle

n'a p o i n t élé respectée p a r D r a p e r el C o r n i s h . N'y eut-il pas

pillage de la ville

e n dépit de la r a n ç o n , les s o m -

m e s obtenues par ce saccage réduisent d'autant

la

cité

espagnol

de paiement

des Manillains.

Le ministre

i n v o q u a i t a u s s i le fait q u e les A n g l a i s a v a i e n t la tète

de l'auditeur

avaient molcslé

capa-

m i s à prix

S i m o n de A n d a (5.ooo piastres)

et

m a i n t s r e l i g i e u x notamment l e s A u g u s -

t i n s , e n d é p i l d e s c l a u s e s d e la c o n v e n t i o n . 2

Naturellement

le g o u v e r n e m e n t

de Londres

contesta

f o r m e l l e m e n t cette interprétation. L a c o n v e n t i o n s i g n é e vi coaclo m a i s q u e l l e e s t l a c a p i t u l a t i o n

a été

consentie

de plein g r é : ' D e p l u s , la s o m m e r é c l a m é e ne ful-ellc p a s j u g é e p a r l e s a u t o r i t é s e s p a g n o l e s l o c a l e s f o r t compatible avec l ' a v a n t a g e d'etre e x e m p t é d e pillage e l avec les ressources de la ville ? La c o n v e n t i o n était c o m p o s é e d e s c o n d i t i o n s

anglaises

a u x q u e l l e s furent a g g r é g é e s les c o n t r e - p r o p o s i t i o n s espa1. L'archevêque était certes assisté en cette occasion des fonctionnaires civils de l'vudieneia cl (les chefs des corporations mais on peut

faire

observer

(pie les h o m m e s

énergiques

comme

Anda

s'étaient retirés dans 1 hinterland pour poursuivre la lutte. 2. Les Anglais

répliquaient

en dénonçant

c o m m e l'instigateur de révoltes i n d i g è n e s . Cf. anglais Papers,

le clergé

espagnol

les lettres d'officiers

d'occupalion à ce sujet dans le dossier des l u g u s t i n s , State Spain, vol. a 5 3 .


- 135 — gnoles tions

q u i furent acceptées. O r l'article iv des proposibritanniques

prévoit

q u e les quatre

millions

de

piastres n e p o u r r o n t être a i s é m e n t p e r ç u s p u i s q u e si u n e m o i t i é s e r a p a y é e s u r le c h a m p , l ' a u t r e m o i t i é s e r a c o m posée d e sûretés : traites s u r le trésor d e M a d r i d c o n c u r rcment o u n o n avec u n galion, Manille

le Philipina q u i , p a r t i d e

p e u a u p a r a v a n t , serait invité à rentrer a u port.

Ce b â t i m e n t n e r e v i n t p a s et les Manillains n e p a y è r e n t comptant que 5i5.8o2

piatres.

Quelques m o i s avaient été nécessaires a u x d e u x

parties

p o u r r é u n i r les pièces d u p r o c è s . A u s s i celte affaire m e i l l a i t elle d u r a n t une

176/1. P a r c o n t r e , l ' E s p a g n e

demande reconvenlionnelle

som-

formait

en r é c l a m a n t le g a l i o n ,

la Très Sainte Trinité q u i , p a r t i d ' A c a p u l c o , a v a i t é t é c a p turé a u large de Manille e n o c t o b r e 1762 a u x lieu et place du

Philipina. L a C o u r d e M a d r i d

prétendait

cette

prise

illégale, la capitulation de Manille e n autorisant le libre commerce

de celle ville sauvegarderait la propriété de ce

g a l i o n . Il y avait q u e l q u ' i n c o n s é q u e n c e à rendre la c a p i t u l a t i o n

valable

en ce cas tout en niant son existence à

p r o p o s d e la r a n ç o n . L e c a b i n e t b r i t a n n i q u e n e m a n q u a pas d e relever celte e r r e u r et déclara q u e seules les c o u r s de prise avaient à délibérer à ce sujet. prolesta-t-il,

en vain

Masscrano

E n vain Grimaldi

transmit-il

mémoires,

p i è c e s et d o c u m e n t s ; la s e n t e n c e d e s L o r d s e n a p p e l c o n firma

le j u g e m e n t d e c a p t u r e ( i 4 a o û t 1 7 6 5 ) .

D a n s l'intervalle, le g é n é r a l D r a p e r et l ' a m i r a l avaient rédigé leurs espagnoles

mais

Cornish

rapports p o u r réfuter les assertions

aussi

d e n o u v e l l e s traites a v a i e n t

été

protestées. L ' a f f a i r e d e s b o i s d e C a m p ê c h e a v a i t é t é r é g l é e d a n s u n esprit de c o n c i l i a t i o n . L o r d R o c h f o r d , m a l g r é ses préventions,

ne pouvait

q u e louer

à cette

occasion

loyauté de Grimaldi mais dénonçait l'arrogance

la

hispani-


— 136 — q u e e l l a finesse i t a l i e n n e q u i a p p a r a i s s a i e n t d a n s des millions de Manille. de mars à juin rano son

1766 retarda

à Londres

gouvernement

U n e absence de

pouvait

toute

conversation;

négocier avec

madrilène préférait

l'affaire

l'ambassadeur

Halifax

Massem a i s le

lasser la patience de

i n t e r l o c u t e u r . D e s o n c ô t é , le m i n i s t è r e b r i t a n n i q u e

ne t é m o i g n a i t pas d ' u n zèle a r d e n t à faire t r i o m p h e r les droits de la C o m p a g n i e

des Indes. Seul Rochford

voyait

là l'occasion de d é p l o y e r s o n activité. A u d é b u t d e s e p t e m b r e 17GB la q u e s t i o n é t a i t d i s c u t é e à n o u v e a u . Grimaldi reprit

ses a r g u m e n t s

: « Faudrait-il

v o u s l i v r e r M a d r i d , d i s a i t - i l , si l ' a r c h e v ê q u e v o u s

l'avait

promis ? » Le noble

envers

lord,

fort

de son hostilité

G r i m a l d i , rusé

Italien

vers

par lui supposé favorable

Squillacc,

et réputé f r a n c o p h i l e ,

se

à la

tourna Grande-

B r e t a g n e . M a i s le m i n i s t r e d e l a G u e r r e e t d e s F i n a n c e s , s'il d é c l a r a n e p o i n t c o n t e s t e r l a p r i s e d u g a l i o n la Très Sainte Trinité, des d e u x

se m o n t r a i n t r a n s i g e a n t s u r l e

paiement

m i l l i o n s et alla j u s q u ' à dire à l ' a m b a s s a d e u r :

« Si vous n o u s

payez

deux

millions

de piastres,

vous

pouvez avoir Manille et tout ce q u i y appartient. » T o u tefois il a v o u a être é l o i g n é d e c o n s e n t i r à u n e r u p t u r e . La note d e R o c h f o r d datée d u 5 s e p t e m b r e 17G5 restait sans réponse. Grimaldi, poursuivi pai l'ambassadeur, ne put

que

faire

connaître

l'opposition

irréductible

de

C h a r l e s III et a j o u t a p o u r s o n c o m p t e : « Je m e s o u m e t trais d'être

haché

d e m a n d e aussi britannique

en pièces

plutôt q u e d'accorder u n e

i n j u s t e » (j/j s e p t e m b r e ) . L e r e p r é s e n t a n t

s'irrite

de celle obstination,

s'enflamme

et

r é c l a m e i m p é t u e u s e m e n t le p a i e m e n t i m m é d i a t ; il p a r l e même

de guerre

Masserano considèrent

mande avec

mais

celte pression

reste inutile c a r

de L o n d r e s q u e les m i n i s t r e s a n g l a i s sérénité

et d é t a c h e m e n t

cette

affaire,


-

137

-

q u ' i l s n e r i s q u e r a i e n t p o i n t la g u e r r e p o u r r e c o u v r e r u n e c r é a n c e p r i v é e . P o u r t a n t le g é n é r a l C o n w a y , q u i a r e p r i s e n j u i l l e t à H a l i f a x l e D é p a r t e m e n t d u S u d , se c r o i t o b l i g é d e rompre

la p r e s c r i p t i o n

note du 26 n o v e m b r e ment

i l se s o u c i e

et réfute s o l e n n e l l e m e n t p a r u n e la thèse e s p a g n o l e ,

p e u des droits

personnelle-

d e la C o m p a g n i e

des

Indes. L a F r a n c e était o f f i c i e l l e m e n t en

dehors du débat mais

en fait elle était c o n s u l t é e p a r l ' E s p a g n e . L o r d

Rochford,

au

s'entretint

hasard d ' u n e a u d i e n c e en s e p t e m b r e 1766,

de ce sujet avec

l'abbé Beliardi, envoyé

c o m m e r c i a l de

C h o i s e u l et l ' a b b é s o u t e n a n t l e p o i n t d e v u e

hispanique,

l ' a m b a s s a d e u r p a r l a de l'éventualité d ' u n e g u e r r e .

Il

se

p l a i g n i t a u s s i q u e la C o u r d e V e r s a i l l e s i n f l u e n ç â t c e l l e d e M a d r i d e t il d é n o n ç a i t à c e l l e o c c a s i o n m e n é e s de

Choiseul

guerre contre

entrer

en

parti-pris incurable.

Le

de L o u i s X V redoutait au contraire tout conllit

et il ne v o u l a i t pas q u ' u n e celle

belliqueuses

l'Angleterre.

Opinion erronée résultant d'un ministre

les

qui poussait son allié à

affaire aussi s e c o n d a i r e

d e l à r a n ç o n de M a n i l l e d é c h a î n â t les h o s t i l i t é s .

disait-il pas à G u e r c h y , février

son ambassadeur à Londres,

1 7 G 6 : « Il v a u t m i e u x

payer

quelques

que Ne en

millions

m ê m e injustement que d'entretenir un prétexte de guerre bien

plus onéreux pour

la p u i s s a n c e q u i e s t o b l i g é e

tôt

o u t a r d d e v i d e r la q u e r e l l e p a r l e s a r m e s . » N e p r é c o n i s a i t - i l p a s le r e c o u r s à l ' a r b i t r a g e q u i m é n a g e a i t

l'amour-

propre des d e u x n a t i o n s ' ? D'ailleurs

l'influence de Choiseul

était bien m i n c e car C h a r l e s branlable

sur

l'affaire

en

f a v e u r d e la p a i x

111 a v a i t u n e o p i n i o n

de Manille et e n t e n d a i t p o u r

1. Des partis de cour devaient en 1 7 7 0 « capitulations « e n v e r s l'Angleterre.

inédes

reprocher à Choiseul ses


138

r a i s o n s d e d r o i l c o m m e p o u r d e s m o t i f s de fait payer.

Ses conseillers,

eussent d û s'incliner

eussent-ils

devant celle

été d'avis volonté.

ne rien

contraire,

Ilochford

se

m é p r e n a i t d o n c s u r l'action de la p o l i t i q u e française q u i e n e n c o u r a g e a n t le s o u v e r a i n

espagnol

se serait

contre-

dite. Les affaires d e P a r m e ,

p u i s la m o r t d u D a u p h i n

de nouvelles causes de délais. L e C a b i n e t ne

pressait

celui-ci obtint

guère

son ambassadeur

insistait

auprès

de

ce fut u n

nouvel

exposé

furent

de Saint-James

d'intervenir

Grimaldi ;

tout

de la thèse

ce

d u 11

mars

qu'il

espagnole

( 1 2 j a n v i e r 1 7 6 6 ) : i l y r é p o n d i t le 8 m a r s e t t r o u v a la n o t e

mais

dans

u n e répétition des arguments

déjà

présentés. Les émeutes de Madrid provoquèrent terruption.

Or, en

mai, Rochford

de recevoir

u n e note

une nouvelle in-

é p r o u v a la

surprise

d u iG m a i p a r l a q u e l l e

Conway

e x p l i q u a i t q u e le g o u v e r n e m e n t b r i t a n n i q u e p l u s le p a i e m e n t d e s t r a i t e s e t d e s d e u x m a i s se c o n t e n t a i t voire

m ê m e de

de

1.600.000

i.25o.ooo

piastres

ne r é c l a m a i t

millions restant

piastres

(4oo.ooo £ . ) ,

(3oo.ooo

£.).

Qu'on

paie s u r le c h a m p et les r e v e n d i c a t i o n s s o n t é t e i n t e s . U n état c o m p a r é d u c o m p t e a n g l a i s et d u c o m p t e

espagnol

( c e d e r n i e r d r e s s é d ' a p r è s la n o t e d e G r i m a l d i d u 2 9 s e p tembre

1766) a c c o m p a g n a i t

les n o u v e l l e s

instructions

venues de Londres. Compte anglais Pillage

....

Payé

2().(ia3 5i5.8oa

Bâtiment capture

ifl.000

Touché effectivement...

558,435

Compte espagnol 1 . 5 7 0 . C Q 5 piastres. 5i5.8oa

16.000

a. 102 497

Reste d û

3 44(575

i.8()7.5o3

Réclamé

i.aSo.ooo

1 a5o.ooo

6^7.5o3

Montant a b a n d o n n é . .

.

a.iyi.5-5


139

Cette c o n d e s c e n d a n c e

s'expliquait

par des

raisons de

p o l i t i q u e i n t é r i e u r e , p a r la nécessité de fortifier u n c a b i n e t ébranlé,

par

cédant aux

des

raisons

suggestions

diplomatiques

françaises,

car

l'Espagne,

réclamait

l'arbitrage

d ' u n e p u i s s a n c e n e u t r e et p a r l a i t de d é s i g n e r F r é d é r i c II. O r l ' A n g l e t e r r e , r e d o u t a n t ce c h o i x et c r a i g n a n t u n e d é c i s i o n a r b i t r a l e c o n t r a i r e à ses v œ u x , p r é f é r a i t o b t e n i r u n e s o m m e r é d u i t e e t se t i r e r

a v e c h o n n e u r et profit

de

ce

mauvais pas. C e n e f u t p a s R o c h f o r d m a i s s o n s e c r é t a i r e et c h a p e l a i n d e V i s m e , alors

c h a r g é d'affaires,

q u i offrit à l ' E s p a g n e

le

4 j u i n u n p a i e m e n t é g a l à la m o i t i é d e c e q u i é t a i t d û . G r i maldi prit

n o t e de la r é d u c t i o n

des pi'étentions

britan-

n i q u e s mais parla plus que j a m a i s d'arbitrage. Cette obstination prévenait tout r è g l e m e n t a m i a b l e . Or de L o n d r e s partaient des ordres impératifs q u i e n j o i g n a i e n t à d e V i s m e de ne p o i n t p e r d r e de t e m p s et d'offrir l ' e x t i n c t i o n de la dette espagnole m o y e n n a n t Soo.ooo livres sterling. C e q u i eut lieu le

juillet

m a i s les d i r i g e a n t s

madrilènes

ne

furent pas plus séduits qu'auparavant. Il s e m b l a i t

que

le m i n is 1ère

o b t e n i r à tout p r i x u n à

l'Espagne

un

britannique

cherchât

s u c c è s d i p l o m a t i q u e en

paiement

quelconque.

à

arrachant

11 e s t v r a i

que

l ' e s p o i r d ' u n e telle c o n c l u s i o n était e n c o u r a g é par l ' a b s e n c e d e M a d r i d d e l ' i m p é t u e u x R o c h f o r d si p r é v e n u c o n t r e l e s minisires tude

de C h a r l e s III

intransigeante.

e t si c o m p r o m i s

Rockingham,

tout

par son attien

prenant

l ' i n i t i a t i v e d ' u n c o m p r o m i s f i n a n c i e r , m é n a g e a i t sa p o s i tion de

envers

ses

parler haut

adversaires

parlementaires

à M a s s e r a n o : « La F r a n c e e l

sont maîtresses du continent, B r e t a g n e l ' e s t d e s m e r s ! ». appelait aux Affaires

et

affectait l'Espagne

disait-il, m a i s la G r a n d e Il r e m a n i a i t s o n c a b i n e t

et

E t r a n g è r e s ( p o u r l e S u d ) le D u c

de


- 140 -

Hichmond

(a3 m a i 1766).

Le

ministère n'en

succomba

p a s m o i n s s o u s les c o u p s de l ' o p p o s i t i o n et Pitt,

devenu

L o r d C h a t h a m , r e p a r u t a u p o u v o i r en a o û t 1 7 6 6 . D a n s les c h a n c e l l e r i e s d u c o n t i n e n t , o n temps

à

l'imminence

péenne.

Choiseul

d'une

déplorait

litige de Manille qui

crise plus

offrait a u x

crut

quelque

diplomatique

encore

euro-

l'existence

partis belliqueux

du

d'An-

g l e t e r r e u n casus belli. E n m a r s , i l a v a i t d é c l a r é à d ' O s s u n : « Q u a n t à la g u e r r e j e d o u t e q u e n o u s l ' a y o n s c e t t e a n n é e . L ' E s p a g n e p a i e r a (ceci e n t r e n o u s ) la r a n ç o n de

Manille

et n o u s g a g n e r o n s d u t e m p s m a i s l ' a n n é e p r o c h a i n e sera d i f f i c i l e à p a s s e r si P i l l r e n t r e c e t t e a n n é e . » P r é c i s é m e n t c e l t e é v e n t u a l i t é se r é a l i s a i t l'épreuve, paru

P i t t se r é v é l a

dans

affaires impasse.

l'opposition.

du Sud,

q u e l q u e s m o i s plus tard. A

moins intraitable qu'il Lord

Shclburne,

t r o u v a i l l'affaire

de

Manille

Masserano insistait en faveur

d'arbitrage sait c o m m e

que

le

n'avait

investi

d e la

tandis

une

procédure

nouveau cabinet britannique

son prédécesseur

des

dans

repous-

que Grimaldi,

loin

d ' ê t r e a m a d o u é p a r l e s p r o p o s i t i o n s d e d e V i s m e , se p l a i g n a i t d e v o i r r e m e t t r e e n q u e s t i o n le p a i m e n l i n t é g r a l à p r o p o s de l'étal q u i lui était s o u m i s . D'ailleurs

l'attitude

de

la C o u r

de

Madrid

d é d a i g n e u s e à l'égard de ces r e v e n d i c a t i o n s déjà

se f a i s a i t vieillies.

C'est en vain q u e d'Ossun sur l'ordre de C h o i s e u l pressait les m i n i s t r e s de C h a r l e s de m c l l r e l ' a r c h i p e l p h i l i p p i n état de résister s i g n a l a i t le

à

u n c o u p de m a i n , c'est

départ d'une

escadre

destination des Mers d u S u d . l'Angleterre guerre,

n'était

pas

répondaient que

en

vain

sous l'amiral Byron à

Les E s p a g n o l s , j u g e a n t

alors

en

qu'il

d'humeur

l'archipel

était

d é f e n d r e , q u e la m é t r o p o l e n e d é p e n s e r a i t

à

tenter

capable

que une

de

rien p o u r

se une

t e l l e p o s s e s s i o n c l q u e n i le r o i , n i la n a t i o n n e c o m p t a i e n t


141

-

-

faire la g u e r r e p o u r c o n s e r v e r ces î l e s . C e ton ne p a s de faire i m p r e s s i o n à Versailles o ù l ' o n

manqua

p e n s a s u r le

c h a m p à tirer parti de cette indifférence. Choiseul, en

effet,

cherchait

toujours

des

territoires

vacants, propices à l'érection de colonies. Les P h i l i p p i n e s lui p a r u r e n t u n e a c q u i s i t i o n d é s i r a b l e

d'autant plus que

sa p o l i t i q u e d ' e x t e n s i o n c o l o n i a l e v e n a i t d e s u b i r u n é c h e c . Bougainville avait r e c o n n u en situé

dans l'Atlantique

du

1 7 6 3 le g r o u p e d ' î l e s

Sud non

loin d u

qui,

détroit de

M a g e l l a n , a v a i t été b a p t i s é d u n o m d e M a l o u i n e s p a r d e s n a v i g a t e u r s d e S a i n t - M a l o v e r s 1 7 0 0 - 1 7 0 8 . Il a v a i t p e n s é i n c o n t i n e n t c r é e r là u n c e n t r e Canadiens

de p e u p l e m e n t p o u r

les

et A c a d i e n s c h a s s é s d e l ' A m é r i q u e d u N o r d .

E n f é v r i e r 1764 il i n s t a l l a i t les p r e m i e r s c o l o n s et créait P o r t - L o u i s d a n s la g r a n d e î l e o c c i d e n t a l e L Le M a r q u i s de G r i m a l d i , a y a n t a p p r i s cette e x p é d i t i o n , c h e r c h a à d i s s u a d e r le g o u v e r n e m e n t f r a n ç a i s d e p e r s i s t e r e n cette

i n t e n t i o n ; i l fit r e m a r q u e r q u e c e s

îles

dépen-

daient du

c o n t i n e n t et, par suite, étaient e s p a g n o l e s

droit.

outre,

En

il

signala

tous

les

déboires

que

o c c u p a n t s successifs a v a i e n t subis en ces p a r a g e s

de des

déshé-

rités. T o u t e f o i s il n ' e x p r i m a i t p a s la v é r i t a b l e r a i s o n

de

cette o p p o s i t i o n : la c r a i n t e q u e les F r a n ç a i s ne c r é a s s e n t un entrepôt de c o n t r e b a n d e à p r o x i m i t é de l ' A m é r i q u e d u Sud. Choiseul s'obslinanl c o u r de ment

et

à encourager

Madrid exprima officiellement entreprit

de

faire

s'empressa de reconnaître

valoir

ses

B o u g a i n v i l l e , la son

mécontente-

droits.

D'Ossun

ces d r o i t s et s'offrit à a c h e t e r

les îles m a i s cette c o m b i n a i s o n fut r e p o u s s é e . B o u g a i n v i l l e se r e n d a l o r s à M a d r i d e n a v r i l 1 7 6 6 p o u r 1. La prise de possession eut lieu le 3 i janvier 176/i et la

Gazelte.de

Hollande (La Haye) d u i 3 août suivant relate cet événement et m e n tionne en faveur de la France le droit de premier occupant.


142

p l a i d e r l a c a u s e d e sa c o l o n i e m a i s i l n e p u t r é u s s i r m i e u x que

l'ambassadeur.

De plus,

il recevait

de

Choiseul,

soucieux de ne pas altérer l'entente franco-espagnole,

le

c o n s e i l d e s e d é s i s t e r . 11 o b t i n t s a n s p e i n e q u ' u n e i n d e m n i t é serait v e r s é e à l u i c l à la c o m p a g n i e les c o l o n s a c a d i e n s pourraient

et français

demeurer

sous

de Saint-Malo, q u e

n e seraient p a s lésés et

la souveraineté

hispanique.

L ' i n d e m n i t é a c c o r d é e s ' é l e v a i t à 6 8 0 . 1 0 8 l i v r e s i 3 s o l s et 6 d e n i e r s d o n t 378.000 livres

payées en traites

d'Amé-

r i q u e e t 200.000 l i v r e s e n b i l l e t s t i r é s p a r l e g o u v e r n e u r de B u e n o s - A y r e s . La r e m i s e des îles devait a v o i r lieu a u printemps de 1767. C h o i s e u l appréciait p e u la c o n d u i t e d e s o n allié q u i le frustrait d'une ombrage

à

colonie

bien peu susceptible

la p u i s s a n c e

espagnole

dans

de

le

porter

Nouveau

M o n d e . I l p r é d i s a i t l a p r i s e p r o c h a i n e d e c e s î l e s e t d e la Louisiane

par

pressentir

l'Espagne

l'Anglclerre ; au

accorder a u x bâtiments

même

il

s'offbrçait

sujet d ' u n droit de relâche français

de à

d a n s les M a l o u i n c s en

é c h a n g e de la restitution. Le dédain q u ' a c c u s a i t le C a b i n e t de l'Escurial e n v e r s les P h i l i p p i n e s en cet élé d e 1766 lui inspira

l'idée de tirer d o u b l e m e n t

parti

d e l'affaire d e

M a n i l l e : a c q u é r i r c e r i c h e a r c h i p e l e t s u p p r i m e r u n casus belli t o u j o u r s

possible

entre l ' A n g l e t e r r e et l ' E s p a g n e . Il

offrit d ' a c h e t e r c e s î l e s : « C e l t e c e s s i o n , disait-il à d ' O s s u n , « q u i n o u s s e r a i t très a v a n t a g e u s e p o u r n o t r e « d a n s les m e r s d'Asie, n e p o u r r a i t j a m a i s

navigation

être

préjudi-

« ciable a u x Espagnols. Nous nous chargerions alors de « p a y e r a u x A n g l a i s l ' a r g e n t q u ' i l s e x i g e n t p o u r la c a p t u r e « de ces îles Cette

»

ingénieuse

solution

n e fut p a s

favorablement

accueillie à Madrid. Charles III entendait n e rien p a y e r c l c o n s e r v e r i e s îles. L a proposition de C h o i s e u l fut déclinée ;


litre

de

compensation

Finances Musquiz de

français

rester dans Versailles

le fil

ultérieure,

le

devait offrir, lors d ' u n e

la C o m p a g n i e d e s

capitaux

-

143

--

à

ministre

des

réorganisation

Philippines, u n e participation des

(collaboration é c o n o m i q u e destinée à

domaine alors

des

projets).

demander

si

Le

Cabinet

de

voulait

la

l'Espagne

g u e r r e p o u r cette affaire de m i l l i o n s ; ce à q u o i

Grimaldi

répondit, q u e n u l n'était b e l l i q u e u x d a n s le r o y a u m e

mais

q u e si la G r a n d e - B r e t a g n e é t a i t d é c i d é e à f a i r e l a g u e r r e , elle la ferait

en tous

cas

et

de préférence

après

avoir

soustrait d e u x m i l l i o n s de piastres au trésor e s p a g n o l . D'ailleurs,

l e c a b i n e t P i l t s e m b l a i t se d é s i n t é r e s s e r d e

l a c r é a n c e d e la

Compagnie

d e s I n d e s et d o n n a i t

toute

s o n a t t e n t i o n à l a q u e s t i o n d e s M a l o u i n e s . Il d é s i r a i t , effet,

s'assurer

de cet a r c h i p e l

et dès

le m o i s

t e m b r e 1765 u n e petite d i v i s i o n sous Mac Bride e n v o y é e p a r le

Comte

d'Egmont lord

de

en sep-

a v a i t été

d'Amirauté

pour

r e c o n n a î t r e ces p a r a g e s et é v e n t u e l l e m e n t o c c u p e r les îles ( i n s t r u c t i o n s c o m p l é t é e s e n m a r s 1 7 6 6 ) . E n d é c e m b r e 176G, il y avait é c h a n g e de c o r e s p o n d a n c e a u x Malouines entre B o u g a i n v i l l e et Mac B r i d e , ce d e r n i e r o b t e n a n t d e

visiter

Port-Louis comptant i3o habitants. Cependant inquiétudes

la

Cour

en présence

de

d'août 1766, elle

protestait.

omit

de

de

donner

Madrid

ressentait

de ces explorations

bons

Ce

n'est

conseils

de et a u

pas que

vives mois

Choiseul

à son camarade

et

c o m m e ce dernier manifestait l'intention d ' e n v o y e r à L o n dres

u n m é m o i r e détaillé sur cette q u e s t i o n des droits de

l ' E s p a g n e à la n a v i g a t i o n e x c l u s i v e d a n s l e s M e r s d u S u d , i l f a i s a i t t r a n s f o r m e r le m e m o r a n d u n e n n o t e v e r b a l e . « J'ai toujours cru, disait-il, qu'il fallait savoir bien positivement « le lieu de cet établissement (anglais) avant de s'en plaindre et s'il « est dans telle ou telle

position le détruire dans

son

commence-


-

144

-

« m e n t parce qu'il y a plus d'avantages à discuter s u r u n e posses« sion détruite q u e s u r u n e possession à

détruire.

Je vous avoue

« franchement q u e si rétablissement anglais est dans les îles Falk« land et, par conséquent, hors de la Mer d u Sud, j e ne vois pas que « l'article VIII d u traité d'Utrecht lui soit contraire à m o i n s q u ' o n n e « trouve qu'il y avait des Espagnols dans ces îles d u t e m p s de Char« les I I . . . »

En octobre eten novembre, des conférences s'ouvraient à

Londres

entre

Shelburne,

Masscrano

et

Guerchy.

L ' A n g l e t e r r e r é c l a m a i t la l i q u i d a t i o n d e l a d e t t e d e M a n i l l e tandis q u e l'Espagne demandait l'abandon de toute colonisation

aux

Falkland

ou Malouines.

f r a n ç a i s s u r l ' o r d r e d e sa c o u r p r o p o s a i t

L'ambassadeur de lier les d e u x

questions et d e c h o i s i r L o u i s X V p o u r arbitre. C e s s u g g e s tions é t a i e n t e n o u t r e t r a n s m i s e s p a r le d u c d e H e r t f o r d q u i , d e p a s s a g e à P a r i s , a v a i t été e n d o c t r i n é p a r C h o i s e u l . 1

Pitt

rejette

celte

solution

tô*ut

comme

les

Espagnols

a v a i e n t rejeté les p r o p o s i t i o n s f r a n ç a i s r e l a t i v e s à M a n i l l e ; il

l a i s s e t o u t e f o i s e n t e n d r e q u e la c o l o n i e

qu'il

des Malouines

ne n i e p o i n t exister, p o u r r a être a b a n d o n n é e

en revanche,

il

conteste

l'interprétation

mais,

espagnole de

l ' a r t i c l e V I I I d u t r a i t é d ' U t r e c h t : il l a i s s e e n t e n d r e q u e la reconnaissance dans

le

Choiseul mais

il

appuie

pourrait avec

de

de

navigation

compensation.

cette idée en

décembre

q u e C h a r l e s III et ses ministres

de lui battre

à soutenir

du droit servir

chaleur

peut constater

menacent tiédeur

à l'Angleterre

Pacifique

froid

leurs

et

lui reproche

intérêts. Soucieux

trop de

de ne pas

d o n n e r o m b r a g e à s e s a l l i é s , il d é c i d e e n j a n v i e r 17O7 d e 1. Le duc d'IIertford

avait

été remplacé

comme

ambassadeur

auprès de Louis X V par le d u c do Richmond (août 1 7 0 5 ) . Ce dernier d'ailleurs venait d'être remplacé par Lord llochford qui n o m m é en 1766 au poste de Paris, allait apporter à Versailles ses extravagances et son penchant anti-français, dès q u e la pénible liquidation de ses dettes à Madrid serait terminée.


145

se r e t i r e r d u d é b a t e t d e c e s s e r ses b o n s offices ; n é a n m o i n s il e n t e n d s u i v r e e n a m i et n o n p l u s e n a r b i t r e la d i s c u s s i o n hispano britannique. Celle-ci d'ailleurs s'apaise. Le p r i n c e de Masserano d é b u t de 1767

signifie au

Cabinet

j a m a i s sa

c o u r n ' a c q u i t t e r a la

justement

réclamée.

chargé

d'affaires

Rochford, avise

en

D'autre

Saint-James

rançon de Manille part,

attendant

son ministre

de

le

qu'il

de

Vismc,

successeur

si i n -

toujours de

n'y a n u l

au que

Lord

espoir

de

faire r e v e n i r les E s p a g n o l s s u r ce refus l e q u e l est d û n o n à une appréciation

d'opportunité mais à une

conviction

e n r a c i n é e en l ' e s p r i t d u roi c a t h o l i q u e . P a r s u i t e , r é d u i r e le m o n t a n t principe

de la c r é a n c e n e

même

resterait

s e r v i r a i t à r i e n p u i s q u e le

contesté. On

semble

donc

à

L o n d r e s p r ê t à a b a n d o n n e r le r e c o u v r e m e n t des m i l l i o n s de Manille

: l'éventualité

d'une

g u e r r e p o u r ce

mince

m o t i f est r é s o l u m e n t é c a r t é e . De

fait,

l e s i n s t r u c t i o n s d o n n é e s l e 26 j u i n

n o u v e l e n v o y é à Madrid, Sir James C r a y , ne qu'accessoirement l'ambassadeur

a

cette q u e s t i o n '. Dès o c t o b r e pu

se

rendre

1767 au

mentionnent suivant,

c o m p t e de l'inutilité de

t o u s l e s e f f o r t s e n c e s e n s e t il p r é f è r e t r a i t e r d u r è g l e m e n t d'un incident maritime à Cuba. Deux vaisseaux se v i r e n t r e f u s e r

avec

menaces l'entrée

du port

anglais de

La

H a v a n e ; en j u i n 1767, le c a b i n e t de Saint-James r é c l a m e la p u n i t i o n d u C a p i t a i n e G é n é r a l B u c a r e l i e t c e t t e a f f a i r e

1. Ces instructions portaient « insisterez fortement

dans leur

partie secrète : « 3° Vous

sur le droit indubitable de Nos sujets à l'ar-

« gent restant dû par la rançon de Manille... e l s i les ministres espa« gnols vous renouvellent les propositions

faites auparavant p o u r

« renvoyer le règlement de celle affaire à l'arbitrage

d'un

prince

« étranger, vous la rejetterez c o m m e contraire à Notre dignité et à « la justice de Notre cause... 13 octobre 17G7.

» Sir James Gray arriva à Madrid

le


146

- -

Occupa l ' a c t i v i t é d e s c h a n c e l l e r i e s j u s q u ' e n a u t o m n e p o u r se

terminer

par u n v a g u e

c o m p r o m i s . En

1768 outre,

les p r é p a r a t i f s e n v u e d ' u n e triple e n t e n t e f r a n c o - h i s p a n o p o r t u g a i s e destinée à o b t e n i r la dissolution de l'ordre des j é s u i t e s e n C o u r d e R o m e et a u s s i à é t a b l i r é v e n t u e l l e m e n t un

statut

colonial

définitif,

absorbèrent l'attention

des

dirigeants de Grande-Rretagne. Le r e m p l a c e m e n t

de

Lord Shelburnc par

le

Vicomte

W e y m o u t h e n o c t o b r e 1 7 6 8 n e fit p o i n t r e v i v r e la tion de Manille : Sir J a m e s G r a y tenait

pour

ques-

inutile

les

p l e i n s p o u v o i r s q u i l u i a v a i e n t été d o n n é s à c e s u j e t

(17

j u i l l e t 1 7 6 8 ) e t s o n a m b i t i o n se b o r n a i t à l a c o n c l u s i o n d ' u n c a r t e l p o u r l ' é c h a n g e les e s c l a v e s fugitifs e n t r e p o s s e s s i o n s a n g l a i s e s et h i s p a n i q u e s d e s A n t i l l e s . ( U n s e m b l a b l e cartel h i s p a n o - d a n o i s venait d'être

conclu pour Porto

Rico et

les I n d e s O c c i d e n t a l e s Danoises^. Le r a p p e l de l ' a m b a s s a deur

et l ' a p p o i n t c m e n t

du secrétaire de légation, James

H a r r i s , c o m m e c h a r g é d ' a f f a i r e s ( j u i n 1 7 6 9 ) , la n o m i n a t i o n de l'ancien Salazar,

a u d i t e u r de Manille, D o n S i m o n de A n d a

comme

Capitaine

Général

des

y

Philippines

(avril 1769) ne p r o v o q u è r e n t a u c u n rappel de l'affaire des millions de Manille. Celle-ci, après 1767, était bien d é f i n i t i v e m e n t écartée d u d o m a i n e d i p l o m a t i q u e . La résistance tenace des ministres espagnols,

contrairement

aux

prévisions

était c o u r o n n é e de s u c c è s et la C o m p a g n i e Indes d u t en définitive

passer

en compensation

d a n s les

Malouines

de facto

de l'Est.

Choiseul,

anglaise

par pertes son

des P h i l i p p i n e s . Toutefois le g o u v e r n e m e n t avait

de

Par

créé

un

des

expédition britannique

établissement

c o n t r e , les

ministres

français avaient échoué dans leurs tentatives p o u r obtenir des avantages c o l o n i a u x

a u x dépens de l ' E s p a g n e , q u e ce

fut l ' a c q u i s i t i o n des M a l o u i n e s o u des P h i l i p p i n e s , q u e ce


— 147— fut la c e s s i o n d ' u n e île o u d ' u n e e n c l a v e c o n t i n e n t a l e s u r les

côtes

de

Daricn

(projet de

compensation

pour

l i v r a i s o n d e l a L o u i s i a n e , c o n ç u à l a fin d e 176/i e t d o n n é p r e s q u ' a u s s i t ô t ) , q u e ce fut enfin l'octroi a u x m e r ç a n t s f r a n ç a i s d e p r i v i l è g e s p o u r le trafic a v e c rique

M é r i d i o n a l e o u la

navigation

dans

la

abancom-

l'Amé-

les Mers

du

SudL

La

première

phase d u d é v e l o p p e m e n t de cette

de Manille m a r q u a part

de

certains

flattaient

affaire

l a fin d ' u n e p é r i o d e d ' i l l u s i o n hommes

de neutraliser

d'état

britanniques,

ou détruire

l'effet

du

de la

qui

se

Pacte

de

Famille. Lord Rochford, l'ardent ambassadeur à Madrid, comptait

parmi

l'alliance

franco-hispanique.

tique

à

ces

ce sujet q u e

hommes ses

qui

espéraient

Rien n'est p l u s

premières dépêches

d ' E s p a g n e e n 176/i, d é p ê c h e s o ù i l r é v è l e D'ailleurs

les

apparences

donnaient

quelque

et p o s s i b i l i t é de r é a l i s a t i o n a u p l a n

maldi,

nouveau

sa b o n n e

entente

avec

expédiées

ses a m b i t i o n s .

blance

ministre

rompre

caractéris-

vraisem-

conçu.

Gri-

d é s i g n é p a r C h a r l e s 111

Choiseul

durant

son

pour

ambassade

d e P a r i s , n e p o u v a i t m a n q u e r d e se s e n t i r a u d é b u t f o r t isolé à Madrid. D'Ossun qui craignait p o u r son crédit lui était défavorable

tandis q u e

les a u t r e s

taient u n e s e m b l a b l e a t t i t u d e , les u n s par souci

de

ministres comme

adop-

Squillacc

s a u v e g a r d e r l e u r i n f l u e n c e , les autres

1. On peut signaler les

par

infructueuses démarches faites par Beau-

marchais (lequel était soutenu par Choiseul) en vue d'établir

avec

l'aide d'une C o m p a g n i e de C o m m e r c e française u n nouvel Assicnto des nègres aux Antilles ( a u t o m n e 1 7 6 4 — printemps 17G5). E n m ê m e t e m p s échouait u n projet de Daubarct p o u r la création d ' u n e C o m pagnie française de Louisiane destinée à exploiter cette colonie sous le contrôle et la souveraineté de l'Espagne.


148

esprit de n a t i o n a l i s m e e s p a g n o l contre u n étranger réputé d é v o u é à la F r a n c e . T e l l e était Grimaldi

la

mais

situation

au l e n d e m a i n de

celui-ci

par

i t a l i e n n e s la c h a n g e a à

son

sa

finesse

et

l'arrivée de son

habileté

profit. C'est ainsi q u e

Wall

q u i , t o u t e n se r e t i r a n t , n ' é t a i t p a s e n d i s g r â c e (il r e c e v a i t e n 1 7 6 4 le g r a n d c o r d o n d e S a i n t - J a n v i e r )

faisait passer

au service du

et c o l l a b o r a -

nouveau

ministre

ses

amis

teurs, n o t a m m e n t son premier c o m m i s Llano. sut rassurer

d'Ossun

Grimaldi

bien qu'il entretint une correspon-

d a n c e d i r e c t e a v e c C h o i s e u l et, tandis

qu'il

affermissait

s o n i n f l u e n c e s u r lé r o i , il r a m e n a i t à l u i le m i n i s t r e des F i n a n c e s et des G u e r r e s S q u i l l a c e , le p r é s i d e n t d u

Conseil

d e s I n d e s , À r r i a g a . A i n s i se r e f o r m a i t l ' u n i t é d e l a p o l i tique

espagnole.

D ' a u t r e p a r t , H o c h f o r d m a n q u a i t de la s o u p l e s s e et de l'habilité nécessaires pour parvenir à exercer celle emprise q u ' i l s o u h a i t a i t o b t e n i r s u r le s o u v e r a i n d'Etat.

Il m é c o n n a i s s a i t

fois p e u

anglophile

et

et les

secrétaires

le c a r a c t è r e d e C h a r l e s I I I à l a défiant

envers

toute

ingérence

é t r a n g è r e . D e m ô m e , il a t t a c h a i t t r o p d ' i m p o r t a n c e à d e s jalousies de métier. Sans

d o u t e S q u i l l a c e j a m a i s n e fut

partisan c h a l e u r e u x d u Pacte de Famille

ou ami dévoué

de G r i m a l d i mais m o i n s e n c o r e était-il a c q u i s a u x intérêts b r i t a n n i q u e s et l ' a m b a s s a d e u r d e G e o r g e s n a i t s u r la p o r t é e de l ' a c c u e i l q u ' i l

m e n t des F i n a n c e s ; en fait, il r e c e v a i t de Squillace q u e

de G r i m a l d i .

I I I se m é p r e -

recevait au moins

Ne t r o u v a i t - i l

Déparlede

faveur

p a s d a n s le

secrétaire d'Etal u n g r a n d esprit de conciliation lors des incidents

de

Squillace une

Campechc vive

et

ne

opposition

trouvait-il à

p a y e r les

point

chez

millions

de

M a n i l l e ? Q u a n t à ses r a p p o r t s a v e c la g r a n d e s s c e t l ' e n t o u r a g e r o y a l , il subissait p l u s de d é b o i r e s q u e de

salisfac-


— tions et

149

son plan d'attirer

à

— lui

les c o n f i d e n t s

intimes

d u roi, n o t a m m e n t le duc de L o s a d a , avait c o m p l è t e m e n t échoué. Quant

à l'influence

gues du

corps

qu'il

c r o y a i t a v o i r s u r ses c o l l è -

d i p l o m a t i q u e , elle ne

répondait guère à

ses a m b i t i e u s e s visées. L e n o b l e l o r d ne d i s p o s a i t satellite q u e d u m i n i s t r e de P o r t u g a l et d u

comme

représentant

d e S a r d a i g n e , le C o m t e d e R o u b i o n , p e r s o n n a g e p a s s i f et i n d i s c r e t , q u ' i l a v a i t c o n n u a u p a r a v a n t e t d o n t i l se s e r vait c o m m e

informateur.

disposait

diplomatie

la

Tels

étaient les ressorts

anglaise

en

dont

face de la p o s i t i o n

r e d o u t a b l e d e d ' O s s u n , a m b a s s a d e u r d e f a m i l l e et a m i d u roi, de d'Ossun q u i attirait à lui l ' a m b a s s a d e u r de Naples, celui d ' A u t r i c h e , etc., de d'Ossun q u i était d o u b l é en fait p a r les a g e n t s de la p o l i t i q u e de C h o i s e u l , l ' a b b é B e l i a r d i p o u r les affaires c o m m e r c i a l e s , l ' i n g é n i e u r G a u t h i e r p o u r les c o n s t r u c t i o n s m a r i t i m e s , le D u c

de Crillon p o u r

les

q u e s t i o n s m i l i t a i r e s , e t c . *. Rochford

ne

pouvait

que

déplorer

la F r a n c e à M a d r i d m a i s q u e p o u v a i t - i l

l'ascendant contre

les

t i o n s i n t i m e s e n t r e C h a r l e s III e t d ' O s s u n , c o n t r e

de rela-

l'amitié

q u i liait G r i m a l d i à C h o i s e u l , c o n t r e les r a p p o r t s d y n a s t i q u e s q u i u n i s s a i e n t l e s d e u x c o u r s et d é t e r m i n a i e n t u n e d i p l o m a t i e d e f a m i l l e . II r e g r e t t a i t a u s s i l ' a c t i o n d e G r i m a l d i s u r l e g o u v e r n e m e n t et se l i v r a i t à m i l l e

combinai-

s o n s s u r le p a p i e r p o u r a m e n e r des c h a n g e m e n t s tériels.

Il o u b l i a i t

de

tenir compte d'un

d u caractère de C h a r l e s III : u n e r é p u g n a n c e à modifier

son

entourage

p l u s , s'il e n t e n d a i t n e p a s 1. L'Angleterre ne se faisait

immédiat. être point

soumis

Ce

minis-

trait essentiel invincible

souverain,

de

aux volontés

du

faute d'envoyer

de

temps

t e m p s des agents secrets pour visiter la péninsule ; m a i s la

en

France

faisait de m ô m e en dépit de ses multiples informateurs officiels.


15o

C a b i n e t d e V e r s a i l l e s , e n t e n d a i t a u s s i ê t r e le s e u l à t r a c e r les limites d ' a p p l i c a t i o n d u P a c t e de F a m i l l e . Avec

l'année

politique e n

176G

tout e s p o i r d e r e s t a u r e r le s y s t è m e

vigueur

sous F e r d i n a n d

V I est

perdu.

Le

p a r t i a n g l o p h i l e e s t b i e n m o r t e t le p a r t i q u i p a s s e p o u r anti-français

est u n

parti

nationaliste

espagnol.

influence britannique ne peut s'exercer dans

Toute

le r o y a u n e

p é n i n s u l a i r e d e p u i s la c o n c l u s i o n d u P a c t e de F a m i l l e et L o r d Rochford, quittant son ambassade en 1767, pouvait se c o n s o l e r e n

pensant

que

ses

seraient aussi peu h e u r e u x que

successeurs

immédiats

lui à r a m e n e r

l'Espagne

d a n s la s p h è r e d ' a c t i o n b r i t a n n i q u e . L a p r i n c i p a l e q u e s t i o n q u i se p o s a i t d a n s l e s r e l a t i o n s hispano-anglaises

était

de

savoir

si

cette

monarchie

d é e l a n c h e r a i t la g u e r r e de r e v a n c h e o u s u i v r a i t s e u l e m e n t la F r a n c e d a n s c e t t e v o i e : i l y a v a i t d o n c l i e u d e avec un redoublement

suivre

d ' a t t e n t i o n les m o i n d r e s p r é p a r a -

tifs m i l i t a i r e s et n a v a l s , les s y m p t ô m e s de r é o r g a n i s a t i o n coloniale. Rochford ne faillissait point à celle lâche

mais

il était c o n v a i n c u q u e les d é c l a r a t i o n s p a c i f i q u e s d e G r i m a l d i s o n n a i e n t f a u x et q u e le g o u v e r n e m e n t m a d r i l è n e était l ' i n s t r u m e n t docile d u C a b i n e t de Versailles, lequel p o u s s a i t à la g u e r r e

son

allié

du

Sud.

Imbu

de

celle

i d é e , il a i m a i t à a t t r i b u e r l ' é c h e c de ses c o m b i n a i s o n s a u x i n t r i g u e s de C h o i s e u l et d ' O s s u n a i n s i q u ' à

l'avilissement

des E s p a g n o l s . L ' a m b a s s a d e u r , p a r s o n e s p r i t t u r b u l e n t et ses o p i n i o n s i n t r a n s i g e a n t e s , était loin d'être

un

c o n c i l i a t e u r et s o u -

v e n t d a n s ses n o t e s officielles adressées à G r i m a l d i , il d é passait fort les i n t e n t i o n s d e ses m i n i s t r e s . P o u r t a n t u n p o i n t , il s u t r a s s u r e r s o n g o u v e r n e m e n t e n

sur

dissipant

l'épouvantail d ' u n e fusion en u n e triple alliance des ententes f r a n c o - e s p a g n o l e et f r a n c o - a u t r i c h i e n n e .

Cette c o m b i -


151

n a i s o n , d o n t o n f a i s a i t q u e l q u e m y s t è r e e n 176/i, n ' é t a i t p a s c h i m é r i q u e étant d o n n é l'intérêt du Cabinet de à s'entendre avec

l'Empereur

en vue

d'un

l'Escurial

partage

de

l ' I t a l i e . E n f a i t , le r e p r é s e n t a n t i m p é r i a l p r è s d e C h a r l e s I I I , le C o m t e de R o s e m b e r g ,

parla plus alliance

m o n i a l e q u ' a l l i a n c e p o l i t i q u e et l e s a l a r m e s

matri-

britanniques

r e s t è r e n t v a i n e s . T o u t e f o i s l ' A n g l e t e r r e a v a i t d a n s sa p o l i tique espagnole subis un

double

échec : l'un secret

n ' a y a n t p u r o m p r e le P a c t e de F a m i l l e , en n'ayant

pu obtenir

le p a i e m e n t

l'autre

en

ostensible

de cette r a n ç o n

de

M a n i l l e q u ' e l l e a v a i t si i m p é r i e u s e m e n t r é c l a m é e e n 176/i e t q u e l a F r a n c e e u t si v o l o n t i e r s p a y é e à l a p l a c e d e l ' E s pagne pour prix d'une colonie nouvelle.


152

La Politique Coloniale de 1 7 6 6 à 1 7 7 0 . La Louisiane. Le

gouvernement

de L o n d r e s

dans

les affaires

exté-

r i e u r e s et s u r t o u t c o l o n i a l e s s e m b l a i t s ' i n g é n i e r à s o u i l l e r sur

un

feu

incidents

pour

locaux

question

l'éteindre

ensuite.

Il tirait

o u des c a u s e s de litige,

parti

que

des îles T u r q u e s , celle des m i l l i o n s de Manille

ou des écluses de D u n k c r q u e ; puis après a v o i r il

des

c e f u t la

s'apaisait

attitude

soudainement.

devait

résider

ministères successifs v o i r , d a n s le j e u

à la

cause

fois en

menacé,

de cette

étrange

l'hétérogénéité

des

q u i d e 1 7 6 3 à 1 7 7 0 p r i r e n t le p o u -

de l'opposition

les difficultés d ' o r i g i n e l'administration

La

parlementaire

et d a n s

i n t é r i e u r e a u x q u e l l e s se

heurtait

britannique.

La disparition

de

Lord

Bute

jamais marqué l'avéncmenl

en 1763

avait plus

de ces cabinets

d o n t le c h e f était s a n s p r e s t i g e

suffisant

que

de coalition

pour

imposer

u n e p o l i t i q u e u n i q u o , c a b i n e t faible car au P a r l e m e n t il y

avait plutôt

fondés

sur

des factions

des

principes.

aisément s'agrégeant de d'autant

plus

quelques

tenace

alliés

tous

personnelles

que

L'opposition

se

des partis renouvelait

nouveaux éléments,

qu'elle avait frappés

pour

opposition

noyau

par l'exclusive

Pitt

et

royale.

Or

P i l t e t ses c o a l i s é s t é m o i g n a i e n t , p a r c o n v i c t i o n o u

par

tactique, d'un esprit b e l l i q u e u x , d'un désir a v o u é de lirer d e la p a i x d e P a r i s le m a x i m u m d ' a v a n t a g e s ; se t r o u v a n t d a n s l ' o p p o s i t i o n , ils a v a i e n t les g o u v e r n a n t s contre

la

mieux

faire

et de

France

ou

pression

la l â c h e f a c i l e d e

critiquer

r é c l a m e r à g r a n d s cris la l'Espagne sur

et p o u v a i e n t

les m e m b r e s

du

guerre d'autant

cabinet

que


— ceux-ci

étaient j a l o u x

153

les u n s des

autres

et

incapables

d'affirmer leur unité de v u e s . L ' o p p o s i t i o n a v a i t u n j e u aisé e n r e l e v a n t les fautes d u gouvernement

sur

tous les d o m a i n e s .

s'exerçait souvent de

L'administration

façon tyrannique

sous

l'action

de

G e o r g e s III i m b u des d r o i t s d e la p r é r o g a t i v e et, d ' a u t r e p a r t , e l l e se h e u r t a i t à d e s d i f f i c u l t é s

financières

et c o m -

m e r c i a l e s telles qu'elle p o u v a i t sans trop de b l â m e r e c o u rir à des mesures extraordinaires, par suite i m p o p u l a i r e s . S a n s d o u t e , la n o i r e p é r i o d e d e l i q u i d a t i o n d e l a a v a i t p u ê t r e s u r m o n t é e e n 176/1 s a n s q u e l e s

guerre

nombreux

krachs du continent trouvassent leur

é q u i v a l e n t clans l a

Cily m a i s

n'en

les

affaires

commerciales

avaient

pas

m o i n s été r e s s e r r é e s , les faillites n o m b r e u s e s et les f o n d s p u b l i c s a v a i e n t p a r l e u r d é p r e s s i o n a c c u s é la d i m i n u t i o n d e c o n f i a n c e d a n s le p u b l i c . L e c o u r s des o p é r a t i o n s p r i vées a v a i t p u r e p r e n d r e v e r s 1 7 6 5 m a i s d e p u i s la p a i x les p r i x n ' a v a i e n t n u l l e m e n t baissé s a u f en ce q u i

concernait

certains articles d'usage peu r é p a n d u . E n 1766, il devait y a v o i r discite de blé en A n g l e t e r r e ! D e telles

conditions

économiques

n'étaient pas

favo-

rables à l'établissement des lourds i m p ô t s nécessaires au rétablissement flottantes, que

le

du

budget,

à

à la c o n s o l i d a t i o n

budget

de

1765

la

était

dépenses de g u e r r e ( n o t a m m e n t sterling pour

les s u b s i d e s

liquidation

des e m p r u n t s . encore

des

dettes

C'est ainsi

alourdi

par

des

par u n million de livres

a l l e m a n d s ) , p a r le

règlement

d e s a n n u i t é s d e la m a r i n e (trois m i l l i o n s c l d e m i ) et d e s bills de

l ' E c h i q u i e r (1.800.000

d'Angleterre

livres).

Href

se m o n t a i e n t a l o r s e n s e r v i c e s

les

dettes

budgétaires

à plus de d i x m i l l i o n s de livres sterling.

L'assainissement

des

avait

finances

suivi par

les

publiques,

lâche

ingrate,

été

divers chanceliers de l ' E c h i q u i e r

pour-

mais

il


154

e n t r a î n a i t , o u t r e le r e c o u r s

à l'inflation monétaire

plus

o u m o i n s d é g u i s é e , la m u l t i p l i c i t é d e s taxes et le r e l è v e ment

des impôts.

étaient de

Or

plus en

ces m e s u r e s

plus

mal

d'excessive

accueillies

à

fiscalité

mesure

que

s ' a t t é n u a i t l ' e x c i t a t i o n p a t r i o t i q u e de la g u e r r e . A u s s i les ministres du Trésor britanniques

avaient songé

à

faire

p a r t i c i p e r les p o p u l a t i o n s c o l o n i a l e s a u f a r d e a u de la dette m é t r o p o l i t a i n e et d e l ' i m p ô t , ce q u i d a n s les r i c h e s p o s s e s s i o n s d ' A m é r i q u e d é j à e n d e t t é e s p a r la g u e r r e ,

provo-

quait u n vif m é c o n t e n t e m e n t . C'était

surtout

en

Nouvelle

Angleterre

et

dans

les

c o l o n i e s v o i s i n e s q u e se f a i s a i t j o u r c e t t e i r r i t a t i o n c o n t r e le g o u v e r n e m e n t

d e la

mèrc-palrie.

L ' é c r a s e m e n t d e la

p u i s s a n c e f r a n ç a i s e e t m ô m e e s p a g n o l e d a n s le N o u v e a u Monde encourageait

les idées

d'émancipation en

s a n t s i n g u l i è r e m e n t les a v a n t a g e s litaine

et

celle-ci,

désagréable

façon.

à

ce

Tout

moment, d'abord,

rédui-

d e la tutelle m é t r o p o sentir

de

il y avait c o m m e

se

faisait

en

Angleterre c e r e t o u r o f f e n s i f d u p o u v o i r

royal,

caracté-

risé p a r les tentatives de g o u v e r n e u r s e n v u e d e r e s t a u r e r ou d'étendre leurs prérogatives

executives.

E n o u t r e , la

m i s e e n v i g u e u r d e la n o u v e l l e p o l i t i q u e c o l o n i a l e c o n ç u e par les dirigeants de

Londres choquait

ricains. Ceux-ci avaient espéré et c o n s i d é r a b l e

des

les c o l o n s

tirer u n

acquisitions

profit

amé-

immédiat

territoriales

effectuées

a u x d é p e n s d e la F r a n c e e n t r e les A l l e g h a n y s e t le M i s s i s s i p i ( n o t a m m e n t a u t o u r d e s G r a n d s L a c s ) . O r la G r a n d e B r e t a g n e e n t e n d a i t se r é s e r v e r l ' a d m i n i s t r a t i o n de ce d o m a i n e . 1763 avaient

exclusive

P a r la p r o c l a m a t i o n r o y a l e d u 7 o c t o b r e

été

c r é é e s s u r le N o u v e a u C o n t i n e n t

provinces : celle de Québec e n g l o b a n t

les d e u x

trois

rives du

Saint Laurent j u s q u ' a u x G r a n d s L a c s — celles de

Floride

Occidentale d u Mississipi

Floride

à l'Appalachicola,

de


155

Orientale entre l'Appalachicola et l'Atlantique toutes deux limitées au 3 i

c

degré de latitude. Le reste des acquisi-

tions anglaises c'est-à-dire toute la Louisiane Orientale, était soustrait à toute colonisation spontanée et interdiction était faite aux colonies littorales de dépasser la Chaîne des Allcghanys. Cette mesure lésait directement la Virginie, le Connecticut et le New-York qui prétendaient avoir créé des établissements, véritables souscolonies, dans la vallée de l'Ohio et sur le versant Ouest de3 Allcghanys. Celte mesure portait plus encore atteinte aux intentions secrètes de nombreux colons qui envisageaient dans celte extension territoriale l'occasion de fructueuses

spéculations

sur les le ires

enlevées aux

Indiens. La décision prise était d'autant plus impopulaire que ces colons constataient que ces terres leur étaient soustraites moins dans le but ostensible de protéger les Indiens contre leur rapacité que dans l'intention de procurer aux personnes bien en cour de lucratives opérations commerciales. Par ailleurs, la proclamation réglait le régime administratif de la province de Québec et, ce faisant, supprimait les garanties promises aux Canadiens français et catholiques, soumettant entièrement ces derniers à l'élément anglo-saxon et prolestant. Celle proclamation qui fut, tout autant que la politique fiscale, à la base du soulèvement américain, était l'œuvre du Board

of Trade.

Lord Shelburne, président de ce

corps, l'avait conçue en ses grandes lignes mais, démissionnaire en octobre

1 7 6 3 , il avait été remplacé par

Lord Hillsborough qui déforma ou aggrava les dispositions de ce texte. On avait promis la garantie de possession aux Indiens, des donations agricoles aux vétérans de la guerre et en réalité sous ces prétextes, on assurait à des lords ou à


— d'influents

bourgeois

Bourse ! Après

la

156

d e s p r é b e n d e s o u des profits

fin

de la guerre

indienne

de

et d e la

« C o n s p i r a t i o n d e P o n t i a c », d e s c o m p a g n i e s d e c o l o n i sation p o u r l ' O h i o et le Mississipi se f o n d è r e n t d e 1 7 6 7 à 177/1 m a i s

e l l e s se r é v é l è r e n t c o m m e

des combinaisons

d ' o r d r e s p é c u l a t i f , q u e c e f u t l a Walpolc Vandalia

Company, e t c . Q u a n d

Company

o u l'Ohio Company,

ou Pittsylvania

avec

['Indiana

l e Quebec Act d e 1 7 7 4 é t e n d i t l e s

l i m i t e s d e la p r o v i n c e c a n a d i e n n e j u s q u ' à l ' O h i o

et a u x

L a c s d e l'Ouest, rien e n c o r e n ' a v a i t été a c c o m p l i a u p o i n t d e v u e c o l o n i s a t i o n r a t i o n n e l l e . S u r le Golfe d u M e x i q u e , il e n était d e m ê m e c l l'extension

vers

l'hinlcrland (du

3 i " a u 3 2 ° /|o' d e l a t i t u d e ) d e la F l o r i d e O c c i d e n t a l e n e f u t en 1 7 6 7 q u ' u n e m e s u r e a d m i n i s t r a t i v e d é p o u r v u e d'effets é c o n o m i q u e s sensibles. D'autre part, o n avait p r o m i s d'instaurer commercial

qui donnât

colonies : en

libre

essor

u n système

aux provinces

f a i t , le p r o t e c t i o n n i s m e

agraire

d a n s la m è r e - p a t r i e , les p r i v i l è g e s m é t r o p o l i t a i n s raient

intacts

et o n laissait

le c o n l l i t

et

subsistait demeu-

entre colonies à

f o u r r u r e s e t c o l o n i e s à s u c r e s ' é t e r n i s e r et s ' e n v e n i m e r . L'irritation q u i n a i s s a i t e n c h a c u n e d e s p o s s e s s i o n s c o n tinentales

d'Amérique ne pouvait

q u e se f o n d r e p e u à

peu e n u n m o u v e m e n t d'hostilité contre le g o u v e r n e m e n t métropolitain.

Même

toulc tentative de diversion

r i e u r e était s u s c e p t i b l e d e faire l o n g f e u , s u r t o u t les p o p u l a t i o n s d e N o u v e l l e

Angleterre q u e ne menaçait

pins a u c u n e puissance étrangère. A u x Antilles ou dans d'une

les e n c l a v e s de l ' A m é r i q u e

agression

ressenti mais

des monarchies même

extéparmi

bourbon

u n e reprise

seulement

C e n t r a l e , le d a n g e r pouvait

d'hostilité

être

n'élail

point désirée. Ainsi

s'explique

en

partie

la

passivité

relative

du


157

Cabinet de Saint-James au cours des incidents coloniaux survenus de 1 7 6 3 à 1 7 6 6 . Le parti de la guerre, concentré au Parlement était sans action au dehors ; il n'avait point l'oreille des masses en Angleterre, moins encore aux colonies. Les ministres, même les plus belliqueux d'entre eux, se rendaient compte des difficultés de renouveler la guerre

1

et ils s'efforçaient de désarmer adroite-

ment par des démonstrations de pure apparence cetle opposition dont Pitt était le coryphée. Ne savaient-ils pas que les préoccupations de la nation étaient surtout économiques et n'avaient d'égal

que leur propre

souci

d'équilibrer un budget par d'autres moyens que des jeux d'écritures ou des emprunts déguisés ? Dans le royaume britannique,

l'économie publique

autant que privée

n'avait pas encore reconquis sa stabilité et ce fait était un gage de paix, obligeant le vainqueur à ne pas tirer de sa victoire un prix excessif. C'est pourquoi l'Espagne put esquiver le règlement de la rançon de Manille et la France

la destruction

l'opposition

de Dunkerque en

désarmant

de Westminster par des concessions appa-

rentes et de laborieuses négociations. * * * La France d'ailleurs n'était pas sans souffrir d'embarras nombreux ce qui obligeait Choiseul à pratiquer autant par principe que par nécessité une politique de prudence en matière marilime, mais la France n'était-elle pas sortie en vaincue de la lutte. Toutefois la Cour de Versailles observait une semblable alliludc de réserve dans les affaires 1.

M ê m e Pill durant son éphémère ministère de 1 7 6 G - 6 7 se m o n -

tra beaucoup m o i n s violent au pouvoir que dans l'opposition

el sa

politique extérieure fut identique à celle de ses prédécesseurs ou successeurs.


158

continentales

dans

le b u t

maintenir

paix

sur

la

de

réaliser l'équilibre

le c o n t i n e n t

grâce

à

et

de

l'alliance

a u t r i c h i e n n e , sur m e r g r â c e à l'alliance espagnole. A cet é g a r d , e l l e se t r o u v a i t n e t t e m e n t e n sur l'Angleterre

qui

au lendemain

état de

de supériorité

la

paix

de

1763

était p r a t i q u e m e n t isolée : la Prusse étant d é g o û t é e de la vainc alliance britannique

e t le P o r t u g a l é t a n t u n f a c t e u r

m é d i o c r e d a n s l a b a l a n c e d e s p u i s s a n c e s (et m ô m e la

dictature de P o m b a l cette a l l i a n c e

sous

anglo-portugaise

n'était pas sans n u a g e s ) . O u t r e cette situation d i p l o m a t i q u e tout

à

son

profit,

le

ministre de

Louis

XV

é t a b l i r la p a i x g é n é r a l e s u r des bases sûres

comptait

grâce

à

un

e s p r i t de m o d é r a t i o n et de c o n c i l i a t i o n . C'est a i n s i q u ' i l m e n a i t a v e c d i s c r é t i o n et m é n a g e m e n t

sa p o l i t i q u e i n t é -

r i e u r e d ' a r m e m e n t s e t sa p o l i t i q u e e x t é r i e u r e ,

notamment

à p r o p o s de l ' a c q u i s i t i o n d e la C o r s e o u de la c o n c l u s i o n d'une

étroite

Ainsi

la

alliance

France

d'opérations

à

avec

la Porte

travaillerait réaliser

par

sur de

la

Russie.

multiples

contre

théâtres

u n cours insensible de cir-

constances des acquisitions territoriales o u u n e extension d'influence

sans provoquer

Saint-Pétersbourg

en

l ' i n q u i é t u d e de la

Orient

ou

du

Cabinet

C o u r de de

Saint-

J a m e s d a n s les c o l o n i e s o u en M é d i t e r r a n é e . C e n'est pas d ' a i l l e u r s sans difficultés q u ' à p r o p o s d e la Corse,

Choiseul

franco-génoise çais

dans

l'île

d'acquisition.

réussit

pour (/|

à

substituer

l'envoi

d'un

septembre

à

la

convention

corps auxiliaire

176/1)

une

C e t t e d e r n i è r e o b t e n u e le i 5 m a i 1 7 6 8 p a r

u n e a c t i o n l e n t e s u r l e D o g e e t les C o n s e i l s d e l a blique,

était

c o n ç u e de

manière

c o m m e un nantissement d'avances p r o t e s t a et la G r a n d e - R r c t a g n e Shelburne

fran-

convention

dénonça

cet

financières.

Le Piémont

plus encore. Le

accord

Répu-

à p r é s e n t e r la c e s s i o n

comme

une

ministre menace


159

dirigée contre Gibraltar et Minorque mais ses collègues refusèrent de le suivre sur le terrain d'une rupture avec la France. Peut-être Shclburne lui-même tenait-il plus à donner satisfaction aux partis d'opposition dirigés par Pitt en paroles qu'en actions. De même lorsqu'en l'été de 1 7 ( 1 9 , les troupes françaises vinrent définitivement à bout des résistances corses, les Lords Weymouth et Rochford tinrent à élever la voix pour protester contre l'extension de puissance de la Cour de Versailles en Méditerranée Occidentale mais dès l'hiver suivant l'incident s'estompait dans les brumes de la diplomatie générale et ne devait plus reparaître, grâce au système de ménagements pratiqués par Choiseul envers le gouvernement de Londres A la base de cette politique de prudence se trouvait le souci de ne point compromettre l'œuvre de réorganisation nécessaire après les défaites de la Guerre de Sept Ans. Or celte œuvre devait durer de longues années moins par suite de l'affaiblissement des forces militaires de la monarchie que par la détresse périodique des finances. Assurément Choiseul, grâce départements, grâce

à son cumul de divers

à l'unité de son administration,

parvenait à réaliser le renforcement de l'armée, le relèvement de la marine, à obtenir un meilleur rendement de ces organes à un moindre coût mais il n'en apercevait pas moins avec netteté l'impossibilité chaque année de risquer une guerre de revanche par l'absence de tout trésor de guerre qui permit de faire face des années d u r a n t aux dépenses extraordinaires car Choiseul n'igno1. Ces m é n a g e m e n t s

officiels

n'excluaient

pas les

minutieuses

investigations sur les forces militaires en l'état d'esprit de l ' A n g l e terre et de ses colonies, témoin ces missions ( n o t a m m e n t celle d e K a l b en 1 7 6 7 6 8 ) .

secrètes en A m é r i q u e


160

rail pas que contre l'Angleterre ce serait une nouvelle guerre d'usure. Or le budget ordinaire, la liquidation des dettes de guerre offraient un tableau peu satisfaisant en dépit du contrôle exercé par le tout-puissant ministre sur le contrôleur-général, en dépit des efforts fails pour ramener la prospérité dans le royaume, pour stimuler toutes les branches de l'activité nationale. Les tentatives d'expansion coloniale avaient été couronnées d'un

médiocre succès. Si les colonies laissées

par l'Angleterre avaient pu être remises en valeur, ce n'était

qu'un

maigre

appoint ;

ni

Saint-Domingue

épargnée pendant la guerre, ni la Louisiane conservée provisoirement à la France par suite de l'indifférence espagnole, ne constituaient des sources de revenus . Il y 1

avait d'ailleurs une étrange erreur à ne point vouloir recouvrer la Nouvelle Orléans et son hinterland car en présence du refus tacite de la Cour de Madrid à occuper celte province, n'y avait-il pas intérêt à tenter une énergique exploitation de la vallée du Mississipi et la transformation de la Nouvelle Orléans en grande place de commerce. Etant donné le noyau de population blanche installée dans la région, c'eut été une entreprise plus profitable ou au moins plus logique que les expériences malheureuses en Guyane ou à Madagascar. Choiseul d'ailleurs ne s'était point découragé après ces échecs puisqu'il avait cru à deux reprises trouver de nouveaux centres de colonisation : d'abord aux Malouines après l'expédition de Bougainville mais le gouvernement espagnol dès 1766 avait opposé un ferme veto et obtenu 1.

La Louisiane du reste n'était plus à charge de la France, celle-

ci ne déversait plus des millions de livres dans u n e future colonie espagnole ; par contre, les exportations d'indigo,

de

sucre, etc.

se

faisaient toujours à destination de Bordeaux et autres ports français.


161

au nom du Pacte de Famille gain de cause — puis aux Philippines que l'Espagne lors de l'affaire des millions de Manille semblait tenir en piètre estime ; là encore dès les premières ouvertures précises du Marquis d'Ossun à Grimaldi en vue de l'achat de l'archipel, ce dédain tout apparent pour ces îles s'était mué en une tendre sollicitude et la monarchie de Louis XV, ou plutôt Choiseul, avait dû renoncera cette acquisition. En outre, la politique française en Espagne n'était pas exempte de déboires tant politiques qu'économiques. La docilité des dirigeants hispaniques à suivre l'impulsion donnée par l'allié du Nord était loin d'être complète et si Choiseul s'était flatté d'instituer par le Pacte de 1 7 6 1 un régime de protectorat, il se fut fort trompé car Charles III, ses ministres et la nation acceptaient à des degrés divers d'être des collaborateurs pour la France mais se refusaient unanimement à être traités en auxiliaires. L'indépendance de la monarchie péninsulaire se maintenait absolue et les privilèges qui pouvaient être accordés à la Cour de France l'étaient à litre exceptionnel et familial comme les avantages concédés aux sujets français l'étaient à litre de faveur et non de droit. Les Français dans le royaume étaient peut-être les premiers parmi les étrangers mais ils n'échappaient en rien à l'application des règles et coutumes (sauf le droit d'aubaine dont ils étaient exempts pour la métropole seulement). Même les consuls français s'étaient vu interdire la continuation

d'un usage selon

lequel les armes royales étaient apposées sur leurs maisons, détail dont l'importance à cette époque était-extrême et qui, touchant au prestige de la monarchie, révélait que la politique du Pacte n'impliquait nullement une fusion des deux cours. L'état d'âme de la nation hispanique n'eut point permis d'ailleurs celte fusion. 11


162.

La pénétration économique en Espagne escomptée par les négociants français ne s'était guère réalisée ; le peuple espagnol n'avait point éprouvé d'enthousiasme pour le Pacte de Famille et avait manifesté dans le domaine commercial loulc sa froideur. Les milieux officiels, loin d'atténuer cette réserve, l'avaient accentuée en se montrant hostiles à tout régime de faveur. Squillace. jusqu'à la lin de son règne, apparaissait plus soucieux des intérêts de l'Espagne qu'un Espagnol et n'accordait de dérogations aux usages et principes que sur l'injonction expresse de son souverain. Musquiz, son successeur après 1 7 6 6 , n'apporta guère d'altération à ce système : tout au plus pourrait-on citer un projet relatif à la création d'une Compagnie franco-espagnole pour l'exploitation des Philippines mais projet qui ne fut suivi d'aucune réalisation. En somme, l'Espagne se refusait éncrgiquemenl à devenir une dépendance économique, ou le client exclusif de la France. Elle entendait maintenir l'équilibre entre les importations des diverses puissances et ne voulait point favoriser

les marchandises françaises au détriment des

produits anglais, hollandais ou italiens. En outre, elle voulait non seulement maintenir son indépendance commerciale

mais encore se suffire à elle-même et, de fait,

sous l'impulsion d'Aranda, de Squillace, un effort industriel et maritime avait lieu dans la monarchie tandis que des atténuations au système colonial relevaient en partie le commerce intérieur. Droits de douanes et taxes locales, obligation de laisser visiter les -navires et restriction de commerce dans la péninsule comme aux Indes, continuaient à peser sur les Français presqu'autant que sur les antics nations car la plupart du trafic se faisait par mer ce qui rendait, aisé le contrôle. Les Français, conscients de l'existence du Pacte


163 —

de Famille, s'irritaient de ne pas jouir d'un régime de faveur et de ne point voir s'ouvrir à leur activité l'immense

empire de l'Ultramar. Pourtant le système de

l'exclusive combiné à celui des corporations marchandes privilégiées pesait sur les Espagnols à tel point qu'en Espagne les négociants nationaux étaient, relativement les plus désavantagés. Cependant Choiseul, soucieux de développer le commerce et la marine française, tentait d'améliorer cetti situation et s'efforçait d'amener le roi Charles III à consentir à la négociation d'une convention qui en matière économique serait le pendant du Pacte de Famille. Il avait chargé l'abbé Beliardi, cet agent général du Commerce et de la Marine, de présider aux pourparlers avec Squillacc, Musquiz et le Conseil des Indes. Pourparlers épineux et laborieux qui durèrent de longs mois et qui aboutirent à la convention du 2 janvier 1 7 6 8 *. Cet accord était qualifié de convention explicative de l'article vin du Pacte de Famille el attestait la répugnance des gouvernants espagnols à ébranler leur système économique. C'estainsi que les privilèges spécialement accordés par traité aux nations étrangères étaient spécifiquement maintenus, ce qui visait particulièrement le traité anglo-espagnol de 1 6 6 7 (art. 1 ) : les bâtiments

français

seraient, soumis au droit de visile (art. /( à 8 ) et les marchandises françaises aux mômes droits que les produits anglais, hollandais (art. 1 6 ) ainsi qu'aux taxes locales en cas de débarquement (art. 9). Par contre, les articles 2 et 3 instituaient une réciprocité de traitement pour le commerce et la navigation ainsi que pour la pêche. C'était à coup sûr un médiocre succès mais intérêts et 1,

Les Rapports de la France

Famille el jusqu'à

et de

la fin du ministère

l'Espagne de Choiseul,

pendant

le Pacte

par L . BLART.

de


164

conceptions économiques n'étaient-elles pas différentes depart et d'autre des Pyrénées ? Du reste, Choiseul sur le domaine politique et diplomatique avait fort à faire pour inspirera la Cour de Madrid un programme de modération et prévenir tout conflit anglo-espagnol que les conditions intérieures de la monarchie péninsulaire autant que le tempérament du roi semblaient devoir provoquer. * .*

*

L'Espagne, en effet, était des trois grandes puissances mari times et coloniales celle dont la position était la moins chancelante. Ses finances étaient les moins obérées quoiqu'elles reposassent sur

un système à peine moderne

mais le roi, économe par principe, veillait à ce que les dépenses n'excédassent point les recettes et les déficits d u s à des dépenses extraordinaires étaient couverts dès l'exercice suivant. Aucune dette tant intérieure qu'extérieure et le crédit espagnol sur les places étrangères était chose inconnue. Le commerce de la monarchie n'était plus aussi étranglé par les règlements sévères et assurait de larges profils au roi et aux compagnies tout en restreignant encore dans une certaine mesure le bien-être de la nation. Les forces militaires s'accroissaient lentement; leur réorganisation et la défense des Indes étaient assurées par des hommes comme O'Reilly, Bucareli, etc. Une certaine

renaissance navale marquait

l'administration

d'Arriaga quoique ce ministre vieillissant lendit à figer en un cadre trop étroit les initiatives d'officiers intelligents. Enfin au point de vue intérieur, l'Espagne échappait à la fronde de l'Intelligence comme en Prance ou aux cmhar ras parlementaires que suscitaient en Angleterre l'administration de Lord North ou l'opposition de Pilt. Ce n'est pas d'ailleurs que le royaume péninsulaire ne


165

subit en certaines o c c a s i o n s q u c l q u ' a g i t a t i o n . Le m o i s de m a r s 1 7 6 6 a v a i t v u à M a d r i d (et e n m i n i a t u r e à

Seville

e t à B a r c e l o n e ) d e s é m e u t e s p r o v o q u é e s t a n t p a r la d i s e t t e q u e p a r la

réglementation

des capes

émeutes encouragées par certains qu'inquiétaient

de

émeutes exploitées

récentes mesures aussi p a r les

et d e s

chapeaux,

milieux ecclésiasliques gouvernementales,

partis politiques

rivaux

du Duc d'Alhc c l d u C o m t e d'Aranda. Les intrigues contre l e s m i n i s t r e s e t les a d m i n i s t r a t e u r s é t r a n g e r s s ' e x e r c è r e n t à l ' e n v i s u r le r o i . G r i m a l d i p u t

é c h a p p e r à ces assanls qui

c o û t è r e n t à S q u i l l a c c ses d e u x p o r t e f e u i l l e s . q u e les f i n a n c e s f u r e n t c o n f i é e s à D o n

C e fut a l o r s

Miguel

et les G u e r r e s à D o n G r c g o r i o M u n i a y (2/1 m a r s

Musquiz 176G).

G r i m a l d i , s'il s u r v é c u t à c e l t e c r i s e p o l i t i q u e , se s e n t a i t m e n a c é s a n s c e s s e e t ses e n n e m i s r e c o u r a i e n t p o u r l ' i n t i mider sans

a u x p r o c é d é s les p l u s g r o s s i e r s . surprise, au

cours des j o u r n é e s

Il

avait vu,

critiques

C h o i s e u l lui c o n s e i l l e r de c é d e r a u m o u v e m e n t

de

non 1766

d'opinion

e t d e se f a i r e r e m p l a c e r p a r l ' a m b a s s a d e u r à V e r s a i l l e s , l e C o m t e de F u e n t è s ;

il

n e s e d o u t a i t p a s q u e la c a u s e d e

c e t a v i s r é s i d a i t d a n s le l a i t q u e l u i - m ê m e é t a i t o b l i g é p a r f o i s p o u r se m a i n t e n i r e n p l a c e d e c o n s e n t i r

envers

les

Espagnols intransigeants à des mesures peu avantageuses p o u r la F r a n c e . Par c o n t r e , les é m e u t e s m a d r i l è n e s a v a i e n t m i s en relief l'énergie d'Aranda.

Celui-ci,

a v e c le p a r t i

dil aragonais

v i s a i t à i n s t a u r e r u n r é g i m e de r é f o r m e , d'autocratie el de g u e r r e . Il a v a i t d'être

Capitaine

c a p t é la Général

faveur de

du

souverain,

Nouvelle

Castillo,

obtenant obtenant

m ô m e le r é t a b l i s s e m e n t d e l a c h a r g e d e P r é s i d e n t d u C o n s e i l d e C a s t i l l e ( 1 1 a v r i l 17GG). V é r i t a b l e m i n i s t r e d e

l'In-

t é r i e u r , il d i r i g e a i t l a p o l i t i q u e i n t e r n e d e l a m o n a r c h i e e t se p r é p a r a i t à m e n e r l a l u t t e c o n t r e l e s J é s u i t e s . L e 2 a v r i l


- 166 1 7 6 7 s'effectuait l'expulsion de ces religieux et une campagne diplomatique était menée à Rome pour obtenir du pape la dissolution de l'ordre : le bref d'extinction de Clément XIII ne devait être promulgué qu'en février 1 7 7 3 . Celte mesure, que pratiquaient le Portugal et la France, ne soulevait dans l'Espagne métropolitaine et coloniale aucun soulèvement de l'opinion publique si bien que les incidents de mars 1766 restaient isolés. Ainsi les ministres de Charles 111 réalisaient des réformes, des entreprises que sous les règnes précédents on n'eut pas envisagé. Le trafic des Indes ne se limitait plus aux navires de registre et s'ouvrait à l'activité privée. L'Amirauté et le Conseil des Indes songeaient à étendre la colonisation en Amérique. Le vice-roi du Mexique favorisait le développement des plan talions ; à la Plala, on défrichait activement. D'autre part,

le souci de prévenir les

Anglais faisait organiser des expéditions: notamment à la Terre de Feu en 1 7 6 8 à la recherche de Poil-Famine (les instructions d'Arriaga à ce sujet devaient servir de cause lointaine à l'affaire des Malouines). Les voyages de Cook et de Bougainville dans le Pacifique stimulaient l'activité espagnole, Sur un ordre venu de Madrid en

1 7 7 1 , le

vice-roi du Pérou, Don Manuel de Amat envoyait Bocncchea reconnaître en novembre 1 7 7 2 Tahiti et des essais de colonisation étaient tentés dans ce groupe de 1 7 7 6 à 1789 . 1

Felipe Gonzalez visitait et prenait possession en

novembre 1 7 7 0 de Saint-David (ile de Pâques). Ces tentatives devaient rester vaincs mais elles témoignaient d'un regain d'aclivité coloniale chez la nation espagnole et Choiseul félicitait Grimaldi et Fuenlès de ces mesures.

1. The Quest and Occupation of Tahiti fby Emissaries CORNET. 3 vol. Hakluysl Society 1913-1914-1918.

of

Spain par


167

La Révolution de Louisiane

(1768-69).

Fut-ce en vertu d'un programme colonial en voie de réalisation ou pour toute autre raison mais la Cour de Madrid se décida enfin à entrer en possession de la Louisiane, cette colonie que Louis XV lui avait cédée en 1 7 6 2 et qu'elle-même avail acceptée le i 3 novembre 1 7 6 2 E l l e l'avait acceptée sans enthousiasme, jugeant peu avantageuse une colonie qui coulait à la France bon an mal an des millions de livres et estimant difficile l'assimilation d'une population blanche pourtant peu nombreuse . Elle 2

craignait surtout le contact de son domaine avec celui de l'Angleterre.

Aussi n'avait-elle point fait montre d'un

grand empressement à exercer sa souveraineté sur la rive droite du Mississipi. Par suite, le Cabinet de Versailles avait dû bon gré mal gré pourvoir à l'administration d'une colonie dont il était détenteur provisoire et il avait procédé en 1 7 6 3 , lorsqu'il fut avéré que l'Espagne était décidée à ne point entrer immédiatement en jouissance, à la nomination du haut personnel : d'Abbadie gouverneur en février 1 7 6 3 , Chauvin de la Frénière procureur général en janvier 1 7 6 3 et Foucault contrôleur en février 176,3. D'Abbadie, arrivé en juin, eut à procéder à la cession de la Louisiane Orientale à la Grande Bretagne, à faire face aux conflits de frontière

avec les Anglais, à parer à la détresse de la

colonie de plus en plus abandonnée par la métropole et il réussit à se tirer habilement de cette lâche ingrate. Sa 1. Les dernières

années de la Louisiane française

par M.

YILLIERSDIJ

TERRAGE. a. E n 1 7 6 3 , environ a.000 h o m m e s , 1.000 f e m m e s et 2.600 enfants, plus 5 à 6.000 nègres.


168

mort en février 1 7 6 5 fut un véritable désastre car son successeur Aubry était un homme faible. Or l'élatde l'opinion dans la colonie devenait chaque jour plus effervescent: la quasi-indépendance duc à l'indifférence de l'ancienne et de la nouvelle métropoles exerçait une action démoralisante sur les esprits créoles et surexcilait les ambitions de certains membres de la bourgeoisie créole. Une délégation

dirigée par Louis Milhcl, Bienville, avait été

envoyée à Paris pour plaider la cause du rattachement à la France mais elle avait reçu de Choiseul un accueil peu favorable, le minisire se sentant lié par la donation de Louis XV à son cousin. Des pleins pouvoirs pour la transmission de souveraineté avaient été expédiés à Abbadic dès le 21 avril 1 7 6 1 et avaient été remis à Aubry.

Ils semblaient ne devoir

jamais être utilisés lorsqu'au cours de l'été 1 7 6 5 un haut fonctionnaire espagnol annonça son arrivée. C'était Don Antonio de Ulloa, de la Capitainerie Générale de Cuba, qui ne parut d'ailleurs à La Nouvelle-Orléans qu'en mars 1 7 6 6 , accompagné

du Commissaire des

Guerres Joseph de

Loyola (comme intendant provisoire) Eslevan Gayarré

et du Contrôleur

avec un piquet de soixante

hommes.

Marin de profession mais savant dégoût, surtout adonné à l'astronomie, Ulloa était un piètre administrateur en des circonstances exceptionnelles. Aussi ne pouvail-il que renforcer la portée des fautes successivement

commises

par le gouvernemcntespagnol. Ainsi, àMadrid, on s'imaginait que tout le personnel militaire ou administratif de la colonie passerait au service d e l'Espagne et que, par suite, il était peu utile d'envoyer là-bas les cadres d'une administration ou d'une force armée. On ignorait aussi l'état de délabremeut inoral et financier o ù se trouvait la Louisiane et on ne se doutait guère que pendant les


-

169

-

quatre années d'interrègne les principes d'autorité avaient été littéralement sapés. Et le bailli d'Arriaga envoyait à cette population française soustraite à toute action métropolitaine un savant dépourvu d'expérience gouvernementale et plein de la fierté castillane. De fait, Ulloa, à peine arrivé, s'isola bientôt, même de ses collaborateursespagnols.il commit l'erreur d'ajourner la prise de possession qui n'eut lieu que le 20 janvier 1 7 6 7 et de laisser agir sous sa haute juridiction l'autorité

française

représentée par

Aubry, la Frénière,

Foucault. Cette dualité de pouvoir achevait de perturber l'opinion locale et favorisait le désordre, entravant toute fusion entre les gouvernants hispaniques et les gouvernés français et ne préparant point ceux-ci au régime

espa-

gnol. Ne fallait-il pas user de précautions pour que la Louisiane sortit sans secoussse du domaine colonial français et entrât dans l'Ullramar. Le libre commerce avec la France et les possessions françaises devenait impossible et il fallait créer de nouveaux débouchés : le décret du 3 mars 1 7 6 8 autorisait le trafic avec Cadix, Seville, Barcelone, la Corognc par bâtiments espagnols.

Appliqué

brusquement et sans ménagement ce système ne pouvait qu'irriter les populations ; or Ulloa n'était pas homme à songer à des transitions. Le procureur général La Frénière, ambitieux et intriguant, perçut très vite l'impopularité du régime espagnol, impopularité

due aux

inconséquences administratives

d'Ulloa et aux nouvelles mesures commerciales, due aussi à la désillusion de ne point voir affluer les doublons mexicains dans la colonie. En octobre 1 7 6 8 , se prépare une conjuration destinée à secouer le joug hispanique. Le 2 7 , des manifestations éclatent afin d'effrayer le gouverneur. Aubry et les autres autorités françaises


-

17o

restent passifs. Le i' novembre, Ulloa se retirait pour La r

Havane et arrivait à Cuba au moment où y débarquait Urissa le nouvel intendantavec 800 hommes de troupe(le choix d'Urissa était plus judicieux que celui d'Ulloa car le futur intendant avait été longtemps consul

à Bor-

deaux). Bien que les autres fonctionnaires espagnols de Loui siane fussent restés à leur posle sans être molestés et qu'Aubry demeurât en fonction, La l'Yenière était le maître de la colonie car exploitant habilement les intérêts des colons français aeadiens ou allemands, il avait rallié à lui la population. Selon le vœu général, il déploya un ardent loyalisme envers la France mais ne prévoyait-il pas qu'une nouvelle délégation envoyée à Versailles pour réclamer l'aide de la métropole serait éconduite par crainte de sanctionner les désordres de la colonie. Aussi se prépara-t-il en mars

17693

organiser une république autonome : le chef

de l'Etat serait un Protecteur assisté d'un conseil de quarante membres ; il y aurait une administration nationale, une banque nationale, des milices nationales el la liberté de commerce serait instaurée. Toutefois cette tentative fut mort née en raison de l'apathie de la population et de l'impossibilité d'obtenir des puissances étrangères une reconnaissance ofliciellc. Par suite, la situation devenait grave pour les colons en face du désintéressement de la France et des représailles probables de l'Espagne. La nouvelle de l'expulsion d'Ulloa, arrivée à Madrid en janvier 1 7 6 9 , fut notifiée sur-le-champ à Choiseul qui se hâta de donner l'assurance que la France désavouait les mutins:

«Depuis dix-huit mois, disait le ministre de

Louis \V, le

2i

février

1769,110118

n'avons euaucunsigne

de vie des Français qui sont restés dans ce pays ». Ce n'est pas que Choiseul, par contre, approuva la conduite du


— 171 — gouvernement hispanique et il s'étonnait que ce dernier eut procédé à la prise de possession de la colonie « avec quelques capucins et quelques douzaines de déserteurs», n'ajoutant pas cependant « et avec un astronome. » La première impression des dirigeants madrilènes fut toute de surprise mais la seconde fut toute d'embarras. Que pouvait-on faire ? \bandonner désirable

ou la conserver

une colonie peu

au prix d'une expédition.

Charles III réunit un grand conseil et de janvier à mars on y discuta la question de Louisiane. Les opinions jetaient contradictoires : le duc d'Albe, le comte d'Aranda, Don Jay me de Lima, Arriaga, Muzquiz et Grimaldi s'affrontaient sur ce terrain. Finalement, en avril, le parti de l'énergie et de l'intransigeance l'emporta avec d'Aranda, le prestige national étant en cause. La reprise de la Louisiane fut décidée ainsi que l'application de sanctions sévères. L'exécution de cette sentence fut confiée au redoutable O'Reilly. Celui-ci paraissait devant la Nouvelle Orléans avec des forces de terre et de mer le a4 juillet.

Cinq

semaines plus lard, l'autorité espagnole n'était plus contestée nulle part dans la colonie. Il n'y eut pas à dire vrai, de résistance. Les meneurs de l'insurrection, découragés par l'abandon de la métropole et elfrayés de leur isolement, n'avaient pas tardé à revenir de leurs illusions et s'étaient

empressés de

choyer les fonctionnaires espagnols demeurés en Louisiane (Gayarré, etc.). Ils eussent voulu se ménager leur appui et mirent à prévenir leur départ autant de zèle qu'ils en avaient déployé pour chasser Ulloa. En vain ; les Espagnols rejoignaient Cuba en mai 17O9. Aussi quand O'Reilly arriva, ne trouva t-il que des hommes prêts à la capitulation, sollicitant leur pardon. Pourtant la répression n'eut point lieu sans effusion de sang : les princi-


— 172 — paux chefs furent arrêtés, condamnés et cinq d'entre eux, parmi lesquels La Frénière, exécutés. De nombreuses confiscations et peines légères furent prononcées. Aubry et ses collègues furent invités à se retirer ; une administration espagnole et une milice nouvelle se constituèrent, en partie d'ailleurs avec des éléments prélevés dans la colonie. O'Heilly se monlra organisateur énergique et prudent; il sut comprimer toute velléité de turbulence, épurer le Conseil Supérieur de la colonie et en faire un Cahildo docile. Aussi quand le gouverneur défi ni f, Don Luis de Lnzaga entra en fonctions vers octobre 1 7 6 9 , il trouva la Louisiane ralliée à la nouvelle métropole. Sans doute, le système économique présentait encore bien des causes de difficultés et de froissements, mais il devait être progressivement amélioré grâce à L'administration d'Unzaga et surtout à celle de Bernardo Gai vez qui, par son goût de réformes et son activité, procura à la colonie une indéniable prospérité. Cet incident de la révolution louisianaise n'altéra en rien les relations franco-espagnoles ; il constituait un bien mince événement au regard des questions économiques et du programme de revanche débattus entre les monarchies bourbon. D ailleurs le Cabinet de Versailles avait adopté une altitude singulièrement sympathique pour le gouvernement madrilène au cours de celle crise, refusant tout encouragement aux populations de la colonie et approuvant les mesures prises par O'Reilly, acceptant de juger le contrôleur Foucault pour méconnaissance et abus de fonctions officielles, blâmant enfin Aubry de sa conduite peu énergique, 11 intervint toutefois en l'année 1 7 7 0 et même en 1 7 7 1 pour plaider la cause des condamnés de second plan, obtenir de la clémence de Charles III des levées de séquestre ou remises de confiscations.


173

D'ailleurs l'alerte avait été de peu d'importance pour lai sûreté de l'Ultramar et pour les dirigeants madrilènes ; il était d'un plus haut intérêt de considérer les désordres survenant çà et là dans leur empire américain, que ce fut l'agitation mexicaine contre la réforme fiscale, la mutinerie d'un régiment à Panama ou le soulèvement de Quito ( 1 7 6 6 ) . Du reste l'ordre rétabli en Louisiane, le respect de la souveraineté espagnole,

puis surtout les

affaires intérieures de la péninsule telles que l'expulsion des jésuites et la suppression de cet ordre, la mise en œuvre du programme militaire et naval et bientôt les complications diplomatiques avec la Grande-Bretagne allaient faire oublier, au moins pour un temps, la révolution de la Nouvelle Orléans. L'acquisition de la Louisiane par l'Espagne incorporation

dans l'Ultramar

était

et son

en 1 7 6 9 un fait

acquis. Sans doute cette colonie ne constituait pas un renforcement de puissance pour la Cour de Madrid et offrait au contraire un théâtre de conflit entre les systèmes

coloniaux anglais

et hispanique. Toutefois les

causes de conllil entre les Cabinets de l'Escurial et de Saint James étaient déjà si nombreux qu'il

importait

peu que la vallée du Mississipi vit se heurter les ambitions

coloniales

d'esprit

ou

de ces

pacifique

deux gouvernements.

ou belliqueux

L'état

qui régnait à

Londres et à Madrid, tel était le facteur essentiel qui, de concert avec la politique de Choiseul, dominait le problème de la paix maritime et coloniale. Or en 1 7 7 0 uneexpérience allait mettre à l'épreuve les sentiments des trois grandes puissances maritimes : cette expérience fut l'affaire des Malouines.


-174

-

Les Malouines et la Crise de 1 7 7 0 . Un groupe d'ilôts rocheux p e r d u s d a n s

l'Atlantique

à cinq ccnls k i l o m è t r e s du Détroit d e Magellan ', g r o u p e à peine r e c o n n u

et n u l l e m e n t exploré, suscitait parmi

les p u i s s a n c e s coloniales d e telles convoitises qu'il allait risquer

de

déchaîner

une guerre

maritime

générale.

•C'était le groupe connu sous le nom de Malouines par les Français, d e Falkland par les a n g l a i s . Déjà il avait l'ail son apparition dans les conversai ions diplomatiques à diverses reprises, notamment en i — (>(» l o r s q u e la C o u r d e Versailles à l'instigation de Bougainville avait songé à y créer une colonie pour d e s A c a d i e n s -. avait fait valoir ses droits d ' o c c u p a n t

L'Espagne

antérieur

et de

m a î t r e d u c o n t i n e n t d o n t ces lies étaient une d é p e n d a n c e

géographique : aussi la France, soucieuse d'éviter toute cause de mésintelligence avec son allié, avail

abdiqué

t o u t e p r é t e n t i o n sur l'archipel,

Toutefois

n'avail

l'Angleterre

pas élé sans jeter les

veux sur les Malouines. Dès

à la suite d ' u n e croi-

s i è r e de l ' a m i r a l Anson. elle avait tenté d é p r e n d r e pied s u r ces îles et n ' a v a i t renoncé à ce projet que devant les véhémentes

Néanmoins

protestations

elle

du m i n i s t r e

RiCardo

n e paraissait pas a v o i r

Wall.

entièrement

abandonné c e s intentions d'établissement, c a r B o u g a i n v i l l e , lors de sa croisière de 1764. avait aperçu dansées p a r a g e s «le l ' A t l a n t i q u e

Méridional

qu'il tenait pour b r i t a n n i q u e s . t.

Le n o m b r e des îlots est d'environ

globale de 1 8 . 0 0 0 km*. 2. Voir supra, chapitre \ in fine.

des

voiles s u s p e c t e s

En effet. deux

l ' A m i r a u t é de

cents,

leur superficie


-

175

-

Londres qui, mesne après la Paix de Paris, cherchait à occuper de nouveaux territoires d'outremer et ne voulait point se laisser distancer par l'Espagne dans la colonisation du Pacifique avait organisé des voyages de reconnaissance dans l'Atlantique et le Grand Océan, voyages dont l'objet et les résultats étaient tenus secrets. Mais Bougainville en. i 7 G 6 avait reçu dans ces îles la visite du capitaine anglais Mac Bride qui n'avait point dissimulé ses intentions d'occuper l'archipel. Grâce à d'habiles espions, les monarchies bourbon surent peu après que l'amiral Byron avait touché aux Malouines et que l'annexion de ces îles était envisagée par les ministres britanniques. En dépit du secret observé, le bruit transpira en 1760, qu'une expédition était partie d'Angleterre à destination de cet archipel afin d'y créer des établissements permanents, voire même

une hase navale.

De telles nouvelles ne pouvaient que semer l'inquiétude parmi les dirigeants madrilènes el parmi les administrateurs de l'Amérique espagnole toujours inquiets pour l'intégrité

de leurs vastes possessions. Aussi

le Bailli

d'Arriaga avait-il dès janvier 1 7 6 8 engagé ses subordonnés à redoubler fie vigilance; à l'égard des agissements de l'étranger dans le Nouveau Monde. A Buenos Ayres avait succédé à Don Pedro Cevellos un: homme actif et énergique, Don

Vntonio Maria de

Bucareli qui; suivant l'exemple de son prédécesseur, travaillait à mettre en état de défense les provinces plaléennes et préparait éventuellement une offensive contre les Portugais toujours prêts à empiéter sur ie territoire espagnol du Paraguay et de l'Uruguay. Selon les ordres de la métropole, il avait organisé une expédition à destination de la Terre de Feu : deux tentatives, l'une au printemps de 1 7 G 8 , l'autre à la fin de la même année


176

furent également infructueuses en raison des difficultés de navigation mais servirent à révéler l'inanité du bruit selon lequel les Anglais avait constitué une colonie à Port-Famine. Bucareli ne négligeait point non plus la question des Malouines : en 1 7 6 7 avait eu lieu la reprise des îles sur les Français. Don Philippe Ruiz Puerile, nommé gouverneur de l'archipel à la fin de février avait pris possession des établissements français à peine constitués des mains de M. de Ncrvillc.

Bougainville engageait les

colons à demeurer sous la souveraineté espagnole qui n'était plus aussi théorique que par le passé. Le gouvernement de Madrid avait décidé l'occupation effective des îles bien que la nouvelle colonie dut conter au trésor un minimum de 2 4 . 0 0 0 piastres par an pour un revenu fort problématique,

en dépit des assurances optimistes du

trésorier (colonial) Miguel Rernanzany. Or on savait à Madrid en 1 7 6 9 que les projets formés lors de l'expédition Byron étaient en cours d'exécution et que la couronne d'Angleterre créait des colonies nouvelles dans l'Allauliquc Sud. Un port, baptisé du nom d'Egmont en l'honneur du ministre de Georges III était en voie de construction, des ouvrages

1

défensifs

s'élevaient et étaient occupés par une garnison. Où se fondaient ces établissements nouveaux ? s'agissait-il des Malouines ou d'un groupe insulaire ignoré ? Les connaisances géographiques du win" siècle étant encore sommaires, permettaient de laisser planer un doute ; d'autant plus qu'aux Malouines, seule la grande île de l'Ouest avait été occupée par les Français et les Espagnols et que la portion orientale de ces îles était res nullius en fait. Même

1. Lord de l ' A m i r a u t é .


- 177 -

s'il n'y avait pas identité entre Malouines et Falkland, le Cabinet de l'Escurial ressentait les plus vives inquiétudes à savoir l'existence d'une colonie anglaise à proximité de l'Ultramar, la sécurité de son domaine américain et les principes d'exclusive maritime ctcommercialc se trouvant également menacés. Don Antonio Bucareli prit sur lui d'éclairer le mystère et en février 1 7 6 9 il envoya une petite expédition sous Francisco Cil Taboaga y Lernos explorer l'Atlantique méridional cl constater si les Falkland où s'élevait Port-Egmonl ne faisaient qu'un avec les Malouines. Il avisait en même temps Puente, le gouverneur de Nostra Scnora de la Soledad (l'ancien Port Louis de Bougainville) de l'existence probable des établissements anglais et l'invitait à visiter les autres îles du groupe. Puente eut plus de succès que Taboaga et. avant la fin de l'année, le gouverneur de La Plata

savait qu'une

colonie britannique s'élevait aux confins de la possession espagnole et que les Malouines étaient occupées simullament par l'Espagne à l'Ouest et par l'Angleterre à l'Est. Cette dernière puissance d'ailleurs semblait ne point souffrir le partage. Antoine Hunt, le commandant de Port Egmont, faisait sommer en novembre 1 7 6 9 son collègue hispanique d'avoir à quitter les îles occidentales dans le délai de six mois. Puente protesta mais, malgré un actif échange de correspondance, ne put changer mination

de

l'Anglais

qui,

dans un

la déter-

ultimatum du

28 décembre 1 7 6 9 , réitéra son invitation de sortir des îles pour le printemps (boréal) suivant. Celui-ci vint, et n'assista à nul préparatif de départ des Espagnols. Le 18 février 1 7 7 0 , dans la petite baie de la Grande Malouinc où se dressaient les baraquements de Port Egmont, apparurent trois frégates battant l'étamine 12


- 178 hispanique . Don Fernando de Kubalcava, commandant 1

de cette division, filjeter l'ancre non sans peine par suite du mauvais temps et entra en communication avec Muni. Sa lettre du 20 février fournissait toute explication: «Entré

par hasard dans ce port j'ai été fort surpris d'y trouver

« u n e espèce d'établissement sous pavillon

anglais soutenu par des

« vaisseaux de S. M. 15. e l de vous voir revêtu du c o m m a n d e m e n t en « chef tant de l'établissement q u e des vaisseaux, C o m m e ce pays fait « partie des d o m a i n e s de S. M. C , c'est agir contre l'esprit des traiii l e s de paix... E h conséquence j e vous s o m m e

de quitter ce port et

« les îles que vous a v e / si injustement usurpés

et de laisser le roi

« m o n mailre libre possesseur

de ses d o m a i n e s .

A u surplus,

je

« m'abstiendrai de procéder à cet égard d'une autre manière j u s q u ' à « ce q u e j'aie fait part à S. M. de ce q u i se passe et qu'elle m'ait fait <c parvenir Ses ordres . » 2

La réponse de Hunt ne tarda pas. Le lendemain, Foncier espagnol recevait l'injonction de faire lever l'ancre sans relard ; il ne mit à la voile qu'après avoir vérifié soigneusement la position des batteries. Ses instructions (reçues en janvier de Bucareli) portaient : reconnaître l'établissement des Falkland, le détruire s'il est possible ou parlementer en cas contraire. L'essai de négociation en réponse à l'ultimatum de Hunt à Puente étant clos de manière abrupte, il ne put que rallier la Plata et aviser Bucareli de la situation (4 mars 1 7 7 0 ) , Ce dernier ne se tint point pour battu. Jugeant que les trois frégates de Kubalcava étaient incapables de mener à b i e n l'expulsion des Anglais, il fil préparer une expédition plus formidable dont Juan Ignacio Madariaga reçut le commandement avec des instructions spéciales en date du 26 mars. L e s préparatifs furent poussés si activement 1 . Sanla Calalina, San Francisco •2. Correspondance Public Record

Office.

de Panic el Anilaluz.

d'Espagne aux A. 15. et Spain Stale

Papers

au


179

qu'on pensa faire partir l'expédition sans attendre deux conserves. L'arrivée inopinée de. celles-ci à Montevideo le 3o mars permit de faire partir l'escadre au complet. Bucareli informait le Bailli d'Arriaga le 9 avril de son intention de chasser les Anglais du Port de la Gruzade (Porl-Egmont). Du 3 au 6 juin apparurent successivement devant ce port les frégates et transports espagnols. Du 8 au 9 juin dura la correspondance entre Madariaga et les autorités britanniques. Celles-ci, même à l'abri derrière leurs fortifications, ne pouvaient songer avec

120 hommes, une

dizaine de canons et deux cullers à résister à un corps expéditionnaire de i.5oo hommes appuyé par une escadre de cinq bâtiments de guerre. Le 10 juin les officiers anglais Farmer

et Maltby signaient une capitulation,

obtenant les honneurs de la guerre et la faveur d'être rapatriés par les Espagnols.

Les intentions de Bucareli ne fuient connues à Madrid qu'à la fin de juillet et elles semèrent quelque désarroi parmi les gouvernants. Grimaldi sur le champ se montra inquiet cl, avisant de l'incident prochain l'ambassadeur de

Prance,

exprima

l'espoir

qu'aux

Malouines

rien

d'irréparable n'était survenu. D'Ossun. n'était point trop optimiste et avouait à Choiseul que si Charles III approuvait Bucareli, la guerre serait « sûre et immédiate ». Néanmoins après audience royale, il recouvra quelque calme, le souverain ayant repoussé toute idée de guerre et exprimé le désir que cet incident tout local serait réglé dans un esprit de conciliation. La nouvelle de l'expulsion probable des Anglais de la


180

Grande Malouine avait provoqué à Versailles une vive émotion. Effet de surprise d'abord et répercussion de ce fait sur la politique générale. Or les relations francobritanniques sans être tendues n'étaient nullement cordiales et un conflit, survenu aux 1 ndes et minime d'apparence, témoignait des dispositions inamicales des deux nations. Le gouverneur de Chandernagor Chevalier avait fait creuser un fossé pour l'écoulement des eaux après avoir obtenu l'acquiescement de la Compagnie anglaise mais celle-ci, revenant sur sa décision, avait

propria

motu fait combler le fossé en lequel elle prétendait voir un ouvrage de fortification. Protestations de la Cour de France à Londres mais les lords Weymouth et Rochford n'accordaient que des lèvres une promesse de réparation. Choiseul insistait pour obtenir satisfaction el réparation de l'atteinte portée à la souveraineté française. Ce pouvait être un casus belli bien que l'Espagne se montra peu disposée à soutenir la guerre pour un tel molif. Or à ce moment,

l'Espagne elle-même

provoquait involontai-

rement el délibérément l'Angleterre et suscitait un casus belli plus caractéristique que celui du fossé de Chandernagor.

Que l'a fia ire des Malouines eut une telle portée, on ne se le dissimulait nullement à Madrid surtout quand les détails des événements de Port-Egmont furent connus. Au commencement

de septembre 1 7 7 0 , Don

Ignacio

Madariaga débarquait à Cadix cl adressai! au Bailli d'Arriaga un rapport circonstancié. Les plus sombres prévis i o n s étaient réalisées quoique fort heureusement le sang n'eut point coulé à Porl-Egmonl. Grimaldi, après avoir étudié le dossier de l'affaire, se félicita de l'attitude provocante de Hunt, laquelle permettait de représenter officiellement la Grande Bretagne comme l'agresseur bien qu'il


181

admit sans peine que Bucareli sans cette provocation eut agi de même. Charles III, désireux de témoigner ses sentiments pacifiques, eut l'idée de faire connaître lui-même l'incident au gouvernement anglais avant que ce dernier n'en fut avisé et d'offrir en même temps que par un désaveu simultané de la conduite de Ilunt et de Madariaga, on en revint au statu quo. Des instructions en ce sens furent expédiées en toute diligence au Prince de Masserano mais Grimaldi n'accusait point un pessimisme exclusif quand il écrivait à Fuentès le 2 0 août 1 7 7 0 : « Il est fort « à craindre que la démarche que nous faisons ne suffise « pas à retenir les Anglais pleins d'orgueil... Par bon« heur, la menace orgueilleuse du commandant anglais « nous autorise à lui attribuer la première hostilité... » Les dirigeants madrilènes avaient pleinement conscience de la fausseté de leur position, engagés qu'ils étaient parla faufe d'un gouverneur colonial. Le roi était prêt à faire les premières avances, la plupart des ministres étaient enclins à faire toutes les concessions compatibles avec l'honneur

national ; tout dépendait de

l'attitude des Anglais. Si ceux-ci comprenaient et acceptaient l'effort de conciliation des Espagnols, la guerre était évitée. Or Lord Weymouth, secrétaire d'Etat pour le Sud, était, comme son" collègue Rochford, un homme dont les dispositions étaient peu favorables aux monarchies bourbon. Il écoula froidement le récit de Masserano et plus froidement encore les explications, puis les propositions qui lui furent présentées. Finalement il réclama satisfaction et réparation tout en laissant entendre que sa cour ne tenait point outre mesure aux Falkland. Néanmoins il estimait indispensable la réoccupation au moins provisoire des îles. Masserano pro-


182

testa invoquant les droits imprescriptibles de son souverain et, faisant allusion aux préparatifs d'armement en cours dans les arsenaux britanniques,

il ajouta fière-

ment : « Si on remue une planche dans les ports d'An gleterre, l'Espagne armera dans tous les siens ! » Le cabinet britannique délibéra sur le champ et adopta le point de vue de Weymouth ; il se sentait guetté par une belliqueuse opposition que dirigeait l'ilt et ceux des ministres qui inclinaient a la paix ne pouvaient que se ralliera une politique d'énergie. La réponse du gouvernement de Londres produisit par son fonds et par son ton la plus fâcheuse impression sur Charles III. Celui-ci, sincèrement mécontent de l'initiative de Bucareli, était prêt à accepter les conséquences de ce faux-pas politique, prêt à blâmer ce gouverneur pourvu que Muni fut blâmé à son tour, prêt à réparer le dommage causé pourvu que les droits de sa couronne sur les Malouines ne furent entachés de nullité ou de servitude, mais il tenait aussi à n'accomplir aucune démarche qui put passer aux yeux de la nation et des cours pour déshonorante. Or l'intention

évidente des Anglais élait de

rejeter toute la responsabilité de l'incident sur l'Espagne ; ce ne pouvait que stimuler l'amour-proprc d'un prince fort soucieux du point d'honneur. Le roi en juillet 1 7 7 0 était, éloigné de penser à la guerre mais en septembre il considérait comme probable une telle éventualité. Les armements ordonnés à titre de mesure de prudence furent activement poussés. A cet égard, d'Ossun faisait preuve de plus de perspicacité que son ministre lorsqu'il montrait dans la réalisation du programme militaire et naval une source de troubles ; en effet, les gouvernants espagnols constatant le développement de leur marine et l'entrainemcnt de leur armée se laissaient aller


183

à quelque confiance et considéraient sans trop d'effroi l'approche d'un conflit avec la Grande-Bretagne. Quoique l'Espagne, aux dires d'experts, cutbesoin encore de deux ans de préparation pour être en étal de soutenir avec succès la guerre, elle était déjà en position redoutable aux Indes. « Son infanterie, disait d'Ossun, peut être « complétée en trois ou quatre mois lorsqu'on le voudra « et il lui est possible de mettre d'ici au printemps proie chain jusqu'à quarante vaisseaux de ligne en état de » faire campagne ; elle en aura soixante à cette époque « mais plusieurs ont besoin de radoubs considérables... '. » Sans doute ces chiffres étaient sujets à caution. Que ces quarante vaisseaux existassent, rien de plus vrai mais qu'ils pussent tenir la mer, c'était autre chose. On peut estimer que seuls les navires construits depuis 1 7 6 4 pouvaient faire campagne pour une longue durée, soit une vingtaine de vaisseaux . En outre, la valeur des 2

équipages et celle du commandement laissaient fort à désirer. Néanmoins les forces de la monarchie apparaissaient en 1 7 7 0 infiniment plus formidables et plus solides qu'en

17(11.

La situation financière était favorable

;i

cl.

de plus, l'esprit belliqueux était en général plus développé à la cour et dans la nation grâce à l'action des partis militaires. Aussi Choiseul se méprenait-il dans son appréciation de la psychologie hispanique quand il écrivait à d'Ossun le ai août 1 7 7 0 : « l'Espagne meurt de peur de tous les » incidents qui peuvent amener la guerre : clic rejette « en partie sur nous et nos finances, cette crainte obli1. D'Ossun à Choiseul. 2 0 août 1 7 7 " . 2.

Les états de septembre signalaient a'i vaisseaux au l'errol e l 8 à

Cadix prêts à prendre la m e r . 3.'(. Il y alors 33 millions de livres en caisse.


184

« gcanlc. Elle a peut-être raison sur le dernier article « mais... nous serions plus en état de soutenir la guerre « ou de l'entreprendre que l'Espagne... » Dans celte opinion, il y avait assurément un effet du souvenir de celte froideur avec laquelle la Cour de Madrid avait jugé l'affaire du fossé de Ghandernagor. Certes dans la nation comme dans le gouvernement espagnol il y avait des pacifiques résolus et non des timides (Grimaldi était au premier rang des amis de la paix) mais il y avait aussi des esprits résolus à courir les chances d'une guerre principalement le Comte d'Aranda, enfin il y avait le roi enclin à réaliser ses projets de relèvement national. Voulait-on à Madrid pour quelques îles rocheuses courir le risque de rallumer une guerre maritime générale ? S'illusionnait-on sur la valeur des Malouines et considérait-on au Conseil des Indes ces îles comme une colonie de peuplement ? Nullement et ce point de vue défendu par le rapport de

Bcrnanzany

(signalant

pâturages,

aiguades et rades spacieuses) n'intervenait guère dans les préoccupations de Charles III et de ses conseillers. Deux questions importaient avant tout : le maintien de L'intégrité territoriale de l'Ultramar et de l'exclusive commerciale. Laisser les Anglais s'installer sur un territoire reconnu espagnol parles Français, sur un territoire situé à proximité des côtes espagnoles constituerait une atteinte grave à ces p r i n c i p e s . Port Egmont serait à la fois entrepôt de contrebande et hase navale menaçante. Il n'y avait que trop de ces épines enfoncées dans le liane de l ' e m p i r e colonial d'Espagne : enclaves britanniques du Yucatan, de Honduras, de Mosquitic, enclave portugaise du Saint Sacrement à la Plata. Par ailleurs, les Anglais installés aux Falkland menaceraient le commerce des Mers du


—185— Sud, la route de Magellan si jalousement monopolisée par les Espagnols. Si tel était l'aspect du problème pour le Conseil ^dcs Indes et la conservative administration hispanique, un autre point de vue était particulier au roi. Charles III, en effet, avait le souci presque maladif du prestige de sa couronne ; par suite, il ne pouvait admettre de désavouer Bucareli que si l'Angleterre offrait une sorte de conlreprcslalion (légitimée d'ailleurs par les faits) en blâmant Hunt. Par esprit de justice autant que par fierté naturelle, il tenait à celle combinaison ; or l'altitude du Cabinet de Saint-James ne laissait guère de doute à cet égard, d'où ressentiment éprouvé par le souverain. L'existence d'un lel élat d'esprit à Madrid fut une révélation pour Choiseul qui se souvenait de l'indifférence témoignée par Grimaldi à propos du fossé de Chandcrnagorct qui croyait l'Espagne fort éloignée de penser à la guerre. Le ministre de Louis XV

dans le premier

moment fut mécontent de voir son allié

risquer de

troubler la paix pour « une misère de l'espèce des Malouines ». Il concevait la gravité de la situation si les deux cours intéressées manifestaient une égale intransigeance. 11 estimait dangereuse l'idée de Charles III d'informer

lui même le gouvernement de Londres de

l'incident sans offrir une réparation non conditionnelle. La raideur de lord YVeymoulh et l'exigence britannique de la recouvrance des îles ne furent poinl pour le surprend rc. Choiseul se trouvait en délicate posture : envers l'Angleterre il était en froid du fait de l'affaire de Chandernagor ; envers l'Espagne, il était embarrassé par la fausse position de la cour madrilène. Il recevait avis des armements simultanés, poussés avec vigueur et Walpole,


remplaçant

186

provisoirement

— le Comte d'Harconrl, lui

notifiait qu'une escadre de dix-huit vaisseaux de ligne était prêle dans la Manche. Or la France ne pouvait s'engager avec assurance dans un conflit maritime c a r les problèmes continentaux étaient loin de respirer la paix. Prusse et Russie tournaient des yeux avides vers la Pologne déchirée par les factions ; la Turquie était attaquée par la Russie, le nouvel empereur Joseph 11 manifestait sa débordante activité en entrant en rivalité avec la République de Gênes à propos des droits souverains d'Empire (incident de San Remo) '. — En Orient une étroite alliance franco-ottomane

s'ébauchait pour

faire pièce à la Cour de Saint-Pétersbourg ; cependant que les princes bourbon d'Italie (Parme et Naples) s'émancipaient fâcheusement vis-à-vis de leurs tuteurs français et espagnol. En outre, les conditions de la politique intérieure française étaient des moins favorables à l'explosion d'une guerre. La situation financière était sinon mauvaise, du moins précaire et l'affaire des Parlements (survenant après celle des Jésuites) surexcitait la petite opinion publique existante et affaiblissait le pouvoir royal. Aussi Choiseul avait il pleinement conscience que le moment propane à une guerre de revanche n'était pas encore venu. Or la diplomatie hispanique semblait vouloir tirer de l'incident des Malouines aggravé par l'attitude de l'Angleterre

un casus belli, et on sentait à Versailles

1. L'ambassadeur à" Autriche, Mercy d ' A r d u lean, montrait l'importance de l'alliance franco-autrichienne quand il écrivait a MarieThérèse le ao octobre 1 7 7 0 : « L'esprit de l'alliance et sa plus grande utilité pour la France consistaient à lui faire éviter u n e g u e i r r c

de

terre et à lui faciliter p a r là le moyen de porter toute son action cl ses forces contre

son e n n e m i e naturelle q u i ne peut être entamée

q u e par u n e guerre s u r m e r . . . »


- 187 qu'un vent d'optimisme et de belliquosilé

souillait à

Madrid. Choiseul se rendit à peine compte de cet état d'esprit qu'il

signifia

au Marquis d'Ossun

qu'il importait de

connaître les réelles intentions de l'Espagne et au cas où ces intentions seraient belliqueuses, de les neutraliser sur-le-champ. Il engageait son allié à éteindre le conllit sans délai et à ne point « filer la négociation ». Etant donné l'état de la question, une explication courte et sincère avec l'Angleterre permettait d'espérer la liquidation de l'incident aux moindres frais. Choiseul, en même temps, n'hésite pas à enlrer en tiers dans celte conversation anglo-espagnole qui menace de tourner à l'aigre et il compte jouer avec succès le rôle de médiateur. Pourtant il n'était pas sans savoir que les lords Weymouth

et Rochford

1

étaient

ennemis des

monarchies bourbon, que Lord North n'osait heurter ses collègues, que le Comte d'Ilarcourt ne jouait qu'un rôle effacé. Quelle action pouvait-il donc exercer sur le gouvernement britannique ? De plus, il avait rappelé en juin 1 7 7 0 son ambassadeur à Londres Du Chatclcl dont le successeur, le Comte de Guines, n'avait pu rejoindre son poslc. C'était donc au chargé d'affaire Frances qu'incomberait la tache de participer aux pourparlers et d'aider à concilier les points de vue divergents de l'Espagne •et de l'Angleterre. La Cour de Madrid entend ne désapprouver Bucareli que si Hunt est désavoué de son côté ; elle ne veut point réinstaller les Anglais dans les Malouines mais accepte que ceux-ci rentrent dans les îles à condition de les 1.

Lord Rochford était le secrétaire d'Étal p o u r le N o r d

depuis

octobre 1 7 6 8 ayant succédé en ce poste à Shelburnc et il allait avec ce dernier procéder à un échange de portefeuille le 19 décembre 1 7 7 0 .


188

évacuer de leur plein gré peu après. La Grande-Bretagne, par contre, se refuse à blâmer Hunt mais réclame des sanctions contre Bucareli et exige que son pavillon soit rétabli et ses troupes réinstallées à Port-Egmont. Quant à l'attribution définitive de l'archipel, ce sera l'objet de discussions ultérieures sans qu'il soit préjugé de rien. L'erreur des Espagnols est de vouloir lier inexorablement la question de réparation (pour l'expulsion des Anglais) à la question de principe relative à la propriété des lies ; une autre erreur consiste à vouloir établir une réciprocité de blâme,

réciprocité accusée par l'emploi

d'une convention. Aussi de septembre à novembre va-t-on tant à Madrid qu'à Londres tourner en des cercles vicieux. Les principales controverses ont lieu entre Lord Weymouth et le Prince de Masserano car c'est du Cabinet de Saint-James que dépendra la solution amiable ou non du différent. Les entrevues sont fréquentes et les contradicteurs, répétant sans se lasser et leur thèse et leurs arguments, en viennent à s'aigrir de l'obstination de leur adversaire. Cependant peu à peu l'idée d'une convention solennelle où les torts seraient harmonieusement balancés entre les deux parties, a dû être abandonnée par l'Espagne. Grimaldi, à l'instigation de Charles III, propose un premier projet de déclaration où figurent toujours symétriquement les blâmes décernés à Bucareli et à Muni. Mais le cabinet britannique le repousse avec indignation en signifiant une fois de plus que le gouverneur espagnol est seul coupable . 1

1. « Nous aurons la guerre pour u n malentendu car de v o u s à moi « les ministres anglais sont insupportables

et il y

aussi quelque

« chose à dire sur le tortillement des instructions espagnoles », disait Choiseul à Frances à la fin d'octobre.


-

189 -

Ce n'est pas que la Cour de Madrid en élaborant ce texte n'eut eu conscience des difficultés

que

celui-ci

présentait et n'eut préparé des variantes d'adoucissement : « Le Prince de Masserano... en vertu des ordres à lui donnés par « le Roi son maître p o u r faire voir c o m b i e n S. M. G. désire de c o n « server la paix et la douce h a r m o n i e avec la c o u r o n n e

britannique

« et qu'Eile ne voudrait point que la paix fut r o m p u e à l'occasion de « l'événement du 10 j u i n dernier, j o u r auquel les Anglais « expulsés de l'Ile appelée par eux Falkland

et par

les

ont

été

Espagnols

« Grande Malouine et en vertu aussi du pouvoir spécial dont il

se

« se trouve m u n i pour donner une preuve manifeste et de la manière « la plus authentique des susdites intentions royales de S. M. G. « Déclare que S. M. G., considérant l ' a m o u r d o n t elle est animée « pour la paix et le maintien d e l à b o n n e h a r m o n i e

1

avec S. M. B.,

« a vu avec déplaisir que Don Francisco Bucareli, lieutenant général « de ses armées et gouverneur de Buenos

Ayres

eut ordonné l'ar-

ec m o m e n t destiné à exécuter et qui a exécuté la susdite expulsion, « ce général s'y étant déterminé d'une part dans la vue de remplir « ses obligations , et de l ' a u t r e 2

« que le S' H u n t , « Falkland

3

y ayant été poussé par la menace

capitaine anglais c o m m a n d a n t

ou Grande Malouine avait

de l'île

appelée

faite à D o n Philippe

Ruis

« Puente, gouverneur de l'Ile de Soledad (qui est u n e autre île

des

« Malouines) qu'il irait dans six mois le e b a s s e r d e la dite île avec les « autres Espagnols et le Prince de Masserano fait (( ration d'après l'assurance « roi de la G r a n d e

la présente décla-

à lui donnée ministériellement que le

Bretagne a appris avec un

égal

déplaisir

celle

« menace du susdit H u n t , c o m m a n d a n t de Falkland '' en tant qu'il « en résulterai! l'interruption de la bonne h a r m o n i e q u c S . M. désire

1. Ces

noies

sont

les annotations

originales

da texte : Si on

peut s'en dispenser, ajouter « et le m é c o n t e n t e m e n t

ne

que S. M. Ii. a

m a r q u é ». a. On omet l'expression « de satisfaire aux loix c t a u serment sous " lequel il a reçu le g o u v e r n e m e n t » pour ne point offenser le m i n i s tère anglais. 3. Dans le cas d'une nécessité absolue, substituer « des fortes rai« sons qu'il a eues de craindre que les Espagnols ne fussent chassés « de la Soledad par les Anglais de la Grande Malouine si on ne les « gagnait de vitesse ». 4 ou « les motifs qui ont d o n n é lieu à Bucareli de faire effectuer celle expédition ».


—190— « de maintenir entre les deux « Le Prince de Masserano « les Anglais retournent

1

nations espagnole

cl b r i t a n n i q u e .

déclare aussi q u e S. M. G. consent q u e

s'établir dans l'île de la Grande Malouinc

« ou Falkland c o m m e ils y étaient avant le ro j u i n « j o u r a u q u e l ils ont été expulsés « manière il soit notoire

2

par violence,

de celte

année

afin q u e de cette

qu'ils sont remis dans l'état où ils étaient

« avant la menace faite par te capitaine H u n t

et avant

l'expédition

« par laquelle D o n Francisco Bucareli a obligé ce capitaine de sortir « de cette île avec les autres A n g l a i s . « S. M. G. promettant c o m m e S. M. B. promet aussi l'un <( présente déclaration el l'autre dans « Ira cetle m ê m e déclaration

par la

celle par laquelle File ad'met-

et q u e fera aussitôt

par son ordre cl

(i avec son pouvoir spécial le lord C o m t e de W e y m o u t h q u e dans le (( ternie d e . . .

les deux souverains feront a b a n d o n n e r l'un l'île delà

« Soledad par les Espagnols el l'autre l'île de la Grande Malouine par « les Anglais et q u e toutes

les Malouines

« qu'il ne puisse plus s'élever

resteront

désertes

afin

de discussions sur les établissements

« qu'on pourrait y l'aire d'autant que le peu d'importance de ces îles « n'est en aucune manière comparable aux avantages bien plus préce cieux d'une b o n n e h a r m o n i e entre les deux n a t i o n s ' . 1

En présence de ce texte dont l'Espagne ne se voulait point départir et que l'Angleterre refusait d'accepter même avec des amendements, Choiseul s'efforçait de 1. Le m o t retourner d o i t faire entendre que les Anglais aient à y aller d ' e u x - m ê m e s ce qui est i m p o r t a n t . 2. Par celle explication réparé ; vouloir

d'autres

l'outrage dont ils

se plaignent se trouve

satisfactions c'est

prétendre

nous

humi-

lier sans aucun avantage pour eux. Ce passage

peut être o m i s

ou remplacé

par « avant

l'expulsion

« et avant q u e les motifs qui l'ont précédée eussent eu lieu » . 3. On peut laisser ce terme à la volonté des 4. Ce dernier

article

sera

celui

Anglais ; il est le plus épineux l'air de l'être tion

portée

serano

.i

tous.

quoiqu'il dire

de nouveau les

vrai

ils aient bien

Ils pourront bien dire qu'il atténue

par noire déclaration.

répondre

Anglais.

qui arrêtera

la satisfac-

Fn ce cas, le Boi autorise; Mas-

q u e la declaration

Unira

par les mots K les

« autres Anglais » . . . mais il ajoutera qu'il faut (pie dans la c o n t r e déclaration anglaise on promette l'abandon qu'ils j u g e r o n t fixé.

à propos

S'ils ne voulaient pas

c o n l r e d e c l a r a t i o n , on leur

réciproques dans l e délai

quoiqu'on demande

qu'il

soil

positif et

non plus faire cetle promesse dans la proposera

de la l'aire

par une r o m e n -


191

trouver une formule acceptable aux deux parties. Sincèrement il déplore le fâcheux parti-pris dont on fait montre à Madrid « De grâce, mande-t-il à Frances, faites l'impossible pour que le Prince Masserano suive de préférence mes instructions à celles de sa cour qui n'ont pas le sens commun '.

Si l'Angleterre voulait sérieu-

sement la paix, elle l'aurait sûrement en nous prenant pour médiateur car nous ferions faire ce que nous voudrions à l'Espagne et cette médiation

nous couvrirait

d'honneur ». Bien que tenu au courant de la marche des négociations par Grimaldi, par Fuentès, par d'Ossun et Beliardi. bien que les instruments diplomatiques envoyés à Masserano passent sous ses yeux, Choiseul s'illusionne à la fois sur son influence et sur la docilité de l'Espagne. Grimaldi, si pacifique qu'il fût, ne résiste pas au courant, il transmet à Masserano comme à Harris des fins de non-recevoir catégoriques et il laisse la monarchie se transformer en un arsenal, en un camp. Ce n'est point qu'il déplore cette nécessité, ce n'est pas que dans les dépêches personnelles il n'insiste sur les moyens destinés à prévenir la rupture mais Grimaldi s'épouvante à l'idée tion nir mais

particulière et d'une date d'antidater

la déclaration —

à

ou

postérieure.

<l<" postdater selon

il prendra garde

declaration tout

ou

malgré

moins seule

cela de ne point

qu'en m ê m e s'ils

Masserano peut conve-

ce qu'il estimera

se

temps

il ne

déterminaient

ou avec la convention s'ils préféraient

nécessaire

lâcher d'une main tienne la con I reà

y

comprendre

qu'il y eut l'une cl

l'autre. A. E. Espagne,

volume 561,

f"

1 7 6 - 1 8 1 . Le troisième et d e r n i e r p r o -

jel espagnol se trouve dans le m ê m e v o l u m e f"

3 I / I - 3 I 5 : il est conçu

en des termes analogues et porte lu fine la réserve expresse des droits de l'Kspagno sur les Mes Malouines. 1. Non seulement Grimaldi entretient u n e correspondance directe avec Choiseul, mais encore il expédie à ce dernier dépêches à Masserano.

le d o u b l e

de

ses


192

de perdre son crédit, il s'effraie de constater la sourde campagne menée contre lui. Ne lui reprochc-t-on pas d'elle vendu à la France, d'être prêt à céder à l'Angleterre et sa qualité d'étranger n'est elle pas invoquée contre lui. Aussi se résigne-l-il à hurler discrètement avec les loups. C'est d'Aranda le véritable ministre de l'Intérieur, c'est le parti aragonnais qui pousse à la guerre et gagne du terrain. Cet entourage belliqueux entraîne aussi le roi. Charles III a conscience des dangers de la guerre mais stimulé par les encouragements d'Aranda, victime de sa fierté et de sa politique; de relèvement colonial, il approuve les préparatifs de guerre et est prêt à déchainer les hostilités si l'Angleterre ne témoigne point quelque condescendance en retour de la sienne propre. Des troupes s'embarquent pour les Indes ; six vaisseaux sont en armement au Ferrol, quatre à Cadix. Les galions sont successivement rentrés : ceux de Vera Cruz apportant dix-neuf millions de piastres en juillet, ceux des Mers du Sud quatre millions de piastres en août. Aussi ne dissiinule-l-on

plus les travaux en cours. A

Madrid, on parle d'une attaque franco-espagnole contre la Jamaïque et les autres Antilles britanniques. Choiseul ne cache plus son inquiétude devant celle subite activité. Il croit la rupture imminente en octobre et estime devoir soutenir diplomatiquement son allié quoiqu'en cas de guerre il ne sache quelle conduite tenir. Il sait que la France ne peut en trois mois être prête à faire campagne et maintenant il signale-à Grimaldi la nécessité d'atermoyer. Ne dpit-on pas attendre le retour des Tcrre-Neuvas et des convois coloniaux ce qui pour la Fiance a le caractère vital des galions pour l'Espagne. Du reste, ne faut-il pas trois mois pour permettre aux


193

escadres françaises de compléter leurs cadres, leurs équipages et leur approvisionnement. Le 3 octobre, Grimaldi accède, non sans une certaine satisfaction secrète, au vœu de son collègue ; les négociations de Londres traîneront en longueur mais alors la médiation française s'impose de plus en plus car la réunion du Parlement britannique sera pour l'opposition une occasion de raviver l'esprit belliqueux. Le vieux Pitt malade n'est point là pour attaquer le cabinet mais ses lieutenants sont présents. Toutefois

l'adresse d'ouver-

ture ne contient aucune attaque contre l'Espagne ce qui relève chez Choiseul l'espoir de parvenir à un compromis. Pendant ce temps Masserano et Weymouth défendent leurs points de vue sans y apporter d'altération ; tout au plus les Espagnols acceptent-ils de ne plus insister sur le désaveu de Ilunl mais ils réclament l'évacuation des îles. Choiseul obtient de Masserano que la question de réparation soit disjointe de la question de souveraineté mais cette initiative est sévèrement blâmée de Madrid.

Au

début

de novembre,

le projet espagnol

initial apparaît condensé, élagué, sous la forme de trois textes légèrement différents offerts à l'approbation des Anglais qui jugent chacune de ces .rédactions identiquem e n t insuffisante quant au fond. L'un d e ces textes est !e suivant : « Le Prince de Masserano... « l ' a m o u r d o n t Elle est

déclare que

S.

animée pour la paix el

M. C.

considérant

le maintien

de

la

« b o n n e h a r m o n i e avec S. M. B. a vu avec déplaisir l'expédition qui « pouvait l'interrompre et dans la persuasion où elle est de la réci« procité d e ses sentiments chez S. M. B., elle désavoue cette en tre« prise d'après la connaissance qu'elle a d c l ' é l o i g n c m e n l do S. M. B. « p o u r autoriser tout ce qui pourrait troubler la bonne intelligence « des deux nations. « Le Prince de Masserano déclare aussi que S. M. C. consent que 13


— 194 — « les Anglais retournent s'établir clans l'île de la Grande Malouine « par e u x appelée Falkland c o m m e ils y étaient avant le 10 j u i n de « cette année, j o u r auquel ils en ont élé expulsés par violence, afin « q u e de cette manière il soit notoire qu'ils sont remis dans l'état où « ils étaient avant cet événement ' . »

Grimaldi, que la résistance britannique effraie, s'efforce de surmonter les répugnances que montre le roi à paraître céder : il imagine qu'une expédition anglaise chasse les Espagnols d e Port-Egmont et se relire ensuite tandis (pie les î l e s occidentales seraientévacuées par Ruiz Puente (5 novembre). Toutefois il ne nourrit point trop d'illusions sur ce subterfuge destiné à ménager

l'amour-pro-

pre de Charles III bien qu'il estime devoir présenter cette idée comme une suggestion française (toujours par souci de paraître belliqueux tout en travaillant au maintien de la paix). \'avoue-t-il pas mélancoliquement à Masserano en une dépêche du même jour : « Il vaut mieux (en) terminer

tout de suite

p u i s q u e les frais en

« sont faits, .le liens pour indubitable q u e si la disposition

sur

le

« droit reste indécise, j a m a i s les Anglais ne consentiront à l'abandon « de leur île sans une autre compensation que le simple abandon de « la nuire. . . . Ils savent que c'est u n e épine qui n o u s blesse et sous « prétexte de n o u s la tirer, ils espèrent q u e n o u s la paierons f o r l c b c r « et c'est dans celle vue q u e celle nation ambitieuse et intéressée à « l'excès nous d e m a n d e u n e prétendue rançon de Manille, « Nous croyons q u e le résultat de noire

expédition

de ce j o u r

« après q u e vous aurez exécuté les ordres qui vous sont envoyés doit « n o u s a m e n e r o u la guerre ou la paix assurée. 11 y a cent à parier « contre un que ce sera la guerre mais s'il y a quelque lieu d'es-

« pérer !a paix ce n'est uniquement que parce q u e le Parlement sera « assemblé ou près de s'assembler. »

L'ambassadeur partageait

entièrement celte opinion :

devant, l'obstination de Weymouth il est con vaincu que ce dernier cherche à obtenir contre les Falkland des com1. A. E. Espagne,

vol. 5 6 1 , f° 400.


195

pensations. sans doute des droits de commerce et de navigation dans le Pacifique

qui

s'ouvre à l'exploration

(reprise, somme toute, de la lactique de Pill en 1 7 6 6 ) . Quant aux probabilités de guerre, il signale—assez facilement d'ailleurs — que la mise en étal des escadres anglaises se fait péniblement

par manque d'hommes.

L'amiral Ilowc, l'un des plus habiles hommes de mer, reçoit le commandement de l'escadre de la Méditerranée mais au lieu des a5 vaisseaux promis il n'en a que i& dont 8 frégates L A la fin de novembre 1 7 7 0 , Weymouth, en échange d'une

déclaration espagnole

conforme

aux desiderata

anglais (blâme de Bucareli, rétablissement des Anglais à Port Egmont, etc.), promet de donner une contre-déclaration par laquelle la Grande-Bretagne reconnaît qu'elle a satisfaction. A ce moment des complications de politique intérieure surviennent en Angleterre : l'opposition dirigée par Chatham, Shelburne,

Richmond, livre au

cabinet de; violents assauts. Chatham, qui se Satie d'être rappelé au pouvoir en cas de guerre, redouble d'intrigues afin de s'assurer une majorité et de s'imposer à Georges III. Cependant, ni aux Lords, ni aux Communes, la majorité ministérielle n'est p a r trop entamée car les désirs de guerre ne sont point généraux dans les Châmbr.es comme en témoignent les votes négatifs sur le renforcement des armements (aux Communes

•>,2~)

non contre

11 M

oui le a 2 novembre). Pourtant Weymouth, partisan de la guerre, se rapproche de Chatham afin de se ménager un 1.

Les forces d e l à m o n a r c h i e britannique étaient constituées sur

terre par 52.000 fantassins el 1 2 . 0 0 0 cavaliers en Europe, 4 3 . 0 0 0 h o m m e s en A m é r i q u e (principalement des milices) — seaux tout a r m é s en E u r o p e ,

48

vaisseaux

et

tibles d'èlre armés el en A m é r i q u e â vaisseaux officiel publiéi.

sur

mer

12 frégates el

3 0 vaissuscep-

1 0 frégates

(état


— 196 — portefeuille clans la future combinaison

ministérielle.

Tout parait incertain el Lord North, tout conciliant qu'il soit, se montre pessimiste et n'ose se compromellrccn décidant de la paix. C'est alors que Choiseul tente une démarche hardie. Il fait présenter par le comte de Guines, à peine arrivé à son poste, un projet français qui donne satisfaction au fond aux Anglais

et ménage l'amour-proprc

espagnol.

Le

r/| décembre, Frances déclare sans détour que cette initiative sera vaine, ministres anglais etambassadeurespagnol étant également « butés et privés d'imagination ». Choiseul avertit Grimaldi de sa détermination et

fait

valoir que si l'on veut la paix il faut une prompte décision, sinon par des armements respectifs la guerre éclatera au moindre incident ; ne sait-on

point

que des

navires anglais sont partis à destination de Carlhagène d'Amérique. Il y a donc lieu d'accéder sans relard aux demandes britanniques sauf à réserver dans un instrument diplomatique particulier la question de l'attribution des Malouines ( 19 décembre). « Vous serez, dit Choiseul,

peut-être fâché, mon cher Camarade,

« que j'aie on vo\ é à Londres un projel sur un ohjcl qui regarde di recce l e m e n l l'Kspagne aussi simple et un peu contraire dans la forme ce à vos instructions m a i s songez, m o n

cher C a m a r a d e , q u e les îles

» Falkland appartiennent à l'Kspagne ainsi que

tout l'accessoire de

•c cette affaire mais que la guerre appartient à la France c o m m e

à

« l'Espagne* » Choiseul estime indispensable d'intervenir car thousiasme

belliqueux

de Charles

III entretenu

l'enpar

d'Aranda. fait craindre un renvoi prochain de Grimaldi. Masserano. intimidé par les semonces de sa cour, se refuse à l'aire usage du projet français.

\

celle heure

ultime, le roi reconnaît le danger de pousser le cabinet britannique à la guerre ou de favoriser le retour de Gha-


— 197 — tham. 11 se résigne à accepter le désaveu de Bucareli sans réciprocité, la réintégration des Anglais, bref le projet français mais il insiste sur l'évacuation simultanée des îles. A ce moment survint à Madrid une intervention imprévue. Louis XV écrivit à Charles III une lettre personnelle et secrète en laquelle lout en parlant du maintien du Pacte, il suppliait son cousin de préserver la paix même au prix d'un sacrifice d'amour-propre. Celte lettre envoyée en dehors des ministres et confiée à d'Ossun fut remise au souverain espagnol le s4 décembre (elle était datée du 2 1 décembre). L'impression produite à la cour fut immense ; un grand conseil se réunit le 27 pour discuter de l'adoption ou du rejet du projet de Choiseul. Le parti de la conciliation l'emporta en partie par esprit de sagesse, en partie grâce à un incident futile. D'Aranda, emporté par l'ambition, avait quelque temps auparavant adressé à Grimaldi une lettre ouverte en laquelle il critiquait sans ménagement la politique pacifique jusqu'alors suivie et dans ce réquisitoire la personnalité royale était largement mise en cause. Grimaldi, saisissant l'occasion, montra le pamphlet au roi qui vivement irrité cl attaché à son libre arbitre, retira sa confiance à d'Aranda, rendit toute sa faveur à son ministre des Affaires Étrangères else prononça pour la paix

de crainte d'être ou paraître

influencé par d'Aranda et les coryphées du parti belliqueux. Au moment où L'Espagne se résignait à abandonner l'altitude qu'elle avait tenue jusqu'alors, deux événements inopinés survenaient coup sur coup en

France et en

Angleterre. La lettre de Louis XV n'était qu'une manifestation delà révolution dont Versailles était le théâtre : le 2/1 décembre Choiseul était disgracié, renvoyé brutale-


198

ment dans ses terres de CIianLeloup, son cousin ChoîseuLPraslin partageait son sort et tous ses collaborateurs perdaient tout crédit. Uiic savante intrigue avait, réussi à détacher Louis XV de son ministre les 2 0 - 2 1 décembre. La gestion des \ flaires Etrangères était confiée à titre temporaire au Duc de la Vrillière. A bond res, Lord Weymouth, mécontent de ne se point voir suivi par ses collègues dans la voie de la guerre, compromis par ses tractations avec l'opposition, démissionnait subitement et le remaniement ministériel qui en était la suite permettait au cabinet, de Lord North d'être nettement pacifique grâce à l'exclusion des « trouble-fêtes ». Le 2 janvier 1 7 7 1 , Grimaldi mandait à Masserano et à Fuentès que Charles III présentait comme ultime proposition une déclaration dont le fond était inspiré du projet français et dans la forme du dernier projet espagnol '. Il demandait aux représentants de Louis XV à Londres d'appuyer sa proposition. Aussi Masserano entrait-il en conférence avec Rochford devenu Secrétaire d'Etat pour le Sud

tandis que Guincs

Stuart Mackenzie, foutes

el Frances

négociaient avec

les parties en cause avaient

hâte de liquider ce litige (pie huile raison ne permettait de prolonger. Le gouvernement hispanique, en perdant Choiseul et en sentant la France ne le soutenir que mollement, redevenait pacifique ; le cabinet anglais, debar rassé de la menace de l'opposition liguée .à Weymouth, ne l'était pas moins (Georges III et le Parlement répugnaient à la guerre). Par suite, il n'y eut guère débat entre les plénipotentiaires et l'accord fut vite réalisé. 1. L'Espagne toutefois avait la satisfaction de constater q u e ses craintes relatives à des exigences territoriales ou

commerciales

de

l ' A n g l e t e r r e é t a i e n t v a i n e s ; la.cour de Londres ne cherchait pas à. « m o n n a y e r » l'incident de Poil Egrriont.


— 199 — Le 23 janvier 1 7 7 1 , le Prince de Masserano signait la note suivante : « S. M. B. s'étanl plainte de la violence qui avait été c o m m i s e le « 10 juin de l'année

1 7 7 0 à l'ile c o m m u n é m e n t appelée la

11 Malouine et par les Anglais

l'île de Falkland en

« force le c o m m a n d a n t el les sujets de S. M. B.

Grande

obligeant par la

à évacuer le

port

m appelé par eux P o r t - E g m o n t , d é m a r c h e offensante à l ' h o n n e u r de « Sa couronne, le Prince de Masserano... a reçu ordre de déclarer et « déclare que S. M. G. considérant l ' a m o u r « pour la paix et pour

le maintien

de

la

dont

Elle est

bonne

animée

harmonie

avec

« S. M. B. et réfléchissant que cet événement pouvait l'interrompre, « a vu avec déplaisir cette expédition capable de la troubler el dans « la persuasion

où Elle

est

de

la

« S. M. B. et de son é l o i g n e m e n t « pourrait

troubler

la b o n n e

réciprocité

des

sentiments

de

p o u r autoriser quelque chose qui

intelligence

entre les

deux

cours,

« S. M. C, désavoue la susdite entreprise violente et en conséquence « le Prince de Masserano déclare que S. M. G. s'engage à donner des « ordres i m m é d i a t s pour q u ' o n remette les

choses

de

« Malouine au Port appelé E g m o n t précisément dans

la

Grande

l'état où elles"

« étaient avant le 10 j u i n 1 7 7 0 , à quel effet S. M. C. donnera

ordre

« à u n de ses olliciers de remettre à l'ollicier autorisé par S. M. B. le « port el fort appelé E g m o n t avec toute l'artillerie, les m u n i t i o n s de « guerre el effets de S. M. B. et de Ses sujels qui s'y sont trouvés le « j o u r ci-dessus n o m m é c o n f o r m é m e n t

à l'inventaire

qui en a été

« dressé. « Le Prince de Masserano déclare en m ô m e l e m p s au n o m du Boi « son maître que l ' e n g a g e m e n l de S. M . C . de restituer à S. M. B. la « possession du port et d u fort appelé E g m o n t

ne peut, ni ne

doit

« n u l l e m e n t alTeclcr la question de droit antérieur de souveraineté i< des îles Malouines a u l r e m e n t dites Falkland. » En é c h a n g e ,

Lord Uochford

remettait à l'ambassadeur espagnol

une contre-déclaration qui reproduisit le tcxlc précédent et se termite nail par ces m o t s : « S. M. B. afin de faire voir les m ê m e s « sitions

amicales

« regardera

de

sa

part m'a

ladite declaration

« complissernent entier dudil

du

autorisé

Prince de

engagement

à

déclarer

dispoqu'Elle

Masserano avec l'ac-

de la part de S. M.

C.

« c o m m e une satisfaction de l'injure faite à la couronne de G r a n d c « Bretagne. »

Trois jours plus tard, le Parlement britannique était saisi de ces documents. A la Chambre des Lords, Cha-


200

tham s'éleva avec vigueur contre la non-reconnaissance des droits de l'Angleterre sur les îles et contre l'immixtion de la France dans une affaire anglo-espagnole, mais sa voix s'éleva presque seule contre le cabinet. Aux Communes, l'opposition se montra plus faible encore : le principal grief invoqué contre la déclaration fut que les frais de rétablissement de la garnison britannique n'étaient pas imputés à l'Espagne. Bref le ministère recueillit dans les Chambres une écrasante majorité et le 13 février, il faisait voter une adresse de remerciement au roi pour le succès diplomatique remporté. Pourtant in extremis un incident faillit compromettre l'heureux dénouement de cetle laborieuse négociation. Lord Rochford, l'ancien ambassadeur à Madrid, ministre de second plan jusqu'alors, celui que Choiseul qualifiait d'homme le plus faux, le plus jactant, le plus étourdi et le plus indiscret, signala son arrivée au département du Sud par une imprudence. Il recevait ce portefeuille en un moment où de ce poste dépendait la paix ou la guerre. Or, à peine installé cl bien que n'ayant pas participé aux négociations, il invita Harris, le chargé d'affaires à Madrid, à quitter son poste sur le champ, et, par surcroît, il omit d'aviser de ce fait les représentants à Londres de France et d'Espagne (28 décembre). Harris, surpris, se conforma néanmoins à l'ordre de rappel, notifia cette décision à Grimaldi le 12 janvier et, peu après, prit officiellement congé. Il préparait sans hâte sou départ, annonçait son intention de séjourner quelque temps à Madrid avant de gagner un port. Grimaldi, tout en estimant que la négociation était en bonne voie, ne put qu'envoyer à Masserano l'ordre de suspendre toute action officielle et de se retirer si le gouvernement britannique maintenait sa décision ( 13-15 janvier). Lord


2or

Rochford s'émut du développement de cet incident et tenta d'expliquer aux ministres bourbon que celte mesure avait été destinée à donner une satisfaction de pure forme à l'opinion ; il se hata d'affirmer que l'Angleterre n'avait nulle intention de rompre relations ou pourparlers et, comme gage de ce fait, il annonça qu'un ambassadeur en titre allait être nomme à Madrid en la personne de Lord Grantham *. Le iS janvier, des contre-ordres étaient expédiés en loute diligence à Harris ; ce dernier les reçut alors qu'il était sur la roule de Rarcelone à quelques étapes de Madrid et il s'empressa de rebrousser chemin et de rejoindre la cour espagnole. L'heureux dénouement de l'expulsion des Anglais des Malouines ainsi que des laborieuses conversations diplomatiques qui en furent la suite, fut accueilli pardes transports d'allégresse tant en Angleterre qu'en Espagne. Les deux nations acceptaient la guerre mais préféraient la paix. Seuls les partis belliqueux furent déçus.

Si les plus grandes difficultés résultant de l'affaire des Malouines se trouvaient surmontées par les déclarations du 22 janvier, il restait encore matière à controverse sur l'exécution des mesures décidées en principe. Sans doute, le Bai 11 i d'Arriaga expédia dès le 7 février 1 7 7 1 des ordres à Don Philippe Ruiz Puente pour assurer l'évacuation de Port Egmont et la restitution du matériel capturé en juin précédent. Toutefois un point restait en suspens : y auraitil retraite immédiate des Anglais ou faudrait-il de nouveaux pourparlers au sujet de la souveraineté des îles? 1. L'ambassade d'Angleterre en Espagne était sans titulaire depuis le départ de Sir James Gray en 1 7 6 9 .


— 202 Masserano affirmait avoir reçu de Lord Rochford l'assurance — verbale d'ailleurs — que la Grande-Bretagne renoncerait à son établissement des Falkland sur le champ. Aussi Harris se faisait-il l'écho le i/| février d'un bruit répandu à Madrid sur lequel l'archipel serait abandonné par les Anglais deux mois après la réoccupalion.

Lord

Rochford protesta contre tout engagement pris par lui et invita le chargé d'affaires à exprimer à Grimaldi en même temps que l'inexistence de toute obligation britannique l'inanité des craintes ressenties pour l'intégrité de l'Ullramar. L'Amirauté anglaise entendait ne point créer de base navale aux Falkland et même toute idée de colonisation dans ces îles était abandonnée. Durant le mois de mars, il y eut à Londres des conférences anglo-franco espagnoles à ce sujet; la Gourde Madrid réclamait l'évacuation simultanée ou la neutralisation mais constatant l'inutilité de ses réclamations, elle laissa cette question s'effacer dans l'oubli à partir d'avril 1 7 7 1 . Du reste, le cabinet de Saint-James tint parole et se désintéressa de sa colonie des Falkland. Lors du vote du budget en 1 7 7 2 , Lord Rochford lit valoir que des économies étaient réalisées sur les dépenses militaires ; notamment aux Malouines la garnison était réduite à 5o fantassins cl :>.'> garde marines. Même le maintien de ces infortunés soldais dans ces îles solitaires de l'Antarctique se justifiait de moins en moins si bien qu'en février 1 7 7 4 leur rapatriement fut décidé. Le 2 2 mai suivant, le lieutenant Clayton

quittait Porl-Egmout après avoir fait

apposer une plaque attestant la prise de possession de l'île par l'Angleterre . 1

1. Ce groupe clos Falkland a b a n d o n n é par l'Espagne et la GrandeBretagne ne devait être réoccupé par celte dernière q u ' e n i 8 3 o , ce q u i provoqua en i833 u n e active correspondance entre le vicomte


203

Cette crise de 1 7 7 0 était survenue à ['improviste car les instructions du Bailli d'Arriaga en date de janvier 1 7 6 8 ne prescrivaient nullement d'expulser les Anglais des Malouines et le Conseil des Indes n'édicla durant les années suivantes aucun ordre de ce genre.

Toulcfois

l'incident de Port Egmont susceptible de devenir an casa» belli prit l'Espagne beaucoup moins au dépourvu que l'Angleterre. L'Espagne, en effet, armaitsyslémaliquement depuis 1 7 6 8 et par la lenteur de son organisation se trouvait vers 1 7 7 0 en pleine activité militaire et navale tandis qu'en Angleterre les mesures de défense ou préparatifs de guerre avaient lieu de façon plus spasmodique. Déplus, par la tournure que prirent les négociations hispano-britanniques,

l'esprit

belliqueux était plus dominant à

Madrid qu'à Londres ; le parlement et l'opinion britanniques juges décisifs en la matière, étaient bien moins empressés à faire la guerre que Charles III et certains de ses conseillers. Ces derniers avaient pleine confiance en les forces de la monarchie, en la situation saine des finances ; seule l'abstention de la Prance les paralysa à la dernière minute. La chute de Choiseul rendit inévitable la solution pacifique. L'incident des Malouines paraissait bien mince pour déchaîner la guerre ; ne rappelait-il cette affaire des îles Turques survenue entre la France et l'Angleterre en

176/1.

Mais alors c'était Choiseul qui était mis en cause et ChoiPalmerston cl Manuel Moreno, le représentant de la

Confédération

Platéenne, celle-ci à litre d'Etat succédant de l'Espagne réclamait la propriété des îles. Ces revendications échouèrent devant l'état de fait et les Falkland restèrent colonie de la c o u r o n n e b r i t a n n i q u e .


204

-

seul, désireux d'éviter la guerre, donna pleine satisfaction aux dirigeants britanniques et n'hésita pas à blâmerd'Estaing. Charles fil aussi désirait maintenir la paix mais dominé par le souci de ne point abaisser sa couronne, il n'osa pas donner dès le début pleine etentière réparation aux Anglais. Ce qui détermina la crise aiguë fut non l'incident initial mais le fait que le Cabinet de Saint-James exigea complète réparation, méconnaissant les bonnes intentions de Charles III cl le point d'honneur de ce souverain. Celui-ci n'en dut pas moins accepter la capitulation déguisée de janvier 1 7 7 1 ; s'il eut agi ainsi en septembre précédent, il eut évité de subir la double mais distincte pression de la France cl de la Grande-Bretagne. Cette erreur donna libre carrière aux partis belliqueux de Londres et de Madrid qui crurent en décembre 1 7 7 0 parvenir à déchaîner la guerre. La crise fut conjurée au prix d'une humiliation pour l'Espagne, de la chute de Choiseul pour la Cour de Versailles.


205

Les Suites de la Chute de Choiseul. — Les Limites de Saint-Domingue ( 1 7 7 1 - 1 7 7 6 ) . Le danger d'une guerre maritime mettant aux prisesl'Angleterre avec les monarchies bourbon

disparaissait

avec moins de rapidité qu'il n'était apparu. Si la France n'avait pris que le minimum des précautions militaires pour l'éventualité d'un conllit, on avait en Angleterre misquelques escadres sur le pied de guerre, mais c'était la monarchie espagnole qui avait poussé le plus loin les armements,

bataillons après bataillons

élaient partis

aux

Indes depuis l'été de 1 7 7 0 ; à Cadix comme au Ferrol, des Hottes s'équipaient. La population du royaume avait, témoigné d'un grand empressement à combattre et si l'Amirauté britannique se voyait dans la nécessité de recourir à la presse, on avait trouvé en Espagne un, nombre suffisant

de

matelots.

Le Consulat

de Cadix

auquel s'étaient joints les commerçants des autres ports, avait spontanément offert d'armer cent frégates,

d'entre-

tenir à ses frais 20.000 marins pendant la durée des hostilités; dansée but, il avail réuni des fonds en émettant i . 5 o o actions de 4-000 piastres et il avait présenté au roi un don gratuit d'un million de piastres. Symptôme caractéristique de l'état d'âme belliqueux de la nation mais celle-ci n'en avait pas inoins été satisfaite de se voir épargner le lléau de la guerre. Toutefois

on conçoit qu'on

ne put calmer sur le champ l'effervescence de l'esprit public. Après l'échange des déclarations du 22 janvier,

les

lords Rochford el North affirmèrent leur désintéressement, absolu en matière d'annexion des Falkland el supplièrent


-

206

-

la Cour d e M a d r i d d e n e point réveiller l'attention d u Parlement s u r c e t t e q u e s t i o n e n insistant sur u n e p r o m p t e

évacuation. Quant au désarmement, tous étaient d'accord pour revenir par p r u d e n c e autant que p a r économie a u régime de paix. Si la F r a n c e dès la fin de janvier d é s a r m a i t , aucune des deux autres puissances ne se souciait, au moins officiellement, d e d é s a r m e r

la première. L e s

é c h a n g e a d e vue sur ce point é t a i e n t stériles. Cependant, d'un accord t a c i t e , les préparatifs avaient élé suspendus de part et d'autre; depuis janvier i 7 7 i , q u e l q u e s licenciements de troupes

el

d'éipi i pages

avaient

lieu

mais

nul n'osait procéder le premier au d é s a r m e m e n t des flottes. Le Cabinet d e l'Eseurial à cet égard faisait, montre d'un zèle modéré, s e m b l a n t attendre q u ' u n

événement non

veau survint qui orienta d é c i s i v e ment sa p o l i t i q u e extérieure. Attendait il la m i s e à exécution de la déclaration •du 22 janvier ou q u e l q u ' a l t é r a t i o n dans l'attitude de la France ? Jusqu'en mai, tout resta en suspens, puis brusquement en juin la d é m o b i l i s a t i o n des forces espagnoles s'accélère.

Même

on

rappelait

d'Amérique,

plusieurs

bataillons de réguliers. Il est vrai que d a n s l'intervalle, le Parlement b r i t a n n i q u e était! p a r t i en v a c a n c e s et G e o r g e s I II

avait p r o n o n c é un discours n e t t e m e n t p a c i f i q u e ; En l'été de 1 7 7 1 . la paix paraissait assurée sur mer et il en était de m ê m e sur le c o n t i n e n t en dépit des froissements dus à la p o l i t i q u e d ' i n g é r e n c e d e J o s e p h 1 1 ; alors s'élaborait le

plan prussien pour le démembrement, partiel d e la Polo gne et, en Orient Musses et Turcs étaient aux prises ce qui i n t é r e s s a i t fort la F r a n c e et l ' A n g l e t e r r e .

A

Madrid,

1

on demeurait encore sous

l'impression

1. Collaboration active de l'Angleterre aux succès navals i-usses.


207 — causée par l'événement qui avait déterminé l'adoption de la déclaration du 2 2 janvier et prévenu la guerre. Cet événement était la chute de Choiseul chute brutale et inopinée, si conforme au tempérament de Louis XV. Le ministre disgracié n'avait pu croire sa fin si prochaine et à la veille de son renvoi, il écrivait à Grimaldi pour exprimer l'espoir que l'Espagne et l'Angleterre trouveraient un lorrain d'entente. 11 succombait à une coalition d'intrigues que dirigeaientTerray, d'Aiguillon, Maupeou, Broglic, etc. L'affaire

des Parlements, habilement pré-

sentée, avait contribué à donner le coup de grace au ministre dans l'esprit du roi. Invoqua-ton (ainsi qu'il est admis) les menées belliqueuses de Choiseul et insinua t-oh que celui-ci voulait, avec l'aide de la question des Malouines, déclancher une guerre maritime qui le rendrait indispensable. Mais il fallait alors singulièrement déformer la réalité car l'argument était de mince valeur. Si l'on pouvait invoquer le le programme de revanche élaboré depuis

1763, par

contre, il était difficile de prouver les intentions belliqueuses de Choiseul en cet hiver

r. En effet, la

1770-177

correspondance diplomatique d'Espagne témoigne qu'à Madrid on trouvait bien liède l'empressement de la France à.armer et les états navals du début de 1 77 L montrent clairement que la Hotte française était moins nombreuse et moins prête que la Hotte hispanique. Au reste la 1

manière don lavait été réglé l'incident du fossé de Chander1. L'escadre do l'Atlantique (Brest cl Loricnl) comptait en janvier 1 7 7 1 23 vaisseaux el

i5 frégates (en m a r s , Brest fournissait 0 vais-

seaux de plus) ; celle de la Méditerranée ( T o u l o n )

mettait

en avril 1 7 7 1 i4 vaisseaux el (i frégates (Corr. d'Espagne).

en

ligne

L'ignorance

à la cour des affaires coloniales et m a r i t i m e s était une a r m e dont les e n n e m i s de Choiseul entours.

se servirent

pour

abuser

Louis

XV

et

ses


208

nagor prouvait que Choiseul n'entendait pas tirer de ce litige un casas belli et la médiation exercée à Londres de façon si effective entre Masserano et Weymouth était une nouvelle preuve d'espril pacifique. Enfin ne pouvait-on mentionner

ce projet de rédaction

presqu'imposé

à

l'Espagne à la veille de la disgrâce. D'ailleurs les thèses soutenues par les ennemis de Choiseul étaient à la fois variés et contradictoires. N'accusait-on pas ce ministre d'etre tyrannique et faible, d'etre simultanément acquis aux intérêts

de l'Autriche, de

l'Espagne et même de l'Angleterre. Certains mémoires venimeux (notamment ceux de Favier) ne préscnlaicnlils pas cette politique de prudence pratiquée depuis 1 7 6 3 comme un pacte passé au profit de l'Angleterre. N'était-ce pas les mêmes hommes qui reprochaient à Choiseul sa faiblesse et qui se plaignaient de son énergie à vouloir la guerre en 1 7 7 0 . Les dirigeants de Madrid sentirent rudement le Contrecoup du renvoi de Choiseul. La collaboration en vue de la guerre de revanche paraissait compromise, même l'application

peut-être

du Pacte de Eamille. Les lettres de-

Louis X V à Charles III, notamment celle du 2 1 décembre 1 7 7 0 , étaient une désapprobation discrète mais formelle de tonte politique belliqueuse el l'affirmation

du

maintien du Pacte était une faible atténuation à celte défection d'autant plus pénible qu'elle était plus imprévue. L'impression ressentie à Madrid était profonde. Charles III, Crirnaldi, Arriaga, sentaient confusément qu'un trouble était apporté à l'alliance, que quelque fut l'homme appelé à remplacer Choiseul, l'œuvre accomplie en commun depuis 1 -ti.'ï ne serait plus poursuivie dans le même espritde part et d'autre des Pyrénées. Aussi le roi d'Espagne


209

n'hésita-t-il pas à plaider ouvertement la cause du ministre disgracié; il reçut de Louis XV une réponse inexorable en sa froideur, réponse qui invitait à mettre un terme à de telles sollicitations. il devait en octobre 1 7 7 1 tenter une nouvelle démarche et s'attirer de Louis XV une réplique tellement catégorique qu'il crut devoir protester contre une semblable rebuffade tout en promettant de ne plus

s'immiscer dans les

Cour de Versailles.

affaires particulières de la

1

Le remaniement

ministériel qui atteignait Choiseul,

Choiseul Praslin, s'étendait aux principaux portefeuilles de l'état qui avaient été délenus par les deux cousins. Quiconque passait pour dévoué à la politique défunte était considéré avec suspicion. L'abbé Beliardi ne put échapper à un rappel (29 octobre 1 7 7 1 ) mais d'Ossun, sacrifiant aux nouvelles puissances, conserva son posle. Ce fut le duc d'Aiguillon qui reçut en juin à titre définitif le Ministère des Affaires Etrangères, confié provisoirement au duc de la Vrillière. Aiguillon, l'un

des membres du

triumvirat présidé par Maupcou, n'était pas particulièrement persona grata

près de l'Espagne : une démarche

indiscrète tentée par Fuentès en faveur de l'exilé de Chantcloup auprès du duc, à la veille de la nomination de ce dernier n'étail point de nature à établir quelque cordialité personnelle dans les rapports officiels franco-espagnols. Ces rapports à partir de 1 7 7 1

allaient devenir plus

froids. Le souvenir de la défection française, de l'ingratitude de Louis XV pour son ministre et le ton du roi de France ulcéraient Charles III. Fini pour Grimaldi cet échange direct de correspondance avec le «camarade.), le 1.

Iléponse de Louis X V en dale du

18

octobre

cl réplique

Charles lit du 28 octobre 1 7 7 1 . 14

de


-

210

ti confrère» de Versailles, fini la communication au secrétaire d'Etat de France des dépèches espagnoles envoyées à Londres. Il est vrai que le nouveau ministre ne paraissait nullement désireux d'entretenir ces relations intimes et amicales. Le seul l'ait de la dissociation des portefeuilles détenus directement ou non par Choiseul contribuait à porter a t t e i n t e à la politique d u l'acte de Famille et à la politique de revanche contre l ' A n g l e t e r r e . Les départements de la Guerre, de la Marine, des Colonies, du Commerce, des \ liai res Etrangères allaient travailler séparément désormais et les rivalités traditionnelles entre bureaux, les lenteurs

administratives

ne

seraient

plus

atténuées

par celte unité de direction, fruit de la

«tyrannie»

de Choiseul. La réaction

s'annonçait

contre celui-ci

tellement irrémédiable et considérable que l'impulsion donnée de 1 7 6 3 à 1 7 7 0 allait bientôt mourir et que les préparatifs de la g u e r r e

de revanche allaient être sus-

pendus. Cette réaction se manifestait fatalement dans le domaine diplomatique. Avec l'exemple donné par Louis XV plus entiché que jamais des complications polonaises, asservi avec de

liroglie

aux machinations

de son secret, les

affairée coloniales et maritimes sont réléguées à l'arrière plan. La cour veut bien s'intéresser aux choses du commerce et de l'industrie en Fiance, fort peu en Europe et point du tout dans les pays exotiques. Aussi la question du Iralic des Mers du Sud liée à l'incident des Falkland ne devait venir à l'esprit d'aucun des grands seigneurs français. L'action du gouvernement de Versailles se tourne du côté de la Pologne, de l'Autriche et de la Prusse. Par suite, t i n revirement s'accuse du côté de l'Angleterre car


211 -

on a conscience que la monarchie ne peut à la fois intervenir sur deux fronts l'un de mer et l'autre de terre. Si la France a fait figure de médialeur dans le différent des Malouines, elle esquisse après 1 7 7 1 un mouvement de rapprochement vers le cabinet de Saint-James. Peut-être est-elle encouragée dans cette voie par l'attitude assez pacifique des dirigeants de Londres qui, accablés par les soucis financiers, par les suites delà politique personnelle de Georges III et les difficultés

grandissantes avec les

colonies d'Amérique, cherchent à éviter les complications extérieures. C'est ainsi qu'un

incident franco-anglais survenu à

Terre-Neuve durant la campagne de 1 7 7 2 (saisie de b a i l ments français à Bonavisla, destruction de sécheiïes sur le French grâce à

Shore)

l'offre

est réglée amiablemcnt sur le champ

spontanée

des

ministres

britanniques

d'accorder d'amples réparations. Dès lors, le duc d'Aiguillon, fidèle à l'impulsion royale, nourrit l'idée d'écarter tout danger de conllit maritime en concluant une alliance franco anglaise. Il rêve de débuter en celte voie par la conclusion d'un traité de commerce entre les deux nations. Toutefois, même à cet égard, il n'est point trop soutenu par ses collègues du triumvirat ; le contrôleur général Tcrray redoute que l'entente

avec

la Grande-Bretagne ne soit

achetée au prix de la décadence du commerce français et (pie la concurrence des lainages et produits

coloniaux

anglais ne soit défavorable aux articles similaires nationaux: Néanmoins le successeur de Choiseul se leurre de l'espoir de pouvoir conclure l'équivalent des alliances d'Autriche et d'Espagne. Si, sur le continent, le duc n'a pu prévenir le premier partage de la Pologne et s'il n'a pu relever le prestige ottoman abattu par la Russie, il se heurte dans l'aecom-


212

plissement de sa politique maritime à un obstacle insurmontable. L'Angleterre en dépit des embarras intérieurs, en dépit de la menace de sécession des colonies d'Amérique, dédaigne l'alliance française. Lord Rochford, pressenti par un envoyé secret, M. de Marlangc, en février 1 7 7 0 , r é p o n d par une lin de non-recevoir catégorique. Le cabinet North, dont la position envers le Parlement est peu solide du fait de sa déférence aux mesures personnelles de G e o r g e s III. tient sans doute; à se ménager la possibilité d'une diversion extérieure et il sait qu'après l'expérience récente de l'alliance prussienne, les engagements avec une puissance étrangère sont peu du goût de la nation et du Parlement. En mars 1 7 7 3 , d'Aiguillon doit renouer à son projet d'entente. M. de Marlangc est expulsé de Londres. C'est un nouvel échec pour la politique du ministre. Celle-ci qui n'a procuré nul avantage du côté des puissances continentales et de l'Angleterre, en donne moins encore du côté de L'Espagne. Sans doute le Pacte de Famille est ostensiblement maintenu, sans doute vis-à-vis deNaplcset de Parme il y a action commune des deux grandes cours bourbon mais pour les affaires extra-européennes il n'y, 4

a plus d e l i a i s o n

diplomatique entre elles. La politique

franco a n g l a i s e s'esl séparée licitement de la politique hispano a n g l a i s e .

Dans le d o m a i n e

économique,

on

ressent

l'ellel du

dépari de Choiseul et du rappel de Beliardi. Les ministres e s p a g n o l s , de même

que les commerçants espagnols,

r e g a g n e n t lentement les avantages c o n c é d é s à la France au

temps de Choiseul. Musquiz aux finances, Arriaga à la 1. La Cour d e Naples sens Tanucci tond à rejeter l'influence espag n o l e et française tandis

que celle de Parme cherche à s'émanciper

des tutelles b o u r b o n et autrichienne.


-

213

-

Marine et au Conseil des Indes relèvent peu à peu le régime d'exclusive aux dépens des alliés français. D'Ossun en cette matière est un piètre avocat, souvent enclin à donner gain de cause aux Espagnols. Un fa it caractéristique se produit au sujet des droits d'entrée. Ceux-ci sont revisés dans un esprit de spécialisation : les articles de luxe qu'exporte principalement la France sont volontairement ou non frappés durement tandis que les produits anglais plus communs échappent à une taxation excessive. Les négociants français d'autre part s'expatrient difficilement et cependant les quelques centaines

de commerçants

anglais répandus dans les ports de la monarchie sont considérés avec moins de suspicion que leurs rares confrères français. C'est que dans la monarchie péninsulaire on voit des milliers de Français pour la plupart artisans, valets, coiffeurs ou aventuriers. Ce n'est pas que Charles III, quand d'Ossun le sollicite, ne soit prêt à témoigner sa bienveillance pour le commerce français : tel est le cas de l'induit de juillet 1 7 7 6 qui autorise le commerce de Saint-Domingue

français

avec la partie espagnole, les provinces de Venezuela, de Gumana et de Guyane pour les bestiaux et avec la Louisiane pour les grains et les bois (à condition que le trafic se fasse par bâtiments espagnols et que le paiement des chargements se fasse en traites et non en marchandises). Mais pour profiter des bonnes dispositions du roi, il faut une intervention pressante et la cessation des rapports personnels autrefois établis entre Choiseul et la Gourde Madrid se fait durement sentir.

La politique d'Aiguillon a servi de repoussoir à celle de Choiseul. Les vclléilés d'entente franco-anglaise n'ont pu


214

-

être ignorées du Cabinet de l'Escurial ; l'amélioration des relations enlre Londres et Versailles n'avait point de pendant cidre Londres et Madrid. Non certes que les rapports hispano-britanniques

fussent

particulièrement

tendus

mais ils ne témoignaient point en 1 7 7 d ' u n e excessive cordialité. Après la fièvreuse période de l'automne et de l'hiver de 1 7 7 0 , il y avail bien eu une réaction mais une écriai ne nervosité prévalait encore dans les allai res colon i a les. Ce n'est qu'en l'été de 1 7 7 4 que les Malouines sont évacuées par les Anglais, mesure; d'économie et résultat négatif d'une tentative de colonisation plutôt que marque de déférence envers les voeux die la monarchie hispanique. Lord Itochford prolitail. de son expérience d'ancien ambassadeur à Madrid de 1 7 6 4 à 170(1 pour laisser à son tempéramment ardent libre carrière. Il s'émouvait du moindre rapport envoyé par les consuls des porls de la péninsule et erosail découvrira tout;moment de suspects armements. La constitution à Carfbagène d'une division chargée d'escorter la Grande Duchesse de Toscane d'Italie en Espagne lui inspira les plus vives inquiétudes et l'incita à d'imprudentes déclarations. Le printemps de 1 7 7 4 vit surgir un léger conflit colonial. Le gouverneur de Porlo-llico, Don Miguel deMuexa, protesta auprès du commandant des Iles sous le Vent britanniques au sujet d'une expédition de colonisation dirigée sur Krabbsoe cette île officiellement danoise. Le vice-amiral Parry avait envoyé cinq vaisseaux protéger le débarquement. de l'affaire.

Les chancelleries

Lord Hochford

n'osa

s'emparèrent

persister dans son

intention d'annexer l'île et grâce à l'action émolliente de Lord Grantham, ambassadeur à Madrid, et grâce à l'esprit pacifique de Grimaldi l'affaire n'eut point de suites et la souveraineté de l'île resta douteuse.


— 215 — L'attisée suivante, une nouvelle allaite des Falkland fut près de survenir ; le théâtre du conflit était cette fois aux confins de l'Asie, dans l'archipel philippin.

La Compa-

gnie anglaise des Indes avait obtenu du sultan de Xolo une concession dans l'île de Balembagan. Son représentant Herbert fit preuve de zèle et créa des faclorcries dans les îles voisines, d'où inquiétude a Manille et, par contrecoup, à Madrid. Le chargé d'affaires de cette cour à Londres d'Escarano (qui, en raison de l'absence prolongée dn Prince de Masserano malade, avait déjà présidé au règlement de l'affaire de Krabbsœ) fit les plus vives représentations à ce sujet. Menace d'expulsion des Anglais, vif échange de notes à propos des limites de la souveraineté espagnole. En mai 1 7 7 5 , Grimaldi et Grantham discutent longuement la question ; en juillet conférences à

Londres. Le gouvernement

britannique

se trouve

dans la même position que l'Espagne en 1 7 7 0 cl cherche une honorable solution. Finalement en août l'influence hispanique est reconnue sur Xolo et les îles voisines tandis que Balembagan est dévolue à la Grande-Bretagne. A dire vrai, aucune des deux puissances n'avait envie de faire la guerre, surtout pour des motif aussi futiles. L'une se sent menacée dans son intégrité territoriale par le mouvement insurrectionnel de ses colonies d'Amérique ; lord North tenait donc à avoir les mains libres à l'extérieur, surtout du côté des monarchies bourbon. D'autre part, l'Espagne avait des embarras avec les Barbaresques. Le sultan du Maroc n'avait-il pas attaqué les présidios de Melilla et de Ceuta en septembre 1774. et il avait

fallu organiser des expéditions de secours. Au

printemps suivant le siège des deux places avait été levé. Assurément c'était un succès mais aussi une lourde


- 216 dépense pour le trésor royal et un rude effort

militaire

pour la nation. Quelques semaines plus tard, Charles III, profitant des préparatifs effectués dans ses ports, dirigeait contre Alger une expédition que commandait O'Reilly pour les forces de terre et Castcjon pour celles de mer. L'assaut donné le 8 juillet fut compromis paii'absence de cohésion en lie armée el marine si bien qu'il tourna à l'échec ( 6 . 0 0 0 hommes périrent dans ces opérations). O'Reilly se vil imputer en qualité d'étranger tout le blâme et dul subir une éclipse de laveur pour satisfaire le sentiment national. Mais l'administration

et la diplomatie espagnoles subirent

le contre-coup de cette défaite. De tels événements contribuaient à éloigner de tout projet d'une grande guerre les dirigeants madrilènes. En

outre,

le

nouveau

représentant

de Georges III,

Lord Grantham, avait adopté une attitude qui contrastait singulièrement avec celle de ses prédécesseurs, Harris, Gray, Rochford ; chez lui, point de hauteur ou de raideur blessante, point d'esprit de dénigrement pour le régime hispanique mais, au contraire, des dispositions amicales et le désir de prouver les intentions pacifiques de Lord North. L'ambassadeur cherchant à apaiser les petits conflits locaux inévitables dans le domaine colonial et travaillant à concilier les politiques anglaise et espagnole, la paix ne risquait point d'être troublée en dépit de la nervosité de Lord Rochford. Toutefois si le Cabinet de l'Escurial repoussait toute idée de rupture avec l'Angleterre, il était tout aussi éloigné de travailler à un rapprochement intime avec cetle puissance. D'où opposition avec la politique pratiquée par d'Aiguillon et absence de plus en plus marquée de tout synchronisme entre les systèmes maritimes coloniaux des deux cours bourbon.


217

Au lendemain de l'affaire des Malouines,

l'Espagne

n'avait pas été sans avoir un prestige un peu terni. Des politiques, notamment en Angleterre, se plaisait à user de cette énigmatique

formule « l'Espagne a dit son

Secret » et laissaient entendre que cette puissance par une reculade imprévue avait accusé sa faiblesse navale et militaire à la veille de risquer une guerre. Assez singulièrement une telle opinion était partagée par certains milieux français qui pourtant eussent dû savoir que les intentions belliqueuses de la Cour de Madrid n'étaient pas absolues et que la guerre n'avait été évitée que par la défection inopinée de la France, notifiée par Louis XV à Charles I I I , L'idée que l'Espagne était plus redoutable en paroles qu'en réalité s'était propagée après 1 7 7 1 sans cependan t devenir pa rmi toutes les chancelleries une vérité : l'infructueuse expédition d'Alger ne devait pas contribuer à relever ce prestige aux yeux des adversaires et des détracteurs de la monarchie péninsulaire.

Les Limites de Saint-Domingue. L'altération subtile qui commençait à se faire jour dans l'application du Pacte eut occasion de se trahir au cours de pourparlers qui mettaient aux prises les intérêts des deux alliés. Le ministère de Choiseul léguait à son successeur deux questions de délimitation avec l'Espagne : l'une en Navarre, l'autre à Saint-Domingue. Celle dernière, était la plus épineuse car la colonisation de l'île s'était faite simultanément, les Français s'installant dans l'Ouest et les Espagnols dans l'Est,

aucune frontière

précise

n'ayant été tracée entre les deux zones. Le problème de délimitation pendant longtemps ne se


218

posa guère, la bordure côtière étant seule occupée cl. le centre de l'île étant abandonné d'autant pins que

celle

région centrale était formée d'un massif montagneux d'où se détachaient des chaînons jusqu'au littoral. Mais l'exploitation de rhinterland progressant,

il devint néces-

saire au milieu du wm' siècle de fixer des limites aux deux colonies voisines. Les guerres du règne de Louis XIV avaient laissé les choses fort indécises : à la paix de 1678, les commandants locaux avaient admis (pie la rivière de Bebouc servail de limites et les traités de Byswick

e l dTlrccht

avaient laissé dans l'ombre ce problème si bien qu'en 1 7 7 0 lien n'était réglé à ce sujet. Lors des hostilités de 1 7 6 1 - 1 7 6 2 , un accord était intervenu entre les gouverneurs respectifs, M. de bory elle Marquis d'Azlor pour la défense commune de l'ile contre l'Angleterre. Cet accord du 21 juillet 1 7 6 2 organisait les relations entre les deux administrations, le ravitaillement mutuel des deux colonies, prévoyait un système de routes, etc ; mais l'application de celle convention soulevait de telles difficultés qu'en 1 7 6 3 et 1764 elle était fort platonique et suscitait une correspondance assez vive entre Azlor et d'Estaing, le nouveau gouverneur. Néanmoins pour la période des hostilités une certaine cordialité avait été maintenue par souci d'assurer la protection de l'île. Bientôt naquirent des incidents de frontière : les colons français plus entreprenants que les Espagnols étendaient sans cesse leurs plantations dans l'intérieur nonobstant un accord local du 1er décembre 1 7 6 6 (entre le Marquis d'Azlor et le Chevalier de Rohan) qui interdisait toute plantation

nouvelle dans les territoires litigieux. Ces

colons dépassaient les limites assignées à leur expansion el maltraitaient l'autorité espagnole quand celle-ci voulait


s'exercer (enlevement

219

de posies, désarmement de pa-

trouilles, ele), Aussi l'écho de ces faits minimes mais répétés retentit à Madrid et en octobre-novembre

1 7 6 9 le Comte de

Fuenfès se plaignait à ce sujet auprès de Choiseul et de l'raslin. L'occasion parut bonne pour fixer la frontière définitive cl prévenir le retour de tels incidents. Grimaldi, par suite, expédia à son ambassadeur le i5 janvier 1 7 7 0 des pleins pouvoirs pour négocier mais, l'affaire des Malouines survenant, cette question de Saint-Domingue fut reléguée à l'arrière-plan et'oubliée. Durant l'année 1 7 7 1 , nul n'y songea d'Aiguillon,

à Versailles, ni La Vrillière, ni

tandis que les bureaux attendaient pour

reprendre leur activité la venue d'un fait nouveau. Par contre, on y pensait à Saint-Domingue et le Comte de Solano, successeur du Marquis d'Azlor, pressait son collègue français de mettre fin aux troubles des frontaliers et envoyait même au Cap Français un plénipolen tiaire Fernand de Spinosa-Miranda. Le gouverneur français Comte de Nolivos admit par

mémorandum

du

3 novembre 1 7 7 1 les revendications espagnoles. Alors que Solano en réclame l'exécution immédiate, le Vicomte de la Ferronnays remplace Nolivos cl, prenant connaissance des engagements de son prédécesseur, s'en alarme. Pendant qu'il en réfère à Versailles, il propose le 20 janvier 1 7 7 7 le maintien du statu quo pour dix huit mois et le respect des établissements français de la zone contestée, conditions acceptées par Solano le 25 février suivant avec la réduction du délai à dix mois. L'affaire de Saint-Domingue est donc évoquée à Versailles ; les ministres s'indignent des concessions de Nolivos et décident de retirer aux autorités coloniales lout pouvoir de négociation. D'Aiguillon se Halte de venir à


220

-

bout sans peine de la résistance de l'ambassadeur d'Espagne, le Comte de Fucntès. En juillet 1 7 7 2 , il

fait

demander à Charles III par d'Ossun le transfert des pourparlers en Europe. Les dirigeants madrilènes, désireux d'obtenir satisfaction avant tout, acceptent. Toutefois le gouvernement français est incertain de la procédure à suivre : les conférences auront-elles lieu en définitive à Versailles ou Madrid ? Fucntès n'occupe plus son poste et Magallon est chargé d'affaires. D'Aiguillon expédie à d'Ossun

de Compiègne des pleins pouvoirs datés du

10 août 1 7 7 2 au moment où Grimaldi charge son représentant à Versailles de négocier sur la base de l'acquisition du massif monlagcux à l'Espagne. Les ministres de Louis XV sont alors en plein désarroi : absorbés par les soucis intérieurs et les difficultés financières, ils laissent ces affaires de frontière à SaintDomingue et en Navarre parvenir à un point mort et obtiennent du gouvernement espagnol le maintien du statu quo. Cependant là-bas dans la colonie on ne s'accommode guère du statu quo. Le Comte de Solano attend la ratification ou l'annulation de son accord avec Nolivos. Au début de 1 7 7 3 , il reprend l'initiative ; ce n'est plus avec la Fcrronnays qu'il traite mais avec le Chevalier de Vallièrc car ce malheureux gouvernement de Saint-Domingue français passe de mains en mains. La rapide succession des administrateurs français contraste avec l'immutabilité d e s gouverneurs hispaniques. bref, le 25 août 1 7 7 3 , une nouvelle convention locale est signée. Cette fois, une ligne frontière est tracée. L'Espagne triomphe et si elle n'a pu obtenir la ligne la plus occidentale, du moins fait-elle en sorte que la frontière partant au Nord de la rivière du Massacre, atteigne au


- 221 Sud la rivière Ncybc en passant par la base Ouest du massif central et laissant en territoire français les mornes secondaires. Cependant en Europe les négociations

reprennent.

Fuentès a quitté définitivement son poste et a été remplacé par le Comte d'Aranda en juin . Or c'est en août 1773 que 1

d'Ossun à Madrid réveille la question mais Grimaldi se dérobe et fait intervenir Arriaga et le Conseil des Indes ; puis en novembre il s'étonne de voir la France se réserver le droit exclusif de conclure puisqu'une nouvelle convention vient d'etre élaborée dans la colonie. C'est que cet accord s'il est jugé avec faveur à Madrid, est sévèrement condamné à Versailles. D'Aiguillon proteste auprès d'Aranda contre le Iracé adopté et soutient la thèse selon laquelle le massif montagneux appartient à la France. Il ne peut s'apercevoir de son erreur à vouloir traiter avec l'ambassadeur, politique intransigeant, hautain et énergique. Son plaidoyer tombe à faux et son argument essentiel qu'il est pitoyable de laisser en friche aux mains des Espagnols de riches terrains ne peut qu'être mal accueilli. D'ailleurs

le

ministère

espagnol

partage

les

idées

d'Aranda sur ce pointe!, il esl unanime à refuser toute revision de la convention Solano-Vallière. Grimaidi se retranche pour éviter toute concession derrière le Conseil des Indes. La mort du roi Louis XV cl l'avènement de son successeur contribuent encore à ralentir les pourparlers. La disparition de ce souverain fut accueillie à la Cour d'Espagne avec une secrète satisfaction, Charles III n'oubliant pas 1. En l'ail, d'Aranda était h o n o r a b l e m e n t e x i l é ; son caractère exigeant et ambitieux était la cause de cette disgrâce. Il arriva à Versailles en septembre, soucieux de j o u e r u n grand rôle et de renverser Grimaldi.


- 222 la décisive intervention de son cousin en décembre 1 7 7 0 lors de la crise des Malouines. Le renvoi de Choiseul avait été le signal d'un revirement marqué de la politique française dans le domaine maritime

cl la période du

« Triumvirat Maupeou » n'avait pas élé pour rassurer le gouvernement de Madrid au sujet de l'application du Pacte de Famille. De la tiédeur dans

l'alliance,

une

délente dans l'armement militaire et naval, une détresse financière fort accusée, enfin une persistante agitation dans l'opinion publique de Paris et de province, tel était le tableau qu'avait offert et offrait encore la monarchie de Louis XV. Le Cabinet de l'Escurial de son côté avait atténué la réalisation de cette collaboration diplomatique et militaire qui avait existé aux temps de Choiseul. Sans doute, il conservait une altitude toujours amicale mais quelque peu réservée. Que d'Aiguillon voulut le maintien de l'alliance, il l'admettait mais il sentait aussi

l'indifférence

remplacer la cordialité. De Grimaldi à Aiguillon, il n'y avait pas cet intime échange de vues qui de 1764 à 1 7 7 0 avait subsisté entre le ministre de Versailles et l'ancien ambassadeur. Ce refroidissement n'avait pu qu'être renforcé par d'Aranda qui beaucoup plus que Fucntès, apportaitdans les relations diplomatiques un esprit de hauteur cl d'intransigeance. Par suite, les dirigeants français ne pouvaient s'étonner de rencontrer raideur ou mauvaise volonté dans les laborieuses négociations engagées avec les Espagnols, dans l e s multiples incidents d'ordre économique. Le changement de règne réalisa les espérances de ceux qui souhaitaient la liquidation dé funestes politiques. Le programme de rapprochement franco-britannique depuis 177.S s'était révélé-une erreur et on revint aux idées de


- 223 Choiseul dans une certaine mesure. Sans vouloir penser relever le domaine colonial français, on songea à effacer les conséquences du Irailé de Paris. Le Comte de Vergennes qui recevait les Affaires Etrangères au lendemain de l'avènement, reprenait les traditions de Choiseul autant que son caractère prudenl el rêveur le lui permettait. Au point de vue intérieur, la lutte avec les Parlements reconnue stérile s'atténuait peu à peu et le triumvirat était dissous. Néanmoins les esprits qui escomptaient le retour de Choiseul aux affaires après quatre ans d'absence furent déçus ; l'ancien ministre, s'il ne fut plus en disgrâce, ne recouvra passa faveur elil ne put voir en [apolitique de Vergennes un reflet delà sienne propre. Les affaires pendantes entre les deux monarchies bourbon ne pouvaient manquer d'attirer l'attention du nouveau secrétaire d'Etal, d'autant plus que ce dernier était enclin par des règlements définitifs de tracé de frontière à écarter toute cause de litige secondaire mais irritant . 1

Vcrgennes réprouva la convention passée entre Solano et Vallièrc le 25 août 1 7 7 3 et se posa en partisan d'une revision. D'Aranda depuis la tin d'avril 1 7 7 4 était en possession de pleins pouvoirs pour négocier el cependant les conférences entre lui, Vcrgennes elle ministre de la Marine Sarline ne s'ouvrirent qu'au débul.de décembre. Le r3 de ce mois, Vcrgennes après deux conférences est pessimiste, il crainl de ne pouvoir venir à bout de la résistance opiniâtre et hautaine de l'ambassadeur qui veut poursuivre les avantages obtenus et qui réclame une bande de terrain large de huit lieues à l'Ouest de la Rivière du Massacre ; 1. Vergcnnes

devait travailler durant son ministère à délimiter le

r o y a u m e ; convention de 1 7 7 9 , pour les Pays-Bas, accords successifs avec Liège, Trêves, le Duc de Deux-Ponts, te Duc de W u r t e m b e r g , le Corps Helvétique, elc.


-

224

-

la frontière partirait sur le littoral Nord de la rivière Jacquezy ee qui donnerait à l'Espagne la position stratégique de Fort-Dauphin couvrant la Baie du Massacre. D'Aranda invoquait pour justifier celte demande l'extrême importance de l'île pour l'Espagne qui après la capture de Cuba en 17G2 et la perle des Florides en 1 7 6 3 ne pouvait plus se désintéresser de Saint-Domingue, poste avancé protégeant son empire américain. Ces prétentions abattirent la confiance des ministres français et décidèrent ceux-ci à se rallier à contre-cœur au projet tant critiqué de Vallière. Vcrgennes annonça donc qu'il acceptait à titre définitif

celle

convention

locale ctprovisoirect qu'il s'en remettait à l'esprit d'équité de Charles III pour l'exécution de cette délimitation. Tentative désespérée pour enrayer l'offensive diplomaliquedu Cabinet de l'Escurial, offensive qui, depuis la chute de Choiseul, se développait avec lenteur mais ténacité. tandis que les dirigeants espagnols ressentent plus de confiance que j a m a i s d a n s

l ' i s s u e des pourparlers, ceux

de Versailles sont désappointés et. découragés, ils songent à transférer derechef la négociation à Madrid pour se dégager de l'intransigeance d'Aranda el profiter des dispositions plus conciliantes de Grimaldi. Toutefois d'Ossun, forthispanifié, apparaît comme u n porte parole peu qualifié de la France cl cet ambassadeur ne révèle l-il pas brusquement par une noie officielle le degré d'acuité de celle affaire coloniale. Vergennes renonce au transfert des pourparlers et pense traîner ceux-ci en longueur mais les Espagnols, impatients, protestent contre Le maintien indéfini d u statu quo et signalent derechef e n l'été de 1 7 7 6 les nouvelles plantations

de

café'

(pie les colons français

créent d a n s la zone contestée. En septembre 1 7 7 5 , Grimaldi propose de renvoyer la


-

-

225

négociation aux gouverneurs et il obtient l'approbation de la Cour de France. En conséquence, des pleins pouvoirs sont renvoyés à Saint Domingue et en février 1 7 7 6 , Solano, prenant l'initiative, se rend au Cap Français pour traiter de l'affaire

de délimitation

avec d'Ennery.

Le

19 février, le traité est signé . La ténacité espagnole reçoit d

sa récompense car la frontière suit le versant ouest du Massif central ; quelques bandes de territoire sont çà et là laissées aux planteurs français mais l'accord porte la marque des hommes d'élat madrilènes. Avec une célérité qui contraste avec les habituelles lenteurs des administrations sociales, on procède à l'établissement des bornes frontières selon le nouveau tracé. En cette occurrence, le pouvoir central

semble êlre

laissé de côté mais si le Cabinet de l'Escurial approuve un texte qu'il a dicté, celui de Versailles ne se résigne pas sans peine à ne détenir qu'une portion congrue de l'île. Il blâme d'Ennery de sa condescendance bien quelui-même aitpuapprécierl'importânce des obstacles à surmonter ; en mai i77G,ilparic encore de revision mais ne parvient point à ses fins. Tout au plus Charles IIIadmit-il quelques tempéraments de fait mais la ligne de démarcation initiale tracée par les Espagnols n'en subsistait pas moins dans son ensemble : notamment les îles du Massacre tant disputées revenaient à la cour hispanique. L'acte définitif de ratification fut signé le 2 juin 1 7 7 7 entre le marquis d'Ossun, inamovible ambassadeur et le successeur de Grimaldi, Florida Blanca, depuis quelques moisau pouvoir.

1. Traités de délimitation el de police à S a i n t - D o m i n g u e . Cf. Etr. Amérique,

vol. XIII, f° 3 1 7 el ss

de la série des Documents. 15

Aff.


-

226

-

Cette question de Saint-Domingue toute secondaire qu'elle fût, celle des limites de Navarre qui suivait une voie parallèle, laissaient voir cependant L'altération survenue dans les rapports franco-espagnols.

Si l'alliance

subsiste officiellement, son esprit s'altère. A Madrid, on est aigri et désillusionné : défection française, rapprochement franco-anglais, r a l e n t i s s e m e n t des a r m e m e n t s après 1 7 7 1 . La balance; qui., au temps de C h o i s e u l ,

penchait

obstinément du coté de Versailles, f l é c h i t maintenant en sens inverse. La supériorité navale et coloniale passe aux mains de L'Espagne car L'indifférence

d'Aiguillon envers

les possessions d'outremer el la suspension des préparatifs de guerre maritime sous le triumvirat laissent des traces qui n e s'effacent pas e n quelques mois. Charles III et ses conseillers ne p a r d o n n e n t point à d'Aiguillon, môme à Vcrgennes leur dédain

pour les questions coloniales

jugées si vitales à l'Escurial. En 1 7 7 4 - 7 5 ,

les politiques d'Espagne

et de France

menacent de devenir nettement divergentes. Cette dissociation, lentement effectuée depuis

1 7 7 1 , ne va pas tar-

der à s'accuser de plus en plus à mesure que la c o m p l i c a t i o n croissante des affaires de l'Amérique du Nord et du Sud va affecter les diplomaties européennes et peser sur celles-ci de 1 7 7 6 a 1 7 8 3 .


L'Affaire

227

du Saint-Sacrement et l'Alerte de 1 7 7 7 .

Depuis le règlement amiable de l'affaire des Falkland, l'horizon colonial et diplomatique de l'Espagne

n'était

plus obscurci mais si toute tempête avait cessé du côté de l'Angleterre, des symptômes d'orage apparaissaient en d'autres points du compas. Du côté de la France, les débals relatifs à Saint-Domingue étaient poursuivis dans un esprit prcsqu'arnical. Par contre les rapports hispanoportugais n'avaient depuis la paix de Paris témoigné que d'une médiocre cordialité entre les deux pays. Le résultat des négociations de 1 7 6 3 - 1 7 6 8 avait été également mal accueilli par les deux puissances qui avaient apporté un mauvais vouloir presque réciproque à rétablir ce statu •quo ante helium prescrit par l'article \Xl du traité et la lenteur mise à échanger des ambassadeurs avait été un symptôme caractéristique annonçant des relations troublées pardi; mutuelles récriminations. A dire vrai les deux nations, lasses de payer les frais de la guerre, ne ressentaient que peu d'ardeur à rouvrir des hostilités

et

préféraient

donner

libre cours par des

mesures moins graves à leur antipathie réciproque. La tendance populaire du maintien delà paix était partagée par des ministres qui jugeaient non sans raison que les minces avantages territoriaux qui seraient obtenus en Amérique de part et d'autre ne compenseraient point les dépenses engagées, non plus le danger de rallumer une guerre générale et de réveiller l'aigreur d'un voisin. Par malheur, des hommes d'état puissants ne partageaient point celte opinion : à Madrid Charles III, à Lisbonne Pombal, des deux côtés l'élément militaire et colonialiste


228

ne désiraient rien tant que rouvrir la querelle des frontières brésiliennes dans l'espoir de trancher décisivement le conflit latent entre les deux cours, Le roi José I" ' laissait 1

faire son ministre qui, en fait, était le maître de la monarchie portugaise et le roi d'Espagne, tout à ses projets de relèvement colonial, de revanche des échecs de 1 7 6 3 , cherchait l'occasion de succès après l'incident des Falkland et négligeait le fait que sur le trône de Lisbonne se trouvait sa propre sœur. Aussi les velléités de rapprochement hispano-portugais esquissées en 1768 ne trahissaient qu'un état fugitif, sincère surtout chez les dirigeants de Madrid ; assurément 1

apparaissait comme plus normale la tension des rapports diplomatiques depuis la paix de Paris ou la série des incidents de frontière brésiliens en 1 7 6 5 , 1 7 6 7 . L'idée un instant caressée par le Cabinet de l'Escurial .d'asseoir sa supériorité dans l'Amérique du Sud grace; à une entente hispano-portugaise était, non sans raison, définitivement abandonnée. D'ailleurs la position des établissements appartenant aux deux cours rivales dans la région de La Plata ne pouvait (pie susciter des con 11 i Is. Deux zones de friction existaient. Tout d'abord, la large bande de territoire qui, partant dt; la moyenne vallée du Bio Parama, aboutit sur le littoral au hio San Pedro (actuellement le lac de Palos), englobant la liante vallée du hio Uruguay et tout le cours du hio Yàquihy avec leurs tributaires ; là venaient se souder dans une contrée mal connue provinces platéerines du Nord cl provinces du Bas Brésil

ainsi que le

domaine exploité par les jésuites. Il s'agissait en ce cas, moins de riches territoires à 1. L e s deux

Portugais

royaumes

au

restaient

hantés

profit

l'Espagne.

de

par

la

crainte

d'une

fusion

des


229

conquérir que de débouchés à s'ouvrir. Les Portugais voulaient à tout prix atteindre les deux grands fleuves se déversant dans le Rio de la Plata afin d'assurer une voie d'exportation facile aux produits de l'hintcrland brésilien coupés de l'Atlantique par des montagnes côtières.

Par

contre, les Espagnols se montraient non moins obstinés à maintenir exclusive leur domination sur ces deux cours d'eau afin délaisser intact le monopole de commerce et de navigation dans le bassin de la Plata. Ainsi la question débattue dépassait en importance l'objet apparent de la saisie par l'une ou l'autre couronne de quelques kilomètres carrés peu exploitables.

Sur les rivières con-

testées s'élevaient plus de forts que d'établissements agricoles et il y avait moins de colons que de troupes. La seconde cause en litige était la Nouvelle Colonie ou établissement du Saint-Sacrement . Celui-conslituait une 1

anomalie coloniale : minuscule possession littorale siluée sur la rive Nord du Rio de la Plata, presque au confluent du Parana et de l'Uruguay, elle était enclavée dans les provinces

espagnoles et n'avait nulle communication

avec le Brésil ou les postes du Haut-Uruguay distants de centaines de kilomètres. Elle était le vestige d'une conquête portugaise datant du temps de la décadence espagnole sous les derniers Habsbourg,

vers

1 6 8 1 . Cette

enclave, installée sur une avancée du littoral, couverte par quelques îles, San Gabriel, Martin Garcia, également portugaises, n'était séparée de Buenos Ayres que par la largeur du Rio de la Plata (une quarantaine de kilomètres) ; elle constituait donc une menace militaire et un idéal entrepôt de contrebande par lequel les marchandises étrangères pouvaient pénétrer dans les provinces platéennes. 1. Actuellement Colonia ( U r u g u a y ) .


2.30 —

Par suilc, le gouvernement de Madrid obligé d accroître la surveillance du trafic dans les eaux de la Plata, contraint de renforcer les garnisons

des deux rives,

notamment celles de Montevido etdc Maldouado, ne songeait qu'à arracher cette épine plantée dans le liane de son empire sud-américain. Durant la guerre de succession d'Espagne, il se rendit maître du Saint Sacrement mais dut le restituer à la paix d'Llrechl. En 1735, Don Miguel de Salcedo l'enlevait à Pedro Vasconcellos mais derechef il fallut rendre au Portugal L'Angleterre, chaque fois,

cette possession.

intervenait pour

remettre à

son allié celle précieuse enclave qui pour elle-même était fort utile car n'élail-cc pas là pour tous les produits britanniques une porte d'entrée dans les colonies espagnoles. La guerre de 17O1 avail vu ce territoire tant disputé repris une fois de plus par L'Espagne, mais les négocia* tions de Paris annulaient cette complète de don Pedro Ccvallos. L'article XXl rétablissant le stain quo unie helium ne fut exécuté qu'en 1 7 6 1 ; dès janvier 1765 la cour 1

de Lisbonne protestait contre l'inoomplète restitution accomplie, se plaignant que les postes du Rio San Pedro n'eussent point être remis en l'étal con venu, que les îles de San Cabriel, de Martin Garcia eussent été indûment retenues, enfin que des entraves douanières fussent mises au trafic du Saint-Sacrement, (les représentations transmises p a r M. de Sa lurent rejelées par Grimaldi cl Char les III. Toutefois en Amérique dans la zone frontière et aux

1. La restitution du Saint Sacrement était implicitement consacrée par l'art, a q u i , rétablissait les traités antérieurs, notamment ceux des 13 féviier 1 6 6 8 , 6 février 1 7 1 5 , etc. La restitution devait avoir lieu dans les trois mois pour les Indes Occidentales, dans les six mois pour les Indes Orientales.


-

231

abords du Saint-Sacrement,

-

l'hostilité régnait à l'état

latent. En 1 7 6 7 , c'est une courte crise. Contre des incursions portugaises dans la région du San Pedro et du Rio Yaquihy, le gouverneur espagnol M. de Molina proteste, puis recourt à la force. D'avril à juin ce ne sont que sièges et prises mutuelles de fortins. L'apaisement se fait non sans peine sur l'ordre venu d'Europe et le retour au stalu quo s'accomplit sous l'action

des cabinets français et

anglais agissant respectivement à Madrid et à Lisbonne. Tant qu'à Versailles, le tout-puissant Choiseul réglailla politique du Pacte de Famille, les partis belliqueux d'Espagne ne se sentaient pas libres de revendiquer leurs droits sur le Saint-Sacrement et les postes du San Pedro, certains d'être désapprouvés par le ministère de Louis XV qui entendait ne point réveiller la guerre en Europe ou en Amérique pour un objet aussi futile au regard de l'étranger. L'éphémère crise de 1 7 6 7 était à ce sujet un enseignement. La disparition de Choiseul et l'apathie croissante du cabinet de Versailles envers les questions coloniales laissaient libre champ aux agitateurs hispano-portugais. Certes les préparatifs militaires de la monarchie espagnoles n'avaient point cessé depuis 1 7 6 3 : le programme militaire et. naval dresse en 1764 par le cabinet de guerre s e réalisait lentement, (maries III el ses conseillers militaires eussent voulu risquer la guerre lors de l'affaire des Malouines: l'abstention de la France les avait forcés à ajourner leur plan. On sentait vaguement par le développement des armements que pour l'Espagne la revanche attendue ne saurait tarder indéfiniment. Renforcement des garnisons d'Amérique et relève des bâtiments, s'effectuaient de façon à assurer la défense des Indes et à permettre éventuellement une offensive espagnole dans le Nouveau Monde.


232

-

À Lisbonne, Pombal, triomphant de l'épineuse question des jésuites mais soucieux d'affermir sa domination, ne reculait point à la pensée de relever par une guerre coloniale son prestige pour le cas où le roi José disparaîtrait. La position de son

allié

l'Angleterre paraissait

ébranlée à certaines heures par les embarras de l'Amérique du Nord ; aussi convenait-il de profiler d'une occasion propice. Au printemps

de 17741, le gouvernement

portugais

adopte une altitude inquiète. 11 s'alarme des armements espagnols et fait connaître àl'envi ses craintes : n'équippet-on point au Kerrol des vaisseaux de ligne,

n'y a-t-il

point dans les autres ports espagnols ainsi que dans les arsenaux une activité inaccoutumée. Puis aux confins platéens ne décèle-t-on pas de suspects mouvements

de

troupe. Pourtant il n'y a là que les habituels préparatifs pour l'escorte des galions, les croisières des Indes et la relève des slalionnaires. Cependant

le gouvernement

portugais réveille la question de l'exécution du traité de 1 7 6 3 , question assoupie depuis six ans. Il se plaint amèrement que le gouverneur de Buenos Ayrcs, loin de procéder au rétablissement du statu quo intégral, ne vise qu'à annuler les rétrocessions déjà accomplies. Il dénonce les incidents de frontière qui durant l'hiver se sont déroulés en territoire contesté : de janvier à février ce ne fulqu'escarmouches et engagements à Vacacaimini, à Santa Barbara, au Bio Periqui. Pombal ne laisse pas (pie de trahir ses intentions tandis qu'il hausse le ton en évoquant ce vieux conflit de frontière. Symptôme significatif : le chevalier Pinlo, ambassadeur à Londres, demande officiellement à la fin de juillet au cabinet North si celui-ci en qualité de garant de la paix de Paris, n'est point prêt à fournir les forces navales


— 233 — nécessaires pour faire respecter les droits du Portugal en Amérique. Le ministère britannique, dont les soucis politiques, coloniaux et financiers sont grands, s'étonne d'une telle démarche et fait remarquer qu'aucun conflit n'a lieu au sujet du maintien du traité de Paris, qu'il ne saurait par suite procéder à une intervention, moins encore à une assistance ou à une démonstration militaire. Au reste, il se déclare prêt à offrir ses bons offices pour régler aimablement le different hispano-portugais s'il en existe un et il parle d'exercer en ce sens une amicale action à Madrid. De tels moyens préviendront une guerre et les précédents de 1 7 6 5 et 1 7 6 7 sont là pour justifier l'optimisme à ce sujet. Lord Rochford, Secrétaire d'Étal pour le Sud, envoie des ordres en conséquence à ses ambassadeurs dans la péninsule. A Lisbonne, Walpole dissuade fermement Pombal de soulever tout incident grave et reproduit le langage tenu parson chef à Pinto. Grantham, à Madrid, reçoit mission d'observer avec soin les agissements de son collègue portugais, de rassurer les dirigeants hispaniques et de prêcherla conciliation. Cependant l'émotion gagne la capitale espagnole au cours de l'été de 1 7 7 4 . Les incidents brasilo-platéens ne servent plus seulement

de thème à des conversations

diplomatiques ; de même l'activité militaire et navale n'est plus seulement discutée par les chancelleries. Les opinions publiques s'emparent des faits, les grossissent, les déforment. A la version portugaise qu'une expédition s'est préparée à Montevideo à l'automne de 1 7 7 3 pour envahir les régions contestées, s'opposent les démentis espagnols : il ne s'agissait que d'une visite d'un gouverneur général dans les districts frontières et le gouverneur,

constatant les empiétements

portugais,

n'avait


234

songé q u ' à remettre les choses en l'état o ù elles devaient se trouver conformément

à l'article

XXI d u traité d e

Paris, d'où conflit local. Les bruits les plus f a n t a i s i s t e s ne t a r d è r e n t point à circuler à ce sujet, telle la nouvelle de la prise de Montevideo par u n e escadre portugaise. Toutefois le Cabinet de l'Escurial fait preuve d e sangfroid. Il sait que la France en cas de conllit n ' i n t e r v i e n d r a pas o u interviendra à contre-cœur. D'Ossun déconseille toute mesure grave ; d'autre part, le

représentant

d'Angleterre agit de iiièiue. On peut s u p p o s e r que le gouvernement d e Londres se fait à L i s b o n n e l'avocat de la paix, (diaries 111, s o u s t r a i t à L'influence d'Aranda, n'envisage donc pas la possibilité d'une rupture due à son initiative. Aussi G r a n t h a m conlirme-l-il son ministre dans l ' o p i n i o n que les incidents t a n t invoqués par Pombal sont minimes et d'ordre purement local (opinion que vient renforcer l'annonce d e la croisière de Langara dans Les eaux d e l'Ile brésilienne de T r i n d a d e , laquelle a donné lieu à un échange d e courtoisies entre l'équipage espagnol et la garnison portugaise). Il rassure aussi Lord Rochford en ce q u i c o n c e r n e les armements hispaniques ; rien qui soit anormal dans les ports d ' E s p a g n e .

A Cadix on équipe

les navires pour la relève d e Cuba et. de Vera Cruz ; d e plus,

aucun envoi de

renforts p o u r la Plata, c e

qui

t é m o i g n e d e s i n t e n t i o n s p a c i f i q u e s de la Cour. D'ailleurs G r a n t h a m avait d e nombreuses conférences avec Grimaldi. Il cherchait à obtenir du minisire espagnol l'assurance que, non seulement l'attitude du Portugal ne r i s q u a i t point d e déchaîner la guerre, mais encore que le traité d e Paris restait la charte de la politique coloniale, suri out en Amérique. Il p u t constater cl annoncer à son chef (pie le marquis se montrait conciliant à c e sujet — vraisemblablement plus c o n c i l i a n t que n e l'était le roi


— 235 — Charles III. A la fin de septembre et au début d'octobre (notamment le f\ octobre 1 7 7 4 ) , il y eut des échanges de vues sur les mouvements navals dans les ports de la monarchie. Grimaldi derechef donna pleine satisfaction à son interlocuteur et peu après fut soulevée la question des forces respectives en présence dans les confins brésiliens : ce fut le tour du ministre hispanique à dénoncer le renforcement des garnisons portugaises en Amérique. A ces conversations Charles III à Lisbonne,

participait le

représentant de

le Marquis d'Almodovar. En

revanche, de plénipotentiaire portugais point. M. de Sa sur l'ordre de sa cour observait depuis juillet une altitude très effacée. Sans doute le Cabinet de Lisbonne laissail-il l e champ libre à la diplomatie anglaise ou plutôt boudait-il l'intervention pacifique de celle-ci car Pombal, entier en ses idées, était pour le gouvernement de Londres un allié indocile. Du reste, le silence du Portugal fut rendu plus significatif par le rappel de M. de Sa, rappel qui n'impliquait pas une rupture car l'ambassadeur était appelé au poste de secrétaire d'Etat. Toutefois s'il rejoignit sur-le-champ son chef ( d é c e m b r e 1 7 7 4 ) , M- de Souza C o t i n h o q u i lui succédait, n'arriva à Madrid qu'à la m i mars 1 7 7 0 . L'intervention pressante de l'Angleterre en laveur de la p a i x , l'action

parallèle du Cabinet de Versailles sem-

blaient devoir écarter tout danger de guerre immédiate. Le Marquis de Pombal avait sondé les intentions britann i q u e s et, après l'insuccès des ouvertures du Chevalier Pinto, ne pouvait se dissimuler qu'il serait seul à ouvrir les hostilités, que la Grande-Bretagne se refusait à déclancher une guerre maritime générale et que l'opinion des puissances maritimes lui serait contraire. Si, de part et d'autre des frontières, ou se félicitait de


236

voir écartéc la menace d'un conflit, les dirigeants suprêmes •d'Espagne et de Portugal laissaient percer des arrièrepensées belliqueuses.

Grâce aux bons offices franco-

britanniques, ils eussent pu dès l'automne de 1 7 7 4 tomber d'accord

pour régler définitivement le litige brasilo-

platéen et restaurer l'harmonie entre les deux monarchies. Mais d'une telle solution, nulle apparence. Ministre portugais et souverain

espagnol semblaient avoir pour

commune intention de laisser pendant un litige, casus belli tenu en réserve qui permit de rouvrir inopinément la guerre. Peut être Pombal, plus despotique, plus soucieux d'affermir son autorité, faisait-il preuve de plus d'ardeur à prévenir le retour d'un régime de cordialité entre les deux nations. Dans l'entourage de Charles III il y avait un puissant parti qui voyait avec regret, avec répugnance même tout conllit avec le Portugal, conflit qui apparaissait à la fois peu avantageux pour l'Espagne et dangereux pour la paix maritime générale. Grimaldi, si docile qu'il fut envers les idées de son souverain, si désireux qu'il fut de ménager l'esprit national, désapprouvait fortement toute rupture avec le royaume voisin et peu parmi ses collègues appuyaient sans réserve une politique belliqueuse. une

brillante

Le Comte d'Aranda

exception,

étant

fervent

constituait

partisan

des

mesures énergiques. Toute l'année 1775 fut remplie de ces stériles échanges de notes entre les cours de Madrid cl de Lisbonne, de ces vaines conversations auxquelles participaient les représentants de France et d'Angleterre qui, chacun de leur côté, tenaient le rôle de médiateur'. D'ailleurs,

M. de

Souza-Cotinho ne reprit officiellement les pourparlers qu'en octobre. Grimaldi (it alors valoir que depuis longtemps le liailli d'Arriaga avait invité les autorités pla-


- 237 téennes à éviter toute querelle dans l'attente d'un règlement général du litige. Il demandait au Portugal de faire de même au Brésil. Sans doute l'ambassadeur portugais présenta en décembre 1 7 7 a un office en ce sens mais les termes de cette note semblaient choisis en vue de blesser l'amour-propre espagnol. Aussi

le cabinet

britannique, avisé de ce fait, chargea Grantham de se porter derechef conciliateur entre les deux cours mais la tache du représentant de Georges 111 devenait difficile car son collègue portugais tendait de plus en plus à s'émanciper dè la tutelle anglaise. Or, à celte dale, la situation politique générale paraît s'aggraver. Le gouvernement espagnol avait été paralysé en

177/4-75

par des diversions barbaresques qui lui enle-

vaient foule liberté d'action contre le Portugal (siège de Mëlila

et de Ceula

par les Marocains —

expédition

d'Alger) mais dès l'automne de 1 7 7 5 ces soucis sont écartés : les presidios sont en sécurité et l'échec de la campagne contre le dey détourne les Espagnols de persister dans leur action punitive à l'égard des Barbaresques. Au moment où la Gourde Madrid a les mains libres,

le facteur colonial américain surgit pour compli-

quer les relations diplomatiques entre les grandes puissances. Le conflit de la Grande-Bretagne avec ses possessions de l'Amérique du Nord exerce de plus en plus son influence sur les rapports internationaux. Il perd de son caractère national

et intéresse directement les nations

étrangères. On peut prévoir que pour les colons de la Nouvelle Angleterre l'ère de

la

7-ésistance légale

est

passée el la guerre civile est proche, guerre pour l'indépendance. L'heure de la revanche tant attendue par Choiseul


238

serait-elle près de sonner? Si la France et l'Espagne sont prêtes à agir en c o m m u n

ne peuvent-elles trouver

moment plus opportun que celui

où l'Angleterre

de se

trouve absorbée par une guerre intestine et ne peut jeter toutes ses

forces

contre les monarchies bourbon.

La

portée des événements militaires et des agissements du C o n g r è s Continental à la veille de la Déclaration d'Indépendance ne pouvait

manquer d'être perçue à Madrid

comme à Versailles. Le roi d'Espagne, qui depuis 1773 ne désirait rien tant qu'attaquer son voisin

pour régler avantageusement le

problème de la délimitation du Brésil, qui patientait à grand peine sous la double pression française et anglaise, était résolu à engager l'action décisive à brève échéance. N'était-ce pas commencer à réaliser le programme dès longtemps conçu de libérer L'Espagne de ces servitudes imposées

par l'Angleterre à Gibraltar, à Minorquc, au

Saint Sacrement. Du reste, l'attitude équivoque, les provocation's mêmes du Cabinet de Lisbonne ne permettaient nid espoir d'un règlement amiable. L'idée d'une; guerre préventive dominait peu à peu les milieux madrilènes en dépit des résistances de certains ministres; les circonstances favorisaient ses progrès. Le fait (pie Pombal s'éiaii servi du projet de rapprochement hispano-portugais de 1768 pour tenter d'indisposer contre L'Espagne la Grande-Bretagne et amener celle-ci à fournir 1774

celle coopération militaire réclamée depuis

soûle

vail, l'indignation de la cour madrilène et était sévèrement jugé

par Lord Grantham qui avouait au vicomte

Weymouth d'entente

avec quelque; mélancolie

était à cette

heure

bien

qu'un loin

de

tel

projet,

tous les

esprits. L'activité

militaire cl navale qui dans la

monarchie


-

239

-

hispanique survenait chaque printemps en vue du service colonial apparut en

1 7 7 6 plus intense et partant plus

suspecte. La Gaceta de Madrid publia de fréquentes correspondances de Lisbonne, soulignant le caractère évasif des engagements pris par cette cour au sujet du Brésil : elle annonça que deux bâtiments espagnols longeant les côtes brésiliennes avaient été capturés en février, amenés à l'embouchure du Tage et n'avaient été relâchés quelques semaines après la saisie qu'au prix de pressantes démarches du Marquis d'Almodovar. De tels faits frappaient plus L'imagination populaire que les débats poursuivis entre chancelleries. Le Portugal manifestait aux yeux de la nation espagnole quelque mauvaise volonté à régler ou éviter les incidents ; s'il eut fait preuve d'esprit de conciliation,

il eut sans peine

neutralisé les tendances belliqueuses que nourrissaient Certains conseillers de (maries III mais il ne paraissait point d'humeur à adopter une attitude amicale. Tandis qu'il suscitait des incidents diplomatiques il invoquait l'appui de l'Angleterre cl même de la Prance cl tout en parlant de réunir à Paris un congrès pour trancher le différend

brasilo-platéen, montrait qu'il ne voyait en

cetle solution pacifique qu'une mesure dilatoire. Pourtant la Cour de Madrid, en février 1 7 7 6 , adoptait cette idée de congrès mais limitait à six mois la durée de Celui-ci afin de n'être point victime d'une fallacieuse tactique de délai. Malgré ces apparences, on n'avait ni à Versailles, ni à Londres beaucoup d'illusions sur la sincérité des ouvertures de Pombal ; on acceptait ces dernières comme moyen ultime de préserver la paix . 1

1. Pombal, deux mois d u r a n t , refuse toute indemnité pour In s a i sie des vaisseaux espagnols ; en avril, il accepte Je principe de l'ind e m n i t é mais il ne veut point livrer les officiers portugais coupa-


-

240

-

D'ailleurs l'action des médiateurs était considérée avec scepticisme par les deux belligérants. Pombal était aussi empressé que Charles III à désirer la guerre mais le roi d'Espagne, en outre, avait la plus grande confiance dans la supériorité des ressources de son pays. Au point de vue maritime et financier un tel optimisme n'était pas injustifié malgré l'aventure algérienne. L'équilibre du budget espagnol permettait de soutenir sans faiblesse les hostilités durant de longs mois et la marine hispanique était assurée d'avoir la maîtrise des mers. Quant au recours des médiateurs à une pression quelconque, cette éventualité a p p a r a i s s a i t peu probable: ni l'Angleterre, ni la F r a n c e n'oseraient prendre de telles mesures soit seules, soif de concert. Or, pendant qu'on discutait entre les cours intéressées du modus operandi de ce congres, on a p p r i t qu'une offensive de grand style se développait en Amérique contre les établissements espagnols. A la mi-février de 1 7 7 6 , les Portugais attaquaient les postes espagnols installés par delà la rive droite du San Pedro ; contenus un instant, ils renouvelaient leurs agressions à la lin du mois. Le fort Sainte Thèele (à plus de 26 lieues m a r i n e s du San Pedro) capitulait le 26 mars après quatre semaines de siège et en avril les o p é r a t i o n s

s'étendaient au Sud d u San

P e d r o (fort Sainte B a r b a r a , les Mosquilos, la Tri ni tad, etc.) tandis qu'une escadre p o r t u g a i s e de neuf b â t i m e n t s b o m b a r d a i t les ouvrages e s p a g n o l s de l ' e m b o u c h u r e

du

fleuve et du littoral. Une

action

parallèle à la précédente se déroulait dans

les confins Nord du Brésil. Des contingents portugais blcs. l'uis il se résigne à livrer les subalternes. Toutes ces chicanes sur un point secondaire

n'encourageaient guère à aborder le p r o -

blème de la délimitation du Brésil,


-

241

-

pénétraient dans les territoires espagnols de l'Amazonie et menaçaient la Nouvelle Andalousie : aussi le gouverneur local, Don Manuel Centurion, réclamait-il en juillet 1 7 7 0 des renforts et l'alarme se répandait jusqu'à Caracas et Bogota 1. Par suite, l'activité militaire de l'Espagne s'accentue à la réception de ces nouvelles (commencement de l'été) : mouvement intense dans les ports et arsenaux de la monarchie, renforcement des garnisons dans les provinces de l'Ouest. Dès la fin de mai Badajoz et Ciudad Rodrigo deviennent

des centres de concentration de

troupes. Les bruits de guerre circulent et de fréquents conseils de guerre se tiennent à la cour. En cette occurrence les Cabinets de Versailles et de Saint-James interviennent derechef.

Bien qu'entre eux

n e règne pas l'accord le plus parfait, ils sont unanimes à vouloir prévenir toute rupture entre les cours péninsulaires et, sous la pression des circonstances, n'hésitent pas à agir en commun. En mai et juin, Grantham et d'Ossun se concertent pour adapter la médiation aux conditions nouvelles. Souza Colinho propose en juin l'ouverture à Madrid d'une conférence à quatre et le mois suivant fait passer

la réponse de Pombal aux incidents récemment

comius. Le ministre portugais déclare que, conformément à sa promesse de décembre 1 7 7 5 , il a fait partir en janvier les ordres de pacification mais retards de navigation, délais de transmission aux posies frontières, d'où les incidents survenus. Dorénavant la paix est assurée entre

les deux

couronnes.

Lord

Grantham se Halle

qu'une telle explication apaisera l'irritation des Espagnols et il exprime à Londres l'opinion que derechef le péril 1. Cf. les rapports détaillés expédiés de Bogota en février 1 7 7 7 . 16


- 242 de la guerre csl conjuré. Optimisme peu justilié car, en même temps que les déclarations de Lisbonne, arrivent à Madrid les avis de Caracas et de Buenos-Ayrcs signalant la continuation des hostilités. D'ailleurs l'état de l'esprit public à Madrid et dans les grandes villes du royaume dément le jugement de Grantham. Que la guerre fut inévitable, certes n o n , mais que la paix fut assurée, non encore.

L'éventualité

d'une

guerre est à la cour si bien envisagée qu'on laisse courir le bruit d'un renvoi prochain de Grimaldi jugé adversaire des mesures graves. On parle déjà de son successeur à mots couverts et le nom du Comte d'Aranda est prononcé. On affirme que l'ambassadeur est près de revenir de Paris pour intriguer cl obtenir le poste bientôt vacant. Parmi les secrétaires d'Etat, le vieil Arriaga n'est plus là pour soutenir la cause de la modération ; il est mort en février

1 7 7 6 et de ses deux portefeuilles,

celui de la

marine est échu au médiocre Castejon, celui des Indes à l'actif et ambitieux Galvcz. Don José Galvez, depuis douze ans membre du Conseil des Indes, csl rompu aux affaires coloniales et il pousse sa famille à occuper les hautes charges de l'IJIlramar.

Par patriotisme et par

ambition il aspire à relever l'empire américain ; aussi est il zélé partisan d'une guerre coloniale et s'il caresse l'idée d'attaquer l'Angleterre, il est plus désireux encore de remporter des succès aux dépens du Portugal. L'ancien gouverneur des provinces platéennes, Don Pedro Cevallos, ne

demande

qu'à s'illustrer en quelque c a m p a g n e de

grand Style qui lui permette de réaliser SOU rêve: être vice-roi à Buenos A y r e s .

Ainsi un irrésistible courant

portail à la guerre les

dirigeants hispaniques el le prudent Grimaldi, sacrifiant à l'enthousiasme général, ne songeait qu'à prévenir toute


- 243 -

complication extérieure Sur

ce p o i n t , p e u

France

et

ou

toute e x t e n s i o n d u

de c r a i n t e s

l'Angleterre

ne

conflit.

à ressentir puisque

songeaient

qu'à

se

la

porter

m é d i a t r i c e s , la p r e m i è r e ne d é s i r a n t p o i n t e n t r e r d a n s la l u t t e , la d e r n i è r e s ' a b s t e n a n t de faire j o u e r s o n a l l i a n c e . D ' a i l l e u r s le P o r t u g a l s e m b l a i t s'être a l i é n é toute s y m p a t h i e ; il faisait figure d ' a g r e s s e u r et d e v a i t s u p p o r t e r s e u l les fatales c o n s é q u e n c e s de sa p o l i t i q u e . En juillet

1 7 7 6 , l ' e m b a r g o est p r o c l a m é à Cadix ; le

m o i s s u i v a n t , e n Galice et en Biscaye. A Cadix

l'armada

g r o s s i t ses effectifs. E n a o û t , il d e v i e n t difficile de dissim u l e r q u ' u n e e x p é d i t i o n se p r é p a r e m a i s est-elle d e s t i n é e à m e n a c e r le Brésil o u les c o r s a i r e s b a r b a r e s q u e s ; des r a m e u r s c o n t r a d i c t o i r e s c i r c u l e n t à ce sujet. B i e n t ô t le d o u t e n ' e s t p l u s p o s s i b l e a u x initiés : D o n P e d r o Cevallos est i n v e s t i d u c o m m a n d e m e n t ; il doit c h a s s e r les P o r t u g a i s d u S a i n t - S a c r e m e n t , b a l a y e r l e u r s e s c a d r e s de l'Atlant i q u e S u d et r e c e v o i r en r é c o m p e n s e Le titre de vice-roi d e la P l a t a . T o u t d a n g e r d e c o m p l i c a t i o n s e x t é r i e u r e s s'efface. Le 7 j u i l l e t 1 7 7 6 a lieu La D é c l a r a t i o n d ' I n d é p e n d a n c e

des

I n s u r g e n t s a m é r i c a i n s et le g o u v e r n e m e n t de L o n d r e s d o i t faire face à u n e v é r i t a b l e g u e r r e , g u e r r e c o l o n i a l e p l u s r e d o u t a b l e q u e celle d u C a n a d a o u des Antilles en raison d u n o m b r e des c o l o n s i n s u r g é s , d e Leur force de résist a n c e , de l e u r m a r i n e m a r c h a n d e et de Non seulement

L'Angleterre n e

l'éloignement.

dispose plus

des

s o u r c e s de ses c o l o n i e s révoltées m a i s elle voit ses

resflottes

et a r m é e s i m m o b i l i s é e s , son trésor p l u s o b é r é q u e j a m a i s . Aussi n'est-elle p o i n t d i s p o s é e à é p o u s e r la q u e r e l l e

du

Portugal.

ses

Lord

Weymouth,

tout

en

exprimant

c r a i n t e s q u ' u n e p a r t i e des a r m e m e n t s e s p a g n o l s n e

fut

d e s t i n é e à m e n a c e r G i b r a l t a r , se d é c l a r e i m p u i s s a n t à


244 —

a i d e r la C o u r d e L i s b o n n e et i n vile c a t é g o r i q u e m e n t celleci,

par l'intermédiaire

du m i n i s t r e W a l p o l e , à déférer

aux légitimes revendications

de l'Espagne

(restitutions

d e t e r r i t o i r e s et i n d e m n i t é s ) . D ' a u t r e p a r t , G r i m a l d i évitait d e solliciter l ' a p p l i c a t i o n d u Pacte d e F a m i l l e c a r il t i e n t à localiser le conflit. D'Aranda

n'est p o i n t d e cet avis ; t o u r m e n t é d u d é s i r

d ' a g i r , i m b u d e s o n i n f l u e n c e à Versailles, il p r e s s e n t les m i n i s t r e s d e Louis X V I , s u r t o u t moment,

V e r g e n n e s . Mais à ce

on a r m e d e p a r t et d ' a u t r e d e la M a n c h e ; e n

Angleterre p o u r

combattre

les m o n a r c h i e s b o u r b o n ,

les I n s u r g e n t s et s u r v e i l l e r

en f i a n c e

par mesure préven-

tive. Les p r é p a r a t i f s français é t a i e n t p e u d e c h o s e c o m p a r é s à c e u x d e l ' E s p a g n e . C e v a l l o s recevait d e la M a r i n e des e s c a d r e s , d e la G u e r r e d e s h o m m e s et d e s m u n i t i o n s , d u roi les p l e i n s p o u v o i r s les plus é t e n d u s . La g u e r r e dans

apparaissait

les p r e m i e r s j o u r s

imminente.

r u m e u r q u i s è m e l'espoir à la fois fistes

et

belliqueux.

Le

G r i m a l d i a u r a i t offert

Or

de n o v e m b r e 4

brusquement

se r é p a n d

une

d a n s les c l a n s paci-

novembre,

le M a r q u i s

sa d é m i s s i o n ; trois j o u r s

de

après

cette n o u v e l l e d e v i e n t officielle. Le m i n i s t r e , las d e l u t t e r contre d'incessantes

1

i n t r i g u e s , a m a i n t e n u sa d é c i s i o n .

Les b e l l i q u e u x e s c o m p t e n t l ' a v é n e m e n t d ' A r a n d a o u tout a u m o i n s se r é j o u i s s e n t de la c h u t e de G r i m a l d i . Le c h o i x 1. Grimaldi était populaire auprès des chancelleries étrangères. C'est ainsi q u e Vergennes dans u n e dépêche adressée à d'Ossun

jugeait le départ de l'ancien « camarade » de Cboîseul : « Il est « fâcheux que ce ministre ail été la victime d'une cabale qui n'a de « reproche plus essentiel à lui faire que celui d'être étranger. Assu« rément, il compensait ce défaut, si c'en est un, par le zèle le plus « p u r cl le plus sacré pour l'intérêt de ce royaume et par son atta-

« chement pour la gloire de son roi. Il a celle d'avoir contribué à « l'union intime des deux branches et je ne serai pas surpris que « plusieurs lui en fissent un grief... »


245

d u s u c c e s s e u r d u m a r q u i s d e v i e n t u n e affaire de p o l i t i q u e i n t e r n a t i o n a l e . Le p a r t i a r a g o n n a i s s'agite m a i s candidats

d'autres

s o n t en l i g n e : le P r i n c e de M a s s e r a n o , s y m -

p a t h i q u e a u roi, a u r a i t d e g r a n d e s c h a n c e s si sa s a n t é n ' é t a i t d é l a b r é e 1. Le n o m

de J o s é Galvez est m i s en

a v a n t m a i s le p r é s i d e n t d u c o n s e i l des I n d e s p r è f è r e ses f o n c t i o n s . Le M a r q u i s de L l a n o ,

premier commis

aux

affaires E t r a n g è r e s et m i n i s t r e des d é p ê c h e s à P a r m e , est m e n t i o n n é p a r m i les c o n c u r e n t s

é v e n t u e l s ainsi q u e

le

V i c o m t e de la H E r r e r i a , s u c c e s s i v e m e n t m i n i s t r e à SaintP é t e r s b o u r g et à La H a y e . La d é c i s i o n de C h a r l e s III s u r p r i t les c o u r t i s a n s . Le m i n i s t è r e fut confie à J o s é M o n i n o , créé C o m t e de F l o r i d a B l a n c a , r e p r é s e n t a n t l ' E s p a g n e à R o m e et é c h a n g e a n t ses fonctions

a v e c celles d e G r i m a l d i . Le clan

m o n t r a d u d é p i t et d ' A r a n d a e x h a l a son de n ' a v o i r n i o b t e n u

aragonnais

mécontentement

la place c o n v o i t é e , n i influé s u r la

d é s i g n a t i o n d u n o u v e a u s e c r é t a i r e d ' E t a t . Celui-ci, âgé de c i n q u a n t e a n s , était u n h o m m e de loi p l u s q u ' u n d i p l o m a t e et n ' é t a i t

a m b a s s a d e u r p r è s de

la c o u r

romaine

que

d e p u i s 1 7 7 2 . Il d e v a i t a r r i v e r à Madrid le 10 février 1 7 7 7 et G r i m a l d i , n o m m é d u c et g r a n d d ' E s p a g n e , g a g n a s o n a m b a s s a d e le 21 février a p r è s a v o i r i n i t i é son s u c c e s s e u r a u m a n i e m e n t des affaires. Le conflit avec le P o r t u g a l n e s'était pas a p a i s é p a r la r e t r a i t e d u m i n i s t r e des Affaires E t r a n g è r e s . A L i s b o n n e , la m a l a d i e s u b i t e d u roi J o s é influait s u r la p o l i t i q u e i n t é r i e u r e m a i s n o n s u r le sort des p o u r p a r l e r s avec l ' E s p a g n e . La r e i n e d e v e n a i t r é g e n t e , la r e i n e s œ u r d e C h a r l e s III ; l'influence d e P o m b a l

d é c l i n a i t avec l'état de s a n t é

du

s o u v e r a i n , M. de Sa r e p r e n a i t q u e l q u ' i m p o r t a n c e m a i s 1. Il devait mourir un an plus tard, 26 octobre 1 7 7 7 .


— il é t a i t d i f f i c i l e L'armada

246

de suspendre

le c o u r s d e s

évènements.

e s p a g n o l e , forte de six v a i s s e a u x

frégates, a c c o m p a g n é e

d'innombrables

m i s à la v o i l e le 13 n o v e m b r e

et

de

huit

transports,

avait

1 7 7 6 . C e v a l l o s a v a i t le c o m ­

m a n d e m e n t s u p r ê m e et la d i r e c t i o n d e s o p é r a t i o n s n a v a l e s était confiée a u M a r q u i s de C a s a Tilly assisté de Don J u a n de Langara liens.

Le

q u i en projet

et d e s ' y

refaire.

8 février

1777

1775 avait

r e c o n n u les p a r a g e s brési­

p r i m i t i f était La

altéra

étant concentrée dans

prise le

de

d'une

plan

gagner frégate

conçu.

La

Montevideo portugaise

flotte

la baie de G a r u p o ,

le

ennemie

Cevallos entre­

p r i t d e la d é t r u i r e o u d ' a c q u é r i r a u m o i n s la m a i t r i s e d e s m e r s p a r la c a p t u r e d e l ' î l e S a i n t e C a t h e r i n e . L e 16 f é v r i e r , c e l l e - c i

était r e c o n n u e

au m o m e n t

l'escadre p o r t u g a i s e de d o u z e voiles était en v u e . La était d e s m i e u x p o u r v u e s e n habile forts

h o m m e s et

d é b a r q u e m e n t et u n e m e n a c e suffirent à s e m e r la

où base

munitions.

Un

d ' e n c e r c l e m e n t des

p a n i q u e c h e z les P o r t u g a i s .

5 m a r s , D o n J o s é G u s t o d i o d e S a e T a x i a s i g n a i t la

Le

capi­

t u l a t i o n g é n é r a le d e l ' î l e . A p r è s c e s u c c è s , l ' a r m é e e s p a g n o l e se r e n d i t à M o n t e v i d e o , p u i s a u S a i n t - S a c r e m e n t

et

dans

la r é g i o n d u S a n P e d r o , t a n d i s que l ' e s c a d r e se p a r t a g e a i t p o u r s u r v e i l l e r la flotte e n n e m i e et e x é c u t e r les o p é r a t i o n s s u r le S a n

P e d r o . Le vice roi d u Brésil n'avait q u e 9 . 0 0 0

h o m m e s de troupes peu h o m o g è n e s à opposer aux du

corps

expéditionnaire

contact entre dans

belligérants

espagnol. avait

En

juin

15.000

1777,

le

l i e u s u r le S a n P e d r o et

l'hinterland.

D o n P e d r o C e v a l l o s , d e p u i s f é v r i e r v i c e - r o i d e la P l a t a , P a r a g u a y ot P o t o s i , a n n o n ç a i t b i e n t ô t la c o n q u ê t e d u S a i n t S a c r e i n c r i l , la c a p t u r e d e 1 1 0 0 p r i s o n n i e r s et d ' u n m a t é r i e l considérable

la r e p r i s e d e t o u s l e s

1. 73 c a n o n s , 50 c h a l a n d s , a c a n o n n i è r e s ,

forts etc.

et l ' e n t r é e s u r


le t e r r i t o i r e (qui

contesté.

comprenait

247 Sur

surtout

-

mer, des

l'escadre

portugaise

bâtiments

auxiliaires)

a p r è s q u e l q u e s e n g a g e m e n t s d é s a v a n t a g e u x , se d é r o b a i t et, réfugiée à Rio de J a n e i r o , se refusait, objurgations

du

vice-roi,

en

le M a r q u i s de

dépit

des

Lavredio, à

g a g n e r la h a u t e m e r . D a n s le N o u v e a u M o n d e , l'agitation était e x t r ê m e . Si d a n s le Sud

la

C o u r de

L i s b o n n e voyait sa p u i s s a n c e

brisée et le Brésil près d'être e n v a h i , d a n s le N o r d les a r m é e s a n g l a i s e s t e n t a i e n t de v a i n c r e les forces i n s u r g é e s c o m m a n d é e s p a r W a s h i n g t o n , a u x Antilles r é g n a i t l ' a p préhension d'une rupture

f r a n c o - a n g l a i s e . La

Bretagne qui ne remportait guère

Grande-

de succès c o n t r e

ses

c o l o n i e s et q u i r e d o u t a i t u n e g u e r r e avec les m o n a r c h i e s b o u r b o n , q u i v o y a i t s o n allié le P o r t u g a l b a t t u ,

manifes-

tait son i n q u i t u d e p a r q u e l q u e n e r v o s i t é . Ne faisait-elle pas peser s u r l ' E s p a g n e des s o u p ç o n s , l ' a c c u s a n t de r e n forcer les e s c a d r e s de C u b a et d u

M e x i q u e , de

méditer

l ' a t t a q u e de la J a m a ï q u e . Elle r e d o u t a i t aussi q u ' u n trafic de c o n t r e b a n d e de g u e r r e n e s ' o r g a n i s â t e n t r e les p o r t s i n s u r g é s et les c o l o n i e s f r a n c o - e s p a g n o l e s : cette q u e s t i o n n e p o u v a i t m a n q u e r de s u s c i t e r m i l l e difficultés. P e u de b â t i m e n t s e s p a g n o l s

du c o m m e r c e des I n d e s

é c h a p p a i e n t à la visite, si ce n ' e s t à la saisie ou a u d é r o u t e m e n t , p a r les croisières b r i t a n n i q u e s (en j a n v i e r 1 7 7 7 , i n c i d e n t d u N. D. de Belem a u l a r g e d ' A n t i g o a , d u N. D. de la Mer a u p r è s de l'île S a i n t M a r t i n ) ; p u i s ce s o n t des c o u r r i e r s r o y a u x q u i s o n t visités (tel est le cas d u Princesa trois fois e n t r e C u b a Asturies

et Cadix en m a i , d u Prince

et d u Colon en a o û t , d u Pizarro

m a i , d e u x b r i g a n t i n s le Renombrado s u i v a n t des c o n t r e b a n d i e r s e u x - m ê m e s p r i s en

arrêté des

en o c t o b r e ) . E n

et le Caulican,

pour-

d a n s les e a u x c u b a i n e s , s o n t

c h a s s e p a r des

frégates

anglaises,


248

c a n o n n é s , accostés cl d é t e n u s s o u s le navires américains,

prétexte

Le m o i s p r é c é d e n t , t o u t u n

d'être convoi

a l l a n t de Cadix à P o r t o - R i c o est a r r ê t é . Aussi d e m a i à j u i l l e t la c o r r e s p o n d a n c e d i p l o m a t i q u e e n t r e G r a n t h a m et Florida Blanca est-elle a c t i v e . Un i n c i d e n t p l u s g r a v e s u r v i e n t e n c o r e . Le g o u v e r n e u r p a r i n t é r i m de la L o u i s i a n e , d o n B e r n a r d o Galvez, n e v e u d u m i n i s t r e , a v a i t p a r u n e p r o c l a m a t i o n i n t e r d i t au n o m de la n e u t r a l i t é l'accès de la c o l o n i e aux A n g l a i s , et avait é c h a n g é à ce sujet des n o t e s assez vives avec le g o u v e r n e u r de la F l o r i d e O c c i d e n t a l e , C h e s t e r . 11 avait m ê m e p r o c é d é à la saisie s u r le Mississipi d e onze e m b a r c a t i o n s c h a r g é e s d e c o n t r e b a n d e . Aussitôt la

frégate a n g l a i s Atalante

avait

m o u i l l é d e v a n t La Nouvelle O r l é a n s et m e n a c é de r é d u i r e la ville en c e n d r e s si les onze b â t i m e n t s n ' é t a i e n t r e s t i t u é s , ce q u i e u t lieu. Toutefois le g o u v e r n e m e n t de L o n d r e s , s'il réveillait ses a n c i e n s g r i e t s relatifs a u x a r m e m e n t s et à la c o n t r e b a n d e de g u e r r e , ne

p a r a i s s a i t pas a t t a c h e r t r o p

d'importance

à ces c a u s e s de m é c o n t e m e n t : c'était Lord R o c h f o r d q u i t o u j o u r s t é m o i g n a i t u n e i n q u i è t e s o l l i c i t u d e a u sujet de l'activité des a r s e n a u x e s p a g n o l s et c ' é t a i e n t a u x c o m m a n d a n t s de c r o i s i è r e q u ' i n c o m b a i e n t toutes les r e s p o n s a b i l i t é s de saisie et de d é r o u l e m e n t de b â t i m e n t s e s p a g n o l s . Le c a b i n e t et le p a r l e m e n t b r i t a n n i q u e s r é s e r v a i e n t l e u r i n q u i é t u d e p o u r les a r m e m e n t s

toute

français, p o u r

les

actes de la d i p l o m a t i e d e V e r g e n n e s . E n d é p i t des é c h a n g e s de n o t e s suscités p a r les i n c i d e n t s m a r i t i m e s a n g l o e s p a g n o l s (et Ford G r a n t h a m à atténuer

s'attachait

la p o r t é e de ces a t t e i n t e s au d r o i t des

la C o u r de S a i n t - J a m e s

gens),

c o n t i n u a i t à t e n i r à Madrid u n

rôle de m é d i a t e u r . G r a n t h a m t r a v a i l l a i t p a r a l l è l e m e n t o u de c o n c e r t a v e c d ' O s s u n à r é t a b l i r la paix e n t r e les d e u x


249

états p é n i n s u l a i r e s ; à L i s b o n n e , les m i n i s t r e s W a l p o l e et Blosset a g i s s a i e n t d e m ô m e . A vrai d i r e , les effort de ces tierces p u i s s a n c e s p a r a i s s a i e n t a b s o l u m e n t v a i n s , stériles ; mais

le zèle

pacificateur

des

deux

cours

résistait

à

l'épreuve. Ce n'est p a s d ' a i l l e u r s q u e cette i n t e r v e n t i o n fut a b s o l u m e n t d é s i n t é r e s s é e et eut p o u r u n i q u e

m o b i l e des v u e s

d ' h u m a n i t é . L ' A n g l e t e r r e tenait à la fois à p r é v e n i r t o u t e e x t e n s i o n de sa p r o p r e g u e r r e , toute fusion

de celle-ci

avec la g u e r r e h i s p a n o - p o r t u g a i s e et à t é m o i g n e r à l'Esp a g n e , la v a i n c u e de 1763, des s e n t i m e n t s p l u s a m i c a u x q u ' a u p a r a v a n t . Elle visait à r e t e n i r , s i n o n la F r a n c e ,

du

m o i n s l'alliée de celle-ci, loin d ' u n conflit m a r i t i m e de p l u s e n p l u s p r o b a b l e . De son

côté, le c a b i n e t

de Ver-

sailles en 1 7 7 7 e n v i s a g e a i t ce conflit c o m m e p r o c h a i n et c o m m e n ç a i t d a n s cette v u e à p r e n d r e q u e l q u e m e s u r e s de p r é c a u t i o n : t o u t d ' a b o r d d é g a g e r l ' E s p a g n e de t o u t s o u c i m i l i t a i r e d u côté d u

Portugal, peut-être

même

attirer

celui-ci d a n s le cercle d e s m o n a r c h i e s b o u r b o n . La c h u t e de P o m b a l occasion

était c o n s i d é r é e p a r V e r g e n n e s c o m m e u n e

de r e l e v e r l'influence

française d a n s ce p a y s .

E n effet, le roi J o s é était m o r t le 17 m a r s 1 7 7 7 et sa fin, escomptée depuis quelques semaines, d'une

réaction violente contre

a v a i t été le signal

P o m b a l . La r e i n e Maria

a v a i t été p r o c l a m é e , M. de Sa était d e v e n u le m i n i s t r e des Affaires E t r a n g è r e s en t i t r e . U n e é v o l u t i o n d i p l o m a t i q u e était

la

conséquence

du

changement

p o l i t i q u e b e l l i q u e u s e était s u r t o u t

de

le fait

règne. du

La

dictateur

d é c h u ; la r e i n e - m è r e , s œ u r de C h a r l e s 111, c o n s e r v a i t quelqu'action

sur

le g o u v e r n e m e n t .

Aussi

l'évolution

d e v a i t se t r a d u i r e en p o l i t i q u e e x t é r i e u r e p a r u n r a p p r o chement

e n t r e les d e u x c o u r s p é n i n s u l a i r e s

mais

elle

n e p o u v a i t pas a v o i r lieu o s t e n s i b l e m e n t et s o u d a i n e m e n t .


D'un

250

c o m m u n a c c o r d , le roi et la r e i n e o u v r i r e n t des

p o u r p a r l e r s en d e h o r s des tierces p u i s s a n c e s , s u r t o u t ministres

britanniques

(même

d'Ossun

était

des

tenu

en

suspicion). La

nouvelle

des

succès de Cevallos à

l'île

Sainte

C a t h e r i n e p a r v i n t en E u r o p e à la fin de m a i . C o n t r a i r e m e n t à toute a t t e n t e , elle n e suscita ni r e d o u b l e m e n t de j a c t a n c e d ' u n côté, ni d é s i r de r e v a n c h e de l ' a u t r e . Bien p l u s , elle p a r u t a i d e r à l ' œ u v r e d e c o n c i l i a t i o n en i n c i t a n t les

Portugais

Charles

à abdiquer leurs prétentions

tandis que

III a n n o n ç a i t ne p o i n t v o u l o i r se p r é v a l o i r de

ces s u c c è s et n e d é s i r e r q u e la p a i x . L ' a n n o n c e de la visite de la r e i n e d o u a i r i è r e d e P o r t u g a l à Madrid était u n i n d i c e s y m p t o m a t i q u e qui a n n o n ç a i t la c e s s a t i o n des h o s t i l i t é s . De fait, u n acte r e n d u à A r a n j ù e z le 11 j u i n

1 7 7 7 p r e s c r i v a i t la c e s s a t i o n des o p é r a -

l i o n s ; il était m i s en a p p l i c a t i o n le

août suivant par

C e v a l l o s d a n s la l é g i o n du San P e d r o , u n i q u e t h é â t r e de la g u e r r e . F l o r i d a - B l a n c a et de Sa t r a v a i l l a i e n t à d r e s s e r le traité d e p a i x . La base d u r é t a b l i s s e m e n t d u statu

quo

(sauf au S a i n t - S a c r e m e n t ) était a d m i s e p a r le v a i n q u e u r ; p o u r la fixation de ce statu quo, les d e u x p a r t i e s en c a u s e firent

preuve

d ' e s p r i t de

conciliation.

Les

Portugais

a d m e t t a i e n t la p e r t e de l ' e n c l a v e d u S a i n t - S a c r e m e n t , la livraison d'un

p o r t d u San P e d r o à c o n d i t i o n q u e les

d e u x rives de ce fleuve fussent l e u r s d a n s la h a u t e vallée contestée. faisant

Par

contre,

le g o u v e r n e m e n t

madrilène

m i n e d e c o n s e r v e r l'île S a i n t e - C a t h e r i n e ,

en

cher-

c h a i t à faire p r e s s i o n s u r son i n t e r l o c u t e u r et à d o n n e r u n e a p p a r e n t e satisfaction renonçait à obtenir mettre

à l ' o p i n i o n p u b l i q u e m a i s il

cette base c a r c'eut

l'œuvre de réconciliation.

été

L'accord

d e m e n t et les n é g o c i a t i o n s e n g a g é e s en j u i n

compro-

se fit r a p i aboutirent


— 251 —

le 1er o c t o b r e a u traité p r é l i m i n a i r e de S a i n t - I l d e f o n s e 1. L'arrivée de la r e i n e - m è r e de P o r t u g a l à M a d r i d ( m i n o v e m b r e ) c o ï n c i d a avec u n e explosion d e m é c o n t e n t e m e n t de la

p a r t de m a i n t s p o l i t i q u e s e s p a g n o l s .

Les

p a r t i s b e l l i q u e u x d é p l o r a i e n t q u e le roi, c é d a n t à u n accès de s e n t i m e n t a l i t é , laissât frustrer le p a y s d u r é s u l t a t de ses victoires et d e ses sacrifices. Le p a r t i a r a g o n n a i s s'agitait derechef,

faisait r e t o m b e r

tout

le b l â m e

sur

F l o r i d a B l a n c a ; le p r i n c e des A s t u r i e s c r i t i q u a i t o u v e r t e niciil le t r a i t é . P o u r t a n t C h a r l e s III et ses conseillers les p l u s avisés j u g e a i e n t i m p r u d e n t

d e p o u s s e r à b o u t le

P o r t u g a l ; ils s a v a i e n t q u e la m a j o r i t é d u C a b i n e t de Lis b o n n e n ' é t a i t p o i n t pacifique, q u e la g u e r r e en s ' é t e r n i s a n t n e r a p p o r t e r a i t r i e n de p l u s , q u ' e n o u t r e , il c o n v e n a i t d ' a v o i r les m a i n s libres à l ' h e u r e où la F r a n c e et l ' A n g l e t e r r e e n t r e r a i e n t en conflit. Au p o i n t d e v u e des i n t é r ê t s n a t i o n a u x le p r i n c i p e de la p a i x d e v a i t d o n c être a d m i s . L ' a n n o n c e de la c o n c l u s i o n d u traité de Saint-Ildefonse a v a i t s u r p r i s les p u i s s a n c e s m é d i a t r i c e s sans d é t e r m i n e r l'expression

d'un

dépit

trop

m a r q u é . D'Ossun

venait,

d ' ê t r e r a p p e l é « de façon a b r u p t e » ( p e n s a i t C h a r l e s III) et q u i t t a i t M a d r i d en n o v e m b r e t a n d i s q u e le C o m t e de M o u t m o r i n , son s u c c e s s e u r , a r r i v é d a n s la capilale dès o c t o b r e s o u s u n i n c o g n i t o t r a n s p a r e n t , e n t r a i t en fonc l i o n s s a n s p o u v o i r rivaliser d ' i n f l u e n c e avec son p r é d é cesseur,

depuis

vingt

ans ami du

roi. D'autre

part,

G r a n t h a m était t o u j o u r s o p t i m i s t e , t e n a n t p o u r s e c o n d a i r e s les i n c i d e n t s c o l o n i a u x r é p é t é s , p o u r i n s i g n i f i a n t e l ' e x c l u s i o n d e la m é d i a t i o n a n g l a i s e et c o n c l u a n t ses d é p ê c h e s

dans

à L o r d W e y m o u t h à l'utilité d u n o u v e a u

t r a i t é l e q u e l en r é t a b l i s s a n t la p a i x ne n u i s a i t en r i e n a u c o m m e r c e b r i t a n n i q u e dans l'Amérique du Sud. I. Ratifié 22 j o u r s plus lard.


-

252 -

Le traité définitif, s i g n é a u P a r d o le 24 m a r s 1 7 7 8 , r e p r o d u i s a i t l'accord p r é l i m i n a i r e sauf en d e u x p o i n t s : l'un

d'ordre

économique

et l ' a u t r e

territorial.

A

la

g a r a n t i e r é c i p r o q u e des t e r r i t o i r e s (art. 3) était a d j o i n t e l ' e x c l u s i o n d e toute a l l i a n c e et t r a i t é h o s t i l e à l ' u n e des p a r t i e s c o n t r a c t a n t e s (art. 2). En cas de g u e r r e a v e c u n e tierce p u i s s a n c e , la p a r t i e n o n b e l l i g é r a n t e o b s e r v e r a i t la n e u t r a l i t é t a n t q u e le t e r r i t o i r e de l ' a u t r e n e serait pas e n v a h i (art. 4). Chacun des s i g n a t a i r e s o b t e n a i t le r é g i m e d e la n a t i o n la p l u s favorisée, le P o r t u g a l é t a n t t r a i t é en E s p a g n e s u r le m ê m e pied q u e l ' A n g l e t e r r e selon le traité de 1 6 6 7 , l'accord d o u a n i e r du 23 o c t o b r e l

1 6 6 8 serait

revisé et m o d e r n i s é d a n s u n e s p r i t a m i c a l (art. 6 à 1 2 ) . De son côté l ' E s p a g n e en r é t r o c é d a n t

Sainte-Catherine

o b t e n a i t p o u r ses n a v i r e s le d r o i t de r e l â c h e r d a n s

les

p o i l s b r é s i l i e n s en cas de nécessité (art. 5). La d é l i m i t a tion d a n s

la r é g i o n d u San

P e d r o restait v a g u e et

sa

seule a c q u i s i t i o n teritoriale p o r t a i l s u r les îles d ' A n n o b o n et de F e r n a n d o Poo d a n s le Golfe de G u i n é e avec d r o i t p o u r les habitants de se r a v i t a i l l e r quatre a n s d u r a n t en t a b a c au

Brésil et d ' a v o i r libre

trafic

et traite a v e c les

p o s s e s s i o n s p o r t u g a i s e s de S a i n t - T h o m a s et P r i n c e (art. 13 et 1 6 ) . Enfin

l'article 1 7 p r é v o y a i t la

faculté p o u r

les

tierces p u i s s a n c e s d ' a c c é d e r au t r a i t é . Lord G r a n t h a m

s o u l i g n a i t l ' i n t é r ê t d e cette

dernière

s t i p u l a t i o n q u i , selon lui, excluait toute c r a i n t e de v o i r le P a c t e de F a m i l l e e n g l o b e r le Portugal et il n ' e n v i s a geait p o i n t l ' e n t r é e de la f i a n c e d a n s ce c o n c e r t h i s p a n o portugais. • * L'issue du c o n f l i t e n t r e les C o u r s de Madrid et L i s bonne

était quelque

I. Disposition nouvelle.

p e u d é c e v a n t e . Le r é s u l t a t

d'une


campagne

décisive,

253

d'armements

poussés

activement

p e n d a n t d e u x a n s était L'incorporation a u d o m a i n e espag n o l d ' u n e e n c l a v e a m é r i c a i n e et de d e u x ilots a f r i c a i n s ! Le r e v i r e m e n t de C h a r l e s III p a s s a n t d ' u n e b e l l i q u o s i t é m a r q u é e à u n pacifisme n o n m o i n s c a r a c t é r i s é était de n a t u r e à s u r p r e n d r e : le roi à la fin d e 1 7 7 6 était si r é s o l u à la g u e r r e q u e , r o m p a n t avec son d é g o û t d u n o u v e a u , il a c c e p l a i t d e se s é p a r e r de G r i m a l d i , g u e r r e et, six m o i s

p l u s lard,

il

à la veille d ' u n e

s o u s c r i v a i t et

faisait

s o u s c r i r e ses m i n i s t r e s à un traité p e u p o p u l a i r e . Etait-ce i n f l u e n c e de ses c o n s e i l l e r s ? n o n c a r le roi se laissait

dominer

par

ses confesseurs

et n o n

par

ses

m i n i s t r e s : c e u x - c i , a u reste, é t a i e n t en 1 7 7 8 les m ê m e s q u ' e n 1 7 7 6 et F l o r i d a

Blanca,

nouveau

p o i n t s u s c e p t i b l e de t r a n s f o r m e r l ' o p i n i o n

venu,

n'était

royale. Etait-

ce i n t e r v e n t i o n de l ' é t r a n g e r ? n o n certes celle de l ' A n g l e terre c a r G r a n t h a m

ne

pouvait espérer

réussir

là o ù

d'Ossun é c h o u a i t ; or l ' a s c e n d a n t de la F r a n c e était a l o r s singulièrement

réduit

G h o i s e u l , il n'y avait

à

Madrid.

Depuis le d é p a r t

p l u s de c o l l a b o r a t i o n

de

i n t i m e et

C h a r l e s 111 v e n a i t d'être froissé p a r le r a p p e l i m p r o m p t u d ' O s s u n . En o u t r e , la p o l i t i q u e du C a b i n e t de Versailles e n v e r s la G r a n d e B r e t a g n e et les i n s u r g e n t s

américains

était c o n s i d é r é e sans g r a n d e s y m p a t h i e p a r les d i r i g e a n t s hispaniques. Etait-ce d o n c

que

ceux-ci, s e n t a n t l ' i m m i n e n c e d ' u n

conflit f r a n c o - a n g l a i s , j u g e a s s e n t nécessaire de l i q u i d e r l ' a v e n t u r e p o r t u g a i s e . Mais a l o r s l ' A n g l e t e r r e n ' a v a i t elle pas i n t é r ê t à e n t r e t e n i r c o n t r e l ' E s p a g n e cette d i v e r s i o n brésilienne qui paralyserait toute coopération

espagnole

d o n n é e à la F r a n c e . C e p e n d a n t le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s s e m b l a i t a v o i r fait des efforts s i n c è r e s p o u r p r é v e n i r la g u e r r e h i s p a n o - p o r t u g a i s e , p u i s p o u r localiser celle-ci.


— 254 — Si l ' i n t e r v e n t i o n

de Grantham et de

W a l p o l e fut cou-

r o n n é e d e p e u de succès, la c a u s e en est à l ' o b s t i n a t i o n b e l l i q u e u s e d e C h a r l e s III d'ailleurs

et de

q u ' à la fin de 1777

Lord North s'altéraient

1

P o m b a l . Il est v r a i

les v u e s du c a b i n e t

de

et si j u s q u ' a l o r s le d a n g e r d ' u n e

g u e r r e n a v a l e e u r o p é e n n e était e n c o r e

i n c e r t a i n , il n ' e n

allait p l u s d e m ê m e a u c o m m e n c e m e n t de 1778. Mais à ce m o m e n t la paix h i s p a n o - p o r t u g a i s e était v i r t u e l l e m e n t a c c o m p l i e et il n ' é t a i t p l u s p o s s i b l e d e r a v i v e r le différ e n t e n t r e les d e u x c o u r s p é n i n s u l a i r e s . L ' a c c o r d de S a i n t - I l d e f o n s e

et

le traité d u Pardo, si

d é c o n c e r t a n t e s q u e f u r e n t l e u r s c l a u s e s , n ' e n a v a i e n t pas m o i n s p o u r r é s u l t a t de c l o r e u n e g u e r r e ; ils é t a i e n t sévèr e m e n t j u g é s p a r la F r a n c e et Vergennes les

qualifiait

d ' h u m i l i a n t s , d e g r o t e s q u e s et d ' i n c o n c e v a b l e s . L ' e r r e u r a u r a i t été p l u t ô t d e d é c h a î n e r ce conflit q u e de faire la p a i x m a i s la m a u v a i s e v o l o n t é d e P o m b a l

n'appelait-elle

p a s d a n s u n e l a r g e m e s u r e le r e c o u r s a u x a r m e s . Un fait a p p a r a i s s a i t Certain : c'est q u ' e n 1 7 7 8 la G o u r de Madrid j u g e a i t la g u e r r e c o n t r e le P o r t u g a l un luxe d i s p e n d i e u x après l'avoir envisagée

un

an a u p a r a v a n t

comme

une

nécessité. Ce r e v i r e m e n t était p o u r u n e g r a n d e p a r t d û à l ' é v o l u t i o n d e la p o l i t i q u e m a r i t i m e g é n é r a l e . 1. Le gouvernement britannique semble avoir été sincèrement pacifique en L'occurrence mais cette opposition belliqueuse guidée par Chatham et ses lieutenants ne poussait-elle pas le Portugal à la guerre dans l'espoir de substituer à la guerre contre les colonies (guerre que l'opposition combattait) une guerre européenne plus populaire dirigée contre les monarchies bourbon. Cf. rapport de Vergennes au roi en date de juillet 1 7 7 9 . Cette hypothèse raffinée parait peu plausible à la lecture des dépêches de Walpole.


— 255 —

Le Pacte de Famille et la Guerre d'Amérique. I. — Les Monarchies Au c o u r s de l ' h i v e r

Bourbon

et les

Insurgents.

1777-78, on p o u v a i t s a n s p e i n e

d e v i n e r q u ' à b r è v e é c h é a n c e il y a u r a i t r u p t u r e e n t r e les C o u r s de Versailles et de L o n d r e s ; u n e telle possibilité n e p o u v a i t m a r q u e r d'être c o n n u e d u g o u v e r n e m e n t espagnol,

mis au courant, dans u n e certaine

projets

français. L ' i n s u r r e c t i o n

des

m e s u r e , des

colons anglais

de

l ' A m é r i q u e d u N o r d c o n t r e l e u r m é t r o p o l e , l e u r Déclaration d'Indépendance

de

1776,

d e v a i e n t f a t a l e m e n t affecter

leurs

succès

les c o n d i t i o n s

militaires de la p a i x

m a r i t i m e , m a i n t e n u e n o n s a n s p e i n e d e p u i s 1763. S a n s doute,

les rivalités c o l o n i a l e s , les d é s i r s

de

revanche

laissés p a r la p a i x de P a r i s , le s o u c i d e la G r a n d e - B r e t a g n e d e c o n s e r v e r sa p r é d o m i n a n c e n a v a l e é t a i e n t les c a u ses réelles q u i p o u v a i e n t faire n a î t r e u n conflit, m a i s seul le s o u l è v e m e n t des c o l o n s de Nouvelle A n g l e t e r r e était c a p a b l e de p r o v o q u e r en F r a n c e le r e n o u v e l l e m e n t d ' u n e guerre maritime.

N'y avait-il pas eu en effet, a p r è s la

c h u t e de C h o i s e u l , d é t e n t e m a r q u é e d a n s les

rapports

f r a n c o - b r i t a n n i q u e s ; n ' y avait-il pas eu d e p u i s 1770 — c o m m e a u p a r a v a n t m a i s p o u r d ' a u t r e s causes

1

— désir

m a n i f e s t e d e c o n s e r v e r la paix et la n a t i o n française, fort indifférente p o u r les affaires c o l o n i a l e s ,

n'était-elle

pas r é s o l u m e n t pacifique. Il fallait le c a r a c t è r e a i g u des parmi

les

b u r e a u x de P a r i s et d a n s c e r t a i n s m i l i e u x p o l i t i q u e s

questions

anglo-américaines

pour

réveiller

des

1. Jusqu'en 1770, par souci de relever finances, armée et marine : après 1 7 7 0 , par désir d'alliance et par pacifisme.


256

a m b i t i o n s p l u s e u r o p é e n n e s q u e c o l o n i a l e s et des i n t e n t i o n s de g u e r r e n a v a l e . Ce n ' e s t p a s q u e le g o u v e r n e m e n t de Louis XVI radicalement enclin à mener roi était d ' h u m e u r

u n e guerre coloniale.

pacifique et la r e i n e , fort

fut Le

influente,

assistée de l ' a m b a s s a d e u r i m p é r i a l Mercy d ' A r g e n t e a u , n e s o n g e a i t q u ' a u x c o m p l i c a t i o n s c o n t i n e n t a l e s d u e s à l'ambition

de J o s e p h

II. Q u a n t a u x m i n i s t r e s ,

ils

étaient

d ' o p i n i o n s très p a r t a g é e s , m a i s tous é t a i e n t p l u s o u m o i n s c o n s c i e n t s des difficultés de t o u t e n a t u r e q u i a s s a i l l a i e n t la m o n a r c h i e . Le C a b i n e t de Versailles n'avait-il pas fait p r e u v e d ' u n g r a n d d é t a c h e m e n t en ce q u i c o n c e r n a i t la c o l l a b o r a t i o n franco e s p a g n o l e , a c c u e i l l a n t s a n s siasme

les

demandes

h i s p a n i q u e s relatives

enthou-

aux

pro-

b l è m e s c o l o n i a u x et n'était-il pas i n t e r v e n u en faveur de la p a i x a u p r è s des C o u r s d e M a d r i d et de L i s b o n n e . C e p e n d a n t , à la fin de 1 7 7 7 , la F r a n c e se p r é p a r a i t

fort

osten-

s i b l e m e n t à la g u e r r e m a r i t i m e . Tel était le r é s u l t a t de l'action exercé p a r c e r t a i n s lac, t e u r s s u r lesquels les e s p r i t s pacifiques point

ne

comptaient

: les b u r e a u x et la p r o p a g a n d e a m é r i c a i n e .

Les

b u r e a u x m i n i s t é r i e l s , q u e ce fut c e u x d e la G u e r r e , de la M a r i n e o u des Affaires E t r a n g è r e s , n ' é t a i e n t p o i n t s a n s c o n s e r v e r en m ê m e

t e m p s q u e des t r a d i t i o n s , q u e l q u e s

traces de la p o l i t i q u e de C h o i s e u l . Or c e l u i - c i , p o u r s o n p r o g r a m m e de r e v a n c h e c o l o n i a l e , a v a i t e n v i s a g é l'évent u a l i t é de la n e u t r a l i t é ou de l'assistance des c o l o n s de Nouvelle Angleterre d o n t les s e n t i m e n t s e n v e r s la m é t r o p o l e p a r a i s s a i e n t dès 1766 fort tièdes ( c o n s é q u e n c e de la p r o c l a m a t i o n de 1 7 6 3 et de l ' a p p l i c a t i o n d e celle-ci). Les b u r e a u x de Paris c o n s e r v a n t f i d è l e m e n t L'impulsion d o n n é e , c o n t i n u a i e n t a p r è s 1 7 7 0 à é t u d i e r la q u e s t i o n diversion américaine

d'une

en cas de conflit a v e c la G r a n d e -


-— 257 —

B r e t a g n e . Les p r é v i s i o n s de C h o i s e u l é t a n t dépassées

par

la d é c l a r a t i o n d ' i n d é p e n d a n c e et la g u e r r e o u v e r t e e n g a gée c o n t r e la m è r e - p a t r i e , ils se p r o n o n c è r e n t des I n s u r g e n t s et r e m i r e n t

en

faveur

au p o i n t le p r o b l è m e d e la

collaboration avec ceux-ci. D ' a u t r e p a r t , les leaders p o l i t i q u e s a m é r i c a i n s c o m p r e n a i e n t l ' u r g e n t e nécessité p o u r m e n e r à b i e n p r i s e d e t r o u v e r en E u r o p e u n

leur entre-

point d'appui tant m o r a l

q u e m a t é r i e l c'est-à-dire un allié q u i l e u r f o u r n i t s e c o u r s m i l i t a i r e s et p é c u n i a i r e s , q u i p a r u n e r e c o n n a i s s a n c e officielle c o n f é r a a u n o u v e l état d r o i t de cité p a r m i les p u i s s a n c e s . La g u e r r e q u ' i l s s o u t e n a i e n t é t a n t m a r i t i m e , ils d e v a i e n t a v a n t t o u t s'adresser à des p u i s s a n c e s m a r i t i m e s q u i f a t a l e m e n t n o u r r i s s a i e n t c o n t r e la G r a n d e - B r e t a g n e q u e l q u e r a n c u n e . Les d e u x

monarchies bourbon,

s u i t e , d e v a i e n t i n é v i t a b l e m e n t ê t r e l'objet des

par

sollicita-

tions insurgentes. La F r a n c e fut la p r e m i è r e p r e s s e n t i e ; n'étail-elle pas la p r e m i è r e n a t i o n m a r i t i m e avec l ' A n g l e t e r r e , n e tenait-elle p o i n t u n e g r a n d e place d a n s la p o l i t i q u e c o n t i n e n t a l e et n'était-elle pas aussi la g r a n d e apparaissait

donc

comme

v a i n c u e de

l'allié le p l u s

1763. Elle souhaitable,

c o m m e l'allié q u i fraierait a u x E t a t s - U n i s la r o u t e

vers

la r e c o n n a i s s a n c e g é n é r a l e et p a r le p r e s t i g e de sa d y n a s tie d o n n e r a i t à ceux-ci u n e p r é c i e u s e c o n s é c r a t i o n .

Dès

le d é b u t , se m a n i f e s t a i e n t des s y m p t ô m e s e n c o u r a g e a n t s . Des b â t i m e n t s « v i r g i n i e n s » é t a i e n t en 1775 r e ç u s les p o r t s d e

France,

des é m i s s a i r e s secrets

dans

résidaient

l i b r e m e n t d a n s les g r a n d e s villes et q u a n d des d é l é g u é s du Congrès admis,

parurent après

quoiqu'à

titre

la D é c l a r a t i o n ,

privé,

à

exercer

ils

leur

furent activité

d a n s le r o y a u m e : tous ces fails c o n s t i t u a i e n t u n e forte présomption

en

faveur d ' u n a p p u i ,

d'une

reconnais-


— 258 —

sance q u e seuls les é v é n e m e n t s

obligeaient

Les e n v o y é s officiels de l'Amérique q u i surgirent sur

la s c è n e de P a r i s

différer.

à

successivement

obtinrent s a n s peine

des succès d'opinion, e x p l o i t a n t h a b i l e m e n t

le g o û t de

l ' e x o t i s m e , les t e n d a n c e s sentimentales et chevaleresques de l'époque, u s a n t des t h é o r i e s sociales et é c o n o m i q u e s e n v o g u e et t i r a n t p a r t i

de la naïveté et de l ' i g n o r a n c e

des E u r o p é e n s . Ils t é m o i g n a i e n t , p a r contre, d ' u n e égale i g n o r a n c e des c o n d i t i o n s p o l i t i q u e s générales et n o u r r i s s a i e n t d ' é t r a n g e s i l l u s i o n s ; m a i s ils s a v a i e n t j o u e r a d r e s s e de l ' o p i n i o n

publique,

créer

des

avec

courants

de

popularité et r e c o u r i r à mille procédés i n s i d i e u x . La p e r BOunalité de Franklin é t a i t à cet é g a r d

une a r m e

puis-

sante. Pourtant l'opinion française en 1775 était fort p e u b e l l i q u e u s e , fort é l o i g n é e s u r t o u t de ces g u e r r e s toujours

peu

populaires qui

g r é a b l e et aggravation

entraînaient

des i m p ô t s ; en

maritimes

b l o c u s désaoutre,

elle n e

manifestait n u l l e animosité oontre L'Angleterre, se désint é r e s s a n t des affaires d ' o u t r e mer. Bien p l u s , à la c o u r et d a n s la b o u r g e o i s i e , tout u n parti mi-politique,

mi-mon-

dain se m o n t r a i t a n g l o m a n e sous la d i r e c t i o n d u

Comte

d ' A r t o i s . S o u s l'influence discrète des a g e n t s officieux

et

officiels de l'Amérique, sous l'action effacée d e s h o m m e s d'État q u i désiraient un conflit o u le v o y a i e n t s a n s a p p r é h e n s i o n , cette o p i n i o n

si c o n c e n t r é e

et

si

mobile

fut

amenée à se prononcer en faveur d'une entente avec les Insurgents. U n tel programme

ne pouvait q u e choquer les parti

s a n s des c o m b i n a i s o n s continentales, ces combinaisons p a t r o n é e s p a r Marie A n t o i n e t t e , les a d v e r s a i r e s des inno1. Franklin et Deane en 1 7 7 6 , les frères Lee pou après, John A d a m s en 1 7 7 8 , etc.


259

v a t i o n s q u i s'effrayaient d ' u n pacte avec des rebelles et des r é v o l u t i o n n a i r e s , les h o m m e s p r u d e n t s q u i c o n n a i s s a i e n t o u a p p r é h e n d a i e n t la détresse f i n a n c i è r e o u les m é d i o c r e s r e s s o u r c e s m i l i t a i r e s d u r o y a u m e . Quel q u e fut l'esprit f r o n d e u r q u i p u t r é g n e r d a n s les s a l o n s a u l e n d e m a i n des g u e r r e s p a r l e m e n t a i r e s , il fallait q u ' u n e a p p r o b a t i o n v e n u e d ' e n h a u t e n c o u r a g e a les d é m o n s t r a t i o n s en f a v e u r des I n s u r g e n t s , q u e ce fut des gestes c o m m e celui de Lafayette o u des t r a c t a t i o n s c o m m e celles de

Beau-

marchais. L ' h é t é r o g é n é i t é d u g o u v e r n e m e n t de Louis XVI s'accusait p r i n c i p a l e m e n t

en m a t i è r e de p o l i t i q u e e x t é r i e u r e .

C e r t a i n s h o m m e s d'État é t a i e n t hostiles à la g u e r r e p a r c o n v i c t i o n o u p a r nécessité : m a i s d ' a u t r e s p r é c o n i s a i e n t u n e r u p t u r e avec l ' A n g l e t e r r e p a r désir de p o p u l a r i t é , par indifférence o u e s p r i t de j o u e u r , p a r m a c h i a v é l i s m e enfin c a r l'idée d ' o b v i e r a u x e m b a r r a s i n t é r i e u r s p a r u n e d i v e r s i o n e x t é r i e u r e était caressée p a r p l u s i e u r s d ' e n t r e e u x . Nul d a n s le c a b i n e t o u le conseil n ' e x e r ç a i t d ' a s c e n dant, pas m ê m e

le p r e m i e r m i n i s t r e

et de m i s é r a b l e s

i n t r i g u e s d é c i d a i e n t de la p a i x o u de la g u e r r e . V e r g e n n e s , m o i n s q u e t o u t a u t r e , n e r e p r e n a i t le rôle de C h o i seul. Q u e l q u e p e u r ê v e u r , a m i des r é f o r m e s m a i s t i m i d e , e n n e m i des s y s t è m e s existants m a i s m é n a g e r des p u i s s a n c e s , il n ' e u t p e u t - ê t r e p o i n t s o n g é s a n s les

affaires

d ' A m é r i q u e à u n e g u e r r e m a r i t i m e c a r p o u r les q u e s t i o n s c o l o n i a l e s , il ne r e s s e n t a i t g u è r e d ' a t t r a i t s . P a r c o n t r e , il é p r o u v a i t q u e l q u e s y m p a t h i e p o u r les i n s t i t u t i o n s et les h o m m e s d u N o u v e a u M o n d e et il i n c l i n a i t à tirer p a r t i de la s i t u a t i o n p r é s e n t e p o u r r e m p o r t e r des succès d i p l o matiques

c a p a b l e s de le g r a n d i r .

C e p e n d a n t il n ' a v a i t

a u c u n p r o g r a m m e de g u e r r e , m o i n s e n c o r e de

politique

c o l o n i a l e ; il se c o m p l a i s a i t d a n s des p l a n s

négatifs.


— 260 — D ' a u t r e p a r t , il t e n a i t à s ' a s s u r e r l ' o p i n i o n m a i s la g u i d a i t il q u a n d il laissait a g i r les b u r e a u x , s'agiter les a m i s d e l ' A m é r i q u e et

manœuvrer

les a g e n t s i n s u r g e n t s . Il se

flattait p e u t - ê t r e de c o n t r ô l e r celte p r o p a g a n d e et de l'asservir plus lard à ses vues e n c o r e floues. Ainsi la n a t i o n française s o u s les efforts i n s i d i e u x des F r a n k l i n , des Lee et d e l e u r s a c o l y t e s , tous p a t r o n é s p a r de h a u t s p e r s o n n a g e s et assistés p a r les p h i l o s o p h e s , r e v i sait son j u g e m e n t et c o n s i d é r a i t l ' é v e n t u a l i t é p r o c h a i n e de la g u e r r e . L ' a m b i a n c e b e l l i q u e u s e q u e des n u é e s d ' a v e n t u r i e r s

s'accusait d u fait

accouraient à Paris

offrir

l e u r s services a u x d é l é g u é s des E t a t s - U n i s , d u fait q u e m i l l e s p é c u l a t e u r s , c o m m e r ç a n t s , a r m a t e u r s se l i v r a i e n t à des

opérations

illicites avec

les c o l o n i e s

T o u t c o n t r i b u a i t à favoriser u n e p o l i t i q u e

insurgées. belliqueuse

p a r la n a i s s a n c e d ' i n n o m b r a b l e s i n t é r ê t s p a r t i c u l i e r s

liés

a u x affaires d ' A m é r i q u e . La n e u t r a l i t é de la C o u r de Versailles d a n s le conflit anglo-américain

devenait

en

1777

une

pure

fiction.

L'ambassadeur à Paris, Lord Stormont, n'avait que trop d ' o c c a s i o n s de s i g n a l e r les b r è c h e s a p p o r t é e s à la n e u t r a lité : n a v i r e s a m é r i c a i n s r e ç u s d a n s les p o r t s f r a n ç a i s , bâtiments

français

transportant

des

volontaires,

des

vivres, des articles de c o n t r e b a n d e à d e s t i n a t i o n d e Bost o n , de N e w p o r t , etc. Bientôt m ê m e il e u t à d é n o n c e r des p r é p a r a t i f s d ' a r m e m e n t d a n s les a r s e n a u x , l'activité des r a c o l e u r s . Enfin

il

protestait

contre

la

présence

des

e n v o y é s d u C o n g r è s , n o n s e u l e m e n t tolérés d a n s les p o r t s m a i s reçus p r e s q u e officiellement à P a r i s . Les d i r i g e a n t s français n e p o u v a i e n t o b s e r v e r

qu'une

a t t i t u d e e m b a r r a s s é e d e v a n t ces r e p r o c h e s justifiés

car

ils t r a h i s s a i e n t c l a i r e m e n t l e u r s i n t e n t i o n s de profiler de la d i v e r s i o n a m é r i c a i n e . L ' h i v e r de 1 7 7 7 - 7 8 assista à la


261

d é m a r c h e décisive. T a n d i s q u ' o n e n g a g e a i t l ' E s p a g n e à clore son différend avec le P o r t u g a l et à se p r é p a r e r a u n o m d u P a c t e de F a m i l l e à faire front c o n t r e terre,

des n é g o c i a t i o n s o u v e r t e s a v a i e n t

l'Angle-

lieu a v e c

les

d é l é g u é s i n s u r g e n t s et a b o u t i s s a i e n t le 6 février 1 7 7 8 à la c o n c l u s i o n d ' u n d o u b l e traité de c o m m e r c e et d ' a l l i a n c e , l e q u e l était le p r é l u d e d ' u n e r u p t u r e avec la G r a n d e - B r e tagne. S a n s d o u t e , cet a c c o r d était secret m a i s il était d e s t i n é à ê t r e d i v u l g u é tôt o u t a r d . De p l u s , il n e p u t longtemps

échapper

a u x i n v e s t i g a t i o n s b r i t a n n i q u e s . Aussi l o r s -

q u ' a u p r i n t e m p s , l'escadre de T o u l o n m i t à la voile p o u r les A n t i l l e s s o u s le c o m m a n d e m e n t d e d ' E s t a i n g , o n n e d o u t a i t p o i n t à L o n d r e s en d é p i t des a s s u r a n c e s officielles françaises, q u e ce n e fut là u n p r é l i m i n a i r e de g u e r r e et si le c o m b a t de la Belle Poule et de l'Aréthuse

le 17 j u i n

p r é c é d a de q u e l q u e s j o u r s la p r o c l a m a t i o n officielle des h o s t i l i t é s (bataille d ' O u e s s a n t , 27 j u i l l e t ) , en fait l'état d e p a i x e n t r e les C a b i n e t s de Versailles et de S a i n t - J a m e s n'existait p l u s d e p u i s le m o i s d ' a v r i l 1778. Les c o n c e p t i o n s de C h o i s e u l r e l a t i v e m e n t à u n e g u e r r e de r e v a n c h e p a r a i s s a i e n t p r è s de se r é a l i s e r et c e p e n d a n t il n ' e n était a i n s i q u ' e n a p p a r e n c e . La F r a n c e , en effet, n e déclanchait

point

la g u e r r e à son h e u r e , à l ' i n s t a n t

où elle d i s p o s a i t de t o u s ses m o y e n s d ' a c t i o n , de t o u t e s ses c h a n c e s de succès. S a n s d o u t e , elle d i s p o s a i t de la d i v e r s i o n a m é r i c a i n e ; m a i s loin d ' a v o i r o r g a n i s é celle-ci, d e lui a v o i r fait sa place d a n s u n p l a n d ' e n s e m b l e , elle subordonnait

ce d e r n i e r à la d i v e r s i o n

a m é r i c a i n e , si

b i e n q u ' e l l e s ' e n g a g e a i t en fait d a n s la l u t t e à la r e m o r q u e des I n s u r g e n t s . Elle p e r d a i t toute i n i t i a t i v e m i l i t a i r e et d i p l o m a t i q u e ; elle allait i m p r o v i s e r des p l a n s p o l i t i q u e s et m i l i t a i r e s b i e n d i s t i n c t s de c e u x

de

Choiseul.


262

D ' u n e part, l'axe d e s o p é r a t i o n s

n a v a l e s allait p a s s e r p a r

le N o u v e a u M o n d e p a r souci d e c o n s e r v e r A m é r i c a i n s et, d ' a u t r e p a r t , cette m ê m e

l'appui des

préoccupation

allait i m p o s e r d e s i n g u l i è r e s l i m i t a t i o n s a u x c a m p a g n e s d i p l o m a t i q u e s d e la C o u r d e Versailles, q u i p a r cette a l l i a n c e « i n c o n g r u e », a p p a r a i s s a i t en é t r a n g e

posture

vis-à-vis des p u i s s a n c e s c o n t i n e n t a l e s . Les c o n s é q u e n c e s de la r e c o n n a i s s a n c e d e s E t a t s - U n i s

et les o b l i g a t i o n s

s o u s c r i t e s p a r le traité de février 1 7 7 8 d e v a i e n t p e s e r l o u r d e m e n t s u r l'activité d i p l o m a t i q u e française. La p r e m i è r e p r e u v e d e ces d a n g e r s fut a p p a r e n t e s u r - l e - c h a m p et elle se révéla d a n s les r a p p o r t s franco e s p a g n o l s .

Celte s u b i t e

b e l l i q u o s i t é e n v e r s l ' A n g l e t e r r e et cette

e n t e n t e avec les I n s u r g e n t s n'étaienl elles pas s u s c e p t i b l e s d'affecter

le m é c a n i s m e ,

devenu

singulièrement

gile, d u P a c t e d e F a m i l l e et m ê m e de le fausser

fra

définiti-

v e m e n t . S u r ces deux p o i n t s , L'Espagne a l o r s n e professait p o i n t les m ô m e s o p i n i o n s q u e la F r a n c e . La n a t i o n h i s p a n i q u e , t o u t c o m m e s o n g o u v e r n e m e n t , v o u l a i t la p a i x . Elle était satisfaite d e l ' e x p é r i e n c e

tentée

contre le P o r t u g a l , avait a c c l a m é le r e t o u r d e la p a i x er

lors des p r é l i m i n a i r e s d e S a n Ildefonso (l

octobre 1 7 7 7 )

et n e d é s i r a i t n u l l e m e n t se l a n c e r en d e n o u v e l l e s

aven-

t u r e s . Le r o i et ses m i n i s t r e s n ' y a v a i e n t g u è r e p l u s d e g o û t , n e t e n a n t p o i n t à c o m p r o m e t t r e le p r e s t i g e r e c o n q u i s d a n s les c a m p a g n e s d u Brésil et n e v o u l a n t p o i n t mettre derechef

à l'épreuve

l'organisation

m i l i t a i r e cl

n a v a l e d e la m o n a r c h i e .

assurément le

Cabinet

de

l'Escurial entrevoyait sans

déplaisir l'affaiblissement q u ' é p r o u v a i t la Grande-Breta-


263

g n e des m a i n s de ses p r o p r e s c o l o n s et, en d é p i t

des

affaires p o r t u g a i s e s , il avait suivi a t t e n t i v e m e n t les p é r i péties s u r v e n u e s d a n s l ' A m é r i q u e d u N o r d . E n lier, il n ' a v a i t pas m a n q u é d ' e n r e g i s t r e r

particu-

les s y m p t ô m e s

q u i faisaient p r é v o i r u n e g u e r r e d ' u s u r e et il s o u h a i t a i t fort q u e la lutte s ' é t e r n i s â t d u fait de la ténacité a n g l a i s e . Toutefois les d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s , q u e l q u e i n t é r e s s é s qu'ils

fussent

en

ces q u e s t i o n s

de

nature

coloniale,

n ' é p r o u v a i e n t a u c u n e s y m p a t h i e p o u r les I n s u r g e n t s . La n a t i o n n ' a v a i t n u l l e r a i s o n de s ' e n g o u e r ou de se p a s s i o n nel- à cet é g a r d . D ' a u t r e part, si s o u s u n aspect p h i l o s o p h i q u e u n e telle rébellion était s é v è r e m e n t j u g é e à la c o u r d u r o i C h a r l e s I I I , elle était à u n p o i n t de v u e p o l i t i q u e j u g é e n o n m o i n s s é v è r e m e n t . L ' E s p a g n e , en

effet,

v o y a i t d a n s cette g u e r r e civile u n é l é m e n t de d a n g e r et ce à d o u b l e titre. Les A m é r i c a i n s v a i n q u e u r s , t o u t é p u i sés q u ' i l s p u s s e n t être, c o n s t i t u e r a i e n t p a r l e u r vitalité m ê m e ( d o n t à M a d r i d on se faisait m e i l l e u r e idée

qu'à

Versailles) u n facteur de d é s o r d r e en r é p a n d a n t les idées de liberté, de résistance au s o u v e r a i n . Or, de telles idées p o u v a i e n t t r o u v e r d a n s les v i c e - r o y a u t é s e s p a g n o l e s t e r r a i n p r o p i c e . Certes la confiance

un

d a n s la solidité d u

r é g i m e c o l o n i a l était e n t i è r e d a n s les conseils d e C h a r les III ; m a i s les s o u l è v e m e n t s l o c a u x n e p o u v a i e n t être o u b l i é s et o b l i g e a i e n t à c o n c e v o i r de s e m b l a b l e s é v e n tualités. La L o u i s i a n e n'était-elle pas en

contact

pres-

q u e i m m é d i a l a v e c les c o l o n i e s révoltées et le s o u v e n i r de la r é v o l u t i o n de La Nouvelle O r l é a n s et d ' u n

essai

de

1

r é p u b l i q u e l o u i s i a n a i s e restait p r é s e n t a u x e s p r i t s . E n o u t r e , on p o u v a i t s ' a t t e n d r e à v o i r les I n s u r g e n t s e n cas de succès é m e t t r e des

prétentions

1. Evénements datant de 1768-69 : cf. supra p. 6 7 .

territoriales


264 —

i n q u i é t a n t e s p o u r la s û r e t é des p o s s e s s i o n s h i s p a n i q u e s . N'était-ce p o i n t

de telles

p r é t e n t i o n s s u r la L o u i s i a n e

O r i e n t a l e q u i a v a i e n t r e n d u a i g u le d é b a t e n t r e m é t r o p o l e et c o l o n i e s , la p r o c l a m a t i o n d e 1 7 6 3 et les actes s u c cessifs de 1 7 6 7 à 1 7 7 3 a y a n t t o u j o u r s a c c r u les d é c e p t i o n s des A m é r i c a i n s e n ce q u i c o n c e r n a i t les

établissements

et c o n c e s s i o n s à l'Ouest des A l l e g h a n y s . Aussi la c a u s e i n s u r g e n t e était-elle v u e à Madrid avec s u s p i c i o n . L'altitude préconisée par

les

politiques

hispaniques

était de laisser A n g l a i s et A m é r i c a i n s s ' é p u i s e r en u n e lutte

vaine.

Q u a n d la G r a n d e - B r e t a g n e

a u r a i t u s é ses

forces m i l i t a i r e s et n a v a l e s , é p u i s é son trésor et lassé s o n o p i n i o n p u b l i q u e p o u r r é t a b l i r son a u t o r i t é s u r les p o s sessions e l l e s - m ê m e s a p p a u v r i e s , a l o r s la g u e r r e de r e v a n c h e se p r é s e n t e r a i t p o u r l ' E s p a g n e

s o u s de

favorables

a u s p i c e s et o n p o u r r a i t s a n s t r o p d ' o r g u e i l escompter la reprise des Florides et de la L o u i s i a n e O r i e n t a l e ,

l'expul-

sion des A n g l a i s d e l ' A m é r i q u e C e n t r a l e cl m ê m e

mena-

c e r les Antilles. Or la t é n a c i t é b r i t a n n i q u e c o m m e l ' e s p r i t de r é s i s t a n c e

américain

permettaient

d'augurer

g u e r r e d ' u s u r e ; il suffisait q u e les I n s u r g e n t s

cette

reçussent

des s e c o u r s suffisants p o u r e n t r e t e n i r les hostilités et n o n p o u r v a i n c r e : m a i s il fallait aussi que l ' A n g l e t e r r e n e fut p o i n t a t t a q u é e e n E u r o p e p a r les m o n a r c h i e s c a r ne p o u r r a i t - o n

bourbon

c r a i n d r e en ce cas que le g o u v e r n e -

m e n t de L o n d r e s ne t e r é s i g n â t «à la p e r l e de ses treize c o l o n i e s et ne fit front contre les c o u r s c o n t i n e n t a l e s d a n s l'espoir d ' a c q u é r i r à leur d é p e n s ( s u r t o u t à c e u x de l'Espag n e ) des c o m p e n s a t i o n s à ces pertes a m é r i c a i n e s . La t a c t i q u e e s p a g n o l e serait d o n c d ' o b s e r v e r la n e u t r a lité d a n s le c o n l l i t d u N o u v e a u M o n d e , de d o n n e r a u x I n s u r g e n t s des s e c o u r s à la fois secrets et l i m i t é s , d ' é v i t e r d e d o n n e r o m b r a g e o u i n q u i é t u d e a u C a b i n e t de S a i n t


265

J a m e s afin q u e celui-ci p u t s ' e n g a g e r à fond d a n s la voie d e la r é p r e s s i o n q u i plaisait t a n t à Georges III. les

affaires

d'Amérique

Lorsque

e n t r e r a i e n t d a n s la p h a s e des

n é g o c i a t i o n s , l ' E s p a g n e a l o r s p o u r r a i t j e t e r le m a s q u e et e n t r e r a i t en lice à l ' h e u r e v o u l u e p a r elle ; p e u t - ê t r e à cette h e u r e r e t r o u v e r a i t - e l l e l'aide i n s u r g e n t e t o u t cas l ' A n g l e t e r r e a u r a i t a t t e i n t le d e g r é ment maximum.

m a i s en

d'affaiblisse-

E v e n t u e l l e m e n t celte d e r n i è r e ,

plutôt

q u e de c o u r i r le r i s q u e d ' u n e n o u v e l l e g u e r r e , c è d e r a i t s a n s c o u p férir les F l o r i d e s , et, a u cas o ù les

Américains

s e r a i e n t v a i n q u e u r s , accorderait-elle des a v a n t a g e s toriaux

terri-

s u r la rive g a u c h e d u Mississipi. Ainsi la c o u r

m a d r i l è n e p o u r r a i t o b t e n i r p a r la seule m e n a c e rupture

la

récupération

domaines qui, après

plus

ou

la f o r m a t i o n

moins

d'une

intégrale

de

des E t a t s - U n i s , per-

d r a i e n t toute v a l e u r p o u r la c o u r o n n e b r i t a n n i q u e . Les d i r i g e a n t s h i s p a n i q u e s é t a i e n t incités à la p r u d e n c e n o n s e u l e m e n t p a r ces r a i s o n s de h a u t e p o l i t i q u e ,

mais

aussi p o u r des motifs d ' o r d r e i n t é r i e u r . Ils d e v a i e n t veiller à m a i n t e n i r l ' é q u i l i b r e de leurs finances, s u r t o u t au l e n demain d'une guerre qui, m ê m e courte n ' e n a v a i t p a s m o i n s tari

et

victorieuse,

les d i s p o n i b i l i t é s

immédiates

de la m o n a r c h i e et à ce fait s'ajoutait la nécessité de fourn i r des s u b s i d e s a u x p o u v a i t être naissant

I n s u r g e n t s . P a r suite, Musquiz n e

favorable à u n e p o l i t i q u e b e l l i q u e u s e , con-

l'absence

de

t o u t trésor

de g u e r r e et s a c h a n t

q u ' i l f a u d r a i t a t t e n d r e p l u s i e u r s a n n é e s a v a n t de p o u v o i r à l'aide des g a l i o n s r e c o n s t i t u e r u n e r é s e r v e . Le r e c o u r s à l ' e m p r u n t o u la c r é a t i o n de n o u v e l l e s c h a r g e s

fiscales

é t a i e n t des m e s u r e s e x c l u e s à l ' a v a n c e . Q u a n t a u x m i n i s t r e s de la G u e r r e et de la M a r i n e , ils n e t é m o i g n a i e n t pas n o n p l u s d ' u n e n t h o u s i a s m e b i e n g r a n d à a t t a q u e r l ' A n g l e t e r r e c a r v a i n c r e les forces

portugaises


266

ne p r é j u g e a i t p o i n t de, succès s u r les Hottes britanniques. Castejon n e se faisait p o i n t t r o p d ' i l l u s i o n s u r l'état de la m a r i n e . A r r i a g a , d u r a n t les d e r n i è r e s a n n é e s de sa l o n g u e administration, n e p o s s é d a i t qu'il déployait vingt

ans

p l u s l ' é n e r g i e et l ' a c t i v i t é

a u p a r a v a n t ; Castejon,

plus

e n c o r e q u e son p r é d é c e s s e u r , s'était a t t a c h é à a c c r o î t r e le n o m b r e des navires et n o n l e u r v a l e u r o u l ' e n t r a î n e m e n t des é t a t s - m a j o r s et des é q u i p a g e s . Les escadres e s p a g n o l e s étaient f o r m i d a b l e s s u r le p a p i e r ,

redoutables

contre

le

Portugal, m a i s c o n t r e l ' A n g l e t e r r e . . . Enfin le p r o b l è m e de

l'économie

n a t i o n a l e restait à

e n v i s a g e r . C o n v e n a i t - i l a p r è s une a n n é e d ' h o s t i l i t é s de se lancer e n u n e nouvelle guerre q u i s ' a n n o n ç a i t

l o n g u e et

d a n g e r e u s e , d ' u n e g u e r r e q u i entraînerait s i n o n le b l o c u s d u r o y a u m e , du m o i n s

la s u s p e n s i o n

d u service

des

g a l i o n s cl l'interruption d u trafic m a r i t i m e , par s u i t e la paralysie du c o m m e r c e

national,

taillement en même t e m p s q u e

des difficultés de, ravil'absence

c o l o n i a u x . T o u t e s ces r a i s o n s m i l i t a i e n t en

des

revenus

faveur d e la

n e u t r a l i t é et, p a r i n t é r ê t g é n é r a l c o m m e p a r vues person nelles, elles étaient soutenues p a r l a plupart des ministres espagnols. Seul le p r é s i d e n t d u Conseil des I n d e s , Galvez,

incli-

nait à la g u e r r e m a i s à u n e g u e r r e limitée d a n s le temps et d a n s l'espace

; m ê m e il n ' é t a i t point partisan

guerre immédiate, il était

hostile

aux Insurgents

d'une et il

d é s a p p r o u v a i t la F r a n c e de se l a n c e r d a n s u n e lutte r e d o u table c o m m e alliée de rebelles. Florida Blanca et le roi p r é f é r a i e n t o b t e n i r s u c c è s et a v a n t a g e s p a r la voie d i p l o m a t i q u e p l u t ô t que p a r les a r m e s . Or les circonstances imposaient une attitude d e r é s e r v e prudente. Les victoires des Insurgents étaient purement locales, l ' i n v a s i o n du Canada par S a i n t - C l a i r é c h o u a i t ;


a u c o n t r a i r e , le p l a n de

267

L o r d G e o r g e s G e r m a i n en v u e

d ' e n c e r c l e r toute la Nouvelle A n g l e t e r r e était e n t o m n e d c 1 7 7 7 en voie de réalisation

1.

l'au-

D'autre part,

la

C o u r de Madrid n ' é t a i t p o i n t p r ê t e à c o m b a t t r e la G r a n d e Bretagne. Militairement c o m m e diplomatiquement, était a b s o r b é e p a r les affaires de P o r t u g a l ; ses

elle forces

d e terre et de m e r a v a i e n t b e s o i n a p r è s les c a m p a g n e s brésiliennes d'être reconstituées, puis regroupées ; entrep r i s e q u i , selon longs

délais.

les m é t h o d e s e s p a g n o l e s , exigeait

En outre,

il a u r a i t

fallu

de

de p l u s l o n g s

délais e n c o r e p o u r m e t t r e s u r - l e - c h a m p la d e r n i è r e m a i n a la défense des I n d e s et des côtes m é t r o p o l i t a i n e s , p o u r veiller à la p r o t e c t i o n des g a l i o n s et d u c o m m e r c e c o l o nial. Enfin la t a c t i q u e d ' a b s t e n t i o n i m m é d i a t e et d ' i n t e r v e n tion différée n ' é t a i t p a s

s a n s plaire a u t e m p é r a m e n t des

p o l i t i q u e s h i s p a n i q u e s . La p r é s e n c e d e L o r d G r a n t h a m c o m m e a m b a s s a d e u r d e Georges III, p e r m e t t a i t d ' a d o p t e r u n e telle a l t i t u d e , e n t r e les d e u x

ce l o r d

étant ennemi d'une rupture

c o u r o n n e s et p a r t i s a n

D'ailleurs, à Londres, nul

ne désirait

de

l'apaisement.

e n t r e r en

guerre

c o n t r e l'Espagne. Le roi Georges ne s o n g e a i t q u ' à r é p r i m e r l ' i n s u r r e c t i o n a m é r i c a i n e et n e se souciait g u è r e de d i v e r sions continentales

; le m i n i s t è r e p a r t a g e a i t ses v u e s ,

s a c h a n t c o m b i e n l o u r d e était la t â c h e de

rétablir l'auto-

r i t é r o y a l e s u r le N o u v e a u C o n t i n e n t . L ' o p i n i o n p u b l i q u e b r i t a n n i q u e était loin

d'être u n a n i m e

à approuver

la

g u e r r e civile et e n 1 7 7 8 elle t e n d a i t à se d é c o u r a g e r . L ' A n g l e t e r r e m é n a g e a i t d o n c l ' E s p a g n e . Si a u x Antilles les i n c i d e n t s d e m e r é t a i e n t f r é q u e n t s , c'est q u e la r é p r e s 1. H devait se terminer par la capitulation de Saratoga ( 1 7 oc­ tobre 1 7 7 7 ) laquelle devait produire à Versailles une vive impression et hâter la conclusion de l'alliance.


268

sion de l ' i n s u r r e c t i o n o b l i g e a i t à u n b l o c u s d ' a u t a n t plus rigoureux

qu'il

était p e u efficace en r a i s o n de la vaste

é t e n d u e de littoral a p p a r t e n a n t a u x treize états, c'est q u e les A n g l a i s , p a r u n e l o n g u e p r a t i q u e de c o m m e r c e cite, é p r o u v a i e n t q u e l q u e

défiance à l'égard

illi-

des e n t r e -

p r i s e s d e c o n t r e b a n d e q u i des Antilles p o u v a i e n t r a v i t a i l ler les I n s u r g e n t s . Aussi les r è g l e m e n t s de l ' A m i r a u t é b r i t a n n i q u e s ' a p p l i q u a i e n t avec toute l e u r sévérité d a n s cette m e r des C a r a ï b e s où des cayes s a n s m a î t r e s et des côtières n o n

occupées

forceurs de b l o c u s .

zones

offraient des asiles n a t u r e l s a u x

Le g o u v e r n e m e n t

de L o n d r e s était

p r ê t , p o u r v u q u e la contrebande de g u e r r e p u t être

arrê-

tée p a r t o u s les m o y e n s , à r e l â c h e r avec i n d e m n i t é s

les

b â t i m e n t s injustement saisis ou d é r o u l é s et à a d r e s s e r des excuses officielles p o u r d e telles m é p r i s e s . 1

A titre d e r é c i p r o c i t é , les c o r s a i r e s i n s u r g e n t s ( s u r t o u t le f a m e u x C o n y n g h a m ) n e t r o u v a i e n t d a n s les p o i l s espa g n o l s q u ' u n asile temporaire et peu relâcher m a i s n o n se r é a r m e r o u e n v o y a i e n t à C a d i x , Malaga

s û r ; ils p o u v a i e n t

se r a v i t a i l l e r et s'ils

ou la C o r o g n e , des p r i s e s ,

celles-ci r i s q u a i e n t , s u r les i n s t a n c e s de L o r d Grantham, d'être r e n d u e s à l e u r s p r o p r i é t a i r e s

britanniques.

Même

en avril 1 7 7 8 , d e u x m o i s a p r è s la signature de l ' a c c o r d franco-américain,

Conyngham

était e x p u l s é de C a d i x .

T o u t e o p é r a t i o n de g u e r r e d a n s les e a u x espagnoles, q u e l q u e fut le vainqueur, s o u l e v a i t les v é h é m e n t e s

protesta

l i o n s de la part du C a b i n e t de l'Escurial q u i tenait à faire respecter sa neutralité et q u i ne r e c o n n a i s s a i t g u è r e d a n s les A m é r i c a i n s de v é r i t a b l e s b e l l i g é r a n t s . Aussi la C o u r d e Madrid accueillait elle f r o i d e m e n t

les

o u v e r t u r e s françaises en v u e de r a v i t a i l l e r s e c r è t e m e n t les 1. Cf. le chapitre précédent in fine.


269

— 1

I n s u r g e n t s p a r la voie de C u b a et de la L o u i s i a n e . Elle e n t e n d a i t n e p o i n t d o n n e r à la G r a n d e - B r e t a g n e de j u s t e s motifs de p l a i n t e s en faisant de La Nouvelle O r l é a n s

un

entrepôt de contrebande, création nullement avantageuse p o u r elle. Elle p r é f é r a i t v e r s e r a u x A m é r i c a i n s des s u b sides m o d e s t e s , n o n d i r e c t e m e n t m a i s p a r l ' i n t e r m é d i a i r e de la F r a n c e .

Les i n s t r u c t i o n s

adressées

à

d'Aranda,

q u ' e l l e s v i n s s e n t de G r i m a l d i ou de Florida B l a n c a , i n s i s taient t o u j o u r s p o u r le m a i n t i e n de la n e u t r a l i t é , i n s i s t a n c e q u i n ' é t a i t p o i n t i n u t i l e en r a i s o n

des

inclinations

p e r s o n n e l l e s d e l ' a m b a s s a d e u r et des sollicitations

dont

il était l'objet de la p a r t de V e r g e n n e s et des d é l é g u é s américains. *

»

La m i s s i o n d i p l o m a t i q u e a m é r i c a i n e avait t e n t é de se frayer u n e r o u t e j u s q u ' à M a d r i d , q u o i q u e F r a n k l i n fut p e u p a r t i s a n d e cette p o l i t i q u e de p r o p a g a n d e à o u t r a n c e si i m p r u d e m m e n t J.

soutenue au

Congrès, politique dont

A d a m s , les frères Lee et leurs a m i s é t a i e n t d ' e n t h o u -

siastes c h a m p i o n s . L ' a c c u e i l fait p a r les d i r i g e a n t s

fran-

çais, p a r les s a l o n s de P a r i s , à p a r t i r d e 1 7 7 7 , e n c o u r a g e a i t toutes les e s p é r a n c e s et n'était-il pas p r o b a b l e q u ' à Madrid o n n o u r r i s s a i t les m ê m e s s e n t i m e n t s favorables à la c a u s e i n s u r g e n t e . D ' a i l l e u r s , il y avait c e r t a i n e s r e l a t i o n s c o m m e r c i a l e s e n t r e p o r t s h i s p a n i q u e s , c o l o n i e s de

l'Ultramar

et les E t a t s - U n i s , l i v r a i s o n de t a b a c et g o u d r o n s ; n o t a m m e n t la m a i s o n G a r d o q u i c o n c e n t r a i t e n t r e ses m a i n s u n e b o n n e p a r t i e d e ce trafic illicite et d a n s les lettres de ses 1. A la fin de 1 7 7 6 Vergennes écrivait à d'Ossun : « La proximité où est la Louisiane des colonies américaines fournit, au contraire, à l'Espagne u n moyen naturel de les approvisionner sans alarmer les Anglais... »


— 270 — correspondants

se g l i s s a i e n t

souvent

des appréciations

politiques. Dès j a n v i e r 1 7 7 7 ,

Arthur

Lee avait pressenti

d'Aranda

au s u j e t d ' u n e

visite à la c o u r d u R o i C a t h o l i q u e

l'ambassadeur,

si

désireux

g u e r r e avec l ' A n g l e t e r r e , s'était b o r n é à a v i s e r

qu'il

n ' a v a i t o s é se c o m p r o m e t t r e et

Grimaldi

de l'envoyé américain,

mais

fut d e v o i r éclater la

le 31 j a n v i e r d e c e d é s i r

lout en d o n n a n t sans doute des

encouragements verbaux àLee. Ce dernier

nourrissait,

comme

tous

ses

co-religion-

naircs politiques, les p l u s g r a n d e s illusions s u r les dispos i t i o n s des g o u v e r n e m e n t s c o n t i n e n t a u x . D e s e s e n t r e t i e n s a v e c d ' A r a n d a , il d e v a i t t i r e r d e s e n c o u r a g e m e n t s .

Aussi

sans attendre la m o i n d r e o u v e r t u r e d u m i n i s t r e e s p a g n o l , il se m i t en

route

pour

la

péninsule à la

mi-février,

e m p o r t a n t d e s l e t t r e s d e marque e n b l a n c d e s t i n é e s à d e s c o r s a i r e s armés d a n s les ports e s p a g n o l s — t e l l e m e n t

sa

confiance é t a i t g r a n d e . P a r m a l h e u r , n i le r o i , n i G r i m a l d i o u F l o r i d a Blanca n'étaient d ' h u m e u r à permettre l ' a p p a r i l i o n à la c o u r o u d a n s l a c a p i t a l e

d'un personnage aussi

c o m p r o m e t t a n t , resta-t-il sous l e voile d e l ' i n c o g n i t o . L e e f r a n c h i t la f r o n t i è r e m a i s n e p u t d é p a s s e r f u t d e celte v i l l e

qu'il

envoya

au

Vittoria et ce

Secrétaire

d'Etal un

m é m o i r e p a r lequel il demandait d e l'argent, des m u n i l i o n s et du m a t é r i e l , o f f r a n t e n é c h a n g e

une alliance et

p r o p o s a n t , selon les instructions du C o n g r è s

eu date du

,'io d é c e m b r e 1776 . que les f o r c e s i n s u r g e n t e s 1

sent

capturas

Pensacola p o u r le c o m p t e d e l'Espagne ( mémoire d u

8 m a r s et l e t t r e d u 17 m a r s

1777).

1. l,a motion du Congrès était la suivante : « Si S. M. C. se joint aux Etats-Unis contre la Grande-Bretagne, ils l'aideront à prendre la ville et le tort de Pensacola pourvu q u e les habitants des Etats-Unis aient la liberté de naviguer sur le Mississipi et l'usage du port de Pensacola. »


271

Il e u t la b o n n e f o r t u n e de r e n c o n t r e r à B u r g o s G r i m a l d i en r o u t e p o u r brève

conversation

R o m e et l ' a n c i e n dissipa

m i n i s t r e en u n e

c e r t a i n e s des

illusions

de

l ' A m é r i c a i n : a Vous considérez votre p o s i t i o n et n o n la « n ô t r e , d i s a i t - i l . Le m o m e n t n ' e s t pas v e n u p o u r n o u s . « La g u e r r e avec le P o r t u g a l , l'absence de p r é p a r a t i o n « d e la F r a n c e , la n o n - a r r i v é e de n o s g a l i o n s n o u s e m p ê « client de d é c l a r e r la g u e r r e i m m é d i a t e m e n t ; ces r a i « s o n s a u r o n t s a n s d o u t e cessé d a n s u n a n et a l o r s l e « moment viendra... » A la m i - m a r s , Lee se vit i n v i t e r avec fermeté à f r a n c h i r d e r e c h e f les P y r é n é e s ; il ne p a r t a i t pas les m a i n s a b s o l u m e n t v i d e s c a r n'avait-il

p a s o b t e n u la p r o m e s s e

s u b s i d e de d e u x m i l l i o n s de livres et d ' u n immédiat

d'un

million

d'un

versement

de r é a u x (250.000 livres). E n

r e v a n c h e , le g o u v e r n e m e n t m a d r i l è n e signifiait son i n t e n tion de n e point p r e n d r e p a r t au conflit, de n ' a i d e r en rien

ostensiblement

et d i r e c t e m e n t

les

Insurgents, de

n ' a v o i r avec e u x a u c u n r a p p o r t ; les s o m m e s à e u x versées le s e r a i e n t p a r l ' i n t e r m é d i a i r e de la F r a n c e . Florida

Blanca s ' e m p r e s s a

de

faire v a l o i r a u p r è s d e

Lord G r a n t h a m la c o r r e c t i o n do cette a t t i t u d e , la l o y a u t é de sa c o u r q u i é c o n d u i s a i t sans m é n a g e m e n t le d é l é g u é d u C o n g r è s et il n'hésita pas à d o n n e r q u e l q u e p u b l i c i t é à cet i n c i d e n t . Ce ne p o u v a i t q u e faire r e s s o r t i r la d i s p a r i t é de c o n d u i t e

des m o n a r c h i e s b o u r b o n e n v e r s les I n s u r -

gents. Vergennes ressentit quelque

d é p i t de l ' e x p u l s i o n

de

Lee m a i s p l u s de colère e n c o r e de la v o i r r e n d u e p u b l i q u e . Il a v o u a i t son m é c o n t e n t e m e n t à d ' O s s u n en ces t e r m e s : « Le l o r d S t o r m o n t , a r m é d u b o n e x e m p l e de l ' E s p a g n e « q u ' i l p r é c o n i s e avec r a i s o n , est v e n u m e t r o u v e r p o u r « m e d i r e assez s è c h e m e n t q u e sa C o u r était b i e n p l u s


— 272 — « c o n t e n t e d e la C o u r d e M a d r i d que d e l a n ô t r e . J ' a i « e s s u y é l e r é c i t de t o u t c e q u e M . d e F l o r i d e B l a n c h e a « d i t et fait, p l u s u n e d i a t r i b e v i o l e n t e c o n t r e les A m é r i « cains que nous

avons

ici. Vous sentez

la force q u e

« d o n n e la c o m p a r a i s o n . . . J e l ' a i a s s u r é q u e si l e s f o r m e s « sont

différentes

en

France,

les i n t e n t i o n s

sont

les

« mêmes. » Pouvait-on à Versailles plaider la similitude d'intention quand on envoyait a u x Antilles

e n l'été d e 1 7 7 7 p r è s d e

6 . 0 0 0 h o m m e s de troupes et q u ' o n

se r e f u s a i t à r é v o q u e r

c e s o r d r e s s u r l'offre faite p a r l'Angleterre d e g a r a n t i r l e s possessions

françaises

; pendant

r a m e n a i t e n Europe s e s f o r c e s

ce temps,

engagées dans

b r é s i l i e n n e . A u reste, cette différence

l'Espagne la

d'attitude

guerre

a v a i t sa

r é p e r c u s s i o n d a n s l e s affaires c o m m e r c i a l e s . L e t a u x d e s primes d'assurances

pour

l e trafic

d ' A m é r i q u e était de

40 % à B o r d e a u x c o n t r e 12 1/2 % à C a d i x . L'avance d'un million de réaux a u x I n s u r g e n t s ,

voilà

t o u t c e q u e l a C o u r d e M a d r i d e n t e n d a i t s a c r i f i e r à la p o l i ­ tique d u Pacte

de Famille.

P o u r t a n t la F r a n c e q u i

m a i t le t r a i t é p r é l i m i n a i r e d e S a n - l l d e f o n s o e t c e l u i Pardo, revenait

à la c h a r g e

dans

l'intention

de

blâ­ du

mêler

l'Espagne a u conflit a n g l o - a m é r i c a i n . Vergennes, en octo­ b r e 1 7 7 7 , i n v i t a i t F l o r i d a B l a n c a « à peser d a n s sa s a g e s s e « e t s o n e x p é r i e n c e si q u e l q u e s m i l l i o n s n e s e r a i e n t p a s « u n e dépense

d ' é c o n o m i e » ; il p r o p o s a i t q u e c h a c u n e

des d e u x m o n a r c h i e s versât trois m i l l i o n s de livres a u x Insurgents

contre

l'engagement

de ceux-ci de ne rien

c o n c l u r e a v e c l ' A n g l e t e r r e s a n s le c o n s e n t e m e n t d e s d e u x C o u r s . M a i s le m i n i s t r e h i s p a n i q u e lit d e r e c h e f la oreille,

a l l é g u a n t les c h a r g e s

résultant

sourde

d e la g u e r r e d e

P o r t u g a l ; il i n v o q u a i t e n o u t r e le fait q u e l e s a r m e m e n t s f r a n c o - e s p a g n o l s c o n s t i t u a i e n t u n a v a n t a g e p o u r les A m é -


273

r i c a i n s en i n q u i é t a n t la G r a n d e - B r e t a g n e et en i n c i t a n t cette d e r n i è r e à n e p a s e n v o y e r toutes ses forces d a n s le Nouveau Monde. Au reste les d i r i g e a n t s

m a d r i l è n e s é p r o u v a i e n t p e u la

c o r d i a l i t é française en p r é s e n c e des c r i t i q u e s adressées à la paix p o r t u g a i s e et d u r a p p e l i n o p i n é de d ' O s s u n . Les a g i s s e m e n t s d u C a b i n e t de Versailles au p r i n t e m p s de 1 7 7 8 : r e c o n n a i s s a n c e des

E t a t s - U n i s , a l l i a n c e avec ceux-ci et

d é c l a r a t i o n de g u e r r e à l ' A n g l e t e r r e , r e n d a i e n t p l u s n é c e s saire la m i s e en a p p l i c a t i o n d u P a c t e de F a m i l l e ; l'Esp a g n e allait se t r o u v e r d a n s l'obligation d ' o p t e r e n t r e la n e u t r a l i t é o u le m a i n t i e n de l ' a l l i a n c e . 2. — La Médiation

et l'Entrée

en Guerre de

l'Espagne

(1778-1779). La d é c l a r a t i o n de g u e r r e de la F r a n c e à l ' A n g l e t e r r e en j u i n 1 7 7 8 m e t t a i t l ' E s p a g n e en face d ' u n g r a v e p r o b l è m e d o n t la s o l u t i o n n e p o u v a i t p l u s être a j o u r n é e , d ' a u t a n t moins ajournée m ê m e que b e l l i q u e u s e et a r d e n t e q u ' e l l e fut,

tenait à

la C o u r de Versailles,

à s o u t e n i r la cause

s'assurer

d i p l o m a t i q u e de la m o n a r c h i e

le c o n c o u r s m i l i t a i r e et h i s p a n i q u e . P o u r t a n t les

d i r i g e a n t s français a v a i e n t p r i s l'initiative de la en n é g o c i a n t avec les I n s u r g e n t s a l o r s q u ' i l s obtenu aucune

toute

américaine

rupture n'avaient

a s s u r a n c e de l ' E s p a g n e ; ils s ' i l l u s i o n -

naienl d ' a i l l e u r s s u r les d i s p o s i t i o n s e s p a g n o l e s . Vergennes s'illusionnait

d'autant

plus a i s é m e n t q u ' i l

v o y a i t à Paris d ' A r a n d a aussi b e l l i q u e u x q u e l u i - m ê m e , q u ' à M a d r i d il n ' a v a i t p o u r être r e n s e i g n é q u e les d é p ê c h e s d e M o n t m o r i n , n o u v e a u v e n u p e u a u fait des i n c l i n a t i o n s m a d r i l è n e s . Bien q u ' i l fut a d v e r s a i r e d u P a c t e de F a m i l l e , il t r o u v a i t en celui-ci de s u b i t s a v a n t a g e s d e p u i s 18


274

q u ' i l était résolu à la g u e r r e m a r i t i m e et a p r è s a v o i r systématiquement

affaibli

l'alliance,

il lui v o u l a i t

rendre

s u r - l e - c h a m p p l e i n e v i g u e u r . Etait-il a v e u g l é p a r ses s y m p a t h i e s a m é r i c a i n e s p o u r ne p o i n t alliance

avec les I n s u r g e n t s

insurmontable

au

comprendre que

était

son

un obstacle presque

r é t a b l i s s e m e n t de

l'intimité

franco-

e s p a g n o l e P Il s e m b l a i t se f l a t t e r de r a m e n e r C h a r l e s 1 1 1 et ses m i n i s t r e s à des v u e s f r a n c o p h i l e s

par une

courte

c a m p a g n e de p r o p a g a n d e ; o r c o m m e i n s t r u m e n t s d ' a c t i o n , il n e d i s p o s a i t g u è r e que de M o n t m o r i n , i n f i n i m e n t m o i n s écouté q u e d ' O s s u n persona

grata,

et

de d ' A r a n d a

qui

n'était

ni a u p r è s de son s o u v e r a i n , ni a u p r è s d e

Florida B l a n c a . Les d i s p o s i t i o n s de ces d e u x

hommes

d'Etat

étaient

i d e n t i q u e s j u s q u ' à u n certain p o i n t et d i v e r g e a i e n t a u - d e l à . C h a r l e s III, s o u s l'effet de l'âge et aussi des d é b o i r e s q u i l ' a v a i e n t assailli d e p u i s son accession au t r ô n e , ne t é m o i gnait plus d'ardeur à combattre

l ' A n g l e t e r r e et à réaliser

l ' a m b i t i e u x p r o g r a m m e c o n ç u en 1 7 6 1 . Il c o n s e r v a i t p r é s e n t à l'esprit

la défection française lors de l'affaire des

M a l o u i n e s et t o u t r é c e m m e n t e n c o r e il v e n a i t d ' é p r o u v e r la c o n t r a r i é t é de voir la F r a n c e n é g o c i e r à s o n i n s u a v e c les I n s u r g e n t s et e n t r e p r e n d r e la d é m a r c h e d é c i s i v e d e r u p t u r e s a n s s o n a s s e n t i m e n t . D ' a u t r e p a r t , il n e

tenait

p o i n t à r i s q u e r le prestige a c q u i s a u x d é p e n s d u P o r t u g a l en

une guerre

d'autant

plus a v e n t u r e u s e q u ' e l l e était

m o i n s p o p u l a i r e e t q u e les o p é r a t i o n s

au

Brésil a v a i e n t

m i s en relief la v a l e u r t o u t e r e l a t i v e des e s c a d r e s

hispa

niques. Ainsi le roi était pacifique

par intérêt autant que par

t e m p é r a m e n t ; il c o n s t a t a i t aussi q u e les c i r c o n s t a n c e s p r ê c h a i e n t l ' a b s t e n t i o n , c a r la n a t i o n b r i t a n n i q u e a p r è s le d é s a s t r e d e Saratoga ne s e m b l a i t p o i n t prête à r e n o n c e r a


-

275

-

l

a b a t t r e les A m é r i c a i n s , t a n d i s q u e la p e r s p e c t i v e d ' h o s t i lités c o n t r e

la

France n'incitait

p o i n t le C a b i n e t de

S a i n t - J a m e s à des c o n c e s s i o n s e n v e r s a u c u n d e ses a d v e r saires. C e p e n d a n t il restait p e r s u a d é , c o m m e l ' é t a i e n t ses m i n i s t r e s , q u e ce c a b i n e t

ne c h e r c h a i t

q u ' u n e occasion

de s o r t i r h o n o r a b l e m e n t des e m b a r r a s o ù il était e n g a g é . Q u ' u n e p u i s s a n c e n e u t r e s ' e n t r e m i t e n t r e les b e l l i g é r a n t s et les

i n t e n t i o n s pacifiques de l ' A n g l e t e r r e

éclateraient

p o u r v u q u e les I n s u r g e n t s n e v o u l u s s e n t p a r des p r é t e n t i o n s e x a g é r é e s a b u s e r d e ces d i s p o s i t i o n s . Les E s p a g n o l s v o y a i e n t d a n s les tentatives de n é g o c i a t i o n s a n g l o - a m é r i c a i n e s la p r e u v e q u e la paix p o u v a i t être r e s t a u r é e si les a m o u r s - p r o p r e s des n a t i o n s en g u e r r e é t a i e n t m é n a g é s . Lord G r a n t h a m n e p o u v a i t q u e

travailler

activement à

c o n f i r m e r ces v u e s si bien q u e seuls I n s u r g e n t s et F r a n ç a i s paraissaient résolument belliqueux. La p o l i t i q u e p r a t i q u é e à Versailles ne p e r m e t t a i t pas de s ' i n s c r i r e en faux c o n t r e

une

semblable

o p i n i o n . C'est

q u ' e n effet, M o n t m o r i n , fidèle a u x i n s t r u c t i o n s

de Ver-

g e n n e s , v a n t a i t les a v a n t a g e s d e la g u e r r e , s'attachait

à

m o n t r e r a u roi la nécessité d ' i l l u s t r e r b r i l l a m m e n t la fin d e s o n r è g n e , i n v o q u a i t le r e s p e c t d u Pacte de F a m i l l e , ce à quoi il était r é p o n d u q u e le traité d u P a r d o suffisait à former auréole de gloire, que

les efforts a c c o m p l i s p a r

l'Espagne « p o u r tirer la F r a n c e d u b o u r b i e r o ù elle était en 1 7 6 2 » suffisaient à d é g a g e r l ' E s p a g n e

d e toute p a r -

ticipation à une guerre jugée inutile. F l o r i d a B l a n c a , d e son côté, p l u s d é s i r e u x q u e s o n m a î I re de r e m p o r t e r des succès p o l i t i q u e s c a p a b l e s de lui a s s u rer la suprématie s a n s c o n t e s t e s u r ses c o l l è g u e s , c h e r 1. Le Parlement britannique avait voté alors des renforts s'élevant à 87.000 h o m m e s de terre, G0.000 h o m m e s de mer et des crédits attei­ g n a n t trois millions de livres sterling.


— 276 —

chait à les o b t e n i r par des voies pacifiques ; il pensait à la gloire

de

présider

au règlement

colonial

anglo-espa­

g n o l , r è g l e m e n t q u i s e r a i t le c o m p l é m e n t de la c o n v e n tion p o r t u g a i s e . De m ê m e q u e son s o u v e r a i n , il r e d o u t a i t de v o i r la F r a n c e s'arroger la p r e m i è r e p l a c e dans l ' a l l i a n c e et tenait à e s q u i v e r le rôle m o d e s t e d'auxiliaire ; b i e n au contraire

il j u g e a i t q u e le centre d i r e c t e u r

de

l'union

était Madrid et n o n p l u s Versailles c o m m e aux

bourbon

t e m p s de la forte p e r s o n n a l i t é de C h o i s e u l . Par suite, t o u t f e i g n a n t d ' a p p r o u v e r les d i s c o u r s de M o n t m o r i n , il

en

évitait de se p r o n o n c e r sur l ' a p p l i c a t i o n d u pacte et invo­ quait, non sans raison, l'alliance

franco-insurgente

jugeait inévitable que tout secours d o n n é au m e n t de Louis XVI profiterait

pour

aux A m é r i c a i n s , il

se d é r o b e r à ces o b l i g a t i o n s . Hostile

gouverne-

principalement a u x

diri-

geants du Congrès. Les a u t r e s m i n i s t r e s , p a r i n c l i n a t i o n personnelle ou p a r défiance d a n s les r e s s o u r c e s de l e u r département, taienf

toute

Finances,

idée de g u e r r e ,

Castejon

q u e ce

fut M u s q u i z

rejeaux

à la Marine o u Riecla à la Guerre.

Seul Galvez, réputé f r a n c o p h i l e , était vu avec faveur par la C o u r de Versailles parce qu'il ne r e p o u s s a i t pas abso­ lument toute é v e n t u a l i t é de conflit m a i s il se fut p r o n o n c é p o u r la paix si l'Angleterre, en cédant les F l o r i d e s et la Basse L o u i s i a n e O r i e n t a l e , e u t c o m b l é ses d é s i r s . Les d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s , p a r t i s a n s de la paix et h o s tiles à l ' a l l i a n c e i n s u r g e n t e , ne tenaient point p a r c o n t r e à rompre le Pacte de F a m i l l e , le roi par sentiment dynas­ tique et p a r s a g e s s e , les s e c r é t a i r e s ear

les

relations

d'étal

hispano-napolitaines

par prudence

n'étaient

point

t e l l e s q u ' e l l e s e u s s e n t d û ê t r e , d u fait d e la reine C a r o l i n e et de ses m i n i s t r e s favoris t a n d i s q u e les rapports avec le P o r t u g a l ne faisaient point p r é v o i r u n e p r o m p t e a l l i a n c e ,


— 277 —

m o i n s encore un rapprochement

avec la G r a n d e - B r e t a

g n e . C e p e n d a n t , m a l g r é la r u p t u r e f r a n c o - a n g l a i s e ,

toute

possibilité de c o n s e r v e r la n e u t r a l i t é en m é n a g e a n t

les

d e u x b e l l i g é r a n t s n'était pas e n c o r e e x c l u e : n e restait-il pas la voie de m é d i a t i o n , voie d o u b l e m e n t a g r é a b l e en ce q u ' e l l e p e r m e t t a i t à la fois d ' e s q u i v e r la g u e r r e et d ' o b t e n i r q u e l q u e h o n n ê t e profit d i p l o m a t i q u e . Cette t a c t i q u e d ' a i l l e u r s n'était p o i n t c o n ç u e i n o p i n é m e n t . Déjà a u x t e m p s o ù la F r a n c e affichait e n c o r e la n e u t r a l i t é , elle avait été e n t r e v u e ; q u a n d la F r a n c e e u t t é m o i g n é de ses i n t e n t i o n s p a r l'accord de février 1 7 7 8 , l'idée de m é d i a t i o n se précisa et le c h a r g é d'affaires h i s p a n i q u e à L o n d r e s d ' E s c a r a ñ o n'avait-il pas été p r e s s e n t i e n ce sens p a r le c a b i n e t de L o r d N o r t h . Le fait q u e l ' A n g l e t e r r e s o n g e a i t à cette c o m b i n a i s o n p o u r prévenir l'intervention

française était u n e n c o u r a -

g e m e n t p o u r l ' E s p a g n e à p e r s i s t e r d a n s cette voie c o n v e n a i t si b i e n à la p o l i t i q u e m a d r i l è n e .

Les

qui offres

d ' a c t i o n c o m b i n é e faite p a r V e r g e n n e s au p r i n t e m p s de 1 7 7 8 , si elles étaient accueillies avec e n t h o u s i a s m e

par

d ' A r a n d a , l'étaient très f r o i d e m e n t p a r F l o r i d a Blanca et l e s d i s c o u r s de M o n t m o r i n ne p a r v e n a i e n t p o i n t à c r é e r u n e atmosphère belliqueuse

à la C o u r de C h a r l e s III.

P o u r t a n t V e r g e n n e s s'était c r u a s s u r é de la c o o p é r a t i o n e s p a g n o l e p o u r la p r e m i è r e h e u r e des hostilités

1

; en

m a i , en j u i n , il avait d i s c u t é d u p l a n des o p é r a t i o n s et de l a f u t u r e p a i x ; il offrait

les F l o r i d e s . . . . a p r è s

entente

p r é a l a b l e avec les A m é r i c a i n s , il p r o p o s a i t la c o n q u ê t e de G i b r a l t a r et de la J a m a ï q u e . Et à toutes ces a v a n c e s , le 1. Vergennes se flattait d'avoir c o m p r o m i s les Espagnols malgré eux ; nul ne voudrait croire, disait-il, que la Cour de Madrid a ignoré nos négociations avec les Insurgents et nos intentions de faire la guerre, sinon ce serait croire que l'union entre les deux couronnes est r o m p u e (Instructions du 3 avril 1 7 7 8 à Montmorin).


— 278 — g o u v e r n e m e n t d e l ' E s c u r i a l répondait p a r des t i n s de n o n r e c e v o i r e t i n v o q u a i t l e s o u c i d e la n e u t r a l i t é , de t i a l i t é e n v u e d e la m é d i a t i o n q u e Charles III

l'impar­ entendait

p r é s e n t e r pour prévenir la p r o l o n g a t i o n d u c o r d l i t ! La g u e r r e é t a n t u n f a i t a c q u i s , à une mise

e n demeure

Florida Blanca r é p o n d

de M o n t m o r i n

l e 18 juillet en

r é s e r v a n t la l i b e r t é d ' a c t i o n d e la m o n a r c h i e i b é r i q u e : si c e l l e - c i i n t e r v i e n t , c e s e r a à s o n h e u r e . M a i s l e secrétaire d'état

ne décourage

pouvoir

entraîner

pas l ' a m b a s s a d e u r q u i se flatte d e

l'Espagne

moyennant

quelque

délai.

P o u r t a n t il f a u t d e s i l l u s i o n s t e n a c e s p o u r n e p o i n t

voir

c o m b i e n la cour m a d r i l è n e b l â m e l e s Insurgents c l

com­

bien

elle

veille

neutre envers

à

observer

l'Angleterre.

u n e altitude

amicalement

Florida B l a n c a e t d ' E s c a r a ñ o

t i e n n e n t à h o n n e u r de p r o c l a m e r ,

d'accuser

l'ostracisme

q u i frappe les Américains : l e s e n v o y é s d u C o n g r è s pu franchir les P y r é n é e s e t l e u r s r a p p o r t s a v e c sont

systématiquement

découragés.

Par

n'ont

d'Aranda

contre,

on

n ' a v o u e p a s l a p r é s e n c e à Philadelphie d ' u n o b s e r v a t e u r e s p a g n o l , \l. d e M i i a l è s . r e p r é s e n t a n t le

role

est effacé

et

les relations

t o u t officieux avec

dont

le m i n i s t r e d e

L o u i s XVI Gérard s o n t fort d i s c r è t e s . Si d e s s u b s i d e s

sont

de t e m p s à a u t r e a l l o u é s a u x Insurgents, c ' e s t la c a i s s e d e La H a v a n e q u i s u p p o r t e c e s d é p e n s e s , à p e i n e s u p é r i e u r e s à

quelques

centaines

avances c o m m e

de milliers

de

réaux.

De

le s é j o u r d e M i r a l è s e n N o u v e l l e

telles Angle

t e r r e n ' e n t a m a i e n t e n r i e n la répugnance de la c o u r à s e m ê l e r à la g u e r r e e t n e m e t t a i e n t p a s e n d a n g e r la m é d i a ­ tion. Q u e le r e p r é s e n t a n t de G e o r g e s III f u t Lord

Grantham,

c'était e n c o r e u n l'acteur q u i f a i s a i t e s p é r e r le s u c c è s d e l a p o l i t i q u e e s p a g n o l e c a r l e l o r d s e montrait ami s i n c è r e de la

monarchie

et son

z è l e à prévenir t o u t c o n f l i t

s'était


— 279 — déployé depuis 1776. Ses rapports à Lord W e y m o u t h res­ piraient la confiance dans l'abstention espagnole et quand vers la fin de juillet, il vint solliciter u n e

déclaration

officieuse de neutralité, il recut satisfaction et put m a n d e r à sa cour que les assurances les plus pacifiques à lui d o n ­ nées en cette occasion n'étaient point démenties par les faits. Toujours a m i c a l e m e n t reçu, il perçoit le ton de la sincérité

q u a n d , dans

les entretiens ministériels,

les

a g i s s e m e n t s des Américains sont blâmés et les dispositions belliqueuses de la France déplorées. Nulle tension d'ailleurs dans les rapports hispano-bri­ tanniques. Bien m i e u x , c'est alors qu'on songe à rempla­ cer le Prince de Masserano, malade et absent

depuis

octobre 1777, puis démissionnaire. Le c h o i x du roi s'est porté sur le Marquis d'Almodovar le 2 0 janvier, mais la difficulté de trouver pour l'ambassade de Lisbonne un nouveau titulaire retarde l'effet de cette n o m i n a t i o n ; enfin, en mars, le Comte Fernan Nunez est désigné pour ie Portugal et on hâte le départ du marquis pour Londres afin que d'Escaraño puisse être effectivement remplacé et secondé lors des négociations

de

médiation

(fin

mai

.778). On attache à ces futurs

pourparlers tant de prix à

Madrid que par crainte de voir d'Aranda, par jalousie, a m b i t i o n o u c o n v i c t i o n , traverser ces projets, on m a n d e i m p é r i e u s e m e n t aux diplomates français de laisser l'am­ bassadeur à Versailles en dehors de ces questions : les notes qui pourraient être échangées à ce sujet entre les m o n a r c h i e s bourbon devront passer par l'intermédiaire de M o n t m o r i n . Or Vergennes, entretenu en ses illusions sur la docilité espagnole

par

celles

de

Montmorin

et les

discours

d'Aranda, s'irritait de voir l'Espagne se dérober, d'autant


— 280 -

plus q u e les p r e m i e r s e n g a g e m e n t s n e r é v é l a i e n t

point

clans la m a r i n e a n g l a i s e

avait

cet affaiblissement

e n c o u r a g é les d i r i g e a n t s français

qui

à lever le m a s q u e .

Il

constatait que l'indécise bataille d'Ouessant ne p r o v o q u a i t a u c u n e i m p r e s s i o n favorable à M a d r i d ; C h a r l e s I I I , p r e s senti

directement,

avait amicalement

mais

fermement

d é c l i n é toute p a r t i c i p a t i o n a u x h o s t i l i t é s , Le m i n i s t r e de L o u i s XVI n e p o u v a i t p l u s c o n t e s t e r la réalité d ' o b s t a c l e s d o n t il n i a i t l'existence et il d u t , m a l g r é l u i , d o n n e r p l u s d ' a t t e n t i o n à la q u e s t i o n

de m é d i a t i o n

en

laquelle

il

n ' a v a i t v o u l u v o i r j u s q u ' a l o r s q u ' u n t r o m p e - l ' œ i l et à l a q u e l l e il avait d o n n é u n e a p p r o b a t i o n

officielle

mais

1

q u e l q u e p e u d i s t r a i t e en m a i . P o u r t a n t il e u t du d é s i r e r u n r è g l e m e n t pacifique et a v a n t a g e u x des affaires m a d r i l è n e s c a r a l o r s la q u e s t i o n d e la s u c c e s s i o n b a v a r o i s e depuis alliée

décembre

1 7 7 7 ) mettait

de la F r a n c e , avec les

aux prises puissances

(ouverte

l'Autriche, continentales

v o i s i n e s . Le m i n i s t r e de L o u i s XVI v e n a i t de refuser s o n a p p u i a u C a b i n e t de V i e n n e et p r é p a r a i t

lui-même une

i n t e r v e n t i o n pacificatrice c o m m e m é d i a t e u r . Il s e m b l a i t d o n n e r toute s o n a t t e n t i o n à la g u e r r e d ' A m é r i q u e et n e p o i n t v o u l o i r se laisser d é t o u r n e r de celle-ci. L ' E s p a g n e toutefois a v a i t agi de m a n i è r e à p r o u v e r q u e cette m é d i a t i o n était c h o s e sérieuse et elle a v a i t p r e s s e n t i la C o u r

de S a i n t - J a m e s .

Cette d e r n i è r e

en j u i n

avait

objecté n e p o u v o i r n é g o c i e r avec ses c o l o n i e s i n s u r g é e s ; elle avait r é c l a m é la q u a l i t é d'offensée e n r a i s o n de l ' i n tervention

française ; p a r

suite,

disait-elle,

c'est à la

F i a n c e à offrir r é p a r a t i o n et à faire les p r e m i è r e s

démar-

c h e s , n o t a m m e n t e n a n n u l a n t le traité d u 6 février. Le 1. L'Espagne avait admis cette acceptation très tiède et n'en avait pas tiré grief plus que du refus de la France d'accéder au traité du Pardo.


281

c a r a c t è r e p l u t ô t n é g a t i f de cette r é p o n s e a v a i t été a t t é n u é p a r G r a n t h a m q u i a v a i t p a r l é des désirs de p a i x de son g o u v e r n e m e n t cl q u i avait d é c l a r é q u e l'exigence r e l a t i v e a u traité f r a n c o - a m é r i c a i n n'était pas m a i n t e n u e . À la fin d ' a o û t , a p r è s les p r e m i è r e s

p é r i p é t i e s de la

g u e r r e , le C a b i n e t de l'Escurial avail f o r m u l é officiellem e n t son

offre de m é d i a t i o n

et avisé l ' A n g l e t e r r e

de

l ' a c c e p t a t i o n française. Le 14 s e p t e m b r e , A l m o d o v a r t r a n s mettait

l'adhésion

de p r i n c i p e de la G r a n d e - B r e t a g n e ;

u n e q u e s t i o n i m p o r t a n t e restait en s u s p e n s : la p a r t i c i p a t i o n des I n s u r g e n t s . Il s'agissait a l o r s d ' é t a b l i r des p r o p o s i t i o n s c o n c r è t e s ; o r la F r a n c e d e m a n d a i t à son a d v e r saire

des

concessions

qui

mettaient

en

danger

non

s e u l e m e n t la p a i x m a i s la m é d i a l i o n . F l o r i d a Blanca n e réussit

q u ' à a t t é n u e r l é g è r e m e n t les d e m a n d e s de Ver-

gennes : 1° R e c o n n a i s s a n c e de l ' i n d é p e n d a n c e a m é r i c a i n e (exig e n c e d u c a u traité f r a n c o - a m é r i c a i n ) . 2° G a r a n t i e à l ' A n g l e t e r r e d u C a n a d a et de l'Acadie. 3° S u p p r e s s i o n des s e r v i t u d e s de D u n k e r q u e

moyen-

n a n t l ' e n g a g e m e n t de la F r a n c e de n e p o i n t c o n s t r u i r e de p o r t de g u e r r e . 4° E x c l u s i v i t é de la p ê c h e française s u r le French

Shore

d e T e r r e Neuve (le d r o i t de p ê c h e serait é v e n t u e l l e m e n t a c c o r d é a u x Anglais d u C a p B o n a v i s t a a u C a p S a i n t - J e a n et le c a n a l e n t r e l'île et S a i n t - P i e r r e et M i q u e l o n serait p a r t a g é e n t r e les d e u x n a t i o n s ) . 5° R é g i m e a m i c a l des d e u x c o m p a g n i e s en H i n d o u s l a n ; d r o i t d e c r e u s e r u n fossé à C h a n d e r n a g o r . 6° A b r o g a t i o n o u a p p l i c a t i o n

intégrale du traité

de

c o m m e r c e et n a v i g a t i o n des 31 m a r s - 1 1 a v r i l 1 7 1 8 , selon q u e les A n g l a i s a d m e t t r a i e n t o u n o n le r é t a b l i s s e m e n t d e s articles 8 et 9 .


282

7" Cession des F l o r i d e s p a r t i e aux E t a t s - U n i s , p a r t i e à l ' E s p a g n e , celle d e r n i è r e r e c e v a n t la r é g i o n d e la p é n i n sule et des côtes d u Golfe d u M e x i q u e

1.

M o n t m o r i n a v a i t v i v e m e n t insisté p o u r q u ' H a l i f a x enlevé à l'Angleterre mais Florida

Blanca avait

fut

refusé

d ' i m p o s e r à l ' A n g l e t e r r e u n e telle d é c h é a n c e et a v a i t fait v a l o i r la nécessité de t e n i r en b r i d e les I n s u r g e n t s p a r la p r o x i m i t é de p o s s e s s i o n s b r i t a n n i q u e s . Le S e c r é t a i r e d ' E t a t a v a i t , en o u t r e , d é j o u é u n p i è g e t e n d u p a r l ' a m b a s s a d e u r q u i a v a i t p r o p o s é d e laisser à la G r a n d e - B r e t a g n e

des

bases d ' o p é r a t i o n d a n s les treize c o l o n i e s : New-York et S a v a n n a h , p a r e x e m p l e . Il a v a i t

démontré

l'utilité

de

r e c o n n a î t r e — s'il y a v a i t lieu — la s o u v e r a i n e t é i n t é g r a l e des E t a t s - U n i s et a j o u t é q u e l ' A n g l e t e r r e n e

tirerait

de telles e n c l a v e s pas p l u s de profit q u e l ' E s p a g n e des présidios d'Afrique. Le 15 o c t o b r e 1 7 7 8 , les d i v e r s a r t i c l e s d e pacification é t a i e n t r e m i s à G r a n t h a m ; il était e n t e n d u , de p l u s , q u e les c o n q u ê t e s r é c i p r o q u e s s e r a i e n t r e s t i t u é e s . Clause r e n d u e n é c e s s a i r e p a r la n o u v e l l e q u e le M a r q u i s de Bouillé avait e n l e v é le 7 s e p t e m b r e la D o m i n i q u e a u x A n g l a i s , t a n d i s q u e ceux-ci c a p t u r a i e n t

s a n s c o m b a t les îles d e Saint-

Pierre et de M i q u e l o n , m e n a ç a i e n t P o n d i c h é r y . Enfin le g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l r e c o m m a n d a i t la r é u n i o n

d'un

c o n g r è s à Madrid et il a d m e t t a i t q u e les i n s u r g e n t s

ne

p a r u s s e n t p o i n t en p e r s o n n e aux c o n f é r e n c e s m a i s délég u a s s e n t l e u r s pouvoirs aux p l é n i p o t e n t i a i r e s f r a n ç a i s , ce dernier point étant une simple suggestion. Le M a r q u i s d ' A l m o d o v a r , i n s t a l l é à L o n d r e s d e p u i s le 13 j u i l l e t , fut c h a r g é , de s o n c ô t é , d e t r a n s m e t t r e ces p r o p o s i t i o n s à L o r d W e y m o u t h et de t r a v a i l l e r d e c o n c e r t 1. A. E. Corresp. d'Espagne. Vol. 5 9 1 , f° 64 et ss.


— 283 — a v e c ce dernier à dresser lers. Le Secrétaire d'Etat ainsi

dans

deux

les b a s e s d e s f u t u r s

pourpar­

p o u r le S u d a c c e p t a le d é b a t e t

capitales

on

délibérait

simultanément

s u r l e s m o y e n s d e r é t a b l i r la p a i x . B i e n t ô t il a p p a r u t q u e c h a c u n des belligérants élevait un obstacle irréductible à l ' a c h e m i n e m e n t vers u n e c o n f é r e n c e : les A n g l a i s

objec­

taient l ' i m p o s s i b i l i t é de

l'indé­

pendance

américaine

gents

futur

au

reconnaître au préalable

en

Congrès

admettant

les d é l é g u é s

(ce

pour eux

serait

insur­

renoncer

d ' a v a n c e à u n a v a n t a g e ) et ils d é s i r a i e n t , en o u t r e ,

que

l ' a l l i a n c e f r a n c o a m é r i c a i n e fut d é n o n c é e . P a r c o n t r e , l e s f r a n ç a i s se p l a i g n a i e n t

d e la n é c e s s i t é d e

conclure

a r m i s t i c e e n A m é r i q u e e t se r e f u s a i e n t à r o m p r e

un

l'accord

d u 6 février. Néanmoins ardents à mouth paix.

les E s p a g n o l s

concilier

et

ces v u e s

Lord

c o m m e Lord North n'étaient Au

début de n o v e m b r e

Grantham

divergentes 1778,

étaient

et L o r d

Wey­

p a s e n n e m i s d e la Florida

Blanca

se

d é c l a r a i t satisfait des p r e m i è r e s r é p o n s e s b r i t a n n i q u e s et il n e d o u t a i t p a s q u ' a p r è s q u e l q u e s s e m a i n e s le p l a n p a c i f i c a t i o n n e fut a c c e p t é p a r les p u i s s a n c e s G r a n t h a m affirmait

guerre.

q u e la C o u r d e M a d r i d é t a i t

sincère

dans son désir de paix, ne cachait a u c u n e arrière-pensée et il se f a i s a i t l ' a v o c a t d e la c a u s e d e Sept

mois

plus

de

en

tard,

à

la

1

médiation.

mi-juin

1779,

le

même

a m b a s s a d e u r recevait notification de l'étal de g u e r r e entre l ' A n g l e t e r r e et l ' E s p a g n e .

1. Pour mieux accuser sa neutralité, le gouvernement espagnol venait d'édicter pour ses nationaux l'interdiction de transporter, à dater du 1 janvier 1 7 7 9 , des marchandises étrangères pour prévenir l'utilisation du pavillon espagnol au ravitaillement des îles françaises. Le Cabinet de Versailles avait demandé une dérogation en faveur d u port de Moute-Christo à Saint-Domingue espagnol. er


— 284 -

Q u e s'était-il d o n c p r o d u i t d a n s l ' i n t e r v a l l e p o u r a m e n e r les d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s , si fermes e n l e u r n e u t r a l i t é , à e n t r e r en g u e r r e , p o u r les d é c i d e r à se j e t e r clans les b r a s de la F r a n c e , e u x si s o u c i e u x de l e u r i n d é p e n d a n c e et si défiants de la t u t e l l e française ? A u c u n é v é n e m e n t p o l i t i q u e o u m i l i t a i r e n ' é t a i t s u r v e n u p o u r a l t é r e r le statu quo c o l o n i a l et m a r i t i m e . La F r a n c e , n i la G r a n d e - B r e t a g n e n ' a v a i e n t r e m p o r t é d e victoires décisives ; les I n s u r g e n t s n ' a v a i e n t pas vu les c o u r s c o n t i n e n t a l e s r i v a l i s e r de zèle à les r e c o n n a î t r e . Le P o r t u g a l s ' a n c r a i t d a n s l ' a b s t e n tion et m o n t r a i t e n v e r s les Américains des d i s p o s i t i o n s s i n o n h o s t i l e s , d u m o i n s p e u b i e n v e i l l a n t e s : il n e p a r a i s s a i t n u l l e m e n t e n c l i n à p a r t i c i p e r a u x h o s t i l i t é s et n ' a v a i t p o i n t resserré les liens q u i l ' u n i s s a i e n t a u g o u v e r n e m e n t de Londres.

Le r e v i r e m e n t q u i

se p r o d u i s i t «à la C o u r de Madrid

e n t r e n o v e m b r e 1 7 7 8 et 1 7 7 9 était d û à u n e n c h a î n e m e n t d e c i r c o n s t a n c e s , m a i s l ' u n e des causes essentielles de l'intervention Charles

auprès

de

III d e L o r d G r a n t h a m . Cet a m b a s s a d e u r ,

espagnole

fut

la

présence

très

favorable à la c a u s e h i s p a n i q u e , laissait refléter d a n s ses d é p ê c h e s les b o n n e s d i s p o s i t i o n s de la m o n a r c h i e

envers

L'Angleterre et il a c c e n t u a i t e n c o r e l'esprit pacifique

qui

r é g n a i t d a n s la p é n i n s u l e . E n c l i n à t o u t v o i r s o u s

des

c o u l e u r s a g r é a b l e s , il se refusait à c r o i r e à la possibilité d ' u n e r u p t u r e a n g l o - h i s p a n i q u e , m ê m e s o u s l'influence d u P a c t e de F a m i l l e . P a r s u i t e , à Londres, on e n v i s a g e a i t la m é d i a t i o n de C h a r l e s III s a n s b e a u c o u p p l u s q u ' à Versailles en

d'attention

1 7 7 8 et o n s ' i m a g i n a i t v o l o n t i e r s q u e

j a m a i s le C a b i n e t de l'Escurial n e se r i s q u e r a i t à e n t r e r


— 285 — d a n s l ' a r è n e . Aussi p e n s a i t - o n p o u v o i r s a n s d a n g e r fairetraîner en longueur succès décisifs.

la m é d i a t i o n j u s q u ' à l ' h e u r e

des

T a c t i q u e d i l a t o i r e d ' a u t a n t p l u s aisée à

a p p l i q u e r q u e le p r o b l è m e de la s o u v e r a i n e t é

américaine

offrait m a t i è r e à d é b a l s . Qu'il y eut é g a l e m e n t influence p l u s ou m o i n s l o i n t a i n e des p r é c é d e n t s

diplomatiques

anglo-espagnols

depuis

1 7 6 3 , s o u v e n i r de l'affaire de Manille ou des F a l k l a n d s , c'est p r o b a b l e . L ' e r r e u r fatale des d i r i g e a n t s b r i t a n n i q u e s fut d e c r o i r e q u ' o n p o u v a i t i m p u n é m e n t s p é c u l e r s u r l'esprit pacifique des E s p a g n o l s , s u r l e u r c r a i n t e des I n s u r g e n t s , l e u r souci de s a u v e g a r d e r l ' i n t é g r i t é de l ' U l t r a m a r et l e u r i n d é p e n d a n c e vis-à-vis de la F r a n c e . Les p o u r p a r l e r s e n g a g é s p a r le M a r q u i s d ' A l m o d o v a r a v e c les secrétaires d'Etat en n o v e m b r e a v a i e n t

bientôt

été s u s p e n d u s p a r les r e m a n i e m e n t s m i n i s t é r i e l s . Suffolk a v a i t s u c c é d é ad interim

Lord

à W e y m o u t h et il allait

être r e m p l a c é à la fin de 1 7 7 8 p a r l'ancien a m b a s s a d e u r à Paris Lord S t o r m o n t . La g r a v i t é de la situation était telle

que

de

s e m b l a b l e s é v é n e m e n t s ne d e v a i e n t

pas.

entraver la m a r c h e d e la m é d i a t i o n . La t a c t i q u e d i l a t o i r e des A n g l a i s n e p o u v a i t

manquer

d e f r a p p e r la C o u r de Madrid en d é c e m b r e . C'était t e n i r en p i è t r e e s t i m e l ' E s p a g n e ; C h a r l e s III et F l o r i d a B l a n c a ressentaient cette a t t e i n t e au prestige n a t i o n a l et ils s'étonn a i e n t , en o u t r e , de voir les b e l l i g é r a n t s si p e u intéressés p a r les efforts

fails en faveur de la p a i x . P o u r t a n t ils

j u g e a i e n t q u e la G r a n d e - B r e t a g n e a v a i t g r a n d b e s o i n d e la paix a y a n t à faire face à d e u x e n n e m i s déclarés et à des n e u t r e s h o s t i l e s . Enfin

ils se s e n t a i e n t en

délicate

p o s i t i o n e n v e r s l ' E u r o p e , e n v e r s la F r a n c e , a y a n t fondé tant d ' e s p o i r e n u n e m é d i a t i o n q u ' o n s e m b l a i t m é p r i s e r ; n ' a v a i e n t - i l s pas veillé à laisser d ' A r a n d a en d e h o r s

de


— 286

c e s c o m b i n a i s o n s ? Or une t e l l e situation ne p o u v a i t s e prolonger. Au m o m e n t où l e s dirigeants m a d r i l è n e s é t a i e n t fâcheu­ sement i m p r e s s i o n n é s

de l ' A n g l e t e r r e

par l'attitude

d é p i t d e s assurances de G r a n t h a m ,

u n e série

en

d'incidents

m a r i t i m e s éclatait, conséquence du b l o c u s d e s c ô t e s

Iran

ç a i s c s . E n j u i l l e t e t a o û t 1778 a v a i t s u r g i la q u e s t i o n d e s paquebots

espagnols :

finalement

les relations entre

la

p é n i n s u l e e t l e s m e r s du N o r d a v a i e n t été a s s u r é e s p a r u n s e r v i c e de b â t i m e n t s p a r t a n t d e S a n t a n d e r et

moyennant

a n contrôle de la p a r t d ' u n v i c e - c o t a s u l a n g l a i s d o n n a n t lieu à m i l l e

vivendi

contestations.

:

modus

F u i s , à partir

de n o v e m b r e , l e s c a p t u r e s d e s c o r s a i r e s britanniques s u r 1

les E s p a g n o l s se m u l t i p l i e n t . De j a n v i e r

à

mars

1 7 7 9 , le

Cabinet

de

l'Escurial

n ' o b t i e n t que d'évasives réponses t a n t s u r la médiation q u e s u r la r é p a r a t i o n

d e s s a i s i e s illégales. Il

n'éprouvait

p l u s la politique de m é n a g e m e n t q u i e n 1 7 7 8 s ' é t a i t a p p l i ­ q u é e . Etait-ce qu'aux Antilles Sainte L u c i e é t a i t que la C o u r de S a i n t - J a m e s e n lira p l u s montra Mais,

moins

équitable

à la fin de m a r s ,

envers

la n a v i g a t i o n

on apprenait

F r a n ç a i s a v a i e n t r e c o n q u i s le

p r i s e et

d ' o r g u e i l et se neutre.

p a r contre q u e l e s

Sénégal.

L e s Espagnols s'irritent m a i n t e n a n t c o n t r e l'Angleterre, i l s sentent q u e cette p u i s s a n c e

se j o u e

de l e u r s

propo­

s i t i o n s et ne r e s p e c t e q u e m o l l e m e n t leur neutralité, i l s croient

discerner des s i g n e s de dédain

5 a u 28 décembre 1 7 7 8 , le M a r q u i s

à leur égard.

Du

d ' A l m o d o v a r n'a q u e

de v a i n e s c o n v e r s a t i o n s a v e c l e s l o r d s S e c r é t a i r e s d'Etat et

dînant 1.

janvier

aucune

modification

ne se

produit,

I n c i d e n t du Saint Louis p o u r s u i v i et s a i s i p a r d e s c o r s a i r e s m a -

honnais sur les côtes de Catalogne. — Gapture du Saint-Bonaventure e t d é r o u t e m e n t d u N . - D . du Carmen dans l'Alantique ( n o v e m b r e 1 7 7 8 ) .


— 287 — a t t e s t a n t q u e le C a b i n e t de L o n d r e s s o n g e r é e l l e m e n t à n é g o c i e r . Si, a v a n t le m o i s de m a r s , rien d e définitif n ' e s t o b t e n u en ce q u i c o n c e r n e la m é d i a t i o n , celle-ci est c o m p r o m i s e p a r l ' o u v e r t u r e m ê m e de la c a m p a g n e d e 1 7 7 9 . C'est

ce q u e

perçoit

Florida

Blanca

q u i , en j a n v i e r ,

m a r q u e o u v e r t e m e n t l ' o p p o s i t i o n q u i r è g n e e n t r e les d i s c o u r s pacifiques

des h o m m e s d'état a n g l a i s et le

ton

v a g u e de l e u r s n o t e s . Le g o u v e r n e m e n t de Madrid a d o p t e u n ton p l u s é n e r g i q u e , voire m ê m e n e r v e u x . La d é p ê c h e e x p é d i é e à A l m o d o v a r le 20 j a n v i e r m o n t r e q u ' à la c o u r de C h a r l e s 1 1 1

les e s p é r a n c e s fondées s u r la m é d i a t i o n

s o n t déçues et q u ' o n ne r e p r e n d r a confiance en u n e solution pacifique q u e si l ' A n g l e t e r r e e x p r i m e n e t t e m e n t u n e v o l o n t é de p a i x . Or

l'attitude

britannique

contraste

alors

singulière-

m e n t avec celle d e la F r a n c e . V e r g e n n e s , s o u c i e u x d'acq u é r i r à tout prix

l'appui

de l ' E s p a g n e , a p p u i q u i

lui

p e r m e t t r a d ' o b t e n i r l ' a s c e n d a n t s u r la p u i s s a n c e a n g l a i s e , ne

recule devant

aucune

m e s u r e p o u r p a r v e n i r à ce

r é s u l t a t , La m o n a r c h i e de Louis XVI p a r tous ses a g e n t s et

représentants

témoigne

mille

prévenances

à qui-

c o n q u e est d ' E s p a g n e ; la p l u s g r a n d e déférence accueille les avis v e n u s d ' E s p a g n e et le plus h a u t p r i x s e m b l e ê t r e a t t a c h é à toute c o o p é r a t i o n de

l'Espagne.

Cependant

V e r g e n n e s ne se s e n t p o i n t s u r d u succès ; quelle q u e soit l'influence du Pacte de F a m i l l e , il c r a i n t q u e la p r u d e n c e et la

raison

ne

l'emportent

dans

les conseils d u

Roi

C a t h o l i q u e et il s'attache à p r é v e n i r l'effet des h é s i t a t i o n s i n é v i t a b l e s à la veille d ' u n e g r a v e r é s o l u t i o n à p r e n d r e . Il tient t a n t à l ' i n t e r v e n t i o n

h i s p a n i q u e qu'il ne

veut

r i e n laisser e n t r e p r e n d r e p o u r la c a m p a g n e de 1 7 7 9 s a n s être s û r des d é c i s i o n s prises à Madrid et r e d o u t a n t q u e le C a b i n e t d e l ' E s c u r i a l

n e se p r o n o n c e en

définitive


pour

la

288

neutralité absolue ( q u ' i n t i m e m e n t sans

doute

il j u g e c o n f o r m e a u x v r a i s i n t é r ê t s de l ' E s p a g n e ) , il c r a i n t q u e les a r m e m e n t s français ne s o i e n t p a r a l y s é s p a r c e t t e i n c e r t i t u d e où

se d é b a t

cette c o u r

(note

du 8

mars

1779). Ces effets p o u r t a n t n e s o n t p a s v a i n s : V e r g e n n e s

et

Montmorin, saisissant l ' o c c a s i o n , o n t rallié le g o u v e r n e m e n t m a d r i l è n e à l e u r s v u e s . Ils o n t d é n o n c é la p e r fidie et la d é l o y a u t é a n g l a i s e s a u m o m e n t o ù les E s p a g n o l s , u l c é r é s des d é d a i n s a n g l a i s , s o n t p l e i n s de d é p i t et s o n g e n t à se v e n g e r . E n m a r s , C h a r l e s III p e n s e à la guerre m a i s au n o m d u p r e s t i g e n a t i o n a l et de neur

dynastique

Pacte ; Florida

qui Blanca

n o u r r i t les

v e n g e r l'échec de la m é d i a t i o n

m ê m e s idées

du

pour

et d e ses c o m b i n a i s o n s

pacifiques, t a n d i s q u e Galvez s o n g e p l u s é t e n d r e o u affermir

l'hon-

se c o n c i l i e n t avec le r e s p e c t

l'Ultramar.

jamais à

que

D'Aranda,

de

Paris,

e n c o u r a g e ses p a r t i s a n s et a p p u i e c h a l e u r e u s e m e n t tout programme

belliqueux.

Ainsi

en

Espagne

des d i r i g e a n t s s o n t prèts à d é c l a r e r

la

plupart

la g u e r r e à

l'An-

g l e t e r r e p l u s p a r d é p i t ou a m o u r - p r o p r e q u e par intérêt et les o b l i g a t i o n s d u Pacte de F a m i l l e p a s s e n t a u s e c o n d plan. Les

hommes

d'état

français

ne

laissent p o i n t à la

réflexion le t e m p s de faire s o n œ u v r e . M o n t m o r i n à nouveau d'accord destiné à préciser l'alliance, v e n t i o n ; celle-ci

parle l'inter-

d o i t a v o i r lieu a u p r i n t e m p s ou j a -

m a i s . Florida Blanca accepte de r é d i g e r un traité ; p e u t être

s'imagine-t-il

que

la

négociation

sera

ardue

et

longue, sa santé c h a n c e l a n t e n'offrirait elle pas u n e c a u s e de d é l a i . Au d é b u t d'avril

il a n n o n c e qu'il

travaille à

l'élaborai ion d u texte, le 9 avril qu'il le s o u m e t au roi. Le ta avril 1 7 7 9 , la c o n v e n t i o n

était s i g n é e p a r

Mont


-

morin

1

et le m i n i s t r e e s p a g n o l . T e l l e m e n t g r a n d était

l'empressement l'ambassadeur que

289

des

Français

n e souleva

à obtenir l'alliance

aucune

objection

cl

des a l t é r a t i o n s légères de f o r m e , q u e

que

ne

fit

Vergennes

r e c e v a n t le texte p a r c o u r r i e r spécial, y d o n n a son a p p r o b a t i o n et le r e n v o y a avec sa ratification en toute d i l i g e n c e (29 a v r i l ) . A ce m o m e n t les affaires

continentales

ne

2

c o n s t i t u a i e n t p l u s de m e n a c e p o u r la p a i x g é n é r a l e . Le trait c a r a c t é r i s t i q u e de l'alliance était q u e l ' E s p a g n e n ' a c c é d a i t pas a u

traité f r a n c o - a m é r i c a i n

de 1 7 7 8 b i e n

q u e d a n s ce d e r n i e r u n article secret p r é v i t cette access i o n . T o u t a u p l u s , le Roi C a t h o l i q u e s'engageait-il p a r l'article

IV à p r o c u r e r a u x Etats-Unis « t o u s les a v a n -

tages possibles » lors de la paix g é n é r a l e . En r e v a n c h e , I

er

après avoir

r a p p e l é d a n s l'article

propositions

faites r é c e m m e n t à L o n d r e s . il

la m é d i a t i o n , les acceptait

si ces o u v e r t u r e s u l t i m e s é t a i e n t rejetées, de d é c l a r e r la g u e r r e « a u m o m e n t q u i serait c o n c e r t é e n t r e les d e u x s o u v e r a i n s ».

P l u s i e u r s articles s t i p u l a i e n t la

n a u t é d ' o p é r a t i o n s et s u r t o u t i n t e r d i s a i e n t

commu-

toute

paix

future à i m p o s e r à

l'An-

s é p a r é e (art. II. III et IX). Les c o n d i t i o n s de la

paix

g l e t e r r e é t a i e n t c o n ç u e s avec le d é s i r manifeste

d'assurer

l'égalité de t r a i t e m e n t e n t r e les d e u x m o n a r c h i e s .

C'est

1. Le texte de ce traité ne figure dans aucun recueil de traité ex­ cepté dans le recueil de Don A L E J A N D R O DEL C A S T I L L O , Tralados... desde el año 1700 haste el dia 1843. Il est absent des archives du Minis­ tère des Affaires Etrangères de France. Ce traité, de m ô m e que les d o c u m e n t s annexes des dépêches de Montmorin, font défaut. 2. L'Autriche avait accepté la médiation française, puis celle de la Russie, pour le règlement de la succession bavaroise. Le Congrès de Teschen réuni à ce sujet allait se clore par la signature du traité du 13 mai 1 7 7 9 qui accordait à Joseph II l'Innviertel et à Frédéric II les margraviats d'Anspach et Bayreuth. La Cour de Versailles pouvait se livrer entièrement à ses projets maritimes et donner u n e i m p u l s i o n plus vigoureuse à la guerre d Amérique. 19


290

a i n s i q u e la F r a n c e o b t i e n d r a i t s i x a v a n t a g e s , e n r e g a r d desquels l ' E s p a g n e en plaçait six (art. V et VII). L a C o u r de Versailles r é c l a m a i t : I° L ' a b o l i t i o n d u r é g i m e é t a b l i à D u n k e r q u c . 2" L ' e x p u l s i o n d e s A n g l a i s d e T e r r e - N e u v e . 3° L a l i b e r t é d e c o m m e r c e a u x I n d e s O r i e n t a l e s . !\° La r e s t i t u t i o n d u S é n é g a l c,l l a l i b e r t é d e c o m m e r c e en A f r i q u e . 5° L a c e s s i o n d e la D o m i n i q u e . 6° L ' a b r o g a t i o n o u l ' a p p l i c a t i o n

i n t é g r a l e d u traité de

commerce d'Utrecht (1713). De sou côté, l'Espagne réclamait : L a restitution de Gibraltar.

r

l

2 L a c e s s i o n d e la r i v i è r e e t d u p o r t d e M o b i l e . e

3 L a restitution de Pensacola et d u littoral floridien r

jusqu'au Canal des B a h a m a . 4° L ' e x p u l s i o n d e s A n g l a i s d u H o n d u r a s

et l a m i s e e n

vigueur des clauses restrictives de 1 7 6 3 . 5° L a r é v o c a t i o n d e t o u s les p r i v i l è g e s d e s A n g l a i s s u r la c ô t e d e C a m p ê c h e . 6" L a r e s t i t u t i o n d e Minorque. Si le C a b i n e t en

de

cas de c o n q u ê t e

Versailles

accordait

de Terre-Neuve

d a n s c e s p a r a g e s , celui de Madrid

aux

Espagnols

le d r o i t

permettait

d e pêche a u x Fran­

çais de c o u p e r d u bois de c a m p ê c h e d a n s les c o n d i t i o n s autrefois octroyées a u x Anglais les r e v e n d i c a t i o n s milés

relatives

à

( a r t . V I et V I I I ) . Enfin Dunkerquc

à celles concernant Gibraltar

ou tout

étaient

assi­

autre équi­

v a l e n t fixé p a r C h a r l e s III ( a r t . I \ ) . Le sort d e s c o m p l è t e s n o n p r é v u e s s e r a i t fixé s e l o n l e s c i r c o n s t a n c e s et d ' a c c o r d e n t r e l e s d e u x c o u r s t a n d i s q u e les c a s n o n s t i p u l é s d a n s la c o n v e n t i o n

seraient

réglés

dans

lettre des traités f r a n c o - e s p a g n o l s ,

l'esprit

et selon

notamment

selon

la le


291

P a c t e de F a m i l l e . Enfin l'article XII c o n t e n a i t la clause u s u e l l e relative a u x ratifications. Au m o m e n t où se c o n c l u a i t cette e n t e n t e q u i p r é v o y a i t I e n t r é e en g u e r r e de l ' E s p a g n e s a n s la r e n d r e i n é v i t a b l e , se j o u a i t l'un des d e r n i e r s actes de la m é d i a t i o n . Dès le m o i s de m a r s s'était r é p a n d u d a n s les c h a n c e l l e r i e s le b r u i t q u e la C o u r de Madrid e n t e n d a i t o b t e n i r d e l'Ang l e t e r r e u n e r é p o n s e définitive q u a n t à l'acceptation

des

bases d e pacification e t allait p r é s e n t e r des offres à c a r a c tère d ' u l t i m a t u m . Les c o n d i t i o n s faites n ' é t a i e n t n u l l e m e n t i n a d m i s s i b l e s et F l o r i d a B l a n c a a v a i t t r a v a i l l é à a d o u c i r les p r é l i m i naires

que

demandaient

les h o m m e s

d'état

français.

P o u r l'armistice m ê m e , plusieurs solutions étaient mises en a v a n t :

suspensions d'armes

distinctes

franco-an-

g l a i s e et a n g l o - a m é r i c a i n e o u trêve g é n é r a l e ; s u s p e n s i o n d ' a r m e s indéfinie o u l i m i t é e à 25 ou 30 a n s ; d ' a u t r e part,

congrès

chaque allié

général

ou

conférences

m a i s a v e c la p a r t i c i p a t i o n

séparées de

avec

l'Espagne.

M ê m e la G r a n d e - B r e t a g n e c o n s e r v e r a i t à titre p r o v i s o i r e New-York et R h o d e - I s l a n d . Le a a v r i l , Florida Blanca r e m e t t a i t à Lord G r a n t h a m ce p r o j e t ,

supposé

c o n ç u sans

la p a r t i c i p a t i o n

de

la

F r a n c e ; il e n p r é s e n t a les a v a n t a g e s et sollicita l'acceptation

de l ' A n g l e r r e à u n e des a l t e r n a t i v e s

T o u t refus é q u i v a u d r a i t à u n risquerait

ultimatum de

Madrid

d'entraîner mais

une

suggérées.

aveu de m a u v a i s e foi et

rupture.

Ce n ' é t a i t p a s

un

l ' a n n o n c e q u e la p a t i e n c e de la C o u r

n'était pas

i n é p u i s a b l e et q u e des

d i s p o s i t i o n s de la m o n a r c h i e ,

on

ne devait

bonnes

point

se

jouer. Or à L o n d r e s , on se flattait sans d o u t e de p a r v e n i r à la p a i x p a r d ' a u t r e s voies. La

Russie, sous

l'influence


— 292 — de

l'ambassadeur

Sir James

Harris,

se

montrait

rable à l ' A n g l e t e r r e et, p a r l ' i n t e r m é d i a i r e d e la

favo­

tsarine,

o n se flattait d ' a c q u é r i r u n e a l l i a n c e o u a u m o i n s d e f a i r e pression

sur

la

négociations entre

cour

de Versailles

discrètes

Franklin

et

1

.

s'engageaient

le

député

D'autre part,

des

P a r i s le 17

avril

à

Hartley

envoyé

par

Lord

N o r t h . Ce d e r n i e r offrait u n a r m i s t i c e de c i n q à sept a n s , la s u s p e n s i o n d e s Acts Colonies, cord

mais

il

du P a r l e m e n t relatifs a u x

exigeait

franco-américain.

A

la

la

dénonciation

mi-mai,

ces

Treize

de

l'ac­

tractations

échouaient. La

réponse

de

d u 27 a v r i l é t a i t

Lord par

Weymouth

son

à l'Espagne en

caractère

g u i s é . P o u r t a n t le g o u v e r n e m e n t

vague

un

date

refus

b r i t a n n i q u e se

dé­

ravisait-

il à la d e r n i è r e h e u r e ? L e 4 m a i , u n e n o t e é t a i t r e m i s e à Almodovar, mais

objections la

note qui discutait d u m o d e des

ce n ' é t a i t

en

somme

antérieures,

représentation eussent

tère b r i t a n n i q u e pressé blait

de que

clauses

du

sauver

tout

Durant

resta la

Pacte de

le

m u e t ; en paix

l'Angleterre

par

força Famille

la

sur

question

Insurgents. ces

bien

principe

mois de mai,

le m i n i s ­

G r a n t h a m é t a i t il

des concessions. et

de

le

vain

voir

des

Néan

objections

de

l'Espagne

12 a v r i l ; é t a i t e l l e e m p o r t é e p a r e n la p a s s i v i t é d e

à

espoir

négociations

revenir

sur

des

répondirent

perdu

d'un congrès adopté.

pour

notamment

diplomatique

m o i n s les E s p a g n o l s qu'ils

que

du une

à

11 s e m ­

exécuter

les

accord

du

récent aveugle

confiance

l ' E s p a g n e o u p e n s a i t - e l l e que le P a c t e

de Famille qui semblait n'avoir reçu a u c u n e exécution en 1 7 7 8 , était u n texte m o r t ? Pointant

Grantham

s'effrayait

à la m i - m a i

de

l'irri-

1. Cf. ci-dessous les projets de cession de Minorque à la Russie en échange d'une alliance.


— 293 — tation

qui

dominait

à A r a n j u e z ; n e venait-il pas de

r e c e v o i r u n e froide notification de l ' é c h e c de la

média-

l i o n et les i n s t r u c t i o n s de W e y m o u t h datées d u 19 m a i , e x p r i m a n t le r e g r e t de Georges III de ne p o u v o i r

ac-

c e p t e r les c o n d i t i o n s offertes, e m p r u n t a i e n t a u x c i r c o n s tances u n ton t r a g i q u e . A la c o u r , les t e n d a n c e s m a n i festes

n'étaient

p l u s en

faveur de la p a i x

mais

elles

n ' é t a i e n t p a s e n c o r e en faveur de la g u e r r e . C h a r l e s III et

Florida Blanca

é t a i e n t seuls à c o n n a î t r e les t e r m e s

d u traité passé avec la F r a n c e ; ils e s p é r a i e n t q u ' à d e r n i è r e h e u r e ils p o u r r a i e n t e n c o r e e s q u i v e r u n e

la

rup-

t u r e c a r effrayés, e u x a u s s i , des d a n g e r s q u e c o u r a i t la m o n a r c h i e , ils se fussent c o n t e n t é s des m o i n d r e s c o n c e s s i o n s a n g l a i s e s p o u r a j o u r n e r , c'est-à-dire r e n d r e c a d u c le traité. Le

29

mai,

de n o u v e l l e s

et p r e s s a n t e s i n s t r u c t i o n s

é t a i e n t expédiées à A l m o d o v a r : les u n e s ostensibles destinées à être montrées même

à V e r g e n n e s et M o n t m o r i n

en

t e m p s q u ' à W e y m o u t h , les a u t r e s secrètes. Ces

dernières trahissaient suprêmes

de

les a p p r é h e n s i o n s des

l'Espagne,

balançant

entre

dirigeants

les

dangers

d ' u n e r u p t u r e d u P a c t e et les risques d ' u n e g u e r r e . U n e ultime

solution

était e n v i s a g é e

pour

l'Amérique

du

Nord : la n a i s s a n c e de treize états a u t o n o m e s sous la suzeraineté

de l ' A n g l e t e r r e

(démarcage

de la s i t u a t i o n

de

1

l'Empire) . Le m i n i s t è r e N o r t h restait s i l e n c i e u x et froid. D a n s la p é n i n s u l e , il d e v e n a i t i m p o s s i b l e d e d i s s i m u l e r

qu'on

s ' a c h e m i n a i t à la g u e r r e . Les 18 et 21 m a i , il y a v a i t eu d e g r a n d s c o n s e i l s m i n i s t é r i e l s ; de p a r t et d ' a u t r e d e s P y r é n é e s , il y avait é c h a n g e d e c o u r r i e r s . A P a r i s , d ' A r a n 1. Les doubles instructions sont publiées dans CASTILLO, op. cit.


— 294 — da s'agitait et e n c o u r a g e a i t ses p a r t i s a n s d ' E s p a g n e . Le 24 m a i , le b r u i t se r é p a n d à Cadix q u e la m o b i l i s a t i o n est fixée au 1

juin.

ER

Toutefois à Madrid o n

espère contre

toute vraisem-

b l a n c e q u e la g u e r r e n ' é c l a t e r a p a s ; les m i n i s t r e s de la G u e r r e et d e la M a r i n e , Riecla et Castejon s o n t les m o i n s b e l l i q u e u x et ils o n t d e r r i è r e e u x la p r e s q u e

totalité de

la n a t i o n . Enfin d e v a n t le silence p e r s i s t a n t d u cabinet,

britannique,

le M a r q u i s d ' A l m o d o v a r

remet

le [5 j u i n

un v o l u m i n e u x m é m o i r e c o n t e n a n t les n o m b r e u x

griefs

d e sa c o u r c o n t r e l ' A n g l e t e r r e et il r é c l a m e ses

passe

ports.

Le

2 0 juin,

il

s'embarque

p o u r Calais.

Lord

G r a n t h a m , d e s o n côté, est a v i s é le 1 9 j u i n p a r F l o r i d a Blanca q u e la r u p t u r e est i m m i n e n t e ; n é a n m o i n s le 2 2 , il v i e n t faire u n e d e r n i è r e d é m a r c h e p o u r la paix, il sollicite u n e trêve. T r o p l a r d ,

r é p o n d le S e c r é t a i r e

e s p a g n o l qui ne p e u t plus c o n j u r e r les effets de l ' o b s t i n a t i o n

d'État

désastreux

britannique.

En effet, le 18 j u i n est p r o c l a m é d a n s le r o y a u m e le d é c r e t qui o r d o n n e la cessation

de toute relation avec

l ' A n g l e t e r r e et G i b r a l t a r ; le 2 1 , le d é c r e t de g u e r r e est publié à son

tour. Tandis que Grantham

désillusionné

g a g n e L i s b o n n e , le siège de G i b r a l t a r s ' o u v r e d u

côté

de

Don

la

Martin

terre,

les o p é r a t i o n s

Alvarez

de

étant

Sotomayor.

notifie le b l o c u s p a r

m e r de

conduites par

Puis

le

la p l a c e ,

ro j u i l l e t , o n tout

bâtiment

n a v i g u a n t d a n s la d i r e c t i o n de ce p o r t est saisi

ou

routé. * * Peu

de g u e r r e s

s'engagèrent

avec

moins

d'enthou-

s i a s m e . E n E s p a g n e , n u l e m p r e s s e m e n t d a n s la à p e i n e d a n s le g o u v e r n e m e n t . En fait, la F r a n c e

nation, triom-


p h e d e ce succès

295

diplomatique mais

c'est

l'Angleterre

q u i , i m p r u d e n c e ou m a l a d r e s s e , est r e s p o n s a b l e de

la

rupture

le

; elle-même

semble

le c o n c e v o i r et, a p r è s

r a p p e l des a m b a s s a d e u r s , elle hésite à c o n s o m m e r cette rupture.

Ainsi

n'est-il pas

M. de F u e r t e s , secrétaire

retenu

début

de j u i l l e t .

b o r e r

d e s

définitive

à L o n d r e s p a r Lord On

s'imagine

propositions le secrétaire

de

au

a l o r s q u ' i l s'agit d'éla-

paix

d'Etat

d'Almodovar Weymouth

ira extremis

; mais en

se b o r n e à r e m e t t r e u n e

réponse au m e m o r a n d u m e s p a g n o l . Q u ' i l y e u t a u sein d u cabinet b r i t a n n i q u e d e s velléités d'éviter cette e x t e n sion

de la

g u e r r e ,

cela p a r a î t indéniable m a i s le p a r t i de

l'intransigeance triompha. La C o u r de Madrid s ' e n g a g e a i t d a n s la g u e r r e enthousiasme

et aussi d a n s

de m a u v a i s e s

sans

conditions.

L ' o p i n i o n était p r e s q u ' u n a n i m e à préférer la n e u t r a l i t é ; les chefs des g r a n d s d é p a r t e m e n t s les plus intéressés à la

lutte é t a i e n t hostiles à celle-ci. T a r d i v e p r é p a r a t i o n

d e s a r m é e s et escadres en raison du secret à

observer

et, d e p l u s , j u s q u ' à la lin, l'espoir d ' u n e s o l u t i o n pacifique fut c o n s e r v é . Même à u n tique griefs

point

de v u e d i p l o m a -

le c a r a c t è r e artificiel de la g u e r r e s'accusait. énumérés

dans

le m é m o i r e de r u p t u r e

des m o i n s c o n v a i n c a n t s et o n s e n t a i t l'effort

fait p o u r

les r é u n i r et les g r o u p e r sous sept ou h u i t chefs c o h é r e n t s .

On

i n v o q u a i t 1° les v i o l a t i o n s de

Les

étaient peu

territoire

e s p a g n o l aux c o l o n i e s : à la Baie de H o n d u r a s , en Mosq u i t i e ; i n s t i g a t i o n de révolte d a n s le San

Bias ( r é g i o n

de D a r i e n ) , c h e z les C h a r a c a s , Micathas, etc., de Basse Louisiane, velle

l ' i n c i d e n t de la frégate a n g l a i s e à La

Orléans,

un

soulèvement

préparé

sur

le

NouPasca-

g o u l a s p r è s d e la L o u i s i a n e — 2° le r é g i m e de n e u t r a l i t é t r o p sévère p o u r les corsaires i n s u r g e n t s — 3° la c o n -


296

t r e b a n d e d e s loyalistes en L o u i s i a n e — 4° les i n s u l t e s laites à la n a v i g a t i o n

espagnole

(incidents

le 12 a v r i l , d u Las Almas

de la Conception,

du

N.-D.

le 2 6 , e t c . )

— 5" les attaques répétées c o n t r e les p a q u e b o t s e s p a g n o l s d e 1 7 7 6 à 1 7 7 8 — 6" les v i o l a t i o n s d u t e r r i t o i r e e s p a g n o l dans 7

0

la Baie d ' A l g é s i r a s

les r é p o n s e s

(onze

insolentes

incidents distincts) —

de la Grande-Bretagne

8° les s e n t e n c e s arbitraires d e l ' A m i r a u t é d a n s les affaires d u Saint Nicolas et Saint

britannique

Selme,

d u Saint

Pierre, e t c . Le c o n t r e - m é m o i r e

anglais

réfutait

ces a s s e r t i o n s ,

déniait toute réalité a u x c o m p l o t s o u r d i s contre

l'Ul-

t r a m a r , justifiait la légalité d e s prises et, prenant L'offen­ sive, se p l a i g n a i t d e s saisies a r b i t r a i r e s effectuées p a r la marine h i s p a n i q u e en A m é r i q u e et d e l'assistance don­ née d a n s les p o r t s d e la m o n a r c h i e a u x a g e n t s et c o r saires i n s u r g e n t s . vernement

A ce m o m e n t ,

de Londres

ignorait

sans

doute,

certaines

le g o u -

des causes

réelles de la r u p t u r e , n o t a m m e n t l ' a c c o r d d u 12 a v r i l ; il

imputait

cette

déclaration

de guerre

aux intrigues

françaises, à la docilité espagnole, à la s u r v i v a n c e

du

Pacte d e Famille. Il m é c o n n a i s s a i t a s s u r é m e n t la p o r t é e de ses fautes. L ' o p i n i o n a n g l a i s e a c c u e i l l a i t avec quelque

stoïcisme

ce s y m p t ô m e i n d i c a t e u r d ' u n e prolongation d e la l u t t e et

n'accusait

point t r o p

Toutefois u n

ses d i r i g e a n t s .

d é c o u r a g e m e n t m a r q u é se faisait s e n t i r en m a i n t s m i l i e u x : a u x difficultés populaire

et

d'une

stigmatisée

répression

coloniale p e u

p a r l'opposition

s'ajoutaient

d e u x g u e r r e s à la fois e u r o p é e n n e s et c o l o n i a l e s . Les forces

britanniques

n'étaient

point

inépuisables

; les

1. Nous respectons l'ordre et le groupement des chefs d'accusa­

tion.


— 297 — c h a n t i e r s ne p o u v a i e n t s u p p l é e r a u x p e r t e s o u à l ' u s u r e des b â t i m e n t s , et u n e disette d ' h o m m e s

effroyable

me-

n a ç a i t de s u s p e n d r e tout trafic m a r i t i m e . Les L o r d s de l'Amirauté voyaient

en

g u e r r e i m m o b i l i s é s en disposaient

1 7 7 8 e n v i r o n 3o v a i s s e a u x d e A m é r i q u e , 5 en Asie et ils n ' e n

q u e de 33 p o u r

les m e r s

d'Europe,

une

d i z a i n e é t a n t en c o n s t r u c t i o n . Etait-ce suffisant p o u r p r o t é g e r les côtes b r i t a n n i q u e s c o n t r e l'invasion ou a s s u r e r le service des c o n v o i s d a n s un

rayon

toujours

p l u s g r a n d ? La F r a n c e

avait

une

t r e n t a i n e de b â t i m e n t s a u x Antilles, 6 d a n s la Méditerranée,

3

en

Asie

et son

escadre

de

Brest

comptait

3o u n i t é s . Voici q u ' à ce chiffre s ' a d j o i g n a i e n t les 54 v a i s s e a u x de la flotte e s p a g n o l e d o n t 35 à C a d i x et 14 a u F e r r o l L Enfin p a r la r u p t u r e a n g l o - h i s p a n i q u e ,

il fallait

s o n g e r à d é f e n d r e trois n o u v e a u x fronts : G i b r a l t a r et P o r t M a h o n a i n s i q u e les F l o r i d e s c'est-à-dire des e s c a d r e s et affaiblir la Home

disperser

Fleet.

Si la c o n d u i t e de Lord North a p p a r a i s s a i t i m p r u d e n t e , ne fallait-il pas aussi q u e la C o u r de Versailles ou p l u t ô t V e r g e n n e s s e n t i t le d a n g e r de sa position p o u r se livrer à u n e c a m p a g n e de p r o p a g a n d e aussi active e n v e r s l'Esp a g n e ( c a m p a g n e q u i n ' a v a i t d'égale q u e celle p o u r s u i v i e de

1 7 7 8 à 1 7 8 0 aux

P r o v i n c e s Unies), p o u r s i g n e r

les

y e u x fermés le traité p r é s e n t é p a r F l o r i d a Blanca, p o u r a d m e t t r e les r e v e n d i c a t i o n s s u r G i b r a l t a r et a c c e p t e r q u e

1. Ces chiffres e m p r u n t é s à u n Mémoire des Affaires Etrangères de France ( 1 7 7 8 , Documents, France, Vol. 2015) sont un peu élevés, tenant compte sans doute de tous les bâtiments m ô m e incapables de faire campagne. Un état de la marine espagnole au début de 1 7 7 8 est m o i n s encourageant : à Cadix, 21 vaisseaux, 4 frégates, 3 flûtes et 6 chebecs — au Ferrol, 4 vaisseaux, I frégate. 4 flûtes — en chan­ tiers 15 vaisseaux, 13 frégates, 11 (lûtes — en Amérique? (Corr. d'Espagne, Vol. 58g, f° 6 8 ) .


— 298 — la d i r e c t i o n

des opérations

navales

c o m b i n é e s fut a u x

mains des Espagnols ! Etait-ce

nécessité de disposer d e s ports

hispaniques,

n o t a m m e n t c e u x d e s A n t i l l e s m a i s d a n s la p h a s e d e n e u ­ tralité, les escadres françaises a v a i e n t accès en ces rades, situation

plus

avantageuse

en

la p o s i t i o n

de

neutralité

q u ' e n c e l l e de belligérence. E t a i t - c e l'appoint de quelques 40

vaisseaux

et

50.000

homines

de

appoint

troupes,

i n d i s p e n s a b l e a u s u c c è s d e la F r a n c e q u i , en j u i n 1 7 7 8 , avail si délibérément engagé la g u e r r e e s c o m p t a n t

l'affai­

b l i s s e m e n t d e la G r a n d e - B r e t a g n e ? Cette a l l i a n c e

valait

elle

f r o n t s e n Amérique ou e n

la c r é a t i o n d e n o u v e a u x

Europe ?

N'y a v a i t - i l

point

c i è r e s : la détresse du qu'on

des arrière-pensées

trésor

de Louis

XVI

finan­

était

telle

p o u v a i t d é s i r e r tirer d e l ' E s p a g n e alliée d e s s e c o u r s

pécuniaires

que,

au

même

n o m du Pacte d e Famille.

l ' E s p a g n e n e u t r e e u t r e f u s é s et la p e r s p e c t i v e d a n s les g a l i o n s

hispaniques

criiemeii I au crédit s o u c i d e n'être

chancelant.

cause

séduire

pas d'être

insurgente

timoré

puiser

un g o u -

seul à affronter

e t si

prudent,

ne

à s o u t e n i r cette

seul en Europe

officiellement

de

Y é l a i l c e p a s enfin le

point d i p l o m a t i q u e m e n t

l'Angleterre ? Vergennes, si s'effravait-il

pouvait

méprisée

par les c h a n

c e l l e r i e s ? N'était-ce p a s c e s o u c i d e r o m p r e u n tel b l o c u s moral

qui poussait

g n o l e ? Pourtant comme

la F r a n c e

à a f f i c h e r l'alliance

espa­

la C o u r d e M a d r i d s e r e f u s a i t e n 1 7 7 9

auparavant

à rien

r i c a i n ; e l l e a l l a i t faire —

connaître du Congrès A m é sans

grand

sa g u e r r e c o n t r e l'Angleterre d e c o n c e r t seule, a u n o m d u P a c t e de F a m i l l e .

enthousiasme avec

la France


299

3 . — La Guerre et l'Action

franco-espagnole.

D a n s le r o y a u m e p é n i n s u l a i r e la g u e r r e était p r e s q u ' i m p o p u l a i r e , son p r i n c i p e a y a n t été a c q u i s p a r s u r p r i s e . Ni la n a t i o n , ni m ê m e le g o u v e r n e m e n t n ' y étaient d é c i d é s . C h a r l e s III eT Florida Blanca l'acceptaient c o m m e u n m a l , les a u t r e s secrétaires d ' E t a l s'y

r é s i g n a i e n t : Galvez n ' y

était p o i n t hostile et le p a r t i a r a g o n n a i s avec

d'Aranda

c o n s t i t u a i t le p r i n c i p a l s o u t i e n de la cause b e l l i q u e u s e . Les h o m m e s d'Etat e s p a g n o l s v o y a i e n t en la g u e r r e moyen

de

l'opinion

sortir d'une situation embarrassante, p u b l i q u e était

le

mais

u n a n i m e à vouloir une guerre

courte et v i c t o r i e u s e t a n t p a r souci de m é n a g e r les ress o u r c e s de ta m o n a r c h i e que p a r désir de n e p o i n t r e n forcer l'influence

française ; n u l e n effet

n'ignorait que

c'était u n e g u e r r e d u c à l'action de la F r a n c e . Peu ou p o i n t d ' u n i t é de v u e chez les d i r i g e a n t s h i s p a n i q u e s en ce qui c o n c e r n e u n p l a n d e g u e r r e . S u r u n seul p o i n t , accord c o m p l e t : m a i n t e n i r la m o n a r c h i e en c o m plète i n d é p e n d a n c e et égalité avec son allié. P o u r le reste, d i v e r g e n c e s . D ' A r a n d a s o u h a i t e la c o h é s i o n g n o l e aussi

franco-espa-

é t r o i t e q u e possible p o u r p o u v o i r de P a r i s

j o u e r un rôle décisif ; il r e c o m m a n d e s i n o n l ' e n t e n t e , du m o i n s des r e l a t i o n s avec les I n s u r g e n t s . F l o r i d a e n t e n d l i m i t e r la g u e r r e d a n s l'espace,

Blanca

comme dans

le

temps : b l o q u e r G i b r a l l a r et e n v a h i r l ' A n g l e t e r r e e n t r e la C o r n o u a i l l e s et le Kent, bref o b t e n i r en u n e c a m p a g n e la r e d d i t i o n de l ' a d v e r s a i r e .

P a r c o n t r e , Galvez p r é c o n i s a i t

les c o n q u ê t e s c o l o n i a l e s et m e t t a i t au p r e m i e r

plan

la

l i m i t a t i o n t e r r i t o r i a l e des E t a t s - U n i s . Or, à Versailles, o n voulait réaliser l ' u n i t é d ' o p é r a t i o n s a u profil de la F r a n c e et seule la nécessité d ' o b t e n i r

l'al-


— 300 — liance e s p a g n o l e a v a i t fait

transiger

s u r ce

p o i n t . Les

c o n v e r s a t i o n s e n g a g é e s s u r les p l a n s de c a m p a g n e d e p u i s mai 1778 avaient

r é v é l é l ' i m p o s s i b i l i t é de c o n c i l i e r d e s

v u e s d i v e r g e n t e s et, à la veille de r é a l i s e r la j o n c t i o n des forces alliées, o n se h e u r t a i t au m ê m e o b s t a c l e . Les m i n i s tres de L o u i s XVI é t a i e n t systématiquement défavorables à u n d é b a r q u e m e n t en M a n c h e bien que d e m u l t i p l e s p r o j e t s f i a n ç a i s e u s s e n t été d r e s s é s d e p u i s 1 7 7 6 , n o t a m m e n t c e l u i d u C h e v a l i e r de Ricard en d é c e m b r e 1 7 7 6 et celui d e Broglie en d é c e m b r e 1 7 7 7 . Ils

admettaient

toutefois

u n e c o o p é r a t i o n à la reprise de Gibraltar et de Minorque. Mais, en A m é r i q u e , ils t e n a i e n t p o u r i r r é a l i s a b l e la p r i s e d e la J a m a ï q u e et préféraient a s s u r e r la c o o r d i n a t i o n des o p é r a t i o n s de m e r avec celles d e s a r m é e s i n s u r g e n t e s , t o u t en a c c e p t a n t de p r a t i q u e r des r a i d s d a n s les Antilles, front e x c e n t r i q u e . V e r g e n n e s cl ses c o l l è g u e s , a v e r t i s p a r M o n t m o r i n , s e n t a i e n t la difficulté q u ' i l y a u r a i t à faire r e n o n cer F l o r i d a B l a n c a ,

non moins

t e n a c e q u ' i m p é t u e u x , et

Charles III l u i - m ê m e , au plan d ' i n v a s i o n de I ' A n g l e t e r r e ; ils étaient néanmoins résolus à é v i t e r cette solution. Galvez, p a r c o n t r e , a v a i t u n p r o g r a m m e e x c l u s i v e m e n t c o l o n i a l . Défensive en Europe et d a n s les vice-royautés ; offensive d a n s la

vallée du

Mississipi

et la

C a r a ï b e s . Programme m i n i m u m c o m p r e n a n t d e s F l o r i d e s et des B a h a m a , l ' e x p u l s i o n

mer

des

la r e p r i s e

des A n g l a i s de

l ' A m é r i q u e C e n t r a l e . Si les c i r c o n s t a n c e s le permettaient, a v a n c e a u t r a v e r s de la L o u i s i a n e O r i e n t a l e et p r i s e de la Jamaïque. Quant aux opérations

des I n s u r g e n t s , o n

ne

s'en soucierait q u e p o u r les é c a r t e r des régions f l o r i d i e n n e s et m i s s i s s i p i e n n e s .

Le p r é s i d e n t

du

Conseil

des

Indes

réservait une large place d a n s ces m e s u r e s t a n t à son frère le C a p i t a i n e G é n é r a l de Guatémala q u ' à son n e v e u , g o u ­ v e r n e u r i n t é r i m a i r e de la L o u i s i a n e .


— 301 —

P o u r le g o u v e r n e m e n t a n g l a i s , l ' i n t e r v e n t i o n de l'Esp a g n e était, s i n o n u n e t r a h i s o n , d u m o i n s u n e d é s i l l u s i o n . Il s'était p e r s u a d é , e n c o u r a g é p a r G r a n t h a m , q u e les s é d u c t i o n s françaises n e feraient p o i n t d é v i e r la C o u r de Madrid d ' u n e p o l i t i q u e de p r u d e n c e et d ' a b s t e n t i o n . Il a v a i t c r u p o u v o i r i m p u n é m e n t n é g l i g e r la m é d i a t i o n offerte, s y s t è m e de pacification q u i lui r é p u g n a i t et il a v a i t p r o v o q u é la r u p t u r e au m o m e n t o ù l ' o p i n i o n b r i t a n n i q u e était d é p r i m é e . Cet affaissement d u m o r a l avait, par u n e singulière aberration du cabinet, contribué à r e n d r e le conflit i n é v i t a b l e . Ainsi la C o u r de S a i n t - J a m e s était p r i s e au d é p o u r v u p a r ce n o u v e l a d v e r s a i r e , m a i s elle fit front avec é n e r g i e et s a n g - f r o i d . S a n s d o u t e les c a m p a g n e s d ' A m é r i q u e é t a i e n t p e u h e u r e u s e s m a i s celles d i r i gées c o n t r e la F r a n c e é t a i e n t m i e u x c o n d u i t e s , se t r o u v a n t d a n s les t r a d i t i o n s de l ' A m i r a u t é . A l'égard de l ' E s p a g n e , il en était de m ê m e et c o m b a t t r e s i m u l t a n é m e n t les d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n n'était p o i n t u n e t â c h e p l u s c o n s i d é r a b l e q u e celle j u s q u ' a l o r s s u p p o r t é e .

Au reste, la F r a n c e , d é p o u r v u e de riches c o l o n i e s , était assez p e u v u l n é r a b l e ; m a i s l ' E s p a g n e l'était p l u s , offrant p a r l ' U l t r a m a r et le service des g a l i o n s des

perspectives

d e c o n q u ê t e s profitables et de b u t i n s f r u c t u e u x .

Les b u t s

d e g u e r r e a n g l a i s , à cet é g a r d , étaient l'inverse de ceux de Galvez et de F l o r i d a

Blanca.

Défensive en

Europe mais

c o n s e r v e r c o û t e q u e c o û t e G i b r a l t a r et P o r t - M a h o n , a v o i r la m a î t r i s e de la M a n c h e . En A m é r i q u e ,

défensive

aux

Florides, c o l o n i e p r e s q u e sacrifiée, m e n a c é e de front p a r C u b a , de flanc p a r la L o u i s i a n e et p r i s e de d o s p a r Insurgents des

C a r o l i n e s (la Géorgie

s e r v a n t de

les base


302 —

d ' o p é r a t i o n s aux A n g l o - l o y a l i s t e s ) . P a r c o n t r e ,

offensive

c o n t r e la T e r r e F e r m e et o r d r e de c o u r i r su s a u x c o n v o i s e s p a g n o l s : la J a m a ï q u e c o n s t i t u a n t

d a n s ces p a r a g e s le

r e d a n de l'action b r i t a n n i q u e . L'attaque longtemps

de l ' A m é r i q u e caressé

p a r les

C e n t r a l e était Anglais

u n p r o j e t de

: dominer

les îles

a n t i l l a i s e s et se s a i s i r d e la Région des Lacs q u i d o n n e r a i t u n p o i n t d ' a p p u i solide s u r le Pacifique c l c o n t r ô l e r a i t le trafic i n t e r o c é a n i q u e , tel était le plan c o n ç u . En d é p i t de l ' a m p l e u r d e la l u t t e , les b u r e a u x de L o n d r e s et les g o u v e r n e u r s c o l o n i a u x , s u r t o u t D a l l i n g le g o u v e r n e u r g é n é ral des Antilles, e n v i s a g e a i e n t

une double campagne :

e n l e v e r C u b a et P o r t o - R i c o c o m m e e n 1 7 6 1 e t a t t a q u e r la T e r r e F e r m e en u n p o i n t à la fois v u l n é r a b l e et p r é c i e u x : l ' I s t h m e de N i c a r a g u a ; p a r l à , on c o u p e r a i t en d e u x les d o m a i n e s h i s p a n i q u e s et on

t i e n d r a i t les r e l a t i o n s i n t e r -

o c é a n i q u e s , enfin les é t a b l i s s e m e n t s m o s q u i t o s t o u t p r o c h e s offraient u n e b a s e d ' o p é r a t i o n s u r le c o n t i n e n t m ê m e , ce o u i faciliterait

l'entreprise.

Cette dernière c o m b i n a i s o n p a r u t t e l l e m e n t s é d u i s a n t e q u ' e l l e r e ç u t p r e s q u e a u s s i t ô t un c o m m e n c e m e n t d ' e x é c u tion d e la p a r t d e s a g e n t s c o l o n i a u x . Dès le d é b u t de 1 7 7 9 , p r é p a r a t i f s et r e c o n n a i s s a n c e s se p o u r s u i v e n t m a i s la p r é s e n c e de la flotte française sous d ' E s t a i n g o b l i g e à r e m e t tre à l ' a n n é e 1780 la c a m p a g n e . Celle-ci s ' o u v r e b r i l l a m ment

mais

elle

est

bientôt

compromise

tant

par

la

r é s i s t a n c e é n e r g i q u e d e Mathias Gal vez q u e p a r les fautes d e s A n g l a i s qui t é m o i g n e n t de leur i n e x p é r i e n c e , de l e u r ignorance des obstacles naturels (marécages, étroites vall é e s , c l i m a t m e u r t r i e r ) et q u i f o n d e n t s u r l'assistance d e s I n d i e n s u n e s p o i r vite d é ç u . A la fin de 1 7 8 0 . la c o n q u ê t e a é c h o u é et le C a p i t a i n e G é n é r a l Galvez m a n d a i t à Madrid qu'il

tenait

l ' e n v a h i s s e u r si

bien

bloqué

« qu'il

n'en


— 303 é c h a p p e r a i t pas u n i n d i v i d u ». A p a r t i r de 1 7 8 1 , les étab l i s s e m e n t s de H o n d u r a s et de Mosquitie

sont cernés,

i n v e s t i s et de la J a m a ï q u e o n n e p e u t e n v o y e r

d'expédi-

tion de s e c o u r s p o u r les d é g a g e r . Ainsi de b o n n e d a n s ce q u a r t i e r

heure

d ' A m é r i q u e , La G r a n d e - B r e t a g n e

était

r é d u i t e à la défensive. Ce n ' e s t pas q u e l ' E s p a g n e s u r Les a u t r e s théâtres d ' o p é r a t i o n s réalisa ses e s p é r a n c e s . A G i b r a l t a r , elle p a r m e r a v e c les e s c a d r e s d e D o n

Antonio

effectuait

Barcelo, p a r

t e r r e a v e c l ' a r m é e de S o t o m a y o r u n b l o c u s r i g o u r e u x ; m a i s elle n ' o s a i t d o n n e r u n assaut à la place, se c o n t e n t a n t à p a r t i r de s e p t e m b r e

1779 d'un

bombardement intermit-

tent. Toutefois elle t e n t a i t la g r a n d e o p é r a t i o n , l ' i n v a s i o n de l ' A n g l e t e r r e . Les forces n a v a l e s des d e u x

monarchies

p u r e n t avec u n g r a n d retard dû a u x v e n t s c o n t r a i r e s j o i n d r e au l a r g e de la C o r o g n e , p u i s les escadres

se

combi-

n é e s de Cadix, d u F e r r o l et de Brest g a g n è r e n t en s e p tembre l'ouverture

de la M a n c h e .

Elles d i s p o s a i e n t d e

45 v a i s s e a u x et d e n o m b r e u s e s frégates, la flotte a n g l a i s e de H a r d y n ' a y a n t q u e 35 vaisseaux, n'osa r i s q u e r le c o m b a t et r e g a g n a p a i s i b l e m e n t P o r t s m o u t h s a n s q u e l ' a m i r a lissirnc français, le C o m t e d ' O r v i l l e r s , tenta de la d é t r u i r e . L'occasion d ' a c q u é r i r

la

m a î t r i s e de la M a n c h e et, p a r

s u i t e , d ' o p é r e r en t o u t e s é c u r i t é le d é b a r q u e m e n t , é t a i t perdue,

d'autant

plus

que l'équinoxe a p p r o c h a n t

on

revint à Brest le 13 s e p t e m b r e . Le m a u v a i s état de la m e r , les é p i d é m i e s p r é v i n r e n t , m a l g r é les désirs d u g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l , t o u t e n o u v e l l e s o r t i e . En n o v e m b r e l'esc a d r e de Cadix c i n g l a i t vers la p é n i n s u l e laissant d a n s le p o r t d e Brest à la r e q u ê t e expresse d e V e r g e n n e s et d e S a r t i n e la d i v i s i o n d u Ferrol sous VI. de Gaston (20 b â t i ments environ) L 1 . Cette division devait être ramenée en Espagne en janvier 1 7 8 0 .


— 304 — La c a m p a g n e i n i t i a l e , q u i , p a r l'effet de la s u r p r i s e , d e v a i t p e r m e t t r e de r e m p o r t e r s i n o n la v i c t o i r e d é c i s i v e , d u m o i n s des a v a n t a g e s a s s u r a n t u n e s u p é r i o r i t é

conti-

n u e , était m a n q u é e . Florida Blanca et le roi q u i v o u l a i e n t u n e g u e r r e c o u r t e , c o n c e v a i e n t le p l u s vif d é p i t de ce plan d ' i n v a s i o n

a n é a n t i ; ils

voir

n'étaient point éloignés

de croire — n o n sans quelque raison — que Vergennes a v a i t aidé à s a b o t e r ces o p é r a t i o n s . Le zèle d ' A r a n d a p o u r faire

réussir

ces c o m b i n a i s o n s

active c o r r e s p o n d a n c e

avait été vain ; la p l u s

n ' a v a i t p u v a i n c r e la

résistance

d e s m i n i s t r e s français à v o u l o i r terminer la g u e r r e d ' u n seul coup. Certes les o p é r a t i o n s

n'étaient

françaises d ' A m é r i q u e

p o i n t stériles m a i s elles satisfaisaient p e u les

Espagnols.

D ' E s t a i n g a v a i t e n l e v é la G r e n a d e a p r è s u n e n g a g e m e n t avec l'amiral Byron

(6 j u i l l e t 1 7 7 9 ) m a i s

foulant

aux

p i e d s les i n s t r u c t i o n s v e n u e s de P a r i s , il a v a i t d é s e r t é les Antilles p o u r c r o i s e r s u r les côtes de N o u v e l l e A n g l e t e r r e et se m e t t r e à la d i s p o s i t i o n des sans g r a n d s résultats qui avaient

Insurgents.

Opérations

p r o v o q u é des

froisse-

m e n t s avec les A m é r i c a i n s et irrité a u p l u s haut point les Espagnols, i n d i g n é s de v o i r l e u r s forces d e C u b a et d e S a i n t - D o m i n g u e rester en l'air et d e m e u r e r i n c a p a b l e s de r é a g i r c o n t r e les e s c a d r e s d e la J a m a ï q u e . de Bouillé

1

captivait

Si le M a r q u i s

la Dominique le 7 s e p t e m b r e , e n

r e v a n c h e , l'absence d ' E s t a i n g permettait aux forces u n i e s de

B a r r i n g t o n et

d'Hotham

de

forcer le c h e v a l i e r d e

Micoud à capituler à Sainte-Lucie (18 d é c e m b r e ) . L'échec de la campagne d'Europe d e v a i t a v o i r de graves c o n s é q u e n c e s p o u r le C a b i n e t de

l'Escurial

En effet,

la

flotte a n g l a i s e , renforcée de tous les é l é m e n t s disponibles, 1. Gouverneur de la Martinique.


— 3o5 — a v a i t r e p r i s la m e r dès la d i s l o c a t i o n des e s c a d r e s c o m b i n é e s et son p r e m i e r s o i n fut de d é g a g e r G i b r a l t a r . Cette p l a c e était

s o u m i s e en v e r t u d ' u n r è g l e m e n t de j u i l l e t

1779 à u n blocus rigoureux : tout bâtiment

neutre pré-

s u m é se d i r i g e r vers G i b r a l t a r était d é r o u t é , les c a r g a i s o n s de c o n t r e b a n d e et les n a v i r e s

suspects i m p i t o y a b l e m e n t

c o n f i s q u é s , ce q u i n e laissait pas q u e de susciter u n vif d é s a r r o i clans le trafic

du

d é t r o i t de G i b r a l t a r . C o m m e

l ' A n g l e t e r r e se servait de n a v i r e s russes o u h o l l a n d a i s p o u r forcer le b l o c u s , il y e u t à m a i n t e s reprises des i n c i d e n t s diplomatiques

soit avec M. de

C o m t e de R e c h t e r e n , voire S u è d e le B a r o n

Ramel.

Zinovief,

soit avec le

m ê m e avec le m i n i s t r e

de

N é a n m o i n s , g r â c e a u x escadres

d e frégates et de c h e b e c s c o m m a n d é e s

par

Barcelo et

L a n g a r a , p e u de v i v r e s p o u v a i e n t filtrer d a n s la

place,

fut-ce p a r les t a r t a n e s b a r b a r e s q u e s de T a n g e r . E n n o v e m b r e 1 7 7 9 , o n p o u v a i t s a n s faux e s p o i r e s c o m p ter a u p r i n t e m p s la c a p i t u l a t i o n de la place. Or les forces navales f r a n c o - e s p a g n o l e s

en se s c i n d a n t p o u r p r e n d r e

l e u r s q u a r t i e r s d ' h i v e r facilitèrent les m a n œ u v r e s b r i t a n n i q u e s . En j a n v i e r

1780, capture par l'amiral

d ' u n c o n v o i e s p a g n o l a u large d u de 15 voiles e s c o r t é p a r

un

Rodney

Cap F i n i s t è r e , c o n v o i

vaisseau et q u a t r e frégates

(8 j a n v i e r ) , p u i s à la h a u t e u r d u Cap S a i n t - V i n c e n t a n é a n t i s s e m e n t de l'escadre de Don J u a n de L a n g a r a qui c o u vrait

le b l o c u s

du

côté de

l'Atlantique

(16 janvier).

G i b r a l t a r était ravitaillée cl à l'abri de toute r e d d i t i o n . Ainsi la s e c o n d e p a r t i e s'effondrait

du

plan

de Florida

Blanca

a p r è s la p r e m i è r e . L ' A n g l e t e r r e , loin d'être

r é d u i t e à m e r c i , b r a v a i t les forces c o m b i n é e s des d e u x cours bourbon.

Le C a b i n e t de Versailles

ne parut pas

a p p r é c i e r à l e u r v a l e u r ces échecs n o n p l u s q u e la p o s i tion d e son allié p é n i n s u l a i r e , a b s o r b é qu'il était p a r les •AU


3o6

c o m b i n a i s o n s i n s u r g e n l e s ou les c o m p l i c a t i o n s continen­ tales. Il s ' é t o n n a i t q u e l ' o p i n i o n

publique espagnole

lui

a t t r i b u a la r e s p o n s a b i l i t é de ces d é s a s t r e s . A M a d r i d , nul n'était p l u s en Charles

III, Florida

Blanca

faveur

étaient

de la g u e r r e .

d é ç u s et irrités,

Galvez était m é c o n t e n t de voir ses p r o j e t s a j o u r n é s par le roi, c o n t r e c a r r é s p a r

francophile

les F r a n ç a i s et, tout

q u ' i l fut, il s u b i s s a i t l ' h u m i l i a t i o n d ' a p p r e n d r e les a g r e s s i o n s b r i t a n n i q u e s en Terre Ferme,

agressions d u e s à

l'éloignement d e d'Estaing à la lin de 1 7 7 9 . Il a p p r e n a i t , p a r c o n t r e , q u e son neveu p o r t a i t les hostilités s u r le territoire f l o r i d i e n d a n s le Bas Mississipi. Biecla et C a s t e j o n , loin d'être b e l l i q u e u x , a s s i é g e a i e n t le r o i , le s u p p l i a n t de m e t t r e u n t e r m e à la g u e r r e , de ménager les a r m é e s et les flottes

; ils étaient appuyés p a r le confesseur

royal

dans

l e u r a c t i o n p a c i t i q u e et a n t i - f r a n ç a i s e . Les p r é v i s i o n s p e s s i m i s t e s des E s p a g n o l s se réalisèrent en 1780. Ce fut encore une campagne i n u t i l e ; cette fois, le théâtre d'opération

était les A n t i l l e s . Les

visaient la Jamaïque et ils avaient fait

Espagnols

un effort c o n s i d é -

rable, expédiant en A m é r i q u e une armée sous M. de Navia et u n e flotte sous M. de S o l a n o . Les forces françaises é t a i e n t commandées

p a r G u i c h e n . Le p o i n t de concentration

hispanique était

P o r t o Bico et le r e n d e z - v o u s général

S a i n t - D o m i n g u e . Il y e u t d i s s e n s i o n i n é v i t a b l e e n t r e F r a n çais et E s p a g n o l s , ceux-ci se conformant à l e u r

plan,

ceux-là préférant d e s o p é r a t i o n s de détail et visant S a i n t C h r i s t o p h e . A cela s ' a j o u t a i e n t

le

grand

nombre

des

m a l a d e s , l ' a p a t h i e du C a p i t a i n e Général de C u b a , B o n n e t , hors d'état de ravitailler ces armées. enfin l'attraction des I n s u r g e n t s s u r les e s c a d r e s françaises. Le C o n g r è s i n s i s tait p o u r q u e les e s c a d r e s

m e n a ç a s s e n t C h a r l e s t o n . La

d i s l o c a t i o n eut lieu d e b o n n e

h e u r e : S o l a n o gagnant


— 307 — Havane,

La

Guichen

p r e n d r e un c o n v o i

ralliant.

Saint-Domingue

pour

y

f r a n ç a i s q u ' i l m e n a à C a d i x (23 o c t o ­

b r e ) et d e là à l i r e s ! ( d é c e m b r e

1780).

D e r e c h e f l ' o p i n i o n et le g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l s a c c u ­ s a i e n t h a u t e m e n t la rida B l a n c a ,

France

de r u i n e r leurs p r o j e t s . F l o ­

i m p u l s i f et f r a n c , d e m a n d a i t b r u t a l e m e n t à

Montmorin

: « D a n s le t e m p s o ù n o u s v o u s

proposions

« d e t e n t e r u n e d e s c e n t e en A n g l e l e r r e , v o u s n o u s o b j e c t i e z « les d é p e n s e s e x c e s s i v e s q u ' e x i g e r a i t u n e t e l l e e n t r e p r i s e , « l ' i m p o s s i b i l i t é d e s o n e x é c u t i o n et v o u s n o u s d i s i e z q u e « c ' é t a i t e n A m é r i q u e q u ' i l f a l l a i t p o r t e r les g r a n d s c o u p s . « Aujourd'hui « coups

en

n o u s v o u s p r o p o s o n s de p o r t e r les g r a n d s

A m é r i q u e et v o u s

nous objectez

e n c o r e les

« d é p e n s e s e x c e s s i v e s ! Q u e faut-il d o n c faire ? » D e l ' a m ­ b a s s a d e u r n u l l e r é p o n s e , m a i s les m i n i s t r e s d e C h a r l e s III se d e m a n d a i e n t q u e l s p e n s é e s de

étaient

Vergennes.

n a v a l e et é v e n t u e l l e m e n t q u e , la J a m a ï q u e p r i s e , l'île. Cet a v e u

les p r o j e t s o u des a r r i è r e -

Celui-ci

sabotait une

l'alliance parce les

Espagnols

qu'il

ne

campagne craignait

conservassent

l'ail à M o n t m o r i n en d é c e m b r e 1 7 8 0 n ' é t a i t

p a s de n a t u r e à e n c o u r a g e r cet a m b a s s a d e u r . t e m p s , d e s e s p i o n s à la s o l d e d e

En

même

l'Espagne rapportaient

q u e V e r g e n n e s p a r l a i t fort e n s o n c a b i n e t d e p a i x s é p a r é e o b t e n u e a u x frais de l ' E s p a g n e . D ' a i l l e u r s , l ' i n f l u e n c e d u parti a n g l o p h i l e en F r a n c e t a r d a i t p a s à se m a n i f e s t e r des

dirigeants ; sans doute,

conflit d'éviter

mais toute

elle

se

attaque

faisait

de n o u v e a u d a n s elle

n'avait

sentir

directe

p u p r é v e n i r le

p a r le s o i n

contre

ne

l'entourage marqué

l'Angleterre.

Ces

représentants des idées a n g l a i s e s , p h i l o s o p h e s o u c o u r t i ­ s a n s n e v o y a i e n t n u l l e c o n t r a d i c t i o n à s o u t e n i r les idées libérales

a m é r i c a i n e s et à laisser

p é r i c l i t e r p o u r le

plus

g r a n d p r o f i t d e l a G r a n d e - B r e t a g n e la p u i s s a n c e c o l o n i a l e


— 3o8 — française d o n t ils ne c o m p r e n a i e n t g u è r e

l'importance.

A u x a n g l o p h i l e s se j o i g n a i e n t , d u reste, les pacifiques, les e s p r i t s t i m i d e s a l a r m é s de l ' a m p l e u r

c r o i s s a n t e des

d é p e n s e s . Enfin la d i p l o m a t i e secrète b r i t a n n i q u e t r o u v a i t de n o m b r e u x

éléments

t a n t français

p r ê t s à i n t e r v e n i r à P a r i s ou

qu'étrangers

Versailles p o u r p a r a l y s e r

l'action c o m b i n é e f r a n c o - h i s p a n i q u e , en E u r o p e t o u t a u m o i n s . On c o n ç o i t dès lors s a n s p e i n e q u e les

projets

c o n ç u s à Madrid et s o u t e n u s é n e r g i q u e m e n t p a r d ' A r a n d a échouassent misérablement

d e v a n t la p r u d e n t e

apathie

d e V e r g e n n e s et la résistance discrète des agents et a m i s d u C a b i n e t de Saint-James.

Le d é c o u r a g e m e n t de la C o u r de Madrid était g r a n d en face de la m o l l e s s e ou de la perfidie de son a l l i é , en face de la r é s i s t a n c e désespérée de l'Angleterre, en face aussi d'un m o u v e m e n t d ' o p p o s i t i o n des n e u t r e s . Ceux-ci testaient c o n t r e les e n t r a v e s mises aux

pro-

communications

entre Méditerranée et A t l a n t i q u e . Non pas q u e

la cédule

r o y a l e de j u i l l e t 1 7 7 9 c o n t r a s t a p a r sa r i g u e u r

a v e c les

régimes qu'appliquaient la France ou la G r a n d e Bretagne. Cette dernière n'avait e l l e pas

f u l m i n é c o n t r e les Insur­

g e n t s , puis s u c c e s s i v e m e n t c o n t r e les m o n a r c h i e s bon des

Acts

ou des

Instructions

1

qui

bour-

déclaraient de

bonne prise toute marchandise ennemie ou toute c a r g a i son p o r t é e p a r un e n n e m i . La C o u r de Versailles pas demeurée en reste de

sévérité et avait

n'était

r é p l i q u é en

remettant en vigueur l'ancienne ordonnance de 1681 par 1. A c t s d e s a mai 1776 e t20février 1777. I n s t r u c t i o n s d e s 2 m a i 1776 et 27 mars 1 7 7 7 contre les Insurgents — I n s t r u c t i o n s des 5 août et 15 décembre 1778 contre la F r a n c e .


— 309 — royale d u 24 j u i n 1 7 7 8 : elle i n t e r d i s a i t

la D é c l a r a t i o n

aussi a u x n e u t r e s t o u t trafic avec l ' a d v e r s a i r e . elle a v a i t o r g a n i s é u n

De p l u s ,

s y s t è m e de p r e s s i o n s u r . les n e u -

t r e s , à l'aide d ' u n e législation d é r o g a t o i r e

1

afin d ' a m e n e r

les n o n - b e l l i g é r a n t s lésés à p r o t e s t e r c o n t r e ces r e p r é sailles et le r é g i m e o r i g i n a i r e b r i t a n n i q u e . Cette s a v a n t e combinaison

n'aboutit

d'ailleurs à rien

ni a u p r è s des

H o l l a n d a i s , ni a u p r è s des p a y s d u Nord. Le g o u v e r n e m e n t de Madrid

n ' i n n o v a i t rien m a i s les

c o n d i t i o n s g é o g r a p h i q u e s seules r e n d a i e n t son r è g l e m e n t i m p o p u l a i r e . C'est q u ' e n v o u l a n t

p r é v e n i r le ravitaille-

m e n t d e G i b r a l t a r p a r les n e u t r e s (cl de la Haye, le V i c o m t e de

la H e r r e r i a

s i g n a l a i t les d é m a r c h e s de Sir

Joseph

Y o r k e a u p r è s des a r m a t e u r s h o l l a n d a i s ) , il a r r ê t a i t g ê n a i t le c o m m e r c e e n t r e A t l a n t i q u e commerce

peu

n a t i o n s . D'où

négligeable

et

intéressant

ou

Méditerranée, la p l u p a r t des

c o r r e s p o n d a n c e active et r é c l a m a t i o n s d u

C o m t e de R e c h t e r e n , d u B a r o n B a m e l , e t c . . . La p l u p a r t des i n c i d e n t s de b l o c u s furent

réglés a m i -

c a l e m e n t m a i s il a d v i n t q u e la c a p t u r e en n o v e m b r e et décembre

1 7 7 9 p a r les croisières de Barcelo de d e u x

n a v i r e s à c a r g a i s o n r u s s e , le Concordia et le survint

à un

affaires

m a r i t i m e s et o c c i d e n t a l e s . C'était

d'intervenir

m o m e n t où

la t s a r i n e

Saint-Nicolas,

s'intéressait

aux

u n e occasion

et de r e p r e n d r e à son c o m p t e u n

projet

d a n o i s p o u r la p r o t e c t i o n des Neutres. Le 28 février 1 7 8 0 , la c h a n c e l l e r i e de S a i n t - P é t e r s b o u r g notifiait a u x européennes une

Déclaration

de

cours

Neutralité A r m é e a u x

t e r m e s de l a q u e l l e les vaisseaux n e u t r e s et les c a r g a i s o n s neutres sous pavillon e n n e m i seraient également respectés, t a n d i s q u e le b l o c u s , p o u r être o b s e r v é , d e v r a i t

être

1. Règlement du 16 juillet 1778 dont le délai d'application en prin­ cipe était limité.


- 310 effectif. Quant à la liste des objets de contrebande de guerre, c'était celle des articles 10 e t 11 d u t r a i t é de com­ mere a n g l o - r u s s e de j u i n 1767 ( t r a i t é P a n i n e - M a c a r t ­ ney). Cette m e s u r e d e s t i n é e à embarrasser rants

atteignait

surtout

tous

l' A n g l e t e r r e fort

les belligé­

intransigeante

e n m a t i è r e d e d r o i t m a r i t i m e . Les monarchies l'Espagne suivant règles

nouvelles

bourbon,

ia F r a n c e , s e h â t è r e n t d ' a d h é r e r qui,

à dire

n e Limitèrent

vrai,

à ces guère

l e u r s c h a m p s d ' o p é r a t i o n s . P a r c o n t r e , la G r a n d e - B r e t a ­ 1

gne

se refusa

d'accéder

s'aliéna p o u r q u e l q u e

au

règlement

temps

et,

ce

les s y m p a t h i e s

faisant,

de Cathe-

l i n e II. La L i g n e

des Neutres,

que

la t s a r i n e

a p r è s en c o n c l u a n t a v e c le D a n e m a r k

constitua peu p u i s la

(n j u i l l e t ) ,

S u è d e (21 j u i l l e t ) des t r a i t é s , p o u v a i t m e t t r e e n l i g n e d e s e s c a d r e s n a t i o n a l e s o u c o m b i n é e s p o u r la p r o t e c t i o n vaisseaux neutres ; mais ces escadres, q u a n d elles formées, ce qui n'eut l i e u que rarement, a v a i e n t p o u r théâtre d ' a c t i o n

la Baltique

des

furent surtout

o u les Mers d u Nord,

parages p e u fréquentés p a r l e s c o r s a i r e s français et p o i n t du tout p a r les Espagnols. Celle i n i t i a t i v e de la Russie eut p o u r c o n s é q u e n c e indi­ recte d ' a c c u s e r

l'isolement

de l ' A n g l e t e r r e car les puis­

sances continentales, m ê m e faiblement maritimes c o m m e l'Autriche

accédèrent

à

la

Déclaration.

Les

Provinces

U n i e s , e n p a r t i c u l i e r , c r u r e n t t r o u v e r là u n e s a u v e g a r d e contre

Les v e x a t i o n s

britanniques

d ' e n t r e r d a n s la Ligue e n d é c e m b r e

mais

leur

décision

1 7 8 0 ne précéda que

1. L'accession française est du 25 avril 1780 ; la protestation de Lord Stormont du 11 avril. Les Insurgents se prononcèrent en faveur de la Déclaration russe : motion d u Congrès d'octobre 1780 et ins­ tructions subséquentes de l'Admirally Board.


311

de quelques jours ta guerre que la Grande-Bretagne se hâta de leur déclarer. Ainsi un n o u v e a u belligérant entrait en lice et cepen­ dant

derechef

sans

embarras apparent contre ce dernier adversaire.

la Grande-Bretagne

faisait

front

Sans

doute, depuis Saratoga, elle n'avait point subi d'échecs ni sur terre,

ni sur mer. Elle contenait Les Insurgents

dans le Nord et venait dans le Sud d'étendre sa zone d'occupation. Clinton en octobre 1 7 7 9 repoussait

une

attaque d'Estaing sur Savannah et, peu après, envahissait la Caroline du Sud. Le Canada, en outre, était efficace­ m e n t protégé. Aux Antilles ce n'était que prises mutuelles o u e n g a g e m e n t s indécis c o m m e (6 juillet).

celui de la

Grenade

En T erre Ferme, il est vrai, l'expédition du

Nicaragua échouait. Dans l'Hindoustan, Pondichéry était pris et la C o m p a g n i e anglaise étendait ses possessions. L'Espagne se trouvait pratiquement sur la défensive en Europe c o m m e d a n s les colonies, hormis dans le Bas Mississipi ; le siège de Gibraltar était un échec. Par contre, les pays d'outremer s o u m i s aux Provinces U n i e s apparaissaient u n e

proie non m o i n s riche que

facile à enlever et les A n g l a i s , dès le début de 1781, enle­ vaient

Saint-Eustache

le grand

entrepôt antillais, les

colonies guyanaises, menaçaient le Cap et Ceylan, n o u ­ veaux g a g e s pour le m o m e n t où la paix serait néces­ saire.

4. — Les Tentatives anglaises de Paix séparée. Ce n'est pas que l'Angleterre en dépit de sa ténacité, de sa force de résistance, de l'obstination de son g o u v e r ­ n e m e n t à n e pas céder aux Insurgents, ne cherchât u n m o y e n de sortir du conflit ou au m o i n s de limiter celui-


312

ci q u i d ' a n n é e en a n n é e s ' é t e n d a i t . Toutefois si e m p r e s sée q u ' e l l e fut à saisir les o c c a s i o n s de s i g n e r la p a i x , elle par l'in-

é c a r t a i t r é s o l u m e n t les s o l u t i o n s q u i s'offraient t e r m é d i a i r e de

puissances

continentales.

Naguère

elle

a v a i t j o u é n é g l i g e m m e n t de 1778 à 1779 avec la m é d i a tion de l ' E s p a g n e ce q u i a v a i t p r o v o q u é l ' i n t e r v e n t i o n de celte p u i s s a n c e .

Or,

en

1780, de

nouvelles

tentatives

é t a i e n t faites en ce sens p a r u n e a u t r e c o u r d o n t

l'in-

fluence en E u r o p e d é p a s s a i t celle d u C a b i n e t de l'Escurial. L'impératrice Catherine II, s o u c i e u s e de t e n i r u n

rôle

d e p r e m i e r plan s u r le c o n t i n e n t , v o u l a i t se p o s e r en a r b i t r e des Etats. Déjà, lors de l'affaire de la succession b a v a roise, elle s'était i n t e r p o s é e en P r u s s e et A u t r i c h e m a i s avait d û au C o n g r è s de T e s c h e n p a r t a g e r a v e c la F r a n c e l ' h o n n e u r de la m é d i a t i o n . D a n s la g u e r r e m a r i t i m e , elle comptait a g i r en faveur de la paix. Dès la fin d e 1779, elle p a r l a i t m é d i a t i o n

a u x b e l l i g é r a n t s et, au

s u i v a n t , elle voyait l'autre c o u r

printemps

impériale j o i n d r e

ses

efforts a u x s i e n s . Il p a r a i s s a i t difficile d ' e s q u i v e r ces p r o positions

austro-russes.

pourtant,

la

Grande-Bretagne

( c o m m e les m o n a r c h i e s b o u r b o n ) n ' é t a i t g u è r e

enthou-

siaste de ce projet et tous d ' u n c o m m u n

travail­

laient à a j o u r n e r c e s siblement Bariatinsky,

la

accord

n é g o c i a t i o n s sans d é c l i n e r osten-

médiation.

Vergennes

Florida Blanca avec

m e n t , Zinovieff échangeaient

à

avec

Mercy

et

K a u n i t z et, p l u s r a r e l o n g s i n t e r v a l l e s d'éva-

sives n o t e s . La France acceptait de poursuivre la guerre en 1780 p o u r o b t e n i r des succès décisifs ; l ' E s p a g n e caressait, des vues a n a l o g u e s et visait Gibraltar, la Jamaïque, les F l o r i d e s . P a r c o n t r e , les d e u x c o u r s n e p o u v a i e n t e s p é r e r de n o u v e a u x succès d i p l o m a t i q u e s : les affaires de H o l l a n d e


— 313 — n ' a y a n t p u p r o v o q u e r l'entrée en l i g n e de la L i g u e des Neutres et l ' i n t e r v e n t i o n des P r o v i n c e s

Unies é t a n t u n

é l é m e n t de faiblesse p l u t ô t q u e de force. Si le g o u v e r n e m e n t de L o n d r e s , de son côté, r e p o u s s a i t la m é d i a t i o n en fait, ce n ' e s t p o i n t q u ' i l se flattât de r e m p o r t e r des v i c t o i r e s décisives o u des c o n q u ê t e s n o u v e l l e s , ce n'est p o i n t q u ' i l se c o m p l û t d a n s la g u e r r e m a i s il se refusait à u s e r de c o u r t i e r s p o u r o b t e n i r la p a i x et préférait t e n ter de b r i s e r le cercle de ses a d v e r s a i r e s p a r ses p r o p r e s moyens. La l a c t i q u e d u c a b i n e t N o r t h était de réaliser u n e p a i x b l a n c h e à l'aide de p a i x séparées. C h a q u e e n n e m i p r i s s é p a r é m e n t s e r a i t a m e n é à s o r t i r de la lutte m o y e n n a n t des c o n c e s s i o n s m i n i m e s qui e n s u i t e s e r a i e n t r a c h e t é e s s u r les a u t r e s b e l l i g é r a n t s et à m e s u r e q u e les défections se m u l t i p l i e r a i e n t , la p r e s s i o n s u r les adversaires r e s t a n t s se ferait

p l u s i r r é s i s t i b l e . Ce p r o g r a m m e n ' é t a i t

point

particulier à W e y m o u t h , Stormont ou Hillsborough

car

dès 1 7 7 8 il a v a i t reçu des c o m m e n c e m e n t s d'exécution ; n ' é t a i t - c e pas r e p r e n d r e , en s o m m e , la suite de ces t r a c t a l i o n s o c c u l t e s ou p e r s o n n e l l e s q u i , a v a n t 1 7 7 8 , a v a i e n t p o u r b u | de d é t a c h e r les u n s des a u t r e s les d i v e r s états américains. Les I n s u r g e n t s r e s t a i e n t l'objet de n o m b r e u s e s et p r e s s a n t e s s o l l i c i t a t i o n s de la p a r t de l ' A n g l e t e r r e . La m i s s i o n de Hartley, secrétaire de N o r t h , m i s s i o n quasi-officielle, a u p r è s de F r a n k l i n avait é c h o u é au p r i n t e m p s de 1 7 7 9 . Mais des t r a v a u x d ' a p p r o c h e a v a i e n t été e n g a g é s c o n t r e la F r a n c e et, en août s u i v a n t , V e r g e n n e s recevait

des

p r o p o s i t i o n s de paix s u r les bases s u i v a n t e s : A r m i s t i c e dans

le N o u v e a u M o n d e , r e c o n n a i s s a n c e de

l'uti

possi-

detis d e l ' A n g l e t e r r e d a n s l ' A m é r i q u e d u N o r d , n e u t r a l i t é des monarchies b o u r b o n

e n v e r s les I n s u r g e n t s , d é s a r -


— 314

réciproque, r e s t i t u t i o n ù la F r a n c e de P o n d i -

mement ehéry,

-

de S a i n t - P i e r r e

et M i q u e l o n , à l'Angleterre

de

S a i n t e - L u c i e . Le S é n é g a l sérait vraisemblablement laissé à la France. Q u a n t à l'Espagne, elle obtiendrait

satisfac-

tion dès qu'elle f o r m u l e r a i t ses griefs s p é c i a u x . C'était a l o r s le d é b u t de l ' i n t e r v e n t i o n e s p a g n o l e . Aussi V e r g e n n e s a t t e n t i f à e n c o u r a g e r s o n allié et à m e n a c e r la Grande B r e t a g n e d ' i n v a s i o n , r e p o u s s a ses offres. La c a m p a g n e de 1779 fut p o u r les Alliés fort i n f r u c t u e u s e celle

d e 1780 s ' a n n o n ç a i t

défavorable.

Les

succès

C l i n t o n en C a r o l i n e d u Sud a p p a r a i s s a i e n t fort

et de

mena-

ç a n t s et le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s e x e r ç a i t de n o u v e l l e s p r e s s i o n s s u r les d i r i g e a n t s a m é r i c a i n s et les d é l é g u é s du C o n g r è s en Europe. L ' E s p a g n e n ' é t a i t p a s non p l u s s a n s ê t r e s o u m i s e a u x s é d u c t i o n s britanniques. Nouvel a d v e r s a i r e e n g a g é d a n s la l u t t e , elle s e m b l a i t s u s c e p t i b l e d ' ê t r e d é c o u r a g é e et a m e n é e à reprendre la n e u t r a l i t é . A la fin de

l'automne

1779, q u e l q u e s m o i s à p e i n e a p r è s la r u p t u r e , elle recevait d e s offres d e paix p a r d e u x voies détournées. d ' a b o r d Lord Hillsborough faisait s o n d e r

Tout

l'ambassadeur

napolitain à L o n d r e s le C o m t e d e P i g u a l e l l i et il faisait p o u s s e r le roi des Deux Siciles à p a r l e r d e paix à s o n p è r e C h a r l e s III ; m a i s celui ci r é p l i q u a i t q u ' i l ne d é s i r a i t q u e la paix m a i s u n e paix h o n o r a b l e ,

c o m p a t i b l e avec les

d r o i t s de la n a t i o n . D'autre d'un

part,

convoi

l'Amiral

Johnstone,

L i s b o n n e . Il se révéla a l o r s c o m m e cabinet paix

venant

au-devant

des I n d e s et d e la M é d i t e r r a n é e , relâcha à le p o r t e p a r o l e s d u

N o r t h et il fit t r a n s m e t t r e d e s p r o p o s i t i o n s

par u n

négociant,

Cantoffer,

au C o m t e

N u n e z . Cet a m b a s s a d e u r n e p u t q u e d é c o u r a g e r

de

Fernan l'inter-

m é d i a i r e l i s b o n n a i s . A celle é p o q u e , en effet, la C o u r de


315

M a d r i d fondait les p l u s g r a n d s espoirs s u r le b l o c u s d e G i b r a l t a r et ne d é s e s p é r a i t pas d ' a m e n e r la F r a n c e à p a r t i c i p e r a u p r i n t e m p s s u i v a n t à l'invasion de l ' A n g l e t e r r e . Or, au d é b u t de 1 7 8 0 , les d i r i g e a n t s e s p a g n o l s

étaient

d é c o u r a g é s m o i n s p a r les insuccès de la p r é c é d e n t e c a m p a g n e q u e p a r les vetos de la F r a n c e a u x e n t r e p r i s e s p r o j e tées. Ils étaient m é c o n t e n t s en o u t r e de voir la

France

r é c l a m e r , avec u n e i n s i s t a n c e g r a n d i s s a n t e d e p u i s octobre 1 7 7 9 , un s u b s i d e s'élevant à 600 ou 800.000 p i a s t r e s , cela a u m o m e n t où le Conseil d e Castille relevait n o n s a n s p e i n e les i m p ô t s d u r o y a u m e de 80 m i l l i o n s

de

r é a u x , au m o m e n t où les p r i s e s anglaises r u i n a i e n t le c o m m e r c e e s p a g n o l et a t t e i g n a i e n t â à (i m i l l i o n s de p i a s tres

1

Il est vrai q u e le C a b i n e t d e Versailles, e n é c h a n g e

de ce s e c o u r s p é c u n i a i r e , offrait de p a r t i c i p e r à u u e expéd i t i o n c o n t r e les F l o r i d e s . Le c a b i n e t b r i t a n n i q u e ne m a n q u a i t pas d ' i n f o r m a t i o n s sur

l'état de l ' o p i n i o n p u b l i q u e d a n s la p é n i n s u l e ; il

c r u t d o n c l'occasion favorable de r e p r e n d r e les p o u r p a r lers. Lord G e o r g e G e r m a i n , m i n i s t r e des c o l o n i e s , p r i t - i l l'initiative de s o u d e r le terrain o u fut-il e n t r a î n é p a r des c o l l è g u e s o u des h o m m e s p o l i t i q u e s , en tous cas l'ancien chapelain

d'Almodovar,

l'abbé i r l a n d a i s Hussey, servit

d ' i n t e r m é d i a i r e , lié l u i - m ê m e avec le secrétaire de Lord Germain, C u m b e r l a n d . A la fin de d é c e m b r e 1 7 7 9 , Hussey r a p p o r t a i t de Madrid des i n f o r m a t i o n s officielles

satisfai-

santes et u n e n é g o c i a t i o n s ' é b a u c h a i t . Florida

Blanca, p a r lettre d u 2 m a r s

1 7 8 0 , accusait

r é c e p t i o n d ' u n p r o j e t de p r é l i m i n a i r e s et discutait celui1. Soit une trentaine de millions de livres. En novembre 1 7 7 9 capture du galion, le Buen Consejo, avec une cargaison valant 500.000 piastres, du galion des Mers du Sud avec une m ê m e s o m m e , etc.


— 316 — c i . Le p r o j e t c o m p o r t a i t L'attribution a u x E t a t s - U n i s

du

r é g i m e d ' a u t o n o m i e r e s t r e i n t e , s u g g é r é p a r la m é t r o p o l e e n 1778 — la g a r a n t i e m u t u e l l e des t e r r i t o i r e s a n g l a i s et e s p a g n o l s — la cession de G i b r a l t a r et l ' o c t r o i d u

droit

de p ê c h e à T e r r e Neuve — la r e s t i t u t i o n des p r i s e s et le r é t a b l i s s e m e n t d u s t a t u t afférent a u t r a i t é de 1763. M o n t m o r i n p a r ses p r o p r e s m o y e n s avait a p p r i s l'existence d e ces p o u r p a r l e r s s a n s en p o u v o i r

p e r c e r la n a t u r e et la

p o r t é e ; d u reste, p e u a p r è s il fut m i s p a r le m i n i s t r e a u c o u r a n t d u p r i n c i p e de la t r a c t a t i o n . Il ne p o u v a i t d o n c a c c u s e r les E s p a g n o l s de d é l o y a u t é m a i s les i n q u i é t u d e s q u ' à Versailles on r e s s e n t a i t à l ' é g a r d

de l ' a l l i a n c e , en

furent accrues. Q u a n d à L o n d r e s on s u t q u e les d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s a c q u i e s ç a i e n t a u p r i n c i p e de la n é g o c i a t i o n , le c a b i n e t fut saisi d e l'affaire et a p p r o u v a l'envoi d ' u n

personnage

officiel à Madrid, R i c h a r d C u m b e r l a n d a c c o m p a g n é

de

Hussey. D a n s les i n s t r u c t i o n s d u secrétaire d ' E t a l Hillsborough du

17 a v r i l

1 7 8 0 , le p l é n i p o t e n t i a i r e secret se

v o i t r e c o m m a n d e r la p r u d e n c e

1

: il ne d e v r a e n t r e r en

E s p a g n e q u e si Florida Blanca t é m o i g n e de son désir de p o u r s u i v r e la

conversation.

En

ce

cas,

il

proposera

c o m m e base des c o n d i t i o n s m o i n s favorables q u e soumises

par

statu quo ante

llussey

celles

: armistice — rétablissement

du

restitution des prises et des p r i s o n n i e r s

— r e n o n c i a t i o n à toute p l a i n t e p o u r faits de g u e r r e — n e u t r a l i t é de l ' E s p a g n e et de ses p o s s e s s i o n s e n v e r s les I n s u r g e n t s . En ce q u i c o n c e r n e Le d é s a r m e m e n t , la C o u r d e M a d r i d d e v r a i t en p r e n d r e l ' i n i t i a t i v e , « ce serait u n e g r a n d e m a r q u e de s i n c é r i t é , a j o u t a i t le m i n i s t r e de Georges III. Q u a n t aux cessions de t e r r i t o i r e , C u m b e r l a n d

ne

1. Prudence qui était le reflet des dispositions peu pacifiques et peu hispanophiles du ministre.


-

317

-

d e v r a p r e n d r e t o u t e d e m a n d e q u ' a d referendum fois

il p o u r r a

annoncera

un

offrir les

Florides

mais,

veto a b s o l u à l ' é g a r d

en

; touterevanche,

de G i b r a l t a r ,

de

M i n o r q u e et d e toute m é d i a t i o n e n t r e m é t r o p o l e et I n s u r gents. C u m b e r l a n d , de p a s s a g e à L i s b o n n e à la m i - m a i , r e ç u t les m e i l l e u r e s a s s u r a n c e s de l ' a m b a s s a d e u r N u n e z et le 1 8 j u i n , il a r r i v a i t à M a d r i d . Le l e n d e m a i n , il o u v r a i t les c o n f é r e n c e s a v e c F l o r i d a B l a n c a , H u s s e y et le C o m t e del C a m p o ( p r e m i e r c o m m i s de la secrétairerie) s e r v a n t s e c o n d s . II s ' a p e r ç u t vite q u e le non possumus

de

de H i l l s b o -

r o u g h à p r o p o s de G i b r a l t a r n u i r a i t au succès de l ' e n t r e p r i s e . Il fit s a v o i r à son c h e f q u e p a r la cession de cette forteresse

l'Angleterre aurait,

non

seulement

la paix,

n i a i s e n c o r e d e l a r g e s a c q u i s i t i o n s c o l o n i a l e s , des a v a n tages c o m m e r c i a u x et p e u t - ê t r e m ê m e u n e i n d e m n i t é . Les E s p a g n o l s é t a i e n t c o n v a i n c u s q u e la G r a n d e - B r e t a gne

abandonnerait Gibraltar

et l e u r s

d é s i r s très

vifs

é t a i e n t e n c o r e a c c r u s p a r les offres d ' H u s s e y en. d é c e m b r e 1779 et les d i s c o u r s d a n s le m ê m e s e n s t e n u s p a r Sir J o h n D a l r y m p l e d u r a n t sa traversée de la p é n i n s u l e

au

p r i n t e m p s de 1 7 8 0 . La p o l i t i q u e d u P a c t e de F a m i l l e q u i j a m a i s n ' a v a i t été p o p u l a i r e d a n s la p é n i n s u l e

l'était

moins que jamais.

Aristocratie et clergé y é t a i e n t c o n t r a i r e s et la p l u p a r t des ministres et conseillers d ' E t a l n ' a s p i r a i e n t q u ' à la n e u t r a lité. La question d e p r e s t i g e n a t i o n a l , d ' a c q u i s i t i o n

de

Gibraltar i n c i t a i t m a i n t e s p e r s o n n e s à a c c e p t e r la g u e r r e q u o i q u e la r é c e n t e défaite de L a n g a r a e u t i r r i t é les e s p r i t s c o n t r e le C a b i n e t de Versailles. F l o r i d a B l a n c a se m o n trait peu p a r t i s a n de la c o n t i n u a t i o n des hostilités d a n s l e s c o n d i t i o n s p r é s e n t e s ; m a i s il tenait p o u r son p a y s c o m m e p o u r l u i - m ê m e à r e m p o r t e r u n succès

diplomati-


— 318 — que qui consacra son ascendant ministériel. Sur plusieurs p o i n t s , il était prêt à d o n n e r satisfaction notamment

p o u r la r e s t i t u t i o n

de toute aide aux

à

l'Angleterre,

des prises et

l'abstention

Insurgents.

Le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s p o u v a i t profiter de p o s i t i o n s et •cour s e

plus encore

m a n i f e s t a i t c o n t r e la F r a n c e . G é r a r d , l e

représentant été

ces

officiel

remplacé

de

auprès

dis­

de l'opposition qui m ê m e

Louis XVI en

à

la

premier

Amérique,

avait

d u C o n g r è s par le C h e v a l i e r

de

la

L u z e r n e à la fin d e 1779 : à s o n r e t o u r e n E u r o p e , il a b o r d a à Cadix mais à son

p a s s a g e à M a d r i d , il n e

fut

reçu

ni

p a r C h a r l e s III, ni p a r F l o r i d a B l a n c a , e x c l u s i o n q u i f r o i s s a vivement

M o n t m o r i n et V e r g e n n e s .

En d é p i t d u v e t o i n i t i a l r e l a t i f à G i b r a l t a r et à M i n o r q u e , les n é g o c i a t i o n s paraissaient m e n t lorsqu'on apprit que du 2 au 7 juin

devoir s'engager favorable-

à Aranjuez où

de violentes

se t r o u v a i t la c o u r

é m e u t e s avaient

ensan­

g l a n t é L o n d r e s . Cet é v é n e m e n t qui rappelait les j o u r n é e s de Madrid de m a r s et s u s p e n d i t nouvelle

net

que

1766

les

l'ordre

produisit une pénible

était

rétabli d a n s la capitale

n i q u e p e r m i t de renouer l'entretien d'autant moment

le

Cabinet de

rétablissement

de

la p a i x

l'instant

pour

et p a r l ' i n t e r m é d i a i r e

favorable

(21

La

britan-

plus qu'à

L i s b o n n e insistait aussi

a m b a s s a d e u r offirait s e s b o n s o f f i c e s Néanmoins

impression

conversations anglo-espagnoles.

de

ce le son

juin).

s e m b l a i t p a s s é . La C o u r

de Versailles, t e n u e au c o u r a n t d e l'existence de ces trac­ tations,

travaillait

a c t i v e m e n t à les traverser. Elle

faisait

agir M o n t m o r i n auprès de Florida Blanca, réveillait deuede

Galvez

en

lui

montrant

l'ar-

les s u c c è s à o b t e n i r en

A m é r i q u e ; e n f i n e l l e t i r a i t p a r t i d e la p r é s e n c e de d ' F s t a i n g à

la

cour

de

Charles

III,

d'Estaing

qui

de

retour

en

E u r o p e a v a i t été c h a r g é d e se r e n d r e à C a d i x p o u r v e i l l e r


319

à la rentrée de l'escadre de G u i c h e n et é v e n t u e l l e m e n t réaliser l ' u n i o n des flottes franco-espagnoles p o u r la c a m pagne prestige

d'automne.

La p r é s e n c e de cet a m i r a l d o n t le

c o m m e v a i n q u e u r des Anglais était g r a n d

ne

c o n t r i b u a pas peu à paralyser q u e l q u e t e m p s la n é g o c i a t i o n h i s p a n o - b r i t a n n i q u e , m a i s q u a n t à des résultats n a v a l s , 1

elle n'en d e v a i t p o i n t a v o i r . Cette m e s u r e p r o v o q u é e p a r le c o u r a n t de

pacifisme

q u i se d é c h a î n a i t à la c o u r m a d r i l è n e se justifiait c a r tous les m i n i s t r e s de C h a r l e s III, s u r t o u t ceux de la G u e r r e et d e la Marine, insistaient p o u r la paix, a p p u y é s p a r le c o n fesseur royal, les g r a n d s et la n a t i o n . L ' o p i n i o n française, d e son côté, était s o i g n e u s e m e n t t e n u e d a n s l ' i g n o r a n c e des d a n g e r s q u e la p o l i t i q u e de V e r g e n n e s faisait c o u r i r à l'alliance ; elle ne se d o u t a i t g u è r e des causes de l'envoi de d ' E s t a i n g d a n s la p é n i n s u l e ; m a i s e l l e - m ê m e , si p e u coloniale qu'elle fut, s é t o n n a i t des résultats p e u décisifs des c a m p a g n e s françaises d ' o u t r e - m e r ,

n o t a m m e n t aux An-

tilles où la p a r t i c i p a t i o n h i s p a n i q u e était a c q u i s e . Elle d e m a n d a i t avec i n s i s t a n c e p o u r q u o i les p a v i l l o n s b o u r b o n n ' a v a i e n t p o i n t la m a î t r i s e de la Mer des C a r a ï b e s , p o u r q u o i la J a m a ï q u e n'était

p o i n t prise et V e r g e n n e s ,

quel q u e fut son a s c e n d a n t s u r Versailles et P a r i s , sentait la g u e r r e d e v e n i r i m p o p u l a i r e en F r a n c e , m a l g r é la faveur d o n t a v a i e n t j o u i les I n s u r g e n t s . El à ce m o m e n t il était p l u s a l a r m é q u ' i l ne le laissait p a r a î t r e en ce q u i c o n c e r n a i t l'alliance e s p a g n o l e , la seule a l l i a n c e m a r i t i m e et coloniale d o n t il d i s p o s a .

Le b r u i t n e circulait-il pas avec persis-

t a n c e d a n s les gazelles anglaises q u e la paix e s p a g n o l e

1. A la m ê m e époque, Necker était en mission en E s p a g n e ; il cri­ tiquait les initiatives financières du gouvernement hispanique cl il fut accuser de vouloir ruiner la circulation en France de bons récemment émis à Madrid.


-

320

était p r o c h e et, s y m p t ô m e p l u s c a r a c t é r i s t i q u e , les f o n d s d'Etat

anglais

l'influence

depuis

mars

1780 remontaient

sous

de ces r u m e u r s .

P o u r t a n t C h a r l e s III se refusait à d é n o n c e r ses a c c o r d s avec la F r a n c e ; il acceptait d e n é g o c i e r u n e paix p a r t i culière p o u r v u q u e les intérêts français fussent c o u v e r t s . Il p r o p o s a i t o u u n e c o m m u n i c a t i o n

i n t é g r a l e des p r é l i -

m i n a i r e s ou L'insertion d a n s ceux-ci d ' u n article relatif à la C o u r de Versailles. T o u s les h o m m e s d'Etat e s p a g n o l s s'unissaient

p o u r e n c o u r a g e r ces p o u r p a r l e r s , d ' A r a n d a

était s o i g n e u s e m e n t tenu à l'écart de ces q u e s t i o n s . Del C a m p o était empressé à a p l a n i r les obstacles et C u m b e r l a n d , de son côté, désirait u n succès. P a r m a l h e u r p o u r ces c o m b i n a i s o n s , le C a b i n e t b r i t a n n i q u e s e m b l a i t s'en désintéresser et laissait carte b l a n c h e à H i l l s b o r o u g h q u i , peu favorable à L'Espagne, se refusait à céder G i b r a l t a r o u M i n o r q u e et ralliait ses collègues à l'idée d ' u n e paix b l a n c h e . C'était m é c o n n a î t r e les i n t e n tions des d i r i g e a n t s

hispaniques p a r i g n o r a n c e ou m a u -

vaise loi. C u m b e r l a n d , était d'autre p a r t , u n p e r s o n n a g e trop effacé, n ' a y a n t pas la confiance du Secrétaire d'Etat p o u r faire e n t e n d r e sa voix au sein du Cabinet ou a u P a r l e m e n t , p o u r p r o c l a m e r les sincères désirs de paix des Espag n o l s . Malgré ses pressantes i n s t a n c e s et l'envoi d ' H u s s e y à Londres, il ne p u t faire a l t é r e r la t e n e u r trop restrictive de ses i n s t r u c t i o n s . T a n t q u e d ' E s t a i n g s é j o u r n a à la c o u r , les pourparlers l a n g u i r e n t mais ils r e p r i r e n t vie à la fin de s e p t e m b r e 1780. Derechef l'occasion p a r u t favorable : il suffisait de céder Minorque et les Florides p o u r o b t e n i r c e l l e paix séparée tant

demandée.

cembre

La d é p ê c h e

d'Hillsborough

du 7 dé-

1780 était u n refus c a t é g o r i q u e d'accéder à ces

p r o p o s i t i o n s et u n e i n v i t a t i o n à cesser la c o n v e r s a t i o n .


Puis,

321

le 14 f é v r i e r s u i v a n t , c ' é t a i t l ' o r d r e d e r a p p e l défi­

n i t i f et,

un

mois

plus

tard,

Cumberland

s'acheminait

v e r s la F r a n c e . C e p e n d a n t en o c t o b r e 1780 ce m ê m e c a b i n e t b r i t a n n i q u e n'avait

pas

hésité à sacrifier M i n o r q u e en

naison plus

une

h a s a r d e u s e ; il s ' a g i s s a i t d ' a c h e t e r

combi­ l'alliance

r u s s e . L ' a c q u i s i t i o n d e c e t t e î l e m é d i t e r r a n é e n n e flattait l e s a m b i t i o n f u m e u s e s d e P a l i o m k i n e s u r c e t t e m e r et s u r l a Grèce en particulier.

Catherine

II,

un

instant

séduite,

laissa son i m a g i n a t i o n s ' e n f l a m m e r à l'idée d ' u n

empire

g r é c o - r u s s e ; m a i s e l l e r e v i n t v i t e d e ses i l l u s i o n s e t e n mars

1781

l'ambassadeur anglais à

Saint-Pétersbourg,

Sir J a m e s Harris, a n n o n ç a i t l'échec d u projet. La

mission

de

C u m b e r l a n d a v a i t é c h o u é p a r la

faute

d e q u e l q u e s m i n i s t r e s d e G e o r g e s III q u i s ' o b s t i n a i e n t à poursuivre quait

la

guerre.

d'autant

Cette ardeur

moins

qu'à

ce

belliqueuse

moment

s'expli­

la f o r t u n e

des

a r m e s ne l e u r s o u r i a i t g u è r e vis-à-vis des E s p a g n o l s . S a n s d o u t e , d u r a n t la c a m p a g n e aux

Antilles

n'avait

rien

de 1 7 8 0 , la entrepris,

flotte

J a m a ï q u e ( p r o j e t e s p a g n o l ) et les P e t i t e s fiançais)

; néanmoins

elle avait

combinée

hésitant

entre

la

Antilles (projet

paralysé

l'action

des

e s c a d r e s e n n e m i e s et p e r m i s a u x c o n v o i s d e s I n d e s O c c i ­ dentales

de

d'opérations quelque

g a g n e r C a d i x en conçu

retard

par

s é c u r i t é . D e p l u s , le p l a n

Galvez

s'exécutait

t a n t à la p r é é m i n e n c e

alors

des plans

avec du

secrétaire d'Etat qu'à l'offensive b r i t a n n i q u e du Nicaragua. Le frère d u m i n i s t r e le C a p i t a i n e G é n é r a l d u G u a t e m a l a , prenait à son tour l'offensive, chassait de

Campêche,

sements

de

les c o l o n s

anglais

de H o n d u r a s , puis b l o q u a i t leurs établis­

Mosquitie,

les

réduisant

progressivement.

Son fils D o n B e r n a r d o , g o u v e r n e u r de L o u i s i a n e , a v a i t dès 1 7 7 9 d é g a g é les a b o r d s d e la c o l o n i e en e n l e v a n t le fort d e 21


- 322 -

Natchez, la ville d e Baton

B o u g e . Le 13 m a r s 1 7 8 0 , il

o b t e n a i t la c a p i t u l a t i o n d u p o r t de Mobile et resserrait les Anglais e n F l o r i d e O r i e n t a l e . dernière

place

forte

Pour occuper Pensacola, il o r g a n i s a i t à

d e la p r o v i n c e ,

La Havane, e n dépit d e la mollesse d u C a p i t a i n e Général 1

de C u b a , Bonnet, u n e expédition . Celle-ci, dispersée p a r la t e m p ê t e en o c t o b r e 1 7 8 0 , était r e c o n s t i t u é e grâce a u x escadres d e Solano et en février 1 7 8 1 , elle a p p a r a i s s a i t d e v a n t Pensacola. Les g o u v e r n e u r s C h e s t e r et C a m p b e l l avaient

réclamé impatiemment

d e s renforts à Dalling,

m a i s celui-ci de la J a m a ï q u e s'avouait i m p u i s s a n t à en e n v o y e r (octobre). La c o n s é q u e n c e d e cet a b a n d o n fut la c a p i t u l a t i o n d e la ville le 9 m a i . a p r è s d e u x m o i s et d e m i 2

d e siège. P r a t i q u e m e n t les Florides étaient c o n q u i s e s . L'expulsion d e s Anglais des rives du Golfe du Mexique était a c c o m p l i e . Don B e r n a r d o Galvez, se t o u r n a n t vers l'intérieur du continent

o u v r i t u n e c a m p a g n e mississi-

p i e n n e , faisant o c c u p e r l e s postes d e Saint-Louis des Illin o i s , p u i s d e S a i n t - J o s e p h (janvier 1 7 8 1 ) . Au c o u r s d e ces

dernières

opérations

le contact s'établissait

cidre

E s p a g n o l s et A m é r i c a i n s , ce q u i e n t r a î n a i t q u e l q u e friction e n t r e ces c o - b e l l i g é r a n t s q u i p o u r s u i v a i e n t d e s buts s i m i l a i r e s et r i v a u x . L ' e m p r e s s e m e n t à o c c u p e r le plus d e territoire possible e n t r e les

A l l e g h a n y s

et le Mississipi était

égal chez ces deux g o u v e r n e m e n t s ; mais les Anglais n e r e n o n ç a i e n t p o i n t a b s o l u m e n t à des contre-offensives d a n s ces r é g i o n s , t é m o i n u n e c o u r t e c a m p a g n e

d a n s le Haut-

Mississipi a u d é b u t d e 1 7 8 2 . 1. Avec l ' a s s i s t a n c e d ' u n p e t i t c o r p s expéditionnaire français s o u s M. de Monteuil. 2. A u p r i x d ' u n conflit entre Galvez el S o l a n o , ce dernier devait être a

s o n r e t o u r t r a d u i t d e v a n t u n c o n s e i l de g u e r r e

p a r le P r é s i d e n t d u

Conseil d e s I n d e s , p r o c é d u r e qui t o u r n a à l a c o n f u s i o n S o l a n o f u t fait

Marquis del Socorro.

d u ministre.


— En

ce

qui

concernait

M e x i q u e et des rencontraient

geais; et

323

roules y

la

domination

conduisant,

les

Golfe

du

espagnols

du

ne

pas e n c o r e c o m m e c o m p é t i t e u r s les I n s u r ­

c'est ainsi q u ' i l s a v a i e n t

compléter

leur

œuvre

pu o c c u p e r les

en

enlevant

Mondes

l'archipel

B a h a m a par u n e e x p é d i t i o n o r g a n i s é e e n m a i

des

1 7 8 2 s o u s la

direction du lieutenant général cl c o m m a n d a n t de Cuba, Cagigal (successeur de Bonnet révoqué). de

Madrid

obtenait

E u r o p e p a r la

La C o u r

prise de

Port-Mahon (février

un

siège

m e n é par

un

encore

satisfaction 1782) 1

corps

franco h i s p a n i q u e .

r e v a n c h e , la r e p r i s e d u b l o c u s d e G i b r a l t a r n ' a v a i t à

a u c u n résultat et

en

après

l'armada de

Cadix

ne

En

abouli

parvenait

à

a c q u é r i r la m a î t r i s e d u d é t r o i t . D e s o n c ô t é , la F r a n c e r e m p o r t a i t d e s v i c t o i r e s dans

l'Hindoustan,

Suffren.

Aux

victoires

Antilles,

assez

stériles du

de

elle capturait les petites îles

tanniques : après une attaque vaine sur mai

naxales

Bailli

1781. Bouillé avait

enlevé

bri­

Sainte-Lucie

T a b a g o (29 m a i ) ,

en

repris

l ' î l e h o l l a n d a i s e d e S a i n t - E u s t a c h e le 26 n o v e m b r e . S a i n t C h r i s l o n h e . a t t a q u é en j a n v i e r 1 7 8 2 , suivant,

Enfin

les é t a b l i s s e m e n t s h o l l a n d a i s d e G u y a n e .

et E s s e q u i b o

bientôt

avaient

suivi

été

par

c a p i t u l a i t le

vrier

Nevis

également

13

fé­

et Mont-Serrat. Demerary

recouvrés

en

v i e r 1 7 8 2 . Mais il n'y a v a i t p o i n t d a n s l e N o u v e a u

jan­

Monde

d ' o p é r a t i o n s d e g r a n d e e n v e r g u r e et d e v a s t e p o r t é e . Les

Insurgents

menaient

f r u c t u e u s e s . Ils r e c o u v r a i e n t

les

campagnes

sur Clinton

les

plus

la C a r o l i n e

du

S u d et g a g n a i e n t d u t e r r a i n e n G é o r g i e ; d a n s l e N o r d ,

ils

1. L'expédition était partie d'Espagne en juillet 1 7 8 1 . Là encore les Français étaient pessimistes et Vergennes prédisait que le Fort SaintPhilippe, clé de l'île, ne capitulerait pas, que les hasards, qui avaient amené sa reddition en 1 7 6 2 , ne se renouvelleraient pas.


324

c o n t e n a i e n t C o r n w a l l i s , p u i s le refoulaient s u r la p e a k e . Un h a s a r d

heureux

n a v a l e s françaises

sur

permit

ce p o i n t

l'arrivée

Chesa-

des

forces-

et le 1 9 o c t o b r e 1 7 8 1

C o r n w a l l i s avec le g r o s de l ' a r m é e a n g l a i s e c a p i t u l a i t à Y o r k t o w n . A cette d a t e , la m é t r o p o l e ne d é t e n a i t

plus

d a n s ses a n c i e n n e s colonies q u e New-York, C h a r l e s t o n et S a v a n n a h et elle p a r a i s s a i t i n c a p a b l e de q u e l q u e de r e p r e n d r e

temps-

l'offensive.

A la fin de l ' a n n é e 1781 on p o u v a i t e s c o m p t e r l ' a p p r o c h e d u t e r m e de

cette g u e r r e d ' u s u r e . Le b u t o r i g i n a i r e de-

cclle ci, l ' i n d é p e n d a n c e des E t a t s - U n i s , ne faisait p l u s de d o u t e ; p a r s u i t e , la paix g é n é r a l e p o u v a i t être e n v i s a g é e si

l'Angleterre et ses a d v e r s a i r e s

européens

ne

témoi-

g n a i e n t pas d ' u n e t r o p g r a n d e o b s t i n a t i o n . Les d i v e r s b e l l i g é r a n t s é t a i e n t é p u i s é s , la m a i n - d ' œ u v r e maritime

faisait de p l u s en p l u s défaut : la presse sévis-

sait à l'état e n d é m i q u e les m o n a r c h i e s

d a n s la m a r i n e b r i t a n n i q u e et

b o u r b o n souffraient du

m ê m e m a l . Les

c h a n t i e r s ne p a r v e n a i e n t g u è r e à c o m b l e r les vides c a u sés p a r les batailles, l ' u s u r e et les t e m p ê t e s . Les atteintes p o r t é e s au c o m m e r c e des p u i s s a n c e s en g u e r r e ou n e u t r e s se faisaient l o u r d e m e n t s e n t i r et c o n t r i b u a i e n t à l ' a p p a u vrissement général. D ' a u t r e part,

les ressources financières se

tarissaient

de plus en p l u s vite en E u r o p e : en d e h o r s m ê m e

des

p a y s e n g a g é s d a n s la lutte, le m a r c h é de l ' a r g e n t se ress e r r a i t . La F r a n c e cl l ' A n g l e t e r r e n ' o s a i e n t plus é m e t t r e d'emprunts

à l ' é t r a n g e r et p o u r les e m p r u n t s i n t é r i e u r s

offraient d ' o n é r e u s e s c o n d i t i o n s , qui n ' a t t i r a i e n t plus les souscripteurs.

L'Espagne

ne

résistait

guère

mieux

et

avait recours à d e s m e s u r e s e x t r ê m e s — p o u r ses t r a d i t i o n s financières — mesures d u e s à l ' h a b i l e t é du

financier

C a b a r r u s : é m i s s i o n s d'Etat, puis de la Banque de Saint-


— 325 — Charles, négociation

d'emprunts

e x t é r i e u r s (g m i l l i o n s

d e piastres en 1780), a v a n c e d u P o r t u g a l en 1781, etc. Enfin

toutes les o p i n i o n s p u b l i q u e s

exprimaient

le

d é s i r de v o i r la fin de ce conflit m a r i t i m e d o n t la r é p e r cussion s u r le m o n d e e n t i e r se faisait si l o u r d e m e n t s e n t i r p a r la h a u s s e des frets et des a s s u r a n c e s , le r e n c h é r i s s e m e n t des d e n r é e s c o l o n i a l e s , l ' i n s é c u r i t é des t r a n s p o r t s , le r e l è v e m e n t des i m p ô t s , etc. M ê m e les n a t i o n s n e u t r e s é t a i e n t lasses d e la g u e r r e .


—326-

La Paix de Versailles 1. — Le Problème

Américain.

Une g r a n d e q u e s t i o n d o m i n a i t le r è g l e m e n t d u conflit : q u e l serait le statut p o l i t i q u e de l ' A m é r i q u e d u Nord ? ; dès q u ' e l l e serait résolue, il serait plus aisé d'apaiser les griefs p a r t i c u l i e r s des m o n a r c h i e s b o u r b o n

et des P r o -

vinces-Unis. La position de l ' E s p a g n e et des Etals-Unis — adversaires c o m m u n s de l'Angleterre, alliés c o m m u n s de la France,

niais belligérants

isolés

faisant

chacun

leur

g u e r r e — était s i n g u l i è r e m e n t p a r a d o x a l e . Non pas q u e le C o n g r è s Américain d é d a i g n â t ou i g n o r â t la m o n a r c h i e e s p a g n o l e ; bien a u c o n t r a i r e , il s'efforçait d ' a m e n e r celle p u i s s a n c e à le reconnaître officiellement et à

l'accepter

p o u r allié. Il ne négligeait n u l effort de séduction d a n s ce b u t et les délégués de Paris a g i s s a i e n t en ce sens

tantôt

p a r l ' i n t e r m é d i a i r e de V e r g e n n e s , t a n t ô t d i r e c t e m e n t p a r d ' A r a n d a , Mais si ce d e r n i e r , p a r a m b i t i o n c o m m e

par

s y s t è m e , était favorable à la r e c o n n a i s s a n c e de la Conféd é r a t i o n , les g o u v e r n a n t s m a d r i l è n e s ainsi q u e la c o u r étaient hostiles aux I n s u r g e n t s

par p r i n c i p e a u t a n t

que

par p o l i t i q u e , les A m é r i c a i n s a p p a r a i s s a n t de d a n g e r e u x rivaux d a n s la vallée m i s s i s s i p i e n n e . Seuls d a n s la p é n i n sule q u e l q u e s cercles étroits, intellectuels et n é g o c i a n t s , a c c e p t a i e n t de n o u e r des r a p p o r t s avec les I n s u r g e n t s cl 1

de s o u t e n i r l e u r cause . Ainsi s u r ce p o i n t les C a b i n e t s de S a i n t - J a m e s et 1. Cf. supra p. 262 cl suiv.

de


- 327 —

l'Escurial fois n e

s y m p a t h i s a i e n t e n t i è r e m e n t . Le s e c o n d t o u t e pouvait

systématiquement ignorer

l'existence

des Etats-Unis. D ' u n e p a r t , il avait p r i s l ' e n g a g e m e n t d e l e u r verser des subsides, ce q u i à diverses reprises

avait

eu lieu et, d ' a u t r e p a r t , les d é p ê c h e s de Versailles a i d a n t , il

ne

février

pouvait

oublier

l'existence

de

l'accord

1 7 7 8 . Il j u g e a i t q u e ses c r a i n t e s de

voir

de cette

g u e r r e c o n t r e l'Angleterre n ' ê t r e q u ' u n e g u e r r e des I n s u r g e n t s se réalisaient et il t r o u v a i t q u e ses i n t é r ê t s c o m m e ceux de la F r a n c e étaient s i n g u l i è r e m e n t p r i m é s p a r les intérêts p r o p r e s des A m é r i c a i n s . Il n ' e n persistait q u e p l u s e n c o r e à refuser la liaison d e ses o p é r a t i o n s

militaires

avec celles des I n s u r g e n t s et à se d é g a g e r de t o u t lien avec ces d e r n i e r s . Aux o u v e r t u r e s d u C o n g r è s en expédition

commune

vue

c o n t r e les F l o r i d e s , il

v o u l o i r c o n q u é r i r l u i - m ê m e ces p r o v i n c e s et

d'une

répondait manifestait

son i n t e n t i o n de ne tenir a u c u n e p a r c e l l e d u

Nouveau-

Monde de la b o n n e volonté des I n s u r g e n t s . De son c ô t é , le C o n g r è s , sous L'influence d u p a r t i des A d a m s et des Lee, d u parti d e la p r o p a g a n d e à o u t r a n c e et de la p o l i t i q u e i n t r a n s i g e a n t e d ' e x p a n s i o n , se refusait à c o m p r e n d r e les r a i s o n s de l ' a b s t e n t i o n de l'Espagne et les d o c t r i n e s coloniales de l ' E s p a g n e . A p e i n e le traité f r a n c o - h i s p a n i q u e d ' a v r i l 1 7 7 9 était-il ratifié, q u e ce c o r p s r e m e t t a i t en discussion l ' o u v e r t u r e de r e l a t i o n s d i p l o m a tiques avec la C o u r de Madrid. Le parti a d a m s i e n

n'était

pas e n c o r e assagi p a r les é c h e c s subis a u p r è s des

chan-

celleries e u r o p é e n n e s , n o t a m m e n t p a r le r e n v o i d ' A r t h u r Lee de Burgos. Il fit voter l'envoi d ' u n e n o u v e l l e m i s s i o n en E s p a g n e a u m o m e n t o ù le Marquis d ' A l m o d o v a r q u i t tait L o n d r e s

et o ù les Hottes b o u r b o n

opéraient

leur

j o n c t i o n . On d i s c u t a a c t i v e m e n t d u c h o i x d u p l é n i p o t e n tiaire. Le n o m d ' A r t h u r

Lee était m i s en

avant.

Ver-


g e n n e s , averti

328

p a r son a m b a s s a d e u r

La L u z e r n e ,

c o n t r a i r e à cette d é s i g n a t i o n , a y a n t p u p a r

était

expérience

j u g e r d u rôle q u e j o u a i t ce d é l é g u é et p e r s u a d é e n c o r e q u e la d u p l i c i t é de la p o l i t i q u e a m é r i c a i n e était le fait de q u e l q u e s h o m m e s e n n e m i s de la F r a n c e . F l o r i d a Blanca, i n t e r p r è t e de son g o u v e r n e m e n t , p e n s a i t q u e toute mission i n s u r g e n t e serait superflue, m a i s il préférait

aussi

q u e Lee fut écarté ( a o û t - s e p t e m b r e 1779). J o h n J a y , d é p u t é fort en relief et p r é s i d e n t d u C o n g r è s , fut élu en s e p t e m b r e p l é n i p o t e n t i a i r e p o u r l ' E s p a g n e et sa n o m i n a t i o n fut é l o g i e u s e m e n t a n n o n c é e p a r le C h e v a lier de La L u z e r n e le m o i s s u i v a n t . Il d é b a r q u a i t à Cadix le 22 j a n v i e r 1780 et e n v o y a i t

en a v a n t son secrétaire

C a r m i c h a e l r e m e t t r e au m i n i s t è r e e s p a g n o l la m o t i o n d u Congrès

du

29 s e p t e m b r e

1779,

laquelle

l'accréditait

a u p r è s de cette c o u r . A d m i s à résider, il a c c o u r t à Madrid le 4 avril et, dès ses p r e m i è r e s e n t r e v u e s avec le

secré-

taire d'Etat, s'aperçoit q u ' à tolérer sa p r é s e n c e se b o r n e n t les b o n n e s Celui-ci

le

dispositions regarde

du gouvernement hispanique.

comme

agent

c o m m e a m b a s s a d e u r , car il évite

officieux

de

et

non

reconnaître

les

Etats-Unis a v a n t la G r a n d e - B r e t a g n e . Il i g n o r e le C o n g r è s et m a i n t i e n t à Miralès son rôle d ' a g e n t o b s e r v a t e u r s a n s lui p e r m e t t r e m ê m e d'être a g e n t de t r a n s m i s s i o n . par l'intermédiaire du représentant Miralès r e c o m m a n d e délimitation

d'écarter

C'est

de Louis XVI

que

toute d i s c u s s i o n s u r

o c c i d e n t a l e de la C o n f é d é r a t i o n ; c'est

titre p r i v é q u e Miralès p r o p o s e d ' e s c o m p t e r des

la à

traites

fédérales avec 5o % d ' a g i o , m a i s le C o n g r è s croit o u feint de

croire que l'Espagne

elle-même

va e s c o m p t e r

ces

traites, ce q u i e n t r e t i e n t les i l l u s i o n s a m é r i c a i n e s s u r la b i e n v e i l l a n c e h i s p a n i q u e . Puis Miralès é t a n t s u b i t e m e n t m o r t au c a m p de Washington à la m i - a v r i l 1780, il

ne


-329 put être r e m p l a c é d u r a n t de l o n g s m o i s

si b i e n q u e L a

L u z e r n e prit à litre officieux la r e p r é s e n t a t i o n des intérêts madrilènes. Par

suite,

le s t a t u t d e J a y

rien avoir de d i p l o m a t i q u e .

et C a r m i c h a e l

ne pouvait

Les deux e n v o y é s

pouvaient

s ' e n t r e t e n i r a v e c F l o r i d a B l a n c a m a i s n o n ê t r e r e ç u s à la cour

ou

négocier officiellement.

De plus,

Montmorin,

selon les i n s t r u c t i o n s de V e r g e n n e s toujours p r u d e n t , évi­ tait d e se c o m p r o m e t t r e e n t r e c e s d e u x a l l i é s d e la F r a n c e , ne soutenait

p o i n t les d é l é g u é s i n s u r g e n t s et

surveillait

plutê)t c e u x - c i d e c r a i n t e q u ' i l s n e c o n c l u a s s e n t d e s

traités

secrets avec l'Espagne. Les

espérances

tembre 1779

que

La

à la m i s s i o n

Luzerne

attachait

en

sep­

d e J a y ne se r é a l i s a i e n t g u è r e .

Il y avait bien à p r o p o s des subsides h i s p a n i q u e s c o n v e r ­ s a t i o n s e n t r e J a y , C a r m i c h a e l , F l o r i d a B l a n c a et C a b a r ­ r u s , le g r a n d t e c h n i c i e n f i n a n c i e r a u s e r v i c e d e C h a r l e s Mais sur ce p o i n t , p e u de

III.

p r o g r è s effectifs. L a d é t r e s s e

é t a i t g é n é r a l e s u r le c o n t i n e n t et les b e s o i n s é n o r m e s d e s Américains

étaient

n'avouait-il

pas q u e

circulation

et

que

malaisés

à satisfaire. Jay

200 m i l l i o n s d e

ce p a p i e r - m o n n a i e

l ' e x t r ê m e , q u e le C o n g r è s

pour

lui-même

dollars étaient

trouver

en

était d é p r é c i é des

à

ressources

tirait d e s t r a i t e s s u r l e s m o n a r c h i e s b o u r b o n et s u p p l i a i t celles-ci de faire h o n n e u r à ces e n g a g e m e n t s Cour

d e M a d r i d e u t - e l l e le d é s i r d e v e n i r e n

forcés. La aide

aux

I n s u r g e n t s , e l l e - m ê m e n ' a v a i t pas d e b u d g e t assez élastique pour subvenir

à d e telles

dépenses,

étant obligée d'em­

prunter à l'extérieur, mesure anormale pour

le g o u v e r ­

n e m e n t . E l l e a c c e p t a i t d e d é f r a y e r J a y d e ses

dépenses,

soit u n d o n de q u e l q u e s m i l l i e r s de d o l l a r s . C h a r l e s

III,

en j u i n 1780, avait bien p r o m i s d ' a v a n c e r 3 m i l l i o n s de r é a u x (150.000 p i a s t r e s ) m a i s ses m i n i s t r e s

s'efforçaient,


330

s i n o n d ' a n n u l e r , d u m o i n s d ' a j o u r n e r cet e n g a g e m e n t et p a r un effort l o u a b l e , u n m i l l i o n de réaux fut versé en m a i 1 7 8 1 p o u r a c q u i t t e r des traites é c h u e s (le M a r q u i s d'Iranda

à

la

8 9 . 0 0 0 piastres)

requête

du

gouvernement

avanbant

1

.

Peut-être l ' E s p a g n e limitait-elle ses s u b s i d e s d ' a u t a n t p l u s v o l o n t i e r s q u e de P a r i s elle recevait c e r t a i n s avis d ' a p r è s l e s q u e l s la m a j e u r e partie des fonds versés p a r la C o u r de

Versailles a l i m e n t a i t s u r t o u t la p o l i t i q u e

de

p r o p a g a n d e et s u b v e n a i t a u x besoins des d é l é g u é s . Aussi ne

versa-l-elle b i e n t ô t q u e g o u t t e à g o u t t e les

promises,

acquittant

sommes

les traites relatives a u séjour de

J a y et de C a r m i c h a e l et m e t t a n t era d i s c u s s i o n le versem e n t de t o u t e s o m m e i m p o r t a n t e . Q u a n t aux. affaires politiques i n t é r e s s a n t les d e u x p a y s , elles p a r a i s s a i e n t m o i n s aisées à régler. J a y , dès ses p r e m i e r s e n t r e t i e n s d e m a i 1 7 8 0 , avait trahi l'opinion q u e le futur territoire de la C o n f é d é r a t i o n s'étendait s a n s contestation possible j u s q u ' a u Mississipi et a u x F l o r i d e s . Or le Cabinet

de l'Escurial e s t i m a i t d e v o i r r e c o u v r e r les

Mo-

n d e s et ne j u g e a i t p o i n t fatal que la Louisiane O r i e n t a l e t o m b â t en p a r t a g e a u x Etats-Unis. Florida Blanca avait exposé n e t t e m e n t

la thèse e s p a g n o l e : la r é g i o n

A l l e g h a n y s et Mississipi n ' a p p a r t e n a i t n i en fait, d r o i t a u x I n s u r g e n t s ; de jure de

1 7 6 3 et les Acts

exclu

entre ni e n

parce q u e la P r o c l a m a t i o n

subséquents avaient

expressément

les droits des c o l o n s à la possession de ces terres

qui étaient réservées à l ' A n g l e t e r r e — de Judo

parce que

les forces i n s u r g e n t e s n ' o c c u p a i e n t q u ' u n e a i r e très infime 1. Les besoins d'argent des Etats-Unis restaient pressants : la France en avril 1781 faisait une avance de 6 millions de livres et concluait pour le compte des Américains un emprunt de 10 millions de livres e n Hollande.


- 331 -

au delà des A l l e g h a n y s , l o r s q u e déjà en 1780 les t r o u p e s e s p a g n o l e s étaient installées en d i v e r s p o i n t s de la

rive

gauche mississipienne. J a y , q u i assistait alors a u d é v e l o p p e m e n t de la m i s s i o n C u m b e r l a n d sans en c o n n a î t r e les p é r i p é t i e s , q u i , de p l u s , n'avait p a s de pleins p o u v o i r s , q u i n'était pas a d m i s n é g o c i e r , n e p o u v a i t q u ' a v i s e r ses m a n d a n t s espagnoles. imposée

Celles-ci é t a i e n t c a l é g o r i q u e s

à la

à

des vues

: la

guerre

n a t i o n et p r e s q u ' a u g o u v e r n e m e n t

devait

être fructueuse ; o u t r e e n t r a î n e r la restitution

M i n o r q u c , G i b r a l t a r , elle d e v a i t des Florides et l'expulsion d e s

Anglais d ' A m é r i q u e C e n t r a l e , elle devait r e n d r e à la L o u i siane sa pleine valeur, s i n o n p a r l'acquisition d e la L o u i siane O r i e n t a l e , d u m o i n s p a r la m a î t r i s e de la rive g a u c h e d u Mississipi et p a r la n a v i g a t i o n exclusive de ce f l e u v e . Or, c o m m e les A m é r i c a i n s t e n a i e n t p o u r essentiel d ' a t t e i n d r e ce lleuve, de jouir de la liberté de n a v i g a t i o n d a n s celle

vallée, il n e p o u v a i t y a v o i r q u e conflit e n t r e ces

ambitions rivales et i n c o n c i l i a b l e s . Les h o m m e s d'Etat hispaniques a v a i e n t c r u à l ' o r i g i n e que si la cause i n s u r g e n t e t r i o m p h a i t — ce q u i n'était point

assuré

les Etats-Unis

seraient

limités

l ' A t l a n t i q u e et les A l l e g h a n y s , m a i s p e u à p e u à

entre

mesure

que la résistance des Américains s'affermissait, il apparais­ sait p r o b a b l e q u e la c h a î n e a l l e g h a n i e n n e

n e servirait

p l u s d e frontière. C'est alors qu'à la r e q u ê t e de l ' E s p a g n e les d e u x c o u r s b o u r b o n a v a i e n t e n v i s a g é u n plan de p a r t a g e de la Louisiane O r i e n t a l e . La vallée du Mississipi a p p a r t i e n d r a i t s a n s conteste à la m o n a r c h i e p é n i n s u l a i r e qui, en o u t r e , exercerait u n p r o t e c t o r a t s u r la région

comprise

e n t r e le Mississipi, le Bas O h i o , le C u m b e r l a n d j u s q u ' à sa haute

vallée, u n e ligne r e j o i g n a n t le H a u t

Tennessee,

p u i s le Haut A l a b a m a et enfin a t t e i g n a n t la frontière f l o -


— 332 — r i d i e n n e au confluent d u C h a t l a h o u c h e e et d u F l i n t . Les Etats-Unis r e c e v r a i e n t c o m m e zone d ' i n f l u e n c e les

terri-

toires c o m p r i s e n t r e la ligne p r é c é d e n t e , la vallée de l'Ohio à p a r t i r d u c o n f l u e n t avec le C u m b e r l a n d et les A l l e g h a n y s . Q u a n t au sort de la L o u i s i a n e S e p t e n t r i o n a l e s ' é t e n d a n t d u Haut Mississipi a u x G r a n d s Lacs, le C a b i n e t de l'Escurial a c c e p t a i t de s'en d é s i n t é r e s s e r car la n a v i g a t i o n m i s s i s s i p i e n n e a u delà de l'Ohio lui a p p a r a i s s a i t u n

facteur

secondaire. Par m a l h e u r p o u r ce p r o g r a m m e , la F r a n c e s'en d é s i n téressait

n'ayant

nulle

possession d a n s l ' A m é r i q u e d u

N o r d . V e r g e n n e s , p e u e m p r e s s é à s e r v i r l ' E s p a g n e et p e u e n t h o u s i a s t e des q u e s t i o n s

coloniales, n'appuyait

que

m o l l e m e n t les a m b i t i o n s de son allié. La L u z e r n e certes t r a n s m e t t a i t au C o n g r è s à titre officieux les i n t e n t i o n s h i s p a n i q u e s et s'efforçait

de c o n t e n i r les a m b i t i o n s de

ces A m é r i c a i n s avides de terres ; m a i s il n e p o u v a i t exerc e r de p r e s s i o n s u r ce g o u v e r n e m e n t , le s o m m e r de r e c o n n a î t r e les d r o i t s de l ' E s p a g n e à c o n q u é r i r la rive g a u c h e d u Mississipi et à é t a b l i r la n a v i g a t i o n exclusive d a n s ces p a r a g e s , car il était h o r s d'étal de m o n t r e r au C o n g r è s le b l o c p u i s s a n t et i n t a n g i b l e des d e u x m o n a r c h i e s

bour-

b o n . A cet é g a r d la tactique d ' a b s t e n t i o n p r a t i q u é e p a r le Cabinet

de l'Escurial se r e t o u r n a i t

c o n t r e ses p r o p r e s

intérêts. Jay,

de son côté, faisait c o n n a î t r e la thèse de Florida

Blanca : d r o i t à des c o n q u ê t e s e s p a g n o l e s en

Louisiane

O r i e n t a l e , possession i n c o n t e s t é e des F l o r i d e s

et r é g i m e

d ' e x c l u s i v e d a n s la vallée d u Mississipi. Il n e c a c h a i t pas q u e l ' E s p a g n e était s o u t e n u e p a r l a F r a n c e p o u r

l'accom-

p l i s s e m e n t de ce p r o g r a m m e m i n i m u m ; m a i s il

faisait

c o n n a î t r e aussi q u e la F r a n c e n e paraissait pas disposée à faire pression s u r l ' E s p a g n e p o u r r é d u i r e ce p r o g r a m m e


— 333 — (pas

p l u s d'ailleurs q u e s u r

les Etats-Unis p o u r

faire

t r i o m p h e r ce p r o g r a m m e ) . Les p r é t e n t i o n s d u C o n g r è s a n n o n c é e s o u

pressenties

f u r e n t b i e n t ô t p r o c l a m é e s officiellement. L ' a p p r o c h e de la paix r e n d a i t nécessaire l'envoi d ' i n s t r u c t i o n s

précises

à J a y . Le 6 o c t o b r e 1 7 8 0 , o n votait le p r i n c i p e de la tion

de la frontière

hispano-américaine

au

fixa-

Mississipi,

l'égalité de t r a i t e m e n t des d e u x r i v e r a i n s au p o i n t de v u e n a v i g a t i o n et c o m m e r c e , la création de p o r t s francs s u r le fleuve j u s q u ' à la frontière floridienne. Le C o n g r è s , t o u t e fois, p a r le j e u d ' u n e m a j o r i t é oscillante v a r i a n t avec

la

p a r t i c i p a t i o n des délégués des divers étals, r e v i n t s u r ces décisions Sud

1

intransigeantes

réclamées

par

les Etats

du

: il réserva à l ' E s p a g n e le d r o i t de faire des c o n q u ê t e s

s u r la

rive g a u c h e (8 et 17 o c t o b r e ) , puis il écarta la

q u e s t i o n de la n a v i g a t i o n d u Mississipi en territoire p u r e m e n t e s p a g n o l (région du delta) et s u p p r i m a celle des p o r t s francs ( 1 5 février 1 7 8 1 ) . Même

avec

n'avaient guère

ces

corrections,

les

bases

américaines

c h a n c e d'être discutées, m o i n s

encore

acceptées à Madrid ; il était p l a i s a n t de v o i r le C o n g r è s a d m e t t r e q u e ses d e m a n d e s ne devaient pas être p r é s e n t é e s c o m m e u n u l t i m a t u m ! F l o r i d a Blanca, d u r a n t

l'année

1 7 8 1 , accepta de c a u s e r avec J a y bien q u e p a r les c o n v e r s a t i o n s de ce d e r n i e r et les a n c i e n s r a p p o r t s de Miralès, il se fut c o n v a i n c u q u e l ' o p i n i o n insUrgente et la majorité d u C o n g r è s é t a i e n t peu favorables au s y s t è m e de l'exclusive e s p a g n o l e .

Il j u g e a i t c e p e n d a n t ces q u e s t i o n s assez

1. La Virginie, les deux Carolines ne voulaient à aucun prix lais­ ser la Louisiane Orientale à l'Espagne et parlaient de se retirer de la guerre si on ne leur donnait pas satisfaction ; les états du Centre étaient prêts à prolonger la guerre afin de « libérer » le Canada et la Nouvelle Ecosse tandis que la Nouvelle Angleterre préférait la libre navigation des lacs à celle du Mississipi.


importantes pour

334—

charger

u n de ses adjoints

Cardoqui

d ' a l l e r t e n i r la p l a c e d'observateur v a c a n t e d e p u i s le d é b u t 1 7 8 0 p a r la m o r t d e M i r a l è s . Don D i e g o G a r d o q u i d e v a i t paraître à P h i l a d e l p h i e

e n l'été d e

1 7 8 1 et ses d é p ê c h e s

n e p o u v a i e n t a v a n t q u e l q u e t e m p s i n f l u e r s u r la m a r c h e des conversations hispano-américaines. 1 7 8 1 , la r é d a c t i o n

En septembre

d'un accord éventuel

fut e n v i s a g é e e t l e 2 2 s e p t e m b r e u n projet d e traité préparé,

projet qui établissait

le r é g i m e

était

de

l'exclusive

p o u r le lias M i s s i s s i p i ( a r t . VI) e t g a r a n t i s s a i t

toutes les

p o s s e s s i o n s e s p a g n o l e s d e l ' A m é r i q u e d u N o r d ( a r t . VIII). Par m a l h e u r , J a y a v a i t inséré cette r é s e r v e : « Cette c o n d i « l i o n sera

l i m i t é e à la d u r é e d e s c i r c o n s t a n c e s

actuelles

e s t r e p o r t é e à la

« et si l ' a c c e p t a t i o n d e c e t t e c o n v e n t i o n

« c o n c l u s i o n d ' u n e paix g é n é r a l e , les E t a t s - U n i s c e s s e r o n t « de se considérer c o m m e

liés

par toute p r o p o s i t i o n

ou

« offre faite p r é s e n t e m e n t . » Si de

q u e l q u e s m o i s p l u s t a r d , le C o n g r è s , s o u s l'influence M a d i s o n , le d é p u t é

virginien hostile a u x prétentions

h i s p a n i q u e s , a p p r o u v a c e s a r t i c l e s e t l o u a s o n représen­ tent

d'avoir introduit

u n e telle

clause,

le C a b i n e t

de

l ' E s c u r i a l , c o n s c i e n t d u c a r a c t è r e i l l u s o i r e d e la c o n v e n ­ t i o n e t f i d è l e à sa p o l i t i q u e d e r e s e r v e , é v i t a d e s i g n e r et ratifier

ce

traité

afin

de

conserver

toute

sa

liberté

d ' a c t i o n . D ' a i l l e u r s , il s a v a i t à c e moment q u e D o n Ber­ nardo

Galvez

entreprenait

des opérations

A n g l a i s e n H a u t e L o u i s i a n e et i l e s p é r a i t

contre

les

q u e ce g o u v e r ­

n e u r p o u r r a i t se saisir d ' u n e large b a n d e d e t e r r i t o i r e s s u r la r i v e gauche du Mississipi e n p r é v e n a n t l ' a v a n c e d u g é n é ­ ral a m é r i c a i n C l a r k q u i d e s c e n d a i t l ' O h i o et a l l a i t o c c u p e r le p o s t e d e K a s k a k i a a u n o r d

d u confluent

Ohio

Missis­

sipi. L'Espagne comptait

régler la q u e s t i o n

des frontières


— 335 — américaines

par ses

seules forces ; par là, elle

sa s a g e s s e . L a c o o p é r a t i o n que

si

ses

revendications

française ne ne

lui

montrait

était a c q u i s e

compromettaient

pas

la

p a i x , s i n o n le C a b i n e t d e V e r s a i l l e s s a c r i f i e r a i t à la p a c i ­ fication

les d e m a n d e s

illusoire.

hispaniques.

L'opposition

Cet

des Etats-Unis

a p p u i était

donc

étant c e r t a i n e ,

il

fallait g a g n e r d e v i t e s s e c e u x c i . C'est p o u r q u o i à M a d r i d s e f l a t t a i t - o n d e t r a i t e r s u r l a b a s e d e l'uti possidetis rida Blanca coloniaux

et à

Galvez.

étendre

encourageaient leurs zones

t e n i r p o u r l ' h e u r e d e la p a i x

les

d'occupation

le p l u s d e

:

Flo­

gouverneurs

g a g e s

afin

de

possibles.

J a y . au p r i n t e m p s d e 1 7 8 2 , v o y a i t le C a b i n e t d e l ' E s c u rial o u b l i e r le p r o j e t d e c o n v e n t i o n q u ' a p p r o u v a i t le C o n g r è s , se r e f u s e r à r e c o n n a î t r e o u a i d e r p é c u n i a i r e m e n t l e s Etats-Unis ; aussi ne

voulut-il

pas

prolonger

i n u t i l e d a n s la p é n i n s u l e a l o r s q u ' i l s a v a i t

un

que

séjour

la p h a s e

des pourparlers décisifs s'ouvrait. V a v a i t - i l pas des pleins p o u v o i r s p o u r participer à ces n é g o c i a t i o n s dans lesquelles il v o u l a i t

jouer

Paris, laissant son

un rôle ? En mai

Carmichael

départ, l'obstacle q u e

comme

1782,

il p a r t a i t p o u r

chargé

présentait

d'affaires.

l'antagonisme

A his

p a n o - a m é r i c a i n é t a i t p l u s a c c u s é q u ' à s o n a r r i v é e , c a r les d e u x thèses a d v e r s e s a v a i e n t été p r o c l a m é e s et

le

g r è s s e m o l l i r a i t p l u s i n t r a n s i g e a n t q u e la v i e i l l e

Con­

monar­

chie ibérique.

2. — La Phase des

Défections.

Si e n t r e l ' E s p a g n e e t l e s E t a t s - U n i s q u i

n'étaient

point

a l l i é s m a i s e o - b e l l i g é r a n t s , il n'y a v a i t p o i n t c o m m u n a u t é de

vues, entre

l ' E s p a g n e e t la F r a n c e l i é e s p a r le P a c t e

d e F a m i l l e , u n i e s p a r le t r a i t é p l u s r é c e n t d e 1 7 7 9 , il avait

p a s e n t e n t e . La C o u r

de

M a d r i d n'était

n'y

pas s a n s


— 336 — s ' é t o n n e r q u e son allié q u i moyens

de s é d u c t i o n

avait

m i s en œ u v r e t a n t de

p o u r l ' e n t r a î n e r d a n s la g u e r r e ,

s e m b l a i t se d é s i n t é r e s s e r si facilement d e p u i s 1780 d u sort d e la m o n a r c h i e et songeait m ê m e à sortir c o û t e q u e c o û t e de la l u t t e . Elle se d e m a n d a i t p o u r q u o i p r ê t a i t pas u n e c o l l a b o r a t i o n

son

allié

ne

p l u s active a u x o p é r a t i o n s

c o m b i n é e s si e x p r e s s é m e n t f o r m u l é e s d a n s l'article II de la c o n v e n t i o n d u 12 avril 1 7 7 9 , p o u r q u o i la p a r t i c i p a t i o n a u siège de G i b r a l t a r avait été si m o d e s t e et si inefficace, celle a u x

c a m p a g n e s antillaises

plus

réduite

encore.

P o u r l'attaque de M i n o r q u e s e u l e m e n t , elle relevait

une

c o o p é r a t i o n effective, m a i s n'était-ce pas q u e P o r t - M a h o n menaçait

Toulon

plus encore que

Barcelone.

D'autre

p a r t , elle ne p o u v a i t m a n q u e r de c o n s t a t e r q u e les g r a n des o p é r a t i o n s d ' e n s e m b l e , q u a n d elles a v a i e n t été t e n t é e s , s e m b l a i e n t a v o i r été e n t r a v é e s s y s t é m a t i q u e m e n t p a r la F r a n c e , n o t a m m e n t celle invasion de l ' A n g l e t e r r e i m p l i c i t e m e n t c o n t e n u e d a n s le fameux article I I . Les d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s d e m a n d a i e n t à c o n n a î t r e les i n t e n t i o n s réelles d u C a b i n e t de Versailles, car, selon les a p p a r e n c e s , ils s e r v a i e n t de j o u e t s o u de p i o n s a u x m a i n s de V e r g e n n e s . Obligés en définitive de faire en E u r o p e et a u x colonies u n e g u e r r e i m p o p u l a i r e , seraient-ils — lors du r è g l e m e n t final, q u ' i l s v o u l a i e n t r e n d r e g é n é r a l p a r suite des e n g a g e m e n t s c o n t r a c t é s — g ê n é s p a r les i n s u c c è s de l e u r allié et des alliés de leur allié ; seraient-ils obligés de s u b v e n i r en partie aux b e s o i n s financiers de tous les b e l l i g é r a n t s ? C h a r l e s III, tout d é s i r e u x q u ' i l fut de p r o c u r e r la paix à ses peuples et de tirer de la situation difficile où se t r o u v a i t la coalition le m a x i m u m se refusait

à faire

cette paix

séparée

si

d'avantages, formellement

i n t e r d i t e par le pacte et le traité de 1 7 7 9 m a i s d e v e n u e si c o n t r a i r e a u x i n t é r ê t s n a t i o n a u x .


-

337

-

La c a m p a g n e de 1781, en a s s u r a n t a u x a r m e s h i s p a n i q u e s q u e l q u e s succès s u r le N o u v e a u C o n t i n e n t ,

com-

p e n s a i t les échecs successifs subis d e v a n t G i b r a l t a r . Mais l'ambition

des Etats-Unis

devenait pour l'Espagne u n

p l u s g r a n d d a n g e r q u e la p u i s s a n c e b r i t a n n i q u e . Il i m p o r tait d ' é t e n d r e l ' o c c u p a t i o n s u r la rive g a u c h e d u Mississipi et de p o r t e r é v e n t u e l l e m e n t à la G r a n d e - B r e t a g n e u n coup

décisif

en

enlevant

la J a m a ï q u e .

petites o p é r a t i o n s de détail a u x

Antilles

Qu'étaient et les

de

succès

stériles de Suffren d a n s l ' I n d e ? Ce q u e désirait l ' E s p a g n e , c'était l'action c o m b i n é e

des Alliés d a n s

la m e r

des

Antilles afin de ne laisser à l ' A n g l e t e r r e q u e le C a n a d a et Terre-Neuve. Aussi F l o r i d a Blanca pressait-il V e r g e n n e s de p r a t i q u e r ces e x p é d i t i o n s c o m m u n e s en A m é r i q u e , faire

la paix séparée si l ' u n i o n

menaçant

de

des flottes n ' é t a i t pas

réalisée en l'été de 1781. N'était-il pas t e m p s q u e cette c o o p é r a t i o n fut enfin effective ? Si, s u r ce p o i n t , la c o n v e n t i o n de 1779 n ' é t a i t p o i n t exécutée, p o u r q u o i le seraitclle q u a n t à la paix c o m m u n e ? Ne m e n a ç a i t - o n pas la F r a n c e p o u r celte p a i x séparée, d ' a c h e t e r G i b r a l t a r

au

p r i x de S a i n t - D o m i n g u e ; m a i s la perspective d ' a v o i r les Anglais p o u r voisins d a n s cette île n e t r o u b l a i t pas t r o p V e r g e n n e s qui spéculait, n o n à tort, s u r la r é p u g n a n c e i n v i n c i b l e des E s p a g n o l s à céder u n e p a r c e l l e de l'Ultram a r . Ce n'en était pas m o i n s u n s y m p t ô m e p a t e n t de la tension des r a p p o r t s e n t r e les d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n , tension q u ' a c c r u t e n c o r e le r é s u l t a t négatif

de la c a m -

p a g n e antillaise d e 1781. S u r v i n t a l o r s la c a p i t u l a t i o n des Anglais à Y o r k t o w n ; c'était un succès a m é r i c a i n q u i profitait p r e s q u ' u n i q u e m e n t à la cause i n s u r g e n t e et q u i , p a r suite, à Madrid i r r i t a i t p l u s q u ' i l ne plaisait. Ni les F r a n ç a i s , ni les E s p a g n o l s n ' a v a i e n t 33


— 338 — r e m p o r t é de victoires décisives, les u n s a v a i e n t e n l e v é les F l o r i d e s et M i n o r q u e , les a u t r e s avaient r e p r i s le S é n é g a l , o c c u p é p l u s i e u r s Antilles et le Bailli de Suffren l'Océan

Indien

gagnait

des batailles

dans

navales d o n t

p o r t é e était l i m i t é e . T o u s ces a v a n t a g e s é t a i e n t

la

locaux.

Ni G i b r a l t a r , T e r r e - N e u v e ou la J a m a ï q u e , p o i n t s v i t a u x , n ' é t a i e n t a t t e i n t s et il n'était p o i n t de m e r s où les p a v i l lons b o u r b o n e u s s e n t u n e m a î t r i s e i n c o n t e s t é e . Après Y o r k t o w n les A m é r i c a i n s p o u v a i e n t s o n g e r à dicter la paix à leur m é t r o p o l e , celle-ci h o r s d'état p o u r q u e l q u e s c a m p a g n e s de r e p r e n d r e l'offensive, p r a t i q u e m e n t chassée des Treize Etats. Si les m o n a r c h i e s b o u r b o n continuaient

la g u e r r e , la F r a n c e se sentait de p l u s en

p l u s i n c a p a b l e de p r o l o n g e r la l u t t e . D e p u i s la fin de 1780, elle n ' a v a i t plus l'espoir d ' a m e n e r l'Angleterre à reddition ; ses forces s ' é p u i s a i e n t m a i s son trésor se vidait p l u s r a p i d e m e n t e n c o r e . L'entrée en l i g n e de l ' E s p a g n e

et des

P r o v i n c e s Unies n ' a v a i t g u è r e c h a n g é la face d u

conflit

et la G r a n d e - B r e t a g n e en g u e r r e c o n t r e q u a t r e p u i s s a n c e s et en hostilité avec les n a t i o n s m a r i t i m e s d ' E u r o p e , dédaig n a i t la m é d i a t i o n r u s s o - a u t r i c h i e n n e . La F r a n c e désirait c o n c l u r e la paix m a i s u n e paix a v a n t a g e u s e ; elle é c o u t a i t les p r o p o s i t i o n s secrètes q u e lui t r a n s m e t t a i e n t les é m i s saires d u c a b i n e t b r i t a n n i q u e et elle suivait les

négocia-

t i o n s e n g a g é e s p a r ses d i v e r s alliés a u t a n t p a r

espoir

de v o i r la pacification a t t e n d u e se p r o d u i r e q u e p a r c r a i n t e des d é f e c t i o n s . La m é s i n t e l l i g e n c e r é g n a i t e n t r e la G o u r d e

Versailles

et le g o u v e r n e m e n t de P h i l a d e l p h i e au d é b u t de 1782 ; la première

sentait

q u e la victoire de Yorktown

achevait

d ' é m a n c i p e r les Etats-Unis et de leur r e n d r e incommode l'alliance de 1778. Le p a r t i anti-français cessait

de g a g n e r

du

au C o n g r è s n e

terrain. Tandis que

Vergennes


n'était

plus

d'Amérique

339

sûr

de

les

rapports

-

Franklin

lui-même,

alarmants

de

il

recevait

Rochambeau

c o m m e de La L u z e r n e . Peut-être sous la p r e s s i o n des circ o n s t a n c e s u n r e v i r e m e n t allait-il se p r o d u i r e d a n s les p l a n s de c a m p a g n e et la c o o p é r a t i o n avec l ' E s p a g n e allaitelle enfin passer a u p r e m i e r p l a n ? Mais aussi V e r g e n n e s n e p o u v a i t se d i s s i m u l e r q u e P r o v i n c e s - U n i e s et E s p a g n e , attirées p a r ses soins d a n s le c o n flit,

c h e r c h a i e n t en. vain

les profits e s c o m p t é s et p r o -

m i s et v o y a i e n t la paix victorieuse tant a t t e n d u e

tarder

de p l u s en p l u s . El les A m é r i c a i n s se trouvaient satisfaits, prêts à s o r t i r de la g u e r r e ! Le m i n i s t r e de Louis XVI désirait la p a i x coûte q u e coûte sans p o u r t a n t se r é s o u d r e à admettre l'intervention

des m é d i a t e u r s p a r souci d u

p r e s t i g e n a t i o n a l ; m a i s ses alliés e u r o p é e n s n e v o u l a i e n t p o s e r les a r m e s q u ' a p r è s la

victoire décisive.

Situation

d ' a u t a n t p l u s i n e x t r i c a b l e q u ' i l ne s e m b l a i t g u è r e possible de c o m p l é t e r d i p l o m a t i q u e m e n t

les succès m i l i t a i r e s . A

Versailles, en effet, o n s e m b l a i t v o u l o i r i g n o r e r l ' u r g e n t e nécessité de f o r m e r u n bloc des Alliés p o u r faire p r e s s i o n sur

l'Angleterre,

millitaire,

affaiblie

économique

et

elle aussi a u financier.

point

Loin

de

de

vue

songer

à f o n d r e en u n seul faisceau les trois alliances d u a l i s t e s (franco-américaine, franco-espagnole, franco-hollandaise), s a n s s o n g e r à tirer parti de la c o n v e r g e n c e de ces a l l i a n c e s vers la F r a n c e , s a n s s o n g e r q u e celle-ci p o u v a i t et d e v a i t p a r l e r a u n o m de ses alliés et d é f e n d r e les i n t é r ê t s de ses alliés, V e r g e n n e s laissait v o g u e r à l ' a b a n d o n

c h a c u n e de

ses alliances et p a r u n e a p a t h i e caractérisée c o m m e p a r a b s e n c e de c a r a c t è r e , même,

les t r a c t a t i o n s

il a u t o r i s a i t , particulières

s'il et

n'encourageait secrètes.

Ainsi

l ' A n g l e t e r r e , sans g r a n d effort de sa p a r t , voyait ses a d v e r saires s'offrir i s o l é m e n t à ses c o u p s t a n t s u r le

terrain


— 340 — m i l i t a i r e q u e d a n s le d o m a i n e d i p l o m a t i q u e . On n e p o u v a i t à L o n d r e s q u e s ' é t o n n e r et se féliciter de cette a b e r r a t i o n et de la p e r s i s t a n c e d u g o u v e r n e m e n t de Louis XVI à p a r l e r en son n o m seul et à éviter des p o u r p a r l e r s o s t e n sibles. En m a r s 1782, V e r g e n n e s acceptait de d i s c u t e r de la p a i x avec u n e n v o y é d u m i n i s t è r e

britannique, Forth.

S'il

affirmait derechef n e v o u l o i r traiter q u e d e c o n c e r t avec ses alliés, ce n'était q u ' u n e f o r m u l e vide de sens car a u c u n plan d ' e n s e m b l e n'était c o n ç u e n t r e les Alliés, et a l o r s que

la F r a n c e insistait p o u r la p a i x , l ' E s p a g n e et

Provinces-Unies

r é c l a m a i e n t la p o u r s u i t e des

d a n s l'espoir l ' u n e de p r e n d r e

les

hostilités

G i b r a l t a r et d ' é c a r t e r les

A m é r i c a i n s d u Mississipi, l'autre de r e c o u v r e r ses possessions d'Asie et d u N o u v e a u M o n d e . En m ê m e t e m p s , les Etats-Unis,

pressés p a r l'Angleterre p l u s v i v e m e n t q u e

j a m a i s de cesser la g u e r r e , n ' o c c u p a i e n t - i l s pas a l o r s la position la p l u s solide. C'est ce q u ' o n c o m p r e n a i t en A n g l e t e r r e : la

lactique

des paix séparées allait p o u v o i r se réaliser et ce n e s e r a i e n t p o i n t les E s p a g n o l s ou les H o l l a n d a i s q u i en bénéficier a i e n t m a i s bien les A m é r i c a i n s . L ' o p p o s i t i o n p a r l e m e n taire a m e n a Lord N o r t h à se r e t i r e r et elle o c c u p a les p o r tefeuilles d e v e n u s v a c a n t s ( m a r s 1782). Fox d é t e n a i t d a n s le c a b i n e t R o c k i n g h a m les Affaires

E t r a n g è r e s et u n e

n o u v e l l e i m p u l s i o n était d o n n é e aux p o u r p a r l e r s de paix. L'opposition,

quoique

bigarrée, était

dans

l'ensemble

libérale e n v e r s les a n c i e n n e s c o l o n i e s , et n e r é p u g n a i t pas à u n e c a p i t u l a t i o n .

Par c o n t r e ,

les sacrifices

con-

sentis aux a d v e r s a i r e s e u r o p é e n s s e r a i e n t des p l u s l i m i t é s . Au d é b u t de m a i , des p l é n i p o t e n t i a i r e s officiels g a g n a i e n t le c o n t i n e n t : Oswald, Hydfort, Grenville. U n e d o u b l e n é g o c i a t i o n se p o u r s u i v a i t :

l ' u n e avec les A m é r i c a i n s


— 341 — et l ' a u t r e

avec la F r a n c e . A cette d e r n i è r e

participait

d ' A r a n d a , m i s a u c o u r a n t p a r V e r g e n n e s . N é a n m o i n s il n ' y avait n u l c o n c e r t e n t r e les d e u x c o u r s . F l o r i d a Blanca, d a n s ses i n s t r u c t i o n s à l ' a m b a s s a d e u r , n e c a c h a i t pas le d é s i r d u roi q u e , p u i s q u e g u e r r e il y avait, on les o p é r a t i o n s

dans

l'espoir

continua

d'acquérir Gibraltar

et

la

J a m a ï q u e ainsi q u ' u n e p a r t i e de la L o u i s i a n e anglaise. D'ailleurs à ce m o m e n t la prise de M i n o r q u e libérait des forces de terre et de m e r q u i étaient dirigées s u r Gibraltar. Le fléchissement

probable

de l'alliance

américaine

incitait V e r g e n n e s à a c c e n t u e r sa p r o p e n s i o n à la paix ; d'ailleurs la défaite de Grasse a u x Saintes c o m p r o m e t t a i t la c a m p a g n e d ' A m é r i q u e de 1782 et r e n d a i t la cessation des hostilités p l u s nécessaire e n c o r e . E n A n g l e t e r r e , remaniement

ministériel provoqué

par

la

mort

le du

p r e m i e r m i n i s t r e R o c k i n g h a m (juillet 1782) e n t r a î n a i t la retraite de F o x , et l ' a v é n è m e n t de L o r d

Grantham

Affaires

ambassadeur à

Etrangères, Grantham l'ancien

aux

Madrid, si p a r t i s a n de la c o n c i l i a t i o n . La cause de la p a i x ne p o u v a i t

donc

être

compromise mais à Grenville,

l ' h o m m e de F o x , à G r e n v i l l e q u i , p r é s e n t é des pleins p o u v o i r s

en j u i n , avait

enfin

p o u r t r a i t e r avec tous les

Alliés, succédait Fitz-Herbert. En o c t o b r e et n o v e m b r e , on ne p o u v a i t p l u s d i s s i m u l e r q u e la m a r c h e des p o u r p a r l e r s s'accélérait : des é m i s s a i r e s français, Gérard et R a y n e v a l , se r e n d a i e n t f r é q u e m m e n t à L o n d r e s . Mais il s'agissaitde n é g o c i a t i o n s franco-anglaises, l ' E s p a g n e ne p a r t i c i p a i t g u è r e à ces c o n v e r s a t i o n s et les P r o v i n c e s - U n i e s p o i n t d u tout. B r u s q u e m e n t on a p p r i t d a n s les c h a n c e l l e r i e s q u e les Etats-Unis s'étaient enfin fait r e c o n n a î t r e p a r la G r a n d e B r e t a g n e et v e n a i e n t de s i g n e r u n traité p r é l i m i n a i r e

de


— 342 — p a i x , S a n s d o u t e , il n ' y a v a i t l à rien de définitif, pas m ê m e u n a r m i s t i c e ; m a i s l'accord d u 3o n o v e m b r e 1782 n ' e n avait pas m o i n s lieu en d e h o r s de la F r a n c e .

Moralement

c'était u n e violation d u traité de 1 7 7 8 , c'était u n e défection qui allait o b l i g e r c h a c u n des b e l l i g é r a n t s à s ' a c c o m m o d e r avec l ' A n g l e t e r r e . V e r g e n n e s accueillit sans trop de m é c o n t e n t e m e n t

ce

fait ; n ' y voyait-il p o i n t u n m o y e n de s o r t i r de la g u e r r e c a r c o m m e n t p o u r s u i v r e , a p r è s cette c o n v e n t i o n p r é l i m i n a i r e , des o p é r a t i o n s d a n s le N o u v e a u M o n d e . P e u t - ê t r e m ê m e avait-il i n d i r e c t e m e n t p a r son a p a t h i e

encouragé

les A m é r i c a i n s à se r e t i r e r de l ' a l l i a n c e ? En

tous cas,

V e r g e n n e s , a r m é de l ' a r g u m e n t

que

toute offensive

en

A m é r i q u e était v a i n c , i n v o q u a n t la détresse m i l i t a i r e et financière

d u r o y a u m e , faisait

v a l o i r la nécessité de n e

p o i n t p e r d r e les gages o b t e n u s en prolongeant la g u e r r e , V e r g e n n e s fit pression s u r l ' E s p a g n e p o u r a m e n e r celle-ci à accéder s i n c è r e m e n t

aux pourparlers.

Sous la m e n a c e d'être a b a n d o n n é e , isolée, la C o u r de Madrid se

résigna à r e n o n c e r à e n l e v e r G i b r a l t a r ,

paressant plus q u ' u n fugitif e s p o i r d ' a c q u é r i r

ne

diplomati-

q u e m e n t et p a r voie d ' é c h a n g e cette place ; elle se r é s i g n a aussi à n e pas a m é l i o r e r l'uti possidetis

du

continent

a m é r i c a i n ; m a i s elle savait q u e , d a n s les p r é l i m i n a i r e s de n o v e m b r e , les Etats-Unis a v a i e n t fait a d m e t t r e p o u r l e u r frontière Ouest le Mississipi. P a r cet a c q u i e s c e m e n t , le Pacte de F a m i l l e et la c o n v e n tion

de

1779

r e s t a i e n t en

apparence

intangibles

et

respectés. En fait, la F r a n c e faisait défection à son t o u r o b l i g e a n t son

allié à m e t t r e bas

Provinces-Unies, ajournaient

entraînées

encore leur

les a r m e s . Q u a n t a u x

dans

capitulation

ce

désastre,

tant par

elles

ténacité

q u e p a r l e n t e u r d u e a u r é g i m e c o n s t i t u t i o n n e l : elles se


— 343

-

t r o u v a i e n t à la fin d e 1782 p r a t i q u e m e n t a b a n d o n n é e s de tous

l

, même

des A m é r i c a i n s d o n t

elles v e n a i e n t de

r e c o n n a î t r e l ' i n d é p e n d a n c e en avril et avec lesquels elles v e n a i e n t p a r l ' i n t e r m é d i a i r e de J o h n A d a m s de s i g n e r u n traité de c o m m e r c e et n a v i g a t i o n (7 octobre 1782). Leurs c o l o n i e s é t a i e n t s a n s e x c e p t i o n a u x m a i n s des Anglais et des F r a n ç a i s , l e u r

m a r i n e mal p r o t é g é e , l e u r

trafic

entravé.

3. — Négociations Ainsi

au

moment

et

Préliminaires.

s'ouvraient

les

négociations

e n t r e l'Angleterre et les m o n a r c h i e s b o u r b o n , celles-ci ne disposaient

p o i n t d ' u n e liberté d'action a b s o l u e , p u i s q u e

la c o n v e n t i o n p r é l i m i n a i r e a n g l o - a m é r i c a i n e n ' é t a i t

pas

sans les lier, n o t a m m e n t en ce qui c o n c e r n a i t les futures frontières des Etats-Unis. Si la F r a n c e voyait sans i n c o n vénient

les A m é r i c a i n s a v o i r accès a u Mississipi et se

faire céder les

revanche,

ne

p o u v a i t p l u s s u r ces d e u x p o i n t s i m p o s e r n e t t e m e n t

Florides,

l'Espagne,

en

ses

c o n d i t i o n s . P o u r a c c r o î t r e la faiblesse des d e u x n'y

avait

point concert p r é é t a b l i pour

c o u r s , il

les d e m a n d e s

r é c i p r o q u e s , en d é p i t d u traité d u 12 avril 1779 q u i avait s t i p u l é d e u x séries de r e v e n d i c a t i o n s m u t u e l l e s m a i s q u i était en 1782 bien o u b l i é . V e r g e n n e s se souciait assez p e u des i n t é r ê t s d'Aranda,

hispaniques

m é c o n t e n t s de

t a n d i s q u e F l o r i d a Blanca ces

et

défections

successives,

c h e r c h a i e n t p l u t ô t à e n r a y e r la m a r c h e des

pourparlers.

Il y avait n o n C o n g r è s m a i s d é l i b é r a t i o n s d i s t i n c t e s où intervenaient séparément Etats-Unis, France, Espagne P r o v i n c e s - U n i e s . L'absence

de cohésion était

telle

et que

1. De la Ligue des Neutres c o m m e de leurs alliés et co-belligérants.


-

344 —

l ' A n g l e t e r r e , q u o i q u e v a i n c u e , p o u v a i t i m p o s e r ses v o l o n tés en bien des p o i n t s . Il a p p a r u t

dès le d é b u t des c o n v e r s a t i o n s avec

Fitz-

H e r b e r t que si la F r a n c e était prête à faire des c o n c e s s i o n s pour

acquérir

la p a i x ,

l'Espagne

entendait

mettre à

e x é c u t i o n son p r o g r a m m e de g u e r r e et ne se d é p a r t i s s a i t d'aucune exigence condensée

d a n s l'acte de 1779.

s e m b l a i t travailler à p r é v e n i r t o u t e p r o m p t e

Elle

conclusion

de p r é l i m i n a i r e s , afin d ' o b t e n i r la r e d d i t i o n de G i b r a l t a r en d é p i t de l ' i m m o b i l i t é française. S u r ce t e r r a i n , d ' A r a n d a était d ' a c c o r d

avec les H o l l a n d a i s ; m a i s , t o u j o u r s

faute

d ' e n t e n t e , il n e p o u v a i t se c o n c e r t e r avec les d e u x p l é n i potentiaires B r a n t s e n et Lestevenon de B e r k e n r o o d e . La c o n c i l i a t i o n d o n t faisait p r e u v e la C o u r de Versailles se révélait d a n s le p r o j e t français d u 6 o c t o b r e 1782 lequel n ' a v a i t rien d ' i n a d m i s s i b l e . Il p r é v o y a i t : d a n s l ' I n d e , la restitution

des c o m p t o i r s

du

Bengale

et

des

autres

factoreries, le l i b r e c o m m e r c e a u C o r o m a n d e l et a u Malab a r — l ' a c q u i s i t i o n de Sainte-Lucie et de S a i n t - V i n c e n t a v e c la r e s t i t u t i o n des a u t r e s îles c o n q u i s e s s u r l ' A n g l e t e r r e . — E n Afrique, le Sénégal r e v i e n d r a i t à la F r a n c e , la G a m b i e à la G r a n d e - B r e t a g n e , statu quo ante p a r t o u t

a i l l e u r s et

l i b e r t é de trafic. — A T e r r e Neuve, p ê c h e exclusive F r a n ç a i s de la Baie Bonavista j u s q u ' a u x

Caps

des

Saint-Jean

et B a y , cession à la F r a n c e de petites îles voisines. — Enfin abolition d u r é g i m e de D u n k e r q u e et r e m i s e en v i g u e u r intégrale d u traité de c o m m e r c e d ' U t r e c h t . L'Esp a g n e , de son côté, r é c l a m a i t G i b r a l t a r ,

M i n o r q u e , les

F l o r i d e s et l'évacuation de tous les é t a b l i s s e m e n t s de T e r r e F e r m e . Q u a n t a u x P r o v i n c e s - U n i e s , elles i n s i s t a i e n t p o u r la r e s t i t u t i o n in integrum

de l e u r d o m a i n e colonial o c c u p é

m i - p a r t i e p a r les F r a n ç a i s ( p o u r la p l u s g r a n d e p a r t ) , m i - p a r t i e p a r les A n g l a i s .


— 345 — Les d e m a n d e s de la C o u r de M a d r i d , loin d'être souten u e s p a r V e r g e n n e s , é t a i e n t c r i t i q u é e s en ces t e r m e s p a r ce d e r n i e r : « L ' E s p a g n e r e s s e m b l e à u n b o u t i q u i e r q u i « p o u r o b t e n i r de sa m a r c h a n d i s e u n b o n p r i x en d e m a n d e « d i x fois ce q u ' e l l e v a u t . Je p e n s e q u e le m e i l l e u r m o y e n « à e m p l o y e r p o u r l e u r faire h o n t e d ' u n e m a n i è r e de p r o « céder aussi m i s é r a b l e , serait d ' a g i r selon le rôle

plus

« d i g n e d ' u n c o m m e r ç a n t respectable en l i v r a n t d ' u n seul « m o t les c o n d i t i o n s a u x q u e l l e s

nous sommes

résolus

« en toute c i r c o n s t a n c e d ' a d h é r e r . » Le p l é n i p o t e n t i a i r e a n g l a i s ne p o u v a i t q u ' a p p r o u v e r c h a u d e m e n t ce p o i n t de v u e , satisfait et m ê m e s u r p r i s de la m o d é r a t i o n

française

et s o u c i e u x de ne p o i n t faire t r o p de sacrifices. L ' E s p a g n e s'en tenait à ce f a m e u x traité de 1779 et s ' é t o n n a i t de v o i r son allié r e n i e r ses p r o p r e s b u t s de g u e r r e ainsi q u e b u t s h i s p a n i q u e s : à la défection

les

m i l i t a i r e s'ajoutait la

défection d i p l o m a t i q u e . Le g r a n d d é b a t e n t r e Fitz-Herbert et d ' A r a n d a oscillait a u t o u r de G i b r a l t a r . Le s e c o n d ,

après a v o i r

r é c l a m é la

cession p u r e et s i m p l e de cette place, p a r l a dès

octobre

d ' é c h a n g e possible à ce sujet,

d'abord

indiquant

tout

c o m m e c o n t r e - p a r t i e Oran et Mazalquivir (7 o c t o b r e ) , ce q u i c o n s t i t u a i t u n e belle base d ' o p é r a t i o n s en M é d i t e r r a n é e , m a i s ce q u i fut rejeté avec tant de force q u ' i l n ' e n fut plus q u e s t i o n . P u i s il offrit la r e s t i t u t i o n d e M i n o r q u e sans m a t é r i e l avec en s u p p l é m e n t la D o m i n i q u e et la G u a d e l o u p e ; enfin on parla de P o r t o - R i c o , m a i s la F r a n c e s'alarm a à l'idée de r é t r o c é d e r des Antilles p o u r cette p r e s q u ' i l e de G i b r a l t a r q u i l'intéressait p e u . R a y n e v a l s'élève c o n t r e l'installation des Anglais à p r o x i m i t é de S a i n t - D o m i n g u e ; mais,

au d é b u t

de

décembre,

il

propose

lui-même

q u e l q u e s c o m b i n a i s o n s à cet égard : o u bien la G u a d e l o u p e et la D o m i n i q u e s a n s q u e la C o u r

de

Versailles


— 346 — d e m a n d e de c o m p e n s a t i o n s — o u en sus de ces îles S a i n t e Lucie

et

Saint

(Rayneval,

en

Martin

effet,

moyennant

compensations

est p e r s o n n e l l e m e n t plus fidèle à

l'alliance q u e le m i n i s t r e ) . Celle d e r n i è r e suggestion p a r u t plaire q u e l q u e i n s t a n t au

cabinet

britannique.

Lord

Grantham

n'était

pas

d ' é c h a n g e , tout en r é s e r v a n t le

adversaire du principe

fait q u e la Dominique en tout état de cause d u t r e v e n i r à la Grande-Bretagne. P o u r t a n t le C a b i n e t de S a i n t J a m e s , s e n t a n t l ' i s o l e m e n t de l ' E s p a g n e , n e tarda pas à é m e t t r e des p r é t e n t i o n s nouvelles : ou

bien

Porto Rico o u bien les

q u a t r e îles de Sainte-Lucie, G u a d e l o u p e ,

Dominique

et

T r i n i t é ; il avait déjà r e c o n n u l ' i m p o r t a n c e s t r a t é g i q u e et économique

de cette

dernière

Antille

à p r o x i m i t é de

l'Amazonie. A la m i - d é c e m b r e , c o u p de t h é â t r e s o u d a i n : la

Cour

de Madrid fait savoir qu'elle r e n o n c e à G i b r a l t a r , ce allait p e r m e t t r e de h â t e r la c o n c l u s i o n

qui

des p o u r p a r l e r s .

Ce r e v i r e m e n t s u b i t n'est pas i n e x p l i c a b l e . C h a r l e s III et Florida Blanca a u r a i e n t

voulu

poursuivre

la

lutte

en

d é p i t de la lassitude manifeste de la n a t i o n p o u r e n l e v e r G i b r a l t a r ; c o n s c i e n t s de l'impossibilité de p a r v e n i r au b u t m i l i t a i r e m e n t , puis d i p l o m a t i q u e m e n t , c o n s c i e n t s s u r t o u t de l ' a p a t h i e de V e r g e n n e s , avertis des p r é l i m i n a i r e s a n g l o a m é r i c a i n s d u 3o n o v e m b r e , ils r e n o n c è r e n t à dans une

persister

telle voie. A Madrid, on était p l u s q u e j a m a i s

d é s a b u s é du

Pacte de F a m i l l e et de l'alliance française.

Si les d e u x

m o n a r c h i e s a v a i e n t de c o n c e r t p r é s e n t é la

reprise de G i b r a l t a r c o m m e u n u l t i m a t u m , le succès eut été p o s s i b l e ; d a n s les circonstances p r é s e n t e s , le g o u v e r n e m e n t e s p a g n o l allait rivaliser d ' e m p r e s s e m e n t

pour

o b t e n i r la p a i x , m a i s u n e p a i x a v a n t a g e u s e . Le 19 d é c e m b r e 1782, R a y n e v a l à L o n d r e s notifiait

au


— 347 — L o r d G r a n t h a m le d é s i s t e m e n t e s p a g n o l

e t o n se m i t à

d i s c u t e r le s e c o n d p r o j e t f r a n ç a i s s o u m i s le 15 n o v e m b r e , projet q u i reproduisait dans

ses g r a n d e s l i g n e s c e l u i

du

7 o c t o b r e . L a p l u p a r t d e s a r t i c l e s é t a i e n t a d m i s s a n s diffi­ culté : c o m p t o i r s de l'Inde, S é n é g a l , c o m m e r c e en G u i n é e . Trois points restaient en litige : l'attribution de la D o m i ­ n i q u e , l ' a r m i s t i c e r e l a t i f a u x p r i n c e s h i n d o u s e t s u r t o u t le règlement des pêcheries Si

Gibraltar

était

d'Amérique.

le p i v o t d u d é b a t

anglo-espagnol,

T e r r e N e u v e é t a i t le n œ u d d e s d i s c u s s i o n s

franco-britan­

n i q u e s ; si l e s E s p a g n o l s n e p o u v a i e n t a r g u e r d e l ' o c c u ­ p a t i o n de la forteresse, les F r a n ç a i s invoquer

que

leurs

aussi

succès antillais

ne pouvaient

pour améliorer

le

r é g i m e d e la p ê c h e d e la m o r u e . S u r c e p o i n t , l ' A n g l e t e r r e était d'autant m o i n s disposée à c o n s e n t i r des c o n c e s s i o n s qu'elle avait d û e n accorder a u x Américains. qui

ne pouvait dans l'Atlantique

Nord

Vergennes,

tirer parti d ' u n

a v a n t a g e u x , était a m e n é p e u à peu à r é d u i r e

uti possidetis

ses e x i g e n c e s . Il a b o n d o n n a t o u t d ' a b o r d l ' i d é e d ' a c q u é r i r des

îlots

voisins

Miquelon

de Terre

Neuve

e t i l se c o n t e n t a d e

e t d e S a i n t - P i e r r e m a i s il d é f e n d i t , e n

c h e , le d r o i t

de pêche

dans

le

renonça à réaliser u n e extension

Saint-Laurent. de limites

e t se b o r n a à f a i r e r e c o n n a î t r e

Shore

revan­ Puis

du

l'exclusivité

il

French d e la

p ê c h e a u x Français s u r cette p o r t i o n d e r i v a g e . Pour

la

tenir fort, cette

D o m i n i q u e , la Grande-Bretagne faisant

Antille.

janvier

semblait

les p l u s g r a n d s sacrifices p o u r

N'offrait-elle

1783 T a b a g o ,

y

sauver

pas en é c h a n g e au m o i s de

quatre-vingts

villages autour de

P o n d i c h é r y et a u t a n t a u t o u r d e K a r i k a l o u b i e n u n vaste territoire c o m p a c t en Hindoustan. L a France accéda à la p r e m i è r e c o m b i n a i s o n et r e c o u v r a e n o u t r e S a i n t e - L u c i e . D a n s l ' I n d e , les p r i n c e s i n d i g è n e s f u r e n t a d m i s a u b é n é -


— 348 — fice de l ' a r m i s t i c e q u i fut s i g n é en m ê m e t e m p s q u e le traité de p r é l i m i n a i r e s franco-anglais le 20 j a n v i e r 1783. A la m ê m e date était c o n c l u l'accord parallèle

entre

l ' A n g l e t e r r e et l ' E s p a g n e . Celle d e r n i è r e s'était fait r e c o n naître sans t r o p de difficultés maîtresse de M i n o r q u e et d e s Florides,

la F l o r i d e O r i e n t a l e en p a r t i e t e n u e p a r les

forces b r i t a n n i q u e s d e v a n t être évacuée. Elle r é c l a m a i t , en o u t r e , la d e s t r u c t i o n des é t a b l i s s e m e n t s de bois d e c a m p ê c h e et la restitution des B a h a m a .

Le C a b i n e t d e

Saint J a m e s était c o n t r a i r e à ces d e u x articles, mais le sort des B a h a m a n'était p o i n t d e n a t u r e à tenir en s u s p e n s la p a i x . D'ailleurs il allait se régler d ' u n e façon favorable à la G r a n d e - B r e t a g n e . En effet, u n e e x p é d i t i o n de c a r a c t è r e privé p a r t a i t de S a i n t A u g u s t i n en Floride O r i e n t a l e toujours

tenue

p a r les Anglais

er

le 1

avril 1783. A n d r é

D e v e a u x enlevait la P r o v i d e n c e le 14 avril et o b t e n a i t p a r la c a p i t u l a t i o n de Don A n t o n i o Claraco y Sanz la r e d d i t i o n de l ' a r c h i p e l (18 avril) . l

E n r e v a n c h e , la q u e s t i o n des bois d e t e i n t u r e

tenait

fort a u c œ u r des d i r i g e a n t s h i s p a n i q u e s ; ceux-ci étaient résolus d e p u i s p l u s d e v i n g t a n s à a b r o g e r cette l o u r d e s e r v i t u d e , b r è c h e faite a u r é g i m e d'exclusive colonial et ils é t a i e n t

d'autant

m o i n s e n c l i n s à a n é a n t i r ces vues

a m b i t i e u s e s q u e les succès de Don Mathias Galvez rend a i e n t légitimes leur exécution : ce n'était q u e m a i n t e n i r u n n o u v e a u statu quo. Le p r o b l è m e p a r u t t e l l e m e n t délicat à régler q u e Fitz-Herbert et A r a n d a d é c i d è r e n t d ' u n c o m m u n accord d ' e n a j o u r n e r la s o l u t i o n . Les p r é l i m i n a i r e s a n g l o - e s p a g n o l s d u 20 j a n v i e r c o n s a 1. Les Espagnols obtenaient les honneurs de la guerre d'être rapatriés à Cuba. La Cour de Madrid, bien qu'elle de céder les Bahama, protesta véhémentement contre prise faite postérieurement à l'armistice cl prenant à une garnison désarmée.

et la faveur eut accepté celle entre­ l'improviste


-

349

-

c r a i e n t la r e c o u v r a n c e p a r l a C o u r d e M a d r i d d e M i n o r q u e et d e s F l o r i d e s ( a r t . 2 et 3 ) , la r e s t i t u t i o n

des îles de

P r o v i d e n c e et d e B a h a m a a u x A n g l a i s ( a r t . 5 ) , la tion à un seul district n o n

limita­

d é t e r m i n é e x p l i c i t e m e n t des

é t a b l i s s e m e n t s a n g l a i s en T e r r e F e r m e (art. 4) et e n f i n

la

c o n c l u s i o n d ' u n t r a i t é d e c o m m e r c e (art. 7 ) . A l'armistice

conclu

entre

la

Grande-Bretagne

et

les

m o n a r c h i e s b o u r b o n a d h é r a i e n t les E t a t s - U n i s . S e u l s l e s H o l l a n d a i s r e f u s a i e n t d e se l a i s s e r e n t r a î n e r p a r le c o u r a n t , ils c o n t i n u a i e n t p l u s t h é o r i q u e m e n t q u e p r a t i q u e m e n t à ê t r e e n é t a t d e g u e r r e et i l s se r e f u s a i e n t à p a y e r p a r d e s cessions coloniales l'avantage d'avoir participé au conflit.

4. — Le Traité de Versailles (3 septembre

1783).

A p e i n e les p r é l i m i n a i r e s étaient-ils s i g n é s q u ' o n v i t de la p a r t d e s m o n a r c h i e s b o u r b o n c o m m e c e l l e d e l ' A n g l e ­ terre

les r e l a t i o n s d i p l o m a t i q u e s r e p r e n d r e

par

chargés

d ' a f f a i r e s . D è s la fin d e j a n v i e r 1 7 8 3 , la F r a n c e e n v o y a i t à L o n d r e s M. d e B a y n e v a l q u i p r é c é d a d e p e u l e C o m t e d e M o u s t i e r lequel fut p r e s q u e aussitôt r e m p l a c é en avril p a r le C o m t e d ' A d h é m a r apparaissait

à

Paris

tandis q u e le D u c de à

la fois

comme

Manchester

ambassadeur

et

c o m m e plénipotentiaire. L'Espagne mettait un empresse­ m e n t m o i n d r e à r e n o u e r les r a p p o r t s o f f i c i e l s ; n é a n m o i n s elle ne tardait pas en f é v r i e r à être r e p r é s e n t é e a u p r è s de la

Cour

de

Georges

III

par u n secrétaire

d'ambassade,

M. d e H e r e d i a , p u i s p a r u n c h a r g é d ' a f f a i r e s l e M a r q u i s

del

C a m p o , p e r s o n n a l i t é i m p o r t a n t e d e la S e c r é t a i r e r i e d ' E t a t . La n o m i n a t i o n d'un

a m b a s s a d e u r à L o n d r e s devait rester

l o n g t e m p s en s u s p e n s , p a r difficulté de c h o i s i r u n c a n d i ­ d a t p a r m i d e n o m b r e u x p r é t e n d a n t s : le M a r q u i s d ' A l m o ­ dovar depuis l ' a u t o m n e de

1782 s'agitait

fort,

désireux


— 35o — q u ' i l était de r e t r o u v e r les fonctions q u ' i l avait o c c u p é e s à peine un

a n , de 1778 à 1779. La G r a n d e - B r e t a g n e , p a r

c o n t r e , n o m m a i t en j a n v i e r 1783 le V i c o m t e M o n t s t u a r t son e n v o y é a u p r è s d u Roi C a t h o l i q u e et c h a r g e a i t consul,

Liston,

de

veiller

sur-le-champ

aux

un

intérêts

n a t i o n a u x d a n s la p é n i n s u l e . De telles m a n i f e s t a t i o n s

étaient

symptômatiques

de

l'état d ' e s p r i t des a n c i e n s b e l l i g é r a n t s . Il s e m b l a i t fort i m p r o b a b l e q u e les p r é l i m i n a i r e s ne fussent pas e n t é r i n é s p u r e m e n t et s i m p l e m e n t o u t r a n s f o r m é s avec de m i n i m e s v a r i a n t e s en des traités définitifs. Ce fut ce q u i s u r v i n t p o u r les Etats-Unis et d a n s u n e large m e s u r e p o u r la F r a n c e . En effet, le p i v o t d u débat e n t r e V e r g e n n e s et M a n c h e s t e r fut la question d u French Shore à T e r r e Neuve, m a i s les c o n v e r s a t i o n s si n o m b r e u s e s et si vives qu'elles fussent

n ' e n t r a î n è r e n t n u l l e altération sensible d a n s la

rédaction des articles II à V relatifs à la p ê c h e , n o n p l u s q u e d a n s celle des a u t r e s clauses. Avec l ' E s p a g n e , il en allait d i f f é r e m m e n t car la c o n v e n tion d u 9.0 j a n v i e r laissait p e n d a n t

le p r o b l è m e de la

z o n e de T e r r e F e r m e laissée a u x Anglais ; sans d o u t e en son article V elle p r é v o y a i t q u ' u n

territoire leur sciait

réservé p o u r la c o u p e d u bois de c a m p ê c h e m a i s a u c u n e aire ni a u c u n lieu d é t e r m i n é n ' é t a i e n t fixés d a n s le texte. D'autre part, l'article VII posait le p r i n c i p e d u rétabliss e m e n t a u t o m a t i q u e de tous les traités a n t é r i e u r s , spécifiq u e m e n t é n u m é r é s ainsi q u e de la c o n c l u s i o n d ' u n

nou-

veau traité de c o m m e r c e ; o r la C o u r de Madrid c o n t e s t a i t la remise en v i g u e u r de c e r t a i n s xviii°

traités d u

début du

siècle (celui de Séville en 1721, n o t a m m e n t ) .

Il y avait d o n c m a t i è r e à d i s c u s s i o n e n t r e les p l é n i p o tentiaires. Le c a b i n e t b r i t a n n i q u e tenta d ' o u v r i r

deux

s é r i e s d e p o u r p a r l e r s à Paris et à L o n d r e s , niais Heredia


— 351

se déclara sans p o u v o i r et del C a m p o d é c l i n a à son

tour

en mai la r e s p o n s a b i l i t é de t r a v e r s e r les n é g o c i a t i o n s en cours sur

le c o n t i n e n t . D ' A r a n d a

eut d o n c à d é f e n d r e

avec é n e r g i e les i n t é r ê t s d e son pays c o n t r e F i t z - H e r b e r t , puis contre Manchester. Le g r a n d p r o b l è m e était celui de l ' A m é r i q u e C e n t r a l e : dès le 3 m a r s , l ' a m b a s s a d e u r e s p a g n o l p r é s e n t a i t u n p r o j e t de d é l i m i t a t i o n

au H o n d u r a s ,

cent

lieues

carrées

a u t o u r d u Rio Belize : m a i s Fitz-Herbert s'éleva c o n t r e la superficie trop r e s t r e i n t e , l'insalubrité de la r é g i o n . Mais b i e n t ô t la c h u t e d u m i n i s t è r e S h e l b u r n e e n février r e n d i t le conflit plus a i g u . Fox succédait à G r a n t h a m et p r i t en m a i n s la d i r e c t i o n des p o u r p a r l e r s . Il s ' i m a g i n a q u e la « c o n s o l i d a t i o n » des é t a b l i s s e m e n t s de H o n d u r a s n ' i m pliquait point l'abandon

des a u t r e s é t a b l i s s e m e n t s

de

Y u c a t a n , de la Baie d e C a m p è c h e et s u r t o u t de M o s q u i t i e . G r a n t h a m avait tenté de s a u v e r ces d e r n i e r s o u tout a u m o i n s de les r é c l a m e r p o u r se faire payer l e u r cession. Fox d e m a n d a à être r e m i s en possession de tous les établissements

anglais

en

Terre

Ferme,

prétention

qui

m e n a ç a de r u i n e r la n é g o c i a t i o n . L ' E s p a g n e e n t e n d a i t ne c o n c é d e r de t e r r i t o i r e a u H o n d u r a s q u ' e n é c h a n g e de la d e s t r u c t i o n des a u t r e s établiss e m e n t s . EN j u i n , elle offrit u n d o m a i n e e n c a d r é p a r les Bios Nuevo et Belize, ce q u i facilitait la

délimitation,

évitait des e m p i è t e m e n t s et r e n d a i t l'accès

aisé.

Fox,

éclairé p a r G r a n t h a m et s u r t o u t Fitz-Herbert, c o m m e n ç a i t à r é d u i r e ses e x i g e n c e s ; il r e n o n ç a f i n a l e m e n t à r e v e n diquer

l

la Mosquitie , m a i s il v o u l u t au H o n d u r a s u n e

façade côtière a l l a n t d u Rio H o n d o a u Rio Mona avec la 1. Fox d'ailleurs n'était pas le seul à apprécier la valeur de la Mos­ quitie car le gouverneur de la Jamaïque, Dalling, parlait en avril 1783 d'échanger Gibraltar contre Porto-Rico et cent milles carrés en Mos-


— 352 — possession

des îles v o i s i n e s ,

notamment

Rattan

et le

T r i a n g l e , îles q u i c o n s t i t u a i e n t des bases navales de p r e m i è r e v a l e u r . F i n a l e m e n t le C a b i n e t de l'Escurial a d m i t q u e le Rio Belize serait la limite m é r i d i o n a l e et le Rio H o n d o la limite s e p t e n t r i o n a l e des é t a b l i s s e m e n t s h o n d u r i e n s ; m a i s p o u r p a r v e n i r à cet a c c o r d , il fallut la résistance des d i r i g e a n t s m a d r i l è n e s et si V e r g e n n e s s o u t i n t m o l l e m e n t la cause h i s p a n i q u e

à Paris,

Rayneval,

en

r e v a n c h e , agit efficacement à L o n d r e s , en faveur de la thèse e s p a g n o l e . La q u e s t i o n

de l ' é n u m é r a t i o n

des traités

remis

en

v i g u e u r fut v i v e m e n t d é b a t t u e et d ' A r a n d a o b t i n t g a i n de cause.

La d é l i m i t a t i o n

des

Florides servit

également

de t h è m e aux c o n v e r s a t i o n s d i p l o m a t i q u e s : l'idée d ' u n e e n c l a v e b r i t a n n i q u e s u r le Golfe du Mexique fut t o u r à t o u r e x a m i n é e , a p p r o u v é e et f i n a l e m e n t

écartée.

Enfin

l ' E s p a g n e p u t r é d u i r e l ' a m p l e u r des c o n c e s s i o n s q u e la G r a n d e - B r e t a g n e lui avait d e m a n d é e s et tous les p l é n i p o tentiaires é t a n t d ' a c c o r d , les trois traités de paix furent s i g n é s le 3 s e p t e m b r e 1 7 8 3 à Versailles.

Le traité f r a n c o - a n g l a i s c o m p r e n a i t 24 articles et r e p r o d u i s a i t p r e s q u e i n t é g r a l e m e n t les p r é l i m i n a i r e s . La F r a n c e r e c o u v r a i t en A m é r i q u e S a i n t - P i e r r e et M i q u e l o n (art. IV), se faisait

reconnaître

le d r o i t de p ê c h e d a n s le S a i n t -

L a u r e n t c o n f o r m é m e n t à l'article V d u traité de Paris (art. VI) et o b t e n a i t le d r o i t de p ê c h e e x c l u s i v e s u r le French Shore de T e r r e Neuve, a l l a n t d u Cap S a i n t - J e a n a u quitie de part et d'autre du Rio Bluefields et dans diverses combinai­ sons relatives à l'échange de Gibraltar, la Mosquitie figurait en première ligne.


— 353 — C a p Raye ; m a i s , en r e v a n c h e , elle r e n o n ç a i t à toute p r é t e n t i o n s u r le littoral e n t r e les Caps S a i n t - J e a n et Bonavista

1

(art. V). A u x Antilles, elle r e c o u v r a i t Sainte-Lucie

et recevait T a b a g o (art. VII), r e s t i t u a n t les îles b r i t a n n i q u e s o c c u p é e s p e n d a n t la g u e r r e (art. VIII). En Afrique, elle recevait Gorée et le S é n é g a l avec ses d é p e n d a n c e s (art. IX), g a r a n t i s s a i t à l ' A n g l e t e r r e la G a m b i e (art. X) et o b t e n a i t p o u r le trafic africain le r é t a b l i s s e m e n t d u statu, quo (art. XII). La traite de la g o m m e voyait son r é g i m e fixé

p a r l'article

XI ; l ' A n g l e t e r r e recevait le d r o i t de

faire ce c o m m e r c e e n t r e la r i v i è r e S a i n t - J e a n et le F o r t de P o r t e n d i c k points

avec i n t e r d i c t i o n

extremes

des

de créer en ces d e u x

établissements

permanents.

Les

c o m p t o i r s de l ' I n d e étaient restitués avec de légers a g r a n d i s s e m e n t s et la liberté de c o m m e r c e au Malabar, C o r o m a n d e l et B e n g a l e s o l e n n e l l e m e n t c o n f i r m é e (art. XIII à XV). Q u a n t aux p r i n c e s i n d i g è n e s , ils seraient privés de t o u t secours s'ils n ' a c c é d a i e n t pas à l ' a r m i s t i c e d a n s les quatre

mois

(art. XVI). Le r é g i m e de D u n k e r q u e était

s u p p r i m é (art. XVII) et u n

traité de c o m m e r c e d e v r a i t

être c o n c l u d a n s les d e u x a n s à p a r t i r de 1784 (art. XVIII). Le traité e s p a g n o l était p l u s bref. La C o u r de Madrid recevait M i n o r q u e (art. IV), les Florides (art. V), rétrocédait les B a h a m a et P r o v i d e n c e (art. VII), o c t r o y a i t e n t r e les Bios Belize cl H o n d o u n territoire p o u r la c o u p e d u bois de c a m p ê c h e , territoire l i m i t é vers l ' i n t é r i e u r p a r l ' i s t h m e d u Bio H o n d o , la n a v i g a t i o n des d e u x rios rest a n t c o m m u n e a u x r i v e r a i n s (art. VI). Un traité de c o m m e r c e d e v r a i t é g a l e m e n t être c o n c l u d a n s les d e u x a n s (art. IX). Un certain n o m b r e de traités a n t é r i e u r s é t a i e n t r e m i s en v i g u e u r p a r l'article II.

1. C'est-à-dire à la majeure partie de la façade Nord de l'île. a3


— 354

il était toutefois u n e perte q u e l ' E s p a g n e subissait et qui ne

figurait

ni au traité a n g l o - h i s p a n i q u e , ni au traité

a n g l o français : c'était la perte des îles T u r q u e s . Le Duc de M a n c h e s t e r , en effet, avait r é c l a m é l'archipel en vertu d u fait q u e la F r a n c e en 1 7 6 4 - 6 5 n e l'avait p o i n t revend i q u é : d o n c ces îles é t a i e n t b r i t a n n i q u e s et a v a n t été o c c u p é e s p a r les Alliés d u r a n t la g u e r r e d e v a i e n t être restituées aux t e r m e s de L'article XIX des p r é l i m i n a i r e s relatif à la restitution des c o n q u ê t e s n o n m e n t i o n n é e s . Au reste, lors de l ' o c c u p a t i o n , il y avait u n a g e n t b r i t a n n i q u e — celui-là

même

que

le C a b i n e t

de

Saint-James

avait

déclaré en 1 7 6 9 être u n i n s p e c t e u r de salines et n o n

un

a d m i n i s t r a t e u r — d o n c la p r o p r i é t é p a r l ' A n g l e t e r r e était l

manifeste . Sur-le-champ,

Vergennes

donnait

satisfaction

à ces

d e m a n d e s ; le 17 juillet, il r é p o n d a i t : « La F r a n c e n'a « j a m a i s f o r m é de p r é t e n t i o n s à la p r o p r i é t é de ces îles et « b i e n loin q u e l ' i n t e n t i o n d u roi soit d'en c o n s e r v e r la « possession, S. M. n ' a t t e n d r a pas la ratification du traité « définitif p o u r les faire é v a c u e r . Je m e d i s p e n s e , Mon« sieur, d ' e n t r e r en discussion s u r la p r o p r i é t é

réclamée

« p a r la C o u r de L o n d r e s parce q u e Le Roi n'a a u c u n titre « p o u r la c o n t e s t e r et e n c o r e moins p o u r la d é c i d e r . La « seule chose q u i intéresse S. M. est de n e rien faire q u i « p u i s s e p r é j u d i c i e r aux d r o i t s q u e l ' E s p a g n e a r é c l a m é s « de tous les t e m p s s u r les îles T u r q u e s et de s'assurer q u e « ces îles d e m e u r e r o n t à l ' a v e n i r d a n s le m ê m e étal où « elles étaient a v a n t la g u e r r e q u i vient de finir et q u e les « sujets d u roi c o n t i n u e r o n t à s'y p o u r v o i r l i b r e m e n t du « sel d o n t ils p o u r r o n t a v o i r b e s o i n . » M a n c h e s t e r , très i n t e n t i o n n e l l e m e n t , refusa de m e n t i o n n e r l'archipel d a n s 1. Instrictions du rojuillet 1 7 8 3 . Cf. Archives anglaises F.O. France, Vol. VI, f° 6 4 1 .


355

le traité et il évita de soulever la question d e v a n t d ' A r a n d a . La passivité française et la d i s j o n c t i o n des n é g o c i a t i o n s e n t r a î n a i e n t p o u r l ' E s p a g n e la p e r t e de ces îles. C'est le 3 s e p t e m b r e 1783 q u ' a v a i t été s i g n é aussi le traité définitif a n g l o - a m é r i c a i n q u i r e c o n n a i s s a i t

l'indé-

p e n d a n c e des Etats-Unis et fixait les l i m i t e s de ceux-ci. La veille a v a i e n t

été c o n c l u s les p r é l i m i n a i r e s

anglo-

h o l l a n d a i s . Les P r o v i n c e s - U n i e s p a r l e u r t é n a c i t é r é u s s i s saient à s a u v e r l e u r d o m a i n e c o l o n i a l ; elles c o n s e r v a i e n t D e m e r a r y et E s s e q u i b o , ces G u y a n e s t a n t guettées

par

l ' A n g l e t e r r e q u i c h e r c h a i t à p r e n d r e pied d a n s l ' A m é r i q u e d u Sud ; elles c o n s e r v a i e n t aussi T r i n c o m a l é , c'est-àdire en fait Ceylan, objet des convoitises b r i t a n n i q u e s ; elles ne p e r d a i e n t q u e le c o m p t o i r de N e g a p a t a m , perte c e p e n d a n t sensible à l ' a m o u r - p r o p r e n a t i o n a l . Le traité définitif d e v a i t être s i g n é s e u l e m e n t le 2 0 m a i 1 7 8 4 e n t r e D a n i e l Hailes et B r a n t s e n .

Qu'était d e v e n u e au c o u r s de ces n é g o c i a t i o n s , de ces s i g n a t u r e s de p r é l i m i n a i r e s et d'actes définitifs, la m é d i a lion des d e u x c o u r s i m p é r i a l e s ? Il avait été facile d e c o n c l u r e les p r é l i m i n a i r e s sans la p a r t i c i p a t i o n de celles-ci, m a i s les excluerait-on des traités ? Au fond, n u l p a r m i les c o n t r a c t a n t s n e se souciait fort, m ê m e p a r u n esprit

de

courtoisie, d ' a d m e t t r e a u x d é l i b é r a t i o n s les r e p r é s e n t a n t s de Russie cl d ' A u t r i c h e . La m é d i a t i o n a p p a r a i s s a i t a u x c h a n c e l l e r i e s intéressées s i n o n d é s h o n o r a n t e , d u m o i n s p e u h o n o r a b l e et s u r t o u t i n u t i l e . V e r g e n n e s , Louis XVI é t a n t beau-frère de l ' E m p e r e u r , se c r u t obligé de m e n t i o n n e r ce p o i n t a u x conférences de m a r s 1 7 8 0 . Les délég u é s russes, l ' a m b a s s a d e u r B a r i a t i n s k y et s u r t o u t l ' e n v o y é


— 356 — spécial Markoff, s'agilaient et s'efforçaient de f a i r e p r e s sion s u r les p l é n i p o t e n t i a i r e s ; m a i s le m i n i s t r e i m p é r i a l à P a r i s , le C o m t e Mercy, tout en se s o l i d a r i s a n t avec ses collègues, ne m o n t r a i t a u c u n zèle à forcer l ' i n c l i n a t i o n des c a b i n e t s

intéressés.

Or

l'Espagne

et

l'Angleterre

étaient c o n t r a i r e s à la m é d i a t i o n , la F r a n c e i n d i f f é r e n t e et seuls les Etats U n i s ,

systématiquement

ignorés

des

c o u r s i m p é r i a l e s , n ' e u s s e n t p o i n t été fâchés de voir a b o u tir la m é d i a t i o n afin d'être i n d i r e c t e m e n t r e c o n n u s p a r l

deux grandes puissances . La c r a i n t e de d é p l a i r e à C a t h e r i n e II, d o n t Markoff p a s sait p o u r l ' h o m m e de confiance, fit a d o p t e r u n e s o l u t i o n i n t e r m é d i a i r e . D a n s u n e g r a n d e conférence g é n é r a l e , le 9 a o û t , on s o u m i t a u x d i p l o m a t e s des c o u r s

médiatrices

les traités projetés ainsi q u ' u n protocole de m é d i a t i o n , copié s u r celui a d o p t é au C o n g r è s de T e s c h e n . Là d e s s u s , Mercy et Markoff p r é s e n t è r e n t c h a c u n u n texte p a r t i c u l i e r ; g r a n d e m b a r r a s ; on parla de r e t i r e r les p r o t o c o l e s et

fina-

l e m e n t , le 3 s e p t e m b r e 1783, d e u x d é c l a r a t i o n s a n a l o g u e s et fort a n o d i n e s étaient a n n e x é e s a u x traités de déclarations

paix,

par lesquelles C a t h e r i n e II et J o s e p h II se

félicitaient de l ' œ u v r e de pacification et a p p r o u v a i e n t les t e r m e s de la p a i x . C'était machine

là un

piètre résultat o b t e n u p a r u n e g r a n d e

p o l i t i q u e . Le but des a m b i t i o n s russes n'était

g u è r e a t t e i n t et la désillusion était p e u t - ê t r e p l u s cruelle en ce qui c o n c e r n a i t la Déclaration de Neutralité Armée q u i , loin d'être i n c o r p o r é e aux traités, n'était m ê m e p o i n t m e n t i o n n é e a u c o u r s des n é g o c i a t i o n s . C'était un succès p o u r l'Angleterre. Il est vrai q u ' a l o r s C a t h e r i n e II, absorbée par les affaires d ' O r i e n t , s o n g e a i t peu à e x h u m e r ces 1. Un envoyé américain. Francis Dana, séjourna à Saint-Péters­ bourg do 1 7 8 1 à 1 7 8 3 sans être officiellement reçu.


— 357 — c o m b i n a i s o n s p o l i t i q u e s q u i d a t a i e n t de 1779-1780 m a i s q u i , toutes délaissées et vieilles qu'elles fussent, se s u r v i v a i e n t e n c o r e en 1783. •

»

*

Les r e l a t i o n s d i p l o m a t i q u e s

avaient

r e p r i s a v a n t la

s i g n a t u r e de la p a i x . Des a m b a s s a d e u r s définitifs n o m m é s : à L o n d r e s , le C o m t e d ' A d h é m a r ,

furent

à Paris le

D u c de Dorset q u i , en d é c e m b r e , r e m p l a ç a le D u c de M a n c h e s t e r ; à Madrid, le C o m t e de Chesterfield

suppléa

M o n t s t u a r t q u i n e p a r u t p a s d a n s la p é n i n s u l e . Q u a n t à del C a m p o , il resta en fonction à L o n d r e s , la r i v a l i t é e n t r e A l m o d o v a r et Nuñez s ' é t e r n i s a n t

l.

5 . — Le Bilan de la Guerre

d'

Amérique.

La fin de la g u e r r e révélait c l a i r e m e n t q u e l ' A n g l e t e r r e — c o m m e a u p a r a v a n t la P r u s s e — avait p u t a i r e m e n t et é c o n o m i q u e m e n t résister à la p l u s

miliformi-

d a b l e coalition m a r i t i m e et q u e d i p l o m a t i q u e m e n t elle a v a i t p u profiter d u c a r a c t è r e h é t é r o g è n e de la c o a l i t i o n p o u r n é g o c i e r p r e s q u ' à égalité avec c h a c u n de ses a d v e r saires cl l i m i t e r ses sacrifices. Un trait était c o m m u n à tous les b e l l i g é r a n t s : l'épuisement

financier

puissances

autant que militaire. Quatre

grandes

e u r o p é e n n e s v o y a i e n t l e u r s ressources affai-

blies, leur c r é d i t é b r a n l é , p o u r l'un

même

fortement

compromis. T e r r i t o r i a l e m e n t l ' A n g l e t e r r e subissait des pertes m a i s 1. I,c Marquis d'Almodovar, n o m m e en février 1785 Grand Major­ dome de l'Infante, renonça à postuler l'ambassade de Londres, mais Nuñez ne put occuper celle-ci, étant appelé bientôt à remplacer d'Aranda à Paris.


— 358 — n ' a v a i t - e l l e pas

réussi à c o n s e r v e r

essentiels de sa

d o m i n a t i o n ? N'avail-clle, pas, en o u t r e ,

intacts les

éléments

c o n q u i s g r a n d prestige et m ê m e d a n s la d e r n i è r e p h a s e n'avait-elle p a s r e m p o r t é Sans

d ' é c l a t a n t e s victoires navales ?

d o u t e , elle p e r d a i t M i n o r q u c m a i s elle c o n s e r v a i t

G i b r a l t a r , la clé de la Méditerranée ; elle cédait le Sénégal de piètre v a l e u r et se faisait r é s e r v e r le d r o i t à la traite de la g o m m e . En

Amérique,

q u e l q u e i m p o r t a n c e en

anglaises

bloc de colonies

les Florides p r é s e n t a i e n t

1 7 6 3 l o r s q u ' e l l e s c o m p l é t a i e n t le

Golfe d u Mexique et d u

a l l a n t du S a i n t L a u r e n t

Mississipi à l ' A t l a n t i q u e

elles n ' a v a i e n t g u è r e de v a l e u r i n t r i n s è q u e et

au mais

perdaient

toute utilité l o r s q u e la Géorgie et la L o u i s i a n e O r i e n t a l e étaient

perdues L

Dans

les Antilles

peu

de

pertes :

T a b a g o et Sainte L u c i e mais ne restait-il pas la J a m a ï q u e , la D o m i n i q u e , S a i n t K i t t s . Nevis, M o n t s e r r a t , les B a h a m a , et les T u r q u e s . Enfin, à T e r r e - N e u v e , t o u t e e x t e n s i o n des d r o i t s de la F r a n c e état p r é v e n u e et d e s limites étroites fixées au French Shore : q u a n t au C a n a d a , il restait bien anglais. A coup sûr, était c o n s t i t u é e

la g r a n d e perle p o u r par l'indépendance

la G r a n d e - B r e t a g n e d e s treize

colonies

m a i s cette perte était p l u t ô t n é g a t i v e d a n s ses effets. Lu effet, elle ne v e n a i t

pas a c c r o î t r e les forces d ' u n e puis-

sance rivale et ces c o l o n i e s m u é e s en état p o u v a i e n t être a m e n é e s

à renouer

indépendant

sous q u e l q u e

forme

les liens r o m p u s et à s o u t e n i r la p u i s s a n c e b r i t a n n i q u e . Au reste, des résultats m a t é r i e l s de la sécession

n'étaient

pas i m m é d i a t e m e n t s e n s i b l e s : les treize c o l o n i e s e n t r e tenaient

un commerce

commerce 1.

m é d i o c r e avec la

mère-patrie,

m o i n s a v a n t a g e u x q u e celui des I n d e s O r i e n -

D e p l u s , la péninsule f l o r i d i e n n e r e s t a i t

i n s t a l l é s a u x Bahama.

surveillée

par

les

postes


— 359 — 1

tales et Occidentales

; elles c o n t r i b u a i e n t m o i n s e n c o r e

à a l i m e n t e r le trésor m é t r o p o l i t a i n

et n e

fournissaient

g u è r e de ressources m i l i t a i r e s . Le seul effet funeste la r é d u c t i o n de la flotte m a r c h a n d e a n g l a i s e et

était

l'appa-

r i t i o n p r o b a b l e s u r les m e r s d ' u n r u d e c o n c u r r e n t . Par un p h é n o m è n e en a p p a r e n c e p a r a d o x a l ,

l'Angle-

terre était en 1 7 8 3 en s i t u a t i o n m o i n s c r i t i q u e q u e v i n g t ans auparavant

a p r è s la

paix

g l o r i e u s e de P a r i s . Le

r é g i m e financier n'était pas p l u s d é p l o r a b l e , l ' é c o n o m i e publique en

p l u s viciée en u n cas q u e d a n s l'autre. Mais

1 7 8 3 la crise c o l o n i a l e était résolue, les d o m m a g e s

causés p a r principal

l'esprit

de sécession étaient l i m i t é s .

avantage,

dangereux

pour

la p s y c h o s e de g u e r r e ,

l'existence

nationale,

Enfin

facteur

n'existait

si

plus

g u è r e . Nation et, p l u s e n c o r e , g o u v e r n e m e n t r e n o n ç a i e n t à voir d a n s la g u e r r e u n e

i n d u s t r i e profitable, u n élé-

m e n t de p r o s p é r i t é p o u r le p a y s . Les g r a n d s

bénéficiaires

de

la g u e r r e et de la paix

étaient les Etats-Unis qui g a g n a i e n t existence, territoire, d r o i t de pèche et de c o m m e r c e , voire m ê m e

colonies

sous la forme de la L o u i s i a n e Orientale

de cette

région à l'Ouest des étaient j a l o u s e m e n t monarchies

bourbon

Alleghanys

car

les c o l o n s a v a n t 1776

e x c l u s . De cette i n d é p e n d a n c e ne

tiraient

nul

avantage,

les la

France e l l e - m ê m e n ' e x e r ç a n t s u r la C o n f é d é r a t i o n a u c u n protectorat moral. L ' E s p a g n e venait a u s e c o n d r a n g des p u i s s a n c e s t i r a n t plus de profits

que

d'inconvénients

des

traités.

Elle

n ' a v a i t p o i n t subi de pertes et, au c o n t r a i r e , elle s ' a g r a n dissait

de M i n o r q u e et des Florides. Ces d e r n i è r e s ne

p r é s e n t a i e n t q u ' u n e v a l e u r p u r e m e n t g é o g r a p h i q u e , car 1. Au reste le Canada n'était-il point prêt à suppléer la Nouvelle Angleterre c o m m e fournisseur de bois. etc.


— 36o — d é s o r m a i s la C o u r de Madrid faisait d u Golfe d u Mexique un

lac

e s p a g n o l et

commandait

à n o u v e a u les voies

d'accès s e p t e n t r i o n a l e s vers le Mexique. De cette possestirer

des r e v e n u s et elle

r e s s e n t a i t la c r a i n t e d ' u n e m e n a c e

s i o n , elle n e p o u v a i t e s p é r e r

de flanc v e n a n t des

îles P r o v i d e n c e et B a h a m a . En o u t r e , elle avait d o r é n a v a n t p o u r voisin en A m é r i q u e d u Nord u n e

puissance

n o u v e l l e , j e u n e et s u r t o u t se t r o u v a n t à pied

d'oeuvre

Aussi ne se d i s s i m u l a i t - e l l e pas les d a n g e r s de sa p o s i t i o n et elle r e g r e t t a i t p l u s e n c o r e de n ' a v o i r pu é c a r t e r les Etats-Unis de la vallée m i s s i s s i p i e n n e . La prise de M i n o r q u e était

plus

précieuse c a r

elle

libérait les rivages m é d i t e r r a n é e n s e s p a g n o l s , p r i n c i p a l e ment

Barcelone, de toute a t t a q u e

britannique

et des

c o u r s e s des corsaires m a h o n n a i s . Toutefois celle a c q u i sition

restait i n c o m p l è t e ; t a n t q u e G i b r a l t a r d e m e u r a i t

a n g l a i s , la m a î t r i s e de ses e a u x é c h a p p a i t à qui

ne

pouvait librement

unir

ses fronts

l'Espagne maritimes

d'Ouest et d'Est. P a r suite, M i n o r q u e p o u v a i t être é v e n t u e l l e m e n t r e p r i s e , ce q u i d ' a i l l e u r s e u t lieu à la p r e m i è r e g u e r r e h i s p a n o - b r i t a n n i q u e en 1798. Q u a n t à l'expulsion des Anglais d ' A m é r i q u e C e n t r a l e , elle n'était p o i n t c o m p l è t e et le seul fait de l e u r laisser d e s é t a b l i s s e m e n t s à la Baie de H o n d u r a s était un d a n g e r p o u r l'avenir. Si la C o u r de Madrid payait c h e r ses c o n q u ê t e s , celle d e Versailles payait p l u s c h e r e n c o r e des a v a n t a g e s illusoires. Elle avait épuisé sa m a r i n e et son trésor à r e c h e r c h e r u n e victoire décisive

q u i lui avait é c h a p p é .

Les

succès l o c a u x n e lui a v a i e n t pas p e r m i s de c o n c e n t r e r à n o u v e a u son d o m a i n e colonial q u i , en 1783, restait t o u t aussi v u l n é r a b l e q u ' e n 1763. Ce n'était pas l'acquisition de Sainte-Lucie cl de T a b a g o qui lui d o n n a i t la m a î t r i s e


— 361

a u x Antilles, l'extension de q u e l q u e s c o m p t o i r s , la p r é p o n d é r a n c e en H i n d o u s t a n et la r e c o u v r a n c e d u S é n é g a l n ' a j o u t a i e n t rien à sa p u i s s a n c e ou son c o m m e r c e . Q u a n t au r é g i m e de D u n k e r q u e , le fait d e v e n a i t le d r o i t . A i n s i la F r a n c e

n'avait gagné qu'en

prestige mais non

en

force, r i c h e s s e ou sécurité ; a v a n t c o m m e a p r è s la g u e r r e , elle serait obligée p o u r c o n s e r v e r ses possessions éparses d ' e n t r e t e n i r s u r u n pied f o r m i d a b l e sa m a r i n e . Q u a n t a u x P r o v i n c e s - U n i e s , elles p a y a i e n t

l'honneur

d ' a v o i r p a r t i c i p é à la G u e r r e d ' A m é r i q u e d ' u n e dette fort a c c r u e , de la perte de N e g a p a t a m , de l ' o c c u p a t i o n p r o l o n g é e de leurs I n d e s Orientales et Occidentales, de la suspension

de leur trafic,

de la p e r t u r b a t i o n

de l e u r

é c o n o m i e n a t i o n a l e et aussi d ' u n e t e n s i o n s u r a i g u ë des passions politiques.

A u n p o i n t de v u e de d i p l o m a t i e locale, le bilan de la g u e r r e était e n c o r e peu favorable à la C o u r de Versailles. Celle-ci d u r a n t le conflit, n ' a v a i t p o i n t su r e m é d i e r à l ' i s o l e m e n t q u i m i n a i t sa p r é p o n d é r a n c e , elle n ' a v a i t p o i n t su e x p l o i t e r les fautes de l'adversaire et avait m u l tiplié les s i e n n e s p r o p r e s . T e s c h e n et Versailles étaient des r é s u l t a t s b r i l l a n t s en a p p a r e n c e m a i s d é c e v a n t s p a r l e u r s l e n d e m a i n s : les d e u x alliances de la F r a n c e a v a i e n t été i r r é m é d i a b l e m e n t r u i n é e s .

D u r a n t les d i v e r s e s p h a s e s de la g u e r r e , la d i p l o m a t i e française avec u n e s i n g u l i è r e c o n s t a n c e avait sapé l ' œ u v r e de Choiseul,

notamment

le Pacte de F a m i l l e : a v a n t la

r u p t u r e , en se p r é c i p i t a n t d a n s les b r a s des I n s u r g e n t s et e n v o u l a n t à t o u t p r i x p a r t i c i p e r a u x h o s t i l i t é s alors q u e l'Espagne

était r é s o l u m e n t n e u t r e et hostile à la c a u s e

a m é r i c a i n e — d u r a n t les hostilités, en laissant p r é v a l o i r


— 362

p o l i t i q u e m e n t et t a c t i q u e m e n t le facteur a m é r i c a i n q u e l ' E s p a g n e e u t désiré r e l é g u e r à l'arrière-plan (si ce n'est l'exclure c o m p l è t e m e n t ) , en n e u t r a l i s a n t les p l a n s d'attaq u e c o m b i n é s en M a n c h e o u a u x A n t i l l e s — au c o u r s des négociai ions, en

témoignant

p o u r s o r t i r de la l u t t e u n

égal e m p r e s s e m e n t à y e n t r e r et en d é f e n d a n t avec m o l lesse ou e n sacrifiant les intérêts h i s p a n i q u e s . Les d i r i g e a n t s

madrilènes,

entraînés à

contre-cœur

d a n s cette g u e r r e , a v a i e n t vu leurs projets e n t r a v é s par leurs p r o p r e s alliés ; ils s'étaient v u s i m p o s e r des q u a s i alliés

h o s t i l e s . Ils a v a i e n t

i m p o s e r à la nation de

p é n i b l e s sacrifices p o u r des p r o g r a m m e s p r e s q u e irréalisables. A la veille de r e c u e i l l i r le fruit de ces efforts et le p r i x de ces a m e r t u m e s , ils a v a i e n t d û c o n c l u r e , p r e s q u e bâcler

une

d'être

abandonnés

paix à p e i n e a v a n t a g e u s e sous p a r ceux-là

même

qui

la

menace

les a v a i e n t

séduits et poussés à la g u e r r e . En de telles c o n d i t i o n s , la p o l i t i q u e française ne p o u vait être a p p r é c i é e d a n s la p é n i n s u l e , m ê m e p a r le roi si fidèle a u x p r i n c i p e s d y n a s t i q u e s m a i s au prestige q u e l q u e p e u c o m p r o m i s . Le Pacte de F a m i l l e , si d é d a i g n e u s e m e n t considéré par

Vergennes,

ne p o u v a i t

p l u s t r o u v e r de

d é f e n s e u r s en E s p a g n e , car il avail j o u é au r e b o u r s des intérêts h i s p a n i q u e s d e p u i s l'affaire des M a l o u i n e s . Pourt a n t il n ' é t a i t d é n o n c é ni d ' u n e part, ni de l'autre ; il subsistait en a p p a r e n c e i n t a n g i b l e bien q u e le g o u v e r n e m e n t de V e r g e n n e s n ' a t t a c h a i g u è r e d ' i m p o r t a n c e à cette alliance m a r i t i m e , a y a n t m o i n s q u e j a m a i s de p o l i t i q u e c o l o n i a l e et navale : l'expérience de la paix de Versailles le d é m o n t r a i t . Dès lors, l'alliance péninsulaire n'était plus q u ' u n luxe ou un

l e u r r e . A Versailles ce dernier caractère s e m b l a i t

prévaloir

bien

q u ' o n sentit o b s c u r é m e n t

qu'à

vouloir


— 363 — rejeter les d e u x systèmes p r a t i q u é s d e p u i s plus de v i n g t a n s : alliance c o n t i n e n t a l e a u t r i c h i e n n e et alliance m a r i l i m e e s p a g n o l e , on s'exposa à l ' i s o l e m e n t à l ' h e u r e o ù la Suède était e n t r a î n é e d a n s les c o m b i n a i s o n s d u Nord, où la P o l o g n e était m o r c e l é e et la T u r q u i e affaiblie. A m a i n tenir

des

alliances vides de sens on

tentait de d o n n e r

i l l u s i o n au d e d a n s comme

au d e h o r s s u r la force et l'as-

c e n d a n t de la m o n a r c h i e

sans

penser

qu'au jour

de

l'épreuve, ces étais se r o m p a n t , la c h u t e n'en serait q u e plus lourde. L ' E s p a g n e , de son côté, acceptait de c o n s e r v e r le Pacte de F a m i l l e tout en lui d o n n a n t u n e signification

toute

relative, en s'assurant p l e i n e i n d é p e n d a n c e tant p o l i t i q u e q u ' é c o n o m i q u e . Le roi d é c i d é m e n t vieilli, r e m p l i d'amer­ t u m e en v o y a n t avorter,

en

ses

voyant

plans Naples

de

régénération

s'émanciper

coloniale

fâcheusement,

tenait à m a i n t e n i r le Pacte c o m m e u n e g a r a n t i e é v e n tuelle en cas de crise m a r i t i m e i n t e r n a t i o n a l e , comme

manifestation

de

solidarité

surtout

dynastique.

Cette

d e r n i è r e n o t i o n a s s u r é m e n t prévalait s u r les a u t r e s . Un a u t r e é l é m e n t d ' o r d r e p u r e m e n t i n t é r i e u r et accidentel intervenait pour consolider

le traité franco-espagnol :

c'était l ' a s c e n d a n t c r o i s s a n t de F l o r i d a Blanca. C h a r l e s III avait

horreur

d u c h a n g e m e n t , or son secrétaire d'Etat,

d e p u i s q u i n z e a n s a u p r è s de lui, s'était fait a p p r é c i e r et éclipsait ses

c o l l è g u e s . Il

avait

su d u r a n t

la

Guerre

d ' A m é r i q u e éviter de t r o p g r a n d e s d é s i l l u s i o n s cl m a i n t e n i r le prestige n a t i o n a l . Florida Blanca lirait p e r s o n n e l l e m e n t parti

de l'indifférence

et de l'effacement

de

V e r g e n n e s cl ne n o u r r i s s a i t c o n t r e le Pacte q u e p e u de ressentiment,

ne

tenant point à d é t r u i r e cet

ouvrage

p o u r v u q u e ce d e r n i e r i m p r e s s i o n n â t e n c o r e l ' é t r a n g e r et ne pesât pas trop l o u r d e m e n t s u r la p o l i t i q u e h i s p a n i q u e .


— 364 — Galvez, le p l u s h a b i l e m i n i s t r e a p r è s le m a r q u i s C a b a r r u s , p a r c o n t r e , avait souffert d a n s d u fait de la G u e r r e d ' A m é r i q u e .

Il

n ' a v a i t p u réaliser

ses e s p é r a n c e s e n é c a r t a n t les A n g l a i s de la T e r r e et des Antilles ; bien p l u s ,

et

son i n f l u e n c e ferme

des i n s u r r e c t i o n s o u des

é m e u t e s a y a n t éclaté d a n s l ' A m é r i q u e d u Sud à la suite de r é f o r m e s

fiscales, il a v a i t été r e n d u

responsable

de

ces i n c i d e n t s q u i a v a i e n t f o r t e m e n t affecté l e s e s p r i t s de la c o u r . P a r suite, le P r é s i d e n t d u Conseil des I n d e s était rejeté

dans l'ombre

et o b l i g é de m é n a g e r

secrétaire d'Etat, q u o i q u e

sa famille e u t

le

puissant

obtenu,

à la

suite de la g u e r r e , des postes i m p o r t a n t s , lui a s s u r a n t u n contrôle

exclusif s u r l ' A m é r i q u e

d e v e n a i t vice-roi d u Mexique et

du

Nord : son

son neveu

frère

lieutenant

g é n é r a l et c a p i t a i n e g é n é r a l de C u b a , L o u i s i a n e et F l o r i d e s . Toutefois l ' a n n i h i l a t i o n m ê m e de toute o p p o s i t i o n des colonialistes e s p a g n o l s a s s u r a i t q u e l q u e l o n g é v i t é a u P a c t e de F a m i l l e . Enfin le d é s a r r o i q u i r é g n a i t à Versailles p e r m e t t a i t à l'alliance de se s u r v i v r e car

toute idée de

protectorat

m ô m e l o i n t a i n s u r l ' E s p a g n e était a b a n d o n n é e . D e relever et d'intensifier le c o m m e r c e français d a n s la p é n i n s u l e , o n n'y pensait guère, moins encore songeait-on à s'ouvrir des d é b o u c h é s a u x I n d e s . De l ' œ u v r e de Choiseul et de Beliardi l e n t e m e n t m i n é e d e p u i s 1771 p a r Muzquiz et ses c o l l a b o r a t e u r s , il n e subsistait p l u s q u ' u n traité é c o n o m i q u e aussi vide de sens q u e le traité p o l i t i q u e . O s t e n s i b l e m e n t les r a p p o r t s e n t r e les d e u x alliés

les­

taient aussi i n t i m e s et aussi étroits q u e p a r le passé m a i s en fait — et cela n ' é c h a p p a i t pas à la sagacité de tous les e n v o y é s é t r a n g e r s — ils é t a i e n t s i n g u l i è r e m e n t

relâchés.

V e r g e n n e s , p a r sa p o l i t i q u e de g u e r r e et de paix, a v a i t


— 365 — c o n t r i b u é avec c o n t i n u i t é à étouffer tout g e r m e de c o n fiance e n t r e les d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n . » « *

Le traité de 1783 différait de ceux de 1763 et de 1748. On r e v e n a i t r é e l l e m e n t à u n e ère de paix et les p e r s p e c tives p o l i t i q u e s L'Angleterre

du

côté c o l o n i a l p a r a i s s a i e n t sereines.

n'avait perdu

q u e ce q u ' e l l e a u r a i t

m ê m e d o n n é p o u r éviter la g u e r r e : la seule

elle-

différence

était en les pertes d ' h o m m e s et d ' a r g e n t ainsi q u e d a n s le prestige

inégalement

r é p a r t i e n t r e les b e l l i g é r a n t s .

Les v a i n q u e u r s fort affaiblis ne t e n a i e n t g u è r e à e x p l o i t e r leurs succès et les v a i n c u s n e p r é p a r a i e n t p o i n t de r e v a n c h e é c l a t a n t e , a y a n t discuté à égalité les clauses

de traités

q u i n ' a v a i e n t rien de l é o n i n et a y a n t o b t e n u des a v a n l

tages n u l l e m e n t négligeables . 1. Acquisition de Negapatam, consolidation des élablissements de Honduras, limitation des conquêtes espagnoles et françaises, enfin destruction de la Ligue des Neutres et de son p r o g r a m m e de navi­ gation neutre.


—366 —

Les Suites de la Paix de Versailles (1783-1789). A u c u n e des d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n n e sortait de la G u e r r e d ' A m é r i q u e avec u n e influence p l u s p r é p o n d é r a n t e en Europe. Q u o i q u e victorieuses toutes d e u x de l'Angleterre elles se t r o u v a i e n t r e l a t i v e m e n t en plus m a u vaise p o s t u r e q u e l e u r a d v e r s a i r e . La F r a n c e avait un trésor vide, u n e a d m i n i s t r a t i o n usée, u n e a r m é e et u n e m a r i n e fatiguées, u n e o p i n i o n p u b l i q u e plus agitée q u e j a m a i s p a r le c o n t a c t avec les A m é r i c a i n s et p a r le c o n t r e - c o u p de la g u e r r e . Enfin V e r g e n n e s avait réussi à isoler la France en b r i s a n t les r o u a g e s des deux alliances continentale et m a r i t i m e t a n d i s q u ' e n é c h a n g e , il n'avait pu o b t e n i r l ' a p p u i , m ê m e de v a l e u r d o u t e u s e , des EtatsUnis. L ' E s p a g n e , de son côté, ne p r é s e n t a i t pas u n e situation m e i l l e u r e ; mais elle a v a i t p o u r excuse d'avoir fait la g u e r r e non v o l o n t a i r e m e n t mais sous la pression de s o n alliée. Elle avait réalisé des profits i m m é d i a t s en a c q u é r a n t M i n o r q u c et les F l o r i d e s , en l i m i t a n t les e m p i è t e m e n t s a n g l a i s d a n s l ' A m é r i q u e C e n t r a l e , elle avait m o i n s c o m p r o m i s l'équilibre de ses finances m a i s , en r e v a n c h e , elle avait é p u i s é ses a r m é e s et ses flottes, et avait subi d e v a n t G i b r a l t a r de rudes échecs. Le m a l m o r a l a p p o r t é par la Guerre d ' A m é r i q u e était en g e r m e au Nord c o m m e au Sud des P y r é n é e s , mais là il s e manifestait déjà de violente façon. En vain, la C o u r de Madrid, d a n s ses i n s t r u c t i o n s a u x g o u v e r n e u r s c o l o n i a u x , avait r e c o m m a n d é de p r é s e n t e r sous u n j o u r spécial les q u e s t i o n s relatives a u x EtatsU n i s , il n'y en avait pas m o i n s ce fail q u e d a n s les vice-


— 367 — royautés et, les c a p i t a i n e r i e s g é n é r a l e s , les m i l i e u x créoles é t a i e n t i n q u i e t s et n e r v e u x ,

symptôme

singulièrement

i n q u i é t a n t q u i v e n a i t d o u b l e r les a l a r m e s causées p a r les m o u v e m e n t s locaux de 1 7 8 0 - 8 1 . Alors il y avait eu trois foyers

d'agitation

: d a n s les

p r o v i n c e s i n t é r i e u r e s de

Buenos-Ayres, a u c œ u r de la Nouvelle G r e n a d e (à

Santa

Fé et la r é g i o n a v o i s i n a n t e ) , enfin au c e n t r e m ê m e d u Pérou.

Dans cette d e r n i è r e v i c e - r o y a u t é ,

insurrection

véritable et T a p a c A m a r u

t e m p s d u r a n t m e n a c é la d o m i n a t i o n

il y avait eu avait

quelque

espagnole

tandis

q u ' a i l l e u r s ce n'était q u e des s o u l è v e m e n t s p r o v o q u é s p a r des q u e s t i o n s fiscales. C e p e n d a n t la rapidité de la c o n t a g i o n et la difficulté de rétablir les a u t o r i t é s locales é t a i e n t fort i n s t r u c t i v e s : toutefois le prestige de la d y n a s t i e était encore

intact

et

il

n'y

avait

pas conflit trop

accusé

e n t r e m é t r o p o l i t a i n s et c o l o n i a u x . Par c o n t r e - c o u p , l'influence

de Galvez à Madrid avait p r e s q u e s o m b r é et Flo-

rida Blanca avait réussi à c o n s o l i d e r aux d é p e n s de son collègue sa p u i s s a n c e p r o p r e . D ' a u t r e part, la naissance des Etats-Unis était un ger pour

dan-

la Louisiane, le Mexique, les Antilles ; il n ' y

avait plus la possibilité de se d i s s i m u l e r Paix de Versailles avait révélé les a m b i t i o n s

ce fait c a r la territoriales

d e ce C o n g r è s de P h i l a d e l p h i e q u i , à peine c a p a b l e de c o n t r ô l e r les treize états, visait à é t e n d r e son a u t o r i t é s u r le N o u v e a u C o n t i n e n t . El c'était au m o m e n t où s u r g i s saient ces difficultés coloniales, au m o m e n t où l ' A n g l e terre p o u v a i t a v o i r des velléités de r e c o u v r e r s i n o n des possessions p e r d u e s , d u m o i n s des d r o i t s aliénés q u e le Pacte de Famille d e v e n a i t un lien si ténu qu'il en était invisible. Dans

l ' e n t o u r a g e d u Boi C a t h o l i q u e , on ne cachait

g u è r e q u e l'alliance française était vide de s e n s . Le Cabi-


— 368 — net

de Versailles, n o n

seulement n'avait nulle

préve-

n a n c e p o u r son allié, m a i s e n c o r e il n e c h e r c h a i t pas à r e s t e r d a n s les t e r m e s d u c o n t r a t . L'alliance se s u r v i v a i t à e l l e - m ê m e . Certes C h a r l e s III, p a r h a b i t u d e (et chez ce s o u v e r a i n l ' h a b i t u d e était u n e loi), p a r l o y a u t é et p a r s e n t i m e n t d y n a s t i q u e , e n t e n d a i t ne p o i n t se d é p a r t i r de l'attitude observée j u s q u ' a l o r s e n v e r s la m o n a r c h i e Louis XVI, m a i s le roi vieillissait et c e r t a i n s

de

accidents

s u r v e n u s laissaient p r é v o i r un p r o c h a i n c h a n g e m e n t de r è g n e . Quelle serait la p o l i t i q u e d u P r i n c e des Asturies o u p l u s e x a c t e m e n t de la Princesse Marie-Louise q u i ,

de

la m a i s o n de P a r m e , tenait des t r a d i t i o n s d ' i n t r i g u e et des a m b i t i o n s i t a l i e n n e s . Aussi les m i n i s t r e s se p r é o c c u p a i e n t - i l s de cette situation

tant pour eux-mêmes que

p o u r le p a y s .

Florida

Blanca, qui d o m i n a i t de plus en p l u s ses c o l l è g u e s , était i n q u i e t des c o n s é q u e n c e s d i p l o m a t i q u e s de la g u e r r e et il cherchait à d o u b l e r l'alliance officielle m a i s v a i n c d ' u n e a l l i a n c e plus effective.

R e c h e r c h e malaisée car de p u i s -

sances c o l o n i a l e s et m a r i t i m e s il n'en était g u è r e

qui

p u s s e n t c o n c l u r e de tels a c c o r d s . Un r a p p r o c h e m e n t avec la G r a n d e - B r e t a g n e ? il n'en p o u v a i t être q u e s t i o n c a r ce serait h e u r t e r le s e n t i m e n t n a t i o n a l et froisser les sentiments

du

roi. D'ailleurs le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s

ne

t é m o i g n a i t n u l l e m e n t d u désir de se lier avec u n e c o u r continentale : l'expérience d u Duc d'Aiguillon d i x a n s a u p a r a v a n t était u n e indication significative à cet é g a r d . Naples vivait en m a u v a i s t e r m e s avec l ' E s p a g n e .

Char-

les III se p l a i g n a i t fort de son fils q u i , s o u m i s a u x volontés de la reine et des favoris de celle-ci, semblait oublier q u ' i l était infant et B o u r b o n . Restait le P o r t u g a l . Rarement les r a p p o r t s e n t r e les d e u x g o u v e r n e m e n t s de la p é n i n s u l e n ' a v a i e n t été m e i l l e u r s q u e d e p u i s le conflit de 1 7 7 7 :


-

369

-

l'action p e r s o n n e l l e de C h a r l e s III, de sa s œ u r la r e i n e inère, de sa nièce la r e i n e Marie s'exerçait p l e i n e m e n t en faveur d ' u n e

entente

q u e scellait

encore

un

nouveau

m a r i a g e e n t r e les d e u x d y n a s t i e s (l'infant h é r i t i e r D o m J o a o é p o u s a i t l'infante D o u a C h a r l o t t e ) et q u e r e n f o r ç a i t la t e n d a n c e pacifique des d e u x

nations. L'entente

était

telle q u e la m a i s o n de Deux-Siciles c r a i g n a i t de v o i r , en cas p r o b a b l e de n o n - d e s c e n d a n c e directe d u P r i n c e des Asturies, le t r ô n e d ' E s p a g n e se f o n d r e avec celui de P o r tugal. Un c u r i e u x reflet de cette situation se r e t r o u v a i t en c e r t a i n e s s o l u t i o n s p o l i t i q u e s p r é c o n i s é e s p a r des h o m m e s d'état e s p a g n o l s en v u e de pallier a u x d a n g e r s é v e n t u e l s d ' u n m o r c e l l e m e n t de l ' U l t r a m a r

et

de

soulèvements

créoles. Ne serait-ce pas faire c o u p d o u b l e q u e de p r é v e n i r des sécessions h i s p a n o - a m é r i c a i n e s en r e c o u r a n t au procédé tardif de l ' A n g l e t e r r e en 1778, au r é g i m e d ' a u t o n o m i e c o l o n i a l e et de s ' a g r é g e r p l u s f o r t e m e n t le P o r t u g a l . D ' A r a n d a n e s u g g é r a i t - i l pas à F l o r i d a Blanca en 1786 le p l a n s u i v a n t : « Mon o p i n i o n est q u e n o u s n e p o u v o n s « p r é t e n d r e au m a i n t i e n de n o t r e d o m i n a t i o n en A m é r i « q u e à la fois par son é t e n d u e , p a r la d i s t a n c e q u i sépare « certaines p o r t i o n s de ce d o m a i n e c o m m e le P é r o u et le « Chili [de la m é t r o p o l e ] et p a r les difficultés de toute « nature que certaines puissances européennes peuvent « c h e r c h e r à n o u s créer d a n s ces r é g i o n s . . . Le P o r t u g a l « est le p a y s d o n t les c o n q u ê t e s d a n s le N o u v e a u Monde « p e u v e n t le m o i n s n o u s n u i r e , à l'exception de n o s p o s « sessions

insulaires.

Je

pense

que

nous

pourrions

« remettre a u x m a i n s du P o r t u g a l le P é r o u q u i serait « uni au Brésil. Q u a n t à B u e n o s Ayres, j ' e s t i m e q u ' i l « serait possible d'y « t i e n d r a i t aussi

installer un infant

le Chili

à qui

appar-

m a i s au cas o ù le P o r t u g a l

24


— 370 — « n o u s d e m a n d e r a i t d ' a d j o i n d r e au Pérou le C h i l i , j ' a c c é « derais v o l o n t i e r s à celle d e m a n d e . Je ne p e n s e pas q u e « l ' E s p a g n e p o u r r a i t c o n s e r v e r Buenos Ayres c a r celui« ci e n v i r o n n é de la m e r et d e s p r o v i n c e s brésiliennes (i serait p o u r n o u s p l u s g ê n a n t q u ' u t i l e . Ce qui resterait « alors de n o t r e A m é r i q u e de Quito à Mexico et des îles l

« serait a b s o l u m e n t suffisant aux besoins de l'Etat . » L'ancien

ministre proposait

de

c o m p l é t e r L'œuvre

r é n o v a t i o n de l ' U l t r a m a r en d i v i s a n t

celui-ci en

de trois

r o y a u m e s confiés à des i n f a n t s . Ces vues n ' é t a i e n t pas s a n s p a r a i t r e r é v o l u t i o n n a i r e s et, de fait, elles visaient à t r a n s f o r m e r e n t i è r e m e n t la position de l'Espagne d a n s le Nouveau Monde. Toutefois l ' u n i o n

des d e u x m o n a r c h i e s

fut-elle réalisée, la situation

péninsulaires

de la COUT de. Madrid en

Europe n'en eut été g u è r e renforcée. Elle n e valait celles p o i n t l ' u n i o n q u i , a u x t e m p s de C h o i s e u l et de G r i m a l d i , prévalait d e p a r t et d ' a u t r e des Pyrénées. Pourtant le besoin d ' u n a p p u i extérieur se faisait s e n t i r p o u r le Cabinet de l'Escurial q u i , en d é p i t d u

traité de Versailles,

traité e x c l u s i v e m e n t c o l o n i a l , avait à faire difficultés

coloniales et

Pacte de Famille

fait

rendant

face à des

l'application

p l u s i l l u s o i r e e n c o r e , ces

du

difficultés

n ' i n t é r e s s a i e n t pas la France q u i , en raison du caractère exigu et é p a i s de son d o m a i n e d ' o u t r e m e r ,

ne c o n n a i s -

sait pas les p r o b l è m e s c o l o n i a u x .

Le g o u v e r n e m e n t de Versailles n ' a v a i t p l u s d ' i n t é r ê t s s u r le c o n t i n e n t a m é r i c a i n et n ' é t a i t pas en contact avec 1. F E R R E R p. 402 ss.

DEL

Rio, Historia

del Reinado de Carlos III, tome 3.


371

les Etats-Unis. Il n ' e n était pas de m ê m e p o u r l ' E s p a g n e l

q u i , bien q u e r e c o n n a i s s a n t le n o u v e l état , n ' a v a i t rien c o n c l u avec lui. Rien n ' a v a i t été réglé avec J a y et C a r m i chael en ce q u i c o n c e r n a i t la d é l i m i t a t i o n de la Louisiane et des Florides ainsi q u e la n a v i g a t i o n d u Mississipi. T o u s les p r o j e t s c o n ç u s étaient restés lettre m o r t e et les d e u x p a r t i e s en p r é s e n c e étaient en face d ' u n e table rase. Or il y avait m a t i è r e à conflit en tous les p o i n t s o ù t e r r i t o i r e s e s p a g n o l s et a m é r i c a i n s se t o u c h a i e n t . P a r le traité de Versailles, la C o u r de Madrid r e c o u vrait les F l o r i d e s , m a i s quelles Florides ? Etait-ce la Floride e s p a g n o l e cédée en 1 7 6 3 ou les F l o r i d e s a n g l a i s e s d o n t le statut était fixé p a r la P r o c l a m a t i o n de 1 7 6 3 , le Quebec Act, etc. ? D a n s le p r e m i e r cas, la frontière s e p t e n Irionale était a p p r o x i m a t i v e m e n t le 31 d e g r é de l a t i t u d e , e

d a n s le s e c o n d , la frontière passait a u 32° 28' de l a t i t u d e . L ' E s p a g n e s o u t e n a i t la d e r n i è r e thèse, se f o n d a n t s u r la 2

rédaction de l'article V de la paix , l e q u e l m e n t i o n n a i t e x p r e s s é m e n t F l o r i d e Occidentale et Floride O r i e n t a l e ce q u i d é s i g n a i t n e t t e m e n t les p r o v i n c e s anglaises et excluait toute idée de rétrocession des territoires e s p a g n o l s c o n n u s s o u s le n o m de Florida.

Les A m é r i c a i n s s o u t e n a i e n t

l ' a u t r e thèse m a i s l ' A n g l e t e r r e

ne disait

mot,

n'étant

p o i n t intéressée d a n s le débat et laissant celui-ci s'aigrir. Les Etats-Unis i n v o q u a i e n t la t e n e u r des p r é l i m i n a i r e s d u 3 o n o v e m b r e 1 7 8 2 et d u traité définitif d o n t l'article II spécifiait bien la limite d u 31 d e g r é e

3

; m a i s ces p r é l i -

1. L'Espagne recevait Jay c o m m e représentant officie] et accrédi­ tait à Philadelphie Don Diego Gardoqui c o m m e chargé d'affaires. 2. L'article III des préliminaires du 20 janvier, devenu l'article V du traité définitif du 3 septembre 1 7 8 3 , disait : « S. M. B. cèdera à « S. M. G. la Floride Orientale et S. M. G. conservera la Floride Occi« dentale » sans spécification de limite. 3. La frontière sera formée à l'Ouest « par une ligne Urée le long


-

372

-

m i n a i r e s bien q u ' a n t é r i e u r s aux p r é l i m i n a i r e s

anglo-his-

p a n i q u e s d u 20 j a n v i e r étaient t e n u s p a r l ' E s p a g n e res inter alios acta.

pour

Le C a b i n e t de l'Escurial avait p o u r

lui le texte de son traité et aussi la force c a r il était c a p a ble de faire a p p l i q u e r p a r les a r m e s son i n t e r p r é t a t i o n , m a i s il n ' e u t p o i n t besoin de r e c o u r i r à ces m o y e n s . Avant la fin de l ' a n n é e 1783, Florida Blanca a p p r e n a i t p a r le M a r q u i s del C a m p o q u e d a n s l'accord de n o v e m b r e 1782 il y avait u n article secret q u i p r é v o y a i t q u ' a u cas où la G r a n d e - B r e t a g n e c o n s e r v e r a i t les F l o r i d e s , les limites s e p t e n t r i o n a l e s de ces d e r n i e r s seraient au 32° 28' d e latitude. Fort de cette clause q u ' a u c u n des s i g n a t a i r e s ne d é s a v o u a , il fit v a l o i r officiellement

les d r o i t s de la

m o n a r c h i e à cette d é l i m i t a t i o n et s a n s q u ' i l y eut p r o t e s tation effective d u C o n g r è s , Don B e r n a r d o Galvez o c c u p a les p r i n c i p a u x p o i n t s de la zone r e v e n d i q u é e , n o t a m m e n t les postes de Natchez et de W a l n u t

Hill.

Cette

s o l u t i o n a s s u r a i t à l ' E s p a g n e , n o n s e u l e m e n t ces d e u x postes et u n e p o r t i o n de la rive g a u c h e d u Mississipi, m a i s e n c o r e l'exclusive possession des divers rios f l o r i d i e n s s e c o n d a i r e s et de la partie n a v i g a b l e des g r a n d e s rivières C a t a h o u c h e , A l a b a m a , etc., ce q u i e n l e v a i t a u x Américains

toute possibilité de r é c l a m e r

le d r o i t à la

n a v i g a t i o n s u r ces c o u r s d ' e a u . L ' a u t r e litige p e n d a n t était m o i n s aisé à r é s o u d r e et b e a u c o u p p l u s i m p o r t a n t : c'était le r é g i m e de la n a v i « du milieu du fleuve Mississipi jusqu'à ce qu'il coupe la partie la « plus septentrionale du 31 degré de latitude — au Sud par une « ligne tirée vers l'Est depuis la détermination de la ligne précédente « à la latitude du 31 degré jusqu'au milieu de la rivière Apalachicola « ou Catahouche, de là le long du milieu de ce fleuve jusqu'à son « confluent avec le Flint et de là, droit à la source de la rivière « Sainte-Marie et de là, le long du milieu de ce fleuve jusqu'à « l'Atlantique... » Le débat portait sur la portion de frontière entre Mississipi et Apalachicola. e

e


— 373 — g a t i o n m i s s i s s i p i e n n e . Les Etals-Unis se t r o u v a i e n t river a i n s de ce fleuve de la frontière f l o r i d i e n n e j u s q u ' a u x G r a n d s Lacs. Or l ' E s p a g n e c o n s i d é r a i t q u e son s y s t è m e é c o n o m i q u e c o l o n i a l serait é b r a n l é si les A m é r i c a i n s disp o s a i e n t de la l i b r e

n a v i g a t i o n s u r le Mississipi. Elle

c h a r g e a son e n v o y é G a r d o q u i de faire échec à la p o l i t i q u e d ' e x p a n s i o n vers l'Ouest des états d u Sud,

d'entre-

t e n i r les idées de p a r t i c u l a r i s m e des c o l o n s de l'Ouest et les vues m e r c a n t i l e s de la Nouvelle A n g l e t e r r e et

finale-

m e n t de tirer p a r t i des e m b a r r a s i n t é r i e u r s , c o n s t i t u t i o n nels ou

financiers,

de la C o n f é d é r a t i o n .

Certes il y avait a l o r s d u d é s a r r o i d a n s le m o n d e p o l i t i q u e a m é r i c a i n , m a i s le s e n t i m e n t de défiance

envers

l ' é t r a n g e r d o m i n a i t . C'est

de

bande

ainsi q u e

l'abandon

de territoire f l o r i d i e n n e fut pas

la

officiellement

s a n c t i o n n é et q u e les d r o i t s à la l i b r e n a v i g a t i o n d u Mis sissipi n e p a r a i s s a i e n t p o i n t d e v o i r être sacrifiés.

Quand

J a y , l ' a m b a s s a d e u r à M a d r i d , fut d é s i g n é en m a i

1785

c o m m e m i n i s t r e des Affaires E t r a n g è r e s , le C o n g r è s s o n gea à l i q u i d e r les litiges e s p a g n o l s et des i n s t r u c t i o n s f u r e n t volées à cet é g a r d le 21 j u i l l e t s u i v a n t . La m a j o rité, bien q u e r e c u l a n t d e v a n t l'éventualité d ' u n

conflit

n ' e n m a i n t e n a i t pas m o i n s i n t a n g i b l e s les d r o i t s de la n a t i o n . Dès l o r s , les p o u r p a r l e r s q u i s ' e n g a g è r e n t (Gardoqui étant

a u t o r i s é à y p a r t i c i p e r en s e p t e m b r e )

pouvaient qu'être vains

si

des

concessions

ne

n'étaient

faites. Les E s p a g n o l s v o y a i e n t en celle q u e s t i o n de navigation» u n e q u e s t i o n de p r i n c i p e ; ils n e v o u l a i e n t faire b r è c h e à leur

système,

m o i n s e n c o r e en faveur d ' u n

r i v a l . En

o u t r e , ils c r a i g n a i e n t , en o u v r a n t le Mississipi, de favor i s e r l'afflux des é m i g r a n t s en L o u i s i a n e O r i e n t a l e et, p a r suite, de s ' i n t e r d i r e toute e x p a n s i o n s u r la rive g a u c h e .


-

En

374

-

r e v a n c h e , p o u r les Etats-Unis

l'intérêt p r a t i q u e

et

i m m é d i a t de la libre n a v i g a t i o n était m i n c e car la p o p u lation des districts de l'Ouest était fort c l a i r s e m é e et l ' i m p o r t a n c e des e x p o r t a t i o n s de ces r é g i o n s e n c o r e m i n i m e . Mais il s'agissait d ' u n e m e s u r e q u i devait e n g a g e r l'avenir. De s e p t e m b r e 1 7 8 5 à m a i 1 7 8 6 , les c o n v e r s a t i o n s e n g a gées à P h i l a d e l p h i e t é m o i g n è r e n t d ' u n esprit d e résistance a c h a r n é chez les A m é r i c a i n s . G a r d o q u i offrait d ' a b o r d la libre n a v i g a t i o n au n o r d d u 32° 28' parallèle ou bien la liberté i n t é g r a l e s u r tout le c o u r s d u fleuve en é c h a n g e de la ratification de la frontière f l o r i d i e n n e a u parallèle du 32° 2 8 ' . Son é l o q u e n c e resta i n u t i l e . En m a i , s u r les i n s t r u c t i o n s de F l o r i d a

Blanca il p r o p o s a la l i m i t a t i o n

de l'exclusive e s p a g n o l e à la basse vallée à p a r t i r de la frontière f l o r i d i e n n e (ce q u i n ' e n fermait pas m o i n s le Mississipi) et, en o u t r e , il offrit

l'accès a u x p o r t s de la

p é n i n s u l e de p r o d u i t s a m é r i c a i n s tels q u e b o i s , p o i s s o n s , céréales, etc. Cette d e r n i è r e s u g g e s t i o n était a d r o i t e car elle d i v i s a i t les états de la C o n f é d é r a t i o n en d e u x c l a n s : ceux d u Nord c o m p o s é s d ' a r m a t e u r s et de c o m m e r ç a n t s ,

désintéressés

d a n s les affaires m i s s i s s i p i e n n e s , ne p o u v a i e n t

qu'être

séduits p a r la perspective d ' a c q u é r i r des d é b o u c h é s en E u r o p e au p r i x d ' u n sacrifice léger ne f r a p p a n t

qu'une

infime partie de la p o p u l a t i o n . Or les états de Nouvelle A n g l e t e r r e , f o r t e m e n t p e u p l é s et bien o r g a n i s é s , étaient p a r t i c u l i è r e m e n t influents d a n s les conseils d e la Confédération.

Aussi J a y put-il s i g n e r , en j u i l l e t 1 7 8 6 , u n e

convention aux

c o n d i t i o n s offertes

p a r les E s p a g n o l s .

M a l h e u r e u s e m e n t , lors de la ratification, les états d u S u d et d u C e n t r e firent bloc et r e f u s è r e n t d e d o n n e r u n vote affirmatif. En v a i n , Jay, p o u r t a n t peu suspect de c o m -


з75

plaisance e n v e r s l ' é t r a n g e r , vint-il d é f e n d r e son œ u v r e ; il ne put r é u n i r s u r le traité la m a j o r i t é

des deux

tiers

d e s états, m a j o r i t é r e q u i s e p a r la c o n s t i t u t i o n . La c o n v e n t i o n de 1786 eut d o n c u n e existence aussi é p h é m è r e q u e sa d e v a n c i è r e de 1781, m a i s les Etats-Unis cette fois étaient défaillants. Le C a b i n e t de l'Escurial fut fort m é c o n t e n t , d ' a u t a n t p l u s q u e cette tactique d i l a t o i r e funeste. vers

m e n a ç a i t de lui

être

En effet, L'émigration au delà des A l l e g h a n y s ,

le Mississipi. fatalement s'accroîtrait et, p a r suite,

g r a n d i r a i e n t les intérêts des p o p u l a t i o n s de l'Ouest, p a r suite les exigences p o u r

la l i b r e n a v i g a t i o n se feraient

plus violentes et elles t r o u v e r a i e n t u n accueil de plus en p l u s e m p r e s s é a u C o n g r è s . A cet é g a r d , le t e m p s travaillait l e n t e m e n t c o n t r e le s y s t è m e colonial h i s p a n i q u e . Aussi le g o u v e r n e m e n t m a d r i l è n e tenta-t-il de t r o u v e r d ' a u t r e s s o l u t i o n s p o u r fortifier l'exclusive s u r le Mississipi et se rejeta-t-il vers des m o y e n s d ' o r d r e i n t e r n e p o u r p r é v e n i r l ' a v a n c e des A m é r i c a i n s en L o u i s i a n e . Il

invita

ses g o u v e r n e u r s l o c a u x à n o u e r des r a p p o r t s p l u s étroits q u ' a u p a r a v a n t avec les t r i b u s i n d i e n n e s , à s o u t e n i r , voire m ê m e à susciter des m o u v e m e n t s sécessionnistes à l'Ouest des

Alleghanys,

tandis que

Gardoqui

à

Philadelphie

recevait p o u r m i s s i o n d ' a g i r d i s c r è t e m e n t s u r

l'opinion

p u b l i q u e et les m i l i e u x p a r l e m e n t a i r e s c o n t r e les p a r t i s a n s de l'expansion territoriale et de la liberté de n a v i g a t i o n . L'irritation e s p a g n o l e ne p o r t a i t pas d ' a i l l e u r s u n i q u e m e n t c o n t r e les Etats-Unis m a i s aussi c o n t r e la F r a n c e . Florida Blanca se p l a i g n a i t q u e les a g e n t s d i p l o m a t i q u e s français à P h i l a d e l p h i e n ' a p p u y a s s e n t p o i n t les r e v e n d i c a t i o n s de l e u r s collègues h i s p a n i q u e s . Qu'était d o n c le Pacte de

Famille, que

devenait

l'alliance

et les b o n s

offices r é c i p r o q u e s ? Si les d e u x m o n a r c h i e s a v a i e n t p a r u


376

faire b l o c , il eut été possible de faire p r e s s i o n s u r les EtatsUnis q u i , au p o i n t de vue c o m m e r c i a l , e u s s e n t c r a i n t de s'aliéner d e u x g r a n d e s p u i s s a n c e s a u x vastes possessions, à la m a r i n e n o m b r e u s e et q u i , a u p o i n t de vue financier, étaient fort d a n s la d é p e n d a n c e de la F r a n c e p a r les dettes c o n t r a c t é e s d u r a n t la g u e r r e et n o n e n c o r e l i q u i d é e s . Il e u t été si facile à la C o u r de Versailles d ' i n t e r v e n i r en celle m a t i è r e et de d o n n e r

au C o n g r è s de p r e s s a n t s c o n -

seils ; m a i s l'indifférence française, tant d a n s les affaires coloniales q u e d a n s les r a p p o r t s

m ê m e avec

l'Espagne,

c o m p r o m e t t a i t les intérêts de celle ci et a c h e v a i t de faire d é p é r i r l'alliance.

D a n s u n a u t r e d o m a i n e , ces m ê m e s intérêts souffraient d ' u n e m a n i è r e i d e n t i q u e . Vis-à-vis de l ' A n g l e t e r r e , il n ' y avait n u l l e c o h é s i o n e n t r e les c o u r s b o u r b o n ; p o u r q u o i y a u r a i t - i l eu u n i o n après la paix de 1783 alors q u e , d u r a n t la d e r n i è r e p h a s e de la g u e r r e et les n é g o c i a t i o n s , l'entente n ' a v a i t p o i n t p r é v a l u . Aussi

n e devait-on p o i n t à

Madrid s ' é t o n n e r ou se p l a i n d r e d ' u n i s o l e m e n t q u i livrait la m o n a r c h i e i m p u i s s a n t e

a u x m e n a c e s de son adver-

saire. Ce n'est pas toutefois q u e la G r a n d e - B r e t a g n e

voulut

r o u v r i r la g u e r r e m a r i t i m e ou t e n t e r c o n q u ê t e s cl reprises c o l o n i a l e s : m a i s le c a b i n e t

de L o n d r e s ,

m o i n s de sa

p r o p r e initiative q u e sous la pression des c o m m e r ç a n t s de la City, r o u v r a i t la q u e s t i o n des é t a b l i s s e m e n t s de l'Amér i q u e C e n t r a l e . Il évitait de p a r l e r de la Baie de H o n d u r a s car d a n s cette région il avait o b t e n u large satisfaction au prix de la r e n o n c i a t i o n à tous a u t r e s é t a b l i s s e m e n t s e n Terre Ferme.


377

Mais les d i r i g e a n t s de L o n d r e s p a r l a i e n t cette fois de la Mosquitie q u ' a u x t e r m e s d u traité ils d e v a i e n t a b a n d o n n e r . Or ils é p r o u v a i e n t le p l u s vif r e g r e t à

évacuer

cette base d ' o p é r a t i o n s q u i p e r m e t t a i t de surveiller

ou

m e n a c e r le trafic i n t e r o c é a n i q u e d u N i c a r a g u a , ce vaste d o m a i n e q u i s'étendait d u Cap Gracias a Deo j u s q u ' à la Black River et au Rio San J u a n , r é g i o n

favorable à la

c u l t u r e d u café, d u c o t o n , de la c a n n e à s u c r e .

Aussi

n'étaient-ils pas é l o i g n é s de c h e r c h e r le m o y e n

d'éluder

cette p é n i b l e o b l i g a t i o n d ' a u t a n t

milieux

plus q u e les

m e r c a n t i l e s se p l a i g n a i e n t d'être lésés p a r la de ces p l a n t a t i o n s et d u c o m m e r c e l'opinion

destruction

correspondant, que

p u b l i q u e en A n g l e t e r r e s ' é t o n n a i t

qu'on eut

d u r a n t les n é g o c i a t i o n s si f â c h e u s e m e n t lié deux r é g i o n s d i s t i n c t e s c o m m e la Mosquitie et le H o n d u r a s . Les Espagnols

inconsciemment

p r ê t è r e n t la m a i n

à

cette t a c t i q u e d ' é v a s i o n . L e u r s c o m m i s s a i r e s , c h a r g é s de veiller à la d i s p a r i t i o n des

établissements

mosquitos,

c u r e n t u n e i m p r u d e n t e a l t i t u d e , p a r l a n t l i b r e m e n t d'exp u l s e r p a r la force les c o l o n s et de s o u m e t t r e

les

tribus

i n d i e n n e s q u i , p r e s q u e t o u t e s , j u s q u ' a l o r s a v a i e n t refusé d e r e c o n n a î t r e l ' a u t o r i t é d u Roi C a t h o l i q u e . Des c o n c e n t r a t i o n s de t r o u p e s d a n s les a u d i e n c i a s a c h e v è r e n t de p r o v o q u e r

la

guatémaltèques

t e r r e u r d a n s la

population

b r i t a n n i q u e et le C a b i n e t de S a i n t - J a m e s saisit l'occasion d e soulever u n d é b a t d i p l o m a t i q u e à ce sujet. En

n o v e m b r e 1784 u n e véritable négociation

geait e n t r e M a r q u i s del

le

Secrétaire d'Etat

s'enga-

Lord C a r m a r t h e n et le

C a m p o . Le p r e m i e r s o u t e n a i t

une

thèse

i m p r é v u e : les I n d i e n s refusaient d ' a d m e t t r e la s o u v e r a i n e t é h i s p a n i q u e , d o n c leur t e r r i t o i r e n e p o u v a i t être qualifié de « c o n t i n e n t e s p a g n o l » et, p a r suite, ne r e n t r a i t pas d a n s la s p h è r e d ' a p p l i c a t i o n de l'article VI de la paix d e


Versailles. De n o m b r e u x

378

-

mémoires furent échangés

à

p r o p o s de cette i n t e r p r é t a t i o n . Au fond, la C o u r de Madrid était prise au d é p o u r v u et j u s q u ' a u d é b u t de 1785 elle s'en tint à l'esprit d u

traité.

C h a r l e s III, q u i m e t t a i t en cette affaire u n i n t é r ê t p e r s o n n e l , tout en désirant éviter un conflit, offrit de p r o l o n g e r de d e u x à trois mois les délais d ' é v a c u a t i o n et d ' é t e n d r e , à titre de c o m p e n s a t i o n , le d i s t r i c t de H o n d u r a s fixé par ce m ê m e article VI m a i s , en r e v a n c h e , il refusait de d i s cuter s u r les d r o i t s relatifs aux I n d i e n s . Cette s o l u t i o n n'était p a s sans s o u r i r e au c a b i n e t britan­ n i q u e q u i cependant ne l'accepta p o i n t i m m é d i a t e m e n t , voulant j u g e r j u s q u ' o ù l ' E s p a g n e i r a i t d a n s la voie c o n c e s s i o n s . Or

cette puissance

sentait

son

des

embarras

s ' a c c r o î t r e en constatant q u e la F r a n c e restait i m m o b i l e et indifférente, écartait m ê m e les s u g g e s t i o n s de son allié en faveur d ' u n e i n t e r v e n t i o n . D e r e c h e f le Pacte de Famille ne j o u a i t pas et, a u lieu de d e u x m o n a r c h i e s b o u r b o n u n i e s c o n t r e l ' A n g l e t e r r e , la C o u r m a d r i l è n e restait isolée. Elle n ' a v a i t nul désir de risquer la guerre p o u r ce m o t i f : les m i n i s t r e s du roi é t a i e n t pacifiques p a r

tempérament

ou nécessité. T o u t e velléité d'action m i l i t a i r e était a n é a n t i e p a r l a n o u v e l l e q u ' a u x Antilles britanniques des prépara tifs-avaient lieu p o u r renforcer les établissements mosquitos, favoriser

des s o u l è v e m e n t s i n d i g è n e s et é v e n t u e l l e -

m e n t se saisir de d i v e r s e s notamment

au Darien.

e n g a g e a i t le G o u v e r n e u r l'intégrité

p o r t i o n s de T e r r e

En réalité, Général

l'Amirauté Clarke

à

Ferme, anglaise

maintenir

des possessions m o s q u i t o s : m a i s le b r u i t se

répandait q u e trois g o u v e r n e m e n t s seraient créés d a n s la région c o n t e s t é e . Le C a b i n e t de l ' E s c u r i a l était fort i m p r e s s i o n n é p a r ces r u m e u r s h a b i l e m e n t répandues, p l u s i m p r e s s i o n n é e n c o r e


—379

p a r le silence q u ' o n observait à Versailles. Il c h a r g e a del C a m p o le 24 j u i n 1785 d'offrir e x p r e s s é m e n t 60 lieues carrées nouvelles au H o n d u r a s et le cayc Casina (fort u t i l e c o m m e a n c r a g e , lieu de r a d o u b , etc.) m o y e n n a n t l ' a b a n d o n i n t é gral de la Mosquitie. Les Anglais a t t e n d i r e n t

jusqu'au

5 o c t o b r e p o u r r é p o n d r e n é g a t i v e m e n t et affirmer

leur

d r o i t de d e m e u r e r en Mosquitie d a n s des limites déterminées. ha p l u s

vive i r r i t a t i o n

régnait à Madrid,

d'ailleurs

m o i n s c o n t r e l'Angleterre, a d v e r s a i r e r e c o n n u e , q u e c o n t r e la F r a n c e , allié d é c e v a n t . On avait s u g g é r é l'idée de r e c o u r i r a u x m é d i a t e u r s de 1783, c'est-à-dire a u x c o u r s i m p é riales ; m a i s V e r g e n n e s s'était o p p o s é à cette m e s u r e faisant valoir q u e les m é d i a t e u r s n ' a v a i e n t p o i n t p a r t i c i p é à l'élab o r a t i o n des traités et, p a r suite, n e p o u v a i e n t c o n n a î t r e de l ' i n t e r p r é t a t i o n de ceux-ci — b i e n p l u s , il n ' a v a i t sout e n u e n rien le b o n d r o i t

h i s p a n i q u e . Une telle a t t i t u d e

i n d i g n a i t C h a r l e s III et ses conseillers q u i

comprenaient

la l'utilité d ' u n e r é s i s t a n c e a b s o l u e et la nécessité de l i m i t e r les sacrifices i n d i s p e n s a b l e s . P o u r t a n t , a v a n t de p r o c é d e r à la c a p i t u l a t i o n , les Espag n o l s t e n t è r e n t q u e l q u e s m a n œ u v r e s d i p l o m a t i q u e s : ils firent

valoir à

L o n d r e s q u e des exigences t r o p

fortes

p o u s s e r a i e n t la m o n a r c h i e à r e n f o r c e r le Pacte de F a m i l l e , à s ' u n i r p l u s é t r o i t e m e n t à la F r a n c e et celle-ci, à ce m o m e n t , travaillait à o b t e n i r l'accession h i s p a n i q u e à u n e a l l i a n c e f r a n c o - h o l l a n d a i s e (fin 1785). L o r d C a r m a r t h e n fit r é p o n d r e d é d a i g n e u s e m e n t q u e

l ' e n t r é e de l ' E s p a g n e

d a n s u n e telle triple alliance n ' a l t é r e r a i t en rien la position

de

d'avril

l'Angleterre 1786).

vis-à-vis

Néanmoins

les

de

la Mosquitie

dirigeants

(début

britanniques

d u r e n t m é d i t e r s u r l'intérêt q u ' i l y a u r a i t à n e pas p o u s s e r à bout l'Espagne.


— 38o — Del C a m p o reçut des p l e i n s p o u v o i r s p o u r s i g n e r u n e c o n v e n t i o n a n n e x e à la p a i x de Versailles (15 m a i 1 7 8 6 ) ; déjà le 29 a v r i l , il avait p r é s e n t é u n projet q u i p r é v o y a i t l'évacuation

de la

Mosquitie

p a r tous les Anglais

ou

« p r o t é g é s Anglais » d a n s les trois m o i s et, en é c h a n g e , u n e e x t e n s i o n d u H o n d u r a s a n g l a i s était a c c o r d é e e n t r e les Rios S e b u n et W a l l i s . M ê m e le r é g i m e des é t a b l i s s e m e n t s h o n d u r i e n s était a m é l i o r é : au s i m p l e d r o i t de c o u p e s'ajoutait le d r o i t d'élever des i n s t a l l a t i o n s i n d u s t r i e l l e s (mais n o n agricoles) afférentes à cette c o u p e ; de p l u s , d r o i t de pèche d a n s les eaux territoriales. Le caye Casina était cédé p o u r l'objet « d ' u n e h o n n ê t e utilité » et n e devait pas être fortifié. ha m o d é r a t i o n des m i n i s t r e s b r i t a n n i q u e s a p p a r u t d a n s le c o n t r e - p r o j e t s o u m i s au c h a r g é d'affaires e s p a g n o l le 7 juillet 1786, contre-projet reproduisant

le

précédent

avec a t t é n u a t i o n des o b l i g a t i o n s de la G r a n d e - B r e t a g n e e n v e r s les I n d i e n s et les c o l o n s réfractaires. Aussi le traité fut il s i g n é le 14 j u i l l e t et ratifié p e u a p r è s . Il r e ç u t u n e exécution Lawrie,

i m m é d i a t e car le s u r i n t e n d a n t de Mosquitie, notifiait

au

Gouverneur

de

la

Jamaïque

le

11 o c t o b r e 1 7 8 6 q u e l ' é v a c u a t i o n des p r o v i n c e s m o s q u i t o s était c h o s e

accomplie

et le

Cabinet

de

Saint J a m e s ,

q u e l q u e s s e m a i n e s p l u s tard, c o m m u n i q u a i t cet avis au Marquis del C a m p o . En réalité, le g o u v e r n e m e n t de L o n d r e s avait cette q u e s t i o n p o u r satisfaire au b l i q u e . Il fit v a l o i r q u ' à

soulevé

v œ u de l ' o p i n i o n

pu-

la suite de ses n é g o c i a t i o n s il

a c q u é r a i t u n d o m a i n e p l u s é t e n d u au H o n d u r a s et

des

d r o i t s m o i n s l i m i t é s ; q u a n t à la Mosquitie, il l ' a b a n d o n n a i t u n e s e c o n d e fois sans trop de regret. Toutefois

il

avait m i s à l ' é p r e u v e et avec succès la résistance d u Pacte de F a m i l l e . De son côté,

la C o u r de Madrid était c h a -


— 381 — g r i n e d ' a v o i r d û a c h e t e r p a r de n o u v e l l e s c o n c e s s i o n s la mise en v i g u e u r d ' u n article p o u r t a n t fort explicite de la p a i x . Elle n ' é t a i t pas sans p e n s e r q u e si le C a b i n e t Versailles l'avait d é f e n d u e à cette o c c a s i o n , j a m a i s

de

l'An-

g l e t e r r e n ' a u r a i t osé p e r s é v é r e r clans ses r e v e n d i c a t i o n s et q u ' e l l e n ' a v a i t agi ainsi q u ' e n s p é c u l a n t s u r la t i m i d i t é et l'esprit peu h i s p a n i q u e de

Vergennes.

Les E s p a g n o l s se v e n g è r e n t d a n s u n e c e r t a i n e

mesure

de la G r a n d e - B r e t a g n e en rejetant net de vieilles r é c l a m a tions relatives a u x d o m m a g e s subis en 1779 et en 1763 p a r les c o l o n s b r i t a n n i q u e s de T e r r e F e r m e

: en c a p i t a l

1 0 1 . 5 0 0 £ et en i n t é r ê t s 14.600 £ e n v i r o n . L ' a n n é e

1788

s'écoula sans q u e ces dettes fussent liquidées et l'oubli se fit derechef s u r ce p o i n t . L'article IX d u traité de Versailles q u i p r é v o y a i t des p o u r p a r l e r s en vue de la c o n c l u s i o n d ' u n traité de c o m m e r c e d a n s les d e u x a n s à d a t e r d u 1 j a n v i e r 1784, resta lettre m o r t e , bien q u e l'article er

l

s i m i l a i r e franco-anglais r e ç u t — t a r d i v e m e n t il est

vrai

— son e x é c u t i o n , en 1787.

Que l ' A n g l e t e r r e e u t tenté d ' e x t o r q u e r q u e l q u e s parcelles c o l o n i a l e s , elle était d a n s son rôle m a i s l'Espagne a c c e p tait m o i n s facilement q u e la F r a n c e , son allié, eût c o n t r i b u é p a r sa passivité à cette s p o l i a t i o n et e û t fait le j e u d ' u n e p u i s s a n c e son a d v e r s a i r e . Aussi observa-t-elle tant p a r esprit de représailles q u e p a r nécessité u n e

attitude

fort réservée à l'égard des s u g g e s t i o n s v e n u e s de Versailles. Le g o u v e r n e m e n t de Louis XVI, ne v o u l a n t pas se laisser 1. 11 y eut cependant toute une série de projets et de contre-pro­ jets qui n'aboutirent point en raison de l'opposition des intérêts économiques.


— 382 — e x c l u r e de toute p a r t i c i p a t i o n a u x g r a n d e s affaires e u r o p é e n n e s q u e p r o v o q u a i e n t soit les a m b i t i o n s de s o u v e r a i n s c o m m e J o s e p h II et C a t h e r i n e II, soit l'état de p e r s i s t a n t s en c e r t a i n s p a y s tels q u e la

troubles

P o l o g n e ou les

P r o v i n c e s - U n i e s , ce g o u v e r n e m e n t s e n t a i t

obscurément

son i s o l e m e n t et e n t e n d a i t y