Page 1

LA GUYANE.


Negre de Loango avec sa famille.


LA

GUYANE, ou

HISTOIRE, MOEURS, ET DES

Habitants

PAR M .

USAGES

COSTUMES

D E CETTE

PARTIe

FERDINAND

DE

L'Amérique

DENIS,

Membre de l'Athénée des Sciences, BellesLettres et Arts de Paris. OUVRACE

ORNÉ

TOME

DE

SEIZE

GRAVURES.

DEUXIÈME.

PARIS, N E P V E U , Libraire, Passage des Panoramas

1823.

;


LA

GUYANE.

CHAPITRE

PREMIER.

Guyane hollandaise. Paramaribo. Ses édifices. Minière de vivre des habitans.

Nous allons maintenant nous o c c u per de la Guyane hollandaise, q u e l ' o n considère depuis 1 8 0 4 c o m m e formant partie des possessions britanniques ; et

nous efforcerons de

faire

connaître les objets les plus

nous

inté-

ressans de cette c o l o n i e , jouissant à juste titre d'une si grande réputation d ' o p u l e n c e . S o n territoire

s'é-

tend depuis la rivière de P o u m a r o n jusqu'au

Maroni,

et c o m p r e n d les

districts d ' E s s é q u é b o , d e D é m é r a r y ,

II I


2

LA

GUYANE.

de Berbice et d e S u r i n a m ; ce d e r n i e r , qu'on

a toujours

considéré

comme

le s e u l t r è s - i m p o r t a n t , e s t l e

chef-

lieu de tous les autres établissemens, e t se t r o u v e a r r o s é p a r u n a s s e z g r a n d n o m b r e de rivières navigables, au milieu desquelles o n distingue celle qui lui d o n n e son n o m , et d o n t u n e b r a n c h e est appelée C o m e w i n e . L a ville d e P a r a m a r i b o est la c a pitale d e t o u t ce p a y s ; o n la r e n c o n t r e a p r è s a v o i r r e m o n t é la r i v i è r e d e S u r i n a m e n v i r o n l'espace de dix-huit milles, e t e l l e offre a u x

regards un

aspect

e x t r ê m e m e n t agréable. Les bois

en-

v i r o n n a n s s o n t p a r é s d e la p l u s b r i l lante v e r d u r e , tandis q u e des arbres e n fleur q u i d é c o r e n t l e s j a r d i n s

ex-

h a l e n t u n p a r f u m délicieux, d o n t l'atmosphère

est

embaumée.

Elle

se


LA GUYANE.

3

trouve bâtie sur u n e espèce de g r a vier de roche, et f o r m e u n carré long d ' u n e lieue environ d ' é t e n d u e . L o r s q u e l ' o n d é b a r q u e , o n v o i t q u e les sont

parfaitement

des arbres fruits

chargés de

les b o r d e n t d e

pour y

rues

alignées,et fleurs

que

ou

de

c h a q u e côté ;

e n t r e t e n i r la f r a î c h e u r ,

les

maisons ont en général deux ou trois é t a g e s , e t sont presque toutes

cons-

truites en b o i s , sur des fondations de briques; de petites planches fendues r e m p l a c e n t l e s t u i l e s e t les a r d o i s e s p o u r l a c o u v e r t u r e ; l ' o n se s e r t r a r e m e n t d e fenêtres v i t r é e s , à cause de l'extrême chaleur qu'elles procurent; m a i s o n a soin d ' y s u p p l é e r p a r d e s t r e i l l i s d e g a z e . C o m m e il n ' e x i s t e p a s de fontaine dans cette ville et q u e l ' e a u d e la r i v i è r e n ' e s t p a s p o t a b l e , c h a q u e


4

LA

GUYANE.

p r o p r i é t a i r e fait c r e u s e r u n p u i t s p o u r servir a u x esclaves et a b r e u v e r le b é t a i l : les g e n s o p u l e n s n e f o n t

usage

que de l'eau de pluie, conservée dans des c i t e r n e s ,

des

réservoirs et des

jarres de t e r r e fabriquées p a r les indigènes. Les maisons sont en général

dé-

corées avec beaucoup de luxe intér i e u r e m e n t , et l e s b o i s p r é c i e u x d o n t les m u r a i l l e s sont l a m b r i s s é e s , r e m placent o r d i n a i r e m e n t les papiers ou les tapisseries. La mollesse des créoles s'accommode parfaitement des h a m a c s q u i servent à g o û t e r le r e p o s ;

mais

quelques personnes cependant ont des lits g a r n i s d ' u n e e s p è c e d e

pavillon

d e g a z e , destine à se m e t t r e à l'abri de la p i q û r e des m o u s t i q u e s . Q u o i q u ' i l n ' y ait q u e fort p e u d'é-


LA GUYANE.

5

difices à P a r a m a r i b o , o n

distingue

cependant

un

hôtel de ville

d'une

a r c h i t e c t u r e assez é l é g a n t e , u n t e m p l e d e p r o t e s t a n s , où le s e r v i c e se fait e n h o l l a n d a i s et e n f r a n ç a i s , u n h ô pital p r e s q u e toujours r e m p l i de m a l a d e s , e t enfin p l u s i e u r s

synagogues.

C e t t e ville n ' e s t d é f e n d u e q u e p a r le fort Z e l a n d i a , d o n t elle est s é p a r é e à l'est p a r u n e v a s t e e s p l a n a d e , o ù les t r o u p e s font q u e l q u e f o i s la p a r a d e ; sur l'un des bastions on r e m a r q u e u n e cloche q u e l'on frappe p o u r indiquer l'heure. L a rade est v r a i m e n t m a g n i f i q u e , et l'on voit a m a r r é s à u n e p o r t é e d e pistolet d u rivage u n e foule de b â t i m e n s m a r c h a n d s , q u i viennent charger du café, du s u c r e , du cacao, du

c o t o n , de l ' i n d i g o , en échange de


6

LA

GUYANE.

diverses marchandises Les Américains quentent

de

l'Europe.

des Etats-Unis

particulièrement

ce

fréport,

o ù ils t r o u v e n t d e s m é l a s s e s à t r è s bas p r i x , destinées à leur fournir du rhum. Au rapport de plusieurs voyageurs, cette capitale est e x t r ê m e m e n t p o p u leuse : selon e u x , on voit dans p r e s q u e t o u t e s les r u e s u n e f o u l e d e p l a n teurs,de

marins,

noirs, d'indigènes,

de

soldats,

dans une

de

conti-

nuelle agitation. Des équipages brill a n s se f o n t r e m a r q u e r ,

des

canots

remplis de marchandises, de pêcheurs ou

d ' h a b i t a n s q u i p r e n n e n t le p l a i s i r

d e l a p r o m e n a d e , se c r o i s e n t e n s e n s divers, au milieu des bâtimens ornés de leurs

flammes

et d e l e u r p a v i l l o n .

Les tables des riches

sont

abon-


LA damment peut

GUYANE.

pourvues

flatter

de

7

t o u t ce

la s e n s u a l i t é , e t

qui elles

offrent a u x c o n v i v e s c e q u e l ' E u r o p e , l'Afrique et l'Asie p r o d u i s e n t d e m e i l leur;

mais en

espèces cherté

de

g é n é r a l les diverses

comestibles

extrême.

Un

sont

d'une

voyageur

dit

avoir payé un d i n d o n trente-six francs, et u n e f o u l e d ' a r t i c l e s d a n s l a m ê m e p r o p o r t i o n . L a f a r i n e d e f r o m e n t se v e n d , dit-il, depuis huit sous jusqu'à vingt-quatre cinquante

cherie jamais quatre

la

livre;

le

sols ; la v i a n d e au-dessous

beurre, de

de

sols : e l l e v a m ê m e

bouvingt-

jusqu'à

trente-six. Nous ne donnerons pas plus d'extension suffira

pour

à c e t t e liste ; m a i s prouver

qu'avec

elle une

honnête fortune en E u r o p e , on peut le t r o u v e r fort g ê n é à S u r i n a m .


8

LA

GUYANE.

L a p r o p r e t é h o l l a n d a i s e s e fait r e marquer à Paramaribo par un

raffi-

n e m e n t qu'on ne saurait trop louer dans

un

pays

extrêmement

chaud.

N o n - s e u l e m e n t les h a b i t a n s s o n t r e cherchés dans leurs vêtemens ; mais ils

ne

portent

en

général que

du

l i n g e d e la p l u s g r a n d e finesse e t d ' u n e blancheur

éblouissante ; le

parquet

des salons est n e t t o y é d ' u n e m a n i è r e qui deviendrait d ' u n prix excessif en E u r o p e ; mais qui ne coûte rien dans les colonies. O n e m p l o i e des o r a n g e s aigres coupées en

deux,

dont

domestiques tiennent une moitié

les de

chaque m a i n , en frottant avec force. Cette

opération à l'avantage de r é -

pandre une odeur extrêmement agréable dans l'appartement. P a r m i les n o m b r e u x e s c l a v e s

que


LA GUYANE.

9

l'on rencontre à chaque i n s t a n t ,

on

distingue u n e e x t r ê m e variété de teint e s , d e p u i s le n o i r b r i l l a n t d u jusqu'à

la c o u l e u r p r e s q u e

nègre

blanche

des quarteronnés p r o v e n u s d ' u n E u r o p é e n et d ' u n e f e m m e

mulâtre.

Il

p a r a î t q u e les i n d i v i d u s d e c e t t e d e r nière classe sont e x t r ê m e m e n t

nom-

breux à S u r i n a m : on distingue surtout l e s f e m m e s ; e l l e s se f o n t

remarquer

p a r leur formes gracieuses et p a r l e u r beauté.

Leur vêtement

se

compose

d ' u n j u p o n d e s o i e g a r n i d ' u n falbala d e gaze ; le corset c o u r t et serré lacé par

d e v a n t laisse voir u n e

chemise

d ' u n e e x t r ê m e finesse ; m a i s e l l e s n e p o r t e n t ni b a s ni s o u l i e r s , p a r c e qu'ils sont réservés aux personnes libres : e n r e v a n c h e , d e s b r a c e l e t s o r n e n t le b a s d e l e u r s j a m b e s , e t elles se c o u 11.

2


10

LA

GUYANE.

v r e n t d ' u n e foule de b i j o u x , q u i rehaussent l'éclat de leur p a r u r e ;

un

c h a p e a u à l a r g e b o r d sert à les g a r a n t i r d u s o l e i l , q u a n d elles

veulent

s'exposer à son ardeur. Les esclaves noires p o r t e n t u n vêt e m e n t q u e la p u d e u r n ' a v o u e r a i t p a s d a n s n o s c l i m a t s ; la p a r t i e s u p é r i e u r e de

leur corps reste à découvert,

elles n ' o n t

qu'une

simple jupe

et qui

cache leur nudité. On voit, parce que nous venons de d i r e s u r la v i l l e d e S u r i n a m , d o i t offrir ment

un coup d'œil

varié,

qu'elle

extrême-

et q u e t o u t s e m b l e

y

annoncer l'opulence des habitans européens ; malheureusement on y e n tend plus que dans beaucoup d'autres colonies les cris d o u l o u r e u x des e s claves. C'est c e p e n d a n t à ces

infor-


LA GUYANE.

11

tunés que l'on doit l'état de prospép é r i t é d a n s l e q u e l se t r o u v e

l'agri­

culture que n o u s allons e x a m i n e r .


12

LA

GUYANE.

C H A P I T R E

II.

Agriculture. Manière d e traiter les e s c l a v e s .

RIEN s a n s d o u t e n ' e s t p l u s

digne

d e fixer l e s r e g a r d s d e l ' o b s e r v a t e u r qu'une habitation de

Surinam,en

c o n s i d é r a n t le t e r r a i n s u r l e q u e l il a fallu l ' é t a b l i r , e t q u i é t a i t s a n s c o n t r e dit le plus m a r é c a g e u x de t o u t e

la

G u y a n e . Les colons de ce p a y s , au r a p port de M. de M a l o u e t , sont parvenus à r e n o u v e l e r le m i r a c l e d e l a c r é a t i o n , à p a r t a g e r les é l é m e n s

confondus,à

diviser u n e terre limoneuse de l'eau q u i la t i e n t p r e s q u e e n

dissolution,


LA G U Y A N E .

13

à élever sur un marais des bâtimens immenses,

et à les asseoir sur des

bases solides : travaux é n o r m e s a j o u tés à ceux de la culture. Nous allons voir c o m m e n t se sont

opérées

ces merveilles, et les résultats que l'on est parvenu à en obtenir. On a e n v o y é d'abord sur ce terrain, méprisé autrefois de notre nation, des ingénieurs a g r i c o l e s , qui après avoir indiqué l'espace dans lequel on devait former des é t a b l i s s e m e n s ,

se

sont

appliqués à déterminer le niveau des terres et des m a r é e s , toutes

les

instructions

et à d o n n e r nécessaires

p o u r exécuter des desséchemens par le m o y e n des écluses. Chaque c o n cessionnaire était obligé de se c o n former au plan général que l'on avait primitivement adopté, et on lui avan2*


14

LA

GUYANE.

çait o r d i n a i r e m e n t quelques esclaves q u i d e v a i e n t l ' a i d e r d a n s ses p r e m i e r s travaux. C'est p e n d a n t l'été et à l ' é p o q u e des basses marées que l'on s'occupe à dessécher

l'espace de terrain

qui

vous a été accordé ; mais cette opér a t i o n d u r e p l u s i e u r s a n n é e s , c a r la concession o r d i n a i r e est d e q u a t r e

à

six c e n t s acres ; et u n p l a n t e u r q u i commence ne peut

avec vingt-cinq

guère

nègres,

entreprendre que

le

desséchement d'une vingtaine d'acres. O n e n t o u r e d o n c l e c a r r é de t e r r a i n q u e l'on veut rendre cultivable d'une digue élevée connu

des

au-dessus plus

fortes

du

niveau

marées ;

le

c ô t é d e la d i g u e q u i fait face à l a r i vière doit y c o m m u n i q u e r p a r

deux

l a r g e s c a n a u x , d a n s lesquels on a placé


LA GUYANE.

15

d e u x écluses indispensables. Si c'est u n e sucrerie q u e l'on veut

établir,

l'une doit s ' o u v r i r à la m a r é e b a s s e , et p e r m e t t r e aux eaux de s ' é c o u l e r ; l'autre s'ouvrant

pendant

la

marée

haute, reçoit, dans des canaux séparés de ceux d ' é c o u l e m e n t , l'eau

néces-

saire p o u r faire t o u r n e r p e n d a n t sept heures u n moulin à sucre. On pense aisément que dans cet espace e n t o u r é d e d i g u e s , il f a u t d i s t r i b u e r d e s c a naux

intérieurs et

des

fossés,qui

d o i v e n t r e m p l i r les différentes destinations

que

nous

avons

indiquées.

C o m m e les c a n a u x , p o u r n ' a v o i r rien de commun

a v e c les f o s s é s , d o i v e n t

être nécessairement percés en ligne d r o i t e e t e n c r o i x d a n s le c e n t r e d e la p l a n t a t i o n , l ' œ i l

se r e p o s e

satisfaction s u r u n e foule d e

avec petites


16

LA GUYANE.

îles carrées, c o m m u n i q u a n t entre elles par des ponts et de belles levées terrassées, q u e l'on a revêtus de gazon dans leur glacis. Les cultures sont aussi variées que bien entendues ; partout o n voit prospérer les denrées coloniales et les plantes nécessaires à la nourriture des noirs. « C'est un c o u p d'oeil enchanteur que celui d'un belvéder sur la rivière de C o m w i n e , disait M. de Malouet en

1777;

la

somptuosité des bâtimens et des jardins , la multitude d'allées plantées en arbres fruitiers, parallèles ou p e r pendiculaires à ces canaux divers , la beauté vivace des plants de c a n n e , café , cacao , le m o u v e m e n t p e r p é tuel de cette rivière toujours couverte de c h a l o u p e s , et les ateliers n o m b r e u x de plusieurs habitations m e

rappe-


LA laient

GUYANE.

les p l u s

riches

17

paysages

de

l'Europe. » L'admiration q u e l'on éprouve en considérant u n doit

bientôt

semblable spectacle,

faire

place

à

d'autres

sentimens, quand on pense à

toutes

les c r u a u t é s q u i o n t é t é e x e r c é e s p o u r c r é e r ces é t a b l i s s e m e n s i m m e n s e s , où le luxe insensé c o m b a t souvent

l'u-

tilité. Surinam

parait être un

des

pays

o ù l ' o n a fait é p r o u v e r les p l u s m a u vais traitemens a u x m a l h e u r e u x Africains,arrachés

de leur

pays

cultiver des terres étrangères.

pour L'Eu-

rope a retenti pendant trop long-temps du récit de mille cruautés plus a b o m i n a b l e s les u n e s q u e les a u t r e s , e t d e la r é v o l t e

qu'elles ont

amenées,

p o u r q u ' o n les i g n o r e e n c o r e . L e r é -


18

LA

GUYANE.

gime des esclaves dans cette colonie est v r a i m e n t d é p l o r a b l e , et f o r m e u n bien triste contraste

avec celui

nègres b r é s i l i e n s , d o n t

des

l'existence

est sous t o u s les r a p p o r t s infiniment plus s u p p o r t a b l e . Ici les n o i r s , n o n seulement

sont excédés

de

travail,

n i a i s ils n ' o n t q u e t r è s - r a r e m e n t faculté

de se r a c h e t e r ,

et

la

une

loi

permettait à un planteur de mettre mort

son

esclave,

s o m m e de cinq cents

en

payant

florins.

à

une

C e n'est

qu'en frémissant que nous osons ret r a c e r l e s effets t e r r i b l e s d e la l é g i s l a tion de cette colonie, qui sans doute se sera a d o u c i e a v e c les p r o g r è s des lumières.

V e r s 1773 o n v i t u n m a l -

heureux suspendu vivant à une p o t e n c e , e t p a r l e s c ô t e s , o n a v a i t fait u n e o u v e r t u r e au m o y e n d ' u n instru-


Negresse à la chaine Negresse déchirée et chargé d'un poids. à coups de fouet.


LA ment

GUYANE.

tranchant,

19

de manière

qu'un

c r o c h e t d e fer a t t a c h é à u n e

chaîne

pût y passer. Le voyageur qui r a p p o r t e cet

acte de b a r b a r i e , dit que

l'infortuné

vécut

trois jours de

la

s o r t e , la t ê t e e t les pieds t o m b a n t v e r s la t e r r e .

Dans cet horrible

é t a t , il

e n c o u r a g e a e n c o r e u n d e ses c a m a r a des q u e l'on déchirait à coups de fouet s o u s sa p o t e n c e . D e s j e u n e s ont été déchirées à coups ( Voyez

la gravure

en regard

elles n ' o n t p a s s u c c o m b é ,

femmes de

fouet

) ; e t si c'est q u e

la n a t u r e était p l u s forte chez

elles

q u e la r a g e d e leurs b o u r r e a u x .

Une

m a d a m e S.

se r e n d a n t

à sa p l a n t a -

tion dans u n b a t e a u c o u v e r t , et i m p o r t u n é e des cris d ' u n enfant q u e son esclave allaitait, c o m m a n d a à celle-ci d e le l u i a p p o r t e r ; e l l e le saisit a l o r s


20

LA

GUYANE.

p a r u n b r a s , et l e t i n t s o u s l ' e a u j u s q u ' à c e q u ' i l fût n o y é . L a m a l h e u r e u s e mère voulut

dans son

désespoir

se

d o n n e r la m o r t ; m a i s o n p a r v i n t à la r e t e n i r , et elle r e ç u t q u e l q u e s c o u p s de verge p o u r avoir voulu disposer d e sa p r o p r e

p e r s o n n e , après avoir

p e r d u ce q u ' e l l e avait d e p l u s c h e r a u monde. Son horrible maîtresse c o m mit d'autres crimes peut-être encore p l u s atroces ; les esclaves s'en plaignig n i r e n t , et la j u s t i c e les c o n d a m n a à être fouettés cruellement p o u r avoir imploré son appui.

Rien n'approche

d e la férocité d e q u e l q u e s c o m m a n deurs ves

:

si d e s

tombaient

ils l e s f a i s a i e n t

malheureux dans périr

leur

escla-

disgrâce,

infailliblement

p a r des supplices continuellement r é p é t é s , q u i finissaient p a r a m e n e r la


LA

GUYANE.

21

mort. Souvent, au rapport d'un voyageur digne de foi,

la v i c t i m e

dési-

gnée a été attachée nue à un arbre d a n s la f o r ê t , les b r a s e t les j a m b e s é t e n d u e s s o u s l e p r é t e x t e d e les l u i d é l i e r ; o n l ' y a laissée e n lui d o n n a n t régulièrement

à m a n g e r , jusqu'à ce

q u e les m o u s t i q u e s e t d ' a u t r e s i n s e c t e s la fissent enfin s u c c o m b e r p a r l e u r s p i q û r e s affreuses. N o t r e p l u m e se r e fuse à r e t r a c e r e n c o r e d e s e m b l a b l e s h o r r e u r s ; mais nous pourrions

rem-

p l i r u n v o l u m e d e s effroyables r é c i t s q u e n o u s a v o n s s o u s les y e u x . I l suffira d e r a p p o r t e r q u e d u t e m p s d e S t e d m a n , o ù il p o u v a i t y a v o i r 5 o , o o o e s claves p r o p r e s au t r a v a i l , le n o m b r e d e s m o r t s e x c é d a i t t o u s les a n s d e 2,500 c e l u i d e s n a i s s a n c e s ; c e q u i prouve d'une manière évidente que 11.

3


22

LA GUYANE.

tous les vingt ans une génération de 5o,ooo individus disparaît de cette terre de misère. De semblables traitemens ont dû nécessairement amener ces nombreuses désertions qui pensèrent devenir la ruine de la colonie, et l'on est seulement étonné qu'elles n'aient pas été plus fréquentes, puisque l'on a vu des malheureux qui, dans le désespoir que leur causait les mauvais traitemens, se jetaient dans les chaudières où bouillait le jus de la canne à sucre, et se délivraient par d'horribles tourmens d'un esclavage plus affreux que la mort. Mais il est temps de détourner nos regards d'un semblable spectacle, pour les porter sur des scènes de bonheur ; au milieu des maîtres injustes,


LA

GUYANE.

23

il e n e s t q u e l q u e s - u n s d e

compatis-

s a n s , et c ' e s t c h e z c e u x - l à q u e

nous

allons n o u s t r a n s p o r t e r . L à , tous les noirs ne semblent former q u ' u n e m ê m e famille ; l ' e s c l a v e , o u t r e les vives q u ' i l reçoit toutes

les

semaines,

cultive

u n j a r d i n q u i lui p r o d u i t e n

abon-

dance des b a n a n e s , des oranges, des gouyaves,des

gousses d ' a l t h e a ,

et

différentes

espèces de

piment

avec

lesquels

assaisonne presque

tous

il

ses m e t s .

L a c h a s s e e t la p ê c h e

lui

p e r m e t t e n t d ' a u g m e n t e r son petit revenu,et

il n ' a p l u s r i e n à d é s i r e r ,

lorsqu'une compagne vient

partager

s o n m o d e s t e a s i l e : il n e fait à l a v é rité a u c u n e

dépense

en

vêtemens ;

m a i s la c h a l e u r d u

climat lui

per-

m e t d'aller presque

absolument

nu.

( Voyez

la gravure

en regard.

) On a


24

LA

GUYANE.

r e p r é s e n t é u n n o i r d e L o a n g o a v e c sa f a m i l l e ; e t il offre l ' i m a g e d ' u n e s a t i s faction

aussi

vive

qu'on

goûter dans l'esclavage.

puisse M. de

la Ma-

l o u e t p a r l e d e m a d a m e Geoffroy, d o n t les cinq c e n t s captifs n e c o n n a i s s a i e n t d ' a u t r e b o n h e u r q u e c e l u i d e la s e r v i r , e t gémissaient sur le sort d ' u n d o m e s t i q u e q u ' e l l e a v a i t c h a s s é d e sa présence. Les nations qui fournissent le plus g r a n d n o m b r e d e noirs à la c o l o n i e h o l l a n d a i s e , sont celles des C a r m e n tins, des C a r b a r i s , des A r a d a s , des C o n g o , des L o a n g o , etc. etc. O n s'occ u p e e n g é n é r a l fort p e u d e l e u r faire a d o p t e r les principes d u c h r i s t i a n i s m e , e t ils o n t c o n s e r v é u n e g r a n d e p a r t i e de leurs anciens usages religieux. Il n ' e s t p o i n t r a r e m ê m e d e les v o i r s e


LA

GUYANE.

25

livrer à un culte expressément interd i t p a r les l o i s , p a r c e q u ' i l a p p o r t e quelquefois u n grand préjudice

aux

planteurs. S t e d m a n dit q u e leurs p r o p h è t e s , qu'ils désignent sous la d é n o m i n a t i o n d e locomen,

leur v e n d e n t des

a m u l e t t e s a p p e l é e s o b i a s , d o n t ils tirent un très-grand

p r o f i t ; e t il fait

mention d'un certain Graman Quacy, qui en e x e r ç a n t ce singulier état avait acquis u n e g r a n d e aisance. Dans un v o y a g e q u ' i l fit e n E u r o p e , le p r i n c e d'Orange

l u i fit p r é s e n t

forme de général, ce qui

d'un

uni-

contribua

s i n g u l i è r e m e n t à a u g m e n t e r la c o n s i d é r a t i o n d o n t il j o u i s s a i t ment.

précédem-

O u t r e c e s l o c o m e n , il e x i s t e

e n c o r e des espèces d e sybilles a u x quelles on accorde un grand pouvoir; ces f e m m e s , o r d i n a i r e m e n t âgées d a n s*


a6

LA

GUYANE.

s e n t en r o n d a u m i l i e u d ' u n e a s s e m blée n o m b r e u s e , j u s q u ' à ce

qu'elles

t o m b e n t e n c o n v u l s i o n s , et q u e l ' é c u m e l e u r s o r t e p a r la b o u c h e : t o u t ce qui leur plaît d e dire dans cet état d'exaltation, devient à ce q u e l'on p r é tend, un ordre que doivent

exécuter

c e u x qui les e n v i r o n n e n t . Aussi n'estil p a s r a r e q u ' à l a s u i t e d ' u n

rassem-

b l e m e n t m y s t é r i e u x les e s c l a v e s p r e n n e n t l a fuite d a n s les b o i s , o u se v e n g e n t s u r la p e r s o n n e d e l e u r m a î t r e . Le voyageur dont nous empruntons q u e l q u e s - u n s d e ces d é t a i l s , p r é t e n d aussi qu'il existe dans c h a q u e

famille

n o i r e u n e défense passée de p è r e en fils d e m a n g e r

la c h a i r d e t e l o u tel

ê t r e a n i m é . I l s d é s i g n e n t s o u s le n o m d e treff

c e l u i q u i e s t ainsi p r o h i b é , et

g a r d e n t t r è s - e x a c t e m e n t la loi q u ' i l s


LA

GUYANE.

27

se sont fuite de n'en goûter dans aucune circonstance. Soit

que les danses

(les nègres

tiennent en quelque sorte à leur religion ,

c e que nous avons souvent

pensé en les observant dans les p o s sessions portugaises, soit qu'elles ne forment qu'un simple divertissement, il est certain q u e dans les colonies les noirs s'y livrent a v e c une sorte de fureur, et qu'à Surinam i l s y emploient presque toujours le samedi soir. Dans les habitations où ils sont bien traités , on leur donne un grand bal tous les trois m o i s , auxquels ils peuvent i n viter leurs camarades du voisinage. Dans ces o c c a s i o n s , les danseurs se mettent avec une sorte de r e c h e r c h e , et les femmes paraissent avec leurs plus belles jupes de toile des Indes,


28

LA

GUYANE.

O n v o i t r é g n e r d a n s c e s f ê t e s la m e i l leure intelligence, quoique

souvent

le tafia y s o i t p r o d i g u é . D a n s l e vacy cotto,

les h o m m e s f o n t p l u s i e u r s

g u r e s et m a r q u e n t

certains

pas

fien

r e m u a n t s u r t o u t b e a u c o u p les r e i n s , tandis que

les f e m m e s t o u r n e n t

en

tenant leur jupon étendu c o m m e un parasol. devant

La

soesa

consiste à

sauter

s o n d a n s e u r et s a d a n s e u s e ,

en frappant des m a i n s sur les h a n c h e s p o u r m a r q u e r la m e s u r e . d e Loango

La

danse

n'est usitée q u e p a r m i les

i n d i v i d u s d e c e t t e n a t i o n , et n o u s la l a i s s e r o n s d é c r i r e à S t e d m a n , q u i l'a o b s e r v é e a t t e n t i v e m e n t . « Elle se c o m p o s e , d i t - i l , d e g e s t e s si a n i m é s e t si lascifs, qu'il faut u n e i m a g i n a t i o n des plus échauffées et l'habitude

la

plus

constante pour l'exécuter. Cette danse


LA

GUYANE.

q u e le son d u t a m b o u r

29

accompagne,

e t p e n d a n t l a q u e l l e les d a n s e u r s b a t t e n t la m e s u r e a v e c l e u r s m a i n s , p e u t être considérée c o m m e une sorte de p a n t o m i m e , divisée en plusieurs actes, et qui d u r e q u e l q u e s h e u r e s . Mais c e qu'il y a de plus r e m a r q u a b l e , c ' e s t q u e p e n d a n t tout le t e m p s d e cette espèce de

représentation,les

dan-

seurs et d a n s e u s e s , loin de p a r a î t r e fatigués,

s'animent

et

s'échauffent

de plus en p l u s , j u s q u ' à ce qu'enfin ils que

soient tout baignés de sueur leurs

mouvemens

et

passionnés

aient été portés à u n tel d e g r é , q u e la n a t u r e é t a n t v a i n c u e , i l s s e t r o u v e n t prêts à t o m b e r en convulsions. » Il y a aussi d e s espèces d e d a n s e s funèb r e s ; mais on n'a recueilli

aucuns

malheureusement détails s u r la

ma-


3o

LA

GUYANE.

n i è r e d o n t elles s ' e x é c u t e n t ; on sait c e p e n d a n t q u ' e l l e s s o n t g a i e s et q u ' e l l e s v i e n n e n t à la s u i t e d ' u n festin. N o u s finirons

en disant que l'on a vu des

danses générales d u r e r sans i n t e r r u p t i o n d e p u i s l e s a m e d i s o i r à six h e u res j u s q u ' a u d u soleil.

lundi

matin

La m u s i q u e ,

au

qui

lever

consiste

p r i n c i p a l e m e n t d a n s le b r u i t d u t a m b o u r , r é p è t e c o n t i n u e l l e m e n t le s o n d e touckety forme un

-touck

touckety-touck,et

une mesure

à u n t e m p s et à

demi-temps. L e s différens i n s t r u m e n s e m p l o y é s

p a r les n è g r e s sont leur

simples c o m m e

m é l o d i e , et n o u s en avons re-

présenté q u e l q u e s - u n s , q u e l'on peut regarder

comme

les p r i n c i p a u x

l e s p l u s e n u s a g e . ( Voyez en regard.

)

la

ou

gravure


Instruments, de Musique des Negres.


LA

GUYANE.

31

N° 1. Le créole bania e s t le p l u s c o m p l i q u é d e t o u s les i n s t r u m e n s d e s n o i r s , e t p e u t - ê t r e a u s s i le p l u s a g r e a b l e ; c'est c o m m e

o n le v o i t u n e

espèce

d e g u i t a r e faite a v e c la m o i t i é d ' u n e g o u r d e , couverte d'une peau de m o u t o n ; on y ajoute u n long m a n c h e , et il n ' y a q u e q u a t r e c o r d e s , d o n t l ' u n e est b e a u c o u p p l u s c o u r t e q u e les a u tres; nous nous rappelons d'avoir vu fréquemment cet instrument au Brésil a v e c

cependant

quelques

diffé-

rences. N ° 2. Le Loango

bania m é r i t e d ' ê t r e

o b s e r v é : il c o n s i s t e d a n s u n e p l a n c h e de bois t r è s - s e c , s u r laquelle on remarque

deux

barres

transversales ;

a u - d e s s u s de celles-ci sont posés de petits bâtons de bois de p a l m i e r élast i q u e , r a s s e m b l é s en h a u t p a r u n e t r o i -


32

LA

sième barre.

GUYANE. Le9 n è g r e s à R i o

neiro font u s a g e d ' u n i n s t r u m e n t

Jaà

p e u p r è s s e m b l a b l e , d o n t les b â t o n s se remplacent p a r des petites touches en fer, q u i r e n d e n t u n s o n assez a g r é a b l e . N ° 3. Le grand

tambour

de

Loango

e s t fait a v e c u n t r o n c d ' a r b r e c r e u x , et c o u v e r t d ' u n e p e a u de m o u t o n a u x d e u x extrémités. Il existe cinq à six i n s t r u m e n s d e la m ê m e e s p è c e , d o n t n o u s n e ferons p a s la d e s c r i p t i o n , p a r c e q u ' i l s o n t la p l u s g r a n d e a n a l o g i e . N° 4

L e quaqua

est

d'un

assez

grand u s a g e , et consiste simplement d a n s u n e p l a n c h e d e b o i s d u r , s u r laquelle on frappe avec d e u x os ou d e u x b a g u e t t e s d e fer. N°

5.

Le

bemta

est d ' u n

usage

g é n é r a l dans toutes les colonies : c'est u n a r c t e n d u au m o y e n d ' u n e

corde


de

LA

GUYANE.

jonc sec,

sur lequel

33 on

frappe

avec u n bâton : au Brésil on emploie u n fil d e l a i t o n , e t l ' a r c s e p o s e s u r u n e moitié de c o l o q u i n t e , p l a c é e sur le c r e u x d e la p o i t r i n e . N° 6. Il y a a u s s i d e s

flûtes,

des

t r o m p e s et u n e e s p è c e d e c o r d e s t i n é s à r a p p e l e r les e s c l a v e s a u t r a v a i l ; m a i s de tous ces i n s t r u m e n s à loango t o u t o u est celui q u i

vent,

le

produit

une plus grande variété de tons : c'est une

flûte

quatre

traversière

N o u s finirons divers

qui

n'a

que

trous. en

instrumen9

disant que paraissent

ces être

d ' u n e origine africaine ; m a i s q u ' i l se pourrait néanmoins qu'ils eussent e m prunté quelque chose à ceux de l ' E u rope. Tout ce q u ' u n nègre rencontre, q u a n d il a l e d e s i r d e d a n s e r , d e v i e n t II.

4


34

LA

GUYANE.

un instrument propre à m a r q u e r

la

m e s u r e ; nous en avons vus au B r é sil s e j o i n d r e a u x c o n c e r t s d e

leurs

camarades avec deux cailloux qu'ils frappaient l ' u n c o n t r e l'autre ; et l'on ne se plaignait

point

geassent l'harmonie

qu'ils

déran-

générale.

A p r è s a v o i r i n d i q u é la m a n i è r e d o n t les n o i r s s o n t traités d a n s la c o l o n i e h o l l a n d a i s e , et les divers m o y e n s qu'ils emploient pour charmer leur

escla-

v a g e , nous allons passer à u n

sujet

p l u s intéressant e n c o r e , p a r c e q u ' i l est moins

connu.

On verra

le

résultat

naturel des cruautés q u e n o u s avons rapportées au c o m m e n c e m e n t de ce c h a p i t r e , et l'on p o u r r a se c o n v a i n c r e que des esclaves accablés de m a u v a i s traitemens

finissent

reconquérir leur

tôt ou tard

liberté.

par


LA

GUYANE.

C H A P I T R E

35

III.

Nègres révoltés.

LES noirs révoltés de Surinam o n t fait trop de bruit en E u r o p e , p o u r q u e nous ne

consacrions pas

quelques

pages à les faire c o n n a î t r e , ainsi que leurs différens établissemens. T o u t en déplorant des cruautés exercées par une fatale représaille,on admirera sans doute le c o u r a g e qu'ils ont d é p l o y é , et cet a m o u r d'une juste indépendance qui leur a fait renverser tant d ' o b s tacles. Ce

fut vers

1726

et

1728

que

les rassemblemens d'esclaves fugitifs


36

LA

GUYANE.

• c o m m e n c è r e n t à devenir inquiétant p o u r la c o l o n i e . A r m é s d ' a r c s ,

de

lances et de quelques fusils, ils se dirigeaient du fond de leurs forêts sur les habitations les plus v o i s i n e s , où ils exerçaient

de

grands ravages ,

et tâchaient principalement de se p r o curer des armes à f e u , ainsi q u e des munitions de toute espèce. Ces h o m m e s terribles repurent la dénomination de

rebelles de

Sara-

m e c a , parce qu'ils s'étaient établis vers la partie supérieure de la rivière qui porte c e n o m , ainsi que sur les bords de la Capename. C e fut en vain que l'on e n v o y a contre eux quelques d é tachemens de troupes et d'habitans : ils semblèrent cependant s'apaiser ; mais en 1 y 3 o les horribles supplices q u ' o n fit endurer à onze d'entre e u x ,


LA dans

GUYANE.

l'intention

d'épouvanter

ceux

qui restaient au milieu des forêts, ne firent

q u ' a u g m e n t e r l e u r f u r e u r , et ils

d e v i n r e n t le p l u s

terrible

fléau

des

c o l o n s , q u i se v i r e n t b i e n t ô t o b l i g é s d e t r a i t e r d e la p a i x , p a r c e q u ' i l s n e p o u vaient plus supporter une guerre

t o u t le d é s a v a n t a g e é t a i t d e l e u r c ô t é . Vers

1749,

gouverneur Maurice

e n v o y a offrir a u x r e b e l l e s les c o n d i t i o n s q u e les A n g l a i s a v a i e n t faites a v e c c e u x d e la J a m a ï q u e , e t elles f u r e n t acceptées après quelques fâcheux préliminaires. Le chef des insurgés, qui était un mulâtre n o m m é A d o e , reçut en signe d ' i n d é p e n d a n c e u n jet à p o m m e

superbe

d ' a r g e n t , et offrit

en

échange un arc et un carquois travaillés d e ses m a i n s . C e t t e paix m o m e n t a n é e r é p a n d i t la j o i e d a n s la c o l o n i e ;

4*


58

LA

GUYANE.

m a i s elle n e d e v a i t être q u e d e b i e n courte durée. Les présens qui avaient é t é p r o m i s a u b o u t d ' u n an à la t r i b u commandée

par Adoe

furent

inter-

ceptés par un autre capitaine n o m m é Z a m - Z a m , qui n'avait point été cons u l t é s u r le t r a i t é d e p a i x .

Le

chef

m u l â t r e n e v o y a n t pas s'effectuer

la

p r o m e s s e q u ' o n lui avait faite, pensa qu'on ne voulait que l'amuser jusqu'à ce que de n o u v e a u x renforts

fussent

arrivés d'Europe. Il recommença dès lors à p o r t e r ses r a v a g e s s u r différens districts,

et les h a b i t a n s

se

virent

b i e n t ô t d a n s u n e si h o r r i b l e d é t r e s s e , qu'en

1751

ils f u r e n t o b l i g é s d e s ' a -

dresser aux états-généraux. On e n v o y a six c e n t s h o m m e s , dés p a r le b a r o n

Spoke,

leur

commanqui

mou-

r u t u n a n a p r è s s o n a r r i v é e , et n ' e u t


LA G U Y A N E .

39

pas le t e m p s d ' o p é r e r de g r a n d s c h a n g e m e n s d a n s les affaires. E l l e s p r i r e n t u n aspect e n c o r e plus effrayant vers 1757; c a r il s ' é l e v a d a n s l a T e m p a t y crique

une

nouvelle

révolte

parmi

les n o i r s e s c l a v e s , q u i , r é u n i s à s e i z e c e n t s a u t r e s r e b e l l e s fixés d e p u i s l o n g t e m p s dans le m ê m e p a y s , et c o m mandés

par un nommé

Boston,

ne

t a r d è r e n t p a s à se p r o c u r e r d e s a r m e s à la s u i t e d e q u e l q u e s c o m b a t s , forcèrent

b i e n t ô t les colons à

et

leur

procurer une paix avantageuse. C e u x ci s ' e n g a g è r e n t à l e u r e n v o y e r , p a r m i b e a u c o u p d'autres objets, une certaine q u a n t i t é d e fusils et d e m u n i t i o n s . C e furent MM. Sober et Abercombie que l'on chargea d'aller traiter définitivem e n t d e la p a i x a v e c e u x . M . man,

en rapportant d'une

Sted-

manière


40

LA

GUYANE.

détaillée c o m m e n t ces d e u x e n v o y é s h o l l a n d a i s f u r e n t r e ç u s , fait t r o p b i e n c o n n a î t r e la façon d e v i v r e e t le c a ractère des noirs fugitifs, p o u r

que

n o u s n e r a p p o r t i o n s p o i n t ici u n e p a r l i e d e sa n a r r a t i o n . « É t a n t arrivés dans le c a m p des rebelles,

à la J o c k a - c r i q u e , s i t u é à

q u i n z e m i l l e s à l ' e s t d e la

Tempaty-

c r i q u e , ils f u r e n t p r é s e n t é s à u n n è g r e très-bel h o m m e , appelé A r a b y , qui c o m m a n d a i t en c h e f , et était né dans l e s f o r ê t s . I l l e s r e ç u t fort

poliment,

l e u r prit la m a i n , et les pria d e s ' a s seoir à ses c ô t é s , s u r le g a z o n ; en m ê m e t e m p s il l e s a s s u r a q u ' i l s n ' a v a î e n t r i e n à c r a i n d r e , et q u ' a m e n é s p a r u n m o t i f a u s s i s a c r é q u e le l e u r , p e r s o n n e n e v o u d r a i t n i n ' o s e r a i t les inquiéter.


LA G U Y A N E .

41

« L o r s q u e le c a p i t a i n e B o s t o n , c e p e n d a n t , s ' a p e r ç u t q u e les c o m m i s saires n'apportaient q u e des bagatelles, c o m m e des c o u t e a u x , des ciseaux, des p e i g n e s ,

de petits m i r o i r s ,

et

a v a i e n t oublié les articles p r i n c i p a u x , c ' e s t - à - d i r e la p o u d r e à c a n o n ,

les

a r m e s à feu e t l e s m u n i t i o n s , il s ' a p procha d ' e u x h a r d i m e n t , et l e u r d e m a n d a d ' u n e voix d e t o n n e r r e , s'ils p e n s a i e n t q u e les n è g r e s n ' e u s s e n t b e s o i n q u e d e p e i g n e s e t d e m i r o i r s ; il ajouta q u ' u n de ces derniers m e u b l e s suffisait p o u r q u ' i l s p u s s e n t voir t o u s leur propre figure, tandis q u ' u n simp l e b a r i l de mansany

(poudre à canon),

q u ' o n leur eût offert, aurait

prouvé

la c o n f i a n c e q u e l ' o n a v a i t e n e u x . I l termina en disant q u e , puisqu'on avait o m i s d e s o b j e t s si i m p o r t a n s ,

il n e


42

LA

GUYANE.

consentirait jamais au retour des c o m missaires, jusqu'à ce qu'on eût envoyé t o u s les o b j e t s c o n t e n u s d a n s la l i s t e , et c o n s é q u e m m e n t que

le t r a i t é e û t

repu son exécution. « C e t t e s o r t i e fut r e l e v é e p a r u n a u t r e n è g r e a p p e l é le c a p i t a i n e Q u a c o , déclara q u e

ces messieurs

qui

n'étaient

q u e les e n v o y é s d u g o u v e r n e u r ;

que

n e p o u v a n t r é p o n d r e d e ses p r o c é d é s , ils s ' e n r e t o u r n e r a i e n t

certainement

sans a u c u n e i n s u l t e , et q u e p e r s o n n e , p a s m ê m e lui capitaine B o s t o n , n ' a u r a i t la h a r d i e s s e d e s ' o p p o s e r à l e u r départ. « L e chef alors imposa silence, pria

M.

Abercombie

d'écrire

et lui-

m ê m e u n e liste qu'il allait lui dicter. L o r s q u ' e l l e fut commissaires

a c h e v é e , et q u e les eurent

promis de

la


LA

GUYANE.

43

r e m e t t r e , les n è g r e s d é c l a r è r e n t q u ' i l s laissaient au g o u v e r n e u r et à son conseil u n e a n n é e e n t i è r e p o u r e n d é l i b é r e r , et choisir la p a i x o u la g u e r r e . Ils j u r è r e n t q u e p e n d a n t cet i n t e r v a l l e tout acte d'hostilité cesserait de leur p a r t ; e n s u i t e ils r é g a l è r e n t les e n v o y é s le m i e u x q u e l e u r situation au milieu des bois

le p e r m i t , e t il l e u r

sou-

haitèrent un bon voyage jusqu'à leur destination. » Les d e u x e n v o y é s s'éloignèrent et r e v i n r e n t r e n d r e c o m p t e d e la m i s s i o n a u g o u v e r n e u r e t à la c o u r c o l o n i a l e , qui envoyèrent d'autres commissaires a u b o u t d ' u n a n , p o u r t e r m i n e r enfin une

paix

si v i v e m e n t d é s i r é e .

Ces

n o u v e a u x ambassadeurs furent parfait e m e n t accueillis des n o i r s , qui leur s e r v i r e n t t o u t ce q u e l e s fleuves et les


44

LA

GUYANE.

forêts p o u v a i e n t l e u r fournir d e m e i l l e u r , et n e m a n q u è r e n t p o i n t u n seul jour à les divertir p a r des d a n s e s , des espèces

de c o n c e r t s , et des

salves

continuelles de mousqueterie.

Après

q u e l q u e s d é b a t s , les c o n d i t i o n s f u r e n t enfin a r r ê t é e s ,

et aussitôt après

le

retour des commissaires, on envoya les p r é s e n s q u e l ' o n

était

convenu

d ' o f f r i r . L e t r a i t é fut s i g n é e n 1771 p a r les c o m m i s s a i r e s h o l l a n d a i s e t s e i z e capitaines n o i r s , d a n s la d ' O u c a , o ù les p a r t i e s

plantation

contractantes

s ' é t a i e n t r é u n i e s Il f a l l u t n é a n m o i n s se s o u m e t t r e à u n e a u t r e c é r é m o n i e : le c h e f A r a b y s ' é t a i t l i é , d e m ê m e q u e les s i e n s , p a r u n s e r m e n t t e r r i b l e , e t il e x i g e a q u e les c o m m i s s a i r e s e n

fissent

autant. On tira donc avec u n e lancette quelques gouttes de sang à un Européen


LA

GUYANE.

45

ainsi q u ' à un g u e r r i e r n o i r ; et elles fur e n t aussitôt repues dans u n e calebasse remplie d ' e a u , où l'on avait jeté q u e l q u e s p i n c é e s d e t e r r e . O n fit d ' a b o r d une libation de ce m é l a n g e ; c h a q u e a s s i s t a n t fut o b l i g é d ' e n b o i r e u n e p a r t i e , e t le p r ê t r e o u l e g a d o m a n d e la tribu lança un table

contre

anathème

ceux

qui les

épouvanpremiers

r o m p r a i e n t le t r a i t é q u ' o n v e n a i t

de

conclure. Ces insurgés reçurent

dès

lors le n o m d e la p l a n t a t i o n d ' O u c a , p o u r les distinguer des noirs de S a r a m e c a , a v e c l e s q u e l s o n fit é g a l e m e n t u n traité d e paix la m ê m e a n n é e . recommencèrent

les h o s t i l i t é s

Ils

pour

u n e raison s e m b l a b l e à celle qui avait c a u s é la p r e m i è r e r u p t u r e ; m a i s o n l e s a p a i s a i m m é d i a t e m e n t , e t ils r e t o u r n è r e n t à des s e n t i m e n s pacifiques. II.

5


46

LA

GUYANE.

Lès deux républiques noires o b s e r vèrent

r e l i g i e u s e m e n t le

traité,et

c o m m e n c è r e n t à a c q u é r i r un n o u v e a u d e g r é d e p r o s p é r i t é d a n s les e n d r o i t s qu'elles avaient p r i m i t i v e m e n t choisis. Q u e l q u e s années après elles

comp-

taient quinze ou vingt mille individus, e n a d m e t t a n t d a n s ce calcul les femm e s ainsi q u e les e n f a n s , e t

Stedman

l e s c o n s i d é r a i t e n 1799 c o m m e l e s p l u s d a n g e r e u x e n n e m i s q u e la colonie eût u n j o u r à c o m b a t t r e . Sa p r é d i c t i o n ne s'est h e u r e u s e m e n t point réalisée jusq u ' à p r é s e n t ; e t il s e m b l e q u e la G u y a n e est assez c o n s i d é r a b l e p o u r q u e des peuples d'espèces, coutumes

d e m œ u r s et

différens p u i s s e n t

de

l'habi-

t e r s a n s se f a i r e u n e g u e r r e c r u e l l e . Eneouragés par l'exemple des h o m mes qui étaient parvenus à conquérir


LA

GUYANE.

47

leur indépendance, mais ne pouvant p a r les traités aller se j o i n d r e à e u x d a n s la c r a i n t e d ' ê t r e r e n d u s à l e u r s m a î t r e s , les n è g r e s f u g i t i f s d e d i f f é r e n tes habitations c o m m e n c è r e n t à se réunir et à exercer toute sorte de d a t i o n s s u r les b o r d s d e la

dépréCottica.

L e s p l a n t a t i o n s d e v i n r e n t la p r o i e d e s flammes;

les h a b i t a n s furent m a s s a -

crés, et rien n e résista aux

nouveaux

r é v o l t é s , qui furent bientôt plus red o u t a b l e s q u e les n a t i o n s d ' O u c a et de S a r a m e c a , p u i s q u ' e n 1772 la p l u p a r t des colons v i n r e n t c h e r c h e r u n asile dans P a r a m a r i b o , p o u r échapper à l e u r fureur. C e fut à cette é p o q u e q u e le g o u v e r n e m e n t forma un corps d'esclaves affranchis, p o u r c o m b a t t r e leurs anciens compatriotes. On ne peut s'empêcher de dire qu'ils déployèrent beau-


48

LA

GUYANE.

c o u p de c o u r a g e dans u n e foule de circonstances.

Ils

formaient

plusieurs

compagnies composées chacune de dix v o l o n t a i r e s , a y a n t à leur tête u n cap i t a i n e q u i les d i r i g e a i t a u s o n d u c o r d a n s les forêts. S t e d m a n n o u s a c o n s e r v é l e u r m a n i è r e d e s ' é q u i p e r ; elle était d ' u n e e x t r ê m e simplicité et suffisante

p o u r le g e n r e de g u e r r e qu'ils

f a i s a i e n t : ils n ' a v a i e n t q u e l e s a b r e e t l e f u s i l ; u n c a l e ç o n l e u r c o u v r a i t la p a r tie inférieure d u c o r p s ; et u n b o n n e t écarlate, s u r l e q u e l se t r o u v a i t l e u r n u m é r o , p r é v e n a i t toute méprise

pen-

d a n t les c o m b a t s qui se livraient a u x rebelles. L e u r h a b i t d e p a r a d e était à ce qu'il paraît, un uniforme vert. Ce corps quoique infiniment utile, n'était point suffisant p o u r d é f e n d r e l a c o l o n i e , q u i se v i t o b l i g é e d e s ' a d r e s s e r a u p r i n c e


LA

GUYANE.

49

d'Orange pour

obtenir un

régiment

d e t r o u p e s r é g u l i è r e s , q u i fut e n v o y é s o u s le c o m m a n d e m e n t Fourgeoud.

du

colonel

L e s m é m o i r e s d e M. d e

M a l o u e t et d e p l u s i e u r s p e r s o n n e s n o u s r e p r é s e n t e n t c e t officier c o m m e e x t r ê m e m e n t b r a v e , mais ayant un caractère brouillon et e m p o r t é . Il était indépendant par son emploi de l'autorité d u g o u v e r n e u r , e t il l u i d e v i n t b i e n t ô t o p p o s é d a n s t o u t e s les c i r c o n s t a n c e s i m p o r t a n t e s ; ce qui m i t nécessairement b e a u c o u p d e r e t a r d d a n s la g u e r r e q u e l'on d e v a i t faire a u x rebelles. P e n d a n t ce t e m p s des m a l a d i e s s u r v i n r e n t ; les t r o u p e s s ' a f f a i b l i r e n t , et e l l e s é t a i e n t sensiblement d i m i n u é e s l o r s q u ' o n se mit en campagne. C'est au capitaine Stedman que

l'on doit l'histoire

de

cette g u e r r e d ' e x t e r m i n a t i o n , et n o u s 5*


50

LA

GUYANE.

s u i v r o n s q u e l q u e f o i s c e t i n t r é p i d e officier

au m i l i e u des forêts

immenses

qu'il était obligé d e p a r c o u r i r a v e c ses soldats. Bon, sensible, v r a i m e n t généreux, on ne peut s'empêcher de regretter qu'il p r o d i g u e sa vie p o u r u n e c a u s e d o n t o n d é p l o r e le p e u d e j u s t i c e . C ' e s t a u m i l i e u d e s d é s e r t s q u ' i l f a u t le v o i r : toujours animé du désir d'être u t i l e , il m e t à p r o f i t s o n t a l e n t p o u r le d e s s i n , e t il r e t r a c e c o n t i n u e l l e m e n t l e s s c è n e s d e la n a t u r e q u ' i l a s o u s l e s y e u x . Q u a n d il o b s e r v e l e s m œ u r s , s e s v u e s s o n t n e u v e s et ses idées h a r d i e s . E n e n t r a n t d a n s l e s b o i s , il p r e n d le p a r t i d e s ' e n d u r c i r à t o u t e s les f a t i g u e s , il q u i t t e s e s s o u l i e r s e t il a p p r e n d à m a r c h e r n u - p i e d s ; il n e c o n s e r v e l a plupart

du

temps

d e ses

vêtemens

q u ' u n e chemise et u n large pantalon ;


LA

GUYANE.

51

c o n t i n u e l l e m e n t il n a g e d a n s les

fleu-

v e s , e t b i e n t ô t il r e p r e n d u n e v i g u e u r qu'il avait p e r d u e p a r les m a l a d i e s . Il en a bientôt le plus g r a n d besoin : envoyé d'abord à Cormoctibo-crique, s u r la C o t t i c a , p o u r p r o t é g e r les p l a n t a t i o n s d u v o i s i n a g e , il y e s t t o u r m e n t é p a r d e s m y r i a d e s d ' i n s e c t e s , e t il n e tarde pas à perdre une grande partie de son m o n d e de m a l a d i e , sans avoir rencontré p a r la

les

fièvre,

insurgés.

Tourmenté

privé des vivres néces-

s a i r e s , i l r e ç o i t enfin l a p e r m i s s i o n d e q u i t t e r l e p o s t e d e s t r u c t e u r o ù il a u rait p r o b a b l e m e n t péri, et c'est en desc e n d a n t le fleuve q u ' i l r e n c o n t r e p o u r l a p r e m i è r e fois c e s e r p e n t m o n s t r u e u x n o m m é a b o m a , si c o n n u d a n s l ' h i s t o i r e naturelle de S u r i n a m . Un esclave n o m m é D a v i d l u i d e m a n d a la p e r m i s s i o n


5a

LA

GUYANE.

d ' a l l e r s e u l d o n n e r la m o r t à l ' é n o r m e reptile. Cette résolution excite l'org u e i l et l ' é m u l a t i o n d e n o t r e v o y a g e u r , qui se d é c i d e , m a l g r é sa faiblesse, à e n t r e p r e n d r e cette chasse périlleuse. Après s'être enfoncé dans les b r o u s s a i l l e s , il a p e r ç o i t l ' é p o u v a n t a b l e a n i m a l c o u c h é s o u s d e s f e u i l l e s ; et n o u s allons

le l a i s s e r p a r l e r , p a r c e q u ' i l

nous serait impossible de peindre c o m m e lui la s c è n e d o n t il p u t ê t r e t é m o i n . « J e fus q u e l q u e t e m p s , d i t - i l , a v a n t d e p o u v o i r d i s t i n g u e r sa t ê t e , é l o i g n é e d e m o i d e p l u s d e seize p i e d s . Sa l a n g u e f o u r c h u e s e r e m u a i t d a n s sa b o u c h e , e t ses y e u x , d ' u n é c l a t e x t r a o r dinaire,semblaient celles de

lancer des étin-

feu. J ' a p p u y a i

alors

mon

a r m e sur u n e b r a n c h e , p o u r viser plus s û r e m e n t , et j e t i r a i ; m a i s a y a n t m a n -


LA G U Y A N E .

55

que la tête, la balle s'enfonça dans le c o r p s ; l'animal

se sentant b l e s s é ,

s'agita en tous sens avec une vigueur étonnante,

et telle qu'il c o u p a les

broussailles d o n t il était entouré a v e c la facilité d'un h o m m e qui fauche un p r é . Il enfonçait sa queue dans l'eau avec violence .et nous couvrait par ce m o y e n d'un déluge d e vase , qui volait à une grande distance. C e p e n dant il ne fit pas sur nous l'effet de la t o r p i l l e , et nous ne restâmes pas i m m o b i l e s témoins de c e spectacle : nous prîmes la fuite à toutes j a m b e s , et nous entrâmes précipitamment dans le c a n o t . » Les deux intrépides chasseurs prirent un nouveau courage , et ne tardèrent point à retourner

sur

le

c h a m p d e bataille , où le serpent s ' é tait un peu dérangé de sa première


54

LA

GUYANE.

p o s i t i o n , mais en reprenant toute sa première tranquillité. Stedman le tira de n o u v e a u , a v e c aussi peu de succès que la fois p r é c é d e n t e , et il fut obligé de retourner e n c o r e au c a n o t , p o u r éviter les nuages de poussière et de b o u e dont il aurait été c o u v e r t . Une troisième tentative obtint plus de s u c cès : on d é c o u vritle monstre,et le c o u p fatal l'atteignit à la tête : cependant il faisait e n c o r e d'horribles m o u v e m e n s . L e noir c o u r u t aussitôt vers la c h a l o u p e , rapporta une grosse c o r d e , et parvint, après b e a u c o u p d e dangers , à lui jeter un nœud coulant autour du c o u . O n le tira jusqu'au r i v a g e , et o n l'attacha à la p o u p e du c a n o t , p o u r le r e m o r q u e r ainsi ; mais il vivait touj o u r s , et nageait parfaitement. Les nègres en l ' e x a m i n a n t , assurèrent qu'il


LA

GUYANE.

55

n ' a v a i t p r i s q u e la m o i t i é d e sa c r o i s s a n c e , e t c e p e n d a n t sa l o n g u e u r é t a i t d e v i n g t - d e u x p i e d s et q u e l q u e s p o u c e s , t a n d i s q u ' i l p o u v a i t a v o i r la g r o s seur d'un enfant de douze ans. Arrivé dans un endroit n o m m é Barb a c o e b a , l e noir D a v i d , d o n t

nous

a v o n s d é j à p a r l é , t e n a n t e n m a i n le b o u t d e la c o r d e , g r i m p a s u r u n a r b r e , et l a p l a ç a s u r l e s b r a n c h e s , d e m a n i è r e à c e q u e les a u t r e s n è g r e s p a r v i n s s e n t à

hisser

qu'en

notre énorme

haut,

reptile

p o u r qu'il y

jus-

demeurât

s u s p e n d u . C e fut a l o r s q u e l ' i n t r é p i d e David quitta l ' a r b r e , s ' a t t a c h a à

la

p e a u g l u a n t e de ce m o n s t r e , et c o m m e n ç a à l u i f e n d r e la p e a u p r è s d u c o u , en continuant jusqu'en bas. E n cette p o s i t i o n il r e n d i t p l u s d e s e i z e p i n t e s d ' h u i l e , e t sa c h a i r fut t r o u v é e e x c e l -


56

LA

GUYANE.

l e n t e p a r les n o i r s , q u i

la

découpè-

rent p o u r s'en régaler. Nous pouvons ajouter q u ' a u Brésil celle de la p l u s p a r t des serpens constrictors est r e g a r d é e p a r la b a s s e c l a s s e d e l a s o c i é t é c o m m e un mets très-salutaire. Après

avoir

nombreuses

encore

éprouvé

de

souffrances,Stedman

prit quelques jours de repos dans

la

c a p i t a l e ; m a i s les n o u v e a u x r a v a g e s des insurgés l'obligèrent à aller

re-

j o i n d r e le colonel F o u r g e o u d , q u i les avait battus dans quelques rencontres. C e fut a l o r s q u ' i l e u t o c c a s i o n d e s e c o n v a i n c r e c o m b i e n il e s t d a n g e r e u x d e s ' e n d o r m i r s u r la t e r r e

humide,

d a n s c e p a y s m a r é c a g e u x . U n j o u r il n'avait point d'arbre pour suspendre s o n h a m a c ; il s e l i v r a à u n p r o f o n d s o m m e i l s u r des feuilles de l a t a n i e r ;


LA

GUYANE.

57

m a i s s o n r é v e i l fut h o r r i b l e : u n p o i n t d e c ô t é i n t o l é r a b l e le fit s ' é v a n o u i r ; et q u a n d o n a p p e l a u n d e s

chirur-

g i e n s d e la c o m p a g n i e , il d é c h i r a i t sa c h e m i s e a v e c les d e n t s , m o r d a i t t o u s c e u x qui l ' a p p r o c h a i e n t , et ne p o u v a i t plus

supporter

éprouvait.

les

douleurs

qu'il

D e s frictions continuelles

l u i firent à l a fin r e t r o u v e r le r e p o s . On n'avait que très-rarement l'occasion de r e n c o n t r e r les rebelles ; mais en d é t r u i s a n t les p l a n t a t i o n s qu'ils form a i e n t d a n s l e s f o r ê t s , o n les e m p ê c h a i t d e p o u r s u i v r e l e u r r a v a g e s . U n e fois l'on s ' e m p a r a de d e u x de ces m a l h e u r e u x q u i s ' é t a i e n t t r o p a v a n c é s , et q u e leurs blessures empêchaient

de s'en-

fuir. N o t r e v o y a g e u r p r i a le c h i r u r g i e n de p a n s e r s u r - l e - c h a m p le plus m a l a d e : il l u i m i t q u e l q u e s e m p l â t r e s , H.

6


58

LA

GUYANE.

et déclara qu'il n ' e n reviendrait pas. Cet h o m m e insensible chantait d a n t q u ' i l faisait fièvre

pen-

son o p é r a t i o n : la

r e d o u b l a , e t le p a u v r e

nègre

d e m a n d a un peu d'eau ; mais personne n e lui en e û t p r o b a b l e m e n t a p p o r t é sans S t e d m a n , qui en puisa dans son chapeau,

et la lui p r é s e n t a ; l'infor-

t u n é l u i t é m o i g n a sa r e c o n n a i s s a n c e , et rendit lé d e r n i e r soupir. N o u s n e citons pour

cette scène

douloureuse

donner une idée des

que

momens

cruels q u e l'on avait à passer d a n s ces déserts. T a n t ô t c'était un m a l h e u r e u x qui Succombait,

tantôt l'on avait à

c r a i n d r e p o u r sa p r o p r e e x i s t e n c e , e t l'on voyait c h a q u e j o u r d i m i n u e r le n o m b r e d e ses c o m p a g n o n s . L e s m a l h e u r e u x e s c l a v e s à la s u i t e d e l ' a r m é e étaient vraiment

les p l u s à p l a i n d r e ;


LA

GUYANE.

5g

ils n e v i v a i e n t g u è r e q u e d e c h o u x p a l mistes, de graines et de racines s a u v a ges ; et ces m a l h e u r e u x é t a i e n t la p l u p a r t d u t e m p s t e l l e m e n t affamés q u ' a u rapport du voyageur dont nous

em-

p r u n t o n s c e s d é t a i l s , ils s e p a s s a i e n t a u t o u r de leurs reins des cordes

et

d e s l i a n e s , s e l o n la c o u t u m e d e s I n d i e n s , q u i se s e r r e n t a i n s i l ' a b d o m e n q u a n d la

f a i m les t o u r m e n t e

d'une

m a n i è r e trop violente. Cette pression d i m i n u e p r o b a b l e m e n t l e u r s souffrances. Malgré cette horrible

situation,

l'on était quelquefois obligé de traverser des s a v a n n e s n o y é e s , et d ' e n t r e r dans certains marais où l'on avait de l'eau jusqu'au m e n t o n , s a n s pouvoir se p r o c u r e r d ' a u t r e a b r i , au sortir de là, q u ' u n toit de feuillage,qu'on élevait au-dessus du hamac.


60

LA

GUYANE.

Abattu par toute espèce de fatigue, S t e d m a n fut e n c o r e o b l i g é d e r e t o u r n e r à P a r a m a r i b o , o ù le b r u i t c o u r a i t d é j à q u ' i l a v a i t p é r i ; m a i s il y fit u n c o u r t s é j o u r , et s e r e n d i t b i e n t ô t d a n s be p o s t e d e l ' E s p é r a n c e , s u r les b o r d s d e la C o m e w i n e . A d o r é d ' u n e f e m m e qu'il a i m a i t , e n v i r o n n é de ses a m i s , n e m a n q u a n t d ' a u c u n e des choses nécess a i r e s à la v i e , il p a s s a d a n s c e s é j o u r e n c h a n t e u r les p l u s b e a u x m o m e n s d e son e x i s t e n c e ; m a i s ses r e g a r d s furent encore

témoins

d'horribles

exécu-

tions. Il vit u n j o u r u n e j e u n e f e m m e s a m b o e d é c h i r é e à c o u p s d e f o u e t ; il d e m a n d a s a g r â c e , e t le b o u r r e a u q u i la faisait f u s t i g e r e u t l ' a u d a c e d e l u i répondre qu'il

s ' é t a i t fait u n e

règle

i n v a r i a b l e d e d o u b l e r le c h â t i m e n t e n c a s où u n é t r a n g e r i n t e r c é d e r a i t p o u r


LA le c o u p a b l e .

GUYANE.

61

Le c r i m e d e cette infor-

t u n é e était de s'être c o n s t a m m e n t r e fusée a u x c o u p a b l e s désirs d u m o n s t r e q u i la t o u r m e n t a i t . S t e d m a n s ' é l o i g n a ; m a i s il s e d é c i d a d è s l o r s à r o m p r e t o u t c o m m e r c e a v e c les c o m m a n d e u r s . O n avait reçu de n o u v e a u x secours d e l a H o l l a n d e le 5 o j a n v i e r 1 7 7 5 ,

et

c e fut a l o r s q u ' o n se p r é p a r a p l u s q u e jamais à d é t r u i r e le principal établiss e m e n t des rebelles. Le colonel F o u r g e o u d se m i t d o n c e n m a r c h e le 3 j u i l l e t d e la m ê m e a n n é e p o u r

Barba-

c o e b a , s u r la C o t t i c a , l i e u d u r e n d e z vous général,

où S t e d m a n ,

malgré

u n e affreuse b l e s s u r e à l a c h e v i l l e , n e t a r d a p a s à le j o i n d r e . D a n s c e t t e c a m p a g n e , notre v o y a g e u r eut occasion d ' o b s e r v e r u n e foule d ' o b j e t s

relatifs

à l ' h i s t o i r e n a t u r e l l e . Il v i t e n t r e a u 6*


6a

LA

GUYANE.

t r e s le m a u r i c y , q u ' o n p e u t s a n s c o n t r e d i t c o n s i d é r e r c o m m e le p l u s

re-

m a r q u a b l e d e t o u s les p a l m i e r s

du

n o u v e a u m o n d e , puisqu'il en existe d o n t les c i m e s é l e v é e s s e m b l e n t l'être d e p l u s d e c e n t p i e d s a u - d e s s u s d e la t e r r e (1). L e u r c i r c o n f é r e n c e e s t d e dix ou douze pieds au plus épais d u t r o n c , t a n d i s q u e les p a r t i e s d u h a u t et d u bas v o n t e n d i m i n u a n t ; les b r a n ches naissent près du s o m m e t de l'arb r e ; elles s o n t l o n g u e s , v e r t e s et a r q u é e s , nues jusqu'à leur

extrémité,

d ' o ù l'on voit sortir de longues et larges feuilles digitées et d ' u n vert pâle, très-

(1) M . L e s c a l i e r p e n s e q u ' i l p e u t y a v o i r q u e l q u e e x a g é r a t i o n d a n s la d e s c r i p t i o n cet arbre;

de

m a i s il e s t v r a i qu'il n'a p a s é t é

dans l'intérieur, ou que S t e d m a n a c o m m i s u n e erreur d e n o m .


LA

GUYANE.

65

régulièrement disposées d'une m a n i è re orbiculaire, et formant des espèces de rayons c o m m e un éventail rond et d é p l o y é . Les indigènes en tirent de longues

fibres

très-fortes,

dont ils

fabriquent des filets et des cordes p o u r leurs arcs. Parmi les dangers qui précédèrent c e u x q u ' o n devait attaque générale ,

courir dans nous en

une

citerons

un qui devait revenir assez fréquemment , et auquel plusieurs individus ne purent é c h a p p e r . Quelques marais sont remplis d'une vase très-liquide , et c o u v e r t s d'une

espèce de croûte

verte, assez épaisse en divers eudroits . p o u r supporter un h o m m e , q u o i q u ' e l l e tremble sous les pas. Si elle vient à se r o m p r e , les malheureux qu'elle s o u tient sont engloutis dans un abîme où


64

LA

GUYANE.

ils p é r i s s e n t i n f a i l l i b l e m e n t , à m o i n s q u ' o n n e les r e t i r e s u r - l e - c h a m p . « P o u r éviter nous

ces a c c i d e n s ,

dit

o u v r i o n s n o s files

Stedman, autant

que

p o s s i b l e , c e q u i les r e n d a i t t r è s - l o n gues,et

malgré

cette

plusieurs h o m m e s

précaution,

furent

engloutis,

c o m m e si d e l a g l a c e a v a i t sous leurs pieds.

J'en

manqué

vis q u e l q u e s

a u t r e s , q u i a y a n t a u s s i t o m b é d a n s la v a s e , en eurent j u s q u ' a u x aisselles, mais qu'on parvint à retirer dant,quoique

avec

cepen-

beaucoup

de

peine. » Nous avons éprouvé quelquefois à p e u p r è s l e m ê m e a c c i d e n t d a n s le v o i s i n a g e d e c e r t a i n s m a r a i s

du

B r é s i l , et l'on p e u t s u r t o u t l'attribuer à l'espèce de mousse verte qui cache e n t i è r e m e n t la v a s e où l ' o n se p r é c i pite.


LA Ce

GUYANE.

fut d a n s c e t t e

65

campagne que

l ' o n se d i r i g e a c o n t r e le p r i n c i p a l é t a blissement des r e b e l l e s ,

commandé

par un chef d é t e r m i n é , n o m m é Bony ; mais avant que d'y parvenir, un spect a c l e affreux s'offrit a u x t r o u p e s : la t e r r e , dans certains

endroits,

était

j o n c h é e de crânes et d ' o s s e m e n s

de

cadavres, reste d'un parti d'Européens qui avaient été en g r a n d e partie m a s s a c r é s , e t q u e les n o i r s a v a i e n t e x h u m é s , p o u r les d é p o u i l l e r d e l e u r s h a b i t s , les c o u p e r p a r m o r c e a u x , e t les d é c h i r e r c o m m e des bêtes féroces. O n t r a v e r s a e n c o r e d e s m a r a i s , e t c e fut alors q u e l'on c o m m e n ç a à suivre u n e espèce de sentier pratiqué p a r ces t e r ribles ennemis. Cependant après avoir é c h a n g é q u e l q u e s coups de fusil, on arriva à l'entrée d ' u n e belle c a m p a g n e


66

LA GUYANE.

d e riz m û r , formant un carré long, et laissant v o i r dans le fond la ville de Gado Saby ( 1 ) , qui se présentait en amphithéâtre au milieu d'un paysage enchanteur. Les rebelles avaient laissé au milieu de cette campagne des troncs d'arbres renversés ayant encore leurs racines. En sûreté derrière ces espèces de fortifications,

ils c o m m e n c è r e n t

un feu terrible, auquel on leur riposta; et bientôt un bruit semblable à celui d u tonnerre fit retentir cette v a l l é e , où l'on n'entendait auparavant q u e les chants du cultivateur. Après une résistance o p i n i â t r e , on était sur le point d'entrer dans la ville des noirs , lorsqu'un de leur c a p i t a i n e , d o n t la

(t) C'était un établissement entièrement formé par les noirs marrons.


LA tête était

GUYANE.

décorée

d'un

67 chapeau

à

g a n s e d ' o r , saisit u n b r a n d o n a l l u m é , e t e u t le c o u r a g e d e s ' a r r ê t e r long-temps

pour mettre

assez

l e feu

aux

m a i s o n s , qui se t r o u v a n t ê t r e const r u i t e s e n b o i s , et c o u v e r t e s d e feuilles sèches, « Cette

furent

bientôt

résolution

embrasées.

courageuse,dit

S t e d m a n , p r é v i n t non-seulement

le

c a r n a g e q u e les s o l d a t s o n t c o u t u m e d e faire d a n s le p r e m i e r m o m e n t d e la v i c t o i r e , m a i s e l l e p r o c u r a d e p l u s a u x r e b e l l e s l a facilité d e f a i r e l e u r retraite avec leurs femmes

et leurs

e n f a n s , e t d ' e m p o r t e r l e u r s effets l e s plus utiles. N o u s fûmes donc alors dans l ' i m p o s s i b i l i t é d e les p o u r s u i v r e e t d e f a i r e le m o i n d r e b u t i n : les f l a m m e s n'y m i r e n t

pas seules obstacle;

car


68

LA

GUYANE.

bientôt nous vîmes un marais qui nous environnait de toutes parts. » I l e s t difficile d ' i m a g i n e r p l u s d ' a dresse et d e c o u r a g e q u e n ' e n d é p l o y è r e n t les i n s u r g é s d a n s c e t t e c a m p a g n e ; m a i s o n vit p a r la s u i t e qu'ils

man-

q u a i e n t d e s m u n i t i o n s le p l u s n é c e s s a i r e s , et q u ' i l s é t a i e n t f r é q u e m m e n t o b l i g é s d e r e m p l a c e r l e s b a l l e s d e fusil p a r des cailloux et des m o r c e a u x informes de métal. nous

C o m m e le v o y a g e u r

dont

a v o n s e m p r u n t é la p l u p a r t d e

ces détails eut

occasion de

u n de ces n o i r s , t e l s équipés,

n o u s l'offrons

t e u r s . ( V o y e z la gravure

qu'ils

dessiner étaient

à nos en

lecregard.)

C e g u e r r i e r africain est en sentinelle; quelques l a m b e a u x de toile c o u v r e n t à

peine

sa n u d i t é ,

et

ses c h e v e u x


LA

GYANE.

69

sont nattés avec soin, peut-être pour garantir sa tête au défaut d ' u n b o n net. A p r è s la d e s t r u c t i o n d e G a d o S a d y , les rebelles c o m m e n c è r e n t à s ' é l o i g n e r des plantations hollandaises; mais c o m m e ils c o n t i n u a i e n t c e p e n d a n t

quel-

ques-unes de leurs déprédations

de

t e m p s à a u t r e , les t r o u p e s n e c e s s è r e n t p o i n t d e p a r c o u r i r les f o r ê t s , d é v a s t a n t c o n t i n u e l l e m e n t les c h a m p s d e r i z , d e manioc et d'ignames, qu'ils avaient cult i v é s p o u r a s s u r e r l e u r s u b s i s t a n c e . Lass é s e n f i n d e n e p o i n t t r o u v e r la t r a n q u i l l i t é , e t v o y a n t q u ' o n n e l e u r offrait point

la p a i x c o m m e

aux

habitans

d ' O u c a e t d e S a r a m e c a , ils p a r se d i r i g e r

vers

les

finirent

possessions

f r a n ç a i s e s , o ù s a n s d o u t e ils e s p é r a i e n t former II.

des

établissemens

durables

7


70LA

GUYANE.

s u r le M a r o n i . U n faible

détachement

hollandais poursuivit d'abord ceux qui a v a i e n t p a s s é c e fleuve ; m a i s il le fit avec négligence.

Les colons français

commencèrent à prendre de l'inquiét u d e ; et M . d e M a l o u e t é c r i v i t l e 12 d é c e m b r e 1776 u n e l e t t r e a u g o u v e r n e u r d e S u r i n a m , d a n s l a q u e l l e il l u i d i s a i t q u e ses a d m i n i s t r é s n e p o u v a i e n t prévenir

les c o u r s e s et

les

brigan-

dages des n è g r e s , q u ' e n les d i s p o s a n t à ne point les r e g a r d e r c o m m e e n n e m i s , n'ayant plus d'autre parti à p r e n d r e q u e de les t o l é r e r et d ' e m p ê c h e r l e u r accroissement. Le gouvernement holl a n d a i s ne. s ' o c c u p a i t c e p e n d a n t p o i n t à r é p r i m e r l ' a b u s d o n t on se plaignait; o n fut o b l i g é d e r e p o u s s e r u n e b a n d e de rebelles qui tentaient encore de s'établir. C o m m e nos voisins favorisaient


LA

GUYANE.

71

c e s é m i g r a t i o n s , il s ' e n fit b i e n t ô t d e plus considérables; conservait

mais

la

France

toujours cette espèce

de

neutralité favorable aux fugitifs, q u e lui c o m m a n d a i t

sa f a i b l e s s e d a n s la

G u y a n e ; et le colonel comme

Fourgeoud,

on p e u t s ' e n c o n v a i n c r e d a n s

les m é m o i r e s d e M. de M a l o u e t , a v o u a que

lorsqu'il

de détruire

avait vu entièrement

la

difficulté les

nègres

m a r r o n s , il s ' é t a i t d é c i d é à l e s

fati-

guer par des marches multipliées à M.

les obliger Nepveu,

de passer

le

et

Maroni.

gouverneur général de

S u r i n a m , ne tarda pas à adopter un p l a n i n f i n i m e n t p l u s j u s t e : il r é s o l u t d ' e n f e r m e r les é t a b l i s s e m e n s d e la c o lonie dans un cordon défendu p a r des t r o u p e s à p o r t é e d e se s e c o u r i r

mu-

t u e l l e m e n t , et d o n t les p a t r o u i l l e s p a r -


72

LA

GUYANE.

c o u r a i e n t n u i t e t j o u r t o u s les p o i n t s . Cette

espèce de r o u t e ,

à la s a v a n e d e s J u i f s ,

commencée

quinze

lieues

au-dessus de P a r a m a r i b o , était v r a i m e n t un o u v r a g e admirable. O n avait t r a c é u n e l i g n e à t r a v e r s l e s b o i s , les m a r a i s , les h a u t e u r s et les bas-fonds. L ' o u v e r t u r e était d e soixante-six pieds de large ; la l o n g u e u r totale

devait

être de vingt-deux lieues. M. de M a l o u e t , e n 1777, p a r c o u r u t c i n q l i e u e s d e cette magnifique a v e n u e , et

ne

p u t retenir l'expression de son é t o n nement.

M a l h e u r e u s e m e n t le p r o j e t

n e fut p a s e n t i è r e m e n t e x é c u t é , e t il vint des t e m p s où l'on cessa d e

s'en

occuper. Vers l'époque de l'émigration noirs rebelles sur nos t e r r e s , forma

on

des se

e n E u r o p e d e s i l l u s i o n s s u r le


LA

GUYANE.

73

parti q u ' o n pouvait tirer de leurs é t a blissemens. L ' a b b é Raynal adopta ce q u ' o n disait de plus exagéré sur le n o m b r e des individus dont ils se c o m p o s a i e n t , et le porta à quinze ou vingt mille ; mais M . de Malouet nous p a raît t o m b e r dans l'excès contraire, en disant qu'ils n'allaient qu'à cinq cents, dont la moitié seulement avait passé le Maroni. Q u o i qu'il en soit, ces h o m m e s n'ont point formé une

popula-

tion très-imposante ; et cependant ils ont une grande industrie. Lorsqu'ils sont dans les f o r ê t s ,

ils

prennent

abondamment du gibier et du poisson, au m o y e n de machines ingénieuses. Leurs champs sont cultivés à la vérité avec très-peu de s o i n , mais ils p r o duisent néanmoins en assez grande abondance du m a ï s , du m a n i o c ,

7*

du


74 riz

LA et

des

GUYANE.

bananes.

Malheureuse-

m e n t les n o i r s fugitifs s e l i v r e n t à l a p l u s p a r f a i t e i n d o l e n c e : ils a u r a i e n t pu parvenir

à un très-haut degré de

p r o s p é r i t é , sans g ê n e r les a u t r e s c u l t i v a t e u r s d e la G u y a n e .


LA G U Y A N E .

CHAPITRE

75

IV.

Indigènes de Surinam.

QUOIQUE l e s I n d i g è n e s d e la G u y a n e h o l l a n d a i s e a i e n t la p l u s g r a n d e r e s s e m b l a n c e dans leurs m œ u r s et dans leurs c o u t u m e s avec les G a l i b i s , q u e n o u s a v o n s d é j à fait c o n n a î t r e , n o u s d o n n e r o n s u n p r é c i s d e c e q u i les r e n d le plus remarquables. Les Caraïbes sont considérés avec juste raison

comme

formant

une nation

impor-

peut regarder

comme

encore

tante,qu'on la p r i n c i p a l e

de

vages se teignent

toutes. presque

en r o u g e a v e c le r o u c o u ,

Ces

sau-

toujours a u q u e l ils


76

LA

GUYANE.

a j o u t e n t la t e i n t u r e b l e u e d u j e n i p a b a . Dans

les o c c a s i o n s

solennelles,ils

p o r t e n t p r e s q u e t o u s les o r n e m e n s des Galibis ; m a i s les chefs d e famille se couvrent quelquefois

d'une peau de

tigre attachée par une plaque d'argent d e l a f o r m e d ' u n c r o i s s a n t , et l e s f e m m e s ne négligent rien pour

acquérir

u n gras de j a m b e d ' u n e grosseur énorm e , e n se c o m p r i m a n t é t r o i t e m e n t le h a u t e t le b a s d e l a j a m b e p a r d e s j a r retières de coton. Les a r m e s des guerriers consistent, o u t r e l'arc et la flèche, dans u n b o u tou, qu'on rend plus meurtrier par un m o y e n assez r e m a r q u a b l e . C e c a s s e tête,fabriqué

avec le bois le

plus

l o u r d d e la f o r ê t , doit a v o i r o r d i n a i r e m e n t dix-huit p o u c e s d e long, et est se t r o u v e m u n i d ' u n e e s p è c e d e g a r d e


LA

GUYANE.

77

d e s t i n é e à g a r a n t i r l e p o i g n e t . O n fixe très-souvent à l'extrémité une pierre p o i n t u e , en la faisant e n t r e r d a n s l ' a r b r e m ê m e q u i f o u r n i t le b o i s , p e n d a n t qu'il p r e n d sa c r o i s s a n c e , parce qu'il n'est plus possible alors d e l'en tirer. L e s C a r a ï b e s , c o m m e les s a u v a g e s d u P é r o u et c e u x d u fleuve des A m a z o n e s , font usage

d'une espèce

de

s a r b a c a n n e (1), c o n s i s t a n t e n u n t u b e c r e u x d e r o s e a u , p o u v a n t avoir six pieds d e l o n g e u r , et servant à lancer de petites

flèches

longues de

douze

p o u c e s : e l l e s s o n t faites d ' u n e é c o r c e de palmier très-dure, et garnies à leur e x t r é m i t é d ' u n e touffe d e c o t o n suffisante p o u r r e m p l i r le t u b e . T r e m p é e s

(1) C ' e s t l ' e s g a r a v a t a n a d e s s a u v a g e s d u Para.


78

LA

GUYANE.

v e r s la p o i n t e d a n s le p o i s o n a c t i f d u v o u v a r a , e t l a n c é e s a v e c f o r c e p a r le souffle d ' u n c h a s s e u r , e l l e s d o n n e n t u n e m o r t certaine

à la d i s t a n c e d e q u a -

rante pas ; l'on rapporte m ê m e q u ' u n e f e m m e en ayant été blessée l é g è r e m e n t expira p r e s q u e à l ' i n s t a n t , et q u e son e n f a n t , q u i é t a i t à l a m a m e l l e , e u t le m ê m e sort p o u r avoir pressé le sein d e cette m è r e

infortunée, après qu'elle

eut été frappée d ' u n e manière

aussi

cruelle. Les sauvages dont nous nous occupons en ce m o m e n t u s e n t ,

p o u r se

p r o c u r e r d u gibier et d u p o i s s o n , d e s m o y e n s e m p l o y é s p a r ceux des possessions françaises : c o m m e forment des

enclos

de

e u x ils

palissades à

l ' e n t r é e d e s p e t i t e s r i v i è r e s , e t ils p e u v e n t f a c i l e m e n t y t u e r le p o i s s o n a v e c


LA leurs

flèches

GUYANE.

79

à t r o i s p o i n t e s , s'ils n e

préfèrent point toutefois l'enivrer au m o y e n des racines i n d i q u é e s d a n s la première partie.

Au rapport de Fre-

m i n , il v i e n t s u r l ' e a u t o u t é t o u r d i , s a n s c e s s e r c e p e n d a n t d e f r é t i l l e r ; il semble au contraire y être excité dav a n t a g e ; m a i s il n e s ' e n l a i s s e p a s m o i n s p r e n d r e à la m a i n . Q u a n d les C a r a ï b e s v o y a g e n t e a u , ils s o n t p r e s q u e t o u j o u r s

par dans

l ' h a b i t u d e d ' a l l e r c o n t r e le c o u r a n t , afin d e t u e r f a c i l e m e n t le g i b i e r q u ' i l s a p e r çoivent sur le rivage. R é u n i s dans leurs bourgades,

ils l a i s s e n t a u x

femmes

p r e s q u e t o u t le s o i n d e l a c u l t u r e d e s terres. Ces c o m p a g n e s laborieuses des h o m m e s les plus indolens fabriquent en o u t r e u n e foule d ' u s t e n s i l e s , p a r mi lesquels on distingue des vases de


80

LA

GUYANE.

t e r r e p r e s q u e aussi d u r a b l e s , dit u n voyageur, que du cuivre. P o u r p a r venir à ce d e g r é de perfection

dans

l e u r p o t e r i e , elles r é d u i s e n t en c e n dres l'écorce d'un arbre appelé kveepi; elles les p a s s e n t a u t r a v e r s d ' u n t a m i s b i e n fin, p o u r les m ê l e r a v e c d ' e x c e l lente terre grasse. O n dit qu'elles s a v e n t d o n n e r à leurs jarres et à tous les vases u n t r è s - b e a u v e r n i s ; on n'indique

mais

p o i n t les m o y e n s

ployés dans cette dernière

em-

opération.

L a r e l i g i o n , le g o u v e r n e m e n t

de

ces p e u p l e s n'offrent p o i n t de p a r t i c u larités t r è s - r e m a r q u a b l e s après ce q u e n o u s avons déjà dit d a n s le p r e m i e r v o l u m e ; mais leurs funérailles ritent surtout d'être décrites, qu'elles indiquent un grand

méparce

respect

p o u r les m o r t s . Aussitôt q u ' u n g u e r -


LA

GUYANE.

81

rier a r e n d u le d e r n i e r soupir, o n le l a v e , o n l e f r o t t e d ' h u i l e , a v a n t d e le m e t t r e d a n s un sac de coton. Il y est assis d a n s u n e a t t i t u d e singulière : ses c o u d e s s ' a p p u i e n t s u r s e s g e n o u x , et ses d e u x m a i n s c a c h e n t son O n le d e s c e n d lieu des

cris

puis

s'enivre,

on

visage.

d a n s la t e r r e au

mi-

les p l u s l a m e n t a b l e s ; pour

dissiper

le

c h a g r i n . A la fin d e l ' a n n é e , o n r e t i r e le c a d a v r e d e t e r r e . L e s c h a i r s o n t e u le t e m p s d e se d é t a c h e r , e t l ' o n

re-

cueille a v e c soin les o s s e m e n s

pour

les distribuer aux

qu'à

amis,

ainsi

t o u s les p a r e n s , a u b r u i t d e s g é m i s s e m e n s les plus affreux. O n n e m a n q u e point après cette

cérémonie

d'aller

s'établir dans u n autre endroit. Selon Stedman, quelques tribus particulières suivent un usage II.

différent 8


8a

LA

GUYANE.

d a n s le b u t d ' h o n o r e r c e u x q u ' e l l e s v i e n n e n t d e p e r d r e . Le c a d a v r e est desc e n d u a u fond d e l ' e a u , p o u r y r e s t e r plusieurs j o u r s , jusqu'à

ce que

les

c h a i r s a i e n t é t é d é v o r é e s p a r les p o i s sons. Le temps nécessaire p o u r

cette

o p é r a t i o n étant é c o u l é , o n retire le squelette et on le suspend au toit d u carbet,

après

l ' a v o i r fait

sécher

l ' a r d e u r d ' u n soleil b r û l a n t . n i e r u s a g e est c o m m u n

à

Ce der-

à

quelques

les

Caraïbes

peuplades de Galibis. 11 p a r a î t c e r t a i n q u e

sont a n t h r o p o p h a g e s ; mais que v e n t ils é c h a n g e n t l e u r s

sou-

prisonniers

contre divers articles d ' E u r o p e ,

tels

q u e des toiles de c o u l e u r , des a r m e s à f e u , d e la p o u d r e , d e s h a c h e s ,

des

v e r r o t e r i e s , et u n e foule d e bagatelles, avec lesquelles on leur achète égale-


LA

GUYANE.

83

m e n t des jarres de t e r r e , des canots, des h a m a c s , divers a n i m a u x v i v a n s , des b a n a n e s , et du bois de teinture inférieur toutefois à celui du Brésil. O n c o m p t e outre ces sauvages, qui h a b i t e n t p r i n c i p a l e m e n t les c o n t r é e s arrosées

par

l'Orenoque,quelques

a u t r e s n a t i o n s , p a r m i l e s q u e l l e s se font d i s t i n g u e r les A c c a w a u s , l e s W o r o w s , les A r r o w o u k a s , les T a i r a s et les P i a n n a c o t a u s . L e s A r r o w o u k a s , s'il f a u t e n croire S t e d m a n , sont très-différens de t o u s l e s a u t r e s i n d i g è n e s : ils s o n t m i e u x faits, et ont un teint infiniment m o i n s cuivré.

Le m ê m e v o y a g e u r cite u n e

jeune femme figure de

toute

expression,et

rait prise au Vénus

d e c e t t e n a t i o n d o n t la

était, dit-il, charmante au-delà qu'on

bord de l'Océan

aupour

sortant d u sein des eaux.

Il


84

LA

GUYANE.

a c h e t a à c e t t e j e u n e fille u n p e r r o q u e t v i v a n t , q u ' e l l e a v a i t fait t o m b e r e l l e même

a v e c u n e flèche a r r o n d i e ,

qu'il lui p a y a

et

un couteau à double

lame. Les Arrowoukas ont u n e telle h a b i l e t é à la c h a s s e ,

qu'ils peuvent

atteindre u n a r a r a , et m ê m e u n p i g e o n , a u p l u s fort d e l e u r vol. Nous

finirons

cet article en

q u e les différentes nations q u e

disant nous

avons indiquées diminuent de jour en j o u r , c o m m e les a n c i e n s h a b i t a n s d e s autres parties de l'Amérique méridionale. P e u t - ê t r e

aussi se

retirent-ils

d a n s les c o n t r é e s é l o i g n é e s d e l ' i n t é rieur, pour vivre dans une indépendance absolue.


LA

GUYANE.

C H A P I T R E

85

V.

Démérary.

L'ÉTABLISSEMENT d e D é m é r a r y j o u i t d ' u n e assez g r a n d e célébrité p o u r q u e n o u s n e n é g l i g i o n s p o i n t d e le faire connaître. O n désigne sous ce n o m u n e é t e n d u e de côtes d'environ trente-trois l i e u e s , b o r n é e à l'est p a r le B e r b i c e , à l'ouest p a r l ' E s s é q u é b o , et formant u n des territoires les p l u s fertiles d e t o u t e la G u y a n e . A r r o s é p a r l e

fleuve

D é m é r a r y , c e p a y s offre a u x h a b i t a n s d'assez g r a n d e s facilités p o u r le t r a n s p o r t d e l e u r s m a r c h a n d i s e s ; il

pré-

s e n t e e n m ê m e t e m p s l ' a s p e c t d e la 8*


86

LA

richesse

GUYANE.

et d e la p r o s p é r i t é .

De tous

côtés ce sont de belles habitations ent r e t e n u e s a v e c le p l u s g r a n d s o i n , o ù se t r o u v e n t plantés des bois d ' o r a n g e r s d o n t la b r i s e d u m a t i n

apporte

le p a r f u m a u v o y a g e u r . La capitale de cette colonie, sur laquelle on n'aurait que peu de détails, si M . B o l i n g b r o k e n e l ' e û t v i s i t é e il y a huit ou dix a n s , présente un aspect plus

singulier q u e celui des

autres

v i l l e s d e la c ô t e ; et p o u r e n d o n n e r u n e idée e x a c t e , n o u s laisserons p a r l e r le voyageur que nous venons de citer. Après avoir d o n n é quelques détails sur son

arrivée et sur

l'impression

q u e l u i fil é p r o u v e r l ' e n s e m b l e

d e la

c a p i t a l e , c o n n u e s o u s le n o m d e S t a b r o e k , il d i t : « J e n ' y t r o u v a i p a s la m o i n d r e r e s s e m b l a n c e a v e c les villes


LA

GUYANE.

87

d ' A n g l e t e r r e ; elle e s t b â t i e s u r le t e r rain plat d u r i v a g e , et t r a v e r s é e dans ses r u e s principales p a r des où

plongent

noirs

canaux,

sans cesse des

ou mulâtres.

enfans

Les maisons

de

b o i s , ornées d e portiques et d e b a l c o n s , q u e c o u v r e n t des toits a v a n c é s , sont r a n g é e s s y m é t r i q u e m e n t s u r trois lignes p a r a l l è l e s , e n

laissant

entre

elles de g r a n d s espaces. Elles ont ra r e m e n t plus de d e u x étages. Les fondations en sont profondes,

et cons-

t r u i t e s en briques. Les toits sont d ' u n bois r o u g e , q u e je pris d'abord p o u r d e l'acajou. O n n'y voit point de fen ê t r e s vitrées ; elles s o n t r e m p l a c é e s p a r des jalousies. Les c h a m b r e s s'av a n c e n t en toutes sortes de directions, p o u r m i e u x jouir des courans d'air, q u i s o n t ici u n l u x e r e c h e r c h é ,

en


88

LA

GUYANE.

s o r t e q u e le p l a n o u l a c o u p e d e c h a c u n d e c e s b â t i m e n s est l e p l u s s o u v e n t en forme de croix. Il n ' y a p o i n t d ' a r b r e s d a n s la v i l l e , c o m m e e n H o l l a n d e , ce q u i la p r i v e d ' u n e

grande

beauté ; mais de tous côtés on y voit d e s c a i s s e s et d e s b a l l e s , c o m m e si l e s r u e s étaient des q u a i s , et e n t r e les maisons on remarque de

nombreux

magasins. Les bâtimens publics m ê m e sont en bois.

Les n o i r s , vêtus

d'un

simple pantalon b l e u , ou d'une simple toile s o u t e n u e p a r u n e c o r d e passée a u t o u r des r e i n s , exécutent toutes sortes d e t r a v a u x . De loin en loin on aperçoit quelques blancs, vêtus d'une chemise de mousseline et de pantalons d e gingham,

f u m a n t des c i g a r r e s , et

donnant à l'ombre d'un parasol leurs ordres à leurs serviteurs, brûlés p a r le


LA

GUYANE.

89

soleil ; quelquefois on les voit d a n s u n phaéton

traîné par de petits b i d e t s ,

inspectant r e m b a r q u e m e n t

de

leurs

marchandises. Une chaleur accablante r è g n e au m i l i e u d u j o u r , et t o u t se fait e n s i l e n c e : o n m a r c h e , o n e x é c u t e t o u s les m o u v e m e n s avec p r é c a u t i o n , p o u r n e p o i n t faire é l e v e r d e s t o u r billons de poussière. On dirait q u e l'on assiste a u service d ' u n e église

plutôt

qu'à des t r a v a u x de simples m a n o u vriers. » Cette ville,

c o m m e on le

pense

b i e n , est l ' e n t r e p ô t g é n é r a l d e t o u t le p r o d u i t des contrées q u i b o r d e n t le D é m é r a r y et l ' E s s é q u é b o ; aussi a - t elle d e c h a q u e c ô t é , p o u r la c o m m o dité du c o m m e r c e , u n canal navigab l e , q u e la m a r é e v i d e e t r e m p l i t t o u r à t o u r , et qui est d ' u n g r a n d secours


90

LA

GUYANE.

p o u r c e u x q u i se t r o u v e n t les p l u s é l o i g n é s d u r i v a g e . O n fait g é n é r a l e m e n t m o n t e r la p o p u l a t i o n d e S t a b r o e k huit mille cinq cents individus,

à

sur

l e s q u e l s il faut c o m p t e r e n v i r o n q u i n z e c e n t s blancs. O n est frappé d u m é lange des diverses nations qui c o m p o sent cette d e r n i è r e classe d'habitans. L e s H o l l a n d a i s , les A n g l a i s , l e s

Al-

l e m a n d s , l e s P r u s s i e n s , les R u s s e s , l e s S u é d o i s , l e s D a n o i s , les F r a n ç a i s e t les A m é r i c a i n s s e m b l e n t s ' ê t r e r é u nis p o u r

t e n t e r la f o r t u n e ;

et

l'on

prétend que cette rivalité n e p r o v o q u e jamais l'envie, parce que chacun trouv e son d'autrui.

avantage dans

l'avancement

I l p a r a i t n é a n m o i n s q u e le

n o m b r e des Anglais excède de b e a u c o u p celui des autres E u r o p é e n s . L e m a r c h é est s u f f i s a m m e n t a p p r o -


LA

GUYANE.

91

visionné ; mais tout y est c o m m e à Surinam

d'une cherté excessive,

l ' o n e n e x c e p t e les f r u i t s ,

que

si

leur

abondance ne p e r m e t point de taxer à un prix très-élevé. On prétend

que

les b o u c h e r s , qui achètent leurs bœufs a u x A m é r i c a i n s , p e n s e n t a v o i r fait u n mauvais marché quand chaque animal n e l e u r r a p p o r t e p o i n t q u i n z e o u seize l o u i s d e profit n e t . L e m e i l l e u r p o i s son q u ' o n puisse se p r o c u r e r à S t a b r o e k e s t d é s i g n é s o u s le n o m d e p a n k a m a . e t se p ê c h e d ' u n e m a n i è r e f o r t s i n g u l i è r e . C o m m e il e s t a c c o u t u m é à

chercher

sa

nourriture

dans

les

v i e i l l e s p o u t r e s o u d a n s les d é b r i s d e navires t o m b é s en p o u r i t u r e , et qu'il y p é n è t r e p e n d a n t la h a u t e m a r é e ; a u reflux il r e s t e p r i s d a n s le b o i s , e t l e s n è g r e s le r e t i r e n t a l o r s a v e c u n

cro-


92

LA

GUYANE.

c h e t a t t a c h é a u b o u t d ' u n b â t o n . Sa chair

est

d'un

goût

fort

agréable;

m a i s il a la p e a u e x t r ê m e m e n t v i s queuse. I l p a r a î t q u ' i l se fait d a n s c e t t e v i l l e une

très - grande

consommation

v i n s d e M a d è r e et d e B o r d e a u x ,

de et

q u e les d r o i t s e x c e s s i f s s u r l e s b o u teilles de verre i m p o r t é e s en

Angle-

t e r r e é t a n t b o n i f i é s l o r s q u ' o n les e n e n e x p o r t e , o n a v a i t p r i s le p a r t i d ' e n a p p o r t e r e n q u a n t i t é d a n s les c o l o n i e s , e n les r e m p l i s s a n t de v i n , d e ou d'autres

liquides.

Du

bière,

temps

de

M. B o l i n g b r o k e , elles s ' é t a i e n t tellem e n t accumulées, que l'on était obligé d e s ' e n d é b a r r a s s e r e n les j e t a n t d a n s l e s fossés e t d a n s les c a n a u x q u i e n t o u r e n t la v i l l e , o ù les n è g r e s l i b r e s , qui font u n e espèce d e b i è r e , allaient


LA

GUYANE.

93

p r e n d r e c e l l e s d o n t ils a v a i e n t b e s o i n . Q u a n d un particulier voulait

mettre

du vin vieux de Madère en bouteilles, il e n v o y a i t , a u r a p p o r t d e M . B o l i n g b r o k e , q u e l q u e s - u n s de ses gens aut o u r d e la v i l l e , o u b i e n il e x p é d i a i t u n e barque

qui se r e n d a i t p r è s de q u e l -

q u e capitaine de n a v i r e ; ce capitaine lui d o n n a i t a u t a n t de bouteilles qu'il pouvait en emporter, en y

joignant

des r e m e r c î m e n s , p a r c e q u e cela évit a i t a u x m a t e l o t s la p e i n e d e l e s j e t e r d a n s l a r i v i è r e , c e q u e l ' o n a u r a i t fait p l u t ô t q u e d e les r a m e n e r en A n g l e t e r r e , où elles p a y a i e n t u n droit bien plus

considérable

que

leur

valeur.

C e l a s e p a s s a i t e n 1808, e t n o u s i g n o r o n s si l e u r a b o n d a n c e a d i m i n u é d a n s la c a p i t a l e d u D é m é r a r y . On vante singulièrement l'hospitan.

9


94

LA

GUYANE.

lité d e s h a b i t a n s d e S t a b r o e k : il suffit, à ce qu'il p a r a î t , q u ' u n passager soit p o r t e u r de quelques lettres de r e c o m m a n d a t i o n , p o u r r e c e v o i r le m e i l l e u r accueil des p e r s o n n e s a u x q u e l l e s elles s o n t a d r e s s é e s . A l ' i n s t a n t o n m e t soft c o u v e r t , on lui dresse u n h a m a c , et il e n fait u s a g e a u s s i l o n g - t e m p s b o n l u i s e m b l e . I l se p a s s e ,

que

dit-on,

r a r e m e n t u n e s e m a i n e sans qu'il y ait b a l o u c o n c e r t d a n s la ville ; m a i s c e plaisir est assez d i s p e n d i e u x et c o û t e au m o i n s huit dollars p o u r

chaque

soirée. On n'est pas entièrement privé de s p e c t a c l e s , e t il p a s s e d e t e m p s à a u tre des troupes ambulantes de c o m é diens venant de l'Amérique

septen-

trionale. I l paraît toutefois q u e ces r e présentations théâtrales sont e x t r ê m e -


LA G U Y A N E .

95

m e n t i m p a r f a i t e s , c o m m e d a n s la p l u part des colonies. Q u o i q u e fort é l o i g n é s d e l ' E u r o p e , les h a b i t a n s d e S t a b r o e k n ' e n s o n t p a s moins avides de connaître ce qui s'y p a s s e : a u s s i p u b l i e - t - o n u n e feuille i n t i t u l é e Gazette Démérary,

de l'Esséquébo

et de la

où l'on rencontre, dit-on,

des avis c o n ç u s en u n jargon m ê l é , qui p a r a î t fort é t r a n g e . C e l a n g a g e , d o n t o n se s e r t h a b i t u e l l e m e n t , t i e n t d u h o l landais et de l'anglais, m ê l é à des e x p r e s s i o n s c r é o l e s q u i lui d o n n e n t u n e sorte de douceur. On prétend du reste q u e l'anglais se r é p a n d t o u s les jours d e plus en plus. Il p a r a î t q u e les différentes h a b i t a t i o n s s i t u é e s s u r le b o r d d e l a D é m é r a r y o n t e n t r e e l l e s la p l u s g r a n d e a n a l o g i e p o u r l ' é t e n d u e e t la d i s t r i b u t i o n .


g6

LA

GUYANE.

On en r e n c o n t r e e n c o r e à d e u x cents milles

de l'embouchure du

fleuve

;

m a i s à c e l l e d i s t a n c e il n ' e s t p l u s n a vigable, et des cataractes interromp e n t sa n a v i g a t i o n . D a n s la p l u p a r t d e s h a b i t a t i o n s , l a p r o p r e t é e t la r é g u l a r i t é h o l l a n d a i s e s se d i s t i n g u e n t a i s é m e n t . L e s m a i s o n s , les b â t i m e n s de tout g e n r e , dit M. Bol i n g b r o k e , les p o n t s , les p o r t e s , s o n t p e i n t s en b l a n c : c'est la c o u l e u r favorite de cette nation. Des chemins qui serpentent d'une manière

régu-

lièreconduisent à leurs habitations. De petits g r o u p e s de cocotiers et de citronn i e r s , ou des allées droites, plantées des m ê m e s a r b r e s , r a p p e l l e n l la r é g u l a r i t é des jardins d u continent de l'Europe. I l p a r a î t q u e les H o l l a n d a i s t i e n n e n t singulièrement à cette régularité dans


LA

GUYANE.

97

leurs établissemens, et qu'ils y p r o d i g u e n t m ê m e i n u t i l e m e n t le

travail.

Les Anglais s a v e n t , d i t - o n , tirer u n meilleur parti de leurs propriétés sous l e r a p p o r t p é c u n i a i r e ; m a i s ils m e t t e n t b e a u c o u p m o i n s d e s o i n s d a n s la m a n i è r e d o n t ils é t a b l i s s e n t les d i f f é r e n t e s cultures. L a v i e d ' u n p l a n t e u r e s t fort d o u c e ; m a i s s e s j o u i s s a n c e s se t r o u v e n t e x trêmement

bornées,

et

les

plaisirs

d e l a t a b l e s o n t à p e u p r è s les s e u l s d o n t il p a r a i s s e faire

grand cas.

Il

é p r o u v e cependant une vive satisfact i o n d a n s l ' u s a g e d e la p i p e , q u i l u i procure

une

espèce

d'ivresse

tran-

q u i l l e , d o n t l'effet n e p e u t ê t r e a g r é a ble q u e p o u r celui qui y est

accou-

t u m é depuis long-temps. Les habitans de D é m é r a r y , c o m m e 9*


98

LA

GUYANE.

c e u x d e S u r i n a m , n e se m a r i e n t pas t o u j o u r s ; il e s t e n r e v a n c h e f r é q u e n t d e les voir contracter u n e union très-solide avec u n e f e m m e du p a y s , qui se croit d è s lors obligée d e lui c o n s e r v e r u n e fidélité a u s s i r i g o u r e u s e q u e si e l l e était véritablement son épouse. T o u t e s les f e m m e s d e c o u l e u r s o n t en général passionnées p o u r la

toi-

l e t t e ; e t q u o i q u e v i v a n t la p l u p a r t d u t e m p s à la c a m p a g n e , elles t r o u v e n t m o y e n d e satisfaire l e u r s goûts.

Cer-

t a i n s n è g r e s p o r t a n t d e s coffres p l e i n s d e m a r c h a n d i s e s p a r c o u r e n t l e s différ e n t e s h a b i t a t i o n s , e t s'ils

apportent

q u e l q u e n o u v e a u t é e n fait d e m o d e s , i l n ' e s t p a s r a r e d e les v o i r s ' e n a l l e r a v e c l e s d e r n i e r s d o l l a r s d e la m a î t r e s s e d e la m a i s o n , qui a c h è t e m ê m e fort s o u vent à crédit. Ces m a r c h a n d s a m b u -


LA GUYANE.

99

l a n s d e m a n d e n t t o u j o u r s la p e r m i s s i o n de

se

présenter

à

l'habitation

des

n o i r s , et c e u x de ces p a u v r e s diables qui n'ont point d'argent p o u r acheter les d i f f é r e n t e s b a g a t e l l e s d o n t ils p e u vent avoir e n v i e , y suppléent en donnant p o u r échange des volailles, des c o c h o n s , ou m ê m e des cigarres. L'on prétend

que depuis que

les

Anglais ont été à m ê m e d'exercer leur police d a n s le p a y s , le sort des noirs a é p r o u v é p l u s i e u r s a m é l i o r a t i o n s : il f a u t l ' e s p é r e r p o u r le b i e n d e l ' h u m a n i t é ; m a i s l ' o n n ' e s t g u è r e a u fait d e c e t t e d e r n i è r e c i r c o n s t a n c e q u e p a r le rapport

des Anglais e u x - m ê m e s .

Il

p a r a î t c e r t a i n q u e d a n s la v i l l e o n n e p e u t faire d o n n e r q u ' u n certain n o m bre de coups à un m a l h e u r e u x esclave. D a n s u n e h a b i t a t i o n il e s t b i e n difficile


100

LA

GUYANE.

de surveiller de cruels c o m m a n d e u r s , toujours

disposés

à

abuser de

leur

pouvoir. L e r é g i m e des n o i r s est assez d o u x d a n s c e t t e c o l o n i e , si l ' o n s ' e n r a p p o r t e a u v o y a g e u r q u e n o u s a v o n s cité déjà p l u s i e u r s fois. A l e u r a r r i v é e d a n s l a p l a n t a t i o n d o n t ils d o i v e n t faire p a r t i e , ils s o n t c o n f i é s a u x s o i n s d ' u n e f e m m e q u e l ' o n a p p e l l e l a n o u r r i c e , et q u i d o i t les a p p r o v i s i o n n e r d ' a l i m e n s , d e pipes et de tabac. O n ne les

occupe

d'abord q u e de légers travaux a u t o u r d e la m a i s o n ; p u i s o n les r e m e t e n t r e les m a i n s d ' u n v i e u x n è g r e , qui l e u r a p p r e n d à p o u r v o i r à l e u r s b e s o i n s . Ils c o m m e n c e n t d è s l o r s à s u i v r e la b a n d e de ceux qui vont au travail. A neuf h e u r e s o n s o n n e la c l o c h e p o u r le d é j e u n e r , e t ils o n t u n e h e u r e e n t i è r e d e


LA G U Y A N E .

101

r e p o s ; p o u r le dîner qui se sert à u n e heure

après m i d i , on leur

accorde

q u e l q u e s i n s t a n s d e p l u s . V e r s le c o u c h e r d u s o l e i l , o n fait c e s s e r les différ e n s t r a v a u x , e t le s o u p e r c o m m e n c e ; a p r è s q u o i ils p e u v e n t s e l i v r e r a u r e pos. toutes

On leur accorde dans les habitations

presque

une pinte do

r h u m et d e u x livres d e tabac p o u r la s e m a i n e ; m a i s si c e l a n e l e u r

suffit

p o i n t , ils c h e r c h e n t à se p r o c u r e r c e s deux denrées,

en

faisant

différens

échanges. C h a q u e p l a n t a t i o n reçoit assez o r d i n a i r e m e n t t r o i s fois la s e m a i n e l a v i s i t e d ' u n c h i r u r g i e n , qui vient visiter les noirs m o y e n n a n t d e u x dollars par an p o u r c h a q u e p e r s o n n e qui s'y t r o u v e . I l p a r a î t q u ' a f i n d e p r é v e n i r les v o l s q u e p e u v e n t faire l e s n è g r e s m a r r o n s


102

LA

GUYANE.

e n c o r e existans d a n s la c o l o n i e , établit c h a q u e n u i t ,

dans

habitations, certains postes qui une garde

exacte.

Ils

on

plusieurs font

entretiennent

d e s f e u x d ' i n t e r v a l l e e n i n t e r v a l l e , et répètent

chaque demi-heure : Tout

va bien. Les nègres de garde r é p o n d e n t d e s différens é v é n e m e n s q u i p e u vent arriver; mais leur vigilance

est

e x t r ê m e , e t il e s t b i e n r a r e q u e

les

v o l e u r s p a r v i e n n e n t à le3 t r o m p e r . H. Bolingbroke,

dans u n e

excur-

s i o n q u ' i l fit à la p l a n t a t i o n d e R e y nestein, a p p a r t e n a n t à l ' u n d e ses a m i s , e u t occasion de parler à un

matelot

n è g r e qui avait vu M u n g o - P a r k p e n dant q u e cet infortuné voyageur t r a versait l'intérieur

de l'Afrique.

« Je

descendais l'Esséquébo dans une goël e t t e , d i t - i l , et j ' a v a i s m i s , s e l o n m o n


LA

GUYANE.

103

usage, trois ou q u a t r e livres d a n s m o n p o r t e - m a n t e a u : les voyages d e M u n g o - P a r k étaient du n o m b r e . En p a r c o u r a n t le v o c a b u l a i r e d e la

langue

de M a n d i n g o , j'appelai P i e r r e , nègre de

cette n a t i o n ,

et je lui

adressai

u n e q u e s t i o n d a n s sa p r o p r e l a n g u e : Quoi!

Massa,

parler

mon p a y s ! J ' a v a i s l à u n e o c c a -

sion

s ' é c r i a - t - i l , vous

de reconnaître

savez

l'exactitude

de

M u n g o - P a r k , et j ' e n p r o f i t a i . J e p r i a i P i e r r e de m e t t r e e n a n g l a i s la q u e s t i o n q u e j e l u i a v a i s a d r e s s é e ; il l e fit s u r l e - c h a m p , et m ' e n t r a d u i s i t p l u s i e u r s autres. La parfaite conformité de cette t r a d u c t i o n et de celle d u v o y a g e u r m e fit v o i r q u e c e l u i - c i

méritait

pleine

confiance ; m a i s p o u r p o u s s e r la d é m o n s t r a t i o n a u - d e l à , j e dis à P i e r r e q u e l é t a i t le s u j e t d e m a l e c t u r e ; il


104

LA

GUYANE.

m e dit alors avec c h a l e u r : « M a s s a , j'ai

v u cet h o m m e blanc dans m o n

p a y s , d a n s m a v i l l e ; il y v i n t u n e n u i t , p e n d a n t q u e t o u t le m o n d e d o r m a i t ; il avait a v e c lui u n f o r g e r o n , m o n c o m patriote. C'est m o i qui lui d o n n a i d u riz p o u r s o n s o u p e r , e t il p a r t i t v i t e , v i t e , le l e n d e m a i n , p o u r l e p a y s d e s M a u r e s . » A la m a n i è r e v i v e et e x e m p t e d ' a r t d o n t P i e r r e m e fit c e r é c i t , j e r e s t a i c o n v a i n c u q u ' i l a v a i t v u e n effet M u n g o - P a r k . L e n o m d u village et la r é c e p t i o n q u i y fut faite à c e v o y a g e u r s ' a c c o r d a i e n t si b i e n a v e c c e q u ' i l e n dit l u i - m ê m e , qu'il ne p e u t y avoir de d o u t e à cet é g a r d . » Le principal article de culture dans la colonie d e D é m é r a r y p a r a î t ê t r e le s u c r e ; m a i s l ' o n a r e c o n n u q u e les t e r rains nouvellement défrichés n'étaient


LA

GUYANE.

105

p a s p r o p r e s à c e t t e p r o d u c t i o n , et l ' o n y plante pendant quelque t e m p s des b a n a n i e r s . P o u r d o n n e r u n e i d é e d e la fertilité d u t e r r a i n , n o u s d i r o n s , d ' a p r è s le v o y a g e u r anglais a u q u e l n o u s avons déjà e m p r u n t é plusieurs détails, que depuis un espace de ans

chaque

récolte

vingt-cinq

successive

de

c a n n e s s ' a m é l i o r e et p r o d u i t u n s u c r e de meilleure qualité (1). T o u t le m o n d e s a i t q u e le r h u m s e fait a v e c d e l a m é l a s s e , d e l ' é c u m e d e s u c r e et d e l ' e a u , q u ' o n distille a p r è s la f e r m e n t a t i o n . Il p a r a î t q u e l ' o n est parvenu

à un haut degré de perfec-

t i o n d a n s l a m a n i è r e d o n t o n l e fait. (1) L e m ê m e o b s e r v a t e u r affirme a v o i r vu des cannes qui s'élevaient à trente pieds, en conservant une grosseur proportionnée ; m a i s c e fait paraît u n p e u e x a g é r é .

U.

10


106

LA

GUYANE.

O n croit g é n é r a l e m e n t q u e dans u n e p l a n t a t i o n à s u c r e , le r h u m d o i t p a y e r à l u i s e u l t o u s l e s frais.

Un m u i d de

mélasse d o n n e le plus h a b i t u e l l e m e n t troi9 cent vingt pintes de cette l i q u e u r , dont l'usage est e x t r ê m e m e n t m u n d a n s t o u t e la c o l o n i e .

com-


LA

GUYANE.

C H A P I T R E

107

VI.

Esséquébo. —Indigènes de cette colonie.

QUOIQUE l ' é t a b l i s s e m e n t d o n t n o u s a l l o n s n o u s o c c u p e r fasse

partie

p r é c é d e n t , et soit considéré

du

comme

d ' u n e m o i n d r e i m p o r t a n c e , il s e t r o u v e ê t r e p l u s a n c i e n . C e fut e n 1698

que

l'on c o m m e n ç a à y f o r m e r les

pre-

mières plantations; mais l'on tomba d ' a b o r d d a n s l ' e r r e u r d e s colons français, qui m é p r i s a i e n t les t e r r e s basses, p o u r s'occuper des terrains élevés ; et l a c u l t u r e d e s c ô t e s fut n é g l i g é e d a n s les

premiers

temps.

Cependant

le

g o u v e r n e m e n t se servit d ' u n excellent


108

LA

GUYANE.

m o y e n p o u r q u e les c o n c e s s i o n s q u ' i l accordait ne restassent pas long-temps e n f r i c h e : il fut d é c i d é q u ' u n e

cer-

taine p o r t i o n serait m i s e e n é t a t d e cult u r e à u n e é p o q u e d é t e r m i n é e ; et q u e d a n s l e c a s c o n t r a i r e t o u t e la p r o p r i é t é p o u r r a i t ê t r e c o n f i s q u é e p o u r q u ' o n la vendît à l'encan. Les planteurs, au cont r a i r e , q u i a v a i e n t r e m p l i t o u s l e u r s eng a g e m e n s , v o y a i e n t a u g m e n t e r la p o r tion de t e r r a i n qui leur avait été a c cordée.

L'on ne s'occupa point d'a-

b o r d d u s u c r e , et la p l u p a r t d e s h a b i t a n s se c o n t e n t è r e n t d e faire v e n i r d u c a f é , d u c a c a o , d u coton et de l'ind i g o ; m a i s ils n e t a r d è r e n t p o i n t à s ' a p e r c e v o i r q u ' i l s n é g l i g e a i e n t la s e u l e denrée

c a p a b l e d e les e n r i c h i r ,

ils m i r e n t

la

plus grande partie

leurs p r o p r i é t é s en c a n n e s ,

dont

et de le


LA produit

fut

GUYANE.

109

assez considérable.

De-

p u i s il a u g m e n t a d ' u n e m a n i è r e

ex-

t r ê m e m e n t sensible, parce que

l'on

permit l'exportation des mélasses dans l ' A m é r i q u e , t a n d i s q u e t o u t e s les a u tres marchandises devaient être

ex-

p é d i é e s p a r la s e u l e p r o v i n c e d e Z é lande. O n vit à u n e c e r t a i n e é p o q u e

les

h a b i t a n s d e l a B a r b a d e v e n i r faire u n chargement

très-singulier

sur

cette

c ô t e . Ils a r r i v a i e n t a v e c q u e l q u e s b â t i m e n s q u e l ' o n r e m p l i s s a i t d e la t e r r e d u p a y s , et qui était destinée à fertil i s e r l e u r p r o p r e sol. O n p r é t e n d q u e ce c o m m e r c e eût p u d e v e n i r m ê m e n t a v a n t a g e u x p o u r la

extrêGuyane

h o l l a n d a i s e , si la c a l e d e s v a i s s e a u x n'eût

pas été considérablement

en-

d o m m a g é e p a r u n v e r q u i se t r o u v e 10*


110

LA

GUYANE.

h a b i t u e l l e m e n t d a n s le t e r r e a u d e c e t t e c o n t r é e . Après s'être i n t r o d u i t d a n s les p l a n c h e s e t les m a d r i e r s d u b â t i m e n t , il y p r a t i q u a i t d e s v o i e s d ' e a u , e t e m p ê c h a i t q u ' o n p û t faire m ê m e

deux

ou trois chargemens de cette nature, m a l g r é la b r i è v e t é d e la n a v i g a t i o n . C o m m e la c o l o n i e , a p r è s les d i x p r e m i è r e s a n n é e s , fit t r è s - p e u d e p r o g r è s , et qu'elle resta p e n d a n t q u e l q u e temps dans un état presque

station-

n a i r e , le g o u v e r n e m e n t h o l l a n d a i s finit par s'apercevoir qu'il avait eu

grand

t o r t de confier son a d m i n i s t r a t i o n u n e c o m p a g n i e d o n t les

finances

à

n'é-

taient p o i n t assez c o n s i d é r a b l e s p o u r la s o u t e n i r . C e t t e c o m p a g n i e finit p a r transférer aux états-généraux

toutes

ses p r é t e n t i o n s , m o y e n n a n t q u e l q u e s arrangemens.

Dès lors on

accueillit


LA GUYANE.

111

d a n s l e p a y s p r e s q u e t o u s les é t r a n g e r s q u i v o u l u r e n t y v e n i r d e m e u r e r , et l e s A n g l a i s d e s îles d e l ' A m é r i q u e p r o fitèrent

surtout

de cette

hospitalité

p o u r a l l e r o c c u p e r les t e r r a i n s

situés

d a n s le v o i s i n a g e d e la m e r , q u e l e s p r e m i e r s colons avaient dédaignés. Ils d e s s é c h è r e n t le sol a v e c les de

leurs

anciennes

construisirent

esclaves

habitations ;

des digues dans

ils plu-

sieurs e n d r o i t s , et l'on vit bientôt s'élever u n e foule de nouvelles tions,

habita-

o ù l ' o n fit n o n - s e u l e m e n t

du

s u c r e , m a i s où l ' o n distilla les m é lasses p o u r en o b t e n i r du r h u m , tandis q u e p r é c é d e m m e n t

elles

étaient

exportées en nature. L'activité de ces planteurs parvint à s o u m e t t r e à l ' é t a t d e c u l t u r e la c ô t e o c c i d e n t a l e d e la D é m é r a r y , d o n t l e


112

LA

GUYANE.

district fut d'abord considéré c o m m e dépendant de l ' E s s é q u é b o , mais q u i , après avoir pris une plus grande i m portance , parut p r o p r e , à cause de son p o r t , à devenir la résidence du g o u v e r n e u r des d e u x établissemens. En c o n s é q u e n c e l'on bruit la ville de Stabroek, qui lui servit de r é s i d e n c e ; mais sept ans après cette circonstance, la Hollande s'occupa si faiblement de ces deux nouvelles c o l o n i e s ,

qu'un

corsaire anglais débarqua sur la côte , et en prit possession, p o u r se voir e x pulsé au b o u t de quelque temps pur une corvette française. Les é t a t s - g é néraux ne recouvrèrent leurs établissemens qu'en 1 ^ 8 3 , à la paix g é n é rale, et ils les perdirent depuis, avant Surinam. La rivière qui donne son n o m au


LA

GUYANE.

113

district dont nous n o u s occupons en ce m o m e n t a son e m b o u c h u r e à n e u f m i l l e s à l ' e s t d e c e l l e d e la D é m é r a r y . D a n s cet endroit on r e m a r q u e

trois

îles a s s e z i m p o r t a n t e s e t s u r t o u t b i e n cultivées, qui forment quatre passages différens ;

au

sud

on

en voit

une

m u l t i t u d e de petites qui s'étendent à une distance considérable. Les C a r i b b i s , que l'on ne doit pas, d i t - o n , c o n f o n d r e a v e c les C a r a ï b e s , h a b i t e n t c e t t e p a r t i e d e la c ô t e q u i s e trouve

située

entre

l'Esséquébo

et

l ' O r e n o q u e : ils o n t p l u s

d'industrie

q u e les a u t r e s t r i b u s , e t

échangent

a v e c les E u r o p é e n s

différens

objets

d ' u n e utilité directe. On e s t i m e s u r t o u t l e u r s c a n o t s ; m a i s il e s t difficile d e s'en p r o c u r e r : jusqu'à

ils

soixante-dix

ont

quelquefois

pieds

de

lon-


114

LA

GUYANE.

g u e u r , et p e u v e n t s e r v i r

à la p ê c h e

d a n s les h a b i t a t i o n s . La

cire,

les g o u r d e s

pleines

de

b a u m e c a p i v i , les h a m a c s et l e s b o i s de différentes espèces qu'ils a p p o r t e n t dans les h a b i t a t i o n s , s o n t u n objet de commerce que beaucoup

l'on pourrait

plus important.

rendre

On

leur

donne en retour des c r o c h e t s , des armes à f e u , d e s couteaux, des haches, et la p l u p a r t d e c e s b a g a t e l l e s q u e l e s s a u v a g e s font s e r v i r h a b i t u e l l e m e n t à leur p a r u r e . M. B o l i n g b r o k e p e n s e q u e p o u r r e n d r e ces échanges plus utiles à la c o l o n i e , il s e r a i t à p r o p o s d ' é t a b l i r d e s foires à c e r t a i n e s é p o q u e s d é t e r m i n é e s , p o u r q u e les i n d i g è n e s y apportassent leurs m a r c h a n d i s e s

des

l i e u x les p l u s r e c u l é s d e l ' i n t é r i e u r d e s t e r r e s , et p r o c u r a s s e n t a i n s i à l ' E u -


A GUYANE.

115

r o p e u n e foule de p r o d u c t i o n s e x t r ê m e m e n t curieuses, qu'il serait impossible de se p r o c u r e r a u t r e m e n t . A p r è s être e n t r é d a n s quelques détails sur des établissemens semblables

formés

à B u e n o s - A y r e s , et o ù l ' o n a t t i r a i l les s a u v a g e s p a r le spectacle des processions, l'auteur

pompeux que

nous

consultons prétend q u e l'on pourrait y substituer

à la

G u y a n e des jeux

g y m n a s t i q u e s , t e l s q u e le t i r a g e

de

l ' a r c , des prix de n a t a t i o n , d e s courses d e c h e v a u x , qui d e v i e n d r a i e n t u n e occasion toute naturelle du

rassem-

b l e m e n t de certaines tribus. « L e s f o i r e s , d i t - i l , s o n t la m a n i è r e la p l u s s i m p l e d e r é p a n d r e l e s d i v e r s produits de l'industrie d a n s des pays encore trop mal peuplés pour des b o u t i q u e s et des magasins

avoir erma-


116

LA

GUYANE.

n e n s . O n en a établi de cette

espèce

d a n s t o u s t o u s les p a y s , et elles o n t été supprimées à m e s u r e que l'établiss e m e n t s o c i a l a fait d e s p r o g r è s . Q u ' é t a i e n t o r i g i n a i r e m e n t les j e u x o l y m piques de l'ancienne G r è c e , sinon des foires où l'on s ' a s s e m b l a i t p o u r voir les j e u x d u c e s t e , d e la l u t t e et d e la course ? C'était

à c e s foires q u e l e s

l i a i s o n s d e t o u t g e n r e se

formaient,

q u e la c o n s i d é r a t i o n n a t i o n a l e se fortifiait, e t q u e l e s a r t s d e la c i v i l i s a t i o n se perfectionnaient. » C o m m e p r e s q u e t o u s les s a u v a g e s , la p l u p a r t d e s i n d i g è n e s d e c e t t e p a r tie d e la G u y a n e o n t a d o p t é d e s o r n e mens

plus

ou moins

bizarres.

Les

W o u r o w s , par exemple, ont une plaque d'argent o v a l e , qu'ils suspendent au cartilage d u nez. Les

Accawaws,


LA G U Y A N E .

117

q u i d o m i n e n t la p a r t i e d e t e r r a i n q u e l ' o n v o i t à la s o u r c e d e s r i v i è r e s E s s é q u é b o , D é m é r a r y et B e r b i c e ,

au-

raient les traits assez a g r é a b l e s , s'ils n é se faisaient p a s à la l è v r e inférieure une large o u v e r t u r e , p o u r y duire,

comme

intro-

les B o u t i c o u d o s

du

Brésil, un m o r c e a u de bois rond coupé e n d e h o r s à la f l e u r d e la p e a u , e t q u i p r e s s e e n d e d a n s s u r les g e n c i v e s . Ces sauvages s o n t , à ce qu'il raît, extrêmement redoutés

des

paau-

tres tribus, à cause des poisons t e r ribles

qu'ils

savent employer

vent,

même

pour

invasions

de

leurs

se

sou-

garantir

ennemis.

des

Lors-

qu'ils v e u l e n t se d é f e n d r e , a u r a p p o r t d e q u e l q u e s v o y a g e u r s , ils p l a n t e n t dans t o u s les endroits qui c o n d u i s e n t à leurs habitations, certains m o r c e a u x II.

11


118

LA

GUYANE.

de bois pointus t r e m p é s dans des sucs v é n é n e u x . Ils n e s e r é s e r v e n t seul

chemin,

leur

appartient

dont

la

qu'un

connaissance

exclusivement.

Ces

d e r n i e r s détails s o n t fort c u r i e u x ; m a i s l'on n e sait p a s j u s q u ' à q u e l p o i n t o n peut

y a j o u t e r foi : il

paraît

qu'ils

sont rapportés par d'autres indigènes; et l ' o n d o i t t o u j o u r s se défier des r é cits d e c e r t a i n s sauvages. O n n ' a en g é n é r a l q u e peu de d o c u mens sur

les n a t u r e l s d e

l'intérieur

d e la G u y a n e , p a r c e q u ' u n n o m b r e d e v o y a g e u r s se dés

à entrer

dans

fort p e t i t sont

déci-

les v a s t e s

forêts

q u e l'on t r o u v e loin des bords de l'océan. Cependant un colon allemand, n o m m é Nicolas H o r t t m a n , entreprit vers

1740

de r e m o n t e r

l'Esséquébo

dans u n canot conduit p a r des sau-


LA

GUYANE.

vages. Après u n e l o n g u e et navigation,

pendant

obligé fréquemment

119 pénible

l a q u e l l e il

fut

d e faire t r a î n e r

s o n e m b a r c a t i o n p o u r p a s s e r u n e foule d ' i s t h m e s d o n t il n ' a v a i t p a s c o n n a i s s a n c e , il e n t r a d a n s u n g r a n d l a c , p a r v i n t a u R i o N e g r o , d e s c e n d i t le f l e u v e d e s A m a z o n e s , e t v i t M . d e la C o n damine,

auquel

observations

il c o m m u n i q u a

faites p e n d a n t son

les cu-

rieux voyage ; mais malheureusement il n ' e n

a jamais publié une

particulière.

relation


120

LA

GUYANE.

CHAPITRE

VIII.

Berbice. — Sa fondation — Ses ressources.

L'ÉTABLISSEMENT

de Berbice est d'une

fondation plus ancienne q u e les deux autres. Il paraît que l'on s'occupa à cultiver son territoire

au c o m m e n -

c e m e n t du XXII . siècle. C e fut vers e

l'an 1626 qu'un certain van P e e r e , de Flessingue, équipa plusieurs bâtimens qui

transportèrent

des

Européens,

dont la principale occupation

devait

être de former des échanges avec les indigènes. C o m m e la colonie prit l'accroissement le plus r a p i d e , elle tenta les Français, qui y firent une descente


LA en 1690,

GUYANE.

121

et se firent payer une c o n -

tribution de

2 0 , 0 0 0

florins.

Quoique

primitivement le district appartînt à la c o m p a g n i e hollandaise des

Indes

occidentales, la famille van Peere se le fit céder à titre de fief h é r é d i t a i r e , m o y e n n a n t certains arrangemens particuliers. Cette concession fut parfaitement respectée jusqu'en 1712 ; mais des corsaires français,

commandés

par C o s s a r d , se rappelant le succès qu'avait eu la première descente, d é barquèrent encore des troupes sous les ordres du baron de Monars, qui i m posa une contribution de 3 o o , o o o florins. Les propriétaires de la colonie furent alors obligés de céder les trois quarts de leurs possessions à la m a i son van H o o r n , qui avait avancé les 11*


122

LA

GUYANE.

f o n d s e x i g é s p a r les c h e f s d e l ' e x p é d i tion française. Les n o u v e a u x administrateurs, après a v o i r fait u n t r a i t é a v e c la c o m p a g n i e des

Indes

occidentales,

moyennant

lequel on devait leur v e n d r e

annuel-

lement deux cent quarante nègres de la c ô t e

d'Afrique,commencèrent

à

a v o i r le p l u s g r a n d s u c c è s d a n s l e u r e n t r e p r i s e . Ils e n g a g è r e n t d e s c o l o n s à venir former des établissemens

sur

l e u r s t e r r e s , et l ' a g r i c u l t u r e p r o s p é r a d'abord entre leurs mains. « Mais, dit M . B o l i n g b r o k e , ils v o u l u r e n t e n s u i t e se p r o c u r e r u n e s o m m e de

3 , 2 0 0 , 0 0 0

f l o r i n s , d i v i s é e e n m i l l e six c e n t s a c t i o n s , et p a y a b l e s en h u i t t e r m e s , d o n t e r

le d e r n i e r d e v a i t é c h o i r a u 1 . a v r i l 1724.

M o y e n n a n t c e t t e s o m m e , les


LÀ terres

GUYANE.

125

d e la s o c i é t é v a n H o o r n

al-

laient être mises en c o m m u n et c u l t i v é e s à frais c o m m u n s . L e s v a i s s e a u x , l e s m a r c h a n d i s e s , les r e v e n u s d e l a d o u a n e , tous les p r o d u i t s d e v e n a i e n t la p r o p r i é t é d e s a c t i o n n a i r e s , à q u i o n devait répartir u n dividende

annuel

p r o p o r t i o n n é a u x bénéfices de l'entrep r i s e . L e s p r o p r i é t a i r e s a c t u e l s se r é servaient, à litre d'indemnité et prix d'achat, u n n o m b r e d'actions proport i o n n é a u t r a v a i l d o n t ils d e m e u r a i e n t chargés.

C ' é t a i t u n e m a n i è r e d e les

e n g a g e r a u s u c c è s et d e l e s o b l i g e r à faire croître le dividende. O n p a r v i n t d e l a s o r t e à se p r o c u r e r 1 , 8 8 2 , 0 0 0 florins seulement. On répartit des divid e n d e s , q u i ne s'élevèrent jamais a u d e s s u s d e t r o i s et q u a t r e p o u r c e n t . L e s a c t i o n s t o m b è r e n t , e t enfin d u p r i x


124

LA

GUYANE.

d e 2 0 0 0 florins e n v i n r e n t a se v e n d r e 200. C e u x qui s'en chargèrent furent p r i n c i p a l e m e n t les c o l o n s , p o u r q u i elles d e v e n a i e n t u n titre plus c o m p l e t de p r o p r i é t é . » N o u s ne s o m m e s e n t r é s dans ces derniers détails,

que

l'on

trouvera

peut-être un peu a r i d e s , q u e

pour

m i e u x faire c o n n a î t r e l ' é t a t d e l a c o l o n i e , qui en 1 8 0 8 était e n c o r e

ad-

m i n i s t r é e en Hollande par sept direct e u r s choisis p a r m i les actionnaires. •

Le district a u q u e l la Berbice d o n n e

s o n n o m e s t b o r n é à l ' e s t p a r le r u i s seau

du Diable,

à l'ouest par

d ' A b a r r y , q u i le s é p a r e d u

celui

territoire

d e D é m é r a r y . Q u o i q u e la r i v i è r e , d o n t le p a y s t i r e d ' a s s e z g r a n d s a v a n t a g e s , soit l a r g e , elle a p e u d e p r o f o n d e u r ; s o n e m b o u c h u r e g î t p a r l e s 6° 2 0 ' d e


LA

GUYANE.

125

l a t i t u d e m é r i d i o n a l e , et l e s 57° 2 0 ' d e longitude à l'ouest de Londres. Une b a r r e d e s a b l e q u i se t r o u v e à c i n q milles en a v a n t d a n s la m e r , n e p e r m e t malheureusement pas aux navires d ' e n t r e r q u a n d ils t i r e n t p l u s d e q u a torze pieds ; aussi est-ce u n e raison p o u r q u e la colonie n'atteigne point a u d e g r é de p r o s p é r i t é de celles q u i se t r o u v e n t d a n s l e v o i s i n a g e . L a c a p i t a l e d u p a y s a p r i s le n o m d e N o u v e l l e - A m s t e r d a m , et s e t r o u v e b â t i e s u r la r i v e m é r i d i o n a l e d e la rivière

Canie,

qui r e m o n t e

vers

les

b o r d s de la Berbice p e n d a n t u n mille et d e m i . Les f o n d a t e u r s d e cette ville o n t p r i s les p l u s g r a n d s s o i n s p o u r q u e r i e n n e m a n q u â t à la s a l u b r i t é e t à l a commodité : chaque portion accordée p o u r é t a b l i r u n e m a i s o n f o r m e à elle


126

LA

GUYANE.

s e u l e u n e p e t i t e île e n t o u r é e d e c a n a u x q u i se r e m p l i s s e n t à l a h a u t e m e r , e t p e u v e n t se v i d e r a i n s i d e s i m m o n d i c e s dont l'odeur pourrait

être nuisible ;

en o u t r e , c o m m e c h a c u n e

des

con-

cessions faites a u p r o p r i é t a i r e est u n quart d'acre de terre séparé de ce qui l ' e n t o u r e ,

tout

l'air circule libre-

m e n t , et c h a q u e habitation

possède

u n petit jardin p o t a g e r dont on p e u t tirer b e a u c o u p d'avantages. Les maisons n ' o n t jamais plus d ' u n étage et d e m i , e t e l l e s f o n t u n a s s e z j o l i effet a v e c les galeries q u i r è g n e n t des d e u x c ô t é s , et s o u s lesquelles on p e u t r e s p i r e r la f r a î c h e u r d u s o i r . I l

parait

q u e l'on p r é f è r e les c o u v r i r d e feuilles de trooliers ou de b a n a n i e r s ,

plutôt

q u e d ' a d o p t e r la t o i t u r e d e p l a n c h e s , qui

donne une

c h a l e u r assez forte ;


LA

GUYANE.

127

m a i s les A n g l a i s a g i s s e n t t o u t a u t r e ment

ils p r é t e n d e n t q u e l a c o u v e r -

t u r e e n u s a g e a t t i r e la v e r m i n e , e t ils se servent des b a r d e a u x .

On

trouve

à la N o u v e l l e - A m s t e r d a m ce q u ' i l est a s s e z r a r e d e r e n c o n t r e r d a n s les v i l l e s de l'Amérique méridionale, nous voulons parler des auberges. Les v o y a geurs s'y procurent

des h a m a c s

et

peuvent m a n g e r à table d'hôte ; mais il f a u t c o n v e n i r q u e l ' o n a c h è t e a s s e z c h è r e m e n t ces a v a n t a g e s , s i , c o m m e H y a q u e l q u e s a n n é e s , o n v o u s fait payer deux repas, avec quelques légers a c c e s s o i r e s , e n v i r o n 4 5 francs d e n o t r e m o n n a i e . D u r e s t e il e s t

assez

rare que celte extorsion subsiste longt e m p s d a n s u n p a y s o ù t o u t le m o n d e se f a i t ,

d i t - o n , u n plaisir

d'exercer l'hospitalité.

véritable


128

LA

GUYANE.

La Nouvelle-Amsterdam a quelques fortifications;

mais

elles sont

très-

p e u c o n s i d é r a b l e s , et n ' e m p ê c h e r o n t j a m a i s q u e la colonie n'ait le s o r t des autres établissemens hollandais

for-

m é s d a n s la G u y a n e ; a u s s i les A n g l a i s n'ont-ils point tardé à s'en e m p a r e r , lorsqu'ils sont entrés en possession de S u r i n a m et d e D é m é r a r y . O n s'est d'abord occupé de cultiver la c ô t e d e l ' o u e s t , e t c e n ' e s t q u e v e r s l ' a n n é e 1799 q u e les p o r t i o n s d e t e r rain situées à l'est attirèrent

l'atten-

tion des agriculteurs, qui n e t a r d è r e n t pas à former des abattis considérables, où l'on planta des cotonniers. Les h a bitations forment d e u x suites distinctes de c u l t u r e s , s é p a r é e s p a r u n c a nal navigable.

C ' e s t d e r r i è r e la s e -

c o n d e suite q u e l'on voit c o u l e r u n e


LA

GUYANE.

129

rivière appelée C a n i e , dont les rives sont couvertes d'une foule de p r o d u c tions u t i l e s , et q u e les goélettes p e u vent r e m o n t e r à la hauteur de trente milles.

A

une

certaine distance

il

existe un ruisseau qui se jette dans la C o u r a n t i n e , et forme une c o m m u n i cation importante avec P a r a m a r i b o , sans que l'on puisse toutefois e m p l o y e r d'autres courriers que les indigènes , qui franchissent des contrées désertes et i n c o n n u e s , et se trouvent souvent o b l i g é s , dans ces v o y a g e s , de porter un petit canot sur leurs é p a u l e s , ce qui serait p e u t - ê t r e

impossible

de

faire à tout autre qu'à des sauvages. L e v o y a g e u r que nous consultons sur l'état d e l à Berbice fait un grand éloge des plantations qui bordent la Canie , et semble indiquer que le sort des II.

12


130

LA

noirs y

GUYANE.

est m o i n s

malheureux

que

dans plusieurs autres établissemens ; m a i s il s e r a i t b i e n

à souhaiter

t o u s les c o l o n s s u i v i s s e n t d'un

vieux

propriétaire

que

l'exemple qui

habi-

t a i t c e s c o n t r é e s il y a q u e l q u e s a n nées.

M. B o l i n g b r o k e ,

l'apparence

charmé

de b o n h e u r qui

par

régnait

d a n s son h a b i t a t i o n , ne m a n q u a pas de l u i faire c o m p l i m e n t s u r l ' é t a t d e p r o s périté de tous ceux qui l'environnaient, et p a r t i c u l i è r e m e n t s u r celui d e s vieill a r d s . « II m ' a p p r i t , d i t c e v o y a g e u r , qu'il y avait plus de q u a r a n t e ans qu'il é t a i t é t a b l i d a n s la c o l o n i e ; q u ' i l y e n avait trente qu'il était

propriétaire;

qu'il n'était pas riche; mais qu'il aimait m i e u x s'imposer des privations

que

d ' e n i m p o s e r à ses n è g r e s . I l a j o u t a i t que cette manière de penser tournait


LA

GUYANE.

à son a v a n t a g e ;

131

q u e ses n è g r e s

tra-

v a i l l a i e n t a v e c p l u s d ' a c t i v i t é , et q u e sa p l a n t a t i o n

en

rendait

beaucoup

plus. « Ne serais-je donc pas un i n g r a t , disait-il, de négliger ces braves gens q u a n d ils s o n t v i e u x ? A h ! m o n a m i , l ' h u m a n i t é est la m e i l l e u r e p o l i t i q u e , e t a m è n e à sa s u i t e l a r i c h e s s e . » Quoique

la p o p u l a t i o n

noire

de

cette colonie soit d e v e n u e plus consid é r a b l e , e l l e e s t e n c o r e b i e n faible p a r rapport à l'étendue de terrain q u ' o n pourrait mettre en culture : vers 1808 elle s ' é l e v a i t à q u a r a n t e m i l l e i n d i v i d u s , a u x q u e l s on p o u v a i t ajouter un m i l l i e r d e g e n s d e c o u l e u r ; les b l a n c s f o r m a i e n t à la m ê m e é p o q u e u n t o t a l de d e u x m i l l e s cinq cents â m e s . Il est infiniment p r o b a b l e que depuis l'abo


132

LA

GUYANE.

lition de la traite des noirs, le n o m b r e de c e u x - c i a diminué dans la c o l o n i e ; car la fièvre j a u n e , la petite vérole , les disettes, sont des causes de d é p o pulation, et l'on ne peut guère les e m pêcher d'exercer leurs ravages sur de malheureux esclaves. S'il faut en croire notre auteur a n glais , ses compatriotes

ont fait en

huit ans des travaux i m m e n s e s

au

profit de la c o l o n i e . Une côte basse et m a r é c a g e u s e , qui semblait être e n c o r e le domaine de l'océan , et qui se trouve avoir cent cinquante milles depuis la D é m é r a r y jusqu'à la C o u rantine , est d e v e n u e un territoire fert i l e , que les agriculteurs

exploitent

de j o u r en j o u r , et qui fait la fortune de ceux qui s'y établissent. Il paraît que

l'on a pratiqué sur cette vaste


LA

GUYANE.

133

étendue de terrain des routes charretières, garnies de commodité

des

parapets pour

voyageurs,

et

la que

ces t r a v a u x i m m e n s e s d o i v e n t a m e n e r les p l u s h e u r e u x r é s u l t a t s . On rapporte que très-peu de temps avant

q u e les Anglais se

rendissent

m a î t r e s d e la G u y a n e h o l l a n d a i s e ,

il

y e u t u n e i n s u r r e c t i o n à la B e r b i c e e n 1803.

Le g o u v e r n e m e n t

crut

alors

devoir appeler quatre cents indigènes, q u i se r e n d i r e n t à l a N o u v e l l e - A m s t e r d a m d a n s q u a r a n t e c a n o t s , et se rangèrent en d é b a r q u a n t

sous leurs

chefs. L ' a s p e c t de ces g u e r r i e r s n u s a quelque chose de très-singulier; mais il p a r a î t q u e c e u x q u i d o i v e n t les c o n duire au c o m b a t se distinguent par des habits à l ' e u r o p é e n n e et p a r u n bâton 12*


134

LA

GUYANE.

de c o m m a n d e m e n t . Dans de semblables

expéditions,

les

sauvages

ont

l e u r a r c p e n d a n t s u r l e u r é p a u l e , ainsi q u ' u n carquois q u e l'on dit ê t r e r e m p l i de

flèches

e m p o i s o n n é e s ; ils se s o n t

en outre p r o c u r é des javelines à point e s d ' a c i e r , e t ils t i e n n e n t t o u j o u r s à la m a i n cette terrible massue tranchante d é s i g n é e s o u s le n o m d e b o u t o u , d o n t u n seul c o u p prive o r d i n a i r e m e n t de l'existence. L e s m œ u r s des s a u v a g e s d e la B e r bice s o n t , à ce qu'il p a r a î t , les m ê m e s que

celles

Guyane.

des autres

O n dit q u e

tribus les

de

la

Hollandais

o n t t o u j o u r s fait l e u r s efforts p o u r s e c o n c i l i e r l ' a f f e c t i o n d e c e s i n d i g è n e s ; il semble m ê m e qu'on avait l'intention d ' e s s a y e r s'ils é t a i e n t s u s c e p t i b l e s d o


LA

GUYANE.

135

s e n t i r les a v a n t a g e s d e la c i v i l i s a t i o n , n i a i s q u e la c h o s e n e r é u s s i t p a s c o m m e o n se l ' é t a i t p r o m i s . N o u s c i t e r o n s à ce sujet u n e a n e c d o t e qui se t r o u v e dans

un

voyageur,

et

qui

prouve

j u s q u ' à q u e l p o i n t le g é n i e d e l ' i n d é p e n d a n c e se fait s e n t i r a u x s a u v a g e s , m ê m e q u a n d ils o n t g o û t é q u e l q u e s u n s des a v a n t a g e s d e n o t r e état s o cial. « E n 1770 le général de Salve e n v o y a d e la B e r b i c e e n E u r o p e u n j e u n e i n d i g è n e n o m m é W i k i , q u i fut p l a c é à Berg-op-Zoom, pour y recevoir quelque

éducation.

D'après

son

propre

d é s i r , o n lui e n s e i g n a le m é t i e r tailleur et celui de c u i s i n i e r ; flattait,

avec

il

de se

cette i n s t r u c t i o n ,

de

p o u v o i r satisfaire a u x besoins de

son


136

LA

GUYANE.

corps et de son e s t o m a c aussi bien q u e les E u r o p é e n s ;

mais

s'étant

aperçu

que tout son talent n e lui p r o c u r a i t n i b e a u x h a b i t s , n i b o n s r e p a s , il c e s s a d'y mettre

du

p r i x ; et après

avoir

p a s s é lia o u d e u x a n s d a n s c e t a p p r e n t i s s a g e , il e x p r i m a l e p l u s a r d e n t d é sir d e r e t o u r n e r à la c o l o n i e . A p e i n e e u t - i l m i s l e p i e d s u r le t e r r i t o i r e d e la G u y a n e , qu'il se d é p o u i l l a d e t o u s ses v ê t e m e n s d ' E u r o p e ,

et r e t o u r n a

dans les forêts, a u p r è s des c o m p a g n o n s d e s o n e n f a n c e , o ù il a c o n t i n u é d e v i v r e c o m m e il a v a i t c o m m e n c é , n u , l i v r é à l ' i n d o l e n c e , e t j o u i s s a n t d e sa lib e r t é . Si o n l u i a v a i t fait a p p r e n d r e l e métier de charpentier ou de forgeron, il e s t p r o b a b l e q u ' i l y a u r a i t q u e l q u e s motifs et q u e l q u e s

trouvé moyens


LA

GUYANE.

137

d e faire e m p l o i d e son t a l e n t . Ces a r t s sont les p r e m i e r s parmi

qui

se font

les s a u v a g e s , e t

ainsi p o u r e u x

jour

deviennent

le p r e m i e r pas vers

la c i v i l i s a t i o n . » Le g o u v e r n e m e n t anglais s'est aperç u qu'il était d e la saine p o l i t i q u e d ' a gir a v e c les s a u v a g e s c o m m e

l'avait

fait l a H o l l a n d e , e t il p a r a î t q u ' i l s ' e n t r o u v e fort b i e n . T o u s l e s

indigènes

de l ' A m é r i q u e m é r i d i o n a l e indiquent a s s e z , p a r l e u r m é p r i s p o u r les n è g r e s , q u ' i l s n e v e u l e n t p o i n t l e u r offrir d ' a s i l e , d a n s le c a s o ù c e s m a l h e u r e u x t e n t e r a i e n t d e s e c o u e r le j o u g d e la s e r v i t u d e ; m a i s il e s t a r r i v é q u ' i l s e n ont sauvé plusieurs prêts à expirer de faim dans les vastes solitudes d e l ' i n térieur.


138

LA

GUYANE.

O n les a e m p l o y é s

p l u s d ' u n e fois

à l a B e r b i c e p o u r r é p r i m e r les s o u l è vemens tout

d ' e s c l a v e s ; ils f u r e n t

d'une

grande

utilité

sur-

en 1763.

C'est u n e chose bien r e m a r q u a b l e q u e les E u r o p é e n s soient p a r v e n u s cette circonstance à ramener

dans

l'escla-

v a g e , en se faisant s e c o n d e r d a n s l e u r s d e s s e i n s p a r les h o m m e s l e s p l u s i n d é p e n d a n s d e la n a t u r e : o n n e p e u t g u è r e a t t r i b u e r cela q u ' a u x séductiohs d o n t o n les e n t o u r e c o n t i n u e l l e m e n t , et

qui o n t la p l u s g r a n d e

influence

s u r l e u r c a r a c t è r e . Ils o n t m a i n t e n a n t u n b e s o i n v é r i t a b l e d e fusils d e c h a s s e , de poudre à tirer, de couteaux, de hac h e s , d ' h e r m i n e t t e s , d e toile des I n d e s e t d e r h u m ; e t p o u r s ' e n p r o c u r e r , il f a u t q u ' i l s se d é c i d e n t à ê t r e e n t i è r e -


LA

GUYANE.

139

ment a u x o r d r e s des b l a n c s . C e p e n d a n t ils a p p o r t e n t q u e l q u e f o i s e n é c h a n g e d u b a u m e c a p i v i , d e la c i r e , d u b o l s de l e t t r e s , des arcs et des

flèches,

des c a n o t s , des h a m a c s , des s i n g e s , des p e r r o q u e t s et des p e r r u c h e s qu'ils tirent de l'intérieur. N o u s

termine-

r o n s c e s différens détails e n

faisant

des v œ u x p o u r q u e les i n d i g è n e s d e t o u t e c e t t e p a r t i e d e la G u y a n e a b a n d o n n e n t l e u r v i e e r r a n t e , e t se d é c i dent à

élever des bestiaux, qui

tarderaient

pas

à prospérer

dans

ne la

plupart des savannes de l'intérieur. Les colons

retireraient

les p l u s

grands

avantages de ce d e r n i e r g e n r e d ' i n d u s t r i e ; et les t r i b u s s a u v a g e s

trou-

vant continuellement de quoi s u b v e nir à leurs besoins,

abandonneraient


140

LA

GUYANE.

la c h a s s e p o u r a d o p t e r u n g e n r e d e vie p l u s t r a n q u i l l e , qui les m e n e r a i t insensiblement à former des sement agricoles.

établis­


LA

GUYANE.

CHAPITRE

141

IX.

Guyane espagnole. — L'Eldorado. — Les Waraons.

C E vaste p a y s , q u e l ' o n considère c o m m e présentant tous les avantages d'une extrême f e r t i l i t é , est

encore

presque entièrement d é s e r t , et l ' o n a d'autant plus sujet de s'en étonner, qu'il d o n n e r a i t , selon quelques v o y a g e u r s , p l u s de denrées q u e les autres possessions espagnoles n'en rendent maintenant. N o n - s e u l e m e n t toutes les productions

coloniales

y

viennent

a v e c une extrême facilité ; mais on a e n c o r e les m o y e n s les plus faciles de les faire descendre vers le b o r d de la II.

13


142

LA

GUYANE.

m e r p a r les différens t r i b u t a i r e s de l ' O r e n o q u e , d o n t le n o m b r e s ' é l è v e à p l u s de trois c e n t s . Il est p r o b a b l e q u e la nouvelle impulsion donnée à cette partie d e l ' A m é r i q u e m é r i d i o n a l e o p é r e r a quelques c h a n g e m e n s a v a n t a g e u x , et q u e l ' o n s e n t i r a l a n é c e s s i t é d e se l i v r e r plus que jamais à l'agriculture,

seul

m o y e n d e consolider le n o u v e l o r d r e des choses. La Guyane espagnole doit

proba-

b l e m e n t , à c a u s e d e son é t e n d u e , form e r un j o u r un état séparé.

Depuis

les b o u c h e s de l ' O r e n o q u e j u s q u ' a u x limites p o r t u g a i s e s ,

elle o c c u p e

un

espace de plus de q u a t r e cents lieues : d a n s les q u a t r e - v i n g t s p r e m i è r e s l i e u e s à l ' o r i e n t , o n n ' é v a l u e p a s sa l a r g e u r à p l u s d e t r e n t e l i e u e s ; v e r s le s u d , o ù les p o s s e s s i o n s h o l l a n d a i s e s

forment


LA

GUYANE.

143

ses l i m i t e s , o n c a l c u l e q u e c e t t e l a r g e u r va ensuite j u s q u ' à c e n t c i n q u a n t e l i e u e s , et m ê m e d a v a n t a g e . On peut regarder c o m m e un

des

p l u s g r a n d s a v a n t a g e s d e la G u y a n e espagnole, d'être arrosée par l'Oren o q u e , que l'on considère c o m m e u n rival puissant de l'Amazone. Ce

fleuve

magnifique prend naissance dans u n e c h a î n e de m o n t a g n e s qui s é p a r e n t le Pérou du nouveau royaume d e Grenade,et qu'après

ne se

j e t t e d a n s la

avoir traversé

cents lieues de terrain. Ses chures

sont formées

mer

environ

par

six

embou-

un

grand

n o m b r e d'îles d e différentes g r a n d e u r s , c o u v e r t e s d e forêts et renfermées ent r e le 60° e t le 6 5 ° d e l o n g i t u d e o c c i dentale de Paris. On ignore ment

leur n o m b r e : le P.

entièreGumilla,


144

LA

GUYANE.

e n t â c h a n t d e l e fixer a v e c u n h a b i t a n t d e la G u y a n e q u i c o n n a i s s a i t

parfai-

t e m e n t le p a y s , ne p u t j a m a i s y p a r venir. La p r i n c i p a l e e n t r é e d u g r a n d fleuve d o n t n o u s n o u s o c c u p o n s se

trouve

f o r m é e a u s u d - e s t p a r la p o i n t e B a r u n a , s i t u é e p a r le 8° d e l a t i t u d e n o r d , et l'île d e C a n g r e j o s .

Elle a près de

six lieues d e l a r g e u r , et on la n o m m e b o u c h e d e s v a i s s e a u x ; m a i s il n e p e u t y entrer q u e des b â t i m e n s de d e u x ou trois cents

tonneaux.

p r é c é d e m m e n t cité eaux

de

Un

voyageur

affirme

l'Orenoque

se

que

les

conservent

douces à plus de trente lieues de son e m b o u c h u r e , et d o n n e ainsi l'idée d e l a r a p i d i t é a v e c l a q u e l l e elles se j e t t e n t d a n s la m e r .

Ce

fait

surprend

m o i n s si l ' o n c o n s i d è r e , d ' a p r è s M . d e


LA Humboldt,

GUYANE.

que

leur

145

volume

dans

l ' i n t é r i e u r d u c o n t i n e n t m é r i t e la m ê m e considération

q u e celui q u i est

offert p a r le M a r a n h a m ; c a r à d e u x cents lieues de

la m e r l ' O r e n o q u e a

u n lit d e d e u x m i l l e c i n q c e n t s à t r o i s m i l l e t o i s e s , s a n s q u e d e s îles l ' i n t e r rompent. Comme fleuves,

le N i l et q u e l q u e s a u t r e s

le r i v a l d e l ' A m a z o n e é p r o u v e

une crue p é r i o d i q u e , qui a lieu c h a q u e a n n é e . O n la v o i t t o u j o u r s c o m m e n c e r a v e c le m o i s d ' a v r i l et

finir

a v e c le m o i s d ' a o û t . C ' e s t e n s e p t e m b r e q u e les

indigènes

qui

habitent

e n c o r e c e s î l e s se p e r d e n t q u e l q u e f o i s , à c e q u e l ' o n a f f i r m e , d a n s les différ e n s l a b y r i n t h e s q u ' e l l e s f o r m e n t : ils sont obligés,

au r a p p o r t d u P . G u -

m i l l a , d e s o r t i r e n d e h o r s , et d e r e i3*


146

LA

GUYANE.

t o u r n e r d a n s l e g o l f e p o u r se r e c o n n a î t r e et r e p r e n d r e la r o u t e q u ' i l s o n t perdue, malgré leur

extrême

habi-

t u d e d e la n a v i g a t i o n d e ces p a r a g e s . Les bouches de l'Orenoque

sont,

c o m m e o n le voit, en très-grand n o m b r e ; m a i s il e n e x i s t e f o r t p e u d e n a vigables ; et l'on n'en

compte

que

sept capables de recevoir des bâtimens, e n c o r e faut-il qu'ils n e soient pas d ' u n e grande capacité. L'on peut juger par là d e la nécessité d e se p r o c u r e r u n •

bon pilote. « Le navigateur téméraire qui entrerait dans l'Orenoque par une b o u c h e n o n navigable, dit M. d e P o n s , ou p a r celle q u i n ' a u r a i t p a s assez d ' e a u p o u r son b â t i m e n t , paierait c h e r son i m p r u d e n c e : o u il n a u f r a g e r a i t , o u il se p e r d r a i t d a n s le g r a n d n o m b r e d e c a n a u x q u e f o r m e n t d a n s t o u s les s e n s


LA G U Y A N E ,

147

les î l e s G o a r a n n o s , e t p é r i r a i t d e f a i m , ou tomberait au pouvoir des Indiens s a u v a g e s q u i h a b i t e n t c e s m ê m e s îles, c h e z l e s q u e l s il t r o u v e r a i t u n e h o s p i talité bien d é s a g r é a b l e ou

peut-être

funeste. » L ' O r e n o q u e offre l e s p e c t a c l e l e p l u s i m p o s a n t ; et n o u s l a i s s e r o n s à M. d e P o n s le soin de le parce qu'il a été

encore décrire,

p l u s d ' u n e fois à

m ê m e d e l'observer. «Avec cet accroiss e m e n t de p u i s s a n c e , dit n o t r e voyag e u r , l e fleuve f r a n c h i t s e s l i m i t e s n a t u r e l l e s , e t fait d e s e x c u r s i o n s à v i n g t ou

t r e n t e l i e u e s d a n s la p a r t i e

sep-

tentrionale qu'il occupe plus de deux c e n t s l i e u e s , c o m m e si c e t t e é t e n d u e était r é u n i e à son d o m a i n e . Les t o u r billons et les c a s c a d e s r é s u l t a n t

des

i n é g a l i t é s s u r l e s q u e l l e s p a s s e le t o r -


148

LA

GUYANE.

r e n t , et la n o u v e l l e m e r q u i

couvre

la surface des p l a i n e s , s o n t

autant

d'objets capables d'exciter l'imaginat i o n la p l u s s t u p i d e . » C ' e s t v e r s les p r e m i e r s j o u r s d ' o c tobre que l'Orenoque

commence

à

baisser, et c'est é g a l e m e n t à cette é p o q u e q u e les t o r t u e s s o r t e n t d u des

eaux

pour

aller

déposer

œ u f s s u r les rives n o u v e l l e m e n t

sein leurs dé-

couvertes. Les sauvages ne m a n q u e n t pas alors d e s'y r e n d r e p o u r faire des provisions qui leur durent une grande partie

d e l ' a n n é e . O n fait d a n s c e t t e

intention sécher

les t o r t u e s a u

feu,

ainsi q u e l e u r s œ u f s , e t l ' o n a s o i n e n m ê m e temps de préparer avec ceuxci,

pendant

qu'ils sont

frais,

h u i l e q u i n e le c è d e , d i t - o n , e n

une au-

c u n e façon à celle q u e fournit l'olive.


LA

GUYANE.

149

Les a n i m a u x dont n o u s v e n o n s de p a r l e r n e s o n t pas les seuls êtres a n i m é s q u e l ' O r e n o q u e r e n f e r m e en g r a n d n o m b r e dans son sein.

On

y

pêche

b e a u c o u p de poissons d ' u n goût agréab l e et l e m a n a t i , s'y

fait

fleuve

remarquer

ou vache m a r i n e , comme

dans

le

des A m a z o n e s . L e c a ï m a n est

le plus r e d o u t a b l e a m p h i b i e q u e l'on puisse y rencontrer. Sa longueur ordinaire est de quinze à dix-huit pieds; e t il d e v i e n t q u e l q u e f o i s la n o u r r i t u r e des

sauvages,

malgré

l'effroi

qu'il

fait é p r o u v e r a u x h o m m e s e n g é n é ral.

O n le p r e n d avec des collets et

d e g r o s h a m e ç o n s . S a c h a i r est blanche, mais d'une fadeur extrême. L e s I n d i e n s p r é t e n d e n t q u e le c a ï m a n et le j a g u a r se l i v r e n t d e s c o m bats. Le terrible q u a d r u p è d e sort de


150

LA

GUYANE.

la p r o f o n d e u r d e s f o r ê t s et

examine

avec a t t e n t i o n les m o u v e m e n s d e son a d v e r s a i r e , j u s q u ' à c e q u ' i l se j e t t e précipitamment

sur lui.

Le

caïman

e s t p e r d u si s a j e u n e s s e l ' e m p ê c h e d e se d é f e n d r e ; m a i s lorsqu'il a acquis t o u t e sa g r a n d e u r n a t u r e l l e , il s e j e t t e a u s s i t ô t d a n s l e f l e u v e , fait n o y e r l e j a g u a r , e t v a l e d é v o r e r sur le p r o c h a i n rivage. L e naturaliste trouve à c h a q u e inst a n t s u r les b o r d s de l ' O r e n o q u e

des

o b j e t s d i g n e s d e ses o b s e r v a t i o n s . S i l'on r e m o n t e ce

fleuve

majestueux,

l e s y e u x se p o r t e n t a v e c é t o n n e m e n t s u r les f o r ê t s a n t i q u e s q u i b o r d e n t s e s d e u x r i v e s , et q u ' u n e foule de singes et d'oiseaux parés d ' u n brillant p l u m a g e animent de leur présence.

Le

s p e c t a c l e n ' e s t p a s t o u j o u r s le m ê m e :


LA

GUYANE.

151

la v u e p l o n g e q u e l q u e f o i s au loin s u r des plaines i m m e n s e s , couvertes d'exc e l l e n s p â t u r a g e s , e t l ' â m e se r e m p l i t d'admiration en considérant un vaste pays qui n'a pas en quelque sorte b e soin d'être défriché,

et qui n ' a t t e n d

que des agriculteurs ou des bestiaux. C'est une chose toute naturelle que la v i l l e c a p i t a l e d e la G u y a n e e s p a g n o l e se t r o u v e mense

située sur

qui arrose

le

fleuve

im-

le pays ; m a i s ce

qu'on ne p e u t pas voir sans quelque é t o n n e m e n t , c ' e s t q u ' e l l e ait é t é p l a cée à

quatre-vingt-dix

lieues

des

b o r d s d e l ' o c é a n , s u r t o u t q u a n d il n ' y a pas d ' a u t r e p o i n t c e n t r a l de r é u n i o n p o u r les colons. L a v i l l e d e S a i n t - T h o m é fut

com-

m e n c é e en 1 5 8 6 par Antoine B e r r i o ,


152

LA

GUYANE.

qui la bâtit d ' a b o r d à c i n q u a n t e lieues des bouches de l ' O r e n o q u e . Attaquée à p l u s i e u r s reprises p a r l e s Anglais, les Hollandais et les F r a n ç a i s , on jugea q u ' e l l e s e r a i t p l u s à l ' a b r i d e t o u t e insulte en l'éloignant d e la m e r ; en c o n s é q u e n c e e l l e fut r e c u l é e à d i v e r s e s r e p r i s e s , j u s q u ' e n 1764, o ù l ' o n c o m m e n ç a à la t r a n s p o r t e r d a n s l ' e m p l a cementqu'elleoccupemaintenant.Cet emplacement,

o u t r e le d é s a g r é m e n t

qui r é s u l t e d e son é l o i g n e m e n t d e la m e r , est s o u v e n t t r è s - d é s a v a n t a g e u x : il s e f o r m e d e s é b o u l e m e n s c o n s i d é r a b l e s c a u s é s p a r la r a p i d i t é d u c o u r s de l ' O r e n o q u e ; et les m a i s o n s p e u v e n t être i n o n d é e s d e p u i s le m o i s de juillet j u s q u ' e n s e p t e m b r e . Il n ' y a u rait d ' a u t r e m o y e n d ' o b v i e r à ce d é -


LA

GUYANE.

153

s a g r é m e n t et à la d é g r a d a t i o n d u p o r t , q u ' e n bâtissant u n quai solide qui p û t r é s i s t e r à la f o r c e d e s e a u x . S a i n t - T h o m é offre u n a s p e c t assez agréable : les rues y sont

parfaite-

m e n t d r o i t e s e t o n t é t é p a v é e s ; les maisons sont d ' u n e architecture pittoresque ; on r e m a r q u e au-dessus des terrasses,

où l ' o n d o r t

p e n d a n t les

c h a l e u r s excessives, sans q u e le serein fasse j a m a i s

éprouver

aucun

genre

d'incommodité. C e t t e v i l l e é t a i t le s i é g e d ' u n g o u v e r n e u r p a r t i c u l i e r , q u i r e l e v a i t il y a quelques années d u capitaine général d e C a r a c c a s , s e u l e m e n t p o u r la p a r t i e politique. Nous ignorons maintenant q u e l e s t le m o d e d ' a d m i n i s t r a t i o n . L"év ê q u e d e la G u y a n e

espagnole

fait

é g a l e m e n t sa r é s i d e n c e à S a i n t - T h o m é ;

II.

14


154

LA

GUYANE.

m a i s il n ' a q u ' u n e m i s é r a b l e c h a p e l l e p o u r c é l é b r e r l'office d i v i n , s i

toute-

fois l ' o n n ' a p o i n t c o n s t r u i t u n e c a t h é drale depuis quelques années. Les occupations de ce chef du clergé ne sont pas t r è s - n o m b r e u s e s , puisqu'il n'existe dans tout le p a y s q u e q u a t r e o u c i n q cures. L e c o m m e r c e d e la G u y a n e

espa-

g n o l e est fort p e u de c h o s e : p o u r e n d o n n e r u n e juste idée, M. de P o n s dit que

de

1791

à

1795

l'exportation

p o u r l'Europe en argent et en m a r chandises montait à 388,6oo piastres f o r t e s , et qu'il y a quinze ans

cette

s o m m e était d i m i n u é e de moitié. O n ne p e u t g u è r e s'étonner dp la modicité

d'une

semblable

exporta-

t i o n , si l ' o n fait a t t e n t i o n q u ' i l n ' y a g u è r e q u e les e n v i r o n s de la capitale


LA G U Y A N E .

155

où l'on s'occupe de l'agriculture. C e p e n d a n t le t e r r a i n , c o m m e n o u s l ' a vons

déjà d i t , est excellent p o u r

le

c o t o n , le s u c r e et les v i v r e s d u p a y s ; e t il se t r o u v e o n n e p e u t m e i l l e u r p o u r la c u l t u r e d u t a b a c . O n t r o u v e d a n s l e s f o r ê t s le s i m a r o u b a , l e q u i n q u i n a , d e s h u i l e s , des b a u m e s , et la p l u p a r t d e s plantes médicinales

communes

aux

a u t r e s p a r t i e s d e la G u y a n e . Q u a n d l ' o n c o n s i d è r e la p o p u l a t i o n d e la v a s t e c o n t r é e d o n t n o u s

nous

o c c u p o n s , l ' o n n e p e u t q u e la t r o u v e r bien

faible,

relativement surtout à

l ' é p o q u e d e la c o l o n i s a t i o n . T o u t le pays se divise en h a u t et en bas O r e n o q u e ; e t l ' o n n ' y c o m p t a i t il y a d o u z e ou quinze ans q u e trente-quatre mille habitans d e toutes conditions et

de

toutes

se

couleurs,

parmi

lesquels


156

LA

GUYANE.

trouvaient dix-neuf mille quatre cent vingt-cinq indigènes dépendant

des

missionnaires. Ces missionnaires avaient

adopté

p o u r lieu de l e u r p r i n c i p a l e r é s i d e n c e un district ayant soixante-dix

lieues

de l'est à l ' o u e s t , sur u n e largeur de trente lieues au m o i n s . L ' O r e n o q u e le b o r n e a u n o r d , la m e r à l ' e s t , l a r i v i è r e E s s é q u é b o a u s u d , et l e C a r o n i à l'ouest. N o u s ne pourrions présenter à nos lecteurs aucun détail bien authentique s u r la n a t i o n l a p l u s c u r i e u s e q u i h a bile les b o u c h e s d e l ' O r e n o q u e ,

et

d o n t les m i s s i o n n a i r e s se sont p e u occ u p é s , si M . N e p v e u , p o s s e s s e u r d e s m a n u s c r i t s d e M. L e b l o n d , n e n o u s a v a i t offert d ' y p u i s e r les faits

inté-

r e s s a n s q u e n o u s a l l o n s d o n n e r ici.


LA

GUYANE.

157

E m b a r q u é avec un Espagnol et un chef de sauvages appartenant à la n a tion des W a r a o n s , n o t r e

voyageur

était parti p o u r la p ê c h e du m u l e t , qui se fait aux b o u c h e s de l ' O r e n o q u e , lorsqu'il se décida à visiter les i n d i gènes qui vivent dans les îles du v o i s i n a g e , s u r les mangliers dont elles se trouvent en grande partie c o u v e r t e s . Après des détails du plus vif i n t é r ê t , il rapporte ainsi la partie la plus c u rieuse de son voyage ; et nous le laisserons parler, p o u r ne point détruire le charme attaché à une semblable narration ( 1 ) . ( 1 ) Le manuscrit n'ayant point été revu par l'autour avant sa mort, nous nous sommes permis de changer quelques expressions qu'il aurait probablement remplacées par d'autres en faisant imprimer son ouvrage.

•4*


158

LA

GUYANE.

« Le m o n t a n t d e l a m a r é e , j o i n t a u x a u x efforts d e la p a g a i e , n o u s f a i s a i t c h e m i n e r au m o i n s

trois lieues

h e u r e . N o u s a l l i o n s d ' u n estero

par

(canal)

à l ' a u t r e , t o u j o u r s à t r a v e r s la f o r ê t d e mangliers,

qui interceptait

presque

p a r t o u t l a c l a r t é d u s o l e i l . I l fallait être bon

praticien

p o u r démêler le

c h e m i n a travers ce dédale d'îlots, au m i l i e u d e s q u e l s la h a u t e m e r c i r c u l e à c h a q u e m a r é e . Enfin n o u s p a r v î n m e s d a n s d e s c a n a u x si é t r o i t s , q u ' à p e i n e pouvions-nous parvenir jusqu'à un endroit

arrêtâmes.

La

marée perdait depuis une h e u r e ,

nous

nous

en

sorte que nous avions navigué

plus

de sept h e u r e s à m a m o n t r e sans discontinuer,

ce qui

m e fit e s t i m e r l e

chemin que nous avions parcouru plus

de vingt lieues ; mais

à

comme


LA

GUYANE.

159

n o u s a v i o n s fait e n m ê m e t e m p s u n e infinité d e d é t o u r s à t r a v e r s ce l a b y rinthe d'îlots, j'estimai que nous n ' é tions pas à plus de dix à douze lieues des c ô t e s d e la m e r . Des branches de mangliers établies d ' u n a r b r e à l ' a u t r e étaient le p l a n cher

scabreux

sur

lequel

il

fallait

passer p o u r arriver au carbet ou vill a g e d e la p e u p l a d e . L e s I n d i e n s g r i m paient l'un après l'autre sur l'arbre où c o m m e n ç a i t la p r e m i è r e p l a n c h e , q u ' i l s t r a v e r s a i e n t l e s t e m e n t c o m m e nos d a n s e u r s d e c o r d e , les p i e d s e n d e d a n s d e m ê m e q u e les s i n g e s , e n s o r t e q u e la p l a n t e

du pied reposait seule sûr

1 a b r a n c h e et n o n p a s le t a r s e e t le talon ; c'est sur cette allure contractée dès l'enfance, que sont calquées leurs d a n s e s , q u e j ' a v a i s v u e s à la f o i r e , et


160

LA

GUYANE.

leur manière de marcher en dedans. Il fallut, p o u r nous passer l'Espagnol et m o i , tenir des perches d'un arbre ù l ' a u t r e , afin de nous en servir c o m m e de soutien.

L ' a b o i e m e n t des chiens

nous avertissait q u e la d e m e u r e des Waraons n'était pas é l o i g n é e . Après avoir traversé ainsi sur des branches un espace d'environ d e u x cents p a s , nous arrivâmes à la p l a l c - f o r m e

du

c a r b e t , où nous fumes reçus par toute la peuplade , sautant el dansant. Les h o m m e s , les f e m m e s ,

les enfans ,

tout le m o n d e était j o y e u x du plaisir de nous v o i r . « La p l a t e - f o r m e formait un carré long d'environ trente pieds de l a r g e , sur une l o n g u e u r de plus de cent pieds ; plus des trois quarts de la l o n gueur étaient o c c u p é s par une seule


LA

GUYANE.

161

m a i s o n où l o g e a i t t o u t e c e t t e f a m i l l e au n o m b r e de soixante - cinq individus,y

c o m p r i s les e n f a n s . U n c o r r i -

d o r r é g n a i t j u s q u ' a u fond ; à e t à g a u c h e d e s c l o i s o n s fort

droite minces

séparaient ce h a n g a r en plusieurs a p p a r t e m e n s , et c h a q u e f a m i l l e a v a i t le s i e n . N o s h a m a c s f u r e n t p l a c é s s u r le devant de cette sorte de nous

théâtre,et

commençâmes à nous

et à p r e n d r e Indiens

nous

reposer

p a r t au s o u p e r q u e les apportaient

avec des

b r o c h e t t e s d e la g r o s s e u r d ' u n e guille à t r i c o t e r , où étaient

ai-

enfilées

des larves de palmier m u r i c h i : ces larves

ressemblent

celles du f u m i e r ,

parfaitement sont

au p o s s i b l e , s o u l è v e n t le

cœur,et

forment cependant un mets c h e r c h é , l o r s q u ' o n y est

à

dégoûtantes

très-re-

accoutumé.


16a

LA

GUYANE.

O n a vu a u t o m e p r e m i e r q u e d a m e s créoles en sont

nos

très-friandes.

J'étais p a r v e n u sans peine à trouver c e s v e r s (gusanos) m'en régalais-je,

excellens : aussi comme

o n le d i t

v u l g a i r e m e n t , à c œ u r - j o i e . T o u t e la peuplade,assise par

groupes

s u r la

plate-forme

séparés,mangeait

poisson b o u c a n é , b o u i l l i

en

du

étuvée

dans du vin de p a l m i e r passé à l'aigre ; sans autre assaisonnement que

l'api

ou p i m e n t , ainsi q u ' u n e g r a n d e q u a n tité de vers palmistes qu'ils t r o u v a i e n t m e i l l e u r s q u e tout le reste. J e préférai m a n g e r d e la c a s s a v e q u e

nous

avions a p p o r t é e , à leur pain qui m e s e m b l a l o u r d , indigeste et m a l cuit. J e ne r e m a r q u a i point qu'ils bussent e n m a n g e a n t ; m a i s le r e p a s

fini,

on

distribua d u vin de p a l m i e r dans des


LA

GUYANE.

163

t o l u n a s ou callebasses : c h a c u n b u t a u t a n t q u ' i l v o u l u t j u s q u ' à la n u i t , c a r a l o r s t o u t le m o n d e s e r e t i r a c h e z soi. «L'Espagnol, é t e n d u d a n s son h a m a c , n'ayant pas

plus d'envie de

dormir

q u e m o i , m e r a c o n t a q u e la d e m e u r e d e s W a r a o n s , q u i m e s e m b l a i t si e x t r a o r d i n a i r e , les o b j e t s d e l e u r i n d u s trie, leur p a i n , leur boisson,

tout,

en u n m o t , était tiré d u s e u l p a l m i e r m u r i c h i ; et q u e c'était ce p a l m i e r à éventail qui fournissait à tous leurs besoins, à l'exception du poisson dont il s e p r o c u r a i e n t u n e g r a n d e q u a n t i t é p a r la p ê c h e . I l m ' a p p r i t e n c o r e q u e j u s q u ' a l o r s les m i s s i o n n a i r e s n ' a v a i e n t p u p a r v e n i r à l e u r faire

abandonner

leur d e m e u r e s p o u r aller s'établir en t e r r e f e r m e , e t q u ' o n a v a i t enfin p r i s le p a r t i d ' a r m e r u n e p i r o g u e

(lancha)


164

LA

GUYANE.

avec trente h o m m e s

et u n

qui

sans relâche

les

harcelaient

capitaine et

b r û l a i e n t l e u r s h a b i t a t i o n s , afin d e les o b l i g e r à se faire c h r é t i e n s ; c e q u i , c o m m e j e le p e n s a i s , offrait d e g r a n d e s difficultés. Q u a n d ils s o n t d é c o u v e r t s , continua mon c o m p a g n o n , fuient

dans

ils

s'en-

d'autres habitations

du

voisinage : à peine a - t - o n pu en rassembler dans une

jusqu'ici mission

une

quarantaine

desservie par

un

c a p u c i n ; et l'on a s u , p a r des gens d e la G u y a n e , q u e d a n s u n e d e l e u r s o r g i e s ils l ' a v a i e n t t u é e t m a n g é . « C o m m e n t ! lui dis-je avec é m o t i o n ,

vous

saviez qu'ils s o n t a n t h r o p o p h a g e s , et v o u s osez v o u s r i s q u e r

ainsi

parmi

e u x ? » Il m e r é p o n d i t en riant q u e n o u s n ' a v i o n s r i e n à c r a i n d r e , et q u ' i l s n'en voulaient

qu'aux

Espagnols de


LA

GUYANE.

l'Orenoque,qui guerre

leur

et d é t r u i s a i e n t

165

faisaient leurs

la

habita-

tions. « M a i s , r e p a r t i s - j e ,

quelle

v e n g e a n c e a - t - o n tiré de c e u x qui o n t m a n g é le m a l h e u r e u x c a p u c i n ? — P a s d'autre

q u e celle de les avoir distri-

bués c o m m e domestiques à ceux de la v i l l e

de l'Angostura

voulu,car

en

ont

ce sont d'excellens

qui

pê-

c h e u r s . » L e s o m m e i l m i t fin à c e d i s cours qui d o n n e aux penseurs matière à d e profondes réflexions. « D è s le g r a n d m a t i n t o u t e la p e u p l a d e fut se b a i g n e r : c e t u s a g e , q u e j ' e s t i m e e x c e l l e n t p o u r la s a n t é et la p r o p r e t é , l e u r t i n t l i e u d e p r i è r e : il n e r e s t a q u e l e c a p i t a i n e , e t il n o u s fit v o i r la m a n i è r e i n g é n i e u s e d o n t ils fabriquent sur l'eau leur p l a t e - f o r m e et leur m a n o i r . II.

15


166

LA

GUYANE.

«A p r o x i m i t é d e s p a l m i e r s m u r i c h i , dont

ils

n e p e u - v e n t se p a s s e r ,

c h o i s i s s e n t le p l u s é p a i s d e l a

ils

forêt,

où l'on ne p e u t a b o r d e r q u e p a r des b r a n c h e s pareilles à celles q u e

nous

a v i o n s t r a v e r s é l a v e i l l e , d a n s la v u e de se m e t t r e h o r s d e t o u t e a t t e i n t e de l ' e n n e m i ; a l o r s ils a b a t t e n t les m a n gliers à q u a t r e pieds

au-dessus

des

racines q u i , c o m m e nous l'avons observé,marquent

précisément

l'en-

d r o i t où p a r v i e n n e n t les p l u s h a u t e s m a r é e ; et p o u r se m e t t r e à l'abri des d é b o r d e m e n s de l'Orenoque qui déjà se f a i s a i e n t s e n t i r , e t q u i n e d é p a s s e n t jamais cette hauteur de quatre pieds au-dessus des marées deux de hauteur

( un

pied

ou

de plus

emporte-

r a i t l ' é d i f i c e ) , ils n e f o n t

qu'ébran-

c h e r les a r b r e s d u milieu qui d o i v e n t


LA GUYANE. porter l'aiguille

qui

167

est destinée à

soutenir 1e toit de la maison. C e t r a v a i l , autrefois très-long et très-difficile , est devenu aisé depuis qu'ils font usage de haches et de sabres. Ils a j o u t e n t , partout où il est nécessaire, des p o t e a u x en pilotis {estacas), enfoncent

qu'ils

dans la vase jusqu'à

ce

qu'ils trouvent le fond s o l i d e ;

en-

suite

qui

doivent

ils

ajoutent soutenir

les la

solives

plate-forme,

et qu'ils attachent aux poteaux avec des coi-Jes ; ces solives sont croisées par des planches qui ont tout au plus un doigt d'épaisseur, et qui n'en sont pas m o i n s très-fortes et peu pliantes. Elles se t r o u v e n t toutes faites dans l ' é c o r c e ( cascara ) du palmier m u r i chi abattu depuis l o n g - t e m p s , et dont le cœur est t o m b é en pouriture ; il


168

LA

GUYANE.

n ' y a p l u s q u ' à les f e n d r e p o u r

s'en

servir à les é t e n d r e en croix sur

les

solives et à les y a t t a c h e r a v e c

des

c o r d e s . T e l l e e s t la p l a t e - f o r m e

sur

l a q u e l l e ils b â t i s s e n t . « C e t t e c h a r p e n t e (Voyez en

regard)

est

la

figure

composée d ' u n e ai­

guille A d e dix pieds de h a u t e u r a u dessus du plancher. traversé par

Ce

faîtage

des planches de

est

bam­

bou B B B fortes, d u r e s , pliantes cl aisées à faire ( n o u s e n p a r l e r o n s son l i e u ) ,

formant

un

cercle

en

dont

les d e u x b o u t s s o n t a t t a c h é s a u x p l a n ­ ches et à des p o t e a u x . La c h a r p e n t e d'appui,disposée

c o m m e d a n s la

fi­

g u r e D D D D D D , est de p l a n c h e s d e murichi

de deux doigts de l a r g e u r ,

a t t a c h é e s d e u x à d e u x p o u r les r e n d r e p l u s f o r t e s et m o i n s p l o y a n t e s ; d ' a u -


Cabane des Warans


LA

GUYANE.

169

tres p l a n c h e s t r a v e r s e n t les c e i n t r e s ou

cercles en guise

de

lattes

(1).

T o u t cela est f o r t e m e n t attache avec des c o r d e s , et c'est sur cette

char-

p e n t e q u ' e s t établie la c o u v e r t u r e en feuilles d e m u r i c h i . C e l a n'est p a s bien merveilleux ;

l'art

avec lequel tout

e s t a r r a n g é e n fait le p r i n c i p a l m é r i te : il n ' y e n t r e n i c l o u s , n i m o r t a i s e , ni c h e v i l l e s ; t o u t e s t lié t r è s - s o l i d e m e n t a v e c d e s c o r d e s faites d e feuilles de m u r i c h i , ou m ê m e avec des lianes. N ' e n déplaise au r é v é r e n d p è r e G u milla, qu'il

le capitaine W a r a o n préférait

ces

q u ' i l é t a i t difficile d e s ' e n (1) L e s

cloisons

me

dernières,

dit mais

procurer.

des. corridors

et

chambres où logent chaque famille,

dos sont

faites d e c e s m ê m e s p l a n c h e s à la h a u t e u d e c i n q à six p i e d s . 15*


170

LA

GUYANE.

« N o u s v î m e s défiler

avec plaisir,

s u r les b r a n c h e s s e r v a n t de p l a n c h e s , les h o m m e s , les f e m m e s , les e n f a n s , qui avaient été a u b a i n , les pieds en dedans et n'ayant pas l'air d'y

pren-

d r e g a r d e : les u n s p o r t a i e n t des callebasses pleines d ' e a u ; les a u t r e s d u v i n de p a l m i e r , des vers p a l m i s t e s , ou des fagots d e bois. T o u t cela qu'ils avaient

supposait

é t é à t e r r e ; o n n e la

découvrait c e p e n d a n t pas du lieu où nous nous trouvions : nous étions ent o u r é s d ' e a u salée o ù , c o m m e je l'ai r e m a r q u é a i l l e u r s , il n e c r o î t q u e d e s mangliers. « A p r è s le d é j e u n e r , q u i fut a u s s i g a i et a u s s i a b o n d a n t q u e le s o u p e r d e la v e i l l e , le c a p i t a i n e , a c c o m p a g n é quelques W a r a o n s , n o u s

de

conduisit à

terre dans un îlot, parles planches qui a v a i e n t é t é t r a v e r s é e s le m a t i n si l é g è -


LA

GUYANE.

renient : nous n'en

faisions

171 pas

de

m ê m e , ce q u i n o u s r e t a r d a d e b e a u coup. Parvenus à terre, nous traversâmes une longue dune

sablonneuse

qui, c o m m e u n e d i g u e , arrêtait le cours d e l'eau salée. De l ' a u t r e côté d e cette digue, à l'ouest, nous ne tardâmes pas à t r o u v e r un m a r a i s d ' e a u d o u c e occ u p é p a r u n e forêt d e p a l m i e r s m u r i c h i , d o n t o n n e v o y a i t p a s l a fin. » Ici n o t r e v o y a g e u r entre dans des d é t a i l s a s s e z n o m b r e u x s u r les a v a n t a ges q u e l'on tire des palmiers au milieu d e s q u e l s il s e

trouvait.

Nous

nous

c o n t e n t e r o n s d e dire q u e les W a r a o n s en t i r e n t u n e boisson

agréable,sem-

b l a b l e a u x v i n s d e s a r b r e s d e la m ê m e espèce ; q u e les larves se d é v e l o p p e n t dans l'intérieur

en y trouvant

leur

n o u r r i t u r e , e t q u e p o u r les o b t e n i r ,


172

LA

GUYANE.

on est obligé de fendre le t r o n c . C'est aussi en faisant

cette opération

l ' o n r e c u e i l l e la m o e l l e

que

nourrissante,

o u l ' e s p è c e d e f a r i n e q u e le

palmier

contient en grande q u a n t i t é ,

et d o n t

o n fait u n p a i n t r è s - d i f f i c i l e à d i g é r e r , p a r c e qu'il est privé d e f e r m e n t a t i o n . L e fruit d u m u r i c h i qui v i e n t à son sommet

en f o r m e de

grappe,offre

a u s s i u n e n o u r r i t u r e a g r é a b l e : il es d e la g r o s s e u r d ' u n e n o i x , et d o n n e u n e a m a n d e , a y a n t p o u r la s a v e u r d e l ' a n a l o g i e a v e c la n o i s e t t e . L a renfermée

pulpe

e n t r e le n o y a u et la p e a u

donne un goût agréable à l'eau dans l a q u e l l e o n la d é l a y e . N o u s t e r m i n e rons ces détails en r a p p e l a n t q u e l ' é c o r c e , les sont reste.

pas

filamens moins

e t le f e u i l l a g e n e

utiles

que

tout

le


LA

GUYANE.

173

« Après avoir parcouru une partie de cet îlot p e n d a n t q u a t r e h e u r e s , et nous être

reposés

sous un

hangard

bâti dans u n endroit sablonneux

il y a v a i t d e s b a n a n i e r s , d e s p a p a y e r s et des c a l e b a s s i e r s , d o n t les s a u v a g e s tirent leur vaisselle, nous revînmes à la m a i s o n , o ù n o u s t r o u v â m e s

quel-

q u e s W a r a o n s o c c u p é s à faire d e la feuille,tandis ployaient (chinchos),

à

que

d'autres

fabriqeer

des

s'emhamacs

qui sont leur g r a n d objet

d'échange avec

les E s p a g n o l s d e

la

Trinité, p o u r des haches, des sabres, des c o u t e a u x , des h a m e ç o n s , etc. ; ce qu'ils estiment par-dessus toute chose, p a r c e q u e ces différens

instrumens,

d o n t ils m a n q u a i e n t a u t r e f o i s , dent

ren-

leurs travaux infiniment moins

pénibles.


174

LA

GUYANE.

« Nous fûmes reçus à notre

arrivée

p a r d e s c r i s , d e s s a u t s e t t o u s les t é m o i g n a g e s possibles d'amitié : on b u t du vin de palmier, et l'on dansa toute la j o u r n é e . J ' a i déjà p a r l é d e la d a n s e des W a r a o n s , e t

elle est

tout-à-fait

s i n g u l i è r e . L a r a i s o n p o u r l a q u e l l e ils n e font a u c u n s a u t ,

et que l'un des

p i e d s s o u t i e n t t o u j o u r s le c o r p s t a n d i s q u e l ' a u t r e est en l ' a i r , tient au

peu

de solidité du p l a n c h e r : u n e cabriole d'un pied ou deux de hauteur casser a i t la p l a n c h e e t b l e s s e r a i t l e seur. Quelques

femmes

dan-

dansèrent ;

m a i s le c o u p d e la p l a n t e d u p i e d n e s'élevait

pas

jusqu'au

haut

de

la

c u i s s e : o n en s e n t assez la raison e n songeant à leur nudité. » L ' a u t e u r e n t r e ici d a n s d e s d é t a i l s sur l a m a n i è r e de se vêtir des s a u v a -


LA

GUYANE.

175

ges qu'il d é c r i t , et n o u s c r o y o n s d e v o i r les a b r é g e r . L e s h o m m e s p o r t e n t des bandes larges de quatre pouces et d ' u n e brasse et d e m i e de l a r g e u r , qui l e u r c e i g n e n t le

corps,reviennent

e n t r e l e s c u i s s e s , c o u v r e n t les p a r t i e s n a t u r e l l e s , p a s s e n t s o u s la c e i n t u r e , e t retombent

comme

un

petit

tablier

j u s q u ' a u t i e r s d e la c u i s s e . Les

femmes

ne

se c o u v r e n t

que

d'un petit tablier, et leur p a r u r e ress e m b l e à celle des indigènes q u e l'on v o i t h a b i t u e l l e m e n t à la T r i n i t é . I l e s t assez r a r e q u ' e l l e s fassent u s a g e d e la teinture

du rocou ; mais

frottent quelquefois manière à ce qu'elles

elles

les j a m b e s ,

qu'il semble

de

s'en de loin

aient des espèces de brode-

quins. V e r s la fin d e la j o u r n é e o n s o u p a


176

LA

GUYANE.

fort g a î m e n t , e t l e s W a r a o n s p r i r e n t e n c o r e l e p l a i s i r d u b a i n , c o m m e le matin. « Cette m é t h o d e de se rafraîc h i r ainsi l e c o r p s d o i t l e u r ê t r e f a v o r a b l e , d i t M . L e b l o n d ; ils s o n t l e s t e s , dispos; leurs visages rians a n n o n c e n t la s a n t é : t o u s j o u i s s e n t

des

mêmes

b i e n s , des m ê m e s avantages,

et

ne

c o n n a i s s e n t q u e l e u r s f o y e r s ; ils i g n o r e n t les p a s s i o n s q u i t o u r m e n t e n t c h e z n o u s le p a u v r e a i n s i q u e le r i c h e , e t e m p ê c h e n t q u e p e r s o n n e ne soit c o n t e n t d e son sort. Il n ' y a v a i t ni m i s s i o n n a i r e ni c o r r é g i d o r q u i les t o u r m e n t a s s e n t ; ils v i v a i e n t h e u r e u x e t contens

de

leur s o r t , puisqu'ils

ne

cherchaient pas à l'améliorer. » « C e q u e je v e n a i s d e v o i r d e s W a raons

et de leur pays m e

paraissait

tellement e x t r a o r d i n a i r e , q u e je restai


LA GUYANE.

177

éveillé bien avant dans la nuit ; je ne revenais pas de mon étonnement en voyant cette peuplade perchée, pour ainsi dire, sur les eaux, entourée de marais et de fange, et jouissant de la meilleure santé ; et je crus d'abord avoir commis une grande erreur en avançant dans mon premier volume, comme un axiome incontestable, que les pays chauds et marécageux de la zone torride sont malsains et sujets à toutes les maladies putrides. Ici je voyais un peuple jouissant au plus haut degré d'une santé robuste, n'ayant aucun ulcère, aucun gonflement des gencives qui dénotât l'affection scorbutique, que je croyais inhérente aux contrées marécageuses. Cependant, en y réfléchissant bien, je II. 16


178

LA

GUYANE.

c o m p r i s en quoi

consistait cette ex-

ception. « L e pays des W a r a o n s n'est pas m a r é c a g e u x dans le sens qu'il faut a t t a c h e r à ce t e r m e . Les vases qui l ' e n tourent,couvertes

et

découvertes

d e u x fois e n v i n g t - q u a t r e h e u r e s p a r les m a r é e s , n e

permettent pas

aux

crabes, aux moustiques, aux maringouins de s'y multiplier, parce

qu'il

l e u r faut des e a u x c r o u p i s s a n t e s . » S e l o n l ' a u t e u r , c e s o n t les l i e u x

ces insectes se t r o u v e n t en g r a n d n o m b r e q u ' i l faut r e d o u t e r : il p e n s e q u e le

régime

adopté

doit contribuer

à

p a r les

Waraons

leur conserver

la

santé. L e p o i s s o n , l e vin de p a l m i e r , le p a i n d e m u r i c h i , les f r u i t s peuvent

se p r o c u r e r , s o n t

de

nourriture.

leur

Il

la

dit,

qu'ils base avec


LA

GUYANE.

179

j u s t e r a i s o n , q u e ces sauvages c o m mençant

à

s e n t i r la nécessité d ' u n e

foule d ' o b j e t s v e n a n t d ' E u r o p e ,

for-

m e r o n t des é c h a n g e s , se p r o c u r e r o n t du r h u m , mort,

q u i l e u r fera a f f r o n t e r la

et f i n i r o n t p a r f a i r e la g u e r r e

aux Espagnols

q u i les

anéantiront.

D ' a p r è s le m a n u s c r i t q u e n o u s a v o n s s o u s les y e u x , l e s W a r a o n s p o u r r a i e n t se m o n t e r à h u i t o u d i x m i l l e s h o m m e s , e t l ' a u t e u r p e n s a i t q u e les A n glais s'en serviraient p o u r p r o t é g e r le commerce

de l ' O r e n o q u e ,

s'il

était

avantageux à leurs intérêts. Notre

voyageur

ne

tarda

pas

à

quitter ces sauvages h o s p i t a l i e r s , q u i l'avaient

si b i e n

accueillis.

v o y a n t p a r t i r , ils l e v è r e n t l e s vers le c i e l , e t

firent

En

le

mains

entendre

des

cris d'adieux qui l'attendrirent. Arrivé


180

LA

GUYANE.

d a n s u n e n d r o i t o ù l ' a t t e n d a i t sa p i r o g u e , il r e m i t a u c a p i t a i n e u n e h a c h e , u n sabre et q u e l q u e s

bouteilles

d ' e a u - d e - v i e , qui r é p a n d i r e n t la gaîté p a r m i les a u t r e s W a r a o n s . C o m m e c'est principalement

dans

la G u y a n e e s p a g n o l e q u e l'on a c h e r c h é le f a m e u x E l d o r a d o , n o u s c r o y o n s d e v o i r d o n n e r ici q u e l q u e s d é t a i l s s u r les expéditions m o d e r n e s qui se sont faites p o u r ce p a y s f a b u l e u x .

Philippe

de U r r e , qui prétendait avoir été c o n d u i t p a r u n c a c i q u e p r è s d ' u n e ville m a g n i f i q u e ( 1 ) , d o n t les h a b i t a n s s'é(1) L'historien O v i e d o rapporte qu'après un l o n g et p é n i b l e voyage, l'expédition de c e t a v e n t u r i e r arriva d a n s u n e v a l l é e d é l i c i e u s e , o ù l'on a p e r c e v a i t une v i l l e si g r a n d e q u e l'œil n e p o u v a i t e n m e s u r e r t o u t e l'ét e n d u e . M . de P o n s a traduit le

discours


LA. GUYANE.

181

taient mis à sa p o u r s u i t e , avait t o u jours laissé une p r o f o n d e impression dans l'esprit d e ses c o m p a t r i o t e s , sans q u ' o n fit de grands efforts p o u r se c o n vaincre d e la réalité de ses rapports. que le cacique adressa à l'Espagnol à la vue de cette ville immense. Nous le rapporterons, parce qu'il est une nouvelle preuve de l'esprit mensonger qui régnait dans une foule de relations destinées a embraser l'esprit de quelques gens crédules. «J'ai promis , dit le cacique, de vous faire voir la ville capitale des Omégas : ma promesse est remplie. Voilà ce pays fameux dont les Espagnols convoitent avec tant d'ardeur les riebesses. Cet édiGce qui domine au centre de la ville est la demeure du gouverneur et le temple de beaucoup de dieux. La population de la ville est immense, et l'ordre

qui y règne admirable. Ces mai-

sons que vous voyez éparses sur les coteaux à l'entour de la ville servent de logement 16*


182

LA

GUYANE.

L o r s q u ' e n 1780 on présenta au g o u v e r n e u r de la G u y a n e e s p a g n o l e un i n d i g è n e a r r i v a n t , d i s a i t - i l , des b o r d s d u lac P a r i m a , on lui fit une f o u l e d e q u e s t i o n s sur le pays q u ' i l venait de q u i t t e r , e t il y r é p o n d i t a v e c la plus grande

intelligence

:

on

prétend

aux Indiens omégas que le chef destine à cultiver des vivres pour les habitans de la ville,tandis que les autres s'occupent uniquement au métier de la guerre. Maintenant que vous voyez vous-même l'importance du p a y s , c ' e s t à vous à faire de nouvelles réflexions sur la témérité de votre projet. Si vous persistez dans votre dessein, je suis forcé de me retirer et de faire, malgré leur inutilité, des vœux pour que les dieux protègent vos pas. » On prit congé du cacique, et l'on marcha sur la ville pour l'attaquer; mais Philippe de Urre fut blessé, et se vit obligé de fuir le lendemain devant quinze mille hommes armés.


LA m ê m e qu'il

fit

GUYANE.

183

connaître

l'existence

d ' u n e v i l l e s i t u é e s u r les b o r d s d u l a c ; q u e , d ' a p r è s s o n r a p p o r t , les h a b i t a n s é t a i e n t a g u e r r i s et civilisés ; et n'égalait

en

même

chesse,puisque

temps

rien

leur

ri-

les t o i t s d e s p r i n c i -

p a l e s h a b i t a t i o n s é t a i e n t d ' o r et d ' a r gent. frottait

Le grand-prêtre, tout

disait-il,

t o r t u e p o u r q u ' o n l u i soufflât 4e

se

le c o r p s d e g r a i s s e d e dessus

la p o u d r e d ' o r ; e t c ' é t a i t d a n s c e t

é t a t q u ' i l c é l é b r a i t les c é r é m o n i e s r e ligieuses. C e sauvage, dont on écoutait a v e c a v i d i t é la r e l a t i o n , t r a ç a s u r u n e t a b l e le p l a n d e la v i l l e d o n t il v e n a i t d e p a r l e r : il n ' e n f a l l u t p a s d a v a n t a g e p o u r i n s p i r e r la p l u s g r a n d e c o n fiance; pour

on l'engagea à servir d e g u i d e , pénétrer

dans

l'intérieur

jus-

q u ' a u l a c P a r i m a : il y c o n s e n t i t ,

et


184

LA

GUYANE.

ne tarda pas à partir avec dix Espag n o l s , a u x q u e l s il fit faire a p e u p r è s c i n q c e n t s l i e u e s v e r s le s u d .

Une

partie d'entre eux ne p u r e n t résister aux fatigues d ' u n semblable v o y a g e , et s u c c o m b è r e n t ; l e s a u t r e s e n

con-

tinuant leur r o u t e , p a r v i n r e n t à e n d r o i t o ù ils n e s e c r o y a i e n t

un plus

qu'à cinq journées d'Eldorado ; mais l e u r g u i d e les a b a n d o n n a p e n d a n t

la

n u i t : ils e r r è r e n t a l o r s à l ' a v e n t u r e , e t t r o u v è r e n t t o u s la m o r t d a n s c e s déserts,à

l'exception d'un

certain

D . A n t o n i o S a n t o s , q u i se dépouilla d e tous ses v ê t e m e n s ,

se teignit le

c o r p s d e r o u c o u , e t finit p a r j o i n d r e les indigènes d u voisinage. veur de plusieurs

de leurs

A la falangues

d o n t il a v a i t c o n n a i s s a n c e , il r e s t a a v e c eux pendant long-temps ; mais étant


LA GUYANE.

185

descendu jusqu'au Rio Negro ( 1 ) , les Portugais s'emparèrent de l u i , et ne le rendirent à sa patrie qu'après une longue détention ; il m o u r u t , d i t - o n , à la Guyane en 1 7 9 6 , et n'a m a l h e u reusement fourni aucuns détails sur ses longs et pénibles voyages. A peu près vers la m ê m e é p o q u e , M. Leblond se trouvait à S t . - T h o m é , lorsqu'on amena devant le gouverneur un indigène venu des missions du Caroni. La nouvelle ne tarda pas à se répandre qu'il venait du pays d'Eldorado, (1) M . de H u m b o l d t voulut passer jusqu'au lac P a r i m a par c e t t e rivière ; mais cela ne lui fut pas possible à c e t t e é p o q u e : il paraît

qu'on trouve dans le

beaucoup

de

talc

voisinage

très - brillant ; c e

qui

aura pu donner lieu aux fables d é b i t é e s sur l'Eldorado.


186

LA

GUYANE.

e t n o t r e v o y a g e u r c u r i e u x d e le c o n n a î _ t r e a c c o u r u t a u g o u v e r n e m e n t o ù il p û t aisément d'une

le v o i r . C ' é t a i t u n h o m m e

assez belle t a i l l e , e n t i è r e m e n t

n u , ayant un morceau d'or en

forme

de croissant suspendu au cartilage d u milieu d u n e z , et pesant à p e u p r è s u n e o n c e : p e r s o n n e n ' a v a i t la m o i n dre mais

connaissance

de

son

langage ;

on c o m p r i t c e p e n d a n t , p a r les

signes q u ' o n lui

voyait

faire,qu'il

venait d ' u n e contrée t r è s - r e c u l é e , située au sud-est de S a i n t - T h o m é ,

et

d o n t il s ' é t a i t é l o i g n é d e p u i s d e u x l u n e s : il a v a i t é t é p r i s p a r les E s p a g n o l s d e s c e n d a n t le C a r o n i sur u n r a d e a u . L ' o n r é f l é c h i t q u e les s o u r c e s d e c e t t e rivière sont situées dans des m o n t a gnes

inaccessibles, au sud desquels

doit se t r o u v e r

E l d o r a d o : on e x a -


LA

GUYANE.

187

m i n a le c r o i s s a n t d ' o r , e t la c u r i o s i t é d e tous les assistans p a r u t à son c o m ­ ble. L ' i m p o r t a n t

était

d e s a v o i r s'il

y avait b e a u c o u p d ' o r dans le pays de l ' h o m m e e x t r a o r d i n a i r e q u ' o n avait d e v a n t les y e u x ; e t le g o u v e r n e u r , pour acquérir quelque certitude sur cet objet i m p o r t a n t , lui p r é s e n t a u n couteau de chasse à poignée dorée, en t â c h a n t de lui faire c o m p r e n d r e

que

cet or qu'il voyait était semblable au s i e n . I l fit b i e n t ô t v o i r q u ' i l c o m p r e ­ nait tout ce q u ' o n lui d e m a n d a i t , et é t a n t s o r t i s u r la p l a c e , il d é s i g n a d e grosses roches posées en cet e n d r o i t , toucha son croissant et ouvrit ensuite les b r a s e n t o u r n a n t : p e r s o n n e n ' e u t plus alors d e d o u t e s q u e les r o c h e r s de son pays ne fussent thousiasme

d'or ;

g a g n a t o u s les

l'en­

esprits,


188

LA

GUYANE.

l'on s'écria q u e l'Eldorado était trouvé; et r i e n n e p e u t d o n n e r u n e j u s t e i d é e d e l'espèce de vertige qui

s'empara

de t o u s les esprits. Quoique

le g o u v e r n e u r , qui était

alors D. M a n u e l C e m t u r i o n , attendît un

successeur

et

fût p r ê t

à

partir

p o u r l ' E s p a g n e , il n e v o u l u t p a s l a i s s e r à u n a u t r e la g l o i r e d ' a c h e v e r u n e e n t r e p r i s e aussi i m p o r t a n t e q u e celle qui devait nécessairement avoir lieu: il s e d é t e r m i n a à faire p a r t i r u n e e x pédition guidée

p a r le s a u v a g e ,

et

d e v a n t se c o n t e n t e r de r a s s e m b l e r ses d o c u m e n s positifs

s u r la

meilleure

route à suivre p o u r pénétrer dans son pays. Les h o m m e s courageux qui r é s o l u r e n t d e faire p a r t i e d ' u n e s e m b l a ble entreprise, n e réussirent pas m i e u x q u e l e u r s p r é d é c e s s e u r s , ils n e r e c u e i l -


LA

GUYANE.

189

l i r e n t d e l e u r v o y a g e q u e la m o r t o u des fatigues de toute e s p è c e , sans avoir é t é d ' a u c u n e utilité à la science.

Si

t o u s les h o m m e s q u i o n t c h e r c h é l e s contrées

fabuleuses

du

lac

Parima

avaient employé à former des établiss e m e n s d u r a b l e s les m o y e n s et l ' é n e r gie qui leur étaient nécessaires dans l e u r s i n u t i l e s e x p é d i t i o n s , la G u y a n e espagnole serait p r o b a b l e m e n t u n des p a y s l e s p l u s florissans d e t o u t e l ' A m é r i q u e , e t l ' o n a u r a i t p u c r o i r e d a n s la suite q u e le n o m d ' E l d o r a d o cachait une

ingénieuse allégorie,

q u e la n a t u r e avait

indiquant

rassemblé

dans

ce vaste t e r r i t o i r e ses p l u s riches p r o d u c t i o n s : m a i s les b o r d s f e r t i l e s

de

l ' O r e n o q u e s o n t e n c o r e d é s e r t s ; e t il est impossible de préciser l'époque où ils v e r r o n t d e s c u l t i v a t e u r s l a b o r i e u x II.

l7


190

LA

GUYANE.

r a c o n t e r c o m m e d e s fables les t e n t a ­ tives d e ces v o y a g e u r s a v i d e s , qui n e p a r c o u r a i e n t le p a y s q u e d a n s l ' e s p o i r de trouver tout à c o u p des immenses.

richesses


LA

GUYANE.

191

A P P E N D I C E . Détails de quelques cérémonies

usitées

autrefois chez les Galibis.

D E tous les voyageurs qui ont a u trefois écrit sur la G u y a n e , il n'en existe pas un seul qui donne autant d e détails curieux sur les indigènes q u e Biet.

Q u o i q u e nous ayons fait

connaître s o m m a i r e m e n t quelques c é r é m o n i e s en usage parmi les G a l i b i s , nous c r o y o n s faire plaisir à nos l e c teurs en leur rapportant d'une nière détaillée les épreuves

ma-

terribles

auxquelles étaient obligés de se s o u mettre les

piayes et les guerriers.


192

LA

Nous décrirons

GUYANE. a u s s i l e u r s sacrifices

s o l e n n e l s ; ils p r o u v e r o n t q u e c e s s a u vages l ' e m p o r t a i e n t en b a r b a r i e s u r les a u t r e s s a u v a g e s d e l ' A m é r i q u e . Le

Galibis qui

voulait

avoir

le

d r o i t de c o m m a n d e r u n j o u r à ses s e m b l a b l e s , d e v a i t d ' a b o r d se d i s t i n g u e r d a n s les c o m b a t s , f a i r e

un

grand

n o m b r e de p r i s o n n i e r s , e t

prouver

enfin q u ' o n p o u v a i t p r e n d r e

quelque

c o n f i a n c e e n s o n c o u r a g e . A l o r s il s e r e n d a i t dans sa c a b a n e , p o r t a n t u n e rondache

sur

la t ê t e , b a i s s a n t

les

y e u x , et ne daignant pas m ê m e r e g a r d e r sa f e m m e

et ses enfans : o n

l u i d i s p o s a i t u n p e t i t c o i n o ù il p o u v a i t à p e i n e s e r e m u e r , et s o n h a m a c d e v a i t ê t r e a t t a c h é d a n s le h a u t

du

carbet p o u r qu'il ne parlât à personne. D a n s c e t é t a t d ' i s o l e m e n t , o n l u i fai-


LA

GUYANE.

197

un collier et u n e c e i n t u r e de p a l m i s t e , qu'ils remplissent de grosses fourmis n o i r e s , d o n t la p i q û r e d ' u n e seule s e fait sentir trois ou q u a t r e h e u r e s : on lui m e t ce collier et cette

ceinture,

q u i le f o n t b i e n t ô t r e v e n i r à c a u s e d e s cuisantes d o u l e u r s q u e cela lui souffrir ; il s e l è v e , e t

fait

q u a n d il e s t

d e b o u t , on lui v e r s e u n canari plein d e p a l i n o t , q u i est u n e d e leurs boissons, s u r la t ê t e , a u t r a v e r s d ' u n m a n a r é o u crible d u p a y s . Il se va l a v e r a u s s i t ô t d a n s la p l u s p r o c h a i n e f o n taine ou rivière, et étant rentré dans l a c a s e , il s e r e m e t d e r e c h e f d a n s sa r e t r a i t e ; et afin q u e t o u s l e s e n f a n s d e la c a s e e t t o u s c e u x q u i e n s o n t , se souviennent de cette c é r é m o n i e ,

on

les fouette t o u s , sans é p a r g n e r m ê m e


198

LA

GUYANE.

les f e m m e s , si e l l e s n e s ' e n f u i e n t b i e n promptement. » Le récit de cette é p r e u v e

étonnera

m o i n s , si l ' o n se r a p p e l l e les t o u r m e n s auxquels

plusieurs

tribus

du

Para-

g u a y se l i v r e n t v o l o n t a i r e m e n t m ê m e e n c o r e a u j o u r d ' h u i . A p r è s la c é r é m o nie d o n t on vient de lire le d é t a i l , le r é c i p i e n d a i r e n e s ' a b a n d o n n a i t pas à la j o i e c o m m e ses c o m p a g n o n s ; il r e commençait un nouveau jeûne moins a u s t è r e à l a v é r i t é q u e le p r e m i e r , mais

pendant

lequel

il

ne

pouvait

m a n g e r d ' a u t r e v i a n d e q u e celle des petits oiseaux qu'un

d e ses

compa-

g n o n s avait soin de lui t u e r . Aussitôt q u e ce t e m p s d'abstinence était passé, il é t a i t p r o c l a m é c a p i t a i n e , e t o n l u i remettait u n arc n o u v e l l e m e n t fabri-


LA

GUYANE.

199

que, ainsi que des flèches et tout ce qui lui était nécessaire. P o u r avoir un rang a u - d e s s u s , il fallait, selon Biet, posséder en toute propriété un c a n o t , que

l'on était obligé

de faire

soi-

m ê m e , ce qui était fort l o n g et fort pénible. T o u t c e q u e nous avons rapporté ne peut se c o m p a r e r à c e g u e devait souifrir le malheureux sauvage a s p i rant à être reçu parmi les piayes , que

l'on

considère

encore de

nos

jours c o m m e étant les prêtres et les médecins

de la

nation ;

mais qui

avaient alors une bien plus

grande

influence sur tous leurs compatriotes. L e jeune h o m m e destiné à* un emploi semblable entrait chez un ancien p i a y e , sous la surveillance duquel il restait quelquefois pendant dix années e n -


200

LA

GUYANE.

tières, ne p o u v a n t , dans aucun cas, être reçu avant vingt-cinq ou

trente

ans. Q u a n d l ' é p o q u e de son admission é t a i t a r r i v é e , o n l u i faisait s u p p o r t e r un j e û n e bien plus a u s t è r e q u e celui des chefs guerriers ; caril ne p o u v a i t manger pendant une année que du

maïs

b o u i l l i o u d e l a c a s s a v e , c e q u i l e faisait r e s s e m b l e r , a u r a p p o r t d e B i e t , à u n s q u e l e t t e n ' a y a n t q u e la p e a u é t e n d u e s u r les o s . A u b o u t d e c e t e m p s , l e s anciens piayes s'assemblaient p o u r se renfermer

dans une

cabane et ins-

t r u i r e le j e u n e a s p i r a n t . L à , a u l i e u d e lui faire s u b i r l ' é p r e u v e d u f o u e t , o n le f o r ç a i t à d a n s e r j u s q u ' à c e q u ' i l t o m b â t de l a s s i t u d e : o n l u i

ajustait

des colliers garnis d e grosses fourmis, et on

finissait

p a r l u i o u v r i r la b o u c h e

p o u r lui e n t o n n e r u n g r a n d vase de


LA

GUYANE.

201

j u s d e t a b a c , q u i l u i faisait r e n d r e le sang,et jours

le

mettait pour

quelques

d a n s l ' é t a t le p l u s é p o u v a n t a -

ble. Ce n'était qu'après cette violente m é d e c i n e , à l a q u e l l e il n e s u r v i v a i t pas t o u j o u r s , qu'il était reçu piaye ; m a i s il fallait e n c o r e , p o u r

remplir

t o u t e s les c o n d i t i o n s , q u ' i l

observât

un j e û n e de trois ans. La

première

année

il m a n g e a i t d u m a ï s et d e la

c a s s a v e ; la s e c o n d e , o n a j o u t a i t q u e l ques

c r â b e s à c e s fades a l i m e n s ; la

t r o i s i è m e , il l u i é t a i t p e r m i s d e g o û t e r à quelques oiseaux. Biet, après avoir a f f i r m é q u e r i e n au m o n d e n e p e u t l e u r faire

r o m p r e cette dure abstinence,

s'écrie : «Dans quel aveuglement sont c e s p a u v r e s infidèles ! v o y e z c e q u ' i l s souffrent en c e t t e vie p o u r u n

hon-

n e u r v a i n ! C e s o n t les v r a i s p é n i t e n s II.

18


LA

202 du d é m o n

GUYANE.

qui c o m m e n c e dès cette

v i e à leur faire sentir les

tourmens

des enfers. Ces misérables m é d e c i n s sont obligés de

s'abstenir de temps

en temps de certaines c h o s e s , et de b o i r e souvent cette

rude potion de

tabac : ils en b o i v e n t quelquefois a u tant q u ' u n grand ivrogne peut boire du vin. Leur estomac sans doute s'accoutume

à cette sorte de boisson ,

puisqu'il le peut supporter. «Dans tous les c a s , et quel q u e soit le m o t i f qui les g u i d a i t , on n'a jamais v u les or^ dres les plus sévères infliger à leurs membres

des

pénitences

aussi

ri-

goureuses. Un c o u r a g e semblable ne peut se rencontrer que chez un p e u p l e sauvage , tudes nables.

endurci

à toutes les

par

ses

fatigues

habiimagi-


LA

GUYANE.

203

O n sent q u e les é p r e u v e s auxquelles les c h e f s

é t a i e n t o b l i g é s d e se l i v r e r ,

d e v a i e n t les r e n d r e c a p a b l e s d e b r a v e r t o u s les g e n r e s d e s u p p l i c e s , q u a n d ils é t a i e n t fait p r i s o n n i e r s a u m i l i e u

des

c o m b a t s : elles contribuaient p r o b a b l e ­ m e n t a u s s i à l e u r faire r e g a r d e r s a n s pitié les t o u r m e n s de c e u x qu'ils s a ­ c r i f i a i e n t à l e u r v e n g e a n c e . Q u a n d les Galibis avaient décidé d ' a t t a q u e r

un

v i l l a g e d ' u n e n a t i o n d i f f é r e n t e , ils s ' y dirigeaient en secret, l'environnaient d e t o u t e p a r t , y m e t t a i e n t le f e u , et jet a i e n t d e g r a n d s c r i s p o u r r é v e i l l e r les m a l h e u r e u x h a b i t a n s d o n t ils f a i s a i e n t u n e horrible boucherie. Les prison­ niers étaient liés e t g a r d é s s o i g n e u ­ s e m e n t , à l ' e x c e p t i o n d e s f e m m e s et des enfans destinés p r e s q u e toujours à


2o4

LA

GUYANE.

l'esclavage. « S'il y a q u e l q u e h o m m e blessé de leurs e n n e m i s , q u ' i l s

aient

p r i s , d i t B i e t , ils l u i f o n t m i l l e m a u x a v a n t qu'il m e u r e . S'ils v o i e n t q u e la m o r t les p r é v i e n d r a a v a n t q u e d ' a r r i v e r chez e u x , au p r e m i e r lieu qu'ils m e t t e n t p i e d à t e r r e , ils l e s a t t a c h e n t à u n a r b r e , e t les t i r e n t a u b l a n c a p r è s leur avoir appliqué

des

torches

de

feu. » Ces horribles préliminaires devaient a p p r e n d r e à c e u x qui survivaient les tourmens qui leur étaient

préparés,

et c e p e n d a n t ils m a r q u a i e n t la p l u s profonde indifférence

sur leur

sort,

et assistaient a u x festins d e l e u r s e n n e m i s j u s q u ' a u m o m e n t d u sacrifice. L o r s q u e le j o u r d u t r é p a s a v a i t é t é f i x é , la p l u p a r t d e s h a b i t a n s d u v o i -


LA

GUYANE.

205

sinage étaient c o n v i é s , et l'on

com-

mençait à s'enivrer de vin de m a n i o c ; ce qui nécessairement devait e n c o r e d i s p o s e r à la c r u a u t é . L o r s q u e le m o n d e était r a s s e m b l é , o n n a i t le p r i s o n n i e r

tout ame-

couvert des

plus

r i c h e s o r n e m e n s ; o n l u i faisait t e n d r e l e s b r a s e n c r o i x , et p u i s b a i s s e r l a t ê t e , p o u r q u e c e l u i a u q u e l il a p p a r tenait p û t s'élancer sur son dos après avoir pris sa course. D è s q u e cette premiere

cérémonie

o n faisait

a s s e o i r le p a t i e n t

siége n o u v e l l e m e n t

était

achevée, sur

un

fabriqué,et

les

femmes sortaient du carbet pour lui faire e n d u r e r mille t o u r m e n s , e n d a n sant a u t o u r d e lui a v e c d e s c h a n t s l u g u b r e s , des pleurs et des cris é p o u v a n t a b l e s : l ' u n e lui d o n n a i t des c o u p s d e b â t o n s , l ' a u t r e d e s soufflets ; t o u 18*


206

LA

GUYANE.

tes lui r e p r o c h a i e n t la m o r t d e leurs c o m p a t r i o t e s , e t il les e x c i t a i t e n c o r e d a v a n t a g e p a r ses discours. L o r s q u e le p r e m i e r a c t e d e

cette

cruelle tragédie était a c h e v é , on

ra-

m e n a i t l e m a l h e u r e u x d a n s le c a r b e t ; on préparait son h a m a c p o u r qu'il p û t s e c o u c h e r , et p a r u n e b i z a r r e r i e q u ' o n ne peut guère concevoir, on lui p r o diguait les n o m s de f r è r e , d ' a m i , de c o m p è r e e n lui faisant des et en

lui p r é s e n t a n t

une

caresses foule

de

m e t s d u p a y s . Vers les trois h e u r e s on formait une grande ronde a u t o u r d e l u i , e t il é t a i t o b l i g é d e d a n s e r ; m a i s c o m m e les j e u n e s g e n s a v a i e n t eu soin de p r é p a r e r des m o r c e a u x de bois résineux qui b r û l e n t c o m m e flambeau, pas à

un

ses t o u r m e n s n e t a r d a i e n t

recommencer

terrible ; car on

lui

d'une

manière

appliquait

ces


LA

GUYANE.

t o r c h e s a r d e n t e s s u r le c o r p s

207 jusqu'à

c e q u ' i l fût e n t i è r e m e n t c o u v e r t d ' a m p o u l e s , e t o n finissait p a r l u i c o u p e r le n e z o u d ' a u t r e s p a r t i e s q u ' o n faisait g r i l l e r e n sa p r é s e n c e p o u r l e s m a n g e r . N o u s n e r e t r a ç o n s p a s ici u n e

foule

d ' a u t r e s h o r r e u r s qu'on n e p e u t lire sans é p r o u v e r u n frémissement involontaire ; et n o u s nous

contenterons

d e d i r e q u e le c o u r a g e d u

malheu-

r e u x p r i s o n n i e r n e p o u v a i t se c o m p a rer

qu'à

ses

souffrances,

puisqu'il

r a p p e l a i t c o n t i n u e l l e m e n t les a n c i e n n e s c é r é m o n i e s où il a v a i t a g i c o m m e ses

ennemis.

ces détails

Nous

pour

avons

faire

voir

rapporté jusqu'à

q u e l d e g r é p e u t a l l e r le m é p r i s d e la vie chez les h o m m e s , q u a n d l ' h o n n e u r qu'il se sont créé y est intéressé. P l u s f é r o c e s q u e le T u p i n a m b a s d u B r é s i l , le


208

LA

GUYANE.

g u e r r i e r g a l i b i s n ' a c h e v a i t sa v i c t i m e q u e q u a n d elle était à m o i t i é p r i v é e de l ' e x i s t e n c e p a r t o u s les m a u x q u ' o n l u i a v a i t fait é p r o u v e r ; il e n faisait a u s s i s é c h e r u n e p a r t i e a l a f u m é e p o u r le conserver pendant plusieurs mois. Il paraît q u ' à l ' é p o q u e où écrivait B i e t , il e x i s t a i t u n v i e u x c h e f n o m m é

Bi-

r a u m o n , que l'on appelait T a m o u s s i , ou le vieillard p a r e x c e l l e n c e , et q u i b l â m a i t ces festins b a r b a r e s : c e p e n d a n t il n ' a v a i t p u d é t e r m i n e r s e s c o m patriotes à ne point s'y livrer (1). On (1) Ils o n t e n c o r e l i e u , c o m m e n o u s l ' a v o n s déjà d i t , p r o b a b l e m e n t

dans

avec les cérémonies que

nous avons indi-

quées ; mais

l'intérieur

sur l e b o r d d e la m e r ,

mœurs ont éprouvé

de grandes

les

modifica-

tions : d'ailleurs l e s t r i b u s n'y s o n t p l u s a s s e z c o n s i d é r a b l e s p o u r faire c e s g r a n d e s f ê t e s dont parle B i e t .


LA GUYANE.

209

ne peut s'empêcher d'être étonné en c o n s i d é r a n t c e s s a u v a g e s s o u s le r a p p o r t de la vie intérieure.

Les

relles étaient et sont encore mement

rares

queextrê-

p a r m i e u x , e t ils n e

p o u v a i e n t c o n c e v o i r la m a n i è r e d o n t se c o n d u i s a i e n t la p l u p a r t d e s

Fran-

çais qui v e n a i e n t p a r m i e u x . La l a n g u e de ces indigènes, sur laquelle nous n'avons rapporté que des détails g é n é r a u x dans le p r e m i e r v o lume,

présente quelques

particula-

rités q u e nos lecteurs seront

proba-

b l e m e n t satisfaits d e c o n n a î t r e , e t q u i prouvront

q u e les p r e m i e r s

naviga-

teurs ne durent point trouver de grand e s difficultés à la p a r l e r . S e l o n B i e t , o n n e c o n n a î t d a n s le g a l i b i s q u e d e u x parties du

discours,le

nom

et

v e r b e ; m a i s il f a u t a j o u t e r , n o u s

le en


LA

210

GUYANE.

s o m m e s certains, l'adverbe et le p r o n o m : il existe nécessairement deux sortes de n o m , le substantif et l'adjectif. Ils n'ont qu'un genre (le singulier) sans aucun c a s , si l'on en excepte le v o catif. L e m o t papo, tous,

remplace

êtres animés. d u ouacou, pouimé, coup,

qui veut dire

le pluriel p o u r les Ex.

Ils b o i v e n t tous

papo ouacou

sïneri.

servant à e x p r i m e r s'emploie

gner une grande

aussi

Tabeau-

pour

dési-

multitude. Ils

ne

font usage que d u verbe actif, qui ne se

conjugue

ni par

temps

ni

par

m o d e s : ils n'ont que le présent sans pluriel. Selon notre auteur, le présent n'a q u ' u n e seule terminaison ; et on reconnaît l'action des trois personnes par les p r o n o m s démonstratifs aàu , amoré ,

mocè.


LA

GUYANE.

211

EXEMPLE.

J ' a i m e , aou

ciponimé.

T u a i m e s , amoré Il a i m e , mocé

clponimé. clponimé.

L e futur s'exprime par une p é r i phrase : Abono

clponimé

aboroné

si-

gnifie , en quelque sorte, j ' a i m e tantôt. N o u s pensons que le passé est dans le m ê m e cas. Il n'existe point de passif: p o u r dire je suis aimé , il faut dire , il aime m o i , mocé clponimé

aou.

On doit observer q u ' u n m ê m e m o t p e u t souvent signifier plusieurs c h o ses , et que selon la c o u t u m e de p l u sieurs nations a m é r i c a i n e s , il existe quelques différences entre le langage des h o m m e s

et celui des

femmes.

Quant à la prononciation , il paraît que la dernière syllabe doit être p r o -


212

LA

GUYANE.

noncée très-longue. Biet nous a c o n servé u n e espèce de d i a l o g u e ,

qui

pouvait servir de guide aux personnes allant traiter p a r m i eux. N o u s c r o y o n s d e v o i r l'offrir à n o s l e c t e u r s , e t l ' o n p o u r r a le c o m p a r e r à c e l u i d e s T u p i n a m b a s , inséré dans l ' o u v r a g e sur le B r é s i l , à l a fin d e s n o t e s . Aussitôt qu'un dans le p o r t ,

il

navire était tirait

trois

entré coups

d e c a n o n ; les s a u v a g e s a r r i v a i e n t

et

considéraient avant tout à quelle n a tion

il

a p p a r t e n a i t : s'ils

croyaient

n ' a v o i r r i e n à c r a i n d r e , o n les v o y a i t arriver de tous côtés dans leurs rogues ;

pi-

ils e n t r a i e n t d a n s la c h a m -

b r e d e p o u p e ; le c a p i t a i n e l e u r p r é s e n t a i t à b o i r e de l ' e a u - d e - v i e , et la conversation

s'engageait

m e n t e n ces t e r m e s :

ordinaire-


LA

GUYANE.

LE

Etébogué

213

G ALIBI.

orebo noboüi ?

Qu'es-tu

v e n u f a i r e ici ? L'ÉTRANGER.

Aou

amoré

cené nobouï.

J e te, s u i s

venu voir. LE

Otonomé

GALIBI.

? Pourquoi ? L'ÉTRANGER.

Galibi

Banaré

bis s o n t iroupa.

amis

Francici.

Les Gali-

des Français.

Galibi

Les Galibis sont bons.

LE CAPITAINE prenant Amoré

brandevin

la

sineri

parole. icé ? V e u x -

tu boire de l'eau-de-vie ? LE

Terré

aou

Aou

cibegati

GALIBI.

icé. O u i , j e y e u x b o i r e . LE

CAPITAINE.

acado amoré.

Je yeux

a c h e t e r des lits d e c o t o n . II.

19


216

LA

GUYANE.

m a i s nous pensons que n o u s en avons d o n n é suffisamment p o u r justifier

ce

q u i a é t é dit d e la d o u c e u r e t d e l ' h a r ­ m o n i e d u langage des Galibis.


LA

GUYANE.

217

SYNNAMARY.

COMME n o u s pensons que b e a u c o u p de lecteurs

désireront avoir sur ce

district quelques détails plus circonstanciés que c e u x que nous avons d o n nés dans le cours du premier v o l u m e , nous nous empressons de réunir ici ceux qui nous ont paru d e v o i r leur être offerts. L e canton désigné sont le n o m de S y n n a m a r y , se c o m p o s e en grande partie d'une vaste savanne et n'est qu'à deux milles des b o r d s de la m e r . Un fleuve peu c o n s i d é r a b l e , et dont la navigation se trouve interrompue 19*


218

LA

GUYANE.

p a r huit passages différens, le traverse d a n s sa t o t a l i t é : o n l u i v o i t p r e n d r e naissance

p a r les

55° 24' d e l o n g i -

t u d e , et il s e p e r d d a n s l ' o c é a n à 2 2 lieues nord-ouest de C a y e n n e ,

après

un trajet de trente lieues. La

pêche

de

la

une

tortue

y

formait

autrefois,

b r a n c h e assez i m p o r t a n t e

d'in-

d u s t r i e , e t il f a u t p r o b a b l e m e n t a t t r i b u e r à l'insalubrité du climat le d'établissemens

q u i se

vers ces passages. effet

qu'on

ne

sont

peu

formés

Il y a vingt ans en

comptait que

douze

ou quinze huttes très-mal construites, et s e r v a n t d'abri à u n très-petit n o m b r e d e c r é o l e s , d o n t la figure a t t e s t a i t suffisamment

la m i s è r e .

Ce village,

q u i a , d i t - o n , a c q u i s u n faible a c c r o i s s e m e n t , se t r o u v e d é f e n d u p a r u n f o r t q u ' o n d é c o u v r e en sortant des bois à


LA

GUYANE.

219

u n e p o r t é e d e fusil : il e s t c o n s t r u i t e n m a d r i e r s , et f o r m e u n c a r r é d e c e n t toises

environ,

flanqué

de

quatre

b a s t i o n s ; u n l a r g e fossé l ' e n t o u r e e t l'isole e n t i è r e m e n t , p a r c e q u ' o n est p a r v e n u à y i n t r o d u i r e les e a u x d e la r i v i è r e . C ' e s t le l o n g d e l a c o u r t i n e o p p o s é e à celle d u côté du S y n n a m a r y q u e s e t r o u v e la C h a p e l l e : o n a v a i t construit sous

auprès

lequel

un

étaient

mauvaises cases

vaste

hangard

disposées

destinées

à

huit servir

de prison aux criminels ou aux

nè-

g r e s m a r r o n s ; elles se t r o u v a i e n t p e u éloignées des m a g a s i n s à v i v r e s , c o r p s - d e - g a r d e et

du

d'autres bâtimens

situés également dans l'enceinte des fortifications. C e fut d a n s c e t r i s t e l i e u q u ' o n v i t


220 arriver

LA

GUYANE.

l e 23 n o v e m b r e

1797

plu-

s i e u r s p r o s c r i t s (1) : ils p r é c é d a i e n t l e grand n o m b r e de m a l h e u r e u x qui deTaient q u e l q u e t e m p s a p r è s v e n i r les j o i n d r e . N o u s n ' e x a m i n e r o n s pas ici les causes de l e u r e x i l , p o u r nous o c cuper tout entiers de leur

souffrances

et de ce qu'ils d u r e n t é p r o u v e r

en

quittant leur p a t r i e , sans savoir quelle était la contrée qu'ils allaient dorénav a n t habiter. Victimes des révolutions e t s o u v e n t d e l e u r c o u r a g e , les h o m m e s les p l u s d u r s n ' a u r a i e n t p u

se

refuser à leur accorder quelque c o m -

(1) B a r b é - M a r b o i s , T r o n ç o n - D u c o u d r a y , Barthélemy,Lafond,Murinais,Letellier, P i c h e g r u , W i l l o t , L a r u e , A u b r y , d'Ossonv i l l e , R a m e l , B o u r d o n , R o v è r e , Brothier, Lavilleheurnois.


LA

GUYANE.

221

p a s s i o n , s'ils a v a i e n t p u c o n n a î t r e la m o i n d r e partie des m a u x qu'ils étaient destinés à souffrir. D é p o u i l l é s d e s e m p l o i s les p l u s i m p o r t a n s , tombés de l'opulence

dans

la p l u s g r a n d e d é t r e s s e , p l u s i e u r s d e ces infortunés a u r a i e n t p e u t - ê t r e succombé

avant

que

d'arriver

à

leur

triste d e s t i n a t i o n , s i des cœurs g é n é reux n'avaient adouci

leur

sort

par

u n d é v o u e m e n t d o n t il e x i s t e b i e n p e u d ' e x e m p l e s . P a r m i t o u s les t r a i t s h o n o r a b l e s q u i p e u v e n t i l l u s t r e r la m a l heureuse circonstance que nous rapp e l o n s , i l en est u n q u e n o u s n e p o u vons omettre.

Le directeur

Barthé-

l e m y était déjà m o n t é d a n s la v o i t u r e qui

devait

le

conduire

au

lieu

de

l ' e m b a r q u e m e n t , l o r s q u e son d o m e s t i q u e , n o m m é Letellier, accourut en


222

LA

GUYANE.

m o n t r a n t un o r d r e du directoire qui lui

permettait

maître.

les d a n g e r s les

d'accompagner

E n vain lui

son

représente-t-on

a u x q u e l s il v a s ' e x p o s e r ,

souffrances

qui

l'atten4ent ;

il

r e s t e i n é b r a n l a b l e d a n s sa n o b l e

ré-

s o l u t i o n , e t se r e g a r d e c o m m e

trop

h e u r e u x de p a r t a g e r le sort de son m a î t r e d a n s l ' a d v e r s i t é . 11 s e p r é c i p i t e à ses g e n o u x ,

lui réitère t o u t e s

les

p r e u v e s d u p l u s vrai d é v o u e m e n t , et se

consacre

dès lors à adoucir

les

m a u x d ' u n i n f o r t u n é v i e i l l a r d , q u i le nomme amis.

à j u s t e t i t r e le m e i l l e u r d e s Ce

fidèle

serviteur,

que

les

déportés regardent avec atteudrisses e m e n t , devient leur compagnon

et

n e c e s s e p o i n t d a n s la s u i t e d e l e u r donner l'exemple continuel du r a g e u n i à la b o n t é .

cou-


LA GUYANE.

223

Si nous nous transportons avec les exilés sur le bâtiment qui doit les c o n duire dans le nouveau m o n d e , n o u s les v e r r o n s , avant le c o m m e n c e m e n t de leur pénible v o y a g e , craindre c o n tinuellement que l'océan ne devienne leur t o m b e a u , et faire des v œ u x p o u r que

le supplice de l'incertitude

dure pas plus l o n g - t e m p s .

ne

Entassés

à la fin dans un entrepont i n f e c t , et m ê m e dans le cachot de la fosse aux l i o n s , où ils ne reçoivent p o u r toute nourriture q u ' u n biscuit r o n g é par les vers et q u e des pois cuits dans l'eau de la manière la plus d é g o û t a n t e , i l s finissent

par soupçonner quel sera le

lieu de leur déportation : mais c'est p o u r sentir avec plus de force c o m b i e n doit être encore l o n g le temps qui leur reste à souffrir. D o n n e r le récit d'un


224

LA

GUYANE.

s e m b l a b l e v o y a g e , c e s e r a i t se d é c i d e r à n e r a p p o r t e r q u e d e s faits p l u s o d i e u x les u n s q u e les a u t r e s : il f a u drait

faire

voir continuellement

ces

h o m m e s m a n q u a n t des plus grossiers a l i m e n s , é p r o u v e r les a n g o i s s e s d e l a faim,

de brutals matelots

a u m a l h e u r , des chefs

insultant

encourageant

leur insolence. Les traits

d'humanité

que nous pourrions citer quelquefois n'adouciraient cette

triste

que

bien

peinture,

et

faiblement serviraient

p l u t ô t à faire r e s s o r t i r , s o u s d e s c o u leurs plus o d i e u s e s , ce q u i se passait à b o r d d e la

Vaillante.

Cinquante jours s'étaient déjà écoulés d e p u i s son d é p a r t d e la

France,

q u a n d l ' o n a p e r ç u t la t e r r e : o n d é b a r q u a . U n faible r a y o n d ' e s p é r a n c e é t a i t entré

dans le

cœur

des

déportés,


LA

GUYANE.

225

m a i s il n e t a r d a p a s n é a n m o i n s dissiper.

à

se

Au b o u t de quelque t e m p s

d e s é j o u r à C a y e n n e , o n l e u r signifia q u ' i l fallait p a r t i r p o u r le d é s e r t d e S y n n a m a r y . L à , ils f u r e n t l o g é s d a n s la

misérable

avons

habitation

dont

déjà parlé. « Notre

occupation,

d i t R a m e l , fut

nous

première de

net-

t o y e r n o s c a s e s ; elles é t a i e n t r e m p l i e s d ' i n s e c t e s v e n i m e u x q u i les r e n d a i e n t inhabitables,

et p o u r t a n t n o u s

vions pas d'autre

abri : aucun

n'aautre

E u r o p é e n n'avait peut-être avant nous s u b i le s u p p l i c e

d'être

jeté d a n s ces

c l i m a t s , d a n s u n tel r e p a i r e ; d ' ê t r e livré c o m m e une pâture aux scorpions, aux mille-pattes, aux mosquites,

aux

m a r i n g o u i n s et plusieurs autres espèces aussi n o m b r e u s e s q u e d a n g e r e u s e s et dégoûtantes. » Ces m a l h e u r e u x ne sa II.

20


226

LA

GUYANE.

t r o u v a i e n t pas m ê m e à l'abri des serp e n s q u i p a r v e n a i e n t à se g l i s s e r d a n s leur lit, et étaient quelquefois r e m a r quables par leur grosseur. Privés de sommeil,

p l o n g é s d a n s la p l u s p r o -

fonde tristesse, m a n q u a n t des choses les p l u s n é c e s s a i r e s à la v i e , ils f u r e n t b i e n t ô t c o u v e r t s d e p u s t u l e s et d e b o u t o n s , q u i leur faisaient e n d u r e r à chaque instant de nouveaux

sup-

plices. P o u r c o m b l e d e m a l h e u r , les n o u veaux habitans de S y n n a m a r y ne prof e s s a i e n t p o i n t les m ê m e s p o l i t i q u e s , et de fréquentes

principes discus-

sions interrompaient quelquefois leur m o n o t o n e e x i s t e n c e ; m a i s ils se r é u n i r e n t t o u s c e p e n d a n t p o u r p l e u r e r le vénérable général Murinais,

qui

ne

t a r d a p a s à s u c c o m b e r s o u s le p o i d s


LA G U Y A N E .

227

des fatigues et de l'âge. Des h o m m e s qui avaient toujours m e n é dans leur patrie une vie extrêmement active ne pouvaient cependant point l o n g - t e m p s au r e p o s ,

se livrer

et la plupart

d'entre eux se créèrent des o c c u p a lions.

M. B a r b é - M a r b o i s d o n t , au

rapport de B a m e l , la sérénité

d'âme

semblait se proportionner sans efforts à la multiplicité de tant d'infortunes , lisait b e a u c o u p , travaillait à d e s c h o ses u t i l e s , et fabriquait l u i - m ê m e les meubles qui lui étaient nécessaires : ses loisirs étaient consacrés aux plaisirs de ceux qui l'entouraient, et il faisait souvent danser les noirs ,

qui

l'aimaient et le respectaient b e a u c o u p . T r o n ç o n - D u c o u d i a y écrivait des m é moires , et travaillait avec une telle a r deur qu'il ne prenait aucune distrac-


228

LA

GUYANE.

tion. « B a r t h é l e m y , dit l ' a u t e u r d o n t nous empruntons

ces

u n e vie i n t é r i e u r e , que

son

calme

détails,avait

u n e force. d ' â m e

extérieur

laissait à

p e i n e p r é s u m e r , et q u i s e

dévelop-

p a i t a v e c é n e r g i e d a n s t o u t e s les c i r constances. » Il s ' é t a i t , à ce qu'il p a r a î t , c h a r g é d e d é t r u i r e les i n s e c t e s d o n t on était t o u r m e n t é , et son

fidèle

serviteur l'aidait dans cette o c c u p a t i o n . L e s a u t r e s d é p o r t é s , d o n t il s e r a i t t r o p l o n g d ' i n d i q u e r les t r a v a u x , en avaient adopté d'analogues à leur g o û t et à leur caractère. Q u e l q u e s - u n s de ces compagnons pas

d'infortune

supporter

bien

malheureux ne

purent

long-temps

le

g e n r e d e v i e a u q u e l o n les a v a i t c o n d a m n é s : en voyant m o u r i r quelquesu n s d e l e u r s a m i s , le d é s e s p o i r s ' e m -


LA

GUYANE.

229

p a r a de l e u r â m e , et t o u s les m o y e n s d'évasion leur p a r u r e n t praticables. Ils se p r o m e n a i e n t

s u r les r e m p a r t s , e t

considéraient souvent une petite pir o g u e d e s t i n é e à t r a n s p o r t e r à la r e d o u t e la g a r d e m o n t a n t e e t à r a m e n e r l ' a n c i e n n e : ils

finirent

par s'accoutu-

m e r à l'idée qu'elle p o u v a i t les

con-

d u i r e d a n s les p o s s e s s i o n s h o l l a n d a i s e s ; quoiqu'ils fussent privés d ' u n pilote, d ' u n e b o u s s o l e et d e s

vivres

s a i r e s p o u r e n t r e p r e n d r e la

nécestraver-

s é e , i l s avaient résolu de s'en e m p a rer, lorsqu'un

capitaine de corsaire

a m é r i c a i n , n o m m é T i l l y , fut e n v o y é c o m m e prisonnier au milieu d ' e u x , et leur apprit q u e son unique

désir,

en v e n a n t d a n s ces p a r a g e s , avait é t é de leur être utile. Il v o u l u t en m ê m e t e m p s les d i s s u a d e r de

s'embarquer

20*


230 sur

LA le

frêle

GUYANE. esquif

qu'ils

avaient

choisi ; mais en voyant q u e ces

ins-

t a n c e s é t a i e n t i n u t i l e s , il s e d é c i d a à les a c c o m p a g n e r a v e c s o n p i l o t e . D é j à l'on s'était p r o c u r é des passe-ports à Cayenne,déjà

l'on

se p r é p a r a i t

à

q u i t t e r S y n n a m a r y et d e s c o m p a g n o n s d'infortunes qui préféraient devoir à la

justice

de

la p a t r i e

leur

liberté

i n j u s t e m e n t r a v i e , q u a n d le b r a v e c a p i t a i n e a m é r i c a i n e s t a p p e l é d a n s la capitale

de

la

colonie.

L'intrépide

B a r r i k , s o n p i l o t e d o i t le s u i v r e ; m a i s il a j u r é d e s a u v e r les d é p o r t é s , e t aucun danger n'est capable d'arrêter s o n c o u r a g e : il s e c a c h e d a n s les b o i s pour attendre un m o m e n t

favorable

q u i d o i t se p r é s e n t e r le l e n d e m a i n ; e t d a n s l'affreuse s o l i t u d e q u ' i l a c h o i s i e , il n e p e u t s e d é f e n d r e d e s s e r p e n s e t


LA G U Y A N E .

231

des crocodiles, qu'en d e m e u r a n t p e n dant trente-six heures m o n t é sur un a r b r e o ù il e n t e n d des jaguars.

Il

les

rugissemens

n ' e n est p a s

moins

e x a c t à se r e n d r e a u l i e u d é s i g n é ; e t ses a m i s , a p r è s a v o i r é v i t é m i l l e o b s t a c l e s , le t r o u v e n t p r è s d e la f r ê l e e m barcation

qui

doit

les

transporter

d a n s la c o l o n i e h o l l a n d a i s e , e t conduit

bientôt

de l'océan. ici d e

au

Nous

peindre

voyageurs,et

la

qu'il

milieu des

flots

n'essayerons

pas

situation

tous

les

de

ces

dangers

q u ' i l s e u r e n t à c o u r i r ; il suffira d e se les r e p r é s e n t e r p r i v é s d e

boussole,

n ' a y a n t pas m ê m e d e biscuit ni d ' e a u f r a î c h e , et n e p o s s é d a n t p o u r r a n i m e r leurs

forces

que deux bouteilles de

r h u m a p p o r t é e s p a r le b r a v e L e t e l l i e r . Trois j o u r s s'étaient déjà é c o u l é s ,

et


232

LA

GUYANE.

ils n ' a v a i e n t p o i n t e n c o r e d i s t i n g u é les côtes d e la colonie h o l l a n d a i s e ,

lors-

q u ' u n c a l m e p l a t les s u r p r i t . « U n e f a i m cruelle n o u s t o u r m e n t a i t , dit l ' a u t e u r d e la r e l a t i o n : n o u s

n'avions

rien

m a n g é depuis trois j o u r s ; n o u s étions d e s s é c h é s p a r le s o l e i l , d o n t l ' a r d e u r n'était

plus tempérée

par

la b r i s e .

N ' é t a n t p l u s d i s t r a i t s p a r le m o u v e m e n t , ni soutenus p a r l'espoir

pro-

c h a i n d ' a t t e i n d r e le t e r m e p r o c h a i n d e n o t r e fatigante

navigation, nous vî-

mes toute l'horreur de notre situation; nous cherchions à relever n o t r e courage : nous n'avions plus rien à attend r e des secours h u m a i n s , plus rien d e n o s efforts t r o m p é s

p a r les é l é -

m e n s . » L e s u r l e n d e m a i n ils a v a i e n t d é j à fait q u e l q u e c h e m i n , et le c a n o n d u f o r t O r a n g e les

avait

empêchés


LA

GUYANE.

233

de prendre t e r r e , lorsqu'ils virent s'él e v e r p e n d a n t la n u i t u n v i o l e n t o r a g e , q u i les p o u s s a s u r u n e p l a g e i n c o n n u e , où

ils d é b a r q u è r e n t ,

après

avoir

essuyé mille dangers. D'autres

tour-

m e n s les a t t e n d a i e n t e n c o r e d a n s

ce

désert : continuellement mouillés par d e s t o r r e n s d e p l u i e , ils t r a v a i l l è r e n t t o u t e la n u i t à r e t e n i r l e u r p i r o g u e , q u e les flots é t a i e n t p r ê t s à e m p o r t e r . A u p o i n t d u j o u r le ciel était d e v e n u s e r e i n ; m a i s le v e n t soufflait

encore

a v e c f u r i e , e t c e n e fut q u ' a p r è s a v o i r allumé

un

peu de f e u , qu'ils c o m -

mencèrent à goûter quelque repos. P e n d a n t ces instans

terribles,le

zèle d u bon Letellier ne se ralentit pas u n s e u l i n s t a n t : il o u b l i a i t

ses

pro-

p r e s souffrances p o u r n e s o n g e r q u ' à celles d e s o n m a î t r e . L e h a s a r d a m è n e


234

LA

GUYANE.

enfin d a n s c e t e n d r o i t q u e l q u e s s o l dats

allemands

de la

garnison

de

M o n t e K r i c q ; d e u x des n a u f r a g é s les s u i v e n t , se f o n t p a s s e r p o u r d e s m a r c h a n d s é c h a p p é s à l ' o r a g e , et reviennent bientôt

vers leurs

compagnons

a v e c d e s s e c o u r s d o n t ils a v a i e n t u n si pressant besoin. Après diverses

cir-

constances inutiles à rapporter les

déportés

maribo,où neur

parviennent

ici, Para-

ils r e ç o i v e n t d u g o u v e r -

l'accueil

ils p a s s e n t

à

de

le

plus

touchant;

et

là à B e r b i c e p o u r s e

rendre en Angleterre, après avoir récompensé

l'intrépide Barrik

comme

il le m é r i t a i t . S é p a r é s d e B a r t h é l e m y et d e son préféré

fidèle tester

serviteur qui avaient à

Surinam

pendant

q u e l q u e s t e m p s , les six a u t r e s c o m pagnons

d'infortune

ont

bientôt

à


LA pleurer

la

GUYANE.

mort

compagnons,qui fièvre

jaune

235

de deux

de

expirent

leurs de

la

c o m m e o n allait p a r t i r

pour l'Europe. Les autres arrivent à L o n d r e s et jouissent du b o n h e u r d e v o i r le b r a v e c a p i t a i n e T i l l y , a u q u e l ils d o i v e n t l e u r s a l u t . A p r è s c e t t e é v a s i o n , les d é s e r t s d e Synnamary repeupler

ne tardèrent point à se de

nouveaux

déportés ;

mais bien peu d'entre eux

suivirent

l'exemple de leurs p r é d é c e s s e u r s , et il n ' y e n e u t , c o m m e l ' o n s a i t , q u ' u n petit

nombre

qui

revinrent

en E u -

r o p e , l o r s q u e le g o u v e r n e m e n t les y rappela.

FIN DU SECOND ET DERNIER VOLUME.


TABLE

DES MATIÈRES DU SECOND ET DERNIER VOLUME. Pag. CBAP.

1.

Guyane

maribo.

Ses

vivre des CBAP.

II.

hollandaise.

édifices.

Para-

Manière

de

babitans. Agriculture.

1 Manière

de

traiter les esclaves.

12

CHAP. I I I . N è g r e s r é v o l t é s .

35

CHAP. I V . I n d i g è n e s d e S u r i n a m .

75

CHAP. V . D é m é r a r y . CHAP. V I .

Esséquébo.

85 Indigènes

de

cette colonie. CHAP. V I I I .

Berbice.

S e s ressources.

107 Sa

fondation. 120


TABLE DES MATIÈRES.

237 Pag.

CHaP. I X . Guyane

espagnole.

L'El-

dorado. Les Waraons.

141

APPENDICE. Détails de quelques cérémonies

usitées autrefois

chez

les

Galibis.

191

SYNNAMARY.

217

f i n de la Table.

IMPRIMERIE S I II.

D'HAUTEL. 21


La Guyane. Tome deuxième  

Auteur : F. Denis Tome 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

La Guyane. Tome deuxième  

Auteur : F. Denis Tome 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement