Page 1

150

P r i x : 1 fr. 20

B e l g i q u e : 1 fr. 50

Emile Zola était C. I.

mort! (p. 4 7 7 1 ) LIVRAISON 597

MANIOC.ОRG Bibliothèque

Alexandre

Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


— 4771 — Les e n f a n t s la r e g a r d è r e n t sans c o m p r e n d r e . A v a n t qu'ils pussent poser u n e question, Jeanne poussa u n gémissement t e r r i b l e : — Emile, o h ! mon E m i l e ! T u ne peux p a s nous a v o i r quitté p o u r t o u j o u r s ! I l faut, que t u vives encoreV Que ferons-nous sans toi en ce monde ! . . Emile!... O h ! mon E m i l e !... Son émotion était telle que ses genoux fléchirent et qu'elle eut u n e défaillance. Elle poussa un cri et tomba à t e r r e , i n e r t e , privée de sentiment. P l e i n de sollicitude, Louis T r i o u l e y r e se p r é c i p i t a vers la m a l h e u r e u s e et l'étendit s u r u n canapé. Les e n f a n t s posaient s u r l e u r mère des r e g a r d s égarés. I l s n ' a r r i v a i e n t p a s à c o m p r e n d r e cette scène. Alors, L o u i s T r i o u l e y r e se pencha vers eux, et d ' u n geste p r o t e c t e u r , il passa ses b r a s a u t o u r de leurs frêles épaules p o u r leur dire d ' u n e voix é m u e : — Mes e n f a n t s , votre p è r e a fermé les yeux p o u r t o u j o u r s . Vous ne le r e v e r r e z p l u s j a m a i s . M a i n t e n a n t , il faut que vous soyez plus sages, plus gentils avec votre m è r e qu ' a u p a r a v a n t 1 Alors, seulement, les deux p e t i t s c o m p r i r e n t la ca­ t a s t r o p h e qui s'était a b a t t u e s u r eux et ils fondirent en larmes... Ainsi, le p r e s s e n t i m e n t de son cœur n ' a v a i t p a s trompé Jeanne.

MANIOC.org Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


4772 — Bruxelles, le g r a n d écrivain a v a i t été t r o u v é mort, le l e n d e m a i n matin, sur le p l a n c h e r de sa chambre. Se s e n t a n t intoxiqué p a r l'oxyde de carbone, il a v a i t eu un dernier s u r s a u t d'énergie et a v a i t voulu aller ou­ v r i r la f e n ê t r e ; mais l ' a s p h y x i e l ' a v a i t t e r r a s s é , a v a n t qu'il ne l ' e u t atteinte... Ce fut s a n s doute à cette circonstance que Zola d u t de ne pouvoir ê t r e r a p p e l é à la vie, car la couche d'oxyde de carbone était s û r e m e n t plus épaisse a u n i v e a u du sol. T o u s les efforts t e n t é s p o u r le r a p p e l e r à la vie fu­ r e n t vains, en effet, t a n d i s que M m e Zola, m o u r a n t e , elle aussi, avait p u ê t r e r a n i m é e , grâce à des soins énergi­ ques. Ce d r a m a t i q u e événement causa, dans le monde des l e t t r e s et dans la F r a n c e entière, u n e vive émotion. On oubliait les i r r i t a n t e s querelles politiques a u x ­ quelles son n o m avait été mêlé, p o u r ne plus considérer que l ' œ u v r e immense qui lui était due.

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


CHAPITRE DLXXIV

LES

O B S E Q U E S

DE

ZOLA

C'était u n b e a u dimanche d'octobre, p a r u n t e m p s sec et froid. P a r i s t o u t entier, et des milliers do délégués, v e n u s de t o u s les coins de F r a n c e et de l'univers, suivaient le catafalque du g r a n d homme de l e t t r e s qui v e n a i t de mou­ r i r si t r a g i q u e m e n t et si i n o p i n é m e n t à la fleur de l'âge. 1 )ès dix h e u r e s du matin, la place de la T r i n i t é , les abords de la gare S a i n t - L a z a r e , la place Clichy, la place Blanche, les b o u l e v a r d s e x t é r i e u r s , é t a i e n t sillonnés de p a t roadles d ' a g e n t s et de g a r d e s m u n i c i p a u x , qui assu­ r a i e n t la circulation, empêchaient les a t t r o u p e m e n t s et facilitaient la f o r m a t i o n du cortège. L a m a i s o n m o r t u a i r e était décorée de t e n t u r e s a u z initiales du défunt, les m u r s du g r a n d vestibule dispa­ r a i s s a i e n t sous les d r a p e r i e s funéraires et, à onze heures, le cercueil fut placé à l ' e x t r é m i t é du vestibule, t r a n s ­ formé en chapelle a r d e n t e . L e s couronnes sont splendides; on se m o n t r e u n e magnifiqué gerbe de roses, envoyée p a r Alfred Dreyfus et la superbe couronne d'orchidées de Mme Zola; celles

MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


— 4774— a u prince de Monaco, de la Société des Gens de L e t t r e s , de la Ligue des Droits de l ' H o m m e , portée sur les épau­ les p a r u n e délégation ; de la Société des A u t e u r s Draina* t i q u e s ; de l'Association des E t u d i a n t s . Les rues de Châteaudun el S a i n t - L a z a r e sont enva­

hies par u n e foule portant, à la boutonnière, l'églantine

rouge. A midi et demi, les délégations se mettent en marche, p a r la rue Blanche et à une heure elles a r r i v e n t devant

l'immeuble. Les a s s i s t a n t s se découvrent, les soldats présentent les armes, le capitaine salue du sabre, le tambour, voilé de crêpe roule s o u r d e m e n t ; le cortège se met en marche. Le m a î t r e des cérémonies appelle les personnes qui doivent tenir Les cordons du poêle, ce sont : MM. Chaumié, ministre de l ' I n s t r u c t i o n P u b l i q u e ; Ludovic ITalévy, de l'Académie française; A bel H e r m a n t , président de la Société des Gens de L e t t r e s ; Georges Charpentier, Octa­ ve Mirbeau, Fasquelle et Briat, secrétaire de la Bourse du T r a v a i l . Le deuil est conduit p a r les p a r e n t s de Zola et par

Ferdinand Dumoulin. Aux premiers rangs, accompagné de Gabriel Monod, on aperçoit Alfred Dreyfus dont l'émotion fait peine à

voir. Un silence absolu règne. L e cortège débouche sur la place Clichy, p a r c o u r t le boulevard et s'engage dans l'avenue Raehel sur laquelle donne la plus g r a n d e p a r t i e du cimetière M o n t m a r t r e . I l prend l'avenue Saint-Charles et s ' a r r ê t e au c a r r e f o u r

Montmorency. Là, le char s'arrête, à quelques p a s d ' u n e t r i b u n e élevée pour les orateurs. M Chaumié, le premier, p r e n d la parole, el, après avoir ici racé la carrière littéraire de l'écrivain, il conclut en ces terme» ;


- 4775

-

« Zola était l'homme de son œuvre... Dès q u ' u n e cause lui sembla juste, braver, pour la détendre, les co­ lères irraisonnées ou perfides, subir les assauts furieux, les haines injustes, les abandons les plus douloureux lui p a r u t u n devoir impérieux. Aucun sacrifice ne lui coûta p o u r obéir au cri de sa conscience. « La mort, a p p o r t a n t avec elle l'apaisement et la sé­ rénité, a hâté l'heure définitive de la justice. Tous ceux dont l'âme est vraiment haute, quel q u ' a i t été jusque-là leur p a r t i dans la lutte, se sont inclinés d e v a n t ce cer­ cueil. » Ce fut ensuite a u t o u r d'Abel H e r m a n t , de venir dire : « Discuté jusque dans sa bière — et nous devons l'en a p p l a u d i r , car, certes, cet amoureux de la lutte eut souhaité qu'il en fut ainsi — on lui a tout contesté, sauf d'être excessif et colossal: là-dessus ses d é t r a c t e u r s s'ac­ cordent avec ses panégyristes. Ses livres avant que d'a­ veugler l'imagination p a r leur splendeur, lui imposent p a r leur nombre et p a r leur poids. Si on les plaçait les uns sur les a u t r e s , ils feraient un piédestal assez liaut p o u r la statue que nous lui élèverons, 11 se présente a u tribunal de la postérité, escorté, comme un patricien ro­ main, d'une clientèle qui est une armée, où je dénombre plus de douze cents créatures vivantes, qu'il a façonnées de sa main et animées de son souffle.» Enfin, au nom des amis du romancier, Anatole F r a n c e vint donner une note plus personnelle et plus pas­ sionnante, car a p r è s avoir p a r l é r a p i d e m e n t du littéra­ teur, il aborde une question plus délicate, celle de son rôle dans 1' « Affaire ». « J e ne cacherai pas la vérité* dans un lâche silence, dit-il, et pourquoi nous t a i r e ? Est-ce qu'ils se taisent, eux < c s calomniateurs'? J e ne dirai que ce qu'il faut dire sur ce cercueil, et j e d i r a i tout ce q u ' i l faut dire.


— 4776 — « D e v a n t r a p p e l e r la l u t t e e n t r e p r i s e p a r Zola, p o u r la j u s t i c e et la vérité, m'est-il possible de g a r d e r le si­ lence s u r ces h o m m e s a c h a r n é s à la r u i n e d ' u n innocent et qui, se s e n t a n t p e r d u s s'il était sauvé, l'accablaient avec l ' a u d a c e désespérée de la peur. C o m m e n t les é c a r t e r de v o t r e vue, alors que je dois vous m o n t r e r Zola se dres­ sant, faible et désarmé, d e v a n t eux? P u i s - j e t a i r e leurs m e n s o n g e s ? Ce serait t a i r e sa d r o i t u r e héroïque. P u i s - j e t a i r e l e u r s crimes? Ce serait t a i r e sa v e r t u . P u i s - j e t a i r e les o u t r a g e s et les calomnies dont ils l ' o n t p o u r s u i v i ? Ce serait t a i r e sa r é c o m p e n s e et ses h o n n e u r s . Puis-je t a i ­ r e leur h o n t e ? Ce serait t a i r e sa gloire. Non, je parlerai...» E t a p r è s cet exorde et u n long discours, célébrant l ' é m i n e n t écrivain, Anatole; F r a n c e conclut : « Q u ' i l est a d m i r a b l e le génie de n o t r e p a t r i e ! Qu'el­ le est belle, cette â m e de la F r a n c e qui, d a n s les siècles passés, enseigna le droit à l ' E u r o p e et au monde. L a F r a n c e est le p a y s de la r a i s o n ornée et des pensées bien­ veillantes, la t e r r e des magistrats équitables et des philo­ sophes h u m a i n s , la p a t r i e de T u r g o t , de Montesquieu,,de V o l t a i r e et de Malesherbes. Zola a bien m é r i t é de la pa­ t r i e , en ne d é s e s p é r a n t p a s de la justice en F r a n c e . » 4près ce discours, c'est le défilé qui commence... Alfred Dreyfus, d i s p a r a î t aussitôt a p r è s avoir sa­ lué la famille, car le m a l h e u r e u x capitaine c r a i n t encore de se m o n t r e r en public, t a n t il a été a b r e u v é d ' o u t r a g e s et d ' i n j u r e s en mille occasions. L a foule est considérable et c'est u n défilé qui dure deux heures... Le t e m p s s u p e r b e a u début de l'après-midi, se gâ­ t a i t . L a rafale a r r a c h a i t a u x a r b r e s leurs dernières feuil­ les roussies p a r le froid... M a i n t e n a n t que la foule s'était dispersée, il ne res­ t a i t plus au bord de la tombe, fraîchement ouverte, q u ' u n


— 4777 — a m a s de couronnes et de fleurs emplissait, q u ' u n e fem­ m e en l a r m e s t e n a n t p a r la m a i n deux enfants. Ce n ' é t a i t p a s M m e Zola, à peine rétablie, et à qui les médecins a v a i e n t i n t e r d i t de suivre le cortège funè­ b r e de son m a r i , c'était la p a u v r e J e a n n e , plus seule a u m o n d e que jamais... E t de voir leur m è r e pleurer, les p e t i t s p l e u r a i e n t eux aussi... Celle qui, p e n d a n t la vie de Zola a v a i t été sa meil­ leure amie, celle qui avait été sa dernière joie, m a i n t e ­ n a n t q u ' i l n ' é t a i t plus, devait s'effacer, r e s t e r à l'écart, repoussée p a r t o u s ces gens qu'elle ne connaissait p a s et qui étaient venus r e n d r e les h o n n e u r s derniers à l'écri­ vain défunt. J e a n n e , d'ailleurs, ne r é a g i s s a i t p a s ; elle ne criait plus, elle p l e u r a i t sans m ê m e s'en apercevoir, il lui sem­ blait q u ' e n elle t o u t r e s s o r t était mort... L o r s q u e Louis T r i o u l e y r e lui a v a i t a p p r i s la m o r t de celui qu'elle a i m a i t p l u s que sa vie m ê m e , elle était tombée sans connaissance. E t lorsqu'elle était r e v e n u e à elle, elle était r e s t é e hébétée, les y e u x secs, assise d u r a n t des h e u r e s entières d e r r i è r e la fenêtre, à l ' e n d r o i t où elle s'installait q u a n d elle a t t e n d a i t et g u e t t a i t d a n s la r u e l ' a r r i v é e de Zola. L o u i s T r i o u l e y r e et sa femme a v a i e n t eu à coeur de t e n i r compagnie à J e a n n e et a u x enfants, et ils ne 'es a v a i e n t plus quittés. Les p e t i t s ne c o m p r e n a i e n t pas- encore le g r a n d , l'im­ mense m a l h e u r qui les a t t e i g n a i t d ' u n e m a n i è r e aussi brutale. On a r r i v a i t facilement à les d i s t r a i r e de t o u t e s les p r é o c c u p a t i o n s funestes p o u r l e u r j e u n e cerveau, en j o u a n t doucement avec eux et l'on p o u v a i t éluder les questions insolubles en d é t o u r n a n t la conversation : ce n ' é t a i e n t que des bébés !... C. I .

LIVRAISON

598


— 4778 — Mais il n'en allait pas de même p o u r J e a n n e ! Mme Triouleyre, avec ses bonnes et mate nielles ca­ resses avait essayé de consoler la jeune femme. Elle n ' a v a i t pas été écoutée. — J e a n n e , pensez à vos enfants ! Vous n ' a v e z p a s le droit de vous a b a n d o n n e r à ces méditations moroses, de vous confiner d a n s cet engourdissement dissolvant. — J e a n n e I avait regardée avec des yeux d'agonie et avait m u r m u r é : — E m i l e est mort, — il ne r e v i e n d r a plus j a m a i s chez nous — plus jamais... Sa voix avait eu u n accent de si insondable déses­ p o i r que Mme T r i o u l e y r e n ' a v a i t p a s trouvé une seule parole de consolation à adresser à la p a u v r e femme. D e p u i s deux j o u r s que J e a n n e n ' a v a i t touché ni à u n aliment n i à u n e boisson, obstinée à demeurer assise à la même place près de la fenêtre, complètement indif­ férente au j o u r et à la nuit, c'était la première fois qu'elle avait secoué son impénétrable t o r p e u r . — J e veux voir Emile encore une fois, suppliaitelle. On ne p e u t p a s me l'enlever sans que j ' a i e caressé ses mains encore u n e fois, sans que j ' a i e baisé ses lèvres une dernière fois. P e r s o n n e ne se sentait le courage de c o n t r a r i e r les désirs de cette passion exaspérée. Ses amis a d m i r a i e n t a u contraire la noblesse de cet a m o u r démesuré. I l s n ' o s è r e n t p a s combattre son désir. On l'accompa­ gna jusqu'à la chapelle a r d e n t e où le corps était exposé et on la laissa s ' a p p r o c h e r seule du cercueil de son cher mort. Les mains, convulsivement jointes, elle était demeu­ rée debout et avait contemplé, les yeux fiévreusement secs, le blême et calme visage d ' E m i l e Zola. De longues minutes s'étaient écoulées. Jeanne contemplait toujours le mort, qu'on avait


— 4779 — étendu parmi les fleurs sur des coussins de satin blanc. P u i s elle secoua la tête. — T u souris, Emile, dit elle à voix basse. T u souris... et tu me laisses seule... toute seule... Elle s'approcha lentement... Elle était si près qu'elle touchait le cercueil. Elle avança la main et la posa sur les mains glacées du mort. — Dors bien — et reçois ma g r a t i t u d e — toute m a g r a t i t u d e p o u r ton a m o u r ! Nous ne t'oublierons j a m a i s , Emile ! U n frisson, la secoua : — Ah ! Emile, ouvre tes yeux, rien q u ' u n e fois... ouvre ta bouche encore une fois p o u r me dire « Adieu »... Emile... Emile... pourquoi p a r s - t u p o u r toujours ? « Reste encore ! » Elle se pencha sur lui; posa ses joues contre les siennes, mais frissonna de nouveau et dit en gémissant : — Emile — mon E m i l e — ah, que ne puis-je t ' i n suffler ma vie. Que je le ferais volontiers ! Elle l'embrassait avec respect. — Emile ! J e t ' a i beaucoup, beaucoup a i m é ; appel­ le-moi bientôt à t o i ; ne me laisse p a s seule p e n d a n t long­ temps ! Enfin, les douces larmes jaillirent, la délivrant. E l ­ les t o m b è r e n t sur le visage d'Emile Zola. On ne sait combien de t e m p s a u r a i t p u d u r e r cette douloureuse scène, mais Louis T r i o u l e y r e entra dans la salle et p r i t J e a n n e p a r le bras. — I l faut venir, lui rappela-t-il à voix basse. Venez, J e a n n e , pensez à vos enfants. Quoiqu'il a r r i v e ne les ou­ bliez jamais... Us ont d ' a u t a n t plus besoin de leur mère maintenant qu'ils Qni perdu leur p a u v r e père. J e a n n e , sans résister, se laissa e n t r a î n e r . Corps sans


— 4780 — pensée et, sans force, rien ne semblait plus l ' a t t a c h e r dé­ sormais à la vie. Elle signifia d ' u n geste qu'elle n ' o u b l i e r a i t pas ses enfants et s ' a d r e s s a n t au m o r t , elle dit : — Oui. Emile, je vais rejoindre nos enfants ; adieu. Si tu peux nous voir du h a u t du ciel, protège-nous, g a r d e nous. Ces paroles furent les seules p a r lesquelles elle ma­ nifesta un vague sentiment d'espoir mystique. L e s seules qui ne fussent p a s e m p r e i n t e s de l'impérieux désir de r e j o i n d r e l'être aimé d a n s la mort. E n c o r e une fois, d a n s u n g r a n d élan de tendresse éplorée, elle caressa les froides mains jointes, e m b r a s s a d ' u n dernier r e g a r d , l'image du cher défunt puis, effon­ drée, p r i t le chemin du r e t o u r . M a i n t e n a n t , elle se t e n a i t d e v a n t cette tombe, et elle ne savait qu'une chose : elle allait r e t o u r n e r chez elle avec ses enfants et elle ne r e v e r r a i t plus j a m a i s E m i l e Zola ! Ne j a m a i s le revoir... Elle sentait son cœur se déchirer, défaillir ! L a p a u v r e femme a u r a i t voulu crier, elle a u r a i t vou­ lu pouvoir dire : « Rendez-le moi, ne l'ensevelissez pas d a n s la t e r r e , vous me volerez u n immense bonheur, si vous me l'enlevez p o u r t o u j o u r s . » P o u r t a n t elle d e m e u r a m u e t t e . Ses lèvres frémirent, m a i s a u c u n mot n ' e n sortit. E l ­ le p é t r i s s a i t les épaules de ses enfants comme si elle a v a i t dû en t i r e r la force et la consolation. D e s centaines et des centaines d ' h o m m e s étaient ve­ n u s en p è l e r i n a g e v e r s cette tombe o u v e r t e et y avaient j e t é des fleurs. J e a n n e et les enfants avaient a t t e n d u , à l'écart, qu'ils fussent passés j u s q u ' a u dernier. E t lorsque les d e r n i e r s pèlerins furent p a r t i s , elle


— 4781 — s'avança avec ses enfants j u s q u ' a u b o r d de la tombe. — V o u s venez d'ensevelir v o t r e père, enfants, ditelle d ' u n e voix sourde, adressez-lui v o t r e d e r n i e r adieu. L e s enfants se p r e s s è r e n t avec t i m i d i t é et inquiétu­ de contre leur m è r e et l e u r s p e t i t e s m e n o t t e s t r e m b l è r e n t en j e t a n t les fleurs sur la l u g u b r e bière. — Est-ce que p a p a ne r e v i e n d r a p l u s j a m a i s chez nous % d e m a n d a le p e t i t J a c q u e s en p l e u r a n t . — P l u s j a m a i s ! r é p o n d i t la m è r e . E t soudain, comme u n affreux cri jaillissant de ses lèvres : — P l u s j a m a i s ! plus j a m a i s ! L a douleur venait de se m a n i f e s t e r à nouveau, p l u s violente, p l u s l a n c i n a n t e encore. Affreuse vérité que t o u t à coup l ' ê t r e h u m a i n se refuse à a d m e t t r e , i n s t a n t où la .raison p e r d u e défaille d e v a n t l ' h o r r e u r du m a l h e u r qui frappe ! — Maman! ma pauvre maman! Denise s'accrochait au b r a s de J e a n n e et caressait ses m a i n s . E n même t e m p s , elle essayait de la consoler avec des paroles d ' e n f a n t : — N o u s r e t r o u v e r o n s p è r e a u p r è s du Bon Dieu, u n jour, m a m a n . Il ne f a u t p a s que t u pleures m a i n t e n a n t ; n o u s sommes là, nous... J e a n n e p r e s s a ses chers p e t i t s contre elle — Oui, je vous ai encore, vous, son h é r i t a g e le plus beau, le p l u s sacré. L o u i s T r i o u l e y r e a r r i v a sur ces entrefaites. — Venez, J e a n n e , r e n t r o n s . N o u s ne pouvons r e s t e r ici. L e s ouvriers du cimetière vont venir et r e c o u v r i r la tombe. I l ne f a u t p a s que vous voyiez cela vous et les enfants. L a douleur de J e a n n e faisait peine à voir. Se com­ p r i m a n t les t e m p e s dans ses deux m a i n s , elle semblait p r e s q u e incapable de p r o n o n c e r u n e p a r o l e .


— 4782 — — R e c o u v r i r la tombe? dit-elle d'un air égaré. L a lumière se fit soudain d a n s son esprit. E n enten­ d a n t ce mot terrible, elle fut p r i s e d ' u n e nouvelle crise d ' é p o u v a n t e . Elle s'avança encore u n e fois au bord de la tombe, r e g a r d a au dedans et dit en g é m i s s a n t : — E m i l e ! mon bon E m i l e ! D e nouveau, Denise t i r a le b r a s de sa mère et lui dit d ' u n ton s u p p l i a n t : — R e n t r o n s à la maison, m a m a n . À p a s lents, défaite, les yeux h a g a r d s , J e a n n e s'éloi­ g n a de la tombe. E t elle m u r m u r a : — Oui, allons à la maison — sans lui — à la maison — adieu, E m i l e ! a d i e u ! a d i e u ! L o u i s T r i o u l e y r e p r i t p a r les épaules la p a u v r e femme et l ' e n t r a î n a de force. U s r e n t r è r e n t ainsi à la maison. Là-bas, au cimetière de M o n t m a r t r e , des ouvriers j e t a i e n t des pelletées de terre» s u r la dépouille mortelle du g r a n d poète dont les œuvres devaient s u r v i v r e et dont la l u t t e p o u r le droit et la liberté r e s t e r a gravée d a n s la mémoire des générations à venir.


CHAPITRE

DLXXV

LA MAIN DANS LA

MAIN

L e s obsèques d ' E m i l e Zola étaient terminées. L e visage d'Alfred D r e y f u s tressaillait douloureuse­ ment. Lucie p l e u r a i t à chaudes l a r m e s le bon et p a t e r n e l ami qui s'était occupé d'elle d ' u n e m a n i è r e aussi désin­ téressée, au cours des périodes les plus critiques de son existence. A la sortie du cimetière, le colonel P i c q u a r t rejoi­ gnit les deux époux et l e u r dit : — Nous avons aujourd'hui e n t e r r é u n homme de cceur. U n monde d ' a m o u r et de compréhension h u m a i n e repose m a i n t e n a n t en t e r r e . I l s m a r c h è r e n t sans parler et a t t e i g n i r e n t la v o i t u r e qui a v a i t amené a u cimetière M o n t m a r t r e Lucie et Al­ fred Dreyfus. Lucie dit alors à P i c q u a r t : — Venez avec nous, colonel. I l fait froid. Une bon­ n e tasse de thé bouillant vous fera du bien. I l s'inclina en d i s a n t : — J e vous remercie de votre aimable invitation, chère m a d a m e , et 1.'accepte de g r a n d cœur. ' Alfred D r e y f u s eut u n p e t i t geste de gratitude.


— 4784 — L o r s q u ' i l s arrivé vent dans la maison de Dreyfus, la bonne avait déjà p r é p a r é le couvert à thé. Lucie pria les deux hommes de s'asseoir a u coin de la cheminée, puis, elle versa le thé dans les tasses. Picquart reprit : •— A nous voir ainsi réunis dans une a t m o s p h è r e aussi paisible, on croirait difficilement que nous avons souffert la plus monstrueuse des injustices. — Oh ! mon colonel, r é p o n d i t Alfred Dreyfus, vous pouvez le dire : une injustice comparable à aucune a u t r e dans toute, l'histoire du monde. Nous n ' a v o n s pas encore a t t e i n t notre but, il nous f a u d r a encore l u t t e r pour dé­ m o n t r e r à tous notre innocence. P i e q u a r t eut u n geste de lassitude. — ..j'ai a b a n d o n n é la lutte, mon cher camarade, j ' a i r e n d u les a r m e s bien que je sois t e r r i b l e m e n t offensé p a r cette injuste mise à la retraite. J e suis à bout. J e n ' a i p l u s l'énergie nécessaire p o u r poursuivre la lutte. Nos adversaires d e l ' E t a t - . M a j o r et du Ministère de la (îlier­ re semblent avoir pris pour devise : « La Force p r i m e le P r o i t » et... ils ont la force ! — Mais on ne peut c e p e n d a n t pas r e s t e les bras croisés et a b a n d o n n e r ie t e r r a i n à nos ennemis ! s'écria Dreyfus avec passion. Piequart lit une moue désabusée et, d'une voix len­ te et t r i s t e , il r é p o n d i t : — Moi, p o u r n i a part, je me sens t r o p faible pour l u t t e r encore, pour e n t r e r une fois de plus en c a m p a g n e contre le mensonge et l'intrigue.et cela, bien que t o u t en Bioi se révolte avec f u r e u r contre l'Injustice. Alfred D r e y f u s lo r e g a r d a g r a v e m e n t . J ' a i , p e n d a n t longtemps, connu les mêmes sent.r.i**>TR que vous, mon colonel. Moi aussi, je voulais m'ab a n u o n n e r t o u t entier et sans résistance à mon destin.

Mais je me suis ravisé depuis. Si nous parvenons à dé-


Anatole

France conclut :

« Qu'il est admirable, C.I.

le génie de notre patrie! »

(p. 4 7 7 6 )

LIVRAISON

599


— 4787 — m a s q u e r l'ensemble des m a c h i n a t i o n s ourdies t a n t à l ' E t a t - M a j o r Général q u ' a u M i n i s t è r e de la G u e r r e , nous p o u r r o n s nous dire avec orgueil que nous avons servi et la c o m m u n a u t é et l ' E t a t en empêchant que des cas semblables ne se r e n o u v e l l e n t à l'avenir. — "Vous avez raison, m o n cher c a m a r a d e , nous ne devons p a s p e n s e r seulement à nous-mêmes, mais aussi à ceux qui v i e n d r o n t a p r è s nous... — Mais il i m p o r t e aussi de défendre nos i n t é r ê t s , mon colonel. J e vous déclare f r a n c h e m e n t que je ne me contenterai j a m a i s de cette liberté q u ' o n a bien voulu m ' a c c o r d e r avec t a n t d'indulgence. J e veux m e t t r e t o u t en œuvre p o u r engager u n e nouvelle p r o c é d u r e et obte­ n i r la révision de mon procès. — C'est aussi u n e chose t r è s pénible p o u r moi d'a­ voir été si odieusement « limogé ». D r e y f u s t e n d i t la m a i n à P i c q u a r t et d ' u n e voix forte il lui dit : — Allons-nous, m©n colonel, et r e p r e n o n s la lutte ensemble. L e colonel P i c q u a r t p r i t la m a i n qui lui était t e n d u e et dit : — Vos i n t é r ê t s sont aussi les miens, m o n cher ca­ m a r a d e ; nos deux destinées se t r o u v e n t r a p p r o c h é e s et unies d a n s u n e même cause. R e p r e n o n s la l u t t e et, la m a i n d a n s la m a i n , combattons p o u r n o t r e h o n n e u r .

Q u a t r e j o u r s a p r è s l ' e n t e r r e m e n t de Zola, J e a n n e r e ç u t de M m e Zola le billet s u i v a n t : « Veuillez v e n i r me voir, chère J e a n n e , j ' a i m e r a i s m ' e n t r e t e n i r avec vous. « A l e x a n d r i n e Zola. »


— 4788 — J e a n n e lut et relut ce laconique billet. Devait-elle r e n d r e visite à la femme de l'homme qu'elle avait aimé 1 C'était, p o u r elle, en cet i n s t a n t , u n e p e t i t e consola­ tion car elle savait, p a r E m i l e Zola, avec quelle g r a n d e u r d ' â m e Mme Zola a v a i t accepté de p a r t a g e r l ' a m o u r de son m a r i avec cette femme beaucoup plus j e u n e qu'elle. Si elles se r e n c o n t r a i e n t , a p r è s ces terribles j o u r ­ nées de deuil, m a i n t e n a n t q u ' E m i l e Zola avait q u i t t é sa d e m e u r e p o u r toujours, n ' y aurait-il p a s ime scène re­ grettable ? M a i n t e n a n t que son m a r i était mort. Mme Zola ne serait-elle p a s d u r e p o u r elle ? J e a n n e hésita l o n g t e m p s , se d e m a n d a n t avec p e r ­ p l e x i t é si elle allait répondre à l'appel de M m e Zola. Du­ r a n t des années, elles s ' é t a i e n t écartées l'une de l ' a u t r e . S a n s cloute, Mme Zola était souvent venue en compagnie de son m a r i ' j u s q u ' à la p e t i t e maison de c a m p a g n e où de­ m e u r a i t J e a n n e et, bien souvent aussi, elle était venue avec lui p o u r e m m e n e r les enfants à la p r o m e n a d e . M m e Zola, en effet, voyant en Denise et J a c q u e s les enfants de son m a r i , avait r e p o r t é s u r ces petites créa­ t u r e s u n e p a r t i e de son a m o u r pour lui. Mais, m a i n t e n a n t , t o u s les s e n t i m e n t s ne se trouve­ raient-ils pas modifiés de fond en comble ? P o u r t a n t , m a l g r é t o u t e s ces réflexions peu encoura­ geantes, J e a n n e p r i t la décision de r e n d r e visite à Mme Zola. I l est difficile de dépeindre quelles étaient les im­ pressions de J e a n n e , lorsqu'elle a r r i v a d e v a n t le lit où se t r o u v a i t M m e Zola, malade. Alors que, j u s q u ' à p r é s e n t , du fait de l'affreux choc qu'elle avait ressenti, elle était restée a n é a n t i e , u n e terrible t e m p ê t e se levait m a i n t e ­ n a n t d a n s son âme, une t e m p ê t e si furieuse qu'elle lui enlevait sa dernière énergie. E t , en v o y a n t son ancienne


— 4789 — rivale si pâle et si épuisée, J e a n n e fut p r i s e de faiblesse et, en gémissant, t o m b a à genoux a u pied du lit de la m a ­ lade. S u r les joues pâles de M m e Zola d ' a r d e n t e s l a r m e s t r a ç a i e n t de profonds sillons. — Mon enfant, n o u s avons t o u t e s deux fait u n e g r a n d e p e r t e , dit-elle. Que ne donnerais-je p a s p o u r me t r o u v e r en ce m o m e n t en t e r r e a u cimetière de M o n t m a r ­ t r e à la place d ' E m i l e ! P o u r q u o i est-il m o r t , lui, et p o u r ­ quoi suis-je sauvée ? moi qui ne suis r i e n ; t a n d i s que lui, il a u r a i t p u accomplir encore t a n t de bien d a n s le mon­ de... I l vous serait resté, il serait r e s t é p o u r vos enfants ! P o u r q u o i le destin a-t-il été si cruel 1 J e a n n e se r e d r e s s a . — Apaisez-vous, m a d a m e , dit-elle. N o u s devons nous confier à la P r o v i d e n c e divine. — Mais c'est si difficile, si i m m e n s é m e n t difficile. J e a n n e en p l e u r s , bouleversée p a r ces dernières p a ­ roles, fit u n signe affirmatif et s e r r a les d e n t s p o u r étouf­ fer u n cri de douleur. M m e Zola se t o u r n a vers elle et la r e g a r d a fixement. — J e p e u x m e s u r e r , J e a n n e , le t o u r m e n t que vous avez e n d u r é au cours de ces j o u r n é e s . J ' a i aimé E m i l e a u t a n t que vous l'avez aimé vous-même. C'est la plus g r a n d e peine qui soit donnée a u x êtres h u m a i n s d'avoir à se t r o u v e r , u n jour, en présence du cercueil de l ' ê t r e aimé, p o u r t a n t cette douleur n ' e s t é p a r g n é e à p e r s o n n e . N o t r e douleur est immense. Mais écoutez-moi, J e a n n e . P u i s q u e nous avons t a n t aimé E m i l e , p u i s q u ' i l a été u n e p a r t i e de n o t r e cœur ; n o u s allons t o u t e s deux, nous qui avons été les compagnes de sa vie, n o u s allons, si vous le voulez bien, r a p p o r c h e r nos existences. J e a n n e contemplait M m e Zola sans comprendre. L a malade r a s s e m b l a ses pensées et continua : — J e n ' a i aucune h a i n e contre vous, J e a n n e . Mon


— 4790 — amour p o u r E m i l e a été si grand, si profond, que j ' a i pu le c o m p r e n d r e tout entier, que j ' a i saisi toute la profon­ deur de sa n a t u r e et de son âme. J ' a i été pour lui u n e bonne camarade, à u n m o m e n t donné, il m ' a même aimée a r d e m m e n t et passionnément. P u i s vous êtes entrée dans sa vie. V o u s lui avez a p p o r t é la jeunesse; il avait besoin de soleil, de rires, et tout cela vous le lui donniez. J e n ' a i p a s été irritée contre vous, J e a n n e , bien qu'il m ' a i t fallu de longues et dures années a v a n t de prendre mon p a r t i p o u r p a r t a g e r avec vous l'homme aimé. — N e parlez plus de cela, chère madame... — Si, J e a n n e , il faut e n t r e nous, t o u t élucider com­ plètement. I l faut que vous sentiez que j ' a i tout pardon­ né, à vous comme à Emile. Sa mort efface la dernière amc'ï't ume qui troublait encore mon cœur quelquefois. Nous devons signer la paix, J e a n n e ; nous allons nous

soutenir réciproquement et continuer de vivre tontes ileux dans le plus p u r souvenir d ' E m i l e . Nous cultive­ rons ses pensées et les inculquerons à ses enfants, pour qu'elles renaissent plus t a r d . J e a n n e , il n e faut p a s que nous vivions séparées. I l n e faut p a s que nous soyons écartées l'une de l ' a u t r e dans le chemin de la vie q u ' i l nous reste encore à p a r c o u r i r ; donnez-moi votre main, restons ensemble. Voulez-vous % J e a n n e s'inclina s u r la main de Mme Zola et déposa u n baiser dans lequel elle m i t t o u t son cœur. — Comme vous êtes noble et bonne, m a d a m e ! — J ' a i été p e n d a n t de nombreuses années la eompagne de sa vie et toutes ses pensées et ses sentiments ont passé s u r moi. Si j ' a g i s d ' u n e manière noble et bon­ ne c'est seulement parce que j e sais qu'il a u r a i t fait de même dans u n cas analogue. Hès que j e serai debout, vous déménagerez et viendrez demeurer dans ma maison, J e a n n e . Les enfants, ses enfants, seront p o u r moi le p l u s


— 4791 — saint héritage. Ils doivent g r a n d i r dans la maison où l'es­ p r i t de leur p è r e s'est épanoui. I l f a u d r a qu'ils devien­ nent tels q u ' i l était lui-même. E t vous, J e a n n e , voudrezvous me seconder d a n s la classification de l'œuvre litté­ r a i r e qu'il nous laisse. J e désire savoir votre avenir et celui de vos enfants définitivement assurés, afin qu'ils ne connaissent aucune gêne, ni aucune difficulté pécuniaire. J e veux qu'ils soient tout à fait à l'abri du besoin. J e a n n e redressa la tête, surprise. Un mot i n a t t e n d u venait de f r a p p e r son oreille, et sans bien c o m p r e n d r e encore elle r é p é t a machinalement : — L a gêne % les difficultés pécuniaires % D a n s son immense douleur elle n ' a v a i t pas pensé à ces choses. I l ne lui était pas venu à l ' e s p r i t que la m o r t d ' E m i l e Zola pouvait modifier complètement sa vie ma­ térielle, ainsi (iue celle de ses enfants. J a m a i s elle n ' a v a i t envisagé la possibilité d ' u n e sé­ p a r a t i o n causée p a r une mort soudaine. Elle n ' a v a i t j a mis pensé à l'aspect que p r e n d r a i t son existence le jour où elle ne serait plus sous sa protection. Cette idée ne l'avait j a m a i s effleurée, même a p r è s la mort et c'était cette femme, cette rivale, qui l'avait étu­ diée, p o u r elle, en lui d o n n a n t u n e généreuse solution. D ' a u t r e p a r t , E m i l e Zola était si bien p o r t a n t , si débordant de forces que j a m a i s non plus la pensée d ' u n e séparation p a r la mort n ' a v a i t germé dans son esprit. Seule, cette p a u v r e femme avait tout prévu. M a i n t e n a n t , sa situation était p a r f a i t e m e n t claire. Elle ne possédait rien, absolument rien ! — Vous ne connaîtrez pas de privations, poursuivit Mme Zola. Tout ce q u ' E m i l e n laissé doit nous apparte­ nir à t o u t e s deux et à ses enfants. J e a n n e , au nom de no­ t r e amour commun p o u r Emile, je vous demande de de­ venir mon amie. Acceptez-vous, J e a n n e ? I n c a p a b l e de p r o n o n c e r une seule parole, J e a n n e ,


— 4792 — a u comble de l'émotion, serra cette main q u ' o n lui ten­ dait...

CHAPITRE DLNXVI

UNE

HEUREUSE

RENCONTRE

R e n a r d v i n t a p p o r t e r à Y v o n n e u n e surprenante nouvelle : — Mlle L e j e u n e est là, et elle désire vous p a r l e r , dit-il. — Que peut-elle m e vouloir, se d e m a n d a Y v o n n e , indécise sur la question de savoir si elle devait recevoir Mary. — Si vous m ' e n croyez, m a d a m e Melan, recevez-la. — J e ne sais p a s , R e n a r d , mademoiselle L e j c u n e é p r o u v e u n e h a i n e i n c o m m e n s u r a b l e c o n t r e moi... et le fait qu'elle vienne m e visiter ne me dit r i e n qui vaille. — Avez-vous p e u r d'elle 1 — N o n p a s , m a i s j e crains qu'elle ne me fasse u n e scène. Elle est e x t r ê m e m e n t violente et sa violence est injuste. — N e craignez rien, je r e s t e r a i à p r o x i m i t é . J e m ' i n s t a l l e r a i d a n s la pièce voisine d'où je p o u r r a i en, t e n d r e t o u t e s les p a r o l e s que vous prononcerez. Si elle


— 4793 — vous fait u n e scène, je m e h â t e r a i d ' y m e t t r e fin, vous pouvez en ê t r e sûre. Avec t o u s les ennuis que vous avez déjà, je ne s a u r a i tolérer q u ' o n vienne encore vous faire de la peine... I l sortit de la pièce et, à la m ê m e seconde, M a r i e en­ t r a d a n s la pièce. Y v o n n e lui t e n d i t la m a i n et l ' a i d a ensuite à r e t i r e r son m a n t e a u . — Donnez-vous la peine de vous asseoir, Marie, ditelle en la r e g a r d a n t avec curiosité. — J ' a i quelque chose à vous d e m a n d e r , m a d a m e Melan. V o u s connaissiez Dubois depuis t r è s longtemps... de­ p u i s p l u s l o n g t e m p s que moi... que savez-vous s u r son compte ? Dites-moi, je vous p r i e , t o u t ce que vous savez sur lui. Y v o n n e ne s ' a t t e n d a i t pas à une pareille r e q u ê t e . Elle é p r o u v a u n e certaine satisfaction, en c o n s t a t a n t que Marie a v a i t p e r d u t o u t e son a r r o g a n c e . ( \ ênée p a r ce sujet délicat, elle baissa les y e u x et fixa le sol sans r é p o n d r e . — Que puis-je vous dire, je ne sais pas... dit-elle enfin. — Quelle considération avez-vous p o u r lui % — J e p r é f è r e ne r i e n dire de ce que j e p e n s e à sa fiancée, car elle p o u r r a i t s'en t r o u v e r froissée. — J e ne suis plus sa fiancée. — A h ! votre m a r i a g e est r o m p u ! — I l m ' a trompée... songez qu'il m ' a a b a n d o n n é e u n e h e u r e a v a n t que n o t r e m a r i a g e ait lieu... — C'est t r è s pénible, mais a u t a n t que je puis en j u ­ ger, c'est u n e chance p o u r vous. M a r i e baissa t r i s t e m e n t la tête. — J e le crois aussi... mais c'est p o u r moi un g r a n d m a l h e u r que de l'avoir aimé, une véritable h o n t e p o u r LIVRAISON

600


— 4794 — moi. U n e tache, Yvonne que je ne p o u r r a i j a m a i s ef­ facer. — Vous pouvez l'effacer, Marie. Oubliez le passé, bannissez-le de votre mémoire, L a jeune fille eut un geste de désespoir. — (Test bientôt dit... q u a n d on a aimé un être de t o u t e son âme, on ne p e u t pas l'oublier du j o u r au lende­ main, même si l'on a p p r e n d qu'il a... Yvonne lui adressa u n long r e g a r d de commiséra­ tion. Elle s'était i n t e r r o m p u e au milieu de sa p h r a s e et paraissait désespérée : — Dites moi sincèrement, Yvonne, le croyez-vous capable de commettre un crime. — Marie, vous savez depuis longtemps que je ne pense pas de bien de lui... le j o u r où je vous ai révélé ma façon de penser, vous vous êtes fâchée. Vous l'aimiez et il en est toujours ainsi, on a toujours confiance dans l'être qu'on aime. — Oui. Malheureusement, je lui avais confié toute ma fortune et il a disparu avec elle. — O h ! mon Dieu! comme c'est triste p o u r vous! — Oui ! c'est bien pénible. J e sais bien que je de­ vrais en prendre mon p a r t i , mais d y a encore une chose qui me t o u r m e n t et à laquelle je ne puis me résoudre. Saviez-vous que la veille de l'assassinat de Mme Schak, j e suis allée la voir et que j ' a i eu avec elle un long en­ tretien ? < - Non. — Au cours de l'enquête, entreprise p a r la poïïcc, vous n'avez pas entendu faire allusion à cette visite que j ' a i rendue à Mme Schack la veille de sa mort ? — J e n'ai rien entendu dire à ce sujet, répondit Yvonne, intriguée p a r cette question étrange.


— 4795 — Marie, obsédée p a r u n e préoccupation secrète, pour­ suivit avec entêtement. --• N i n a et Renard savaient p o u r t a n t que j ' é t a i s ve­ nue, comment se fait-il qu'ils ne vous en aient pas souf­ flé mot % Y vomie haussa les épaules. — Enfin, quoi qu'il en soit, sachez que j ' a i a p p r i s à cette occasion que Aime Schaek avait chez elle quarante mille francs et qu'elle devait r e m e t t r e cette somme à la banque le j o u r suivant. Le soir même de ma visite j ' a i raconté cola à Dubois, car nous avions l'habitude de nous r e t r o u v e r tous les soirs. Or, voici ce qui se passa, il m ' a quittée plus tôt q u ' à l'ordinaire, en p r é t e x t a n t une forte migraine et, bien entendu, je l'ai cru. Le lendemain, j ' a i a p p r i s p a r les j o u r n a u x le meur­ t r e dont Mme Schaek avait été la victime. Mais, ce soir là, .je n'ai pas pu voir Dubois; ii m'avait écrit qu'il ne se trouvait pas bien, et qu'il désirait se reposer pendant quelques jours, afin d'éviter de tomber dangereusement malade. Le j o u r du mariage approchait et je ne l'avais tou­ j o u r s pas revu. Enfin il m'a donné rendez-vous la veille de notre mariage. Dès que je l'ai vu, je lui ai parlé de l'assassinat. Mais il. a aussitôt détourné la conversation et m'a priée de parler d ' a u t r e chose car un sujet aussi macabre, m'a-t-il dit, lui enlevait sa bonne humeur. Com­ me je ne voulais pas lui faire de la peine, je me suis tue. I l s'est mis alors à me parler abondamment de ses pa­ rents de Bruxelles à qui nous devions aller rendre visite au cours de notre voyage de noces... — Mais il n ' a pas de p a r e n t s du tout, dit Yvonne, du moins, il s'est plaint, un jour, à mon mari, d'être toul seul sur la terre. Il avait affirmé cela, également, à nia mère, son an­ cienne hôtesse.


—4796 — — C'est encore une preuve qu'il m ' a t r o m p é e , ditelle t r i s t e m e n t , comme si elle a v a i t encore g a r d é j u s q u e là, le vague espoir q u ' i l fut innocent. M a r i e r a c o n t a alors, à Y v o n n e , la si pénible scène de la m a i r i e et lui dépeignit les affreuses m i n u t e s qu'elle a v a i t connues.

Lorsqu'elle eut terminé son récit) elle.demanda à la jeune femme, avec un regard étrange : — Que pensez-vous de t o u t cela % — J e souffre profondément, p o u r vous, d e s mal­ h e u r s qui vous ont éprouvée... L a j e u n e fille hocha la t ê t e . — V o u s ne m ' a v e z p a s bien comprise, Y v o n n e t j e n e vous ai p a s r a c o n t é ces choses p o u r que vous m ' e x p r i ­ miez votre compassion, m a i s bien p a r c e que j ' a v a i s be­ soin de soulager m a conscience. Me comprenez-vous maintenant % Y v o n n e saisit enfin ce que M a r i e cherchait à insi­ nuer. — V o u s soupçonnez Dubois d'avoir... — JSTe prononcez p a s l'horrible m o t que vous avez sur les lèvres, Y v o n n e ; m a i s je vous en conjure, faites ce que vous considérez comme v o t r e devoir. — J e vais n a t u r e l l e m e n t faire p a r t de t o u t ceci à la police. — M a visite n ' a v a i t p a s d ' a u t r e but, Y v o n n e . _Ën proie, t o u t e s deux, m a i s p o u r des causes diffé­ r e n t e s , à u n e émotion indicible, elles se s e r r è r e n t les mains. — Adieu, Y v o n n e , dit M a r i e d ' u n e voix m o u r a n t e . Ses y e u x s ' é t a i e n t r e m p l i s de l a r m e s . V i v e m e n t , elle se d é t o u r n a et sortit de la pièce. Y v o n n e la suivit p o u r f e r m e r la p o r t e de la maison. L o r s q u ' e l l e revint, R e n a r d était là. — Il me semble quc d ' a p r è s les r e n s e i g n e m e n t s de 2


— 4797 — Mario, Dubois est bien le coupable, dit-il bouleversé p a r Ja soudaineté de cette nouvelle. — C'est ce que l'enquête d é m o n t r e r a . J e vais aller demain matin, à la première h e u r e , chez le commissaire, et lui r a p p o r t e r a i ce que Mlle L e j e u n e vient de m'ap­ prendre.

— Oui. et je vous aooompagnorai. Fendant toute la soirée, ils échauffèrent leurs im­ pressions s u r les circonstances d u crime et se livrèrent à d'innombrables conjectures. Mais, plus ils p a r l a i e n t de Dubois, plus ils se p e r s u a d a i e n t que c'était bien l u i le meurtrier. Le lendemain matin, ils se r e n d i r e n t ensemble a u commissariat de police. — Nous pouvons nous p r é s e n t e r tous ïes deux, d i t R e n a r d avec aplomb, car j ' a i e n t e n d u t o u t ce que Mlle L e j e u n e vous a dit. Yvonne ne fit aucune objection a u désir d u vieux valet, et elle n ' e u t d'ailleurs q u ' à se louer de sa présence, car lorsqu'ils furent i n t r o d u i t s d a n s le cabinet sévère du commissaire, ce n e fut p a s à elle, mais à R e n a r d que le commissaire s'adressa. Or, Y v o n n e était timide... L e commissaire écouta la déposition de R e n a r d avec la plus g r a n d e a t t e n t i o n . L o r s q u ' i l e u t achevé de parler, le m a g i s t r a t prit la parole et dit avec calme : — J e savais déjà t o u t ce que vous venez de me dire. J ' a i reçu ce m a t i n u n écrit que Mlle L e j e u n e avait laissé pou]' moi — Qu'elle avait laissé % d e m a n d a Y v o n n e avec sur­ prise, Mlle Lejeune aurait-elle, quitté Pari;-: ? — KMe est p a r t i e pour toujours... on l a trouvée morte dans sa chambre, ce matin, elle s "est asphyxiée en ouvrant les robinets du gaz. — Oh í Mon Dieu ! m u r m u r a Y v o n n e en fermant :

les yeux avec horreur.


— 4798 — Elle fut p r i s e d ' u n e faiblesse, dont elle ne p u t se défaire que p a r u n g r a n d effort de volonté. Enfin, elle s u r m o n t a son trouble. Elle r o u v r i t ses p a u p i è r e s et a p e r ç u t le commissaire qui la r e g a r d a i t . — P a r d o n , j e vous ai i n t e r r o m p u , dit-elle. — J e comprends très bien que l'émotion que vous venez de r e s s e n t i r vous ait fait p e r d r e connaissance pen­ d a n t u n e seconde, m a d a m e Melan. Mais j ' a i fini, vous pouvez r e n t r e r chez vous vous reposer. — Oui... mais vous avez p e u t - ê t r e encore quelques questions à m e poser ? — Non, ce n ' e s t p a s u r g e n t , vous recevrez d'ici quelques j o u r s la visite du j u g e d ' i n s t r u c t i o n . Y v o n n e se leva. — J e vous d e m a n d e p a r d o n , encore u n mot, dit le commissaire, et s ' a d r e s s a n t à R e n a r d : — Vous pouvez vous en aller. Q u a n d le vieillard fut sorti, le commissaire se t o u r ­ n a vers Y v o n n e et r e p r i t : — M a d a m e Melan, j ' a i encore quoique chose à vous communiquer, u n e chose du plus g r a n d intérêt p o u r vous ; mais, provisoirement, vous ne devrez en p a r l e r à personne. « N o u s avons reçu ce m a t i n u n e a u t r e lettre, vous c o n c e r n a n t également. I l s'agissait en l'espèce, d ' u n e let­ t r e de la banque de Dubois. Cette l e t t r e contenait deux billets de mille francs que Dubois, en encaissant l'ar­ gent de Mlle Lejeune, avait laissé é c h a p p e r p a r mégarde et qui ne faisaient pas p a r t i e de la somme q u ' o n ve­ n a i t de lui r e m e t t r e , mais bien d ' u n e a u t r e liasse q u ' i l a v a i t sortie de son portefeuille p o u r la placer d a n s u n e poche i n t é r i e u r e de son p a r d e s s u s . Les billets ont été r a ­ massés p a r un monsieur qui s'était r e n d u compte de la négligence de Dubois. Or, la police a p u d é t e r m i n e r , d ' u -


— 4799 — n e m a n i è r e incontestable, que ces billets p r o v e n a i e n t du vol commis d a n s l ' a p p a r t e m e n t de M m e Schack. « U n e liste complète des n u m é r o s des billets de ban­ que, liste dressée p a r M m e Schack et r e t r o u v é e au cours des perquisitions effectuées d a n s son a p p a r t e m e n t , nous a p e r m i s de f a i r e la découverte dont je viens de vous p a r l e r . N o u s pouvons donc conclure, d ' u n e m a n i è r e ab­ solue, que Dubois est l ' a u t e u r de ce m e u r t r e . « J ' a i encore quelque chose à vous a p p r e n d r e : M m e Schack a laissé u n t e s t a m e n t , a u x t e r m e s duquel elle vous a instituée sa l é g a t a i r e universelle. L e s m a i n s d ' Y v o n n e se c r a m p o n n è r e n t a u dossier de la chaise, d e v a n t laquelle elle se t e n a i t . S o n visage était d ' u n e p â l e u r mortelle. — A l l o n s ! il ne f a u t p a s vous t r o u v e r mal, dit en s o u r i a n t le commissaire. Ce que j e vous annonce n ' e s t p a s désagréable p o u r vous. — Oui, dit-elle à voix basse en r e p r e n a n t son sangfroid. I l est donc d é m o n t r é que mon m a r i n ' e s t p a s cou­ pable du crime p o u r lequel il est en p r i s o n . i— J ' e s p è r e que l'on p o u r r a d é m o n t r e r qu'il est in­ nocent. D ' a i l l e u r s , on n ' a t r o u v é chez votre m a r i a u c u n a r g e n t liquide et, il ressort de la l e t t r e de Mlle L e j e u n e que Dubois n ' é t a i t a u c u n e m e n t en r a p p o r t s avec v o t r e mari. « N o u s n ' a b o u t i r o n s p a s à la conclusion de cette af­ f a i r e d u j o u r au lendemain, m a i s d'ores et déjà, vous pouvez c o m p t e r r e t r o u v e r bientôt votre m a r i . « Telle était la consolation que j e tenais à vous a p ­ p o r t e r dès a u j o u r d ' h u i . Y v o n n e t e n d i t la m a i n a u commissaire et lui dit d ' u n e voix que l'émotion faisait t r e m b l e r : — J e vous remercie infiniment, m o n s i e u r le com­ missaire. I l lui s e r r a la m a i n .


4800—

— Allons, m a d a m e Melan, vous pouvez aller la tête h a u t e . E t de t o u t ce que j e vous ai dit... il mit u n doigt d e v a n t ses lèvres... p a s u n mot à p e r s o n n e . — A personne, a s s u r a Y v o n n e lui a d r e s s a n t u n long r e g a r d de reconnaissance. R e n a r d ne lui d e m a n d a pas ce que le commissaire ve­ n a i t de lui dire. I l vit le visage 7-ayonnant de la j e u n e femme et comprit qu'il lui a r r i v a i t quelque chose d'heu­ reux.

Y v o n n e connut u n e longue semaine d ' a t t e n t e impa­ t i e n t e et fébrile et.enfin; u n j o u r , son m a r i r e v i n t . L e u r joie fut d é b o r d a n t e . T o u s les t o u r m e n t s qu'ils a v a i e n t e n d u r é s de p a r t ' e t d ' a u t r e f u r e n t oubliés. I l s e n v i s a g è r e n t de n o u v e a u l'existence sous u n j o u r favorable. — L e destin v i e n t de nous d é d o m m a g e r magnifique­ m e n t des souffrances passées, il a fait de nous des gens h e u r e u x , dit Y v o n n e . N o t r e avenir est m a i n t e n a n t a s s u r é grâce à l ' h é r i t a g e . d e m a bienfaitrice ; mais il f a u t m a i n ­ t e n a n t ne p a s ê t r e égoïste et p e n s e r à faire des h e u r e u x . — De qui v e u x - t u p a r l e r % d e m a n d a son m a r i avec curiosité, j e ne c o m p r e n d s p a s ce que t u v e u x dire. — J e v e u x p a r l e r de R e n a r d qui a été p o u r moi, p e n d a n t ces t r i s t e s j o u r s , u n v é r i t a b l e ami. ' — J e me doutais bien, u n peu, que c ' é t a i t à lui que t u pensais... — Le p a u v r e h o m m e est t r è s inquiet p o u r son ave­ nir... il c r a i n t fort, é t a n t donné son âge, de ne p a s t r o u v e r facilement un emploi. C'est pourquoi j ' a i pensé lui of­ frir u n gîte chez nous... serais-tu de cet avis ?

Le calvaire d'un innocent ; n° 150  

Auteur : D' Arzac, Jules. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you