__MAIN_TEXT__

Page 1

HABITER

EN VENDÉE

N°13

PAYSAGES – ARCHITECTURE – HABITATIONS

4€50

13 / OCTOBRE 2020

Habiter en Vendée


LES HERBIERS LES SABLES D’OLONNE LA FERRIÈRE

CONSTRUCTEUR RÉFÉRENT

02 51 66 92 24 www.labocaine.com


Edito Au-delà de constituer le titre de ce magazine, habiter en Vendée est aujourd’hui une réalité pour 675 000 personnes et le projet de beaucoup d’autres. Que vous soyez déjà ou futur vendéen, ce magazine est fait pour vous. Dans ce numéro de 2020, vous découvrirez de la Vendée, la diversité des paysages, la vitalité économique, les particularités urbanistiques et architecturales, des informations pour bien entretenir votre habitation en bord de mer, construire dans le bocage et bien végétaliser votre jardin en sud-Vendée. Le CAUE de Vendée vous donne de précieux conseils au fil des pages. Ce numéro porte également un regard particulier sur Noirmoutier en l’île, Montaigu-Vendée et les quatre petites cités de caractère du sud-Vendée, Faymoreau, Vouvant, Nieul-sur-l’Autise et Foussais-Payré. Habiter en Vendée c’est également un choix de professionnels reconnus du bâtiment et du paysage : architectes, maîtres d’œuvres, constructeurs, financeurs, artisans... pour non seulement habiter en Vendée mais y construire, acquérir, rénover, aménager, son logement. Les longues semaines de confinement comme celles qui ont suivi, ont parfois mis en difficulté tout un monde professionnel, malgré sa disponibilité, sa compétence et sa volonté de continuer à servir ses clients et permettre la finalisation des chantiers engagés. Pour participer, un peu, à la reprise de l’activité du secteur, nous avons donc fait le choix de distribuer gratuitement, un maximum d’exemplaires de cette édition 2020 d’habiter en Vendée, afin que le plus grand nombre de personnes connaissent les paysages, les opportunités et les professionnels présents dans notre si beau département. Puisse ce numéro vous aider dans votre projet immobilier en Vendée.

L’équipe Offset 5

Le magazine « HABITER en Vendée » est une publication éditée par les Éditions Offset 5 Directeur de la publication : Jean Imhof Responsable d'édition : Michaël Dupillier Coordinateur éditorial : Jérôme Houdin Responsable commerciale : Sandrine Mendelski, s.mendelski@offset5.fr Régie publicitaire : Sandrine Mendelski Photographies couverture : SATOV Contact Éditions : eo5@offset5.fr Conception et impression : Imprimerie Offset 5 Édition CS 90017 - 3 rue de la Tour - La Mothe-Achard - 85150 Les Achards (France) Tél. : 02 51 94 79 14 - Email : offset5@offset5.fr Les annonceurs sont responsables de leur publication. La reproduction même partielle des articles et illustrations contenus dans cette publication est interdite. Retrouvez tous les magazines des Éditions Offset 5 sur : www.vendeemag.fr

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 1


Sommaire Entretien avec Hans Fritsch, architecte................................. 4 Habiter sur le littoral Un paysage face à l’océan.................................................... 10 Entretenir sa maison en bord de mer ................................. 14 Défi relevé par Maison d’en France..................................... 16 Entretien avec Yan Balat, maire de Noirmoutier-en-l’île...... 18 Billaud Design d’Espace, l’océan à perte de vue...............20 Les conseils du CAUE 85...................................................... 24 Habiter dans le bocage Un paysage façonné par l’homme.......................................28 Montaigu-Vendée, la nouvelle capitale du nord Vendée....32 Entretien avec Florent Limouzin, maire de Montaigu-Vendée...................................................33 ISM, constructeur de confiance...........................................34 Un territoire dynamique.........................................................36 La Bocaine, des maisons sur-mesure partout en Vendée.................................................................38 Les conseils du CAUE 85......................................................40 Habiter dans le sud-Vendée Un paysage très varié............................................................44

2 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Les Petites Cités de caractère© du sud-Vendée.................48 Les conseils du CAUE...........................................................52 Top pro Sélection de partenaires de confiance.................................................54 Construire ou rénover GPH, la solution sol et structure...........................................60 La RE2020 et les labels énergétiques.................................62 AUCOIN SignaBois, en avance sur la performance énergétique...........................................64 ADNE ingénierie, les Experts Vendée !...............................66 Groupe Satov, portrait de famille.........................................68 Aménager sa maison Florian Laborieux l’artisan peintre........................................72 Pajot Sénéchaud, l’eau sous toutes ses couleurs.............. 74 Espace Info Énergie 85 vous conseille................................79 Garon paysage, un jardin en 2020.......................................82 Financer son projet Maison du crédit, courtage en prêt immobilier...................86 Les aides au financement, l’ADILE vous dit tout.................88


Menuisier ébéniste de formation, Régis LEGROUX a choisi de s’orienter sur l’aménagement intérieur pour allier le côté technique de la menuiserie avec l’esthétisme du métier. Après plusieurs années comme responsable d’un magasin de cuisines, il vous accueille dans son enseigne, totalement indépendante : l’Instant Cuisine et vous propose la conception de A à Z de cuisines, dressings, meublants de salon... Idéalement situé sur la route des Sables-d’Olonne à La Roche-sur-Yon, il vous accueille dans son joli showroom convivial ouvert depuis fin décembre 2017. Vous y découvrirez avec plaisir les meubles de qualité qu’il vous propose. Parmi eux, la marque LEICHT, haut-de-gamme, quintessence de la cuisine plaisir, offrant une large palette de couleurs, de matières et de meubles, pour aller au plus loin de vos envies. Elle côtoie des meubles plus pratiques, accessibles à tous les budgets. Ici, vous n’êtes pas un numéro. Régis s’emploie à vous connaître, à comprendre vos besoins, pour vous fournir un projet personnalisé, qui correspond à 100% à votre façon de vivre la cuisine. De la conception de votre projet jusqu’à la pose, il reste votre interlocuteur privilégié et assure le suivi de chantier pour vous satisfaire pleinement. Cela fonctionne : ses clients viennent de toute la Vendée, séduit par le prix juste, sa créativité et ses conseils personnalisés.

42, route des Sables - 85000 LA ROCHE-SUR-YON - 06 08 18 09 83 www.linstantcuisine.fr Ouvert de 14h30 à 19h du mardi au samedi - Sur RDV les matins


Entretien avec

HANS FRITSCH

4 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Jeune diplômé en architecture et en ingénierie, Hans Fritsch s’interroge avec nous sur sa profession et l’avenir de son métier.


C’est une problématique complexe à laquelle il n’existe probablement pas de solution générique, mais plutôt des solutions locales. Il est avant tout important de bien comprendre quels sont les enjeux et quels sont les leviers d’actions. La nécessité d’une transition écologique globale ne fait aujourd’hui plus aucun doute. Mais le secteur du bâtiment, responsable de 8,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, fait plutôt figure de mauvais élève. Bien que la création, ces dernières années, de nombreux labels et certifications atteste de la prise de conscience de l’obligation de construire autrement, il est essentiel que la problématique ne se limite pas à une simple question de respect de la norme, comme c’est encore trop souvent le cas actuellement, mais ouvre un débat plus large sur la manière dont nous habitons aujourd’hui (et habiterons demain...).

Quels sont pour vous les éléments de ce débat ? Le premier point est celui des matériaux utilisés. L’impact environnemental du choix des matériaux dans une construction est double : il y a d’une part l’épuisement des ressources et

RÉFLEXION SUR

d’autre part, l’énergie utilisée pour les produire, les manufacturer, les transporter et les mettre en œuvre. L’évaluation de cette dépense énergétique, appelée énergie grise (transcrite en quantité de gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère, bien souvent majoritairement du CO2), est l’un des points clés de l’analyse du cycle de vie d’un bâtiment (ACV), qui est la méthode phare d’évaluation de l’impact global du projet sur l’environnement. Chaque matériau mis en œuvre a son propre bilan carbone, lié aux procédés de fabrication. Sans surprise, le béton et l’acier, dont la manufacture nécessite d’atteindre des températures très élevées, possède un bilan carbone significatif. À l’inverse, les matériaux d’origine naturelle ont un bilan carbone très faible, voire négatif. Le bois par exemple ne nécessite bien souvent que peu d’énergie pour sa transformation et stocke du CO2 tout au long de la croissance de l’arbre.

À titre comparatif, voici l’équivalent carbone par tonne produite pour plusieurs matériaux de construction : Aluminium : 1800 kg de CO2 eq/tonne Acier : 585 kg de CO2 eq/tonne Béton : 235 kg de CO2 eq/tonne Bois : jusqu’à -500 kg de CO2 eq/tonne Isolants en fibres de bois : 10 kg de CO2 eq/tonne Isolant en laine minérale : 580 kg de CO2 eq/tonne

Source : l’ADEME

Comment doit-on continuer à bâtir dans le contexte écologique et environnemental actuel ?

L’USAGE

DES MATÉRIAUX Les différences sont très importantes. Oui mais ces chiffres sont à relativiser en fonction de la provenance du matériau, par exemple si le bois est d’origine française ou s’il s’agit d’un bois exotique, dans ce cas la facture énergétique du transport est à prendre en compte. À relativiser également en fonction de la

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 5


quantité nécessaire pour la même performance : une structure en acier est bien plus fine qu’une structure en béton et nécessite donc moins de matière. Par ailleurs, l’épuisement de la ressource n’est pas non plus un facteur à minimiser. Le sable, indispensable à la fabrication du béton, pourrait bien devenir de plus en plus rare sur la planète, car seuls certains types de sables sont utilisables pour la réalisation du béton. Depuis 30 ans, la demande a augmenté de 360 % et l’industrie du BTP en est le principal consommateur. La pression sur l’extraction des ressources minières pourrait également entraîner l’épuisement des mines de fer, nécessaire à la fabrication de l’acier, avant la fin du siècle.

Il faut donc se tourner vers d’autres matériaux. Oui car l’utilisation de matériaux naturels et renouvelables ne permet pas seulement la diminution des émissions de gaz à effet de serre, mais offre également un répit à l’exploitation constante que nous faisons des ressources non renouvelables de la planète (à l’échelle de plusieurs générations). De plus, les matériaux bio-sourcés améliorent de manière significative le confort dans une maison, en influant sur la régulation hygrothermique du milieu. Ils sont également plus sains que les matériaux synthétiques : une menuiserie de fenêtre en PVC par exemple relâchera tout au long de sa vie des microparticules dans l’air ambiant, ce qui n’est pas le cas d’une menuiserie en bois.

Construire différemment donc et ensuite ? Longtemps sous-évaluée dans l’estimation de l’impact environnemental d’une construction, on sait aujourd’hui que la consommation

6 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

REPENSER

NOS BESOINS

ÉNERGÉTIQUES

énergétique au cours de la vie d’un bâtiment est l’un des principaux postes d’émission de gaz à effet, dans l’analyse de son cycle de vie. Cette consommation est l’énergie requise pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, l’éclairage et l’alimentation des équipements et des appareils. On l’appelle énergie opérationnelle. Afin de réduire cette facture énergétique, les normes françaises et européennes cherchent à limiter les déperditions énergétiques d’un bâtiment et deviennent de plus en plus contraignantes, imposant des exigences de performance de plus en plus élevées. Si les constructions aujourd’hui sont toujours plus performantes, avec les objectifs de bâtiments à consommation neutre et de bâtiments à énergie positive imposés par les Règlementations Thermiques (RT 2012, RE 2020), il ne faut pas placer tous nos espoirs en un sauvetage par la technologie pour régler la question des émissions carbones du secteur du BTP. Les

normes ont tendance à inciter à une sur-technification du bâtiment, avec l’utilisation de plus en plus d’équipements technologiques. Il n’existe pourtant pas de solution miracle. Les systèmes comme les échangeurs double-flux pour ne citer qu’eux, permettant de récupérer une partie de la chaleur de l’air vicié extrait d’un bâtiment pour augmenter la température de l’air entrant et diminuer la consommation en chauffage, utilisent par exemple, des liquides frigorigènes dont le bilan carbone et le possible recyclage posent question.

Les normes ne sont donc pas la solution idéale ? La norme demeure essentielle car elle est permet de limiter l’impact environnemental des bâtiments construits aujourd’hui. Il est cependant nécessaire de la questionner. L’objectif de performance tend parfois d’ailleurs à remplacer le bon sens. Les normes mise en place forcent par exemple les concepteurs à utiliser des quantités de plus en plus importantes de matériaux isolants, au bilan carbone discutable comme la laine de roche, pour construire des bâtiments conservant si bien la chaleur que les occupants sont parfois obligé d’ouvrir grand les fenêtres en plein hiver pour faire baisser la température dans certaines pièces.

RÉFLEXION SUR

LES PRINCIPES BIOCLIMATIQUES


Si l’on peut espérer une augmentation de la part de consommation d’électricité produite par des énergies renouvelables dans les années à venir, le principal levier pour réduire la consommation énergétique d’un bâtiment est d’atteindre une sobriété énergétique en reconsidérant ses besoins : diminuer le chauffage en hiver, éteindre les équipements au lieu de les laisser en veille, etc. Une réflexion dès le début du projet sur les principes de conception bioclimatiques est également indispensable pour diminuer les dépenses énergétiques d’une construction. Penser l’orientation des espaces et l’ensoleillement pour gérer les apports solaires ; étudier la dimension des ouvertures et les protections pour capter la chaleur en hiver et s’en protéger en été.

Se pose également la question de l’étalement urbain ? Tout à fait. Si la question de l’émission des gaz à effet de serre est capitale pour l’avenir du secteur du bâtiment, la problématique de l’anthropisation exponentielle, c’est-à-dire la transformation d’un écosystème ou d’un paysage sous l’influence humaine et qui l’éloigne de son état naturel, l’est aussi.

de réinterroger nos modèles d’urbanisation et d’en proposer des évolutions. En plus d’être responsables de l’anthropisation d’espaces naturels, les lotissements pavillonnaires dupliquant les mêmes modèles architecturaux, participent à un appauvrissement notable de la qualité et de la diversité architecturale des zones rurales. Bien souvent aujourd’hui, on peine à reconnaître l’héritage des maisons de bourg, de l’architecture balnéaire ou même de la typologie de la bourine dans la constructions de logements neufs en Vendée. Il est peut-être temps de favoriser, aussi en milieu rural, l’émergence de projets plus globaux d’habitat à densité intermédiaire, garantissant une meilleure gestion des espaces à l’échelle urbaine, tout en conservant les qualités de l’habitat pavillonnaire.

Votre conclusion. Loin d’être une contrainte, je crois que la question de la transition environnementale dans la construction est une formidable opportunité pour repenser le cadre de vie dans lequel nous vivons. De se réapproprier la matérialité de nos espaces de vie en ayant pleinement conscience des interactions que nous avons avec lui. Il est vrai que cela demande du courage, pour tous les acteurs du monde du bâtiment : client, architecte, promoteur, ingénieur... Les lobbies de la construction sont solidement installés et les matériaux bio-sourcés, souvent plus coûteux, peinent à s’imposer face à l’acier, au béton, aux isolants synthétiques, etc. Il s’agit pourtant d’un pas de côté indispensable pour réaliser un grand pas en avant.

L’occasion également de renouer avec une architecture régionale, utilisant les matériaux et savoirs-faire locaux, protégeant et perpétuant son patrimoine.

REPENSER NOS

MODÈLES D’URBANISATION

En ville, la raréfaction des espaces constructibles a entraîné un phénomène de périurbanisation largement critiqué depuis les années 1960. Les municipalités ont alors de plus en plus développé des stratégies de densification : refaire la ville sur la ville. En milieu rural en revanche, où la pression du foncier sur l’environnement se faisait moins présente, on a continué à urbaniser des espaces naturels, notamment en multipliant les projets de lotissements et de quartiers pavillonnaires. Aujourd’hui cependant, plusieurs communes en campagne rencontrent également le problème de la raréfaction des espaces disponibles et se questionnent sur la densification de l’habitat en milieu rural. À cette époque de transition, il est essentiel

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 7


Habiter

sur le littoral

8 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Le littoral vendéen s’étend sur plus de 240 kilomètres du nord au sud du département et reste la partie du territoire de la Vendée la plus connue, du fait de son attractivité touristique. Vivre sur le littoral demeure le rêve de beaucoup de gens et la réalité quotidienne de bon nombre de Vendéens. Plongeons au cœur de ses paysages, de son architecture et de son urbanisme.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 9


LE LITTORAL VENDÉEN, UN PAYSAGE FACE À L’OCÉAN L’attractivité de la Vendée provient en bonne part de sa façade maritime. D’abord lieu de vacances, le littoral vendéen devient pour beaucoup de français un lieu de vie à l’année. Quitter la capitale régionale où l’on réside pour venir s’installer sur la côte Vendéenne, reste depuis des décennies le projet concrétisé de bon nombre de familles. Outre le soleil et la proximité de l’océan Atlantique, le dynamisme économique et culturel de villes comme Les Sables d’Olonne ou Challans et l’attractivité non démentie de Noirmoutier, du Pays de Saint-Gilles, de La Tranche-surMer ou de la baie de l’Aiguillon, renforcent l’envie d’habiter sur le littoral. Le littoral vendéen bénéficie en effet d’une agréable douceur océanique, caractérisée par de faibles précipitations, des hivers doux et pluvieux et des étés relativement secs et bien moins chauds qu’à l’intérieur des terres. Vivre sur le littoral ne signifie pas nécessairement vivre les pieds dans l’eau avec vue sur la plage. Ce que nous nommons littoral regroupe en réalité trois grandes zones de paysage et de peuplement : • Le bord de mer, ses dunes boisées, sa côte rocheuse, ses ports de pêche et ses stations balnéaires. • Plus en arrière de l’océan, les marais littoraux où le ciel, la terre et la mer se mêlent dans un paysage à nul autre pareil. • Enfin, plus encore dans les terres, ce que les géographes nomment le bocage rétro-littoral où les haies bocagères dominent le paysage, formé de plateaux, coteaux et vallées.

10 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


© Mairie de Saint-Gilles-Croix-de-Vie

LA BAIE DE L’ADON | N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 11


© Julien Gazeau / Vendée Expansion

LE BORD DE MER Il demeure la carte postale de la Vendée, avec les remblais des Sables ou de Saint-Jean-de-Monts, le Port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie ou les couchers de soleil à La Tranche-sur-Mer. Il offre du nord au sud du département des plages réputées, faisant de la Vendée le deuxième département le plus visité de France. La différence de densité humaine entre la saison estivale et le reste de l’année demeure importante, mais de plus en plus de nouveaux habitants choisissent le bord de mer pour y vivre à l’année.

12 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Les îles d’Yeu et de Noirmoutier possèdent le charme des lieux insulaires et secrets. La ville nouvelle des Sables d’Olonne qui réunit désormais les Sables, Olonne-sur-Mer et Le Châteaud’Olonne est la deuxième ville la plus peuplée du département. Tout au sud du département, l’estuaire du Lay et la baie de l’Aiguillon constituent un paysage singulier. L’estran voit se mêler terre et mer dans un univers de vasière et de prés salés. On y élève des moules sur bouchots de grande réputation.


LES MARAIS

© Julien Gazeau / Vendée Expansion

Deux zones de marais sont présentes en Vendée. Le Marais d’Olonne qui, comme son nom l’indique, borde Les Sables d’Olonne. Et le Marais Breton Vendéen qui s’étend entre Saint-Gilles-Croix-deVie et le Gois. La partie nord du Marais Breton Vendéen est extrêmement plate et l’eau salée y est prépondérante. Les canaux, les ouvrages hydrauliques, les clôtures structurent le paysage. Plus au sud, dans les îles et presqu’îles telles que Le Perrier, la végétation est plus dense et le relief présente des élévations notables où se regroupe les bourgs. L’eau, douce ou salée, modifie la végétation, tamaris et saules sont très présents. Les marais de Saint-Hilaire-de-Riez accueillent un paysage de marais salants. Le caractère ouvert des marais les rend sensibles à tout changement. En conséquence l’intégration du bâti doit faire l’objet d’une attention particulière.

LE BOCAGE RÉTRO-LITTORAL Ce plateau bocager granitique, partie méridionale du Massif Armoricain, sépare le Marais Breton du Marais d’Olonne. Il est traversé par de nombreux cours d’eau comme la Vie, l’Auzance ou la Vertonne. Son relief est vallonné et la présence de haies caractérise de ce paysage.

© S. Bourcier / Vendée Expansion

La ville de Challans qui a connu un essor économique important grâce au développement de la voie ferrée Nantes - Saint-Gilles-Croix-de-Vie, connait actuellement un nouvel élan. À la fois proche du bord de mer, de La Roche-sur-Yon et de Nantes, les entreprises s’y installent et le nombre de nouveaux habitants est croissant. Située à mi-chemin des Sables d’Olonne et de La Roche-sur-Yon, la ville des Achards née de la fusion de La Chapelle-Achard et de La MotheAchard connait, elle aussi, un dynamisme nouveau et une attractivité notable.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 13


Entretenir sa maison

en bord de mer

Habiter une maison en bord de mer garantie une vue imprenable sur l’océan, mais cela réclame une attention renouvelée, car la contrepartie de cet emplacement rêvé reste les attaques du vent, du sel, du soleil et de la pluie. Que faut-il faire pour garder sa maison de bord de mer en bon état ?

PRENDRE SOIN DE LA FAÇADE Premier rempart contre les intempéries et le vent du large, la façade de votre maison réclame une attention particulière. Elle doit avant tout être bien entretenue pour lutter contre l’humidité. Sur pratiquement tous les types de façade d’une maison en bord de mer : béton, pierre, enduit et bois, les peintures à base de résines siloxanes sont particulièrement indiquées.

14 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

La qualité hydrofuge de ces peintures créé un « effet perlant » qui empêche les gouttes de pluie de pénétrer dans la façade et permet ainsi aux façades de demeurer plus sèches, tout en garantissant une bonne « respirabilité » des murs. D’autre part, l’effet perlant permet aux gouttes de pluie d’entraîner les particules de poussière avec elles, ainsi les salissures ne pénètrent pas dans le revêtement et s’essuient aisément. La façade est protégée


de l’humidité et de plus, reste propre pendant longtemps. Si votre maison possède une façade en bois, vous pouvez choisir de la traiter avec de la lasure. Commencez par l’application d’une sous-couche de fongicide sur toute la façade, puis appliquez trois couches de lasure pour assurer une bonne protection de la maison contre les embruns et les UV. Cela évitera au bois de griser et de laisser s’infiltrer l’humidité extérieure. Certaines peintures pour bois peuvent jouer un rôle protecteur supplémentaire. BIEN ENTRETENIR LES FENÊTRES ET LES SURFACES VITRÉES Les ouvertures, fenêtres et baies vitrées des maisons situées en bord de mer, souffrent particulièrement de l’attaque du sel. Ne pas nettoyer régulièrement vos vitres et vos fenêtres, fait que le sel s’accumule sur les surfaces, formant parfois une croûte grisâtre. Si les structures de vos fenêtres et de vos volets sont en bois, l’entretien doit être très régulier. Il est donc conseillé d’installer des ouvertures (fenêtres, portes, volets, etc.) en PVC ou en aluminium pour un entretien simplifié et une meilleure résistance au climat particulier du littoral Les éléments en PVC nécessitent généralement un simple rinçage à l’eau douce une fois par an. Les cadres en métal réclament une surveillance et un entretien régulier pour éviter la corrosion. SURVEILLER LE TOIT La surveillance et le nettoyage du toit sont à réaliser chaque année, plus encore s’il s’agit d’un toit en tuile. Réceptacle des

intempéries et les embruns maritimes, le toit peut facilement présenter des tuiles déplacées, ébréchées ou cassées. Il faut donc bien veiller à remettre en place chacune d’entre elles si besoin et à remplacer celles qui sont défectueuses. Il convient également chaque année, de nettoyer chaque tuile à l’eau et à la brosse pour enlever le lichen et les algues qui se seraient incrustés. Pour les toits faits de tuiles, n’hésitez pas à renforcer leur fixation plus que la normale compte tenu des conditions météorologiques. Pendant votre vérification annuelle, traquez les tuiles cassées et remplacez-les. L’entretien pour les toits en ardoise peut se faire tous les deux ans seulement, en remplaçant les ardoises brisées et là encore nettoyer les algues ou les lichens qui peuvent recouvrir le toit avec le temps. Les fenêtres de toit réclament elles aussi une attention particulière. Au moment de l’installation mieux vaut poser des éléments bien adaptés au climat littoral. Pensez à ôter régulièrement mousses, aiguilles et autres feuillages sur les parties extérieures de la fenêtre. NE PAS NÉGLIGER LA TERRASSE L’entretien courant consiste à passer le balai et à retirer feuilles et autres déchets que le vent accumule. Si votre terrasse est en carrelage ou en béton, du vinaigre blanc dilué dans de l’eau frotté avec un balai-brosse permet d’ôter la plupart des traces présentes. L’application d’un produit imperméabilisant n’est pas inutile en bord de mer. Si votre terrasse est en bois, versez de l’eau bouillante permet le plus souvent d’éliminer aisément les mousses naissantes.

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 1 5


UNE MAISON SUR-MESURE à Saint Gilles-Croix-de-Vie, défi relevé par MAISONS D’EN FRANCE ATLANTIQUE

Constructeur de maisons contemporaines et traditionnelles, Maisons d’en France Atlantique propose des plans de maisons adaptés à tous les types de terrains, du plus vaste au plus exigu. Découvrez ici le projet d’une famille qui a fait construire une maison sur-mesure à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

16 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


L

es propriétaires de cette maison contemporaine ont opté pour une construction neuve de plainpied à 300 mètres de l’océan suite à une mutation professionnelle.

chauffage. Ce système est composé d’un chauffage au sol au gaz de ville. L’eau chaude est produite par un ballon thermodynamique.

Trouver un terrain à bâtir n’a pas été facile. « Nous avons pu profiter d’un désistement sur l’un des lots d’un programme de maisons en VEFA à SaintGilles-Croix-de-Vie », explique le couple. « Nous avons dû adapter notre projet aux contraintes de ce type de construction ». En effet, le terrain constructible de seulement 320 m² se trouve sur une parcelle de 5 lots répondant notamment à des impératifs d’harmonisation des façades. Il leur a fallu faire des concessions sur les couleurs de crépis et des tuiles pour le toit, ainsi que la présence d’un portique. L’exiguïté du terrain posait aussi la contrainte de la mitoyenneté de la maison sur les deux côtés. Le dessinateur de Maisons d’en France Atlantique a su trouver des solutions en termes d’architecture et d’isolation des espaces pour préserver l’intimité de la famille et ce, dans toutes les pièces de la maison et les espaces extérieurs. L’habitation devait également respecter une certaine esthétique des maisons basses vendéennes. Des défis qui ont été relevés par le constructeur qui a su respecter au mieux le projet de la famille. C’est en toute confiance que ce projet de maison contemporaine sur-mesure a pu être mené.

Un intérieur contemporain et harmonieux

Une maison contemporaine dans les codes traditionnels du littoral vendéen Cette maison moderne a été positionnée vers le fond du terrain. Elle est tournée vers la rue, au sud de la parcelle. Cette configuration et les aménagements de clôture en façade, réalisés en même temps que la future maison, ont permis d’effacer le vis-à-vis avec le voisinage. L’espace de vie extérieur avec sa grande terrasse donne côté rue. Elle a permis aux clients d’y placer un grand salon de jardin pour profiter des belles journées ensoleillées. À l’arrière de la maison, située à 3 mètres de la limite de terrain, on trouve une seconde terrasse en bois. Elle accueille l’espace de jeu des enfants, dans une partie plus ombragée. La façade de la maison est exposée au soleil et dotée de deux grandes baies vitrées. Cela permet un bon complément thermique au système de

À l’intérieur, les espaces de cette maison familiale ont été agencés selon trois fonctions distinctes. Une 1re partie est réservée aux enfants. Elle comprend deux chambres et une salle de bains. Une 2e partie est dédiée aux parents avec une grande chambre et une salle d’eau. Le 3e espace, desservant séjour, cuisine et salle à manger, accueille toute la famille pour des moments d’échange et de partage. Le tout a été aménagé de façon très contemporaine. Le salon et la salle à manger sont séparés par une magnifique verrière réalisée par un artisan local. Elle permet de bien distinguer les deux espaces, tout en les gardant ouverts l’un sur l’autre. La cuisine a été réalisée par un cuisiniste indépendant à la demande des clients. Le conducteur de travaux de Maisons d’en France Atlantique a assisté les porteurs de projet jusqu’à la fin des travaux. La maison possède également un garage de 25 m² avec un faux grenier. Vous aussi, vous rêvez de faire construire une maison sur-mesure en Vendée ? Maisons d’en France Atlantique vous accompagne pour dessiner et construire votre future maison. Le + Maisons d’en France Atlantique : Ne payez rien pendant la construction de votre maison ! Grâce au Paiement Confiance*, vous n’aurez que 5% à verser à la signature du contrat. Le solde sera à payer à la livraison de votre maison. Vous éviterez ainsi les charges engendrées par le paiement d’un double loyer ou encore les frais intercalaires.

Un réseau de 9 agences en Vendée À découvrir sur www.mdf85.com

*voir conditions détaillées en agence – pour tout contrat de construction inférieur à 200 000 € | N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 17


Noirmoutier-en-l’île. Tout faire pour faciliter

,

, l’habitat à l’année !

18 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Entretien Yan Balat, Maire de Noirmoutier-en-l’île

Habiter à Noirmoutier-en-l’île n’est pas une chose simple, semble-t-il ? Yan Balat : Malheureusement vous avez raison et nous souhaitons que les choses changent. Étant une île, notre aire géographique est par définition limitée et la place consacrée à l’agriculture doit être conservée. Le vrai problème est qu’aujourd’hui presque 70 % des logements sur Noirmoutier-en-l’île sont des résidences secondaires, ce qui fait que bon nombre d’habitants qui travaillent sur l’île doivent habiter sur le continent faute de logements disponibles. Les habitations ne peuvent plus être construites ou rénovées seulement pour de la location saisonnière et moins encore si elle est de type Airbnb. Mais le tourisme est très important pour Noirmoutier-en-l’île ? Yan Balat : Bien évidemment, c’est même fondamental, mais l’aspect balnéaire de notre territoire ne doit pas empêcher d’en faire un lieu de vie à l’année pour les actifs, les jeunes qui travaillent ici, les familles déjà présentes et les seniors. Il faut mieux équilibrer l’attractivité touristique et la vie quotidienne douze mois l’an pour les habitants de l’île et ceux qui voudraient le devenir. Quelle sera votre action pour faciliter cette vie à l’année ? Yan Balat : Il faut bien distinguer ce qui est directement du ressort d’une collectivité territoriale comme la nôtre et ce que nous pouvons impulser, faciliter, accompagner. C’est ainsi que la municipalité achète ou préempte des terrains en vue de construire des logements, permettant la location à l’année pour des personnes aux revenus moyens, puisque c’est clairement le type d’habitat qui manque à Noirmoutier-en-l’île. De même, nous réfléchissons à acquérir des maisons pour les rénover et pour les louer. Par ailleurs, nous revoyons l’organisation du lotissement de Champ-Marteau pour en faire un éco-quartier représentatif de ce que devrait être l’urbanisation future de Noirmoutieren-l’île, très végétalisée, avec par exemple la possibilité de récupérer les eaux de pluie dans chaque maison, l’installation de bac à compost individuel ou commun, l’utilisation

de matériaux durables et un meilleur respect des codes urbanistiques locaux. Bref, en faire un vrai village mêlant les générations, la propriété et le locatif. Par exemple sur des parcelles trop petites, la maison prend tout l’espace, sans place pour la végétalisation et avec cette tendance malheureusement bien connue de « se protéger » du voisin trop proche par des palissades d’une hauteur de 1,80 m voire plus. Habiter à Noirmoutier-en-l’île, c’est également pouvoir vieillir à Noirmoutier-en-l’île et ce n’est pas simple pour les seniors. En effet, il nous manque un type de logement intermédiaire entre le domicile et l’Ehpad. Il nous faut des structures d’habitat de type résidence seniors qui permettent aux personnes âgées de pouvoir vivre à la fois en autonomie et en sécurité, tout en restant sur l’île afin d’éviter un déracinement souvent extrêmement brutal. Qu’entendez-vous par mieux respecter les codes urbanistiques locaux ? Yan Balat : Noirmoutier-en-l’île est un territoire unique, avec une histoire, une tradition, un environnement incomparable. Les habitations doivent être en harmonie avec ce paysage et cette histoire. Comme détenteur des autorisations de permis de construire nous allons clairement faire respecter l’architecture traditionnelle vers par exemple, le toit en tuile, l’utilisation du bois pour les ouvertures, l’utilisation des couleurs « maritimes », afin de constituer un paysage architectural cohérent et harmonieux. Le charme de notre île est l’une de ses richesses, préservons-le. L’autre enjeu majeur ce sont les transports ? Yan Balat : Oui et là encore tout est lié et tout se répond. Travailler sur l’île mais vivre sur le continent, oblige à se déplacer longuement en voitures aux mêmes heures, alors que vivre et travailler sur l’île réduit fortement ce problème. Mais pour cela il faut des logements non saisonniers en nombre suffisant. Et nous revenons au sujet abordé au début de notre conversation. Il faut également faciliter le lien entre Noirmoutier-en-l’île et nos deux

villages que sont Le Vieil et L’Herbaudière en favorisant les navettes toute l’année. Je crois par ailleurs que pour un territoire comme le nôtre, le vélo électrique est un outil dont il faut faciliter l’usage. Pour l’instant nos pistes cyclables sont touristiques et c’est bien ainsi, il faut pouvoir les compléter par des pistes plus directes qu’utiliseront les habitants et les personnes qui se rendent à leur travail. Par ailleurs le département de la Vendée travaille au développement du véhicule à hydrogène, alors pourquoi ne pas devenir un territoire pilote de cette expérimentation ? Les enjeux climatiques sont tels qu’il faut être ouvert aux initiatives, aux solutions nouvelles, sans œillères ni présupposés idéologiques. Habiter sur une île, c’est justement envisager le changement climatique et ses conséquences aux premières loges en quelque sorte ? Yan Balat : Depuis des millénaires Noirmoutier a appris à vivre avec et parfois face à la mer. Une terre de sel, de pêche et d’agriculture comme la nôtre sait trouver l’équilibre entre les bienfaits et les risques de la mer. Nos ancêtres ont établi des digues efficaces, à nous de bien les entretenir, à bien veiller qu’elles demeurent protectrices. Mais il faut par ailleurs bien réfléchir aux nouvelles constructions. Je pense que la maison sur pilotis par exemple, peut être un modèle constructif à la fois élégant et protecteur. Nous devons, comme le faisaient nos ancêtres, cultiver cette harmonie avec notre environnement proche, vivre plus sobrement en ressources énergétiques et en eau. Comme je l’ai dit, je souhaite que toute construction ou rénovation intègre un système de récupération d’eau pour faciliter l’arrosage des jardins et économiser l’eau dans ses usages non potables. De même les logements et les bâtiments publics doivent devenir bien plus sobres en consommation énergétique. Je pense par ailleurs qu’il faut que nous regardions attentivement ce que font les pays du nord de l’Europe dont la proximité avec la mer ressemble à la nôtre.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 19


BILLAUD DESIGN D’ESPACE L’océan à perte de vue !

Ce chaleureux appartement traversant est l’aboutissement d’un projet de vie, un point d’encrage d’exception en bord de mer aux Sables d’Olonne. Il allie confort, raffinement et touches contemporaines.

20 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


P

our les aider dans ce projet d’aménagement intérieur et de rénovation, ces propriétaires ont eu recours à l’expertise du bureau d’étude d’architecture intérieure, Billaud Design d’Espace situé à la Roche-sur-Yon. L’entreprise familiale de 4 générations est connue pour son showroom de mobilier haut de gamme et de plus en plus pour ses projets créatifs qui mettent à l’honneur des produits de belles factures qui s’inscrivent dans des intérieurs chaleureux parfaitement bien pensés. L’appartement s’articule tout en longueur, avec d’un côté une véranda ouverte sur la mer et de l’autre une terrasse extérieure intimiste et verdoyante. Le salon s’inscrit dans le prolongement de l‘espace repas et de la cuisine et ainsi forment le point central de la partie jour. Les rôles ne sont d’ailleurs pas figés, l’enchaînement des espaces se fait sans déterminisme.

| N° 12 | HABITER EN VENDÉE | 21


UN ESPACE DE VIE PLACÉ SOUS LE SIGNE DE LA SÉRÉNITÉ Les tonalités sont harmonieuses, travaillées en camaïeux de teintes faciles à vivre et intemporelles. Matières douces et matériaux nobles prennent place : bois massif, laiton poli, acier chromé, finitions bronzées et dorées, tissu en mélange de coton et lin, laques aux tons sourds... Visuellement, même les canapés « Maralunga » de la marque Cassina, suscitent et facilitent la convivialité du vivre-ensemble, de par leur côté accueillant et enveloppant. De l’autre côté, la partie repas est tout en

élégance. La table « Maki » de Kristalia est épurée, aux lignes élancées. Même la surface de sa finition en fénix NTM apporte du confort par son touché « Soft touch ». Dans la partie nuit, une suite parentale de 20 m2 s’ouvre sur un dressing et une salle de bain minérale avec vue extérieure. Dehors, un harmonieux mélange d’ossature bois et de béton viennent ceinturer le salon d’extérieur, lui procurant une ambiance intimiste. Un petit jardin dans la ville convivial qui invite au délassement.

L’ÉCLAIRAGE TRAVAILLÉ EN RELIEF L’ éclairage a été réfléchi avec grande minutie. Il se fonde parfaitement dans le décor. Il ponctue chaque espace, que ce soit en appliques graphiques avec les modèles « Set » de la marque Vibia ou encore en plafonniers, en suspensions et lampes de tables... Nous y trouvons notamment le lampadaire « Poskrisi », une pièce d’exception de la maison italienne Catellani et Smith trônant fièrement dans le salon. Cette sphère modelée en fibre de verre est fixée sur une tige de laiton brillant. Elle se trouve à mi-chemin entre technologie de pointe et oeuvre d’art. Tout les éléments ont été réunis ici pour faire de cet appartement un véritable havre de paix où il fait bon vivre. Les propriétaires sont ravis. Pour parfaire cette idylle, il ne reste plus qu’à contempler l’horizon du balcon offrant une vue panoramique à couper le souffle.

02, rue Benjamin Franklin La Roche-sur-Yon Tél. 02 51 62 14 86 contact@billauddesign.fr billaud-designdespace.fr

22 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Maison Satov conçoit votre maison sur-mesure aux lignes architecturales innovantes. Unique de par ses plans de construction et sa réalisation, elle sera à votre image, créée pour vous, selon vos souhaits et votre budget.

02.51.26.91.91 • www.satov.fr Brétignolles-sur-Mer • Challans • La Roche-sur-Yon • Les Sables d’Olonne • Saint-Gilles-Croix-de-Vie


Le littoral :

les conseils du CAUE 85

CARACTÉRISTIQUES DU BÂTI SUR LE LITTORAL Historiquement, le bâti s’est implanté en arrière du cordon dunaire, à l’abri des contraintes de la façade maritime. L’importance prise par le tourisme appelle à construire sur la dune pour bénéficier d’un rapport plus proche avec la mer. C’est ainsi que les remblais viennent interrompre les longs linéaires de sable et confèrent au littoral des ambiances très urbaines de “ville au bord de la mer”.

24 | H A B I T E R E N V E N D É E | N ° 1 3 |

Dans les marais, l’habitat dispersé ne dépasse pas plus d’un corps d’habitation, généralement bas, repérable par leur ceinture des haies brise-vent. Les cyprès, qui les composent, ressortent particulièrement dans le paysage par leur couleur sombre et leur masse verticale. Dans le reste des marais, l’implantation du bâti se fait préférentiellement sur les îles et les presqu’îles palustres, légèrement surélevées par rapport aux terres du marais et les protège des inondations. Le bâti se concentre en

villages (Champclou, l’Aurière, La Gachère…) et en bourgs (L’Ile-d’Olonne, Soullans). Dans le bocage rétro-littoral, l’habitat très dispersé se répartit entre petits bourgs et villages de tailles modérées, et fermes ou sièges d’exploitation, régulièrement répartis sur le territoire. Les bâtiments ne sont pas pour autant très perceptibles, du fait de l’abondance de la végétation qui les dissimule souvent aux regards et favorise plutôt des effets de mise en scène.


CONSTRUIRE OU RÉNOVER SUR LE LITTORAL Une règle demeure toujours d’actualité : la simplicité. Moderne ou néorégionale, la simplicité est synonyme de qualité et de durabilité. Pour s’inscrire dans la durée : • Évitez les pastiches, c’est-à-dire tout ce qui sonne faux et artificiel. • Évitez les décrochements et rajouts non justifiés. Pour éviter la perte d’identité locale : • Évitez l’imitation de styles rapportés d’autres régions. • Prenez en considération le contexte local et cherchez à vous y adapter. Tout en utilisant les techniques les plus modernes, l’architecture néoclassique actuelle se doit de rechercher une certaine sobriété. Il existe une démarcation assez sensible du style par rapport à l’après-guerre ; la maison est, le plus souvent, conçue sur un seul niveau et composée de volumes simples. La structure porteuse et le bardage bois sont de plus en plus utilisés dans les nouvelles constructions. QU’EST-CE QU’UN CAUE ? Le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) est un organisme investi d’une mission d’intérêt public, né de la loi sur l’architecture de 1977. Il a pour objectif de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement sur le territoire départemental. Le CAUE est créé par les responsables locaux et présidé par un élu local. Centre de ressources, lieu de rencontres, d’échanges et de diffusion culturelle, le CAUE apporte aussi une aide à la décision. Son conseil est accessible à un public varié. Conseiller, former et informer-sensibiliser constituent les missions d’intérêt public du CAUE. Toute son action est donc sous-tendue par une approche pédagogique. Il conseille et apporte des réponses à des problématiques locales, qui intègrent aussi les enjeux nationaux.

On peut regretter : • La dominante de la couleur blanche des menuiseries PVC. • Le contraste de la couleur noire des éléments de serrurerie sur les volets. • Le peu d’usage des menuiseries bois. • L’absence d’un accompagnement végétal (plantes grimpantes : vigne vierge, glycine, chèvrefeuille…). La création architecturale contemporaine doit prendre en compte les continuelles avancées techniques, ainsi que les données nouvelles portant sur les économies d’énergies et le respect de l’environnement, l’organisation de chantier, sans oublier l’évolution des sensibilités et de l’art de vivre. On retrouve dans l’habitat d’aujourd’hui les deux grandes tendances du néo-régionalisme et du modernisme, auxquelles s’ajoutent de plus en plus les considérations d’ordre environnemental (énergies renouvelables, matériaux respectueux de l’environnement…). On ne recommandera jamais assez : • La simplicité des volumes et de la composition générale.

• La gestion des détails de finition : soubassements, entourage des ouvertures, chéneaux, mais aussi clôtures et abords de la maison. • L’usage de végétaux participant au paysage. Couleurs : Une règle simple, restez en harmonie avec votre environnement et participez ainsi au maintien de l’identité locale. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser des couleurs tirées des matériaux naturels qui vous entourent. Choisissez la couleur de l’enduit des façades et des murs en tenant compte : • De la couleur des matériaux de couvertures, • Des couleurs environnantes (maisons et bâtiments proches, sol naturel), • Des matériaux rapportés (pierres, briques) et de leur texture (lisse, granuleuse, talochée). Il est conseillé d’attribuer aux menuiseries une couleur plus soutenue que celle de l’enduit. Appliquée à de petites surfaces, elle dynamise la perception d’ensemble. Pensez bien à intégrer la couleur des menuiseries PVC (surtout si elles sont blanches) dans la composition d’ensemble. (Sources : « Bien construire sur le littoral vendéen », document consultable en ligne sur le site du CAUE 85, rubrique « Bien construire »)

POUR ALLER PLUS LOIN. 45 boulevard des États-Unis, CS 40685, 85017 La Roche-sur-Yon cedex. Tél. : 51 37 44 95 caue85@caue85.com www.caue85.com

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 2 5


Habiter

© A. Lamoureux / Vendée Expansion

dans le bocage

26 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Le bocage recouvre les deux tiers du département de la Vendée. Il est un territoire de grande diversité, végétale, animale, humaine et urbaine. On y croise des villes, des bourgs, des hameaux, des prairies, des bois, des haies, des mares… Vivre dans le bocage est donc le quotidien de la plupart des Vendéens.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 27


LE BOCAGE VENDÉEN, UN PAYSAGE FAÇONNÉ PAR L’HOMME Le bocage a fait son apparition depuis plus de 1 000 ans, quand les clairières gagnées sur les forêts devinrent au fil du temps les premiers champs, des bourgs, des villages et des châteaux. L’autre nom de ce défrichage est l’essartage que l’on retrouve dans le nom de nombreux lieux aujourd’hui encore, comme par exemple la petite ville des Essarts-en-Bocage. Ce paysage n’a cessé d’évoluer au cours des siècles. Entre 1860 et 1970, pas moins de 2 millions de km2 de bocage sont arrachés, en particulier après la seconde guerre mondiale, où la nécessité de produire pour nourrir une population grandissante a profondément marqué le paysage. Les arbres et les haies ont été arrachés, de grandes parcelles rectilignes ont remplacé les prairies d’élevage. Au cours du XXe siècle, l’essor des autoroutes, des quatre voies et des déviations ont permis le désenclavement du territoire et l’étalement urbain. Les villages et les villes se sont peu à peu étalées sur la campagne, de nombreux lotissements se sont développés autour des cœurs de bourg. Le bocage est devenu un territoire ouvert, où il est facile de se déplacer, d’habiter et de travailler. Le miracle économique vendéen et son taux de chômage bas y puise une partie de son explication. (Voir pages 36-37).

28 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 29 © Julien Gazeau / Vendée Expansion


© Julien Gazeau / Vendée Expansion

UN ESSOR URBAIN À TAILLE HUMAINE L’omniprésence de l’eau a favorisé l’implantation d’un habitat dispersé dans le bocage. Ce qui explique pourquoi le département de la Vendée comporte aujourd’hui 258 communes dont un peu moins de 10 % comptent plus de 5000 habitants et un tiers moins de mille. Habiter dans le bocage, c’est le plus souvent habiter dans un petit village. Fort de son dynamisme, le bocage vendéen accueille constamment de nouveaux habitants. Au sein des cantons des Essarts, du Poiré-sur-Vie, de Rocheservière, de Saint-Fulgent, des Herbiers, de MontaiguVendée ou de Mortagne-sur-Sèvre, tout comme dans l’agglomération Yonnaise, les constructions nouvelles et les rénovations de maisons se multiplient dans les nouveaux quartiers ou les bourgs et les villages. Les regroupements de communes ont donné naissance ces dernières années à des villes nouvelles, dont Montaigu-Vendée est un exemple emblématique (voir pages 32-33). La ville préfecture de La Roche-sur-Yon retrouve un élan nouveau tant culturel que sur le plan de l’emploi et sur ce point le territoire des Herbiers demeure l’un des plus dynamiques de France.

30 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Cependant tout se déroule « à taille humaine ». Ainsi les nouveaux quartiers de La Roche-surYon s’intègrent dans les territoires vides de l’enclave urbaine, plutôt que de s’étaler vers les campagnes. Les services de transports collectifs et les pistes cyclables et voies pédestres sécurisées sont ainsi en contact faciles avec ces nouveaux lieux d’habitation.

© Julien Gazeau / Vendée Expansion

Les nouvelles générations, en quête de lien social et de communautés, réinvestissent l’extérieur pour des évènements privés (apéritifs, piqueniques, grillades). Les collectivités sont sollicitées pour mettre à disposition des terrains, pour concevoir des jardins partagés ou des vergers collectifs. Les communes et les particuliers sont désormais soucieux de l’entretien durable des jardins et des espaces publics, de la variété des essences et des plantes, du respect de la biodiversité ordinaire.

La qualité de vie dans le village ou le quartier, devient un argument récurent lors de la vente ou de l’achat d’un logement neuf ou ancien. Dans le bocage, les animations, les fêtes populaires, les festivals et les évènements sportifs sont présents toute l’année.

© Philippe-Bertheau

Les PME ne sont pas regroupées à la périphérie des principales villes, mais présentes dans l’ensemble du territoire, permettant aux habitants de vivre et travailler à proximité l’un de l’autre.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 31


Montaigu-Vendée,

,

la nouvelle capitale du nord Vendée !

Quand cinq communes s’unissent pour ne faire qu’une, cela donne naissance à une commune nouvelle et bientôt à une agglomération supplémentaire en Vendée. Depuis le 1er janvier 2019, Montaigu-Vendée regroupe les communes de Boufféré, La Guyonnière, Montaigu, Saint-Georges-deMontaigu et Saint-Hilaire-de-Loulay, devenant ainsi, après Challans, la quatrième ville du département par le nombre d’habitants. Montaigu-Vendée bénéficie d’une position géographique privilégiée, avec une barrière de péage d’autoroute, une 2x2 voies qui la rapproche de La Roche-sur-Yon et l’aménagement de la nouvelle gare qui sera

32 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

d’ici quelques années un pôle d’échange multimodal important. Cette facilité d’accès avec le reste du monde facilite l’implantation d’entreprises sur le territoire. Comme ailleurs dans le bocage, la présence d’unités de production industrielle et agroalimentaire fourni un grand nombre d’emplois. Sont présentes sur le territoire des « Terres de Montaigu » des entreprises comme Sodébo, Defontaine Rings, le siège social du transporteur Schenker France, la laiterie de Montaigu, le laboratoire de biotechnologie Clean cells, le fabricant de produits de santé naturels Havea (ex Yves Ponroy), Ligier automobiles, les brioches

Fonteneau et plus de 130 exploitations agricoles. À Montaigu-Vendée on compte deux zones commerciales périphériques et une centaine de commerçants dans le cœur de ville. Terre d’entreprenariat, d’innovation et d’emplois, Montaigu-Vendée attire chaque année de nouveaux habitants qui s’ajoutent à l’accroissement démographique naturel d’un territoire à la population jeune. Habiter à Montaigu-Vendée c’est bénéficier de tous les services d’une ville moyenne, avec 2 lycées, 4 collèges, une offre de formation supérieure qui rassemble plus de 800 étudiants post-bac sur la ville.


Entretien avec Florent Limouzin, Maire de Montaigu-Vendée

Montaigu-Vendée capitale du nord-Vendée, la formule vous plait ? Florent Limouzin : Elle est sympathique et sans doute excessive. En revanche elle exprime bien l’évolution de ce territoire depuis la naissance de la commune nouvelle. La création d’une ville de plus de 20 000 habitants tout au Nord équilibre différemment notre département. Avec La Roche, Les Sables, Montaigu-Vendée, Challans, Les Herbiers et Fontenay il existe désormais un maillage de villes et d’agglomérations d’importance sur l’ensemble de la Vendée. Que dire à quelqu’un qui choisirait de venir habiter à Montaigu-Vendée ? Florent Limouzin : Lui souhaiter la bienvenue évidement et lui dire qu’il s’installe sur un territoire en pleine évolution qui privilégie à la fois l’économie, l’environnement et la qualité de vie. Nous avons la chance d’avoir ici un tissu économique dense et dynamique qui offre des emplois diversifiés et d’être au cœur d’un réseau de communication

En particulier à destination des élèves et des étudiants l’offre de culture, de loisirs et de sports très riche, avec les équipements remarquables comme le théâtre de Thalie, le cinéma Caméra5, des salles et des stades pour toutes les disciplines sportives, des évènements phares comme le Printemps du Livre et le Mondial Football Montaigu et un tissu associatif très dense, contribuent à animer le territoire !

construction de 1 000 logements dans les six années qui viennent, sans étaler l’empreinte urbaine et mordre sur les terres agricoles ». Cette création se fera par des tranches de lotissement, une densification des centrebourgs et du centre-ville, la destruction sur le site des Hauts de Montaigu des trois tours datant des années soixante et l’édification de 250 logements en petit collectif et 250 logements individuels.

Une telle attractivité pose évidemment la question du logement et des mobilités. Pour le Maire de Montaigu-Vendée, Florent Limouzin « c’est un enjeu très important pour l’avenir. Nous avons comme objectif la

« L’autre levier c’est de faciliter tous les types de mobilités » ajoute Florent Limouzin, « en aménageant des cheminements piétons, des voies sécurisées pour les vélos. Mais aussi en encourageant les initiatives locales

routier et ferroviaire très favorable. Il le sera plus encore d’ici trois ans, quand le chantier de la nouvelle gare sera terminé, ainsi que le nouveau quartier d’habitations et d’entreprises y verra le jour. C’est ce dynamisme économique qui nous permet d’offrir toujours davantage de qualité de vie au quotidien. À Montaigu-Vendée chaque habitant profite de l’ensemble des services d’une ville moyenne dans un environnement préservé, « à taille humaine » comme l’on dit. Que sera Montaigu-Vendée dans 10 ans ? Florent Limouzin : J’espère avant tout un territoire toujours aussi dynamique et équilibré, c’est en tout cas mon objectif comme maire des 6 prochaines années. Que Montaigu-Vendée soit une ville où l’on travaille et étudie, où l’on circule facilement, où les activités culturelles, sportives et associatives sont toujours foisonnantes, où la solidarité entre vendéens n’a rien perdu de sa force. Bref une ville où il fait bon vivre et travailler, comme maintenant.

comme l’autopartage pour les courts trajets au sein du territoire. Avec Montaigu-Vendée, Terres de Montaigu pourra devenir dans les prochaines années “communauté d’agglomération”. Cela n’a l’air de rien mais cela nous permettra d’être plus autonomes et de mettre en œuvre plus facilement nos projets en la matière. » L’ajout du mot Vendée au nom Montaigu marque bien l’attachement et d’identité vendéenne.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 33


ISM, constructeur de confiance.

En cinquante et une année d’existence, ISM (l’Immobilière Sociale de Montaigu) construit plus d’une centaine de maisons neuves chaque année, dans le nord-Vendée, le sud-Loire et la côte vendéenne.

34 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


L

’équipe d’une vingtaine de collaborateurs d’ISM, membres du bureau d’étude, de l’équipe administrative, commerciaux et conducteurs de travaux, maintient ce qui a fait le succès non démenti de l’entreprise : des projets uniques adaptés au terrain retenu et au budget du client ; un conseil dans le choix du terrain ; la possibilité pour le client de faire intervenir les artisans de son choix ; un vrai service après-vente bien après la fin de la construction. Chez ISM pas de catalogue de modèles prêts à construire, mais bien de l’écoute, du conseil, une feuille blanche et un crayon ou bien alors un écran et un clavier d’ordinateur et à nouveau de l’écoute du client, encore et toujours. Qu’il s’agisse pour un jeune couple ou une famille de vivre sa première construction, ou pour des retraités ayant déjà fait construire plusieurs maisons, de débuter un nouveau projet, la qualité du conseil et du suivi reste identique et attentive. Si le nom de l’entreprise traduit bien la volonté des fondateurs, dont le père du gérant actuel, de faciliter l’accession à la propriété des familles et des jeunes actifs, la clientèle actuelle est bien

plus diversifiée que les seuls primoaccédants. ISM réalise des maisons de toute superficie et de tout style, de la plus simple à la plus sophistiquée, d’inspiration traditionnelle comme très contemporaine. Le fait de travailler principalement avec des artisans locaux et proches du chantier de construction, fait qu’aujourd’hui ISM dispose d’un panel de prestataires extrêmement vaste et diversifié. La proximité facilite la réalisation des chantiers dans les délais prévus et permet des interventions rapides dans le cadre du suivi après construction. Constructeur de confiance ISM met son expérience et son expertise au service de votre projet.

33 rue de la Marine Royale BP 217 Montaigu 85602 Montaigu-Vendée Cedex 02 51 94 03 64 www.ism-constructeur.com

| N° 12 | HABITER EN VENDÉE | 35


Le bocage vendéen,

un territoire dynamique

© Julien Gazeau / Vendée Expansion

Le bocage vendéen n’est pas qu’une géographie, pas qu’un paysage. Il compose un territoire où il est facile contrairement à d’autres, de « vivre et travailler au pays ». En effet le bocage vendéen fait partie des territoires économiquement les plus dynamiques de France. Le taux de chômage moyen y est deux fois moins élevé que sur l’ensemble du territoire national, de même que le taux de pauvreté.

36 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Alors qu’elle a quasiment disparu de bon nombre de territoires où elle était auparavant très présence, l’industrie a su ici se réinventer pour ne pas disparaître. Elle y représente même 40 % de l’emploi salarié contre 12,5 % en France. L’industrie vendéenne s’illustre particulièrement dans les secteurs du meuble, du textile, de l’agroalimentaire, du transport routier ou encore de la menuiserie industrielle.


LE MIRACLE ÉCONOMIQUE DU BOCAGE VENDÉEN Bon nombre d’économistes donne pour explication de cette particularité, le fait que le tissu économique vendéen est majoritairement composée d’entreprises familiales.

Cette fibre entrepreneuriale se transmet de génération en génération et des décennies après leur création, la plupart des sociétés « made in Vendée » demeure dans le giron familial. Les entrepreneurs vendéens ajoutent souvent à cette explication, l’existence d’une mentalité combative et d’un esprit d’entreprise particulier au Bocage que partageraient dirigeants et salariés. Ici on serait plus qu’ailleurs, combatifs, créatifs et solidaires, entend-on dire souvent. Fruit peut-être d’une histoire où les habitants gagnèrent les territoires d’habitation sur une nature boisée et dense. Dans ce pays enclavé, on a sans doute appris depuis longtemps à ne compter que sur soi-même, faire avec ce qu’on a et trouver des idées. Ainsi, il y a vingt ans les producteurs de canards de la région vendaient difficilement leur production. Pourquoi ne pas les engraisser comme dans le Sud-Ouest se sont-ils demandés. Aujourd’hui la Vendée rivalise avec les Landes et le Gers dans la production de foie gras. Dans le bocage les salariés et les patrons se croisent à la supérette, au stade, parfois à la messe, quand ils n’ont pas usé leurs culottes sur les mêmes bancs d’école. Les réseaux d’entraide et le tissu associatif y sont particulièrement denses. Dans le domaine de la création d’entreprise notamment, les réseaux de parrainage sont nombreux et très actifs. Il en est de même pour les simples coups de main entre voisins.

© PRB

Ainsi, l’absence d’actionnaires puissants, étrangers notamment, permettrait que les décisions soient prises plus rapidement et plus facilement. Pas de lointaine direction parisienne à consulter, pas de fonds de pension américains ou d’actionnaires chinois pour maximiser les profits. Voilà sans doute pourquoi les dirigeants du Bocage conduisent des stratégies industrielles de long terme et ne cesse d’investir.

LE MODÈLE DE L’ARTISAN DEVENANT ENTREPRENEUR Il est vrai que la Vendée cultive un esprit d’initiative réel et les histoires de créations d’entreprises réussies sont très nombreuses sur un territoire si resserré. Un ébéniste du petit village du Boupère fonde dans les années 1960 les Meubles Gautier, aujourd’hui l’un des leaders français du secteur. En 1957, le fils d’un quincaillier des Herbiers, Henri Jeanneau, construit un canot en bois et s’engage aux 6 heures de Paris. La construction de bateaux va devenir son métier et l’aventure des chantiers navals Jeanneau débute. En 1870, à La Gaubretière le cordonnier JeanBaptiste Rautureau fonde son entreprise, fabriquant et réparant les souliers. 150 ans plus tard ses descendants poursuivent l’aventure et développent les différentes marques du Groupe. En 1970, Yves Cougnaud, issu d’une famille de forgerons, se lance dans la construction de caravanes et de bungalows de chantier puis développe ses premiers bâtiments modulaires. L’idée, être en capacité de

construire des bâtiments de toutes tailles, par l’assemblage et la juxtaposition de structures modulaires. La société est aujourd’hui leader sur son créneau. Entre autres exemples. HABITER DANS LE BOCAGE, C’EST SOUVENT FAIRE CONSTRUIRE Cette bonne santé économique s’accompagne du souhait de nombreuses personnes de quitter des régions de France, où trouver un emploi proche de chez soi devient difficile, pour venir habiter dans le bocage. Cet afflux de population est souvent plus important que le nombre de logements immédiatement disponibles. Ainsi le bassin d’emploi des Herbiers, particulièrement dynamique et mis en lumière au plan national par l’épopée de son équipe de football atteignant en 2018 la finale de la Coupe de France, se heurte à cette question du logement disponible. Les collectivités territoriales engagent donc des tranches de constructions de lotissements et les constructeurs de maisons achètent des parcelles pour faciliter l’acte de construction par leurs clients.

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 3 7


LA BOCAINE, constructeur de maisons sur-mesure, partout en Vendée !

38 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Depuis 1979 la Bocaine construit sur tout le territoire vendéen et dans les départements limitrophes, des maisons sur mesure, adaptées à votre terrain et à votre budget. Les maisons témoins des Sables d’Olonne et de La Ferrière sont une vitrine du « savoir-faire maison » de toute l’équipe La Bocaine et de son réseau d’artisans.

D

epuis 41 ans la réputation de la Bocaine est bien installée et ne se dément pas au fil des années. « Il est vrai que la qualité du travail de nos collaborateurs et des artisans qui interviennent sur nos chantiers est depuis longtemps reconnue, par nos anciens clients et la profession » explique Denis Paquereau, le président de La Bocaine. À la Bocaine, la personnalisation du projet est essentielle dans le processus de création. Construire une maison sur-mesure, c’est répondre au mieux aux problématiques d’un terrain, en fonction du budget d’un client. « La griffe de la Bocaine, c’est que chaque construction soit unique. Jamais de plan type. Partir d’une feuille blanche, esquisser, créer, agencer, adapter, c’est ce qui nous motive, que le projet soit petit ou grand, simple ou compliqué », poursuit Denis Paquereau.

MAISON TÉMOIN LES SABLES D’OLONNE 216, avenue François Mitterrand 85340 LES SABLES D’OLONNE Lundi, mardi et jeudi : sur rendez-vous Mercredi et vendredi : 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h Samedi : 10h00 à 12h30 et de 14h à 17h MAISON TÉMOIN LA FERRIÈRE 9 rue du Mica 85280 LA FERRIERE 02 51 43 87 08 Lundi, Mardi, Jeudi, Samedi matin : sur rendez-vous Mercredi et Vendredi : 9h30 à 12h30 – 14h à 18h

Puis, le projet est chiffré avec l’objectif de penser à tout, et d’optimiser les solutions techniques (choix des meilleurs rapports coût/fiabilité techniques) et thermiques. Ensuite, la construction est menée avec rigueur, en association avec un groupe d’artisans motivés, fidèles à l’entreprise depuis de nombreuses années. « Être créatif ne suffit pas, nous devons à nos clients des constructions fiables et pérennes dans le temps », insiste Denis Paquereau. Enfin, l’innovation et les questions thermiques ont une place importante dans la philosophie de l’entreprise. « En 2013, notre maison témoin à énergie positive, construite à La Ferrière, était la première maison

labellisée BEPOS Effinergie en France. Depuis, la maîtrise des consommations d’énergie est devenue un élément incontournable de tout projet de construction immobilière ». Le siège de la société se trouve aux Herbiers, mais les équipes de la Bocaine construisent votre maison sur l’ensemble du département de la Vendée. Les maisons témoins des Sables d’Olonne et de La Ferrière permettent aux habitants du département, désireux de profiter du savoir-faire de la Bocaine, de se rendre compte facilement de la créativité et de la qualité des constructions.

LA BOCAINE – siège 13, avenue de l’Arborescente. 85500 Les Herbiers 02 51 66 92 24

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 39


Le bocage :

les conseils du CAUE 85

CONSTRUIRE OU RÉNOVER DANS LE BOCAGE On retrouve dans l’habitat d’aujourd’hui les deux grandes tendances du néo-régionalisme et du modernisme, auxquelles s’ajoutent de plus en plus les considérations d’ordre environnemental (énergies renouvelables, matériaux respectueux de l’environnement…). L’habitat d’aujourd’hui dans le bocage est le plus souvent implanté dans un lotissement, avec des obligations réglementaires très codifiées (hauteur, implantation, surface, aspect extérieur). Il est conseillé (obligation en cas de location) de prévoir une cellule de vie en rez-de-chaussée répondant aux conditions d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Cette cellule de vie correspond aux espaces communs, une chambre et une salle de bains.

40 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Généralement maçonnées et couverte en tuiles, la maison d’inspiration traditionnelle n’est pas dénuée d’innovation. Ainsi, sur la base d’un volume traditionnel, de nouveaux matériaux sont utilisés : structure porteuse en bois, bardage naturel, toiture en zinc, panneaux solaires… Si l’économie de la construction reste déterminante, le choix des matériaux continuera à dépendre de l’échelle de valeur que l’on attribue aux différents paramètres : • Mise en œuvre, entretien, économies d’énergies. • Confort. • Durabilité. • Temps de chantier. • Sensibilité à l’aspect visuel. • Incidence sur le milieu.

Si l’usage du bois a longtemps été limité à la charpente et aux menuiseries, il est aujourd’hui plus largement utilisé dans la construction. Son utilisation connaît un essor important grâce à l’attention portée à l’environnement et à ses qualités de confort. L’intégration des composants pour les énergies douces (panneaux solaires, serres, éoliennes, terre crue…) reste un nouveau défi architectural. • Une attention particulière est portée aux énergies renouvelables : chauffe-eau solaire, panneaux photovoltaïques, géothermie, chaudières à copeaux bois… L’installation de ce type d’équipements ajoute des éléments à la maison qu’il convient de prendre en compte dans sa conception. • La recherche d’une meilleure intégration paysagère concourt également à cette dynamique. La maison se fond alors


dans son environnement par le choix des matériaux : usage du bois, enduit aux teintes du sol, pare-soleil végétal… • La maison peut être, dès sa conception, pensée comme un élément du paysage. Le choix de volumes adaptés au relief peut être conjugué avec l’usage de techniques spécifiques, telles que le toit végétalisé, pour intégrer le projet dans son environnement.

au maintien de l’identité locale. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser des couleurs tirées des matériaux naturels qui vous entourent. Souvent, le bâti ancien, composé de matériaux locaux, reprend les teintes de l’environnement minéral local, et retranscrit les identités des différents lieux : bocage, marais et plaine. Il est possible de s’inspirer de ces nuances traditionnelles sur le bâti plus récent, contemporain comme néotraditionnel.

LA RECHERCHE DE MATÉRIAUX SAINS

Choisissez la couleur de l’enduit des murs en tenant compte :

Les préoccupations environnementales et de santé poussent à rechercher des matériaux sains. Généralement produits à partir de ressources renouvelables, ils se caractérisent par une faible dépense d’énergie nécessaire à leur production, des émissions réduites de gaz à effet de serre et une meilleure innocuité vis-à-vis de la santé des occupants de la maison. On peut ainsi trouver :

QU’EST-CE QU’UN CAUE ? Le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) est un organisme investi d’une mission d’intérêt public, né de la loi sur l’architecture de 1977. Il a pour objectif de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement sur le territoire départemental. Le CAUE est créé par les responsables locaux et présidé par un élu local. Centre de ressources, lieu de rencontres, d’échanges et de diffusion culturelle, le CAUE apporte aussi une aide à la décision. Son conseil est accessible à un public varié. Conseiller, former et informer-sensibiliser constituent les missions d’intérêt public du CAUE. Toute son action est donc sous-tendue par une approche pédagogique. Il conseille et apporte des réponses à des problématiques locales, qui intègrent aussi les enjeux nationaux.

• Des isolants à base de végétaux ou de laines animales (chanvre, laine de mouton, copeaux de bois…). • Des procédés constructifs anciens réinvestis (ossature bois, enduit au pisé…). • Des matériaux polyvalents, tels que la brique monomur en terre cuite qui joue à la fois un rôle structurel, isolant, et régulateur d’hygrométrie. • Des peintures et des revêtements de surface dits “bio” qui utilisent moins de produits chimiques et émettent peu ou pas de Composés Organiques Volatiles (COV), nocifs s’ils sont présents en trop grande quantité dans l’air de la maison. Il faut, cependant, si l’on souhaite faire appel à ce type de matériaux, porter une attention particulière à leur mise en œuvre : le matériau dispose-t-il d’un avis technique ou d’un Document Technique Unifié (DTU) qui assure de sa tenue dans le temps ? Le professionnel est-il formé à sa mise en œuvre ? COULEURS Une règle simple : restez en harmonie avec votre environnement, et participez ainsi

• de la couleur des matériaux de couvertures, • des couleurs environnantes (maisons et bâtiments proches, sol naturel), • puis des matériaux rapportés (pierres, briques) et de leur texture (lisse, granuleuse, talochée). Les palettes de couleur de l’habitat dans le bocage s’imprègnent fortement des teintes rencontrées dans la nature. Les toitures sont majoritairement composées de tuiles et parfois d’ardoises. Pour les enduits, les couleurs des roches du secteur constituent des références à utiliser avec un panel allant des ocres des gneiss aux gris des granites. Les menuiseries arborent des teintes plutôt foncées, prenant dans une large gamme de verts, de gris, de bruns et de rouges. Le blanc et le bleu se rencontrent également.

(Sources : « Bien construire sur le littoral vendéen », document consultable en ligne sur le site du CAUE 85, rubrique « Bien construire »)

POUR ALLER PLUS LOIN. 45 boulevard des États-Unis, CS 40685, 85017 La Roche-sur-Yon cedex. Tél. : 02 51 37 44 95 caue85@caue85.com www.caue85.com

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 41


Habiter

,

dans le sud-Vendée

42 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


© Julien Gazeau / Vendée Expansion

Le sud-Vendée offre un paysage très varié entre bocage, marais et plaine. La Baie de l’Aiguillon, la Venise verte, le massif forestier de Mervent-Vouvant, la vallée de la Vendée, le bocage autour de SainteHermine, L’Hermenault, La Châtaigneraie et les villes historiques de Luçon et Fontenay-le-Comte, dessinent un territoire d’une richesse et d’une diversité remarquable.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 43


LE SUD-VENDÉE, UN PAYSAGE TRÈS VARIÉ Contrairement au littoral ou au bocage, le sud-Vendée ne se caractérise pas par un paysage unifié et reconnaissable. Le sud du département présente en effet des paysages très différents selon l’endroit où l’on se trouve : le Marais Poitevin, le Bocage, la vallée de la Vendée, le massif forestier ou la plaine.

AU SUD L’EAU DOMINE La façade Atlantique, avec plus de 5 000 hectares de vasières et de prés salés où s’entremêlent les eaux douces et salées, reste un lieu de nature sauvage rare et unique. Le bras de sable de la Pointe d’Arcay et les stations balnéaires de l’Aiguillon et La Faute-sur-Mer, forment un paysage de bord de mer différent du reste du département. Au sud de la baie de l’Aiguillon, se trouve Le Marais ou plutôt les marais, Marais desséché, Marais intermédiaire et Marais mouillé, jalons de la conquête par l’Homme de terres inondables au cours des siècles. Le « marais desséché » au relief plat se caractérise par de vastes parcelles agricoles alternant culture céréalières et élevage. Plus à l’est, le Marais Poitevin s’étend sur les départements de Vendée, Charente-Maritime et Deux-Sèvres. Ce maillage de 600 kilomètres de canaux navigables qui s’étend sur plus de 15 000 hectares n’est pas surnommé la Venise verte sans bonnes raisons.

44 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 45

© Julien Gazeau / Vendée Expansion


© Julien Gazeau / Vendée Expansion

AU CENTRE, LA PLAINE La plaine s’étale au sud est vers Niort. Le paysage est très marqué par la culture céréalière sur de larges parcelles. Les villages s’installent le long des longues routes rectilignes, dans un paysage vallonné. Ainsi l’A83, encaissée, reste relativement discrète dans le paysage. Plus on se dirige vers le nord-est plus le relief change, devenant très ondulé, entrecoupé de vallées encaissées parcourues de routes étroites et sinueuses. Les villages se répartissent sur le coteau, de part et d’autres des vallées. La plaine devient le bocage. 5 000 hectares de forêts domaniales et privées autour de Mervent et Vouvant, constituent le poumon forestier vendéen. Contrairement au bocage plus au nord, ici la forêt a gardé toute sa place et offre un paysage unique en Vendée. La cité moyenâgeuse de Vouvant, classée régulièrement parmi les plus beaux villages de France, témoigne de l’enracinement historique de la région.

46 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


LA VALLÉE DE LA VENDÉE

© A. Lamoureux / Vendée Expansion

La ville de Fontenay-le-Comte implantée sur les bords de la Vendée, se caractérise par une organisation urbaine concentrique avec un centre historique dense, des faubourgs, puis des quartiers pavillonnaires et des zones d’activité en périphérie. L’implantation du bâti est principalement présente sur les coteaux, ce qui procure une grande visibilité des villages. Le fond de vallée, plat, est dédié à l’agriculture.

L’URBANISME POST XYNTHIA Après cette tragédie, des décisions drastiques concernant l’urbanisme et la construction dans ces zones ont été prises. Ainsi à La Faute-sur-Mer il fut décidé de raser 600 maisons, soit près d’un tiers des habitations de la commune. D’autre part l’autorisation de construction de maisons sur certains lieux du littoral est liée à des obligations architecturales incontournables : présence d’un étage ou construction sur pilotis par exemple.

© A. Lamoureux / Vendée Expansion

Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia conjuguant vents violents et marées à fort coefficient, a causé de nombreux dégâts et des pertes humaines en particulier en sud Vendée et en Charente-Maritime, où les digues n’ont pas suffi à arrêter la puissance des flots. L’eau est ainsi montée jusqu’à 2,80 mètres dans la cuvette de La Faute-sur-Mer. Beaucoup d’habitations de plain-pied ont été submergées et leurs habitants pris au piège. Les gens qui disposaient d’un étage ont pu s’y réfugier.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 47


© A. Lamoureux / Vendée Expansion

Petites cités de caractères®

Le concept des Petites Cités de Caractère® créé en 1975 concerne des communes ayant un patrimoine remarquable et souhaitant le sauvegarder. À ce jour le département de la Vendée en comporte huit, dont la moitié se situent dans la partie sud-est du département. Une telle densité est unique et témoigne, sans jeu de mot, du caractère singulier de ce territoire sud-est de la Vendée. Y habiter, c’est faire corps avec l’histoire.

48 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


FOUSSAIS-PAYRÉ En lisière de la forêt de Mervent, les villages de Foussais et de Payré forment depuis 1968 une seule commune. La cohabitaion des styles Roman et Renaissance donne à cette ancienne cité marchande, une atmosphère unique. Héritière d’une villa gallo-romaine, Foussais recèle un joyau de l’art roman : le portail de son église. Érigée au XIe siècle, celle-ci est l’un des édifices les plus remarquables du Bas-Poitou. L’église garde les traces de la Guerre de Cent Ans et des Guerres de Religions quand elle fut plusieurs fois pillée et incendiée. À la Renaissance Foussais-Payré devient un centre commercial très actif. Henri IV dote le village de six foires annuelles et d’un marché hebdomadaire. Les drapiers, tisserands et tanneurs exportent leurs productions vers l’Allemagne et la Hollande. Fait rarissime pour une commune de 1 100 habitants, 4 bâtiments sont actuellement protégés au titre des Monuments Historiques : l’église classée en 1862 ; les fours à chaux inscrits à l’inventaire en 1980 ; le prieuré (actuelle mairie) inscrit en 1984 ; la maison François Laurens inscrite en 1989.

LES INCONTOURNABLES

•L  ’église • Le prieuré • Le temple • La maison François Laurens • L’auberge Sainte-Catherine • Les halles • Les fours à chaux

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 4 9


LES INCONTOURNABLES

© A. Lamoureux / Vendée Expansion

• L’église Sainte-Marie et la nef Théodelin • La tour Mélusine • Le bac à chaînes • Les ateliers d’artistes et artisans d’art • Le son et lumière sur le portail de l’église les soirs d’été

VOUVANT

FAYMOREAU

Seule ville fortifiée de Vendée encore conservée, posée sur un éperon rocheux au creux d’un anneau de rivière, Vouvant est édifié au début du XIe siècle en bordure du massif forestier de Mervent par Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine. Au XIIIe siècle la cité s’entoure de murs d’enceinte et une trentaine de tours et seules trois portes y donnent accès. La citadelle est alors séparée du bourg fortifié par un fossé. La légende attribue la construction de la tour Mélusine à la célèbre fée qui l’aurait bâtie en une nuit. De son sommet, la vue panoramique aide à comprendre l’intérêt stratégique de l’implantation de cette cité. De ce fait elle connaitra une histoire mouvementée tout au long du Moyen-âge.

Village proche de Fontenay-Le-Comte, Faymoreau reste un cas à part en Vendée. S’il ne n’y reste actuellement que 200 habitants, le village en compta plus de mille entre 1850 et 1880, lors de son apogée économique et industrielle.

Vouvant est la seule commune de Vendée classée parmi Les Plus Beaux Villages de France et ce depuis 1988. En 2014, Vouvant est désignée 8e par les téléspectateurs de l’émission « Le Village préféré des Français » présentée par Stéphane Bern.

50 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Le destin de Faymoreau bascule en 1827, quand un sabotier du village voulant creuser un puit met au jour une veine de charbon. Cette découverte entraîne à deux kilomètres du bourg, la construction puis le développement de la cité minière. Fait unique en Vendée, durant 130 ans - de 1827 à 1958 - des hommes ont creusé et exploité des mines de charbon. Le village qui depuis l’an mil est connu pour ses moulins à eau et à vent, change du tout au tout. Il devient une cité minière et ouvrière.

Le bâti doit alors répondre aux exigences de la Société des Mines : corons, direction, Chapelle des Mineurs, écoles... De nouveaux habitants affluent pour travailler à la mine, mais aussi dans les usines et les fabriques qui s’installent au plus proche de l’énergie produite par le charbon : la centrale électrique et la verrerie qui produira jusqu’à un million de bouteilles par an. Aujourd’hui, les corons sont encore habités et les jardins ouvriers cultivés. Les vitraux de l’artiste Carmelo Zagari illuminent la Chapelle depuis le début des années 2000 et l’ancien dortoir des verriers est transformé en musée. Le bourg historique, quant à lui, est constitué de maisons d’habitations, de l’église paroissiale et du château.


© A. Lamoureux / Vendée Expansion

LES INCONTOURNABLES

• Le village de la Verrerie et ses corons • Le Musée du Centre Minier • La chapelle et ses vitraux contemporains • L’hôtel des Mines • L’étang de la digue • Le pont de Fleuriau • Les sentiers pédestres

© Julien Gazeau / Vendée Expansion

NIEUL-SUR-L’AUTISE Située entre plaine et marais à l’extrême sud-est de la Vendée, Nieul-sur-l’Autise est habitée depuis le Néolithique, comme en témoigne l’enceinte préhistorique de Champ-Durand. Ravagée par les Normands, la ville est dotée par les ducs d’Aquitaine d’une abbaye en 1068. Aliénor d’Aquitaine, Reine de France puis d’Angleterre, y naquit – dit-on mais la vérité historique sur ce point n’est pas établie - en 1122. L’abbaye Saint-Vincent reçoit en tout cas, le statut d’abbaye royale. Elle est aujourd’hui l’un des rares ensembles monastiques du Bas-Poitou roman ayant conservé son église abbatiale, son cloître à quatre galeries et ses bâtiments conventuels. Prosper Mérimée la fait classer au titre des monuments historiques en 1862. La cité connaît au Moyen-Age une période de grande prospérité et participe au dessèchement et à l’aménagement du Marais Poitevin. Nieul-sur-l’Autise et le village voisin d’Oulmes fusionnent en 2019 pour créer la commune nouvelle de Rives-d’Autise.

LES INCONTOURNABLES

• L’abbaye Saint-Vincent • Le camp néolithique de Champ Durand • La maison de la Meunerie • Le château du Vignaud

| N ° 1 3 | H A B I T E R E N V E N D É E | 51


,

Jardin et végétation : ,

© CAUE de la Vendée

les conseils du CAUE 85

Cette illustation est tirée du Palmarès de l’opération Le Paysage de votre commune.

DANS LA PLAINE La plaine du sud-Vendée constitue un paysage au sol calcaire et séchant, régulièrement soumis à des vents modérés mais persistants et dont les étés secs ont un fort impact sur la végétation.

Clôturer le terrain où est implantée la maison, par la plantation de haies libres et de bosquets autour du terrain, donne de l’intimité, créé un brise-vent et un apport d’ombrage, permettant d’améliorer le confort thermique à proximité de l’habitation.

C’est une donnée très importante à prendre en compte pour la végétalisation des abords de son habitation ou de création d’un jardin.

De plus ces plantations peuvent servir de support de biodiversité (abris, lieu de reproduction, source de nature pour la faune sauvage) et améliorer l’équilibre écologique du jardin.

Dans la plaine, l’eau présente sous forme de nappes phréatiques souterraines est une ressource précieuse, aussi le choix d’essences pouvant supporter des épisodes de sécheresse est à privilégier. Les plantations peuvent jouer un rôle important de protection des sols.

Pour se faire, près du bâti on veillera à composer des haies libres en utilisant quelques essences horticoles parmi les essences champêtres locales. Les essences champêtres poussent à l’état naturel, alors que les essences horticoles sont des plantes cultivées pour l’ornement du jardin,

52 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

ne se trouvant pas à l’état naturel dans le paysage local. Végétaux recommandés Arbres • Cerisier à grappes • Poirier variétés anciennes • Pommier variétés anciennes • Prunier myrobolan • Charmes • Erable champêtre • Chêne sessile • Tilleul Arbustes • Amélanchier • Noisetier • Troène persistant • Viorne tin • Sureau noir • Troène


Pour aller plus loin...

LE MARAIS POITEVIN Comme il a été indiqué précédemment concernant la plaine, il faut privilégier les essences champêtres locales et y adjoindre des essences horticoles. Les types de végétaux recommandées sont sensiblement identiques à ceux recommandées pour la végétalisation des jardins situés dans la plaine. On remarquera cependant l’apparition du Tamaris, dans les arbustes préconisés. Végétaux recommandés dans le Marais Arbres • Poirier variétés anciennes • Pommier variétés anciennes • Ormes • Erable champêtre Arbustes • Amélanchier • Fusain du Japon • Noisetier • Tamaris de printemps • Troène • Sureau noir QU’EST-CE QU’UN CAUE ?

SUR LE LITTORAL

Le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement) est un organisme investi d’une mission d’intérêt public, né de la loi sur l’architecture de 1977. Il a pour objectif de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement sur le territoire départemental. Le CAUE est créé par les responsables locaux et présidé par un élu local.

Le lecteur qui habite sur l’ensemble du littoral Vendéen, jusqu’à Noirmoutier peut tenir compte des conseils donnés ici. C’est en effet la notion de bord de mer qui prime plus que son indication spécifique de sud Vendée. Ici aussi la règle générale consistant à privilégier les essences champêtres locales et y adjoindre des essences horticoles, s’applique également.

Centre de ressources, lieu de rencontres, d’échanges et de diffusion culturelle, le CAUE apporte aussi une aide à la décision. Son conseil est accessible à un public varié. Conseiller, former et informer-sensibiliser constituent les missions d’intérêt public du CAUE. Toute son action est donc sous-tendue par une approche pédagogique. Il conseille et apporte des réponses à des problématiques locales, qui intègrent aussi les enjeux nationaux.

Planter dans le Bocage, Planter dans la Plaine, Planter dans le Littoral, Planter dans le Marais Poitevin, Planter dans le Marais Breton : cinq brochures et affiches de la collection « Planter dans » à consulter sur le site internet du CAUE 85.

DANS LA VALLÉE ET LE BOCAGE Comme indiqué précédemment, il faut privilégier les essences champêtres locales et y adjoindre des essences horticoles. Les types de végétaux recommandées sont sensiblement identiques à ceux recommandées pour la végétalisation des jardins situés dans la plaine ou le marais, avec cependant des recommandations spécifiques. Arbres • Poirier variétés anciennes • Pommier variétés anciennes • Prunier myrobolan • Châtaigner • Chêne • Erable • Saule Arbustes • Amélanchier, • Noisetier • Saule osier (sol frais) • Troène persistant • Troène du Japon • Viorne tin • Neflier • Cornouiller sanguin (Sources : « Bien construire sur le littoral vendéen », document consultable en ligne sur le site du CAUE 85, rubrique « Bien construire »)

Arbres • Chêne • Cormier • Erable champêtre • Pin maritime Arbustes • Noisetier • Tamaris d’été • Viorne tin • Houx • Arbousier • Troène • Genet à balais

POUR ALLER PLUS LOIN. 45 boulevard des États-Unis, CS 40685, 85017 La Roche-sur-Yon cedex. Tél. : 02 51 37 44 95 caue85@caue85.com www.caue85.com

| N ° 1 32 | H A B I T E R E N V E N D É E | 5 3


NOS PARTENAIRES VOUS CONSEILLENT SUR…

la Vendée

Vous allez construire, rénover… ? Vous cherchez 2 des partenaires de confiance… ? « Habiter en Vendée » LES HERBIERS CHALLANS vous propose dans cette SAINT-JEAN DE-MONTS rubrique « TOP PRO » des LES ESSARTS 1 3 5 8 POUZAUGES ILE D’YEU AIZENAY interlocuteurs compétents et 6 SAINT-GILLES LA ROCHE CROIX-DE-VIE efficaces. N’hésitez pas à CHANTONNAY SUR-YON les contacter afin de vous BRÉTIGNOLLES LA CHÂTAIGNERAIE SUR-MER LES ACHARDS aider dans l’élaboration 4 7 SAINTE-HERMINE MAREUIL VOUVANT de votre projet. Les OCÉAN ATLANTIQUE SUR-LAY DISSAIS FAYMOREAU MOUTIERS entreprises choisies LES MAUXFAITS FOUSSAIS FONTENAY LES SABLES LUÇON LE-COMTE PAYRÉ TALMONT sont réparties sur D’OLONNE SAINT-HILAIRE NIEUL SUR L’AUTISE trois secteurs LA TRANCHE (littoral, bocage, SUR-MER sud-Vendée) et L’AIGUILLON SUR-MER signalées par catégories professionnelles. ILE DE NOIRMOUTIER

MONTAIGU VENDÉE

MORTAGNE SUR-SÈVRE

A87

A83

A87

A83

2

1

Agence Départementale d’Information sur le Logement et l’Énergie de la Vendée

OÙ SE RENSEIGNER ? N’hésitez pas à nous appeler au 02.51.44.78.78 ou à consulter notre site www.adil85.org rubrique « Les aides locales » : aides à l’amélioration : Guide des aides des collectivités locales 54 | HABITER EN VENDÉE | N° 12


3

AVANT

APRÈS

I-Rénov répond à l’ensemble de vos travaux de rénovation, d’agrandissement et de restructuration. I-Rénov est votre unique interlocuteur tout au long de votre projet.

02.51.20.14.14 • www.irenov.fr Brétignolles-sur-Mer • Challans • La Roche-sur-Yon • Les Sables d’Olonne • Saint-Gilles-Croix-de-Vie 4

5

85100 Les Sables d’Olonne - Tél. : 02 51 20 12 11 85000 La Roche-sur-Yon - Tél. : 02 51 05 24 24 6

Ets Guinaudeau SAS

« Ensemble réalisons vos projets » 4 sites pour mieux vous servir. Etude, maçonnerie, menuiserie, pose, mise en œuvre de la connectique et de l’électronique. Ets Guinaudeau sas ZI La Folie Nord - 85310 La Chaize le Vicomte Tél. 02 51 05 82 45 Challans : Tél. 02 51 49 26 26 Olonne : Tél. 02 51 22 74 31 www.ets-guinaudeau.fr contact@ets-guinaudeau.fr | N° 12 | HABITER EN VENDÉE | 55


7

rts

Poêles - Cheminées - Inse

Z.I. La France (2x2 voies La Roche/Aizenay) - 85190 VENANSAULT Z.A. Route de La Roche - 85540 MOUTIERS-LES-MAUXFAITS

02 51 34 84 24

www.deco-styl-vendee.com 4

5

85100 Les Sables d’Olonne - Tél. : 02 51 20 12 11 85000 La Roche-sur-Yon - Tél. : 02 51 05 24 24 8

56 | HABITER EN VENDÉE | N° 12


PAJOT CHÉNÉCHAUD la Qualité des Produits et des Services depuis 1972

Plomberie - Chauffage - Électricité - Domotique Climatisation - Ventilation - Isolation Énergies renouvelables Salle de bains de “A à Z” Maintenance - Entretien - Dépannage - Ramonage OUVERT TOUTE L’ANNÉE 6 jours / 7 Hall d’exposition :                     2 rue Bernard Palissy – Olonne-sur-Mer 85340 Les Sables d’Olonne

02 51 95 28 31

Agence commerciale : 49 avenue des Sables 85440 Talmont-Saint-Hilaire

contact@pajotchenechaud.fr

www.pajotchenechaud.fr


VENDÉE FEDERATION FRANCAISE DU BATIMENT


Construire

,

ou

rénover

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 59


Loi ELAN : Construire sur des bases saines La loi ELAN dont les derniers textes sont parus cet été a rebattu les cartes de la législation sur la vente des terrains constructibles. Parmi les nombreux articles que cette loi comporte, l’article 68 concerne une étude obligatoire de la nature des sols. Le contenu de ces études vient d’être précisé par un arrêté publié le 6 août. Vincent Menuet, responsable du service d’étude de sol chez GPH* nous détaille cette nouvelle réglementation.

Régulièrement, la presse se fait l’écho de cas de propriétaires en procès avec architectes, maîtres d’œuvre ou entreprises du bâtiment, suite à ce qui est souvent présenté comme des malfaçons. Dans de nombreuses situations, c’est l’état du sol qui est en cause. Faute de fondations adaptées à la nature de ce dernier, la construction s’affaisse et des fissures apparaissent, parfois au bout de seulement quelques années. Le phénomène rendant le logement dangereux et par conséquent inhabitable. « C’est une situation qui va s’accentuer » déclare Vincent Menuet. « La plupart des bons terrains sont déjà construits. On déborde de plus en plus sur des marais, des plans d’eau remblayés ou d’anciennes carrières. La nature argileuse du terrain peut également être la source du problème. L’argile se gonfle en saison pluvieuse et se rétracte sous les chaleurs estivales, ce qui est mauvais pour les fondations. Avec l’amplification de ces épisodes météorologiques, on va au devant de plus en plus de cas. »

DAN S LES T EX T ES

Il est vrai qu’au-delà des procédures longues et coûteuses que peuvent engendrer une fragilisation de son habitation, il faut également prendre en compte l’impact psychologique qui est lui difficilement quantifiable.

S U R L E TE R R A I N Concrètement, toute personne désireuse de proposer à la vente un terrain à construire devra, pour obtenir l’acte notarié, faire réaliser une première étude. « Cette première phase préalable est appelée mission G1 » précise Vincent Menuet. « Son contenu est défini par un arrêté publié le 6 août. Des préconisations existent cependant déjà, mais elles ne sont pas assez respectées. Ce qui est dommage car il suffit souvent d’approfondir les fondations. Une opération dont le surcoût reste minime par rapport au coût des réparations. » Par la suite, une fois le terrain vendu, le maître d’ouvrage devra faire appel à un professionnel de la construction. Ce dernier aura le choix entre 2 solutions. Soit réaliser une étude géotechnique de conception dite « mission G2 », prenant en compte l’implantation et les caractéristiques du projet. Soit suivre les techniques particulières de construction qui sont définies dans l’arrêté publié le 15 août de la Loi ELAN. Les règles indiquent des fondations de 80 cm à 120 cm de profondeur, pour les terrains en risque moyen à fort, ainsi qu’une rigidification de la structure et d’autres techniques particulières. « Sachant que pour la Vendée, sur un terrain stable non exposé, la mise hors gel préconisée est de 50 cm » ajoute Vincent Menuet. De plus, la mission G2 est rendue indispensable à l’exécution du contrat dans la dernière révision du DTU 13.1 portant sur les fondations superficielles. Elle personnalise les adaptations à prévoir en fonction du projet. En l’absence de G2, l’ensemble des règles forfaitaires devront être appliquées pour tous les terrains concernés (terrains à exposition moyenne ou forte).

D E S CO Û TS E N P LU S , D E S R I S Q U E S E N M O IN S .

C’est là que l’article 68 de la loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique) entre en scène. « Il rend obligatoire une étude préalable sur l’argilosité des sols pour tout vendeur de terrain à construire » explique Vincent Menuet. « Les décrets et arrêtés d’application sont connus depuis le 15 août et donnent des cadres au contenu des études de sol. Ils définissent les zones exposées et préconisent des techniques particulières de construction dans ces zones ».

Certes, ces études supplémentaires, ainsi que les solutions à mettre en œuvre pour palier aux problèmes détectés, ajoutent un coût pour l’acquéreur. Cependant, ce coût d’étude de sol estimé à 1 % de la valeur du bien construit, reste largement inférieur à la facture engendrée par une instabilité du logement le rendant inutilisable.

La carte des zones constructibles concernées sur le territoire français par la loi ELAN (terrain classé en exposition moyenne ou forte) a été remaniée. « Pour la Vendée, le pourcentage de la surface du département concerné par la loi est passé de 28 à 40 % environ. Il était temps que les pouvoirs publiques s’attaquent au problème. » Cette carte est consultable sur le site georisques.gouv.fr.

Enfin, cette étude réalisée par des professionnels sérieux, pourrait devenir un sésame indispensable pour obtenir un financement de son projet immobilier auprès des établissements bancaires.

60 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

L’étude G2 permet de diminuer significativement les risques de sinistres et d’anticiper les coûts d’adaptation des fondations, dans le budget global de construction.

* Génie Pour l’Habitat : bureau d’étude sols et structures pour l’habitat à Challans


ÉTUDES DE SOL ET DE STRUCTURE :

Vous avez un projet de construction ou de rénovation ? Le bureau d’études GPH réalise vos études de sol et de structure pour déterminer les systèmes de fondations et d’élévation les mieux adaptés à votre projet. Une étape essentielle pour garantir la stabilité et la pérennité de votre maison.

INDISPENSABLES POUR ÉVITER LES SINISTRES ADAPTER LA STRUCTURE DE VOTRE MAISON AUX CONTRAINTES GÉOLOGIQUES, ARCHITECTURALES ET RÉGLEMENTAIRES Mouvements hétérogènes du sol, terrains remaniés, retraits-gonflements des argiles, cavités, tassements différentiels peuvent entraîner des dégâts sur les maisons. Les études de sol et de structure permettent de les éviter en adaptant les fondations de la maison au terrain et en déterminant le meilleur système structurel d’un projet.

02 53 88 09 34 crédits photos : Vincent Bauza

CONSTRUIRE PARASISMIQUE EST OBLIGATOIRE Des séismes significatifs sont recensés régulièrement en France. Pour prévenir les risques, des règles de construction existent. Il est indispensable de faire appel à un bureau d’études pour garantir la conformité des ouvrages et leurs résistances aux aléas naturels.

be-gph.fr La solution sol et structure pour la maison individuelle GPH est un bureau d’études du groupe Novam Ingénierie

La modélisation 3D permet de simuler les effets d’un séisme sur la structure, en intégrant les paramètres du sol | N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 61


La RE 2020 et les labels énergétiques. La dernière Réglementation Thermique, encore en vigueur aujourd’hui, date de 2012. La RT 2012 se concentre sur les améliorations de performance énergétique concernant les aspects thermiques et l’isolation du logement. Pour renforcer les exigences de la RT 2012, deux labels ont été mis en place pour remplacer le label BBC (Bâtiment Basse Consommation) : Le label HPE (Haute Performance Énergétique) qui vise une réduction de la consommation d’énergie primaire à 45 kWh/m² par an et le label THPE (Très Haute Performance Énergétique) qui vise une réduction de la consommation d’énergie primaire à 40 kWh/m² par an. Mais tout cela deviendra obsolète à l’été 2021 avec la mise en place de la RE 2020

L’appellation RE pour Réglementation Environnementale en remplacement de Réglementation Thermique, montre que l’objectif est plus large. Le Gouvernement fixe trois caps à la RE 2020 : • Diminuer l’empreinte carbone des bâtiments (construction comme usage). • Améliorer la performance énergétique des bâtiments. • Garantir la fraîcheur des bâtiments pendant les étés caniculaires. Avec la RE 2020, le bâtiment à énergie positive devient la norme de construction LA RE 2020 REPOSERA SUR 3 NORMES CLÉS : 1 – Avoir une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/ an*. Pour avoir une consommation de chauffage basse, plusieurs règles sont à appliquer : • Une isolation performante qui utilise des matériaux écologiques, chanvre ou ouate de cellulose. • Une ventilation efficace. La RE 2020 aura notamment de

nouvelles exigences concernant le dimensionnement et le contrôle des installations de ventilation. • Respecter une conception bioclimatique optimale en exploitant par exemple la chaleur du soleil au maximum (avec de grandes baies vitrées côté sud de la maison). 2 – Avoir une consommation totale d’énergie primaire inférieure à 100 kWh/m²/an. Cette consommation représente moitié moins que cette exigée par la RT 2012. Pour réduire cette consommation d’énergie primaire, les gestes comme la coupure plutôt que la mise en veille de certains appareillages sera indispensable. L’idéal sera sans doute d’équiper la maison d’un gestion domotique centralisée permettant le démarrage du chauffage, l’extinction des lumières ou encore la fermeture des volets, etc. 3 – Produire une énergie renouvelable pour avoir un bilan énergétique passif ou positif. Pour cela, un ou plusieurs dispositifs de production d’énergie doivent être intégrés au bâtiment : • Panneaux solaires.

• Puits canadien. • Poêle à bois/granulés. • Ballon thermodynamique. • Autres. La RE 2020 a donc pour but de garantir des bâtiments plus économes en énergie, mais aussi plus sains et plus confortables pour leurs habitants.

SE RETROUVER DANS LA JUNGLE DES LABELS ÉNERGÉTIQUES Un label énergétique a pour objectif de garantir un ensemble d’éléments constituant une haute performance énergétique sur les points suivants : •Une isolation performante certifiée par un bureau d’étude thermique. • Une bonne étanchéité à l’air vérifiée à l’aide d’un test d’étanchéité à l’air. • Une ventilation contrôlée permanente. • L’orientation et le choix architectural, par exemple les ouvertures sur la façade pour bénéficier d’un apport solaire maximum. • L’utilisation d’énergies renouvelables pour le chauffage, le rafraîchissement et l’eau chaude sanitaire.

*Le kWhep/m²/an est l’unité de mesure de la consommation d’énergie primaire par unité de surface et par an. Elle sert notamment à mesurer la performance énergétique d’un bâtiment. Les énergies primaires regroupent le chauffage, l’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les appareils électriques. Le kWhep/m²/an prend en compte l’énergie nécessaire à la production et au transport de l’électricité.

62 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Des labels vont devenir obsolètes. Les labels français vont évoluer avec la mise en en place de la RE 2020. Des labels ou des certifications qui présentaient une plus-value par rapport à la RT 2012, deviendront ainsi moins-disant au regard de la RE 2020 qui va imposer une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/ an, une consommation totale d’énergie primaire inférieure à 100 kWh/m²/an et de produire un bilan énergétique passif ou positif. Et pourquoi pas les labels Européens. Passiv’Haus est un label allemand de performance énergétique des bâtiments. Bien que le label soit allemand, il existe une association “La Maison Passive France” qui certifie et labellise les maisons et bâtiments passifs respectant ces critères.

Maître d’œuvre

La maison passive converse la chaleur de toutes les sources en provenance de l’intérieur (usage d’appareils électroménagers, luminaires, informatique...) grâce à une isolation thermique de haute performance dans les murs, les sols, les toits et les fenêtres. Elle met notamment l’accent sur l’absence des ponts thermiques, le contrôle de la ventilation et l’étanchéité de l’air. Pour obtenir le label Passiv’Haus un bâtiment doit respecter, dans toutes les pièces d’habitation : • Un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an ou une puissance de chauffe < 10 W/m². • Un besoin en énergie primaire totale (électroménager inclus) inférieur à 120 kWh/m²/an. • Une parfaite étanchéité de l’enveloppe thermique n50 ≤ 0.6 h-1.

Les avantages des maisons labélisées Passiv’haus : • Confort à la fois pendant les mois chauds et froids avec des coûts de construction raisonnables. • Qualité de l’isolation et de la conception d’étanchéité à l’air. • Écologie car les bâtiments Passiv’haus, causent peu de dommages à l’environnement et l’énergie nécessaire à leur construction est plutôt insignifiante par rapport à l’énergie qu’ils épargnent plus tard. • Abordabilité car l’investissement exigé par la norme « maison passive » est atténué par la suppression du chauffage coûteux et des systèmes de refroidissement. Le soutien financier de plus en plus disponible dans de nombreux pays rend la construction d’une maison passive d’autant plus réalisable.

! é t i l a n i g i r o Osons l’

NOTRE MÉTIER, CONSTRUIRE VOTRE BONHEUR ! Plans sur mesure • Maisons individuelles et Bâtiments www.oconception.fr LE POIRÉ SUR VIE

Dépôt de Permis de Construire • Chiffrage artisans locaux Suivi de chantier • Conseils Feng Shui

02 51 31 31 91

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 63


Aucoin Signabois, en avance sur la performance énergétique !

Proposer dès 1973 des maisons à ossature bois était sacrément visionnaire. Cette capacité à avoir un coup d’avance demeure encore aujourd’hui et AUCOIN SignaBois est d’ores et déjà prêt à s’adapter aux nouvelles normes de construction qui s’appliqueront en 2021.

64 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


T

out changement de réglementation vient percuter, voire perturber, la vie d’une entreprise de construction. Ce sera le cas pour beaucoup d’entre elles avec la mise en place en 2021 de la RE 2020 en remplacement de la RT 2012. Pas chez AUCOIN Signabois, car on est déjà prêt depuis un certain temps. En effet l’entreprise possède le label allemand Artisan Passiv’haus depuis 2018. « Le label Passiv’haus est plus proche de la RE 2020 que de la norme française RT 2012, donc nous allions déjà plus loin que la réglementation en vigueur avec ces réalisations sous label. » explique Fabien Aucoin le gérant. Précurseur est un terme qui qualifie bien l’entreprise AUCOIN Signabois. Au sortir de la seconde guerre mondiale, le grand père de Fabien Aucoin spécialise l’entreprise familiale dans la charpente et la menuiserie et accompagne l’essor de la construction des maisons individuelles. Au début des années 1970, c’est le père qui, ayant repris les rênes de l’entreprise, part observer ce qui se fait dans les pays où le bois est un matériau de construction à part entière Allemagne, Autriche, Canada… Il devient alors l’un des premiers en Vendée à proposer des maisons à ossatures bois. Aujourd’hui « notre métier est de proposer au client la très haute performance énergétique. Comme mon père, j’ai regardé ce qui se faisait de mieux ailleurs, d’où l’application et

l’obtention du label allemand Artisan Passiv’haus très en avance sur les normes hexagonales, avec l’idée de - qui peut le plus, peut le moins - et que cette exigence serait au bénéfice des clients et de l’environnement. » raconte Fabien Aucoin. Matériau vivant, le bois permet de réaliser une enveloppe à haute performance avec une parfaite étanchéité à l’air, une très bonne isolation, en particulier par l’absence des ponts thermiques, ces points de déperdition énergétique qui affaiblissent les performances de l’isolation du bâtiment. Associé à un système de production d’énergie propre et économe via une ventilation double flux thermodynamique, la maison à ossature bois présente des performances énergétiques remarquables. « La maison à ossature bois est sans doute l’un des meilleurs procédés constructifs pour entrer dans les nouvelles normes de la RE 2020 » prévient Fabien Aucoin. Chez AUCOIN Signabois ce sont 12 collaborateurs qui accompagnent vos projets, de la création d’un escalier intérieur, à la réalisation d’une petite extension à ossature bois, comme d’une maison de 250 mètres carrés. Techniciens du bureau d’étude, charpentiers et menuisiers développent leur savoir-faire et leur expertise sur tout le département de la Vendée et le sud de la Loire-Atlantique.

5 Bellevue 85670 Saint-Paul-Mont-Petit 02 51 98 52 64 contact@aucoin-signabois.fr www.signabois-lucaucoin.fr

| N° 12 | HABITER EN VENDÉE | 65


ADNE INGÉNIERIE, les Experts Vendée.

Le bureau d’études ADNE INGÉNIERIE (Audit Diagnostic Nouvelles Énergies) et ses experts de la performance des bâtiments : thermique, fluides, perméabilité à l’air, acoustique ainsi que de la formation des artisans, sont au service des particuliers comme des architectes, maîtres d’œuvre et constructeurs.

INGENIERIE

66 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Q

«

uand j’ai créé le bureau d’études il y a maintenant 10 ans, mon but était de réunir des experts qualifiés dans tous les domaines qui participent au confort de vivre d’un bâtiment et d’être ainsi pluridisciplinaire et très réactif » explique le fondateur d’ADNE Driss Sakami. Force est de constater que le but est atteint. ADNE devient le partenaire unique de bon nombre de réalisations dans des domaines aussi divers que l’étanchéité à l’air, le confort acoustique, l’amélioration des performances énergétiques, la thermographie ou bien encore la conception et le dimensionnement des installations électriques. On retrouve ainsi la patte d’ADNE dans des chantiers emblématiques, comme l’agrandissement du complexe aquatique Le CAP (anciennement Arago)

et le nouveau Groupe scolaire Pont Boileau, à La Roche-sur-Yon, ou le CHU de Poitiers. ADNE INGÉNIERIE ce n’est pas seulement le couteau suisse des contrôles et des mises en conformité, c’est également un pôle recherche et innovation qui teste de nouveaux concepts, comme de nouveaux produits ou matériaux. Avec toujours les deux maîtres mots qui guident toutes leurs actions : confort et service. « Le contrôle et la conformité sont au service du confort des utilisateurs du lieu, maison individuelle comme bâtiment tertiaire. C’est cela que nous cherchons sans cesse à améliorer : économie d’énergie, confort d’usage, aisance phonique. » indique avec passion Driss Sakami. Que vous soyez architecte, maître d’œuvre, artisan ou particulier, les experts d’ADNE sont à votre service.


PRI

ME

PA

COM BLE S

ti

1E

ns

D E

Condi

o

S

D’AVANCE

de revenus

ISOLATION Depuis 40 ans, les équipes d’IBF sont spécialisées dans l’application d’isolant à base de laine minérale en Vendée. Grâce au label RGE, nous pouvons vous faire, bénéficier d’un dispositif d’aide pour la réalisation de travaux à moindre coût. IBF, peut vous apporter une solution globale de la visite technique à la réalisation des travaux, en passant par la création des dossiers de primes et des devis gratuits.

IBF ISOLATION Z.I. Le Recrédy 85170 BELLEVILLE-SUR-VIE 02 51 41 29 75 exploitation@ibf-isolation.fr

www.ibf-85.fr


GROUPE SATOV, portrait de famille.

Le Groupe Satov rassemble, Maison Satov, Maison Séphoria, Majelli Promoteur, I-Renov et Vendée Aménagement pour un seul objectif, la qualité de la construction et le confort de vie de ses habitants.

68 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


L

a sagesse populaire affirme qu’il n’y a pas d’amour mais seulement des preuves d’amour. Il en est sans doute de même pour la qualité. Cela tombe bien car des preuves de qualité, le Groupe Satov en possède et de très solides. Sachant qu’il existe actuellement en France 1 565 constructeurs de maisons, que sur ce nombre seuls 24 sont certifiés NF Habitat HQE (Haute Qualité Environementale) et que sur ces derniers seulement 6 sont labellisés référents dont bien évidement le Groupe Satov, la preuve est irréfutable. Ainsi qu’il s’agisse d’une maison Satov ou d’une maison Séphoria, la certification Habitat HQE vous garantit un confort thermique et acoustique performant, une meilleure luminosité, un air ambiant de qualité, un moindre impact des ondes magnétiques, une maison basse consommation, un vitrage anti-effraction et des ouvertures sécurisées. Par ailleurs, le modèle constructif de l’ensemble des maisons du Groupe utilise la brique, matériau ayant une résistance thermique 5 fois plus performante à celle du parpaing et toutes sont construites sur une vide sanitaire ventilé. Mais alors quelle différence entre les différentes marques du Groupe ? Maison Séphoria propose des maisons types sur plan personnalisables pour un budget optimisé ou bien sur-mesure pour une maison unique. Traditionnelle ou contemporaine, toiture tuiles ou terrasse, volets roulants ou battants,… vous avez une centaine de possibilités pour avoir une maison qui vous ressemble.

Les maisons Satov quant à elles sont des réalisations premium et haut de gamme aux lignes architecturales innovantes. L’accompagnement peut aller jusqu’à la réalisation de la cuisine, du dressing, de la décoration intérieure, comme de l’aménagement du jardin. Majelli Promoteur conçoit et réalise des programmes immobiliers neufs : appartements, maisons et tertiaire. Tous les logements construits bénéficient d’une recherche de qualité quant au choix des matériaux et du confort thermique et acoustique du lieu et d’une sobriété énergétique certaine. I-Renov répond à l’ensemble des travaux de rénovation générale, agrandissement ou restructuration du bâti. Vendée Aménagement est un aménageur foncier et se positionne aujourd’hui comme le véritable partenaire de la politique d’aménagement urbaine des communes de Vendée et aménage le paysage urbain de demain en respectant environnement et qualité de vie.

27, route de La Roche-sur-Yon 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie 02 51 26 91 91

| N° 12 | HABITER EN VENDÉE | 69


Plus de 130 TERRAINS À VENDRE en Vendée !

SALLERTAINE - 2 026 m² à partir de 80 000 €

SAINT-RÉVÉREND - 420 m² à partir de 38 400 €

DOMPIERRE-SUR-YON - 390 m² à partir de 50 000 € POUZAUGES - 413 m² à partir de 15 700 €

LA ROCHE-SUR-YON - 390 m² à partir de 60 730 €

GRUES - 506 m² à partir de 21 500 €

LA CHAIZE LE VICOMTE - 837 m² à partir de 66 000 €

LA BRETONNIÈRE LA CLAYE - 509 m² à partir de 19 300 €

www.lotisseo.fr 02 52 09 72 88


Aménager sa

maison

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 71


FLORIAN LABORIEUX, l’artisan peintre.

L’entreprise Florian Laborieux peinture profite d’un bouche-à-oreille positif et étend désormais son activité à toute la Vendée.

72 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


D

epuis 2014, Florian Laborieux dirige l’entreprise créée par son oncle il y 40 ans et dans laquelle il a débuté sa formation de peintre en 1998. « Depuis cette époque, le métier de peintre a beaucoup évolué. L’écoute et le conseil au client sont devenus essentiels. Le chantier proprement dit n’est que le moment final d’une relation avec le client, surtout en peinture et décoration intérieure. Je discute longuement avec le client de ses envies, de ses goûts, du choix des couleurs et des matières en fonction de ses meubles, de son carrelage, des voilages. Une décoration est réussie quand elle est harmonieuse, il faut trouver cette harmonie avec le client. C’est passionnant. » explique Florian Laborieux, avec dans la voix et le regard, la passion de celui qui aime son métier. S’il prend le temps nécessaire avec le client avant le début des travaux, une fois que ceux-ci démarrent « on réalise le chantier d’un seul bloc. Pas question de débuter un lundi, de disparaître 3 jours pour aller sur un autre chantier, de revenir le vendredi pour finir la semaine suivante. J’organise le travail de mon équipe pour qu’un chantier, surtout à l’intérieur, soit rapide pour déranger le moins possible le client. » Écoute, conseil, rapidité et qualité d’exécution, tout cela se sait et participe à la bonne réputation de Florian

Laborieux Peinture. « Nous réalisons plus de 150 chantiers par an et la plupart d’entre eux viennent du bouche-à-oreille et de la recommandation d’anciens clients. C’est très valorisant, car cela prouve que nous avons bien travaillé que les clients nous font confiance et sont satisfaits de notre intervention. » Travaux de peinture et décoration intérieure, ravalement de façade et rafraîchissement des peintures extérieures, pose de revêtement de sols PVC, de parquet PVC et stratifié, d’enduit à la chaux et de toile tendue, les prestations sont variées et toutes exécutées avec maîtrise et dans le respect des choix du client. Florian Laborieux et ses 6 collaborateurs forment une équipe soudée, compétente, organisée et réactive qui travaille avec des fournisseurs choisis avec soin pour l’ensemble des produits utilisés. Le bouche-à-oreille et la réputation de Florian Laborieux Peinture font que les chantiers s’exécutent désormais sur l’ensemble du département. « Depuis plusieurs années, les lieux des chantiers débordent de notre zone d’origine le centre Vendée, on nous demande de plus en plus d’intervenir sur la côte, vers le nord ou le sud du département. » Signe que la qualité du travail effectué se reconnaît et se transmet.

15, Rue des Prunelles 85500 MESNARD-LA-BAROTIÈRE 06 71 78 20 39 www.florian-peinture-decoration.fr Facebook : SARL-Laborieux-Florian

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 73


Avec PAJOT-CHÉNÉCHAUD, l’eau sous toutes ses couleurs !

Vasques, baignoires, douches, votre salle de bains se révèle être d’un esprit nouveau : pureté des lignes, douceur des formes, les ensembles conçus par Pajot Chénéchaud contribuent à transformer ce qui était hier une pièce banale en un lieu privilégié de vie et de bonheur.

” | N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 75


LE BLANC,

valeur absolue !

S

i les techniques actuelles et les nouveaux matériaux permettent de réaliser des produits de couleur, la tendance pour les salles de bains, reste toujours orientée vers le blanc. Valeur sûre assurant un esprit de calme et de repos pour des espaces de détente et de quiétude. C’est dans la forme et le design que l’originalité s’exprime. Un vaste choix s’offre à vous, dans la robinetterie, comme pour les sanitaires, vasques, baignoires. PAJOT-CHÉNÉCHAUD a sélectionné pour vos projets les « must » du marché actuel. Une visite au showroom s’impose pour trouver conseil auprès de vrais professionnels capables de concevoir et de réaliser vos rêves.

76 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


et la couleur ?

Autre esprit, autre choix : la couleur a aussi ses adeptes. Aujourd’hui les tonalités franches et saturées laissent la place aux teintes subtiles et délicates. Trouver une harmonie chromatique, donner un esprit nature à votre salle de bains, tous les rêves sont permis. Découvrez les nuances de votre futur environnement avec PAJOT-CHÉNÉCHAUD qui vous propose une sélection des meilleurs fabricants Français et Européens.

Hall d’exposition :                     2 rue Bernard Palissy Olonne-sur-Mer 85340 Les Sables d’Olonne Agence commerciale : 49 avenue des Sables 85440 Talmont-Saint-Hilaire 02 51 95 28 31 contact@pajotchenechaud.fr www.pajotchenechaud.fr

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 77


RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, Espace Info Énergie 85 vous conseille..

Espace Info Énergie 85 vous propose des conseils indépendants et gratuits sur les aides à la rénovation énergétique.

78 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

D

epuis le 1er janvier 2020, les aides à la rénovation énergétique ont évolué avec : « MaPrimeRénov’ », une nouvelle aide pour les ménages modestes et une forfaitisation du crédit d’impôt pour la transition énergétique. Les aides de l’Anah connaissent aussi de grandes évolutions avec une bonification de l’aide « Habiter Mieux Sérénité » et la suppression de l’aide « Habiter Mieux Agilité ». Les aides déjà bien connues

que sont l’éco-prêt à taux zéro, les aides « Coup de Pouce » … sont maintenues sans grand changement. Vous pouvez estimer le montant des aides auquel vous avez droit sur : www.faire.gouv.fr/ aides-de-financement/simulaides. Audelà du pourcentage théorique d’aides calculé par ce logiciel, les conseillers de l’Espace Info Énergie de Vendée sont à votre disposition pour vous apporter des précisions.


Votre statut : vous êtes propriétaire occupant (d’une résidence principale ou secondaire), ou propriétaire bailleur, ou locataire et/ou confronté à de la précarité énergétique. Les conditions de ressources : elles sont déterminées par le « Revenu Fiscal de Référence » qui apparait sur le dernier avis d’imposition connu au moment de la demande d’aide. Celui-ci est différent du « revenu imposable ». Depuis le 1er janvier 2020 et au-delà des catégories de ménages aux revenus dits « très modestes ou modestes », il existe désormais les catégories de ménages aux revenus dits « intermédiaires ou supérieurs » qui font fluctuer les aides telles que le CITE par exemple. L’ancienneté du logement : de 2 ans minimum, à 5 ou 15 ans suivant qu’il s’agit d’aides émanant de l’Etat (Ma Prime Rénov’) de collectivités territoriales ou de l’ANAH (l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat).

Quelques repères pour s’y retrouver parmi les nombreux critères : Le bon tempo : la plupart des aides sont à demander AVANT de signer les devis, à l’exception du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) qui sera à demander auprès des services fiscaux au printemps 2021.

La qualification de l’artisan : pour accéder aux aides, le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) est exigé. Ce label est délivré pour une durée déterminée et donc a besoin d’être renouvelé régulièrement. D’autre part, il correspond à une grande variété de spécificités. Un artisan peut être RGE pour réaliser l’isolation des combles, mais pas des murs. Ou un artisan peut disposer du label pour poser un poêle (Qualibois module air) mais pas pour une chaudière au bois (Qualibois module eau). Nous attirons votre attention sur l’intérêt de demander aux entreprises une copie de leur certificat, ainsi que celle de leur assurance décennale, ce qui garantit qu’ils sont bien couverts pour votre chantier. Pour trouver la liste des entreprises RGE : phttps://www.faire.gouv.fr/trouvez-unprofessionnelvous

Les performances des matériaux et des matériels : il peut s’agir de la résistance thermique d’un matériau isolant dont le symbole est le R ou de l’efficacité saisonnière d’un appareil de chauffage telle que l’ETAS Pour tout renseignement, contactez L’Espace Info Energie de Vendée au 02 51 08 82 27 le lundi de 14h à 17h30 et du mardi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30. www.info-energie-paysdelaloire.fr L’Espace Info Énergie de Vendée a une délégation de mission de service public pour le compte de l’ADEME et fait partie du réseau de conseillers FAIRE. À ce titre, l’Espace Info Énergie de Vendée informe les particuliers par téléphone et sur rendez-vous toute l’année. Pour toucher un public large, ses conseillers sont présents sur des salons, animent des ateliers et des conférences, rédigent des articles sur différents supports et interviennent dans différentes émissions radio. Ses interventions portent sur la rénovation énergétique ainsi que sur la construction neuve, les matériaux d’éco-construction, les énergies renouvelables, la mobilité et les éco-gestes (énergie, eau, alimentation…). Ce service de conseils gratuits et indépendants est porté par l’Association Elise qui a ses bureaux à La Roche-sur-Yon. Elle est partenaire de collectivités territoriales, ce qui lui permet d’assurer des permanences dans différentes communes de la Vendée.

Le bouquet de travaux : L’ANAH (comme certaines collectivités) demande qu’au moins 2 types de travaux soient réalisés et permettent d’améliorer de 25 % la performance énergétique au minimum.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 79


VOTRE ISOLATION POUR 0,00 € Pour vos combles Propriétaire ou locataire, votre revenu fiscal 2019 ne dépasse pas pour : 1 personne : 19 074 € 2 personnes : 27 896 € 3 personnes : 33 547 € 4 personnes : 39 192 € 5 personnes : 44 860 € Personne supp. : + 5 651 € Revenus supérieurs & Résidence secondaire Coût 4,00 € / m2 Seulement 400 € pour 100 m²

86 avenue Charles de Gaulle Olonnes-sur-Mer

02 51 07 23 14


La conception et la réalisation d’un jardin ne se réduisent pas à la plantation de quelques végétaux et au semis d’un gazon. Il naît d’une réflexion globale et d’un échange entre vous et nous. L’exposition, la nature ou encore le relief du terrain, le choix des matériaux, votre sensibilité environnementale ainsi que l’usage de votre espace extérieur sont autant d’éléments qui permettront la réalisation d’un jardin en parfaite adéquation avec vos envies. Notre expérience et la multiplicité des projets réalisés nous permettent, suite à une écoute et des échanges attentifs, de répondre à vos demandes tout en vous surprenant. La confiance, le respect et la bienveillance sont les valeurs principales développées au sein de l’entreprise MPAYSAGE et nous avons à cœur de les partager avec vous.

18 bis, rue de la Camamine - La Mothe-Achard - 85150 Les Achards 2, rue du Creux Jaune - 85520 Jard-sur-Mer 02 51 38 18 41 - m.paysage@wanadoo.fr - www.paysagiste-olonne.fr


GARON PAYSAGE, un jardin en 2020

Les besoins ont évolués. Nous recherchons un espace de détente, de convivialité, pour se ressourcer. Un espace extérieur personnel qui nous offre un retour à la nature plus respectueux, avec la conservation des espèces animales et végétales, avec des vergers, des potagers, des haies libres, des zones humides et des zones plus naturelles avec des herbes hautes. Celui-ci peut être fait sous une forme esthétique, humaine, ouvert sur les autres et agréable pour soi, accueillante, lorsque l’on rentre chez soi et agréable à regarder pour les passants.

Les parties visibles de la rue peuvent être un agrément pour tous les habitants (aménagement de pieds de mur et bords de route). On peut planter quelques arbustes en bords de route avec l’aide de la commune dans certaines villes et participer à l’entretien des abords en faisant la tonte sans ramassage pour limiter l’utilisation de produits chimiques.

82 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Le jardin est constitué de pièces de plus en plus importantes pour notre équilibre dont on profite pleinement, qu’il soit traditionnel, moderne, aquatique ou encore gourmand, il reflète notre personnalité. Un jardin est un lieu de plaisir pour soi et de partage pour les parties visibles de l’extérieur. - Des espaces ludiques, des espaces de repos ombragés ou au soleil pour se regénérer, écouter la nature et découvrir des senteurs naturelles.

- Des terrasses décoratives modernes avec des matériaux nobles comme la pierre ou des matériaux recyclés ou recyclable. Les circulations doivent être réfléchies, dans les jardins, elles doivent se faire les plus discrètes possibles pour la voiture, et être une promenade naturelle et facile d’entretien. - Des massifs de plantes variées et décoratives pour le plaisir des yeux, des vergers, des potagers plus ou moins grands qui nous permettent de disposer des fruits de la nature qui nous apprennent à respecter les saisons et la patience, qui servent de refuge pour la faune naturelle du jardin.

Garon Paysage

créateur de jardins

21, chemin de la Baraque 85200 Fontenay Le Comte

Tél. 02 51 69 16 05 accueil@ets-garon.fr

Baignade & nature

Bassins - Piscines naturelles

www.ets-garon.fr ÉTUDE, DEVIS, CRÉATION DE TOUT TYPE DE JARDINS, 40 D’EXPÉRIENCES AU SERVICE DU PARTICULIER De la campagne à l’urbain, du classique au moderne, en restant au plus proche de la nature et de l’écologie

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 83


20 au 22 NOVEMBRE

SALON

Maison

2020

CONSTRUCTION

AMÉNAGEMENT ÉQUIPEMENT DÉCORATION

ENTRÉE

e t i u t Gra LES ATLANTES - Les Sables d’Olonne


Financer son

projet

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 85


LA MAISON DU CRÉDIT Courtage en Prêt immobilier

“ Et si on parlait

de vos projets ?

86 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

C’est la première question qui caractérise l’approche de la Maison du Crédit quand elle accompagne ses clients dans la structuration, la pérennisation et la croissance de leur patrimoine immobilier. « Notre méthode est structurée : Bilan, pour bien comprendre la situation. Analyse pour définir la bonne stratégie. Mise en place des solutions pour des investissements réussis. »


“ Notre métier,

faire des heureux

Construire une relation de proximité axée sur la compréhension de votre projet et des enjeux des investissements. Les bénéfices de cette relation : Un gain financier Un accompagnement personnalisé Un gain de temps Une transparence du process

La Maison du Crédit C’est d’abord ... un savoir-faire, une expertise et des solutions

Notre marque est indépendante et nous permet d’adopter une démarche qui privilégie avant tout vos intérêts, cela contribue à notre ADN, nos valeurs.

pour devenir propriétaire, développer un patrimoine, faire face à un changement, financer un projet professionnel ou bien assurer un financement.

Agence Les Sables d’Olonne 52 Av. Georges Pompidou 85100 LES SABLES D’OLONNE Tél. : 02.51.90.08.42 N° Orias 13003484

Agence La Roche-sur-Yon 33 rue Salvador Allende 85000 LA ROCHE-SUR-YON Tél. : 02.51.41 44 81 N° Orias : 13002936

www.lamaisonducredit.net Courtier en crédit immobilier enregistré à l’Orias. Conformément à la loi, aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent. Agence financièrement et juridiquement indépendante. Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 87


Le Financement Vous souhaitez construire ou rénover ? Sachez que différents prêts ou aides peuvent vous être octroyés : prêts à taux zéro pour la construction, Eco Prêt pour la rénovation, crédit d’impôt, aide de la Région, du Département ou des collectivités locales. Cette rubrique vous en dit plus.

Agence Départementale d’Information sur le Logement et l’Énergie de la Vendée

88 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Acheter ou Construire

AVEC LE PRÊT À TAUX ZÉRO Le PTZ (Prêt à Taux Zéro) est un prêt sans intérêt aidé par l’Etat Les bénéficiaires Peuvent bénéficier du PTZ, en 2020, les primo-accédants (c’est-dire les personnes n’ayant pas été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années précédant l’émission de l’offre de prêt) dont les revenus ne dépassent pas un plafond variable en fonction du nombre de personnes destinées à occuper le logement et de sa localisation. La condition de primo-accession n’est pas exigée : • Si l’un des occupants est titulaire d’une carte mobilité inclusion invalidité ou d’une carte invalidité ou s’il est bénéficiaire d’une allocation adulte handicapé ou d’éducation d’un enfant handicapé. • Si l’emprunteur est victime d’une catastrophe ayant rendu définitivement inhabitable sa résidence principale. Les opérations ouvrant droit au PTZ Le bien devra être la résidence principale de l’emprunteur. Le PTZ peut être accordé pour : • Acheter un terrain et construire, acquérir un logement neuf ou un logement dans lequel sont effectués des travaux conduisant à la production d’un logement neuf. • Transformer ou acheter et transformer un local qui n’est pas à usage d’habitation en logement. • Acheter et réhabiliter un logement ancien (en zone B2 ou C uniquement), à condition que le montant des travaux d’amélioration représente au moins 25 % du coût total de l’opération. • Acheter un logement social existant sous certaines conditions ou réaliser une opération dans le cadre d’une locationaccession. • Financer l’acquisition de droits réels immobiliers dans le cadre d’un Bail réel solidaire. Conditions d’occupation du logement Le logement doit être la résidence principale de l’emprunteur pendant au moins six ans à compter du versement du prêt.

Passeport pour une accession durable C’est une aide forfaitaire de 1 500 € minimum accordée par certaines communes ou communautés de communes de Vendée versée sous les conditions : • d’être primo-accédant au sens du PTZ (ne pas avoir été propriétaire dans les 2 dernières années), • de répondre aux plafonds de ressources du PTZ, • de construire un logement neuf respectant la RT 2012 en vue de l’occuper à titre de résidence principale sur le territoire communal.

Plafond de ressources revenu fiscal de référence N-2 Nombre Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C d’occupants 1 Personne 37 000 € 30 000 € 27 000 € 24 000 € 2 Personnes

51 800 €

42 000 €

37 800 €

33 600 €

3 Personnes

62 900 €

51 000 €

45 900 €

40 800 €

4 Personnes

74 000 €

60 000 €

54 000 €

48 000 €

5 Personnes

85 100 €

69 000 €

62 100 €

55 200 €

6 Personnes

96 200 €

78 000 €

70 200 €

62 400 €

7 Personnes 8 Personnes et plus

107 300 €

87 000 €

78 300 €

69 600 €

118 400 €

96 000 €

86 400 €

76 800 €

Quotité applicable au coût de l’opération Nature de l’opération Logement neuf Logement ancien avec travaux

PTZ Nombre d’occupants

Zone A et B1

Zone B2 et C

40 %

20 %

Non-éligible

40 %

Montant plafond du coût de l’opération Zone A

Zone B1

Zone B2

Zone C

1 Personne

150 000 € 135 000 € 110 000 € 100 000 €

2 Personnes

210 000 € 189 000 € 154 000 € 140 000 €

3 Personnes

255 000 € 230 000 € 187 000 € 170 000 €

4 Personnes

300 000 € 270 000 € 220 000 € 200 000 €

5 Personnes et plus

345 000 € 311 000 € 253 000 € 230 000 €

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 89


Les aides

À LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE MaPrimeRénov MaPrimeRénov’ est une nouvelle aide de l’ANAH, octroyée sous conditions de ressources. Elle est distribuée à la fin de vos travaux et vise à faciliter la réalisation de travaux de rénovation énergétique dans votre logement. Ainsi, depuis le 1er janvier 2020, si vous êtes un ménage aux revenus modestes ou très modestes, vous êtes concernés par cette prime. Dans le cas contraire, vous pouvez toujours bénéficier du Crédit d’impôt pour les travaux de rénovation énergétique jusqu’au 31 décembre 2020. Qui peut bénéficier de MaPrimeRénov’ ? • Propriétaire-occupant Si vous êtes propriétaire occupant, vous pouvez bénéficier de MaPrimeRénov’ pour des travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale. Celle-ci doit être achevée depuis plus de deux ans à la date du paiement définitif de la dépense et vos revenus doivent être inférieurs aux montants suivants :

Plafonds de ressources applicables en 2020 pour les ménages aux ressources modestes Nombre de personnes composant le ménage 1 2 3 4 5 Personne sup.

Plafonds de ressources en Ile-de-France

Plafonds de ressources pour les autres régions

25 068 € 36 792 € 44 188 € 51 597 € 59 026 € + 7 422 €

19 074 € 27 896 € 33 547 € 38 192 € 44 860 € + 5 651 €

Plafonds de ressources applicables en 2020 pour les ménages aux ressources très modestes Nombre de personnes composant le ménage 1 2 3 4 5 Personne sup.

Plafonds de ressources en Ile-de-France

Plafonds de ressources pour les autres régions

20 593 € 30 255 € 36 297 € 42 381 € 48 488 € + 6 096 €

14 879 € 21 760 € 26 170 € 30 572 € 34 993 € + 4 412 €

90 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

• Syndic de copropriété (immeuble collectif) Le syndic peut faire réaliser des travaux de rénovation énergétique dans les équipements et parties communes d’un immeuble collectif. Pour quel montant ? Vous ne pouvez pas bénéficier de plus de 20 000 € de primes pour un seul logement pendant cinq ans. Les travaux doivent concerner : • les chaudières à très haute performance énergétique, à l’exception de celles utilisant le fioul comme source d’énergie, pour les immeubles non raccordés à un réseau de chaleur aidé par l’Ademe ; • les équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses : - chaudières à alimentation automatique fonctionnant au bois ou autre biomasse ; - chaudières à alimentation manuelle fonctionnant au bois ou autres biomasses ; - équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire indépendants fonctionnant au bois ou autres biomasses ; • les équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire : - équipements de production de chauffage fonctionnant à l’énergie solaire thermique ; - équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire thermique ; - équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant avec des capteurs solaires hybrides thermiques et électriques à circulation de liquide ; • les pompes à chaleur (autres qu’air/air) dont la finalité essentielle est la production de chauffage ou d’eau chaude sanitaire : - pompes à chaleur géothermiques ou solaro-thermiques, ainsi que l’échangeur de chaleur souterrain associé ; - pompes à chaleur air/eau ; - pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire ; • les équipements de raccordement à un réseau de chaleur et/ou de froid ; • la dépose d’une cuve à fioul ; • la ventilation mécanique contrôlée double flux ; • la réalisation, en dehors des cas où la réglementation le rend obligatoire, d’un audit énergétique ; • l’isolation thermique des parois vitrées, à la condition que les


matériaux installés viennent en remplacement de parois en simple vitrage ; • l’isolation des murs en façade ou pignon ; • l’isolation des rampants de toiture et plafonds de combles ; • l’isolation des toitures terrasses ; • la protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires en Outre-Mer.

Tous vos travaux doivent être réalisés par une entreprise Reconnue garante de l’environnement (RGE), à l’exception des déposes de cuves à fioul, des raccordements à un réseau de chaleur et de la protection de parois vitrées. La prime correspond à un montant forfaitaire fixé par type de travaux ou prestations, en fonction de leurs caractéristiques et de vos ressources. La prime peut porter sur un ou plusieurs travaux.

Les équipements et matériaux éligibles doivent respecter des critères techniques.

Dépenses éligibles à la prime portant sur un même logement : Types de dépenses Chaudières à très haute performance énergétique, à l'exception de celles utilisant le fioul comme source d'énergie Chaudières à alimentation automatique fonctionnant au bois ou autres biomasse Chaudières à alimentation manuelle fonctionnant au bois ou autres biomasse Équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire indépendants fonctionnant au bois ou autres biomasses : • Poêles à granulés, cuisinières à granulés • Poêles à bûches, cuisinières à bûches • Foyers fermés, inserts Équipements de production de chauffage fonctionnant à l’énergie solaire thermique Équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire thermique Équipements de chauffage ou de fourniture d'eau chaude sanitaire fonctionnant avec des capteurs solaires hybrides thermiques et électriques à circulation de liquide Pompes à chaleur géothermiques ou solarothermiques Pompe à chaleur air/eau Pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire Équipements de raccordement, ou droits et frais de raccordement, à un réseau de chaleur ou de froid Dépose d’une cuve à fioul Systèmes de ventilation mécanique (VMC) contrôlée double flux autoréglables ou hygroréglables Audit énergétique Isolation thermique des parois vitrées Isolation des murs en façade ou pignon : • Isolation des murs par l’extérieur • Isolation des murs par l’intérieur • Isolation des rampants de toiture et plafonds de combles • Isolation des toitures terrasses Équipements ou matériaux de protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires, pour les immeubles situés en Outre-Mer

Prime à la transition énergétique (ménages aux ressources très modestes)

Prime à la transition énergétique (ménages aux ressources modestes)

1 200 €

800 €

4 000 €

10 000 €

8 000 €

18 000 €

8 000 €

6 500 €

16 000 €

3 000 € 2 500 € 2 000 €

2 500 € 2 000 € 1 200 €

5 000 € 4 000 € 4 000 €

8 000 €

6 500 €

16 000 €

4 000 €

3 000 €

7 000 €

2 500 €

2 000 €

4 000 €

10 000 € 4 000 €

8 000 € 3 000 €

18 000 € 12 000 €

1 200 €

800 €

3 500 €

1 200 €

800 €

1 800 €

1 200 €

800 €

1 250 €

4 000 €

3 000 €

6 000 €

500 € 100 € / équipement

400 € 80 € / équipement

800 € 1 000 € / équipement

75 € / m2 25 € / m2 25 € / m2 100 € / m2

60 € / m2 20 € / m2 20 € / m2 75 € / m2

150 € / m2 70 € / m2 75 € / m2 180 € / m2

25 € / m2

20 € / m2

200 € / m2

Plafonds de dépenses éligibles (TTC)

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 91


Dépenses portant sur les parties communes ou équipements communs à plusieurs logements : Types de dépenses

Prime à la transition énergétique (ménages aux ressources très modestes)

Prime à la transition énergétique (ménages aux ressources modestes)

Chaudières à très haute performance énergétique, à l'exception de celles utilisant le fioul comme source d'énergie

400 € par logement

300 € par logement

4 000 € par logement

3 000 € par logement

8 000 € par logement

18 000 € par logement

1 000 € par logement

750 € par logement

7 000 € par logement

Chaudières fonctionnant au bois ou autres biomasse Équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire thermique Pompes à chaleur Pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire Équipements de raccordement, ou droits et frais de raccordement, à un réseau de chaleur ou de froid Dépose d’une cuve à fioul Systèmes de ventilation mécanique contrôlée double flux autoréglables ou hygroréglables Audit énergétique

3 000 € par logement

Plafonds de dépenses éligibles (TTC)

2 000 € par logement 18 000 € par logement

400 € par logement

300 € par logement

3 500 € par logement

400 € par logement

300 € par logement

1 800 € par logement

400 € par logement 3 000 € par logement équipé 250 € par logement concerné

300 € par logement 2 000 € par logement équipé 200 € par logement concerné

1 250 € par logement 6 000 € par logement équipé 800 € par logement concerné

100*q € / m² 25*q € / m² 25*q € / m² 100*q € / m²

75*q € / m² 20*q € / m² 20*q € / m² 75*q € / m²

150*q € / m² 70*q € / m² 75*q € / m² 180*q € / m²

25*q € / m²

20*q € / m²

200*q € / m²

Isolation des murs en façade ou pignon : • Isolation des murs par l’extérieur • Isolation des murs par l’intérieur • Isolation des rampants de toiture et plafonds de combles • Isolation des toitures terrasses Équipements ou de matériaux de protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires, pour les immeubles situés à La Réunion, en Guyane, en Martinique, en Guadeloupe ou à Mayotte

Le terme « q » représente la quote-part des dépenses, correspondant au logement.

MaPrimeRénov’ est cumulable avec : • la TVA réduite : la TVA appliquée aux travaux d’amélioration de la performance énergétique est réduite à 5,5 % sous réserve du respect des caractéristiques techniques et des critères de performances minimales des matériaux et équipements. Elle s’applique au coût du matériel et de la main d’œuvre liés aux travaux d’économie d’énergie bénéficiant de MaPrimeRénov’ ; • l’Éco-prêt à taux zéro (Éco-PTZ) ; • les aides des fournisseurs d’énergie (CEE) ; • les aides d’Action Logement ; • le chèque énergie ; • les aides des collectivités locales.

À SAVOIR MaPrimeRénov’ n’est pas cumulable avec les aides de l’ANAH, et notamment avec le dispositif « Habiter Mieux Sérénité ».

Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) Le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est un dispositif fiscal en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020 :

Qui peut bénéficier du crédit d’impôt ?

• si vous êtes un ménage aux revenus intermédiaires ou aisés, vous pouvez déduire de votre impôt sur le revenu une partie des dépenses liées à la fourniture et parfois à l’installation d’équipements performants ;

Si vous êtes propriétaire occupant, aux revenus intermédiaires ou aisés, vous pouvez bénéficier du CITE pour des travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale, à condition que celle-ci soit achevée depuis plus de deux ans à la date du paiement définitif de la dépense.

Sachez que lorsque le montant du crédit d’impôt est supérieur à l’impôt, le trésor public vous verse la différence.

92 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

• Propriétaire occupant


Pour bénéficier du CITE, vous devez respecter les seuils et plafonds suivants : Ménages aux revenus intermédiaires En Île-deAutres France régions entre 25 068 € entre 19 074 € 1 et 27 706 € et 27 706 € entre 36 792 € entre 27 896 € 2 et 44 124 € et 44 124 € entre 44 188 € entre 33 547 € 3 et 50 281 € et 50 281 € entre 51 597 € entre 39 192 € 4 et 56 438 € et 56 438 € entre 59 026 € entre 44 860 € 5 et 68 752 € et 68 752 € Personne sup. + 12 314 € + 12 314 € Nombre de personnes composant le ménage

Ménages aux revenus aisés supérieur à 27 706 € supérieur à 44 124 € supérieur à 50 281 € supérieur à 56 438 € supérieur à 68 752 €

Ce tableau s’applique dans le cas d’un ménage composé d’un à deux adultes et d’enfants ne se trouvant pas en situation de garde alternée. • Syndic de copropriété (immeuble collectif) Si votre copropriété effectue des travaux de rénovation énergétique (isolation, chauffage, etc.), les dépenses afférentes peuvent donner lieu au CITE à hauteur de votre quote-part (fixée par le règlement de votre copropriété). À la suite du paiement définitif du montant des travaux, le syndic doit vous fournir une attestation vous permettant de déduire de vos revenus les dépenses réalisées en fonction de votre quote-part. Pour quels travaux? • Acquisition et pose de matériaux d’isolation thermique des parois vitrées (fenêtres, portes fenêtres…) pour remplacer des parois en simple vitrage. • Isolation des parois opaques (murs en façade ou en pignon, toiture, planchers-bas). Les dépenses éligibles sont celles relatives à l’équipement et au coût de main d’œuvre.

• Équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses ou à l’énergie solaire thermique. • Pompes à chaleur, autres que air/ air. • Pose et équipements de raccordement à un réseau de chaleur ou de froid ou, frais de raccordement à ces réseaux. Les dépenses relatives à un réseau de froid ne sont pas prises en compte pour un immeuble situé dans un département d’Outremer. • Compteur individuel pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire dans les copropriétés. • Audit énergétique réalisé en dehors d’une obligation liée à la mise en location ou à la vente du logement. • Acquisition et pose d’un système de charge pour véhicule électrique. • Acquisition et pose d’un équipement de ventilation mécanique contrôlée à double flux (VMC). • Dépenses relatives à la rénovation globale d’une maison individuelle. Pour cette dépense, deux conditions cumulatives sont nécessaires pour bénéficier du CITE : - la dépense couvre un bouquet de travaux ; - le niveau de consommation énergétique primaire annuelle du logement doit passer de plus de à 331 kWh/m2 avant travaux à moins de 150 kWh/m2 après travaux. •A  cquisition et pose de protections des parois vitrées (fenêtres, portes fenêtres…) ou opaques (murs en façade ou en pignon, toiture, planchers-bas) contre les rayonnements solaires (concerne uniquement les immeubles situés en Outre-mer). •A  cquisition et pose de foyers fermés et inserts de cheminées intérieures. •D  épose de cuve à fioul. Les équipements et matériaux éligibles doivent respecter des critères techniques.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 93


Dépenses éligibles dans un logement individuel Nature de la dépense

Montant Montant (ménages aux revenus (ménages aisés ne remplissant intermédiaires remplissant les pas les conditions d’éligibilité du conditions de ressources du CITE dans sa version transitoire) CITE dans sa version transitoire)

Matériaux d’isolation thermique des parois vitrées à la condition que ces mêmes matériaux viennent en remplacement de parois en simple vitrage

40 € / équipement

0€

Matériaux d’isolation thermique des parois opaques

• 15 € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon par l’intérieur, des rampants de toiture et plafonds de combles aménagés ou aménageables • 50 € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon par l’extérieur, des toitures-terrasses

•1  0 € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon par l’intérieur, des rampants de toiture et plafonds de combles aménagés ou aménageables • 25 € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon par l’extérieur, des toitures-terrasses

Équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses ou à l’énergie solaire thermique

• 4 000 € pour les chaudières à alimentation automatique fonctionnant au bois ou autres biomasses • 3 000 € pour les systèmes solaires combinés • 3 000 € pour les chaudières à alimentation manuelle fonctionnant au bois ou autres biomasses • 2 000 € pour les chauffe-eaux solaires individuels • 1 500 € pour les poêles à granulés et cuisinières à granulés • 1 000 € pour les poêles à bûches et cuisinières à bûches • 1 000 € pour les équipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant avec des capteurs solaires hybrides thermiques et électriques à circulation de liquide

0€

Pompes à chaleur, autres que air/ air

• 4 000 € pour les pompes à chaleur géothermiques • 2 000 € pour les pompes à chaleur air/ eau • 400 € pour les pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire

0€

400 €

0€

300 €

300 €

15 € / m2

0€

300 € 25*q € / m² 400 € 2 000 € 150 € / m2 de surface habitable 600 €

0€ 20*q € / m² 0€ 0€ 0€ 0€

Équipements de raccordement à un réseau de chaleur et/ou de froid, et droits et frais de raccordement Système de charge pour véhicule électrique Équipements ou matériaux de protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires Audit énergétique Dépose de cuve à fioul Équipements de ventilation mécanique contrôlée à double flux Bouquet de travaux pour une maison individuelle Foyers fermés et inserts de cheminées intérieures

94 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Dépenses qui portent sur les parties communes d’un immeuble collectif Montant Montant (ménages aux revenus (ménages aisés ne remplissant intermédiaires remplissant les pas les conditions d’éligibilité du conditions de ressources du CITE dans sa version transitoire) CITE dans sa version transitoire)

Nature de la dépense

Matériaux d’isolation thermique des parois vitrées à la condition que ces mêmes matériaux viennent en remplacement de parois en simple vitrage

40 € / équipement

0€

• 10*q € / m2 pour l’isolation • 15*q € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon des murs en façade ou pignon par l’intérieur, des rampants de par l’intérieur, des rampants de toiture et plafonds de combles toiture et plafonds de combles aménagés ou aménageables aménagés ou aménageables • 50*q € / m2 pour l’isolation des • 25*q € / m2 pour l’isolation des murs en façade ou pignon par murs en façade ou pignon par l’extérieur, des toitures-terrasses l’extérieur, des toitures-terrasses •1  000 € par logement pour les chaudières fonctionnant au bois ou autres biomasses • 350 € par logement pour les 0€ équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire thermique •1  000 € par logement pour les pompes à chaleur géothermiques et les pompes à chaleur air/eau 0€ • 150 € par logement pour les pompes à chaleur dédiées à la production d’eau chaude sanitaire

Matériaux d’isolation thermique des parois opaques

Équipements de chauffage ou de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant au bois ou autres biomasses ou à l’énergie solaire thermique

Pompes à chaleur, autres que air/ air

Équipements de raccordement à un réseau de chaleur et/ou de froid, et droits et frais de raccordement Système de charge pour véhicule électrique Équipements ou matériaux de protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires Audit énergétique Dépose d’une cuve à fioul Equipements de ventilation mécanique contrôlée à double flux

150 € par logement

0€

300 €

300 €

15*q € / m

2

0€

150 € par logement 150 € par logement

0€ 0€

1000 € par logement

0€

* « q » représente la quote-part correspondant au logement considéré.

Le crédit d’impôt ne peut excéder, sur une période de cinq ans comprise entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2020, la somme de 2 400 € pour une personne célibataire, veuve ou divorcée et de 4 800 € pour un couple soumis à imposition commune (cette somme étant majorée de 120 € par personne à charge).

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 95


La TVA à 5,5 % La TVA appliquée aux travaux d’amélioration de la performance énergétique est réduite à 5,5 % sous réserve du respect des caractéristiques techniques et des critères de performances des matériaux et équipements. Elle s’applique à la pose, la dépose, la mise en décharge des produits ou équipements existants et aux travaux émanant des rénovations (par exemple, peinture, plomberie ou électricité suite à des travaux d’isolation des murs par l’extérieur, etc.).

L’Éco-prêt à taux zéro L’Éco-prêt à taux zéro (Éco-PTZ) est un prêt sans intérêts aidé par l’État. Il peut être accordé par un établissement bancaire sans condition de ressources. Il participe au financement de travaux de rénovation énergétique, d’amélioration de la performance énergétique globale du logement, ou de réhabilitation des systèmes d’assainissement non collectif. Qui peut en bénéficier ? • les propriétaires occupants ; • les bailleurs ; • les copropriétaires : pour financer des travaux dans leur lot privatif ou des travaux d’intérêt collectif (exemple : fenêtres ou volets) ou des travaux entrepris sur les parties et équipements communs de l’immeuble ; • le syndicat de copropriétaires : pour les travaux portant sur les parties communes ou les travaux d’intérêt collectif réalisés sur les parties privatives ; • les SCI : uniquement celles redevables de l’impôt sur le revenu, dont au moins un des associés est une personne physique. L’immeuble, objet des travaux, doit être occupé par un associé, personne physique ou mis en location à un locataire tiers à la SCI. Attention : seuls les logements achevés depuis 2 ans et occupés à titre de résidence principale sont concernés. Pour quels travaux ? Trois modalités sont possibles. • L’Éco-PTZ pour financer un ou plusieurs travaux fixés parmi les actions suivantes : - isolation thermique de la toiture ; - isolation thermique de la surface des murs donnant sur l’extérieur ; - isolation des planchers bas sur sous-sol, vide sanitaire ou passage ouvert ; - remplacement d’au moins la moitié des fenêtres en simple vitrage par du double vitrage et remplacement des portes donnant sur l’extérieur ; - installation, régulation ou remplacement du système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire. La dépose d’une cuve à fioul peut être incluse dans cette action ; - installation d’équipements de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable. La dépose d’une cuve à fioul peut être incluse dans cette action - installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable. • L’Éco-PTZ pour atteindre une performance énergétique globale minimale. Il s’agit de financer des travaux permettant d’atteindre une performance énergétique globale minimale du logement en justifiant :

96 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

-d  ’une étiquette énergétique après travaux inférieure à 331 kWh/m2 par an sur les usages chauffage, refroidissement et production d’eau chaude sanitaire ; -d  ’un gain énergétique d’au moins 35 %. Un audit énergétique réalisé par un diagnostiqueur qualifié permet de déterminer les travaux nécessaires. • L’Éco-PTZ pour financer les travaux de réhabilitation du système d’assainissement non collectif. Le nouveau système d’assainissement non collectif ne doit pas consommer d’énergie et se conformer à des prescriptions techniques spécifiques. Le prêt complémentaire Vous avez déjà bénéficié d’un Éco-PTZ et vous souhaitez faire des travaux complémentaires. Il est possible de demander un second Éco-PTZ pour effectuer vos nouveaux travaux de rénovation. Le total des deux prêts ne pourra dépasser 30 000 €. Cette demande peut être faite dans un délai de 5 ans. Les travaux doivent être différents de ceux du prêt initial. En copropriété, il est possible de cumuler un premier Éco-PTZ accordé au syndicat avec un Éco-PTZ complémentaire accordé à ce même syndicat ou à un copropriétaire. À l’exception du prêt complémentaire, il ne peut être accordé qu’un seul prêt par logement. Pour quel montant ? Le montant prêté est égal aux dépenses éligibles indiquées dans le devis, dans la limite des plafonds suivants : • Une action simple 15 000 € • Travaux sur les parois vitrées 7 000 € • 2 des 7 actions éligibles 25 000 € • 3 (et plus) des 7 actions éligibles 30 000 € • Travaux permettant d’atteindre une performance énergétique globale minimale 30 000 € • Réhabilitation du système d’assainissement non collectif 10 000 € • Travaux bénéficiant du Montant du reste à charge programme «Habiter Mieux» dans la limite de 20 000 € Attention : les dépenses éligibles à l’Éco-PTZ comprennent le coût de la fourniture et de la pose des équipements, produits et ouvrages nécessaires à la réalisation de travaux d’économie d’énergie. Les travaux nécessaires indissociablement liés sont également finançables par l’Éco-PTZ (maçonnerie, peinture…). Il est accordé sur présentation des devis des entreprises. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) qui fournit également les matériaux. L’Éco-PTZ peut notamment se cumuler avec : • le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) pour les propriétaires occupants ; • les aides de l’Anah ; • les aides d’Action logement ; • les aides des collectivités locales ; • les primes énergie générées par les Certificats d’économie d’énergie. Il s’effectue sur une durée de 15 ans quelles que soient les actions entreprises sauf si le bénéficiaire souhaite en réduire la durée (minimum de 3 ans).


L’aide « Habiter Mieux » de l’Anah Vous êtes propriétaire-occupant, propriétaire-bailleur ou copropriétaire dans une copropriété fragile et vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation énergétique : l’Anah peut vous aider à les financer avec le programme Habiter Mieux. L’aide Habiter Mieux de l’Anah est accordée, sous conditions de ressources, aux propriétaires-occupants, pour les travaux de performance énergétique dans leur résidence principale. Le logement doit être achevé depuis plus de 15 ans et les travaux doivent permettre un gain énergétique d’au moins 25 %. Propriétaire-occupant : Cette aide comprend une subvention pour travaux couvrant entre 35 % et 50 % du montant des travaux dans la limite de 20 000 € HT et la prime Habiter Mieux de 10 % du montant des travaux subventionnables. Cette prime est distribuée dans la limite de : • 2 000 € pour les ménages aux ressources très modestes, • 1 600 € pour les ménages aux ressources modestes. Propriétaire-bailleur : L’aide Habiter Mieux de l’Anah est accordée aux propriétairesbailleurs pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique réalisés dans le ou les logements qu’ils mettent en location. Le logement doit être achevé depuis plus de 15 ans et les travaux doivent permettre un gain énergétique d’au moins 35 %. En contrepartie de la subvention, le propriétaire doit s’engager auprès de l’Anah à louer le logement à des ménages modestes moyennant un loyer plafonné. L’aide « Habiter Mieux » réunit la subvention pour travaux de l’Agence d’un montant de 25 % du montant des travaux dans la limite de 750 €/m² (80 m² au maximum par logement) et la prime Habiter Mieux de 1 500 € par logement (en remplacement de l’Aide de solidarité écologique). Copropriété : La prime Habiter Mieux de l’Anah permet de financer les travaux d’amélioration de la performance énergétique réalisés sur les parties communes (ravalement de la façade, isolation des murs, …), ou sur les équipements collectifs de la copropriété. Elle permet aussi de financer certains travaux réalisés aux frais de copropriétaire(s) dans leur logement.

• une aide financière de 25 % du montant des travaux dans la limite de 3 750 € par logement, • une prime Habiter Mieux de 1 500 € par logement lorsque les travaux permettent un gain énergétique d’au moins 35 % ; Les syndicats de copropriétaires en difficulté L’aide «Habiter Mieux» permet de bénéficier : • d’une aide financière de 35 à 50 % du montant des travaux, • d’une prime Habiter Mieux de 1 500 € lorsque les travaux permettent un gain énergétique d’au moins 35 %. La prime peut aller jusqu’à 2 000 € quand la collectivité apporte son aide au financement de travaux.

Bonification des aides « habiter Mieux » pour les passoires thermiques : Trois conditions cumulatives : • une évaluation énergétique avant travaux mettant en évidence une étiquette énergétique appartenant aux classes F ou G (consommation énergétique en énergie primaire supérieure à 331kWh/m2/an) ; •u  ne évaluation énergétique prévisionnelle après travaux permettant un changement d’étiquette d’au moins deux classes (étiquette finale plus favorable que «E» consommation inférieure à 330MWH /m2/an, pour un logement initialement en G, et plus favorable que «D» consommation inférieure 230MWh/ m2/an, pour un logement initialement en étiquette «F») ; •u  n gain énergétique minimum de 35 %. Pour les propriétaires occupants cette bonification se manifeste par : • une majoration du plafond de travaux subventionnables porté à 30 000 € ; • une augmentation de la prime Habiter Mieux portée à 20 % pour ces opérations, avec des plafonds bonifiés s’élevant à 4 000 € pour les ménages très modestes et à 2 000 € pour les ménages modestes. Pour les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétaires la prime est bonifiée à hauteur de 2 000 € pour les opérations de sortie de précarité énergétique.

La copropriété doit être achevée depuis plus de 15 ans et comporter au moins 75 % de lots d’habitation occupés à titre de résidence principale. Les travaux doivent permettre un gain énergétique d’au moins 35 %. Cette aide est accordée aux syndicats de copropriétaires présentant des signes de fragilité ou à ceux en difficulté. Les syndicats de copropriétaires présentant des signes de fragilité Les syndicats de copropriétaires présentant des signes de fragilité peuvent bénéficier de l’aide «Habiter Mieux» qui comprend :

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 97


Les certificats d’économies d’énergie (CEE) Le dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE) est un mécanisme qui oblige les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz, fioul, carburants, GPL ...) à encourager les travaux d’économies d’énergie auprès des particuliers, des syndicats de copropriété, des collectivités locales, des entreprises... Les fournisseurs d’énergie ont des objectifs à respecter par période de trois ans. S’ils ne les atteignent pas, ils sont pénalisés financièrement par les pouvoirs publics. Pour encourager les particuliers, ces fournisseurs d’énergie accordent des aides financières (primes, bons d’achat, remise, prêt à taux bonifié, subvention...) ou techniques (diagnostic du logement, ...). En fonction des travaux et de l’amélioration de l’efficacité énergétique obtenue (installation d’une chaudière performante, renforcement de l’isolation du toit, des murs, changement de fenêtres, etc.), les particuliers obtiennent des Certificats d’économies d’énergie (CEE). Les fournisseurs d’énergie leur attribuent une aide en échange de leurs Certificats. Qui peut bénéficier des CEE ? • Les propriétaires occupants, les bailleurs, les locataires ou les occupants à titre gratuit qui envisagent de faire des travaux d’économies d’énergie dans leur habitation de plus de 2 ans (résidence principale ou secondaire). • Les ménages dont les revenus ne dépassent pas les plafonds prévus par l’Anah peuvent bénéficier d’aides renforcées. Ils peuvent notamment solliciter les aides du programme Habiter Mieux. Pour quels travaux ? Les travaux doivent permettre d’améliorer la performance énergétique du logement : isolation des murs, du sol ou de la toiture, changement de fenêtres, programmation du chauffage... La liste complète et les fiches descriptives des travaux éligibles sont disponibles sur le site du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Les matériaux et les équipements installés doivent respecter les performances énergétiques, les normes ou les certifications mentionnées dans ces fiches descriptives : il est important de prendre conseil avant d’engager les travaux (consulter votre ADIL ou votre Espace Info-Energie). L’aide ne sera accordée qu’une seule fois par type de travaux.

Les aides d’action logement Depuis le 19 septembre 2019, l’association Action Logement peut vous accorder une subvention, complétée d’un prêt à 1 % pour vous aider à financer vos travaux de rénovation.

– les propriétaires bailleurs, salariés d’entreprises du secteur privé, respectant les conditions de ressources ou logeant des salariés d’entreprises du secteur privé, respectant les conditions de ressources définies, - les sociétés civiles immobilières dont l’actionnaire majoritaire est salarié d’une entreprise du secteur privé. Pour quel logement ? Le logement, doit être occupé à titre de résidence principale et être situé en zone B2 ou C ou dans une des communes du programme « action coeur de ville ». Pour quels travaux ? Les travaux doivent concerner en priorité l’isolation des murs, de la toiture ou du plancher bas. Si des travaux d’isolation ne sont pas nécessaires, l’aide peut concerner le remplacement du système de chauffage ou l’installation d’un équipement de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant aux énergies renouvelables. Les équipements et matériaux installés doivent répondre aux mêmes exigences techniques que les travaux bénéficiant d’un éco-prêt à taux zéro. Les travaux doivent être faits obligatoirement par une entreprise ou un artisan RGE L’accompagnement par un opérateur Assistance à Maître d’Ouvrage est obligatoire Une subvention complétée d’un prêt avantageux Pour les propriétaires occupants : - une subvention jusqu’à 20 000 euros ; - un prêt complémentaire à 1 % jusqu’à 30 000 euros avec une durée de remboursement maximum de 20 ans. Pour les propriétaires bailleurs : - une subvention jusqu’à 15 000 euros ; - un prêt complémentaire à 1 % jusqu’à 30 000 euros avec une durée de remboursement maximum de 20 ans. Avant l’émission du prêt, Action Logement appréciera votre solvabilité et vos garanties de remboursement. Une fois le prêt accordé, vous aurez 12 mois pour faire réaliser les travaux. La subvention vous sera versée à réception des factures de fin de travaux. Vous pouvez obtenir une partie de la subvention correspondant à une facture d’acompte demandée par l’entreprise (maximum 30 % du montant total du devis).

Les aides des collectivités locales L’aide de la Région des Pays-de-la-Loire

Qui peut en bénéficier ?

Aide Régionale aux Économies d’Énergies pour les Particuliers

• les personnes physiques : – les propriétaires occupants, salariés d’entreprises du secteur privé, respectant les conditions de ressources définies,

Le Conseil Régional des Pays de la Loire octroie des subventions pour aider les propriétaires à réaliser des travaux d’économie d’énergie.

98 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |


Bénéficiaires Tout particulier ayant réalisé un audit thermique et énergétique et souhaitant réaliser des travaux d’amélioration de la performance énergétique globale de sa résidence principale (< 200 m²) située sur le territoire régional des Pays de la Loire et ne dépassant pas le plafond de ressources ci-dessous. Montant de l’aide Il s’agit d’une subvention forfaitaire de 4 000 €. Travaux éligibles : Les travaux éligibles doivent permettre d’améliorer de 40 % la performance énergétique du logement et correspondre aux travaux préconisés par l’audit thermique et énergétique. Une subvention pourra être accordée au vu d’un bouquet de travaux comportant au moins deux types de travaux. Les travaux concernant une extension ou l’aménagement de locaux non utilisés comme habitation ne sont pas éligibles (ex : aménagement des combles, réhabilitation d’une grange…). Ils concernent les postes suivants : 1. Isolation du bâti : toiture, sous-sol, murs donnant sur l’extérieur, 2. Remplacement des fenêtres, des portes et des portes fenêtres donnant sur l’extérieur, 3. Système de chauffage ou de production d’eau chaude, 4. Ventilation mécanique contrôlée.

L’Eco-PASS Le Conseil Départemental a mis en place une aide financière pour les opérations d’acquisition suivies d’une amélioration énergétique, à la condition que la commune ou la communauté de communes du projet adhère au programme. L’Eco-PASS est une aide de 3 000 €, attribuée par la commune ou la communauté de communes du lieu d’implantation du logement à hauteur de 1 500 € minimum, et par le Département de Vendée à hauteur de 1 500 €. Plusieurs conditions sont nécessaires : • Les bénéficiaires devront répondre aux plafonds de ressources du Prêt à Taux Zéro et être primo-accédants (ne pas avoir été propriétaire dans les 2 dernières années), • L’acquisition-amélioration ne concerne que les logements construits avant le 1er janvier 1990 en vue de l’occuper à titre de résidence principale, • Les travaux d’amélioration énergétique devront atteindre un gain énergétique : - de 25 % pour les logements acquis avec une étiquette inférieure ou égale à D, - de 40 % pour les logements acquis avec une étiquette E à « sans étiquette » (cas par exemple d’une grange), • Les transformations d’usage permettant de transformer un bâti en logement sont éligibles, • Les travaux devront être réalisés par des professionnels.

Plafonds de ressources Nombre de personnes pris en compte sur le dernier avis d’imposition

Revenu fiscal maximum du foyer

1 2 3 4 5 Personne supplémentaire

14 879 € 21 760 € 26 170 € 30 572 € 34 993 € + 4 412 €

Il s’agit du revenu fiscal de référence figurant sur le dernier avis d’imposition au moment du dépôt du dossier.

Les caractéristiques et performances des équipements et matériaux doivent répondre aux exigences du « crédit d’impôt » en vigueur. Les travaux permettant d’améliorer d’au moins 40 % la performance énergétique, doivent être réalisés par des professionnels disposant de la qualification « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE). L’aide régionale est cumulable avec les dispositifs de l’Etat : crédit d’impôt et Eco Prêt à taux zéro sur des bouquets de travaux. Les travaux induits indissociables sont également éligibles (reprise d’électricité, plaquage…). Les travaux ne devront pas avoir été engagés avant autorisation.

Le délai entre la date d’achat du bien et le premier contact avec l’ADILE, animateur de ce dispositif d’aide, ne doit pas être supérieur à 6 mois. Les travaux de rénovation énergétique du logement ne doivent pas être commencés avant le dépôt de la demande d’aide.

Autres subventions des collectivités locales Les Collectivités locales apportent des aides aux particuliers. Grâce à l’enquête menée annuellement par l’ADILE, vous pouvez consulter les aides aux particuliers accordées par les communautés de communes en matière d’accession à la propriété, d’amélioration de l’habitat, de maîtrise des dépenses de l’énergie et d’adaptation des logements à la perte d’autonomie. Ces aides peuvent être cumulables avec les aides de l’ANAH, n’hésitez pas à nous appeler au 02.51.44.78.78 pour le vérifier ou consulter notre site internet à l’adresse suivante : www.adil85.org rubrique «Les aides locales »: aides à l’amélioration : Guide des aides des collectivités locales.

Le Département de la Vendée Les aides du Département de la Vendée au titre de l’Habitat concernent la zone géographique couverte par la convention de délégation de compétence des aides à la pierre signée entre l’Etat et le Département de la Vendée, à savoir le Département à l’exception de la Roche-sur-Yon Agglomération.

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 99


Investir dans l’immobilier locatif AVEC LES DISPOSITIFS

Le dispositif d’aide à l’investissement locatif intermédiaire, dit « Pinel », vise les opérations réalisées entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021. Important : à compter du 1er janvier 2021, le dispositif PINEL ne concernera plus le logement individuel, mais seulement le logement collectif.

DISPOSITIF PINEL Investissements concernés Peuvent bénéficier de la réduction d’impôt « Pinel » : • les logements acquis neufs ou en l’état futur d’achèvement entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021 ; • les logements que le contribuable fait construire, faisant l’objet d’un dépôt de demande de permis de construire entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021 ; • les logements acquis entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021 et qui font ou ont fait l’objet, entre ces mêmes dates, de travaux concourant à la production ou à la livraison d’un immeuble neuf (la notion d’« immeuble neuf » est celle retenue dans le régime de la TVA immobilière) ; les logements, acquis entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021, ne satisfaisant pas aux conditions de décence et faisant l’objet de travaux de réhabilitation entre ces mêmes dates (réalisés soit par l’acquéreur, soit par le vendeur) définis par décret (décret du 30.1.02) permettant aux logements d’acquérir des performances techniques voisines de celles des logements neufs (arrêté du 19.12.03) ; • les locaux, acquis entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021, affectés à un usage autre que l’habitation et qui font l’objet, entre ces mêmes dates, de travaux de transformation en logement (réalisés soit par l’acquéreur, soit par le vendeur). L’achèvement du logement doit intervenir dans les trente mois qui suivent la date de signature de l’acte authentique d’acquisition, dans le cas d’un logement acquis en l’état futur d’achèvement, ou la date de l’obtention du permis de construire, dans le cas d’un logement que le contribuable fait construire. L’achèvement des travaux concourant à la production d’un immeuble neuf, des travaux de réhabilitation ou des travaux de transformation doit intervenir au plus tard au 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de l’acquisition du local ou du logement concerné. Entre l’achèvement des travaux et l’acquisition par le contribuable, le logement ne doit pas être utilisé ou occupé à quelque titre que ce soit. Zonage La réduction d’impôt est possible exclusivement aux logements situés dans des communes classées dans des zones

100 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

géographiques se caractérisant par un déséquilibre important entre l’offre et la demande de logements entraînant des difficultés d’accès au logement sur le parc locatif existant. Sont ainsi concernées les zones A bis, A et B1. Depuis le 1er janvier 2018, les opérations d’acquisition et de construction situées dans les communes classées zones B2 et C ne sont plus éligibles à la réduction fiscale (elles pouvaient auparavant l’être sur agrément du préfet de région). Continuent cependant à bénéficier de la réduction les acquisitions de logements ayant fait l’objet d’un dépôt de demande de permis de construire avant le 31 décembre 2017, à la condition que cette acquisition soit réalisée par le contribuable au plus tard le 31 décembre 2018. Pour les logements que le contribuable fait construire comme une maison individuelle dans ces mêmes zones, ils doivent avoir fait l’objet d’un dépôt de demande de permis de construire avant le 31 décembre 2017. En Vendée, communes situées en zone : • B1 : Barbâtre, Château-d’Olonne, l’Epine, la Guérinière, Noirmoutier-en-l’Ile, Olonne-sur-Mer, les Sables-d’Olonne, SaintGilles-Croix-de-Vie. • B2 et C : Communes ayant obtenu un agrément : Aizenay, Challans, les Herbiers, Montaigu, Notre-Dame-de-Monts, le Poiré-sur-Vie, la Roche-sur-Yon, Saint-Hilaire-de-Riez, Saint-Jeande-Monts. Conditions de location Le propriétaire bailleur s’engage sur option à louer le logement pendant au moins six ou neuf ans. L’option doit être exercée lors du dépôt de la déclaration des revenus de l’année d’achèvement de l’immeuble ou de son acquisition si elle est postérieure. À l’issue de la période d’engagement de location initiale de six ou neuf ans, le contribuable pourra la proroger pour une ou deux périodes triennales, portant ainsi au maximum à douze ans la durée de son engagement de location et le bénéfice de la réduction d’impôt. Le logement doit être loué nu à usage d’habitation principale du locataire. Pour les investissements réalisés depuis le 1er janvier 2015, et contrairement au dispositif d’investissement locatif dit « Duflot », la location peut être consentie à un ascendant ou à un descendant du contribuable, tout en bénéficiant de la réduction d’impôt. La location est soumise au respect de plafonds de loyers et de ressources fixés par décret.


fonction du type de logement concerné.

Exemple pour l’acquisition d’un logement neuf de 30 m² situé en zone B1 Pour un logement de 30 m² en zone B1, le plafond au m² sera de 12.52 € ( 0,7+19/30)=1,33 plafonné à 1,20 soit 1,20 x 10.44 = 12.52. Plafond de ressources Pour les baux conclus en 2020, les ressources des locataires ne doivent pas dépasser en revenu fiscal de référence N-2 Composition du foyer locataires

Zone B1

Zone B2

Personne seule

31 352 €

28 217 €

Couple

41 868 €

37 681 €

Pers. seule ou couple ayant 1 pers. à charge

50 349 €

45 314 €

Pers. seule ou couple ayant 2 pers. à charge

60 783 €

54 705 €

Pers. seule ou couple ayant 3 pers. à charge

71 504 €

64 354 €

Pers. seule ou couple ayant 4 pers. à charge

80 584 €

72 526 €

Majoration par personne à charge supplémentaire

+ 8 990 €

+ 8 089 €

Plafonds de loyers Les plafonds de loyer mensuel, pour les baux conclus en 2020 : la surface à prendre en compte est la surface habitable, augmentée de la moitié des annexes dans la limite de 8 m². Zone B1 : 10.44 €/m² Zone B2 (sur agrément) : 9.07 €/m² Ces plafonds varient en fonction de la surface du logement. Il est fait application d’un coefficient multiplicateur calculé selon la formule suivante, S étant la surface du logement : 0,7 + 19/S Le résultat ainsi obtenu est arrondi à la deuxième décimale la plus proche et ne peut excéder 1,2. Ce coefficient permet de tenir compte de la réalité du marché locatif, le loyer étant dégressif en fonction de la surface du logement.

Les logements acquis neufs ou construits par le contribuable doivent respecter la nouvelle réglementation thermique 2012 à partir du 1er janvier 2013 (ou obtenir un label « BBC 2005 » lorsque le permis de construire a été déposé avant le 1er janvier 2013). Pour les logements existants qui font ou ont fait l’objet de travaux permettant de les assimiler à des logements neufs, le niveau de performance énergétique exigé serait celui permettant l’obtention du label « haute performance énergétique, HPE rénovation » ou du label « bâtiment basse consommation énergétique rénovation, BBC rénovation 2009 » (arrêté du 29.9.09 relatif au contenu et aux conditions d’attribution de ces labels). Plafond de la réduction d’impôt Il est possible de bénéficier de la réduction d’impôt, au titre d’une même année d’imposition, pour l’acquisition, la construction ou la transformation de deux logements (contre un seul avec le dispositif Scellier), dans la limite d’un plafond par m² de surface habitable fixé à 5 500 € (décret du 29.12.12) et sans pouvoir dépasser 300 000 €. Le prix de revient, pour un logement acquis neuf ou en l’état futur d’achèvement, s’entend du prix d’acquisition majoré des frais afférents à l’acquisition : honoraires de notaire, commissions versées aux intermédiaires, taxe sur la valeur ajoutée, droits d’enregistrement le cas échéant et taxe de publicité foncière. En cas de travaux de transformation ou de réhabilitation, la réduction d’impôt est calculée sur le prix d’acquisition du local ou du logement augmenté du montant des travaux. Taux de la réduction d’impôt Le taux de réduction d’impôt est de 12 % pour un engagement de six ans, de 18 % pour un engagement de neuf ans et de 21 % pour un engagement de douze ans. Elle est accordée au titre de l’année d’achèvement du logement (ou des travaux de réhabilitation) ou de son acquisition si elle est postérieure et imputée sur l’impôt au titre de cette même année et chacune des cinq, huit ou onze années suivantes selon la durée de l’engagement de location (six, neuf ou douze ans). Si le montant de la réduction d’impôt excède l’impôt dû au titre d’une année d’imposition, le solde ne peut pas être imputé sur l’impôt sur le revenu des années suivantes. Enfin, le bailleur ne peut pas bénéficier d’une déduction spécifique à valoir sur les revenus bruts durant toute la période d’engagement de location. Limitation du dispositif dans les immeubles neufs d’au moins cinq logements Au sein d’un même immeuble neuf comportant au moins cinq logements, au moins 20 % des logements doivent être acquis sans pouvoir ouvrir droit au bénéfice de la réduction d’impôt.

Respect d’un certain niveau de performance énergétique La réduction d’impôt s’applique aux logements pour lesquels le contribuable justifie du respect d’un niveau de performance énergétique globale fixé par le décret du 29 décembre 2012 en

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 101


DISPOSITIF « DENORMANDIE » Le dispositif Denormandie s’adresse aux propriétaires bailleurs qui : • achètent un bien à rénover dans un des centres-villes éligibles au dispositif ; • souhaitent mettre leur logement vide en location pendant 6, 9 ou 12 ans. Cette réduction d’impôt sur le revenu s’applique aussi bien aux contribuables fiscalement domiciliés en France au moment de l’investissement et qui font rénover leur bien, qu’à ceux qui achètent à un promoteur qui a fait rénover le bâtiment. Où est-il possible d’investir en Denormandie ? Le dispositif Denormandie est disponible dans les 222 villes du plan Action Cœur de Ville, et les communes ayant signé une opération de revitalisation du territoire. En Vendée sont éligibles les communes de la Roche sur Yon et Fontenay le Comte. Comment bénéficier de la réduction d’impôt Trois conditions : • Faire des travaux à hauteur de 25 % du coût total de l’opération, soit pour l’achat d’un logement de 160 000 euros, 40 000 euros de travaux.

102 | HABITER EN VENDÉE | N° 13 |

Les travaux éligibles au dispositif correspondent à : - une amélioration de la performance énergétique du logement d’au moins 30 % Ou - deux types au moins de travaux parmi les 5 suivants : changement de chaudière, isolation des combles, isolation des murs, changement de production d’eau chaude, isolation des fenêtres. Le plafond des dépenses pris en charge est de 300 000 euros. Si le bien est acheté 400 000 euros et que 100 000 euros de travaux sont effectués, la déduction s’appliquera sur 300 000 euros non sur 500 000 euros. • Pratiquer des loyers plafonnés pour mettre sur le marché une offre de logements abordables, (idem dispositif PINEL). • Prendre des locataires ne dépassant pas un certain plafond de ressources (idem dispositif PINEL). Les avantages fiscaux Les bailleurs bénéficient d’une réduction d’impôt calculée sur la totalité de l’opération, en fonction de la durée de la location : (idem dispositif PINEL). • 6 ans : 12 % • 9 ans : 18 % • 12 ans : 21 %


Diminuer votre revenu foncier

AVEC LE DISPOSITIF « LOUER ABORDABLE » Le dispositif « Louer abordable » permet aux propriétaires de louer leur logement à un niveau de loyer abordable, à des ménages modestes, en bénéficiant d’une déduction fiscale sur leurs revenus locatifs Plus le loyer pratiqué est abordable, et le logement situé dans une zone où il est difficile de se loger, plus la déduction fiscale est élevée : de 15 à 70 % pour une location « classique » et jusqu’à 85 % pour une location solidaire et sécurisée via une agence immobilière sociale ou une association agréée (intermédiation locative). Les logements concernés Les logements récents ou anciens, loués non meublés et affectés à la résidence principale du locataire ouvrent droit à cette déduction fiscale. La location ne peut pas être conclue avec un membre du foyer fiscal, un ascendant ou un descendant du contribuable ou une personne occupant déjà le logement, sauf à l’occasion du renouvellement du bail. Une convention avec l’ANAH A compter du 01/07/2020 le logement doit respecter un certain niveau de performance énergétique. Pour bénéficier du dispositif le propriétaire doit signer une convention avec l’ANAH (Agence nationale de l’habitat). Dans ce document, le propriétaire s’engage sur les modalités de location de son bien : niveau de loyer pratiqué et niveau de ressources du locataire selon les plafonds fixés par l’État en fonction de la localisation du logement. L’ANAH peut être amenée à retenir des plafonds de loyers inférieurs, selon le bien proposé et le marché local du logement. La convention est signée au minimum pour une durée de 6 ans sans travaux et pour une durée minimale de 9 ans lorsque le propriétaire bénéficie d’aides aux travaux. Le logement doit être loué pendant toute la durée de la convention. En cas de départ du locataire, le propriétaire remet en location son logement dans les mêmes conditions. Le dispositif est applicable à toutes les conventions conclues jusqu’au 31 décembre 2022. En résumé : les engagements du propriétaire • mettre en location ou continuer à louer votre bien pour la durée de la convention, c’est-à-dire au moins 6 ans (convention sans travaux) ou 9 ans (convention avec aides aux travaux) ; • ne pas dépasser le montant de loyer maximal fixé par l’ANAH ; • louer, en tant que résidence principale, à des personnes dont les ressources sont inférieures aux plafonds fixés nationalement ; • ne pas louer à des personnes de sa famille proche ; • remettre le bien en location en cas de départ du locataire pendant la période couverte par la convention.

Le zonage et l’avantage fiscal Le dispositif « Louer abordable » permet une déduction fiscale en fonction du niveau de loyers mais surtout des zones dans lesquelles se situent les logements : plus la zone est tendue, et donc l’effort consenti par le bailleur important, plus la déduction fiscale est importante. En fonction du secteur géographique et du niveau de loyer, la déduction s’élèvera de 15 % à 70 % des revenus bruts pour les logements mis en location dans le cadre d’une convention. Si le propriétaire choisit de louer son bien dans le cadre de l’intermédiation locative, c’est-à-dire de confier son bien à un tiers (une agence immobilière à vocation sociale ou un organisme agréé), en location ou en mandat de gestion, en vue d’une sous location ou location à des ménages en précarité, alors la déduction fiscale s’élèvera à 85 %, et ce quelle que soit la zone dans laquelle se trouve le logement. Cette démarche est avantageuse pour le propriétaire à plusieurs titres, car elle garantit le paiement du loyer conventionné et l’association gestionnaire prend en charge toutes les démarches administratives (recherche du locataire, paiement des loyers et des charges et entretien du bien).

OÙ SE RENSEIGNER ? Les Collectivités locales apportent des aides aux particuliers Grâce à l’enquête menée annuellement par l’ADILE, vous pouvez consulter les aides aux particuliers accordées par les communautés de communes en matière d’accession à la propriété, d’amélioration de l’habitat, de maîtrise des dépenses de l’énergie et d’adaptation des logements à la perte d’autonomie. Ces aides peuvent être cumulables avec les aides de l’ANAH, n’hésitez pas à nous appeler au 02.51.44.78.78 pour le vérifier ou consulter notre site internet à l’adresse suivante : www.adil85.org rubrique « Les aides locales » : aides à l’amélioration : Agence Départementale Guide des aides d’Information sur le Logement et l’Énergie des collectivités locales de la Vendée

| N° 13 | HABITER EN VENDÉE | 103


Cette XIIIe édition d’Habiter en Vendée est le fruit de toute une équipe, celle du Groupe Offset 5 Édition. Miroir de notre savoir-faire, ces pages affichent le reflet de nos capacités à concevoir, rédiger, créer, imprimer, diffuser, bref COMMUNIQUER ! Fort de ses 160 collaborateurs engagés et de ses deux sites de production français, le Groupe Offset 5 Édition, accompagne aujourd’hui, PME, collectivités, institutions, grands groupes industriels, de l’émergence de l’idée à la concrétisation des projets.

Et vous…. ? À qui confiez-vous votre communication ?

www.offset5.com

L’AGENCE • L’IMPRIMERIE • LA RÉGIE • L’ÉVÉNEMENTIEL


HABITER

EN VENDÉE

N°13

TROUVEZ, FINANCEZ ET PROTÉGEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER.

TOUTES NOS EXPERTISES POUR VOTRE PROJET. RENDEZ-VOUS SUR : ca-atlantique-vendee.fr

squarehabitat.fr

nexecur.fr

Trouvez : Square Habitat Atlantique Vendée, Société par Action Simplifiée Unipersonnelle au capital de 4 000 000€, siège social 11 rue du Chemin Rouge-Bâtiment E, 44300 Nantes, immatriculée sous le n°384 121 299 au RCS de Nantes, TVA FR 29 384 121 299, Carte Professionnelle n°867TG délivrée par la Préfecture de Loire Atlantique – Caisse de garantie de la CAMCA – 65 rue de la Boétie – 75008 PARIS ; Filiale de Crédit Agricole Atlantique Vendée Immobilier Participations, elle-même filiale de la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée. Société d’exploitation agence Atlanta, Société à Responsabilité Limitée au capital de 7622.45€, dont le siège social est au 23 Quai Georges V 85 100 Les Sables d’Olonne, exerçant sous l’enseigne commerciale Square Habitat, immatriculée sous le n°398271452 au RCS de la Roche-Sur-Yon, carte professionnelle n° 572 T et 573 G délivrées par la préfecture de Vendée – Caisse de Garantie CAMCA : 65 rue de la Boëtie à Paris 75008 Paris ; Filiale de Crédit Agricole Atlantique Vendée Immobilier Participations, elle-même filiale de la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée. Financez : sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée, votre prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées. Protégez : les contrats d’assurance dommages sont assurés par PACIFICA, filiale d’assurances dommages de Crédit Agricole Assurances. S.A. au capital entièrement libéré de 332.609.760,00 €. Siège social : 8-10, boulevard de Vaugirard – 75015 Paris Cedex 15, 352 358 865 RCS Paris. Le contrat de télésurveillance est proposé par NEXECUR Protection – Groupe Crédit Agricole. SAS au capital de 12 547 360 euros. Siège social : 13, rue de Belle Ile 72190 COULAINES. SIREN 799 869 342 RCS LE MANS. N° TVA FR 19 799869342. Agrément CNAPS AUT-072-2113-07-09-20140389180 « l’autorisation d’exercice ne confère aucune prérogative de puissance publique à l’entreprise ou aux personnes qui en bénéficient ». Les contrats de téléassistance sont proposés par Nexecur Assistance Groupe Crédit Agricole. SAS au capital de 23 450 euros. Siège social : 13, rue de Belle Ile 72190 COULAINES. SIREN 515 260 792 RCS LE MANS. n° TVA FR 88 515260792. Code APE : 9609Z. Déclaration service à la personne n°515260792 effectuée en décembre 2014. Renseignez-vous auprès de votre conseiller pour connaître les conditions de cette offre. Ces contrats sont distribués par la Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Atlantique Vendée – Société Coopérative à Capital variable, agréée en tant qu’établissement de crédit. Siège social : route de Paris – 44949 Nantes Cedex 9, immatriculée au RCS de Nantes sous le n° 440 242 469, numéro TVA FR 57 440 242 469, Société de courtage d’assurance immatriculée au Registre des intermédiaires en Assurance ORIAS sous le n° 07 023 954. Com et Web - 06/2020 - © iStock

Profile for Offset5

HABITER EN VENDEE - N°13  

Editions Offset 5

HABITER EN VENDEE - N°13  

Editions Offset 5

Profile for offset5