Page 1

FASCICULE N,° 7 5 .

P r i x : 1 fr. 2 0 .

Belgique : 1 fr. 5 0

— Alfred ! balbutia-t-elle. vers l'île (p. 2 . 3 2 3 ) . C. I

en tendant les mains LIVRAISON 297.

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


— 2371 — Mais, a p r è s quelques i n s t a n t s , elle r e p r i t le fil de son raisonnement. L a perspective d ' u n e vie tranquille et h e u r e u s e était t r o p belle p o u r qu'elle puisse y renoncer aussi facilement. Mais, p a r contre, comment r e m é d i e r à cette situation si e m b a r r a s s a n t e . P e u à peu, le j o u r se leva. V e r s neuf heures, l'avent u r i è r e p r i t finalement u n e décision : elle allait accepter l'offre de J a m e s W e l l s sans r i e n lui d i r e de son passé. Dès qu'elle f u t habillée, elle alla au téléphone et dem a n d a la communication avec l'hôtel où d e m e u r a i t l'exp l o r a t e u r . Quelques m i n u t e s a p r è s , elle entendit sa voix. — B o n j o u r , J a m e s ! lui dit-elle. — Ah!... C'est vous, A m y l . . E h bien !... Qu'avezvous à me dire 1 — Venez m e voir ce m a t i n , j e vous attends... — T r è s bien... J e viens de suite !... Donc, vous avez r é f l é c h i ! . . V o u s acceptez 1 — N o u s en p a r l e r o n s t o u t à l'heure... à t a n t ô t , J a mes ! M a i n t e n a n t , A m y Nabot, se sentait tranquille. L ' a venir lui souriait sous u n nouvel aspect, r a d i e u x de bonh e u r et de bien être. F i n a l e m e n t , sa vie allait avoir u n but. Elle n'allait p l u s ê t r e obligée d'avoir recours à des procédés inavouables et d a n g e r e u x p o u r se p r o c u r e r des moyens d'existence.

* **

V e r s dix heures, l ' a v e n t u r i è r e entendit f r a p p e r à la p o r t e de sa chambre.

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


— 2872 — — E n t r e z ! s'empressa-t-elle de r é p o n d r e , persuadée de ce que ce ne pouvait être que J a m e s Wells. M a i s quelles ne furent p a s sa stupéfaction et son h o r r e u r en voyant a p p a r a î t r e - D u b o i s ! — T u ne t ' a t t e n d a i s p a s à m a visite, hein, m a belle? s'exclama ï'ès#ion en s ' a v a n ç a n t vers elle. — Que voulez-vous de moi ! fit elle en-faisant u n geste de r é p u g n a n c e . P o u r q u o i vous êtes-vous p e r m i s de venir ici ? — J e vais te le dire tout de suite... Mais, si t u p e r mets, ;je vais commencer p a r m'asseoir.... E t , sans a t t e n d r e la réponse, le misérable s'installa d a n s u n fauteuil, à côté d ' A m y N a b o t . — T u n ' a s p a s t r o p bonne mine, m a chère amie ! r e p r i t - i l s u r u n ton ironique. On voit bien que le climat de la Tunisie ne convient p a s à t o n t e m p é r a m e n t ! — Dites-moi ce que vous m e voulez!'cria l ' a v e n t u r i è r e , en proie à une anxiété indicible. — Aie u n p e u de patience, A m y !... D ' a b o r d et a v a n t tout, j ' é t a i s i m p a t i e n t de te revoir... Est-ce que cela n ' é t a i t p a s u n désir bien justifié ? . L ' a v e n t u r i è r e fixa s u r lui u n r e g a r d chargé d ' u n profond mépris. — N o n ! s'écria-t-elle avec u n frémissement de colère. Cela ne me p a r a î t p a s justifié du tout ! — Pourquoi ? — P a r c e q u ' i l n ' y a plus a u c u n r a p p o r t entre nous ! — Que veux-tu d i r e p a r là, m a petite A m y ? Ce disant, le misérable la fixait avec insistance, u n s o u r i r e malicieux s u r les lèvres. Comme l ' a v e n t u r i è r e ne r é p o n d a i t pas, il p o u r s u i vit : — J e suis v r a i m e n t n a v r é de voir que ma visite ne te fait pas g r a n d plaisir !... Donc... tu n ' e s p a s contente c

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


2373 — de me revoir ? — J e serais contente de ne plus j a m a i s vous revoir ! L ' e s p i o n eut un éclat de r i r e sarcastique. — Voilà au moins u n e sincérité qui mérite une certaine a d m i r a t i o n ! s'cxclama-t-il. Donc, cela veut dire que je ne jouis plus de t a sympathie, hein ?... C'est bien dommage ! — N'allez-vous p a s bientôt me dire... — T o u t de suite !... Mais, d ' a b o r d , une question : qui est ce monsieur avec qui t u étais q u a n d n o u s nous sommes r e n c o n t r é s d a n s le j a r d i n ? . . . I l m ' a fait une excellente impression !... I l doit être t r è s riche, n'est-ce pas ? A m y eut un geste r a g e u r . •— J e vous défends de me de me t r a i t e r , avec u n e familiarité que je ne s a u r a i s t o l é r e r ! s'exclama-t-ellc. — T u dis des bêtises, Amy!... N e sommes-nous p a s c a m a r a d e s d e p u i s longtemps % — J e vous ai déjà dit que tout était fini entre nous... — Oh!... Crois-tu donc que l'on peut d é t r u i r e si facilement le p a s s é ? r i c a n a Dubois en r e g a r d a n t l'aventu-, r i è r e avec u n a i r p r o v o q u a n t . — Assez! s-écria-t-elle, p o u r p r e de f u r e u r . Assez!... J e ne veux plus vous écouter!... Allez-vous-en ! — N e crie p a s si fort, Amy!... T u ferais mieux de m'écouter... J e m e t r o u v e clans u n e situation financière assez p r é c a i r e et j ' a u r a i s besoin d ' u n peu d'argent... P e u x - t u faire quelque chose p o u r moi ? — Non ! — Voilà une réponse peu aimable, Amy!... H e u r e u sement que je ne me décourage pas p o u r si peu !... T u n'as pas d'argent ? — Non...

tutoyer et

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


2374

— D a n s ce cas, j e m ' a d r e s s e r a i à ton ami, qui m ' a i a i r d ' u n c h a r m a n t garçon... — Misérable ! i n t e r r o m p i t A m y N a b o t en s e r r a n t . les poings. J e comprends votre i n t e n t i o n i n f â m e ! — T a n t mieux!... De toute façon, si t u refuses de m e v e n i r en aide, j ' i r a i t r o u v e r ton... fiancé et je le m e t t r a i a u c o u r a n t de certaines choses qui ne lui feront p r o b a b l e m e n t p a s g r a n d plaisir ! — C a n a i l l e ! Allez-vous-en! s'écria A m y N a b o t en se levant d ' u n bond. Dubois hocha la tête avec calme et dit s u r u n ton indifférent : kkkkkkk — T u p e u x t ' e s t i m e r heureuse de ce que je ne m'offense p a s t r o p facilement, Amy!... Si j e devais p r e n d r e tes insultes a u sérieux, cela p o u r r a i t te coûter assez cher ! L ' a n c i e n n e espionne était a u comble du désespoir. Que serait-il a r r i v é si J a m e s W e l l s s u r v e n a i t j u s t e à cet i n s t a n t ?... E t il pouvait venir d ' u n moment à l'autre ! Que f a i r e % Comme s'il avait p u lire d a n s la pensée d ' A m y N a bot, Dubois r e p r i t avec u n cynisme ironique : — Que d i r a i t ton fiancé s'il nous t r o u v a i t ici, eln tête-à-tête % L ' a v e n t u r i è r e ne r é p o n d i t pas. L e r e g a r d de ses y e u x e x p r i m a i t u n véritable désespoir ; t o u t son être était agité d ' u n t r e m b l e m e n t convulsif. • — Comment vas-tu me p r é s e n t e r à t o n fiancé % p o u r suivit l'espion, impitoyable. A m y N a b o t ne r é p o n d i t pas. Elle p a r a i s s a i t réfléchir. T o u t à coup, elle t e n d i t ses deux m a i n s vers le misérable et s'écria s u r u n ton s u p p l i a n t : — Allez-vous-en, j e vous en p r i e ! Dubois se m i t à r i r e et s'exclama :


2375

— Ah, ah!... Voilà que t u changes déjà de ton, m a belle amie!... Ceci me fait plaisir et, p o u r ne p a s dér a n g e r tes plans, je suis disposé à m ' e n aller t o u t de suiteCe disant, il fit mine de se lever. L ' a v e n t u r i è r e fixa sur lui u n r e g a r d inquiet. — Où allez-vous? balbutia-t-elle. — N ' a i e p a s p e u r Amy!... J e r e m e t s à p l u s t a r a m a visite à M. J a m e s Wells... J ' e s p è r e que j e s a u r a i bien t r o u v e r u n moyen de me p r o c u r e r de l'argent... N o u s nous r e v e r r o n s demain m a t i n , à la même heure... N ' e s saye p a s de m ' é v i t e r ou de te cacher, p a r c e que ce serait inutile... T u m e connais assez p o u r savoir de quoi j e suis capable q u a n d j e suis c o n t r a r i é ! E t , se d i r i g e a n t vers la p o r t e , l'espion conclut en s'inclinant avec u n a i r m o q u e u r : — A u revoir, m a chère amie !

D e m e u r é e seule, A m y N a b o t se m i t à r e g a r d e r aut o u r d'elle avec u n a i r éperdu. L a r é a p p a r i t i o n de Dubois venait de nouveau bouleverser t o u s ses p l a n s et tous ses espoirs ! L ' o m b r e du passé d é t n i i s a i t encore u n e fois son beau rêve d ' a m o u r et de b o n h e u r . M a i n t e n a n t , t o u t semblait définitivement p e r d u I Même si elle avait été en m e s u r e de d o n n e r à D u bois l ' a r g e n t q u ' i l a u r a i t voulu avoir, cela n e l ' a u r a i t p a s avancée à g r a n d chose, car il n ' a u r a i t p a s t a r d é à recommencer de la persécuter, comme u n v a m p i r e t o u j o u r s insatiable ! E t si elle p r e n a i t la fuite?... Si elle d e m a n d a i t à


'

.L'y t

O '

J a m e s W e l l s de l'emmener tout de suite, très loin de Montreux ? U n s o u r i r e a m e r a p p a r u t sur les lèvres de l'ancienne espionne. — Cela ne s e r v i r a i t à rien non p l u s ! m u r m u r a - t elle. J e connais Dubois!... I l a u r a i t bientôt fait de venir me rejoindre ! Elle é p r o u v a i t la décourageante sensation d'être complètement à la merci de cet individu qui se dressait t o u j o u r s devant elle a u moment où elle s'y a t t e n d a i t le moins, comme u n fantôme de son passé et u n e image de son destin ! . S a pensée se r e n o r t a sur J a m e s Wells. I l fallait qu'elle renonce à ce m a r i a g e , qu'elle r e nonce à t o u t ! P a u v r e Wells !... Quelle pénible déception il allait avoir !... Mais c'était inévitable!... E t p o u r t a n t , comme elle a u r a i t été contente de pouvoir lui r e p o n d r e qu'elle était p r ê t e à devenir sa femme !

,

CHAPITRE

CCCXXXVlll

LAS DE LA VIE.

M a l g r é ses horribles souffrances, m a l g r é son désespoir, Alfred D r e y f u s continuait de vivre, comme si la m o r t n ' a v a i t p a s voulu de lui, ou, comme si le destin a v a i t voulu m-olonger indéfiniment l'inquiétude des misérables qui souhaitaient son t r é p a s , afin de pouvoir être enfin s û r s de ce que leur crime d e m e u r e r a i t i m p u n i . C'était u n véritable miracle qu'il n ' e u t p a s encore succombé et cela faisait l'étonnement de tous ceux qui


2377

étaient a u c o u r a n t de la situation. Accroupi sur son lit, hâve et décharné, pâle comme u n agonisant, le m a l h e u r e u x réfléchissait. L e m a t i n même, il avait encore u n e fois reçu la visite du c o m m a n d a n t du pénitencier, qui lui avait dit que la situation d e m e u r a i t inchangée. Donc, à P a r i s , on r e s t a i t t o u j o u r s convaincu de sa culpabilité!... L a tache i n f a m a n t e d u d é s h o n n e u r souillait t o u j o u r s son n o m ! * L e s espérances du p r i s o n n i e r s'écroulaient p e u à p e u comme des c h â t e a u x de cartes d a n s u n c o u r a n t d'air!... Ses terribles souffrances ne se t e r m i n e r a i e n t vraisemblablement qu'avec sa m o r t ! L a t r a m e d ' i n t r i g u e s que ses ennemis avaient ourdie a u t o u r de lui était tellement serrée q u ' a u c u n e force h u m a i n e n ' a u r a i t p u la défaire ! A l f r e d D r e y f u s hocha la tête avec u n a i r découragé. Combien de t e m p s p o u r r a i t - i l encore résister à ce martyr % Sa santé était complètement ruinée. L a m a u v a i s e n o u r r i t u r e et le m a n q u e de m é d i c a m e n t s p o u r calmer sa fièvre l ' a v a i e n t r é d u i t à u n é t a t lamentable. H était tombé d a n s u n e telle faiblesse q u ' i l ne pouvait même p l u s se mouvoir d ' u n côté à l ' a u t r e de sa cellule sans s ' a p p u y e r s u r u n bâton. Ses épaules étaient voûtées comme celles d ' u n vieill a r d . Ses cheveux étaient t o u t blancs. Ses y e u x étaient devenus t e r n e s et v i t r e u x et ses m a i n s étaient p e r p é t u e l lement agitées de t r e m b l e m e n t s violents. Q u i a u r a i t p u r e c o n n a î t r e , en cette t r i s t e épave humaine, le b r i l l a n t officier d ' a r t i l l e r i e , l'élégant c a p i t a i n e D r e y f u s à qui t o u t le m o n d e p r é d i s a i t u n e si s p l e n d i d s carrière % M a i n t e n a n t , il n ' é t a i t même p l u s u n homme, m a i s u n e sorte de l a r v e de forme v a g u e m e n t h u m a i n e , la p e r C

I.

LIVRAISON 2 9 8 .


2378

sonnification de la douleur et de la souffrance. Q u a n d il pensait à ses enfants, le m a l h e u r e u x ne p o u v a i t se défendre contre u n sentiment de révolte et il s ' a b a n d o n n a i t parfois à des crises de colère impuissante. D e s l a r m e s de r a g e roulaient sur ses joues émaciées. A h !... Si la p a u v r e Lucie et les deux petits avaient r>u voir à quel état il se t r o u v a i t r é d u i t !

Ce matin-là, s'étant éveillé a p r s è quelques h e u r e s de sommeil agité, Alfred D r e y f u s se posa t o u t à coup cette angoissante question : — P o u r q u o i de vrais-je encore s u p p o r t e r tous ces t o u r m e n t s ! . . Cette nuit, j ' a i rêvé que j e mourais!... N e v a u d r a i t - i l p a s m i e u x en finir u n e fois p o u r toutes ?... Qu'est-ce que j ' a t t e n d s ? . . . P o u r q u o i résister encore p u i s que, de toute façon, il n ' y a p l u s a u c u n espoir?... D u r a n t u n e courte période, j ' a v a i s a u moins la consolation de recevoir de t e m p s à a u t r e u n e lettre de Lucie, m a i s m a i n t e n a n t , on m ' a également p r i v é de cela!... P a r conséquent, à quoi bon continuer de vivre ? L ' i d é e de la m o r t commençait à lui a p p a r a î t r e comme la seule délivrance encore possible. N e plus souffrir !... S o m b r e r d a n s l'oubli de l'éternité ! Mourir ! L e m a l h e u r e u x réfléchit p e n d a n t environ u n e h e u r e , p u i s il p r i t la résolution d ' a v o i r r e c o u r s a u suicide. L e s moyens de m e t t r e ce sinistre p r o j e t à exécution n e lui m a n q u a i e n t pas. C o n t r a i r e m e n t a u x règlements du p é n i t e n c i e r on lui avait laissé u n long couteau, p o i n t u et bien aiguisé, dont il se servait p o u r couper son p a i n .


- 2379 I l y avait aussi, d a n s u n coin de sa cellule, accrochée à u n clou, u n e longue corde qui ne p a r a i s s a i t avoir été laissée là que p o u r q u ' i l puisse se p e n d r e . Inconsciemment, l ' i n f o r t u n é se r é s i g n a i t à se conf o r m e r a u p l u s cher désir de ses b o u r r e a u x ! Quel moyen allait-il choisir p o u r se d o n n e r la m o r t ? — J e m e couperai les veines des poignets ! se ditil avec stoïcisme. Adieu, m a chère Lucie !... Adieu, m o n p e t i t P i e r r o t !... Adieu, m a p e t i t e J e a n n e !... N o u s nous r e v e r r o n s d a n s le r o y a u m e de l'éternité ! M a i n t e n a n t , le m a l h e u r e u x ne r a i s o n n a i t déjà p l u s . I l s'était laissé vaincre p a r son désespoir et il agis«ut sans se r e n d r e compte de ce q u ' i l faisait. S ' a p p r o c h a n t de la table, il saisit le couteau. c

— Dreyfus ! L e p r i s o n n i e r ne r é p o n d i t p a s ; il d e m e u r a i t étendu s u r sa couchette, les b r a s p e n d a n t s ; ses m a i n s étaient couvertes de sang. — D r e y f u s ! r é p é t a le g a r d i e n en s'avançant d a n s la cellule. P o u r q u o i ne me répondez-vous p a s ? Ce n e f u t q u ' a l o r s q u ' i l s ' a p e r ç u t de ces d e u x coup u r e s p r o f o n d e s . a p p a r a i s s a n t en t r a v e r s des poignets du p r i s o n n i e r . A p p e l a n t la sentinelle qui était de g a r d e a u p r è s de la p o r t e , le geôlier lui dit : — Allez vite chercher u n médecin!... D r e y f u s est blessé et il m e p a r a î t ê t r e en d a n g e r de m o r t ! — Allez-y vous-même ! r é p o n d i t l ' a u t r e avec indifférence. Moi,, je ne p e u x p a s q u i t t e r mon poste... — J e vous dis d ' y aller!... P e n d a n t ce temps, je

vais


2380

-

tâcher de faire quelque chose p o u r a r r ê t e r l ' h é m o r r a g i e ! — E t si on me p u n i t p o u r abandon de poste ? — On ne vous p u n i r a p a s !... D a n s u n cas comme celui-ci, on peut faire u n e exception au règlement... — Bien... J e vous en laisse la responsabilité... A u lieu de r é p o n d r e , le g a r d i e n déchira un morceau de d r a p de lit et en fit quelques lanières au moyen desquelles il b a n d a étroitement les poignets du blessé. I l avait à peine t e r m i n é cette opération q u a n d le médecin a p p a r u t . — Qu'est-il a r r i v é ? s'enquit le docteur. L e geôlier lui m o n t r a le prisonnier. — I l a voulu se suicider? fit le médecin. — Oui... L e docteur o u v r i t sa trousse et, a p r è s avoir p r é p a r é le nécessaire, il r e m i t les plaies à n u et les examina avec attention. — Ses blessures ne sont p a s t r è s profondes, m u r mura-t-il. Le p a u v r e diable n ' a même p a s eu la force de se t r a n c h e r les veines! t i n q u a r t d ' h e u r e p l u s t a r d , Alfred D r e y f u s r e p r e n a i t connaissance. L e médecin-major était assis a u p r è s de son lit et le r e g a r d a i t avec u n e expression de p r o fonde pitié. — Qu'avez-vous f a i t ? lui demanda-t-il en essayant de sourire. H e u r e u s e m e n t que vous étiez faible, a u t r e ment... — Ce que j ' a i f a i t ? balbutia le m a l h e u r e u x , qui ne se souvenait p l u s de rien. L e docteur lui expliqua ce qui était a r r i v é , r a p p e l a n t son e s p r i t à la triste réalité des choses. — A h ! gémit le m a l h e u r e u x en baissant les yeux. J e n'en pouvais plus!... P o u r q u o i ne m'avez-vous p a s laissé m o u r i r ? — D ' a b o r d et a v a n t tout, p a r c e que mon devoir était


- 2381 — de vous sauver... E n second lieu, parce que vous ne de­ vez pas renoncer à tout espoir... — Que devrais-je e s p é r e r ? d e m a n d a le m a l h e u r e u x en o u v r a n t de nouveau les yeux. — V o t r e réhabilitation... la liberté ! — Voilà des années que j ' a t t e n d s , docteur ! Le médecin baissa la voix et r e p r i t : — Ecoutez, Dreyfus... J e ne devrais p a s vous p a r l e r de ces. choses, m a i s votre é t a t m ' i n s p i r e de la compas­ sion et je vais vous d i r e quelque chose qui vous fera sans doute plaisir... Ces jours-ci, à P a r i s , u n e l u t t e fu­ rieuse a eu lieu à cause de vous!.. L'affaire D r e y f u s a exalté tous les esprits et l'on combat p o u r votre cause... — Vraiment ?... E t qui combat p o u r m o i ? — V o s amis... — Mes amis?... Est-ce que j ' a i donc encore des amis ? — P l u s que vous ne p o u r r i e z le croire, Dreyfus!... Soyez t r a n q u i l l e et ayez confiance... J e ne p e u x p a s vous en dire d a v a n t a g e p o u r a u j o u r d ' h u i . . . C o u r a g e ! — Et... combien de t e m p s devrai-je encore a t t e n d r e ? — J e crois bien que, m a i n t e n a n t , ce ne sera plus q u ' u n e question de quelques mois... Alors, j ' a u r a i moi aussi la satisfaction d ' a v o i r sauvé la vie à u n innocent. Alfred D r e y f u s f e r m a encore u n e fois les yeux, com­ me si les paroles du médecin lui avaient donné u n nou­ veau sentiment de p a i x et u n nouvel espoir. 1


— 2382 —

CHAPITRE CCCXXXI?

RENONCIATION

^ u a n d J a m e s W e l l s f r a p p a à la p o r t e de la c h a m b r e d ' A m y Nabot, celle-ci était encore en t r a i n de réfléchir. S ' a p e r c e v a n t de la douloureuse expression de son visage, l ' e x p l o r a t e u r se pencha affectueusement vers elle elt s'exclama : — Qu'avez-vous donc, Amy?,.. Vos yeux sont t o u t rouges de l a r m e s ! L ' a v e n t u r i è r e ne r é p o n d i t p a s . Elle a u r a i t voulu p a r l e r , m a i s u n e pénible émotion lui s e r r a i t la gorge. J a m e s W e l l s lui p r i t les m a i n s et les s e r r a affectueusement e n t r e les siennes. — P a r l e z , m a chère amie ! lui dit-il, sur u n ton affectueux. Dites-moi ce que vous avez... P o u r toute réponse, l ' a v e n t u r i è r e éclata en sanglots. — E h bien? r e p r i t l ' e x p l o r a t e u r e n . l u i caressant doucement les cheveux. N e voulez-vous p a s m e d i r e ce q u i vous f a i t t a n t de c h a g r i n ? A m y N a b o t fit u n g r a n d effort et r é p o n d i t finalement : — J e n'ai rien, mon cher ami... Seulement, nies n e r f s sont t e r r i b l e m e n t tendus... J ' a i eu u n e crise...


— 2383

L ' e x p l o r a t e u r c o n t i n u a i t de la c a r e o o e r : — Q u a n d vous m'avez téléphoné, j e m e suis senti devenir p r e s q u e fou de joie, A m y ! reprit-il. J e suis venu,l ' â m e remplie d'espoir... J e croyais vous t r o u v e r heureuseet voilà que, au contraire, je vous vois toute eu larmes!... P o u r q u o i ? . . . Est-ce que c'est moi qui vous a i t causé quelque désagrément?... Ou bien... n'avez-vous p a s le courage de m e d i r e que vous ne m ' a i m e z p a s .% — Oh non, J a m e s !... J e vous aime beaucoup, a u contraire!... J e vous aime et j e vous estime comme j e n ' a i j a m a i s estimé a u c u n h o m m e ! — E t alors?... Qu'est-il arrivé?... J e vous conjure d ' ê t r e sincère, A m y ! — E h bien... en ce qui concerne la réponse que vous attendez... il f a u d r a que vous patientiez encore u n p e u . J a m e s W e l l s laissa r e t o m b e r ses b r a s le long de son. corps avec u n geste découragé. S o n r e g a r d se fixait sur l ' a v e n t u r i è r e avec u n e exp r e s s i o n i n t e r r o g a t i v e et stupéfaite. Comment ?... Elle p r é t e n d a i t l ' a i m e r et... elle ne pouvait p a s se décider à lui accorder sa m a i n ? I l a u r a i t voulu lui poser encore d ' a u t r e s questions,; mais, en présence de l ' é t a t d a n s lequel elle se t r o u v a i t , il p r é f é r a se résigner à u n e nouvelle a t t e n t e . — Si tel est votre désir, je p a t i e n t e r a i encore, Amy,fit-il. Mais calmez-vous, j e vous en supplie!... V o u s ne sauriez vous i m a g i n e r à quel p o i n t il m ' e s t pénible de vous voir ainsi ! — Excusez-moi, mon cher ami... je me sens suffoquer!... Ah!... Quelle t e r r i b l e c r i s e ! — Venez, Amy... Allons f a i r e u n e p r o m e n a d e . L ' a i r frais vous fera d u bien... L ' a v e n t u r i è r e eut un faible sourire et fit u n signe d'assentiment.


2384 —

Une demi-heure plus t a r d , J a m e s Wells et Amy N a bot sortirent du s a n a t o r i u m , se d i r g e a n t vers le p a r e . I l faisait un -temps superbe. U n soleil radieux resplendissait d a n s le ciel. W e l l s savait que sa compagne avait de l'affection p o u r . l u i et il était s û r de ce qu'elle finirait p a r accepter sa p r o p o s i t i o n . " L a déception qu'il avait éprouvée ce matin-la n ' é t a i t p a s ; i r r é p a r a b l e . A m y l'aimait et elle allait devenir sa. femme. A v a n t de s o r t i r du s a n a t o r i u m , il l'avait p r i s e entre ses bras et l'avait longuement étreinte. Elle s'était laissée embrasser sans c h e r c h e r à résister. T a n d i s qu'ils se p r o m e n a i e n t le long des allées du p a r c , l'ancienne e s p i o n n e ' n e cessait de r e g a r d e r a u t o u r d'elle avec an a i r inquiet. A chaque instant, elle sursautait, comme si elle s'était a t t e n d u e à voir s u r g i r Dub«'.!s devant ses yeux. Elle savait que le misérable l'espionnait et qu'il aur a i t été capable de p a r l e r à Wells, de lui révéler la vérité. •— Etes-vous fatiguée? lui d e m a n d a t o u t à coup ] ' e x p l o r a t e u r , voyant qu'elle s ' a p p u y a i t à s o m b r a s avec lassitude.' . . — Oui, répondit-elle, t e n t a n t de sourire. — Voulez-vous,.que je vous reconduise au sanatorium ? . .— Cela v a u d r a mieux, James... J ' a i besoin de me reposer... Q u a n d ils furent r e n t r é s , Wells lui s e r r a la m a i n et m u r m u r a avec émotion : — Tâchez de d o r m i r et restez calme... J e reviendrai d a n s l'après-midi...


— Puis elle embrassant disalnh... C. I.

de nouveau

Lénî (P.

2

en

341.)

LIVRAISON 2 9 9 .


-

2387

— A u revoir, m o n cher ami... Revenue d a n s sa chambre, A m y Nabot, s'assit dev a n t u n e petite table et d e m e u r a longuement immobile, la tête e n t r e les m a i n s . F i n a l e m e n t , elle p r i t une décision. I L e sacrifice était immense, m a i s elle devait l'accomplir. Elle devait se r é s i g n e r à cette douloureuse r e n o n ciation afin de ne p a s c o u r i r le risque de ne p a s se v o i r devenir encore p l u s m a l h e u r e u s e qu'elle ne l ' é t a i t d é j à . — 1 1 ne me reste q u ' u n e voie à suivre, se disaitelle : q u i t t e r J a m e s et r e t o u r n e r t o u t de suite à P a r i s . . . P r e n a n t u n e p l u m e et u n e feuille de p a p i e r , elle se m i t à écrire ce qui suit : « M o n cher ami, « A p r è s avoir l o n g u e m e n t réfléchi, j e m e suis convaincue de ce que je ne suis p a s digne d ' u n i r m o n existence à la vôtre. M a vie, qui, j u s q u ' a u m o m e n t où j e vous ai rencontrée, a t o u j o u r s été p a u v r e et t r i s t e , a u r a i t p u devenir h e u r e u s e et paisible ; n é a n m o i n s j e dois m ' i m poser cette douloureuse renonciation. « Tâchez de m'oublier. Q u a n t à moi, je me souviend r a i t o u j o u r s de ce que vous avez fait p o u r moi et, ce que j e r e g r e t t e le p l u s , c'est de devoir vous infliger u n e pénible déception. « J e vous supplie de me p a r d o n n e r et j e vous j u r e que je n ' a u r a i s p a s p u a g i r a u t r e m e n t . J e vous a s s u r e que les j o u r s que j ' a i passés à M o n t r e u x en v o t r e comp a g n i e ont été les p l u s beaux que j ' a i e vécus depuis bien longtemps... « A v a n t de vous dire adieu p o u r t o u j o u r s , j e dois vous a v e r t i r d ' u n e chose : ces jours-ci, vous recevrez p l u s que p r o b a b l e m e n t la visite d ' u n n o m m é Dubois. I l est nécessaire que j e vous m e t t e en g a r d e contre cet individu qui n ' e s t même p a s digne de votre m é p r i s .


-

2388

« Cet homme, qui est a u c o u r a n t de mon passé a cherché à se livrer contre moi à mie e n t r e p r i s e de chantage. S'il essayait quelque chose de ce genre a u p r è s de vous, n'ayez a u c u n é g a r d p o u r lui et traitez-le comme il le m é r i t e . « P a r d o n n e z - m o i , James!... E t soyez p e r s u a d é de ce que j e m e souviendrai t o u j o u r s de vous avec la plus g r a n d e reconnaissance. « Amy

NABOT. »

A p r è s avoir soigneusement relu sa lettre, l'aventur i è r e l'inséra d a n s u n e enveloppe s u r laquelle elle écrivit l'adresse de J a m e s W e l l s , puis, sans p e r d r e u n inst a n t , elle se m i t à p r é p a r e r ses bagages. E n s u i t e , elle consulta u n i n d i c a t e u r de chemins de fer et elle constata que le p r e m i e r t r a i n p a r t a i t u n e heure plus tard. A p r è s avoir p a y é sa note, elle fit a p p e l e r le médecin qui l ' a v a i t soignée p o u r p r e n d r e congé de lui. Le doct e u r se m o n t r a fort étonné de ce qu'elle veuille p a r t i r si tôt et il t e n t a de l'en dissuader, : — Ce serait u n e g r a v e i m p r u d e n c e , M a d a m e , objecta-t-il. V o t r e santé n ' e s t p a s encore rétablie... — T a n t pis ! répondit-elle avec mi t r i s t e sourire. J e vous p r i e de m'excuser, docteur... J e r e v i e n d r a i p r o b a blement d a n s quelques s e m a i n e s ; mais, p o u r le moment, des affaires de la p l u s extrême u r g e n c e m ' a p p e l l e n t à Paris... — D a n s ce cas, je ne p e u x p a s insister, mais j e vous r e c o m m a n d e de ne p a s t r o p vous fatiguer, car vous êtes encore loin d ' a v o i r r e p r i s vos forces... L ' a v e n t u r i è r e p r o m i t d i s t r a i t e m e n t de se conform e r à ce conseil. P u i s elle t e n d i t la m a i n au docteur et se dirigea en h â t e vers la voiture qui l ' a t t e n d a i t devant la p o r t e .


2389

CHAPITRE CCCXXXX

LES AVENTURES AMOUREUSES D'UN SCELERAT.

E n p e n s a n t à la gracieuse Miss Edcly Elmwood, E s terhazy f e r m a i t à demi les yeux, s o u r i a n t avec b é a t i t u d e . Cette j e u n e A m é r i c a i n e était v r a i m e n t u n e bien séd u i s a n t e c r é a t u r e . E t comme elle avait eu vite fait de devenir a m o u r e u s e d u p r e s t i g i e u x comte Veilement, r i che diplomate et p r o p r i é t a i r e de l ' u n des p l u s sompt u e u x c h â t e a u x de N o r m a n d i e ainsi que de p l u s i e u r s m i nes de charbon. N i elle ni son p è r e ne se seraient j a m a i s imaginés qu'ils avaient a f f a i r e à u n cynique i m p o s t e u r . T o u s les j o u r s , E s t e r h a z y et la belle A m é r i c a i n e faisaient ensemble de longues p r o m e n a d e s à cheval. L a j e u n e fille s ' a t t a c h a i t de p l u s en p l u s à l'ex-officier expulsé de l ' a r m é e française. L e vieux E l m w o o d p a r a i s s a i t t r è s content. P o u r q u o i se serait-il opposé à cet amour?... Sa fille, à ce q u ' i l p e n sait, serait a s s u r é m e n t t r è s heureuse a u p r è s de ce g r a n d seigneur riche et si distingué ! P a r conséquent, il avait p r i s d'avance la résolution


— 2390 de f a i r e le meilleur accueil à ïa requête du comte si celui-ci venait u n j o u r lui d e m a n d e r la m a i n d ' E d d y . L e b r a v e Monsieur Elmwood ne désirait r i e n dé plus au monde que le bonheur de sa fille.

E d d y se p r o m e n a i t lentement d a n s le j a r d i n de l'hôtel et elle r e g a r d a i t a u t o u r d'elle avec anxiété, comme si elle avait a t t e n d u q u e l q u ' u n . T o u t à coup, elle laissa é c h a p p e r u n e exclamation de joie. I l venait ! E s t e r h a z y accourait vers elle, tout r a y o n n a n t de gaieté. — Merci d ' a v o i r t e n u votre promesse, Miss E d d y ! dit-il à la j e u n e fille, tout en a p p u y a n t ses lèvres s u r sa petite m a i n blanche et douce comme u n lys. L a fille de M, E l m w o o d r o u g i t j u s q u ' à la racine des cheveux. — V o u s êtes p l u s jolie que j a m a i s , ce m a t i n ! r e p r i t le misérable en c o n t e m p l a n t la j e u n e fille avec a d m i r a tion. L e s o u r i r e du p r i n t e m p s est bien t e r n e en compar a i s o n de celui de vos lèvres !... Mais, dites-moi, Miss Eddy... Etes-vous venue volontiers à ce rendez-vous? L a j e u n e fille baissa les yeux sans r é p o n d r e . L'ex-colonel lui offrit son b r a s . — Venez, dit-il. N o u s irons faire u n e p r o m e n a d e à la c a m p a g n e . U n e superbe v o i t u r e attelée de deux chevaux fringants, a t t e n d a i t à la p o r t e de l'hôtel. — A u j o u r d ' h u i , nous i r o n s à Richmond, p o u r s u i vit le misérable. Cet-endroit vous plaît-il ?


— 2391 — Oui... mais... — Que voulez-vous dire, Miss Kddy N'êtes-vous p a s contente de mon choix ? — Ce n ' e s t p a s de cela q u ' i l s'agit... — E t de quoi donc ? — N e pensez-vous p a s que le cocher p o u r r a i t m e r e c o n n a î t r e ? dit finalement la jeune fille en r o u g i s s a n t de nouveau. E s t e r h a z y s'empressa de la r a s s u r e r , a c c o m p a g n a n t ses paroles d ' u n geste majestueux. . — Mon cocher ne se p e r m e t t r a même p a s de vous r e g a r d e r , Miss E d d y ! répondit-il. Quelques i n s t a n t s a p r è s la jolie A m é r i c a i n e p r e n a i t place d a n s le véhicule a u p r è s de l'ex-colonel. E s t e r h a z y laissa s'écouler quelques m i n u t e s p u i s il p r i t entre les siennes u n e des m a i n s de la j e u n e fille et il la p o r t a à ses lèvres en m u r m u r a n t : — M a i n t e n a n t , vous êtes m a p r i s o n n i è r e ! Elle eut u n léger s u r s a u t . — A h ! gémit-elle. Q u ' a i - j e fait?... J e m e suis p e r mise de venir avec vous à l'insu de m o n père!... Non!... Ce n ' e s t p a s bien!... F a i t e s a r r ê t e r la voiture!... J e veux r e n t r e r à l'hôtel ! — V o u s ne dites p a s cela sérieusement Miss E d d y ? s'exclama E s t e r h a z y en l ' e n v e l o p p a n t d ' u n r e g a r d voluptueux. — Si !... J c vous en p r i é , Monsieur le comte !... L a i s sez-moi r e t o u r n e r à, l'hôtel! M a i s le t r a î t r e lui couvrit les mains de baisers p a s sionnés et s'écria : — Comment p o u r r a i - j e vous laisser p a r t i r ?... N e savez-vous donc p a s que je vous aime p a s s i o n n é m e n t ? . L a j e u n e fille t r e m b l a i t de la tête aux pieds et elle ne se sentait p a s de force à opposer la m o i n d r e résistance. U n i n s t a n t a p r è s , elle se t r o u v a i t e n t r e les bras d u x


— 2392 — t r a î t r e , qui ne t a r d a p a s à a p p u y e r ses lèvres contre les siennes, d a n s u n élan de folle passion. L a voiture continuait sa course r a p i d e . L a fille du riche A m é r i c a i n se laissait é t r e i n d r e et embrasser, à dem i défaillante sous les caresses de son i n f â m e séducteur. L e t e m p s s'écoulait avec u n e vitesse incroyable. Q u a n d les deux a m o u r e u x r e v i n r e n t au sens de la réalité, ils s'aperçurent de ce q u ' i l était déjà p r è s de midi. E s t e r h a z y o r d o n n a au cocher de r e t o u r n e r à l'hôtel. Quelques i n s t a n t s a v a n t d ' a r r i v e r à destination, le misérable s e r r a fortement les petites m a i n s d ' E d d y et il m u r m u r a d ' u n e voix toute frémissante de désir : — Alors... N o u s nous r e v e r r o n s ce soir, n'est-ce pas ? — O h ! fit la j e u n e fille en r o u g i s s a n t avec u n a i r e m b a r r a s s é . J e ne sais pas... J ' a i p e u r ! — I l ne f a u t p a s avoir peur... Nos chambres sont t o u t p r è s l ' u n e de l ' a u t r e et il n ' y a a u c u n danger... N e in 'aimez-vous p a s , E d d y ? . . . Ne nous sommes-nous p a s j u r é u n e fidélité éternelle? — Si... je t â c h e r a i de m ' a r r a n g e r , soupira E d d y , qui était toute h a l e t a n t e d'émotion. E t , comme la v o i t u r e venait de s ' a r r ê t e r , elle se dégagea brusquement de l ' é t r e i n t e d ' E s t e r h a z y , s'élança h o r s du véhicule et r e n t r a en c o u r a n t d a n s l'hôtel.

Ce soir-là, l'ex-colonel r e n c o n t r a M. Elmwood et sa tille d a n s le salon de musique. A p r è s avoir p a r l é de diverses choses sans g r a n d e imp o r t a n c e , l ' A m é r i c a i n dit t o u t à coup : — Après-demain, nous devons aller faire u n e visite


2393

à u n de mes amis qui possède u n e p r o p r i é t é d a n s les environs de Chatliam... Voulez-vous venir aussi, M o n s i e u r le comte?... Mon ami sera certainement t r è s content de vous connaître.:. E s t e r h a z y fit semblant de réfléchir quelques i n s t a n t s , p u i s il r é p o n d i t avec u n a i r n a v r é : — J e regrette infiniment, mais, après-demain, j e dois précisément avoir u n e longue et i m p o r t a n t e conv e r s a t i o n avec l ' a m b a s s a d e u r de F r a n c e . . . — i Voilà qui est bien dommage, Monsieur le comte! — J e le déplore encore p l u s que vous, M o n s i e u r Elmwood, mais vous devez c o m p r e n d r e q u ' i l ne m ' e s t p a s possible de me s o u s t r a i r e à mes devoirs professionnels. E n disant ces mots, le t r a î t r e avait fixé sur E d d y u n r e g a r d significatif. L a j e u n e fille r o u g i t légèrement et baissa les yeux. — Ce sera donc p o u r u n e a u t r e fois, j ' e s p è r e , Monsieur le comte, r e p r i t l ' A m é r i c a i n en a l l u m a n t u n cigare. — Certainement, r é p o n d i t l'ex-coionel en contin u a n t de r e g a r d e r la j e u n e fille. Ce sera p o u r u n e a u t r e fois!... J e vous assure que j ' a u r a i g r a n d p l a i s i r à faire cette excursion en votre compagnie... Quelques i n s t a n t s après, les deux hommes se dirigèr e n t ensemble vers le b a r américain p o u r p r e n d r e u n cocktail, t a n d i s q u ' E d d y r e s t a i t à sa place, écoutant les accords h a r m o n i e u x q u ' u n virtuose t i r a i t d ' u n m o n u m e n t a l p i a n o à queue. Elle avait l'impression que son âme s'envolait vers les espaces infinis, vers l'immensité du r o y a u m e des »êVRS.

G. 1

LIVRAISON 3 0 0


CHAJITRE CCCXXXXI APRES LE PROCES.

L a femme d ' E m i l e Zola se t e n a i t immobile p r è s de la fenêtre, r e g a r d a n t anxieusement d a n s la r u e . Elle était t r è s pâle et u n e mortelle i n q u i é t u d e la dévorait. Ces h e u r e s d ' a t t e n t e lui p a r a i s s a i e n t interminables. Q u a n d ce m a u d i t procès allait-il finir ? E t de quelle façon se t e r m i n e r a i t - i l ? Obéissant à la volonté de s o n j m a r i et suivant les conseils de l'avocat, elle était restée à la maison p o u r a t t e n d r e la fin des débats. Soudain, la femme de c h a m b r e p é n é t r a b r u s q u e m e n t d a n s le salon et, s'exclama d ' u n e voix h a l e t a n t e : — Ah, Madame!... M a d a m e ! — Q u ' y a-t-il ? d e m a n d a la femme de l'écrivain en r e g a r d a n t la servante avec étonnement. Avez-vous p u savoir quelque chose au sujet du p r o c è s ? — Oui, Madame!... Des gens qui passaient devant la maison disaient que Monsieur a été condamné et q u ' o n v a le conduire en prison... T a n d i s que la domestique essuyait ses yeux qui étaient remplis de larmes, M a d a m e Zola faisait des efforts s u r h u m a i n s p o u r g a r d e r son sang-froid, tout au


— 2395 — moins en a p p a r e n c e . P e n d a n t ce t e m p s , u n e foule s'était massée d e v a n t la maison, c o m m e n t a n t de diverses façons l'issue du procès. — C'est bien f a i t ! criaient quelques i n d i v i d u s en b r a n d i s s a n t leurs poings vers les fenêtres, cette leçon lui f e r a d u bien ! — L a condamnation a été t r o p douce !... Seulement u n a n de prison!... Ce n ' e s t p a s assez!... Les j u g e s aur a i e n t d û se m o n t r e r p l u s sévères ! — L e complice d ' u n t r a î t r e comme D r e y f u s m é r i t e les t r a v a u x forcés ! Tout le monde criait. Quelques r a r e s personnes p r e n a i e n t le p a r t i de l'écrivain, à la g r a n d e i n d i g n a t i o n des autres. L a femme de c h a m b r e continuait de sangloter. — Essuyez-vous les yeux, Suzanne, lui dit M a d a m e Zola. Monsieur va bientôt r e n t r e r et il ne f a u t p a s q u ' i l vous voie en l a r m e s J u s t e à cet i n s t a n t , u n coup de sonnette r e t e n t i t à la p o r t e de l ' a p p a r t e m e n t . — L e voilà!... C'est l u i ! dit la femme de l'écrivain. Allez vite ouvrir... L a s e r v a n t e s'essuya les yeux avec u n coin de son t a b l i e r et elle sortit de la pièce, se d i r i g e a n t vers l ' a n t i chambre. Quelques i n s t a n t s p l u s t a r d , E m i l e Zola a p p a r a i s s a i t d e v a n t sa femme. V o y a n t qu'elle a v a i t l ' a i r t r è s agité, il lui posa u n e m a i n s u r l'épaule, la r e g a r d a n t t r a n q u i l lement d a n s les yeux, et il lui d e m a n d a : — Est-ce que t u sais d é j à comment le procès s'est terminé % — Oui, r é p o n d i t la j e u n e femme, d ' u n e voix faible comme u n souffle. >— E h bienj, il n e f a u t p a s te décourager, m a chère


2396

amie... J e m ' a t t e n d a i s à u n e sentence de ce genre et je suis p l u s certain que j a m a i s de la victoire finale... — Mais... t u vas devoir faire u n an de p r i son, E m i l e 1 L ' é c r i v a i n était s u r le point de r é p o n d r e q u a n d la s e r v a n t e vint annoncer la visite de M a î t r e Laborie qui était venu accompagné de Georges et d ' A l b e r t Clemenceau. L ' é m i n e n t homme de loi avait entendu les dernières paroles de M a d a m e Zola et il s'empressa de la r a s s u r e r . — N ' a y e z aucune c r a i n t e de ce genre, M a d a m e , lui dit-il. V o t r e m a r i n ' i r a certainement p a s en prison... — Non!... N o u s ne le p e r m e t t r o n s p a s ! ajouta Albert Clemenceau. L e g r a n d r o m a n c i e r souriait avec u n e t r a n q u i l l i t é parfaite. — Comment pourriez-vous éviter que je p u r g e cette c o n d a m n a t i o n ? demanda-t-il. — N o u s sommes venus précisément p o u r vous conseiller de q u i t t e r P a r i s au plus vite... De cette façon vous pourrez... — J e ne fuirai j a m a i s ! déclara l'écrivain. P e r s o n n e ne doit pouvoir être en droit de m ' a c c u s e r de Lâcheté... — I l ne s'agit p a s de cela, Monsieur Z o l a ! insista Clemenceau. D u r a n t votre absence, nous p o u r r o n s obten i r u n e révision de votre procès... — On p e u t aussi i n t r o d u i r e u n recours en appel, dit le r o m a n c i e r avec calme. — Oui, mais en a t t e n d a n t , on vous a r r ê t e r a i t ! s'écria Laborie. P a r contre, t a n t que vous serez en lieu s û r p e r s o n n e ne p o u r r a vous empêcher de continuer de l u t t e r p o u r le t r i o m p h e de la j u s t i c e ! E m i l e Zola baissa la tête et se mit à réfléchir. L ' h o m m e de loi p r o f i t a de l'hésitation de son client p o u r a j o u t e r avec p l u s de fougue :


2397

— Ecoutez n o t r e conseil, Monsieur Zola!... N o u s avons déjà tout p r é p a r é p o u r que vous puissiez fuir cette n u i t même... D e m a i n m a t i n , il serait déjà t r o p t a r d , c a r Un m a n d a t d ' a r r ê t va être lancé contre vous... V o u s allez p a r t i r p o u r l ' A n g l e t e r r e et de là, vous p o u r r e z continuer votre noble mission... L ' é c r i v a i n s: passa u n e m a i n s u r le front, p u i s il se mit à r e g a r d e r l'avocat avec u n a i r pensif. — Songez que vous ne p o u r r e z p l u s rien f a i r e d ' u tile si vous n'êtes p a s l i b r e ! dit encore l'avocat. — Cela est vrai, m u r m u r a le romancier. L a liberté est l'élément le plus nécessaire p o u r p o u r s u i v r e la lutte. — Donc, vous allez suivre n o t r e conseil, n'est-ce pas ? Zola p a r a i s s a i t encore h é s i t a n t . Son épouse le r e g a r d a i t avec u n air s u p p l i a n t , comme p o u r lui d e m a n d e r de se s o u s t r a i r e à tout p r i x à l'humiliation d ' ê t r e a r r ê t é . — J e viendrai avec toi, E m i l e ! lui dit-elle enfin. P a r t o n s !... Suis le conseil de tes amis ! Mais Clemenceau se t o u r n a aussitôt vers M a d a m e Zola et il s'exclama : — Ceci ne serait p a s p r u d e n t , Madame... N o t r e p r o j e t n ' a p a s p r é v u cela... V o t r e d é p a r t serait un obstacle à la bonne réussite de notre plan... Il faut que vous ayez u n peu de patience... D'ailleurs, j e puis vous a s s u r e r que cette s é p a r a t i o n ne sera que de courte durée... Zola continuait de réfléchir. U n a m e r sourire cont r a c t a i t ses lèvres: — On m ' a insulté de la façon la plus indigné et il f a u d r a i t que je p r e n n e la fuite! grondait-il avec un a i r sombre. — Il n ' y a p a s autre chose à f a i r e ! r é p o n d i t Laborie. Si vous avez l'intention de continuer la lutté, il importe, d ' a b o r d et a v a n t tout, de ne pas vous laisser j e t e r


2398

-

en p r i s o n 1 — Cela est vrai... — Alors?... V o u s êtes décidé 1 — J e suivrai votre conseil, quoique cela me r é p u gne é n o r m é m e n t de devoir fuir... M a î t r e L a b o r i e j e t a u n coup d'œil sur sa m o n t r e ; p u i s il déclara : — N o u s viendrons vous chercher ici d a n s deux heures, avec u n e voiture... E n a t t e n d a n t , il f a u t que vous restiez chez vous et que vous ne sortiez de la maison sous aucun p r é t e x t e E m i l e Zola fit u n signe d'assentiment. L e s t r o i s visiteurs p r i r e n t congé de M a d a m e Zola et de son époux, p u i s ils se r e t i r è r e n t en h â t e . D e m e u r é seul avec sa femme, le r o m a n c i e r se laissa t o m b e r d a n s u n fauteuil et il fixa son r e g a r d sur le sol. — Q u i a u r a i t j a m a i s pensé cela! soupirait-il. Devoir p r e n d r e la fuite, comme u n m a l f a i t e u r ! — N e te c h a g r i n e p a s plus q u ' i l ne faut, E m i l e ! lui dit son épouse. Si t u étais obligé de r e s t e r longtemps en A n g l e t e r r e , j e v i e n d r a i s t e rejoindre... E t , d a n s u n élan de tendresse passionnée, M a d a m e Zola j e t a ses b r a s a u t o u r du cou de son m a r i et elle l'embrassa t e n d r e m e n t à p l u s i e u r s reprises. — J e suis fière de toi, E m i l e ! lui dit-elle sur u n t o n d'enthousiasme. U n e voix secrète m e dit que t u t r i o m p h e r a s !... L a victoire ne s a u r a i t t a r d e r ! — Espérons-le m a c h é r i e ! r é p o n d i t l'écrivain avec un a m e r sourire. V e u x - t u commencer à p r é p a r e r mes bagages?... D ' i c i deux heures, nous allons devoir nous séparer !


— ^o99 —

CHAPITRE

CCCXXXXII

VAINES ILLUSIONS.

Tandis que le n a v i r e sur lequel voyageait Lucie Dreyfus s ' a p p r o c h a i t de la côte de la G u y a n e , il croisa en mer u n l u x u e u x y a c h t de tourisme. L e Mexicain, q u i se tenait à côté de la m a l h e u r e u s e jeune femme s'exclama s u r un t o n j o y e u x : — Voici m o n y a c h t ! — Ce n a v i r e est à vous? fit Lucie, non sans u n certain étonnement. — Oui... J ' a v a i s écrit à mon fils de venir à m a r e n contre d a n s les p a r a g e s d e l ' I l e Marca... Dès que n o u s serons entrés d a n s le p o r t , j e m ' e m b a r q u e r a i s u r m o n yacht... Lucie ne r é p o n d i t p a s . Monsieur de V e g a fit u n e brève pause, p u i s il ajouta : — S i vous voulez profiter de l'aide que j e suis disposé à vous donner, j e vous offre u n e cabine à b o r d de mon bateau... M a d a m e D r e y f u s fixa s u r lui u n r e g a r d navré. — Croyez-vous v r a i m e n t q u ' i l y a i t u n e possibilité de t e n t e r quelque chose ? balbutia-t-elle.


-

2400

— Si j e n ' a v a i s p a s bon espoir, je ne vous ferais j p a s cette proposition, Madame... Venez avec moi et nous ' é t u d i e r o n s ensemble le moyen de faire évader votre mari... L a p a u v r e femme laissa é c h a p p e r u n profond soupir et laissa e r r e r son r e g a r d siu l'étendue sans fin de l'Océan. Pouvait-elle espérer ? E x i s t a i t - i l v r a i m e n t une possibilité d'accomplir u n e d e r n i è r e tentative'?... Pouvait-elle se fier à cette extrême espérance ? — P e u t - ê t r e !... Dieu ne pouvait-il p a s faire u n miracle en sa faveur ? — E h bien, Madame?... Que décidez-vous ? d e m a n d a le Mexicain s u r u n ton ému. — J e vous remercie de t o u t coeur... Comment pourr a i - j e refuser une offre si généreuse ? — Alors, vous acceptez ? — Oui... J e vais venir avec vous... — J e crois que vous ne le r e g r e t t e r e z pas, M a d a m e ! U n e h e u r e plus t a r d , le t r a n s a t l a n t i q u e j e t a l'ancre. Monsieur de Vcga et Lucie s ' e m b a r q u è r e n t aussitôt d a n s la chaloupe du yacht qui était venue accoster le n a v i r e . — V o t r e présence sera c e r t a i n e m e n t une s u r p r i s e p o u r mon fils! dit le Mexicain t a n d i s que le canot se dir i g e a i t vers le yacht qui se balançait doucement s u r l'onde, à peu de distance de la rive. — Allez vous le m e t t r e au c o u r a n t de tout ? — Naturellement!... Mon fils d e v r a nous aider... J e compte également s u r l'habileté de mon équipage, rép o n d i t Monsieur de Vega en a l l u m a n t t r a n q u i l l e m e n t u n cigare. Q u a n d ils a r r i v è r e n t à bord, u n j e u n e h o m m e de c a r r u r e athlétique, au visage bronzé p a r le soleil, courut à la rencontre de Monsieur de Vega en s'écriant avec v

Le calvaire d'un innocent ; n° 75  

Auteur : D' Arzac, Jules. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you