Issuu on Google+

dépêches Novembre 2011

Suivre les progrès de la Campagne pour éliminer les fistules

Monde

Les champions et avocats de la lutte contre la fistule reçoivent des éloges à Maputo page 2

Kenya

Une survivante de la fistule devenue avocat à l’échelle mondiale page 7


Editorial Ce numéro de Dépêches est tout particulièrement consacré aux avocats de la lutte contre la fistule, aux femmes qui ont éprouvé un arrêt du travail sans avoir accès en temps utile aux soins dont elles avaient besoin, et qui agissent

Les champions et avocats de la lutte contre la fistule reçoivent des éloges pour leur action Monde

maintenant comme avocats pour faire prendre conscience du problème.

La réunion annuelle du Groupe de travail international sur la fistule obstétricale,

Nous sommes très heureux de compter deux survivantes de la fistule parmi

tenue du 10 au 12 octobre 2011 à Maputo, a offert une occasion de parler des

nous à la réunion annuelle du Groupe de travail international sur la fistule

progrès locaux accomplis dans la lutte contre la fistule. Selon Mme Gillian Slinger,

obstétricale. Elles ont activement participé et nous ont aidé à faire progresser

Coordinatrice de la Campagne mondiale pour éliminer les fistules, “ce fut un plaisir

les activités dans les domaines de la prévention et de la réinsertion sociale

de rencontrer les dirigeants nationaux et de rendre un hommage particulier à

des survivantes.

quelques-uns des héros de la lutte contre la fistule”.

La prévention est sans aucun doute le facteur le plus important pour réduire le nombre immense de femmes atteintes de la fistule. Toutefois, il nous faut aussi faire face à l’énorme arriéré de cas, ce qui exige que nous dispensions une formation solide et donnions notre aval à des processus de nature à garantir un traitement de haute qualité.

Le Dr. Alexandre Manguele, Ministre mozambicain de la santé, a rendu un hommage particulier au Dr. John Kelly, chirurgien britannique de la fistule, actif depuis plus de 40 ans dans différentes parties du monde. Le Professeur Gordon Williams, de l’Hôpital de la fistule à Addis-Abeba, a accepté un certificat et un présent au nom du Dr. Kelly, qui n’a pas pu assister à la réunion. Le Dr. Aldo Marchezine, chirurgien de la fistule, a également reçu

Ceux et celles qui ont fait le plus dans ce domaine ont reçu des éloges pour

des éloges pour sa contribution exceptionnelle à la lutte contre la fistule au

leur détermination à former d’autres professionnels et à garder le contact

Mozambique.

avec leur travail.

Le Dr. Alexandre Manguele, Ministre mozambicain de la santé, a rencontré des

Cependant, malgré les progrès réalisés, environ 5 % des patientes de la

avocats de la fistule, Mme Sarah Omega et Mme Norah Amisi Otondo, les louant

fistule continueront d’être jugées inopérables, tandis que non moins de 25 %

pour leurs efforts et leurs accomplissements en tant qu’avocats des victimes de la

continueront, même après l’intervention chirurgicale, à souffrir d’incontinence

fistule au Kenya et les félicitant de participer à la réunion.

à un certain degré. Les cas de ce genre ont besoin du dévouement de professionnels spécialisés, ainsi que d’un suivi et d’un soutien à long terme. Les difficultés sont nombreuses, nous le savons. Mais nous devons garder l’espoir et être inspirés par le dur travail et le courage de nos avocats et champions. Comme l’a si bien dit le Dr. Joseph Ruminjo, d’EngenderHealth, “pour les plus vulnérables d’entre les vulnérables, la naissance d’une culture de possibilité et d’espoir n’a que trop tardé.” Gillian Slinger

Au cours de la réunion tenue au Mozambique, un dialogue de haut niveau s’est engagé entre experts de la fistule venus du monde entier, partenaires et représentants de différents pays afin d’examiner la situation de plus de 2 millions de femmes et de filles qui souffrent encore de cette affection. “L’histoire est malheureusement la même en tant d’endroits. On néglige les graves besoins de ces femmes, qui n’ont aucune possibilité d’avoir accès aux services indispensables qui leur auraient évité la honte et les souffrances devenues leur lot pour cette raison même”, a déclaré M. Mark Bennett, PDG de Hamlin Fistula (Éthiopie).

Coordonnatrice de la Campagne pour éliminer les fistules

Qu’est-ce qu’une fistule? La fistule obstétricale est une lésion qui survient durant l’accouchement, causée par un travail prolongé et interrompu, sans qu’une intervention soit effectuée en temps utile – habituellement une césarienne. Durant ce travail prolongé sans assistance médicale, la pression continue de la tête du bébé sur l’os pelvien de la mère endommage ses tissus mous, créant un trou – ou fistule – entre le vagin et la vessie et/ou le rectum. Cette pression empêche le sang d’irriguer les tissus, ce qui entraîne une nécrose. Finalement, les tissus morts se desquament, endommageant la structure originelle du vagin. Il en résulte une fuite constante de l’urine et/ou des matières fécales par le vagin. On évalue à plus de 2 millions le nombre de femmes atteintes de cette affection dans le monde, et jusqu’à 100 000 nouveaux cas se déclarent chaque année. La fistule peut être prévenue et, dans la plupart des cas, guérie.

PHOTO DE COUVERTURE: Après une opération réussie, Adeila Pinto, 33 ans, enseigne à l’école de Mossurize. Elle avait été atteinte d’une fistule voici quatre ans, après un arrêt prolongé du travail alors qu’elle était enceinte de son troisième enfant. Le bébé n’a pas survécu. Adeila est ravie de pouvoir enseigner à nouveau, car à son avis l’éducation est le moyen radical d’éliminer les fistules. “Je souhaite que les femmes apprennent à lire et à écrire, car l’éducation leur ouvre de nouvelles perspectives et leur donne conscience de leur propre valeur.” Photo: Gloria Santos, Mozambique, 2011.

2

Le Dr. Alexandre Manguele fait l’éloge de Sarah Omega et de Norah Amisi Otondo pour leurs efforts et leurs accomplissements en tant qu’avocats de la fistule.


Nouvelles Un exposé au Congrès Un exposé devant le Congrès des États-Unis organisé le 24 mai à Washington, D. C., par Carolyn Maloney, membre du Congrès, et les partenaires de la Campagne pour éliminer les fistules – EngenderHealth, USAID, la Fistula Foundation, Human Rights Watch, la Coalition internationale pour la santé de la femme et l’UNFPA – a mis en lumière les approches stratégiques suivies dans la lutte contre la fistule obstétricale. Pour en savoir davantage.

Rapport du Fonds thématique d’affectation spéciale pour la santé maternelle Le Fonds thématique d’affectation spéciale pour la santé maternelle de l’UNFPA, initiative animée du souci d’accélérer les progrès dans la préservation de vies de femme et dans la concrétisation de l’accès universel à la santé reproductive, Kate Grant, Directrice exécutive de la Fistula Foundation, s’inscrit pour assister à la réunion du Groupe de travail international sur la fistule obstétricale au Mozambique. Photo: Bénédicte Desrus, Sipa Press/Campagne pour éliminer les fistules.

Selon M. Bennett, la solution est simple et dépend étroitement de l’accès en temps utile à des accoucheuses qualifiées et à des services de santé de bonne qualité, notamment à des soins obstétricaux. Pourtant, il est extrêmement difficile en de nombreux pays d’obtenir ce résultat. “L’état de l’infrastructure, des communications et des tranports a un effet direct sur l’accès aux services”, a dit M. Bennett, soulignant qu’en outre les professionnels de la santé sont généralement en nombre insuffisant. Selon lui, en Éthiopie, l’un des pays les plus vastes de l’Afrique subsaharienne, il y a moins de 1 500 sages-femmes en service actif et environ 150 médecins qui

a présenté en mai son rapport annuel. Cette publication expose les résultats atteints dans les pays soutenus par le Fonds – notamment ceux que couvre la Campagne pour éliminer les fistules –, exposant en détail les activités et jetant un regard sur les difficultés à venir. Lisez le texte intégral du rapport. Lisez le chapitre sur la fistule.

Un manuel de formation La Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (FIGO) a coordonné la production d’un manuel de formation, le Global Competency-Based Fistula Surgery Training Manual, destiné aux prestataires de soins, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, engagés dans la prévention et la gestion de la fistule. Accéder au Manuel de formation de la FIGO en ligne.

sont en mesure d’offrir des soins complets aux femmes ayant besoin d’assistance durant l’accouchement. “Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dans les zones rurales, très peu de femmes

L’image des survivantes de la fistule Les survivantes de la fistule sont les femmes qui ont éprouvé un arrêt prolongé du

ont accès aux soins qui leur sont nécessaires”, a ajouté M. Bennett, précisant que

travail et ont été atteintes d’une fistule obstétricale. La Campagne a mis au point

formation de qualité, infrastructure et innovations sont absolument requises pour

des directives sur l’image à donner des femmes atteintes d’une fistule, faisant

faire une véritable différence.

ressortir les liens entre la fistule obstétricale et la santé maternelle en général afin d’aider à les autonomiser au lieu d’en faire des victimes. Pour en savoir davantage.

Lancement d’un nouveau site web Le nouveau site web de la Campagne pour éliminer les fistules, lancé en juin, résulte de la collaboration de plusieurs partenaires au niveau mondial et dans les pays couverts par la Campagne pour éliminer les fistules. Animé par l’UNFPA, le site offre une plateforme dynamique et interactive de sorte que tous les partenaires de la Campagne peuvent partager nouvelles, données et récits : www.endfistula.org.

Dans les médias La réunion tenue cette année à Maputo (Mozambique) par le Groupe de travail international sur la fistule obstétricale a été suivie par plusieurs journalistes nationaux et internationaux, ce qui lui a assuré une couverture médiatique non négligeable. En juin également, Yo Dona, prestigieux hebdomadaire distribué comme section du journal El Mundo, a publié un article sur les efforts faits pour lutter contre la fistule au Sénégal. Lisez le compte rendu intégral.

Le Professeur Gordon Williams, de l’Hôpital de la fistule à Addis-Abeba, accepte au nom du Dr. John Kelly un certificat que lui remet Gillian Slinger.

On trouvera d’autres textes à:

www.endfistula.org

3

dépêches


Un avocat de la santé maternelle visite un centre de traitement de la fistule Dhaka (Bangladesh)

La Présidente élue de Zonta réaffirme l’appui de son

Christy Turlington Burns, avocat de la santé maternelle et fondatrice de la

Mme Lynn McKenzie, Présidente élue de Zonta International – organisation

Campagne “Chaque mère compte” (Every Mother Counts), a récemment visité le

mondiale d’administrateurs de haut rang et de membres de professions libérales

Centre national de la fistule au Collège médical de Dhaka (Bangladesh).

qui agissent de concert pour relever la condition des femmes –, s’est rendue au

Elle y a rencontré des patientes qui attendaient d’être opérées de la fistule, ce

organisation à la lutte menée pour éliminer les fistules Phebe (Libéria)

Libéria pour être mieux informée des efforts déployés pour mettre fin à la fistule

qui peut transformer leur vie. Elle a aussi acquis une connaissance plus complète

obstétricale et réduire la mortalité maternelle dans le pays. Depuis trois ans, Zonta

de la fistule obstétricale, invalidité liée à l’accouchement qui affecte non moins de

finance et soutient la lutte contre la fistule au Libéria.

deux millions de femmes dans le monde, souffrant d’une incontinence chronique et condamnées à la honte et à l’isolement. “L’une des patientes que nous avons rencontrées dans la salle préopératoire

“La fistule est une affection qui isole et déprime, mais il est possible de la prévenir et de la soigner avec des chances considérables de succès”, a déclaré Mme McKenzie, ajoutant que le programme libérien de lutte contre la fistule

était âgée de 45 ans et atteinte d’une fistule depuis 12 ans. Dans le lit voisin

réussira s’il réunit quatre composantes essentielles – un souci conscient de

se trouvait une fille qui ne paraissait pas avoir plus de 15 ou 16 ans. Les deux

prévenir la fistule, le traitement des femmes qui en sont atteintes, leur réadapta-

femmes avaient perdu leur bébé au cours de l’accouchement. Ces filles sont

tion, qui comporte notamment la possibilité d’acquérir de nouveaux savoir-faire

l’avenir et cela nous a rappelé que les futures mères comptent elles aussi”,

leur assurant un revenu, et enfin l’appui du peuple et du Gouvernement libériens.

a déclaré Mme Burns. Au Bangladesh, environ 71 000 femmes sont atteintes d’une fistule et 3 000 à

“Grâce à ce programme, les femmes reçoivent une aide décisive et non une aumône. J’ai quitté le Libéria en sachant que l’investissement de Zonta y est utilisé

4 000 nouveaux cas s’y ajoutent chaque année, selon une étude d’évaluation des

pour transformer des vies de femme et leur rendre leur existence et leur sourire”,

besoins menée dans le pays en 2003.

a-t-elle affirmé.

Le Centre du Collège médical de Dhaka assure gratuitement des interventions

Durant sa visite, Mme McKenzie a rencontré des responsables des services

chirurgicales et aiguille les survivantes vers un centre de réadaptation, où elles

nationaux de santé et de protection sociale pour parler des activités visant à amé-

peuvent apprendre comment s’intégrer de nouveau dans leur communauté.

liorer la santé maternelle, et elle s’est entretenue avec des partenaires impliqués

Selon Mme Burns, comme tant d’autres problèmes liés au développement, celui-ci exige une approche globale. “La prévention est aussi importante que le

dans la prestation de services aux patientes de la fistule dans le pays. Au Libéria, elle a participé à Kakata (comté Margibi) au lancement de la

traitement pour prévenir les fistules et la mortalité maternelle, mais la réadaptation

campagne nationale d’opérations de la fistule pour 2011, et elle a eu l’occasion d’y

est elle aussi irremplaçable pour garantir que celles qui ont reçu un traitement se

entendre les récits de femmes qui attendent d’être opérées de la fistule à l’Hôpital

remettent complètement et puissent ainsi retrouver leur place dans la société”,

C. H. Rennie.

a-t-elle expliqué. Lire le blogue.

Durant sa visite, Mme McKenzie s’est aussi rendue dans les comtés Bomi et Bong. Accompagnée par des administrateurs des services de santé, elle a visité d’importants établissements sanitaires qui dispensent des services de santé reproductive aux femmes et aux filles et s’est entretenue avec des patientes aussi bien qu’avec des agents sanitaires. À Phebe, dans le comté Bong, la Présidente élue a visité le Centre de réadaptation et de réinsertion des patientes de la fistule. “La fistule est une affection qu’aucune femme ne devrait avoir à endurer”, a-t-elle dit à la trentaine de survivantes de la fistule qui, après avoir reçu un traitement, sont maintenant formées aux savoir-faire qui leur sont nécessaires pour se réinsérer avec succès dans leurs communautés. Elle les a exhortées à devenir des ambassadrices et des modèles pour celles qui n’ont pas eu la même chance. “Vous devez encourager d’autres femmes atteintes de la fistule à se faire connaître et à chercher de l’aide, afin qu’elles aussi puissent jouir de l’indépendance et de la liberté qui sont maintenant les vôtres”, a déclaré Mme McKenzie. Sando Moore, l’une des survivantes de la fistule qui bénéficie du programme de réadaptation au Centre, a dit à Mme McKenzie comment elle avait été victime de discrimination de la part de sa famille et de sa communauté. “Je me sens très bien après l’opération qui a réussi. Je peux maintenant rester assise plus d’une heure sans devoir courir à la toilette ou devenir humide. Auparavant, personne ne voulait me dire bonjour, pas même la plupart des membres de ma famille. Ils croyaient que j’avais été frappée par une malédiction”,

Christy Turlington Burns, avocat de la santé maternelle et fondatrice de la Campagne “Chaque mère compte” (Every Mother Counts) visite le Centre national de la fistule au Collège médical de Dhaka (Bangladesh). Photo: Josh Estey, Bangladesh, 2011.

4

a dit Mme Moore, remerciant Zonta International et l’UNFPA de l’aider à recouvrer dignité et respect. Reportage de Calixte Hessou au Libéria.


Donner espoir aux femmes atteintes d’une fistule en Afrique de l’Ouest Bo (Sierra Leone) Aminata dit avoir 19 ans, mais les infirmières précisent qu’elle est en fait plus

la santé, de l’Aberdeen Women’s Centre, du Centre de la fistule d’Afrique de

jeune. Selon elles, leur patiente a peur d’être mal jugée pour devenir enceinte

l’Ouest, de la Fondation Haikal, de Health Poverty Action, de Health for All

si jeune. Elle a déjà subi une opération de la fistule, mais aura besoin d’une

Coalition et de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la population).

deuxième intervention pour réparer une fistule obstétricale apparue alors qu’elle

Cette équipe de travail a bénéficié de la promotion assurée par la Première

essayait de donner le jour à son bébé chez elle, avec l’aide d’une accoucheuse

Dame, Mme Sia Nyama Koroma, et du soutien de l’UNFPA. Se faisant le

traditionnelle.

champion des problèmes de santé maternelle en Sierra Leone, Mme Koroma

En Sierra Leone, pays côtier d’Afrique de l’Ouest situé entre la Guinée et le Libéria, non moins de 970 accouchements sur 100 000 naissances vivantes se soldent par le décès de la mère. Un bien plus grand nombre de femmes souffrent de lésions survenues durant l’accouchement, dont la fistule obstétricale. Toujours en voie de redressement après une guerre civile qui a duré 11 ans, le

a parlé avec force de l’importance de réduire le nombre de grossesses d’adolescentes et de remédier à la fistule obstétricale. Si ces efforts peuvent éventuellement aider à éliminer les fistules, les ressources disponibles sont extrêmement limitées. “Actuellement, il n’existe dans le pays que deux centres assurant la chirurgie

pays se heurte à de graves problèmes en bien des domaines, la santé des femmes

de la fistule”, déclare la Coordonnatrice de la Campagne pour éliminer les

étant probablement l’un des plus redoutables. La pauvreté, les problèmes d’ordre

fistules, Mme Gillian Slinger, qui s’est rendue en Sierra Leone au mois de juillet.

culturel, le manque d’infrastructure et d’information, se conjuguant avec un taux

L’un d’eux est l’Aberdeen Women’s Centre, à Freetown, qui reçoit l’appui de

élevé de grossesses d’adolescentes et d’accouchements à domicile, ajoutent à

la Fondation Freedom From Fistula et de l’UNFPA, auquel est attaché l’unique

un sombre tableau et à des statistiques qui donnent à réfléchir.

chirurgien sierra-léonais de la fistule, le Dr. Alyona Lewis, et où opèrent des

En outre, les femmes sont souvent exposées à des invalidités

experts internationaux de la fistule quand ils viennent dans le pays à cette fin.

telles que la fistule obstétricale, due aux obstacles qui les

“La situation est très difficile. Environ 40 %

empêchent d’accéder aux soins obstétricaux d’urgence,

des cas de fistule à l’Aberdeen Women’s Centre

situation qui résulte de problèmes d’infrastructure ou bien liés

souffrent aussi du pied tombant, conséquence de

à la culture et à l’information.

l’atteinte au système nerveux subie durant l’arrêt

S’efforçant de changer la situation, le pays met actuellement

du travail, ce qui rend ces femmes incapables de

en place des politiques spéciales en vue d’améliorer la santé

faire usage de leurs membres inférieurs de manière

maternelle. Depuis 2010, toutes les femmes enceintes ou

à pouvoir marcher sans difficulté”, explique Mme

allaitantes ont droit à recevoir des soins de santé gratuits.

Slinger.

Selon les autorités locales, dans la période de moins

L’autre est le Centre de la fistule d’Afrique de

de deux ans qui a suivi la mise en place de cette politique,

l’Ouest, à l’hôpital public de Bo. Le Dr. A. Philip

les décès maternels ont diminué dans l’ensemble du pays

Koroma, superviseur médical du Centre, espère

car davantage de femmes et de filles se rendraient dans

élargir le programme.

les centres de santé pour y recevoir des soins prénatals et

“Nous nous sommes aperçus que la grande

bénéficier de services d’urgence en cas de complications.

majorité des patientes de la fistule sont originaires

Malgré les difficultés de collecter des données, il est presque certain que le nombre de cas de fistule a également baissé. Les nouveaux cas semblent survenir surtout parmi les jeunes femmes comme Aminata, ce qui montre bien que

d’autres provinces”, expose le Dr. Koroma, Aminata est âgée d’environ 19 ans. Quand la photo a été prise, elle avait déjà subi une opération de la fistule, mais allait avoir besoin d’une deuxième intervention.

les grossesses précoces sont en Sierra Leone l’un des plus graves facteurs de risque conduisant à une fistule. L’insuffisance de l’accès aux soins obstétricaux d’urgence constitue un autre facteur de risque majeur. Si la gratuité des soins prénatals, récemment introduite, a vraisemblablement contribué à réduire la mortalité maternelle dans le pays, de nombreuses femmes enceintes ont encore beaucoup de mal à trouver un moyen de transport. Les femmes vivant dans les zones rurales ne peuvent souvent pas atteindre en temps voulu les centres de soins de santé, surtout durant la saison des pluies quand les routes submergées peuvent isoler des communautés entières pour de longs jours. En cas d’arrêt du travail, un moyen de transport convenable et l’accès aux

ajoutant que certaines d’entre elles viennent d’aussi loin que Kabala, à 250 km de Bo par la route.

Il assiste le Dr. Darius Maggi, chirurgien texan qui se rend en Sierra Leone deux ou trois fois par an pour effectuer des opérations de la fistule au Centre et dans d’autres parties du pays. “À chacune de ses visites, le Dr. Maggi opère jusqu’à 20 patientes”, dit le Dr. Koroma, précisant que plus de 60 % des fonds nécessaires pour ces interventions sont fournis par des Texans qui subventionnent généreusement cette oeuvre charitable en Sierra Leone. “Au centre, les patientes sont formées à certains savoir-faire dans le cadre du processus de réinsertion sociale”, déclare Mme Slinger, ajoutant que la famille et les amis des patientes rétablies sont invités à une cérémonie après l’opération, ce qui facilite aussi la réinsertion quand

soins obstétricaux d’urgence peuvent faire la différence entre la vie et la mort tant

elles reviennent dans leurs communautés. Au moment de sa mission

pour la mère que pour le bébé. Ils aident aussi à prévenir les invalidités.

dans le pays, il y avait à Bo 50 femmes en attente de traitement.

Pour faire face à ces problèmes, une Équipe nationale de travail sur la fistule a été créée au début de 2011; elle comprend des représentants du Ministère de

Reportage d’Angeline Martyn, membre d’Americans for UNFPA, en Sierra Leone.

5

dépêches


Planifier un avenir

Le temps est passé de souffrir en silence

Mossurize (Mozambique)

par Agnes Odhiambo, Human Rights Watch Lusia Muiambo a été enceinte à l’âge de

Mwendwa P. avait 16 ans au moment de sa première grossesse. Quand le travail

15 ans. Quand le moment vint de donner

a commencé, elle ne voulait pas aller à l’hôpital voisin de sa ville parce que,

naissance, elle est entrée en travail à son

m’a-t-elle avoué: “J’avais entendu dire que les infirmières maltraitent les filles

domicile, situé à Mossurize, à 15 heures

qui sont enceintes quand elles y vont pour accoucher.”

de distance par la route de Maputo, capitale du Mozambique. Au bout de quatre jours, elle a été finalement

Quelques années plus tard, sur le point d’avoir son quatrième enfant, Mwendwa

emmenée à un hôpital, mais il était trop

n’a pu se décider à affronter une fois de plus ces mauvais traitements et a décidé

tard. Son bébé était déjà mort et elle

de rester chez elle avec l’aide d’une accoucheuse traditionnelle.

était atteinte d’une fistule. Au Mozambique, pour 100 000

Lusia, 19 ans, est déterminée à attendre avant de commencer une nouvelle grossesse le moment où elle se sentira physiquement et psychiquement prête a avoir un enfant. Elle a soin d’utiliser toujours des contraceptifs. Photo: Gloria Santos, Mozambique, 2011.

Mwendwa est passée par un travail pénible à son domicile pendant près de 24 heures avant d’aller à l’hôpital. Là, ses craintes ont été confirmées.

Malheureusement, des complications se sont déclarées. Elle a été atteinte d’une fistule obstétricale, qui l’a empêchée de contrôler l’écoulement de l’urine et

naissances vivantes, on compte

des matières fécales pendant des années. Enfin, elle a été soignée à un “camp”

non moins de 500 décès maternels.

de chirurgie de la fistule loin de son domicile.

Pour chaque femme qui meurt de

Quand j’ai demandé à Mwendwa pourquoi elle n’avait pas cherché à se faire

causes liées à la maternité, 20 au

soigner à l’hôpital provincial proche de son domicile, j’ai appris qu’elle avait reçu

moins sont frappées d’une invalidité

un très mauvais accueil dans les centres de santé de nombreuses autres fois,

liée à l’accouchement, dont la fistule

même celle où son enfant était gravement malade.

obstétricale est l’une des plus graves. “Le taux de mortalité et d’invalidité

Elle m’a dit : “On m’a conseillé d’amener le bébé à l’hôpital parce qu’il avait la diarrhée et toussait. Il était très malade. Mais on m’a fait attendre. J’ai dû

maternelles pourrait être sensiblement réduit si chaque femme avait accès aux

rentrer chez moi. Ils vous parlent très mal. Ils se bornent à vous renvoyer sans

interventions essentielles en matière de santé sexuelle et reproductive”, déclare

ménagement d’une personne à une autre. Ils n’ont même aucun souci de vous.

le Dr. Yves Bergevin, Conseiller principal en santé maternelle et Coordonnateur

Je ne pouvais pas y retourner.”

du Fonds thématique d’affectation spéciale pour la santé maternelle de l’UNFPA. Selon lui, la planification familiale volontaire, les soins prénatals, l’assistance

Le manque de ressources dont souffre le système de santé lui-même se traduit par un climat dans lequel les patients sont fréquemment victimes de

d’accoucheuses qualifiées et les soins obstétricaux d’urgence devraient être à la

violences et de mauvais traitements, mais cet état de choses n’est souvent pas

disposition de toutes les femmes, en particulier des femmes jeunes et des femmes

signalé et n’entraîne aucune conséquence.

vivant dans les zones rurales. “Cela aiderait à remédier aux vulnérabilités et aux complications liées à la grossesse précoce et à l’arrêt du travail”, déclare le Dr. Bergevin. Lusia, maintenant âgée de 19 ans, a subi trois interventions de la fistule avant d’être guérie. Maintenant rétablie, elle nourrit de nouvelles espérances pour l’avenir, qui ne comprennent pas nécessairement l’intention d’avoir tout de suite d’autres enfants.

La fistule survient rarement dans les pays où les femmes ont accès à l’information et aux services en matière de planification familiale de manière à faire des choix informés concernant leur vie sexuelle et reproductive, ainsi qu’à des accoucheuses qualifiées et à des soins obstétricaux d’urgence quand elles en ont besoin. La distance, les coûts à acquitter, le manque d’autonomie, le manque de moyens de transport, la manque d’information sur les complications potentielles

“Je veux remettre à plus tard d’avoir des enfants”, dit Lusia Muiambo.

durant la grossesse et l’accouchement, ainsi que sur les avantages d’accoucher

Maintenant que sa fistule est guérie, Lusia espère reprendre ses études et se

dans un centre médical, et d’autres obstacles encore barrent le chemin de nom-

préparer un avenir meilleur.

breuses femmes qui ont besoin de soins.

“Quand j’avais encore une fistule, je n’aimais pas aller à l’école parce que je

Mais, pour d’autres, l’expérience faite de soins de qualité médiocre et des

dégageais une mauvaise odeur, mais maintenant j’ai hâte d’apprendre à lire et

mauvais traitements qui les accompagnent, ainsi que l’absence de moyens de

écrire. Et, je l’espère, un jour je pourrai ouvrir mon propre commerce au marché

demander réparation du mauvais accueil reçu dans les centres de santé sans

local”, dit-elle.

s’exposer à une vengeance, les détournent d’aller accoucher dans un centre de

Le Gouvernement mozambicain a mis nettement l’accent sur la nécessité d’accélérer les efforts pour promouvoir la planification familiale dans le pays, faisant en sorte que l’information et les services appropriés soient disponibles. Avec le soutien de l’UNFPA, l’objectif est d’atteindre un taux de prévalence de la contraception de 25 % d’ici 2014, soit une augmentation considérable par rapport au taux actuel de 12 %. Cela aidera aussi à réduire les problèmes liés à la santé maternelle, car la diminution du nombre de grossesses non planifiées pourrait aider à prévenir les

santé offrant des soins qualifiés. Les survivantes de la fistule auraient beaucoup à dire concernant ce qui les a retenues de chercher des soins de santé qualifiés durant le travail, les problèmes qu’elles ont rencontrés dans les centres de santé ou ce qui les a détournées de chercher une intervention chirurgicale réparatrice. Leurs vues pénétrantes pourraient faire une réelle différence s’agissant d’améliorer le système de santé et d’aider d’autres femmes à avoir des accouchements sans danger et à éviter les fistules.

décès et invalidités liés à la maternité. Un suivi correct et la planification familiale après la guérison aident aussi à prévenir le retour de la fistule chez les patientes qui ont été soignées avec succès. Reportage d’Helene Christensen au Mozambique.

6

Cet article fait partie d’une série publiée initialement par RH Reality Check. Tous les articles de cette série, représentant les opinions de chacun des auteurs et de leurs organisations, ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction du bulletin, la position officielle de l’UNFPA ou de la Campagne pour éliminer les fistules.


Un système national de surveillance Asie et Pacifique Le Bangladesh et le Népal sont en train de révolutionner la riposte à la fistule obstétri-

Une survivante de la fistule devenue avocat à l’échelle mondiale Kenya, One By One

cale en se préparant à faire face à une composante essentielle mais souvent négligée

Avec un ratio de mortalité maternelle de 530 décès pour 100 000 naissances

des programmes de lutte contre la fistule – l’identification précoce des femmes

vivantes, le Kenya lutte encore contre les invalidités liées à l’accouchement, comme

atteintes d’une fistule de manière à leur dispenser un traitement aussitôt que possible.

la fistule. Sur 3 000 nouveaux cas chaque année, environ 7 % seulement des

Un système national de surveillance novateur est en cours de planification pour faciliter la gestion de la fistule, mettre en place et renforcer la capacité des obstétriciens et autres catégories de personnel médical sur les problèmes liés à la prévention et au traitement de la fistule dans ces deux pays. Il est prévu que ce système sera en place en 2012 comme projet pilote dans certains districts du Népal et aussi au Bangladesh, où le Ministre de la santé et

femmes ainsi frappées peuvent avoir accès à un traitement. Sarah Omega est l’une de celles qui ont eu de la chance. “J’ai souffert d’une fistule pendant 12 ans, et la raison pour laquelle je l’ai supportée si longtemps est que je n’avais pas d’information sur le traitement au Kenya”, a déclaré cette survivante de la fistule. Mme Omega est un exemple de courage et de résistance. Après avoir survécu à

de la protection familiale, le Dr. Mujibor Rahman Fakir, soutient énergiquement

l’épreuve de la fistule et repris sa place dans la société, elle est devenue un avocat

l’initiative : “Si nous pouvons assurer un accouchement sans danger et une

de la Campagne pour éliminer les fistules et administre maintenant dans l’ouest du

maternité sans danger, la fistule obstétricale sera un jour reléguée dans le passé.”

Kenya l’initiative Let’s End Fistula (Finissons-en avec la fistule), de One by One.

Le système recourra à des sages-femmes de communauté et à des agents de

“Parce que je sais ce qu’éprouve une femme qui ne peut contrôler l’écoulement

soins de santé primaires pour établir un lien vital entre le secteur de la santé publique et

de l’urine, et ce qu’est le traumatisme lié à cette affection..., j’ai décidé que je ne

les praticiens privés, notamment les obstétriciens, les gynécologues et les urologues.

resterais pas à me croiser les bras et à laisser d’autres femmes souffrir en silence,

“Les praticiens sont la clef du système”, explique le Dr. Vinit Sharma, conseiller régional de l’UNFPA pour la santé reproductive. Le système repose essentiellement sur des groupes chargés de communiquer

exactement comme j’ai souffert en silence”, a-t-elle ajouté. Par l’entremise de One By One, organisation américaine à but non lucratif vouée à l’éradication de la fistule obstétricale, Sarah Omega agit en liaison très étroite

l’information – sages-femmes de communauté, praticiens, hôpitaux et autres

avec les communautés et les dirigeants locaux afin de sensibiliser à l’importance

centres de santé relevant tant du gouvernement que du secteur privé – qui ont

de prévenir la fistule, d’assurer l’accès à un traitement gratuit et de mettre fin à

chance de voir des cas de fistule obstétricale.

l’opprobre lié à cette affection.

Il leur sera demandé de soumettre des rapports mensuels, même si aucun

Sarah forme et supervise un réseau d’autres survivantes de la fistule et de

cas n’a été identifié durant la période considérée. “Cela sert de recoupement pour

membres bénévoles de la communauté, hommes et femmes, afin d’informer leur

garantir que tous les cas de fistule identifiés sont signalés”, explique le Dr. Sharma.

propre communauté de ce qu’est la fistule, de trouver les patientes de la fistule

Ces notifications donnent l’alerte: Quand un nouveau cas de fistule est détecté, il doit être immédiatement signalé aux responsables du service de santé au niveau du district. Tous les cas doivent faire l’objet d’une enquête immédiate, normalement dans les 72 heures qui suivent la notification.

et de les amener à un centre de santé pour recevoir des soins, enfin de faciliter la réinsertion des femmes quand elles regagnent leur domicile après le traitement. Afin de communiquer aux experts de la fistule venus du monde entier leur propre expérience avec Let’s End Fistula au Kenya et afin d’aider à faire progresser le

Un médecin formé à cette fin est alors dépêché pour examiner la survivante

programme de lutte contre la fistule, Sarah Omega et l’une des premières femmes

de la fistule à son domicile et s’informer de son bilan de santé. Si le diagnostic est

qu’elle a formées, Norah Otondo, ont été invitées à participer à la réunion annuelle

confirmé, la patiente est aiguillée vers un centre de traitement de la fistule.

du Groupe de travail international sur la fistule obstétricale, tenue au Mozambique.

Le responsable du service de santé au niveau du district est chargé de prendre

“Ce fut la première fois que des survivantes de la fistule ont activement participé

les dispositions nécessaires concernant l’intervention chirurgicale, les soins post-

à ce forum, ce qui non seulement atteste leur propre capacité et leur réinsertion

opératoires, la réadaptation et la réinsertion sociale. Il faut aussi rechercher dans

totale dans la société, mais aussi, plus

la zone s’il y a d’autres cas non signalés, mais chaque cas identifié et aiguillé vers

important encore, montre que le rôle

un centre de traitement constitue en soi une victoire.

des survivantes de la fistule en tant

“Si vous soignez une femme atteinte d’une fistule, vous redonnez un sens à

qu’avocats est internationalement

la vie de quelqu’un qui l’avait malheureusement perdu en raison d’une injustice

reconnu”, a déclaré Mme Gillian Slinger,

sociale et d’un échec du système de santé”, explique le Dr. Pushpa Chaudhary,

Coordonnatrice de la Campagne pour

président élu de la Société népalaise d’obstétriciens et gynécologues.

éliminer les fistules.

En utilisant l’information communiquée, l‘équipe nationale de gestion des

“Les anciennes patientes de la

données dressera la carte des emplacements de chaque cas dans le district où il

fistule comprennent intuitivement

est effectivement survenu, de telle manière que les mesures appropriées puissent

comment travailler efficacement avec

être planifiées et qu’il soit possible de découvrir et d’aiguiller vers le traitement

d’autres patientes de la fistule et leurs

voulu d’autres cas encore non identifiés.

familles. Elles sont dans une position

Les experts internationaux sont en accord sur l’importance de mettre en place

unique pour avoir un immense impact,

de tels systèmes. Selon le Dr. Tom Raassen, de la Société internationale des

et nous assistons déjà à des progrès

chirurgiens de la fistule obstétricale, “planifier la surveillance des femmes atteintes

incroyables dans l’ouest du Kenya”, a

d’une fistule obstétricale offre une grande occasion de découvrir ces femmes le

ajouté Heidi Breeze-Harris, cofondatrice

plus tôt possible, avant qu’elles ne deviennent des parias de leur société.”

et directrice exécutive de One By One.

Sarah Omega, survivante de la fistule et avocate de ses victimes. Photo: Bénédicte Desrus, Sipa Press, 2011.

7

dépêches


Libérer le pouvoir des femmes et des filles Washington, D.C. La population mondiale vient de dépasser le chiffre de 7 milliards. Ce

les fistules, rappelant la situation des femmes qu’elle

moment unique dans l’histoire humaine représente à la fois une opportunité

a rencontrées et qui n’avaient pas la possibilité de

et un défi et aura un impact sur chaque habitant de la planète, mais

choisir le moment où avoir des enfants. Beaucoup

particulièrement sur les femmes et les filles.

d’entre elles, enlisées dans une extrême pauvreté, écrasées par l’inégalité sociale et un rapport de force

“Faire progresser la cause des besoins et droits des femmes et des filles non

déséquilibré, ont survécu à grand peine à l’épreuve

seulement accroît leur bien-être et leur productivité, mais aussi élargit les

de la grossesse et des douleurs de l’accouchement

perspectives ouvertes aux générations futures”, a déclaré la Directrice exécutive de l’Initiative mondiale pour la santé du Département d’État des États-Unis (U.S. Department of State Global Health Initiative), Mme Lois Quam, lors d’une table ronde tenue au siège de National Geographic le 13 septembre. Cette rencontre, intitulée Libérer le pouvoir des femmes et des filles (Unleashing

La chanteuse et actrice Natalie pour vivre dans la souffrance, la honte et l’isolement. Imbruglia a parlé de ses voyages en tant qu’ambassadrice de Virgin Unite et porte-parole de la Cam“Chaque femme, dans le monde entier, devrait pagne pour éliminer les fistules. pouvoir mettre au monde sans danger. Par tous Photo: Skip Brown, 2011. les moyens à notre disposition, nous devons faire

prendre conscience de ce problème”, a-t-elle déclaré.

the Power of Women and Girls), qui faisait partie de la campagne Action 7 Milliards conduite par l’UNFPA, a réuni environ 500 personnes afin d’examiner

Le Dr. Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif de l’UNFPA, a fait ressortir que

les nombreux défis qu’affrontent les jeunes femmes dans un monde de 7 milliards.

900 millions de jeunes femmes dans le monde n’ont pas accès à l’information, aux opportunités ni aux services qui leur sont nécessaires. “Elles n’ont pas

Les participants au débat ont abordé un large éventail de problèmes, depuis l’accès

accès à la santé reproductive et elles ne peuvent accéder à des positions

à la santé reproductive jusqu’à l’éducation et à l’autonomisation des femmes.

élevées. Nous devons faire en sorte qu’elles connaissent leurs droits afin de

La chanteuse et actrice Natalie Imbruglia a parlé de ses voyages en tant qu’ambassadrice de Virgin Unite et porte-parole de la Campagne pour éliminer

pouvoir réaliser leur potentiel.” Cet article a été initialement publié sur le site web mondial de l’UNFPA.

Chaque année, de 7 à 10 millions de femmes contractent des maladies ou sont atteintes d’invalidités causées par des complications survenues durant la grossesse ou l’accouchement, dont la fistule obstétricale. La fistule obstétricale est une lésion survenue durant l’accouchement, évitable et dans la plupart des cas curable, qui rend les femmes incontinentes, jette l’opprobre sur elles et les exclut souvent de leur communauté.

Imprimé sur papier recyclé

Pourquoi la Campagne? : UNFPA Campagne pour éliminer les fistules 605 Third Avenue, New York, NY 10158 Courriel : fistulacampaign@unfpa.org

Les opinions exprimées par les personnes interviewées et les auteurs des articles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction du bulletin, la position officielle de l’UNFPA, ni sa reconnaissance des frontières géographiques des pays.

Au moins 2 millions de femmes sont atteintes d’une fistule obstétricale dans les pays en développement, et près de 100 000 nouveaux cas s'y ajoutent chaque année.

Dépêches est un bulletin semestriel qui met en lumière les faits nouveaux intervenus dans la Campagne pour éliminer les fistules

En 2003, l’UNFPA et ses partenaires dans le monde entier se sont unis pour lancer la Campagne pour éliminer les fistules.

Rédaction : Etienne Franca Conception et impression : Prographics, Inc.

Depuis 2009, la contribution de l'UNFPA à la Campagne a été intégrée au Fonds thématique d'affectation spéciale pour la santé maternelle, lancé au début de 2008 par l'UNFPA afin d'appuyer les pays prioritaires dans leurs efforts pour améliorer la santé maternelle et néonatale.

Ont contribué au présent numéro : Erin Anastasi, Carolyn Anderman, Astrid Bant, Mark Bennett, Yves Bergevin, Luc de Bernis, Heidi Breeze-Harris, Helene Christensen, Sarah Craven, Abubakar Dungus, Patricia Guzman, Calixte Hessou, Katja Iversen, Jarrie Kabba-kebbay, Richard Kollodge, Laura Laski, Rachel Machefsky, Angeline Martyn, Amir Modan, Debora Nandja, Ratidzai Ndlovu, Agnes Odhiambo, Geoffrey Okumu, Mizanur Rahman, Joseph Ruminjo, William Ryan, Jennica Sehorn, Vinit Sharma, Gillian Slinger, Erin Thornton, Antonio Tivane, Amancio Vilanculos.

Cette approche intégrée contribue à consolider encore davantage les efforts faits pour prévenir les fistules obstétricales en améliorant l’accès à des services de santé maternelle de qualité. La Campagne, avec ses nombreux partenaires dans le monde entier, se concentre sur trois domaines essentiels : prévenir les fistules, soigner les femmes malades, et aider les femmes qui se remettent de l’opération à reconstruire leur vie.

Pour plus ample information, prière de visiter : endfistula.org. Afghanistan Pakistan

Népal Bangladesh Inde

Mauritanie

Mali

Niger

Tchad Érythrée Yemen Sénégal Soudan Burkina Gambia Faso Djibouti GuinéeBissau Guinée Nigéria Côte Sierra Éthiopie République d’Ivoire Leone centrafricaine Liberia Cameroun Ghana Bénin Somalie Ouganda Togo Congo Kenya Equatorial Gabon République Guinea Rwanda démocratique Burundi du Congo RépubliqueUnie de Tanzanie Angola

Zambie Malawi Zimbabwe

Mozambique

Madagascar

Swaziland CARIBÉEN

Haïti

South Africa

Lesotho

Pays où la Campagne est active

Les désignations employées et la présentation générale de cette carte n’impliquent l’expression d’aucune opinion de la part de l’UNFPA concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou zone ni de leurs autorités, non plus que concernant la délimitation de leurs frontières. La ligne en pointillé représente approximativement la ligne de démarcation au Jammu-et-Cachemire convenue par l’Inde et le Pakistan. Le statut final du Jammu-et-Cachemire n’a pas encore été fixé d’un commun accord par les parties.

Donateurs de la Campagne (depuis 2003) Americans for UNFPA Bill & Melinda Gates Foundation, par l'entremise d'EngenderHealth European Voice Gouvernement de l’Australie Gouvernement de l’Autriche Gouvernement du Canada Gouvernement de l’Espagne Gouvernement de la Finlande Gouvernement de l’Irlande Gouvernement de l’Islande Gouvernement du Japon (par l'entremise du Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour la sécurité humaine) Gouvernement du Luxembourg Gouvernement de la Norvège Gouvernement de la Nouvelle-Zélande Gouvernement de la Pologne Gouvernement de la République de Corée Gouvernement de la Suède Gouvernement de la Suisse Johnson & Johnson Programme arabe du Golfe pour les organismes de développement des Nations Unies Royaume d’Espagne, Communauté autonome de Catalogne One by One Fondation pour les Nations Unies Virgin Unite Women's Missionary Society of the African Methodist Episcopal Church Zonta International L’UNFPA tient à reconnaître avec gratitude l’appui de ses multiples donateurs au renforcement et à l’amélioration de la santé maternelle dans le monde, au moyen de ses ressources de base, du Fonds d'affectation spéciale pour la santé maternelle et des moyens de financement expressément affectés à la lutte contre les fistules. Nos remerciements vont aussi aux nombreux partenaires et donateurs individuels pour leur collaboration et leur soutien à la Campagne pour éliminer les fistules depuis son lancement.


dépêches novembre 2011