Page 1

ROBINE DELVAIR présente son…

SLAM E XUTOIRE D’UNE SCHIZOP HRE NIE…

À dos de Dragon par Robine Delvair en pleine crise de schizophrénie en 1996…

Des amusent-bouches… … pour se mettre en appétit !


Pages 2 / 164


SOMME D’AIRS * *J’aimerais bien !… alors... Appel d’offres à musiciens (ou DJs)

Somme d’airs * ................................................................... 3 De l’auteur .......................................................................... 6 Préface ................................................................................ 7 À vos stylos ! ..................................................................... 11 Qui suis-je ? ....................................................................... 12 Témoignage d’une schizo… .............................................. 14 J’ai crié mes maux ! ........................................................ 21

I. PSYCHOSE AMOUREUSE… .......................... 22 Pré-en-bulle* .................................................................... 24 Les histoires d’amour finissent mal… en général ! .......... 26 Dans « Aime » pas de N.................................................. 27 Météo sur moi ................................................................ 29 Duel avec un matchaud !................................................ 30 Fais la belle et tais-toi ! .................................................. 32 Mesdames ...................................................................... 33 Taches de rouges............................................................ 35 Oxy action… détachons ! ................................................ 37 Le Roc fort… j’adore ! ..................................................... 39 Des-airs d’amour ............................................................ 41 Sirène Si Reine !.............................................................. 42 Amoureuse ..................................................................... 44 Cette cigarette…Une amourette ! .................................. 46 2 l'amour sous tension ................................................... 47 Ma plus belle histoire d’amour ........................................ 49 Un mètre 78 d’amour pur ! ............................................ 50 Grandeur sans décadence .............................................. 51 L’absence de toi ............................................................. 53 Danse avec les loups ! .................................................... 54 Échange équitable ! ........................................................ 56 Schizo-à vau l’eau-envolé !............................................. 59 Je t’aime, un peu, beaucoup… pas si haut l’aimant ! .... 60 Merci à mes aimants !!! .................................................... 62 Pages 3 / 164


II. PSYCHOSE DE LA VIE… .............................. 64 Préambule ........................................................................ 66 Graine de production..................................................... 69 Mon vis-à-vis avec la vie ................................................ 70 La vie sent toi ................................................................. 71 Intéractum humanéïs..................................................... 73 Télécommander ma vie ! ............................................... 74 Boire l’espoir et y croire ! .............................................. 76 Joies de fille pour fille de joie ........................................ 78 Un bon Rap, c’est trop Mac ! ......................................... 80 Part-tag(u)er ! ................................................................ 81 Marseille-Paris par TGV ................................................. 83 Addictions ...................................................................... 84 Politiquement incorrect................................................. 86 Lifting ! ........................................................................... 88 On veut des bons-bonds !!! ........................................... 89 Sauver la Déesse-Amour !.............................................. 91 Adieu à Dieu ................................................................... 92 Le Ramdam du Ramadan ............................................... 93 Païenne .......................................................................... 94 Richesse, oui, mais... et celle du cœur !......................... 96 Écoles et colles ............................................................... 98 Maux d’esprit ............................................................... 100 Des panses publiques ! ................................................ 102 Remerciements à ma vie ................................................ 103

III.MALADIES MENTALES ............................104 Préambule ...................................................................... 106 NÉVROSES ....................................................................... 107 Bestialement vôtre! ..................................................... 108 Humainement vôtre ! .................................................. 109 La Haine se déguise… ................................................... 110 Gare au celle-est-rat !!! ............................................... 111 Les détracteurs détraqués ........................................... 112 Porcs aux vaches !........................................................ 113 Rats-cystes ................................................................... 114 Papy fait de la résistance ! ........................................... 116 Pages 4 / 164


Nu comme un verre… pour la transparence ................ 117 PSYCHOSE........................................................................ 118 Protection..................................................................... 119 Mal dans mon pot de pulsions ..................................... 121 Expérience paranormïaque .......................................... 122 Schizo Dodo .................................................................. 123 Lourd comme un S-Cargo ............................................. 124 Errare Humanum « S » ................................................. 125 Shamanisme ................................................................. 126 Schizo-Discrimino ......................................................... 127 BIPOLARITE ..................................................................... 129 La transe des Bipèdes-polaires..................................... 130 Catharsis ....................................................................... 131 Remerciements aux soignants ....................................... 133

IV. MES DISCOURS… D’AMOUR… .............. 134 Préambule....................................................................... 136 Les cons-courent de Mic. ............................................. 139 Smala déjantée à souhait ! ........................................... 141 Dans l'Mic des M.C., c'est trop Mac ! ........................... 142 Merci ! .......................................................................... 143 Masseur l’artiste… ........................................................ 144 Hommage à des personnages touchants ....................... 146 À Arlette ... ................................................................... 147 À Aïcha… pas un chat… Une panthère ! ....................... 148 Pour Shérazade... ......................................................... 149 À Maréva, une super nana... ........................................ 150 À Simone... ................................................................... 151 L-O-L-I-T-A… T'es La La La ! ........................................... 152 Hummmm ! Du jasmin dans le jardin !......................... 153 Pour une exquise TIFFANY…......................................... 154 La crêpe Suzette ........................................................... 155 À sa Majesté Élisabeth 1ère ........................................... 157 À bisounoursette… ....................................................... 158 À Fabien… ..................................................................... 159 Merci aussi oh ! si !!!....................................................... 160 À venir pour les amateurs de Robine Delvair ................ 161 Pages 5 / 164


DE L’AUTEUR SLAM EXUTOIRE D’UNE SCHIZOPHRENIE… Livre en version intégrale contenant les quatre livres suivants sous format e-book gratuit sur mon site www.robinedelvair.fr, ou en version papier à commander sur le site thebookedition.com (voir le lien sur mon site).

Bonne lecture !

Psychose amoureuse

Psychose de la Vie

Maladies mentales

Mes discours d’amour

Pages 6 / 164


PREFACE En guise d’introduction, un hommage à la Liberté de l’artiste, qui revendique le droit « d’oser voler » Quand Robine Delvair m’a demandée de préfacer son texte, je me suis sentie très honorée de sa confiance ; en effet son travail est une Renaissance, tout comme celle venue d’Italie qui apporta tant de lumière dans les arts, après une période plus obscure, peuplée de démons et de mystères. Mais tout d’abord c’est une re-naissance grâce aux mots qui conjurent les maux, comme elle le dit si bien ; et les maux de l’âme elle les connaît, elle les a subis, s’est battue contre eux, et à un moment elle les a apprivoisés, grâce à l’écriture. Écrire pour elle, c’est respirer, c’est scander de façon incantatoire le flux et le reflux du langage, au gré des ouragans, ceux des émotions qui la bouleversent, la traversent, la déchirent, pourraient la laisser sans voix, victime, mais non, elle se bat, se relève, marche, parle, crie au monde sa souffrance, devant tant d’indifférence. Elle qui se dessine « vilain petit canard » en rose et violet, face à un soleil géométrique, a dû combattre la schizophrénie, cette maladie incomprise qui dilacère l’esprit, isole du reste du monde et qui conduit à une terrible discrimination. Dans « Schizo-Discrimino », elle dit : « Je suis schizo Je le crie tout haut Un cri pour revendiquer Que j’ai droit au respect ! » Et plus loin « J’essaie de me soigner En acceptant la réalité Avec philosophie Elle devient plus jolie J’ai choisi le combat philosophique J’avance pas à pas élastiques Je m’aventure, j’explore et j’expérimente J’essaie de transfigurer la tourmente » Pages 7 / 164


Elle se reconstruit pas à pas, grâce à l’écriture, qui peu à peu devient musique, jouissance, le SLAM lui fait aimer la vie, elle joue avec les mots qui l’aident à prendre de la distance. Et ce recul devient humour, face à l’amour qui tangue, se désagrège, se conjugue avec séparation, déception, alors elle rit ainsi, dans « Fais la belle et taistoi » : « Quelle aubaine de se sentir moche Ca met du plomb dans la caboche J’ouvre les yeux plus grands Vois combien le macho est hilarant ! » Et plus loin « Ses hormones le dirigent Affligeante dictature de la tige ! Aucun contrôle des pulsions animales Basique instinct primaire du mâle Peu d’hommes qui en valent la peine Le sang pourtant bout dans mes veines Je rêvais de rencontrer l’Homme Celui qui se retient de croquer la pomme J’ai perdu la foi en son existence Peut-être pas assez de patience Alors pour tuer l’ennui, Je suis une belle de nuit » Les poèmes de Robine Delvair sont une ode à l’amour, mais à l’amour-partage, l’amour qui permet de comprendre l’autre ; elle sacre aussi l’amitié, comme un des biens les plus précieux, et sa galerie de portraits, de Fabien, Tiffany, Aicha, Simone, Lolita ou Yasmina, dont elle dit : « Lascive et pensive La Jasmine est oisive » Et plus loin… « À la plus soyeuse des bohèmes À la santé d’une petite sirène » Conjugue l’écriture, le plaisir et la cuisine avec sa recette très personnelle de la crêpe Suzette, écrite pour son amie Suzon, dont le secret réside dans le fait que la pâte ne doit pas se déprimer !!! Mais la poésie aide aussi à combattre les démons qui naissent dans sa tête et dans « Expérience paranormiaque » elle crie sa souffrance : Pages 8 / 164


« Un moment de faiblesse Un mot sans délicatesse… Ca y est ! La machine est lancée ! Mon cerveau fabrique une autre réalité Une réalité déformée, insidieuse Qui paraît si vraie, mais empoisonneuse Cauchemar éveillé Engrenage effréné Je me sens ballottée Je me sens persécutée Souffrance machiavélique Errance neuronique ! » Et plus loin… « On m’ordonne On m’assomme On me juge On m’accuse Je m’insurge Me révolte Je conteste Et je peste » Elle trouve les mots pour dire sa douleur, mais aussi la force qu’elle y puise pour se battre, et revenir vers un monde, qu’elle souhaite apaisé, tolérant, accueillant ; elle refuse la noirceur de certains et fustige le racisme, en soulignant que dans racisme il y a « rat », et en affirmant ses valeurs : « Si on a peur de la différence d’autrui On ne peut aimer personne dans la vie Car nous sommes tous de différentes couleurs Un potentiel dégradé de rouge à l’infini » Robine Delvair avec ses textes nous donne une leçon d’humanité, elle chasse la haine, zappe la vie, comme la télé, dont elle moque le niveau médiocre, se rit des « Des panses publiques » et comme remède à la crise, propose d’investir dans l’humain ! Elle nous embarque dans son « S –cargo », celui qui flotte et déjoue les tempêtes, mais le S est aussi celui de Schizo, de Solo, et de DéS-espoirs, alors sa boussole se nomme Solidarité… Ses textes représentent une leçon de vie, qui pourtant ne l’a pas épargnée, mais Robine Delvair est une Pages 9 / 164


combattante, qui pied à pied livre un combat contre la médiocrité, l’égoïsme, et la maladie contre lesquels elle a bâti des murs, dont les briques sont des mots de toutes les couleurs : « Merci aux mots, mes p’tits amis rigolos, si malléables, si pénétrables, les mots c’est de l’amour… » Sa richesse, elle la trouve aussi chez l’autre, et notamment chez ses pairs, ses compagnons d’infortune, les usagers de la psychiatrie, qui comme elle, ont vu s’élever en même temps que la maladie, des remparts de peur, de rejet ou d’indifférence. Robine Delvair est devenue une femme libre, elle a conquis sa Liberté, les armes à la main, ses flèches sont des poèmes, son arc est l’écriture. Elle nous dit de façon trépidante que la vie est courte, que la souffrance est partout, mais qu’il ne faut pas baisser les bras, la vie vaut la peine d’être vécue même avec ses moments les plus noirs. Le courage de Robine Delvair est magnifique, il force le respect et dessine un parcours singulier ou l’art de la poésie se conjugue avec les blessures de la vie. Dr Dolorès Lina Torrès Psychiatre des Hôpitaux CH Edouard Toulouse Marseille

Pages 10 / 164


À VOS STYLOS !

Que ces quelques textes vous inspirent... pour, à votre tour, peut-être écrire... Sachez que cela fait un bien fou d'exprimer tous ses dessous... Sentez combien il est royal de se mettre à poil... Ma psycho-philosophie s'est engagée dans un combat pour m’affirmer Un vrai bonheur thérapeutique… un antidépresseur dynamique ! Peut-être qu’après ces quelques mots, vais-je soulager quelques uns de vos maux C’est la principale raison pour laquelle j’aime partager les outils qui m’ont donnés des ailes…

Pages 11 / 164


QUI SUIS-JE ? Ma tête était une grande salade d’agrumes sans sucre ajouté ! … perchée LSD !... AAAAACIIIIIIIID !!! Je m’appelle Robine Delvair… un anagramme de mon vrai nom. Je reviens de très loin… du fin fond d’un puits où je recevais des messages de mondes parallèles et invisibles qui me disaient que j’étais responsable des tremblements de terre, que je ne méritais pas de respirer l’air, etc. J’ai essayé de ne plus respirer. Impossible puisque la respiration est un réflexe ! Ce jour là, j’ai compris qu’il n’y avait qu’un seul chemin possible : grimper les parois du puits !

Aujourd’hui je vais mieux… Je vais mieux parce que j’ai commencé ce combat… un combat contre la maladie mentale qui était latente depuis toujours et que le LSD a bousculé ; Les médecins me disent psychotique mais je suis également passée par des périodes maniaco-dépressives et schizophrènes avec des tendances à la paranoïa. Bref ! J’suis complètement barrée du ciboulot ! Une usagère de la maladie mentale comme ils disent en psychiatrie.

Mais ma psychose n’est qu’un miroir de mes toc-tocs… Elle est en quelque sorte une alarme du cerveau face à la douleur psychique qui me torture tant. Trop sensible ? Pas assez légère ? Mon combat a commencé quand j’ai entrepris des actions qui augmentaient l’estime de moi-même ; Je suis allée au bout de petits rêves restés enfouis au fond de moi…

Aller au bout de ses rêves c’est commencer à s’aimer… C’est un début. Puis, j’ai écrit, décrit mes valeurs, mes rêves. Là, j’ai enfin trouvé un média pour clarifier mes pensées anarchiques et illogiques : L’écriture… une activité que j’aime, une passion constructive qui m’aide à m’affirmer. J’ai écrit la théorie de mes valeurs, mes idéaux mais, j’avoue que je n’en ai pas toujours la pratique ! J’y travaille ! Continuer à me battre pour m’en approcher est devenu ma raison de vivre… Ce recueil de textes, ce sont 8 années d’écriture… 8 ans durant lesquels j’ai évolué, mes textes aussi… 8 ans à l’issue desquels je ne suis plus du tout la même… Je ne déprime plus que rarement et je dirais même que je suis devenue plutôt joviale et d’une constance joyeuse !!! Merci les mots !

Pages 12 / 164


Robine

fait

son

bla bla bla‌ !

Pages 13 / 164


TEMOIGNAGE D’UNE SCHIZO… (26/12/2011) Bonjour ! Je m’appelle Robine Delvair, née en 1969, de formation scientifique, avec une très courte expérience dans la recherche appliquée qui m’a valu un traumatisme car je trouve le monde du travail malhonnête et tordu. Je n’étais pas prête à affronter tout ça. Je suis diagnostiquée schizophrène. Je distingue clairement dans mon cas trois périodes mais pas strictement chronologiques puisque c’est un peu du genre 3 pas vers l’avant et un pas en arrière ! : -

Avant la psychose, un terrain miné… Pendant… Les crises psychotiques, et une renaissance progressive… avec un meilleur contrôle sur la maladie.

L’avant psychose : Je me souviens avoir vécu des choses bizarres vers l’âge de 12 ans : À cet âge là, j’ai commencé à regarder les informations du journal télévisé. Une horreur !!! Je crois que ce fut un gros choc de voir comment était réellement le monde (en ce qui me concerne, je vivais mon enfance à Nouméa en Nouvelle Calédonie). Peu de temps après, J’ai ressentie qu’il y avait une conspiration contre moi à l’école : les professeurs, les élèves et les surveillants conspiraient ! Cette sensation de conspiration est propre aux psychotiques… Adolescente et jeune adulte, je ne fonctionnais que grâce à des mécanismes de défense désespérés. J’avais un masque ! Je faisais bonne figure devant les autres mais, dès que je me retrouvais face à moi-même, je déprimais sec ! En effet je pleurais rarement. J’étais comme anesthésiée des émotions. Comme les autistes… La douleur était pourtant là car je trouvais le monde violent. Ma défense contre la violence, c’était de me faire passer pour quelqu’un de bête, d’idiot et de naïf pour me protéger de cette violence que peut renfermer la réalité de la société. Cette défense est une politique de l’autruche qui ne permet pas d’avoir beaucoup d’estime pour soi-même. Je ne m’aimais pas…. j’avais alors du mal à faire la même gymnastique pour les autres : je ne savais pas aimer bien les autres non plus… je me comparais aux autres tantôt avec des complexes d’infériorité ou des complexes de supériorité. Une névrose ! Je trouvais la vie, la société et le quotidien hideux. Paradoxalement, j’avais aussi de la haine pour ceux que j’aimais et des casseroles amoureuses que je trainais comme des échecs personnels.

Pages 14 / 164


A 12 ans déjà, la psychose était présente mais ce n’est que quand j’ai pris des drogues qu’elle s’est déclarée… J’avais 25 ans. Cannabis, LSD et champignons magiques furent alors déclencheurs d’une tourmente terrible car « la bouteille à la mer ne datait pas d’hier… » Je cite Mathieu Chédid dans la chanson : « C’est pas ta faute ».

La psychose : En 1995, ce fût une longue tempête dans ma tête. Je suis devenue psychotique sans savoir ce qui m’arrivait. Les vents de la psychose étaient violents. Une thérapie à coup de bâtons ! Ce furent deux années de délires et d’isolement. Je vivais dans une réalité imaginaire et magique mais souvent terrorisante. Je n’entendais pas de voix mais communiquais avec des mondes parallèles et invisibles via mon environnement qui était visible des autres également mais que moi j’interprétais différemment selon des superstitions symboliques. Ma psychose hallucinatoire chronique avait soit des accès mélancoliques ou exaltés avec une tendance à la paranoïa délirante. Comme vous le voyez, je suis bien fêlée ! Pour moi une psychose est une maladie mentale qui se caractérise par la sensation de vivre dans une réalité autre que celle de notre entourage ; mais l'expression de cette psychose est différente d'une personne à une autre, elle dépend de notre vécu conscient et inconscient qui varie d'un individu à l'autre. Certains entendent des voix dans leurs têtes. D'autres, comme moi, reçoivent des « messages » par le biais d'un environnement commun à l'entourage mais que l'on perçoit différemment, par délires d’interprétations. Par exemple, j'ai de part mon vécu une perception symbolique des couleurs, des chiffres, des animaux, etc. Ainsi, le rose représente la jovialité et l'insouciance, tandis que le vert représente l'espoir et que le rouge est la passion avec un grand « P » (un mélange d’amour et de haine). De même, le chat, le chien, l'éléphant, le cochon ou le crocodile ont une signification symbolique et psychologique. Grâce à ces codes symboliques, ma perception de l'environnement est différente que celle de mon entourage. De plus, plusieurs codes associés forment un message que j'ai longtemps cru venir d'un monde parallèle et invisible et qui en réalité ne sont que le miroir de mes peurs, le résultat de mes attitudes psychologiques. Par exemple, si j'ai une peur, le « message » est négatif. Ainsi j'en arrivais parfois à l'angoisse terrible que j'étais responsable du malheur des autres comme un tremblement de terre ou la jambe cassée du voisin (En effet une très grande peur que j’ai en moi, c’est de faire du mal à autrui). Par contre, si j'avais une pensée positive, le « message » était plein de beauté et d'espoir.

Pages 15 / 164


Les messages m’aidaient alors à grandir, à réaliser et produire des choses constructives comme écrire pour décrire ce qu’est l’Amour avec un grand A. Une sensation forte que l’Amour me guidait… Les atmosphères avaient pour moi une signification particulière. Par exemple je croyais que la météo dépendait de mes pensées… en gros, je croyais faire la pluie et le beau temps !!! Quelle mégalomanie ! Ainsi, la psychose serait l'expression d'un mal être mental qui s'exprime au travers d'une Magie créée par les 85 % du cerveau que nous n'utilisons pas et qui reste un mystère pour les scientifiques car l'éthique nous empêche de faire des expériences sur le cerveau. Dieu merci ! Pourtant, je pense que la « Magie » de la psychose a une origine moléculaire que peut être, plus tard, avec les progrès de la science, nous pourrons expliquer scientifiquement. Une preuve, c'est que les antipsychotiques sont des molécules qui rétablissent la chimie « normale » du cerveau; ce qui se traduit par la disparition quasi-complète de la « Magie ». Donc c’est par un traitement chimique que l’on rétablie la réalité de la société. Ma lecture d'un ouvrage destiné aux infirmiers psychiatriques en formation, m'a révélé que les maladies mentales ont souvent des origines génétiques. Ce qui conforte encore l’affirmation ci-dessus. Souvent les psychotiques et les dépressifs ne s'acceptent pas euxmêmes et n'acceptent pas la réalité telle qu’elle est. Alors ils se réfugient dans leur réalité intérieure avec tous les disfonctionnements psychologiques que cela peut générer dans leur vie notamment l’isolement et un enfermement à l’intérieur de soi et/ou des addictions. Pourtant nous sommes des êtres sociaux et quel serait le sens de la vie si ce n’est partager et aimer avec les autres bien sur. La réalité magique est un leurre car elle est souvent de l'ordre d'un idéalisme absolu qui n'a rien de réalisable. C'est une maladie mentale car le décalage entre les deux réalités est mal vécu : Les deux réalités sont incompatibles. Les messages m’ont beaucoup perturbée. Ils m’ordonnaient des choses absurdes comme « ne respire plus, ne mange plus, ne bois plus, ne dors plus et tu sauveras l’humanité ». Bien sûr, Il m’était impossible de réaliser ces ordres car il s’agissait de besoins vitaux. Alors les messages, c'est-à-dire le miroir de mes pensées, me tenaient pour responsable des malheurs de l’humanité. ABSURDE !!!! Devant l’absurdité des ordres, j’arrive aujourd’hui à résister aux crises car je m’insurge contre les messages et les envoie au diable. Alors ils disparaissent. Selon moi, une psychose se nourrit de nos peurs profondes pour nous pousser à les dépasser. Le seul moyen de s’en sortir est de s’affirmer bien en accord avec soi-même et dans le respect de soi et des autres, ou, de refuser de se laisser balloter. De toute façon, il me semble que le cerveau

Pages 16 / 164


créée cette magie c'est-à-dire des hallucinations qui ne sont réelles que pour nous-mêmes. La paranoïa, C’est l’enfer : Croire que personne ne nous aime. Une autre de mes peurs était de ne pas avoir suffisamment d’amour en moi pour sauver l’Amour… quand on se bat contre cette peur on est un messie potentiel… bien sur c’est un délire psychotique classique ! En effet, la plupart des schizophrènes pensent qu’ils sont des messies ou du moins ils se sentent investis de missions. Je pense que les prophètes étaient des schizophrènes qui ont accompli leur mission… Pendant les deux premières années de ma psychose j’étais seule, isolée, avec un soutien médical et social rare. J’étais en Angleterre. Je vivais comme une sorcière dans sa grotte. Deux fois j’ai été hospitalisée et soignée lors de cette période. J’ai alors réalisé que les traitements étaient une sacrée béquille qui permettait de moins « psychoter ». Mais, parfois les messages pouvaient me convaincre de ne pas prendre d’antipsychotiques, les neuroleptiques qui soignent la schizophrénie. Alors j’évitais le traitement mais je rechutais fatalement. En 1997, de retour en France, on m’a prescrit, avec mon accord, les piqûres d’antipsychotiques pour que j’évite parfois d’écouter les mauvais conseils des messages concernant mon traitement. Un suivi régulier en psychiatrie commença, les messages se firent de plus en plus rares mais la mémoire des chocs passés et un traitement inadapté me laissaient dans un état proche de celui d’un zombie. Je souriais de temps en temps pour rassurer les gens mais je ne savais plus éclater de rire, j’étais souvent passive en groupe et je n’étais pas du tout dans l’action. Je rechutais régulièrement car malgré les traitements un schizophrène n’est pas à l’abri d’une rechute. J’ai donc voulu revenir aux comprimés. Avec les psychiatres nous avons travaillé ensemble à trouver le traitement le plus adapté. Et on l’a trouvé !

Ma renaissance progressive avec des crises psychotiques de plus en plus rares… Les psychothérapies que j'ai effectué avec des psychiatres et des psychologues ne m'ont que très peut aidée, car je n'étais pas capable d'exprimer mon mal-être et mes émotions. J'étais perdue ! Aujourd'hui, je vais mieux, grâce au travail de l'expression, surtout écrite, dans la positivité. Ma renaissance se fit grâce à la combinaison de six événements :

Pages 17 / 164


Premièrement : En 2003, j’ai commencé à écrire des textes. C’est une véritable thérapie analytique. Avant l’écriture de la profondeur de mes tourments, j’avais du mal à m’exprimer oralement avec clarté. Ce fut plus facile à l’écrit de faire du ménage dans ma tête. Ces textes m’ont permis d’évoluer vers une personne plus sereine et plus épanouie. Par exemple, j’ai soigné ma bipolarité en me disant qu’on était ni nul ni des super héros mais qu’on était des humains donc imparfaits mais pas mal… et pas mal, c’est pas mal du tout. C’est plus souple. Ainsi, j’essaye d’avoir la tendresse d’accepter mes défauts et ceux d’autrui afin d’être la plus douce et tendre amie pour moi-même puis pour les autres. Deuxièmement : J’ai commencé par hasard à rencontrer des pairsaidants, des usagers de la maladie mentale stabilisés. Cela m’a fait un bien fou car dans ma psychose, j’avais tendance à croire que j’étais unique, le nombril de la Terre. Alors, savoir que les autres psychotiques croient la même chose m’a fait comprendre que, tous, nous délirions et que je n’étais pas un cas unique. Cela m’a aussi aidée à comprendre l’importance du traitement car les pairs-aidants l’ont bien compris. On trouve souvent des Pairs-aidant dans les G.E.Ms ou Groupes d’Entraide Mutuelle (voir la liste des G.E.Ms de France dans la section « Partenaires » de mon site). Je donne un coup de main depuis début 2013 au G.E.M des Canoubiers à Marseille où j’anime des ateliers de slam. Troisièmement : J’ai changé de traitement. Je prends aujourd’hui 300 à 500 mg de Solian par jour (selon le besoin, j’écoute mon corps et ma tête !). Une fois j’ai oublié mon traitement pendant deux jours et cela m’a valu une crise d’un mois ! Ce sont des neuroleptiques de la classe des antipsychotiques (300 mg correspondent à 1/4 de la dose maximale). Ils ont sur moi un effet antidépresseur je crois. À l’heure où je vous parle j’ai la pêche et la banane !!! Quatrièmement : J’ai fait des choix de vie différents de la « normalité » et de la « conformité ». J’ai osé prendre des risques mais avec la prudence de savoir les minimiser. La société m’a marginalisée depuis ma maladie. Mais j’en ai très vite pris mon parti. Je suis marginale dans mes choix de vie, en accord avec mon unicité. Ainsi, aujourd’hui j’accepte la réalité de la société. Je n’ai plus besoin de vivre dans un monde imaginaire pour survivre. Je suis en accord avec moi-même. Mais pour accepter la réalité de la société, c’est tout un travail ! Il faut écouter qui on est, ce qu’on aime, ce qu’on attend… et faire les bons choix. Oser être différents, oser braver les stéréotypes d’une société en pleine évolution qui a du mal à être juste. Faire en sorte d’aider les mentalités à évoluer, faire en sorte d’aider les injustices et les inégalités à s’estomper…. A son rythme, faire des petites choses accessibles et imaginer que si tout le monde le fait, cela changerait vraiment les choses.

Pages 18 / 164


Cinquièmement : J’évite depuis des années de regarder les informations. Je vis au gré de ma localité et essaie de la rendre belle et gaie… je commence tout juste à m’engager dans des associations tout doucement, à mon rythme et à ma portée… Pour faire un monde meilleur petit à petit ! La patience n’est-elle pas une sagesse ? Sixièmement, j’ai opté pour une philosophie de vie que j’expose dans mes textes qui me parait humaine, juste et apaisante.

La spirale vers le Bonheur ! Depuis que je vais mieux, j’ai l’impression de grimper une spirale vers le bonheur… Cela fait plus d’un an que je n’ai pas rechuté. Cependant, ma réalité imaginaire a essayé de s’imposer à la réalité de la société une ou deux fois durant cette dernière année mais j’ai réussie à la repousser facilement et cela devient de plus en plus facile à gérer. Les schizophrènes que je rencontre et qui ne sont pas stabilisés, souvent se confortent dans leur réalité imaginaire où ils ont plus d’importance et y trouve plus de charme. Ma force c’est que ma réalité imaginaire m’impose des missions impossibles à réaliser : Je ne peux changer le monde à moi toute seule, j’en suis consciente mais je peux faire de petites actions toutes simples pour améliorer mes conditions de vie et celles des gens autour de moi. J’ai donc choisi la réalité de la société que j’arrive à aimer grâce à mes espoirs. J’ai aujourd’hui une vie que j’aime dans la réalité de la société car je profite de la vie et je fais ce que j’aime… c’est comme cela que je m’en suis sortie… et je dois dire merci à cette maladie qui m’a rendue plus forte… à croire qu’il s’agisse d’une défense immunitaire du cerveau !!! Pour conclure, je pense, aujourd’hui, que ce que j’écris peut aider les usagers de la maladie mentale. Alors, mon but est avant tout de diffuser mes textes dans le milieu psychiatrique via le personnel soignant. Une façon d’endosser à mon tour le costume de paire-aidante. A terme, je désire les diffuser dans le milieu ordinaire afin d’en finir avec la discrimination des usagers de la maladie mentale par les gens dits « normaux » ; afin de rompre avec l’ignorance. Nous ne sommes pas plus dangereux que d’autres populations et même moins aux dires de ma psychiatre. Alors qu’est-ce que vous attendez pour vous rendre sur mon site et pour en parler autour de vous ? C’est gratuit :

www.robinedelvair.fr Pages 19 / 164


J’aimerais faire chanter les étoiles… À cause de mes « parfois », je ne fais que grogner les ours !

Photo tirée de l’exposition organisée par l’École Supérieure des Beauxarts de Marseille sur le port autonome en 2009 Cette porte rouillée c’est la porte de l’Amour, la lumière, c’est derrière ! « J’ai les clés du paradis ! Elles sont justes un p’tit peu rouillées ! » (Jane Birkin, « à la légère ! » L’album). Vite ! De l’antirouille et du dégrippant ! Après y avoir mis du dégrippant, je me suis amusée à jouer aux journées portes ouvertes !!! Les portes sont toujours ouvertes pour ceux qui sont observateurs et audacieux…

Pages 20 / 164


J’ai crié mes maux ! (04/2010) J’écris, Pour savoir qui je suis Pour exprimer ce cri qui ne fait pas de bruit La vie, Tant injuste qu’elle me trahi Tant flibuste qu’elle m’éblouit Alors j’écris, Pour optimismer mes toc-tocs Pour être mon doc J’écris, Pour rendre les humains joyeux Pour égayer les moments ennuyeux J’écris comme je cris Sans la forme, Sans la norme En misant à fond Sur le fond J’écris, Pour soulager mes gros maux En crachant des Amours de mots J’écris Pour nous redonner l’espoir Pour que nous puissions voir dans le noir La vie, Si dure qu’elle me brise Si belle qu’elle me grise J’écris Pour trouver la face cachée Le côté sur lequel positiver J’écris, Pour ne pas me laisser aller Pour apprendre à jouer J’écris, Pour déjouer l’ennui J’écris pour me faire aimer la vie.

Pages 21 / 164


I. PSYCH O SE AM O UREUSE…

Par Robine Delvair…

L’amour à 2… c’est comme un soleil orageux !

Pages 22 / 164


« L’Amour, ça ne va pas, c’est pas du Saint Laurent, ça n’tombe pas parfaitement, si je ne trouve pas mon style. Ce n’est pas faute d’essayer… et l’Amour, j’laisse tomber. »

Extrait de « L’amour » de Carla Bruni de l’album « Quelqu’un m’a dit »

Bien que je ne sois pas d’accord avec tout ce que fait « Carlita », j’adhère au moins à cette phrase : « L’Amour j’laisse tomber ! » … j’espère pour elle qu’elle a tout simplement changé d’avis… personnellement j’aurais pas pu ! Mais respectons « Le goût des autres » d’Agnès Jaoui, une autre de mes héroïnes préférées !

Pages 23 / 164


PRE-EN-BULLE* * Il aura fallu que j’écrive pour commencer à créer ma bulle ! Je viens d’une génération où les « Walt Disney » étaient des contes de fées dans lesquels les princesses côtoyaient des environnements tantôt menaçants, tantôt paradisiaques. Mais les princes charmants étaient là pour les sauver ! Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… Ma réalité amoureuse fut comme Walt Disney pour les côtés flippant et trippant mais la fin fut tout autre car le prince charmant ne m’aimait que parfois mais pas toujours… Il y avait comme un rouage dans l’engrenage !!! Alors je rêvais en silence des princes charmants sans jamais oser aller plus loin car je savais que cela deviendrait cauchemardesque à cause de mes parfois ou à cause des leurs (un coup je t’aime, un coup j’t’aime pas !). Alors un jour, pour vivre le rêve jusqu’au bout, mon cerveau a décidé de cloisonner les choses : Parfois, j’étais une princesse. Alors, mon homme devenait un prince charmant, un douze (un et deux, une fusion à deux) aimant, un rouge… mais d’autres fois, je ne réagissais pas en princesse, alors mon homme devenait un diable, un bleu plein d’amertume qui pouvait être violent, qui voulait des enfants, fonder une famille, que je sois une battante, gagnante dans la société… Aujourd’hui je n’ai pris aucun des deux chemins… je ne crois plus au prince charmant. Je n’ai pas d’enfant et me suis marginalisée dans la société… j’ai trouvé un équilibre… En m’affirmant ainsi, je suis devenue rouge à mon tour… une treize (un et trois, seule et marginale sous les feux brulants du soleil… d’ailleurs, les trios ne m’auraient pas fait peur car je ne suis pas jalouse, ni haineuse, je ne fais pas de préférence, je respecte tout le monde car chacun doit trouver sa place). Je suis aussi une quatorze (un et quatre. Quatre, c’est la colère) car je suis en colère contre les « Walt Disney » et le modèle du couple que nous donne la société et qui fait tant de dégâts psychologiques… Aujourd’hui, pour moi, l’amitié c’est vraiment l’expression de l’Amour à 2 ou 3 ou 4, ou plus ! Et… plus on est de fous plus il y a de fou rires !!! L’Amour est partoo partoo… il faut juste savoir regarder avec l’œil du cœur. J’aime les gens mais j’aime aussi la musique… je suis une vraie mélomane… la musique est toujours omniprésente dans ma vie… Pages 24 / 164


Quelques citations que j’aime :

« Je n’ai rien fait d’exceptionnel ! Je n’ai fait que mettre côte à côte des notes qui s’aiment… » (Mozart)

« Rythm is love » le rythme c’est de l’amour (Kéziah Jones)

Pour moi faire des rimes c’est mettre du rythme dans mes textes pour rendre la lecture musicale… une façon de faire l’amour avec les mots… pour soigner les maux que me font les « princes charmants » et que je décris dans ce qui suit…

Pages 25 / 164


LES HISTOIRES D’AMOUR FINISSENT MAL… EN GENERAL !

LES

HISTOIRES D’AMOUR

FINISSENT MAL

… EN

GENERAL… (Rita Mitsouko)

… quand la haine engendre la haine !

Pages 26 / 164


Je m’insurge contre la haine... de Sofiène

Dans « Aime » pas de N (15/12/2006) Des nuits et des nuits à tes côtés… De longues nuits sans te toucher Car la haine que transpirait ta peau Faisait vraiment froid dans l’dos ! Des nuits entières… Sans pouvoir rien y faire. Des nuits de larsen À côtoyer ta haine. Pour l’enfermer dans une boîte, Je deviens maladroite. J’insiste et je m’éteins. Tu prends alors ton air hautain ! Laisse-moi trouver une dignité ! Laisse-moi trouver une paix ! Tu ne vois que mes défauts ! Tu ne dégustes pas ce qui est beau ! Laisse-moi ! Oublie-moi ! Abandonne-moi ! Je préfère ça ! Ton absence m’a portée, Ta haine me soumet. Je tombe alors bien bas, Deviens celle que je n’aime pas. Ni garce, ni soumise ! Telle est ma devise ! Que je n’arrive à appliquer Que quand tu t’es tiré Alors ne reviens pas. Je n’ai pas besoin de ça. Soigne ta tête Et tue la bête !

Pages 27 / 164


Gomme la N Et mets y des MMM’s… Je t’en ai tant écrit, en vérité, Je pense que je l’ai mérité ! Mais si t’as encore la haine, Ce n’est pas la peine. Détache la N de tes veines. Ne reviens qu’avec un grand M…

Pages 28 / 164


À l’amant patriarcal de ma psychose… le bleu d’un fiel dégagé !!!

Météo sur moi (14/07/2008) Ton moral au beau fixe me déjoue… La vie en rose d'une aurore boréale. Tandis que la pluie qui coulerait sur tes joues Me permettrait de te consoler, telle la femme idéale. La température de tes colères Traduit les précipitations de ta passion. Cela met du piment dans l'atmosphère. Où le soleil pique après la dépression. Serre-moi fort dans tes bras Et mets tes "oh !" sur moi ! À la fois tendre comme les bourgeons du printemps, Doux comme la neige de l'hiver, Aussi fulgurant que des vents tourbillonnants, Tel un cyclone dans une serre. C'était un portrait duel de toi ! Toi qui varie comme la météo. Mais j’ai attrapé froid !!! Trop de coup de froid au chaud ! Tu m’tires trop fort vers le Bas Mais le Haut n’attend pas ! Je traverse le bouclier de nuages Vers un fiel dégagé pour m’envoler… Ma liberté me rend plus sage Elle me permet de me trouver. Tu n’as pas mis tes « Oh ! » sur moi Je ne suis pas faite pour toi !

Pages 29 / 164


3-zéro…sans tirs aux buts ! M’en fiche pas mal des bleus ! Même pas mal !!! Je n’ai pas subi de violence physique mais y’avait de quoi passer par une petite période féministe…

Duel avec un matchaud ! (12/01/2009) Macho Macho T’es pas beau ! T’es tellement chaud ! Qu’ça fait froid dans l’dos !!! Tu animes mal, animal ! Tu nies mal une Annie mal ! Intrusion d’un assoiffé ! Pense à un truc moins osé ! Tu verras … ça va passer ! Sinon, gare aux massages olé ! Tu veux du sexe rapide… Pourtant, t’es pas un bolide ! Donne des massages assassins Donne à Annie un zeste du divin ! Fais-la… des-cons-pressés !!! Fais-la se… relax ! Eh ! Fais-la des-stressés-de-la-fesse !!! Ta femme est folle de la messe ? Elle doit être molle de la fesse * Coach-la pour lui muscler les fesses ! Sinon elle ne sera pas portée Et tu l’accuseras sans culpabilité Tu iras voir ailleurs sans prendre de bain Au lieu de lui tendre la main Tu souffres d’infidélite aiguë Trahison d’un ange déchu !!! Tu cours, tu cours après l’orgasme Tu bourres, tu bourres façon spasmes Plaisir facile ordinaire Désir puéril primaire

* Contrepèterie de Roger Bendis, mon père… inédit !!!

Pages 30 / 164


Quant à tes goûts pour tromper ta femme Tu choisis rarement de la bonne came !!! Un bon derrière de mégère vulgaire Ça comble tes critères On se dit qu’on vaut mieux qu’ça Et pourtant tu y vas Et tu t’en caches, animal… C’est ça aussi qui fait mal… Tu ne sais pas que le manque de sincérité Déglingue Annie autant que la pitié !! Quel manque de respect que de se cacher Quelle preuve de lâcheté ! Surtout aux yeux de celle qu’on aime Surtout aux yeux de celle qu’on freine Alors, Adam, s’il te plait, Retrouve un peu de dignité… Prendre un bain avant de l’honorer C’est le minimum pour la respecter Pour laver tes taches de macho Accepte que tu ne sois pas beau Sinon une dominatrice te nettoiera le cerveau Te dominera par son show pas très chaud…

Pages 31 / 164


Quand la femme s’insurge avec incompréhension sur la nature masculine…ça donne ça :

Fais la belle et tais-toi ! (12/01/2009) Quelle aubaine de se sentir moche ! Ça met du plomb dans la caboche ! J’ouvre les yeux plus grands… Vois combien le macho est hilarant ! Incapable de traiter à égalité en égards Toutes les femmes présentes dans le noir… Qu’est-ce qu’il espère au juste ? Nous monter les autres contre les unes ? Qu’on entre en compétition Pour capter son attention ? Je me fais la belle Faute d’être unetelle Ça manque d’éducation ! Animaux pour procréation ! Ses hormones le dirigent… Affligeante dictature de la tige ! Aucun contrôle des pulsions animales… Basique instinct primaire du mâle Peu d’hommes qui en valent la peine… Le sang pourtant bout dans mes veines ! Je rêvais de rencontrer l’Homme… Celui qui se retient de croquer la pomme… J’ai perdu la foi en son existence ; Peut-être pas assez de patience… Alors pour tuer l’ennui, Je suis une belle de nuit…

Pages 32 / 164


L’antithèse à laquelle je ne crois plus…

Mesdames (07/04/2010) Mesdames écoutez-moi Ecoutez le fin fond de ma voix Souvent les hommes sont libertins C’est la nature de leur fond coquin La curiosité d’aller voir ailleurs Tel un enfant grandi avant l’heure La polygamie pourquoi pas oui Mais la polyandrie est possible aussi Si cela nous dit Les hommes suivent leurs instincts Où sexe et sentiments sont distincts Si une mégère vulgaire a un beau derrière Cela peut combler ses critères C’est hormonal chez le mâle Triste condition à l’instinct animal Soyons plus humaines et tendres Attachons-nous à le comprendre Pour qu’il puisse nous entendre Nous aimons être fidèles à nos hommes Nous aimons vivre dans la norme Nos hommes sont souvent infidèles Car ils sont curieux des autres elles Sont attirés par l’inconnu Alors que nous craignons l’inattendu Nous les rendons fou de rage Que nous soyons si sages À notre âge, évitons le conditionnage Communiquer apparait indispensable Avec sincérité, les faits sont acceptables Si nous comblons ses besoins de l’autre À son tour il doit combler les nôtres Peu de chance que cela se produise En toute franchise La fidélité paraît être un concept qui se meurt Je lui ai laissé faire un tour ailleurs Et suis apparue forte dans son cœur Si Vous n’acceptez pas son batifolage Que Vous le prenez pour un pervers volage Pages 33 / 164


Vous n’êtes pas tendres avec lui D’ici aussi viennent les soucis Il vous aime malgré tout Vous êtes favorite, c’est beaucoup ! Cessez de lui faire des reproches Sinon vous ne serez plus proches Au risque qu’il raccroche N’acceptons pas la violence de sa part Résistons ! Raisonnons le jobard Ayons le courage de vaincre la peur Protégeons-nous ! Frappons-le au cœur Renvoyons-lui sa monnaie Comme il nous fait on lui fait Ainsi il se calmera Ainsi il nous respectera Et la paix reviendra Mais il est vrai que certains hommes N’assument pas le désir de croquer la pomme Ils vont aussi tromper moralement nous trahissant ainsi insidieusement Ils vont lâchement se cacher Par peur de nous affronter Ceux-là trichent, nous manquent de respect Sans savoir que le manque de sincérité Nous déglingue autant que la pitié Selon moi rompre pour un adultère N’est ni une raison valable, ni un bon critère La jalousie se cache sous une faiblesse de trop Qui empoisonne soi-même et son alter égo Des millions de façons de rompre existent Quand l’incompatibilité persiste, Empêche de combler l’un et l’autre C’est une rupture propre qui doit être nôtre Pour pouvoir évoluer vers quelqu’un d’autre Avec lui nous sommes des nounous Soyons femmes ! Et il sera fier de nous ! Appliquons-nous à ne pas culpabiliser On est souvent deux à fauter Soyons vives et positives Sans être trop naïves Gagnant-gagnant est un bon leitmotiv

Pages 34 / 164


À Pablo…avec colère !

Taches de rouges (2002) J'étais l'arc-en-ciel changeant. Toi, le rouge éblouissant. Impressionnant, tu l'as été. Avec passion, je t'ai aimé. Pour toi, on était trop différents. On communiquait pas vraiment. Ce que j'ai trouvé drôle C'est qu' j'ai pas trouvé mon rôle Au début, je t'ai résisté Et voilà ton désir attisé ! C'est quoi ton problème ? Faut pas qu'on se sème ? C'est quoi ta recette de l'Amour ? On se cherche tour à tour ? Comme un chou, j'te cherche… Comme un tabou, tu m'cherches… Comme un fou, tu m’cherches... Les poux dans les mèches ! Pas mon trip les sado-mazo ! C’est un bobo pas beau. Tu jugeais mes différences Avec une vilaine transe Et moi, trop bêbête, J’encaissais la bête. Une bêbête qui encaisse, On la délaisse, puis on la laisse… C’est bien fait pour moi Je voulais pas me passer de toi ! J'étais mal dans ma peau… Tu appuyais ma tête sous l'eau N'as pas entendu mon SOS Intolérance à la détresse L’histoire aurait pu se finir bien Me quitter comme un humain. Transformer l'amour en amitié car la différence n'est qu'un fait Pages 35 / 164


J'étais l'arc-en-ciel changeant Toi, le rouge éblouissant Mais à présent... Je suis devenue rose cool Et toi un bordeaux qui saoule…

« Vilain petit canard » Par Robine Delvair

Pages 36 / 164


À Pablo… la colère est passée…

Oxy action… détachons ! (2009) J'étais l'arc-en-ciel changeant. Toi, le rouge éblouissant. Impressionnant, tu l'as été. Admirative, j’étais bouche bée ! J’ai toujours senti, tétanisée Que tu n’aimais pas qui tu croyais que j’étais… Je n’étais pas assez affirmée ! Je n’ai pas su oser m’imposer… Pour toi, on était trop différents. On ne communiquait pas, c'est évident. Tu jugeais mes différences Avec une force intense Et moi, trop bêbête, J’encaissais la bête. Une bêbête qui encaisse, On la délaisse, puis on la laisse… Je ne savais pas me défendre Alors je me débattais pour prétendre J'étais mal dans ma peau… Ne savais pas affirmer mes crédos. Notre histoire n’est que quiproquo… Un mauvais tour de ma sale vie d’ado. Tu n'as pas su entendre mon appel au secours… Tes convictions te rendaient sourd. Cette histoire aurait pu se finir bien, Dans d’autres temps, d’autres chemins En transformant la relation qui était née ; Puisque la différence n'est qu'un fait J'étais l'arc-en-ciel qui fâche Toi, un bon bordeaux qui se tache

Pages 37 / 164


Je veux te montrer que tu t’es trompé. Aujourd’hui j’essaie de m’affirmer… Je n’avais pas su le faire avec toi. Finalement, tu ne me connaissais pas. Les apparences sont souvent trompeuses… Une vilaine loi de la vie, l’embrouilleuse… Donner le bénéfice du doute Est une sagesse sans nul doute C’est un conseil d’amie Que je te donne aujourd’hui. Pour que ta vie te sourit… Pour que ta vie soit plus jolie… Il est temps de faire la paix ! De tolérer la fragilité… Donner de l’Amour à l’humain C’est se tendre la main ! Aujourd’hui je tourne une page, J’ai plus de courage Tu n’es plus un aimant pour moi Bonne chance à toi.

Pages 38 / 164


Au 12 aimant de ma psychose… trop fort !

Le Roc fort… j’adore ! (2009) Ne me regarde pas comme ça ! Comprends qu’il y a diversité Tu es fort, tu es beau, soit! Mais considère ma fragilité. J’ai peur de toi Peur que tu ne me blesses Je ne contrôle plus mes pas Mon irrationalité, une détresse… Quand tu les rocks * fort Mes casseroles font trop d’bruit Tu m’apparais tel un mentor Et je retombe au fond du puits Mais tu ne le comprends pas Tes yeux ronds d’étonnement M’observent de tout leur poids L’attention d’un regard au piment Je suis alors transpercée Par une flèche de Cupidon Me voilà toute affolée Face à tes interrogations Panique de perdre mes ailes C’est pour moi un grand tourment Je perds alors mon côté rebelle Deviens un faux semblant D’actions bizarres En discours illogiques Tu me crois jobarde Ça vire en duel tragique

* « To rock » en anglais signifie « Malmener » Pages 39 / 164


Alors monte en toi la colère Initiée par la déception Tu prends ton air sévère Je me dis : « Courage! Fuyons! » Je me fais la belle ! Laissant derrière moi Un chaos accidentel Qui me mets en émoi ! J’analyse ! Je décortique ! Afin d’éviter que ça se reproduise Je refuse une telle panique Ce schéma répétitif m’épuise… Tu es un roc fort Je te trouve très beau Je t’aime bien fort Tu étais mon beau Je t’ai trop idéalisé Je t’ai fait souffrir Je n’ai pas considéré ta fragilité Je préfère nous détruire L’amour exclusif Très peu pour moi L’amitié est aussi un kif C’est ma nouvelle loi. Ainsi la vie n’est pas morose Dans l’attente que peut être un jour Je vivrais ma vie en rose J’espère qu’un jour viendra mon tour

Pages 40 / 164


Délire psychotique… à Porky

Des-airs d’amour (2008) L'Amour est un verre d'eau fraîche. La vie, un désert de sable rêche Parsemée de rares oasis verdoyantes Qui ont le parfum des amours vivifiantes Le sirocco un test de courage Où il faut se couvrir comme un sage. L'humanité, les grains de sable des dunes… Elle s’entache sous la peur de la pleine lune On devient fou du manque d’amour On ne le voit pas tout autour Il suffit d’ouvrir l’œil du cœur Pour voir l’oasis du bonheur Dans l’oasis, les poissons rouges sont béatifiques Il n’y a pas de scorpion qui pique Dans l’oasis on s’arrose au soleil Pour ne pas sentir la brûlure du ciel On devient tous alors vermeils Des anges de merveilles Avec des ailes dans le dos Pour faire la la la là-haut Ne reste pas dans ton coin Ouvre ton cœur vers le mien N’aie plus peur de toi-même Le paradis c’est pour ceux qui s’aiment Comme toutes les âmes blessées De tendresse, je suis assoiffée. Je recherche les couleurs de l'Amour Pour devenir une oasis à mon tour...

« Porky’n mess » Par Robine Delvair Pages 41 / 164


Pour Suzon…

Sirène Si Reine ! (10/2011) Tu as un grand pouvoir de séduction Naturellement tu attires l’attention Celle des plus beaux rois Mais aussi celle des autres gars Tu penses qu’un roi exige une queue de Paon C’est alors pour toi un grand tourment Peur de perdre tes ailes parfois Puisqu’on ne peut pas être toujours la, la, la ! Les gars sont raides dingues de toi Mais ta foi t’emporte vers les rois Comme tu as peur de faire souffrir les autres gars Tu les rejettes dans un soupir aux aboies Tu vis donc seule pour te protéger Tu n’as pas trouvé le « LA » léger Celui qui t’aide à te construire Au lieu de cela, tu ne peux que fuir Sache que personne n’est roi ou reine Démystifie le mythe de la sirène Sois toi-même sans dramatiser Tu peux donner aux gars de l’amitié Nul n’est indispensable Nul n’est tenu pour responsable Les gars savent rester cool Face à une belle poule ! Sache qu’un roi peut être faillible aussi ; Que le jour où vous vous taquinerez vos soucis Vous serez compatibles, Vous serez indestructibles Tu n’as pas le sang bleu d’une reine Tu es unique et libre, citoyenne Tu peux perdre tes ailes parfois C’est une fragilité toute humaine ma foi ! Si tu perds tes ailes, Tu peux rallumer l’étincelle En faisant de l’autodérision Tout en ayant pour toi-même de la compassion Tu es toujours pleine de compassion pour autrui Ce n’est pas le cas quand il s’agit de ta vie Pourquoi ne pas être pour toi-même aussi La plus douce et tendre des amies…

Pages 42 / 164


« Sirène doit devenir paon » 1996 par Robine Delvair

Sirène : Sirène car j’avais perdue ma voix et ma voie et je pensais être responsable d’avoir fait couler le bateau du douz’aimant à cause de mon chant de sirène.

Reine : Le douz’aimant est un roi… mais je ne veux pas être reine : liberté… égalité… fraternité ! Je suis citoyenne !

Paon : Sortir une queue de Paon pour séduire une porte toujours fermée dont je n’ai la clef ? L’aurai-je un jour cette clef ? La voulais-je vraiment ? Aujourd’hui, j’en doute…

Pages 43 / 164


À Mathias…

Amoureuse (2009) Je craque pour toi… Je craque tout bas Pourquoi tout bas ? Parce que l’autre Moi n’y croit pas Et pourtant ton aimant M’attire inlassablement J’ai envie de tout toi… J’ai envie de t’embrasser là ! Je sens des ailes dans mon dos… J’ai envie qu’il fasse beau ! Je m’en veux incroyablement D’avoir ces sentiments Je m’étais juré pourtant De n’plus croire au prince charmant Mais je te trouve charmant si charmant ! Que je me trahis tellement terriblement C’est un duel de Moi à Moi ! C’est si cruel la passionata Que je n’en veux pas ! Et pourtant je craque pour toi ! Sans désir pour l’engagement Seul un désir de s’amuser un p’tit moment Je ne peux pas oublier Ton regard si frais, Ta façon de parler si légère… Toi aussi l’Amour a brûlé tes chairs Je me sens proche de toi… J’ai envie de te parler tout bas Cela fait longtemps Que je n’ai eu de tels sentiments Je suis à ta merci… Sur la corde sensible des si ! Mais je n’ai rien à perdre. Je ne serai pas une Phèdre L’amour nous a abattu tous les deux Mais pourquoi se priver de moments heureux Car l’amour reste la vibration Qui offre le plus de satisfaction Si tu ressens la même chose que moi Laisses-toi tenter par cet au-delà la la… Dommage ! C’était pas réciproque ! Dégage l’Amour… tu piques, tu rock ! Pages 44 / 164


Comment faire de beaux rêves après avoir gloutonnement ingurgité du jus de tomate très très pimenté au Tabasco ? Té pô pôtible !!! Observez bien : Le dentier est dans un verre de glaçon qui fume… Hi ! Hi ! Hi !

« Tabasco » Par Robine Delvair

L’amour collé à 2 c’est comme le Tabasco : Ça pique ! Moi, petite bonne femme verte (je viens d’une autre planète !), aux cheveux rouges et aux grands pieds (un 39 fillette tout de même pour 1m55 !), j’aime pô quand ça pique ! Le dentier est parait-il un tue-l’amour. Quand je serai vieille avec un dentier, je m’amuserai à vous faire la bouille de Popeye comme mon oncle que j’aimais beaucoup et qui est parti malheureux car il a eu le cœur brisé par l’amour ! Va de retro l’amour qui pique ! Même des glaçons peuvent fumer... je fume !

Pages 45 / 164


Cette cigarette…Une amourette ! (12/2008)

Cette cigarette comble ce grand vide ; Cette faim d’Amour qui me troue le bide.

Cette cigarette me réconforte Comme mon doudou qui me rend forte.

Cette cigarette me décloue le bec Face aux silences émotionnels des blancs-becs !

Cette cigarette, j’en ai besoin Pour continuer à voir plus loin

Cette cigarette sera ma fin Si l’Amour ne se dévoile enfin !

Pages 46 / 164


Vive le célibat !!

2 l'amour sous tension (12/2009) La graine est bien plantée. Douc’ment, elle veut pousser ; Pour dev’nir une belle plante Qui ne craint pas qu'il vente. Elle s'épanouît en fleur. Avec la rosée, elle pleure… Pour se faire arroser D’une pluie d'Amour prouvée. Bientôt la passion rend l'âme, Et la belle fleur se fane. C'est un cycle infernal Qui s’ répète dans les larmes. D'abord l’ respect disparaît Car l’bonheur qui-était né Est devenu normal Puis tout à fait banal. Alors les 2 s'énervent, Ils se crachent leur verve. Pour un bonheur perdu, On cesse d'être pêchu ! Le couple s’amuse rarement. Peu d’équilibristes de l’aimant. Comme on fait toujours des bêtises Le couple chavire et s’enlise On est comme on est c’est un fait Imparfait dans l’ pouvoir d’aimer Ça sert à rien de se morfondre Perte de temps quand on s’effondre La vie ne peut s'arrêter là Besoin d’avancer pas à pas Pour grandir bien plus fort. Enfin libre de son essor Pages 47 / 164


Si on remplace la fleur fanée Pour en voir une autre pousser Qui se fanera à son tour C’est être victime de l’amour Je ne serai pas dupée Par une telle absurdité Je ne veux plus perdre mon temps À stagner dans mes tourments Je n’ saurais être exclusive J’aime toutes les fleurs aux couleurs vives Pourquoi faire des préférences Soyons égaux dans nos différences Mon cœur est assez grand Pour aimer quantité de gens J’veux des amitiés entières Pas une moitié éphémère.

Pages 48 / 164


MA PLUS BELLE HISTOIRE D’AMOUR MA PLUS BELLE HISTOIRE… … D’AMOUR

« Ames-sœurs » Par Robine Delvair

Plus qu’une amitié… Deux âmes-sœurs À mon p’tit pirate préféré…Cédric, Mathieu…Un douz’aimant

Pages 49 / 164


Un mètre 78 d’amour pur ! (20/05/2003)

Un… parce que nous commençons la tribu des huns. Mètre… parce qu’avec toi j’aime être. Sept… parce que la vie nous teste. Huit… parce que c’est un amour infini. D’amour pur… parce que, mon amour, tu es pur. Tu es pur mais pas dur, ni trop mûr. Et avec une telle naïveté, On se sent plus léger, léger… C’est ce que je trouve beau : Ne plus vivre la vie comme un fardeau… Quand tu me taquines, Je deviens alors câline. Ce que j’aime en toi, C’est ta façon de sortir le meilleur de moi Quant à ton rire en cascade… Ado, Ado, Ado-rable, Il exprime une joie de vivre Commune, commune, commun-icative J’en suis venue à bégayer, Tant tu m’as troublée Et ça te fait rire ! Ainsi tu fais renaître ma joie de vivre ! Ta soif d’amour m’a fait évoluer. Elle m’a appris à aimer. J’étais un porc, un fardeau… Mais l’amour rend fort et beau. J’ai appris à partager avec toi J’ai appris la solidarité grâce à toi Je suis fière de ce que tu as fait de moi. Une guerrière de la gaîté et de l’émoi 1m78 c’est un petit roi. Un aimant de la vie, c’est tout toi…

Pages 50 / 164


Le mythe de Don Juan revisité…

Grandeur sans décadence (24/05/2003) Il est un enfant. Comme tous les enfants, Il aime la vie en jouant, Aux jeux dangereux de l’Amour Des filles, par dizaines, il est pour. À toutes il veut donner de l’amour. L’amour qu’il n’a pas su recevoir de sa mère Lui l’assoiffé, en a gardé un goût amer. Il est devenu un fou d’amour. Les filles défilaient tous les jours. Faire plaisir, Est son unique désir. Toujours plus de filles Pour que plus d’étoiles brillent. À chaque pas vers cette foi libertine, Les problèmes s’enveniment ! Autour de lui, trop de souffrance Qui touche sa conscience. Il a brisé des cœurs C’est pour lui un grand malheur Sa conscience le culpabilise Sa légèreté freine et s’enlise. Pourtant, il a soif de liberté Seul être libre le rend gai. C’est son choix C’est son droit Il n’est donc pas responsable d’un cœur brisé C’est la Vie qui essaie de le culpabiliser Comme sa liberté est un droit Qu’il ne perde pas la foi Qu’il est incompatible avec ces faux romantiques Ceux qui veulent posséder les âmes magnétiques

Pages 51 / 164


Alors en lui est montée la colère Qui l’a rendu mercenaire. Cette colère est une révolte contre la vie. Ça le rend cynique et impie. Il a un Don en Jouant, Don Juan ! Pour cela, je le trouve Grand. Il a su déjouer la colère des vents. Ça, c’est courageux et pas décadent. Envers lui, que les gens cessent d’être sévères, Car Don Juan, ce bel humain, ne mérite pas l’enfer. Et quand il n’aura plus peur de lui-même, S’affirmera vers ce qu’il aime Pour être honnête, sa sincérité Doit annoncer d’entrée ce qu’il est Il pourra alors espérer le bonheur enfin, Parmi les papillons libertins !

Pages 52 / 164


L’absence de toi (6/3/2005) La maison semble vide. Un accent sur mes rides. Je pèse, plus que jamais, aujourd’hui, Combien ton rire égayait la nuit… Mais ce soir, il se fait tard. Je broie du noir Car ton rire est absent. Bon sang, ça se ressent puissance cent ! Le rhum coule dans mes veines Pour noyer la peine De cette absence de toi Puisqu’aujourd’hui tu n’es pas là. Une musique nostalgique Accompagne mon humeur tragique. Moi qui aime la solitude, Je trouve ton absence rude. Il ne m’aura fallu que le premier jour Pour préparer ton retour À présent… j’attends Que tu m’offres encore de ton temps. Je retombe en enfance Dévorée d’impatience Pour ce retour qui sera plein d’émoi Où je pourrai oublier l’absence de toi. Et, à nouveau, Partager ton rire si beau. Et, à nouveau, Me sentir exister au travers de tes mots. À présent, une musique encourageante Accompagne mon humeur impatiente De retrouver notre amour tout bas Dans la prochaine présence de toi.

Pages 53 / 164


Danse avec les loups ! (07/05/2006) Là-bas, on t'a méprisé. On t'a manqué de respect. Sans te considérer en humain Où la perfection n’est pas le destin. À présent tu hurles, tu pleures. Tu es seul, face à ta douleur Qui peut devenir malsaine Si elle se transforme en Haine Prends garde à toi. La Haine ne sert pas. Elle nourrit le malheur. Elle entretien les peurs. Elle abonde dans ta vengeance Une illusion de te faire allégeance. La Haine est synonyme de déboires Mais l'Amour, la couleur de l'espoir. L'espoir d'un bonheur retrouvé. Celui d'une harmonie colorée… Où les critiques n'effleurent pas Sont des faiblesses de l'autre Moi. Tu gères bien les enfants Tu danses avec eux en chantant Mais même les enfants ont en eux Ce loup qui veille autour de ton feu Eux tu sais les faire pivoter Pas les adultes peu évolués Pourtant l’âge importe peu À chacun son rythme morbleu ! Si tu sais le faire aux enfants Danse avec les adultes vaillamment Il faut d’abord que tu t’affirmes C’est surtout cela qui prime

Pages 54 / 164


Trouver un média, un moyen D’éliminer tes tracas, tes craintes Faire du ménage dans ta tête Pour que la vie soit une fête Répondre par l'Amour à la Haine Reste l'apanage des capitaines. Tout en se protégeant Tout en restant prudent Ce n'est pas facile tous les matins Mais tu le peux si tu le veux bien… Retourne en Algérie… Debout ! Et danse avec les loups...

Pages 55 / 164


Échange équitable ! (19/05/2006) Tu gères mal la pauvreté, Serais capable de tout donner ; Et tu es loin de moi. Alors j’ai peur pour toi. Tu sais les pauvres savent être heureux. On peut être heureux avec bien peu Toi, tu te démunis totalement Et ne leur donne qu’une goutte de néant C’est pas très logique Un drôle de trafic ! Crois-moi que c’est un leurre Que d’associer le matériel au bonheur. C’est difficile pour toi de le comprendre, On t’a tant gâté sans te comprendre. Pour toi le matériel est compensatoire Du manque d’amour qui te rendait noir… Et tu auras été noir également Avec ceux, aux envies naïves d’occident On a tous nos sacs de cailloux à porter Toi, le manque d’amour, eux, la pauvreté. À choisir je préfère la pauvreté Que la souffrance de se sentir isolé. Ils croient que consommation Rime avec La Solution. Ils ne savent pas combien La vie est dure loin des siens. Ils ne savent pas comment les étrangers Dans nos pays sont exploités. Ils pensent que l’Eldorado, C’est la consommation à gogo. Croyance naïve sans savoir Que le bonheur n’est pas d’avoir… C’est sentir que l’on peut compter Pour quelqu’un sur qui s’appuyer Que le bonheur, c’est d’être compris Que le bonheur c’est d’être attendri… Pages 56 / 164


Quant aux mendiants Je trouve indécent De les encourager À perdre leur dignité Ils peuvent donner en échange De la joie, un sourire d’ange Un service, une envie de partager S’ils veulent de la monnaie Résister aux désirs de nos enfants C’est aussi les aimer plus calmement En ont-ils vraiment besoin ? On peut s’amuser de trois fois rien Le chantage pour les faire avancer C’est un échange équitable, un respect Une technique infaillible Pour les irréductibles !

Pages 57 / 164


Je ne veux plus de Racine(s) ! Dessin de Cédric et moi quand on était des enfants torturés…

Pages 58 / 164


Schizo-à vau l’eau-envolé ! (12/10/2010) Tu t’appelais Sofien Tu étais schizophrène Ma plus belle histoire C’était avec l’autre toi Celui que j’appelle Cédric ou Mathieu Celui qui ne pique pas mon feu… Sofien est autiste et violent Sofien n’est pas communiquant Il me prête des intentions qui ne sont pas miennes Suppose de moi que je suis une chienne Ça le rend malheureux Ça le rend vieux Cédric est charmeur et charmant Joueur et attachant C’est un pitre extraordinaire Un taquin hors pair Un petit garçon Très très mignon Toutes ces années, je me suis accrochée À ta plus belle personnalité Espérant de toute mon âme Qu’un jour tu ne sois plus pyromane Il m’aura fallu 10 longues années Pour que ta confiance me soit accordée Aujourd’hui le résultat est spectaculaire Aujourd’hui, c’est une nouvelle ère Sofien s’est soigné Cédric est enfin délivré Entre nous c’est une harmonie délicieuse Une relation unique et lumineuse Pendant 10 ans je mendiais Tes câlins actifs spontanés À présent, j’en ai tout l’temps Je suis au paradis des enfants En cet instant, Je vais mettre de la bonne musique Je vais te servir un verre avec M sur gimmick Je vais te lire ce poème lyrique Encore un moment des plus magiques… Pages 59 / 164


Je t’aime, un peu, beaucoup… pas si haut l’aimant ! (12/05/2008) Toi et moi sur des rails, Ça plus que déraille… 6 ans que pour toi je sème Mais je tire mal ceux que j’aime. Je t’aime pourtant plus que tous… J’envole les autres, toi, tu tousses ! La passion nous dévore. On devient mat-à-mort ! On se provoque, on se cherche ! On se choque, on se flèche ! Notre aimant est animal… Cessons de se faire du mal. Notre interaction est néfaste. Elle nous dévaste. Tu es un oiseau sans aile Et je n’étais pas « Elle ». Les oiseaux sont des artistes. Silencieux, ils sont autistes. T’exprimer coûte que coûte Pour éliminer le doute T’exprimer pour clarifier La confusion de tes idées Anéantir notre passion… Transformer notre relation Vers un lien fraternel Qui nous donnera des ailes… Quant à ton intendance, Je passe la main aux instances ! Je ne suis pas qualifiée Pour prétendre t’aider Et je manque de temps Pour marcher dans le vent

Pages 60 / 164


Je te laisse trouver un nouveau souffle En gardant un œil sur tes pantoufles… Je ne t’abandonne pas ! Je change nos voies ! J’ai besoin d’un grand frère Qui m’apprenne quand me taire, Qui m’apprenne à jouer, Qui m’apprenne à taquiner. Me taquiner, c’est pas défendu ! Mais ne te fâche plus ! Nous nous sommes adorés ! Nous nous sommes mal aimés ! Apprenons à nous aimer différemment. Arrêtons l’illusion d’être des aimants ! Je voudrais être une petite sœur… Qui t’aide à te défendre avec des fleurs. Ainsi nous nous aimerons vraiment Jusqu’à la fin des temps.

Pages 61 / 164


MERCI A MES AIMANTS !!! Je remercie ces humains qui m’ont donné joies et tourments Et qui m’ont, souvent malgré eux, aidé à construire mon équilibre… 

Tamaloula ou T’as mal où là ! (Jean-Yves d’A…, un noble de la rue). Début de ma paralysie face à un humain qui m’idéalise…c’était lourd ! Début donc de mon comportement bipolaire.

On avait 10 ans… 

Frédéric D…(le pirate libertin!). Je découvre mon goût prononcé pour le libertinage, la liberté et la légèreté qui va avec.

On avait douze ans… 

Pablo, le mélomane musicien qui m’a brisé le cœur trop longtemps… Un sadique à ses heures. Un sacré roc fort !

On avait 20 ans… 

David…, le producteur de musique terrorisant… roc fort par excellence. Début de ma psychose amoureuse… il m’idéalise ; Je me paralyse. Il était partout autour de moi : dans la radio, dans la télé, dans mon radiateur ou mon frigo !!! Sa « voix » triste et coléreuse me hantait : la psychose de faire souffrir un humain !!!

J’avais 25 ans… 

Al, l’allumé schizo. En pleine bouffées délirantes je ne savais pas ce qui m’arrivait, je ne savais pas ce qu’était la schizophrénie. Al, pour moi, était tantôt le diable tantôt Porky… période de folie absolue!

J’avais 26 ans… 

Karim, le torturé qui m’a soutenu. j’étais un zombie, une larve ! Karim m’a aidé à commencer à sortir de ma léthargie… à revivre…

J’avais 30 ans… 

Sofiène devenu Cédric, mon schizo-bisoun’ours-propulseur qui a su arrêter le temps en m’apprenant l’Amour vrai : j’ai rajeuni de 25 ans en 10 ans avec Sofiène !!!... 5 ans d’âge mental… les deux !!! À 32 ans, j’ai commencé à écrire… c’était le début de la métamorphose… encore seulement chrysalide mais…

J’étais retombée en enfance… Pages 62 / 164


Mathias qui n’a pas cherché à me connaître vraiment. On ne communique pas avec les gens qui ne peuvent plus rêver !

J’avais l’âge de rêver… j’étais devenue papillon éphémère ! 

Mes amis, enfin : Sofiène (devenu Cédric, pas par honte de ses origines mais pour l’amusement d’un changement d’identité !), Fatima, Suze, Olivia et les nombreuses personnes adorables du GEM des Canoubiers et ceux à venir : merci pour m’aimer vraiment, c'est-à-dire en respectant ma liberté, votre amitié me donne des ailes, me fait briller…

Je n’ai plus d’âge !… je suis devenue luciole dans l’amitié !!!

Pages 63 / 164


II. PSYCH O SE DE LA VIE …

« S-cargo, Lentement mais sûrement… » Par Robine Delvair

Merci à ma vie ! On n’va pas se plaindre tout de même !!! J’avance vers cette utopie de l’Amour avec la lenteur des escargots… mais… j’avance ! La vie sourit aux audacieux et aux optimistes !

Pages 64 / 164


« Oser voler » Par Robine Delvair

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles, que l’on n’ose pas… C’est parce que l’on n’ose pas, que les choses deviennent difficiles !!! » (Sénèque)

Pages 65 / 164


PREAMBULE Merci ma vie ! Ma vie va mieux depuis que j’ai su analyser ce qui pourrait me rendre heureuse et que j’ai foncé dans ce sens ! Aujourd’hui, je suis heureuse et satisfête !!! Il me suffit de mettre de la bonne musique pour avoir l’impression d’avoir gobé un extasy. Alors je vis en musique et la vie est belle ! Merci ma vie ! Certes ! Mais cela n’empêche que la vie est une peau de vache pour nombre d’être humain et que cela me paraît injuste ! Dieu n’existerait pas pour tout le monde ! Alors existe-t-il (ou elle) vraiment ? L’humain est précieux et mérite que l’on prenne soin de lui…. Il se fait dire que Dieu serait le créateur de La Terre et des étoiles… Mais la Nature telle qu’elle existe est un monstre d’injustices : Le plus fort écrase le plus faible… c’est chacun pour soi et Dieu pour personne !!! L’Humain au moins quand il n’est pas mal et qu’il est digne de ce nom, lui, tend la main à plus fragile que lui… ça m’émeut toujours ! C’est beau !!! C’est l’Humain qui est un dieu potentiel ! Soyons tous alors de beaux Humains humains pour que la vie nous sourie, qu’elle soit plus belle et surtout plus juste.

Pages 66 / 164


RAISONNE… D’après la chanson « mon légionnaire » reprise par Gainsbourg… c’était le mot que le légionnaire s’était tatoué sur le corps ANALYSE… Moi, j’analyse en écrivant pour mettre de l’ordre dans le brouillard de mes pensées… par l’écriture, je range ! Le soir avant de se coucher on devrait analyser tous les points forts de la journée et prendre des résolutions pour demain au regard de cette analyse. C’est plus utile que de réciter des prières par cœur ! OSE…

Bien souvent ce que l’on doit faire pour être heureux demande de se dépasser ou de dépasser certains tabous… cela demande du courage et de l’affirmation de soi.

AGIS…

Foncer mais avec prudence bien sur ! Toujours minimiser les risques qui nous mettraient en souffrance… pas de risque zéro mais on n’va tout de même pas s’empêcher de vivre !!!

Alors nous serions plus en accord avec nous-mêmes et notre vie serait plus belle !!!

Pages 67 / 164


« Hier est de l’histoire… Demain est un mystère… Aujourd’hui est un cadeau … Et… c’est pourquoi nous l’appelons le présent ! » (Anonyme)

J’ai entendu cette citation sur les ondes de radio grenouille (88.8 à Marseille) et je l’ai retenue tant elle me plait !

Pages 68 / 164


À Mimi pour ses 12 ans…

Graine de production (1995) Petit piaf endormi sous un ciel léger Ne laisse pas le vent te diriger Ni l’écran de télé te paralyser Ce serait la lune pour l’éternité… Sois émerveillé face à la vie Vois les harmonies Pour aller au bout de tes rêves, La fusée décolle sans trêve. Tu peux t’envoler au delà du ciel, Apprivoiser le vent dans tes ailes. Ta sensibilité n’est pas un handicap C’est un atout, c’est un rap. Fais tes pas, travaille, Sans te soucier de la maille ! C'est-à-dire en avoir juste assez Pour ne pas avoir à t’en soucier. Sois aux aguets des opportunités. Attèle-toi à ne rien manquer Imagine, créé, communique, sois Toujours dans le respect des autres et de toi. Colle un sourire constant sur ton visage Pour que la vie t'offre un heureux présage. Fais toujours ce que tu aimes. Ne fais jamais rien qui soit dicté par la haine. Mais, si tu te forces la main Tu ne feras rien de bien. Bannis la fainéantise. Le labeur est ta seule mise. Sème ton travail aux 4 coins du monde Pour le partager avec tout le monde. Tu trouveras forcément des gens comme toi Qui aiment ton art et tes lois. Alors, d’un bouche-à-oreille dynamique, Tu auras trouvé ton public…

Pages 69 / 164


Mon vis-à-vis avec la vie (1997) Dans un vis-à-vis... Il y a des dégradés de gris C’est complexe d’y voir clair Alors j’éclaircis le mystère… La déprime, je connais, Car je n’ai pas assez osé ; Ne me suis pas assez bien affirmée Je traine un lourd passé Analyser les schémas répétitifs Pour m’enlever les poux des tifs Quand la Vie est injuste, je me rebelle Si je me défends juste, ça m’donne des ailes Je veux vivre des expériences. Ainsi avancer vers ce rêve immense. De créer ma bulle d’anges qui se protègent Avec un effet bulle de neige Mon diablotin et ses dangers Ne m’arrêtent jamais. Ils m’apprennent l’auto-défense… Ils m’apprennent la prudence… Se défendre sans attaquer, Pour marquer le respect C’est être celle que je serai Quand je me serai réalisée Se heurter à des portes fermées Dont on ne trouve pas la clef… Faire le parcours du combattant Pour être enfin gagnant… La vie est dure ! Apprendre à grimper les murs ? Plutôt prendre des raccourcis C’est ça la belle vie ! Puisque je déteste la vie Je veux profiter d’elle jour et nuit Ainsi, je le fais et je le dis Sans remords, je profite de la vie !!! Pages 70 / 164


À Tata Belle et tous ceux qui vivent le deuil d’un très proche …

La vie sent toi (2008) Comment supporter que tu ne sois plus là… Comment exprimer ce tourment qui me tire vers le bas. Je n’ai plus le goût de vivre. Plus rien ne m’enivre. Je reste là, prostrée, sans voix. À me demander : « Pourquoi ? » Seules les larmes ruissellent. Je ne vois plus qu’à travers elles… L’absence de toi, c’est ce grand vide L’absence de toi, c’est ce désir morbide De rejoindre ton âme, évadée De ce corps tant aimé. L’absence de toi, c’est cette culpabilité injustifiée Qui m’accuse de ne pas t’avoir assez donné. Parfois on ne sait pas faire, c’est humain… La triste fragilité de tout un chacun. L’incapacité à aimer, c’est ne pas savoir pardonner. Tu étais plein d’amour : le pardon, tu me l’aurais accordé. Ce serait manquer de respect à ta mémoire Que de ne pas le croire. Mais sans toi la vie n’a aucun sens. Comment profiter de la vie en ton absence ? Peut être en ayant de nouvelles devises… La vie réserve toujours des surprises… Abattre ce qui nuit, Abattre l’ennui ! Explorer ce que j’aime par de nouvelles actions Une nouvelle vie, une nouvelle passion En étant toujours dans l’actif Sans perdre de vue mes objectifs… Toujours faire ce que j’aime Sans oublier que je t’aime…

Pages 71 / 164


Que tu es parti avec les anges Œuvrer pour que le monde s’arrange… Tu es devenu immortel Réincarné dans toute chose belle : La fleur la plus élégante, L’étoile la plus brillante, L’animal le plus fidèle, La plus gourmande des tourterelles… La flamme d’une bougie Qui éclaire mes nuits Quand je t’écris Tout ce que je vis… Tu es encore là. Encore tu regardes mes pas Toujours, tu veilles sur moi. L’aura de cette bougie, c’est toi. Tu deviendras une voix intérieure Qui guide mes pas vers un nouveau bonheur… De cette présence de toi, je retrouverai la joie. C’est une nouvelle page pour toi et moi…

« Résurrection » Par Robine Delvair Pages 72 / 164


Je sais ! J’y connais rien en latin !

Intéractum humanéïs (2003) Avec les gens, Dans un premier temps, Il est de mon ton D’exprimer qu'ils sont bons. Certains appellent cela « Naïveté ». Moi je le nomme : HUMANITÉ ! Quand je suis pleine d'humanité Et que l'on me manque de respect Je souhaite réussir à apprendre Avec le sourire à me défendre ! Certains appellent cela « se désavouer ». Moi, je le nomme : DIGNITÉ ! Quand je serai grande et gaie Les gens, Je m’amuserai à les apprivoiser Quand les renards sont fatigués Leur donner un goût de positivité Ils appelleront cela « Hystérie ». Moi je le nomme : PHILOSOPHIE Je n’sais pas apprivoiser les arom’mates Parce que je cuisine pas assez de diplomate Alors j’oublie le sel et les épices Et on m’affuble de tous les vices! Certains appelleront cela « bassesse ». Moi, je le nomme : maladresse !

Pages 73 / 164


Télécommander ma vie ! (2005)

La télé c’est un grand tour du monde… Je n’apprécie pas tout à la ronde… C’est comme dans la vie, en plus speed ! À la puissance soixante-dix-huit ! Zapper à la télé comme dans la vie ! Des gens qui nous prennent pour des idiots, Qui programment des émissions de saligaux… Je zappe et rappe sur le Mic Mac ! Des mères Térésa qui se laissent pendre, Des personnes influençables qui se laissent vendre… Je zappe et rappe sur le Mic Mac ! De l'amour subtil, De l’humour fertile Là, je n’zappe pas : dans le Mic*, c'est Mac ! Les informations du journal Qui nous manipulent, normal ! Je zappe et rappe sur le Mic Mac ! Les personnes qui s'expriment naturellement, Sans cacher leurs joies et leurs tourments Cool ! Je n’zappe pas : dans le Mic c'est trop Mac ! Des gens qui chantent et dansent la joie de vivre Pour nous remonter l’ moral et nous aider à vivre, Avec eux, je me mets aussi au Mic : c'est trop Mac ! Des personnes qui se font houspiller à tord Par d'autres qui se croient forts… Je zappe et je rappe sur le Mic-Mac ! Le fort qui tend la main au faible Pour le rendre plus fort, qui l’aide… Là, je n’zappe pas, ce qu'il sort de son Mic, c'est trop Mac!

Mic * : Abréviation de micro pour les rappeurs

Pages 74 / 164


Les détracteurs détraqués Sont des délateurs complètement tarés… Je zappe et je rappe sur le Mic Mac Des cas rares que l'on généralise de psychopathes Ne servent qu'à terroriser l'audimat… Je zappe et je rappe sur le Mic-Mac ! Les politiques qui, pendant des heures, déblatèrent Perte de temps sévère ! Je zappe et je rappe sur le Mic-Mac ! Pourtant nous avons tous le cœur placé à gauche… Seuls certains, par peurs, virent à droite vers la débauche… Je zappe et je rappe sur le Mic-Mac ! La télé nous stresse, nous agresse La télé est enchanteresse ! Y'en a à prendre et à laisser… C’est un droit que de le juger Et télécommander la télé... Dans la vie, s’affirmer, c’est ne plus être passif De spectateur devenir acteur actif Quand le programme me cause des soucis Je télécommande ma vie !

Pages 75 / 164


Pour remonter l’moral des troupes…

Boire l’espoir et y croire ! (2007)

Tu as perdu le goût du son Tu n’as pas su garder le bon ton Tu m’as l’air perdue Sans repères pêchus Tu vacilles, tu te rends, égarée Face aux cris et au manque de respect… Comme tu as peur de la solitude, Tu te laisses bercer par l'habitude Qui tue ta spontanéité à petit feu, Qui rend le quotidien hideux. Ton SOS me touche et me pousse à partager Mes espoirs fous et mes idées gaies : Imagine la vie au Moyen Age… Combien la femme était sans rage ! Combien d'écart entre le pauvre et le riche. Combien de misère glauque et d'injustice... Et puis il y a eu 1901… Naissance de l’association numéro 1 ! Depuis il y en a eu des milliers… Toutes dévouées pour changer les mentalités Toutes œuvrant pour rompre l’isolement. Faire du bénévolat, c’est puissant ! Nous vivons une époque extraordinaire… Nous pouvons espérer un avenir prospère Grâce aux nouvelles générations… Elles ne manquent pas d'idées ni de solutions ! La jeunesse est une bonne graine Avec de moins en moins de Haine… On avance, lentement mais sûrement… Alors, Courage ! Tu n'as pas d'âge !

Pages 76 / 164


Continue le combat pour changer de normes Sans perdre la foi que le monde se transforme ! Persévérance, patience et zénitude N’ont percé que dans la positive attitude ! La Terre ne tourne pas vite Mais elle tourne à son rythme… Pour garder l'équilibre, Pour éviter d'être ivre… Laissons le temps à la Terre De faire sa cour au Soleil… !!!

Pages 77 / 164


Un hommage à ces femmes tant méprisées par les préjugés d’une société puritaine…

Joies de fille pour fille de joie (09/2010) Tu vends tes charmes Mais ce n’est pas un drame Une offre de service Pour éloigner le vice Tu oses demander Tu oses décider De ta vie, tes choix, tes désirs De ton lit, tes rois, tes sourires Alors ce métier maudit Te donne les clés du paradis Te voilà indépendante Te voici charmante Te voilà enfin libre Te voici emplie de joie de vivre On t’accable d’être sale Mais au diable la morale Au diable les jugements hâtifs Au diable les mesquins négatifs Ce jour, ta générosité innée paye L’échange équitable se monnaye Recevoir de l’argent en un sens C’est obtenir une reconnaissance Donc c’est recevoir de l’amour Alors cet argent tu le savoures Un juste retour de ta générosité Un bon p’tit tour de ta destinée De plus cet argent te protège De sentiments qui t’assiègent Tu apprends à respecter l’inconnu Sans hésiter à te mettre à nu Tu apprends à te respecter En ayant une clientèle triée

Pages 78 / 164


Tu es enfin toi-même C’est cela que tu aimes Alors tu te régales Et la morale t’est égale Tu ne fais pas de mal dans cet échange plutôt pas mal Qui devrait être remboursé par la sécurité sociale Tu n’obliges personne tout de même Pas même toi-même Car tu n’es pas une victime non plus Maîtresse de ton intime dévêtu Tu apprends à dire non Pour aimer dire oui dans l’fond Alors tu dis merci à la ronde Au plus vieux métier du monde

Pages 79 / 164


Un bon Rap, c’est trop Mac ! (2007) Faire, défaire pour mieux refaire… Dépasser l’âge de guerre… Evoluer dans un monde indolore… Lentement mais sûrement plus fort. Ecrire pour effleurer cette utopie : Bousculer les mentalités établies. Replacer l’humain au zénith. Faire de notre futur un mythe. Quand on a mal, on contre-attaque ! Primaire réaction aux grandes claques ! C’est la colère de l’Amour… Quand j’suis en colère c’est si lourd ! J’ai besoin de l’exprimer Pour ne pas craquer. Ça m’permet de n’pas garder rancune Quand j’ai sorti tout c’que j’avais dans l’urne. J’aime le rap qui exprime des lois, Pas celles des clichés-rois Mais une loi plus logique ! Une foi plus magique ! Une loi insolente et justifiée ! Une foi pertinente et argumentée ! Le rap que j’aime sert à éveiller les consciences… À combattre l’ignorance. À compenser le manque de vécu. Le rap peut guérir la vue. De ceux qui n’ont pas de repère, Qui donnent toujours raison aux pères sévères ; Aux conservateurs de moral amateur, Qui n’écoute pas la loi du cœur.

Pages 80 / 164


À mes trois sœurs biologiques et à celles d’adoption que j’aime autant que la vache aime le herbeuh… bien tendre !!!

Part-tag(u)er ! (2007) Partager, C’est donner sans s’oublier Avec beaucoup d’Amour tout autour Et de l’humour sur les contours… Ma sœur, te conquérir est un bonheur ! Apprendre, de concert, à guérir de notre douleur. Aujourd’hui, tortue que je suis, Je commence à peine à partager mes joies et mes soucis Plus je te lis, plus je jouis, Plus je te suis, plus je grandis. J’ai réalisé avoir été anesthésiée Par des jugements hâtifs souvent impulsifs, Par des idées négatives, Des pensées pas constructives. Je ne savais pas partager Et j’en culpabilisais. Maintenant, je me dis, Avec une banane de ravi, Grosse malade ! Arrête ! Grosse salade dans la tête ! Ciel j’étais psychopathe ! (Hurlement terrorisé de femme) Fiel d’un animal à quat’ pattes ! En conséquence un peu autiste ! Une semence de tortue cré-artiste ! Qui a du mal à se développer… Qui rame pour s’envoler… Qui a du mal à se construire… Qui rame pour grandir… Etre de plus en plus capable d’aimer, De plus en plus joviale pour partager.

Pages 81 / 164


Le mal a dit : « T’es un âne en amour ! » C’est la maladie d’anamour ! Guérir en jouant. Choisir le chemin combattant. Je fais des listes pour aller plus vite, Des actions encore inconduites Que nous pourrions faire ensemble, Dans le but qu’on se rassemble ; Pour que notre petit monde soit meilleur, Pour nous inonder encore plus de bonheur Je commence à peine ma vie Renaissance d’un zombie ! À présent, je raisonne mes pulsions négatives, Essayant de m’ordonner des actions constructives. J’essaie de transpirer la sincérité J’essaie de respecter la fragilité Je n’ai pas toujours respecté la tienne ! J’en ai fait des miennes ! Ma sœur, tu es un bon masseur Une mésange parmi les anges ! Une âme-cœur parmi les fleurs ! N’oublie jamais ça ! N’oublie pas de la la la ! Nous sommes encore à l’école, Les reines folles du lol ! Ma sœur, j’ai tant d’erreurs, C’est l’heure de prendre bonheur ! Je vais gravir une nouvelle montagne… Grimper une nouvelle marche… Je fais des projets, sur-tout. C’est ça Partager, un point c’est nous !

Pages 82 / 164


Marseille-Paris par TGV (2007) Comme on écrit des poèmes d’amour à un amant Je décris la France en rêvassant Depuis un TGV plus rapide que le vent. Le défilé géométrique des champs agricoles Où s’entremêlent des bosquets d’herbes folles Me fait rêver d’être une hirondelle qui les survole. Les courbes harmonieuses des collines verdoyantes Les lignes désordonnées des forêts jaillissantes Réjouissent ma muse qui devient frétillante. La chatoyante palette des champs de fleurs Où, tel un feu d’artifice, se succèdent les couleurs À ces paysages nus, donne de la chaleur. Les vaches, ces drôles de masses aux yeux graciles Actrices tranquilles de ce théâtre mobile Font naître sur mon visage un sourire indiscible. Ah ! La campagne française J’y suis à mon aise ! Ne vous déplaise ! C’est ainsi le cœur galvanisé Que je file vers mon sœur la gaité ! Retrouver Paris, la beauté !

Pages 83 / 164


Addictions (2011) Tu te moques complètement Des gens qui se moquent de toi méchamment Quand tu pars dans des délires superficiels Liés à tes paradis artificiels Tu dis qu’c’est des troubles de l’attention C’est plutôt des troubles de l’addiction Tu pars en live complètement allumée Tu radotes complètement délurée Et ta dignité ? Où s’est-elle barrée ? Le respect de toi-même… Le respect des gens qui t’aiment… Tu crois que ça nous plait De te voir te ridiculiser ! Tu es curieuse de tout Tu enrichies la flamme qui est en nous Tu nous donnes des idées sur nos vies Comment mieux affronter nos soucis Ton empathie devrait être un modèle Pour tous ceux qui nous coupent les ailes Mais, tu manques cruellement de confiance en toi Ton manque de dignité en est le résultat Comment peux-tu te respecter Si tu fais fi de la dignité ! Comment peux-tu alors exiger le respect Comment peux-tu alors espérer la paix Quand on ne sait pas gérer ses addictions L’abstinence peut être une solution Ce n’est pas la meilleure Mais elle peut apporter le bonheur L’idéal est d’apprendre à gérer Mais pas grand monde peut y arriver Seul ceux qui s’exige la dignité Et qui savent se contrôler

Pages 84 / 164


Tout est dans l’attitude Un sursaut de plénitude Rien que se dire à soi-même Qu’on est quelqu’un qui mérite qu’on l’aime Et surtout s’imposer de ne pas recommencer A négliger ce noble mot qu’on appel DIGNITE !

Pages 85 / 164


Politiquement incorrect (2007) Je n’aime pas être comme il faut ! Je préfère ce qui n’est pas beau. C’est un bien plus grand défi Que de rendre beau ce qui est détruit. Il est beaucoup plus difficile De comprendre ce qui paraît débile. Tout a une raison d’être… Comme la fragilité dans le paraître ! J’aime dire des crocs mots ! Ça apaise mes gros maux… Les disputes constructives me sont nécessaires Pour l’évolution de relations saines et claires La chamaille ça manque pas Joyeuse pagaille autour de moi Pour taquiner les trouble-fêtes Mieux que de moquer les boulettes. Politiquement incorrectes… Mes valeurs et mes repères m’affirment ! Politiquement correcte… Sans ses propres repères on est infirme ! La vie est une chienne ! Mais j’adore la mienne. Je fais ce qu’il faut Pour qu’il y fasse beau. Je ne crois pas au destin. C’est moi qui décide de demain. Comme je change toujours d’avis, Je ne connais pas l’ennui. S’affirmer dans une société réac… Des mots gais souvent gay ou trans-cape ! Ça les rends joyeux et top fun délirants ! J’aime ces gens si grands ! Les gays sont mes grands potos… Affirmés, ils ne sont pas des faux ! Sans triche, les trans, c’est souvent la Classe Humainement riche, mais incompris des masses…

Pages 86 / 164


Politiquement incorrectes… Mes valeurs et mes repères m’affirment ! Politiquement correcte… Sans ses propres repères on est infirme ! J’aime les africains. Souvent mentalement plus sains. Savent rire de leur misère Car ils sont solidaires. Leurs générations se mêlent Leur musique m’appelle, j’aime ! La véritable misère c’est chez nous… Misère morale des vrais fous. Ceux qu’on enferme en psychiatrie ; Les marginaux mis au bas de la hiérarchie ; Ce sont des vrais, des sensés sensibles… Une réponse à la violence des insensibles. Des cœurs gros comme ça ! Et j’aime ça ! Re-veillez sur vous ! Affirmez-vous ! Réveillez-vous ! Vous n’êtes pas fous ! Politiquement correct… Je ne saurais être aux normes de la société ! Politiquement incorrects… Seuls les marginaux savent m’apprécier !

Pages 87 / 164


Lifting ! (2009) Je suis toute refaite… Une chirurgie de la tête ! La métamorphose n’est pas physique. Elle est plutôt d’ordre psychologique ! Au fil du temps Je rajeunis lentement… Du premier neurone au millionième, Chaque cellule s’affaire au stratagème. Vive la chirurgie esthétique… C’est quand même extatique De se refaçonner Pour enfin s’aimer. Y’a encore du travail pourtant… On peut toujours refaire plus parfaitement Mais c’est pas mal tout de même enfin De pouvoir m’entendre me dire « je t’aime bien ». Petit à petit, ça m’gagne ! Faites monter le bouchon de champagne ! Un véritable Bang Bing ! Pour un LIFTING !

Pages 88 / 164


On veut des bons-bonds !!! (2009) Voici quelques bonbons bien bons Pour ne plus aller au fond ! Femmes pulpeuses Soyez heureuses Car le charme de vos formes rondes Valent mieux que des régimes de blondes Écoutez ce que votre corps vous dit Sans culpabiliser de vos envies. Célibataires malheureux Soyez heureux L’indépendance est de l’or La liberté, on adore ! « T’es pas assez comme ça ! » On ne veut plus de cela ! N’ayez plus peur de tout Les médias sont fous Passent leurs temps à nous terroriser Remarquez comme les malheurs sont raréfiés Si vous créez vous-même votre activité En silence musical, votre monde-positivité. Quant au monde du travail Investir pour avoir de la maille Pour protéger nos enfants Et ne pas dilapider leur argent Les crédits à la consommation, pas bon ! Les crédits pour investir, c’est des bonbons ! La pensée est créatrice Etre optimiste, ça hisse ! Pas d’obstacle qui ne soit insurmontable La volonté est moléculairement palpable La biochimie du cerveau agit Sur des faits réels de la vie. Alors les enfants, JOUEZ !!! Et surtout, OPTIMISMEZ !!!

Pages 89 / 164


Une réflexion… …Philosophique… …des religions…

Quand l’œil nous regarde… au secours !... j’ai peur ! Par Robine Delvair

DIEU ??????????...

Pages 90 / 164


Un peu de sucre baba pour apprécier le rhum !!!

Sauver la Déesse-Amour ! (26/10/2008) L’incapacité à aimer commence Par une sorte de démence. On s’auto-flagelle. On se querelle. C’est une indigence De la violence Où on n’est pas cool. Où le vin saoule. L’incapacité à aimer, c’est pas la santé ! Une maladie mentale du cervelet. Peu de gens sont dans l’amour parfait ; Certains font ce qu’ils peuvent pour aimer ; D’autres ne savent pas que ça puisse exister… Ceux-là devraient commencer par se pardonner Savoir se pardonner, c’est la clé Dans un mal que vit l’humanité. Cette incapacité, c’est voir des défauts chez autrui Plutôt que des fragilités causées par ce qui a détruit. Il n’existe que peu d’humains sans fragilités, Seuls certains sont plus forts que d’autres à le cacher. Sous le sein gauche, notre cœur ne s’arrête pas de battre. Souvent, nous ne l’écoutons pas combattre En ressentant le bonheur exquis D’être un guerrier vivant et ennobli. Devenons tous des soldats de la Déesse-Amour En combattant cette incapacité jour après jour… Commencer par de la compassion pour soi-même ; Faire la même gymnastique pour nos pairs. Soyons donc d’excellents sportifs de l’Amour ! Faisons travailler les muscles de l’humour Plus tard, nous verrons ce merveilleux jour… …celui où, ensemble, nous sauverons la déesse-Amour.

Pages 91 / 164


Adieu à Dieu (12/2009) Je te parle à toi Dieu Toi qui victimises les malheureux Tes religions sont des sectes qui ont réussi Qui ont su affaiblir leurs disciples par des lois rassies Les lois de chacun peuvent être nobles et dignes Mais pour une brebis, désobéir c’est la guigne Mettons-leur un peu de rouge à l’âme Sinon ils seront victimes de ta came Tu es un véritable gourou De la secte des Miaou Eve n’est qu’une pauvre chatte Incapable d’affirmer plus que sa rate Les femmes d’hier et d’aujourd’hui Méritent mieux que ce modèle-réduit Tes lois et tes dictats culpabilisants Ne peuvent être bons pour tous les adhérents Nous avons tous des besoins différents Ne sommes pas égaux devant le tourment Nous pouvons avoir des principes individuels Pourtant tes lois sont con-formelles Indistinctement de ces différences J’appelle cela de l’intolérance Comment se peut-il qu’ils aient peur de toi Que tu les obliges à n’écouter que ta loi Quand on a peur on n’est pas libre tout de même Quand on est un mouton on n’est pas soi-même Car on n’écoute pas notre petite voix intérieure Celle qui nous dicte le bonheur Cette petite voix, elle, est vraiment divine Pour peu qu’on l’écoute et qu’on la devine On devrait tous avoir notre propre religion Face aux lois d’un univers rond Un univers rond est nuancé Où rien n’est Vérité Vraie C’est bien plus complexe par chance Complexe comme l’infinité de nos différences Nous sommes tous des dieux potentiels Enfin un moyen d’être en accord avec le ciel Les écritures saintes ne sont pas Amour et Tolérance Ce sont de vieux précepteurs rances

Pages 92 / 164


Le Ramdam du Ramadan (10/2009) Quel vacarme ce Ramadan Un excitant des mauvais tourments C’est un véritable ramdam Quand rament les dames Adam rame aussi pendant le Ramadan Quelle perte d’énergie et de temps ! Si ça n’te convient pas Pourquoi forcer tes pas Crois-tu vraiment que l’incapacité à aimer Se rachète par une abstinence… quelle idée ! Pourquoi ferait-on les choses Sans savoir pourquoi… ose ! Ce qui compte vraiment c’est d’être vrai En accord avec soi-même dans des principes gais : Je consomme avec modération J’écoute mon corps avec attention J’aime ce que je consomme Le plaisir n’est pas un pêché en somme Savourer et siroter Avec des pauses gaies Des pauses gaies sont créatives Des pauses gaies sont constructives Epicurien de l’infini En respectant autrui En se respectant soi En respectant Gaïa Ma déesse-Amour est alors lumineuse L’étoile de l’univers la plus heureuse.

Pages 93 / 164


Païenne (01/2010) Mon dieu à moi ce n’est pas celui des religions Mon dieu à moi c’est la communication La communication non-violente pardi ! Les préceptes de Marshall* le joli ! Mon dieu à moi c’est toi c’est Moi ! C’est nous tous sous le même toit ! Un ciel étoilé qui nous protège Ma petite voix intérieure qui s’allège Mon dieu à moi c’est l’humain Qui ne reconnaît pas toujours ce qui est bien À cause de sa fragilité À cause de l’incapacité à aimer On peut apprendre à aimer C’est une joie vraie Tous dieux et déesses potentiels Bannissons le fiel Ainsi nous serons tous frères et sœurs Aimants et amants de cœur Vivre sera bon Nos cœurs battront à l’unisson.

* Marshall Rosenberg « communication non-violente au quotidien » éditions JOUVENCE

Pages 94 / 164


Dans « Révolution » …

…Y’a « Rêve

»!

« Fraternitude » Par Robine Delvair

Liberté… égalité… fraternité !

Pages 95 / 164


Richesse, oui, mais... et celle du cœur ! (2004) Les riches ont peur de l'insécurité. Certains l'ont bien mérité ! En manquant de respect aux pauvres… En voulant pour eux tout le gâteau ! Qu'est-ce qu'ils espèrent ? Qu'en plus on ne les inquiète ? Parmi les pauvres, il est des gens dignes. Sous la misère, la révolte signe… Les “cravates” appelleront cela du vice ! Mais ce n'est que justice : Le pauvre n'a d'autre choix Que de voler ces gens-là pour rétablir son droit ! Mais la justice légale appartient aux méninges de savants Qui ne défendent pas le riche et le pauvre pareillement ! Ils s’octroient tous les pouvoirs Car l’argent est monopolisé par le savoir ! Les savants ne savent rien de la vraie vie Et pour eux la loi dit : Que l'instruction rend supérieur de droit Une race supérieure qui se réserve tous les choix… Nous vivons dans une société royaliste Où la naissance est un risque Puisqu’un pauvre est né de malchance Tandis qu'un riche possède la puissance Pauvre République ! Au cœur du trafic Elle a pris trop de narcotiques Bonne pour l’hôpital psychiatrique !

Pages 96 / 164


Les carrières de diamants, une misère de trop… Un ciel étoilé est gratuit et plus beau ! Des baignoires en or, c'est décadent ! Tant de fric pour un derrière malodorant ! Ce n'est pas un luxe pur Mais une révoltante luxure… Les sales boulots non intellos Et les emplois de cadre avec pression à go-go M’apparaissent comme étant égo plus qu’égaux Alors pourquoi les salaires ne sont-ils pas réglo ? Les riches doivent apprendre à partager leur fonds, En tendant la main vers les bas-fonds, Pour donner du respect aux malchanceux Afin qu'ils se sentent à leurs tours dignes et heureux Il nous faut rétablir l'équilibre Pour que tous, nous nous sentions libres Ma révolte, également, signe tout bas…

Robine des bois... tin tin tin !!!

Pages 97 / 164


La jeunesse râle…

Écoles et colles (2005) Trop de décalage entre le braille Et le marché du travail ! Ça nous fait brailler Car il faut quand même grailler ! L’école nous saoule et nous écœure Avec ses thèmes pas cool et son par cœur… Sensation de ne rien avoir appris ! Sensation de n’être pas fini Pour affronter la vie ! L’école nous colle des disciplines inutiles ! L’école nous colle injustement pour indiscipline ! L’école nous colle au fond du pot ! Nous empêche de vivre ce qui est beau… Expérimenter toutes sortes d’imprévus Avec une joie qui enivre sans retenue… S’aventurer pour attirer la chance Dans le respect et la tolérance La moquerie, c’est pas du respect Nous apprenons à taquiner Nous sommes vivants nous sommes gais Plus évolués que les personnes usées Car nous n’avons peur de rien Pas racistes on se mélange bien On essaye pourtant de respecter les vieux Qui nous le rendent alors bien mieux Tout le monde a un don… C’est rarement à l’école que nous le découvrons. La plupart des dons ne suivent pas la route Des programmes bidons du grand mammouth ! Après ils diront qu’on est des ânes Mais leurs méthodes nous fanent ! Ils jugent sur de faux critères Formatés par des gens primaires Pages 98 / 164


La culture générale… quelle inutilité ! Pas besoin de se faire mousser ! L’orthographe c’est désuet On veut d’abord communiquer Les programmeurs sont des dinosaures, Les professeurs, des minotaures… Encouragez vos profs à sortir leur belle âme ! Le système anglo-saxon, c’est pas la même came : Le travail d’équipe, les études de cas et les exposés Dès le plus jeune âge sont exploités… Ça aide l’enfant à trouver sa place À révéler le don qui le rendra classe ! Les profs devraient principalement Être des révélateurs de talent, Instruisant les élèves des outils nécessaires Pour que ce don puisse se parfaire, S’épanouir et se développer Dans le but de produire et de créer Au lieu de nous formater !

Pages 99 / 164


Maux d’esprit (07/2011) Toi qui vote Marine ou Sarko Toi qui préjuge hâtivement des marginaux Toi qui a travaillé toute ta vie Quand le marché de l’emploi était un paradis Quand il y avait du travail ! Quand il y avait de la maille ! Aujourd’hui, une retraite amaigrie Te rend tout aigri Alors tu penses être raisonnable Alors tu votes « coupable » Les immigrés et ceux qui « profitent » Sont tes cibles favorites Sache que ceux qui savent « profiter » Sont ceux que la société a déshérités La société est souvent injuste Cette révolte les rend plus robustes Car ceux-ci sont plus fragiles Et pourtant osent s’exposer au péril Le risque de se faire prendre Avec la peur que cela engendre Ils prennent plus de risques que toi Car eux n’ont pas le choix Sinon ce serait la misère assurée Pour leurs proches qu’ils savent aimer Ces gens-là ne sont en rien responsables D’une France qui crise la débandade Car seuls 4 pour cent des impôts Vont pour les besoins sociaux. *

* Source : la fiche d’information qui accompagne notre avis d’imposition chaque année et qui donne le budget accordé à chaque secteur de l’économie grâce aux impôts. Pages 100 / 164


Quant à l’immigré Sujet aussi de tes noires idées À la croissance il donne sa main * Il est le parent des actifs de demain Si son foyer atteint une taille phénoménale C’est pas pour les allocations familiales C’est avant tout qu’il aime les enfants Une famille nombreuse le rend vaillant Pourquoi n’est-il pas resté dans son pays ? La France est une terre de plus grandes libertés Où les droits de l’homme sont mieux respectés Humain qu’il veuille s’y frotter Normal qu’il veuille en bénéficier Alors réfléchis avant de voter Sarko te donne de mauvaises idées Une façon vile de récolter des voix En te montant toi contre moi En nous montant les uns contre les autres Résulte d’une société qui se vautre Une division pour mieux régner Pour qu’on évite de se révolter ! Les cravates manipulent en conspiration Parce qu’ils ont peur d’une révolution Leur culture du mépris Est un sale coup, l’ami Notre devoir est d’être solidaire Car nous sommes TOUS victimes de leur poudrière.

* Source : Canal + (journalisme indépendant)

Pages 101 / 164


Des panses publiques ! (12/2009) Toutes ces panses qui se remplissent Pour avoir la peau lisse et même la police ! Conspiration contre les populations… Agonies de nos vies sans passions On nous dit qu’il n’y a plus d’fric Que c’est la crise économique Investissons plutôt dans l’humain Que dans des murs, des routes ou des trains À moins que ça n’engendre une autre panique Celle de ceux qui se goinfrent des travaux publics ! Du piston, des salaires fictifs, des pots-de-vin… Et on nous dit à nous de suivre la loi, d’être bien ? Alors non ! On ne devrait plus payer d’impôts Pour engraisser tous ces zigotos Nous ne devrions pas être en crise Que seul le secteur du bâtiment se dégrise Quant aux petites entreprises Qu’elles changent de mises On n’a pas besoin de leurs soins On veut de l’humain Défendons-nous ! Protégeons-nous ! Pour commencer faire la grève des impôts C’est se défendre des vols légaux !!!

Pages 102 / 164


REMERCIEMENTS A MA VIE Merci à toutes les personnes de mon entourage qui m’encouragent et me soutiennent comme ils peuvent… parce que j’suis pas facile… très cassebonbons ! Merci aussi aux mots, mes p’tits amis rigolos, si malléables, si pénétrables… les mots c’est de l’amour… les mots m’ont aidée à ouvrir la cage, m’ont tenue compagnie quand la solitude me pesait, m’ont montrée comment je pouvais jouer aux legos avec eux, à commencer de construire ma vie, à créer… grâce à eux, j’ai appris à sentir, ressentir, m’affirmer, m’exprimer, soulager, réconforter ; eux qui ont été pour moi le parent qui m’a dit : « N’aie pas peur ; tu es quelqu’un de bien. Je le sais car je te connais et je t’aime… ». Ce parent qui vous fait du bien et qui est essentiel dans la construction d’une personne… bref, ils m’ont appris à Aimer ma vie… Ma vie, Je m’aperçois qu’elle sait sourire aux vibrations positives ; Que les tourments qu’elle me donne m’aident à grandir plus forte ; Qu’elle m’envoie des signes qui guident mes pas avec l’intelligence de l’Amour… Superstition ? Non ! Puissance de la pensée sur la matière… et puissance de la matière sur la pensée ! Je remercie aussi mes tourments car finalement, c’est avant tout eux qui me donnent l’envie d’écrire…

… c’était… un tour de remerciements !!!

Pages 103 / 164


III.M ALADIES M ENTALES

Par Robine Delvair

Le mal-être provoqué par l’incapacité à Aimer le cosmos…

Pages 104 / 164


« Les allumettes dans les yeux » Par Robine Delvair

« Ce qui est bien avec les fêlés… …C’est qu’ils laissent passer la lumière ! »

Michel Audiard

Pages 105 / 164


PREAMBULE Après avoir cru pendant de nombreuses années que je vivais dans un monde magique où les mondes parallèles et invisibles côtoyaient la réalité (donc qu’il existait plusieurs réalités), j’adhère aux thèses psychiatriques, à savoir : La schizophrénie est bien une maladie, un dysfonctionnement du cerveau dû à un dérèglement de la chimie du cerveau… la preuve en est que grâce aux antipsychotiques, les médicaments adaptés, les hallucinations et la paranoïa disparaissent. La schizophrénie est une maladie grave car elle empêche le sujet de fonctionner dans sa vie. C’est une violente torture mentale… la souffrance est telle qu’elle aboutit bien souvent au suicide qui est la cause de mortalité principale des schizophrènes. La différence entre psychose et schizophrénie est sensible. Les psychiatres parlent de psychose quand se produisent les premières bouffées délirantes dont la cause peut n’être que momenta née… mais lorsque la cause se reproduit inlassablement donnant lieux à des rechutes répétées, les psychiatres parlent alors de schizophrénie. Ainsi, la schizophrénie, ce sont une ou des psychoses qui se sont installés. J’ai remarqué que les schizophrènes sont souvent des individus plus sensibles que la moyenne. Souvent, ce sont des cœurs gros comme ça qui n’acceptent pas la souffrance de l’humanité et donc qui vont s’investir de missions afin d’apaiser cette souffrance de l’autre. Ainsi, il n’est pas rare qu’un schizophrène se prenne pour un messie. Il y a souvent de la discrimination négative envers les schizophrènes car ils font peur à beaucoup de gens. Je dirais que les malades qui commettent des crimes ne sont pas schizophrènes mais psychopathes. C’est un stade au dessus… Pour moi les schizophrènes sont des bisounours mal adaptés à la vie. De plus, il y a statistiquement moins de schizophrènes dangereux que dans d’autres populations. J’ai une théorie tout à fait personnelle : La schizophrénie est une réaction d’un individu trop sensible à la névrose d’autres individus. Ce qui expliquerait le nombre croissant de schizophrènes en réaction à la névrose de la génération précédente, leurs parents. Il parait que le 20 ème siècle était le siècle de la névrose et que le 21 ème siècle serait le siècle de la schizophrénie. Ainsi cette théorie n’est peut être pas stupide… J’ai analysé, étudié, décortiqué ma maladie mentale pour comprendre, pour dédramatiser et donc pour aller mieux. Ces poèmes sont une analyse de la maladie mentale, une étude de mes tocs et de ceux des autres qui ont provoqué une réaction en moi… bien que cette analyse ne soit pas exhaustive, j’ai avancé et je continue d’avancer et surtout d’aller mieux. Je soigne mes maux grâce aux mots. Ainsi j’évite les gros mots ! Pages 106 / 164


NÉVROSES

Pages 107 / 164


Bestialement vôtre! (2000) Au lieu de m'adapter à leurs personnalités, D’expliquer dans le respect pour les calmer, De sang froid, je frappe les mômes ; Pour en faire des brutes, plutôt que des drôles. Plus tard, ils battront femmes et enfants. Dieu que je suis indécent. Pour être tout à fait honnête, Plutôt qu'un homme, je suis une bête ! Je suis maligne et j'en suis fière. Illusion d'être intelligente mais de mauvaise manière. Je créé toutes sortes de stratagèmes. Il n'existe personne que j'aime. Sans foi ni loi, je trompe et je trahis. Et le diable rit… Pour être tout à fait honnête, Plutôt qu'une femme, je suis une bête ! Je veux être riche. Rien de mal en moi jusqu'ici ne se niche. Mais je n'ai aucun principe. Rien ne m'arrête dans la course au fric. Ainsi, j'abuse et je triche. Profiter du pauvre, je m'en fiche. Pour être tout à fait honnête, Plutôt qu'un homme, je suis une bête. Je déblatère un tissu d'insanités sur le voisin. Je crois que seule Moâ, je suis quelqu'un de bien. Pourtant je suis seulement différente. Mais mon ignorance de l'autre marque mon intolérance. Je fais courir des bruits malsains. Je sème la zizanie et cela ne me fait rien. Pour être tout à fait honnête, Plutôt qu'une femme, je suis une bête ! Mais l'erreur est Humaine. Je peux guérir afin de devenir saine. Me pardonner, tout effacer, et, de zéro, recommencer. La joie au cœur, le changement sera positif donc gai. Combattre la haine qui me rend sourd Pour ne laisser vivre que l'AMOUR. Alors seulement, de la bête à l'Humain, J’aurai de meilleurs lendemains. Pages 108 / 164


Je n’suis pas cool mais j’essaie…

Humainement vôtre ! (2000)

Etre fidèle à ses principes les plus nobles Sans se soucier des modes. Affronter ses peurs Et ne pas avaler les couleuvres. C'est ça la Dignité ! Pour soi-même, une marque de respect…

On peut se défendre des critiques sans animosité. On peut aussi les accepter pour progresser, Pour se sentir grandir… Ce n’est pas se trahir. C'est ça l'Humilité ! Pour autrui, une marque de respect… Accepter les critiques Qui respectent une éthique. Sans se sentir jugé. Juste les prendre comme un fait. C'est ça la vrai Communication ! Pour tout le monde, un respect… Dignité, communication et humilité Sont propres à l’humain vrai. Nous ne sommes pas des bestiaux ! Pour être vraiment beaux, Enfilons le costume d’un être humain Après avoir pris un bon bain !!!

Pages 109 / 164


La Haine se déguise… (2002) J'ai la Haine De tant de haine ! Pas celle des psychopathes, des non-sens ! Les rencontrer, c’est pas d’chance ! Ceux-là sont des malades idiots et fous Qui se cherchent les poux… Ils ne suivent pas la loi. On les enferme pour ça… Non! Je parle de nous, encore plus fous ! Nous qui par peur restons chez nous ! Peur du maton, peur des prisons… Peur du qu'en dira-t-on ! C'est quoi la haine qui nous gangrène ? Un mauvais sang qui court dans nos veines… Nous croyons en la perversité ! Que nos âmes soient damnées Car il n'y a pas plus pervers Que d'y croire dur comme fer ! À genoux, nous suivons la loi, Et comme on ne nous enferme pas, Nous nous en donnons à cœur joie Pour lâcher le boa Nous ne savons pas vivre ! Ne pouvons que survivre À cause du poids Qui pèse sur notre Moi… Les sacs que l’on n’a pas encore vidés La culpabilité que l’on n’a pas surmontée Afin de s’affirmer De se renforcer Parce qu’on est incapable d’aimer Parce qu’on est incapable de s’aimer Ça va s’arrêter un jour par pitié ? Parce que j’ai mal De tout ce mal… Parce que j’ai la haine De tant de haine dans mes veines… Mais ce Boa je vais l’étrangler Je vais lui mordre les maux laids ! Il faut que tous nous tuions ce petit diablotin C’est ça prendre un bon bain Qu’on arrête de se mordre le nez Solidarité, unité, humilité. Pages 110 / 164


À qui je croyais être une amie…

Gare au celle-est-rat !!! (2005) Ne me regarde pas comme ça ! Tu ne veux plus de moi. Ne me parle pas comme ça! Au moins respecte-moi ! Nous ne sommes pas compatibles. C’est un fait qui se veut incorruptible Je ne t'ai rien demandé ! Je t'ai donné tout ce que je pouvais ! Je ne voulais qu'une amitié. Je n'attendais que du respect. Je sais humblement ce que je vaux ! Et je ne mérite pas de tels mots ! J'ai quelques handicaps Mais le vice je n’en fais pas mon cap ! Je sais que ça, c'est une qualité rare Qui attire beaucoup de jobards ! Il est des choses qui ne sont pas passées ; Seule moi t’ai donné des preuves d’amitié. Tu n’as su que me manquer de respect ! Trop longtemps j’ai encaissé… Donnant-donnant est le seul moyen D’éliminer les vauriens ! Je n’avalerai plus le boa… Encaisser n’est plus un choix. Alors je me fais une solennelle promesse : Je vais dorénavant zapper sans délicatesse Le manque de respect, la violence et la haine. La solitude, c'est pas ce qui me freine ! Savoir se rendre libre est une aptitude. La Liberté aime la solitude… C’est la fin des fausses compagnies J’élimine un grand souci… Youpiiiiiii !!!

Pages 111 / 164


Les détracteurs détraqués (2004) Les détracteurs rôdent dans la nuit… Toujours à essayer de tacher de suie L’humain qui dans toute sa splendeur N’est cependant pas à l’abri d’une erreur. Il n’est pas vraiment responsable, Il est né affable et aimable. Il fait ce qu’il peut, Et quand il ne le peut, Il faut qu’il assume son impuissance Sans qu’on le culpabilise pour incompétence. Un accident est un fait rance C’est la faute à pas d’chance Personne n’est responsable D’une immaturité incontrôlable. À chacun son rythme Pour s’enrichir des expériences de la vie Les critiques non constructives Détruisent des carrières d’artistes Les détracteurs ne sont pas mieux que nous. Ils cachent leurs erreurs sous leurs tabous. Les détracteurs ne sont pas heureux. Ils souffrent d’un mal être en eux. Quand l’incapacité à pardonner rend agressif, C’est un comportement malade et primitif. Les détracteurs ont plein d’outils dans le cartable Pour nous malmener, nous les affables. Il ne faut pas tomber dans leur piège ! Il faut se défendre de leur manège ! Sans sortir les griffes, sans donner de haine… Juste en leur faisant sentir de la gène. Chercher le stratagème idéal, La phrase qui ne sera pas banale. Se défendre sans attaquer Est le meilleur moyen de les faire bisquer ! Et si ce n’est pas encore du tac au tac, Entraînez-vous à moucher le mic mac. Un jour, ça vous sortira tout seul de la bouche Et cela fera enfin mouche ! « On n’peut pas plaire à tout l’monde » C’est s’affirmer gentiment à la ronde !

Pages 112 / 164


Quand la colère est une gifle…..

Porcs aux vaches ! (2006) Eh ! C’est à toi que j’parle ! Moi c’est la super cinq blanche ; Ça t’parle ? Toi tu habites aux Crottes dans le 15 ème Et ça te pose un blême ! Je rêve mais tu me ronges Essaie de démolir mes plus beaux songes. Mes rêves d’une société où l’on se mélange sans fâche Une société sans individu comme toi… T’es une peau de vache ! Je t’ai donné du respect… Je t’ai aidé quand tu étais fatigué… Sans te connaître, sans te préjuger… Tu m’as volé, abusé, tenté de m’humilier. Tu es un jeune des quartiers Nord Et je t’ai fait confiance à tord. Ce que tu m’as fait est diabolique ! Que ton âme noire soit maudite ! J’espère qu’ils te reconnaîtront, les justiciers des cités Et qu’ils te donneront une bonne raclée ! C’est de ta faute si eux sont discrédités, Qu’ils ont toujours tord dans la société. Je sens qu’ils ne l’ont pas mérité Eux, ont des valeurs pures Pas comme toi qui es une ordure… On les traite de racailles, on leur fait du tord C’est de ta faute à toi, toi, le sale porc ! La société dit que tu es un fils de pute… Ce serait trop d’honneur pour une bête en rut ! J’ai trop d’amour et de respect Pour les mères et les prostituées… Non ! Tu n’es qu’un suppôt-sitoire de Satan ! Un pauvre diable finalement… Alors je ne peux m’empêcher de penser Que tu souffres de ne pas avoir d’espoir frais… Tu fais diablement fausse route De peur qu’on ne te brise la croûte Quel gâchis tu fais de ta vie ! L’anarchie destructrice t’a desservi… Si tu ne nettoies pas ta tête, Grâce à des repères humains et des valeurs nettes, Ta vie ressemblera à une prison d’enfer Que tu mériteras, parole de sorcière !!! Pages 113 / 164


Malheureusement, pas si débile comme texte car toujours d’actualité !!

Rats-cystes (17/02/2006) Dans les quartiers, Tels des Ils déversent Des poubelles de

clament les fausses rumeurs… rongeurs éboueurs, sur nous inlassablement mots et des actes blessants.

Un rat est vecteur de maladie. La maladie mentale nous envahit Car la peur de la différence Est une maladie mentale toute en nuance. Si on a peur de la différence d'autrui, On ne peut aimer personne dans la vie Car nous sommes tous de différents coloris : Un potentiel dégradé de rouge à l'infini… Le métissage met des couleurs à notre vie tout de même ! Quand les différentes communautés se mêlent et s'aiment… Prendre le positif d'une culture différente Fait évoluer la nôtre d'une manière enrichissante. Les anciennes traditions peuvent évoluer. Ensemble nous arriverons mieux à nous développer. L’étranger sait culturellement partager, être solidaire Et peut nous apporter la valeur de ses repères. Communication avec l'étranger Pour se rendre plus léger… Vaincre sa peur de l'inconnu Sans penser qu'on va être déçu… Avec un regard positif sur l'étranger, On peut réussir à partager quelques idées Que l'on peut intégrer à notre culture Sans désirer une race pure et dure… Les sciences trouvent que dans la nature Les métissages génétiques assurent. Plus résistants, plus forts, c'est la race ultime Une capacité d’adaptation bellissime.

Pages 114 / 164


Quant au « cyste » du titre, C’est un état d'une plante primitive… Le racisme est un frein au progrès Car le métissage est une avancée… Le raciste est soit un ignorant Qui ne s’est pas mélangé souvent Soit quelqu’un qui souffre d’un mal de fou Car il voit le mal partout S'ouvrir au monde, comprendre et partager Sont pour l'humain des valeurs de progrès, De vrais repères qui lui donnent du bonheur Et sans lesquels, il serait sans valeur…

Pages 115 / 164


« Mais non ! Je n’suis pas cool ! » (myspace.com/dibimjoke… À écouter absolument !)

Papy fait de la résistance ! (2007) Tu me déranges ! Comme c’est étrange ! Je fais de la résistance analytique ! La peur me rend statique ! Conservatrice de traditions Que je ne remets pas en question. Mon boa m’étouffe les tripes ! La peur de moi-même m’étripe ! Je m’enfonce, moi, Shrek ! Seul, je déprime sec ! Et je vieillis avant l’âge ! De moi-même je suis l’otage ! Je crois que la vie me rends fou ; Prétexte pour masquer les tabous ! J’ai peur de mon image dans le miroir Parce que je ne sais pas bien voir… L’image n’est pas la même Quand le regard aime… Je ne suis pas sain d’esprit ! Le pardon, je l’ai détruit ; Pour moi et pour les autres. Mais j’ai besoin du vôtre. Je ne sais pas me remettre en question ! J’ai mis au rabais la compassion ! Mais pas besoin de résister Tout n’est que fait Nous sommes maîtres de nos destins… On est ce que l’on veut être demain… L’erreur nous fait progresser ! Une attitude saine qui rend gai Pour évoluer vers ces nouveaux êtres Sans s’arrêter de renaître. Chaque fois voler plus haut. Voir un panorama toujours plus beau… Pour un jour en arriver à oser jouer ! Déjouer les airs pour s’y amuser… La vie est belle Pour les hirondelles… Si j’optimisme dans cette foi La vie sera belle aussi pour moi. Pages 116 / 164


Nu comme un verre… pour la transparence (2007) On ne sait plus qui tu es ! Le doute nous empoisonne l’âme. Le doute est une mauvaise came. Il nous empêche de t’aimer… Ça nous donne de mauvais délires, Ça nous rend parano. On vire malades mentaux On a envie de te fuir… Nous laisser dans le doute, Je doute que ce soit sain. Mais, si tu le veux bien, Nous serons à ton écoute… Pour calmer notre tourment, Pour qu’à nouveau on s’émeuve, Apporte-nous de belles preuves ! Sois vrai et transparent. La sincérité peut être humilité… Et, réaliser, sans se lyncher Que l’on n’est pas parfait C’est savoir s’avouer ses fragilités. Quand on se ment à soi-même, On n’est ni libre, ni heureux, Seulement lâche et peureux… Et on trahit les gens qui nous aiment. On aime être testé Quand on est intègre. Ça rend même allègre De voir un doute délesté Alors, laisse-toi tester sans détours ! N’aie plus peur de toi-même ! Honore les gens qui t’aiment ! Se justifier est un chant d’amour…

Pages 117 / 164


PSYCHOSE

Pages 118 / 164


Protection Aujourd’hui, je crois en moi-même, en l’humain… tout le mal qui existe semble venir des croyances en la dualité… le blanc, le noir… et les dégradés de gris alors ! La vie n’est pas la même quand le regard aime… Quand on positive un fait négatif… on aime… Quand on agit avec optimisme… on aime… Comme l’image dans un miroir, la réalité n’existe pas… elle dépend de la nature de notre regard… notre façon de regarder dans le miroir… Si on écoute notre petite voie intérieure pleine d’amour pour soi et pour les autres, alors on vit la chose suivante : Du « mal être » à « être pas mal » et renaître Pour ne pas avoir du mal à « être »… De « La vie est dure ! » à « C’est la vie ! » Pour évoluer vers « La vie est belle ! » Une révolution de mon être ! Un rêve d’Amour universel qui veut naître ! La méchanceté est la conséquence d’une souffrance. Mais le fait d’être malheureux ne cautionne pas d’être méchant ! La méchanceté est une attitude inadmissible… La moindre des choses est d’offrir aux autres son sourire et son enthousiasme, même si on est malheureux ! Protègeons-nous des gens méchants ou de ceux qui se plaignent beaucoup en changeant de comportement avec eux… comment ? Par exemple, j’ai connu un père qui n’aimait que ses enfants, un très bon papa… Mais Il n’aimait personne d’autre. Il était xénophobe avec les autres même avec ceux que ses enfants aimaient. Il était même méchant ! Comme ses enfants ne supportaient plus qu’il méprise les autres, ils ont décidé de ne plus le voir que seul mais plus jamais en la présence de qui que ce soit d’autre… Aujourd’hui je pense … Que tout ce qui paraît être haineux n’existe que pour … tester notre capacité à bien s’affirmer…

Pages 119 / 164


AFFIRMONS-NOUS ! Oui ! ... mais pas n’importe comment : avec du cœur, de la bienveillance et de l’empathie… et en se protégeant sans attaquer ! PROTEGEONS-NOUS ! … et protégeons ceux que nous aimons. Soyons, ainsi, tous de complexes et uniques dégradés de rouges à l’infini… … pour plus de liberté, de fraternité et d’égalité !

« Rouge est la couleur… » D. Andersen

Pages 120 / 164


Mal dans mon pot de pulsions (2008)

Je suis mal ! Consciente de mes pensées négatives. Je me sens animal. Je vais à la dérive… Ces pensées sont bizarres et absurdes Mais ce ne sont que des pensées. Seul mon être se fissure Car personne ne lit dans ma pensée… Je ne fais de mal à personne Je ne peux empêcher ces pensées de fuser Comme un flot malsain qui me cogne… Je reste impuissante à le contrôler Puisque je suis impuissante, Je ne suis pas responsable. Tant que mes actions y sont résistantes, L’animal devient contrôlable Je peux même en rire Tant absurdes sont ces idées Et, à l’opposé, agir… L’acte pèse plus que la pensée. D’animal, je deviens alors humain… Penser mal pèse moins lourd qu’agir bien Prendre l’attitude qui me va bien C’est aussi prendre un bon bain !

Pages 121 / 164


Expérience paranormïaque (2009) Un moment de faiblesse, Un mot sans délicatesse… Ça y est ! La machine est lancée ! Mon cerveau fabrique une autre réalité… Une réalité déformée, insidieuse Qui paraît si vraie, mais empoisonneuse… Cauchemar éveillé… Engrenage effréné… Je me sens ballotée… Je me sens persécutée… Souffrance machiavélique ! Errance neuronique ! La chimie de mon cerveau créé Des hallucinations qui paraissent des faits, Qui me confortent dans la paranoïa, Me faisant croire qu’on ne me respecte pas ; Me faisant croire à un monde parallèle et invisible, Un monde immonde et à peine lisible : On m’ordonne… On m’assomme… On me juge… On m’accuse ! Je m’insurge… Me révolte… Je conteste… Et je peste ! Je ne suis ni un diable ni un traitre ! Je ne veux ni dieux ni Maitres ! Etre paranoïaque est une souffrance… C’est une douleur intense… On n’a pas honte d’un mal de dos ! Alors pourquoi avoir honte de neurones paranos !!! Réaliser que c’est un dérèglement chimique, M’aide à gérer cette mécanique… Je deviens alors plus légère : Je ne m’insurge plus, je gère. Pages 122 / 164


Schizo Dodo (2003) C’est qui Moi Schizo ? Un Bozo* qui fait dodo Qui sort de sa boite parfois Sans qu’on sache pourquoi Un p’tit diable qui critique Oubliant de suivre l’éthique : Pas de haine tout d’même ! Il faut qu’on aime et qu’on sème ! Un p’tit ange docile et con Qui d’mande toujours la permission Une rebelle attardée Qui s’est jamais engagée Une ménagère qui nettoie l’cyber café Qui r’met ça chaque jour sans arrêt Le mythe de Sisyphe… Une absurdité ! Qui colle à la peau de l’humanité Je suis vraiment malade J’ai besoin d’une ballade Pour chanter le vent dans le ciel Pour que mes pas rythment les ruelles Faire du ménage dans ma tête Pour ne pas rester bête Mais passer à aut’chose Ou faire une judicieuse pause Ecrire sans oublier de rire Construire sans oublier d’se faire plaisir S’organiser, recommencer Jouer et s’amuser Et tout changer Pour qu’enfin Bozo ne soit plus en mode veille Pour qu’enfin Bozo s’émerveille…

* « Bozo le clown » était un dessin animé de la fin des années 70

Pages 123 / 164


Lourd comme un S-Cargo (2010) S comme « schizo » S comme « solo» S comme « souvent les stars » S comme dès-espoirs » Le S est solitaire mais ça l’insupporte Le Roc fort lui ferme sa porte Le S a eu de mauvais pères À été éduqué sévère On ne lui a pas appris le respect Il est maudit, mis au banc de la société Le S sape le moral des troupes Souvent trop souvent il se loupe Il ne connaît pas l’amour le vrai On ne l’y a pas éduqué Le S, quand il est gentil, Est une poire démunie Il sent bien qu’il n’est pas équilibré Il est comme emprisonné Je dirai donc aux rappeurs et autre rocs forts Pardonnez, éduquez, sauvez, faites l’effort ! Pour un monde plus beau Une société qui vole haut Seule la force peut tendre la main à la fragilité Je ne pense pas que ce soit trop demander Ça s’appelle la Solidarité !

« S-cargo » Par Robine Delvair Pages 124 / 164


Errare Humanum « S » (2010) Quand la jungle est un grand tribunal Où la loi est injuste et fatale Imparfaite Malhonnête Au tribunal des humains Les S sont chagrins Il y a les moqueurs Il y a les zappeurs Il y a les silencieux Qui n’en pensent pas mieux Puis c’est la mise à mort Du taureau blessé à tort Un humain juge en se projetant Quand il est malentendant Alors se créé le malentendu C’est l’isolement d’un S sous-entendu J’aimerais plutôt des taquins J’aimerais qu’on se tende la main J’aimerais qu’on soit tous des S Qu’être transparent ne soit plus une faiblesse Les corridas sont une absurdité Empreinte des viscères de la cruauté Les S sont des mutant X De potentiels phénix Que l’on brulait vifs en place publique Dans les temps archaïques Courage et Vaillance Pour les S en errance Alors le phénix renaîtra de ses cendres Pour se faire bien entendre

Pages 125 / 164


Shamanisme (2010) Tous mes sens sont exacerbés Comme un animal je me sens cernée Par les bruits, les odeurs Par un monde de couleurs Ma réalité devient relative À mes pensées, elle est réactive C’est comme l’effet d’un boomerang Au sein même du Yin et du Yang Une pensée positive Ma réalité est paradis Une pensée négative Et mon destin est maudit J’appelle ça la Matrix Elle paraît aussi logique qu’un Toutatix Mais ses jugements sont hâtifs Elle cherche les poux dans les tifs Ces hallucinations furent initiées Par ma prise de LSD Une drogue classée A comme Hallucinogène Qui se joue de mes gènes et de mes gènes La Matrix se nourrit de mes frayeurs Elle se délecte à créer de nouvelles peurs L’Influence de la pensée sur la matière environnante Précipite les coïncidences pour les rendre signifiantes Les portes de la perception sont alors ouvertes La drogue a modifié la chimie de ma tête Elle a déformé mes perceptions de la réalité Mes forces, mes peurs sont l’enjeu d’un jeu de fêlés Les shamans se disent sorciers Mais ils ont avant tout été drogués Ils pensent communiquer avec une conscience universelle Celle des morts, des vivants, des âmes rebelles Ce sont selon moi des hallucinations Leur reflet dans le miroir, des projections Qui n’existent que si l’on y croit Mon esprit scientifique doute de cela Je crois cependant que le cerveau est puissant Capable de talents bouleversants Que l’on pourra peut être exploité Dans d’autres temps, d’autres contrées

Pages 126 / 164


Schizo-Discrimino (2010) Je suis schizo Je le crie tout haut Un cri pour revendiquer Que j’ai le droit au respect ! C’est une maladie qui cause Une torture mentale grandiose Les schizos sont souvent en danger Rares sont ceux qui vont agresser Encore moins que ne le font D’autres populations Nombreux sont les schizophrènes Qui sont un danger pour eux-mêmes Souvent victimes d’une société Qui ne cesse de les abuser Ils pensent être des messies pour l’humanité Ils se croient investis de missions pour transformer Cette réalité trop durement imposée Cette réalité qu’ils refusent d’accepter Alors ils se créent la leur Celle qui leur donne du bonheur Celle où le monde change Celle où le monde s’arrange Alors pour opérer cette transformation Ils envisagent une mission Mais c’est mission impossible Les deux réalités sont incompatibles C’est une explosion dans la tête Une désillusion, un casse-tête Cette implosion se traduit Par une profonde tristesse qui détruit J’essaie de me soigner En acceptant la vraie réalité Avec philosophie Elle devient plus jolie J’ai choisi le combat philosophique J’avance pas à pas élastiques Je m’aventure, j’explore et j’expérimente J’essaie de transfigurer la tourmente

Pages 127 / 164


La maladie n’est pas une réalité C’est notre cerveau qui l’a créé Pour la combattre, je résiste à la magie Enthousiaste j’existe et je vis J’essaie la philosophie des mousquetaires « Faut pas s’en faire » Pour cela il faut être « Aware ! » * C'est-à-dire conscient de son imaginaire Conscient de ses pensées Ainsi pouvoir les « Optimismer » Et muscler son mental Pour que sa vie soit un régal C’est un travail passionnant Pour enfin partager de bons moments Les schizophrènes sont souvent isolés Car ils ne savent pas communiquer L’isolement pour l’humain C’est salement inhumain Un enfer sur terre La croix de fer De nos gentils messies torturés Des schizophrènes de la société Nous avons essayé de changer les lois Nous avons porté notre croix C’est l’heure de mourir pour renaître L’heure de s’épanouir pour réapparaître Passer de l’état larvaire À celui de papillon d’une nouvelle ère L’ère de l’instant L’ère du travail là maintenant L’ère du partage Avec tous les âges L’ère de la proximité Oublions la télé Alors nous aimerons enfin nos vies Car elles auront le goût du paradis

* Dixit Jean Claude Van Damme… respect !

Pages 128 / 164


BIPOLARITE

Pages 129 / 164


La transe des Bipèdes-polaires (06/2010) À toi le bipède qui se les pèle aux deux pôles Un coup c’est l’Nord ou le Sud… pas drôle ! Tu touches souvent le fond Quand le moral ne tourne pas rond Et soudain tu t’exaltes d’un rien Avec de grandes idées pour demain Tu te dévalorises à l’extrême Tu crois que personne ne t’aime Alors dès la moindre étincelle de ton Moi Tu t’envoles et tu chantes la la la Tout te paraît gris et insipide Tu gesticules la transe du suicide Quand l’espoir renaît un matin Et te fait danser sur le dédain Bipède bipolaire tu satures… Ces vagues d’humeur en démesure Tu voudrais bien être bien En équilibre sur un fil de lin Tes états d’exaltation aux 4 vents Te mènent de détresse en tourments Sans modération, tes débordements Excitent l’incompréhension des gens Afin de trouver un équilibre Pour qu’enfin tu te sentes libre J’ai trouvé un stratagème Une solution, un théorème : L’expression «pas si mal» m’a aidé La pression des idéaux dégommée Je ne suis pas Wonder Woman Je n’suis pas non plus une sale âme Je ne suis pas animal Et je suis « pas si mal ! » Pas mal, c’est souvent tabou Pourtant c’est pas mal du tout Pas mal, c’est pas la crème Mais c’est pas mal quand même Alors c’est pas mal que j’aime ! Pages 130 / 164


Catharsis (05/2010) La violence, la haine Ça me déchaine ! Ultra sensible, j’amplifie Ultra colérique, je démolis C’est ma réaction au manque de respect C’est ma réponse au manque de paix Paix, amour et harmonie C’est la p’tite maison dans la prairie Autant dire que c’est une belle arnaque ! Dans les familles sifflent les premières claques ! Mes émotions non maitrisées débordent Comme un bateau pirate qui saborde Je vois rouge, deviens folle ! Comme une courge qui s’affole ! Impulsive, abusive, J’assassine puis je dérive Je ne maîtrise plus rien Et traite la haine comme un chien Sans empathie ni nuance aucune Pour la face cachée de la lune Harmonie et paix n’existent pas À moi de calmer mes faux pas Zen, humble et posée Défensive sans attaquer Pour faire de la colombe noire Un flamand rose bonnard Je vais essayer de devenir adorable Mais le naturel est-il modulable ? Suffit-il de le vouloir pour le pouvoir ? Après tant d’années à le croire Je reste encore dans le noir… J’analyse ! J’hypophyse ! Ça fume ! Je m’embrume ! Alors j’écris… Et tout s’éclaircit !

Pages 131 / 164


J’ai la théorie Pour être guérie ! Pour la mettre en pratique Il me faut appliquer la bonne politique : Ce sont les quatre accords toltèques * Un must pour ma p’tite pastèque : 1. Pour que ma parole soit impeccable Mordre ma langue avant de péter un câble ! 2. Quoi qu’il arrive qui me coupe les ailes Ne pas en faire une affaire personnelle ! 3. Ne pas faire de suppositions C’est ne pas déformer les intentions ! 4. Faire toujours de mon mieux Sans culpabilité, on vire moins vieux ! MAIS ! Ne devrait-on pas accepter qui on est ! Comme on est ! Sans s’en excuser ! Arrêtons de s’excuser d’être Arrêtons d’essayer de paraître Je m’échappe, je m’envole Pas folle mais fofolle Je préfère la cigale à la fourmi Je choisis mon camp : à fond la vie ! De toute façon qu’on vive ou survive La grande faucheuse s’active Autant vivre heureux Comme si la vie n’était qu’un jeu Paire ou impaire ? Si tu philosophes, jamais tu ne perds Rouge ou noir ? Un peu des deux au hasard… Bienvenue au casino de la Vie Où les risques doivent être réduits… Les risques c’est Vital-ité ! Mais les minimiser c’est se protéger ! Soyons prudents Mais soyons vivants ! * Les toltèques étaient une peuplade ancestrale du Mexique… voir le livre de Don Miguel Ruiz : « Les quatre accords toltèques »… indispensable !!!

Pages 132 / 164


REMERCIEMENTS AUX SOIGNANTS La maladie mentale reste une maladie complexe. Je parlerais même des schizophrénies différentes d’un individu à un autre. Ainsi un traitement et un dosage de médicament peut convenir à une personne et pas à une autre. La responsabilité et la tâche du personnel soignant n’est pas mince et je pense qu’il faut que les patients cessent de se braquer contre leurs psychiatres. Au contraire, il faut accepter que le psychiatre ne soit pas à l’abri d’une erreur et que c’est normal étant donné le caractère empirique des traitements. Il est important que le patient ait une attitude empathique lui aussi avec le personnel soignant de sorte que la recherche d’un traitement adapté soit une collaboration efficace entre le psychiatre et le patient. Le corps psychiatrique appelle cela joliment « l’alliance thérapeutique ». J’ai trop souvent constaté que les patients avaient une idéalisation telle du personnel soignant que leurs attentes dépassaient ce qu’il est possible d’attendre raisonnablement d’un être humain. Cela peut alors créer des déceptions voire de l’agressivité d’un tel patient envers le personnel. Personnellement, je tenais à remercier l’équipe du CMP de la Belle de Mai, à Marseille, et tous les psychiatres qui m’y ont suivie depuis 1997. Même si le suivi n’a pas toujours été parfait. Par exemple, je n’ai pas eu de diagnostic ni d’explication de ma maladie jusqu’à ce qu’un pair-aidant, schizophrène lui-même, nomme ma maladie. Ce fut un soulagement pour moi. Du jour où j’ai su que j’étais schizophrène, j’ai pu, plus facilement, arrêter de croire aux mondes parallèles et invisibles. Le diagnostic fut pour moi salvateur et pourtant ce n’était pas au goût du personnel soignant à l’époque de le définir. Ce n’était pas à la mode ! Aujourd’hui les psychiatres en parlent plus volontiers et je pense que c’est mieux… Alors merci aussi aux chercheurs qui trouvent les traitements ; Ces béquilles sans lesquelles je me serais suicidée depuis bien longtemps…

Pages 133 / 164


IV. M ES DISCO URS… D’AM O UR…

Quoi de neuf Docteur ! » Par Robine Delvair

Pages 134 / 164


« Dire avec le cœur… » Par Robine Delvair

« On ne dit pas assez aux gens qu’on aime … qu’on les aime »

(Louis Chédid)

Pages 135 / 164


PREAMBULE Ce sont des hommages… ce sont… « Mes discours d’Amoor… » C’est un exercice de style que de dire : « Je t’aime ». J’aime dire « je t’aime » en jouant avec le style… on dit que la meilleure façon de dire je t’aime, c’est de le prouver par l’acte… Dalida disait aussi « parolé parolé parolé ! »… mais, pour moi, écrire c’est aussi une façon d’agir… expliquer pourquoi on aime une personne est une démonstration d’amour qui prend toute sa signification… … par les mots

Pages 136 / 164


Hommage À quelques artistes…

« Raconter les étoiles avec mon cœur » Par Robine Delvair

Pages 137 / 164


J’AIME BEAUCOUP…

« Flux de vibrations positives » Par Robine Delvair

… C’QUE VOUS FÊTES !!! Pages 138 / 164


À Eminem…

Les cons-courent de Mic. Un concours de mic, C’est que des pics… Comme les combats de coqs : C’est bestial et moche… Ça m'choque, ça m'rend toc toc… C'est cheap comme du toc ! Faut pas qu'les MC s'laissent entraîner Par ces marchands d'rabais ! Leur égo s'y perd… Ils y perdent leurs repères Quand ils se battent pour la gloire Sans plus rien y voir… Je n'ai pas de respect Pour un trophée Gagné sur concours Par le con qui court ! Dans la compétition sont à vendre De pauvres bougres qui ne savent entendre… J'suis pas sportive Mais j'aime l'idée alternative D’entrer en compétition avec bibi Et non pas avec autrui ! Ça, c'est pour moi un repère vrai, qui m'parle, Comme plein de repères de MC : ils m'parlent… Un trophée, ça prend d'la place et la poussière… C'est pour les voraces et les septuagénaires ! C'est pas digne du feu sacré de leurs veines Qui règne pour que freine la haine… Ceux qui cons-courent Se perdent tout court ! Ils se ridiculisent ; Leurs pas s’enlisent… Leurs concours de Mics C’est un drôle de panique Qui rend sourd et aveugle Quand ils cons-courent et meuglent !

Pages 139 / 164


Tout ça dicté par une peur D’y perdre un semblant d’honneur… Seuls, par faiblesse, les frimeurs malaisés Ont cette idée de l’honneur biaisée… Ils sont fous ces romains ! Ils sont tout sauf humains… Une compet entre moi et moi Révèle la plus intéressante des lois : J'aime grimper des montagnes Car, au sommet, on gagne Un panorama majestueux Que l'on vole aux Dieux… Le sommet de la falaise est assez balaise Pour que tout le monde s'y plaise ! Quand à toi, ton parcours difficile Explique cette attitude fragile Mais envoyer de la haine Te donnera toujours de la peine… Pourtant je trouve ton talent fou Tes clips sont plus que waaaaouh ! C’est une grande admiratrice qui te cause Pour te dégager du dictat de la chose La chose c’est la haine des gens Moi ma haine c’est contre le temps !!!

Pages 140 / 164


Hommage à Joke et à la sauce Dibim...

Smala déjantée à souhait ! Un soir de désillusion... À cause de cette race de CONS Ceux qui ne savent se remettre en question Ceux qui ne peuvent s'exprimer que dans l'agression Je débarque à l'Intermédiaire Par hasard, pour boire une bière Une ambiance déjà gaie Sur scène, une smala endiablée Perçus, cuivres, saxes, flûte et platine Des instruments nobles pour une smala digne Car : presse gratuite, fanzines et pamphlets Lectures et textes engagés Tout c'que j'aime : La jeunesse qui sème Ça m'remonte le moral D’savoir qu'la jeunesse râle J'investis dans leurs idées 10 euros pour 3 Cds de qualité C'est royal ! C'est Byzance ! Un chouette retour de chance. Merci à la sauce Dibim Merci à la smala digne Merci de m'avoir fait rire Avec vos jokes délires Merci pour cette soif d'idéal Merci d'm'avoir remonté l'moral !

Pages 141 / 164


Homage à Akhenaton and Co…

Dans l'Mic des M.C., c'est trop Mac ! Les vrais M.C. sont fiers et tendres Ils se font comprendre Ils laissent couler la colère Une révolte de l'amour solidaire Ils alarment par leurs souffrances Laissant couler des larmes d'innocence Une innocence bafouée Par le manque de respect Respect ! Pour l'amour qu'ils ont de la justice Respect ! Pour leur combat contre le vice Respect ! Pour ces textes Crachés sans complexe Des profondeurs de leurs tripes C'est leur bonheur, c'est leur trip La colère des M.C. est naïve Elle est spontanée et vive Pour la rue, ils envoient des messages, Espèrent que la mue revêtira un beau ramage Ils croient en le bel humain Parce qu'ils sont des gens biens Respect à leur attendrissante mais réelle fragilité Car ils ne mettent pas à vendre leurs belles idées J’adhère grave à leurs repères Et dans les bacs, j'erre...

Pages 142 / 164


Pour « Harry Morse Project », groupe de musique dont j'ai vu le concert mémorable...toujours à l’Intermédiaire quand c’était bien !

Merci !

Avec Gilles Respect oblige ! Et la pédale Whah whah C'est magique, ABRACADABRA !

Avec Nicolas Au saxo, du délire en voilà À la flûte, c'est de la subtilité Qui reflète une incroyable créativité Quant aux percussions ATTENTION ! C'est de la bombe ! Presque j'en tombe...

Plus qu'à déguster Avec la musique, jouer à anticiper Et par la danse l'exprimer

Un pur bonheur Pendant des heures...

Pages 143 / 164


Aux artistes engagés connus ou inconnus…

Masseur l’artiste… Ce doit être un vrai bonheur Que d’être un bon masseur. Tu soulages et apaises les gens Des carnages, des malaises et du temps Fantaisiste aussi Une artiste de la vie ! Masseur, t’as tout compris Tu es artiste donc tu vis. Le mal de dos T’en as plein l’dos !!! Tu aides les malades dans leur vie À ne pas être victime de la survie. Les artistes m’interpellent l’âme cœur. Les artistes sont des âmes-lueurs. Les artistes sont des âmes-fleurs Les artistes sont des âmes-sœurs Tu fais oser rêver Sans jamais te lasser. Tu aimes divertir. Ça te fait jouir. Tu soignes les âmes blessées Elles y gagnent des larmes dressées ! Je suis en apprentissage Pour faire des massages… Je n’ai pas la force de masser Je suis bien trop coincée ! Mais j’ai découvert Les trois yeux ouverts Que je pouvais commencer Par aimer caresser ! Pour apprendre à masser, Je continue de t’écouter.

Merci pour tout ce que tu fais, Merci de me montrer, L’importance de s’affirmer Vers l’amour décalé. Pages 144 / 164


Tu malaxes nos âmes Sans faire de drame Ce poème n’est peut être pas un massage Mais c’est une caresse, un hommage Pour toi le masseur, l’artiste À lire quand tu es triste… Tu donnes de l’Amour Pour le sauver un jour, Cette lumière qui irradie de toi… Tu es beau, ne l’oublie pas ! Continue le combat ! Ne baisse pas les bras ! On a besoin de toi. Transmets-nous encore tes lois. Toi la grande alchimiste. Toi le masseur, l’artiste. Tu es ma sœur humaniste. Toi ma sister, en piste !

Pages 145 / 164


HOMMAGE A DES PERSONNAGES TOUCHANTS

« Bubble love » par Robine Delvair

Créons nos bulles d’amour… Jusqu’à ce que toutes les bulles d’amour éclatent en une seule et énorme bulle d’amour : Un paradis terrestre…

Pages 146 / 164


À Arlette ... Pour Arlette... La reine des reinettes ! Comme Laguiller ... En plus déshabillé Tu es nue comme un vers Alors tu as peur de l'hiver Donc tu ne sors pas Tu ne t'exprimes pas Mets-toi une bonne veste Pour aller goûter le zeste Le zeste de la vie Elle est quand même jolie Ecoute les battements de ton cœur N’écoute pas les mauvaises rumeurs Elles veulent te déstabiliser Mais tu ne dois pas t'enliser N’essaie pas de changer Ce que tu ne peux changer Apprends à zapper Et peut être à slammer N’oublie jamais de te faire plaisir Ça passe peut-être par ÉCRIRE...

Pages 147 / 164


À Aïcha… pas un chat… Une panthère ! Quel personnage cette Aïcha ! Pas trop sage, elle fait sa propre loi Une loi plus logique que le code civil Une foi magique en la vraie justice Révoltée, elle n’avale pas sa langue Insurgée, un potentiel bing bang… Elle n’a pas froid aux yeux Sait obtenir ce qu’elle veut Elle vient d’une banlieue sensible Où, les jeunes n’étudient pas terrible Sans diplôme, les portes sont toutes fermées Elle a repris ses études avec courage et ténacité Elle est têtue, coléreuse et volontaire Mais elle n’est pas rancunière Là où la plupart des gens se vautre, Jamais je ne l’ai surprise à médire sur les autres Elevée par des parents au cœur grand Elle leur rend leur amour avec élan Elle imite les gens avec un esprit taquin À la façon d’une actrice qui joue fin Autant dire qu’elle est une bonne complice Alors on lui pardonne ses p’tits caprices C’est pas sa faute et c’est tant mieux pour Aïcha Si elle a été beaucoup chouchoutée par son papa Malheureusement, j’ai dû me tenir à distance Pour plus qu’elle ne m’offense Elle a différents troubles du comportement Mais j’ignore l’origine de ses tourments Alors je m’évince devant sa violence Sans comprendre comment elle pense Elle était une princesse de la rue La voilà parisienne courue C’est là que ça se passera pour elle Puisqu’elle veut faire des films rebelles Bonne chance ma belle ! Que tes vœux portent des ailes !

Pages 148 / 164


Pour Shérazade... C'est l'histoire de la princesse Shérazade Qui n'aimait que la grosse débandade Shérazade est une princesse de rang Mais elle n'est jamais sage pour longtemps... Il faut qu'elle fasse rire Elle aime provoquer le délire Alors de bêtises en bêtises De folies en folie's De Pigalle vers l'international Elle se régale et ne cesse de faire sa malle Pour profiter des palaces en grande classe!!! Elle aime les paillettes et les strasses En quelques mots résumons par : "Oh là là!!! J’tire mon chapeau bien bas !!!"

(Anonyme)… Funk les princesses ! Sauf celles-là !

Pages 149 / 164


À Maréva, une super nana... La plus intello des amitiés cadeau Ma sister de part les astres astrolos Car le même jour nous sommes nées Les mêmes conneries peuvent nous combler Ta nature blagueuse Ton âme d'enfant malicieuse Ton intelligence à vivre en actrice T’éloignent de tous les vices T’es la psy sans répit du groupe Toujours prête à r'monter l'moral des troupes De la compassion à revendre Une patience psycho-tendre Et en toi j'ai noté La classe d'un cœur désavoué Tu ne nous trompes pas, va ! On sait que du cœur tu en as...

Pages 150 / 164


À la plus bonne des Baronnes...

À Simone... Ah ! Simone T'es une âme bien bonne La meilleure des mères Denis Toujours en train de croquer la vie Que Vérone se targue D’une baronne romantique et bavarde D’un dynamisme époustouflant D’une joie de vivre éclatante D’une générosité épatante D’une pipeletterie goualante Ah ! Simone ! Tu es bien bonne ! Une valeur sûre pour le moral de nos toutes belles Car tu es un antidépresseur naturel !

Pages 151 / 164


À LOLITA ...

L-O-L-I-T-A… T'es La La La !

L... comme L est fofolle... O... comme elle est Offerte à Pierre et Paul L... c'est parce qu' L est Légère I... parce qu' I-slammeuse T... parce que T'es pas tendre comme elle A... comme :"Allez ! Roules-lui une pelle parce qu'elle est belle" LOLITA Man ! C’est une nymphe oh !-Man ! Mais seulement pour les hommes gentle Man !

Pages 152 / 164


À YASMINA...

Hummmm ! Du jasmin dans le jardin ! Yasmina vient de jasmin, La plus belle des fleurs du jardin Mélanie me rappelle mélodie Comme une chanson jolie J'aime l'odeur de la Jasmine Elle a toujours bonne mine Tant plastiquement Que dans son âme d'enfant À peine 20 ans Il t'en reste du temps Ah! J’comprends maintenant Pourquoi tu prends toujours ton temps ! Lascive et pensive… La Jasmine est oisive Levons toutes notre verre ! Soyeux nanniservaire ! À la plus soyeuse des bohèmes À la santé d'une petite sirène Une voix qui connaît sa voie Qu’on aime toutes on sait pourquoi Longue vie radieuse À toi Mélanie, la joyeuse Continue de nous laisser coïts Face à ta classe et ton humble MOI vive la Jasmine ! vive les copines !

Pages 153 / 164


Pour une exquise TIFFANY… T…

Comme très tentée par la teuf ! C’est d’la vraie meuf ! Même si, avec elle, la vie n’est pas généreuse Elle reste pareille à elle-même et toujours joyeuse

I…

Comme Ivre mais sans jamais une goutte d’alcool Voir les gens heureux, elle en raffole ! Quand on s’enivre, ça la rend gaie Une escalade de rires qui rend frais

F…

Comme fofolle Là c’est moi qui en raffole Ça ne nous affole pas Car elle est fofolle mais pas folle !

A…

Comme Abracadabra La magie, elle aime ça Elle disparaît quand fragile elle pense trop Elle réapparaît quand gracile elle s’en fait pas trop !

N…

Comme la haine qu’elle ne connaît pas Elle est bien trop pure pour ça Pour les gens, elle est pleine de câlinous Elle est mieux qu’un doudou trop doux

Y…

Comme Youpi ! Le plus joli mot de son vocabulaire Trop rarement les gens ont ce mot pour repère Peut-être bien que la plus belle mission pour Tiffany C’est de montrer aux autres ce que Youpi signifie !

Pages 154 / 164


Pour Suzon…

La crêpe Suzette

Ingrédients : 250 g de fard-in genre rouge à lèvre orange pétard ! 50 g de miel car j’ai jamais reçu de bise aussi incroyablement douce… 1 œuf bien fait pour une âme bien fête 10 dl de crème entière (elle est une personne engagée) Une pincée de sel (ça lui suffit, le sien est très concentré !) Un Zeste de fantaisie (La sienne peut se consommer sans modération) Une bonne dose d’Habanita pour parfumer

Pour une pâte parfaite : Faire du fard-in un volcan bien dans son saladier… Ajouter l’âme bien fête et mélanger progressivement jusqu’à l’obtention d’une pâte parfaite, pleine de compassion… pour que la pâte compassionnelle ne contienne pas de grumeau, il convient d’ajouter également la crème entière. On obtient ainsi un mélange harmonieux et délié, empreint de légèreté. Afin de combler de bonheur les amateurs de crêpe Suzette, il ne reste qu’à ajouter la pincée de sel et le zeste de fantaisie. C’est un moment crucial où il faut éviter les spartiates (Un mot plus élégant pour les postillons !) car ajouter du sel et de la fantaisie dans une pâte à crêpe Suzette conduit fatalement au fou rire… vous voilà prévenu ! Gardez donc vos virus pour ne pas contaminer cette pâte à crêpe Suzette qui nous régale tant et qui ne mérite pas ça !!! Laisser reposer la pâte ne sert à rien sauf, bien sur, si elle est souffrante. En effet la pâte à crêpe Suzette n’a pas besoin de se reposer mais il est important de ne pas speeder la pâte afin qu’elle ne s’angoisse pas de ne pas faire de bulle dans l’instant… quand la pâte déprime, c’est une catastrophe ! La pâte n’est plus légère… plus elle déprime, moindres seront les chances de voir se créer les bulles qui la rendro nt plus légère et vice versa… c’est pourquoi il faut absolument éviter que la pâte ne déprime… pour cela, il faut la remuer très doucement avec de la tendresse dans le poignet afin de permettre au zeste de fantaisie de livrer toute sa saveur progressivement. Alors… les bulles crémeuses apparaissent au bout de quelques heures… la pâte est prête pour nous faire une fête !

Pages 155 / 164


La cuisson : Saisir la crêpe Suzette dans une poêle à feu doux afin qu’elle conserve de son moelleux. Le miel sera alors dosé sur la crêpe dans la poêle afin que la douceur du miel soit bien répartie. Faire flamber l’Habanita sur la crêpe afin qu’elle se sente bien dans sa poêle… Servez et faites déguster… vous sentirez toutes les saveurs se mélanger… des saveurs exquises qui une fois la crêpe terminée laisse en bouche un délicieux goût de sensibilité exacerbée et une acuité parfois terrifiante à percevoir l’insoutenable fragilité des êtres… c’est pourquoi la crêpe Suzette est si fragile et qu’elle nécessite beaucoup de douceur quand on la retourne dans la poêle (il est préférable de l’envoyer dans les airs quand on la retourne). Recommencez l’opération autant de fois que nécessaire pour en faire profiter tout le monde à la ronde… car la crêpe Suzette gagne à être connue et appréciée du plus grand nombre...

… Tchin ! Tchin !!!

Pages 156 / 164


Pour Elie…

À sa Majesté Élisabeth 1ère Tout comme en Angleterre Nous avons en France une héritière : La reine Elisabeth 1ère de France C’est ma copine… quelle chance ! Sa Majesté est chouette C’est Elisabeth la pipelette Sa fragilité, car nous en avons tous une C’est l’influençabilité par les uns et les unes Mais c’est parce qu’elle ne sait que penser bien De tous les chacune et les chacun C’est aussi une des rares personnes que je connaisse Qui sache faire parler ses deux chattes, ses Princesses Elles sont toutes trois plus bavardes les unes que les autres Quand les princesses sur la reine se frottent et se vautrent Sa Majesté peut paraître fofolle écervelée Mais méfiez-vous des préjugés Elle sait ce qu’elle veut Elle sait ce qu’elle peut C’est peu dire mais c’est tout dire Les messires n’oseront me contredire Alors à sa majesté la reine Elisabeth Je tire une révérence de jours de fête !!!

Pages 157 / 164


À bisounoursette… Ou, N’oublies pas tes clés ! Ou, Apprends à désobéir ! Bisounoursette était une fleur bien rare Elle pouvait grogner comme un ours noir Mais était capable de câlins Façon bisounours taquin Cette dualité l’insupportait Elle n’en voyait que le mauvais côté Et pourtant rares sont ceux Qui savent être pleinement heureux Et pourtant rares sont ceux Qui savent gérer le stress sans feu Qu’elle ne s’inquiète de cette dualité Un câlin… et l’affaire est jouée Bisounoursette célèbre les samedis C’est son jour favori Quand viennent les samedis L’amitié et l’amour sont anoblis Un week-end sur deux les samedis C’est le sacre des moments youpi youpi !!! Elle devient amie et maitresse C’est des rôles, pour elle, d’allégresse Puis surviennent alors ces dimanches Elle se prépare pour une autre manche Elle recommence à speeder son quotidien Où le mot d’ordre c’est encaisser sans fin Jusqu’aux fameux Samedis Où elle recharge ses batteries Ma bisounoursette chérie Mon rhododendron joli Je souhaite que ces Samedis soient quotidiens Car tu les mérites bien Ta situation aujourd’hui paraît inextricable Mais elle peut devenir domptable Je te souhaite d’en trouver la force Ne te laisse pas grignoter l’écorce N’oublies pas que tu es un bel arbre de vie qui grandit Qu’être bien dans ta vie est important aussi pour ta fille Affirmer ce que l’on désire c’est aussi désobéir À une éducation psychorigide pleine de préjugés À une société vide de sens, qui nous empêche d’aimer C’est un combat de plus à mener Avec ta chérie au quotidien à la clé ! Ou une autre beauté…

Pages 158 / 164


Pour un Jovial Anniversaire, un joyeux acrostiche !!!

À Fabien… (4/7/2011) F… A… B… I… E… N… M… A… S… O… I… N…

N… I… E… R…

Comme fab-uleusement-bien notre Fabien ! Comme absolument, je vous le confirme ! Comme bon comme les Bons-Bonds ! Comme immunisé contre l’adversité ! (franchement tu te débrouilles bien !) Comme heureuse !!! (C’est ce que je ressens quand il me dit qu’il vient vadrouiller vers Marseille) Comme la Haine il ne connaît pas ! (C’est un tit’hom d’amour) Comme Marsupilami (celui qui fait des bonds de géant dans la vie car il sait l’aborder sainement !) Comme l’arbre de vie dans lequel il fait de grands bonds… toujours vers le haut ! Comme escapades… dès qu’il le peut il s’évade pour retrouver les gens qui-l’aime(nt) (ça fait beaucoup d’escapades mais pas assez pour combler notre soif !) Comme Occupé voire débordé… y’a trop d’gens qui t’aiment… parce que tu voles pas bas… Comme irréductible voyageur…c’est notre France trotteur national !!! Comme NRJ… c’est dingue c’que tu dégages !!! « G des frissons qui s’multiplient, et je perds le contrôle, car l’énergie que tu dégages est électrifiante !!! » (Paroles de grease !)… calme toi Odette ! Calmetoi !!! ;-) Odette tout l’monde d’Eric Emmanuel Schmidt Comme énergumène… retenez-moi !!! C’est pas humain ce qu’il nous fait !!! C’est surhumain ! Comme irréel ou irrationnel… Une aura de Dieu grec ! Comme étonnant, exceptionnel, envoûtant !!! Il m’fait penser à une Elfe ! Sauf respect pour ses oreilles !!! Mais non ! Elles sont bien tes oreilles !!! Comme retenez-moi ! J’en peux plus ! J’vais lui sauter d’’sus !!! F-A-A-A-B-I-I-I-E-N !!! … dit-elle en s’arrachant les cheveux !!!

Pages 159 / 164


MERCI AUSSI OH ! SI !!! Merci à Olivier Frappier, un grand frère d’adoption, pour son aide informatique indispensable qui a fait de ce livre un ouvrage presque parfait. Merci au Docteur Torrès, ma psychiatre, qui a pris le temps d’écrire une préface vraiment chouette et investie malgré son emploi du temps très chargé. Merci à Suzon, Sandrine et Corinne pour les corrections finales apportées à cet ouvrage. Merci à tout mon entourage de m’avoir inspiré ces bons mots. Grâce à vous, je me suis encore bien amusée ! Sans compter que mon entourage n’est pas au complet dans ce recueil, de futurs textes à venir… Sans compter les prochaines rencontres… Ça va être génialissime ! Grâce à vous tous, chaque jours, j’ai hâte d’être à demain pour vivre tous ces merveilleux instants Merci aussi à vous lecteurs qui avez eut la curiosité de lire mon livre. Une belle et généreuse qualité que d’être curieux de l’autre.

Pages 160 / 164


À VENIR POUR LES AMATEURS DE ROBINE DELVAIR Les anglophones qui apprécient mes textes, pourront lire un triptyque d’albums de Slam en anglais intitulé « Naked » qui sera retranscrit en français « Dénudée ». Les deux versions linguistiques seront alors en lecture gratuite sur le site http://www.robinedelvair.fr/et feront peut-être l’objet d’une version livre-papier sur le site www.thebookedition.com. Les liens seront alors accessibles sur mon site.

Pour les petits et les grands enfants, est à venir l’histoire illustrée de « Babymammouth » en français mais peut-être aussi en anglais…

Une exposition à Marseille en 2013, année de « Marseille-ville-culturelleeuropéenne ». Il s’agit d’exposer des dessins associés à du texte dans un cyber café (le lieu reste à définir).

À voir pour les curieux !

Mes actus seront sur mon Facebook (voir le lien-icône facebook en haut à droite sur mon site). N’hésitez pas à me contacter :

contact@robinedelvair.fr

Pages 161 / 164


Pages 162 / 164


Pages 163 / 164


Bonjour ! Je m’appelle Robine Delvair ; Je suis schizophrène avec des tendances bipolaires c'est-à-dire psychotique chronique avec des accès maniaco-dépressifs… J’ai fait ma thérapie, principalement, par l’écriture… mes textes sont de la psycho-philosophie qui est très abordable car j’évite l’intellectualisation littéraire. Mon psychiatre m’a demandé la permission d’utiliser mes textes pour ses autres patients… j’ai pensé, alors, les mettre à disposition de tous, surtout des usagers de la maladie mentale et du personnel soignant. Vous pourrez consulter mes textes gratuitement sur le site www.robinedelvair.fr. Ce livre est un mix entre de la prose et du Slam : « Ma tête était une grande salade d’agrumes sans sucre ajouté perchée LSD !... AAAAACID !!! Je reviens de très loin… du fin fond d’un puits où je recevais des messages de mondes parallèles et invisibles qui me disaient que j’étais responsable des tremblements de terre, que je ne méritais pas de respirer l’air, etc. J’ai essayé de ne plus respirer. Impossible puisque la respiration est un réflexe ! Ce jour là, j’ai compris qu’il n’y avait qu’un seul chemin possible : grimper les parois du puits! » « Je suis toute refaite… Une chirurgie de la tête ! La métamorphose n’est pas physique. Elle est plutôt d’ordre psychologique ! Au fil du temps Je rajeunis lentement… Du premier neurone au millionième, Chaque cellule s’affaire au stratagème Vive la chirurgie esthétique… C’est quand même extatique De se refaçonner Pour enfin s’aimer Y’a encore du travail pourtant… On peut toujours refaire plus parfaitement Mais c’est pas mal tout de même enfin De pouvoir m’entendre me dire « je t’aime bien » Petit à petit, ça m’gagne ! Faites monter le bouchon de champagne ! Un véritable Bang Bing ! Pour un LIFTING ! »

Extrait de « Psychose de la vie » Robine Delvair contact@robinedelvair.fr Pages 164 / 164

Slam exutoire d'une schizophrénie  

Des amusent-bouches… … pour se mettre en appétit !

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you