Issuu on Google+

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


D U

TYPHUS

DAMERIQUE OU

F I È V R E

J A U N E .

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


IMPRIMERIE DE S M I T H , RUE MONTMORENCY, N . ° l 6 .

Se t r o u v e : SMITH. CHEZ

G A B O N , place de l'École-de-Medecine, L'AUTEUR, rue du T e m p l e , n.°

105.

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


DU

TYPHUS

D'AMÉRIQUE ou

F I È V R E

J A U N E ;

R

PAR V.

A

BALLY.

PARIS.

1814.

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


PRÉFACE

IL y a p e u t - ê t r e de la t é m é r i t é à e n t r e p r e n d r e u n travail s u r le t y p h u s d ' A m é r i q u e déjà si c o n n u , et s u r lequel o n a t a n t écrit. A r r ê t é p a r ces c o n s i d é r a t i o n s , j ' h é s i t a i s ; mais q u e l q u e s faits r e c u e i l l i s avec u n soin r e l i g i e u x , à u n e é p o q u e m é m o r a b l e q u i n e doit ê t r e p e r d u e n i p o u r l ' o b s e r v a t i o n m é d i c a l e n i p o u r la politique, m'ont semblé devoir mériter u n p e u d ' a t t e n t i o n . E n t r a î n é e n s u i t e p a r la n a ­ t u r e d u s u j e t , et i n s p i r é p a r la c r a i n t e d e v o i r u n e maladie n o u v e l l e pénétrer dans n o t r e p a t r i e , je m e suis a b a n d o n n é à d e s détails p l u s é t e n d u s q u e j e n e m'étais p r o ­ p o s é de le faire. Voilà m e s m o t i f s ; et si j e parais t r o p p r o l i x e , je chercherai m o n e x c u s e d a n s l e c œ u r de c e u x q u i n e s a u r a i e n t d e m e u r e r muets, lorsqu'ils contemplent l e s périls d o n t la F r a n c e et s u r t o u t n o s c o n ­ trées méridionales sont menacées. Pendant les d e u x p r e m i e r s siècles q u i s u i a


vi

P R É F A C E .

v i r e n t la d é c o u v e r t e de l ' A m é r i q u e , les E u ­ r o p é e n s , p o u r se l i v r e r à la recherche des m é t a u x , n é g l i g è r e n t a b s o l u m e n t l ' é t u d e des m a u x q u i les a r r ê t a i e n t s o u v e n t d a n s le c o u r s de l e u r s p r o s p é r i t é s . I n s e n s i b l e s à la c r a i n t e et a u x d a n g e r s d o n t ils é t a i e n t e n v e l o p p é s de t o u t e p a r t , ils n e paraissaient accessibles q u ' à la soif de l'or. A i n s i f u r e n t d é d a i g n é s des m a t é r i a u x p r é c i e u x , q u i a u r a i e n t si u t i l e ­ m e n t s e r v i a u perfectionnement de l'édifice médical. E n c h a î n é e p a r la t é n é b r e u s e s c o l a s t i q u e , la médecine comptait à peine quelques h o m m e s de g é n i e ; et l e u r v o i x , étouffée d a n s la n u i t d e ces t e m p s e n c o r e t o u t b a r b a r e s , n e p o u v a i t se faire e n t e n d r e par c e t t e foule d ' a v e n t u r i e r s q u i se p r é c i p i t a i e n t s u r l e n o u v e a u m o n d e . S'ils a v a i e n t p a r m i e u x des m é d e c i n s , c ' é ­ t a i e n t des ê t r e s q u i , d a n s l e u r p e n s é e , c o n f o n ­ d a i e n t t o u t e s les m a l a d i e s , p a r c e q u ' i l s n ' e n connaissaient aucune d'une manière distincte, o u p a r c e q u e la p a r t i e d e s c r i p t i v e d e l ' a r t était sacrifiée a u x s u b t i l i t é s de l ' e r g o t i s m e . C e p e n d a n t les objets n o u v e a u x q u i se p r é ­ s e n t a i e n t en foule à l'œil d u v o y a g e u r , n e p o u v a i e n t m a n q u e r de fixer s o n a t t e n t i o n ,


PRÉFACE.

vii

a p r è s a v o i r p i q u é sa c u r i o s i t é . U n e n o b l e é m u l a t i o n a y a n t électrisé les a m e s , on s e n t i t le b e s o i n de m i e u x s c r u t e r les s e c r e t s de la nature : quelques observateurs distingués s'affranchirent d u j o u g de la c u p i d i t é , p o u r c o n q u é r i r l'or p u r de l ' e x p é r i e n c e . A l o r s les m a l a d i e s q u i affligeaient les c o l o n s a m é r i ­ cains, furent aussi bien observées q u e d é ­ crites ; et la m é d e c i n e , a g r a n d i s s a n t s o n d o m a i n e p a r l'étude d e ces c o n t r é e s fertiles e n g e n r e s i n c o n n u s , fit u n e m o i s s o n d ' a u ­ t a n t p l u s p r é c i e u s e , q u e l e s objets é t a i e n t p l u s n o u v e a u x ; et d ' a u t a n t p l u s i n t é r e s s a n t e , qu'ils servaient à r e m p l i r q u e l q u e s - u n s des v i d e s n o m b r e u x d e n o s cadres n o s o l o giques. 1

Déjà des v o y a g e u r s a v a i e n t d o n n é la p r e ­ m i è r e i m p u l s i o n , l o r s q u e des m é d e c i n s c r u ­ r e n t d é c o u v r i r , s u r les plages d u n o u v e a u m o n d e , u n e m i n e i n é p u i s a b l e de r i c h e s o b ­ servations. Les premiers signalèrent p l u ­ sieurs s y m p t ô m e s graves jusque-là i n c o n n u s à l ' E u r o p e ; les s e c o n d s d é c r i v i r e n t a v e c 2

1

2

D u t e r t r e , F r é z i e r , Labat. Ferreyra da

Rosa,

Richard

Towne,

Pouppée-

D c s p o r t e s , et surtout ce dernier.

a ij


viii

PRÉFACE.

talent quelques maladies des régions noxiales.

équi-

B i e n t ô t l ' A n g l e t e r r e , les É t a t s d e l ' U n i o n et l'Espagne p u b l i è r e n t des écrits p l u s o u m o i n s l u m i n e u x s u r les m ê m e s sujets ; e t , d e n o s j o u r s , les m a l h e u r s des A n t i l l e s , a i n s i q u e les g r a n d e s e x p é d i t i o n s q u i en f u r e n t la s u i t e , a y a n t f a v o r i s é la p r o p a g a t i o n d u t y p h u s d ' A ­ m é r i q u e , la m é d e c i n e française s ' a p p l i q u a p l u s f a c i l e m e n t à le c o n n a î t r e et à le d é c r i r e . T o u t e f o i s , ces t r a v a u x é t a i e n t t r o p é p a r s p o u r offrir les a v a n t a g e s d ' u n e m o n o g r a p h i e c o m p l è t e . L a p l u p a r t des a u t e u r s s ' é t u d i a i e n t s e u l e m e n t à é c l a i r c i r q u e l q u e s p o i n t s de la s c i e n c e , t a n d i s q u e les a u t r e s , se b o r n a n t à l ' h i s t o i r e de l ' é p i d é m i e d o n t ils f u r e n t les t é ­ m o i n s , et e n t r a î n é s p a r l ' e n v i e de g é n é r a l i s e r les e x c e p t i o n s , i m p r i m a i e n t dans nos esprits d e s n o t i o n s fausses d ' a u t a n t p l u s d a n g e r e u s e s , q u e l ' é l o i g n e m e n t n o u s e m p ê c h a i t de les r e c ­ tifier. De semblables considérations ont inspiré le p l a n de r a s s e m b l e r les faits c o n t r a d i c t o i r e s , afin d ' o p p o s e r les u n s a u x a u t r e s ; d ' e x a m i n e r ce q u i a v a i t été p u b l i é d e p l u s j u d i c i e u x , p o u r l e r é u n i r d a n s l e m ê m e c a d r e ; et d e


PRÉFACE.

ix

r é d u i r e à l e u r j u s t e v a l e u r des o b s e r v a t i o n s q u i p e r d e n t tout l e u r m é r i t e , l o r s q u ' o n les i n t e r p r è t e d ' u n e m a n i è r e forcée. L e s circonstances q u e je vais é n o n c e r sont celles q u i , e n me d o n n a n t les m o y e n s de v o i r , m ' o n t e n c o u r a g é à p a r c o u r i r u n e c a r r i è r e déjà r e m p l i e avec tant d e succès par des é c r i v a i n s d o n t j ' a v o u e la s u p é r i o r i t é M é d e c i n en chef d e la colonie de S t . - D o m i n g u e , et, c o m m e tel, t é m o i n de l ' é p i d é m i e de 1802 et de 1800 q u i d é v o r a n o t r e a r m é e , j'assistai à cette scène l o n ­ g u e m e n t d é p l o r a b l e o ù le t y p h u s d ' A m é r i q u e , e x e r ç a n t ses f u r e u r s a v e c u n e rage p e u o r d i ­ n a i r e , m o i s s o n n a i t i n d i f f é r e m m e n t et les s o l d a t s e t l e s n o u v e a u x colons. J e t é e n s u i t e s u r les côtes de la J a m a ï q u e , de C u b a et des E t a t s U n i s , j'ai p u y r e c u e i l l i r des r e n s e i g n e m e n s q u e ma m i s s i o n d a n s la p é n i n s u l e espagnole rendit ensuite plus f r u c t u e u x , en me p e r ­ m e t t a n t d'établir des r a p p r o c h e m e n s s a n 3 l e s q u e l s il n'est p o i n t de j u s t e s corollaires. P e n d a n t p r è s de s i x m o i s , j ' e x a m i n a i les localités d e p u i s Barcelone j u s q u ' à C a d i x ; j ' i n t e r r o g e a i les m é d e c i n s q u i , d a n s le c o u r s de q u a t r e a n n é e s d é s a s t r e u s e s , a v a i e n t lutté toujours avec c o u r a g e , quelquefois


x

PRÉFACE.

a v e c s u c c è s , c o n t r e le fléau m e u r t r i e r q u i désolait l e u r patrie : enfin je p é n é t r a i dans les m a i s o n s p a r t i c u l i è r e s , p o u r conférer avec les h a b i t a n s s u r les s y m p t ô m e s q u i les a v a i e n t f r a p p é s , s u r les sensations qu'ils a v a i e n t é p r o u v é e s , et les o b s e r v a t i o n s qu'ils a v a i e n t faites . De c o n c e r t avec MM. Desgenettes e t D u m é r i l , nous arrivâmes jusqu'aux portes de G i b r a l t a r , o ù s'établit u n e conférence e n t r e c i n q m é d e c i n s anglais et n o u s ; c o n f é r e n c e q u i n o u s c o n v a i n q u i t de l'identité parfaite q u i existait e n t r e la fièvre d'Espagne et celle de la forteresse anglaise . 1

2

3

1

C'est ici le m o m e n t de rendre justice aux médecins

espagnols, souvent cités dans cet o u v r a g e , et de leur adresser des actions de grâces pour les communications qu'ils nous ont faites. B i b l i o t h é q u e s , manuscrits, n o t e s , o b s e r v a t i o n s , tout nous a été livré avec un désintéres­ sement qui m'a pénétré de la plus vive reconnaissance. 2

Ces recherches durent être d'autant plus fructueuses

qu'elles étaient secondées et éclairées par MM. Duméril, D e s g e n e t t e s et N y s t e n , savans d i s t i n g u é s , e t mes c o l ­ lègues dans cette mission. 3

Nous d û m e s , à l'obligeance du général C a s t a ñ o s ,

cette entrevue que le général F o x nous accorda ses instances.

sur


PRÉFACE.

xi

P e r s u a d é q u e les possessions de la G r a n d e B r e t a g n e f o u r n i s s a i e n t à ses m é d e c i n s de f r é q u e n t e s occasions d ' o b s e r v e r l e t y p h u s d ' A m é r i q u e , j'ai visité la capitale de cet e m ­ p i r e , a v a n t de p u b l i e r m e s réflexions. L à , c o m m e p a r t o u t a i l l e u r s , on d i s t i n g u e d e u x p a r t i s divisés d'opinion s u r sa n a t u r e ; l ' u n c o m b a t p o u r la c o n t a g i o n , l'autre s u i t les b a n n i è r e s opposées A la t ê t e d u p r e m i e r figure le d o c t e u r B l a n e , m é d e c i n d u p r i n c e de G a l l e s , q u i a l o n g - t e m p s v o y a g é d a n s les possessions d ' o u t r e - m e r ; le second est v a i l ­ l a m m e n t d é f e n d u p a r le d o c t e u r P i n k a r d , m é d e c i n aussi s a v a n t q u ' a i m a b l e et p o l i , et p a r le d o c t e u r Bancroft q u i a plaidé h a b i l e ­ m e n t sa cause d a n s u n e c o m p i l a t i o n v o l u m i ­ neuse. E n F r a n c e , le p r i n c i p e de la c o n t a g i o n a ses a p ô t r e s c o m m e ses a n t a g o n i s t e s : en E s p a g n e , on r e m a r q u e cette u n i t é d ' o p i n i o n q u e l ' e x ­ p é r i e n c e y a fait a c q u é r i r , et q u i a été s a n c t i o n n é e p a r les faits les p l u s p a l p a b l e s . E n I t a l i e , la p h a l a n g e des c r o y a n s s'est p r é ­ s e n t é e a v e c u n e a l t i t u d e i m p o s a n t e , sous les a u s p i c e s de M. P a l l o n i ; mais elle a été c o m ­ b a t t u e p a r M. S a v a r e s y q u i , d u fond de l'an


xii

PRÉFACE.

c i e n n e P a r t h é n o p e , a figuré avec h o n n e u r dans les rangs de l'opposition. L e s É t a t s de l ' U n i o n f l o t t e n t aussi d a n s u n e égale i n c e r t i t u d e : la g u e r r e p o l é m i q u e s'y est a l l u m é e a v e c c h a l e u r ; elle y a p r i s m ê m e u n caractère s é r i e u x , parce q u e la q u e s t i o n y intéresse p l u s d i r e c t e m e n t la N a ­ t i o n et l'Etat, et q u e les occasions de s'exercer s u r ce sujet y sont p l u s f r é q u e n t e s . E n p r e n a n t parti dans ce g r a n d p r o c è s , il m ' a s e m b l é c o n v e n a b l e d'exposer t o u t ce q u i paraissait c o n c o u r i r à la p r é p a r a t i o n et a u d é v e l o p p e m e n t du t y p h u s d ' A m é r i q u e , sans é l u d e r les a r g u m e n s c o n t r a i r e s à m o n s e n t i ­ m e n t ; et j'ai d û à cet e x a m e n loyal la c o n ­ v i c t i o n i n t i m e , que cette maladie est fort souvent contagieuse, mais qu'elle ne l'est pas toujours. Si les g o u v e r n e m e n s b r i s a i e n t les b a r r i è r e s élevées par la p r u d e n c e , l ' E u r o p e v e r r a i t i n ­ c e s s a m m e n t ses p l u s belles c o n t r é e s d e v e n i r la proie de la n o u v e l l e peste. Les m o y e n s possédés p o u r n o u s g a r a n t i r des m a u x q u i a b r è g e n t n o t r e e x i s t e n c e , sont t e l l e m e n t l i ­ m i t é s , qu'il serait aussi d a n g e r e u x q u e c r i ­ m i n e l de les circonscrire, lorsqu'on d e v r a i t


PRÉFACE.

xiii

les a g r a n d i r . Les h o m m e s d ' é t a t , fort h e u ­ r e u s e m e n t p o u r l ' h u m a n i t é , calculent avec p l u s de sagesse et de m e s u r e q u e les p e r ­ sonnes livrées a u x spéculations h y p o t h é ­ tiques. La mort d'un million d ' h o m m e s , e n l e v é s à la m a l h e u r e u s e Ibérie d a n s l'espace d e q u a t r e a n n é e s , e n c o u v r a n t l ' E u r o p e d'ef­ f r o i , r é v e i l l a la s o l l i c i t u d e des chefs des n a t i o n s . De t o u t e p a r t , de n o m b r e u s e s c o m ­ m i s s i o n s médicales f u r e n t dirigées s u r l e t h é â t r e de ces d é p l o r a b l e s c a t a s t r o p h e s , p o u r éclairer à l e u r r e t o u r les magistrats s u ­ p r ê m e s ». P a r m i n o u s l ' i n q u i é t u d e est a l i ­ m e n t é e par le v o i s i n a g e des c o n t r é e s r e m p l i e s de d e u i l ; le m i n i s t è r e o b s e r v e sans i n t e r r u p ­ t i o n les p r o g r è s d u f l é a u , et favorise de t o u t s o n p o u v o i r les t r a v a u x q u i p e u v e n t c o n ­ courir à n o u s en préserver . 2

O n t - i l s b i e n a p p r é c i é les dangers de l e u r s o p i n i o n s , c e u x q u i s'élèvent h a r d i m e n t c o n t r e le p r i n c i p e de la c o n t a g i o n , sous le v a i n p r é 1

La France seule e n envoya deux qui coûtèrent

100,000 francs 2

La prévoyance paternelle du Ministre de l'intérieur

s'est étendue ordres.

sur m o n ouvrage qui paraît par

ses


xiv

PRÉFACE.

t e x t e de n ' a v o i r pas a p e r ç u ses traces d a n s les é p i d é m i e s s o u m i s e s à l e u r o b s e r v a t i o n ? ontils é t u d i é assez p r o f o n d é m e n t le génie d u t y p h u s , p o u r a s s u r e r q u ' i l n'est p o i n t d a n s son essence de se c o m m u n i q u e r ? o n t - i l s s u i v i sa m a r c h e dans les d i v e r s e s r é g i o n s , et c o n sulté la n a t u r e des climats des d e u x m o n d e s ? ont-ils calculé t o u t e s les c i r c o n s t a n c e s locales q u i p e u v e n t aigrir u n m a l , d o n t la s o u r c e e t les é l é m e n s é c h a p p e n t à n o t r e sagacité? o n t - ils e n f i n r é f u t é v i c t o r i e u s e m e n t ces p r e u v e s p é r e m p t o i r e s nées des faits les p l u s n o m b r e u x et les p l u s a u t h e n t i q u e s , et q u i a t t e s t e n t qu'il est t r a n s m i s s i b l e d ' i n d i v i d u à i n d i v i d u ; de m ê m e q u ' i l est s u s c e p t i b l e d'être i m p o r t é d ' u n e r é g i o n dans u n e a u t r e , où il a c q u i e r t p e u t - ê t r e u n e n o u v e l l e é n e r g i e ? Si les conseils de s a l u b r i t é , t r o p r a s s u r é s p a r des p r o m e s s e s i r r é f l é c h i e s , o u b l i a n t et l e u r s d e v o i r s et les i n t é r ê t s des p e u p l e s , négligeaient les m e s u r e s q u e dicte la p r u d e n c e et q u e l e u r i m p o s e n t les lois d o n t ils sont les m i n i s t r e s , o n n e t a r d e r a i t p o i n t à v o i r la n o u v e l l e peste s e m e r p a r m i n o u s les g e r m e s i n d e s t r u c t i b l e s des cala­ m i t é s q u i désolent l'Espagne. Le fléau j e t t e r a i t d e si p r o f o n d e s racines qu'il n e serait p l u s


PRÉFACE.

xv

au p o u v o i r h u m a i n de les a r r a c h e r ; et il é t e n d r a i t des ramifications si v a s t e s , qu'elles c o u v r i r a i e n t p r o m p t e m e n t la plus belle p a r t i e d u t e r r i t o i r e français. A h ! p l u t ô t p é c h o n s p a r u n excès de p r é v o y a n c e ! s o y o n s p u s i l ­ l a n i m e s s'il le f a u t , mais g a r a n t i s s o n s n o s t ê t e s de la f o u d r e q u i les m e n a c e . D i r i g e o n s u n i n s t a n t n o s regards v e r s cette A m é r i q u e s e p t e n t r i o n a l e o ù , t o u s les a n s , des é p i d é m i e s d é c i m e n t les cités les p l u s p o p u l e u s e s ! Q u e serait d e v e n u e cette R é p u b l i q u e q u i o c c u p e u n e si vaste é t e n d u e de t e r r i t o i r e , si elle n ' a v a i t profité des r é v o l u t i o n s de l ' E u r o p e et d e s é m i g r a t i o n s des A n t i l l e s , si elle ne r e c e v a i t d a n s son sein les fugitifs, les m a l h e u r e u x e t les m é c o n t e n s ? P e u t - ê t r e un désert. Q u e l s q u e fussent les s e n t i m e n s des a u t e u r s s u r la n a t u r e de la m a l a d i e d o n t j'essaie d e p r é s e n t e r l ' e s q u i s s e , il fallait e m b r a s s e r d a n s le m ê m e c a d r e et les o p i n i o n s déjà p u b l i é e s et les fruits des n o u v e l l e s o b s e r v a t i o n s . E t d ' a b o r d , il c o n v e n a i t d ' e x p o s e r les h i s t o i r e s f o u r n i e s p a r la g r a n d e é p i d é m i e de S a i n t D o m i n g u e , c o m m e p o u r s e r v i r de c o n t r ô l e 1

Le mot

épidémie

a

été souvent employé dans ce


xvi

PRÉFACE.

n a t u r e l a u x c o r o l l a i r e s , ou a u x p r i n c i p e s gé­ n é r a u x q u i seraient a d m i s : il était nécessaire de r a m e n e r a u t o u r de ce c e n t r e c o m m u n t o u t ce q u i avait été dit de p l u s positif s u r le v o m i s s e m e n t n o i r des a u t r e s contrées. P a r ce m o y e n , cette m ê m e é p i d é m i e se t r o u v e le t e r m e de c o m p a r a i s o n , et en q u e l q u e sorte le p i v o t a u t o u r d u q u e l o n a g r o u p é ce q u i , dans d ' a u t r e s , avait offert des traits de r e s s e m b l a n c e . A i n s i les faits s e r v e n t de c o m ­ m e n t a i r e a u x faits, et les a u t o r i t é s c o n f i r m e n t ce q u ' o n t a v a n c é les a u t o r i t é s . D a n s l'étude de n o t r e a r t , o n a déjà fait u n pas utile l o r s q u ' o n est p a r v e n u à bien d i s ­ c e r n e r les différences des m a l a d i e s , et à o b t e ­ n i r u n e d e s c r i p t i o n , aussi exacte q u e v r a i e , de celle q u ' o n t r a i t e . F o r t de cette v é r i t é , je m e suis a p p l i q u é à d o n n e r u n t a b l e a u c o m ­ plet des signes d u t y p h u s d ' A m é r i q u e , sans c r a i n d r e de c h o q u e r p a r des r é p é t i t i o n s . 1

s e n s , quoique ce n e soit pas le vrai; mais il a fallu obéir à l'usage; et d'ailleurs il n'eu existe pas d'autre pour exprimer notre pensée. 1

Ce principe est devenu une m a x i m e fondamentale

de l'art de guérir, depuis que l'illustre Pinel a fait revivre Hippocrate parmi nous.


PRÉFACE.

XVII

E n lisant les écrits de q u e l q u e s a u t e u r s q u i o n t t r a i t é le m ê m e s u j e t , o n s'aperçoit q u e des maladies différentes o n t été c o n f o n d u e s , et q u e d ' a u t r e s , q u i offraient s e u l e m e n t de faibles a n a l o g i e s , o n t été trop l i é e s , t r o p iden­ tifiées a v e c l u i . P o u r é v i t e r ces e x t r ê m e s , j'ai c r u d e v o i r isoler ce q u i était a c c e s s o i r e , et d i s s é q u e r e n q u e l q u e sorte ce corps si sou­ v e n t m a s q u é p a r des m é l a n g e s q u i le faisaient m é c o n n a î t r e . E n le p r é s e n t a n t aussi n u q u e p o s s i b l e , le l e c t e u r y v e r r a u n e p e i n t u r e n e t t e d u m a l q u ' i l se p r o p o s e d ' é t u d i e r . Les m o d e r n e s o n t s a g e m e n t a d o p t é la m a r ­ c h e de placer des h i s t o i r e s p a r t i c u l i è r e s d a n s l e u r s t r a i t é s , et je m e s u i s assujéti à cet usage, d o n t H i p p o c r a t e avait d o n n é le p r e m i e r e x e m ­ p l e . S'il est u n e affection m o r b i f i q u e o ù cette m a r c h e soit u t i l e , c'est sans d o u t e celle q u i , o b s e r v é e d e p u i s p e u , n'est e n c o r e q u ' i m p a r ­ f a i t e m e n t c o n n u e . Les h i s t o i r e s r a p p o r t é e s n e s o n t pas t o u t e s c o m p l è t e s , m a i s elles s o n t v r a i e s : p o u r les u n e s , on est e n t r é d a n s les p l u s petits détails ; p o u r les a u t r e s , o n n'a saisi q u e q u e l q u e s traits p r i n c i p a u x . Les p r e ­ m i è r e s o n t été écrites dès l ' i n v a s i o n de la maladie et j o u r par j o u r ; les a u t r e s o n t été


XVIII

PRÉFACE.

recueillies vers la f i n , ce q u i a forcé à n ' e n donner q u e des esquisses; mais a u c u n e d'elles n'a été faite de m é m o i r e , et il ne m'est jamais v e n u dans la pensée de les a g r a n d i r p o u r les rendre plus intéressantes. P o u r d é m o n t r e r la défiance q u e d o i v e n t i n s p i r e r les recueils d ' o b s e r v a t i o n s , f a u t - i l opposer q u e l q u e s - u n e s de celles q u i furent p u b l i é e s ? C'est u n m o y e n e x t r ê m e q u i m e c o û t e , et j'ai hésité l o n g - t e m p s . M a i s , après de sérieuses réflexions, il m'a semblé i n d i s ­ p e n s a b l e d'exposer au g r a n d j o u r q u e les i n t e n t i o n s les plus p u r e s , associées m ê m e a u p l u s grand s a v o i r , n e suffisent pas sans l ' e x a c ­ t i t u d e , et s u r t o u t qu'il ne faut p o i n t confier à la m é m o i r e , s o u v e n t i n f i d è l e , des détails q u i lui é c h a p p e n t si facilement. PARALLÈLE

D E QUELQUES HISTOIRES CONSIGNÉES

DANS DEUX OUVRAGES D I F F É R E N S . Histoire

de la maladie

du général

PAR M . A er

1.

jour. L o n g frisson.

Hardy.

PAR M . R er

1.

jour. Chaleur sur tout

le corps; il n'est pas fait mention du froid. P o i n t de saignée.

Saignée.


P R É F A C E .

XIX

2. jour. U n e seule saignée.

2. jour. Saignée du bras

e

e

Vésicatoires.

répétée le soir. Point de vésicatoires. e

3.

Minoratif. On essaie la

e

3. Rien de tout cela. S e u ­

décoction légère de quin­

lement

quina par cuillerées. Ca­

d'un purgatif prescrit pour

taplasmes émolliens sur

le lendemain.

il est

question

toute la région du ventre: les urines deviennent dif­ ficiles.

Il est transporté

à une habitation sur un morne voisin. e

4. Faiblesse extrême. Nau­

e

4. La fièvre a entièrement

sées continuelles; vésica­

cessé ; quatre selles de

toires aux jambes; quin­

bonne qualité; o n le trans­

quina, camphre et liqueur

porte sur la montagne.

d'Hoffmann. e

5 . Il mourut le soir.

e

5.

Il ne meurt ici que

dans la nuit du 8 au g.

Histoire

PAR

de la

M.

maladie

de

M.

place

du

A

2. jour. Point de vomitif. e

, commandant

de

la

Cap.

PAR

M. R

2. jour. U n émétique le e

fait vomir plus de vingt fois dans la matinée et lui procure plus de qua­ rante selles.


xx

PRÉFACE.

e

3 . iour. Minoratif. Potion

e

3. jour. Point de purgatif,

excitante d'eau de menthe,

mais potion avec un gros

d'eau de fleurs d'oranger,

de confection d'hyacinthe,

et de liqueur d'Hoffmann.

demi-once d'eau de c a n ­ nelle et trente gouttes de laudanum.

e

4 . Les accidens diminuent. Tisane nitrée ; bols

de

e

Minoratif le 8 .

e

Mixture c o m m e le jour

précédent;

bain

tiède;

infusion de camomille.

nitre et de camphre. 8.

e

4.

jour.

e

8.

Il est fait mention d'un

laxatif dans le quinquina depuis le

6,

et o n

le

d o n n e chaque jour.

L ' u t i l i t é des o u v e r t u r e s dans u n e maladie e n q u e l q u e sorte n o u v e l l e , ne s a u r a i t ê t r e contestée si l'on considère s u r t o u t q u e n o u s a v o n s s u r cet objet b e a u c o u p de n o t i o n s v a g u e s . Les autopsies c a d a v é r i q u e s , r a p ­ p o r t é e s i c i , sont t o u t e s a u t h e n t i q u e s , et faites soit p a r m o i , soit par les officiers de santé d u Cap, t o u j o u r s sous mes y e u x . N u l l e d ' e n t r e elles n'est a p o c r y p h e ; aussi ne f a u d r a - t - i l p o i n t s'étonner si l'on n ' y t r o u v e pas t o u j o u r s ces p o u r r i t u r e s , ces g a n g r è n e s é t e n d u e s , d o n t on fait ailleurs u n e p e i n t u r e aussi h i d e u s e qu'effrayante. Ceci p r o u v e , ou q u e les t e r ­ m i n a i s o n s diffèrent selon les é p i d é m i e s , les


PRÉFACE.

XXI

localités et le t r a i t e m e n t , o u q u ' o n s'est m é ­ pris s u r des a p p a r e n c e s t r o m p e u s e s . Il r é ­ p u g n e de croire q u e des a u t e u r s aient c a l q u é l e u r s d e s c r i p t i o n s s u r celles q u i e x i s t a i e n t d é j à , ou qu'ils aient c r a y o n n é leurs t a b l e a u x d ' u n e m a n i è r e toute r e m b r u n i e , p o u r les r e n d r e p l u s p i q u a n s , et p o u r fixer p l u s par­ t i c u l i è r e m e n t la c u r i o s i t é . La science ne réclame des o b s e r v a t e u r s q u e la v é r i t é . L o r s q u e le m é d e c i n i m p a r t i a l se l i v r e à la r e c h e r c h e des causes d u t y p h u s d ' A m é r i q u e , il se perd dans u n l a b y r i n t e d o n t les l i v r e s n ' e x p l i q u e n t pas la c o n t u s i o n et n ' a p p r e n ­ n e n t point à d i s t i n g u e r les d é t o u r s . S'il e û t été possible de laisser p a r l e r les faits et de les r é u n i r en u n f a i s c e a u , p e u t - ê t r e q u ' o n a u r a i t d é b r o u i l l é ce c h a o s ; m a i s on préfère caresser u n e o p i n i o n c h é r i e , p l u t ô t q u e de laisser jaillir la l u m i è r e des p r e u v e s q u i la r e n f e r m e n t ; et l'on s e m b l e m é c o n n a î t r e cet axiome é t e r n e l , q u ' u n e maladie g é n é r a l e , contagieuse o u n o n , d e m a n d e un c o n c o u r s n o m b r e u x de c i r c o n s t a n c e s p o u r s ' é t e n d r e sur u n e g r a n d e p o p u l a t i o n . Il est p a r d o n n a b l e d'insister v i v e m e n t s u r la nécessité des m e s u r e s p r o p r e s à r e l é g u e r

b


xxii

PRÉFACE.

le t y p h u s loin de nos frontières, lorsqu'on a v o u e l'insuffisance

des

moyens médicaux

proposés ou adoptés jusqu'ici. On ne c o n ­ naît encore aucun spécifique; son traitement est l i v r é à l'aveugle routine, ou à u n e m p i ­ risme plus dangereux encore ; et la m é d e c i n e r a t i o n n e l l e , quoique s o u v e n t appliquée par des mains h a b i l e s , est réduite à des t â t o n n e mens q u i d é c o u r a g e n t , ou des i n c e r t i t u d e s qui désespèrent.

Quels q u e soient n é a n m o i n s les faible progrès de l'art, sous le r a p p o r t de la t h é r a ­ p e u t i q u e , il a fallu r e n d r e c o m p t e des n o m ­ b r e u x m é d i c a m e n s mis en u s a g e , en é v a l u a n t l e u r s effets, tout limités qu'ils sont ; je n'ai admis l'efficacité positive d ' a u c u n r e m è d e , parce q u e je n'en c o n n a i s a u c u n q u i en soit d o u é , et parce q u ' u n e m é t h o d e c u r a t i v e doit être t o u j o u r s s u b o r d o n n é e à des p r i n c i p e s a d m i s , et n o n au p o u v o i r d ' u n spécifique. P a r t o u t o n m'a parlé de panacées infaillibles ; partout les résultats m ' o n t a p p r i s qu'il n ' y avait q u e v a n i t é d a n s les p r é t e n t i o n s de c e u x q u i en e x a l t a i e n t le p o u v o i r ; et d ' a i l l e u r s , l o r s q u e ces r e m è d e s , proposés par le h a s a r d et défendus par l ' o r g u e i l , sont s o u m i s a u x


PRÉFACE.

XXIII

lois de l'analyse ou au c r e u s e t de la r a i s o n , la magie d i s p a r a î t , et t o u t e s l e u r s v e r t u s ne t r o u v e n t p l u s d'appui que s u r les faibles échafaudages de l'imagination. C e p e n d a n t , afin d ' é p a r g n e r a u x p r a t i c i e n s des colonies q u i n ' o n t pas t o u j o u r s de n o m b r e u s e s biblio­ t h è q u e s , des r e c h e r c h e s aussi p é n i b l e s qu'in­ f r u c t u e u s e s , il m'a s e m b l é nécessaire de faire c o n n a î t r e t o u t e s les m é t h o d e s , t o u s les p r o ­ cédés usités. L e s m é d e c i n s v o y a g e u r s p e r d e n t b e a u c o u p de l i v r e s ; et les p r i v a t i o n s q u e d e semblables c i r c o n s t a n c e s m ' o n t causées à Saint-Domingue, n'échappent point encore à ma mémoire. C o m m e en p r o p o s a n t des m e s u r e s de s û ­ r e t é , on avait à c r a i n d r e de j e t e r de n o u v e l l e s e n t r a v e s s u r les r e l a t i o n s des p e u p l e s , il i m ­ p o r t a i t de d é t e r m i n e r a v e c t o u t e la p r é c i s i o n possible la l i g n e de d é m a r c a t i o n q u e le t y ­ p h u s n e f r a n c h i t j a m a i s . Cette voie était la seule q u i p û t c o n d u i r e à u n m o y e n c o n v e ­ n a b l e de fixer les lois sanitaires. A i n s i , q u o i ­ q u ' o n n e sache pas p o s i t i v e m e n t s i , p a r la s u i t e , ce fléau p o u r r a s'acclimater d a n s le n o r d , le flambeau de l ' e x p é r i e n c e a r é p a n d u assez de j o u r s u r ce p r o b l è m e , et l'on p e u t


xxiv

PRÉFACE.

affirmer q u e r i e n la possibilité .

j u s q u ' i c i n'en d é m o n t r e

1

P o u r r e n d r e p l u s fructueuses les leçons de l ' e x p é r i e n c e , il ne fallait pas b o r n e r là ses m é d i t a t i o n s : u n e classe de la société aussi n o m b r e u s e q u ' u t i l e , c o m p r e n a n t les n a v i g a t e u r s d e t o u s les r a n g s , négocians o u m a r i n s , r é clamait u n e a t t e n t i o n spéciale. Entassés d a n s des l i e u x c i r c o n s c r i t s , faisant de n o m b r e u x v o y a g e s v e r s le berceau d u t y p h u s , et en contact p e r p é t u e l avec les effets i m p r é g n é s des g e r m e s d u m a l , les m a r i n s o n t u n i n t é r ê t direct à o b s e r v e r ses p r o g r è s , et à se m e t t r e e n garde c o n t r e son génie d e s t r u c t e u r . L'art de la g u e r r e n'est pas s e u l e m e n t l'art d e gagner des batailles, il s'étend encore à la c o n s e r v a t i o n des soldats qu'il i m p o r t e de 1

O n a c o n f o n d u , assez gratuitement avec la fièvre

j a u n e , la maladie q u i , Walcheren

en

1 8 0 9 , ravagea l'île

et l'armée anglaise.

Medical

de

repository,

H e x a d e I I I , V o l . I , n.° 3 , p. 296. Jusqu'ici tout tendrait à prouver au contraire que chaque continent a son typhus particulier, c'est-à-dire une maladie fébrile qui a sa physionomie propre, et qui se transmet d'individu à étonnante.

individu avec une énergie


PRÉFACE.

XXV

placer clans des p o s i t i o n s o ù la santé n e s u ­ bisse pas des a l t é r a t i o n s sensibles. O n fait ici a b s t r a c t i o n de ces é v é n e m e n s i m p é r i e u x , d a n s l e s q u e l s la p r é v o y a n c e et le savoir d o i v e n t o b é i r à la nécessité. C e r t e s , u n g é n é r a l n ' e s t p o i n t b l â m a b l e , l o r s q u e , p o u r se d é f e n d r e d ' u n e s u r p r i s e ou p o u r n ' ê t r e p o i n t t o u r n é , il a p p u i e les ailes de son a r m é e s u r u n m a r a i s infect ! Il s'agit s e u l e m e n t d e s cas o r d i n a i r e s e t l i b r e s o ù il assied u n c a m p , place des p o s t e s , élève u n e f o r t e r e s s e , e t c . A l o r s il d e ­ v i e n t i n d i s p e n s a b l e d ' é t u d i e r les règles d e l ' h y g i è n e applicables a u x l o c a l i t é s , d ' a p p r é ­ cier les d a n g e r s d ' u n e fièvre pestilentielle, et d e c o n n a î t r e les m o y e n s de s'en g a r a n t i r . Il e s t , d a n s d ' a u t r e s c i r c o n s t a n c e s , telle place q u ' u n capitaine ferait s a g e m e n t de dé­ m e n t e l e r , a u l i e u de la d é f e n d r e p a r u n e g a r n i s o n q u e des maladies d é v o r e r o n t d a n s l'espace de p e u de j o u r s . L e s p r i n c i p e s de l ' h y g i è n e m i l i t a i r e r e c e ­ v r o n t u n e application plus utile, lorsqu'on sera t e n u à de g r a n d e s o p é r a t i o n s d e g u e r r e d a n s l ' A m é r i q u e é q u a t o r i a l e . Si u n g é n é r a l , q u e l q u e h a b i l e qu'il s o i t , n ' a pas u n e i d é e exacte de l ' i n s a l u b r i t é d u c l i m a t , et s u r t o u t


XXVI

PRÉFACE.

des limites q u e la n a t u r e impose a la fièvre j a u n e , il v e r r a p r o m p t e m e n t é c h o u e r des e n ­ treprises c o m b i n é e s même avec u n e sagesse i n f i n i e , parce q u ' u n feu d é v o r a n t c o n s u m e r a

ses g u e r r i e r s . Une catastrophe semblable a m i s la patrie e n d e u i l ; les ossemens des h é r o s de l ' E u r o p e c o u v r e n t l'archipel a m é r i c a i n ! la plaie saigne encore ; et, t r e m b l a n t p o u r l'a­ v e n i r , j'ai tracé q u e l q u e s aperçus de p r o p h y ­ lactique militaire applicables aux A n t i l l e s , et spécialement à S a i n t - D o m i n g u e . 1

1

Surtout dans le Chapitre II.


DU

TYPHUS

D'AMÉRIQUE ou

FIÈVRE

JAUNE.

CHAPITRE

Nomenclature SECTION

PREMIER.

et

classification.

PREMIÈRE.

LE n o m de fièvre jaune et celui de typhus d ' A m é r i q u e , adoptés dans cet o u v r a g e , sont loin de convenir à la maladie qui en fait le sujet; mais le p r e m i e r est consacré p a r l'usage, et le second appelle notre attention sur son origine et sur les dangers d o n t elle nous m e ­ nace. L ' u n et l'autre sont mauvais, et je n'en connais pas de meilleurs. O n s'aperçoit d e suite q u e , loin de d o n n e r u n e idée suffisante de l'objet qu'on veut d é s i g n e r , l'expression

x


( 2 ) fièvre jaune ne caractérise qu'un s y m p t ô m e , qui même n'est pas indispensable, et ne se r e n c o n t r e pas toujours. Tel est le vice d e toutes ces dénominations, empruntées d'un signe a p p a r e n t , que le signe venant à m a n ­ q u e r , l'idée qu'on y attache disparait, et q u e l'affection morbifique semble ne plus a p p a r t e n i r au même g e n r e . M a l h e u r e u s e m e n t , il en est de celte dénomination c o m m e de tant d'autres qu'on n'ose pas p r o s c r i r e , p a r la crainte d'en substituer de plus insensées ou d'aussi insignifiantes, et de retarder les p r o g r è s de la s c i e n c e , par des innovations qui e m b a r ­ rassent sa marche en fatiguant l'esprit. L a médecine, plus r e c u l é e , sous ce r a p p o r t , q u e les autres sciences naturelles, le doit à la complication des objets qui composent ses a t t r i b u t s , bien plus qu'au défaut de talens ou d e ressources des hommes q u i se sont occupés du langage médical. Des savans du p r e m i e r o r d r e o n t tout fait p o u r sa r é f o r m e : mais il n'était susceptible que d'en recevoir une trèsincomplète. Pouvons-nous, en effet, nous flatter d e le p e r f e c t i o n n e r , lorsque nous connaissons si superficiellement la nature des maux qui af­ fligent l'espèce h u m a i n e , lorsque nous ignorons les élémens qui les entretiennent ou les causes


( 3 ) qui leur d o n n e n t naissance? E t , p o u r ne p a r l e r q u e de la fièvre jaune, lors m ê m e que nous p a r ­ viendrions à démêler sa nature au milieu de la nuit des choses, ne s e r i o n s - n o u s pas e n c o r e placés dans l'impuissance de fixer sa d é n o m i ­ n a t i o n , à cause de la multiplicité infinie de s y m p t ô m e s graves qui l ' a c c o m p a g n e n t , et des nombreuses complications vitales et o r g a n i q u e s qui la d é n a t u r e n t ? P o u r atteindre un simulacre de p e r f e c t i o n , il faudrait peut-être lui donneru n n o m d ' u n e très-grande é t e n d u e , c o m p o s é des signes les plus appareils et de la n a t u r e p r é s u m é e du mal. O r , une série de mots ainsi réunis constituerait une vraie description. L e s chimistes m o d e r n e s o n t , à la v é r i t é , fondé l e u r langue admirable sur l'assemblage de plusieurs signes très-expressifs; mais ils agissaient sur d e s substances plus simples : sur des corps q u i , étant invariablement les m ê m e s dans leurs a g g r é g a t i o n s , laissaient au génie la puissance d ' e x p r i m e r leur signalement d'une m a n i è r e aussi concise q u ' é n e r g i q u e . J e n ' i g n o r e pas que des écrivains o n t placé la fièvre jaune parmi les pyrexies bilieuses : c e p e n d a n t elle n'appartient pas plus à cet o r d r e d e maladies qu'aux inflammatoires ou aux m u ­ queuses, avec lesquelles elle offre des points de

1*


(4) contact tout aussi multipliés. Le savant auteur

de la Nosographie philosophique a pensé qu'il pouvait la classer d a n s l'ordre IV de ses fièvres parmi les putrides ou adynamiqucs , et j'au­ rais voulu lui conserver ce r a n g , si je n'avais été entraîné dans une opinion contraire par la force de la conviction. L'expérience a p p r e n d , en effet, que si cette maladie se complique réellement d'un caractère p u t r i d e , elle présente aussi de nombreux symptômes ataxiques qui se manifestent avec la plus grande vigueur. On doit considérer également q u e la plupart des fièvres ne deviennent putrides que par dégénérescence ou d'une manière secondaire, tandis que l'ataxie et la putridité sont inhérentes au typhus d'oc­ cident, naissent avec lui ou du moins avec une telle rapidité, qu'on n'en peut saisir les transi­ tions. E t , si l'on ajoute qu'il est communément contagieux, on sera plus facilement déterminé à l'exclure de l'ordre des maux qui ne sont doués qu'accidentellement de la faculté de se communiquer. 1

Peut-être ce typhus aurait-il été plus conve­ nablement placé dans l'ordre sixième à côté de la peste? Cet ordre alors aurait été divisé en 2

M. P i n e l , Nosographie philosophique, T. I , p. 139.


( 5 ) d e u x g e n r e s , et m ê m e en un plus grand n o m b r e , si l'on jugeait convenable d'y intercaler la suette et le typhus des hôpitaux. Au r e s t e , je n'émets ici q u ' u n e simple o p i n i o n , sans p r é t e n d r e m ' é r i g e r en censeur. J'ajouterai seulement q u e , dans un cadre nosologique, il conviendrait peutê t r e , p o u r concilier les opinions d i v e r g e n t e s , de faire deux espèces de fièvre j a u n e , celle qui est contagieuse et celle qui ne l'est pas toujours. SECTION

II.

Il n'est p e r s o n n e q u i i g n o r e la multiplicité des noms qu'on a donnés à la fièvre j a u n e ; ils furent d'abord e m p r u n t é s du lieu où l'on s u p ­ posa qu'elle avait pris sa source : c'est ainsi q u e les p r e m i e r s o b s e r v a t e u r s français l'appelèrent mal de Siam, sans réfléchir q u e le vaisseau q u i revenait de cette partie de l'Asie, ayant t o u c h é a u x côtes brésiliennes où il contracta la c o n ­ t a g i o n , ce fléau aurait été plus justement d é ­ n o m m é mal du Brésil . Il reçut ensuite les noms 1

1

Les Anglais o n t répété à l'envi que les Français

appellent celte fièvre mal d e S i a m , parce qu'elle est fré­ quente dans le royaume de ce nom. Voy. Hillary, p. 143, et autres auteurs. Cette assertion n'est pas e x a c t e , et j'ai expliqué, au chapitre des é p o q u e s , l'origine de cette d é n o m i n a t i o n q u e l e s F r a n ç a i s n e l u i donnent plus aujourd'hui.


(6

)

de fièvre de la B a r b a d e ; fièvre jaune d ' A m é ­ r i q u e ; fièvre maligne des Indes Occidentales; fièvre des Tropiques ; fièvre du Kendal; fièvre m a t e l o t t e , à cause de sa fréquence sur les vaisseaux. Plusieurs, consultant son type et son ana­ logie avec d'autres affections morbifiques, ou fixant leur attention sur les symptômes les plus saillans, nous firent connaître l'histoire de ses ravages, sous les titres vagues de typhus icter o d e ; d e fièvre rémittente jaune des climats c h a u d s ; de fièvre inaligne jaune. Macbride l'a appelée continua putrida icterodes caroliniensis. Et Vogel, elodes ictcrodes. D'autres ont adopté le mot gastrico-hépatique. Enfin, c'est le yellow fever et le blackvomiling des Anglais ; la febre ou calentura amarilla et le vomito-prieto des Espagnols; la febre gialla des Italiens; le febris ardens biliosa de T o w n e le futrid bilious fever d'Hillary; Je m e serais dispensé de relever cette erreur, si elle n'était encore consignée dans les ouvrages de Moseley, imprimé en 1803, et de M. Bancroft, imprimé en 1811. Je ne m e

suis servi de cette expression, qu'en rapportant les pas­ sages de Pouppée - Desportes, ne voulant point les dénaturer. 1

P. 20.


( 7 )

l'endemial causus de Moseley; le malignant pestilential fever de Chisolm; le bilious yellow fever de Rush ; l'yellow fever de Clark ; le febris maligna flava de B r u c e ; le siam de H a l l e r ; le causus de quelques p e r s o n n e s qui ont voulu assimiler ce mal au za-jjc; d ' H i p p o c r a t e , opi­ nion qui a été réfutée, avec s u p é r i o r i t é , p a r Jackson . 1

T o u t e cette synonymie est plus ou moins vicieuse, p a r c e qu'elle péche p a r les hases les plus essentielles : elle ne s e r t , en effet, q u ' à i n d i q u e r un s y m p t ô m e qui m a n q u e s o u v e n t , à designer une contrée où ce fléau ne r è g n e pas toujours et ne domine pas s e u l , à d é t e r m i n e r un type qui v a r i e , et qui d'ailleurs appartient à b e a u c o u p d'autres lésions. Mais aucun de ces termes ne fait s o u p ç o n n e r sa nature ou n e d o n n e u n e idée suffisante de ses p r i n c i p a u x caractères et du traitement le plus c o n v e n a b l e . F r a p p é de ces i d é e s , j'avais, dans un m é ­ m o i r e q u e je fis i m p r i m e r au C a p - F r a n ç a i s , en 1803, essayé d'en substituer un autre plus analogue à l'essence des c h o s e s , en p r o p o s a n t le n o m composé de miasmatique - ataxique. 1

A

treatise

observations London,

on on

1791.

the

the

fevers intermitting

of

Jamaica, fever

with of

some America,


( 8 )

Mais je fus le premier à reconnaître le vice et l'insuffisance de celui-ci, parce qu'il convient à toutes les fièvres contagieuses ou pestilentielles dans lesquelles nous admettons la présence d'une émanation délétère. P e u t - ê t r e qu'en adoptant la dénomination de lyphus-miasmatique-ataxique-putride-jaune, on s'approche­ rait davantage des qualités qu'exige une b o n n e nomenclature, qui doit être, autant que possible, u n e description abrégée des principaux élémens d'une maladie. Ainsi se forma, dans des temps peu éloignés de n o u s , cette langue si parfaite des botanistes et des chimistes. Mais n'appuyons pas trop sur cette idée.


CHAPITRE

II.

Époques principales de la fièvre jaune. SECTION

Épidémies

de

PREMIÈRE.

l'ancienne

Grèce.

MAKITTRICK p r é t e n d q u e les épidémies, d o n t H i p p o c r a t e fait m e n t i o n , ont été d'un c a r a c t è r e plus d o u x q u e celui de la fièvre maligne d ' o c c i d e n t , et q u e la suffusion ictérique a été le plus souvent critique . N o u s n ' a p e r c e v o n s , dit Hillary, a u c u n e t r a c e de ce fléau dans les descriptions données p a r les anciens, ni m ê m e p a r les écrivains arabes qui vivaient et p r a tiquaient dans les climats chauds . E n effet, quelques r e c h e r c h e s q u ' o n fasse, on ne r e t r o u v e , dans les livres du p è r e de la 1

2

1

2

Collect.

Balding.

Observations

1 7 5 9 , p. 144.

Dissert. on the changes

de febr.

malign.,

of the air,

etc.

p.

96.

London,


( 10 ) médecine, rien qui ressemble parfaitement à cette m a l a d i e , quoique quelques sentences éparses laissent reconnaître des points de rap­ prochement avec elle. H i p p o c r a t e , dans le livre des affections, parle d'une fièvre aiguë qu'il nomme phrénésie, et qui était accom­ pagnée d'une douleur vive aux hypocondres, notamment à la région du foie; mais peu vio­ lente d ' a b o r d , elle ne s'exaspérait q u e vers le quatrième ou le cinquième jour, s'éloignant, en cela, essentiellement de la fièvre jaune qui déploie toute son énergie dès le début. La seule analogie réelle que nous ayons a p e r ç u e , consiste dans l'ictère qui s'annonçait vers le quatrième jour. Mais on pense bien qu'un symptôme sem­ b l a b l e , quand les autres n'offrent point les mêmes r a p p o r t s , ne peut laisser aucun doute sur la différence de deux affections. On a cru trouver des ressemblances аvеc celles dont l'histoire est consignée dans la troi­ sième constitution du premier livre des é p i ­ démies ; cependant Hippoerate y fait mention de mouvemens critiques p a r les hémorragies qui sauvaient les m a l a d e s , si le sang coulait en abondance ; il en fut de même des urines et des selles; il parle de douleurs particulières vers les h a n c h e s , de tumeurs a u x oreilles,


( 11 ) d ' a b c è s , etc. L e vingtième j o u r , les accès de critobule se terminèrent p a r un flux de s a n g , et il fut juge vers le q u a r a n t i è m e . L o r s de l'équinoxe et jusqu'au c o m m e n c e ­ m e n t de l ' h i v e r , il y eut des fièvres ardentes et des phrénésies ; lorsqu'elles devaient avoir u n e fâcheuse t e r m i n a i s o n , il y avait fièvre a i g u ë , i n s o m n i e , a n x i é t é , soif, d é g o û t , et p e u de rigor. Les malades suaient u n peu vers le front et les clavicules, mais a u c u n p a r t o u t le corps : plusieurs déliraient, avaient des t e r r e u r s , de la tristesse, les extrémités f r o i d e s , surtout les mains. L e s accès étaient dans les jours p a i r s ; plusieurs e u r e n t de g r a n d e s douleurs le q u a ­ trième j o u r , et des sueurs la p l u p a r t froides; les extrémités ne se réchauffaient p a s , et d e ­ venaient livides; ils avaient e n c o r e des urines r a r e s , t é n u e s , n o i r e s , de la constipation, p o i n t d ' h é m o r r a g i e s nasales, mais quelques stillations de s a n g , et ils m o u r a i e n t le sixième j o u r avec des sueurs. C e tableau est ce qu'il y a de plus c o m p l e t dans cette constitution : toutefois il est loin de p r é ­ senter toutes les nuances de la fièvre jaune. O n n'y a p e r ç o i t , au c o n t r a i r e , q u e les s y m p t ô m e s des maladies ataxiques assez c o m m u n e s dans nos climats : quelques histoires e m p r u n t é e s


( 12 )

de cette épidémie, confirmeront ce que j'a­ vance. Philiscus, qui demeurait près des murs (dont l'histoire est la plus c o m p l è t e ) , ne montra que des points de contact très-imparfaits, comme les urines noires, quelques gouttes de sang par le nez, e t , si l'on v e u t , les extrémités livides : mais il n'eut point cet ensemble de symptômes qui constituent la fièvre jaune, tels que les nausées continuelles, les vomissemens noirs ou de s a n g , la douleur à l'orifice c a r d i a q u e , la jaunisse, les selles noires, la suppression d'u­ r i n e s , les maux de reins, ni cet intervalle si singulier, marqué par un calme apparent et qui sépare la première de la troisième période. H i p p o e r a t e , en traçant l'histoire de cette constitution, annonce que les signes les plus communs étaient le délire, qui atteignit treize malades avec des nuances plus ou moins fortes; l'insomnie, Hippoerate en fait mention sur onze ; la soif et les selles bilieuses, qu'on r e ­ trouve dans les huit histoires. Sept malades furent atteints de céphalalgies plus ou moins intenses et de douleurs qui s'étendaient même sur le cou et la poitrine; six eurent le lumbago, la langue s è c h e , les urines n o i r e s , les h y p o -


( 13 )

c o n d r e s soulevés durs ou d o u l o u r e u x , le rigor ou frisson ; cinq furent frappés de douleurs a u x j a m b e s , et cinq eurent les extrémités froides ; il est à observer q u e les douleurs furent si f r é q u e n t e s , q u e presque tous en souf­ f r i r e n t , soit dans une p a r t i e , soit dans l'autre. Q u a t r e eurent des h é m o r r a g i e s , et quatre des convulsions. T r o i s éprouvèrent des s u r d i t é s , et trois rendirent des selles n o i r e s ; trois eurent la respiration rare et g r a n d e ; trois vomirent des matières jaunes; trois e u r e n t les extrémités l i ­ vides; trois, des gonflemens à la rate, et enfin trois furent frappés de mutité. D e u x eurent des sueurs froides ; d e u x , des douleurs à l'estomac. Chez d e u x , il parut des vomissemens n o i r s , sans d u r é e ni r e t o u r ; car H i p p o c r a t e n'en parle q u ' u n e fois. U n seul eut u n e suppression d'urines qui cessa après d e u x jours ; u n , des phlyctènes gangréneuses ; u n , des p a r o t i d e s , et un autre fut frappé d e t e r r e u r . Les personnes habituées à réfléchir n e r e ­ t r o u v e r o n t assurément pas la fièvre jaune dans ces quatorze histoires, p a r c e q u e les s y m p ­ tômes caractéristiques m a n q u e n t presque e n ­ tièrement. Si l'on y voit u n e affection fort g r a v e , accompagnée d'accidens fâcheux et souvent m o r t e l s , ou y aperçoit des e x a c e r -


(

14)

bations fréquentes, des retours de fièvre par jours alternatifs, le rigor souvent r é p é t é , le délire chez presque tous les individus, une soif intense, une langue sèche et b r û l é e , des convulsions, la surdité, les extrémités froides et livides, et tout cet appareil de signes qui ne sont point toujours étrangers à la fièvre j a u n e , mais qui semblent peindre ici une de ces affections bilieuses d'automne compliquées d'ataxie, fréquentes dans les climats c h a u d s , et que nous avions également à Saint-Domingue. C'est donc vainement que Moseley a prétendu que le typhus d'Amérique est une espèce de KJ.-JÇCOd ' H i p p o c r a t e , aggravé par le climat . Il serait impossible de démontrer cette asser­ tion par l'analyse, et celle qu'il entreprend p o u r cet objet prouve absolument le contraire. 1

SECTION

Analyse

de la peste

II.

d'Athènes.

Il est une époque m é m o r a b l e , dont les his­ toriens et les poètes seuls nous ont conservé 4e souvenir, mais dont on n'aperçoit aucune 1

A

London,

treatise 1803.

on tropical

diseases,

etc.,

p . 407

et

411,


( 15 )

trace dans les écrits des m é d e c i n s grecs : je veux parler de la peste d ' A t h è n e s , dont le tableau nous a été transmis par T h u c y d i d e , et d o n t la description forme un des plus b e a u x m o r c e a u x du p o ë m e de L u c r è c e . Q u e l q u e s m é d e c i n s , et entre autres le d o c t e u r M a r c u s , professeur à B a m b e r g , ayant confondu cette peste avec la fièvre j a u n e , je vais en ex­ p o s e r les s y m p t ô m e s , tels q u ' o n les r e t r o u v e dans T h u c y d i d e , témoin oculaire; je m ' a b s ­ tiendrai de r a p p o r t e r celle de L u c r è c e , qui a évidemment copié l'historien g r e c , et q u i n'a ajouté à sa peinture effrayante q u e la d e s ­ cription de la face des mourans e m p r u n t é e des livres d ' H i p p o c r a t e . C e fut la deuxième a n n é e de la g u e r r e du P é l o p o n è s e , après le 28 m a r s , q u a t r e cent t r e n t e - u n ans avant l'ère v u l g a i r e , q u e cette maladie s'empara de la ville d ' A t h è n e s , p e n ­ dant que les L a c é d é m o n i e n s et leurs alliés ravageaient les terres de l'Attique. Elle s'an­ n o n ç a avec les s y m p t ô m e s suivans: 1.° 2.° 3.° 4.° 5.°

Invasion subite sans cause a p p a r e n t e ; G r a n d e chaleur à la t é t e ; Y e u x rouges et enflammés ; G o r g e et langue sanguinolentes; Respiration d é r é g l é e ;


( 16 )

6.° Haleine fétide ; 7.° Éternument; 8.° E n r o u e m e n t , toux forte; 9.° Soulèvement de l'estomac accompagné de douleurs et de déjections bilieuses; 10.° Gémissement, découragement, déses­ poir; 11.° Convulsions violentes; 12.° Peau rongeâtre, livide, couverte d'ul­ cères ; 13.° Chaleur modérée en d e h o r s , brûlante à l'intérieur; 14.° Soif dévorante ; 15.° Insomnie continuelle; 16.° L a mort arrivait le septième ou neu­ vième jour ; 17.° D'autres avaient une violente diarrhée qui les faisait périr de faiblesse; 18.° D'autres, des gangrènes aux p i e d s , aux mains, aux organes sexuels; 19.° D'autres perdaient la vue et la mémoire. Tel est le relevé exact de la peste décrite par cet écrivain c é l è b r e , qui lui-même en fut atteint. Le tableau qu'il en a tracé est si habi­ lement dessiné, qu'il suppose en lui d'autres lumières que celles de l'histoire et de l'art militaire.


( 17 ) Il prouve q u e les connaissances médicales n'appartenaient pas exclusivement à la famille qui desservait les temples d ' E s c u l a p e , mais qu'elles étaient déjà r é p a n d u e s p a r m i les savans d'Athènes. T h u c y d i d e n'a rien e m p r u n t é des a u t r e s ; il dit qu'il va r a c o n t e r ce qu'il a v u , ce qu'il a senti, et il le fait avec tant d'art et de perfection, qu'on voit q u e la m é d e c i n e n'était plus dans son e n f a n c e , et qu'il devait exister des ouvrages antérieurs à cette é p o q u e , p o u r lui servir de t y p e dans le g e n r e des­ criptif. P e u t - ê t r e aussi q u e ceux d ' H i p p o ­ erate q u i , vers la 8 6 . o l y m p i a d e , avait acquis la plus g r a n d e c é l é b r i t é , étaient déjà connus. e

Au r e s t e , nous d e v o n s , p o u r atteindre le b u t q u e nous nous sommes p r o p o s é , d é m o n t r e r q u e cette maladie n'était point identique avec celle d ' A m é r i q u e , quelle q u e soit d'ailleurs l'opinion de Smith à cet é g a r d . 1.° La peste d'Athènes se déclara au c o m m e n ­ cement d'avril, quelques jours après l'entrée des Péloponésiens dans l'Attique. L a fièvre jaune ne c o m m e n c e jamais au p r i n t e m p s dans les contrées q u i sont situées en d e h o r s des tropiques. 2.° La peste qui désola l'Atlique dura trois ans. 2


( 18 ) La fièvre jaune cesse toujours aux approches du mois de janvier, dans les mêmes parallèles. 3.° Le m a l , au r a p p o r t des historiens du t e m p s , commença en E t h i o p i e , descendit en Egypte et dans la L y b i e , pénétra dans les états du roi de P e r s e , et de là au Pyrée. Tel est le vrai berceau de la peste. La fièvre jaune n'est jamais sortie de ces contrées. 4.° A Athènes, la peau fut couverte d'ulcères putrides et noirs; ce qui n'a point lieu

en

Amérique. 5.° L'éternument, l'enrouement et la t o u x , symptômes ordinaires de la première maladie, sont fort rares dans la seconde. 6.° Il y avait des convulsions violentes. Elles ne sont connues, dans la fièvre d'oc­ cident, que par des exceptions infiniment rares. 7.° Dans l'Attique, la peau était livide ou r o u g e â t r e , comme si une érysipèle l'avait re­ couverte. E n Amérique, elle est jaune comme un citron. 8.° E n G r è c e , la soif était b r û l a n t e , inex­ linguible. En A m é r i q u e , elle est souvent nulle. 9.° Les malades se plaignaient d'une chaleur dévorante à Athènes.


( 19 ) E n O c c i d e n t , ils s'en plaignaient peu ou fort rarement. 10.° C e u x des A t h é n i e n s , q u i échappaient au mal, conservaient, sur la p e a u ou sur les extrémités, des marques de son passage. L a fièvre jaune ne laisse a u c u n e trace. 11.° L a maladie s'attachait, dans l ' A t t i q u e , aux organes de la g é n é r a t i o n , aux pieds, aux mains et les faisait t o m b e r par l a m b e a u x ; Rien de semblable ne s'est m o n t r é dans le nouveau m o n d e . 1 2 . ° P a r m i les Grecs, plusieurs p e r d i r e n t la vue. A u c u n Américain n'en est p r i v é , q u e l q u e effroyables q u e soient les accidens, excepté sur le déclin de la vie, q u a n d les fonctions vitales s'éteignent de toute p a r t . T h u c y d i d e ne parle ni d ' h é m o r r a g i e , ni de jaunisse, ni de l u m b a g o , ni de déjections noires, s y m p t ô m e s m a r q u a n s , qu'il n'aurait pas o m i s , s'ils avaient existé réellement. . 1

1

J e ne passerai point sous silence u n

observation

singulière, mais juste, qu'on attribue généralement à Hippocrate, et qu'on retrouve aussi dans T h u c y d i d e . O n c o n v i e n t , dit c e t h i s t o r i e n , qu'il n'y eut point d'années où les autres maladies se fissent moins s e n t i r ; 2*


( 20 )

O n ne sait pas précisément si le père de la médecine vivait alors et s'il a été témoin de cette épidémie. Soranus et Galien nous a p ­ prennent qu'il délivra Athènes d'une maladie grave; mais les historiens s'accordent peu sur l'époque. Il est même à présumer qu'il n'y était pas, soit parce que Thucydide ne le cite point, soit aussi parce que cet historien annonce que l'art des médecins ne pût arrêter les progrès du mal. Quoi qu'il en soit, il est fâcheux que les livres d'Hippocrate sur ces grandes époques soient p e r d u s , à moins qu'on ne veuille c o n ­ sidérer ses épidémies, comme renfermant l'his­ toire de la peste dont parle Soranus. Alors ce ne serait plus celle que Thucydide a décrite. et s'il arrivait qu'on en

éprouvât

prenait la forme de celte peste.

quelqu'une,

elle


CHAPITRE

III.

Tableau des époques de la fièvre jaune dans les siècles modernes. SECTION

PREMIÈRE.

Quinzième

siècle.

Nous

n'apercevons les p r e m i è r e s traces de la fièvre jaune q u ' a u x temps des d é ­ couvertes de C o l o m b , et dans ces terres e n c o r e tout humides dès eaux qui les avaient inondées depuis p e u . N o u s sommes m ê m e traints d'appeler ainsi, p a r conjecture et p a r a n a l o g i e , des maladies d o n t nous n'avons point de descriptions. Les Espagnols, t r o p occupés des trésors de l ' A m é r i q u e , oublièrent les trésors d e l'observation ; tout fut p e r d u p o u r eux, m ê m e jusqu'aux terribles exemples des calamités qui moissonnèrent ces p r e m i e r s c o n q u é r a n s . Aucun de leurs médecins ne nous a laissé des d o c u -

con­


(

22

)

mens certains sur les fléaux pestilentiels de ces c o n t r é e s : les historiens seuls en parlent; mais, dépourvus des talens de Thucydide, ils ne nous ont transmis que des détails insuffisans pour nous faire connaître la nature des maux qui affli­ geaient les destructeurs des races américaines. Q u o i qu'il en soit, nous croyons, avec Hillary et autres, cette maladie originaire d'Amérique, et nous pensons qu'elle a, dans les vastes con­ trées des îles comme du continent, son foyer, que des causes toujours renaissantes renouvellent sans cesse. 1

Robertson et Raynal exposent les calamités auxquelles furent en proie les premiers e u r o ­ péens qui abordèrent dans les t e r r e s occiden­ tales; ils revenaient maigres, languissans, ayant l e s yeux hagards et un teint jaunâtre. En 1494, les Espagnols qui étaient dans la ville d'Isabelle, fondée par Colomb, éprouvaient des maladies cruelles; et, l'année suivante, avant de livrer la bataille de la Vega-Real, ses troupes étaient réduites à un petit nombre par les affections morbifiques . Le grand homme lui-même, dans 2

et

1

R o b e r t s o n , H i s t o i r e de

2

Chistophe C o l o m b ao

cavaliers,

dans

l'Amérique.

combattit,

Les plaines

de

avec

aoo

fantassins

lu Vega-Real, une


( 23 ) son second voyage, fut attaqué d'une fièvre grave avec léthargie, dans laquelle il perdit le sentiment et la mémoire pendant quelque temps.

SECTION

Seizième

II.

siècle.

En 1504, les Espagnols, arrivés avec Ovando à Saint-Domingue, furent attaqués de fièvres particulières au climat, et il en périt plus de mille dans un court intervalle. Cinq ans après, lors­ qu'ils voulurent s'établir dans le golfe du Darien, les maladies firent échouer l'entreprise; et, en 1513, Ulloa n'osa pas pénétrer dans le Pérou, parce que les troupes étaient affaiblies par les mêmes causes. A cette époque, Las Casas, ayant fait une absence de P o r t o - R i c o , où il voulait établir une colonie sans esclaves, t r o u v a , à son retour, que le même fléau lui avait enlevé presque tous ceux qu'il avait laissés. Matlazahuatl. Dans le cours de ce siècle, et notamment en 1545 et 1 5 7 6 , on signala une armée que les historiens o n t généralement portée à 100,000 combattans.

R a y n a l , Histoire

philosophique.


( 24 )

maladie particulière à la race i n d i e n n e , et s u r laquelle nous n'avons encore aucun d o c u m e n t certain. On t r o u v e , dans l'ouvrage de C h a p p e d ' H a u t e r o c h e , publié par Cassini fils en 1 7 7 2 , l'extrait d'une lettre adressée, par D . J. A n ­ tonio Alzate y R a m i r e z , à l'académie r o y a l e des sciences, dans laquelle nous pinsons les p r e m i e r s renseignemens sur le matlazahuatl: il y fait mention de celui qui eut lieu en 1736 et 1 7 3 7 , et qui enleva à Mexico plus du tiers des habitans. Les seuls symptômes q u e cet écrivain nous ait transmis sont : que les p e r ­ sonnes ont une couleur pâle et r e n d e n t le sang par le n e z e t par la b o u c h e , accidens qui arrivent à l ' a p p r o c h e des crises. La rechute est plus dangereuse que la p r e m i è r e attaque qui est r a r e m e n t seule. Dans l'épidémie de 1 7 6 1 , o b servée par Alzate, il r e m a r q u a que les saignées et les purgatifs étaient tellement d a n g e r e u x que les personnes qui les employaient p o u r d'autres c a s , étaient aussitôt attaquées du matlazahuatl. Ce même, historien assure q u e cette peste s'attache principalement aux In­ d i e n s , et q u e c'est toujours p a r eux qu'elle c o m m e n c e . D a n s l'espace d'un an, il entra à M e x i c o , en 1761 et 1 7 6 2 , dans l'hôpital r o y a l , qui ne sert qu'aux seuls I n d i e n s , plus


( 25 )

de neuf mille m a l a d e s , d o n t il périt environ sept mille. O n doit regretter q u e M. de H u m b o l d t qui a p a r c o u r u le théâtre de ce fléau, n'ait p u recueillir des notions et des faits chez les particuliers qui l'avaient vu ou qui en auraient conservé un souvenir : ce qu'il en dit est toutà-fait insuffisant, et ne p e u t n o u s m e t t r e à m ê m e d'apprécier sa n a t u r e , ou d e fixer ses analogies avec d'autres genres. L o n g - t e m p s avant l'arrivée de C o r t e z , il a r é g n é p r e s q u e p é r i o d i q u e m e n t à la N o u v e l l e E s p a g n e un mal épidémique auquel les naturels o n t appliqué le nom q u e nous avons déjà i n ­ d i q u é , et que q u e l q u e s auteurs ont confondu avec le vomito prieto. Cette peste, dit M. de Hum­ boldt , est p r o b a b l e m e n t la m ê m e q u e celle q u i , dans le onzième siècle, força les T o l t è q u e s à continuer leur émigration vers le S u d : elle fit de g r a n d s ravages p a r m i les Mexicains en 1545, 1 6 7 6 , 1 7 3 6 , 1 7 3 7 , 1 7 6 1 et 1 7 6 3 ; mais elle offrit d e u x caractères par lesquels elle se 1

2

1

Lettre de D . Joseph A n t o n i o de Alzate y R a m i r e z ,

dans le Voyage de Chappe d ' H a u t e r o c h e , publié p a r Cassini fils. P a r i s , 1 7 7 2 , p . 5 5 . 2

Liv. v , C. X I I , p. 7 5 2 , i n - 4 . ° .


( 26 ) distingue essentiellement du vomito de la VeraCruz : elle s'attache principalement aux Indiens, et c'est toujours par eux qu'elle commence , et elle sévit dans l'intérieur du p a y s , sur le plateau central, à douze ou treize cents toises au-dessus du niveau de la mer. 11 est vrai que les Indiens de la vallée de M e x i c o , q u i , en 1 7 6 1 , p é r i r e n t par milliers, victimes d e ce fléau, rendaient du sang par le nez et p a r la b o u c h e : mais ces hématémèses se présentent fréquemment sous les tropiques, accompagnant les fièvres ataxiques bilieuses : on les a également observées dans la maladie épidémique q u i , en 1 7 5 9 , a parcouru toute l'Amérique m é r i d i o n a l e , depuis Potosi et Oruso jusqu'à Quito et Popayan, et q u i , d'après la description incomplète d'Ulloa, était un typhus p r o p r e aux régions élevées des cordillères. 1

2

M. de H u m b o l d t affirme positivement que le matluzahuatl n'attaque pas les h o m m e s b l a n c s , soit e u r o p é e n s , soit descendus des indigènes ; tandis q u e , d'un autre c ô t é , la fièvre jaune, ou le vomissement n o i r , é p a r g n e fréquemment les 1

2

Alzate, l. c., p. 55. Alzate ne place pas ces hémorragies seulement à

c e l l e époque.


( 27 ) Indiens du Mexique. Le site principal du vomito prieto est la région m a r i t i m e , dont le climat est excessivement chaud et h u m i d e ; le matlazaJuiatlj au contraire, p o r t e l'épouvante et la m o r t jusque dans l'intérieur du p a y s , sur le plateau c e n t r a l , aux régions les plus froides et les plus arides du r o y a u m e Ce parallèle inspire la triste réflexion q u e l ' h o m m e est p r e s q u e toujours froissé entre des maux qu'il ne peut éviter, puisqu'il les retrouve p a r t o u t . Si on lui conseille de quitter les côtes d u Mexique p o u r fuir la fièvre j a u n e , en allant respirer la fraîcheur dans les m o n t a g n e s , il y r e n c o n t r e le terrible matlazahuatl ; et s i , p o u r se soustraire à c e l u i - c i , il descend dans la p l a i n e , il y trouve un fléau plus destructeur encore î Les détails qui p r é c è d e n t , à peu près les seuls q u e nous ayons sur cette singulière p e s t e , p r ê t e n t aux c o n j e c t u r e s , mais ne d o n n e n t la solution d'aucun p r o b l è m e ; nous ne pouvons d o n c souscrire légèrement à l'hypothèse de M. Savaresy, qui d é c i d e , avec hardiesse, q u e ces d e u x affections sont les m ê m e s ; il p e u t 1

Essai politique sur le r o y a u m e de la

Espagne, T. I , p. 3 5 2 , in-8.°.

Nouvelle-


( 28 )

avoir raison ; mais c o m m e il entre dans nos idées de n'admettre q u e les faits c o n s t a n s , nous pensons q u e son j u g e m e n t est au moins prématuré. S E C T I O N

Dix-septième

III.

siècle.

U n e nouvelle ère se présente dans le d i x septième siècle, et l'on c o m m e n c e à d é c o u v r i r quelques traces plus positives de la fièvre jaune, soit dans les relations des voyageurs, soit dans celles des médecins. C'est à tort que Clavigero avance qu'elle ne s'est m o n t r é e p o u r la p r e ­ mière fois qu'en 1 7 2 5 , et nous devons p r é s u m e r qu'il n'avait point été informé des relations d u p è r e D u t e r t r e , d e F r e z i e r , de J. F e r r e y r a de Rosa ni du p è r e Labat. Il est vrai q u e , p e n d a n t le dix-septième s i è c l e , la fièvre jaune a p e u fixé l'attention des écrivains et m ê m e des colons. C'est le p è r e Dutertre qui paraîtrait nous avoir transmis les premiers d o c u m e n s sur celle q u i , en 1 6 3 5 , régnait aux Antilles sous le n o m d e c o u p de b a r r e . Elle cause o r d i n a i r e m e n t , dit 1

1

Histoire d'Amérique, T . I, p. 1 1 7 .


( 29 )

ce r e l i g i e u x , à ceux qui en sont s u r p r i s , un mal de tète fort violent, a c c o m p a g n é d'un bat­ tement d'artères aux t e m p e s , et d'une g r a n d e difficulté de respirer, avec une lassitude et d o u ­ leur de cuisses, c o m m e si l'on avait été frappé de coups de b a r r e , ce qui a d o n n é sujet au n o m qu'elle a reçu ; elle attaque ordinairement ceux qui défrichent les terres des îles, à cause des vapeurs vénéneuses qu'elles exhalent . U n e bile jaune se r é p a n d quelquefois p a r tout le corps. 1

1643. Des notions plus confuses, d'une m a ­ ladie a n a l o g u e , se r e t r o u v e n t dans Guillaume L e p o i x , qui assure qu'en 1643 l'été fut fort sec au Brésil, et qu'il y p a r u t des a n t h r a x ; il ajoute q u e , dans le P é r o u et le Chili, on observe la peste et tous les g e n r e s de fièvres q u ' o n voit en E u r o p e . Il est p e r m i s de penser q u e le m o t peste est ici mal a p p l i q u é , et q u e l ' e r r e u r d e L e p o i x p e u t naître des points d e ressem­ blance de la fièvre jaune avec elle. 2

L o r s q u e les Hollandais se r e n d i r e n t maîtres d e Baldivia, sur la c ô t e du C h i l i , p a r l e s 39° 2 6 ' 1

2

Histoire générale d e s A n t i l l e s , p. 8 1 , i n - 4 . ° . Gul.

piso

C. 1, p. 15.

de medicina

brasili.,

T , I, p.

13;

et T .

II,


( 30 )

de latitude a u s t r a l e , ils furent contraints de l'abandonner par la mort de leur général et à cause des maladies de leur armée 1647. O n sait, par Frezier, q u e la ville de Santiago éprouva cette année un fort t r e m b l e ­ m e n t de t e r r e , et q u ' u n e é p i d é m i e , qui lui succéda, e m p o r t a presque tous les habitans ; mais on ne dit rien sur sa nature. Frezier ajoute seulement que ce fut ce bouleversement qui répandit dans l'air de si mauvaises v a p e u r s , q u e tout le m o n d e en m o u r u t , à trois ou q u a t r e cents personnes près. P r e s q u e à la m ê m e é p o q u e , l'île de la B a r b a d e était le siége d'une maladie affreuse qui la ravageait, et q u e Ligon a désignée sous le n o m de peste . 1648. La peste, inconnue aux Antilles, depuis qu'elles étaient habitées p a r les F r a n ç a i s , y fut a p p o r t é e par quelques navires, selon le p è r e D u t e r t r e . Elle commença par Saint-Christophe, 2

3

4

1

Frezier, relation du Voyage dans la m e r du S u d , etc.,

fait e n 1 7 1 2 , 13 et 14, Paris, 1 7 1 6 , 2

3

Idem, The

p. true

41.

91. and

exact

history

badoes. 4

in-4.°, p.

T . I , C. x i i i , p .

423.

of

the

island

of

Bari


( 31 ) et e m p o r t a près du tiers des habitans en d i x huit mois, causant à ceux qui en étaient attaqués un mal de tète violent, une débilité générale de tous les m e m b r e s , et un vomissement continuel ; d e sorte qu'en trois j o u r s , elle mettait un h o m m e au tombeau. 1 6 5 5 . Moseley cite cette a n n é e c o m m e celle d e la c o n q u ê t e de la J a m a ï q u e , dans laquelle les Anglais t r o u v è r e n t , selon E c h a r d , un e n n e m i plus d a n g e r e u x q u e les Espagnols 1665. C'est e n c o r e le p è r e D u t e r t r e qui nous a p p r e n d q u e de 1,500 Anglais qui p r i r e n t pos­ session de S a i n t e - L u c i e , dans le mois de juin d e l'année 1 6 6 4 , il n'en restait que 89 en janvier 1 6 6 6 , les autres ayant été enlevés prin­ cipalement p a r les maladies . 1682. Q u e l q u e s écrivains veulent q u e ce soit cette année qu'elle fut a p p o r t é e à la Martinique p a r le navire l'Oriflamme. 1687. L a plus ancienne description d e la fièvre jaune est celle du médecin p o r t u g a i s , J. F e r r e y r a de Rosa . Il observa l ' é p i d é m i t 2

3

1

P. 421.

2

T . I I I , p.

3

bixeo.

Trattado em

86 et

da

Lisboa,

244.

constituicam 1694.

pestilencial

de

Pernam-


( 32 )

qui régna à O l i n d e , au Brésil, depuis 1687 jusqu'en 1 6 9 4 , peu de temps après qu'une armée portugaise eut fait la conquête de Fernambuco . Nous sommes fondés à c r o i r e , d ' a p r è s le p è r e Labat, qu'elle existait déjà à la Martinique en 1688. 1

1691. Elle fit de t r è s - g r a n d s ravages à la Barbade en 1 6 9 1 ; on l'appela d'abord ma­ ladie nouvelle, fièvre de K e n d a l , fièvre pestilentielle, fièvre bilieuse . On la croyait alors apportée de P e r n a m b u c o à la Barbade. 1694. L e père Labat débarqua à la M a r t i niqueen 1694, où il trouva la ville de Saint-Pierre en proie à ce fléau ; la contagion s'était répandue dans le couvent de son o r d r e , et l'on faisait d'inutiles efforts p o u r l'arrêter. J e transcris ici littéralement sa relation. 2

3

O n appelait cette maladie le mal de S i a m , p a r c e qu'il avait été apporté à la M a r t i n i q u e , 1

D e H u m b o l d t , Essai politique sur la N o u v e l l e - E s ­

pagne. 3

Griffith H u g h e s ,

in-fol.,

natural

history

of

Barbadoes,

ed.

p. 37-38. C'est sur l'autorité du docteur Jamble

que ce naturaliste cite cette époque

du typhus de la

Barbade. 3

fever,

Chisolm, T.

II,

p.

An

Essay

177.

on the

London,

malignant 1801.

pestilential


( 33 ) p a r le vaisseau du roi l'Oriflamme q u i , revenant de Siam avec les débris des établissemens que l'on avait faits à M e r g u y et à B a n k o c k , avait touché au Brésil, où il gagna celle maladie qui y fai­ sait de grands ravages depuis sept ou huit ans. Ses symptômes étaient aussi différens q u e les t e m p é r a m e n s d e ceux q u i en étaient atta­ q u é s , ou les causes qui la pouvaient p r o d u i r e . O r d i n a i r e m e n t elle commençait p a r un t r è s g r a n d mal d e tête et de reins q u i était suivi, tantôt d'une grosse fièvre, et tantôt d'une fièvre interne qui ne se manifestait point en dehors. Souvent il survenait un d é b o r d e m e n t de sang p a r tous les conduits du corps, m ê m e p a r les p o r e s ; quelquefois o n rendait des paquets d e vers de différentes g r a n d e u r et c o u l e u r , p a r h a u t et p a r bas. Il paraissait à q u e l q u e s - u n s des b u b o n s sous les aisselles et aux a i n e s , les uns pleins de sang caillé, noir et p u a n t , et les autres pleins de p u s . C e q u e la maladie avait d e c o m m o d e , c'est qu'elle emportait les gens en fort peu de temps. Six ou sept j o u r s , tout au p l u s , terminaient l'affaire. Il est arrivé à quelques personnes, qui ne se sen­ taient qu'un peu de mal de tête, de t o m b e r mortes dans les r u e s , où elles se p r o m e n a i e n t pour

5


( 34 ) p r e n d r e l'air, et p r e s q u e toutes avaient la chair aussi noire et aussi p o u r r i e un q u a r t d ' h e u r e après, que si elles eussent été sans vie depuis q u a t r e ou cinq jours. Les Anglais, q u e nos flibustiers prenaient tous les j o u r s , p o r t è r e n t cette maladie dans leurs îles. Elle se c o m m u ­ niqua de la m ê m e façon chez les E s p a g n o l s et chez les Hollandais. J ' e n fus attaqué d e u x fois, continue ce reli­ g i e u x , et je fus quitte de la p r e m i è r e a p r è s q u a t r e jours d e fièvre et d e vomissement d e sang. Mais la d e u x i è m e , je fus p e n d a n t six o u sept jours en d a n g e r . D e u x réflexions naissent naturellement d e l'observation d u p è r e L a b a t : la p r e m i è r e , que p e u t - ê t r e les b u b o n s se présentaient alors avec plus de fréquence : la d e u x i è m e , qu'il est p o s ­ sible q u e ce religieux, p o u r avoir vu u n e ou d e u x de ces t u m e u r s , ait généralisé ce qui n'était p r o b a b l e m e n t q u ' u n e exception. 1696. Amérique. A d a t e r de 1 6 8 8 , le mal p a r u t é t e n d r e ses ravages dans toute l ' A m é r i q u e et y établir son e m p i r e d'une manière fixe et sans p r e s q u e aucune i n t e r r u p t i o n . Si nous ne citons pas c h a q u e é p o q u e , c'est q u e les médecins 1

1

L a b a t , nouveau V o y a g e aux îles de l ' A m é r i q u e ,

T . I, p . 72 et 7 4 , i n - 1 2 .


( 35 ) ne les ont pas toutes recueillies ; mais il est à p r é ­ s u m e r q u e , tous les a n s , il se fait a p e r c e v o i r , tantôt dans une c o n t r é e , tantôt dans l'autre ; e t , à mesure que la civilisation a u g m e n t e et que la population s'étend, nous v e r r o n s la maladie renouveler plus souvent ses a t t a q u e s , ou plutôt les médecins en p u b l i e r des relations plus fréquentes. Isle de la B a r b a d e . Hillary, G e m b l e , C h i s o l m , assurent qu'elle r é g n a en 1 6 9 6 à la B a r b a d e , et Griffith H u g h e s dit qu'elle y fit p é r i r une g r a n d e partie des habitans ; ce qui p e u t ê t r e expliqué par le défaut d'acclimatement du plus grand nombre. 1C99. P h i l a d e l p h i e , Charleston, Antilles. L a ville naissante de P h i l a d e l p h i e contenait à p e i n e d e u x à trois mille p e r s o n n e s , et, p o u r la p r e m i è r e fois, elle fut affligée d e ce terrible fléau d o n t o n trouve, dans la Vie d e T h o m a s S t o r y , une p e i n ­ t u r e effrayante: p e n d a n t plusieurs s e m a i n e s , il m o u r u t six à huit personnes p a r jour. L ' é p i d é m i e cessa au c o m m e n c e m e n t de n o v e m b r e . O n pensait généralement que l'infection avait été p o r t é e à la Nouvelle-Angleterre par l'escadre d e l'amiral Nevill qui venait des Antilles. 1

1

yellow

R u s h , p. 1 2 5 . fever,

p.

Tytler

treatise

on

the

plague

378.

3*

and


( 36 ) Charleston. P o u r la première fois, son a p ­ parition se fit dans la Caroline méridionale, où ses lavages continuèrent jusqu'en 1700 ; les chefs des principales autorités en furent v i c ­ times. Antilles. L'explosion fut g r a n d e , la contagion active pendant 1 6 9 9 ; car le père Labat a publié qu'elle r e c o m m e n ç a ses ravages à la Martinique plus fortement qu'elle n'avait fait jusqu'alors , et qu'elle attaqua tous les E u r o ­ péens qui habitaient l'Amérique. Elle se r é ­ pandit aussi à la B a r b a d e , à S a i n t - D o m i n g u e , à Saint-Christophe et à la Guadeloupe. 1

2

SECTION

IV.

Dix-huitième

siècle.

1701. M a r t i n i q u e , Cadix. L e comte D e s N o t s , g o u v e r n e u r général des îles, m o u r u t , 1

and

David Ramsay, state

South 2

of

Carolina.

review

medicine

in

London,

of the improvements, the

18th

century.

progress, History

of

1779.

Entre un très-grand nombre de gens qu'elle e m ­

p o r t a , ceux qui furent le moins regrettés,

furent une nommé

troupe de commis qui étaient venus avec un

Labraretière, habile h o m m e , s'il en fut jamais, dans le métier de Zachée,

T . IV, p. 251 et 252, i n - 1 2 .


( 37 ) cette a n n é e , à la M a r t i n i q u e , du typhus a m é r i ­ cain qui y moissonnait beaucoup de victimes . Si l'on en croit Aréjula et d'autres écrivains, on l'éprouva aussi à Cadix. 1

2

1702. Il y eut une t r è s - g r a n d e mortalité à New-York. L e 30 septembre on comptait déjà cinq cents morts dans l'espace de peu de jours; il en mourait encore soixante-dix p a r semaine . Quoiqu'on ne dise pas si ce fut de la fièvre jaune, les événemens ultérieurs doivent le faire présumer. 3

1703. L e s Anglais ayant fait un d é b a r q u e ­ m e n t à la G u a d e l o u p e en 1 7 0 3 , leurs soldats et leurs matelots furent dévorés par la fièvre j a u n e , et la m ê m e mortalité s'étendit sur l'es­ cadre qui attaqua la Martinique vers cette époque 1705. L a b a t quitta les îles en 1 7 0 5 , et la maladie y faisait alors de grands ravages. A son arrivée à C a d i x , au mois d ' o c t o b r e , o n ne laissait d é b a r q u e r personne sans les visiter, depuis qu'un vaisseau, venant des îles d ' A m é 1

3

L a b a t , l. c. George K e i t h ,

Hampshire, 4

2

etc.

P. 4 5 4 . Journal

London,

of 1706.

Labat, T . I , I V , V, VI.

his travels

from

new


( 38 ) rique, fut soupçonné d'y avoir apporté le mal de Siam 1713. recourir époques

1

. Il est fâcheux qu'on soit forcé de aux voyageurs p o u r connaître les de l'histoire médicale : ils ne font ditinguer, ni les symptômes, ni les vrais noms des maladies, et ne mettent pas les médecins à p o r t é e de les classer convenablement. Q u e penser en effet sur la nature de ce fléau q u i , sous le nom de p e s t e , dévasta, cette a n n é e , une partie de la côte du P é r o u , et détruisit plus de la moitié des équipages des vaisseaux français mouillés dans la r a d e d'Ylo ? On l'attribua d'abord aux mauvaises eaux ; mais Frezier assure que ce fut une espèce de peste qui se fit sentir à dix-huit lieues de l à , à M o q u e g u a , et même jusqu'à Ariquipa qui en est à quarante. 2

1 7 1 5 . Chisolm cite le docteur G e m b l e q u i , p o u r réfuter W a r e n , rappelle que le vomis­ sement noir régnait en 1 7 1 3 à la Barbade . 3

1 7 2 1 . L e docteur W a r e n , qui pratiquait à la Barbade en 1 7 3 9 , prétend q u e cette maladie y avait existé en 1 7 2 1 , et qu'elle fut importée de la M a r t i n i q u e , île que la peste de Marseille, 1

T. VI.

2

Frezier, p. 155. 3

T . I I , p. 1 1 7 .


(39 ) en 1 7 2 0 , avait infectée. W a r e n croit qu'elle n'avait jamais paru à la Barbadc avant cette époque ; mais son opinion est infirmée par les observations précédentes : W a r e n a trouvé également un g r a n d n o m b r e de contradicteurs, lorsqu'il a donné à la fièvre jaune une origine pestilentielle ; Hillary , G e m b l e , Griffithï l u g h e s , MM. G i l b e r t , Valentin et Savaresy, se sont particulièrement élevés contre celte hypothèse. 1 7 2 4 . C'est encore de W a r e n que nous re­ cevons des documens sur sa nouvelle i m p o r ­ tation de la Martinique à la Barbade . M. de H u m b o l d t réfute l'opinion de l'abbé Clavigero qui, dans son histoire du Mexique, affirme que ce mal s'est m o n t r é la première fois en 1 7 2 5 . M. de H u m b o l d t pense que le t y p h u s , désigné par le nom de vomito prieto, a établi son d o ­ maine fort antérieurement à cette é p o q u e , depuis l'embouchure du Rio Antigua et le port actuel de la V e r a - C r u z . 1

2

3

1726. P o r t o b e l o . Les Anglais voulurent s'em­ p a r e r de P o r t o b e l o et des trésors qu'on y 1

2

3

P.

4.

T. I , p. 117. T . V, C. x i i , i n - 4 . ° , p. 752.


( 40 ) supposait renfermés ; les vigoureuses d i s p o ­ sitions de don Francisco Cornajo les avant effrayés, ils se contentèrent de bloquer le p o r t ; mais le typhus fit de si grands ravages parmi e u x , q u e l'amiral se vit contraint d'abandonner son entreprise et de retourner à la Jamaïque, après avoir fait jeter à la m e r plus de la moitié de ses troupes . 1

1729. Sainte - M a r t h e , Antigoa. Domingo J u s t i n i a n i , commandant les vaisseaux gardecôtes, perdit u n e partie de ses équipages à Sainte-Marthe . La p r e m i è r e épidémie de Sainte-Marthe fut décrite p a r un médecin e s p a g n o l , Jean Josef de Gastelbondo . Depuis celte é p o q u e , la fièvre jaune a r é g n é à plusieurs reprises hors des Antilles et de l'Amérique espagnole, au S é n é g a l , aux Etats - U n i s , e t c . , et d'après l'excellent ouvrage de C l e g h o r n , même à l'île de M i n o r q u e . En r a p p o r t a n t l'opinion de M. de Humboldt, sur la n a t u r e des genres décrits par C l e g h o r n , 2

3

4

1

U l l o a , Voyage historique de l'Amérique méridio­

nale.

P a r i s , 1752, p. 8 4 et 8 5 .

2

Ibid., T . I , p. 4 1 .

3

Luzuriaga 4

de la

Calentura

biliosa,

T.

I,

p.

7.

D e H u m b o l d t , p. 7 5 5 , Liv. v , G. x i i , éd. in-4.°.


( 41 ) je suis loin de partager son sentiment. J e suis bien convaincu, an contraire, que la description de ce praticien n'a point de r a p p o r t avec celle de la fièvre jaune. 1730. Carthagène d ' A m é r i q u e , les Antilles, Cadix. Les équipages des galions, commandés par don M a n u e l Lopez Pintado, furent affligés du vomissement noir à C a r t h a g è n e , et les accidens en furent si r a p i d e s , que tel qu'on voyait se p r o m e n e r un jour, était porté le lendemain à la sépulture . Ulloa croit qu'avant 1 7 2 9 , il était inconnu dans celle ville et à 1

Sainte-Marthe. Vers

la même

é p o q u e , il était

observé

aux Antilles. C'est p r o b a b l e m e n t de Carthagène ou des Antilles q u e ce mal passa cette même année à Cadix où il signala ses fureurs. 1732. Charleston. Il y débuta dans le c o m ­ mencement d'août, finit vers le milieu d'octobre, et s'y montra avec tant de v i o l e n c e , que b e a u ­ c o u p de personnes mouraient dès le deuxième ou le troisième jour . 2

1

2

Ulloa,

Moultrie.

Dissaertatio p. 171.

ibid. Silloge de

febre

selectiorum malignâ

opusculorum. biliosâ

Americœ

Baldinger. flavâ,


( 42 )

1733. Cap-Français, Barbade. Pouppée-Desportes raconte qu'en 1733, la fièvre jaune fit beaucoup de ravages au Cap-Francais : sa vio­ lence fut telle, qu'elle assoupit pour ainsi dire toutes les autres, et qu'elle régna seule. Le docteur W a r e n , en parlant de celle qui, celle année, se manifesta à la Barbade, ajoute que, depuis 1733 jusqu'à l'année 1739, les habitans en furent rarement exempts, quoiqu elle parût se calmer un ou deux mois . 1

1734. Cap - Français, Cadix, la Barbade.

Tandis que les anciens habitans du Cap étaient affliges par les fièvres intermittentes et les doubles tierces qui dégénéraient pour l'ordi­ naire en continues, les nouveaux éprouvaient u n sort bien plus déplorable. Le vomissement noir reparut et fit périr plus de la moitié des marins. Pouppée-Desportes demande à quoi attribuer le prompt effet d'une corruption qui, en vingt-quatre heures, précipitait au tombeau les malades qui en étaient attaqués 2. Si l'on s'en rapporte aux traditions espa­ gnoles, ce typhus fut observé à Cadix en J 1733 et 1734. A treatise concerning the malignant badoes, p. 4. 1

2

T. I, p. 1 5 5 .

fever in Bar-


( 43 ) 1735. Cap-Français, la Martinique. Il régna avec fureur au Cap, pendant les mois d e n o ­ v e m b r e , décembre et janvier . l

La Condamine relâcha à la Martinique en 1735. Le 2 juillet, un sergent suisse, e m b a r q u é sur son bâtiment, homme r o b u s t e , fut e m p o r t é en moins d'un jour. L u i - m ê m e eut, le 3 juillet, une fièvre violente et d'autres symptômes qui firent croire qu'il était attaqué d'un mal sem­ blable. Il fut saigné, p u r g é , guéri et e m b a r q u é en vingt-quatre heures . 1736. M e x i c o , le Cap-Français. Nous avons déjà vu qu'en 1736 et 1737, le matlazahuatl ra­ vagea Mexico. Il enleva, pendant ces deux années, selon Alzate, plus du tiers de ses habilans . Quelques personnes eurent au C a p des symptômes semblables à ceux de la maladie de S i a m , q u o i q u e , dans le plus g r a n d n o m b r e , le prélude ne se trouvât pas si violent. Si les accidens étaient un p e u moins considérables, les suites en étaient aussi funestes . 2

3

4

1

Pouppée-Desportes, Histoire des maladies de Saint-

D o m i n g u e , T. I , p. 65 e t 66. 2

3

Voyage à l'équateur. Paris, 1 7 5 1 , p. 3 , in-4.°. L.

c.,

p. 5 5 .

4 Pouppée-Desportes.


( 44 ) 1737. Cap-Français, Virginie. L'été ayant été fort pluvieux au Cap, le typhus ictérode fut moins commun : toutefois il y conserva toujours son caractère endémique. Il panit en Virginie. Le docteur Mitchell en a tracé l'histoire . 1739. Cap-Français, B a r b a d e , C h a r l e s t o n , Carthagène des Indes. L'été fut très-sec au Cap : l'hiver excessivement pluvieux. Quelques ma­ ladies de Siam parurent en octobre C'est Lining qui a mentionné celle de C h a r ­ leston. 1

2.

1740. S a i n t - D o m i n g u e , G u a y a q u i l , Cadix. Les symptômes de la maladie de Siam parurent, pendant le mois de juin, très-conformes à ceux qu'on avait remarqués au Cap durant l'été de 1733. Les saignées se r o u v r a i e n t ; et la g a n ­ grène survenant aux extrémités, était le dernier signe d'une m o r t prochaine A G u a y a q u i l , un g r a n d n o m b r e de gens m o u r u r e n t du vomissement n o i r , jusqu'alors inconnu sur les côtes de la m e r du S u d . 3.

4

1

fever, 2

3

Rush, p.

an 115,

account 2.

E

on

Pouppée-Desportes, Ibid.,

T.

the

bilious

remitting

yellow

éd.

I , p. 97.

T. I , p. 93. 4

La Coudamine, l. c.,

p. 104.


(45 ) Ulloa s'accorde parfaitement avec l'astro­ nome français, sur la première introduction de la contagion à Guayaquil. L'opinion géné­ r a l e , dit-il, était qu'ayant cette é p o q u e , on n e l'y connaissait pas : les galions de la mer du Sud ayant quitté Panama, à cause de ta g u e r r e , et étant venus à Guayaquil, pour mettre les tré­ sors en s û r e t é , l'y a p p o r t è r e n t , et beaucoup d e gens en m o u r u r e n t ; la plupart appartenaient aux vaisseaux, ou étaient des étrangers, niais peu de personnes du pays La relation de Frezier sur l'épidémie de 1713 prouverait q u e si elle n'avait pas encore p é ­ nétré à G u a y a q u i l , elle était au moins connue dans la m e r du S u d . 1741. Saint-Domingue,

Philadelphie, Nor­

folk, N e w - Y o r k , Màlaga. Les maladies de Siam furent principalement mauvaises, à la fin de juin et au c o m m e n c e m e n t de juillet, à Saint-Domin­ gue. Plusieurs personnes périrent dès le troisième ou quatrième jour. Celles qui en furent atteintes en n o v e m b r e et d é c e m b r e m o u r u r e n t presque toutes . 2

On 1

2

trouve quelques

renseignemens sur

U l l o a , L . iv, C. v i , p. 149. Pouppée-Desportes, T. I , p . 1 1 0 .


( 46 ) l'épidémie de Philadelphie, dans des lettres du docteur F r a n k l i n , qui annoncent qu'elle avait commencé dans les mois de juin et de juillet, et qu'elle finit à l'approche des premiers froids. L e docteur Mitchell, cité par Rush, raconte q u e , dans celle de la Virginie, le sang tiré de la veine parut toujours dissous; M. Colden a transmis des remarques sur celle qui régna, en 1 7 4 1 , 1742, à New-York . Elle fit périr dix mille personnes à Málaga où elle avait été portée par des individus qui venaient de l'Amérique, et qu'on laissa d é b a r q u e r , quoiqu'il y eût parmi eux des malades et des motifs puissans p o u r sus­ p e c t e r la santé de l'équipage. 1

1742. C a p - F r a n ç a i s , Norfolk. Il n'y eut au C a p , en a o û t , que quelques nouveaux arrivés attaqués du mal de Siam, d o n t peu échappèrent. Il fut très-mauvais dans les mois de septembre et octobre . 2

L e docteur Mitchell dit qu'il parut en Vir­ ginie dans le printemps. Cette circonstance est d'autant plus r e m a r q u a b l e , que les annales de la médecine n'en citeraient pas deux sem­ blables. Reste à savoir si ce lut vraiment le 1

2

Medical

repository, p. 159, août 1810.

Pouppée-Desportes,

T . I , p. 121 et 122.


( 47 ) typhus américain; ou si son apparition extraor­ dinaire ne fut pas duc au développement p r é ­ maturé de L'influence atmosphérique. 1743. Saint D o m i n g n e , Newhaven dans le Con­ n e c t i e z , New-York. Pendant é t é , celle fièvre fut très-meurtrière au Cap-français; ceux qui en guérirent durent leur salut aux dépôts qui se formèrent aux extrémités, ou par g a n g r è n e , ou par charbons ; il falluty entretenir une bondante suppuration . Elle se déclara p o u r la première fois à N e w Y o r k , et à Newhaven. 1744. Saint-Domingue. Les maladies de Siam furent toutes mortelles tant au Cap qu'au FortDauphin. 1745. Saint-Domingue, Charleston. U n e e s ­ cadre de six vaisseaux de g u e r r e avant mouillé, au commencement du mois de mai, dans la rade du C a p , mit à terre environ trois cents malades, dont aucun ne fut attaqué du mal de Siam. Cette escadre partit sur la fin de mai et vint remouiller le 17 a o û t , commandée p a r M. de l'Estenduere. Vers la fin d'août et au commencement de s e p t e m b r e , il p a r u t , dans sept à huit malades, quelques symptômes de 1

1

P o u p p é e - D e s p o r t e s , T , I , p. 129.


( 48 ) cette fièvre, q u i n'eurent pas de suite, ce qui fut un événement d'autant plus h e u r e u x , qu'il y avait, p e n d a n t le cours d e cet é t é , plus de six mille hommes dans la rade du Cap . Elle régna à Charleston depuis le mois de juin jusqu'au milieu de septembre ; ce fut alors que l'observa Jean Moultrie qui pratiquait sous les auspices de son père. 1

1 7 4 6 . S a i n t - D o m i n g u e . A la fin d'avril et dans ce courant de mai, La maladie de Siam se répandit dans l e s équipages des v a i s s e a u x du r o i ; il n'y e u t , sur celui que commandait M. de Conteneuil, q u e trois ou quatre personnes qui en furent attaquées. Deux choses, dit Despor­ t e s , p a r u r e n t contribuer à la santé des m a t e ­ lots : la p r e m i è r e , parce q u e le bâtiment faisait b e a u c o u p d'eau et ensi g r a n d e quantité, qu'on eut été obligé de le c a r e n e r , si l'on n'eût pas découvert la voie ; la seconde devait être attri­ b u é e à ce q u e le capitaine, vieux m a r i n , avait p o u r maxime de mettre en usage tout ce q u i pouvait dissiper et réjouir son équipage . 2

Elle fut d'autant plus c o m m u n e à la fin d'oc­ t o b r e et les quinze premiers jours de novembre, 1

2

Pouppée-Desportes T. I , p. 161.

p . 1 4 7 et 4 4 8 .


( 49 ) que la rade du Cap se trouva garnie d'un grand n o m b r e de navires qui étaient a S a i n t - D o ­ mingue depuis la lin de juin. 1747. S a i n t - D o m i n g u e , Philadelphie, N o r ­ folk. On retrouve quelques traces de l'existence de cette maladie à Philadelphie, dans une cita­

tion de Rush. M. Lynford Lardner, dans une lettre adressée à un de ses amis, datée du 24 septembre 1747, après avoir fait mention d e ses ravages, dit q u e , la saison étant devenue froide, les symptômes s'appaisaient, et que la fièvre se dissipait graduellement 1748. Charleston. Elle s'y montra depuis la fin d'août jusqu'à la m i - o c l o b r e , selon Lining. Moultrie date son invasion du milieu d'août. Q u o i q u e considérée comme éminemment con­ tagieuse p a r Lining, ce médecin r e m a r q u a q u e ceux qui fuyaient à la campagne ne la trans­ mettaient p a s . 1750. Martinique. Thibaut d e C h a n v a l o n , créole de la Martinique, mais s'en étant absenté l o n g - t e m p s , eut cette maladie un an après son retour. U n de ses compagnons de voyage ( M. le chevalier d e C h i m b a u d ) en fut atteint d e u x heures après son d é b a r q u e m e n t . Un jeune 1

T. I, p. 135

4


( 50 ) h o m m e , arrivé de F r a n c e , en b o n n e s a n t é , devait se r e n d r e le lendemain chez l u i ; mais Thibaut a p p r i t , le jour suivant, qu'il était mort. Il est curieux d'entendre cet auteur s'exprimer sur cette affection: elle est si p r o m p t e q u e , si l'on tarde à saisir la maladie dès l'instant qu'elle se d é c l a r e , elle se développe tout-à-coep avec une violence que la médecine ne peut subju­ g u e r ; tout est p e r d u : on traite alors le malade comme un bâtiment i n c e n d i é , dont il faut sa­ crifier une partie p o u r en sauver seulement la carcasse. On lui fait, dans vingt-quatre heures, jusqu'à quinze ou dix-huit saignées, dont les intervalles sont remplis p a r d'autres remèdes. Un h o m m e n'est pas plus tôt t o m b é m a l a d e , qu'il voit à ses côtés le m é d e c i n , le notaire et le con­ fesseur, ( q u i ne le croirait pas avec une s e m ­ blable pratique ? ) Cette maladie, b e a u c o u p plus dangereuse autrefois, était accompagnée des symptômes les plus violens. Le sang sortait par tous les pores c o m m e la s u e u r , ce qui arrive encore quelquefois. S o n caractere est principalement marqué par des hémorragies p a r les y e u x , le nez et autres parties du corps. Les nègres n'y sont jamais sujets, m ê m e ceux qui arrivent de Guinée.


( 51 ) Pendant les mois de juillet, août et s e p ­ t e m b r e 1751, elle régna sans malignité, tandis q u e , les années p r é c é d e n t e s , elle avait fait essuyer beaucoup de p e r t e s , même dans celte saison . 1

1753. Charleston. Selon les relations de Li­ ning et de David Ramsay, elle lut sporadique, et s'étendit sur un petit nombre d'individus. 1754. Antigua. Dans l'automne, le typhus sévissait parmi les militaires et les matelots r é c e m m e n t arrivés d'Angleterre. 2 1755. Charleston. Sporadique . 1 7 5 6 . Vers l'année 1 7 5 6 , quand on renvoya les Français neutres de la Nouvelle-Écosse, un vaisseau, destiné p o u r la Virginie, dans lequel ils étaient, fut poussé par la tempête sur Antigua; hommes, femmes et enfans, tout fut conduit au Monk's-hill. Immédiatement après, une epidemie se déclara dans l'île : les matelots, vivant dans le havre anglais, périrent en g r a n d n o m b r e . Ils étaient moissonnés p a r la fièvre jaune et le flux. Dans le même t e m p s , les sol­ dats, composant la garnison du M o n k ' s - h i l l , 1

V o y a g e à la Martinique. P a r i s , 1 7 6 3 , in-4°, p. 7 6 ,

7 8 , 7 9 , 1 4 8 , 160. 2

Ramsay, Valentin, Lining.

4*


( 52

)

et les Français neutres, quoique arrivés depuis peu de leur pays froid, jouissaient de la santé la plus brillante . 1-60. C u r a ç a o , Surinam. Il est probable que Rouppe, qui l'observait alors à Curaçao, l'a carac­ térisée p a r les noms de febres biliosœ, seu œstatis putridœ colliquativœ, exanthematicœ. Sa description rapide est bien faite : il entra à Curaçao le 19 août; et, au commencement de son séjour, cette peste s'introduisit p a r m i les marins . 1

}

2

A cette é p o q u e , F e r m i n la désignait, à Suri­ nam, sous les noms de causus, ou fièvre a r d e n t e , et fièvre p u t r i d e maligne. 1761. M e x i c o , le Matlazahuatl. Voir c i dessus, p . ?.3 et suiv. 1762. Le M e x i q u e , Philadelphie. Pendant les années 1 7 6 1 et 1 7 6 2 , le matlazaliuatl dépeupla le M e x i q u e ; il m o u r u t au moins vingt-cinq mille personnes dans l'enceinte de la capitale; il est vrai que la petite vérole s'en était mêlée. Dans l'espace de douze mois seulement, il entra dans l'hôpital royal ( q u i ne sert qu'aux seuls 1

L i n d , Essai sur les maladies des Européens dans

les pays c h a u d s , T . V, p. 273. 2

Rouppe

de

morbis

navi

antium,

p. 304 et suiv.


( 53 ) Indiens) plus de neuf nulle malades; il n'en appa qu'environ deux mille . L e docteur Rush a d o n n é , dans son o u v r a g e , une courte notice de l'épidémie qui parut cette année à Philadelphie : on y voit qu'elle con­ tinua depuis le mois d'août jusqu'au mois d e d é c e m b r e , et qu'il mourait plus de vingt p e r ­ sonnes par jour ; ce q u i , d'après mon calcul, ferait à peu près trois mille individus, mortalité é n o r m e à une é p o q u e où la population était encore très-faible. 1763. Guiane, Philadelphie. Les E u r o p é e n s , transportés à la G u i a n e , m o u r u r e n t en g r a n d n o m b r e d'un mal qui les moissonnait dès leur arrivée . Toutefois Bajon, après avoir cité cette affection redoutable q u i , selon lui, n'était rien moins q u ' u n e fièvre épidémique des plus violentes, dit q u e la maladie de Siam, si com­ m u n e à S a i n t - D o m i n g u e , n'a jamais été o b ­ servée à Cayenne. 1

2

3

1

A l z a t e , l. c., p . 55 et 56.

2

R u s h , p. 13 et 14.

3

Bajon, Mémoire pour servir à l'histoire de Cayenne

et de la Guiane française, p . 3 0 , 31 et 58. C a m p e t , Traité pratique des maladies graves qui règnent dans les contrées situées sous la zone torride. P a r i s , an 1 0 .


(

54)

capi­

La fièvre jaune fut sporadique dans la tale de la Pensilvanie . 1764. G u i a n e , Cadix. M. Aréjula possède un manuscrit du docteur Selvaresa, médecin de C a d i x , qui a donné une courte notice de la ma­ ladie de 1764 . Selon L i n d , elle y moissonnait souvent jusqu'à cent hommes p a r j o u r ; niais elle n'attaqua aucun de ceux qui, étant à l'ancre, à une certaine distance d e la ville, ne descen­ dirent point à terre . 1

2

3

Malgré l'observation de Bajon, on croit dif­ ficilement qu'elle n'ait pas régné à la Guiane dans les années 1763 et 1 7 6 4 , parce q u e la description q u e donne C a m p e t des symptômes qu'il a lui-même observés à cette é p o q u e , laisse p e u de doute sur la nature de cette fièvre. Cet auteur pensait qu'elle tirait son ori­ gine de la nouvelle colonie d u K o r o u , où il supposait le foyer des miasmes contagieux . 1765. G u i a n e , Pensacola. L e s Européens périrent presque tous à la Guiane. O n envoya 4

1

2

R u s h , p. 144. Aréjula, Tireve descripcion

padecida Madrid,

en Cadiz

y pueblos

de la fiebre amarilla comarcanos

1806, p . 447. L i n d , T . I , p. 172.

3

T . J, p . 172 e t 222.

4

P. 74.

en 1 8 0 0 .


( 55 ) dans le mois de septembre trois cents Allemands dans le canton de l'Aprouage; et, au commen­ cement de n o v e m b r e , il n'en restait que trois. L e reste avait été dévoré par le climat . 1

Les Anglais souffrirent beaucoup à Pensacola, où la fièvre jaune fut n o t a m m e n t falale à un régiment envoyé d ' A n g l e t e r r e , pour lequel de semblables climats étaient étrangers. Il en fut redevable à la malheureuse circonstance de son d é b a r q u e m e n t dans la plus mauvaise saison de l'année. Les équipages des vaisseaux de g u e r r e , ancrés à un mille de la t e r r e , jouirent aussi d e la santé la plus parfaite . 2

1769. Californie. L'astronome C h a p p e de H a u t e - R o c h e m o u r u t , l'année 1769, en Cali­ fornie, où il était passé p o u r observer le passage de Vénus sur le soleil. Les trois quarts des habitans avaient s u c c o m b é , et le reste avait pris la fuite. Cassini fils rapporte l'histoire de cette é p i d é m i e , arrivée à San-Joseph; mais ce qu'il en raconte ne fait rien présumer sur sa n a t u r e : il semblerait m ê m e que l'astronome enlevé à la science ne m o u r u t pas de fièvre jaune. 3

1

2

3

Campet, l. c., p. 74. L i n d , T . I , p. 4 5 et 223. L.

c.,

p. 39.


( 56 ) 1 7 7 0 . On croit qu'elle parut à la Grenade . 1 7 7 4 . Jamaïque. Les matériaux rassemblés par Jakson p o u r son Histoire des fièvres de la J a m a ï q u e , l'ont été depuis 1774. jusqu'à 1 7 8 2 ; conséquemment il avait dû voir plusieurs fois la fièvre jaune dans le cours de ces huit années, puisqu'elles lui ont fourni les observations nécessaires à son Traité sur le typhus. 1

1780. Jamaïque, Sainte-Lucie. Dans ces deux îles, les Anglais é p r o u v è r e n t des pertes consi­ dérables. 1 7 8 1 . Saint-Domingue, Cuba. Le docteur D o n Francisco Balmis, témoin oculaire des malheurs causés p a r l a fièvre jaune au Cap-Fran­ çais et à la Havane en 1781 et 1 7 8 2 , assure qu'il ne resta pas dans cette première ville un seul soldat en état de faire le service de la cham­ b r é e , parmi les compagnies logées dans les su­ creries basses et h u m i d e s , tandis que plus de la moitié des hommes logés dans les habitations élevées et bien aérées se trouvèrent exempts de cette maladie . 2

1

L e b l o n d , Observations sur la fièvre jaune et sur

les maladies des tropiques, p. 165. 2

B e r t h e , Précis historique de la maladie qui régna

dans l'Andalousie en 1800, p. 164.


( 57 ) 1783. Après avoir examiné attentivement la description du docteur Masdevall sur l'épidé­ mie de Catalogne en 1789 , nous n'avons rien vu qui ressemblât à notre fièvre ; il suffirait de dire qu'il n'y avait ni jaunisse, ni vomissemens n o i r s , ni hémorragies par la bouche et le fon­ d e m e n t , ni urines noires, ni suppression de cette e x c r é t i o n , et que les malades mouraient du 14 au 2 1 j o u r , p o u r acquérir une pleine conviction à ce sujet : nous citons celte relation, parce qu'un auteur très-connu l'a considérée comme appartenant au typhus des tropiques. 1

e

e

1790. N e w - Y o r k . Elle y fut sporadique. 1 7 9 1 . N e w - Y o r k , Martinique. Elle se m a n i ­ festa à N e w - Y o r k avec assez de violence. L e général Béagues ayant a b o r d é au FortRoyal (Martinique) avec des troupes de débar­ q u e m e n t , 7 2 2 hommes m o u r u r e n t à l'hôpital dans l'espace de vingt jours, vers la fin de mars et le commencement d'avril. 1792. Charleston. Depuis 1748, elle n'y avait paru que comme sporadique ; mais en 1 7 9 2 , elle fut épidémique. 1793. 1

Relacion (le las Epidemias

malignas, real,

P h i l a d e l p h i e , Harisbourg, C a r a c a s , de calenturas

etc., por don Josef Masdevall.

1786.

putridas y

En la imprenta


( 58 )

Grenade, D o m i n i q u e , D é m é r a r y , Saint-Vin cent, J a m a ï q u e , T a b a g o , T r i n i t é , A n t i g u a , Saint-Christophe, Saint-Thomas, Sainte-Croix. L'année 1793 fut une époque bien fatale p o u r l'Amérique. Les malheurs des Antilles fran­ çaises, en ayant fait émigrer les habitans, ils se répandirent de toute p a r t , et l'on est forcé d e convenir qu'ils semblaient traîner avec eux le fléau destructeur . l

Au commencement du mois d'août, il p é ­ nétra dans la ville de Philadelphie alors p e u ­ plée de 55,000 ames, dont il périt, en trois mois, 4,048 selon quelques observateurs, et 4,044 selon Rush . La destruction ne se serait pas b o r n é e là, si les Philadelphiens, effrayés, n'eus­ sent cherché un asile dans la c a m p a g n e qu'ils inondèrent de toute p a r t ; on leur r e p r o c h a , peut-être à t o r t , d'avoir m é c o n n u les lois de l'humanité et même les liens du sang : et cette accusation fut fondée sur ce qu'ils a b a n d o n n è r e n t , dit-on, beaucoup de malades à leur fatale desti­ n é e , en laissant quelques boissons à côté de leur ht. Cependant les colons de S a i n t - D o m i n g u e , 2

1

C'est aussi l'avis île M. Blanc. Lettre à l'envoyé

extraordinaire Journal, 2

Vol.

P. 322.

du roi de Prusse. III,

p.

391.

Edimburg

medical


( 59 ) alors en g r a n d n o m b r e à P h i l a d e l p h i e , d o n ­ nèrent l'exemple du c o u r a g e , en prodiguant leurs soins aux pestiférés; et ils durent réveiller celui des habitaos, en ranimant leur confiance. Les Français fugitifs p a r u r e n t invulnérables au milieu de la désolation et de la m o r t des d e s cendan de P e n n . O n croit q u ' H a r r i s b o u r g sur la S u s q u e h a n nah fut infecté. Dans le mois d ' o c t o b r e , la contagion e m ­ porta beaucoup de soldats et d'autres individus à Caracas. Rush a r a c o n t é , p e u t - ê t r e avec t r o p de légèreté et m ê m e d'invraisemblance, que tous les malades qui étaient traités par les médecins en m o u r u r e n t , et q u ' o n fut obligé d'avoir recours aux vieilles femmes qui guéris­ saient mieux. Elles donnèrent a b o n d a m m e n t des boissons tièdes et diaphorétiques p o u r p r o ­ voquer la sueur C'est dans l'île de la G r e n a d e qu'observait alors le d o c t e u r C h i s o l m , médecin rempli d e savoir, mais qui s'est t r o p a b a n d o n n é à son imagination. Il prétendit que cette maladie était une fièvre pestilentielle venue de Boulam sur le navire anglais le H a n k e y , et il la distingua 1

P. 322.


( 60 ) de la fièvre jaune dont il donna une description séparée. Dans l'espace de trente mois, les Anglais per­ d i r e n t , selon cet a u t e u r , 15,437 soldats atteints du typhus américain . E n donnant l'histoire de l'épidémie qui régna à la D o m i n i q u e , Clark a raconté des p a r t i ­ cularités extraordinaires qui ne se trouvent presque dans aucune a u t r e , et qui font croire q u e le génie de cette maladie avait une férocité toute particulière, ou bien que l'auteur a confondu entre elles des affections diffé­ rentes. E n effet, on calcula q u e , depuis le p r e ­ mier juillet jusqu'au premier o c t o b r e , huit cents émigrés de la Martinique, en y comprenant les domestiques et les esclaves, avaient été enlevés p a r ce fléau, qui n'épargna ni â g e , ni s e x e , ni couleur . l

2

Dans la Guiane hollandaise, cette peste n'était pas connue avant l'année 1 7 9 3 , que le Schooner Fanfan, qui l'avait introduite à la B a r b a d e , la porta aussi chez les marins de la rivière de D é m é r a r y . 3

1

2

T. I , p. A

treatise

17. on the y e l l o w fever,

p. 2. 3

Chisolm, T. I I , p. 201.

etc.

London,

1797,


( 61 )

Ceux qui n'attribuent les causes de la fièvre jaune qu'aux exhalaisons d'un sol marécageux ne p o u r r a i e n t expliquer l'origine de celle de S a i n t - V i n c e n t , île dont la situation est aussi agréable que le sol est sain et l'air pur. Cepen­ d a n t , au milieu d'avril 1793, elle y déploya toutes ses fureurs, en épargnant néanmoins les Français émigrés des autres Antilles ; ce qui r e n d toujours plus extraordinaire l'assertion de Clark. U n e nouvelle particularité, qui exigerait peut-être des preuves plus authentiques, c'est q u ' à l a Jamaïque, la fièvre jaune p a r c o u r u t une g r a n d e partie de l'intérieur de l'île, notamment vers le côté du n o r d . l

A T a b a g o , elle s'annonça dès le commence­ ment de juillet. Les personnes d'un t e m p é r a m e n t sanguin et les plus robustes en souffrirent c o n s i d é r a b l e m e n t , et surtout les soldats anglais du trente-deuxième régiment qui arriva dans le mois de juillet. Chisolm considère comme un fait authentique la p r o p a g a t i o n de la maladie de la G r e n a d e au p o r t d ' E s p a g n e , île de la T r i n i t é , où elle fut b o r n é e à la ville et à la rade. L'air est p u r à S a i n t - C h r i s t o p h e ; le sol 1

John Rule,

medic.

repos.,

1809, p . 3 2 3 .


( 62 ) sablonneux n'est point sujet aux exhalaisons méphitiques, aussi n'y dut - on la fièvre j a u n e , dans le mois de j u i n , qu'a un navire venu de Saint-Vincent. Elle parut aussi à Antigua dans le même mois. Aucune trace de ce mal ne s'était fait r e m a r q u e r à Saint-Thomas, jusqu'à l'arrivée d'un bâtiment américain qui vint de la Marti­ nique et qui l'y p t o p a g e a . 1794. N e w - Y o r k , N e w h a v e n , Baltimore, k e n t u c k y , Charleston, D o m i n i q u e , G u a d e ­ l o u p e , M a r t i n i q u e , S a i n t - D o m i n g u e , SainteLucie, Démérary, Havane, Saint-Thomas, S a i n t e - C r o i x , etc. A New-York, ses ravages furent peu considérables : elle parut à N e w ­ h a v e n , où elle fut portée par un bâtiment venant de la Martinique ; elle sévit à Balti­ m o r e , ville de 17,000 aines, et notamment à F e l l ' s p o i n t , un de ses faubourgs. Si l'on peut ajouter une grande croyance au r a p p o r t du docteur W a t k i n s , le typhus dé­ peupla un village indien; il pense aussi que la fièvre du K e n t u c k y ressemblait à celle qu'il avait vue à Philadelphie et à Baltimore. Elle s'annonça encore à Charleston. On ne trouvera pas étrange cette plus grande fré­ q u e n c e , lorsque l'on considérera q u e , cette ville


( 63 ) étant plus m é r i d i o n a l e , et la t e m p é r a t u r e b r û ­ l a n t e , elle fournissait plus d e facilité au d é v e ­ l o p p e m e n t du typhus. Les émigrés de la G u a d e l o u p e arrivèrent en foule à la D o m i n i q u e , mais ils furent moins maltraités q u e l'année p r é c é d e n t e . C l a r k , qui a r e n d u c o m p t e des deux, é p i d é m i e s , assure toujours q u e les Créoles et les gens de couleur y étaient aussi exposés q u e les E u r o p é e n s . L'armée du général Charles G r a y qui partit de P o r t s m o u t h à la fin de 1 7 9 3 , était presque entièrement détruite au mois de n o v e m b r e de l'année suivante, après avoir occupé la Guade­ l o u p e , la Martinique et Sainte-Lucie. Il m o u r u t 6,012 soldats ou officiers, depuis le p r e m i e r fé­ vrier jusqu'au p r e m i e r s e p t e m b r e 1794. L e navire l ' E s p é r a n c e , The H o p e , porta la contagion d e la G r e n a d e à la plantation d e D é ­ mérary

1

.

Plus de d e u x mille personnes périrent en deux mois à la H a v a n e , où on la crut transportée des E t a t s - U n i s ; elle y régna p e n d a n t les mois de juin, juillet et août . 2

1

2

Chisolm, T . I I , p . 2 0 1 . J o h n Holliday, Origin,

symptoms and treatment

of the putrid bilious fever at the Havanna,

etc.


( 64 ) 1795. N e w - Y o r k , Bristol, Providence, N o r ­ folk, Charleston, lac Seneka, Martinique, SaintT h o m a s . La population de New-York était alors de 40,000 ames, et l'épidémie n'enleva que 732 personnes, depuis le mois de juillet jusqu'à la fin d ' o c t o b r e . Ce fut le b r i c k le Zéphyre, venant du P o r t - a u - P r i n c e , qui la répandit dans p l u ­ sieurs villes de l'Union. A Bristol, à P r o v i d e n c e ( R h o d e - I s l a n d ) et à Charleston, elle s'annonça par de faibles r a ­ vages, mais elle sévit avec fureur a Norfolk où. elle fut r e m a r q u a b l e par la violence des s y m p ­ tômes . 2

O n a dit qu'elle pénétra jusque sur les b o r d s du lac S e n e k a , qui p o r t e aussi le nom de lac des fièvres, et jusqu'au Fort-Anglais sur la r i ­ vière Miami du lac Érié. Il faut se défier de ces apparitions de la fièvre jaune dans l'intérieur des continens; on ne doit ajouter quelque confiance à des relations de cette nature que lorsqu'elles sont rapportées p a r des médecins connus. 1

Bayley's,

account of the epidemic fever which

vailed in the city of New- York, summer and fall 2

of

V a l e n t i n , p. 67.

1795.

pre-

During part of the


( 65 ) Les troupes anglaises, cantonnées à la M a r t i ­ nique, furent fortement maltraitées dans le mois de juin. La maladie p é n é t r a , vers les derniers mois de l ' a n n é e , au milieu des équipages d u vice-amiral Caldwel, et ensuite de ceux de l'a­ miral John Laforey La Vengeance, vaisseau de 7 4 , perdit 7 0 h o m m e s en une seule semaine. 1

1 7 9 6 . Bristol, P r o v i d e n c e , B o s t o n , New b u r r y p o r t , P o r t s m o u t h , N e w - Y o r k , Phila­ d e l p h i e , N o r f o l k , C h a r l e s t o n , Galliopolis, S a i n t - D o m i n g u e , G u a d e l o u p e , Trinité, SainteL u c i e , T o r t o l a , S a i n t - T h o m a s , Sainte-Croix. Ces quatre premières villes, ainsi que C h a r ­ leston, éprouvèrent d e s pertes considérables; mais, dans les autres cites d e s Etats-Unis, ce fléau ne fut, à p r o p r e m e n t p a r l e r , que s p o r a ­ dique. O n soupçonne aussi qu'il s'étendit jusqu'à Galliopolis, sur la rive occidentale de l'Ohio. Charleston l'avait reçu d ' u n navire parti de la Havane. Vers la fin d e l'année, l'armée du général A b e r c o m b r i e avait p e r d u 6 , 0 0 0 soldats, après sept mois d ' a r r i v é e , et en avait autant de ma­ lades répartis dans les Antilles. Chisolm attribue le développement du typhus au Générous 1

Gillespie.

5


( 66 ) Planter, vaisseau de transport qui avait servi d'hôpital à la G r e n a d e en 1 7 9 5 , et sur lequel on fit passer des troupes à Saint-Domingue . La tradition nous avait a p p r i s , dans cette î l e , qu'en peu de mois les Anglais p e r d i r e n t la moitié des six mille soldats qu'on y avait d é ­ barqués. Q u a t r e mille prisonniers de cette nation périrent aussi à la G u a d e l o u p e , depuis la fin de 1 7 9 4 jusqu'en 1796. Une escadre espagnole, arrivée à la Trinité dans le courant de juillet, fut p r i v é e , en six mois, de plus de la moitié de ses équipages ; attaquée, dans le mois de février 797, par l'amiral Harvey, elle ne put se d é f e n d r e , à cause de la p e r t e ef­ froyable d'hommes qu'elle avait faite. Au 4 juin 1 7 9 6 , la garnison anglaise é t a i t , à Sainte - L u c i e , de 4278 soldats, dont il ne restait plus q u e mille au 1. juillet 1797. La petite île de Tortola échappa à la c o n ­ tagion en 1793 ; mais un navire de t r a n s p o r t , p o r t a n t les débris d'un r é g i m e n t , l'y introduisit en 1796. 1797. Bristol, P r o v i d e n c e , Boston, N e w design, P h i l a d e l p h i e , B a l t i m o r e , N o r f o r l k , C h a r l e s t o n , M a r t i n i q u e , Sainte-Lucie. A p r o l

er

1

T. I ,

p. 204.


( 67 ) vidence, le vomissement noir fit son apparition le 13 août. M. Valentin fait r e m a r q u e r qu'à Boston, la sparlatine, la r o u g e o l e , la dyssenterie et le c h o l e r a - m o r b u s sévissaient d'une maniere e x traordinaire jusqu'au mois d'août, et qu'alors la fièvre jaune les fit disparaître. O n soupçonne qu'elle s'introduisit à N e w design et à S a i n t - L o u i s , près de l'embouchure du M i s s o u r i , mais il n'y a rien de positif à cet égard. Elle fut m e u r t r i è r e à N o r f o l k , à Charleston, et fit périr 4,000 personnes à Philadelphie. Sainte-Lucie a été le tombeau de 12,000 An­ glais, selon Gillespie . Il est présumable q u e ce ne fut pas dans une seule année. 1798. N e w l o n d o n , W e s t e r l y , S t o n i n g t o n , Boston, New-York, Portsmouth, Philadelphie, W i l m i n g t o n , B a l t i m o r e , Norfolk, Alexandrie, Pétersbourg, Martinique, Saint-Domingue. Selon J o s e p h C o m s t o c k , le typhus américain se r é p a n d i t , cette a n n é e , dans les villages et les villes de la c a m p a g n e , plus universellement qu'il n'avait fait jusques lors. Il visita N e w 1

1

Observations

board a part

on the Diseases

of his majesty's

which prevailed

squadron.

London,

*5

on

1800,p.17.


( 68 ) L o n d o n , et y causa une mortalité extraordinaire; atteignit la petite ville de W e s t e r l y , celle d e Stonington, dansde C o n e c t i t u t et autres adja­ centes . Toutefois je p r o v o q u e la réserve sur Je degré de confiance qu'on doit accorder à ce m é d e c i n , qui désigne indifféremment sous le nom de fièvre bilieuse ou de fièvre j a u n e , des affections morbifiques qu'il considère c o m m e ne différant q u e par le d e g r é . 1

De 4 0 , 0 0 0 babitans qui formaient la p o p u ­ lation de New-York, les d e u x tiers a b a n d o n ­ nèrent la ville, e t , parmi ceux qui r e s t è r e n t , la peste occidentale enleva 2086 personnes. Ce qui est une mortalité effrayante, eu égard au petit n o m b r e des individus non é m i g r é s , qui certainement ne furent pas tous atteints Trois mille q u a t r e cent quarante-six personnes succombèrent dans P h i l a d e l p h i e , et 1554 fu­ gitifs allèrent mourir dans la c a m p a g n e . C e furent p e u t - ê t r e ces émigrés qui p o r t è r e n t la contagion à W i l m i n g t o n ( Delaware ) , j u s ­ qu'ici é p a r g n é . Saint-Pierre ( M a r t i n i q u e ) , B a l t i m o r e , N o r Médical repository, mai 1806, p. 2 1 .

1

2

M. Hardié a fait un Recueil des principaux é v é n e -

m e n s d e c e l t e épidémie. Ibid. Hexad. I, Vol. I I I , p. 2 9 1 .


( 69 )

f o l k , Poston, Portsmouth dans le N e w h a m p s h i r e , N e w l o n d o n , P é t e r s b o u r g sur la rivière O p p o m a t o x , éprouvèrent de faibles p e r t e s ; mais à A l e x a n d r i e , sur le P o t o w m a c k , il y eut une mortalité effroyable parmi les marins. J o h n Rule a indiqué la marche progressive que la fièvre suivit à la Jamaïque : elle vint de Montégo-Bay à F a l m o u t h ; et, touchant légère­ ment à Rio - Bueno et à D r y - H a r b o u r , elle s'avança à Saint-Ann's-Bay, au P o r t - M a r i e , et ensuite à Kingston où elle finit, après avoir détruit plusieurs centaines de personnes . 1

M. Gilbert p r é t e n d q u e , dans l'été de l'an V I ( 1 7 9 8 ) , lorsque les Anglais occupaient, avec 25,000 h o m m e s , le môle Saint-Nicolas ( SaintDomingue ) et les environs de cette p l a c e , fort sains par leur position, ils perdirent les 7/8 de leur armée par la fièvre jaune. Cet auteur ajoute qu'il en mourait de 1000 à 1200 par jour pendant près de trois semaines . O n m'a également raconté cette catastrophe qui me paraît peu vraisemblable. 2

1799. Boston, N e w - Y o r k , 1

2

Medic.

repos.,

février

1809.

Histoire médicale de l'armée

D o m i n g u e , p. 70.

Philadelphie,

française à

Saint-


( 70 ) Baltimore, N o r f o l k , lac S é n é c a , C h a r l e s t o n , Martinique. Il y eut beaucoup de victimes à Boston. La Contagion fut p o r t é e , pendant le mois de juin, dans la ville d e Charleston, par des matelots d'un navire espagnol ; le mois suivant, elle s'annonça chez quelques m a r i n s , et elle ne devint générale q u e vers le milieu d ' a o û t , pour continuer jusqu'au milieu d ' o c ­ t o b r e , malgré l'abondance des pluies Il a été calculé q u e , depuis 1794, où la Mar­ tinique se rendit aux Anglais, jusqu'en 1 7 9 9 , il mourut, dans cette île, de 10 à 14,000 Anglais emportés p a r ce fléau . 2

D ' a p r è s un tableau de Chisolm, il paraîtrait que l'armée de Sir Ralph A b e r c o m b r i e p e r d i t , dans les Antilles, depuis le 1. mars 1 7 9 6 jusqu'au 1. avril 1 7 9 9 , 13,809 hommes a t ­ teints du vomissement noir. L a mortalité qui avait plané sur l'armée de G r a y et d'Abercom­ b r i e , était, à cette époque, de 19,821 h o m m e s , dont 2000 seulement avaient péri p a r l'épée : on en comptait 15,000 enlevés p a r la fièvre jaune . er

er

3

1

David Ramsay.

2

G i l l e s p i e , p. 1 3 8 .

3

C h i s o l m , T . I , p. 4 5 1 .


( 71 ) 1800. P r o v i d e n c e , N e w - Y o r k , Philadel­ p h i e , Baltimore, Norfolk, Charïeston, Espagne. A Providence, l'épidémie commença le 1 5 août, et finit le 5 octobre. A B a l t i m o r e , elle enleva 1197 personnes. A N o r f o l k , elle fut plus vio­ lente que les années antérieures. E s p a g n e , Cadix. Le 10 du mois d'août 1800, d'autres disent sur la fin de juillet, il se d é c l a r a , dans le faubourg de Sainte - M a r i e , situé au sud-est de la ville, une fièvre q u i , p a r ses symptômes g r a v e s , inspira de justes a l a r m e s ; elle s'étendit p r o m p t e m e n t le long des rues Sopranis e t B o q u e t a , dont les habitans, qui mènent à peu près le m ê m e g e n r e de vie ; se fréquentent beaucoup : ce sont des marins ouvriers du port et des employés de la d o u a n e , tous gens q u i , p a r leur position et leur état, sont exposés aux premières impressions de la contagion. Bientôt elle pénétra dans les q u a r ­ tiers du R o s a i r e , de Saint-Antoine ; et son d o ­ m a i n e , sur la fin du mois d ' a o û t , s'était étendu jusqu'au centre de la cité; déjà, dans le mois de s e p t e m b r e , aucun des quartiers n'en était e x e m p t , et il mourait alors plus de 200 personnes p a r jour. Dans le mois d ' o c t o b r e , les ravages dimi-


( 72 ) nuèrent, et, sur la fin de novembre, ils cessèrent entièrement. On évaluait la population de Cadix a 71,000 habitans ou environ : 1 4 , 0 0 0 enémigrèrent;48,520 furent atteints, et il en mourut 9.977, un peu

plus du cinquième. L'opinion le plus généralement admise, attri­ buait l'introduction du vomito à la corvette le Dauphin (el Delfin), construite à Baltimore, et qui demeura plusieurs mois a la Havane, d'où elle partit le 27 mai, commandée par Guillaume Jaskel et montée par sept marins et vingt-un passagers : arrivée à Charïeston le 31 de ce mois, elle quitta ce port, le 1 1 juin, avec quatre ma­ rins de plus, pour entrer dans la baie de Cadix le 6 de juillet. Dans sa traversée, elle perdit trois hommes que des maladies enlevèrent. A peu près à la même époque, l ' A g u i l a arriva. à San Lucar de Barrameda, et ensuite à Cadix après avoir perdu cinq hommes dans sa tra­ versée de la Havane en Europe, et l'on crut aussi que ce navire aurait bien pu inoculer la contagion dans la ville. Séville. Une fois répandu dans Cadix, le typhus ne tarda pas à pénétrer dans les villes et


( 73 ) les villages e n v i r o n n a n s , et n o t a m m e n t dans ceux qui étaient fréquentés par les m a t e l o t s , comme sur le Guadalquivir. Les autres furent infectés plus tard, et à mesure que les fugitifs ou les voyageurs p a r t i s de Cadix se r é p a n d i r e n t dans les populations voisines. Si les habitans de Séville avaient connu le d a n g e r , ils auraient pu l'éviter d'autant plus facilement, q u e le faubourg de Triana, où les ma­ rins disséminèrent d'abord la maladie, est séparé de la ville par le fleuve Guadalquivir, et qu'elle y fut stationnaire plus de quinze jours, pen­ dant lesquels elle sévit avec la plus grande activité. Les premiers malades connus furent les m e m ­ bres de la famille désignée sous le n o m de los Lebrones, tous caboteurs, d o n t un seul échappa à la mort. A la fin, les communications non interrompues entre les d e u x rives la portèrent à Séville, et l'on r e m a r q u a , c o m m e un caractère spécifique, qu'elle n'attaqua d ' a b o r d que le faubourg de los Humeros tout-à-fait en face de T r i a n a , et fré­ quenté de même p a r les marins ou les ouvriers du port. D e là elle gagna la paroisse de SaintV i n c e n t , et enfin toute la ville. M. Berthe af­ firme q u e les rues qui aboutissent à la porte


( 74 ) par laquelle on c o m m u n i q u e à los Humeros, et que l'on était forcé de traverser p o u r p o r t e r les cadavres à L'église, sont précisément celles qui furent les premières infectées . 1

Les calculs sur la population et la mortalité ne s'accordent pas. Selon les uns, il restait à Séville, après l'émigration de 4,000 habitans, 8G,ooo individus, dont 76,000 furent malades, et 20,000 m o u r u r e n t . Mais les tables d'Aréjula portent 76,488 infectés, p a r m i lesquels 6 1 , 7 1 8 ont guéri, et 14,685 ont péri. Dans le cours du mois d e n o v e m b r e , l'épidémie disparut. C o r d o u e . Quelques fugitifs de Cadix y furent traités dans un endroit isolé de l'hôpital, et ils ne p r o p a g è r e n t aucun g e r m e . La Carlotta. O n a s o u p ç o n n é , sans être plei­ nement convaincu, q u e des réfugiés p o r t è r e n t la contagion dans ce village composé de 700 individus. L a t e r r e u r en fit émigrer un assez g r a n d nombre; il n'en resta q u e 473, dont il y eut 195 malades et 122 victimes. C a r m o n a . S u r une population de 18 à 20,000 individus, il n'en m o u r u t q u e 5o en automne, et n o t a m m e n t dans le mois de s e p t e m b r e , ce qui fait d o u t e r q u e le vomito ait pénétré jusque-là. 1

P.

64.


( 75 ) Ecija. D a n s cette ville, les habitans eurent la sagesse d'intercepter toute communication dès qu'ils connurent le d a n g e r ; on isola les fugitifs arrivés de Cadix et de Séville ; sur 400 malades, il n'en m o u r u t qu'un quart. Puerto Santa Maria. Ce port, q u o i q u e séparé de Cadix p a r la rade, en est, en quelque sorte, une dépendance p a r les communications fréquentes et les besoins r é c i p r o q u e s ; il e s t , en g r a n d e p a r t i e , o c c u p é p a r les gens de mer et les c o m m e r ç a n s ; la population peut être évaluée à 20,000 habitans dont ce fléau enleva 4,000. San Lucar de Barraméda. La contagion commença encore dans la ville b a s s e , d e m e u r e des m a r i n s , et elle se p r o p a g e a ensuite dans la ville haute où elle fut plus douce. Il périt 3,ooo sur 18,000 qui formaient le n o m b r e total des habitans. Xerès de la Frontéra. Nous a p p r î m e s l à , de la junte de santé et du docteur F e r r a n d , q u e , sur 42,000 citoyens, plus de 14,000 furent précipités au t o m b e a u , et qu'il y eut au delà de 30,000 malades. Çhiclana, la Isla de Léon, Puerto - real r e ç u r e n t la contagion immédiatement de la ville de Cadix dont elles occupent le voisinage d u côté de la terre.


( 76 ) S E C T I O N

Dix-neuvième

V.

siècle.

1801. N e w - Y o r k , P h i l a d e l p h i e , Balti­ m o r e . Norfolk, Antilles, E u r o p e . 31. Savaresy a connu des officiers anglais à la M a r t i n i q u e , qui lui ont assuré q u e , depuis 1793 jusqu'à la paix d ' A m i e n s , en 1 8 0 1 , le g o u v e r n e m e n t de la G r a n d e - B r e t a g n e avait p e r d u , dans les Antilles, plus de 60,000 marins ou soldats. Des calculs de ce genre sont loin de d o n n e r des approximations justes, quoiqu'il soit p r é sumable q u e les d e u x tiers au moins avaient été dévorés p a r la fièvre jaune. Espagne. Médina-Sidonia. Soit que les germes n'eussent été introduits q u e fort tard à Médina, soit qu'ils eussent été assoupis p a r des causes locales, soit q u e des individus ou des effets qui en étaient e n c o r e imprégnés d e l'année pré­ c é d e n t e , les eussent communiqués dans un temps plus o p p o r t u n , ils ne tirent leur explosion qu'en 1 8 0 1 . U n n o m m é Bénitez tomba malade le 3 août, et m o u r u t le 6. S o n p è r e , frappé le 5 , mourut le 9. Son fils Blas, saisi le 29, expira le 2 sep­ t e m b r e . Plusieurs autres individus furent e n -


( 77 ) levés, dans cet intervalle, p a r le vomissement noir et d'autres symptômes extraordinaires. Mais ce ne fut que vers le 22 août que la sol­ licitude des docteurs don Josef P é l a e z , don Manuel Ximénez Ména, et don Josef de B a r rios, fut réveillée p a r les accidens qu'éprouvait T o m a s L e g u p i l , qui leur p a r u r e n t semblables à ceux de l'épidémie qui venait d'avoir lieu dans leur voisinage. U n e chose r e m a r q u a b l e , c'est que l o n g ­ temps on observa le typhus seulement dans les mêmes r u e s , celles de San Francisco, de la Loba, de Santa Catalina, de Cigarra et Sucia, toutes à côté les unes des autres, et ayant entre elles des communications. L e 6 n o v e m b r e , le d a n g e r avait totalement cessé. Séville. Il y eut à Séville 1 100 malades, dont les trois cinquièmes m o u r u r e n t . Ces nouvelles victimes furent toutes choisies dans la classe d e ceux qui avaient fui p e n d a n t la p r é c é d e n t e é p i d é m i e , et q u i , p a r conséquent, s'étaient ga­ rantis de ses atteintes. 1802. N e w - Y o r k , W i l m i n g t o n , Philadel­ p h i e , C a r t h a g è n e , C a r a c a s , Barcelone d'A­ m é r i q u e , V e r a - C r u z , C a y e n n e , les Antilles. P r e s q u e tout le littoral oriental de l'Amérique e s p a g n o l e , ainsi q u e les Antilles et une partie


( 78 ) des Etats-Unis, furent dévastés p a r le vomisse­ ment n o i r , qui enleva à la V e r a - C r u z , depuis le mois d'avril jusqu'au mois d'octobre, 1 500 marins ou commerçans étrangers. Cayenne. Les expéditions françaises p o r t è ­ rent en Amérique beaucoup d'Européens non acclimatés. L e général Degouges arriva à Cayenne аvеc un corps de 300 hommes. E n ­ viron un mois après leur d é b a r q u e m e n t , la peste occidentale pénétra parmi e u x , e t , en p e u de t e m p s , le g é n é r a l , le commandant de la place et 200 soldats avaient disparu . 1

Saint-Domingue. L e 11 février 1 8 0 2 , 14 à 15,000 Français débarquent à Saint-Domingue; et, le même jour, l'incendie de la ville du Cap laisse sans ressources le corps principal de l'armée. L e 1 7 , on se met à la poursuite des n o i r s ; e t , après deux mois d'une campagne t r è s - p é n i b l e , au milieu des montagnes les plus âpres et d'un climat d é v o r a n t , l'armée triom­ phante r e n t r e au C a p . Ce fut a l o r s , sur la fin d'avril, q u e la fièvre jaune aiguisant sa faux m e u r t r i è r e , commença à moissonner la fleur de ses braves qui venaient de soumettre la colonie. 1

L e b l o n d , p. 226.


( 79 ) Presque tout le littoral de cette î l e , et sur­ tout les villes du n o r d , du sud et de l'ouest, p a r t a g è r e n t la même destinée. L'armée de t e r r e et de mer ; les employés civils et mili­ t a i r e s , les négocians étrangers à la c o l o n i e , mais nouvellement d é b a r q u é s , tout fut la proie de ce fléau dévastateur, sans cesse alimenté p a r de n o m b r e u x renforts qui arrivèrent suc­ cessivement de France. Tel est son génie féroce, que tout ce qui vient de l ' E u r o p e ou du n o r d de l ' A m é r i q u e , est rapidement saisi p a r une contagion manifeste ; tandis qu'avant cette p é ­ r i o d e , où le mal s'était ainsi g é n é r a l i s é , les étrangers pouvaient séjourner plusieurs mois et même plusieurs a n n é e s , sans éprouver le vomissement noir; o u , s'ils l'éprouvaient, leurs voisins et leurs amis n'en ressentaient aucune atteinte, q u o i q u e vivant sous l'influence des mêmes causes. T a n t il est vrai que le règne d'une grande épidémie de fièvre jaune p o r t e toujours u n caractère de contagion incontes­ table ! Nous n'avons point d'états authentiques sur la mortalité et sur la nature des maladies, malgré les efforts que je fis alors p o u r en o b ­ tenir chaque mois. On ne peut donc j u g e r , que par approximation, des ravages qu'exerça


( 80 ) le fléau pestilentiel. Or, en supposant que p o u r les deux armées de terre et de mer on ait fait passer 40,000 hommes a S a i n t - D o m i n g u e , ce n'est pas exagérer que d'élever à 2 0 , 0 0 0 le n o m b r e de ceux q u e la fièvre jaune a dévorés. Pendant près de vingt mois, elle a sévi sans r e l â c h e , et avec d'autant plus de fureur, dans les c o m m e n c e m e n s , qu'alors le n o m b r e des E u r o p é e n s était plus considérable. Il semblait, vers l'époque où nous c a p i t u l â m e s , qu'elle pa­ raissait s'appaiser ; mais ceux qui restaient, officiers ou s o l d a t s , avaient déjà subi des épreuves plus ou moins fortes; presque tous avaient essuyé des indispositions graves qui les avaient acclimates. On voyait cependant, p a r intervalles, quelques cas de fièvre j a u n e , bien caractérises, n'ayant plus qu'une apparence sporadique. Elle n'épargna aucune classe, promenant sa faux meurtrière sur ceux qui vivaient dans la médiocrité ou la misère, c o m m e sur ceux qui nageaient dans l'opulence. Elle alla saisir le capitaine général sur une m o n t a g n e , dans l'ha­ bitation Deslaing, à l'abri, par sa position, de l'influeuce des causes qu'on accuse assez g r a ­ tuitement d'être la source du typhus améri­ cain. Une foule d e généraux distingués, les


( 81 ) chefs des administrations, un très-grand n o m b r e d'officiers de santé et d'employés de tous g r a d e s , grossirent la foule des morts. À la m ê m e é p o q u e , ce mal traitait, avec une rigueur excessive, les autres Antilles. 1803. N e w - Y o r k , P h i l a d e l p h i e , Caroline du s u d , Antilles, D é m é r a r y , V e r a - C r u z , E t a t s - U n i s , E u r o p e . La maladie parut sur les côtes des E t a t s - U n i s , sans y être meurtrière. G u a d e l o u p e . Dans le mois de n o v e m b r e , il ne restait plus qu'environ 800 h o m m e s des 3,500 d é b a r q u é s l'année p r é c é d e n t e . Saint-Domingue. Ainsi q u e je l'ai d i t , nous fûmes affligés de ce fléau jusqu'à l'époque d e l'évacuation du C a p qui eut lieu dans le mois de n o v e m b r e 1803. Jamaïque. Cette île éprouva de grandes p e r t e s , p a r les effets de la fièvre j a u n e , s'il est permis d'appeler ainsi celle dont par le Rule, q u i , commençant dans les paroisses de Vera et C l a r e n d o n , s'étendit à travers l'ile, dans une direction contraire au vent. Elle pénétra dans les endroits les plus sains comme les plus élevés Europe, 1

John

Malaga.

O n n'a pas acquis u n e

Rule, Medic. reposit., février 1 8 0 9 , p. 323. 6


( 82 ) très-grande certitude sur les causes de l'intro­ duclion du vomito dans la ville de Malaga, parce q u e , dans ces sortes de catastrophes, on ne remonte que fort tard à la source des calamités. Ce qu'il y aurait de plus raisonnable à p e n s e r , c'est que les germes avaient été intro­ duits les années p r é c é d e n t e s , soit de l ' A m é ­ r i q u e , soit de l'Andalousie, et qu'ils ne firent leur explosion qu'en 1 8 0 3 . Cependant, c o m m e il faut qu'on trouve toujours une cause sensible d'un effet aussi g r a v e , on accusa alternative­ m e n t trois bâtimens venus d ' E u r o p e , et u n arrivé de Montévideo. Ce d e r n i e r , chargé d e c a c a o , de cuir et de graisse, entra à Malaga le 9 juin. Après une foule de discussions, de r e c h e r ­ ches, de r a p p r o c h e m e n s , d'enquêtes judiciaires, on se convainquit que Félix Munoz et les Ver­ duras du faubourg P e r c h e l , contrebandiers d e profession, avaient disséminé dans la ville une maladie, contractée sur des navires étrangers o ù ils faisaient un commerce illicite. Munoz tomba malade vers le 14 juillet, et m o u r u t le 20. Sa femme fut tellement effrayée d'un décès aussi p r o m p t qu'elle s'enfuit à la c a m p a g n e , laissant la maison abandonnée et sans habitaos.


( 83 ) Depuis cet événement jusqu'à celui où les Verduras subirent la même destinée, il s'écoula un intervalle de trente à trente-quatre jours, et c'est de cette dernière é p o q u e qu'on fait dater le développement de la fièvre jaune. Christophe V e r d u r a s avait caché dans sa maison un marin qui y m o u r u t , et qu'on enterra au milieu de la nuit dans l'église de Saint-Pierre. Le mystère qu'avait mis ce contrebandier à soustraire à la connaissance du public l'état de son h ô t e , pro­ b a b l e m e n t son complice en commerce i n t e r ­ l o p e , prouve qu'il connaissait les consequences de son a c t i o n , et que l'intérêt seul le portait à mépriser et les dangers de la contagion et ceux qu'il courait en bravant les lois et l'autorité. L e calfat Michel V e r d u r a s , son fils, é p r o u v a , le 26 août, des symptômes semblables à ceux q u ' o n avait aperçus sur l ' é t r a n g e r , et il m o u r u t le 3 septembre. Enfin, sa m è r e , d e u x autres d e ses frères et le reste de la maison composée d e huit personnes, se mirent successivement a u lit. Christophe le p è r e expira le 15 d e s e p ­ tembre L a contagion ne tarda pas à s'emparer d'un jeune marin, ami de Michel V e r d u r a s , et qui demeurait en face de sa maison. L e b o u l a n g e r Pascal, voisin des V e r d u r a s , et vivant dans leur

6*


( 84 ) intimité, m o u r u t dans le même temps. Bientôt un autre voisin dont on ne dit pas le n o m , le curé de Saint-Pierre q u i , à minuit, avait e n ­ terré mystérieusement l'inconnu, le docteur Buzon qui avait donné des soins à cet é t r a n g e r , les docteurs Mamelli et G i m e l , appelés en con­ sultation chez V e r d u r a s , lurent p r o m p t e m e n t victimes, ainsi q u e la plupart des m e m b r e s d e leurs familles. Le sacristain de la paroisse subit aussi le destin du curé, avec toutes les personnes qui composaient sa maison. La consternation devint générale, et l'effroi multiplia les dangers : dans le mois d'octobre, tous les quartiers étaient dévastés p a r la contagion qui avait gagné d e p r o c h e en proche ; la mortalité ne diminua qu'en n o v e m b r e , et ne parut cesser que le 20 d é ­ c e m b r e . P e n d a n t ce peu d'espace, on avait vu ensevelir 14,000 individus, sur une population de 70,000. Chose étrange clans cette épidémie, c'est qu'elle ne s'étendit nulle part au d e h o r s , q u o i ­ qu'à l'intérieur son caractère p a r û t évidemment contagieux, et qu'on en suivît les progrès pas à pas dans les commencemens ! Il y e u t , n é a n m o i n s , sur les navires du p o r t d e B a r c e l o n e , u n e centaine de malades atteints de la fièvre j a u n e , suivant les renseignemens


( 85 ) que j'ai recueillis et qui m'ont été communiqués p a r les docteurs Piguillem et Grasset. Ces m é ­ decins m'assurèrent que cinq Suisses, qui avaient travaillé à b o r d des navires infectés, furent enlevés par la m ê m e maladie, et que ceux-ci la transmirent à leur colonel qui en fut la v i c ­ t i m e , mais qui ne la propagea pas dans la ville. 1804. J a m a ï q u e , S t a b r o o c k ( D é m é r a r y ) , Véra-Cruz, E u r o p e . L'épidémie qui avait c o m ­ mencé à la fin de 1800, continua ses p r o g r è s en 1804 dans divers quartiers de la J a m a ï q u e . Dans les hôpitaux de la Vera-Cruz, 6,075 m a ­ lades furent admis, et 919 m o u r u r e n t dans l'hô­ pital royal ; il n'y en eut que 56 atteints du vomissement n o i r , et dans celui de Saint S é ­ bastien 061, d o n t il échappa 202. E u r o p e , Malaga. L'année précédente, la con­ tagion avait été b o r n é e par des circonstances heureuses, indépendantes de la p r u d e n c e h u ­ m a i n e ; m a i s , en 1804, elle s'étendit comme un torrent qui n ' é p r o u v e aucun obstacle. L'âcreté des émanations et leur caractère furent t e l s , que le plus léger contact avec des individus, ou le passage dans u n e atmosphère viciée, suf­ fisaient p o u r être terrassé, comme p a r un coup de foudre. Cinq grandes provinces espagnoles furent dépeuplées p a r ce fléau, qui s'étendit


( 86 )

aussi en Italie, et q u i , ravageant presque toute la côte de la Méditerranée espagnole, pénétra encore jusqu'à l'Océan. On a prétendu qu un navire avait de nouveau jeté les germes de la mort dans la ville de Malaga; mais il est plus p r o b a b l e qu'ils s'étaient conservés, rendus inertes par le retour de l'hiver, et rétablis dans leur activité par les premières chaleurs. Aussi, dans le mois de juin, on crut apercevoir quelques traces d'un nouvel incendie, dans les symptômes offerts par D . J. Ruiz qui m o u r û t le 29 de ce m o i s , et p a r D . Ildephonse Ximenez décédé le 5o, tous deux dans la maison n.° 11 de D . Francisco M e l g a r , rue des Pozos Dulces. L a maison n.° 13 eut quatre morts du 3 au 12 d e juillet; et dans celle n.° 12, il périt un habitant le 8 et un le 14 ; le n.°9 en perdit un le 13 ; le n.° 8, un le le n.° 6 , un le 20 ; le n.° 14, un le 21, et le n.° 11, un le 1 6 , etc. L'épidémie fit des ravages dans cette r u e avant de passer aux a u t r e s , et il paraît d é m o n t r é qu'elle s'introduisait dans les habitations voi­ sines, en raison des communications des ci­ toyens entre eux. C'est ainsi q u e , vers la fin d e juillet, les rues de Puerta-Nueva et de la Carrétéria, dont les maisons sont adossées à celles des Pozos Dulces, se trouvèrent infectées.


( 87 ) T a n t q u e durèrent les chaleurs, la mortalité fut effrayante; la progression peut être a p p r é ­ ciée par le calcul des morts sur la paroisse des S a i n t s - M a r t y r s , dont le n o m b r e fut de 26 dans le mois de juin, de 103 dans le mois de juillet, e t ' d e 1640 dans le mois d'août. Enfin, vers les premiers jours de s e p t e m b r e , il périssait plus de 3oo personnes p a r jour dans toute la ville. L'année p r é c é d e n t e , le port avait reçu rapi­ dement l'infection ; mais, en 1804, il y e u t p e u de victimes. D ' u n e autre p a r t , elle respecta les campagnes en 1803, et suivit une marche o p ­ posée en 1804, où toutes les populations envi­ ronnantes, depuis Alicante et Carthagène jusqu'à Cadix, Séville et C o r d o u e , furent ravagées. C e p e n d a n t , malgré son caractère visible­ m e n t pestilentiel, elle épargna quelques petits villages voisins de Malaga; tels furent Churiana, A l h a u r i n é j o , le g r a n d et petit c o i n , T o r r e del M a r , où l'on n'eut d'autres malades que des fugitifs, ou (circonstance r e m a r q u a b l e ) ceux q u i , allant à Malaga, avaient l'imprudence d'y coucher. L e 28 d u mois de n o v e m b r e , le calme se rétablit; mais, depuis le mois de juin, on avait vu périr 4,464 individus q u i , joints aux 14,000 de 1803, formèrent un total de 25,464-


( 88 ) Velez-Malaga. Le voisinage de cette petite ville, ses communications fréquentes avec Malaga, la livrèrent an fléau qui se fit apercevoir ]e 20 d'août pour enlever 4,000 individus, d'autres disent 5,245, sur une population de 1 2 , 7 0 0 . Elle finit le 20 décembre. Il est à r e ­ marquer que, dans t o u s les lieux environnant LESFOYersprincipaux, la fièvre jaune n'a pénétré que p l u s i e u r s j o u r s après l'infection d e ceux-ci, et t o u j o u r s par des fugitifs qui l'inoculaient. Si la maladie avait été épidémique, elle aurait paru en même t e m p s dans tous les lieux. Gibraltar. J'appris là qu'il y avait eu 4000 morts, dont 1000 de la garnison : ce fut presque un t i e r s d e sa population. Sur 5oo soldats que M. Glass eut à traiter dans le dixième régi­ ment d'infanterie, 20 seulement moururent ; mais la plupart d e s militaires de ce corps avaient vécu trois ans aux I n d e s orientales. Les femmes enceintes, qui furent malades, périrent presque toutes, ainsi que les nourrices. Poursuivre plus loin nos recherches sur les calamités qui signalèrent cette déplorable époque, serait une chose superflue; il suffit de se rappeler que partout on se convainquit que les causes de son introduction étaient dues à despersonnes qui passaient d'un lieu infecté dans


( 89 ) celui qui ne l'était pas. J e m e contenterai d o n c actuellement de former un tableau des prin­ cipaux lieux qui furent ravagés et d'assigner le n o m b r e des m o r t s , ayant d'ailleurs retracé plusieurs circonstances historiques, en parlant de la c o n t a g i o n , et me p r o p o s a n t de d o n n e r , lorsque je traiterai cette q u e s t i o n , quelques développemens sur la maladie de C a r t h a g è n e , d'Alicante et sur celle de los Barrios,


( 90

POPULATIONS INFECTEES.

te

ÉPOQUES

FI N

NOMBRE

de

des

des

L'INVASION. L'ÉPIDÉMIE.

habitans.

Malaga 46,000 VelezMalaga Antéquerra. Cordoue. . . Grenade. . . Vera ... 4,000 Rembla.... Espejo ... 49,961 Montilla . . . Cadix ... 61,000 Xerès P.S .-Marie Los Barrios.. Algésiras. . . Gibraltar. . . Ecija ... 40,000 Villamartiu. Espera ... 2,000 Moron ... 11,000 Paterna.... Arcos ... 9,000 Murcie. . . . Carthagène. Alicante.. . . Tabarca(île). San Juan.. . PenaSerrada Guardamar.

)

12,700 14,577 40,000 55,000 6,000 4,ooo 3o,ooo » 3,000 » 1,200

e r

1,880 1,140 » 45,000 13,200 » 3,476 100 2,464 451,720

mois.

mois.

Juin 1804 20 août. 2 août. 28 sept. 25 août. 20 sept 22 août. 27 août. 1 1 août. 98 août. 23 sept. » 8 sept. » » » » 1 . oct. 5 oct. 23 sept. 15 sept. 3o août. 14 août. » » 5 sept. 11 août. 17 sept. 17 sept. 28 sept. 21 oct.

MORTS.

28 nov. 11,464 5,245 20 déc. 4 déc. 2,940 14 nov. 400 3o€ 28 oct. 1. janv. 208 15 nov. 37 25 nov. 329 15 déc. 1,067 5 nov. 2,80O 1. déc. 71 » » 4 janv. 112 » » » » » » 20 déc. 2,802 25 déc. 168 3 déc. 445 12 déc. 2,000 8 déc. 117 184 3 déc. » » » Fin de déc. 20,000 2,472 13 déc. » » » 17 déc. 219 14 15 nov. 16 nov. 14 er

er

53,414


( 91 ) Italie, Livourne. O n attribue généralement à un juif parti de Gibraltar l'introduction de la fièvre jaune dans la ville de Livourne située p a r les 43° et 32' de latitude, c'est-à-dire à un des points les plus élevés où cette maladie soit jusqu'ici p a r v e n u e . Son caractère contagieux fut assez incontes­ table pour être admis par ceux même qui le nient p a r t o u t ailleurs. Toutefois, sur une population de 60,000 h a b i t a n s , il n'y eut que 711 vic­ times, d o n t 7 dans la dernière décade d ' a o û t ; 41 dans le mois de s e p t e m b r e , 204 p e n d a n t celui d ' o c t o b r e , et 390 dans le cours de n o ­ v e m b r e . Cette progression semblerait p r o u v e r que la maladie ne s'établit positivement que dans le mois d ' o c t o b r e , et que si elle se b o r n a assez p r o m p t e m e n t , ce fut moins dû au traitement, qui cependant fut bien d i r i g é , qu'à la loi imprescriptible qui fait qu'à cette distance de l ' é q u a t e u r , la fièvre jaune disparaît toujours dans le mois de d é c e m b r e , et aux sages mesures que prirent les magistrats. Elle était p a r v e n u e à son plus haut degré de mortalité dans les premiers jours de n o v e m b r e , et elle alla en décroissant graduellement dès le milieu de ce mois. D u 6 au 9 de d é c e m b r e ,


( 92 ) il n'y eut pas de morts dans l'hôpital S a i n t Jacques. E n 1805. Providence, Philadelphie, B a r b a d e . Dans la p r e m i è r e de ces villes, le typhus débuta le 26 juillet, et finit dans le mois d'août; mais c o m m e les émigrés étaient impatiens de retour­ ner dans leurs f o y e r s , il y eut p a r m i eux q u e l ­ ques imprudens qui payèrent le fatal tribut, dans le courant du mois de s e p t e m b r e . L e docteur Charles Caldwell a rendu compte de celle de P h i l a d e l p h i e , dans un appendice qui fait suite à la traduction du Traité des fièvres pernicieuses par le docteur Alibert : ce qu'il y eut d'extraordinaire dans cette épi­ d é m i e , c'est que les dissections firent découvrir u n e intus-susception des intestins grêles, sur un assez g r a n d n o m b r e de sujets : ce p h é n o m è n e dut être fort r a r e . E n t r e le 27 juillet et le 20 août 1805, 278 h o m m e s du quinzième régiment d'infanterie, arrivés d'Angleterre à la B a r b a d e , furent at­ taqués de ce m a l , et 7 6 m o u r u r e n t . 1

1807. N e w - Y o r k , Charleston. A N e w - Y o r k , fièvre s'annonça comme s p o r a d i q u e ; le

la 1

fever,

M. Bancroft, an Essay on the disease called p. 23.

yellow


( 93 ) n o m b r e des personnes atteintes ne s'éleva pas au-dessus d'une vingtaine qui le furent la plu­ p a r t dans le mois de septembre et au commen­ cement d'octobre Dans la capitale de la Caroline du S u d , elle commença vers le milieu d'août, et dura une partie de l'automne ; les étrangers en furent plus particulièrement affectés, mais elle respecta en partie les enfans et ceux qui avaient passé un ou deux étés à Charleston. Les nègres non acclimatés n'en furent pas exempts ; ils échap­ paient néanmoins plus facilement au danger . 2

1808. Sainte-Marie ( e n Georgie). Jusqu'au 5 s e p t e m b r e , la santé des habitans n'avait éprouvé aucun c h a n g e m e n t , lorsqu'un navire, garde-côte entre Savannah et S a i n t e - M a r i e , appelé le Polly, capitaine F o w l e r , arriva dans ce dernier e n d r o i t , avec deux marins malades, qui furent débarqués et logés dans la ville; un d'eux m o u r u t peu d'heures a p r è s ; l'autre languit long-temps. On reconnut, dans les symptômes qu'ils p r é s e n t è r e n t , tous ceux du typhus qui devint si fatal à la ville. James Lindsay périt le 9 s e p t e m b r e p o u r avoir assisté 1

2

Med. reposit., octobre 1807, p. 195. Idem,

novembre

1807, p. 233. David Ramsay,

Lettre au docteur Mitchill, 24 décembre 1807,


( 94 ) le premier marin ; e t , le 10 s e p t e m b r e , un noir l i b r e , n o m m é S i p , subit le même sort après avoir p o r t é des secours aux deux matelots dont il vient d'être fait mention. Après la mort de Lindsay et de S i p , le mal se répandit rapidement ; et les Africains, ainsi que les noirs Créoles, fuient aussi facilement saisis q u e les blancs, sans courir autant de risque pour la vie. Plusieurs personnes expirèrent en vingtq u a t r e et quarante-huit heures. L a population de la ville est de 35o blancs et de 150 nègres ; le comité de santé avait obligé tous ceux qui pouvaient se m o u v o i r , à quitter la ville, de sorte q u e le 2 du mois d'octobre il n e restait que 100 blancs, dont 87 furent m a ­ l a d e s , et d o n t il n'échappa que 42; tandis q u e , p a r m i les n o i r s , il y eut à peine trois victimes sur 45 individus atteints du fléau . 1809. Brooklyn ( E t a t s - U n i s ) , Charleston. Il paraît qu'il y eut dans le village de Brooklyn, pendant l'été et l ' a u t o m n e , une épidémie qui avait des r a p p o r t s avec la fièvre j a u n e , et qui enleva 30 à 40 personnes. Les uns l'attribuèrent à l'importation, d'autres aux exhalaisons locales. U n e vingtaine d'habitans de New-York qui 1

1

James S e a g r o v e , E s q . med. repos.,

août 1809.


( 95 )

avaient été à B r o o k l y n , furent saisis p a r le ty­ phus, mais ne communiquèrent rien à leur ville. 1811. Espagne. U n e lettre adressée au m i ­ nistre de l'intérieur par les officiers de santé en chef de l'armée d ' E s p a g n e , datée du 9 fé­ vrier 1812, nous a fourni les documens q u e nous transmettons ici. Il résulte des informations prises dans les villes et villages qui ont éprouvé la c o n t a g i o n , 1.° q u e la maladie de l'automne 1811 est la véri­ table fièvre jaune d'Amérique, importée à Cart h a g è n e , où elle s'est r é p a n d u e dans le reste d u royaume d e Murcie p a r contagion; 2.° Q u e sa propriété contagieuse est favo­ risée par l'influence de la n u i t , p a r l'habitation, dans les lieux bas et humides ; 3.° Qu'elle a adopté le type rémittent ou in­ termittent p r o p r e a u x maladies endémiques du pays; 4.° Il paraît q u e , parvenue à son état, elle était presque toujours m o r t e l l e , et q u ' o n ne comptait généralement q u e sur les remèdes actifs, capables d e l'enrayer avant son entier développement. C'est ainsi q u e le quinquina prescrit à fortes d o s e s , d'après les principes, 1

Hexad.

III,

N.°

50,

p. 196.

Med.

repos.


( 96 )

a rendu de b o n s services. Plus tard, lorsque le vomissement noir avait p a r u , il était inutile, et m ê m e nuisible. L e vomitif ne convenait que lorsqu'il n'exis­ tait que des signes p r é c u r s e u r s , tels que les douleurs lombaires et articulaires ; il a été s o u vent suivi d'une moiteur critique, qui permet­ tait l'usage libéral du quinquina. L a saignée a été généralement considérée c o m m e d a n g e r e u s e ; néanmoins l'hémorragie nasale, le flux menstruel et hémorroïdal ont été des signes favorables, tandis que l'écoulement du sang par les yeux et les oreilles a formé u n symptôme mortel. L e m e r c u r e n'a point été e m p l o y é ; les acides m i n é r a u x , chez quelques individus, o n t p a r u calmer les accidens du vomissement noir. Ces détails, fournis p a r M. Martel aux offi­ ciers de santé en chef de l'armée d ' E s p a g n e , les ont portés à conclure que la fièvre jaune q u i , sous les t r o p i q u e s , n'est point contagieuse, peut le devenir q u a n d elle est dans un pays nouveau . Elle peut aussi, disent-ils, attaquer 1

1

Ces messieurs n'ont peut-être pas réfléchi q u e , pour

arriver dans un pays nouveau par importation, il faut


( 97 ) plusieurs fois le m ê m e individu. D . T a d e o LaF u e n t e en avait été atteint en 1804; il avait l'habitude de p r e n d r e , tous les matins, une forte dose de quinquina en substance, dans la vue de se p r é s e r v e r de la contagion : en habituant ses organes a l'impression de ce remède h é ­ roïque, il s'est peut-être privé du bienfait qu'il aurait pu en a t t e n d r e , s'il l'eut appliqué plus à p r o p o s . Ce médecin a péri dans le p r e m i e r accès de sa fièvre . 1

Ce qui a paru le plus digne d'attention à ces messieurs, c'est l'odeur infecte q u i , d é v e ­ loppée par une t e m p é r a t u r e élevée, pourrait devenir la source de nouvelles contagions. Les gazettes annoncèrent eu m ê m e temps l'apparition de la fièvre jaune dans les Canaries, où plus de 500 personnes, sur 3000, qui c o m ­ posaient la population d ' O r o t a w a , dans la g r a n d e C a n a r i e , en furent les victimes :1a g r a n d e Canarie perdit plus de 5ooo aines. nécessairement qu'elle soit contagieuse dans les régions d'où elle tire son origine. 1

L a contagion, dit le rapport de MM. Brassier

et Chappe, daté de Séville le 6 novembre 1 8 1 1 , fut portée à Vera par Don R o d r i g o , qui mourut le jour de son arrivée ; elle se propagea rapidement dans divers

quartiers de la ville.

7.


( 98 ) Réflexions. Il p a r a î t , au r e s t e , qu'on n'est pas bien assuré du genre de maladie qui existait alors, puisque M M . Broussais et Mocquot écri­ v a i e n t , en 1811, dans leur lettre aux c h i r u r ­ giens-majors, la note suivante : « quoique les bruits qui annonçaient l'existence de la fièvre jaune à Carthagène, à Ceuta, à O r a n s , et m ê m e à C a d i x , aient été en partie démentis par le fait, nous n'avons pu corriger le passage où il en est question, parce qu'il était déjà sous presse . » 1

1812. Carthagène. O n lit dans les gazettes du 16 d é c e m b r e 1812 : la fièvre jaune a e n t i è ­ r e m e n t cessé à C a r t h a g è n e ; environ 800 p e r ­ sonnes en sont mortes dans la saison ; la nature de la maladie était extrêmement c o n t a g i e u s e , mais personne n'a été attaqué une deuxième fois. Les individus, frappés l'année d e r n i è r e , ne l'ont pas été cette année. L e docteur W r i g h t , médecin des troupes anglaises, a été une des victimes, ainsi que ses deux fils. 1814. Gibraltar. Les journaux anglais de ce mois ( s e p t e m b r e ) publient qu'une maladie ravage G i b r a l t a r , et que l'Espagne cherche à se garantir de sa maligne influence. 1

Voyez

la fin de leur b r o c h u r e , à l'avis important.


CHAPITRE

IV.

Histoires particulières empruntées de l'épidémie de Saint-Domingue . 1

SECTION

Malades l.

r e

PREMIÈRE.

qui ont guéri. OBSERVATION.

J E A N L O Y , officier de santé, âgé de vingtsix a n s , d'une forte constitution, était indisposé depuis deux jours au P o r t - a u - P r i n c e , l o r s q u e , le 5 o avril 1803, il fut forcé de s'embarquer p o u r le Cap-Français ; pendant sa traversée, qui fut de q u a t r e j o u r s , la m e r l'éprouva forte­ m e n t ; il avait des nausées, faisait d'inutiles efforts

1

J'ai suivi et vu presque

tous les individus

dont

j'expose ici les symptômes. Les observations que je n'ai point rédigées m o i - m ê m e , l'ont été sous mes y e u x , par MM.

BRANDIN,

M o r e a u , Villepreux, K e r n ,

P u j o s , Servant, Gardeur et C r o c h e t ,

Jomaron,

tous officiers de

santé remplis de zèle et d'amour pour la science.

7*


( 100 ) p o u r vomir, ce qui le détermina à p r e n d r e deux grains de tartre stibié, qui l'évacuèrent par haut et par bas. Le lendemain il eut mal à la t ê t e , p e r t e d'appétit, prostration de forces, privation de sommeil. Il débarqua au Cap le 4 m a i ; transporté de suite à l'hôpital D u r a n d , il présenta les s y m p ­ tômes suivans : face d'un r o u g e foncé; yeux gorgés de sang; paupières r o u g e s ; langue blan­ châtre au milieu, r o u g e et humide sur les b o r d s ; soif d é v o r a n t e ; nausées; douleur vive à la région épigastrique ; selles fréquentes et t r è s liquides; urines jaunes peu abondantes. Respiration laborieuse ; peau sèche et chaude; pouls élevé et irrégulier ; agitation. 2. jour de son entrée. Insomnie ; agitation ; m ê m e état des yeux et de la langue ; nausées et efforts de vomissemens, lorsqu'il prenait la plus petite quantité de liquide ; sensibilité extrême de la région épigastrique ; vomissemens non provoqués de matières d a b o r d glaireuses, en­ suite bilieuses; quatre garderobes la nuit sou­ lagèrent le m a l a d e ; urines assez abondantes et d'un jaune foncé; respiration laborieuse; pouls a c c é l é r é , moins irrégulier que la veille. Il eut aussi, p e n d a n t la n u i t , quatre vomisse­ mens. e


( 101 ) e

3. L a n g u e dans le même état; lèvres sèches; soif considérable ; mais le malade appréhendait de b o i r e , parce q u e les liquides provoquaient des efforts de vomissemens. Épigastre toujours très-douloureux; urines moins abondantes; pouls petit; peau sèche; jaunisse sur le cou et à la figure ; la nuit fut moins agitée ; il y eut u n peu de sommeil. e

4. Les y e u x , la figure et le cou étaient trèsjaunes; la langue p r o p r e et rose à sa moitié a n t é r i e u r e , d'un r o u g e plus intense dans le reste de son étendue où elle était âpre et sil­ lonnée ; trois vomissemens et plusieurs selles; pouls petit ; chaleur de la peau médiocre. 5. M ê m e état; il y eut plusieurs heures de sommeil dans la nuit. 6. La figure était meilleure ; sa teinte moins f o n c é e ; la langue rouge dans sa moitié a n t é r i e u r e , était couverte d'un enduit noirâtre dans le reste de son é t e n d u e ; la soif moindre ; la respiration plus facile. L'irritation épigastrique et les vomissemens diminuaient ; le ventre était un peu t e n d u ; les urines d'un jaune foncé; le pouls petit; la peau sèche. L e malade essaie plusieurs fois de se lever et de m a r c h e r ; mais des vertiges et des défaillances e

e


( 102 ) l'obligent à rester au lit. Sommeil de plusieurs heures. 7. L'amélioration se soutient ; le malade reste un peu levé; appétit. 8. et 9. Le sommeil, l'appétit et les forces augmentent. L a convalescence ne fut ni longue ni pénible. e

e

e

Traitement

et

réflexions.

Il nous est resté quelque incertitude sur l'époque fixe de l'invasion; cependant on peut calculer q u e cet officier de santé était malade depuis six jours lorsqu'il arriva au G a p , puisqu'il resta quatre jours en m e r , et qu'il était indisposé deux jours avant son départ. Il résulterait de là que le vomissement, ainsi que les nausées, qu'il attribuait au mouvement du vaiss e a u , étaient plutôt l'effet de la maladie, et qu'il prit le vomitif le 4. jôur, à dater de l'invasion. L e jour de son d é b a r q u e m e n t correspondrait alors au 6. de l'affection ; on ne lui prescrivit qu'une tisane acidulée. L e 2. jour du d é b a r q u e m e n t , 7. de la maladie, il prit la m ê m e boisson. Le 8. , les selles soulagèrent, et la jaunisse parut avec force vers la tête et le cou ; il est p r o b a b l e que les nuances jaunes avaient commencé la veille; e

e

e

e

e


( 103 ) e

la jaunisse, qui vient le 7. , est d'un bon a u g u r e ; sur l'observation elle est m a r q u é e comme p a ­ raissant le 3. , ce qui est presque toujours mau­ vais : mais c'est ici le 3. de son entrée à l'hôpital, et non de l'invasion. Il prit ce jour-là des lavem e n s , un bain de pied et la même tisane; le 9. on lui donna, p o u r boisson, de l'eau de chicorée amère. Il est facile de se convaincre combien la maladie céda avec difficulté, puisque ce jour-là il y eut encore des vomissemens, et que la langue était â p r e , raboteuse à sa base et m ê m e un peu noire. Le 1 1 , il prit un minoratif qui n'agit q u e tard et fit r e n d r e trois selles sur les cinq heures de l'après-midi. Les jours suivans, il fut mis à l'usage des apozèmes a m e r s , de l'eau vineuse, et de quelques légers alimens. e

e

e

2.

e

OBSERVATION.

Boyer, de Sénac, département de la CharenteInférieure, âgé de vingt-neuf ans, entra à l'hôpital le 1. mai 1 8 0 3 , 5. jour de sa maladie. Selon son r a p p o r t , les premiers symptômes furent des déjections alvines et des vomissemens bilieux, suivis de fièvre sans frisson; chaleur et insomnie les quatre premiers jours. er

e

5.

e

jour, insomnie; céphalalgie; pommettes


( 104 ) colorées; yeux légèrement injectés; paupières rouges ; douleur à l'épigastre ; anorexie ; vomis­ sement de bile et de tous les liquides qu'on faisait passer dans l'estomac; déjections bilieuses; point d'urines; langue noire ; soif; respiration accélérée; chaleur mordicante; pouls fréquent; douleurs aux extrémités, plus intenses à la cuisse gauche. 6. Mêmes symptômes. Hoquet. 7. Rétablissement du cours des urines; elles sont fort colorées et déposent un sédiment blanc. Même intensité dans les autres s y m p ­ tômes; nuance jaune sur la peau. 8. Yeux moins injectés ; déjections et vomissemens diminués; langue n e t t o y é e ; respi­ ration ralentie ; pouls moins fréquent ; chaleur de la peau diminuée ; h o q u e t presque nul. 9. Cessation des symptômes fébriles; r é t a ­ blissement des fonctions vitales et naturelles. 10. Pleine convalescence. e

e

e

e

e

Traitement

et

réflexions.

e

5. jour. Eau d e casse ; potion camphrée. 6. Eau de casse; potion de Rivière. 7. L i m o ­ nade tartarisée ; potion de Rivière. 8. Mêmes médicamens. 9. L i m o n a d e tartarisée; potion e

e

e

e


( 105 )

thériacale : on commence à d o n n e r quelques pruneaux p o u r nourriture. Celte observation, quoique incomplète, est fort intéressante, parce qu'elle offre un de ces cas très-rares, où le malade g u é r i t , même après la suppression d'urines : elle prouve aussi que la diminution de la r o u g e u r de l'œil est d'un présage excellent. 3.

e

OBSERVATION. e

L o i s o n , soldat de la 110. d e m i - b r i g a d e , âgé de v i n g t - s e p t ans, entra à l'hôpital des P è r e s , p o u r y être traité d'une blennorhagie syphillitique. Le 3. jour de son a r r i v é e , il éprouva tout-à-coup les symptômes suivans: 1 . jour, 3 . de l'entrée p o u r une autre maladie. Malaise g é n é r a l ; céphalalgie avec r e d o u b l e m e n s ; propension au sommeil; b o u c h e pâteuse; langue c h a r g é e , jaune dans son p o u r ­ t o u r ; a n o r e x i e ; envie de vomir; douleur gravative de l'estomac ; difficulté d'avaler; douleur à l'œsophage; tension à la région pelvienne; constipation; oppression de p o i t r i n e ; peau sèche, a r i d e ; douleurs des jambes, des cuisses et des lombes. e

er

e

2 . Même état; difficulté de p a r l e r ; s u p ­ pression de la blennorhagie. e


( 106 ) e

3 . Yeux ternes; pommettes d'un rouge o b s ­ c u r ; tour des yeux et des lèvres jaunes; m ê m e nuance à la face et au cou. 4 . Yeux s'ouvrant avec difficulté ; langue c h a r g é e , limoneuse et jaune; empâtement de la région p e l v i e n n e , sans douleur au t o u c h e r ; évacuations alvines supprimées; pas d'urines; difficulté de respirer; pouls petit; peau sèche et a r i d e ; et sa couleur jaune augmentant d'in­ tensité. e

5. Ictère entièrement d é v e l o p p é ; p r o s t r a ­ tion des forces; spasmes convulsifs du dia­ p h r a g m e et de l'estomac; vomissemens d e matières bilieuses, jaunâtres; évacuations a l ­ vines nulles; petite quantité d'urine trouble. 6 . M ê m e état. 7. Amélioration : œil moins t e r n e ; usage de la parole r e c o u v r é ; transpiration; m o i n d r e op­ pression de p o i t r i n e ; facilité d'avaler. 8. Mieux plus sensible : transpiration s o u ­ t e n u e ; évacuations alvines abondantes et de couleur jaune ; urines plus copieuses ; douleurs des lombes et de la tête diminuées; langue moins chargée sur les bords. e

e

e

e

e

9. Déjections alvines toujours bien établies; douleur un peu intense vers la région sus-pu­ b i e n n e ; urines colorées et sédimenteuses.


( 107 ) e

10. Plus de douleurs a la tête ni à l'abdo­ men ; celle des lombes diminue aussi. 11. et 15. D u 11 au 15, le malade s'est toujours trouvé de mieux en mieux. Ce dernier jour il s'est p r o m e n é quelques minutes. L'ictère diminue : convalescence. e

e

Traitement

et

réflexions.

e r

1 . j o u r . Tisane vineuse; cataplasme sur le ventre. 2. Émétique en lavage. 3. Eau d e casse et de tamarins avec le sulfate de magnésie. 4. Eau d'orge miellée; lavemens nilrés; potion r e n d u e calmante p a r l'extrait d'opium. 5. Eau d'orge émétisée; lavemens nitrés; potion o p i a ­ cée. 6. Mêmes prescriptions; vésicatoires aux jambes. 7. Eau d'orge miellée ; lavemens ; bouillon ; vin. 8. E a u de casse et de tamarins avec le sulfate de magnésie; l o o c h ; bouillon; pruneaux. 9. Tisane amère avec le sulfate d e s o u d e ; lavemens; p r u n e a u x ; bouillon; vin. 10. L i m o n a d e tartarisée; même régime. 11. et 12. Minoratif. 13. Eau de casse avec le sulfate de magnésie. 1 4 . , 15. et 16. Tisane a m è r e avec le sel. e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

Plusieurs circonstances rendent cette obser­ vation curieuse; d a b o r d , quelques médecins


( 108 )

avaient avancé que la g o n o r r h é e était un p r é ­ servatif de la fièvre jaune ; il paraît ensuite que ce malade a pris, par c o n t a g i o n , dans l'hôpital, celte redoutable affection fébrile; en troisième lieu, on voit que les sueurs et les déjections alvines ont servi de crise : enfin, l'ictère s u r ­ venu le 3. jour, quoique d'un fort mauvais a u g u r e , n'a cependant pas rendu l'état plus grave. e

E

4.

OBSERVATION.

P r i e u r , âgé de v i n g t - d e u x a n s , né à B e ­ sançon ( D o u b s ) , fusilier dans le 1 . bataillon des é t r a n g e r s , d'un t e m p é r a m e n t sanguin, fut atteint, le 4 mai 1803, après une transpi­ ration a r r ê t é e , d'un g r a n d mal de tête, de douleurs dans les m e m b r e s , surtout aux genoux. Il y avait constipation et il n'urinait pas. L e 2 , face c o l o r é e , animée; yeux injectés et d o u l o u r e u x ; langue m u q u e u s e ; nausées; estomac et ventre d o u l o u r e u x ; constipation; rétention d'urines; pouls fort, plein, développé; chaleur m o r d i c a n t e à la peau. er

3 . Céphalalgie m o i n d r e ; les yeux restaient injectés, mais la douleur fixée sur les globes avait disparu; langue blanchâtre et humide au milieu, p r o p r e à la circonférence ; envie d e e


( 109 ) v o m i r ; douleur d'estomac; ventre fort dou­ loureux ; suppression d'urines ; peau moite et couverte de petites taches qui ressemblaient à des piqûres de puces. 4. Même état. 5. Le malade vomit tout ce qu'il p r e n d . 6. M ê m e état. Il urine un p e u , mais avec douleur. e

e

e

7 . Légère teinte jaune aux y e u x ; urines un peu plus abondantes que la veille ; elles étaient fortement colorées en j a u n e , et cependant n'étaient pas troubles. Expectoration d'une matière biliforme ; accablement. 8. Yeux plus jaunes, ainsi que les urines ; amélioration. 9. Jaunisse générale; urines abondantes et c o m m e de la bile p u r e ; évacuations alvines bilieuses. 10. au 16. Du 10 au 1 6 , l'état s'est amélioré de jour en j o u r ; les taches du corps se sont élevées, et ont p r o c u r é beaucoup de déman­ geaisons au malade. L a r o u g e u r a disparu. e

e

e

e

e

Traitement 2.

e

jour. O n

et

réflexions.

prescrivit un

bain

que le

malade ne put p r e n d r e , parce qu'il tomba en


( 110 ) défaillance en y allant; limonade, lavement purgatif. Saignée de six o n c e s , qui soulagea b e a u c o u p , ramena le pouis à son état n a ­ t u r e l , fit diminuer la douleur de t ê t e , et rendit la peau moite. Le soir, potion avec le quinquina et le c a m p h r e ; lavement. 3 . L i ­ m o n a d e avec la crême de tartre et un grain d ' é m é t i q u e ; potion avec le quinquina et le c a m p h r e ; lavement avec l'eau et le vinaigre; cataplasme émollient sur le ventre ; le sang tiré de la veille était vermeil, et ne présentait pas de croûte pleurétique. 4. Deux gros de crême de tartre dans un verre de limonade ; oxicrat vivement désiré par le malade ; deux lavemens avec l'eau et le vinaigre. 5. Potion de Rivière ; limonade tartarisée : deux lavemens purgatifs. 6. Infusion de camomille avec addi­ tion d'acide sulfurique; potion de café et de quinquina à laquelle on ajouta de l'ammoniaque liquide ; lavemens avec l'eau et le vinaigre. 7. Tisane apéritive nitrée ; deux bols de cam­ p h r e p h o s p h o r e ; lavement. 8. Idem. Du 9 au 15, on le fit manger l é g è r e m e n t , on augmenta p e u à peu sa n o u r r i t u r e , et l'on finit par un minoratif. e

e

e

e

e

e

Ce soldat était arrivé dans la colonie depuis d e u x mois seulement; il avait passé la plus


( 111 ) grande partie de ce temps dans la rade du Porta u - P r i n c e sans d é b a r q u e r ; il vint ensuite a u C a p , et six jours après il y tomba malade. 5.

e

OBSERVATION.

Simon Sarrazin, soldat, âgé de trente-trois ans, d'un tempérament pldegmatique, après avoir é p r o u v é de longues fatigues, exposé à la pluie et couché sous la tente dans l'humidité, ne sentit, p e n d a n t les trois jours qui p r é c é d è r e n t son en­ trée dans ma clinique, q u ' u n e g r a n d e faiblesse dans toute l'habitude du corps et quelques m a u x de t ê t e ; pendant tout ce temps, il fit usage d'une simple tisane d ' o r g e , observant une diète rigoureuse. e

4. jour. Intégrité des fonctions intellec­ tuelles; violente douleur au front; pommettes r o u g e s ; b o u c h e pâteuse, un peu amère ; langue blanche au c e n t r e , humide et rouge à la cir­ conférence ; soif considérable ; nausées ; con­ stipation ; douleurs dans les reins ; urines t r è s r o u g e s ; toux l é g è r e ; chaleur m o d é r é e ; pouls fréquent, mais petit et faible ; peau moite. 5. Le matin, deux garderobes p a r u r e n t sou­ l a g e r ; le s o i r , la bouche était moins pâteuse et moins a m è r e ; la langue plus h u m i d e ; les envies e


( 112 ) d e vomir suspendues; il eut encore six évacua­ tions alvines de matières sèches et grumelées. e

6. Sommeil i n t e r r o m p u ; violentes douleurs d e tête; yeux abattus un peu jaunes; face jau­ n â t r e ; b o u c h e pâteuse ; langue un peu nettoyée au c e n t r e , mais rouge sur les b o r d s ; vomissemens sanguinolens ; évacuation par les selles d'un sang noir et grumelé ; ventre sans douleur ; urines rouges et sédimenteuses; transpiration a b o n d a n t e ; pouls très-petit, mais régulier ; jau­ nisse t r è s - p r o n o n c é e sur le cou et la poitrine. e

7. Nuit très-agitée ; sentiment d'oppression sur la p o i t r i n e ; légère h é m o r r a g i e nasale; éva­ cuations de sang par l'anus : jaunisse augmentée ; peau s è c h e ; chaleur b r û l a n t e ; pouls petit et c o n c e n t r é ; langue noire et sèche. e

8. Insomnie ; quelques gouttes de sang par le n e z ; point d e vomissemens; selles moins sanguinolentes et plus r a r e s ; urines b r u n e s , très-épaisses ; pouls d é v e l o p p é , un peu inégal ; extrémités inférieures glacées; ictère g é n é r a l ; forces musculaires soutenues; appétence par­ ticulière p o u r les amers. 9. Douleurs de tète disparues ; urines moins troubles et fort jaunes ; chaleur modérée ; trans­ piration a b o n d a n t e ; pouls très-faible; mieuxêtre sensible. e


( 113 ) 10. Diminution de tous les symptômes. 11. Jusqu'au 16. tout allait à merveille, lorsqu'il fut pris d'un accès de fièvre qui, sans être long, lui enleva une partie de ses forces. e

e

e

17. 23. Du 17 au 23, l'ictère parut se dis­ siper au moyen des urines qui coulaient abon­ damment, et qui teignaient en jaune son linge, comme si on l'eût trempé dans une décoction de safran. Traitement. e

e

4. jour. Tisane d'orge miellée ; potion de Rivière; deux lavemens. 5. Minoratif; fric­ tions sur toute la peau avec des tranches de citron. Le soir, deux vésicatoires aux bras. 6. Tisane amère; on renouvela la potion de Rivière q u i , la veille, avait paru suspendre les vomissemens : potion camphrée oximélée : le muriate de mercure doux fut employé en fric­ tions sur l'endroit des vésicatoires aussitôt après que l'épiderme eut été enlevé, ce qui produisit de vives douleurs. Potion de Rivière le soir ; deux lavemens camphrés. 7. Continuation des fric­ tions sur les plaies des vésicatoires ; potion oximélée, camphrée; frictions sur tout le corps, avec un demi-gros de camphre dans quatre e

e

e

e

8


( 114 ) onces de vinaigre. 8. Tisane a m è r e ; vin thériacal ; potion avec l'oximel et le c a m p h r e ; eau vineuse ; lavement c a m p h r é ; mêmes fric­ tions que la veille. 9. J e supprimai les frictions sur les plaies des vésicatoires : je n'administrai plus que de la tisanne amère et du vin a m e r , boissons p o u r lesquelles le malade conservait toujours une appétence particulière. L e 16. , je combattis le nouvel accès fébrile avec deux gros de quinquina dans une infusion de camomille, et des lavemens de quinquina. La fièvre ne r e p a r u t plus. e

e

e

e

6.

OBSERVATION.

Dans le mois de d é c e m b r e 1802, je fus atteint d e la maladie r é g n a n t e , p r o v o q u é e une n u i t , qu'étant couché à b o r d d'un vaisseau de g u e r r e stationne d a n s la rade, je fus pénétré d'un froid humide dont j'eus peine à m e garantir. L e l e n d e m a i n , je ne m'aperçus d'aucun d é r a n g e ­ m e n t dans ma santé; m a i s , la nuit suivante, à d e u x heures du matin, j'éprouvai un t r e m b l e ­ ment qui dura une d e m i - h e u r e , et qui fut suivi d'une chaleur assez forte et d'une sueur a b o n ­ dante : aussitôt des douleurs aiguës me cou­ vrirent tout le corps, et les reins en furent violemment affectés.


( 115 ) Elles persistèrent pendant cinq j o u r s , et celle des reins m'accompagna jusqu'au n e u ­ vième ; la fièvre était marquée par u n e plus forte exacerbation sur le soir, p a r des chaleurs i n ­ tenses plus prononcées aux pieds et aux mains, et p a r un accroissement de douleurs aiguës qui m'assiégeaient de toute part. Quelquefois je sentais ma tête s'embarrasser p a r l a violence des souffrances, mais je ne délirai p o i n t ; je conservai toujours un calme et une assurance q u i ne furent troublés dans aucun temps de la maladie. L e sommeil était interrompu et rarement tranquille; la langue chargée et blanchâtre au milieu, p r o p r e à la circonférence ; la soif m é ­ diocre ; la salivation a b o n d a n t e ; la b o u c h e pâ­ teuse. Les organes du goût et de l'odorat avaient acquis une finesse telle, q u e je distinguais dans l'eau des saveurs et des odeurs aromatiques qui lui étaient communiquées p a r les fleurs tombées dans le ruisseau, où elle était puisée, perceptions qui m'étaient inconnues dans l'état de santé. Chaque bain de pied qu'on me faisait p r e n d r e m'occasionnait, en y entrant, un spasme géné­ r a l , p r o n o n c é plus particulièrement et d'une manière fort p é n i b l e , sur l'estomac ; le spasme était suivi de vomissement et de syncope ; mais

8*


( 116 ) après ce p r e m i e r m o u v e m e n t , le pédiluve pa­ raissait me soulager, et j'y restais avec plaisir. Il était aisé de s'apercevoir que l'estomac était le siége de l'affection, à en juger p a r sa susceptibilité à se contracter d o u l o u r e u s e m e n t , p a r les renvois fréquens, par les vomissemens, par l'inappétence; on voulut me faire p r e n d r e un minoratif que je rendis à l'instant, et q u i , h e u r e u s e m e n t , ne produisit aucun effet. Les lavemens faisaient r e n d r e des matières blan­ châtres; les urines étaient l i b r e s ; la respiration facile; je ne pouvais s u p p o r t e r aucune espèce de boisson : toutes me paraissaient ou t r o p fades ou trop fortes; il fallut d o n c se b o r n e r à l'usage de l'eau p u r e . Cet état dura pendant dix jours avec plus ou moins d ' o r a g e , et ma convalescence ne fut ni longue ni pénible. Je ne pris aucune espèce de m é d i c a m e n t ; on seconda les effets de l'eau p u r e , par un bain de c o r p s , des pédiluves et des lavemens. Il m'est impossible de d o n n e r des détails sur ma situation jour par j o u r , et d'exposer tous les symptômes qui p a r u r e n t , puisqu'on ne peut s'observer s o i - m ê m e , dans une maladie grave. Mais il m a paru utile de r e n d r e compte d e mes sensations, ainsi que de quelques s y m p -


(

117

)

tomes qu'on a recueillis sur m o i , et surtout de p r o u v e r , par mon e x e m p l e , que la nature est quelquefois plus puissante que la matière m é ­ dicale. e

7.

OBSERVATION.

M. Casimir, âgé de vingt-trois a n s , d'un tempérament bilieux-sanguin, t o m b a m a l a d e , le 10 mars 1803, au Cap. L e 2. j o u r , yeux très-injectés; figure r o u g e ; fièvre intense ; douleurs dans tous les m e m b r e s ; agitation ; jactation ; parole animée ; langue plus rouge que dans l'état naturel ; la fièvre paraît augmenter le soir. 3 . F i g u r e a r d e n t e ; yeux injectés; forces abattues; l u m b a g o ; agitation; inquiétude. S u r le soir, la fièvre baisse, mais la céphalalgie est insupportable, et le hoquet survient. Nuit assez tranquille. 4. S y m p t ô m e s calmés, à l'exception de l'in­ jection des conjonctives et des envies de vomir. L e malade s'inquiète sur son état. L e soir, le l u m b a g o avait r e p a r u ; le pouls était à peu près dans son état n a t u r e l , ainsi que la langue; mais il y avait des difficultés d'uriner et des nausées. Le malade dormit passablement la n u i t , et cependant il n'urina pas. e

e

e


( 118 ) 5. Pouls un peu agité ; langue plus blanche ; disposition à l'assoupissement ; poids sur les yeux. 6. Plus de hoquets ni de nausées ; mais les urines sont toujours rares ; inquiétude ; pouls concentré ; le s o i r , il eut quelque appétit, et on lui permit une bouchée de pain dans deux cuillerées de vin de Madère. Il y e u t , dans la nuit, une hémorragie nasale. e

e

e

7 . L e mieux se soutient; la langue blanchit. 8. Jaunisse développée. ( Il est p r o b a b l e qu'elle avait commencé avant cette é p o q u e , quoique ce ne soit pas noté. ) 9 . Le s o i r , il se leva, mangea un potage au vermicelle, et b u t un peu de vin. 10. Mieux. e

e

e

Traitement

et

réflexions.

1 . jour. Saignée ; 2 . , lavemens avec le vi­ naigre et le sel; pédiluve avec addition de vi­ naigre ; frictions avec des tranches de citron ; eau vineuse p o u r tisane. Le s o i r , on réitéra le bain de pied et le lavement. 3 . Pédiluve ; frictions sur la n u q u e , les lombes et toute la colonne é p i n i è r e , avec égale partie d'alkali volatil et de b a u m e de fioraventi. L e s o i r , e r

e

e


( 119 )

potion de Rivière ; frictions avec l'ammoniaque ; lavement avec le sel et le v i n a i g r e , q u i p r o ­ duisit trois garderobes d'une fétidité insuppor­ table. 4 . O n fit raser l'occiput p o u r y mettre u n vésicatoire ; potion avec trois onces de vin de q u i n q u i n a , 25 grains de c a m p h r e dissous dans une quantité suffisante d'éther, à p r e n d r e en quatre heures. L e soir, potion anti-émétique; lavement avec le vinaigre ; frictions avec les tranches d e citron ; bain avec la décoction de quatre livres de q u i n q u i n a , aiguisée avec quatre pintes de vinaigre ; et à la s o r t i e , on lui fit des frictions avec des serviettes chaudes. 5. Lavement purgatif; p é d i l u v e ; frictions sur l'hypogastre avec 20 grains de c a m p h r e dissous et mêlé à l'huile d'olive ; le s o i r , bain de quinquina ; frictions avec le c a m p h r e et l'huile. 6 . Frictions avec l ' a m m o ­ niaque et le b a u m e de fioraventi ; bain d e quinquina ; infusion de c a m o m i l l e , r e n d u e active par l'ammoniaque l i q u i d e ; le soir, p o ­ tion avec le vin de quinquina et le c a m p h r e . 9. P u r g é avec les tamarins et la crême de tartre dans une décoction de quinquina. e

e

e

e

L e traitement de ce malade a été dirigé p a r M. F r a n ç o i s , médecin éclairé : sa t h é r a p e u ­ tique a été active; mais on a p e r ç o i t , au milieu


( 120 ) de cette quantité de choses administrées, un discernement peu o r d i n a i r e , et un choix qui annonce combien il étai éloigné de la route vulgaire. 8.

e

OBSERVATION.

M. L a u r e n t , Agé de vingt a n s , d'une cons­ titution g r ê l e , d'un t e m p é r a m e n t tendant au b i l i e u x , tomba malade le 10 mars 1803. L e 2 jour. F a e e colorée ; yeux injectés ; céphalalgie; lumbago ; soit a r d e n t e ; le malade paraît absorbé. 5 . Nausées; inquiétudes ; agitation. 4 . Violent mal de tête dans la matinée; le s o i r , mieux subit ; pouls naturel ; il y eut n é a n ­ moins de l'abattement ; nuit a g i t é e , mais sans douleurs déterminées. 5. Urines supprimées ; h o q u e t ; nausées. 6. Moiteur a b o n d a n t e ; mieux général ; urines rares le matin ; mais le soir, urines libres; appétit. e

e

e

e

e

e

7. La jaunisse se développe. 9. Guéri. e

Traitement

et

réflexions.

1 . jour. Purgatif; 2. , limonade ; pédiluve ; lavement. 3. Potion de Rivière ; lavement avec er

e

e


( 121 )

addition de sel commun ; frictions avec l'huile camphrée sur l'estomac. 4 . Frictions avec le citron ; bain de pied. 5. Frictions sur la co­ lonne épinière, avec l'alkali volatil et le baume de fioraventi ; huile camphrée appliquée sur l'hypogastre ; bain de quinquina. Le s o i r , vésicatoire à l'occiput ; infusion de camomille avec l'ammoniaque liquide p o u r boisson ; po­ tion avec le vin de quinquina c a m p h r é ; la nuit, bain de quinquina. 6. Frictions sur toute la p e a u , avec des tranches de citron ; lavement purgatif. 8 . Minoratif. e

e

e

e

Les deux sujets précédens étaient f r è r e s , partis en m ê m e temps de B o r d e a u x , et arrivés depuis peu dans l'île ; c o n v a i n c u s , avant leur d é p a r t , qu'on ne peut éviter une épreuve violente dans les Antilles, ils voulurent l'a­ doucir ou la prévenir par des précautions ; en c o n s é q u e n c e , dès qu'ils eurent atteint le t r o ­ pique du c a n c e r , ils se g o r g è r e n t de l i m o n a d e , se firent saigner, et se p u r g è r e n t avec la crême de tartre et les tamarins ; ils furent néanmoins saisis l'un et l'antre de la fièvre j a u n e , à douze heures de d i s t a n c e , et trois jours après leur arrivée. J e suis m ê m e convaincu que les moyens qu'ils avaient employés, ont hâté l'invasion de la maladie ; j'ignore s'ils l'ont rendue plus bénigne.


( e

9.

)

122

OBSERVATION.

Par le même.

L e 20 mars 1 8 0 3 , on porta à la Providence un soldat d'une forte constitution, qui avait les yeux injectés et une violente céphalalgie ; il se plaignait de douleurs insupportables dans les lombes ; il était au 3. jour de la maladie. 4. jour. Rémission complète dans la journée ; le soir, h o q u e t ; nausées; i n q u i é t u d e s ; pouls plus relevé et moins dur que le matin. 5 . Les nausées avaient disparu et avaient été remplacées par des douleurs aux lombes ; dans la n u i t , sueur abondante. 6. Amélioration considérable ; jaunisse. 7 . L e mieux se soutient. Depuis cette épo­ q u e , le malade est e n t r é en convalescence. e

e

e

e

e

Traitement. e

5 . jour. Lavement avec le sel et le vinaigre ; bain de pied acidulé ; infusion de camomille avec l'ammoniaque liquide p o u r boisson. 4 . Vin de quinquina c a m p h r é ; potion de Rivière. 5 . Même médicament. 7. P u r g é . e

e

e

e

10.

OBSERVATION.

Madame Philippot avait fait la traversée avec


( 123 ) les deux jeunes gens qui venaient de Bordeaux; elle prit les mêmes p r é c a u t i o n s , et, le 15 m a r s , en les soignant, elle fut saisie d'un l u m b a g o , d'une céphalalgie violente, de fièvre a r d e n t e ; on la frictionna avec le citron ; elle prit u n bain tiéde, but de l'infusion de camomille avec addition d'ammoniaque, sua étonnemment toute la n u i t , et le lendemain fut guérie. Cette observation n'est pas la seule de ce g e n r e ; j'ai vu fréquemment la fièvre jaune adopter u n e forme é p h é m è r e , et les malades guérir ou m o u r i r dans l'espace de vingt-quatre ou quarante-huit heures. J'aurai souvent occa­ sion d'en parler ; ce qui me dispensera de r a p p o r t e r un plus g r a n d n o m b r e de faits de cette espèce. 1

e

11.

OBSERVATION.

M. C h a t a r d , médecin français, rempli de talens et de m o d e s t i e , m'écrivit le 23 février 1804 de B a l t i m o r e , où il s'était établi après son d é ­ part du C a p , et me communiqua quelques observations dont je ne transmettrai que celle qui suit. 1

Elle offre une analogie frappante avec celle dont l e

chirurgien Jomaron fut le sujet, et que j'ai citée en parlant de l'emploi des acides.


( l24 ) Un navire b o r d e l a i s , après avoir séjourné quelque temps dans la r a d e du C a p , eut sept matelots et trois officiers attaqués de la fièvre jaune ; les matelots furent envoyés à l'hôpital de la Providence où ils m o u r u r e n t ; des trois officiers qui furent confiés aux soins de M. Chat a r d , deux m o u r u r e n t , l'un au bout de trentesix h e u r e s , l'autre le 4. jour. L e t r o i s i è m e , traité de la même m a n i è r e , c'est-à-dire, par la s a i g n é e , les b a i n s , les délayans et les purgatifs acides, fut guéri dans la h u i t a i n e , quoiqu'il p a r û t , par sa constitution, devoir plutôt s u c ­ c o m b e r que ses deux compagnons. Mais il offrit un p h é n o m è n e particulier : c h a q u e fois qu'il prenait son bain t i é d e , une quantité pro­ digieuse d'air s'échappait de tous ses p o r e s , de manière à faire croire que l'eau était en ébullition par le moyen du feu. e

12.

e

OBSERVATION.

M. M a r c h a n d , âgé de vingt-deux a n s , arrivé dans la colonie depuis un mois, fut conduit à l'hôpital des officiers au C a p , dans le mois de janvier 1 8 0 5 , peu de jours après son d é b a r ­ quement. Il

était atteint d'une fièvre intermittente sim-


( 125 ) p l e , qui céda p r o m p t e m e n t aux moyens e m ­ p l o y é s ; huit jours a p r è s , il rentra à l'hôpital avec la même fièvre, qui céda encore aux mêmes moyens ; il était convalescent, et demandait sa sortie, l o r s q u e , le jour de son départ p r o j e t é , il fut tout-à-coup saisi p a r une douleur v i o ­ lente a la tête, aux l o m b e s ; p a r des anxiétés, des vomissemens, accompagnés de r o u g e u r d u visage et des yeux. Ces symptômes a u g ­ mentèrent jusqu'au troisième jour ; alors ils t o m b è r e n t , ainsi que la fièvre ; l'insomnie, les vomissemens et la prostration des forces restèrent seuls. 4. jour. Vomissemens, p a r intervalles, de bile porracée ; éruption de petits boutons d'un r o u g e vif sur la poitrine et les extrémités. 5. L e vomissement a cessé. 6. Jaunisse au cou. 7. Elle se répand par tout le corps. 8. E r u p ­ tion de vésicules remplies d'une eau très-limpide; l'épiderme t o m b e en farine, à mesure que les vésicules se vident. 11. Guéri. e

e

e

e

e

e

Traitement

et

réflexions.

Ce malade a été traité par les aposèmes amers et les bols camphrés. C'est encore un de ces exemples, si communs dans les hôpitaux, où les individus sont frappés


( 126 ) de la contagion par les malades qui les en­ tourent. Celui-ci dut évidemment, ainsi que le n.° 5, sa maladie au voisinage de ceux qui en étaient atteints ; et, ce qu'il y eut de plus étrange, ce fut qu'elle se greffa, pour ainsi dire, sur une fièvre intermittente.

l3.

e

OBSERVATION.

M. T..., négociant, âgé de trente ans, né en Provence, débarqua au C a p , sur le navire l'Industrie, le 6 frimaire an 11 (27 n o ­ vembre 1802 ) : son tempérament paraissait sanguin, et son caractère fort enclin à la gaîté. Le 1. nivôse (22 d é c e m b r e ) , huit jours après son débarquement, il éprouva un frisson d'une heure et demie. Alors, spasme stomacal; céphalalgie sus-orbitaire; peau sèche ; douleurs aux lombes, plus violentes sur les muscles ju­ meaux et solaires. er

2. jour. Pouls dilaté, mais mou. Douleurs moins fortes; langue grisâtre au c e n t r e , propre à la circonférence; nausées; yeux rouges. e

e

5. Tournoiement de tète ; défaillance subite dans la position perpendiculaire ; désordre des facultés intellectuelles; nausées plus fréquentes.


( 127 ) e

4 . Mêmes symptômes, mais moins de nau­ sées; deux selles copieuses et jaunâtres. 5. Point de vomissemens; selles bilieuses; diminution de plusieurs symptômes ; air effaré; œil rouge ; c o m m e n c e m e n t d'ictère. 6. Même état; augmentation de la jaunisse; faiblesse e x t r ê m e du pouls. 7. Hémorragie nasale qui revient plusieurs fois, sans soulager; matières noires dans les g a r d e r o b e s ; vomissement de matières blan­ châtres et rouillées, produisant une impression aigre et âcre dans leur passage ; sensation p é ­ nible à l'estomac. 8 . Saignement de n e z ; vomissement n o i r , à plusieurs reprises; cinq selles couleur c h o ­ colat. 9. Même état, mais moins d'évacuations et de douleurs cardiaques. 10. Les matières changent légèrement de c o u l e u r , et paraissent tendre vers le j a u n e ; plus de cardialgie ni de vomissement. 11. Le mieux se soutient, et fait des p r o g r è s ; selles jaunâtres. 12. Convalescence. e

e

e

e

e

e

e

e

Traitement. er

1.

jour. Bain de c o r p s ; infusion de fleurs de


( 128 ) guimauve légèrement acidulée avec le suc de citron. 2 . Bain froid suivi d'un peu de trans­ piration. 3. Décoction de tamarins le matin ; le soir, cinq grains de mercure doux, avec deux de camphre et trois de nitrate de potasse ; eau de feuilles d'oranger, aiguisée avec l'acide sulfurique. 4. Lavement avec le vinaigre, quatre onces. 5. Bain froid, limonade. 6. Idem. 7. Potion avec le quinquina, l'éther sulfurique, le c a m p h r e , et un gros d'acétate ammoniacal pour quatre onces. 8. Manne et tartrite acidule de potasse dans la décoction de quinquina ; infusion de camomille et de feuilles d'oranger éthérée. 9. 10. et 11. Même potion de quin­ quina, qui paraît avoir du succès. e

e

e

e

e

e

e

e

e

e

S E C T I O N

Malades l4.

gui ont e

II.

succombé.

OBSERVATION.

Le 16 décembre 1802 ( 2 5 frimaire an 11 ), Madame...., épouse du général D...., âgée de trente-quatre ans, d'une constitution r e p l è t e , fut atteinte, à la suite de quelques fatigues et de beaucoup de peines morales, d'une fièvre qui débuta à trois heures du matin.


( 129 ) D o u l e u r vive sur le front; insomnie; face colorée langue blanchâtre et chargée au centre; bords humides et p r o p r e s ; soif m o d é r é e ; a b ­ d o m e n un peu d o u l o u r e u x ; urines claires ; pe­ tite toux sèche ; respiration un peu gênée ; pouls fort et fréquent; chaleur intense; peau s è c h e ; souffrances aux e x t r é m i t é s , et surtout aux arti­ culations. Exarcerbation sur les sept heures du soir. 2 . jour. Même état ; nausées fréquentes ; lumbago. 3. Nausées; éructations ; air inquiet; urines claires. 4. Même état; vomissement; y e u x rouges et se fixant avec un air d'inquiétude. 5. Pouls r é g u l i e r , peu fréquent et plein comme dans l'état de santé; diminution de tous les symptômes ; les urines perdent leur ténuité et acquièrent une couleur et une consistance naturelles; il survient brusquement à la b o u c h e des e a u x q u i paraissaient sortir de l'estomac sans c o n t r a c t i o n , et dans lesquelles j'ai aperçu d e u x filamens noirâtres ; les lavemens font r e n d r e des matières jaunes ; nuance ictérique sous le menton. 6. Diminution de toutes les douleurs ; e m ­ barras de la langue; prononciation difficile; e

e

e

e

e

9


( 130 ) la malade éprouva dans le jour des spasmes d'estomac, mais ne vomit p a s ; crachottement fréquent de mucosités; toux incommode qui répondait à l'estomac d'une manière pénible ; difficulté d'ouvrir la paupière; gêne singulière dans la prononciation ; inquiétude; jugement sain ; langue moins chargée, moins humide; pouls naturel, ainsi que la chaleur; urines abondantes, plus foncées en couleur et fortement odorantes. 7. Nuit précédente bonne ; la malade se disait entièrement guérie, parce qu'elle avait d o r m i ; face jaune et décomposée; articulation des mots plus difficile; crachats rouillés et noirs ; urines troubles et épaisses ; peau sèche ; pouls comme dans l'état de santé; accablement ; oubli de re­ tirer la langue qui était jaune, chargée et h u ­ m i d e ; inquiétude; carpologie. Le soir, forte oppression de poitrine ; toux difficile et fréquente; langue fort embarrassée ; pouls faible, m o u , mais régulier et lent ; peau sèche, et peu de pesanteur ou d'embarras dans la tête. 8. Le matin. Respiration gênée; fréquentes inspirations; langue jaune et chargée; la jau­ nisse s'était étendue sur toute la peau ; agitation ; inquiétude ; accent embarrassé ; expuition de ces matières qui viennent de l'estomac comme e

e


( 131 ) par r e g o r g e m e n t , et qui sont fortement rouillées et couleur de café; sang par l'anus, en petite quantité; pouls faible, régulier. L e soir, vomissemens noirs, copieux; sup­ pression d'urines ; pouls petit; langue h u m i d e ; soubresauts des t e n d o n s , et tremblemens des m a i n s ; carpologie ; à onze heures de la n u i t , urines toujours supprimées; perte de c o n n a i s ­ sance ; vomissemens plus rares. e

9. Perte de connaissance et de la vue ; râle ; o d e u r forte et cadavéreuse. Morte dans l'aprèsmidi. Traitement. Les cinq premiers jours on fit usage de bois­ sons adoucissantes, de lavemens et de d e m i bains; en même temps on appliquait des cata­ plasmes émolliens sur l'abdomen. Le 6. , elle prit trois verres d'eau de chicorée et de laitue, deux lavemens et du petit lait clarifié. La n u i t , je lui fis administrer une potion avec l'infusion de tilleul, l'oximel et quinze gouttes de laudanum ; ce mélange lui procura un bon sommeil. L e 7. , lavemens de camomille, de quinquina et de c a m p h r e , à forte dose ; potion avec ces mêmes substances auxquelles on ajoutait la liqueur d'Hoffmann ; une chopine de petit lait avec le e

e

9*


( 132 )

sulfate de magnésie, fit rendre trois selles ; vésicatoires aux jambes ; 8. , vésicatoires aux bras; ceux des jambes avaient bien pris; addition de l'acide nitrique dulcifié à la potion de la veille; mêmes lavemens. e

e

l4

OBSERVATION.

B r u s , officier de santé, âgé de vingt-six a n s , d'une constitution replète et sanguine et d'un tempérament r o b u s t e , fut saisi par le frisson, le 29 décembre 1802, à neuf heures du matin; peu à peu la chaleur survint; la tête s'embar­ rassa ; le délire se déclara ; les yeux étaient sen­ sibles à la lumière ; il les tenait constamment fermés; et, quoique la langue fût h u m i d e , il se plaignait de sécheresse à la b o u c h e ; soif m o ­ d é r é e ; reins douloureux; grande agitation. Sur les deux heures, le malade crachait sou­ vent et avec facilité ; respiration aisée ; pouls fort, fréquent et développé; chaleur intense; soif considérable. A cinq heures de l'après-midi, il se déclara une douleur abdominale tellement violente, que le malade, assis sur son lit, poussait, sans i n ­ terruption, des cris douloureux ; le pouls était devenu petit, concentré et vibrant: c'était le


( 133 ) vrai pouls de la douleur intestinale; lorsque celleci cessait, les efforts de vomissemens prenaient sa place. D a n s la nuit, le malade garde un morne silence, paraissant profondément affecté de son état ; hémorragie nasale. 2 . jour. Dans la nuit du 1. au 2 . , il y eut quelques vomissemens dans lesquels on aperçut des traces de sang. Dans la m a t i n é e , le calme survint; le délire p a r u t dissipé; la tête fut douloureuse sur le front; les conjonctives e n g o r g é e s ; la langue j a u n e ; la soif nulle ; le pouls peu d é v e l o p p é ; les crachemens fréquens. Le malade sue, et dit avoir des frissons de temps à autre. S u r le soir, céphalalgie frontale très-considé­ r a b l e ; pouls petit, mou; pulsations p e u dis­ tinctes. 3. Calme le m a t i n , après avoir sommeillé la nuit; face c o l o r é e ; conjonctives injectées de sang ; yeux fatigués ; chaleur brûlante au front ; esprit moins inquiet ; point de délire ; langue nette et h u m i d e ; soif nulle; ventre douloureux au t o u c h e r ; urines abondantes. Respiration aisée; pouls relevé depuis les vésicatoires, mais avec un peu de dureté ; cha­ leur intense. e

er

e

e

Il y avait une amélioration a p p a r e n t e ; mais


( 134 ) l'aspect du malade, considéré en général, n'était pas fort rassurant. 4. La journée se passe comme la veille, avec une espèce de calme trompeur; mais le soir les symptômes augmentent, et le malade tient cons­ tamment les yeux fermés. 5. Entendement sain ; yeux rouges, mais abat­ tus et comme flétris; face pâle, un peu jaune ; langue humide, peu chargée, excepté à la base ; selles fréquentes et séreuses; urines rares; peu ou point de souffrances ; pouls extrêmement faible et comme s'il ne contenait que du gaz ; peau humectée d'une sueur un peu froide; r é ­ solution des forces. Mort à dix heures du soir. e

e

Traitement. er

1. jour. Eau de camomille; bain tiède ; la­ vemens avec des substances très-mucilagineuses ; applications émollientes sur l'abdomen ; tisane de graine de lin. 2. Lavemens émolliens ; t i ­ sane de pruneaux avec du sulfate de magnésie; bains de pied. Le soir, vésicatoires aux jambes. 3. Une once de sulfate de magnésie dans quatre verres d'eau de pruneaux procura des selles abondantes. 4. Deux nouveaux vésicatoires. 5. Infusion de thé unie à la cannelle à fortes doses; e

e

e

e


( 135 ) potion avec le q u i n q u i n a , la t h é r i a q u e , l'acé­ tate ammoniacal et le vin. l6.

e

OBSERVATION.

H e n r i , chirurgien de p r e m i è r e classe, qui avait p r o d i g u é à Brus les soins de la plus tendre a m i t i é , fut tellement affecté de sa m o r t qu'il ne tarda pas à le suivre. C o m m e il était d'un t e m p é r a m e n t maigre et mélancolique, la maladie se déclara avec plus de simplicité, sans aucune complication inflam­ matoire. Il ne m o u r u t q u e le 9. j o u r ; jouit pendant tout ce temps de la plénitude de sa raison ; il témoignait simplement de l'inquiétude sur son état; les trois derniers j o u r s , il vomis­ sait le sang à pleine g o r g e ; cette h u m e u r , c o u ­ leur de c a f é , q u e nous avons vue dans la 14. observation, lui arrivait tout-à-coup à la b o u c h e , sans contractions de l'estomac, et comme par r e g o r g e m e n t : le pouls fut toujours tranquille et b o n ; la chaleur m o d é r é e , p e u t être même un peu au-dessous de l'état o r d i n a i r e ; les douleurs de reins furent violentes dans le c o m m e n c e m e n t ; les yeux constamment injectés de sang ; la langue toujours humide et p r o p r e sur les b o r d s ; il eut m ê m e des apparences d'ape

e


( 136) e

e

pétit vers les 4. et 5. jours, époque à laquelle les premiers symptômes avaient diminué ou disparu. Remarques. Cette observation, quoique incomplète, n'a point été écrite de mémoire; mais je n'ai songé à la rédiger que les trois derniers jours de la maladie, ce qui m'a obligé de lui donner cette forme irrégulière, n'ayant pas noté assez exac­ tement ce qui s'était passé dans le début. 17.

e

OBSERVATION.

D u b u r g u a , officier de santé, âgé de vingtun a n s , d'un tempérament faible et délicat, doué d'une ame sensible, livré avec excès à l'étude et ayant fait de nombreuses courses dans les montagnes pour herboriser, souvent même pendant la plus forte chaleur du j o u r , fut saisi, le 30 décembre 1 8 0 2 , à 9 heures du matin, d'un frisson avec tremblement qui dura une heure ; ce tremblement fut suivi de chaleur, de sueur et de violentes douleurs aux reins ainsi qu'aux aisselles : la céphalalgie frontale survint et persista ; l'imagination fut calme ; l'esprit sain ; la face sans altération ; la langue chargée


( 137 ) et jaune ; la soif m o d é r é e ; la respiration aisée; la chaleur intense ; le pouls faible : il y eut trois selles bilieuses, verdâtres. L e soir, le mal de tête r e d o u b l e ; diminution du l u m b a g o ; pouls faible ; peau s è c h e ; à huit heures et demie du s o i r , le pouls s'étant forte­ m e n t r e l e v é , le malade sua considérablement; g r a n d e douleur au front ; la n u i t , sommeil troublé p a r des rêves pénibles. e

2 . jour. D o u l e u r de front constante ; face b o n n e ; y e u x sensibles à la lumière ; conjonc­ tives moins injectées que dans les autres cas ; b o u c h e pâteuse ; langue h u m i d e , chargée au centre et un peu blanchâtre ; soif nulle ; il vomit deux fois et fît quatre selles, ce qui était dû à un grain d'émétique mis dans la tisane de la nuit. Les urines furent copieuses, faciles, et les douleurs de reins disparurent ; il ne resta plus que quelques douleurs aux jambes ; pouls relevé assez fréquent; pulsations distinctes; cha­ leur de la peau forte ; point de t o u x ; salivation a b o n d a n t e ; crachats fréquens; accablement sans perte de forces. Q u e l q u e s vornissemens et plu­ sieurs selles copieuses provoquées par quinze grains d'ipécacuanha et un demi-grain d ' é m é ­ tique. Sommeil de quatre heures assez paisible à la suite de ces évacuations ; inquiétudes au


( 138 ) réveil; faiblesse; yeux extrêmement doulou­ reux ; cet état ne céda qu'à des fomentations ; sueurs. Le soir, pouls fréquent; chaleur forte; a c ­ cablement ; faiblesse ; envie de dormir ; le malade se dit mieux. Sommeil de plusieurs heures la nuit; une selle ; crachats fréquens ; sueurs. 3 . Dans la matinée, céphalalgie peu consi­ dérable ; inquiétude ; yeux un peu gorgés ; face b o n n e ; langue blanche; bords rouges et n e t s ; renvois fréquens et sans goût; ventre souple, non douloureux ; urines libres. Petite douleur à la poitrine ; pouls fréquent, peu fort, mais assez pour sa constitution ; cha­ leur moins forte que le jour précédent ; fai­ blesse ; légères douleurs aux extrémités ; cou jaune. Le soir, vomissemens âcres, acides et verts ; inquiétude ; sommeil agité dans la nuit. 4. Le matin, œil bon : les conjonctives ne sont plus injectées; rapports toujours fréquens et sans goût ; langue blanchâtre et fortement chargée, au c e n t r e , d'une couche muqueuse et h u m i d e ; envies réitérées d'aller à la garderobe où il rend peu ; urines assez abondantes et sans caractère particulier; pouls élevé, assez frée

e


( 139 ) q u e n t ; chaleur m o d é r é e ; profonds soupirs de loin en loin ; quantité considérable de vents qui le tourmentent dans l'estomac et les intes­ tins ; poids sur l'estomac ; efforts répétés et presque inutiles p o u r vomir. Dans la j o u r n é e , six selles provoquées par un purgatif; urines fréquentes : au milieu du j o u r , pouls b o n , moins accéléré ; chaleur m o d é r é e ; sommeil; crachats abondans et sans toux ; luette relâchée : sur les cinq heures du s o i r , i n q u i é t u d e ; mais à neuf h e u r e s , il était sans fièvre, et avait une chaleur douce et n a ­ turelle. V e r s les premières heures après m i n u i t , sommeil pénible ; rêves affreux ; plaintes et cris. e

5. Dans la m a t i n é e , assoupissement; œil inquiet ; accent embarrassé ; langue moins char­ gée ; deux g a r d e r o b e s liquides, non colorées en n o i r ; urines a b o n d a n t e s ; pouls faible, of­ frant néanmoins plus de pulsations à son réveil que dans le reste de la j o u r n é e ; couleur jaune de la peau plus p r o n o n c é e ; t e r r e u r produite p a r le passage d'un papillon dans la c h a m b r e . L e s o i r , i n q u i é t u d e ; t e r r e u r ; pleurs ; vomit tout ce qu'il prend ; le bouillon gras le plus léger renouvelle les vomissemens.


(

140)

La nuit fut orageuse ; le malade força d'en­ lever un vésicatoire appliqué sur l'estomac, donnant pour prétexte que le poids le fatiguait; crachement et ptyalisme continuels ; efforts de vomissemens; accélération du pouls; constipa­ tion; délire par intervalles. 6. Dans la matinée, crachement de sang et saignement de nez ; tremblement des bras ; soubresauts des tendons ; pouls accéléré et faible; quantité considérable de vents rendus par haut et par b a s ; crachement continuel d'une salive épaisse et blanche ; peau plus jaune. e

Le s o i r , écoulement d'un peu de sang par la b o u c h e ; pouls irrégulier ; faiblesse e x t r ê m e ; vomissemens blanchâtres ; jugement parfaite­ ment sain ; calme léger et apparent. Dans la n u i t , perte de connaissance ; délire tranquille; hémorragie nasale. 7. Mort à deux heures du m a t i n , à côté de mon l i t , après une longue et pénible agonie, et des évacuations sanguines considérables, tant par les vomissemens que par l'expecto­ ration. Traitement. e

er

1 . jour. Limonade cuite en

abondance,


( 141 ) suivie de trois selles verdâtres. Fomentations émollientes qui calment les douleurs de reins ; lavemens émolliens ; bain de pied. Limonade émétisée dans la n u i t , qui lui fit faire quatre garderobes. 2 . Bain de pied ; lavement ; quinze grains d'ipécacuanha et un demi - grain de tartrite de potasse antimonié, qui p r o c u r e n t plusieurs selles copieuses et peu de vomisse­ mens ; fomentations émollientes sur les yeux. L e s o i r , nouveau bain de jambes ; lavement nitré ; eau s u c r é e , nitrée. 3 . Vésicatoires aux bras et aux jambes qui p r e n n e n t bien. 4 . Minoratif, six g a r d e r o b e s ; lavemens c a m p h r é s ; fomentations émollientes sur l'estomac. P o u r la n u i t , tisane de camomille n i t r é e ; potion avec le q u i n q u i n a , l'eau de cannelle et le lau­ d a n u m de sydenham. 3 . Tisane de s e r p e n ­ taire de V i r g i n i e ; bains de j a m b e s ; lavemens c a m p h r é s ; eau de fleurs d'oranger; vésicatoire sur l'estomac, qu'il ne peut supporter. 6. L i ­ m o n a d e avec l'acide sulfurique ; bols camphrés et nitrés; vésicatoire à la nuque. e

e

e

e

e

l8.

e

OBSERVATION.

C l e r c , jeune h o m m e de vingt-deux a n s , d'un tempérament d é l i c a t , mais s a n g u i n , arrivé depuis un mois dans la colonie, éprouva,


( 142 ) le 26 mai 1803, à six heures du matin, un peu de fièvre, sans froid ni frissons, mais avec céphalalgie. 2. jour. Entendement sain ; douleur au front; yeux non injectés; pommettes rouges ; langue saburrale et humide dans le milieu, bords p r o p r e s ; bouche sans goût particulier; soif m o d é r é e ; efforts de vomissemens ; point de douleurs aux extrémités ; excrémens d u r s , à la suite d'un lavement ; urines ordinaires; poi­ trine en bon état ; pouls fort, sans être fréquent ; chaleur un peu au-dessus de la température accoutumée. 5. Saignement de nez; ensuite vomissement d'une humeur jaune-verte, mais fluide, peu épaisse et en petite quantité. Tête l o u r d e , quoique moins douloureuse que la veille ; éva­ cuations abondantes par haut et par b a s , au moyen d'une boisson émétisée ; la fièvre paraît bien développée, sans excès. Le soir, fausse apparence de mieux ; absence de tous les signes de fièvre jaune, excepté quelques nausées et quelques éructations; point de douleurs de reins ; saignement de nez, pendant les efforts de vomissement; nuit mauvaise ; vomissement de tout ce qu'il avale; nouveau saignement de nez. e

e


( 143 ) e

4. Entendement sain ; yeux b o n s , sans rou­ g e u r ; tête l o u r d e , non d o u l o u r e u s e ; langue h u m i d e et nette ; vomissemens des boissons; a b d o m e n d o u l o u r e u x , c o n t r a c t é , quand le malade se présente à la g a r d e r o b e . Spasme intestinal, formant une espèce de boule dans la partie gauche. Selles claires, vertes, foncées; urines assez b o n n e s ; ver r e n d u p a r le vomis­ sement. Chute de la fièvre; pouls petit et faible; prostration ; abattement extrême ; douleurs aux hanches; crampes aux b r a s , aux d o i g t s , aux jambes. Nuit orageuse. 5. Amélioration dans la matinée ; forces relevées. Le s o i r , abattement ; entendement assez sain, quoique p a r intervalles on distinguât quelques absences pendant le demi-assoupisse­ ment ; pouls faible, inégal. e

e

6. Même état dans la journée ; nuit mau­ vaise; extrémités froides. 7. Aberration dans les idées ; figure b o n n e ; yeux non injectés; loquacité ; langue p r o p r e ; soif ; nausées; éructations; selles rares ; urines a b o n d a n t e s ; battement violent à la région épigastrique ; anxiété; pouls p e t i t , f r é q u e n t , mais pulsations plus distinctes q u e la veille ; e


( 144 ) chaleur médiocre au tronc ; extrémités moins glacées et non douloureuses ; jaunisse c o m ­ mençant au-dessous du menton; nuit mauvaise; envie continuelle de se lever; agitation; délire gai ; urines fréquentes. 8. Urines alternativement pâles, jaunâtres et blanchâtres; pouls petit; point de vomissemens ni de garderobes ; jaunisse générale. Mort à quatre heures de l'après-midi. e

Traitement. er

1. jour. Oxicrat; lavemens; bains de jam­ bes. 2. Mêmes médicamens. 3. Eau de casse émétisée. 4. Potion avec le c a m p h r e , le lau­ d a n u m , la liqueur d'Hoffmann, pour le j o u r ; potion avec la t h é r i a q u e , le quinquina et la liqueur d'Hoffmann dans la nuit. 5. Potion avec le quinquina et soixante gouttes d'acétate ammoniacal. 6. Fomentations avec le tafia sur le ventre et les extrémités. 7. Potion avec le quinquina, le laudanum et l'alcohol avec aloës et rhubarbe. e

e

e

e

e

e

19.

OBSERVATION.

Benoît V e r d i e r , âgé de vingt-neuf a n s , d'un tempérament robuste et sanguin, soldat de


( 145 ) la 23. d e m i - b r i g a d e , arriva au Cap le 25 jan­ vier 1803, et, le 9 février suivant, il éprouva une violente céphalalgie sus-orbitaire et des dou­ leurs très-aiguës à la région l o m b a i r e , p r é c é ­ dées du frisson et du tremblement. T r a n s p o r t é , le 2. au soir, dans ma salle de clinique je ne le vis que le lendemain avec les symptômes suivans. 3. jour. Facultés intellectuelles affaiblies ; yeux injectés; face colorée; saignement de nez; langue sèche et blanchâtre ; perte de la parole ; constriction du pharinx ; nausées ; ventre s o u ­ levé ; deux selles ; urines rares ; région l o m ­ baire douloureuse ; respiration gênée ; chaleur forte; peau s è c h e ; pouls p e t i t , d u r , d é v e ­ l o p p é ; le soir, mieux sensible; il recouvre la parole à la sortie d'un bain froid. Nuit agitée; d é l i r e ; p e r t e de connaissance. 4 . Yeux fermés; vomissemens de matières noires; ventre affaissé; une selle b r u n â t r e ; sup­ pression d'urines; respiration avec sifflement; chaleur faible ; pouls p e t i t , peu f r é q u e n t , mais régulier. 5. Mort à deux heures du matin. e

e

e

e

e

Traitement

et

réflexions.

e

3 . jour. L i m o n a d e cuite, n i t r é e ; lavemens; 10


( 146) e

saignée ; bain froid. 4. Potion de Rivière ; sinapismes aux pieds ; vésicatoires rubéfians promenés sur le corps. Pour l'instruction des jeunes gens qui étaient dans les h ô p i t a u x , je faisais discuter sur les cas qui se présentaient et sur le traite­ ment convenable. Quelques circonstances qu'on a pu apprécier, en lisant l'observation, firent proposer et adopter la saignée ; mais il fut con­ venu, en même temps, que si elle produisait de l'affaiblissement, on plongerait le malade dans le bain froid ; ce qui se fit à cinq heures du soir. Il n'y était pas depuis cinq minutes, que la connaissance lui revint, et qu'il nous de­ manda où il se trouvait; il y resta une demih e u r e , et retourna à pied pour se coucher au premier étage : j'avais ordonné de faire chauffer son lit, ce qui ne fut pas exécuté ; et on ne p u t même obtenir qu'on lui donnât une infu­ sion de cannelle sucrée, pour reporter la chaleur à la périphérie. Cette observation est une de celles qui prouvent que la saignée réussissait mal durant cette épidémie, et qu'elle abrégeait les jours des malades. 20.

e

OBSERVATION.

Moreau, âgé de vingt-cinq a n s , d'un tempé-


( 147 ) rament bilieux - sanguin, ouvrier à l'arsenal, depuis vingt jours dans la colonie, fut pris, après un travail f o r c é , le 24 avril 1 8 0 3 , sur les cinq heures du s o i r , d'un mal de reins considérable qui le força à se coucher; il avait eu froid. 11 lui survint ensuite un violent mal de t ê t e ; des dou­ leurs à l'estomac; une chaleur considérable, et une sueur abondante. Ce malade resta cinq jours à p e u près dans le m ê m e état, sans entrer à l ' h ô ­ pital; il vomissait chaque j o u r ; rendait assez fréquemment des urines épaisses, sans douleurs; il ne fit point de g a r d e r o b e s pendant ces cinq j o u r s , et néanmoins l'abdomen n'était pas dou­ loureux. Il s'inquiéta b e a u c o u p des l'invasion. 6. jour. Face c o l o r é e ; yeux injectés; langue sèche, couverte d'un enduit b l a n c h â t r e ; b o u e h e a m è r e ; envies de vomir ; pouls fort et développé; chaleur mordicante à la peau ; placards violets sur la poitrine et les extrémités supérieures L e soir, le malade, au moyen de trois grains d'émétique dans une pinte de l i m o n a d e , vomit a b o n d a m m e n t , et fit plusieurs selles qui ressem­ blaient à de la raclure de boyau ; pouls moins fort que le matin, plus m o u ; peau chaude et m o i t e ; mal de tête d i m i n u é ; langue h u m e c t é e ; apparence de calme à neuf heures du soir. e

7.

e

Pouls moins g r a n d et plus d u r ; chaleur

10*


( 148 ) et moiteur à la peau ; yeux toujours injectés de sang; face un peu plombée; langue couverte d'un enduit blanchâtre dans le milieu, propre et humide sur les bords ainsi qu'à la pointe ; la céphalalgie continue, et la douleur d'estomac disparaît ; ventre ni tendu ni douloureux. Hémorragie nasale à six heures du matin. Quoique ce malade ne fût point dans ma salle de clinique, je l'examinais avec soin; e t , le trouvant avec un battement violent dans la région épigastrique, j'annonçai, en m ' a p p u y a n t s u r u n e sentence d'Hippocrate, que le délire n'était pas éloigné ; ce pronostic se vérifia une heure après. Nouvelle hémorragie à trois heures du soir : à cette époque, le pouls était presque imperceptible ; la chaleur de la peau était médiocre ; il vomissait des matières noirâtres; les placards des bras et de la poitrine étaient devenus livides ; respiration stertoreuse ; yeux demi-clos. Mort à quatre heures. Traitement. e

6. jour. Bain de pied ; trois grains d'émétique dans une pinte de limonade ; julep anodin le soir; lavement. Pour la nuit on lui donna

de la limonade vineuse; un lavement avec


( 149 ) l'eau et le vinaigre, et une potion avec le quin­ quina et l e camphre. Ce dernier traitement fut ordonné p a r le médecin F r a n ç o i s , qui le con­ tinua le 7. jour. e

Ouverture

du

cadavre.

J e fis faire l'ouverture à laquelle j'assistai; je m'étais imposé la loi de paraître a toutes les antopsies cadavériques qui furent pratiquées dans les hôpitaux du Cap ; j'en fis moi-même u n très-grand n o m b r e , et les observations étaient rédigées à l'instant, ou p a r les officiers de santé, ou par moi. Ainsi tout ce que je transmettrai à cet égard est de la plus exacte vérité. Téte. Les m e m b r a n e s du cerveau, la face extérieure de cet organe et ses ventricules n'ont rien offert de particulier; le cervelet a été e n ­ levé, après avoir coupé les prolongemens postérieurs. O n le trouva beaucoup plus mou que le cerveau; la moelle allongée, à l'endroit où elle pénètre dans le canal v e r t é b r a l , était notablement m o i n d r e que dans l'état o r d i n a i r e , et paraissait comme atrophiée; il y avait un espace considérable entre la d u r e - m è r e et l'arachnoïde, ce qui permettait de p r o m e n e r librement le doigt sans rien détacher; on y


( 150 ) apercevait une sérosité légèrement teinte de sang; peut-être une semblable sérosité existaitelle dans toute la longueur du canal vertébral, ce qui expliquerait bien des symptômes . 1

Poitrine. Les poumons étaient gorgés d'un sang écumeux et noirâtre, plus particulièrement le gauche qui adhérait fortement aux parois de la poitrine : le cœur très-volumineux ; l'oreillette et le ventricule d r o i t s , dont les parois étaient très-amincies, se trouvèrent remplis d'un sang noir et grumeleux ; il en a été retiré un corps qu'on a jugé être de l'albumine coagulée, fortement teinte en jaune; le ventricule gauche n'offrait rien de remarquable. Abdomen. Le foie avait son volume ordinaire; sa substance très-pâle ; la vésicule du fiel remplie d'une liqueur très-noire, filante et presque sans o d e u r ; la rate de volume ordinaire, mais son tissu était friable et sans aucune consistance. L'estomac était très-contracté; sa membrane muqueuse phlogosée, surtout à la petite cour­ b u r e où l'on observait plusieurs taches b r u ­ nâtres; il pouvait y avoir dans son intérieur un demi-verre d'un liquide noirâtre, presque 1

J e n'ai point t r o u v é cette sérosité dans le petit

n o m b r e de sujets d o n t j'ai ouvert le canal spinal.


( 151 ) aussi sans o d e u r ; les intestins étaient phlogosés, surtout le d u o d e n u m et le jejunum. L e rein gauche paraissait plus coloré que le droit, et le tissu cellulaire environnant, très-injecté ; les muscles des lombes et des cuisses étaient plus pâles que dans l'état o r d i n a i r e , et se d é ­ chiraient facilement. L e c a d a v r e , ouvert douze heures après la m o r t , n'exhalait aucun mauvaise odeur. e

21.

OBSERVATION.

Charles V a l s é , âgé de vingt-neuf a n s , d'une forte constitution, ouvrier à l'arsenal, fut p r i s , le 1. mai 1803, à dix heures du matin, d'un malaise général et d'une chaleur considérable précédée de froid. Il ne fut porté à l'hôpital d e la Providence que le quatrième j o u r , à quatre heures du soir. Il se plaignait alors d'un violen t mal de t ê t e ; les yeux étaient rouges e t injectés; la lace un peu colorée ; la langue noire au milieu, r o u g e sur les b o r d s ; il avait de fréquentes envies de v o m i r , et parfois des vomissemens de matières grisâtres ( symptômes qui existaient dès le second jour de l'affection); le pouls était d u r , et la peau sèche. er

e

5.

jour. Plus de céphalalgie, mais l u m b a g o


( 152 ) violent; yeux injectés; vomissemens fréquens et de même nature que la veille; urines sup­ primées: pouls moins fort et moins d u r ; peau sèche et jaune comme un citron; agitation extrême. Le soir, pouls petit; assoupissement consi­ dérable; difficulté de respirer. 6. Mort à trois heures du matin. e

Traitement. e

4 jour. Limonade vineuse ; bain de pied. 5. Potion de Rivière; limonade vineuse; vin de quinquina uni au camphre; lavement émollient ; vésicatoire à la nuque. e

Ouverture et

réflexions.

L'ouverture fut faite trois heures après la m o r t ; on t r o u v a le cervelet un peu injecté, et le prolongement de la moelle allongée p r é ­ sentait les mêmes irrégularités que dans l'obser­ vation précédente. Les p o u m o n s , refoulés par le d i a p h r a g m e , étaient gorgés d'un sang noirâtre; le cœur n'of­ frait rien de remarquable. Le foie était sain ; la vésicule du fiel renfer-


( 153 ) mait de la bile moins noire que chez le sujet précédent; l'estomac très-distendu par des g a z , contenait un b o n verre d'un liquide grisâtre ; on remarqua plusieurs points livides à la mem­ brane m u q u e u s e ; les intestins, fortement bour­ souflés p a r des substances gazeuses, n'ont laissé apercevoir que des taches b r u n â t r e s , mais n o n gangrenées. Les autres viscères étaient en b o n état. J e transmets cette observation, toute incom­ plète qu'elle est, parce qu'elle a été faite sous mes y e u x , et parce que je suis certain de la véracité du c o n t e n u , ayant moi-même visité plusieurs fois le malade, et assisté à l'ouverture du cadavre. O n ne saurait croire combien des observations exactes, accompagnées d'autopsie, sont précieuses, puisque peu de personnes ont le courage de se livrer à un pareil travail sous la zone torride. Il a fallu des efforts p r o d i g i e u x , et l'ascendant de l'autorité, p o u r obtenir ces dégoûtantes et dangereuses dissections, a u x ­ quelles les plus zélés seuls se sont livrés. 22.

e

OBSERVATION.

Charles, âgé à peu près de trente ans, matelot anglo-américain, fut a p p o r t é à l'hôpital de la


(

154

)

Providence le 9 mai 1803, 6. jour de sa m a ­ ladie. Face colorée ; yeux injectés; langue noirâtre au centre ; douleur d'estomac et de reins; cons­ tipation ; urines rares ; pouls petit ; chaleur et sécheresse dans la peau. Le s o i r , assoupissement. 7. Prostration plus considérable. Mort dans la matinée. e

e

Traitement

et

réflexions.

6. jour. Bain chaud, à la sortie duquel le malade fut de suite plongé dans un bain froid; j'assistai moi-même à cette opération p e r t u r ­ b a t r i c e , dont je me promettais depuis l o n g ­ temps quelques succès; mais, dans ce cas, la maladie était beaucoup t r o p avancée. O n donna de l'infusion de camomille ; une potion avec le quinquina et le café, à laquelle on ajouta de l'ammoniaque; lavemens avec l'eau et le vinaigre. L e soir, on fit appliquer un moxa sur la p r e ­ mière vertèbre cervicale ; pendant l'action, le malade ressentit une douleur considérable le long de la colonne épinière et dans les épaules. 7. On prescrivit un quart de grain de phos­ p h o r e , uni à douze grains de c a m p h r e , p o u r p r e n d r e en plusieurs fois. e

e


( 155 ) Le succès du p r o c é d é perturbateur a été si équivoque, qu'il ne m'est pas permis de p r o ­ noncer rien de positif. D'ailleurs, le plus grand zèle, le plus g r a n d c o u r a g e , ne peuvent s u r ­ monter les obstacles sans n o m b r e qui gênent la pratique dans les hôpitaux. Q u ' o p p o s e r , en effet, à une maladie de cette n a t u r e , quand le sujet qui en est atteint, n'arrive que la veille de la m o r t ? L'application du moxa est due au docteur François. Il s'était persuadé que le siége de la maladie était dans la queue de la moelle allongée, ou dans le cervelet qu'il avait toujours trouvés ou plus petits ou plus friables que dans l'état ordinaire. Dès-lors il prit la résolution de porter un remède violent vers les sources du mal; en donnant ensuite le phosphore et l'ammoniaque son intention était de réveiller une fièvre n o u ­ velle, qui détruisit l'autre ; ces vues sont p r o ­ fondes, mais la nature ne les seconde p a s , et le mal donne à peine le temps de les mettre en pratique. Ouverture. J e fis faire l'ouverture de la tête dix-huit heures après la m o r t , mais on n'eut pas le cou­ rage de p o r t e r le scalpel sur les autres capacités.


( 156 ) à cause de l'état de putréfaction qui s'en était emparé. Les sinus étaient gorgés d'un sang noir et grumeleux ; les vaisseaux du cerveau et du cer­ velet très-injectés; leur substance mollasse. 23.

e

OBSERVATION.

Nicolas R o u g e a u , c a n o n n i e r , âgé de trente ans, d'un tempérament b i l i e u x , était depuis quelques jours dans la prison, lorsqu'il fut saisi, dans la matinée du 14 mai 1 8 0 3 , d'un violent mal de tête et d'une chaleur considérable. Trans­ p o r t é , l'après-midi, à l'hôpital, il présenta la face colorée ; les yeux injectés et très-doulou­ r e u x ; la langue blanchâtre ; des envies de vomir; le ventre d o u l o u r e u x ; le pouls fort et déve­ l o p p é ; la peau brûlante. A six heures d u soir, mal de tête insupportable ; respiration gênée ; yeux douloureux. 2. jour. Face toujours colorée; yeux animés et rouges ; céphalalgie m o i n d r e ; chaleur à la peau. 5. Yeux jaunes, ainsi que la p e a u ; vomissemens de matières noires ; hoquet. 4. Jaunisse très-prononcée ; râle dès les trois heures du malin. Mort à midi. e

e

e


( 157 ) Traitement. er

1. jour. Bain tiède; lavemens avec l'eau et le vinaigre; limonade. A six heures du soir, on lui tira huit onces de sang; celte saignée fit dis­ paraître la céphalalgie et la douleur des yeux ; le pouls reprit son état naturel, et il s'établit u n e transpiration a b o n d a n t e ; on lui administra vingt-quatre grains d'ipécacuanha qui n'eurent aucun succès, les ayant rendus de suite; d e u x heures après la saignée, le mal de tête était revenu ; bain de p i e d , et lavement avec l'eau et le vinaigre. 2. Décoction de tamarins; suc de citron édulcoré; lavement; pédiluve; le sang tiré de la veille était couvert d'une croûte pleurétique très-épaisse et fortement colorée e n jaune. 3 . Potion de Rivière ; décoction de ta­ marins; lavement. e

e

Ouverture. On ouvrit, vingt-quatre heures après la mort, la poitrine et le bas-ventre. Les poumons étaient gorgés de sang, seulement à leur partie supé­ rieure et postérieure; le ventricule droit d u c œ u r et son oreillette contenaient une petite


( 158 )

quantité de sang g r u m e l e u x ; on n'a point vu de cette albumine coagulée, comme chez les autres sujets. La substance dn foie était très-jaune; la vésicule du fiel contenait une petite quantité de bile n o i r e , très-épaisse; l'estomac était gonflé par les gaz ; il contenait une assez grande quantité de matière noirâtre; la m e m b r a n e muqueuse se détachait facilement, mais on n'y a remarqué ni phlogose ni taches gangréneuses ; les intes­ tins étaient remplis d'air ; l'iléon seul phlogosé.

Remarques.

Q u i pourrait se refuser de r e c o n n a î t r e , dans cette histoire, que la saignée a été utile et nui­ sible? Utile, en ce qu'elle a calmé la céphalalgie et la douleur des yeux ; nuisible, en ce qu'elle a abrégé le cours de la maladie et hâté la mort. D'autre p a r t , pouvait-on ne pas employer un moyen si avantageux pour t e m p é r e r la violence d'un symptôme insupportable ? et ne devait-on pas espérer qu'en le faisant disparaître, on aurait plus de succès? C'est la première idée qui frappe le médecin ; mais il faut convenir, puisque l'ex­ périence p a r l e , q u e si la saignée est utile au


( 159 ) s y m p t ô m e , elle est pernicieuse à l'ensemble de la maladie. 24.

e

OBSERVATION.

R u o , âge de trente-six ans, contre-maître à b o r d du vaisseau le Fougueux, d'une forte constitution, d'un tempérament bilioso-sanguin et d'une conduite assez régulière, fut o b l i g é , le 8 mai 1805, de travailler, ayant une partie du corps dans l'eau, et le reste exposé à l'ardeur d'un soleil brûlant ; dans ce moment, il fut saisi de vertiges, suivis de c h a l e u r , de fièvre et de nausées. 2. jour. O n lui administra un éméto-cathartique à son b o r d ; il vomit une fois, et eut des selles abondantes. 3. On l'apporta à neuf heures du matin ; fi­ gure d'un rouge clair ; yeux fortement injectés ; céphalalgie violente; vue péniblement affectée par l'impression de la lumière ; langue un peu b r u n e dans le milieu, et d'un blanc jaunâtre sur les b o r d s ; douleur faible à l'épigastre et forte dans les cuisses ; pouls accéléré, mais, sans élé­ vation. e

e

Le soir, à quatre heures, figure avec une teinte jaune ; assoupissement ; enduit de la l a n g u e ,


( 160 ) blanchâtre et muqueux ; une selle liquide ; pouls plus concentré. 4. Yeux et figure fort jaunes ; douleur d'épigastre augmentée ; suppression d'urines à quatre heures du soir ; perte de connaissance; à cinq heures, mort. Traitement. e

2. jour. Éméto-cathartique. 3. Pédiluve; li­ monade ; vésicatoire à la nuque. 4. Limonade nitrée ; bols camphrés et nitrés; vin de quinquina; lavement acidulé. e

e

e

Ouverture. Vaisseaux du cerveau fort injectés; sinus longitudinal et latéraux gorgés de sang : dans le premier, il y avait aussi une coagulation albumineuse jaune qui s'étendait le long de ce sinus. Les ventricules du cerveau renfer­ maient une sérosité l i m p i d e , et sa substance, ainsi que celle du cervelet, étaient très-molles. L e prolongement de la moelle allongée, rétréci, moins volumineux qu'à l'ordinaire; cependant on l'a trouvé quelquefois plus rappetissé q u e dans cette occasion. P o u m o n s peu gorgés de sang; ventricule


( 161 ) droit du c œ u r , et oreillette du m ê m e c ô t é , remplis de sang n o i r â t r e , coagulé; on a aussi rencontré une espèce de caillot albumineux jaune. Foie g o r g é de sang; mais sa substance était de couleur et de volume ordinaires. La vésicule renfermait une bile noirâtre et épaisse; la m e m b r a n e interne de l'estomac présentait quel­ ques taches gangréneuses, et les intestins étaient phlogosés. 25.

E

OBSERVATION.

Thomas Bellot, quartier-maître à bord du vaisseau de guerre l'Argonaute, fut saisi, le 9 mai 1 8 0 3 , dans l'après-midi, d'un frisson suivi de céphalalgie violente et d'abondans vomissemens. e

2 . Il entra à l'hôpital à cinq heures du soir avec les symptômes suivans : céphalalgie; yeux injectés de sang et douloureux, supportant avec peine l'impression de la lumière ; langue blanchâtre, avec une légère teinte jaune dans le milieu; douleur légère à l'épigastre, violente dans la région lombaire; constipation; urines libres; pouls accéléré et plein; peau chaude et sèche. 11


( 162 ) e

3 . Même état le matin; le soir, il y avait assoupissement; le pouls était faible. 4. Couché en suppination ; fortes douleurs dans l'épigastre et dans les cuisses ; urines rares; constipation ; nausées fréquentes : une jaunisse bien complète occupait toute la p e a u , et p r i n ­ cipalement les y e u x ; chaleur intense à l'ex­ térieur. Le soir, efforts de vomissemens; assoupis­ sement. 5. M o r t de g r a n d malin. e

e

Traitement. E

L e 2 . jour. O n lui fit une petite saignée qui p r o c u r a peu de soulagement; elle diminua seulement la plénitude du p o u l s ; bain tiède; lavement. 5. Bain, suivi de frictions avec le vinaigre; limonade sulfurique; bols camphrés. 4. Potion de Rivière ; bols de quinquina c a m ­ p h r é ; limonade sulfurique. L e soir, vésicatoire à la n u q u e . e

e

26.

e

OBSERVATION.

Jean R o b i n e t , âgé de trente-six a n s , bien constitué, d'un tempérament bilioso-sanguin,


( 163 ) matelot à b o r d de l'Argonaute, et arrivé seu­ lement dans la colonie, vers les premiers jours de février 1803, tomba malade le 1 1 mai de la même a n n é e , à neuf heures du matin. Au début, frisson suivi de céphalalgie et de vomissement de matières bilieuses; à quatre heures du soir, il présentait les symptômes suivans : couché en suppination ; face rouge jaunâtre ; yeux injectés et très-douloureux; langue couverte d'un e n ­ duit blanc jaunâtre ; douleur au front, à l'épi— gastre, aux lombes et aux extrémités; envies de vomir; urines r a r e s ; excrémens t r è s - d u r s , rendus avec peine et semblables à ceux des chèvres; peau légèrement teinte en jaune et un peu m o i t e ; pouls presque naturel; une s e ­ conde selle qu'il fit le soir lui occasionna de fortes douleurs. 2. jour. Assoupissement ; pouls accéléré. 3. Souffrances diminuées; langue j a u n e , s è c h e ; constipation ; urines épaisses, jaunes et sortant avec difficulté. 4. Peau humide. L a jaunisse se déclare. 5. Selle m u q u e u s e , semblable à une portion de la m e m b r a n e interne des intestins; ictère répandu sur toute la peau ; hoquet. 6. Perte de connaissance ; cependant il d o n e

e

e

e

e

11

*


( 164 ) liait des signes de douleur quand on lui pressait l'estomac et l'hypogastre. Mort le soir. Ouverture

et

réflexions.

Il y avait seize heures qu'il n'était plus : les tégumens du ventre avaient déjà pris des taches violettes et noires ; la m e m b r a n e interne de l'estomac était p h l o g o s é e , avec des taches g a n ­ greneuses; toute la face convexe du foie forte­ m e n t teinte en j a u n e ; sa vésicule renfermait u n e bile extrêmement n o i r e ; les intestins r o u g e â t r e s , présentaient quelques taches g a n g r é ­ neuses. Les autres capacités ne furent pas ouvertes. O n juge mal de l'état des organes et des effets de la maladie, lorsqu'on p r o c è d e à la dissection, long-temps après la m o r t . Dans cette o b s e r ­ v a t i o n , la p o u r r i t u r e avait déjà pénétré les tégumens après seize heures ; à plus forte raison, devons-nous croire qu'elle avait également fait des progrès dans l'estomac et dans les intestins, depuis que le sujet avait rendu le dernier soupir. Traitement. 1.

er

jour. Lavement acidulé; limonade mi-


( 165 ) nérale; bol camphré et nitré. 2. Pédiluve ; limonade minérale; bol camphré ; vin de quin­ quina; lavement acidulé. 3. Mêmes médicam e n s ; frictions avec des tranches de citron. 4 . Phosphore en pilules avec le c a m p h r e . 5. Mêmes prescriptions. 6. Vésicatoire à la nuque. e

e

e

e

e

27.

e

OBSERVATION.

Thiéry, âgé de vingt-neuf a n s , entra à l'hô­ pital le 29 avril 1 8 0 3 , au 3 . jour de la maladie. 3. jour. Insomnie ; r o u g e u r de la face ; pouls fort, plein; respiration lente ; chaleur. 4. Mêmes symptômes. 5. Insomnie; céphalalgie; langue j a u n e ; pommettes colorées; soif ; douleur à l'épigastre ; constipation ; ischurie ; pouls petit et faible ; respiration précipitée; chaleur mordicante. 6. Idem. 7. Céphalalgie; sclérotique injectée ; langue n o i r e ; vomissemens de matières bilieuses; dou­ leur à l'épigastre ; diarrhée bilieuse ; pouls petit; respiration spasmodique. 8. Délire ; soubresauts des tendons ; a u g m e n ­ tation du spasme des muscles de la poitrine par l'usage des boissons. 9. Langue noire et sèche; vomissemens de e

e

e

e

e

e

e

e


( 166 ) matières n o i r e s ; contraction de tout le système musculaire à la vue des liquides ; pouls i n t e r ­ mittent ; respiration douloureuse, spasmodique; cris plaintifs; chaleur mordicante. Mort à dix heures du soir. Traitement. e

4. jour. Limonade avec la c r ê m e de tartre. 5 . Ipécacuanha. 6. Même limonade; julep n i t r é , c a m p h r é ; deux lavemens. 7. Idem. 8. Idem; julep anodin. 9. Décoction de quinquina ; vésicatoires. e

e

e

e

e

Ouverture

et

réflexions.

P o u m o n droit couvert de taches livides ; plèvre costale parsemée de petits points rouges ; substance du p o u m o n gorgée de sang; é p a n chement de sérum sanguinolent dans la cavité droite du thorax ; ventricule droit du cœur rempli de s a n g , avec une petite quantité d'al­ b u m i n e c o a g u l é e , qui ressemblait à l'ambre jaune; ventricule gauche vide. L'estomac contenait un fluide analogue à celui qui avait été rendu par le vomissement; mais le tissu de tous les viscères du bas-ventre était dans un état d'intégrité parfaite.


( 167 ) Muscles très-foncés en c o u l e u r ; point de changement notable dans l'état du tissu muqueux des glandes, etc. O n a dû apercevoir dans cette observation, et on r e m a r q u e r a dans les suivantes, un vice essentiel dans les détails qui paraissent avoir été négligés; b e a u c o u p de symptômes importans y sont omis : mais elles sont précieuses sous le r a p p o r t de la vérité : d'ailleurs, ce qui nous est transmis des ouvertures de cadavres est un trésor qu'il faut savoir utiliser; car je soup­ çonne q u e , dans ce genre de travail, on a mis en circulation beaucoup de fausse monnaie. Cette observation offre en outre un symp­ tôme curieux et assez rare ; c'est l'hydrophobie ou h o r r e u r des boissons, qui s'est déclarée les deux derniers jours : nous l'avons vue q u e l ­ quefois dans cette é p i d é m i e , mais point assez souvent p o u r classer ce symptôme parmi ceux qui appartiennent à la maladie. 28.

e

OBSERVATION.

Antoine D i a n o , de Plaisance en Italie, âgé de vingt-huit a n s , entra à l'hôpital des P è r e s , le 4 mai 18o3, au sixième jour de sa maladie. 6. jour. Insomnie ; céphalalgie ; sclérotique e


( 168 ) injectée ; pâleur du visage; langue n o i r e , sèche; douleur d'épigastre ; déjections alvines noires ; pouls p e t i t , accéléré ; respiration précipitée ; chaleur b r û l a n t e ; suppression d'urines. 7. Insomnie ; délire ; vomissement n o i r ; sup­ pression d'urines ; spasme général p r o v o q u é p a r toute espèce de boisson ; pouls petit, irré­ gulier; respiration c o u r t e , précipitée, d o u ­ loureuse; cris plaintifs; chaleur de la peau d i m i n u é e ; soubresauts des tendons. Mort à onze heures du soir, sans avoir pu p r e n d r e aucun médicament. e

Ouverture. P o u m o n s couverts de taches livides g a n g r e ­ neuses, plus nombreuses du côté d r o i t ; épanchement d'une petite quantité de sérum san­ guinolent dans la cavité du t h o r a x ; substance du poumon gorgée de sang; v e m i c u l e s du c œ u r remplis de coagulum a l b u m i n e u x , trans­ p a r e n t , ressemblant à l'ambre j a u n e ; le v e n ­ tricule droit en contenait davantage que le gauche ; l'aorle en avait aussi : le s a n g , qui était en petite quantité dans le c œ u r , avait fort peu de consistance, et une couleur noire. Viscères du bas-ventre dans un état d'inté-


( 169 ) grité parfaite ; vessie vide ; muscles moins v e r ­ meils qu'à l'ordinaire; point de changement dans le tissu mu queux ni glanduleux. 29.

E

OBSERVATION.

Jean Kocsonai, né à Bergem en P o l o g n e , âgé de t r e n t e - h u i t a n s , entra à l'hôpital le 6 mai 1803, le cinquième jour de sa maladie. Il raconta que ses premiers symptômes avaient été la céphalalgie, les coliques suivies de cha­ leur, de sueur sans frisson. 5. jour. Céphalalgie; insomnie; yeux peu injectés; langue jaune; soif; anorexie; vomis­ semens b i l i e u x , et de tout ce qu'on introduit dans l'estomac; déjection de matières glaireuses et bilieuses; coliques; urines pâles et limpides. Pouls p l e i n , lent ; respiration un peu accé­ lérée ; chaleur comme dans l'état de santé; jaunisse légèrement prononcée. 6. Yeux fortement injectés de sang ; m o u vemens de la respiration plus courts et plus accélérés; jaunisse bien développée ; pétéchies en petite quantité, aux extrémités supérieures. 7. Vomissemens moins fréquens ; le malade peut conserver une petite quantité de boisson. 8 . Convulsions, sur le soir, des muscles du e

e

e

e


( 170 ) t h o r a x , de ceux du bas-ventre, des extré­ mités ; méléna ; pouls intermittent. Mort à minuit. Médicamens. e

5. jour. Limonade avec la crême de t a r t r e ; julep camphré. 6. Idem ; 7. , idem. ; 8. , idem. e

e

e

Ouverture. Poumons dans l'état d'intégrité parfaite ; il existait une légère adhérence entre la plèvre costale et le p o u m o n du côté d r o i t , ainsi qu'entre ce dernier et le médiastin du m ê m e côté. L e péricarde était rempli d'un quart de pinte de sérum fortement coloré en jaune ; les deux ventricules du c œ u r contenaient peu de sang n o i r , mais une fort grande quantité d e coagulum transparent de couleur d'ambre jaune. Les viscères du bas-ventre ne présentaient aucune altération. Les muscles étaient foncés en couleur. e

30.

OBSERVATION.

Pierre R i c h a r d , de L i g n a l , département de la G i r o n d e , âgé de vingt - cinq a n s , arrivé


( 171 )

dans la colonie depuis treize m o i s , entra à l'hôpital le 2 mai 1805, cinquième jour de la maladie. Selon le r a p p o r t des militaires qui condui­ sirent le malade, la fièvre débuta sans frissons; les trois premiers jours furent marqués par une chaleur considérable qui diminua le 4. en m ê m e temps que l'ictère parut. 5 . jour. Insomnie ; stupeur ; le malade r é ­ p o n d à peine aux questions qu'on lui adresse; céphalalgie ; yeux r o u g e s , injectés de sang ; langue rouge et sèche au c e n t r e , humide et p r o p r e sur les b o r d s ainsi que sur la pointe ; vomissement de tout ce qui entre dans l'esto­ mac ; déjections alvines glaireuses ; suppression d'urines. e

e

Pouls l e n t , plein ; respiration libre ; peau sèche ; température égale à celle de la santé ; ictère t r è s - p r o n o n c é . A quatre heures du s o i r , sommeil suivi de moiteur. e

6. Respiration accélérée ; pouls petit et faible ; persévérance des symptômes de la veille ; à m i d i , hémorragie nasale considérable, à la suite de laquelle la céphalalgie diminue et le pouls tombe. Dans la n u i t , rétablissement du coursdes urines fortement colorées en jaune, et sans sédiment.


( 172 ) 7. Stupeur augmentée ; épistaxis renouvelé de temps en temps; langue noire, sèche, gênée dans son c e n t r e , rouge et humide sur les b o r d s ainsi qu'à la pointe ; suspension des vomissem e n s ; constipation ; pouls faible. 8. Epistaxis ; pouls irrégulier; extrémités froides. 9. L'hémorragie cesse ; le malade d e m a n d e des alimens ; le s o i r , pouls faible, mais r é ­ gulier. 10. Pouls plus é l e v é ; le soir, stupeur d i ­ minuée. 11. Pouls l e n t , faible ; stupeur augmentée ; face hippocratique. 12. 15. D u 12 au 15, même é t a t ; dans la nuit du 14 au 15, l'hémorragie se renouvelle; le pouls devient très-faible ; e t , le 15, il meurt sur le soir. Traitement. e

e

e

e

e

e

e

5. jour. Bain froid le matin ; infusion de camomille ; potion de quinquina avec 8 grains de camphre. A cinq heures du soir, bain froid, suivi d'un bain tiède. 6. Mêmes m é d i c a m e n s , sans bains. 7. , 8. et 9. Mêmes prescriptions, toujours sans bains. 10. Vésicatoire à la n u q u e , dans l'intention de diminuer la stupeur ; le e

e

e

e

e

e


( 173 ) traitement n'éprouva aucun changement jus­ qu'à la fin. Ouverture.

O n ne trouva rien de particulier dans la tête ; le poumon droit était couvert de quelques taches livides ; le gauche parfaitement sain; une couche de matière j a u n e , coagulée, trans­ p a r e n t e , enduisait toute la surface de ces organes et de la p l è v r e ; cette même substance avait servi de moyen d'adhérence entre les poumons et le médiastin; les ventricules du cœur et l'aorte contenaient un coagulum j a u n e , transparent, et une fort petite quantité de sang. Epanchement d'une demi - pinte de fluide j a u n e , t r o u b l e , dans la cavité du bas-ventre ; vésicule du fiel très-dilatée, légèrement adhé­ rente au colon d r o i t , contenant une petite quantité de bile très-fluide, et peu foncée en couleur. L'estomac rempli de bile v e r t e , et le tissu de tous les viscères du bas-ventre dans un état de parfaite intégrité. T o u t le tissu m u q u e u x , graisseux, la peau et les membranes i n t e r n e s , étaient teints en jaune ; les muscles très-foncés en couleur.


( 174 ) Expériences

sur le çoagulum

jaune.

O n a soumis à l'action de quelques réactifs ce coagulum de couleur d ' a m b r e j a u n e , qu'on rencontre dans le cœur de presque tous les cadavres, et que j'ai aperçu le premier dans mes ouvertures; l'ammoniaque et la solution de carbonate de potasse le dissolvent en p a r t i e ; il blanchit dans l'éther sulfurique, et y p e r d sa transparence. Il se dissout complétement dans les acides minéraux, et ne se combine point avec l'eau. 31.

e

OBSERVATION.

Pierre C h a r i n , de Thiery, département de l'Oise, âgé de vingt-cinq a n s , arrivé depuis seize mois dans la colonie, entra à l'hôpital le 15 mai 1803, 5. jour de sa maladie. Le r a p p o r t de ses camarades portait, qu'il avait été affecté de délire furieux dès les premiers jours. e

5. jour. Insomnie ; stupeur ; contraction des muscles de la machoire ; impossibilité de faire avaler aucun m é d i c a m e n t ; constipation; suppression d ' u r i n e s ; respiration c o u r t e , frée


( 175 ) quente ; pouls faible accéléré ; chaleur mordi­ cante ; peau sèche ; ictère. e

6. Mêmes p h é n o m è n e s , et, sur le soir, écou­ lement involontaire des urines; sueurs. 7. Stupeur moins p r o n o n c é e ; cessation du spasme de la machoire inférieure; vomissemens bilieux; déjections alvines de même nature ; suppression d'urines ; respiration ralentie ; cha­ leur diminuée ; pouls petit et plus faible que la veille. e

e

e

8. R e t o m b e dans le m ê m e état que le 6. ; s t u p e u r ; spasme des muscles de la machoire; constipation; point d ' u r i n e s ; respiration p r é ­ cipitée ; chaleur augmentée, mordicante ; pouls plus fort et plus élevé. L e soir, pouls t r e m blottant. Mort à huit heures. Traitement. e

5. jour. Point de médicamens, p a r les causes énoncées. 6. Infusion de camomille; potion de quinquina et de huit grains de camphre ; large vésicatoire sur la poitrine. 7. Tisane de c h i ­ corée nitrée, acidulée ; décoction de quinquina c a m p h r é e , a c i d u l é e ; application de vinaigre froid sur le front. 8. Mêmes médicamens. e

e

e


( 176 ) Ouverture

et

remarques.

Cerveau en bon état; point d'engorgement des vaisseaux ; petite quantité de sérum san­ guinolent dans les ventricules; quantité plus considérable de ce fluide entre les lobes pos­ térieurs du cerveau et de la tente du cervelet. Partie supérieure du poumon droit adhérente à la plèvre ; péricarde rempli de sérosité jaune ; un coagulum diaphane, ressemblant à l'ambre j a u n e , remplissait les ventricules du c œ u r , et se continuait dans les gros vaisseaux. L a partie r o u g e du sang n'était qu'en petite quan­ tité dans ces organes. Estomac rempli d'un fluide bilieux de c o u ­ leur vert foncée ; la même h u m e u r découlait abondamment de la b o u c h e du cadavre; le tissu des viscères du b a s - v e n t r e n'était point altéré. Cette observation présente un phénomène particulier, rare dans la fièvre jaune, mais q u e , cependant, on a vu quelquefois, c'est la con­ traction tétanique des machoires. e

32.

OBSERVATION.

La femme d'un officier, âgée de t r e n t e -


( 177 ) deux ans, d'un tempérament fort et sanguin, m e fit appeler le 15 janvier 1803. Elle avait été un peu adonnée aux boissons spiritueuses, et n'était dans la colonie que depuis trois mois. 1 . jour. Elle trembla quelques h e u r e s , et passa une mauvaise nuit. 2 . Céphalalgie violente ; yeux a r i d e s ; face r o u g e et luisante ; langue sèche et rouge ; v o missems de matières muqueuses en petite quantité; chaleur et douleur à l'épigastre, a u x reins, aux mollets ; respiration laborieuse; pouls d u r et v i b r a n t , sans être fort élevé 5. Flocons noirâtres dans les vomissemens ; terreur empreinte sur la physionomie ; m é téorisme du ventre; dureté de l'hypocondre droit ; commencement d'ictère ; perte d'un sang noir et carbonisé par l'utérus; pouls disparais­ sant sous la plus légère pression ; chaleur douce. 4. Défaillances fréquentes; selles noirâtres; continuation de l'hémorragie utérine; pouls fourmillant ; délire sombre ; carpologie. M o r t e à quatre heures d u soir. er

E

e

e

33.

e

OBSERVATION.

Étienne L e b r u n , né près d'Orléans, âgé de vingt-cinq ans, d'un tempérament sanguin, 12


( 178 ) était depuis près de six mois à Saint-Domingue, lorsque, dans la nuit du 10 au 11 janvier 1803, il fut exposé à une longue pluie. L e matin, 1. j o u r , il se plaignit de froid, de mal de t ê t e , de lassitude et de perte d'appétit. 2. Il entra à l'hôpital de la P r o v i d e n c e , où il fut placé dans ma salle de clinique. I n q u i é ­ t u d e ; céphalalgie violente ; douleurs au-dessus et dans le fond des orbites ; propensie au som­ meil ; yeux r o u g e s ; langue blanchâtre et h u ­ mide ; soif intense ; ventre libre ; urines un peu foncées en couleur ; respiration difficile ; pouls plein ; lassitude ; faiblesse dans les extrémités. A ma visite du soir, j'examinai ce malade avec attention, et je le jugeai atteint de la fièvre jaune. L a nuit, le sommeil fut mauvais et agité. 3. T e r r e u r ; céphalalgie plus violente ; con­ jonctives injectées; face très-colorée; pouls plein ; chaleur forte ; peau sèche. er

e

e

Sur le soir, le moral parut plus vivement af­ fecté ; le malade s'occupait sans cesse de sa fa­ mille; il reçut toutes les consolations imaginables de son ami M. B r a n d i n , chirurgien aussi dis­ tingué par ses connaissances que par son zèle et son dévouement. Nuit fort agitée, sans s o m ­ meil; il se leva plusieurs fois, sans but comme


( 179 ) sans motifs; il eut un petit saignement de n e z ; trois selles très-liquides et jaunes. 4. Figure et yeux toujours fort animés; le dessous du menton prend une teinte jaunâtre ; langue blanchâtre et humide au milieu, r o u g e et humide à sa circonférence ; abdomen souple ; urines assez abondantes et jaunes foncées ; r e s ­ piration plus difficile; peau chaude et s è c h e ; pouls petit et plus fréquent. L e soir, inquiétude; agitation ; le malade ne voulait pas rester au lit; délire par intervalles ; puis état comateux. 5. Anxiétés ; inquiétude générale qui portait le malade à jeter les membres çà et là ; hémor­ ragie nasale. 6. Même état; vomissemens b r u n s ; selles séreuses et b r u n â t r e s ; urines rares ; hémorragie nasale. 7. Inquiétude ; agitation extraordinaire ; souffrances marquées par les plaintes et les gémissemens; hémorragie du nez; vomissemens noirs; suppression d'urines. Mort sur les sept heures du soir. e

e

e

e

Traitement. 2 . jour. L i m o n a d e ; bain de pied; je lui fis frictionner tout le corps avec des tranches de e

12 *


( 180 ) e

citron; le soir, infusion de camomille. 3. Il y eut une longue discussion parmi les officiers d e santé qui suivaient la clinique, p o u r savoir si la saignée convenait. Elle fut p r a t i q u é e , et on tira un sang n o i r , épais, évalué à la quantité de six onces. L e malade fut soulagé; mais, le soir, le moral était plus vivement affecté. 4. Bain ; la­ vement; eau vineuse. 5. Vésicatoire. 6. et 7. P o ­ tion de quinquina et de c a m p h r e ; lavemens de quinquina. e

e

34.

e

e

e

OBSERVATION.

U n officier de l'état-major de la place, d é ­ b a r q u é dans le mois de novembre 1802, tomba malade un mois après. C'était un h o m m e âgé de cinquante a n s , g r o s , r e p l e t , d'une consti­ tution apoplectique. er

1. jour Assoupissement c o m a t e u x ; chaleur forte ; ronflement ; pouls très-fréquent et dur. 2. M ê m e état. 3. H é m o r r a g i e du nez et de la b o u c h e ; c o u ­ leur jaune cendrée de la peau. Mort le soir. Cette observation, qui simule l'apoplexie, et q u i , néanmoins, appartenait à la maladie r é ­ g n a n t e , a la plus grande analogie avec celle du préfet Bénésech, qui mourut le 3. jour, ayant les traits du visage d é c o m p o s é s , un coma e

e

e


( 181 ) profond, et un épanchement de sérosité cendrée dans le tissu cellulaire. 35.

e

OBSERVATION.

e

U n caporal de la 11. demi-brigade, âgé d e quarante ans, entra à l'hôpital de la Providence le 7 mars 1803 ; il était malade de la veille, et son affection avait débuté par un frisson v i o ­ lent sur les dix heures du soir. 2 . jour. La r o u g e u r des yeux était poussée au dernier point ; la céphalalgie sus-orbitaire intense, et les nausées fatigantes. 3. O u t r e les symptômes précédens, la langue parut chargée au centre; le lumbago se p r o ­ nonça ; il y eut de l'inquiétude. 4. T o u t e la journée il fut bien; la nuit fut calme ; il d o r m i t , ne souffrit p a s , et n'eut pas de fièvre. 5. Dans la matinée, le pouls parut tranquille, régulier et mou ; mais les yeux conservaient leur r o u g e u r ; la conjonctive ainsi que le dessous d u menton prenaient une teinte jaunâtre. C e p e n ­ dant il fut bien toute la matinée, et n'eut pas de nausées; mais elles revinrent le soir, e t furent accompagnées d'un grand accablement et d'un léger délire. Il eut des nausées toute la E

e

e

e


( 182 ) n u i t , excepté pendant trois heures d'un sommeil assez paisible qu'il éprouva. 6. Le sang sortait par le n e z , la bouche et l'urètre; la salive venait brusquement à la b o u c h e , mais colorée en n o i r ; la jaunisse s'é­ tendit ; un vésicatoire, appliqué le 3. jour, com­ mençait à noircir ; le jugement n'était plus altéré ; l'anxiété et la terreur augmentèrent sensiblement; il rendit deux garderobes d'un noir d'ébène et très-poisseuses; chacune d'elles accompagnée de défaillances. e

e

7. Le malade m o u r u t à dix heures du matin, baigné dans son sang, et dans les matières noires des crachats et des selles. Il y avait eu suppres­ sion d'urines. e

Traitement.

e

3. jour. Limonade cuite ; vésicatoires aux jambes. 4. L'ipécacuanha fit r e n d r e des matières glaireuses et jaunâtres. 5. Une forte décoction de quinquina le fît vomir; mais, en r e v a n c h e , il prit par cuillerée une potion composée des eaux distillées, dans quatre onces desquelles je fis mettre trente gouttes de laudanum et six grains de musc. Une orangeade amère fut sa boisson habituelle. e

e


( 183 ) Ouvertures

de cadavres non précédées toires de la maladie. 36.

e

d'his-

OBSERVATION.

Cette ouverture fut faite sur le cadavre d'un officier m o r t à l'hôpital D u r a n d ( au Cap ) le 1 7 mai 1805. La couleur de la peau était d'une teinte jaune bien p r o n o n c é e , surtout au cou et à la face. Les vaisseaux du cerveau étaient e n g o r g é s , et paraissaient d'un diamètre plus considérable qu'on ne le remarque ordinairement. Le c e r ­ veau ni le cervelet n'offraient rien de p a r t i ­ culier, si ce n'est un peu de sérosité dans les ventricules; la moelle allongée parut rétrécie, resserrée sur elle-même; elle ne remplissait plus le trou occipital; la moelle épinière n'offrit rien de particulier, quoique examinée dans toute sa longueur. L e cœur paraissait plus volumineux que dans l'état o r d i n a i r e , et les oreillettes ne contenaient presque pas de sang. Les poumons étaient rapetisses, flasques, b r u n s ; l'intérieur était noir et comme b r û l é : plongés dans l'eau, ils surnageaient.


( 184 ) L'estomac n'avait éprouvé aucune espèce de lésion ; il contenait cinq à six onces d'un liquide b r u n ; les intestins étaient également dans l'état naturel; le foie très-volumineux, mais sans aucun d é s o r d r e ; la vésicule excessivement petite et presque dans un état de vacuité ; elle conte­ nait à peine quelques grains d'une matière foncée, épaisse et presque solide; la rate et les reins en b o n état; la vessie excessivement petite, resserrée sur elle-même, contenant à peu près une once d'un liquide blanchâtre. e

37.

OBSERVATION.

Jersey, aspirant à b o r d du vaisseau le Duquesne, m o u r u t à peu près à la même époque. Il n'y avait rien de particulier dans la poitrine ; l'estomac ne contenait que quelques restes d'une matière n o i r â t r e , qui était vomie pendant les d e u x derniers jours de la maladie; la vésicule d u fiel fort dilatée, était remplie d'une bile très-noire; la vessie vide était fortement retirée sur elle-même ; sa cavité aurait servi à peine à loger un corps de la grosseur d'une petite noix ; tous les autres viscères du bas-ventre étaient dans un b o n état.


( 185 )

38. OBSERVATION. e

Ouverture d'un sujet m o r t de la fièvre jaune le 28 avril 1803, le cinquième jour de la maladie. Rien de particulier dans la tête. Les poumons ont offert un volume extraordinaire; ils étaient couverts de taches noires, et un écoulement d e sang noir décomposé en est sorti par les incisions. Les organes du bas-ventre, considérés d'une manière attentive, n'ont offert aucun état p a thologique. e

3 9 . OBSERVATION. Ouverture d'un sujet mort le quatrième jour, 24 avril 1803. L a masse cérébrale en bon état; les poumons couverts de taches livides, laissaient échapper un sang noir écumeux; épanchement dans le péricarde d'une substance jaune, évaluée à deux onces et demie ; caillots albumineux de couleur et de transparence ambrée dans les deux ventricules, mais plus abondant dans le droit. Foie d'un volume considérable, mais sans altération ; vésicule très-dilatée et couverte de petites taches p o u r p r é e s ; elle contenait une


( 186) matière verte tirant sur le noir. L'estomac n'a présenté qu'une grande dilatation. La plus scrupuleuse attention n'a rien fait découvrir dans les autres viscères de l'abdomen. e

40. OBSERVATION. e

L e C o m t e , carabinier de la 11. demi-brig a d e , mourut le 21 avril 1803, le quatrième jour de sa maladie. Les poumons paraissaient approcher d'un état g a n g r é n e u x , et laissaient transsuder u n sang écumeux ; le médiastin était parsemé de taches p o u r p r é e s ; il y avait un épanchement dans le p é r i c a r d e , de trois onces de sérosité noirâtre ; coagulum a m b r é dans les ventricules du cœur. Volume considérable du foie, mais sans altération; ample dilatation de la vésicule du fiel, parsemée de taches livides, remplie d'une matière n o i r e , d'une o d e u r nauséabonde. Tous les autres viscères en bon état; les reins seuls étaient plus volumineux que dans les cas ordinaires. Tissu cellulaire infiltré : celui qui recouvrait les organes de la poitrine et des intestins était de couleur très-jaune, ainsi que les reins et la vessie.


CHAPITRE

V.

Résultat de l'Autopsie cadavérique. SECTION

Effets

PREMIÈRE.

de la maladie sur la masse

cérébrale.

L'ENCÉPHALE n'avait ordinairement changé ni de consistance ni de volume; quelquefois, cependant, son tissu était plus mollasse, obs. 21 et23. Ses vaisseaux purement gorgés de s a n g , observations 2 1 , 23 et 32. Les sinus remplis d'un sang grumelé et n o i r , observations 2 1 et 2 0 . O n a vu le sinus longitudinal contenir un coagulum jaune semblable à la matière qu'on trouvait dans le c œ u r , observation 2 0 . O n remarquait aussi quelquefois un sérum sangui1

1

Ces

règle

observations,

qui

ne

constituent

pas

une

g é n é r a l e , ne s'accordent point avec l'opinion

de M. Bancroft, l. c., p. 16.


( 188 ) noient dans les ventricules, observation 30. M. Bancroft n'a-t-il point exagéré les désordres du cerveau ? et a-t-il fait suffisamment d'ouver­ t u r e s , p o u r nous persuader qu'il n'était point r a r e de trouver des vaisseaux rompus et le sang échappé dans l'intérieur de la substance d u cerveau ? J e n'ai rien v u , rien appris de semblable. Le cervelet semblait plus mollasse qu'à l'or­ dinaire, observations 19, 21 et 23. O n le vit injecté de sang, observations 20 et 21. Et la moelle allongée parut, dansquelques ouvertures, rétrécie, plus compacte, et moins volumineuse, observations 19, 20, 23 et 32. Quelquefois aussi, elle semblait comprimée par une sérosité r o u s sâtre ou teinte de sang. 1

J e ne puis concevoir sur quel fondement M. Savaresy s'est a p p u y é , p o u r dire que le cerveau était généralement affaissé et réduit aux cinq sixièmes de son volume. C'est dans de semblables occasions que les comparaisons intéressent la curiosité et frappent d'étonnement: en effet, M. Bancroft prétend que le volume du cerveau est souvent accru . Q u i des deux 2

1

P. 18. —

increased.

2

Ibid. The volume of the brain

is often


( 189 )

a le mieux observé ? M. Aréjula avance qu'il n'est point rare de rencontrer le cerveau livide dans quelques-uns de ses points : on serait tenté de considérer cette assertion, comme donnée sur p a r o l e , lorsque l'on réfléchit q u e , d e toutes les ouvertures rapportées par ce médecin, il n'en est pas une où il soit fait mention de la t ê t e , si ce n'est deux ou t r o i s , p o u r dire qu'on n'y a rien trouvé. Sur deux cadavres de sujets qui avaient le délire et le c o m a , Chisolm aperçut u n e quantité considérable de sérosité dans les ventricules du cerveau; il estime à près de deux livres le sang contenu dans l'or­ gane cérébral de l'un d'eux ; c'est p e u t - ê t r e cette observation qui a servi de fondement aux conclusions de M. Bancroft. 1

Les docteurs P . S. Physick et J. Cathrall n'y ont aperçu que rarement quelques traces d'un léger désordre. Frost l'a trouvé enflammé, et surtout les méninges; il raconte aussi q u e les vaisseaux de la masse cérébrale étaient con­ sidérablement injectés chez les uns, et que chez d'autres on apercevait le sang et le sérum extravasés dans les ventricules et entre les lobes. 1

T. I , p. 185.


( 190 ) SECTION

Organes

de la

II.

poitrine.

Les poumons étaient gorgés d'un sang n o i ­ râtre et é c u m e u x , qui s'écoulait par les incisions qu'on y pratiquait, observations 1 9 , 2 0 , 2 2 , 2 6 , 2 7 , 35 et 36. Et leur substance extérieure couverte de taches livides, observations 2 6 , 2 7 , 2 9 , 3 4 , 33 et 36 . Elle a paru rapetissée, noire et c o m m e brûlée en d e d a n s , observation 0 2 . Nous avons trouvé de fréquentes adhérences avec la plèvre costale ; et l'espèce de gélatine jaunâtre, si souvent aperçue dans les capa­ cités, servait de moyen d'adhérence. La plèvre lut parfois parsemée de taches r o u g e â t r e s , violettes, et même livides. 1

Pendant l'épidémie de Livourne, MM. L a ­ coste, Dufour, Palloni, Mocehi, Paschetti et Bryn o l e , ont observé, dans les p o u m o n s , la plèvre et le diaphragme, des traces manifestes d'inflam­ mation, d'engorgement de s a n g , de disposition 1

P a l l o n i , Observations médicales sur la fièvre r é ­

gnante à L i v o u r n e , traduction de M. Revolat. N i c e . an x i i i , p. 13.


( 191 ) gangréneuse, et même de gangrène sur certains points. M. Aréjula a consigné les mêmes ob­ servations, pour les épidémies de Médina en 1-801 et de Malaga en 1803. Quant à l'épidémie de 1800 à Cadix, il nota que l'organe de la respiration se sphacéla dans une portion du pou­ mon, et que le sphacèle s'étendit même à quelques vaisseaux considérables, ce qui donnait origine aux grandes hémorragies de la poi­ trine par la bouche. Ce dernier point est encore une de ces exagérations, sur lesquelles M. Aréjula nous permettra d'appeler le doute, jusqu'à ce que d'autres observations plus authen­ tiques viennent éclairer ses conjectures. Le péricarde renfermait un sérum fort jaune, souvent coagulé et abondant, observations 28 et 35. Dans la 24. observation, cette sérosité parut noirâtre, ce qui pourrait être noté parmi les cas rares. Makiltrick. avait déjà vu, dans une ouverture de cadavre, que le sérum était jaune, plus tenace et plus abondant qu'à l'ordinaire Les mêmes remarques ont été faites depuis à Démérary, à la Martiniqne, à Médina-Sidonia et à Malaga. e

1

L . c . , p. 95.


( 192 ) Nous avons presque toujours rencontré dans le cœur un caillot considérable d'un jaune transparent, comme une belle gelée de viande ou comme du bel ambre. Ce coagulum se fai­ sait remarquer dans les ventricules, dans les oreillettes, et s'étendait quelquefois dans l'aorte : ce qu'on en trouvait dans le p é r i c a r d e , était ordinairement plus fluide, et l'on voyait souvent la même h u m e u r enduire la surface du p o u m o n . Je fus le premier à apercevoir celle singu­ lière concrétion, et j'en avertis mes collabo­ rateurs qui la trouvèrent ensuite à chaque ouverture de cadavre; les observations 1 9 , 23, 26, 27, 28, 29, 0 0 , 35 et 36, suffisent p o u r d é m o n t r e r sa fréquence. Qu'il me soit d o n c permis d'exprimer mon étonnement sur le peu d'exactitude qu'ont apportée la plupart de ceux qui se sont occupés de dissections, et qui o n t écrit sur la fièvre jaune : on p e u t , sans craindre de s'égarer, en soupçonner un grand n o m b r e de s'être c o p i é s , et d'avoir r a p p o r t é des o u ­ vertures qu'ils n'avaient point faites. Toutefois, nous a d m e t t o n s , avec R u s h , que les apparences morbifiques des parties internes du corps sont différentes dans diverses contrées, et dans les mêmes contrées, selon les années . 1

1

P. 114.


( 193 ) J e communiquai mes observations sur l e coagulum du cœur, aux médecins espagnols q u e je vis en 1805; e t , depuis cette é p o q u e , j ' a i l u , dans un ouvrage imprimé en 1806, q u e les oreillettes du c œ u r , les glandes t r i c u s ­ pides, les piliers, avaient été trouvés jaunes comme de la s o i e , et que dans un cas on vit des portions polypeuses de même couleur. I n d é p e n d a m m e n t de cette substance p a r t i ­ c u l i è r e , il y avait habituellement dans le c œ u r et les gros vaisseaux des caillots noirs, g r u m e ­ leux, formés d'un sang qui paraissait carbonisé, ou peut-être privé seulement de sa partie s é ­ reuse qui s'en était séparée, soit avant, soit au moment de la m o r t , p o u r former les singu­ lières concrétions dont je viens de parler. S E C T I O N

Organes de

III.

l'abdomen.

O n a b e a u c o u p trop exagéré l'état g a n g r é ­ neux de l'estomac ! Quand il a lieu, il est presque toujours b o r n é à la membrane m u q u e u s e , e t il s'étend rarement sur une grande surface. S u r quinze ouvertures que je rapporte ici, les n . 26, 27, 28, 29, 30, 32, 5 5 , 34, 35 et 36 os

13


( 194 ) n'ont offert aucune trace de mortification, et les n. 1 9 , 20, 23 et 25 seuls ont laissé a p e r ­ cevoir des taches b r u n â t r e s , livides, dissé­ minées sur une surface phlpgosée. Ces observations comparées p o u r r o n t faire apprécier l'opinion de M. Savaresy, qui prétend q u e la fièvre jaune des Antilles est plus souvent accompagnée de gangrènes partielles, de b u ­ bons et d ' a n t h r a x , que celle des Etats-Unis . Nous trouvions toujours dans l'estomac une matière semblable à celle qui avait été vomie , et cet organe nous a p a r u fréquemment dis­ tendu p a r un gaz particulier, obs. 20, 22, et d'autres fois fortement c o n t r a c t é , obs. 19. Un individu, âgé de vingt-huit a n s , m o r t de la fièvre j a u n e , à Charleston, en 1745, p r é ­ senta des taches livides dans l'estomac et les intestins . Le docteur H u m e , ayant ouvert quelques individus, trouva le foie augmenté de v o l u m e , et d'une couleur jaune-pâle. Chez plusieurs sujets, il vit l'estomac et le d u o d é n u m enflamos

1

2

3

1

M. Savaresy. D e la fièvre jaune en général. N a p l e s ,

1803, p. 291. 2

Clark, a treatise

1797. p. 19. M o u l t r i e , p. 168. 3

on the yellow

fever.

London,


( 195 ) més; et, dans un cas seulement, il reconnut des taches noires dans l'estomac. Mais ce médecin a vu un assez g r a n d nombre de cadavres dont l'estomac ne fournissait aucune trace d'inflam­ mation, quoique les malades eussent excessi­ vement vomi. Dans les ouvertures faites p a r les docteurs Physick et Cathral, en 1793, à Philadelphie, on voit que l'estomac et le commencement d u duodénum ont été plus particulièrement affectés que les autres organes. Chez deux autres p e r ­ sonnes mortes au cinquième j o u r , la m e m b r a n e villeuse de l'estomac, surtout du côté pylorique, était fort enflammée, et son inflammation s'é­ tendait un peu dans le duodénum. Cette inflam­ mation était semblable à celle que produit un poison acre. U n e autre p e r s o n n e , qui mourut le huitième j o u r , laissa apercevoir quelques taches d ' e x travasations entre les membranes ; enfin, deux individus morts à une période plus avancée, présentèrent l'estomac taché dans plusieurs points avec des extravasations sans aucune i n ­ flammation. Il contenait, comme les intestins, une liqueur n o i r e , qui aussi fut trouvée dans la vésicule du fiel; ce fluide était fort â c r e , ainsi que nous le verrons au chapitre des signes. 13*


( 196) La m e m b r a n e muqueuse des intestins était enflammée dans plusieurs endroits. Il paraît que les médecins de L i v o u r n e , MM. D u f o u r , Palloni, B r y n o l e , Paschetti et M o c c h i , s'accordent assez sur les taches gan­ gréneuses de l'estomac ; cependant M. Lacoste n'en fait pas mention comme d'un résultat fréquent. Si l'on s'en r a p p o r t e à L i n d , sur la maladie de Cadix en 1764, l'estomac, le mésentère et les intestins étaient couverts de taches g a n ­ gréneuses; il y avait des ulcères à l'orifice de l ' e s t o m a c , et le foie ainsi que les poumons étaient d'une couleur et d'une texture p u ­ trides . L o r s de l'épidémie de 1800 qui affligea la m ê m e v i l l e , on distingua aussi quelques taches gangréneuses dans l'estomac, q u i , du r e s t e , contenait une grande quantité de matières noires. Il en fut de même p o u r celles de 1801 à Médina-Sidonia, et de 1803 à Malaga; mais o n serait p o r t é à croire, par le parallèle des o u v e r ­ tures, q u e les deux dernières épidémies offrirent moins d'exemples de ces taches que celle de 1800. 1

Intestins. 1

Lorsque nous faisions des incisions

T. I , p . 173. Il ne fut pas témoin oculaire.


( 197 ) aux intestins, il s'en échappait une odeur puante, fort i n c o m m o d e , avec le gaz qui les b o u r s o u ­ flait précédemment. L'intérieur du duodénum et quelquefois des autres intestins grêles, était enduit d'une m a ­ tière ordinairement semblable à celle de l'es­ t o m a c , de même que leur surface interne était quelquefois parsemée de taches livides, o b s e r ­ vations 20, 25. Souvent on n'y apercevait r i e n , et quelquefois un simple p h l o g o s e , observa­ tions 19, 22, 23, 25. L a masse intestinale a paru phlogosée dans les cas d'une constipation opiniâtre et de douleurs atroces. Il y a eu p e u de vers. Quelques anatomistes ont beaucoup parlé de la maigreur du mésentère et de l'épiploon qui étaient privés de graisse. J e ne sais quelle con­ fiance peuvent mériter de pareilles assertions, mais j'ai vu que ces organes suivaient assez r é ­ gulièrement le sort des intestins et de l'estomac, dans leurs points de contact avec eux. Comment p e u t - o n , en effet, persuader que les organes soient frappés d'un amaigrissement aussi subit, lorsque le mal parcourt si rapidement ses p é ­ riodes d e trois à sept j o u r s ? Le foie était assez souvent dans son état o r ­ dinaire ; dans quelques c a s , il m'a semblé plus


( 198 ) volumineux, observations 3 5 , 36 ; plus jaune, observations 22, 25; plus p â l e , observation 19, Il avait rarement des taches gangreneuses à sa superficie, et des altérations organiques dans l'intérieur ; beaucoup de médecins ont observé, dans plusieurs épidémies, qu'il était intact; cependant M o u l t r i e , M a k i t t r i c k , Lacoste, Moec h i , Pasehetti, Palloni, Dufour et quelques médecins espagnols, ont trouvé des taches gan­ gréneuses dans ce viscère, surtout à la partie concave. Les ouvertures ont démontré à Clark qu'il était mollasse et augmenté de v o l u m e , mais qu'il n'avait point d'autre apparence de maladie . Vésicule dufiel. Les observations 1 9 , 22, 23, 2 5 , 2 9 , 32 et 36 prouvent que souvent la vésicule du fiel est remplie d'une bile épaisse, visqueuse, noirâtre ou très-noire. O n l'a vue p e t i t e , contractée et presque v i d e , ne contenant q u ' u n e médiocre quantité de matière visqueuse. Les membranes furent trouvées avec des taches livides dans la trente-sixième histoire. 1

Rate. J'ai rarement parlé de la r a t e , p a r c e qu'elle était presque toujours intacte; dans le n.° 19, son tissu se déchirait facilement. 1

P. 20.


( 199 ) Reins. Ces organes furent soumis à de faibles désordres. Ils étaient quelquefois plus rouges que dans d'autres circonstances, observation 19; plus volumineux, observation 3 6 ; le tissu qui les environnait, fort j a u n e , observation 36; in­ jecté de s a n g , observation 19. M. Savaresy dit qu'à la Martinique, l'inflam­ mation et l'engorgement des reins furent constans . O n a vu en E s p a g n e , dans quelques ouver­ t u r e s , que le tissu des reins et ses accessoires étaient jaunes et plus volumineux. Vessie. Dans les observations 32 et 3 3 , la vessie p a r u t c o n t r a c t é e , fortement r é t r é c i e , et ne contenant q u e peu de fluide b r u n â t r e o u noirâtre ; dans d'autres c a s , sanguinolent. Q u a n d cet organe conservait toute sa capacité, le fluide était ordinairement d'un jaune très-foncé ; on a vu aussi que son tissu était jaune comme celui des reins, observation 32. J e crains que M. Sa" varesy ne se soit laissé e m p o r t e r p a r son goût pour le merveilleux, lorsqu'il a dit que la vessie était constamment m a l t r a i t é e , consi­ dérablement diminuée de v o l u m e , et que les uretères rétrécis ou entièrement oblitérés 1

2

1

P.

461.

2

Ibid.


( 200 )

étaient réduits à une espèce de cordon. Les ouvertures faites à Médina-Sidonia en 1 8 0 1 , et à Malaga en 1803, confirment nos p r o p r e s observations sur l'état de ces parties. SECTION

Effets

IV.

de la maladie sur d'autres

organes,

L a p e a u , r u d e au toucher et jaune c o m m e un c i t r o n , fut rarement couverte de placards violets, à moins que ce ne fût du côté sur lequei le cadavre appuyait . C o n v e n o n s , n é a n m o i n s , q u e ces échymoses paraissent plus vîte que dans les autres maladies, et que la décomposition était aussi plus p r o m p t e . L a couleur, dans quel­ ques cas r a r e s , tendait vers le b r u n n o i r â t r e , ce qui approchait de l'ictère noir. O n observait aussi des pétéchies, et le tissu cellulaire était infiltré d'une sérosité jaunâtre. Muscles. P a r quelques observations nous avons vu que les muscles avaient été trouvés décolorés, mous et faciles à déchirer; alors les m e m b r e s avaient de la souplesse : en g é n é r a l , cependant, ils conservaient une certaine roideur 1

1

Voyez la troisième p é r i o d e , et la 2 0 . o b s . , p. 147. e


( 201

)

qui ne cessait que vers le développement de la putréfaction . M. Savaresy et quelques autres p r é t e n d e n t que les cadavres des pestiférés sont très-flexibles, et que leur sang est très-fluide. Il faut bien croire ceux qui ont vu ; mais s'il était permis à un profane d'exprimer sa p e n s é e , sans encourir l ' a n a t h è m e , je dirais que cette règle doit souffrir bien des exceptions, et qu'a­ lors les articulations, ainsi que les muscles, n e perdent leur roideur qu'au moment où la d é ­ composition commence. J e propose sans p r é ­ tention ce d o u t e , que de nouvelles observations bien faites p o u r r o n t facilement dissiper. 1

Vaisseaux sanguins. Il a été assez p r o u v é , p a r les ouvertures citées, que la sérosité avait u n e grande tendance à se séparer de la partie colorante du sang et de la fibrine. J e me g a r ­ derai bien d'ouvrir un avis sur les causes de ce p h é n o m è n e ; je sais qu'il avait l i e u , voilà qui m e suffit: est-ce à l'instant de la m o r t qu'il se p r é p a r e , ou cette disgrégation, cette p e r t e d'affinité entre les molécules intégrantes du fluide r o u g e , appartient-elle à la nature de cette pyrexie ? J e l ' i g n o r e , et je me contente d ' e x 1

Palloni prétend que le tronc et les membres restent

dans un état de contraction, suite des convulsions qui ont terminé les jours de l'individu, p. 12.


( 202

)

poser le fait. Dans le c œ u r , dans les gros vais­ seaux, dans les sinus, dans les grandes capacités, on t r o u v e , d'une p a r t , un sang noir, é p a i s , grumeleux, carbonisé, et, de l'autre, unesérosité combinée à un principe plus ou moins gélati­ n e u x , plus ou moins consistant, qui la l i e , et à un autre principe qui la colore en jaune. J e terminerai ces résultats d'observations sur l'autopsie, en disant qu'il est des cadavres qui n'offrent à l'anatomiste aucun sujet d'observatîon : cette particularité arrive surtout à ceux qui sont morts du premier au troisième j o u r , et chez qui le mal n'a pas e u le temps d'impri­ mer son cachet.


CHAPITRE

Des SECTION

Des Signes

VI.

Signes. PREMIÈRE.

diagnostiques.

IDÉES générales. Les écrivains

s'accordent assez sur les caractères les plus remarquables de la fièvre j a u n e , qui sont p r o p r e s à la faire distinguer de tout autre genre ; mais on discerne, dans leurs o u v r a g e s , une plus grande fluctuation d ' i d é e s , lorsqu'ils exposent les signes accessoires qui ne lui appartiennent pas essentiellement. Toutefois, ces oppositions dépendent de circonstances étrangères au développement de la maladie; circonstances dont je vais exposer les principales. O n a pu saisir quelques nuances entre une épidémie répandue sur les habitans d'une ville et celle qui se p r o p a g e dans une a r m é e , entre celle qui fait explosion en pleine mer et celle


( 204 ) qui a lieu dans l'intérieur des terres; il en peut exister entre celle qui règne en E u r o p e et celle qui afflige l'Amérique ; les localilés exercent probablement une influence plus ou moins puissante sur quelques-uns de ses signes; et les hôpitaux infectés peuvent dénaturer en quelque sorte sa physionomie par le mélange de symp­ tômes étrangers, ou par l'association d'une cause nouvelle qui complique la p r e m i è r e : enfin, elle est modifiée par les saisons, p a r les variations de l'atmosphère, et par la nature de la consti­ tution dominante. Jackson a même distingué des différences dans la même île, selon les e n ­ droits où les t r o u p e s se trouvaient stationnées ; et nous avons été dans le cas de confirmer ses observations, en les comparant à celles qui ont été faites à l'île de S a i n t - D o m i n g u e , dans les places du F o r t - D a u p h i n , du C a p , du M ô l e , du P o r t - a u - P r i n c e , des Cayes, etc. 1

Malgré toutes ces modifications, le typhus d'Amérique conserve partout la physionomie et les traits principaux qui le décèlent à la première invasion, et le font reconnaître à la première description qu'on en lit. 1

An

out line

endemic and

of the history

contagious.

and cure of the

fevers


( 205 ) C'est une affection sui generis, qui a des affinités avec la p e s t e , avec le typhus des h ô ­ pitaux, avec quelques fièvres pernicieuses et avec le scorbut d é g é n é r é , mais qui n'est aucune de ces lésions. Il est impossible d'admettre la séparation d e cette fièvre en trois genres distincts, qu'un auteur anglais a vainement cherché à établir, et qui n'est pas plus fondée que celle d'Aréjula q u i prétend que la fièvre jaune n'est pas la m ê m e maladie que le vomissement noir : ces distinctions subtiles, et celles proposées p a r A n d e r s o n , C l a r k , Williams Batt, C h i s o l m , Rush, Chaufessié, Harles et Palloni, ne doivent être approuvées qu'avec la plus grande réserve ; mais, en repoussant cette multiplication outrée de genres ou d'espèces artificielles, que la na­ ture ne connaît point et que la raison r é p r o u v e , il faut bien se garder de confondre le typhus d'Amérique avec la fièvre rémittente bilieuse, si commune dans les climats chauds. Dès 1741 W a r e n se plaignait de cette confusion , en dirigeant spécialement ce reproche contre R i ­ chard T o w n e : et des hommes d'un très-grand talent, tels que Clark et autres, ont peut-être aussi payé ce tribut à l'erreur. 1

1

P. 2.


( 206 ) ARTICLE PREMIER. Du Type. Au Cap-Français, sa marche la plus constante était celle d'une fièvre continue avec des exacerbations plus ou moins prononcées, plus ou moins obscures, qui avaient lieu le soir . C e p e n d a n t , quoique le matin fût moins pénible à s u p p o r t e r , nous n'avons pas eu occasion d'observer des rémis­ sions ni des intermissions réelles, excepté dans un petit n o m b r e de cas p o u r le premier de ces modes. De même que l'âge et le tempérament influaient sur l'intensité des symptômes, de même aussi ils agissaient sur le type : de telle sorte q u e , dans quelques c a s , on croyait distin­ g u e r que les gens faibles et délicats offraient plus de r é m i t t e n c e , lorsque les individus san­ guins et robustes, portant dans leurs maladies plus d'énergie et de vigueur, les rendaient plus continues. Chez les vieillards, elles s'annon­ çaient aussi souvent avec des formes a p o p l e c ­ tiques. A Philadelphie, la fièvre jaune était, selon M. Devèze, tantôt entièrement c o n t i n u e , tantôt et le plus souvent rémittente; tantôt enfin, mais rarement, intermittente . 1

2

A S a i n t - D o m i n g u e , elle se partageait en trois 1

Gillespie, p. 3 9 .

2

Dissertation sur la fièvre jaune. P a r i s , an x i i , p. 43.


( 207 ) périodes bien distinctes, qu'il ne fallait pas confondre avec ce qu'on nomme ordinairement les temps d'une maladie. O n pourrait en donner une idée assez juste, en disant que la première res­ semble aux fièvres inflammatoires; la deuxième, aux fièvres ataxiques avec s t u p e u r ; et la troi­ sième, aux fièvres putrides et ataxiques à l'é­ p o q u e de la dissolution. W a r e n , Moultrie, Moseley, Lining, Hillary, Jackson, Chisolm, F r o s t , C l a r k , Gillespie, M. Gilbert et l'assem­ blée générale des officiers de santé qui eut lieu au Gap le 31 mai 1812, MM. B e r t h e , Palloni, et une foule d'autres praticiens, ont admis ou indiqué les trois périodes, reconnues aussi par le plus grand n o m b r e des médecins espagnols. M. Bancroft, en marquant avec précision les stades, a considéré le premier et le troisième comme des accès ou paroxysmes : la fièvre alors rentrerait dans la classe des pernicieuses inter­ mittentes : théorie dangereuse pour la pratique. 1

Il ne sera pas superflu de faire observer que la division en trois périodes, indispensable à la thé­ rapeutique et à l'histoire de la maladie, éprouve à chaque pas des difficultés et des entraves dans l'exposition des symptômes : mais comme il 1

P. 12.


( 208 ) n'est pas ici question d'un ouvrage d'imagina­ tion, où le style ne doit point languir, j'ai cru que je me rapprocherais plus de la vérité, en plaçant chaque symptôme dans sa période relative. L'art trace facilement les divisions, mais la nature ne s'assujétit pas toujours à des règles invariables dans la production des phénomènes maladifs. C'est ainsi que nos descriptions as­ signent des temps qui ne se rencontrent pas dans toutes les circonstances. I c i , comme ail­ leurs, l'écrivain ne considère que les rapports généraux et ne s'attache qu'à l'ensemble des faits les plus fréquens ; c'est aux praticiens à démêler les nuances infinies que présentent les symptômes, et à ne point s'asservir trop scru­ puleusement aux maximes énoncées dans les livres. C'est dans ce discernement que résident la science et l'habileté. ART. II. Première période. La première période dure ordinairement de quarante-huit à soixantedouze h e u r e s , lorsqu'elle doit parvenir au sep­ tième j o u r , et moins si elle se termine avant le cinquième ; et elle s'annonce avec plus ou 1

1

Moultrie, Makittrick, p. 91. L i n i n g , W a r e n , p. 10.

Gillespie, p . 39 et 40. Bancroft, p. 1 1 .


(

209

)

moins d'exaspérations, selon le degré d'inten­ sité des causes. L a fièvre débute b r u s q u e m e n t , sans symp­ tômes préliminaires , par un frisson qui d u r e p e u , ou p a r un tremblement d'une et même d e deux heures qui ne revient plus . D'autres fois, elle s'annonce par une simple augmentation de chaleur. C o m m u n é m e n t , le frisson paraît avant la douleur de tête; on a parlé aussi d'une sen­ sation intérieure de froid, coexistant avec une 1

2

1

Chisolm, T . I , p. 148. F r o s t , medical

repository,

mars 1809, p. 29. W a r r e n , p. 9 . Clark, p. 6 et 7 . Gilbert, p. 65. Richard T o w n e , p. 20. V a l e n t i n , Palloni, p. 2. M o c c h i , Paschetti, Brynole, p. 1 9 . M. Savaresy disserte longuement sur une certaine prédisposition inflammatoire et sur les symptômes de vigueur qui s'annoncent avant l'invasion, p. 267. Mais cet e x p o s é , qui n'est rien moins qu'exact, était néces­ saire pour appuyer le système de faiblesse indirecte que l'auteur admet avec trop de complaisance. G i l l e s p i e , qui avait pratiqué dans la m ê m e î l e , reconnaissait aussi des symptômes préliminaires, mais dans un genre d i a ­ métralement opposé à ceux de M. Savaresy, puisque c'étaient la d é c o l o r a t i o n , le courage abattu, la perte d'appétit, le trouble du s o m m e i l , la lassitude, la puan­ teur de l'haleine et l'extrême désir des liqueurs fortes, p. 37. 2

M. Palloni, p. 2.

14


( 2l0 ) chaleur brûlante sur les parties extérieures; mais ce phénomène s'est rarement présenté à mes observations. Au froid succède une chaleur forte et sèche qui n'a pas une t r è s - l o n g u e d u r é e ; car elle diminue peu à p e u , p o u r devenir m o d é r é e et douce dans la seconde p é r i o d e , et s'abaisser au-dessous de la température ordinaire dans la dernière. M. Savaresy l'a vue s'élever à 38 ou 40° du thermomètre de R é a u m u r : en admettant ce fait, il faut convenir qu'il doit être infiniment rare. Il m'a paru q u e l'invasion avait lieu le m a t i n , peu d'instans avant le j o u r , ou au moins après minuit . Don P e d r o Maria Gonsalez, médecin de C a d i x , Aréjula Rush et M. Savaresy , ont confirmé cette r e m a r q u e contraire à l'opi­ nion émise p a r Jackson . 1

3

2

4

5

U n mal de tête violent se fait sentir sur le front ; e t , s'étendant sur les o r b i t e s , il produit dans les globes des yeux une sensation de douleur 6

1

5

6

Clark, p. 6. — P . 160 et 170. — 2

P . 253. A

Treatise

on the fevers

3

P. 34. — P. 267. 4

of

Jamaica.

Dufour et Lacoste ont vu qu'à Livourne, la douleur

s'attachait spécialement au front. Clark, p. 6 et 8.


( 211 ) pénible : quelquefois la céphalalgie se prolonge jusqu'aux t e m p e s , ou se fixe sur un point cir­ conscrit du sommet de la t ê t e , ce qui est r a r e , et plus encore qu'elle atteigne l'occiput. Mais son intensité n'éprouve point de relâche p e n ­ dant tout le p r e m i e r stade Dans aucune maladie g r a v e , les facultés i n ­ tellectuelles ne se maintiennent avec autant d'intégrité que dans celle-ci, et notamment dans celle dont j'expose le tableau, où j'ai rarement aperçu le délire. Voici ce que je faisais imprimer à Saint - D o m i n g u e , pendant le mois de fé­ vrier 1803, lorsque l'épidémie conservait encore sa plus grande force : « C'est un phénomène « digne d'attention, que la présence d'esprit « conservée jusqu'au dernier instant de la vie; « s'il y a des exceptions à cette r è g l e , le délire « est le plus souvent furieux : mais ces cas sont « r a r e s , en raison du n o m b r e de ceux où les « malades raisonnent juste jusqu'au moment de « l'agonie, que savent bien prévoir les mal« heureux qui, frappés de terreur, sont sans cesse « préoccupés de leur état . » 2

1

Je n'ai point observé, c o m m e M. Savaresy, que les

cheveux s'entremêlassent plus que dans les autres af­ fections morbifiques. 2

Journal des officiers de santé de Saint-Domingue.

14*


( 212 ) P a r m i les exemples n o m b r e u x et bien cons­ tatés d'une semblable prescience, je me c o n ­ tenterai de citer celui de mon ami H u g o n i n , chirugien en chef de l'hôpital des P è r e s , q u i , frappé de t e r r e u r , p r é d i t , en se mettant au lit, le jour et presque l'heure de sa mort Le travail de M. G i l b e r t , publié en 1803, sur la m ê m e épidémie , confirme ma r e m a r q u e sur l'absence du délire ; et cette o b s e r v a t i o n , qui n'avait point échappé à Makittrick , a été parfaitement saisie, en 1804, par Palloni . L ' a b b é Pierre D u p o n t , émigré français, m'a assuré que, sur près d'un millier d'agonisans qu'il avait confessés, lors de l'épidémie de Carthagène en 1804, il n'avait presque jamais rencontré un individu privé de son jugement. Il paraîtrait néanmoins qu'en 1 7 9 3 , le délire accompagnait ordinairement la fièvre de la G r e n a d e , et qu'on l'a aperçu fréquemment dans d'autres épidémies, telles q u e celles de Philadelphie et de la Dominique . 2

3

4

5

6

1

2

6

M. Gilbert, Obs. n.° 1 2 , p. 5 8 . 3

P . 6 6 . — P. 9 4 . — P. 4 . — Chisolm, T . I , p. 152. Rush,

p. 6 3 . Cet auteur ajoute cependant que

beaucoup d'individus parcouraient toute la maladie sans le moindre dérangement dans leurs i d é e s , même l o r s ­ qu'il y avait des signes indubitables de congestion c é r é ­ brale. Clark, p . 8.


( 213 ) Le sommeil est i n t e r r o m p u , difficile ; et s'il a l i e u , il est entremêlé de rêves effrayans que les pavots de la médecine augmentent encore. Les vaisseaux de la conjonctive s'engorgent t o u t - à - c o u p , et font éprouver un sentiment pénible de sécheresse : souvent les malades s'imaginent que les y e u x , qui sont étincelans, gonflés, larmoyans, h a g a r d s , leur sortent de la tête ; leur rougeur doit être considérée comme un symptôme constant, et en quelque sorte spécifique; elle est relatée par tous les auteurs, ce qui m e dispense de les citer. La pupille est dilatée : je l'ai vue dans quelque cas très-contractée. Rush a fait une attention particulière à la dilatation, qui était pour lui l'indice d'une affection cérébrale Gillespie atteste que, dans les second et troisième stades, les pupilles étaient fort dilatées . Les variations qu'éprouve la face sont i n ­ finies : elle conservait généralement, à S a i n t D o m i n g u e , sa teinte naturelle jusqu'aux 4 . et 5. jours : chez quelques sujets, elle était d ' u n r o u g e foncé, surtout dans les premiers temps de l'invasion : d'autres fois, elle empruntait, d è s 2

e

e

1

P. 42. Voy. aussi Frost et Savaresy, p. 42. — P. 43. 2


( 214 ) le d é b u t , une pâleur cadavéreuse ; ailleurs, les pommettes seules étaient animées, quand le reste de la face, et surtout les lèvres ex les ailes du n e z , paraissaient d'un jaune verdâtre : mais le plus souvent, un air de t e r r e u r , a u g ­ menté par des yeux hagards et sanglans, était exprimé dans la physionomie. Cet air est l'image des sentimens dont les malades sont agités dès le début : le principe de vie est tellement saisi des mêmes impressions, qu'elles se manifestent p a r de longs et pénibles soupirs : car les plaintes, les gémissemens, si ordinaires dans cette af­ fection, sont moins dus à des douleurs réelles, qu'à une espèce de mouvement automatique, à une inquiétude m a c h i n a l e , dont les patiens ne savent pas rendre r a i s o n , mais qui est, en quelque sorte plus physique que morale. Une salivation abondante se déclarait assez s o u v e n t , et continuait sans être critique. MM. C a p m a s , Gonsalez, Martorell et P o u j o l , médecins espagnols, ont égalemen distingué ce symptôme q u i , p r o b a b l e m e n t , a fortifié leur opinion sur le traitement mercuriel adopté p a r quelques Anglais et par les médecins de l'union américaine. La langue était blanche au c e n t r e , un peu grisâtre et chargée d'une matière muqueuse de


( 215 )

même couleur, tandis q u e les b o r d s et la pointe étaient r o u g e s , p r o p r e s et humides; la couche blanchâtre était souvent nuancée par une l é ­ gère teinte jaune : cet état primitif se conservait assez généralement jusqu'à la fin. Dans un petit n o m b r e de cas, elle a été sèche dès le c o m ­ m e n c e m e n t , et a paru comme brûlée vers le déclin. Celte sécheresse du début, qui accom­ pagne aussi celle de la peau et la vivacité du p o u l s , a été notée par le plus g r a n d n o m b r e des observateurs . P e u d'auteurs ont aperçu qu'elle fût humide aussi constamment qu'à Saint-Do­ mingue. Cependant Rush en fait mention comme d'un symptôme ordinaire dans les deux p r e ­ miers jours . R o u p e , encore plus expressif, annonce q u e la langue était jaunâtre, b l a n ­ c h â t r e , plus souvent environnée d'une zone verte sur le b o r d , et qu'elle demeura toujours humide . Selon M. Bancroft, elle était c o u ­ verte d'une enveloppe b l a n c h e , a white fur . 1

2

3

4

En E u r o p e , on a moins remarqué la singu­ lière disposition que je viens de relater; mais les Espagnols o n t observé avec soin des zones de différentes couleurs, les unes sèches, les autres h u m i d e s , qui s'étendaient sur la surface 1

3

G i l l e s p i e , p. 3 8 . T o w n e , p. 2 1 . —

P. 3o5. —

4

P. 9.

2

P. 60. —


( 216

)

de la l a n g u e , à peu près comme des rubans de nuances diverses qu'on y aurait placés longitudinalement les uns à côté des autres. La b o u c h e parfois a m è r e , plus souvent p â ­ t e u s e , laissait éprouver un goût fade, insipide, qui inspirait de l'éloignement p o u r les boissons non acides. On distinguan quelquefois, dans les liquides, des saveurs inappréciables dans l'état de santé : on a vu, p . 115, que l'eau p u r e , dont je fis usage p e n d a n t le typhus que j'essuyai au C a p , m e p a r u t constamment aromatisée p a r les fleurs des arbres qui b o r d e n t le ruisseau dans lequel on la puisait. Cette finesse de perception disparut avec la maladie. Ceux qui avaient ce mal se plaignaient r a r e ­ m e n t de la soif , et repoussaient plus tôt les bois­ sons qu'ils ne les désiraient. Cependant l'orifice cardiaque était tourmenté par un sentiment d e chaleur i n c o m m o d e , de douleur et d'anxiété, 1

1

The thirst was seldom great,

The thirst R u s h , p.

was

moderate

was

not

J a c k s o n , p. 258 et 259.

or absent

in

some

cases,

66.

The thirst

very

considerable

in

general,

C h i s o l m , T . I , p. 174. The sick had not much desire for drink, Gillespie pensait a u t r e m e n t , p. 3 8 .

Clark, p. 7.


( 217 ) qui était, sans contredit, une des causes de l'inquiétude qu'ils éprouvaient, et du désordre qu'ils affectaient dans leurs mouvemens; d é ­ sordre manifesté par l'action de jeter les m e m b r e s çà et là ; de se coucher au travers du lit, et de changer de place pour se d é b a r ­ rasser des couvertures. Nous avons a p e r ç u , dans certains cas, q u e l'orifice cardiaque était douloureux au toucher, de même que la région du foie, quoique les hypocondres fussent rarement soulevés. M. Gil­ b e r t s'est convaincu que les vomissemens et les hoquets pouvaient exister, lors même que la sensibilité de l'estomac et des intestins était nulle an-dehors . Nous ajouterons que cette circonstance était même des plus fréquentes. Des remarques absolument semblables avaient été recueillies p a r Rush en 1793. Il rapporte que plusieurs se plaignaient d'une douleur dans la région du foie, mais que presque aucun n ' é ­ prouvait une sensation pénible quand on pressait l'épigastre. Le contraire eut heu dans l'épi­ démie de 1762 . 1

2

D'autre p a r t , Makittrick, M o u l t r i e , L i n d , B r u c e , R o u p e , Moseley et P u g n e l soutiennent 1

p. 79. -

2

p. 47.


( 218 )

que l'ardeur et le gonflement des régions p r é ­ cordiales manquent r a r e m e n t , et que la tension douloureuse est plus sensible et plus intolérable à la région du foie qu'ailleurs. Hillary, Gillespie et Palloni font aussi r e m a r q u e r qu'il y avait des douleurs aiguës à l'estomac, des anxiétés et de l'oppression à la région précordiale O n a vu l'abdomen d u r , rénitent dans celte première p é r i o d e ; mais généralement il c o n ­ servait sa souplesse. Les éructations acides, nidoreuses, ou même sans goût particulier, fatiguaient jusqu'à la fin. A ce cortége de symptômes i n c o m m o d e s , s'associaient les nausées et les vomissemens plus incommodes encore ; l'estomac, agité sans cesse par des contractions antipéristaltiques, rejetait avec efforts les médicamens les plus appropriés ; et ces vomissemens furent notre écueil . Ils étaient blanchâtres et m u q u e u x dans les c o m mencemeriS; rarement bilieux ; mais ils acqué­ raient peu à peu plus d'intensité dans la couleur et plus de fréquence. Loin de soulager, ils m u l ­ tipliaient les angoisses et augmentaient l'épuise­ ment ; et les malades ne paraissaient rassembler 2

p.

1

Hillary, p. 147 et 148. Gillespie, p. 38. P a l l o n i , p. 3 .

2

Mussabat 398.

tacito

medicina

timore,

L u c r è c e , T. II,


( 219 ) leurs forces que p o u r vomir de nouveau. Cette scène déchirante continuait jusqu'à la mort. Souvent une constipation opiniâtre résistait à tous les moyens relâchans et laxatifs . Les mouvemens du tube intestinal paraissaient en quelque sorte intervertis et dirigés de bas en haut, o u , si mieux on aime, ils étaient suspendus et les intestins frappés d'un état spasmodique. D'autres fois, il y avait des déjections alvines, blanchâtres, muqueuses, et même des é c o u leinens abondans de bile jaune ou poracée : si ces dernières évacuations étaient fréquentes, il se déclarait des douleurs intestinales que les lavemens calmaient peu ; mais cet état doit être classé dans le r a n g des exceptions, et n'appar­ tient pas à la marche la plus ordinaire. Dans ce premier stade, les urines coulaient, tan­ tôt avec a b o n d a n c e , tantôt avec chaleur et diffi­ culté, quand l'irritation s'étendait sur les organes urinaires : ce qui doit être soigneusement dis­ tingué de la suppression. Mais en général elles n'avaient aucune couleur ou consistance déter­ minées : de sorte qu'elles étaient quelquefois claires ou blanchâtres et jumenteuses; d'autres fois jaunâtres ou très-rouges. Moultrie, à qui 1

1

Jackson, p. 259. Chisolm, T. I , p . 173. F r o s t , p. 3 0 .

Clark, p. 9 . P a l l o n i , p. 3.


( 220 ) ces nuances n'avaient point é c h a p p é , affirme q u e , sur la fin du premier temps ou dans le commencement du second, on pouvait observer un sédiment épais et blanc . La respiration était généralement libre et facile ; quelquefois elle devenait fréquente et gênée. Vers le déclin de notre épidémie, le désordre parut s'exercer sur la poitrine plus qu'au commencement : toutefois les organes de cette capacité s'en ressentirent peu dans cette première période. 1

Il y eut une grande variété dans l'élévation du pouls et dans sa mollesse ; il fut quelquefois grand et dur : habituellement il parut c o n ­ c e n t r é , d u r et accéléré. Sa d u r e t é , dans ce premier temps, est un fait incontestable, avoué et reconnu par toutes les autorités. Au reste, les pulsations conservèrent presque toujours, même jusqu'à la fin de la troisième p é r i o d e , une régularité dans leur r h y t h m e , qui n'était point en harmonie avec les autres symptômes, et qui était bien propre à en imposer. Le peu d'accord des écrivains, sur ce qui concerne le pouls, prouve qu'il varie selon les épidémies, et me met dans l'obligation de r a p 1

P. 166.


( 221 ) porter les remarques de quelques auteurs. Moultrie a vu que le plus souvent il était fré­ quent, petit, dur et contracté; quelquefois il paraissait précipité, dur et véhément On lit, dans Makittrick, qu'il était plein, élevé et en même temps mou . Une circonstance remar­ q u a b l e , atteste Chisolm, c'est qu'il n'est jamais intermittent : observation confirmée pendant notre épidémie, mais bien opposée à celle de R u s h , qui prétend qu'en l'année 1793, le pouls devenait, dans beaucoup de cas, intermittent après la quatrième, la cinquième pulsation, et, dans d'autres, vers la quatorzième . Cet auteur ajoute qu'il était quelquefois d u r , tendu, p l e i n , souvent faible, et qu'après le 10 s e p t e m b r e , il fut plein, tendu, fréquent, comme dans la pleurésie et le rhumatisme. Dufour, à Livourne, le trouva plein et tendu ; Palloni, dur et accé­ léré; les médecins de Luques, fréquent et violent; Lacoste, faible et déprimé. Il faut croire que ces messieurs, qui observaient la même épidémie, ne s'entendaient pas sur les périodes pendant lesquelles on s'assurait de la nature du pouls. Quant à la quantité des pulsations, elles varient 2

3

4

1

P. 166. —

2

P . 91. —

3

T . I , p. 162. — P. 40. 4


222

(

)

également Chisolm en a observé jusqu'à 130 . L e docteur Mackay lui écrivait qu'à SaintVincent, en 1793, on en comptait souvent de 109 à 120 . Et M. Savaresy porte le nombre ordinaire de 80 à 90 . Frost a remarqué qu'il ne s'élevait jamais au-dessus de 100, dans les vingt-quatre premières heures; et Clark assure q u e , pendant le premier stade, il n'excédait pas 90, et que la chaleur ne surpassait pas le degré ordinaire de l'individu . Si l'on s'en réfère à quelques médecins an­ glais, et notamment à Hillary , le sang tiré du malade, le second ou le troisième j o u r , est beaucoup plus dissous, le sérum plus jaune, et le crassamentum fleuri, peu solide, à peine cohérent. Un des phénomènes les plus incompréhensibles s'observait dans les organes de la locomotion qui conservaient une énergie peu en rapport avec la gravité des autres symptômes: on aperçut rarement cette prostration de forces, inséparable des fièvres putrides et ataxiques d'Europe. Fré­ quemment les malades se levaient, se p r o m e ­ naient et se livraient à des occupations plus ou moins pénibles, en montrant néanmoins un 1

2

3

4

5

4

T . I , 5p. 162. — p. p. 148.

7.

2

T. I I , p. 147. —

3

P. 270. —


( 223 ) air d'incertitude et d'agitation qui n'apparte­ naient pas à l'état de santé. Jackson a dit qu'ils étaient souvent assez forts pour se tenir debout pendant quelque temps, et même pour se p r o ­ mener . Rush rapporte qu'un des siens se leva et se rasa le jour même où il mourut D e nombreux traits, analogues à celui-ci, ont été recueillis en Espagne . On cite aussi, à Alicante, l'histoire d'un Espagnol qui se p r o ­ mena dans les rues pendant le cours de sa fièvre, et qui se rasa debout une heure avant sa mort. Gillespie rapporte que, chez quelques personnes, il y avait des forces suffisantes pour se promener, comme dans la convalescence, quoique souvent dans le plus imminent danger . Ces singularités furent assez communes à Saint-Domingue, où plusieurs ne pouvaient supporter le lit, probablement parce qu'ils étaient tourmentés par une agitation intérieure qui ne leur permettait aucun repos. Mon imagination a toujours resté frappée par le souvenir d'un militaire que j'avais fait placer dans ma salle 1

2

4

1

4

their

P. 259. —

2

P. 62. —

3

P. 41. Some continued dissolution ; and

La F u e n t e , p. 97 et 98. to walk until a few hour of

when

asked

how they

found

themselves ? often replied they were much better, p. 42.


( 224) de clinique, et que je ne trouvais jamais au lit: il guérit avec la plus grande facilité, sans prendre d'autre médicament qu'une tisane adoucissante qu'il s'administrait à sa guise. Au surplus, ceux qui étaient forcés de garder le lit, y étaient retenus, ou par des douleurs d'entrailles, ou par un violent lumbago, ou enfin, car il ne faut rien outrer, par un état d'abattement ou de stupeur; mais en général ils se levaient, pour satisfaire aux besoins na­ turels, beaucoup plus facilement que dans l'es autres affections fébriles. Je crois devoir terminer ce qui appartient aux forces musculaires, en rapportant une observation de Pouppée-Desportes, qui fut ap­ pelé en 1733 pour voir un jeune homme de trente ans, qu'il trouva fort tranquille, et en robe de chambre, sur son lit. En approchant, il sentit une odeur cadavéreuse, et il lui d e ­ manda s'il venait de la garderobe : le malade lui répondit que n o n , mais qu'il avait un petit dévoiment et qu'il rendait un peu de sang; ce symptôme était accompagné d'une jaunisse universelle, d'une douleur à la partie inférieure du ventre, d'un pouls très-faible et du hoquet. Trois heures après, il n'était plus . 1

1

T. I , p. 41.


( 225 ) Aussitôt que le frisson ou rigor du début s'était déclaré, une douleur atroce des reins se faisait sentir, et elle était quelquefois si aiguë, que les malades jetaient les hauts cris dès le plus léger mouvement. Je n'ai jamais oublié ce symptôme qui m'a paru un des plus incom­ modes, et q u i , pendant dix jours, m'a déchiré les lombes. C'est un des plus constans, et il est rare qu'il ne se manifeste pas dans le cours de la première période ; il l'accompagne comme l'ombre suit le corps. Le lumbago a fixé l'atten­ tion des médecins espagnols q u i , tous, l'ont vu paraître aussi fréquemment que la rougeur des yeux. D'autres douleurs se fixaient aussi quelque­ fois sur les muscles des jambes et des cuisses; j'en ai observé de déchirantes dans les deltoïdes. ART. II. Deuxième période. Tout-à-coup les symptômes s'affaiblissaient sans observer, dans leur marche, une transition graduée ; le calme succédait à la tempête ; la face perdait l'inten­ sité de ses couleurs, mais le regard restait in­ certain et troublé ; l'image de l'effroi ne cessait point d'être empreinte sur la physionomie, et le malade semblait frappé d'une préoccupation particulière; la douleur de tête diminuait et disparaissait même quelquefois : dans ce dernier

15


( 226 ) cas, elle était remplacée par une espèce d'em­ barras ou de pesanteur indéfinissable ; la langue conservait son même état d'humidité , et par­ fois le malade oubliait de la retirer lorsqu'on la lui avait fait sortir. Les vomissemens se suspen­ daient en partie, mais les éructations conti­ nuaient et redoublaient même : elles étaient encore augmentées par les médicamens, que cette circonstance et l'apparence trompeuse d'une amélioration faisaient supprimer avec trop de sécurité. C'était dans le cours, et sur­ tout vers la fin de cette période, qu'on pouvait voir, en examinant avec attention, quelques flocons obscurs, ou quelques stries noirâtres qui nageaient dans les matières blanchâtres des vomissemens ou des crachats. Au milieu de cet état d'inertie, lorsqu'il était poussé très-loin, j'ai vu des fusées de matières liquides et rouillées venir subitement à la bouche, sans aucune con­ traction apparente de l'estomac : je comparerais en quelque sorte cet afflux d'humeurs à l'acte de rumination qui a lieu chez certains herbi­ vores. L'épouse du général***, dont j'ai r a p 1

1

Warren a même prétendu qu'à cette époque elle

paraissait généralement plus humide et plus propre que dans le premier stade, p. 11. Clark, p. 1 2 . Gillespie, p. 41.


( 227 ) porté l'observation sous le n.° 14, présenta ce signe d'une manière fort distincte. On a connu d'autres personnes qui lançaient ces matières à une très-grande distance . Toutefois, ce p h é ­ nomène appartient plus particulièrement au dernier stade. 1

Des besoins factices d'alimens se faisaient sentir; et si l'on avait l'imprudence de les satis­ faire, les vomissemens et les angoisses r e d o u ­ blaient, lors même qu'on ne permettait que des liquides. Gillespie a vu, à cette époque, des vers lombricaux sortir tant par haut que par bas . La douleur cardiaque ne laissait plus éprouver qu'un sentiment de g ê n e ; le ventre devenait souple; les excrémens reprenaient leur c o u r s , et les urines ne coulaient plus avec chaleur et avec une sensation d'ardeur comme précédem­ ment; mais elles étaient troubles et parfois graisseuses à la surface, ou parsemées de p e l ­ licules luisantes ; cependant elles variaient en­ core à l'infini. En même temps, la respiration paraissait plus tranquille et plus lente que dans l'état de santé ; on se persuadait que le malade ne sentait plus le besoin d'exercer cette fonction ; mais 2

1

2

Williams Frost, med. rep.,

mai 1809, p. 31. —

P . 41.

15*


( 228 ) elle était i n t e r r o m p u e par de longs et profonds soupirs q u i , nés sans cause a p p a r e n t e , annon­ çaient une lésion vitale des plus graves et l'ap­ p r o c h e d'un g r a n d orage. 1

O n trouvait les mouvemens de l'artère égaux et réguliers; ils prenaient plus de lenteur, plus de souplesse : j'ai compté les pulsations pour les c o m p a r e r à celles de la première p é r i o d e , et communément elles étaient réduites aux deux tiers ou à la moitié. Rush cite un médecin q u i , dans un c a s , n'en compta que trente. C'est ici q u e le p o u l s , quoique assez é l e v é , c o m m e n ­ çait à ne plus résister à la pression du d o i g t , et qu'il était d'une mollesse extrême. La chaleur é t a i t d o u c e , et ne laissait sentir au tact aucune impression d'âcreté ; le malade lui-même ne se plaignait point de son excès ; elle d e s c e n d a i t même souvent au-dessous de l'état naturel : à cette é p o q u e , il survenait quelques sueurs partielles et d'une tiédeur qui approchait d u froid . Des causes légères faisaient t o m b e r en s y n ­ c o p e ; j'éprouvai c e symptôme, q u i me fati­ guait d'autant p l u s , qu'il se renouvelait souvent. 2

3

4

1

Gillespie, p. 40. —

2

Ibid. —

beaucoup de sueurs glacées. —

4

3

Moultrie

Gillespie, p. 4 1 .

parle


( 229 ) Les douleurs des reins et des extrémités se faisaient moins sentir, et cette diminution, notable dans les souffrances, était précisément ce qui en imposait le p l u s , soit aux malades, soit aux médecins ; ceux-là se supposent en convalescence; e t , voulant profiter des forces musculaires qui ne les ont pas totalement aban­ d o n n é s , ils promènent leur morosité ou dans leur appartement ou dans les r u e s , ou bien ils s'asseient tranquillement sur leur lit, comme s'ils étaient en convalescence. C'est alors que des défaillances répétées viennent les avertir de l'impuissance de leurs efforts et les rendre au r e p o s , moins dangereux que le mouvement. C'est encore à cette époque qu'on voyait fréquemment la peau changer de couleur. U n e légère teinte jaune se faisait apercevoir sous le menton et sur les yeux : de ce premier endroit elle s'étendait sur la poitrine, et par suite sur tout le c o r p s , en augmentant d'intensité. La plupart des praticiens ont pensé que la première nuance commençait par la conjonctive; mais je l'ai vue si souvent naître au-dessous du men­ t o n , qu'il est permis de croire qu'elle y d é ­ butait au moins aussi p r o m p t e m e n t que sur la sclérotique. Il y a peut-être une conformité d'observation sur ce point avec ce que rapporte


( 230 ) M. Palloni, que la teinte ictérique r e c o u v r e tout le c o r p s , particulièrement le cou et la face . M. Gonzalez a observé à Cadix qu'en 1804. l'ictère n'a pas été aussi fréquent qu'en 1800, mais q u e , proportionellement au n o m b r e , le vomissement atrabilaire et l'épistaxis ont été plus communs. Sur la fin de ce t e m p s , et à l'approche du troisième, les vaisseaux commençaient à ouvrir leurs p o r e s et à laisser é c h a p p e r quelques gouttes de s a n g , soit par le nez, la b o u c h e , soit par la vulve ou l'anus; et les déjections alvines paraissaient mêlées de flocons noirâtres ou couleur de café. La d u r é e de la deuxième période était de deux j o u r s , tantôt plus, tantôt moins . Les médecins i n e x p é r i m e n t é s , surpris p a r cette chute de premiers s y m p t ô m e s , annonçaient u n e guérison prochaine : je payai ce tribut à l'igno­ rance dès m o n arrivée dans la colonie . 1

2

3

1

3

P . 4. —

2

Gillespie, p. 42.

11 faut admirer la candeur de Jackson, lorsqu'il

raconte une semblable méprise ! Le premier malade qu'il vit, se plaignit plus le second jour que le précédent ; m a i s , c o m m e ce médecin s'aperçut que les symptômes extérieurs étaient plus m o d é r é s , il soupçonna qu'il g é -


( 23l )

Cette période fut bien caractérisée chez le général L e c l e r c , qui souffrit d'abord pendant quatre j o u r s , sans que les médecins qui l'en­ touraient définissent son état. Du 26 au 29 o c ­ t o b r e 1802, il était assez calme p o u r vouloir sortir : ce fut là le deuxième temps. L e 30, les symptômes devinrent si violens qu'on ne se trompa plus sur la nature du mal. Le 31 il y eut vomissement de matières brunes et suppres­ sion d'urines. L e 1. n o v e m b r e , vomissement n o i r ; le sang sortit par les y e u x ; une paupière s'infiltra, et il mourut la nuit . er

1

Nous répéterons qu'il faut bien se g a r d e r d e confondre, c o m m e l ' o n t fait quelques personnes, le silence momentané qui a lieu dans ce d e u ­ xième stade, avec ce que l'on n o m m e inter­ mittence ou rémittence, qui forme un état d'amélioration ; tandis q u e , dans la fièvre j a u n e , missait sans r a i s o n , au point qu'il crut inutile de le v i ­ siter le troisième jour; mais sur le matin du quatrième, il le vit d'une couleur orange foncée, et vomissant la matière noire en grande quantité; ce qui précéda sa m o r t de quelques heures ; p. 25o. Tous les écrivains font pressentir le danger de s'en laisser imposer par la douceur apparente des symptômes. W a r r e n , p. 11. Bancroft, p. 11. 1

Valentin, et le Moniteur du 17 nivôse an

11.


( 232 ) cette suspension apparente des accidens cons­ titue elle-même un signe fort grave. Nous ajou­ t e r o n s m ê m e q u e plus l'intervalle est m a r q u é p a r la cessation subite des accidens, plus le d a n g e r est i m m i n e n t , puisque cette fausse inter­ mittence a la plus g r a n d e analogie avec ce m o d e g a n g r é n e u x qui succède aux inflammations. O n p o u r r a i t en q u e l q u e sorte dire que ce temps est l'effet d'une sidération vitale. C e tableau de la deuxième p é r i o d e , t r a c é au lit des m a l a d e s , est calqué sur les symptômes les plus ordinaires ; mais dans les exceptions qui en varient les n u a n c e s , on a vu q u e la r e s p i r a ­ tion était quelquefois difficile; le pouls accéléré et p e t i t ; la chaleur â c r e ; les vomissemens fréq u e n s , e t c . , etc. ART. iii. Troisième période. Ordinairement elle commençait le quatrième ou le cinquième j o u r , et durait jusqu'au septième ou au neu­ v i è m e , r a r e m e n t plus tard : dans les circon­ stances g r a v e s , lorsque le t y p h u s devait se t e r m i n e r en q u a t r e j o u r s , cette p é r i o d e d é b u ­ tait avec les premiers s y m p t ô m e s , et tous les stades étaient confondus en un seul. O n vient de voir q u ' u n calme t r o m p e u r et un soulagement m o m e n t a n é relevaient le c o u ­ rage des malheureux, et flattaient le médecin des


( 233 ) illusions de l'espérance, jusqu'à ce qu'à l'entrée de la troisième p é r i o d e , tous les symptômes r e p a r u s , avec un appareil formidable, plon­ geassent de nouveau dans les terreurs d u n pronostic funeste. Cependant les facultés intellectuelles n'étaient point encore lésées. On p r é s u m e bien que l'ab­ sence du délire n'était pas sans exception : en effet, plusieurs étaient agités p a r un transport furieux, d'autres plongés dans une s o m b r e aberration d'idées ; les uns étaient dans l'ac­ c a b l e m e n t , les autres dans un trouble continuel et avaient une inquiétude qui ne leur permettait aucun r e p o s ; ceux-ci périssaient dans les c o n ­ vulsions ; ceux-là étaient frappés comme d'une apoplexie foudroyante, etexpiraient avant qu'on se fût aperçu qu'ils fussent m a l a d e s ; quelquesuns eurent des symptômes d'hydrophobie , et d'autres le tétanos ou des apparences d'épilepsie : mais tous ces cas étaient fort rares, et ne constituaient que des exceptions, de même que les soubresauts dans les tendons et les trembler mens des mains q u i , à coup sûr, étaient moins fréquens que dans le typhus des hôpitaux. Clark a m ê m e vu qu'ils le sont moins que 1

2

1

2

Palloni, p. 11. Voy. Observ. 2 8 et 31.

aussi mes 2 7 . e t 2 8 . e

e

observ.


( 234 ) 1

dans la plupart des autres fièvres . R u s h , à Philadelphie ; Chisolm, à la G r e n a d e ; et F r o s t , à Stabroeck , avaient recueilli des o b ­ servations analogues aux précédentes. Deux tétanos symptomatiques se présentèrent à la pratique de Frost. Chisolm ouvrit deux sujets, dont le premier avait eu des convulsions, et dont le second avait péri au milieu d'une c o n ­ traction musculaire violente. 2

3

Dans le r e g a r d et la physionomie, on voyait se p r o n o n c e r de plus en plus l'empreinte de l'effroi, augmentée encore par la décomposition des traits de la face, q u i , jusque-là, n'avaient subi que de faibles altérations. Cependant cette teinte jaune q u i , sur la fin du deuxième temps, nuançait la peau et les.yeux, faisait des p r o ­ grès rapides ; et déjà l'ictère, universellement r é p a n d u , formait le fond du tableau hideux qui allait affliger les regards. La couleur de citron était fort p r o n o n c é e chez les u n s , tandis q u e chez d'autres elle paraissait plus terne et plus b r u n â t r e . Presque tous ceux qui mouraient portaient le cachet de la jaunisse q u i , quelque­ fois, ne se répandait sur tout le corps qu'au moment de la m o r t ou m ê m e après ; il n'y avait 1

P. 15.—

2

3

P. 60. — Medic.

rep.,

août 1809 p. 1 5 l .


( 235 ) que ceux qui avaient p e r d u la vie dans les soixante premières heures, sur lesquels on n'en apercevait pas de traces. Au reste, son invasion avait lieu quelquefois avant, quelquefois après le vomissement noir. O n n'aura point oublié q u e , dès le commen­ cement, les yeux étaient d'un rouge ardent : ici, ils paraissaient roulans, hagards, et d o n ­ naient aux malades un aspect formidable. O n ne peut trop s'étonner que ce signe, qui an­ nonce un grand désordre c é r é b r a l , ne soit pas suivi d'une plus grande lésion dans l'enten­ dement. Aux approches de la m o r t , quelques infortunés perdaient la vue, comme le prouvent plusieurs des observations citées; cette amaurose n'était point l'effet d'une désorganisation, ni de la g a n g r è n e , comme dans la peste d'Athènes, mais d'une extinction de la vie qui accompa­ gnait celle des autres organes. Cette période établissait l'empire fatal des hémorragies passives, dont les plus communes étaient celles du n e z , de la bouche et de l'anus, qui exhalaient un sang noir et fétide; ces h é ­ morragies, sans être toujours abondantes, le devenaient par la longueur du temps, parce qu'elles ne cessaient qu'au moment de la m o r t ; on voyait le sang transsuder par les pores des


( 236 ) 1

l è v r e s , de la langue , des gencives et de la m e m b r a n e muqueuse de la bouche ; il s'est échappé aussi par les points lacrymaux , et nous avons dejà donné un exemple de cette nature dans l'observation du général Leclerc. M. Savaresy a cité le n o m m é Vincent, matelot, q u i , le troisième j o u r , eut un écoulement sanguin e t s é r e u x à l'œil g a u c h e , et une hémor­ ragie du même œil assez abondante le qua­ trième. O n a parlé aussi de suintemens sem­ blables à travers la conjonctive, et la tradition nous a appris qu'il y avait eu des sueurs de sang ; mais aucun fait d e ce genre n'a été bien constaté p a r m i nous. Makittriek , Chisolm , et quelques médecins espagnols, p r é t e n d e n t en avoir observé. L e p è r e L a b a t dit qu'une jeune c r é o l e , qui m o u r u t à la M a r t i n i q u e , éprouva une sueur de sang t r è s - a b o n d a n t e . L e d o c t e u r W o o d h o u s e a vu une femme avec un é c o u ­ lement sanguin p a r les ouvertures pratiquées aux oreilles pour les a n n e a u x ; L i n d et H u n t e r en ont vu p a r les vésicatoires ; W a l k e r , par les aisselles; Palloni, par les oreilles , et Frost parle d'une hémorragie qu'il appelle universelle, 2

3

4

5

6

7

1

4

Clark, p . 13. —

P. 94. —

5

2

H i l l a r y , p. 151. —

T . I , p. 166. -

6

L,c.,

C. x . —

3

Ibid.— 7

P. 11.


( 237 ) parce qu'elle avait lieu en même temps par toutes les ouvertures. Souvent des vomissemens de sang eurent lieu, et alors il sortit tantôt fluide, tantôt en caillots; d'autres fois il se faisait jour par les or­ ganes de la g é n é r a t i o n , venant de la vessie chez les h o m m e s , et de la matrice ou des parois du vagin chez les femmes . Les nouvelles a c ­ couchées éprouvaient des écoulemens affreux d'un sang dissous et fétide; et les femmes e n ­ ceintes, lorsqu'elles avaient le malheur d'être atteintes de la maladie, avortaient presque in­ failliblement à cause de ce symptôme. J'ai r e m a r q u é de fréquentes hémorragies par l'anus; c'était, dans les hôpitaux, un s p e c ­ tacle effrayant que de voir les misérables soldats entassés sous des h a n g a r d s , et r e n d r e p a r les grandes ouvertures un sang p u t r i d e , dont les ruisseaux allaient souiller la paille sur laquelle d'autres infortunés étaient gisans|: objet de dégoût p o u r les u n s , et de terreur p o u r les autres. Quelques personnes ont répété qu'il se r a ­ masse de la crasse autour des dents et que la langue se sèche et noircit, ce qui est contraire 1

P, 5.


( 238 ) a u x observations recueillies dans notre é p i ­ démie : comme la maladie se terminait avec p r o m p t i t u d e , ce qu'on désigne sous la déno­ mination des lentores circa dentes, n'avait pas le temps de se former : quant à la l a n g u e , elle conservait à peu près jusqu'à la fin l'état qui est décrit dans la première période. Aux approches de la m o r t , elle se nettoyait quelque­ fois c o m p l é t e m e n t , comme si une crise favo­ rable allait mettre fin à des tourmens inouis , Ces p h é n o m è n e s , si peu d'accord avec la gra­ vité des symptômes, m'avaient tellement frappé que je m'étais attaché plus particulièrement à les suivre. Un assez grand n o m b r e de praticiens ayant publié qu'elle devenait sèche et r o u g e , sèche et n o i r e , il faut attribuer cette différence à celle des épidémies : dans la n ô t r e , ce s y m p tôme était moins fréquent. 1

C'est probablement dans cette p é r i o d e , q u e les Espagnols ont r e m a r q u é les zones de dif­ férentes couleurs. A cette époque, et même pendant le deuxième 1

In some

intestines

had

nons disposition became clean

}

instances, evidently

as soon

as the stomach

lost their tone,

and a

of these organs had commenced, of a bright red,

G i l l e s p i e , p. 4 3 .

and

gangre­

the tongue

and a l i t t l e moistened,


( 239 ) s t a d e , on r e m a r q u e l'embarras de la langue et le balbutiement, ainsi qu'on le voit dans les observations n.° 1, 2, 4 et 6. La soif continuait à être m o d é r é e , et les éructations tourmentaient de plus en plus; quel­ quefois un goût a i g r e , excité par le passage des vomissemens de matières acides, se répandait dans le trajet du pharynx. Des contractions continuelles de l'estomac ne cessaient d'en expulser tout ce qu'il contenait ; vainement alors tentait-on d'y introduire quelques m é d i camens, p o u r appaiser ce pénible état; tout était inutile, et il venait un instant où l'obstina­ tion à cet égard était plus nuisible que favo­ r a b l e , et transformait les soins bienfaisans de la médecine en souffrances et en tortures. Alors les matières étaient d'une teinte o b s ­ cure ou très-noire, et fréquemment elles avaient atteint ce maximum par degrés. L'un rendait une rouille a b o n d a n t e , l'autre une bile poracée tirant sur le noir : celui-ci rejetait une h u m e u r noire comme de l'encre ou du g o u d r o n , liquide ou épaisse et poisseuse : c e l u i - l à rendait en abondance du sang vermeil, ou du sang noir sans mélange, mais d'autres fois nageant au milieu d'un liquide roussâtre et fétide. Rien n'était moins constant que la couleur et la


(

240

)

consistance de ces matières qui variaient à l'infini . Au r e s t e , on a vu des malades périr miséra­ blement, sans avoir vomi d'autres substances que des matières muqueuses q u i n'étaient m ê m e pas mêlées de stries brimes ou sanguines : un grand n o m b r e m o u r a i e n t e n ne rendant que de la bile très-verte, d'autres sans avoir une seule nausée . 1

2

1

Douze heures après que la jaunisse avait fait son

apparition sur la f a c e , la poitrine et les y e u x , le vomis­ sement noir s'annonçait, Clark, p. 11. 2

On a fait des r e c h e r c h e s , à la vérité peu décisives,

sur la matière noire qui sort de l'estomac, et qu'il i m ­ porte néanmoins de rapporter. Le docteur Cathrall, de P h i l a d e l p h i e , a trouvé, dans les matières du vomisse­ ment noir,

un acide prédominant

qui

n'est ni le,

carbonique ni le sulfurique, mais qu'il présume être l e muriatique. Memoir ejected phia,

on the analysis

of the Black

in the last stage of the yellow fever.

vomit

Philadel­

1800. Elles ne contiennent pas d'albumine ; selon

Stubbins Ffirth, mais une r é t i n e , une matière huileuse, des phosphates, des muriates de chaux et de soude. Ce m ê m e observateur croit avoir p r o u v é , par l'ouverture des cadavres dans lesquels le pylore était obstrué, que ces humeurs ne sont pas totalement fournies par les vaisseaux hépatiques, mais qu'elles sont versées dans l'estomac par les artères qui se répandent sur la m e m ­ brane m u q u e u s e , et dans lesquelles on trouve la matière noire encore contenue après la m o r t p. 37 et 47. M. de }


( 241 ) Ici les douleurs de l'orifice cardiaque étaient plus violentes, et les angoisses augmentaient. Humboldt pense qu'elle offre une faible analogie avec l a b i l e , qu'elle ressemble à du marc de c a f é , et il affirme qu'elle laisse quelquefois, sur le iinge et sur les m u r s , des taches indélébiles. Il s'en dégage de l'hydrogène sulfuré, lorsqu'on la chauffe l é g è r e m e n t , T. IV, p. 3 5 8 , in-8.°. M . Bancroft ne croit pas que le foie ait aucune part à la production du vomissement noir; il l'attribue, c o m m e Ffirth, au sang qui est sorti des petites artères rompues, et qui s'est coagulé dans la cavité de l'esto­ m a c , p. 2 3 et 28. M. Savaresy essaie de prouver que l e vomissement de la peste et celui de la maladie noire sont d'une nature différente de celui de la fièvre jaune. La main du docteur Physick fut frappée d'une inflamma­ tion érysipélaleuse, pour avoir été trempée dans cette h u m e u r ; exemple r a r e , puisque les autres praticiens n'en o n t pas cité de semblables. S'il m'était permis aussi d'opposer m o n expérience à ce fait, je dirais q u e , n e craignant pas de toucher ces liquides noirs dans les dissections, je n'ai éprouvé aucune irritation sur la peau, et que je n'ai vu survenir aucun accident particulier, chez les nombreux officiers de santé qui faisaient des autopsies cadavériques au Cap. La bile noire que rendaient les malades de Campet ne fermentait pas à terre, comme celle

dont parle

Hippocrate : après avoir émis cette opinion, il ajoute qu'il trempa un linge de coton dans cette humeur, et qu'après l'avoir tordu, il ne conserva qu'une légère teinte jauue, au lieu que la vraie bile noire jaunit le l i n g e , l. c.

16


( 242 )

C e que les malades éprouvent à la région é p i gastrique serait difficile à définir : c'est un p o i d s , u n d é c h i r e m e n t , une b a r r e , dont les caractères sont plus ou moins variés, selon la sensibilité de l'individu. C e p e n d a n t cette sensation pénible cesse quelquefois tout-à-coup, dans les derniers jours de l'existence, observ. 7 ; et d'autres fois elle a u g m e n t e , observ. 11. Les h y p o c o n d r e s sont rarement soulevés : le ventre conserve sa souplesse dans b e a u c o u p d'occasions; dans d'autres, il est d u r , élevé, dou­ loureux, et alors des douleurs d'entrailles cruelles les poursuivent jusqu'au tombeau. U n d o m e s ­ tique de trente a n s , que j'avais au C a p , et qui était dans la colonie depuis seize m o i s , éprouva c e dernier accident à un très-haut degré. L e siége de l'affection locale parut a b a n d o n n e r l'estomac p o u r se fixer sur les intestins, qui furent en m ê m e temps frappés d'une consti­ pation opiniâtre ; des douleurs aiguës le déchi­ r è r e n t sans i n t e r r u p t i o n , et il expira le 5. jour dans des tourmens inouis. Lorsqu'il n'y avait pas de constipation, ce qui était le plus ordinaire dans cette p é r i o d e , les excrémens suivaient les nuances des matières du vomissement. D ' a b o r d ils présentaient q u e l ­ ques flocons noirâtres, et bientôt ils devenaient e


( 243 ) entièrement b r u n s , noirs ou sanguinolens ; si ces derniers avaient lieu, on voyait une espèce de vert-noir couvrir, en forme de pellicule luisante, un sang putréfié qui était au fond du vase. Les excrémens d'une bile verte et p o racée étaient fort communs : il y avait aussi des matières noires très-poisseuses qui adhéraient aux parois du vase; d'autres qui ressemblaient à de la lavure de chair, ou à du foie brisé et délayé dans de l'eau. Ces déjections cadavéreuses sortaient parfois involontairement, surtout celles qui étaient de s a n g : d'autres fois, les malades avaient le p o u ­ voir de les retenir ; elles avaient aussi, dans cer­ tains cas assez rares, une âcreté telle qu'elles ex­ coriaient la marge de l'anus et même le rectum On se souvient que, dès l'invasion de la fièvre, on est tourmenté p a r un lumbago cruel ; ce s y m p t ô m e , loin de diminuer, se prolonge avec une intensité croissante ; comme le mouvement augmente les douleurs lombaires, on serait tenté de croire qu'elles dépendent d'une cause par­ ticulière qui agit sur les muscles des r e i n s , ou que l'irritation et l'inflammation des organes de 1

H u m e s , R u s h , p. 57.

16 *


(

244

)

cette région s'étendent plus p r o f o n d é m e n t , et qu'elles attaquent non seulement les v e r t è b r e s , leurs ligamens, mais encore les organes sécré­ taires de l'urine, et peut-être les enveloppes d e la moelle épinière. Ce q u i semblerait confirmer q u e les reins souffrent une lésion q u e l c o n q u e , c'est la s u p ­ pression de l'humeur excrémentitielle, s y m p ­ tôme commun dans cette m a l a d i e , et qui forme u n de ses caractères spécifiques. C e p e n d a n t l'anatomie n'a point fait découvrir encore de traces de lésions organiques ni dans les reins ni dans le canal rachidien. Au r e s t e , la nature et la couleur des u r i n e s , dans ce troisième stade, varient à l'infini : tantôt elles sont d'un jaune intense, souvent très-rouges et même sanguinolentes; d'autres fois il n e sort que du sang non mélangé. Enfin elles sont b r u n e s , n o i r e s , f é t i d e s , et dans cet état elles ne tardent pas à se supprimer en entier. Dans p r e s q u e toutes les ouvertures de c a d a ­ v r e s , comme on sait, il a été trouvé des d é ­ sordres plus ou moins profonds dans les organes de la poitrine ; e t , p a r un contraste bien é t r a n g e , la respiration avait p a r u r a r e m e n t


( 245 ) g ê n é e , m ê m e dans cette p é r i o d e , ce qui a été également observé en Espagne. Dans les excep­ t i o n s , elle était courte et précipitée. A Saint-Domingue, le hoquet a été r a r e ; en Espagne, il a été fréquent; et à Philadelphie, il s'annonça moins souvent que dans les fièvres bilieuses ordinaires Beaucoup de médecins ont parlé d u h o q u e t ; beaucoup d'autres ont passé ce symptôme sous silence. L e pouls conservait encore de la régularité . Il ne devenait inégal et intermittent qu'aux a p ­ proches de l'agonie; ce q u i , étant commun à toutes les autres affections, ne peut être consi­ déré comme un caractère. Pendant toute cette p é r i o d e , il est d é b i l e , a moins de fréquence, et cède facilement à la pression, comme si la cir­ culation n'était plus opérée que p a r un gaz fai­ blement élastique, obs. 2. 2

E n parcourant les périodes, la chaleur avait diminué progressivement, et ici elle abandon­ nait les extrémités devenues glaciales. Moultrie pense qu'elle se concentrait sur les organes vitaux, en fuyant les pieds et les mains . Clark a 3

1

Rush, p. 61. —

2

Dans cette espèce de fièvre, plu­

sieurs ont le pouls régulier, peu d'heures avant la mort. 3

L i n d , T. I I , p. 26. — P. 167.


( 246 ) noté qu'alors la chaleur tombait au-dessous de l'état n a t u r e l , et q u e le pouls pouvait donner moins de soixante pulsations Les praticiens qui ont le mieux observé la fièvre j a u n e , paraissent n'avoir considéré les pétéchies que sous le r a p p o r t d'un symptôme accessoire, dont ils n'ont parlé que légèrement. Cependant Rush assure qu'elles furent c o m ­ munes dans le dernier s t a d e , qu'elles a c q u é ­ raient p r o m p t e m e n t une couleur noire, et que dans plusieurs cas elles furent les avant-cou­ reurs de la m o r t . W a r r e n , Hillary , P a l loni , Devèze , Moseley , Pouppée-Desportes , Àréjula , Salamanca , Vicente T e r r e r o , C l a r k , ont tous parlé superficiellement de ces éruptions que les premiers appellent, ainsi q u e Chisolm , des taches livides, et que les deux derniers signalent comme des pétéchies ordinaires. D e même que ces praticiens, nous n'avons pas toujours aperçu ces éruptions dans notre épidémie ; mais nous les avons distinguées quelquefois. Voyez la 20. observ., p o u r les 3

5

3

6

4

7

9

8

1 0

1 1

12

3

e

1

— 1 0

P . 15. — 7

P. 33. — P. 17. —

11

2

P. 72. — P. 4 8 8 . — Discurso

la fiebre amarilla, 13

T. I , p .

159.

3

8

P. 16. —

4

P. 152. —

T . I , p . 194. —

9

5

P. 6.

P. 1 7 3 . —

sobre et caracter y curacion

Cadix,

1805,

p. 20. —

1 2

de

P. 12. —


( 247 )

placards violets; et la 28. pour les pétéchies. L e petit n o m b r e de ces éruptions, désignées dans les histoires particulières, prouve leur r a r e t é ; mon jugement est encore confirmé par M. Gil­ b e r t et par les officiers de santé composant l'assemblée dont parle ce m é d e c i n , qui ne font aucune mention de ces efflorescences. Parvenu à ce d e g r é , la fièvre présentait encore d'autres symptômes graves : c'est ainsi que les ouvertures des saignées et les plaies des vésicatoires noircissaient ou devenaient gangréneuses. Mais cette dégénérescence fut beaucoup moins fréquente qu'à Philadelphie, à en juger par l'opinion de M». Devèze , for­ tement en contradiction avec celle du docteur Rush qui n'aperçut pas un seul cas où la m o r ­ tification s'emparât d'un ulcère formé par les vésicatoires . S'il est un moyen capable de justifier l'auteur français, qui paraît avoir r e m ­ b r u n i son tableau, c'est de rappeler qu'il pra­ tiquait dans un hôpital où les gangrènes sont plus fréquentes que chez les particuliers. Alors une o d e u r cadavéreuse se répandait au loin, observ. 3 et 14; et les malades étaient comme enveloppés dans une atmosphère e

1

2

3

1

P. 3 9 . —

2

P. 291. —

3

M. Gilbert, p. 66.


( 248 )

putride. L'air ambiant, saturé des miasmes qui s'échappent de toute la surface du c o r p s , de toutes les o u v e r t u r e s , de toutes les excrétions, frappait péniblement l'odorat des infirmiers dans les h ô p i t a u x , et fut p r o b a b l e m e n t la source principale des ravages que fit le mal p a r m i e u x , ainsi que p a r m i les officiers de santé. Des observations, bien antérieures aux miennes, avaient déjà fait connaître que les individus atteints de la fièvre jaune exhalaient, dans la d e r n i è r e p é r i o d e , une puanteur qui n'est sans doute que le p r o d u i t d'un grand désordre ou de la décomposition rapide de certains fluides. Il en est fait mention dans la sixième histoire consignée dans l'ouvrage de P o u p p é e - Des­ portes . O n a cité ensuite des faits e x t r a o r ­ dinaires et à peine croyables : c'est ainsi q u e R u s h r a p p o r t e q u e le p è r e de M. Joseph P a s chall subit l'infection en 1741 à P h i l a d e l p h i e , en traversant la petite ruelle de Norris (Norris's Alley) vers la fin de d é c e m b r e , l'épidémie ayant déjà cessé dans la ville . M. Devèze nous a p p r e n d aussi que les malades répandaient, en 1793, des exhalaisons fétides avant de 1

2

1

T. I , p. 2 2 1 . —

2

P . 142.


( 249 ) 1

mourir ; symptôme aperçu à Stabroeck par Williams Frost , par Savaresy à la Martinique, et par les médecins espagnols depuis 1800 jusqu'en 1811. D . Christoval Sanchès, cha­ noine de C a d i x , forcé de se t r a n s p o r t e r , en 1800, dans une maison du quartier SainteM a r i e , d o n t il était p r o p r i é t a i r e , y resta trèspeu de t e m p s , n'ayant pu supporter une odeur particulière dont il se sentit comme suffoqué, dans la c h a m b r e d'un malade; p r o m p t e m e n t saisi et alité, il mourut le 27 juillet, cinquantesix heures après l'invasion . Vers le 15 d'août, le professeur Ramos voyait, au couvent de la Merced, bâti au milieu du quartier Sainte-Marie, vingt-huit religieux fort dangereusement atteints du typhus : il r a p p o r t e que ces moines ayant constamment assisté les malheureux habitans d e ce quartier, s'accordaient à dire qu'ils avaient toujours é p r o u v é , auprès de ceux qu'ils a d m i ­ nistraient, une sensation des plus désagréables, à cause de l'odeur nauséabonde qu'on r e s ­ pirait à leurs côtés . D. Tadeo Lafuente devina plusieurs fois la maison qui renfermait un malade c a c h é , par la seule perception d'éma­ nations particulières et extraordinaires, en 2

3

4

1

2

4

P. 3 3 . — Med. rep., p . 3 3 . — I b i d . , p. 56.

3

M. B e r t h e , p. 55.


( 250 ) 1

passant par hasard dans la rue . Cette obser­ vation a été renouvelée par M . Martel, m é d e ­ cin de l'armée française en E s p a g n e , pendant l'épidémie de 1811. Selon lui, les malades exhalaient une odeur fétide, i n s u p p o r t a b l e , et tellement p é n é t r a n t e , qu'en passant dans les r u e s , on pouvait r e c o n n a î t r e , par le seul o d o r a t , les maisons où ils étaient; les convalescens conservaient long - temps cette o d e u r spécifique que l'on a voulu c o m p a r e r à celle des œufs pourris : l o n g - t e m p s a p r è s , cette émanation frappait encore les sens dans les villages de R o t a n a , Levrilla et Alcantarilla . Cependant Clark a avancé que l'odeur offensive des cadavres ne lui parut pas aussi considérable qu'elle l'est dans ceux qui meurent de la fièvre rémittente bilieuse. O n a beaucoup disserté sur les p a r o t i d e s , les b u b o n s et les phlyctaines gangréneuses; mais rien n'est moins fixe que nos connaissances à cet é g a r d , et je crois m ê m e que la fréquence de leur apparition a été fortement exagérée. Ces éruptions ne m e paraissent que des épiphé2

3

1

Il faut avouer que les exhalaisons étaient bien fortes,

ou que son odorat était bien délicat. —

2

Rapport fait au

Ministre de l'intérieur par les officiers de santé en chef de l'armée. Ces faits sont-ils bien constans? — P. 2 0 . 3


( 251 )

nomènes qui n'appartiennent point à la mala­ d i e , qui la surchargent accidentellement, et qui se présentent plus souvent dans une é p i ­ démie que dans une autre : en effet, celle de Saint-Domingue n'en fut presque jamais com­ pliquée, même dans les sentines des hôpitaux : je n'ai vu que trois tumeurs survenues sponta­ n é m e n t , qui ne noircirent et n'abcédèrent point ; il y eut de même un très-petit n o m b r e de parotides et de phlyctaines : cependant M.Gil­ b e r t parle des affections glanduleuses et des char­ bons comme d'une chose assez ordinaire ; et ce qui m'autorise à penser qu'il n'en a pas observé plus que m o i , c'est qu'il ne cite aucun fait de ce genre dans ses 13 observations. M. Valentin n'a presque point vu de parotides ; jamais d'anthrax, de tumeurs charbonneuses ni de bubons. Il paraîtrait qu'en 1 7 9 6 , les a n t h r a x , les b u ­ bons, les tumeurs charbonneuses furent observés à la Martinique p a r le docteur George David­ son ; on en aperçut aussi à New-York en 1 7 9 8 . F r o s t c i t e , comme un fait extraordinaire, un cas où la fièvre se termina par des charbons sur les gras de jambe, et par une espèce d'érup­ tion varioleuse sur la face, le cou et la poitrine . 1

2

3

4

1

P. 7 3 . —

2

Med. reposit.,

Vol. I I , p. 199. —

4

Idem,

Vol I , p. 165. — mai 1809, p. 37.

3

Idem,


( 252 ) M. Savaresy, sans trop approfondir la question, dit que le b u b o n de cette fièvre est différent de celui de la peste : il affecte ordinairement les parotides, et quelquefois les glandes du cou et des aisselles : il est plus d u r , plus r o u g e , plus é t e n d u , plus volumineux et accompagné d'une tension et d'une douleur plus fortes que le bubon pestilentiel ; il subsiste de même jusqu'à la m o r t , ou il se termine par la g a n ­ grène ainsi que par la suppuration . Rush n'a rencontré que trois cas d'enflures dans les glandes, dont deux dans les parotides, et un dans les cervicales ; mais il aperçut plusieurs charbons qui étaient larges, enflés sur les bords, avec un sommet noir q u i , étant ouvert, rendait une matière sanguinolente, rare et colorée en b r u n . D'un de ces malins ulcères sortit une hémorragie qui hâta la m o r t de la veuve du docteur J o h n Morris . Au rapport du docteur W i l l i a m s , le gonflement des glandes fut p a r ­ fois aperçu à la Jamaïque . Quelques Espa­ gnols en ont aussi parlé ; trois des malades d'Aréjula eurent des charbons en 1800 et en moururent ; il n'en aperçut aucun dans les années suivantes . Le médecin Lanusse éprouva, l

2

3

4

1

P. 292. —

yellow fever,

2

P. 72.—

p. 3 5 . —

4

3

Essay

P. 1 7 3 .

on

the bilious

or


(

253

)

après quatorze jours de convalescence, une tumeur phlegmoneuse à la partie supérieure et externe de la cuisse; elle s'ouvrit, suppura et guérit promptement. D'autres m é d e c i n s , habiles à saisir le m e r v e i l l e u x , ont répété ce q u e leurs prédécesseurs avaient h a s a r d é ; mais les plus judicieux ont résisté au t o r r e n t , et avouent qu'ils n'ont vu ni bubons ni charbons. C e p e n d a n t , sur des assertions entièrement h a ­ sardées, des hommes estimables se sont hâtés de dire q u e le typhus d'Espagne n'était autre chose qu'une maladie contagieuse sortie de l'Afrique. Quant aux p a r o t i d e s , on en a pu voir plus souvent dans la péninsule; mais M. C a p m a s , de C a d i x , me fit sagement observer qu'elles ne se déclaraient que dans les h ô p i t a u x , où u n miasme donnait lieu à leur d é v e l o p p e m e n t , tandis q u e chez les particuliers traités en ville on ne les apercevait jamais. U n appareil de symptômes s'établit sur les organes sexuels des femmes, surtout des n o u ­ velles accouchées, ainsi que nous l'avons vu. L e sang qui en sort étant c o r r o m p u , et a c q u é ­ r a n t , p a r son séjour dans ces organes, u n e dégénérescence assez p r o m p t e , des praticiens ont cru q u e ces parties étaient frappées d e


( 254 )

gangrène. J'énonce simplement le fait, et je me borne à dire qu'ayant été témoin de quel­ ques cas analogues, je n'ai découvert aucune trace de mortification ; seulement on aurait pu se laisser tromper par les apparences. АRт. iv. Réflexions générales sur les périodes. Nous avons tracé le tableau de la m a ­ ladie telle qu'elle se présente dans le plus grand n o m b r e de cas : mais que de particularités, que d'exceptions n'offre-t-elle pas dans d'autres ! tantôt elle confond tous les temps par sa r a p i ­ dité, tantôt elle les marque obscurément; sem­ blable à un p r o t é e , elle emprunte les formes d'une fièvre c o n t i n u e , souvent celles d'une fièvre rémittente, et m ê m e , s'il faut ajouter foi à quelques relations, celles d'une fièvre intermittente; et, quant aux complications, on conçoit quelles peuvent être celles d'une af­ fection morbifique qui s'étend universellement sur un p a y s , et qui marque toutes les autres de son p r o p r e cachet, sans néanmoins les dé­ naturer entièrement . Sans d o u t e , c'est à ces 1

1

On a crn en Espagne q u e , pendant le règne de la

fièvre jaune, il ne paraissait aucune autre

maladie.

Chisolm, Rush et Savaresy ont fait des observations semblables dans les pays où ils ont pratiqué.


( 255 ) complications qu'on doit attribuer la divergence des opinions sur la nature et le type de ce typhus ! Il peut s'associer à une fièvre m u ­ queuse, comme à une fièvre bilieuse ou à une phlegmasie locale ; et ces alliances, quelles qu'elles soient, introduisent toujours des diffé­ r e n c e s , auxquelles il faut p e u t - ê t r e attribuer la multiplicité des traitemens employés, et la confiance aveugle qu'on a eue dans ceux qui paraissaient n'en devoir mériter qu'une trèslimitée. Si le plus grand n o m b r e des malades meurent vers le 7. j o u r , d'autres traînent une pénible existence jusqu'au 1 4 . : d'une p a r t , une cohorte effrayante de symptômes vient assaillir les vic­ times; de l'autre, on ne voit qu'une apparence de douceur qui simule la convalescence, et n'est que plus perfide et plus dangereuse . Un infortuné fuira dans la campagne ou dans les promenades avec l'air de la s a n t é , quand déjà la mort circulera dans ses veines glacées : cet autre restera dans son lit c l o u é , i m m o b i l e , et sera forcé d'y recevoir le coup fatal . Enfin, on doit s'attendre à des anomalies sans n o m b r e , à une variété infinie de formes, e

e

1

2

1

Devèze, Aréjula.—

2

M. Bancroft, p. 13;


( 256

)

d'épiphénomènes qui se feront r e m a r q u e r , soit dans le cours de la même épidémie, soit entre deux épidémies différentes. Ailleurs on devra ces différences aux localités et en d'autres circonstances aux variations a t m o s p h é r i q u e s , au climat, à la saison, etc. Griffith Hughes et Clark ont vu que les symptômes n'étaient pas les mêmes chez tous les m a l a d e s , ni semblables dans chaque année ; on lit dans l'opuscule de Palloni q u e , lors de sa première apparition à Livourne, cette maladie se p r é ­ sentait le plus souvent avec des symptômes d'irritation et comme une vraie s v n o q u e , tandis que par la suite elle se montra p o u r l'ordi­ naire avec des symptômes nerveux et l'em­ preinte d'une malignité décidée . L'oubli des p r é c e p t e s , si souvent recommandés par le p è r e de la médecine, fit l'erreur de Makittrick lorsqu'il crut que la fièvre, observée par lui à Antigua, était différente de celle que Lining avait décrite. Il suffit qu'un individu ait un certain n o m b r e de signes les plus caractéristiques, pour qu'il soit atteint de la fièvre jaune ; d'ailleurs, au 2

3

1

Comme l'avait observé Jackson dans différens points de Saint-Domingue. 2

Griffith H u g h e s , Clark, p. 10. —

3

P. 8.


( 257 ) moment que l'épidémie est bien développée, l'invasion d'un accès devient déjà une forte présomption p o u r soupçonner la nature d u mal ; au r e s t e , il ne faudrait pas trop étendre cette règle qui souffre aussi ses exceptions. A R T . v. Animaux malades. Nous n'avons pas cru devoir attacher une grande importance à quelques rapports isolés, qui sembleraient a n ­ n o n c e r que les animaux sont soumis à l'influence du miasme contagieux de la fièvre jaune. Des préjugés, de l'ignorance, la faiblesse du c a ­ ractère ou de l'esprit, peuvent faire croire à des prodiges de ce genre : mais le médecin naturaliste ne doit recueillir que les faits au­ thentiques ; et s'il en expose d'autres, ce n e peut être qu'avec une réserve infinie. On se défiera d o n c des observations suivantes que des gens du p e u p l e , et même des médecins, m'ont communiquées en Espagne. 1.° On a vu des serins en c a g e , dans la chambre des malades, mourir en rendant du sang par le b e c , et des matières noires par l'anus. 2.° Les immondices parvenues à la m e r par les égoûts des villes, ont empoisonné les pois­ sons qu'on voyait ensuite flotter sur l'eau, ou mourir en g r a n d n o m b r e sur le rivage.

17


( 258 )

3.° Des c h e v a u x , frappés du même v e n i n , sont morts dans les écuries du gouverneur de Carthagène. 4.° Beaucoup de chats et de chiens ont éprouvé le même s o r t , p a r l'action des mêmes causes, et avec de n o m b r e u x symptômes du typhus, SECTION

Signes er

II.

caractérisques.

ARTICLE 1 . Caractères généraux. 1.° Son premier caractère général se fait connaître dans cette division en trois périodes qui la séparent évidemment de toute autre fièvre pernicieuse; 2.° si l'on recueillait bien les o b servations, on s'apercevrait que le plus grand n o m b r e de ceux qui doivent p é r i r , succombent vers le septième jour, ou dans une époque trèsvoisine; 3.° hors des t r o p i q u e s , la fièvre jaune ne paraît qu'en été et en automne ; 4.° dans ces mêmes régions, elle cède aux premiers froids soutenus; 5.° elle ne s'élève jamais au-dessus du 46 ou 48° de latitude ; 6.° elle frappe plutôt les jeunes gens que les vieillards; les plus vigour e u x , que les plus faibles ; 7.° plutôt les blancs que les hommes de couleur. 8.° plus spécialement l'habitant du nord que celui du midi;


( 259 ) 9.° l'élévation du lieu où l'on a vécu est en raison directe du danger lorsqu'on descend sur les plages infectées ; 10.° elle est éminemment con­ tagieuse dans un grand n o m b r e de cas. A r t . II. Analyse par périodes. Première période. 1.° Elle débute brusquement et sans signes précurseurs. Ceci est vrai pour les dixneuf vingtièmes des individus ; 2.° son invasion, qui se fait le matin avant le lever du soleil, est frappante, et mérite d'être notée ; 3.° le frisson, ou tremblement u n i q u e , qui annonce son d é b u t , appartient encore à ses symptômes les plus réguliers ; 4.° on peut en dire autant de cette barre de fer qui traverse le front a u dessus des o r b i t e s , sans s'étendre ailleurs ; 5.° et de l'injection de la conjonctive; 6.° et de l'impression de terreur ; 7.° et de l'état de la langue humide sur le p o u r t o u r , chargée au centre ; 8.° et des nausées ainsi que des vomissemens; 9.° et de la douleur fixe au cardia ; 10.° et des douleurs de reins. Deuxième période. 1.° Si l'on voit succéder brusquement et sans raison un calme trom­ peur ; 2.° si le pouls devient égal, r é g u l i e r , lent et mou ; 3.° si les contractions de l'estomac sont moins violentes, ou qu'elles renvoient sans effort un fluide m u q u e u x , mêlé de stries 17 *


( 260 ) brunâtres; 4.° si le blanc des yeux et le r e b o r d du menton acquièrent une nuance jaune ; 5.° si la conjonctive ne perd point sa rougeur ; 6.° si le malade prend un ton plaintif sans cause apparente ; 7.° s'il paraît des pétéchies ; 8.° si le sang sort goutte à goutte par quelque o u ­ verture, et que les déjections commencent à*en présenter quelques filamens : ces traits c a r a c ­ térisent la deuxième période. Troisième période. Ceux de celte époque sont, 1.° l'augmentation de la rougeur des yeux ; 2 . ° la décomposition de la figure ; 3.° la s u c ­ cession rapide des vomissemens noirs ou de sang ; 4.° les hémorragies par toutes les ouver­ tures ; 5.° les déjections alvines noires ou sanguinolentes ; 6.° la suppression des urines ou le pissement de sang; 7.° l'agitation extrême du malade qui ne conserve aucune position ; 8.° la jaunisse complète ; 9.° la noirceur des pé­ téchies, ou les placards violets sur la peau ; 10.° l'intégrité des fonctions intellectuelles, au milieu de ce désordre. 1

2

Ce qui a été dit dans l'exposition des signes a déjà fait connaître qu'ils ne se ressemblent pas toujours chez tous les individus, mais qu'il 1

2

Ce symptôme est moins caractéristique. Même observation que ci-dessus.


( 261 ) suffit d'en distinguer quelques-uns des plus saillans p o u r reconnaître chacun des temps. Il importe encore de faire une r e m a r q u e , c'est que, par signes essentiels, on ne doit entendre que ceux qui accompagnent le plus fréquem­ m e n t la fièvre j a u n e , et dont l'ensemble sert à la faire connaître dès l'invasion. Clark dit q u e la vie dépend presque entièrement des moyens curatifs employés pendant le premier stade ; ce qui l'a mis dans l'obligation de fixer l'attention sur les symptômes les plus caracté­ ristiques . 1

ART. III. La jaunisse et le vomissement noir doivent-ils être considérés comme des symptômes essentiels à cette maladie, ou simplement comme accidentels ? Cette question, à laquelle il faut r é p o n d r e , puisqu'on la fait souvent, est applicable à l'individu considéré isolément, o u à la maladie en général : dans la première hy­ pothèse, ces accidens ne sont point essentiels p o u r caractériser absolument la fièvre jaune ; dans la s e c o n d e , ils sont indispensables. Expli­ quons ce paradoxe apparent : S i , dans le cours d'une épidémie m e u r t r i è r e , l'ictère et les déjections noires n'existaient jamais, 1

P. 9.


( 262 )

personne n'oserait soutenir que la maladie régnante est la fièvre jaune ; de même qu'un t y p h u s , généralement r é p a n d u , ne recevrait pas le nom de peste, s'il n'était accompagné ni de bubons ni de gangrènes partielles ; de sorte que les bubons, ou au moins les gangrènes partielles, aux exceptions p r è s , sont le signal, l'étendard de la p e s t e , comme l'ictère et le vomissement noir le sont du typhus d'occident, q u o i q u e , dans l'une et l'autre, ces symptômes soient accidentels, consécutifs, et le résultat d'un travail particulier qui est la source de ces épiphénomènes. Si la jaunisse et le vomissement noir débu­ taient avec la maladie; s'ils l'accompagnaient toujours ; si des sujets ne parcouraient pas toutes les périodes sans les avoir ; si d'autres ne mou­ raient pas sans présenter ces deux symptômes; si des épidémies entières ne présentaient pas plus particulièrement un de ces symptômes, sans p o u r cela changer de nature, on serait autorisé à dire : ils sont essentiels p o u r chaque obser­ vation. Mais il y a des individus qui meurent en vingt-quatre, quarante-huit ou soixante-douze heures : chez eux, la dégénérescence n'a point lieu ; la nature n'a pas le temps de produire tout le désordre ostensible, et il semble que le


( 263 ) système cérébral ou la vitalité fassent seuls les frais de la destruction, sans la participation des systèmes sanguin et hépatique. D'autre part, comment reconnaître l'affection, si ces deux symptômes ne sont que des épiphénomènes non indispensables à son signalement? La solution de ce problème est déjà connue : on peut répéter seulement qu'une maladie n'est pas positivement désignée par un seul s y m p t ô m e , mais qu'elle doit être caractérisée par la combinaison de plusieurs. C'est l'en­ semble qui la constitue ; l'absence de l'un d'eux n'empêche pas de la reconnaître ; et ce qui le p r o u v e , c'est qu'au C a p , nous commettions des méprises fort r a r e s , lorsqu'un malade se présentait avec les signes de la première p é ­ riode : il fallait bien se hâter de juger son mal ; et si, pour le faire, on eût attendu l'ictère et le vomissement n o i r , le temps le plus précieux eût été p e r d u dans une sotte expectation. Ceux qui se sont occupés de cette question ont adopté la même opinion ; M. Devèze a dit que la jaunisse n'était qu'un symptôme non pathognomonique, qui annonçait l'action puissante de la cause morbifique . M. Valentin, 1

1

P . 39 et 95.


( 264 ) assure que le vomissement n o i r , qui est le ré­ sultat de la transsudation sanguine, n'est pas exclusif à cette maladie. Et ailleurs il s'exprime ainsi : j'ai vu périr des personnes qui n'avaient de jaune que la sclérotique ; d'autres sans avoir la moindre nuance jaunâtre, ni h é m o r r a g i e s , ni pétéchies, n'ayant que des vomissemens indifférens. Dans la même famille, le mari m o u ­ rait du vomissement noir et sanguinolent, avec la jaunisse ; tandis que la femme, ayant à peine de la fièvre, mais une irritation spasmodique à l'estomac, ne vomissait que ses boissons ou ses remèdes, et, ayant l'esprit frappé de terreur, périssait subitement, en conservant la couleur naturelle : ce qu'il n'a remarqué que dans l'épi­ démie de 1797, où ces circonstances étaient fort ordinaires . Plusieurs mouraient, selon F r o s t , sans la plus légère apparence de couleur jaune, quoiqu'ils eussent tous les autres symptômes. Quelquefois a u s s i , la jaunisse n'était que partielle. 1

1

P. 168 et 170.


( 265 ) SECTION Tableau

comparatif

III.

des fièvres jaunes de S t . - D o m i n g u e et

d'Espagne.

CARTHAGÈNE EN EUROPE.

SAINT-DOMINGUE.

1. P o i n t de signes précurseurs. 1. O n mangeait avec appétit, on se couchait bien portant, et le m a t i n , ou un peu avant le jour, on éprouvait la pre­ mière attaque. 2. Débutepar un tremblement a. Les frissons plus fréquens qui ne reparaît plus. que dans l'épidémie de SaintDomingue. 3. Céphalalgie violente sur le

3. Idem.

front et la tête. de

4. Idem.

S. Présence d'esprit conservée

5. Idem.

4. Conjonctives

gorgées

sang. jusqu'au dernier m o m e n t . 5. Sommeil n u l ou entremêlé

6. Idem.

de rêves affreux. 7. Langue chargée au milieu 7. Langue blanchâtre ou jaune, d'une mucosité grisâtre, nette

souvent

sur les bords.

commencemens, mais ayant

h u m i d e dans les

sur la fin u n e lisière rouge et sèche au centre, avec les bords h u m i d e s et propres.

8. Idem. g. Matières liquides arrivant 9. Idem, 8. Salivation abondante,

à la bouche sans efforts et subitement.


( 266 SAINT-DOMINGUE.

CARTHAGÈNE EN EUROPE.

10. Soif modérée ou nulle. 1 1 . Rapports acides,nidoreux

10. 11.

Idem. Idem.

quelquefois sans g o û t , mais fre'quens. 12. Nausées et vomissemens 12. Idem. fatigans. 13. Matières du vomissement

13. Les produits du vomisse­

d'abord blanchâtres ou m u ­

ment étaient fréquemment

queuses, quelquefois b i l i e u ­

noirs.

ses,

ensuite noirâtres

ou

sanguinolentes. 14. Hémorragies par toutes les ouvertures.

14. Id. Chez les f e m m e s , le sang sortait particulièrement par l'utérus. Presque toutes celles q u i , étant enceintes, furent malades, périrent par l'effet de ces violentes h é ­

morragies. 15. Hypocondres n o n soule­ 15. A v a n t le vomissement vés n i durs ; mais épigastre n o i r , la langue devenait douloureux au toucher dans

noire ; alors la région é p i -

quelques circonstances.

gastrique

et

l'hypocondre

droit étaient tendus et dou loureux. 16. Lorsque les

excrémens

présentaient des flocons uoirâtres, quelque petite que fût la quantité, la dégéné­ rescence était p r o c h a i n e , et bientôt on voyait les m a ­ tières brunir, noircir ou de­ venir sanguinolentes.

16. Idem.


(

)

267

SAINT-DOMINGUE.

CARTHAGÈNE EN EUROPE.

17. Suppression d'urines.

7.

18. Respiration libre.

8. Idem.

Idem.

19 Pouls variable selon les

9.

Idem

périodes ; régulier et m o u sur la fin. ao.

Chaleur

m o d é r é e , f r é ­ 20. Modérée chez les u n s ;

q u e m m e n t au-dessous de la

nulle chez les autres; âcre

température ordinaire.

chez plusieurs ; parfois la peau parut froide, surtoul chez les vieillards,

21. Sueurs inégales et n u l l e ­ 21. Les observations recueil­ ment assujéties à des m o u -

lies à Carthagène différèrent

vemens critiques réguliers :

peu ; mais on en fit de parti­

abondantes et

culières dépendantes de la

uniformes,

elles pouvaient faire augurer

température.

favorablement.

sueurs furent rares eu sep-

Ainsi,

les

temb. ; heureuses en octobre; inutiles en novembre. 22. Quelquefois des pétéchies. 22. Souvent. 23. Jaunisse fréquente.

23.

24.

24. Id. J'ai v u un m o i n e qui,

Lumbago.

Idem.

ayant à Carthagène la fièvre jaune,

avait

éprouvé

de

fortes douleurs aux a r t i c u ­ lations des doigts et du coude. 25. A n x i é t é ; inquiétude g é ­ nérale; crampes; tions

musculaires

25. Il y e u t ,

indépendam­

contrac­

ment de ces s y m p t ô m e s , un

irrégu­

assez grand nombre de c o n ­

lières.

vulsions.

26. Attaque de préférence les 26. Il y eut plus de femmes jeunes gens, et fait périr plu­

m a l a d e s , mais il en mourut

tôt les h o m m e s que les fem.

m o i n s que d'hommes.


( 268 ) SAINT-DOMINGUE.

CARTHAGÈNE EN EUROPE. 27.

Idem.

a8. Durée c o m m u n e de sept 28.

Idem.

27. Epargne les Créoles et sévit m o i n s âprement contre ceux qui sortent des climats très-chauds. jours.

29. Convalescences pénibles. 2 9 .

Idem.

30. Bubons et charbons e x - | 30. Dans le mois d'août, c'estcessivement rares.

à-dire avant que la fièvre jaune fût déclarée, on vit trois ou quatre fièvres avec charbons. M o i s dans tout le cours de l'épidémie on n e distingua que trois bubons à l'aine qui se formèrent t o u t à-coup,

quelques instans

avant la mort.

S E C T I O N

Signes

IV.

pronostics.

Pronostic tiré des causes. Quoique le pronostic se fonde sur le plus ou le moins d'intensité des s y m p t ô m e s , il se déduit aussi de l'âge, du tempérament, du lieu où règne l'épidémie, et de son caractère plus ou ARTICLE PREMIER.


( 269 ) moins féroce; il faut considérer avec attention le lieu de la naissance et les contrées que le ma­ lade a récemment habitées ; le jugement à porter sur l'issue, dépend beaucoup du genre de trai­ tement qu'on emploie ; enfin, la gravité relative des causes qui ont développé la fièvre, mérite un examen particulier. Si l'adulte est plus facilement saisi, il court aussi plus de danger que l'enfant et le vieillard ; il en est de même de l'homme relativement à la femme. ( V o y e z le chap. des causes.) Nous verrons aussi que l'homme blanc est moins en sûreté que celui de couleur, et que plus lelieu de la naissance est éloigné en latitude n o r d , ou élevé en latitude de profil de celui où l'on est atteint de la contagion, plus le danger est imminent. E n supposant que l'indigène puisse contracter la maladie aux Antilles, il a peu de risques à courir ; aux Etats-Unis, l'anglo-américain guérit plus facilement que l'étranger : pen­ dant les épidémies d'Espagne, les naturels, toute proportion g a r d é e , mouraient moins que les Français; ceux-ci moins que les Allemands, et les Allemands moins que les Danois et les Sué­ dois. A Cadix, presque tous les H a m b o u r g e o i s , si rapprochés du D a n e m a r k , périrent ainsi que leurs femmes. Le n o m b r e des morts Asturiens,


( 270 ) Navarrois, Biscayens, fut de même plus con­ sidérable que celui des Andalous et des indi­ vidus nés dans le lieu que ravageait le typhus. Les gens d'un tempérament vigoureux courent plus de chances fâcheuses que ceux d'une cons­ titution délicate. Il ne faudrait pas toujours fon­ der son pronostic sur ce résultat, en lui donnant t r o p d'extension ; c a r , dans les violentes épi­ démies comme celle qui ravagea notre armée à Saint-Domingue, la fièvre jaune moissonne sou­ vent tous les individus, sans beaucoup de choix. Plus le temps est chaud, plus le danger est grand. Vicente T e r r e r o a observé à Cadix que le n o m b r e des morts était moindre lorsqu'un froid vif persévérait quatre ou cinq j o u r s , et que le premier degré de mortalité se renouvelait aussi­ tôt que la température reprenait sa première élévation : ce qui n'est pas tout-à-fait conforme aux remarques de Rush. Vers le mois de février 1803, à l'époque où. des pluies abondantes portaient la fraîcheur dans le nord de Saint-Domingue, la maladie régnante parut moins meurtrière ; la forme éphémère qu'elle avait adoptée quelquefois en é t é , fut plus r a r e , et l'on vit moins d'individus 1

1

P. 16.


( 271 ) m o u r i r dans les trois premiers jours de l'in­ vasion. Il est aussi des contrées dont l'infeetion est d ' u n e énergie plus g r a n d e , et où l'espérance d e la guérison doit être moins certaine. Il ne serait pas contraire à l'observation d'affirmer q u ' u n é t r a n g e r , saisi par la fièvre j a u n e , courrait des périls plus imminens à la V e r a - C r u z qu'au môle Saint-Nicolas, qui passe p o u r un des quartiers les plus sains de S a i n t - D o m i n g u e , m a l g r é les désastres de l'armée anglaise. Q u a n t à l'intensité des c a u s e s , il ne convient pas de s'appesantir sur l e u r influence ni sur leur énumération ; la raison et l'expérience ap­ p r e n n e n t q u e plus elles sont g r a v e s , plus le m a ­ lade est en péril. S o u s la zone t o r r i d e , on p r é d i r a avec certitude q u ' u n étranger s u c c o m b e r a , si la fièvre jaune le saisit au milieu de l'épuisement p r o d u i t par la cohabitation. O n a v u , en E s ­ p a g n e , que les nouveaux mariés et les libertins avaient été la proie de la m o r t , dans une p r o ­ portion b e a u c o u p plus g r a n d e q u e les autres personnes . 1

Je n'envisage ici les causes que sous le rapport de la m o r t a l i t é , devant m'occuper plus loin de leur action sur le développement de la fièvre jaune. Cette réflexion


( 272 ) Il est p r e s q u e inutile de d i r e q u ' u n t r a i t e m e n t mal dirigé a g g r a v e s i n g u l i è r e m e n t les s y m p ­ t ô m e s et multiplie les chances de la m o r t ; je m e r é s e r v e de faire ressortir les d a n g e r s q u i e n p e u v e n t r é s u l t e r , en parlant des m é t h o d e s curatives. A R T . 2 . Pronostic fondé sur les symptômes. Cette fièvre e s t , p a r e l l e - m ê m e , fort r e d o u t a b l e ; q u a n d on la r e c o n n a î t , il n'est p r e s q u e plus t e m p s de la c o m b a t t r e ; il faudrait en q u e l q u e sorte la deviner. Elle est fort peu assujétie à des m o u v e m e n s c r i t i q u e s , la n a t u r e n'affecte a u c u n e t e n d a n c e r é g u l i è r e q u ' o n puisse o b s e r v e r et p r é ­ dire ; les convalescences sont de vraies maladies q u i , p a r des lésions p r o f o n d e s et p a r la l o n g u e u r des accidens consécutifs, ne laissent souvent q u e d e faibles e s p é r a n c e s ; les sens restent plus o u m o i n s émoussés; les forces digestives conservent u n e faiblesse q u i d o n n e naissance a u x flatuosités, a u x indigestions. A ces accidens viennent se joindre les d i a r r h é e s , les l i e n t e r i e s , la cachexie et le m a r a s m e . S a d u r é e la plus o r d i n a i r e était de sept jours m'a paru indispensable pour prévenir le reproche d'avoir m u l t i p l i é les répétitions ; r e p r o c h e que je n'ai que trop m é r i t é , et auquel je n'ai pu t o u t - à - f a i t m e soustraire.


( 273 ) d a n s n o t r e île ; p l u s i e u r s e x p i r a i e n t v e r s le quième ; d'autres foudroyés

par

mouraient subitement

l'apoplexie.

Mais

ces

accidens

a r r i v è r e n t p l u t ô t d a n s les p r e m i e r s m o i s p i d é m i e q u e d a n s les sui vans. M . G i l b e r t que

des

morts

militaires

tout-à-coup 1

santé . M. 82.

e

naient

écrivains étaient

les

un

que

jours

en

ont

publié

tombaient

la

meilleure

malades

vingt-quatre,

que

l'é­

sous-lieutenant

certains

h e u r e s . C l a r k et

3

de

de

rappelle

5,

arrivait

; et

termi­

trente

la p l u p a r t d e s le

du 2

qui périt en dix-huit heures

c e u x o ù la m o r t

nairement

matelots

milieu

cite

raconte

leurs

quarante

des

au

Pugnet

de ligne,

Moultrie

et

cin­

comme

le

7,

le

plus

ou

autres

ou le 9 , ordi­

. A la M a r t i n i q u e , et n o t a m m e n t

vaisseaux

anglais,

la

maladie

fut

sur

fatale

le

sixième j o u r , et d a n s d'autres cas elle se t e r m i n a favorablement

le

septième

Il est i m p o s s i b l e boldt

.

l'admettre avec M. de

q u e les cas d'individus m o r t s a p r è s

ou quarante heures sous

4

la z o n e

d'invasion,

torride que dans

sont plus

rares

les r é g i o n s

tem­

5

p é r é e s . C e t t e o p i n i o n est f o n d é e s u r d e M.

1

5

Berthe, qui parle de quelques

P. 70. —

P. 3 5 1 . —

3

P. 16. —

Humtrente

4

l'autorité Espagnols

Gillespie, p. 45.

Essai politique, in-4.°, p. 776. 18


( 274 ) p a s s é s d e l a s a n t é à l a m o r t e n six à s e p t h e u r e s , et sur

ce q u e ,

g é n é r a l e m e n t , le

noir d u r e , selon sept jours à la Si

le

p a r la longera

vomissement

l'illustre v o y a g e u r ,

d e six à

Vera-Cruz.

malade

marche

doit

de

au-delà

du

la

guérir, fièvre

septième

on

aperçoit

qu'elle jour,

se et

pro­

qu'une

d i m i n u t i o n p r o g r e s s i v e dans les S y m p t ô m e s les plus

funestes laissera

concevoir

de

justes

es­

pérances.

Plus l e s p é r i o d e s s o n t c o u r t e s , p l u s l e d a n g e r est g r a n d ; l e u r succession b i e n t r a n c h é e n e sau­ rait être de b o n a u g u r e , car elle a n n o n c e

une

série d'aCcidens qui se d é v e l o p p e r o n t dans toute l e u r i n t e n s i t é . Il e s t p r é f é r a b l e q u e l a p r e m i è r e , e n se p r o l o n g e a n t

a n t i c i p e s u r la s e c o n d e , s a n s

une chute subite des premiers signes.

Alors l a

t r o i s i è m e est a c c o m p a g n é e d e caractères m o i n s pernicieux;

et

l'affection

fébrile,

considérée

d a n s s o n e n s e m b l e , au l i e u d e s i m u l e r u n e e s p è c e d ' i n t e r m i t t e n c e p a r l ' i n t e r c a l a t i o n d e la p é r i o d e de stupeur, adopte c e que

nous avons

plus favorable.

une forme

plus continue ;

toujours considéré

comme

Loin d o n c d'être un b i e n q u e

l a fièvre t o m b e t o u t - à - c o u p , il f a u t q u e l e p o u l s

soit f r é q u e n t , é l e v é , q u e l a c h a l e u r s e s o u t i e n n e , q u e l ' i n s o m n i e et l e s a n x i é t é s d i m i n u e n t ; e n u n


( 275 ) m o t , que les symptômes observent une certaine régularité dans leur m a r c h e , et que la pyrexie soit aussi éloignée de l'état d'exaltation exces­ sive q u e de celui de stupeur. T o u t e s les évacuations ont paru utiles dans quelques circonstances rares ; toutes ont été per­ nicieuses dans beaucoup d'autres ; et les jours où s'opérait la guérison, q u a n d elle avait lieu, n'offraient rien de fixe. L e frisson du d é b u t ne fournissait pas beau­ coup de présages; si néanmoins il était t r è s violent, les symptômes qui succèdaient, acqué­ raient plus d'intensité. R é p é t é dans le cours des p é r i o d e s , il constituait un mauvais pronostic. E n général il échappait, selon C l a r k , peu de ceux qui avaient un accès en froid dans le com­ mencement L'image de la f r a y e u r , vivement empreinte sur la p h y s i o n o m i e , annonce mal ; plus elle est p r o n o n c é e , plus le danger est grand. O n pouvait bien a u g u r e r quand les malades étaient calmes et qu'ils se livraient aux douceurs de l'espérance. Le délire et toute espèce de t r o u b l e dans les facultés intellectuelles étaient mauvais, et ils annonçaient la mort s'ils étaient accompagnés 1

P.

17.

18 *


( 276 ) de m o u v e m e n s convulsifs dans la face o u le g l o b e d e l'œil L à r o u g e u r des y e u x étant l'indice d'un g r a n d d é s o r d r e c é r é b r a l , fut toujours un signe fâcheux; mais si ces o r g a n e s paraissaient f o r t e m e n t i n ­ jectés et de c o u l e u r de sang ; s'ils étaient c o m m e saillans h o r s des o r b i t e s , le d a n g e r était i m m i ­ n e n t . Q u e l q u e d i m i n u t i o n q u ' é p r o u v â t la p y r e x i e , il ne fallait pas t r o p c o m p t e r sur la g u é r i s o n , t a n t q u e celte r o u g e u r était intense. Aussi a-t-on tout à r e d o u t e r , l o r s q u e le fluide sanguin s ' é c h a p p e p a r la surface du g l o b e d e l'œil ou p a r les p o i n t s l a c r y m a u x ; mais si la r o u g e u r diminuait p r o g r e s s i v e m e n t , si elle s'éteignait, le signe était des plus h e u r e u x . L ' a i r a b a t t u , l'œil triste et l a r m o y a n t , signi­ fient mal. L a cécité est un s y m p t ô m e m o r t e l . L ' h é m o r r a g i e nasale n'était pas utile dans la troisième p é r i o d e ; le plus souvent elle était funeste, et p o u v a i t ê t r e c o m p a r é e à ce stilllcidium si fâcheux dans les fièvres p u t r i d e s et ataxiques. C e p e n d a n t , l o r s q u ' e l l e avait lieu d a n s la p r e m i è r e p é r i o d e ; lorsqu'elle était a b o n d a n t e , sans e x c è s ; l o r s q u e l'évacuation diminuait la r o u g u e u r des y e u x , ou qu'elle s o u l a g e a i t , alors elle était avantageuse ; et l'on a p u c o m p t e r q u e l q u e s exemples h e u r e u x dus à ce g e n r e de


( 277 ) crise. M. Gonzalez, médecin de Cadix, prétend qu'en 1804, cette hémorragie fut salutaire lorsqu'elle s'annonça avec a b o n d a n c e , et fu­ neste quand le sang coula goutte à goutte. Mes observations particulières m'ont prouvé que le b a l b u t i e m e n t , la prononciation e m b a r ­ rassée, comme si la langue était liée, formaient un indice assuré de m o r t , obs. n.° 1 et 4. Il en fut de m ê m e du tremblement. F r o s t a dit q u ' u n e langue couleur de p l o m b et divisée longitudinalement dans le milieu, avec une couture depuis son extrémité jusqu'à sa b a s e , formait un signe fatal . Les Espagnols n'ont jamais vu guérir ceux qui avaient des zones ou bandes de différentes couleurs sur la langue . J e ne puis émettre m o n opinion sur ce genre de s y m p t ô m e , puisqu'à S a i n t - D o m i n g u e nous ne l a v o n s pas observé de la même manière; j'affirmerai seulement que la maladie se conservait dans toute son i n t é ­ grité tant que la couche m u q u e u s e , grisâtre, occupait le centre de la langue dont les b o r d s étaient humides et propres. Aréjula assure que la langue h u m i d e , de couleur obscure ou sem­ blable à ce qui arrive quand on achève de boire 1

2

1

L. c., p. 152. —

2

Voyez ci-dessus, p. 215.


( 278 ) d u vin, et à laquelle le doigt s'attachait c o m m e si on l'avait enduit d ' a m i d o n , était toujours u n i n d i c e m o r t e l , s u r t o u t si cet o r g a n e avait p e r d u s o n action L o r s q u e , vers l e s e p t i è m e j o u r , sa surface s'éga­ lisait, tant p o u r la c o u l e u r q u e p o u r la c o u c h e des m a t i è r e s , et s'il survenait sur t o u t e son é t e n d u e , sans e x c e p t i o n , u n e h u m e u r j a u n â t r e ou b l a n ­ c h â t r e p l u t ô t q u e b r u n e et n o i r e , alors o n pouvait porter un heureux p r o n o s t i c , de m ê m e q u e si ta teinte n o i r e ou b r u n e s'éclaircissait, et si de sèche elle devenait h u m i d e . L a l a n g u e a r i d e , s è c h e et b r u n â t r e dans l e milieu, a n n o n ç a i t le vomissement atrabilaire . Il ue fallait rien a t t e n d r e d e c e u x d o n t l e s a n g suintait par la l a n g u e et les a u t r e s parties d e la b o u c h e . L a p e r s é v é r a n c e des é r u c t a t i o n s , ainsi q u e d e s v o m i s s e m e n s , était de mauvais a u g u r e , et le d a n g e r croissait à m e s u r e q u e les m a t i è r e s vomies noircissaient. O n se p e r s u a d e c o m m u ­ n é m e n t q u e les e x c r é t i o n s d ' h u m e u r épaisse,bien n o i r e et luisante, doivent être plus à c r a i n d r e q u e celles q u i sont rouillées o u b r u n e s ; mais l'observation n e nous p e r m e t pas d ' a d o p t e r u n e 2

1

P . 186. —

2

S a l a m a n c a , p . 22.


( 279 ) semblable opinion : on a vu des personnes guéries après avoir rendu des matières p o i s ­ seuses et de couleur de s a i e , ainsi qu'il arriva à un chirurgien des hôpitaux du C a p , qui jouit après d'une santé fort vigoureuse ; on trouve des remarques analogues dans la b r o c h u r e du docteur Salamanca . Cependant M. Valentin n'a vu guérir aucun de ceux qui étaient atteints du vomissement noir ; et dans toute sa p r a ­ t i q u e , Clark n'en a noté que quatre . 1

5

3

L'expulsion du sang p a r l'estomac, quoique d a n g e r e u s e , n'annonce pas toujours la m o r t . L e docteur E x e a , qui fut subitement rétabli par une semblable évacuation, en est u n exemple frappant. L e pharmacien Olagner reprit aussi une santé r o b u s t e , quoiqu'il eût vomi b e a u c o u p de sang pendant son typhus, Le danger était en raison de l'intensité des douleurs cardiaques ; et si elles étaient poussée à un degré tel que le malade ne pût conserver aucune position, on pouvait pronostiquer la mort. L e jugement p o u r r a donc être favorable s'il y a absence de ce s y m p t ô m e , s'il c o m 1

P. 21. —

2

P. 168. —

3

P. 18,


( 280 ) mence à s'appaiser vers le c i n q u i è m e j o u r , o u si l'anxiété est l é g è r e . A peu de chose p r è s , les déjections alvines fournissaient les m ê m e s i n d i c e s q u e celles d e l'estomac. Si les g a r d e r o b e s étaient b r u n e s ou n o i r e s , le d a n g e r était plus g r a n d q u e si elles paraissaient b l a n c h e s ou jaunes. L e flux d e ventre s é r e u x , b r u n â t r e , s e m b l a b l e à du foie d é l a y é , annonçait m a l ; u n e d i a r r h é e b i l i e u s e , s u r v e n u e vers le sixième ou le s e p t i è m e j o u r , p o u v a i t devenir avantageuse ; la constipation o p i n i â t r e , a c c o m p a g n é e d e d o u l e u r s , formait un mauvais s y m p t ô m e . J e n'ai vu é c h a p p e r a u c u n de c e u x q u i avaient des h é m o r r a g i e s p a r l'anus ; elles étaient fâcheuses si elles s u r v e n a i e n t p a r les o r g a n e s sexuels des f e m m e s , aux é p o q u e s de l ' a c c o u ­ c h e m e n t ou de la grossesse. C e t t e opinion a été p a r t a g é e p a r les m é d e c i n s d e C a r t h a g è n e , de Malaga et des autres points de l ' E s p a g n e , q u o i q u e MM. A m e l l e r , C a p m a s , G o n z a l e z et D e l o n aient pensé différemment. L e p r o n o s t i c différait peu chez les femmes n o n enceintes qui avaient des é c o u l e m e n s t r è s - a b o n d a n s d ' u n sang c o r r o m p u et fétide : q u e l q u e s - u n e s se sont b i e n trouvées du flux p é r i o d i q u e m o d é r é


( 281 ) qui coïncidait avec la maladie, ou d ' h é m o r r a ­ gies légères, indépendantes des menstrues. O n cite peu d'exemples de ceux qui ont guéri avec la suppression d'urine . Elle est l'indice d'une m o r t p r o c h a i n e : mais leur sortie libre est d'un heureux p r é s a g e , lors même qu'elles sont d'un jaune intense teignant forte­ ment le linge. Plus la respiration était pénible et laborieuse, plus le danger devenait pressant ; de sorte que l'espérance d'une terminaison heureuse pouvait être fondée sur son jeu libre et facile, pourvu que tous les autres symptômes eussent un certain r a p p o r t avec celui-ci. P a r m i les signes favorables on comptait la sueur, lorsqu'elle se développait d'une manière égale, copieuse et sans être forcée ; si n é a n ­ moins elle s'annonçait dès l'invasion, avec aug­ mentation d'angoisses et de douleurs à l'épi— gastre, elle indiquait un travail que la nature aurait peine à surmonter. Nous avons déjà pu préjuger que le pouls fournissait de faibles indices, puisque souvent il conservait son r h y t h m e naturel au milieu du plus grand p é r i l , et que dans une foule infinie 1

1

Clark, p. 18.


( 282 ) d'autres cas, il éprouvait toutes les variations i m a g i n a b l e s , sans q u e les praticiens eussent p u en t i r e r des inductions précises. C e p e n d a n t , s'il était c o n t r a c t é et v i b r a n t dès le d é b u t , et s'il devenait ensuite inégal, faible et en q u e l q u e sorte v i d e , il faisait a u g u r e r d é f a v o r a b l e m e n t . S i , au c o n t r a i r e , il r e p r e n a i t de la vigueur ; s i , après avoir été d ' u n e mollesse e x t r ê m e et d ' u n e l e n t e u r e x t r a o r d i n a i r e , il a c q u é r a i t de la f o r c e , de la r é g u l a r i t é , d e l'élévation, ces c b a n g e m e n s faisaient c o n c e v o i r des espérances plus fondées. O n a eu plus d'occasion d ' o b s e r v e r le h o q u e t chez les E s p a g n o l s q u ' à S a i n t - D o m i n g u e , où il était r a r e , niais d a n g e r e u x . Salamanca et Aréjula le c o n s i d è r e n t c o m m e a n n o n ç a n t un g r a n d péril. 1

2

Le l u m b a g o , symptôme constant, indique p e u p a r l u i - m ê m e , si ce n'est p a r sa p e r s é v é ­ r a n c e ou son accroissement. L o r s q u e les d o u l e u r s des e x t r é m i t é s étaient d é c h i r a n t e s , le signe était m a u v a i s , et e n c o r e plus si elles disparaissaient t o u t - à - c o u p , q u a n d celles d e la tête ou de l'estomac a u g m e n t a i e n t fortement. 1

p. 22. —

2

P . l88.


( 283 ) O n pouvait présager une fin prochaine, si les extrémités restaient glacées sans qu'on pût les réchauffer. La sueur de sang nous semble devoir être mortelle. Si l'ictère paraissais le deuxième ou le troi­ sième j o u r , on concevait de justes craintes, et un espoir assez fondé si son développement n'avait lieu qu'après le septième. Ce pronostic est applicable à tous les climats ; il était vrai à S a i n t - D o m i n g u e , aux États-Unis, en Espagne, et connu du p è r e de la médecine pour d'autres maladies . Moultrie, Makittrick, Bruce, Clark, Gillespie s'étaient expliqués sur le danger de la trop p r o m p t e apparition de la jaunisse. L e p r e m i e r dit textuellement que si la suffusion ictérique paraissait le deuxième ou le troisième j o u r , l'augure était mauvais, surtout avec u n pouls faible ; mais que l'affection morbifique pouvait être considérée comme légère, si elle ne s'était point encore annoncée vers le sixième ou le septième jour, le pouls conservant de la force . M kittrick raconte que sur plus de d e u x cents malades, il a connu seulement un ou deux exemples où la jaunisse parut critique . 1

2

3

1

H i p . , S. i v , aph. 62 et 63. — L. c. — 2

3

L. c., p. 134.


( 284 ) Il venait d e dire : « le p é r i l est d'autant plus g r a n d q u e celle des y e u x arrive plus p r o m p t e m e n t ». Il avait vu aussi q u e cette c o u l e u r se m o n t r a i t le plus s o u v e n t dans l'espace d e trente-six à quarante-huit heures, à dater de l'invasion, et toujours avec un é v é n e m e n t fâ­ c h e u x . D e semblables t é m o i g n a g e s , a u x q u e l s on p o u r r a i t ajouter un g r a n d n o m b r e d ' a u t r e s autorités r e s p e c t a b l e s et de faits a u t h e n t i q u e s b i e n plus p r é p o n d é r a n s e n c o r e , p r o u v e n t q u e M . Aréjula a p u se t r o m p e r lorsqu'il a dit q u e l'ictère était un signe indifférent, quel q u e fût le j o u r où il se manifestait . J e m ' e n r a p p o r ­ tais aussi à peine à mes y e u x , l o r s q u e je lisais dans l'ouvrage d e T o w n e , q u e la crise r é g u ­ lière de cette fièvre s'annonçait p a r u n e suffusion de bile sur tout le c o r p s vers le troisième jour , et q u e plus tôt arrivait la teinte safranée, plus le p r o n o s t i c était rassurant . L o r s q u e la c o u l e u r d e la peau passait du j a u n e au b r u n p l o m b é , c'était m o r t e l . Ce c h a n g e m e n t fâcheux fut, dans l'Espagne, plus c o m m u n en 1804 q u e dans les autres années. L e c h a n g e m e n t des pétéchies du rose en violet et s u r t o u t en n o i r i n d i q u a i t fort mal ; et 1

2

1

P . 184. —

2

P . 23.


( 285 ) si des placards violets et brunâtres s'étendaient largement sur la p e a u , la m o r t était proche . S i , au c o n t r a i r e , les pétéchies restaient roses et disparaissaient peu à p e u , on augurait bien. 1

L'association de la fièvre d'hôpital produisant des p a r o t i d e s , le jugement devenait plus i n ­ certain en raison de cette complication. On sait peu de chose sur le pronostic à p o r t e r dans les cas d'éruptions de charbons ou de b u b o n s ; leur rareté justifie le défaut de con­ naissances positives sur ce point ; il est p r o ­ b a b l e que cette complication annonce un péril plus prochain. Toute convulsion est un symptôme mortel ; H u n t e r a vu le tétanos c o m p l i q u e r d'une manière fâcheuse le typhus des Antilles. C e ­ pendant Salamanca cite un individu qu'il guérit, q u o i q u e sa fièvre fût accompagnée de trismus et de ris sardonique . D. José Baeza eut le m ê m e succès sur un malade atteint de c o n ­ vulsions générales. 2

L e pronostic se déduit encore de l'époque 1

Chisolm n'a vu guérir aucun de ceux qui avaient des taches rouges ou livides, T . I , p. 159. Il lui administrait le quinquina uni à l'opium.


( 286 ) de la maladie ; si elle est parvenue à la troisième période et que celle-ci soit bien caractérisée, il y a peu de ressource. O n ne saurait assez répéter que c'est sur l'en­ semble des symptômes que se fondent les p r é ­ dictions les plus sûres. Mais il ne faut pas p e r d r e de vue qu'un très-mauvais, annonçant un grand désordre organique, doit inspirer plus de craintes que plusieurs bons signes ne peuvent donner de confiance. C'est surtout en raison de la gravité du désordre sur l'estomac, ou sur le cerveau qu'on peut juger sainement du résultat funeste ; aussi M. Bancroft a pu dire avec vérité que la plupart de ceux qui meurent de la fièvre jaune sont détruits par l'effet des injures i r r é ­ parables imprimées sur le cerveau ou sur l'estomac. Il est difficile de fournir des notions exactes sur la mortalité dans les divers pays, parce que les données sont aussi peu en harmonie entre elles que les rapports sont p e u fidèles. Si l'on juge néanmoins celle de l'armée de SaintDomingue par approximation, on s'éloignera peu de la vérité en portant la p e r t e aux trois quarts, et m ê m e , dans quelques circonstances, aux cinq sixièmes des malades. Ce calcul serait inexact p o u r les bourgeois traités en ville.


( 287 ) À la G u a d e l o u p e , la proportion fut des deux tiers. Voyez, pag. 8 1 . La mortalité fut à la G r e n a d e comme un est à c i n q , et les malades au n o m b r e total des habitans comme un est à un et demi. Il résulte des tristes expériences faites à la V e r a - C r u z , dans le g r a n d hôpital de Saint-Juan de Dios, pendant les quinze dernières a n n é e s , q u e partout où les misérables, accumulés dans un petit e s p a c e , ne sont pas traités avec s o i n , la mortalité s'élève, dans les grandes épidémies, de 5o à 55 p o u r cent ; tandis que là où tous les secours peuvent être p r o d i g u é s , et où le médecin varie le traitement d'après les diffé­ rentes formes de la maladie, dans telle ou telle saison, elle n'excède pas 12 ou 15 p o u r cent S u r 807 individus admis dans l'hôpital de Bush-Hill , entre le 22 septembre et le 6 n o ­ vembre 1 7 9 3 , 448 y trouvèrent la m o r t ; ce qui fait plus de la moitié. T o u t e p r o p o r t i o n g a r d é e , la perte fut moindre dans la ville. O n observa aussi, en E s p a g n e , de grandes différences entre la mortalité qui eut lieu dans les villes, et celle des hôpitaux, de même qu'entre les diverses années épidémiques. M. Mellado 2

1

2

M. de H u m b o l d t , p. 7 7 9 , in-4.°. A Philadelphie.


( 288 ) vit, en 1 8 0 0 , q u e , dans l'île de Léon dont il dirigeait l'hôpital, presque tous ceux qui étaient dans une salle basse et peu aérée mouraient. L e cinquième des malades moururent à Cadix ainsi qu'à Séville en 1800, et les deux cinquièmes en 1 8 0 4 , dans la première de ces deux villes. A Malaga, les deux cinquièmes en 1803, et les trois cinquièmes en 1 8 0 4 , et p e u t - ê t r e même davantage. A C a r t h a g è n e , la m o i t i é , si les rapports qu'on m'a faits sont exacts ; et plus du quart à Alicante. E n prenant la moyenne proportionnelle entre toutes les perles des diverses cités, on arriverait à un résultat de 60 p o u r cent. ART. iii. Opinion sur les récidives. On peut r é p o n d r e par l'affirmative, lorsqu'on demande si la fièvre jaune saisit deux fois la même p e r ­ sonne ; l'expérience et la raison s'accordent pour confirmer cette s e n t e n c e , pourvu qu'on n'envisage pas la question d'une manière exclu­ sive ou trop absolue. Ordinairement ceux qui éprouvent le typhus sous la zone t o r r i d e , n'ont pius rien à redouter tant qu'ils ne franchissent pas la barrière des tropiques ; mais s'ils se transportent dans des


289

(

)

régions tempérées ou froides, et qu'ils y s é ­ journent assez long-temps p o u r éprouver un changement sensible dans les dispositions de l'économie v i v a n t e , rien ne saura les g a ­ rantir à leur retour sous l'équateur américain . M. Savaresy semble même a d m e t t r e la possi­ bilité d'une récidive sous la zone torride qu'on n'a pas q u i t t é e , lorsqu'il dit : « il n'est pas extraordinaire d'observer qu'elle afflige, une seconde fois, dans le courant de l'année ou après un a n , les personnes très - vigoureuses ou à constitution d'athlètes ». Les observations de M. de H u m b o l d t paraissent plus conformes aux miennes : selon l u i , la zone torride offre cet avantage que les E u r o p é e n s , et en général tous les individus nés dans des pays t e m p é r é s , n'y sont pas attaqués deux fois de la fièvre jaune. Ce fut aussi l'opinion de Clark . C e ­ pendant celle de M. Savaresy peut s'étayer de quelques faits, et entre autres de l'histoire du père Labat qui lui-même eut la fièvre jaune pendant quatre j o u r s , avec vomisse mens de s a n g , et q u i , atteint une seconde fois, fut six ou sept jours en danger . 1

2

3

4

1

J a c k s o n , p. 2 5 0 . —

2

P. 257. —

3

P . 19. —

Ch. iv. Paris, 1722.

19

4

T. I,


( 290 ) Hors de la ligne équinoxiale, tous les i n d i ­ vidus conservent une susceptibilité plus ou moins grande à contracter ce m a l , lors m ê m e qu'ils l'ont déjà eu. L'expérience, les faits et les autorités les plus respectables, confirment cette vérité, et font placer parmi les p a r a ­ doxes l'assertion du docteur A r é j u l a , qui prétend qu'on n'en est jamais atteint deux fois. Appliquée à la même épidémie et dans une même a n n é e , sa proposition peut être fondée ; mais si le typhus occidental reparaissait dans quelques années sur les côtes de la péninsule, beaucoup d'anciens malades courraient autant de risques que ceux qui ne l'auraient jamais été. 11 est vrai qu'en 1804, les docteurs Padilla et Gonzalez n'ont observé à Cadix aucune ré­ cidive chez ceux qui avaient été attaqués en 1 8 0 0 ; mais ce dernier ajoute que quelques Anglo - américains moururent à C a d i x , q u o i ­ qu'ils eussent déjà subi l'épreuve redoutable du typhus dans le nouvel hémisphère. Moultrie a vu aussi des malheureux deux fois tourmentés par ce mal . Rush cite cinq personnes q u i , en 1 7 9 5 , éprouvèrent des r e c h u t e s , ayant été déjà affligées du fléau ; deux en 1 7 4 1 , et les trois autres en 1 7 6 2 . 1

2

1

P. 179. —

2

P.

m .


CHAPITRE

VII.

Des Causes. IL n'est pas de suppositions puériles et m ê m e absurdes qui n'aient été publiées sur les causes de la fièvre j a u n e , sans considérer si un examen approfondi des faits ne détruisait pas tous ces fantômes de l'imagination : cepen­ dant leur étude est d'une t r o p haute i m p o r ­ tance p o u r être négligée, et p o u r être soumise à de misérables hypothèses. Il fallait d o n c a b o r d e r avec franchise cette question noyée dans le gouffre des contradictions les plus étranges, et soumettre à une critique sans r é ­ serve l'action spéciale de chacun des agens q u e les écrivains ont tour à tour accusés de p r o d u i r e tel ou tel résultat. S E C T I O N

Causes

P R E M I È R E .

prédisposantes.

L'opportunité dans les affections internes est

19*


(

292

)

une condition toujours nécessaire à leur d é v e l o p p e m e n t , et je ne connais aucun auteur qui n'ait admis la vérité de cette maxime examinée dans ses applications à la maladie qui nous occupe. P o u r procéder avec le plus d ' o r d r e possible, j'ai séparé les causes prédisposantes en deux grandes classes t r è s - c o n n u e s , dont les unes pourraient être considérées comme i n t e r n e s , et les autres comme externes ou venant du dehors. I.

CLASSE. Disposition inhérente a la constitution actuelle de l'individu. ARTICLE PREMIER. Du tempérament. Dès qu'on voit arriver aux Antilles un h o m m e qui a le teint fleuri, de belles couleurs, on suppose qu'il sera bientôt la proie du climat. C e p e n d a n t , quoiqu'il soit généralement vrai que le typhus saisisse de préférence les tempéramens robustes, il n'établit pas toujours une ligne de démarcation bien sensible entre les uns et les autres, surtout lorsque son état é p i démique et contagieux est p o r t é à un très-haut degré. A S a i n t - D o m i n g u e , il attaquait assez indistinctement les forts et les faibles, avec cette différence que les premiers en souffrirent davantage, ainsi qu'à Philadelphie dans l'anr e


) née 1793 . O n a aussi observé en Espagne que les jeunes g e n s , surtout ceux d'une consti­ tution sanguine, étaient plus facilement frappés par la contagion . (

293

1

2

Le tempérament l y m p h a t i q u e , plus en har­ monie avec les climats producteurs de la fièvre occidentale, ou plutôt moins sensible à l'im­ pression de ses causes, en reçoit, par cette raison, des secousses moins violentes . 3

S'il est une constitution particulière qui dis­ pose à cette p y r e x i e , c'est celle où l'organe cérébral est sans cesse en a c t i o n , soit par l'effet de son organisation primitive, soit par l'habi­ tude des travaux de cabinet, soit par l'ambition des succès de tout g e n r e . Cette vérité reçut de terribles applications à S a i n t - D o m i n g u e , où la plupart des individus d'un mérite distingué, ceux q u i , dans leurs étals respectifs, étaient appelés à être un jour des êtres s u p é r i e u r s , furent les premières victimes. J'ai cité déjà 1

D e v è z e , p. 54. — Vicente T e r r e r o , p.

3

2

Makittrick, qui s'est trop livré à des explications

22.

théoriques, croit que les solides, chez les indigènes, sont lâches et faibles ; que la proportion des globules du sang est d i m i n u é e , et que la masse des humeurs acquiert des qualités entièrement étrangères à la diathèse inflammatoire, p. 1 1 0 .


( 294 ) deux officiers de santé dont la perte me fut très-sensible, Hugonin et Duburgua. Le p r e ­ m i e r , d'une maigreur excessive, é t a i t , ainsi que le second, d'une délicatesse bien éloignée du tempérament musculeux : l'un et l'autre étaient doués d'une imagination ardente et d'une sensibilité exquise ; l'un et l'autre b r û ­ laient d'un désir immodéré d'acquérir des connaissances ou d'accroître celles qu'ils p o s ­ sédaient déjà. O r , comme l'organe cérébral était tourmenté par une oscillation t r o p c o n ­ tinue, ils furent p r o m p t e m e n t saisis par la t e r r e u r dès le début de la fièvre, et ils périrent sans pouvoir être calmés par aucun genre de consolation. L e préfet colonial Bénésech avait une cons­ titution cachectique, bien opposée à la musculeuse-sanguine. Mais cet état, qui p e u t - ê t r e l'aurait préservé de la fièvre j a u n e , était m o ­ difié par une grande activité des facultés men­ tales et par une habitude profonde du travail qui communiquèrent au genre nerveux le degré favorable à l'invasion du typhus : ce magistrat mourut avec tous les symptômes de l'engor­ gement cérébral , et il n'eut, comme on l'a vu 1

2

1

Voyez

p. 180. -

2

M. Gilbert, p. 74


( 295 ) plus h a u t , ni h é m o r r a g i e s , ni vomissemens. L e grand-juge D e s p e r o u x subit le m ê m e sort le septième j o u r , par l'effet des mêmes causes : et les g é n é r a u x W a t r i n , H a r d y , Dugua, Meyer, Ledoyen à S a i n t - D o m i n g u e , Richepanse, Sahuguet dans les îles du V e n t , durent les accidens auxquels ils s u c c o m b è r e n t , les uns à leur t e m p é r a m e n t s a n g u i n , le plus g r a n d n o m b r e à cette agitation d'esprit et à ces t r a ­ vaux de réflexion que commande la guerre. Victime de sa prodigieuse activité et de ses chagrins, le général Leclerc ne tarda pas à payer le fatal tribut. U n soulèvement g é n é r a l , qui eut lieu parmi les gens de couleur, lui fit mesurer l'étendue des pertes qu'il venait de faire, des dangers qu'ii avait à courir et des travaux qu'il avait à e n t r e p r e n d r e . Attaqué jusque dans son q u a r t i e r - g é n é r a l , il en conçut cette inquiétude qui fatigue le c e r v e a u , et ce désespoir qui affaiblit le système nerveux. C e ­ pendant il était depuis plusieurs mois sous la zone torride ; et si l'on ajoute qu'il avait un flux dyssentérique qui l'affaiblissait b e a u c o u p , et qu'en outre il habitait sur un m o r n e élevé, au milieu d'une verdure éternelle, et assez loin du Cap p o u r n'en pas craindre les p e r n i ­ cieuses influences, on concevra avec peine


( 296 ) comment il put ressentir les terribles effets d'une fièvre qui attaque habituellement dans des circonstances différentes. Il faut donc se reporter aux causes que j'ai énoncées c i dessus, comme aussi à l'action de la contagion qui s'appliqua sur un corps favorablement disposé. Ainsi les hommes sans passions, qui ont un caractère froid et calme : ceux qui ne se livrent à aucune étude, à aucun travail de cabinet ; qui ne sont pas nés avec une imagination active ou avec un tempérament s a n g u i n , c o u r e n t , toutes choses égales d'ailleurs, moins de d a n ­ gers que les autres classes d'individus. ART. II. Des enfans. Dans l'âge t e n d r e , on jouit au suprême degré de cette souplesse qui garantit quelquefois de l'invasion du mal : étrangers d'ailleurs à toute affection m o r a l e , les enfans sont exempts d'une des causes qui concourent le plus à sa propagation. Nous avons r e m a r q u é qu'il faisait communément grâce aux personnes très-jeunes, quoique ré­ cemment arrivées ; ce qui était très-sensible dans nos hôpitaux o ù , parmi les marins, on ne voyait presque jamais les plus jeunes mousses. E t dans la ville nous avons vu des familles entières disparaître, et ne laisser que de faibles


( 297 ) orphelins sur une terre inhospitalière, où. la m o r t , en les enlevant, aurait mis un terme à des maux sans fin. Le docteur H u m e prétend qu'à la J a m a ï q u e , cette fièvre n'attaque jamais les personnes a u dessous de la p u b e r t é . Frost , Devèze , Rush , Aréjula et les autres Espagnols ont publié qu'elle était moins meurtrière dans le bas â g e , q u o i q u e , selon Vicente T e r r e r o , les enfans à la mamelle n'en étaient pas toujours e x e m p t s , lorsque leurs nourrices étaient malades. Chisolm est le seul qui r a p p o r t e , à la vérité sur le t é m o i ­ gnage de B r y a m , q u e , dans l'île d'Antigoa, ils furent, à une é p o q u e , plus exposés que les adultes à recevoir la contagion. Le tableau de la maladie d'Alicante donne à ce sujet des p r o p o r t i o n s fort exactes. Voy. ci-après. 1

2

3

4

5

A R T . III. Des adultes. Ce qui p r é c è d e ne laisse aucun doute sur la plus grande suscepti­ bilité des adultes à contracter le vomissement noir : c'est ce qui rend si dangereuses les e x p é ­ ditions militaires aux Antilles ; la maladie trouve en effet dans les armées toutes les causes p r o p r e s à l'alimenter : jeunesse, vigueur, intempérance ; et si l'on ajoute à cela des défaites et des m a u ]

5

P.

L.

c. —

23.

2

P. 54. —

P. 93 et 94. —

4

P. 164. —


(

298

)

vais succès, le moral affecté hâtera encore la propagation du fléau. La nostalgie, ce mal si commun dans les colonies, atteint encore plus particulièrement cette classe, et devient une cause fréquente d'accidens. ART. IV. Des vieillards. Rarement frappés de cette excitation cérébrale que j'ai considérée comme dangereuse, et doués d'un certain degré d'insensibilité physique et m o r a l e , les vieillards jouissent aussi du privilége d'être moins exposés que les adultes. Aux affections catarrhales près, ce principe est applicable à toutes les épidé­ mies. E n 1795, peu de personnes âgées eurent la maladie . Il est un âge où le repos est un besoin ; mais il y a des vieillards qui se font une habitude du libertinage, le réduisent en système, et sou­ tiennent, en se dissimulant leur p r o p r e faiblesse, q u e le c o m m e r c e des femmes est pour eux d'une impérieuse nécessité.Que ces imprudens n'aillent donc pas aux Antilles ! l'impitoyable mort serait le prix de leur débauche. Elle apprend là, p a r de funestes exemples, qu'on ne ravit pas impu­ nément ses droits à la n a t u r e , et que s'il est des plaisirs de tout â g e , il faut que ceux de la vieil1

1

Gillespie, p. 144.


( 299 ) lesse soient appropriés aux forces que la nature lui a départies. Une autre distinction à faire est celle des per­ sonnes âgées qui sont dans l'état d'obésité et qui ont une constitution apoplectique : elles réussissent mal dans les climats de la zone torride. J'ai vu plusieurs hommes de cette complexion qui n'ont pu séjourner deux ou trois mois au Gap, sans être atteints d'un mal promptement mortel ; et l'histoire de cet officier de la place, que nous avons rapportée sous le n.° 34, en est un exemple remarquable. ART. v. Du sexe. Il n'est pas possible d'é­ tablir des points de comparaison sur la maladie qui affligea notre armée, puisqu'elle sévissait sur une classe d'individus presque tous célibataires; mais si je jette mes regards sur les particuliers arrivés au Cap, je vois que, toute proportion gardée, il périssait trois hommes lorsqu'à peine la mort enlevait une femme. Nous savons par un illustre voyageur que les femmes qui débarquent sur les côtes du Mexique, ou qui descendent du plateau central, courent moins de risques que les hommes . 1

M. de H u m b o l d t , p. 7 7 5 , in-4.°. Voyez aussi L i n d ,

1

T.

I

; p. 163.


( 300 ) 1

2

MM. Rush et Devèze firent les mêmes o b ­ servations en 1793. Rush ajoute que la g r o s ­ sesse paraissait exposer les femmes a contracter la contagion. Palloni prétend aussi que les femmes enceintes, comme plus susceptibles, ont été presque toujours les victimes de la fièvre de Livourne . Le libraire Mathews Carrey, qui a fait de bonnes recherches sur l'épidémie de Philadelphie, rapporte que la mortalité fut de moitié moins grande parmi les femmes que parmi les h o m m e s , moins aussi parmi les vieil­ lards et les valétudinaires que parmi les i n d i ­ vidus d'un âge moyen et d'une constitution robuste : il annonce également que cette mala­ die fut fatale aux femmes de mauvaise vie, aux libertins, mais surtout aux ivrognes, à ceux qui vivaient somptueusement et qui étaient chargés d'embonpoint. 3

4

Un résultat contraire à ce qui est générale­ ment connu, a été rapporté par un évêque de Cadix, D. Tomas del Valle. Ce prélat affirme q u e , pendant l'épidémie de 1730, les femmes P. 94. —

1

1

2

P. 54. —

3

P. 12.

Quelques praticiens avaient cru remarquer que les

femmes enceintes avaient moins de dispositions aux maladies épidémiques que les autres personnes.


( 301 ) périrent en plus grand n o m b r e que les hommes. Si cette observation a été faite avec exactitude, elle est diamétralement opposée à ce qui s'est passé depuis 1800 jusqu'en 1804. Dans c e r ­ taines populations il y e u t , pendant ces dernières années, beaucoup moins de malades p a r m i les femmes ; dans d ' a u t r e s , le n o m b r e fut égal ; quelque p a r t , il fut supérieur ; mais partout la quantité des morts excéda parmi les hommes. Des relevés de registres nous a p p r e n n e n t qu'en 1800, il m o u r u t à Cadix 1577 femmes et 5 8 i o hommes ; à Séville, 3621 femmes et 5810 hommes. De 85o personnes du sexe qui furent reçues en 1804 dans l'hôpital de la m ê m e ville, on ne compta que 96 victimes. O n m'a communiqué à Alicante un tableau qui renferme des renseignemens précieux sur les différences de mortalité entre les sexes. Cette ville, qui contenait 13,212 individus avant la contagion, eut 9443 malades, dont 0920 femmes; 3768 h o m m e s ; 1755 enfans des deux sexes: toutefois, quoique le n o m b r e des femmes af­ fectées fût supérieur, il n'en périt q u e 8 1 8 , tandis que 1508 hommes furent enlevés avec 166 enfans. J'ai fait un relevé des histoires de Bobadilla, médecin de los Barrios rapportées dans l'ou}


( 302 ) vrage de Tadeo Lafuente. Ces observations, tout incomplètes qu'elles sont, permettent néan moins de distinguer qu'il y eut 279 malades, dont 136 femmes et 143 h o m m e s , chez, lesquels la mortalité fut aussi plus considérable Les personnes du sexe sont redevables du privilége qui les prémunit en quelque s o r t e , à différentes circonstances, dont je vais esquisser les principales. La première dépend de ce flux périodique q u i , chaque mois, rétablit l'équi­ libre dans l'économie ; mais la flexibilité des organes, cette souplesse qui cède aux i m p r e s ­ sions violentes, et qui fait, par conséquent, que la vitalité déploie une réaction moins d é ­ s o r d o n n é e , n'a pas moins d'influence. On m'objectera peut-être que j'ai parlé d'une certaine opportunité nerveuse, qui doit r e n d r e les femmes plus susceptibles de la contagion et de ses mauvais résultats. Au premier abord, l'argument paraît spécieux ; plus a p p r o ­ fondi, il n'a plus le même degré de force. En effet, tous les praticiens distinguent parmi les susceptibilités nerveuses celle qui dépend d'une irritation ou d'une lésion dirigée principale­ ment vers le cerveau et ses dépendances, de celle qui est subordonnée à la réaction de q u e l ­ ques organes étrangers à l'organe cérébral.


( 303 )

Celle-ci diffère essentiellement de ces affec tions cérébrales qui constituent un des élémens du typhus. ART. vi. Des hommes blancs. L'exallalion de la sensibilité et de l'activité c é r é b r a l e s , ainsi q u e l'influence m a r q u é e du système s a n g u i n , sont probablement les deux conditions qui dé­ v e l o p p e n t , chez les personnes dont la peau est b l a n c h e , cette disposition si marquée à con­ tracter la fièvre jaune ; elles ont p e u t - ê t r e aussi plus de tendance aux affections du foie et de ses dépendances, système d'organes que les s y m p t ô m e s , plutôt q u e les dissections, font considérer comme éminemment affectés. O n aurait peine à croire q u ' u n e différence dans la couleur fût capable d'en p r o d u i r e une dans les maladies ; cependant rien de plus vrai p o u r celle-ci. Les blancs diffèrent des n o i r s , par une plus grande é n e r g i e , une vivacité plus p r o n o n c é e , une sensibilité plus exquise ; leurs sensations ne produisent pas les mêmes effets et n ' i m p r i m e n t pas les mêmes t r a c e s ; leur régime de vie est différent ; l'exhalation de la peau n'est pas, à b e a u c o u p près, la m ê m e , puis­ q u e les effluves de leurs corps se font à peine sentir ; tandis que ceux des noirs s'annoncent par des traînées puantes, à plusieurs pas der-


( 304 ) rière e u x , même chez les plus p r o p r e s , et chez les négresses qui se baignent tous les jours. Ajoutons que les b l a n c s , qui sont sujets au typhus occidental, sont nés dans une atmos­ phère bien différente de celle des pays où il règne habituellement. Personne n'ignore que l'uniformité des impressions qu'éprouvent les o r g a n e s , les garantit des causes de maladies. Ainsi, ceux qui vivent dans les hôpitaux, sont moins exposés que ceux qui n'y séjournent qu'accidentellement, aux affections contagieuses qui y font des ravages. C'est probablement aussi ce qui contribue à préserver les blancs des tropiques q u i , i n d é ­ pendamment de ce qu'ils sont sans cesse plongés au milieu des émanations malfaisantes, ont eu les premiers rudimens de leurs organes façonnés sous un soleil toujours brûlant ; de même que ceux qui ont vécu long-temps dans les ré­ gions équinoxiales, ont acquis cette constitution qui les met à l'abri des impressions vives consi­ dérées comme causes de ce mal . ART. vII. Des noirs et des mulâtres. Chacun sait que les nègres ont la sensibilité peu déve­ loppée : ils ne pèsent point le passé, s'occupent 1

1

Voir de plus longs développemens à l'article où i l

est question du climat.


( З05 ) p e u du présent et ne songent jamais à l'avenir ; vivant avec leurs bananes, leurs ignames et leur cassave qu'ils trouvent p a r t o u t , ils ne s'in­ quiètent pas si la t e r r e n ' e n p r o d u i r a plus. Combien de maux ne doit-on pas éviter avec une organisation semblable î E t lorsqu'on ajoute q u e le système cellulaire et lymphatique a une prédominance m a r q u é e sur la constitution de ces individus, on s'apercevoit de suite qu'ils man­ quent de deux conditions indispensables au dé­ veloppement de la fièvre jaune : il en est encore une troisième bien importante à r a p p e l e r , c'est qu'ils sont nés dans un climat analogue à celui d'où cette maladie tire sa source. Nous n'avons c o n n u , au C a p - F r a n ç a i s , aucun noir ou mulâtre qui eût le typhus : Jackson et Lining n'en ont point aussi observé dans leur pratique. M. Valentin en a vu un très-petit n o m b r e ; plusieurs, ajoute-t-il, en sont morts à Charleston en 1799 et 1800. Déjà C l a r k avait assuré qu'en 1793 il n'épargnait point les nègres venus de la Martinique, ni ceux qui ar­ rivaient de la côte d'Afrique; et il en connut v i n g t - q u a t r e , tous saisis vers la m ê m e é p o ­ q u e , dont il m o u r u t un tiers. Les nègres qui 1

2

1

P.

250.

-

2

P. 90.

20


( 306 ) avaient été long-temps clans la ville, ou dans l'île, échappèrent, excepté un seul MM. Blane et Carrey citent quinze nègres et négresses morts de typhus à la Barbade et à Philadel­ p h i e ; et Rush , en publiant des faits sembla­ bles, démontre que la maladie était moins violente chez e u x , mais qu'ils furent plus par­ ticulièrement saisis, lorsque les matinées et les soirées devinrent fraîches. En 1 8 0 7 , les nègres de Charleston, non acclimatés aux Etats-Unis, ne furent pas entièrement exempts de danger ; 4-5 furent malades, en 1808, à Mary'stown en G é o r g i e , et il en mourut trois . Il paraîtrait que les nègres qui changent de climats, p e r ­ dent en partie la faculté de n'être pas atteints, s'ils quittent les régions tempérées p o u r se t r a n s p o r t e r sous la zone torride. Cette observa­ tion, faite par plusieurs auteurs, est confirmée p a r Williams F r o s t , qui ajoute que ceux q u i avaient ainsi changé de t e m p é r a t u r e , en venant à D é m é r a r y , éprouvèrent les symptômes avec autant de violence et de dangers que les blancs . 2

3

4

5

1

P. 2 et 3. —

reposit., ibid.,

2

P . 97. —

3

David Ramsay,

Médical

décembre 1807, p. 234. — 4 James S e a g r o v e , octobre 1809. —

5

Med. repos.,

1803

and 1804.


( 307 ) Malgré ces exceptions, la règle générale reste vraie ; et les n è g r e s , comme les m u l â t r e s , sont rarement ou presque jamais victimes du typhus occidental. A R T . VIII. Profession. Il est difficile de croire que telle ou telle profession puisse avoir une influence d i r e c t e , soit p o u r d o n n e r naissance à la fièvre jaune, soit p o u r mettre des obstacles à son invasion ; et l'on doit mettre au n o m b r e des rêves ces belles histoires qu'on nous d é ­ bite sur les marchands d'huile, de graisse, sur les corroyeurs et les fabricans de chandelles, les boulangers et f o r g e r o n s , c o m m e ayant été à l'abri de ses atteintes. Il me semble m ê m e qu'en Espagne et dans plusieurs autres e n d r o i t s , on a cru observer que les forgerons et les b o u l a n ­ gers étaient plus sujets à l'infection. Si les m a ­ telots et les soldats le sont davantage, c'est qu'ils ont moins de t e m p é r a n c e , qu'ils sont plus j e u n e s , plus exposés aux injures des saisons, et q u e , d'ailleurs, ils sont plus r a p p r o c h é s du t e m p é r a m e n t qui prédispose. e

2 . CLASSE. De la prédisposition lentement par les agens extérieurs.

introduite

Dans tout ce qui p r é c è d e on a pu voir que plus il règne d'activité dans la circulation et de force dans la fibre, plus la fièvre jaune est 30 *


( 308 ) à craindre, pourvu qu'à ces premières condiditions se joignent un certain degré d'excitation dans le système c é r é b r a l , et un affaiblissement relatif dans les organes de la digestion. Les dispositions que je viens d'énumérer sont plus que suffisantes p o u r donner prise à la m a ladie ; mais elles ont besoin, pour leur développ e m e n t , leur accroissement, leur intensité et même leur entretien, de causes e x t é r i e u r e s , étrangères à la texture du corps, et qui, par leur action continue, le modifient sans cesse. Celles-ci, en se combinant avec c e l l e s - l à , et aidées d'un miasme d'une nature particulière, forment un tout qui constitue la fièvre jaune . ARTICLE PREMIER. Des saisons. Il n'y a p o i n t , à proprement parler, de saisons déterminées sous la zone torride , parce qu'on n'y éprouve aucune de ces transitions qui font sentir des différences notables entre les divisions de l'année : celles que l'on désigne sous ce nom, ne sont que l'effet d'une plus ou moins grande abondance de pluies qui rafraîchissent un peu l'atmosphère, et des vents du n o r d qui sont les dominans à 1

2

1

La fièvre n'est point un ê t r e , cependant on est

forcé quelquefois de la personnifier pour se faire e n tendre. 2

Voyez M. P u g n e t , p. 341.


( 309 ) une certaine époque. Ceux-ci soufflent au Cap en n o v e m b r e , et finissent en a v r i l , toujours a c ­ compagnés d'un temps pluvieux : ils s'annoncent deux ou trois fois le mois ; alors l'horizon se r e m b r u n i t , la pluie tombe p a r torrent, et la foudre étincelle de toutes parts avec un fracas épouvantable. Mais dès qu'il cesse de p l e u v o i r , la nature se présente avec toute la vigueur de la jeunesse, le ciel dans toute sa p u r e t é , et le soleil dans tout son éclat. Voilà ce que les habitans nomment hivernage, espèce de saison fatale aux créoles, aux gens de couleur, parce qu'elle fait r é g n e r les fluxions, les t o u x , les catarrhes ; mais favorable aux Européens qui la trouvent délicieuse. O n juge par ce qui p r é c è d e , que si les causes productrices de la fièvre jaune paraissent rece­ voir quelques affaiblissemens pendant cette p é ­ r i o d e , elles ne peuvent être totalement détruites, p a r c e que ces différences sont peu sensibles. Aussi n'a-t-elle jamais été interrompue au Cap, depuis son invasion dans l'armée commandée par le général L e c l e r e , jusqu'à notre d é p a r t , c'est-à-dire pendant l'espace de vingt mois. Elle est aussi toujours régnante p o u r les étrangers à la Martinique 1

Savaresy, p . 32.


Du typhus d'amérique, ou fièvre jaune