Page 1

Périodique 2 / 2018

Belgique-België P.P.-P.B. 5670 Viroinval BC9630 N° agrégation P401059

n°  51

Exposition Pelouse sèche Ruralité Le bocage

Nature Les actions du parc en 2018

rue d’Avignon 1 - 5670 Nismes Tél : +32 (0)60 39 17 90 - Fax : +32 (0)60 39 17 93 secretariat @pnvh.be - www.pnvh.be

Maison du Parc naturel

Nature en images La Forêt du Pays de Chimay

Suivez-nous sur www.

.com/parcnaturel


Éditorial

Le premier mars 2018, les présidents des parcs naturels Viroin-Hermeton et régional français des Ardennes signaient un acte fort : la Convention cadre de partenariat entre le PNRA* et le PNVH. Au-delà des collaborations ponctuelles entre les deux parcs naturels situés de part et d’autre de la frontière franco-belge, la volonté des signataires formalise le souhait d’unir leurs efforts pour concrétiser des actions communes en matière : • de développement socio-économique durable, • de tourisme respectueux de l’environnement, • ou de tout autre initiative commune de sensibilisation propre à la protection des territoires naturels de nos deux régions respectives. Claude Wallendorff et moi-même sommes conscients des enjeux européens qu’une telle convention peut apporter aux deux structures en terme de soutien financier mais aussi en terme de crédibilité en considérant l’ampleur des deux territoires transfrontaliers ainsi réunis*. « Les Parcs naturels, qu’ils soient français ou wallons, sont de véritables laboratoires de développement durable et ils sont en première ligne pour trouver de nouvelles réponses aux évolutions et aux enjeux de leurs territoires ruraux. Conscients de l’intérêt de développer des politiques transfrontalières concrètes dans leurs domaines d’actions communs, ils demeurent convaincus, comme d’autres Parcs naturels en Europe, que des enjeux partagés justifient d’agir à l’échelle de périmètres dictés, non par des logiques administratives, mais bien par les réalités de terrain. » Extrait du texte de la convention cadre signée le 1/3/2018.

C’est enfin un acte politique des pouvoirs organisateurs de ces deux structures pour soutenir une démarche coordonnée autour d’objectifs communs. Les axes forts retenus dans cette convention-cadre sont les suivants : • Le tourisme durable et l’embellissement paysager (itinérance douce, signalétique, mobilier…). • La gestion de la biodiversité. • La sensibilisation à l’environnement, au développement durable. • Le développement des circuits courts (filière bois, marchés de producteurs agricoles ou locaux, mise en valeur d’une marque « Parc naturel », offre de formations en matière d’emplois durables). • La transition énergétique et l’adaptation au changement climatique. Ces axes forts se déclineront bien sûr en actions concrètes sur les deux territoires, je pense ici par exemple à la candidature à des appels à projets européens comme Ardenne Attractivity (mobilité douce au sein de nos deux territoires) à des journées thématiques sur des problématiques communes… À l’aube d’une reconnaissance par la Région wallonne du projet d’extension du Parc naturel Viroin-Hermeton sur notre territoire belge aux communes de Couvin et de Philippeville, il était tout-à-fait opportun d’officialiser avant tout, le fruit de plusieurs années de travail transfrontalier commun avec le PNRA : c’est aujourd’hui chose faite.

Il ne s’agit nullement d’une fusion des organes de gestion des deux parcs - la législation actuelle ne le prévoit pas - il est ici question de collaboration privilégiée et de partenariat entre les différents experts travaillant dans chacun des deux parcs naturels.

Françoise Roscher-Prumont, Présidente PNVH - Échevine de Viroinval *PNRA : Parc Naturel Régional des Ardennes (France) créé en 2011. *Claude Wallendorff est maire de Givet et président du PNRA. 2

Journal du Parc n°51

*le territoire transfrontalier des deux parcs naturels couvre un peu plus de 128 000 hectares.


Exposition

20 e anniversaire et extension du PNVH… Les pelouses sèches seront bien exposées…. Par François Mathy et Stéphane Tombeur Chargés de mission conservation de la Nature P.n.V.H.

Pour le vingtième anniversaire du Parc naturel Viroin-Hermeton, nous vous proposons de découvrir dans nos locaux (Maison des Baillis, 1, rue d’Avignon à 5670 Nismes) dès le 03 septembre 2018, une exposition sur le thème des pelouses sèches. En effet si nous connaissons, au cœur de l’actuel Parc naturel, les pelouses sèches comme de véritables fleurons de notre patrimoine naturel et culturel, avec l’extension annoncée sur Couvin et Philippeville, cette richesse ne pourra que se développer avec des pelouses sur shiste, calcaire mais aussi sur dolomie… La biodiversité sera donc au rendez-vous, c’est promis, avec un cortège de fossiles marins, de troupeaux de moutons, de papillons et des plantes typiques qui font la renommée de ces milieux.

Au programme :  Une exposition fixe qui vous permettra de découvrir, au travers de panneaux pédagogiques richement illustrés, l’origine et la richesse biologique tant floristique que faunistique des pelouses sèches de notre région.  Une exposition mobile pour les écoles des trois entités qui complètera dans un premier temps l’exposition fixe et invitera au travers de manipulations interactives de découvrir les particularités des pelouses sèches du Parc naturel étendu avant de partir pour une grande tournée dans les écoles primaires de la région.  Des excursions guidées par des guides-nature en collaboration avec les gestionnaires de pelouses sèches (asbl et DNF) qui vous feront découvrir la complexité et l’incroyable diversité biologique des pelouses sèches du Parc naturel (dates à paraître sur l’agenda du blog PNVH http://www.pnvh.be ). Pour toutes informations complémentaires : Secrétariat Parc Naturel Viroin-Hermeton secretariat@pnvh.be

Journal du Parc n°51

3


Par Stéphane Tombeur et François Mathy

Haies – vergers – alignements…

Diversifions nos campagnes ! Nous vous annoncions dans le précédent numéro du journal du Parc naturel que les actions entreprises en 2017 (perchoirs – nichoirs à chouettes) en partenariat avec les agriculteurs allaient se poursuivre en 2018 et que nous allions également lancer les actions visant à augmenter le maillage bocager ainsi qu’encourager à la plantation de vergers. Une étude du potentiel de développement d’une filière de plaquettes bocagères sur le Parc naturel sera réalisée cet automne mais nous lançons, dès à présent, les opérations concernant les projets liés à l’Arrêté du Gouvernement Wallon (septembre 2016) relatif à l’octroi de subventions pour la plantation d’une haie vive, d’un taillis linéaire, d’un verger et d’alignement d’arbres… Concrètement, nous proposons de nous occuper de la partie administrative concernant ces dossiers (haies vives, taillis linéaire, verger…) ainsi que de la rédaction des plans et du dossier. Vous vous occupez de l’introduction de la demande en votre nom et de la plantation.

Pourquoi des haies et des taillis linéaires en milieu agricole? Ils offrent de nombreux avantages, outre l’embellissement du paysage, ils sont favorables à de très nombreuses espèces animales et sont des composants essentiels au maillage écologique qui disparaît petit à petit de nos campagnes.

Oui d’accord, la nature c’est très bien mais quels avantages ai-je à planter une haie ou un taillis linéaire en bordure de mes parcelles agricoles? Outre le fait que ces alignements vont délimiter le terrain, ils protègent les sols de l’érosion, four4

Journal du Parc n°51

nissent de l’ombre au bétail ainsi qu’une protection contre le vent, abritent certaines espèces qui vont pouvoir exercer une prédation sur certains nuisibles… et vont produire du bois ! Ce bois pourra être valorisé par la filière des plaquettes bocagères en cours de développement. L’objectif à terme est de développer un circuit court énergétique. Cette filière fonctionne déjà dans l’Avesnois, les produits de taille des haies servant à produire des plaquettes qui alimentent les chaufferies des fermes mais aussi des bâtiments publics, écoles, mairies, salles communales… Une bonne opportunité de diversification sans devoir restreindre les autres activités !


Ruralité

LE RÔLE DES HAIES Et pour les vergers hautes-tiges?

Quelles sont les conditions ?

Les vergers hautes-tiges ont un potentiel d’accueil de la faune qui n’est plus à démontrer, ils permettent en outre de conserver d’anciennes variétés, adaptées à nos sols. De plus, ils permettent une production de fruits qui pourra également être valorisée. Pour ce faire, des filières se mettent également en place afin de créer des ponts entre les offres et les demandes, qu’il s’agisse de fruits de table ou de presse. Pour plus d’informations sur ces filières et sur la rentabilité des vergers hautes-tiges, nous vous invitons à consulter le site www.diversifruit.be. Bien entendu, les vergers peuvent toujours être pâturés, pour peu qu’ils soient équipés des protections adéquates.

Plantation de minimum 100 m en zone agricole, maximum 1 km par an par bénéficiaire pour les haies, 2 km par an et par bénéficiaire pour les taillis linéaires. Les espacements entre les plans, les espèces éligibles ainsi que les proportions d’espèces choisies sont décrites dans l’A.G.W., nous nous occuperons de rédiger un dossier correspondant à ces critères et ayant bien entendu obtenu l’accord du propriétaire / ayant droit. Pour ce qui concerne les vergers, les plantations doivent être d’entre 15 et 200 arbres. Les distances de plantation et hauteurs minimales sont également définies dans l’A.G.W. Amis agriculteurs ou propriétaires de terrain agricole, le Parc naturel vous propose donc des conseils, une aide administrative mais également financière (protections contre le bétail pour les vergers) afin de contribuer à vos efforts de diversification et d’amélioration de notre cadre de vie à tous !

Quelles aides puis-je obtenir ? Outre les avantages et rentabilités expliqués cidessus, une aide est accordée par la Région Wallonne pour les différentes plantations. Cette aide est de 12 € par arbre pour les vergers, de 3 à 5 € par mètre (en fonction du nombre de rang) pour les haies vives et de 1 à 3 € par mètre (en fonction du nombre de rang) pour les taillis linéaires. Outre ces aides, le Parc naturel pourra à intervenir, selon un certain budget annuel, pour les protections des vergers contre le bétail.

Pour toute information, vous pouvez contacter l’équipe du Parc naturel au 060/391790 ou par mail secretariat@pnvh.be

Journal du Parc n°51

5


Gestion Par Stéphane Tombeur et François Mathy

Les actions « nature » du Parc naturel, retours et projections Petit retour sur les actions engagées ou en cours en matière de conservation de la Nature pour cette année 2018

Actions PNVH Chouette de Tengmalm La chouette de Tengmalm est une petite chouette montagnarde, relativement discrète, présente dans notre Parc naturel. Elle recherche les forêts d’épicéas ou les forêts mixtes. Pour nicher, cette petite chouette utilise le plus souvent des anciennes cavités de pic noir. L’offre de celles-ci étant parfois limitée, le Parc naturel, en accord avec le DNF, a placé plusieurs nichoirs dans les zones appropriées afin d’augmenter l’offre du logement pour cette espèce remarquable.

Plantation Parc communal de Nismes Pour des raisons de sécurité, certains arbres (majoritairement des frênes) ont dû être abattus dans le parc communal de Nismes. Afin 6

Journal du Parc n°51

de pallier à cette perte, les services communaux en collaboration avec le Parc naturel et le DNF ont décidé de replanter une trentaine d’arbres, permettant ainsi de maintenir l’aspect arboré qui fait le charme de notre parc communal.


Gestion Haies sauvages Tout le monde connait l’importance capitale du maillage bocager pour la préservation de la biodiversité, chaque occasion de planter une haie doit être saisie. Cette année encore, pour compléter les travaux de plantation déjà entrepris, ce sont 500 mètres linéaires de haies composées d’espèces indigènes mellifères ou fructifères qui furent plantés sur le territoire du PNVH (écloserie de Mazée, Maison communale de Nismes, bâtiment agricole de Vierves, terrain football de Nismes).

Chouette effraie La chouette effraie est un rapace nocturne fortement lié au milieu agricole d’une part à cause de son mode d'alimentation (principalement petits rongeurs) mais aussi car elle peut nicher dans les bâtiments (granges, tour...). Ses effectifs sont variables car elle souffre non seulement des rigueurs hivernales mais aussi comme beaucoup d’autres espèces des aléas du monde moderne (réseau routier, pesticides…). Le PNVH a déjà réalisé des actions en faveur de cette espèce en lui aménageant des sites de nidifications favorables, cette année, deux nouveaux aménagements sont prévus, il s’agit de la « Tour de la Vieille Eglise » de Nismes et du fenil de la « Bergerie Rolinvaux » d’Olloy-sur-Viroin.

Ecole des devoirs de Nismes L’école des devoirs de Nismes a bénéficié d’un subside provincial pour réaliser différents aménagements « nature » en collaboration avec le Parc naturel. Les enfants ont ainsi construits plusieurs nichoirs ainsi qu’un hôtel à insectes et les ont placés dans le jardin de l’école des devoirs. Les enfants ont également planté une haie, des petits fruitiers, et semé un pré fleuri dans le jardin, qui devient ainsi un lieu d’accueil pour la nature en tout genre.

Mares Les mares, naturelles ou artificielles se font de plus en plus rares en forêt. Elles étaient autrefois entretenues grâce aux pratiques agricoles tombées en désuétude aujourd’hui. Naturellement, les

mares vont se combler petit à petit suite à la décomposition de la matière organique (feuilles mortes, branches, plantes aquatiques…). Le Parc naturel, en collaboration avec le DNF, a donc le projet de recreuser un réseau de mares forestières à Viroinval cette

année. Ce réseau permettra le déplacement d’individus d’une mare à l’autre, créant un véritable maillage écologique au sein de la forêt, bénéficiant aux plantes inféodées à ces milieux mais aussi aux amphibiens, aux insectes aquatiques, à certains oiseaux… Journal du Parc n°51

7


Oiseaux des berges Parmi les oiseaux que vous pourriez rencontrer le long des cours d’eau du PNVH, il y a deux espèces aux noms évocateurs que vous connaissez peut être : le cincle plongeur et la bergeronnette des ruisseaux. Pour construire leurs nids, elles sont toutes deux liées aux anfractuosités des berges ou des ponts. Trente nichoirs pour ces espèces furent posés dans les différents villages du PNVH afin de permettre leur nidification.

Bergeronnette des ruisseaux

Actions PCDN Cellule « Vergers » La cellule « Verger » travaille depuis de nombreuses années à la sauvegarde des anciennes variétés fruitières de nos régions. Dynamique et efficace, elle doit cette année réagir à la prolifération d’un parasite (le bupreste du poirier) qui décime la collection de poiriers d’anciennes variétés locales. Dans ce but, 50 poiriers d’anciennes variétés seront plantées en basse-tige sur le site de la « Bergerie Rolinvaux » d’Olloy-sur-Viroin. D’autres vergers conservatoires seront également regarnis et complétés mais aussi équipés d’hôtels à insectes et de plaques nominatives pour chaque arbre.

Cellule « Eaux vives » La cellule « Eaux Vives » est une des plus anciennes cellules actives du PCDN de Viroinval, son objectif est de maintenir une souche de truite Fario indigène et locale dans nos cours d’eau. Dans ce cadre elle développe une multitude d’actions qui visent protéger cette espèce : écloserie, lutte contre les plantes invasives, sensibilisation , aménagement de frayères... Cette année, la cellule « Eaux vives » s’intéressera à un autre poisson et à d’autres plantes dans le cadre d’un projet d’aquaponie « chabot et renoncule aquatique », deux éléments de la rivière également indispensables au maintien de la truite indigène.

Cellule « Forêt » La cellule « Forêt » a proposé cette année de diriger son engagement vers plus de sensibilisation et de réappropriation de la forêt par le grand public. Dans ce cadre, en collaboration avec le DNF et les associations locales, elle visera d’une part à valoriser au maximum les supports informatifs existants en forêts par des invitations au respect et à la découverte de celle-ci et d’autre part à matérialiser les lieux-dits forestiers par la pose de panneaux nominatifs. Des actions de sensibilisation concernant les déchets en forêt seront également entreprises en participant par exemple à des journées de nettoyage de dépôts clandestins d’immondices. 8

Journal du Parc n°51


Cellule « Amphibiens et reptiles » Cette année, la cellule « Amphibiens et reptiles » a décidé de se concentrer sur la réalisation d’abris pour les serpents et lézards de nos régions. En effet, ces animaux parfois devenus très rares doivent autant bénéficier d’endroits ensoleillés que d’endroits ou se réfugier en cas de danger. Différents abris seront réalisés dans des endroits adaptés, ce qui n’empêchera pas de poursuivre les actions de sensibilisation (réédition d’une brochure) ainsi que gestion et suivi migratoire des amphibiens de la mare de Vierves-sur-Viroin.

Nouvelles cellules PCDN La vie, la nuit La vie nocturne n’a pas de secrets pour les membres de cette nouvelle cellule PCDN qui rassemble autant d'amateurs de chauves-souris, de rapaces nocturnes, d’astronomie que de papillons nocturnes. Son objectif, à ce stade, est de sensibiliser le grand public à la fragilité et à la diversité du monde nocturne, elle collaborera à l’organisation de la « Nuit de la Chauve-souris » ainsi qu’à la « Nuit de l’obscurité ».

Ecopâturage et petit élevage Le petit élevage dans nos villages du PNVH est caractéristique de la ruralité qui en fait son charme. Il est aussi source de biodiversité et fait partie d’un patrimoine culturel qu’il est important de protéger. A ce stade, l’objectif de cette jeune cellule est de rassembler les propriétaires de terrains et d’animaux afin de favoriser la mise en place d’activités d’écopâturage.

Jardin au naturel Parmi les caractéristiques culturelles du PNVH, il y a le jardinage des « sarts » appelés localement les « Siris » chaque habitant cultivait un petit jardin (parcelle communale) isolé dans la campagne, les bois… Les traces de ces « sarts » existent toujours mais la plupart sont abandonnés aujourd’hui. Un petit groupe de jardiniers s’est rassemblé à Nismes sur le Lieu-dit « Goneuchamps » afin de jardiner avec la Nature quelques « siris ». Autant de fleurs que de légumes, d’anciennes variétés souvent, dans une logique de partage des graines et évidemment sans pesticide.

Journal du Parc n°51

9


La Forêt du Pays de Chimay : C’est parti pour une nouvelle campagne d’animation et de promotion du territoire !!!

O

Un concours photo

n peut dire que ets’est vidéo ouvert mais à cette fois, ça y est !!! La Onl’arrêté peut direde que l’arrêté de subvention fait attendre... subvention Forêt dufait Paysattendre... de Chimay, via la Maison du Tourisme Pays des Lacs, s’est vue octroyer s’est tous en Forêt du unmais nouveau financement afin de faire vivre touristiquement le territoire. cette fois,

Pays de Chimay ! ça y est !!! Campagnes de promotion, dépliants, cartes, agenda nature, événements multiples et

variés, développement de points-nœuds pédestres virtuels, organisation de « journées La Forêt du Pays de Chimay, Enpartenaires... 2014, le premierVoilà concours photo de la Forêt Pays découverte », animation du réseau de le programme des du « festivités via la Maison du Tourisme Pays de Chimay voyait le jour et rencontrait un beau succès de » pour les 3 années à venir. des Lacs, s’est vue octroyer un participation avec, à la clé, de magnifiques clichés de la faune, de la flore et des paysages de la région.

nouveau financement afinprésente de Dans l’immédiat, on vous l’agenda Nature et le concours photo et vidéo. faire vivre touristiquement le territoire.

Campagnes de promotion, dépliants, cartes, agenda nature, événements multiples et variés, développement de points-nœuds pédestres virtuels, organisation de « journées découverte », animation du réseau de partenaires... Voilà le programme des « festivités » pour les 3 années à venir. Dans l’immédiat, on vous présente l’agenda Nature et le concours photo et vidéo.

10

Journal du Parc n°51

Quatre ans plus tard, le Parc naturel Viroin-Hermeton remet le couvert en ouvrant la porte à la vidéo. Ainsi, les photographes et vidéastes, qu’ils soient professionnels, amateurs chevronnés ou amateurs occasionnels sont invités à s’inscrire et à remettre le fruit de leur travail pour le lundi 20 août 2018 au plus tard. La participation au concours est gratuite. Ce concours a pour but de montrer des images de faune, flore, paysages et activités humaines liées à la nature réalisées sur le territoire de la Forêt du Pays de Chimay, à savoir les communes de Sivry-Rance, Doische, Chimay, Couvin, Momignies et Viroinval, ainsi que le sud des communes de Froidchapelle et Philippeville.


Nature La photo

La vidéo

Les photos devront appartenir à l’une des 6 catégories suivantes :

Les vidéos devront porter sur la thématique :

     

Mammifères Autres animaux Flore Paysage Les activités touristiques Les produits de terroir et l’artisanat

Un maximum de 3 photos par catégorie et par participant sera accepté, une même personne pouvant concourir dans les 6 catégories (par conséquent, 18 photos max./ participant).

« Pour moi, la Forêt du Pays de Chimay, c’est... ». Elles devront durer entre 1’00’’ et 2’30’’. Deux catégories distinctes : l’une sans utilisation de drone, l’autre avec. Le jury prendra en compte la qualité des images, du montage, de la bande-son mais aussi l’originalité de la vidéo et le message véhiculé. Ce concours n’est donc pas réservé aux détenteurs d’un matériel de qualité. N’hésitez pas à participer même avec un film tourné avec un smartphone.

Exposition, projection et remise des prix Le jury sélectionnera 50 photos qui seront exposées durant la première quinzaine de septembre à Nismes. Une sélection des meilleurs films sera également diffusée à cette occasion. Et une soirée de projection ouverte à tous aura lieu. Les détails pratiques sont à consulter sur le site du parc naturel : www.pnvh.be Enfin, la remise des prix se déroulera le samedi 20 octobre 2018 dans le cadre de la Fête du Parc naturel au parc communal de Nismes.

L’agenda Nature de la Forêt du Pays de Chimay Vous êtes intéressé par les randonnées guidées, les conférences, les événements, les ateliers, les gestions, etc. qui tournent autour de la nature, mais vous ne savez pas toujours où trouver l’information ? Découvrez l’agenda nature de la Forêt du Pays de Chimay pour le deuxième semestre 2018. Disponible sur notre site internet www.pnvh.be ou en version papier, à partir du 28 juin, dans les offices du tourisme du territoire.

Journal du Parc n°51

11


Agenda

Un Voyage dans le temps à toute vapeur Dimanche 1er juillet de 10h30 jusqu’à 18h à Mariembourg & Treignes

Embarquez à Mariembourg dans un train à vapeur insolite pour un voyage dans le temps Démonstration de cuisine à base de plantes sauvages. Org. Treignes, village des Musées www.treignes.info - secretariat@cfv3v.eu Tel.: +32 (0)60 31 24 40.

Visites guidées « Paysages et Patrimoines » Chaque vendredi de juillet - 3 €/adulte - 1,5 €/enfant

Ces promenades allient avec originalité la découverte des paysages, du patrimoine bâti et du patrimoine naturel, en passant par un site de grand intérêt biologique (réserves naturelles ou autres) et par un point de vue. RDV devant l’église du village visité. • Vendredi 6 juillet : Nismes de 14h à 17h • Vendredi 13 juillet : Vierves-sur-Viroin de 14h à 17h • Vendredi 20 juillet : Treignes de 14h à 17h • Vendredi 27 juillet : Oignies-en-Thiérache de 9h à 12h. L'après-midi : possibilité de poursuivre à travers les bois de Oignies jusqu’à Regniessart pour une assiette du terroir et un atelier de fabrication de pain. Retour à Oignies vers 17h. Réservation indispensable – max. 15 p. Infos & inscritpions : www.pnvh.be, +32 (0)60 39 17 90 a.guillaume@pnvh.be.

Marché du Terroir et de l'Artisanat du parc Les samedis 7 et 21 juillet, 4 et 18 août, 1 et 15 septembre, 6 octobre de 9h à 13h – Nismes Marché de producteurs et d'artisans qui a lieu deux samedis par mois jusqu’en octobre. Rue Vieille Eglise, 1. Suivez toute l’actu des Marché et ses exposants sur la page Facebook qui lui est dédiée : www.facebook.com/marcheduparcnaturel

Arrachage de la balsamine de l’Himalaya Le 9 juillet à Nismes de 13h30 à 17h

Organisation PNVH Infos : www.pnvh.be ou +32 (0)60 39 17 90

Promenade avec Toine Culot

Dimanches 08 et 22/07, 05 et 19/08, 02/09 à 11h à Treignes Le maïeur vous conte des anecdotes sur Trignolles, son village natal. RDV à l’Espace Arthur Masson, +32 (0)60 39 15 00 – Fax.: +32 (0)60 39 16 00 www.espacemasson.be - info@espacemasson.be

Fête de l’artisanat à l’Écomusée du Viroin Dimanche 22 juillet à Treignes

Rue Eugène Defraire, 63. Org. Ecomusée : +32 (0)60 39 96 24 ou www.ecomusee-du-viroin.be

Stage nature d’été du Parc naturel

Du 23 au 27 juillet Pour les enfants de 7 à 13 ans. Infos et inscriptions au : +32 (0)60 39 17 90 ou francois.mathy@pnvh.be.

Place du Tertre

Samedi 4 août de 10h à 16h30 – Nismes, Gratuit Démonstrations de dessins/peintures à ciel ouvert, dans le Parc Communal. Org. Office du Tourisme de Viroinval, Rue Vieille Eglise 5 - 5670 Nismes, +32 (0)60 31 16 35.

Découverte de sites naturels De 13h30 à 16h30 - PAF : 3€

Vendredi 17 août : Le bois de Matignolle, rendez-vous à l’église de Treignes. Vendredi 24 août : La biodiversité autour des ardoisières, rendez-vous à l’église de Oignies-en-Thiérache.

Org. PNVH : +32 (0)60 39 17 90 ou francois.mathy@pnvh.be.

Nuit Européenne des chauves-souris Samedi 25 août à 19h30 à Petigny – Gratuit En collaboration avec les Grottes de Neptune, présentation suivie d’une sortie à la rencontre des chiroptères, découverte des grottes de Neptune et exploration du ciel nocturne. Infos et inscriptions : PNVH : francois.mathy@pnvh.be ou +32 (0)60 39 17 90.

Journées du Patrimoine : Dourbes Insolite Samedi 8 et dimanche 9 septembre à Dourbes, Gratuit

Expositions photos de Dourbes Insolite et animation/ expo « Valises Insolites ». Eglise de Dourbes, Rue de Fagnolle 1, de 10h à 12h et de 12h30 à 18h. Org. OTV : +32 (0)60 31 16 35

Exposition du Concours photo de la Forêt du Pays de Chimay Du 6 au12 septembre à Nismes Infos : PNVH, www.pnvh.be, +32 (0)60 39 17 90.

Soirées brames du cerf Vendredis 21 et 28 septembre à Nismes – PAF 5 € Infos et inscription (obligatoire) : PNVH, +32 (0)60 39 17 90 ou francois.mathy@pnvh.be.

Weekend "Randonnée des paysages" du Parc naturel

Du vendredi 28 (19h) au dimanche 30 septembre (17h) 149 €/p. TTC. Tout au long du weekend, alliez randonnée, découvertes et terroir. Une occasion unique de découvrir le Parc naturel ! Séjour tout compris : logement en gîte 3 épis, sortie « brame du cerf », transferts, repas du terroir et accompagnement. Possibilité de ne participer qu’à une journée. Infos & inscritpions : www.pnvh.be, +32 (0)60 39 17 90, a.guillaume@pnvh.be.

Le journal du Parc naturel est une publication de l'asbl Parc naturel Viroin-Hermeton. Comité de rédaction : Parc naturel Viroin-Hermeton. Conception graphique et mise en page : Imprimages sprl. - ISSN : 1782-1460. Crédits photographiques : Arielle Guillaume [cover], Corentin Levacq [p.3 (n°1)], Anne Chantrenne [p.3 (n°2)], Christine Dardenne [p.7 (n°3)], François Mathy [p.2 (n°1), p.4 (n°1), p.5 (n°3), p.7 (n°1), p.8 (n°1), p.9 (n°2)], Philippe Derselle [p.3 (n°3)], Isapi [p.3 (illustration)], Natagriwal [p.5 (n°1, n°2)], Stéphane Tombeur [p.6 (n°1), p.7 (n°3), p.9 (n°3, n°4)], Anne Lambert [p.9 (n°1), p.10 (n°1)], E. Vandecasteele [p.10 (n°1)], D. Michiels [p.10 (n°3)], R. Vacariu [p.10 (n°2)], Virelles Nature [p.10 (n°4)], Membre Wikipedia [p.6 (n°2)]. Editeur responsable : Joël Dath, directeur. de l’Union des Éditeurs Le journal du Parc naturel est distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la de la Presse commune de Viroinval. Il est disponible sur simple demande à la Maison du Périodique Parc et il peut être consulté en ligne et téléchargé sur www.pnvh.be.

UPP

Journal du Parc n°51  
Journal du Parc n°51  
Advertisement