Page 1


3

A ma mère, tu m’as donné la vie, la tendresse et le courage pour réussir. Rien au monde n’égale les efforts consentis jour et nuit pour mon éducation et mon bien être. Aucune dédicace ne saurait exprimer mes sentiments, que Dieu te préserve et te procure santé et longue vie. A mon père, tu as toujours été présents pour les bons conseils .Ton affection et ton soutien m’ont été d’un grand secours au long de ma vie. A la mémoire de la grande dame qui a tant sacrifié pour nous, ma grande mère « HASNA », en témoignage de l’attachement, de l’amour et de l’affection que je porte pour elle. Malgré la séparation, tu es toujours dans mon cœur. A mon grand père, l’épaule solide, l’œil attentif et la personne digne de mon estime et de mon respect. Tu présente pour moi le symbole de la bonté par excellence et l’exemple du dévouement qui n’a pas cessé de m’encourager et de prier pour moi. A mes frères, je ne pourrais jamais exprimer l’attachement, l’amour et l’affection que j’ai pour vous. Vos encouragements et vos soutiens m’ont toujours été d’un grand secours. A celle qui est chère et proche de mon cœur, c’est bien grâce à votre présence et votre soutien que j’ai pu achever cette étape de ma vie. Puisse Dieu te donner le bonheur et la prospérité. A mon encadrant, je serais bien un vilain ingrat si je ne vous exprime pas ma vive gratitude, mesurant le poids de ces journées souvent surchargées, la masse de sollicitations qui vous ont accablé, et combien il vous a fallu de dévouement pour accorder votre bienveillante appréciation à ces pages. A tous les membres de ma famille, vous êtes un honneur et une fierté pour moi. A mes chers amis, je vous remercie pour les moments inoubliables que nous avons partagés ensemble. Votre précieuse collaboration et votre soutien amical m’ont été source d’inspiration et d’encouragement.


4

REMECIEMENTS

C’est parce que j’ai beaucoup estimé tous ceux qui m’ont écouté, conseillé, critiqué et encadré que je tiens à leur faire part de toute ma gratitude, et plus particulièrement : Je tiens à présenter mes reconnaissances et mes remerciements à Monsieur MOHAMED SID, pour avoir accepté de m’encadrer, pour le temps consacré à la lecture et aux réunions qui ont rythmé les différentes étapes de mon mémoire.Les discussions que nous avons partagées m’ont permis d’orienter le travail d’une manière pertinente. Je tiens à le remercier aussi pour son intérêt démontré, pour la qualité de son suivi et pour sa disponibilité à encadrer ce travail à travers ses critiques et ses propositions d’amélioration. Je remercie également tous les membres du jury qui ont accepté d’évaluer mon travail. Mes plus vifs remerciements s’adressent à tout le cadre professionnel et administratif de l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis. Mes remerciements vont enfin à toute personne qui a contribué de prés ou de loin à l’élaboration de ce travail.


5

RESUME

Ce mémoire s'intéresse à l'étude du parcours dans la ville de Tunis qui est une organisation spatiale et vécu d'une expérience de perception et de savoir. Heureusement, Aujourd'hui, le Lac III de Tunis offre une nouvelle extension dans la ville qui se présente comme un nouveau élan pour bien s'évoluer. Donc Le projet est un nouveau parcours où bien le prolongement des autres parcours de la Médina et de la ville européenne; qui offre la possibilité d'instaurer une nouvelle transition urbaine, architecturale et socio culturelle dans la ville de Tunis dans le but de répondre aux besoins et aux désirs des citoyens. Ce projet est l'espace où la culture et l'expression artistiques sont les moyens et les outils d'un redéveloppement personnel, dans le but d'obtenir un peuple conscient, civilisé et suffisamment cultivé. Ce travail aspire à ouvrir Tunis sur son lac, permettant à la communauté Tunisoise de tirer profit de ses richesses naturelles et de respirer.

Mots clés Ouverture, lac, parcours, paysage urbain, citoyen, avenir, cadre de vie, ruban, repère


6

SOMMAIRE

REMECIEMENTS .................................................................................................................................... 4 RESUME

........................................................................................................................................ 5

SOMMAIRE

........................................................................................................................................ 6

INTRODUCTION GENERALE ..................................................................................................................11 PROBLEMATIQUE .................................................................................................................................13 METHODOLOGIE ..................................................................................................................................15

PREMIERE PARTIE : APPROCHE THEORIQUE .........................................................................................16

CHAPITRE I : LE PARCOURS UN ELEMENT STRUCTURANT DE LA VILLE .................................................17 I L'urbanisme est le processus de développement des villes .....................................................18 I.1

La ville: Essai de définition ................................................................................................. 18

I.2

L'urbanisme: Essai de définition ......................................................................................... 19

I.3

Réflexion de Kevin Lynch « L'image de la cité » ................................................................. 19

I.4

I.3.A

L'image de la ville ................................................................................................... 20

I.3.B

Eléments a prendre en compte dans la composition urbaine ............................... 21 I.3.B.a

Voies ........................................................................................................ 21

I.3.B.b

Limites ..................................................................................................... 22

I.3.B.c

Quartiers .................................................................................................. 23

I.3.B.d

Nœuds ..................................................................................................... 23

I.3.B.e

Points de repères .................................................................................... 24

Conclusion .......................................................................................................................... 25


7

II Le parours...............................................................................................................................26 II.1

Définition ............................................................................................................................ 26

II.2

La forme spatiale du parcours ............................................................................................ 27 II.2.A

II.2.B

II.3

Les rues ................................................................................................................. 28 II.2.A.a

Avenues et boulevards ........................................................................... 28

II.2.A.b

Ruelles ................................................................................................... 29

Les places .............................................................................................................. 29 II.2.B.a

Origine et évolution ............................................................................... 30

II.2.B.b

Formes et usages .................................................................................. 31

Le fond caché ...................................................................................................................... 32 II.3.A

II.3.B

Perception dans la ville: L'inscription du corps dans l'espace .............................. 33 II.3.A.a

La vue ..................................................................................................... 33

II.3.A.b

Le touche ............................................................................................... 33

II.3.A.c

L'ouïe ...................................................................................................... 33

II.3.A.d

Le goût .................................................................................................... 34

II.3.A.e

L'odorat ................................................................................................... 34

II.3.A.f

Le corps.................................................................................................... 34

II.3.A.g

L'intuition ................................................................................................ 35

Les composants du parcours: Orientation et cadrage des vues ............................ 36 II.3.B.a

Le mobilier urbain .................................................................................. 36

II.3.B.b

La végétation .......................................................................................... 37

II.3.B.c

Le revêtement du sol .............................................................................. 38

II.4 Conclusion ........................................................................................................................... 39

DEUXIEME PARTIE : APPROCHE ANALYTIQUE ......................................................................................40

CHAPITRE II : LE PARCOURS DANS LA VILLE DE TUNIS ..........................................................................41 I Le parcours de la Médina .......................................................................................................43 I.1

Aperçu historique de la Médina ......................................................................................... 43

I.2

Le parcours dans la Médina entre « La Kasbah » et « Bab Bhar » ...................................... 44 I.2.A

I.2.B

Le cheminement qui est déterminé par ................................................................ 45 I.2.A.a

Un lieu de départ .................................................................................... 45

I.2.A.b

Un lieu d'arrivée ...................................................................................... 45

I.2.A.c

Un trajet .................................................................................................. 46

La dimension sensible du parcours ........................................................................ 48 I.2.B.a

Le vécu spatial ......................................................................................... 48


8

I.2.B.b I.3

L'espace public ........................................................................................ 48

Conclusion .......................................................................................................................... 49

II Le parcours de la ville européenne .........................................................................................50 II.1

Evolution historique de la ville européenne ...................................................................... 50

II.2

Analyse du tissu urbain ...................................................................................................... 51 II.2.A

Analyse morphologique ......................................................................................... 52

II.2.B

Analyse séquentielle .............................................................................................. 52

Le parcours dans la ville européenne, une forme spatiale et un objet de manipulation II.2.B.a

La rue et la place comme éléments essentiel de la ville ........................ 54 - La rue ................................................................................................... 54 - La place ................................................................................................ 54

II.2.B.b

Outils d'aménagement de la ville........................................................... 54 - Le mobilier urbain ............................................................................... 54 - La végétation ....................................................................................... 54 - Le revêtement du sol ........................................................................... 54

II.3

II.2.C

Analyse typologique .............................................................................................. 55

II.2.D

Analyse fonctionnelle ............................................................................................ 55

Conclusion .......................................................................................................................... 56

III Le Lac de Tunis ........................................................................................................................57 III.1 Le Lac III comme un nouvel élan pour la ville ..................................................................... 57 III.2 L'évolution de la ville: Repenser l'espace public ................................................................ 58 III.2.A

Tissage entre un systéme hérité et une nouvelle composition ............................ 60

III.2.B

Une politique culturelle dans la ville: Cultiver la culture ...................................... 61

III.3 Conclusion .......................................................................................................................... 61

CHAPITRE III : PROJETS SIMILAIRES .......................................................................................................62 I

Les mutations urbaines de la ville contemporaine .................................................................63 I.1

I.2

Kaohsiung Vortex: Influx Studio ......................................................................................... 63 I.1.A

Quoi ........................................................................................................................ 63

I.1.B

Pourquoi ................................................................................................................. 63

I.1.C

Comment ............................................................................................................... 64 I.1.C.a

Les concepts ............................................................................................. 64

I.1.C.b

Programme ............................................................................................. 65

Pudong Water Front: SWA Group et Morphosis ............................................................... 67 I.2.A

Quoi ........................................................................................................................ 67

I.2.B

Pourquoi ................................................................................................................. 67


9

I.2.C

I.3

Comment ............................................................................................................... 68 I.2.C.a

Les concepts ............................................................................................. 68

I.2.C.b

Programme ............................................................................................. 69

Europa City: Bjarke Ingels Group ....................................................................................... 70 I.3.A

Quoi ........................................................................................................................ 70

I.3.B

Pourquoi ................................................................................................................. 70

I.3.C

Comment ............................................................................................................... 71 I.3.C.a

Les concepts ............................................................................................. 71

I.3.C.b

Programme ............................................................................................. 72

II Le projet urbain: Un nouvel élan dans la ville .........................................................................74 II.1

Klyde Warren Park: La Bureau de James Burnett ............................................................... 74

II.2

Station Port Kaohsiung: AGER Group ................................................................................. 76

III Synthése .................................................................................................................................79

TROISIEME PARTIE : APPROCHE CONCEPTUELLE ..................................................................................82

CHAPITRE IV: LE PROJET .......................................................................................................................83 I

Contexte d'intervention..........................................................................................................84 I.1

Le projet présenté par l'atelier « Lion Associés » ............................................................... 85

I.2

Intervention urbaine dans l'atelier .................................................................................... 87

I.3

Choix de la frange .............................................................................................................. 89

II Choix du programme ..............................................................................................................91 II.1

Diagnostique des besoins ................................................................................................... 91

II.2

Les grandes composantes du programme ......................................................................... 92

III Le parcours comme support d'intervention ............................................................................94 III.1 Présentation du projet ....................................................................................................... 94 III.2 La genèse du projet ........................................................................................................... 95 III.3 Réponse urbaine et architecturale ..................................................................................... 99 - Schéma général d'organisation ......................................................... 100 - Les ambiances imaginées .................................................................. 100 - Eléments graphiques ......................................................................... 101

CONCLUSION GENERALE ....................................................................................................................103 BIBIBLIOGRAPHIE ...............................................................................................................................104 TABLEAU DES FIGURES .......................................................................................................................107


10

« Comme un morceau d’architecture la ville est une construction dans l’espace, mais sur une vaste échelle et il faut de longues périodes de temps pour la percevoir. La composition urbaine est donc un art utilisant le temps, mais il est rare qu’on puisse y employer les séquences contrôlées et limitées des autres arts basés sur le temps, telle la musique. »1

1 Kevin Lynch, L'image de la cité, 1960, ( p.1)


11

INTRODUCTION GENERALE

La révolution Tunisienne, qui date du 14 janvier 2011, a révélé de différents problèmes que les citoyens vivaient dans différents domaines, particulièrement le vécu spatial dans la ville et spécialement l'espace public de manifestations et d'expressions d'une nouvelle forme de liberté. Ce qui a été remarqué dés le 14 janvier 2011, c'est que l'espace principal de la manifestation publique à Tunis présente un axe linéaire cerné par des bâtiments d'une expression classique rappelant de grands axes , de grands dictateurs, où la composition urbaine n’est qu’un outils de manipulation. Timide et ultra-conservatrice, la scène urbaine est devenue un simple décor embarrassant pour les citoyens, dans un cadre de vie plein d'ambiguïtés. Dans la période pré révolution, le citoyen Tunisien était non seulement en manque de liberté, mais aussi, approuvait le besoin de devenir conscient ainsi que le besoin de sortir de l’état d’existence passive n’étant qu’simple consommateur, à l’état actif : des personnes créatives, productrices. Dans la période post- révolution, le citoyen Tunisien a révélé le besoin d'une mutation pour s’enrichir, s’éduquer et développer ses pensées. Ces changements socioculturels dans la société Tunisienne nécessitent, par conséquence, le développement de plusieurs activités comme l’accessibilité des citoyens à l’art et à la culture; l’intégration des espaces culturels dans leur vie quotidienne ou encore

l'édification des lieux de

découverte propres à la création des liens permanents entre les citoyens et l’espace. Seulement l’art peut sortir l’Homme de son existence passive à une existence active dans laquelle il gère et contrôle l’écosystème qui l’entoure. Ceci lui permettra de se cultiver, penser, s’exprimer et surtout critiquer et par conséquence se développer en tant que personne.


12

« À Chloé, une grande ville, les gens qui passent dans les rues ne se connaissent pas. En se voyant, ils imaginent mille choses les uns sur les autres, les rencontres qui pourraient se faire entre eux, les conversations, les surprises, les caresses, les coups de dent. Mais personne ne salue personne, les regards se croisent un instant et aussitôt se fuient, cherchent d’autres regards, ne s’arrêtent pas... »2

2 Italo Calvino, Les villes invisibles, 1974, (p.64)


13

PROBLEMATIQUE

Les mutations urbaines actuelles poussent la ville contemporaine à se renouveler et évoluer pour se retrouver et de créer un lien permanent entre les citoyens et l’espace et principalement pour répondre à leurs besoins et nécessités. La ville présente l'espace à parcourir. Marcher dans la ville est une déambulation, errance de station, perception et savoir, mouvement et fixité, attentionné aux détails et aux changements, ainsi la composition urbaine de la ville sert à manipuler dans le but d'influencer, de manœuvrer et d'orienter l'individu à travers ses différentes dimensions 

Comment associer le citoyen Tunisien dans l’élaboration de la scène urbaine?

Comment peut-on développer la notion de la marche dans la ville chez le citoyen Tunisien?

Le parcours urbain est une configuration spatiale qui est vécue à travers une expérience de perception et de savoir, ainsi constituant un lieu de vie où se développent des pérennes pratiques urbaines (commerce, services, détente, loisir, rencontre…) qui sont le reflet de la mutation des sociétés urbaines qui ne cessent d’apporter de nouvelles pratiques de plus en plus diversifiées. Le parcours ne se limite pas à une simple fonction classique de transition ou de circulation, mais il dépasse cette notion vers une approche plus affective qui pousse l’individu à tisser des liens fictives et physiques avec les espaces pénétrés et parcourus. Cette diversité des pratiques de l’espace public urbain renforce l’idée de la mixité sociale, où ces espaces attirent un grand nombre d’usagers avec des intérêts différents et c’est cette densité de la population regroupée qui peut servir à développer les citoyens dans un cadre social interactif.


14

Comment peut-on revaloriser la scène urbaine dans la ville?

Comment le parcours urbain peut intervenir dans le développement de la composition urbaine de la ville?

L'avenue Habib Bourguiba est l'axe de la ville de Tunis par excellence, il est son axe historique et économique. Il prend sa source de la vieille Médina et la transperce de la ville coloniale, heureusement, son aboutissement sur les berges du lac3 peut être un lieu potentielle d'une nouvelle évolution urbaine et culturelle dans la ville de Tunis. Le parcours dans la ville de Tunis est un voyage à travers le temps entre passé (La Médina de Tunis), présent (L'Avenue Habib Bourguiba) et futur (le lac 3) qui offre la possibilité d'instaurer une transition vers une nouvelle ville où l'art est une méthode qui vise à utiliser le potentiel d'expression artistique et la créativité d'une personne pour un redéveloppement personnel

afin de faire émerger un peuple conscient et

intellectuellement émancipé. 

Comment redynamiser cette zone?

Comment peut-on matérialiser cette nouvelle transition dans la ville de Tunis?

Comment à partir de l’implantation d’un ou de plusieurs équipements culturels peut-on redonner une lisibilité à ce site et lui redonner une identité.


15

METHODOLOGIE

Le présent mémoire vise à concevoir un troisième parcours au cœur de la capitale de la Tunisie; qui est elle-même une projection du parcours de la médina de Tunis et de la ville européenne dans le Lac III. Le rapport s’articulera sur trois parties majeures : Tout d'abord, il convient pour commencer de définir le cadre d'intervention et de définir l'objet de recherche qu’est le parcours urbain, de l’assimiler dans ses dimensions spatiales, sensible et sociale, et de le concrétiser en tant qu'un élément physique perçu, vécu et pratiqué. Avec une étude de réflexion de "L'image de le cité" de l'urbaniste Kevin Lynch pour permettre une meilleure appréhension du projet par la suite. Dans la deuxième partie, une analyse de la ville de Tunis, visant une meilleure compréhension du contexte d’intervention et les soucis des citoyens dans la ville. Celleci s’intéressera à l’étude de deux morphologies urbaines différentes : La vieille médina et la ville européenne, pour un bon tissage entre un système hérité et une nouvelle forme de composition urbaine. Avec des analyses sur les mutations urbaines de la ville contemporaine pour permettre une meilleure appréhension du projet par la suite. Finalement, la troisième partie propose une solution urbaine et architecturale adéquate, qui aboutira à une ouverture sur le lac, et répondant par la suite aux besoins des habitants, tout en exploitant les concepts retirés à partir des constations et analyses effectuées au préalable lors de la partie précédente.


16


17

CHAPITRE I : Le parcours un élément structurant de la ville L'espace n'est jamais donné, il est toujours à parcourir


18

I- L'urbanisme est le processus de développement des villes : I-1- La Ville: Essai de définition «Agglomération relativement importante et dont les habitants ont des activités professionnelles diversifiées. (Sur le plan statistique, une ville compte au moins 2 000 habitants agglomérés.) »3 «Une ville est un milieu physique — le milieu urbain — où se concentre une forte population humaine, et dont l'espace est aménagé pour faciliter et concentrer ses

activités:

habitat, commerce, industrie, éducation, politique, culture... Les

principes qui régissent la structure et l'organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine, l'urbanisme ou encore l'économie urbaine. »4 «Le centre-ville est le cœur typique et historique de la ville. Il est également appelé hyper centre dans le cas des grandes agglomérations. C'est le lieu des manifestations culturelles et sportives, des échanges et de la politique (au sens de la polis grecque). L'habitat y est dense et les commerces, lieux de culte et services publics s'y trouvent.»5 La ville présente un cadre de vie principal pour les habitants, d'où sa forme spatiale sert à répondre aux besoins des citadins tels que (l'habitation, commerce, loisirs, éducation, santé...). Mais la composition urbaine de la ville attribue les spécificités du cadre de vie où elle peut être comme un des outils de manipulation ou bien elle peut être comme une source d'émanation de plusieurs espaces pour exercer leurs activités quotidiennes en toute liberté. Donc la sociologie urbaine montre comment cette composition de la ville peut offrir des ambiances généreuses pour créer des lieux de rencontre, de partage et des espaces d'expressions artistiques pour faire vivre la ville et les citadins, par conséquence, construire une image somptueuse de la ville.

3 Dictionnaire Larousse 4 https://fr.wikipedia.org/wiki/Ville 5 https://fr.wikipedia.org/wiki/Centre-ville


19

I-2- L'urbanisme: Essai de définition «L’urbanisme est à la fois un champ disciplinaire et un champ professionnel recouvrant l'étude du phénomène urbain, l'action d'urbanisation et l'organisation de la ville et de ses territoires. Les personnes qui exercent ce métier sont des urbanistes. Selon les traditions académiques, cette discipline est associée tantôt à l'architecture, tantôt à la géographie, selon l'aspect mis en avant, l'intervention urbaine ou l'étude théorique.»6 «L'urbanisme est un ensemble théorique et pratique formant une discipline cohérente, organisée à partir de connaissances et de techniques propres, mais aussi des origine disciplinaire diverse, portant sur les établissements humains, visant à leur transformation spatiale et contribuant à leur adaptation sociale, économique et politique.»7 «Art, science et technique de l'aménagement des agglomérations humaines.»8 L'urbanisme c'est l'organisation d'une nouvelle ville où bien l'évolution d'un tissu urbain selon des critères spécifiques, pour répondre aux besoins et aux désirs des agglomérations humaines et aussi pour faire construire l'image de la ville. Donc, l'image de la ville sert à orienter et gérer le comportement de l'habitant dans la ville et développer son vécu spatial dans la ville: où l'émotion et la perception jouant un rôle important à l'adaptation sociale, économique et politique des citadins.

I-3- Réflexion de Kevin Lynch

« L'image de la cité »

En se référant des études d'anthropologie et de psychologie. Kevin Lynch sollicite que former une image forte de la ville est basée sur "l' imagibilité", qui est considéré comme un critère fondamental de l'urbanisme.

6 https://fr.wikipedia.org/wiki/Urbanisme 7 Article De Daniel Pinson «Essai de définition de l'urbanisme» ,Mars 2000 8 Dictionnaire Larousse


20

«Dans une ville les éléments qui bougent, en particulier les habitants et leurs activités, ont autant d’importance que les éléments matériels statiques. Nous ne faisons pas qu’observer ce spectacle, mais nous y participons, nous sommes sur la scène avec les autres acteurs. Le plus souvent notre perception de la ville n’est pas soutenue, mais plutôt partielle, fragmentaire, mêlée d’autres préoccupations.»9 Selon sa thèse, l’urbanisme peut interférer dans la transformation de l’image d’une ville, mais celle-ci dépend d’abord du comportement et des perceptions, c’est-à-dire qu’un élément de la ville doit pouvoir être perçu, vécu, interprété et en relation avec les autres, ce qui permet une lisibilité aux citadins de tisser des liens affectifs, existentiel avec le cadre urbain de la ville.

I-3-A- L'image de la ville Lynch insiste aussi sur l’importance des liaisons à l’intérieur d’une ville pour mettre en valeur un élément qui fait sa beauté et sa richesse, que ce soit une voie commerciale, une pièce d’architecture ancienne, un espace vert où bien un édifice important. «les descriptions étaient souvent faites comme des répliques au contraste dans le décor urbain : contraste spatial, contraste des statuts, contraste des utilisations, ancienneté relative, ou comparaisons des propretés ou des arrangements paysagers. On remarquait les éléments et leurs attributs en fonction de leur situation par rapport à l’ensemble.»10 Cet urbaniste considère que la qualité d'images dépend de trois critères: l'identité (l'individualité, l'unicité), la structure (spatiale et paradigmatique) et la signification (émotive ou pratique). Un travail sur ce domaine visuel s’avère donc nécessaire pour une composition urbaine plus compréhensible et facile à lire ; Catégorisant 5 types d’éléments composant l’image mentale de la ville (voies, limites, quartiers, nœuds, points de repères).

9 Kevin Lynch, L'image de la cité, 1960, ( p.2) 10 Kevin Lynch, L'image de la cité, 1960, ( p.52)


21

I-3-B- Eléments à prendre en compte dans la composition urbaine «Une ville est une organisation à buts multiples, toujours changeante, un abri pour de nombreuses fonctions, construite à une vitesse relative par un grand nombre de mains. Une spécialisation absolue, où tout finirait par être engrené, est improbable et indésirable.» 11

Une image mentale forte de la ville basée sur: L'orientation de la ville vers le grand paysage; Pour que les citadins apprécier

l'esthétique des lieux, L'utilisation de

l'espace public pour assurer la continuité urbaine; Fonder un sentiment d'appartenance et d'unicité chez les citadins et e comportement du citoyen dans la ville; C'est pour permettre aux citadins de s'orienter facilement dans la ville.

Figure 1: Les composants de l'image de la ville selon Kevin Lynch

I-3-B-a- Voies Les voies sont des éléments linéaires du paysage urbain, ce sont les parcours et les itinéraires que les habitants usent habituellement et ce sont les organisateurs du mouvement dans la ville. En fait, elles prennent la forme de rues, d’allées piétonnes, des voies de chemin de fer ou de métro, se structurent en réseaux et couvrent ainsi l’ensemble de l’espace urbain. Les voies sont les éléments prédominants de la carte mentale, elles sont hiérarchisées et leur importance change en fonction du degré de familiarité de l’habitant avec la ville.

11 Kevin Lynch, L'image de la cité, 1960, ( p.106)


22

Figure 2: Les voies L’imagibilité des voies s’accroît grâce à plusieurs qualités : leur continuité, leur direction , les relations géométriques définies avec les autres voies et la clarté des intersections. D’autres spécificités peuvent compter également pour l’imagibilité d’une voie, comme la largeur du champ visuel auquel elle accorde des

qualités

kinesthésiques et une impression de mouvement.

I-3-B-b- Limites C’est un autre type d’éléments linéaires du paysage urbain que l’individu ne considère pas comme des voies. Ils sont parcourus visuellement et constituent des lignes de séparation entre de zones distinctes. Elles peuvent être perçues comme des frontières plus ou moins faciles à franchir isolant ainsi deux régions distinctes d’un point de vue urbanistique. Elles peuvent aussi être des éléments naturels ou anthropiques. Formant de véritables ruptures à l’intérieur de la ville : rivages, tranchées de chemin de fer, murs…

Figure 3: Les limites


23

D’où la constitution des sous-espaces urbain et les séquences urbaines qui deviennent clairement identifiables. La limite agit souvent comme une couture qui réunit plutôt une barrière qui la sépare. Les limites les plus fortes entre les quartiers sont celle qui sont visibles, continues et impénétrables : tels les fronts de mer ou de lac et les rivières.

I-3-B-c- Quartiers Les quartiers sont des éléments surfaciques de la ville qui contribuent à la structuration de l’espace urbain. Ils permettent à l’usager d’avoir une sensation d’entrer, de sortir ou d’être dans un espace étant donné qu’ils sont des zones clairement identifiées à l’intérieur des villes. Ces zones possèdent donc des barrières de différentes sortes : elles peuvent être claires et précises, floues ou incertaines ou inexistantes.

Figure 4: Les quartiers

I-3-B-d- Nœuds Les nœuds sont des éléments ponctuels du paysage urbain. Ils se forment à partir des jonctions des voies en se traduisant sous formes de places, croisements de rue ou même des gares… Ce sont des points focaux où se rencontrent et se rassemblent des éléments

de

type

différent.

Figure 5: Les nœuds


24

I-3-B-e- Points de repères Les points de repère sont définis comme des éléments ponctuels du paysage urbain non pénétrables par l’observateur. D’une nature très variable, Le point de repère marque un contraste avec les éléments qui l’entourent, par sa forme, par son style, par ses dimensions, par ses matériaux et par ses foncions unique, il peut être un bâtiment remarquable, un élément végétal singulier, un monument et un équipement technique… Ces éléments permettent à l’usager de se situer et de s’orienter dans l’espace urbain, grâce à leurs caractères propres qui les rendent aisément identifiables parmi un ensemble d’éléments. Ils peuvent être isolés ou en continuité avec un parcours pour le rythmer ou marquer un nœud ou encore caractérise un quartier.

Figure 6: Les points de repères

Aux points des repère reconnus par l’ensemble de la population urbaine, se rajoutent à d’autres points de repères singuliers relevés par chaque individu. Chaque usager de l’espace public découvre à son tour les éléments près des points de décision qui ponctuent son quotidien: une devanture de commerce, un élément végétal autrement insignifiant, une adresse connue, une affiche lumineuse peuvent devenir ses repères du paysage de la mobilité quotidienne.


25

Toutes ces choses que Kevin Lynch les traites en tant que qualificateurs d’ambiances, n’existent que parce que les personnes les voient, en parlent, utilisent, décrivent, regardent, évitent et s’en servent pour se repérer. J'ai essayé d’en saisir le plus important, en suivant à la trace des personnes, en les observant lorsqu’ils dessinaient leurs parcours, leurs repères, leurs points d’intérêt et surtout leur vision de l’espace.

I-4- Conclusion La ville présente le cadre de vie qui permet aux citadins de se développer, et l'urbanisme est l'outil qui aide à concevoir l'image de la ville. Cette image qui est le rassemblement de plusieurs séquences et émotions vécu dans le voyage dans la ville. Le parcours urbain engage à la fois une dimension sociale et culturelle mais aussi physique et environnementale très importante. Cette notion de parcours renvoie à la fois à la dynamique des espaces urbains à eux-mêmes et au mouvement des citadins en public. Le parcours urbain est en relation étroite avec la notion d’ambiance dans la mesure où il suppose de prendre en compte et d’intégrer la dimension sensorielle des espaces traversés.


26

II- Le parcours : II-1- Définition Le parcours est définit par le cheminement qui est déterminer par: - Un lieu de départ - Un lieu d'arrivé - Le trajet qui dépend de la durée et les principaux repères et séquences qui constituent l'image de la ville. Le Robert définit le parcours comme: «Un chemin qu’accomplit ou que doit accomplir une personne, un véhicule ou un cours d’eau, pour aller d’un point à un autre.» «Chemin, trajet que fait une personne ou qui l'on fait faire à une chose. Il se dit déplacement du trajet déterminé que fait une voiture publique, de celui qui fait un cheval dans une course."12 Donc le parcours dans la ville ( le parcours urbain ) est l'association du public et du privé dans la définition d'un avenir global pour la ville qui a pour objectif d'ordonnancer les espaces, ses formes et ses pratiques sociales. La dimension sociale du parcours urbain est comme un haut lieu d'expression de la vie urbaine. «Se déplacer en suivant une direction plus ou moins déterminée, aller dans une, plusieurs, toutes les parties de. Parcourir les rues d'une ville, les océans, la province, un pays, le monde; parcourir (un lieu) d'un bout à l'autre, en tous sens, dans toute sa longueur, lentement, rapidement, à pied, à cheval, en voiture. L'inspection commença. On parcourut les salles, les cellules, la cuisine.»13 «Le terme urbain désigne tout ce qui est "de la ville". Par conséquent, nous pouvons arrêter une première définition du Parcours Urbain: "C’est tout chemin ou itinéraire qu’on peut entreprendre pour se rendre d’un point à un autre dans la ville .»14

12 http://www.la-definition.fr/definition/parcours 13 Reybaud,J , Paturot, 1842,( p.439) 14 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/parcours/58092


27

Parcourir la ville s'est assurée une solution de continuité entre ce qui est le plus intime (l’espace privé) et ce qui est le plus inconnu (les composants d’une ville). D'où le parcours urbain est une façon d’approprier l’espace public. Donc le parcours urbain nécessite un apprentissage progressif, qui s'exalte par la répétition de l’engagement du corps de l’usager dans la ville jusqu’à il devient une sorte d’habituation. La banalité quotidienne de ce processus par tous les citadins, masque sa complexité en tant que pratique culturelle.

II-2- La forme spatiale du parcours «À Eudoxie, qui s’étend vers le haut et vers le bas, avec des ruelles tortueuses,des escaliers, des passages, des masures, on conserve un tapis dans lequel tu peux contempler la véritable forme de la ville. À première vue, rien ne paraît moins ressembler à Eudoxie que le dessin du tapis, fait de !gures symétriques qui répètent leurs motifs le long de lignes droites ou circulaires tressé à coups d’aiguilles en couleurs éclatantes, dont tu peux suivre la trame alternée tout le long de l’ouvrage. Mais si tu t’arrêtes pour observer attentivement, tu te persuades qu’à chaque point du tapis correspond un point de la ville et que tout ce que contient la ville est compris dans le dessin, les choses y étant placées selon leurs rapports véritables, lesquels échappent à ton œil distrait par le va-et-vient, le grouillement, la cohue.»15 Travailler le parcours dans la ville, c'est du traitement et de la gestion des espaces publics urbains. Ceux-ci constituent la face concrète des multiples processus qui contribuent à la production et à la diffusion des images qui donnent sens à la ville. La question de l’ouverture et de l’aménagement de ces espaces publics y est donc importante. Le parcours reste un haut lieu des pratiques sociales collectives. On circule, on vit, on travaille: d'innombrables pratiques sociales qui se croisent et s'interceptent, faisant du parcours un lieu de rencontres et de conflits dans ces différentes formes spatiales tels que: Avenues et boulevards, les rues, ruelles et les places.

15 Italo Calvino, Les villes invisibles, 1974, (p.115)


28

II-2-A- Les rues La rue est un espace non bâti qui structure le tissu urbain. Elle « Ordonne le bâti et oriente l'espace. »16 Pour augmenter le plaisir de la promenade dans la ville et enrichir l'image de la cité, la rue devient parfois un caractère commercial ou bien culturel... Les rues permettent de lier différents quartiers. Elles se composent de la chaussée, la contre allée et le trottoir et elles accueillent parfois les rails tels que tramways ou métro.

II-2-A-a- Avenues et boulevards « L'origine du mot Boulevards, nous vient du Néerlandais "Bolwerc" qui signifie rempart, donc un boulevards est une voie qui permet de contourner la ville en passant par des rempart »

17

.Avenues et boulevards sont deux termes employés

différemment pour désigner un système de grande voirie qui structure et organise l'image et la scène urbaine de la ville.

Figure 7: L'avenue des Champs Elysées, Paris 16 David Mangin et Philippe Panerai, projet urbain, Marseille, Parenthèses, 1999, (p.57) 17 http://fr.wikipidia.org


29

Les boulevards et les avenues sont un lieur des points importants de la ville. Ces larges voies urbaines bordées d'arbres avec des trottoirs spacieux réservés pour les terrasses de café qui créant des espaces de rencontre, des activités commerciales et des nouveaux pratiques culturels dans la ville.

II-2-A-b- Ruelles Une ruelle est une rue étroite jouant un rôle d'intimité, un espace de transition entre le privé et le public. Elle constitue « Un réseau discret ou la circulation automobile est limitée voire absente.» 18

Figure 8: La ruelle : Passage et arcades

II-2-B- Les places La place est le second élément important du parcours après les rues. On peut la définir comme étant un « Espace, lieu public découvert et environné de bâtiment.»19 Cet espace libre situé à l'intérieur, au centre ou bien dans la marge de la ville, limité généralement de constructions, maisons et boutiques... La place se distingue des autres formes d'espaces public par une certaine ampleur, une sorte de dilatation dans l'espace.

18 David Mangin et Philippe Panerai, projet urbain, Marseille, Parenthèses, 1999, (p. 61) 19 Dictionnaire encyclopédique LAROUSSE


30

II-2-B-a- Origine et évolution L'histoire des places publiques a commencé avec l'agora et la cité grecque. Il s'agit d'un équipement urbain essentiel dans la configuration spatiale du parcours dans la ville, un lieu de réunion de l'assemblée des citadins, d'administration de la ville... C'est le centre de la vie publique.

Figure 9: L'agora, cœur de la cité athénienne Au moyen âge, la place concentre l'essentiel des activités commerciales et artisanats. Chaque place présente un scénario particulier et sert à mener les citadins pour réfléchir, s'orienter, se repérer et ainsi la place est un lieu nostalgique marquer parfois par des événements marquants. Les mutations urbaines actuelles de la ville contemporaine où la place est le lieu dans lequel on constate la mixité sociale, Grâce à la diversités des activités sociales (commerce, rencontre, loisir, manifestation...).

Figure 10: l'évolution de la place publique


31

I-2-B-b- Formes et usage La place est un composant du parcours urbain. Les places peuvent avoir des formes variées qui dépendent de leurs usages, leurs positions dans la ville et leurs relations avec le réseau des rues et avec les bâtiments. Il existe des places crées, dessinées et planifiées mais aussi des places spontanées, plus organiques et qui se forment progressivement suite à des élargissements successifs.

Figure 11: La place de La mosquée Ezzitouna: La place du pouvoir Donc c'est le comportement des citadins dans la ville qui définit la forme de la place, et son usage vient comme réponse aux désirs et aux besoins des citadins. Alors, la relation de la place avec les bâtiments de pouvoir sert à manipuler et contrôler les citadins n'est plus prise en compte, Les citadins ont révélé le besoin d'une mutation dans leur vie quotidienne. D'où l'usage de la place c'est la création des nouveaux pratiques culturels et sociales tels que: Se rencontrer, apprendre, s'exposer, se détentre, manifester...

Figure 12:Espace de détente et festival : Parc de la villette "Bernard Tschumi"


32

II-3- Le fond caché «D'abord je la parcours des pieds jusqu'à la tête.»20 Le parcours est un élément structurant de la ville, d'où le parcours qui n'est plus comme un simple déplacement dans l'espace (la ville), mais, il est comme une configuration spatiale dont les qualificateurs d'ambiances selon Kevin Lynch tels que: Les effets (d'ambiance urbaines) et perspectives/ Sinuosité/ Gabarits, échelles et alignements/ Rythmes/ Attirance et répulsion, existent pour que les personnes les voient, en parlent, dérivent, utilisent, regardent, évitent et s'en servent pour se repérer dans la ville. Celui-ci rend le parcours urbain dans la ville comme une expérience vécue et perçue riche pour faire vivre la ville où les sensations et les émotions jouant un grand rôle pour étoffer cette expérience.

Figure 13: Le parcours dans la ville: une expérience riche Donc la perception dans la ville est une perception sensorielle de l'espace, où chaque personne perçoit son propre système perceptuel divisé en sept sous-systèmes: la vue, le toucher, l'ouïe, le gout, l'odorat, le corps (squelette et muscles en mouvement) et l'intuition. 20 Hauteroche, Les Bourgeoises de qualité


33

II-3-A- Perception dans la ville: L'inscription du corps dans l'espace II-3-A-a- La vue «Toute la conduite de notre vie dépend de no sens, entre lesquels celui de la vue étant le plus universel et le plus noble, il n'y a point de doute que les inventions qui servent à augmenter sa puissance ne soient des plus utiles qui puissent être.» 21 La vue joue un grand rôle dans la perception de la ville, c'est la forme spatiale du parcours qui permet d'enrichir cette promenade visuelle dans la ville. Les éléments qui constituent l'image de la ville tels que: les repères, les nœuds, les voies, les limites et les quartiers donnent des signaux perçus par l’œil qui sont à la fois précis et interprétables. Donc la vue est l'instrument de tissage dans le parcours urbain qui permettre d'améliorer l’expérience visuelle de l’espace, la découverte et l’observation.

II-3-A-b- L’ouïe «Les vrais poissons n'ont point de poumons, ils ont des ouïes qui leur en tiennent lieu ; tous les cétacés, au contraire, ont de vrais poumons.» 22 L’ouïe est le sens du corps humain, les sons contrôlent nos émotions en fonction des stimulis perçus et des facteurs psychologiques et biologiques de chacun et sert à orienter les citadins dans la ville. La perception auditive crée un lieur direct entre les citadins et l’espace public,fait ainsi introduire l’environnement dans le corps. Du point de vue auditif, le citadin devient le centre de l’environnement.

II-3-A-c- L’olfactif «Le chien ne perd pas l'objet de sa poursuite ; il voit, de l'odorat, tous les détours du labyrinthe, toutes les fausses routes où on a voulu l'égarer.»23 Le sens olfactif est un élément signalétique bien lié à la mémoire humaine. L’odorat est un outil d'orientation et il est le sens le plus capable de révéler des souvenirs ensevelis dans le passé. La présence d’une certaine odeur peut définir l’espace et elle le donne une identité. 21 René Descartes, 'La Dioptrique',( p.14) 22 Charles Bonnet, 'La contemplation de la nature' 23 Georges Louis Leclerc Buffon, 'Le Chien'


34

II-3-A-d- Le goût «Il est bon de connaître la source des plaisirs dont le goût est la mesure : la connaissance des plaisirs naturels et acquis pourra nous servir à rectifier notre goût naturel et notre goût acquis.»24 L'espace public est le lien où le goût est très lié a l'odorat, la vue et le corps. On peut goûter à travers les odeurs qu’on sent et vice versa. la vue et le corps aussi peuvent goûter la qualité spatiale de l'espace pour orienter le cerveau et créer des souvenirs mémorables. Ainsi on constate que le goût fait partie de l’expérience vécue tout comme les autres sens.

II-3-A-e- Le tactile « L'exemple de cet illustre aveugle prouve que le tact peut devenir plus délicat que la vue, lorsqu'il est perfectionné par l'exercice.»25 Le toucher suscite un contact de fer entre l’espace et l’humain puisqu’il est le principal interface de contact entre ces deux éléments. C’est le sens de la proximité et de l’intimité. Il est fortement relié à chaque action effectuée par le citadin. Même la vue a le sens du toucher dans la perception de la ville car ce sont les composants de la ville qui vont être toucher par l'œil.

II-3-A-f- Le corps « Si nous savons entendre le naturel de l'esprit humain.» 26 Ce sont les émotions qui provoque le corps humain pour réagir dans l'espace. D'où la naissance d'une étroite relation qui lie le corps humain à l'espace public. Or le corps en tant qu'acteur en mouvement dans la ville devient un récepteur sensitif en soi. L’être humain est l'acteur principal dans la ville, ayant ses propres mécanismes de perception qui le mènent à révéler ses actions et ses comportements dans l’espace.

24 Montesquieu, 'Goût, Des plaisirs de l'âme' 25 Diderot, 'Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient' 26 Bossuet, 'Sermon sur l'honneur, préambule'


35

II-3-A-g- L’intuition «Dès qu'il a les idées de ces choses ou les idées attachées aux signes qui les représentent, il voit comme par intuition, si une chose convient, ou ne convient pas à une autre chose.» 27 Grâce à l'intuition, la promenade dans la ville devient riche et il sert à orienter les citadins dans la ville. Chaque individu a une capacité naturelle de percevoir et de comprendre l’espace selon les informations qu’il a pu collecter dans son environnement. Ainsi, la mémoire joue un rôle déterminant dans le déclenchement d’une émotion. L’intuition ou l’apprentissage de l’espace est lié aux souvenirs mémorables qui ont un rapport avec l’espace lui-même.

Figure 14: L'inscription du corps humain dans l'espace 

Le parcours dans la ville n'est plus comme un simple traçage au sol, mais il

présente l'expérience vécue dans la ville. Une expérience vécue et perçue où l'approche sensorielle du parcours enrichit cette expérience. Cette approche sert à orienter et à manipuler la promenade dans la ville où la végétation, le mobilier urbain et le revêtement du sol sont les composants nécessaires pour la configuration spatiale du parcours, pour qu'il devient un élément structurant de la ville et enrichissant de la vie quotidienne des citadins. 27 Charles Bonnet, 'Essai Analytique Sur Les Facultés de Lame', (p.190)


36

II-3-B- Les composants du parcours L'analyse faite sur les sensations et les émotions des citadins permet de dégager divers éléments qui viennent enrichir le parcours dans ville et même la scène urbaine de la ville, ainsi l'embellir et lui donner du caractère tels que la végétation, le mobilier urbain et le revêtement du sol.

Figure 15: Le mobilier urbain

II-3-B-a- Le mobilier urbain Le mobilier urbain est un élément d'aménagement du parcours urbain très important dans la mesure où il permet de façonner l'espace urbain. Il s'implant pour satisfaire les besoins des citadins et il peut remplir une ou plusieurs fonctions à la fois.

Figure 16: Mobilier urbain à usage diversifié


37

Un agencement bien réfléchi du mobilier urbain permet une meilleure organisation du parcours urbain. En effet, des composants comme les candélabres, les bancs, les potelets permettent, structurés sur une même ligne, de dessiner les limites du parcours, se distinguer les lieux de la ville et d'affirmer des perspectives. L'implantation du mobilier urbain doit être au service des citadins. Aussi un travail de sélection et d'harmonisation doit être muni pour garantir une lecture cohérente du parcours.

II-3-B-b- La végétation La végétation est un élément très important qui fait partie de la conception du parcours urbain et dont on doit prendre en considération dans toute opération d'aménagement urbain. La végétation constitue un outil de structuration du parcours urbain et son rôle est de souligner les axes, agrémenter les places, combler les vides...

Figure 17: La disposition linéaire de la végétation: Avenida 9 de Julio à Buenos Aires Le choix de la disposition spatiale des éléments végétaux dépend de l'effet recherché: alignés, ils permettent de cadrer des vues ou affirmer des perspectives, plus dense et ils permettent de faire écran et séparer des espace différents.Ainsi, Le choix des essences végétales doit être adapter à la forme et à l'usage du parcours urbain.


38

La végétation est l'un des outils d'influence, de manipulation et de contrôle, prenant l'exemple de l'Avenue Habib Bourguiba et la disposition de la végétation dans cet axe et leur influence sur les citadins.

II-3-B-c- Le revêtement du sol Dans la perception visuelle du parcours, le sol est un des éléments principaux et au même titre que le mobilier urbain et la végétation, les revêtements de sol extérieurs jouent un rôle important dans l'aménagement.

Figure 18: Traitement du sol par agencement de différents matériaux Toutefois, la multiplication des matériaux et des couleurs peut complexifier la lecture du parcours ou comme objectif de révéler des souvenirs mémorables pour les citadins en parcourant la ville. L'utilisation de ces différents matériaux ne doit pas être pensée de manière décorative. L'utilisation du revêtement au sol renforce la lisibilité du parcours urbain et de l'espace public.


39

II-5- Conclusion La perception dans le parcours, est un moyen qui traduit et simule les données et informations dégagées ou contenues dans la ville, cette approche nous permettrait d’assimiler la ville d’une façon prorpres et ainsi acquérir des sentiments et des émotions par rapport a ces points dans l’espace et dans le temps. Toute l’expérience d’une promenade urbaine prend essence dans la qualité des espaces conçus, qui doivent être a leur tour renforcé par la présence de plusieurs équipements. Le mobilier urbain se présente comme un élément fort dans tout amménagement de parcours urbain, pour ses capacités et ses caractéristiques qui agrémentent l’espace conçu. Il affirme par lui même les limites qui désolidarise les multiples parties qui constituent ces vois piétonnes et se prouvent comme un moyen d’accentuer les perspectives et les cadrages de vue urbains. C’est en déambulant entre les bâtiments d’une ville, qu’on peut mesurer l’étendu de l’avancée d’une nation et ses régions, d’où le traitement d’un parcours urbain s’impose comme une nécessité pour refléter et traduire la superposition d’images architecturales et sociales qui le régissent. L’aboutissement d’un parcours, permettrait la confirmation de l’identité de la ville et lui donner un sens et un cadre d’existence a travers les différents amménagements et ses ouvertures par rapport à l’environnement immédiat.


40


41

CHAPITRE II : Le parcours dans la ville de Tunis Max Miller considère la ville comme Êtant une succession des villes


42

Le parcours dans la ville n'est plus un simple déplacement dans l'espace, mais,

une configuration spatiale

vécu d'une expérience de perception, de savoir et qui constitue un lieur de vie où se développent plusieurs pratiques

urbaines

tels

que

:

l'habitation, la détente, la rencontre, le loisir... qui sont le reflet de la mutation des sociétés urbaines.

Kevin

Lynch définit le parcours

comme un élément structurant de la ville qui dépend essentiellement de la scène urbaine de la ville et comme il peut servir à enrichir l'image mentale de ville. Une image forte de la ville est basée sur l'imagibilité

qui

est

considérer

comme un critère fondamental dans la composition de la ville.

Le parcours principal

de la ville de

Tunis qui mène de La Kasbah vers le lac est l'axe principal de la Tunisie par excellence et présente aussi l'axe chronologique de la ville; qui est un voyage à travers le temps entre passé, présent et futur :


43

I - Le parcours de la médina C'est le parcours du passé et le premier parcours dans la ville, qui mène de « La Kasbah » vers « Bab Bhar » et qui traverse la mosquée « Ezzaytouna ». D'où Le parcours de la médina qui est riche au niveau émotionnel et sensoriel grâce à l'aspect organique de l'urbanisme de la médina et sa configuration spatiale introvertie.

Figure 19: Tissu urbain de la médina de Tunis

I-1- Aperçu historique de la Médina En 698, et à l’époque où une petite dynastie berbère s’installa à Tunis pour organiser une "république" indépendante à l’abri des envahisseurs arabes et des incursions normandes. La Médina de Tunis se présentait sous une forme ovale, entourée d’une muraille géante continue et dominée par une Kasbah, siège du gouvernement Almohado-Hafside.

Figure 20: Vue aérienne prise en 1938 sur la Medina de Tunis


44

La Médina de Tunis s'est développée autour d'un noyau qui est le centre religieux de la grande mosquée « Ezzaytouna », ouvrant sur une large placette servant à la fois de marché et de lieu de réunions publiques, au voisinage de laquelle s’ordonnaient les Souks des marchands et des artisans. Autour de ces souks s’élèvent les habitations particulières avec leurs ruelles étroites.

I-2- Le parcours dans la Médina entre «La Kasbah» et «Bab Bhar» La Médina de Tunis est une création originale de la route terrestre. Les fonctions de relais, de passage et de transit qu’elle assurait dès l’aube de l’histoire enrichir le parcours de la médina qui montre la convivialité et la fluidité.

Figure 21: Les principaux axes de la médina D'où la Médina de Tunis contient plusieurs axes importants comme les parcours transversales de la médina, qui relient entre les deux faubourgs; comme celui de « Bab-Souika » au Nord, et de « Bab El Djazira » au Sud. Perpendiculairement à ces axes, deux artères principales qui présentent l'axe de pouvoir de la Médina, joignent parallèlement la porte de la mer, l’une à la Mosquée Ezzaytouna (appelée aujourd’hui rue de la grande Mosquée) et l’autre à la Kasbah.


45

I-2-A- Le cheminement qui est déterminé par : I-2-A-a- Un lieu de départ « La Kasbah »: Depuis que le souverain Aghlabide, « Ibrahim II » eut décidé de quitter Kairouan, en 893 pour s’installer à Tunis,« la Kasbah » est devenue un lieu déterminant du pouvoir. Conçue comme une cité indépendante, puissamment fortifiée et séparée de la Médina par un mur. Dans nos jours, La Kasbah est le siège du premier ministère tunisien

qui

offre

spontanément une place de manifestation et de rencontre public et l'un des repères de la Médina de Tunis.

Figure 22: La Kasbah: Un lieu de manifestation et de rassemblement

I-2-A-b-Un lieu d'arrivée « Bab Bhar » (Porte de la mer): Appelée ainsi pour sa situation du coté du lac et de la mer. Cette porte est appelée par les européens « Porte de France » nom qui a commencé à se répandre vers 1890. La médina contient 17 portes et qui sont les repères les plus importantes dans la ville, dans nos jours « Bab Bhar » présente un repère dans la ville et un lieu de transition entre deux

périodes

importantes

de

l'histoire de la Tunisie et qui présente la première ouverture dans la ville sur l'avenir. Figure 23: Bab Bhar: La première ouverture dans la ville


46

I-2-A-c- Un trajet La trajectoire du parcours de la Médina qui mène de « La Kasbah » (la place du gouvernement) jusqu'au « Bab Bhar », qui traverse la mosquée « Ezzaytouna » (le noyau de la Médina) et qui passe par; « Rue de la Kasbah », « Souk El Attarine » et rue de la mosquée « Ezzaytouna »; cette promenade qui dure entre 7 et 10 minutes à pieds et trés riche au niveau émotionnel et sensoriel grâce à l'aspect organique de l'urbanisme de la Médina et à sa configuration spatiale introvertie. D'où la Médina de Tunis est une création originale de la route péotonne. Les fonctions de relais, de passage et de transit qu’elle assurait dès l’aube de l’histoire , enrichi le parcours de la Médina qui montre la convivialité et la fluidité.

Figure 24: Le trajet du parcours de la médina de Tunis


47


48

I-2-B- La dimension sensible du parcours I-2-B-a- Le vécu spatial Les lois sociales et culturelles déterminent les principes de base de l’organisation spatiale à l’intérieur de la Médina. Il faut reconnaître que la famille islamique porte une très forte symbolique d’ou la philosophie religieuse génère un mode de vie tout à fait particulier : Dans la Médina, l’intimité familiale acquière une grande importance par rapport au monde extérieur. En effet, la différence entre l’homme, qui lui souvent côtoie le monde extérieur et la femme, dont l’espace de vie se limite à la maison, génère une certaine distance clairement

dans

le

rapport

remarquable

public/

surtout

privé,

avec

les

traditionnelles maisons à patio dont l’accessibilité se fait par des impasses pénétrant à l’intérieur des cœurs d’îlots et par une entrée en chicane.

Figure 25: L'enclos et la transition en chicane entre le public et le privé

I-2-B-b- L'espace public La Médina est caractérisée par un tissu de construction et un système de parcours organisé

selon plusieurs niveaux

hiérarchiques qui tendent à séparer nettement l’espace public de l’espace privé : à un premier niveau, les espaces de la mosquée et le souk, et à un second niveau, les quartiers résidentiels, fermée sur elle-même, avec ses rues étroites et de nombreuses impasses.

Figure 26: L'appropriation de l'espace public pendant la journée


49

La notion d’espace public est énigmatique dans la Médina de Tunis. Outre la mosquée, lieu de rassemblement et de pratiques religieuses, les ruelles et les écoles (Médersa) constituent quant à elles le seul espace public, même si en réalité elles ne le sont pas vraiment ; Il s’agit plutôt de voiries, de parcours, des trajectoires, des patios (des vides); d'où les gens trouvent le déplacement qui se limite pour aller d’un endroit à un autre. D'où la Médina rejette les espaces publics et les uniques espaces de rencontre et de rassemblement sont sous le contrôle des lieux de pouvoir voisins.

Figure 27: Les espaces publics dans la médina

I-3- Conclusion La médina refuge identitaire est une richesse culturelle vue et vécue, elle est aussi un produit à commercialiser à travers sa mise en valeur et la revaloriser. Avec l’indépendance et la révolution, l’identité du Tunisien s’est affirmée ; A un certain moment, celui-ci était prêt à adopter un nouveau mode de vie à un idéal de liberté et de modernité plutôt qu’un idéal familial traditionnel musulman.


50

II- Le parcours de la ville européenne La porte de la mer « Bab Bhar » est la première ouverture dans la ville sur l'avenir, et la naissance du deuxième parcours dans la ville de Tunis; qui est le parcours du présent. D'où le parcours de l'Avenue Habib Bourguiba est l'axe qui mène de « Bab Bhar » jusqu'aux les berges du lac. On peut déduire que la configuration spatiale du parcours de l'Avenue Habib Bourguiba est un outils de manipulation dans la ville pendant la période de colonisation et la période après l'indépendance jusqu'a nos jours, et ça se confirme à travers le tracé linéaire de la voie piétonne et véhiculaire et même de la disposition régulière

de

l'aménagement urbain de la ville; Ce qui donne une image pâle de la ville.

Figure 28: Vue aérienne prise en 1938 sur le centre ville de Tunis, de la Porte de France (en bas) au lac et port de Tunis (en haut)

II-1- Evolution historique de la ville européenne Le parcours de la ville européenne a commencé à prendre forme, à partir de la porte de la marine (la porte de la mer), avec l’ambassade de France comme première construction réalisé en dehors des murailles de la Médina. Et c’est là qu’a apparu la promenade de la Marine qui reflétait une prise de position stratégique du protectorat à cette époque, et sa volonté d’utiliser la ville comme marquage pour les citoyens de la médina.

Figure 29: Vue aérienne prise en 1938 sur le centre ville de Tunis, de la Porte de France( enhaut) au début de l’avenue Habib Bourguiba (en bas), aussi la cathédrale de Tunis (à droite) et en face l’Ambassade de France


51

En effet, le développement de la ville était vers l’est et le sud; par contre, ce ne fut pas le cas en direction du port ainsi que de la gare de chemins de fer en bordure du Lac, endroits à fortes activités économiques. Ensuite, pendant le 19ème et le 20ème siècle, le développement de la ville a commencé selon deux axes perpendiculaires: Celui de l’avenue de la Marine (actuellement l’avenue Habib Bourguiba), et l’avenue de Carthage, donnant naissance au plan en damier représentatif de la ville européenne.

Figure 30: Genèse de la ville coloniale 23

II-2- Analyse du tissu urbain Le développement du tissu urbain de la ville européenne dans des contextes historique et politique (colonisation, indépendance, dictature); ont permi sa mise en place vers la fin du XIXème siècle dans la capitale tunisienne et qui ont provoqué la naissance d'un concept assez inédit à cette époque : celui de la ville duale. Se juxtaposant à la médina, le tissu européen est le reflet des différentes prises de décisions politiques, de la coexistant communautaire et des interactions socioéconomiques que le pays a connu durant l'instauration du protectorat français et suivit par la politique des dictateurs de la pays après l'indépendance.

Figure 31: Dualité entre deux pôles distincts


52

II-2-A- Analyse morphologique L'avenue Habib Bourguiba est l'axe principal de la ville par excellence et qui est un élément structurant dans la ville européenne, grâce a l'axialité parfaite da l'avenue et l'organisation en damier de la ville européenne: l'avenue fût pensé à l'époque sur le modèle des Champs Elysées. Au milieu de l'avenue une large terre pleine centrale fait office de balade piétonnière, agrémentée de bancs de palmiers

et

de

ficus.

L'avenue

Bourguiba est conçue comme le symbole d'une Tunis moderne.

Figure 32: Plan en damier qui valorise l' axialité parfaite du l'avenue Habib Bourguiba

II-2-B- Analyse séquentielle Le parcours dans la ville européenne La ville comme une forme spatiale et un objet de manipulation

Le tissu urbain européen est le reflet des différentes prises de décisions politiques et des interactions socio-économiques qu'a connu le pays durant l'instauration du protectorat français et suivit par la politique des dictateurs de la pays après l'indépendance. Le parcours de la ville européenne reflet l'image mentale de la ville construite comme une forme spatiale, mais le parcours est utilisé comme un objet de manipulation et d'influence. A cette époque la dimension humaine dans la ville est absente, les besoins et les désires du citoyen n'avait pas vraiment sa place du moment que la ville se trouvait régie à ce moment-là par une politique évitant les gens de se rencontrer et de s'exprimer autant que citoyen.

Figure 33: Ambiance urbaine du parcours de la ville européenne


53

La ville européenne, malgré la mise en place d'un boulevard piéton spacieux qui est l'avenue Habib Bourguiba, et la volonté de créer des espaces publics (La place du 14 janvier, la place de l’indépendance…) inexistants dans la Médina de Tunis, cette intervention plutôt politique témoigne d’un pouvoir purement autoritaire qui évite les gens de se rencontrer, ou leur imposer des endroits stratégiques dans le but d’être manipuler et contrôler (en face de la cathédrale St Vincent de Paul et de l’ambassade de France, près du Ministère de l’intérieur). Ces espaces sont malheureusement considérés comme étant mal traités, ne répondant pas aux besoins et aux désirs des citoyens d’aujourd’hui pour une pays post révolutionnaire.

Figure 34: Repères ponctuant le parcours de la ville européenne


54

II-2-a- La rue et la place : éléments essentiel de la ville - La rue L'avenue Habib Bourguiba avec la large terre pleine centrale fait office de balade piétonnière, agrémentée de bancs de palmiers et de ficus. L'avenue Habib Bourguiba est conçu comme le symbole d'une Tunis moderne. Selon un rythme régulier pour accentuer l'axialité du parcours dans le but d'améliorer le cadrage de la perspective dans la ville.

- La place Les gens adoptent une attitude différente vis-à-vis de chaque espace, de chaque endroit quel que soit sa valeur, et pour comprendre comment vivent-ils et s’approprient-ils l’espace existant, à cause du manque de l'espace public et l'espace de rencontre et d'expression dans la ville.

II-2-b- Outils d’aménagement de la ville

- Le mobilier urbain Inexistence de mobiliers urbains, absence d’espaces agréables, les gens préfèrent se mettre au pied du théâtre municipal pour discuter, échanger, se mettre à l’ombre, sous les arcades de l’immeuble « l’international » pour de protéger, s’abriter pendant les journées pluvieuses.

- La végétation En ce qui concerne les espaces verts, on ne peut pas nier que l’on s’y est intéressé qu’aux trottoirs bordés d’arbres.

- Le revêtement du sol Dualité entre trottoirs et voie véhiculaires tout le long de l'axe de l'Avenue Habib Bourguiba, avec un manque de créativité pour améliorer cette contraste. Figure 35: Les pratiques urbaines à l'Avenue Habib Bourguiba


55

II-2-C- Analyse typologique En parcourant l'Avenue Habib Bourguiba principalement dans le but d'apprécier l'architecture originale de certains des bâtiments qu'elle limite, des immeubles à façades Art-déco aux réalisations plus récentes, de style années 70. Un exemple parmi les plus marquant, le théâtre municipal, datant de 1902, restauré par la suite, présente sa façade blanche aux formes arrondies de style Art-nouveau, dont l'allure lui a valu le surnom de bonbonnière. Ce type de monument côtoie l'imposante tour moderne de l'hôtel Africa. Jonction entre les avenues Bourguiba et de France, la place de l'Indépendance est marquée par la cathédrale Saint-Vincent de Paul achevée en 1897 dans un style un peu difficile à définir, en raison des influences variées.

Figure 36: Typologie et succession des façades de la ville européenne

II-2-D- Analyse fonctionnelle

Figure 37: Mixité fonctionnelle dans le parcours de la ville européenne


56

Aujourd’hui, l’avenue Habib Bourguiba est devenue un siège d’activités économiques (banques, chambres consulaires, agences de transport, bureaux, entreprises industrielles…), de services urbains, quelques équipements culturels (Théâtre municipal, et d’activités commerciales surtout avec ses magasins qui occupent les rez-de-chaussée des immeubles qui y prennent place. Et le manque des espaces culturels dans la ville.

II-3- Conclusion Ce marquage du parcours de la ville européenne par des bâtiments aux styles distincts et l’harmonie entre différents symboles qui ont succédé pendant toute l’histoire de la ville de Tunis, ont renforcé et accentué la notion identitaire de la ville et ont simplifié la lecture et l’assimilation du cadre urbain existant. Désormais, le mode de vie du Tunisien a changé après la révolution: Il devient plus libre et plus affirmé après une longue période de censure et de tyrannie. Que devrait être, donc la meilleure réponse ou formule qui répondra a ses besoins et désirs.


57

III- Le Lac de Tunis Situé entre le centre-ville et la banlieue nord de Tunis, le Lac a toujours entretenu des rapports conflictuels avec le reste de la ville. Ces plans d’eau ont toujours été marginalisés et la ville y a toujours tourné le dos, assimilés à des égouts à ciel ouvert étouffant la ville. Se retrouvant face à des problèmes environnementaux, l’état a décidé de réagir, et c‘est dans les années 80 que les travaux d’assainissement de la lagune ont commencé en ayant principalement pour but de transformer ces plans d’eaux polluées en une lagune touristique favorable aux pratiques balnéaires. Dés ces travaux d’assainissement terminés, la ville de Tunis s’est retrouvée à un certain moment avec des friches donnant sur le Lac, offrant des opportunités de terrains prêtes à accueillir des projets potentiels. Aujourd’hui, le Lac se trouve divisée en 3 zones urbaines.

Figure 38: Les différentes zones du Lac


58

III-1- Le lac 3 comme un nouvel élan pour la ville Heureusement, aujourd'hui c'est le Lac 3 qui nous offre l'opportunité d'un troisième parcours dans la ville où bien le prolongement des autres parcours. D'où c'est le parcours de futur qui offre la possibilité d'instaurer une nouvelle transition urbaine, architecturale et socio culturelle dans la ville de Tunis, où la culture et l'expression artistiques sont les moyens et les outils

d'un redéveloppement

personnel pour répondre aux besoins et aux désirs des citoyens dans la ville, dans le but d'obtenir un peuple conscient, civilisé et suffisamment cultivé.

Figure 39: Le lac 3 comme un nouvel élan pour la ville de Tunis

III-2- L'évolution de la ville : Repenser l'espace public « Penser l’espace du public est à la fois un enjeu d’organisation de l’espace, de qualité de vie, de communication. »28 Repenser l’espace public où bien repenser le parcours de la ville; c'est dans le but de réfléchir la citoyenneté et de répondre aux besoins et aux désirs du citoyen dans la ville. 28 HTTPS://HALSHS.ARCHIVES-OUVERTES.FR/HALSHS-00425455


59

Aujourd'hui, La configuration spatiale du parcours urbain devrait établir une réponse judicieuse au service du citoyen, dans un idéal de liberté. Le parcours de la ville devrait être "un espace de la démocratie" pensé pour le citoyen que ce soit dans son organisation spatiale, la qualité de qu’il propose; un véritable lieu de sociabilité, de rencontre et de libre expression. C'est dans le but, de retrouver l'identité du citoyen dans cette période de post révolution.

- Rôle du parcours dans la composition de l'espace public dans la ville Considéré comme étant un espace générateur de la ville, le parcours est un élément structurant de la ville et une composante fondamentale de la composition urbaine; dans le but d'assurer la continuité entre les différents éléments bâtis et de tisser entre les modèles urbains de la ville comme dans le cas de la médina et l'avenue Habib Bourguiba; Le souci, c’est que comment peut-on concevoir l'image de la ville dans le but de retrouver une image qui reflet l'identité du citoyen dans nos jours.

Figure 40: L'évolution de la ville: une ouverture sur l'avenir Intervenir dans la ville nécessite un certain nombre de connaissances tels que; l'ancien (le système hérité), le manque (les besoins et les désirs des citadins)... dont il faudrait prendre conscience, maîtriser, avant même de découvrir ces références urbaines mises en forme encore aujourd’hui, pour ensuite être capable de proposer une réponse adaptée, satisfaisante et durable.


60

III-2-A- Tissage entre un système hérité et une nouvelle composition

Figure 41: Tissage entre un système hérité et une nouvelle composition

Tisser pour bien évoluer la ville, et pour que la nouvelle composition du parcours peut donner aux gens l’envie de rester dans un l’espace conçu, une composition qui promeuve une mixité urbaine favorise le mélange et qui rompe avec une composition qui vise plutôt une simple juxtaposition sectorielle induisant à une déchirure sociale


61

III-2-B- Une politique culturelle dans la ville : Cultiver la culture «Contrairement à l’architecture, la composition urbaine ne vise pas un objet fini.»29 Concevoir le cadre de vie pour une nouvelle politique dans la ville, c'est étudier le comportement de citadin dans la ville et comment il réagi dans l'espace; est une étape indispensable dans la conception de l'image de la ville. D'où la composition urbaine s’intéresse à l’aménagement de ses espaces libres comme le parcours quotidien de citoyen, dans le but de cultiver une qualité spatiale consciente adaptée et cohérente. Aujourd’hui, dans la volonté de concevoir une image de ville; mythique, harmonieuse, plus conviviale, durable et unifiée, où les besoins des différents groupes sociaux et qui reflet l'identité du citadin. Pour l’homme, il s’agit là de besoin en espaces de rencontre, de détente, de citoyenneté pour bien vivre la ville. D'où c'est l’urbain qui cherche à mettre en forme une réponse inventive, inspirer de la culture ancienne et laissant place à de futures possibilités d’intervention.

III-3- Conclusion La configuration spatiale du parcours est le jeu savant entre l’urbain et l’architecture. Dans nos jours, l’urbain ne peut être dissocié de l’architecture et c’est dans ce sens que l’on parle d’urbatecture pour concevoir une image forte de la ville. D'où l'urbatecture est la mixité entre architecture et urbanisme, qui consiste à "architecturer le vide" dans le but d’organiser la ville lors de la conception d’un composant du ville; l’urbatecture peut aussi être décrite comme étant "l’architecture qui décide le développement de l'expérience vécue et percue dans la ville". Voilà une réponse qui peut être une source d’inspiration dans mon projet; Où la culture ancienne et les mutations urbaines de la ville contemporaine tente de marquer le territoire et d’ériger un symbole dans la ville; ou encore l’ouverture, qui elle permet une continuité visuelle laissant imaginer l'image de la ville. 29 HTTPS://REPERTOIREDESESPACESPUBLICS.FILES.WORDPRESS.COM /2009/12/C2-EFFET-DE-COMPOSITION.PDF


62

CHAPITRE III : Projets Similaires


63

I- Les mutations urbaines de la ville contemporaine I-1- Kaohsiung Vortex: Influx Studio I-1-A- Quoi Influx Studio a pris la tâche de concevoir une visite culturelle et écologique pour la Culture Marine de Kaohsiung et le centre du Pop Music à Kaohsiung, Taiwan.

Kaohsiung, est la seconde ville de Taïwan, avec environ 1 510 000 habitants, répartis dans 11 districts.

Figure 42: Plan de situation

I-1-B- Pourquoi

Figure 44: Intégration dans le site

Figure 43: Plan d'implantation

Le projet a eut lieu dans le but d’ améliorer le tissu urbain à Kaohsiung, Taiwan. Aussi il est comme une réponse aux infrastructures mondiales où l’économie mondiale est en pleine croissance. La proposition, intitulée The Vortex, devrait devenir une icône puissante pour la ville, et incarner une identité durable rafraîchissante pour Kaohsiung.


64

I-1-C- Comment I-1-C-a- Les concepts Le projet Vortex est le point de repère horizontal, envoie des ondes d'énergie dans la ville sous la forme d'un toit ondulé qui offre une imagerie envoûtante qui crée également un nouveau paysage au bord de la mer. Ces ondes se propagent comme une

marée

différentes

et

embrassent

masses

de

construction qui unissent les différents

éléments

du

programme et de créer une continuité visuelle entre les centres culturels. Plutôt que de se concentrer sur un seul objet.

Figure 45: Source d'inspiration

Influx Studio veut rendre le concept de l'onde une icône pour la ville de Kaohsiung ainsi un caractère symbolique de la vague comme élément de rappel: à la fois la mer, et renforce les tentatives faites par les architectes d'amener la musique au premier plan. The Vortex incarnera sur le caractère synergétique de la ville: des lumières vives,des sons et des couleurs qui évoquent le dynamisme de la vie dans le ville.

Figure 46: Configuration spatiale du parcours


65

Identité, Communication, unité, un sentiment de bien-être par le traitement du parcours pour créer des liens culturels de divertissement local et global sont les objectifs auxquels cette proposition s'efforce.

I-1-C-b- Programme La proposition met l'accent sur une interface commune qui améliore l'accessibilité du complexe pour les visiteurs. Des sentiers piétonniers sont développés pour obtenir de nouveaux canaux d'engager l'espace et donnant accès au front de mer. A l'ouest du site, le projet intégrera les rifts urbaines parc de réunir dans le tissu causé par des chemins de fer existants. Ce multi directionalité va attirer des gens de toutes les directions et de créer un parc urbain.

Figure 47: Les grands composants du programme

Designed comme une continuation soulevé des vagues de la mer adjacentes au site, The Vortex deviendra une partie du paysage marin et tisser de nouveau dans le site qui fournit le développement à usage mixte , y compris la vente au détail, les loisirs et spectacles en plein air et dans le but d’ améliorer la connexion entre le front de mer et le centre - ville de Kaohsiung. Le centre sera une constellation de boutiques, librairies, marchés, cafés, pubs, restaurants et se développer dans un complexe ouvert 24 heures pour une variété de visiteurs et les comportements.


66

Figure 48: Les ambiances imaginĂŠes dans le projet


67

I-2- Pudong Water Front: SWA Group ET Morphosis I-2-A- Quoi SWA Group a remporté le concours Waterfront Pudong. qui situé entre la rivière Huangpu et l'autoroute périphérique externe, le site du projet est d'environ 283 hectares de front de mer espace ouvert avec un 2,3 km rivage.Situées juste au sud du site de l'Expo de Shanghai, le projet vise à produire une pièce maîtresse visuelle pour l'une des dernières parcelles riveraines restantes le long de la rivière Huangpu. SWA Group est un leader de la conception en architecture du paysage, de la planification

et

l'aménagement

de

urbain. Ces

projets ont recueilli plus de 800 récompenses. Aussi, il s'engage pour concevoir que les résultats dans la beauté, la durabilité et le bien-être social.

Figure 49: Intégration dans le site

I-2-B- Pourquoi SWA Group fait appel à l'équipe de Morphosis pour concevoir des structures de bord de mer emblématiques, contribuant ainsi à la cohésion de la conception et la production en fin de compte un projet qui ajoute au dynamisme de Shanghai.

Figure 50: Schéma générale d'organisation


68

« Construit sur le rôle de Shanghai comme un lieu où la tradition et la modernité fondre pour former une identité cosmopolite unique» dit Ying-Yu Hung, SWA Managing principal à Los Angeles, avec l'idée de créer une nouvelle porte de la ville mondiale. « La croissance exponentielle de Shanghai a dépassé les limites du noyau historique de Pudong, ce qui incite le développement de villes satellites plus Shanghai,» , a déclaré Ying-Yu Hung, SWA Managing principal à Los Angeles, « mais maintenant Shanghai voit 'front City' comme une étape dans laréaffirmation de son rôle de passerelle et le centre du commerce, et l'occasion de renforcer le noyau urbain ».

I-2-C- Comment I-2-C-a- Les concepts "Front loop" est un parcours piéton de 7 km qui entoure les "Cinq Fronts". Le parcours est un element de tissage pour attacher les "Cinp Fronts" ensemble, une paire de ponts piétonniers jumeaux décrira le bord du lac où les feux d' artifice et des spectacles d'eau seront effectués. Le long de la rivière d' un système de contrôle de mur d' endiguement composé de murs qui montent et descendent en fonction du niveau de l' eau.

Figure 51: La forme spatiale du parcours

Création de valeur pour donner un sens pour le parcours dans la ville pour améliorer la scéne urbaine de la ville: "Urbanisme culturel".


69

I-2-C-b- Programme Le projet comprend cinq 5 parcs distinctifs: - International avant: un parc formelle avec de grandes places et monuments. - Eco avant: un parc tentaculaire avec des expériences d'information / éducation. - Front civique: couloirs axiaux avec un centre culturel exécution. - Communauté avant: un grand espace vert avec des installations sportives et de loisirs. - Front de la jeuness: avec des terrains de sport pour les activités des enfants.

Figure 52: Les ambiances imaginées dans le projet


70

I-3-Europa City: Bjarke Ingels Group (BIG) I-3-A- Quoi Initié en 2006 par le Groupe Auchan, Europa City est un projet inédit qui vise à proposer à horizon 2020

un

multiples métropole

espace à

d’activités

l’échelle

de

francilienne,

la sans

équivalent dans le monde. Figure 53: Plan de situation

I-3-B- Pourquoi Former un lieu de vie et d’échanges destiné au temps libre et à la pratique d’activités gratuites ou payantes. L’offre a été pensée pour répondre aux attentes d’un public francilien, français et européen, à travers un espace de rencontre autour de la culture européenne et ses modes de vie.

Figure 54: Image de projet: Intégration dans le site La force du projet de BIG est de concevoir Europa City comme un quartier de ville vivant, accessible, alliant centralité urbaine et paysage, et offrant des espaces de qualité ouverts à tous. Avec BIG, Europa City relève le pari d’être à la fois le centre du nouveau quartier du Triangle de Gonesse et un espace unique aux portes de Paris.


71

I-3-C- Comment I-3-C-a- Les concepts Leurs partis pris : créer un quartier vivant, accessible à tous. Bjarke Ingels : « L’idée force de notre projet est de combiner deux expériences : une vie urbaine, vivante, dense et intense, et l’alternative de grands paysages et la jouissance de vastes espaces verts.. »

Figure 55: Une nouvelle typologie urbaine Archi-paysage : faire émerger une nouvelle typologie urbaine à même d’allier ville dense et paysage ouvert en superposant le tracé du tissu urbain parisien avec la trame agricole du territoire. Les surfaces du programme sont organisées le long d’un parcours principal qui s’enroule autour de la place centrale, invitant à la déambulation et à la découverte d’Europa City.

Figure 56: Configuration spatiale du parcours dans le projet


72

Intégration dans le site avec identification forte de points d’accroche au territoire : au nord, la gare du Grand Paris Express ; à l’est, les autoroutes A1 et A3 ; au sud, la RD370. Depuis son centre, Europa City s’étire pour se rapprocher au maximum de chacun de ces éléments structurants. La géométrie d’ensemble est déterminée en fonction de ces connexions, et du plan d’aménagement public du Triangle de Gonesse, mais aussi du programme et des contraintes du site. Son volume est sculpté pour s’intégrer au contexte urbain et paysager en ménageant des percées visuelles sur Paris. La toiture, largement végétalisée, génère un vaste espace vert accessible, prolongeant la coulée verte qui traverse le Triangle de Gonesse.

Figure 57: Genèse de l'intervention

I-3-C-b- Programme Diversification des espaces publics: Le projet comporte plusieurs expressions urbaines: la place centrale, traitée sous forme de parc ; le boulevard circulaire, planté, accessible aux modes de transports doux ; les places destinées à accueillir des activités évènementielles ; les rues à ciel ouvert ou inspirées des passages couverts parisiens.


73

La toiture multifonctionnelle est emblématique de la place accordée à l’espace public et à la nature au sein du projet. Elle est conçue en synergie avec les espaces d’activité qu’elle abrite : loisirs, commerces, culture, restaurants, hôtels.

Figure 58: Les ambiances imaginées dans le projet


74

II- Le projet urbain: Un nouvel élan dans la ville II-1- Klyde Warren Park: Le Bureau de James Burnett Architectes: Le Bureau de James Burnett Emplacement: Dallas, TX, USA Projet Année: 2012 Photographies: Dillon Diers Photographie avec l'autorisation du bureau de James Burnett Conçu par le bureau de James Burnett, Klyde Warren Park est un lieu de rassemblement central pour les résidents de Dallas et pour les visiteurs pour se profiter au seins de la ville. Le parc de 2 hectares crée un espace vert urbain existant sur Woodall Rodgers Freeway entre Pearl et St. Paul rues au centre-ville de Dallas .

Figure 59: Intégration dans le site Le parc est une pelouse pour les Arts dans la ville, contiguë à le plus grand quartier culturel aux États-Unis ce qui a augmenté la circulation des piétons dans la ville. Klyde Warren Park fera également la promotion piétonne accrue, et l'utilisation du vélo entre Uptown, Downtown et le quartier des arts, ce qui contribue à un centre-ville plus accessible à pied. La connectivité est au centre de l'objectif du parc.

Figure 60: Schéma générale d'organisation


75

Une connexion dans la ville où le parcours urbain dans la ville est une expérience riche aux termes d'ambiances et des sensations. "Nous avons créé le parc pour être apprécié par tous", a déclaré James Burnett, FASLA, fondateur et président de l'Office de James Burnett. "Le parc est conçu comme une série de pièces de plein air qui sont en constante évolution et fascinant pour les visiteurs."

Figure 61: Configuration spatiale du parcours Le parc comprend un stade de performance, restaurant, parc de chien, un parc pour enfants, grande pelouse, des jeux d'eau, Texas jardins indigènes, sentiers ombragés, une zone pour les jeux et bien plus encore. Klyde Warren Park est prévu pour être une plaque tournante de l'activité avec quatre à cinq événements par jour. Programmation sera libre et varie de yoga et boot camp, à des cours de danse et les tournois d'échecs, à des soirées de cinéma et des concerts en plein air.

Figure 62: Les ambiances imaginées du projet Cette diversité des pratiques de l’espace public urbain renforce l’idée de la mixité sociale, où ces espaces attirent un grand nombre d’usagers avec des intérêts différents et c’est cette densité de la population regroupée qui peut servir a développer les citoyens dans le cadre du parcours urbain.


76

II-2- Station Port Kaohsiung: AGER Group Architectes: AGER GROUP Emplacement: Kaohsiung, Taiwan Projet Année: 2011 Photographies: Images© AGER GROUP (http://www.agergroup.com/firm.html) Le concours de design urbain pour la station portuaire de Kaohsiung, situé dans la ville de Kaohsiung, Taïwan, est gagné par AGER Group (AGER Group est une société

internationale

de

design

multidisciplinaire offrant des services intégrés dans la planification urbaine, l'architecture

de

paysage

l'architecture. Avec

des

et

de

bureaux

à

Boston, Shanghai et Pékin). Figure 63: Intégration dans le site

Basé sur la pratique de Boston, AGER Group a présenté la proposition gagnante pour la

station

portuaire

de

Kaohsiung.

Situé

à

l'intersection

de

trois

dynamiques quartiers urbains, le site historique de 15,42 hectares. L'idée est de maintenir les rails existants pour devenir un point de départ pour la conception et pour informer le placement de nouveaux nœuds de transit, les voies, les places, les galeries d'art et des plantations. Un parc est fusionné avec le programme permettant une expérience riche qui permettre aux visiteurs de se déplacer sur toute la longueur de la station. Un parcours dans la ville riche grâce a une belle scène urbaine attirer les touristes pour offrir une croissance

économique

renouvelée dans la région et attirer les personnes qui passent dans la région. Figure 64: Ambiances imaginées dans le projet


77

Coupe A-A

Coupe B-B

Coupe C-C

Coupe D-D

Figure 65: Qualités spatiales du parcours dans le projet

AGER GROUP a étudié les tendances économiques de la croissance intérieure de consommation sur le marché, et le comportement du citadin dans la ville (Taiwan) pour concevoir une réponse aux gens pour aider à former une stratégie durable pour le projet au fil du temps. Le Parcours: élément de rappel, nostalgique enrichie l'expérience vécue et perçue dans la ville.


78

Travailler le parcours au sein du site c'est pour créer des conditions flexibles pour des événements et des programmes futurs. En particulier, le parcours du parc, le réseau central pour le mouvement dans le projet, est conçu pour favoriser la communication et l'échange. La scène centrale conçue pour une série d'événements qui ne sont pas prédéterminé, mais plutôt catalysé et amplifiés par l'intersection du territoire, intensité de l'activité et des vitesses de progression variable.

Figure 66: Configuration spatiale du parcours


79

III- Synthèse Référence

Concepts

Kaohsiung Vortex: Influx Studio

-Identité - Accessibilité - Diversité - Fluidité

Pudong Water Front: SWA Group et Morphosis -Identité

Les mutations urbaines de la ville contemporaine

- Accessibilité - Diversité - Fluidité - Efficacité

Europa City: Bjarke Ingels Group

- Qualité de vie - Identité - Diversité - Efficacité - Transparence


80

Référence

Concepts

- Attractivité Klyde Warren Park: Le Bureau de James Burnett

- Accessibilité - Diversité - Fluidité - Convivialité - Qualité de vie

Le projet urbain: Un nouvel élan dans la ville

Station Port Kaohsiung: AGER Group -Identité - Accessibilité - Diversité - Fluidité - Attractivité - Transparence


81

Dans ces différents cadres d’interventions traitant de l’ouverture des villes sur l'avenir, diverses stratégies ont été adoptées: une mixité urbaine a été mise en place en vue d’attirer le plus de monde; ainsi, la ville devient une polarité métropolitaine prête à accueillir un grands nombre de visiteurs; Des stratégies urbaines qui tend à assurer une continuité entre ville et citadin à travers une mixité programmatique. Toutefois, il est à noter que la pertinence de la réponse architectonique détermine le succès, ou l’échec de l’intervention: Un projet « abouti » favorise toujours les échanges, et constitue un lieu de rencontre par excellence, pour aboutir à une société durable et équilibrée. L’univers minéral, les effets de lumière , le canvas des sensations olfactives,auditives, tactiles, visuelles réprésentent les effets catlysant d’une expérience affective exceptionnelle et transcendant le parcours d’un simple lieu physique vers un milieu émotionnel qui ficelle et tissent des liens avec l’individu qui le traverse. Voilà comment les autres ont réfléchi à ce genre de problématiques en rapport avec l’urbain et l’architecture, dans différents contextes d’interventions partout dans le monde, où le projet comme un lieu où la tradition et la modernité fondre pour former une identité cosmopolite unique. Et pour mener a bien toute intervention urbain, il est impératif d’assimiler et d’approprier toute l’étendu de sa profondeur dans toutes ses dimensions , a travers l’absorbtion et l’identification de sa sédimentation historique et de son évolution a travers l’histoire. En suivant cette lignée d’approche qui puise dans la réflexion par rapport a l’actuel et par rapport au passé, Il s’avère primordial de prospecter et explorer les traces passés et leurs effets dans le temps, les moment historiques phares ayant présentés un impact et contribuer a créer le présent qu’on vit aujourd’hui. Ces éres clés et grands boulversement historiques , représentent une expérience et une plateforme dont il faut tirer des conclusiosn en nous ouvrant des perspectives nouvelles afin d’appréhender le futur avec tous ses défis évolutifs.


82


83

CHAPITRE IV : Le projet


84

I- Contexte d'intervention

Figure 67: L'évolution de la ville: une ouverture sur l'avenir

Aujourd’hui, l’ouverture de Tunis sur son Lac reste un sujet d’actualité; Malheureusement, on assiste à une réelle rupture entre la ville et ses plans d’eau malgré les tentatives d’aménagement proposées, depuis des siécles. Heureusement, c'est le Lac 3 de Tunis; qui nous offre l'opportunité d'une ouverture de la ville sur ses plans d'eau et qui se présente comme un nouvel élan dans la ville pour donne naissance à une nouvelle évolution dans la ville de Tunis; situe dans le prolongement de l’axe historique de la ville de Tunis, dans la continuité de la médina, et de la nouvelle ville: L’axe Habib Bourguiba. Cette succession de paysages urbains très différents suggère une nouvelle réponse, un projet complet qui réponde aux besoins du public, et qui ne soit pas à l’échelle de l’îlot, mais plutôt à l’échelle d’une métropole comme celle de Tunis.


85

I-1- Le projet présenté par l'atelier Lion associés Concernant le projet présenté par l’atelier Lion associés, à mon avis, la proposition d'aménagement n’est que métaphore de ce qui a été proposé dans l'ancienne ville, c’est-à-dire la ville européenne: Ayant une vision plutôt classique de l’espace public, le paysage urbain offert parait très dense. Il faudrait de nos jours rompre avec le classique, et essayer de trouver une réponse "innovatrice-moderne" qui soit à l’ordre du jour et reflete l'identité du citoyen. Le mode de vie du Tunisien a changé après la révolution: Il devient plus libre et plus affirmé après une longue période sous la dictature. Alors, quelle devrait être donc la meilleure réponse qui satisfasse à ses besoins et ses désirs ? Est-ce que le fait de vouloir créer une mosquée à l’aboutissement de l’avenue Habib Bourguiba est la réponse la plus pertinente ?

Figure 68: Disposition de l'espace public dans la ville


86


87

I-2- Intervention urbaine dans l'atelier

Figure 69: Trame régulière; continuité de la trame de la ville européenne

Notre intervention urbaine dans l'atelier a comme but la renforcement de l’axe Habib Bourguiba, encourager la pratique piétonne et la création d'une image forte de la ville; mythique, harmonieuse, plus conviviale, durable et unifiée, répondre aux besoins des différents groupes sociaux et qui reflet l'identité du citoyen, pour bien vivre la ville. D'où c'est l’urbain qui cherche à mettre en forme une réponse inventive, inspirer de la culture ancienne et laissant place à de futures possibilités d’intervention.

Figure 70: La percée visuelle


88

Dans notre intervention, on a prolonger l’axe piéton déjà existant, avec un dimensionnement identique à celui de l’avenue et on valoriser la mixité programmatique pour enrichir l'ambiance dans la ville, pour dynamiser la vie dans la ville.

Figure 71: Hiérarchie des hauteurs Notre intervention consiste à: Créer des continuités avec les circulations pour relier le centre ville au Lac, valoriser le plan d’eau et ses berges afin de favoriser son appropriation par la population et le développement d’activités de loisir et profiter de la présence de l’eau à l’intérieur du site.

Figure 72: Ouverture le Lac


89

Figure 73: La mixité programmatique: enrichir l'ambiance dans la ville

I-3- Choix de la frange Heureusement, aujourd'hui c'est le Lac 3 qui nous offre l'opportunité de concevoir un espace dans la ville, un espace qui offre la possibilité d'instaurer une nouvelle transition urbaine, architecturale et socio culturelle dans la ville de Tunis, où la culture et l'expression artistiques sont les moyens et les outils

d'un

redéveloppement personnel; pour répondre aux besoins et aux désirs des citoyens dans la ville; dans le but d'obtenir un peuple conscient, civilisé et suffisamment cultivé.


90

Figure 74: Choix de la frange d'intervention, dans la continuité de l'axe Historique de la ville

Ce projet de fin d’étude traite la relation Tunis / Lac, et plus particulièrement du rapport conflictuel qu’elle entretient avec l'ouverture da la ville sur son lac. Pour le site, mon choix s’est orienté naturellement vers le prolongement de l'axe historique de la ville et l'artère principale de la ville; qui méne de la Kasbah de Tunis jusqu'au le lac de Tunis, , située aussi bien au centre de la métropole et au cœur des débats sur l’évolution du Tunis.

Figure 75: Zone d'intervention et orientation


91

II- Choix du programme Les analyses précédentes du vécu spatiale dans la ville et les pratiques urbaines du citoyens; c'est dans le but de mettre en jeu les ambiances et l’expérience générale du parcours du passé et du présent pour mieux répondre dans l'avenir. C'est une démarche qui guide à l’élaboration d'un projet caractérise l'introduction de la notion de médiation culturelle qui mettre l'espace en relations entre le public (Le citadin) et: des expressions artistiques, des patrimoines, des connaissances: arts, sciences - médiation scientifique - artisanats...

des

moments

(qu'ils

soient quotidiens ou

qualifiés

d'événements), des « objets culturels »… Le programme s’inscrit dans une volonté d’enrichir la qualité de vie dans la ville, ainsi que la améliorer la relation entre les usagers et leur environnement.

II-1- Diagnostique des besoins La promenade publique dans la ville est devenue un endroit quotidien pour rassembler, pour sortir, pour s'exprimer et pour s'engager dans des nouveaux pratiques urbaines dans la ville contemporaine. C'est la promenade où bien le parcours urbain qui cadre l'espace public dans la ville. Considéré comme étant un espace générateur de la ville, le parcours est un élément structurant de la ville et une composante fondamentale de la composition urbaine; dans le but d'assurer la continuité entre les différents éléments bâtis et de tisser entre les modèles urbains de la ville comme dans le cas de la médina et l'avenue Habib Bourguiba.


92

Au niveau programmatique, le projet consiste en un parcours urbain composé de divers espaces autorisant l’expérience du lieu. C’est un grand parcours public qui permet la découverte et l’exploration de l’architecture et de son milieu, avec plusieurs possibilités d’appropriation et trait à la conception d’aires aux ambiances contrastées On y retrouve des activités parfois de détente, parfois récréatives, parfois de loirsirs rompant ainsi avec la frénésie de la ville pour répondre aux besoins et aux désirs des citoyens; dans le but d'obtenir un peuple conscient, civilisé et suffisamment cultivé.

II-2- Les grandes composantes du programme Le projet va être injecter par la mixité programmatique à tous les niveaux: urbain, paysager et architectural, il est défini par trois grandes entités:  Le plan urbain est la conception des parcours piétonnes le long du prolongement de l'Avenue Habib Bourguiba.La création d’un parcours proposant diverses activités et ambiances qui suscitent la curiosité du visiteur et l’incite à découvrir d’avantages le site: d’expériences sensorielles, espace de méditation (isolé, silencieux), de rencontre, de défoulement; Ce sont des activités occasionnelles mais, qui font déjà partie de la programmation générale de l’activité culturelle de la ville: conférence, expositions, spectacle, festival…

Figure 76: Aires aux ambiances de l'espace public


93

 Le paysage se caractérise par un espace public bien aménagé pour obterir une image forte, mythique de la ville et donner une vie a l'espace.

Figure 77: La configuration spatiale de l'espace public  Le projet architectural est un pôle culturel, artistique, social de grande échelle, dont le rayonnement local est aussi métropolitain par sa position stratégique. Il contient: - Le monde du spectacle : des salles de cinéma, des espaces de projection en plein air, salles de représentations et des espaces de création artistique ( extérieur et intérieur ) . - Des expositions Temporaires: en relation avec l’ensemble des éléments du bâtiment, elle peut également fonctionner en autonomie.

Figure 78: La mixité programmatique d'un projet aux services des citoyens


94

III- Le parcours comme support d'intervention « Marcher, c’est forcément naviguer, observer et agir en même temps ; c’est ajuster son allure, sa direction, le contact physique avec l’environnement d’humains et d’objets, à l’occasion, penser aux salutations ou aux adieux, faire un mouvement de tête et, s’il s’agit de « marcher d’un même pas », signaler tout changement de rythme. Bref, c’est produire des indices de son activité au moment même de son effectuation, cadrer et marquer son déplacement avec et pour ceux qui l’observent»30 Ma réflexion se porte sur le parcours urbain, le parcours dans la ville qui n'est plus comme un simple déplacement dans l'espace, mais, le parcours est une configuration spatiale et vécu d'une expérience de perception, de savoir et qui constitue un lieur de vie où se développent plusieurs pratiques urbaines tels que : l'habitation, la détente, la rencontre, le loisir... qui sont le reflet de la mutation des sociétés urbaines.

III-1- Présentation du projet Le projet devra mettre l’accent sur la composition formelle, la configuration spatiale et la lumière; en vue de créer des espaces prônant l’expérience sensible, l’interaction complète de l’individu à son environnement et dans la but de concevoir une image mentale forte de la ville qui reflet aussi l'identité du citoyen de nos jours. D'où c'est le parcours de futur en vue d'instaurer une nouvelle transition urbaine, architecturale et socio culturelle dans la ville de Tunis, où la culture et l'expression artistiques sont les moyens et les outils d'un redéveloppement personnel pour répondre aux besoins et aux désirs des citoyens dans la ville, et dans le but d'obtenir un peuple conscient, civilisé et suffisamment cultivé.

30 Joseph, 2000,( p. 18)


95

Ce parcours à l’image de l’histoire récente de la Tunisie serait capable de: - Valoriser son site d’assise et l’environnement naturel existant qui l’abritera par une reconsidération et un renouveau de l’espace public. - Engager la ville dans une valorisation de son image de la capitale par la matérialisation d’un nouveau point de repère, symbole d’un Tunis moderne.

III-2- Genèse du projet La première volonté dans ce projet est d’ériger une nouvelle configuration spatiale du parcours dans la ville, un nouveau symbole; à travers un projet « urbatectural » qui tienne compte de l’urbain et de l’architecture en même temps, un signal dans la ville, renforçant l’image de la capitale et constituant une nouvelle transition dans la ville bassée sur la facilité de la lisibilité du cadre urbain en tentant de marquer le territoire très activement.

Figure 79: La percée visuelle: ouverture sur l'avenir S’implantant sur l’alignement de l’axe historique Habib Bourguiba, le projet assurera une continuité visuelle jusqu’au Lac, et permettra aux usagers de l’espace de profiter du cadre depuis la porte de France. Il en est du même pour les lots latéraux, une seconde porte, moins importante cette fois, accentuera cet effet de perspective dans ce nouveau quartier.


96

Le tracé curviligne du parcours inspirer du tracé organique de la Médine de Tunis dans le but; d'offrir plusieurs perspectives et de retrouver l'ambiance humaine de la médina, pour obtenir un parcours convivial et qui peut améliorer la scène urbaine de la ville.


97

La conception du ruban est dans le but d'améliorer l'ambiance du promenade dans la ville, d'où cette dualité entre le parcours et le ruban qui donne naissance à des espaces; parfois d'exopositons, parfois de détente (gradins, bancs..), parfois des jardins. Le ruban en vue de réinterpreter les ambiances spatiales des transitions du parcours de la Médina tel que: Sabbat, Bortal, La porte, Les Souks ...

Dans le but de répondre aux besoins et aux désirs des citoyens dans la ville, la réponse est bassée sur deux volets qui sont; - l'implantion de plusieurs combinaison du mobilier urbain ( végétation, banc, panneau publicitaire, verdure...); qui sont des Patchs ( point d'encrage nodal ), qui sont les nouveaux repères dans la ville. - la création des espaces d'art, d'expression, de loisirs, de manifestation et de détente; qui se présente comme une nappe souterraine pour dégager la vue sur le lac et essentiellement, l'idée est de retrouver l'organisation spatiale conviviale et l'ambiance humaine de la Médina de Tunis.


98

Tisser entre un système hérité avec ses références historiques et les mutations urbaines de la ville contemporaine; c'est dans le but d' évoluer la ville, et pour que une nouvelle composition du parcours; qui reflet l'identité du citoyen et qui peut donner aux gens l’envi de rester dans l’espace conçu, il y’a lieu de réfléchir une composition qui promeuve une mixité urbaine favorise le mélange et qui rompe avec une composition vise plutôt a manipuler les citoyens dans la ville.


99

III-3- Réponse urbaine et architecturale Le projet va être injecter par la mixité programmatique à tous les niveaux: urbain, paysager et architectural, il est défini par trois grandes entités:  Le plan urbain: La création d’un parcours proposant diverses espaces; de rencontre, de défoulement, de manifestations, et diverses activités occasionnelles qui font déjà partie de la programmation générale de l’activité culturelle de la ville: conférence, expositions, spectacle, festival…  Le paysage se caractérise par un espace public bien aménagé pour obterir une image forte, mythique de la ville et donner une vie a l'espace, qui reflet l'identité du citoyen.  Le projet architectural est un pôle culturel, artistique, social de grande échelle, dont le rayonnement local est aussi métropolitain par sa position stratégique. Il contient: - Le monde du spectacle: espaces

de

projection

des salles de cinéma, des en

plein

air,

salles

de

représentations et des espaces de création artistique ( extérieur et intérieur ). - Des expositions Temporaires: en relation avec l’ensemble des éléments du bâtiment, elle peut également fonctionner en autonomie. - Des espaces de loisirs: des cyber-café, des bibliothéques publique, des espaces de vente, des restaurants...


100

- Schéma général d'organisation

- Les ambiances imaginées


101

- ElĂŠments graphiques


102


103

CONCLUSION GENERALE

En achevant ce modeste travail, j'ai voulu traiter et proposer des solutions à des problèmes de nos jours, tel que: -Le besoin d’établir une nouvelle transition, une continuité urbaine entre l’ancien tissu urbain et les nouveaux terrains du lac qui seront le miroir d’une Tunisie de demain, une Tunisie qui met le bienêtre du citoyen au sommet de ses priorités. - L’attente des citoyens pour développer l'accessibilité à l'art et à la culture surtout dans le centre de Tunis. -Le manque terrible des espaces publics (placettes urbaines publiques, espaces verts…) dans le centre-ville. L’espace des berges du Lac III serait une destination majeure.Tout le monde peut trouver ce qu’il cherche et cela grâce à un programme varié: espaces d'expressions et d'expositions artistiques, espaces de rencontre, des aires de détente, des espaces de vie (restaurant et cafétéria) des jardins... Ce qui peut servir à améliorer l’image de marque de Tunis en tant que métropole méditerranéenne ouverte sur le monde et l’avenir. Tunis n’avait pas était abordé ou inclus dans le paysage urbain et pourtant c’est un espace plein de potentialité et qui peut s’imposer dans la création d’une nouvelle vision de la ville. La responsabilité revient alors à l’architecte de le concevoir et de lui donner son rôle dans l’espace urbain et bâti. C’est ainsi que l’architecte peut proposer des expériences marquantes dans la mémoire de l’homme et ainsi faire d’un lieu, un espace générateur d’émotions, de souvenirs, de joie. C’est ce que j’appelle construire du bonheur…


104

BIBLIOGRAPHIE

Livres Kevin Lynch, 1960, L'image de la cité. Leila Ammar, (s.d.), L'histoire de l'architecture en Tunisie: De l'antiquité à nos jours. Les Villes invisibles, 1972, Italo Calvino. Mahmoud Abdesselem, 2010, Tunis: Architecture et urbanisme, d'hier à demain. David Mangin et Philippe Panerai, 1999, Projet urbain.

Mémoires Pierre Boissenin, Besançon: là où la ville retrouve son fleuve, l’architecture et le patrimoine s’émeuvent..., INSA de Strasbourg. Noémie Gauthier, Pertuis: Le vent en poupe, INSA de Strasbourg. Henri Cocquerez, Une maison d’artistes ouverte sur la ville, INSA de Strasbourg. Batiste Billot, Quelle identité Baie de Mémard: Parc écotone et maison du Lac du Bourget, INSA de Strasbourg. Fahmi Ben Said, Tunis respire un parc urbain au cœur de la cité, ENAU de Tunis. Reem Bali,. Mirador, ENAU de Tunis.

Thèses  Hanane Ben Slama: Parcours urbains quotidiens, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.


105

Sites Web  www.wikipedia.org www.archdaily.com www.pinterest.com www.dictionnaire.reverso.net www.dicocitations.lemonde.fr www.larousse.fr www.1001-citations.com www.issuu.com https://histoiretec.wordpress.com/2012/10/31/la-ville-definition-fonctionsproblemes/ http://www.euromediterranee.fr/quartiers/presentation/le-projet-urbain.html https://repertoiredesespacespublics.files.wordpress.com/2009/12/c2-effet-decomposition.pdf http://www.tunisiadailyphoto.com/?cat=53 http://eduscol.education.fr/obter/appliped/tunis/theme/tunis2.htm http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1252/files/2013/05/PascaleN%C3%A9d%C3%A9lec-Lurbanit%C3%A9-et-la-citadinit%C3%A9.pdf http://www.urbamag.net/document.php?id=161 http://www.qualiblog.fr/outils-et-methodes/methode-qqoqccp-outil-analyse-simpleet-performant/ http://tunisie.co/article/5427/region/tunis/habib-bourguiba-081511/22947 http://www.huffingtonpost.fr/2014/10/15/world-architecture-festival-33-batimentsinnovation-2014_n_5989084.html


106

TABLE DES FIGURES

Figure 1: Les composants de l'image de la ville selon Kevin Lynch (Source:www.utheory.tumblr.com).................................................................................... 21 Figure 2: Les voies (Source:www.becerrilestefania.blogspot.com)............................................. 22 Figure 3: Les limites (Source:www.becerrilestefania.blogspot.com) .......................................... 22 Figure 4: Les quartiers (Source:www.becerrilestefania.blogspot.com) ...................................... 23 Figure 5: Les nœuds (Source:www.becerrilestefania.blogspot.com) .......................................... 23 Figure 6: Les points de repères (Source:www.becerrilestefania.blogspot.com) ......................... 24 Figure 7: L'avenue des Champs Elysées, Paris (Source:www.cityzeum.com/champs-elyseesavenue) ............................................................................................................................... 28 Figure 8: La ruelle : Passage et arcades (Source:www.forphotos.com/photos/search/D.%20Ruelle) ......................................................................... 29 Figure 9: L'agora, cœur de la cité athénienne (Source:www. mgouralnik.overblog.com/tag/sixieme/2) ................................................................................................... 30 Figure 10: l'évolution de la place publique (Source:www.aaupc.fr/projets/fiche/id/66) ........... 30 Figure 11: La place de La mosquée Ezzitouna: La place du pouvoir (Source:www.letemps.com.tn/article/84532) ................................................................... 31 Figure 12:Espace de détente et festival : Parc de la villette "Bernard Tschumi" (Source:ww.issuu.com/3ecologies/docs/mcandrews_mdes_thesis_may_21_2014) ...... 31 Figure 13: Le parcours dans la ville: une expérience riche (Source:www.pinterest.com).......................... 32 Figure 14: L'inscription du corps humain dans l'espace (Source:www.sig2010.esrifrance.fr/mobilier_3D.aspx) ..................................................... 35 Figure 15: Le mobilier urbain (Source:www.letroisiemeoeuvre.com/mobilier-urbain) .............. 36 Figure 16: Mobilier urbain à usage diversifié (Source:www.flickr.com/photos/klas7/549997624) ............................................................................................................................................ 36 Figure 17: La disposition linéaire de la végétation: Avenida 9 de Julio à Buenos Aires (Source:www.topito.com/top-avenues-celebres-monde) .................................................. 37


107

Figure 18: Traitement du sol par agencement de différents matériaux (Source:www.dicat.unige.it/la_citta_sostenibile/medECOQUARTIER/WEB/INDEXEAA5.HTM).................................................................................... 38 Figure 19: Tissu urbain de la médina de Tunis (Source:www.tunisiadailyphoto.com/?cat=53) . 43 Figure 20: Vue aérienne prise en 1938 sur la Medina de Tunis (Source:www.dicat.unige.it/la_citta_sostenibile/medECOQUARTIER/WEB/INDEXEAA5.HTM).................................................................................... 43 Figure 21: Les principaux axes de la médina (Source:www.tunisienumerique.com/tunisiemanifestation-de-la-kasba-lotfi-zitoun-habib-ellouz-et-adel-elmi-au-devant-de-lascene/142504) .................................................................................................................... 44 Figure 22: La Kasbah: Un lieu de manifestation et de rassemblement (Source:www.goruma.de/Laender/Afrika/Tunesien/Sehenswuerdigkeiten/) ................... 45 Figure 23: Bab Bhar: La première ouverture dans la ville (Source:www.goruma.de/Laender/Afrika/Tunesien/Sehenswuerdigkeiten/) ................. 45 Figure 24: Le trajet du parcours de la médina de Tunis (Source:Travail personnel sur fond de plan récupéré sur Google earth) ........................................................................................ 46 Figure 25: L'enclos et la transition en chicane entre le public et le privé (Source:Travail personnel)........................................................................................................................... 48 Figure 26: L'appropriation de l'espace public pendant la journée (Source:Travail personnel) ... 48 Figure 27: Les espaces publics dans la médina (Source:www.tunisienumerique.com/tunisiemanifestation-de-la-kasba-lotfi-zitoun-habib-ellouz-et-adel-elmi-au-devant-de-lascene/142504) .................................................................................................................... 49 Figure 28: Vue aérienne prise en 1938 sur le centre ville de Tunis, de la Porte de France (en bas) au lac et port de Tunis (en haut) (Source:www.tunisiadailyphoto.com/?paged=3) .......... 50 Figure 29: Vue aérienne prise en 1938 sur le centre ville de Tunis, de la Porte de France( enhaut) au début de l’avenue Habib Bourguiba (en bas), aussi la cathédrale de Tunis (à droite) et en face l’Ambassade de France (Source:www.tunisiadailyphoto.com/?paged=3) ............ 50 Figure 30: Genèse de la ville coloniale (Source:Pratiques urbaines dans les quartiers populaires de la ville coloniale de Tunis _ Entre héritage page15) ...................................................... 51 Figure 31: Dualité entre deux pôles distincts (Source:Pratiques urbaines dans les quartiers populaires de la ville coloniale de Tunis _ Entre héritage page25) .................................... 51 Figure 32: Plan en damier qui valorise l' axialité parfaite du l'avenue Habib Bourguiba (Source:Travail personnel sur fond de plan récupéré sur Google earth) ............................ 52 Figure 33: Ambiance urbaine du parcours de la ville européenne (Source:www.fr.wikipedia.org/wiki/Avenue_Habib-Bourguiba) ...................................... 52 Figure 34: Repères ponctuant le parcours de la ville européenne(Source:Mémoire,Reem Bali MIRADOR,ENAU) ................................................................................................................ 53 Figure 35: Les pratiques urbaines à l'Avenue Habib Bourguiba (Source:Travail personnel sur fond de plan récupéré sur Google earth) ........................................................................... 54 Figure 36: Typologie et succession des façades de la ville européenne (Source:Travail personnel) ............................................................................................................................................ 55 Figure 37: Mixité fonctionnelle dans le parcours de la ville européenne (Mémoire, Reem Bali. MIRADOR, ENAU) ............................................................................................................... 55


108

Figure 38: Les différentes zones du Lac (Source:Travail personnel sur fond de planr Google earth) .................................................................................................................................. 57 Figure 39: Le lac 3 comme un nouvel élan pour la ville de Tunis (Source:www.tunisiadailyphoto.com/?p=353) .................................................................. 58 Figure 40: L'évolution de la ville: une ouverture sur l'avenir (Travail personnel sur fond de plan récupéré sur Google earth) ................................................................................................ 59 Figure 41: Tissage entre un système hérité et une nouvelle composition (Source:www.facebook.com/beshir8riabi)......................................................................... 60 Figure 42: Plan de situation (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortex-influx_studio) ............................................................................................................................................ 63 Figure 43: Plan d'implantation (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortexinflux_studio) ...................................................................................................................... 63 Figure 44: Intégration dans le site (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortexinflux_studio) ...................................................................................................................... 63 Figure 45: Source d'inspiration (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortexinflux_studio) ...................................................................................................................... 64 Figure 46: Configuration spatiale du parcours (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiungvortex-influx_studio) .......................................................................................................... 64 Figure 47: Les grands composants du programme (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortex-influx_studio) ................................ 65 Figure 48: Les ambiances imaginées dans le projet (Source:www.archdaily.com/93296/kaosiung-vortex-influx_studio) ................................ 66 Figure 49: Intégration dans le site (Source:www.aasarchitecture.com/2013/02/pudongwaterfront-by-swa-group-morphosis.html) ....................................................................... 67 Figure 50: Schéma générale d'organisation (Source:www.aasarchitecture.com/2013/02/pudong-waterfront-by-swa-groupmorphosis.html) ................................................................................................................. 67 Figure 51: La forme spatiale du parcours (Source:www.aasarchitecture.com/2013/02/pudongwaterfront-by-swa-group-morphosis.html) ....................................................................... 68 Figure 52: Les ambiances imaginées dans le projet (Source:www.aasarchitecture.com/2013/02/pudong-waterfront-by-swa-groupmorphosis.html) ................................................................................................................. 69 Figure 54: Image de projet: Intégration dans le site (Source:www.archdaily.com/359796/bigdesign-wins-europe-city-development-in-paris) ................................................................ 70 Figure 53: Plan de situation (Source:www.archdaily.com/359796/big-design-wins-europe-citydevelopment-in-paris) ........................................................................................................ 70 Figure 55: Une nouvelle typologie urbaine (Source:www.archdaily.com/359796/big-designwins-europe-city-development-in-paris) ............................................................................ 71 Figure 56: Configuration spatiale du parcours dans le projet (Source:www.archdaily.com/359796/big-design-wins-europe-city-development-in-paris) ............................................................................................................................................ 71 Figure 57: Genèse de l'intervention (Source:www.archdaily.com/359796/big-design-winseurope-city-development-in-paris)..................................................................................... 72


109

Figure 58: Les ambiances imaginées dans le projet (Source:www.archdaily.com/359796/bigdesign-wins-europe-city-development-in-paris) ................................................................ 73 Figure 59: Intégration dans le site (Source:www.archdaily.com/298385/klyde-warren-park-theoffice-of-james-burnett) ..................................................................................................... 74 Figure 60: Schéma générale d'organisation (Source:www.archdaily.com/298385/klyde-warrenpark-the-office-of-james-burnett) ...................................................................................... 74 Figure 61: Configuration spatiale du parcours (Source:www.archdaily.com/298385/klydewarren-park-the-office-of-james-burnett) ......................................................................... 75 Figure 62: Les ambiances imaginées du projet (Source:www.archdaily.com/298385/klydewarren-park-the-office-of-james-burnett) ......................................................................... 75 Figure 63: Intégration dans le site (Source:www.archdaily.com/157558/kaohsiung-port-stationurban-design-winning-proposal-ager-group) .................................................................... 76 Figure 64: Ambiances imaginées dans le projet (Source:www.archdaily.com/157558/kaohsiung-port-station-urban-design-winningproposal-ager-group) ......................................................................................................... 76 Figure 65: Qualités spatiales du parcours dans le projet (Source:www.archdaily.com/157558/kaohsiung-port-station-urban-design-winningproposal-ager-group) ......................................................................................................... 77 Figure 66: Configuration spatiale du parcours (Source:www.archdaily.com/157558/kaohsiungport-station-urban-design-winning-proposal-ager-group) ................................................ 78 Figure 67: L'évolution de la ville: une ouverture sur l'avenir (Source:www.beintunisia.com/fr/jevisite/tunis-et-cotes-de-carthage) ............................. 84 Figure 68: Disposition de l'espace public dans la ville (Ateliers Lion Associés Juin 2013) ........... 85 Figure 69: Trame régulière; continuité de la trame de la ville européenne (Source:Travail personnel)........................................................................................................................... 87 Figure 70: La percée visuelle (Source:Travail personnel) ............................................................ 87 Figure 71: Hiérarchie des hauteurs (Source:Travail personnel) .................................................. 88 Figure 72: Ouverture le Lac (Source:Travail personnel) .............................................................. 88 Figure 73: La mixité programmatique: enrichir l'ambiance dans la ville (Travail personnel) .... 89 Figure 74: Choix de la frange d'intervention, dans la continuité de l'axe Historique de la ville (Source:Travail personnel sur fond de plan Google earth) ................................................. 90 Figure 75: Zone d'intervention et orientation (Source:Travail personnel) .................................. 90 Figure 76: Aires aux ambiances de l'espace public (Source:www.pinterest.com). .................... 92 Figure 77: La configuration spatiale de l'espace public (Source:www.pinterest.com). .............. 93 Figure 78: La mixité programmatique d'un projet aux services des citoyens (Source:www.pinterest.com).............................................................................................. 93 Figure 79: La percée visuelle: ouverture sur l'avenir (Source:Travail personnel) ........................ 95


110

Profile for Seifallah Chouaieb

Mémoire D'Architecture : [ Le Parcours dans la ville de Tunis entre : Passé, Présent et Futur ]  

Élaboré par Seifallah Chouaieb

Mémoire D'Architecture : [ Le Parcours dans la ville de Tunis entre : Passé, Présent et Futur ]  

Élaboré par Seifallah Chouaieb

Advertisement