Page 251

LES

CORSAIRES

DE

LA GUADELOUPE

239

La gourde était coupée par moitié, quart, huitième et seizième. La monnaie de Billon comprenait le « noir », le « tempé » et le « sou marqué », poinçonné ou non poinçonné. Le « tempé » valait 0.11 c, le « noir » 0.07 c. et le « sou marqué » 0.05 c. Le sou marqué fut surtout très commun à Saint-Martin. Une ordonnance du 30 avril 1817 démonétisa les quarts de gourde coupés et prohiba les sous-marqués, comme fausse monnaie. Fuet revenait donc d'une croisière et les flancs de son navire recelaient des richesses mais les munitions de guerre étaient presque épuisées et il rentrait au port pour les renouveler. Sur les atterrages de la Guadeloupe, un brick anglais lui barra la route. Fuet ne résistait jamais au plaisir de se mesurer avec l'Anglais, quelle que fût sa force. Malgré son infériorité, il accepte le combat. Connaissant bien les Anglais, il savait qu'ils se cachent pendant qu'on leur tire dessus et réapparaissent dans le temps qu'on recharge les pièces. Fuet fait tirer sabord après sabord, avec un maître d'équipage allant de canon en canon pour faire le pointage. De cette manière les Anglais recevaient tous les boulets qui faisaient bien du vacarme et du dégât. Trentecinq hommes à la mousqueterie avaient devant eux des piles de fusils tout chargés et

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement