Page 1

MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


LETTRES ÉDIFIANTES ET

CURIEUSES.

TOME

SEPTIÈME.

MANIOC.org Conseil général de la Guyane


LETTRES ÉDIFIANTES ET C U R I E U S E S , ÉCRITES DES MISSIONS ÉTRANGÈRES, NOUVELLE

MEMOIRES IE

D'AMERIQUE. SEPTIÈME

A

Chez

ÉDITION.

TOULOUSE,

NOEL-ETIENNE S E N S , I m p r i m e u r L i b . , rue Peyras, près les Changes. AUGUSTE GAUDE,

Libraire,

rue

S.-Rome, N.e 44, au fond de la Cour.

l810.


LETTRES ÉDIFIANTES

ET

CURIEUSES,

ÉCRITES PAR

DES MISSIONNAIRES DE

LA

COMPAGNIE

M E M O I R E S

DE

JÉSUS.

D ' A M É R I Q U E .

L E T T R E

Du Père le Petit, Missionnaire, au Père d'Avaugour Procureur des Missions de l'Amérique Septentrionale. }

A la Nouvelle Orléans, le 1 2 Juillet 1730.

MON

RÉVÉREND PÈRE,

La paix de N.

S.

Vous n'avez p u i g n o r e r le triste évènement q u i a désolé cette p a r t i e de la Colonie F r a n çaise é t a b l i e a u x Natchez, sur l a droite du Tome VII. A


2

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

fleuve de M i s s i s s i p i , a c e n t v i n g t l i e u e s d e son embouchure. Deux d e nos M i s s i o n n a i r e s , o c c u p é s a la conversion des S a u v a g e s , ont été c o m p r i s d a n s l e m a s s a c r e p r e s q u e g é n é r a l q u e cette Nation b a r b a r e a fait des F r a n ç a i s , dans le temps m ê m e qu'on n'avait n u l l e raison de se défier d e sa p e r f i d i e . U n e si g r a n d e p e r t e q u e vient d e f a i r e cette M i s sion n a i s s a n t e , sera l o n g - t e m p s l'objet d e nos p l u s vifs r e g r e t s . C o m m e vous n'avez p u s a v o i r , q u e d ' u n e m a n i è r e c o n f u s e , l e s s u i t e s d ' u n e si n o i r e t r a h i s o n , j e vais vous en d é v e l o p p e r t o u t e s l e s c i r c o n s t a n c e s ; m a i s a u p a r a v a n t je c r o i s d e v o i r vous faire c o n n a î t r e le c a r a c t è r e d e ces perfides S a u v a g e s a p p e l é s Natchez. Q u a n d j e vous a u r a i d é c r i t la R e l i g i o n , l e s m œ u r s , et les c o u t u m e s d e ces b a r b a r e s , j e v i e n d r a i à l ' h i s t o i r e du t r a g i q u e é v è n e m e n t dont j ' a i d e s s e i n de vous e n t r e t e n i r , et je vous en r a c o n terai toutes les p a r t i c u l a r i t é s d a n s un d é t a i l , d o n t je m ' a s s u r e q u e vous n'avez e u n u l l e connaissance. C e t t e Nation d e S a u v a g e s h a b i t e un d e s p l u s b e a u x et d e s p l u s f e r t i l e s c l i m a t s d e l ' U n i v e r s : ce sont les s e u l s de ce continentlà q u i p a r a i s s e n t avoir un c u l t e r é g l é : l e u r R e l i g i o n , en c e r t a i n s p o i n t s , a p p r o c h e assez de c e l l e des a n c i e n s R o m a i n s : i l s ont un T e m p l e r e m p l i d ' I d o l e s : ces Idoles sont différentes figures d ' h o m m e s et d ' a n i m a u x , p o u r l e s q u e l s i l s ont la p l u s profonde v é n é r a t i o n , L a forme de l e u r T e m p l e ressemble à un four de terre q u i aurait cent p i e d s d e


ET

3

CURIEUSES.

circonférence : on y entre p a r u n e petite porte haute de q u a t r e p i e d s , et q u i n'en a q u e trois de l a r g e u r : on n ' y voit pas d e fenêtre. L a voûte de l'édifice est couverte d e trois rangs de nattes posées l e s unes s u r l e s a u t r e s , afin d ' e m p ê c h e r q u e les p l u i e s n e dégradent la m a ç o n n e r i e . P a r - d e s s u s et e n - d e h o r s sont trois figures d'aigles de b o i s peints en r o u g e , en j a u n e et en b l a n c . A u devant de la porte est une espèce d'appentis avec une contre - p o r t e , où le G a r d i e n du T e m p l e est logé ; tout autour règne u n e enceinte de p a l i s s a d e , sur l a q u e l l e on voit exposés l e s crânes de toutes les têtes q u e l e u r s G u e r r i e r s ont rapportées des c o m b a t s q u ' i l s ont l i v i é s aux e n n e m i s de l e u r Nation. Dans l ' i n t é r i e u r du T e m p l e , il y a des tablettes posées à certaine distance les unes sur les autres ; on y a placé des p a n i e r s d e cannes de l i g u r e o v a l e , où sont renfermés l e s ossemens de leurs anciens C h e f s , et à côté c e u x des v i c t i m e s qui se sont fait é t r a n g l e r p o u r s u i v r e leurs m a î t r e s dans l'autre monde. Une autre tablette séparée porte p l u s i e u r s c o r b e i l l e s b i e n p e i n t e s , où se conservent l e u r s Idoles : ce sont des figures d ' h o m m e s et d e femmes faites de pierres et de terre c u i t e , des têtes et des q u e u e s de serpens e x t r a o r d i n a i r e s , des hiboux e m p a i l l é s des morceaux de c r i s t a u x , et des mâchoires de grands p o i s sons. Il y avait en l'année 1699 une b o u t e i l l e et une patte de verre q u ' i l s gardaient p r é cieusement.

A

2


4

LETTRES

ÉDIFIANTES

I l s ont s o i n d ' e n t r e t e n i r d a n s c e T e m p l e u n feu p e r p é t u e l , et l e u r a t t e n t i o n est d ' e m p ê c h e r q u ' i l n e f l a m b e : i l s n e se s e r v e n t p o u r c e l a q u e d e b o i s sec d e n o y e r ou d e c h ê n e . L e s anciens sont obligés de p o r t e r , c h a c u n à son t o u r , u n e grosse b û c h e d a n s l'enceinte de la palissade. L e nombre des G a r d i e n s d u T e m p l e est fixé, et i l s s e r v e n t p a r q u a r t i e r . C e l u i q u i est e n e x e r c i c e est c o m m e en s e n t i n e l l e sous l ' a p p e n t i s , d ' o ù i l e x a m i n e si l e feu n ' e s t p a s e n d a n g e r d e s'éteindre : il l'entretient avec deux ou trois grosses b û c h e s , q u i n e b r û l e n t q u e p a r l ' e x t r é m i t é , et q u i n e se m e t t e n t j a m a i s l ' u n e sur l ' a u t r e , pour éviter la flamme. De toutes les f e m m e s , i l n ' y a q u e les sœurs du grand Chef qui aient la liberté d ' e n t r e r d a n s l e T e m p l e : cette e n t r é e est d é fendue à toutes les a u t r e s , a u s s i - b i e n q u ' a u m e n u p e u p l e , lors m ê m e qu'ils apportent à m a n g e r aux mânes de leurs p a r e i l s , dont les ossemens reposent dans le T e m p l e . Les m e t s se d o n n e n t a u G a r d i e n , q u i l e s p o r t e à coté d e l a c o r b e i l l e o ù sont l e s os d u m o r t : cette cérémonie ne d u r e q u e p e n d a n t u n e l u n e . L e s p l a t s se m e t t e n t e n s u i t e s u r l e s p a l i s s a d e s d e l ' e n c e i n t e , et s o n t a b a n d o n n é s a u x bêtes fauves. L e S o l e i l est l e p r i n c i p a l o b j e t d e l a v é n é r a t i o n d e ces p e u p l e s : c o m m e i l s n e c o n ç o i v e n t r i e n q u i s o i t a u - d e s s u s d e cet a s t r e , r i e n aussi ne l e u r p a r a î t p l u s d i g n e de l e u r s h o m m a g e s ; et c ' e s t p a r l a m ê m e r a i s o n q u e l e grand C h e f d e c e t t e N a t i o n , q u i n e c o n -


ET

5

CURIEUSES.

naît rien sur la terre au-dessus de s o i - m ê m e , p r e n d la q u a l i t é de frère du S o l e i l : la c r é d u l i t é des p e u p l e s l e m a i n t i e n t dans l ' a u t o r i t é despotique q u ' i l se donne. P o u r m i e u x les y e n t r e t e n i r , on élève u n e butte de terre r a p p o r t é e , sur l a q u e l l e on b â t i t sa c a b a n e , qui est de m ê m e construction q u e l e T e m p l e : l a porte est exposée au L e v a n t . T o u s l e s m a t i n s , le g r a n d C h e f honore de sa p r é s e n c e l e lever de son frère a î n é , et l e s a l u e de p l u s i e u r s h u r l e m e n s dès q u ' i l p a r a i t s u r l ' h o r i z o n ; ensuite i l donne ordre q u ' o n a l l u m e son c a l u m e t ( I ) , et i l l u i fait une offrande des trois p r e m i è r e s gorgées q u ' i l tire ; p u i s élevant l e s m a i n s au-dessus de l a t ê t e , et se tournant de l'Orient à l ' O c c i d e n t , il l u i enseigne la route q u ' i l doit tenir d a n s sa course. Il y a dans cette c a b a n e p l u s i e u r s lits à g a u c h e en entrant : m a i s sur la droite i l n ' y a q u e l e l i t d u g r a n d C h e f , orné de différentes figures peintes. C e lit ne consiste q u e dans une p a i l l a s s e de cannes et de joncs fort d u r s , avec u n e b û c h e carrée q u i l u i sert d e chevet. Au m i l i e u de l a c a b a n e on voit u n e petite borne : personne ne d o i t a p p r o c h e r d u l i t q u ' i l n ' a i t fait l e tour de l a b o r n e . C e u x q u i entrent saluent par u n h u r l e m e n t , et avancent j u s q u ' a u fond de la c a b a n e , sans jeter les y e u x d u coté droit où est l e C h e f : ensuite on fait u n n o u v e a u s a l u t , en élevant ( I ) Le calumet est une grande pipe dont se servent les Sauvages.

A 3


6

LETTRES

ÉDIFIANTES

les brans au-dessus de la tête et h u r l a n t trois fois. S i c'est une personne q u e le Chef cons i d è r e , il répond par un petit s o u p i r , et l u i fait signe de s'asseoir ; on l e r e m e r c i e de sa politesse par u n nouvel h u r l e m e n t . A toutes les questions q u e fait le C h e f , on h u r l e u n e fois avant que de l u i répondre : et lorsqu'on p r e n d congé de l u i , on fait t r a î n e r un seul h u r l e m e n t j u s q u ' à ce qu'on soit hors de sa présence. L o r s q u e l e g r a n d Chef m e u r t , on d é m o l i t sa cabane ; p u i s on élève une n o u v e l l e butte où l'on bâtit la c a b a n e de c e l u i q u i l e r e m p l a c e dans sa d i g n i t é , et q u i ne loge j a m a i s dans c e l l e de son prédécesseur. Ce sont les anciens q u i enseignent l e u r s L o i s au reste d u p e u p l e : une des p r i n c i p a l e s est d'avoir u n souverain respect pour l e g r a n d C h e f , c o m m e étant frère du S o l e i l , et le m a î t r e du T e m p l e ; i l s croient l ' i m m o r t a l i t é d e l ' a m e ; l o r s q u ' i l s quittent c e m o n d e , i l s v o n t , d i s e n t - i l s , en h a b i t e r un a u t r e , pour y être récompensés ou p u n i s . L e s récompenses q u ' i l s se promettent consistent p r i n c i p a l e m e n t dans la bonne c h è r e , et l e c h â t i m e n t dans l a privation de tout p l a i s i r . Ainsi i l s croient q u e ceux qui ont été fidèles observateurs d e l e u r s l o i s , seront conduits dans une région de d é l i c e s , où toutes sortes de viandes les p l u s e x q u i s e s l e u r seront fournies e n a b o n d a n c e ; q u ' i l s y couleront des j o u r s a g r é a b l e s et t r a n q u i l l e s au m i l i e u des festins, des danses et des f e m m e s , enfin q u ' i l s g o û teront tous l e s p l a i s i r s i m a g i n a b l e s ; q u ' a u


ET

CURIEUSES.

7

contraire l e s infracteurs de leurs lois seront jetés sur des terres ingrates et toutes c o u vertes d'eau ; q u ' i l s n'auront aucune sorte de g r a i n s , q u ' i l s seront exposés tout nus a u x piquantes morsures des m a r i n g o u i n s ; q u e toutes les Nations l e u r feront la guerre ; q u ' i l s ne mangeront jamais de v i a n d e , et q u ' i l s ne se nourriront que de la chair des crocodiles, de mauvais poissons, et de c o q u i l lages. Ces peuples obéissent aveuglément a u x moindres volontés du grand Chef : ils l e regardent c o m m e l e maître a b s o l u , nonseulement de l e u r s b i e n s , m a i s encore de l e u r v i e , et il n'y a pas un d'eux qui osât l u i refuser sa tête lorsqu'il la d e m a n d e . Q u e l q u e s travaux q u ' i l l e u r o r d o n n e , il l e u r est défendu d'en exiger aucun salaire. L e s F r a n ç a i s , qui ont souvent besoin de c h a s seurs ou de rameurs pour des voyages de long c o u r s , ne s'adressent q u ' a u grand Chef. C e l u i - c i fournit tous les hommes qu'on souh a i t e , et reçoit le paiement sans en faire part à ces m a l h e u r e u x , à qui il n'est pas m ê m e permis de se p l a i n d r e . Un des p r i n cipaux articles de l e u r R e l i g i o n , s u r - t o u t p o u r les domestiques du grand C h e f , est d'honorer ses funérailles en mourant avec l u i pour a l l e r le servir dans l'autre monde ; ces aveugles se soumettent volontiers à cette l o i , dans la folle persuasion où ils s o n t , q u ' à la suite de l e u r Chef, i l s vont j o u i r du plus grand bonheur. P o u r se faire une idée de cette sanglante A 4


8

LETTRES

ÉDIFIANTES

c é r é m o n i e , i l faut s a v o i r q u e , d è s q u ' i l n a î t au g r a n d C h e f u n h é r i t i e r p r é s o m p t i f , c h a q u e f a m i l l e q u i a u n enfant à l a m a m e l l e doit l u i en faire h o m m a g e . P a r m i tous ces e n f a n s on en c h o i s i t u n c e r t a i n n o m b r e , q u ' o n d e s t i n e a u s e r v i c e d u j e u n e P r i n c e , et d è s q u ' i l s o n t l ' â g e c o m p é t e n t , on l e u r d o n n e un emploi conforme à leurs talens : les uns p a s s e n t l e u r v i e ou à l a c h a s s e , ou à la p ê c h e , p o u r l e s e r v i c e d e sa t a b l e ; l e s a u t r e s sont e m p l o y é s à l ' a g r i c u l t u r e ; d'autres ne s e r v e n t q u ' à l u i f a i r e c o r t è g e : s'il v i e n t à m o u r i r , t o u s ces d o m e s t i q u e s s ' i m m o l e n t avec joie p o u r suivre l e u r cher m a î t r e . Ils prennent d'abord leurs plus beaux ajustem e n s , e t se r e n d e n t d a n s l a p l a c e q u i est v i s - à - v i s l e T e m p l e , et o ù t o u t l e p e u p l e est a s s e m b l é ; a p r è s a v o i r d a n s é et c h a n t é a s s e z l o n g - t e m p s , i l s se p a s s e n t a u c o u u n e c o r d e d e p o i l d e b œ u f a v e c u n n œ u d c o u l a n t , et aussitôt les M i n i s t r e s préposés à cette sorte d ' e x é c u t i o n , v i e n n e n t l e s é t r a n g l e r , en l e u r recommandant d'aller rejoindre leur m a î t r e , et de reprendre dans l'autre m o n d e des e m plois encore p l u s honorables que c e u x qu'ils o c c u p a i e n t en c e l u i - c i . L e s p r i n c i p a u x d o m e s t i q u e s du g r a n d C h e f a y a n t été é t r a n g l é s d e l a s o r t e , on d é c h a r n é l e u r s os, s u r - t o u t c e u x d e s b r a s e t d e s c u i s s e s ; on l e s l a i s s e se d e s s é c h e r p e n d a n t deux mois dans u n e espèce de t o m b e a u , a p r è s q u o i on l e s en r e t i r e p o u r l e s r e n f e r m e r d a n s des c o r b e i l l e s , et l e s p l a c e r d a n s l e

T e m p l e à côté de ceux de leur maître. Pour


ET C U R I E U S E S .

9

ce q u i est des autres d o m e s t i q u e s , l e u r s parens les emportent chez e u x , et les font enterrer avec l e u r s armes et l e u r s vêtemens. Cette même c é r é m o n i e s'observe p a r e i l l e ment à la mort des frères et des sœurs d u grand Chef. L e s femmes se font toujours étrangler pour les s u i v r e , a moins q u ' e l l e s n'aient des enfans à l a m a m e l l e ; car alors elles continuent de vivre pour les a l l a i t e r . On en voit néanmoins p l u s i e u r s qui c h e r chent des n o u r r i c e s , ou qui étranglent e l l e s mêmes leurs e n f a n s , p o u r ne pas perdre l e droit de s'immoler dans l a p l a c e selon les cérémonies o r d i n a i r e s , et ainsi que l a loi l'ordonne. Ce Gouvernement est h é r é d i t a i r e ; m a i s ce n'est pas l e fils du Chef régnant q u i s u c cède à son p è r e , c'est l e fils de sa s œ u r ou de la p r e m i è r e Princesse du sang. Cette p o l i tique est fondée sur l a connaissance q u ' i l s ont du l i b e r t i n a g e de l e u r s femmes. I l s ne sont pas s û r s , d i s e n t - i l s , que l e s enfans de leurs femmes soient du sang R o y a l , au l i e u que l e fils de l a s œ u r du g r a n d Chef l'est du-moins du côté de l a mère. L e s Princesses du sang n'épousent j a m a i s que des hommes de f a m i l l e o b s c u r e , et n'ont qu'un mari ; m a i s elles ont la liberté de l e congédier q u a n d il l e u r p l a î t , et d'en c h o i s i r un autre p a r m i ceux de la N a t i o n , pourvu q u ' i l n'y ait entr'eux a u c u n e a l l i a n c e . S i l e m a r i se rend coupable d ' i n f i d é l i t é , la P r i n cesse l u i fait casser la tête à l'instant : e l l e n'est point sujette à l a même loi ; car e l l e A 5


10

LETTRES

ÉDIFIANTES

p e u t se donner autant d ' A m a n s q u ' e l l e veuf, sans q u e le mari puisse y trouver à r e d i r e . I l se tient en présence de sa femme dans le p l u s grand respect ; i l ne m a n g e p o i n t avec e l l e , et il la s a l u e en h u r l a n t , c o m m e font ses domestiques. L e seul a g r é m e n t q u ' i l a i t , c'est d'être e x e m p t de t r a v a i l , et d'avoir toute autorité sur c e u x q u i servent l a P r i n cesse. Autrefois l a Nation des Natchez était c o n s i d é r a b l e : e l l e comptait soixante V i l l a g e s et h u i t cens S o l e i l s ou Princes ; m a i n t e n a n t e l l e est r é d u i t e à six petits V i l l a g e s et à onze S o l e i l s . Dans c h a c u n de ces V i l l a g e s i l y a u n T e m p l e où l e feu est toujours e n t r e t e n u c o m m e dans c e l u i d u grand C h e f , a u q u e l tous ces Chefs obéissent. C'est l e g r a n d Chef q u i n o m m e aux c h a r g e s l e s p l u s considérables de l ' E t a t ; tels sont les d e u x Chefs de g u e r r e , les d e u x M a î t r e s de c é r é m o n i e pour l e culte qui se rend dans l e T e m p l e , les d e u x Officiers q u i président a u x autres cérémonies qu'on doit o b s e r v e r , l o r s q u e des étrangers v i e n n e n t traiter de l a p a i x ; c e l u i q u i a inspection sur l e s ouvrages ; q u a t r e autres c h a r g é s d ' o r d o n n e r les festins dont on r é g a l e p u b l i q u e m e n t l a N a t i o n , et l e s E t r a n g e r s q u i viennent la visiter. T o u s ces M i n i s t r e s q u i exécutent l e s volontés du g r a n d C h e f , sont respectés et o b é i s , c o m m e i l le serait l u i - m ê m e , s'il donnait ses ordres. C h a q u e année l e p e u p l e s'assemble pour ensemencer un vaste c h a m p de b l é d ' I n d e , de f è v e s , de c i t r o u i l l e s et de melons.On


ET

11

CURIEUSES.

s'assemble de la m ê m e m a n i è r e p o u r faire la récolte : une grande c a b a n e , située dans une b e l l e p r a i r i e , est destinée à conserver les fruits de cette récolte. C h a q u e é t é , vers la fin de J u i l l e t , l e p e u p l e se rassemble p a r ordre du g r a n d C h e f , pour assister au grand. festin qui se donne. Cette F ê t e dure trois jours et trois nuits ; chacun y c o n t r i b u e de ce q u ' i l peut y fournir ; les uns apportent du g i b i e r , les autres du p o i s s o n , etc. C e sont des danses presque c o n t i n u e l l e s ; l e g r a n d Chef et sa s œ u r sont dans une loge élevée et couverte de f e u i l l a g e s , d'où ils contemplent la joie de l e u r s sujets ; les P r i n c e s , les P r i n c e s s e s , et c e u x q u i , par l e u r s e m p l o i s , ont un rang d i s t i n g u é , se tiennent assez près d u Chef, auquel ils m a r q u e n t l e u r respect et l e u r soumission p a r une infinité de cérémonies. L e grand Chef et sa sœur font l e u r entrée dans le lieu de l'assemblée sur un b r a n c a r d porté par h u i t des p l u s grands h o m m e s : l e Chef lient à la m a i n un g r a n d sceptre orné de plumes peintes ; tout le p e u p l e danse et chante autour de l u i en témoignage de la joie p u b l i q u e . L e d e r n i e r jour de cette F ê t e il fait approcher tous ses sujets et l e u r fait u n e l o n g u e h a r a n g u e , par l a q u e l l e il les exhorte à r e m p l i r tous les devoirs de la R e ligion ; il l e u r r e c o m m a n d e sur toutes c h o ses d'avoir u n e g r a n d e vénération p o u r les esprits qui résident dans le T e m p l e , et de bien instruire l e u r s enfans. S i q u e l q u ' u n s'est signalé p a r q u e l q u e action de z è l e , i l A 6


12

LETTRES

ÉDIFIANTES

en fait p u b l i q u e m e n t l ' é l o g e . C'est ce q u i arriva en l ' a n n é e 1 7 0 2 . L e tonnerre é t a n t tombé s u r le T e m p l e , et l ' a y a n t r é d u i t en c e n d r e s , sept ou h u i t femmes jetèrent l e u r s enfans au m i l i e u des flammes p o u r a p p a i s e r l e courroux du Ciel. L e grand Chef appela ces h é r o ï n e s , et donna de g r a n d e s l o u a n g e s a u courage avec l e q u e l elles avaient fait l e sacrifice de ce q u i l e u r était l e p l u s c h e r ; i l finit son p a n é g y r i q u e en exhortant les a u t r e s femmes à i m i t e r un si b e l e x e m p l e dans u n e s e m b l a b l e conjoncture. L e s p è r e s de f a m i l l e ne m a n q u e n t p o i n t d'apporter au T e m p l e l e s p r é m i c e s des f r u i t s , d e s g r a i n s et des l é g u m e s ; il en est de m ê m e d e s présens q u i se font à cette Nation ; i l s sont aussitôt offerts à l a porte d u T e m p l e , o ù le g a r d i e n , après l e s avoir étalés et p r é sentés a u x e s p r i t s , les porte chez l e g r a n d C h e f q u i en fait l a d i s t r i b u t i o n ainsi q u ' i l l e j u g e à p r o p o s , sans q u e personne t é m o i g n e l e m o i n d r e mécontentement. On n'ensemence a u c u n e terre q u e l e s g r a i n s n ' a i e n t été présentés au T e m p l e avec l e s c é r é m o n i e s accoutumées. Dès q u e ces p e u p l e s a p p r o c h e n t du T e m p l e , i l s lèvent les, b r a s p a r r e s p e c t , et poussent trois h u r l e m e n s , a p r è s q u o i i l s frottent l e u r s m a i n s à t e r r e , et se relèvent p a r trois fois avec autant d e h u r l e m e n s réitérés. Q u a n d on ne fait q u e passer devant l e T e m p l e , on s'arrête s i m p l e m e n t en le s a l u a n t l e s y e u x baissés et l e s b r a s levés. S i u n père ou une m è r e s ' a p e r cevait q u e son fils m a n q u â t à cette cérémo-


ET C U R I E U S E S .

l3

n i e , il serait p u n i sur-le-champ de quelques coups de bâtons. T e l l e s sont les cérémonies des Sauvages Natchez, par rapport à la R e l i g i o n . C e l l e s de leurs mariages sont très-simples. Q u a n d un jeune homme songe à se m a r i e r , il doit s'adresser au père de la f i l l e , o u , à son d é f a u t , au frère aîné : on convient du p r i x , qui se paie en p e l l e t e r i e ou en m a r c h a n d i ses. Q u ' u n e fille ait mené une vie l i b e r t i n e , ils ne font n u l l e difficulté de la p r e n d r e , pour peu q u ' i l s croient q u ' e l l e changera de conduite quand elle sera m a r i é e . Du r e s t e , ils ne s'embarrassent pas de q u e l l e famille elle e s t , pourvu q u ' e l l e leur plaise. Pour ce qui est des parens de la fille, leur u n i q u e attention est de s'informer si celui qui la d e m a n d e est h a b i l e c h a s s e u r , bon guerrier ou excellent l a b o u r e u r . Ces q u a l i t é s d i m i n u e n t le prix qu'on aurait droit d'exiger d'eux pour le mariage. Q u a n d les parties sont d ' a c c o r d , le futur époux va à la chasse avec ses amis : et l o r s qu'il a , ou en g i b i e r , ou en p o i s s o n , suffisamment de quoi régaler les deux f a m i l l e s qui contractent a l l i a n c e , on se rassemble chez les parens de la fille ; on sert en p a r t i culier les nouveaux m a r i é s , et ils mangent au même plat. L e repas étant fini, le n o u veau marié fait fumer les parens de sa femme et ensuite ses propres p a r e n s , après quoi tous les conviés se retirent. L e s nouveaux mariés restent ensemble j u s q u ' a u l e n d e m a i n , et alors le m a r i conduit sa femme chez son


14

LETTRES

ÉDIFIANTES

b e a u - p è r e , et il y loge j u s q u ' à ce q u e l a fam i l l e lui ait fait b â t i r u n e c a b a n e p a r t i c u l i è r e . P e n d a n t qu'on la c o n s t r u i t , il passe toute la j o u r n é e à la chassé p o u r f o u r n i r a u x repas q u ' i l donne à c e u x q u i y t r a vaillent. L e s lois permettent aux Natchez d ' a v o i r autant de f e m m e s q u ' i l s v e u l e n t : c e p e n d a n t c e u x du petit p e u p l e n'en ont d ' o r d i n a i r e q u ' u n e ou d e u x . L e s Chefs en ont d a v a n t a g e , p a r c e q u ' a y a n t l e p r i v i l é g e de faire c u l tiver l e u r s c h a m p s p a r l e p e u p l e , sans l u i d o n n e r de s a l a i r e , l e n o m b r e de l e u r s f e m m e s ne l e u r est point à c h a r g e . L e m a r i a g e de ces Chefs se fait avec m o i n s de c é r é m o n i e ; i l s se contentent d ' e n v o y e r q u é r i r l e père de la fille q u ' i l s v e u l e n t é p o u s e r , et i l s l u i d é c l a r e n t q u ' i l s la mettent a u rang de l e u r s f e m m e s . Dès-lors l e mariage est fait ; i l s ne laissent pas n é a n m o i n s d e faire u n présent au p è r e et à la m è r e . Q u o i q u ' i l s a i e n t p l u s i e u r s f e m m e s , i l s n'en g a r d e n t q u ' u n e ou d e u x dans l e u r s c a b a n e s ; les a u t r e s restent chez l e u r s p a r e n s , où i l s vont l e s voir lorsqu'il leur plaît. I l y a de c e r t a i n s temps de l a l u n e o ù l e s S a u v a g e s n ' h a b i t e n t j a m a i s avec l e u r s f e m m e s . L a j a l o u s i e a si peu d'entrée d a n s l e u r s c œ u r s , q u e p l u s i e u r s ne font n u l l e difficulté de prêter l e u r s femmes à l e u r s a m i s . C e t t e indifférence d a n s l ' u n i o n c o n j u g a l e vient de l a l i b e l l é q u ' i l s ont d'en c h a n g e r q u a n d b o n l e u r s e m b l e , pourvu n é a n m o i n s q u ' e l l e s ne l e u r a i e n t point donné d'enfuns ; c a r , s'il en


ET C U R I E U S E S .

l5

est né de l e u r m a r i a g e , il n'y a que l a mort qui puisse les séparer. Lorsque cette Nation fait un détachement pour la g u e r r e , le Chef du parti plante deux espèces de mai bien rougi depuis le haut j u s qu'au b a s , orné de p l u m e s r o u g e s , de flèches et de casse-têtes r o u g i s . Ces m a i s sont piqués du coté où i l s doivent porter la guerre. C e u x qui veulent entrer dans le p a r t i , après s'être parés et barbouillés de différentes c o u l e u r s , viennent haranguer le Chef de guerre. Cette h a r a n g u e , q u e chacun fait l'un après l ' a u t r e , et qui dure près d'une d e m i - h e u r e , consiste en raille protestations de s e r v i c e , par l e s q u e l l e s ils l'assurent q u ' i l s ne demandent pas m i e u x que d e m o u r i r avec lui ; q u ' i l s sont c h a r m é s d'apprendre d'un si h a b i l e g u e r r i e r l'art d'enlever des chevelures ; et q u ' i l s ne craignent ni la faim ni les fatigues a u x q u e l les ils vont être exposés. L o r s q u ' u n n o m b r e suffisant de g u e r r i e r s s'est présenté au Chef de g u e r r e , il fait faire chez lui un breuvage qu'on a p p e l l e la m é decine de g u e r r e : c'est un vomitif composé d'une racine qu'on fait b o u i l l i r dans de g r a n des chaudières pleines d'eau. L e s g u e r r i e r s , quelquefois au n o m b r e de 3 o o - h o m m e s , s'étanl assis autour de l a c h a u d i è r e , on leur en sert à chacun environ deux pots. L a cérémonie est de les avaler d'un seul t r a i t , et de les rendre aussitôt par la bouche avec des efforts si v i o l e n s , qu'on les entend de fort loin. Après cette c é r é m o n i e , le Chef de guerre


16

LETTRES

ÉDIFIANTES

fixe le j o u r d u d é p a r t , afin q u e c h a c u n p r é p a r e l e s vivres nécessaires p o u r l a c a m p a g n e . P e n d a n t ce t e m p s - l à les g u e r r i e r s se r e n d e n t soir et m a t i n d a n s l a p l a c e , o ù , a p r è s a v o i r b i e n dansé et raconté en d é t a i l l e s actions b r i l l a n t e s ou i l s ont fait é c l a t e r leur bravoure, ils chantent leurs chansons d e mort. À voir l ' e x t r ê m e joie q u ' i l s font p a r a î t r e e n p a r t a n t , on d i r a i t q u ' i l s ont déjà s i g n a l é l e u r valeur par quelque grande victoire ; m a i s il faut b i e n peu de chose p o u r d é c o n certer l e u r s projets. I l s sont t e l l e m e n t s u p e r s t i t i e u x à l ' é g a r d des s o n g e s , q u ' i l n ' e n faut q u ' u n seul de m a u v a i s a u g u r e p o u r a r r ê t e r l ' e x é c u t i o n de l e u r e n t r e p r i s e , et l e s o b l i g e r d e r e v e n i r sur l e u r s pas q u a n d i l s sont en m a r c h e . On voit des partis q u i , a p r è s avoir fait toutes les c é r é m o n i e s dont j e v i e n s d e p a r l e r , rompent tout-à-coup l e u r v o y a g e , p a r c e q u ' i l s ont e n t e n d u un c h i e n a b o y e r d ' u n e façon e x t r a o r d i n a i r e : à l ' i n s t a n t l e u r a r d e u r p o u r l a g l o i r e se c h a n g e en t e r r e u r panique. Dans l e u r v o y a g e de g u e r r e , i l s m a r c h e n t toujours p a r files : q u a t r e ou c i n q h o m m e s d e s m e i l l e u r s piétons p r e n n e n t l e d e v a n t , et s ' é l o i g n e n t de l ' a r m é e d'un q u a r t de l i e u e p o u r observer toute c h o s e , et en r e n d r e c o m p t e aussitôt. I l s c a m p e n t tous l e s soirs à une h e u r e de s o l e i l , et se c o u c h e n t a u t o u r d ' u n g r a n d f e u , a y a n t c h a c u n son a r m e a u p r è s de soi. A v a n t q u e de c a m p e r , i l s ont soin d ' e n v o y e r une v i n g t a i n e de g u e r r i e r s à


ET C U R I E U S E S .

17

une demi-lieue aux environs du c a m p , afin d'éviter toute surprise. J a m a i s ils ne posent de sentinelle pendant la nuit ; mais aussitôt qu'ils ont soupe, ils éteignent tous les feux. L e soir le Chef de guerre leur recommande de ne point se livrer a un sommeil profond, et de tenir toujours l e u r s armes en état. On indique un canton où ils doivent se rallier en cas q u ' i l s soient attaqués pendant la n u i t , et mis en déroute. Comme les Chefs de guerre portent toujours avec eux leurs i d o l e s , ou ce q u ' i l s appellent leurs e s p r i t s , b i e n enfermés dans des peaux ; le soir ils les suspendent à une petite perche rougie q u ' i l s plantent de b i a i s , en sorte qu'elle soit penchée du côté des ennemis. L e s g u e r r i e r s , avant que de se c o u c h e r , le casse-tête en m a i n , passent les uns après les autres en dansant devant ces prétendus esprits, et fesant de grandes menaces du côté où sont leurs ennemis. Lorsque le parti de guerre est considérab l e , et qu'il entre sur les terres e n n e m i e s , ils marchent sur cinq ou six colonnes. Ils ont beaucoup d'espions qui vont à la découverte. S'ils s'aperçoivent que l e u r m a r c h e soit c o n n u e , ils prennent ordinairement l e parti de revenir sur leurs pas ; i l n'y a que quelque petite troupe de dix ou de vingt hommes qui se s é p a r e n t , et qui tâchent de surprendre quelques Chasseurs écartés des Villages ; à leur retour i l s chantent les chevelures qu'ils ont enlevées. S'ils ont fait des esclaves, ils les font chanter et danser p e u -


18

LETTRES

ÉDIFIANTES

dant q u e l q u e s jours devant le T e m p l e , a p r è s quoi ils en font présent aux p a r e n s de c e u x qui ont été tués. L e s parens fondent en p l e u r s p e n d a n t cette c é r é m o n i e , et essuyant l e u r s l a r m e s avec les c h e v e l u r e s q u i ont été e n l e vées ; ils se cotisent pour r é c o m p e n s e r les g u e r r i e r s qui ont a m e n é ces e s c l a v e s , dont l e sort est d'être b r û l é s . L e s Natchez, c o m m e toutes l e s autres Nations de la L o u i s i a n e , d i s t i n g u e n t p a r des noms p a r t i c u l i e r s ceux q u i ont tué p l u s ou moins d ' e n n e m i s . C e sont l e s anciens Chefs de g u e r r e q u i d i s t r i b u e n t l e s noms selon l e m é r i t e des g u e r r i e r s . Four m é r i t e r l e titre de g r a n d t u e u r d ' h o m m e s , i l faut avoir fait 1 0 esclaves ou e n l e v é 20 c h e v e l u r e s . Q u a n d on entend l e u r l a n g u e , le n o m du g u e r r i e r fait connaître tous ses e x p l o i t s . C e u x q u i , p o u r la p r e m i è r e f o i s , ont e n l e v é une c h e v e l u r e ou fait un e s c l a v e , ne c o u c h e n t point à l e u r retour avec l e u r s f e m m e s , et ne m a n gent d ' a u c u n e v i a n d e ; i l s ne doivent se n o u r r i r q u e de poissons et de b o u i l l i e . Cette a b s t i n e n c e d u r e six m o i s . S ' i l s m a n q u a i e n t à l'observer, ils s'imagineraient que l'ame de c e l u i q u ' i l s ont tué les ferait m o u r i r p a r s o r t i l é g e , q u ' i l s ne r e m p o r t e r a i e n t p l u s d ' a v a n tage sur l e u r s énnemis, et q u e les m o i n d r e s blessures q u ' i l s recevraient l e u r seraient mortelles. On a un e x t r ê m e soin que l e g r a n d C h e f n'expose point sa vie l o r s q u ' i l va à la g u e r r e . S i sa v a l e u r l ' e m p o r t a i t , et q u ' i l vînt à être t u é , les Chefs d u p a r t i et les autres p r i n -


ET C U R I E U S E S .

19

c i p a u x guerriers seraient mis à mort a l e u r retour ; mais ces sortes d'exécutions sont presque sans e x e m p l e , par les précautions qui se prennent pour le préserver de ce malheur. Cette N a t i o n , c o m m e les a u t r e s , a ses M é decins ; ce sont pour l ' o r d i n a i r e des v i e i l lards q u i , sans étude et sans a u c u n e s c i e n c e , entreprennent de g u é r i r toutes les m a l a d i e s ; i l s ne se servent pour cela ni de s i m p l e s , ni de d r o g u e s ; tout l e u r art consiste en d i v e r ses jongleries ; c ' e s t - à - d i r e , q u ' i l s d a n s e n t , q u ' i l s c h a n t e n t n u i t et j o u r a u t o u r du m a l a d e , et q u ' i l s fument sans cesse en avalant l a fumée du t a b a c . C e s J o n g l e u r s ne m a n gent presque point tout l e temps q u ' i l s sont a p p l i q u é s à la guéridon de l e u r s m a l a d e s ; m a i s l e u r s chants et l e u r s danses sont a c c o m pagnés de contorsions si violentes q u e , b i e n q u ' i l s soient tout n u s , et q u ' i l s doivent souffrir du f r o i d , l e u r b o u c h e est toujours é c u m a n t e . Ils ont un petit p a n i e r où ils conservent ce q u ' i l s a p p e l l e n t l e u r s e s p r i t s , c ' e s t - à - d i r e , d e petites racines de différentes e s p è c e s , des têtes de h i b o u x , de petits p a quets de poil de bêtes f a u v e s , q u e l q u e s dents d ' a n i m a l , de petites pierres ou c a i l l o u x , et d'autres s e m b l a b l e s fariboles. Il paraît q u e , pour r e n d r e la santé à l e u r s m a l a d e s , ils invoquent sans cesse ce q u i est dans l e u r p a n i e r . On en voit q u i ' o n t u n e certaine r a c i n e , l a q u e l l e endort et é t o u r d i t , p a r son o d e u r , les serpens. A p r è s s'être frotté les m a i n s et l e corps de cette r a c i n e ,


20

LETTRES

ÉDIFIANTES

i l s tiennent ces a n i m a u x sans c r a i n d r e leur p i q û r e , q u i est m o r t e l l e . D'autres i n c i s e n t , avec u n e pierre à f u s i l , l a p a r t i e affligée d u m a l a d e , p u i s i l s en sucent tout le sang q u ' i l s p e u v e n t t i r e r ; e t , en l e r e n d a n t ensuite dans un p l a t , i l s c r a c h e n t en m ê m e temps u n petit m o r c e a u de b o i s , de p a i l l e o u de c u i r q u ' i l s avaient c a c h é sous la l a n g u e ; e t , en le fesant r e m a r q u e r a u x p a r e n s du m a l a d e : v o i l à , d i s e n t - i l s , la cause de son m a l . Ces M é d e c i n s se font toujours p a y e r d'avance. S i le m a l a d e g u é r i t , l e u r g a i n est assez c o n s i d é r a b l e : m a i s s'il m e u r t , i l s sont s u r s d'avoir la tête cassée p a r l e s p a r e n s ou p a r les a m i s d u m o r t . C'est à quoi l'on ne m a n q u e j a m a i s , et les p a r e n s m ê m e d e s M é d e c i n s n'y trouvent point à r e d i r e , et n ' e n témoignent a u c u n c h a g r i n . Il en est de m ê m e de q u e l q u e s J o n g l e u r s q u i e n t r e p r e n n e n t de p r o c u r e r de la p l u i e ou du b e a u temps ; ce sont d ' o r d i n a i r e des v i e i l l a r d s f a i n é a n s , q u i , v o u l a n t se s o u s t r a i r e a u travail q u e d e m a n d e n t l a c h a s s e , l a p ê c h e et la c u l t u r e des c a m p a g n e s , e x e r c e n t ce d a n g e r e u x m é t i e r p o u r faire s u b s i s ter l e u r f a m i l l e . Vers l e p r i n t e m p s , la N a t i o n se cotise p o u r a c h e t e r de ces J o n g l e u r s un temps favorable a u x b i e n s de l a t e r r e . Si l a récolte se trouve a b o n d a n t e , i l s g a g n e n t c o n s i d é r a b l e m e n t ; m a i s si e l l e est m a u v a i s e , on s'en p r e n d à e u x , et on l e u r casse l a tête. A i n s i , c e u x q u i s'engagent dans cette p r o f e s s i o n , r i s q u e n t l e tout p o u r l e tout. Du

reste, leur vie est fort oisive

ils n'ont d'au-


ET C U R I E U S E S .

21

tre embarras que de jeûner et de danser avec un chalumeau à la b o u c h e , plein d'eau et percé comme un a r r o s o i r , qu'ils soufflent en l'air du côté des nuages les plus épais ; ils tiennent d'une main le sicicouet, qui est une espèce de h o c h e t , et de l'autre leurs esprits, qu'ils présentent au nuage en poussant des cris affreux, pour l'inviter à crever sur leurs campagnes. S i c'est du beau temps qu'ils demandent, ils ne se servent point de leurs c h a l u m e a u x , mais ils montent sur les toîts de leurs caban e s , et du bras ils font signe au n u a g e , en soufflant de toutes leurs forces , de ne point s'arrêter sur leurs terres, et de passer outre. L o r s q u e le nuage se dissipe à l e u r g r é , ils dansent et chantent autour de leurs e s p r i t s , qu'ils posent proprement sur une espèce d'oreiller : ils redoublent leur j e û n e , et quand le nuage est p a s s é , ils avalent de la fumée de t a b a c , et présentent leurs pipes au Ciel. Quoiqu'on ne fasse point de grâce à ces C h a r l a t a n s , lorsqu'on n'obtient pas ce qu'on d e m a n d e , c e p e n d a n t , le profit qu'ils r e t i rent, q u a n d , par h a s a r d , ils réussissent, est s i g r a n d , qu'on voit un grand nombre de ces Sauvages qui ne craignent pas d'en courir les risques. Il est à observer que celui q u i entreprend de donner de la p l u i e , ne s'engage jamais à donner du beau temps. C'est une autre espèce de Charlatans qui a ce privilége ; et quand on leur en d e m a n d e l a r a i s o n , ils répondent hardiment que leurs


22

LETTRES

ÉDIFIANTES

esprits ne peuvent d o n n e r q u e l ' u n ou l ' a u t r e . L o r s q u ' u n de ces S a u v a g e s m e u r t , ses p a r e n s v i e n n e n t p l e u r e r sa m o r t p e n d a n t u n j o u r e n t i e r ; e n s u i t e on le c o u v r e de ses plus beaux h a b i t s , c ' e s t - à - d i r e , qu'on lui peint l e visage et les c h e v e u x , et q u ' o n l ' o r n e de ses p l u m a g e s , a p r è s quoi on l e porte d a n s l a fosse q u i l u i est p r é p a r é e , en m e t t a n t à ses côtés ses a r m e s , u n e c h a u d i è r e et d e s v i v r e s . P e n dant l'espace d'un m o i s , ses p a r e i l s v o n t , dès lepoint du jour et à l'entrée de la nuit, p l e u r e r p e n d a n t une d e m i - h e u r e sur sa fosse. C h a c u n n o m m e son d e g r é de parenté. S i c'est unpèrede d e f a m i l l e , la f e m m e c r i e mon c h e r mari, a h ! q u e je te regrette ! les enfans c r i e n t : m o n c h e r p è r e ! d ' a u t r e s , mon o n c l e , mon c o u s i n , etc. C e u x q u i sont parens au p r e m i e r d e g i é , c o n t i n u e n t cette c é r é m o n i e p e n d a n t trois m o i s ; i l s se coupent les c h e v e u x en s i g n e de d e u i l ; i l s cessent d e se p e i n d r e l e c o r p s , et ne se trouvent à a u c u n e a s s e m b l é e

d e réjouissance. L o r s q u e q u e l q u e Nation é t r a n g è r e v i e n t t r a i t e r de la p a i x avec les S a u v a g e s Natchez on envoie des c o u r r i e r s p o u r d o n n e r avis d u j o u r et de l ' h e u r e q u ' i l s feront l e u r entrée. L e g r a n d C h e f o r d o n n e a u x M a î t r e s de c é r é m o n i e de p r é p a r e r toutes choses p o u r cette g r a n d e a c t i o n . On c o m m e n c e par n o m m e r ceux q u i doivent n o u r r i r c h a q u e jour l e s é t r a n g e r s ; car ce n'est j a m a i s l e C h e f qui fait cette d é p e n s e ; ce sont toujours ses sujets. On nettoie e n s u i t e les c h e m i n s ; on b a l a i e les c a b a n e s ; on a r r a n g e l e s b a n c s d a n s une g r a n d e h a l l e


ET C U R I E U S E S .

23

qui est sur la butte du grand Chef à côté de sa cabane. Son s i é g e , qui est sur une élévat i o n , est peint et orné ; le bas est garni de grandes nattes. L e jour q u e les Ambassadeurs doivent faire leur e n t r é e , tonte la Nation s'assemble. Les Maîtres de cérémonie font placer les P r i n c e s , les Chefs des Villages et les anciens Chefs de famille près du grand C h e f , sur des bancs particuliers. Q u a n d les Ambassadeurs a r r i v e n t , et q u ' i l s sont à cinq cens pas du grand C h e f , i l s s'arrêtent et chantent l a paix. Cette ambassade est ordinairement de trente hommes et de six femmes. S i x des m i e u x faits, et qui ont les meilleures v o i x , marchent de front ; i l s sont suivis des autres qui chantent p a r e i l l e m e n t , réglant la cadence avec le sicicouet : les six femmes fout le dessus. Q u a n d le Chef l e u r fait dire de s'approc h e r , ils avancent ; ceux qui ont les calumets chantent et dansent avec beaucoup de légéreté, tournant tantôt autour les uns des a u t r e s , et tantôt se présentant en f a c e , mais toujours avec des mouvemens violens et des contorsions extraordinaires. Quand ils sont entrés dans le c e r c l e , ils dansent autour du siége, sur lequel le Chef est assis ; ils le frottent de leurs calumets depuis les pieds jusqu'à la tête ; puis ils vont à reculons retrouver ceux qui sont à leur suite. Alors ils chargent de tabac un de leurs calumets ; et tenant du feu d'une m a i n , ils avancent tous ensemble a u près du Chef, et le font fumer ; i l s poussent


L E T T R E S ÉDIFIANTES 24 l a p r e m i è r e gorgée vers l e C i e l , l a seconde vers l a T e r r e , et les autres autour de l ' h o r i son : après quoi i l s présentent sans c é r é m o n i e l a pipe a u x P r i n c e s et aux autres Chefs. Cette cérémonie étant a c h e v é e , les A m b a s s a d e u r s , en signe d ' a l l i a n c e , vont frotter l e u r s m a i n s sur l'estomac du C h e f , et se frottent e u x - m ê m e s tout l e corps ; p u i s i l s posent l e u r s c a l u m e t s devant l e Chef s u r de petites fourches : celui des Ambassadeurs q u i est c h a r g é p a r t i c u l i è r e m e n t des ordres d e sa N a t i o n , h a r a n g u e pendant une grosse h e u r e . Q u a n d i l a fini, on fait signe a u x étrangers d e s'asseoir sur des bancs rangés près d u g r a n d C h e f , q u i l e u r répond p a r u n d i s cours d'une égale d u r é e . Ensuite l e M a î t r e d e cérémonie a l l u m e u n grand c a l u m e t d e p a i x , et fait f u m e r i e s étrangers q u i avalent l a fumée d u tabac. L e grand Chef l e u r d e m a n d e s'ils sont v e n u s , c ' e s t - à - d i r e , s'ils se portent b i e n . C e u x q u i l'environnent vont l e s uns après l e s autres l e u r faire la m ê m e politesse. Après quoi on les conduit d a n s l a c a b a n e q u ' o n l e u r a p r é p a r é e , et on l e s régale.

L e soir au S o l e i l c o u c h a n t , les A m b a s s a d e u r s , l e c a l u m e t à l a m a i n , vont en c h a n t a n t c h e r c h e r le grand C h e f , et l e c h a r g e a n t s u r leurs é p a u l e s , i l s l e transportent dans l e q u a r t i e r o ù est l e u r cabane. I l s étendent à terre u n e grande peau où ils l e font asseoir. L ' u n d'eux se p l a c e derrière l u i , et posant l e s mains sur ses é p a u l e s , il agite tout son c o r p s , tandis que les a u t r e s assis en rond p a r terre,


ET C U R I E U S E S .

25

t e r r e , chantent l e u r s belles actions. Après cette cérémonie qui se fait soir et malin pendant quatre j o u r s , l e grand Chef retourne dans sa cabane. L o r s q u ' i l rend la dernière visite aux A m b a s s a d e u r s , ceux-ci plantent un poteau au pied duquel ils s'asseyent : L e s Guerriers de la Nation ayant pris leurs plus beaux ajustemens, dansent en frappant le p o t e a u , et racontent a. l e u r tour leurs grands exploits de guerre : ils font ensuite aux A m bassadeurs des p r é s e n s , qui consistent en des c h a u d i è r e s , des h a c h e s , des f u s i l s , de l a p o u d r e , des b a l l e s , etc. L e lendemain de cette dernière c é r é m o n i e , i l est permis aux Ambassadeurs de se promener par-tout le V i l l a g e , ce qu'ils ne pouvaient pas faire auparavant : on l e u r donne alors tous les soirs des spectacles , c ' e s t - à - d i r e , que les hommes et les femmes avec leurs plus belles parures s'assemblent dans la p l a c e , et d a n sent jusques bien avant dans la nuit. Q u a n d ils sont prêts à s'en r e t o u r n e r , les M a î t r e s de cérémonie l e u r font fournir les provisions nécessaires pour l e voyage. Après vous avoir donné une légère idée du génie et des moeurs des Sauvages Natchez, je v a i s , mon R. P . , e n t r e r , comme je vous l ' a i p r o m i s , dans le-détail de leur perfidie et de l e u r trahison. Ce fut le second de Décembre de l'année 1 7 2 9 que nous apprîmes q u ' i l s avaient surpris les F r a n ç a i s , et les avaient presque tous égorgés. Cette triste nouvelle nous fut d'abord apportée par un des h a b i tons qui avait échappé à l e u r fureur : e l l e

Tome

VII.

B


26

LETTRES

ÉDIFIANTES

nous fut confirmée les jours suivans par d ' a u tres F r a n ç a i s fugitifs ; et e n f i n , des femmes F r a n ç a i s e s q u ' i l s avaient faites e s c l a v e s , et qu'on les a forcés de r e n d r e , nous en ont rapporté toutes tes particularités. A u p r e m i e r bruit d'un événement si fun e s t e , l ' a l a r m e et la consternation furent gén é r a l e s dans la Nouvelle Orléans. Q u o i q u e ce c a r n a g e soit arrivé à plus de cent l i e u e s d ' i c i , on eut dit q u ' i l se fut passé sous nos y e u x : c h a c u n p l e u r a i t la perte de son p a r e n t , de son a m i , de ses biens ; tous c r a i g n a i e n t pour l e u r propre vie ; car il y avait l i e u d ' a p p r é h e n d e r q u e la conspiration des S a u v a g e s ne fût u n i verselle. Ce massacre i m p r é v u commença l e l u n d i 28 Octobre vers les neuf heures du m a l i n . Q u e l q u e sujet de mécontentement que les Natchez crurent avoir de Monsieur l e C o m m a n d a n t , et l'arrivée de p l u s i e u r s voitures r i c h e m e n t chargées pour la garnison et pour l e s h a b i t a n s , les déterminèrent «à b r u s q u e r l e u r e n t r e p r i s e , et à faire l e u r coup b i e n p l u t ô t q u ' i l s n'en étaient convenus avec les Nations conjurées. Voici c o m m e n t i l s e x é c u tèrent l e u r projet : d'abord i l s se p a r t a g è rent, et m i r e n t dans le F o r t , dans l e V i l l a g e , et dans les d e u x c o n c e s s i o n s , autant de S a u vages q u ' i l y avait de F i a n ç a i s d a n s c h a c u n d e ces endroits : ensuite feignant de p a r t i r p o u r u n e grande c h a s s e , ils se mirent à traiter avec les Français de f u s i l s , de p o u d r e et de b a l l e s , offrant de les p a y e r c o m p t a n t , et m ê m e p l u s cher q u ' à l ' o r d i n a i r e : et en effet, c o m m e


ET

CURIEUSES.

27

il n'y avait aucune raison de soupçonner l e u r fidélité, on fit au même moment l'échange de leurs poules et de leur m a ï s , avec q u e l ques a r m e s , et des munitions dont ils se servirent avantageusement contre nous. Il est vrai que quelques-uns témoignèrent de la défiance, maison la crut si peu fondée, qu'on les traita de trembleurs qui s'effrayaient de leur ombre. On était bien en garde contre les Tchactas ; mais pour les Natchez, on ne s'en défiait nullement, et ceux-ci enétaient tellement p e r s u a d é s , que c'est ce qui augmenta leur hardiesse : s'étant ainsi postés en différentes maisons avec nos a r m e s , ils attaquérent en même-temps chacun leur homme, et en moins de deux heures ils massacrèrent plus file deux cens Français ; les plus connus sont M. de C h e p a r , Commandant du poste ; M. du C o d è r e , Commandant des Vazous ; M. des U r s i n s , Messieurs de K o l l y , père et fils ; Messieurs de L o n g r a y s , des N o y e r s , B a i l l y , etc. L e P. du Poisson venait de faire les o b sèques de son compagnon le Frère C r u c y , qui était mort presque subitement d'un coup de Soleil : il s'était mis en route pour consulter M. P e r r i e r , et prendre avec lui des mesures propres à faire descendre les Akensas sur le bord du Mississipi pour la commodité des voyageurs. Il arriva chez les Natchez le 26 Novembre, c ' e s t - à - d i r e , deux jours avant le carnage. Le l e n d e m a i n , qui était l e premier dimanche de l'Avent, il dit la Messe paroissiale, et prêcha en l'absence du Curé. B 2


28

LETTRES

ÉDIFIANTES

Il devait retourner l ' a p r è s - m i d i à sa Missiou des Akensas, mais il l u t arrêté par q u e l q u e s m a l a d e s a u x q u e l s il fallait a d m i n i s t r e r les S a c r e m e n s . L e l u n d i , il venait de d i r e l a M e s s e , et de porter l e saint V i a t i q u e à un de ces malades q u ' i l avait confessé la v e i l l e , l o r s q u e le massacre c o m m e n ç a . L e Chef à l a grosse jambe l e prit à brasse c o r p s , et l ' a y a n t jeté p a r t e r r e , il l u i coupa la tète à coups de h a c h e . L e P è r e n e d i t e n tombant que ces p a r o l e s ah mon Dieu ! a h m o n Dieu ! M . du. C o d è r e tirait son épée pour le d é f e n d r e , l o r s q u ' i l fut tué l u i - m ê m e d'un coup de fusil p a r un a u t r e S a u v a g e q u ' i l n'apercevait p a s . C e s barbares n'épargnèrent que deux F r a n ç a i s , un T a i l l e u r et un Charpentier q u i pouvaient les servir dans le besoin : i l s ne m a l traitèrent point les Esclaves Nègres ou S a u vages qui voulurent se rendre ; niais i l s ouvrirent le ventre à toutes les femmes e n c e i n t e s , et i l s égorgèrent presque toutes celles q u i a l l a i t a i e n t des enfans, parce q u ' i l s étaient i m portunés de leurs c r i s et de l e u r s p l e u r s . Ils ne tuèrent point les autres f e m m e s , m a i s i l s en firent l e u r s E s c l a v e s , et les traitèrent de la m a n i è r e la plus i n d i g n e pendant deux ou trois mois q u ' i l s en furent les m a î t r e s . L e s moins malheureuses étaient celles qui savaient c o u d r e , parce qu'on les occupait à faire des c h e m i s e s , des h a b i t s , etc. L e s autres étaient e m p l o y é e s à couper et à c h a r r i e r l e bois pour l a c h a u d i è r e , et à p i l e r le maïs dont se fait l e u r sagamité. M a i s deux choses sur-tout a u g m e n t a i e n t la honte et l a r i g u e u r de l e u r


ET C U R I E U S E S .

29

esclavage : c'était en p r e m i e r l i e n d'avoir p o u r maîtres c e u x - l à m ê m e q u ' e l l e s avaient vu tremper l e u r s m a i n s c r u e l l e s dans l e sang de l e u r s m a r i s ; et en second l i e u , de l e u r entendre d i r e c o n t i n u e l l e m e n t q u e les F r a n çais avaient été traités de la m ê m e m a n i è r e dans tous l e s autres p o s t e s , et que l e p a y s en étaient e n t i è r e m e n t d é l i v r é . Pendant le m a s s a c r e , le grand Chef des Natchez était t r a n q u i l l e m e n t assis sous l e h a n g a r à tabac de la C o m p a g n i e . S e s G u e r r i e r s apportèrent à ses p i e d s la tête d u C o m m a n d a n t a u t o u r de l a q u e l l e i l s rangèrent celles des p r i n c i p a u x F r a n ç a i s du p o s t e , l a i s sant l e u r s cadavres en proie a u x c h i e n s , a u x c a r e n c r o s , et a u x autres oiseaux carnaciers. Q u a n d i l s furent assurés q u ' i l ne restait p l u s a u c u n h o m m e dans l e poste F r a n ç a i s , i l s se mirent à p i l l e r l e s m a i s o n s , l e magasin de la C o m p a g n i e des I n d e s , et toutes l e s voitures qui étaient encore chargées au b o r d de la r i v i è r e . Ils e m p l o y è r e n t l e s Nègres à transporter les m a r c h a n d i s e s ; i l s les p a r t a gèrent e n t r ' e u x à la réserve des m u n i t i o n s de guerre q u ' i l s m i r e n t en sûreté dans u n e c a b a n e p a r t i c u l i è r e . T a n t q u ' i l s eurent de l ' e a u - d e - v i e , dont ils trouvèrent une b o n n e p r o v i s i o n , i l s passèrent les j o u r s et l e s n u i t s à b o i r e , à c h a n t e r , à d a n s e r , à i n s u l t e r de la m a n i è r e la p l u s b a r b a r e a u x cadavres et à la m é m o i r e des F r a n ç a i s ; les Tchactas et les autres S a u v a g e s étant de l e u r c o m p l o t , i l s étaient t r a n q u i l l e s , et ne c r a i g n a i e n t p o i n t q u ' o n se portât à l a vengeance q u e m é r i t a i t B 3


3o

. LETTRES

ÉDIFIANTES

l e u r cruauté et leur perfidie. Une n u i t q u ' i l s étaient plongés dans l'ivresse et dans l e somm e i l , M a d a m e des Noyers voulut se servir des Nègres pour venger la mort de son m a r i et des F r a n ç a i s : m a i s elle fut trahie p a r c e l u i à qui elle confia son d e s s e i n , et il s'en f a l l u t peu qu'on ne la b r û l â t toute vive. Q u e l q u e s F r a n ç a i s se dérobèrent à la f u r e u r des S a u v a g e s en se réfugiant dans les b o i s , où ils souffrirent extrêmement de la faim et des injures du temps. L ' u n d e u x en a r r i vant ici soulagea un peu l ' i n q u i é t u d e où l'on é t a i t , sur l e poste q u e nous occupons chez les Yazous, q u i n'est qu'à q u a r a n t e ou c i n quante lieues a u - d e s s u s des Natchez par e a u , et à 1 5 ou 20 s e u l e m e n t par terre. Nepouvant p l u s résister au froid e x t r ê m e dont il était s a i s i , il sortit du bois à la faveur de la n u i t p o u r a l l e r se réchauffer dans u n e maison F r a n çaise. L o r s q u ' i l en fut p r o c h e , il y entendit des voix de S a u v a g e s , et il d é l i b é r a s'il e n t r e r a i t . Il s'y d é t e r m i n a n é a n m o i n s , a i m a n t encore m i e u x p é r i r de la m a i n de ces b a r b a r e s , que de m o u r i r de faim et de froid. I l fut a g r é a b l e m e n t s u r p r i s l o r s q u ' i l vit c e s S a n vages s'empresser à l u i rendre s e r v i c e , l e c o m b l e r d ' a m i t i é s , le p l a i n d r e , le c o n s o l e r , l u i fournir des v i v r e s , des h a b i t s , et une p i r o g u e p o u r se sauver à la Nouvelle O r l é a n s . C'étaient des Yazous qui revenaient de c h a n ter le c a l u m e t aux Oumas. L e Chef l e c h a r gea de dire à M . P e r r i e r q u ' i l n'y avait r i e n à c r a i n d r e de la part des Yazous, q u ' i l s n e p e r d r a i e n t p a s l ' e s p r i t , c'est-à-dire q u ' i l s d e -


ET C U R I E U S E S .

3l

meureraient toujours attaches aux F r a n ç a i s ; et q u ' i l partirait incessamment avec sa trou p e , pour avertir toutes les pirogues F r a n ç a i s e s qui descendraient l e fleuve, de se tenir sur leurs gardes contre l e s Natchez. Nous crûmes long-temps que les promesses de ce Chef étaient bien s i n c è r e s , et nous ne craignions plus rien de la perfidie I n d i e n n e pour le poste des Yazous. C o n n a i s s e z , mon R. P . , quel est le génie des S a u v a g e s , et si l'on peut se fier à l e u r s p a r o l e s , lors m ê m e qu'elles sont accompagnées des plus grandes démonstrations d ' a m i t i é . A peine furent-ils rendus dans l e u r v i l l a g e , que chargés des présons q u ' i l s reçurent des Natchez, i l s s u i virent leur e x e m p l e , et imitèrent l e u r t r a h i son. S e joignant a u x Corroys, ils convinrent ensemble d'exterminer les F r a n ç a i s : i l s commencèrent par l e P. Soucl leur Missionnaire c o m m u n , qui demeurait au m i l i e u d'eux dans l e u r propre Village. L a fidélité des Ofogoulas, qui étaient alors à la c h a s s e , n'a pas été é b r a n l é e , et ils font maintenant V i l l a g e avec les Tonikas. L e II de D é c e m b r e , le P. S o u e l revenant sur l e soir de visiter le C h e f , et se trouvant dans une r a v i n e , reçut plusieurs coups de f u s i l s , et tomba mort sur la place. L e s S a u vages vinrent fondre aussitôt sur sa cabane pour la p i l l e r . Son Nègre qui fesait toute sa compagnie et toute sa défense, s'arma d'un couteau de bûcheron pour empêcher le p i l l a g e , et blessa même un S a u v a g e . Cette a c tion de zèle l u i coûta la vie. Heureusement B 4


32

LETTRES

ÉDIFIANTES

i l y avait peu de m o i s q u ' i l avait r e ç u le B a p t ê m e , et il m e n a i t une v i e t r è s - c h r e t i e n n e . Ces S a u v a g e s qui j u s q u e s - l à avaient p a r u sensibles à l'affection q u e l e u r portait le M i s s i o n n a i r e , se r e p r o c h è r e n t sa mort dès q u ' i l s furent c a p a b l e s de réflexion ; m a i s revenant à l e u r férocité n a t u r e l l e , i l s p r i r e n t la r é s o l u tion de mettre l e c o m b l e à l e u r c r i m e en d é t r u i s a n t l e poste F r a n ç a i s . « P u i s q u e le C h e f » noir est m o r t , s ' é c r i è r e n t - i l s , c'est c o m m e » si tous les F r a n ç a i s étaient morts ; n'en » épargnons aucun. » Dès l e l e n d e m a i n i l s e x é c u t è r e n t l e u r b a r b a r e projet ; i l s se r e n d i r e n t de g r a n d m a t i n au F o r t q u i n'était é l o i g n é q u e d ' u n e l i e u e . On crut qu'ils voulaient chanter le calumet a u C h e v a l i e r des R o c h e s , q u i c o m m a n d a i t ce poste en l ' a b s e n c e de M . de C o d è r e . I l n ' y avait q u e dix-sept h o m m e s qui ne s o u p ç o n n a i e n t a u c u n e m a u v a i s e volonté de l a p a r t des S a u v a g e s ; i l s furent tous é g o r g é s , et pas u n n ' é c h a p p a à la fureur de ces b a r b a r e s . Ils accordèrent n é a n m o i n s l a vie à q u a t r e femmes et à cinq enfans q u ' i l s y t r o u v è r e n t , et dont i l s firent l e u r s esclaves. U n d e ces Yazous a y a n t d é p o u i l l é l e M i s s i o n n a i r e , se revêtit de ses h a b i t s , et a n n o n ç a bientôt a u x Natchez, q u e sa Nation avait tenu sa p a r o l e , et q u e les F r a n ç a i s é t a b l i s chez e l l e , étaient tous massacrés. On n'en douta p r e s q u e p l u s d a n s cette v i l l e , q u a n d on y a p p r i t ce qui v e n a i t d ' a r r i v e r au P è r e D o u t r e l e a u . C e M i s s i o n n a i r e avait p r i s le temps de l'hivernement des Sauvages pour venir nous


ET C U R I E U S E S .

33

v o i r , afin de régler quelques affaires de sa Mission. Il était parti le premier jour de celte année 1 7 3 0 , et ne croyant pas pouvoir a r r i ver à temps pour dire l a Messe chez l e P. Souel dont il ignorait la d e s t i n é e , il prit l e parti de la dire auprès de l'embouchure de la petite rivière des Yazous, où il avait cabané. Comme il se préparait à une si sainte a c t i o n , on vit aborder une pirogue de S a u v a ges ; on l e u r demanda de quelle Nation i l s étaient : Yazous, camarades des F r a n ç a i s , r é p o n d i r e n t - i l s , en fesant m i l l e amitiés a u x voyageurs qui accompagnaient les M i s s i o n n a i r e s , et en l e u r présentant des vivres. P e n d a n t q u e l e Père dressait son a u t e l , il passa une compagnie d'outardes sur l a q u e l l e les v o y a geurs déchargèrent les deux seuls fusils q u ' i l s e u s s e n t , sans penser à les r e c h a r g e r , parce qu'on allait commencer la Messe. L e s S a u v a ges le remarquèrent ; i l s se mirent derrière les v o y a g e u r s , comme s'ils avaient dessein d'entendre la M e s s e , q u o i q u ' i l s ne fussent pas Chrétiens. A u temps que l e P è r e disait l e Kyrie eleison, les Sauvages firent l e u r décharge. L e Missionnaire se sentant blessé au bras d r o i t , et voyant un des voyageurs tué à ses p i e d s , et les quatre autres en f u i t e , se m i t à genoux pour recevoir l e dernier coup de l a mort q u ' i l regardait comme certaine. Dans cette posture il essuya deux ou trois décharges. Q u o i q u e les Sauvages tirassent sur l u i presque à bout portant, i l s ne l u i firent point B 5


34

LETTRES

ÉDIFIANTES

de nouvelles blessures. S e voyant clone Comme m i r a c u l e u s e m e n t échappé à tant de coups mortels, il prit la fuite ayant encore ses habits s a c e r d o t a u x , et sans autre défense q u ' u n e grande confiance en Dieu dont il venait d'éprouver la protection toute p a r t i c u l i è r e . Il se jeta h l'eau ; ayant avancé q u e l q u e s p a s , i l saisit la pirogue dans l a q u e l l e s'enfuyaient d e u x des v o y a g e u r s , qui l e croyaient mort de tous les coups q u ' i l s avaient entendu tirer sur l u i . En montant dans la p i r o g u e , et tonrnant la tête p o u r v o i r si on ne le suivait pas de trop p r è s , il reçut dans la bouche un coup de plomb à o u t a r d e s , la plupart des grains s'applatirent contre ses d e n t s , q u e l q u e s - u n s entrèrent dans les g e n c i v e s e t y restèrent l o n g temps ; j ' y en ai vu deux moi-même. L e P è r e D o u t r e l e a u , tout blessé q u ' i l é t a i t , se chargea de gouverner la p i r o g u e , et ses d e u x compagnons se m i r e n t à r a m e r . M a l h e u r e u sement l'un d'eux avait eu en partant l a cuisse cassée d'un coup de f u s i l , dont il est d e m e u r é estropié. Vous jugez b i e n , mon R é v é r e n d P è r e , q u e le M i s s i o n n a i r e et ses compagnons ne pensèrent plus à remonter la rivière ; i l s d e s c e n dirent l e Mississipi le plus vite q u ' i l s p u r e n t , et perdirent enfin de vue la pirogue de l e u r s e n n e m i s , qui les avaient poursuivis p e n d a n t p l u s d'une h e u r e , en fesant un feu c o n t i n u e l sur e u x . et qui se vantèrent au V i l l a g e de l e s avoir tués. L e s deux r a m e u r s furent souvent tentés de se rendre ; m a i s encouragés par l e M i s s i o n n a i r e , i l s firent p e u r à leur tour a u x


ET C U R I E U S E S .

35

Sauvages. U n e v i e i l l e arme q u i n'était point c h a r g é e , ni en état de l ' ê t r e , q u ' i l s l e u r m o n trèrent de temps-en-temps, leur fit faire s o u veut l e plongeon dans l e u r p i r o g u e , et l e s obligea enfin de se retirer. Dès q u ' i l s se virent débarrassés de l e u r s e n n e m i s , i l s pansèrent leurs plaies comme i l s p u r e n t , et jetant dans l e fleuve tout ce q u ' i l s avaient dans l e u r s p i r o g u e s , pour s'éloigner p l u s aisément de cette rive m e u r t r i è r e , i l s ne conservèrent que q u e l q u e s morceaux de l a r d cru pour l e u r n o u r r i t u r e . L e u r dessein était de s'arrêter en passant a u x Natchez ; m a i s ayant aperçu l e s m a i sons françaises ou abattues ou b r û l é e s , ils ne jugèrent pas à propos d'écouter les c o m p l i mens des S a u v a g e s , qui du bord du fleuve les invitaient à mettre p i e d à terre : i l s g a g n è rent au plus vite le l a r g e , et p a r - l à i l s é v i t è rent les coups qu'on tirainutilement sur e u x . L'est alors q u ' i l s commencèrent à se défier de toutes ces Nations s a u v a g e s , et q u ' i l s résol u r e n t de n'approcher de la terre quà l a N o u velle O r l é a n s , et m ê m e , supposé que ces barbares s'en fussent rendus les m a î t r e s , d e dériver j u s q u ' à la B a l i z e , où i l s espéraient trouver q u e l q u e vaisseau français à portée de r e c u e i l l i r les débris de la C o l o n i e . En passant d e v i n t les Tonikas, i l s s ' é l o i gnèrent le p l u s q u ' i l s purent de l e u r bord ; m a i s i l s furent d é c o u v e r t s , et une pirogue qu'on avait dépêchée pour les r e c o n n a î t r e , ne fut pas l o n g - t e m p s sans l e s approcher. L e u r crainte et l e u r défiance se r e n o u v e l l è B 6


36

LETTRES

ÉDIFIANTES

r e n t , et ils ne prirent l e parti de s ' a r r ê t e r , q u e q u a n d i l s s'aperçurent qu'on p a r l a i t fort bien français dans cette pirogue ; alors i l s revinrent de l e u r f r a y e u r , et dans l ' a b a t t e m e n t où ils é t a i e n t , i l s furent bien consol é s de pouvoir mettre p i e d à terre. I l s y trouvèrent la petite armée française q u i se form a i t , des Officiers compatissanset tout-à-fait g r a c i e u x , un C h i r u r g i e n et des rafraîchissem e n s : i l s se refirent un peu après tant de d a n g e r s et de m i s è r e s , et ils profitèrent dès l e l e n d e m a i n d'une pirogue qu'on équipait pour

l a Nouvelle

Orléans.

J e ne puis vous e x p r i m e r , mon R é v é r e n d P è r e , quel fut mon s a i s i s s e m e n t , q u a n d j e v i s l e Père Doutreleau l e bras en é c h a r p e , a r r i v e r de plus de quatre cens l i e u e s , n ' a y a n t q u e sa soutane q u i ne fut point d'emprunt. M a surprise a u g m e n t a au récit de ses avent u r e s ; je le m i s aussitôt entre les m a i n s du frère P a r i s e l , q u i visita ses p l a i e s , et q u i l e s a pansées avec un grand soin et un p r o m p t succès. L e M i s s i o n n a i r e n'était point encore e n t i è r e m e n t guéri de ses b l e s s u r e s , q u ' i l partit p o u r a l l e r servir d ' A u m ô n i e r à l'armée F r a n çaise ; comme i l l'avait promis à Messieurs l e s Officiers qui l ' e n avaient p r i é . Il partagea avec e u x les fatigues du siège de Natchez, et i l y donna de nouvelles preuves de son z è l e , de sa s a g e s s e , et de son courage. A son retour d e , Natchez, i l vint se délasser ici pendant s i x s e m a i n e s , q u ' i l trouva b i e n longues, et qui me p a r u r e n t bien cour-


ET C U R I E U S E S .

37

tes. Il était dans l'impatience de retourner à sa chère Mission ; m a i s il me fallut l ' é q u i per généralement de tout ce qui est nécessaire à un M i s s i o n n a i r e , et il fut obligé d'attendre le convoi pour les I l l i n o i s . L e s risques qu'on courait sur le fleuve durant ce soulèvement des S a u v a g e s , portèrent M. le Commandant à défendre aux voyageurs d ' a l ler par bandes séparées. Il partit he 16 Avril avec plusieurs autres en assez grand n o m b r e , pour n'avoir rien à craindre des ennemis. J ' a p p r i s en effet qu'ils s'étaient rendus a u dessus des Akensas, sans q u ' i l leur fût arrivé aucun accident. L e plaisir de voir le Père Doutreleau pour la première f o i s , et de l e voir échappé à tant de p é r i l s , fut bien troublé par la vive douleur que je ressentais de la perte de deux M i s s i o n n a i r e s , dont vous connaissiez aussibien que moi le mérite. Vous savez qu'à u n très-aimable c a r a c t è r e , i l s joignaient les qualités propres des hommes apostoliques ; qu'ils étaient très-affectionnés à l e u r M i s sion ; qu'ils parlaient déjà assez bien la l a n gue des Sauvages ; que leurs premiers travaux produisaient de grands f r u i t s , et en auraient produit bien d ' a u t r e s , puisque l'un et l'autre n'avaient guères que trente-cinq à trente-six ans. Cette perte qui m'occupe u n i q u e m e n t , ne me permet pas même de penser à la perte que nous avons faite de leurs Nègres et de leurs effets, quoiqu'elle dérange bien une Mission qui ne fait que de n a î t r e , et qui est dans des besoins


38

LETTRES

ÉDIFIANTES

que vous connaissez m i e u x que personne. A u r e s t e , il n'est rien arrivé à ces d e u x excellens Missionnaires que nous p l e u r o n s , à quoi ils ne se fussent p r é p a r é s , l o r s q u ' i l s Se consacrèrent aux Missions des Sauvages de cette Colonie. Cette seule d i s p o s i t i o n , i n d é p e n d a m m e n t de tout le r e s t e , a mis sans doute une grande différence aux y e u x de Dieu entre l e u r mort et celle de tant d ' a u t r e s , qui ont été les martyrs du nom F r a n çais. Aussi suis-je bien persuadé que l a crainte d'un sort s e m b l a b l e ne r a l l e n t i r a point le zèle de ceux de nos pères qui a u raient la pensée de nous s u i v r e , et ne détournera pas nos S u p é r i e u r s de se rendre a u x Saints desirs q u ' i l s auront de venir partager nos travaux. Connaissant comme vous f a i t e s , mon R é v é r e n d P è r e , la v i g i l a n c e et les vues de M . notre C o m m a n d a n t , vous jugez b i e n q u ' i l ne s'est pas endormi dans les tristes conjonctures où nous nous trouvions. On peut dire sans flatterie q u ' i l s'est surpassé l u i - m ê m e par les mouvemens continuels q u ' i l s'est d o n n é s , et par les sages mesures q u ' i l a prises pour venger l e sang F r a n ç a i s , et p o u r prévenir les m a l h e u r s dont presque tous les postes de la Colonie étaient menacés. Aussitôt q u ' i l eut appris l'irruption i m p r é vue des Sauvages Natchez, il en fit porter l a nouvelle dans tous les p o s t e s , et j u s q u ' a u x I l l i n o i s , non par la voie directe et ordinaire du fleuve, qui était f e r m é e , mais d'un côté

par les Natchitoches et les Akensas ; et de


ET C U R I E U S E S .

39

l'autre par la mobile et les Tchicachas ; i l invita les voisins nos a l l i é s , et p a r t i c u l i è r e ment les Tchactas, à venger cette perfidie ; il fournit d'armes et de munitions toutes les maisons de la Ville et des habitations ; il fit monter deux vaisseaux ; s a v o i r , le Duc de Bourbon et l ' A l e x a n d r e , vers les Tonikas. Ces vaisseaux emient comme deux bonnes forteresses contre les insultes des S a u v a g e s , et en cas d ' a t t a q u e , deux asiles assurés pour les femmes et pour les enfans : il fit faire un fossé d'enceinte autour de la V i l l e , et il plaça des corps-de-garde à ses quatre extrémités ; il forma pour sa défense p l u s i e u r s compagnies de m i l i c e b o u r g e o i s e , qui continuent de monter la garde tous les soirs. Comme i l y avait plus à craindre dans les concessions et les habitations que dans la V i l l e , on s'y est fortifié avec plus de soin : il y a de bons forts aux Chapitoulas, aux

Cannes brûlées, aux Allemands, goulas, et à la Pointe coupée.

aux Baya-

D'abord M. notre Commandant n'écoutant que son c o u r a g e , prit le dessein de se mettre à la tête des t r o u p e s , mais on l u i représenta qu'il ne devait point quitter l a Nouvelle Orléans où sa présence était absolument nécessaire ; q u ' i l y avait à craindre qu'il ne prît envie aux Tchactas de tomber sur la V i l l e , si elle était dégarnie de t r o u p e s , et que les N è g r e s , pour s'affranchir du l'esclavage, ne se joignissent à e u x , ainsi que quelques-uns s'étaient joints aux Natchez. D'ailleurs il pouvait être Iran-


4o

LETTRES

ÉDIFIANTES

q u i l l e sur l a conduite des t r o u p e s , M . LE C h e v a l i e r de L o u h o i s , dont i l connaissait l'expérience et la b r a v o u r e , ayant été c h a r g é de les commander. P e n d a n t que notre petite armée se r e n d a i t aux Tonikas, sept cens Tchactas ramassés et conduits par M . le S u e u r , m a r c h a i e n t vers les Natchez ; on fut informé par un parti de l e u r s g e n s , q u e ces S a u v a g e s n'étaient n u l l e m e n t sur l e u r s g a r d e s , et q u ' i l s passaient toutes les nuits à danser. L e s Tchactas les s u r p r i r e n t , et vinrent fondre sur e u x l e 27 J a n v i e r à la pointe du jour ; en moins de trois heures i l s délivrèrent 59 p e r s o n n e s , tant femmes q u ' e n f a n s , avec l e T a i l l e u r et l e C h a r p e n t i e r , et 106 Nègres ou Négresses avec l e u r s enfans ; i l s firent 18 Natchez e s c l a v e s , et enlevèrent 60 chevelures ; i l s en a u r a i e n t enlevé d a v a n t a g e , s'ils ne s'étaient pas attachés h d é l i v r e r les e s c l a v e s , c o m m e on l e l e u r avait r e c o m m a n d é . I l s n ' e u r e n t q u e d e u x h o m m e s de t u é s , et sept ou h u i t de blessés. Ils se campèrent avec l e u r prise à la concession de S a i n t e - C a t h e r i n e , d a n s u n s i m p l e parc fermé de p i e u x . L a victoire eût été c o m p l e t t e , s'ils eussent attendu l ' a r m é e F r a n ç a i s e , ainsi qu'on en était c o n venu avec l e u r s Députés. L e s Natchez se voyant attaqués p a r les formidables Tchactas, regardèrent l e u r d é faite comme certaine ; i l s se renfermèrent dans d e u x forts, et passèrent les n u i t s s u i vantes à danser l e u r danse de mort. Dans l e u r s h a r a n g u e s on les entendait reprocher


ET CURIEUSES.

41

aux Tchactas leur perfidie, de ce qu'ils s'étaient déclarés en faveur des F r a n ç a i s , contre la parole qu'ils leur avaient donnée de s'unir à eux pour les détruire. Trois jours avant cette a c t i o n , le sieur Mesplex arriva aux Natchez avec cinq autres Français : ils s'étaient offerts à M. de L o n b o i s , pour aller leur porter des paroles de p a i x , afin de pouvoir sous ce prétexte s'informer de leurs forces et de leur situation présente. En descendant de la b a r q u e , ils rencontrèrent un p a r t i , q u i , sans l e u r donner le temps de p a r l e r , leur tua trois homm e s , et fit les trois autres prisonniers. Le lendemain ils renvoyèrent un de ces prisonniers avec une l e t t r e , par laquelle i l s demandaient pour otage le sieur Broutin, qui avait autrefois commandé chez e u x , et le chef des Tonikas : de plus ils exigeaient pour l a rançon des femmes, des enfins et des esclaves deux cens f u s i l s , deux cens barrils de p o u d r e , deux cens barrils de b a l l e s , deux m i l l e pierres à f u s i l , deux cens c o u t e a u x , deux cens h a c h e s , deux cens p i o c h e s , vingt quarts d ' e a u - d e - v i e , vingt barriques de v i n , vingt barrils de v e r m i l l o n , deux cens c h e m i s e s , vingt pièces de l i m b o u r g , vingt p i è ces de t o i l e , vingt habits galonnés sur les c o u t u r e s , vingt chapeaux bordés avec des p l u m e t s , et cent habits plus simples. L e u r dessein était d'égorger les Français qui apporteraient ces marchandises. Dès le même jour ils brûlèrent avec la dernière inhumanité l e sieur Mesplex et son compagnon.


42

LETTRES

ÉDIFIANTES

Le 8 Février, les Français avec les Tonikas, et quelques autres petites Nations qui sont vers le bas du M i s s i s s i p i , arrivèrent aux Natchez. Ils s'emparèrent de l e u r T e m p l e dédié au S o l e i l . L ' i m p a t i e n c e et l'indocilité des Tchactas, l e s q u e l s , comme presque tous les S a u v a g e s , ne sont capables que d'un coup de m a i n , et ensuite se retirent ; le trop petit nombre d e soldats F r a n ç a i s qui se trouvèrent accablés de fatigues ; l e m a n q u e de vivres que l e s Sauvages volaient aux F r a n ç a i s 5 l e défaut d e m u n i t i o n s dont on ne pouvait rassasier les Tchactas, qui en dépensaient une partie i n u t i l e m e n t , et qui mettaient l'autre en r é serve pour la chasse ; la résistance des Natchez q u i s'étaient bien fortifiés, et qui se battaient en désespérés ; tout cela d é t e r m i n a à écouter les propositions que firent les assiégés après sept jours de tranchée ouverte. Ils m e n a ç a i e n t , si nous persistions dans l e s i è g e , de b r û l e r ce qui l e u r restait de F r a n ç a i s , et i l s s'offrirent de les r e n d r e , si nous voulions retirer nos sept pièces de c a n o n s , q u i , d a n s le fond, faute d'un bon c a n o n n i e r , et dans les circonstances p r é s e n t e s , n'étaient guère propres qu'à l e u r faire peur. L e s propositions furent acceptées et a c complies d é p a r t et d'autre. L e 25 F é v r i e r , les assiégés remirent fidèlement tout ce q u ' i l s avaient p r o m i s , et les assiégeans se r e t i r è rent avec leurs canons dans un petit fort qu'on éleva promptement sur l'Escôre auprès du fleuve, pour inquiéter toujours l e s Nat-


ET C U R I E U S E S .

43

chez, et pour assurer le passage aux voyageurs. M . Perrier en donna le commandement à M . Dartaguette, pour reconnaître l'intrépidité avec l a q u e l l e , durant le s i è g e , il s'exposait aux plus grands d a n g e r s , et b r a vait par-tout la mort. Avant que les Tchactas se déterminassent à donner sur les Natchez, ils étaient allés chez eux porter l e calumet. Ils y furent reçus d'une manière assez nouvelle : i l s les t r o u v è r e n t , eux et l e u r s c h e v a u x , parés de chasubles et de devants d'autel : plusieurs p o r taient à leur cou des p a t è n e s , buvaient et donnaient à boire de l'eau-de-vie dans des calices et des ciboires. L e s Tchactas e u x m ê m e s , quand i l s eurent pillé nos e n n e m i s , renouvelèrent celte profanation s a c r i l é g e , en fesant dans leurs danses et dans leurs jeux l e même usage de nos ornemens et de nos vases sacrés. On n'en a pu retirer q u ' u n e petite partie. L a plupart de leurs chefs sont venus ici pour se faire p a y e r des chevelures q u ' i l s ont e n l e v é e s , et des F r a n ç a i s ou des Nègres q u ' i l s ont délivrés. Ils nous ont fait acheter bien cher leurs petits s e r v i c e s , et ne donnent guère envie de les employer dans l a s u i t e , d'autant p l u s q u ' i l s ont paru beaucoup moins braves que les petites N a t i o n s , dont ils ne se font redouter que par l e u r grand nombre. L e s maladies diminuent tous les ans cette N a t i o n , qui est maintenant réduite à trois ou quatre m i l l e guerriers. Depuis q u e ces Sauvages ont fait connaître ici l e u r caract è r e , on ne peut plus les souffrir : i l s sont


44

LETTRES

ÉDIFIANTES

insolens, féroces, dégoûtans, importuns et insatiables. On plaint et on admire tout-àla-fois nos M i s s i o n n a i r e s , de renoncer à toute s o c i é t é , pour n'avoir que celle de ces Barbares. J'ai renouvelé connaissance avec Paatlako un des c h e f s , et avec un grand nombre d'autres Tchactas. Ils m'ont rendu b e a u coup de visites intéressées, et m'ont souvent répété à-peu-près le même compliment qu'ils me firent il y a plus d'un a n , lorsque je les quittai. « Nos coeurs et ceux de nos enfans » p l e u r e n t , m'ont-ils d i t , depuis que nous » ne te voyons plus ; tu commençais à avoir » de l'esprit comme nous ; tu nous enten» d a i s , et nous t'entendions ; tu nous a i m e s , » et nous t'aimons ; pourquoi nous as-tu » quittés? Que ne reviens-tu ? Allons, v i e n s » t-en avec nous. » Vous s a v e z , mon R é v é rend P è r e , que je ne pouvais répondre à leurs désirs : ainsi je leur dis simplement que je les irai rejoindre dès que je le pourrai ; qu'après tout je ne suis ici que de c o r p s , et que mon cœur est demeuré chez eux : « cela est b o n , repartit un de ces S a u v a g e s , » mais cependant ton cœur ne nous dit r i e n , » il ne nous donne rien. » C'est toujours l à qu'ils en reviennent ; ils ne nous a i m e n t , et ne nous trouvent de l'esprit qu'autant que nous leur donnons. Il est vrai que Paatlako a combattu avec beaucoup de valeur contre les Natchez ; i l y a même reçu un coup de fusil dans les reins : pour le consoler de sa blessure on l'a


ET CURIEUSES.

45

reçu avec p l u s d'estime et d'amitié que les autres. A peine s'est-il vu dans son V i l l a g e , qu'enflé de ces légères marques de d i s t i n c t i o n , il a dit au Père B a u d o u i n , que toute l a Nouvelle Orléans avait été dans d'étranges a l l a r m e s au sujet de sa m a l a d i e , et q u e M . Perrier a informé le Roi de sa bravoure et des grands services q u ' i l a rendus dans la dernière expédition. A ces t r a i t s , je reconnais le génie de cette Nation ; c'est la p r é somption et la vanité m ê m e . On a abandonné aux Tchactas trois Nègres des plus m u t i n s , et qui s'étaient déclarés l e p l u s pour les Natchez ; ils les ont b r û l é s vifs avec une cruauté q u i a inspiré à tous les Nègres une nouvelle h o r r e u r des Sauvages : il en peut résulter un bien pour la sûreté de la Colonie. L e s Tonikas et les autres petites Nations ont remporté de nouveaux avantages sur les Natchez, et y ont fait p l u sieurs prisonniers : i l s ont b r û l é trois femmes et quatre h o m m e s , après leur avoir enlevé l a chevelure. On dit que le peuple commence à s'accoutumer à un spectacle si b a r b a r e . On ne put s'empêcher d'être a t t e n d r i , lorsqu'on vit arriver en cette V i l l e les femmes F r a n ç a i s e s , que les Natchez avaient fait l e u r s esclaves : les misères q u ' e l l e s ont souffertes étaient peintes sur l e u r s visages : c e p e n dant il paraît qu'elles les ont bientôt oubliées ; d u - m o i n s plusieurs d'entr'elles se sont fort pressées de se r e m a r i e r , et on assure qu'il y a eu de grandes démonstrations de j o i e à l e u r s noces.


46

LETTRES

ÉDIFIANTES

L e s petites filles q u e nul des h a b i t a n s n ' a voulu a d o p t e r , ont grossi le troupeau i n t é ressant des o r p h e l i n e s q u e les Religieuses élèvent. L e grand nombre de ces enfans ne sert q u ' à a u g m e n t e r l e u r c h a r i t é et l e u r s attentions. On l e u r a fait u n e classe s é p a r é e , et on l e u r a donné d e u x maîtresses p a r t i c u lières. Il n'y en a pas u n e de cette sainte C o m m u n a u t é , qui ne soit c h a r m é e d'avoir passé l e s m e r s , ne d û t - e l l e faire ici d ' a u t r e b i e n q u e celui de conserver ces enfans d a n s l ' i n n o c e n c e , et de donner u n e é d u c a t i o n p o l i e et c h r é t i e n n e à de j e u n e s F r a n ç a i s e s q u i r i s q u a i e n t de n'être g u è r e s m i e u x élevées q u e d e s esclaves. On fait espérer à ces saintes f i l l e s , q u ' a v a n t la fin de l'année e l l e s o c c u p e r o n t la maison neuve qu'on l e u r d e s t i n e , et après l a q u e l l e elles soupirent d e p u i s longtemps. Q u a n d e l l e s y seront u n e fois l o g é e s , a l ' i n s t r u c t i o n des p e n s i o n n a i r e s , d e s o r p h e l i n e s , des filles d u dehors et des N é g r e s s e s , e l l e s ajouteront encore l e soin des m a l a d e s d e l ' h ô p i t a l , et d ' u n e maison de refuge p o u r l e s femmes d e vertu suspecte : p e u t - être m ê m e q u e , dans la s u i t e , elles p o u r r o n t a i d e r à donner r é g u l i è r e m e n t c h a q u e année l a retraite à un g r a n d n o m b r e d e d a m e s , selon le goût q u e nous l e u r en avons i n s p i r é . T a n t d'oeuvres de c h a r i t é suffiraient p o u r occuper en F r a n c e p l u s i e u r s c o m m u n a u t é s et des instituts différens. Q u e ne peut point u n grand zèle ! Ces divers travaux n ' é t o n -


ET

CURIEUSES.

47

nent point sept I n s u l i n e s , et elles comptent de les soutenir avec la grâce de D i e u , sans que l'observance religieuse en souffre. Pour moi je crains fort q u e , s'il ne leur vient pas du s e c o u r s , elles ne succombent sous le poids de tant de fatigues. Ceux q u i , avant que de les connaître, disaient qu'elles venaient trop tôt, et en trop grand nombre, ont bien changé de sentimeus et de langage : lémoins de leur conduite é d i f i a n t e , et des grands services qu'elles rendent à la C o l o n i e , i l s trouvent qu'elles sont venues trop t a r d , et q u ' i l n'en saurait trop venir de la même vertu et du même mérite. L e s Tchikachas, Nation b r a v e , mais perfide , et peu connue des F r a n ç a i s , ont taché de débaucher la Nation Illinoise : ils ont même sondé quelques p a r t i c u l i e r s , pour voir s'ils ne pourraient pas l'attirer au parti des Sauvages ennemis de notre Nation. L e s Illinois l e u r ont répondu qu'ils sont presque tous de la prière ( c ' e s t - a - d i r e , selon l e u r manière de s'exprimer, qu'ils sont C h i é tiens ) , et q u e , d ' a i l l e u r s , ils sont i n v i o lablement attachés aux F i a n ç a i s , par les alliances que plusieurs de leur Nation ont contractées avec e u x , en épousant l e u r s filles. « Nous nous mettrons toujours, ajoutè» r e u t - i l s , au-devant des ennemis des F r a n » cais ; il faudra nous passer sur le ventre » pour aller à e u x , et nous frapper nous» mêmes au cœur avant que de leur porter » un seul coup » .


48

L E T T R E s ÉDIFIANTES

L e u r conduite s'est soutenue et n'a point démenti l e u r s paroles. A la p r e m i è r e n o u -

velle de la guerre des Natchez et des Yazous, i l s sont venus ici pleurer les Robes noires ( I ) et les F r a n ç a i s , et offrir les services de l e u r Nation à M . P e r r i e r , pour venger l a mort des F r a n ç a i s . J e m e trouvai au g o u v e r n e m e n t à l e u r a r r i v é e , et je fus c h a r m é des h a r a n g u e s q u ' i l s firent. Chikagou, q u e vous avez vu à P a r i s , était à l a tête des Mitchi-

gamias; et Mamantouensa, Kaskakias.

à l a tête des

Chikagou p a r l a l e p r e m i e r . Il étendit d a n s la salle un tapis de peau de b i c h e , b o r d é de p o r c - é p i c , sur l e q u e l il m i t d e u x c a l u m e t s , avec divers agrémens s a u v a g e s , q u ' i l accompagna d'un présent à l ' o r d i n a i r e . « V o i l à , d i t - i l , en montrant ces d e u x c a l u » m e t s , deux paroles q u e nous t'apportons ; » l ' u n e de R e l i g i o n , et l'autre de p a i x o u » d e g u e r r e , selon q u e tu l'ordonneras. » Nous écoutons avec respect les G o m m a n » d a n s , p a r c e q u ' i l s nous portent l a parole » d u R o i notre Père ; et p l u s encore les » R o b e s n o i r e s , parce q u ' i l s nous portent » l a parole d e Dieu m ê m e , q u i est l e R o i » d e s Rois. Nous sommes venus de b i e n loin » p l e u r e r avec toi la mort des F r a n ç a i s , et » t'offrir nos G u e r r i e r s pour frapper sur l e s » Nations e n n e m i e s que tu voudras nous » m a r q u e r . T u n'as q u ' à p a r l e r . Q u a n d je » passai en F r a n c e , l e R o i me promit sa (I) C'est ainsi qu'ils nomment les Missionnaires.

» protection


49

ET CURIEUSES.

» protection pour la P r i è r e , et me recora» manda de ne la quitter jamais : je m'en » souviendrai toujours. Accorde-nous aussi » ta protection pour nous et pour nos Robes » noires » . Il exposa ensuite les sentimens édifians dont il était pénétré sur la R e l i g i o n , que l'Interprète Baillarjon nous fit à demientendre en très-mauvais Français. Mamantouensa parla ensuite ; sa harangue était laconique, et d'un style bien différent de celui des Sauvages, qui répètent cent lois la même chose dans le même discours. « Voilà, d i t - i l , en adressant la parole à » M . Perrier, deux jeunes esclaves Padou» kas, quelque pelleteries, et d'autres baga» telles ; c'est un petit présent que je te fais ; » mon dessein n'est pas de l'engager à m'en » faire un plus grand : tout ce que je te » demande, c'est ton cœur et ta protection ; » j ' e n suis plus jaloux que de toutes les mar» chandises du monde ; et quand je te la » demande, c'est uniquement pour la Prière. » Mes sentimens sur la guerre sont les mêmes » que ceux de Chikagou, qui vient de parler : » vainement répéterais-je ce que tu viens » d'entendre » . Un autre vieux Chef, qui avait l ' a i r d'un ancien Patriarche, se leva aussi : il se contenta de dire qu'il voulait mourir., comme i l avait toujours v é c u , dans la Prière. « L a » dernière parole, ajouta-t-il, que nous ont » dite nos Pères, étant sur le point de rendre » le dernier soupir, c'est d'être toujours atta» chés à la P r i è r e , et qu'il n'y a point d'au-

Tome

VII.

C


5o

LETTRES

ÉDIFIANTES

» tre m o y e n d'être h e u r e u x en cette v i e , e t » b i e n p l u s encore dans l'autre après l a » mort » . M . P e r r i e r , qui a de grands sentimens d e R e l i g i o n , écoutait avec u n sensible p l a i s i r ces h a r a n g u e s sauvages : i l s'abandonna aux, m o u v e m e n s de son c œ u r , sans avoir besoin de r e c o u r i r a u x détours et a u x d é g u i s e m e n s q u i sont souvent nécessaires q u a n d on traite avec le c o m m u n des S a u v a g e s . A c h a q u e h a r a n g u e , il lit une réponse t e l l e q u e ces b o n s C h r é t i e n s pouvaient la souhaiter : il l e s r e m e r c i a de l e u r s offres de service p o u r l a g u e r r e , étant assez forts contre l e s e n n e m i s q u i occupent l e bas du fleuve ; m a i s il l e s avertit de se tenir sur l e u r s gardes , et d e p r e n d r e notre défense contre ceux q u i h a b i tent le h a u t d u m ê m e fleuve. On se défie toujours des S a u v a g e s appelés Renards, q u o i q u ' i l s n'osent plus r i e n e n t r e p r e n d r e , d e p u i s que le P è r e G u i g n a s a d é t a c h é de l e u r parti les Nations des Kikapoux et des Maskoutins. Vous s a v e z , mon R é v é r e n d P è r e , qu'étant eu C a n a d a , i l eut l e c o u r a g e de pénétrer jusques chez l e s Sioux, S a u v a g e s errans vers la source du M i s s i s s i p i , à environ h u i t cens l i e u e s de la Nouvelle Orléans, et à six cens l i e u e s de Q u e b e c . O b l i g é d ' a b a n d o n n e r cette Mission n a i s s a n t e , par l e m a u v a i s succès q u ' a v a i t e u l ' e n t r e p r i s e contre les Renards, il descendit l e fleuve pour se rendre aux I l l i n o i s . L e 15 Octobre de l'année 1 7 2 8 , i l fut arrêté à m i -

che min p a r les Kikapoux

et les

Maskoutins.


ET

51

CURIEUSES.

Pendant cinq mois qu'il fut captif chez ces S a u v a g e s , il eut beaucoup à souffrir et tout à craindre. Il v i t le m o m e n t où il allait être b r û l é v i f , et il se préparait à finir sa vie dans cet h o r r i b l e t o u r m e n t , lorsqu'il fut adopté par un v i e i l l a r d , dont la famille lui sauva la v i e , et lui procura la liberté. Nos M i s s i o n n a i r e s , qui étaient chez les I l l i n o i s , ne furent pas plutôt instruits de sa triste s i t u a t i o n , qu'ils lui p r o c u r è r e n t tous les adoucissemens qu'ils p u r e n t . T o u t ce qu'il r e ç u t , il l'employa à gagner les Sauvages : il y r é u s s i t , jusqu'à les engager même à le c o n d u i r e chez les I l l i n o i s , et à y venir faire la paix avec les Français et les Sauvages de ce quartier. S e p t ou h u i t mois après la conclusion de cette p a i x , les Maskoutins et les Kikapoux revinrent encore chez les I l l i n o i s , et emmenèrent le Père Guignas p o u r passer l'hiver avec e u x , d'où, selon les apparences, il retournera en Canada. Ces fatigans voyages l'ont extrêmement vieilli ; mais son z è l , p l e i n de feu et d'activité, semble lui donner de nouvelles forces. L e s Illinois n'eurent point d'autre maison q u e la n ô t r e , pendant les trois semaines qu'ils demeurèrent dans cette v i l l e : ils nous charm è r e n t par l e u r p i é t é , et par l e u r vie é d i fiante. T o u s les soirs ils récitaient le chapelet à deux c h œ u r s , et tous les matins ils entendaient ma Messe, pendant l a q u e l l e , sur-tout les Dimanches et les Fêtes , ils chantaient différentes prières de l ' E g l i s e , conformes aux différens Offices du j o u r ; à la fin du C

2


52

LETTRES

ÉDIFIANTES

l a M e s s e , i l s ne m a n q u a i e n t j a m a i s de chanter de tout l e u r coeur la prière pour l e R o i . L e s R e l i g i e u s e s chantaient le p r e m i e r couplet latin sur le ton ordinaire du c h a n t G r é g o r i e n , et les I l l i n o i s continuaient l e s autres couplets en l e u r l a n g u e , sur l e m ê m e ton. C e s p e c t a c l e , q u i était n o u v e a u , a t t i rait grand monde dans l ' E g l i s e , et i n s p i r a i t u n e tendre dévotion. Dans l e cours de l a j o u r n é e , et après l e s o u p e r , ils chantaient s o u v e n t , ou seuls ou tous e n s e m b l e , diverses p r i è r e s de l ' E g l i s e , telles que sont l e Dies

irœ, etc. Vexilla Régis, e t c . , Stabat

Mater,

etc. A les e n t e n d r e , on s'apercevait a i s é ment q u ' i l s avaient p l u s de goût et de p l a i s i r à chanter ces saints C a n t i q u e s , que l e c o m m u n des Sauvages et m ê m e beaucoup de F r a n ç a i s n'en trouvent à chanter des c h a n sons frivoles et souvent dissolues. On serait é t o n n é , comme je l ' a i été m o i m ê m e en arrivant dans cette M i s s i o n , de voir qu'un grand nombre de nos F r a n ç a i s ne sont p a s , à beaucoup p r è s , si bien instruits d e la R e l i g i o n que l e sont ces Néophytes : i l s n'ignorent p r e s q u ' a u c u n e des histoires de l ' a n c i e n et du nouveau T e s t a m e n t : i l s ont d'excellentes méthodes d'entendre la sainte Messe et de recevoir l e s S a c r e m e n s ; l e u r C a t é c h i s m e , q u i m'est tombé entre les m a i n s , avec la traduction littérale q u ' e n a faite l e P è r e B o u l l a n g e r , est un parfait modèle p o u r ceux qui en auraient besoin dans leurs n o u velles Missions. On n'a laissé ignorer à ces bons S a u v a g e s a u c u n de nos Mystères et de


ET

CURIEUSES.

53

nos devoirs : on s'est attaché au fond et à l'essentiel de la R e l i g i o n , qu'on l e u r a e x posé d'une manière également instructive et solide. L a première pensée qui vient à ceux q u i connaissent ces Sauvages , c'est q u ' i l en a bien dû coûter, et q u ' i l en coûte bien e n core aux M i s s i o n n a i r e s , pour les former de l a sorte au Christianisme. Mais l e u r assiduité et leur patience sont abondamment récompensées par les bénédictions qu'il plaît à Dieu de répandre sur leurs travaux. L e Père le Boullanger me mande q u ' i l est o b l i g é , pour la seconde f o i s , d'augmenter considérablement son E g l i s e , par le grand nombre de Sauvages q u i , chaque a n n é e , reçoivent le Baptême. L e premier jour que les I l l i n o i s virent les R e l i g i e u s e s , Mamantouensa, apercevant auprès d'elles une troupe de petites filles, « je vois b i e n , l e u r d i t - i l , que vous n'êtes » pas des R e l i g i e u s e s sans dessein » . Il voulait dire qu'elles n'étaient pas de simples solitaires qui ne travaillent qu'à l e u r propre perfection. « Vous ê t e s , l e u r ajouta - t - i l , » comme les Robes n o i r e s , nos Pères ; vous » travaillez pour les autres. A h ! si nous » avions là-haut deux ou trois de vous a u » t r è s , nos femmes et nos filles auraient » plus d'esprit, et seraient meilleures C h r é » tiennes. Hé bien ! l u i répondit la M è r e » S u p é r i e u r e , choisissez celles que vous » voudrez. Ce n'est point à nous à c h o i s i r , » répondit Mamuntouensa, c'est à vous q u i C 3


54

LETTRES

ÉDIFIANTES

» les connaissez. L e choix doit tomber s u r » celles qui sont le plus attachées a D i e u , » et qui l'aiment davantage » . Vous jugez assez, mon Révérend P è r e , comb i e n ces saintes filles furent charmées de trouV e r dans un Sauvage des sentimens si r a i s o n n a b l e s et si chrétiens. A h ! qu'il faudra de temps et de p e i n e s , pour apprendre a u x Tchactas à penser et à p a r l e r de la sorte. C e ne peut être que l'ouvrage de celui q u i s a i t , quand i l l u i p l a î t , changer les p i e r r e s en enfans d ' A b r a h a m . Chikagou garde p r é c i e u s e m e n t , dans u n e bourse faite e x p r è s , la magnifique tabatière q u e feu M a d a m e la Duchesse d'Orléans l u i donna à Versailles. Q u e l q u e offre qu'on l u i en ait faite, i l n'a j a m a i s voulu s'en défaire ; attention b i e n r e m a r q u a b l e dans un S a u v a g e , dont le caractère est de se dégoûter bientôt de tout ce q u ' i l a , et de désirer passionnément ce q u ' i l voit et ce q u ' i l n'a pas. T o u t ce que Chikagou a raconté de la F r a n c e à ses c o m p a t r i o t e s , l e u r a p a r u i n c r o y a b l e . « On t'a p a y é , l u i d i s a i t - o n , p o u r » nous faire accroire toutes ces belles fictions. » Nous voulons bien c r o i r e , l u i disaient ses » p a r e n s , et ceux à qui sa sincérité était » moins s u s p e c t e , que tu as vu tout ce que » tu nous dis ; mais i l faut q u ' u n c h a r m e » t'ait fasciné les y e u x ; car il n'est p a s p o s » sible que la F r a n c e soit telle que tu nous » l a dépeins » . L o r s q u ' i l disait qu'en F r a n c e il y a cinq cabanes les unes sur les a u t r e s ,

et-qu'elles sont aussi élevées que les plus


ET

CURIEUSES.

55

grands arbres ; q u ' i l y a autant de monde dans les rues de P a r i s , que de brins d'herbes dans les p r a i r i e s , et de maringouins dans les bois ; qu'on s'y p r o m è n e , et qu'on fait m ê m e de longs voyages dans des cabanes de cuirs ambulantes ; on ne le croyait pas plus que lorsqu'il ajoutait q u ' i l avait vu de l o n gues cabanes pleines de m a l a d e s , où d ' h a b i l e s C h i r u r g i e n s fesaient les plus belles cures. « E c o u t e z , l e u r disait-il plaisamment ; vous » manque-t-il un bras, une j a m b e , un œ i l , une » d e n t , une poitrine ; si vous étiez en F r a n c e , » on vous en remettrait d ' a u t r e s , sans q u ' i l y » parût ». Ce qui a le plus embarrassé Mamantouensa , quand il a vu des v a i s s e a u x , c'est de savoir c o m m e n t , de la terre où l'on construit ces v a i s s e a u x , on peut les lancer à l ' e a u , et où l'on peut trouver assez de bras pour j e t e r , et sur-tout pour lever des ancres d'un poids si énorme. On l u i e x p l i q u a l'un et l ' a u t r e , et i l admira le génie des F r a n ç a i s , qui étaient capables de si belles inventions. Ces Illinois partirent le dernier jour de J u i n : i l s pourront bien se joindre aux Akensas, pour tomber sur les Yazous et sur les Corrojs. C e u x - ci s'étant mis en c h e m i n pour se retirer chez les Tchikachas, où ils portaient les chevelures françaises q u ' i l s avaient e n l e v é e s , furent supris en route par

les Tchatchoumas

et par quelques

Tchactas,

q u i l e u r enlevèrent d i x - h u i t c h e v e l u r e s , et délivrèrent les femmes françaises avec leurs enfans. Q u e l q u e temps a p r è s , ils furent encore attaqués par u n parti d'Aketisas, c

4


56

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

qui l e u r e n l e v è r e n t quatre chevelures, et firent p l u s i e u r s femmes prisonnières. Ces bons Sauvages rencontrèrent à l e u r retour d e u x pirogues de chasseurs F r a n ç a i s : i l s les frôl è r e n t , selon l e u r c o u t u m e , depuis la tête j u s q u ' a u x p i e d s , en p l e u r a n t la mort des F r a n ç a i s et celle de l e u r Père en J é s u s - C h r i s t . Ils jurèrent q u e , pendant q u ' i l y a u r a i t un

Akensa au m o n d e , les Natchez et les Yazous ne seraient point sans e n n e m i s . Ils m o n t r è rent u n e cloche et q u e l q u e s l i v r e s , q u ' i l s apportaient, d i s a i e n t - i l s , pour le premier Chef noir q u i viendra dans l e u r V i l l a g e . C'est tout ce q u ' i l s avaient trouvé dans la cabane du Père S o u e l . J ' é t a i s en p e i n e de savoir ce que ces b a r bares avaient fait du corps de ce M i s s i o n n a i r e : mais u n e femme f r a n ç a i s e , qui était alors l e u r e s c l a v e , m ' a appris q u ' e l l e l e s a enfin engagés à l u i donner la s é p u l t u r e . « Je » l'ai v u , m ' a - t - e l l e dit p l u s i e u r s f o i s , cou» ché sur le dos dans les cannes assez près » de sa maison ; on ne l u i avait ôté q u e sa » soutane. Q u o i q u ' i l fût mort depuis q u i n z e » j o u r s , il avait la peau aussi b l a n c h e et l e s » joues aussi v e r m e i l l e s que s'il eût été s i m » plement endormi. J e fus tentée d ' e x a m i n e r » où i l avait r e ç u le coup ; m a i s le respect » arrêta ma curiosité : je me mis un moment » à g e n o u x , et j ' e m p o r t a i son m o u c h o i r q u i » était auprès de l u i ». L e s fidèles Akensas p l e u r e n t tous les j o u r s , dans l e u r V i l l a g e , la mort du P. du Poisson :

ils demandent, avec les dernières instances,


ET

CURIEUSES.

57

un autre Missionnaire : on ne peut pas se dispenser de l'accorder à une Nation si a i m a b l e , et de tout temps très-attachée aux F r a n çais ; d'une pudeur que les autres Nations i g n o r e n t , et qui n'a d'obstacle particulier a u C h r i s t i a n i s m e , que son extrême penchant pour la jonglerie. Vous ne devineriez p a s , mon Révérend P è r e , qu'on a tâché de nous consoler dans notre juste d o u l e u r , en nous félicitant de ce que notre perte n'avait pas été p l u s générale. E n effet, les deux chers Missionnaires que nous p l e u r o n s , ne paraissaient pas à b e a u coup près être aussi exposés à la cruauté des S a u v a g e s , que le sont plusieurs a u t r e s , et sur-tout le Père de G u y e n n e , et encore p l u s l e Père Baudouin. C e l u i - c i est sans aucune défense au m i l i e u de la grande Nation des Tchactas. On a toujours été dans une grande défiance de ces Sauvages, même dans le temps q u ' i l s fesaient pour nous la guerre aux Natchez. M a i n t e nant ils sont devenus si fiers de l e u r p r é tendue victoire, que nous avons encore p l u s de besoin de troupes pour réprimer l e u r i n s o l e n c e , et les contenir dans l e d e v o i r , que pour achever d'exterminer nos ennemis déclarés. L e Père de G u y e n n e , après bien des contradictions de la part des Sauvages du voisinage de la C a r o l i n e , s'était fait bâtir d e u x cabanes dans deux différens V i l l a g e s , pour être plus à portée d'apprendre l e u r l a n g u e , et de les instruire ; elles viennent d'être abatC 5


58

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

tues. I l sera enfin obligé de borner son zèle au F o r t F r a n ç a i s des Alibamons, ou d e c h e r c h e r une moisson p l u s abondante s u r les bords du Mississipi. Il ne me reste p l u s , M o n R é v é r e n d P è r e , q u ' à vous informer de la situation de nos ennem i s . Ils se sont réunis auprès de la r i v i è r e des Ouachitas, sur l a q u e l l e ils ont trois forts. On croit q u e les Natchez sont encore a u n o m b r e de 5oo g u e r r i e r s , sans compter l e u r s femmes et l e u r s enfans : i l s n'étaient g u è r e q u e 700 avant la guerre : il n'y a pas p l u s de quarante guerriers p a r m i les Yazous et l e s Corrojs. Ils ont semé du m a ï s entre d e u x petites rivières q u i coulent auprès d e l e u r s forts : i l ne faudrait que l e u r couper ce m a ï s p o u r les affamer pendant l ' h i v e r ; m a i s l a chose n'est pas a i s é e , à ce que disent l e s petites Nations q u i les harcèlent c o n t i n u e l l e m e n t . Ce P a y s est coupé de Bayouks, et r e m p l i de c a n n e s , où la quantité i n c r o y a b l e de m a r i n g o u i n s ne permet pas de se tenir long-temps en embuscade. L e s Natchez qui s'étaient cantonnés d a n s l e u r s forts d e p u i s l a d e r n i è r e e x p é d i t i o n , commencent à reparaître. Outrés de ce q u ' u n p a r t i d'Oumas et de Bayagoulas l e u r a e n levé u n e p i r o g u e , où i l y avait sept h o m m e s , u n e femme et deux e n f a n s , i l s sont allés en grand nombre près d'un petit fort, où i l s ont surpris dix F r a n ç a i s et vingt Nègres. I l n'y a eu q u ' u n petit S o l d a t avec deux N è g r e s , q u i se soient sauvés. L e soldat avait échappé au massacre que firent les Natchez, en se cachant


ET C U R I E U S E S .

59

dans un four : il leur a échappé cette fois-ci en se cachant dans un tronc d'arbre. Vous jugez b i e n , mon Révérend P è r e , que cette guerre retarde l'établissement français : cependant on se flatte que ce m a l h e u r produira un p l u s grand b i e n , en d é t e r m i nant la Cour à envoyer les forces nécessaires pour tranquilliser la Colonie et la rendre florissante. Q u o i q u ' i l n'y ait rien à craindre

à la Nouvelle Orléans, ni des petites Nations voisines, dont nos seuls Nègres viendraient à bout dans u n e m a t i n é e , ni même des Tchactas, qui n'oseraient s'exposer sur l e L a c en grand nombre : cependant une terr e u r panique s'est emparée de presque tous les esprits, sur-tout des femmes ; mais elles seront rassurées à l'arrivée des premières troupes de F r a n c e , q u e nous attendons incessamment. Pour ce qui est de nos M i s s i o n n a i r e s , ils sont très - tranquilles : les périls auxquels i l s se voient exposés, s e m blent augmenter l e u r joie et ranimer l e u r zèle. Souvenez-vous d'eux et de moi dans vos saints Sacrifices, en l'union desquels je suis avec respect, etc.

C 6


6o

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

L E T T R E

Du Père Vivier, Missionnaire au Père * * *.

MON P.

aux Illinois,

CHER AMI, X.

Q u a n d on part de F r a n c e pour l e s p a y s l o i n t a i n s , il n'en coûte rien pour faire des promesses à ses amis ; m a i s , arrivé au terme, ce n'est pas u n petit e m b a r r a s de les e x é c u t e r , sur-tout l e s p r e m i è r e s années ; nous n'avons ici q u ' u n e seule occasion tous l e s ans pour faire tenir nos lettres en F i a n c e ; i l faut donc consacrer une h u i t a i n e de j o u r s à é c r i r e sans r e l â c h e , si l'on veut effectuer toutes ses promesses. De p l u s , ce qu'on a à m a n d e r de ce p a y s - c i , est si peu c u r i e u x , si peu édifiant, que cela ne vaut pas l a p e i n e de mettre la m a i n à la p l u m e . C'est m o i n s p o u r satisfaire votre c u r i o s i t é , que p o u r r é p o n d r e à l ' a m i t i é que vous me témoignez , q u e je vous é c r i s a u j o u r d ' h u i . T â c h o n s c e p e n d a n t de vous donner q u e l q u ' i d é e du p a y s , de ses habitans et de nos occupations. L e s I l l i n o i s sont par le 3 9 . degré de l a t i t u d e s e p t e n t r i o n a l e , environ à 9 degrés de la nouvelle O r l é a n s , capitale de toute l a Colonie ; e


ET

CURIEUSES.

6l

le climat est à - p e u - p r è s comme celui de F r a n c e , avec cette différence, que l'hiver y est moins long et moins c o n t i n u , et les chaleurs un peu plus grandes en été ; le p a y s , en g é n é r a l , est entrecoupé de plaines et de forets, et arrosé d'assez belles rivières. L e bœuf s a u v a g e , le c h e v r e u i l , le cerf, l ' o u r s , la dinde sauvage, abondent de toutes p a r t s , en toute saison, excepté près des endroits qui sont habités : il faut aller pour l ' o r d i naire à une ou deux lieues pour trouver l e c h e v r e u i l , et à sept ou huit pour trouver l e bœuf. Pendant u n e partie de l ' a u t o m n e , pendant l'hiver et une partie du p r i n t e m p s , l e pays est inondé de c y g n e s , d'outardes, d'oies, de canards de trois espèces, de pigeons sauv a g e s , de sarcelles et de certains oiseaux gros comme des p o u l e s , qu'on appelle faisans en ce p a y s - c i , mais que je nommerais plutôt gelinotes, q u i , c e p e n d a n t , ne valent pas les gelinotes d ' E u r o p e , à ce que je pense. J e ne parle pas des perdrix ni des l i è v r e s , parce qu'on ne daigne pas tirer dessus. L e s p l a n t e s , les a r b r e s , les légumes qu'on a apportés de France ou de C a n a d a , y réussissent assez bien ; en g é n é r a l , le pays peut produire toutes les choses nécessaires et même agréables à la vie. L e s habitans sont de trois espèces : des F r a n ç a i s , des Nègres et des S a u v a g e s , sans parler des M é t i s , qui naissent des uns et des autres pour l ' o r d i n a i r e , contre la L o i de Dieu. Il y a 5 Villages Français et 3 V i l l a ges de Sauvages dans l'espace de 2 1 l i e u e s ,


62

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

situés entre le Mississipi et u n e autre r i v i è r e , qu'on appelle la rivière de K a r k a k i a d . Dans les cinq Villages F r a n ç a i s il p e u t y avoir onze cens b l a n c s , trois cens noirs et une s o i x a n taine d'esclaves r o u g e s , autrement S a u n a g e s . L e s trois V i l l a g e s I l l i n o i s ne contiennent pas p l u s de huit cens Sauvages de tout Age. L e s F r a n ç a i s h a b i t u é s en ce p a y s - c i , sont a p p l i q u é s , pour la p l u p a r t , à la culture des terTOS : i l s sèment du froment en quantité ; i l s élèvent des bœufs venus de F r a n c e , des c o c h o n s , des chevaux en g r a n d nombre ; ce q u i , outre la c h a s s e , l e u r donne une g r a n d e aisance pour vivre. On ne craint point l a famine en ce p a y s - c i : il y a toujours des vivres trois fois plus qu'on n'en peut consomm e r ; outre l e f r o m e n t , le m a ï s , a u t r e m e n t b l é de T u r q u i e , vient à foison tous les ans ; on transporte à la nouvelle Orléans q u a n t i t é de farines. Voyons les S a u v a g e s en p a r t i c u lier : on n'en a q u e de fausses idées en E u rope ; à peine les croit-on des h o m m e s . On se trompe grossièrement : les S a u v a g e s , et sur-tout les I l l i n o i s , sont d'un caractère fort doux et fort sociable : i l s ont de l ' e s p r i t , et paraissent en avoir p l u s que nos p a y s a n s , autant au-moins q u e la p l u p a r t des F r a n ç a i s , ce q u i provient de cette liberté dans l a q u e l l e ils sont élevés ; l e respect n e l e s rend j a m a i s timides ; comme il n'y a point de rang et de dignité parmi e u x , tout h o m m e l e u r paraît égal. U n I l l i n o i s parlerait aussi h a r d i m e n t au R o i de F r a n c e q u ' a u d e r n i e r de ses sujets ; la p l u p a r t sont c a p a b l e s d é


ET

CURIEUSES.

63

soutenir une conversation avec qui que ce s o i t , pourvu qu'on ne traite point de m a t i è r e hors de l e u r sphère ; ils entendent trèsbien raillerie ; i l s ne savent ce que c'est que disputer et s'emporter en conversant : j a m a i s ils ne vous interrompent dans la conversation : je leur trouva bien des qualités qui manquent aux peuples civilisés. Ils sont d i s tribués par cabanes ; une cabane est une e s pèce de chambre commune , où il y a comm u n é m e n t 15 à 20 personnes; ils vivent tous dans une grande p a i x , ce qui provient, en grande p a r t i e , de ce qu'on laisse faire à chacun ce que bon lui semble. Depuis l e commencement d'Octobre jusqu'à la m i M a r s , i l s sont en chasse à quarante et c i n quante lieues de l e u r Village ; et à la m i M a r s i l s reviennent à l e u r Village ; alors les femmes font leurs semences du m a ï s ; pour les h o m m e s , à la réserve de q u e l q u e s petites chasses q u ' i l s font de temps en t e m p s , ils mènent une vie parfaitement oisive ; i l s causent en fumant la p i p e , et c'est tout. E n g é n é r a l , les I l l i n o i s sont fort paresseux et fort adonnés à l ' e a u - d e - v i e , ce qui est cause du peu de fruit que nous fesons parmi e u x . Nous avions autrefois des Missionnaires dans les trois Villages. Messieurs des Missions étrangères sont chargés de l'un de ces trois V i l l a g e s ; nous avons abandonné le second faute de Missionnaire et parce qu'on y fesait fort peu de fruits : nous nous sommes b o r nés au t r o i s i è m e , qui seul est plus considérable que les d e u x autres. Nous y sommes


64

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

deux p r ê t r e s , mais la moisson ne répond pas à nos travaux. S i ces Missions n'ont pas eu p l u s de s u c c è s , ce n'est pas la faute de ceux qui nous ont précédés ; car l e u r m é moire est encore en vénération p a r m i l e s F r a n ç a i s et les I l l i n o i s ; cela vient p e u t être du mauvais exemple des F r a n ç a i s , m ê lés continuellement p a r m i ces p e u p l e s , de l ' e a u - d e - v i e qu'on l e u r v e n d , et s u r - t o u t de l e u r caractère tout-à-fait ennemi de toute g ê n e , et par conséquent de toute R e l i g i o n . Q u a n d les premiers Missionnaires sont venus p a r m i les I l l i n o i s , nous voyons par les écrits q u ' i l s nous ont l a i s s é s , q u ' i l s comptaient cinq m i l l e personnes de tout âge dans cette Nation ; aujourd'hui on n'en compte pas d e u x m i l l e ; i l faut noter qu'outre ces trois V i l l a g e s que j e vous ai m a r q u é s , i l en est u n q u a t r i è m e de la m ê m e Nation à q u a t r e vingts lieues d ' i c i , presqu'aussi considérable que les trois autres. J u g e z p a r - l à c o m b i e n i l s ont d i m i n u é dans l'espace de soixante ans. J e me recommande à vos saints s a c r i f i c e s , en l'union desquels j ' a i l ' h o n n e u r d ' ê t r e , etc.

Aux Illinois, ce 8 Juin 1750.


ET

CURIEUSES.

65

L E T T R E

Du Père Vivier, de la Compagnie de Jésus, à un Père de la même Compagnie. Aux Illinois, le 17 Novembre 1 7 5 0 ,

MON RÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. J'accepte avec plaisir la proposition que vous me faites. L e s faibles mérites que j e puis acquérir par mes t r a v a u x , je consens volontiers à vous en faire p a r t , dans l'assurance que vous me donnez de m'aider de vos saintes prières. J e gagne trop dans cette s o c i é t é , pour n'y pas entrer de tout mon cœur. Un autre point que vous d e s i r e z , et sur lequel je vais vous satisfaire, c'est le détail de nos Missions. Nous en avons trois dans ces quartiers : une de S a u v a g e s , une de F r a n ç a i s , une troisième qui est en partie de F i a n ç a i s et en partie de Sauvages. L a première est composée de plus de six cens I l l i n o i s , tous baptisés, à la réserve de cinq ou six ; mais l'eau-de-vie que leur ven-


66

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

dent les F r a n ç a i s , sur-tout les s o l d a t s , m a l gré les défenses réitérées de la part du R o i , et ce qu'on leur distribue q u e l q u e f o i s , sous prétexte de les maintenir dans nos i n t é r ê t s , a ruiné cette M i s s i o n , et a fait abandonner au plus grand nombre notre sainte R e l i g i o n . L e s S a u v a g e s , et les Illinois en p a r t i c u l i e r , qui sont les plus doux et les plus traitables des h o m m e s , d e v i e n n e n t , dans l ' i v r e s s e , des forcenés et des bêtes féroces. Alors i l s se jettent les uns sur les a u t r e s , se donnent des coups de c o u t e a u x , se déchirent m u t u e l lement. P l u s i e u r s ont perdu leurs o r e i l l e s , quelques-uns une partie de leur nez dans ces scènes tragiques. L e plus grand bien q u e nous fesons p a r m i e u x , consiste dans le b a p tême que nous conférons aux enfans m o r i bonds. Ma résidence ordinaire est dans cette Mission de Sauvages avec le Père G u i e n n e , qui me sert de M a î t r e dans l'étude de la l a n gue Illinoise. L a Cure F r a n ç a i s e que dessert l e Père Vattrin est de plus de quatre cens F r a n ç a i s de tout Age, et de plus de deux cent c i n quante Nègres. L a troisième Mission est à soixante-dix lieues d ' i c i . E l l e est beaucoup moins considérable ; c'est le Père M e u r i n qui en est chargé. L e reste de notre Mission de la Louisiane consiste dans une résidence à la Nouvelle O r l é a n s , où demeure l e S u p é r i e u r général de la M i s s i o n , un autre de nos P è r e s , avec deux Frères. Nous y avons u n e habitation assez considérable et en assez bon état. C'est des revenus de cette h a b i -


ET

CURIEUSES.

67

t a t i o n , joints aux pensions que nous fait l e R o i , qu'on fournit aux besoins des Missionnaires. Quand la Mission est suffisamment pourvue d'ouvriers ( q u i , dans celte C o l o n i e , doivent être jusqu'au nombre de douze ) ; on en entretient un aux A k a n s a s , un autre aux T c h a c t a s , un troisième aux Alibamons. L e Révérend Père B a u d o u i n , actuellement Supérieur général de la M i s s i o n , résidait ci-devant parmi les Tchactas ; il a demeuré d i x - h u i t ans parmi ces barbares. Lorsqu'il était à la veille de faire quelque f r u i t , les soulèvemens que les Anglais ont excités dans celte Nation, et le péril où il était évidemment exposé, ont obligé le Père V i t r i , alors Supérieur g é n é r a l , de concert avec M. le G o u v e r n e u r , à le rappeler à la Nouvelle Orléans. Aujourd'hui que les troubles commencent à s'appaiser, on pense à rétablir cette Mission. L e Père Moran é t a i t , il y a quelques a n n é e s , aux Alibamons. L'impossibil té d'y exercer son M i n i s t è r e , tant à l'égard des Sauvages que des F r a n ç a i s , a engagé le Supérieur à le rappeler pour l u i confier la direction des Religieuses et de l'hôpital du R o i , dont nous sommes chargés. Les Anglais c o m m e r c e n t , ainsi que les F r a n ç a i s , parmi les Sauvages Alibamons. Vous concevez quel obstacle ce peut être au progrès de la Religion ; les Anglais sont toujours prêts à prêcher la controverse. Un pauvre Sauvage serait - il en état de faire un choix? Nous n'avons actuellement personne


L E T T R E S É D I F I A N T E S 68 parmi les Akansas. Tel est, mon Révérend P è r e , l'état de notre Mission. Le reste de ma lettre sera une courte description de ce pays. J'y entrerai dans un détail peut-être assez peu intéressant pour v o u s , mais qui deviendrait utile à cette contrée, si le Gouvernement avait égard à une partie de ce qu'il renferme. L'embouchure du Mississipi est par le 29.e degré de latitude septentrionale. Le Roi y entretient une petite garnison et un Pilote pour recevoir les vaisseaux et les introduire dans le fleuve. La multitude des î l e s , des bancs, non de sable, mais de vase, dont elle est r e m p l i e , en rend l'entrée difficile à quiconque ne l'a pas pratiquée. Il est question d'en trouver la passe, et il n'y a qu'un Pilote habitué dans l'endroit même , qui en ait une parfaite connaissance. Le Mississipi est difficile à remonter pour les vaisseaux. Outre que le flux de la mer ne s'y fait point s e n t i r , il fait des circuits continuels ; de sorte qu'il f a u t , ou t o u e r , ou avoir continuellement à ses ordres tous les rumbs de vent. Depuis le vingt - neuvième jusqu'au trente-unième degré de latitude, il ne m'a pas paru plus large que la Seine devant Rouen ; mais il est infiniment plus profond. En remontant on le trouve plus large mais il a , à proportion, moins de profondeur. On lui connaît plus de sept cens lieues de cours du Nord au Sud. Au rapport des derniers voyageurs, sa source, qui est à plus de trois cens lieues au Nord des Illinois, est


ET

CURIEUSES.

69

formée de la décharge de quelques lacs et marais. Mississipi signifie grand fleuve en l a n g u e Illinoise. Il semble q u ' i l ait usurpé cette dénomination sur le Missouri. Avant sa jonction avec cette r i v i è r e , le Mississipi n'est pas considérable. Il a peu de courant ; a u l i e u que le Missouri est p l u s l a r g e , p l u s p r o f o n d , plus r a p i d e , et prend sa source d'encore bien plus loin. Plusieurs rivières considérables se jettent dans le Mississipi ; m a i s il semble que le Missouri seul l u i fournit plus d'eau que toutes ces rivières ensemb l e ; en voici la preuve : l'eau de la p l u p a r t , je pourrais dire de toutes les rivières q u e reçoit le M i s s i s s i p i , n'est que m é d i o c r e ment bonne. Celle de p l u s i e u r s est positivement mal-saine ; celle du Mississipi m ê m e , avant son alliance avec le M i s s o u r i , n'est pas des meilleures ; au c o n t r a i r e , l'eau d u Missouri est la m e i l l e u r e eau du monde : o r , celle du M i s s i s s i p i , depuis sa jonction avec le Missouri jusqu'à la mer devient excellente. Il faut donc que l'eau du Missouri soit la dominante. L e s premiers voyageurs venus par le Canada ont découvert le M i s sissipi : voilà pourquoi c e l u i - c i a acquis l e surnom de grand aux dépens de la gloire de l'autre. L e s deux rives du Mississipi sont b o r d é e s , dans presque tout son c o u r s , de deux l i s i è res d'épaisses f o r ê t s , qui ont tantôt p l u s , tantôt moins de p r o f o n d e u r , depuis une d e m i - l i e u e jusqu'à quatre lieues. Derrière


70

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

ces forêts vous trouvez des pays p l u s é l e v é s , e n t r e c o u p é s de p l a i n e s et de b o i s , où l e s a r b r e s sont presqu'aussi c l a i r - s e m é s q u e d a n s nos promenades p u b l i q u e s ; ce q u i provient en partie de ce q u e les S a u v a g e s mettent l e feu dans les p r a i r i e s vers la fin de l ' a u t o m n e , lorsque les h e r b e s sont desséchées. L e feu q u i gagne de toutes p a r t s , d é t r u i t l a p l u p a r t des jeunes a r b r e s , ce qui n ' a r r i v e pas dans les endroits plus voisins d u f l e u v e , p a r c e q u e le terrain y étant p l u s b a s , et p a r l à p l u s a q u a t i q u e , l e s herbes conservent p l u s l o n g - t e m p s l e u r v e r d u r e , et s o n t moins accessibles a u x atteintes du feu. L e s p l a i n e s et les forêts sont p e u p l é e s d e b œ u f s sauvages qu'on rencontre p a r b a n d e s , d e c h e v r e u i l s , de c e r f s , d ' o u r s , de tigres e n petit n o m b r e , de loups à f o i s o n , m a i s b e a u c o u p p l u s petits q u e ceux d ' E u r o p e , et b e a u c o u p moins entreprenans ; de chats s a u v a g e s , de d i n d e s s a u v a g e s , de faisans et a u t r e s a n i m a u x m o i n s connus et m o i n s cons i d é r a b l e s . L e fleuve et toutes l e s r i v i è r e s q u i s'y j e t t e n t , ainsi q u e les lacs q u i sont en g r a n d n o m b r e , mais q u i , chacun en p a r t i c u l i e r , ont assez peu d ' é t e n d u e , sont l a r e t r a i t e des c a s t o r s , d'une q u a n t i t é p r o d i gieuse de c a n a r d s de trois e s p è c e s , de s a r c e l l e s , d ' o u t a r d e s , d ' o i e s , de c y g n e s , d e beccassines et de q u e l q u e s autres o i s e a u x a q u a t i q u e s dont l e nom n'est pas c o n n u en E u r o p e , sans p a r l e r des poissons de b i e n des espèces q u i y abondent. C e n'est q u ' à q u i n z e l i e u e s a u - d e s s u s d e


ET

CURIEUSES.

71

l ' e m b o u c h u r e du Mississipi qu'on commence à apercevoir les premières habitations F r a n ç a i s e s , les terres qui sont plus bas n'étant pas habitables. E l l e s sont situées sur les d e u x bords du fleuve jusqu'à la Ville. L e s terres, dans cet e s p a c e , qui est de quinze l i e u e s , ne sont pas toutes occupées ; il en est p l u sieurs qui attendent de nouveaux habitans. L a Nouvelle Orléans, Métropole de la L o u i s i a n e , est bâtie sur la rice orientale d u fleuve : elle est de médiocre grandeur ; les rues en sont tirées au cordeau ; les maisons s o n t , les unes de b r i q u e , les autres de bois : elle est peuplée de F r a n ç a i s , de Nèg r e s , et de quelques Sauvages e s c l a v e s , q u i , tous e n s e m b l e , ne montent p a s , à ce q u i m'a p a r u , à p l u s de m i l l e et deux cens personnes. L e c l i m a t , quoiqu'infiniment plus s u p portable que celui des îles , paraît pesant à un nouveau débarqué. S i l e pays était moins chargé de forêts, s u r - t o u t du côté de l a m e r , le vent du large qui y pénètrerait tempèrerait beaucoup la chaleur. L e terroir en est fort bon ; presque toutes espèces de l é g u m e s y viennent assez bien ; on y a de m a g n i fiques orangers ; on y recueille de l ' i n d i g o , du maïs en a b o n d a n c e , du r i z , des patates, d u c o t o n , du tabac. L a vigne y pourrait réussir ; d u - m o i n s j ' y ai vu d'assez bon muscat. L e climat est trop chaud pour l e froment. L e blé s a r r a z i n , le m i l l e t , l'avoine y réussissent parfaitement. On élève dans l e pays toute espèce de v o l a i l l e s , et les bêtes


72

LETTRES

ÉDIFIANTES

a cornes s'y sont fort m u l t i p l i é e s . L e s forêts sont a u j o u r d ' h u i le p l u s grand et l e p l u s s û r revenu de b i e n des h a b i t a n s ; i l s en tirent q u a n t i t é de bois propres à la b â t i s s e , q u ' i l s p r é p a r e n t avec facilité et avec peu de f r a i s , p a r l e m o y e n de m o u l i n s à p l a n c h e s q u e p l u s i e u r s ont fait construire. Vous observerez q u e le t e r r a i n , trente l i e u e s au-dessous de la V i l l e , et p r e s q u ' a u tant a u - d e s s u s , est s i n g u l i è r e m e n t disposé. Dans presque tout le p a y s le bord d'un fleuve est l'endroit l e p l u s b a s : i c i , au c o n t r a i r e , c'est l'endroit l e plus élevé. Du fleuve à l ' e n trée des C y p r i è r e s , q u i sont des f o r ê t s , à p l u s i e u r s arpens d e r r i è r e les h a b i t a t i o n s , i l y a j u s q u ' à q u i n z e p i e d s de pente. V o u l e z vous arroser votre terre ? F a i t e s une saignée à la r i v i è r e , et une d i g u e à l ' e x t r é m i t é de votre fossé ; en peu de temps e l l e se c o u vrira d'eau. P o u r p r a t i q u e r un m o u l i n , il n'est question non p l u s que d ' u n e o u v e r t u r e à la rivière. L ' e a u s'écoule dans les C y p r i è r e s jusqu'à la mer. I l ne faudrait cepend a n t pas abuser p a r - t o u t de cette facilité ; l ' e a u n e trouvant pas toujours u n é c o u l e m e n t f a c i l e , i n o n d e r a i t à l a fin les h a b i tations. A la Nouvelle O r l é a n s rien n'est p l u s r a r e q u e les pierres : vous donneriez un l o u i s p o u r en avoir une q u i fût du p a y s , que vous n e la trouveriez pas ; on y substitue de l a b r i q u e qu'on y fait. L a c h a u x s'y fait d e c o q u i l l a g e s qu'on va c h e r c h e r à trois ou q u a tre l i e u e s sur l e bord d u lac P o n t c h a r t r a i n . On


ET

C U R I E U S E S .

73

On y t r o u v e , chose assez s i n g u l i è r e , des montagnes de coquillages : il s'en trouve p a r e i l l e m e n t bien avant dans les terres, à d e u x ou trois pieds de la superficie. On fait d e s cendre à la Nouvelle O r l é a n s , des pays d'en h a u t et des contrées a d j a c e n t e s , du bœuf s a l é , du suif, du g o u d r o n , des p e l l e t e r i e s , de l ' h u i l e d'ours ; et en p a r t i c u l i e r d e chez les I l l i n o i s , des farines et des lards. I l croit aux e n v i r o n s , et encore plus du côté de la M o b i l e , quantité d'arbres qu'on a n o m més c i r i e r s , parce que de l e u r g r a i n e on a trouvé le moyen d'extraire une c i r e q u i , bien t r a v a i l l é e , irait presque de p a i r avec l a cire de F r a n c e . S i l'usage de cette cire pouvait s'introduire en E u r o p e , ce serait une b r a n c h e de commerce bien considérable pour la Colonie. Vous voyez p a r tous ces détails qu'on peut faire q u e l q u e c o m m e r c e à la Nouvelle Orléans. C'était beaucoup quand il e n t r a i t , les années p r é c é d e n t e s , huit à dix n a vires dans le Mississipi ; il y en est entré p l u s de quarante cette a n n é e , la plupart de l a M a r t i n i q u e et de S a i n t - D o m i n g u e ; ils sont venus c h a r g e r , sur-tout du bois et des b r i q u e s , pour réparer deux incendies a r r i v é s , dit - o n , dans ces deux îles par l e feu d u Ciel. En remontant le fleuve on trouve, au-dessus de la Nouvelle O r l é a n s , des habitations Françaises comme au-dessous. L ' é t a b l i s s e ment le plus considérable est une petite C o lonie d ' A l l e m a n d s , qui en est à d i x lieues. L a Pointe coupée est à t r e n t e - c i n q lieues

Tome

VII.

D


74

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

des A l l e m a n d s . On y a construit un fort de p i e u x , où l'on entretient une petite g a r n i son. On compte soixante habitations rang é e s , dans l'espace de cinq a six l i e u e s , sur le bord occidental du fleuve. A cinquante lieues d e la pointe coupée sont les Natchcz ; nous n'y avons plus qu'une garnison e m p r i s o n n é e , p o u r ainsi d i r e , dans un fort, par la crainte des Chicachats et autres Sauvages ennemis. I l y avait autrefois une soixantaine d ' h a b i tations et une Nation sauvage assez n o m b r e u s e , du nom de N a t c h e z , qui nous était fort a t t a c h é e , et dont on lirait de grands services ; la tyrannie qu'un Commandant F r a n çais entreprit d'exercer sur e u x , les poussa à bout. U n jour ils firent m a i n - b a s s e sur tous les F r a n ç a i s , à la réserve de q u e l q u e s u n s qui se dérobèrent par la fuite. Un de nos Pèros qui descendait le M i s s i s s i p i , et qu'on p r i a de séjourner pour dire la Messe le Dim a n c h e , fut enveloppé dans le massacre. Depuis ce temps-là on s'est vengé de ce coup p a r la destruction presque totale de la Nation Natchez : il n'en reste plus que q u e l ques - uns répandus p a r m i les C h i c a c h a t s et les C h é r a q u i s , où i l s sont précairement et presque comme esclaves. A la Pointe c o u p é e , et encore plus aux N a t c h e z , il croît d'excellent tabac. S i , a u l i e u de tirer des étrangers le tabac qui se cousomme en F r a n c e , on le tirait de ce p a y s c i , on en aurait de m e i l l e u r , on épargnerait l'argent qu'on fait sortir pour cela du R o y a u ï n c . et on établirait la colonie,


ET

GURIEUSES.

75

A cent lieues au-dessus des N a t c h e z , sont les A k a n s a s , Nation sauvage, d'environ quatre cens guerriers. Nous avons près d'eux un fort avec garnison, pour rafraîchir les convois qui montent aux Illinois. Il y avait q u e l ques habitans ; mais au mois de M a i 1 6 4 8 , les C h i c a c h a t s , nosirréconciliables e n n e m i s , secondés de quelques autres b a r b a r e s , ont attaqué subitement ce poste; ils ont tué plusieurs personnes, en ont emmené treize en captivité ; le reste s'est sauvé dans le f o r t , dans lequel il n'y avait pour lors qu'une douzaine de soldats. Ils ont fait mine de vouloir l'attaquer ; mais à peine eurent-ils perdu deux de leurs g e n s , q u ' i l s battirent en r e traite. L e u r T a m b o u r était un déserteur F r a n ç a i s , de la garnison même des Akansas. On compte, des Akansas aux I l l i n o i s , près de cent cinquante lieues : dans toute cette étendue de p a y s , vous ne trouvez pas un ham e a u ; cependant, pour nous en assurer la possession, il serait bien à propos que nous eussions quelque bon fort sur l ' O u a b a c h e , le seul endroit par où les Anglais puissent entrer dans le Mississipi. Les Illinois sont par les 38 degrés 15 minutes de latitude. L e c l i m a t , bien différent de celui de la Nouvelle O r l é a n s , est àpeu-près semblable à celui de la France : les grandes chaleurs s'y font sentir un peu p l u tôt et plus vivement ; mais elles ne sont ni constantes ni durables. L e s grands froids arrivent plus tard. En h i v e r , quand le Nord souffle, le Mississipi gêle à porter les charD 2


76

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

rettes les plus chargées ; mais ces froids ne sont pas de d u r é e . L ' h i v e r est ici une alternative de froid piquant et de temps assez d o u x , selon que régnent les vents du Nord et du M i d i , qui se succèdent assez r é g u l i è r e ment. Cette alternative est fort nuisible a u x arbres fruitiers. Il fera un temps fort d o u x , m ê m e un peu c h a u d , dès la m i - F é v r i e r ; les arbres entrent en s è v e , se couvrent de fleurs ; survient un coup de vent du Nord qui détruit les plus belles espérances. L e terroir est fertile : toute espèce de l é g u m e s y réussirait presqu'aussi-bien qu'en F r a n c e , si on les cultivait avec soin. L e froment n'y donne cependant communément q u e depuis cinq j u s q u ' à h u i t pour un ; m a i s i l est à remarquer que les terres sont c u l t i vées fort n é g l i g e m m e n t , et que depuistrente ans qu'on les t r a v a i l l e , on ne les a j a m a i s fumées. Ce médiocre succès du froment p r o vient encore davantage des b r o u i l l a r d s épais et des chaleurs trop précipitées : m a i s en d é d o m m a g e m e n t le m a ï s , connu en F r a n c e sous le nom de blé de T u r q u i e , y réussit m e r v e i l l e u s e m e n t : il donne plus de m i l l e pour un ; c'est la nourriture des a n i m a u x d o m e s t i q u e s , des esclaves et de la plupart des naturels du p a y s , qui en mangent par régal. L e pays produit trois fois plus de vivres q u ' i l n ' e n peut consommer. Nulle part la chasse n'est p l u s abondante ; depuis la m i - O c t o b r e j u s q u ' à la fin de M a r s , on ne vit presque que de g i b i e r , sur-tout de bœuf sauvage et de chevreuil.


ET

C U R I E U S E S ,

77

L e s bêtes à cornesy ont extrêmement mult i p l i é ; elles ne coûtent pour la plupart ni soin ni dépense. L e s a n i m a u x de travail p a i s sent dans une vaste commune autour du v i l lage ; les a u t r e s , en bien plus grand n o m b r e , des inés à la propagation de leur e s p è c e , sont comme renfermés toute l'année dans une p é n i n s u l e de plus de d i x lieues de s u r f a c e , formée par le Mississipi et par la rivière des T a m a r o u a s . Ces a n i m a u x qu'on approche r a r e m e n t , sont devenus presque sauvages ; i l faut user d'artifice pour les attraper. Un h a bitant a-t-il besoin d'une paire de boeufs, i l va dans la péninsule : aperçoit-il un t a u r e a u qui soit de taille à être d o m p t é , i l l u i jette u n e poignée de sel ; il étend une longue corde avec un nœud coulant ; i l se couche : l ' a n i m a l friand de sel s'approche ; dès q u ' i l a l e p i e d dans le l a c e t , l ' h o m m e aux aguets tire la c o r d e , et voilà l e taureau pris. On en fait de même pour l e s c h e v a u x , les veaux et les p o u l i n s ; c'est là tout ce q u ' i l en coûte p o u r avoir une paire de bœufs ou de chevaux. A u r e s t e , ces a n i m a u x ne sont sujets ici a aucune m a l a d i e : ils vivent l o n g - t e m p s , et ne m e u rent pour l ' o r d i n a i r e que de vieillesse. I l y a dans cette partie de la L o u i s i a n e cinq villages F r a n ç a i s et trois d ' I l l i n o i s , dans l ' e s pace de vingt-deux l i e u e s , situés dans u n e l o n g u e p r a i r i e , bornée à l'Est par une c h a î n e de montagnes et p a r l a rivière des T a m a r o u a s ; et à l ' O u e s t , par le Mississipi. L e s cinq v i l lages F r a n ç a i s composent ensemble environ cent quarante familles. L e s trois villages S a u -

D 3


79

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

vages peuvent fournir trois cens h o m m e s en état de porter les a r m e s . Il y a dans l e p a y s p l u s i e u r s fontaines salées ; l'une d e s q u e l l e s , à d e u x l i e u e s d ' i c i , fournit tout l e sel q u i se consomme dans les contrées c i r c o n v o i s i n e s , et dans p l u s i e u r s postes de l à d é p e n d a n c e d u C a n a d a . I l y a des m i n e s sans nombre ; m a i s c o m m e i l ne se trouve personne en état de faire l e s dépenses n é c e s saires pour les ouvrir et les t r a v a i l l e r , e l l e s restent dans l e u r état primitif. Q u e l q u e s p a r t i c u l i e r s se b o r n e n t à tirer du p l o m b de q u e l q u e s - u n e s , p a r c e q u ' i l s'en trouve presqu'à l a superficie des m i n e s . I l s en fournissent l e p a y s , toutes les Nations S a u v a g e s d u M i s souri et du M i s s i s s i p i , et p l u s i e u r s postes d u C a n a d a . Deux Espagnols et P o r t u g a i s q u i sont i c i , et q u i prétendent se connaître u n peu en fait de m i n e s et de m i n é r a u x , a s s u rent que celles-ci ne diffèrent point des m i nes du M e x i q u e et du Pérou ; et que si on l e s fouillait un p e u a v a n t , i l est à croire q u ' o n trouverait du m i n é r a l d'argent sous l e m i n é r a l de p l o m b . Ce q u ' i l y a de c e r t a i n , c'est que l e p l o m b en est très-fin, et qu'on en t i r e q u e l q u e peu d ' a r g e n t ; on a trouvé aussi d u b o r a x dans ces m i n e s , et de l'or en q u e l q u e s e n d r o i t s , m a i s en très-petite q u a n t i t é . Q u ' i l y ait des m i n e s de c u i v r e , cela est i n d u b i t a b l e , p u i s q u e de temps à autre on en trouve de t r è s - g r a n d s m o r c e a u x dans l e s ruisseaux. I l n'est p o i n t , dans toute l ' A m é r i q u e , d'Officier p a r t i c u l i e r dans le département


ET

79

C U R I E U S E S .

de celui qui commande pour le Roi aux I l l i nois. Au Nord et N o r d - O u e s t , l'étendue en est i l l i m i t é e : i l s'étend dans les immenses pays qu'arrosent le Missouri et les rivières qui se jettent dans ce fleuve ; pays les plus beaux du monde. Q u e de Nations Sauvages dans ces vastes contrées s'offrent au zèle des Missionnaires ! Elles sont du district de Messieurs des Missions é t r a n g è r e s , à qui M . l'Evêque de Q u e b e c les a adjugées depuis plusieurs années. Ces Messieurs sont ici au nombre de t r o i s , qui desservent deux Cures Françaises ; on ne peut rien de plus a i m a b l e pour le c a r a c t è r e , ni de plus édifiant pour l a conduite : nous vivons avec eux comme si nous étions membres d'un même corps. P a r m i les Nations du M i s s o u r i , i l en est qui paraissent avoir une disposition p a r t i c u lière à recevoir l'Evangile ; par e x e m p l e , les Panismahas. L ' u n des Messieurs dont je viens de p a r l e r , écrivit un jour à un F r a n ç a i s qui commerçait chez ces S a u v a g e s , et il le p r i a dans sa lettre de baptiser les enfans moribonds. L e chef du village apercevant cette lettre : q u ' y a-t-il de n o u v e a u , dit-il au F r a n ç a i s ? Rien, repartit c e l u i - c i . Mais q u o i , reprend le S a u v a g e , parce que nous sommes de couleur r o u g e , ne pouvons-nous pas savoir les nouvelles ? C'est le Chef n o i r , reprit le F r a n ç a i s , qui m'écrit et me recommande de baptiser les enfans m o r i b o n d s , pour les envoyer au grand Esprit. L e chef S a u v a g e , parfaitement satisfait, l u i dit : ne t'inquiéte point ; je me charge moi-même de te faire

D 4


80

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

avertir toutes les fois qu'il y aura q u e l q u ' e n fant en danger. Il assemble ses gens : q u e pensez-vous, l e u r d i t - i l , de ce Chef noir ? ( car c'est ainsi q u ' i l s appellent les M i s s i o n n a i r e s . ) Nous ne l'avons j a m a i s vu ; nous ne l u i avons j a m a i s fait de bien ; il d e m e u r e loin de n o u s , au-delà du s o l e i l , et c e p e n dant il pense à notre village : il nous veut faire du bien ; et quand nos enfans viennent à m o u r i r , il veut les envoyer au grand Esprit : il faut que ce Chef noir soit bien bon. Q u e l q u e s négocians q u i venaient de son v i l l a g e , m'ont cité des traits qui prouvent que tout sauvage q u ' i l est, il n'en a pas moins d'esprit et de bon sens. A la mort de son p r é d é c e s s e u r , tous les suffrages de sa Nation se réunirent en sa faveur. Il s'excusa d'abord d'accepter la q u a l i t é de Chef ; mais enfin contraint d ' a c q u i e s c e r , vous voulez d o n c , l e u r d i t - i l , que je sois votre Chef : j ' y consens ; m a i s songez q u e je veux être véritablement C h e f , et qu'on m'obéisse ponctuellement en cette q u a l i t é . J u s q u ' à présent les veuves et l e s orphelins ont été dans l ' a b a n d o n , je p r é t e n d s que dorénavant on pourvoie à l e u r s besoins ; et afin q u ' i l s ne soient point oub l i é s , j e veux et je prétends q u ' i l s soient les p r e m i e r s partagés. En c o n s é q u e n c e , i l ordonne à son E s c a p i a , qui est comme son M a î t r e d ' h ô t e l , de réserver, toutes les fois qu'on ira à la c h a s s e , une quantité de v i a n des suffisante pour les veuves et les o r p h e l i n s . Ces peuples n'ont encore que très-peu de fusils. I l s chassent à cheval avec la flèche


ET

CURIEUSES.

81

et la lance ; ils environnent une troupe de b œ u f s , et il en est peu qui leur échappent. L e s bêtes mises par t e r r e , l'Escapia d u Chef va en toucher de la main un certain nombre : c'est la part des veuves et des orphelins ; il n'est permis à personne d'en rien prendre. Un des chasseurs, par inadvertance sans d o u t e , s'étant mis en devoir d'en couper un m o r c e a u , le Chef sur-le-champ le tua d'un coup de. fusil. Ce Chef reçoit les Français avec beaucoup de distinction ; i l ne les fait manger qu'avec l u i s e u l , ou avec quelque chef de Nation étrangère, s'il s'en rencontre. Il honore du titre de soleil le Français le plus misérable qui se trouvera dans son village ; et en conséquence il dit que le ciel est toujours serein tant que l e Français y séjourne. Il n'y a qu'un mois q u ' i l est venu saluer notre commandant : j e suis allé exprès au fort de Char t r e s , à six lieues d ' i c i , pour l e voir. C'est un parfaitement bel homme. Il m'a fait politesse à sa m a n i è r e , et m'a invité à aller donner de l'esprit à ses g e n s , c ' e s t - à - d i r e , à les instruire. Son village, à ce que rapportent les Français qui y ont é t é , peut fournir neuf cens h o m mes en état de porter les armes. Au r e s t e , ce pays-ci est d'une bien plus grande importance qu'on ne s'imagine. Par sa position seule il mérite que la France n'épargne rien pour le conserver ; il est vrai qu'il n'a pas encore enrichi les coffres d u R o i , et que les convois sont coûteux ; mais il n'est pas moins vrai que la tranquillité du D 5


82

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

C a n a d a et la sûreté de tout le bas de l a Col o n i e en dépendent. Certainement sans ce poste plus de communication par terre entre l a L o u i s i a n e et le C a n a d a . Autre c o n s i d é r a t i o n , p l u s i e u r s quartiers du m ê m e C a n a d a , et tous ceux du bas fleuve se trouveraient p r i vés des vivres q u ' i l s tirent des I l l i n o i s , et q u i souvent sont pour eux d'une grande r e s source. L e R o i en f e s a n t i c i u n établissement s o l i d e , pare à tous ces inconvéniens : il s'assure de la possession du p l u s v a s t e , du plus beau pays de l ' A m é r i q u e septentrionale. P o u r s'en c o n v a i n c r e , i l suffit de jeter les y e u x sur la carte si connue de la L o u i s i a n e , et de c o n sidérer la situation des I l l i n o i s , et l a m u l t i t u d e des Nations a u x q u e l l e s ce poste sert c o m m u n é m e n t de b a r r i è r e . J e suis en l ' u n i o n de vos saints sacrifices, etc.


ET

C U R I E U S E S .

83

L E T T R E

Du Père Margat, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père *** de la même Compagnie. A Notre-Dame de la petite A n s e , côte de Saint-Domingue, dépendante du C a p , ce 2 7 Février 1 7 2 5 .

MON RÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. J ' a i reçu la lettre q u e vous m'avez fait l'honneur de m ' é c r i r e , et je ne puis la l i r e que mon cœur ne s'attendrisse : je vous avouerai même que les grands sentimens dont elle est r e m p l i e , ne contribuent pas peu à r a n i m e r mon z è l e , et h m e soutenir dans les peines attachées au saint M i n i s t è r e , a u q u e l D i e u , par son infinie m i s é r i c o r d e , a daigné m'appeler. Il y a l o n g - t e m p s , m e d i t e s - v o u s , que vous soupirez après les Missions : votre attrait serait pour les p l u s l a b o r i e u s e s , et pour celles où il y a le plus à souffrir : une seule difficulté vous a r r ê t e , c'est le peu de disposition que vous vous sentez à apprendre des langues étrangères. Cet o b s t a c l e , m'ajoutez-vous, ne se trouve point dans nos Missions de l ' A m é rique M é r i d i o n a l e , et c'est ce qui vous les D 6


84

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

ferait choisir préférablement a u x , a u t r e s . M a i s vous êtes bien aise de savoir à q u e l s t r a v a u x elles e n g a g e n t , l e bien qu'il y a à faire p o u r avancer l a g l o i r e de Dieu et p r o c u r e r l e salut des â m e s , et enfin ce qu'on y trouve à souffrir dans l ' e x e r c i c e de nos fonctions. C'est s u r quoi j e vais vous satisfaire sans vous rien d é g u i s e r , et avec toute la s i n cérité q u e vous m e connaissez. Q u a n d nous n ' a u r i o n s d'autre occupation que c e l l e d'être chargés de la conduite s p i r i t u e l l e des F r a n ç a i s , que la richesse du comm e r c e attire i c i de toutes l e s P r o v i n c e s , il y a u r a i t , ce m e s e m b l e , de quoi contenter l e zèle d'un h o m m e Apostolique : p r ê c h e r , c o n f e s s e r , c a t é c h i s e r , a d m i n i s t r e r les S a c r e ZnenSj visiter les m a l a d e s , assister l e s m o r i b o n d s , entretenir la p a i x et l'union dans l e s f a m i l l e s , voilà à quoi engage notre m i n i s tère ; m a i s ce n'en est q u ' u n e partie : l e s N è g r e s esclaves ne sont pas u n m o i n d r e objet de notre zèle ; nous pouvons même les regard e r c o m m e notre couronne et notre g l o i r e . E n effet, i l s e m b l e q u e la Providence n e l e s a i t tirés de l e u r P a y s , que pour l e u r faire trouver ici une v é r i t a b l e terre de p r o m i s s i o n , et q u ' i l ait v o u l u récompenser la servitude t e m p o r e l l e , à l a q u e l l e l e m a l h e u r de l e u r condition les assujettit, par la véritable l i b e r t é des enfans de D i e u , où nous l e s mettons avec u n succès qui ne p e u t s'attribuer qu'à la g r â c e et a u x bénédictions du S e i g n e u r . V o u s ne serez pas fâché de connaître le caractère et le génie d'une N a t i o n , à la c o n -


ET

CURIEUSES.

85

version de l a q u e l l e vous travaillerez peutêtre un jour. L ' i d é e que je vais vous en donner ne sera pas tout-à-fait conforme à celle que se forment quelques-uns denos Commerçans qui croient leur faire beaucoup d'honneur de les distinguer du commun des b ê t e s , et qui ont de la peine à s'imaginer que des P e u p l e s , d'une couleur si différente de l a l e u r , puissent être de la même espèce que les Européens. Il est vrai qu'à parler en g é n é r a l , ils sont communément grossiers, s t u p i d e s , b r u t a u x , plus ou m o i n s , selon la différence des l i e u x où ils ont pris naissance. L e commerce q u ' i l s ont avec les Européens et avec leurs compat r i o t e s , anciens dans la C o l o n i e , les civilise et les rend dociles. Il s'en trouve même p l u sieurs parmi eux qui ont de l'esprit et d u talent pour les Arts auxquels on les appliq u e , et où souvent ils réussissent m i e u x que les F r a n ç a i s . L e u r simplicité naturelle les dispose en quelque sorte à m i e u x recevoir les vérités Chrétiennes. Ils sont peu attachés aux superstitions de leur P a y s , et la plupart arrivent ici sans aucune teinture de Religion. Comme i l n'y a point de préjugés à v a i n c r e , leurs e s prits sont plus capables des impressions d u C h r i s t i a n i s m e , et c'est ce que l'expérience nous apprend tous les jours. L e b a p t ê m e , pour peu qu'il leur soit, devient l'objet de leurs desirs. Les le demandent avec des empressemens incroyables, et ils témoignent une vénération profonde pour tout ce qui y


86

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

a d u rapport. L e j o u r où i l s ont l e b o n h e u r d ' y être a d m i s , est le p l u s sacré de l e u r v i e . C e u x q u ' i l s ont choisis pour p a r r a i n s et m a r r a i n e s , a c q u i è r e n t sur e u x un droit a u q u e l i l s se feraient un s c r u p u l e de n'être pas soumis. A certains vices p r è s , q u i se ressentent d u c l i m a t où i l s sont n é s , et qui sont fomentés par la l i c e n c e de l e u r é d u c a t i o n et par l e s m a u v a i s e x e m p l e s q u ' i l s ont souvent devant les y e u x , on ne trouverait p r e s q u e p o i n t d'obstacle à l e u r parfaite conversion. M a i s q u a n d on les a u n e fois fixés p a r l e s e n g a g e m e n s d'un l é g i t i m e m a r i a g e , cet obstacle cesse d ' o r d i n a i r e , et i l s deviennent d ' e x c e l lens Chrétiens. C e sont ces pauvres e s c l a v e s , a u n o m b r e d'environ c i n q u a n t e m i l l e , q u i nous o c c u pent continuellement dix-huit Missionnaires q u e nous s o m m e s . Q u a n d nous ne t r o u v e r i o n s d'autre bien à f a i r e , q u e de b a p t i s e r l e s enfans d'une Nation q u i m u l t i p l i e b e a u c o u p , et q u i s'accroît c h a q u e année p a r l a m u l t i t u d e des vaisseaux q u i en transportent u n g r a n d n o m b r e dans cette C o l o n i e , l e zèle d'un ouvrier E v a n g é l i q u e a u r a i t d e quoi se satisfaire ; i l ne se passe guères de s e m a i n e s qu'on n'en apporte c i n q ou six à l ' E g l i s e , et quelquefois davantage. Ces enfans nés d a n s l e sein de la R e l i g i o n , en apprennent de b o n n e h e u r e les p r i n c i p e s et les m a x i m e s ; i l s n'ont presque riein de l a grossièreté d e l e u r s pères ; i l s ont p l u s d ' e s p r i t , et p a r l e n t NOTRE l a n g u e p l u s p u r e m e n t et avec p l u s de


ET

CURIEUSES.

87

facilité que l a plupart des Paysans et des Artisans de F r a n c e . Q u a n d ils sont parvenus à un certain Age, et qu'on les a fixés par le m a r i a g e , il n'est pas rare de trouver p a r m i eux de saintes f a m i l l e s , où régnent la crainte de D i e u , l'attachement constant à leurs d e v o i r s , l'assiduité à la prière et a u x plus fervens exercices du Christianisme. On a vu de jeunes esclaves donner des preuves éclatantes de leur f e r m e t é , et s'exposer aux plus rigour e u x t r a i t e m e n s , plutôt que de consentir aux sollicitations de ceux q u i cherchaient à les séduire. Q u o i q u e les Nègres nouvellement arrivés de G u i n é e , n'aient p a s , généralement p a r l a n t , d'aussi heureuses dispositions, on ne laisse pas de les tourner assez aisément au bien. Il est vrai que le caractère de l e u r d é votion est conforme à l a grossiéreté de l e u r g é n i e , mais on y trouve cette précieuse s i m plicité si vantée dans l'Evangile : croire un seul Dieu en trois personnes, le craindre et l ' a i m e r , espérer le C i e l , appréhender l ' e n f e r , éviter le p é c h é , réciter les p r i è r e s , se confesser de t e m p s - e n - t e m p s , communièr lorsqu'on les en juge capables ; voilà toute l e u r dévotion. Du r e s t e , ils ont une docilité entière ; i l s nous écoutent avec attention, et pourvu que ce qu'on leur dit soit à l e u r p o r t é e , ils profitent insensiblement de nos instructions : i l s en confèrent ensemble à leur manière ; l e s plus savans instruisent leurs compatriotes nouveaux v e n u s , et leur donnent une grande


88

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

idée d u b a p t ê m e . Ce sont des semences q u i fructifient avec le temps. Ils les présentent ensuite au M i s s i o n n a i r e afin q u ' i l les e x a m i n e ; i l s l e u r font répéter en sa présence ce q u ' i l s leur ont a p p r i s ; et lorsqu'on l e s trouve suffisamment i n s t r u i t s , et que d ' a i l l e u r s on est informé de l e u r bonne c o n d u i t e , on détermine l e jour qu'on les admettra a u baptême. On ne peut rien ajouter à la confiance et a u respect que ces pauvres gens ont p o u r l e s M i s s i o n n a i r e s : ils nous regardent c o m m e l e u r s pères en J é s u s - C h r i s t . C'est à nous q u ' i l s s'adressent dans toutes l e u r s peines ; c'est nous q u i les d i r i g e o n s dans l e u r s é t a b l i s s e m e n s , et qui l e s réconcilions dans l e u r s q u e r e l l e s ; c'est p a r notre intercession q u ' i l s obtiennent souvent de l e u r s maîtres l e p a r d o n des fautes qui l e u r a u r a i e n t attiré de sévères c h â t i m e n s ; ils sont convaincus que nous avons l e u r s intérêts à coeur, et q u e nous nous e m p l o y o n s à adoucir la r i g u e u r de l e u r c a p t i v i t é , p a r tous les m o y e n s q u e la R e l i g i o n et l ' h u m a n i t é nous suggèrent ; i l s y sont sensib l e s , et ils c h e r c h e n t en toute occasion à nous en m a r q u e r l e u r reconnaissance. S i nous étions un p l u s grand nombre d ' o u v r i e r s , nous pourrions p a r e o u r i r p l u s souvent p e n d a n t l'année les diverses habitations q u i sont quelquefois éloignées de quatre ou cinq lieues de l ' E g l i s e ; nos instructions p l u s fréquentes produiraient de p l u s grands f r u i t s , et r a n i m e r a i e n t l a ferveur de ces bonnes gens ; m a i s comme c h a c u n de nous est seul dans


ET

CURIEUSES.

89

son d i s t r i c t , il ne nous est guères possible de nous éloigner de notre E g l i s e , de crainte que pendant notre a b s e n c e , on ne vienne nous chercher pour des malades q u i sont toujours en grand nombre. V o i l à , mon Révérend P è r e , une légère idée de ce qui se peut faire ici d'avantageux pour la gloire de Dieu et le salut des ames : venons aux peines attachées à notre m i n i s tère. On n'en manque p o i n t , et ceux qui se consacrent à ces Missions, doivent s'attendre à diverses épreuves. Il y en a que cause l'intempérie du c l i m a t , d'autres qui sont attachées à la nature des emplois. Il y en a de particulières pour les nouveauxvenuss, d'autres q u i sont le fruit des travaux et du long séjour. Il y en a enfin qui crucifient l e corps et altèrent la s a n t é , et d'autres qui tourmentent l'esprit et affligent l ' a m e . Dans les unes et les autres on trouve de quoi exercer la patience. J e ne vous dissimulerai pas que cette I l e présente d'abord un coup-d'œil charmant à u n Missionnaire nouvellement débarqué. U n e vaste p l a i n e , de vertes p r a i r i e s , des habitations bien c u l t i v é e s , des jardins plant é s , les uns d ' i n d i g o , et les autres de cannes à s u c r e , rangés avec art et symétrie ; l'horizon borné ou par la m e r , ou par des montagnes couvertes de b o i s , q u i , s'élevant en a m p h i t h é â t r e , forment un eperspective variée d'une infinité d'objets différens ; des chemins tirés au c o r d e a u , bordés des deux côtés par des haies vives de citronniers et d'orangers ; m i l l e fleurs qui réjouissent l a


90

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

v u e et parfument l ' a i r . C e spectacle p e r s u a d e à un nouveau v e n u , q u ' i l a trouvé u n e d e ces I l e s enchantées q u i ne subsistent q u e dans l ' i m a g i n a t i o n des Poètes. M a i s toute r i a n t e qu'est cette i m a g e , mettez-vous d a n s l ' e s p r i t q u ' i l n ' y a q u ' u n e g r a n d e envie de faire f o r t u n e , ou un zèle ardent d e t r a v a i l l e r a u salut des a m e s , q u i puisse faire trouver q u e l q u e a g r é m e n t dans ce séjour. J e r e g a r d e c o m m e une des p l u s g r a n d e s i n c o m m o d i t é s de cette I l e la c h a l e u r e x c e s sive d u c l i m a t , dont j ' a t t r i b u e en p a r t i e l a cause à la situation m ê m e de l ' I l e . S e s cotes sont assez basses ; et c o m m e e l l e est p a r t a g é e d a n s toute sa l o n g u e u r p a r u n e c h a î n e d e h a u t e s m o n t a g n e s , e l l e reçoit p a r réflexion tous les r a y o n s du soleil qui l'échauffent e x t r ê m e m e n t . Cette conjecture m e p a r a î t d'autant m i e u x f o n d é e , que p l u s la p l a i n e s ' é l a r g i t , m o i n s l a c h a l e u r est s e n s i b l e . A u c o n t r a i r e dans l e s a n s e s , et d a n s les a u t r e s endroits p l u s s e r r é s , tels q u e sont l e C a p , l e petit G o a v e , etc. les c h a l e u r s y sont p r e s que insupportables. Il est vrai q u e p a r u n e disposition a d m i r a b l e de la P r o v i d e n c e , cette v i o l e n t e c h a l e u r est m o d é r é e p a r d e u x sortes de vents q u i soufflent r é g u l i è r e m e n t c h a q u e j o u r ; l ' u n q u ' o n a p p e l l e brise, se lève vers les d i x h e u r e s du m a t i n , et souffle de l ' E s t à l ' O u e s t j u s q u ' à q u a t r e ou c i n q h e u r e s d u soir ; l ' a u t r e qu'on n o m m e vent de t e r r e , se lève de l'Ouest sur les six ou sept h e u r e s d u s o i r , et d u r e j u s q u ' à h u i t h e u r e s du m a t i n . M a i s


ET

CURIEUSES.

91

comme l'action de ces vents est souvent arrêtée ou interrompue par diverses c a u s e s , i l reste toujours assez de chaleur pour fatiguer extraordinairement ceux que leurs affaires appellent hors de la m a i s o n , sur-tout depuis neuf heures du matin jusqu'à quatre heures du soir de l ' é t é , qui dure presque neuf mois entiers. C'est dans ce temps-là qu'on est exposé à recevoir ces violens coups de s o l e i l , qui causent des fièvres accompagnées de transports et de douleurs de tête inconcevables : elles mettent le sang et les esprits dans u n très-grand mouvement : j ' e n ai vu à qui l'on a v a i t m i s s u r la tête des bouteilles d'étain remplies d'eau ; l'agitation des esprits la fesait bouillonner comme si la bouteille avait été sur le feu. S i l'impression du soleil se fait sur la main ou sur la j a m b e , elle y cause une inflammation semblable à une érysipèle. Nos habitans ont la précaution de ne sortir que rarement dans ces heures c r i t i q u e s , ou bien ils ne voyagent qu'en chaise : c'est une voiture qui est devenue très-commune , et ce n'est plus une distinction de s'en servir. On nous a souvent pressé d'en user comme d'autres R e l i g i e u x qui ont leurs Missions dans cette partie de l ' I l e qui dépend de Léogane : mais nous n'avons pas cru jusqu'ici devoir nous procurer cette c o m m o d i t é , et nous nous contentons de quelques c h e v a u x , souvent assez m a u v a i s , à cause de la rareté des b o n s , et du p r i x excessif où les fait monter l a quantité des chaises roulantes.


92

LETTRES

ÉDIFIANTES

Cependant notre ministère nous engage à de fréquens et p é n i b l e s voyages : il nous est même impossible de garder certaines mesures que la prudence semblerait e x i g e r , p o u r être en étal de rendre de plus longs services. On nous vient chercher à toute h e u r e , et l e jour et la n u i t , quelquefois pour p l u sieurs endroits éloignés les uns des a u t r e s , soit pour confesser, soit pour administrer l e Baptême. A peine est-on de retour d'un q u a r t i e r , qu'on nous appelle dans un autre. S o u v e n t , après une course f a t i g a n t e , lorsqu'on croit prendre un peu de r e p o s , on vient a u m i l i e u de la nuit interrompre notre s o m m e i l , p o u r courir à un prétendu m o r i b o n d , q u i se porte quelquefois m i e u x que nous. Encore est-on h e u r e u x l o r s q u e , pendant ces c o u r s e s , on n'est point a c c u e i l l i de ces orages soudains et v i o l e n s , qui se forment p r e s q u e toutes les a p r è s - d i n é e s d e p u i s l e m o i s d'Avril j u s q u ' a u mois de Novembre. L e s rayons du soleil élevant le m a t i n les vapeurs de la t e r r e , les r a m a s s e n t , et en forment le soir des espèces d ' o u r a g a n s , toujours accompagnés d ' é c l a i r s , de t o n n e r r e , et d'un vent i m p é t u e u x . L a p l u i e tombe alors si abondamment qu'en un instant on est tout percé. Ce ne serait a i l l e u r s q u ' u n rafraichissement ; m a i s ici ces sortes d ' a c c i dnns sont suivis d'ordinaire de q u e l q u e s accès de fièvre, ou de q u e l q u ' a u t r e fâcheuse incommodité. Q u o i q u e les c h a l e u r s soient moins vives dans les m a i s o n s , on ne laisse pas d'en souf-


ET

CURIEUSES.

93

frir beaucoup ; elles vous jettent dans l'abatt e m e n t , et vous ôtent les forces et l'appétit. Une quantité prodigieuse de mouches achèvent de vous désoler. Il faut porter à tout moment le mouchoir au visage pour les chass e r , ou pour en essuyer la sueur qui découle en abondance. Peut-être croirez-vous qu'on se sent soul a g é , lorsque le soleil est sur son déclin : point du tout. L e vent qui tombe tout-àcoup avec le s o l e i l , vous laisse respirer un air étouffant produit par les vapeurs de l a terre échauffée, qui ne sont plus dissipées par la bise. S i vous voulez sortir pour jouir de la fraîcheur des s o i r é e s , vous vous trouvez investi d u n e armée de maringouins, qui vous obligent de rentier au plus vite dans la m a i s o n , et de vous y renfermer. Il y a des temps o ù , quelques précautions qu'on p r e n n e , on en est tourmenté pendant toute la nuit. L e bruit importun de leurs b o u r d o n n e m e n s , et la pointe aigue de leur trompe vous agitent sans c e s s e , et vous c a u sent de longues et de dangereuses insomnies. Ce qu'il y a d ' e x t r a o r d i n a i r e , c'est que vers le minuit le temps c h a n g e , et que le vent de terre qui souffle pour lors avec plus de f o r c e , amène la fraîcheur. On serait tenté d'en jouir ; mais il faut bien s'en donner de g a r d e , il faut même avoir soin de se c o u v r i r , si l'on ne veut s'exposer à de fâcheuses m a l a d i e s . Ce n'est pas à dire que le soleil ait la même force pendant toute l'anuée : les vents du


94

L E T T R E

ÉDIFIANTES

Nord qui soufflent depuis l e mois de Novemb r e j u s q u ' a u mois de M a r s , modèrent les c h a l e u r s et amènent des p l u i e s q u i rafraîchissent l ' a i r ; m a i s ces pluies sont si a b o n d a n t e s , que les rivières d é b o r d e n t , que les c h e m i n s se rompent et deviennent presque i m p r a t i c a b l e s . C o m m e l ' a i r h u m i d e et g r o s sier cause dans cette saison u n e infinité de m a l a d i e s , c'est le temps où un M i s s i o n n a i r e est le p l u s occupé au dehors. I l est o b l i g é de passer des rivières à la n a g e , de se traîner dans les b o u e s , de g r i m p e r des m o n t a g n e s , d e traverser des f o r e t s , de s'exposer à m i l l e i n c o m m o d i t é s , dont la m o i n d r e est d'avoir toute la journée la p l u i e sur le corps. Ce fut dans une s e m b l a b l e saison q u e nous perdîmes l e Père Vanhove. Ce M i s s i o n n a i r e , q u e son zèle entraînait a u - d e l à de ses f o r c e s , étant appelé pour u n m a l a d e , s'obstina à vouloir passer une rivière q u e l ' o r a g e avait grossie. L a violence des e a u x l ' e m p o r t a , et ce ne fut que l e l e n d e m a i n qu'on trouva son corps fort loin de l'endroit o ù i l était tombé. C'est ainsi q u e , v i c t i m e de sa c h a r i t é , i l couronna une vie s a i n t e , p a r une mort que nous avons regardée comme une espèce de m a r t y r e . Il est difficile q u ' u n air toujours e m b r a s é , ou épaissi par des vapeurs m a l i g n e s , ne cause de fréquentes m a l a d i e s ; m a i s c'est p r i n c i p a l e m e n t aux nouveaux venus q u ' i l est contraire. On n'en voit guère q u i , à l e u r a r r i v é e , ne paient l e tribut. I l y en a q u i s'en d é f e n d e n t , les uns trois m o i s , les a u t r e s


ET

CURIEUSES.

95

s i x , quelques-uns un an et même deux ans ; mais il y en a peu qui s'en exemptent. L'attaque est vive et brusque les huit premiers jours que la maladie se déclare ; si elle traîne en l o n g u e u r , c'est un signe certain de g u é rison. L e défaut de soins et de ménagement est plus à craindre que la malignité du mal. S i la maladie du pays s'y m ê l e , le malade tombe dans une mélancolie profonde, dont on a bien de la peine à le tirer. Ajoutez les chaleurs excessives, qui étant si fâcheuses aux personnes s a i n e s , ne peuvent être q u ' i n supportables à celles que le poids du mal accable. J ' a i passé par cette é p r e u v e , et je crus un temps que je deviendrais absolument inutile à cette Mission : mais grâce à Dieu ma santé s'est affermie, et je suis plus en état que personne d'en supporter les travaux. Il ne faut que considérer le petit nombre de Missionnaires que nous s o m m e s , pour comprendre qu'il n'est pas possible de m é nager la santé des convalescens, autant qu'il serait nécessaire pour leur parfait rétablissement. Lorsque j'arrivai ici accompagné de plusieurs autres Missionnaires, on ne songea d'abord qu'à profiter d'un s e c o u r s , attendu depuis long-temps. A peine fûmesnous d é b a r q u é s , qu'on destina les uns à remplir les postes v a c a n s , et les autres à desservir les quartiers nouvellement établis. L e district qui m'échut en p a r t a g e , était le plus étendu de toute la Mission. J e ne tardai guère à être attaqué de la maladie ordinaire. L'éloignement où j'étais du centre de la


96

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

M i s s i o n , fit que je m'obstinai à continuer mes fonctions plus long-temps q u e la v i o lence du mal ne le permettait. J e me traîn a i s , le m i e u x q u ' i l m'était p o s s i b l e , e n a l l a n t assister les malades ; et quand je ne pouvais souffrir l e cheval ni m a r c h e r à p i e d , je me fesais porter dans un hamac, et s o u vent il arrivait q u ' e n administrant les S a c r e m e n s je tombais en faiblesse. Enfin il fallut me transporter à notre maison du C a p , où. ma vie fut q u e l q u e temps en danger. L e P è r e de la Verouillère étant parti pour r e m p l i r le poste que je laissais v i d e , fut p r i s de la même m a l a d i e , et en mourut. M e s forces n'étaient pas encore bien r é t a b l i e s , qu'il me fallut le remplacer. Ce retour préc i p i t é produisit plusieurs rechûtes q u i reculèrent ma guérison. C'est cette complication de travail et d e m a l a d i e qui a mis au tombeau le Père de B a s t e , le P è r e L e x i , le Père All a i n , et l e P è r e M i c h e l . S i l'on eût pu ménager l e s nouveaux v e n u s , et l e u r laisser essuyer les premières m a l a d i e s dans notre maison du C a p , où l'on ne manque d'aucun secours nécessaire, nous n'aurions pas perdu d'excellens sujets q u e l a mort a enlevés à la fleur de l'âge. M a i s cette sorte d'épreuve ne regarde point les personnes d'un âge avancé : au contraire ce climat est favorable pour les v i e i l l a r d s , et i l s y trouvent de quoi réchauffer les glaces de l'âge. Nous en avons quelques-uns q u i sont venus fort âgés dans cette I l e . Ils s'y

sont


ET

CURIEUSES.

97

sont sentis comme renaître, et ils soutiennent encore aujourd'hui tout le poids du travail avec plus de courage et de v i g u e u r que les plus jeunes d'entre nous. U n e autre épreuve qui peut étonner u n nouveau Missionnaire accoutumé au t u m u l t e des villes d ' E u r o p e , et à la vie sociale de nos M a i s o n s , c'est la solitude : e l l e est extrême, lorsque son ministère ne l ' a p pelle point au - dehors : il se trouve s e u l dans une maison isolée et environnée d e bois et de m o n t a g n e s , loin des secours dont on peut avoir besoin à toute h e u r e , livré à la merci de deux N è g r e s , dont toute l'attention est quelquefois de nuire à l e u r m a î t r e . Dans l e temps des grandes pluies et des débordemens de rivières t r è s - f i é q u e n s , on passe quelquefois j u s q u ' à h u i t jours entiers sans voir personne. C'est a l o r s , mon Révérend P è r e , q u e l e don de la prière et de l'étude est absolument nécessaire pour n'être pas livré à l'ennui. C e n'est pas qu'on ne puisse trouver de l ' o c c u pation sans sortir de chez soi : la décoration et l'entretien de son Eglise en peuvent fourn i r : on peut aussi s'appliquer avec agrément et u t i l i t é à la culture d'un petit jardin. L e s légumes de F r a n c e y viennent bien c o m munément. Un pareil amusement ôte à u n désert cet a i r triste et sauvage qui en r e n d r a i t le séjour moins supportable. C'est de p l u s l ' u n i q u e ressource qu'on ait pendant le cours de l ' a n n é e , pour subsister l e Carême et les jours d ' a b s t i n e n c e , le poisson étant i c i fort

Tome

VII.

E


98

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

r a r e , m o i n s p a r l a s t é r i l i t é des r i v i è r e s o u d e l a m e r , q u e p a r l a n é g l i g e n c e des h a b i tans. M a i s , m e d i r e z - v o u s , nos M a i s o n s sonte l l e s si é l o i g n é e s l e s u n e s des a u t r e s q u ' o n ne puisse se voir de temps en temps ? J e vous r é p o n d r a i q u e c e u x q u i d e m e u r e n t dans l a p l a i n e , a y a n t des voisins à trois ou q u a t r e l i e u e s , peuvent avoir q u e l q u e c o m m e r c e e n s e m b l e , soit en se voyant chez e u x , soit e n se r e n d a n t a u C a p , où est la M a i s o n p r i n c i p a l e . M a i s ce p l a i s i r , l e seul q u e n o u s p u i s s i o n s g o û t e r , est b i e n m o d é r é p a r l a p e i n e d u v o y a g e , et p a r l ' a p p r é h e n s i o n c o n t i n u e l l e où l'on est q u e , p e n d a n t notre a b s e n c e , on n e v i e n n e nous d e m a n d e r p o u r q u e l q u e m a l a d e . I l y en a d ' a u t r e s en g r a n d n o m b r e dont l e d é p a r t e m e n t est dans d e s l i e u x d e difficile a c c è s , dans d e d o u b l e s m o n t a g n e s souvent environnées d e r i v i è r e s d a n g e r e u s e s : c e u x - l à n e sortent q u e r a r e m e n t , et i l y en a tel q u e j e n ' a i p u voir q u ' u n e fois d e p u i s s i x a n s q u e j e suis d a n s cette Mission. I l est vrai q u ' o n p o u r r a i t é g a y e r sa s o l i tude par le commerce qu'on entretiendrait avec q u e l q u e s - u n s des h a b i t a n s : m a i s , p o u r d e bonnes r a i s o n s , nous nous s o m m e s m i s s u r l e p i e d de ne sortir de chez nous que lorsque la bienséance ou la charité nous appelle au-dehors. E n f i n , mon Révérend P è r e , sans p a r l e r d e b e a u c o u p d'autres i n c o m m o d i t é s p a r t i culières à ces îles, telles que sont une m u l -


ET

CURIEUSES.

99

t i t u d e d'insectes d e toute e s p è c e , dont l e s u n s sont v e n i m e u x et les a u t r e s t r è s - i m p o r t u n s , je m ' a r r ê t e a u x s e u l e s p e i n e s a t t a c h é e s à notre e m p l o i . C e n ' e n est pas u n e p e t i t e q u e l e dégoût c a u s é par n o t r e a s s i d u i t é c o n t i n u e l l e a u p r è s des N è g r e s . O n en confesse q u e l quefois p l u s de cent en u n e m a t i n é e . L ' o d e u r d u tabac en fumée dont i l s ne p e u v e n t se p a s s e r , j o i n t e à c e l l e de l ' e a u - d e - v i e d e c a n n e s , d o n t i l s sont t r è s - f r i a n d s , c o m p o s e u n p a r f u m q u i fait s o u l e v e r l e c œ u r à c e u x q u i n ' y sont pas e n c o r e a c c o u t u m é s . I l en coûte e n c o r e p l u s à la n a t u r e , l o r s q u ' o n l e s assiste d a n s l e u r s m a l a d i e s . On l e s trouve d a n s l e u r s c a b a n e s , é t e n d u s p a r t e r r e s u r u n m é c h a n t c u i r q u i l e u r sert de l i t , a u m i l i e u de l a fange et de l ' o r d u r e , souvent couverts d ' u l c è r e s d e p u i s l a tête j u s q u ' a u x p i e d s . L a c h a l e u r étouffante de ces r é d u i t s fermés de tous c ô t é s , et o ù i l y a toujours d u f e u , l a fumée épaisse et l a m a u v a i s e o d e u r q u i y r é g n e n t , sont u n r u d e e x e r c i c e p o u r u n M i s s i o n n a i r e o b l i g é d ' y passer l e s h e u r e s e n t i è r e s , afin de l e s disposer à recevoir l e s S a c r e m e n s , et de l e s a i d e r à m o u r i r s a i n t e m e n t . D ' a i l l e u r s , c o m m e i l s sont l a p l u p a r t extrêmement grossiers, ils demandent une a p p l i c a t i o n infinie ; et ce n'est q u ' à force d e l e u r r e b a t t r e les p r i n c i p e s de l a R e l i g i o n , q u ' o n peut l e s i n s t r u i r e . C'est sur-tout d a n s l ' e x e r c i c e de l a confession qu'on a le p l u s à t r a v a i l l e r . L a p l u p a r t s'y présentent c o m m e des statues q u i ne. disent rien, à moins qu'on n e les i n t e r r o g e . E 2


100

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

D'autres vous a c c a b l e n t par le détail e n n u y e u x de m i l l e i n u t i l i t é s , qu'on est o b l i g é d'écouter avec p a t i e n c e p o u r ne les pas r e b u t e r . L a discussion de leurs intérêts est u n e a u t r e source d ' e m b a r r a s : nous sommes les j u g e s nés de leurs différends, et il faut une e x t r ê m e p a t i e n c e pour les écouter et les mettre d ' a c cord. J e ne vous d i r a i rien de ce qu'on a à souffrir de l a part de l e u r s maîtres : s'il y a i c i , c o m m e en E u r o p e , des personnes d ' u n e vie e x e m p l a i r e et é d i f i a n t e , il y en. a d ' a u tres dont la conduite peu réglée est une source d ' i n q u i é t u d e et d'affliction p o u r c e u x à qui Dieu a confié l e soin de l e u r s a m e s . V o i l à , m o n R é v é r e n d P è r e , u n exposé fidèle des travaux et des souffrances q u e cette M i s s i o n présente à ceux qui s'y consacrent. J e me flatte que vous v i e n d r e z bientôt les p a r t a g e r avec n o u s , et que l ' e x e m p l e d'un z è l e aussi a r d e n t que l e v ô t r e , r a n i m e r a notre f e r v e u r , et n o u s a i d e r a à soutenir avec p l u s de c o u r a g e l e s peines attachées à notre m i n i s t è r e . J e suis avec r e s p e c t , etc.


ET

CURIEUSES,

101

L E T T R E

Du Père Margat, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. A Noire-Dame de la petite Anse à Saint-Domingue, dépendante du Cap , ce 20 Novembre 1730.

MON

RÉVÉREND PÈRE,

La paix de N. S. L E S Mémoires de T r é v o u x , de l'année 1729, me t o m b è r e n t , il y a peu de j o u r s , entre les mains : en lisant l'article 5() d u mois de J u i n , je fus arrêté par une dissertation sur la Pintade, dont on donne l'extrait : cette dissertation est de Monseigneur F o n t a n i n i , Archevêque T i t u l a i r e d'Ancyre. Il l'a composée en expliquant une Agate a n t i q u e , sur l a q u e l l e est gravée la tête de l a Déesse Isis. P a r m i les ajustemens qui ornent la tête de la Déesse, et dont l'illustre Dissertateur donne des explications aussi ingénieuses que savantes, i l insiste particulièrement sur un E3


Lettres

102

ÉDIFIANTES

oiseau qui orne la partie supérieure du front de la Déesse. Cet oiseau e s t , selon les A n t i q u a i r e s , celui que les R o m a i n s a p p e l a i e n t Afraavis,et que l'on appelle indifféremm e n t en E u r o p e , Poule d ' A f r i q u e , de B a r b a r i e , de G u i n é e , de N u m i d i e , de T u n i s , de M a u r i t a n i e , et le plus ordinairement en-

core

Pintade.

L e savant Prélat qui convient de tous ces n o m s , prétend que q u e l q u e s A u t e u r s l'ont confondu mal-à-propos avec un autre oiseau appelé Meleagride. C o m m e vous n'ignorez p a s , mon Révérend P è r e , que les Pintades sont ici t r è s - c o m m u n e s , vous vous persuadez aisément que nous sommes plus en état de j u g e r de la vérité des faits énoncés dans l a d i s s e r t a t i o n , qu'on ne peut l'être en E u r o p e . J e me suis donc i m a g i n é que je ferai p l a i s i r a u x N a t u r a l i s t e s , de donner p a r m a n i è r e d'examen c r i t i q u e , quelques éclaircissemens sur cette dissertation. L e s Savans sont sujets à se tromper comme les autres ; c'est un a p a nage de l ' h u m a n i t é , et ce que j ' a i à dire ne peut rien d i m i n u e r de l'estime que l'on fait avec tant de justice d'un mérite aussi s o l i d e m e n t établi que l'est celui du savant A r c h e v ê q u e , dont je réfute l e sentiment. M o n dessein est de faire voir dans cette courte d i s s e r t a t i o n , que M . F o n t a n i n i n'est pas suffisamment fondé à c h e r c h e r une différence

spécifique entre l a Pintade et la Meleagride. P a r m i un assez grand nombre d ' A u t e u r s ,

q u i ont parlé de la Pintade et de l a Meleagride,

il y en a q u i les ont confondues et


ET

C U R I E U S E S .

103

n'en ont fait q u ' u n e espèce : tels sont Varron, C o l u m e l l e et P l i n e . D'autres les ont d i s t i n g u é e s , et en ont fait deux diverses espèces : tels que sont S u é t o n e et S c a l i g e r ; avec cette d i f f é r e n c e , que S c a l i g e r prétend mettre Varron de son c ô t é , en q u o i il est a b a n d o n n é du savant Prélat q u i c r i t i q u e son opinion. I l est à propos de rapporter d'abord l e passage de V a r r o n , dont l e texte est c o m m e la base de cette q u e s t i o n , et donne l i e u à l a dispute q u i est entre M . F o n t a n i n i et S c a l i g e r . V a r r o n , au n e u v i è m e c h a p i t r e du troisième livre de l ' A g r i c u l t u r e , distingue trois espèces de poules différentes, par autant de noms distingués : il n o m m e la p r e m i è r e

Villatica,

la seconde Rustica et la troisième

Africana. C'est en parlant de cette troisième espèce q u ' i l s'explique ainsi : Gallinœ sunt

aliœ , grandes, variœ, gibberœ, quas Meleagrides appellant Grœci. Hœ novissimè in triclinium gallearium introierunt è culinâ propter fastidium hominum : veneunt, propter penuriam, magno, L a s i m p l e lecture de ce texte fait voir q u e Varron ne pouvait s ' e x p l i q u e r ni p l u s c l a i r e m e n t , ni plus p r é c i s é m e n t , pour faire e n -

tendre que la Pintade et la Meleagride,

sont

de l a m ê m e espèce. Cependant S c a l i g e r a cru y trouver d e u x espèces d i s t i n g u é e s , en supposant q u ' i l devait y avoir un point après gibberœ, et qu'on devait l i r e e n s u i t e , quas

Meleagrides

appellant

Grœci,

hœ novis-

simœ, etc. M a i s outre que cette ponctuation est uniquement de l'invention de S c a l i g e r , E

4


104

L E T T R E S

iniFIANTES

et qu'on n'en trouve a u c u n vestige d a n s l e s différens e x e m p l a i r e s , c'est q u ' e l l e ferait t o m b e r Varron d a n s une c o n t r a d i c t i o n p a l pable, en ce q u ' a p r è s avoir posé p o u r p r i n c i p e q u ' i l n ' y a q u e trois espèces de p o u l e s , i l y en ajouterait là m ê m e une q u a t r i è m e ; c e q u i est a b s u r d e , a u sentiment de M . F o n - _ tanini. C o m m e mon u n i q u e b u t est d ' é c l a i r c i r cette q u e s t i o n , avant q u e de réfuter l e s e n t i m e n t du savant P r é l a t , je crois devoir faire u n c o m m e n t a i r e a b r é g é de ce texte de Varron. E n p r e m i e r l i e u , Gallinœ sunt, d i t - i l ; l a Pintade d o i t être en effet rangée sous l e g e n r e des poules ; e l l e en a tous les a t t r i b u t s et toutes l e s q u a l i t é s ; c r ê t e , b e c , p l u m a ge , ponte, c o u v é e , soin de ses petits. E n second l i e u , les différences des p o u l e s Pintades sont fort bien désignées p a r V a r r o n ,

dans ces paroles : Grandes,

varias,

gibberœ.

Grandes : e l l e s sont effectivement p l u s grosses q u e les poules c o m m u n e s , Variœ : l e u r p l u m a g e est tout m o u c h e t é . Il y en a ici d e d e u x c o u l e u r s : les p r e m i è r e s ont des t a c h e s n o i r e s et b l a n c h e s , disposées en forme d e r h o m b o ï d e s ; d'autres sont d'un gris, p l u s c e n d r é . L e s unes et les autres sont b l a n c h e s sous le v e n t r e , a u - d e s s o u s , et a u x e x t r é m i t é s d e s a î l e s . Gibberœ : l e u r d o s , en s ' é l e v a n t , f o r m e une espèce de b o s s e , et représente assez n a t u r e l l e m e n t l e dos d'uue petite tortue. C e t t e bosse n'est c e p e n d a n t formée que d u r e p l i des a î l e s ; c a r , l o r s q u ' e l l e s sont p l u m é e s , il n ' y a n u l l e a p p a r e n c e de bosse sur


ET

C U R I E U S E S .

105

le corps ; ce qui la fait paraître davantage, c'est que leur queue est courte et recourbée en b a s , et non pas élevée et retroussée en h a u t , comme celle des poules communes. Cette description, que Varron fait de l a Pintade, est fort j u s t e , mais elle n'est pas complète : je vais suppléer à ce qui lui manque. E l l e a le cou assez court, fort m i n c e , et légèrement couvert de duvet. S a tête est singulière : elle n'est point couverte de p l u mes ; mais revêtue d'une peau s p o n g i e u s e , rude et r i d é e , dont la couleur est d'un blanc bleuâtre. L e sommet est orné d'une petite crête en figure de corne ; elle est de la h a u teur de cinq a. six lignes : c'est une substance cartilagineuse. Gesner, à ce qu'on rapporte, la compare au corno du Bonnet D u c a l , que porte le Doge de Venise. Il y a pourtant de la différence, en ce que le corno du Bonnet Ducal est incliné sur le d e v a n t , comme l a corne de la Licorne : au lieu que la corne

de la Pintade est un peu inclinée en a r r i è r e , comme celle du rhinocéros. De l a partie inférieure de la t ê t e , qu'on peut a p p e l e r , quoiqu'improprement, les joues de la Pintade, pend de chaque côté une barbe rouge et c h a r n u e , de même nature et de même couleur que la crête des coqs. Enfin, sa tête est terminée par un bec trois fois plus gros que celui des poules communes, très-pointu, très-dur, et d'une belle couleur rouge. Ajoutons encore, pour donner une description plus exacte de la Pintade, qu'elle E 5


106

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

p o n d et couve de m ê m e q u e les poules o r d i n a i r e s : ses œufs sont plus petits et m o i n s L i a n e s ; i l s tirent un peu sur la c o u l e u r d e c h a i r , et sont m a r q u e t é s de points n o i r s . O n n e peut guères l ' a c c o u t u m e r à p o n d r e d a n s l e p o u l a i l l e r : e l l e c h e r c h e le p l u s épais des h a i e s et des b r o u s s a i l l e s , où elle pond j u s q u ' à cent c i n q u a n t e œufs s u c c e s s i v e m e n t , pourvu q u ' o n en laisse toujours q u e l q u ' u n d a n s son n i d . On ne permet guères aux Pintades d o m e s t i q u e s de couver l e u r s œ u f s , p a r c e q u e les m è r e s ne s'y a t t a c h e n t p o i n t , et abandonnent souvent l e u r s petits ; on a i m e m i e u x les faire couver p a r des poules d ' I n d e , ou p a r des poules c o m m u n e s . R i e n n'est p l u s j o l i que l e s j e u n e s Pintades : e l l e s r e s s e m b l e n t à de petits p e r d r e a u x : l e u r s p i e d s et l e u r bec r o u g e s , joints à l e u r p l u m a g e q u i est alors d'un gris de p e r d r i x , l e s r e n d e n t t r è s - a g r é a b l e s : on les n o u r r i t avec d u m i l l e t ; n i a i s e l l e s sont fort d é l i c a t e s et très-difficiles à élever. L a Pintade est un a n i m a l e x t r ê m e m e n t vif, i n q u i e t et t u r b u l e n t : e l l e court avec une vitesse e x t r a o r d i n a i r e , à-peu-près c o m m e l a c a i l l e et la p e r d r i x ; m a i s e l l e ne vole pas fort h a u t : elle se p l a î t n é a n m o i n s à se p e r c h e r su r i e s toîts et sur les a r b r e s , et s'y tient p l u s volontiers pendant la n u i t q u e dans les p o u l a i l l e r s : son cri est a i g r e , p e r ç a n t , d é s a g r é a b l e , et p r e s q u e continuel : c'est u n e fâcheuse m u s i q u e p o u r ceux q u i n ' y sont pas a c c o u t u m é s , et encore p l u s pour les m a l a d e s , et p o u r c e u x q u i sont sujets à des insomnies Du r e s t e ,


ET

CURIEUSES.

107

elle est d ' h u m e u r q u e r e l l e u s e , et veut être la maîtresse dans la b a s s e - c o u r . L e s p l u s grosses v o l a i l l e s , et m ê m e les poules d ' I n d e , sont forcées de l u i céder. L a dureté de son b e c , et l'agilité de ses mouvemens l a font respecter de toute la gent volatile. Sa m a nière de combattre est à-peu-près s e m b l a b l e à celle que S a l l u s t e attribue a u x Cavaliers Numides : leurs c h a r g e s , d i t - i l , sont b r u s ques et précipitées ; si on leur r é s i s t e , i l s tournent le d o s , et un instant après ils font volte-face ; cette perpétuelle alternative h a r celle extrêmement l ' e n n e m i . Les Pintades qui se sentent du l i e u de l e u r o r i g i n e , ont conservé le génie N u m i d e . L e s coqs d ' I n d e , glor i e u x de leur c o r p u l e n c e , se flattent d e v e n i r aisément à bout des Pintades ; i l s s'avancent contre elles avec fierté et gravité ; mais cellesci les désolent p a r leurs marches et contremarches : elles ont plutôt fait d i x t o u r s , et donné vingt coups de b e c , que c e u x - l à n'ont pensé à se mettre en défense. L e s Pintades ne sont point naturelles de l ' A m é r i q u e ; elles nous viennent de G u i n é e : les Génois les ont apportées avec les p r e m i e r s Nègres q u ' i l s s'étaient engagés d ' a m e n e r aux C a s t i l l a n s , dès l'année 1 5 0 8 . L e s Espagnols n'ont jamais pensé à les rendre domestiques ; i l s les ont l a i s s é errer à l e u r fantaisie dans les bois et dans les S a v a n t e s , où. elles sont devenues sauvages ; et comme ils ont peu d'inclination pour la chasse des o i s e a u x , elles s'y sont m u l t i p l i é e s à l'infini. On ne peut g u è r e voyager sur les terres E

6


108

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

e s p a g n o l e s , qu'on n'en trouve des b a n d e s très-nombreuses. On les appelle Pintades marranes. C'est une épithète générale que les Espagnols d ' A m é r i q u e , et à l e u r e x e m p l e nos F r a n ç a i s donnent à tout ce q u i est sauvage et errant. L o r s q u e les F r a n ç a i s c o m m e n c è rent à s'établir dans cette C o l o n i e , il y e n avait prodigieusement sur nos terres ; m a i s , c o m m e ils sont grands destructeurs de g i b i e r , ils en ont tué une si grande q u a n t i t é , q u ' i l n'en reste presque p l u s .

L a Pintade

marrone est un des mets les

p l u s e x q u i s qu'on puisse servir sur table ; sa c h a i r est tendre et d'un goût qui surpasse celui des faisans. L e goût des Pintades domest i q u e s n'est pas si r e l e v é , q u o i q u ' i l soit m e i l l e u r q u e celui des autres volailles. Une j e u n e Pintade, cuite à la b r o c h e , n'est point i n férieure au p e r d r e a u : les vieilles ne se m a n gent qu'en pâté ou b i e n à l a daube ; c'est un mets très-délicat. Il semble q u e la bonté de cet oiseau et sa fécondité devraient engager nos h a b i t a n s à en g a r n i r l e u r s basses-cours, préférablement à toute autre v o l a i l l e . Deux inconvéniens s'y opposent : le p r e m i e r est son cri tout-à-fait i n c o m m o d e ; on pourrait y r e m é d i e r en éloignant le p o u l a i l l e r de la maison ; m a i s , outre q u ' e l l e s seraient en proie a u x N è g r e s , i l serait difficile, pour peu q u ' e l l e s se m u l t i p l i a s s e n t , de les t e n i r renfermées dans u n m ê m e l i e u ; q u e l q u e s - u n e s ne m a n q u e r a i e n t pas de s ' é c h a p p e r , et se perchant la nuit sur l e toit de l a maison ou sur les a r b r e s


ET

CURIEUSES.

109

voisins, elles y feraient entendre continuellement leurs crisimportuns. Lesecond inconv é n i e n t , c'est qu'il faudrait se priver de toute autre volaille. Il est à observer q u e , quoique les Pintades marrones et domestiques soient d'une même e s p è c e , celles que nous élevons dans nos m a i s o n s , ne viennent point de race espagnole marrone. On n'a jamais pu les accoutumer à rester dans des basses-cours : elles ont été apportées de G u i n é e , il y a environ treize à quatorze ans ; c'est depuis ce temps - l à qu'elles ont beaucoup m u l t i p l i é : l e u r n o m bre se serait même bien plus a u g m e n t é , sans les raisons q u e je viens d'apporter. Après ces éclaircissemens que j ' a i cru nécessaires, il s'agit d'examiner la critique de M. Fontanini ; sur quoi je dis d ' a b o r d , q u ' i l ne me paraît pas que l e savant P r é l a t ait raison de distinguer la Pintade de l a Meleagride. Il s'est appuyé sur l'autorité de S u é t o n e , pour faire celte distinction : m a i s il me semble q u e , dans l a matière dont i l s ' a g i t , cet Auteur doit être moins écouté que V a r r o n , C o l u m e l l e et P l i n e . Ceux-ci sont Naturalistes de profession ; au l i e u que Suétone n'a fait son capital que de faits concernant l ' H i s t o i r e , et d'intrigues p o l i t i ques. D ' a i l l e u r s , les différences que M . l ' A r chevêque d'Ancyre p r o d u i t , ne sont point assez r é e l l e s , ni assez m a r q u é e s , pour fonder une pareille distinction contre le sentiment de Varron et de C o l u m e l l e . L a M e l e a g r i d e , d i t - o n , est marécageuse,


110

L E T T R E S

É D I F I A N T E S

I l eut été bon d'en produire la preuve et de citer les Auteurs q u i en portent ce témoignage. Q u o i q u ' I en soit, la Pintade m a r r o n e se trouve également dans les lieux a q u a t i q u e s , sauvages et m a r é c a g e u x . La Meleagride,

ajoute-t-on, est peu soigneuse de ses petits qu'elle abandonne souvent. La Pintade en fait d e m ê m e , ainsi que je l'ai déjà r e m a r q u é . On

continue : la chair de la Meleagride

est

mauvaise. On le dit sans doute sur l e t é m o i gnage de P l i n e , que nous allons e x a m i n e r t o u t - à - l ' h e u r e . La Pintade, dit-on e n c o r e ,

est beaucoup plus grosse et plus grasse que la Meleagride. I l y a des Pintades fort grosses ; il y en a de sèches et de m a i gres : il y en a aussi de plus grosses l e s unes que les autres. Celte m ê m e d i v e r sité ne se rencontre-t-elle pas dans les poules o r d i n a i r e s ? s'avisera - t - on pour cela d'y trouver des espèces différentes ? E n f i n , on finit par d i r e que les appendices c h a r n u e s et c a r t i l a g i n e u s e s , qui pendent aux joues d e s

Pintades,

sont r o u g e s , et que les Meleagrides

les ont bleues. J e voudrais les voir pour en j u g e r : q u ' o n se r a p p e l l e ce que j ' a i déjà d i t , q u e la tête de la Pintade, et une partie de son cou sont de couleur b l e u e , et l'on verra q u e cette prétendue différence n'est q u ' u n e e r r e u r , et q u e , faute d'attention, on a confondu tantôt les appendices barbues avec l a p e a u , et tantôt la peau avec les appendices. D ' a i l l e u r s , q u a n d les Pintades sont e n core jeunes , ces barbes ne leur pendent point encore assez sensiblement pour se faire


ET

CURIEUSES.

111

bien remarquer. On ne voit pour lors q u e la couleur bleue de la peau au bas de la tête. Lorsque les Pintades v i e i l l i s s e n t , les barbes charnues prennent un rouge bien plus foncé et plus obscur ; au lieu que la peau du c o u , s'allongeant et se rétrécissant davantage dans les j e u n e s , frappe plus les y e u x , et se fait m i e u x remarquer que les appendices. C'est ce changement qui aura donné lieu à la méprise des Auteurs qui ont écrit sur la poule de N u m i d i e , et qui aura fondé la différence prétendue des appendices dans la Pintade et dans la Meleagride, dont on aura fait mal-à-propos deux epèces différentes. Revenons maintenant au passage de Varron, et comparons ce q u ' i l dit à la fin de ce p a s s a g e , avec les paroles de P l i n e , qui ne paraissent pas s'y accorder, et q u i , par - l à , jettent de l'obscurité dans cette question. J e répète ses termes : Hœ novissimè, d i t - i l ,

in triclinium gallearium introieruntè culina propter fastidium hominum : veneunt, propter penuriam, magno. Ces paroles montrent évidemment que l e s

Pintades

ou Meleagrides

s'étaient intro-

d u i t e s , depuis q u e l q u e t e m p s , à R o m e , et que ceux q u i tenaient des tables délicatement s e r v i e s , se dégoûtant des mets o r d i n a i r e s , ne trouvaient rien de plus propre à réveiller l e u r appétit que ces oiseaux , ce qui les r e n dait extrêmement chers. R i e n de plus naturel que le sens de ces p a r o l e s , et rien en mêmetemps de plus conforme à la vérité. H o r a c e , Pétrone, j u v e n a l et M a r t i a l nous le confir-


112

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

m e n t en p l u s i e u r s endroits de l e u r s ouvrages. L a Pintade est en effet e x c e l l e n t e , et e l l e doit faire l ' o r n e m e n t et l e s d é l i c e s des m e i l leures tables. I l faut r e n d r e j u s t i c e à M . F o n t a n i n i ; i l a fort bien c o m p r i s l e sens d u passage d e V a r r o n , et c'est avec r a i s o n q u ' i l a c e n suré P l i n e , du moins quant à un article q u e j e vais e x a m i n e r . P l i n e , après s'être e x p l i q u é sur l e s poules de N u m i d i e , à - p e u p r è s dans l e s m ê m e s t e r m e s q u e V a r r o n , finit en disant q u ' e l l e s sont chères et très-

recherchées à R o m e , propter ingratum

virus.

L'illustre Archevêque d'Ancyre critique P l i n e sur d e u x choses : I.° sur ce q u ' à l ' e x e m ple d e V a r r o n , i l a confondu m a l - à - p r o p o s

la Pintade

avec l a Meleagride

; 2.° sur ce

q u ' i l a mal c o m p r i s , ou m a l r e n d u l e sens

de V a r r o n , t o u c h a n t le fastidium

hominum.

A l ' é g a r d d u p r e m i e r a r t i c l e , j ' a i déjà fait v o i r q u e c'est avec raison q u e C o l u m e l l e et V a r r o n ont confondu l a Pintade avec l a Meleagride, q u i ne diffèrent en effet q u e d e

nom. Elle s'appelle poule Pintade ou Africaine chez l e s R o m a i n s , et Meleagride chez les G r e c s . P a r conséquent P l i n e n'a pu m i e u x faire q u e de se conformer au sentiment d e ces d e u x h a b i l e s n a t u r a l i s t e s . P o u r ce q u i est d u second a r t i c l e , q u i

concerne le fastidium

hominum de V a r r o n ,

q u e P l i n e r e n d par ces m o t s , propter ingratum virus, j e pense c o m m e M . F o n t a n i n i , et eu q u e l q u e sorte je serais porté à c r o i r e q u ' i l est r e p r é h e n s i b l e : car s u p p o s a n t ,


ET

TRIEUSE

S.113

comme l e savant Prélat en convient , q u e P l i n e et Varron sont de même sentiment sur

la Pintade et la Meleagride,

qu'ils r e g a r -

dent, comme étant u n e seule et même espèce, il faut nécessairement ou que Pline n'ait pas

compris le fastidium hominum de V a r r o n , ou que ces mots propter ingratum virus soient f a u t i f s , et que le texte ait été corr o m p u . En voici la preuve. T o u s d e u x , Varron et P l i n e , convien-

nent que la Pintade et la Meleagride

sent

la même chose ; tous deux s'accordent à dire q u ' e l l e s sont fort recherchées des R o m a i n s ; qu'elles sont fort chères en I t a l i e , et q u ' e l l e s font les délices des bonnes tables : m a i s Varron prétend q u ' e l l e s ne sont recherchées que par les gens de bonne c h è r e , propter

fastidium

hominum, c'est-à-dire, que pour

p i q u e r l e u r goût et les remettre en appétit ; et P l i n e veut q u ' e l l e s ne soient rares que

propter ingratum virus ; quel rapport et q u e l l e conséquence ! L e plus savant des Commentateurs ( I ) de P l i n e , que la mort nous a enlevé depuis de t e m p s , dit là-dessus que ce Naturaliste a voulu nous faire entendre que la Pintade était en soi-même un fort mauvais r a g o û t , et q u ' i l n'était en vogue q u e par la fantaisie dépravée des R o m a i n s , qui c h e r c h a i e n t , comme on a fait encore a u j o u r d ' h u i , à ranim e r l e u r goût par un m e t s , qui n'avait rien de bon que sa rareté et sa cherté. L a remar(I) Le l'ère Hardouin, Jésuite.


114

L E T T R E S

ÉDIFIANTES

q u e est fort bonne tant q u ' e l l e se renferme dans le général ; m a i s on me permettra de l a trouver très-mal a p p l i q u é e à l'espèce p a r t i l i è r e dont il s ' a g i t , parce q u e , en effet, l a Pintade par e l l e - m ê m e mérite la préférence chez les gens d'un goût d é l i c a t , et q u ' e l l e est très-capable de devenir l'objet d'un rafin e m e n t de sensualité. J e c o n v i e n d r a i , si l'on v e u t , q u e la rareté d'un mets , q u o i q u e d'une bonté m é d i o c r e , en fait souvent le prix ; q u ' i l y a m ê m e des ragoûts d é t e s t a b l e s , a u x q u e l s une d é b a u c h e outrée peut donner de la vogue ; m a i s on conviendra aussi avec moi q u ' i l est hors de v r a i s e m b l a n c e , q u e des Auteurs tels q u e V a r r o n , P é t r o n e , H o r a c e , J u v e n a l et M a r tial aient fait à l'envi l'éloge de la Pintade, si e l l e avait é t é , ainsi que P l i n e s ' e x p r i m e , u n

ragoût d'empoisonneur. Propter

ingratum

virus. Concluons donc en p r e m i e r l i e u contre M . F o n t a n i n i , que Varron ayant une p a r faite connaissance de la Pintade et de l a Meleagride, s'est e x p r i m é très-exactement et t r è s - c l a i r e m e n t , soit q u a n d il les a r é u n i e s sous une même e s p è c e , soit l o r s q u ' i l a m a r q u é la raison de sa rareté et du p r i x q u ' e l l e coûtait à R o m e . Concluons en second l i e u avec M . F o n t a n i n i que P l i n e n'a pas c o m p r i s , ou a m a l r e n d u l e sens de V a r r o n , ou q u ' i l n'a pas b i e n connu la nature de la Pintade, ou e n f i n , ce qui me paraît plus v r a i s e m b l a b l e , q u e le texte de P l i n e n'est pas fidèlement


ET

C U R I E U S E S .

115

r a p p o r t é , de la m a n i è r e dont on l e cite : J e crois avoir raison de m'attacher à ce d e r n i e r s e n t i m e n t , p a r l'estime que l'on doit avoir p o u r un si h a b i l e h o m m e , n'étant p a s c r o y a b l e que la p o u l e de N u m i d i e fût assez peu connue de ce savant N a t u r a l i s t e , p o u r q u ' i l en ait pu porter un j u g e m e n t si faux. Ce q u i me fait croire q u e l e texte p o u r r a i t être altéré d a n s cet e n d r o i t , c'est q u e les termes qu'on rapporte c o m m e de l u i , sont e x t r a o r d i n a i r e s , et tout-à-fait obscurs :

Veneunt magno propter ingratum virus. C e s d e r n i e r s mots m e paraissent i n c o m p r é h e n sibles et n u l l e m e n t faits l ' u n pour l ' a u t r e . A-t-on j a m a i s pensé qu'une viande fût chère et r e c h e r c h é e , p a r c e q u ' e l l e est détestable et c a p a b l e d'empoisonner ? D ' a i l l e u r s , q u e signifie un poison ingrat ou désagréable? U n E c r i v a i n aussi j u d i c i e u x et aussi sensé qu'est P l i n e , serait-il c a p a b l e d ' e m p l o y e r une e x pression si bisarre et si r i d i c u l e m e n t e n t o r t i l l é e ? C e u x qui sont à portée de consulter les différentes E d i t i o n s , pourront peut-être y trouver de quoi confirmer mon sentiment ; c'est ce q u e j ' a b a n d o n n e à leurs r e c h e r c h e s , faute de commodité et de loisir p o u r p o u voir l e faire m o i - m ê m e . J e suis avec b e a u coup de r e s p e c t , etc.


116

LETTRES

ÉDIFIANTES

L E T T R E Du Père Margat, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. A Notre-Dame de la petite Anse, côte de S a i n t - D o m i n g u e , dépendante du C a p , ce 2 Février 1729.

M O N RÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. Avant q u e de répondre aux questions r u e V o u s me faites sur les Indiens qui habitaient anciennement l'île de S a i n t - D o m i n g u e , permettez-moi de me réjouir un moment avec vous de l ' i d é e de ce bon Ecclésiastique dont vous m e parlez dans votre lettre. T o u c h é , d i t e s - v o u s , de l'abandon où. on l u i a dit qu'étaient les Nègres Marrons de nos C o lonies F r a n ç a i s e s , il a fait des instances à la C o u r pour être envoyé auprès d e u x en q u a l i t é de M i s s i o n n a i r e , et l e u r procurer les secours spirituels dont i l s manquent. Il est vrai q u e q u e l q u e vif qu'ait pu être j u s q u ' i c i notre z è l e , i l ne s'est pas encore étendu si l o i n . S i ce vertueux Ecclésiastique


ET

CURIEUSES.

117

dont la charité est l o u a b l e , eût eu une juste idée des Nègres M a r r o n s , il aurait sans doute cherché d'autres objets à son z è l e , et aurait rendu plus de justice à notre conduite. L e terme de M a r r o n , dont l é t y m o l o g i e n'est pris fort connue même aux I l e s , vient du mot Espagnol Simarron, qui veut dire un singe : on sait que ces animaux se r e t i rent dans les b o i s , et q u ' i l s n'en sortent que pour venir furtivement se jeter sur les fruits qui se trouvent dans les lieux voisins de l e u r r e t r a i t e , et dont i l s font un grand dégât. C'est le nom que les E s p a g n o l s , q u i , les p r e m i e r s , ont habité les I l e s , donnèrent a u x Esclaves fugitifs, et qui a passé depuis dans les Colonies Françaises. E n effet, lorsque les Nègres sont mécontens de leurs M a r t r e s , ou qu'après avoir fait u n mauvais c o u p , ils appréhendent le c h â t i m e n t , i l s fuient dans les bois et dans les montagnes ; ils s'y cachent pendant l e j o u r , et la nuit se répandent dans les habitations v o i s i n e s , pour y faire leurs p r o v i s i o n s , et enlever tout ce qui tombe sous leurs m a i n s . Quelquefois m ê m e , lorsqu'ils ont su se procurer des a r m e s , ils s'attroupent pendant l e j o u r , se mettent en e m b u s c a d e , et viennent fondre sur les passans ; ensorte qu'on est souvent obligé d'envoyer des détachemens considérables pour arrêter leurs brigandages, et les ranger au devoir. J u g e z de l à , mon Révérend P è r e , q u e l l e figure ferait un Missionnaire parmi ces sortes de gens : s'aviserait-on en F r a n c e de donner


118 L E T T R E S ÉDIFIANTES des C u r é s a u x voleurs de grand c h e m i n ? Ce serait p o u r t a n t l ' e m p l o i d'un M i s s i o n n a i r e qu'on destinerait aux Nègres M a r r o n s . Nous nous contentons d'exhorter nos Nègres à n e point faire ce détestable m é t i e r , et q u a n d q u e l q u ' u n d ' e u x a eu le m a l h e u r de s'y e n g a g e r , s'il vient nous t r o u v e r , nous tâchons d ' o b t e n i r son p a r d o n , et de le r e m e t t r e en g r â c e avec son M a î t r e . M a i s venons à l ' a u t r e question que vous m e f a i t e s , et q u i est p l u s sérieuse. Vous voulez savoir s'il ne reste p l u s d ' I n d i e n s de ce g r a n d n o m b r e q u i p e u p l a i e n t autrefois S a i n t - D o m i n g u e , et vous êtes r é s o l u , ajoutezv o u s , de ne r i e n é p a r g n e r p o u r qu'on t r a v a i l l e à l e u r conversion. C'est s u r quoi j e vais vous satisfaire. I l est certain q u e l o r s q u e l ' A m i r a l C h r i s tophe C o l o m b aborda p o u r la p r e m i è r e fois à l ' I l e Haïti ( c'est l e nom Indien de S a i n t D o m i n g u e ) , i l ne fut pas moins s u r p r i s d e sa g r a n d e u r , que de la m u l t i t u d e p r o d i g i e u s e de ses h a b i t a n s : cette terre de d e u x cens l i e u e s de l o n g u e u r sur s o i x a n t e , et q u e l q u e fois q u a t r e - v i n g t s de l a r g e u r , l u i p a r u t h a b i t é e d e toutes p a r t s , n o n - s e u l e m e n t dans l e s p l a i n e s , q u i s'étendent d e p u i s l e bord d e l a m e r , j u s q u ' a u x montagnes q u i o c c u p e n t l e m i l i e u de l ' î l e , dans toute sa l o n g u e u r d e l ' E s t à l'Ouest ; m a i s encore dans les m o n tagnes m ê m e , l e s q u e l l e s , q u o i q u e fort escarp é e s , formaient n é a n m o i n s des Etats considérables. A en croire l e s Historiens E s p a g n o l s ,

il


ET C U R I E U S E S . 119 n'y avait pas moins d'un million d ' I n d i e n s , lorsque Colomb en fit la découverte : en nous décrivant les guerres que ces conquérans du nouveau monde eurent a s o u t e n i r , ils nous les représentent combattant contre des A r mées de cent mille h o m m e s , qui marchaient sous les étendards d'un seul C a c i q u e ; i l s comptent cinq ou six C a c i q u e s , dont la p u i s sance était é g a l e , et qu'on n'a pu réduire que les uns après les autres. On pourrait soupçonner ces Historiens d'avoir un peu exagéré ce nombre pour donner plus de lustre a leurs Héros ; mais Barthélemi de las Casas, qui n'était certainement pas le p a n é gyriste et l'admirateur de sa N a t i o n , en compte un pareil n o m b r e , et c'est sur quoi il fonde une partie des reproches amers q u ' i l fait à ses compatriotes. Q u o i q u ' i l en s o i t , et pour répondre à votre question, je vous d i r a i , mon Révérend P è r e , q u e , de cette m u l t i t u d e d ' I n d i e n s , il n'en reste pas un s e u l , au moins dans l a partie Française de l ' I l e , où l'on ne trouve aujourd'hui aucun vestige de ses anciens Habitans. I l n'y en a p l u s dans la partie E s p a g n o l e , à la réserve d'un petit c a n t o n , qui a été long-temps i n c o n n u , et où q u e l ques-uns se sont maintenus comme par m i r a c l e au m i l i e u de leurs e n n e m i s , ainsi q u e je vous l'expliquerai dans la suite. Vous me demanderez sans doute ce qu'est devenue la m u l t i t u d e étonnante de ce p e u p l e . Je vous a v o u e , mon Révérend Père, que la Religion ne peut s'empêcher de s'élever


120 L E T T R E S ÉDIFIANTES contre la p o l i t i q u e , et que l ' h u m a n i t é a bien de la peine à ne pas se récrier contre l a destruction générale d'une N a t i o n , q u i ne s'est trouvée c o u p a b l e , que pour n'avoir pu souffrir les injustices et les violences d e son v a i n q u e u r . On doit rendre justice au zèle et à la piété des Rois C a t h o l i q u e s F e r d i n a n d et Isabelle ; encore plus touchés du désir d é t e n d r e l ' E m p i r e de Jésus-Christ que l e u r propre d o m i n a t i o n , i l s prirent les précautions les p l u s sages pour é t a b l i r la F o i p a r m i l e u r s n o u v e a u x Sujets , et assurer l e u r t r a n q u i l l i t é . R i e n de plus Chrétien que les instructions qui furent données a u x Chefs de cette noble entreprise : on leur recommande sur toutes c h o s e s , que l'intérêt de la R e l i g i o n soit l e m o b i l e et la règle de toutes leurs démarches : on l e u r ordonne d'avoir de grands m é n a g e m e n s pour ces p e u p l e s , de n ' e m p l o y e r à l e u r conversion q u e les moyens o r d i n a i r e s employés par l ' E g l i s e , et de les attirer plutôt p a r la d o u c e u r , par la r a i s o n , et par l e s bons e x e m p l e s , que p a r l a violence et p a r l a force. Sur-tout la Reine I s a b e l l e , qui regardait la découverte des Indes comme son ouvrage, n ' o u b l i a aucun des devoirs d'une S o u v e r a i n e , q u i , aux plus rares qualités d'une H é r o ï n e , joignait les plus vifs et les plus respectueux sentimens que la R e l i g i o n inspire. Aussi dans les différens voyages q u e fit C o l o m b , pour rendre compte à ses maîtres du succès de ses e n t r e p r i s e s , l a R e i n e , q u i l u i donna de fréquentes


ET CURIEUSES. 121 quentes audiences, ne s'informa de rien avec p l u s d'empressement que des progrès de l a F o i , et ne lui recommanda rien plus fortement que de ménager des Sujets qu'une nouvelle domination ne devait déjà que trop alarmer. M a i s il est assez ordinaire que les Rois ne trouvent pas toujours dans leurs Ministres de fidèles exécuteurs de leurs volontés : ceux principalement q u i , dépositaires de l ' a u torité souveraine, l'exercent dans des l i e u x où leur conduite ne peut être que difficilement r e c h e r c h é e , ne s'accoutument que trop à en abuser. Cette réflexion ne regarde point l ' A m i r a l Colomb : ce fut en tout sens un des plus grands hommes de son siècle : l e succès de son entreprise, q u i est un des plus nobles efforts du g é n i e , du courage et de l a r é s o l u t i o n , l'immortalise avec justice ; mais sa piété s i n g u l i è r e , son attachement tendre et solide à toutes les pratiques de la R e l i g i o n , n'ont sans doute pas peu contribué à des succès si éclatans. Il s'en fallut bien qu'un si grand h o m m e fut secondé comme i l le méritait. L a troupe des nouveaux Argonautes que conduisait ce moderne J a s o n , n'était pas toute composée de Héros. S i quelques-uns en avaient la bravoure, très-peu en eurent la sagesse et la modération : c'était pour la plupart des hommes que l'espoir de l'impunité des crimes dont ils étaient c o u p a b l e s , avait exilé volontairement de leur P a t r i e , et q u i , au hasard d'une mort du-moins hoaorablc , aspiraient aux

Tome FIL

F


122 L E T T R E S ÉDIFIANTES richesses i m m e n s e s de cette c o n q u ê t e . L e m a u v a i s c a r a c t è r e de ces n o u v e a u x c o n q u é r a n s causa l a perte de t a n t d ' a m e s q u i , avec l e t e m p s , a u r a i e n t pu fonder u n e n o m b r e u s e C h r é t i e n t é . I c i , mon R é v é r e n d P è r e , p o u r vous o b é i r , je m e trouve c o m m e e n g a g é à vous faire un précis h i s t o r i q u e de la p r e m i è r e des révolutions q u i p r o d u i s i t , en p e u d ' a n n é e s , dans l a p l u s florissante î l e des I n d e s , l a perte totale d ' u n e si g r a n d e Nation. C e f u t , c o m m e on s a i t , au c o m m e n c e m e n t de D é c e m b r e de l ' a n n é e 1492, que C h r i s t o p h e C o l o m b , après un long trajet et d e grands r i s q u e s , aborda enfin à cette I l e , à l a q u e l l e il donna d ' a b o r d , à c a u s e de sa g r a n d e u r , l e n o m de Hispaniola, ou p e t i t e E s p a g n e . On ne l ' a p p e l a S a i n t - D o m i n g u e e u e dans la suite des t e m p s , et c'est la C a p i t a l e q u i a donné i n s e n s i b l e m e n t ce n o m a. toute l ' I l e . C e fut p a r sa pointe l a p l u s o c c i d e n t a l e q u ' i l l a reconnut : i l r a n g e a d ' a b o r d toute l a côte q u i fait l a p a r t i e du N o r d , et r e m o n t a n t avec peine de l'Ouest à l ' E s t , i l jeta l ' a n c r e dans un port de l a province de M a r i e n , e n t r e Mancenille et M o n t e c h r i s t , q u ' i l a p p e l a P o r t - R o y a l . C e canton était sous l a d o m i n a t i o n d'un des p r i n c i p a u x C a c i q u e s d e l ' î l e , n o m m é Guacanariq : son E t a t s'étendait l e long de la côte d u N o r d , et c o m p r e n a i t tout le P a y s , d e p u i s ce q u ' o n n o m m e a u j o u r d ' h u i la Vega R e a l , j u s q u ' a u C a p F r a n ç a i s qui retient encore m a i n t e n a n t l e nom de ce P r i n c e ; car les E s p a g n o l s l ' a p -


ET CURIEUSES. 123 pellent el Guarico , par corruption de Gua-

Harico. Il n'y avait rien de barbare dans les manières de ce Prince : ses Sujets s'apprivoisèrent bientôt avec ces E t r a n g e r s , dont la vue les avait d'abord surpris : ils les reçurent avec toute la cordialité p o s s i b l e , et ils se disputaient les uns aux autres à qui ferait plus de caresses à ces nouveaux hôtes. Ceux-ci firent bientôt connaître que 1 or était le principal objet de leurs recherches. L e s Indiens se firent aussitôt un plaisir de se dépouiller de leurs riches c o l l i e r s , et de leurs autres ornemens pour en faire présent à ces nouveaux venus. Une sonnette ou quelqu'autre babiole de verre qu'on l e u r donnait en é c h a n g e , l e u r semblait préféraL i e à toutes les richesses qu'ils tiraient de leurs mines. Prévenus de la plus haute estime pour ces étrangers, qu'ils regardaient comme descendus du C i e l , ils tâchaient de se conformer à leurs manières. Une croix qu'on avait plantée au m i l i e u de leurs h a b i t a t i o n s , devint bientôt l'objet de leur vénération. A l'exemple des Espagnols, ils se prosternaient à t e r r e , ils se frappaient la p o i t r i n e , i l s levaient les y e u x et les mains vers le C i e l , et semblaient déjà rendre leurs hommages au vrai Dieu qu'ils ne connaissaient encore que d'une manière fort imparfaite. L e vaisseau que montait l'Amiral était m o u i l l é sur un fond de mauvaise tenue : ayant chassé sur ses ancres , il alla tout-à-coup se briser contre des roches ù fleur d ' e a u , qu'on F 3


124 L E T T R E S INDIFIANTES n o m m e ici récifs. Cet a c c i d e n t déconcertait les mesures de C o l o m b , et l e m e t t a i t , pour ainsi d i r e , à l a m e r c i des I n d i e n s . L e bon R o i Guacanariq n ' o u b l i a rien pour l e c o n soler d e cette perte : i l c o m m a n d a s u r - l e c h a m p une n o m b r e u s e escadre de canots p o u r a l l e r au secours d u b â t i m e n t é t r a n g e r ; et de p e u r que l a vue de l a proie ne tentât ses s u j e t s , i l a l l a l u i - m ê m e l e s tenir en respect p a r sa présence. Il lit p r o m p t e m e n t r e t i r e r tous les effets du v a i s s e a u , l e s fit transporter dans u n m a g a s i n s u r l e b o r d de la m e r , et les fit garder avec soin. Enfin touché de l'affliction de C o l o m b , ce bon P r i n c e versa des l a r m e s ; e t , p o u r l e d é d o m m a g e r a u t a n t q u ' i l l u i était possible , i l l u i offrit tout ce q u ' i l possédait dans l ' é t e n d u e de ses Etats et l e p r i a d'y fixer sa d e m e u r e . L ' A m i r a l à q u i i l restait u n e c a r a v e l l e , o b l i g é d ' a l l e r r e n d r e compte en E s p a g n e d e sa d é c o u v e r t e , répondit à ce g é n é r e u x C a c i q u e q u ' i l ne pouvait pas d e m e u r e r p l u s l o n g - t e m p s avec l u i ; m a i s q u ' e n attendant son r e t o u r , q u i ne serait pas é l o i g n é , i l l u i laisserait une p a r t i e de ses gens. L e C a c i q u e s ' e m p l o y a aussitôt à faire construire u n b â t i m e n t sûr et c o m m o d e p o u r ses n o u v e a u x botes : des d é b r i s du vaisseau é c h o u é , on éleva u n e espèce de f o r t , a u q u e l C o l o m b donna l e nom de Navidad , parce q u ' i l était entré dans cette b a i e l e j o u r de l a N a t i v i t é d e N o t r e - S e i g n e u r . On le m u n i t par d e h o r s d'un bon fossé ; il était défendu d ' a i l l e u r s p a r une C o m p a g n i e d'environ quarante hom-


ET CURIEUSES.

125

mes, sous la conduite d'un brave C o r d o u a n , n o m m é Diegue Darasta : on l u i laissa u n canonnier expert avec quelques pièces d e campagne , un c h a r p e n t i e r , un c h i r u r g i e n , et on les pourvut de munitions p o u r u n e année entière. L ' é l o i g n e m e n t d'un C h e f , sage et f e r m e , fut la source du dérangement de la nouvelle Colonie. L ' A m i r a l l e u r avait recommandé en partant de se comporter en gens d'honn e u r et en vérita bles Chrétiens : ils ne l ' e u rent pas plutôt perdu de v u e , q u ' i l s o u b l i è rent ses sages remontrances. L a division introduisit le d é s o r d r e , et le l i b e r t i n a g e y m i t le comble. E g a l e m e n t avares et d é b a u chés , i l s se répandirent comme des loups ravissans dans tous les l i e u x c i r c o n v o i s i n s , se jetant avec fureur sur l'or et sur les femm e s des Indiens ; i l s joignirent la cruauté à l a v i o l e n c e , et poussèrent tellement à bout l e u r p a t i e n c e , q u ' a u lieu d'amis s i n c è r e s , i l s en firent des ennemis i r r é c o n c i l i a b l e s . Ce fut vainement que G u a c a n a r i q leur remontra q u ' i l s avaient intérêt à ménager ses S u j e t s , et qu'il ne pourrait plus les contenir s'ils les poussaient ainsi aux dernières extrém i t é s ; ils n'en continuèrent pas moins l e u r s brigandages ; ils firent plus : ils abandonnèrent la forteresse ; et ayant pénétré chez les Nations voisines , i l s laissèrent par-tout l e s p l u s funestes impressions de l e u r l i b e r t i n a g e . T a n t de crimes ne furent pas long-temps i m p u n i s . L e s Indiens qui ne connaissaient ces étrangers que par leurs v i o l e n c e s , l e u r F 3


126 L E T T R E S ÉDIFIANTES dressèrent des e m b û c h e s ; Caunabo, u n d e s C a c i q u e s de F î l e , en s u r p r i t q u e l q u e s - u n s l o r s q u ' i l s e n l e v a i e n t ses f e m m e s , et les m a s sacra tous. C e fut l à c o m m e le s i g n a l d u soulèvement général : on ne fit p l u s de q u a r tier à tous c e u x q u ' o n put d é c o u v r i r . C e succès enfla l e c œ u r des I n d i e n s , q u i s'aperçurent q u ' i l n'était pas si difficile d e se d é l i v r e r de ces h o m m e s q u i l e u r p a r a i s saient si t e r r i b l e s a u p a r a v a n t , et dont l a s e u l e vue les fesait t r e m b l e r . Caunabo, à l a tête de ce q u ' i l put ramasser de ses v a s s a u x , s'avança j u s q u ' a u fort de l a Navidad, où i l n ' y avait q u e c i n q soldats q u i , fidèles a u x ordres d'Arafia, ne v o u l u r e n t j a m a i s l e q u i t t e r . E n v a i n le fidèle et zélé Guacanariq v o l a - t - i l a u secours de ses a m i s . S u p r i s d ' u n e a t t a q u e si b r u s q u e , i l n ' e u t pas le temps d e s'y p r é p a r e r . L ' a r m é e de Caunabo b e a u c o u p p l u s f o r t e , eut aisément l e d e s s u s , et l e C a c i q u e blessé fut forcé d ' a b a n d o n n e r ses n o u v e a u x a l l i é s à l e u r m a u v a i s sort. Q u e p o u v a i e n t faire c i n q h o m m e s contre u n e m u l t i t u d e i n n o m b r a b l e de ces b a r b a r e s ? I l s se défendirent pourtant avec b e a u c o u p d e v a l e u r , et les I n d i e n s n'osaient les a p p r o c h e r p e n d a n t l e j o u r : m a i s s'êtant coulés d a n s les fossés à l a faveur des t é n è b r e s , i l s m i r e n t l e feu au f o r t , q u i fut b i e n t ô t c o n s u m é . L e p r o m p t r e t o u r de l ' A m i r a l q u i a b o r d a avec u n e flotte n o m b r e u s e à P o r t - R é a l , l e 28 Novembre 1493, a u r a i t p u r é t a b l i r l a t r a n q u i l l i t é ; m a i s n ' a y a n t encore a m e n é a v e c l u i q u e l e r a m a s de l a c a n a i l l e et des b r i -


ET CURIEUSES. 127 gands dont on avait purgé l'Espagne et v i d é les p r i s o n s , des gens de ce caractère n'étaient c a p a b l e s que d ' a i g r i r le m a l ; d ' a i l l e u r s l a p l u p a r t des Chefs qui c o m m a n d a i e n t sous l u i , j a l o u x de son a u t o r i t é , et ne voulant a g i r que selon l e u r s vues p a r t i c u l i è r e s , n e gardèrent a u c u n des sages m é n a g e m e n s q u e demandait l'intérêt d'une Colonie n a i s sante : la guerre s ' a l l u m a de toutes p a r t s , et e l l e fut longue et c r u e l l e . Mon dessein n'est pas d'en faire i c i la description : je ne p r é tends q u ' i n d i q u e r p a r q u e l s m a l h e u r s cette I l e a été d é p e u p l é e de ses anciens h a b i t a n s . L e s C a s t i l l a n s outrés de la résistance q u ' i l s trouvaient dans l e u r s nouveaux s u j e t s , ne l e u r firent aucun q u a r t i e r . J e ne rapporterai pas ici les cruautés q u ' i l s e x e r c è r e n t , et q u i furent détestées de l e u r propre Nation. I l l e u r en coûta trois années pour r é d u i r e ces m a l h e u r e u x . S i x R o i s , dont les Etats étaient fort p e u p l é s , essayèrent en vain l e u r s forces contre l'ennemi c o m m u n . S i le sort des a r m e s eût dépendu de la m u l t i t u d e , i l s a u - , r a i e n t m i e u x défendu, l e u r liberté : m a i s les épées et les armes à feu de l e u r s e n n e m i s trouvant des corps nus et d é s a r m é s , en f e saient un h o r r i b l e c a r n a g e , et p l u s de l a m o i t i é des I n d i e n s périt dans cette g u e r r e . Ces infortunés subirent enfin la loi d u p l u s f o r t , et furent q u e l q u e - t e m p s t r a n q u i l l e s : la puissance et le crédit de Guacajiariq contribuèrent b e a u c o u p à cette p a i x . C e C a c i q u e , toujours a m i des C a s t i l l a n s , avait porté le zèle j u s q u ' à les a c c o m p a g n e r F4


128 L E T T R E S ÉDIFIANTES dans l e u r s e x p é d i t i o n s . S a m é d i a t i o n a c h e v a de pacifier l e s esprits. De nouvelles cruautés r a l l u m è r e n t bientôt le feu mal éteint : l e s I n d i e n s songèrent à s e c o u e r un j o u g q u i l e u r était i n s u p p o r t a ble ; mais le moyen qu'ils employèrent l e u r fut p l u s fatal q u ' à l e u r s e n n e m i s . I l s p r i r e n t l e p a r t i d ' a b a n d o n n e r la c u l t u r e des t e r r e s , et de ne p l u s p l a n t e r ni m a n i o c , ni m a ï s , se flattant q u e dans les bois et les m o n t a g n e s où i l s se r e t i r a i e n t , l a chasse et l e s fruits s a u v a g e s l e u r f o u r n i r a i e n t suffisamment de quoi s u b s i s t e r , et q u e l e u r s e n n e m i s s e r a i e n t forcés par la disette d ' a b a n d o n n e r l e u r P a y s . I l s se trompèrent : les C a s t i l l a n s se s o u t i n rent p a r les rafraichissemens q u i v e n a i e n t d ' E u r o p e , et n'en furent q u e p l u s a n i m é s à p o u r s u i v r e l e s I n d i e n s d a n s les l i e u x q u e c e u x - c i c r o y a i e n t être i n a c c e s s i b l e s . C e s m a l h e u r e u x , sans cesse h a r c e l é s , f u y a i e n t de montagnes en m o n t a g n e s : l a m i s è r e , la f a t i g u e , et l a f r a y e u r c o n t i n u e l l e où i l s é t a i e n t , en firent encore p l u s p é r i r que l e glaive. C e u x q u i é c h a p p è r e n t à tant de m i s è r e s , fuient enfin o b l i g é s de se l i v r e r à l a discrétion d u v a i n q u e u r q u i usa d e ses droits avec toute l a r i g u e u r possible. J u s q u ' a l o r s on ne s'était pas m i s fort en p e i n e d'exécuter l e s ordres de l a C o u r d ' E s p a g n e p o u r l ' i n s t r u c t i o n de ces infidèles : l e s g u e r res fréquentes n'en avaient pas laissé l e l o i s i r , et l e s violences dont on usait envers e u x , ne l e u r i n s p i r a i e n t guères le désir de se faire instruire.


ET C U R I E U S E S . 129 Cependant des R e l i g i e u x de S a i n t - D o m i n i q u e et de S a i n t - F r a n ç o i s , et q u e l q u e s Ecclésiastiques séculiers étaient passés a u x Indes. Ces zélés Missionnaires l e u r p r ê c h è rent les vérités de la F o i ; quelques i n t e r valles de modération et de douceur dont on usa par les ordres réitérés de la C o u r , commencèrent à effacer les fâcheux préjugés q u ' i l s avaient contre la Nation Castillane : déjà ils écoutaient les Ministres de l ' E v a n g i l e avec respect et avec docilité ; et i l y avait tout lieu de croire qu'en continuant les voies de d o u c e u r , on les ferait entrer i n s e n s i b l e ment dans le bercail de J é s u s - C h r i s t . M a i s la mort de la R e i n e I s a b e l l e , q u i fut bientôt suivie de celle de Christophe C o l o m b , ruina de si belles espérances. Cette Princesse avait toujours protégé les Indiens ; elle avait même donné ordre de r e c h e r c h e r exactement la conduite des p r i n c i p a u x a u teurs de tant de cruautés pour les p u n i r sévèrement ; et voulant laisser un monument éternel de la bonté de son cœur pour ces nouveaux S u j e t s , p a r un article p a r t i c u l i e r de son t e s t a m e n t , elle chargea le R o i F e r d i n a n d son é p o u x , la R e i n e J e a n n e sa f i l l e , et le P r i n c e C h a r l e s son p e t i t - f i l s , de continuer l'œuvre de D i e u , en laissant la l i b e r t é à ces m a l h e u r e u x , et en t â c h a n t , par des voies de d o u c e u r , de les amener à la c o n naissance du vrai Dieu. L e s intentions de cette pieuse Princesse n e furent pas m i e u x suivies dans cette d i s position que dans beaucoup d'autres. L e s F 5


130 L E T T R E S ÉDIFIANTES I n d i e n s avaient c o m m e n c é à j o u i r d ' u n e espèce de l i b e r t é . A l a réserve de q u e l q u e s c o r v é e s , et des t r i b u t s qu'on e x i g e a i t d ' e u x , on l e s laissait vivre dans l e u r s V i l l a g e s selon l e u r s u s a g e s , sous l e gouvernement de l e u r s C a c i q u e s . L ' a v a r i c e des p r i n c i p a u x Officiers e n t r e p r i t de les d é p o u i l l e r de ce reste de l i b e r t é . On proposa au Conseil de F e r d i n a n d d'asservir e n t i è r e m e n t ces Sauvages, et d e les r é p a r t i r entre les h a b i t a n s , p o u r être e m p l o y é s sous l e u r s ordres a u x t r a v a u x des m i n e s , et a u x autres m i n i s t è r e s qu'ils j u g e r a i e n t à propos. On a p p u y a i t ce projet de motifs de R e l i g i o n et de p o l i t i q u e : i l est i m p o s s i b l e , d i s a i t - o n , q u e ces p e u p l e s se portent à e m brasser l a F o i , tandis qu'on les laissera d a n s l e l i b r e e x e r c i c e de l e u r s s u p e r s t i t i o n s , et qu'on n'usera point avec e u x d'une v i o l e n c e s a l u t a i r e : la p o l i t i q u e y trouvait encore plus d a v a n t a g e , parce q u e , ajoutait-on, cette dispersion l e s m e t t a n t hors d'état d e r i e n e n t r e p r e n d r e , coupera r a c i n e à t o u tes l e u r s révoltes. V o i l à l ' é p o q u e de l a r u i n e e n t i è r e des I n d i e n s . L e s M i s s i o n n a i r e s q u i avaient d é j à éprouvé que l e fréquent commerce des E u r o p é e n s , et l e d é r é g l e m e n t de leurs m œ u r s , d é t r u i s a i e n t en peu de momens tout ce q u e l e u r s p l u s solides instructions n'établissaient qu'avec b e a u c o u p de temps et de t r a v a i l , v i r e n t bien q u e la servitude où. on l e s j e t a i t r u i n e r a i t e n t i è r e m e n t les vues qu'on avait de les convertir à la F o i . A u s s i l e u r z è l e é c l a t a -


ET CURIEUSES. 131 t - i l hautement. L e s Pères Antoine Montesino et Pierre de C o r d o u c , D o m i n i c a i n s , furent les plus ardens à déclamer contre l e partage des Indiens. L e s Officiers C a s t i l l a n s , Auteurs du p r o j e t , et qui en pressaient l'exéc u t i o n , furent piqués des discours des M i s sionnaires : ils se crurent désignés dans l e u r s s e r m o n s , et en portèrent des plaintes à l a Cour. Ce fut là la source d'une infinité de contestations, où. la R e l i g i o n ne gagna r i e n , et où la charité perdit beaucoup. C e p e n d a n t , sur les représentations r é i t é rées des M i s s i o n n a i r e s , la Cour fit tenir des assemblées de T h é o l o g i e n s , où la question des partages fut agitée avec autant de chal e u r que peu de succès : ces sortes d'affaires q u i ont deux f a c e s , et qui présentent de c h a que côté de plausibles a p p a r e n c e s , trouvent de part et d'autre leurs partisans. L a Cour se crut par-là suffisamment autorisée à suivre son premier p l a n ; e l l e envoya ordre à M i c h e l P a s s a m o n t e , Trésorier des droits du R o i , de finir sans délai l'affaire des partages. Cette commission l u i donna un grand crédit et une autorité qui éclipsa celle des Gouverneurs. M a î t r e de la fortune des h a b i t a n s , dont les Indiens allaient devenir l e p l u s riche f o n d s , i l se vit en état de se faire beaucoup d ' a m i s et de créatures. On fit donc le dénombrement de ce qui restait d ' I n d i e n s , et il ne s'en trouva plus que soixante m i l l e . On peut s'imaginer quel fut le désespoir des I n d i e n s , lorsqu'ils se virent forcés de quitF 6


132 L E T T R E S ÉDIFIANTES ter l e u r s anciennes d e m e u r e s , p o u r a l l e r se l i v r e r aux c a p r i c e s de l e u r s n o u v e a u x m a î tres. L a servitude est toujours c r u e l l e , m a i s elle l'est s u r - t o u t à c e u x q u i sont nés l i b r e s . Il est vrai q u e la C o u r avait fait des R è g l e m e n s q u i en a u r a i e n t adouci l ' a m e r t u m e , s'ils eussent été exactement observés ; m a i s les m a î t r e s ne s ' a p p l i q u è r e n t q u ' à tirer tout l e profit q u ' i l s p u r e n t de l e u r s acquisitions ; i l s c h a r g è r e n t ces m a l h e u r e u x des p l u s r u d e s t r a v a u x , et sans é g a r d a u x défenses d u R o i , i l s l e s firent servir de bêtes de c h a r g e . L e c h a g r i n et la misère en d i m i n u è r e n t encore l e n o m b r e , et l o r s q u e c i n q ans après R o d r i gue d'Albuquerque eut succédé à Passamonte dans l ' e m p l o i de C o m m i s s a i r e - D i s t r i b u t e u r des I n d i e n s , i l ne s'en trouva p l u s q u e q u a torze mille. Ce. funeste succès des p a r t a g e s , q u i ne justifiait que trop l e s p l a i n t e s des M i s s i o n n a i r e s , r a n i m a de nouveau l e u r zèle. L e c é l è b r e B a r t h é l e m i de l a s - C a s a s , fut c e l u i q u i se s i g n a l a d a v a n t a g e . C'était un v e r t u e u x Ecclésiastique, q u e l e désir de l a conversion des infidèles avait attiré dans l e n o u v e a u m o n d e ; il possédait l a p l u s grande p a r t i e des talens qui font les h o m m e s Apostoliques , u n g r a n d z è l e , u n e c h a r i t é a r d e n t e , un d é s i n téressement p a r f a i t , une pureté de m œ u r s i r r é p r o c h a b l e , un t e m p é r a m e n t robuste et à l'épreuve des p l u s rudes fatigues. S e s p l u s g r a n d s e n n e m i s ne l u i reprochèrent q u ' u n e vivacité peu m e s u r é e , et ce reproche n'était pas sans fondement ; m a i s sa v e r t u , son i n t e l -


ET CURIEUSES. 133 l i g e n c e , et le talent s i n g u l i e r q u ' i l avait de gagner la confiance des I n d i e n s , le rendirent très-respectable. U n i de sentimens avec l e s Missionnaires D o m i n i c a i n s , il travailla de concert avec eux p o u r anéantir les partages ; et s'étant e n f i n déterminé à entrer dans l e u r O r d r e , il n'en sortit que pour prendre l ' a d ministration de l'Evêché de Chiappu. T e l fut l ' h o m m e Apostolique que la P r o vidence suscita pour le soulagement des Indiens. On ne peut e x p r i m e r les f a t i g u e s , les dégoûts et les contradictions q u ' i l eut à essuyer dans l a poursuite d ' u n si g é n é r e u x dessein ; i l l u i fallut souvent traverser cette vaste étendue de m e r s , qui séparent l ' A m é r i q u e d'avec les autres parties du monde. S e s p r e m i è r e s démarches furent mal reçues à l a C o u r de F e r d i n a n d , où les Officiers de S a i n t D o m i n g u e avaient eu soin de le d é c r i e r , en le fesant passer pour un esprit b r o u i l l o n . L a m o r t de F e r d i n a n d ayant mis la régence entre les m a i n s du C a r d i n a l X i m e n è s , l a s Casas crut la conjoncture favorable p o u r son dessein ; il ne fut pas trompé. L e R é g e n t touché de l'exposition pathétique que l u i fit le saint h o m m e , de l'état p i t o y a b l e où l'avarice des C a s t i l l a n s tenait les I n d i e n s , songea efficacement à y remédier. I l fit choix de quatre R e l i g i e u x H y é r o n i mites q u ' i l envoya à S a i n t - D o m i n g u e en qualité de C o m m i s s a i r e s , avec de pleins pouvoirs p o u r réformer les a b u s , et sur-tout p o u r c a s ser et a n n u l l e r les partages faits par les p r é cédens C o m m i s s a i r e s , s'ils l e jugeaient à pro-


134 L E T T R E S ÉDIFIANTES p o s , pour l e bien de la R e l i g i o n . On fut fort s u r p r i s dans l ' i l e de l ' a r r i v é e de ces C o m m i s saires que las-Casas a c c o m p a g n a i t . L e u r C o m m i s s i o n , q u i fut l u e et p u b l i é e avec l e s c é r é m o n i e s a c c o u t u m é e s , jeta l a t e r r e u r d a n s l'île. U n e commission si d é l i c a t e d e m a n d a i t d u c o u r a g e et de la fermeté. L e s Pères H y é r o n i m i t e s avaient de bonnes intentions ; m a i s i l s étaient t i m i d e s et p e u stylés au train des affaires. L a s - C a s a s s'aperçut bientôt q u ' i l s m o l l i s s a i e n t , en ne privant q u e q u e l q u e s part i c u l i e r s de l e u r s I n d i e n s , et n'osant t o u c h e r a u x p l u s p u i s s a n s , qui étaient en m ê m e - t e m p s l e s p l u s m a u v a i s m a î t r e s . I l somma les C o m m i s s a i r e s d ' e x é c u t e r les ordres d u R é g e n t ; m a i s on ne l u i donna q u e des défaites. L e s c l a m e u r s r e c o m m e n c è r e n t b i e n t ô t , et l e s esprits s'aigrissant de p l u s en p l u s , c h a c u n porta ses p l a i n t e s à la C o u r . L a s - C a s a s a c c u s a les H y é r o n i m i t e s de mollesse et de vues i n téressées : c e u x - c i r e n o u v e l è r e n t les a n c i e n nes accusations contre l a s - C a s a s ; c'était u n e p r o c é d u r e à ne finir de l o n g - t e m p s ; les I n d i e n s en furent les v i c t i m e s . A p r è s ce peu de s u c c è s , l e zèle de tout a u tre se serait r a l e n t i ; c e l u i de l a s - C a s a s n'en d e v i n t q u e p l u s vif. L e s g r a n d s voyages n e l u i coûtaient r i e n , q u a n d i l s'agissait de l a g l o i r e de Dieu. Il prit donc la résolution de repasser en E u r o p e ; on voulut l ' a r r ê t e r , m a i s il montra u n brevet d u R o i , qui l u i laissait l'entière l i b e r t é d ' a l l e r et d e v e n i r , c o m m e i l j u g e r a i t à propos. I l trouva les


ET CURIEUSES. 135 choses bien changées à son arrivée en E s p a gne. L e C a r d i n a l X i m e n è s était m o r t , l e Conseil des Indes avait été g a g n é , et était fort prévenu contre l a s - C a s a s . Loin de se faire écouter sur les plaintes q u ' i l avait à faire des C o m m i s s a i r e s , i l e n t à se défendre sur p l u sieurs chefs d'accusation qu'on avait envoyés contre l u i . L ' h a b i l e Missionnaire se voyant hors d'état de réussir au T r i b u n a l des I n d e s , résolut de s'adresser directement au P r i n c e C h a r l e s , qui gouvernait sous le nom et pendant la m a l a die de la R e i n e J e a n n e sa mère. Cette résolution était h a r d i e , et ne paraissait guère prudente. L e jeune S o u v e r a i n obsédé par l e s M i n i s t r e s F l a m a n d s , ne s'embarrassait guère des Indes ; il était trop occupé d'affaires p l u s importantes q u ' i l avait sur les bras au c o m mencement d'un règne é p i n e u x . L a s - C a s a s se rendit à la Cour ; et comme on aime à y voir des hommes e x t r a o r d i n a i r e s , il y fut reçu avec distinction. L e S e i g n e u r de C h i è v r e s , Gouverneur et principal M i n i s tre de C h a r l e s d ' A u t r i c h e , l'écouta avec p l a i s i r ; les Ministres F l a m a n d s eurent aussi avec l u i de fréquentes conférences ; la jalousie q u i régnait entre les Espagnols et les F l a m a n d s au sujet de la confiance du P r i n c e , que ces. derniers possédaient, servit beaueoup au M i s sionnaire. L e s F l a m a n d s furent charmés d'entrer en connaissance d'une affaire, q u i donnerait un nouveau relief h l e u r a u t o r i t é , et l e u r ferait naître un nouveau moyen de mortifier l e u r s rivaux. Ils promirent de faire


136 L E T T R E S ÉDIFIANTES attention à ses r e m o n t r a n c e s : m a i s les affaires q u i survinrent à C h a r l e s et l e s m o u v e m e n s qu'on se donna, p o u r faire t o m b e r l a C o u r o n n e de l ' E m p i r e s u r sa tête déjà c h a r g é e de tant de d i a d ê m e s , occasionnèrent des l e n t e u r s , q u i donnèrent l e l o i s i r a u x intéressés d e p r e n d r e des m e s u r e s p o u r faire é c h o u e r l e projet d u M i s s i o n n a i r e . On opposa un h o m m e dont l'autorité était c a p a b l e de b a l a n c e r c e l l e d u v e r t u e u x E c c l é s i a s t i q u e ; c'était l ' E v ê q u e de D a r i e n . L ' e x e m p l e de S a i n t - D o m i n g u e avait déjà servi de r è g l e au continent de l ' A m é r i q u e , et ce b o n P r é l a t , p l u s attentif à ses i n t é r ê t s q u ' à c e u x de son t r o u p e a u , avait e u p a r t à l a d i s t r i b u t i o n des I n d i e n s . I l passa en E u r o p e p l u t ô t p o u r traverser l a s - C a s a s , q u e p o u r d e m a n d e r l ' é c l a i r c i s s e m e n t de q u e l ques p r é t e n d u e s difficultés q u i ne l e t o u chaient que médiocrement. L e P r é l a t a l l a aussitôt à l a C o u r , où. l a s Casas était fort assidu. S o n p r e m i e r soin fut de se d é c l a r e r contre l ' o p i n i o n des M i s s i o n n a i r e s , et de d é t r u i r e , dans ses visites et d a n s ses e n t r e t i e n s , l e s raisons sur l e s q u e l l e s i l s a p p u y a i e n t l a nécessité de révoquer l e s p a r tages des I n d i e n s . C e sentiment si favorable à l a C o u r , et a u x Officiers qui y é t a i e n t i n t é r e s s é s , ne pouvait m a n q u e r d'être a g r é é , et de former u n gros p a r t i . L a s - C a s a s a v a i t p o u r l u i tous l e s gens de b i e n , et si son p a r t i n ' é t a i t pas l e p l u s f o r t , il paraissait au m o i n s l e p l u s é q u i t a b l e . A i n s i l e s disputes q u i avaient déjà été si vives, commencèrent à se rallumer.


ET CURIEUSES. 137 Ces contestations q u i partageaient la C o u r , p i q u è r e n t la curiosité du R o i . Il résolut de convoquer une assemblée où les Parties i n t é ressées feraient valoir l e u r s raisons. I l fut donc ordonné à l ' E v é q u e de D a r i e n , et a u P è r e de l a s - C a s a s , de se trouver au Conseil au j o u r q u i fut fixé ; le m ê m e ordre fut donné à D i e g u e - C o l o m b , fils du grand C h r i s t o p h e , q u i , ayant succédé à son père dans l a charge d ' A m i r a l des I n d e s , n'avait pas h é r i t é de son pouvoir n i de sa considération. I l était revenu d e p u i s q u e l q u e s années en Espagne mécontent des atteintes q u e les Officiers R o y a u x donnaient c o n t i n u e l l e m e n t à son a u torité. L a C o u r était n o m b r e u s e , la cause i n t é r e s s a n t e , et la présence du P r i n c e r e n d a i t cette assemblée auguste. I l avait reçu tout réc e m m e n t le Décret de son élection à l ' E m p i r e , et ce fut là q u e p o u r l a p r e m i è r e fois i l fut traité de sacrée Majesté. On avait dressé un trône au l i e u de l ' a s s e m b l é e , et l e P r i n c e s'y rendit accompagné de ses Ministres et d'un b r i l l a n t cortège. L e S e i g n e u r de C h i è vres et le grand C h a n c e l i e r étaient assis a u x p i e d s du trône ; c e l u i - c i o r d o n n a , de la part de S a M a j e s t é , à l ' E v é q u e de Darien de s'exp l i q u e r sur l'affaire des partages. Il s'excusa d'abord sur ce que cette affaire était trop importante pour la rapporter en p u b l i e ; m a i s a y a n t reçu un second o r d r e , i l parla ainsi : « I l est b i e n e x t r a o r d i n a i r e , dit l e P r é l a t , » qu'on d é l i b è r e encore sur un point q u i a » déjà été tant de fois décidé dans les C o u -


138 L E T T R E S ÉDIFIANTES » seils des R o i s C a t h o l i q u e s vos a u g u s t e s » Aïeux : ce n'est sans doute q u e sur u n e con» naissance réfléchie du naturel et des m œ u r s » des I n d i e n s , qu'on s'est d é t e r m i n é à l e s » traiter avec sévérité. Est-il nécessaire d e » retracer ici les révoltes et les perfidies de » cette i n d i g n e N a t i o n ? A-t-on j a m a i s p u » venir à bout de les r é d u i r e que par la v i o » lence ? N'ont-ils pas tenté toutes les voies » d ' e x t e r m i n e r leurs M a î t r e s , et d ' a n é a n t i r » l e u r nouvelle domination ? Ne nous flattons » p o i n t : il faut renoncer sans retour à l a » conquête des I n d e s , et a u x avantages d u » nouveau m o n d e , si on laisse à ces b a r b a r e s » une liberté q u i nous serait fatale. » M a i s que trouve-t-on à redire à l ' e s c l a » vage où on les a r é d u i t s ? N'est-ce pas l e » p r i v i l è g e des Nations v i c t o r i e u s e s , et l a » destinée des Barbares v a i n c u s ? Les Grecs et »LESROMAINSENUSAIENT-ilsautrementavecles » Nations i n d o c i l e s q u ' i l s avaient s u b j u g u é e s » p a r la force de l e u r s a r m e s ? S i j a m a i s » peuples méritèrent d'être traités avec d u » r e t é , ce sont nos I n d i e n s , p l u s s e m b l a b l e s » à des bêtes féroces qu'à des créatures r a i » sonnables. Q u e d i r a i - j e de leurs c r i m e s et » de l e u r s d é b a u c h e s q u i font r o u g i r la n a » ture ? R e m a r q u e - t - o n en eux q u e l q u e t e i n » ture de raison ? S u i v e n t - i l s d'autres lois » q u e celles de l e u r s plus brutales passions ? » M a i s cette d u r e t é les e m p ê c h e , d i t - o n , » d'embrasser la R e l i g i o n . Hé ! q u e p e r d » e l l e avec de pareils sujets? On veut en faire » des Chrétiens ; à p e i n e sont-ils des hom-


ET CURIEUSES. 139 » mes. Q u e nos Missionnaires nous disent » quel a été le fruit de l e u r s travaux et c o m » bien ils ont fait de sincères prosélytes. » M a i s ce sont des ames p o u r l e s q u e l l e s » J é s u s - C h r i s t est m o r t ; j ' e n conviens. À » Dieu ne plaise que j e prétende les a b a n » donner : soit à j a m a i s loué l e zèle de nos » p i e u x Monarques pour attirer ces Infidèles » à J é s u s - C h r i s t ! m a i s je soutiens que l'asser» vissement est le m o y e n le p l u s efficace : » j'ajoute que c'est l e seul qu'on puisse e m » p l o y e r . I g n o r a n s , s t u p i d e s , vicieux c o m m e » ils s o n t , viendra-t-on j a m a i s à bout de l e u r « i m p r i m e r les connaissances n é c e s s a i r e s , » à moins q u e de l e s tenir dans une c o n » trainte u t i l e ? Aussi légers et indifférens à » renoncer au C h r i s t i a n i s m e q u ' à l ' e m b r a s » s e r , on les voit souvent au sortir du b a p » tême se l i v r e r à l e u r s anciennes supersti» tions. » L e discours du P r é l a t fut écouté avec a t t e n t i o n , et reçu selon les différentes dispositions où. l'on était. L o r s q u ' i l eut f i n i , l e C h a n c e l i e r s'adressa au Père de l a s - C a s a s , et lui o r d o n n a , de la part du R o i , de r é p o n dre. Il le fît à-peu-près en ces termes : « J e suis un des p r e m i e r s q u i passai a u x » I n d e s , lorsqu'elles furent découvertes sous » le règne des i n v i n c i b l e s M o n a r q u e s F e r d i » n a n d et I s a b e l l e , prédécesseurs de Votre » Majesté. Ce ne fut ni la c u r i o s i t é , ni l ' i n « térêt, qui m e firent entreprendre un si long » et si p é r i l l e u x voyage. L e salut des Infidé» les fut mon unique objet. Q u e ne m'a-t-il été


140 L E T T R E S ÉDIFIANTES « p e r m i s de m ' y e m p l o y e r avec tout l e s u c » ces q u e d e m a n d a i t u n e si a m p l e moisson ! » Q u e n ' a i - j e p u , a u p r i x de tout m o n sang, » r a c h e t e r l a p e r t e de tant d e m i l l i e r s d ' a m e s » q u i ont été m a l h e u r e u s e m e n t sacrifiées à » l'avarice ou à l'impudicité ! » O n veut nous p e r s u a d e r q u e ces e x é c u » tions b a r b a r e s é t a i e n t n é c e s s a i r e s p o u r p u » n i r ou p o u r e m p ê c h e r l a révolte des I n » d i e n s . Q u ' o n nous dise d o n c p a r où e l l e a » c o m m e n c é . C e s p e u p l e s ne r e ç u r e n t - i l s p a s » nos p r e m i e r s C a s t i l l a n s avec h u m a n i t é et » avec d o u c e u r ? N'avaient-ils pas p l u s d e j o i e » à l e u r prodiguer leurs trésors, que ceux-ci » n'avaient d'avidité à les recevoir ? M a i s » n o t r e c u p i d i t é n ' é t a i t p a s satisfaite : i l s » nous abandonnaient leurs terres, leurs h a » b i t a t i o n s , l e u r s r i c h e s s e s : n o u s avons v o u l u » encore leur ravir leurs enfans, leurs fem» m e s et l e u r l i b e r t é . P r é t e n d i o n s - n o u s q u ' i l s » se laissassent o u t r a g e r d ' u n e m a n i è r e si » s e n s i b l e , q u ' i l s se laissassent é g o r g e r , » p e n d r e , b r û l e r sans en t é m o i g n e r l e m o i n » dre ressentiment ? » A force d e d é c r i e r ces m a l h e u r e u x , o n » v o u d r a i t nous i n s i n u e r qu'à p e i n e ce sont » des h o m m e s . R o u g i s s o n s d'avoir été m o i n s » h o m m e s et p l u s b a r b a r e s q u ' e u x . Q u ' o n t » i l s fait a u t r e chose q u e d e se d é f e n d r e » q u a n d on l e s a t t a q u a i t , q u e de r e p o u s s e r » l e s i n j u r e s et l a v i o l e n c e p a r l e s a r m e s ? L e » désespoir en fournit toujours à c e u x q u ' o n » pousse aux d e r n i è r e s e x t r é m i t é s . M a i s on » nous cite l ' e x e m p l e des R o m a i n s p o u r nous


» » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

ET CURIEUSES. 141 autoriser à réduire ces peuples en servitude. C'est un C h r é t i e n , c'est un Evêque q u i parle ainsi ; est-ce là son Evangile ? Q u e l droit en effet avons-nous de rendre esclaves des peuples nés l i b r e s , que nous avons i n quiétés sans qu'ils nous aient jamais offensés ? Q u ' i l s soient nos v a s s a u x , à la bonne heure ; la loi du plus fort nous y autorise peut-être ; mais par où ont - ils mérité l'esclavage ? » Ce sont des b r u t a u x , a j o u t e - t - i l , des s t u p i d e s , des peuples adonnés à tous les vices. Doit-on en être surpris ? Peut-on attendre d'autres mœurs d'une Nation privée des lumières de l'Evangile ? P l a i g n o n s - l e s , mais ne les accablons pas ; tâchons de les i n s t r u i r e , de les é c l a i r e r , de les redresser ; réduisons-les sous la règle ; mais ne les j e tons pas dans le désespoir. » Que d i r a i - j e du prétexte de la R e l i g i o n dont on veut couvrir une injustice si criante ? Quoi ! les chaînes et les fers s e ront-ils les premiers fruits que ces peuples tireront de l'Evangile ? Quel moyen de faire goûter la sainteté de notre loi à des cœurs envenimés par la haine et irrités p a r l'enlèvement de ce qui leur est le p l u s c h e r , savoir leur liberté ? Sont-ce là les moyens dont les Apôtres se sont servis pour convertir les Nations? Ils ont souffert les c h a î n e s , mais ils n'en ont pas fait porter : J é s u s - C h r i s t est venu pour nous affranchir de la s e r v i t u d e , et non pas pour nous r é duire à l'esclavage. L a soumission à la F o i


142 L E T T R E S ÉDIFIANTES » d o i t être un acte l i b r e ; c'est par l a p e r s u a » s i o n , p a r l a d o u c e u r et p a r la r a i s o n q u ' o n » doit la faire c o n n a î t r e . L a v i o l e n c e ne p e u t » faire q u e des h y p o c r i t e s , et ne fera j a m a i s » de v é r i t a b l e s a d o r a t e u r s . » Q u ' i l m e soit p e r m i s de d e m a n d e r à » m o n tour au S e i g n e u r E v ê q u e , si d e p u i s » l ' e s c l a v a g e des I n d i e n s , on a r e m a r q u é » d a n s ce p e u p l e p l u s d ' e m p r e s s e m e n t à eme» brasser la R e l i g i o n ? S i l e s M a î t r e s e n t r e » l e s m a i n s de q u i i l s sont tombés ont b e a u » coup travaillé à instruire leur ignorance ? » L e g r a n d service q u e les p a r t a g e s ont r e n d u » à l ' E t a t et à l a R e l i g i o n ! L o r s q u e j ' a b o r » d a i p o u r la p r e m i è r e fois d a n s l ' î l e , e l l e » était h a b i t é e p a r u n m i l l i o n d ' h o m m e s ; » à p e i n e a u j o u r d ' h u i en r e s t e - t - i l l a c e n » tième p a r t i e . L a m i s è r e , l e s t r a v a u x , l e s » c h â t i m e n s i m p i t o y a b l e s , la c r u a u t é et l a » b a r b a r i e en ont fait p é r i r des m i l l i e r s . O n » s'y fait u n j e u de l a m o r t des h o m m e s ; on » l e s e n s e v e l i t tout vivans sous d'affreux » s o u t e r r a i n s , o ù i l s n e reçoivent n i la l u » mière du jour ni celle de l ' E v a n g i l e . S i le » sang d ' u n h o m m e i n j u s t e m e n t r é p a n d u » crie v e n g e a n c e , quelles clameurs doit » pousser c e l u i de tant de m i s é r a b l e s q u ' o n » répand inhumainement chaque jour » ! L a s C a s a s finit en i m p l o r a n t l a c l é m e n c e d e l ' E m p e r e u r p o u r des vassaux si i n j u s t e m e n t o p p r i m é s , et en l u i fesant e n t e n d r e q u e c'était à Sa Majesté que Dieu demanderait c o m p t e un j o u r d e tant d ' i n j u s t i c e s , dont i l p o u v a i t a r r ê t e r l e cours.


ET CURIEUSES. 143 L'affaire était trop importante pour être décidée sur l'heure. L ' E m p e r e u r loua fort l e zèle de l a s - C a s a s , et l'exhorta à retourner dans sa M i s s i o n , l u i promettant d'apporter un remède prompt et efficace aux désordres dont il lui avait fait une si vive peinture. Ce ne fut que long-temps après que C h a r l e s , de retour en ses E t a t s , eut le loisir d'y penser : mais il n'était plus t e m p s , du-moins pour Saint-Domingue. T o u t le reste des I n d i e n s y avait p é r i , à la réserve d'un petit nombre qui échappa à l'attention de leurs ennemis. U n e chaîne de montagnes partage S a i n t Domingue dans toute sa longueur. Il y a d'espace en espace de petits cantons habitables. L e s précipices dont ils sont environn é s , en rendent l'abord très-difficile : ils peuvent servir de retraites assez s û r e s , et des familles entières de Nègres marrons y ont quelquefois subsisté plusieurs années à l'abri des poursuites de leurs Maîtres. Ce fut là qu'une troupe d'Indiens a l l a chercher un asile ; ils le trouvèrent dans les doubles montagnes du P i f i a l , à seize ou d i x - s e p t lieues de la Vega-Real. Ils y subsistèrent plusieurs années inconnus au milieu de leurs v a i n q u e u r s , qui croyaient l e u r race entièrement éteinte. Ce fut une bande de chasseurs qui les découvrit. L e u r petit nombre et le pitoyable état oû ils étaient, ne causèrent plus d'ombrage. Leurs vainqueurs gémissaient peut-être eux-mêmes sur la cruauté de leurs ancêtres. On les traita avec beaucoup de douceur,


144 LETTRES ÉDIFIANTES et ils répondirent parfaitement à toutes l e s avances d'amitié qu'on l e u r fesait. Dociles a u x instructions q u ' i l s r e ç u r e n t , i l s embrassèrent l a R e l i g i o n C h r é t i e n n e ; et s'accoutumant p e u - à - p e u a u x m œ u r s et aux usages de l e u r s M a î t r e s , ils contractèrent avec eux des mar i a g e s . On l e u r p e r m i t d ' a i l l e u r s de vivre selon leurs coutumes ; ils les gardent encore m a i n t e n a n t en p a r t i e , et ne vivent q u e de chasse ou de pêche. T e l l e a é t é , mon R é v é r e n d P è r e , l a d e s tinée de la Nation I n d i e n n e dans l ' î l e de S a i n t - D o m i n g u e . Adorons les vues de la Prov i d e n c e , qui semble ne s'être appesantie sur ce p e u p l e , q u e pour l u i en substituer un a u t r e . J e p a r l e des N è g r e s , q u i tout m a u v a i s q u ' i l s s o n t , ont néanmoins de m e i l l e u r e s dispositions au C h r i s t i a n i s m e q u e les I n d i e n s , si l'on en j u g e par les S a u v a g e s du C o n t i n e n t , qui sont p r o b a b l e m e n t de m ê m e race q u e ceux qui h a b i t a i e n t cette I l e . J e c r o i s , mon R é v é r e n d P è r e , avoir satisfait p l e i n e m e n t à vos d e u x questions. I l ne m e reste p l u s que de vous assurer du respect avec l e q u e l je s u i s , etc.

LETTRE


ET CURIEUSES.

145

L E T T R E

Du Père Margat, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Procureur-Général des Missions de la même Compagnie aux îles de l'Amérique, M O N

R É V É R E N D

P È R E ,

La paix de N. S. Vous souhaitez depuis long-temps d'avoir une explication détaillée de nos Missions à la cote de Saint-Domingue. J e vais vous satisfaire. Nous travaillons à ces Missions depuis 1 7 0 4 . Nous n'y trouvâmes d'abord que quatre ou cinq quartiers d'établis dans la partie de la côte que le Roi confia à nos soins. L a Colonie s'est bien accrue depuis ce temps-là. On a formé quantité de nouveaux q u a r t i e r s , et par conséquent de nouvelles Paroisses ; nous en avons dans notre district dix-neuf, q u i , eu suivant la côte Est et O u e s t , et la parcourant ensuite Nord et S u d , donnent une étendue de plus de cent lieues. L e s plus petites Paroisses ont plus de six à sept lieues de contour : il y en a qui en ont plus de trente. On c o m p t e , dans cette é t e n d u e , plus de cent cinquante m i l l e Nègres. L e nombre des blancs n'est p a s , à beaucoup p r è s , si considérable. Il y a des Paroisses dans les p l a i -

Tome

VII.

G


146 L E T T R E S ÉDIFIANTES t r è s , dont l e terrain est p l a t et uni ; il y en a q u a n t i t é d'autres dans des pays montueux, coupés de ravins et très-difficiles à p a r c o u r i r . J e ne répéterai point ici ce que j ' a i m a r q u é assez a u long dans une de mes L e t t r e s p r é c é d e n t e s au sujet du c l i m a t de S a i n t D o m i n g u e , de différentes p a r t i c u l a r i t é s d u p a y s , et des occupations des M i s s i o n n a i r e s ; je m e b o r n e dans c e l l e - c i à vous d é c r i r e l ' é t a b l i s s e m e n t , les progrès et la s i t u a t i o n présente de nos M i s s i o n s . L e s Colonies Françaises commençaient à s'étendre dans l ' i l e de S a i n t - D o m i n g u e vers la fin d u d e r n i e r s i è c l e . Léogane et toute sa dépendance était déjà gouvernée p a r l e s R é v é r e n d s Pères D o m i n i c a i n s , qu'on y a p p e l l e , c o m m e dans toutes l e s iles de l ' A m é r i q u e , les Pères b l a n c s . Cette portion de l a M i s s i o n q u i l e u r fut confiée, l e u r est d e m e u r é e d e p u i s ce t e m p s - l à . L a d é p e n d a n c e d u C a p , où l e s progrès de nos F r a n ç a i s avaient été plus l e n t s , n'avait presque r i e n de fixe p o u r le gouvernement s p i r i t u e l . L e peu d e Paroisses q u ' i l y avait dans les c o m m e n c e m e n s , étaient desservies par les p r e m i e r s P r ê tres s é c u l i e r s ou r é g u l i e r s q u e le hasard ou l e s fonctions d ' A u m ô n i e r s de vaisseaux a m e naient aux Iles. L a Mission d u C a p fut dans l a s u i t e c o n fiée aux R é v é r e n d s Pères C a p u c i n s , et p r i t u n e forme plus r é g u l i è r e . Cela dura j u s q u e s vers 1702 ; mais les m o r t a l i t é s , si c o m m u nes sous ces c l i m a t s , m i r e n t bientôt ces P è r e s h o r s d'état de pouvoir soutenir cette Mission ;


ET

CURIEUSES

147

la Cour proposa donc aux Supérieurs Jésuites de s'en charger. L e Père G o u y e , alors Procureur-général des Missions de la Compagnie aux îles de l ' A m é r i q u e , par déférence pour les Pères C a p u c i n s , ne voulut rien accepter ayant que de conférer sur cette affaire avec leurs Supérieurs à Paris ; mais ceux-ci l u i avant déclaré positivement qu'ils n'étaient plus en é t a t , ni en volonté de fournir des sujets à la Mission de S a i n t - D o m i n g u e , et qu'ils en fesaient une cession volontaire à ceux q u i , du consentement de la C o u r , voudraient s'en c h a r g e r , le Père G o u y e , sur cette r é p o n s e , alla offrir ses Missionnaires au M i n i s t r e , qui les accepta, et qui recommanda avec instance d'envoyer au plutôt des o u v r i e r s , parce que le besoin était urgent. L ' î l e de Saint-Christophe fut, comme chacun s a i t , envahie sur les Français par les A n g l a i s , l'an 1660 ; alors les habitans de ces Colonies furent transportés partie à S a i n t e Croix et partie à la Martinique ; ils passèrent ensuite pour la plupart à S a i n t - D o m i n g u e , où ces nouveaux colons portèrent un accroissemenlconsidérable. Notre Mission de SaintChristophe qui était florissante, suivit le sort de la Colonie. L e Supérieur reçut ordre de passer à Saint-Domingue pour y prendre possession de la Mission du Cap Français. Il s'embarqua et aborda heureusement a la Caye Saint-Louis. C'est la partie la plus S u d de l'île de Saint-Domingue. On appelle Caye dans l ' A m é r i q u e , les rochers qui s'élèvent du fond de la M e r , et

G 2


148 LETTRES ÉDIFIANTES QUI forment quelquefois de petites îles. S u r u n e de ces î l e s , à peu de distance de la côte

qu'on appelle le Fond de l'Ile à Vache,

la

C o m p a g n i e dite de S a i n t - Domingue b â t i s sait actuellement un fort, à l ' a b r i d u q u e l e l l e se proposait de défendre tous les é t a b l i s semens que le Roi l u i avait permis de faire dans tout l e vaste terrain qu'on nomme i c i

le Fond de l'Ile à Vache. Ce terrain e s t

}

d e toute la partie de l ' I l e qui appartient a u x F r a n ç a i s , le lieu le p l u s éloigné du Cap. Il y a par terre p l u s de cent lieues d'une traversée très-difficile ; il y a encore plus l o i n p a r m e r , p u i s q u ' i l faut faire l e tour de l a m o i t i é de l ' I l e , q u i , dans son t o t a l , n'a guère moins de trois cent cinquante lieues de c i r c u i t . L e s hommes Apostoliques ne sont j a m a i s d é p a y s é s , et trouvent par-tout de quoi s'occuper suivant l e u r ministère. L e M i s s i o n n a i r e attendant une occasion pour passer au Cap, s'occupa pendant quelques mois à faire gagner le J u b i l é à toute la garnison et à tous les ouvriers qui travaillaient dans ce moment à la construction du fort S a i n t - L o u i s . Il le fit avec tant de zèle et ume si grande satisfaction p o u r tout le m o n d e , que M M . les Directeur et Commandant de la Compagnie n ' o u b l i è rent rien pour le r e t e n i r , ou d u - m o i n s pour l'engager à procurer à cette portion de l ' I l e u n e Mission de J é s u i t e s . L e Père l e u r donna les m e i l l e u r e s paroles q u ' i l put ; mais suivant les ordres pressans de ses S u p é r i e u r s , i l se rendit au C a p , où il arriva vers le c o m m e n c e m e n t de J u i l l e t 1 7 0 4 .


ET CURIEUSES. 149 L e Cap, aujourd'hui ville considérable, était alors bien peu de chose, et commençait à peine à se relever des désastres qu'il avait essuyés dans les guerres p r é c é d e n t e s , ayant été brûlé deux fois en cinq ans par les A n glais et les Espagnols, réunis ensemble contre la France. Les débris sauvés des Colonies de Saint-Christophe et de Sainte-Croix avaient jeté du monde au Cap, qui commençait à se repeupler. Mais ces misérables c o l o n s , que l'ennemi avait dépouillés de tous leurs b i e n s , se trouvaient dans une triste situation. Ce fut une ample matière au zèle du M i s sionnaire ; mais quelque bonne volonté q u ' i l e û t , il ne pouvait guère leur donner que des assistances s p i r i t u e l l e s , les Anglais ayant enlevé tout ce que pouvait avoir acquis la Mission de Saint-Christophe, et le Père se trouvant au Cap dans l'embarras d'un nouvel établissement. L a charité qui est i n g é n i e u s e , l u i fit trouver une ressource aux misères publiques ; il les représenta v i v e m e n t , et il proposa comme un remède nécessaire et convenable, d'établir une association de Dames p i e u s e s , q u i , par leurs charités et leurs s o i n s , se fissent un devoir de visiter les malades et les personnes nécessiteuses qui n'osaient ouvertement demander l ' a u m ô n e , et de leur procurer tous les soulagemens nécessaires. Comme il avait le talent de manier les e s p r i t s , i l vint à bout de son dessein. L e s principales Dames de la ville se firent un honneur d'entrer dans cette bonne œuvre. On vit donc en G 3


150 L E T T R E S ÉDIFIANTES p e u de temps une Confiérie formée de Dames de M i s é r i c o r d e : on élisait une S u p é r i e u r e tous les a n s , et une T r é s o r i è r e , et c h a c u n e des autres Dames h l e u r t o u r , p o u r visiter les m a l a d e s et pour l e u r p r o c u r e r c h a q u e m o i s les secours de la Confrérie. Ces Dames ne bornèrent pas là l e u r char i t é ; elles é t a b l i r e n t un hôpital p o u r les h o m m e s , l e s femmes et les f a m i l l e s entières, r é d u i t s à l ' a u m ô n e ou m a l a d e s . On acheta d e u x maisons pour cela ; on établit un S y n dic : le tout sous la direction d u S u p é r i e u r d e la M i s s i o n , q u i a s s e m b l a i t ces Dames u n e fois tous les mois. Cet hôpital dura j u s q u ' e n 1 7 0 7 , où M . de C h a r i t é , C o m m a n d a n t en chef après la mort de M . A u g é , a y a n t besoin des e m p l a c e m e n s de ce nouvel h ô p i t a l , p o u r a l i g n e r la nouvelle p l a c e d ' a r m e s , détruisit les maisons et en renferma l e t e r r a i n dans cette p l a c e , sans donner a u c u n d é d o m m a g e m e n t aux Dames de la M i s é r i corde. Il n'y avait alors dans l'étendue de la d é p e n d a n c e du C a p , que huit Paroisses ; savoir :

le Cap, le Morne-Rouge, l'Accul,la Petite Anse, le Quartier Morin, Limonade, et d e u x au Port de Paix. L e Père G o u y e , P r o c u r e u r de la M i s s i o n , sachant le besoin q u ' o n avait de sujets pour gouverner ces P a r o i s s e s , avait déjà écrit avec succès d a n s toutes les Provinces de l'assistance de F r a n c e p o u r exciter le zèle et obtenir des M i s s i o n naires. L e Père J e a n - B a p t i s t e l e P e r s , de la P r o -


ET C U R I E U S E S . 151 vince de F l a n d r e s , fut des premiers à partir. Il arriva au Gap le 24 d'Août 1 7 0 4 , et dans le cours de l'année 1705 il fut suivi des P P . O l i v i e r , l e B r e t o n , Laval et Boutin ; ainsi avec le secours de deux Prêtres séculiers qui se trouvèrent dans ces q u a r t i e r s , le Supérieur de la Mission eut de quoi r e m plir dès cette année-là toutes les Paroisses vacantes. Il était juste de donner une forme stable à cette Mission ; c'est à quoi travailla efficacement le Père G o u y e , en obtenant des Lettres patentes du R o i , qui furent enregistrées au Parlement le 29 Novembre 1704 ; par ces L e t t r e s , le Roi établit les Jésuites dans l'administration spirituelle des Colonies françaises de la côte de S a i n t - D o m i n -

g u e , depuis monte-Christ jusqu'au mont de Saint-Nicolas, avec défense à tous Prêtres séculiers ou réguliers de s'immiscer dans cette M i s s i o n , sans le consentement exprès des Jésuites. L e Supérieur du Cap fut é t a b l i Supérieur général de la Mission. Rien de plus déplorable que l'état où les Missionnaires Jésuites distribués dans les différentes P a r o i s s e s , trouvèrent leurs E g l i ses. La plupart étaient ouvertes de toutes parts et livrées nuit et jour à toutes sortes de profanations par les hommes et par les b ê t e s , sans que rien pût les défendre. J'excepte l'Eglise du Cap, où il y avait un T a b e r nacle dans les f o r m e s , envoyé par le R o i . L e premier soin des nouveaux Missionnaires fut donc de travailler à la réparation de leurs G

4


152 L E T T R E S ÉDIFIANTES É g l i s e s ; c'est en quoi se s i g n a l è r e n t s u r tout le P è r e l e P e r s à Limonade, le P è r e B o u t i n à Saint-Louis, et l e Père d ' A u t r i c h e

au

Port-de-Paix.

L e C a p , déjà centre des M i s s i o n s , et d e s t i n é à être la V i l l e p r i n c i p a l e et c o m m e l a c a p i t a l e de l a C o l o n i e française à S a i n t D o m i n g u e , ne se d i s t i n g u a i t pas a v a n t a g e u s e m e n t p a r son E g l i s e , q u i n ' é t a i t e n c o r e q u ' u n assez m a u v a i s b â t i m e n t de b o i s p a l i s sade à j o u r , suivant l ' a n c i e n n e m a n i è r e d e b â t i r d u P a y s ; d ' a i l l e u r s assez m a l - p r o p r e et m a l p o u r v u e d ' o r n e m e n s . C ' é t a i t sans d o u t e en cet état q u e l'avait trouvée l e p è r e L a b a t , si connu par ses M é m o i r e s , q u i n e fut point édifié de cette n é g l i g e n c e et q u i s'en p l a i n t a m è r e m e n t dans l a d e s c r i p t i o n q u ' i l en fait. M a i s q u a n d il y passa en 1 7 0 3 , cette V i l l e ne fesait encore q u e de se r e l e v e r de d e u x i n c e n d i e s consécutifs ; et d ' a i l l e u r s les E g l i s e s de la C o l o n i e , en p r o i e , p o u r ainsi d i r e , au p r e m i e r v e n u q u i v o u l a i t s'en e m p a r e r , ne pouvaient g u è r e s ê t r e n i décorées ni e n t r e t e n u e s c o m m e il c o n v i e n t . L e z è l e des M i s s i o n n a i r e s r é v e i l l a l ' i n d o l e n c e des H a b i t a n s q u i se s e n t a i e n t encore de l a l i c e n c e de la Flibuste. On forma donc au C a p de g r a n d e s e n t r e p r i s e s p o u r l a construction d ' u n e E g l i s e . L e P è r e Boutin qui s'y trouvait a l o r s en q u a l i t é de C u r é , et q u i venait tout r é c e m m e n t d ' a c h e v e r l ' E g l i s e de Saint-Louis, qu'il avait b â t i e sans le secours d ' a u c u n E n t r e p r e n e u r , p r i t encore s u r l u i d'en faire a u -


ET CURIEUSES.

153

tant au Cap , et il en vint à bout. Monsieur le Comte d ' A r q u i a n , G o u v e r n e u r de la V i l l e , fut prié de poser la première pierre. Ce fut le 2 8 Mars 1715 ; et en trois ans et d e m i , ce qui est p r o m p t , vu la lenteur o r d i naire des entreprises du P a y s , l'Eglise se trouva en état d'être bénie le 2 2 Décembre 1 7 1 8 , sous le titre de l'Assomption de la sainte Vierge. C'est un grand bâtiment de maçonnerie de 1 2 0 pieds de long sur 4 5 de large. E n général il est d'assez bon g o û t , quoique trop simple par le dedans, et trop peu spacieux aussi pour la quantité de monde qui est dans la V i l l e . L a Sacristie est bien fournie et bien entretenue ; ses ornemens sont b e a u x , et le Service divin s'y fait avec autant d'ordre et de dignité qu'en aucune Province de France. Il y a un clocher détaché du corps de l'Eglise ; c'est une tour carrée où il y a une assez belle sonnerie et une horloge qui s'entend dans toute la V i l l e . J e ne m'amuserai point i c i , mon R é v é rend P è r e , à vous faire le détail des M i s sionnaires arrivés depuis ce t e m p s - l à , ni à vous marquer les nouveaux établissemens de Paroisses à mesure que la Colonie s'est étendue. Vous en jugerez par l'exposé que je vais vous tracer de l'état présent de cette Mission. J e parcourrai pour cela assez r a p i dement les différentes Paroisses qui sont sous la direction du Supérieur g é n é r a l , et je ne m ' a r r ê t e r a i , qu'autant qu'il sera nécess a i r e , à quelques circonstances particulières qui méritent attention.

G 5


154 L E T T R E S ÉDIFIANTES L e Cap q u i , dans ses commencemens, n'était q u ' u n amas fortuit de q u e l q u e s c a b a nes de p ê c h e u r s et de q u e l q u e s m a g a s i n s p o u r les e m b a r q n e m e n s , est présentement u n e Ville c o n s i d é r a b l e . E l l e est bâtie a u p i e d d'une c h a î n e de montagnes q u i l ' e n v i ronnent en p a r t i e , et qui l u i font u n e espèce d e couronnement. Ces m o n t a g n e s , q u i sont o u cultivées par des h a b i t a t i o n s , ou boisées p a r la n a t u r e , forment un a m p h i t h é â t r e varié qui ne m a n q u e pas d'agrément. L a p l u s longue partie de la V i l l e s'étend tout du long de la r a d e , q u i peut avoir trois ou q u a t r e l i e u e s de c i r c u i t , et qui est toujours r e m p l i e d'un grand nombre de toute espèce de bâtimens. Il n'en vient guères m o i n s d e c i n q cens c h a q u e a n n é e , tant grands q u e p e t i t s , ce q u i entretient dans cette rade u n m o u v e m e n t c o n t i n u e l , q u i donne à la V i l l e u n a i r a n i m é . T o u t e s les rues en sont a l i gnées et se coupent dans les traverses à a n g l e s droits ; e l l e s ont toutes trente à q u a r a n t e p i e d s de l a r g e . Il y a dans le centre une b e l l e p l a c e d ' a r m e s , sur l a q u e l l e l ' E g l i s e p a r o i s s i a l e fait face. Au m i l i e u est une fontaine ; on a planté sur les extrémités des a l l é e s d'arbres q u i donneront de l'ombrage et de l a fraîcheur. L e s maisons n'en sont pas fort b e l l e s , m a i s elles sont assez riantes et bâties pour la f r a î c h e u r et pour la commodité du c o m merce. C'est à trois incendies q u e le C a p d o i t son e m b e l l i s s e m e n t . Pour se g a r a n t i r d e p a r e i l s aceideas, on s'est mis d e p u i s dans


ET CURIEUSES. 155 le goût de bâtir en m a ç o n n e r i e , et l'on fait tous les jours de nouvelles maisons q u i , avec l'agrément, auront plus de solidité. Les bâtimens l e s plus considérables sont d'assez belles casernes où tous les soldats ont leur l o g e m e n t , et un grand magasin du R o i , sur le bord de l a m e r , où le Conseil Supérieur et la Justice ordinaire tiennent leurs séances. Notre logement est dans un des endroits les plus élevés du Cap ; on y arrive par une fort belle avenue de grands arbres qu'on appelle poiriers de la M a r t i n i q u e , parce que la feuille de ces a r b r e s , ressemble assez à celle des poiriers d'Europe. Cette a l l é e donne un ombrage et une fraîcheur qu'on ne saurait trop estimer dans un Pays aussi chaud que c e l u i - c i . L a maison ne répond point à cela ; c'est une équerre de vieux bâtimens qui n'ont ni goût ni commodité ; nous y sommes très-mal et très-étroitement l o g é s , mais la situation est belle et l'air fort bon. Ce qu'il y a de plus considérable, c'est une C h a p e l l e , dédiée à saint F r a n ç o i s Xavier ; elle est toute de pierre de t a i l l e , et fort bien décorée. Nous avons à nos cotés ( la rue seulement entre deux ) le Couvent des Religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, qui s'occupent utilement à l'instruction des jeunes Créoles. Cet établissement, si nécessaire , n'a. pas encore l a forme qu'il doit avoir. L e feu Père Boutin, qui en est l e Fondateur, avec le plus grand zèle et les meilleures i n G 6


156 L E T T R E S ÉDIFIANTES tentions d u m o n d e , n ' a v a i t pas l e goût l e p l u s s û r p o u r l ' a r c h i t e c t u r e . C o m m e il n ' a v a i t p e n s é q u ' a u p l u s p r e s s é , tous l e s b â t i m e n s de cette maison ne sont n i s o l i d e s , n i p r o portionnés. Cette V i l l e est l a r é s i d e n c e o r d i n a i r e d u G o u v e r n e u r , de l ' E t a t - M a j o r , d u C o n s e i l S u p é r i e u r ; ce q u i , avec les Officiers de l a J u r i d i c t i o n o r d i n a i r e , l e s N é g o c i a n s de la V i l l e et c e u x de la r a d e , les a l l a n s et v e n a n s de la p l a i n e , tant b l a n c s q u e n o i r s et m é t i s , m e t d a n s l e C a p environ d i x à d o u z e m i l l e ames. O u t r e u n b e l h ô p i t a l du R o i , q u i est à u n e d e m i - l i e u e du C a p , qui a p l u s de q u a tre-vingt m i l l e l i v r e s de r e v e n u , et où sont r e ç u s et traités tous les p a u v r e s et l e s soldats m a l a d e s , i l s'est formé en cette V i l l e , d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s , trois é t a b l i s s e m e n s d e c h a r i t é , q u i sont d ' u n e g r a n d e ressource pour les Pauvres. L e p r e m i e r est a p p e l é M a i s o n de P r o v i d e n c e des h o m m e s . Il y a q u e l q u e t e m p s q u ' u n de nos M i s s i o n n a i r e s , C u r é d u C a p , fut t o u c h é de la m i s è r e de q u a n t i t é de p e r sonnes q u i v i e n n e n t i c i d a n s l ' e s p é r a n c e d e s ' e n r i c h i r , et q u i s o u v e n t , n ' a y a n t ni m o y e n p o u r s u b s i s t e r , n i asile où se r é f u g i e r , p r e n n e n t d u c h a g r i n , et bientôt a p r è s , saisis p a r l a m a l a d i e , périssent m i s é r a b l e m e n t d a n s l e l i e u m ê m e où i l s avaient espéré faire q u e l q u e fortune. C e M i s s i o n n a i r e pensa q u e c e serait u n e œ u v r e b i e n c h a r i t a b l e , et en même-temps d'une grande utilité pour la


ET

CURIEUSES.

157

C o l o n i e , de former un établissement où ces pauvres gens fussent reçus et e n t r e t e n u s , jusqu'à ce qu'il se présentât des emplois qui pussent leur convenir, suivant leurs talens et leurs professions. Il s'ouvrit sur son p r o jet à un homme vertueux et intelligent ; et l'ayant trouvé dans une disposition favorable de se prêter à ses v u e s , i l s mirent incessamment la main à l'œuvre. L e séculier offrit pour cela une petite maison avec son e m placement, qu'il avait en propre, où l'on se proposa de faire une augmentation de b â t i m e n s , et le Missionnaire s'engagea, de son coté, à nourrir et à entretenir les p a u vres nouvellement arrivés. On en vint bientôt à l'exécution, et on ne manqua pas de pratiques. L e bruit de cet établissement s'étant r é pandu dans toute la C o l o n i e , chacun y a p p l a u d i t , et se proposa de le favoriser suivant ses facultés. Les Gouverneurs-Génér a u x , l'Intendant et le Conseil Supérieur du C a p , en prirent connaissance, y donnèrent leur approbation, et promirent leur protection. On acheta un emplacement plus étendu à l'extrémité du C a p , du coté des montagnes, où il y avait du logement, du t e r r a i n , et des Nègres pour le faire v a l o i r , et beaucoup de commodités, entr'autres une belle source qui est au pied de la m a i s o n , avantage si précieux dans des climats tels que celui-ci ; et l'on y transporta le nouvel établissement. Cette forme, plus solide et plus gracieuse,


158 L E T T R E S ÉDIFIANTES attira bientôt à cette m a i s o n , ( q u ' o n a p p e l a l a Maison de la Providence ) , des avantages p l u s considérables. M . le M a r q u i s de L a m a g e , G é n é r a l des Iles sous l e v e n t , et M . M a i l l a r d , Intendant, étant venus au C a p , h o n o r è r e n t la nouvelle Maison de l e u r visite. I l s se firent exactement informer de tout ce q u e l'on y fesait pour l e soulagement des pauvres : i l s en parurent très-satisfaits, p r o m i r e n t l e u r protection et s ' e n g a g è r e n t , sitôt q u e la Maison a u r a i t pris une forme encore p l u s s o l i d e , d'obtenir des L e t t r e s - P a t e n t e s d u R o i , q u i mettraient le sceau à cet é t a blissement. Ce fut par l e u r a v i s , et suivant celui des N o t a b l e s , qu'on nomma des Administrat e u r s et qu'on dressa un R è g l e m e n t p o u r la conduite de cette maison. L e sieur de Casteheyre, q u i est c e l u i qui a consacré à ce pieux établissement ses falcultés et ses s o i n s , en fut établi l e p r e m i e r Hospitalier. I l y fait sa r é s i d e n c e , et tout l e détail r o u l e sur lui ; on y tient bureau tous les l u n d i s , où se trouvent les deux A d m i n i s t r a t e u r s sécul i e r s , et l e Curé du C a p qui en est A d m i n i s trateur n é . On y reçoit indifféremment tous l e s nouveaux v e n u s : i l s y sont n o u r r i s et entretenus jusqu'à ce qu'on l e u r ait trouvé q u e l q u e p l a c e au Cap ou à la p l a i n e . E u a t t e n d a n t , on les occupe à q u e l q u e t r a v a i l p o u r la M a i s o n . On y reçoit outre c e u x - l à , tous les c o n valescens q u i sortent de l ' H ô p i t a l du R o i , et tous les pauvres de l a V i l l e , dans l a q u e l l e


ET CURIEUSES. l59 on a recommandé très-instamment de ne donner aucune aumône aux m e n d i a n s , p u i s qu'ils trouvaient le vivre et le couvert à l a P r o v i d e n c e , et que quand ils m e n d i a i e n t , ce n'était que pour avoir de quoi s'enivrer : désordre jusqu'à présent trop c o m m u n , et auquel on s'est principalement proposé de r e m é d i e r , en les obligeant à se retirer à la Providence, Quand ils sont m a l a d e s , on les fait porter à l'Hôpital du R o i . Voilà déjà plus de six cens personnes, suivant les registies de cette M a i s o n , qui y ont p a s s é , et q u i , y ayant été reçues, ont été placées ensuite dans différens endroits. S i on avait e u , il y a trente a n s , un pareil é t a b l i s s e m e n t , on aurait conservé dans la seule dépendance d u Cap plus de trente m i l l e Colons que la misère et le désespoir ont fait périr. Cette Maison prend tellement faveur et est si fort au gré des habitans, qu'il s'y fait d e p u i s q u e l q u e temps des legs et des donations considérables. On ne les hasardait dans les commencemens qu'avec c r a i n t e , parce qu'on ne voyait encore rien de bien solide ; mais M . le Général et M . l'Intendant ont bien voulu y p o u r v o i r , en d é c l a r a n t , p a r une Ordonnance s p é c i a l e , et en vertu de l'autorité du R o i , dont ils sont dépositair e s , que ces Maisons de P r o v i d e n c e , si utiles au p u b l i c , doivent être censées capables de recevoir et accepter tontes sortes de donations et de legs. U n e Déclaration si précise a rassuré l e P u b l i c , et a donné une nouvelle chaleur à la charité.


160 L E T T R E S ÉDIFIANTES L e second établissement est aussi d ' u n e Maison de Providence pour l e s femmes. II se trouve , p a r m i l e n o m b r e des habitans aisés de cette V i l l e , quantité de Pauvres f e m m e s â g é e s , hors d'état de pouvoir gagner l e u r v i e , et à q u i on était o b l i g é de fournir de quoi p a y e r les loyers des Maisons où e l l e s ont l e u r logement ; ce q u i va l o i n dans cette V i l l e où les loyers sont e x t r ê m e m e n t c h e r s . C e l a inspira au M i s s i o n n a i r e - C u r é d u C a p l a pensée d'acheter q u e l q u e e m p l a c e m e n t où l'on pût b â t i r des c h a m b r e s dans l e s q u e l les on donnerait logement à ces personnes indigentes ; et c'est ce q u ' i l a exécuté avec succès. L e troisième établissement de c h a r i t é , q u i est tout r é c e n t , est un petit Hôpital p o u r les femmes m a l a d e s , établissement e x t r ê m e m e n t nécessaire ; c a r , c o m m e dans u n P a y s aussi m a l - s a i n q u e c e l u i - c i , il y a toujours des malades dans l a V i l l e , l o r s q u ' i l se trouvait des femmes ou nouvellement a r r i v é e s , sans moyens et sans c o n n a i s s a n c e s , ou anciennes dans l e P a y s , m a i s réduites à l a m e n d i c i t é , on ne savait où les loger pendant l e u r s m a l a d i e s : on était encore p l u s e m b a r rassé à l e u r procurer les soulagemens n é c e s s a i r e s , faute de domestiques et de personnes capables de les soigner ; ou d u - m o i n s , comme on se trouvait en ces occasions o b l i g é de partager ses a t t e n t i o n s , ces difficultés m u l t i p l i a i e n t e x t r a o r d i n a i r e m e n t les frais et les dépenses. Ce qu'on souhaitait donc d e p u i s l o n g -


ET CURIEUSES. l6l t e m p s , vient enfin de réussir depuis p e u , p a r la disposition pieuse qu'un habitant du C a p , n o m m é François Dolioules, a faite en mour a n t , d'une jolie maison et de ses d é p e n d a n c e s , à condition q u ' e l l e servirait à y r e cevoir les pauvres femmes malades de la ville. Cette M a i s o n , qui s'appelle S a i n t e - E l i s a b e t h , est gouvernée par les mêmes a d m i n i s trateurs que les deux précédentes. Notre maison du Cap est comme le cheflieu de la Mission. C'est là que réside l e S u p é r i e u r - g é n é r a l , q u i , de temps en t e m p s , fait sa tournée pour visiter les Paroisses et les Eglises. Nous ne sommes de résidens fixes au Cap que quatre Prêtres en comptant l e S u p é r i e u r , et d e u x F r è r e s . L e Curé de la P a r o i s s e , qui a un Vicaire sous l u i , est pour les habitans blancs du Cap. Il y a un Curé p o u r les N è g r e s , qui prend aussi soin des Marins. L e S u p é r i e u r - g é n é r a l de l a Mission est S u p é r i e u r des Religieuses. L a C o u r , par les Lettres-Patentes q u ' e l l e l e u r a d o n n é e s , les soumet aussi au C u r é du C a p . L e s jours o u v r a b l e s , on dit une première Messe à l a P a r o i s s e , q u e l'on sonne au lever du soleil. Il y en a une seconde de fondation à sept h e u r e s , et u n e que l'on dit o r d i n a i r e m e n t , quand on l e p e u t , à h u i t h e u r e s , et qui est pour les écoliers. Il y a donc une Ecole pour les garçons ; mais elle est peu stable ; et une des choses q u ' i l serait ici le plus nécessaire d'avoir, c'est, par e x e m p l e , des Frères des Ecoles C h r é t i e n n e s , qui s'acquittassent de


162 L E T T R E S ÉDIFIANTES l'importante fonction de l'instruction de l a j e u n e s s e , non p a r un esprit m e r c e n a i r e , comme font c e u x dont on est obligé de se s e r v i r , mais dans un esprit de R e l i g i o n et avecun d e s i r de procurer là gloire de Dieu. L a jeunesse d'ici est p e r v e r s e , i n d o c i l e , e n n e m i e de l ' a p p l i c a t i o n , v o l a g e , gâtée par l a tendresse aveugle de l e u r s pères et m è r e s , p e u t - ê t r e par les Nègres et Négresses a u x quels i l s sont l i v r é s , dès q u ' i l s ont vu l e j o u r ; apprenant n é a n m o i n s aisément à l i r e , et ayant une disposition m a r q u é e p o u r l'écriture. L e s D i m a n c h e s et l e s F ê t e s , outre l a p r e m i è r e et la seconde M e s s e , q u i se disent t o u jours à la même h e u r e q u e les jours o u v r a b l e s , il y a encore une grand'Messe c h a n t é e à h u i t heures et d e m i e ; ensuite la M e s s e , qu'on appelle des N è g r e s , parce q u ' e l l e est spécialement destinée pour eux. On chante à cette Messe des C a n t i q u e s , et on fait aux esclaves q u i sont présens une explication de l ' E v a n g i l e , et des instructions qu'on proportionne à leur c a p a c i t é . Il y a tous les J e u d i s de l'année un S a l u t de fondation. O u t r e l e C a t é c h i s m e qu'on fait toutes les F ê t e s et Dimanches aux e n f a n s , on en fait u n trois fois la S e m a i n e , pendant le C a r ê m e , pour les disposer à la première C o m m u n i o n . L e C u r é des Nègres fait a u s s i , toutes les F ê t e s et D i m a n c h e s , à l'issue des Vêpres p a r o i s s i a l e s , une instruction a u x N è g r e s , et tous les soirs des jours o u v r a b l e s , à l a fin d u j o u r , on rassemble ce que l'on p e u t de Nè-


ET CURIEUSES. l63 gres pour l e u r faire la p r i è r e , et pour disposer les Prosélytes au saint B a p t ê m e . L e Gap nous a arrêtés q u e l q u e temps : Nous parcourrons plus légèrement les Paroisses des plaines. L a p l u s voisine du G a p , en tournant à l ' E s t , est la Petite Anse. C'est un des quartiers les p l u s anciennement étab l i s de la Colonie. L e s fonds de terre y sont a d m i r a b l e s : il y a près de cinquante sucreries r o u l a n t e s , p l u s i e u r s belles r a f i n e r i e s , et au-moin s i x m i l l e Nègres esclaves. L e nombre des blancs ne répond pas à cela. L a p l u part des propriétaires des habitations de ce q u a r t i e r , ainsi que ceux du v o i s i n a g e , sont en F r a n c e , et font r é g i r leurs biens par des Procureurs et par des Economes. L ' E g l i s e Paroissiale de ce q u a r t i e r est l a p l u s b e l l e de toutes celles de la dépendance du C a p . E l l e fut commencée du temps du

Père Larcher,

qui en a été Curé dix a n s , et

q u i , par ses s o i n s , son activité et la confiance distinguée que les paroissiens avaient en l u i , avança extrêmement cet ouvrage. L a p r e mière pierre en fut posée le 20 Mai 1 7 2 0 , par M . le M a r q u i s de Sorel, nouvellement arrivé au C a p , avec la qualité de Gouverneurgénéral. E l l e ne fut achevée que plus de d i x ans après. J ' é t a i s alors C u r é de cette P a r o i s s e , où j ' a i demeuré près de vingt-ans. L e Père Larcher, dont je viens de p a r l e r , célèbre dans la Mission par sa p r u d e n c e , son affabilité et son application infatigable au t r a v a i l , extrêmement d u r à l u i - m ê m e , et universel? ment chéri des grands et des p e t i t s , fut n o m m é


164 L E T T R E S ÉDIFIANTES S u p é r i e u r d u C a p en 1 7 3 0 . Il eut peu d e temps a p r è s , l a qualité de Préfet apostoliq u e . I l gouverna la Mission avec une grande douceur et une estime g é n é r a l e , j u s q u ' e n 1 7 3 4 . S a santé s'étant alors extrêmement d é r a n g é e , les M é d e c i n s jugèrent q u ' i l n ' y avait que la F r a n c e q u i pût le rétablir. Il s'embarqua l e 1 0 M a r s 1734, le j o u r des Cendres ; m a i s son mal ayant a u g m e n t é , i l mourut sur m e r l e 1 2 Avril suivant.

A deux lieues de la Petite Anse,

un peu

p l u s au N o r d , est l ' E g l i s e du quartier Marin, l a q u e l l e est sous l e titre de S a i n t - L o u i s . C e q u a r t i e r l'emporte sur tous ceux de la C o l o n i e pour la bonté d u t e r r a i n , la beauté des c h e m i n s et l a richesse des habitations. I l est redevable en partie de tous ces ornemens à

feu M . de Charité qui en a été G o u v e r n e u r , et ensuite L i e u t e n a n t au Gouvernement g é n é r a l , où il m o u r u t e n J a n v i e r 1 7 2 0 . L ' E g l i s e P a r o i s s i a l e , q u i est de b r i q u e , et q u i a été nouvellement r é p a r é e , est fort j o l i e , et surtout d'une très-grande propreté. Il y a u n autel à la R o m a i n e , un b a l d a q u i n et un t a b e r n a c l e d ' u n très-bon goût. C e quartier est fort r a m a s s é , mais c'est toute p l a i n e , et l a m e i l l e u r e q u a l i t é de terrain qu'on puisse souhaiter pour l a c u l t u r e . Il y a autant de Nègres

à-peu-près qu'à la Petite

Anse.

Cette Paroisse se glorifie avec raison d'avoir eu assez long-temps pour C u r é l e Père Olivier, de l a Province de G u y e n n e , h o m m e véritablement respectable p a r toutes les vertus propres à un M i s s i o n n a i r e . I l arriva a u


ET CURIEUSES. l65 Cap an commencement de 1705. C'était un petit homme d'un tempérament assez f a i b l e , et q u ' i l ruina encore par ses austérités et son abstinence presque incroyables. Il avait une d o u c e u r , une modestie et une simplicité r e l i g i e u s e , qui lui gagnaient d'abord l'estime et la confiance des personnes qui avaient affaire à l u i . Son zèle pour le salut des ames était infatigable. Sitôt qu'il était appelé pour quelques m a l a d e s , il y courait sans faire attention ni à l ' h e u r e , ni au t e m p s , ni à l a c h a l e u r , ni à l'abondance des p l u i e s , qui causent presque toujours des fièvres aux voyageurs qui en sont mouillés. L e s Nègres esclaves trouvaient toujours dans l u i un père et un défenseur zélé. Il les recevait avec b o n t é , les écoutait avec p a t i e n c e , les instruisait avec une application singulière. L e Père Olivier joignait à ces vertus une union intime avec D i e u , un mépris extrême de l u i - m ê m e , une mortification en toutes c h o s e s , une délicatesse de conscience qui allait jusqu'au scrupule. Il n'employait guère moins de trois heures chaque j o u r , pour le saint sacrifice, tant pour s'y disposer que pour l'offrir, et pour faire son action de grâces, Il fut S u p é r i e u r jusqu'en 1 7 2 0 . Il était déjà atiaqué d'un mal de jambe auquel il ne paraissait pas faire attention ; cependant se trouvant hors d'état de desservir une Paroisse, il demanda d'aller faire sa demeure sur une habitation que nous avons aux Terriers rouges, à l a q u e l l e il donna ses soins en q u a lité de Procureur. L à i l se livra à son attrait


166 L E T T R E S ÉDIFIANTES pour la prière et poui l ' o r a i s o n , q u ' i l n'interr o m p a i t que pour vaquer à l'instruction de nos N è g r e s , et à q u e l q u e s soins temporels du ressort de son e m p l o i . Ce fut dans cette s o l i tude q u e la p l a i e de sa j a m b e s'étant ferm é e , il se sentit peu de temps après attaqué de la m a l a d i e dont il m o u r u t . 11 vit les approches de ce d e r n i e r m o m e n t avec une r é s i g n a t i o n , une constance et une joie dignes de la sainte vie q u ' i l avait menée j u s q u ' a l o r s . Il mourut le 28 M a r s 1731, âgé d'environ c i n q u a n t e - h u i t a n s , après avoir été v i n g t - s i x ans dans la Mission dont il avait été S u p é r i e u r pendant q u a t r e ans. S a mémoire est ici dans une extrême v é n é r a t i o n , et toute la C o l o n i e l e regardait c o m m e un S a i n t . En tirant vers l ' E s t , on trouve Limonade q u i est à u n e é g a l e distance d u Quartier

Marin et de la Petite

Anse.

Ce Q u a r t i e r

n'est point inférieur a u x deux p r é c é d e n s , ni pour l a honté du t e r r a i n , ni pour l a q u a n t i t é d'esclaves. L ' E g l i s e est sous l e titre de S a i n t e Anne. E l l e est déjà fort a n c i e n n e , et n'est que de bois ; m a i s e l l e est r i c h e en a r g e n t e rie et en ornemens. L a fête de S a i n t e - A n n e dont l ' E g l i s e porte l e n o m , attire tous les ans un g r a n d concours de tous l e s Q u a r t i e r s de la C o l o n i e . Deux l i e u e s p l u s h a u t en tirant un p e u d u côté du S u d , on trouve le Q u a r t i e r du Trou. Nos p r e m i e r s Colons n'étaient pas d'élégans n o m e n c l a t e u r s , comme il ne paraît que trop par les noms r i d i c u l e s q u ' i l s ont donnés à différons Q u a r t i e r s . I l s appellent Trou toute


ET C U R I E U S E S . 167 ouverture un peu large qui se prolonge entre deux m o n t a g n e s , et qui débouche dans quelque plaine. T e l l e est la situation de la Paroisse du Trou, dont l'Eglise a pour P a tron saint Jean-Baptiste. Ce Quartier est plus étendu que les précédens, mais le terroir n'en est pas à beaucoup près si b o n , quoiqu'il y ait Cependant quantité de belles habitations. L'Eglise n'est que de b o i s , d'assez mauvais goût et fort mal ornée. Il ne tient qu'aux paroissiens d'en bâtir une b e l l e , puisqu'ils ont des fonds très-considérables d e puis vingt ans ; mais souvent l'indolence, en se bornant aux intérêts particuliers , fait négliger les intérêts c o m m u n s , sur-tout quand ils n'ont que la Religion pour objet. De là vient q u e , malgré tous les projets en l'air que l'on a faits, les choses sont toujours demeurées dans une inaction très-préjudiciable au bien de cette Paroisse. L a situation de celte Eglise est des plus avantageuses, au m i l i e u d'un petit bourg d'environ trente ou ou quarante m a i s o n s , et sur le bord d'une jolie rivière. Celte paroisse, depuis 1739, est desservie par un Père Cordelier. En remontant toujours la côte à l'Est on trouve la paroisse de S a i n t - P i e r r e des Ter-

riers rouges. Le terroir de ce Quartier est médiocre, sur-tout ce qui est lelong de la m e r , où les fonds sont maigres et salineux. Il est assez propre pour l'indigo ; mais les cannes à sucre n'y viennent pas trop bien. Les terrains sont meilleurs au voisinage des montagnes. C'est dans ces Quartiers que nous avons une


168 LETTRES ÉDIFIANTES habitation qui est en sucrerie. Il y a'd'ordinaire un J é s u i t e résident q u i en est comme Procureur. L a Paroisse est à un bon quart d e lieue en tirant vers la mer. L ' E g l i s e paroissiale est asez belle et fort bien ornée. On a bâti un presbytère à côté, sur le bord d'une rivière qu'on appelle la Materie, qui est les d e u x tiers de l'année à sec.

L e Fort Dauphin et Ouanaminte terminent du côté de l'Est la dépendance du Cap pour la juridiction spirituelle. Autrefois tout ce Quartier s'appelait Baya, nom qui lui avait été donné par les E s p a g n o l s , à cause d'une Baie c é l è b r e , une des m e i l l e u r e s , des plus sûres et des plus spacieuses d e toute l ' I l e . L e s Espagnols y avaient autrefois un fort à l ' e n droit qu'on nomme la Bougue, dont j ' a i vu l e plan ; on y a m ê m e , depuis quelques a n n é e s , trouvé quelques petites médailles dans les ruines qu'on a fouillées pour faire les ouvrages de fortifications qui y sont aujourd ' h u i . C'est une ville qui est encore p e t i t e , mais qui pourra s'augmenter dans la suite. Ce fut M . de la Rocharard, Général de cette C o l o n i e , q u i , en 1 7 2 6 , fit tracer le plan du fort qu'on y voit à présent. Il est situé sur U n e langue de terre qui s'avance dans la Baie ; on en a construit un autre à l'entrée du goulet par où la mer e n t r e , et f o r m e , en s'élargissant, ce beau Port. Il faut nécessairement que l e s vaisseaux passent par-là pour entrer dans l e p o r t , ce qu'on ne peut faire qu'à la demi-portée d u canon d u port

de la Bouque. II


ET CURIEUSES. 169 Il y a à la ville du Fort Dauphin un EtatM a j o r , composé d'un Lieutenant de R o i , Commandant de tout ce Q u a r t i e r , qui s'étend

depuis le Trou jusqu'à l'Espagnol.

Il est

subordonné au Gouverneur du Cap. Il y a aussi un Majoret quelques compagnies F r a n çaises et S u i s s e s , une juridiction qui est d u conseil supérieur du Cap. L ' E g l i s e fait face s u r la place d'armes qui est spacieuse. On e n bâtit actuellement une en m a ç o n n e r i e , q u i n e le cédera à aucune des plus belles de l a Colonie. I l n'y a présentement qu'un C u r é J é s u i t e , q u i seul est chargé du soin de l a p a r o i s s e , et qui est en même temps aumônier d u F o r t , où il va dire une première messe les Fêtes et D i m a n c h e s , après quoi il revient faire l'office à la paroisse. L e s malades de l a v i l l e , les soldats et les habitations, à trois ou quatre lieues aux environs, surchargent trop u n Missionnaire ; mais la disette de sujets ne permet pas de faire autrement. Il y a peu d'années q u e le C u r é du Fort Dauphin é t a i t c h a r g é de tout ce que les F r a n çais possèdent jusqu'à l'Espagnol ; ce q u i fesaitune paroisse immense de plus d e vingtc i n q lieues de circuit. On a formé pour son soulagement une paroisse plus proche de l a frontière Espagnole ; elle s'appelle Ouanaminte, on y a bâti une Eglise et un P r e s b y tère. L e Père de V a u g i e n , J é s u i t e de l a Province de C h a m p a g n e , a été le premier Missionnaire qui ait desservi cette p a roisse dans l'année 1729 : mais il n'y fut pas long - t e m p s , car il mourut quatre

Tome

VII.

H


170 L E T T R E S ÉDIFIANTES mois après son arrivée dans la Mission. Il y a q u e l q u e s Q u a r t i e r s s i t u é s dans l ' é p a i s seur des montagnes qui répondent à ceux que je viens de vous d é c r i r e , ce q u i est c o m m u n à toute la côte de S a i n t - D o m i n g u e , soit celle d u N o r d , soit celle du S u d . P o u r vous mettre au fait de c e c i , mon Révérend P è r e , i l est bon de savoir que l ' î l e de S a i n t - D o m i n g u e , d a n s sa l o n g u e u r , qui s'étend de l'Est à l ' O u e s t , est partagée par une c h a î n e de montagnes q u i occupe l e m i l i e u de l ' I l e , en laissant de part et d'autre j u s q u ' a u bord d e la m e r une côte q u i est p l u s ou moins l a r g e , suivant que ces montagnes s'approchent ou s'éloignent p l u s du bord de la mer. C'est l e long de ces côtes et dans la p l a i n e , q u e sont situées les m e i l l e u r e s h a b i t a t i o n s , et les plus b e a u x é t a b l i s s e m e n s , tant des Français que des Espagnols. Ces chaînes de montagnes qui occupent le m i l i e u de l ' î l e , ont quelquefois jusqu'à trente et q u a r a n t e l i e u e s de l a r g e u r . Ce sont p o u r la p l u p a r t des p a y s i n h a b i t a b l e s ; cependant il y a d'esp a c e en espace des vallées c o n s i d é r a b l e s , dont les terrains sont très-bons, et où l'on a formé des é t a b l i s s e m e n s , des quartiers et des paroisses. A i n s i , au q u a r t i e r de l a PetiteAnse, que je vous ai décrit c i d e s s u s , répond l e q u a r t i e r du Dondon, qui est dans l'épaisseur de l a m o n t a g n e , au S u d

de la Petite Anse.

I l n'y a pas bien des

années que ce n'était q u ' u n p a y s de chasse ; c e n'est que depuis vingt ans qu'on l'a cultivé, et q u ' i l s'y est formé quantité


ET

CURIEUSES.

171

d'habitations qui font aujourd'hui un beau quartier. Il y a une paroisse é t a b l i e , et un C u r é résident, qui est un Religieux du grand O r d r e de C l u n y . C'est dans cette Paroisse que mourut, il y a huitans,le Père le Pers, un des plus célèbres et des plus laborieux Missionnaires de cette d é pendance Il était le Doyen de la M i s s i o n , y étant venu en 1705. L e Père le P e r s , sous un extérieur très-simple et extrêmement n é g l i g é , cachait un très-bon esprit, une mémoire h e u reuse, un jugement s a i n , mais sur-tout b e a u coup de candeur et un cœur extrêmement charitable. Pendant trente ans qu'il a vécu dans la M i s s i o n , il y a peu d'endroits où il n'ait travaillé et laissé des monumens de son zèle. S o n attrait particulier était d e se confiner dans les endroits les plus sauvages et les moins h a b i t é s , qu'il prenait plaisir a former. Sitôt qu'il avait mis les choses en bon t r a i n , q u e les Eglises et les Presbytères étaient dans un arrangement c o n v e n a b l e , il demandait aussitôt un successeur, et passait à un autre q u a r t i e r , pour y continuer le même travail. Cela m a r q u e , comme vous le v o y e z , mon Révérend P è r e , un homme bien détaché de lui-même ; car on aime naturellement à jouir d u fruit de ses travaux. L e Père le Pers ne se réservait que la p e i n e , et laissait aux a u tres la douceur d'un établissement q u ' i l s n'avaient plus qu'à perfectionner. Son caractère était une espèce de philosop h i e , dont le fond était la Religion. Indifférent pour tout ce qui regardait la vie t e m II 2


172 LETTRES ÉDIFIANTES p o r e l l e , il semblait ignorer tout ce qui y a rapport, ou n'y faire attention qu'autant que les besoins extrêmes l'avertissaient d'y pourvoir. On ne voyait dans les lieux où il fésait résidence aucune espèce de cuisine. Presque toujours en voyage, il ne portait pour toute provision que quelques oeufs durs et du fromage. Il s'arrêtait en route sur le bord du premier ruisseau, où il prenait sa frugale réfection ; et souvent emporté par le plaisir d'herboriser, qui le fesait errer dans les bois et dans les m o n t a g n e s , il fallait que son Nègre l'avertît qu'il était temps de prendre quelque nourriture. Il joignait à cela un grand zèle pour le salut des a m e s , sur-tout un attrait et un talent particuliers pour la direction des Nègres ; une grande affabilité q u i le rendait aimable dans le commerce de l a v i e , quoiqu'il fût cependant naturellement très - r e t i r é , et qu'il n'entretînt commerce avec les séculiers qu'autant qu'il le croyait nécessaire pour leur salut, ou pour satisfaire à la curiosité qu'il avait de se mettre au fait de l'histoire du pays, Cette étude était le seul délassement qu'il se permît au milieu de ses travaux apostoliques. Comme il arriva de bonne heure dans la M i s s i o n , il y trouva quantité d'anciens Colons, quelques Flibustiers, et d'autres personnes, témoins oculaires des évènemens tout récens, passés depuis le commencement des établissemens des Français dans cette Colonie. Ce fut sur leurs mémoires, corrigés et éclaircis les uns par les autres,


E T CURIEUSES. 173 qu'il dressa une Histoire de Saint-Domingue. Il trouva dans Oviedo, et dans d'autres H i s toriens E s p a g n o l s , ce qui regard ait les temps a n t é r i e u r s , c ' e s t - à - d i r e , l a narration de tout ce qui s'est passé depuis l'entreprise de C h r i s tophe Colomb, jusqu'au commencement de l'arrivée des F r a n ç a i s , et de leurs premiers exploits à la côte. I l ajouta à cela l'état p r é sent de l ' î l e , dont il avait parcouru u n e bonne p a r t i e , et l'Histoire N a t u r e l l e , autant q u ' i l l'avait pu étudier par l u i - m ê m e , en profitant des l u m i è r e s d'Oviedo, d'Acosta, et d'autres sources. Il garda long-temps cette Histoire m a n u s c r i t e , se défiant de son s t y l e , q u i effectivement avait bien des défauts. IL se détermina enfin à envoyer ses papiers au Père de Charlevoix, q u i , dans son H i s toire de S a i n t - D o m i n g u e , rend compte d e l'usage q u ' i l a fait des Mémoires du Père le

Pers. Ce M i s s i o n n a i r e , peu satisfait de la m a nière dont i l avait traité l'Histoire N a t u r e l l e , se mit en tête de s'appliquer à l a B o t a n i q u e . L a méthode de M . de Tournefort l u i étant tombée entre les m a i n s , l ' a r d e u r d ' h e r b o riser le saisit et l u i tint d é s o r m a i s , après l e s fonctions de son m i n i s t è r e , l i e u de toute autre occupation. Il c o m p o s a , suivant l e s principes de la nouvelle m é t h o d e , quantité de mémoires sur les plantes de Saint-Doming u e . Ce travail l'occupait encore q u a n d i l mourut ; i l avait demandé au Père S u p é r i e u r de l a Mission d ' a l l e r desservir la paroisse d u Dondon, nouvellement é t a b l i e , où pas un H 3


174 L E T T R E S ÉDIFIANTES j é s u i t e n'avait encore été. C'était l à , c o m m e j ' a i d i t , son attrait : i l pouvait encore y en trouver un p a r t i c u l i e r par la situation d e ce q u a r t i e r , qui est un p a y s haut, coupé d e m o n t a g n e s , où i l y a bien plus de fraîcheur et d ' h u m i d i t é ; par conséquent très-favorable à l a Botanique. Il jouit bien peu de t e m p s d e cet a v a n t a g e , si conforme à son i n c l i n a tion. C o m m e il était déjà sur l'Age, affaibli p a r ses grands travaux et par le p e u d'attention q u ' i l avait pour sa s a n t é , a c c o u t u m é d ' a i l l e u r s aux grandes c h a l e u r s , la f r a î c h e u r d e ce q u a r t i e r l u i fut m o r t e l l e , et il y t e r m i n a sa c a r r i è r e Agé de cinquante-neuf a n s . M . Desportes, M é d e c i n , son a m i , et Botaniste de p r o f e s s i o n , se trouvant a u p r è s d e l u i q u a n d i l m o u r u t , p r o f i t a , avec l a permission du P è r e L e v a n t i e r , S u p é r i e u r g é n é r a l , des manuscrits du d é f u n t , dont i l est à croire q u ' i l r e n d r a , avec l e t e m p s , compte au P u b l i c . A u bas des montagnes du Dondon est s i t u é

l e quartier de la Grande-Rivière,

où i l y a

u n e Paroisse, dont sainte Rose est la patronne. Cette paroisse est à une égale distance d e

Limonade,

d u Quartier Morin et de l a

Petite Anse, environ à d e u x l i e u e s d e ces trois q u a r t i e r s . C e l u i - ci est une g o r g e q u i se prolonge fort avant entre deux c h a î n e s d e montagnes. Il peut avoir sept à h u i t l i e u e s de l o n g u e u r , sur une d e m i - l i e u e et q u e l q u e fois moins de l a r g e u r . T o u t e cette gorge n'est proprement que l e l i t d ' u n e assez b e l l e r i v i è r e , q u i p r e n d sa source dans l a d o u b l e


ET CURIEUSES. 175 chaîne des montagnes qui sont sur le terrain E s p a g n o l , et q u i , après avoir coulé l o n g temps entre des falaises très - h a u t e s , vient arroser ce quartier ; de là elle fait différens tours dans ceux de Saint-Louis et de Limonade, d'où elle se décharge dans la M e r v i s à-vis du Nord. Il n'y a de plaine en ce quartier que ce que la r i v i è r e , dont le l i t change à chaque d é b o r d e m e n t , veut bien y laisser. L e s habitations sont placées sur l ' u n et l'autre bord. Il l a faut passer et repasser à chaque moment quand on veut p a r c o u r i r le q u a r t i e r , ce qui est fort incommode et t r è s - d a n g e r e u x , sur-tout pour les M i s s i o n naires que l e u r ministère appelle sans cesse en divers l i e u x . Il y a vingt ans que ce quartier était u n des plus peuplés et des plus florissans. L e s h a b i t a n s , quoique du médiocre é t a g e , y étaient fort à l e u r aise. L ' i n d i g o et le t a b a c , dont les manufactures avaient de l a réputat i o n , les fesaient vivre commodément. Cette félicité fut troublée par un des plus furieux dédordemens de la rivière, dont on eut encore entendu parler. 11 arriva le 22 Octobre 1 7 2 2 , E l l e descendit comme la foudre du h a u t des montagnes d'où elle prend sa source : ses eaux enflées se répandirent de part et d ' a u t r e , et entraînèrent maisons, j a r d i n s , hommes et bestiaux. Son c o u r s , q u o i q u e moins gêné à la sortie de ce défilé, n'en fut pas moins violent. E l l e se joignit à tous les ruisseaux et ravins q u i se trouvèrent sur son p a s s a g e , et les ayant gonflés, elle se r é p a n H 4


176 L E T T R E S ÉDIFIANTES dit avec e u x clans la p l a i n e : l e

Morin,la

Petite Anse et Limonade,

Quartier

furent

en partie inondés. E l l e arracha les c a n n e s , déracina les h a i e s , abattit les a r b r e s , démolit les m a i s o n s , entraîna j u s q u ' a u x énormes chaudières de cuivre et de potin où l'on fait le s u c r e , et c a u s a , dans tous ces lieux-là, des dommages i n e s t i m a b l e s . L e s h a b i t a n s de l a Grande Rivière, comme les p l u s voisins et les p l u s f a i b l e s , furent aussi les p l u s m a l t r a i t é s . G r a n d nombre de B l a n c s , surpris par cette inondation subite et n o c t u r n e , y périrent ; il s'y noya encore un b i e n p l u s g r a n d n o m b r e de N è g r e s , et quantité de bestiaux de toute espèce. L e s h a b i t a n s q u i échappèrent à un si cruel d é s a s t r e , de r i c h e s q u ' i l s étaient l a v e i l l e , se trouvèrent le l e n d e main sans N è g r e s , sans t e r r e s , sans a r g e n t , et q u e l q u e s - u n s sans famille et sans logement. L a charité des F i d è l e s é c l a t a fort dans cette occasion. On fit des quêtes dans tous les quartiers de l a dépendance d u C a p . L e s aumônes furent abondantes. On les fit d i s t r i b u e r par les mains des M i s s i o n n a i r e s , suivant l'estimation de la perte que c h a c u n pouvait avoir faite. C e s o u l a g e m e n t , q u o i q u e prompt et g é n é r a l , ne put cependant r é p a r e r l e d o m m a g e que le débordement avait causé au quartier. C o m m e les c h e m i n s étaient r o m p u s , les jardins couverts de galet ou ensevelis sous l ' e a u , les propriétaires furent o b l i g é s , partie d'abandonner leurs h a b i t a t i o n s , partie de les vendre presque p o u r r i e n . C e u x q u i r e s t è r e n t , instruits par l e u r s


ET CURIEUSES. 177 m a l h e u r s , ont depuis porté leurs établissemens sur les Côtières des montagnes. L e Père Méric était dans ce temps-là C u r é de cette paroisse. Son zèle apostolique l e fesait souvent déclamer avec force contre deux vices communs alors en ce q u a r t i e r , l ' i v r o gnerie et l'impureté. Ce n'est pas qu'il n ' y eût des gens de bien qui gémissaient avec l e Missionnaire de quantité d'excès et de scandales p u b l i c s , que rien ne pouvait arrêter. L e Père M é r i c , qui fesait de ces excès le sujet l e p l u s ordinaire de ses discours à ses p a r o i s s i e n s , voyant que tout cela profitait p e u , se sentit un jour extraordinairement animé p a r quelques nouvelles impiétés qui s'étaient commises dans un cabaret assez voisin de l ' E g l i s e . Il en parla avec plus de véhémence dans u n Prône de sa Messe p a r o i s s i a l e , un jour q u e le Saint - Sacrement était exposé. Il prit Jésus-Christ à témoin des outrages qui l u i avaient été faits ; et transporté tout-à-coup par un mouvement i n t é r i e u r , dont il ne se sentit pas l e maître : Hé bien, l e u r d i t - i l ,

puisque mes discours et mes remontrances ont été jusqu'à présent si infructueux, sachez que, dans peu, Dieu vous fera sentir qu'on ne l'outrage pas toujours impunément. T r o i s ou quatre jours après arriva cet horrible d é b o r d e m e n t , q u i bouleversa ce quartier d'une manière à ne jamais s'en relever. C'est de lui-même que j ' a i su cette c i r c o n s t a n c e , qui m'a été confirmée depuis par quantité d'habitans qui y étaient présens. En partant du Cap et retournant à l'Ouest, H 5


178 L E T T R E S ÉDIFIANTES partie opposée à celle que nous venons de p a r c o u r i r , on trouve à deux l i e u e s et d e m i e de cette v i l l e , l e quartier de la p l a i n e d u Nord. L e terroir y est fort ; m a i s un fond d é t e r r e glaise le rend h u m i d e et moins p r o p r e aux cannes que les autres terrains q u i environnent le C a p . L e s sucres qu'on y fab r i q u e sont g r o s , mais en récompense ce sol est de nature à souffrir moins dans les s é c h e resses. L a p a r o i s s e , il y a 20 a n s , était à u n e d e m i - l i e u e plus proche du C a p , au q u a r t i e r appelé l e Morne-Rouge, l'Eglise fut t r a n s portée où elle est m a i n t e n a n t , pour être p l u s a u centre du quartier. Q u o i q u ' e l l e ne soit q u e de b o i s , elle est cependant solide et d'assez bon g o û t , bien propre et bien e n t r e tenue. L e Presbytère est un des plus b e a u x d e la Mission : tout le terrain en est cultivé avec goût et i n t e l l i g e n c e . I l y a quantité d'allées d'arbres fruitiers des m e i l l e u r s d u p a y s , disposés avec s y m é t r i e , et q u i j o i gnant l'agréable à l ' u t i l e , et u n fort j o l i j a r d i n p o t a g e r , où la plupart des l é g u m e s et des racines d'Europe viennent parfaitement b i e n . On peut d i r e que c'est u n des p l u s agréables déserts de la Colonie. L e q u a r t i e r de l'Accul, à d e u x l i e u e s d e l a plaine du N o r d , borne la p l a i n e du C a p d u coté du Cap. Nos insulaires A m é r i c a i n s appellent Accul une barrière que les m o n tagnes opposent aux voyageurs. Ce q u a r t i e r , où il y a une j o l i e p a r o i s s e , n'a qu'une l i e u e de large sur sept de l o n g u e u r , et se términe au Nord par une baie qu'on appelle Camp


ET C U R I E U S E S . 179 de Louise. L e terroir en est médiocre , quoiqu'on y fasse en plusieurs endroits de trèsbeau sucre. L'Eglise qui est de maçonnerie est belle et fort bien o r n é e , et le Presbytère dans une agréable situation. Dans les gorges des montagnes, le long desquelles ce quartier s'étend, il y a quelques vallons c u l t i v é s , tels que sont ceux de la Souffrière, de la Coupe-à-David et quelques autres. Toutes les autres Paroisses qui sont a u delà de l'Accul en tirant à l'Ouest, sont dans des pays montueux et difficiles. T e l l e est d'abord celle du Limbe. Ce quartier a été nommé ainsi par une assez mauvaise allusion aux L i m b e s , parce qu'après avoir franchi une haute montagne, on se trouve à la descente de l'autre coté dans un pays prof o n d , tel à-peu-près que celui où. l'on se figure que sont les limbes. Ce quartier qui est très-étendu en l o n g u e u r , et de plus de huit l i e u e s , n'en a pas une de l a r g e u r , et dans quelques endroits beaucoup moins. Ce n'est qu'un vallon au milieu duquel coule une belle rivière qui prend sa source dans les doubles montagnes et qui n'a point de lit fixe ; ce qui dans les débordemens, qui sont f i é q u e n s , incommode beaucoup l e s habitans de ce quartier. Cette rivière après l'avoir parcouru se jette dans la mer au Nord. L'Eglise paroissiale, dont saint Pierre est le p a t r o n , est située au milieu du quartier, qui est aujourd'hui un des plus p e u p l é s , quoiqu'il s'y fasse beaucoup plus d'indigo que de s u c r e L a Paroisse est fort

II6


180

LETTRES ÉDIFIANTES

difficile à desservir à cause de cette rivière qu'il faut sans cesse passer et repasser, et toujours avec quelque danger. A deux lieues plus h a u t , un peu plus pro-

che de la m e r , est le Port Margot,

quartier

moins considérable que le Limbé et bien moins riche. L'Eglise a pour patronne sainte Marguerite ; elle est desservie par un Père Cordelier. Une dépendance de cette Paroisse, qui la rend difficile, est un quartier nommé le Borgne, qui en est séparé par une montagne âpre et difficile. C'est encore un v a l l o n , mais plus étroit, où il y a cependant plus de soixante habitations établies ; on y demande une Paroisse, et on a déjà pris pour cela toutes les mesures nécessaires ; mais nous manquons tellement d'ouvriers, qu'on a de la peine à remplir les plus anciennes P a roisses. En partant du Limbé et prenant plus à l'Ouest, on se trouve, après deux l i e u e s , a u pied d'une haute montagne qu'il faut doubler pour arriver au quartier nommé Plaisance, sans doute par antiphrase. C'est un l i e u nouvellement é t a b l i , semblable à ceux que nous venons de parcourir, mais bien moins b o n , et où il y a peu d'habitations considérables. On n'a que de l'indigo et du café dans ces v a l l o n s , où la trop grande humidité et l'incommodité des voitures empêche qu'on ne fasse du sucre. Il y a une paroisse à Plaisance, où l'on a aussi la même incommodité de passer sans cesse une rivière qui serpente dans toute l'étendue de ce quartier.


ET CURIEUSES. Après Plaisance

l8l

est le Pilate.

C'était

autrefois une Paroisse ; mais depuis bien d u temps elle est v a c a n t e , de même que Plai-

sance, faute de Missionnaires. Un quartier

nommé le gros Morne confine au Pilate : i l y a plus de quarante h a b i t a t i o n s , m a i s aucune sucrerie. L e terrain n'en est pas des plus féconds. U n e grande partie est en Savanes ( I ) naturelles. I l y pleut tous les jours pendant l'été ; mais il y fait fort sec pendant l'hiver. Il y a une Eglise et une Paroisse desservie par un Père Cordelier. Ces trois derniers q u a r t i e r s , sont de la d é -

pendance du Port de Paix,

où il y a u n

Lieutenant de Roi commandant. On compte,

du gros Morne au Port de Paix,

environ

douze lieues. L e chemin pour y aller est un plat p a y s , couvert de Savanes et entrecoupé de bocages. Il serait fort beau et fort c o m m o d e , sans l'obligation où l'on est de passer souvent et avec danger une grosse rivière qu'on appelle les Trois-Rivières, parce q u ' e l l e est effectivement composée de trois rivières qui se réunissent dans une. Son lit est p a r semé de grosses r o c h e s , que les chevaux ont bien de la peine à franchir. Outre cela cette rivière est assez souvent grossie par les pluies qui tombent dans les montagnes. Cela cause des débordémens subits qui surprennent l e voyageur : on se voit alors arrêté sans p o u ( I ) Les Français du Canada appellent Savanes les forèts d'arbres résineux, et dont le fond est humide et couvert de mousse : ceux des Antilles donnent aux prairies le nom de Savanes.


182

LETTRES ÉDIFIANTES

voir avancer ni r e c u l e r , parce que la rivière n'est plus guéable ; ainsi c'est une nécessité d'attendre que les eaux aient baissé ; ce q u i se fait par bonheur assez p r o m p t e m e n t , à cause de l'extrême rapidité de cette r i v i è r e , qui coule comme un torrent. A douze lieues du gros Morne, à l'Ouest de la plaine du Cap, on trouve enfin la v i l l e

du Port de Paix, qui est très-peu de chose, quoique ce soit un des plus anciens é t a b l i s scmens de la Colonie. Il n'y a plus aujourd'hui qu'un Lieutenant de R o i , C o m m a n d a n t , de la dépendance du Cap, et une J u r i d i c t i o n . L ' E g l i s e qui est en m a ç o n n e r i e , est p e t i t e , mais très-jolie.

A deux lieues du Port de Paix est un quartier nommé Saint-Louis, où nous avons une habitation dans un fort mauvais terrain. Tous ces quartiers-là sont foit vastes, parce que le sol n'en est que médiocrement bon. L e Curé du Port de Paix s'est vu plus de trente lieues de pays à desservir. Cela est présentement un peu plus partagé. C'est encore un Père Cordelier qui dessert cette Cure. L e J é s u i t e , Procureur de notre h a b i tation de Saint-Louis, est en même-temps Curé de la Paroisse, et a un Vicaire q u i est u n Père Carme.

Jean Rabel à l'Ouest du Port de

Paix,

est une pertre p l a i n e , presque toute environnée de Mornes, excepté du côté de la mer. Il y a une petite rade où les bateaux peuvent entrer. Ce quartier, qui n'était d'abord qu'un boucan de chasseur, s'est établi en Paroisse


ET

CURIEUSES.

183

depuis quelques années. C'est encore un Père Cordelier qui en est le desservant. Vous v o y e z , mon Révérend P è r e , q u ' i l s'en faut beaucoup que nous ayons assez de Missionnaires pour pouvoir en mettre dans toutes les Paroisses qui sont de la dépendance du Cap. Mais comment faire ? Celte île est une terre qui dévore ses habitans. L e s p r e mières maladies sont terribles à e s s u y e r , et la plupart y succombent. Voilà cinquantesix Jésuites morts depuis l a fondation d e cette M i s s i o n , c ' e s t - à - d i r e , depuis 1 7 0 3 . Ce qui reste ici de Missionnaires J é s u i t e s , sont presque tous gens â g é s , infirmes et proches de l e u r fin. C e p e n d a n t , mon Révérend P è r e , cette Mission est une des plus belles que nous ayons. Rien de plus florissant que l'état des Colonies Françaises de S a i n t - D o m i n g u e , qui font tous les jours de nouveaux progrès. J e ne parlerai point du bien q u ' i l y a à faire i c i , parce que je me suis assez expliqué ailleurs sur ce sujet. J e terminerai cette lettre par le juste éloge qui est dû à la m é moire du Père Pierre-Louis Boutin, que l a Mission a perdu le 11 Décembre de l'année précédente. T o u t le monde le r e g a r d e , avec j u s t i c e , comme l'Apôtre de Saint-Domingue. Il y v i n t , comme nous l'avons d i t , en 1 7 0 5 , et pendant trente-sept ans qu'il a passés dans la M i s s i o n , il y a donné constamment des exemples d'une vertu h é r o ï q u e , q u i , bien loin de se démentir un seul moment, a paru aller en augmentant jusqu'à la fin de ses


184

LETTRES ÉDIFIANTES

jours. L a réputation de son mérite et de sa sainteté s'était répandue par toute la F r a n c e , bien des années avant son d é c è s , s u r - t o u t dans les ports de m e r et p a r m i l e s m a r i n s auxquels il avait un rapport plus s p é c i a l , s'étant chargé du soin de l a rade où il fesait toutes les fonctions curiales. L e s matelots ne parlaient que du Père Boutin, qui était l e u r père et leur directeur. Ce saint Missionnaire était natif de l a T o u r Blanche en P é r i g o r d , et avait été reçu J é suite dans la province de G u y e n n e . T o u t annonçait dans l u i une sainteté éminente ; un visage pâle et e x t é n u é , un regard extrêmement modeste, des y e u x cependant vifs, q u i s'allumaient quand il prêchait ou parlait de D i e u , une voix plus forte que ne semblait promettre un corps aussi m a i g r e et aussi d é c h a r n é . S a manière de prêcher était simple et peu recherchée. Il p a r l a i t de l'abondance du c œ u r , et cherchait p l u s à corriger l e s m o e u r s , qu'à flatter les oreilles ou à p l a i r e a u x esprits. Il avait cependant des saillies d'une éloquence forte, q u ' a n i m a i e n t encore des tons de voix é c l a t a n s , q u i portaient l a frayeur dans l'ame des p l u s endurcis. S a morale était s é v è r e , et son extérieur ne r e s p i r a i t qu'austérité ; mais les pécheurs p é n i tens étaient surs de trouver dans l u i toute l a charité et toute la douceur qui pouvaient achever de les gagner à Jésus-Christ. Aussi le confessionnal fesait-il une des occupations les plus pénibles et les plus continuelles de sa vie. Il se rendait à l'Eglise paroissiale


ET CURIEUSES.

185

dès la pointe du j o u r , et se tenait toujours prêt pour écouter ceux qui voulaients'adresser à l u i . On l e v o y a i t , sur-tout les Fêtes e l l e s D i m a n c h e s , assidu au T r i b u n a l . L e s m a t e lots et les Nègres étaient ceux à qui il d o n nait plus volontiers son attention ; il les écoutait avec p a t i e n c e , et ne finissait point avec eux q u ' i l ne les eût instruits suivant leurs besoins. L e s premiers essais de son zèle à son arrivée à la M i s s i o n , furent d'abord employés à l'Accul, et ensuite dans les quartiers les p l u s é l o i g n é s , c'est-à-dire , les plus pénibles. J e vous ai raconté une partie de ce q u ' i l avait

fait au Port de Paix

et à Saint-Louis,

il avait été pendant q u e l q u e temps c h a r g é seul du soin de ces deux immenses quartiers. On ne peut se figurer la fatigue que l u i causa la construction de l'Eglise de Saint-Louis. I l eut le m a l h e u r de trouver le C o m m a n d a n t de ces quartiers prévenu contre l u i p a r de faux rapports ; de sorte q u e , bien loin d'en être soutenu ou aidé dans l'entreprise du b â t i ment de l ' E g l i s e , i l en fut sans cesse c o n trarié et molesté. M a i s le caractère n a t u r e l lement ferme du Père B o u t i n , quand i l s'agissait de l a gloire de Dieu et du b i e n spirituel du prochain , le soutint au m i l i e u de ces contradictions. Et d ' a i l l e u r s M. l e Comte de Choiseul, alors Gouverneur-général de l a C o l o n i e , ayant pris connaissance de ces différends, p l e i n l u i - même de zèle pour la R e l i g i o n et d ' a m i t i é pour le Missionnaire J é s u i t e , les fit cesser par son a u t o r i t é , et


186 Lettres édifiantes ordonna q u e l e Père ne fut p l u s troublé dans ses p i e u x travaux. Il les continua d o n c , et vint à bout d'achever cette E g l i s e , nonseulement par ses s o i n s , m a i s encore p a r ses épargnes sur sa n o u r r i t u r e , ayant p o u r cet effet obtenu u n e permission spéciale de notre R é v é r e n d Père Général. Ces travaux, et les courses continuelles q u ' i l fut obligé de faire dans des p a y s difficiles et si é t e n d u s , donnèrent u n e atteinte fâcheuse à sa s a n t é , qui était n a t u r e l l e m e n t assez robuste. • Ce fut singulièrement au C a p ( où il se trouva fixé par l ' o b é i s s a n c e , neuf années après avoir travaillé dans différentes Paroisses des e n v i r o n s ) , q u ' i l eut occasion de faire éclater son zèle et ses talens Apostoliques. En q u a l i t é de C u r é du C a p , il se t r o u v a , comme je l'ai dit, chargé du détail de la conduite d e l ' E g l i s e que les habitans firent alors bâtir. Il n'eut pas peu à souffrir de l a part de certaius g é n i e s , q u i n ' a i m e n t point à faire le b i e n , et qui sont jaloux lorsqu'ils l e voient faire a u x autres. L e saint M i s s i o n n a i r e , après avoir rendu raison de ses d é m a r c h e s à ceux qui voulaient bien l ' e n t e n d r e , n'opposait aux autres q u ' u n e patience i n a l t é r a b l e et une application continuelle à pousser l ' o u vrage entrepris. Il n'en était pas moins assidu à l ' E g l i s e , ni auprès des m a l a d e s , pour l'assistance desquels Dieu lui avait donné un talent p a r t i c u l i e r . On a demandé cent fois et on est encore à comprendre comment i l était possible q u ' u n seul homme pût suffire à tant d'occupations si différentes. I l n'en paraissait


ET CURIEUSES.

187

cependant pas plus é m u , quelque affaire q u ' i l eut ; et son extérieur toujours composé était le signe de la t r a n q u i l l i t é intérieure dont i l jouissait au m i l i e u des plus accablantes occupations. Ce ne pouvait être que le fruit d'une union avec Dieu qu'il avait toujours présent, et q u ' i l n'a jamais paru perdre de vue tant q u ' i l a vécu. On peut assurer q u ' i l pratiquait à la lettre le précepte E v a n g é l i q u e de p r i e r sans cesse. Toujours levé à l'heure marquée par la r è g l e , après son oraison, il se rendait à la C h a p e l l e d o m e s t i q u e , o ù , après avoir éveillé les Nègres de la m a i s o n , il leur fesait la Prière ; après q u o i , rendu à l'Eglise p a r o i s s i a l e , il y restait à genoux jusqu'à ce que q u e l q u ' u n se présentât à son confessionnal. Il passait en cette posture quelquefois deux ou trois heures dans un recueillement et une dévotion qui étaient d'un grand exemple. On disait q u ' i l fallait qu'il eût le corps de fer pour tenir si long-temps, dans un p a y s si c h a u d , une posture si gênante. Q u e l q u e s raisons d'obéissance l u i ayant fait quitter la C u r e du C a p , i l se borna alors a u x soins des Nègres et à celui des m a r i n s . Ce n'est que depuis peu qu'on a porté u n règlement pour les marins m a l a d e s , q u i épargne bien de la peine à celui qui est chargé de ce soin. Ce règlement est que les C o m mandans des bâtimens doivent sitôt q u ' i l s ont des malades à b o r d , les faire transporter dans un magasin au C a p , pour l e u r faire administrer les derniers S a c r e m e n s , s'il est


188

LETTRES ÉDIFIANTES

b e s o i n , et de là les faire porter à l ' H ô p i t a l . Avant c e l a , il fallait que le M i s s i o n n a i r e allât près d'une l i e u e en r a d e , et se rendit en canot à bord de c h a q u e bâtiment où i l y avait des malades ; de sorte q u ' i l arrivait souvent qu'à peine le Missionnaire était de retour d'un b â t i m e n t , q u ' i l fallait repartir pour se rendre à un a u t r e , et cela jour et n u i t . L e soin des Nègres est a u Cap d'un d é t a i l bien fatigant. Il y en a p l u s de quatre m i l l e , soit dans la V i l l e , soit dans la dépendance de l a P a r o i s s e , qui s'étend à une grande l i e u e aux e n v i r o n s , dans des montagnes où il y a quantité d'habitations les unes a u dessus des autres très-difficiles à aborder. L e Père Boutin s'était fait une étude part i c u l i è r e pour la conduite et l'instruction des Nègres ; ce qui demande u n e patience et u n zèle à toute épreuve. Ces gens-là sont g r o s s i e r s , d'une conception d u r e , ne s'exprimant qu'avec difficulté dans u n e l a n g u e q u ' i l s n'entendent g u è r e , et q u ' i l s ne parlent j a m a i s b i e n . M a i s le saint M i s s i o n n a i r e , qui r e g a r dait ces m a l h e u r e u x comme des é l u s que la Providence tire de leurs p a y s dans la vue de l e u r faire gagner le C i e l , p a r la misère et p a r la captivité à l a q u e l l e l e u r condition l e s assujétit, était venu à b o u t , par un travail long et o p i n i â t r e , de les entendre et d'en être l u i - m ê m e entendu. I l avait acquis u n e connaissance suffisante des l a n g u e s de tous les peuples de l a côte de G u i n é e , qu'on transporte dans nos Colonies ; connaissance infiniment difficile à acquérir, parce que ces


ET CURIEUSES.

189

langues b a r b a r e s , qui n'ont aucune affinité avec les langues connues, sont encore trèsdifférentes e n t r ' e l l e s , et qu'un Sénégalais, par e x e m p l e , n'entend en aucune manière

un Congo, etc. Il se servait de ces connaissances p o u r les Nègres n o u v e a u x , q u i , tombant malades avant que d'avoir appris assez de français pour être disposés au B a p t ê m e , n'auraient p u autrement recevoir cette grâce avant leur mort. Quant à ceux qui après un séjour de quelque temps dans ces C o l o n i e s , commençaient à entendre un peu le F r a n ç a i s , le Père B o u t i n , dans les instructions publiques q u ' i l l e u r f e s a i t , proportionnait le style de ses discours à l e u r manière de s ' e x p r i m e r , qui est une espèce de baragouinage dont ils ne se défont j a m a i s , et suivant lequel i l est nécessaire de leur p a r l e r , si l'on veut en être entendu. Cette méthode d'instruire est très-rebutante, parce que le Nègre qui a u n e intelligence b o r n é e , et une émulation au-dessous du m é d i o c r e , d e m a n d e , pour faire quelque f r u i t , qu'on l u i rebatte en cent façons différentes, et dans sa manière de p e n s e r , les premiers principes de l a Religion. C'est le Père Boutin qui le premier a mis les Chefs de f a m i l l e , qui ont des Nègres à b a p t i s e r , sur le pied de les envoyer tous les soirs sur le perron de l'Eglise ; où il leur fesait l e Catéchisme pour les disposer à recevoir le saint B a p t ê m e , ce que l'on continue encore aujourd'hui. I l se conformait pour


190

LETTRES ÉDIFIANTES

l e Baptême des adultes à l'ancienne cout u m e de l ' E g l i s e ; c ' e s t - à - d i r e , qu'excepté quelques circonstances p a r t i c u l i è r e s , il ne fésait ces sortes de Baptêmes que deux fois l'année : le S a m e d i - S a i n t et la veille de l a Pentecôte. C'étaient pour l u i des jours d'une fatigue i n c r o y a b l e , n'ayant guère moins àla-fois de deux ou trois cens adultes. C'est aussi lui qui a établi les Fêtes et les D i m a n c h e s , une Messe particulièrement pour les Nègres, l a q u e l l e se dit q u e l q u e temps après la grand'Messe paroissiale. I l commençait cette Messe par des Cantiques spirituels sur l e saint S a c r i f i c e , q u ' i l c h a n t a i t , et dont i l l e u r fesait répéter après l u i chaque vers ; i l l e u r fesait faire la Prière ordinaire du matin. Après l'Evangile de sa Messe il l e u r e x p l i q u a i t l'Evangile du jour ; le tout suivant l e u r s t y l e , mais en y mêlant de temps-entemps bien des choses pour l'instruction des B l a n c s , qui assistent à cette Messe. Il l a terminait par le Catéchisme o r d i n a i r e , ce q u i l e tenait presque tous ces jours-là j u s q u ' à m i d i , et cela si r é g u l i è r e m e n t , que pendant vingt-trois ans q u ' i l a été au C a p , à p e i n e y a t - i l manqué une fois ; sans doute p a r une bénédiction particulière du S e i g n e u r , q u i , malgré la faiblesse apparente de sa c o m p l e x i o n , le soutenait ainsi dans un travail si c o n t i n u e l , et dans un climat où l e s chaleurs violentes épuisent et abattent ceux-mêmes qui sont dans l'inaction. Il s'était rendu l'abstinence si f a m i l i è r e , qu'on peut dire que toute l'année était un


ET CURIEUSES.

191

Carême perpétuel pour lui. Il était rare de l u i voir prendre quelque chose avant midi. Il ne se rendait que vers cette heure-là à la M a i s o n , épuisé par ses fonctions ordinaires : mais il ne se plaignait jamais. Il n'usait aux repas que des viandes les plus communes, et ne buvait que de l'eau rougie. Après le r e p a s , et sur-tout le s o i r , il se rendait à la Chapelle et passait à genoux devant le saintSacrement le temps que la règle même permet de donner à quelque récréation ; mais ce saint homme ne connaissait aucune espèce de délassement. Il terminait la journée par la Prière aux Nègres domestiques, qu'il leur fesait tous les j o u r s , soir et matin. L e zèle du fervent Missionnaire, toujours attentif au bien spirituel de la C o l o n i e , lui fesait sans cesse former des projets, dont on ne pouvait venir à bout que par une patience aussi laborieuse que la sienne. Quantité de malades ne trouvant point place dans l'hôpital du R o i , qui n'était pas aussi rangé qu'il l'est actuellement, le Père Boutin en forma un dans la Ville même et y reçut tous les malades qui s'y présentèrent. Ils y étaient traités avec le secours des charités qu'il pouvait obtenir. Cet établissement inquiéta les Religieux de la Charité chargés du soin de l'hôpital du Roi : il eut à ce sujet des plaintes et des représentations. L e P è r e , qui ne cherchait que le soulagement des pauvres, ne demanda pas mieux qu'à s'épargner les frais et les peines de soutenir un Hôpital à ses d é p e n s , pourvu que les Religieux de


192

LETTRES ÉDIFIANTES

l'hôpital du Roi consentissent à recevoir tous les malades nécessiteux de la V i l l e . On fit donc une assemblée de N o t a b l e s , à laquelle présidèrent M M . le G é n é r a l , l ' I n t e n d a n t , l e Gouverneur du Cap, et où. se trouvèrent avec les R e l i g i e u x de la C h a r i t é , le Père B o u t i n , et le Père Supérieur de la M i s s i o n , qui était pour lors le Père Olivier. L e s R e l i gieux de la Charité ayant consenti à recevoir tous les malades de la Ville qui se présenteraient, le Père Boutin renonça à son H ô p i t a l , et ne pensa plus qu'à tourner son zèle vers d'autres objets de charité. Il y avait alors grand nombre de filles orphelines qui avaient peine à trouver des personnes charitables qui les fissent subsister. L e Père Boutin ne crut pas pouvoir employer plus utilement les fonds qu'il pouvait avoir a c q u i s , soit par le casuel que des priviléges particuliers permettent à nos Missionnaires de recevoir pour les employer en œuvres p i e s , soit par des aumônes qu'on l u i mettait entre les mains. Il avait dans cette v u e , acquis des emplacemens au C a p , sur lesquels il fit bâtir. Il ne fut pas longtemps sans y avoir une quinzaine de petites Orphelines. Deux personnes dévotes se consacrèrent à leur conduite. Elles se chargèrent outre cela de l'école pour les petites filles du C a p , qu'elles y enseignaient gratuitement. On formait dans cette Maison ces jeunes filles, non-seulement à la p i é t é , mais encore à la lecture et à l'écriture. On les instruisait à travailler à tous les petits ouvrages


ET CURIEUSES.

193

ges qui sont du ressort du s e x e , et qui pouvaient leur servir par la s u i t e , ou à gagner leur v i e , ou à se rendre utiles dans un ménage. On a vu quantité de ces orphelines s'établir avantageusement, et porter avec elles dans les familles les fruits d'une éducation chrétienne. Cet établissement n'était là que le p r é lude d'un projet plus solide et plus é t e n d u , et qui tenait fort au cœur du vertueux Missionnaire. C'était de faire venir des R e l i gieuses d'Europe pour faire élever ici les jeunes filles Créoles. Les habitans de S a i n t D o m i n g u e , isolés dans leurs h a b i t a t i o n s , n'ont ni les m o y e n s , ni peut-être le courage d'élever leurs enfans comme il faut. Les plus aisés prenaient le parti de les envoyer en France ; mais ce qui est utile et nécessaire aux garçons est rempli d'inconvéniens pour les filles, parce que les retours, à un certain âge où il faut les confier à des Marins , deviennent tout-à-fait hasardeux : dangers trop r é e l s , et dont nous n'avons malheureusement vu que trop d'exemples. L a Colonie sentait vivement ce besoin. L e Père Boulin eut seul le courage d'entreprendre d'y remédier. Il en fallait beaucoup pour surmonter toutes les difficultés qui se présentaient dans l'exécution d'un pareil projet. C'est pourtant de quoi il est heureusement venu à bout. Il crut que personne n'était plus convenable pour cela que l e s filles Religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, dont le premier établissement

Tome

VII.

I


194

LETTRES ÉDIFIANTES

s'est fait à B o r d e a u x , et q u i ont p l u s i e u r s maisons dans l a G u y e n n e , dans le P é r i g o r d et dans d'autres Provinces de F r a n c e . L e Père Boutin q u i les avait connues p a r t i c u l i è r e m e n t , l e u r écrivit p l u s i e u r s lettres pour l e u r proposer son projet et p o u r les d é t e r m i n e r à accepter ses offres. E n l e u r fesant envisager le Lien q u ' i l y avait à f a i r e , il ne l e u r d i s s i m u l a pas ce q u ' e l l e s a u r a i e n t à souffrir. Il n'eut pas de p e i n e à d é c i d e r ces saintes filles, qui ne c h e r c h a n t , suivant l e u r i n s t i t u t , q u e la gloire de D i e u et l e salut des â m e s , p a r u r e n t ravies de se prêter à une aussi sainte oeuvre q u e celle qu'on l e u r p r o posait. L e P è r e B o u t i n avait cependant disposé toutes choses de l o n g u e m a i n . Il s'était hâté d ' a c c o m m o d e r la M a i s o n des o r p h e l i n e s et de l a mettre en é t a t , p a r les a u g m e n t a tions et les a r r a n g e m e n s q u ' i l y f i t , de r e c e v o i r l a c o m m u n a u t é q u ' i l attendait et les p e n s i o n n a i r e s qu'on ne pouvait m a n q u e r d'avoir. Dans une assemblée des P u i s s a n c e s d u P a y s et des N o t a b l e s , i l passa un acte de donation entière de tout ce q u ' i l avait en fonds de t e r r e , en maisons et autres c h o s e s , a u x Dames R e l i g i e u s e s de Notre-Dame. Cet acte signé de l u i et d u S u p é r i e u r de l a M i s s i o n , et accepté par l a C o l o n i e , fut e n voyé à l a C o u r , q u i expédia les L e t t r e s - P a t e n tes p o u r l'établissement de ces filles a u C a p , E l l e s arrivèrent enfin. L e c h o i x n'en p o u vait être m i e u x fait. L a p l u p a r t étaient d'une condition d i s t i n g u é e , et d'un âge mûr.


ET CURIEUSES.

195

C'était leur maison de Périgueux qui avait fourni ces premiers sujets. On admira avec raison le courage de ces saintes filles, qui paraissait bien au-dessus de leur sexe. Elles ne tardèrent pas à mettre la main à l ' œ u vre : on voulait de toutes parts leur envoyer des pensionnaires ; mais faute de bâtimens, il fallut se borner à un nombre assez m é diocre. L e Père B o u l i n , comme leur Fondateur, prit le soin de les diriger dans l e temporel comme dans le spirituel. Il se chargea encore du soin des pensionnaires, ce qu'il a continué jusqu'à la fin de ses jours. Il ne cessa, depuis l'arrivée de ces Religieuses, de faire travailler à augmenter ou à réparer leurs bâtimens ; o ù , comme je l'ai déjà d i t , il a fait plus paraître de zèle que d'intelligence. Ce n'est pas qu'il manquât de lumières pour l'architecture ; mais cette Maison, commencée pour d'autres dess e i n s , et augmentée pièce à p i è c e , suivant les besoins, ne pouvait guère prendre une forme bien régulière. Aussi l'intention du Roi est-elle que ces Dames, laissant là tous ces bâtimens qu'elles occupent présent e m e n t , en commencent un autre plus commode pour elles et pour les pensionnaires ; c'est à quoi elles travaillent présentement. L e Père Boutin eut la consolation de goûter pendant les dernières années de sa vie le fruit de ses travaux. Il vit les Religieuses établies ; et s'appliquant avec courage à l ' é ducation de la jeunesse, il vit quantité de

I2


196

LETTRES ÉDIFIANTES

ces pensionnaires, après y avoir fait leur t e m p s , s'établir dans le monde, et faire honneur à l'éducation qu'elles y avaient reçue : mais ce ne tut pas sans essuyer bien des croix et des contradictions. La liberté apostolique de ses discours, ses démarches pour s'opposer au vece, son activité pour l'exécution de ses pieux desseins, lui suscitèrent des ennemis de tout état et des persécutions de plus d'une sorte. L a prudence charnelle blâma plus d'une fois sa façon d ' a g i r , et l'envie particul i è r e , masquée de l'apparence du bien public, s'attacha à décrier ses projets et à noircir sa réputation. L e saint Missionnaire n'opposa jamais à tout cela que sa fermeté à soutenir les intérêts de Dieu et à souffrir les effets de la malice des hommes. C'est ainsi qu'il surmonta t o u t , et qu'il força enfin tout le monde à lui rendre j u s t i c e , et h convenir que le zèle de la gloire de Dieu était le seul ressort qui le fit agir. Il y avait déjà plusieurs années que ses adversaires étaient devenus ses admirateurs et ses panégyristes, tant l a vertu solide et soutenue a de force et d'ascendant sur l'esprit de ceux même qui l u i sont le moins favorables. Pour n o u s , mon Révérend P è r e , qui étions à portée de voir de plus près le fond d'une vertu dont les personnes du dehors n'apercevaient qu'un éclat qui paraissait malgré l u i , nous avons toujours été infiniment édifiés de ses vertus vraiment religieuses. Nous avons admiré en lui une régularité qui ne s'est jamais d é m e n t i e , un amour sin-


E t CURIEUSES.

197

gulier de la pauvreté, une mortification cont i n u e l l e , une c h a r i t é t e n d r e pour ses frères, enfin une union i n t i m e et continuelle avec Dieu ; ce qui ne l'empêchait c e p e n d a n t pas de C u l t i v e r , à quelques m o m e n s p e r d u s ,

les plus h a u t e s sciences, et particulièrement celle du mouvement des corps célestes ; l e tout, par l ' u t i l i t é que cette é t u d e peut avoir pour la R e l i g i o n . Il observait exactement toutes les éclipses et les autres phénomènes célestes. L e s Mémoires de Trévoux sont r e m p l i s de ses observations.

Le Père Bout in avait paru jouir d'une assez bonne santé pendant une longue suite d'années. Depuis vingt-trois ans qu'il était au C a p , à peine l'avait-on vu s'aliter une ou deux fois ; tandis q u e les tempéramens les plus robustes de quantité de nos Missionnaires nouveaux v e n u s , cédaient tous les jours à la violence des maladies qui emportent tant de monde en ces Colonies. C'était une espèce de p r o d i g e , qui jetait tout le monde dans l'étonnement : comment un homme si s e c , si d é c h a r n é , accablé de tant de t r a v a i l , et n'usant, à l'égard de lui-même, d'aucun ménagement, pouvait-il se soutenir et vaquer à cette m u l t i plicité d'occupations qui auraient donné d e l'exercice à plusieurs autres ? Mais enfin son heure arriva. On s'apercevait depuis quelques mois qu'il t o m b a i t , quoiqu'il ne se plaignit de r i e n , et qu'on ne vit aucun changement h sou train de vie ord i n a i r e . Il fut attaqué tout-à-coup d'une espèce de p l e u r é s i e , q u i ne parut pas extrême-

I3


198

LETTRES ÉDIFIANTES

m e n t dangereuse les p r e m i e r s j o u r s . On l e crut m ê m e tiré d'affaire, lorsque tout d'un coup i l tourna h la mort. E l l e fut s e m b l a b l e a. sa vie : le peu de jours q u ' i l fut a l i t é , ce fut l a m ê m e t r a n q u i l l i t é , l a m ê m e p a t i e n c e , et l a m ê m e union avec Dieu ; ne p a r l a n t a u x h o m m e s qu'autant que la nécessité ou la bienséance l ' e x i g e a i t . S a m a l a d i e ne d u r a q u e quatre ou cinq jours. Il vit la mort d'un œ i l t r a n q u i l l e , et l'accepta avec une parfaite résignation. S a vie entière n'avait été q u ' u n e préparation à ce dernier passage. Il y avait p e u de temps q u ' i l sortait de la retraite q u ' i l ne m a n q u a i t j a m a i s de faire suivant nos règles c h a q u e année. I l reçut les derniers S a c r e mens avec les sentimens q u ' i l avait l u i - m ê m e tant de fois inspirés a u x autres. De là j u s qu'à ce q u ' i l eût absolument p e r d u la p a r o l e , i l ne cessa de p r i e r : i l le fit m ê m e pendant l e d é l i r e qui précéda son a g o n i e , tant était grande l ' h a b i t u d e q u ' i l en avait contractée. C e fut ainsi q u ' i l plût au S e i g n e u r de c o u ronner une vie que nous croyons tous i c i n'avoir point été inférieure à tout ce q u e notre c o m p a g n i e a eu de plus respectable et de plus édifiant. I l m o u r u t le vendredi 2 1 Novembre 1742, âgé de 69 ans et q u e l q u e s mois. C o m m e on s'était flatté que sa m a l a d i e ne tirerait point à conséquence, ayant p a r u hors de danger le vendredi au s o i r , la nouvelle de sa mort qui fut annoncée le samedi m a t i n , et qui se répandit par-tout en un m o m e n t , causa une consternation générale dans toute


ET

CURIEUSES.

199

la V i l l e . Connu p a r - t o u t , par-tout aimé et r e s p e c t é , il fut universellement regretté. I l n'y eut en cela aucune différence entre l e s blancs et les nègres : tous en gémisssant sur la perte que fesait la C o l o n i e , ne tarissaient point sur son éloge et ne balançaient point à le mettre au rang des ames bienheureuses les plus élevées dans le Ciel. Son corps ayant été exposé dans notre chapelle domestique, ce fut toute la journée un concours prodigieux de personnes de tous les ordres q u i s'empressaient à l u i donner non-seulement des marques de r e g r e t s , mais encore p l u s des témoignages de vénération ; et l'on vit se r e nouveller tout ce q u i arrive d'ordinaire à l a mort des S a i n t s , sur-tout cette ardeur d'obtenir quelques pièces de ses pauvres vêtem e n s , ou quelque autre chose qui eût été à son usage. Comme nous nous trouvâmes peu de M i s sionnaires au C a p , et qu'on se préparait à faire les obsèques avec peu d'appareil dans notre chapelle d o m e s t i q u e , il n'y eut pas moyen de tenir contre les cris du p u b l i c et les instances réitérées de tous les M a r g u i l liers de l'Eglise P a r o i s s i a l e , qui demandaient au nom de tous q u e , si on ne voulait pas l e u r accorder le corps du Père Boulin pour l ' i n h u m e r dans leur E g l i s e , on ne l e u r refusât pas au moins la consolation de sa p r é sence pendant l'Office de ses funérailles. L e S u p é r i e u r général crut devoir se rendre à u n empressement si unanime et en même-temps si honorable à l a mémoire du défunt. L'afI 4


200 Lettres édifiantes fluence fut grande ; elle l'aurait été bien plus si les habitans de la plaine avaient eu le temps de s'y rendre ; mais c e u x qui ne p u rent point y assister des quartiers éloignés, ne m a r q u è r e n t pas m o i n s , par l e u r s regrets et p a r leurs é l o g e s , combien ils étaient sensibles à cette perte. On peut d i r e qu'il n ' y a pas eu deux voix à ce sujet. T o u t e la C o lonie l u i a dressé dans son c œ u r et dans sa m é m o i r e un monument plus p r é c i e u x que ceux qu'on élève si souvent avec tant de frais à la politique et à la v a n i t é , etc. J e suis avec r e s p e c t , etc.

Au Cap, ce 20 Juillet

1743.

L E T T R E

D'un Missionnaire de la Compagnie de Jésus, écrite de Cayenne en l'année 1718.

C'EST avecune sensible d o u l e u r que je vous apprends la perle que nous venons de faire du P . de Creüilly. 11 a passé trente-trois années dans cette Mission ; e t , ce qu'on a de la peine à c o m p r e n d r e , c'est qu'avec une complexion aussi délicate que la s i e n n e , il ait pu fourn i r une carrière si p é n i b l e , et se livrer à des travaux c o n t i n u e l s , et qui étaient beaucoup au-dessus de ses forces. Aussitôt q u ' i l arriva dans cette I l e , son


ET CURIEUSES.

201

premier soin fut d'instruire les p e u p l e s , et de les porter h la pratique des vertus C h r e tiennes. Il ne se contentait pas des instructions générales qu'il fesait les Dimanches, il partait tous les L u n d i s , et s'embarquait dans un canot avec quelques Nègres. Comptant pour rien e l l e s périls qu'il avait à courir sur une mer souvent orageuse, et l'air étouffant qu'on respire en ce c l i m a t , il fesait le tour de l ' I l e , il parcourait les habitations qui y sont r é p a n d u e s , et portant par tout la bonne odeur de J é s u s - C h r i s t , il instruisait chacun plus en particulier des devoirs de son état. Il ne revenait d'ordinaire de cette course que sur la fin de la s e m a i n e , épuisé de f a t i g u e s , mais se soutenant par son courage et par l a douée consolation qu'il avait d'avoir rempli les fonctions de son ministère. Rien que sa charité fut universelle, il s'employait e n c o r e , ce s e m b l e , avec plus d'ardeur et d'affection auprès des pauvres ; et pour s'attirer davantage leur confiance, i l entrait dans leurs peines, il les consolait dans leurs souffrances, il était ingénieux à trouver des moyens de soulager leur indigence. Pour c e l a , il fesait cultiver leurs terres par les Nègres qui l'accompagnaient, il travaillait à réparer leurs cabanes à demi r u i n é e s , il abattait l u i - m ê m e le bois nécessaire pour ces sortes de réparations, et il en changeait ses épaules comme aurait fait un esclave. Une charité si vive et si agissante ne manquait pas de lui gagner tous les cœurs ; chacun l'écoutait avec d o c i l i t é , et i l n'y avait personne I 5


202

LETTRES ÉDIFIANTES

q u i ne le respectât comme un S a i n t , et q u i n e l'aimât comme son père. L a conversion des Indiens fut l e second objet de son zèle. Rien ne le r e b u t a , ni l e s difficultés q u ' i l avait à v a i n c r e , ni les d a n gers auxquels il fallait continuellement s'exposer. I l commença d'abord par a p p r e n d r e l e u r l a n g u e , dont on n'avait jusques-là n u l l e connaissance. C'est l u i q u i , le p r e m i e r , l ' a réduite à des principes g é n é r a u x , et q u i , p a r un travail aussi p é n i b l e q u ' i n g r a t , en a facil i t é l'étude aux autres Missionnaires. I l vivait de m ê m e que ces S a u v a g e s , de poisson et de cassave ( c'est un p a i n fait de l a r a c i n e de m a n i o q u e ) : i l logeait avec e u x d a n s un coin de ce q u ' i l s appellent le C a r b e t , (c'est une espèce de longue grange faite de roseaux, exposée a u x injures de l ' a i r , et r e m p l i e d'une infinité d'insectes très-import u n s ) ; m a i s i l était moins sensible à ces i n c o m m o d i t é s , q u ' a u peu de disposition q u ' i l trouvait dans ces peuples à p r a t i q u e r les v é r i tés q u ' i l l e u r annonçait. L e u r extrême i n d o l e n c e et l e u r insconstance n a t u r e l l e s'opposaient au désir q u ' i l avait de l e u r conversion. C'est pourquoi i l ne conféra le saint B a p t ê m e q u ' à un petit nombre d ' a d u l t e s , sur la p e r sévérance desquels i l pouvait c o m p t e r , et i l borna son zèle à baptiser les enfans q u i étaient en danger de mort. M a i s par ses sueurs et p a r ses t r a v a u x , il fraya le c h e m i n à d'autres Missionnaires q u i ont achevé son ouvrage ; et l'on a aujourd'hui la consolation de voir plusieurs p e u p l a d e s d'Indiens q u i ont r e ç u


ET

CURIEUSES.

203

l e B a p t ê m e , et q u i mènent une vie édifiante et conforme à l a sainteté du C h r i s t i a n i s m e . Toutes ses vues se tournèrent ensuite d u coté des Nègres esclaves. L ' h u m i l i a t i o n de l e u r état excita sa c h a r i t é : il a travaillé près de vingt ans à l e u r sanctification. Il était presque toujours en c o u r s e , exposé a u x ardeurs d'un soleil b r û l a n t , ou à des p l u i e s continuelles q u i sont très-incommodes en certains temps de l ' a n n é e . S ' i l se trouvait dans un canot avec des N è g r e s , il r a m a i t souvent en l e u r p l a c e ; et q u a n d q u e l q u e s - u n s d'eux é t a i e n t i n c o m m o d é s , il l e u r d i s t r i b u a i t ses p r o v i s i o n s , se contentant p o u r vivre de q u e l q u e s m o r c e a u x de cassave q u ' i l recevait d'eux en é c h a n g e . L o r s q u ' a p r è s s'être b i e n fatigué tout l e jour, il arrivait l e soir dans q u e l q u e pauvre h a b i t a t i o n , son p l a i s i r était d'y m a n q u e r de t o u t , j a m a i s p l u s gai ni p l u s content que q u a n d il se voyait a c c a b l é d u travail de la j o u r n é e , et dans l a disette des choses les p l u s nécessaires à réparer ses forces. P a r m i p l u s i e u r s traits extraordinaires de son z è l e , je n'en choisirai q u ' u n s e u l , qui vous en fera connaître l'étendue. Il apprit q u ' u n esclave s'était blessé et était en danger d e m o u r i r sans confession. L a cabane de ce m a l h e u r e u x était fortéloignée de la maison ; l e Père de C r e ü i l l y suivant les mouvemens ordinaires de sa c h a r i t é , partit sur l ' h e u r e à p i e d , et après avoir l o n g - t e m p s erré d a n s u n bois où i l s ' é g a r a , i l se trouva à l'entrée d'une p r a i r i e tonte i n o n d é e , r e m p l i e d ' h e r I 6


204

LETTRES ÉDIFIANTES

des piquantes et de serpens dont la morsure est très-dangereuse. Il apercut alors une misé rable c a b a n e , qu'il crut être la demeure d e ce pauvre esclave. Aussitôt, sans hésiter u n m o m e n t , il se jette dans la p r a i r i e , et la traverse ayant de l'eau jusqu'aux épaules. L o r s q u ' i l en s o r t i t , il se trouva tout e n s a n g l a n t é , et il eut le chagrin de ne rencontrer personne dans la cabane q u i était abandonnée. T o u t trempé q u ' i l é t a i t , il ne laissa pas de contin u e r sa route avec la même a r d e u r vers l ' e n droit qu'on l u i avait désigné. Enfin i l arrive h la cabane du N è g r e , qu'il trouva dans un état digue de compassion. I l l e confessa, i l l e c o n s o l a , et fournit à ses besoins autant q u e s a pauvreté pouvait le lui permettre. L o r s q u ' i l retourna le soir à la m a i s o n , à p e i n e pouvait-il se soutenir. Personne i c i ne doute q u e ces sortes de fatigues jointes à ses jeûnes et à ses contin u e l l e s austérités n'aient abrégé ses jours et h â t é l e moment de sa mort. Nous n ' o u b l i e rons jamais les grands exemples de vertu q u ' i l nous a laissés. Bien qu'il fût d'une c o m plexion vive et pleine de f e u , il s'était t e l l e ment vaincu l u i - m ê m e , qu'on l'eût cru d ' u n tempérament froid et modéré. Son visage et son a i r ne respiraient que la douceur. T o u s les emplois l u i étaient indifférens, et il ne m a r q u a i t d'inclination e u e pour les plus h u m i l i a n s et les plus p é n i b l e s , s'estimant touj o u r s inférieur à ceux qu'on l u i confiait. Gomme il se croyait le dernier des M i s s i o n naires, i l les regardait tous avec une s i n -


ET

CURIEUSES.

205

gulière vénération. Ces bas sentimens q u ' i l avait de l u i - m ê m e , lui ont t'ait refuser constamment la charge de S u p é r i e u r de cette M i s s i o n , dont il était plus digne que personne, son h u m i l i t é lui suggérant toujours des r a i sons plausibles pour le dispenser d'accepter cet emploi. La délicatesse de sa conscience le portait à se confesser tous les jours, q u a n d il en avait la commodité. Enfin son union avec Dieu était intime ; tout le temps qui n'était pas rempli par les fonctions de son m i n i s t è r e , il 1 employait à la p r i è r e , et il s'en occupait non-seulement pendant le jour, mais encore durant u n e grande partie de la nuit. Une vie si pleine de vertus et de mérites ne pouvait guère finir q u e par une mort précieuse aux y e u x d e Dieu. Il reçut les derniers S a c r e m e n s de l'Eglise avec une piété e x e m p l a i r e , et ce fut l e 1 8 jour du mois d ' A o û t , vers les h u i t heures du m a t i n , que Dieu l'appela à l u i p o u r le récompenser de ses travaux. Ce fut à ce moment qu'on connut m i e u x que jamais l'idée q u e nos Insulaires avaient conçue de sa sainteté. On accourut en foule à ses o b s è q u e s , on se jetait avec empressement sur son c o r p s , on le baisait avec resp e c t , on l u i fesait toucher des médailles et des c h a p e l e t s , et on se croyait heureux d'avoir attrapé quelques l a m b e a u x de ses vétemens. Les guérisons miraculeuses dont il a p l u à Dieu de favoriser plusieurs personnes q u i implorèrent l'assistance du M i s s i o n n a i r e , augmentèrent de p l u s en plus la vénération


206

LETTRES ÉDIFIANTES

à son é g a r d , et l a confiance qu'on a en son intercession P l u s i e u r s viennent p r i e r sur son t o m b e a u , d ' a u t r e s l u i font des n e u v a i n e s , tous le r e g a r d e n t c o m m e un puissant p r o t e c t e u r q u ' i l s ont dans le C i e l .

L E T T R E

Du Père Crossard, Supérieur des Missions de la Compagnie de Jésus en l'Ile de Cayenne, au Père de la Neuville, Procureur des Missions de l'Amérique. De l'Ile de Cayenne, ce 1 0 Novembre 1 7 2 6 .

MON SÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. Nous avons a p p r i s avec une joie s e n s i b l e , q u e l a Providence vous avait c h a r g é du soin d e nos Missions de l ' A m é r i q u e m é r i d i o n a l e . L a G u y a n n e , dont l ' e n d r o i t le p l u s c o n n u est l ' I l e de C a y e n n e , en est une portion q u i doit vous être c h è r e . Vous y avez t r a v a i l l é p e n d a n t q u e l q u e s a n n é e s , et le zèle q u e vous y avez fait p a r a î t r e , nous répond de l ' a t t e n tion et des mouvemens q u e vous vous d o n n e r e z pour avancer l'oeuvre de Dieu d a n s ces terres é l o i g n é e s .


ET

CURIEUSES.

207

Vous n'ignorez p a s , mon R é v é r e n d P è r e , q u ' i l y a environ d i x - h u i t ans que l e P è r e L o m b a r d et l e Père R a m e t t e se consacrèrent à cette M i s s i o n , et q u ' a y a n t appris à l e u r arrivée que le Continent voisin était p e u p l é de quantité de Nations s a u v a g e s , q u i n ' a vaient j a m a i s entendu parler de J é s u s - C h r i s t , ils demandèrent avec instance la p e r m i s s i o n de l e u r porter les l u m i è r e s de la F o i . A p e i n e l e u r fut-elle a c c o r d é e , q u ' à l ' i n s t a n t , sans autre g u i d e q u e l e u r z è l e , sans a u t r e interprète que l e S a i n t - E s p r i t , i l s pénétrèrent dans la G u y a n n c , et se r é p a n d i r e n t p a r m i ces I n d i e n s . I l s mirent p l u s de d e u x a n s à p a r c o u r i r l e s différentes Nations éparses dans cette vaste étendue de terres. C o m m e i l s i g n o r a i e n t tant de l a n g u e s d i v e r s e s , i l s étaient hors d'état de se faire entendre ; tout ce qu'ils, p u r e n t faire dans ces p r e m i e r s c o m m e n c e m e n s fut d'apprivoiser p e u - à - p e u ces P e u p l e s , et de s'insinuer dans l e u r s esprits en l e u r rendant les services l e s p l u s h u m i l i a n s ; i l s prenaient soin de l e u r s enfans ; i l s étaient assidus auprès des m a l a d e s , et l e u r d i s t r i b u a i e n t des remèdes dont Dieu b é n i s sait d'ordinaire la vertu ; i l s p a r t a g e a i e n t l e u r s travaux et prévenaient j u s q u ' à l e u r s m o i n d r e s desirs ; i l s l e u r fesaient des p r é sens qui étaient le p l u s de l e u r g o û t , tels q u e sont des m i r o i r s , des c o u t e a u x , des h a m e ç o n s , des grains de verre c o l o r é , etc. Ces bons offices gagnèrent p e u - à - p e u l e coeur d'un P e u p l e q u i est n a t u r e l l e m e n t doux


208

LETTRES

ÉDIFIANTES

et sensible à l ' a m i t i é . P e n d a n t ce t e m p s - l à les M i s s i o n n a i r e s apprirent les l a n g u e s différentes de ces Nations ; i l s s'y r e n d i r e n t si h a b i l e s , et en prirent si bien le g é n i e , q u ' i l s se trouvèrent en état de p r ê c h e r les vérités C h r é t i e n n e s , m ê m e avec q u e l q u e sorte d ' é l o quence. Ils ne retirèrent néanmoins q u e peu de fruit d e leurs p r e m i è r e s p r é d i c a t i o n s . L ' a t t a c h e ment de ces P e u p l e s pour l e u r s a n c i e n s u s a g e s , l'inconstance et la l é g é r e t é de l e u r e s p r i t , la facilité avec l a q u e l l e i l s o u b l i e n t l e s vérités qu'on l e u r a e n s e i g n é e s , à moins qu'on ne les l e u r rebatte sans cesse ; la diffic u l t é q u ' i l y avait que d e u x seuls M i s s i o n n a i r e s se trouvassent c o n t i n u e l l e m e n t avec p l u s i e u r s Nations différentes, q u i occupent près de d e u x cens l i e u e s de terrain ; tout cela mettait à l e u r conversion un obstacle presque i n s u r m o n t a b l e . D ' a i l l e u r s , les fatigues c o n t i n u e l l e s a u x q u e l l e s i l s se l i v r a i e n t , et les a l i m e n s e x t r a o r d i n a i r e s dont i l s étaient o b l i g é s de se n o u r r i r , dérangèrent tout-à-fait le t e m p é r a m e n t du Père Rainette : de l o n g u e s et de fréquentes m a l a d i e s le r é d u i s i r e n t à l ' e x t r é m i t é , et m ' o b l i g è r e n t de l e r a p p e l e r d a n s l ' î l e de C a y e n n e . Cette séparation fut pour le P è r e L o m b a r d u n e rude épreuve et la m a t i è r e d'un g r a n d sacrifice. S o n zèle n é a n m o i n s , loin de se r a l e n t i r , se r a n i m a , et prit de n o u v e a u x accroissemens ; une sainte opiniâtreté le r e tint au m i l i e u d'une si abondante moisson ; i l résolut d'en soutenir le travail et d'en


ET

CURIEUSES.

209

porter l u i seul tout le poids. Il sentit b i e n q u e son entreprise était au-dessus dos forces h u m a i n e s ; il y suppléa par une invention q u e son i n g é n i e u s e c h a r i t é l u i s u g g é r a . I l forma le dessein d ' é t a b l i r u n e h a b i t a t i o n fixe dans un l i e u , q u i fut c o m m e le centre d'où il pût avoir c o m m u n i c a t i o n avec tous ces P e u p l e s . P o u r c e l a , il p a r c o u r u t l e s diverses contrées ; et enfin il s'arrêta sur l e s bords d'une g r a n d e r i v i è r e , où se jettent les a u t r e s rivières q u i arrosent presque tous l e s cantons h a b i t é s p a r les différentes Nations des Indiens. C e fut l à qu'à la tête de d e u x esclaves N è gres q u ' i l avait a m e n é s de C a y e n n e , et d e d e u x S a u v a g e s qui s'étaient attachés à l u i , la h a c h e à la m a i n , il se mit à défricher u n t e r r a i n s p a c i e u x . Il y planta du m a n i o c , du b l é d ' I n d e , d u m a ï s , et différentes autres r a c i n e s du p a y s , a u t a n t q u ' i l en fallait p o u r la subsistance de c e u x q u ' i l voulait attirer a u p r è s de l u i . E n s u i t e , avec le secours de trois autres I n d i e n s q u ' i l sut g a g n e r , il abattit le bois dont i l avait besoin p o u r c o n s t r u i r e u n e C h a p e l l e et une grande case propre à l o g e r c o m m o d é m e n t u n e v i n g t a i n e de p e r sonnes. Aussitôt q u ' i l eut achevé ces d e u x b â t i m e n s , il visita toutes les différentes Nations, et pressa c h a c u n e d ' e l l e s de l u i confier u n de l e u r s enfans. Il s'était r e n d u si a i m a b l e à ces p e u p l e s , et il avait pris un tel ascendant sur l e u r s e s p r i t s , q u ' i l s ne p u r e n t l e refuser. C o m m e i l connaissait l a p l u p a r t d e


210

LETTRES ÉDIFIANTES

ces e n f a n s , il fit c h o i x de c e u x en q u i i l trouva p l u s d'esprit et de d o c i l i t é , un p l u s b e a u n a t u r e l , et des dispositions p l u s p r o p r e s a u projet q u ' i l avait formé. Il c o n d u i s i t c o m m e e n t r i o m p h e ces jeunes I n d i e n s d a n s son h a b i t a t i o n , qui devint p o u r lors u n S é m i n a i r e de C a t é c h i s t e s destinés à p r ê c h e r l a l o i de Jésus-Christ. L e P è r e L o m b a r d s ' a p p l i q u a avec soin à c u l t i v e r ces j e u n e s p l a n t e s , et se livra t o u t e n t i e r à u n e é d u c a t i o n qui devait être l a source d e l a sanctification de tant de p e u p l e s . Il leur a p p r i t d ' a b o r d la l a n g u e f r a n ç a i s e , et l e u r e n s e i g n a a l i r e et à é c r i r e . Deux fois l e j o u r , i l l e u r fesait des i n s t r u c t i o n s s u r l a R e l i g i o n , et l e soir était destiné à r e n d r e compte d e ce q u ' i l s avaient r e t e n u . À m e s u r e que l e u r esprit se d é v e l o p p a i t , l e s i n s tructions d e v e n a i e n t p l u s fortes. E n f i n , q u a n d i l s avaient atteint l ' â g e de d i x - s e p t à d i x - h u i t a n s , et q u ' i l l e s trouvait p a r f a i t e m e n t i n s t r u i t s des vérités C h r é t i e n n e s , c a p a b l e s de l e s e n s e i g n e r a u x a u t r e s , fermes d a n s l a v e r t u , et p l e i n s d u zèle q u ' i l l e u r a v a i t i n s p i r é p o u r le s a l u t des a m e s , i l l e s r e n voyait l e s uns après l e s a u t r e s , c h a c u n d a n s l e u r p r o p r e N a t i o n , d'où il fesait v e n i r d ' a u tres enfans qui r e m p l a ç a i e n t l e s p r e m i e r s . Q u a n d ces j e u n e s Néophytes p a r u r e n t a u m i l i e u d e l e u r s c o m p a t r i o t e s , i l s s'attirèrent aussitôt l e u r a d m i r a t i o n , l e u r a m o u r , et toute l e u r confiance. C h a c u n s'empressait d e l e s voir et de les e n t e n d r e . I l s profitèrent e n h a b i l e s C a t é c h i s t e s d e ces dispositions favo-


ET CURIEUSES.

211

T a b l e s , p o u r c i v i l i s e r l e s P e u p l e s q u i form a i e n t l e u r N a t i o n , et t r a v a i l l e r e n s u i t e p l u s efficacement à l e u r conversion. A p r è s q u e l q u e s m o i s d'instructions p u r e ment morales, ils entamèrent insensiblement les m a t i è r e s de l a R e l i g i o n . L e s jours e n t i e r s e t u n e p a r t i e des n u i t s se passaient d a n s ce saint e x e r c i c e , et ce fut avec u n tel succès q u ' i l s en g a g n è r e n t p l u s i e u r s à J é s u s - C h r i s t , et q u ' i l ne se trouva a u c u n d ' e u x q u i n ' e û t u n e c o n n a i s s a n c e suffisante de la loi C h r é t i e n n e , et q u i n e fût p e r s u a d é de l ' o b l i g a tion i n d i s p e n s a b l e de l a s u i v r e . T o u t e s l e s fois q u e ces j e u n e s C a t é c h i s t e s fesaient q u e l q u e c o n q u ê t e , i l s ne m a n q u a i e n t pas d'en d o n n e r avis à l e u r P è r e c o m m u n . Ils l u i r e n d a i e n t c o m p t e , tous les m o i s , d u succès de l e u r s petites M i s s i o n s , et l u i m a r q u a i e n t l e t e m p s a u q u e l i l d e v a i t se r e n d r e d a n s l e u r s q u a r t i e r s , p o u r conférer l e B a p t ê m e à un c e r t a i n n o m b r e d ' a d u l t e s q u ' i l s a v a i e n t disposés à l e r e c e v o i r . P o u r ce q u i est des e n f a n s , des v i e i l l a r d s et des m a l a d e s q u i étaient en d a n g e r d ' u n e m o r t p r o c h a i n e , i l s les b a p t i s a i e n t e u x - m ê m e s , et on ne p e u t d i r e de c o m b i e n d ' a m e s i l s ont p e u p l é l e C i e l , après l e s avoir a i n s i purifiées d a n s l e s eaux du Baptême. J e vous laisse à j u g e r , m o n R é v é r e n d P è r e , quelle était la joie du M i s s i o n n a i r e , l o r s q u ' i l recevait ces consolantes n o u v e l l e s . I l visitait p l u s i e u r s fois l ' a n n é e ces différentes N a t i o n s , et i l r e t o u r n a i t toujours à son p e t i t S é m i n a i r e , c h a r g é de n o m b r e u s e s d é p o u i l l e s


212

LETTRES ÉDIFIANTES

q u ' i l avait r e m p o r t é e s sur la gentilité, pas l e m i n i s t è r e d e ses c h e r s enfans. L e P è r e L o m b a r d passa environ q u i n z e ans d a n s ces t r a v a u x , toujours o c c u p é ou à f o r m e r d ' h a b i l e s C a t é c h i s t e s , ou à a l l e r r e c u e i l l i r les fruits q u ' i l s fesaient, ou à v i s i t e r l e s C h r é t i e n t é s naissantes. C e p e n d a n t , c o m m e ces C h r é t i e n t é s d e v e n a i e n t , d e j o u r en j o u r , p l u s n o m b r e u s e s p a r les soins des j e u n e s I n d i e n s q u ' i l avait f o r m é s , il ne l u i était pas p o s s i b l e de l e s c u l t i v e r , et d ' e n t r e t e n i r en m ê m e - t e m p s son S é m i n a i r e : i l fallait r e n o n cer à l ' u n ou à l ' a u t r e de ces soins. Dans l ' e m b a r r a s où il se t r o u v a , il prit l e dessein de r é u n i r tous les C h r é t i e n s d a n s u n e m ê m e B o u r g a d e . C ' é t a i t une e n t r e p r i s e d ' u n e e x é c u t i o n très-difficile. U n e d e m e u r e f i x e est e n t i è r e m e n t c o n t r a i r e au g é n i e de ces P e u p l e s ; l ' i n c l i n a t i o n q u i les porte à m e n e r u n e v i e e r r a n t e et v a g a b o n d e , est n é e avec e u x , et est e n t r e t e n u e p a r l ' h a b i t u d e q u e forme l'éducation. Cependant leur penchant nat u r e l céda à l a d o u c e é l o q u e n c e du M i s s i o n naire. T o u t e s les familles véritablement c o n v e r t i e s a b a n d o n n è r e n t l e u r N a t i o n , et v i n r e n t s ' é t a b l i r avec l u i d a n s cette a g r é a b l e p l a i n e q u ' i l avait c h o i s i e sur l e s b o r d s de l a m e r du N o r d , à l ' e m b o u c h u r e de la r i v i è r e d e K o u r o u . Cette n o u v e l l e C o l o n i e est a c t u e l l e m e n t o c c u p é e à b â t i r u n e E g l i s e , à former u n g r a n d V i l l a g e , et à d é f r i c h e r l e t e r r a i n q u i a été assigné à c h a q u e N a t i o n . L a difficulté était de dresser l e p l a n d e cette E g l i s e , et de d i r i g e r l e s o u v r i e r s q u i y


ET

CURIEUSES.

213

devaient t r a v a i l l e r . L e Père L o m b a r d lit venir de Cayenne un h a b i l e C h a r p e n t i e r , qui pouvait servir d ' A r c h i t e c t e dans le b e soin. On convint avec l u i de la somme de l 5 o o livres. T o u t e m o d i q u e q u e parait celle s o m m e , elle était excessive pour un M i s s i o n n a i r e destitué de tout s e c o u r s , et ne trouvant que de la bonne volonté dans une troupe de N é o p h y t e s , q u i sont sans argent et sans négoce. Son z è l e toujours i n g é n i e u x l u i fournil une nouvelle ressource. L e s Indiens qui devaient former la peup l a d e , étaient partagés en cinq c o m p a g n i e s , q u i avaient c h a c u n e l e u r C h e f , et l e u r s Officiers subalternes. Le Père les a s s e m b l a , et l e u r proposa l e moyen que Dieu l u i avait inspiré pour procurer la prompte exécution de l e u r entreprise. Ce moyen était que c h a q u e c o m p a g n i e s'engageât à faire une pirogue ( c'est un g r a n d bateau qui peut contenir environ cinq cens h o m m e s . ) L ' e n t r e p r e n e u r consentait de prendre ces pirogues sur le p i e d de 200 livres c h a c u n e . Quoique ces Indiens soient n a t u r e l l e m e n t i n d o l e n s et e n n e m i s de tout exercice p é n i b l e , i l s se portèrent a ce travail avec une e x t r ê m e a c t i v i t é , et en peu de temps les pirogues furent achevées. Il restait encore 5oo livres à p a y e r à l'entrepreneur. L e Père trouva de quoi suppléer à cette somme p a r m i les femmes I n d i e n n e s . E l l e s voulurent cont r i b u e r aussi de l e u r part à une œuvre si s a i n t e , et elles s'engagèrent de filer autant de coton q u ' i l en fallait pour faire h u i t


214

LETTRES ÉDIFIANTES

hamacs ( ce sont des espèces de lits portatifs qu'on suspend à des a r b r e s ) l ' A r c h i t e c t e les p r i t en p a i e m e n t du reste de l a somme q u i l u i était d u e . T a n d i s que les femmes filaient le c o t o n , l e u r s m a r i s étaient occupés à abattre le bois nécessaire à la construction de l ' E g l i s e . C'est ce qui s'exécuta avec une p r o m p t i t u d e étonnante. Ils avaient déjà é q u a r r i et rassemblé l e s pièces de b o i s , selon la proportion q u e l e u r avait m a r q u é l ' A r c h i t e c t e , l o r s q u ' i l survint un nouvel e m b a r r a s . I l s'agissait de couvrir l ' é d i f i c e , et p o u r cela i l fallait des p l a n c h e s et des b a r d e a u x ; m a i s nos S a u v a ges n'avaient n u l usage de la scie. L a ferveur des Néophytes leva bientôt cette difficulté. A u n o m b r e de vingt i l s a l l è r e n t trouver u n F r a n ç a i s , h a b i t a n t de C a y e n n e , q u i avait d e u x Nègres t r è s - h a b i l e s à m a n i e r la scie ; i l s les l u i d e m a n d è r e n t , et i l s s'offrirent à l e servir pendant tout le temps q u e ces d e u x esclaves seraient occupés à faire l e toît d e l ' E g l i s e . Cette offre était trop avantageuse p o u r n'être pas acceptée ; les S a u v a ges servirent l e F r a n ç a i s en l'absence des N è g r e s , et les Nègres finirent ce q u i r e s t a i t à faire p o u r l'entière construction de l'Eglise. T e l l e e s t , mon R é v é r e n d P è r e , la situation d e cette Chrétienté naissante : e l l e donne , comme vous v o y e z , de grandes espérances ; m a i s ce q u ' i l y a de triste et d ' a f f i l g e a n t , c'est q u ' u n e si grande étendue de P a y s d e m a n d e r a i t a u moins d i x M i s s i o n n a i r e s , et


ET CURIEUSES.

215

q u e l e P è r e L o m b a r d se trouve seul ; q u e b i e n q u ' i l soit d ' u n â g e p e u a v a n c é , il a u n e santé usée de fatigues q u i nous fait c r a i n d r e à tout m o m e n t de l e p e r d r e ; et q u e s'il v e n a i t à nous m a n q u e r , sans avoir eu l e temps d e former d'autres M i s s i o n n a i r e s , et de l e u r apprendre les langues du P a y s , que l u i seul p o s s è d e , cet ouvrage q u i l u i a coûté tant d e s u e u r s et de t r a v a u x , et q u i intéresse si fort l a g l o i r e de D i e u , c o u r r a i t r i s q u e d'être e n t i è r e m e n t r u i n é . Vous êtes en é t a t , m o n R é v é r e n d P è r e , de p r é v e n i r c e m a l h e u r ; vous en connaissez l ' i m p o r t a n c e , et nous sommes assurés d e votre zèle. A i n s i nous espérons q u e vous nous p r o c u r e r e z a u p l u tôt u n n o m b r e d ' o u v r i e r s A p o s t o l i q u e s , c a p a b l e s par l e u r s t a l e n s , p a r l e u r p a t i e n c e , et p a r l e u r vertu d e r e c u e i l l i r u n e moisson si fertile. Je suis avec respect, etc.


2l6

LETTRES

L

E

T

ÉDIFIANTES

T

R

E

Du Père Lavit, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique, A C a y e n n e , ce 25 Octobre 1728.

MON

RÉVÉREND PÈRE,

La paix de N. S. J e croirais manquer à la reconnaissance q u e je vous dois de tant de m a r q u e s d ' a m i t i é q u e vous m e donnâtes avant mon d é p a r t d e P a r i s , si je différais de vous faire en peu d e mots le récit de mon v o y a g e , et de l a p r e m i è r e entrevue q u e j ' a i e u e avec nos S a u v a g e s , dès les p r e m i e r s jours de m o n a r r i v é e à Cayenne. Nous p a r t î m e s de la Rochelle, comme vous le s a v e z , le 3 J u i l l e t : le c a l m e et les vents contraires ne nous p e r m i r e n t de m o u i l l e r devant C a y e n n e q u e l e 2 1 d e S e p t e m b r e . I l y avait près de d e u x cens personnes s u r notre b o r d , et q u o i q u e dans cette t r a v e r s é e , q u i a été assez l o n g u e , n o u s a y o n s eu à souffrir et des a r d e u r s du s o l e i l , et de l a disette d'eau où nous nous s o m m e s trouvés durant p l u s d ' u n m o i s , i l n'y a e u , grâce a u Seigneur,


ET CURIEUSES.

217

Seigneur que très-peu de m a l a d e s , et la mort ne nous a enlevé personne. L e Père de Montville n'a pas été aussi h e u r e u x que moi ; le mal de mer l'a tourmenté toute l a route : pour moi j ' a i profité de la santé que Dieu m'a a c c o r d é e , pour dire tous les jours la Messe à ceux de l'équipage q u i pouvaient l ' e n t e n d r e , et pour faire des exhortations toutes les Fêtes. J ' a i eu la consolation d'en voir une grande partie approcher des S a c r e m e n s , et plusieurs matelots ont fait leur première Communion dans l e vaisseau. J e vous avoue que j ' a i quitté avec regret ces bonnes g e n s , en qui j ' a i trouvé toute la simplicité de la F o i . P e u de jours après mon arrivée à C a y e n n e , je fus appelé à une habitation qui est de sa d é p e n d a n c e , q u o i q u ' e l l e en soit éloignée de quinze.Lieuesdans les terres ; c'était pour administrer les Sacremens à un m a l a d e . Dans ce petit voyage que je fis partie sur l ' e a u , et partie dans les b o i s , je trouvai sur ma route deux familles de Sauvages. Ce fut pour moi un touchant spectacle de voir pour la première fois ces pauvres i n f i d è l e s , et l a misérable vie q u ' i l s mènent ; je m ' a r r ê t a i dans leurs carbets environ une heure ; m a présence n'effaroucha que les enfans ; les autres vinrent à moi avec moins de p e i n e , et je les apprivoisai encore d a v a n t a g e , en l e u r distribuant le peu d ' e a u - d e - v i e que j ' a v a i s porté avec m o i , et en leur fesant quelques petits présens. J ' a u r a i s été très-embarrassé avec eux si

Tome

VII.

K


218

LETTRES

ÉDIFIANTES

Le Nègre q u i m e c o n d u i s a i t n ' a v a i t p a s su l e u r l a n g u e : i l me servit de t r u c h e m e n t , et avec son secours j e fis c o n n a î t r e à ces p a u v r e s S a u v a g e s , q u e vivant c o m m e i l s fesaient d a n s l ' i g n o r a n c e du v r a i D i e u , i l s é t a i e n t d a n s un état de p e r d i t i o n ; q u ' i l s avaient u n e a m e i m m o r t e l l e , et q u e s'ils n é g l i g e a i e n t d e se faire i n s t r u i r e , d e s feux é t e r n e l s s e r a i e n t l e u r p a r t a g e aussitôt après l e u r m o r t ; q u ' i l s p o u v a i e n t éviter ce t e r r i b l e m a l h e u r ; q u e p o u r c e l a i l s n ' a v a i e n t q u ' à a l l e r trouver l e P è r e L o m b a r d , q u i sait p a r f a i t e m e n t l e u r l a n g u e ; q u e s'ils fésaient cette d é m a r c h e , c e Père l e s recevrait à b r a s o u v e r t s , et p r e n d r a i t d ' e u x l e m ê m e soin q u e l e père l e p l u s t e n d r e p r e n d de ses enfans. J e vis à l e u r a i r q u ' i l s étaient t o u c h é s d e c e discours : i l s m e r é p o n d i r e n t q u ' i l s ne v o u l a i e n t p o i n t être m a l h e u r e u x d a n s cette v i e et d a n s l ' a u t r e ; q u ' a v e c p l a i s i r i l s i r a i e n t trouver l e P è r e L o m b a r d , m a i s qu'ils n ' é t a i e n t pas m a î t r e s d ' e u x - m ê m e s , q u ' i l s v i v a i e n t d a n s la d é p e n d a n c e de l e u r s C h e f s , a u x q u e l s i l s o b é i r a i e n t , si cela e n t r a i t d a n s m e s vues ; q u ' a c t u e l l e m e n t i l s é t a i e n t à l a p ê c h e , et que si j e v o u l a i s repasser chez e u x , j e les t r o u v e r a i s de r e t o u r sur l e m i d i . J e sortis assez content de m a v i s i t e , et l e u r a y a n t d o n n é p a r o l e de r e v e n i r , j ' a l l a i a u secours d u m o r i b o n d p o u r l e q u e l on m ' a v a i t a p p e l é , et dont l ' h a b i t a t i o n n ' é t a i t q u ' à u n e petite l i e u e de la d e m e u r e de ces S a u v a g e s . A p r è s avoir dit la M e s s e et c o n fessé l e m a l a d e , j e lui donnai l e saint V i a t i -


ET CURIEUSES.

219

que. Il trouva dans la participation des S a c r e mens la santé du corps aussi Lien que celle de l'arae ; car dès l e jour m ê m e , nonseulement il fut hors de d a n g e r , mais i l se vit entièrement délivré de la fièvre, q u o i q u ' i l eût passé la n u i t précédente dans u n délire c o n t i n u e l , et que depuis trois jours on désespérât de sa vie. Comme je l e vis en train de g u é r i s o n , je ne songeai p l u s qu'à a l l e r revoir mes S a u v a ges. Avant q u e de sortir de la m a i s o n , j e m'informai quel était le caractère et la m a nière de vie de ces barbares. On me répondit q u ' i l s vivaient comme des b ê t e s , sans aucun c u l t e , et presque sans n u l l e connaissance de la loi n a t u r e l l e ; que leur p r i n c i p a l Chef avait mis sa propre fille au nombre de ses femmes ; qu'en vain tenterais-je de les e n g a ger dans un autre train de vie q u e c e l u i q u ' i l s mènent ; q u ' i l s ne daigneraient s e u l e ment pas m'écouter ; qu'on avait déjà fait divers efforts pour l e u r persuader de faire un voyage à Kourou, et qu'on n'avait j a m a i s p u y réussir. Cette i d é e , qu'on me donnait de ces I n d i e n s , rallentissait fort le zèle que je me sentais de continuer l a bonne œuvre que j e n'avais q u ' é b a u c h é e : c e p e n d a n t , r a n i m a n t toute ma confiance en D i e u , je ne crus pas devoir céder à cet obstacle ; et comme l e S e i g n e u r emploie quelquefois ce qu'il y a d e plus vil pour rapprocher de l u i ceux qui en paraissent le plus é l o i g n é s , je me persuadai que j ' a u r a i s un reproche éternel à me faire si je K

2


220

LETTRES ÉDIFIANTES

négligeais d'entretenir les C h e f s , ainsi que je l'avais promis à l e u r f a m i l l e . L o r s q u e j ' e n t r a i dans leurs c a r b e t s , je les trouvai de retour de l a pêche : ils étaient t r a n q u i l l e m e n t couchés dans l e u r h a m a c , et ils ne d a i g n è r e n t pas en sortir pour me r e c e voir. Dès que le p r e m i e r capitaine m ' a p e r ç u t , i l se m i t à rire de toutes ses f o r c e s , ce q u i m e sembla de mauvais a u g u r e ; cepend a n t , i l me fit signe d'approcher ma m a i n de la s i e n n e , et cette légère m a r q u e d ' a m i t i é m e donna du courage. J e m'assis sur un tronc d'arbre q u i était auprès de son h a m a c , et c o m m e l u i et l e second C a p i t a i n e m e p a r u rent assez, disposés à m ' e n t e n d r e , je l e u r répétai ce q u e j ' a v a i s dit l e m a t i n à l e u r famille : puis je l e u r ajoutai q u e je n'avais d'autre vue que de l e u r procurer une vie h e u reuse ; q u ' i l était enfin temps d'ouvrir les y e u x à la l u m i è r e et de sortir de l e u r s ténèbres ; q u ' i l s n'avaient que trop résisté à la voix de D i e u , q u i les p r e s s a i t , et p a r l u i m ê m e et p a r ses M i n i s t r e s , de renoncer à l e u r s folles s u p e r s t i t i o n s , et d'embrasser l a R e l i g i o n C h r é t i e n n e ; que s'ils voulaient m e suivre à Kourou, je les mettrais entre les m a i n s d'un vrai p è r e , q u i les recevrait avec b o n t é , et qui l e u r faciliterait les m o y e n s de s'y é t a b l i r avec l e u r f a m i l l e . C'est alors que je reconnus q u e l l e est la force de la grâce sur les cœurs les p l u s e n durcis : i l s me répondirent q u ' i l s étaient sensibles à mon a m i t i é , et q u ' i l s étaient prêts à faire ce que je s o u h a i t a i s . I l fut conclu


ET

CURIEUSES.

221

que rions partirions ensemble dès l e l e n d e m a i n m a t i n , et c'est ce qui s'exécuta. J e les conduisis à Kourou, qui est éloigné de leurs bois d'environ dix-huit lieues. L ' a i m a b l e accueil que leur fit le Père L o m b a r d , les engagea encore davantage ; il convint avec eux qu'après qu'ils auraient fait leur récolte de manioc, qui est une racine dont ils font l e u r p a i n , il leur prêterait sa p i r o g u e , afin d'y mettre leur bagage et d'amener leur fam i l l e , composée de vingt personnes. S i je fus touché de compassion en voyant l'état déplorable où se trouvaient les S a u v a ges que je conduisais à Kouiou, je fus bien, consolé de voir le progrès rapide que la R e l i gion a fait dans le cœur des Indiens q u i composent cette Eglise naissante. J e ne pus retenir mes larmes en voyant le r e c u e i l l e m e n t , la modestie et la dévotion avec l a quelle ces différentes Nations de Sauvages rassemblés, assistaient aux divins Mystères. Ils chantèrent la grand'Messe avec une piété qui en aurait inspiré aux plus tièdes et a u x plus dissipés. Après l ' E v a n g i l e , le Père L o m b a r d monta en Chaire : les larmes des Indiens firent l'éloge du Prédicateur. Comme il prêchait dans l e u r l a n g u e , je ne compris rien à ce qu'il disait ; je ne jugeai de l a force de sa prédication que par l'impression sensible qu'elle fesait sur ses Auditeurs. I l y eut grand nombre de Communions a la fin de la M e s s e , et i l s employèrent une h e u r e et demie à l e u r action de grâces. A la vue de ce s p e c t a c l e , et comparant ce que j e K 3


222

LETTRES ÉDIFIANTES

voyais de ces nouveaux C h r é t i e n s , avec l ' i d é e q u e je m'étais formée des S a u v a g e s , je ne pus m ' e m p ê c h e r de m ' é c r i e r : O mon D i e u , q u e l l e piété ! quel respect ! q u e l l e d é v o tion ! A u r a i s - j e pu le c r o i r e , si je n'en avais été témoin ? L ' a p r è s - m i d i , le Père L o m b a r d fit le C a t é c h i s m e a u x e n f a n s , après quoi on chanta les Vêpres. L a prière du s o i r , q u i se fit en c o m m u n dans l ' E g l i s e , termina la journée du D i m a n c h e . L e l u n d i matin je vis encore les Indiens rassemblés dans l ' E g l i s e p o u r faire la p r i è r e , ensuite i l s e n t e n d i r e n t l a Messe du Père L o m b a r d , p e n dant l a q u e l l e i l s récitèrent le chapelet à d e u x c h o e u s , et de là i l s allèrent c h a c u n à leur travail. L a Mission de Kourou sera l e m o d è l e d e toutes celles qu'on songe à é t a b l i r p a r m i toutes ces Nations de S a u v a g e s , q u i sont r é p a n d u e s de tous côtés dans cette vaste étend u e de terres q u e présente la G u y a n e . Il y a de quoi occuper p l u s i e u r s ouvriers E v a n g é l i q u e s , que nous attendons avec une extrême i m p a t i e n c e . J e suis avec respect etc.


ET

223

C U R I E U S E S .

L E T T R E Du Père Fauque, Missionnaire, au Père de La Neuville, Procureur des Missions de l ' A m é r i q u e . A Kourow, dans la G u y a n e , à 14 lieues de l'île de C a y e n n e , ce 15 Janvier 1729.

MON RÉVÉREND La

paix

de N.

père,

S.

IL f a u d r a i t être au fait du caractère et du génie de nos I n d i e n s de la G u y a n e p o u r se figurer ce qu'il en a coûté de sueurs et de f a t i g u e s , afin de p a r v e n i r à les r a s s e m b l e r en grand n o m b r e dans une m ê m e p e u p l a d e , et à les engager de c o n t r i b u e r du travail de l e u r s m a i n s , à la construction de l'Eglise q u i v i e n t d'être Heureusement achevée. V o u s le c o m p r e n d r e z aisément, mon R é v é r e n d P è r e , vous qui savez q u e l l e est la l é g é reté et l'inconstance de ces Nations s a u v a g e s , et combien elles sont ennemies de tout e x e r c i c e tant soit p e u p é n i b l e . C e p e n d a n t le Père L o m b a r d a su fixer cette i n c o n s tauee en les réunissant dans un même l i e u , et il a , pour ainsi d i r e , forcé l e u r n a t u r e l , en l e u r inspirant p o u r le travail une activité et K

4


224

LETTRES ÉDIFIANTES

u n e a r d e u r , dont la nature et l ' é d u c a t i o n l e s r e n d a i e n t tout-à-fait i n c a p a b l e s . C'est au travail et au zèle de ces Néophytes q u e ce M i s s i o n n a i r e est redevable de la p r e m i è r e E g l i s e qui ait été élevée dans ces terres infidèles : i l en avait dressé le p l a n en l ' a n n é e 1726, c o m m e vous en fûtes informé p a r une lettre de notre R é v é r e n d P è r e S u p é r i e u r Général. L e corps de ce saint édifice a q u a t r e - v i n g t q u a t r e pieds de long sur q u a r a n t e de l a r g e , on a pris sur l a l o n g u e u r d i x - h u i t pieds pour faire la S a c r i s t i e , et une c h a m b r e propre à loger le M i s s i o n n a i r e ; l ' u n e et l'autre sont placées derrière l e M a î t r e - A u t e l ; l e c h œ u r , la n e f , et les d e u x aîles q u i l ' a c c o m p a g n e n t sont bien é c l a i r é s ; et si l'on avait p u ajouter à l ' a u t e l la décoration d'un r e t a b l e , j'ose d i r e q u e la nouvelle E g l i s e de Kourou, serait r e g a r d é e , m ê m e en E u r o p e , c o m m e un ouvrage de bon goût. On en fit l a bénédiction solennelle l e troisième D i m a n c h e de l ' A v e n t , c ' e s t - à - d i r e , l e douze Décembre de l'année d e r n i è r e . L a c é r é m o n i e commença sur les h u i t h e u r e s . Nous nous r e n d î m e s processionnellement à

l ' E g l i s e , en chantant l e Veni Creator.

Le

C é l é b r a n t en a u b e , étole et p l u v i a l , était précédé d'une B a n n i è r e , de la C r o i x , et d'une d i x a i n e de j e u n e s Sauvages revêtus d'aubes et de d a l m a t i q u e s . Q u a n d nous eûmes récité à l a porte de l ' E g l i s e les prières prescrites dans le R i t u e l , on commença à en b é n i r les dehors. L e p r e -


ET C U R I E U S E S .

225

m i e r coup d'aspersoir fut accompagné d'un coup de c a n o n , qui réveilla l'attention des I n d i e n s : c'est M . D o r v i l l i e r s , Gouverneur de C a y e n n e , qui l e u r a fait présent de cette p i è c e d'artillerie , dont il se fit plusieurs s a l ves pendant la cérémonie. On ne pouvait s'empêcher d'être attendri en voyant la sainte alégresse qui était peinte sur le visage d e nos Néophytes. L o r s q u e la bénédiction de l'Eglise fu t a c h e v é e , nous a l l â m e s encore processionnellement chercher l e s a i n t - S a c r e m e n t dans une c a s e , où dès le matin on avait dit une Messe basse p o u r y consacrer une Hostie. L e dais fut porté par q u e l q u e s - u n s des F r a n ç a i s de l ' î l e de C a y e n n e , que l e u r dévotion avait attirés à celte sainte cérémonie. Ce fut un spectacle b i e n édifiant de voir une m u l t i t u d e p r o d i gieuse d ' I n d i e n s , fidèles et infidèles, répand u s dans u n e grande p l a c e , qui se prosternaient devant J é s u s - C h r i s t pour l ' a d o r e r , tandis qu'on le portait en triomphe dans l e nouveau T e m p l e qui venait de l u i être c o n sacré. La procession fut suivie de la g r a n d M e s s e , pendant l a q u e l l e l e Père L o m b a r d fit un S e r m o n très-touchant à ses N é o p h y tes douze S a u v a g e s , rangés en deux c h œ u r s , y chantèrent avec une justesse qui fut a d m i rée de nos F i a n ç a i s , lesquels y assistèrent. L ' a p r è s - m i d i , on se rassembla pour c h a n t e r V ê p r e s , et la Fête se termina par le Te Deum et la Bénédiction du t r è s - s a i n t - S a c r e -

ment. Un instant avant que le Prêtre se tourK 5


226

L e t t r e s

é d i f i a n t e s

nât du côté d u p e u p l e pour d o n n e r la B é n é d i c t i o n , l e P è r e L o m b a r d avança en s u r p l i s vers l e m i l i e u de l ' A u t e l , et p a r un p e t i t d i s c o u r s t r è s - p a t h é t i q u e , i l fit à J é s u s - C h r i s t , au nom de tousses N é o p h y t e s , l'offrande p u b l i q u e d e la n o u v e l l e E g l i s e . L e s i l e n c e et l'attention de ces bons I n d i e n s fesaient assez c o n n a î t r e q u e l e u r s coeurs é t a i e n t p é n é t r é s d e s senti mens de r e s p e c t , d ' a m o u r et de r e c o n n a i s s a n c e , q u e l e M i s s i o n n a i r e s'efforç a i t de l e u r i n s p i r e r . D e p u i s que nos S a u v a g e s ont u n e E g l i s e é l e v é e d a n s u n e p e u p l a d e , on s'aperçoit q u ' i l s s'affectionnent, b e a u c o u p p l u s q u ' i l s ne fesaient a u p a r a v a n t , à tous les e x e r c i c e s de l a piété C h r é t i e n n e : i l s s'y r e n d e n t en foule tous les j o u r s , soit p o u r y faire l e u r p r i è r e , e t e n t e n d r e l ' i n s t r u c t i o n q u i se fait soir et m a t i n en l e u r l a n g u e , soit pour assister a u s a i n t S a c r i f i c e de la Messe. On ne l e s voit g u è r e m a n q u e r au S a l u t q u i se fait l e J e u d i et le S a m e d i , d e m ê m e q u ' i l se p r a t i q u e d a n s l ' î l e de C a y e u n e . C'est p a r ces fréquentes i n s t r u c t i o n s , et d e s i saintes p r a t i q u e s , q u ' o n v e r r a c r o î t r e d e p l u s en p l u s la ferveur et l a dévotion de ces n o u v e a u x fidèles. Tels sont, mon Révérend P è r e , les p r é m i c e s d ' u n e C h r é t i e n t é q u i ne fait q u e d e n a î t r e d a n s le c e n t r e m ê m e de l ' i g n o r a n c e et d e la b a r b a r i e . J e ne doute p o i n t que l ' e x e m p l e de c e s p r e m i e r s C h r é t i e n s ne soit b i e n t ô t s u i v i p a r tant d'autres Nations de S a u v a g e s , q u i sont r é p a n d u e s de tous côtés d a n s ce vaste c o n t i n e n t . C'est à q u o i j e p e n s a i s s o u -


ET

C U R I E U S E S .

227

vent pendant le séjour que j ' a i fait au F o r t d'Ouyapoc ( I ) , où j ' a i d e m e u r é un mois p o u r donner les secours spirituels à la g a r n i son. L e pays est beau et excellent pour toute sorte de plantage ; m a i s ce q u i me frappe encore p l u s , c'est q u ' i l est très-propre à y é t a b l i r de nombreuses Missions. U n assez grand nombre d'Indiens qui sont dans le v o i s i n a g e , sont venus me rendre visite, et ont paru souhaiter q u e je demeurasse avec eux ; je les a u r a i s contentés avec p l a i s i r , si j'en avais été l e m a î t r e , et si mes occupations m e l'eussent permis. M a i s je les consolai en les assurant que la F r a n c e devait nous e n voyer un secours d'ouvriers E v a n g é l i q u e s , et qu'aussitôt q u ' i l s seraient a r r i v e s , nous n'aurions rien tant à c œ u r q u e de t r a v a i l l e r à les instruire et à l e u r ouvrir la porte d u C i e l . Il est à croire q u e leur conversion à l a F o i ne sera pas si difficile que celle des Galibt's ; quand je l e u r d e m a n d a i s s'ils avaient un véritable desir d'être C h r é t i e n s , i l s m e disaient en riant q u ' i l s ne savaient pas e n core de quoi il s ' a g i s s a i t , et q u ' a i n s i ils n e pouvaient pas me donner de réponse positive. je trouvai cette réflexion assez sensée pour des S a u v a g e s . Dans les momens que j ' a i eus de l o i s i r , j ' a i dressé un petit pian des Missions qu'on p o u r r a i t é t a b l i r d a n s ces c o n t r é e s , parmi l e s Nations S a u v a g e s qu'on a découvertes j u s ( 1 ) Onyapoc est à 5o lieues de la nouvelle de Kourou.

K

6

Peuplade


228

LETTRES ÉDIFIANTES

qu'à présent. J ' a i profité des l u m i è r e s de M . de la G a r d e , C o m m a n d a n t p o u r l e R o i d a n s l a F o r t d'Ouyapoc, q u i a b e a u c o u p n a v i g u é sur ces r i v i è r e s : voici l e projet de c i n q M i s sions q u e n o u s avons formé e n s e m b l e . L a p r e m i è r e p o u r r a i t s ' é t a b l i r sur l e s b o r d s d u Ouanari : c'est u n e assez g r a n d e r i v i è r e q u i se d é c h a r g e dans l ' e m b o u c h u r e m ê m e d e l ' O u y a p o c , à la d r o i t e , en a l l a n t de C a y e n n e au Fort. L e s Peuples qui composeraient cette M i s s i o n , sont les T o c o y è n e s , les Maraones et les Maourions. L ' a v a n t a g e q u ' o n y t r o u v e r a i t , c'est q u e l e M i s s i o n n a i r e q u i c u l t i v e r a i t ces Nations S a u v a g e s , ne serait é l o i g n é du Fort q u e de trois ou q u a t r e l i e u e s ; q u ' i l y p o u r r a i t faire de fréquentes e x c u r sions ; et q u e , d ' a i l l e u r s , i l n ' a u r a i t p o i n t d'autre langue à apprendre que celle des Galibis. Q u e si l'on v o u l a i t p l a c e r d e u x M i s s i o n n a i r e s au F o r t d'Ouyapoc, l ' u n d ' e u x pourrait aisément vaquer h l'instruction d e s I n d i e n s , et je p u i s assurer q u ' e n p e u d e t e m p s i l s'en t r o u v e r a i t un g r a n d n o m b r e q u i s e r a i e n t en état de r e c e v o i r l e B a p tême. L a seconde Mission p o u r r a i t être c o m p o -

sée des Palicours,

des Caranarious,

et des

Mayets, q u i sont r é p a n d u s d a n s l e s S a v a n e s , a u x e n v i r o n s d e Couripi : c'est u n e a u t r e g r a n d e r i v i è r e , q u i se d é c h a r g e aussi d a n s l'Ouyapoc à la g a u c h e , vis-à-vis d u Ouanari. C e s Nations h a b i t e n t m a i n t e n a n t des l i e u x p r e s q u e i m p r a t i c a b l e s ; l e u r s cases sont s u b m e r g é e s une p a r t i e de l ' a n n é e : a i n s i i l f a u -


ET

C U R I E U S E S .

229

drait les transporter vers le haut du Couripi. C e qui facilitera la conversion de ces P e u p l e s , c'est q u e , p a r m i e u x , l'on ne trouve point de Pyayes ( I ) comme a i l l e u r s , et q u ' i l s n'ont j a m a i s donné entrée à la p o l y g a m i e . Ces deux Missions n'étant pas éloignées d u F o r t , fourniraient aisément les é q u i p a g e s nécessaires pour l e service du R o i , ce q u i serait d'un grand secours ; car a u j o u r d ' h u i , p o u r trouver douze ou q u i n z e Indiens p r o pres à conduire une p i r o g u e ( 2 ) , il faut quelquefois p a r c o u r i r vingt lieues de pays. En montant vers les sauts d'Ouyapoc, on pourrait é t a b l i r une troisième Mission à q u a tre journées du F o r t ; elle serait placée à l ' e m b o u c h u r e du Camopi, et serait composée des Nations I n d i e n n e s qui sont éparses çà et l à depuis l e F o r t jusqu'à cette rivière. C e s p r i n c i p a l e s Nations sont les Caranes, les

Piriuus

et les

Acoquas.

A cinq ou six journées a u - d e l à , en suivant toujours l a m ê m e r i v i è r e , et entrant un p e u dans les t e r r e s , on pourrait former une q u a trième Mission composée des Macapas, des

Ouayes, des Tarippis et des Pirious. E n f i n , une c i n q u i è m e Mission pourrait être fixée à la c r i q u e des Palanques ( 3 ) , q u i se jettent dans l'Ouyapoc, à sept journées d u

( 1 ) Espèce d'Enchauteurs et de Magiciens. (2) Grand bateau propre à contenir une cinquantaine de personnes. (3) C'est ainsi q u e , dans le P a y s , en appelle un gros misseau ou une petite rivière.


230

LETTRES ÉDIFIANTES

Fort. E l l e se formerait des Palanques, des Ouens, des Tarippis, des Firious, des C o u s sauis et des Macouanis. La même l a n g u e , qui est celle des terres, se parlera dans ces trois dernières Missions. J e compte d'amener ici vers P â q u e s , un Indien Carave (1), q u i sait le galibi, et avec lequel je commencerai à déchiffrer cette langue. Nous avons encore dans notre voisinage u n assez bon nombre d'Indiens G a l i b i s , qui souhaitent qu'on les instruise des principes du Christianisme : ils sont aux enviions d'une rivière appelée Sinamari. Si ma présence n'eût pas été nécessaire à Ouyapoc, je serais allé passer quelques mois avec eux. L e Père L o m b a r d , qui connaît la plupart de ces S a u vages, assure qu'une Mission qu'on y é t a b l i r a i t , pourrait devenir aussi nombreuse que celle de Kourou. V o i l à , mon Révérend P è r e , une vaste carrière ouverte aux travaux Apostoliques de dix ou douze Missionnaires. Plaise au Seigneur d'envoyer au plutôt ceux q u ' i l a destinés à recueillir une Moisson si abond a n t e ! Comme c'est à vos soins et à votre zèle que nous devons la perfection de ce premier établissement, dont je viens de vous e n t r e t e n i r , les secours abondans que vous nous avez a c c o r d é s , nous mettent en état d'avancer la conversion de tant de Peuples barbares. J e suis avec beaucoup de respect e n l'union de vos saints sacrifices, etc. (1) Nom de Nation.


ET

CURIEUSES.

231

L E T T R E Du Père Lombard, de la Compagnie de Jésus, Supérieur des Missions des Sauvages de la Guyane, au bévérend Père Croiset, Provincial de la même Compagnie dans la Province de Lyon. A

M O N

Kourou, dans la Guyane, ce 23 Février 1730.

R É V É R E N D

P È R E ,

La paix de N. S. JE ne saurais trop têt marquer à votre Révérence combien cette Mission lui est obligée d'un avoir envoyé le Frère du Molard. Il est arrivé dans les circonstances les plus f a v o r a b l e s , vu le dessein que nous ayons formé d'établir au plutôt plusieurs M i s s i o n s , non-seulement à Kourou, mais encore à Ouyapoc. Habile et plein de bonne volonté comme il e s t , son secours nous était trèsnécessaire pour la construction et l'ornement des Eglises que nous devons élever dans toutes ces contrées barbares. La dernière lettre du Père F a u q u e vous aura déjà fait connaître Ouyapoc : c'est une


232

LETTRES ÉDIFIANTES

grande rivière au-dessus de C a y e n n e : l e R o i vient d'y é t a b l i r une C o l o n i e , dont il nous a confié le soin pour ce qui regarde le spirit u e l , en nous chargeant en m ê m e - t e m p s de faire des Missions a u x environs de cette r i v i è r e , où les Nations Indiennes sont en bien p l u s grand nombre qu'à Kourou. L e F r è r e du Molard va d'abord travailler à l'embellissement de l'Eglise de Kourou, et à la construction d'une maison pour les Missionnaires : car j u s q u ' i c i nous n'avons logé que dans de petites huttes à l'Indienne. Après q u o i , lorsqu'il s'agira de form e r des p e u p l a d e s , i l n'aura guère le temps de respirer. J e prévois ce q u ' i l en coûtera de dangers et de fatigues aux M i s s i o n n a i r e s , pour aller chercher les Indiens épars çà et là dans les retraites les plus sauvages où ils se c a c h e n t , et pour les rassembler dans un m ê m e lieu ; j e l'ai éprouvé plus d'une f o i s , et tout récemment une excursion que j ' a i faite chez les Maraones, m'a mis dans un état o ù , pendant q u e l q u e s j o u r s , on a a p p r é h e n d é pour ma vie. J e croyais ne pouvoir j a m a i s me tirer des bois et des ravines ; et pour surcroît de d i s g r â c e s , étant tout couvert de s u e u r s , i l me fallut essuyer une p l u i e continuelle pendant une partie de la nuit. A deux heures du m a t i n , j ' a r r i v a i tout transi de froid à l a c a s e , et dès le lendemain la pleurésie se déclara : heureusement la fièvre était interm i t t e n t e , et me donnait q u e l q u e r e l â c h e . C e fut dans un de ces i n t e r v a l l e s , qu'on


ET

C U R I E U S E S .

233

m'apprit que deux Missionnaires étaient morts le même jour h C a y e n n e , au service de la garnison qui était attaquée d'une m a ladie contagieuse, et qu'il n'y en restait plus qu'un seul d'une santé chancelante. T o u t malade que j ' é t a i s , je pris le parti d'aller a u secours de cette C o l o n i e , qui se voyait toutà-coup privée de presque tous ses Pasteurs : je partis donc d'Ouyapoc, et ayant fait ce trajet en moins de vingt - quatre h e u r e s , j'arrivai avec le Père Catelin à Cayenne. Quelques Indiens de la Mission de Kourou me témoignèrent en cette occasion leur zèle et leur attachement. A peine fus-je a b o r d é , q u ' i l s se présentèrent à moi pour me porter sur leurs épaules jusqu'à notre maison, q u i est éloignée d'une demi - lieue de l'endroit où j'avais débarqué. L e violent accès de fièvre que j'avais eu toute la n u i t , m'avait tellement a b a t t u , que je ne pouvais me soutenir qu'avec peine. L'affection de ces bons Indiens me consolait ; je les entendais se dire les uns aux autres : « Ayons grand soin » de notre Baba, n'épargnons pas nos peines : » car que deviendrions - nous s'il venait à » manquer ? Qui est-ce qui nous instruirait? » qui nous confesserait ? qui nous assisterait » à la mort ? » L a consternation était générale à Cayenne quand j ' y a r r i v a i , à cause de la perte qu'on venait de faire tout-à-la-fois de trois Missionnaires : une pareille mortalité était extraord i n a i r e , et l'on n'avait rien vu de semblable depuis que nous y sommes établis. L a bonté


234

LETTRES ÉDIFIANTES

de l ' a i r qu'on y r e s p i r e , et des a l i m e n s dont on se n o u r r i t , fait que c o m m u n é m e n t il y a très-peu de m a l a d e s . Vous comprenez a s s e z , mon R é v é r e n d P è r e , quels sont nos b e s o i n s , et combien il est important de r e m p l a c e r au plutôt ces pertes. Dix nouveaux M i s s i o n n a i r e s , s'ils a r r i v a i e n t , a u r a i e n t peine à suffire au travail qui se présente. L e peu de temps que j ' a i demeuré à Ouyapoc, ne m'a pas permis de faire autant de découvertes que jaurais souhaité : le pays est d'une vaste é t e n d u e , et habité par quantité de diverses Nations Indiennes. On vient depuis peu d'en découvrir une qui est très-nomb r e u s e , et qui est établie à deux cens lieues du F o r t d'Ouyapoc ; c'est l a Nation des Amikouanes, que l'on appelle autrement les Indiens à longues oreilles. Ils les ont effectivement fort l o n g u e s , et elles l e u r pendent jusques sur les épaules. C'est à l ' a r t , et non pas à l a n a t u r e , q u ' i l s sont redevables d'un ornement si extraordinaire ; et qui l e u r plaît si fort. Ils s'y prennent de bonne heure pour se procurer cet agrément ; ils ont grand soin de percer les oreilles à l e u r s enfans : ils y insèrent de petits b o i s , pour e m p ê c h e r que l'ouverture ne se ferme : et de temps en temps i l s y en mettent d'autres toujours plus gros l e s uns que les a u t r e s , jusqu'à ce que l e trou devienne assez grand à la l o n g u e , pour y insinuer certains ouvrages q u ' i l s font e x p r è s , et qui ont deux a trois pouces de diamètre. Cette Nation qui a été inconnue j u s q u ' i c i ,


ET CURIEUSES.

235

est extrêmement sauvage : on n'y a aucune connaissance du feu. Quand ces Indiens veulent couper leurs b o i s , ils se servent de certains cailloux qu'ils aiguisent les uns contre les autres pour les affiler, et qu'ils insèrent dans un manche de b o i s , en guise de hache. J ' a i vu à Oujapoc une de ces sortes de haches: le manche a environ deux p i e d s , et au bout il y a une échancrure pour y insérer le caillou : je l'examinai ; mais bien q u ' i l soit m i n c e , il me parut peu tranchant : j ' a i vu aussi un de leurs pendans d'oreille ; c'est u n rouleau de feuilles de palmistes d'un pouce de large : ils gravent sur le tranchant quelque figure bizarre qu'ils peignent en noir ou en r o u g e , et q u i , attachée à leurs o r e i l l e s , l e u r donne un air tout-à-fait risible ; m a i s , à leur goût, c'est une de leurs plus belles parures. En-deçà des Amikouanes il y a plusieurs autres Nations ; quoiqu'elles soient fort différentes, et même qu'elles se fassent q u e l quefois la guerre les unes aux a u t r e s , il n'y a point de diversité pour la l a n g u e , qui est la même parmi toutes ces Nations. T e l s sont les A r o m a g a t a s , les Palunks, les Turupis, les Ouays, les Pirius, les Coustumis, les Acoquas et les Caranes. Toutes ces Nations sont vers le haut de la rivière Ouyapoc. Il y en a un grand nombre d'autres sur les côtes, comme les Palicours, les Mayes, les Karnuarious, les Coussaris, les Touhouyanes, les Rouourios et les Maraones. Voilà, comme vous v o y e z , un vaste champ qui s'ouvre au zèle des ouvriers Évangéliques.


236

LETTRES

ÉDIFIANTES.

Vous s o u h a i t e z , mon R é v é r e n d P è r e , q u e je vous informe du progrès que fait l a R e l i g i o n p a r m i ces p e u p l e s , et des œuvres e x traordinaires de piété q u ' o n l e u r voit p r a t i q u e r . I l me serait difficile de vous r i e n m a n d e r de fort intéressant. Vous savez q u e cette Mission n'est encore q u e dans sa n a i s sance. On vous a déjà fait connaître l e c a r a c tère de ces Nations S a u v a g e s , l e u r l é g é r e t é , l e u r i n d o l e n c e , et l'aversion q u ' e l l e s ont p o u r tout ce qui les gêne. Nous ne pouvons guères espérer de fruits solides de nos t r a v a u x , q u e q u a n d nous les aurons r é u n i s dans différentes p e u p l a d e s , où l'on puisse les i n s t r u i r e à l o i s i r , et l e u r i n c u l q u e r sans cesse les v é r i t é s C h r é t i e n n e s . L e c œ u r de ces b a r b a r e s est c o m m e u n e terre i n g r a t e , qui ne p r o d u i t r i e n qu'à force de c u l t u r e . Il a été un temps où l e u r inconstance n a t u r e l l e , et la difficulté de les fixer dans l e b i e n me r e b u t a i e n t extrêmement. J e c r a i gnais de m'être laissé t r o m p e r p a r des a p p a r e n c e s , et d'avoir conféré l e B a p t ê m e à des gens q u i étaient indignes de l e recevoir. U n e espèce de dépit q u i m e p a r a i s s a i t r a i s o n n a b l e , me fit presque succomber à la tentation q u i me prenait de les abandonner. J ' é c o u t a i n é a n m o i n s de m e i l l e u r s conseils ; d'autres p e n s é e s , p l u s justes et p l u s conformes a u caractère des p e u p l e s que Dieu avait confiés à mes s o i n s , en m ' a p p e l a n t à cette M i s s i o n , succédèrent aux premières idées qui m e décourageaient ; l e S e i g n e u r , m a l g r é m e s défiances et mes d é g o û t s , m e donna l a force


ET

CURIEUSES.

237

de m ' a p p l i q u e r avec encore plus d'ardeur à cultiver un champ qui me semblait tout-àfait s t é r i l e , et ce n'est que depuis quelques années que j ' a i enfin reconnu, par le succès dont Dieu a béni m a persévérance, que l a Religion avait jeté de profondes racines dans le cœur de plusieurs de ces barbares. T'en ai été encore mieux convaincu par l a sainte et édifiante mort de plusieurs Néophytes que j ' a i assistés en ce dernier moment. J e ne vous en rapporterai que trois ou quatre exemples. J e s a i s , mon Révérend P è r e , qu'ils n'auront pas de quoi vous frapper : vous avez reçu les derniers soupirs d'une infinité de personnes, dont la vie passée dans l'exercice de toutes sortes de v e r t u s , a été couronnée par la mort la plus sainte ; mais enfin quand les mêmes choses se rapportent d'un peuple sauvage et b a r b a r e , dont le n a t u r e l , les mœurs et l'éducation sont si opposées a u x maximes d u C h r i s t i a n i s m e , on ne peut guères s'empêcher d'y reconnaître le doigt de Dieu et l a puissance de la g r â c e , qui des rochers les p l u s d u r s , f a i t , quand i l l u i p l a î t , de véritables enfans d'Abraham. J e commence par un infidèle, que je b a p t i s a i , il y a quelque temps, à l'article de l a mort ; c'était un Indien plein de bon sens, a p pelé Sany. J ' a l l a i s souvent à Ikaroux, qui est le premier endroit où je m'étais établi avec l e Père Ramette. Ce bon Sauvage ne manquait pas de nous rendre de fréquentes visites, et nos entretiens roulaient toujours sur la R e l i gion Chrétienne , et sur l a nécessité du B a p -


238

LETTRES ÉDIFIANTES

t ê m e . Nos d i s c o u r s , aidés de la grâce, firent de vives impressions sur son c œ u r , et ces i m pressions se r é v e i l l è r e n t aux approches de l a mort. Il s'était retiré dans un lieu très-sauv a g e , où ses ancêtres avaient d e m e u r é a u t r e f o i s , et où était l e u r s é p u l t u r e . Ce fut par u n coup d'une providence p a r t i c u l i è r e de Dieu que j ' a l l a i l e voir dans un temps où ma présence était si nécessaire à son salut. Mon dessein était d ' a l l e r h cinq ou six l i e u e s v i s i ter un I n d i e n , dont j ' a v a i s appris la m a l a d i e d e p u i s peu de j o u r s . J e passai par u n carbet v o i s i n , où la p l u p a r t des S a u v a g e s q u i l ' h â taient étaient C h r é t i e n s : à peine fus-je a r rivé q u ' i l s se m i r e n t autour de m o i , et m e d e m a n d è r e n t où je portais mes pas : a y a n t satisfait à l e u r d e m a n d e : « T u vas c h e r c h e r » b i e n l o i n , me d i r e n t - i l s , ce que tu as a u » près de toi ; ton ami Sany, qui demeure » à une d e m i - l i e u e d ' i c i , est à l ' e x t r é m i t é ; » ne ferais-tu pas m i e u x de l ' a l l e r voir » ? J ' y consentis t r è s - v o l o n t i e r s , et d e u x I n d i e n n e s , parentes du m o r i b o n d , s'offrirent à être mes g u i d e s . Nous nous m î m e s en c h e m i n , e l l e s , mon petit Nègre et moi ; nous arrivâmes bientôt à une savane presque i m p r a t i c a b l e : les h e r b e s et les joncs étaient montés si h a u t , qu'on aurait eu de l a peine à y découvrir un h o m m e à c h e v a l . Ces bonnes I n d i e n n e s m a r c h è r e n t devant et me frayèrent le c h e m i n , en foulant a u x pieds les joncs et les h e r b e s : enfin elles me c o n d u i s i r e n t à l a pointe d'un bois é p a i s , où le m a l a d e s'était fait transporter, et où on l u i avait dressé une


ET

CURIEUSES.

239

pauvre cabane. Aussitôt q u ' i l m ' a p e r ç u t , i l s'écria tout transporté de joie : « Sois le b i e n » v e n u , Baba, je savais bien que tu v i e n » d r a i s me voir aujourd'hui ; je t'ai vu en » songe toute la n u i t , et il me s e m b l a i t que » tu me donnais l e Baptême » . S a femme et sa mère qui étaient présentes , m'assurèrent qu'en effet il n'avait cessé de p a r l e r de moi toute la n u i t , et q u ' i l leur avait dit positivement que j ' a r r i v e r a i s ce j o u r - l à m ê m e . J e profitai des momens de connaissance q u i l u i r e s t a i e n t , et des heureuses dispositions que le C i e l avait mises dans son coeur ; et c o m m e i l était déjà t r è s - i n s t r u i t des vérités de l a R e l i g i o n , je le p r é p a r a i au B a p t ê m e , q u ' i l r e ç u t avec une grande piété. Il expira entre mes bras la n u i t s u i v a n t e , pour aller j o u i r , comme il y a l i e u de l e c r o i r e , du b o n h e u r q u e la grâce de ce S a c r e m e n t venait de l u i procurer. U n e autre mort d'un jeune h o m m e q u e j ' a i é l e v é , et q u i se n o m m e Remy, me r e m p l i t de consolation toutes les fois que j ' y pense : il y avait peu de temps q u ' i l était m a r i é , et il avait toujours fait paraître un grand attachement à tous les devoirs de l a R e l i g i o n . Attaqué d'un violent mal de p o i t r i n e , dont tous les remèdes que je l u i d o n nai ne purent le g u é r i r , je lui annonçai que sa mort n'était pas éloignée. « Il faut donc p r o » f i t e r , me r é p o n d i t - i l , du peu de temps q u i » me reste à vivre. O u i , mon Dieu, ajouta» t - i l , c'est volontiers que je m e u r s , p u i s q u e » vous le voulez ; je souffre avec p l a i s i r l e s


240

LETTRES ÉDIFIANTES

» douleurs a u x q u e l l e s vous me condamnez : » je les m é r i t e , parce que j ' a i été assez ingrat » pour vous offenser. Aouerle, disait-il en sa » l a n g u e , Aouerle Tamoussi je tombe eüa » aroubou mappo epelagame » . Ce n'étaient pas la des sentimens que je l u i eusse s u g g é rés : le S a i n t - E s p r i t l u i - m ê m e , q u i les avait i m p r i m é s dans son c œ u r , les l u i mettait à l a Louche : il les répétait à tout m o m e n t , et je ne crois pas m'écarter de la v é r i t é , en assurant q u ' i l les prononçait p l u s de trois cens fois par jour ; mais il les prononçait avec tant d ' a r d e u r , q u e j ' e n étais comme i n t e r d i t , et je n'avais garde de l u i inspirer d'autres sentimens. Dès q u ' i l se sentit plus m a l q u ' à l ' o r d i n a i r e , i l me demanda les Sacremens. Après avoir entendu sa confession, q u ' i l fit avec des sentimens pleins de c o m p o n c t i o n , j ' a l l a i l u i chercher le saint V i a t i q u e . A la vue de son S a u v e u r , il parut r a n i m e r toute l a ferveur de sa piété : il se jeta à g e n o u x , et prosterné jusqu'à t e r r e , il adora J é s u s - C h r i s t , q u ' i l reçut ensuite avec le p l u s profond r e s pect : je l u i administrai presque en m ê m e temps l ' E x t r ê m e - O n c t i o n , q u ' i l reçut avec u n e foi également vive ; après quoi il ne cessa de s'entretenir avec Dieu j u s q u ' a u dernier soupir. A une mort si édifiante, je joindrai celle de L o u i s - R e m i Tourappo, p r i n c i p a l chef de nos I n d i e n s , et l e p r e m i e r de cette contrée qui ait embrassé la F o i . C'était un h o m m e d'esprit parfaitement instruit des vérités de la R e l i g i o n , et q u i m'a fourni en sa l a n g u e

des


ET

CURIEUSES.

241

des termes très - propres et très-énergiques p o u r exprimer nos divins mystères. Il a été pendant toutesa vie un modèle de vertu pour nos Néophytes ; presque tous les jours il assistait au saint sacrifice de la Messe. L e soir et l e matin il ne manquait jamais de rassemb l e r tout son m o n d e , et il fesait l u i - m ê m e l a prière à haute voix. Un flux de sang invétéré nous l'enleva. Aussitôt qu'il s'aperçut q u e son mal était sans r e m è d e , il ne songea p l u s qu'à se préparer à une mort Chrétienne. I l reçut les derniers Sacremens avec une dévotion qui en inspira au grand nombre de S a u vages dont sa case était remplie ; je jugeai à p r o p o s , pour l'instruction et l'édification de celte multitude d ' I n d i e n s , de lui faire faire sa profession de f o i , avant de lui donner l e saint Viatique. J e prononçai donc à haute voix tous les articles de notre croyance. A. chaque article il me répondait avec une présence d'esprit admirable et d'un ton assuré : O u i , j e le crois ; ajoutant toujours quelque chose qui marquait sa ferme adhésion aux vérités chrétiennes. Ce fut dans ces sentimens pleins de foi et d'amour pour Dieu q u ' i l finit sa vie. Comme je consolaissa fille aînée de la perte q u ' e l l e venait de f a i r e , elle m'apprit que son p è r e , peu de jours avant sa m o r t , avait assemblé tous ceux sur qui il avait de l ' a u t o r i t é , pour leur déclarer ses dernières volontés. « J e m e u r s , nous a-t-il d i t , et je meurs » Chrétien : Aidez-moi à en rendre grâces a u » Dieu des miséricordes. J e suis le premier

Tome VII.

L


242

LETTRES

ÉDIFIANTES

» C a p i t a i n e q u i ai reçu chez moi les M i s s i o n » naires : vous savez que les autres C a p i t a i n e s » m'en ont su mauvais g r é , et que j ' a i été » l'objet de l e u r s censures : m a i s je m e suis » mis au-dessus de leurs d i s c o u r s , et je n'ai » pas craint de l e u r d é p l a i r e . Imitez en c e l a » mon e x e m p l e : regardez les M i s s i o n n a i r e s » comme vos Pères en J é s u s - C h r i s t ; ayez en » eux u n e entière confiance, et prenez garde » q u ' u n e vie peu C h r é t i e n n e les oblige m a l » gré e u x à vous abandonner. » J ' a i été trèstoiiché de cette mort : c'était un ancien a m i que j'affectionnais fort, à cause de son zèle pour la R e l i g i o n , et qui m'était v é r i t a b l e m e n t attaché. I l était mon Banaré, et j ' é t a i s le sien : c'est, après les liaisons du s a n g , u n e sorte d ' u n i o n , p a r m i les I n d i e n s , la p l u s étroite qu'on puisse avoir. Nous honorâmes autant que nous p û m e s ses obsèques : son c e r c u e i l sur l e q u e l on avait posé son épée et son bâton de c o m m a n d e m e n t , fut porté par quatre C a p i t a i n e s , et conduit à l ' E g l i s e par p r e s q u e tous les I n d i e n s de la M i s s i o n , qui tenaient c h a c u n un cierge à la m a i n . Il fut enterré au m i l i e u de la nouvelle E g l i s e . L a reconnaissance d e m a n d a i t qu'on l u i fît cet h o n n e u r , parce que c'est l u i q u i a l e p l u s c o n t r i b u é à la construction de ce saint édifice. J e n'ai g a r d e , mon R . P . , de vous fatiguer p l u s long-temps par des répétitions e n n u y e u ses de faits qui sont assez s e m b l a b l e s . J e finir a i cette lettre p a r le récit de l a mort d'un autre I n d i e n nommé Denys, qui nous a c o n s tamment édifiés par une piété e x e m p l a i r e ,


ET

243

CURIEUSES.

p a r une extrême délicatesse de c o n s c i e n c e , et par la plus exacte fidélité à r e m p l i r toutes les obligations qu'impose le nom Chrétien. I l l u i arrivait souvent de rester dans l'Eglise après la g r a n d ' M e s s e , et d ' y passer un temps considérable dans un profond r e c u e i l l e m e n t , e t comme absorbé en l u i - m ê m e par la ferv e u r de sa prière. J e le considérais q u e l q u e f o i s , et je me disais à m o i - m ê m e : « Que ne » puis-je pénétrer dans le cœur de ce pauvre » S a u v a g e , et y découvrir les communica» tions i n t i m e s q u ' i l paraîtavoir avec Dieu ! » Attaque d'un flux de ventre sanguinolent, i l vit bien q u ' i l n'avait q u e peu d e jours à vivre ; il ne songea plus qu'à se préparer à c e dernier passage : il purifia plusieurs fois sa conscience par des confessions très-exact e s , et avec les sentimens de l a plus vive douleur. Dès qu'il eut reçu le Corps a d o r a b l e de J é s u s - C h r i s t , il n'eut plus d'autres pensées que celle de l'Eternité. Il avait sans cesse à la m a i n le crucifix. Une fois entr'autres que j ' a l l a i le v o i r , je lui trouvai les y e u x collés sur ce signe de notre R é d e m p tion. Plusieurs Indiens l'environnaient d a n s u n profond silence : je m'assis auprès de l u i , et contre son ordinaire il ne m e salua p o i n t , tant il était a p p l i q u é à l'objet adorable q u ' i l tenait entre les mains. « Hé b i e n , mon c h e r » D e n y s , l u i d i s - j e , cette image d e J é s u s » Christ attachée à la croix pour ton s a l u t , » ne t'inspire-t-elle pas une grande confiance » en ses miséricordes ? O u i , B a b a , me répon» d i t - i l d'un a i r serein et tranquille. » LeLen-

L 2


244

LETTRES

ÉDIFIANTES

d e m a i n je l e trouvai tellement a f f a i b l i , que n ' a y a n t p l u s la force de tenir l u i - m ê m e l e c r u c i f i x , il le fesait tenir p a r sa femme. C e fut l à l e spectacle édifiant q u i se présenta à m e s y e u x , lorsque j ' e n t r a i dans sa cabane : sa femme était à genoux à côté de son h a m a c , tenant l e crucifix à la m a i n , et le p r é sentant à son m a r i : les y e u x du m o u r a n t étaient i m m o b i l e s , et fortement attachés sur l ' i m a g e de J é s u s crucifié : i l s ne m ' a p e r ç u r e n t ni l'un ni l ' a u t r e , et je fus si attendri d e ce q u e je v o y a i s , q u e je sortis sur l ' h e u r e p o u r donner un l i b r e cours à mes l a r m e s . J e trouvai l e P . F a u q u e à q u i j e racontai l e consolant spectacle dont je venais d'être tém o i n , et je m ' a p p l i q u a i en m ê m e - t e m p s ces p a r o l e s du R o i Prophète : Euntes ibantet flebant mittentes sembla sua, venientes autem venient cum exultatione portantes manipulas suos. « Pouvais-je le c r o i r e , l u i d i s - j e , » q u ' a y a n t semé avec tant de d o u l e u r , je » moissonnerais un jour avec tant de conso» lation ? J ' a v a i s parcouru ces l i e u x sauvages » en p l e u r a n t ; et s e m b l a b l e à un l a b o u r e u r » q u i n'ensemence qu'à regret u n e terre i n » g r a t e , je semais sans presque a u c u n e espé» rance de récolte : pouvais-je m'attendre à » l a joie q u e je ressens m a i n t e n a n t , de m e » voir chargé des fruits de m e s peines et de » ma patience ? » J e vous i l est vrai semble à fruits q u e

l'ai que ces par

d i t , mon R é v é r e n d P è r e , et l e c œ u r de nos S a u v a g e s r e s terres q u i ne produisent de l a patience de ceux q u i les


ET

CURIEUSES.

245

cultivent. Un M i s s i o n n a i r e , sans avoir ces grands talens que Dieu donne à qui il l u i p l a î t , mais qui sera plein de z è l e , et q u i , loin de voltiger chez toutes ces différentes N a t i o n s , s'attachera à une Nation p a r t i culière de S a u v a g e s , pour les instruire à l o i s i r , et leur rebattre sans cesse les mêmes vérités, sans se rebuter, sans se d é c o u r a g e r , verra avec le temps sa patience couronnée par le fruit des bénédictions que produira l a semence Evangélique q u ' i l aura jetée dans

leurs coeurs. Fructum afferunt in patientiâ. J e me recommande à vos saints sacrifices, et suis avec un profond r e s p e c t , etc.

L E T T R E Du Père Fauque, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. A Cayenne, ce 1.er Mars 1730.

M O N RÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. LE zèle dont vous êtes animé pour l'établissement des Missions que nous projetons de faire parmi tant de Nations Sauvages qui habitent L 3


246

LETTRES

ÉDIFIANTES

la G u y a n e , et l a générosité avec l a q u e l l e vous êtes toujours prêt à nous seconder d a n s u n e si sainte e n t r e p r i s e , sont b i e n c a p a b l e s de nous soutenir et de nous fortifier d a n s les travaux q u i en seront i n s é p a r a b l e s . Nous découvrons tous les jours q u e l q u e s u n e s de ces N a t i o n s , q u e nous espérons d e r é u n i r e n diverses p e u p l a d e s s e m b l a b l e s à c e l l e que l e Père L o m b a r d vient de former à Kourou : ce n'est q u ' e n fixant ainsi l e s S a u v a g e s , qu'on peut se promettre de r e n d r e l e u r conversion à l a F o i solide et d u r a -

ble. Dans l e d e r n i e r voyage que je fis à Ouyapoc, je profitai d'un peu de loisir que j ' y eus pour monter la r i v i è r e , et faire u n e petite excursion chez les S a u v a g e s . M . d u V i l l a r d s'offrit à être du voyage : nous p a r t î m e s du F o r t le l u n d i 1 2 Décembre de l ' a n n é e d e r n i è r e , dans d e u x petits c a n o t s , a v e c sept Indiens qui nous accompagnèrent; savoir:

trois Caranes, d e u x Acoquas,

u n Piriou, et

u n Palanque. Nous arrivâmes de bonne h e u r e a u p r e m i e r S a u l t n o m m é Yeneri : i l est l o n g d'un d e m i - q u a r t de l i e u e ; c'est l e p l u s d a n g e r e u x q u ' o n trouve dans toute la rivière d'Ouyapoc : q u e l q u e favorable que soit la s a i s o n , i l faut nécessairement y d é b a r q u e r tout l e bag a g e , pour traîner p l u s aisément les canots s u r les roches. C'est a u x environs de ce S a u l t q u e d e m e u r e n t l e s Carancs ; Nation à la vérité peu n o m b r e u s e , m a i s q u i , p a r sa b r a v o u r e , a tenu tête autrefois aux F r a n ç a i s , et à d i x autres N a -


ET CURIEUSES.

247

tions Indiennes : i l s me reçurent fort L i e n , et me parurent très - disposés à se faire i n s truire des vérités de la F o i . L e l e n d e m a i n nous ne fimes qu'errer d e roche en r o c h e , pour donner le loisir à nos Indiens de h a l e r nos canots. Nous arrivâmes avant midi au second S a u l t nommé Cachiri, qui est long de près d'un quart de l i e u e , et é l o i g n é du p r e m i e r S a u l t d'environ u n e l i e u e . On voit là u n e petite rivière sur l a g a u c h e , qu'on n o m m e Kerihourou, et q u ' o n monte plus de vingt lieues dans les t e r r e s , q u o i q u ' e l l e soit r e m p l i e de S a u l t s . C'est à Cachiri que trois de nos F r a n ç a i s furent tués

autrefois par les Caranes. Après avoir passé ce S a u l t , nous d é c o u vrîmes sur la droite une c r i q u e assez g r a n d e ,

qu'on nomme Armontabo.

Un

Palanque

appelé Kamiou, y avait fait son abatis l'année dernière ( c'est ainsi qu'en A m é r i q u e on appelle un terrain défriché ) : m a i s il n ' y d e m e u r a pas long-temps ; les Caranes l ' o b l i gèrent d ' a l l e r s'établir plus l o i n . Nous c a m pâmes ce j o u r - l à sur une roche au bord d e la rivière. L e s Indiens nous dressèrent u n petit Ajupa pour y passer l a nuit ( c'est u n e espèce d'appentis ouvert de tous côtés) : m a i s comme il était m a l c o u v e r t , par la difficulté de trouver dans ces cantons les feuilles propres à couvrir les t o î t s , nous fûmes b i e n m o u i l l é s p a r q u e l q u e s grains de p l u i e q u i tombèrent. L e 14 nous ne fûmes plus obligés de mettre p i e d à terre : à l a vérité on trouvait de temps L 4


248

LETTRES

ÉDIFIANTES

en temps des roches ; m a i s , c o m m e elles sont éparses çà et là dans la r i v i è r e , elles n ' e m pêchent pas de tenir la route. L e lit de cette r i v i è r e nous parut assez beau ; nous d é c o u vrions quelquefois près d'un q u a r t de l i e u e au loin ; et en certains endroits la nature a si bien a l i g n é l e c a n a l , qu'on d i r a i t q u ' i l a été tiré au cordeau. Nos I n d i e n s eurent souvent l e p l a i s i r d e tirer leurs flèches sur des bakous : c'est u n poisson fort d é l i c a t , q u e j e c o m p a r e r a i s volontiers à la dorade de Provence ; on le trouve dans le p l u s fort des courans ; i l est d ' o r d i naire tellement attaché à sucer une espèce de mousse q u i naît contre les r o c h e s , qu'on peut s'approcher fort près de l u i , sans q u ' i l s'en aperçoive. Vers les q u a t r e h e u r e s du soir nous t r o u vâmes un paresseux : j e ne sais s i , l o r s q u e vous étiez à C a y e n n e , vous avez v u cette espèce d ' a n i m a l . L e nom qu'on l u i a donné convient bien à son indolence et à son i n a c tion : je ne crois p a s q u ' i l pût faire cent pas en un jour dans l e p l u s beau c h e m i n . I l était p e r c h é sur la pointe d'un r o c h e r élevé au m i l i e u de l ' e a u . Il a quatre pattes armées de trois griffes assez longues et u n p e u crochues. S a peau est couverte d'un p o i l presque aussi long et aussi fin que l a l a i n e ; sa q u e u e est t r è s - c o u r t e , et son museau r e s s e m b l e parfaitement au visage d'un h o m m e q u i a u r a i t l a tête enveloppée d'un c a p u c e bien étroit. C e l u i q u e nous vîmes n'était guère p l u s gros q u ' u n chat. S i nos I n d i e n s


ET C U R I E U S E S .

249

ne l'eussent pas trouvé si m a i g r e , ils s'en seraient régalés. Il nous fallut coucher ce s o i r - l à dans l e bois : la pluie que nous avions essuyée l a nuit p r é c é d e n t e , rendit les Indiens p l u s attentifs à nous mieux loger. L e u r précaution nous fut u t i l e , car il plut jusqu'à h u i t heures du matin. L e 15 nous continuâmes notre marche q u i fut assez unie : il se trouva néanmoins assez; fréquemment sur notre r o u t e , des î l o t s , des bancs de r o c h e , des courans et des bouquets de b o i s , mais ils ne nous furent d'aucun obstacle. Nous rencontrâmes dans la matinée une assez grande r i v i è r e , qui monte jusqu'à trente lieues dans les t e r r e s , où il y a une Nation d'Indiens qui sont inconnus. J e crois qu'on les nomme Aranajoux. Vers les deux heures après-midi nous découvrîmes de loin deux abatis faits tout récemment : nous n'eûmes pas le temps de les aller reconnaître de plus près. Peu après nous rencontrâmes deux canots de pêcheurs qui nous conduisirent à l e u r case : c'étaient des Pirious établis depuis u n an dans cette contrée. L a pluie qui tomba en abondance aussitôt que nous y fûmes arrivés, nous obligea de passer la nuit chez eux. Nous étions si fort à l'étroit, et parmi des gens si s a l e s , que j'aurais beaucoup m i e u x aimé loger dans les b o i s , comme nous avions fait les jours précédens. U n de nos Indiens nous avertit qu'il y avait là un Pyaye ( I ) , (I) Espèce d'Enchanteur et de Magicien.

L

5


250

LETTRES

ÉDIFIANTES

l e q u e l avait trois f e m m e s , et laissait m o u r i r d'inanition ceux q u i venaient c h e r c h e r l a santé chez l u i , afin d'épouser ensuite l e s veuves. L a p o l y g a m i e et l a confiance aveugle q u e ces S a u v a g e s ont dans ces sortes d ' E n chanteurs, seront les plus grands obstacles q u e nous trouverons a é t a b l i r le C h r i s t i a n i s m e dans ces terres infidèles. L e 16 nous c o m m e n ç â m e s à trouver l e s abatis en plus grande abondance à l ' u n et à l'autre bord de la rivière. Nous n o u s arrêtâmes sur u n e roche vers les onze h e u r e s , afin de donner l e temps à nos I n d i e n s de se refaire un p e u de l e u r s fatigues. C o m m e il y avait l à q u e l q u e s cases, et q u ' i l ne paraissait aucun S a u v a g e , j ' e u s l a curiosité d'y entrer ; m a i s à peine e u s - j e fait q u e l q u e s p a s , q u e je sentis l a terre s'enfoncer sous mes p i e d s : je retournai aussitôt vers nos I n d i e n s , q u i m e dirent q u e , d e p u i s p e u de j o u r s , on avait enterré en cet endroit u n e f a m i l l e presque entière d ' A c o q u a s , et q u e la p e u r dont les autres avaient été saisis, l e s avait fait d é c a m p e r au p l u s v i t e . R i e n de p l u s d i g n e de c o m p a s s i o n , m o n R é v é r e n d P è r e , que de voir l a quantité de ces m a l h e u r e u x I n d i e n s qui périssent faute d e secours ; je suis persuadé q u e , q u a n d n o u s serons u n e fois établis p a r m i e u x , nous prolongerons la vie à u n grand n o m b r e . Dans l e s diverses excursions que j ' a i f a i t e s , j e n'en a i guères trouvé qui fussent d'un âge a v a n c é . L a confiance q u ' i l s paraissent avoir a u x r e mèdes q u e l e u r donnent les F r a n ç a i s , n o u s


ET

CURIEUSES.

25l

facilitera l e moyen de nous insinuer dans leurs esprits. M . du Villard ouvrit la veine à p l u s i e u r s , qui l u i témoignèrent beaucoup de reconnaissance. J ' a i amené quatre de ces Sauvages avec m o i , afin qu'ils apprennent à s a i g n e r , et en même-temps ils aideront l e Père L o m b a r d à achever le vocabulaire q u ' i l a commencé. Ce secours que nous procurons aux I n d i e n s , les rendra bien plus d o ciles à nos instructions ; car le caractère du Sauvage est de ne se conduire d'abord que par des vues d'intérêt. Après un peu de r e p o s , nous reprîmes notre route : nous rencontrâmes une bande nombreuse d ' A c o q u a s , qui enivraient l a rivière ( c'est le terme des S a u v a g e s , pour exprimer le secret qu'ils ont de prendre l e p o i s s o n , en les enivrant avec du bois de Nekou qu'ils jettent dans l ' e a u , et dont l e poisson est friand ) . D'aussi loin que c e s Sauvages nous aperçurent, ils ramassèrent àla hâte leurs p o i s s o n s , et s'embarquèrent dans leurs canots pour éviter notre approche. Nous ne fûmes pas néanmoins long-temps sans les joindre : le plus a n c i e n , qui fesait les fonctions de C a p i t a i n e , vint me saluer. U n sault dangereux nous obligea de mettre pied à terre et d'aller à leurs cases. L ' a c c u e i l froid et indifférent q u ' i l s nous firent, ne nous engagea pas à demeurer long-temps avec eux : je leur donnai cependant tout le loisir de me bien e n v i s a g e r , car j'étais pour euX. u n objet nouveau et tout-à-fait e x t r a o r d i naire..

L6


252

LETTRES

ÉDIFIANTES

Après avoir avalé un coui (I) d'une trèsmauvaise l i q u e u r qu'on me p r é s e n t a , je p r o fitai du reste de la journée p o u r m e r e n d r e c h e z l e C a p i t a i n e des Pirious, qui a une g r a n d e autorité dans sa N a t i o n , et sur toutes les autres Nations d u voisinage. I l s ' a p p e l l e Apiarou : c'est un bon v i e i l l a r d d'environ soixante et d i x a n s , qui a l'oeil v i f , l ' a i r r é s o l u , et q u i p a r a î t h o m m e de m a i n . U n C a p i t a i n e F r a n ç a i s , à ce q u e m'assura M . d u V i l l a r d , n'est pas m i e u x obéi de ses s o l d a t s , q u ' i l l'est de tous ceux qui composent sa Nation. Q u e l q u e s - u n s de ses gens vinrent a u devant de moi avec l e u r s flèches, l e u r s p l u m e t s , et les autres o r n e m e n s dont i l s se p a rent. Apariou était resté c h e z l u i dans u n e case h a u t e . Aussitôt que j ' e u s p r i s p l a c e d a n s l e Tabous ; ( c'est u n e case basse au r e z - d e c h a u s s é e , ) j e l e vis p a r a î t r e au h a u t de son é c h e l l e : i l tenait à la m a i n u n e espèce d ' e s p o n t o n , et il avait la tête couverte d'un v i e u x c h a p e a u b o r d é , dont M . de la C a r d e , envoyé à la découverte d'une m i n e d'or a u h a u t de l a r i v i è r e , l u i avait fait présent de l a part du R o i , c o m m e à u n Banaré d e s Français. Avant q u e de m ' a b o r d e r i l s'adressa à son n e v e u , q u i avait fait q u e l q u e s m o i s de séjour a. Kourou, et l u i d e m a n d a si j ' é t a i s v é r i t a m e n t c e l u i chez q u i il avait d e m e u r é . A p r è s avoir été satisfait sur cet a r t i c l e , i l s'appro(I) Espèce de jatte de bois vernissé.


ET C U R I E U S E S .

253

cha de moi avec un air épanoui, et me dit en son l a n g a g e , que j'étais le bien v e n u , et qu'il était ravi de me voir. Je lui fis présent de quelques curiosités qui lui étaient nouv e l l e s , parce qu'il n'est jamais sorti de son P a y s , et il me parut très-content de mes libéralités. Je crus ne devoir rien négliger pour nous affectionner ce Chef des Sauvages ; car c'est de lui que dépend le succès de l'établissement que nous projetons de faire en ce l i e u - l à . Sur le soir je demandai au neveu quelles étaient les intentions du Chef son oncle : il me répondit que pour en être bien assuré, il fallait attendre le retour de son fils a î n é , et qu'alors nous pourrions conférer ensemble, et voir sur quoi je pouvais compter. Comme nons n'étions pas éloignés de l'embouchure du Camopi, j ' a l l a i pendant ce temps-là voir cette rivière ; nous y trouvâmes différentes cases de Pirious, qui nous reçurent avec affabilité. L'arrivée du fils aîné d'Apiriou, qui s'appelle Aripa, et qui doit l u i succéder dans sa c h a r g e , m'obligea de retourner à sa c a s e , où ayant fait assembler les principaux de la Nation, je leur déclarai que l'unique sujet de mon voyage, était de m'assurer de leurs dispositions à l'égard du Christianisme. J e m'étendis assez au long sur la vérité de la R e l i g i o n , sur la nécessité de l'embrasser, et sur les grands avantages qu'ils en retireraient en cette vie et dans l'autre ; puis je priai Aripa d'expliquer à son

père et à tous ceux de l'Assemblée ce que


254

LETTRES

ÉDIFIANTES

j e venais de d i r e ; i l le f i t , et je fus s u r p r i s d'entendre les exclamations d u bon v i e i l l a r d . Q u o i q u e sa l a n g u e me fut i n c o n n u e , j e jugeai par son ton de v o i x , p a r ses g e s t e s , et par l a joie répandue sur son v i s a g e , q u ' i l entrait dans toutes mes vues. Ils furent q u e l que temps à d é l i b é r e r e n s e m b l e , après quoi Aripa m e répondit au nom de l ' A s s e m b l é e , que notre établissement parmi eux l e u r fesait p l a i s i r , et q u ' i l s étaient prêts à nous écout e r , et à nous croire. On convint d è s lors d'un e m p l a c e m e n t propre à construire l ' E g l i s e , et les cases tant des Missionnaires q u e des premiers Chrétiens ; l'endroit q u ' o n a choisi est au commencement d'un sault, dont l e c o u p - d ' œ i l est magnifique : on ne peut i m a g i n e r une nappe d'eau p l u s b e l l e et plus c l a i r e : les poissons y sont en abond a n c e , ce q u i ne sera pas un a m u s e m e n t infructueux p o u r les jeunes I n d i e n s . Aripa me promit de fixer dans cet endroit l'établissement de tous ceux q u i descendront d u haut des deux r i v i è r e s , en attendant q u e nous puissions nous y é t a b l i r nous m ê m e s . J ' e n v i e le sort de ceux qui a u r o n t l'avantage de r e c u e i l l i r cette moisson : i l s seront bien dédommagés de l e u r s travaux par le caractère de douceur , de droiture et de docilité de ces peuples. « J ' a v a i s avec moi » un j e u n e enfant de Kourou, à qui je mon» trais à lire : r i e n ne lui parut p l u s e x t r a » ordinaire que de voir un livre. I l s m e » demandèrent plusieurs fois si leurs enfans » pourraient avoir un jour l e m ê m e avan-


ET

» » » »

CURIEUSES.

255

tage : pourquoi n o n , leur répondis-je ; si vous voulez bien nous les confier, nous en aurons le même s o i n , et ils deviendront aussi habiles que les Français. » Si les Fêtes de Noël ne m'eussent pas r a p pelé à Ouyapoc, où ma présence était absolument nécessaire, j ' a u r a i s bien plus avancé dans les t e r r e s , et j'aurais découvert p l u sieurs autres Nations de Sauvages. C'est ce que je ferai dans un autre voyage. J e ne sais si vous avez été informé que feu M . D o r v i l l i e r s , avant que de partir pour l a F r a n c e , avait envoyé un détachement de F r a n ç a i s vers le plus haut du Camopi : l e dessein était de découvrir le lac Parime. I l s ont été environ six mois à faire ce voyage. Ce q u ' i l s nous ont rapporté de plus intéress a n t , c'est qu'ils ont trouvé des bois remplis de Cacao : i l s se préparent à y aller faire cette année une abondante récolle. Ils nous ont raconté beaucoup d'autres choses curieuses de différentes Nations S a u v a g e s , q u ' i l s ont trouvées sur leur route ; mais je ne crois pas devoir vous en faire p a r t , que nous ne nous soyons informés de la vérité de ces faits par nous-mêmes. Ne m'oubliez pas dans vos saints sacrifices, en l'union desquels je suis avec respect, etc.


256

LETTRES

ÉDIFIANTES

L E T T R E

Du

Père Lombard, de la Compagnie de Jésus, Supérieur des Missions Indiennes dans la Guyane, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. A K o u r o u , dans la Guyane, ce 1 1 Avril 1 7 3 3 .

M O N RÉVÉREND PÈRE, La paix de N. S. LES Missions naissantes q u i se forment dans celte vaste étendue d e terres connues sous l e n o m de G u y a n e , sont trop r e d e v a b l e s à vos soins et a u x secours q u e vous l e u r fournissez si l i b é r a l e m e n t , p o u r que je ne vous en rende pas u n compte fidèle. J e vous a i déjà entretenu de l a p r e m i è r e p e u p l a d e é t a b l i e à Kourou, où nous avons r a s s e m b l é u n g r a n d nombre d e S a u v a g e s , et de l ' E g l i s e q u e nous y avons construite. Cette p e u p l a d e est située dans u n e fort b e l l e a n s e , arrosée de l a rivière Kourou, q u i se jette en cet endroit dans l a m e r . Nos S a u v a g e s l'ont assez bien fortifiée ; elle est f r a i s é e , p a l i s s a dée, et défendue p a r des espèces d e petits


ET

CURIEUSES.

257

bastions. T o u t e s l e s rues sont tirées au cord e a u , et aboutissent à une grande p l a c e , a u m i l i e u de l a q u e l l e est bâtie l ' E g l i s e , où les Sauvages se rendent matin et s o i r , avant e t après le t r a v a i l , pour faire la prière et écouler une courte instruction. C o n n a i s s a n t , comme vous f a i t e s , l a l é g è reté de nos I n d i e n s , vous aurez sans doute été s u r p r i s , mon R é v é r e n d P è r e , qu'on a i t pu fixer ainsi l e u r inconstance n a t u r e l l e : c'est la R e l i g i o n qui a opéré cette espèce d e prodige : e l l e p r e n d c h a q u e jour de fortes racines dans l e u r s coeurs. L ' h o r r e u r q u ' i l s ont pour l e u r s anciennes superstitions, l e u r exactitude à approcher souvent des S a c r e m e n s , l e u r assiduité à assister aux Offices d i v i n s , les grands sentimens de piété dont i l s sont r e m p l i s a u moment de la mort, sont des preuves non suspectes d'une conversion sincère et d u r a b l e . Nos F r a n ç a i s q u i viennent de temps e n temps à Kourou, admirent la piété et l a modestie avec l a q u e l l e ces Sauvages assistent au service, et la justesse avec l a q u e l l e ils c h a n tent l'Office divin à deux choeurs. Vous seriezcertainement a t t e n d r i , si vous entendiez l e s motets q u e nos jeunes Indiens chantent à l a M e s s e , lorsqu'on élève la sainte Hostie. U n I n d i e n , n o m m é A u g u s t i n , q u i sait fort b i e n le p l a i n - c h a n t , préside au c h œ u r , a n i m e nos C h a n t r e s , et les soutient du geste et de la voix. I l joint à beaucoup p l u s d'esp r i t que n'en ont communément les S a u v a g e s , un grand fonds de p i é t é , et r e m p l i t


258

LETTRES

ÉDIFIANTES

souvent les fonctions d'un h a b i l e et zélé C a t é c h i s t e , soit en apprenant la doctrine Chrétienne aux infidèles dispersés dans les t e r r e s , soit en leur conférant le Baptême à l'article de l a mort après les avoir instruits. Il y a peu de jours qu'on m'avertit que dans un l i e u qui n'est pas fort éloigné de la M i s s i o n , un Sauvage infidèle était à l'extrémité. Outre que ma présence était alors absolument nécessaire à Kourou, une inondation subite avait rendu l e chemin impraticable à tout autre qu'aux Indiens. J'envoyai Augustin à son secours. Il partit à l'instant avec deux au très Indiens ; et, ayant trouvé que le m a l a d e n'était pas dans un danger aussi pressant qu'on l'avait p u b l i é , il le prit sur ses é p a u l e s , et avec le secours de ses c o m p a g n o n s , il me l'apporta à l a Mission où je suis à portée de le baptiser quand j e l e jugerai nécessaire. Cette p e u p l a d e , qui est comme le cheflieu de toutes celles que nous projetons d'étab l i r , s'est accrue considérablement par l e nombre des familles Indiennes qui viennent y fixer leur d e m e u r e , et par la multitude des jeunes gens que j ' a i élevés la plupart dès l e u r enfance, et qui sont maintenant pères d e famille. L e s premiers y sont attirés p a r les avantages qu'ils trouvent avec nous. A u l i e u qu'errant dans leurs forêts, i l s c h e r chaient avec bien de la peine de quoi v i v r e , et étaient sujets à de fréquentes m a l a d i e s , q u i , faute de s o i n s , les enlevaient souvent dans la fleur de l'âge ; i c i i l s se procurent sans tant de f a t i g u e s , et a b o n d a m m e n t , tout


ET

C U R I E U S E S .

259

ce qui est nécessaire à la vie : ils sont p l u s rarement m a l a d e s , et l'on n'épargne a u c u n soin pour r é t a b l i r l e u r santé quand elle est altérée : deux grands logemens que j ' a i fait bâtir servent d ' i n f i r m e r i e s , l'une pour les h o m m e s , et l'autre pour les femmes. Deux Indiens ont soin de l a p r e m i è r e , et deux Indiennes de l a seconde. J e leur ai fait apprendre à s a i g n e r , et assez de c h i r u r g i e et d e p h a r m a c i e pour préparer les m é d i c a m e n s dont les malades ont b e s o i n , et les donner à propos. Vous ne nous laissez m a n q u e r d'aucun des m e i l l e u r s remèdes de F r a n c e , et i l s ont ici plus de force et de vertu qu'en F r a n c e m ê m e . Enfin le b o n h e u r que goûtent nos N é o p h y t e s , réunis ensemble dans un m ê m e l i e u , n'ayant pu être ignoré d'un grand nomb r e de Nations Sauvages qui habitent l a G u y a n e , ces bons Indiens me sollicitent cont i n u e l l e m e n t , et me pressent d'envoyer chez eux des Missionnaires pour y faire des établissemens semblables à celui de Kourou. Q u e l l e ample moisson, si nous avions assez d'ouvriers pour la r e c u e i l l i r ! L e grand nombre des familles qui c o m posent la P e u p l a d e , et dont les chefs sont encore j e u n e s , contribuent beaucoup au bon ordre et à l a ferveur qu'on y voit régner. Depuis 2 3 ans que je me suis attaché à l a Nation des G a l i b i s , i l s ont tous été sous m a conduite dès l e u r bas âge : leur piété est s o l i d e , et c'est sur leurs exemples que se forment les nouveaux v e n u s , qui presque sans y faire r é f l e x i o n , se laissent entraînes


260

LETTRES

ÉDIFIANTES

au torrent, et s'assujétissent avec moins de peine aux exercices ordinaires de la Mission. J e vous l'ai déjà d i t , mon Révérend P è r e , et je ne cesserai de le répéter, un Missionnaire ne fera jamais de fruit bien solide parmi ces barbares, s'il ne se fixe chez une Nation à laquelle il se consacre tout entier : il ne doit point s'écarter de ses Néophytes : quelqu'abandonnées que lui paraissent d'autres Nations qui l'environnent, il ne peut faire autre chose que de gémir sur leur malheureux sort, ou de leur procurer, s'il le peut, d'autres secours ; mais pour l u i , il faut qu'il s'occupe sans cesse du soin de son troup e a u , et qu'il lui rebatte continuellement les mêmes vérités, sans se rebuter ni de la chute des u n s , ni du peu de ferveur des autres. Si je pouvais réunir sous un coup-d'œil les chagrins et les dégoûts que j ' a i eus à e s suyer depuis que je travaille à la conversion des G a l i b i s , vous en seriez étonné. C'est cependant ma persévérance qui a attiré les bénédictions de Dieu sur la Mission de Kourou, qu'on voit maintenant si bien étab l i e , qu'elle a mérité l'attention particulière de Monseigneur le Comte de M a u r e p a s , dont le zèle pour l'établissement de la Religion dans ces terres i n f i d è l e s , et pour l ' a vancement de nos Colonies, nous fait ressentir chaque année des effets de la libéralité de notre grand Monarque. Une protection si puissante est bien capable de soutenir et d'animer les ouvriers Évangéliques dans les, plus pénibles fonctions de leur ministère.


ET

CURIEUSES.

261

Après TOUS avoir parlé de la Mission de Kourou, il faut vous entretenir du nouvel établissement qui se forme à Oujapoc, où je fis un voyage sur la fin de l'année dernière. En fouillant la terre pour les fondemens de l'Eglise qui y a été bâtie, nous fûmes fort surpris de trouver à quatre ou cinq pieds une petite médaille fort rouillée. J e la fis nettoyer, et j ' y trouvai l'image de saint Pierre ; c'est ce qui me détermina à prendre ce Prince des Apôtres pour protecteur de la nouvelle Eglise. Mais comment cette médaille a-t-elle pu se trouver dans ces contrées ! Car enfin les Indiens n'ont jamais connu de m é d a i l l e , ni de monnaie, et il ne paraît pas qu'aucun Chrétien ait jamais habité cette partie du nouveau monde. J e m'offre à vous l'envoyer, si vous croyez qu'elle mérite l'attention de vos savans antiquaires. Son type paraît être des premiers siècles du Christianisme. L e Père Fauque est le premier Jésuite qui se soit établi à Ouyapoc. Vous connaissez son zèle pour la conversion de nos Sauvages, et le talent qu'il a de s'insinuer dans leur esprit. Mais sa santé qui s'affaiblit chaque j o u r , le met hors d'état de soutenir les fatigues inséparables des Missions Indiennes. Il fixera son séjour au fort d ' O u j a p o c , où se trouvant comme au centre de toutes les Missions que nous espérons é t a b l i r , il en aura la direction , et trouvera dans sa prudente économie de quoi fournir aux besoins des Missionnaires. Il est là comme environné de différentes Nations, et entr'autres


262

LETTRES

ÉDIFIANTES

des Maraones, des Maourios, des TOMKoyanes, des Palikours, des Mayes, des Karanarious, etc. A trois journées du fort, je séjournai au p r e m i e r Carbet que je trouvai, et j ' y eus de fréquens entretiens avec ceux de ces Sauvages q u i savaient le G a l i b i . J'espère que la semence q u e je j e t a i , comme en passant, dans l e u r s coeurs, produira un jour des fruits de bénédiction. De là je continuai ma r o u t e , et après d e u x j o u r s de navigation au m i l i e u des roches dont la rivière est semée, et des fréquens saults qui s'y trouvent, j ' a r r i v a i chez la Nation la plus reculée des Pirious, et où d e meurent les C a p i t a i n e s , dont deux entendent fort bien le G a l i b i . J ' y trouvai le Père d ' A y m a , logé dans une misérable h u t t e , vivant comme ces pauvres S a u v a g e s , et passant la j o u r n é e , partie à la p r i è r e , partie à l'étude de leur langue et à l'instruction des enfans. Deux Sauvages q u i savent les l a n gues de ces N a t i o n s , l u i servaient d ' i n t e r prètes. Il y a deux ans q u ' i l a fixé parmi eux son séjour. Il m'a parlé d'un vaste e m p l a c e m e n t , où toutes ces Nations doivent se réunir ; j e l'ai vu et il est très-bien s i t u é , m a i s il n'est pas du goût de tous les Indiens ; ceux d'enb a s trouvent q u ' i l est trop é l o i g n é , parce q u ' i l est à une demi-journée de la rivière Camopi, et q u e , d ' a i l l e u r s , cette contrée est peu propre à la chasse et à la pêche. C'est pourquoi je convins avec les C a p i t a i n e s , q u ' o n chercherait plus bas un autre empla-


ET

CURIEUSES.

263

cernent qui fût au gré de toutes ces Nations, et que je viendrais moi-même y établir la Mission. Ils me p r o m i r e n t , de leur c ô t é , d'y rassembler tous les Indiens qui leur sont s o u m i s , d'abattre le bois nécessaire pour applanir le t e r r a i n , et d'y faire un plantage de cacao pour leur subsistance. J e l e u r ajoutai que je portais encore mes vues plus l o i n , et que mon dessein était d'établir une

Mission chez les Ouayes et les

Tarrupis,

et une autre chez les Aromayotos ; ils a p prouvèrent ce d e s s e i n , en m'assurant qu'ils enverraient de leurs gens chez ces P e u p l e s , pour les disposer à seconder les bonnes i n tions que j'avais pour eux. Enfin, je leur demandai quelques-uns de leurs Indiens qui sussent la langue G a l i b i , afin de m'apprendre la langue des Pirious, ce qu'ils m'accordèrent avec plaisir. T o u t le loisir que je puis a v o i r , je l'emploie à faire des G r a m maires et des Dictionnaires de toutes les langues Indiennes que j ' a i apprises; j ' a b r é gerai p a r - l à bien du travail à ceux de nos Pères qui viendront partager nos travaux, ou nous remplacer après notre mort. Il se présente une Mission bien plus i m portante à é t a b l i r , et dont le projet est fort goûté de M. le Gouverneur et de M. l ' I n tendant de Cayenne. U n grand nombre d'Ind i e n s , qui désertent les peuplades qu'ont les Portugais vers le fleuve des Amazones, viennent chaque jour chercher un asile sur nos terres, o ù , quoiqu'ils soient C h r é t i e n s , ils se répandent de côté et d'autre, et vivent


264

LETTRES

ÉDIFIANTES

sans aucun exercice de R e l i g i o n . U n e grande Mission P o r t u g a i s e , é t a b l i e à Purukouaré, a été presque abandonnée par les Indiens : c i n q u a n t e de ces S a u v a g e s , q u i étaient sous la conduite des Révérends Pères R é c o l l e t s , sont venus à Kourou. J e les ai trouvés b i e n instruits des vérités de la R e l i g i o n , et il n ' y a rien à craindre pour e u x , tandis q u ' i l s demeureront dans notre p e u p l a d e . M a i s q u e deviendront les autres q u i mènent une vie e r r a n t e ? Ne perdront-ils pas bientôt les sentimens de piété qu'on l e u r a inspirés ? C e u x m ê m e qui sont à Kourou, peuvent-ils y d e m e u r e r long-temps ? car le caractère de ces N a t i o n s , l e u r s m œ u r s , leurs c o u t u m e s , l e u r l a n g a g e , sont entièrement différens des m œ u r s et du langage des G a l i b i s , qui composent notre peuplade. Il y a môme entr'eux j e ne sais q u e l l e a n t i p a t h i e , q u ' e n a u r a i t peine à vaincre. L e dessein est donc d'étab l i r sur la rivière d'Aprouague, une Mission q u i ne sera composée que de ces Indiens f u g i t i f s , tant de ceux q u i se sont déjà réfugiés sur nos t e r r e s , que de ceux q u i viendront dans l a suite. L a situation d ' A p r o u a g u e , q u i se trouve entre C a y e n n e et O u y a p o c , et à-peu-près à égale d i s t a n c e , est très-favorab l e . Il faudra l e u r accorder un vaste terrain, et ne donner retraite à a u c u n d ' e u x , q u ' à condition q u ' i l s iront habiter cette Mission. P a r ce m o y e n - l à ils ne seront point exposés au risque de retomber dans l e u r s premiers d é r é g l e m e n s , ni au danger de p é r i r de m i s è r e , faute de secours. La


ET

CURIEUSES.

265

L a C o l o n i e recevra de grands avantages de cet établissement ; la m e r est souvent difficile à tenir d e p u i s la pointe d'Aprouague j u s q u ' à Ouyapoc. I l s'y fait de c o n t i n u e l s n a u f r a g e s , faute d'endroits où l'on puisse relâcher. Cette Mission sera l'asile où se retireront ceux q u i v o y a g e n t , j u s q u ' à ce q u e le temps devienne favorable pour se r e m e t t r e en mer. D ' a i l l e u r s , on c h e r c h e à ouvrir un c h e m i n pour a l l e r p a r terre à l a C o l o n i e n a i s sante d'Ouyapoc, L e s I n d i e n s d'Aprouague rendront c e c h e m i n p r a t i c a b l e , et auront soin de l ' e n tretenir. E n f i n , i l s seront d'un grand secours, soit pour la n a v i g a t i o n , q u ' i l s entendent m i e u x q u ' a u c u n e a u t r e N a t i o n , soit pour d é fricher l e s t e r r e s , et p o u r construire d e s cases et des canots. On sait q u e q u a n d ces Sauvages sont dispersés et errans dans les forêts, on n'en p e u t tirer a u c u n service ; au l i e u q u e , q u a n d i l s sont r a s s e m b l é s dans un m ê m e l i e u , l ' é m u l a t i o n se m e t p a r m i e u x ; l e g a i n q u ' i l s font et q u i l e u r procure divers a v a n t a g e s , les r e n d actifs et laborieux. L e c h a m p est o u v e r t , mon R é v é r e n d Père ; il ne s'agit p l u s q u e de nous envoyer des ouvriers propres à l e cultiver. Ce nouvel établissement d e m a n d e un h o m m e q u i s'y l i v r e e n t i è r e m e n t , q u i soit d'un zèle infatigable p o u r courir ces m e r s , et a l l e r chercher ces I n d i e n s errans et f u g i t i f s , et q u i ait de l a facil i t é à apprendre les l a n g u e s , sur-tout celles

Tome FIL

M


266

des

LETTRES

ÉDIFIANTES

Arouas et des Mariones.

Ce sont p r i n -

c i p a l e m e n t ces deux Nations q u i , se voyant inquiétées par les P o r t u g a i s , se ressouviennent q u ' e l l e s ont été reçues autrefois dans l ' a l l i a n c e des F r a n ç a i s , et viennent se r é fugier chez leurs anciens a m i s . J e me repose entièrement sur votre z è l e , dont vous nous donnez tant de p r e u v e s , et suis avec bien d u r e s p e c t , etc.

L E T T R E Du Père Fauque, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique, A Ouyapoc, le 2 Juin

1735,

M O N RÉVÉREND PÈRE, La

paix de N. S.

LES lettres que vous nous faites l'honneur de nous écrire chaque a n n é e , respirent tout le zèle dont vous êtes r e m p l i pour la conversion de nos pauvres Sauvages. Nous voudrions pouvoir y répondre par une égale activité dans le t r a v a i l , a u q u e l certainement nous ne nous refusons pas ; m a i s , comme


ET C U R I E U S E S .

267

vous savez, l e c h a m p est vaste et très-inculte. Pour le défricher, il faut du t e m p s , et un p l u s grand nombre d'ouvriers que nous ne sommes. C e p e n d a n t , grâces aux bénédictions du S e i g n e u r , nous recueillons déjà des fruits a b o n d a n s , qui nous assurent que nos espérances sont bien fondées pour la suite. La peuplade de Kourou, que le Père L o m b a r d a f o r m é e , prend c h a q u e jour de nouveaux accroissemens. Il n'y a point d'année qu'on n ' y baptise p l u s i e u r s Catéchumènes ; ces nouveaux venus se forment bientôt sur l e modèle des anciens F i d è l e s . L e s exemples de piété et de ferveur q u ' i l s ont devant les y e u x , fixent l e u r inconstance n a t u r e l l e , et les forcent, en q u e l q u e s o r t e , d ' i m i t e r les vertus dont i l s sont témoins. L e bel ordre qui s'observe dans cette p e u p l a d e , la variété des e x e r c i c e s , le soin qu'on prend de ces N é o p h y t e s , la p a i x , la tranq u i l l i t é et le bonheur dont ils jouissent, tout cela n'a pas été ignoré des Nations les p l u s reculées. S i x ou sept de ces Nations p r e s sent depuis long-temps le Père L o m b a r d d e l e u r envoyer des Missionnaires qui l e u r procurent les mêmes a v a n t a g e s , et c'est ce que ce P è r e , dont vous connaissez l e z è l e , a extrêmement à cœur. Pour m o i , j'attends que l e Père d ' A u z i l h a c vienne m e remplacer à Ouyapoc, et aussitôt je partirai pour ouvrir la Mission des Palikours. C'est la Nation la p l u s n o m breuse de toutes celles qui sont aux environs

M2


268

LETTRES

ÉDIFIANTES

de cette contrée. J e suis déjà connu de ces P e u p l e s , et je sens que j ' e n suis aimé. Si l'on veut gagner l e cœur et l'affection de nos I n d i e n s , i l faut s'armer de beaucoup de p a t i e n c e , pour supporter leurs grossièretés et leurs d é f a u t s , avoir avec eux un air ouvert et des manières a i s é e s , et être sur-tout attentif aux occasions de l e u r rendre service. C'est par ces manières franches et officieuses que le Père Dayma s'est attiré l'amitié des Pirious, et les a rassemblés dans une p e u plade au nombre de plus de deux cens ; cette Mission q u ' i l a établie sous l'invocation de saint P a u l , deviendra en peu de temps trèsflorissante. Dans le voyage que je viens d'y faire avec M . le G r a n d , L i e u t e n a n t d'une Compagnie de la M a r i n e , nous trouvâmes sur notre route la Nation des Caranes. Ces bons S a u vages nous comblèrent d'amitiés et de car e s s e s , et je suis persuadé qu'on n'aura n u l l e peine à les réunir avec les Pirious. Ces deux Nations parlent la même l a n g u e ; elles se ressemblent parfaitement dans leurs moeurs et dans leurs u s a g e s , et les familles de part et d'autre s'unissent volontiers par des alliances. Ce qui me fit p l a i s i r , fut de voir parmi e u x u n e grande quantité d'enfans : cette jeunesse formée de bonne heure à la piété C h r é t i e n n e , se préservera plus aisément des vices o r d i n a i res aux S a u v a g e s , et conservera l'esprit d u Christianisme plus constamment que leurs parens qui se sont convertis dans un âge déjà avancé.


ET

CURIEUSES.

269

E n a p p r o c h a n t de la n o u v e l l e p e u p l a d e , j ' a d m i r a i l ' a r d e u r avec l a q u e l l e une s o i x a n taine d ' I n d i e n s , h o m m e s , femmes et e n f a n s , t r a v a i l l a i e n t à d é f r i c h e r les terres de l ' e m p l a cement où l'on doit b â t i r l ' E g l i s e et le l o g e ment du M i s s i o n n a i r e . P o u r p e u qu'on c o n naisse le c a r a c t è r e indolent des S a u v a g e s , et combien i l s sont é l o i g n é s d e tout travail tant soit peu p é n i b l e , on ne doutera point q u e cette vivacité et cette a r d e u r dont ils sont n a t u r e l l e m e n t i n c a p a b l e s , ne soit l'effet d ' u n e g r â c e s i n g u l i è r e de D i e u , qui l e u r i n s p i r e un c o u r a g e si e x t r a o r d i n a i r e . J e l o u a i l e z è l e q u ' i l s fesaient p a r a î t r e p o u r élever ce saint édifice en l ' h o n n e u r d u vrai Dieu ; je l e u r p r o m i s qu'aussitôt q u e l ' E g l i s e serait achevée j e v i e n d r a i s les r e v o i r , et que j ' a m è n e r a i s avec moi q u e l q u e s F r a n ç a i s pour l e u r servir de p a r r a i n s l o r s q u ' i l s seraient en état de recevoir le s a i n t B a p t ê m e . C'est un h o n n e u r dont nos I n d i e n s sont j a l o u x , p a r c e q u ' i l s trouvent u n petit avantage dans les l i b é r a l i t é s de c e u x q u i les ont tenus sur les fonts baptismaux. E n f i n , nous arrivâme s sur l e soir à la M i s sion de saint P a u l : c'était un jour de r é j o u i s sance p o u r les S a u v a g e s , temps où i l s p r e n nent leurs plus belles parures. L e s hommes vinrent nous recevoir à la descente de nos c a n o t s , et nous c o n d u i s i r e n t avec des d é monstrations de j o i e e x t r a o r d i n a i r e à la case de l e u r M i s s i o n n a i r e . L e s femmes ne l e c é dèrent p o i n t à l e u r s m a r i s , et nous offrirent à l'envi divers r af ra îc hisse mens. M

3


270

LETTRES

ÉDIFIANTES

L e l e n d e m a i n nous visitâmes toutes les cases de ces bonnes g e n s , qui m a n q u a i e n t d'expressions pour nous témoigner leur a m i tié et l e u r reconnaissance. J e ne vous d i s s i m u l e r a i p a s , mon Révérend P è r e , que j e portais secrètement envie au Père Dayma d u b o n h e u r q u ' i l a de travailler à la conversion de ces peuples ; j e ne les quittai qu'à r e g r e t , lorsqu'après avoir demeuré trois jours avec e u x , il fallut nous séparer. L o r s q u e le Père Dayma aura gagné et r é u n i dans le môme lieu le reste des Pirious d i s persés çà et là dans les forets, i l sera chargé d'une P e u p l a d e aussi nombreuse q u ' e l l e l e p e u t être dans ce l i e u - l à , eu égard à ce q u e les terres sont capables de rapporter pour l a subsistance de ses habitans. J e vous ai p a r l é dans d'autres lettres d u g r a n d Capitaine Ananpiaron, que la mort nous enleva il y a peu d'années. J ' a i entretenu p l u s i e u r s fois ses deux fils qui s'appellent

Yaripa et Yapo. L ' u n et l'autre paraissent très-affectionnés à la R e l i g i o n et a u x M i s s i o n naires. Ils m'ont appris que l e C a p i t a i n e des

Ouayes,

qui habite le haut du Camopi, a

dessein de s'approcher de n o u s , et de descendre jusqu'à l'embouchure de cette rivière. S ' i l persiste dans sa r é s o l u t i o n , comme il y a l i e u de l e c r o i r e , nous pourrons placer là u n e Mission qui sera composée de ceux de cette N a t i o n , auxquels se joindront les Ta-

roupis, les Acoquas, Noragues.

les Palanques

et les

Q u o i q u e cette M i s s i o n , placée à l ' e m b o u -


ET

C U R I E U S E S .

271

chure du Camopi, doive être d'un grand s e cours à celle de saint P a u l , dont e l l e retirerai p a r e i l l e m e n t de grands a v a n t a g e s , je ne cesse pas de tourner mes vues du côté des Pâlikours, et j ' i r a i incessamment reconnaître l e u r pays. On m'a déjà fait u n e peinture très-désagréable de sa situation et de la persécution qu'on a à souffrir des maringouins dont toutes ces terres sont couvertes. J e choisirai l ' e n droit le moins incommode p o u r y fixer notre d e m e u r e . M a i s je crois q u ' i l faudra é t a b l i r dans cette contrée d e u x M i s s i o n s , parce q u e

les Palikours,

les Mayets

et les

Carana-

rious qui occupent notre c ô t e , du côté des A m a z o n e s , sont des Nations trop n o m b r e u s e s , pour être rassemblées dans le m ê m e l i e u . De là nous passerons chez les Itoutanes. Ces Indiens sont à tout moment dans l a crainte de tomber entre les m a i n s des P o r t u gais : on les r é d u i r a p l u s aisément que l e s autres S a u v a g e s d ' a l e n t o u r , parce q u ' i l s ont eu moins de c o m m e r c e avec les E u r o p é e n s . En nous avançant ainsi p e u - à - p e u a u l a r g e , nous pourrons embrasser toute l a Guyane F r a n ç a i s e , c'est-à-dire, le continent qui est d e p u i s les Amazones jusqu'à Maroni. Peut-être m ê m e q u e la découverte de toutes ces terres d e v i e n d r a très-avantageuse à la C o l o n i e . L o r s q u e ces Missions seront toutes form é e s , nous espérons en é t a b l i r encore u n e autre à l ' e m b o u c h u r e de cette rivière d'Ouyapoc, en y réunissant les Tokoyènes, les Ma-

M 4


272

L E T T R E S ÉDIFIANTES

raones et les Maourious nos voisins. Vous savez déjà que les Galibis de Sinamari sont dans les p l u s favorables dispositions à l ' é g a r d des Missionnaires. V o i l à , comme vous v o y e z , mon Révérend P è r e , une grande moisson : plus elle est difficile à r e c u e i l l i r , plus elle animera le zèle des ouvriers E v a n g é l i q u e s . Ces S a u v a g e s , tout g r o s s i e r s , tout barbares q u ' i l s s o n t , ont été rachetés du sang de J é s u s - C h r i s t . Que ce motif est puissant pour nous soutenir dans nos peines et dans nos fatigues ! J e ne prétends rien d i s s i m u l e r à ceux q u i se sentent pressés de venir partager nos trav a u x , ils auront affaire à des peuples q u i n'ont rien que de rustique et de rebutant dans leurs p e r s o n n e s , gens sans l o i s , sans d é p e n d a n c e , sans politesse, sans é d u c a t i o n , en qui l'on ne trouve n u l l e teinture de R e l i g i o n , et qui n'ont pas m ê m e l e s premiers p r i n c i p e s des vertus morales ; en un m o t , à de vrais Sauvages qui semblent n'avoir de l ' h o m m e raisonnable q u e la figure : mais en cela m ê m e ne sont-ils pas p l u s dignes de notre compassion et de notre zèle ? On ne dira pas que je donne de nos S a u vages un portrait flatté ; m a i s en même-temps je ne puis m ' e m p ê c h e r d'avouer qu'un M i s sionnaire qui travaille à l e u r c o n v e r s i o n , trouve bien des avantages q u ' i l n'aurait pas chez d'autres Nations Infidèles. Ici il n'a ni idolâtrie à d é t r u i r e , ni idole à renverser ; i l est à l'abri des persécutions a u x q u e l l e s on doit s'attendre ailleurs de la part des p u i s -


ET C U R I E U S E S .

273

sances idolâtres ; ses i n s t r u c t i o n s trouvent des cœurs extrêmement d o c i l e s , et l ' o n n ' a j a m a i s vu aucun S a u v a g e former la m o i n d r e difficulté sur les vérités qui lui sont annoncées. E n f i n , il r e c u e i l l e en paix le fruit d e ses sueurs et de ses travaux ; car bien q u ' i l Soit vrai q u e dans l e nombre de ces N é o p h y tes qu'on a convertis à la F o i , il s'en trouve de tièdes et de l a n g u i s s a n s , il n'est pas m o i n s vrai qu'on en voit un grand nombre qui c o n servent jusqu'à la mort un fond a d m i r a b l e de p i é t é , et q u i , par l e u r assiduité à l a p r i è r e , et dans tous les autres exercices d ' u n e vraie d é v o t i o n , font paraître autant de f e r veur qu'on en r e m a r q u e en E u r o p e p a r m i nos plus fréquens Congréganistes. P a r m i les Nations polies et c i v i l i s é e s , u n M i s s i o n n a i r e a souvent à se p r é c a u t i o n n e r contre les atteintes de la vaine g l o i r e , et contre les retours de l ' a m o u r propre. Il n'a p a s ici à craindre de semblables écueils, où v i e n drait se perdre l e m é r i t e d e tous ses travaux ; il passe sa vie dans l ' o b s c u r i t é , au m i l i e u des b o i s , n'ayant que Dieu pour témoin d e ses e n n u i s , de ses souffrances, de ses sueurs et de ses fatigues. Ah ! q u ' i l est d e u x , mon Révérend P è r e , q u ' i l est consolant pour u n ouvrier de l ' E v a n g i l e , dont les vues sont bien é p u r é e s , de n'avoir que Dieu au m i l i e u d e ces régions ba ba es auquel il puisse avoir lec o u r s , d e s entretenir familièrement v e c l u i , de l a i découvrir ses peines, de n'attendre de secour par de lui seul, et d'être comerce en droit de lui dire : vous seul, être on lieu, M 5


274

LETTRES

ÉDIFIANTES

vous êtes mon u n i q u e r e f u g e , mon s o u t i e n , mon e s p o i r , ma c o n s o l a t i o n , m a j o i e , en u n

m o t , mon Dieu et mon tout ! Deus meus et omnia. Je m e r e c o m m a n d e à vos saints s a c r i f i c e s , et s u i s avec r e s p e c t , etc.

L E T T R E

Du

Père Fauque, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville, de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. À O u y a p o c , ce 2 0 Septembre 1756.

MON RÉVÉREND PÈRE, La

paix de N. S.

JE vous ai a n n o n c é d a n s p l u s i e u r s de m e s l e t t r e s le voYage q u e j e p r o j e t a i s de f a i r e c h e z les Palikours ; m a i s des e m b a r r a s i m p r é v u s , et de fréquens accès d u n e fièvre b i z a r r e et o p i n i â t r e , m e l'ont fait différer j u s q u ' a u m o i s de S e p t e m b r e de l ' a n n é e 1735 Ce fut d o n c l e 5 de ce m o i s q u e je m ' e m b a r q u a i d a n s un petit couillara ; c'est u n t r o n c d ' a r b r e creusé dont u n e e x t r é m i t é se t e r m i n e en p o i n t e . J e d e s c e n d i s la r i v i è r e d ' O u y a p o c , dans cette espèce de c a n o t , q u i ne p e u t p o r t e r q u e c i n q à six p e r s o n n e s , et


ET

CURIEUSES.

275

je profitai ensuite de la marée p o u r entrer dans la rivière de Coucipi, que nous remontâmes jusqu'à ce que la mer fût à flot. Nous m o u i l l â m e s a l o r s , et comme les bords d e cette rivière sont i m p r a t i c a b l e s vers son e m b o u c h u r e , il me fallut prendre l e repos d e la nuit dans mon canot. Aussitôt que la mer commença à m o n t e r , nous nous m i m e s en r o u l e , et vers les sept heures du m a t i n , nous laissâmes à notre droite la rivière de Couripi, pour entrer dans celle d'Ouassa. Vers l e midi, je trouvai l ' e m b o u c h u r e d u Roucaoua, que nous laissâmes aussi à la d r o i t e , me réservant d'y entrer à mon retour ; et comme la marée n e se fesait presque p l u s s e n t i r , nous ne fûmes p l u s obligés de m o u i l l e r ; m a i s la n u i t nous ayant surpris avant q u e nous pussions g a g n e r a u c u n e h a b i t a t i o n , il fallut la passer encore dans notre petit c a n o t , avec des i n c o m m o dités que vous pouvez assez i m a g i n e r . Entre trois et quatre heures du m a t i n , nous aperçûmes du feu sur l'un des bords de l a rivière. C'étaient q u e l q u e s Indiens qui c a m paient là, et qui revenaient de chez l e u r s p a r e n s , é t a b l i s près d'une grande c r i q u e ( I ) , qu'on nomme Tapamourou, dont je p a r l e rai plus bas. Après un court entretien q u e j ' e u s avec e u x , je continuai ma r o u t e , et j e fus fort surpris de ne point trouver ce j o u r là d'habitations de Sauvages. J e savais n é a n (1) C'est ainsi que dans le Pays on appelle les petites rivières.

M

6


276

LETTRES

ÉDIFIANTES

m o i n s q u ' i l y en avait p l u s i e u r s r é p a n d u e s d e côté et d'autre ; m a i s outre q u e ceux q u i m ' a c c o m p a g n a i e n t , ignoraient le chemin q u i y c o n d u i t , il m ' a u r a i t été i m p o s s i b l e d ' y p é n é t r e r , p a r c e que l e s m a r a i s q u ' i l faut traverser étaient presqu'à sec. Comme la nuit approchait, je craignais fort d'être encore obligé de l a passer d a n s m o n c a n o t , m a i s h e u r e u s e m e n t nous a p e r ç û m e s d e u x I n d i e n s qui étaient à la p ê c h e . Nous c o u r û m e s sur eux a force de r a m e s ; et e u x qui nous p r e n a i e n t p o u r des c o u r e u r s d e b o i s , f u y a i e n t devant n o u s de toutes l e u r s f o r c e s , et nous e û m e s bien de la p e i n e à l e s a t t e i n d r e . Nous les j o i g n î m e s e n f i n , et i l s furent a g r é a b l e m e n t s u r p r i s de trouver d a n s m o i toute la tendresse d'un p è r e . L e u r rencontre ne m e fit pas m o i n s de p l a i s i r , s u r tout l o r s q u ' i l s m e dirent q u e l e u r d e m e u r e n ' é t a i t pas fort é l o i g n é e . Ils m ' y c o n d u i s i r e n t , et le l e n d e m a i n , fête de l ' I m m a c u l é e C o n c e p t i o n de l a très-sainte V i e r g e , j ' e u s l e b o n h e u r d'y offrir l e s a i n t sacrifice de l a Messe. Dès q u e l ' a u b e d u j o u r c o m m e n ç a à p a r a î t r e , je dressai m o n a u t e l , et j e l e p l a ç a i h o r s de l a c a s e , afin q u e de tous l e s c ô t é s , on put aisément m e voir c é l é b r e r l e s saints M y s t è r e s . C'était u n e nouveauté pour ces p e u p l e s , sur-tout pour l e s femmes et les e n f a n s , q u i n'étaient j a m a i s sortis de l e u r P a y s . Aussi se p l a c è r e n t - i l s de t e l l e s o r t e , q u ' i l ne l e u r é c h a p p a pas l a m o i n d r e c é r é m o u i e , et i l s assistèrent à cette s a i n t e a c t i o n


ET C U R I E U S E S .

277

avec une modestie et une attention qui m e charmèrent. Vous jugez b i e n , mon Révérend P è r e , q u e la conversion de nos Indiens fut le p r i n c i p a l objet de mon attention dans le temps d u Sacrifice ; me trouvant au milieu de ce peuplein fidèle, devais-je a p p l i q u e r à d ' a n t r e s l e fruit et le mérite de l'Hostie sainte que j'offrais à Dieu ? J e conjurais donc le Père des l u m i è r e s d'envoyer au plutôt à ces Nations infortunées les secours dont e l l e s sont p r i vées depuis tant de siècles et qui ne sont dans l ' é g a r e m e n t , q u e parce q u ' e l l e s n'ont personne q u i l e u r enseigne la voie du salut. J e fis la m ê m e application de toutes les a u tres Messes que je dis pendant mon v o y a g e , et ma consolation est d'apprendre q u ' u n nombre de dignes ouvriers se préparent à venir cultiver cette abondante portion de l a vigne du S e i g n e u r . J e me rendis de là chez mon Banarè. C'est le nom qui se d o n n e , parmi les I n d i e n s , à ceux avec lesquels on contracte des l i a i sons d ' a m i t i é , q u i s'entretiennent par de petits présens qu'on se fait m u t u e l l e m e n t . I l n'omit rien pour m e retenir le reste du jour ; m a i s je ne pus l u i donner cette s a t i s f a c t i o n , p a r c e que j ' a v a i s dessein de me rendre chez le C a p i t a i n e de toute la N a t i o n , a u q u e l M. des R o s e s , Chevalier de saint L o u i s , et Commandant pour le R o i dans ce p o s t e , a d o n n é , depuis environ deux a n s , un brevet avec la canne de Commandement. Cette canne est un jonc orné d'une p o m m e d ' a r -


278

LETTRES

ÉDIFIANTES

g e n t , a u x Armes de F r a n c e , qui se d o n n e , de la part du R o i , a u x C a p i t a i n e s des S a u v a g e s . Youcara ( c'est le nom de ce C a p i t a i n e ) est, je c r o i s , l e plus âgé de tons l e s Palikours. C o m m e j e l ' a v a i s vu p l u s i e u r s fois à Ouyapoc, et que je l u i avais souvent p r o m i s de l ' a l l e r voir chez l u i , il m e p a r u t c h a r m é q u e je l u i eusse tenu enfin p a r o l e , et il n ' o u b l i a rien pour me d é d o m m a g e r d e toutes les fatigues q u e j ' a v a i s e u à e s s u y e r les j o u r s p r é c é d e n s . Il m e parut fort e m pressé à donner s u r cela ses ordres à ses Poitos, c ' e s t - à - d i r e , à c e u x de sa d é p e n d a n c e , et sur-tout a u x f e m m e s , a u x q u e l l e s appartient l e soin d u m é n a g e . A p r è s Les p r e m i e r s c o m p l i m e n s d e p a r t et d ' a u t r e , j ' e n t r a i d'abord en m a t i è r e s é r i e u s e , et je l u i d i s q u e nous songions e f f i c a c e m e n t à nous é t a b l i r parmi e u x , p o u r l e u r p r o c u r e r l e b o n h e u r d'être C h r é t i e n s . J e l u i exposai s u c c i n c t e m e n t les m o t i f s , soit s u r n a t u r e l s , soit h u m a i n s , q u i me p a r u r e n t les p l u s propres à faire impression s u r son esprit. J e n ' o u b l i a i pas la protection q u ' i l s a u r a i e n t contre l e s vexations de veux q u i vont en t r a i t e , c a r j e savais les sujets de m é contentement q u ' i l avait sur cet a r t i c l e , et x[ui l u i tenaient à c œ u r . C o m m e i l n ' e n tend pas trop bien l a l a n g u e Galibi, d a n s l a q u e l l e je l u i p a r l a i s , il me r é p o n d i t q u ' i l ferait venir un Interprète pour m ' e x p l i q u e r ses véritables s e n t i m e n s . L ' I n t e r p r è t e a r r i v a l e l e n d e m a i n m a t i n , et après u n e courte r é p é t i t i o n q u e j e fis de ce q u e j e l u i avais


ET

CURIEUSES.

279

dit la v e i l l e , il m e répondit q u e sa Nation serait c h a r m é e d'avoir des M i s s i o n n a i r e s , et q u ' i l s ne v i e n d r a i e n t j a m a i s aussitôt q u ' e l l e le souhaitait. Nous d é l i b é r â m e s alors sur l'endroit q u e nous choisirions p o u r y fixer la Mission ; m a i s comme j e n ' a v a i s pas encore p a r c o u r u l e s rivières de Roucaoua, et de Tapamour a u , je ne pouvais guères j u g e r quel terrain m é r i t a i t la préférence. Maintenant q u e j e les ai p a r c o u r u e s , je crois qu'où ne p e u t m i e u x faire q u e de s'établir chez Youcara, j u s q u ' à ce qu'on trouve un endroit p l u s conv e n a b l e . S a d e m e u r e est presque tout-à-fait à la source de l ' O u a s s a , d'où l'on peut en un j o u r entrer dans l e Cachipour, par la c o m m u n i c a t i o n d'une petite Crique. J e crois m ê m e q u ' i l y aura l à b e a u c o u p moins de Maques : c'est un insecte assez s e m b l a b l e aux c o u s i n s , m a i s b e a u c o u p plus g r o s , et dont l ' e x t r é m i t é d e s p i e d s est b l a n c h e . C e l a s e u l m é r i t e , je vous a s s u r e , q u e l q u ' a t t e n t i o n ; car vous ne s a u r i e z vous i m a g i n e r c o m b i e n cette espèce d'insecte est i n c o m m o d e en certaines saisons de l ' a n n é e , i l y en a q u e l q u e f o i s u n e si grande q u a n t i t é , que pour p r e n d r e son r e p a s , il faut se r e t i r e r dans q u e l q u e coin, u n peu à l ' é c a r t , souvent m ê m e on est o b l i g é de m a n g e r en se promenant ; c'est ce q u i r e n d ce P a y s i m p r a t i c a b l e a u x E u r o p é e n s . Q u e l q u e s I n d i e n s , pour se g a r a n t i r de ces i m p o r t u n s i n s e c t e s , se font des c a s e s , a u m i l i e u de l'eau dans des m a r a i s fort é l o i g n é s de l a t e r r e , où ces petits a n i m a u x ne t r o u -


280

LETTRES

ÉDIFIANTES

vant ni a r b r e s , ni h e r b e s a u x e n v i r o n s p o u r se r e p o s e r , ne p é n è t r e n t g u è r e s , du m o i n s en si g r a n d n o m b r e . L a p l u p a r t d o r m e n t d a n s ce q u ' i l s a p p e l l e n t l a T o c a y e ; c'est u n e case écartée d a n s l e s b o i s , qui r e s s e m b l e à une g l a c i è r e ; i l s n e s'y r e n d e n t q u e vers les h u i t h e u r e s du s o i r , et sans b r u i t , d e c r a i n t e q u e ces insectes ne l e s suivent ; c a r l e u r instinct les porte à a l l e r où il y a d u f e u , et où i l s entendent du b r u i t J e n ' a i j a m a i s osé y c o u c b e r , de p e u r d'y être étouffé : vous j u g e z a i s é m e n t q u e l l e doit être la c h a l e u r d ' u n e c h a m b r e fermée h e r m é t i q u e m e n t , où r e s p i r e n t , p e n d a n t toute une n u i t , trente ou q u a r a n t e I n d i e n s . J e passai l e J e u d i et l e V e n d r e d i c h e z Youvara. C'est u n e c u r i o s i t é n a t u r e l l e à nos I n d i e n s de visiter l e s h a r d e s des E t r a n g e r s , sans c e p e n d a n t j a m a i s y r i e n p r e n d r e . Notre C a p i t a i n e a y a n t visité l e p a n i e r où je portais m o n petit m e u b l e , m e d e m a n d a ce q u e contenait une phiole qui était remplie d'eau bénite : j e l u i r é p o n d i s q u e c ' é t a i t u n e e a u dont les C h r é t i e n s se s e r v a i e n t p o u r c h a s ser l e d é m o n , pour g u é r i r l e s m a l a d e s , e t c . Il m e p r i a d'en mettre s u r q u e l q u e s enfans qui languissaient depuis long-temps dans son C a r b e t : je les fis a p p r o c h e r , et je l e u r fis le s i g n e de la crois, s u r le front avec cette e a u . Dieu en fut glouifié, c a r j ' a p p r i s , p e u de jours après, q u ' i l s j o u i s s a i e n t d ' u n e santé pariaite. J e trouvai dans ce C a p i t a i n e d e s d i s p o s i tions très-favorables au C h r i s t i a n i s m e , que


ET

CURIEUSES.

281

je l e pressais d'embrasser : en nous q u i t t a n t , nous convînmes q u e , dans trois j o u r s , i l viendrait me joindre à l'embouchure d u T a p a m o u r o u , où j ' a l l a i s , et m e confier d e u x jeunes I n d i e n s q u e j ' a v a i s choisis chez l u i , p o u r les c o n d u i r e à Kouro, et les mettre en apprentissage de C h i r u r g i e . I l ne m a n q u a pas au rendez-vous ; m a i s , c o m m e je ne p u s pas m ' y r e n d r e aussi exactement q u e l u i , i l p l a n t a une croix sur l ' u n des bords de l a Crique, p o u r me donner une preuve de son arrivée ; après q u o i , i l revira de b o r d . H e u reusement l e s I n d i e n s de m a suite a y a n t sonné du c o r , i l j u g e a q u e je n ' é t a i s p a s l o i n , et il s'arrêta p o u r m'attendre. J e vous a v o u e , mon R é v é r e n d P è r e , q u e je fus e x t r ê m e m e n t surpris l o r s q u e je vis l e signe d e notre r é d e m p t i o n , arboré sur l e s bords d e cette petite r i v i è r e , où je n'avais rien a p e r ç u trois jours a u p a r a v a n t , et j ' a v a i s p e i n e à m e p e r s u a d e r q u e ce fût là l'ouvrage d'un S a u vage. Il me dit q u ' i l l'avait vu p r a t i q u e r ainsi autrefois à q u e l q u e s F r a n ç a i s , dans les voyages q u ' i l avait faits avec e u x . J e l e l o u a i fort d'avoir retenu et i m i t é ce trait de l e u r p i é t é . P o u r r e v e n i r au Tapamourou, je ne p u s g a g n e r les cases des I n d i e n s q u e b i e n avant dans la n u i t d u S a m e d i au D i m a n c h e , b i e n qu'on m'eût fait espérer q u e j ' y a r r i v e r a i s en p l e i n j o u r . L a p r i n c i p a l e cause de ce r e t a r d e m e n t fut q u e nous trouvâmes le lit d e cette petite r i v i è r e tout couvert d ' h e r b e s , et d'une espèce de r o s e a u x , sur l e s q u e l s i l fallut se pousser à force de Tacarè ; c'est


282

LETTRES

ÉDIFIANTES

u n e p e r c h e f o u r c h u e , dont on se sert e n g u i s e de h a r p o n . Cette m a n i è r e de n a v i g u e r est très - f a t i g a n t e , et d e m a n d e b e a u c o u p d e t e m p s . On est sujet à cet i n c o n v é n i e n t d a n s les r i v i è r e s p e u f r é q u e n t é e s , p a r c e q u e les h a l l i e r s des d e u x b o r d s venant à se j o i n d r e , font u n e espèce de b a r r i è r e q u i a r r ê t e tout ce q u e l ' e a u e n t r a î n e . C e l a est q u e l q u e f o i s si c o n s i d é r a b l e , q u ' o n fait des l i e u e s e n t i è r e s où. i l s e m b l e qu'on soit s u r u n e p r a i r i e f l o t t a n t e , t a n d i s q u ' o n a a u - dessous de soi trois ou q u a t r e brasses d ' e a u . M o n i n q u i é t u d e était de nous voir o b l i g é s à passer e n core l a n u i t d a n s notre c a n o t , où nous n ' a u rions pas été fort en sûreté contre l e s c r o c o d i l e s dont n o u s étions e n v i r o n n é s . T o u t e s ces r i v i è r e s en f o i s o n n e n t , et c'est ce q u i contribue principalement à former l ' e m b a r r a s dont je v i e n s de p a r l e r ; c a r ces a n i m a u x , e x t r ê m e m e n t v o r a c e s , en p o u r s u i v a n t les petits poissons dont i l s se n o u r r i s s e n t , a r r a c h e n t b e a u c o u p de j o n c s q u i s u i v e n t e n s u i t e l e c o u r a n t , et q u i , v e n a n t a. s ' a c c r o c h e r les u n s l e s a u t r e s , c o u v r e n t toute l a surface de l ' e a u . Dans l ' e m b a r r a s où je m e t r o u v a i , je fis s o n n e r de temps en temps d u c o r , afin d ' a v e r t i r les S a u v a g e s de v e n i r au - d e v a n t d e n o u s ; m a i s i l s ne portent pas j u s q u e s - l à l e u r politesse : tout ce q u ' i l s f i r e n t , fut d e nous a p p o r t e r d u feu à l a descente de notre canot. J e b é n i s D i e u de bon coeur d e m e v o i r enfin à t e r r e ; je n ' é t a i s p a s p o u r t a n t a u bout d e m e s p e i n e s . A p r è s avoir m a r c h é e n v i r o n cent


ET

CURIEUSES.

283

pas, nous trouvâmes un grand m a r a i s , q u ' i l fallut traverser pour se r e n d r e au C a r b e t . L e s I n d i e n s mettent d ' o r d i n a i r e sur ces e s p è ces d ' é t a n g s , des troncs d'arbres q u i se joignent b o u t - à - b o u t , et qui forment u n e espèce de pont, sur l e q u e l ils courent c o m m e des singes. J e v o u l u s les i m i t e r , à la faveur d'un tison de feu qu'on fesait flamber d e vant moi pour m ' é c l a i r e r ; m a i s soit q u e m a chaussure fût m o i n s flexible q u e les p i e d s de mon g u i d e , soit q u e je n'eusse pas autant de dextérité que l u i , je tombai au second p a s q u e je f i s , et j ' a i p e i n e à c o m p r e n d r e c o m ment je ne m e brisai pas les côtes ; l e c o u p q u e j e m e donnai sur l e côté g a u c h e fut si v i o l e n t , que j ' e n ressentis u n e vive d o u l e u r p e n d a n t p l u s i e u r s m o i s . J e p r i s alors l e p a r t i de m a r c h e r dans l e m a r a i s m ê m e , au r i s q u e d'être m o r d u des s e r p e n s , et j ' a r r i v a i enfin au g î t e , sans a u t r e i n c o n v é n i e n t q u e c e l u i d'être b i e n m o u i l l é . J e trouvai l à une g r a n d e et vaste case : c o m m e elle était environnée de m a r a i s et de terres n o y é e s , et que l e temps des maques n'était pas encore p a s s é , tous l e s h a b i t a n s du l i e u , et ceux même de ma s u i t e , m ' a b a n donnèrent p o u r a l l e r c o u c h e r d a n s la tocaye. J e vous a v o u e , mon R é v é r e n d P è r e , q u e , p e n d a n t cette n u i t où j e me voyais tout s e u l , j ' e u s b i e n des pensées e f f r a y a n t e s , m a l g r é tous les motifs de confiance en D i e u , q u e je ne cessais de m e r a p p e l e r à l'esprit. S i q u e l q u e S a u v a g e , me d i s a i s - j e , p o u r e n l e v e r l e peu que tu a s , venait m a i n t e n a n t l'égorger :


284

LETTRES

ÉDIFIANTES

si q u e l q u e tigre ou q u e l q u e crocodile se jetait sur toi pour te dévorer ; car q u e l l e s h o r r e u r s n'inspirent pas les ténèbres d'une n u i t obscure, sur-tout dans un p a y s b a r b a r e ? L e lever de l ' a u r o r e vint enfin c a l m e r m e s i n q u i é t u d e s , et après avoir c é l é b r é le saint sacrifice de la M e s s e , j ' a l l a i visiter q u e l q u e s habitations du voisinage. J ' e n t r a i dans u n e case h a u t e , q u e nous appelons Soura en l a n g a g e Galibi ; m ' e n tretenant avec ceux q u i l ' h a b i t a i e n t , je fus t o u t - à - c o u p saisi d'une o d e u r cadavéreuse ; et c o m m e j ' e n témoignai ma s u r p r i s e , on m e dit qu'on venait de déterrer les ossem e n s d'un m o r t , qu'on devait transporter dans u n e autre c o n t r é e , et l'on m e m o n t r a en m ê m e - temps une espèce d'urne q u i renfermait ce dépôt. J e m e ressouvins alors q u e j'avais vu i c i , il y a trois ou quatre ans , d e u x Palihours, l e s q u e l s étaient venus c h e r c h e r les os d'un de l e u r s parens qui y était mort. C o m m e je ne pensais pas alors à les questionner sur cette p r a t i q u e , je le fis en cette o c c a s i o n , et ces S a u v a g e s me r é p o n d i r e n t que l ' u s a g e de l e u r Nation était d e transporter les ossemens des morts dans l e l i e u de l e u r n a i s s a n c e , q u ' i l s regardent c o m m e l e u r u n i q u e et v é r i t a b l e p a t r i e . Cet usage est parfaitement conforme à la c o n duite que tint J o s e p h à l ' é g a r d de son p è r e J a c o b ; et je dois vous d i r e en p a s s a n t , q u e nous r e m a r q u o n s p a r m i ces P e u p l e s tant de coutumes d u p e u p l e J u i f , qu'on ne p e u t s'empêcher de croire q u ' i l s en descendent.


ET

C U R I E U S E S .

285

E n continuant mes excursions dans mon canot, je trouvai deux cases de Caranarious. Ce sont des Indiens qui poussent encore plus loin que les autres S a u v a g e s , le dénuement de toutes choses. Ils n'ont pas même de p l a n tage ; les graines des plantes et des a r b r e s , ou le p o i s s o n , font l e u r nourriture ordinaire. L a c a s s a v e , qui est un gâteau fait de la racine de manioc , et la boisson o r d i n a i r e des S a u v a g e s , qui se fait de la m ê m e r a c i n e , sont pour eux l e plus grand r é g a l . Q u a n d i l s veulent se l e p r o c u r e r , ils font une pêche a b o n d a n t e , et ils portent leurs poissons chez les Palikours, qui l e u r donnent du manioc en échange. L e s Palikours ont pris sur eux un tel a s c e n d a n t , q u ' i l s en font en q u e l q u e sorte leurs esclaves ; c ' e s t - à - d i r e , q u ' i l s s'en servent pour faire l e u r s a b a t i s , leurs c a n o t s , l e u r p ê c h e , etc. ; souvent m ê m e ils l e u r enlèvent de force le peu de traite q u ' i l s font chez les F r a n ç a i s , lorsqu'ils travaillent pour eux. Ce que cette Nation a de s i n g u l i e r , c'est que presque tous c e u x qui la composent, hommes et f e m m e s , sont couverts d'une espèce de l è p r e , c ' e s t - à - d i r e , que l e u r é p i derme n'est q u ' u n e dartre f a r i n e u s e , qui se lève comme p a r é c a i l l e s . J e vous avoue qu'on ne peut guère rien voir de p l u s affreux ni de p l u s dégoûtant. On t r o u v e , p a r m i les Palikours, u n e autre Nation de cette e s p è c e , qu'on nomme Mayets ; nous serons a p p a remment obligés de bâtir pour eux une Eglise p a r t i c u l i è r e ; parce q u e l e u r l è p r e ,


286

LETTRES

ÉDIFIANTES

q u i flue de temps en t e m p s , r é p a n d une o d e u r si d é s a g r é a b l e , q u e les a u t r e s I n d i e n s ne p o u r r a i e n t pas s'y a c c o u t u m e r . C e sont pourt a n t des ames rachetées p a r l e p r é c i e u x sang de J é s u s - C h r i s t , q u i a n i m e n t des corps si h i d e u x , et q u i , p a r - l à , m é r i t e n t tous nos soins. P r i o n s l e S e i g n e u r q u ' i l r e m p l i s s e d e son esprit c e u x q u i seront e m p l o y é s à l e u r conversion. J e sortis l e L u n d i du Tapamourou, et j e c o u c h a i dans un petit bosquet s u r l ' u n des b o r d s de l ' O u a s s a ; il m e f a l l u t y c o u c h e r e n core l e l e n d e m a i n , parce q u e , m ' é t a n t avancé j u s q u ' a u m i l i e u d'une c r i q u e qui c o n d u i s a i t à d'autres h a b i t a t i o n s , l ' e a u q u i y m a n q u a i t , m ' o b l i g e a de r e t o u r n e r s u r m e s p a s . L e M e r c r e d i j ' a r r i v a i chez u n I n d i e n n o m m é Coumarouma, q u i m ' a v a i t invité à l ' a l l e r v o i r , et q u i m ' a v a i t m ê m e offert son e m p l a cement pour y établir une Mission ; mais i l n'est p a s , à b e a u c o u p p r è s , si c o n v e n a b l e q u e l e h a u t de l'Ouassa dont j ' a i p a r l é . C o m m e cet I n d i e n était venu à Kourou, et avait été t é m o i n de l a c h a r i t é des M i s s i o n n a i r e s p o u r l e u r s N é o p h y t e s , nous nous e n t r e t î n m e s l o n g - t e m p s des m e s u r e s qu'on p o u r r a i t p r e n d r e p o u r faire chez e u x un é t a b l i s s e m e n t . J e l u i d i s , entr'autres c h o s e s , q u e l e s Pyayes, q u i sont u n e espèce d ' E n c h a n t e u r s et d e M a g i c i e n s , étaient e n t i è r e m e n t b a n n i s de la M i s s i o n du P è r e L o m b a r d , et q u e je n ' e n connaissais q u ' u n seul q u i eût l a r é p u t a t i o n de l ' ê t r e . J e l e l u i n o m m a i : i l le c o n n a i s sait ; et s a c h a n t q u ' i l était b o r g n e : « Q u o i !


ET

C U R I E U S E S .

287

» me dit-il en r i a n t , un tel est Pyaye ? Et » comment p e u t - i l voir le D i a b l e , n ' a y a n t » qu'un œil » ? Cette plaisanterie de sa part me fit d'autant plus de p l a i s i r , q u ' e l l e me confirma ce que je savais d é j à , que les Palikours ne peuvent souffrir ces sortes de J o n g l e u r s : aussi les ont-ils tous l'ait périr ; et il n'y a pas l o n g - t e m p s q u ' u n e troupe de femmes en tuèrent un qui était de la Nation des Caranarious, parce q u ' e l l e s l e soupçonnèrent de vouloir exercer sur elles son art m a g i q u e . L e J e u d i j ' a l l a i coucher à l ' e m b o u c h u r e du Roucaoua, dans l'espérance de gagner le lendemain de bonne h e u r e q u e l q u e s h a b i tations de Sauvages : mon attente fut t r o m p é e , et il fallut coucher dehors cette n u i t - l à ; c e p e n d a n t , ne pouvant me résoudre à d o r m i r dans le c a n o t , nous mîmes pied à t e r r e , et nous s u s p e n d î m e s , comme nous p û m e s , nos hamacs ( I ) p a r m i les joncs et les b r o u s sailles ; et le l e n d e m a i n S a m e d i , après avoir navigué toute la matinée avec beaucoup de peine et de f a t i g u e s , nous découvrîmes enfin des abatis de b o i s , e t , peu de temps a p r è s , des cases de S a u v a g e s . J ' e n connaissais p l u sieurs que j'avais vus au fort, et i l s me r e c u rent fort bien. J e dis l a Messe l e l e n d e m a i n , et ce fut un grand sujet de satisfaction, surtout pour les f e m m e s , les jeunes gens et tous ceux q u i n'avaient j a m a i s vu célébrer nos saints Mystères. J e l e u r en fis une e x p l i c a -

(I) Lit portatif fait d'un tissu de coton large de sept à huit pieds.


288

LETTRES

ÉDIFIANTES

tion s u c c i n c t e , avec u n petit discours s u r la nécessité d'embrasser l a F o i pour entrer dans La voie d u salut. J ' e m p l o y a i l e reste de l a journée et l e L u n d i suivant à p a r c o u r i r l e s carbets é p a r s de côté et d ' a u t r e . J ' y rencontrai u n déserteur d'une des Missions P o r t u g a i s e s , q u i sont sur l e s b o r d s d u fleuve des A m a z o n e s ; i l était v e n u s ' é t a b l i r l à avec toute sa f a m i l l e . C e b o n h o m m e me lit u n e politesse à l a q u e l l e j e n'avais pas l i e u de m ' a t t e n d r e , et qui m e fit c o n n a î t r e l e soin qu'ont l e s P o r t u g a i s de c i v i l i s e r les S a u v a g e s q u ' i l s r a s s e m b l e n t . Du p l u s l o i n q u ' i l m ' a p e r ç u t , i l vint a u - d e v a n t d e m o i , tenant à l a m a i n u n e petite b a g u e t t e dont i l se servait pour secouer l a rosée des h e r b e s q u i b o r d a i e n t l e sentier p a r où j e p a s s a i s , ne voulant p a s , m e d i t - i l e n s u i t e , q u e p u i s q u e je p r e n a i s l a p e i n e d e l e v i s i t e r , m e s habits en fussent e n d o m m a g é s . L e M a r d i , j e r e t o u r n a i sur m e s p a s , et j ' a l l a i chez des S a u v a g e s q u e je n'avais p u v o i r en entrant dans la r i v i è r e de Roucaoua. Depuis q u e je suis dans ce p a y s , et q u e j e fréquente les S a u v a g e s , je n'en ai point v u de si s a l e s , ni de si m a l p r o p r e m e n t logés ; aussi l e l e n d e m a i n , dès q u e j ' e u s dit la M e s s e , nous d é b a r q u â m e s pour n o u s rendre à l ' e m b o u c h u r e d u Couripi. Q u o i q u ' i l n'y a i t point d ' I n d i e n s é t a b l i s sur cette r i v i è r e , j ' a u r a i s b i e n v o u l u avoir l e temps de la r e m o n t e r , pour e x a m i n e r l e t e r r a i n , ayant ouï d i r e q u ' i l y avait vers sa s o u r c e u n e vaste m o n tagne n o m m é e Oucaillari, où u n e M i s s i o n serait


ET

CURIEUSES.

289

Serait très-bien placée. Mais les fêtes de Noël me rappelaient à Ouyapoc. Les Palikours ont des coutumes assex sing u l i è r e s , mais dont nous ne pouvons être i n s t r u i t s , que q u a n d nous demeurerons avec eux. Il y en a deux principalement qui me frappèrent : la première est que les enfans mâles vont tout nuds jusqu'à l'âge de puberté : alors on l e u r donne la camisa : c'est une aune et demie de t o i l e , qu'ils se p a s sent entre les cuisses, et qu'ils laissent pendre devant et d e r r i è r e , par le moyen d'une corde qu'ils ont à la ceinture. Avant que de recevoir la camisa, ils doivent passer par des épreuves un peu dures : on les fait jeûner plusieurs j o u r s , on les retient dans leur haanac, comme s'ils étaient m a l a d e s , et on les fouette fréquemment ; c e l a , d i s e n t - i l s , sert à leur inspirer de la bravoure. Ces cérémonies a c h e v é e s , ils deviennent hommes faits. L'autre coutume qui me surprit bien dav a n t a g e , c'est que les personnes du sexe y sont entièrement découvertes : elles ne portent que jusqu'au temps de leur mariage une espèce de tablier d'environ un pied en c a r r é , fait d'un tissu de petits grains de verre, qu'on nomme rassade. J e ne sache point que dans tout ce Continent il y ait aucune autre Nation où règne une pareille indécence. J'espère qu'on aura peu de peine à leur faire quitter un usage si contraire à la raison et à la pudeur naturelle. Nous donnerons d'abord des j u pes à toutes les f e m m e s , et il y a lieu de croire qu'elles s'y accoutumeront, car j ' e n Tome

VII.

N


290

L E T T R E S ÉDIFIANTES

ai déjà vu quelques-unes en porter ; elles seront b i e n p l u s honnêtement couvertes qu'avec l e u r tablier. Nous avons a u x e n v i rons de ce fort une petite Nation qui se n o m m e Tocoyenes, où les femmes sont beaucoup plus modestes. P e u - à - p e u nous amènerons nos Chrétiens à s ' h a b i l l e r totalement. Outre la p l u s grande d é c e n c e , nous l e u r procurerons un autre a v a n t a g e , c'est q u ' e n l e u r fesant naître des b e s o i n s , ils en deviendront plus l a b o r i e u x , et seront par-là m o i n s exposés aux tristes suites de l'oisiveté, l ' a i l'honneur d'être avec bien du respect, etc.

L E T T R E

Du Père Fauque, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père de la Neuville de la même Compagnie, Procureur des Missions de l'Amérique. A O u y a p o c , ce 20 Avril 1738,

MON

R É V É R E N D

PÈRE,

La paix de N. S. LES lettres q u i me sont venues d'Europe en différens t e m p s , et de diverses personnes, m e donnent l i e u de croire qu'on n'y a pas une idée assez juste de cette M i s s i o n , n i


ET C U R I E U S E S .

291

du genre de travaux que demande la conversion de nos Sauvages. Quelques-uns s'imaginent que nous parcourons les villes e l l e s bourgades, à-peu-près comme il se pratique en E u r o p e , où de zélés M i s s i o n n a i r e s , par de ferventes p r é d i c a t i o n s , s'efforcent de r é veiller les pécheurs qui s'endorment dans le v i c e , et d'affermir les justes dans les voies d e la piété. D ' a u t r e s , qui sont plus au fait d e la situation de cette partie du m o n d e , croient qu'un Missionnaire, sans se fixer dans aucun endroit, court sans cesse dans les bois après les Infidèles, pour les instruire et leur donner le Baptême. Cette i d é e , comme vous le s a v e z , mon Révérend P è r e , n'est rien moins que conforme à la vérité. Etre Missionnaire parmi ces S a u v a g e s , c'est en rassembler le plus q u ' i l est possible, pour en former une espèce de bourgade, afin qu'étant fixés dans un l i e u , on puisse les former peu-à-peu aux devoirs de l'homme r a i s o n n a b l e , et aux vertus de l'homme Chrétien. A i n s i , quand un M i s sionnaire songe à établir une p e u p l a d e , i l s'informe d'abord où est le gros de la Nation qui lui est échue en partage ; il s'y transporte, et il tâche de gagner l'affection des Sauvages par des manières affables et insinuantes ; il y joint des l i b é r a l i t é s , en leur fesant présent de certaines bagatelles qu'ils estiment ; il apprend leur l a n g u e , s'il ne la sait pas encore, et après les avoir préparés au Baptême par de fréquentes instructions, il leur confère ce sacrement de notre régénération spirituelle. N 2


292

LETTRES

ÉDIFIANTES

I l ne faut pas croire q u e tout soit fait a l o r s , e t qu'on puisse les a b a n d o n n e r p o u r q u e l q u e t e m p s . I l y a u r a i t trop à c r a i n d r e q u ' i l s n e retournassent bientôt à l e u r p r e m i è r e i n f i d é l i t é ; c'est l a p r i n c i p a l e différence q u ' i l y a e n t r e l e s M i s s i o n n a i r e s de ces c o n t r é e s , et c e u x q u i t r a v a i l l e n t a u p r è s des p e u p l e s c i v i l i s é s ; on peut compter sur la solidité de c e u x c i , et s'en séparer pour u n t e m p s , au m o y e n d e quoi on entretient l a piété dans des P r o v i n c e s entières ; au l i e u q u ' a p r è s avoir r a s s e m b l é l e t r o u p e a u , si nous le perdions d e v u e , ne fût-ce q u e pour q u e l q u e s m o i s , nous r i s q u e r i o n s de profaner l e p r e m i e r de nos S a c r e m e n s , et de v o i r p é r i r p e n d a n t c e t e m p s - l à tout l e fruit de nos t r a v a u x . Q u ' o n ne me d e m a n d e donc pas c o m b i e n n o u s baptisons d ' I n d i e n s c h a q u e année. De c e que je viens de d i r e , i l est aisé de c o n c l u r e , q u e q u a n d u n e C h r é t i e n t é est déjà f o r m é e , on ne baptise p l u s g u è r e s q u e l e s enfans q u i y n a i s s e n t , ou q u e l q u e s N é o p h y t e s , q u i p a r l e u r n é g l i g e n c e à se faire i n s t r u i r e , ou p a r d'autres r a i s o n s , m é r i t e n t d e l o n g u e s é p r e u v e s , pour ne se pas r e n d r e toutà - f a i t i n d i g n e s de ce S a c r e m e n t . Vous n'ignorez p a s , m o n R é v é r e n d P è r e , ce q u e les M i s s i o n n a i r e s ont à souffrir, s u r tout dans des c o m m e n c e m e n s si p é n i b l e s ; l a disette des choses les p l u s nécessaires à l a v i e , q u e l q u e désir q u ' a i e n t les S u p é r i e u r s d e pourvoir à l e u r s besoins ; les i n c o m m o dités et les fatigues des fréquens voyages q u ' i l s sont o b l i g é s d é f a i r e p o u r r é u n i r ces b a r b a r e s


ET

CURIEUSES.

293

en un même lieu ; l'abandon général dans l e s m a l a d i e s , et le défaut de secours et de r e m è des. Ce n'est là néanmoins que l a m o i n d r e partie de leurs croix. Que ne leur en doit-il pas conter de se voir éloignés de tout c o m merce avec les E u r o p é e n s , et d'avoir à vivre avec des gens sans mœurs et sans é d u c a t i o n , c ' e s t - à - d i r e , avec des gens i n d i s c r e t s , i m p o r t u n s , légers et inconstans, i n g r a t s , dissim u l é s , l â c h e s , fainéans, malpropres, opiniâtrement attachés à leurs folles superstit i o n s , et pour tout dire en un m o t , avec des Sauvages? Q u e de violence ne faut-il p a s s e faire ! que d ' e n n u i s , que de dégoûts à essuyer ! que de complaisances forcées ne faut-il pas avoir ! combien ne doit-on pas être maître de soi-même ! U n Missionnaire pour se faire goûter de ses S a u v a g e s , doit en q u e l q u e sorte devenir Sauvage l u i - m ê m e . I l faut pourtant vous l ' a v o u e r , mon Révér e n d P è r e , on est amplement d é d o m m a g é de toutes ces p e i n e s , non-seulement par l a joie intérieure qu'on ressent de coopérer avec Dieu au salut de tant d ' a m e s , qui ont toutes coûté le précieux sang de J é s u s - C h r i s t , m a i s encore par l a satisfaction que l'on a de voir plusieurs de ces Infidèles q u i , ayant une fois embrassé la F o i , ne se démentent j a m a i s d e la pratique exacte des devoirs du C h r i s t i a nisme. En sorte q u ' i l arrive en c e l a , comme en bien d'autres c h o s e s , que les racines sont amères et que les fruits sont doux. C'est en suivant ce plan que nous venons de f a i r e , l e Père Bessou et m o i , u n assez N 3


294

LETTRES

ÉDIFIANTES

l o n g v o y a g e c h e z les I n d i e n s , q u i sont a u h a u t des r i v i è r e s d'Ouyapoc, et de Camoppi, afin de l e s e n g a g e r à se r é u n i r et à se fixer d a n s u n e b o u r g a d e , où l'on p u i s s e f a c i l e m e n t les i n s t r u i r e des vérités de la R e l i g i o n . C'est un projet q u e j ' a v a i s formé il y a l o n g - t e m p s , et q u e je n'ai p u e x é c u t e r p l u t ô t , p a r c e q u e les Palihours, et les Nations p l u s voisines ont a t t i r é j u s q u ' i c i toute mon a t t e n t i o n . M a i s des personnes , à l ' a u t o r i t é d e s q u e l l e s je d o i s d é f é r e r , ont j u g é q u ' i l ne f a l l a i t pas différer p l u s l o n g - t e m p s de t r a v a i l l e r à l a conversion

des Ouens, des Coussanis,

et des

Taroupis,

q u i sont r é p a n d u s l e long de ces d e u x r i v i è r e s . J ' a i l i e u de c r o i r e q u e D i e u b é n i r a cette e n treprise. J e p a r t i s donc l e 3 N o v e m b r e d e l ' a n n é e dernière pour me rendre à la Mission de S a i n t - P a u l , où j e devais m'associer l e P è r e Bessou. J e fus a g r é a b l e m e n t s u r p r i s d e t r o u ver ce v i l l a g e b e a u c o u p p l u s n o m b r e u x q u ' i l n ' é t a i t la d e r n i è r e fois q u e j ' y a l l a i ; o u t r e

p l u s i e u r s f a m i l l e s de Pirious,

de

Palanques,

et d e Macapas, q u i s'y sont r e n d u e s de n o u v e a u , la Nation des Caranes y est m a i n t e n a n t é t a b l i e toute e n t i è r e , et en fait u n d e s p l u s b e a u x o r n e m e n s ; c a r , de toutes c e s N a t i o n s b a r b a r e s , c'est c e l l e où l'on trouve p l u s d e d i s p o s i t i o n à la v e r t u . M a i s ce q u i m e t o u c h a i n f i n i m e n t , ce fut de v o i r l ' e m p r e s s e m e n t e x t r a o r d i n a i r e de c e s p e u p l e s à se faire i n s t r u i r e . A u p r e m i e r coup de c l o c h e q u ' i l s e n t e n d e n t , i l s se r e n d e n t e n foule à l ' E g l i s e , où l e u r attention est e x t r ê m e ;


ET

CURIEUSES.

295

l e temps qu'on e m p l o i e m a t i n et soir à l e u r faire des C a t é c h i s m e s réglés l e u r p a r a î t t o u jours trop court ; il ne suffît pas m ê m e à p l u s i e u r s , et il faut que le M i s s i o n n a i r e ait e n core la p a t i e n c e de l e u r répéter en p a r t i c u l i e r , ce q u ' i l l e u r a e x p l i q u é dans l ' i n s t r u c tion p u b l i q u e . U n e si grande f e r v e u r , si p e u conforme au génie et au caractère de ces N a t i o n s , m e fait croire que l a C h r é t i e n t é d e saint P a u l deviendra un jour très-florissante. Après avoir d e m e u r é trois jours dans l a Mission de saint P a u l , nous nous m î m e s en r o u t e , l e P è r e Bessou et m o i , c h a c u n dans notre canot. Dès la p r e m i è r e j o u r n é e j e trouvai u n f a m e u x Pjajes ( 1 ) , nommé Canori, q u i s'est fort accrédité p a r m i l e s S a u v a g e s , et avait eu l ' a u d a c e , p e n d a n t u n e courte absence d u P è r e D a y m a , de v e n i r dans sa Mission de saint P a u l , et de faire ses jongleries tout autour d e la case q u ' i l avait n o u v e l l e m e n t construite pour son l o g e m e n t . J e tâchai de savoir q u e l l e s avaient été ses i n t e n t i o n s , m a i s ce fut i n u t i l e m e n t : on ne tire j a m a i s la vérité de ces sortes de gens accoutumés de l o n g u e m a i n à la perfidie et au mensonge. A i n s i , prenant l e ton q u i conv e n a i t , je l u i r e m i s devant les y e u x les i m postures q u ' i l m e t t a i t en œ u v r e p o u r abuser de la s i m p l i c i t é d'un p e u p l e c r é d u l e , en l e m e n a ç a n t q u e s'il approchait j a m a i s d e la p e u p l a d e de saint P a u l , i l y trouverait l e c h â t i m e n t q u e m é r i t a i e n t ses fourberies. (I) Espèce d'Enchanteurs et de Magiciens.

N4


296

LETTRES

ÉDIFIANTES

Ce qui met en crédit c e s sortes de Pyayes, c'est le talent qu'ils ont de persuader a u x I n d i e n s , sur-tout q u a n d ils les voient attaqués d e q u e l q u e m a l a d i e , q u ' i l s sont les favoris d'un esprit b e a u c o u p s u p é r i e u r à c e l u i q u i tourmente l e m a l a d e ; q u ' i l s vont monter au C i e l pour appeler cet esprit bienfes a n t , afin q u ' i l chasse l'esprit m a l i n , seul a u t e u r d e s m a u x q u ' i l souffre ; mais pour l ' o r d i n a i r e i l s se font p a y e r d ' a v a n c e , et trèsc h è r e m e n t l e u r voyage. A i n s i , q u e le m a l a d e T i e n n e à m o u r i r entre l e u r s m a i n s , ils sont toujours sûrs de l e u r s a l a i r e . L e 1 1 du m ê m e mois nous entrâmes dans la rivière de Camoppi, environ sur les sept heures du matin laissant l a rivière d'Ouyapoc à notre g a u c h e , et nous réservant à l a monter à notre retour. L e Camoppi est u n e assez g r a n d e r i v i è r e , m o i n s grande q u e l'Ouyapoc, m a i s b e a u c o u p p l u s facile à n a v i g u e r . Il y a pourtant des saults en q u a n tité ; nous en traversâmes un sur-tout l e 15 q u i était fort l o n g , et t r è s - d a n g e r e u x q u a n d les eaux sont grandes. A u s s i n e s'avise-t-on guères de le franchir a l o r s , p r i n c i p a l e m e n t q u a n d on a des m a r c h a n d i s e s ; on a i m e m i e u x faire des p o r t a g e s , q u e l q u e p é n i b l e s q u ' i l s s o i e n t , et c'est à quoi ne m a n q u e n t j a m a i s c e u x q u i vont c h e r c h e r l e cacao. J ' a u r a i s peine à vous e x p r i m e r l e profond silence q u i règne l e long de ces rivières ; on fait des journées entières sans presque v o i r , ni entendre aucun oiseau. Cependant cette s o l i t u d e , q u e l q u e affreuse q u ' e l l e p a -


ET

CURIEUSES.

297

raisse d ' a b o r d , a j e ne sais quoi dans la s u i t e , q u i dissipe l ' e n n u i . L a nature q u i s'y est peinte e l l e - m ê m e dans toute sa s i m p l i c i t é , fournit à l a vue m i l l e objets q u i la récréent. T a n t ô t ce sont des arbres à haute-futaie, que l ' i n é g a l i t é du terrain présente en forme d ' a m p h i t h é â t r e , et qui charment les y e u x p a r la variété de l e u r s feuilles et de l e u r s fleurs. T a n t ô t ce sont de petits torrens o u c a s c a d e s , q u i plaisent autant par l a c l a r t é de leurs e a u x q u e par l e u r a g r é a b l e m u r mure. J e ne d i s s i m u l e r a i pas p o u r t a n t , m o n R é v é r e n d P è r e , q u ' u n P a y s si désert i n s p i r e quelquefois je ne sais q u e l l e h o r r e u r secrète, dont on n'est pas t o u t - à - f a i t le m a î t r e , et q u i donne l i e u à bien des réflexions. C o m b i e n de fois m e disais-je, dans mes s o m bres r ê v e r i e s , comment est-il possible q u e l a pensée n e vienne point à tant de familles i n d i g e n t e s , q u i souillent en E u r o p e toutesles r i g u e u r s de la p a u v r e t é , de venir p e u p l e r ces vastes t e r r e s , q u i , par l a douceur d u c l i m a t , et par l e u r fécondité, semblent n e demander q u e des habitons q u i les cultivent ? U n autre p l a i s i r bien innocent q u e n o u s goûtâmes dans ce v o y a g e , c'est que les e a u x étant basses et fort c l a i r e s , nous vîmes s o u vent des poissons se jouer sur l e s a b l e , e t s'offrir d'eux-mêmes à la flèche de nos g e n s , qui ne nous en laissèrent pas m a n q u e r . Ce fut l e 1 6 que nous nous trouvâmes a u x

premières habitations des Ouens ou Ouayes, Ces pauvres gens nous firent un très - bon N 5


298

LETTRES ÉDIFIANTES

a c c u e i l ; toutes l e s démonstrations d ' a m i t i é dont un S a u v a g e est c a p a b l e , i l s nous l e s donnèrent. I l s p a r u r e n t c h a r m é s de l a p r o position q u e nous l e u r fîmes de v e n i r d e m e u r e r avec e u x , p o u r les i n s t r u i r e des v é rités C h r é t i e n n e s , et l e u r p r o c u r e r l e m ê m e b o n h e u r q u ' a u x Pirious. I l s se r e g a r d a i e n t les uns les a u t r e s , et m a r q u a i e n t l e u r é t o n n e m e n t de ce q u e , l o i n de l e u r r i e n d e m a n d e r , nous l e u r fesions présent de m i l l e choses q u i , en e l l e s - m ê m e s , étaient de peu de v a l e u r , m a i s dont les S a u v a g e s sont fort c u r i e u x . I l n ' y eut a u c u n d'eux q u i ne p r o m i t de v e n i r défricher des terres dans l ' e n d r o i t q u e nous avons c h o i s i , c ' e s t - à - d i r e , dans cette l a n g u e de terre q u e forme le confluent des r i v i è r e s d'Ouyapoc et de Camoppi. J ' a v a i s déjà jeté les y e u x s u r cet e m p l a c e m e n t en l ' a n n é e 1 7 2 9 . M a i s a u j o u r d ' h u i q u e je l ' a i e x a m i n é de p r è s , je n e crois pas qu'on, p u i s s e trouver u n e n d r o i t p l u s c o m m o d e , et p l u s propre à y é t a b l i r u n e p e u p l a d e . I l p l u t é g a l e m e n t a u P è r e B e s s o u , q u i est d e s tiné à g o u v e r n e r cette p e u p l a d e , q u a n d les I n d i e n s y seront r a s s e m b l é s . N o u s n o u s a r r ê t â m e s le 1 7 , p o u r n o u s reposer ce j o u r - l à , et p o u r r e n o u v e l l e r nos petites provisions q u i c o m m e n ç a i e n t à nous m a n q u e r . L e l e n d e m a i n m a t i n nous r e p r î m e s notre r o u t e . Nous passâmes d e v a n t u n e p e t i t e r i v i è r e n o m m é e Tamouri, que nous laissâmes à notre d r o i t e . I l faut l a r e m o n t e r p e n d a n t trois j o u r s , et m a r c h e r e n s u i t e trois autres j o u r s d a n s les terres, p o u r a l l e r c h e z


ET

C U R I E U S E S .

299

u n e Nation qu'on n o m m e Caïcoucianes, dont la l a n g u e a p p r o c h e assez d u l a n g a g e

Galibi,

et est la m ê m e q u e celle des

Arma-

gatous. Nous a u r i o n s bien v o u l u visiter ces pauvres Infidèles : m a i s les e a u x étaient trop b a s s e s , et ce n'était pas là l e p r i n c i p a l b u t de notre v o y a g e . Nous nous contentâmes d e lever les m a i n s au C i e l , p o u r p r i e r l e P è r e des miséricordes de b é n i r les vues q u e nous avons de les r é u n i r aux autres Nations q u e nous devons r a s s e m b l e r . J ' a i lieu de c r o i r e q u ' i l s ne sont point éloignés du R o y a u m e de Dieu. Q u e l q u e s - u n s d ' e u x a y a n t visité la P e u p l a d e de saint P a u l , ont été si c o n tens de ce q u ' i l s y ont v u , q u e je ne doute p a s q u ' i l s ne descendent bientôt à l ' e m b o u c h u r e de l e u r r i v i è r e , pour se transporter au l i e u où l'on fixera l a nouvelle M i s s i o n , sur-tout si les Armagatous v e u l e n t p a r e i l l e m e n t y venir. Q u e l q u e s - u n s de la N a tion des Ouens doivent a l l e r l e u r r e n d r e v i s i t e , et les y inviter de ma part. C e j o u r - l à m ê m e , à une h e u r e a p r è s - m i d i , nous a r r i v â m e s à l ' h a b i t a t i o n d'Ouakiri, C h e f de toute la Nation des Ouens, qui souhaitait avec a r d e u r de voir un M i s s i o n n a i r e p a r m i ses Poïtos ; c'est ainsi q u ' o n n o m m e les sujets d'un C a p i t a i n e I n d i e n , Nous e û m e s l a d o u l e u r d'apprendre q u ' i l y avait quatre m o i s q u e l a mort l'avait enlevé. I l était enterré dans u n s p a c i e u x Tabout (I) tout n e u f , où nous passâmes la nuit. Ce q u e (1) Espèce de Case.

N 6


300

LETTRES

ÉDIFIANTES

j ' y r e m a r q u a i de s i n g u l i e r , c'est q u e la fosse était r o n d e , et n o n pas l o n g u e c o m m e e l l e s l e sont d ' o r d i n a i r e . E n a y a n t d e m a n d é l a r a i s o n , on m e r é p o n d i t q u e l'usage de c e s P e u p l e s était d ' i n h u m e r l e s c a d a v r e s c o m m e s'ils étaient a c c r o u p i s . P e u t - ê t r e q u e la s i t u a t i o n r e c o u r b é e o ù i l s sont d a n s l e u r s h a m a c s c o u r t s et é t r o i t s , a i n t r o d u i t cette c o u t u m e ; p e u t - ê t r e aussi q u e l a p a r e s s e y a b o n n e p a r t ; c a r il ne faut p a s a l o r s r e m u e r tant d e t e r r e . Q u o i q u ' i l en s o i t , l a Nation des Ouens, et l e M i s s i o n n a i r e q u i va t r a v a i l l e r à l e u r c o n v e r s i o n , ont fait u n e g r a n d e p e r t e d a n s l a personne d ' O u a k i r i . C ' é t a i t un h o m m e p l e i n de f e u , a m i des F r a n ç a i s , a s p i r a n t au b o n h e u r d ' é c o u t e r nos i n s t r u c t i o n s , et a y a n t p l u s d ' a u t o r i t é s u r ceux d e sa N a t i o n , q u e n ' e n ont c o m m u n é m e n t l e s C a p i t a i n e s p a r m i les S a u v a g e s . Nous n o u s flattons n é a n m o i n s q u e cette p e r t e n'est p a s i r r é p a r a b l e ; c a r nous n o u s s o m m e s a p e r ç u s que ses enfans et son frère ont h é r i t é de l u i les m ê m e s sentimens. C o m m e nous ne connaissions p o i n t d ' a u t r e Nation a u - d e l à d u l i e u o ù nous é t i o n s , i l f a l l u t songer a u retour : n o u s d e s c e n d î m e s l a r i v i è r e de Camoppi, et l e 2 3 . nous e n t r â m e s d a n s c e l l e d ' O u y a p o c , q u o i q u e nos gens se fussent arrêtés q u e l q u e s h e u r e s à e

chasser des Cablais,

q u e l e s Pirous

nom-

m e n t Cabionara. C'est u n a n i m a l a m p h i b i e , q u i r e s s e m b l e à un gros m a r c a s s i n . On e n tua d e u x d a n s l ' e a u à c o u p s de fusil et d e flèche. Cette chasse p e n s a nous coûter c h e r ,


301 ET CURIEUSES. C o m m e on fesait b o u c a n e r cette viande p e n dant la n u i t , selon l'usage des I n d i e n s , d a n s l e bois où nous étions c o u c h é s , nous f û m e s réveillés b r u s q u e m e n t par l e s cris des t i g r e s , q u i ne s e m b l a i e n t pas être é l o i g n é s : sans doute q u ' i l s étaient attirés p a r l ' o d e u r de l a v i a n d e . Nous a l l u m â m e s à l'instant de g r a n d s feux q u i l e s écartèrent. Il s'en faut b i e n que les e a u x de l'Ouyapoc soient aussi ramassées que celles du Camoppi. On trouve à tout moment dans l'Ouyapoc, des bancs de roches, des b o u q u e t s de bois, et d e s îlots q u i forment c o m m e autant de l a b y rinthes : aussi celte rivière n'est-elle p a s , à b e a u c o u p p r è s , si fréquentée q u e l ' a u t r e , et c ' e s t , à ce q u e je c r o i s , ce q u i nous p r o c u r a l a satisfaction de voir à différentes fois d e u x o u trois Manipouris, q u i traversaient l a r i v i è r e en des endroits où le c h e n a l était p l u s d é c o u vert. L e Manipouri est u n e espèce de m u l e t sauvage. On tira sur u n , m a i s on ne le t u a p a s ; à m o i n s q u e l a b a l l e ou la flèche n e perce les flancs de cet a n i m a l , i l s'échappe presque t o u j o u r s , s u r - t o u t s'il peut attraper l ' e a u ; p a r c e q u ' a l o r s il p l o n g e , et va sortir au bord opposé d u l i e u où i l a r e ç u la b l e s sure que l e chasseur lui a faite. Cette v i a n d e est g r o s s i è r e , et d'un goût d é s a g r é a b l e . Nous r e c o n n û m e s l e 2 5 , à notre droite, u n e petite r i v i è r e n o m m é e Yarouppi. C'est là qu'on trouve la Nation des Tarouppis. L e s e a u x étaient si basses, q u ' i l ne nous fut p a s possible d ' y entrer, j ' e n fus d'abord affligé ; mais ce q u i me consola u n m o m e n t après


3o2

LETTRES ÉDIFIANTES

c'est que j ' a i l i e u de croire q u e l ' i m p o s s i b i l i t é où nous avons été de les v o i r , n'apportera a u c u n r e t a r d e m e n t à l e u r conversion. Nous avons vu p l u s i e u r s de ces I n d i e n s chez l e s Ouens, avec q u i ils sont en l i a i s o n ; car i l s se visitent s o u v e n t , en traversant les terres qui séparent l'Ouyapoc d u Camoppi, et i l s m ' o n t Lien p r o m i s de faire connaître a u x Chefs de l e u r Nation le sujet de notre v o y a g e , en m'assurant q u ' i l s en a u r a i e n t de la j o i e , et q u ' i l s entreraient aisément dans nos vues. Dès le l e n d e m a i n 2 6 , nous a r r i v â m e s c h e z les Coussanis, un peu avant l e c o u c h e r d u soleil : il y a a p p a r e n c e q u ' i l s n'étaient l à q u e d e p u i s peu de t e m p s , car l e u r s cases n'étaient pas encore achevées. I l s nous d i r e n t q u e l e p r i n c i p a l C a p i t a i n e et l e gros de l a Nation s'étaient enfoncés d a n s les b o i s , p o u r éviter la rencontre des P o r t u g a i s , l e s q u e l s ne m a n q u e n t g u è r e s , c h a q u e a n n é e , de faire des excursions vers le h a u t des r i v i è r e s q u i se d é c h a r g e n t dans le g r a n d fleuve des A m a z o n e s , soit pour ramasser d u c a c a o , de l a s a l s e - p a r e i l l e , et du bois de c r a b e , q u i est une espèce de c a n e l l e , soit p o u r faire des r e c r u e s de S a u v a g e s , et l e s r a s s e m b l e r , c o m m e nous f e s o n s , dans des p e u p l a d e s : m a i s l ' e x t r ê m e é l o i g n e m e n t q u e ces I n d i e n s ont des P o r t u g a i s , fait j u s t e m e n t soupçonner q u ' i l s en sont traités avec trop de d u r e t é . Nous passâmes l a nuit dans cet e n d r o i t , et l e 2 7 nous a l l â m e s visiter d e u x autres Carbets assez é l o i g n é s , et où i l y avait un bon n o m b r e de ces I n d i e n s ; c'est tout ce


ET

C U R I E U S E S .

3o3

q u e nous trouvâmes de la Nation des Coussanis. L e u r a c c u e i l fut assez froid ; j ' a t t r i b u e l e u r indifférence au peu de c o m m u n i c a t i o n q u ' i l s ont eu j u s q u ' i c i avec les F r a n ç a i s , et à la disette extrême dans l a q u e l l e ils vivent ; j u s ques-là que je r e m a r q u a i plusieurs femmes q u i , faute de r a s s a d e , n'avaient pas m ê m e l e tablier o r d i n a i r e , q u e les personnes du sexe ont coutume de porter. L e u r misère e x c i t a notre compassion ; et comme nous étions a u bout de notre c o u r s e , n ' y a y a n t point d ' I n diens a u - d e l à , nous l e u r d i s t r i b u â m e s l i b é r a l e m e n t la p l u s g r a n d e p a r t i e de la traite qui nous restait. Cette l i b é r a l i t é ne c o n t r i b u a i t pas peu à gagner l e u r confiance ; i l s nous parièrent avec ouverture de c o e u r , et se d é t e r m i n è r e n t sans peine à se fixer dans l e l i e u que nous avons choisi pour y é t a b l i r u n e p e u p l a d e . Depuis ce temps-là d e u x d e s p l u s considérables de cette Nation sont venus me voir à Ouyapoc ; p l u s i e u r s autres sont allés danser chez les Pirious. L o r s q u e , p a r m i ces b a r b a r e s , une Nation va danser chez une a u t r e , c'est la p l u s forte p r e u v e q u ' e l l e puisse donner de son a m i t i é et de sa confiance. A i n s i , cette d é m a r c h e des Coussanis, est un témoignage certain de l ' e s t i m e q u ' i l s font des Pirious, d e p u i s q u ' i l s sont sous la conduite d'un M i s s i o n n a i r e . A p r è s avoir ainsi confirmé toutes ces Nations dans la résolution où. elles paraissent être d ' e m brasser le C h r i s t i a n i s m e , nous pensâmes à notre r e t o u r , et nous arrivâmes le 3 Décembre à la Mission de saint P a u l .


304

L E T T R E S ÉDIFIANTES

Nous avons Lien r e m e r c i é le S e i g n e u r d e s h e u r e u s e s dispositions q u e nous avons t r o u vées d a n s ces Nations sauvages : c a r c'est déjà b e a u c o u p g a g n e r sur des esprits si l é g e r s et si i n c o n s t a n s , q u e de v a i n c r e l ' i n c l i n a t i o n n a t u r e l l e q u ' i l s ont d ' e r r e r dans l e s forêts, de c h a n g e r de d e m e u r e , et de se transporter c h a q u e année d'un l i e u à un a u t r e . V o i c i c o m m e se font p a r m i e u x ces sortes de t r a n s m i g r a t i o n s . P l u s i e u r s m o i s avant la saison propre à défricher les t e r r e s , i l s vont à u n e g r a n d e j o u r n é e de l ' e n d r o i t où i l s s o n t , p o u r y c h o i s i r un e m p l a c e m e n t q u i l e u r c o n v i e n n e : i l s abattent tous l e s bois q u e contient l e t e r r a i n q u ' i l s v e u l e n t o c c u p e r , et i l s y mettent l e feu. Q u a n d l e feu a tout c o n s u m é , i l s p l a n t e n t des b r a n c h e s de m a n i o c , c a r cette r a c i n e vient de b o u t u r e . L o r s q u e l e m a n i o c est m û r , c ' e s t - à - d i r e , au bout d ' u n an ou de q u i n z e m o i s , i l s q u i t t e n t l e u r p r e m i è r e d e m e u r e et v i e n n e n t c a m p e r dans c e . n o u v e l e m p l a c e m e n t : aussitôt q u ' i l s s'y sont l o g é s , i l s vont abattre d u bois à u n e j o u r n é e plus loin pour l'année s u i v a n t e , brûlent le Lois q u ' i l s ont a b a t t u , et p l a n t e n t l e u r m a n i o c à l ' o r d i n a i r e . C'est ainsi q u ' i l s v i v e n t p e n d a n t les trente ou q u a r a n t e a n s . C'est ce q u i r e n d l e u r vie fort courte : la p l u p a r t m e u r e n t assez j e u n e s , et l'on ne voit g u è r e s q u ' i l s a i l l e n t a u - d e l à de 4-5 ou 5o a n s . C e p e n d a n t , m a l g r é toutes les i n c o m m o d i t é s i n s é p a r a b l e s de ces fséquens v o y a g e s , i l s a i m e n t extrêmement cette vie v a g a b o n d e e t e r r a n t e d a n s les forêts, C o m m e r i e n ne l e s


305 ET CURIEUSES. attache à l ' e n d r o i t où ils s o n t , et q u ' i l s n'ont pas grands m e u b l e s à p o r t e r , i l s espèrent toujours être m i e u x a i l l e u r s . A mon retour à Ouyapoc, je fus b i e n c o n solé d ' a p p r e n d r e , par u n e L e t t r e du P è r e L o m b a r d , que l e Père Garanave avait déjà baptisé l a p l u s g r a n d e p a r t i e des Galibis, r é p a n d u s l e long de la c ô t e , d e p u i s Kourou j u s q u ' à Sinamiri, et q u ' i l se disposait à faire un établissement solide a u x environs de cette r i v i è r e . D'autres L e t t r e s de C a y e n n e m ' a p prennent q u e l e P è r e F o u r r é va se consacrer à la M i s s i o n d e s Palikours. Cette Nation m é r i t e d'autant p l u s nos s o i n s , q u ' é t a n t p e u éloignée de n o u s , e l l e e s t , p o u r ainsi d i r e , à l a porte d u c i e l , sans q u ' o n ait p u j u s q u ' i c i la l e u r o u v r i r . Q u a n t au P è r e D a u t i l l a c , vous ne s a u r i e z croire ce q u ' i l l u i e n coûte de p e i n e s et de fatigues p o u r r a s s e m b l e r dans Ouanari l e s I n d i e n s du voisinage,

c ' e s t - à - d i r e , les Tocoyenes,

les Maourious

et l e s Maraones. I l faut avoir un zèle aussi solide et aussi a r d e n t que l e s i e n , pour n e s'être point rebuté des diverses c o n t r a d i c tions q u ' i l a eu à e s s u y e r , et a u x q u e l l e s i l n'avait pas l i e u de s'attendre. Dieu l ' a consolé p a r l a d o c i l i t é de p l u s i e u r s de ces Infid è l e s , et p a r l ' a r d e u r que q u e l q u e s - u n s ont fait p a r a î t r e pour écouter ses i n s t r u c t i o n s , J e ne vous en c i t e r a i q u ' u n trait q u i vous édifiera. U n I n d i e n , n o m m é Cayariouara, de l a Nation des Maraones, ne pouvant p r o fiter de l a p l u p a r t des i n s t r u c t i o n s , à cause de l ' é l o i g n e m e n t où était sa p a r e n t é , s'offrît


3o6 LETTRES ÉDIFIANTES a u Missionnaire p o u r être l e pêcheur de sa b o u r g a d e . A p r è s avoir passé toute l a j o u r n é e à l a p ê c h e , i l v e n a i t l a n u i t trouver l e P è r e p o u r l e p r i e r de l ' i n s t r u i r e : et a p r è s a v o i r persévéré p e n d a n t q u a t r e m o i s d a n s ces e x e r c i c e s , i l retourna c h e z l u i et i n s t r u i s i t tous ses p a r e n s des vérités d e la R e l i g i o n . A p r è s quoi i l les a m e n a à l a M i s s i o n , où i l a p l a n t é son m a n i o c , et où i l c o n s t r u i t u n e case p o u r l u i et p o u r tous ceux d e sa f a m i l l e . L e P è r e l e s trouva fort b i e n i n s t r u i t s , et l e s dispose m a i n t e n a n t à recevoir l e B a p t ê m e . J e s u i s , avec b i e n d u r e s p e c t , etc.

L E T T R E Du Père Fauque, Missionnaire de la Compagnie de Jésus, au Père ***, de la même Compagnie, contenant la Relation de la prise du Fort d'Ouyapoc par un Corsaire Anglais. A Cayenne, le 2 7 Décembre 1 7 4 4 .

MON

RÉVÉREND

PÈRE,

La paix de N. S. JE VOUS fais p a r t de l a p l u s s e n s i b l e j o i e q u e j ' a i e goûtée de m a v i e , en vous a p p r e n a n t l'occasion q u e je viens d ' a v o i r de souf-


ET

CURIEUSES.

307

frir q u e l q u e chose p o u r la g l o i r e de D i e u . J ' é t a i s retourné à Ouyapoc le 25 Octobre d e r n i e r . Q u e l q u e s jours a p r è s , je reçus chez moi le P è r e d ' A u t i l h a c qui s'était r e n d u à sa Mission d ' O u a n a r i , et l e Père d'Huberl a n t , q u i reste a u confluent des r i v i è r e s d'Ouyapoc et de Camoppi, où il forme u n e nouvelle Chrétienté. Nous nous trouvâmes donc trois M i s s i o n n a i r e s e n s e m b l e , et nous goûtions le p l a i s i r d'une réunion si r a r e dans ces c o n t r é e s , l o r s q u e la P r o v i d e n c e d i v i n e p e r m i t , p o u r nous éprouver , u n de ces évènemens i m p r é vus q u i détruisent dans un j o u r l e fruit des t r a v a u x de p l u s i e u r s années. Voici l e fait avec toutes ses circonstances. A peine l a g u e r r e a-t-elle été d é c l a r é e en E u r o p e entre l a F r a n c e et l ' A n g l e t e r r e , q u e les A n g l a i s sont p a r t i s de l ' A m é r i q u e s e p t e n t r i o n a l e , p o u r v e n i r croiser aux î l e s sous l e vent de C a y e n n e . I l s résolurent de t o u c h e r i c i dans l'espérance de p r e n d r e q u e l q u e v a i s s e a u , de p i l l e r q u e l q u e s h a b i t a t i o n s , m a i s s u r - t o u t pour t â c h e r d'avoir q u e l q u e c o n naissance d'un Senau qui s'était p e r d u d e p u i s p e u de temps auprès de l a r i v i è r e d e Maroni. A y a n t donné trop au S u d , et m a n q u a n t d ' e a u , i l s s'approchèrent d'Ouyapoc p o u r en faire. Nous aurions dû n a t u r e l l e m e n t en être i n s t r u i t s , soit p a r les S a u v a g e s q u i sortent f r é q u e m m e n t p o u r l a p ê c h e o u p o u r la c h a s s e , soit p a r un Corps-de-garde q u e notre C o m m a n d a n t a sagement p l a c é s u r une montagne à l ' e m b o u c h u r e de l a r i v i è r e ,


308 LETTRES ÉDIFIANTES d'où l'on découvre à trois ou q u a t r e l i e u e s au l a r g e : m a i s , d'un c ô t é , les S a u v a g e s

Aroüas

qui Venaient de Mayacoré

à Oua-

nari, a y a n t été arrêtés p a r les A n g l a i s , l e u r donnèrent connaissance de la petite C o l o n i e d'Ouyapoc q u ' i l s i g n o r a i e n t , et sur l a q u e l l e i l s n'avaient n u l l e vue en partant de l e u r P a y s ; et d'autre part l e s gens q u i étaient en faction et q u i devaient nous g a r d e r l e u r s e r v i r e n t e u x - m ê m e s de c o n d u c t e u r s pour nous s u r p r e n d r e . A i n s i tout c o n c o u r u t à n o u s faire tomber entre l e s m a i n s de ces C o r s a i r e s . L e u r Chef était le s i e u r S i m é o n P o t t e r , C r é o l e de l a n o u v e l l e A n g l e t e r r e , a r m é en g u e r r e avec commission du s i e u r W i l l i a m s G u é e n e , G o u v e r n e u r de Rodelam, et C o m -

m a n d a n t d u bâtiment le Prince

Charles de

Lorraine, de 1 0 pièces d e c a n o n , 12 p i e r r i e r s et 6 1 h o m m e s d ' é q u i p a g e . Ils m o u i l l è r e n t l e 6 N o v e m b r e , et f i r e n t de l ' e a u à l a montagne d'Argent. ( C'est ainsi q u ' o n n o m m e dans ce P a y s l a pointe i n t é r i e u r e d e l a b a i e de la r i v i è r e d'Ouyapoc. ) L e 7 , l e u r c h a l o u p e revenant à b o r d , a p e r ç u t un canot de S a u v a g e s q u i v e n a i e n t d u C a p d ' O r a n g e ( c'est l e C a p q u i forme l ' a u t r e pointe de l a b a i e . ) L e s A n g l a i s vont à e u x , i n t i m i d e n t les I n d i e n s p a r un coup d e p i e r r i e r , l e s a r r ê tent et les conduisent a u v a i s s e a u . L e l e n d e m a i n a y a n t vu d u feu p e n d a n t l a n u i t , s u r une autre montagne qu'on nomme la m o n t a g n e à L u c a s , i l s y a l l è r e n t et p r i r e n t d e u x j e u n e s garçons q u i y é t a i e n t en s e n t i n e l l e , et q u i a u r a i e n t e u le t e m p s de v e n i r nous


309 ET C U R I E U S E S . avertir, m a i s dont l ' u n , traître à sa P a t r i e , ne le voulut pas. Après avoir a p p r i s , par l e u r m o y e n , l a s i t u a t i o n , la f o r c e , et généralement tout ce q u i regardait le poste d'Ouyapoc, ils se déterminèrent à le surprendre. Ils tentèrent m ê m e l'entreprise la nuit du 9 au 1 0 . M a i s c r a i g n a n t que le jour ne survînt avant l e u r a r r i v é e , ils rebroussèrent c h e m i n et se tinrent cachés toute la journée du 1 0 . L a nuit s u i v a n t e , ils prirent m i e u x l e u r s mesures ; i l s arrivèrent peu après le coucher de la lune ; et guidés p a r les deux jeunes F r a n ç a i s , i l s m i r e n t à terre environ à cinquante toises d u poste d'Ouyapoc. L a sentinelle crut d'abord que c'étaient des Indiens ou des Nègres d o m e s t i q u e s , q u i vont et viennent assez souvent pendant l a n u i t . Il cria ; on ne répondit p o i n t , et i l j u g e a dès-lors que c'étaient des e n n e m i s . C h a c u n s'éveilla en sursaut ; mais ils furent dans la place avant qu'on eût seulement l e temps de se reconnaître. Pour moi q u i logeais hors du f o r t , et q u i m'étais levé a u p r e m i e r cri du f a c t i o n n a i r e , ayant entr'ouvert ma porte , je les vis défiler en grande h â t e devant m o i , sans en être aperçu, et aussitôt j e courus éveiller nos pères. U n e surprise si inopinée au m i l i e u d'une n u i t obscure ; la faiblesse du poste ; le p e u de soldats q u ' i l y avait pour le garder ( car ils n'étaient pas pour lors plus de dix ou douze hommes ; ) les cris effroyables d'une m u l t i t u d e , qu'on c r o i t , et qu'on doit natu-


310

LETTRES ÉDIFIANTES

r e l l e m e n t croire p l u s n o m b r e u s e q u ' e l l e n'est ; l e feu vif et t e r r i b l e q u ' i l s firent de l e u r s fusils et de l e u r s pistolets à l'entrée de l a place ; tout c e l a o b l i g e a c h a c u n , par u n p r e m i e r mouvement dont on n'est pas m a î t r e , à p r e n d r e l a f u i t e , et à se c a c h e r d a n s l e s bois dont nous sommes environnés. Notre C o m m a n d a n t tira p o u r t a n t , et blessa au b r a s gauche le Capitaine A n g l a i s , jeune homme d'environ trente ans. Ce q u ' i l y a de s i n g u l i e r , c'est que ce C a p i t a i n e fut l e seul de sa troupe et de l a nôtre qui fut blessé. C e p e n d a n t les d e u x M i s s i o n n a i r e s q u i n ' a v a i e n t point c h a r g e d ' a m e s d a n s ce p o s t e , e t dont l ' u n , p a r zèle et p a r a m i t i é , v o u l a i t rester à m a p l a c e , pressés p a r m e s s o l l i c i t a t i o n s , s'enfoncèrent dans l e bois avec q u e l q u e s I n d i e n s de l e u r suite et tous nos domest i q u e s . P o u r m o i , je restai dans m a M a i s o n q u i était é l o i g n é e du fort d ' u n e c i n q u a n t a i n e d e t o i s e s , résolu d ' a l l e r p r e m i è r e m e n t à l ' E g l i s e p o u r c o n s u m e r les Hosties c o n s a c r é e s , et ensuite de donner les secours s p i r i t u e l s a u x F r a n ç a i s , supposé q u ' i l y en eût d e b l e s s é s , c o m m e je l e c r a i g n a i s , p r é s u m a n t avec r a i s o n , après avoir e n t e n d u t i r e r t a n t de c o u p s , q u e nos gens avaient fait q u e l q u e résistance. J e sortais déjà pour exécuter l e p r e m i e r de ces p r o j e t s , l o r s q u ' u n Nègre d o m e s t i q u e , q u i , p a r bon coeur et p a r f i d é l i t é , ( q u a l i t é s r a r e s p a r m i l e s esclaves ) était resté avec m o i , m e représenta q u ' o n m e découvrirait i n f a i l l i b l e m e n t , et qu'on n e m a n q u e r a i t pas


ET

CURIEUSES.

311

d e tirer sur moi dans cette p r e m i è r e c h a l e u r d u combat. J ' e n t r a i dans ses r a i s o n s , et comme je n'étais resté que pour rendre à m e s ouailles tous les services qui d é p e n daient de mon m i n i s t è r e , je me fis s c r u p u l e de m'exposer i n u t i l e m e n t , et je me déterm i n a i à attendre l a pointe du jour p o u r paraître. Vous pouvez aisément c o n j e c t u r e r , mon R é v é r e n d P è r e , q u e l l e fut la variété des mouvemens q u i m'agitèrent pendant le reste de la nuit. L ' a i r retentissait c o n t i n u e l l e m e n t de c r i s , de h u é e s , de h u r l e m e n s , de coups de fusil ou de pistolet. T a n t ô t j ' e n t e n d a i s enfoncer les p o r t e s , les f e n ê t r e s , renverser avec fracas les meubles des maisons ; et comme j'étais assez près p o u r distinguer parfaitem e n t le b r u i t qu'on fesait dans l ' E g l i s e , je fus saisi tout-à-coup d'une h o r r e u r secrète dans la crainte que le saint S a c r e m e n t ne fut profané. J ' a u r a i s voulu donner m i l l e vies p o u r e m p ê c h e r ce s a c r i l è g e , mais il n'était p l u s temps. P o u r y obvier néanmoins par l a seule voie q u i me r e s t a i t , je m'adressai i n térieurement à J é s u s - C h r i s t , et je le s u p p l i a i instamment de garantir son S a c r e m e n t ador a b l e des profanations que j ' a p p r é h e n d a i s ; ce q u ' i l fit d'une m a n i è r e si s u r p r e n a n t e , q u ' e l l e peut-être regardée avec raison comme une merveille. Pendant tout ce t u m u l t e , mon N è g r e , q u i sentait parfaitement l e danger que nous cour i o n s , et qui n'avait pas les mêmes raisons q u e moi de s'y exposer, meproposa p l u s i e u r s


312

LETTRES

ÉDIFIANTES

fois de p r e n d r e l a fuite ; m a i s je n'avais garde d e l e faire ; j e connaissais trop les obligations d e m o n e m p l o i , et je n ' a t t e n d a i s q u e le m o m e n t où je p o u r r a i s a l l e r au fort p o u r voir e n q u e l état était l e d é t a c h e m e n t F r a n ç a i s , dont j e c r o y a i s une bonne p a r t i e morts ou blessés. J e d i s donc à l'esclave q u e dans cette o c c a sion i l était son maître ; q u e j e ne pouvais p a s Je forcer d e rester avec m o i ; q u ' i l m e ferait n é a n m o i n s p l a i s i r de n e p a s m ' a b a n d o n Iier. J'ajoutai q u e s'il avait q u e l q u e p é c h é grief sur l a conscience i l ferait fort b i e n d e se confesser pour être prêt à tout événement ; q u e d ' a i l l e u r s i l n'était p a s s û r qu'on nous ôtât l a v i e . C e discours fit impression sur l u i ; i l r e p r i t coeur et tint ferme. Dès q u e l e jour p a r u t , je courus à l ' E g l i s e , en m e glissant dans l e s t a i l l i s ; et q u o i q u ' i l y eût des sentinelles e t des m a r a u d e u r s d e tout c o t é , j ' e u s l e b o n h e u r d e n'être pas a p e r ç u . A l'entrée de l a s a c r i s t i e , q u e j e trouvai o u v e r t e , l e s l a r m e s m e vinrent a u x y e u x , q u a n d je vis l ' a r m o i r e d e s ornemens et du l i n g e , et c e l l e où j e t e n a i s l e C a l i c e et autres vases s a c r é s , e n f o n c é e s , brisées et p l u s i e u r s ornemens épars çà et l à . J ' e n t r e d a n s le c h œ u r de l ' E g l i s e : j e vois l ' a u t e l à m o i t i é d é c o u v e r t , l e s napes ramassées en tas : j e r e g a r d e l e t a b e r n a c l e et n'apercevant p a s u n p e u de coton q u e j ' a v a i s c o u t u m e de m e t t r e à l'entrée de l a s e r r u r e , pour e m p ê c h e r l e s ravers (1) d'y pénétrer, j e crus q u e l a porte (1) Insecte fort commun dans les I l e s , qui ne se p r o cièue que la nuit, et qui est assez semblable au taon.

était


313

ET CURIEUSES.

était aussi enfoncée ; mais y ayant porté l a m a i n , je trouvai qu'on n'y avait pas touché. S a i s i d ' a d m i r a t i o n , de joie et de reconnaiss a n c e , je prends la clef que les hérétiques avaient eue sous l e u r s m a i n s , j'ouvre respectueusement, et je communie en V i a t i q u e , trèsincertain si j ' a u r a i s ce bonheur une autre fois; car que ne doit pas craindre un homme de notre état de la part des C o r s a i r e s , et des Corsaires A n g l a i s . Après que j ' e u s c o m m u n i é , je me mis à genoux pour faire mon action de g r â c e , et je dis au Nègre d ' a l l e r en attendant dans m a chambre q u i n'était pas fort éloignée. Il y a l l a , mais en revenant il fut aperçu et arrêté p a r un matelot. L ' e s c l a v e demanda g r â c e , et l ' A n g l a i s ne l u i fit aucun m a l . J e parus alors à la porte de l a s a c r i s t i e , et aussitôt j e m e vis coucher en joue. Il fallut bien se rendre ; je m ' a p p r o c h a i , et nous primes ensemb l e l e c h e m i n du fort. Q u a n d nous entrâmes dans la p l a c e , je vis une grande joie répandue sur tous les v i s a g e s , chacun s'applaudissant d'avoir fait capture d'un R e l i g i e u x . L e premier qui m ' a b o r d a , fut le C a p i taine l u i - m ê m e . C'était un homme de petite t a i l l e , ne différant en rien des autres pour l ' h a b i l l e m e n t . Il avait le bras gauche en é c h a r p e , un sabre à la main d r o i t e , et deux pistolets à sa ceinture. Comme il sait quelques mots de f r a n ç a i s , il me dit que j'étais le bien venu ; que je ne devais rien c r a i n d r e , et qu'on n'attenterait pas à ma vie. S u r ces e n t r e f a i t e s , M. de L a c e de l a

Tome

VII.

O


314

LETTRES

ÉDIFIANTES

L a n d e r i e , Ecrivain du R o i et notre G a r d e M a g a s i n , ayant p a r u , je l u i d e m a n d a i en quel état étaient nos g e n s , et s'il y en avait b e a u coup de tués ou de blessés. I l m e répondit q u e non ; q u ' i l n'avait vu de notre troupe q u e l e sergent et une s e n t i n e l l e , et q u ' i l n'y avait de blessé de part et d'autre que l e seul C a p i taine A n g l a i s qui nous tenait en sa disposition. J e fus charmé d'apprendre q u e notre C o m m a n d a n t , l'Officier, et l e u r s Soldats eussent eu assez de loisir p o u r échapper : et comme par-là les raisons q u i m ' a v a i e n t e n g a g é à d e m e u r e r , ne subsistaient p l u s , et que mon m i n i s t è r e n'était nécessaire à p e r s o n n e , j ' a u r a i s bien voulu être en l i b e r t é , et avoir p r i s plutôt le parti de l a retraite ; m a i s i l ne fallait p l u s y s o n g e r , et dans ce m o m e n t - l à m ê m e , d e u x de nos s o l d a t s , qui s'étaient tenus c a c h é s , furent s a i s i s , et augmentèrent le n o m b r e des prisonniers. Cependant l e temps du dîner arriva. J ' y fus invité m a i s je n'avais assurément point envie de manger. J e savais que mon troupeau et les d e u x Pères Missionnaires étaient a u m i l i e u des b o i s , sans b a r d e s , sans v i v r e s , sans secours : je n'avais ni ne pouvais avoir d e l e u r s nouvelles. Cette réflexion m'accab l a i t ; il fallut pourtant se rendre à des i n v i tations r é i t é r é e s , et q u i m e paraissaient s i n cères. A peine l e repas é t a i t - i l c o m m e n c é , q u e je vis arriver les prémices du p i l l a g e qui se fesait chez moi. I l était naturel que j ' e n fusse é m u . J e l e parus en effet, et le C a p i t a i n e


ET

315

CURIEUSES.

me dit en s ' e x c u s a n t , que c'était l e R o i de F r a n c e qui avait déclaré le premier la guerre au Roi d ' A n g l e t e r r e , et qu'en conséquence les F r a n ç a i s avaient déjà p r i s , p i l l é et b r û l é un poste A n g l a i s nommé Campo auprès du Cap Breton. Il ajouta m ê m e en forme de p l a i n t e , qu'il y avait eu quelques personnes et sur-tout des enfans étouffés dans l'incendie. J e lui répondis q u e , sans vouloir entrer dans le détail des affaires de l ' E u r o p e , nos R o i s respectifs étant aujourd'hui en g u e r r e , je ne trouvais pas m a u v a i s , mais seulement j'étais surpris q u ' i l fut venu attaquer Ouyapoc, qui n'en valait pas la peine. I l me r é p l i q u a q u ' i l se repentait fort d'y être v e n u , parce que ce retardement lui fesait m a n q u e r deux vaisseaux marchands richement c h a r g é s , qui étaient sur le point de faire voile de la rade de C a y e n n e . J e l u i dis alors que puisqu'il voyait par l u i même combien ce poste était peu considér a b l e , et q u ' i l n'y avait presque rien à gagner pour l u i , je le priais d'accepter une rançon c o n v e n a b l e , pour mon E g l i s e , pour m o i , pour mon N è g r e , et pour tout ce qui m'appartenait. Cette proposition était r a i s o n n a b l e , elle fut cependant rejetée. Il voulait que j e traitasse avec l u i pour le F o r t et toutes ses dépendances. M a i s je lui fis remarquer q u e ce n'était pas là une proposition à faire à un simple R e l i g i e u x ; que d'ailleurs la Cour de F r a n c e se souciait très-peu de ce p o s t e , et que des nouvelles récentes venues de P a r i s , nous avaient appris qu'on devait l'abandonner

O2


316 LETTRES ÉDIFIANTES a u plutôt. E h b i e n , d i t - i l alors avec d é p i t , p u i s q u e vous ne voulez pas e n t e n d r e à ma p r o p o s i t i o n , on va c o n t i n u e r à faire l e d é g â t , et user de r e p r é s a i l l e s p o u r tout ce q u e les F r a n ç a i s ont déjà fait contre nous. On continua donc en effet à transporter d e nos m a i s o n s , m e u b l e s , h a r d e s , p r o v i s i o n s , l e tout avec u n désordre et u n e confusion s u r p r e n a n t e . Ce q u i me p é n é t r a de d o u l e u r , ce fut de voir les vases sacrés entre des m a i n s profanes et sacrilèges. J e me r e c u e i l l i s u n m o m e n t , et r a n i m a n t tout mon z è l e , je l e u r d i s ce q u e l a r a i s o n , l a F o i et l a R e l i g i o n m ' i n s p i r è r e n t de p l u s fort. A u x paroles d e p e r s u a s i o n , je m ê l a i les motifs de crainte p o u r une si c r i m i n e l l e profanation. L ' e x e m p l e de B a l t h a z a r ne fut pas o u b l i é ; et je p u i s vous d i r e avec v é r i t é , mon R é v é r e n d P è r e , q u e j ' e n vis p l u s i e u r s é b r a n l é s et disposés à m e les r e n d r e ; m a i s l a c u p i d i t é et l ' a v a r i c e p r é v a l u r e n t ; toute cette a r g e n t e r i e fut enferm é e et portée à b o r d l e j o u r m ê m e . L e C a p i t a i n e , p l u s s u s c e p t i b l e de s e n t i m e n s q u e tous les a u t r e s , à ce q u ' i l m'a toujours p a r u , m e dit q u ' i l m e cédait v o l o n tiers ce q u i pouvait l u i en revenir ; m a i s q u ' i l n ' é t a i t pas le m a î t r e de l a volonté des autres : q u e tout l ' é q u i p a g e a y a n t sa part dans l e b u t i n , i l ne p o u v a i t , l u i C a p i t a i n e , disposer q u e de l a sienne ; q u ' i l ferait p o u r t a n t ce q u i d é p e n d r a i t de l u i p o u r les porter tous à condescendre à ce q u e je proposais. C'était d e l e u r faire compter à C a y e n n e ou à S u r i n a m ( Colonie h o l l a n d a i s e q u i n'est pas é l o i g n é e ,


317 ET C U R I E U S E S . et où ils me d i s a i e n t q u ' i l s voulaient a l l e r ) ou m ê m e en E u r o p e par lettres de c h a n g e , autant d'argent q u e pesaient les vases sacrés ; m a i s i l ne put r i e n obtenir. Q u e l q u e temps a p r è s , l e p r e m i e r L i e u tenant m e fit d e m a n d e r , p a r i n t e r p r è t e , ce qui avait p u m ' e n g a g e r à me rendre m o i m ê m e à e u x . J e l u i répondis que l a p e r s u a sion où j ' é t a i s q u ' i l y avait de nos soldats de b l e s s é s , m ' a v a i t déterminé à rester pour l e s secourir. E t n ' a p p r é h e n d i e z - v o u s pas d'être t u é , a j o u t a - t - i l ? O u i , sans d o u t e , l u i d i s je ; mais l a crainte de la mort n'est pas c a p a b l e d'arrêter un M i n i s t r e de J é s u s - C h r i s t , q u a n d i l s'agit de son devoir. T o u t v é r i t a b l e C h r é t i e n est obligé de sacrifier sa vie plutôt q u e de c o m m e t t r e un p é c h é : o r , j ' a u r a i s c r u en faire un t r è s - g r a n d , s i , a y a n t c h a r g e d a m e s d a n s ma P a r o i s s e , je l'avais t o t a l e m e n t abandonnée dans l e besoin. Vous savez b i e n , c o n t i n u a i - j e , vous autres P r o t e s t a n s , q u i vous p i q u e z b e a u c o u p de l i r e l ' E c r i t u r e , q u ' i l n'y a q u e l e Pasteur m e r c e n a i r e q u i fuie devant l e l o u p , q u a n d il attaque ses b r e b i s . A ce d i s c o u r s , ils se regardaient l e s u n s les a u t r e s , et m e paraissaient fort étonnés. Cette m o r a l e est, sans d o u t e , un p e u différente de c e l l e de l e u r prétendue réforme. Pour m o i , j ' é t a i s toujours i n c e r t a i n d e mon s o r t , et je voyais bien que j ' a v a i s tout à a p p r é h e n d e r de p a r e i l l e s gens. J e m ' a dressai donc aux saints A u g e s G a r d i e n s , e t j e commençai une neuvaine en l e u r h o n n e u r , ne doutant p a s q u ' i l s ne fissept tourner toute

O 3


318

LETTRES ÉDIFIANTES

chose à m o n a v a n t a g e . J e l e s p r i a i de m ' a s sister dans la conjoncture difficile où je m e trouvais ; et j e dois d i r e i c i , p o u r a u t o r i s e r d e p l u s en p l u s cette dévotion si c o n n u e et si fort en usage d a n s l ' E g l i s e , q u e j ' a i r e ç u en mon p a r t i c u l i e r , et q u e je reçois c h a q u e j o u r des bienfaits t r è s - s i g n a l é s de D i e u , p a r l'intercession de ces esprits célestes. C e p e n d a n t , dès que la n u i t a p p r o c h a , c'est-à-dire vers les six h e u r e s ( car c'est l e temps où l e S o l e i l se c o u c h e i c i d u r a n t toute l ' a n n é e ) , l e t a m b o u r A n g l a i s c o m m e n ç a à r a p p e l e r . On se r a s s e m b l a sur l a p l a c e , et on posa de tous côtés des s e n t i n e l l e s : cela f a i t , l e reste de l ' é q u i p a g e , t a n t q u e l a n u i t d u r a , ne d i s c o n t i n u a p a s d e m a n g e r et de b o i r e . P o u r m o i , j ' é t a i s sans cesse visité dans m o n hamac ; i l s c r a i g n a i e n t sans doute q u e j e ne tâchasse d e m ' é v a d e r . I l s se t r o m p a i e n t : d e u x choses m e r e t e n a i e n t ; l a p r e m i è r e , c'est q u e je l e u r a v a i s donné m a p a r o l e , q u ' e n c o r e q u e j e m e fusse constitué m o i - m ê m e l e u r p r i s o n n i e r , j e ne sortirais de l e u r s m a i n s q u e p a r l e s voies o r d i n a i r e s d ' é c h a n g e ou de r a n ç o n ; l a s e c o n d e , c'est qu'en restant avec e u x , j ' a v a i s toujours q u e l q u e l u e u r d'espérance de r e c o u v r e r les vases s a c r é s , ou d u - m o i n s l e s o r n e i n e n s et autres m e u b l e s de mon E g l i s e . D ' a b o r d q u ' i l fut j o u r , l e p i l l a g e r e c o m m e n ç a avec la m ê m e confusion et l e m ê m e d é s o r d r e q u e la v e i l l e . C h a c u n apportait a u F o r t ce q u i l u i était t o m b é sous les m a i n s , et l e j e t a i t en tas. L ' u n a r r i v a i t r e v ê t u d ' u n e


ET

CURIEUSES.

319

mauvaise soutane, l'autre avec un panier de f e m m e , un troisième avait un bonnet carré sur la tête. Il en était de même de ceux q u i gardaient l e butin ; ils fouillaient dans ce monceau de hardes, et quand ils trouvaient quelque chose qui l e u r fesait p l a i s i r , comme une p e r r u q u e , un chapeau b o r d é , un h a b i t , ils s'en revêtaient aussitôt, fesaient trois ou quatre tours de chambre avec complaisance, après quoi ils reprenaient leurs haillons goudronnés. C'était comme une bande de s i n g e s , comme des S a u v a g e s , qui ne seraient j a m a i s sortis du centre des forêts. U n p a r a s o l , u n m i r o i r , le moindre meuble un peu p r o p r e , excitait leur admiration. Ce qui ne m'a pas s u r p r i s , quand j ' a i su qu'ils n'avaient p r e s qu'aucune communication avec l ' E u r o p e , et que Rodelan était une espèce de petite Répub l i q u e , qui ne paie aucun tribut au R o i d'Ang l e t e r r e , qui fait elle-même son Gouverneur chaque a n n é e , et où il n'y a pas même d'argent m o n n o y é , mais seulement des b i l l e t s pour le commerce de la vie : car c'est l à l'idée que j ' e n ai conçue sur tout ce q u ' i l s m'ont dit. S u r l e s o i r , l e Lieutenant s'informa de tout ce qui regarde les habitations Françaises le long de la rivière ; combien il y en avait ; à quelles distances elles étaient ; combien chacune avait d ' h a b i t a n s , etc. Ensuite i l prit avec l u i une dixaine d'hommes et u n des jeunes F r a n ç a i s qui leur avaient déjà servi de guide pour nous surprendre ; et après avoir fait tous les préparatifs nécesO4


320

LETTRES ÉDIFIANTES

s a i r e s , i l s partirent et i l s montèrent dans l a r i v i è r e . M a i s i l s ne trouvèrent r i e n , ou fort p e u de c h o s e , parce q u e les Colons a y a n t été avertis p a r nos f u y a r d s , avaient m i s à couvert tous l e u r s effets, et sur-tout l e u r s Nègres, qui étaient ce q u i p i q u a i t le p l u s l'avidité A n g l a i s e . S e voyant donc frustrés de l e u r e s p é r a n c e , i l s déchargèrent l e u r colère sur les maisons q u ' i l s b r û l è r e n t , sans n u i r e pourtant aux plantations ; ce qui n o u s a fait soupçonner q u ' i l s avaient q u e l q u e i n t e n t i o n de revenir. P o u r n o u s , qui étions dans l e F o r t , nous passâmes cette nuit à - p e u - p r è s c o m m e l a précédente : m ê m e s a g i t a t i o n s , m ê m e s excès de la part de nos e n n e m i s , et m ê m e i n q u i é tude de la m i e n n e . L e second L i e u t e n a n t , q u i était resté p o u r c o m m a n d e r , ne me p e r d i t point de vue, a p p r é h e n d a n t sans doute q u e j e ne voulusse profiter de l'absence du C a p i taine et du p r e m i e r L i e u t e n a n t , p o u r m ' é c h a p p e r . C a r j ' a v a i s b e a u faire p o u r l e s rassurer à cet é g a r d , je ne pouvais en v e n i r à bout. Ces sortes de g e n s , a c c o u t u m é s à j u g e r des autres par e u x - m ê m e s , ne p o u vaient pas s ' i m a g i n e r q u ' u n honnête h o m m e , q u ' u n P r ê t r e , put et d û t tenir sa parole en p a r e i l cas. L e j o u r v e n u , i l parut u n p e u m o i n s i n q u i e t sur mon compte. Vers les h u i t h e u r e s , i l s se m i r e n t tous à t a b l e , e t , après un assez m a u v a i s r e p a s , l ' u n d ' e u x voulut entrer en controverse avec m o i , et me fit p l u s i e u r s questions sur l a confession, sur l e culte q u e


ET

C U R I E U S E S .

321.

nous rendons aux c r o i x , a u x i m a g e s , e t c . Confessez-vous vos p a r o i s s i e n s , me d i t - i l d'abord ? O u i , l u i r é p o n d i s - j e , l o r s q u ' i l s viennent à moi ; ce q u ' i l s ne font pas aussi souvent q u ' i l s le d e v r a i e n t , et q u e je le souh a i t e r a i s p a r l e z è l e q u e j ' a i p o u r le salut de l e u r s a m e s . Et c r o y e z - v o u s bien v é r i t a b l e m e n t , a j o u t a - t - i l , que leurs péchés l e u r soient r e m i s , d ' a b o r d q u ' i l s vous les ont d é clarés ? N o n , a s s u r é m e n t , l u i d i s - j e ; u n e accusation s i m p l e ne suffît pas p o u r cela ; i l faut q u ' e l l e soit a c c o m p a g n é e d ' u n e v é r i t a b l e d o u l e u r d u p a s s é , et d'une sincère résolution p o u r l ' a v e n i r , sans quoi la confession a u r i c u l a i r e ne servirait de r i e n pour effacer l e s p é c h é s . E t q u a n t a u x i m a g e s et aux c r o i x , r e p r i t - i l , pensez-vous q u e la p r i è r e ne soit p a s aussi b o n n e sans cela qu'avec cet e x t é r i e u r de r e l i g i o n ? L a p r i è r e est b o n n e , sans d o u t e , l u i répondis-je. M a i s permettez-moi de vous d e m a n d e r à v o u s - m ê m e , p o u r q u o i dans les f a m i l l e s on conserve les portraits d'un p è r e , d ' u n e m è r e , de ses aïeux ? N ' e s t ce pas p r i n c i p a l e m e n t p o u r e x c i t e r sa p r o p r e r e c o n n a i s s a n c e , en songeant a u x serviees qu'on en a r e ç u s , et pour s ' a n i m e r à s u i v r e l e u r s bons e x e m p l e s ? C a r ce n'est pas p r é cisément ce tableau que l'on h o n o r e , m a i s on rapporte tout à ceux q u ' i l représente : d e m ê m e i l ne faut pas vous i m a g i n e r que n o u s a u t r e s , C a t h o l i q u e s R o m a i n s , nous adorions l e bois ni le c u i v r e ; mais nous nous en servons p o u r n o u r r i r , pour ainsi d i r e , noire dévotion. C a r , comment un h o m m e raisonO5


322

LETTRES ÉDIFIANTES

fiable p o u r r a i t - il n'être pas attendri en v o y a n t l a figure d'un D i e u , mort sur u n e c r o i x pour son a m o u r ? Q u e l effet ne p r o d u i t pas sur l'esprit et sur le coeur l ' i m a g e d ' u n M a r t y r , q u i a donné sa vie p o u r J é s u s C h r i s t ? Oh! je ne l ' e n t e n d a i s pas a i n s i , m e dit l ' A n g l a i s ; et je connus b i e n à son a i r , q u e l e u r s M i n i s t r e s l e s t r o m p e n t , en l e u r Fesant entendre q u e les P a p i s t e s , c o m m e i l s nous appellent, honorent superstitieusement, et adorent les c r o i x et les i m a g e s prises e n elles-mêmes. J ' a t t e n d a i s avec e m p r e s s e m e n t l e r e t o u r d e ceux qui avaient été visiter les h a b i t a t i o n s , l o r s q u ' o n vint me d i r e q u ' i l f a l l a i t a l l e r à b o r d du v a i s s e a u , p a r c e q u e l e C a p i t a i n e P o t i e r v o u l a i t m e voir et me p a r l e r . J ' e u s b e a u p r i e r , s o l l i c i t e r , représenter l e p l u s v i v e m e n t q u e je p u s , toutes les raisons q u e j ' a v a i s de ne pas m ' e m b a r q u e r sitôt : je n e p u s rien g a g n e r , et il fallut o b é i r m a l g r é m o i . L e C h e f de la t r o u p e , q u i , d a n s l ' a b s e n c e des a u t r e s , était l e second L i e u t e n a n t , a i n s i que je viens de l e d i r e , p r e n a n t sa l a n g u e d ' u n e m a i u , et de l ' a u t r e fésant s e m t u a n t de la percer ou de la c o u p e r , m e d o n n a à e n t e n d r e q u e , si je p a r l a i s d a v a n t a g e , j e d e v a i s m ' a t t e n d r e à de m a u v a i s t r a i t e m e n s . J ' a i l i e u de croire q u ' i l était p i q u é des d i s c o u r s forts et pathétiques q u e j e fesais s u r l a profanation des o r n e m e n s de l ' E g l i s e et des vases sacres. Nous nous m î m e s donc vers l e s trois heures a p r è s - m i d i dans un canot ; et q u o i q u e l e


ET C U R I E U S E S . 323 vaisseau ne fût guères qu'à trois lieues de là ( le Capitaine l'ayant déjà fait entrer en r i v i è r e ) , nous n'y arrivâmes pourtant qu'environ sur les h u i t h e u r e s , par la lâcheté des n a g e u r s , q u i ne discontinuaient pas de boire. Du plus loin qu'à la l u e u r de la Lune je découvris le corps du b â t i m e n t , il me parut tout en l ' a i r . Il é t a i t , en effet, échoué sur le c ô t é , et n'avait pas trois pieds d'eau sous l u i . Ce fut un grand sujet d'alarmes p o u r moi ; car je. m'imaginais q u ' i l y avait en cela de la faute de mou Nègre, qu'on avait choisi pour un des Pilotes ; et je croyais que le C a p i taine m'avait envoyé chercher pour me faire porter la peine que méritait l ' E s c l a v e , ou tout - au - moins afin que je périsse avec les a u t r e s , si le navire venait à s'ouvrir. Ce q u i me confirma pendant quelque temps dans cette triste i d é e , fut le peu d'accueil qu'on me fit : mais j ' a i appris depuis q u ' i l n'y avait eu en cela aucune affectation, et que la m a u vaise réception qui m ' a l a r m a , venait u n i q u e ment de ce que tout le monde était occupé à m a n œ u v r e r , pour se tirer au plus vite de ce mauvais pas.

D'abord que notre canot eut a b o r d é , je vis descendre et venir à moi un jeune h o m m e , qui estropiait un peu le f r a n ç a i s , et qui m e prenant la m a i n , la b a i s a , en me disant qu'il était Irlandais de N a t i o n , et C a t h o l i que Romain ; il fit même le signe de l a c r o i x , tant bien que mal ; et m ' a j o u t a , qu'en qualité de second C a n o n n i e r , il avait une c a b a n e , q u ' i l voulait me la d o n n e r , et

O 6


324

LETTRES ÉDIFIANTES

q u e , si q u e l q u ' u n s'avisait de me faire l a m o i n d r e i n s u l t e , il saurait bien la venger. C e d é b u t , q u o i q u e partant d'un h o m m e q u i m e paraissait fort i v r e , ne laissa pas de m e t r a n q u i l l i s e r un peu. Il m e donna l u i - m ê m e l a m a i n pour m ' a i d e r à g r i m p e r sur l e pont p a r le m o y e n des cordages. A peine fus-je m o n t é , que j ' a p e r ç u s mon Nègre. J e l u i dem a n d a i aussitôt ce qui avait ainsi fait é c h o u e r l e v a i s s e a u , et je fus rassuré l o r s q u ' i l m'eut dit que c'était par la faute du C a p i t a i n e , qui s'était opiniâtre à tenir le l a r g e de la r i v i è r e , quoiqu'on l u i eut dit p l u s i e u r s f o i s , q u e le chenal ( I ) était tout proche de terre. L e Capitaine parut en m ê m e - t e m p s sur l e g a i l l a r d , et me dit assez froidement d'entrer dans la c h a m b r e ; après quoi il alla contin u e r de vaquer à la m a n œ u v r e . Cependant mon I r l a n d a i s ne m e q u i t t a i t p a s , et s'étant assis à la p o r t e , il me renouvela ses protestations de b i e n v e i l l a n c e , m e disant toujours q u ' i l était C a t h o l i q u e R o m a i n , q u ' i l voulait m ê m e se confesser avant que je sortisse de l e u r bord : q u ' i l avait c o m m u n i é a u t r e f o i s , etc. ; et c o m m e dans tous ses discours il m ê l a i t toujours q u e l q u e s invectives contre la Nation A n g l a i s e , on le lit r e t i r e r , avec défense de m e p a r l e r dans la s u i t e , sous peine de c h â t i ment ; ce q u ' i l reçut de fort mauvaise g r â c e , j u r a n t , t e m p ê t a n t , et protestant q u ' i l m e (r) Chenal, c'est dans une rivière le couraut où un vaisseau peut entrer.

d'eau,


ET C U R I E U S E S . 325 p a r l e r a i t , m a l g r é qu'on en eût. I l s'en a l l a p o u r t a n t ; mais h peine fut-il p a r t i , qu'il en vint un a u t r e , aussi ivre q u e l u i , et I r l a n dais comme l u i . C'était l e C h i r u r g i e n , q u i m e dit d'abord q u e l q u e s mots l a t i n s . l'ater, misereor. J e voulus lui répondre en latin ; m a i s je compris bientôt q u ' i l n'y entendait r i e n du tout ; et comme i l n'était pas p l u s h a b i l e eu f r a n ç a i s , nous ne p û m e s pas l i e r conversation e n s e m b l e . Cependant i l se fesait t a r d , et j e sentais le sommeil qui m e p r e s s a i t , n'ayant guères d o r m i les nuits précédentes. J e ne savais pourtant où me mettre pour prendre un p e u de repos. L e vaisseau était si p e n c h é , q u ' i l fallait être c o n t i n u e l l e m e n t cramponné p o u r n e pas r o u l e r . J ' a u r a i s b i e n voulu me jeter s u r une des trois cabanes ; mais je n ' o s a i s , de peur q u e q u e l q u ' u n ne m'en f i l retirer p r o m p t e m e n t . L e C a p i t a i n e s'aperçut d e mon e m b a r r a s , et touché de la mauvaise figure que nous fesions sur des coffres, l e G a r d e - M a g a s i n et m o i , il nous d i t , q u e nous pouvions nous loger dans la c a b a n e du fond de la c h a m b r e . Il ajouta même p o l i m e n t , q u ' i l était fâché de ne pouvoir p a s en donner une a. chacun ; m a i s que son v a i s seau était trop petit pour cela. J ' a c c e p t a i b i e n volontiers ses o f f r e s , et nous nous a r r a n g e â m e s de notre m i e u x sur ce tas de haillons. M a l g r é toutes les incommodités de m a s i t u a t i o n , je m'assoupis de l a s s i t u d e , et pendant l a nuit, moitié e n d o r m i , m o i t i é


326

LETTRES ÉDIFIANTES

é v e i l l e , je m aperçus que le bâtiment c o m m e n ç a i t à r e m u e r . Il vint insensiblement à flot, et p o u r e m p ê c h e r q u ' i l ne se couchât d a n s la s u i t e , on enfonçait d e u x vergues d a n s la v a s e , une de c h a q u e c ô t é , l e s q u e l l e s tenaient l e corps du vaisseau en é q u i l i b r e . L o r s q u ' i l fut j o u r , et q u ' i l fallut prendre q u e l q u e n o u r r i t u r e , ce fut un nouveau tourm e n t p o u r m o i , car l ' e a u était si p u a n t e , q u ' i l n'y avait pas moyen d'en goûter ; t e l l e m e n t que les Indiens et les N è g r e s , q u i n e sont pas assurément d é l i c a t s , a i m a i e n t m i e u x boire de l'eau de la r i v i è r e , q u e l q u e bourbeuse et q u e l q u e saumatre q u ' e l l e fût. J e d e m a n d a i alors au C a p i t a i n e p o u r q u o i il n'en fesait pas d ' a u t r e , p u i s q u e tout proche de là il y en avait une source o ù j ' a v a i s coutume d'envoyer c h e r c h e r l ' e a u dont j ' u s a i s au F o r t . Il ne m e répondit r i e n , croyant peut-être que je voulais le faire donn e r dans q u e l q u e e m b u s c a d e . M a i s après avoir bien questionné les F r a n ç a i s , les Nègres et les Indiens q u ' i l avait faits p r i s o n n i e r s , il se détermina à envoyer sa chaloupe a terre avec mon domestique. On fit p l u s i e u r s voyages ce j o u r - l à et les jours s u i v a n s , ensorte q u e nous fûmes tous dans la joie d'avoir d e bonne e a u , quoique plusieurs n'en usassent g u è r e , a i m a n t m i e u x le vin et l e taffia, q u i était sur l e pont à discrétion. J e dois pourtant dire à la louange du C a p i t a i n e , q u ' i l était très-sobre. Il m'a m ê m e souvent témoigné sa peine sur les excès d e son é q u i p a g e , à q u i , suivant l'usage des


ET CURIEUSES. 327 C o r s a i r e s , i l est obligé de laisser b e a u c o u p de liberté. Il me fit ensuite une confidence assez plaisante. M o n s i e u r , me d i t - i l , savezvous que d e m a i n c i n q u i è m e du présent mois de N o v e m b r e , suivant notre m a n i è r e d e compter ( car nous autres F i a n ç a i s nous comptions l e q u i n z e ) les A n g l a i s font une très-grande fête ? Et quelle f ê t e , l u i d i s - j e ? Nous b r û l o n s le P a p e , m e répondit-il en riant. E x p l i q u e z - m o i , r e p r i s - j e , ce q u e c'est que cette cérémonie. On h a b i l l e b u r l e s q u e m e n t , me d i t - i l , une espèce de s t a tue r i d i c u l e , qu'on appelle le P a p e , et qu'on b r û l e ensuite en chantant des v a u d e v i l l e s , et tout cela en mémoire du jour où l a Cour de Rome sépara l'Angleterre de sa c o m m u n i o n . D e m a i n , c o n t i n u a - t - i l , nos gens qui sont à terre feront la cérémonie a u F o r t . Après q u o i , il lit hisser sa flamme et son pavillon. L e s matelots montèrent sur l e s h a u t s - b a n c s , le tambour b a t t i t , on lira d u c a n o n , et l'on cria cinq fois vive le Roi. C e l a fait : il appela un de ses m a t e l o t s , q u i , au grand p l a i s i r de ceux qui entendaient sa l a n g u e , chanta une fort l o n g u e chanson ; que je jugeai être le récit de toute cette i n d i g n e histoire. Voilà un t r a i t , mon Révérend P è r e , qui confirme bien ce que tout l e monde sait d é j à , que l ' h é i é s i e poussé toujours aux derniers excès son animosité centre le Chef visible de l ' E g l i s e . S u r l e soir nous vîmes venir un grand canot à force de r a m e s . L e C a p i t a i n e , q u i se tenait toujours sur ses gardes et qui ne


328

LETTRES ÉDIFIANTES.

p o u v a i t pas s'ôter de l'esprit q u e nos gens c h e r c h a i e n t à le s u r p r e n d r e , fit faire a u s s i tôt branle bas, on tira s u r - l e - c h a m p u n c o u p de p i e r r i e r , et l a p i r o g u e a y a n t fait son s i g n a l , tout fut t r a n q u i l l e . C'était l e L i e u t e n a n t q u i était a l l é faire le dégât s u r les h a b i t a t i o n s , le long de la r i v i è r e . I l rapporta q u ' i l n'avait visité que d e u x ou trois p l a n t a t i o n s , où il n'avait trouvé personne. I l ajouta q u ' i l a l l a i t r e m o n t e r p o u r mettre l e feu par-tout. Eu effet après avoir s o u p é , et avoir a m p l e m e n t conféré avec les p r i n c i p a u x , il repartit. J e d e m a n d a i d ' a l l e r avec lui j u s q u ' a u Fort p o u r c h e r c h e r m e s p a p i e r s , mais je fus refusé ; et p o u r m ' a d o u c i r un peu l a peine que me fesait ce r e f u s , M o n s i e u r P o t t e r , me d i t q u ' i l m'y m è n e r a i t l u i - m ê m e . J e pris donc p a t i e n c e , et j e tâchai de r é p a r e r , par u n peu de s o m m e i l , l a perte des nuits précédantes ; m a i s ce fut i n u t i l e m e n t : l e b r u i t , l e fracas et la m a u vaise o d e u r , ne m e p e r m i r e n t pas de fermer l'œil. L e Dimanche m a t i n je m'attendais à v o i r q u e l q u e e x e r c i c e de R e l i g i o n ; car j u s q u e s l à je n'avais aperçu a u c u n e m a r q u e de C h r i s t i a n i s m e : m a i s tout fut à l ' o r d i n a i r e , e n sorte q u e je ne pus pas m ' e m p ê c h e r d e t é m o i g n e r ma surprise. L e C a p i t a i n e me d i t q u e dans l e u r secte c h a c u n servait Dieu à sa mode ; q u ' i l y avait p a r m i e u x , c o m m e a i l l e u r s , des bons et des m a u v a i s , et q u e ,

qui bien fesait,

bien trouverait.

Il tira en

m ê m e - t e m p s de son coffre un l i v r e de dévo-


ET

CURIEUSES.

329

t i o n , et j e m aperçus q u ' i l y jeta q u e l q u e fois les y e u x dans l e cours de l a j o u r n é e , et le D i m a n c h e suivant. C o m m e i l m'a toujours paru plein de r a i s o n , j ' a v a i s soin de jeter de temps en temps dans la conversation q u e l q u e mots de controverse et de m o r a l e q u ' i l recevait fort bien ; se fesant e x p l i quer par des Interprètes ce q u ' i l n'entendait pas. Il m e dit m ê m e un j o u r , q u ' i l ne v o u l a i t plus faire l e métier de Corsaire : q u e Dieu l u i donnait aujourd'hui du bien q u i peut-être l u i serait bientôt enlevé par d ' a u tres ; q u ' i l n ' i g n o r a i t pas q u ' i l n ' e m p o r t e r a i t rien en mourant ; que du reste je ne devais pas m'attendre à trouver p l u s de piété dans u n Corsaire F r a n ç a i s , ou m ê m e E s p a g n o l , que j ' e n voyais dans son v a i s s e a u , parce q u e ces sortes d ' a r m é n i e n s ne sont guère c o m p a tibles avec les exercices de dévotion. J e vous a v o u e , mon R é v é r e n d P è r e , q u e j ' é t a i s étonné de voir de tels sentimens dans la bouche d'un Huguenot A m é r i c a i n : c a r tout le monde sait combien celte partie d u monde est éloignée du r o y a u m e de D i e u et de tout ce qui y conduit. J e l ' a i exhorté p l u s i e u r s fois à d e m a n d e r au S e i g n e u r d e l ' é c l a i r e r et de ne pas le laisser m o u r i r dans les ténèbres d e l ' h é r é s i e , où i l a eu le m a l h e u r de naître et d'être élevé. C o m m e les canots a l l a i e n t et venaient i n cessamment de terre à bord et de bord à terre pour transporter l e p i l l a g e , i l en vint un ce s o i r - l à m ê m e , q u i conduisait un F r a n ç a i s avec cinq I n d i e n s . C'était un de nos soldats


33o LETTRES ÉDIFIANTES q u i d e p u i s une q u i n z a i n e de jours était a l l é c h e r c h e r des Sauvages pour les faire t r a v a i l l e r , et qui ne sachant pas q u e les A n g l a i s étaient maîtres du F o r t , s'était jeté entre l e u r s mains. J e représentai au s i e u r P o t t e r , que les Indiens étant l i b r e s p a r m i n o u s , il ne d e v a i t , ni ne pouvait les p r e n d r e p r i s o n n i e r s , sur-tout n'ayant pas été trouvés l e s armes à la main ; mais il me répondit q u e ces sortes de gens étaient esclaves à Rodelan, et q u ' i l les y c o n d u i r a i t m a l g r é tout ce q u e je pourrais lui d i r e . I l les a e m m e n é s en effet avec les Arouas q u ' i l avait d'abord p r i s dans la b a i e d'Ouyapoc : peut être a - t - i l envie d e revenir dans ce p a y s , et de se servir de ces m i s é r a b l e s p o u r faire des descentes s u r les cotes ; peut-être aussi les l a i s s e r a - t - i l à Surinam. J e le s o m m a i cependant le l u n d i m a l i n de l a parole q u ' i l m'avait donnée de m e m e n e r à terre ; m a i s i l n'y eut pas m o y e n de r i e n o b t e n i r , et i l fallut se contenter de b e l l e s promesses ; ensorte que je désespérais de revoir j a m a i s mon a n c i e n n e d e m e u r e , l o r s q u ' i l vint l u i - m ê m e à m o i , l e m a r d i , m e d i r e que si je voulais a l l e r au F o r t , il m ' y ferait conduire. J ' a c c e p t a i b i e n volontiers son offre ; m a i s avant que je m ' e m b a r q u a s s e , il me r e c o m m a n d a fort de ne pas f u i r , p a r c e q u ' o n ne m a n q u e r a i t p a s , d i t - i l , de vous arrêter avec un coup de fusil : je l e rassurai l à - d e s s u s , et nous partîmes. C e l u i q u i c o m m a n d a i t le canot était le

second Lieutenant, celui-là même qui m'avait


ET

CURIEUSES.

331

menacé de m e couper la l a n g u e ; et comme je m'en étais plaint au C a p i t a i n e , qui l u i en avait sans doute p a r l é , il s'excusa fort l à dessus en c h e m i n , et me lit m i l l e politesses. Nous arrivâmes insensiblement au t e r m e , et aussitôt je vis tous ceux qui gardaient l e F o r t , venir au débarquement les uns avec des fusils, les autres avec des sabres pour me recevoir. Peu accoutumés peut-être à l a bonne foi, ils craignaient toujours que je ne l e u r é c h a p p a s s e , m a l g r é tout ce que je pouvais leur dire pour les tranquilliser sur mon compte. Après que nous fûmes un peu r e p o s é s , j e demandai d'aller chez m o i , et l'on m ' y conduisitsous une bonne escorte. J e commençai d'abord par visiter l ' E g l i s e , afin de voir pour la dernière fois dans quel état elle était ; et comme je ne pus retenir mes larmes et mes s o u p i r s , en voyant l e s autels renversés, l e s tableaux d é c h i r é s , les pierres sacrées mises en pièces et éparses de côté et d ' a u t r e , l e s deux principaux de la bande me dirent q u ' i l s étaient bien fâchés de tout ce désordre, que cela s'était f a i t , m a l g r é leurs i n t e n t i o n s , par les M a t e l o t s , l e s Nègres et les Indiens dans la fureur du p i l l a g e et dans l ' a r d e u r de l ' i v r e s s e , et q u ' i l s m'en fesaient l e u r s e x c u ses. J e leur répondis que c'était à Dieu princ i p a l e m e n t , et p r e m i è r e m e n t , q u ' i l s devaient demander pardon d'une telle profanation dans son T e m p l e , q u ' i l était très à c r a i n d r e pour eux q u ' i l ne se vengeât et q u ' i l ne l e s châtiât comme i l s l e méritaient. J e me jetai


332 LETTRES ÉDIFIANTES ensuite à genoux et je fis une espèce d'amende honorable à Dieu à la sainte Vierge et à saint J o s e p h , à l'honneur desquels j'avais dressé des a u t e l s , pour exciter la dévotion de mes Paroissiens ; après quoi je me levai et nous p r î m e s le chemin de m a maison. J'avais autour de moi cinq à six personnes qui observaient scrupuleusement toutes mes d é m a r c h e s , tous mes m o u v e m e n s , et surtoutles coups-d'oeil que j e jetais. J e ne voyais pas pourquoi tant d'attention de l e u r p a r t , mais je le sus dans la suite. Ces bonnes g e n s , avides au dernier p o i n t , s'imaginaient q u e j'avais de l'argent caché ; et q u e , lorsque j'avais témoigné tant d'empressement de r e venir à t e r r e , c'était pour voir si on n'avait pas découvert mon trésor. Nous entrâmes donc tous ensemble dans la m a i s o n , et ce fut un vrai chagrin pour m o i , je vous l ' a v o u e , de voir l'affreux désordre où elle était. Il y a près de dix-sept ans que j ' a l l a i pour l a première fois à Ouyapoc, et que je c o m mençai d'y amasser ce qui est nécessaire pour la fondation des Missions I n d i e n n e s , p r é voyant que ce quartier abondant en S a u v a ges, fournirait une vaste carrière à notre z è l e , et que la cure d'Ouyapoc serait c o m m e l ' e n trepôt de tous les autres établissemens. J e n'avais cessé depuis ce temps-là de me fournir toujours de m i e u x en m i e u x par les soins charitables d'un de nos P è r e s , qui voulait bien être mon correspondant à C a y e n n e . Dieu a permis qu'un seul jour absorbât le fruit de tant de peines et de tant d'années : que son


333 ET C U R I E U S E S . saint nom soit béni. Ce qui me fâche le p l u s , c'est de savoir les trois M i s s i o n n a i r e s , q u i restent dans ce q u a r t i e r - l à , dénués de t o u t , sans que je puisse pour le présent l e u r procurer même le pur n é c e s s a i r e , malgré toute la libéralité et les bonnes intentions de nos Supérieurs. E n f i n , après avoir parcouru rapidement tous les petits appartemens qui servaient de logement à nos P è r e s , quand ils venaient me v o i r , j'entrai dans mon cabinet : je trouvai tous mes livres et papiers par t e r r e , d i s p e r s é s , confondus et à moitié déchirés. J e pris ce que je p u s , e t , comme on me p r e s sait de finir, i l fallut m'en retourner a u Fort. P e u d'heures après arrivèrent ceux q u i étaient allés ravager les habitations ; et s'étant un peu r a f r a î c h i s , ils continuèrent l e u r route j u s q u ' a u v a i s s e a u , emportant avec eux ce q u ' i l s avaient p i l l é , q u i , de l e u r a v e u , et à l e u r grand r e g r e t , n'était pas fort considérable. L e lendemain toute la matinée se passa à achever de faire des b a l l o t s , à casser les m e u bles qui restaient dans les différentes m a i s o n s , à arracher les s e r r u r e s , les gonds des portes, sur-tout ce qui était de cuivre ; et e n f i n , vers m i d i , on mit le feu aux m a i sons des h a b i t a n s , lesquelles furent bientôt réduites en c e n d r e s , n'étant couvertes que de p a i l l e , suivant l'usage du pays. Comme je voyais bien que la mienne allait avoir l e même sort, j e pressai beaucoup pour qu'on m ' y


LETTRES ÉDIFIANTES 334 c o n d u i s î t , afin d e r e c u e i l l i r l e p l u s de l i v r e s et d e p a p i e r s q u e j e p o u r r a i s . L e second L i e u t e n a n t , qui était le C h e f , affecta a l o r s de d é c h a r g e r d e v a n t m o i un p i s t o l e t q u ' i l p o r t a i t en b a n d o u l i è r e , et il l e r e c h a r g e a tout de s u i t e , a y a n t g r a n d soin d e m e l e faire r e m a r q u e r . J ' a i c o n ç u d e p u i s d ' o ù v e n a i t cette affectation de sa p a r t . E n s u i t e i l m e fit d i r e q u e si j e v o u l a i s a l l e r c h e z m o i , il m'y conduirait. Etant a r r i v é , je me mis à chercher encore q u e l q u e s p a p i e r s , et c o m m e i l ne r e s t a i t avec m o i q u ' u n M a t e l o t q u i p a r l a i t f r a n ç a i s , tous l e s a u t r e s s'étant u n peu é c a r t é s , à dessein s a n s d o u t e , c e l u i - c i m e d i t : m o n P è r e , tous n o s gens sont l o i n , s a u v e z - v o u s , si v o u s v o u lez. J e compris bien qu'il voulait m e tenter, et j e lui r é p o n d i s f r o i d e m e n t , q u e des h o m m e s de notre état ne savent ce q u e c'est q u e de m a n q u e r à l e u r parole. J'ajoutai que si j ' a v a i s v o u l u p r e n d r e la f u i t e , i l y a v a i t l o n g temps que je l'aurais f a i t , en ayant plusieurs fois trouvé l ' o c c a s i o n f a v o r a b l e , p e n d a n t q u ' i l s s'amusaient à p i l l e r ou à boire. E n f i n , a p r è s avoir b i e n f o u i l l é p a r - t o u t , et n e trouvant p l u s r i e n , je d é c l a r a i q u e j ' a v a i s fini, et q u e n o u s n o u s en i r i o n s q u a n d i l l e u r p l a i r a i t . A l o r s l e L i e u t e n a n t s ' a p p r o c h a avec u n a i r g r a v e et m e n a ç a n t , et m e fit d i r e p a r l'interprète, que j'eusse à leur montrer l'end r o i t où j ' a v a i s c a c h é m o n a r g e n t , s i n o n q u ' i l m ' a r r i v e r a i t m a l h e u r . J e r é p o n d i s avec cette assurance que donne la v é r i t é , que je n'avais p o i n t c a c h é d ' a r g e n t , q u e si j ' a v a i s pensé à


335 ET CURIEUSES. mettre quelque chose en sûreté, j a u r a i s commencé par ce qui servait à l'autel. Vous a v e z beau nier le f a i t , m e répondit pour lors l'Interprète par l'ordre de l'Officier, n o u s sommes certains, à n ' e n pouvoir douter, que vous avez beaucoup d'argent, car les soldats qui sont à bord prisonniers n o u s l'ont d i t , et cependant nous n'en avons trouvé que fort peu dans votre armoire. Il faut donc que v o u s l'ayez c a c h é , et si vous ne le donnez pas a u plus v i t e , prenez garde à v o u s , vous s a v e z que mon pistolet n'est pas mal chargé. J e me jetai pour lors à genoux, en disant qu'ils étaient les maîtres de m'ôter la vie puisque j'étais entre leurs mains et à leur discrétion ; que cependant, s'ils voulaient e n venir l à , j e les suppliais de me donner un moment pour faire ma prière : que du reste, j e n'avais pas d'autre argent que celui qu'ils avaient déjà pris. Enfin, après m'avoir laissé quelque temps dans cette situation, en se regardant l'un l'autre, ils me dirent de me lever et de les suivre. Ils me menèrent sous la galerie de la m a i son qui donnait sur un petit plantage de cacaoyers, que j'avais fait en forme de verger ; e t , m'ayant fait asseoir, le Lieutenant se mit aussi sur u n e chaise ; après quoi, prenant u n air g a i , il me fit dire que je n e devais pas avoir p e u r , qu'il ne prétendait pas me faire aucun mal ; mais qu'il était impossible que je n'eusse rien c a c h é , puisque j'en avais eu le temps, les ayant vu passer devant ma p o r t e , lorsqu'ils allaient prendre le Fort,


336 LETTRES ÉDIFIANTES J e l u i r é p é t a i ce q u e j ' a v a i s déjà d i t si s o u v e n t , q u e l a f r a y e u r n o u s a v a i t si fort s a i s i s a u b r u i t q u ' i l s firent d a n s l a n u i t p a r l e u r s h u é e s , p a r l e u r s c r i s , et p a r l a q u a n t i t é d e c o u p s q u ' i l s t i r è r e n t , q u e nous n ' a v i o n s songé d ' a b o r d q u ' à n o u s m e t t r e à couvert d e l a mort par une prompte f u i t e , d'autant p l u s q u e n o u s n o u s i m a g i n i o n s q u ' i l s se r é p a n d a i e n t e n m ê m e - t e m p s d a n s toutes l e s maisons. Mais enfin, r é p l i q u a - t - i l , les Français p r i s o n n i e r s c o n n a i s s e n t b i e n vos f a c u l t é s : pourquoi nous auraient-ils avertis que vous a v i e z b e a u c o u p d ' a r g e n t , si c e l a n ' é t a i t p a s v r a i ? Ne v o y e z - v o u s p a s , l u i d i s - j e , q u ' i l s ont v o u l u vous flatter, et vous f a i r e l e u r c o u r à m e s d é p e n s ? N o n , n o n , c o n t i n u a - t - i l , c'est q u e v o u s ne v o u l e z p a s vous d e s s a i s i r de v o t r e trésor. J e vous assure p o u r t a n t , et j e v o u s d o n n e m a p a r o l e d ' h o n n e u r , q u e vous a u r e z v o t r e l i b e r t é , et q u e n o u s vous l a i s s e r o n s i c i s a n s b r û l e r vos m a i s o n s , si vous v o u l e z enfin d é c o u v r i r votre trésor. C'est b i e n i n u t i l e m e n t , l u i r é p o n d i s - j e , e n n u y é d e tous ses d i s c o u r s , q u e vous m e faites de si vives i n s t a n c e s . E n core une fois, je n'ai pas autre chose à vous d i r e , q u e ce q u e j e v o u s a i d é j à si s o u v e n t répété. Il parla alors au matelot q u i servait d ' i n t e r p r è t e , et q u i n ' a v a i t p a s cessé d e m e r e g a r d e r p e n d a n t tout cet e n t r e t i e n , p o u r v o i r de q u e l côté j e j e t a i s l e s y e u x ; a p r è s q u o i , c e l u i - c i a l l a v i s i t e r tous m e s c a c a o y e r s . J e m e rappelai pour lors un petit e n t r e t i e n q u e j ' a v a i s e u avec l e C a p i t a i n e , q u e l ques


ET

CURIEUSES.

337

ques jours auparavant. J e l u i disais q u e , si les sentinelles avaient fait leur d e v o i r , et qu'elles nous eussent avertis de l'arrivée d e l ' e n n e m i , nous aurions caché nos m e i l l e u r s effets. Dans quel e n d r o i t , me d i t - i l , auriezvous mis tout cela ? L ' a u r i e z - vous enfoui dans la terre ? Non, répondis-je, nous nous serions contentés de transporter tout dans l e h o i s , et de l e couvrir de feuillages. C'est donc là-dessus que ces rusés C o r s a i r e s , q u i pesaient et combinaient toutes nos p a r o l e s , s'imaginant que je n'avais pas eu le temps de porter bien loin ce que j'avais de p r é c i e u x , v o u l u r e n t , par un dernier effet de l e u r c u p i dité et de l e u r défiance, parcourir le dessous des arbres de mon jardin. M a i s il était i m possible q u ' i l s y trouvassent ce qui n'y avait pas été m i s : aussi le matelot s'ennuya-t-il bientôt de chercher ; e t , étant r e v e n u , nous p r î m e s tous ensemble le chemin du f o r t , e u x sans a u c u n b u t i n , moi avec le p e u de papiers que j'avais ramassés. Alors i l conférèrent ensemble pendant q u e l q u e temps ; e t , vers les trois h e u r e s , ils allèrent mettre l e feu chez moi. J e l e s p r i a i d'épargner au moins l ' E g l i s e , et ils m e l e promirent. E l l e b r û l a pourtant ; et comme je m'en p l a i g n a i s , i l s me dirent que le v e n t , qui était ce jour-là t r è s - g r a n d , avait emporté sans doute quelques étincelles qui l'avaient embrasée. I l fallut se contenter de cette r é p o n s e , et laisser à Dieu le t e m p s , le s o i n , et l a manière de venger l'insulte faite à sa maison. Pour m o i , voyant les flammes s'élever jusque P Tome VII.


338 LETTRES ÉDIFIANTES a u x n u e s , et ayant le cœur percé de la p l u s vive d o u l e u r , je me mis à réciter le Pseaume 7 8 .

DEUS,

nenerunt gentes,

etc.

E n f i n , lorsque tout fut transporté a u x canots, nous nous e m b a r q u â m e s nous-mêmes. Il était un peu p l u s de cinq h e u r e s ; et les m a t e l o t s , qui devaient nous suivre dans d e u x petits c a n o t s , achevèrent d ' i n c e n d i e r toutes les maisons du fort ; ensuite s'étant retirés u n peu au large dans la r i v i è r e , et se laissant dériver tout doucement au c o u r a n t , ils crièrent plusieurs fois : Houra, qui est l e u r Vive Le Roi, et l e u r cri de joie. Ils n'avaient pas n é a n moins grand sujet de s'applaudir de l e u r e x p é d i t i o n , qui ne l e u r était ni g l o r i e u s e , p u i s q u e , sans l a noire trahison qui nous avait livrés entre l e u r s m a i n s , elle ne l e u r eût j a m a i s réussi ; ni u t i l e , p u i s q u ' e n nous f e s a n t , à la v é r i t é , beaucoup de tort, ils en tiraient très-peu de profit. J e m'attendais à trouver le vaisseau où je l'avais l a i s s é , mais il avait déjà pris l e large ; en sorte que nous n ' y arrivâmes q u e bien avant dans la n u i t , ce q u i fit qu'on ne déchargea le butin que le l e n d e m a i n m a t i n 19 du mois. On n'avança guère de toute cette j o u r n é e , quoiqu'on se servît d'avirons, ne pouvant pas faire voile faute de vent. Cette lenteur m ' i n q u i é t a i t b e a u c o u p , parce que j ' a u r a i s voulu savoir au plutôt q u e l serait mon sort. M e laisseront-ils à C a y e n n e , me disais-je en m o i - m ê m e ? Me m è n e r o n t ils à S u r i n a m ? Me conduiront-ils à la B a r b a d e , ou m ê m e jusqu'à la Nouvelle A n g l e -


ET C U R I E U S E S . 339 terre ? Et comme je m'entretenais dans ces p e n s é e s , couché dans ma c a b a n e , que je ne pouvais q u i t t e r à cause de mon extrême faib l e s s e , et du mal de mer qui m ' i n c o m m o d a i t i n f i n i m e n t , q u e l q u ' u n me vint dire qu'on avait renvoyé à terre trois de nos soldats avec une v i e i l l e Indienne prise dans le canot d ' A r o ü a s , dont j ' a i déjà p a r l é , J'en fus un p e u surpris ; et en ayant demandé la raison a u C a p i t a i n e , il me dit que c'étaient autant de bouches i n u t i l e s de moins. Et p o u r q u o i , l u i d i s - j e , ne faites-vous pas de m ê m e e n vers tous les autres prisonniers ? C'est q u e j'attends une bonne rançon de vous a u t r e s , r é p l i q u a - t - i l . Il aurait accusé p l u s j u s t e , s ' i l eut dit q u e , voulant faire des descentes à C a y e n n e , il appréhendait que q u e l q u ' u n des siens n'y fût p r i s , et qu'en ce c a s , i l voulait avoir de quoi faire u n échange ; ce q u i est arrivé en effet, comme on le verra dans la suite. L e vent ayant u n p e u fraîchi sur le s o i r , nous fîmes route toute la nuit ; et dès avant m i d i , on nous aperçut de C a y e n n e , à la h a u teur d'un gros r o c h e r , qu'on nomme C o n n é t a b l e , et q u i est à cinq ou six lieues a u l a r g e . On y était instruit déjà du désastre arrivé à Ouyapoc, soit par un b i l l e t qu'avait écrit un jeune S a u v a g e , soit par q u e l q u e s h a b i tans d'Aproakac, q u i étaient venus se réfugier à C a y e n n e : m a i s on en ignorait toutes les circonstances ; et le p u b l i c , comme il arrive o r d i n a i r e m e n t en p a r e i l c a s , fesait c o u r i r p l u s i e u r s bruits p l u s fâcheux les uns que

P

2


340

LETTRES ÉDIFIANTES les autres : les u n s d i s a i e n t q u e tout avait

été massacré à Ouyapoc,

et q u e m o i , e n

p a r t i c u l i e r , j ' a v a i s souffert m i l l e c r u a u t é s . L e s autres p u b l i a i e n t q u ' i l y avait p l u s i e u r s v a i s s e a u x , et q u e C a y e n n e p o u r r a i t b i e n avoir le m ê m e sort. Ce q u i p a r a i s s a i t un p e u a c c r é d i t e r cette d e r n i è r e n o u v e l l e , c'est q u e le navire q u i nous avait p r i s , e m m e n a i t avec l u i trois c a n o t s , q u i , avec sa c h a l o u p e , fesaient c i n q b â t i m e n s , l e s q u e l s a y a n t des voiles et étant b i e n au l a r g e , ne l a i s s a i e n t pas de p a r a î t r e q u e l q u e chose de c o n s i d é r a b l e à c e u x q u i étaient à terre. P o u r m o i , dans la p e r s u a s i o n où j ' é t a i s q u e nos P è r e s , q u e j ' a v a i s laissés dans le b o i s , ou q u e l q u e s - u n s des F r a n ç a i s q u i a v a i e n t f u i , n'avaient pas m a n q u é d ' a l l e r au p l u s v i t e à C a v e n n e , donner p a r e u x - m ê m e s des n o u v e l l e s sûres de notre triste s o r t , ou touta u - m o i n s d'y envoyer d ' a m p l e s i n s t r u c t i o n s l à - d e s s u s , je m ' i m a g i n a i s q u ' o n e n v e r r a i t q u e l q u ' u n p o u r m e r é c l a m e r ; m a i s je m e t r o m p a i s , et l'on i g n o r a i t p a r f a i t e m e n t tout ce q u i m'était a r r i v é . C e p e n d a n t l e V e n d r e d i se p a s s a , et l e l e n d e m a i n nous m o u i l l â m e s tout p r o c h e de l'Enfant Perdu : c'est u n é c u e i l é l o i g n é de terre de six m i l l e treize toises ; ce q u i a été e x a c t e m e n t mesuré p a r M . de la C o n d a m i n e , M e m b r e de l ' A c a d é m i e R o y a l e des S c i e n c e s , à son retour du P é r o u . Vers les neuf h e u r e s du m a t i n , après de g r a n d s m o u v e m e n s dans l e n a v i r e , je vis d é m a r r e r d e u x g r a n d s canots q u i a l l a i e n t à u n e p e t i t e r i v i è r e n o m m é e Macouria, pour y


341 ET CURIEUSES. ravager s p é c i a l e m e n t l'habitation d'une c e r t a i n e D a m e ; en r e v a n c h e , d i s a i e n t - i l s , d e q u e l q u e s sujets de mécontentemens q u ' e l l e avait donnés autrefois à des A n g l a i s q u i avaient été chez e l l e p r e n d r e des syrops : car vous savez, mon R é v é r e n d P è r e , qu'en temps de p a i x , cette Nation c o m m e r c e i c i , p r i n c i p a l e m e n t p o u r fournir des chevaux a u x s u c r e r i e s . C o m m e je ne r e m a r q u a i que treize h o m m e s dans c h a q u e p i r o g u e , y compris d e u x F r a n ç a i s q u i devaient l e u r servir de g u i d e s , j e c o m m e n ç a i dès-lors à concevoir q u e l q u e espérance de ma l i b e r t é , parce q u e je m ' i m a g i n a i s b i e n que l e temps étant fort s e r e i n , on s'apercevrait à terre de cette m a n o e u v r e , et qu'on ne m a n q u e r a i t pas de courir sus. J e m ' e n t r e t e n a i s ainsi dans cette douce p e n sée, lorsqu'on vint me d i r e q u e ces canots devaient a l l e r p r e m i è r e m e n t à Couron, qui n'est é l o i g n é de Macouria q u e d'environ q u a t r e l i e u e s , p o u r y p r e n d r e , s'ils p o u v a i e n t , l e P è r e L o m b a r d , ce M i s s i o n n a i r e q u i t r a v a i l l e avec tant d e succès et d e p u i s si l o n g - t e m p s dans l a G u y a n e à l a conversion des S a u v a g e s , afin d ' e x i g e r de l u i une rançon convenable à son âge et à son m é r i t e . J e vous laisse à penser q u e l coup de foudre ce fut p o u r moi q u ' u n e nouvelle de c e l t e n a t u r e : car je v o y a i s par m o i - m ê m e q u e , si ce d i g n e M i s s i o n n a i r e était conduit à notre b o r d , i l s u c c o m b e r a i t i n f a i l l i b l e m e n t a. la f a t i g u e . M a i s la P r o v i d e n c e , qui ne v o u l a i t pas affliger j u s q u ' à ce point nos M i s s i o n s , déconcerta l e u r projet. Ils é c h o u è r e n t en c h e m i n , e t P 3


342

LETTRES

ÉDIFIANTES

furent obligés de s'en tenir à l e u r p r e m i e r dessein, qui était d'insulter seulement Macouria. Ils y e n t r è r e n t , en effet, le Dimanche m a t i n ; i l s p i l l è r e n t et r a v a g è r e n t , pendant tout le jour et toute la n u i t , l'habitation q u i était l'objet de l e u r haine ; et, après avoir m i s le feu aux maisons le l u n d i m a t i n , i l s retournèrent à b o r d , sans que personne fît l a m o i n d r e opposition : les Nègres étaient si fort e f f r a y é s , q u ' i l s n'osaient p a r a î t r e , et les F r a n ç a i s qu'on avait envoyés de C a y e n n e , dès le Dimanche m a t i n , n'avaient p u encore arriver. Pendant cette e x p é d i t i o n , ceux q u i étaient restés avec moi dans le v a i s s e a u , raisonnaient chacun suivant ses desirs ou ses craintes. L e s uns appréhendaient un h e u r e u x succès de cette e n t r e p r i s e , et les autres le desiraient : e n f i n , comme chacun se repaissait ainsi de ses propres i d é e s , je vis encore sur notre bord une grande agitation vers les trois h e u r e s a p r è s - m i d i : c'était l e maître de l ' é q u i p a g e , h o m m e vif, h a r d i et d é t e r m i n é , qui, à la tête d e neuf hommes s e u l e m e n t , a l l a i t dans l a chaloupe tenter une descente à la c ô t e , tout proche de C a y e n n e , se fesant conduire par un Nègre qui connaît l e P a y s , parce q u ' i l est Créole. P e u t - ê t r e aussi que le sieur Potter voulait faire d i v e r s i o n , et empêcher p a r - l à qu'on envoyât de C a y e n n e après ceux de ses gens q u i a l l a i e n t à Macouria. Q u o i q u ' i l en s o i t , lorsque je fus averti du départ de la c h a l o u p e , je ne doutai plus


343

ET CURIEUSES.

q u e l e S e i g n e u r ne voulut m e t i r e r de m o n esclavage : persuadé que j ' é t a i s , q u e si l a p r e m i è r e troupe n'était pas a t t a q u é e , l a s e conde le serait i n f a i l l i b l e m e n t : ce que j e prévoyais arriva en effet. L e s dix A n g l a i s , après avoir p i l l é u n e de nos h a b i t a t i o n s , furent rencontrés p a r une troupe F r a n ç a i s e , et e n t i è r e m e n t défaits. T r o i s restèrent sur l a p l a c e , et sept furent faits prisonniers : de notre côté i l n'y e u t q u ' u n soldat blessé à l'épaule d'un coup de fusil. P o u r mon p a u vre N è g r e , il est s u r p r e n a n t q u e dans ce c o m b a t il n ' a i t pas m ê m e été blessé. L e S e i g n e u r a sans doute v o u l u l e récompenser de sa fidélité envers son M a î t r e : ce fut p a r l u i q u ' o n a p p r i t enfin à C a y e n n e tout l e d é t a i l de la prise d'Ouyapoc, et tout ce q u i m e regardait personnellement. Nous étions sur notre bord fort i m p a t i e n s de savoir q u e l l e réussite a u r a i e n t toutes ces e x p é d i t i o n s ; m a i s rien ne venait ni de l a c ô t e , ni d e Macouria. E n f i n , lorsque l e soleil c o m m e n ç a à p a r a î t r e , et q u ' i l fit assez c l a i r pour pouvoir d é c o u v r i r au l a r g e , c'était u n flux et reflux de matelots q u i m o n t a i e n t successivement à l a hune, et q u i r a p p o r taient toujours q u ' i l s ne voyaient rien ; m a i s vers l e s neuf h e u r e s le s i e u r Potter vint m e d i r e l u i - m ê m e q u ' i l avait aperçu trois c h a l o u p e s , q u i , partant de C a y e n n e , p r e n a i e n t le c h e m i n de Macouria, et a l l a i e n t sans doute trouver ses gens. P o u r l e t r a n q u i l l i s e r u n p e u , j e l u i r é p o n d i s que c e pouvaient être des canots d ' h a b i t a n s q u i , P

4


344

LETTRES ÉDIFIANTES

après avoir entendu la M e s s e , retournaient à leurs habitations. N o n , n o n , répliquat - i l , ce sont des chaloupes où il y a b e a u coup de monde ; je les découvre parfaitement b i e n avec m a lunette à l o n g u e v u e . Vos g e n s , ajoutai - j e , seront p e u t - ê t r e sortis d e la r i v i è r e avant que l e s nôtres y a r r i v e n t , et dès-lors il n'y a u r a point de c h o c . T o u t cela ne m ' i n q u i è t e p o i n t , m e r é p o n d i t - i l , mon monde est b i e n armé et p l e i n d e courage. L e sort de l a g u e r r e en d é c i d e r a , si les d e u x troupes en viennent a u x mains. M a i s , q u e pensez - vous de votre c h a l o u p e , l u i d e m a n d a i - j e ? J e la crois p r i s e , m e d i t - i l . A u s s i , souffrez q u e je vous r e p r é s e n t e , a j o u t a i - j e , q u ' i l y a un p e u de t é m é r i t é en vous d'avoir hasardé une descente avec si p e u de monde. Vous i m a g i n i e z - v o u s donc q u e C a y e n n e était un O u y a p o c ? C e n'était pas non p l u s m o n s e n t i m e n t , m e r é p o n d i t - i l ; m a i s c'est l a trop g r a n d e a r d e u r et l'excessive vivacité du m a î t r e de l ' é q u i p a g e q u i en est l a cause ; tant pis pour l u i , s'il l u i est arrivé q u e l q u e m a l h e u r . J ' e n ser a i s pourtant f â c h é , continua - t - i l , car j e l ' e s t i m e b e a u c o u p , et i l m'est t r è s - n é c e s saire. I l a u r a sans doute passé mes o r d r e s , car je l u i avais r e c o m m a n d é de ne pas m e t tre à t e r r e , m a i s s e u l e m e n t d ' e x a m i n e r d e près l'endroit l e p l u s c o m m o d e pour d é barquer. A p r è s nous être ainsi entretenus u n p e u de t e m p s , i l fit lever l ' a n c r e , et s'approcha


345 ET CURIEUSES. l e p l u s q u ' i l put de terre et de Macouria, tant pour c o u p e r c h e m i n à nos c h a l o u p e s , q u e pour c o u v r i r ses g e n s , et l e u r a b r é g e r le retour. C e p e n d a n t tout le D i m a n c h e se passa d a n s d e g r a n d e s i n q u i é t u d e s . Nos e n n e m i s é t a i e n t avertis q u ' i l y avait trois v a i s s e a u x en r a d e , p a r c e q u e les canots a l l a n t à Macouria, s'étaient assez a p p r o c h é s du port pour l e s d é c o u v r i r , et q u ' i l s avaient fait les s i g n a u x convenus avec l e C a p i t a i n e Potter. Or, q u e l q u e s - u n s c r a i g n a i e n t q u e ces n a v i r e s n e vinssent a t t a q u e r l e vaisseau p e n d a n t la n u i t . Aussi vers les sept h e u r e s du soir m i r e n t - i l s d e u x p i e r r i e r s a u x fenêtres de la c h a m b r e , outre les d o u z e q u i étaient sur le b o r d le long d u b â t i m e n t . M a i s le C a p i t a i n e était fort t r a n q u i l l e ; il m e dit q u e b i e n loin d ' a p p r é h e n d e r q u ' o ù vînt l ' a t t a q u e r , i l l e s o u h a i t a i t a u c o n t r a i r e , espérant de se r e n d r e m a î t r e de c e u x q u i oseraient l ' a p p r o c h e r . I l était effectivement b i e n a r m é en corsaire : sabres, pistolets, fusils, l a n c e s , grenades, b o u l e t s g a r n i s de goudron et de souffre, m i t r a i l l e , r i e n ne m a n q u a i t . J e crois q u e personne ne d o r m i t cette n u i t - l à ; rien pourtant ne p a r u t , ni de Macouria, ni de C a y e n n e , ce q u i nous i n q u i é tait tous infiniment. E n f i n , vers les h u i t h e u r e s d u m a t i n , le C a p i t a i n e vint me d i r e q u ' o n d é c o u v r a i t b e a u c o u p de fumée d u côté de Macouria, et que c'étaient ses gens sans doute qui avaient m i s le feu aux m a i sons de M a d a m e Cislet. ( C'est l e nom de

P

5


LETTRES ÉDIFIANTES 346 la D a m e à l ' h a b i t a t i o n de l a q u e l l e l e s A n g l a i s en v o u l a i e n t s i n g u l i è r e m e n t ) . J ' e n suis f â c h é , a j o u t a - t - i l , car j ' a v a i s défendu expressément de rien b r û l e r . P e u après on a p e r ç u t du h a u t de la h u n e cinq canots ou c h a l o u p e s en m e r , q u i p a r a i s s a i e n t se p o u r s u i v r e l e s u n s les autres ; c'étaient nos F r a n çais qui d o n n a i e n t la chasse aux A n g l a i s . L e s i e u r P o t i e r , en h o m m e fait au m é t i e r , l e c o n n u t b i e n t ô t , et agit en conséquence ; car i l leva l ' a n c r e , fit encore un petit m o u v e m e n t p o u r s ' a p p r o c h e r , et ordonna «à tout son m o n d e de p r e n d r e les a r m e s , a y a n t fait d e s c e n d r e en m ê m e - t e m p s d a n s la c a l e tous les p r i s o n n i e r s , soit F r a n ç a i s , soit I n d i e n s . J e v o u l u s y a l l e r m o i - m ê m e ; m a i s il me d i t q u e je pouvais rester dans l a c h a m b r e , et q u ' i l m ' a v e r t i r a i t q u a n d il en serait temps. P e n d a n t toute cette a g i t a t i o n , u n des c a n o t s , qui était a l l é à Macouria, s'approc h a i t de nous à force de r a m e s ; et p o u r s'assurer que c'étaient des A n g l a i s , on arbora la flamme et le p a v i l l o n , et l'on tira u n c o u p de c a n o n , a u q u e l l e canot a y a n t r é p o n d u p a r un coup de m o u s q u e t , s i g n a l dont i l s étaient c o n v e n u s , l a t r a n q u i l l i t é s u c c é d a à ce p r e m i e r m o u v e m e n t de c r a i n t e . M a i s il restait encore un canot en a r r i è r e , qui venait fort d o u c e m e n t avec l a Pagaye, ( espèce de p e l l e ou d ' a v i r o n , dont l e s S a u vages se servent p o u r tirer à la r a m e l e u r s c a n o t s ) , et l'on a p p r é h e n d a i t q u ' i l ne fût pris p a r nos c h a l o u p e s . A u s s i , à p e i n e l ' O f f i c i e r , q u i avait c o n d u i t l e p r e m i e r , e u t - i l fait d é -


ET

CURIEUSES.

347 c h a r g e r a l a hâte l e peu q u ' i l avait a p p o r t e , q u ' i l courut a u - d e v a n t p o u r l e c o n v o y e r , et l ' a y a n t enfin c o n d u i t à bon p o r t , et tout l e petit b u t i n étant e m b a r q u é dans l e vaiss e a u , c h a c u n pensa à se délasser de son m i e u x des fatigues de la m a r a u d e . L e p u n c h , la l i m o n a d e , l e v i n , l ' e a u - d e - v i e , l e s u c r e , r i e n n'était é p a r g n é . Ainsi se passa le reste d u j o u r et la n u i t du l u n d i a u m a r d i . P a r m i tous ces s u c c è s , q u i , q u e l q u e p e u c o n s i d é r a b l e s q u ' i l s fussent en s o i , étaient p o u r eux a u t a n t de sujets de t r i o m p h e , i l l e u r restait un g r a n d c h a g r i n ; c'était l a p r i s e de l e u r c h a l o u p e et des d i x h o m m e s qui l'avaient conduite à terre. Il f a l l u t d o n c p e n s e r sérieusement aux m o y e n s de les r a voir ; c'est p o u r q u o i , dès l e m a r d i m a t i n , après avoir conféré e n t r ' e u x , et tenu c o n s e i l sur c o n s e i l , i l s vinrent m e trouver et m e d i r e q u e l e vaisseau chassant considérab l e m e n t , soit à cause des courans q u i s o n t , en effet, très - forts dans ces p a r a g e s , soit p a r c e q u ' i l ne l e u r restait p l u s q u ' u n e petite a n c r e , ils ne pouvaient plus tenir la m e r , et q u ' i l s songeaient à a l l e r à S u r i n a m , C o l o n i e H o l l a n d a i s e , à 8 0 l i e u e s ou environ d e C a y e n n e ; q u ' i l s v o u d r a i e n t pourtant b i e n a u p a r a v a n t avoir des nouvelles de l e u r c h a l o u p e et de l e u r s gens q u i étaient allés à terre le s a m e d i . J e l e u r répondis q u e cela était très-aisé ; q u ' i l s n'avaient pour cela q u ' à armer un des canots qu'ils nous avaient pris, et l'envo e r à Cayenne proposer un é c h a n g e de prisonP 6


348 LETTRES ÉDIFIANTES n i e r s . M a i s voudra-t-on nous r e c e v o i r , m e d i r e n t - i l s ? Ne nous fera-t-on a u c u n m a l ? Nous s e r a - t - i l p e r m i s de r e v e n i r , etc. ? I l m e l u t aisé d e résoudre des doutes si m a l fondés , en l e u r d i s a n t , c o m m e i l est v r a i , q u e le droit des gens est de toutes les N a tions ; q u e l e s F r a n ç a i s ne se p i q u e n t p a s m o i n s q u e les A n g l a i s de l'observer ; q u ' i l n ' y avait rien de si o r d i n a i r e p a r m i les p e u p l e s civilisés q u e de voir des G é n é r a u x s'envoyer m u t u e l l e m e n t des h é r a u t s d ' a r m e s , trompettes ou t a m b o u r s , porter des p a r o l e s d ' a c c o m m o d e m e n t , et q u ' a i n s i i l s n ' a v a i e n t r i e n à c r a i n d r e p o u r c e u x de l e u r é q u i p a g e q u ' i l s e n v e r r a i e n t à terre. A p r è s de nouveaux e n t r e t i e n s q u ' i l s e u r e n t e n t r ' e u x , i l s c o m m e n c è r e n t à faire l e u r s p r o p o s i t i o n s , dont je trouvai q u e l q u e s - u n e s tout-à-fait d é r a i s o n n a b l e s : p a r e x e m p l e , i l s v o u l a i e n t qu'on l e u r r e n d i t l e u r c h a l o u p é avec toutes l e s a r m e s , et q u ' o n l e u r r e l â c h â t tous l e u r s p r i s o n n i e r s , eu q u e l q u e n o m b r e qu'ils fussent, pour quatre Français seulem e n t q u e nous étions. J e l e u r r é p o n d i s q u e j e ne c r o y a i s pas qu'on l e u r passât l ' a r t i c l e des a r m e s ; q u e p o u r ce q u i est des h o m m e s , l ' u s a g e est de c h a n g e r tête p o u r tête. M a i s vous s e u l , ne v a l e z - v o u s pas trente m a t e l o t s , m e dit un d e l ' a s s e m b l é e ? Non c e r t a i n e m e n t , l u i dis-je : u n h o m m e de m o n état en fait de guerre n e doit ê t r e c o m p t é pour rien. T o u t cela est bon p o u r la r a i l l e r i e , dit l e C a p i t a i n e , et p u i s q u e vous l e p r e n e z sur c e


ET CURIEUSES. 349 t o n , j e m ' e n v a i s mettre à la voile ; j e p u i s fort a i s é m e n t m e passer de d i x h o m m e s . I I m e reste encore assez d ' é q u i p a g e pour c o n t i n u e r m a c o u r s e . S u r l e c h a m p i l sort do l a c h a m b r e , donne des ordres ; on c o m m e n c e a m a n œ u v r e r , etc. M a i s h travers tout ce m a n è g e , je m'apercevois b i e n q u e ce n'était q u e feinte de l e u r part p o u r m ' i n t i m i d e r et pour m ' e n g a g e r à leur offrir d e u x m i l l e piastres q u ' i l s m'avaient déjà d e m a n dées pour ma rançon. C e p e n d a n t c o m m e j ' a v a i s g r a n d e envie d e m e tirer de l e u r s m a i n s , q u o i q u e je ne l e fisse point p a r a î t r e à l ' e x t é r i e u r , je fis a p p e l e r l e sieur P o t t e r , et je l u i dis q u ' i l ne d e v a i t p a s s'en tenir à m o n sentiment ; q u ' i l pouvait toujours e n v o y e r un canot à C a y e n n e faire l e s propositions q u ' i l j u g e r a i t à p r o p o s , sauf à M o n s i e u r l e C o m m a n d a n t de les a c c e p t e r ou de l e s rejeter. Il prit ce p a r t i , et me p r i a d e d i c t e r m o i - m ê m e l a lettre q u ' i l v o u l a i t é c r i r e , ce q u e je fis en suivant e x a c t e m e n t ce q u ' i l m e fésait d i r e p a r son s e c r é t a i r e . J ' é c r i v i s m o i - m ê m e u n mot à M o n s i e u r d ' O r v i l l i e r s et au Père d e V i l l e c o n t e , n o t r e S u p é r i e u r - g é n é r a l , p r i a n t l e p r e m i e r de s t i p u l e r d a n s les articles d e la n é g o c i a t i o n , si elle avait l i e u , q u ' o n m e r e n d r a i t tout ce q u i avait appartenu à mon E g l i s e , m'offrant à paver autant d'argent pesant q u e pesait l ' a r g e n t e r i e , et une c e r t a i n e somme dont n o u s étions convenus pour les m e u b l e s , o r u e m e n s et linges ; j e p r i a i s en m ê m e - t e m p s nos P è r e s , si l'affaire r é u s s i s s a i t , de m ' e n v o y e r de l ' a r g e n t


350

LETTRES ÉDIFIANTES

et des b a l a n c e s par le retour du c a n o t , à l'endroit où devait se l'aire l ' é c h a n g e des p r i s o n n i e r s , c ' e s t - à - d i r e en p l e i n e m e r , à m i c h e m i n du vaisseau et de la terre. T o u t e s ces lettres étant finies, l e canot fut e x p é d i é , et on y mit p o u r porter les p a quets un S e r g e n t fait prisonnier à O u y a p o c . Il avait ordre de faire b e a u c o u p de d i l i g e n c e , et comme c'était un h o m m e e x p é d i t i f , nous aurions eu une réponse p r o m p t e ; m a i s l e veut et le courant étaient si c o n t r a i r e s , q u ' i l ne put gagner C a y e n n e . Nous en fùmes tous e x t r ê m e m e n t fâchés. L e s A n g l a i s parce q u ' i l s commençaient à m a n q u e r d ' e a u , et que l e u r vaisseau dérivait encore considérab l e m e n t , n ' a y a n t p l u s , c o m m e je l'ai d i t , q u ' u n e fort petite a n c r e , q u ' i l s étaient o b l i gés de m o u i l l e r avec un g r a p i n ; et nous a u tres F r a n ç a i s , parce que nous souhaitions d'être l i b r e s . Il fallut pourtant p r e n d r e pat i e n c e , et s e résigner à la volonté de Dieu j u s q u ' à c e q u ' i l nous fit naître une n o u v e l l e ressource. E n f i n , l e M e r c r e d i m a t i n m'étant avisé de d e m a n d e r au C a p i t a i n e quel parti il était d é t e r m i n é à p r e n d r e , je fus a g r é a b l e m e n t surpris de l u i entendre dire q u e , si je v o u lais a l l e r à C a y e n n e m o i - m ê m e , j ' e n étais l e m a î t r e , avec cette condition que je ferais renvoyer tous les A n g l a i s qui étaient p r i sonniers. C e l a ne dépend pas de m o i , l u i d i s - j e ; mais je vous promets de faire tous mes efforts auprès de Monsieur l e C o m m a n d a n t pour l'obtenir. Après q u e l q u e s l é g è r e s diffi-


ET

CURIEUSES.

351

cultes, q u e je levai a i s é m e n t , nous é c r i v î m e s une n o u v e l l e l e t t r e à M o n s i e u r d ' O r v i l l i e r s , dont je devais être l e porteur ; et tout étant p r ê t , nous nous e m b a r q u â m e s q u a tre F r a n ç a i s et c i n q A n g l a i s p o u r v e n i r à Cayenne. E n prenant congé du C a p i t a i n e , je l u i d i s q u e si la g u e r r e continuait, et q u e l u i o u d ' a u t r e s d e sa Nation vinssent à Cayenne, je ne p o u r r a i s p l u s être fait p r i s o n n i e r . I l m e r é p o n d i t q u ' i l l e s a y a i t déjà ; l ' u s a g e étant d e ne pas faire d e u x fois p r i s o n n i e r u n e m ê m e personne d a n s le cours d ' u n e m ê m e g u e r r e , à m o i n s q u ' i l ne soit trouvé les a r m e s à la m a i n . J e l e r e m e r c i a i ensuite de ses m a n i è r e s h o n n ê t e s à mon é g a r d , et en lui serrant l a m a i n : M o n s i e u r , l u i d i s - j e , d e u x choses m e font de la p e i n e en vous q u i t t a n t . C e n'est pas p r é c i s é m e n t le p i l l a g e q u e vous avez fait à O u y a p o c , p a r c e q u e l e s F r a n ç a i s v o u s r e n d e n t p e u t - ê t r e a c t u e l l e m e n t la p a r e i l l e a v e c usure ; niais c'est en p r e m i e r l i e u , q u e n o u s ne sovons pas de l a m ê m e R e l i g i o n vous et moi ; et eu second l i e u , q u e vos g e n s n ' a i e n t pas voulu me rendre l e s effets de mon E g l i s e , a u x c o n d i t i o n s q u e j e vous ai p r o posées, quelque raisonnables qu'elles soient, p a r c e q u e j ' a p p r é h e n d e q u e la profanation d e ce q u i appartient au T e m p l e d u S e i g n e u r n ' a t t i r e sa c o l è r e sur vous. J e vous c o n s e i l l e , a j o u t a i - j e en l ' e m b r a s s a n t , de p r i e r D i e u c h a q u e j o u r de vous é c l a i r e r sur l e v é r i t a b l e c h e m i n du C i e l . C a r c o m m e i l n ' y a qu'un


352

LETTRES ÉDIFIANTES

D i e u , i l ne peut y a v o i r q u ' u n e v é r i t a b l e R e l i g i o n . A p r è s q u o i j e d e s c e n d i s dans l e canot qui devait nous c o n d u i r e , et aussitôt j e vis tout le monde m o n t e r sur l e g a i l l a r d ; la flamme et l e p a v i l l o n furent a r b o r é s , l e T a m b o u r battit une d i a n e , l e canon t i r a , et nous fûmes salués de p l u s i e u r s Houras, a u x q u e l s nous r é p o n d î m e s p a r autant d e

vive le Roi. A peine e û m e s - n o u s fait un q u a r t de l i e u e d e c h e m i n , q u e l e vaisseau a p p a r e i l l a , et nous le p e r d î m e s de v u e vers l e s cinq h e u res. C e p e n d a n t la mer était très-rude et nous n ' a v i o n s q u e de m a u v a i s e s p a g a y e s pour r a m e r ; m a i s par surcroît de m a l h e u r notre g o u vernail m a n q u a , c'est-à-dire qu'un gond de porte q u i tenait l i e u de v i s i n f é r i e u r e , sortit de sa p l a c e et t o m b a d a n s la m e r . Nous p r i m e s alors l e p a r t i , ne p o u v a n t faire m i e u x , d'attacher la b o u c l e du g o u v e r n a i l à la p l a n c h e q u i ferme les d e r r i è r e s des canots ; m a i s l e fer e u t bientôt rongé l a c o r d e , et nous nous t r o u v â m e s dans un t r è s grand danger. C e q u i a u g m e n t a i t nos c r a i n t e s , c'est q u e la n u i t devenait fort o b s c u r e , et que nous étions très-éloignés de la terre. Nous n o u s d é t e r m i n â m e s donc à m o u i l l e r j u s q u ' a u l e n d e m a i n m a t i n , p o u r savoir c o m m e n t nous p o u r r i o n s nous tirer de ce m a u v a i s pas ; et c o m m e les A n g l a i s connaissaient m i e u x que nous l e p é r i l où nous é t i o n s , l ' u n d'eux m e proposa de hisser un fanal au h a u t d'un d e s m â t s pour d e m a n d e r d u secours. M a i s je l u i


ET

C U R I E U S E S .

353

en r e p r é s e n t a i l ' i n u t i l i t é , p a r c e q u e n o u s étions trop au l a r g e pour être a p e r ç u s , et q u e d ' a i l l e u r s p e r s o n n e n ' a u r a i t osé v e n i r à n o u s d a n s l ' i n c e r t i t u d e si n o u s étions a m i s ou ennemis. Nous p a s s â m e s donc a i n s i cette c r u e l l e n u i t e n t r e la v i e et l a m o r t ; et ce q u ' i l y a encore de b i e n s u r p r e n a n t , c'est que n o u s avions m o u i l l é , sans le s a v o i r , a u m i l i e u d e d e u x g r a n d e s r o c h e s , q u e nous n ' a p e r ç û m e s q u e l o r s q u ' i l fît j o u r . A p r è s a v o i r r e m e r c i é D i e u de n o u s a v o i r si v i s i b l e m e n t p r o t é g é s , nous r é s o l û m e s d e g a g n e r l e r i v a g e afin d e r a d o u b e r notre c a n o t , s'il se p o u v a i t , o u d'en trouver u n a u t r e d a n s l e s h a b i t a t i o n s v o i s i n e s , o u , au p i s a l l e r , de n o u s r e n d r e p a r terre à C a y e n n e . M a i s voici u n n o u v e l a c c i d e n t ; c o m m e l'on ôtait l e g r a n d m â t , et que n o u s é t i o n s f a i b l e s d ' é q u i p a g e , on l e laissa a l l e r d u côté opposé à c e l u i où i l devait n a t u r e l l e m e n t t o m b e r ; nous c r û m e s tous q u ' i l avait é c r a s é M . de la L a n d e r i e , mais heureusement il n'eut qu'une légère contusion. Nous p r î m e s p o u r lors u n e p a g a y e , l e S e r g e n t et m o i , p o u r g o u v e r n e r ; les autres s ' a r m è r e n t c h a c u n d e la l e u r p o u r r a m e r , et a i d é s p a r t i e p a r l e vent, ( car nous p o r t i o n s notre m i s a i n e p o u r nous s o u t e n i r contre l e s b r i s a n s ) , p a r t i e p a r la m a r é e q u i c o m m e n çait à monter ; mais sur-tout conduits p a r la divine Providence qui nous g u i d a i t , n o u s e n t r â m e s l e 2 6 au m a t i n d a n s l a p e t i t e r i v i è r e d e M a c o u r i a , d o n t j ' a i déjà t a n t


LETTRES ÉDIFIANTES 354 p a r l é , sans q u ' a u c u n de nous en connût l e c h e n a l ; en sorte que les A n g l a i s e u x - m ê m e s avouèrent hautement que c'était Dieu q u i nous avait, conduits là sains et s a u f s , à t r a vers tant de dangers. Nous songeâmes ensuite aux moyens de nous rendre à C a y e n n e , m a i s la chose ne fut pas aisée. Outre q u e nous ne trouvâmes p o i n t de c a n o t , ni de quoi r a c c o m m o d e r le n ô t r e , les Nègres qui étaient restés seuls sur les h a b i t a t i o n s , étaient si effrayés, q u ' i l s ne voul a i e n t pas nous reconnaître. C o m m e il avait déjà transpiré que j'étais p r i s o n n i e r , ils a p p r é h e n d a i e n t que les A n g l a i s ne m'eussent m i s à terre p a r f e i n t e , afin d'attraper des esclaves par mon moyen. C e p e n d a n t après b i e n des protestations, des prières et des soll i c i t a t i o n s , j ' e n rassurai quelques-uns q u i , p l u s hardis que les a u t r e s , osèrent s'approc h e r , et ce fut p a r l e u r m o y e n q u e nous e û m e s un p e u de rafraîchissement dont nous avions assurément grand besoin ; moi s u r tout qui ne peux presque point p r e n d r e de n o u r r i t u r e , et q u i pour cette raison étais si f a i b l e , qu'il peine pouvais-je me soutenir. L o r s q u e chacun se fut un peu r e f a i t , j e consignai aux Nègres mêmes le canot que nous laissions avec tous SES agrès et a p p a r a u x , et nous prîmes le chemin de C a y e n n e par les bords de la mer. J e ne voulais pas aller p a r l ' i n t é r i e u r des t e r r e s , de peur de donner à nos ennemis des connaissances q u i p o u r raient dans la suite nous être p r é j u d i c i a b l e s . L a nuit q u i survint favorisa mon d e s s e i n ,


ET CURIEUSES.

355

et je p u i s d i r e avec vérité q u e l e s c i n q A n g l a i s que j e m e n a i s avec m o i , n'ont rien v u q u i puisse j a m a i s l e u r s e r v i r , si l ' e n v i e l e u r p r e n a i t q u e l q u e j o u r de v e n i r n o u s r e v o i r d a n s le cours de cette g u e r r e . I l m e serait d i f f i c i l e , p o u r ne p a s d i r e i m p o s s i b l e , m o n R é v é r e n d P è r e , de v o u s e x p r i m e r ce q u e n o u s e û m e s à souffrir d a n s ce trajet q u i n'est p o u r t a n t q u e de trois à q u a t r e l i e u e s . C o m m e la m e r m o n t a i t , et q u e p a r cette raison n o u s étions o b l i g é s de t e n i r le h a u t de l ' a n s e , où le s a b l e est e x t r ê m e m e n t mouvant, nous enfoncions c o n s i d é r a b l e m e n t , et la p l u p a r t de nous avaient toutes l e s peines du m o n d e à se t r a î n e r , en sorte que j e vis p l u s i e u r s fois l e m o m e n t où l a m o i t i é d e m a troupe r e s t e r a i t en c h e m i n . L e s A n g l a i s sur-tout peu a c c o u t u m é s à m a r c h e r , t r o u vaient la p r o m e n a d e l o n g u e , et a u r a i e n t b i e n v o u l u être e n c o r e d a n s l e u r v a i s s e a u ; m a i s c ' é t a i t l e u r faute s'ils se trouvaient dans u n tel e m b a r r a s . E n nous e m b a r q u a n t , i l s s a vaient eux-mêmes que le canot dans l e q u e l on nous avait m i s , ne v a l a i t r i e n ; i l s a u r a i e n t d û m ' e n a v e r t i r à t e m p s , et j ' e n a u r a i s d e m a n d é un a u t r e au C a p i t a i n e . Enfin, à force d e l e s e n c o u r a g e r et de l e s a n i m e r , nous a r r i v â m e s tout p r o c h e de l a pointe q u e l a r i v i è r e f o r m e , et q u i d o n n e d a n s la r a d e . Il p o u v a i t être environ m i n u i t . Nous nous a r r ê t â m e s à l ' h a b i t a t i o n de M a d a m e de C h a r a n v i l l e , où l e s E s c l a v e s connaissant le bon c œ u r et l a générosité de l e u r m a î t r e s s e , q u o i q u e s e u l s , nous firent l e m e i l l e u r a c -


356 LETTRES ÉDIFIANTES c u e i l q u ' i l s p u r e n t , p o u r nous d é d o m m a g e r de ce q u e nous venions de souffrir. J ' a v a i s eu la p r é c a u t i o n d ' e n v o y e r avant nous u n Nègre de notre suite p o u r les rassurer sur notre a r r i v é e , car sans cela nous a u r i o n s c o u r u g r a n d risque de n'être pas r e ç u s , tant l a frayeur avait saisi p a r - t o u t ces p a u v r e s misérables. U n e si bonne réception fit g r a n d p l a i s i r aux A n g l a i s q u i c r a i g n a i e n t e u x - m ê m e s d'être tués ou m a l t r a i t é s par les N è g r e s , ce q u i i n f a i l l i b l e m e n t serait a r r i v é si je n'avais pas été avec eux ; aussi ne m e q u i t t a i e n t - i l s point. Enfin après avoir pris u n peu de r e p o s , n o u s nous m î m e s dès q u ' i l fut j o u r dans u n e p i r o gue q u e nous t r o u v â m e s , et nous fîmes route pour Cayenne. Du p l u s loin qu'on nous a p e r ç u t , on c o n n u t b i e n à notre p a v i l l o n b l a n c que n o u s étions des Députés q u i v e n a i e n t faire d e s p r o p o s i t i o n s , et on envoya aussitôt un d é t a c h e m e n t au P o r t , qui n o u s r e ç u t l a b a y o n nette au bout d u f u s i l , et présentant les a r m e s , c o m m e c'est l ' u s a g e en p a r e i l l e occasion. T o u s les r e m p a r t s q u i donnent sur l a r a d e , et l e tertre sur l e q u e l le F o r t est s i t u é , é t a i e n t r e m p l i s de m o n d e . J ' o r d o n n a i a u S e r g e n t de rester dans l a p i r o g u e avec toute la t r o u p e , j u s q u ' à ce q u e j ' e u s s e p a r l é a u C o m m a n d a n t , et je m i s p i e d à terre. L e frère Pittet m'avait reconnu avec une l u n e t t e à l o n g u e vue : i l a c c o u r u t p o u r m e d o n n e r l u i - m ê m e la m a i n . C e fut u n spectacle b i e n c o n s o l a n t , m o n


ET CURIEUSES. 357 R é v é r e n d P è r e , d e voir tout C a y e n n e v e n i r a u - d e v a n t de m o i . I l y avait d a n s l e s r u e s p a r où j e p a s s a i s , u n e si g r a n d e affluence d e p e u p l e , q u e j ' a v a i s p e i n e à m e faire j o u r ; les r i c h e s c o m m e l e s p a u v r e s , tous jusqu'aux, e s c l a v e s , s'empressèrent d e m e d o n n e r d e s m a r q u e s de la j o i e q u e l e u r c a u s a i t mon é l a r g i s s e m e n t . P l u s i e u r s m ' a r r o s a i e n t de l e u r s l a r m e s e n m ' e m b r a s s a n t . J e ne r o u g i s pas d e d i r e q u e j ' e n v e r s a i m o i - m ê m e de r e c o n n a i s s a n c e p o u r de si g r a n d e s d é m o n s t r a t i o n s d ' a m i t i é . U n e g r a n d e foule m e s u i v i t m ê m e j u s q u e s d a n s l ' E g l i s e , où je fus d ' a b o r d r e n d r e g r â c e s à D i e u de t a n t de faveurs q u ' i l venait d e m e f a i r e , et d o n t j e vous p r i e , m o n R é v é r e n d P è r e , d e v o u l o i r bien l e r e m e r c i e r aussi. Nos P è r e s et nos F r è r e s se d i s t i n g u è r e n t d a n s cette o c c a s i o n , et poussèrent l a c h a r i t é à mon é g a r d aussi loin q u ' e l l e p u i s s e a l l e r . C o m m e toutes m e s hardes é t a i e n t d a n s u n p i t o y a b l e é t a t , on m ' a p p o r t a avec e m p r e s s e m e n t tout ce q u i m ' é t a i t n é c e s s a i r e ; de sorte q u e j ' é p r o u v a i à l a lettre cette p a r o l e d u S a u v e u r ; Quiconque quittera son père, sa mère, ses frères, pour l'amour de moi, recevra le centuple en ce monde. Nous n o u s e n t r e t e n o n s q u e l q u e f o i s e n s e m b l e des m a l h e u r s q u i p o u r r a i e n t encore n o u s a r r i v e r ; et je s u i s toujours e x t r ê m e m e n t édifié de voir l e u r sainte é m u l a t i o n , c h a c u n v o u l a n t se sacrifier p o u r s e c o u r i r l e s blessés e n cas d ' a t t a q u e ; m a i s j e pense q u ' a y a n t déjà vu l e f e u , et ne p o u v a n t p l u s être fait p r i s o n n i e r d a n s l e cours d e cette g u e r r e , j e


LETTRES ÉDIFIANTES 358 dois avoir la préférence et commencer à serv i r pour les fonctions de notre ministère. I l faut néanmoins espérer q u e nous ne serons p a s obligés d'en venir là ni les uns ni les a u t r e s , et que les armes victorieuses du Roi procureront bientôt une paix solide et d u r a b l e . D'abord que j ' e u s fait mon r a p p o r t , et r e m i s mes L e t t r e s à M o n s i e u r d ' O r v i l l i e r s q u i s'était retiré clans notre m a i s o n , à l'occasion de la mort de M a d a m e son épouse, il donna ses ordres pour que les cinq Anglais venus avec m o i , fussent conduits les y e u x b a n d é s , suivant l'usage en p a r e i l c a s , au g r a n d c o r p s - d e - g a r d e q u i devait l e u r servir de prison : après quoi il prit les arrangemens nécessaires pour les renvoyer à l e u r vaisseau avec les sept autres prisonniers dont nous avons dé jà p a r l é , et q u ' i l voulut bien é l a r g i r t o u s , en grande p a r t i e , à m a considération. Dès le l e n d e m a i n v i n g t - h u i t , i l s partirent pendant la n u i t dans l e u r c h a l o u p e , avec tous les agrès et vivres nécessaires. I l est à souhaiter pour n o u s , q u ' i l s soient arrivés à bon p o r t , parce que nous avons é c r i t par eux au Gouverneur de S u r i n a m , et moi en p a r t i c u l i e r , pour tacher d'avoir p a r son m o y e n ce q u i a appartenu à m o n E g l i s e , a u x conditions dont nous étions convenus avec le sieur Potter en nous séparant. Q u e si je ne réussis pas dans ce recouvrement,'je me flatte que vous voudrez b i e n , mon R é v é r e n d P è r e , y suppléer en m'envoyant u n e C h a p e l l e c o m p l è t e , car tout à été perdu. A mon arrivée à Cayenne j ' a i trouvé


359 ET C U R I E U S E S . l'Officier q u i était a Ouyapoc q u a n d i l fut p r i s , et q u i s'était déjà rendu i c i avec l e C h i r u r g i e n - M a j o r et une partie des soldats. Depuis ce t e m p s - l à le C o m m a n d a n t l u i m ê m e est revenu avec le reste du d é t a c h e ment pour attendre les ordres q u e la C o u r donnera touchant O u y a p o c . ( Ce F o r t q u e nous venons de p e r d r e fut construit en 1725, sous feu M . d ' O r v i l l i e r s , Gouverneur de cette Colonie ; ainsi il n'a existé q u e dix-neuf ans : on ne sait si l a C o u r j u g e r a à p r o p o s d e le faire r é t a b l i r . ) J e viens d'apprendre avec b e a u c o u p d e consolation que nos deux M i s s i o n n a i r e s , les Pères d ' A u t i l l a c et d ' H u b e r l a n t , étaient r e tournés c h a c u n à son p o s t e , après avoir essuyé bien des fatigues avant de s'y r e n d r e . Ils y auront encore b e a u c o u p à souff r i r , j u s q u ' à ce que nous puissions l e u r fourn i r du secours. On me m a n d e q u e les I n d i e n s q u i avaient été d'abord e x t r ê m e m e n t e f f r a y é s , c o m m e n cent à se r a s s u r e r , et q u ' i l s continuent à r e n dre tous les services dont i l s sont c a p a b l e s a u x h a b i t a n s q u i restent dans l e q u a r t i e r j u s q u ' à nouvel o r d r e . V o i l à , mon R é v é r e n d P è r e , u n e lettre b i e n l o n g u e , et p e u t - ê t r e un peu trop. J e m ' e s t i m e r a i s h e u r e u x si e l l e pouvait vous faire q u e l q u e p l a i s i r , car je n'ai pas eu d'autre vue en l'écrivant. J e suis avec r e s p e c t , en l ' u n i o n de vos saints sacrifices, etc.

Fin du septième

volume.


36o

TABLE Des L e t t r e s contenues dans ce v o l u m e .

Lettre

du

vaugour.

Père Petit au Père

d'A Page 1

du Père Vivier, Missionnaire. 60 Cette Lettre n'avait point été imprimée. LETTRE du même. 65 LETTRE du Père Margat, Missionnaire à Saint-Domingue. 83 LETTRE du même au P. de la Neuville. 101 LETTRE du même au même. 116 LETTRE du même au Procureur-Général des Missions de l'Amérique Méridionale. 145 LETTRE d'un Missionnaire, écrite de Cayenne. 200 LETTRE du Père Crossard au Père de la Neuville. 206 LETTRE du P. Lavit au P. de la Neuville. 2 1 6 LETTRE du Père Fauque au même. 228 LETTRE du P. Lombard au Père Croiset. 231 LETTRE du Père Fauque au Père de la Neuville. 245 LETTRE du Père Lombard au Père de la Neuville. 256 LETTRE du P. Fauque au P. de la Neuville. LETTRE

266 LETTRE du même au Père de la Neuville. 274 LETTRE du Père Fauque au même. 290 LETTRE du Père Fauque au Père***. 3o6 Fin. de la table du septième volume.


Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères. Tome septième  

Auteur : M. Breton / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et...

Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères. Tome septième  

Auteur : M. Breton / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et...

Profile for scduag
Advertisement