Page 1

LE SUCRE DE CANNES ET

L E S U C R E DE B E T T E R A V E S .

« Aujourd'hui il est bien démontre que si la fabrication du sucre de betteraves reste l i b r e , c o m m e elle l'a toujours e'té depuis son origine , avant peu d'anne'es, elle supplantera entièrement sa rivale, et l a c o n sommation restera exclusivement alimentée par le s u cre de betteraves. » (Rapport fait par M. Ch. Derosne à la Société d'encouragement pour l'industrie nationale sur le concours relatif à l'établissement de sucreries de betteraves sur des exploitations rurales. Ce rapport a été approuvé en séance générale, le 2 4 décembre 1834.)

PARIS, IMPRIMERIE DE GRÉGOIRE, RUE DU CROISSANT, 16. 1835,


LE SUCRE DE CANNES ET

LE SUCRE DE BETTERAVES.

Une étrange fatalité semble attachée à la ruine de l'agriculture et de l'industrie dans cette portion de l'empire français qui se compose de nos établissemens coloniaux. Discours prononcés à la tribune, ou dans les chaires d'enseignement commercial, articles de journaux ou brochures : rien n'est épargné pour leur faire expier par une lente agonie, les cris de joie et d'enthousiasme dont les colons saluèrent, il y a vingt ans, la paix qui les rendit à la France. Attaquées dans le sein des assemblées législatives , harcelées par les clameurs souvent irréfléchies de la presse, néligées et délaissées par le ministère du commerce, que d'aveugles


—4 —

exigences métropolitaines préoccupent; immobilisées en quelque sorte au budget des recettes par la raideur fiscale du ministère des finances, les colonies n'ont pas même la faculté de la libre défense. Elles demeurent dans une situation anormale, entre une protection m e n songère et une concurrence inique : situation d'autant plus funeste, qu'on s'efforce d'en déguiser au pays et l'injustice et le danger. En présence de tant d'hostilités, qui pouvait croire que les colons eussent encore de nouveaux ennemis a redouter et à combattre? Cependant nous avons à en signaler un de plus, qui, à son début, ne craint pas de se poser comme le plus impitoyable de tous : c'est la nationalité des colons qu'il attaque, et réclamant pour lui le droit exclusif de s'abriter sous les couleurs nationales, il s'annonce dans la lutte par un orgueilleux veto mis à tout abaissement de tarif sur les produits coloniaux; quoiqu'en puissent penser les chambres de commerce, et quelle qu'en puisse être la conséquence pour les intérêts maritimes de la France. Cet ennemi qu'il faut enfin nommer, c'est le producteur de sucre de betteraves, lequel prétend puiser dans les priviléges dont il a joui depuis l'origine de son industrie le droit absolu d'écraser à jamais une autre industrie qui lui porte ombrage. Car ce n'est point assez pour les cultivateurs de betteraves et pour les fabricans de sucre indigèned'avoir


—5— g r a n d i e n p u i s s a n c e et e n r i c h e s s e , à l ' a b r i d ' u n e e x o r b i t a n t e p r o t e c t i o n ; ce n ' e s t p o i n t assez p o u r e u x d'avoir p u se s o u s t r a i r e si l o n g - t e m p s a u x charges dont sont grevées les autres b r a n c h e s d u travail n a t i o n a l ; u n l é g e r m o t i f d e c r a i n t e p o u r la p e r p é t u i t é d e ces p r i v i l é g e s l e u r a fait j e t e r un cri d'alarme. Qu'est-il donc arrivé pour exciter tant de t e r r e u r ? C e r t e s , ce n e p e u t - ê t r e M . H u m a n n q u i les effraie ; M . H u m a n n d e m a n d a n t à la c h a m b r e d e s d é p u t é s , s'il n e s e r a i t p a s t e m p s d'imposer q u e l q u e p e u le sucre de betteraves, a p a r l é t i m i d e m e n t , e t a v e c t o u s les m é n a g e m e n s d u s à la p r o p r i é t é f o n c i è r e et a u x r e d o u t a b l e s é l é m e n s des m a j o r i t é s m i n i s t é r i e l l e s : m a i s la fab r i c a t i o n t o u t e n t i è r e s'est é m u e , à p r o p o s d ' u n e d i m i n u t i o n r é c l a m é e s u r les d r o i t s à l ' e n t r é e d e s s u c r e s c o l o n i a u x . C e p e n d a n t sans c e t t e d i m i n u tion l ' a v e n i r d e la n a v i g a t i o n française est c o m p r o m i s , et l e s c u l t i v a t e u r s c o l o n s n e p e u v e n t échapper à une ruine complète. On a s o n n é l e t o c s i n d a n s les d é p a r t e m e n s à b e t t e r a v e s ; o n s'est d o n n é r e n d e z - v o u s a P a r i s ; et l à , r é u n i s e n c o m i t é , les fabricans é t o n n é s q u ' o n l e u r p a r l â t d ' u n i m p ô t , é t o n n é s q u e des i m m u n i t é s et des p r i v i l é g e s q u i d a t e n t d'un q u a r t d e siècle n e l e u r e u s s e n t pas c o n s t i t u é a p e r p é t u i t é u n d r o i t d e franchise d e t a x e s , les fabricans o n t d o n n é p o u v o i r e t a u t o r i t é à trois


— 6 —

délégués, pour venir, à la face de la nation e n tière, se déclarer les défenseurs d'une prétention injuste et anti-nationale. Un mémoire a paru : MM. Isoard , A. Piot et A. Cougouille en sont les auteurs et l'ont rédigé au nom d'un comité de cultivateurs de betteraves et de fabricans de sucre indigène. Cédant à la déplorable influence des rivalités d'industrie, le comité dont le but semblait devoir être de fournir des argumens contre la création d'un impôt, n'a pas trouvé un meilleur moyen de faire les affaires des fabricans de sucre indigène, qu'en se rendant l'écho de toutes les doctrines, qui ont été vulgarisées contre l'importance politique, agricole et commerciale de 10s colonies. C'est à un acte complet d'accusation contre elles que sont consacrés les deux tiers de ce factum de défense : et pourquoi? parce que les colons, dépourvus d'appui dans la majorité de la chambre, ont cru devoir adresser quelques réclamations à M . le ministre des finances, qui, en présentant son budget, avait laissé percer, dans les termes du rapport, sa partialité en faveur des sucres indigènes. Cependant si les champions de la betterave eussent voulu ne pas franchir, en combattant pour leurs priviléges, la limite légitime de la défense, il n'était pas impossible que les colons ne devinssent pour eux des auxiliaires, car l e s colons auraient p u être a m e n é s à se rallier à


— 7

un drapeau sur lequel eût été écrit : Abaissement des tarifs à l'entrée des sucres coloniaux, pour donner à la consommation l'accroissement qui lui manque : pas d'impôt sur le sucre de betteraves, parce que cet impôt, préjudiciable aux dévcloppemens de la consommation,' peut porter atteinte a la liberté de culture; et qu'en droit naturel, cette liberté est la première à respecter. Mais le triumvirat du sucre indigène a mieux aimé laisser tomber les plis de sa robe. Il a voulu, lui aussi mêler sa voix à celles qui s émeuvent si aisément quand il s agit de crier haro sur les colo nies: et, pour prouver à la France le peu d intérêt qu'elle a dans la conservai ion de ces établissemens, on a cru pouvoir même outrager l'amour-propre français et la puissance nationale. On a proclamé limpossibil ité de défendre cette partie de l'empire : « Si la guerre maritime éclate ( a-t-on dit, page » 27 ) les colons français auront le L E N D E M A I N la » douleur de se voir anglais. » Quel que fût l'avantage à retirer d'un pareil argument, M. Isoard et les co-signataires du mémoire n'auraient pas dû sacrifier ainsi, à l'intérêt personnel des fabricans de sucre indigène, la connaissance qu'ils ont, sans doute, de l'histoire de leur pays. On sait que les colons n ' o n t jamais eu la douleur déclaration

de se voir anglais de guerre, mais

le lendemain

dune

seulement après que la maiine française avait perdu quelque grande


8

b a t a i l l e , o u q u e , s u c c o m b a n t p a r t i e l l e m e n t s o u s le n o m b r e , c e t t e m a r i n e d é c l i n a i t p e u à p e u et finissait p a r d i s p a r a î t r e e n t i è r e m e n t d e la s u r f a c e de l'Océan. L e s c o l o n i e s se t r o u v e n t , d o n c , à c e t é g a r d , p a r rapport à leur métropole, dans une situation p a r faitement i d e n t i q u e à celle des plus r e d o u t a b l e s forteresses d u territoire continental qui s u c c o m b e n t a u s s i , q u a n d les a r m é e s extérieur e m e n t c h a r g é e s d e les p o r t é g e r , s o n t v a i n c u e s et d i s p e r s é e s . L e j o u r o ù l ' a m i r a l D u p e r r é , son b u d g e t à la m a i n , v i e n d r a d e m a n d e r à la c h a m b r e u n e s o m m e d e 6 0 m i l l i o n s , p o u r l e s e r v i c e et l ' e n t r e t i e n d e la m a r i n e m i l i t a i r e , p o u r q u o i , se r a p p e l a n t , c o m m e l e c o m i t é , q u e « l a F r a n c e sans m a » r i n e a p u ê t r e u n e g r a n d e n a t i o n , e t faire l a l o i » à d ' a u t r e s , » ( p a g e 31 ) u n d é p u t é n e v i e n drait-il pas, armé d'une logique impitoyable, mais au m o i n s aussi c o n c l u a n t e q u e celle a p p l i q u é e à la c o n s e r v a t i o n o u n o n - c o n s e r v a t i o n d e s c o l o n i e s , d é c l a r e r les d é p e n s e s d u b u d g e t d e la m a rine i n u t i l e s , et refuser le crédit d e m a n d é , c a r , lui aussi p o u r r a i t dire : A q u o i bon d e s frégates et d e s v a i s s e a u x q u e n o u s p o u v o n s a v o i r la d o u l e u r , le lendemain d'une guerre maritime, de voir devenir anglais? Q u ' i m p o r t e B o r d e a u x e t ses p l a i n t e s i n c e s s a n t e s s u r le d é p é r i s s e m e n t d e sa m a r i n e m a r c h a n d e ?


9

Pourquoi ces primes considérables a u x a r m e m e n s q u e Je H a v r e d e s t i n e k l a p ê c h e d e l a b a l e i n e , a u x a r m e m e n s q u e S t - M a l o , G r a n v i l l e , et D u n k e r q u e destinent k T e r r e - N e u v e ou p o u r les côtes d e l'Islande ! T o u s ces navires , tout ce luxe d u c o m merce e x t é r i e u r , nous n e voulons pas nous e x p o s e r k la douleur de les voir, L E L E N D E M A I N d'une guerre maritime, tomber en possession des Anglais, et ajouter k leurs ressources p o u r a t t a q u e r « l'ancienne France , V impérissable France , la vraie France , celle en un mot qui nous donne le sucre de betterave. » ( P a g e 3 6 ) . pitoyables a r g u m e n s , q u i feraient d é c l a r e r traître k son pays celui des m a n d a t a i r e s d e la F r a n c e q u i v i e n d r a i t les r e p r o d u i r e k l a t r i b u n e n a t i o n a l e . M a i s il n e suffit p a s d e s ' i n d i g n e r d e p a r e i l l e s d o c t r i n e s , il f a u t r e n v e r s e r e n m ê m e t e m p s l e u r base irrationnelle, en répétant qu'il faudra toujours q u e la d e s t r u c t i o n d e l a m a r i n e m i l i t a i r e e t d e l a n a v i g a t i o n m a r c h a n d e soit a c c o m p l i e , a v a n t q u e les c o l o n s aient la douleur de se voir anglais. Si l a F r a n c e se d é c i d e d o n c k é c r i r e u n a r r ê t d e m o r t c o n t r e ses c o l o n i e s , si e l l e a d m e t p r é a lablement dans les considérans d e cet a r r ê t , la c e r t i t u d e d e p e r d r e ses c o l o n i e s l e lendemain d'une déclaration de guerre maritime, qu'elle enveloppe, pour procéder logiquement, sa m a r i n e e t s o n c o m m e r c e e x t é r i e u r , d a n s l a m ê m e c o n d a m n a t i o n ; c a r e n c o r e u n e fois ( l e


10

c o m i t é des c u l t i v a t e u r s d e b e t t e r a v e s est p r i é d'en p r e n d r e n o t e ) , les colonies n e c h a n g e n t de p a villon q u ' a p r è s les vaisseaux d e la F r a n c e , et q u a n d les navires d u c o m m e r c e français sont o u bloqués dans les p o r t s , ou capturés par l ' e n n e m i . De 1802 à 1 8 0 9 , é p o q u e o u la M a r t i n i q u e et

la G u a d e l o u p e

passèrent

sous

la

domina-

tion b r i t a n n i q u e , ces d e u x colonies o n t t e n u e n é c h e c d e p u i s s a n t e s e s c a d r e s d e l ' A n g l e t e r r e , e t si l ' o n v o u l a i t faire l e c a l c u l d e s d é p e n s e s q u e c e s s t a t i o n s c o û t è r e n t à n o s e n n e m i s , il s e r a i t facile de prouver qu'il n'y a point de place

forte en

E u r o p e q u i ait obligé d e s adversaires à u n e d i v e r sion aussi o n é r e u s e . L e c o m m e r c e anglais certifierait a u besoin les r u d e s coups q u i lui furent portés p a r les corsaires de l a G u a d e l o u p e e t d e l a M a r t i n i q u e ; e t l a t t e n t i o n d e N a p o l é o n fut s o u v e n t a t t i r é e s u r l e s b r i l l a n s faits d ' a r m e s d o n t la m e r d e s A n t i l l e s é t a i t a l o r s le t h é â t r e . Huit années

d'une

guerre

maritime

achar-

née d u r e n t s'écouler avant q u e le pavillon français

cessât d e flotter a u x colonies.

tadelle

e u r o p é e n n e a g a r d é aussi

l'ennemi devant

elle?

Quelle

ci-

long-temps

qui peut même

d i r e si

j a m a i s les colons a u r a i e n t e u la d o u l e u r d e se v o i r A n g l a i s , s a n s l e s a c t e s d u non-intercourse,

et

de l ' e m b a r g o a m é r i c a i n , q u i v i n r e n t a f f a m e r n o s

garnisons? N a p o l é o n lui-même le p r o c l a m a i t

hau-


— 1 1

tement, lorsqu'au milieu des négociations de la célèbre indemnité américaine, il disait au gouvernement fédéral: « Vous avez été cause de la » perte des colonies de la France. » Napoléon parlait ainsi parce que, juge compétent, il savait comment, dans les guerres maritimes, les colons ont la douleur de se voir Anglais. Il savait que les habitans de St.-Pierre-Martinique , tourmentés par une effroyable disette , étroitement bloqués par les forces anglaises, avaient oublié leurs souffrances, pour voter une épée d honneur au capitaine Mu brick le Cygne. Pourtant ce n'était pas du secours que leur apportait ce capitaine, qui venait de traverser avec tant de courage une formidable ligne de blocus. Mais sa présence attestait du moins que la France ne désespérait pas du patriotisme et du courage de ses en fans perdus. Ce que Napoléon savait encore, c'est que la marine de la France pouvait un jour avoir sa revanche de Trafalgar, et qu'alors même que ses flottes seraient victorieuses, il leur fallait, contre les seules tempêtes, des relâches assurées dans l'immensité de 1 Océan. Pourquoi faut-il donc qu'aujourd'hui il y ait contre les colonies des préjugés tels qu'on puisse hardiment évoquer des souvenirs d'impuissance; et prophétiser la faiblesse de sa patrie, ou ses désastres futurs, pour motiver le mépris q u e l'on veut faire des intérêts et des droits des habi-


12

t a n s d ' u n e p o r t i o n d e l ' e m p i r e f r a n ç a i s ? Il est t e m p s d ' e n finir a v e c c e p a s s é , c a r il est a p e u près impossible q u ' a u c u n e éventualité de g u e r r e r a m è n e j a m a i s l e s m ê m e s c i r c o n s t a n c e s e t les m ê m e s situations. Les fabricans de sucre de b e t teraves , o n t p u seuls prophétiser des résultats i d e n t i q u e s d a n s u n e l u t t e d e l ' a v e n i r . S e u l s ils o n t p u p r é v o i r d e l o i n c e s r é s u l t a t s , et les d é s i r e r p e u t - ê t r e î T e l n'est p o i n t le rôle des colons et de l e u r s d é f e n s e u r s , q u i d o i v e n t se b o r n e r à r e p o u s s e r les m a x i m e s , e t à c o m b a t t r e les chiffres e t les a s s e r t i o n s a u m o y e n desquels le c o m i t é des fabricans de s u c r e i n d i g è n e a v o u l u d é m o n t r e r a M. l e m i n i s t r e des finances q u e le s u c r e colonial doit c o n t i n u e r à p a y e r d e forts d r o i t s à l ' e n t r é e . C e t t e d é m o n s tration n ' a u r a pas eu besoin p r o b a b l e m e n t de g r a n d s efforts d e l o g i q u e p o u r a r r i v e r à l ' i n t e l l i g e n c e d u fisc; m a i s , p o u r l u i p r o u v e r e n m ê m e t e m p s q u e l e s u c r e i n d i g è n e d o i t ê t r e l i v r é à la consommation intérieure de la F r a n c e , sans d r o i t s et s a n s t a x e , il f a u d r a , à n ' e n p a s d o u t e r , d'autres a r g u m e n s q u e c e u x de la l o g i q u e ordinaire.

ORIGINE DU SUCRE DE BETTERAVES.

« Lorsqu'en 1809, on imagina de faire du sucre avec de la betterave, dit le comité de cultivateurs et de fa-


13 —

bricans, le sucre étranger était à peu près exclu de la F r a n c e -, car nos colonies étaient occupées par l'ennemi ; et le peu que les neutres nous en apportaient de l'étranger était soumis à un droit de 33o fr. par quintal métrique. D'un autre coté, le gouvernement avait accueilli avec u n e sorte d'enthousiasme cette découverte qui tendait à nous exempter d'un tribut, comme on le disait alors, payé aux nations ultra marines. Des secours d'argent furent accordés aux premiers exploitans. Tous les échos officiels exaltèrent à l'envi leur dévoûment et leur patriotisme : et, ce qui était plus précieux à une époque où le fisc avait la main prompte, large et dure, et où il était naturel à toute production nouvelle de r e douter ses atteintes , u n décret impérial leur garantit, pour quatre années, l'exemption de toute taxe spéciale, avec promesse de proroger, s'il y avait lieu, cette exemption pour un semblable espace de temps. » (Page 6). J a m a i s c o n t r a t n ' a v a i t é t é , d a n s ses s t i p u l a t i o n s , plus n e t , plus explicite et en m ê m e t e m p s plus l o y a l . S'il est u n e i n d u s t r i e q u i n e p u i s s e p o i n t p a r l e r d e ses d r o i t s a c q u i s , q u a n d l e fisc l u i t e n d u n e m a i n , prompte, large e t dure p o u r t o u t e s l e s a u t r e s i n d u s t r i e s et n o n p o u r e l l e , c'est b i e n c e r t a i n e m e n t la f a b r i c a t i o n d u s u c r e d e b e t t e r a v e s . E l l e a été p r é v e n u e e t m i s e e n d e m e u r e l e j o u r m ê m e d e sa c r é a t i o n ; elle a é t é a v e r t i e a u t h e n t i q u e m e n t p a r u n d é c r e t i m p é r i a l q u e p e n d a n t q u a t r e a n n é e s elle serait e x e m p t e d e t a x e s p é c i a l e , m a i s q u ' a p r è s ce l a p s d e t e m p s , l e g o u v e r n e m e n t se r é s e r v a i t de m o -


— 14

difier une protection inouïe dans les fastes de nos douanes, de notre politique et de notre économie intérieure. La pensée de Napoléon est facile a pénétrer. Ce terme de quatre ans assigné a la vie privilégiée du sucre indigène donne k comprendre que, pour Napoléon, la vraie France, l'impérissable France n'était pas tout entière où se fait le sucre de betteraves, et que l'horizon s'étendait pour lui au-delk des départemens du Nord et du Pas-deCalais. Napoléon ne renonçait ni k ses colonies que les chances de la guerre lui arrachaient momentanément, ni a sa marine dont il connaissait la force et la puissance, alors qu'elles étaient momentanément paralysées. Pour lui la France était partout où flottait le pavillon français, et partout où les lois de ses codes étaient obéies. Le sentiment de nationalité si profond dans cet esprit élevé ne lui permettait pas d'oublier un instant qu'il y avait encore des Français au-delk de l'Atlantique et que leurs intérêts et leur fortune étaient dignes de la sollicitude et des prévisions de son gouvernement. Pourquoi, k cette époque, le sucre indigène fitil peu de progrès, malgré cette protection fabuleuse? Pourquoi, en 1 8 1 4 , n'y avait-il encore au une fabrique digne de ce nom? c'est que l'intelligence^qui ne voit pas de France au-delk de la Picardie et de l'Artois ne pouvait pas deviner


— 15 — n o n p l u s d u p r e m i e r c o u p l ' a v e n i r d e la b e t t e r a v e : c'est q u ' o n a v a i t p e u r d ' e n g a g e r d e s c a p i t a u x à t â t o n s : c ' e s t e n c o r e u n e fois q u ' i l n ' y avait pas avec Napoléon d ' a c c o m o d e m e n t possible, p o u r e s p é r e r le sacrifice d ' u n e i n d u s t r i e à l a c u p i d i t é d e l ' i n d u s t r i e s i m i l a i r e . L e s faits v o n t se p r e s s e r p o u r venir à l'appui de cette a r g u m e n t a t i o n . « La restauration arriva et le sucre de cannes avec elle. Pendant deux ans, la F r a n c e fut inondée de sucres étrangers dont u n e longue surabondance a u - d e h o r s avait avili le prix. D'ailleurs la douane ne demandait plus que 4o francs par q u i n t a l , e t , à l'aide de l'occupation de nos frontières, u n e bonne partie s'introduisait en fraude de ce droit. A partir de 1816, et lorsque nos relations avec nos colonies eurent été régularisées, on fit définitivement succédera la taxe impériale de 33o fr. celle de 44 fr., puis celle de 49 fr. 5ocent. Quel que fûtà cette époque et quel que soit encore aujourd'hui le m é rite de cette dernière fixation, toujours est-il qu'il en résulta pour le sucre indigène un énorme abaissement de protection. Or, en dépit de cet abaissement, en d é pit de la défaveur et du ridicule qui succéda pour elle aux panégyriques de l'empire, cette industrie renaquit bientôt de ces cendres, et ce fut à l'étonnement général que la commision d'enquête de 1828, obligée de l'admettre parmi les élémens de sa délibération sur les sucres, constata qu'à cette époque sa production annuelle s'élevait à quatre millions de kilogrammes.» (Page 7). Si l ' o n se r e p o r t e à 1 8 1 6 , il f a u t se r a p p e l e r ce q u e la paix d e 1 8 1 4 avait c o û t é d e possessions co-


16

loniales a la France. Dépouillée de l'Ile-de-France el de Sainte-Lucie, réduite aux quatre colonies de Bourbon, Cayenne, la Martinique et la Guadeloupe, la France pouvait craindre que leur production normale ne pût suffire à sa consommation, car ces colonies, à peine revenues des misères et des calamités d'une longue occupation étrangère, ne livraient alors à la métropole que moitié des récoltes actuelles. Rien donc de plus facile a concevoir que ce miracle d'accroissement opéré a cette époque dans la culture de la betterave. Le haut prix du sucre colonial, une protection considérable pour le sucre indigène, les primes scandaleuses accordées à la sortie des raffinés, en étaient autant de causes que toutes les intelligences peuvent saisir, et contre lesquelles des caricatures ou des plaisanteries sur la betterave faite sucre, ne pouvaient avoir que bien peu de puissance. Des considérations politiques venaient d'ailleurs se joindre à ces considérations d'intérêt matériel. Le gouvernement avait besoin des majorités parlementaires ; les grands propriétaires terriens étaient en force sur la scène politique; une longue guerre maritime avait fait oublier beaucoup en matière de commerce extérieur et de navigation : de son côté, l'opposition, toujours en quête de thèses propices à l'éloquence de tribune, trouvait dans les colonies une mine iné-


17 —

p u i s a b l e . P l a c é d a n s ce défilé, et p r é o c c u p é d ' i n térêts si n o n p l u s g r a n d s , a u m o i n s p l u s d i r e c t s , le g o u v e r n e m e n t fit p e u d e r é s i s t a n c e à la p r o p a gation d e d o c t r i n e s é c o n o m i q u e s q u i p r o c l a maient l'inutilité et les inconvéniens des possessions c o l o n i a l e s . L e c o m m e r c e des p o r t s , q u i p a r a î t se r a v i s e r u n p e u s u r ses i n t é r ê t s m e n a c é s a u j o u r d ' h u i , s'associait a l o r s k c e t t e h o s t i l i t é , e t l u i d o n n a i t d e n o u v e l l e s forces. T o u t m a r c h a i t d o n c k souhait p o u r les fabricans d e s u c r e i n d i g è n e . L e s q u a t r e a n n é e s d ' i m munité garanties p a r Napoléon recevaient u n e p r o l o n g a t i o n indéfinie ; l e s gros capitalistes s ' e n gageaient dans les entreprises nouvelles; de toutes p a r t s se m a n i f e s t a i t u n e d é t e r m i n a t i o n b i e n p r i s e de m e t t r e l e s c o l o n s français a u b a n d e la g r a n d e famille e t d e l e s classer d a n s les p a r i a s d e la p r o d u c tion n a t i o n a l e . C e p e n d a n t , l e s p r o g r è s d e la b e t t e r a v e é v e i l l è r e n t , e n 1 8 2 8 , l ' a t t e n t i o n d e M. d e S a i n t - C r i c q ; il d é c l a r a q u e dans peu l e s f a b r i cans de s u c r e d e b e t t e r a v e s a u r a i e n t k s u b i r u n décroissement de protection p a r l'abaissement du tarif colonial ou p a r u n i m p ô t spécial. E n 1832, M. d ' A r g o u t p a r l a d e 5 francs p a r q u i n t a l m é t r i q u e . Nous s o m m e s e n 1 8 3 5 , e t M. H u m a n n n ' o s e m ê m e pas p r é c i s e r u n chiffre ; il se b o r n e k d i r e k la c h a m b r e q u ' e l l e s e n t i r a la nécessité d ' i m p o s e r le sucre de betteraves !

Les fabricans savent apprécier k leur juste va2


—18 — l e u r c e s a v e r t i s s e m e n s r e d o u t a b l e s ; ils n ' o n t j a m a i s é t é d u p e s d e c e t t e f a n t a s m a g o r i e fiscale, e t s'ils p u b l i e n t u n m é m o i r e a u j o u r d ' h u i , c e n ' e s t p a s q u ' i l s c r a i g n e n t le m o i n s d u m o n d e c e t t e taxe qui ne peut naître que du consentement un p e u d o u t e u x d ' u n n o m b r e assez g r a n d d e l e u r c o i n t é r e s s é s . Mais l e u r factum est là p o u r c o n s t a t e r qu'il y a eu péril et p o u r colorer au moins d ' u n p r é t e x t e l e r e f u s q u i s e r a i t fait p a r la l é g i s l a t u r e , et d e l'abaissement d u droit colonial, et de l ' i m p ô t s p é c i a l . S i v o u s e n d o u t e z , é c o u t e z p l u t ô t le c o m i t é l u i - m ê m e d é p e i g n a n t l'effet p r o d u i t s u r s o n i n d u s t r i e p a r les p a r o l e s c o m m i n a t o i r e s q u ' o n l u i a d é j à fait e n t e n d r e . « C h a c u n sait quels fait? se sont produits sous l'empire de ces actes comminatoires. De 1 8 2 8 à 1 8 3 2 , nos produits ont pissé de q u a t r e millions de kilogrammes à d i t millions; de 1832 à la fin de 1834, ils sont montés à 2 3 millions; et, en 1 8 3 5 , autant qu'on peut juger par rétablissement d ' u n g r a n d n o m b r e de nouvelles fabriques, et par l'extension q u e les fabriques actuelles ont donnée à leur travail, nous déclarons (parce que c'est la vérité, et quoi qu'on puisse en induire contre notre cause) , nous déclarons qu'ils dépasseront très-probablement trente millions. » ( P a g e 8). M a i n t e n a n t v e u t - o n c o n n a î t r e , s e l o n le c o m i t é , la s e u l e e t la v é r i t a b l e c a u s e d e c e s p r o g r è s ? Ce n ' e s t p o i n t a u x p r i v i l é g e s législatifs q u ' i l faut e n

demander l'explication. C'est une découverte de la


— 19 —

science qui seule a fait la fortune de cette i n d u s t r i e . C'est k u n e o b s e r v a t i o n a g r o n o m i q u e d u r e s p e c t a b l e M . M o r e l d e V i n d é q u e la fab r i c a t i o n d u s u c r e i n d i g è n e d o i t ses s u c c è s et ses bénéfices. G r â c e à l u i , l'on sait a u j o u r d ' h u i q u e la b e t t e r a v e est « une plante non épuisante, dont la culture exige trois façons dans l ' a n n é e ( binage, sarclage , et butage ); que ses produits ne sont pas une denrée déjà indigène ; qu'ils sont en outre d'un emploi général et d'un débit certain, » t o u t e s c h o s e s q u e l'on i g n o r a i t p r o b a b l e m e n t et d o n t on n e se d o u t a i t m ê m e pas d u t e m p s de N a p o l é o n , a l o r s q u e l'on n attendait de T industrie qu'une simple satisfaction d'extraire du sucre de betteraves. M . M o r e l d e V i n d é a p l u s fait p o u r le s u c r e i n d i g è n e q u e le b l o c u s c o n t i n e n t a l et les i m m u n i t é s d e N a p o l é o n , d i t le c o m i t é : c'est p o s s i b l e ; m a i s il faut a v o u e r q u e la p r o t e c t i o n d e 5 o francs p a r 1 0 0 k i l o g r a m m e s n e g â t e r i e n , et q u ' a u prix d u n e p a r e i l l e i m m u n i t é il n ' y a pas e n F r a n c e d'industrie qui n'eût prospéré. C e t t e p r o s p é r i t é est t e l l e , q u e l e s a d e p t e s n ' h é s i t e n t p o i n t k d é c l a r e r q u ' a v a n t p e u la fabrication d u s u c r e d e b e t t e r a v e s doit f o u r n i r k la c o n s o m m a tion e n t i è r e d e la F r a n c e ; e t alors q u e l s e r a le s o r t des s u c r e s c o l o n i a u x ? Ils n ' o f f r i r o n t m ê m e p l u s la r e s s o u r c e d ' u n e p e r c e p t i o n d e 32 m i l l i o n s , c a r l e u r p r o d u c t i o n a u r a cessé d e v a n t la r u i n e c o m p l è t e d u

producteur. Cependant il faut au sucre de bette-


20

teraves, c o m m e condition de cette prospérité fut u r e , la p e r p é t u i t é d e l ' i m p ô t s u r l e s u c r e c o l o n i a l , i m p ô t q u i l u i - m ê m e est l a g a r a n t i e p o u r l a p r o d u c tion i n d i g è n e d u p r i x élevé q u e l l e obtient. Elle a b e s o i n d e ce p r i x t o u t e n t i e r , n o n o b s t a n t c l a m e u r s et r é c l a m a t i o n s d e l a p a r t d e s c o n s o m m a t e u r s . « Car ce p r i x n'a j a m a i s excédé et n ' e x c é d e r a pas a u j o u r d ' h u i les b o r n e s d u strict nécessaire ; la p l u p a r t d e n o s é t a b l i s s e m e n s n e se s o u t i e n n e n t q u ' à l ' a i d e d e n o u v e a u x sacrifices, q u i s ' e x p l i q u e n t p a r l e s p r o g r è s d u p a s s é e t n o t r e foi d a n s l ' a v e n i r ; e t l ' e x i s t e n c e d e ces é t a b l i s s e m e n s s e r a i t c o m p r o m i s e p a r la m o i n d r e a l t é r a t i o n d a n s n o s conditions de c o n c u r r e n c e avec le sucre de cannes. » A i n s i la m o i n d r e baisse q u i se ferait s u r l e p r i x a c t u e l r e n v e r s e r a i t t o u t e l ' é c o n o m i e d e la g r a n d e découverte agronomique. La betterave périrait ! Voilà d o n c les c o n s o m m a t e u r s é t e r n e l l e m e n t c o n d a m n é s à ce p r i x actuel, q u i n ' e x c è d e p a s le strict nécessaire d u m a n u f a c t u r i e r ; le p a u v r e h o m m e ! et q u a n d il e s t facile d e c i t e r d e s faits q u i d o n n e n t le p l u s é c l a t a n t d é m e n t i à la d e s c r i p t i o n d e c e s c h i m é r i q u e s s a c r i f i c e s , c o m m e n t se p o u r r a i t il q u e les c o l o n s fussent r é d u i t s à d é s e s p é r e r d e leurs droits?


— 21

DE LA RÉDUCTION DU DROIT COLONIAL.

P o u r q u o i cette r é d u c t i o n d o i t - e l l e être refusée a u x c o l o n s ? c'est p r i n c i p a l e m e n t , d i t l e c o m i t é , parce qu'il y a dans leurs réclamations des variations quant a u chiffre d u n o u v e a u droit k établir: logique avec laquelle on arriverait

aussi

bien a

d i r e q u e si l e s c o l o n s é t a i e n t u n a n i m e s s u r u n chiffre

invariable de r é d u c t i o n ,

leur

demande

devrait être i n c o n s t e s t a b l e m e n t a c c u e i l l i e . « Ils avaient d e m a n d é , en 1832 , u n e réduction de 2 0 fr. ; mais bientôt, et comme la résistance qu'ils r e n contrèrent contre toute modification était p e u e n courageante , leurs protecteurs dans les chambres r é duisirent leurs prétentions de moitié -, et la cause qui fut par eux plaidée et perdue n'avait pour objet qu'un abaissement de 1 0 fr. U n e des raisons qui motivèrent ce rejet avait été la médiocrité m ê m e du chiffre de 1 0 fr. » ( P a g e 13.) P o u r répondre catégoriquement k cette étrange argumentation, ganes

légaux de

i l suffira

de dire

que

les o r -

l'intérêt colonial n'ont

jamais

admis q u e cette d i m i n u t i o n de 1 0 francs p û t satisfaire k l e u r s d r o i t s , et q u ' à a u c u n e é p o q u e l e u r d e m a n d e d e r é d u c t i o n n'a é t é a u - d e s s o u s d e 20 fr. Quant aux propositions

subsidiaires

formulées

dans les c h a m b r e s p o u r u n p l u s faible abaissement dans les tarifs,les colons n e pouvaient consciencieu-


— 22

sement, et, quelle qu'en fût l'insuffisance, en repousser la demande. En second lieu, s'il y avait un abîme de séparation entre les consommateurs de sucre et ceux qui re peuvent se procurer cette consommation par leur position de fortune, on concevrait qu'une réduction de 10 francs pourrait être jugée tout a fait illusoire, surtout si elle avait pour but d aller recruter de nouveaux consommateurs dans les rangs de gens pour qui cette denrée serait nouvelle; il est même assez inutile pour s'en convaincre de suivre les auteurs du mémoire dans l'intérieur des boutiques d'épicier, et de calculer avec eux ce que le petit consommateur a ou n'a pas de désavantage dans ses achats par quarteron ou par once. De pareils raisonnemens sont en vérité trop puérils pour mériter une réfutation; car si l'on voulait descendre à cette futile discussion, on pourrait dire aussi que dix francs par quintal métrique diminués sur le droit colonial, auraient sur le sucre raffiné une action en baisse de cinq centimes par livre : qu'ainsi un ménage qui, mensuellement, consacre dix francs a sa dépense de sucre , au lieu d'en acheter dix livres et demie au prix de 19 sous, en aurait, au nouveau prix de 18 sous, une provision de onze livres et un cinquième, environ une livre de plus à consommer par maison. Voilà comment, dans une école d'enseignement primaire, on expliquerait aux élèves pourquoi la réduction la plus


— 23 —

minime sur les taxes doit avoir une influence ascendante sur la consommation. Cette infaillible influence a été d'ailleurs formulée en axiome par l'économie politique : et plût k Dieu qu'il n'y eût rien de plus obscur dans toutes les théories que l'on propage en son nom ! Ce qui n'empêche pas M. le ministre des finances de proclamer hautement que la réduction du droit colonial, sans effet sur la consommation , ne fera qu'enrichir le producteur colon. Et des écrivains économistes se sont rencontrés pour dire k M. Humann : « La réduction ne pro» fiterait pas au consommateur : notre opinion , » tout-k-fait conforme k la vôtre, M. le ministre, » est que, sauf la chétive part que pourraient en » arracher les colons , elle irait tout entière aux » spéculateurs et aux détaillans. » Il est à croire, pour la réputation scientifique des signataires du mémoire, qu'ils ne pensent pas un mot de ce qu'ils disent là à M. le ministre des finances. Et, quelqueflatteuse que soit l'adhésion de M M. les fabricans de sucre de betteraves, il est probable aussi quelle ne donnera pas k M. le ministre une conviction que le député de lAlsacc ne partagerait certainement pas. Mais on peut juger par là de la trempe d'armes avec lesquelles il est encore possible d'attaquer les intérêts coloniaux. Du reste, il est certain que plus le chiffre de la réduction serait élevé, plus le résultat serait décisif


— 24 — d a n s l ' i n t é r ê t d e la c o n s o m m a t i o n , i n t é r ê t q u ' i l est p l u s facile d a n s c e t t e q u e s t i o n q u e d a n s b i e n d ' a u t r e s , d e c o n c i l i e r a v e c les b e s o i n s d u t r é s o r public. On d i t , e n c o r e p o u r r e p o u s s e r l ' a b a i s s e m e n t d e s t a r i f s , q u e la F r a n c e est fidèle à son p a c t e avec ses c o l o n i e s ; q u ' e l l e n e s'est e n g a g é e à p r o t e c t i o n q u e c o n t r e la c o n c u r r e n c e é t r a n g è r e , et q u e , p o u r r e n d r e l e u r p l a i n t e l é g i t i m e , il f a u d r a i t q u e les c o l o n s f u s s e n t m e n a c é s d e r u i n e p a r l ' i n t r o d u c t i o n d e s s u c r e s é t r a n g e r s . M a i s o ù est c e pacte ? Quel peuple ou quel individu serait j a m a i s assez s t u p i d e p o u r s i g n e r u n c o n t r a t q u i s t i p u l e r a i t q u e les fruits d e son t r a v a i l auraient à acquitter une énorme taxe, pendant q u e les fruits s i m i l a i r e s d u t r a v a i l d e ses c o n c i t o y e n s , d e c e u x q u i v i v e n t s o u s le m ê m e d r a p e a u , qui obéissent aux m ê m e s l o i s , seraient e x e m p t s d ' i m p ô t ? Q u e l ' o n d i s e , si l ' o n v e u t , q u e la m é t r o p o l e a p u i m p o s e r k ses c o l o n i e s des conditions commerciales t y r a n n i q u e m e n t r e s t r i c t i v e s , et e n r e n d r e l ' a p p l i c a t i o n p o s s i b l e , k l ' a i d e d e la g a r a n t i e q u e le m a r c h é d e la F r a n c e offrait k l ' a d m i s s i o n d e s p r o d u c t i o n s c o l o n i a l e s s o u s u n d r o i t l a r g e m e n t p r o t e c t e u r . Mais a u p o i n t o ù les p r o g r è s d e la f a b r i c a t i o n d u s u c r e d e b e t t e r a v e s o n t fait d e s c e n d r e c e t t e g a r a n t i e , v i e n n e c e n t fois p l u t ô t la c o n c u r r e n c e é t r a n g è r e , m ê m e a u d r o i t différentiel le p l u s m o d é r é q u i ait été


25

p r o p o s é p a r les c h a m b r e s d e c o m m e r c e ; les c o lons la c r a i g n e n t m o i n s q u ' u n e s c a n d a l e u s e p r o t e c t i o n d e 5 o fr. p a r 1oo k i l o g r a m m e s , a c c o r d é e au sucre i n d i g è n e , et q u i frappe de m o r t l ' a g r i c u l t u r e et le c o m m e r c e d e s c o l o n i e s . 0 vous! q u ' o n a habitués à ne pas p r o n o n c e r le m o t c o l o n , s a n s q u e d e s i d é e s d e m o n o p o l e et d e privilège n e viennent à votre e s p r i t , suivez les fabricans d e s u c r e i n d i g è n e d a n s le t a b l e a u qu'ils font d e s c o l o n i e s f r a n ç a i s e s e t d e l e u r s i t u a t i o n a g r i c o l e et financière ; et j u g e z p a r v o u s - m ê m e s d u m é r i t e r é e l d e ces p r é t e n d u s p r i v i l é g e s , q u i garantissent a u j o u r d ' h u i l'existence et la f o r t u n e c o l o n i a l e s . E n v é r i t é , il y a b i e n p e u d e g é n é r o s i t é d e la p a r t d e s f a b r i c a n s d e s u c r e i n d i g è n e , e u x q u i o n t r e t i r é d e la p r o t e c t i o n n a t i o n a l e d e s fruits beaucoup plus avantageux, à s'opposer à u n soulag e m e n t q u e r é c l a m e n t l e u r s frères en p r o d u c t i o n . « U n d é v e l o p p e m e n t de production n ' e s t pas possible à prévoir aux colonies, dit le comité , p a r c e q u e r i e n chez elles n e s'y p r ê t e , n i le sol, n i les b r a s , n i les capitaux. Elles n'ont pas de capitaux, ou n e les o b t i e n n e n t q u ' à u n taux exorbitant, p a r c e qu'elles ploient encore sous le poids d e leurs a n c i e n n e s dettes , et qu'elles n e p e u v e n t offrir aux p r ê t e u r s des garanties h y p o t h é c a i res. Elles n ' o n t pas de b r a s , parce q u e la t r a i t e n e se fait p l u s , et q u ' i n d é p e n d a m m e n t des éventualités q u e récèle le g r a n d p r i n c i p e d ' é m a n c i p a t i o n , la r e p r o d u c tion d e leur population n o i r e suffit à p e i n e à leurs besoins actuels. L e u r sol est épuisé , p a r c e q u e , soit leur


— 26

propre faute, soit celle de la législation métropolitaine, elles en ont abusé depuis quinze a n s ; parce qu'elles ont déjà attribué à la canne à sucre toutes les terres où se cultivaient le café et le coton; parce qu'elles ont déjà mis en culture tous les nouveaux terrains qui pouvaient l'être avec profit ; parce que leur production actuelle ne se soutient qu'à l'aide des perfectionnemens récemment appliqués aux anciennes exploitations. » Il y a d a n s les l i g n e s q u i p r é c è d e n t a u t a n t d ' e r r e u r s q u e d e m o t s , e t ce q u ' i l y a d e p i r e e n c o r e , c'est q u e la m a u v a i s e foi v i e n t a g g r a v e r l ' e r r e u r ; e n e f f e t , j a m a i s il n e fut p e r m i s d e

substituer

a v e c p l u s d ' a s s u r a n c e à la r é a l i t é e t a u x f a i t s , les souhaits de son intérêt p e r s o n n e l et l'oubli

du

r e s p e c t d û à la v é r i t é ; c a r d ' u n e p a r t si le t r a v a i l l i b r e p r e n d u n j o u r a v e c s u c c è s la p l a c e d u t r a v a i l e s c l a v e , q u i sait d i r e le n o m b r e

de bras que

p o u r r a i t o c c u p e r l e sol d e la G u y a n e f r a n ç a i s e ? L u i s e u l est s u s c e p t i b l e d ' u n d é v e l o p p e m e n t tel qu'on peut y trouver, en terrains vierges, en terr a i n s d u n e fertilité p r o v e r b i a l e , d e q u o i p l a n t e r des

cannes pour fournir

k une

consommation

p l u s c o n s i d é r a b l e q u e c e l l e d e la F r a n c e . Q u a n t a u x c a p i t a u x , ils s o n t a u s s i a b o n d a n s a u x c o l o n i e s q u e le c o m p o r t e la p o p u l a t i o n d e c e s c o n t r é e s , e t ils y a b o n d e r a i e n t , si le p a y s a v a i t d e s g a g e s d ' a v e n i r q u ' i l s e r a i t facile d e l u i d o n n e r . Le

commerce

n'obtenait

ses

escomptes,

en

1 8 1 4 , qu'à quinze et dix-huit pour cent l ' a n ;


—27—

aujourd'hui le papier de banque se fait depuis 7 jusqu'à 10 pour cent; et si la propriété coloniale n'offre pas de garantie aux prêteurs, que l'on s'en prenne aux lois qui sont appliquées aux colons : aux lois que promulguent les législateurs métropolitains. Ceux-ci, on peut le dire, ne se sont pas montrés, dans la discussion sur les besoins et sur la situation des colonies, beaucoup mieux informés que les cultivateurs de betteraves. Loin que la cessation de la traite des noirs ait mis en péril l'agriculture coloniale, il est au contraire reconnu et avéré que les colonies ont assez de bras pour leur culture, et qu'elles en auront bientôt plus qu'il n'en faut, comme déjà quelques colonies anglaises en fournissent la preuve; et cela précisément parce que la traite ne se fait plus. La population noire ( 1 ) , assise aujourd'hui sur des bases solides et bien équilibrées, prend un accroissement que tous les documens officiels constatent, et que des éventualités d'émancipation ne peuvent empêcher. Le sol n'est pas épuisé ; jamais il ne fut plus fertile et plus productif, grâce aux agronomes du pays qui ont ajouté, comme M. Morel de Vindé, par la découverte de nouveaux engrais, à la fécondité naturelle de la terre. Il n'est pas exact de dire que la culture de la canne à sucre ait envahi toutes les terres destinées par la nature au café et au coton, pas plus (1) Appendice, n° 3 .


28

q u ' i l n e s e r a i t e x a c t d e d i r e q u e les t e r r e s e n v a h i e s e n F r a n c e p a r la p r o d u c t i o n artificielle d u s u c r e d e b e t t e r a v e s , o n t r e m p l a c é c e l l e s où il e û t été aussi utile a u moins a u x intérêts r u r a u x d u pays de p l a n t e r d u froment ou des graines oléagineuses. L a p r o d u c t i o n a c t u e l l e d e s c o l o n s n e se s o u t i e n t , d i t e s - v o u s , q u ' à l'aide des perfectionnemens ? Q u i p e u t vous autoriser à p a r l e r ainsi, vous q u i , p a r vos a m i s e t i n t é r e s s é s d a n s l e s c h a m b r e s , a v e z fait i n t r o d u i r e d a n s la loi f i n a n c i è r e q u i r é g l e m e n t e la t a r i f i c a t i o n d e s s u c r e s , u n a m e n d e m e n t p o u r d é f e n d r e a u x colons le p e r f e c t i o n n e m e n t d e l e u r production, souspeine d'une surtaxe de quinze francs p a r q u i n t a l . Cet a m e n d e m e n t atteint u n d o u b l e b u t : il e m p ê c h e de l i v r e r a u c o n s o m m a t e u r u n e qualité de sucre qui n'aurait pas besoin de l'int e r m é d i a i r e c o û t e u x d u r a f f i n e u r ; il r e n d la l u t t e à s o u t e n i r c o n t r e l e s u c r e i n d i g è n e p l u s difficile e t p l u s d é s a v a n t a g e u s e a u s u c r e c o l o n i a l . M a i s le c o n t r i b u a b l e , q u e doit-il d i r e ? q u i le r e p r é s e n t e , q u i a d é f e n d u ses i n t é r ê t s à l a c h a m b r e ? L u i q u i , d u p e d e sa p r o p r e m y s t i f i c a t i o n , a la b o n h o m i e e n c o r e d e m o n t r e r d u d o i g t le c o l o n q u ' i l c r o i t p r o t é g é et p r i v i l é g i é , l u i q u i va m ê m e j u s q u ' à l ' a p p e l e r m o n o p o l e u r , a u m o m e n t où l a p r o d u c t i o n c o l o n i a l e se v o i t f e r m e r t o u s les m a r c h é s ! O n a j o u t e q u e la m o i n d r e q u o t i t é d e l ' i m pôt, ne serait à adopter dans l'intérêt des colon i e s , q u e si e l l e s p r o d u i s a i e n t e t p o u v a i e n t p r o -


29

duire plus de sucre que la France ne leur en achète et ne leur en achètera. Mais à quoi donc servent les chiffres et les calculs du commerce, si l'on est encore à dire que la France absorbe tout ce que produisent ses établissemens? M. le comte d'Argout était donc dans l'erreur lorsque, présentant, en 1 8 3 2 , la loi d'avril 1 8 3 3 , il établissait officiellement que le chiffre de la production coloniale surpassait d'un quart celui de la consommation ? A quoi bon cette constatation authentique de la baisse progressive du prix moyen, chaque année , et de l'augmentation en même temps des quantités existant en entrepôt ? Au Havre 75 fr. le 31 décembre 1832 ; 71 fr. le 51 décembre 1 8 3 3 , et 6 4 fr. 5o c. le 31 décembre 1 8 3 4 . Dans les entrepôts du royaume, 11 millions de kilogrammes existent en 1 8 3 3 ; il y en a 20 millions au 31 décembre 1834. Cet excédant, il est vrai, ne prouve rien, selon le comité, « parce que la plus grande partie, déjà vendue, ne reste en entrepôt que pour compte des spéculateurs. » Qu'importe cette spéculation aux intérêts coloniaux qui n'ont à constater que l'excédant de chaque année, sur les besoins de la consommation ? Dans une dépréciation périodique des prix de vente , les habitans des colonies ne peuvent voir autre chose qu'une confirmation de leur opinion, sur le triste sort réservé à leurs denrées , n'ayant pas pour les écouler une issue a u tre que le marché français.


—3 0

Que penser d'un a r g u m e n t pris dans les dol é a n c e s d e la r a f f i n e r i e s u r l ' i n s u f f i s a n c e d e s a p provisionnemens ? Comme

si l ' o n p o u v a i t

être

d u p e e n c o r e d e ces d o l é a n c e s d e r a f f i n e u r s ,

qui

n ' a v a i e n t d ' a u t r e b u t q u e d ' o b t e n i r le

draw-back,

s t i p u l é d a n s la loi d ' a v r i l s u r les s u c r e s é t r a n g e r s , d e m ê m e q u ' i l faut a u j o u r d ' h u i d e s d o l é a n c e s de c o m m a n d e a u x f a b r i c a n s d e s u c r e i n d i g è n e , afin que leurs produits restent scandaleusement p r o t é g é s . Les colons n'ont-ils pas raison de dire q u e , p o u r a t t a q u e r l e u r s i n t é r ê t s toutes les a r m e s sont b o n n e s . « L'industrie des fabricans de sucre de » b e t t e r a v e s va l i v r e r à la c o n s o m m a t i o n , e n 1 8 3 5 , » d i t - o n , u n e quantité qui dépassera 5 o millions » de kilogrammes.» E n 1 8 3 4 , e l l e n ' a v a i t l i v r é que 20 millions. Chaque ligne d u m é m o i r e p r o u v e ainsi l e s d é v e l o p p e m e n s d e la f a b r i c a t i o n d u s u c r e

in-

d i g è n e , e t a v e c les d é v e l o p p e m e n s d e c e t t e p r o s périté grandit l'exigence des fabricans! E n a d o p t a n t le chiffre l a r g e d e la c o n s o m m a t i o n , c e l u i d e 100 m i l l i o n s d e k i l o g r a m m e s é t a b l i p a r le c o m i t é , b i e n q u e

l'administration

elle-

m ê m e le c o n t e s t e p o u r ne p a s a v o i r à a v o u e r les c o m p e n s a t i o n s q u e l ' a b a i s s e m e n t d e s t a r i f s offrir a i t a u t r é s o r , il est c l a i r , a p r è s q u e l e s f a b r i c a n s de s u c r e i n d i g è n e a u r o n t p o u r v u à 3 o m i l l i o n s , qu'il n'y millions

aura, de

en 1 8 5 5 , place q u e p o u r

kilogrammes

de

sucre

70

colonial.

M a i s depuis plusieurs années le m i n i m u m des


— 31 —

i m p o r t a t i o n s n ' a p a s été a u - d e s s o u s d e 75 m i l l i o n s d e k i l o g r a m m e s : a i n s i l e s chiffres g r o u p é s p a r les a d v e r s a i r e s d e s c o l o n i e s e u x - m ê m e s a u t o r i s e n t les c o l o n s a s ' a l a r m e r , d è s à p r é s e n t , s u r l'envahissement du m a r c h é intérieur par une ind u s t r i e p r o t é g é e à l e u r s d é p e n s ; e t c e l a d a n s le m o m e n t m ê m e où la loi d ' a v r i l p r o n o n c e l e u r e x p u l sion d e s raffineries, c a r le s u c r e é t r a n g e r y a r r i v e s o u s d e s c o n d i t i o n s m e i l l e u r e s . R e s t e r a , il v r a i , l'entrepôt, d'où leurs denrées sortiront p o u r c o n t r i b u e r s e u l e s a u x 32 m i l l i o n s que le g é n i e f i n a n c i e r d e la F r a n c e se c r o i t s û r d e t r o u v e r l à . Les colons n e p e u v e n t m ê m e plus t r o u v e r au fond d e la b o î t e u n e e s p é r a n c e f o n d é e s u r les p r o g r è s d e la c o n s o m m a t i o n , c a r le c o m i t é v o i t à c e s p r o g r è s d e s o b s t a c l e s i n s u r m o n t a b l e s é n u m é r é s à la p a g e 2 1 7 d e son m é m o i r e , et r é s u m é s a i n s i : « Nous disons que la consommation du sucre a des limites plus étroites, ou du moins plus difficiles à franchir, q u e chez d'autres peuples. Ainsi nous sommes fort peu touchés de l'énorme quantité d e cette d e n r é e qu'absorbe chaque habitant du Royaume-Uni : car, en aucune branche gastronomique, il est douteux que le F i a n ç a i s s'élève jamais (cela soit dit sans blâme ni éloge) à la puissance consommatrice de ce peuple. » Ces l i m i t e s n a t u r e l l e s p o s é e s à l ' a c c r o i s s e m e n t de la c o n s o m m a t i o n d u s u c r e en F r a n c e , p l a i d e n t é n e r g i q u e m e n t en faveur d e l'intérêt colonial ; et

dans l'argument m ê m e du c o m i t é , il y a preuve


32

du peu de libéralité des fabricans de sucre indigène à repousser la supplique des colons. Quant a la comparaison de la puissance consommatrice des Anglais et des Français, on doit croire que les caricatures et les charges de théâtres sont de mauvaises archives à consulter, pour résoudre un problême économique basé sur une juste appréciation des développemens dont la puissance consommatrice d'un peuple est susceptible. Si l'on opposait au chiffre de la consommation de thé et de sucre dans la Grande-Bretagne, celui des hectolitres de blé et de vin, qui sont la base de l'alimentation en France, sans pourtant en être l'élément exclusif partout où la fortune et les salaires permettent d'en ajouter d'autres, on verrait de suite ce qu'il y a de puéril et d'oiseux dans l'argumentation du comité. Lorsqu'il s'agira de justifier et d'augmenter même des terreurs simulées de la part du fisc à l'idée d'une réduction de taxes, les colonies auront le droit de demander que les observations physiologiques soient puisées à des sources sérieuses. Ils persisteraient autrement à ne pas voir ailleurs que dans l'abaissement des tarifs, les causes de l'immense progrès que la consommation du café, par exemple, a faits en Angleterre. De 1808 à 1826, les cafés sortis de l'entrepôt pour la consommation intérieure ont payé au trésor, en moyenne, un droit de 5 millions 6 0 0 mille francs : lors de l'abaisse-


—33 — m e n t du tarif, d e s c e n d u e n 1 8 2 9 d e 2 s h i l l i n g s à 6 p e n c e ( d e 5 o sous à 12 s o u s e t d e m i ) , l e fisc a p e r ç u d o u z e m i l l i o n s . C e p e n d a n t , l e café est u n e b r a n c h e g a s t r o n o m i q u e où la puissance c o n s o m m a t r i c e d e la F r a n c e est a u m o i n s é g a l e à celle d e l ' A n g l e t e r r e . L e c o m i t é , a p r è s a v o i r d é m o n t r é , à sa m a n i è r e , q u ' u n e réduction de droits serait i m p u i s s a n t e p o u r d o n n e r aux colons u n e p r o d u c t i o n plus forte, e t à l a c o n s o m m a t i o n u n d é b o u c h é p l u s large, a découvert encore « c o m m e vous l'avez indiqué v o u s - m ê m e , monsieur le m i n i s t r e , » ( p a g e 2 4 ) q u e les c o l o n s e n d e m a n d a n t c e t t e réduction, n ' o n t q u e le désir d'arriver à de meilleurs bénéfices. « Illusion d'autant p l u s g r a n d e » q u e la spéculation n e l e u r laisserait a u c u n e p a r t » dans la portion d u droit auquel le trésor a u » rait r e n o n c é . » A p a r e i l s a r g u m e n s q u e r é p o n d r e ? Se f a i t - o n idée d e la s p é c u l a t i o n h a u s s a n t les p r i x s a n s q u e le p r o d u c t e u r e n p r o f i t e ? Se f a i t - o n i d é e d u p r o ducteur, pieds et poings liés, n e p o u v a n t a r r i v e r d i r e c t e m e n t a u x s o u r c e s d e la c o n s o m m a t i o n s a n s se laisser e n l e v e r p a r la s p é c u l a t i o n u n e p a r t d e son p r i x d e v e n t e ? et c ' e s t à monsieur le ministre, qui a la cause des contribuables entre ses mains, q u e l ' o n s ' a d r e s s e ! C'est à l u i q u e les f a b r i c a n s d e sucre i n d i g è n e osent signaler, en l e u r qualité

de contribuables, « la perturbation que jeterait 3


34

» dans les finances une diminution du droit colo» nial.» Il est vrai que ces fabricans désintéressés dont les colons à leur tour vont avoir k dissiper les illusions, avaient là une bonne occasion pour dire k monsieur le ministre qu'ils « savent ce qu'ils paient en contributions et par conséquent ce que coûte la qualité de producteur français!...» (Page 26).

« Quant aux colons, nous les prions de nous dire s'ils connaissent chez eux les impôts foncier et mobilier, les contributions indirectes , les octrois, et s'ils paient autre chose qu'une capitation fort modérée sur les esclaves et un modique droit d'entrée de 1 pour cent sur leurs consommations principales. Nous leur demanderons si, en conscience,, toutes les charges que nous supportons trouvent un équivalent dans le droit qui est imposé chez nous à leurs produits, et qu'ils ne paient pas? Ou nous nous trompons fort, ou ce n'est pas là de l'égalité. » Quoi! tous les documens officiels que publie le ministre de la marine, tous ceux que font imprimer et distribuer les délégués des colonies (1) n'ont pas encore fait connaître à la France entière que les colons paient des contributions ! La Guadeloupe 2 , 0 8 1 6 2 1 francs par an; la Martinique 2 , 1 9 2 , 7 1 7 ; Bourbon 1 , 3 9 5 , 8 6 0 et Cayenne 6 2 2 , 2 0 0 fr.! Que faut-il donc faire, et quel mode ( 1 ) Appendice; n° 3.


— 35 —

de publicité employer pour que ces budgets arrivent à la connaissance du comité, et lui apprennent, qu'à part quelques différences de désignation et de formelles colons paient chez eux d'énormes impôts assis sur les bases analogues à celles des taxes payées en France : qu'il importe peu comment, et sous quel nom, les charges intérieures d'une population de cent mille libres, hommes, femmes et enfans, arrivent à une somme annuelle de 7 millions de francs, ce qui fait 70 francs par tête, tandis que dans la vraie France

où se faitle

sucre

de bet-

chacun ne contribue que pour 39 fr. à un budget de 12 cent millions qui n'est pas probablement un budget normal. Les colonies seront-elles obligées, en désespoir de cause, d'employer des colporteurs à l'instar des marchands de papier-weynen, et, pour l'instruction du comité, de faire imprimer des budgets coloniaux sur les chapeaux cirés de ces affiichesambulantes ? Peut-être alors leur ferait-on grâce enfin de cette argumentation contre leur prétendu affranchissement de taxes intérieures. Il est vrai, encore une fois, que, sur les états de recette, l'impôt des colonies ne s'appelle ni foncier, ni mobilier, ni octroi. Qu'importe? Dira-ton que Paris est sans gendarmes , parce que la gendarmerie s'appelle garde municipale? Dans des pays constitués comme les colonies où les productions du sol n'ont qu'une seule porte teraves,

de

sortie,

ou il est défendu

de

raffiner

le


— 36 —

sucre que l'on fabrique, et même de l'épurer, il est aisé de comprendre comment un droit unique, un droit fixe supplée à tout. Cette taxe, désignée sous le nom spécial de droit colonial, est d'une perception facile, d'une perception qui n'entraîne aucuns frais, étant sur une simple liquidation en douane, perçue à la sortie des denrées. A cette taxe viennent se joindre encore l'impôt sur les maisons et sur les nègres de ville, ou de petite culture, la contribution des patentes, les licences de tavernes et de cabarets, et les impôts sur les distilleries et les cbauffourneries. Est-ce là ne pas payer de taxes intérieures ? Passons à une autre leçon : « Les sucres, dit le comité, se sont vendus, aux colonies , au commencement de mars dernier, à raison de 27 fr, les 59 kilogrammes, ce qui, avec le décompte de la tare, qui est de 17 pour cent, donne au vendeur un prix réel de 28 fr. 89 cent. De leur coté, les sucres indigènes ont été livrés à Paris, il y a peu de jours, pour 45 fr. 25 cent. 5 ce qui, lorsqu'on en retranche 9 fr. 97 c. pour la tare, le transport, la commission et le ducroire, représente sur le lieu de production 35 fr. 28 cent. La différence de 35 fr. 28 cent, à 28 fr. 89 c , est de 6 fr. 3 9 . » Cette protection d'une industrie française au détriment d'une autre, est déjà une injustice; mais le comité savait ce qu'il voulait en calculant comme il l'a fait; car il ne peut pas ignorer ce qu'on n'ignore pas dans les comptoirs d'un négociant de Saint-


37

Vaast, d u Croisic ou de B a n d o l . L e s sucres b r u t s ont é t é v e n d u s 2 7 fr : s o i t . L e s c o l o n s a d m e t t e n t c e chiffre p o u r s u i v r e l e u r s a d v e r s a i r e s s u r l e u r p r o p r e t e r r a i n ; c a r , en définitive p o u r e u x , s o u v e n t forcés d ' ê t r e e x p é d i t e u r s , l a v a l e u r d e l e u r s r e v e n u s n e se p r é c i s e e n chiffre q u ' e n F r a n c e . C ' e s t dans les p r i x des e n t r e p ô t s , ou dans c e u x de la c o n s o m m a t i o n m é t r o p o l i t a i n e , q u e le p l a n t e u r trouve d o n c l a g a r a n t i e d e s f r u i t s d e s o n t r a v a i l . O r , ces p r i x , d e p u i s d e u x a n n é e s , d é d u c t i o n faite des frais d u c o m m e r c e m a r i t i m e , n ' o n t p a s d é p a s s é 20 francs p a r q u i n t a l . (1) A b o r d a n t les h y p o t h è s e s et les d o c t r i n e s d u c o m i t é , les colons feront observer qu'il y a u rait eu d'abord de l'impartialité à raisonner sur u n p r i x m o y e n e t n o n s u r l e chiffre e x c e p t i o n n e l d e s p r e m i è r e s e t r a r e s q u a l i t é s . C e p e n d a n t ils n ' o n t pas besoin de chicaner, pas plus qu'ils ne c o n t e s t e n t l a n é c e s s i t é d u p r i x d e 3 5 f r a n c s 28 c , p o u r l e s u c r e i n d i g è n e , d é d u c t i o n faite d e c o m m i s s i o n , ducroire, transport, etc. M a i s il e û t é t é é g a l e m e n t d e b o n n e g u e r r e d ' é t a b l i r e x a c t e m e n t le revient du s u c r e c o l o n i a l s u r l e l i e u m ê m e d e sa p r o d u c t i o n , c ' e s t - à - d i r e , sur l'habitation d u p l a n t e u r . Les colons de la M a r t i n i q u e et de la G u a d e l o u p e vont s u p p l é e r aux c o n n a i s s a n c e s d u c o m i t é o u r é p a r e r l e s t o r t s d e sa b o n n e f o i . Ils n e p a r l e r o n t p a s d u d r o i t c o l o n i a l (1) Appendice n° 1.


38

qu'ils sont tenus de déduire du prix de vente pour être versé au trésor : il a été dit que c'était là, dans le pays, l'impôt foncier et mobilier. Sur la tare, pas de bénéfice pour le planteur; il ne saurait où trouver ce franc et 8 9 centimes par quintal dont le comité fait une addition a son prix de vente. Une barrique vide sortant de ses magasins pèse de 1 0 0 à 120 livres; quand cette même barrique est pleine, son poids brut est de 1 , 0 0 0 a 1 , 2 0 0 livres; ainsi en allouant une tare de 10 pour 100 à l'acheteur, les colons n'ajoutent pas un centime au prix de leur production. Si, en Europe, les usages du commerce ont voulu que la tare fût de 17 pour 1 0 0 , c'est une différence de sept pour cent, tout entière au profit de l'acheteur européen, mais qui, dans aucun cas ne peut s'ajouter, sur les lieux de la production, aux 2 7 francs du planteur. Voici maintenant le compte que le comité devait faire, s'il avait su, ou s'il avait voulu être exact. Perte de la futaille, abandonnée à l'acheteur, sur le prix de vente, suivant l'usage aux colonies 1 fr. 5o c. Transport par 5o kilog. . . 1 5o Commission et ducroire . . 1 35 Menus frais du commerce , roulage, magasinage, etc. . . 2 7 1/2 Ensemble 4 fr. 6 2 c. 1/2


39

à déduire de 2 7 francs, qui ne sont pas, on le sait, le prix commun, mais bien le maximun des plus belles nuances. Sur ce prix exceptionnel de 2 7 francs, il reste donc au planteur 22 fr. 37 1/2 cent, sans parler des risques de mer et d'embarquement, et surtout des risques du cabotage qui occasionne des pertes si fréquentes. C'est en définitive une balance de 2 6 fr. environ par quintal métrique en faveur du producteur indigène. Cette balance passe 2 8 fr., comparée aux prix d'entrepôt en France. Ces compensations paraîtront exagérées au comité lui-même, quand il sera bien sûr que des charges publiques sont supportées par les colons, et que « les immunités dont ils jouissent » (page 3 o ) , n'existent réellement que dans l'imagination des fabricans de sucre indigène. Faut-il actuellement rappeler au comité le système de douanes qui pèse sur la consommation locale , et qui force le colon a payer , pour lui et pour ses travailleurs, la livre de viande 1 fr., et la livre de pain de 45 à 6 0 cent.? Faut-il parler des vêtemens et des autres besoins de la vie? de ceux de l'exploitation ? tous arrivant surchargés de fret, de commission et de frais de toute espèce au profit du commerce français? N'y a-t-il pas injustice flagrante à fermer plus long-temps les yeux sur cette révoltante inégalité des charges et des prix de productions similaires ?


—4 0

« La question maintenant, dites-vous, est de savoir si nous serons choisis les premiers, pour subir la r u d e épreuve des principes du libre commerce, nous qui sommes les plus jeunes et par conséquent les plus faibles; nous qui accroissons la valeur du sol; nous qui répandons l'aisance et le goût du travail dans les campagnes ; nous qui n'avons encore réalisé aucuns b é n é fices ; nous enfin dont le capital mobilier, inapplicable à tout autre emploi, serait anéanti du moment où il nous faudrait cesser nos travaux. » I c i les c o l o n s se t r o u v e n t h e u r e u x d e p o u v o i r c a l m e r l e s t e r r e u r s d u c o m i t é et d e s i n t é r ê t s q u ' i l r e p r é s e n t e . Déjà p a r l ' o r g a n e de l e u r s d é f e n s e u r s l é g a u x , ils o n t d é c l a r é ê t r e p r ê t s à s u b i r la p r e m i è r e é p r e u v e des principes de liberté c o m m e r c i a l e les p l u s é t e n d u s . Ils r e v e n d i q u e n t h a r d i m e n t c e t t e p r i o r i t é q u i effraie t e l l e m e n t l e p r o ducteur du sucre indigène. Ont-ils tort, lorsque fatigués de servir de m a r c h e - p i e d à u n e i n d u s t r i e r i v a l e , ils s o n t e n c o r e l e p o i n t d e m i r e d e s a t t a ques incessantes et systématiques de certains o r g a n e s d e la p r e s s e ; l o r s q u e m e n a c é s d e r u i n e e t d e d e s t r u c t i o n , ils s o n t e n t o u r é s d e c a l c u l a t e u r s occupés à évaluer l ' é n o r m i t é de la c h a r g e c o l o n i a l e p o u r la m é t r o p o l e ? L e s f a b r i c a n s d e s u c r e i n d i g è n e c r a i g n e n t la c o n c u r r e n c e de leurs propres concitoyens, et c'est la c o n c u r r e n c e d u m o n d e e n t i e r q u e l e s F r a n ç a i s d ' o u t r e - m e r a p p e l l e n t a u profit d e s c o n -


— 41 —

sommateurs

métropolitains î Q u e les

fabricans

c o n t i n u e n t a r é p a n d r e l ' a i s a n c e et l e g o û t d u t r a v a i l d a n s l e s c a m p a g n e s d e la vraie France;

mais,

p o u r a t t e i n d r e ce b u t d ' u n e généreuse p h i l a n t r o p i e , il n ' e s t p a s n é c e s s a i r e d ' e m p l o y e r d e s m o y e n s qui jeteraient

la m i s è r e et le d é g o û t d a n s

les

c a m p a g n e s de l e u r s frères et c o m p a t r i o t e s . Si la voix des c u l t i v a t e u r s de b e t t e r a v e s devait ê t r e e n t e n d u e , il n e r e s t e r a i t

plus aux

seule colons

français q u ' u n e s é p a r a t i o n à d e m a n d e r à u n e m é t r o p o l e q u i l e u r est e n c o r e c h è r e , m a i s d o n t le joug deviendrait intolérable. La législature métropolitaine ne peut vouloir c o n s o m m e r la r u i n e d e s c o l o n s . L e u r n a t i o n a l i t é e t l e u r é l o i g n e m e n t m ê m e sont des titres suffisans de p r o t e c t i o n , q u a n d m ê m e ils n ' a u r a i e n t p o i n t

à

faire v a l o i r d ' a u t r e s c o n s i d é r a t i o n s d ' i n t é r ê t m a tériel q u i c o m m a n d e n t a la F r a n c e la

conserva-

tion d e ses établissemens d ' o u t r e - m e r . Car l ' a g r i c u l t u r e m é t r o p o l i t a i n e e l l e - m ê m e t r o u v e sa p a r t d a n s les services q u e l'existence des colonies r e n d à l'industrie

française.

L o r s q u e M . le m i n i s t r e d u c o m m e r c e parlait à la t r i b u n e d e l ' e x p o r t a t i o n des c é r é a l e s , 3 o plus forte

q u e les q u a n t i t é s

de

l'importation;

q u a n d il c o n s i g n a i t d a n s l e s c o l o n n e s d u teur c e s i g n e d e l a p r o s p é r i t é

de

fois Moni-

l'agriculture

f r a n ç a i s e , il e û t b i e n fait s a n s d o u t e d e d i r e à la l é g i s l a t u r e et a u p u b l i c q u e l e s c o l o n i e s f r a n ç a i s e s


— 42 —

étaient les pays de destination de ces fructueuses exportations. Quand Bordeaux et son commerce , ennemis quelquefois si ardens de la cause coloniale , appelaient nos colonies des fardeaux pour la France, les colons, étonnés, répondaient que les exportations de vins de France étaient quatre fois plus considérables pour les colonies françaises que pour l'Angleterre; un tiers plus considérables pour les colonies françaises que pour le vaste continent des Etats-Unis, où il y a tant de souvenirs et de goûts français, et où l'abaissement des droits, par suite du traité des 25 millions, a atteint son périgée !... Qu'on cesse de dire que la France, achetant des sucres ailleurs, y trouverait le placement égal de ses vins et de ses farines de froment. Le commerce français, plus convaincu chaque jour du contraire, le proclame dans des pétitions récentes adressées aux chambres pour leur demander l'abaissement des tarifs sur les produits coloniaux. Le comité parle de la consommation des denrées de la vraie France, de l ' i m p é r i s s a b l e France, par les ouvriers delafabrication de sucre indigène. Mais ces produits arrivent à ces ouvriers en chiffre mesquin et sans mouvement commercial, tandis que 5oo navires portent les mêmes produits aux colonies, en chiffre décuple, occupent 8 à 9 mille marins , et donnent la vie au littoral de la France. A quel titre dépouillez-vous les ouvriers


43

des ports, des droits et des fruits de leur travail, au bénéfice des ouvriers de vos fabriques ? Pourquoi la France maritime perdrait-elle une des branches des combinaisons industrielles de son avenir ? « A nous l'avenir, » s'écrie le comité, avec orgueil î Et pourquoi cette conquête de l'avenir, réservée aux fabricans de sucre de betteraves? C'est que leur production est jeune, et que la production coloniale date de loin. « Au siècle où nous vivons, c'est un pauvre droit que le droit d'aînesse. Cette question d'ancienneté , d'ailleurs, a une. autre face bien autrement sérieuse. La vieillesse amène avec elle l'épuisement, et présage la mort. Quanta la jeunesse, lorsqu'elle a déjà beaucoup produit, que ne peut-on pas attendre de sa maturité ?» Certes, les colons doivent avoir peine à comprendre ce droit d'aînesse qu'on ne leur dispute pas, sans doute parce que c'est un pauvre droit; ils n'admettent pas non plus le droit d'ancienneté de leur cultivation sur celle du sol de la France ; droit q u i , en effet, doit paraître insaisissable pour bien d'autres intelligences ; car peu importe la nouveauté du fruit arraché à la terre ; pour tout le monde l'âge du terrain qui produit résout mieux la question de fertilité. Comment concevoir la France argumentant de sa jeunesse contre les colonies ? « Quatre cents fabriques, dit le comité, occu» pent et salarient 15o mille personnes ! » Dans le


—44—

n o m b r e sont c o m p r i s les travailleurs des c h a m p s . L e s colons p o u r r a i e n t p e u t - ê t r e objecter q u e les b r a s de ces travailleurs n ' é t a i e n t p o i n t inactifs a v a n t la fabrication d u s u c r e i n d i g è n e , p u i s q u e ce n o u v e a u p r o d u i t a été d e m a n d é a u x t e r r e s les p l u s f r u c t u e u s e m e n t et les p l u s b a b i l e m e n t c u l t i v é e s . M a i s c e t t e fin d e n o n - r e c e v o i r , q u e l q u e v a l a b l e q u ' e l l e s o i t , q u a n d il s ' a g i t d ' u n e a p p r é ciation de travail, ne sera point invoquée c o n t r e les é t r a n g e s conclusions des fabricans. L e c o m i t é a de la s y m p a t h i e p o u r les n o i r s . « C e p e n d a n t sa p h i l a n t r o p i e n ' e s t p a s e x c l u s i v e » m e n t t r o p i c a l e : il n ' o u b l i e p a s l e s b l a n c s d e » F r a n c e . » Si d o n c la q u e s t i o n d e v a i t se d é c i d e r p a r u n r a p p r o c h e m e n t n u m é r i q u e , le c o m i t é v e u t u n d r o i t p r o t e c t e u r p o u r sa s y m p a t h i e b l a n c h e . « Il p r o p o s e r a ( e t l e s c o l o n s n e s'y o p p o s e » r o n t pas sans doute ) de m e t t r e dans la balance » un de ces blancs contre trois nègres. » (Page 29). M a i s le c o m i t é m e t t r a - t - i l a u s s i la c o n s o m m a tion des trois nègres, leur l o g e m e n t , leur habillem e n t , les frais d e m a l a d i e , e t c . , d a n s u n p l a t e a u de la b a l a n c e , et dans l ' a u t r e le misérable salaire d e l ' o u v r i e r b l a n c ? C a r , s y m p a t h i e à p a r t , il y a p o u r les colons des considérations matérielles à faire v a l o i r . L e u r s o u v r i e r s o f f r e n t a u p r o d u c t e u r ou au manufacturier métropolitain u n p l a c e m e n t plus large p o u r les résultats d u travail national ;


— 45

les charges des colons envers la classe ouvrière sont plus lourdes. Or, de telles considérations ne sont pas sans valeur, lorsqu'il s'agit d'apprécier le mérite de deux industries rivales ou les droits respectifs de leur production , à une diminution de taxe ou de protection. Au reste, le comité qui a comparé la puissance consommatrice des Anglais et des Français, et la puissance des sympathies qu'il faut avoir pour des blancs ou pour des noirs, compare aussi la puissance productrice du commerce des ports et celle des villes de l'intérieur. Les colons ne le suivront pas dans ce bizarre raisonnement (page 54), dont il résulte : que les ports de mer ne sont en France qu'au nombre de 6 , qui profitent du commerce des sucres de cannes ; que leur population réunie ne va pas à 600 mille ames, et que si l'on veut bien, pendant quelques années encore, donner aux fabricans de sucre de betteraves une somme de 5o fr. par 1 0 0 kilogrammes, ils s'engagent à fournir seuls à la consommation, les 80 millions de sucre qu'elle absorbe, et à procurer de leur côté, l'existence à une population de 600 mille ames : d'où il résulte encore que l'importance du travail créé par leur industrie est, suivant, eux à l'importance du travail créé dans les ports de mer par l'importation des sucres de cannes comme 6 est à 1 1 / 2 , raisonnement que les colons peuvent ne pas combattre, et qu'ils feront bien


46

m ê m e d ' a b a n d o n n e r a u x Saumaises

p r é s e n s e t fu-

turs de l'économie politique. Il faut v o i r m a i n t e n a n t s'il est facile a u x c o l o nies de d é m o n t r e r p l u s clairement qu'il y a de l ' e x a g é r a t i o n d a n s la d e s c r i p t i o n faite p a r l e co-r m i t é d e s a v a n t a g e s à é c h e o i r à l a c u l t u r e d u sol d e la F r a n c e ,

p a r s u i t e d e sa c o n q u ê t e

d'une

industrie nouvelle. Un hectare , semé en betteraves, produit dans les b o n n e s t e r r e s 2 5 o o k i l o g r a m m e s ; e t m ê m e d a n s les d é p a r t e m e n s d u N o r d e t d u P a s - d e - C a l a i s , c e chiffre d e p r o d u c t i o n p e u t a t t e i n d r e 3 o o o k i l o g r a m m e s . Le comité a évalué a 1 0 0 millions de k i l o g r a m m e s la c o n s o m m a t i o n de la F r a n c e : sur cette base libérale,

40

mille hectares'de

terre

p r o d u i r a i e n t , à la basse évaluation d e 25oo kilog r a m m e s , la c o n s o m m a t i o n e n t i è r e d e l a F r a n c e . A c c o r d a n t 5o m i l l e h e c t a r e s , c'est s u r cette s u r face e x i g u ë d u t e r r i t o i r e d e la F r a n c e q u e

s'ac-

c o m p l i r a i e n t t o u s les p r o d i g e s d ' a g r i c u l t u r e a n n o n c é s p a r la b e t t e r a v e ! Il y a a u j o u r d ' h u i profits

tant d'avantages, tant

p o u r les industriels

qui s'occupent

de de

c e t t e e x p l o i t a t i o n , q u e l e m ê m e sol r e ç o i t t o u s l e s d e u x a n s la r a c i n e d e la b e t t e r a v e . A c c o r d a n t e n core, dans l'intérêt m ê m e d'une bonne rotation, q u e la m ê m e t e r r e n e t r a v a i l l â t q u e t o u s les t r o i s a n s , il y a u r a i t d a n s l'impérissable

France

15o

m i l l e h e c t a r e s d e t e r r e s e u l e m e n t favorisées

par


47

la conquête que le sucre indigène veut faire du marché de la consommation intérieure, au détriment des quatre colonies de la France périssable, Or, la vraie France a 2 2 millions d'hectares de terres arables. Que la culture de la betterave doublât ou triplât d'importance, elle n'arriverait pas à couvrir la moitié des terres arables d'un seul département ; et les colonies françaises, en farines de froment seulement, exportent annuellement neuf millions de kilogrammes! C'est dans cette exportation que M. le ministre du commerce a puisé des argumens en faveur de l'intérêt rural de la France , pour appuyer la législation actuelle des céréales ! Si les colons demandaient aux Etats-Unis , ou même en échange de leurs sucres, aux entrepôts de la Méditerrannée , les céréales qu'ils consomment aujourd'hui; si, modifiant leurs habitudes, en raison de leurs nouveaux rapports, les colons restreignaient ou cessaient leur consommation de vins de France, peut-être alors s'apercevrait-on que la retraite de ces consommateurs causerait à deux branches principales de l'agriculture métropolitaine assez de dommages pour que la fortune publique n'en trouvât pas l'équivalent dans la prospérité de l'industrie eunuque des fabricans de sucre indigène. On parle fièrement du nombre de bras employés par cette fabrication ; mais 3 o ouvriers, hommes et femmes, suffisent à la fabrication quotidienne


48

de 1ooo kilogrammes de sucre de betteraves. Pour les 1 0 0 millions de la consommation, il faudra 5 millions de journées; ce qui donnerait de l'emploi à 25 mille ouvriers par jour, pendant 1 2 0 jours, ou pendant l'année à 8 mille et quelques cents personnes employées tous les jours. Que l'on ajoute, si l'on veut, à ce nombre de travailleurs celui des travailleurs de la terre, et qu'on veuille bien dire, si ce développement de travail, tout à fait hypothétique , peut soutenir la comparaison avec le développement qui résulte aujourd'hui du mouvement industriel d'un immense capital maritime, agricole et manufacturier, garantissant au pays l'emploi constant de 8 à g mille matelots, et des échanges commerciaux, dont la valeur dépasse annuellement cent millions de francs; en même temps que ce capital pourvoit aux besoins de plus de 3 0 0 mille travailleurs coloniaux. A moins, cependant, que la nature particulière des sympathies du comité, ne voie pas pour les deuxtiers de ces ouvriers noirs la nécessité de vivre. Après avoir longuement cherché à établir la justice de l'impôt qui écrase la production coloniale, le comité des fabricans de sucre indigène s'est enfin décidé à aborder la seule question dont il eût dû s'occuper, celle de la création ou du refus

par

les chambres

d'un

impôt

sur les sucres

de

Il a consacré à cette thèse la seconde partie de son mémoire. Les colons n'auraient

betteraves.


49

que d'imprudens amis dans ceux qui toucheraient trop fortement cette nouvelle corde du litige, surtout dans l'intérêt exclusif de l'industrie coloniale. C'est aux fabricans de sucre de betteraves a ne pas se laisser aborder par le fisc; k eux d'effrayer M. le ministre des finances sur « le dédale d'incerti» tudes et de difficultés, sur l'énormité des mé» comptes , sur le concert de plaintes et de récri» minations » qui accueilleraient la création d'une taxe imposée au sucre indigène. PLANTEURS

E T HABITANS D E S COLONIES

FRAN-

tout a été dit , tout a été écrit pour la défense de vos intérêts. Pièces officielles insérées au Moniteur par le ministre de la marine, discours éloquens prononcés k la tribune des chambres par vos délégués-députés; communications importantes aux journaux, ou brochures publiées par vos délégués-colons, rien ne manque pour que la question coloniale , posée dans des termes nets et précis, soit mise sous les yeux des hommes qui voudront l'examiner avec impartialité. Justice vous sera-t-elle faite? qui peut vous la refuser encore, sinon le préjugé ou la violence? Mais la faiblesse appuyée sur le droit a quelquefois ses armes aussi. C'est k des armes de ce genre que les colons doivent recourir. Qu'ils les mettent aux mains de ces modestes législatures coloniales dont la métropole a permis l'existence. Des assemblées léÇAISES!

4


—5 0

gales peuvent réclamer hautement l'émancipation commerciale et la liberté de l'industrie pour les colonies françaises. C'est alors que cesseront toutes les déclamations contre l'utilité de ces colonies, et toutes les accusations de priviléges et de monopole.Car, à moins d'un mépris systématique pour les simples notions de la justice, on sera forcé de convenir que les colons français ont au moins le droit de demander ou une émancipation ou une égalité de charges. On ne peut exiger en effet qu'ils se soumettent en aveugles aux conséquences désastreuses d'un système qui n'aurait d'autres bases que les caprices de la force ou les calculs de la mauvaise foi. Eh bien ï ces conséquences sont patentes dans les combinaisons de M. le ministre des finances lui-même. La concurrence du sucre indigène et l'accroissement de cette production doivent nécessairement faire baisser les prix ; et peu importe à M. Humann que la consommation ait grandi par l'avilissement des prix, et que le planteur ruiné ait fait les frais de cet agrandissement. Certes, aussi long-temps qu'il y aura quelque espoir de succès, les colonies soutiendront la lutte contre cette inflexibilité du fisc. Mais le fisc peut-il spéculer sur une longanimité qui n'est probable qu'à cause de son principe patriotique difficile à détruire ? Peut-on fonder sur cette longanimité des calculs de longue et de sûre perception sans danger réel


51

pour les intérêts fiscaux de la vraie France? un pareil état de choses pourrait-il durer longtemps ? Quelle que soit la dose de patience des colons français, il semhle que le jour ou l'injustice impitoyable de la métropole leur serait irrévocablement démontrée, il deviendrait bien difficile qu'ils ne cherchassent pas à employer les remèdes auxquels leur position géographique leur permet d'avoir recours. On les a souvent accusés sans raison d'introduire des sucres étrangers en fraude; mais quand leurs propres sucres n'auront plus de placement possible sur le marché métropolitain, envahi par le sucre de betteraves, force leur sera bien d'essayer les marchés des îles ou des contrées sans douane qui les avoisinent et qui leur offriront encore quelques chances de salut. En pareil cas, toute la surveillance douanière de la métropole ne pourrait empêcher la moitié au moins des recettes de passer par Saint-Thomas, Saint-Barthélemi et Saint-Eustache. Alors le commerce français aura la douleur de voir revenir ses navires sur lest, quelle que soit la colonie a sucre à laquelle ils auront été expédiés. Car si les fabricans de sucre indigène ont assez de puissance pour fermer le marché de la France à une production française, combien ne leur sera-t-il pas plus facile d'empêcher les productions étrangères d'arriver sur ce


52

marché? Qu'en résulterait-il? Un dommage pour le bien-être de la population des ports et du littoral de la France. Faible considération. Les fabricans n'ont-ils pas assez bien calculé et prouvé que, dans la balance des intérêts généraux de la France impérissable, un producteur de betteraves est à un armateur comme 6 est à 1 et demi ? Tel serait donc l'avenir promis à la France maritime et coloniale! Non, la chose n'est pas possible et des lieux mêmes où l'on osait tramer leur destruction, l'on viendra au secours de ces grands intérêts. Déjà l'égoïsme du mémoire accusateur a effrayé de nombreuses industries dans la capitale et dans les ports de mer. Le commerce maritime, la navigation, les manufactures, l'agriculture elle-même, menacés que sont tous ces intérêts par la réduction ou la suppression de leur aliment le plus puissant, feront entendre leur voix dans les chambres. La marine militaire , blessée dans ses justes susceptibilités, parce qu'on a douté mal à propos de la conservation des pays qu'elle défend, a dû voir avec douleur mettre en question l'utilité de sa propre existence. Le trésor lui-même cédera à tant de cris, quand ses recettes affectées par l'importation décroissante des sucres de cannes lui auront enfin démontré que sa triste économie politique a porté ses fruits. C'est aux chambres de commerce à seconder cette tardive sympathie qui se déclare sur des


— 53 — points n o m b r e u x

et

colons français. U n e

importons e n délibération

faveur d e la

des

cham-

bre de c o m m e r c e de Paris vient d'appeler l'attention

de

M.

le m i n i s t r e d u

cette g r a v e q u e s t i o n

de

commerce

l'abaissement

des

sur ta-

rifs d u s u c r e c o l o n i a l . L e s p é t i t i o n s d e B o r d e a u x se s o n t r e n o u v e l é e s à c e s u j e t d e v a n t l e s c h a m b r e s . Soixante maisons de c o m m e r c e du Havre, viennent d ' a d r e s s e r aussi u n e p é t i t i o n à la c h a m b r e

des

députés ( 1 ) p a r l'intermédiaire de l'un des r e p r é sentants d e c e t t e r i c h e c i t é d o n t les i n t é r ê t s t o u c h e n t d e si p r è s à c e u x d e l a c a p i t a l e e t d e t o u t l ' e m p i r e . M. le m i n i s t r e des finances r e s t e r a - t - i l sourd aux réclamations unanimes des chambres de commerce de France? THÉODORE

( 1 ) Appendice n° 1 .

LECIIEVALIER.


54

A P P E N D I C E . (N°

1).

LÉGISLATION D E S Pétition

du commerce sident

du Havre,

et membres

de la

SUCRES.

adressée

à Messieurs

chambre

des

les

pré-

députés.

MESSIEURS, La loi d'avril 1 8 8 3 , qui a changé la législation des sucres, était indispensable dans l'intérêt d u trésor public, q u i , c o n t i n u a n t à p a y e r e n p r i m e s sur les sucres raffinés

en

expor-

t é s e n v i r o n 5 0 fr. p a r q u i n t a l m é t r i q u e d e p l u s q u ' i l n ' a v a i t reçu e n droits sur les sucres bruts i m p o r t é s , n e tarder long-temps

à avoir à

p o u v a i t pas

r e m b o u r s e r autant et b i e n t ô t

après plus qu'il n'avait reçu. U n e aussi forte p r i m e é t a i t d'aill e u r s u n t r o p g r a n d a p p â t à la f r a u d e , q u i , c h a q u e a n n é e , s'organisait plus s y s t é m a t i q u e m e n t ;

e t , d ' u n a u t r e c ô t é , si

n o s îles à sucre, d u m o i n s celles de l ' A m é r i q u e , d e p u i s la supp r e s s i o n d e l ' o d i e u x trafic d e la t r a i t e , n e p e u v e n t p l u s a u g m e n t e r l e u r p r o d u c t i o n , il n ' e n e s t p a s d e m ê m e d e s s u c r e ries indigènes, d o n t

le n o m b r e

s'accroit c o n t i n u e l l e m e n t ,

et d o n t les produits, sans avoir

payé aucuns droits, rece-

vaient cette prime,

et r e ç o i v e n t a u j o u r d ' h u i le d r a w b a c k ,

s a n s qu'il soit p o s s i b l e d e l ' e m p ê c h e r . Il est, e n effet,

im-

p o s s i b l e d e d i s t i n g u e r la p r o v e n a n c e d e la b e t t e r a v e d e c e l l e d e la c a n n e ; e t d ' a i l l e u r s , e n a d m e t t a n t q u e l ' e x p o r t a t i o n n e porte q u e sur les produits

c o l o n i a u x , les

quantités qui en

s o n t exportées s o n t r e m p l a c é e s d a n s la c o n s o m m a t i o n

par

des sucres indigènes, et le résultat est le m ê m e p o u r le t r é sor. Il est facile d e

calculer

et de p r o u v e r q u e , sans cette

n o u v e l l e p r o d u c t i o n , les sucres coloniaux n e feraient

qu'a-


55

limenter la consommation du pays, sans à exporter,

et q u e

par

offrir

d'excédant

c o n s é q u e n t l e s sacrifices

énormes

faits p a r le trésor a v a n t la s u b s t i t u t i o n d u s i m p l e d r a w b a c k à la p r i m e é t a i e n t d u s a u x s u c r e s i n d i g è n e s , q u i e n o n t p r e s que seuls profité. Les d e u x espèces de p r o d u c t i o n s

réunies

d o n n a i e n t et d o n n e n t d e plus e n plus u n e x c é d a n t qu'il faut nécessairement déboucher à l'étranger. D a n s le système drawback,

le trésor a v u d i m i n u e r ses

tendent à augmenter,

parce q u e , la

du

pertes ; mais elles

production

du sucre

indigène prenant d'année en année u n accroissement plus considérable, et le

m o n o p o l e exercé sur la p r o d u c t i o n c o -

loniale forçant la totalité nos

marchés

de cette production

exclusivement

à

toute

a m è n e r a bientôt u n e baisse assez ducteurs

colons

d'abord

bre a u x sucres plus

de

en plus d'une

payés.

C'est

de

sur

m o i n s , p u i s à cesser ces sucres jouiront

droits

là-dessus que nous

venir

l'abondance

et à laisser le c h a m p li-

betteraves. Ainsi remise

à

forte p o u r forcer les p r o -

à produire

presque entièrement de produire,

autre,

qu'ils

appelons

n'auront

l'attention

de pas des

c h a m b r e s et d e l'administration, et qu'il n o u s i m p o r t e d'éveiller leur sollicitude. L'extraction d u sucre d e la betterave p e u t être appelée une belle découverte ;

sans

elle en serait u n e

doute

précieuse

p o u r l e p a y s s'il n e p o s s é d a i t n i c o l o n i e s à s u c r e , n i

com-

merce maritime, parce que cette conquête de l'industrie serait u n e g r a n d e s o u r c e d e r i c h e s s e s d e p l u s . Il n ' e n de m ê m e lorsque cette industrie

vient

est pas

ruiner une

indus-

trie r i v a l e à l a q u e l l e d e s c a p i t a u x c o n s i d é r a b l e s o n t été d e puis l o n g - t e m p s consacrés, lorsqu'elle v i e n t causer un p r é judice notable à d'autres prospérer sur le littoral qu'elle vient détruire

nombreuses

industries que

en partie cette n a v i g a t i o n ,

j u s q u e d a n s ses f o n d e m e n s la p u i s s a n c e m a r i t i m e

et

saper

du pays.

P u i s q u e c'est la m a r i n e m a r c h a n d e q u i r e c r u t e celle d e

tat, est-il d'une b o n n e

fait

la navigation a u l o n g - c o u r s , lors-

l'é-

politique, et convient-il à u n b o n g o u -


56

vernement, qui doit u n e protection égale à tous les intérêts, de continuer à accorder plus l o n g - t e m p s à cette industrie u n e f a v e u r c o m m e celle d o n t elle jouit? N o u s n e le p e n s o n s pas, et n o u s avançons hardiment que déjà, et depuis plusieurs a n nées, u n e grande faute a été c o m m i s e . Le g o u v e r n e m e n t a u rait d û , s i n o n m e t t r e dès le principe u n i m p ô t sur cette p r o d u c t i o n p o u r e n a r r ê t e r la t r o p g r a n d e e x t e n s i o n , d o n t il é t a i t facile d e p r é v o i r l e s effets d é s a s t r e u x

que nous

signalons,

au m o i n s abaisser les droits d o n t sont frappés les sucres col o n i a u x . C e s d r o i t s , d e 4 9 fr. 5 0 c. l e s 1 0 0 k i l o g r . ,

décime

c o m p r i s , q u i déjà e x c è d e n t d e b e a u c o u p la v a l e u r c o m m u n e d e c e s s u c r e s , c a l c u l é e à l a s o r t i e de la plantation teur,

o ù elle n'est aujourd'hui q u e de 1 5 à 20

du

produc-

fr. les 5 0 k i -

l o g r a m m e s , b i e n t ô t , a v e c l ' a b a i s s e m e n t inévitable et

pro-

chain des prix, seront doubles de cette valeur locale. Voilà deux produits similaires en présence,

français

tous

deux,

d o n t l'un s u p p o r t e u n e taxe é n o r m e , et l'autre e n est c o m p l è t e m e n t e x e m p t , et profite d e t o u t e l'élévation

qu'ajou-

tent a u x prix d e v e n t e les droits d o n t est frappée la p r o d u c t i o n rivale. Il y a

u n e injustice trop patente

n o u s cherchions à le d é m o n t r e r . N o u s n e

pour

p a s l a d é f a v e u r q u i s ' a t t a c h e à s i g n a l e r a u fisc u n n o u v e a u ; m a i s c'est u n

malheur de notre position

n o u s d e v o n s n o u s soumettre. Il existe

que

nous dissimulons aliment auquel

deux genres de

re-

m è d e s à apporter au m a l dont n o u s nous plaignons. Le p r e m i e r , q u e n o u s préférerions, serait de retirer toute espèce de d r o i t s s u r l e s s u c r e s c o l o n i a u x , si le t r é s o r p e u t se p r i v e r d e cette branche de revenus. Le second

serait de réduire

ces

droits à 20 o u 2 5 fr., au plus, par quintal métrique, et d'asseoir u n e taxe é q u i v a l e n t e sur le sucre i n d i g è n e , afin q u e les d e u x produits soient placés sur le m ê m e n i v e a u . U n e justice rigoureuse e n v e r s les colons c o m m a n d e l'une o u

l'autre

d e ces m e s u r e s . Si c'est la d e r n i è r e q u i est a d o p t é e , les p r o d u c t e u r s d e s u c r e i n d i g è n e n ' a u r o n t p a s le d r o i t d e se p l a i n d r e Le décret impérial d u 15 janvier 1 8 1 2 ne leur

assurait


57

que pendant quatre ans l'exemption de toute espèce d ' i m positions, et le

gouvernement,

à différentes

époques,

et

n o t a m m e n t lors d e l'enquête de 1 8 2 8 , les a p r é v e n u s qu'ils devaient s'attendre à être imposés. U n e droits d o n n e r a i t

lieu

à

une

forte réduction

de

a u g m e n t a t i o n d e la c o n s o m -

m a t i o n , q u i p o u r r a i t d e v e n i r é g a l e à la d o u b l e p r o d u c t i o n , et ferait c e s s e r e n t i è r e m e n t et q u i e s t d e d e u x

la f r a u d e , q u i se fait t o u j o u r s ,

espèces : l'une par i n t r o d u c t i o n par les

f r o n t i è r e s d e t e r r e , e t l ' a u t r e p a r f a u s s e s d é c l a r a t i o n s d e raffinés,

qu'on n'exporte

tie, et sur lesquels

pas o u qu'on n'exporte qu'en

o n perçoit u n d r a w b a c k q u i est

parencore

assez é l e v é p o u r c o u v r i r l e r i s q u e d e ces o p é r a t i o n s . Si les m e s u r e s q u e n o u s sollicitons s o n t a d o p t é e s , l e s p r o ducteurs d e la betterave jouiront encore de l ' é n o r m e

avan-

tage de t r o u v e r les c o n s o m m a t e u r s à

tandis

q u e les sucres coloniaux,

leurs portes ;

p o u r arriver aux lieux d o n t leurs

r i v a u x s o n t si p r o c h e s , o n t d e s f r a i s t r è s c o n s i d é r a b l e s

de

navigation à supporter, desquels les premiers sont exempts. Si ces frais, qui s ' é l è v e n t d e 3 0 à 3 5

fr. p a r q u i n t a l m é t r i -

que, font payer d'autant plus cher à nos consommateurs article d e v e n u i n d i s p e n s a b l e , ils profitent à t o u t e la lation m a r i t i m e . Si n o s fabricans de sucres indigènes

un

popupou-

vaient livrer leurs produits sur les marchés les plus voisins de leurs manufactures au m ê m e prix que coloniaux peuvent livrer

les

producteurs

les leurs sur les m a r c h é s d e nos

îles, les b a s prix profiteraient à n o s c o n s o m m a t e u r s , ce qui serait e n a p p a r e n c e u n e c o m p e n s a t i o n des pertes d e s ports de mer. Mais, m ê m e dans cette hypothèse, cette

industrie

porterait u n coup funeste à notre puissance navale, r u i n e rait

nos établissemens

coloniaux,

et

causerait par

là u n

préjudice grave a u x industries q u i fournissent à la c o n s o m m a t i o n d e ces é t a b l i s s e m e n s . N'est-ce pas d a n s le b u t d ' a c quérir et de conserver cette puissance maritime

que

l'état

fait d e p u i s si l o n g - t e m p s d e si g r a n d s sacrifices e n a c c o r d a n t des p r i m e s très fortes à n o s

pêcheries? A quoi

serviraient


ces sacrifices, faits

pour

pèce d'engouement

58

former des marins, si,

une es-

par

pour u n e industrie plus brillante que

réellement utile, nous persévérions dans une voie qui

tend

à réduire considérablement notre marine marchande, e m p l o y é e a u t r a n s p o r t d e s s u c r e s , et p a r c o n s é q u e n t à d i m i n u e r le n o m b r e d e n o s m a r i n s . O n c a l c u l e q u e l a b e t t e r a v e f o u r nit cette année environ v i n g t - c i n q millions de kilogrammes d e s u c r e s , q u i , a c h e t é s d a n s n o s c o l o n i e s o u d a n s les a u t r e s lieux de production, auraient d o n n é de l'emploi à plus

de

cent navires, et à u n n o m b r e considérable de marins. L e s c o n s é q u e n c e s d e l a p e r s i s t a n c e d a n s le s y s t è m e a c t u e l s e r a i e n t d é s a s t r e u s e s , et

il f a u t s e h â t e r d e l e s p r é v e n i r a u

m o i n s e n partie , car le

m a l est déjà b i e n g r a n d , et t e n d à

s'augmenter chaque année : parce q u e ,

sous la

protection

é n o r m e ajoutée aux autres avantages dont nous

a v o n s fait

v o i r q u e la p r o d u c t i o n i n d i g è n e j o u i t , l e s b é n é f i c e s industrie sont

aujourd'hui

tels ,

de

qu'ils p r o v o q u e n t

cette conti-

nuellement de nouveaux établissemens. Sansdoute quelques autres industries y trouvent de l'aliment, quelques

fortunes

s'élèvent, un certain n o m b r e d ' h o m m e s y trouvent du travail; m a i s , d'un autre côté , que

d e pertes à o p p o s e r à ces

b é n é f i c e s et à c e s a v a n t a g e s ! P e r t e s p o u r l e t r é s o r ; p e r t e s p o u r la m a r i n e m a r c h a n d e , e t ,

p a r s u i t e , p o u r la m a r i n e

m i l i t a i r e -, p e r t e s , e t m ê m e r u i n e c o m p l è t e , p o u r l e s c o l o n s ; pertes des créances d u p o u r le c o m m e r c e d'une

commerce branche

sur eux;

pertes

considérable

encore

d'affaires ;

p e r t e s d ' u n d é b o u c h é très lucratif d e s p r o d u i t s d e n o t r e sol et d e n o t r e i n d u s t r i e ; p e r t e s p o u r t o u t e la

population

ma-

ritime. Et c o m b i e n ces pertes p o u r le pays ne seraient-elles pas plus grandes , si, pour

n e pas ruiner gratuitement nos

c o m p a t r i o t e s d ' o u t r e - m e r , il f a l l a i t , c o m m e i l s n e m a n q u e raient pas

d e le d e m a n d e r , et avec

c o m m e r c e libre à toutes les

justice , accorder

en l e u r p e r m e t t a n t d e v e n d r e c e t t e d e n r é e besoin

et leur en

donnerait

le

n a t i o n s avec n o s îles à sucre ; à qui en aurait

un plus haut prix , et

d'acheter


— 59

les o b j e t s de leur consommation de qui de notre

notre

sol et d e

concurrence des

industrie

produits

leur fournirait

les

à m e i l l e u r c o m p t e ? Croit-on q u e , dans ce

cas; les produits

pourraient

similaires

de

soutenir

la

l'étranger ? N o n ,

sans d o u t e ; et n o u s y p e r d r i o n s u n d é b o u c h é

très-considé-

r a b l e et q u e r i e n n e r e m p l a c e r a i t , d e s p r o f i t s é n o r m e s

qu'y

trouve notre industrie et que p e u de personnes savent a p précier. P a r e x e m p l e , d'après u n calcul fait d e la différence qui existe entre la v a l e u r d u c o t o n brut q u e

nous

de l'étranger, a u g m e n t é e de celle des m a t i è r e s qui e n t r e n t d a n s la

fabrication des

valeur d e ces étoffes q u e

nous

achetons

tinctoriales

étoffes de c o t o n , et

débouchons , année

la

com-

m u n e , d a n s n o s c o l o n i e s , il y a u n g a i n d e p l u s d e d i x m i l lions p o u r le pays.

Avec le c o m m e r c e

libre ,

n e p r e n d r a i e n t d e n o u s q u e la d i x i è m e

nos

colonies

partie peut-être

de

ce qu'elles p r e n n e n t a u j o u r d ' h u i . Il e n serait d e m ê m e d ' u n e foule

d'articles

que

les

étrangers

fabriquent

à

meilleur

c o m p t e q u e n o u s , ainsi q u e de n o s farines et autres produits du s o l , et

de c e u x d e n o s p ê c h e r i e s , p o u r lesquelles l'état

f a i t de si g r a n d s

sacrifices.

Si v o u s voulez b i e n considérer, M e s s i e u r s , intérêts des ports se t r o u v e n t

combien

les

liés à c e u x des c o l o n i e s

par

le c o m m e r c e c o n s i d é r a b l e qu'ils y font, p a r l ' e m p l o i d e navires ,

à

la p l u p a r t d e s q u e l s o n

nos

ne p e u t donner d'autre

destination, par les débouchés qu'elles présentent lorsqu'elles p r o s p è r e n t , et par les c a p i t a u x c o n s i d é r a b l e s q u i o n t é t é avancés aux colons, sous la garantie d'une tectrice, capitaux

q u i s e r a i e n t p e r d u s si

législation

ces colons

pro-

étaient

r u i n é s o u s e u l e m e n t a p p a u v r i s ; si v o u s v o u l i e z a v o i r é g a r d à cette position, v o u s admettriez, Messieurs, q u e n o u s s o m m e s f o n d é s à p l a i d e r l a c a u s e d e s c o l o n s , e n p l a i d a n t la n ô t r e . Nous ne concevons point

les étranges

préventions dont

ils

sont l'objet, ni les a t t a q u e s a u x - q u e l l e s ils s o n t l i v r é s . Ce s o n t des Français c o m m e n o u s ; leurs F r a n c e , où e l l e s

finissent

f o r t u n e s a p a r t i e n n e n t à la

p a r a b o u t i r ; l e u r s r e v e n u s s'y d é -


— 60 — p e n s e n t en grande partie ; et c e p e n d a n t o n ne cesse d e

dé-

clamer que les colonies sont u n e charge, en exagérant d'une m a n i è r e i n c o n v e n a b l e les frais d e l e u r c o n s e r v a t i o n . M e n a cés d a n s l e u r a v e n i r , les propriétaires y v o i e n t leurs b i e n s se déprécier chaque année, au point qu'aujourd'hui personne n ' e n v e u t a c h e t e r ; e t si à t a n t d e c a u s e s d e d e s t r u c t i o n e t d e ruine qui existent déjà pour e u x v i e n t

se j o i n d r e l ' e x t r ê m e

abaissement de leurs sucres, causé par la faveur dont jouissent les sucres indigènes , ainsi q u e par les autres avantages qui appartiennent à cette production , et qui n e p e u v e n t pas lui être enlevés, n'y a - t - i l pas lieu de réclamer u n e p r o m p t e intervention législative , qui remédie au m a l , o u q u i ,

du

m o i n s , l'adoucisse ? Il s e r a i t t r è s p é n i b l e

s a n s d o u t e , si l e t r é s o r n e p e u t p a s

renoncer à la totalité des droits

sur

d'avoir à en mettre d'équivalens

les sucres

coloniaux,

sur les sucres

On n e m a n q u e r a pas de décrier la n a t u r e

de

indigènes.

cet

impôt

de faire valoir l'avantage p o u r l'agriculture résultant

et

de la

culture de la betterave ; mais d u m o m e n t o ù cet i m p ô t d e v i e n t u n e n é c e s s i t é , il f a u t s a v o i r s'y s o u m e t t r e , o u r e n o n c e r a u r e v e n u p r o v e n a n t des droits existans sur les sucres c o l o niaux. E t q u a n t à l'agriculture, elle n'a q u e faire d e la c o n version d e la betterave e n sucre. Cette racine, c o m m e tres, p e u t être cultivée avec

fruit

et d o n n é e a u x

d'au-

animaux

en nature. E n Angleterre , en Belgique , o ù l'agriculture est p o r t é e à u n si h a u t d e g r é d e p r o s p é r i t é , o n n'a p a s soin, pour y parvenir, D'ailleurs,

nous

de

faire

le r é p é t o n s ,

du

sucre de

eu

be-

betteraves.

la justice doit passer

avant

t o u t , et elle d e m a n d e i m p é r i e u s e m e n t q u e la b a l a n c e

soit

t e n u e égale entre les sucres coloniaux et les sucres i n d i g è n e s . Nous attendons avec

confiance

que

n o m b r e u x intérêts en souffrance d o n t

justice soit faite nous sommes

aux

ici l e s

organes. N o u s vous prions d'agréer, nos respectueuses salutations, Larue et P a l m e r , V

e

e

Millot, T o u s s a i n t et C ,

Lachemer,


— 61 — J. L a h e u r et H e r m é , F . P e r q u e r et ses fils, Arm. Delessert, e

D a m b l a t et C , V reguy, P.

Vasse-Mancel e

Delaroche, e

,

Balguerie et C ,

H.

H o m b e r g - H o m b e r g frères , J. L a r -

M a s u r i e r fils a î n é , P r i v a t c a p

e

,

H.

Koch

e

e t C , P a u l V i g n e s fils , G u e r i n , F e r a y , S m i t h e t C H a g u e l o n et W.

O ,

Regnault

et O

Ach. Hébert,

W o u t e r s et C ,

Sandon,

, A l e x . E y r i e s , P . P . d e I m b e r t fils e t

Martin,

Théod.

Roquer,

, e

L.-A.

et L. Charropin , B.

e

Lamothe e

C,

Wanners-Langers

Joseph et

e

C ,

D . A n c e l e t f i l s , M . F o a c h e e t fils, L . T o u t a i n , S a u v a g e et S o u b r y , P. B a u c h e , e

F . B a y , W i l l et C ,

Vaquerie,

Emonet,

G. Guenoisse, B. Chevallier, e

P.

Antoine

Hauchecorne , Udin

et

Levêque Durostu,

et C , Bourgeois et R e g n a u l t par

proc.

de Jules

C

e

,

Bois Hol-

l a r d - G e r d r e t , Larieu-Peltier , A. L e m a i s t r e et

Dorey,

Desmonts, Chaumers

et

e

et

Barbaley,

F. Girod

fils

C , Q u e s n e y et Bretelle, Boullet et C o l b a c k , A. G a u din, etc.,

etc.


— 62

(N° 2). EXTRAIT Comparaison

DU JOURNAL

du prix

de revient

DU

HAVRE

du sucre

exotique

DU

23

MARS.

et du sucre

indigène.

SUCRE COLONIAL. Achat à la Martinique de 100 barriques sucre b r u t , expédie'es au Havre, au fret de12d niers (5 cent.) et 10 p. % par demi-kilogr., le d é c h e t calculé à 5 p . %. 100 barriques de sucre brut : Pesant e n v i r o n . . . kil. 60,000 T a r e , 10 p. %. . . 6,000 fr. 21,600

Net . kil. 54,000, à 20 fr. les 50 k i l o g r a m m e s . . . FRAIS. — Tonneliers pour rebattage fr. 700 Pesage, transports et m e n u s frais 150 Droit de sortie, 1 p. % 216 A ajouter : Fret sur kil. 57,000 (le d é c h e t étant calculé à 5 p . %, soit 3,000 kil Tare 15 p. %. 8,550 net, 48450 k i l . , à 100 fr. et 10 p. 100 les 100 kil Dr. de douane sur 4 8 , 5 5 0 k . à 49 50 les 100k. f. 2 3 , 9 8 2 75 Escompte de 4 mois, 1 1/3 p. 103 319 75 Pour tous frais, 2 fr. par barrique Courtage de v e n t e , 1/4 p . %. . . • Commission de vente et garantie. 3 p. % E s c o m p t e , 2 p. % 1,100 Réfaction calculée à 5 f. p . barr. 500

1,066

fr. 22,666

5,329 50 23,663 200 138 15 1,657 60 1,600

32,588

Poids brut, kil. 57,000 55,254 T a r e , 17 p. %, 9,600, net 47,310, à 116 fr. 80 les 100 k i l . . . . . . . . 55,257 Nous avons choisi de préférence, pour notre point de comparaison, le sucre brut de Martinique, c o m m e étant celui qui est le m i e u x fabriqué, qui est grevé de moinsdefrais dans La c o l o n i e , et qui fait le moins de déchet, et qui, par conséquent, rentre au meille marché en France. Nous admettons également l'hypothèse d'une vente immédiate à l'ar r i v é e , sans frais de mise en m a g a s i n , de coulage et de r e t a r d ; supposons enfin la vente directe de l'importeur au raffineur, sans intermédiaire, afin qu'on ne puisse attaquer qu la modération de nos calculs. Le chiffre de 116 fr. 80 c. les 100 kil., ou 58 fr. 40 les 50 kil., se compose de : 23 fr. 96 prix du sucre c o l o n i a l , augmente du d é c h e t de 5 %, et de différence de tare e n France. 27 fr. 76 c. 4 80 c o m m i s s i o n , c o u r t a g e escompte et réfactions. 5 64 pour fret. 23 25

40 »

valeur en entrepôt 48 fr. 40 v a l e u r à l'acquitté. droit de douane Si du prix de on retranche les frais qui ne p e u v e n t varier, quel que soit le prix, tels que rabattage et pesage aux c o l o n i e s , frais et réfactions a u Havre, ensemble 1,550 fr. soit. 373 10 X 2 et q u ' o n divise par 20 la différence.

27fr.76

1 26

nI


— 63

Le produit 1 fr. 30 c. 6 nous donnera le chiffre d'augmentation ou de diminution de I sur le prix d'achat à la colonie, d'où nous aurons ce c a l c u l , que le sucre colonial , jdéchet étant de 5 p. % et le fret moyen de 12 d e n i e r s , Au prix d'achat de . . . . 20 fr. 21 fr. 22 fr. 23 fr. 24 fr. 25 fr. 30 fr. Revient en Fr. enentr. les 50kil. 33 40 34 70 36 1 27 31 38 62 39 92 46 25 La différ. de 1 p. % de déchet en produit une d e . . . . . . . 26 27 1/2 29 30 31 1/2 33 39 La différence de 1 denier sur le fret, en produit une de 46 c. sur le prix de revient. Prix moyen du sucre

1815 97 f.

1816 93 f.

1817 91 f. 1818 92 f.

Guadeloupe

1819 1820 1821 1822

Tableau

76 77 68 66

f. f. f. f.

1823 1824 1825 1826

des importations

Martinique et

Bourbon.

Guadeloupe.

barr.

1828 135,500 142,700

1829 123,600 1830 1831143,900 1832 121,500 1833 112,000 1834 128,300 907,5 00

moyenne 129,643

et Martinique,

85 76 82 77

nuance

f. (a) f. f. f. (b)

brut en France,

Poids net

Prix moyen

en

sacs.

319,515

312,850

1827 1828 1829 1830

du sucre

au

kilogrammes.

221,280 234,472 381,347 341,337 303,332

bonne quatrième,

kilog

81,026,800 85,418,320 84,480,820 92,430,220 79,069,920 75,170,900 82,021,000

2,116,133

580,716,980

302,305

82,959,880

Havre.

fr.

75 73 72 66 70 68 66

de 1815

82 f. 75 f. (c) 73 f. 72 f.

1831 1832 1833 1854

de 1826

à

à

1334,

6G f. 70f. 68 f . ( d ) 66 f. (e)

1834.

OBSERVATIONS. Nous estimons le poids net réel des barriques à 500 k i l . , et celui des sacs à 60 kil. chaque, sans avoir égard aux tares de conven tion du c o m m e r c e . — Nous prenous pour prix moyen celui du Havre, place de commerce qui occupo le premier rang par la somme de ses importations, la régularité de ses affaires et de ses prix , et la facilité de ses d é b o u c h é s .

.

On voit que depuis 1828 le cours des sucres bruts en France a eu une tendance c o n t i NUELLEÀlabaisse.Le malaise général du commerce, de la fin de 1830 à l'année 1831, avait provoquéunediminution considérable dans le prix, qui s'est relevé en en 1832, pour suivredenouveau une marche descendante de 1833 à 1834. La cause principale de la baisse pourcesdeux dernières années, est attribuée à la modification qu'a subie la prime à l'exportation du sucre raffiné en 1833 ; mais c o m m e il est à peu près évident aujourd'hui q u e cetteprimequi,dans les années 1828 à 1832, a fait sortir dutrésor, des sommes considérables,n'avaitd'autre résultat que d'alimenter et enrichir la fraude ; on ne peut méconnaîrequelesucre indigène qui, en 1830, n'entrait que pour l / 9 à l / 1 0 dans la consommationgénéralede la France, et en 1834 déjà pour 1 / 5 , n'ait puissamment contribué à la aissedusucrecolonial. SUCRE INDIGENE. e

e

e

a

J

vait industrie, qui, sous l'empire, était dans l'enfance et q u i , m ê m e sous la restauraon,avaitéprouvédes échecs qui faisaient douter de son a v e n i r , est arrivée aujourd'hui undégrédeprospéritételqu'on ne peut plus nier son influence future sur l'importation laconsommationdu sucre en France.


64

Il résultait des rapports faits à la commission d'enquête qu'en 1830 la France posséde environ 250 sucreries de betteraves produisant 10,000,000 kil. de sucre brut qui reven d e 35 à 4 0 c. Voici sur quelles bases était alors établi ce c a l c u l : L e c o û t d e s r a c i n e s é t a i t d e 8 f. l e s 5 0 0 k i l . , s o i t p o u r 1 0 0 0 kil || Les frais d e fabrication 20 L e r e n d e m e n t e'tant d e 5 p . 1 0 0 . — L e c o û t d e 5 0 k i l . é t a i t d e . . . . . . 36 A q u o i o n ajoutait p o u r bonification : sur la tare 5 p . 100, e s c o m p t e 5 p. 100; sur 4 0 fr 4 Soit le prix a u q u e l pourrait v e n d r e sans perte le fabricant 40 C e c h i f f r e n e c o m p r e n a i t p a s l ' e n t r e t i e n e t l a d é t é r i o r a t i o n d u m a t é r i e l , l'intérêt . c a p i t a l c i r c u l a n t , f r a i s q u i é t a i e n t c o u v e r t s p a r l e p r o d u i t d e l a p u l p e , d e la mélasse d u noir d'engrais. L e r a p p o r t d ' u n h e c t a r e é t a i t e s t i m é , t e r m e m o y e n , d e 2 0 à 2 5 , 0 0 0 k i l . d e racine; A u j o u r d ' h u i l e s r a c i n e s s e v e n d e n t , d a n s l e d é p a r t e m e n t d u N o r d , 7 f r . l e s 500 kilog L e r e n d e m e n t v a r i e d e 6 à 7 %, e t l e p r o d u i t d e 1 h e c t a r e d e 3 0 à 4 0 , 0 0 0 kil. E n e x a m i n a n t l e s i m m e n s e s p r o g r è s q u ' a f a i t s l a c u l t u r e d e p u i s c i n q a n s , on ne pe d o u t e r q u e l a f a b r i c a t i o n se s o i t é g a l e m e n t a m é l i o r é e p a r u n e d i m i n u t i o n d e frais ; e n a d m e t t a n t q u ' u n r e n d e m e n t p l u s f o r t o b t e n u a n é c e s s i t é u n a c c r o i s s e m e n t de dépen. e t c o n s e r v a n t a l o r s p a r c o m p e n s a t i o n l e s b a s e s é t a b l i e s e n 1 8 3 0 , n o u s t r o u v o n s que k i l . d e r a c i n e s , à 7 fr. les 5 0 0 k i l . . . fr. 14 Les frais de fabrication d e 20 E t la différence d e tare et d ' e s c o m p t e d e 4 D o n n e n t p o u r l e c o û t d e 6 0 à 7 0 kil. d e s u c r e b r u t . C'est-à-dire q u ' a u r e n d e m e n t

de

6

%,

fr. 38

50 kil. coûtent

3 8 f. X

50 31 f.67

60 de 7

%,

50 kil

coûtent

3 8 f. X

50 27 f. 14

70 O n n ' e s t p a s e n c o r e b i e n f i x é s u r l e s c i r c o n s t a n c e s a g r i c o l e s d e t e r r a i n , d'engrai et c u l t u r e q u i p e u v e n t i n f l u e r s u r l a r i c h e s s e s a c c h a r i n e d e s b e t t e r a v e s ; m a i s on peut c r a i n t e a v a n c e r q u e c e t t e i n d u s t r i e e s t e n c o r e l o i n d u d e g r é d e p e r f e c t i o n auquel elle a t t e i n d r e . A i n s i , o n p e u t e s p é r e r q u e , l o r s q u e l a c u l t u r e s e s e r a é t e n d u e e t perfectionn c e s d e u x c a u s e s r é u n i e s p o u r r o n t f a i r e b a i s s e r l e p r i x d e s r a c i n e s à 5 f r . , etquele d e m e n t , p a r l ' a p p l i c a t i o n d e s d é c o u v e r t e s d e l a c h i m i e e t d e l a m é c a n i q u e ,pourras'el à 8 %, c h i f f r e b i e n i n f é r i e u r e n c o r e à l ' a n a l y s e c h i m i q u e ; d a n s c e c a s , conservant j o u r s les m ê m e s b a s e s p o u r l e s frais d e f a b r i c a t i o n , n o u s a u r o n s : 10 f . + 2 8

f.

+ 4 80

f. X

50 2 1 f. 2 5 , p r i x d e 6 0 k i l . de sucre

N o u s é t a b l i s s o n s i c i l e p r i x d e r e v i e n t a u f a b r i c a n t q u i , p o u r é v i t e r l e schancesde t u r e , a c h è t e l e s r a c i n e s ; d ' a p r è s l e s b é n é f i c e s c o n s i d é r a b l e s d u c u l t i v a t e u r , il n'est d o u t e u x q u ' u n e e x p l o i t a t i o n , q u i r é u n i t c u l t u r e e t f a b r i q u e , p u i s s e p r o d u i r e le sucre à un prix moins élevé. Q u e l q u e s p e r s o n n e s , e f f r a y é e s d e l ' e x t e n s i o n q u e p r e n d c e t t e i n d u s t r i e , se sont dem s i , p a r s u i t e , il n e p o u r r a i t p a s e n r é s u l t e r u n d é f i c i t d a n s l e s r é c o l t e s de Q u e l l e s s e r a s s u r e n t ! L a q u a n t i t é d e s u c r e i n d i g è n e l i v r é à l a c o n s o m m a t i o n cette est évaluée à 2 0 , 0 0 0 , 0 0 0 kilogrammes q u i , a u r e n d e m e n t d e 6 %, s e r a i e n t l e p r o d u i t d e . . 3 3 3 , 3 3 3 , 3 3 3 k i l . de racines.


— 65 — récoltés s u r 11,111 h e c t . , en e s t i m a n t l e r a p p o r t terme m o y e n . 9,722 h e c t . à 30,000 k, o u s u r 8 , 3 3 4 » » 40,000 Hors, la s u p e r f i c i e t o t a l e «Je la F r a n c e est d e 52,941,300 » SUR lesquels o n c o m p t e e n terres a r a b l e s 22,818,000 » La c o n s o m m a t i o n a c t u e l l e d e l a F r a n c e n e n é c e s s i t e r a i t u n e c u l t u r e de betteraves q u e d e 48,010 » c'est-à-dire m o i n s d e l a 1000° p a r t i e d u s o l . Les h o u b l o n n i è r e s s e u l e s o c c u p e n t 60,000 » et les v i g n e s . 1,977,008 » La France p o s s è d e e n c o r e e n t e r r a i n s v a g u e s e t m a r a i s p l u s d e . . 4,000,000 » qui pourraient, ê t r e r e n d u s à l ' a g r i c u l t u r e . Les droits d e d o u a n e s u r l e s u c r e b r u t c o l o n i a l é t a n t d e 49 f. 68 p o u r l e s u c r e d e s A n t i l l e s e t d e la G u y a n n e , 42 35 — de Bourbon, qui entre pour u n quart dans l'importation générale, 4 9 f. 5 0 X la moyenne d u d r o i t e s t d e

3 + 4 2 f.

4

35 4 5 f. 2 1 c . 1 / 4 p a r 1 0 0 k i l o g .

Ainsi, 2 0 , 0 0 0 , 0 0 0 k i l o g r . d e s u c r e i n d i g è n e , v e r s é s d a n s la c o n s o m m a t i o n d e 1 8 3 4 - 1 8 3 5 , ontprivé l e trésor d ' u n p r o d u i t d e 9 , 0 4 2 , 5 0 0 1. (a) Guerre d ' E s p a g n e . (b) Nouvelle l é g i s l a t i o n sur l e s p r i m e s , (c) Apparition d u sucre d e betteraves. (d) Modification s u r l ' e x p o r t a t i o n d u s u c r e raffiné, accroissement de p r o d u c t i o n de la b e t t e r a v e .


66

(N° 3).

OBSERVATIONS. ( A ) L a p o p u l a t i o n d e s c o l o n i e s , t a n t l i b r e q u ' e s c l a v e , e s t p r o b a b l e m e n t p l u s considérablequecet e n c o n n a î t r e l e c h i f f r e e x a c t q u ' a p r è s la r é c e p t i o n d e s é t a t s o f f i c i e l s d r e s s é s d a n s l e s coloniesparordre (B) D e p u i s 1 8 3 3 , l e s b u d g e t s l o c a u x s e s o n t e n c o r e a c c r u s . L e s d e r n i è r e s d é p ê c h e s parvenues s ' é l è v e p o u r 1835 à 2 , 1 9 2 , 7 1 7 f., e t c e l u i d e la G u a d e l o u p e à 2 , 0 8 1 , 6 2 1 f. 2 5 . ( c ) E l l e e s t d ' u n m i l l i o n d e f r a n c s d û p a r la c o m p a g n i e a n g l a i s e d e l ' I n d e . ( D ) L a n a v i g a t i o n d e la F r a n c e a v e c s e s c o l o n i e s o c c u p e l e c i n q u i è m e d e s h o m m e s d'équipage g a l i o n a v e c l ' é t r a n g e r , e t l e r a p p o r t e n t r e l e t o n n a g e d e c e s d e u x n a v i g a t i o n s e s t c o m m e 49 est à a v e c s e s c o i o n i e 9 a b s o r b e p l u s d e s d e u x - c i n q u i è m e s d u t o n n a g e e m p l o y é p a r la n a v i g a t i o n avec l'e c o l o n i e s e n 1833 s e c o m p o s e d e 725 b â t i m e n s e n t r e s e t s o r t i s , m o n t é s p a r 9 , 9 3 5 h o m m e s et représenta


— 67 —

(l) On doit ajouter à cette somme

de quiestindiquée dans ce tableau : mais l'on ne pourra dugouvernement. lles font connaître que le budget de la Martinique

celle de valeur des exportions de St-Pierre-etMiquelon aux Antilles. Total des exportations

ployésparlaFrance, dans son mouvement de naviouend'autrestermes la navigation de la France surlemouvement mutuel entre la France et ses ,595 tonneaux.

42768361 » 946598 10

43714959 10


Le sucre de cannes et le sucre de betteraves  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Le sucre de cannes et le sucre de betteraves  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag