Page 1

FÉVRIER 2012 - N°13 - Ne peut être vendu

SCOOP Le magazine des métiers du journalisme

LES NOUVEAUX JOURNALISTES

SPÉCIALISTES ET

TOUCHE-À-TOUT GRANDS MÉDIAS

VONT-ILS DISPARAÎTRE ? PRESSE QUOTIDIENNE RÉGIONALE

DERNIER BASTION DU JOURNALISME GÉNÉRALISTE JOURNALISTES POLITIQUES UNE ÉLITE SOUS SURVEILLANCE RUE89, SLATE, MÉDIAPART...

LA RÉSISTIBLE ASCENSION DES SITES D’INFORMATION

Publication réalisée par les étudiants de l’ISCPA-Paris


EDITORIAL Michel Baldi

E

_PZ[L[PS\UWYVÄS type de journaliste que les rÊdactions recherchent? Quelles sont les compÊtences les plus prisÊes qui font la diffÊrence lors de l’embauche ? Dans ce contexte de mutations constantes, quelle est la part du dÊveloppement du numÊrique et de l’Êvolution sociÊtale et Êconomique ? On savait dÊjà que les journalistes actuels doivent être polyvalents, mais doivent-ils être essentiellement gÊnÊralistes ou se spÊcialiser dans un domaine ? Dans ce numÊro de SCOOP, des Êtudiants en troisième annÊe de journalisme à l’ISCPA se sont penchÊs sur un thème qui leur parle, puisqu’ils devront bientôt affronter le marchÊ du travail avec leur titre de journaliste en poche. C’est donc avec une curiositÊ mêlÊe d’intÊrêt qu’ils ont dressÊ cet Êtat des lieux de la profession et de son Êvolution. Un constat lucide dans lequel l’implication personnelle ne l’emporte pas sur l’objectivitÊ, dÊmonstration

que l’on peut informer sans prendre parti. Ce n’est pas toujours le cas des journalistes politiques - en cette pÊriode Êlectorale il fallait bien se pencher sur cette Êlite de la profession - souvent rÊduite à l’autocensure et accusÊe de connivence avec ses sources (lire p. 20 à 23.) La presse quotidienne rÊgionale (PQR) est le dernier secteur de la presse Êcrite oÚ le gÊnÊraliste a toujours sa place, à l’inverse de la plupart des mÊdias dans lesquels le journaliste d’aujourd’hui doit être à la fois spÊcialiste et multifonctions (voir dossier p. 18 à 27.) Mais il n’est pas toujours bon de trop se spÊcialiser dans un domaine, car la presse professionnelle et spÊcialisÊe, qui a longtemps ÊtÊ une ruche d’emplois pour de nombreux journalistes, est dÊsormais confrontÊe elle aussi à la concurrence du Web (lire p. 28 à 31.) La lecture de ce numÊro de Scoop vous permettra de comprendre les enjeux que doivent affronter les futurs journalistes pour pouvoir exercer sereinement leur mÊtier. Car le journalisme n’est pas mort, loin de là, mais la profession Êvolue et ses changements sont porteurs de nouvelles opportunitÊs. L’enseignement que nous dispensons prend en compte ces mutations.

SCOOP Une publication rĂŠalisĂŠe par les ĂŠtudiants de l'ISCPA- Paris

Institut des MĂŠdias 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tel: 01 40 03 15 56 Fax +33(0)1 40 03 15 31 Direction Directeur de la RĂŠdaction: Jean Savary Directeur de la Publication: Michel Baldi RĂŠdacteur en chef Pierre le Goupil Maquettiste: Gary Assouline avec FrĂŠdĂŠrique de Runz SecrĂŠtariat gĂŠnĂŠral de rĂŠdaction: Hicham Barrouk et Geoffrey Priol

Journalistes Akaiz Boussayna Assouline Gary Azlag Najoua Barrouk Hicham Deze Fabien Durel JĂŠrĂ´me Grimaux Emmanuelle Lahera Henri Lanen Marie Marie Perrin Priol Geoffrey Le Goupil Pierre Mazelier Sarah Salvat Jean-Baptiste Sekkai Kahina Sudre Sarah Vilsalmon Corentin

Retrouvez toutes les ĂŠditions de SCOOP sur notre site Internet http://www.iscpa-paris.com

FÊvrier 2011 - N°12

Directeur pĂŠdagogique ISCPA Paris



!$  

        Quels enjeux pour nos mĂŠtiers ?

  L’eurojournalisme se fait attendre

" La presse fĂŠminine rĂŠsiste en beautĂŠ

 # Les mĂŠdias pris dans la toile

Publication rÊalisÊe par les Êtudiants de l’ISCPA- Paris

  La saga de LibĂŠration

SCOOP 2012

3


SOMM A 1

MÉDIAS

Les grands paquebots de l'information dans la tourmente 6 Les grands médias vont-ils disparaître ? Par Pierre le Goupil, Jérôme Durel et Marie Lanen

De TF1 au Monde en passant par L’Express et RTL, tous les grands médias traditionnels sont confrontés à l’érosion de leur audience et de leurs revenus. Le lectorat vieillit et les abonnés sont de plus en plus chers à recruter. Attaqués par les petites chaînes qui montent ou par le Web, ils peinent à se défendre.

12 La PQR dernier bastion des infos générales Par Jean-Baptiste Salvat

La PQR est le dernier secteur de la presse écrite où le journaliste généraliste a [V\[LZHWSHJLVƒWHYKtÄUP[PVUPSMH\[­[V\JOLYn[V\[®-HP[ZKP]LYZPUMVSVJHSL politique, Même si les spécialistes (sport, éco surtout) sont recherchés.

14 Rue 89, Slate, Médiapart, ... nouveaux carrefours de l’info Par Kahina Sekkai, Geoffrey Priol et Sarah Mazelier

On les accuse de tuer les grands quotidiens mais on ne connaît pas le mobile du crime. L'information sur Internet menace le modèle économique de la presse, mais cherche encore le sien.

4

SCOOP 2012


M AIRE

SOMMAIRE

2

RÉDACTIONS Le journaliste "couteau suisse" 18 Spécialistes et touche-à-tout Par Boussayna Akaiz Autrefois, un journaliste était par définition un généraliste qui, à l’exemple d’Albert Londres, se mêlait autant de politique que de grand reportage ou de fait divers. Après les globe trotters, place aux experts.

20 Journalistes politiques: une élite sous surveillance Par Kahina Sekkai, Marie Perrin et Gary Assouline

Ils sont spécialistes… de la matière la plus généraliste qui soit : la politique.

22 Portraits de quatre "princes qui font l'élection" Six journalistes politiques "ténors" à la loupe.

24 Se spécialiser, un travail d'experts Par Corentin Vilsalmon Les journalistes experts : une spécialité pour la vie ?

26 Journalistes multi-tâches

La polyvalence dans le cahier des charges Par Hicham Barrouk Rédacteur et SR, JRI et monteur, plus aucun journaliste ne peut ignorer les autres fonctions de sa profession.

3

SUPPORTS Presse spécialisée: les fruits amers de la passion 28 Tous journalistes ? Plus de journalistes... Par Henri Lahera Le pire ennemi du journaliste : son lecteur, quand il se pique d'informer lui aussi

30 Presse pro, presse spé, ce qui marche, ce qui résiste, ce qui ne marche plus Par Fabien Dezé

La presse professionnelle et spécialisée est elle aussi concurrencée par le Web. Comment résister ? Le déclin n'est pas une fatalité et des titres trouvent toujours leur lectorat.

32 Les sept familles des lecteurs Par Najoua Azlag

Dans la famille "enchaînée à son canard", vous avez demandé...

34 Le nouveau courrier des lecteurs Par Emmanuelle Grimmaud Il y a les trolls, les janots, les paraphraseurs, les toujours critiques... Tout un petit monde que le journaliste ne peut plus ignorer.

SCOOP 2012

5


MÉDIAS

Information générale

Les grands paquebots de l'in f Les grands médias vont-ils disparaître ? ,UHJJHWHYHU[K\­[LTWZ KLJLY]LH\KPZWVUPISL®LU proposant une information toujours plus ciblée et transversale, Internet sonne-t-il le glas des grands médias ? Par Pierre le Goupil

6

SCOOP 2012

d


MÉDIAS

n formation

dans la tourmente A

vec l’apparition d’Internet en 1995 et sa montée en puissance depuis les années 2000, les grands médias font face à un nouveau défi. Les ventes ne cessent de baisser depuis l’entrée dans l’ère du numérique. Libération qui diffusait à 170 000 exemplaires par jour en 2000, plafonne aujourd’hui à 120 000. De leur côté, les grandes chaînes de télévision généralistes sont menacées par la multiplication des chaînes de la TNT et voient leur audience baisser. TF1, qui enregistrait des records d’audience à 40 millions de téléspectateurs en 1990, ne plafonne plus "qu’à" 20 millions en 2010. Seuls résistent les JT de la chaîne toujours très suivis, avec en moyenne 6,6 millions de téléspectateurs chaque soir, pas moins qu’il y a dix ans. Mais pour voir une progression, il faut regarder du côté des sites Internet d’information générales qui sont en augmentation. Selon O·2-' 2IÀFHGH-XVWLÀFDWLRQ de la Diffusion), le Figaro revendiquait 40 millions de visites sur son site en décembre 2011 contre 35 millions en janvier 2011, et Libération 20 millions en décembre 2011 contre 18 millions en janvier 2011. «L’info générale a besoin de se renouveler, elle doit trouver sa place entre le besoin d’immédiateté et celui de la spécialisation», constate Cégolène Frisque, sociologue des médias. Crédit: Geoffrey Priol

SCOOP 2012

7


MÉDIAS

Les grands hebdomadaires gÊnÊralistes tentent de tirer leur Êpingle du jeu. Alors que le Nouvel Observateur maintient depuis 2000 ses 500 000 exemplaires par numÊro en moyenne, abonnements inclus, Marianne est quant à lui passÊ de 184 000 exemplaires vendus en 2000 à 264 000 en 2010. Paris Match a par contre vu son nombre de ventes chuter de 40% depuis 2000. La presse magazine menacÊe elle aussi Autre secteur qui connaÎt des fortunes diverses, la presse spÊcialisÊe. Selon CÊgolène Frisque, la presse "mag" est de plus en plus spÊcialisÊe, les presses professionnelles et techniques sont même hyperspÊcialisÊes. En tÊlÊ on voit bien que les chaÎnes spÊcialisÊes se dÊveloppent, alors que celles d’infos gÊnÊrales rencontrent des difÀFXOWpVª. L’essor d’Internet a Êgalement permis à des passionnÊs de crÊer de nouveaux sites dans un domaine bien prÊcis. Jeuxvideo.com est l’exemple type de site d’amateurs passionnÊs, devenus professionnels depuis, ayant dÊpassÊ en terme d’audience les mÊdias professionnels. Il est aujourd’hui un des 20 sites les plus visitÊs du web français. AllocinÊ a connu le même succès durant la dernière dÊcennie, faisant chuter la diffusion des  historiques  Pariscope HW2IÀFLHOGHV6SHFWDFOHV

HQJRQĂ DQWVRQ&$j millions d’euros. Dans le mĂŞme genre, le Nouvel Observateur a rachetĂŠ Rue 89, un de ses plus gros concurrents du Web. La radio elle aussi tire son ĂŠpingle du jeu malgrĂŠ une baisse d’audience vertigineuse depuis l’apparition d'Internet. A titre d’exemple, en 1990, RTL rassemblait près de 26 millions d’auditeurs en moyenne par jour, alors qu’elle n’atteint "que" la moyenne de 6,6 millions en 2011. Mais la radio reste tout de mĂŞme le mĂŠdia prĂŠfĂŠrĂŠ des Français avec 40 millions d’auditeurs par jour dans la semaine, toutes radios confondues. Une presse gĂŠnĂŠraliste qui tente de survivre sur le Net Tous les grands quotidiens ont leur site. Le journal semble n’être plus qu’un supplĂŠment pour approfondir l’actualitĂŠ. C e r t a i n s journaux c o m m e France-Soir ne survivent que sur Internet. Le Web est une nouvelle façon de consommer l’information, permettant au lecteur non plus de lire son journal, mais d’avoir directement une interaction avec le journaliste, et souvent entre lecteurs, via le système de commentaires. Le site Lemonde.fr, par exemple enregistre en moyenne 1, 8 millions de visites par jours, alors que la version papier ne se vend qu’à 286 000 exemplaires. Le Figaro lui, tourne Ă  1, 2 millions de visites par jour sur son site pour 317 000 ventes papier. La presse gĂŠnĂŠraliste ne meurt pas, elle se transforme et migre sur la Toile. Reste Ă  y trouver de quoi remplacer les recettes de diffusion qu'apportait l'ĂŠdition papier. Autrement dit rĂŠpondre Ă  la question : Comment IDLUHSD\HUO LQWHUQDXWH"‡

La presse mag est de plus en plus spĂŠcialisĂŠe voire hyperspĂŠcialisĂŠe

Racheter pour rÊsister La baisse d’audience des chaÎnes gÊnÊralistes ne signifie pas forcÊment une fin pour elles. TF1 a rachetÊ certains de ses concurrents de la TNT comme NT1 et TMC et a rÊalisÊ 11% de EpQpÀFHVVXUFKLIIUHG¡DIIDLUH

8

SCOOP 2012

FEMININ, LE DÉBUT DE LA FIN ? par Marie Lanen

RTL reste la première radio de France, avec plus de 6 millions d’auditeurs chaque matin. MalgrÊ le fait que ce mÊdia ait perdu 75 % de ses auditeurs en 20 ans, elle reste, en tant que radio gÊnÊraliste, la plus ÊcoutÊe de France.

Jusqu’en 2010, la grosse entreprise de la presse fÊminine ne connaissait pas la crise. Avec le lancement cette annÊe de trois nouveaux titres (Envy, Be et Grazia), le marchÊ du fÊminin faisait ÀJXUHGHFRQWUHH[HPSOH Malheureusement, Envy GXJURXSH0DULH&ODLUH Qҋ\ DSDVVXUYpFX)DOODLWLO\ YRLUXQVLJQHDYDQWFRXUHXU d’un dÊbut de crise ? Une chose est sÝre, les chiffres 2012 de l’OJD sont là , )HPPH$FWXHOOH   0DULH&ODLUH  RX HQFRUH*ODPRXU   n’y Êchappent pas. Quant aux deux petits nouveaux %HHW*UD]LDLOVDIÀFKHQW UHVSHFWLYHPHQW HW8QHEDLVVH VLJQLÀFDWLYHTXLGpPRQWUH que la presse fÊminine ne IDLWSOXVÀJXUHGҋH[FHSWLRQ Une presse qui lasse ? Outre les incontournables marronniers comme "perdre du poids" (avant l’ÊtÊ, après NoÍl, pour la rentrÊe), les unes et les sommaires dÊclinent les mêmes thèmes, et ne personnalisent que le dosage du cocktail sexe, sÊduction, shopping et SV\FKRWHVWV/HPLURLUTXH tend la presse fÊminine: une femme belle, mince, heureuse dans son couple et en recherche d’une sexualitÊ harmonieuse ODVVHWLO"Certains articles culpabilisent les femme: il faut être jolie quoi qu’il arrive et surtout mince et sympa en toutes circonstances, lance


MÉDIAS

(PHOLQHÀGqOHOHFWULFH de magazines fÊminins. Trois euros pour se sentir grosse et moche, on peut ÀQLUSDUWURXYHUFHODWURS cher. Les rÊsistants On peut dÊgager trois modèles de fÊminins qui rÊsistent tout de même jODFULVH&DXVHWWHOH magazine fÊminin qui ne prend pas les femmes pour des quiches, aurait multipliÊ par cinq ses ventes depuis son ODQFHPHQWHQ&ҋHVW en proposant une ligne Êditoriale originale, un magazine fÊminin du cerveau plus que du capitonTXH&DXVHWWH parvient à Êquilibrer ses comptes tout en ne prenant que très peu de pages de publicitÊ. Autre modèle, sans doute plus lucratif,Vogue Paris qui DIÀFKHXQHKDXVVHGH /HPDUFKpGXOX[H fait toujours autant rêver. &HPDJD]LQHQpLO\DSOXV de 90 ans ne fait pas son

âge! Mais le record, avec XQHKDXVVHGH est attribuÊ à Top SantÊ, considÊrÊ comme un magazine fÊminin. Les nombreux scandales liÊs à la santÊ (MÊdiator, prothèses PIP), n’y sont sans doute pas Êtrangers. FIGHYHQWHDX numÊro payÊe par acheteur A l'opposÊ l'un de l'autre, Causette et Vogue enregistrent des hausses importantes depuis 2010. C'est l'inverse pour le magazine Glamour.

ÉVOLUTION DE LA DIFFUSION DE 2000 À 2010 LES NEWS MAGAZINES (en diffusion France payÊe) Paris Match 1990: 1 000 000 ex. 2010: 626 178 ex. Courrier International 2002: 150 433 ex. 2010: 202 557 ex. Le Nouvel Observateur 2000: 471 000 ex. 2010: 503 401 ex. L’Express 1990: 700 000 ex. 2010: 432 418 ex.

RADIO (en % audience) RTL 2000 15,1% 2010 12,3% France Inter 2000 10,9% 2010 10% Europe 1 2000 10,9% 2010 9,7% France Info 2000 11,5% 2010 8,2%

LES QUOTIDIENS NATIONAUX (en diffusion France payĂŠe) Le Figaro 2000: 360 909 ex 2010: 318 909 ex. LibĂŠration 2000: 169 011 ex. 2010: 115 952 ex. Le Monde 2000: 392 772 ex. 2010: 269 990 ex. Le Parisien 2000: 486 145 ex. 2010: 285 400 ex.

TÉLÉVISION (en % audience) TF1 2000: 32% 2010: 25% France 2 2000: 21% 2010: 18% France 3 2000 18% 2010: 10%

SCOOP 2012

9


MÉDIAS

iPad : Pourquoi la presse ne met pas les pieds sur la tablette ? A la sortie de l’iPad en 2010, la presse écrite avait beaucoup misé sur cette nouvelle façon de consommer l’information. Bilan deux ans après. Par Jérôme Durel et Geoffrey Priol

S

ur tablette on connaissait déjà l’application qui permet de lire le site web de son journal préféré. Il est maintenant possible de s’abonner pour recevoir chaque matin un exemplaire de son quotidien au format électronique. Le modèle a partiellement convaincu aux Etats-Unis, où l’étude du MPA (Magazine Publisher of America) montre que 41% des possesseurs de tablettes déclarent s’être abonnés à un journal. De plus, avec le lancement de l’IOS 5 en septembre dernier, l’achat de journaux et la possibilité de les stocker avec l’application kiosque incite les utilisateurs à mettre la main à la poche. En revanche, l’ensemble des syndicats de la presse française ont décidé de boycotter l’iPad en précisant dans un communiqué commun que: "Les conditions commerciales imposées par Apple sont aujourd’hui inacceptables. Elles fragilisent le modèle économique de la presse et réduisent à terme les choix proposés aux internautes.” Ils dénoncent notamment l’impossibilité d’offrir des abonnements couplés comprenant papier, web et tablettes. Les éditeurs regrettent également de ne plus avoir les coordonnées des clients, les organes de presse étant ainsi privés de données marketing essentielles. iCher Cette brouille ne doit pas occulter le fait que le format électronique

10

SCOOP 2012

40

MILLIONS, C'EST LE NOMBRE D'IPAD VENDUS SUR TERRE EN 18 MOIS

pourrait bien être l’avenir de la lecture des quotidiens et magazines comme du livre. Le lecteur y gagne en terme d’archivage, de poids, de multimédia (vidéo et/ou son) et, en principe, de prix. Car pour l’éditeur, si développer une version iPad représente un investissement, les coûts de fabrication disparaissent, tout comme ceux d’envoi aux clients. Mais si l'on n'assiste pas au déferlement annoncé des abonnements à des journaux sur iPad, c'est que

la tablette est d'avantage utilisée comme accès facile et maniable à Internet que comme liseuse. Pourquoi payer pour s’abonner à un magazine si son contenu est disponible pour l'essentiel gratuitement sur le Web à partir du même outil ? Poser cette question, c'est poser celle du modèle économique des quotidiens et magazine et de leurs sites web: peut-on vendre d'un côté ce qu'on donne de l'autre ?

La presse sur tablette est un marché potentiel énorme. A condition de se soumettre aux conditions d'Apple : l’iPad à lui seul, représente 66% des tablettes vendues.


MÉDIAS

La PQN peut-elle se passer de l'iPad ? En dix ans, près des trois quarts des titres de la presse quotidienne nationale ont vu leurs diffusions totales payÊes chuter. Si l’HumanitÊ rÊsiste (-4,36%) LibÊration, Le Monde et Le Figaro sont à la peine avec respectivement -30,18%, -22,26% et -10,88% de baisse en 10 ans. Parmi les quotidiens qui sortent leur Êpingle du jeu, La Croix s’offre une progression de presque 15%. Les journaux qui ont une baisse assez faible, voire nulle pour certains, sont des journaux marquÊs par une ligne Êditoriale ELHQGpÀQLHTXHFHVRLWODUHOLJLRQ pour La Croix ou bien encore l'engagement comme l’HumanitÊ. Pour certains quotidiens comme France-Soir, la baisse de plus de moitiÊ a eu raison du support papier dont le dernier numÊro est sorti en dÊcembre 2011. La baisse des recettes publicitaires a accentuÊ la crise de la presse. En 2009, la publicitÊ a reculÊ de 10% à 30% en moyenne selon les WLWUHV‡

"L'ARRĂŠT DU PAPIER EST PLUS QU'ENVISAGEABLE" Par Geoffrey Priol

&RPPHQWH[SOLTXH]YRXVODFKXWH des quotidiens nationaux ? L’une des raisons est la perte du lien qui unissait un titre de presse nationale à son lecteur. Un journal, via ses articles, Êtait un mÊdia WHXUHWH[SOLTXDLWGHVIDLWVDÀQGH donner à son lecteur une opinion. Aujourd’hui, les quotidiens natio naux sont plus dans une optique Êconomique et commerciale. Les



Diffusion 2001

Diffusion 2011

Evolution

513 585 372 661 415 324 174 310 153 048 102 097 91 662 82 314 51 518

462 535 332 120 322 872 121 707 121 203 75 070 105 363 71 290 49 271

- 9,94% -10,88% -22,26% -30,18% -20,81% -26,47% 14,95% -13,39% -4,36%

chefs d’Êditions sont plus intÊres sÊs par la vente à court terme. Ils proposent des articles qui vont faire le buzz. Il y avait une volontÊ d’informer dans les articles qu’on Êcrivait auparavant alors que maintenant nous sommes plus dans une optique de divertisse PHQW4XҋHVWFHTXLYDLQFLWHUXQ lecteur à prendre le journal ? Il n’y a plus de grands articles de fond, ni de reportage de qualitÊ qui Êtaient vecteurs d’un lien politique et social. Le support papier pour la PQN SHXWLOVXUYLYUHHQFRUHORQJWHPSV" L’arrêt du papier est plus qu’envi sageable. Il n’est pas dans les possibilitÊs des titres quotidiens de supplanter les plateformes Internet et tablettes. L’activitÊ

(Source: OJD)

(cc Ophelia Noor/Owni.fr)

Vincent Truffy, journaliste Ă 0HGLDSDUWHWFRDXWHXUGHOŇ‹DUWLFOH SXEOLpHQMDQYLHU&ULVHGH la presse : de quoi les journaux PHXUHQWLOV"GRQQHVRQDYLVVXUOD PQN qui meurt Ă  petit feu.

Le Parisien Aujourdhui en France Le Figaro Le Monde LibĂŠration Les Echos La Tribune La Croix France-Soir LHumanitĂŠ

papier perd systÊmatiquement son lectorat qui va vers le sup SRUWQXPpULTXH&HWWHEDLVVHGHV ventes des quotidiens ne permet plus d’Êquilibrer les comptes et toutes les principales rÊdactions doivent penser à un basculement complet vers le numÊrique. Et certains titres de presse y pensent dÊjà comme LibÊration.

SCOOP 2012

11


MÉDIAS

La PQR: dernier bastion des infos gÊnÊrales ? Les nouvelles gÊnÊrations de journalistes se spÊcialisent de plus en plus. Une Êvolution qui touche Êgalement la Presse Quotidienne RÊgionale (PQR), mais KHUZ\ULTVPUKYLTLZ\YL3H789YLM\NLK\QV\YUHSPZ[L­nSHUJPLUULŽ&

Par Jean-Baptiste Salvat

La Presse quotidienne rĂŠgionale parvient Ă se maintenir en tant que grand mĂŠdia gĂŠnĂŠraliste et se pose en dernier refuge des journalistes d'"info gĂŠnĂŠ". CrĂŠdit: JB. Salvat

L

e phĂŠnomène de spĂŠcialisa- se dĂŠveloppent, alors que celles tion concerne l’ensemble du d’info gĂŠnĂŠraliste rencontrent des monde mĂŠdiatique, tous supports GLIĂ€FXOWpVÂŞexplique CĂŠgolène confondus, mais Frisque, MaĂŽtre s’est accĂŠlĂŠrĂŠ AVEC PRĂˆS DE 760 000 de confĂŠrence en depuis les deux EXEMPLAIRES PAR JOUR, sociologie Ă l’Unidernières dĂŠcĂŠOUEST FRANCE FAIT AUSSI versitĂŠ de Nantes. nies. L’arrivĂŠe La PQR rĂŠsiste Ă  des nouvelles BIEN QUE LE FIGARO, ce phĂŠnomène, car technologies a LE MONDE, LIBÉRATION ET ÂŤ mĂŞme s’il existe rendu l’informa- L’HUMANITÉ RÉUNIS. aussi des grosses tion encore plus rĂŠdactions en rĂŠimmĂŠdiate et le public, de mieux gion, oĂš l’on observe une forme en mieux informĂŠ, est devenu de spĂŠcialisation thĂŠmatique, plus exigeant. ÂŤEn tĂŠlĂŠ on voit HOOHQ¡HVWSDVIRUFpPHQWULJLGHÂŞ bien que les chaĂŽnes spĂŠcialisĂŠes poursuit-elle. Si la PQR se porte

12

SCOOP 2012

mieux que la PQN au regard des tirages, (Ouest France, est le seul titre français dans les 100 premiers quotidiens payants mondiaux, à la 76ème place), le manque de PR\HQVÀQDQFLHUVHWG¡HIIHFWLIV IDYRULVHOHVSURÀOVGHUpGDFWHXUV capables d’Êcrire vite et bien sur diffÊrents thèmes. Yannick Jouan-Jan, fondateur du site Orleansinfos.fr il y a trois ans, FRQÀUPHŠOn reste touche-à-tout, on n'a pas forcÊment les moyens de sortir tous les jours un papier Êcrit par un spÊcialiste. Mais on ne


MÉDIAS

s’interdit pas de faire appel à des journalistes spÊcialisÊs, notamment pour des piges en sport ou HQFXOWXUHª Dans le même temps, il dÊfend l' aspiration à une forme de libertÊ qu’offre encore la profession, une certaine vision du journalisme, et se montre formel :  Je ne pourrais pas rester toujours sur la même thÊmatique ! Cela ne me dÊrange pas de faire un fait divers. Un des avantages du mÊtier est qu’on ne sait pas toujours de quoi est fait QRWUHDJHQGDª renchÊrit-il. La journÊe du journaliste de PQR ne commence pas toujours par la lecture des leads de l’AFP ou de Reuters comme dans une rÊdaction nationale. Il faut se tenir au courant de tous les Êvènements et connaÎtre le who’s who local. Dans une même journÊe, le journaliste peut interviewer l’entraineur de l’Êquipe de foot local qui monte d’une division, rencontrer un Êdile jPLGLSRXUÀQLUHQFRXYUDQWOH conseil municipal du chef-lieu. /DÀQG¡XQP\WKH Pour CÊgolène Frisque, on observe en rÊalitÊ ŠODÀQGXP\WKHG¡XQPpWLHUFRPPXQª ce que Denis Ruellan dÊcrit comme une fragmenWDWLRQGXPpWLHUGHMRXUQDOLVWHª Albert Londres, Joseph Kessel, Ernest Hemingway‌ ou même Tintin (!), c’est du passÊ ! Le tra-

La presse rĂŠgionale se KP]LYZPĂ„LL[ propose son contenu sur les tablettes tactiles. DR

­*LZ[\U avantage et un dÊsavantage d’être O`WLYZWtJPHSPZtŽ Nicolas Desroches, Journal de Saôneet-Loire

LE WEB RĂ&#x2030;GIONAL, UN EXEMPLE Ă&#x20AC; SUIVRE 3DU-HDQ%DSWLVWH6DOYDW ÂŤ Internet nous offre les outils nĂŠcessaires pour rendre lâ&#x20AC;&#x2122;information accessible. Âť Il y a trois DQV<DQQLFN-RXDQ-DQODQoDLW Orleansinfos.fr, et le succès est DXUHQGH]YRXVSXLVTXHOHVVHXLOV de rentabilitĂŠ commencent Ă ĂŞtre atteints. Il part dâ&#x20AC;&#x2122;un constat simple: ÂŤOn a du Web tout le temps dans sa poche ! Âť, avec le dĂŠveloppe

vail du journaliste nâ&#x20AC;&#x2122;est plus aussi homogène que le laisse penser la reprĂŠsentation que la profession se fait dâ&#x20AC;&#x2122;elle-mĂŞme. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, et de plus en plus, une plume est au service dâ&#x20AC;&#x2122;une rubrique, parfois dâ&#x20AC;&#x2122;une sous-rubrique, oĂš les journalistes spĂŠcialistes sont cantonnĂŠs. Les infos gĂŠnĂŠrales elles, donnent le tempo de lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ chaude et Ă&#x20AC;[HQWXQFDGUHKLpUDUFKLVpGDQV lequel chaque ĂŠlĂŠment prend sa place. Š2QIDLWXQSHXRIĂ&#x20AC;FHG¡DJHQFH de presse pour la Presse QuotiGLHQQH1DWLRQDOHÂŞ ironise Nicolas Desroches, journaliste au Journal de SaĂ´ne et Loire et vainqueur du TrophĂŠe du Scoop 2011 aux Victoires de la presse, organisĂŠes par lâ&#x20AC;&#x2122;Association mondiale des journaux (Wan-Ifra), pour son article qui lancera lâ&#x20AC;&#x2122;affaire MĂŠdiator, près dâ&#x20AC;&#x2122;un mois avant que le Figaro ne le reprenne (sans avoir dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs

ment des smartphones et autres tablettes numĂŠriques. Il sâ&#x20AC;&#x2122;agit presque dâ&#x20AC;&#x2122;un mariage de raison : le Web permet la proximitĂŠ avec le lecteur, et cette proximitĂŠ est jus tement une des forces de la PQR. La presse ĂŠcrite a dâ&#x20AC;&#x2122;abord trans posĂŠ le journal et ses contenus en ligne, mais quel intĂŠrĂŞt dâ&#x20AC;&#x2122;acheter le papier dès lors ? Depuis, la plupart des titres ont compris quâ&#x20AC;&#x2122;il faut diffĂŠrencier lâ&#x20AC;&#x2122;info, exploiter la richesse du Web 2.0 et que lâ&#x20AC;&#x2122;offre Web doit ĂŞtre complĂŠmentaire du papier. Le journaliste a la possi

la dĂŠlicatesse de le mentionner.) ÂŤCâ&#x20AC;&#x2122;est un avantage et u n d ĂŠ s a v a n t a g e d â&#x20AC;&#x2122; ĂŞ t re K\SHUVSpFLDOLVpÂŞ, lance-t-il. Le journaliste dâ&#x20AC;&#x2122;infos gĂŠnĂŠralistes a lâ&#x20AC;&#x2122;avantage dâ&#x20AC;&#x2122;ÂŤavoir une approche transversale, moins restrictive, GH SRXYRLU WRXW UHOLHUÂŞ Si près de 60% de ses articles concernent lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie, il ĂŠcrit aussi en santĂŠ ou en culture et rĂŠalise des interviews en dehors de son domaine de prĂŠdilection. ÂŤJâ&#x20AC;&#x2122;ai fait ce boulot parce que je suis curieux et que jâ&#x20AC;&#x2122;aime UHQFRQWUHUOHVJHQVÂŞ expliquet-il. ÂŤOn est de plus en plus cross-media, on ĂŠcrit pour le Web qui nous permet de faire de la photo, de la vidĂŠo et du son, on publie sur les rĂŠseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. On est au plus proche des gens, câ&#x20AC;&#x2122;est ça qui est LQWpUHVVDQWÂŞÂ&#x2021;

bilitĂŠ de faire de la vidĂŠo, du son, du texte, de la photo, mais aussi dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre prĂŠsent sur les rĂŠseaux sociaux et dâ&#x20AC;&#x2122;interagir avec le lec torat. Le principal, câ&#x20AC;&#x2122;est dâ&#x20AC;&#x2122;innover. La par ticularitĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;Orleansinfos.fr? Rendre lâ&#x20AC;&#x2122;info accessible aux malvoyants. 8QHGLIĂ&#x20AC;FXOWpVXSSOpPHQWDLUH mais un atout ĂŠgalement puisque lâ&#x20AC;&#x2122;offre de PQR pour malvoyants est quasi inexistante. Le Web permet plus de proximitĂŠ, plus de rĂŠactivitĂŠ, et un enrichissement considĂŠrable du contenu.

SCOOP 2012

13


MĂ&#x2030;DIAS

La rĂŠsistible ascension des sites gĂŠnĂŠralistes Lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat de la presse ĂŠcrite par Internet est annoncĂŠ depuis des annĂŠes. 3H JO\[L KL SH ]LU[L KLZ X\V[PKPLUZ UH[PVUH\_ JVUĂ&#x201E;YTL JL ZJtUHYPV THPZ le mobile du crime reste inconnu : les sites peinent Ă trouver leur ĂŠquilibre Ă&#x201E;UHUJPLYL[TvTLSL\YTVKuSLtJVUVTPX\L Par Kahina Sekkai

D

epuis le dĂŠbut des annĂŠes 2000, les sites dâ&#x20AC;&#x2122;information gĂŠnĂŠraliste sur Internet croĂŽssent et se multiplient, tandis que la diffusion des grands quotidiens ne cesse de se rĂŠduire. Pourtant, quâ&#x20AC;&#x2122;il sâ&#x20AC;&#x2122;agisse des sites ÂŤ pure players Âť, dont lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ est menĂŠe uniquement sur la Toile, ou bien des sites de titres de presse existants, le succès dâ&#x20AC;&#x2122;audience nâ&#x20AC;&#x2122;a pas dĂŠbouchĂŠ sur la rĂŠussite Ă&#x20AC;QDQFLqUH(QFDSWDQWOHFWRUDWHW publicitĂŠ, ces sites tuent le modèle ĂŠconomique de la presse ĂŠcrite, mais sans en proposer de nouveau en remplacement. Si les sites spĂŠcialisĂŠs dans lâ&#x20AC;&#x2122;automobile, le cinĂŠma, lâ&#x20AC;&#x2122;immobilier ou la musique sont SURĂ&#x20AC;WDEOHVJUkFHjODSXEOLFLWp ou aux petites annonces, marchĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;ils ont littĂŠralement phagocytĂŠ, les sites dits ÂŤ gĂŠnĂŠralistes Âť sont presque tous Ă la recherche de leurs revenus. Seul Lemonde.fr dit ĂŞtre rentable, avec une formule semipayante : pour six euros par mois, lâ&#x20AC;&#x2122;internaute a accès Ă  des articles plus complets et aux archives. Mais le site existerait-il encore sans lâ&#x20AC;&#x2122;appui du quotidien du soir? De quoi remplirait-il sa home et ses newsletters quotidiennes sâ&#x20AC;&#x2122;il nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait pas adossĂŠ Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe dâ&#x20AC;&#x2122;un des quotidiens les plus vendus ? DĂŠlivrer de lâ&#x20AC;&#x2122;information au moindre coĂťt, câ&#x20AC;&#x2122;est le dilemme des sites pure players qui, eux,

14

SCOOP 2012

ne peuvent compter que sur leurs propres forces. Tendance montante, les internautes en deviennent les auteurs, bĂŠnĂŠvoles RXSUHVTXH&HULVHVXUOHJkWHDX ce système crĂŠe un sentiment dâ&#x20AC;&#x2122;appartenance, comme Rue89 et ses ÂŤriverainsÂť, communautĂŠ de lecteurs-blogueurs. Dernier-nĂŠ gĂŠnĂŠraliste, le Plus, addition participative au Nouvelobs.com, compte 24 000 inscrits depuis son ouverture, en mai 2011. Pourtant, la

rĂŠdactrice en chef, Aude Baron, dit ŠSULYLOpJLHUXQĂ X[TXDOLWDWLIj XQĂ X[TXDQWLWDWLIÂŞ. Le travail des ĂŠquipes du Plus se divise en trois axes : ÂŤdâ&#x20AC;&#x2122;abord la sĂŠlection parmi les articles envoyĂŠs, [â&#x20AC;Ś], ensuite la UHFKHUFKHGHWDOHQWVHWHQĂ&#x20AC;QO¡pGLWLRQ et la mise en forme. Le participatif est une autre façon de faire du MRXUQDOLVPHÂŞ Le site prĂŠvoit mĂŞme de mettre en place un ÂŤsystème pour rĂŠcompenser les meilleurs SDUWLFLSDQWVOHVSOXVĂ&#x20AC;GqOHVÂŞ. Rien GHĂ&#x20AC;QDQFLHUSUpFLVHWHOOHÂŤdes bons

CrĂŠdit: J.B Salvat


MĂ&#x2030;DIAS

FDGHDX[GHVDERQQHPHQWVÂŞ. Pour la journaliste, le problème de ces sites est quâ&#x20AC;&#x2122;ils sont trop gĂŠnĂŠralistes : ÂŤLa diffĂŠrence entre un site spĂŠcialisĂŠ et un site gĂŠnĂŠraliste, câ&#x20AC;&#x2122;est la valeur ajoutĂŠe. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, sur Internet, il vaut mieux ĂŞtre très bon sur deux ou trois choses que PR\HQSDUWRXWÂŞ Cette envie de ne louper aucun secteur de lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ SRXVVHSDUIRLVDXEkWRQQDJHGH dĂŠpĂŞche, pratique qui ÂŤne marche SDVVXUOH:HEÂŞ, de plus en plus demandeur dâ&#x20AC;&#x2122;une information de qualitĂŠ, crĂŠdible et approfondie. /¡DWWDFKHGHODŠPDLVRQPqUHÂŞ La question de la crĂŠdibilitĂŠ se pose diffĂŠremment pour les sites issus de rĂŠdactions papier. ÂŤUn site adossĂŠ Ă une maison PqUH SURILWH GH VRQ LPDJHÂŞ explique Johan Hufnagel, rĂŠdacteur en chef de Slate.fr. ÂŤLa maison mère est une marque, HWGLVSRVHG¡XQHFRQĂ&#x20AC;DQFHDVVH] IRUWHÂŞ auprès des lecteurs. Les lecteurs qui ont dĂŠcouvert Slate, Rue89 ou MĂŠdiapart accepteraient de sauter dans l'inconnu alors que ceux de Liberation.fr ou Lemonde.fr savaient ce qu'ils allaient trouver. Du cĂ´tĂŠ des sites attachĂŠs Ă  un titre de presse existant, la question du modèle ĂŠconomique reste la mĂŞme. Certains magazines proposent des offres dâ&#x20AC;&#x2122;achat de publicitĂŠ liĂŠes papier et Web. Mais cette synergie nâ&#x20AC;&#x2122;est quâ&#x20AC;&#x2122;une façon de camoufler un phĂŠnomène de vases communicants : toujours plus de pub sur la Toile, de moins en moins sur le papier. Pour Aude Baron, rĂŠdactrice en chef du Plus, lâ&#x20AC;&#x2122;appui dâ&#x20AC;&#x2122;une maison mère est fondamental :ÂŤOn ne pourrait pas exister sans lâ&#x20AC;&#x2122;Obs. Au quotidien, nous sommes sept, ce qui serait impossible sans le soutien GXPDJD]LQHÂŞ La jeune femme poursuit : ÂŤAujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, tout lâ&#x20AC;&#x2122;enjeu, câ&#x20AC;&#x2122;est exister seul, c'est très compliquĂŠ. Il nâ&#x20AC;&#x2122;y a pas de vrai modèle ĂŠconomique sur

LE HUFFPO.FR SE LANCE AVEC LE MONDE

OH1HWÂŞ , dĂŠplore-t-elle. Du coup, le rachat de Rue89 par le ÂŤ Nouvel Obs Âť, sonne comme un aveu dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchec de la nouvelle ĂŠconomie, incapable de trouver seule les moyens de son ĂŠmancipation. Car tout se vend et tout sâ&#x20AC;&#x2122;achète sur le Webâ&#x20AC;Ś sauf lâ&#x20AC;&#x2122;information.

Par Sarah Mazelier

AFP, Martin Bureau

3D\HU UHVWH PLQRULWDLUH VXU Internet Pour Johan Hufnagel, ÂŤrĂŠussir Ă faire payer les gens sur ,QWHUQHW F¡HVW H[FHSWLRQQHOÂŞ de par la fonction première du Web, ÂŤun lieu de circulation de lâ&#x20AC;&#x2122;information sans le mur GXSD\DQWÂŞ. Mediapart, qui se GpĂ&#x20AC;QLWVXUVRQVLWHFRPPHÂŤun journal dâ&#x20AC;&#x2122;information numĂŠrique, LQGpSHQGDQW HW SDUWLFLSDWLIÂŞ, coĂťte neuf euros par mois. Dans ÂŤLe projet MediapartÂť, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe DIĂ&#x20AC;UPHV¡DGUHVVHUŠjXQHFOLHQWqOH que ni lâ&#x20AC;&#x2122;offre papier existante ni lâ&#x20AC;&#x2122;offre en ligne ne satisfont aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui Âť. Et les journalistes dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvoquer cette pĂŠriode entre crise de la presse papier et croissance du Web, en manque de modèle ĂŠconomique stable. Un modèle de dĂŠveloppement payant, tentĂŠ par de nombreux titres de presse, mais qui a ĂŠchouĂŠ Ă  de nombreuses reprises, y compris outre-Atlantique. Aux Etats-Unis, le ÂŤNew York TimesÂť et le ÂŤWall Street JournalÂť, deux mastodontes amĂŠricains GHO¡LQIRUPDWLRQRQWPLVĂ&#x20AC;Qj leurs tentatives après des ĂŠchecs

Arianna Huffington a crĂŠĂŠ le Huffington Post en 2005 CrĂŠdit: trulyrightview.com

Un nouveau site dâ&#x20AC;&#x2122;information a fait son DSSDULWLRQOHMDQYLHU dans le paysage du web IUDQoDLVOH+XIĂ&#x20AC;QJWRQ3RVW fr. Fruit d'un partenariat entre le banquier Mathieu Pigasse, Arianna +XIĂ&#x20AC;QJWRQODIRQGDWULFHGX site amĂŠricain et le journal /H0RQGHOH+XIISRIUD fusionnĂŠ avec Le Post, site participatif du quotidien. Il est calquĂŠ sur le modèle DPpULFDLQGX+XIĂ&#x20AC;QJWRQ 3RVW&HVLWHQRYDWHXU repose sur la participation bĂŠnĂŠvole de contributeurs, DPDWHXUVjHWDXVVL de journalistes. Si ce site avait pour vocation de donner la parole Ă tous les partis politiques on lui a un temps reprochĂŠ sa proximitĂŠ avec le Tea Party, aile droite du parti rĂŠpublicain. De nombreuses cĂŠlĂŠbritĂŠs RQWpFULWSRXUOH+XIIWHO que Barack Obama, David &DPHURQ0LFKDHO0RRUH RXHQFRUH+LOODU\&OLQWRQ 3RXUODYHUVLRQIUDQoDLVH Anne Sinclair est devenue directrice ĂŠditoriale, David Kessler le directeur de la publication et Paul Ackermann le rĂŠdacteur en chef. De mĂŞme que pour la version amĂŠricaine du +XIĂ&#x20AC;QJWRQ3RVWOHVLWH mĂŠlangera informations, divertissement, opinions et blogs ĂŠcrits par toutes sortes d'intervenants, dont des cĂŠlĂŠbritĂŠs. Il traitera l'actualitĂŠ et la politique, mais aussi la culture, les mĂŠdias ou le "lifestyle".

SCOOP 2012

15


MĂ&#x2030;DIAS

Ă DJUDQWV0DLVOHWHUPHG¡pFKHF comme celui de succès restent Ă GpĂ&#x20AC;QLU(TXLOLEUHUVHVFRPSWHV est-il un succès ? La question se pose ĂŠgalement en France, depuis quâ&#x20AC;&#x2122;Edwy Plenel, prĂŠsident et directeur de la rĂŠdaction de Mediapart, a annoncĂŠ ÂŤne plus perdre dâ&#x20AC;&#x2122;argentÂť depuis lâ&#x20AC;&#x2122;automne dernier. Plus de 47 000 personnes sont dĂŠsormais abonnĂŠes au site lancĂŠ par lâ&#x20AC;&#x2122;ancien du Monde.

Un canard pas enchaĂŽnĂŠ Ă la Toile

Les derniers instants du papier ? Internet, coupable dĂŠsignĂŠ dans la chute des ventes des journaux, devrait les pousser Ă lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution selon Aude Baron, rĂŠdactrice en chef du Plus. ÂŤIl faut trouver une valeur ajoutĂŠe. Il faut que le papier sâ&#x20AC;&#x2122;adapte, avec des articles peut-ĂŞtre SOXVDSSURIRQGLVÂŤÂŞ. Le problème posĂŠ est ĂŠgalement celui de lâ&#x20AC;&#x2122;immĂŠdiatetĂŠ ÂŤqui est maintenant VXU,QWHUQHWÂŞ, causant du tort aux quotidiens. ÂŤMais des titres comme "XXI" montrent quâ&#x20AC;&#x2122;avec une forte valeur ajoutĂŠe, il y a des acheteurs. La pratique de la presse ĂŠcrite ne disparaĂŽtra pas, parce que la lecture sur Internet nâ&#x20AC;&#x2122;a pas cette facilitĂŠ, ni PRELOLWpGRQWGLVSRVHOHSDSLHUÂŞ Et pour lâ&#x20AC;&#x2122;ancienne journaliste du Post. fr, le prix des tablettes et liseuses en fait un produit que tout le monde ne DĂŠlivrer de peut possĂŠder. MalgrĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;absence lâ&#x20AC;&#x2122;information au de pĂŠrennitĂŠ ĂŠ c o n o m i q u e moindre coĂťt, pour les sites web, les journaux câ&#x20AC;&#x2122;est le dilemme meurent. La d i s p a r i t i o n des sites pure dâ&#x20AC;&#x2122;un quotidien emblĂŠmatique, players ÂŤFrance SoirÂť, en est encore une SUHXYHĂ DJUDQWHÂŤCâ&#x20AC;&#x2122;est une pĂŠriode GLIĂ&#x20AC;FLOH0DLVF¡HVWDXVVLFHTXLHVW EHDXGDQVFHWWHSpULRGHÂŞ, perçoit Johan Hufnagel, optimiste. Mais selon lui, ÂŤĂŠriger des modèles tout payant ou tout gratuit est une erreur, LOIDXWLQYHQWHUVRQSURSUHPRGqOHÂŞ *URVVHPLVVLRQHQSHUVSHFWLYHÂ&#x2021;

16

SCOOP 2012

Louis-Marie Horeau, rÊdacteur en chef adjoint au Canard EnchaÎnÊ, lors d'une perquisition au siège du journal, dans le cadre de l'affaire Cleastream, le 11 mai 2007. CrÊdit: AFP

48(67,216­ /RXLV0DULH+RUHDX rĂŠdacteur en chef DGMRLQWGX&DQDUG EnchaĂŽnĂŠ Sans revenus publicitaires FRPPHQWOHŠ&DQDUG (QFKDvQpÂŞYLWLO" Le coĂťt de fabrication est très faible: pas de papier glacĂŠ, seulement huit pages. Ensuite, nous sommes une petite ĂŠquipe de rĂŠdaction. Avec un million d'abonnements et de ventes en kiosque, le journal s'en sort très bien. &RQWUDLUHPHQWjG DXWUHV mĂŠdias, nous sommes EpQpĂ&#x20AC;FLDLUHVDYHFXQ taux de marge sur chiffre GŇ&#x2039;DIIDLUHGHVRLW millions d'euros en 2011. 3RXUTXRLOH&DQDUG EnchaĂŽnĂŠ refuse une version Web ? Tous les sites d'informations sont dĂŠficitaires, pas forcĂŠment en dĂŠficit grave, mais dĂŠficitaires tout de mĂŞme. Nous nâ&#x20AC;&#x2122;avons pas envie de nous lancer GHGDQV&RQVWLWXHUXQH ĂŠquipe de spĂŠcialistes

informaticiens, agrandir l'ĂŠquipe de rĂŠdaction nous coĂťterait plus cher. Or, on sait que les journaux qui dĂŠclinent une version Web sont doublement perdants : les lecteurs se contentent de la version Web au dĂŠtriment des journaux papiers. MĂŞme si on ne mettait qu'une personne sur le site, il n'y a pas de garantie que la personne suive la ligne ĂŠditoriale. Un article engage toujours le journal oĂš il paraĂŽt. Trop risquĂŠ... Les nouveaux sites dits dâ&#x20AC;&#x2122;investigation tels que 6ODWH5XHRX0pGLDSDUW UHSUpVHQWHQWLOVXQH concurrence dangereuse ? Non, absolument pas. Leur apparition nâ&#x20AC;&#x2122;a en rien affectĂŠ nos ventes. Si on regarde la courbe de nos ventes, ces sites ne nous font aucun tort. Lâ&#x20AC;&#x2122;information dite dâ&#x20AC;&#x2122;investigation est comme une fĂŞte, plus on est nombreux sur ces sujets, plus ont rit. $XFRQWUDLUHoDSURGXLW XQHIIHWGŇ&#x2039;pPXODWLRQoD nous stimule ! Par Sarah Mazelier


MĂ&#x2030;DIAS

RUE89: DU SITE AU MAG Par Boussayna Akaiz

&UppHQSDUGHV anciens de LibĂŠration, le site web dâ&#x20AC;&#x2122;information ZZZUXHFRPDODQFp en juin 2010 un magazine mensuel. ÂŤNotre motivation est dâ&#x20AC;&#x2122;espĂŠrer toucher un lectorat diffĂŠrent avec le magazineÂť dĂŠclare Yann GuĂŠgan, rĂŠdacteur en chef adjoint. Le contenu ne diffère pas vraiment dâ&#x20AC;&#x2122;un support Ă un autre: ÂŤIl y a un travail de rĂŠadaptation des textes du Web au magazine, mais le contenu est le mĂŞme. On a une

première partie composĂŠe dâ&#x20AC;&#x2122;articles Ă venir sur le site et une seconde dâ&#x20AC;&#x2122;articles dĂŠjĂ  parusÂťSUpFLVHWLO Du fait de cette similitude de contenu seulement trois personnes ont rejoint OŇ&#x2039;pTXLSHGHMRXUQDOLVWHV DĂ&#x20AC;QGHGpYHORSSHUFHWWH version papier : un ĂŠditeur/ maquettiste, un iconographe et un correcteur. Et ce ne sont pas les ventes qui permettront dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtoffer cet effectif : ÂŤLe nombre de ventes pour le magazine varie entre 16 000 et 20 000 par mois, câ&#x20AC;&#x2122;est assez stable mais on a du mal Ă  dĂŠpasser ce chiffreÂť avoue Yann GuĂŠgan. &UpGLW%ULFH%RQQHDX

TWITTER, NOUVEAU SUPPORT Dâ&#x20AC;&#x2122;INFORMATION ? Par Geoffrey Priol

PLOOLRQV d'utilisateurs, dont PLOOLRQVGH )UDQoDLV7ZLWWHUHVW devenu en Ă peine six ans un sĂŠrieux concurrent des sites Internet gĂŠnĂŠralistes dâ&#x20AC;&#x2122;information. En une semaine le nombre de tweets envoyĂŠs dĂŠpasse le milliard. Ici les journalistes ne sont plus les principaux acteurs de lâ&#x20AC;&#x2122;information, mais de simples spectateurs qui tentent de dĂŠnicher de lâ&#x20AC;&#x2122;information dans GHVPHVVDJHVGH caractères. ÂŤPour les journalistes, Twitter est une source dâ&#x20AC;&#x2122;informations et comme toute source RQYpULĂ&#x20AC;HVDYpUDFLWp Câ&#x20AC;&#x2122;est devenu un

vĂŠritable support de travail Âť,FRQĂ&#x20AC;H(ULF Mettout directeur ĂŠditorial du site lâ&#x20AC;&#x2122;Express.fr. Le procès de Dominique Strauss Kahn est le parfait exemple dâ&#x20AC;&#x2122;une des utilisations de Twitter par les journalistes. Durant le jugement de OŇ&#x2039;H[SDWURQGX)RQGV MonĂŠtaire International, les journaux tĂŠlĂŠvisĂŠs des chaĂŽnes comme ,WpOpIDXWHGŇ&#x2039;DYRLUXQ journaliste Ă lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrieur du tribunal mĂŞme, suivaient les tweets des personnes prĂŠsentes dans la salle. A la tĂŠlĂŠvision, le journaliste dĂŠcouvrait lâ&#x20AC;&#x2122;information en mĂŞme temps que le spectateur, une première. Face Ă  cette dĂŠferlante, les journalistes doivent prendre la vague mais avec prĂŠcaution. Pour Eric Mettout, ce rĂŠseau social est ÂŤun moyen dâ&#x20AC;&#x2122;attirer

les lecteurs vers les caractères. ÂŤCâ&#x20AC;&#x2122;est une articles des sites utilisation de Twitter gĂŠnĂŠralistes mais câ&#x20AC;&#x2122;est quâ&#x20AC;&#x2122;il faut apprendre surtout un immense comme par exemple carnet dâ&#x20AC;&#x2122;adresses. Ici comment retweeter, plus besoin dâ&#x20AC;&#x2122;inviter une IL Nâ&#x20AC;&#x2122;EXISTE PAS UNE Ă&#x2030;CRITURE personne Ă JOURNALISTIQUE PROPRE Ă&#x20AC; dĂŽner pour TWITTER OĂ&#x2122; Lâ&#x20AC;&#x2122;ON NE PEUT maintenir Ă&#x2030;CRIRE QUE 140 CARACTĂ&#x2C6;RES son contact, LOVXIĂ&#x20AC;W de retweeter ses suivre des twittos de messages et ĂŠtablir qualitĂŠ et tweeter Ă  des une relation, une personnes prĂŠcises. Âť DIĂ&#x20AC;QLWpDYHFOHWZLWWRV Lâ&#x20AC;&#x2122;une des principales (la personne qui GLIĂ&#x20AC;FXOWpVTXH envoie des tweets). rencontre le journaliste, Cela permettra au lorsquâ&#x20AC;&#x2122;il a un compte Ă&#x20AC;QDOGŇ&#x2039;DYRLUGHV Twitter professionnel, informations sur cette est de prendre du recul personne quâ&#x20AC;&#x2122;elle nous face Ă  ce quâ&#x20AC;&#x2122;il ĂŠcrit. donnera en privĂŠ ou ÂŤTwitter est un lieu bien quâ&#x20AC;&#x2122;elle rĂŠvèlera oĂš lâ&#x20AC;&#x2122;on prend plaisir Ă  Ă  tous ses followers ĂŠchanger des messages (les abonnĂŠs Ă  son mais il faut faire compte ) Âť. De plus attention Ă  ce que ce pour lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditorialiste du soit le journaliste et non site Internet, il nâ&#x20AC;&#x2122;existe la personne qui tweete. pas en soit une ĂŠcriture Il ne faut pas que le journalistique propre personnel prenne le pas Ă  Twitter oĂš lâ&#x20AC;&#x2122;on ne sur le professionnelÂť, SHXWpFULUHTXH FRQĂ&#x20AC;H(ULF0HWWRXW

SCOOP 2012

17


RÉDACTIONS

Pointus et multifonctions

Les journalistes

Spécialistes et touche-à-tout Alors qu’autrefois le journaliste se devait d’être cet étonnant dilettante capable de parler de tout et de traiter tous les sujets, on lui demande à présent de devenir un expert dans son domaine, tout en étant capable de remplir toutes les fonctions de son métier. Par Boussayna Akaiz 18

SCOOP 2012

"cou t


RĂ&#x2030;DACTIONS

u teau suisse" A

lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpoque oĂš les grands mĂŠdias traditionnels dominaient, le reporter se devait dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre ÂŤ gĂŠnĂŠraliste Âť, capable de pouvoir intervenir sur diffĂŠrents domaines. Câ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait mĂŞme la dĂŠfinition du mĂŠtier. Il devait pouvoir ĂŠcrire aussi bien sur la politique, que la mode, les faits divers ou de VRFLpWp$OEHUW/RQGUHVĂ&#x20AC;JXUH tutĂŠlaire du journaliste français, incarnait parfaitement ce clichĂŠ. Du Tour de France Ă la guerre en Chine, en passant par le bagne de Cayenne, les asiles, le terrorisme Balkanique ou la prostitution, il a tout traitĂŠ. Il y a trente ou quarante ans encore, le journaliste spĂŠcialisĂŠ ĂŠtait rare, câ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait le laborieux qui, Ă  longueur dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe, essayait des voitures ou commentait les cours de la Bourse. Si les domaines dâ&#x20AC;&#x2122;intervention du journaliste gĂŠnĂŠraliste ĂŠtaient multiples, en revanche la polyvalence, elle, ne faisait pas partie de ses qualitĂŠs : il ĂŠtait un homme de presse ĂŠcrite, de radio ou de tĂŠlĂŠvision et sâ&#x20AC;&#x2122;y cantonnait. On pardonnait Ă  un journaliste de presse ĂŠcrite de bafouiller face Ă  la camĂŠra et au journaliste de tĂŠlĂŠ ou de radio dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcrire un français parlĂŠ. On leur pardonnait surtout dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre des pachas. Lâ&#x20AC;&#x2122;homme de plume dictait son article au tĂŠlĂŠphone ou tendait nĂŠgligemment ses feuillets manuscrits Ă  une secrĂŠtaire dactylo. Taper Ă  la machine ĂŠtait XQH WkFKH REVFXUH Š VSpFLDOLsĂŠe Âť et mĂŞme rĂŠdiger un chapĂ´ ou une lĂŠgende ĂŠtait du ressort dâ&#x20AC;&#x2122;une autre race de secrĂŠtaire : le secrĂŠtaire de rĂŠdaction. Quant au journaliste de tĂŠlĂŠvision, pour la moindre interview, il partait avec chauffeur, preneur de son et camĂŠraman. Si on lui avait dit quâ&#x20AC;&#x2122;un jour, son successeur parti-

rait seul Ă scooter et sâ&#x20AC;&#x2122;occuperait du montage au retour, il ne lâ&#x20AC;&#x2122;aurait pas cru. /DSRO\YDOHQFHFRPPHFUpGR A prĂŠsent le journaliste tend Ă  devenir un spĂŠcialiste Ă  qui lâ&#x20AC;&#x2122;on demande dâ&#x20AC;&#x2122;avoir des connaissances assez pointues sur un, voire deux thèmes : de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie au sport, en passant par la culture, la santĂŠ, les transports, le high tech. Ce ÂŤ rubriquage Âť des ĂŠquipes de rĂŠdaction nâ&#x20AC;&#x2122;est pas nouveau mais lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmergence du Web et la place quâ&#x20AC;&#x2122;y prend le lecteur via les forums ou les ÂŤ rĂŠagir Ă  cet article Âť font que le journaliste ne dominant pas son sujet est immanquablement jetĂŠ aux fauves. A la tĂŠlĂŠ et Ă  la radio aussi, le lecteur/tĂŠlĂŠspectateur/auditeur est aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui plus prĂŠsent et ne se prive pas de pouvoir rĂŠagir instantanĂŠment Ă  une information donnĂŠe, parfois de manière virulente. Cette irruption du lecteur, et pire, du lecteur ÂŤ spĂŠcialiste de son sujet Âť oblige les mĂŠdias Ă  faire appel Ă  des journalistes ayant une parfaite maĂŽtrise de leur(s) domaine(s) de prĂŠdilection. Du coup, lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcole de journalisme ou lâ&#x20AC;&#x2122;apprentissage par la pige ne sont plus des viatiques : beaucoup ont des diplĂ´mes provenant d' univers aussi divers tels que sciences humaines, mĂŠdecine, cinĂŠma, ĂŠconomie ou ingĂŠnieur. Le casque et la plume En mĂŞme temps quâ&#x20AC;&#x2122;il devient spĂŠcialiste dâ&#x20AC;&#x2122;un domaine, le journaliste doit devenir un gĂŠnĂŠraliste dans sa profession, et en maĂŽtriser toutes les fonctions. Un rĂŠdacteur doit ĂŠcrire aussi bien pour la version papier que la version web, savoir prendre des photos

par nĂŠcessitĂŠ ĂŠconomique, des vidĂŠos pour le Web. Un journaliste radio ou tĂŠlĂŠ doit aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui pouvoir tenir son blog ou ĂŠcrire pour un site. Le rĂŠdacteur fait de lâ&#x20AC;&#x2122;editing sur le logiciel de PAO, le JRI du montage. Tout journaliste doit dĂŠsormais maĂŽtriser les outils techniques mis Ă sa dispostion. Un secteur en crise Cette nĂŠcessitĂŠ de polyvalence est dâ&#x20AC;&#x2122;origine essentiellement ĂŠconomique : les ventes sont en baisse tout comme les recettes publicitaires, ce qui entraine des rĂŠductions dâ&#x20AC;&#x2122;effectifs . Aux quelques grandes rĂŠdactions aux effectifs plĂŠthoriques dâ&#x20AC;&#x2122;autrefois ont succĂŠdĂŠ des myriades de micro ĂŠquipes. Dans ces rĂŠdactions peau GHFKDJULQOHVWkFKHVVSpFLDOLVpHV telles que secrĂŠtaire de rĂŠdaction et photographe nâ&#x20AC;&#x2122;ont guère dâ&#x20AC;&#x2122;avenir. Les rĂŠdacteurs font de plus en plus leur editing et cherchent ou prennent les photos. Lâ&#x20AC;&#x2122;omniprĂŠsence dâ&#x20AC;&#x2122;Internet est aussi pour beaucoup dans ces changements. Les sites web dĂŠlivrent aussi bien du texte, que du son ou de lâ&#x20AC;&#x2122;image. La presse traditionnelle tente de suivre cette surenchère sur ses sites, sans pour autant avoir les moyens de recruter. On est donc passĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;un modèle Ă  un autre. Pour surnager, le journaliste doit possĂŠder plusieurs aptitudes, tout en ĂŠtant spĂŠcialiste dans un domaine. Cette nĂŠcessitĂŠ se ressent jusque dans la formation des journalistes de demain, les ĂŠcoles ayant le devoir de jonJOHUDYHFFHQRXYHDXSDUDGR[HÂ&#x2021;

LE JOURNALISTE, EXPERT DE SON DOMAINE ET MULTI-FONCTIONS

SCOOP 2012

19


RĂ&#x2030;DACTIONS

Journalistes politiques, une ĂŠlite sous surveillance Entre tutoiement, dĂŠjeuners informels et SMS, les relations entre journalistes et politiques sont parfois ambigĂźes. A l'approche des ĂŠlections prĂŠsidentielles, la question de la connivence se pose plus que jamais. Par Marie Perrin

ÂŤC

¡HVWXQDERXWLVVHPHQWÂŞ dĂŠclare Michel Revol, journaliste politique au magazine Le Point, ÂŤ pour un journaliste politique, couvrir les ĂŠlections du futur prĂŠsident de la rĂŠpublique F¡HVWOHEXWXOWLPHÂŞ. Bertrand Delais, journaliste politique pour France Culture compare cette ĂŠlection au plus grand ĂŠvĂŠnement sportif : ÂŤCâ&#x20AC;&#x2122;est comme les Jeux Olympiques pour un journaliste sportif, câ&#x20AC;&#x2122;est le mĂŞme enjeu pour nous. Ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas le plus important, mais câ&#x20AC;&#x2122;est le plus intense GDQVQRWUHFDUULqUHÂŞ Mais les journalistes politiques peuventils traiter librement des informations concernant les hommes du pouvoir ? Tous sâ&#x20AC;&#x2122;accordent Ă dire que lâ&#x20AC;&#x2122;auto censure est de mise dans ce milieu. ÂŤ Il faut savoir se retenir. Si on ne divulgue pas certaines

20

SCOOP 2012

informations gĂŞnantes sur leur vie, les politiques nous en sont reconnaissants et nâ&#x20AC;&#x2122;hĂŠsiteront pas jVHFRQĂ&#x20AC;HUGHQRXYHDX,OVQRXV donneront plus facilement des informations. Câ&#x20AC;&#x2122;est un cercle fermĂŠ RLO\DEHDXFRXSG¡K\SRFULVLHÂŞ dĂŠclare Michel Revol. Certains RQWGpĂ&#x20AC;pjOHXUVIUDLVFHVKRPPHV puissants. Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas de Bertrand Delais. En 2002, le journaliste sâ&#x20AC;&#x2122;entretient avec Lionel Jospin, alors Premier Ministre et candidat Ă la prĂŠsidentielle : ÂŤJe parlais avec lui de manière informelle. A un moment il mâ&#x20AC;&#x2122;a dit quâ&#x20AC;&#x2122;il faisait un très bon bilan de ces derniers mois. Je lui ai rĂŠpondu quâ&#x20AC;&#x2122;un bon bilan ne garantissait pas quâ&#x20AC;&#x2122;il se fasse ĂŠlire en tant que PrĂŠsident. Il sâ&#x20AC;&#x2122;est braquĂŠ et nâ&#x20AC;&#x2122;a plus rien dit. Mais les consĂŠquences de mes paroles ont ĂŠtĂŠ immĂŠdiates. Quelques jours plus tard, un petitdĂŠjeuner de presse ĂŠtait organisĂŠ

et je nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtais pas conviĂŠ. Je nâ&#x20AC;&#x2122;ai plus jamais ĂŠtĂŠ invitĂŠ et Lionel Jospin mâ&#x20AC;&#x2122;a clairement mis Ă lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcart. Nous sommes face Ă  des gens puissants, qui ont du pouvoir et peuvent dĂŠcider de notre FDUULqUHÂŞ Maintenir un rapport de FRQĂ&#x20AC;DQFH Cette anecdote montre que la libertĂŠ nâ&#x20AC;&#x2122;est pas le maĂŽtre mot de cette profession oĂš le compromis est permanent. Le lien quâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtablissent les journalistes avec les hommes politiques nĂŠcessite un UDSSRUWGHFRQĂ&#x20AC;DQFHTX¡LOIDXW absolument conserver. ÂŤ Câ&#x20AC;&#x2122;est un ĂŠquilibre fragile, il faut savoir donner autant quâ&#x20AC;&#x2122;il faut savoir UHQGUHÂŞ, explique Michel Revol. Pour autant, les journalistes ne privilĂŠgient pas forcĂŠment leur carrière : ÂŤJe ne ferais pas le choix de ma carrière si jâ&#x20AC;&#x2122;avais

EntrÊe de SÊgolène Royal puis de Laurent Fabius au Marriott à Paris le 25 mars 2008 CrÊdit photo: tibotanguy/Flickr


RĂ&#x2030;DACTIONS

laisse parfois Ă dĂŠsiUHUÂŞ, regrette Michel Revol.

­3LZ prĂŠsidentielles pour nous câ&#x20AC;&#x2122;est comme les Jeux Olympiques pour un journaliste sportif, câ&#x20AC;&#x2122;est le mĂŞme enjeuÂŽ. Michel Revol, journaliste politique au Point.

Un manque de recul pour les journalistes Pour Bertrand Delais, le manque de distance qui caractĂŠrise les relations entre journalistes et politiques reste le point faible du mĂŠtier. ÂŤLe vouvoiement qui ĂŠtait de mise avant ne lâ&#x20AC;&#x2122;est plus aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui. On se tutoie tous, quelles que soient nos fonctions. Il nâ&#x20AC;&#x2DC;y a plus de respect, mais une grande brutalitĂŠ, une trop grande franchise dans nos paroles. La pression est ĂŠnorme sur nous, les journalistes, car quelque part nous devenons les FKDUJpVGHFRPGHVSROLWLTXHVÂŞ, dĂŠclare Michel Revol. Mais ce qui dĂŠrange le plus ces professionnels de lâ&#x20AC;&#x2122;information politique, câ&#x20AC;&#x2122;est le manque de libertĂŠ des hommes politiques eux-mĂŞmes. Toutes leurs paroles et leurs moindres faits et gestes sont contrĂ´lĂŠs. ÂŤ Les politiques ont une ĂŠnorme maĂŽtrise dâ&#x20AC;&#x2122;eux-mĂŞmes. Avant de nous parler ils endossent leur

citoyens, responsables associatifs, politiques et syndicaux, intellectuels Par Kahina Sekkai et chercheurs, journalistes, voulons &UppHQ$FULPHG rĂŠagir Ă la manière $FWLRQ&ULWLTXH dĂŠtestable dont la MĂŠdias) se donne plupart des rĂŠdactions pour mission dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre des grands mĂŠdias un observatoire des rendent compte de mĂŠdias. Lâ&#x20AC;&#x2122;association la rĂŠalitĂŠ. Âť Depuis, sâ&#x20AC;&#x2122;est lancĂŠe après Acrimed ne manque un appel suite aux PDQLIHVWDWLRQVGH pas de relever chaque irrĂŠgularitĂŠ dans la et qui dĂŠbute ainsi: presse, sur tous les ÂŤNous soussignĂŠs, ACRIMED, LE GENDARME DU JOURNALISME

CrĂŠdit photo: tibotanguy/Flickr

une info en exclusivitĂŠ. Après bien sĂťr, tout dĂŠpend de lâ&#x20AC;&#x2122;information. Par exemple je ne vois pas lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt de parler des frasques sexuelles de DSK, ça ne va pas faire avancer les choses de savoir que cet homme a un comportement sexuel dĂŠviant. Il fait ce quâ&#x20AC;&#x2122;il veut avec qui il veut. Tant quâ&#x20AC;&#x2122;il ne se serait pas prĂŠsentĂŠ, jamais je nâ&#x20AC;&#x2122;en aurais parlĂŠ. Par contre dès quâ&#x20AC;&#x2122;il devient candidat, lĂ câ&#x20AC;&#x2122;est intĂŠresVDQWGHOHVRXOLJQHUÂŞ Les journalistes politiques, bien que spĂŠcialistes dans leur domaine, sont amenĂŠs Ă  traiter toutes sortes de sujets, de lâ&#x20AC;&#x2122;ONU aux impĂ´ts en passant par les mĹ&#x201C;urs, la sĂŠcuritĂŠ ou encore les retraites. Ils sont donc des gĂŠnĂŠralistes spĂŠcialisĂŠs en politique. Michel Revol dĂŠplore dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs ce cĂ´tĂŠ si hĂŠtĂŠrogène du mĂŠtier : ÂŤQuelque part, câ&#x20AC;&#x2122;est dĂŠcevant car on nous demande vraiment tout et rien. On ne fait pas forcĂŠment que suivre tel ou tel parti. Il faut quâ&#x20AC;&#x2122;on soit apte Ă  parler de nâ&#x20AC;&#x2122;importe quel VXMHWjQ¡LPSRUWHTXHOPRPHQWÂŞ Autrefois considĂŠrĂŠ comme lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlite du journalisme, ils sont dĂŠsormais de moins en moins perçus comme les meilleurs. La dĂŠpolitisation et la crise du journalisme sont passĂŠes par lĂ  et le mĂŠtier a perdu lâ&#x20AC;&#x2122;aura quâ&#x20AC;&#x2122;il avait autrefois. ÂŤLe prestige du journaliste disparaĂŽt. En mĂŞme temps la qualitĂŠ des professionnels

blindage car ils ne veulent faire DXFXQHJDIIHÂŞFRQĂ&#x20AC;HOHMRXUQDliste de France Culture. Mais la question la plus rĂŠcurrente pour les journalistes politiques est celle de lâ&#x20AC;&#x2122;objectivitĂŠ. Est il rĂŠellement possible pour ces spĂŠcialistes de mettre de cĂ´tĂŠ leurs opinions personnelles et de garder une parfaite neutralitĂŠ face aux diffĂŠrents partis quâ&#x20AC;&#x2122;ils cĂ´toient ? La plupart sont tentĂŠs de rĂŠpondre ÂŤ oui Âť, mais tous lâ&#x20AC;&#x2122;avouent, la neutralitĂŠ nâ&#x20AC;&#x2122;existe pas. ÂŤOn prend forcĂŠment un peu parti dans nos DUWLFOHVÂŞÂ&#x2021;

sujets, encore plus Ă lâ&#x20AC;&#x2122;occasion dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlections politiques. Pour 2012, comme pour 2002 et OŇ&#x2039;DVVRFLDWLRQHVW en veille permanente et nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpargne aucun mĂŠdia. Depuis les six derniers mois, LeMonde.fr , ÂŤVSDÂť ou encore lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmission de Laurent Ruquier ÂŤOn nâ&#x20AC;&#x2122;est pas couchĂŠÂť, ont ĂŠtĂŠ ĂŠpinglĂŠs pour leur traitement de lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ politique. Lâ&#x20AC;&#x2122;association

reproche Ă lâ&#x20AC;&#x2122;animateur de France 2 dâ&#x20AC;&#x2122;avoir "tournĂŠ en ridicule" le candidat du NPA Philippe Poutou. Le site dâ&#x20AC;&#x2122;Acrimed consacre mĂŞme une rubrique intitulĂŠe ÂŤJournalisme et politiqueÂť Ă  propos du ÂŤ journalisme de rĂŠvĂŠrence Âť, oĂš lâ&#x20AC;&#x2122;association dĂŠnonce les tentatives de dĂŠformations de lâ&#x20AC;&#x2122;information au service dâ&#x20AC;&#x2122;entitĂŠs politiques.

SCOOP 2012

21


RĂ&#x2030;DACTIONS

Portrait de quatre "princes qui font l'ĂŠlection" A lâ&#x20AC;&#x2122;approche de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlection prĂŠsidentielle, quelques journalistes politiques sortent du lot. Dans le mĂŠtier depuis des dizaines dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, ils ont su durer et naviguer entre les mĂŠdias malgrĂŠ des parcours diffĂŠrents. Zoom sur quatre tenors. Par Kahina Sekkai

lâ&#x20AC;&#x2122;hebdomadaire ÂŤPolitisÂť après une maĂŽtrise en droit public et un diplĂ´me de journalisme Ă lâ&#x20AC;&#x2122;IUT de Bordeaux. Avant de devenir directeur adjoint de la rĂŠdaction de RTL, il est passĂŠ par diverses rĂŠdactions prestigieuses: LibĂŠration, Le JDD, Lâ&#x20AC;&#x2122;Express, Le Monde et France Inter. Il est aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui le plus connu des journalistes politiques et a mĂŞme sa propre marionnette aux Guignols de lâ&#x20AC;&#x2122;Info. 6\OYLH3LHUUH%URVVROHWWH

Jean-Michel Aphatie Du matin jusquâ&#x20AC;&#x2122;au soir, JeanMichel Aphatie ne pense quâ&#x20AC;&#x2122;Ă la politique. De lâ&#x20AC;&#x2122;antenne de RTL pendant la matinale au ÂŤGrand JournalÂť de Canal+, le journaliste Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;accent basque reconnaissable est devenu un passage incontournable pour

22

SCOOP 2012

les politiques. Pour autant, le parcours de Jean-Michel Aphatie est Ă part dans le journalisme, car il n'est pas issu de la pĂŠpinière Sciences Po, dont provient nombre de ses collègues. Le natif des PyrĂŠnĂŠes-Atlantiques nâ&#x20AC;&#x2122;a obtenu son bac quâ&#x20AC;&#x2122;Ă  24 ans, après avoir abandonnĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcole Ă  14 ans. Il est entrĂŠ Ă 

La rĂŠdactrice en chef du service politique du ÂŤ Point Âť a un parcours atypique. Avant de rejoindre ÂŤ Lâ&#x20AC;&#x2122;Express Âť en 1976, toute droit sortie de Sciences Po, elle ĂŠtait en charge des relations avec la presse de Françoise Giroud durant un an, quand la co-crĂŠatrice du news magazine ĂŠtait ministre de la Condition fĂŠminine. Elle lâ&#x20AC;&#x2122;a ensuite suivie au ministère de la Culture en tant que conseillère technique. RĂŠdactrice en chef de la rubrique France-actualitĂŠ jusquâ&#x20AC;&#x2122;en 2007, elle est devenue chef du service politique du ÂŤ Point Âť après le dĂŠpart de Catherine PĂŠgard, devenue conseillère du prĂŠsident nouvellement ĂŠlu Nicolas Sarkozy. Jean-Pierre Elkabbach Intervieweur politique dâ&#x20AC;&#x2122;Europe 1, dont il a ĂŠtĂŠ le patron pendant trois DQVLOHVWXQHGHVĂ&#x20AC;JXUHVOHVSOXV anciennes du journalisme politique. DiplĂ´mĂŠ de Sciences Po Paris et de lâ&#x20AC;&#x2122;Institut Français de Presse, il

Jean-Michel Apathie Copyright site Internet MĂŠdias Sylvie Pierre-Brossolette copyright DR Jean-Pierre Elkabbach copyright Eric FougereVIP Images- Corbis


RĂ&#x2030;DACTIONS

devient correspondant de la Radio française Ă Alger en 1960. Dix ans plus tard, il devient le prĂŠsentateur du journal de la Première chaĂŽne. Il entre Ă  Europe 1 après la prĂŠsidentielle de 1981 et obtient le poste de directeur dâ&#x20AC;&#x2122;antenne en 1987. Six ans plus tard, cet AlgĂŠrien de naissance est ĂŠlu prĂŠsident de France 2 et France 3. En 1999, il fonde la chaĂŽne Public SĂŠnat et en devient prĂŠsident. Il occupe ce mĂŞme poste Ă  Europe1 en 2005 mais est contraint de le quitter en 2008 pour avoir annoncĂŠ par erreur la mort de Pascal Sevran. Alain Duhamel Journaliste multi-mĂŠdias, Alain Duhamel entame en 2012 sa neuvième couverture dâ&#x20AC;&#x2122;une ĂŠlection prĂŠsidentielle, ou plutĂ´t sa huitième car il a, en 2007, ĂŠtĂŠ ĂŠcartĂŠ de l'antenne pour avoir pris parti en faveur de François Bayrou devant ses ĂŠtudiants.

DiplĂ´mĂŠ de Sciences Po en 1962, il devient ĂŠditorialiste pour Le Monde dès 1963. Sept ans plus tard, le jeune prodige est aux commandes de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmission tĂŠlĂŠvisĂŠe ÂŤ A armes ĂŠgales Âť, sur la Première chaĂŽne. Depuis la Ă&#x20AC;QGHVDQQpHVLORSqUHVXU France 2 pour diverses ĂŠmissions (ÂŤCartes sur tablesÂť, ÂŤLâ&#x20AC;&#x2122;heure de vĂŠritĂŠÂť, ÂŤMots croisĂŠsÂť) et participe occasionnellement au ÂŤGrand JournalÂť. Après des passages Ă Europe 1 et France Culture, Alain Duhamel rejoint RTL en 1999. Ses talents de chroniqueur le mènent dans de nombreux titres : ÂŤ LibĂŠration Âť, ÂŤLesDernièresNouvellesdâ&#x20AC;&#x2122;AlsaceÂť, ÂŤNice-MatinÂť et ÂŤLe PointÂť. La politique est le cĹ&#x201C;ur de ses papiers et de ses livres. Un de ses derniers ouvrages, Cartes sur table*, traite des relations HQWUHSROLWLTXHHWWpOpYLVLRQÂ&#x2021; Â&#x2021; $YHF 3DWULFH 'XKDPHO HW Renaud Revel, Editions Plon, 2010 Alain Duhamel, source CAPE

JOURNALISTES ET POLITIQUES: LES LIAISONS DANGEREUSES Par Gary Assouline

&RQQLYHQFHQI Š&RPSOLFLWp intellectuelle et morale, qui peut amener Ă faire abstraction dâ&#x20AC;&#x2122;entorses Ă  la morale commises par lâ&#x20AC;&#x2122;autre.Âť &HWWHGpĂ&#x20AC;QLWLRQWLUpH du Larousse pourrait VHUYLUGHVRXVWLWUH Ă  certains articles dâ&#x20AC;&#x2122;analyse politique. Les relations entre journalistes et hommes politiques SDVVHQWGLIĂ&#x20AC;FLOHPHQW lâ&#x20AC;&#x2122;examen de la critique, notamment sur les

forums de discussion en ligne oĂš lâ&#x20AC;&#x2122;on dĂŠnonce allègrement le ÂŤcul et chemiseÂť des uns et des autres. Sâ&#x20AC;&#x2122;ils exercent chacun un mĂŠtier intrinsèquement diffĂŠrent, lâ&#x20AC;&#x2122;un ne peut vivre sans lâ&#x20AC;&#x2122;autre et les deux sâ&#x20AC;&#x2122;alimentent voire sâ&#x20AC;&#x2122;aimantent. La connivence HVWVRXYHQWĂ&#x20AC;OOH de proximitĂŠ. Les journalistes qui suivent au quotidien les partis et hommes politiques dĂŽnent dans les mĂŞmes restaurants et dorment dans les mĂŞmes hĂ´tels lors de leurs dĂŠplacements. A force de vivre ensemble, le rapprochement est

inĂŠvitable. Tutoiement, vouvoiement, la frontière est assez mince, au risque que les relations ĂŠvoluent. RĂŠcemment, ValĂŠrie Trierweiler, Audrey Pulvar ou encore BĂŠatrice Schonberg, liĂŠes respectivement j)UDQoRLV+ROODQGH Arnaud Montebourg HW-HDQ/RXLV%RUORR ont dĂť mettre entre parenthèse leur carrière de journaliste politique le temps de la campagne prĂŠsidentielle. Entre la liaison amoureuse et amicale, le public a lâ&#x20AC;&#x2122;impression que journalistes et politiques sont

redevables les uns des autre. La connivence, câ&#x20AC;&#x2122;est lâ&#x20AC;&#x2122;histoire dâ&#x20AC;&#x2122;une rencontre qui vise Ă sĂŠduire lâ&#x20AC;&#x2122;autre dans un dessein professionnel et qui suit son propre intĂŠrĂŞt. Le risque de proximitĂŠ ne caractĂŠrise toutefois pas les seuls journalistes politiques mais tous les journalistes spĂŠcialisĂŠs. Voyages tous frais payĂŠs pour des tests et confĂŠrences Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtranger, ĂŠtroitesse du milieu professionnel, tout concourt Ă  favoriser le syndrĂ´me de la connivence.

SCOOP 2012

23


RĂ&#x2030;DACTIONS

Se spĂŠcialiser, un travail d De plus en plus de journalistes se dirigent vers le journalisme spĂŠcialisĂŠ. Le choix de la passion, ou de la raison, Ă condition de ne pas s'enfermer. Par Corentin Vilsalmon

Q

ue choisir ? Presse gĂŠnĂŠraliste ou presse spĂŠcialisĂŠe ? Si le journalisme politique ou gĂŠnĂŠraliste dans un grand quotidien reste la voie royale, beaucoup de dĂŠbutans choisissent dâ&#x20AC;&#x2122;exercer dans le secteur spĂŠcialisĂŠ, reprĂŠsentĂŠ en grande majoritĂŠ par des magazines mensuels. Câ&#x20AC;&#x2122;est le cas de nombreux ĂŠtudiants en journalisme, passionnĂŠs par la Ă&#x20AC;OLqUHVSRUWLYH8QHĂ&#x20AC;OLqUHVLSULsĂŠe que lâ&#x20AC;&#x2122;Ecole du Journalisme, basĂŠe Ă Nice, a crĂŠĂŠ une formation VSpFLDOHHQĂ&#x20AC;QGHFXUVXVSRXUOHV ĂŠtudiants qui veulent se diriger vers la presse sportive pour rejoindre des magazines comme lâ&#x20AC;&#x2122;Equipe Mag ou encore So Foot. La passion, câ&#x20AC;&#x2122;est ce qui a motivĂŠ OHFKRL[GH3DVFDO*ROĂ&#x20AC;HUDQFLHQ ĂŠtudiant Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;ISCPA Paris et actuellement journaliste pour le bimensuel Moto Revue. PassionnĂŠ par ce domaine, il sâ&#x20AC;&#x2122;est instinctivement dirigĂŠ vers la presse spĂŠcialisĂŠe : ÂŤC'est plus agrĂŠable quâ&#x20AC;&#x2122;un support de presse gĂŠnĂŠraliste parce quâ&#x20AC;&#x2122;on bosse sur ce quâ&#x20AC;&#x2122;on aime, mais c'est quand mĂŞme parfois rĂŠpĂŠtitif justement parce quâ&#x20AC;&#x2122;on traite toujours OHPrPHVXMHWÂŞ Selon lui ÂŤ la première raison qui pousse les journalistes Ă  choisir la presse spĂŠcialisĂŠe câ&#x20AC;&#x2122;est quâ&#x20AC;&#x2122;elle est le secteur le plus ĂŠpargnĂŠ par la crise de la presse ĂŠcrite par rapport aux autres supports comme les quotidiens et hebdomadaires JpQpUDOLVWHVÂŞ Il insiste sur le fait que le turn-over dans les rĂŠdactions ĂŠtant important, il est plus facile pour de nouveaux rĂŠdacteurs dâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgrer un support spĂŠcialisĂŠ. Il relativise pourtant et

24

SCOOP 2012

insiste sur le fait quâ&#x20AC;&#x2122;il reste malgrĂŠ tout du travail dans les rĂŠdactions gĂŠnĂŠralistes. ÂŤPar contre si on cherche Ă rester stable il faut plutĂ´t DOOHUGDQVODSUHVVHVSpFLDOLVpHÂŞ Trop pointu, pas assez pointu ? Pour Jean-Michel Bossuet, journaliste pour la revue Aviation & Pilote depuis une dizaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, ÂŤla spĂŠcialisation permet de consolider sa place dans le mĂŠtier. Si l'on est très pointu il y a plus de chances de se faire contacter par dâ&#x20AC;&#x2122;autres journaux pour un avis dâ&#x20AC;&#x2122;expert ou PrPHSRXUXQHSLJHÂŞ Dès lors il sâ&#x20AC;&#x2122;agit de faire attention Ă  la spĂŠcialisation Ă  outrance.

Travailler au sein d'un magazine spÊcialisÊ est un bon moyen de commencer une carrière pour les jeunes journalistes. DR

A terme, le journaliste spĂŠcialiste et/ou passionnĂŠ peut risquer de perdre le recul et lâ&#x20AC;&#x2122;objectivitĂŠ nĂŠcessaires pour traiter l'information. Il risque ĂŠgalement de devenir trop pointu pour le lecteur profane qui ne suit pas forcĂŠment de façon assidue la parution des magazines. Le rĂ´le du journaliste ĂŠtant dâ&#x20AC;&#x2122;expliquer clairement, de vulgariser un sujet, le risque dâ&#x20AC;&#x2122;une spĂŠcialisation Ă outrance serait alors de perdre le lecteur lambda avec un jargon trop VSpFLĂ&#x20AC;TXHYRLUHG¡DOOHUMXVTX¡jGHvenir le porte-parole de son secteur. ÂŤ Il ne faut pas voir la spĂŠcialisation comme quelque chose dâ&#x20AC;&#x2122;exclusif, explique Jean-Michel Bossuet. Il faut regarder lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ, observer tous


RĂ&#x2030;DACTIONS

l dâ&#x20AC;&#x2122;expert les domaines et ne pas ĂŞtre mono sujet, contrairement Ă la presse professionnelle dâ&#x20AC;&#x2122;entreprise. Mais il faut VDYRLUrWUHSRLQWXGDQVVRQVXMHWÂŞ Câ&#x20AC;&#x2122;est dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs ce que cherchent les employeurs, Ă  savoir des salariĂŠs pointus qui ont les contacts et les connaissances appropriĂŠes dans un domaine mais qui demeurent capables de se convertir Ă  un autre. Mais le principal risque est de tomber dans la connivence avec les acteurs de son secteur d'activitĂŠ, ce qui peut aboutir Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;auto-censure, soit par peur de dĂŠplaire Ă  une relation soit dans le but de favoriser ou caresser dans le sens du poil tel ou tel annonceur. Comment rĂŠussir Ă  se reconvertir lorsque lâ&#x20AC;&#x2122;envie prend de changer G¡KRUL]RQV"3RXU3DVFDO*ROĂ&#x20AC;HU la reconversion est possible, mais il faut pour cela montrer quâ&#x20AC;&#x2122;on peut ĂŠgalement ĂŠcrire sur dâ&#x20AC;&#x2122;autres sujets qui ne font pas partie de sa spĂŠcialitĂŠ. ÂŤ Faire des piges en GHKRUVGXPDJD]LQHSHXWDVVXUHU une porte de sortie vers un mĂŠdia plus gĂŠnĂŠral. Les journalistes qui gardent plusieurs domaines d'action VRQWIDYRULVpVSRXUVHUHFRQYHUWLUÂŞ La clĂŠ est donc de possĂŠder plusieurs domaines dâ&#x20AC;&#x2122;expertise. ÂŤJe pense que je ne ferai pas ça toute ma vie, explique Pascal qui ĂŠvoque une possible reconversion dans plusieurs annĂŠes. Peut-ĂŞtre que je me tournerai vers l'enseignement comme activitĂŠ annexe en plus de me diriger vers un mĂŠdia plus gĂŠnĂŠraliste. Dans mon milieu (NDRL : la moto) les journalistes qui cherchent Ă  se reconvertir partent le plus souYHQWGDQVODFRPPXQLFDWLRQFKH] les importateurs de moto notamPHQWÂŞÂ&#x2021;

Exemple d'une infographie rĂŠalisĂŠe Ă partir dâ&#x20AC;&#x2122;informations extraites dâ&#x20AC;&#x2122;une base de donnĂŠes.

DATA : ENTRE SPĂ&#x2030;CIALISATION ET GĂ&#x2030;NĂ&#x2030;RALISME 3DU&RUHQWLQ9LOVDOPRQ Le data journalisme, c'est lâ&#x20AC;&#x2122;art de savoir dĂŠcoder des donnĂŠes chiffrĂŠes pour en extraire de lâ&#x20AC;&#x2122;information et lâ&#x20AC;&#x2122;organiser sous forme dâ&#x20AC;&#x2122;infographies parfois interactives. Pas encore très dĂŠveloppĂŠe dans les rĂŠdactions de presse ĂŠcrite, cette pratique sâ&#x20AC;&#x2122;est nettement ancrĂŠe dans les pages des sites web. Pour Nicolas Patte, data journaliste pour le site internet Owni.fr, ÂŤle data journalisme est un procĂŠdĂŠ ĂŠditorial qui me paraĂŽt dĂŠpasser la question du spĂŠcialiste opposĂŠ au gĂŠnĂŠraliste. Un journaliste de donnĂŠes peut tout aussi ELHQFRXYULUODĂ&#x20AC;QDQFH internationale que le hockey sur glace.Âť Une question ÂŤcentraleÂť du data journalisme et qui pourrait voir se transformer les rĂŠdactions web est le mĂŠtissage possible entre le journaliste qui rĂŠcolte les donnĂŠes, les recoupe et en tire une information, et le graphiste, qui met en forme ces informations. Un mĂŠtissage entre deux professions qui pourrait accoucher dâ&#x20AC;&#x2122;un nouveau type de journaliste, qui oscille toujours entre spĂŠcialitĂŠ web et gĂŠnĂŠralisme dans les sujets abordĂŠs.

SCOOP 2012

25


RĂ&#x2030;DACTIONS

([SHUWVPDLVWRXFKHjWRXW La pĂŠnurie dâ&#x20AC;&#x2122;embauches et les exigences des mĂŠdias ont poussĂŠ les journalistes Ă devenir Ă  la fois polyvalents et de plus en plus spĂŠcialistes dâ&#x20AC;&#x2122;un sujet. Par Hicham Barrouk

I

l y a encore une dizaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, un journaliste de tĂŠlĂŠvision ĂŠtait accompagnĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;un preneur de son et dâ&#x20AC;&#x2122;un camĂŠraman lors de ses dĂŠplacements sur le terrain. Un ĂŠquipage devenu obsolète avec le dĂŠveloppement du nombre de chaĂŽnes de tĂŠlĂŠvision et de la puissance des outils numĂŠriques. DorĂŠnavant le journaliste reporter dâ&#x20AC;&#x2122;images (JRI) assure de plus en plus la fabrication complète de son sujet. Tournage, prise de son, montage, le JRI se doit dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre autonome mais surtout polyvalent. Dans les grandes rĂŠdactions audiovisuelles telles que TF1 ou France TĂŠlĂŠvisions, le JRI nâ&#x20AC;&#x2122;est chargĂŠ que de

26

SCOOP 2012

la prise de vue et parfois du commentaire, mais la rĂŠalitĂŠ est toute autre dans les petites rĂŠdactions. Cette nouvelle polyvalence exigĂŠe des journalistes nâ&#x20AC;&#x2122;est pas seulement le fait du JRI. La capacitĂŠ Ă occuper toutes les fonctions tend Ă  devenir la règle dans un mĂŠtier en crise. Au sein mĂŞme des rĂŠdactions ÂŤ papier Âť, le journaliste ne se contente plus de rĂŠdiger ses articles. De plus en plus, il en ĂŠcrit WLWUHFKkSROpJHQGHQHODLVVDQWDX secrĂŠtaire de rĂŠdaction (SR) que la coupe et la correction. Quand il y a correction... La plupart des sites dâ&#x20AC;&#x2122;informations se passent de cor-

recteurs et la tolĂŠrance aux fautes et coquilles semble peu Ă peu gagner les versions papier. Quel est le destin du SR ? Pas rose. Leurs effectifs fondent dĂŠjĂ  comme neige au soleil. ÂŤ Sâ&#x20AC;&#x2122;ils nâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtaient pas aussi syndiquĂŠs, leur nombre GDQVODSUHVVHPDJD]LQHDXUDLW ĂŠtĂŠ encore plus rĂŠduitÂť, FRQĂ&#x20AC;HFH DRH dâ&#x20AC;&#x2122;un grand groupe de presse. Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, nous nous posons la question de leur reconversion en journalistes rĂŠdacteurs.Âť Au delĂ  de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditing, un journaliste de la presse ĂŠcrite se doit dĂŠsormais de maĂŽtriser les outils du Web. Lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcriture dâ&#x20AC;&#x2122;un article sur Internet est bel et bien diffĂŠrente

Les rÊdactions sont de plus en plus hÊtÊroclites. Cette image d'illustration extrapole le phÊnomène des journalistes polyvalents. Photo: Geoffrey Priol


RĂ&#x2030;DACTIONS

de celle du â&#x20AC;&#x153;papierâ&#x20AC;&#x153; mais le dĂŠveloppement de ce â&#x20AC;&#x153;nouveau mĂŠdiaâ&#x20AC;&#x153; oblige les journalistes Ă sâ&#x20AC;&#x2122;adapter et Ă  faire le saut. Plus quâ&#x20AC;&#x2122;une alternative, câ&#x20AC;&#x2122;est une nĂŠcessitĂŠ. Š/HMRXUQDOLVWHZHEF¡HVWXQH VRUWHGHFRXWHDXVXLVVHÂŞ Avec la multiplication des sites Internet, le journalisme web est devenu un mĂŠtier Ă  part entière oĂš il faut maĂŽtriser les outils multimĂŠdias tout en ayant les capacitĂŠs rĂŠdactionnelles dâ&#x20AC;&#x2122;un journaliste de outils 2.0, Gary voit le journalisme presse ĂŠcrite. web comme un mĂŠtier dâ&#x20AC;&#x2122;avenir. Gary Assouline, ĂŠtudiant en 3ème ÂŤ Avec le Web, je ne me suis plus annĂŠe de journalisme a rĂŠalisĂŠ contentĂŠ de faire de la rĂŠdaction, de nombreux stages sur des jâ&#x20AC;&#x2122;ai aussi fait du montage vidĂŠo et sites tels que 20minutes.fr et est des retouches photos. Le journaliste bien conscient de cette nouvelle web, câ&#x20AC;&#x2122;est une sorte de couteau demande. ÂŤJâ&#x20AC;&#x2122;ai suisse. vraiment appris Av e c l e sur le Web Ă  "SAVOIR Ă&#x160;TRE AUTONOME, problème me servir de q u e nouveaux outils COMPĂ&#x2030;TENT ET POLYVALENT" c o n n a ĂŽ t informatiques la presse que je ne pensais jamais avoir Ă  ĂŠcrite, le Web est devenu un utiliser. Et lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcriture nâ&#x20AC;&#x2122;est pas la acteur majeur dans le traitement mĂŞme que dans la presse papier. GHO¡LQIRUPDWLRQÂŞ On nous demande de traiter lâ&#x20AC;&#x2122;information plus rapidement, Savoir faire le lien entre le Web il nâ&#x20AC;&#x2122;y a pas forcement dâ&#x20AC;&#x2122;analyse et le papier comme pour le "papier". Câ&#x20AC;&#x2122;est de Cette polyvalence prĂŠsente lâ&#x20AC;&#x2122;information brute et instantanĂŠe. dans le journalisme web et qui Le travail nâ&#x20AC;&#x2122;est donc pas le mĂŞme sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtend aux autres mĂŠdias est de mais ce fut vraiment enrichissantÂť. plus en plus enseignĂŠe dans les Maquettiste et utilisateur assidu des ĂŠcoles de journalisme. Savoir LA FORMATION CONTINUE INDISPENSABLE POUR Ă&#x2030;VOLUER Par Hicham Barrouk Encore un luxe il y a quelques annĂŠes, la polyvalence est devenue indispensable aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui. Lâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe dans le journalisme 2.0 a accĂŠlĂŠrĂŠ la formation aux nouveaux outils technologiques. Ancien ĂŠtudiant Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;EFJ, Walid Dziri, aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui

reporter free lance, a connu cette nouvelle exigence du mĂŠtier. ÂŤJe pensais faire de la presse ĂŠcrite au dĂŠpart mais jâ&#x20AC;&#x2122;ai dĂť me spĂŠcialiser dans la tĂŠlĂŠ car si je voulais trouver du boulot, on mâ&#x20AC;&#x2122;a fait comprendre quâ&#x20AC;&#x2122;il fallait savoir ĂŞtre multitâchesÂť. Pas forcement disposĂŠ Ă faire du documentaire, Walid Dziri a dĂť se former Ă  cette spĂŠcialisation bien particulière. ÂŤLes ĂŠcoles

ĂŞtre autonome, compĂŠtent et polyvalent, voilĂ les nouveaux dĂŠfis des futurs journalistes. Pour Ludovic Blecher, rĂŠdacteur en chef du site Liberation.fr, cette nouvelle demande ĂŠtait encore impensable il y a 10 ans. ÂŤLe mĂŠtier a vraiment changĂŠ. Avec lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmergence dâ&#x20AC;&#x2122;Internet, les attentes ne sont plus les mĂŞmes. Il faut savoir faire le OLHQHQWUHOHSDSLHUHWOH:HEÂŞ. Ne pas confronter ces deux mĂŠdias nâ&#x20AC;&#x2122;est pas simple et les tenants du "papier" ne voient pas toujours dâ&#x20AC;&#x2122;un bon Ĺ&#x201C;il lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠmergence de ce journalisme web. ÂŤLe Web est souvent perçu comme u n c o n c u r re n t p o u r l e s journalistes de la presse ĂŠcrite mais en rĂŠalitĂŠ, il est de plus en plus difficile de GLVVRFLHUO¡XQGHO¡DXWUHÂŞÂ&#x2021;

de journalisme forment de plus en plus Ă tous les mĂŠdias. Grâce Ă  cette multi formation, jâ&#x20AC;&#x2122;ai pu mâ&#x20AC;&#x2122;orienter vers la tĂŠlĂŠ et plus particulièrement vers le mĂŠtier de reporterÂť. Une opportunitĂŠ qui a permis Ă  ce jeune journaliste de 25 ans de partir en reportage en Libye, en pleine guerre civile. Mais Walid Dziri nâ&#x20AC;&#x2122;est pas un cas Ă  part. De plus en plus de jeunes journalistes

Les Êlèves journalistes de l'ISCPA sur le terrain lors de l'exercice Coalition à l'Ecole Militaire en avril 2010. CrÊdit: Victor Ponti

qui ont connu cette multiformation se retrouvent dĂŠsormais sur un marchĂŠ du travail qui exige dâ&#x20AC;&#x2122;eux une polyvalence Ă toute ĂŠpreuve. MĂŞme s'il est conseillĂŠ aux journalistes de demain de se spĂŠcialiser dans un domaine, tel que la politique, le sport ou encore lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie, il faut savoir ĂŞtre capable de travailler sur tous les supports.

SCOOP 2012

27


SUPPORTS

Presse spécialisée

Une presse qui récolte les fru i

Si la santé actuelle de la presse généraliste inquiète, la presse professionnelle et la presse spécialisée sont, elles aussi, confrontées à la concurrence du Web. Comment résister ? Avec une information à forte valeur ajoutée. Par Henri Lahera

28

SCOOP 2012


SUPPORTS

u its amers de la passion A

vec presque 1400 publications imprimées, la presse professionnelle représente un gros pourcentage du paysage de l’information. Elle pèse plus de deux milliards d’euros de chiffre d’affaire et emploie 15 700 salariés. Si la presse écrite subit un revers important, et souffre de la concurrence d’Internet, la presse professionnelle subit cette crise de manière disparate. Certains secteurs ont vu leur nombre de parutions chuter, d’autres arrivent à maintenir des chiffres de vente satisfaisants (magazines juridiques, touristiques ou industriels). Catherine Chagniot, directrice de la communication à la FNPS (Fédération Nationale de la Presse d'Information Spécialisée) apporte des précisions sur ce marché hétéroclite : «Il est certain qu’Internet a touché la presse de manière générale. De nombreux annonceurs ont diminué leurs budgets publicitaires. Les pure player (sites d’informations œuvrant uniquement sur le Web) proposent un modèle économique nouveau, alors que les sites de nos journaux professionnels ne font souvent office que de vitrines.»

d’agriculteurs en France. En revanche, il est vrai que la presse Informatique et Electronique a vraiment subi une forte baisse du papier (- 35, 55 % sur l'année 2011) et que plusieurs journaux ont mis la clé sous la porte. Encore une fois, c’est explicable. Les passionnés de High-tech sont naturellement passés sur le média Internet » L’IDG (pour International Data Group), un immense groupe de presse américain qui possède de nombreuses parutions informatiques s’est d’ailleurs retiré de plusieurs d’entre elles. $ORUVTXLV·HQVRUWYUDLPHQW" «De nombreux secteurs se maintiennent bien. La presse juridique est un bel exemple de constance. C’est évidemment dû à un sujet très technique, où les connaissances nécessaires ne sont pas à la portée de tous. Mais aussi grâce à des articles précis et sans cesse renouvelés.» Les chiffres de l’OJD (Organisme de Justification de la Diffusion) permettent même de voir de belles progressions. La presse technique et industrielle croît de 20%. Un secteur qui remonte même la pente après quelques années moroses. Le Journal du textile, Voyages d’affaires… autant de publications qui ont la côte auprès des cadres. Un bilan moins alarmiste que celui de la presse spécialisée grand public qui souffre d’avantage de la gratuité du Net. La presse informatique n’est hélas pas un cas isolé. Le sport et l’automobile subissent également le désaveu du

L E S PA S S I O N N É S DE HIGH-TECH SONT N AT U R E L L E M E N T PASSÉS SUR LE MÉDIA INTERNET

Mais cette crise ne semble pas uniquement liée à Internet. «Chaque secteur n’est pas touché de la même façon, de nombreux éléments entrent en jeu. La presse agricole, riche de 150 titres, voit sa diffusion baisser inexorablement, et ce n’est pas seulement à cause du Net. Cela s’explique aussi par la diminution du nombre

SCOOP 2012

29


SUPPORTS

public. Jadis prospères, les magazines automobiles ont divisĂŠ leurs diffusions par deux et peinent Ă accrocher un lectorat qui trouve l'information technique gratuitePHQWVXUOH1HW'HPrPHĂ RULVsantes il y a une dizaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes, les revues cinĂŠmatographiques se comptent dĂŠsormais sur les doigts de la main. Au delĂ  de la presse gratuite cinĂŠma (KinĂŠmag, IllimitĂŠâ&#x20AC;Ś) il faut bien sĂťr compter sur la Toile. VoilĂ  dĂŠjĂ  une vingtaine dâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠes que des sites sur le 7ème art existent, mais ils ne sont plus seulement consultĂŠs pour les bandes annonces ou les horaires des sĂŠances. Ils concur- LA VALEUR AJOUTĂ&#x2030;E: rencent directement UN CONTENU DENSE, le mĂŠdia papier en DES INTERVIEWS offrant fiches des- EXCLUSIVES, DES criptives, critiques, ANALYSES DE reportages et surtout PROFESSIONELS avis de spectateurs. Avec plus de six millions de visites mensuelles, Allocine.fr est le principal acteur de ce bouleversement. RachetĂŠ en 2007 par un fonds amĂŠricain pour 120 millions dâ&#x20AC;&#x2122;euros, le site rĂŠunit des membres passionnĂŠs et consommateurs de cinĂŠma et vit dâ&#x20AC;&#x2122;une publicitĂŠ ciblĂŠe vers ce "lectorat" recherchĂŠ car jeune et nomade. De mĂŞme, les nombreux blogs indĂŠpendants sont venus agrĂŠmenter le contenu dĂŠjĂ  prĂŠsent. Ces passionnĂŠs ajoutent OHXUSLHUUHjO¡pGLĂ&#x20AC;FHHWFRQWHQWHQW aussi les cinĂŠphiles. Comment lutter ? ÂŤ Il faut proposer un contenu plus dense, des analyses quâ&#x20AC;&#x2122;un amateur ne pensera pas Ă  suggĂŠrer. Mais surtout proposer une valeur ajouWpHTXHVHXOXQPDJD]LQHUHFRQQX pourra obtenir : mettre en avant une interview exclusive, un festival ou un colloque rĂŠservĂŠ aux pros, du conteQXSKRWRVSpFLĂ&#x20AC;TXHÂŤÂť explique Catherine Chagniot. Une diffĂŠrenciation qui semble actuellement le seul moyen de conserver ses clients, mais qui semble aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui Ă  la portĂŠe GHVJUDQGDFWHXUVGX:HEÂŤÂ&#x2021;

30

SCOOP 2012

-HDQ0DULH&KDURQ

Le Web peut ĂŞtre l'alliĂŠ du papier Pour le spĂŠcialiste des mĂŠdias Jean-Marie Charon, le passage de l'ĂŠcrit du papier Ă l'ĂŠcran n'est pas un drame. Propos recueillis par Fabien DezĂŠ

SCOOP : Dans quel ĂŠtat se trouve la presse imprimĂŠe franoDLVHDXMRXUG¡KXL" J.M. Charon : De nombreux secteurs se dĂŠgradent. La plupart des contenus sont attaquĂŠs par Internet comme la presse TV ou les magazines fĂŠminins populaires. Des hebdomadaires sont devenus bimensuels, les contenus ont dĂť ĂŞtre repensĂŠs. Le basculement sâ&#x20AC;&#x2122;est fait encore plus rapidement en ce qui concerne la presse professionnelle. Cela signifie-t-il la fin de la presse papier ? Non, il y a toujours de la place pour certains contenus. Par exemple les nouveaux magazines fĂŠminins arrivent Ă se faire une place au soleil car les thĂŠmatiques VHGLYHUVLĂ&#x20AC;HQW(QJpQpUDOOHSXblic accorde plus de crĂŠdibilitĂŠ aux infos sur le papier qu'Ă  celles que lâ&#x20AC;&#x2122;on trouve sur Internet mĂŞme si cela a tendance Ă  changer avec la nouvelle gĂŠnĂŠration. Quelle stratĂŠgie doivent adopter les groupes de presse dans les annĂŠes futures ? Ils doivent davantage jouer sur la complĂŠmentaritĂŠ entre le numĂŠrique et lâ&#x20AC;&#x2122;imprimĂŠ en couplant les abonnements papier avec le Web. Un groupe comme Lagardère a mis du temps Ă  se mettre Ă  Internet mais depuis 2006, il rachète de nombreux sites pure player.

Quel est votre sentiment face Ă cette ĂŠvolution ? Ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas un drame que la presse papier bascule sur le numĂŠrique. Des sites comme MĂŠdiapart ou Rue 89 dĂŠveloppent une vraie information, travaillĂŠe avec un contenu fort. LES TOP ET FLOPS EN 2011

Presse ĂŠcrite +8,27% de ventes +19,27% de ventes -23% de ventes -10,46% de ventes

Web

+62,59% de visites +30,98% de visites -3,84% de visites -16,26% de visites


La presse spécialisée face à la crise Du sport à la culture, en passant par la mode, presque tous les secteurs sont sous le feu du Web. Ou s'en servent...

publicité

SUPPORTS

L’AJE, POUR UNE INFORMATION EUROPÉENNE DE QUALITÉ

Par Fabien Dezé

D

ans la crise que traverse la presse écrite, les magazines spécialisés ne sont pas épargnés. Seuls certains secteurs arrivent encore à se faire une place au soleil. C’est le cas de la presse culinaire avec des magazines comme Régal, Maxi Cuisine ou encore Marmiton (issu du site du même nom) dont les courbes de vente persistent à grimper. La cuisine est devenue l'un des premiers loisirs et un des principaux centres d'interêt des français commme le montre le succès de plusieurs émissions de télévision. Ce n’est pas le cas de la presse automobile qui doit se résoudre à la diminution de la passion portée à la chose automobile, mal qui frappe bien d'autres secteurs de cette presse dite à «centre d’intérêts». Les centres d’intérêts vont et viennent. Qui se souvient qu’il y eut un magazine consacré aux Pin’s ? La presse auto, comme la presse moto, bateaux, vélo est en prime confrontée à l’éclosion de nombreux sites attirés par le lucratif marché des petites annonces. Des sites qui ont peu à peu étoffé leurs actus et essais et VRQWGHYHQXVDXÀOGXWHPSVGH véritables concurrents de l’Auto Journal, l’Automobile Magazine

et consorts. La presse sportive est pJDOHPHQWHQWUqVJUDQGHGLIÀFXOWp (France Football baisse de 23, 45% en 2011 et Onze Mondial de 29, 83 %).

9LFWLPHGHO·H[SORVLRQGHVVLWHV spécialisés. Moins concurrencée par le web gratuit, l’information professionnelle pure conserve sa valeur marchande. Là, le danger ne vient pas des amateurs éclairés, ni de sites «pure-player» (nés sur Internet) mais des entreprises, associations et syndicats du secteur qui trouvent sur la Toile un moyen très peu onéreux de diffuser leur bonne parole tout en délivrant gratuitement l’essentiel de l’actualité du secteur. Ainsi, dans le domaine du poids-lourds, des magazines comme les Routiers ont affaire au site de la chambre syndicale des fabricants de camions, à celui des syndicats de conducteurs et de patrons, aux newsletters des affréteurs, charJHXUVHWF«‡

L’AJE est la section française de l’AEJ (Association of european journalists), association née en 1961 qui rassemble des professionnels des médias de tout l’Europe. La mission de l’AEJ est de sensibiliser les journalistes, les étudiants en journalisme, aux questions européennes et de promouvoir une information européenne de qualité dans les médias. En France, l’AJE organise des séminaires dans les écoles de journalisme, le prix Louise Weiss du journalisme européen, des conférencesdébats, et une mise en réseau des compétences. Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, a été élu président en 2008. L’AEJ est aussi engagée dans le combat pour la liberté de la presse en Europe, et a publié le rapport «Goodbye to media freedom ?» Avec plus d’un millier de membres et 27 sections nationales (janvier 2011), l’AEJ peut être considérée comme le plus grand club de journalistes d’Europe. Elle est reconnue par le Conseil de l’Europe et par l’Unesco, et a le statut d’observateur auprès du Conseil de l’Europe.

SCOOP 2012

31


SUPPORTS

/HMHXGHVIDPLOOHVGHOHFWHXUV Dresser un panorama des lecteurs de presse Ă travers des portraits, des clichĂŠs du lecteur dâ&#x20AC;&#x2122;aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui: un vrai exercice de style et dâ&#x20AC;&#x2122;observation. Et vous, quel type de lecteur ĂŞtes-vous ?

Par Najoua Azlag

Le radin Le radin a souvent lâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;il dans le LibĂŠration de son voisin. Sâ&#x20AC;&#x2122;il lit son propre journal, câ&#x20AC;&#x2122;est MĂŠtro, Direct Matin ou 20 Minutes car le radin ne lit "que" la presse gratuite et ces journaux nâ&#x20AC;&#x2122;ont plus de secret pour lui. Il lit tout dans ces trois quotidiens, absolument tout, mĂŞme la rubrique lâ&#x20AC;&#x2122;inconnu du mĂŠtro. Il ĂŠcoute aussi la radio et regarde la tĂŠlĂŠ. Son budget info: lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlectricitĂŠ et la redevance. Il est tellement pingre quâ&#x20AC;&#x2122;il nâ&#x20AC;&#x2122;abandonne pas ses prĂŠcieux journaux dans le mĂŠtro, comme le font certains, histoire de faire tourner lâ&#x20AC;&#x2122;info. Oh non, il les rapporte chez lui pour allumer le feu ou emballer les ĂŠpluchures. /¡HQFKDvQpjVRQFDQDUG Comme son nom lâ&#x20AC;&#x2122;indique il ne lit quâ&#x20AC;&#x2122;un seul journal, le seul quâ&#x20AC;&#x2122;il FRQVLGqUHFRPPHĂ&#x20AC;DEOHOH&DQDUG EnchaĂŽnĂŠ bien sĂťr, auquel il est abonnĂŠ depuis le lycĂŠe. En vrai

passionnĂŠ, il lui est impossible de jeter un seul numĂŠro. Il lit son canard parce quâ&#x20AC;&#x2122;il trouve un traitement diffĂŠrent de lâ&#x20AC;&#x2122;information. DiffĂŠrent de quoi ? Il ne sait pas, il ne lit que le Canard. Mais il est sĂťr que le sarcasme des auteurs et le sens de lâ&#x20AC;&#x2122;humour avec lequel est traitĂŠ un sujet aussi grave que lâ&#x20AC;&#x2122;affaire Karachi ne se trouve ÂŤnulle part ailleursÂť. Son canard il lâ&#x20AC;&#x2122;aime au point dâ&#x20AC;&#x2122;y dĂŠcouper des articles, des citations, des illustrations quâ&#x20AC;&#x2122;il met dans son album collector. Un jour, il a mĂŞme ĂŠcrit Ă la rĂŠdaction pour dĂŠnoncer les agissements de son maire et les turpitudes de son patron. Sa correspondance dĂŠbutait par: ÂŤmon cher CanardÂť. 1,20 â&#x201A;Ź ce nâ&#x20AC;&#x2122;est pas excessif. /¡K\SHUEUDQFKpVXUFRQQHFWp Casque ultra design vissĂŠ sur les oreilles, il est informĂŠ en continu par des alertes infos sur son smartphone. Les alertes câ&#x20AC;&#x2122;est bien,

Son Canard EnchaĂŽnĂŠ, il le chĂŠrit et attend chaque semaine son seul et unique journal pour trouver les vĂŠritables informations avec toujours la pointe de sarcasme quâ&#x20AC;&#x2122;il aime tant. CrĂŠdit: Najoua Azlag

CrĂŠdit: Najoua Azlag

32

SCOOP 2012

mais après, les articles il les lit directement sur sa tablette. Ultra connectĂŠ, il se promène avec son iBook dans lâ&#x20AC;&#x2122;attachĂŠ case et le moindre temps mort est une plage GHVXUIVXUOHĂ&#x20AC;JDURIUPHGLDSDUW fr, jelistout.org, jeminforme.net, sans oublier twitter bien sĂťr. Au courant de tout, mais ne comprenant rien, il aimerait avoir le temps GHUpĂ pFKLUjWRXWFHODPDLVLOQH veut pas prendre de retard dans la lecture de ses newsletters. Lâ&#x20AC;&#x2122;hyper branchĂŠ sur-connectĂŠ surfe sur la vague dâ&#x20AC;&#x2122;info mais celle-ci lui passe souvent au-dessus dans un grand buzz d'ĂŠcume. La curieuse Adepte de la presse people, elle ĂŠpluche plus quâ&#x20AC;&#x2122;elle ne lit Be, Closer, Public, Voici et autre Oops. Lorie, Sharon ou Kelly, ne rate aucun ĂŠpisode de la vie des stars, mais lorsquâ&#x20AC;&#x2122;on lui demande qui est le prĂŠsident des Etats Unis elle rĂŠpond ÂŤ Brad Pitt, euh, non, Georges W. ClooneyÂť ! HabillĂŠe comme ses icĂ´nes, elle est avide de potins, de photos divertissantes, et de tĂŠlĂŠ-rĂŠalitĂŠ.


SUPPORTS

La presse fĂŠminine est devenue accro Ă ce lectorat autant attirĂŠ par la vie des stars que par le nouveau sac Ă  la mode. Ni Elle ni MarieClaire ne se permettent plus de faire lâ&#x20AC;&#x2122;impasse sur les ĂŠmois de Nolwenn ou le nouveau nez de Scarlett. Le procrastinateur Comme son nom lâ&#x20AC;&#x2122;indique, le procrastinateur lira demain ce quâ&#x20AC;&#x2122;il ne peut lire aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui, Ă  moins quâ&#x20AC;&#x2122;il ne lise ce quâ&#x20AC;&#x2122;il devait lire hier, ou avant hier. Le procrastinateur rĂŞverait dâ&#x20AC;&#x2122; ÂŤavoir le tempsÂť et que lâ&#x20AC;&#x2122;on instaure des journĂŠes de 48 heures. Le procrastinateur amasse, entasse, accumule, empile magazines et journaux, leur greffe des post-it et les laisse en vue, ouverts Ă  la page quâ&#x20AC;&#x2122;il faudra absolument lire. Il vit dans un vĂŠritable capharnaĂźm entre les piles des divers titres de presse quâ&#x20AC;&#x2122;il achète. Mais pourquoi les achète-t-il sans les lire ? Parce quâ&#x20AC;&#x2122;en vacances, il aura le temps. Le bon cĂ´tĂŠ de la FKRVHF¡HVWTXHVDWkFKHV¡DOOqJH avec le temps. Ainsi, depuis que lâ&#x20AC;&#x2122;armĂŠe amĂŠricaine a quittĂŠ lâ&#x20AC;&#x2122;Iraq, ça fait un paquet de quotidiens Ă  jeter sans remords. /HSDS\ Baguette sous le bras, pipe au bec, VLIĂ RWDQWGX0LFKHO6DUGRXOH papy a cette habitude quotidienne, non, plutĂ´t cette tradition quasi religieuse, de se rendre tous les matins Ă  la mĂŞme heure, chez son marchand de journaux. Il le connaĂŽt depuis toujours, papote volontiers pluie et beau temps, dernière collection presse spĂŠciale 2CV, et demande ÂŤ Alors quâ&#x20AC;&#x2122;est-ce quâ&#x20AC;&#x2122;il y a de bon aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui Ă  lireÂť. Il regarde la Une de son journal, y dĂŠcouvre les gros titres et se dit que devant son bol de cafĂŠ et sa tartine il aura

de quoi sâ&#x20AC;&#x2122;occuper lâ&#x20AC;&#x2122;esprit jusquâ&#x20AC;&#x2122;au dĂŠjeuner. Le papy est un amateur de faitsdivers, surtout lorsque ceux-ci se dĂŠroulent dans sa commune de 3000 kPHVHWTX¡LOFRQQDvWO¡XQGHVSURtagonistes. Chez lui, il commente chaque article Ă sa compagne qui apprĂŠcie sa concision dans lâ&#x20AC;&#x2122;analyse pendant quâ&#x20AC;&#x2122;elle ĂŠpluche les pommes de terre.

Ne laissant rien passer des actualitĂŠs people du moment, la curieuse ne perd pas une miette sur les amours et les petits dĂŠfauts de ses idoles. CrĂŠdits DR

Le dĂŠcorateur Dans le kiosque de la place de la Madeleine, le dĂŠcorateur, bien habillĂŠ bien coiffĂŠ, balaye dâ&#x20AC;&#x2122;un coup dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;il les prĂŠsentoirs et arrĂŞte son choix sur Beaux Arts Magazine. Il sait Ă lâ&#x20AC;&#x2122;avance que le dossier sur les ÂŤ grandes expositions de 2012 Âť ne lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠresse pas plus que cela, mais ça en jette. Le dĂŠcorateur aime dĂŠcorer son intĂŠrieur de jolies revues, celles que lâ&#x20AC;&#x2122;on appelle ÂŤ coffee table magazine Âť. Sa table basse, envahie de XXI, de Magazine du Monde, dâ&#x20AC;&#x2122;ArchĂŠologia et de GĂŠo, dĂŠcrit celui quâ&#x20AC;&#x2122;il aimerait ĂŞtre, cultivĂŠ, curieux et JOREHWURWWHUÂ&#x2021;

SCOOP 2012

33


SUPPORTS

Le courrier des lecteurs revient en force Avec lâ&#x20AC;&#x2122;info en ligne, le journaliste ne peut plus ignorer son lecteur. Ce dernier le commente en bas de page, lâ&#x20AC;&#x2122;interpelle, le critique. Trolls, paraphraseurs et autres jamais contents apportent-ils un plus Ă lâ&#x20AC;&#x2122;information ? Parfois oui. Par Emmanuelle Grimaud

G

aston Lagaffe, qui croule sous le courrier des lecteurs et en fait des cocottes, c'est une ĂŠpoque rĂŠvolue. DĂŠsormais, le courrier GHVOHFWHXUVQHĂ&#x20AC;QLWSOXVDXIRQG du placard ou Ă la poubelle. Le lecteur ĂŠtant devenu rare et cher, son courrier mĂŠrite donc la plus grande considĂŠration. L'hebdomadaire Marianne en fait mĂŞme une rubrique vedette sur quatre pages. Mais câ&#x20AC;&#x2122;est sur la Toile que le lecteur a vraiment pris le pouvoir avec les commentaires au bas des articles. VĂŠritable baromètre du succès ou de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchec dâ&#x20AC;&#x2122;un article, le nombre de rĂŠactions dĂŠtermine sur certains sites le hit parade de ce quâ&#x20AC;&#x2122;il faut lire. /H WUROOLQJ XQ SKpQRPqQH rĂŠcurrent Calomnier les journalistes par le biais de commentaires incongrus est devenu monnaie courante. Les auteurs ne peuvent plus ignorer les trolls qui critiquent Ă  tout va et polluent le dĂŠbat. Mais quâ&#x20AC;&#x2122;est-ce quâ&#x20AC;&#x2122;un troll ? Ă&#x20AC; lâ&#x20AC;&#x2122;origine, le terme fait allusion au trolling, une technique de pĂŞche utilisĂŠe par les chalutiers qui consiste Ă  attraper le plus de poissons possible en laissant WUDLQHUGHVDSSkWVGHUULqUHOHQDYLUH En argot Internet ce nâ&#x20AC;&#x2122;est ni plus ni moins quâ&#x20AC;&#x2122;un lecteur qui vient casser une discussion, tuer le dĂŠEDWRXQRXUULUDUWLĂ&#x20AC;FLHOOHPHQWXQH polĂŠmique. Le plus souvent dans un français approximatif. Ainsi Ă  en croire ÂŤ OSEF Âť (acronyme de ÂŤOn sâ&#x20AC;&#x2122;en fout Âť), ÂŤ les journalistes devraient un peu plus chercher la

34

SCOOP 2012

petite bĂŞte avant de vĂŠhiculer au mieux des informations imprĂŠcises, au pire des manipulations Âť, ou encore ÂŤ pourquoi traiter de ce sujet alors que des gens meurent en IndonĂŠsie Âť. Pour GrĂŠgoire de Villepoix, rĂŠdacteur en chef du site meltyStyle.fr, ÂŤ deux types de commentaires dĂŠrangent la rĂŠdaction: les spams qui sont des liens vers des pubs et les critiques parfois insultantes. Dans les deux cas les internautes sont immĂŠdiatement bannis du site.Âť Comment gĂŠrer les commentaires ? Internet ĂŠtant un espace de libertĂŠ quasi absolue, le dilemme se pose: faut-il privilĂŠgier le volume et laisser en ligne les commentaires stupides ? Ou bien faut-il supprimer les commentaires qui nâ&#x20AC;&#x2122;apportent ni fond ni discussions, ou qui nâ&#x20AC;&#x2122;ont rien Ă voir avec le sujet. Reuters a crĂŠĂŠ un statut de ÂŤcommentateur VIPÂť. Les commentateurs passent

3L­;YVSSMHJLŽ le visage du troll, symbolise la critique non constructive et est devenu le personnage rÊcurrent du net. Le site français jetetroll.com regroupe tous les comics rÊalisÊs sur le web dÊdiÊ au trollface. CrÊdit photo: Geoffrey Priol

des niveaux et obtiennent des ÂŤpouvoirs Âť au fur et Ă mesure de leur progression. Au dĂŠbut, ils sont de ÂŤnouveaux utilisateursÂť et leurs commentaires sont systĂŠmatiquement modĂŠrĂŠs par la rĂŠdaction. Ils gagnent des points Ă  chaque fois quâ&#x20AC;&#x2122;un commentaire est validĂŠ. Au bout dâ&#x20AC;&#x2122;un certain nombre de points, ils deviennent ÂŤutilisateurs reconnusÂť. A partir de lĂ , leurs commentaires sont validĂŠs sans intervention du modĂŠrateur. Les commentaires sur le site dâ&#x20AC;&#x2122;information Rue89 sont, quant Ă  eux, soumis Ă  un classement. La rĂŠdaction sĂŠlectionne les commentaires les plus intĂŠressants. Ceux-ci V¡DIĂ&#x20AC;FKHQWVRXVOHFRQWHQXDORUV que les autres demeurent moins visibles. Les internautes peuvent ĂŠgalement voter pour une rĂŠaction. Slate.com a, pour sa part, choisi de ne pas publier de commentaires QRQLGHQWLĂ&#x20AC;pV/HVOHFWHXUVRQW la possibilitĂŠ de commenter les DUWLFOHVHQV¡LGHQWLĂ&#x20AC;DQWjSDUWLUGX compte de leur choix (Facebook, Twitter, Google, Yahoo !, etc). Une chose est sĂťre, le journaliste ne EpQpĂ&#x20AC;FLHSOXVGHVRQDXUDG¡DXWUHfois. Mais est-ce un mal ? GrĂŠgoire GH9LOOHSRL[FRQĂ&#x20AC;HŠ il nous est dĂŠjĂ  arrivĂŠ dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtoffer un article grâce aux connaissances dâ&#x20AC;&#x2122;un lecteur aguerri. Câ&#x20AC;&#x2122;est fabuleux. Le journaliste doit accepter que le lecteur en sache parfois plus que lui sur certains sujets pointus. Qu'il puisse amĂŠliorer un article est une des plus grandes ĂŠvolutions apportĂŠes par le WebÂŞÂ&#x2021;

SCOOP - Le magazine des métiers du journalisme  

Ce magazine a été réalisé par les étudiants en troisième année de journalisme en spécialisation Presse Ecrite à l'ISCPA- Institut des Médias...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you