Page 1


!

! RĂŞver!avec!Dieu! Bill!Johnson!


! Chapitre!1! ! Coopérer!avec!Dieu! Dieu s'est rendu vulnérable aux désirs de Son peuple Les disciples ont vécu dans l'admiration de Celui qui les a appelés à tout quitter pour le suivre. Ce fut un choix facile. Lorsqu'Il parlait, quelque chose prenait vie en eux, quelque chose dont ils ignoraient l’existence. Il y avait dans Sa voix quelque chose qui valait la peine d’être vécu, et pour lequel donner sa vie prenait tout son sens. Chaque jour avec Jésus était rempli d’événements ou de situations qu'ils ne pouvaient pas comprendre : qu’il s’agisse d’un démoniaque tombant à genoux aux pieds de Jésus pour L’adorer ou de chefs religieux dominateurs gardant le silence en sa présence ; tout cela était bouleversant. Leur vie avait pris un tel sens et un tel but que cela rendait le reste tout au mieux décevant. Bien sûr, ils avaient leurs propres problèmes mais ils avaient été choisis par Dieu et plus rien d'autre ne comptait. L'énergie de la vie qu'ils expérimentaient nous serait difficile à comprendre. Chaque mot, chaque action semblait avoir une importance éternelle. Ils avaient certainement réalisé que servir


Rêver avec Dieu

dans la cour du Roi était bien mieux que de vivre dans leur propre palace. Ils découvraient par eux-mêmes ce que David avait ressenti lorsque sa priorité était de vivre dans la présence de Dieu.

La#transition#ultime# Vers la fin de Sa vie sur terre, Jésus fit une révélation à ses disciples. Il dit aux douze qu'Il ne les appelait plus serviteurs mais amis. Être dans la même pièce que Lui ou même L'admirer à distance était bien plus que tout ce qu'ils auraient pu demander. Mais Jésus les avait fait entrer dans Sa vie. Ils avaient prouvé qu'ils étaient dignes de la plus grande des considérations jamais connue par l'humanité : passer du statut de simples serviteurs à celui d’amis intimes. Seule Esther, dans l'Ancien Testament, aurait peut-être pu comprendre ce que l'on ressent lors d'une telle élévation puisqu'elle-même, jeune servante dont les ancêtres étaient des esclaves, avait été promue au rang de reine. « Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais Je vous appelle amis, parce que Je vous ai fait connaître tout ce que J'ai appris de Mon Père » (Jean 15 : 15). Avec cette révélation, les disciples détournaient leur attention des tâches à accomplir pour regarder Celui qui était à leur portée. L'accès aux secrets du cœur du Père leur était confié. Lorsque Jésus donna cette révélation aux disciples, il le fit en décrivant la différence entre les deux positions. Les serviteurs ne savent pas ce que fait leur maître. Ils n'ont pas accès au domaine personnel et intime de leur maître. Ils sont concentrés sur leurs tâches. L'obéissance est leur centre d'attention principal, et ceci à juste titre puisque leur vie dépend de leur réussite dans ce domaine. Mais les amis ont un centre d'attention différent. Cela pourrait sembler injuste de dire que l'obéissance n’est pas la préoccupation majeure d'un ami, mais c’est pourtant la vérité. L'obéissance sera toujours importante comme le verset précédant le souligne « Vous êtes Mes amis si ! !

10

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

vous faîtes ce que Je vous commande » (Jean 15 : 14). Mais des amis sont plus inquiets de décevoir l’autre que de lui désobéir. L’objectif des disciples s'est détourné des commandements à la présence, du devoir à la relation, de « ce que je fais pour lui » à « comment mes choix l'affectent ». Cette amitié qui leur a été offerte a rendu possible la révolution de la relation dont nous continuons à bénéficier aujourd'hui.

Transformés#par#cette#révélation# Plusieurs changements de modèles ont lieu dans notre cœur lorsque nous saisissons cette révélation. Tout d'abord, ce que nous savons change au fur et à mesure que nous avons accès au cœur du Père. Son cœur est la plus grande source d’information dont nous ayons besoin pour réussir dans tous les domaines de la vie. Jésus a payé le prix de notre accès au Père, nous garantissant ainsi la liberté qui vient de la vérité que nous obtenons par cette connaissance illimitée de Son cœur. C’est dans cette étape de la révélation que se vit la liberté. Ensuite, notre expérience se modifie. Rencontrer Dieu en tant qu'ami intime ou en tant que serviteur est passablement différent. Ce qui fait battre Son cœur fait battre le nôtre au fur et à mesure que nous vivons des changements dans nos propres désirs. Sa présence devient notre plus bel héritage et nos rencontres avec Lui sont nos meilleurs souvenirs. Une transformation personnelle est la seule conséquence possible de ces expériences surnaturelles. Troisièmement, notre fonction dans la vie change radicalement. Au lieu de travailler pour Lui, nous travaillons avec Lui. Nous ne travaillons pas pour obtenir Sa faveur mais nous travaillons à partir de Sa faveur. C’est dans cette position-là qu’Il nous confie davantage Sa puissance et que nous sommes tout simplement transformés à Son image de jour en jour.

! !

11

! !


Rêver avec Dieu

Enfin, notre identité est radicalement transformée. Notre identité donne le ton de tout ce que nous faisons et de tout ce que nous devenons. Les chrétiens qui vivent pleinement leur identité en Christ ne peuvent pas être paralysés par l’opinion des autres. Ils ne vont pas chercher à répondre aux attentes des autres mais ils vivent ardemment ce que le Père dit qu’ils sont.

Un#changement#d'objectif# Une scène de la Bible illustre bien la différence entre les serviteurs et les amis : celle de Marie et Marthe. Marie avait choisi de s'asseoir aux pieds de Jésus alors que Marthe avait choisi de travailler dans la cuisine (voir Luc 10 : 38-42). Marie cherchait à Lui plaire en étant avec lui alors que Marthe essayait de Lui plaire par son service. Mais Marthe, jalouse, a demandé à Jésus de dire à Marie d’aider en cuisine. Beaucoup de serviteurs cherchent à rabaisser le rôle de l’ami pour justifier leur approche de Dieu par le travail. Souvenons-nous bien de la réponse de Jésus : « Marie a choisi la meilleure part ». Marthe préparait des sandwichs que Jésus n'avait pas commandés ! Faire davantage de choses pour Dieu est la méthode que les serviteurs utilisent pour obtenir plus de Sa bonté. Un ami a un objectif totalement différent. Il aime la bonté dont il bénéficie et il l’utilise pour passer du temps avec son ami. Dire que nous avons besoin de Maries et de Marthes est une grossière erreur. Tout simplement parce que ce n'est pas vrai. J'ai entendu dire que rien ne serait fait si nous n'avions pas de Marthe, ce qui est également un mensonge. Cet enseignement vient principalement de serviteurs qui sont intimidés par le style de vie des amis. Marie n'était pas passive ; elle a juste appris à servir dans ou à partir de Sa présence, préparant uniquement les sandwichs que Jésus demandait. Travailler dans Sa présence est bien meilleur que travailler pour Sa présence. Le pasteur Mike Bickle le formule encore mieux lorsqu'il dit qu’il y a des amoureux et des travailleurs, mais les amoureux ! !

12

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

accomplissent plus de travail que les travailleurs ! Un amoureux passionné fera toujours plus plaisir à Dieu que n’importe quel bon serviteur.

La#volonté#de#Dieu# Nous pensons généralement à la volonté de Dieu comme à quelque chose de statique, fixe et immuable. Nous l'associons essentiellement à des événements spécifiques pour des temps précis. L'élément qui manque dans notre compréhension de ce sujet est notre rôle dans l'accomplissement de Sa volonté. Lorsque Dieu était sur le point de détruire Israël, Il dit à Moïse de s’écarter parce qu'Il allait tuer le peuple que Moïse avait fait sortir du pays d'Égypte pour l’amener dans le désert. Moïse remémora alors à Dieu qu'il ne s'agissait pas de son peuple à lui mais de Son peuple et qui plus est, ce n'était pas Moïse qui avait fait sortir le peuple du pays d'Égypte mais Dieu Lui-même ! Dieu reconnut que Moïse avait raison, et promit alors de ne pas les tuer. Le plus stupéfiant n'est pas tant que Dieu ait changé d’avis en épargnant Israël mais c’est qu'Il s'attendait à ce que Moïse participe en tant que conseiller de Sa volonté et ça, Moïse le savait. Abraham l’avait aussi compris. Au cours de l’histoire, on constate que ces amis de l’alliance semblaient tous être conscients que Dieu s’attendait à ce qu'ils s’impliquent dans la manifestation de Sa volonté, influençant ainsi les conséquences de chaque événement. Ils avaient compris qu’ils portaient cette responsabilité et qu'il leur fallait intervenir auprès de Dieu pour obtenir ce dont le peuple avait besoin. Le rôle sacerdotal d'un intercesseur n'a jamais été aussi bien illustré. L’objectif principal de Sa volonté n'était pas de détruire ou non Israël mais d'amener Moïse dans ce processus. Sa volonté n’a pas toujours pour cible les événements, mais elle cible Ses amis afin qu'ils s'approchent plus près de Sa présence et qu’ils accomplissent leur rôle de délégués. La volonté de Dieu est tout autant un processus qu'un résultat, elle est souvent fluide mais jamais statique. ! !

13

! !


Rêver avec Dieu

Un#chèque#en#blanc# Enfants, beaucoup d'entre nous rêvions que l'on nous accorde un souhait. Salomon reçut ce « seul et unique souhait ». Quand Dieu apparut à Salomon et lui donna l’opportunité d’obtenir ce qu’il souhaitait, Il plaça alors très haut et pour toujours la barre de nos attentes pour la prière. Les disciples reçurent ce même « souhait » mais en mieux encore. En effet, au lieu de recevoir un seul chèque en blanc, ils en reçurent une réserve illimitée. Et ce cadeau leur fut accordé spécifiquement dans le contexte de leur amitié avec Dieu. En plus d’être considérés par Jésus comme Ses amis, ils obtinrent cette liste extraordinaire de promesses. Chaque promesse était un chèque en blanc, promesses par lesquelles ils devaient vivre et qu’ils devaient utiliser tout au long de leur vie pour l'expansion du Royaume. En voici quelques-unes : « Si vous demeurez en Moi, et que Mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé ». (Jean 15 : 7) « Ce n'est pas vous qui M'avez choisi ; mais Moi, Je vous ai choisis, et Je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en Mon nom, Il vous le donne ». (Jean 15 : 16) « Si vous demandez quelque chose en Mon nom, Je le ferai ». (Jean 14 : 14)

! !

14

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

« En ce jour-là, vous ne M'interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, Je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, Il vous le donnera en Mon nom. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en Mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite ». (Jean 16 : 23-24) Pour que nous recevions correctement ce que Jésus nous offre dans ces versets, toute notre compréhension robotisée de ce que signifie être disciple de Dieu doit changer. Dieu n'a jamais souhaité que le chrétien soit une marionnette manipulée par des ficelles. Dieu s'est véritablement rendu vulnérable aux désirs de Son peuple. En fait, on peut dire que « si c’est important pour toi, c’est important pour Lui ». Pendant qu'une grande partie de l'Église attend une autre parole de Dieu, Lui, Il attend d'entendre le rêve de Son peuple. Il désire ardemment que nous prenions notre place, non parce qu'Il a besoin de nous mais parce qu'Il nous aime.

Réunion#de#famille# La famille du côté de ma mère s’était réunie au début des années 90. Environ 160 personnes étaient venues du monde entier pour se rassembler sur un terrain de camping que nous avions loué au nord de la Californie. Ce fut vraiment intéressant de constater qu’il y avait parmi tout ce monde 48 pasteurs et missionnaires. Ce fut certainement la réunion la plus inhabituelle que nous ayons connue de par le nombre extraordinaire de ministères impliqués. Mais elle fut d'autant plus unique qu'elle ressemblait à une conférence officielle. Il y avait des réunions, des groupes de discussion et d’autres choses similaires. On m'avait même demandé d'écrire un chant pour cet événement, tiré du livre de ! !

15

! !


Rêver avec Dieu

Sophonie dans l'Ancien Testament. Nous avons passé un moment merveilleux à célébrer la grâce de Dieu sur notre famille. Au cours d'une des réunions, quelqu'un avait programmé de danser un quadrille pour se détendre. Une chose est sûre, je ne danse pas sauf pendant la louange. Peu m’importe si c’est un quadrille ou si c’est dans une discothèque, je ne danse tout simplement pas. Je trouve cette activité embarrassante. Au collège, j'avais réussi à esquiver le cours de quadrille en disant à mon professeur que mon église ne croyait pas à cette danse (ce qui était partiellement vrai). Et voilà qu’à cette réunion, on avait programmé une danse, chose si embarrassante, comme activité familiale. Formidable ! Lorsque Beni mon épouse me demanda ce que j'allais faire, je lui répondis catégoriquement : « Je ne danse pas ! » Elle connaissait déjà mes pensées et avait choisi, dans sa grande sagesse, de ne pas tenter l'impossible qui aurait été de me faire changer d'avis pour que je rejoigne le plaisir familial. (L'un des traits forts de mon caractère, c’est que je ne change pas d'avis facilement. Peu importe qui cherche à défier ma position. Je ne bouge pas. L'un des points faibles de mon caractère est que je ne change pas d'avis facilement). Nous nous sommes donc approchés de la grande salle où la fête battait son plein : des familles entières essayaient de danser ensemble. C'était amusant à regarder. Il était également très facile de distinguer les familles qui savaient ce qu'elles faisaient de celles qui ne le savaient pas. Nous regardions et riions des personnes qui se marchaient sur les pieds, alors qu’elles essayaient maladroitement d'apprendre, en si peu de temps, les pas de danse si difficiles. Puis l'inattendu se produisit. Ma fille Leah, à l'époque âgée de 10 ans, me demanda si je pouvais danser avec elle. Je suis connu pour être ferme et difficile à faire bouger. Certains membres de la famille appellent cela de l'entêtement, moi, j’appelle cela de l'engagement. Et pourtant à ce moment, j'eus ! !

16

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

l'impression qu'on m'avait tendu une embuscade. Mes pieds étaient solidement ancrés, ma détermination ferme et mes arguments tenaces. Mais votre fille, particulièrement votre fille âgée de 10 ans, a sa façon bien à elle de biaiser le radar de votre méfiance. À ma grande horreur, je m'entendis dire sans aucune hésitation mais aussi sans volonté : « Oui ». Où était ma fermeté ? Qu'en était-il de ma détermination ? Où était passé mon don d’entêtement alors que j'en avais le plus besoin ? Jusqu'à ce jour je n'en sais toujours rien ! J'avais été « mis à terre » par une petite fille. Quelques instants plus tard, j'étais sur la piste de danse, essayant de faire de mon mieux. Mais le regard de ma petite fille me disait que tout allait bien. Son plaisir dépassait largement mon embarras. Je compris une fois de plus à quel point les pères pouvaient se rendre vulnérables aux désirs de leurs enfants − et comment Dieu, joyeusement, se rend vulnérable aux désirs de Son peuple.

La#souveraineté#de#Dieu# Il va sans dire que passer du temps avec Dieu change nos désirs. Nous devenons toujours semblables à Celui que nous adorons. Mais cela n’est pas dû au fait que nous aurions pu être programmés à désirer les choses qu'Il souhaite mais au fait que dans notre amitié nous découvrons les choses qui Lui plaisent − les pensées secrètes de Son cœur. C'est l'instinct du véritable croyant de rechercher et de trouver ce qui apporte du plaisir au Père. En fait, notre nature change à notre conversion et c’est notre nouvelle nature qui cherche à connaître Dieu et à Lui plaire par nos pensées, nos ambitions et nos désirs. Les personnes qui ont les plus grandes difficultés avec cette manière de penser considèrent cela comme une agression de la doctrine de la souveraineté de Dieu. Il n'y a pas de doute, Dieu est souverain. Sa position de souverain n'est pas remise en question par notre mission de coopérer avec Christ. L'une de mes citations favorites à ce sujet vient de mon ami Jack Taylor. Il ! !

17

! !


Rêver avec Dieu

dit : "Dieu est si sûr de Sa souveraineté qu'Il ne craint pas d'apparaître non souverain. "

Tout#désir#naît#d’un#père# Une bonne manière de se souvenir de l’objectif du mot désir est de le découper en deux syllabes. « Dé » signifie « de ». Et « sir » signifie « père ». Tout désir naît « du Père ». La question ne devrait pas être « mes désirs sont-ils de Dieu ? » Mais la question devrait être « Avec quoi ou avec qui ai-je été en communion ? » Je peux avoir une communion avec Dieu ou avec l'ennemi. Si je prends le temps de ressasser une offense qui m’est arrivée il y a des années, et que je me demande si Dieu a jugé cette personne, des désirs de justification et de vengeance vont s’attiser dans mon cœur. Pourquoi ? Parce que je « communie » avec le Père de l'amertume et ces mauvais désirs sont les enfants qu’il forme dans mon cœur. Si communier avec le mal peut produire des désirs mauvais en nous, il nous faut réaliser à plus forte raison combien passer du temps ou communier avec Dieu forme en nous des désirs qui ont pour but l'éternité et qui Lui donnent toute la gloire. Notons ceci : nos désirs ne viennent pas sur commande ; ils naissent dans nos cœurs grâce à notre communion avec Dieu. Ils sont la progéniture de notre relation avec Lui. L'objectif principal de ce livre est d'enseigner et d'encourager les chrétiens à vivre de désirs qui sont nés en eux au travers de leur communion intime avec le Seigneur. Beaucoup de chrétiens ne tiennent pas compte de leurs désirs, essayant systématiquement de se débarrasser de tout ce qu'ils ont à cœur pour prouver qu'ils ont tout abandonné pour Dieu. Leur approche généreuse dépasse la volonté de Dieu et nie le fait qu’Il est le Père des rêves et des capacités qui sont en eux. De l’extérieur, cette réaction semble bonne de par le caractère religieux et généreux qu’elle représente, mais c’est une attitude qui va à l’encontre des objectifs de Dieu pour l’être intérieur. La plupart des personnes ne voient toujours pas la différence entre le fait d’entrer dans le ! !

18

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

Royaume et celui de vivre dans le Royaume. Nous entrons par un chemin étroit et droit en disant « non pas ma volonté mais que Ta volonté soit faite ». La seule porte est Jésus-Christ. Le seul chemin pour trouver la vie en Christ est de venir en s’abandonnant complètement à Lui. Mais la vie dans le Royaume, celle qui suit l'entrée étroite du salut, est complètement différente. Elle est bien plus grande à l'intérieur qu'elle ne l'est à l'extérieur. C’est là que nous entendons le Seigneur nous dire que nous ne sommes plus serviteurs mais amis. C’est dans ce contexte-là qu’Il nous dit que le Père nous donnera tout ce que nous voulons. L’accent est mis sur nos souhaits. Une fois que ce que nous désirons est acquis, n’oublions cependant pas le contexte qu’est le Royaume, au risque de générer des chrétiens égoïstes. Tout comme la Croix précède la résurrection, ainsi notre abandon à Sa volonté précède la réponse de Dieu à notre volonté. Mais l’opposé présente aussi un danger : si nous amoindrissons tous nos souhaits, nous ne représenterons jamais correctement et efficacement Christ sur terre.

L’arbre#de#la#vie# « ...Mais un désir accompli est un arbre de vie » (Proverbes 13 : 12). C’est Salomon qui nous donne cette merveilleuse déclaration. S’il y a bien une personne apte à parler des désirs personnels accomplis, c’est Salomon. Dans II Chroniques 7 : 11, il est dit : « Lorsqu'il eut mené à bien tout ce qu'il avait eu l'intention de faire... ». Nous ne pouvons pas laisser la désobéissance de la fin de sa vie nous détourner des profondes leçons apprises au travers de son obéissance au début de sa vie. Il fit l’expérience de l’effet puissant de voir les désirs de son cœur accomplis. Les paroles de Salomon redéfinissent le sujet de l’arbre de la vie que l’on retrouve dans le livre de Genèse. Il reliait Adam et Eve à l’éternité. (Après avoir mangé du fruit défendu, l’ange du ! !

19

! !


Rêver avec Dieu

Seigneur garda le chemin d’accès à l’arbre de vie afin qu’Adam et Ève ne puissent en manger les fruits ; cet arbre rendait immortels ceux qui le touchait. Il aurait rendu permanente leur condition de pécheurs, un état éternel dont ils n’auraient pu être rachetés.) On nous dit ici qu’un chrétien connaîtra l’expérience de l’arbre de vie au fur et à mesure que ses désirs seront accomplis. Cela implique que ceux qui goûtent au merveilleux accomplissement des désirs en Christ reçoivent une perspective et une identité éternelle au travers de ces accomplissements. Les processus d’abandon de nos droits, de transformation personnelle, et de désirs accomplis font partie de la formation pratique pour régner éternellement avec Christ. Dans Jean 16 : 24, il est dit que Dieu veut répondre à nos désirs (prières), « afin que votre joie soit parfaite ». Ce n’est pas étonnant qu’il y ait si peu de joie dans l’Église. La joie est la conséquence de notre cœur racheté qui se réjouit de participer, par la prière, à la manifestation du plan divin sur la terre. Plus spécifiquement, la joie vient de la réponse à nos prières. Des prières exaucées, particulièrement celles qui ont requis une intervention surnaturelle, nous réjouissent profondément ! Et c’est toujours sympathique d’être avec des gens heureux. C’est peut-être la raison pour laquelle on appelait Jésus l’ami des pécheurs (voir Luc 7 : 34). Sa joie contaminait tous ceux qui l’entouraient. Instant après instant, jour après jour, il voyait Son Père céleste répondre à Ses prières. Certains même considéraient que Sa joie était extrême. Dans Luc 10 : 21, il est dit : « Jésus tressaillit de joie par le Saint-Esprit ». Le mot tressaillir dans ce contexte suggère « crier et bondir de joie ». Même la proximité de Jésus apportait de la joie. Jean-Baptiste tressaillit de joie dans le ventre de sa mère lorsque Marie, alors enceinte de Jésus, entra dans la pièce. La joie de Jésus est contagieuse, et elle doit redevenir la marque du vrai chrétien.

! !

20

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

David,#l’idée#de#Dieu# La construction du temple par Salomon est un exemple extraordinaire de la concrétisation d’un rêve, bien que ce temple fut conçu par David son père. La construction et la consécration du temple de Salomon sont l’un des événements les plus importants de la Bible. Pourtant, lors de l’inauguration du temple, Salomon dit : Puis il dit : « Je remercie le Seigneur, le Dieu d'Israël ! Il a luimême accompli ce qu'Il avait promis à mon père David en ces termes : “Depuis le jour où j'ai fait sortir d'Égypte Israël, mon peuple, je n'ai jamais choisi une ville particulière parmi toutes les villes d'Israël pour qu'on y construise un temple où je puisse manifester ma présence, mais je t'ai choisi, toi, David, pour être le chef de mon peuple Israël. ” Or, poursuivit Salomon, mon père David projetait de construire un temple consacré au Seigneur, Dieu d'Israël ». (I Rois 8 : 15-17) Dieu dit qu’Il n’avait pas choisi une ville, Il avait choisi un homme dans le cœur duquel se trouvait l’idée ou le désir du temple. En gros, Dieu nous dit : le temple n’était pas Mon idée, mais David était Mon idée. Incroyable ! La créativité et les désirs de David ont aidé à écrire l’histoire parce que Dieu les a adoptés. David nous a laissé de nombreux principes divins nous indiquant la direction par laquelle vivre. C’est comme s’Il disait : « Rêveurs ! Venez ! Rêvons ensemble et écrivons l’histoire de l’humanité ». Vous êtes l’idée de Dieu, et Il désire ardemment voir les trésors de votre cœur. C’est lorsque nous apprenons à rêver avec Dieu que nous devenons Ses collaborateurs.

! !

21

! !


Rêver avec Dieu

Adam#le#premier#collaborateur# Dieu avait confié à Adam la tâche de nommer tous les animaux (voir Genèse 2 : 19). Les noms avaient une signification plus grande à cette époque car ils représentaient la nature des choses. Je crois en fait qu’Adam attribuait à chaque animal sa nature, son domaine d’autorité et la dimension de gloire dont il bénéficierait. En réalité, la tâche d’Adam était d’aider à définir la nature du monde dans lequel il vivrait. Ce rôle de collaboration était un rôle créatif et flatteur pour Dieu le Créateur Lui-même. Dieu nous amène dans de telles situations mais ce n’est pas parce qu’Il est à court d’idées ! Il se réjouit de voir que tout ce qu’Il a créé trouve son identité en Lui en adoptant son plan divin. Lorsque nous adoptons ce privilège de créativité, nous nous accordons avec le fait que nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de notre Créateur.

L’outil#qui#façonne#l’histoire# La version de la Bible de Louis Segond souligne le rôle de nos désirs en Marc 11 : 24 « C'est pourquoi Je vous dis : tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir ». Nous devons être attentifs à nos désirs lorsque nous communions avec Dieu dans Sa présence par la prière. Quelque chose se passe dans nos temps de communion avec Lui, c’est cela qui donne vie à notre capacité à rêver et à désirer. Nos pensées sont renouvelées par les rencontres divines, faisant d’elles des toiles parfaites pour qu’Il y peigne dessus. Nous coopérons avec Lui dans Ses plans pour la planète terre. Nos rêves ne sont pas indépendants de Dieu, mais au contraire ils existent à cause de Dieu. C’est Lui qui fixe l’ordre du jour − sur terre comme au Ciel − puis Il nous libère pour que nous avancions et réalisions ce plan ! Lorsque nous grandissons dans l’intimité avec Lui, beaucoup de ce qui se produit dans la vie est un résultat de nos désirs sans être uniquement l’écoute et l’obéissance aux ordres divins. Dieu aime construire à partir de ! !

22

! !


Chapitre 1 - Coopérer avec Dieu

nos souhaits et de nos désirs tout comme Il a adopté le désir de David pour le temple. Cette vérité peut nous sembler risquée lorsque nous pensons à ceux qui vivent indépendamment de Dieu et ne veulent que Son accord pour valider leurs rêves. La véritable grâce crée toujours un lieu d’opportunité pour que ceux qui se trompent de route aient la possibilité de retrouver le bon chemin. Mais la richesse de cette vérité vaut la peine d’être poursuivie malgré le danger que l’on peut percevoir, parce que seule cette vérité permet à l’Église d’entrer pleinement dans sa destinée en collaborant avec Dieu. Cette destinée divine a été annoncée par le psalmiste bien avant que le sang de Jésus en fasse un style de vie possible. « Fais de l’Eternel tes délices et Il te donnera ce que ton cœur désire » (Psaume 37 : 4)

Bienvenue#à#vous#les#rêveurs# Nous sommes nés pour créer, construire et progresser. Cela demande une manifestation continue de sagesse surnaturelle pour y parvenir. Ainsi, la sagesse, qui s’exprime de façon unique, sera le sujet abordé dans le prochain chapitre.

! !

23

! !


! Sommaire! Chapitre)1))Coopérer)avec)Dieu..............................................9! Chapitre)2))Sur)le)fil)de)la)créativité..................................25! Chapitre)3))La)valeur)du)mystère .......................................45! Chapitre)4))Le)langage)de)l’Esprit ......................................59! Chapitre)5))Envahir)Babylone ..............................................81! Chapitre)6)))Aspect)concret)des)choses .......................... 109! Chapitre)7))L’Esprit)de)révélation.................................... 125! Chapitre)8))Célébrer)la)Parole)vivante .......................... 141! Chapitre)9))Redessiner)notre)Monde .............................. 161! Chapitre)10))Attirer)demain)à)aujourd’hui.................. 175!


Bill Johnson "Rêver avec DIEU"  

Ne subissez plus votre monde, définissez-le ! Dans cet ouv...