Page 1

EXALLIEVI NEWSFLASH

CONFÉDÉRATION MONDIALE DES ANCIEN(NE)S ÉLÈVES DE DON BOSCO

ANNÉE 7 - NOMBRE 29 - PÂQUES 2018

Magazine d’actualité sociale et religieuse de la Confédération Mondiale des Anciens (nnes) Elèves de Don Bosco Édition française

4

2

LA VOIX DU RECTEUR MAJEUR: PÂQUES À PALABEK

DÉLÉGUÉ MONDIAL: NÉ POUR SERVIR

6

JOYEUSES PÂQUES

42

5

SALUTATIONS DU PRÉSIDENT

AVEC DON BOSCO

26

99 ANS DE SOUVENIRS POUR LE P. DI MAURO

JOURNÉES DE SPIRITUALITÉ DE LA FAMILLE SALÉSIENNE


LA VOIX DU RECTEUR MAJEUR Pâques à Palabek

Les Salésiens de Don Bosco sont arrivés au Camp pour Réfugiés de Palabek en Ouganda. Dans ce lieu de souffrances et de secrets héroïsmes, nous faisons résonner, plus fort que jamais, l’annonce de la Résurrection de Jésus.

Mes chers Amis, À Pâques 1846, Don Bosco inaugurait la pauvre chapelle Pinardi, qui n'était guère plus qu'un hangar. À Pâques 2018, les Salésiens de Don Bosco célèbrent sous une grande tente, dans le camp de réfugiés de Palabek en Ouganda.

Dans ce camp, des milliers et des milliers de réfugiés soudanais, dont près des deux tiers sont des enfants, vivent dans des conditions déplorables en raison de l'échec honteux de la communauté internationale à financer les efforts des réfugiés en Ouganda, un pays qui a continué d'accueillir des personnes désespérées fuyant la mort et la faim, malgré des ressources limitées. Les pays les plus riches du monde ont tranquillement oublié les Soudanais. Don Bosco, non. Et le grand arbre de la Famille Salésienne a étendu ses branches aussi à Palabek.

Il y a environ 1.200.000 réfugiés dans le nord de l'Ouganda, principalement Sud-Soudanais. Avec des milliers de nouveaux arrivants chaque jour, l'Ouganda est confronté à l'une des plus grandes crises de réfugiés dans le monde. En mars 2016, les premiers réfugiés ont commencé à arriver au camp de Palabek, à 77 km de Gulu, la plus grande ville du nord de l'Ouganda, et à 340 kilomètres de Kampala, la capitale. Connaissant la situation, le Provincial de la Province Salésienne d'Afrique-Grands Lacs a visité le camp et m'en a parlé. J'ai demandé à un membre du Dicastère des Missions d'aller étudier la possibilité d'y commencer une présence salésienne. Parce que s'il y a des enfants, des adolescents et des jeunes réfugiés, nous devons y être aussi en tant que fils de Don Bosco: lui l'aurait fait.

Aujourd'hui, il y a environ 36 000 réfugiés dans le camp de Palabek. 86% d'entre eux sont des femmes, des enfants et beaucoup d'adolescents. Les personnes âgées sont très peu nombreuses. Une fois de plus, je tiens à souligner que ce sont les femmes, des mamans pour la plupart, qui supportent le poids d'immenses efforts et sacrifices. Ce sont elles qui «sauvent» la vie concrète quotidienne de leurs enfants.

Ainsi en est-il de Joyce. À seulement 37 ans, elle a tout vu. Elle garde, gravé en sa mémoire, l'abîme de la cruauté humaine. En septembre 2016, les soldats ont pris d'assaut sa maison à Kajo Keji, au Sud Soudan, où elle habitait avec son mari et ses enfants. Ils ont attaché les bras de son mari derrière son dos et l'ont poignardé à coups répétés jusqu'à ce qu'il meure. Désormais mère seule avec neuf enfants à nourrir, Joyce a décidé de fuir pour échapper à la violence qui sévit dans son pays natal. Elle a donc rejoint les centaines de milliers de Soudanais qui fuyaient vers le Sud, en Ouganda.

Touchés par l’héroïsme de ces femmes, de ces mamans, nous sommes heureux et honorés de prendre soin de leurs enfants. Fils de Don Bosco, nous avons commencé à envisager l’avenir: on aura besoin d’écoles maternelles, d’écoles primaires, de centres de formation professionnelle, d’oratoires-patronages-centres de jeunes salésiens. Nous verrons quelles mesures prendre et nous nous joindrons à d’autres personnes et Institutions, mais nous ne reculerons pas. Le 31 janvier, les Salésiens de Don Bosco ont planté leur tente dans le camp de Palabek. L'âme de la communauté, c’est le P. Lazar Arasu et 2


avec lui, trois autres Salésiens, tous missionnaires, provenant du Venezuela et de l'Inde. Trois autres jeunes Salésiens africains se préparent à faire partie de cette nouvelle présence en septembre. On pourrait se demander si nous ne sommes pas «effrayés» dans la perspective d'une méga-construction. Non. Nous avons commencé en vivant simplement avec tous ces gens, partageant leur vie, marchant et luttant avec eux pour essayer d'améliorer la situation. Et nous nous sommes engagés d'une manière toute particulière pour l'éducation et la préparation à la vie de beaucoup d'enfants et d'adolescents, en les accompagnant aussi sur le chemin de la foi, car ce sont des chrétiens en grande majorité. Fils de Don Bosco, nous avons commencé à envisager l’avenir: on aura besoin d’écoles maternelles, d’écoles primaires, de centres de formation professionnelle, d’oratoires-patronages-centres de jeunes salésiens. Nous verrons quelles mesures prendre et nous nous joindrons à d’autres personnes et Institutions, mais nous ne reculerons pas.

Nous commençons déjà à chercher le soutien matériel qui nous permettra d'animer liturgiquement les différentes communautés qui se formeront, car n'oublions pas que 36 000 personnes équivalent à des centaines de villages et petites villes en de nombreux endroits du monde. Et Palabek est une authentique ville mobile, faite de tentes et de hangars. Les catholiques ont accompli un geste généreux en faisant don de six grandes parcelles de terrain pour la construction de chapelles et d'œuvres éducatives pour les enfants et les jeunes. Même la maison où vivent le P. Arasu et les autres missionnaires a été construite par des réfugiés du camp. En ce qui concerne la nourriture, le P. Lasarte, sdb, dit: «Ce ne sont pas les Salésiens qui distribuent la nourriture, mais les réfugiés qui soutiennent les Salésiens et offrent leur nourriture à leurs nouveaux amis et pasteurs».

Avec tout notre enthousiasme, nous préparerons des catéchistes pour l'animation et l'accompagnement de ces différentes communautés chrétiennes; nous chercherons et préparerons des jeunes qui puissent animer plusieurs oratoires-patronages puisque, heureusement, la vie continue et doit être pleine de joie, d'espoir et de raisons de vivre tous les jours. Nous devons penser à former et à habiliter des enseignants pour les écoles et des instructeurs pour la formation professionnelle. Heureusement, nous ne sommes pas seuls et il y a déjà des laïcs dans le camp de réfugiés qui travaillent à la réalisation de cet objectif.

Nous sommes conscients qu'ensemble, peu à peu, nous pouvons faire beaucoup pour donner de la dignité à la vie de milliers de personnes déplacées. Nous sommes conscients aussi que nous ne sommes pas seuls et que des centaines de personnes dans le monde entier vont nous aider et «coopéreront» avec nous. Don Bosco est venu à Palabek, en Ouganda, avec les pieds, les mains et le cœur de ses Salésiens ; et il annonce aux pauvres crucifiés par la violence et la brutalité de ce monde qu'ils sont appelés à la certitude de la Résurrection, qu'ils ne sont pas abandonnés mais aimés de Dieu, et que l'on peut bâtir une civilisation de fraternité humaine et de justice. Le sourire que nous voulons allumer à Palabek ne doit jamais s’éteindre. Joyeuses Pâques, dans la perspective de la Résurrection! Don Ángel Fernández Artime Recteur Majeur

3


DÉLÉGUÉ MONDIAL Né pour servir

Mon cher ancien élève, frères et sœurs,

Salutations au nom de Don Bosco, notre Père et Inspiration. Ce mois-ci, en mars 2018, nous célébrons le centenaire de la naissance du bienheureux Alberto Marvelli, un ancien élève qui a incarné l'esprit de Don Bosco dans sa vie et l'a vécu pleinement, devenant ainsi un merveilleux modèle pour nous tous, anciens élèves: être de vrais fils et filles de Don Bosco, dignes de l'éducation et de la formation que nous avons reçues par l'intermédiaire des salésiens. Ancien élève de l'Oratoire de Rimini, en Italie, comme le voulait Don Bosco, il était un bon citoyen chrétien et honnête, engagé dans l'Église et dans la société avec un cœur salésien. Il grandit avec une vision, apportant Saint Dominique Savio et Pier Giorgio Frassati comme ses modèles, en écrivant son projet de vie dans son journal intime à l'âge de 17 ans.

Piété profonde. Il participait à la Messe quotidienne et il emmenait des autres à la Messe. Sa dévotion mariale et eucharistique a été le pilier de sa vie: "Quel monde nouveau s'ouvre à moi en contemplant Jésus dans le Saint Sacrement", écrivait-il dans son journal. "Chaque fois que je reçois la Sainte Communion, chaque fois que Jésus dans sa divinité et son humanité entre en moi, au contact de mon âme, il éveille en moi des idées sacrées, une flamme brûlante et dévorante, mais qui me fait si heureux!"

Responsabilité sociale et politique. Les anciens élèves sont appelés à entrer dans la vie sociale et politique avec l'esprit de Don Bosco. Alberto nous montre comment et pourquoi le faire. Il suivit l'esprit de Don Bosco qui, tout en restant loin de la politique, précisa que son but était de faire du bien aux enfants pauvres et abandonnés, consacrant toutes ses énergies non seulement à en faire de bons chrétiens en matière de religion, mais aussi les façonner comme des honnêtes citoyens dans tout ce qui touche à la société civile. (Lettre au Marquis Roberto d'Azeglio).

Parlant aux anciens élèves en 1883, il a déclaré: «Nous respectons l'autorité dûment constituée, nous respectons la loi, nous payons les impôts et nous continuons notre chemin, demandant seulement de rester libres de travailler pour le bien de la jeunesse et de sauver les âmes. Si nécessaire, nous entrons aussi en politique, mais d'une manière totalement inoffensive».

En prenant l'esprit de Don Bosco pour faire le bien, Albert est devenu un leader dans le mouvement de l'Action Catholique. Plus tard, il est entré dans la vie politique en tant que candidat dans le parti de la Démocratie Chrétienne et il a été reconnu par tous comme un chrétien engagé. Il n'a jamais eu de divisions. Même son adversaire communiste pouvait dire: «Je m'en fiche si mon parti perd, jusqu'à ce que l'ingénieur Marvelli devienne maire».

J'écris de Timor-Est, où aujourd'hui je rencontre les anciens élèves. Beaucoup de députés sont nos anciens élèves. Quelle merveilleuse contribution ils peuvent donner pour construire la nation, en restant de bons chrétiens et citoyens!

Servir les plus pauvres. Nous anciens élèves de Don Bosco, nous sommes appelés à être les phares de Don Bosco et à donner notre vie pour les orphelins et pour les plus pauvres des pauvres. Au cours de sa conversation avec le père Sala, un des membres du Conseil Général, Don Bosco déclarait: "Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour le Seigneur. J'aurais pu faire plus ... mes enfants continueront le travail ". (DB, volume 7, Lenti, page 328).

4


SALUTATIONS DU PRÉSIDENT Chers Anciens Elèves et amis de Don Bosco,

Je suis très heureux parce que vous avez trouvé le temps de lire le nouveau Anciens Elèves Newsflash. Je suis reconnaissant que le projet basé sur Newsflash soit un succès, soit pour la production et la distribution, soit pour les projets qui composent son contenu. C'est fondamentalement un signe que notre communauté grandit, se développe et est bénie par Don Bosco.

Cette année, et en particulier le mois de mars, a représenté un moment important pour nous alors que nous commémorions le 110e anniversaire de la fondation officielle des Anciens Elèves en tant que membres de la Famille Salésienne. En effet, en mars 1908, grâce au bienheureux Père Rinaldi, la Confédération Mondiale des Anciens Elèves a approuvé son premier Statut.

Je vous invite à la célébration et à la joie de cet heureux anniversaire et, en même temps, je vous encourage à réaliser les rêves de Don Bosco, et à devenir tous les jours des bons chrétiens et des honnêtes citoyens.

Notre cher Don Bosco a été proclamé saint en 1934 à Saint-Pierre, sous le Pape Pie XI, le 1 avril (à la conclusion de l’Année Sainte de la Rédemption), le jour de Pâques! Exactement le même jour que cette année.

Avec ce souvenir fantastique, je vous souhaite une Pâques salésienne heureuse et joyeuse. Salutations cordiales et en union de prière Michal Hort Président

Alberto, en effet, a poursuivi la mission de Don Bosco. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il est devenu un apôtre parmi les déplacés et une véritable source de providence pour les pauvres. Il était attentif aux plus pauvres, lorsqu'il était responsable de la reconstruction de la ville de Rimini: «Les pauvres sont à notre porte» dit-il, «les autres peuvent attendre».

Je voudrais vous inviter tous à vous concentrer sur ces trois valeurs du Bienheureux Alberto Marvelli: grandir en tant que bons chrétiens, pour ceux d'autres religions, en tant que personnes centrées sur Dieu; contribuer à la société en tant que citoyens honnêtes et dirigeants politiques; servir les plus pauvres, en particulier les orphelins. Don Bosco est né pour servir les plus pauvres et les orphelins. Le bienheureux Albert l’a suivi comme un vrai fils de Don Bosco. Je voudrais inviter tous les anciens élèves à être attentifs aux besoins des plus pauvres et des orphelins. Identifions les vrais orphelins et trouvons des moyens de les renforcer et de les transformer en apôtres de Don Bosco pour atteindre d'autres orphelins. En tant qu'enfants de Don Bosco, nous sommes tous des membres « NE’ POUR SERVIR » (NPS). Je peux vous inviter à en faire notre icône dans la tradition de Don Bosco. VOTRE SERVITEUR, «NE POUR SERVIR» Père Jayapalan sdb Délégué, Rome

5


EDITORIAL

Don Bosco et Pâques Chères amies et chers amis,

Ce numéro de Newsflash nous l'avons considéré comme un numéro de “Pâques” en raison de sa composition trimestrielle et de sa distribution, mais nous avons découvert que cette année il y a beaucoup d'autres raisons qui nous réjouissent. Nous voulons donc rappeler combien et comment la Famille Salésienne est une famille pascale. “Pascale” pour de nombreux événements historiques, mais surtout “Pascale” dans sa spiritualité. 1er avril 1788. Marguerite Occhiena, mère de Don Bosco, est née à Capriglio, un village d'environ 400 habitants dans le diocèse d'Asti. Elle est baptisée le même jour. 26 mars 1826. Aucun enfant n'est admis à la première communion sauf à 12 ou 14 ans. Le curé le Père Sismondo est plutôt rigide. Maman Marguerite espère une exception. Répondu! Giovanni n'a pas encore 11 ans! Pendant le Carême, sa mère l’amène trois fois à la paroisse pour se confesser. Le 12 avril 1846, jour de Pâques, l'Oratoire, situé au Molini de Turin, s'installe définitivement à Valdocco sous un hangar de Francesco Pinardi.

8 avril 1849. Aussi pour Dominique Savio, Pâques est le jour de sa première communion. Même à l'âge de 7 ans, impensable pour en ces temps là.

1855. À plusieurs reprises, Don Bosco se rend à la prison de La Generala pour trouver des prisonniers. Cette année, il a obtenu du ministre Rattazzi la permission de les emmener au Palais Royal de Stupinigi. C'est une Pâques inoubliable, passée dans la plus grande joie.

A Pâques 1858 (4 avril) Don Bosco était présent à la bénédiction “Urbi et Orbi” sur la Loggia di Saint-Pierre, avec son épaule ... sous les pieds du Pape Pie IX! Pour Don Bosco, les fêtes de Noël et de Pâques ont toujours mérité une préparation spéciale: durant ces fêtes, il organise aussi de petites retraites destinées à cultiver l'esprit pour comprendre le sens de la naissance du Christ et la centralité de la Résurrection dans la vie chrétienne. Le message de Pâques que chaque année envoie à ses jeunes vise précisément à faire en sorte que le visage de l'Église reflète la beauté du visage du Seigneur, crucifié et ressuscité à Pâques. Il encourage les jeunes à ne jamais oublier l'enseignement qui vient de Pâques: «C'est avec la Résurrection de Jésus, notre Pâques, que nous sommes capables de communiquer les raisons de l'espérance, afin que l'ancrage de la foi devienne une garantie de solidité personnelle et de solidarité sociale». Enfin, mais le souvenir c'est encore plus beau: le jour de Pâques 1934 (1er avril), à la clôture de l'Année Sainte de la Rédemption (XIX siècle de la Résurrection du Christ), Don Bosco est solennellement canonisé à Saint-Pierre. L'Église n'avait jamais fait coïncider une canonisation avec Pâques; Pie XI veut qu'une exception soit faite. La cérémonie, sous une forte pluie, est diffusée par radioLe Saint-Père, qui l'a personnellement rencontré lors d'une visite à l'Oratoire en octobre 1883, se souvient de ces détails dans les discours en l'honneur du nouveau Saint et il ajoute que cette Année Sainte peut aussi être appelée «Année Sainte Salésienne». Le cardinal Fossati, dans un discours ultérieur à environ 20 mille pèlerins, se souviendra de la définition du Souverain Pontife et il ajoute que, ce jour-là est juste "Une Pâque Salésienne". À tous les Anciens Elèves de Don Bosco, nous souhaitons que la lecture de notre magazine puisse être le meilleur chemin pour une heureuse Pâques de la Résurrection. Pierluigi Lazzarini

6


7


C ONSEIL M ONDIAL

LE CONSEIL MONDIAL INAUGURE LE NOUVEAU BUREAU Opéra Salesiana Teresa Gerini Via Tiburtina, 994 - 00156 Rome (Italie) tél. +39 06 409 003

La Confédération Mondiale des Anciens Elèves de Don Bosco a un nouveau siège. Nous sommes installés dans un grand bureau, à l'Institut Salésien "Teresa Gerini", que nous partageons avec deux autres groupes de la Famille Salésienne. Le 16 décembre 2017, la réunion périodique du Conseil Mondial a inauguré le travail dans les nouveaux locaux, avec la présence du Père Eusebio Muñoz Ruiz, Délégué du Recteur Majeur pour la Famille Salésienne.

8


É TRENNE 2018

“Seigneur, donne-moi de cette Eau”(Jn 4,15)

CULTIVONS l’art d’ÉCOUTER et d’D’ACCOMPAGNER Mes chers frères et sœurs de toute la Famille Salésienne dans le monde.

Comme il est de tradition, à la fin de l'année, je présente l'Étrenne à nos Sœurs, les Filles de Marie Auxiliatrice. Une Étrenne qui devient dès lors un don pour toute notre Famille Salésienne, où que nous soyons.

Le but de cette Étrenne est de nous aider à avoir un même cœur et un même regard dans les multiples initiatives de toutes nos Œuvres et dans la Mission que nous accomplissons, tous et chacun, selon la vocation charismatique spécifique des Groupes de notre Famille Salésienne.

nes à cet important événement de la vie de l'Église.

Avec ce Synode, «l’Église a décidé de s’interroger sur la façon d’accompagner les jeunes à reconnaître et à accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude. Elle souhaite également demander aux jeunes euxmêmes de l’aider à définir les modalités les plus efficaces aujourd’hui pour annon1

SYNODE DES ÉVÊQUES, XVème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE, Les Jeunes, la Foi et le Discernement Vocationnel. Document Préparatoire et Questionnaire, Rome 13 janvier 2017, Introduction. (Cité par la suite avec le sigle DP).

cer la Bonne Nouvelle».1

L'Étrenne que je vous propose cette année veut précisément aider, dans toutes nos présences du monde en tant que Famille Salésienne, à atteindre l’objectif poursuivi par le Document Préparatoire du Synode.

Le thème choisi, que je considère simple et très direct, contient deux éléments d'une importance capitale pour notre monde d'aujourd'hui: l'écoute et l'accompagnement personnel. Pour éclairer ces deux aspects, je vous propose une très belle Icône évangélique

Le thème choisi pour cette année s'inscrit tout à fait dans le prolongement de celui de l'an dernier et dans la perspective du prochain grand événement ecclésial qu’est la XVème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques, que le Pape François a convoquée pour le mois d’octobre 2018, sur le thème “Les Jeunes, la Foi et le Discernement Vocationnel”.

C’est un thème qui touche pleinement le cœur de notre charisme et auquel nous nous préparerons de la meilleure manière possible en nous sensibilisant, et en faisant participer de nombreux laïcs et jeu-

9


É TRENNE 2018 qui donnera lieu à de multiples réflexions: Jésus et la Samaritaine. Il s’agit d’un épisode où, malgré la présence de différences ethniques et d’antagonismes religieux, on vérifie la rencontre au niveau le plus profond de la personne, jusqu’à parvenir à un changement de vie. Je vous invite à l'accueillir avec la belle disposition intérieure de chaque année et à profiter de ce qui convient le mieux pour chaque contexte pastoral où vous agissez.

Je peux témoigner qu’au cours des centaines de réunions que j'ai eues durant ces quatre dernières années environ avec des jeunes des cinq continents, je suis parvenu à la certitude que les maisons ou œuvres gérées par les Groupes de notre Famille Salésienne sont pleines de milliers de jeunes, bons et ouverts à la vie, désireux de se former, d'apprendre, des jeunes en re-

10

cherche, dont beaucoup, avec un cœur généreux, qui veulent servir les autres, faire quelque chose pour les autres, aider, se dévouer.

Ce sont des jeunes qui demandent notre aide pour continuer à grandir et à mûrir dans leur foi. Il y en a d’autres qui ne le demandent pas explicitement mais qui sentent un grand besoin d’une rencontre personnelle et d’être écoutés. Nombreux sont ceux qui seraient disposés à faire un cheminement personnel et communautaire de discernement et d’accompagnement.

Je me pose alors la question: qu’attendons-nous? Pourquoi ne nous décidonsnous pas à être beaucoup plus disponibles pour accompagner tous nos jeunes en ce qui est le plus important pour leur vie? Qu’est-ce qui nous en empêche? Pourquoi

“nous occuper” ou “passer notre temps” à autre chose alors que nous avons là une véritable priorité éducative et d’évangélisation?

Nous ferons des pas beaucoup plus significatifs, mes chers frères et sœurs, le jour où nous serons vraiment convaincus que ce que nous sommes et qui nous sommes est plus important que ce que nous faisons. Et que notre présence, notre écoute et notre disponibilité au dialogue sont plus importantes que les choses et les activités que nous proposons aux adolescents, aux jeunes et à leurs familles. Voilà ce qui laisse des “traces de vie” pour toujours, chez les jeunes et dans les familles. Tout cela est la base et constitue la motivation vraie et profonde du choix de l’Étrenne de cette année. (Suite dans le prochain numéro)


É TRENNE 2018... VERSION

JAPONAISE

Tokyo, Japon, 29 décembre 2017

“Nous avons créé cette affiche avec l'espoir que quiconque la regarde (étudiants ou adultes) serait encouragé à" approcher avec courage et accompagner ceux qui sont blessés. tous les recteurs SDB lors de leur réunion de novembre. ~ Jésus, qui est le modèle suprême de la vie et l'inépuisable "eau vive", est entouré par la femme samaritaine et les personnages du livre de mangas "Coraggio!!”.

~ Après 2016 et 2017, également pour l'affiche de 2018, l'illustration a été réalisée par Suzuki Guri, auteur manga du "Coraggio!!".

~ L'affiche a été conçue et produite par l'équipe de communication sociale salésienne (personnel de Don Bosco Sha) et conçue par Nakamura Takaya.

Caractères dans l'illustration: légende

* Jésus est fatigué et assoiffé du voyage (1), la Samaritaine qui est venue chercher de l'eau, évitant de rencontrer des villageois (2) - ils se rencontrent au puits. Jésus parle à la femme et écoute son chagrin et sa souffrance. Dans l'illustration, Jésus dit: «Celui qui boit l'eau que je donne n'aura jamais soif» et la Samaritaine demande à Jésus: «Seigneur, donne-moi cette eau».

* Don Bosco (3) et un garçon de l'oratoire (Bartolomeo Garelli) (4) sont vus derrière le puits. Alors que le garçon regarde dans le puits, Don Bosco, l'accompagnant de près, l'encourage à regarder Jésus.

* Sur le côté droit du puits se trouve un couple moderne qui a l'air plutôt triste. Ils sont un couple multiculturel, le mari (5) est japonais et la femme (6) est originaire d'un pays d'Asie du Sud, ils ont des difficultés et des déceptions dans la vie. Mamma Margaret (7) est à leurs côtés, leur montrant Jésus. * Au pied du couple se trouve une jeune

fille qui pleure (8). Mana (9 ans), un lycéen, sourit et se penche pour essayer de réconforter la petite fille.

* Sur le côté gauche du puits se trouve un jeune latino-américain assis par terre, l'air déprimé (10). Riku (11 ans), un autre lycéen, encourage le garçon, l'invitant à s'approcher de Jésus.

*Derrière Riku aussi Domenico Savio (12 ans) regarde Jésus avec amour. La Bienheureuse Mère Marie (13) soutient et surveille doucement Domenico. Grigio (14 ans) est à côté de Marie, regardant aussi Jésus.

* La composition des deux personnages principaux, Jésus et la Samaritaine, est basée sur le célèbre travail de l'artiste français Pierre Mignard, "Jésus et la Femme de Samarie" (1681).

11


R ÉGIONS

Timor Est

Le Recteur Majeur sur une terre imprégnée de “Salésianité”

(ANS – Dili) C’est dans l’enthousiasme général que continue la Visite d’Animation du Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, à la Vice-province d’Indonésie-Timor Est. La célébration de la fête de Don Bosco, le mercredi 31 janvier, a réuni des milliers de personnes reconnaissantes et dévotes pour le Saint des Jeunes et ses Fils spirituels. Entre temps, les médias locaux donnent grande espace à la présence du X Successeur de Don Bosco au pays.

1er février, le Recteur Majeur a rencontré, à Dili, les Anciens élèves de Don Bosco et, dans l’après-midi, à Fatumaca, les membres de l’Association de Marie Auxi-

12

liatrice avec les membres de la Famille Salésienne de la partie orientale du pays. Au cours de la première des deux rencontres, devant environ 600 Anciens, le Président de la Fédération Nationale a accueilli le P. Á.F. Artime, il lui a offert la contribution des Anciens à la nation – rappelant aussi que le premier Président et le Président actuel de la République de Timor sont des Anciens élèves - et il a cité le projet “Belun Ba Misaun Don Bosco” (Amis de la Mission de Don Bosco) comme exemple de service pour la diffusion du charisme parmi les gens de Timor Est. Le Recteur Majeur, pour sa part, a remercié tous les présents pour l’engagement

et le témoignage et il les a invité à regarder toujours devant pour servir le prochain. La joyeuse rencontre avec les Anciens élèves a étendu dans le temps la joie salésienne déjà expérimentée le 31 janvier pour la fête de Don Bosco.

En cette occasion, le X Successeur de Don Bosco a présidée l’Eucharistie pour environ 5.000 fidèles – dont aussi le Président de Timor Est, Francisco Guterres Lu Olo – et dans l’homélie il a invité à assumer trois attitudes: remercier Dieu pour le don de Don Bosco: remercier Dieu pour les grands missionnaires qui ont porté le charisme salésien à Timor Est ; et enfin, chercher “le vrai bonheur de la vie”, qui a un


R ÉGIONS

seul nom: Jésus. La visite du Recteur Majeur à Timor Est-ce n’est pas un événement qui voit la participation de toute la nation, et il semble assister de nouveau aux grandes manifestations de joie qui ont caractérisé le pèlerinage des Reliques de Don Bosco au pays en 2011.

Grâce au travail du Délégué de Communication Sociale de l’ITM, le P. José de Sa, et au précieux travail de beaucoup d’Anciens, la Visite d’animation du Recteur Majeur reçoit aussi son importance sur les principales journaux et radio-télévisions du pays. Source: AustraLasia.

13


R ÉGIONS

États-Unis

Anciens Elèves de l'Est des États-Unis et du Canada J'ai visité les États-Unis pendant la période de Noël et du Nouvel An. J’ai pu voir des unités d'étudiants et de délégués engagés. Avec la vaste expérience de sa vie et l'enthousiasme juvénile dans son cœur, le Père Thomas Dunne SDB, ancien délégué provincial des anciens élèves et maintenant Provincial, anime et organise le mouvement des anciens élèves dans la partie orientale des États-Unis et du Canada.

La compréhension, l'intervention et l'engagement des salésiens est un facteur essentiel pour la croissance des anciens élèves. J'ai donc eu un programme d'animation pour les candidats et pour les salésiens en formation avec la communauté, à Don Bosco, Orange, New Jersey. Leur enthousiasme et leur engagement étaient très vifs.

L'engagement et l'enthousiasme des salésiens, du délégué P. Thomas Dunne sdb et du P. Abe Feliciano sdb, délégué de la pastorale des jeunes, promettent un avenir brillant pour les anciens élèves des EtatsUnis et du Canada.

Une rencontre particulièrement remarquable s’est déroulée au Don Bosco, Ramsey, New Jersey. Les cadres supérieurs avec le délégué provincial et le délégué local, le P. Jim Heuser, lui-même un ancien provincial, se sont réuni pour s'éclairer les uns les autres et se clarifier. J'ai trouvé une équipe très engagée qui comprenait 14

M. Noel Selegzi, vice-président pour l'avancement institutionnel, Richard Wisniewski, directeur des Relations Publiques, Craig Dietel, directeur associé des Relations Publiques, et Robert, ancien étudiant et enseignant actuel. J'ai été très impressionné par le statut de l'ancienne association étudiante de Ramsey, qui a déjà mis en œuvre avec soin les sept priorités de la Confédération Mondiale. Ils ont un bureau avec un team complet.

Il y a un annuaire publié dans l'année du centenaire avec tous les noms des étudiants impliqués. Le site web: https://alumni.donboscoprep.org/

a été lancé récemment avec la demande d'inscription pour les anciens élèves. Dans la hall du bureau, il y a "Hall of Fame" avec des photos des cinq meilleurs étudiants décernés chaque année: 125 vocations: sa-

lésiens, religieux et diocésains, y compris deux évêques sont une contribution touchante de l'école… La réunion a lieu par groupes spécifiques; par exemple, l'année prochaine ceux qui sont nés en 1968. L'organisation des anciens élèves de Don Bosco, Ramsey, s'est également développée dans plusieurs villes: Boston, Floride, Washington DC, Californie, etc.

À New York et au New Jersey, des réunions sont organisées dans différentes régions. Une autre réalisation importante est que les anciens élèves rencontrent les étudiants de chaque année et les absorbent dans des emplois.

Dans la photo ci-jointe, nous remarquons les bâtiments récents, rendus possibles grâce à la contribution des anciens élèves. Quelle grandeur et quel sentiment d'appartenance et de gratitude envers Don Bosco et les salésiens!


R ÉGIONS

Canada

Une organisation similaire est active dans d'autres lieux de Don Bosco: New Rochelle et Washington DC. Bien que les écoles de Patterson, Boston, Toronto aient été fermées, les anciens élèves rencontrent régulièrement les salésiens et les supérieurs de leur temps. Il y a quatre groupes au Canada. Une situation admirable aux ÉtatsUnis est la présence d'anciens élèves de différents pays: Vietnam, Hong Kong, Philippines, Inde, etc. J'ai eu une réunion mémorable au Don Bosco de Los Angeles, avec un de ces groupes de l'Inde, en particulier le Tamil Nadu.

nes qui sont ici cette semaine à Stony Point, dans une retraite / atelier salésien pour les chefs d'établissement. Il a signalé que tous les élèves de nos écoles semblaient enthousiastes à l'idée de développer la précédente association d'étudiants dans notre Province. (Enfin !!). Même le directeur du bureau des anciens élèves de Don Bosco Prep, Ramsey, est enthousiaste pour la création d’une association des

anciens élèves. Vos enseignements, vos conversations et expériences ont certainement eu un impact décisif sur notre Province. Pour tout cela, je suis reconnaissant. Je commence à considérer les anciens élèves comme quelque chose qui est à notre portée dans cette Province». Père Jayapalan Raphael sdb Délégué Mondial, Rome

Voila une réaction du délégué provincial, P. Thomas Dunne lors de ma visite: «Les gens qui ont interagi avec vous lors de votre visite dans notre province ont apprécié l’animation qui leur a été offerte ainsi qu'à leurs communautés. Probablement la réponse la plus enthousiaste est venue du P. Abe Feliciano, délégué de la province YM. Le Père Abe a parlé de votre partage avec son équipe et avec des jeu15


N OUVELLES

Chili

Un ancien élève salésien décorera l’autel de la Messe célébrée par le Pape Du 15 au 18 janvier, le Pape François visitera le Chili et le dernier jour il célébrera l’Eucharistie dans la ville d’Iquique, à 1700 km de la capitale. Le Pape couronnera l’image de la “Virgen del Carmen de la Tirana” exposée avec les images de San José, le premier migrant, et San Lorenzo de Tarapaca.

(ANS - Iquique) Yoing Koo a été choisi comme architecte pour la réalisation de l’autel: la décoration sera en fleurs traditionnels en aluminium, appelée “arte funerale salitrero”.

La production de fleurs en fer est une tradition d’Iquique et des environs, une région d’un climat particulièrement chaud qui ne permet pas de garder la fraicheur des fleurs, et c’est pourquoi les habitants des villages utilisent les boites et autres objets pour créer des fleurs, des couronnes, des croix qu’ils portent au cimetière pour leurs défunts.

Mr Humberto Alache, professeur d’art visuel et ancien élève du collège salésien de Iquique, confectionnera 12 mille fleurs dans l’art traditionnel locale funéraire, pour décorer l’autel où le Pape François célébrera le 18 janvier.

16

Le prof. et les collaborateurs Aurora Cordano, Norma Araya, Yolanda Cañas, Sandra Godoy, Patricia Herrera Chacón et Silvana ont travaillé dur, depuis octobre, pour arriver à l’objectif. Ils fabriquent roses et autres œuvres d’art avec les boites peintes en or et cuivre.

Les fleurs, insérées en 48 peintures, seront ensuite données aux institutions et aux paroisses comme témoignage de la visite du Pape François en ville. On prépare aussi des figures sculptées dans l’église de Tarapacá.

L’origine de ces fleurs remonte au temps du salpêtre quand les anglais, voyant que les fleurs naturelles ne survivaient pas au désert aride, utilisèrent des fleurs de boite.


N OUVELLES

Pérou

L’artisanat salésien encore au centre des célébrations papales

(ANS – Puerto Maldonado)

Après trois jours au Chili, le Pape François arrive aujourd’hui, 18 janvier, au Pérou, deuxième et dernière étape de son voyage apostolique en Amérique Latine, Au Pérou aussi, pour accompagner les célébrations du Pape il y aura un peu de “salésianité” comme cela s’est déjà réalisé à Iquique, où, pour orner l’autel de la messe, il y avait 12 mille fleures traditionnels en aluminium, œuvre de l’ancien élève salésien Humberto Alache.

Cette fois, par contre, il s’agit d’un crucifix et des sièges pour le Pape et les principaux con-célébrants, œuvres réalisées par les jeunes du “Taller Don Bosco”, qui seront utilisées pour l’Eucharistie, à Puerto Maldonado.

Source: Periodista Digital

17


N OUVELLES

Portugal

Pour un renouvellement incontournable

A Fatima, le 13 Janvier dernier, après la fin de la journée consacrée à la présentation de l'Etrenne du Recteur Majeur pour l’année 2018 à la Famille Salésienne du Portugal, il y a eu une des plus engageantes rencontres des Anciens Elèves de Don Bosco du Portugal.

Des Unions Locales (Estoril, Evora, Funchal-Madère, Porto) ont maintenu la flamme et l'identité des Anciens Elèves de Don Bosco avec plusieurs activités spécifiques de dynamisation. Mais d'autres pas tellement. Donc, on est arrivé au moment d'impliquer tout le monde, avec l'interpellation de la Fédération Nationale, pour une possible “résurgence” engageante, en combinant, ensemble et avec enthousiasme, le verbe “être” dans le présent, pour la mise à jour d’un modus operandi, plus

efficace et visible, surtout en ce qui concerne la "spiritualité salésienne".

Le but de la réunion était d’arrêter un chemin et d'ouvrir une nouvelle page à écrire avec les Unions Locales et la Fédération elle-même. Par conséquent, on a impliqué et mis au défi certains anciens élèves “marqués par l'esprit de Don Bosco”, prêts à utiliser des synergies et à augmenter le dépassement de l'inertie.

En effet, ils ont réalisé qu'ils avaient toujours la fierté d'être des Anciens Elèves salésiens ainsi que la générosité à faire et à partager.

On a visé un changement concret, en revenant à l'histoire de la Famille Salésienne, pour remettre le groupe des Anciens Elè-

ves à la place qui lui appartient et qui le distingue: être les héritiers de l'affection paternelle de Don Bosco lui-même, qui, à Valdocco, en 1870, avec les premiers de la “foule immense” a commencé l'organisation de l'association, en les appelant “fils bien-aimés” et en leur conseillant d'être fidèle et de promouvoir le bien, les uns les autres.

Depuis lors, l'organisation a acquis une forme structurée au niveau local, national et international avec le Père Ph. Rinaldi. En suite il y a eu le Père E. Viganò pour raviver et réactiver la dimension du groupe et mettre en lumière les Anciens Elèves sous les projecteurs... même si pas toujours focalisés... Le Recteur Majeur actuel et la Congréga-

Dans la photo ci-jointe, les membres élus de la Fédération Portugaise des Anciens Elèves de Don Bosco. Trois sont manquants (deux GEX). Ci-dessus: Luis Miguel Roquete; Père J. Taveira (Délégué National), Père J. Anibale (Provincial), Jorge Santos, J. Recherche F. Miranda; Ci-dessous: A. Ramos, J.M.C. Noites, Antonio G. Pires, Célio Nogueira, Luís Pires et Daniel Lago.

18


N OUVELLES

La Fédération Portugaise est renouvelée tion considèrent encore aujourd'hui la branche des Anciens Elèves comme le groupe qui grandit le plus, s'épanouit et rend le Système Préventif prestigieux dans toutes les parties du monde.

Pendant ce temps, parmi les Anciens Elèves portugais, avec optimisme, on a envisagé d’améliorer la motivation et le “sentiment d'appartenance”, surtout parmi les plus jeunes, à travers la stimulation pour une l'adhésion volontaire à l’associationnisme laïque-salésien actif et visible. Tout cela résulte de la crédibilité accrue par l’exemple, en tant que force dynamique, de la véritable “union” (nombre et qualité du témoignage) des personnes ayant l'esprit apostolique dans l'Eglise, et une présence opérationnelle dans la citoyenneté active.

Vivre dans un monde en évolution continue implique d'être prudent et de s'adapter en apportant la meilleure contribution possible pour l'améliorer. Avec cette conscience, donc, dans le Pays de Notre-Dame de Fatima (sans penser qu'il y aurait peutêtre autre chose à changer ailleurs), nous devions mettre à jour la structure organisationnelle et réveiller ceux qui s'étaient

endormis. A cette fin, des rencontres de réflexion ont eu lieu (Porto, Mogofores, Fatima) avec les plus engagés, animés par l'idée d'un vrai renouveau.

Enfin, un groupe de travail (GL) ou “commission ad hoc” a été mis en place et, avec patience, sagesse et humilité, on a mené à bien le projet pour un changement, d'une manière plutôt dynamique, complète, mais pacifique et efficace, dans le but de remettre l'avenir de l'organisation sur les rails à une vitesse et à deux niveaux: national / local. Avec les Salésiens, le Délégué National et avec le soutien du Provincial, les Anciens Elèves portugais se sont organisés pour faire face à un avenir meilleur.

Ainsi, une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) a été convoquée et mise en place, spécifiquement dédiée à l'élection des principaux membres de la Fédération, qui ensuite impliqueront les Unions Locales en les dynamisant avec les contributions des Anciens et Anciennes Elèves. A cet AGE, avec des bénéfices humains, chrétiens et salésiens considérables, en plus de quelques-uns de ceux qui étaient encore en fonction, on a eu la participa-

tion de quelques dirigeants des Associations Locales et un petit nombre d'Anciens Elèves éligibles qui avaient partagé le projet de renouvellement prévu, et qui ont accepté le défi de “s'offrir” pour effectuer des tâches de gestion au niveau national.

Avec la présence du Provincial et du Délégué, ils se présentèrent aux électeurs, désormais bien connus de tous. Entre autres "en règle" il y avait trois anciens Présidents de la Fédération, avec le droit de vote. L'élection a été faite à l'unanimité et par acclamation. On a terminée avec des applaudissements festifs. Enfin, une prière de remerciement à Notre Dame a été récitée (nous étions à Fatima, le 13)... et nous avons chanté aussi à Don Bosco. Les Anciens Elèves qui vont lire ce numéro de Newsflash pourraient conclure, en regardant la réalité de leurs structures, en particulier dans les Pays de l'Union Européenne, que, peut-être, ne sera pas seulement l'organisation du Portugal à faire face à un renouvellement profond et incontournable... António G. Pires (Président confédéral émérite)

19


N OUVELLES

Portugal

Procès-verbal pour un début d'espoir

A Estoril, Cascais, le 3 février, dans le magnifique siège des Anciens Elèves - qui est une reconnue institution privée de solidarité sociale (IPSS), il y a eu la rencontre de l’ “équipe” de la direction de la Fédération Nationale élue à Fatima le 13 Janvier. Avec le Provincial le Père Anibal J. Mendonça, ainsi que le Délégué National, Père Joaquim Taveira, après la prière recommandée par le Statut de la Confédération, chaque membre des trois Groupes Sociaux a fait sa promesse et a signé le “papier parchemin de possession" concernant la tache assumée. Avec les Anciens Elèves de l'école salé-

sienne à Estoril, qui ce jour-là étaient en train de célébrer leur assemblée annuelle, tous les participants ont pris part au déjeuneur convivial. La Direction exécutive s'est ensuite réunie avec les autres membres pour déterminer les lignes programmatiques et contraignantes du mandat. Ils s'arrêtèrent sur des principes simples, en essayant d’assurer l'efficacité des mesures pour les anciens élèves des Œuvres où ils sont moins actifs, avec une stratégie claire de contacts personnalisés, en allant les rencontrer, les trouver et en encourageant

Slovénie L'Institut salésien de Želimlje se présente aux jeunes

les jeunes pour une adhésion à l’Association.

On sollicite la collaboration de ceux qui n’ont jamais quitté l’Association, et des Salésiens sur place, en particulier pour atteindre l'identification d'un nombre aussi grand que possible, afin de les réveiller, en proposant des mesures intéressantes, et de faire revivre les Unions. Avec ces intentions, il y a de quoi attendre! Meilleurs vœux. Antonio G. Pires (Président confédéral émérite)

Želimlje, Slovénie - Février 2018 - L'Institut salésien de Želimlje"- le premier lycée privé en Slovénie depuis plus de 25 ans - avec l'internat "Don Bosco", il ouvre ses portes pour se présenter aux jeunes qui souhaitent obtenir une éducation et une seconde éducation le système préventif. Cette année, la présentation pourrait également compter sur l'utilisation d'une nouvelle vidéo, préparée par l'ancien élève de l'institut Vid Planinc et une équipe réunis dans le "Studio Siposh", qui montre la vie quotidienne dans le centre salésien, avec le vaste programme d'activit é offert aux étudiants. L'institut, dédié à Saint François de Sales, accueille seulement environ 300 jeunes, mais est bien connu dans tout le pays pour le travail éducatif. La vidéo est disponible ici: https://youtube/4mIDGX-KdOM

20


N OUVELLES

Malte

50ème Anniversaire du Savio College L’année 2018 est une année spéciale pour la Famille Salésienne de Malte à l'occasion du 50ème Anniversaire de la fondation du “Savio College”. Le “Savio College” est l'une des écoles secondaires parmi les plus illustres de Malte. Le Collège a ouvert ses portes en 1968 et l'on estime que plus de 1500 anciens élèves ont été éduqués à son école. La Fédération Nationale maltaise des anciens élèves et amis de Don Bosco, ainsi que la communauté du “Savio College“ et les représentants des anciens élèves du “Savio College”, ont lancé la compilation d'une nouvelle base de données pour contacter les anciens élèves et amis de l'école.

groupes les plus actifs à Malte à travers les animateurs salésiens. Le groupe des animateurs salésiens est un projet impliquant un groupe fort de jeunes anciens élèves et amis de Don Bosco.

Il anime les jeunes après qu'ils ont quitté l'école pour se consacrer à la prière et à la croissance spirituelle. Cette croissance spirituelle est une croissance accompagnée dans un groupe et la

possibilité d'un accompagnement individuel est également offerte.

Les jeunes sont impliqués dans l'organisation des activités de la pastorale des jeunes et se réunissent également pour des réflexions mensuelles sur la Parole de Dieu à travers la Lectio Divina, la Compagnie Spirituelle et le Counseling, qui sont d'une grande importance dans la formation de nos jeunes.

La communauté de “Savio College” a déjà lancé un programme intensif pour célébrer cet anniversaire spécial de l'école. Les célébrations du 50e Anniversaire ont été ouvertes dimanche 11 mars, et tous les anciens élèves et amis de Don Bosco ont été invités à se réunir au Collège. Le programme comprenait la commémoration de la première pierre et un nouveau mémorial du 50e Anniversaire dédié à Père Joseph Mangion SDB, qui a été responsable de la construction du Collège. La Messe solennelle a été célébrée par l'archevêque Mgr. Charles J. Scicluna. Au cours des dernières années, les anciens élèves GEX représentent l'un des

21


N OUVELLES

Philippines

Dream de Don Bosco Anciens élèves de Panay

Iloilo, Philippines - Le 11 janvier, le P. Godofredo Atienza, Supérieur de la Province salésienne des Philippines Sud et son Conseil, se sont rendus à Iloilo, sur l'île de Panay, pour rencontrer les anciens élèves salésiens. Durant la rencontre, les Salésiens ont donné de précieuses indications pour la réalisation du rêve d'étendre la présence salésienne au service des jeunes de Iloilo et Panay. Iloilo, Philippines, 11 janvier 2018

Les Anciens Don Bosco (DBTI Victorias) de Panay sont reconnaissants au Père. Godofredo Atienza, le Provincial de la FIS et les membres du Conseil provincial de la FIS pour leur visite et pour leurs précieuses contributions à la réalisation de notre rêve d'une présence salésienne élargie et d'un service aux jeunes d'Iloilo et de Panay.

Nous sommes maintenant un pas en avant; nous commençons à travailler même si nous discernons continuellement la volonté de Dieu de garder vivant l'héritage de Don Bosco.

Le vieux rêve des anciens élèves de Don Bosco dans cette partie des Philippines remonte aux années 1990, quand l'archidiocèse de Jaro, à travers l'archevêque Alberto J. Piamonte, a cédé un terrain à

22


N OUVELLES

Barangay PD Monfort, Dumangas, Ilo Ilo à la Salésiens. Depuis 1998, il y avait de plus en plus de travail salésien rural (Centre de Formation Vocationnelle, Maison Don Bosco Boys, Chapelle Publique, Centre de Jeunesse et grande ferme), maintenant avec 4 SDB, Recteur Fr. Aguedo B. Palomo (ancien missionnaire au Timor Leste, ITM).

Depuis le 9 décembre dernier, nous avons lancé un effort concerté pour créer un programme d'enseignement primaire et secondaire. Et une autre réunion de discernement s'est déroulée hier avec la présence de l'ensemble du Conseil provincial du SDS de la FIS (Philippines Sud).

Les anciens élèves de Don Bosco de DBTI Victorias sont déterminés à faire de ce rêve une réalité. Priez pour cette intention!

23


N OUVELLES

Népal

Education et soutien dans les urgencies

Engagement salésien dans le pays

(ANS – Kathmandou)

Transformer les communautés pauvres du Népal, à partir des enfants et des jeunes, par l’éducation, la formation professionnelle et la reconstruction des structures, nécessaires après les tremblements de terre de 2015 : voilà la tâche de la “Nepal Don Bosco Society” (NDBS), l’ONG qui représente les Salésiens au pays. Grâce à leurs 7 présences en diverses régions, les 18 Fils de Don Bosco actifs au Népal offrent une formation de qualité et au pas avec les temps, et en plus un climat typiquement salésien.

«Les institutions salésiennes sont des centres accueillants où tout le monde se sent chez lui et la formation donnée et les diplômes remis aident beaucoup pour la recherche d’un travail, au Népal ou à l’étranger», affirme Ram Kaji Rai, un ex enseignant de l’institut, responsable maintenant d’une entreprise qui importe composantes informatiques.

24

Beaucoup d’anciens élèves salésiens peuvent vanter une rapide insertion dans le monde su travail, soit comme dépendants, soit comme petits entrepreneurs.

Et à ne pas oublier que la plus grande partie d’eux viennent de communautés pauvres: comme à Sirsia, où l’école salésienne a été, pour beaucoup, l’unique opportunité pour recevoir une éducation, et où, pendant 9 ans, les Salésiens, grâce à l’aide d’une ONG autrichienne, ont réalisé un programme intégral de développement qui a concerné toute la population, enfants et adultes.

La NDBS, en plus, a été fondamentale pour le secours des gens après les désastres naturels, comme les alluvions dans les régions du Terai en 2017, et encore, avant, à l’occasion des tremblements de terre de 2015. En cette occasion, les Salésiens et leurs collaborateurs ramassèrent de l’aide, avec distribution de vivres, ustensiles, et assi-

stance médicale à 3451 familles de 12 districts; du nécessaire pour la vie des réfugiés à 450 familles en 5 districts; des uniformes et matériel scolaire en plus de 50 écoles de Lalitpur et environs.

«S’il n’y avait pas eu le NDBS, moi et ma famille nous n’aurions pas mangé durant une semaine», témoigne aujourd’hui un de Lalitpur. Dans la successive phase de reconstruction, la NDBS a aidé 87 écoles dans la construction de Centres d’Apprentissage Temporaires pour éviter que les élèves des écoles interrompent le cycle de formation. Et actuellement est en phase de conclusion la remise de 10 édifices scolaires permanents, en 4 districts. Etre à côté des pauvres et des besogneux a été et est encore le signe distinctif de la présence Salésienne au Népal.


I NTERVISTA

Corée du Sud

Dr. Thomas Taban Akot

Un médecin sur les traces du P. Lee Tae-Suk (ANS – Busan)

Thomas Taban Akot, ancien élève de l’œuvre salésienne de Tonj, Sud Soudan, a obtenu son diplôme à la faculté de Médecine de l’Institut Médico-Universitaire Inje de Busan, et il a passé l’examen d’habilitation en Corée. Dans son parcours professionnel et humain, fondamentale a été la ren-

contre avec le P. John Lee Tae-Suk (1962-2010), médecin et Salésien coréen. Comment êtes-vous arrivé à étudier Médecine en Corée? «J’ai eu de la chance. Le P. Lee m’avait conseillé. A la Noël de 2009, j’avais reçu un coup de téléphone d’un médecin qui m’avait demandé si j’aurais eu plaisir d’étudier Médecine en Corée. Au départ j’ai pensé que j’aurais dû étudier en anglais, mais ensuite j’ai passé beaucoup de temps pour apprendre le coréen».

enfant de chœur à Tonj et le P. Lee m’invita à faire partie de la fanfare musicale des jeunes. Ainsi j’ai appris à jouer de la flute et de la guitare. Notre fanfare est arrivée à avoir 30 membres et on me confia le saxophone. Chaque jour j’observais le P. Lee qui, après la Messe, se rendait au dispensaire médical pour aider les nombreux patients et tous semblaient très heureux. Alors je me suis dit: “Moi aussi je devrais devenir comme lui!”».

Qui était pour toi le P. Lee? «J’ai passé environ huit ans avec lui. C’est difficile de le décrire en un mot. Ce qui est certain c’est qu’il portait la joie à tout le monde à Tonj. Il parlait avec tout le monde, jeunes et personnes âgées, sans problèmes. Au début j’ai eu quelques difficultés de m’approcher à lui, lui étant prêtre, mais après j’ai enlevé les distances. Quand je

pense à lui comme médecin, je pense qu’il est incroyable : surtout en Corée, devenir médecin signifie avoir grand prestige et richesse. Mais le P. John renonça à tout cela pour venir nous servir dans notre pauvre pays. Ce fut son choix de vie».

Que rêvez-vous pour votre avenir au Sud Soudan? «Mon premier objectif est celui de terminer mon stage et la période de résidence et devenir un chirurgien, J’aimerais devenir conne le P. Lee, pour servir d’autres personnes à Tonj. En fait, je désirais revenir tout de suite après le diplôme, mais les autorités académiques de l’Université de Inje m’ont convaincu à compléter toute la préparation médicale en Corée, étant donné qu’au Sud Soudan il n’y a pas encore les conditions pour la réaliser». Source: Korean News Service

don John Lee Tae-Suk

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec le P. Lee? «Oui. J’étais à l’école moyenne, et j’étais 25


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS

CHRÉTIENS

Italie

99 ans de souvenirs pour le P. Di Mauro Salésien, Mémoire historique de la maison “Salette” de Catane

(ANS – Catane)

Il aura 100 ans en mai prochain, et à son vénérable âge, encore très lucide, il est le Délégué des Anciens Elèves de l’ ”Union Salette-San Cristoforo” à Catane: il s’agit du P. Rodolfo di Mauro, salésien depuis 1938, prêtre depuis plus de 70 ans et avec un bagage incroyable de souvenirs, liés surtout à la maison salésienne “Salette” de Catane. Le P. Di Mauro raconte sa biographie la liant aux grands événements de l’histoire. Il est né le 18 mai 1918, durant la Grande

26

Guerre, à Militello.

Tout petit il a été inscrit au groupe de jeunes fascistes, puis la crise de 1929 l’obligea à interrompre les études, qu’il put reprendre seulement grâce à un frère Carabinier qui l’avait mis à l’Institut Salésien de Pedara.

Il enseigna ensuite à Marsala, où, durant la seconde Guerre Mondial, il se sauva, par hasard, d’un bombardement.

Il arriva à “Salette” en 1947.

Avec les autres Salésiens, il fonda l’ora-

toire et la fanfare musicale et il s’occupa des plus pauvres parmi les pauvres.

«On donnait à manger à 800 jeunes. On cuisinait dans une grosse marmite, mélangeant la nourriture avec un bâton».

Parmi les choses à raconter, le discours tombe sur la criminalité.

Les ‘mafiosi’ du quartier, il les a tous connu, et dans une telle réalité, il a dû gagner le respect.

«Une fois, quelqu’un me menaça: si ce n’était pas pour le col romain blanc que


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS CHRÉTIENS

vous portez… Je l’ai enlevé tout de suite et j’ai dit à votre disposition…».

Le P. Rodolfo se préoccupait de tout: quelque fois la logique tordue de la criminalité a vaincu, mais le plus souvent l’enseignement de Don Bosco a eu du succès.

Came dans le cas d’un neveu d’un chef de clan mafieux, qui aujourd’hui étudie pour devenir prêtre, à Messine.

Et puis les nombreuses biographies exemplaires: profs universitaires, médecins, ingénieurs, acteurs, typographes comme Salvatore Caliò, Président de l’Union

Anciens Elèves, qui s’occupe d’assistance sociale et qui a créé le Prix ”Quartier Vivant” qui sera remis aussi au P. Rodolfo, en vue de ses cent ans.

Au seuil de 100 ans, le P. di Mauro ne peut que remercier le Seigneur. «Je dois remercier le Seigneur pour ce que j’ai fait, je suis passé de la lumière à l’huile à l’ère digitale. Chaque jour qui passe est bun jour en plus».

Et il conclut: «A la Salette j’ai donné et reçu beaucoup et surtout j’ai appris à n’avoir peur de rien, même pas de la mort».

27


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS

CHRÉTIENS

Italie

François: une personne que je n'oublierai jamais

Les Anciens Elèves du Sacré-Cœur à la Messe du Pape à Sainte Marthe

Cet après-midi du 20 juin 2017, dans ma maison, à Rome, loin de la forte chaleur d'été, je suis absorbé dans la lecture d'un article intitulé “Une personne que je ne l'oublierai jamais” par Mervin L. Kline, publié sur Sélection du Reader’s Digest du décembre 1959. L'insistance du son me force à revenir à la réalité du jour: c'est mon Président de l'Union des Anciens Elèves Don Bosco de l'Institut du Sacré-Cœur de Rome, Claudia Cardacino.

«Salut Gerardo. Bonne nouvelle pour toi: vendredi 23 juin, tu dois représenter notre "Union des Anciens Elèves" avec la paroisse "Sacré Cœur" dans la participation à la Messe de 7h00 du Pape François à Sainte Marthe au Vatican. J'ai des engagements de travail et je ne peux pas. Pour plus de détails, tu peux contacter le curé de la Basilique du Sacré-Cœur, Père Raphael Panno. Merci et, avec le Saint-Père, prie pour nous tous». Encore incrédule, je téléphone au curé, le Père Raphael, qui, à son tour, me confirme

28

de tout et en plus me donne des lignes directrices appropriées pour cet événement heureux pour moi et pour la paroisse qui, il y a moins d'un mois, a célébré le 130e anniversaire de la dédicace de la basilique (1887 - 14 mai 2017) construit par Saint Jean Bosco au nom du Pape Léon XIII.

Le vendredi 23 juin, avec pas plus de 30 personnes, je me retrouve assis dans la chapelle de la Domus "Sainte Marthe" au Vatican. Je suis visiblement excité pendant que j'attends 7 heures du matin pour l'entrée du Souverain Pontife, qui renouvellera avec nous le Saint Sacrifice de Jésus. Au coup de 7h00, par une porte latérale, le Pape François entre. Avec le pas rapide, même si légèrement claudicant, atteint l'autel. Je suis distrait pour le regarder. Je le vois plutôt fatigué, mais absorbé dans la célébration. L'homélie, avec sa manière simple et douce d'offrir sa pensée et son enseignement, le fruit sans doute de sa méditation personnelle, est particulièrement engageante. Il nous rappelle qu’a été Dieu à nous choisir, et non l'inverse. En fait, nous n'avons rien choisi, parce que c'est Lui qui nous a choisis et qui est lié à nous. Je regarde autour de moi et je vois le visage serein des autres autour de moi et je suis sûr que tout le monde a accepté le message évangélique du Vicaire du Christ.

Au moment de la Sainte Communion, on peut noter l'énorme poids qui pèse sur cet homme qui vit à la première personne les problèmes du monde, spirituels et non spirituels, et qui cherche pour eux les solutions les plus appropriées à sa “vision du monde”. A la fin de la célébration, il se donne quelques minutes de recueillement, assis parmi nous: c'est précisément le Bon Pasteur au milieu de son troupeau! Un peu plus tard, il se lève et disparaît de la petite porte d'où il était venu avant. Un maître de cérémonie nous invite à quitter la chapelle. Avec une agréable surprise, nous sommes confrontés au pape François qui attend pour nous rencontrer individuellement, nous donnant une poignée de main chaleureuse et forte et un sourire rassurant. Il s’agit de quelques moments qui représentent la quintessence d'une vie, un moment d'intimité: je sens en moi une immense joie, vraiment indescriptible, et une tranquillité d'esprit que je ne me souviens pas avoir jamais ressentie auparavant! Plus tard, tandis que je quitte la Domus Sainte Marthe avec les autres paroissiens de la Basilique du Sacré-Cœur, je me dis que ce 23 juin 2017 est une date mémorable dans ma vie : en fait j'ai rencontré une "personne que je n'oublierai jamais". Gerardo Pagnotta


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS CHRÉTIENS

République Tchèque

Un court-métrage sur le bienheureux P. salésien Titus Zeman, vainqueur à un ciné-festival (ANS - Ostrava)

La manifestation artistique internationale “Festival dobrych správ” (Festival de la Bonne Nouvelle), a primé un court-métrage sur la vie du bienheureux salésien Titus Zeman. La vidéo, titrée “Titus Zeman – un martyr pour la liberté spirituelle de suivre sa propre vocation” a gagné le premier prix dans la catégorie des court-métrages de moins de 15 minutes, et il offre un regard plus attentif et approfondi sur le sacrifice héroïque du salésien.

Le festival, qui cette année a eu lieu à Ostrava, en République Tchèque, aura 10 ans de tradition et il est organisé par “Sdruzeni Telepace” et par la télévision

tchèque “Noe” en collaboration avec les étudiants de l’Université Catholique de Ruzomberok, en Slovaquie.

Les meilleurs films ont été choisis par un jury qualifié, composé de quatre membres, avec le vote populaire des téléspectateurs. L’auteur du film est l’ancien élève salésien Roman Maturkanic, originaire de la Slovaquie, qui travaille actuellement comme metteur en scène.

«Probablement, le défi le plus grand a été celui de raconter la vie très mouvementée du P, Titus en si peu de temps : nous avons gagné la première place, mais nous pourrions dire que c’est sa victoire à lui, celle du P. Titus», a commenté le metteur en scène.

Le montage du film et le projet graphique ont été pris en main par Róbert Chovanec, de bureau de presse des Salésiens de la Slovaquie qui, de son côté a déclaré: «Nous avions sous la main quelques photos et les documents des archives, et donc nous avons travaillé sur quelques éléments graphiques qui, à la fin, ont contribué à ajouter du dynamisme et une sensation de modernité». Le court-métrage sur le P. Zeman était traduit en six langues (anglais, italien, espagnol, polonais, allemand et hongrois) avant même la béatification du salésien qui a eu lieu à Bratislava le 30 septembre dernier – et il est visible sur le canal YouTube des Salésiens de la Slovaquie. Terézia Liptáková

29


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS

Spagna

CHRÉTIENS

Un ancien étudiant salésien nominé aux Goya Awards

Paco Plaza, des Salesianos San Juan Bosco de Valence

Pas moins de sept nominations pour les prix Goya sont prestigieux qui lui a valu le réalisateur Paco Plaza avec son récent film “Veronica”: trois candidats sont directement pour lui: meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original; les quatre autres sont pour la meilleure actrice de révélation, la musique originale, le meilleur son et les effets spéciaux.

tion exclusive pour commémorer le 50e anniversaire de l'ancienne province de Valence a dit dès le théâtre de son école: «Au cours de mes années de formation dans salésiens apportent a hérité des valeurs de solidarité, le travail d'équipe, la coexistence et la tolérance: Je pense qu'ils ont été très utiles pour mon travail».

Il y a quelques années, dans une déclara-

Source: Salesianos María Auxiliadora

Le réalisateur valencien Paco Plaza a toujours été fier de la formation qu'il a reçue dans les années 80 à l'école salésienne de son quartier, San Juan Bosco, et maintient sa relation avec lui vivant.

Et il a dit: «Les salésiens ont toujours inculqué en nous l'effort d'aider les autres, le manque de personnalisme et d'ambition incompris, et le désir d'être des protagonistes». Josep Lluís Burguera

7 NOMINATIONS

Meilleur film Meilleure adresse - Paco Plaza Meilleur script original Fernando Navarro e Paco Plaza Meilleure musique originale Chucky Namanera (Eugenio Mira) Meilleure actrice de révélation Sandra Escacena Meilleur son- Aitor Berenguer, Gabriel Gutiérrez e Nicolas de Poulpiquet Meilleurs effets spéciaux Raúl Romanillos e David Heras

Le réalisateur Paco Plaza avec Sandra Escanes sur le tournage de 'Verónica'.

30


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS

CHRÉTIENS

Uruguay

“Aristophanes” Transmettre un message comme le faisait Don Bosco (ANS – Montevideo)

Malgré que tous ne soient passés par les portes de quelque institution salésienne, ceux qui font partie de “Aristophanes” se sentent absolument poussés par l’exemple de Don Bosco et cherchent d’en transmettre les valeurs par l’art.

C’est ce que revendiquent trois membres de cette compagnie théâtrale parodique: Juan Ignacio Cristobal, Winston Gorgal et Daniel Javier. Au-delà des représentations artistiques, ce qui les motive davantage est la possibilité de transmettre un message partout où ils vont et le désir de rejoindre le public avec leur spectacle, justement comme a fait Don Bosco avec eux. Juan, ancien élève, répond à quelques questions.

Comment est née l’idée de former une telle compagnie?

«En 2006, il y avait une compagnie du “Grupo Texas”, appelée “Aristophanes” qui

mit en scène “Momogedia” et pour cela elle gagna un prix.

C’est fut l’idée de créer un groupe qui, dès le début, avait en tête de transmettre un message à travers nos spectacles. Nous avons représenté la vie de Don Bosco. La figure de Don Bosco et le spectacle que nous avons réalisé nous ont marqué profondément». Les membres de la compagnie sont-ils tous anciens élèves salésiens?

«Certains étaient anciens élèves, mais d’autres qui se sont ajoutés, non. Mais ils ont compris également les valeurs que nous voulions transmettre, qui étaient celles de Don Bosco».

L’union du groupe a-t-elle été donnée par l’art et par le partage des prémisses fondamentales du charisme

«Je suis un ancien élève, mais quand nous avons monté un spectacle sur la vie de Don Bosco, nous avons connu ses enseigne-

ments et ses valeurs, cela a marqué et moi-même et tout le groupe. Nous nous sommes imbibés de toutes les valeurs.

D’autre part, chaque fois que nous nous exhibions dans les oratoires, les centres des jeunes, nous voyons et sentions ce que le charisme salésien est concrètement.

Je pense que, même si nous ne sommes pas tous ‘salésiens’, “Aristophanes “ est un groupe salésien. Avec Winston, nous sommes parmi le peu de personnes présentes depuis les origines et nous pensons être sur le droit chemin cherchant, par l’art, de laisser notre message». A partir de cette expérience, avez-vous l’intention de rester dans le monde de l’art aussi dans l’avenir?

«J’entends continuer, avec l’étude de l’Economie. Je ne sais pas jusqu’à quand, mais c’est une joie nous présenter à la “Sagrada Familia” ou au théâtre de l’oratoire… L’important est de transmettre les valeurs à d’autres jeunes».

31


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS

Etats Unis

CHRÉTIENS

Rendre “cool” la mathématique: le succès d’un ancien élève salésien

(ANS – New York)

Pour de nombreux élèves la Mathématique est la “bête noire” des matières scolaires; mais les élèves du prof. Ramil Buenaventura, ancien élève salésien philippin, sont toujours attentifs et intéressés aux leçons. A la racine de sa méthode, qui lui a valu deux prix pour l’éducation, il y a un concept appris à l’école salésienne: «Aimez ce qu’aiment les jeunes, afin qu’ils aiment ce que vous aimez».

Les prix ne sont pas arrivés tout de suite. Arrivé aux Etats Unis en 2003, il a commencé sa carrière d’enseignant dans l’école publique de Hollins, dans le district du Queens.

Malgré les 13 ans précédents d’enseignement aux Philippines, il ne parvenait pas à se faire écouter. Le prof. Buenaventura a tout essayé, mais à la fin il a dû se rendre

32

compte que dans cette réalité «l’éducation n’est pas retenue une priorité. Les jeunes n’ont pas le soutien des familles et les média aussi jouent un rôle important».

Le 2007 est l’année du tournant: le prof. Buenaventura est assumé par la “Renaissance Charter School”, une autre école publique, toujours dans le Queens, mais où il reçoit ‘carte blanche’ sur l’enseignement. Il commence à danser et à rapper (chanter en style ‘rap’) au cours de leçons et il tourne une vidéo pour expliquer les théorèmes inspirés aux fameux succès pop.

Le 2014est l’année de la consécration de sa méthode innovatrice: on lui assigne le prix “Big Apple” pour les éducateurs, en qualité de «enseignant capable d’inspirer les élèves, modeler un très bon enseignement et enrichir les communautés scolaires», et le prix «Hometown Heroes in Education» comme «professeur capable de toucher la vie

des élèves». Le prof. Buenaventura attribue le mérite de tels succès à sa longue formation dans l’esprit salésien. Il a appris à aimer la Mathématique et les Sciences, en tant qu’élève primaire et du Lycée.

A l’école “Don Bosco” de Mandaluyong il a aussi appris à être avec les jeunes et à parler leur langage comme moyen pour arriver à leur cœur.

Au séminaire de Canlubang, où il a passé quelque temps, il a appris à jouer de la guitare et à apprécier la musique et à se poser la question: «quelle sorte de musique écoutons-nous? Quels app déchargeons-nous? Quelles sont les vidéos-jeux préférées?». Avoir de réponses à de telles questions fait en sorte que les résultats scolaires de ses élèves soient meilleurs. Maridol Bismark


L ES CITOYENS HONNÊTES ET BONS CHRÉTIENS

Népal

25 ans de Don Bosco (ANS – Darjeeling)

Le ‘Tour de l’amitié indo-népalaise’

Une radio de la communauté universitaire sur les collines de Darjeeling a organisé un historique «Tour de l’amitié indo-népalaise» avec une équipe de journalistes radiophoniques; on prévoit la visite à 7 institutions du Népal gérées par des anciens élèves du ‘Salesian College Sonada’ (SCS) pour célébrer le 80e anniversaire, comme aussi le 25e de présence de la “Don Bosco Society” au Népal. Le tour sur ‘Radio Salesian Maruti Omni Van’ débutera le dimanche 7 janvier de Sonada, passant la frontière indo-népalaise de Kakrabitta, près de Siliguri et puis jusqu’à Dharan, d’où a débuté l’activité de la Société Don Bosco au Népal, rejoignant enfin Kathmandu, dans le Népal Occidental.

Le directeur de la station et vice-président, Prof. C.M. Paul, le Coordinateur du programme FJ Samir Chhetri, Mr RJ Sagan Rai et le chauffeur Kabi Rai, composent le team.

thmandu).

Le journaliste Chhetri ajoute: «Nous créerons des programmes radiophoniques sur les 25 ans de la ‘Don Bosco Society’ du Népal et nous interviendrons avec les émetteurs radiophoniques communautaires, en particulier à Dharan – le berceau de la ‘Don Bosco Society’ au Népal».

L’histoire de la “Nepal Don Bosco Society” a commencé en 1992, avec le centre de Dharan, au Népal Oriental, avec le regretté P. George Alakulam. Les Salésiens arrivèrent à Sirsia (1996) et puis à Kathamandu, avec deux centres – Lubhu, en 1996, et Thecho en 2001 - et ensuite ils arrivèrent à Baroul et Chakkarghatty (2014); et enfin à Biratnagar en 2017, pour un total de 7 présences, animées aujourd’hui par 18 Salésiens de divers Etats de l’Inde.

Le 11 novembre 2017, à la “Don Bosco School” de Biratnagar on a célébré le jubilé des 25 ans. (1992-2017).

La ‘Nepal Don Bosco Society’ est engagée en de nombreuses activités pour les jeunes du pays: deux écoles techniques, quatre écoles académiques, trois centres de sensibilisation sociale, quatre pensionnats et divers centres d’éducation non formelle. Il y a aussi toute une série de programmes sociaux: bourses d’étude et projets comme réponse aux urgences, comme les conséquences des tragiques tremblements de terre de 2015. Selon le recensement de 2011, le 81,3% de la population népalaise était hindoue, le 9,0% bouddhiste, le 4,4% musulmane, le 3,0% ‘kiratiano’ /religion ethnique indigène), le 1,4 chrétienne, le 0,6 suit d’autres ou aucune religion. Les Catholiques sont environ 7.000, sur 29 millions de personnes.

Le Vice-président du SCS illustre le programme: «Pour promouvoir l’instruction supérieure au ‘Salesian College Darjeeling’ et le campus Siliguri, nous visiterons les institutions du ‘Don Bosco’, plus les deux écoles secondaires» (Kakrabitta, Birtamod, Dharan, Birastnagar, Ithari et Ka33


G

E X

Timor-Leste

Première conférence nationale de GEX au Timor-Leste Dili, Timor Leste – janvier 2018 Les 13 et 14 janvier s'est déroulé la première conférence nationale des Anciens Elèves de Don Bosco de Timor Leste, sur le thème de l'impact social des "social media" sur les jeunes dans l'ère de la globalisation. 150 Anciens de Timor Est ont participé à la rencontre.

Dili, Timor Leste, 14 gennaio 2018

GEX (Don Bosco Young Alumni) Le TimorLeste a récemment nommé trois membres responsables à savoir: Mario Martinho, Americo Valentim et Antonio Salles et avec le soutien du conseiller de GEX-EAO, Alberto Piedade , la Fédération nationale du Timor-Leste des anciens élèves de Don Bosco et l'Association des anciens élèves de Don Bosco à Dili, ont organisé la toute première conférence nationale de GEX à Dili, samedi 13 et dimanche 14 janvier 2018, qui a été suivie par 150 jeunes élèves de l'école et de l'organisation qui ont reçu des élèves de Don Bosco à travers le TimorLeste.

34

L'objectif principal de cette conférence était de sensibiliser nos jeunes élèves de l'impact des médias sociaux sur le développement des caractéristiques et la santé mentale des jeunes de nos jours.

L'approche utilisée par GEX est d'aider les jeunes élèves à sous-estimer les médias sociaux4: «comment l'église perçoit les médias sociaux, la vision de la psychologie sur les avantages et les inconvénients, la description académique du développement technologique et les pourcentages de croissance des médias sociaux; les avantages économiques si les médias sociaux étaient utilisés pour démarrer et développer une entreprise».

Au cours de la conférence de deux demijournées, les jeunes élèves ont été mis au défi de réfléchir ensemble et de réfléchir à leurs comportements et approches en matière d'utilisation des médias sociaux.

Il y avait 5 orateurs salésiens et quelques anciens élèves de Don Bosco: Fr. Bento Barros, Pr. (qui est maintenant un prêtre diocésain), M. Roberto Sousa (un universitaire diplômé de l'Université de Swinburne, en Australie - une Famille salésienne), p. Mário Sousa, SDB (qui est aussi un expert social en Pastoral Juvénile et Communication Média), M. Joaquim Pires (un ancien élève de Don Bosco, un ancien Frère Jésuite et un diplômé en psy-


G

chologie de l'Inde) et le Dr Azevedo Marçal, PhD (un ancien salésien qui est maintenant conseiller pour Macroéconomique au ministère du Plan et des Finances du Timor-Leste). Le président de la Fédération nationale, M. Agostinho Gonçalves, délégué de la SDB auprès des anciens élèves de Don Bosco au Timor-Leste, a également participé à la conférence. Mario do Rosario, SDB, président de la Dili DB Past Pupil Association, M. Alex Gusmão et délégué de la SDB pour la Pastorale Juvenil, p. João da Costa Boavida, SDB avec Alberto Piedade, Conseiller EAO de GEX.

Le premier jour a été clôturé par la prière et un message de bonne nuit du Provincial de l'ITM, le Père. Apolinario Neto, SDB pour

encourager les jeunes élèves à être l'agent du changement, à suivre l'enseignement de Don Bosco et devenir le Sel de la Terre et la Lumière du Monde.

Provincial a également invité tous les GEX à participer à l'accueil du Recteur Majeur qui se rendra au Timor-Leste du 31 janvier au 5 février 2018.

Profitant aussi de l'opportunité, le Conseiller GEX-EAO a expliqué les trois principaux programmes de GEX: 1) Ecole des Leaders, 2) Programme d'Echange de Jeunes et 3) Projets de Volontariat des Jeunes et avec GEX National a décidé que la Conférence Nationale de la Jeunesse 3 fois par an avec la rotation des municipalités

E X

pour inviter plus de jeunes élèves à travers le pays à s'impliquer. En outre, le groupe et la page Facebook GEX Timor-Leste ont été lancés.

L'impression générale des jeunes élèves de la première Conférence nationale était excitée et heureuse et ils se réjouissent à la prochaine conférence en avril 2018 à Baucau avec le thème: «Trouver notre véritable appel: Que dois-je faire pour découvrir mon vrai appel? ". Ce premier congrès national s'est terminé avec les prières et les promesses des anciens élèves en Tetum. Alberto Piedade

35


G

E X

Italie

Reprenons, ensemble!

Un peu plus d'un an s'est écoulé depuis que j'ai été élu conseiller national jeune de la Fédération Nationale Italienne des Anciens Elèves de Don Bosco en novembre 2016.

Au cours de la première année de la présidence, j'ai eu l'occasion de poursuivre le travail accompli par la jeune présidence précédente, un travail qui s'est terminé avec le conseil national de Solanas. D'autre part, dans la nouvelle année il y a eu un changement de cap qui a vu la for-

mation des jeunes anciens élèves d'Italie sur les questions de bioéthique.

L'idée, née d'une proposition de l'autre jeune conseiller national, Nicoletta Iuliano, a trouvé l'approbation de la présidence, tellement qu'en février dernier on a eu la première réunion de formation.

De plus, durant la rencontre de la présidence en février, il y a eu mon élection en tant que vice-président national jeune. J'ai accueilli cette charge avec une grande

fierté et je m'engage à être un digne représentant des jeunes anciens élèves italiens, qui essaiera d'écouter les besoins de tous et, s'il sera possible, d'aider tous ceux qui en ont besoin, avec le soutien des deux autres conseillers, Nicoletta Iuliano et Roberto Spotorno (Gex de Ligurie, qui a commencé à faire partie de la présidence après les démissions de Federico Parodi en novembre 2017).

Promesse et Prière

Jacopo Sanna Vice-président National Jeune

Prières dans le monde

La nouvelle année 2018 apporte beaucoup de nouvelles positives à la Confédération Mondiale.

L'une des tâches, que la Confédération Mondiale a demandée après les élections en 2015, était de commencer à répandre “Promesse et Prière” dans tous les Pays où il y a la présence des Anciens Elèves et obtenir le nombre maximum de mutations linguistiques. Pour l'instant nous pouvons déclarer que 36

nous avons "Promesse et Prière" en onze langues.

Nous sommes très encouragés par le fait que dans les deux derniers mois, nous avons recueilli d'autres versions dans la langue indonésienne du Tetum, qui est la langue officielle à Timor Est.

Avoir le plus grand nombre de mutations linguistiques c’est avoir un réseau de personnes connectées par la prière qui dé-

clare les valeurs des Anciens Elèves de Don Bosco.

Nous voudrions encourager tous les Anciens Elèves du monde à traduire «Promesse et Prière» dans leurs langues nationales ou locales et partager ces traductions avec le secrétariat de la Confédération Mondiale. Nous continuons à construire et partager nos valeurs et notre richesse! Stefan Bosnak


S OLIDARITÉ

Espagne

Fundación Bosco Social

Une nouvelle entité des Salésiens pour les jeunes à risque (ANS – Madrid)

Le 19 décembre a été institué, à Madrid, le patronat de la nouvelle “Fundación Bosco Social”, crée par la Province salésienne ‘Santiago le Mayor’ (SSM). A partir du 31 janvier, la fondation commencera à gérer des projets pour enfants, jeunes et familles à risque d’exclusion sociale. ‘ Bosco Social ‘ est née pour regrouper les plateformes sociales de cette Province salésienne, qui, jusqu’à maintenant, étaient groupées en trois entités: “Boscos“, “Juan Soñador” et “Pinardi“.

La nouvelle fondation gérera les projets qui se réalisent en Galicie, Asturies, Castille et León, Cantabria, Pays Basques, Navarre, La Rioja, la Communauté de Madrid et Castille La Mancha.

Cette année, les trois entités qui adhèrent maintenant à ‘Bosco Social’, ont réalisé 71 projets en faveur de 8.000 enfants et jeu-

nes et 1.400 familles, grâce au travail de 460 éducateurs et 200 volontaires.

Les programmes réalisés vont des projets d’assistance socio-éducative pour mineurs à risque et jeunes immigrés à ceux d’éducation, formation et insertion au travail; de l’émancipation des jeunes au travail pour réfugiées et minorité ethniques.

l’Université de Comillas, Fernando Vidal. Le P. Juan Carlos Pérez Godoy, Provincial SSM et Président de la nouvelle fondation, a souligné le défi de la nouvelle entité de «répondre a tant de jeunes et à leurs familles qui vivent dans des situations difficiles et accompagner de milliers de personnes afin qu’elles puissent réaliser leurs rêves».

On a aussi cherché la présence de personnes expertes dans le secteur, comme le journaliste de la COPE, Ángel Expósito, la Directrice du cabinet du Ministre de la Justice, Pilar Ponce, et le professeur de

Quelques objectifs du ‘Bosco Social’: avoir une plus grande influence dans la société, donner une réponse globale aux personnes qui seront servies, toujours dans le style salésien, et créer une communauté engagée et identifiée avec les besoins des destinataires.

La “Fundación Bosco Social “ est née le 16 août dernier. Maintenant on a constitué le patronat, où on trouve des membres du Conseil de la Province SSM et divers membres de la Famille Salésienne: Toñi Ranz, de l’association Maria Auxiliatrice (ADMA), Fernando Llamazares, des Salésiens Coopérateurs, Aurelio López, des Anciens élèves de Don Bosco, et Beni Testón, du groupe “Damas Salesianas”.

Pour sa part, le P. José Maria Blanco, Viceprésident de ‘Bosco Social’ a expliqué la coexistence de “Boscos“, “Juan Soñador” et “Pinardi”, même si déjà maintenant on est en train de travailler dans une unité, en termes de formation, communication, coordination des projets, projets communs…

37


S OLIDARITÉ

Slovaquie

MERCI 150 fois

Pour rendre Noël plus beau pour les familles dans le besoin Si le bien distribué avant Noël était dénombrable, ce serait une fourgonnette, quatre voitures et un objet postal.

Plus de 150 donateurs de toute la Slovaquie ont offert ces dons à des familles dans le besoin. Nous sommes reconnaissants pour la coopération, le temps, l'esprit de sacrifice et les dons qui ont été donnés à la quatrième édition de l'initiative "Darujme úsmev".

Le projet, organisé chaque année par l'Association Nationale des Anciens Elèves en Slovaquie, grâce aux dons de 52 familles, a permis d’obtenir deux maisons de charité, deux centres salésiens, une maison d'accueil, une école chrétienne et un centre de crise.

Les bienfaiteurs, à la fin de la collecte, ont fait don de la somme de 4.938,21 €, qui a été redistribuée à des familles slovaques et à des jeunes ukrainiens.

Les cadeaux, les soi-disant Schoeboxes, ont été mis sous le sapin de Noël de 184 enfants.

Les bienfaiteurs ont contribué avec des choses concrètes, comme un réfrigérateur, machines à laver, fours à microondes, bouilloires, matériel scolaire, des vêtements, des chaussures, des jouets, de l'ameublement, de la nourriture, des produits pour l'hygiène et le nettoyage et plus: tout en faveur des besoins des familles en situation de crise financière ou des personnes prises en charge par des foyers

adoptifs ou des centres de bienfaisance.

Ces besoins ont été acquis par “TIPER” Sœurs FMA, VDB et operateurs sociaux des foyers de bienfaisance à l’intérieur de la Caritas Catholique Slovaque - qui connaissaient les situations difficiles de tous les destinataires. L'aide est allé à 12 villes: Bratislava, Trnava, Nitra, Turzovka, Dolny Kubin, Liptovsky Mikulas, Spišská Nová Ves, Humenné, Michalovce, Rožnava, et Lvov Košice, Ukraine. L'organisation de la collecte publique et le tri des cadeaux ont été assurés par le secrétaire de l'Association Nationale des Anciens Elèves de Slovaquie, avec l'aide de nombreux volontaires et partenaires du projet.

Les volontaires et aussi le président de l'Association des Anciens Elèves en Slovaquie, Robert Mruk qui est l'auteur, avec des organisateurs et sa femme, de ces activités sociales de succès des Anciens Elèves, ont aidé à la distribution de cadeaux en Slovaquie. Au nom de tous les destinataires et des bénéficiés MERCI de votre aide! Peter Kovac

38


S OLIDARITÉ

Siria

Le silence des opprimés

Ciò che mi spaventa non è la violenza dei cattivi; è l'indifferenza dei buoni. (Martin Luther King)

Les Réseaux Sociaux nous ont inondés d'images et de commentaires sur la tragédie des populations de Syrie. Il est difficile de ne pas être touché par les images qui nous présentent la souffrance des plus faibles. Les Salésiens sont présents dans ce pays depuis 1948 et vivent personnellement l’angoisse de milliers d’enfants et de jeunes à Damas et à Alep.

Un Salésien a élevé la voix pour nous avertir d’un aspect fondamental de cette guerre: l’objectivité de l’information. Le P. Hanachi Mounir reconnaît que le gouvernement syrien n’est pas un gouvernement de «petits saints et de petits anges»; mais il faut savoir que la majorité du peuple syrien a pris part à ce conflit et souffre.

«Le quartier de la Ghouta, explique le Père Mounir, n'est pas une zone de victimes persécutées par le Régime, comme le disent les informations. C'est exactement le contraire. Pendant des années, des missiles en ont été lancés contre la capitale, tuant des civils innocents et pauvres. Combien d'enfants morts et de qui personne ne parle? Ces gens ne représentent pas l'opposition, ce sont des terroristes qui viennent de tous les coins du monde, et l'armée a le droit de défendre la dignité

des Syriens. Le bombardement de Ghouta s'est intensifié la semaine dernière parce que le gouvernement prépare l'assaut final pour reprendre le quartier. Et tout au long de la journée, on entend les avions de l'armée survolant la capitale. Pour ma part, j'espère que l'attaque ne va pas tarder à commencer et qu'enfin le quartier sera libéré, comme l'a été Alep». Voilà déjà huit ans que la guerre sévit en Syrie. Une guerre décrite dans les Réseaux Sociaux par des images et des messages qui “informent partiellement” des faits, remplissent nos consciences de préjugés et donnent de la réalité une perception profondément fausse. De nombreuses questions demeurent sans réponse: Comment ce conflit a-t-il commencé? Qui finance ces rebelles qui, depuis des années, se sont retranchés à Damas, à Alep et dans d'autres villes de Syrie? Et enfin, quels autres intérêts y at-il pour les puissances impliquées dans cette guerre?

Il importe aux Grandes Puissances de “tirer parti” du pouvoir des médias numériques et de donner des événements une information dont l’objectivité ne brille pas d’une grande clarté, en maintenant une nébuleuse de désinformation.

Cette année, le Pape François nous a déjà mis en garde contre ce danger: «L'efficacité des fausses nouvelles est due principalement à leur nature mimétique, à la capacité d'apparaître plausibles. En second lieu, ces nouvelles, fausses mais vraisemblables, sont fallacieuses, dans leur habileté à focaliser l'attention des destinataires, en se fondant sur des stéréotypes et des préjugés diffus dans un tissu social, en exploitant les émotions immédiates et faciles à susciter, comme la peur, le mépris, la colère et la frustration». Il est important d'exercer sa capacité critique et de se demander si tout ce qui est dit, vu ou lu est vrai. Il est bon de se demander si tout ce qui est lu dans les Réseaux Sociaux est vrai.

C'est un fait que dans le cas de la Syrie, la désinformation est évidente et la grande absente dans les grands médias est la voix des chrétiens et de ceux qui se trouvent dans l'autre partie. «Beaucoup de ce qui a été dit à propos de la Syrie, ces dernières années, a été totalement manipulé. Pourquoi personne ne nous demande ce qui se passe ici?, déclare le P. Mounir. De grâce, dites la situation telle qu'elle est, dites seulement la vérité sur ce que nous vivons ici depuis sept ans». Photo: Missioni Don Bosco 39


S OLIDARITÉ

Indonésie

Un cœur rempli de gratitude: l’ancien élève Pius Dappa Ole Le Valdocco d'Indonésie (ANS – Sumba)

33 ans après le lancement de la première présence salésienne en Indonésie, à Jakarta, le grand arbre des présences salésiennes au Pays est en train de fleurir grâce aux 7 présences sur l’île de Java et Sumba. La communauté la plus nombreuse, avec 7 profès perpétuels (4 prêtres et 3 coadjuteurs), 3 stagiaires et 8 pré-novices, se trouve sur l’île éloignée, pauvre et à majorité chrétienne de Sumba, et elle est dirigée par le P. Adie Prinanto. Les premiers Fils de Don Bosco ont débarqué à Sumba en 2002 et maintenant la présence salésienne s’est enracinée dans une solide présence éducative: un Centre de Formation Professionnelle (CFP), l’oratoire et, depuis 2014, une école technique secondaire.

En dehors de l’œuvre, les Salésiens sont engagés en de multiples services pour l’Eglise locale, dans la Pastorale des jeunes et dans les célébrations dans les stations missionnaires les plus éloignées.

40

Des paroles de l’ancien élève salésien de Sumba, et aujourd’hui enseignant au CFP, Pius Dappa Ole, on peut comprendre beaucoup de la croissance charismatique salésienne en Indonésie. Quand as-tu rencontré Don Bosco pour la première fois?

«Je suis arrivé au CFP salésien grâce à quelques sœurs de mon village natal. Je voulais apprendre la charpenterie, j’ai connu le P. Andres Calleja en 2003, et je fus accueilli à l’internat salésien, où j’ai commencé une vie régulière de prières en commun, de formation aux habilités techniques, de discipline et bon usage du temps libre. En 2006 je suis devenu enseignant et maintenant je ne sens heureux de pouvoir rendre les compétences reçues et enseigner aux nouvelles générations».

Qu’est-ce qui te plait le plus dans l’éducation reçue? «J’apprécie beaucoup de choses ; notre formation spirituelle, comment organiser


S OLIDARITÉ

son temps sur les 24 heures, comme être ordonnés et comment avoir une vraie relation avec les Salésiens, qui nous ont montré comme devenir de braves personnes».

Qu’est-ce qui te rend heureux, en tant que laïc collaborateur de la mission salésienne?

«Je sens que je peux transmettre aux autres jeunes mes capacités et connaissances, afin qu’ils deviennent meilleurs, et cela était la vision-mission de Don Bosco. Une fois j’ai rêvé Don Bosco: je l’ai rencontré aux pieds d’une colline et il me donnait beaucoup de noix de coco, me demandant de les partager avec les autres jeunes; mais pour faire cela, je devais gravir la colline. Et je l’ai fait! Mais déjà avant ce rêve, j’avais déjà un cœur rempli de gratitude pour tout ce que j’ai reçu grâce à Don Bosco. Je ne pourrais pas imaginer quelle serait ma vie aujourd’hui sans Don Bosco». don Adie Prinanto, SDB Source: AustraLasia

41


FAMILLE SALÉSIENN

Italie

Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne “Le rêve de Don Bosco est un rêve qui devient réalité”

(ANS – Turin)

Avec la célébration eucharistique du dimanche dans la Basilique de Marie Auxiliatrice, et la successive rencontre de synthèse dans le Théâtre de Valdocco, la 36e édition des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne est arrivée à son terme. Quatre jours de partage, agape et engagement sérieux pour grandir encore dans le service aux jeunes du monde.

Le Recteur Majeur des Salésiens, le P. Ángel Fernández Artime, a présidé l’Eucharistie : dans l’homélie il a repris l’invitation du Pape François à prêter attention aux prières liturgiques.

42

Ainsi en partant de la collecte du jour, il a indiqué à la Famille Salésienne les traits pour être efficace dans son action pour les jeunes: être «contemplative et avec les yeux bien ouverts» car seulement en contemplant Dieu, il est possible donner témoignage; être «pèlerine dans les lieux et dans les cœurs», car l’invitation à être ‘Eglise en sortie’ doit trouver la «Famille Salésienne du ‘déjà’ et du ‘tout de suite’», c’est-à-dire consciente que le temps d’agir est maintenant, car ils sont nombreux les jeunes dans le monde qui «ont soif de Dieu» et qu’ils «sont dans l’attente d’une main qui les remette debout, d’un cœur qui les accueille». Revenus dans le Théâtre de Valdocco, on a procédé à mettre ensemble les expé-


FAMILLE SALÉSIENN

riences vécues durant les Journées de Spiritualité. Le P. Eusebio Muñoz, Délégué du Recteur Majeur pour la Famille Salésienne, a exposé une synthèse des travaux des groupes.

Il a cité les nombreuses ressources à disposition de la Famille Salésienne, à commencer par la présence de jeunes bien formés et engagés, à partir de ceux du Mouvement Salésien des Jeunes, et il a poursuivi illustrant les défis pour les éducateurs et il a conclu avec quelques recommandations: garder toujours au centre le Système Préventif; travailler en synergie, soigner une Pastorale Vocationnelle qui fasse connaitre tous les groupes de la Famille Salésienne.

Autre instrument proposé, à cette occasion, de la part des Filles de Marie Auxiliatrice, a été le «Décalogue de l’accompagnateur salésien», très apprécié par le Recteur Majeur lui-même.

Enfin, le P. Á. Artime a présenté l’auteur du poster de l’Etrenne 2018’, l’auteur de bandes dessinées «Fano», présent avec toute sa famille, et il a clôturé les Journées avec une invitation à tous les membres de la Famille Salésienne, avec un regard d’espérance vers l’avenir: «Aujourd’hui nous devons être les nouveaux Don Bosco, les Mères Mazzarello, les divers fondateurs des groupes dans le monde. Le rêve de Don Bosco est un rêve qui devient réalité». Gian Francesco Romano

43


FAMILLE SALÉSIENN

Vietnam

Un millier d'admissions

Xuan Hiep, Vietnam, 8 février 2018

A la tradition annuelle des salésiens au Vietnam, la Journée salésienne de la famille de cette année 2018 a eu lieu le jour des dieux de la cuisine (23 décembre du calendrier lunaire, une semaine avant les vacances du Têt au Vietnam) à Xuan Hiep Thu Duc. C'était le jeudi 8 février 2018 du calendrier solaire.

Les membres de la Famille salésienne au VietNam étaient présents au rassemblement annuel: Fr. Joseph Nguyen Van Quang, le provincial, et les salésiens, les sœurs FMA, les VDB, les coopérateurs salésiens et les anciens élèves salésiens. Le nombre total est d'environ un millier. A 8h30 du matin, tous les membres de la

44

Famille salésienne se sont réunis à la salle Philip Rinaldi pour écouter le Père. L'explication de Joseph de l'Étrenne 2018. Les sœurs FMA ont exécuté une danse pour illustrer la signification de l'Étrenne.

Cette année, la Famille salésienne au Vietnam a décidé de présenter et de diffuser l'ADMA (Associazione di Maria Ausiliatrice) à la publicité: paroissiens dans toutes les paroisses salésiennes, et tous ceux des autres œuvres salésiennes.

Pour aider les membres de la Famille salésienne à avoir une connaissance de base de cette association, Sr Thuy FMA a eu un entretien de 15 minutes avec la Famille salésienne et a partagé sa propre expérience de cette situation. Espérons que la famille

salésienne au Vietnam aura quelques groupes d'ADMA dans un proche avenir.

A travers la danse du dragon et les chants traditionnels, les groupes de coopérateurs salésiens et de pulpiles du passé ont transmis les salutations traditionnelles du Têt et les meilleurs vœux aux provinciaux et à tous les membres de la Famille salésienne. À 10h45, une messe en l'honneur de saint Jean Bosco, présidée par le p. Joseph, avec la concélébration de 80 prêtres salésiens et la présence de tous les membres de la Famille salésienne, était dans la nouvelle église qui a été bénite et consacrée le 31 janvier dernier. fr. Peter Chinh, SDB


FAMILLE SALÉSIENN

45


FAMILLE SALÉSIENN

Inde

Journée de la Famille Salésienne

Mumbai, Inde

Le dimanche 21 janvier, au “Centre Don Bosco pour l'Apprentissage”, près de Mumbai, a eu lieu la “Journée de la Famille Salésienne” de la Province de Mumbai. Parmi les 150 participants, on signale Kelan Gata, Vice-président National des Anciens élèves salésiens, et le P. Noel Madichetty, déjà Délégué National pour la Famille Salésienne.

Ouganda

Kampala, Ouganda - janvier 2018

Fête de la Famille Salésienne

Le 27 janvier a eu lieu la rencontre de la Famille Salésienne à Namugango - Kampala, en présence de: Salésiens, Salèsiens Coopérateurs, anciens élèves des communautés de Kampala, Bombo et Kamuli. L'Eucaristie a été présidée par le P. Calixte Ukwitengetse, Délégué pour la Famille Salésienne. Durant la rencontre on a présenté l'Etrenne 2018 du Recteur Majeur, avec approfondissements et réflexions de la part des participants. 46


S TATUT DE LA C ONFÉDÉRATION MONDIALE

Statut de la Confédération Mondiale

Præit ac tuetur/Il nous précède et nous protège Rome, le 5 décembre 2015

Chapitre IV

Relations avec les Salésiens de Don Bosco Art. 14 - Présence des Salésiens dans la Confédération Mondiale a) La Confédération Mondiale des Ancien(ne)s élèves reconnaît le Recteur Majeur de la Congrégation Salésienne comme le père et le centre d’unité de la Famille salésienne et, en tant que successeur de Don Bosco, elle le considère comme première référence de la Confédération Mondiale.

b) Dans la Présidence Confédérale Mondiale et dans le Conseil Exécutif Confédéral Mondial de la Confédération Mondiale, le Recteur Majeur est représenté par le Délégué du Recteur Majeur pour la Famille Salésienne et par le Délégué Confédéral Mondial.

c) Le Délégué Confédéral Mondial et la Présidence Confédérale Mondiale sont responsables, d’entente avec le Provincial, de l’animation et de l’accompagnement là où l’Association des Anciens Élèves n’est pas encore consolidée.

d) Au niveau provincial, les responsables de l’animation sont les Provinciaux et les Directeurs des maisons salésiennes, assistés à leur tour par les Délégués respectifs auprès des Confédérations ou des Fédérations Nationales ou Provinciales, et auprès des As-

sociations, unions et groupes locaux.

e) Le Délégué à chaque niveau exerce sa charge au nom de son Supérieur. Il participe à la programmation et à la coordination des activités formatives de l’Association. Il est présent à tous les niveaux, dans les Organes de direction et d'exécution, pour conseiller et accompagner les Anciens Élèves, mettant en valeur et favorisant le leadership des laïcs.

Art. 15 - Animation salésienne

a) La Confédération Mondiale reconnaît, demande et considère l’engagement de la Société de saint François de Sales dans le rôle animateur des Ancien(ne)s Élèves, avec la tâche de maintenir l’esprit d’unité, stimuler le dialogue, encourager la collaboration fratenel-le et favoriser la formation spirituelle permanente.

b) Cette animation implique aussi les Anciens Élèves devenus Prêtres et les Ancien(ne)s Élèves devenus Religieux (ses).

Art. 16 - Autonomie dans la communion

La caractéristique laïque, la nature séculière et la responsabilité autonome de la Confédération Mondiale ne constituent pas un obstacle pour l’union continue avec la Société de saint François de Sales et avec les autres Groupes de la Famille Salésienne, pour un enrichissement réciproque et une plus grande fécondité opérationnelle du Mouvement.

(Suite dans le prochain numéro) 47


C ALENDRIER S ALÉSIEN M AI

6 - San Domenico Savio 13 - Santa Maria D. Mazzarello 16 - San Luigi Orione 18 - San Leonardo Murialdo 24 - B.V. Maria Ausiliatrice 29 - Beato Giuseppe Kowalski

J UIN

8 - Beato Stefano Sandor 12 - Beato Francesco Kesy e c. 23 - San Giuseppe Cafasso

EXALLIEVI NEWSFLASH

Magazine d’actualité sociale et religieuse de la Confédération Mondiale des Anciens (nnes) Elèves de Don Bosco

Direction et Rédaction Opéra Salesiana Teresa Gerini Via Tiburtina, 994 - 00156 Rome (Italie) tél. +39 06 409 003 E-mail: newsflash@exallievi.org Internet: www.exallievi.org

Direction et coordination éditoriale Pierluigi Lazzarini

Secrétaire de rédaction Veronica Messano, Silvia Bruni

NOTRE NUMÉRO DE COMPTE

Nom: Confédération Mondiale des Anciens(nnes)

Elèves de Don Bosco

Banque: Lombard Bank Malta p.l.c. Adresse: Balzan, Malta IBAN: MT 08 LBMA 0500 0000 0000 0144 0520 986 SWIFT Code: LBMAMTMT Bank Account Number: 01440520986

Collaborateurs de ce problème Don Ángel Fernández Artime sdb, Maridol Bismark, Stefan Bosnak, Josep Lluís Burguera, don Peter Chinh sdb, Vito Gentili, Michal Hort, don Jayapalan Raphael sdb, Peter Kovac, Terézia Liptáková, Gerardo Pagnotta, Alberto Piedade, António G. Pires, Gian Francesco Romano, Jacopo Sanna Traduction Anglais (Veronica Messano), Espagnol (Angel Gudiña), Français (Redazione), Portugais (António Guilhermino Pires), Italien (Redazione) Photos et images Archivio ANS, AustraLasia, Korean News Service, Missioni Don Bosco, Periodista Digital, Salesianos María Auxiliadora


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.