Issuu on Google+

GAZETTE du 2ème TRIMESTRE 2014 Avril, mai, juin Président, Louis Charbonnier 06 84 80 90 94 Vice-Président, Pierre Baron 06 80 98 52 75 Président d’honneur, Michel Rumeau-Maillot Secrétaire, Paul-André Gilibert Trésorier, Jean-Robert Richard 06 70 51 92 36 Gazette, JC. Christophe 06 33 57 05 89

Louis.charbonnier2@orange.fr pierre.baron1@sfr.fr michel.rumeau-maillot@orange.fr jrrichard@orange.fr christjcc@wanadoo.fr

Editorial

Il est toujours agréable de parler du printemps et de l’Assemblée Générale car c’est le point de départ d’une nouvelle année. Concernant le printemps, peut-on dire qu’il a été à l’heure ? Certainement, il a même été pressé d’enfiler ses nouveaux habits, souhaitons qu’il les conserve. Pour l’Assemblée Générale, ce fut un grand moment : la présence de Philippe Guillaud représentant la Direction Générale de la Lyonnaise de Banque ; le nombre de participants qui croit d’année en année ; le bonheur des participants, heureux de se retrouver et de discuter sans contrainte de temps. Alors, comme je le dis depuis plusieurs trimestres, il faut participer et s’engager aux côtés des équipes qui font vivre cette Amicale.

A l’an prochain pour de nouvelles aventures ! Louis CHARBONNIER

1


ARLB

Hier la Lyonnaise de Banque ….

Amicale de DIJON

Place du Bareuzai … …..

aujourd’hui le C.I.C.

BEAUNE Les Hospices

Le Bureau de Dijon

Michel FAVELIER Président d’Honneur Danielle HELIOT Présidente Anne-Marie BILLET - Bruno de GEVIGNEY Jean-Marie MICHEL - Jean-Pierre MOURON - Alain OLIVAIN Michel FAVELIER Président d’honneur

Danielle HELIOT Présidente

DANS LE RETROVISEUR BOURGUIGNON Jeudi 16 Janvier 2014 Musée et Galette Le Musée des Beaux Arts de DIJON montre son nouveau visage Un bâtiment redessiné où l’architecture ancienne est pourvue d’une extension contemporaine, le nouveau parcours du musée des Beaux-arts de Dijon accueille des œuvres du Moyen –âge et de la Renaissance. Un fonds très riche dû à l’héritage des Ducs de Bourgogne, dont les célèbres pleurants du Tombeau de Jean Sans Peur de retour de leur tournée mondiale.

Le nouveau parcours couvre la période allant du Vème au XVIème siècle.

Un des célèbres pleurants du tombeau de Jean Sans Peur de retour de la tournée mondiale .

A l’occasion des travaux de rénovation du Musée les pleurants du tombeau de Jean sans Peur ont été de 2010 à 2012 les ambassadeurs du musée et de la Bourgogne aux Etats-Unis, New York , Saint Louis, Dallas, Minneapolis, Los Angeles, San Francisco , Richmond …


La Grande salle des Tombeaux des Ducs de Bourgogne en 1827 ….

Tombeau de Jean Sans Peur au 1 er plan après rénovation en 2003

La Galerie Bellegarde nouvellement inaugurée

Tombeau de Philippe le Hardi le 16 janvier 2014 ….

Salle des tombeaux des Ducs de Bourgogne

Galette des Rois

L’assemblée à l’écoute des vœux de la Présidente

Les vœux de Jean-Luc ESTEBANEZ Directeur Régional

DANS LE PROGRAMME BOURGUIGNON 2014 -

. Jeudi 15 Mai : Invitation dans l’Yonne, au cœur de la Puisaye au château de Guédelon et ensuite au château de St-Fargeau.

-

En filigrane pour de prochaines escapades

Musée de l’automobile et de chemin de fer à Mulhouse Voyage à Reims et en Champagne -----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Section de Drôme-Ardèche Nous nous rendons ensuite, pour le déjeuner, au restaurant Yves LEYDIER à CHATEAUNEUF DE GALAURE où un excellent et copieux repas nous a été servi. Quel délice !...

Sortie d’automne en Drôme des Collines le 26 septembre 2013 Nous étions 26 personnes, à Hauterives, dans la Drôme, pour visiter le « fantastique » Palais du Facteur Cheval. Les retrouvailles sur le parking nous ont permis d’accueillir une nouvelle adhérente, Anne-Marie BERANGER, en lui souhaitant la bienvenue à l’Amicale.

Charles CABROL, décédé le 26 janvier dernier avait organisé cette visite et était présent. Personne ne pensait être avec lui pour la dernière fois, ce 26 septembre. Merci encore, Charles !

Après quelques papotages, nous nous rendons au Palais Idéal construit en une trentaine d’années par le facteur Ferdinand Cheval. Edifice surprenant de par sa dimension, sa conception et son architecture, bâti à l’aide de galets récupérés au cours de ses tournées dans la rivière « La Galaure » et de mortier comme liant. Les modelages figurant sur les murs nous transportent dans un rêve.

Charles CABROL, dans sa 78ème année, nous a quittés le 26 janvier 2014 à la suite d’une brève et violente maladie contre laquelle il était impossible de lutter. Tu as été professionnellement très apprécié durant toute ta longue carrière dans la Maison, tant par tes collègues de travail que par la clientèle. Tes dernières années actives se sont terminées par la direction de l’Agence de Tainl’Hermitage puis Valence-Hugo. Président de l’Amicale des Retraités de Valence durant plusieurs années, ta bonne humeur et ta sympathie étaient toujours au rendez-vous. Nous étions nombreux, ce 29 janvier, à t’accompagner, avec regret, et nous présentons à ton épouse et à tes enfants nos sincères condoléances. ADIEU CHARLES !

4


Section de Marseille Rencontre de l’amitié, autour du gâteau des rois et champagne, associée traditionnellement à notre loto le 30 JANVIER 2014

porte d’Aix qui tend vers la Méditerranée son bras. Le socle est décoré de quatre groupes sculptés évoquant « la source ou l’huveaune », « le torrent ou la Durance », « le fleuve ou le Rhône », et « la mer ou Amphitrite » (épouse de Poséidon, dieu des flots).

Nous nous rendons à notre rendez vous situé « Restaurant Chez la Mère Buonavista » à 20m de la Place Castellane. Nous retrouvons nos amis dont 35 ont répondu présents, malgré un temps détestable fait de pluie et de bourrasques. En traversant la place Castellane typiquement marseillaise et surtout sa fontaine Cantini nous en profitons pour vous raconter les anecdotes historiques que nous avons glanées ça et là. (1) Place Castellane Patrice Leterrier

Inauguration, le 12/11/1911, en grande pompe. Lorsque le directeur du canal fit jaillir l’eau des 500 jets de la couronne circulaire, la violence du Mistral rabattit les grandes eaux sur l’orchestre qui avait ouvert l’évènement sur la Marseillaise et l’ouverture de Guillaume TELL obligeant les 75 musiciens à déguerpir en vitesse. Refermons la page historique et allons partager, tous ensemble, notre traditionnelle galette des rois. Selon une historienne de la gastronomie, Michèle Barrière, Cette tradition remonte à une fête antique à Rome où l’on célébrait les saturnales en mangeant des gâteaux dans lesquels se trouvaient une fève. Ce rite païen fêtait le solstice d’hiver à partir duquel les jours rallongent et donc l’ouverture sur le printemps…

de

En fait, la générosité du Marquis Castellane Majastre fût à l’origine de cette place. Celui-ci donna son terrain, en 1775, l’a mis en état pour faire cette place qui allait prendre son nom. A l’origine, elle n’était équipée en son centre que par un petit lavoir où l’on imagine « les marseillaises des environs venaient cancaner en battant leurs linges ». L’aménagement sera l’œuvre du 19e siècle et la place sera terminée en 1855. Pour honorer le mariage de Napoléon 1er avec Marie Louise d’Autriche, le 1/04/1810, le Conseil Municipal décide l’édification d’un obélisque sur cette place. La naissance le 20/03/1811 du roi de Rome, fils de Napoléon 1er,allait donner un autre dédicataire. L’obélisque érigée en 1812 est dédié à l’Aiglon. Mais, au début du 20e siècle, grâce à la générosité du mécène Jules Cantini, l’obélisque fût déménagé à Mazargues et remplacé par une magnifique fontaine en marbre de Carrare dont les magnifiques pierres de taille ont été exécutées à Carrare. Le sculpteur André Allar réalisa le programme décidé par Cantini luimême. Le monument haut de 30m dominé à son sommet par une allégorie de Marseille haute de 4m admirant la perspective urbaine jusqu’à la

- « Pluie des rois, c’est blé jusqu’au toit et, dans les tonneaux, vin à flot » - « A la fête des rois, le jour croît d’un pas de roi »

Cette tradition s’est, par la suite, conjuguée avec le monde chrétien et la légende des rois-mages. Nous aimons bien marier tradition, coutume et plaisir d’être ensemble. D’autant que nous avons accueilli avec beaucoup de plaisir notre ami et président national, Louis Charbonnier. Il a découvert la pluie, le vent, croyant que dans le sud il y faisait toujours beau mais a découvert et partagé la chaleur des gens du sud et leur sympathie.

Nous avons également accueilli Jean-Jacques Deguermidjian, sous-Directeur qui a eu la

5


gentillesse de nous rendre visite. Nous avons partagé, tous ensemble, plusieurs parties de loto et les chanceux sont repartis avec de jolis lots. Il a été offert à toutes les dames une petite plante fleurie.

Nous proposons une excursion d’une journée fixée au Vendredi 6 Juin 2014 : « La Bambouseraie, le petit train des Cévennes, St Jean du Gard ». Option prise pour 25 personnes. Les courriers et mails d’information partiront vers la fin février . Après midi sympathique et grand plaisir de se retrouver.

Nous profitons de cette rencontre pour renouveler le bureau ainsi que son président Michel Avon.

Marie-Jo L’HONEN

RAPPORT MORAL D’ACTIVITES POUR 2013 En Janvier 2013, nous avons procédé à notre assemblée générale, renouvellement du Bureau et réélection de notre Président. Cette AG a été suivie de notre traditionnelle galette des rois avec comme animation un jeu de loto avec des gagnants heureux et des adhérents satisfaits d’avoir passé une après midi très agréable (35 personnes)… En Avril 2013, réunion exceptionnelle pour envisager une sortie, en attendant le projet de l’Amicale pour les 60 ans. En Novembre, nous avons réuni une quarantaine d’amis autour d’un excellent repas (foie gras, filet de bœuf aux morilles, fromage et mille feuilles) arrosé de vin rouge et rosé de notre Région. Repas animé par 4 chanteurs qui nous ont fait revivre nos années 60 dans une ambiance amicale et sympathique. Souvenirs, souvenirs… Nos adhérents ne voulaient plus partir. Nous avons profité de cette participation massive de nos adhérents (60%) afin d’effectuer un Conseil d’Administration. Nous nous sommes séparés afin de commencer à préparer la fin de l’année. :- :- :- :- :- :- :- :- :-

6


Le 6 Février 2014, 40 adhérents de la section de MONTLUCON se sont retrouvés à 11 heures au Centrhotel de MONTMARAULT afin de faire leur

Assemblée Générale 2013. Ils avaient, pour la circonstance, invité leur Président National Louis Charbonnier et son épouse que tous connaissaient du fait que M. CHARBONNIER avait travaillé à la Succursale de MONTLUCON pendant un certain nombre d’années. Par le fait, tous étaient très heureux de se retrouver.

Ensuite Jean Claude Picaud donne lecture du compte rendu moral 2013 qui est adopté à l’unanimité. Puis, c’est au tour de Michel MOSNIER de faire le bilan financier de notre section qui a été approuvé à l’unanimité.

Mme LEPINE prend tout d’abord la parole afin de remercier M CHARBONNIER et l’assistance de leur présence et de faire un tour d’horizon sur le passé et l’avenir de notre section. Nous avons accueilli Catherine AUCHAPT qui vient tout juste de quitter le service actif. Ensuite nous donnons la parole à Louis CHARBONNIER qui rappelle le but de l’Amicale et invite l’assistance à se mobiliser et à nous aider pour le fonctionnement de notre section. Il en profite pour inviter nos adhérents à se déplacer à LYON pour L’Assemblée Générale du 14 mars.

Nous avons profité de ce rendez vous pour trouver des volontaires mais cela est difficile. Nous avons quand même eu l’impression que deux ou trois petites voix avaient répondu. La suite nous le dira. Puis nous avons fait le tour d’horizon des prochaines sorties que nous pourrions prévoir. Pour notre part, nous avons proposé la visite d’AUBUSSON et celle du MUPOP à MONTLUCON ; projet à étudier. M. GERBAUD m’a rappelé le lendemain pour proposer : Nohant, La Chatre, Neuvy St Sépulcre, Noirlac, Meillant, BOUSSAC, LAVAUFRANCHE LES PIERRES JAUMATRES, TOUL STE CROIX, GUEDELON, PONT CANAL DE BRIARE, SAINT BENOIT SUR LOIRE… La réunion s’est terminée vers 12 heures et nous avons ensuite rejoint le restaurant où nous attendait notre repas qui a été apprécié de tous. L’ambiance, comme d’habitude était excellente. Puis vers 16 Heures, chacun est reparti vers son domicile. Je pense que tous ont passé une bonne journée.

Laurine LEPINE

7


RAPPORT MORAL 2013 En janvier, c’est par un repas LE 24 JANVIER, au LION D’OR A ESTIVAREILLES que nous avons débuté l’année avec une bonne participation de 32 personnes. A l’apéritif, Nous en avons profité pour faire notre Assemblée générale 2012 et accueillir deux nouveaux adhérents : Jean Paul BUISSON ET Thierry THARET. Comme d’habitude l’ambiance était chaleureuse, le repas excellent -22 mars participation à l’Assemblée Générale de l’ARLB à LYON de Jean Claude PICAUD et Laurine LEPINE - nous avons un nouvel adhérent Michel MAURIN de CLERMONT FD - 7 juin : Escapade en Berry avec la Visite guidée de la Ville de BOURGES , 22 participants : la Cathédrale St Etienne, classée au Patrimoine de l’Unesco, puis visite de la Cité Médiévale en petit train, après le déjeuner le Palais Jacques Cœur, puis pour terminer la visite du MARAIS et pour finir notre journée le pot de l’amitié. - 18 octobre, VULCANIA où 18 personnes se sont retrouvées à 10 heures pour une visite guidée du site. A midi, petite pose déjeuner : repas auvergnat puis reprise de la visite. Très bonne journée très enrichissante. - 20 octobre : participation de Madame LEPINE à la réunion des Présidents à LYON. - 15 décembre : envoi à tous les adhérents des Vœux de Noël. - prévision d’un repas, le 6 Février, à MONTMARAULT pour se retrouver et faire notre Assemblée Générale 2013.

8


Section de Nîmes Repas de Noël 2013 C'est le vendredi 13 décembre que nous nous sommes retrouvés dans notre restaurant fétiche du Petit Bec, au cœur de Nîmes. Malgré quelques petites ''grippettes'' qui sévissaient alors, une grosse quarantaine de membres avait répondu à l'invitation. Après l'apéritif de bienvenue, nous nous installerons autour d'une bonne table où les différents mets proposés régaleront nos papilles.

Loto annuel Comme le veut la tradition, il s'est déroulé au mois de février. Personne ne laissera à son voisin le plaisir de pouvoir crier ''Quine'' à sa place, et les gagnants partirons les bras chargés des différents lots proposés aux heureux vainqueurs du moment. Gâteaux et biscuits arrosés de quelques coupettes de Crémant (afin de ne pas repartir avec la soif...) mettront fin aux travaux de notre assemblée.

Nous terminerons cet agréable moment en sablant le champagne et papoterons, ensuite, jusqu'à une heure avancée de l'après-midi.

Assemblée Générale de l'Amicale Elle s'est tenue le jeudi 16 janvier dans notre salle de réunion habituelle. Après avoir présenté ses vœux à l'ensemble des membres présents, le Président passera la parole tour à tour au secrétaire pour le compte rendu de nos activités de l'année 2013, puis au trésorier qui commentera ensuite le détail de nos finances. Une fois faite, l'Assemblée reconduira le bureau actuel dans son intégralité pour ensuite partager la galette des Rois qui ne laissera personne indifférent...

Thierry ALLEN

9


Section de Roanne appartement, deux métiers à tisser qui, en été, les portes ouvertes, faisaient un bruit infernal.

Une journée bien remplie concoctée par notre ami Bernard de Mars

Au cours de cette exposition je jetai un œil négligent sur une photo des ouvriers et ouvrières d’une usine de tissage, de 1959. Quelle ne fut pas ma surprise de reconnaître ma grand-mère, sur la photo, dont j’ai pu, par la suite, récupérer une photocopie. Et je me suis remémoré, alors, sa situation à l’époque. J’avais eu l’occasion une ou deux fois de lui rendre visite dans son atelier qui comprenait environ 50 ou 60 machines qui tissaient en même temps. Elle s’occupait de 8 machines en même temps. Imaginez le bruit, alors qu’à l‘époque, les ouvrières n’avaient aucune protection. D’ailleurs, ma grand-mère a fini sourde, ce qui n’est pas étonnant

Rendez vous le 20 juin 2013 à 10 heures à Charlieu. A 10h15, nous nous rendons à l’entrée du musée de la Soierie. Pour les régionaux de l’étape, ce musée était déjà connu, mais certains le découvraient ainsi que toute la technique de la soierie. Partant des écheveaux, nous avons découvert le bobinage puis l’ourdissage, le dressage et ensuite la préparation et le tissage proprement dit par la technique simple du chaîne et trame.

Nous avons ensuite pu apprécier un métier plus moderne, à jet d’air. Des essais de métiers à jet d’eau ont été tentés mais ensuite abandonnés pour cause de problèmes d’humidité sur les fils. Nous avons pu apprécier, aussi, un métier Jacquard avec les cartes perforées afin de tisser des dessins. Au cours des décennies, depuis les années 60, de nombreuses entreprises ont disparu et seules 5 d’entre elles subsistent en travaillant pour l’industrie du luxe, grands couturiers et ameublement haut-de-gamme. Tous les matériels présents sont en parfait état de marche et nous avons eu droit à une démonstration du métier à tisser, le fameux «bistanclaque», bruit fait par les ressorts lors de l’envoi de la navette. Notre démonstratrice s’est munie, pour l’occasion, de boules QUIES tellement le bruit est assourdissant.

La ville de Charlieu possède une des très rares confréries existant encore en France : « la corporation des tisserands » dont l’origine remonte au moyen-âge et qui célèbre, le premier dimanche de septembre, une fête mi-religieuse mi-païenne.

A midi, nous nous rendons au restaurant Fargeton, place de la Bouverie où nous attendait le menu suivant : Kir de Bienvenue ; salade norvégienne au saumon fumé maison ; rosace de faux filet ; côte Roannaise ; fromage blanc fermier à la crème ; dessert maison ; café ; vin. L’après-midi, à 16h, nous avions rendez-vous à la Brasserie du Sornin, petite brasserie artisanale. Nous sommes accueillis par la famille Patay qui est installée depuis 1982 à Pouilly-sous-Charlieu par le rachat de l’entreprise MACHURON, négoce de boissons et combustibles (entre autres, charbon… cela ne s’invente pas !!!)

Pour être natif de Charlieu j’ai bien connu l’époque des années 60 où, dans la rue des Moulins, il existait des personnes d’un certain âge ayant, dans leur petit

10


diffusion des produits est très large allant de magasins de luxe à la grande distribution. Nous avons ensuite eu droit à une dégustation de bières afin de se faire une idée sur les différentes subtilités afin que chacun puisse faire des achats.

En 1985, ils déménagent dans un bâtiment neuf de 700m2 avec un appartement à l’étage. En 1998, ils installent leur première brasserie et en 2005, installation d’une unité de conditionnement automatique. Fin 2011, extension de 600m2 couverts pour le stockage suite à l’augmentation des volumes.

Merci à la Famille Patay de cet accueil dont les parents et les 4 enfants travaillent ensemble.

Puis, Mr Patay nous explique le déroulement de la fabrication des diverses bières produites, environ 20 sortes dont la Charliendine, la SORNIN, BAYA, Cluny, Egyptienne, PERLE VERTE (à base de lentille du puy) ainsi que la fabrication de 4 limonades (dont 3 aromatisées) et 1 Cola. La

André DAUVERGNE Secrétaire section de Roanne

________________________________________________________________________ AMICALE DES RETRAITES

Roanne le 12/01/2014

LYONNAISE DE BANQUE SECTION DE ROANNE NECROLOGIE de MAURICE GARDET

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de notre ami Maurice Gardet survenu le 30 octobre 2013 à l’âge de 92 ans. Il fut très longtemps le Président et la cheville ouvrière de notre amicale. Homme d’une grande culture et d’une extrême gentillesse, il s’intéressait à beaucoup de choses . Il faisait partie de nombreuses associations et, en particulier, s’était beaucoup investi dans la restauration de la chapelle de Saint Nicolas des Biefs. Il fut, pendant un certain temps aussi, accompagnateur et guide dans des organismes de voyage. Pendant son activité professionnelle il œuvrait dans le service titres et j’ai découvert à ses côtés pendant 2 ans les arcanes de la bourse. C’était l’époque où l’on transmettait les ordres de bourse par téléphone et on effectuait, à la main, les différentes opérations : tenue de compte avec les agents de

changes, rapprochement des titres, établissement des virements SICOVAM, paiement des coupons… enfin tout une époque où les transactions boursières s’effectuaient à la Corbeille. Cela a bien changé depuis !

C’était aussi un grand spécialiste de « jaunets » comme il aimait à le dire. Il laissera dans nos cœurs un excellent souvenir et aussi un grand vide André Dauvergne Secrétaire section de Roanne

11


Section de St Etienne mouvement de contestation mené par 2 dissidents (André et Antoine) a jeté un grand trouble au sein d'une assemblée dont le déroulement était plus que paisible.

Notre AG s'est déroulée dans une ambiance chaleureuse avec l'heureuse présence de notre président national Louis CHARBONNIER qui dans le cadre d'échanges entre les différentes sections a répondu présent à l'invitation de Marc FOLLEAS.

Heureusement, Félicien, comme à son ordinaire, a "tenté" de calmer l'échauffourée en rappelant à juste titre que comme l'avait si bien écrit le poète : "La femme est l'avenir de l'homme" (il s'est avéré que les 2 trublions, après concertation, étaient intervenus simplement pour mettre de l'ambiance au sein de l'AG dont certains adhérents bien calés sur leurs sièges commençaient à "ronronner doucettement"). La nouvelle présidente Nicole GRAIL qui avait déjà bien avancé sur le sujet déroula une série de propositions sous forme de sorties-loisirs plutôt ciblées sur de courtes périodes, 2/3 jours, afin de répondre à l'attente de la majorité des adhérents au nombre de 60 actuellement dont 9 candidats libres hors LB. Il faut souligner que ce nombre se maintient difficilement à ce seuil et que le bureau peine à trouver de nouveaux entrants. La présidente demande à chacun et chacune d'essayer de contacter ceux qui partent en retraite

Nous nous sommes retrouvés, une quarantaine d'adhérents, autour d'une table sympathique du restaurant ‘’Le GOLF’’ à déguster un menu de choix, "chaleureusement arrosé". L'assemblée Générale post-déjeuner a démarré avec un bref historique de notre président sortant, Marc FOLLEAS, qui, il faut le souligner, s'est beaucoup investi tout au long de ses 7 années qu'a duré son mandat et qui a mérité les "chaleureux" applaudissements de l'assemblée. Par ailleurs, notre fidèle trésorier, depuis 25 ans, Maurice SOLLE, ayant souhaité ne pas renouveler son mandat, l'AG se devait d'élire 2 nouveaux candidats : Il faut bien dire que les candidatures spontanées n'ont pas été nombreuses, 2 adhérents en la personne de Nicole GRAIL pour la présidence et Marc FORISSIER pour la trésorerie se sont manifestés. Nous pensions qu'il ne restait plus qu' à entériner les 2 postulants par un vote de l'AG mais au

Mr Louis CHARBONNIER clôtura la séance, en rappelant l'importance de se rapprocher les uns les autres via nos sections respectives et d'essayer de mettre en commun quelques activités (sorties loisirs comme la Fête de Noël à Strasbourg qui est programmée pour décembre 2014 ou des sorties randos comme celle du Bessat du 14/1 que nous avons partagée avec nos amis Lyonnais). Au seuil de cette nouvelle année, Nous invitons tous les retraités adhérents ou futurs adhérents à venir se joindre à nous et à partager tout au long de l'année, quelques bons moments. Dans une société très consumériste et individualiste, il nous faut essayer de garder du lien car c'est toute une mémoire qui se perpétue à travers ce dernier.

moment de conforter dans sa demande et d'élire la nouvelle présidente (seule et unique candidate) un

Serge MONTERO

12


Assemblée Générale 14 mars 2014 Notre raison sociale : « Amicale des Retraités de la Lyonnaise de Banque », est la preuve de notre attachement à la Lyonnaise de Banque. C’est avec un grand plaisir que nous accueillons Philippe Guillaud Directeur Central à la Direction Générale de la Lyonnaise de Banque. Il a résumé ce qu’a été l’année pour le Groupe CM11-CIC. ainsi que les orientations pour l’avenir. Le groupe CM11-CIC est un des établissements bancaires les plus solides sur le plan européen, il est en évolution constante, notamment dans les services. Si je crois les remontées et c’est le cas, la présence de Philippe Guillaud a été unanimement appréciée, qu’il en soit vivement remercié.

L’ARLB a pour but de créer des liens d’amitié, de solidarité entre retraités. L’ARLB couvre le réseau de la Lyonnaise de Banque. 12 sections se partagent ce territoire, elles sont calquées sur les anciennes succursales, Montluçon, Grenoble, Le Puy. Le nombre d’adhérents est de l’ordre de 1190. Lyon représente 41% des effectifs, à l’opposé Le Puy est la plus petite section avec 35 personnes. On peut parler de stabilisation positive entre 2007 et 2013 avec une tendance au rajeunissement, due au recrutement constant. Trois instances de gouvernance : · Les sections qui élisent leur bureau et leur président. · Le Conseil de Gestion dont sont membres d’office les présidents de sections. · Le bureau National proposé par le conseil de gestion et élu par l’Assemblée Générale. Rapport moral L’année 2013 a été riche : • Une réunion des présidents, automne 2013. • Tous les comptes des sections sont rattachés au compte pivot. • Gazette, les articles sont de plus en plus nombreux. • Enrichissement permanent du site Internet • Point très important l’élection d’un vice-président en la personne de Michel Avon, président de la section de Marseille. Il nous a paru normal de rechercher pour ce poste un non lyonnais. Rapport Financier 2013, quitus voté à l’unanimité Cotisations : 26.201 Dotation CE : 10.000 Produits financiers : 1.075

Dotations : 29.091 Frais fonct : 427 Frais déplacts : 2.184 Frais assemblée : 1.400 Assurance : 167 Impôts : 247 Résultat positif 2013

Total: • •

37.276

Disponible : Caisse solidarité:

3.760 37.276

25.138,75 14.000,00 (compte distinct)

Ces comptes ont été vérifiés par Mrs Roger Montagnon et Marcel Tardy

13


14


BULLETIN D'ADH ÉSION ARLB A retourner complété et signé

_________ Je soussigné(e), Né(e) le : Adresse complète : Tél. Fixe : Courriel :

Tél. Portable :

Souhaite adhérer à l’Amicale des Retraités de la Lyonnaise de Banque section de ____________ ____________________________________________ Cotisation annuelle : 23 Euros prélevés chaque année en janvier. Pour cette première adhésion joindre un chèque » Pour l’avenir je vous autorise à prélever le montant de celle-ci sur mon compte : N° _____________________________________ agence de ___________________ Ci-joint : - R I B A__________________ le______________ Signature

15


ILS NOUS ONT QUITTES

GROSMAITRE Andrée DESBOIS Gérard TRECZ Jean-Claude BASTIAN Louis CABROL Charles SIFFREDI Armand CLAUDIN Anne-Marie PUVILLAND Philippe CLERC Suzanne PELISSIER Lucien

09/04/1921 09/12/1942 20/03/1945 27/06/1925 21/05/1936 25/06/1937 16/11/1945 05/10/1926 30/08/1924 30/06/1925

Rhône Rhône Toulon Rhône Vallée du Rhône Provence Rhône Rhône Rhône Rhône

05/12/2013 12/01/2014 20/01/2014 18/01/2014 26/01/2014 20/12/2013 09/02/2014 11/02/2014 22/02/2014 14/02/2014

Nos pensées vont vers eux et leurs familles à qui nous transmettons nos condoléances les plus sincères

16


AMICALE DES RETRAITES LYONNAISE DE BANQUE

LA GAZETTE DE LA SECTION DE LYON

ème

2

trimestre 2014 / avril, mai, juin

Bureau de Lyon : Louis Charbonnier - Jean Claude Christophe - Nicole Cugnet Laurence Danna - Jean-Claude Garel Lucette Grumel – Alain Guastini - Mireille Jannon - Danielle Pillot - Gérard Platon

Le 14 mars 2014, vous avez été très nombreux à participer à notre Assemblée Générale. Votre présence nous conforte dans notre envie de vous proposer encore des découvertes de nouveaux lieux où vous ne seriez peut-être pas allés seuls, ainsi que de nouvelles activités. Les membres du Bureau, ainsi que les participants aux commissions ne manquent pas d’imagination ! Je voudrais vous rappeler l’importance de votre présence à nos Rencontres Amicales du premier vendredi du mois. Certaines activités nous demandent une réaction rapide, aussi nous n’avons pas toujours la possibilité d’attendre la parution de la Gazette pour prendre les inscriptions. C’est ce qui nous est arrivé pour un week-end de 4 jours à Londres, du 19 au 22 septembre. Quand nous disposons de votre adresse de messagerie, nous passons un message, mais ce n’est pas toujours possible. Nous sommes également limités par le nombre de participants lors des visites avec guides et, éventuellement, par la capacité du car. Quand le nombre est atteint, nous essayons d’organiser une 2ème visite si la liste d’attente le permet. C’est pourquoi, si vous le pouvez, venez ! Alors qu’il y a quelques jours, nous étions en plein début d’été, au moment où je rédige ce petit texte, c’est un temps de fin d’hiver. Nous nous retrouverons le 11 avril pour fêter, peut-être enfin, le printemps !

Alors, à très bientôt ! Laurence DANNA

17


LA VIE DE L’AMICALE Adresses – Amicale des Retraités de la Lyonnaise de Banque, section de Lyon (Chez CIC–LB), 8 rue de la République, 69001 Lyon. Internet : http://christjcc.magix.net/public/ Rencontres amicales et manifestations : 8, rue HENON, 69004 LYON Les membres du bureau et comment les joindre Laurence Danna, présidente, tél. 0472368272 / 0617854725, danna.laurence@neuf.fr Louis Charbonnier, vice-président, Trésorier-adjoint, voyages longs, tél. 0478446854 / 0684809094 louis.charbonnier2@orange.fr Jean Claude Christophe, secrétaire, tél. 0960061012 / 0633570589, christjcc@orange.fr Nicole Cugnet, trésorière, tél. 0478345129 / 0614659576, nicolecugnet@sfr.fr Jean-Claude Garel, animations / relations ALCR. tél. 0472271728 / 0606829230, jeanclaude.garel@dbmail.com Lucette Grumel, tél. 0478854304, 0622537945 visites/culture/spectacles, lucette.grumel@numericable.fr Alain Guastini, tél 0478254438 / 0608020782, randonnées, alain.guastini@dartybox.com Mireille Jannon, tél. 0478594636 / 0686997605, r.jannon@orange.fr Danielle Pillot, relations avec nos anciens, tél. 0478752575, danielle.pillot@neuf.fr Gérard Platon, secr. adjoint / randonnées, tél. 0478256760 / 0684057621, gerard.platon0629@orange.fr

Ils sont attentifs à l’écoute de notre conférencier Bruno BENOÎT…

18


COUP D’ŒIL DANS LE RETROVISEUR LOTO du 17 Janvier Ce fut un après-midi bien rempli, très gai et convivial, que nous renouvellerons en 2015.

Ce loto 2014 fut un bon cru avec une participation importante (mais elle peut l’être encore plus). Nous avons compté parmi nous le président de l’ALCR qui nous héberge lors de nos manifestations ainsi que quelques-uns de leurs adhérents, ce dont nous les remercions.

Lucette Grumel

MEMORIAL JEAN MOULIN 23 Janvier 2014 Bien que connaissant un peu – en tant que lyonnais – l’histoire de Jean Moulin, la visite de la maison du Dr Dugoujon désormais appelée : « MEMORIAL JEAN MOULIN » nous a permis de découvrir certains détails qui, pour ma part, m’étaient inconnus. L’arrestation du Général Delestraint « Vidal », chef de l’armée secrète, le 9 juin 1943 à Paris, contraint Jean Moulin à prendre des mesures pour pourvoir à son remplacement, au plus vite, et réorganiser le fonctionnement de cette armée ; c’était l’objet de la réunion de Caluire. Jean Moulin confie, à André Lassagne, le choix du lieu de réunion, une bâtisse construite au XIXème siècle et louée par le Dr Frédéric Dugoujon, à Caluire et Cuire, au nord de Lyon.

Le tirage des numéros était trop rapide pour certains, trop lent pour ceux qui avaient hâte de crier « quine » ou « carton plein ». La sortie du n° 69 a eu beaucoup de succès (bien sûr c’est le n° de notre département ah ah !!!)

Des papillotes, rescapées du tirage des rois, ont donné du tonus aux participants et comme d’habitude il y eu des gagnants et des perdants, les derniers ne tenant pas rigueur aux chanceux. Et, si les animatrices « épuisées et ravies » n’y avaient mis fin par l’incontournable « loto corse », à quelle heure se serait terminé ce loto ?

Ce jour-là, le 21 juin 1943, peu de temps après l’arrivée des participants, une dizaine d’hommes commandés par Klaus Barbie, chef de la Gestapo de

19


des commentaires post-conférence, que le surréalisme, ce mode non rationnel d'expression, leur a été un peu plus accessible. Car le monde de Dali, à la technique méticuleuse et "léchée", est bien celui du rêve et de l'obsession avec tout ce que cela comporte de saugrenu, engendrant quelquefois, malaise ou rire…

Lyon, investissent les lieux et arrêtent toutes les personnes présentes « André Lassagne, le Colonel Albert Lacaze, Frédéric Dugoujon, Raymond Aubrac, le Colonel Emile Schwarzfeld, Bruno Larat, René Hardy, Henri Aubry et Jean Moulin qui, lui, se trouvait dans la salle d’attente ». Elles sont emmenées à l’Ecole de Santé Militaire, avenue Berthelot, siège de la Gestapo, puis transférées au fort Montluc avant d’être déportées. Jean Moulin est torturé et meurt à Metz au cours de son transfert en Allemagne. Dans ce mémorial, le contexte historique est mis en scène par un film présentant le préfet Moulin - l’homme - les conditions de sa lutte de Chartres à Caluire, l’exemplarité du patriote et du républicain dans la mission REX. L’ensemble est développé dans une frise chronologique illustrée, simple, qui fixe et insiste sur les repères fondamentaux (dates, hommes et lieux) jusqu’au procès de Klaus Barbie en 1987.

Encore merci Janine ! Ramène-nous vite ce conférencier, qui a plus d'une corde à son arc, même si, ce jour là, personne ne l'a trouvé tendu. Jean-Claude GAREL

Lucette Grumel

LYON de la Révolution à nos jours

Conférence Dali à la Croix-Rousse

Lyon a la réputation d’être une ville mystérieuse, où l’on se promène dans les traboules, où l’on épie son voisin derrière des longs stores de bois ; où l’Eglise représentée par le Primats des Gaules a toujours de l’influence, tout cela enveloppé de brouillard les jours d’hiver. Cet après midi du 14 février, la salle de l’ALCR s’est transformée en amphithéâtre. Pas de chahut, des étudiants attentifs, prêts à voyager dans le roman de notre ville de Lyon. Avec Bruno Benoît ses connaissances et son humour, nous avons pris le chemin de l’Histoire…

Ce vendredi 7 février 2014, jour de Rencontre Amicale et grâce à Janine Defilippis, un conférencier est venu nous parler de Salvador Dali et de son œuvre.

Pour beaucoup de nos participants, ce dernier était une énigme. Et, bien que le caractère délirant de l'imagination de Dali et l'extravagance de ses thèmes en ait surpris plus d'un, on peut supposer, au vu

20


de Marat qui règne en tyran sur la ville. Il sera emprisonné et exécuté en juillet 1793. Elle a sur son livre d’or des visiteurs illustres entre autres François 1er… Napoléon lance son slogan : «Lyonnais je vous aime». Plusieurs visites et rencontres avec les édiles, il relance l’industrie du textile après des années de marasme économique ; avec des commandes de km de soie pour parer ses résidences. N’oublions pas les évènements tristement célèbres: l’assassinat du Président SadiCarnot en 1894 par Caserio, l’occupation en 1942 et le drapeau nazi qui flotte au balcon de l’Hôtel de Ville, Lyon capitale de la Résistance avec un mort sur le pont Lafayette lors des évènements de mai 1968.

De la fondation de Lugdunum, en 43 av JC, par Lucius Munatius Plancus, aux tout nouveaux quartiers de la Part-Dieu ou de Confluence, visiter tout l’historique de cette ville bimillénaire en trois heures était une gageure. Alors pour comprendre la place de Lyon dans le pays, analyser les évènements qui ont influencé son destin, nous sommes devenus les spectateurs d’un théâtre où apparaissent les silhouettes de personnages illustres avec de gros zooms détaillant pour chacun la trace dans le sillon de nos mémoires.

Au fil de l’histoire, nous croisons des hommes célèbres avec un éclairage nouveau sur leur véritable rôle : Lafayette l’homme qui est fêté aux USA pour son aide providentielle à leur liberté… Un homme qui a une responsabilité méconnue dans l’arrestation de Louis XVI, un homme que Marie-Antoinette n’appréciait pas du tout, intuition féminine peut être ? Jusqu’à l’époque actuelle, chaque maire a laissé des traces, quelle que soit sa couleur politique. Edouard Herriot, maire rassembleur, instaure la Foire de Lyon qui donne une notoriété internationale à la ville, Louis Pradel urbanise la ville, Francisque Collomb, Michel Noir, Raymond Barre, Gérard Collomb en créant la Fête des Lumières ont, tous, contribués au rayonnement actuel de Lyon, grande métropole.

Le cœur de Lyon : la presqu’ile, le quartier St Jean, la Guillotière et son pont le plus vieux de la ville lié à de nombreux personnages et évènements historiques, les collines de Fourvière et de la CroixRousse, deux fleuves… Les Brotteaux, Perrache et autres quartiers plus récents, Montchat. Que d’anecdotes à entendre.

Un coup de pouce pour transformer la notoriété nationale en notoriété mondiale : la nomination au patrimoine de l’Unesco… Nous ne sommes plus seulement la ville du « tunnel » mais aussi une ville que l’on visite, où l’on aime s’arrêter, découvrir le charme de ses sympathiques «bouchons », ses quartiers Renaissance ou Moderne, se promener au Parc de la Tête-d’Or, découvrir sa plaine africaine, ou s’enivrer des parfums de la roseraie,

Les octrois du pont de la Guillotière, ses pendus à l’entrée de la ville lors des révolutions, donnent une image terrible de notre ville. Les jours d’exécution place des Terreaux, la révolte des Canuts, les fusillés de la Révolution, tous ces évènements teintent de rouge le nom de la ville ; accentués par les années Chalier, un fanatique fou, sanguinaire, admirateur

21


-

chercher ses ‘’murs peints’’ et dire bonjour à notre ami Guignol en partageant avec lui un des fameux mâchons. Lyon n’est-elle pas aussi capitale de la gastronomie ?

-

Mireille JANNON

En août 1894, celui de Santo Jeronimo Caserio qui avait assassiné le 24 Juin le président Sadi Carnot. De mai à Juillet 1987, celui de Klaus Barbie, pour crimes contre l’humanité.

L’actuel palais de justice conçu par LouisPierre Baltard (père du Baltard des Halles), en 1835, aujourd’hui classé monument historique, verra sa construction s’achever en 1842, en pleine monarchie de Juillet. L’architecte l’a imaginé dans ses moindres détails, jusque dans son mobilier. Ces 24 colonnes corinthiennes correspondent en fait aux 24 heures de la journée. La façade située à l’est est frappée par les rayons du soleil, emprisonnant le jour qui s’écoule au rythme de la colonnade en suivant le cours de la Saône.

PALAIS DE JUSTICE vendredi 21 Février

La justice est rendue, sur ce lieu, depuis le XIème siècle. Entre le XIème et le XIVème, il s’agissait d’une justice cléricale, l’archevêque étant alors le seigneur de la ville siégeant à côté de la primatiale Saint Jean. La justice s’était installée dans la « maison de Roanne » du nom des deux chanoines, Héraclius de Roanne puis Guillaume de Roanne qui la possédèrent, d’où les noms de Palais, de Prison et de Place de Roanne qui furent donnés à ces lieux jusqu’au XIXème siècle. A partir de 1312 (rattachement de Lyon au Royaume de France), et jusqu’à la Révolution, c’est la justice royale qui est rendue ici, la justice ordinaire locale et commerciale du Consulat étant rendue à l’Hôtel de Ville. En 1622, un terrible incendie ruine le palais de Roanne et déjà de nombreux projets de construction d’un nouveau palais de Justice voient le jour. L’affaire traine en longueur par manque de moyens et, finalement, palais et prison sont reconstruits sur leur emprise entre 1630 et 1643 (palais de justice au sud, prison au nord).

A l’origine, la salle des pas-perdus était ouverte sur l’extérieur. C’est seulement après la livraison du bâtiment qu’elle fût close par l’actuelle porte à tambour. La salle des assises ne pouvant accueillir de grands procès publics, la salle des pasperdus a été transformée, en certaines occasions, en salle d’audience comme ce fut le cas pour le procès de Klaus Barbie en 1987. Sur le tympan ouest de la salle des pasperdus, un bas-relief sculpté en 1862 par Guillaume Bonnet représente le crime trainé aux pieds de la justice. Celle-ci juchée sur son trône en majesté rend son verdict. Elle tient dans sa main droite la main de justice qui désigne les victimes, en opposition sa main gauche tournée vers les criminels. On peut apercevoir un enfant mort et un enfant coupé en deux qui renvoient au jugement de Salomon.

Quelques procès célèbres : - En septembre 1642, celui de CinqMars et de Thou, accusés par Richelieu d’avoir comploté avec l’Espagne contre Louis XIII.

22


Une impressionnante porte de noyer marque l’entrée de la salle des assises (interdite ce jour-là) on y accède par un escalier de 13 marches scrutés par l’œil de Caïn qui, ayant assassiné son frère Abel, par jalousie, devient le 1er meurtrier de l’humanité. Les faisceaux de licteur (on peut les voir à la fois sur la façade en pierre et sur la porte de la salle des assises), les haches sont surmontées de trois têtes d’animaux, le chien, l’aigle et le lion, qui réaffirment la garde, la vigilance et la force.

La tête de lion (dans la mythologie grécoromaine, le lion fait figure de gardien), semble veiller sur l’entrée du palais et de la salle des assises symbolisant la force de la justice implacable. Le lion est aussi l’emblème de la cité de Lyon et peut être accompagné de la balance de la justice. Nous avons fait une visite de l’entrée du palais par où sont amenés les prisonniers et qui permet aux voitures d’entrer par une rue et de ressortir de l’autre côté, évitant ainsi de faire un demi tour à l’intérieur du palais, permettant aussi une plus grande sécurité.

L’architecte Baltard aimait particulièrement les végétaux et, plus généralement, l’évocation de la nature, aussi le palais de justice est tout entier rempli de motifs floraux qui se retrouvent latéralement sur les bancs du public dans la salle des assises ; la « floraison » des bancs se retrouve sur celui des accusés où la fleur se transforme en symbole. Avec ses quatre pétales on peut supposer qu’il s’agit d’un trèfle à quatre feuilles, clin d’œil à la chance. Equité également puisqu’on retrouve le même symbole au niveau de la partie civile, symboliquement les adversaires sont égaux au cours du procès. On peut y voir aussi une croix qui place les deux parties devant la justice divine, capable de faire éclater la vérité. Sur une magnifique toile peinte se superposent, dans un cercle, les symboles de la justice. A la base, fleurit un rameau d’olivier sur lequel s’entrecroisent le sceptre (attribut du pouvoir royal de LouisPhilippe) et la main de justice. La balance de la justice, quant à elle, présente deux plateaux égaux et est traversée à la verticale par l’épée flamboyante, lien surnaturel entre l’esprit de l’homme et l’esprit divin. L’ensemble forme un tout qui, selon l’ésotérisme hindou, marque l’accès de l’homme à la conscience universelle.

Lucette Grumel

Visite Couvent de la Tourette du lundi 3 Mars Le couvent Sainte-Marie de La Tourette se situe dans la commune d'Éveux, près de L’Arbresle, à l’ouest de Lyon.

Répondant à l'invitation du Révérend Père Couturier, du chapitre provincial des dominicains de Lyon, Le Corbusier a élaboré ce projet suivant les préceptes de la communauté à partir de 1953. Il y met en œuvre les 5 points de l'architecture moderne et les proportions du Modulor (permettre, selon lui, un confort maximal dans les relations entre l'homme et son espace vital).

23


très vite par l'oublier et ne plus y prêter attention. Le Corbusier a ainsi eu l'idée de ces "fleurs" afin que, pour pouvoir voir le paysage, le passant soit obligé de se pencher à la fenêtre, et ainsi fasse plus attention au paysage.

Le chantier, débuté en 1956, est confronté à des difficultés de financement. Il est finalement inauguré en octobre 1960. Le couvent fait aujourd’hui l’objet d’un classement au titre des monuments historiques. Grâce à deux mécènes, Spie Batignolles et Velux, le couvent a été fermé en 2006 pour des travaux de restauration. Il a rouvert ses portes en 2010, aux visiteurs et aux moines. L'ensemble conventuel comporte une église, un cloître, une salle de chapitre, des salles de cours, une bibliothèque, un réfectoire, des parloirs, des cuisines et une centaine de cellules individuelles, tout en béton armé brut de décoffrage. La conception est le fruit d'une collaboration étroite de Le Corbusier avec son associé André Wogenscky. Le compositeur et architecte, Iannis Xenakis, s'est particulièrement impliqué dans la création harmonique des « pans de verre ondulatoires », vitrages verticaux sertis dans des panneaux géométriques de béton qui illuminent certaines parties telles que les galeries du cloître. L'église est détachée du reste des bâtiments, de façon à pouvoir aérer l'espace et ne pas donner de sensation d'étouffement.

Le principe hors-sol de cette construction sur pilotis, permet de conjuguer l'organisation horizontale des espaces intérieurs avec la forte déclivité du terrain. Le couvent constitue, l'un des premiers bâtiments français en forme de pyramide renversée. L'église fait l'objet d'un programme spécifique sur la lumière. Il s'agit d'un lieu plutôt sombre, car éclairé uniquement avec des fentes horizontales murales, l'essentiel de la lumière venant elle de la crypte (sur laquelle donne l'église). Cependant, ces fentes, parées de vitraux, ont été orientées selon la position du soleil et assurent ainsi un éclairage constant de l'intérieur. Le haut du mur de l'église orienté vers l'ouest est troué sur toute sa longueur d'une large fente, qui permet au soleil couchant d'été d'éclairer pleinement l'église et de teindre la moitié du plafond en orange. La crypte absidiole, adjacente à l'église est relativement colorée. Son élégante courbure lui donne le surnom d’oreille ou de piano. Les cellules des frères dominicains mettent en application l'optimisation d'un espace individuel minimal, adaptant le principe modulaire de Le Corbusier. Disposant d'un lit, d'un espace de toilette, d'un bureau et d'une loggia qui ouvre sur le paysage, organisant le repos, l'activité et la méditation. Le réfectoire destiné aux rassemblements nombreux favorise la communication, disposant de larges baies lumineuses intégrant le panorama à l'architecture.

On peut noter, devant les fenêtres du couvent, des "fleurs de pierre", c'est-à-dire des formations de béton dressées en face des grandes fenêtres des couloirs, comme pour en gâcher la vue. En réalité, Le Corbusier estimait que si une fenêtre donne directement sur un paysage, on finit

Pierrette RICHARD

24


ANNECY CARNAVAL VENITIEN samedi 15 mars

si claires et transparentes qu’elles éclipsent celles de la lagune de Venise.

Venise à deux heures de Lyon … Une utopie ? Mais non, nous sommes invités à la cour du Roi Carnaval qui officie pour la 18ème année, à Annecy. Après un bon repas servi chaud et rapidement, direction le Parc d’Annecy pour assister au défilé des masques et costumes. Cette festivité, dont la renommée est grandissante, attire des amateurs de beaux costumes, non seulement d’Italie mais de toutes les régions de France et d’Europe. Semblant sortir d’un livre de contes de fées, les personnages défilent le long du lac pour le bonheur des spectateurs et des photographes amateurs et professionnels. Une explosion de couleurs, une débauche de satins, de velours, de rubans, perles et tulles. Le travail de toute une année, chacun mettant un point d’honneur à réaliser son propre costume, à faire preuve de créativité. Une imagination débordante, mais quel résultat !! Des chapeaux vertigineux, des vêtements de cour d’un autre siècle, des personnages sortis tout droit d’un monde irréel, un spectacle hors du temps…

Mireille JANNON

Concours belote vendredi 21 Mars Bonne humeur et convivialité étaient, bien sûr, au rendez-vous de cette coinche de printemps. Gagnants du jour : Pierre Baron / Louis Charbonnier et le couple Marque. Cuillère de bois aux remarquables… Laurence et Madeleine.

Le défilé et les présentations terminés, le Parc ainsi que les rues de la vieille ville sont le cadre idéal pour partir à la chasse aux masques devient un véritable jeu et un plaisir pour petits et grands. Les petits ponts enjambant les canaux, les rues de la vieille ville et le cadre romantique des rives du lac deviennent des lieux aussi mythiques que la lagune de Venise…Tant pis pour l’absence des gondoles, la dentelle rose et blanche du Palais des Doges ou de la place Saint Marc, mais les eaux du lac d’Annecy sont

Jean-Claude GAREL

25


Assemblée Générale de la section de Lyon, le 14 mars 2014 Rapport moral d’activité présenté par Laurence Danna En 2013, nos activités représentent 2510 participations, soit 210 personnes de plus qu’en 2012. Voici le bilan de l’année 2013 : · Animations Les dix Rencontres Amicales… Loto, 2 belotes, 2 pétanques, repas de printemps, théâtre, conférence de Bruno Benoît sur la chapelle expiatoire, rois, bugnes, beaujolais nouveau, places de spectacle au théâtre Tête d’Or, places de cinéma. · Visites sur Lyon Musée des sapeurs-pompiers, salons de l’Hôtel de Ville, 2 x crimes et faits divers à Lyon, Chapelle expiatoire , musée des Missions Africaines, 2 x visite d’une blanchisserie industrielle, archives municipales, musée de l’aviation, formation à la généalogie. · Spectacles Tapage en coulisses, Monologues du vagin, Panique au Plazza, sur lesquels nous apportons une petite participation, ainsi que sur les chèques cinéma. · Sorties à la journée Cimenterie Vicat, grottes de la Balme, journée champêtre, journée lavande, Aventure Michelin et Clermont-Ferrand, repas de fin d’année à Lucenay. · Voyages 2 jours à Vizille et Notre Dame de la Salette, 13 jours en Norvège. · Randonnées 9 randonnées, 3 jours raquette dans le Jura, 3 jours à Notre Dame des Neiges. · Divers Balades dans le Vieux-Lyon et à Crémieu, 3 jours dans le Jura pour les Champignons.

Ce rapport moral d’activité a été adopté à l’unanimité !

26


Rapport financier La situation au 31.12.2013 est la suivante : · Recettes Dotation Cotis Adhérents libres visites Intérêts Provision à affecter

12 294,84 €

Total

·

8 211,00 € 1 572,50 € 342,00 € 1 917,37 € 251,97 €

Dépenses

Sorties 1 jour Cinéma, Théâtre Animations Réunions Bureau, papeterie,divers Voyages courts Voyages longs Adhésion FFRP Assemblée Générale Agios frais bancaires Impôts Frais payés d'avance

6 128,78 € 793,94 € 896,63 € 2 145,36 € 443,37 € 1 997,47 € 11,40 € 33,80 € 355,61 € 66,95 € 252,41 € 18,00 € 13 143,72 €

Total

848,88 €

Solde négatif exercice 2013

Conclusion de la vérification des comptes par Roger Montagnon et Marcel Tardy : Nombre important d’opérations. Nous remercions la Trésorière, le Trésorier-Adjoint et la Présidente qui ont répondu à toutes nos questions.

Le rapport financier a été adopté à l’unanimité !

27


Hier, enfin… mais il y a pas mal d’année : une lettre sortie des archives par Roger Montagnon… sans commentaire !

REGARD

SUR

DEMAIN, en synthèse

28


REGARD

SUR

DEMAIN

soyez sûrs d’être présents car nous ne pourrons pas vous remplacer. Le départ se fera à 13h30 de Bellecour (statue de St Exupery).

AEROPORT SAINT EXUPERY Mercredi 21 Mai 2014 Qui n’a jamais eu la curiosité de découvrir les coulisses d’un aéroport international ? Plonger au cœur d’un véritable lieu de vie à travers des étapes surprenantes et interactives. Comprendre la diversité d’un site aéroportuaire, ses métiers, les nombreux domaines de son activité, vous allez vivre une expérience unique.

Lucette Grumel

JOURNEE CHAMPETRE Jeudi 19 Juin 2014 Comme par deux fois déjà nous avons organisé une journée champêtre. Nous allons réitérer cette année (vu le succès des précédentes). Elle aura lieu, comme l’année dernière, au stade des marais à Jonage, à partir de 11h. En revanche, nous allons vous demander d’apporter vos couverts car nous nous sommes aperçus que les assiettes, fourchettes et couteaux en carton ou plastique n’étaient pas très pratiques (vous les remporterez sales) mais vos lave-vaisselle les attendront. Nous fournirons les verres « en plastique » pour éviter la « casse » et les assiettes « en carton » pour le fromage et le dessert, nous aurons les serviettes « en papier aussi ».

Nous vous proposons une visite guidée par un accompagnateur professionnel de l’aéroport St-Exupéry, anciennement dénommé aéroport de Lyon Satolas, situé sur les communes de Colombier-Saugnieu (majoritairement), Pusignan, Genas et Saint Bonnet de Mure.

Votre participation restera la même 20€. Lucette Grumel

Visite du Groupe LE PROGRES Mardi 14 Octobre 2014

En revanche, nous serons soumis aux mêmes règlements que pour un embarquement normal : carte d’identité, pas d’ustensiles coupants ou pointus, pas de liquide… Nous passerons tous les contrôles normaux, nous monterons dans un avion « le Tristar » stationné sur la zone de frêt. La visite durera 2h30 et sera, je pense, assez fatigante. IMPORTANT : nous devons donner une liste des participants, 15 jours avant, et celle-ci ne pourra pas être rectifiée. Aussi,

Le Progrès paraît, pour la première fois, le 12 décembre 1859, à l’initiative d’un

29


rituels initiatiques, entourée de secrets que la non-connaissance entretient.

chanoine, avant de s’étendre dans la région. Nous visiterons l’imprimerie la plus moderne d’Europe (bien sûr, la nuit à 22h30 précises).

Elle a vu le jour, en Ecosse et en Angleterre, au XVII siècle, sous forme d’association philosophique et philanthropique, créée par les corporations de bâtisseurs de cathédrales. Elle réunit, sur toute la surface du globe, des personnes qui ont pour but de travailler à leur amélioration spirituelle et morale. Les groupes fondamentaux, les loges, sont les seuls disposant du pouvoir essentiel : l’initiation des nouveaux membres. Pour postuler il faut un parrain lui-même déjà membre, un casier judiciaire vierge et un examen d’entrée suivi d’un vote des membres de la loge. Les réunions ou « tenues » se tiennent, dans des temples, présidées par le Vénérable Maître.

Les deux rotatives (650 tonnes chacune) du centre d’impression implanté avenue du Progrès, à Chassieu, impriment chaque jour 240.000 journaux répartis dans 16 éditions diffusées par le groupe Le Progrès. Les journalistes donnent le BAT (bon à tirer) de leurs pages qui sont envoyées instantanément, via le réseau informatique, au centre d’impression (900 m2). Le directeur du centre d’impression, Régis Carron, n’a qu’un objectif en tête : « livrer les journaux à l’aube chez les abonnés et les buralistes car on réalise la plupart de nos ventes entre 6h et 10h du matin. « Chaque minute compte » explique Régis Carron. Il n’hésite pas à comparer les rotatives à des Formule 1 : «ce sont des machines très complexes au niveau mécanique, elles doivent être entretenues avec minutie pour, ensuite, tout donner pendant l’impression, un laps de temps très court, c’est une performance en soi ».

Cette société a des points communs avec le compagnonnage et partage des symboles liés au bâtiment : équerre, compas, maillet, ciseau, truelle... Peu de place pour les femmes ; il faut attendre 1882 pour l’initiation de Maria Deraisme, journaliste qui fondera plus tard l’obédience mixte internationale du Droit Humain. On compte, parmi les francsmaçons célèbres, Mozart, qui dans son opéra « La Flûte Enchantée » fait usage du symbolisme de la franc-maçonnerie. Les rituels de cette Société se retrouvent chaque année : ouverture de la loge en début d’année, banquet aux solstices d’hiver et d’été et, là, nous passons aux « francs mâchons » chers à Guignol. Présentée comme une Société discrète et non secrète, les initiés aiment à dire qu’il est plus facile d‘en sortir que de d’y entrer. Chaque maçon est libre de se dévoiler, mais ne peut en dévoiler un autre vivant… alors nous sommes peut être en relation avec un Vénérable Maître en chair, un premier surveillant ou un officier qui sait ? Pour en savoir plus, rendez vous le 16 mai à 14h30, salle de l’ALCR, pour écouter Bruno BENOÎT nous conter l’histoire, avec humour, de cette organisation.

Afin de découvrir tout cela, nous vous donnons rendez-vous à Imprimerie Le Progrès, 93 avenue du Progrès, 69680 Chassieu à 22h30 précises. Se garer à proximité du poste de garde. Lucette Grumel

«LA FRANC-MAÇONNERIE» par Bruno Benoît vendredi 16 mai Durant deux heures, nous allons lever le voile et démystifier cette organisation aux

Mireille JANNON

30


PERIPHERIQUE NORD Jeudi 18 Septembre Le périphérique Nord en service depuis 1999 traverse l’agglomération, d’est en ouest, sur 10 km…

Avec ses 4 tunnels totalisant à eux seuls 6,5km de longueur, 2 viaducs, 7 portes, 2 gares de péage, le périphérique nord regroupe tous les métiers de l’exploitation d’une infrastructure routière dans un environnement dense.

Il est équipé d’un poste de commandement et de surveillance du réseau et a pour mission d’assurer la sécurité des personnels et des usagers en détectant et déclenchant les interventions adaptées aux évènements (accidents, arrêts intempestifs...), d’assurer la gestion du trafic, de contrôler le fonctionnement de l’ensemble des équipements et installations de l’ouvrage, en temps réel.

Lucette GRUMEL

Un peu d’histoire… vécue par certains membres de l’ARLB

31


Prix : 5 €

Bulletin d’inscription Nom : Prénom : Tél.

16 mai Bruno Benoît

° RV, 14h30 à l’ALCR rue Hénon

16 mai Franc-maçonnerie Bruno Benoît

19 juin

Prix : 15 €

Bulletin d’inscription Nom : Prénom : Tél. Prix : 20 €

Bulletin d’inscription Nom : Prénom : Tél.

19 juin Jonage

Marais à partir de 11h

21 mai St Exupéry

° RV au stade des

Bellecour, statue St Exupéry

Jonage

Journée Champêtre

° RV, 13h30 pl.

21 mai Aéroport St Exupéry

Prix : 5 €

Bulletin d’inscription Nom : Prénom : Tél.

18 septembre Périph. nord

° RV St Exup. Bellecour, 13h15

18 septembre Périphérique Nord

Prix : 6,50 €

Bulletin d’inscription Nom : Prénom : Tél.

14 octobre Le Progrès

° RV 22h30 devant l’entrée, 93 av du Progrès, Chassieu

14 octobre Le Progrès


Petites histoires lyonnaises… Les épousailles du Vert Galant et de la banquière. L’Hôtel de ville de Lyon, construit à partir de 1646 est l’un des monuments les plus remarquables de la cité. La façade côté place des Terreaux est ornée de la statue équestre du « bon roi » Henri placée en 1829 sous la Restauration. L’Histoire est passée par Lyon. Le roi Henri IV, né Henri de Bourbon, voit le jour le 13 décembre 1553 à Pau vicomté souveraine du Béarn. Il devient Roi de Navarre puis de France. Son souci est d’assurer une descendance à la lignée des Bourbons. Il est marié en 1572 à la légère sœur de Charles IX, Marguerite de Valois. En absence d’héritier il délaisse la reine Margot à ses excentricités, ses beuveries, ses fêtes galantes ou promenades à dos de chameaux. En 1592 la dissolution du mariage est prononcée. Il a de nombreuses maitresses comme Henriette d’Entragues ou Gabrielle d’Estrées qui lui donnera 3 enfants. Il assume le surnom de Vert Galant en déclarant même « Je fais la guerre, je fais l’amour et je bâtis ». Il pense épouser Gabrielle, mais elle meurt en 1599 à 26 ans à la naissance de son troisième bébé. Un mariage en épisodes. Le Roi regarde vers Florence la ville riche de ses banques et du mercantilisme. Marie de Médicis la fille du Grand Duc de Toscane représente un beau parti. Le 5 octobre 1600 il se marie par procuration représenté par son Grand Ecuyer et une brillante suite de gentilshommes. La reine Marie et son entourage de 300 jeunes filles vêtues de blanc illuminent cette cérémonie sous les voutes du dôme de la Cathédrale. Elle se met en route aussitôt pour rejoindre son époux. Elle embarque avec une suite de 2000 personnes sur 18 galères de Livourne pour Marseille. En évitant les raids de pirates barbaresques qui alimentent par des captures d’Européens les importants marchés aux esclaves d’Afrique du Nord. Elle se rend à Lyon. Henri est occupé par une guerre avec le Duc de Savoie. Elle devra un peu patienter pour les retrouvailles. Le 3 décembre Marie de Médicis arrive à Lyon, la cité a déployé le faste des entrées royales. La remise des clés de la ville se déroule sous un arc de triomphe éphémère mais fleuri. De riches tapisseries ornent les façades, les rues traversées par le cortège sont recouvertes de sable blanc. Les coups de feu d’arquebuse sont interdits, les gueux doivent aller mendier ailleurs. La reine, s’installe au Château de la Motte (actuel Fort Lamotte, et caserne Sergent Blandan). Sur la façade entre les deux tours une estrade est dressée. De cette plateforme richement décorée les autorités municipales constituées haranguent la souveraine se trouvant à l’intérieur dans ses appartements. (Aujourd’hui l’Olympique Lyonnais aurait présenté ses hommages). Le roi encore absent s’active. Il a négocié avec le Duc de Savoie un traité territorial. Lyon n’est plus ville frontière. On repousse les limites du royaume de vingt lieux des confins de la CroixRousse au Jura en récupérant la Bresse, le Pays de Gex, le Bugey et le Valromey. Sur la route du retour il visite sa maitresse Henriette d’Entragues qui dépitée du mariage lui déclare : « va rejoindre ta grosse banquière ! ». Le 9 décembre la Reine pour accueillir son illustre époux s’installe au Palais de l’Archevêché. En soirée elle rencontre enfin son Roi très impatient de remplir sa mission. Les jours suivants on attend la venue du représentant du Pape en provenance de Rome. Le 17 décembre 1600 une foule euphorique se presse autour de la Primatiale St Jean-Baptiste et St Etienne en bord de Saône. Cet édifice qui avait vu passer la dépouille de St Louis 33


rapportée de Tunis. La bénédiction aux époux est donnée par le Cardinal Aldobrandini légat et neveu du Souverain Pontife. Le roi de France « a fait toilette » âgé de 47 ans il s’avance arborant un pourpoint et des chausses de satin blanc à broderies d’or et de soie, sur sa cape noire brille le grand collier de ses ordres. La reine âgée de 25 ans a revêtu pour la première fois le grand manteau royal cramoisi semé de lys d’or et porte la couronne impériale Elle arbore un collier estimé à 50 000 écus d’or offert par son époux. Ce mariage rapporte une dote non négligeable de 600 000 écus d’or à la Couronne. Par ce mariage Lyon ravive les liens avec la cité de Florence représentée par une ambassade à la cérémonie. En 1469 on d��nombrait 33 établissements florentins établis dans le Vieux Lyon des banques ou des maisons de commerce bien implantées à l’exemple de la famille Gadagne encore présente. Henri IV et Marie de Médicis donnent naissance dès le 27 septembre 1601 à Louis (futur Louis XIII roi de France) et cinq autres bébés. Le roi ne cesse pas de rencontrer Henriette d’Entragues avec laquelle il a des enfants également. Le roi a une idée originale il décide de faire élever toutes ses progénitures dans une sorte de nursery royale à Saint-Germain–en-Laye proche de Paris où l’air est plus sain. Le 14 mai 1610 le Roi assassiné par François Ravaillac, laisse 16 orphelins et 5 veuves identifiées. Il se livrait encore à 57 ans à des frasques ou inconduites notoires dignes d’un DSK. Peut être en remontant votre arbre généalogique …on ne sait jamais … une pièce égarée par l’histoire peut réapparaître !. Jean-Yves LARGE

FEVRIER 2014

Château de La Motte actuellement

Statue équestre d’Henri IV

Armoiries de Florence

Documentation : Histoire de la Ville de Lyon / J.B. Montfalcon 1847 *Nouvelle Histoire de Lyon/André Steyer 1899 * Henri IV/ Jean-Pierre Babelon 1982 Fayard et…internet.

34


DES SOUS-MARINS DANS LYON… UN SUJET SAUGRENU, peut être ? Des mots évoquent des images convenues. Pour Venise apparaissent des gondoles bercées par les flots ou, pour Paris, des bateaux-mouches transportant de joyeux touristes sur la Seine. Mais, beaucoup ignorent l’origine lyonnaise de ces transports de plaisance mis en service à la fin du XIXème siècle toujours en activité. Grâce à un génial industriel Michel Félizat établi en bordure du Rhône dans le quartier de la Mouche (actuellement proche de la Halle Tony Garnier). Il éloignait ainsi les nuisances métallurgiques des beaux quartiers de Lyon. Là, sont assemblés des bateaux à vapeur, à coques métalliques propulsés par hélices, une technologie très moderne à l’époque. Il remporte avec des associés un concours pour le transport des visiteurs de l’Exposition Universelle de Paris de 1867. Chaque unité terminée est simplement nommée Mouche 1, 2, 3, etc d’où le nom de « bateaumouche ».

L A VIE LYONNAISE N’EST PAS ETRANGERE A LA NAVIGATION En mars 1940, la presse locale informe les lecteurs de la présence de trois contre-torpilleurs de poche livrés par la Grande-Bretagne à la Roumanie, amarrés quai Tilsitt en centre ville. Quelques jours plus tard, en cette période tendue de guerre prétendue drôle, on note le passage à la confluence de la Saône et du Rhône, d’un sous-marin l’ARETHUSE au nom d’une nymphe antique, un engin qualifié de poche pour ses 64m de long et 4,5m de large. Il sort des ateliers de Chalon-sur-Saône, une annexe des forges Schneider du Creusot. En Méditerranée, il fera la guerre par des missions de transports de troupes et sera retiré en 1946. Depuis 1908, 18 submersibles de ce type, élaborés par la société Schneider-Laubeuf, ont traversé Lyon en suivant le chemin conduisant à la mer. On peut retenir en 1916, une livraison destinée à la flotte nippone. Le parcours offrant un tirant d’eau parfois faible de Chalon à la mer, les ingénieurs ont mis au point un porteur, un chaland-dock plat à poupe amovible. Il mesure 89m, équipé de ballasts. Il achemine les unités par voie d’eau et esquive les piles de ponts. D’autres livraisons suivent cette route, 86 petits bâtiments en majorité de 3 m transitent par Lyon : gardes-côtes, canonnières et contre-torpilleurs. Certains sont exportés en Roumanie, Grèce, et même Pérou. La plus grosse pièce est le contre-torpilleur MANGIN de 78m.

L ES RIVES LYONNAISES EN VERRONT D’AUTRES , AU COURS DE L’ANNEE 1943 La Kriegsmarine (marine de guerre), sous l’autorité de l’Amiral Donitz, décide de renforcer la flotte allemande en méditerranée. La puissance britannique verrouille le passage des navires, depuis le rocher de Gibraltar. Berlin autorise la livraison en éléments de 27 sous-marins de poche. Ainsi, une phase de l’opération Sonnenblume (tournesol) commence. Les éléments des 9 premières unités sortent des fonderies de Kiel et de Brême et sont transportés, en février 1943, par l’axe fluvial Rhin-Rhône. Suivant les mémoires d’un officier, les barges sont amarrées en cours de route une nuit en bord de Saône un peu au nord de Lyon. Le gradé prend un repas dans une auberge à proximité pour changer de l’ordinaire du bord. Trente ans plus tard, il découvrira la notoriété du lieu, l’établissement de Paul Bocuse. Le lendemain, l’opération poursuit sa route, la flottille de 9 remorqueurs tirant 27 chalands traverse Lyon. Depuis la rive, le convoi est placé sous haute protection de la Wehrmacht. L’ensemble atteint l’arsenal de Toulon.

Janvier 2014

Jean-Yves LARGE

Ce texte a été inspiré par des extraits du livre Sujets Bateaux de Romain Charbonnier / Embarcations sur le Rhône et la Saône en région lyonnaise / Maison du fleuve Rhône Itinéraire 10.2011 et… Internet.

35


BRÉVES et INDISCRÉTIONS… retour sur l’actualité de l’été On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui... mais vous, vous n'êtes pas n'importe qui ! Donc, avec vous, on peut rire de tout ! -------------------------

--- Règlement de compte dans le midi - Fallait-il supprimer ce malfrat alors qu'il se rendait "Aubagne" ? --- Les écologistes ont fêtés leur 30 ans d'existence - Même s'ils sont devenus incontournables pour la gauche, le parti socialiste n'est pas près d'être... "bouffé" par les verts ! --- Chômage, un constat - Quand les ados font leur marché... du travail, le chômage... déjeune ! --- 2014, en Chine - C'est l'année du cheval... En France, c'était l'année dernière ! --- Des jeunes des banlieues vont jouer les kamikazes en Scierie… et montrer de quel bois ils se chauffent. --- Démographie en chute libre en Centrafrique - Normal, les forces françaises sont impuissantes ! --- A force d'avaler des couleuvres, les verts ont la bouche pâteuse… surtout vers Nantes, avec Notre-Dame des... Langues ! --- Intempéries : incorrigible, la Vilaine a montré son "cru"... et à Lyon on ne peut s'étendre sur les "verges" du Rhône ! --- Enième règlement de compte à Marseille - Par précaution, les victimes avaient mis des cagoules afin qu'on ne les reconnaisse pas... une fois mortes ! -- Drame de l'insécurité - Un cambrioleur, importuné par le brame du cerf, en oublie son pied de biche. --- Election en Thaïlande - Pas de changement de "régime", on prend les "Nems" et on recommence ! --- Dans tous les bouchons lyonnais, ce week-end, grande promotion de la quenelle : pour une achetée... " Deux données" !! --- Jacques Chirac hospitalisé à Neuilly où on l'a équipé d'un tout nouveau système de couches… résolvant, ainsi, son problème de ... "goutte" ! Jean-Claude GAREL

36


Gaz2t14