Issuu on Google+

Deck-ouverte ”

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DE . . . .L’ASSIETTE . . . . . . . . . . .AU . . . CRISTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

®

Centre labellisé Science & Culture, Innovation - Mulhouse SERVICE EDUCATIF ET CULTUREL des musées et sites patrimoniaux du Haut-Rhin


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

Le Musée Théodore-Deck et des Pays du Florival

Petit-Ballon 3

1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le Florival

Au Moyen Âge, la vallée de la Lauch a pris le nom de Florival, ou “val fleuri”. La ville de Gue bwiller s’est installée dans la partie basse de la vallée, juste avant la plaine d’Alsace, à la limite des Hautes Vosges, non loin des Vosges granitiques et primaires mais située sur des terrains sédimentaires riches en argiles. Les habitants du Florival ont su tirer parti de leurs richesses géologiques en exploitant les minerais des filons vosgiens et en développant des industries de céramique (tuileries). Le rayonnement de l’abbaye de Murbach puis l’essor industriel (particulièrement du textile) ont largement contribué au développement de la vallée de Guebwiller.

Lac de la Lauch Florival

Bollenberg

4

6 Markstein

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1, rue du 4- Février - 68500 Guebwiller / Tél. : 03 89 74 22 89

Situé en plein centre-ville, en face de l’église Notre-Dame, le musée de Guebwiller a été aménagé dans une ancienne demeure des chanoines de Murbach, acquise par la Ville de Guebwiller en 1980. Il expose sur 5 niveaux des collections variées illustrant divers aspects de la richesse locale : archéologie, art médiéval, histoire du textile, géologie régionale et surtout une impressionnante collection de faïences de Théodore Deck.

Klinzkopf

. . . . . . . . . . . . . .

Murbach

4 Grès vosgien 5 Tertiaire

Grand-Ballon Guebwiller 2

1 Viséen (schistes et grauwackes) 2 Viséen (prédominance de roches volcaniques) 3 Granite

5

6 Dépôts quaternaires

Carte géologique en relief réalisée par M. Auguste Baldensperger (Musée du Florival, Guebwiller)

®

La “ ” est une collection du Moutard B.P. 1232, 69203 Lyon cedex 01 téléphone : 33 (0)4 78 29 00 87 télécopie : 33 (0)4 78 29 68 07 courriel : lemoutard@lemoutard.fr site : www.lemoutard.fr Directeur de la publication : Christine Welty, la Nef des sciences Directeurs de la rédaction : Frédéric Touchet et Céline Allan, Le Moutard Suivi de réalisation et coordination : Adrien Duda Conception et réalisation : Chantal Vis Conseillers scientifiques : Philippe Elsass (directeur du Service géologique régional Alsace, BRGM – Alsace), Armelle Baldeyrou (PRAG, UDS – Strasbourg), Yvon le Douget (Institut européen des arts céramiques - IEAC), Daniel de Montmollin (céramiste), Julien Schweizer (conservateur du Musée Théodore-Deck et des Pays du Florival de Guebwiller), Thiébaut Dietrich (directeur de l’Institut européen des arts céramiques – IEAC). Graphismes & illustrations : www.trygone_productions.fr Crédits photographiques : Institut européen des arts céramiques, Musée Théodore-Deck et des Pays du Florival, Hubert Vis, Julien Schweizer. Remerciements : Pierre Hauwelle (céramiste), Fanny Rossin (Directrice du Service de la Culture et de la Communication – Ville de Guebwiller), Julien Schweizer (Conservateur du Musée Théodore Deck et des Pays du Florival). Impression : imprimerie Manupa, Mulhouse Relecture orthographique : Michel Kneubühler n° ISBN : 2-909495-20-5 – Ne peut être vendu Dépôt légal : 2e trimestre 2009 Loi 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Tous droits de reproduction réservés sans l’autorisation de l’éditeur.

. . . .


. . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sommaire

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 2 p. 3 p. 4/5 p. 6 p. 7 p. 8/9

> > > > > >

Théodore Deck, un céramiste brillant Un passionné de couleurs Un céramiste polyvalent L’émaillage : tout un art La magie des couleurs Les argiles, la matière première de la céramique

p. 10/11 > De l’argile au granite, le cycle

des roches, un éternel recommencement

p. 12/13 > De la mine au filon p. 14/15 > Les cristaux : des formes si parfaites p. 16/17 > Des couleurs plein les yeux

5

5

5 5

À travers ce fascicule, nous souhaitons que nos lecteurs prennent conscience de l’existence d’un lien entre les divers objets présentés dans ce musée : lien entre les minéraux exposés, qui sont perpétuellement transformés et recyclés à l’échelle de la géologie grâce à deux grandes forces en alternance (l’action de l’eau et la température). Mais aussi lien entre la géologie et le céramiste, qui tente d’utiliser, à son échelle, l’eau et le feu pour créer de nouveaux matériaux. C’est pourquoi, à chaque page, vous trouverez un petit pictogramme représentant l’eau ou le feu qui vous indiquera la force mise en jeu.

5 5

1


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Théodore Deck, un céramiste brillant

Théodore Deck est né à Guebwiller en 1823. Son père était teinturier sur soie. Il grandit ainsi dans le monde de la couleur et cette influence sera déterminante dans sa vie professionnelle. En 1841, il devient apprenti chez un célèbre maître poêlier de Strasbourg puis parcourt l’Europe jusqu’à Vienne. Il s’installe à Paris comme poêlier en 1847 mais

5

1

2

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

dès 1858 il fonde avec son frère Xavier un atelier de faïences d’art. Fasciné par les couleurs des céramiques orientales, il expérimente de nouvelles techniques et cherche à produire de nouvelles couleurs grâce à sa maîtrise de l’art de l’émaillage. Il réussit à retrouver la composition d’un bleu persan qui deviendra le célèbre “bleu Deck”. Il sait s’entourer de nombreux artistes qui feront les décors de ses faïences. Sa production est considérable et surtout, il diffuse tout son savoir et ses recettes en publiant son livre, “La Faïence” en 1887. Sa renommée dépasse largement les frontières. Il reçoit la Légion d’honneur et devient administrateur de la manufacture de porcelaines de Sèvres. Il meurt en 1891 et son ami Bartholdi fit écrire sur sa tombe : “Il arracha le feu au ciel”.

3

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2 1) Assiette avec portrait de Deck 2) Couverture du livre sur la faïence 3) Exemples de bleu Deck : chat, panier

. . . .


. . . . . .

. . . . .

. . . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Un passionné de couleurs D’un tendre vert céladon…

Deck n’a pas fait qu’inventer le “bleu Deck”, il a aussi développé un émail vert céladon, hérité des traditions chinoises, sur toutes sortes d’objets (vases, assiettes, coupes, sculptures…). On raconte que l’origine du céladon serait très ancienne : cette couleur a été découverte par hasard par des potiers chinois. Ils avaient observé que des cendres, entraînées dans le four pendant la cuisson et déposées sur les poteries, s’étaient transformées en une 4 pellicule d’émail vert pâle (le céladon). En fait, les cendres contenaient des sels minéraux qui 5 avaient provoqué la fusion de la couche superficielle de l’argile et sa vitrification en émail (l’émail a une structure proche du verre).Et pourquoi parle-t-on de vert “céladon” ? C’est une histoire légendaire ! L’association du nom Céladon à ce vert vient d’un roman écrit par Honoré d’Urfé au XVIIème siècle et très à la mode au XIXème siècle, L’Astrée : dans toutes ses aventures, le héros de ce roman, Céladon, portait un ruban vert arraché à sa promise, la belle Astrée.

. . . . .

. . . .

. . . .

. . . . . .

. . . . .

. . . .

. . . .

. . . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

…à des couleurs éclatantes

On peut observer l’éclat des couleurs des émaux de Théodore Deck en comparant dans le musée le coq sorti de l’atelier Deck au même coq émaillé par un de ses contemporains. La subtilité des couleurs du canard ou l’étonnante association du violet aubergine et du bleu Deck ne sont que quelques exemples parmi tous les objets exposés dans le musée.

4-5) Tortue et vase céladon 6-7) Coq et canard émaillés par T. Deck

8 8) Vase aubergine avec dragon bleu Deck

5 6

Le coin du Moutard

5 5

D’où vient le nom de Céladon ? D’une roche verte

7

D’un héros de roman  D’une baleine verte

3

. . . .

. . . . .

. . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Un céramiste polyvalent

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Des portraits sur assiette…

Au XIXème siècle, il était à la mode de décorer les murs de son salon avec des assiettes ou des plats décorés de portraits. Deck a su s’entourer d’un groupe d’artistes renommés à qui il faisait dessiner ses décors. Il mit au point un fond or, très en vogue, en utilisant des feuilles d’or recouvertes de grains de sable qui, en fondant, donnaient un granité particulier. Associé à celui de peintres reconnus comme le célèbre Suisse Albert Anker, son travail a donné de véritables œuvres d’art.

5

2

1

1) Portrait d’Ambroise Paré sur fond or 2) Assiette polychrome 3) Comparaison de deux assiettes avec le même fond, avant et après la dernière cuisson

4

3

. . . .


. . . . . . . .

. . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .s . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . .

…aux. décors . . de salle de bains

Théodore Deck n’a pas réalisé que des objets de décoration, il était aussi un véritable architecte d’intérieur. Il a décoré les pièces des villas des

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . . . .

4

grandes familles d’industriels de Guebwiller, en particulier la salle de bains de la villa Schlumberger, dont les murs étaient recouverts de panneaux décoratifs en céramique, ou encore de la véranda de la villa de Bary. L’essentiel de ces panneaux a pu être sauvé. Ils sont exposés dans le musée. Ces décors sont fortement inspirés de l’art japonais : c’était la mode du japonisme.

5 4) Panneau de la salle de bains 5) Détail : oiseau (paon) de la véranda

Le coin du Moutard

5

5 5

Regardez attentivement cette photographie du détail d’un décor et repérez-le dans l’un des panneaux décoratifs exposés au musée !

5

. . . . . .

. . . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’émaillage : tout un art

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pourquoi mettre un émail ?

Les premières poteries (comme celles que l’on peut observer au sous-sol du musée, dans la vitrine évoquant la préhistoire) étaient poreuses et laissaient passer l’eau. Les pores se comblaient à l’usage, on pouvait ensuite y conserver des liquides. Ensuite, on a découvert la technique de l’émaillage, sans doute par hasard, comme les potiers chinois (voir p. 3)! L’objet, quand il est recouvert d’une couche de vernis ou d’émail, devient alors imperméable.

5 5

Comment obtient-on un émail ?

Le vernis (transparent) ou l’émail (opaque et coloré) est obtenu après une deuxième cuisson à partir d’un mélange argileux particulier (de sable, craie et argile), sorte de liquide blanc appliqué sur la poterie qui fond complètement pendant la cuisson  : il devient une sorte de magma liquide qui bouche tous les trous du «  biscuit  » (nom donné à la poterie après la première cuisson, voir p. 9). Tout l’art du potier est de trouver le bon mélange capable de fondre sans atteindre des températures trop élevées qui détruiraient la poterie.

6

1) Poterie ancienne non émaillée 2) Grès salé

1

Une autre solution !

Il existe une technique qui permet d’éviter l’émaillage : la technique du grès salé, comme le grès de Betschdorf. L’introduction de sel dans le four provoque une réaction de fusion de la surface de la poterie. Une mince couche de verre gris se forme et rend l’ensemble imperméable. Mais pour cela, il faut chauffer le four à une température élevée (1300° C), donc utiliser une terre à grès qui ne fond pas à cette température. Les poteries obtenues par cette technique sont appelées des grès (à ne pas confondre avec la roche sédimentaire utilisée pour les constructions alsaciennes, comme la cathédrale de Strasbourg).

2

. . . .


. . . . . . .

. . . . .

. . . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

La magie des couleurs

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .poteries . . . . . ont . . . toujours été, avant tout, Les bleues ou vertes tandis qu’en conditions

des objets utilitaires, mais les potiers ont aussi cherché à les rendre belles et même à en faire des œuvres d’art en créant des décors colorés. La sortie du four est toujours un instant magique pour le potier, parce qu’il va enfin découvrir les véritables couleurs de ses émaux ! Il a recouvert ses objets d’un liquide, en général blanc, qui est un mélange d’eau, d’argile et d’oxydes métalliques. Et la couleur finale dépend de la nature des ions métalliques introduits et de leur degré d’oxydation. L’exemple du fer est particulièrement significatif : quand on cuit un objet recouvert d’un émail qui contient du fer, la couleur sera jaune, ocre ou rouge si la flamme est bien oxygénée ou bien la couleur sera verte s’il y a peu d’apport d’oxygène. Le fer, selon qu’il devient 3 ferrique (oxydé) ou ferreux (réduit), n’absorbera pas les mêmes couleurs et le résultat sera tout autre. Il en est de même pour le cuivre  : en conditions oxydantes, il donnera des couleurs

réduites la couleur sera “rouge sang”. Le violet, quant à lui, provient du manganèse et le bleu des poteries de Betschdorf est dû au cobalt. Certains potiers utilisent même les cendres des végétaux pour former leurs émaux. Les plantes contiennent surtout du fer et les autres ions en proportion variable. Les émaux qui en résultent ont une gamme de couleurs tendres ocres ou vertes dont la plus connue est le fameux vert céladon.

5 5) Faïence colorée de Soufflenheim

3) Grès de Betschdorf 4) Poterie émaillée avec cuivre oxydé (bleu gris) et réduit (rouge)

Le coin du Moutard

5

5 5

Quel élément chimique donne la couleur bleue des émaux de Betschdorf  ? Le fer

4

Le cobalt Le manganèse

7


. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . . . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’argile aime l’eau…

L’argile est avide d’eau : elle happe la langue car elle absorbe sa salive. Quand de l’eau se fixe entre ses feuillets, l’argile gonfle. Et quand elle ne peut plus absorber d’eau, elle devient imperméable. Si l’eau sèche rapidement,

5

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’argile hydratée est plastique  Lorsque l’on ajoute de l’eau petit à petit à une roche argileuse, elle change de texture, devient souple, malléable. Lorsqu’elle est malaxée, elle garde la forme qu’on lui donne  : l’argile plastique devient modelable. Cette propriété a été exploitée par les hommes pour fabriquer des briques, des tuiles, des poteries et des sculptures. Les potiers donnent une forme régulière à leur bol, leur assiette ou leur vase en utilisant un tour de potier. La forme naît sous leurs mains expertes comme par magie. Si le résultat n’est pas satisfaisant, on peut refaire une boule d’argile et recommencer. 1) Fentes de dessiccation

2

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

l’argile va alors se rétracter et retrouver son volume primitif. On le voit bien dans les pays chauds et secs : le sol argileux se fendille en un réseau de petites fentes de formes plus ou moins hexagonales qu’on appelle  fentes de dessiccation.

© Pierre Thomas

8

. . . .

Les argiles, la matière première de la céramique Les argiles sont constituées de minuscules feuillets (visibles uniquement au microscope électronique !) associés les uns aux autres. L’argile sèche est tendre, friable, rayable à l’ongle, au toucher soyeux.

5

. . . .

2) Photographie de feuillets argileux au microscope électronique © Eric Marcoux

3

1

4 3) Tour de potier 4-5) Empreinte de la main fermée et ouverte avec argile

52


5

6) Biscuits non émaillés 7-8) Four de potier avant et après cuisson

6

…et réagit au feu

Les premiers potiers faisaient des briques crues, juste séchées, mais ils ont vite compris l’intérêt de la cuisson ! En effet, sous l’effet de la chaleur, l’argile se transforme encore et ses propriétés changent  : elle perd sa plasticité et devient dure. On peut garder et utiliser ces poteries, elles ne peuvent plus changer de forme sous l’action de l’eau.

Cuisson raku (pièces incandescentes)

7

La cuisson des poteries L’argile plastique est gorgée d’eau. Il faut donc commencer par faire sécher la poterie pour qu’elle perde cette eau. Le séchage doit être lent car l’argile se rétracte en séchant. Si l’on va trop vite, elle se fendille. Les poteries sèches sont ensuite placées dans un four à poterie, qui atteint des températures très élevées (autour de 1000° C). Pendant cette cuisson, les minéraux argileux se transforment et se lient solidement. À la sortie du four, la poterie est blanche, rigide et poreuse. On l’appelle un biscuit. C’est alors que pourra commencer la phase d’émaillage et donc de création de décors colorés.

8

Le coin du Moutard

5

5 5

Qu’est-ce qu’un biscuit  ? Un petit gâteau sec Une  poterie cuite et émaillée Une  poterie cuite avant émaillage

9


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

Des argiles au granite : le cycle des roches,

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

un éternel recommencement

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Du granite aux argiles?

Mais d’où viennent les argiles ? Les argiles résultent de la transformation chimique des minéraux des roches granitiques. Une argile est une roche détritique car elle est obtenue après la dégradation d’autres minéraux, plus particulièrement des feldspaths et des micas du granite. On y retrouve les mêmes atomes mais associés autrement. 5

Le granite est une roche très fréquente dans les chaînes de montagne. Il est formé de trois sortes de minéraux : le quartz, les feldspaths et les micas. Le granite peut former des pics ou des aiguilles comme dans les Alpes, mais sous l’action de l’érosion, principalement par l’eau, il se fissure, s’arrondit en boules et devient ce qu’on appelle “un chaos granitique”. Ses minéraux sont attaqués et se détruisent  : on dit que le granite est pourri. Petit à petit, il laisse la place à un tas de sable grossier  : l’arène granitique. L’eau continue alors son travail, transporte plus loin tous ces éléments. Les plus fragiles (micas et feldspaths) se transforment en argile tandis que le quartz, beaucoup plus résistant, devient du sable. L’argile commence ensuite un long voyage dans l’eau des rivières et des fleuves jusqu’à la mer, où elle peut enfin se déposer et former un sédiment argileux.

5

10

Chaos granitique

Granite Granite altéré

Arène granitique

5

Cristaux 5 5

Le coin du Moutard Qu’est-ce que l’arène granitique ? Une arène antique construite en granite

Argile

Les  produits de la destruction d’un granite Une  statue de reine en granite

. . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Céramiques

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

les roches argileuses qui changent d’aspect et deviennent des schistes puis des gneiss. Des nouveaux minéraux apparaissent et se disposent en lits perpendiculaires aux pressions. Quand la chaleur et la pression se font plus fortes encore, le gneiss devient un magma qui se refroidit lentement en profondeur. Des minéraux cristallisent à partir du magma : d’abord des micas, puis des feldspaths, et enfin du quartz qui remplit tous les vides. C’est ainsi que naît un granite. C’est une roche plutonique, formée en profondeur. Ce nom lui vient de Pluton, le dieu des Enfers que les Romains situaient au centre de la Terre.

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les minéraux du granite sont engrainés les uns dans les autres comme un puzzle : on dit que le granite a une structure grenue. Cette structure est très solide, c’est pour cela que le granite est une bonne pierre de construction et que l’on en fait des pavés.

Quartz

Argile Sable

Des argiles au granite

Lorsque deux plaques tectoniques s’affrontent, certaines roches sont enfouies en profondeur. Elles subissent alors une augmentation de pression et des températures de plus en plus élevées. Soumises à ces contraintes, elles se transforment en roches métamorphiques  : c’est le cas pour

Le dieu Pluton et son chien Cerbère

Feldspath Granite

Mica

Les minéraux du granite 11

. . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

De la mine au filon

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les mines des Vosges

Depuis l’Antiquité, les richesses minérales des Vosges ont été exploitées, particulièrement les veines cristallisées riches en métaux que l’on appelle filons métallifères. La région du Florival n’est pas aussi riche en minerais que celle de SainteMarie-aux-Mines mais des filons riches en fer (hématite, goethite) ont été exploités dès le XVIème siècle dans le vallon de Murbach. Les mineurs creusaient des galeries horizontales dans la montagne, à la recherche des filons cristallisés dans les fractures des terrains granitiques. Les galeries étaient creusées au marteau et à la pointerolle (voir photo). On peut encore voir les traces des pointerolles

5 5

Gravure de mineur du XVIe siècle d’après G. Agricola, 1556 .

1

2 Marteau 1 Pointerolle 2

12

1) Pointerolles 2) Orpailleur avec sa batée 3) Or de la Lauch

1 dans certaines galeries bien conservées (mine Saint-Nicolas à Steinbach). Le travail des mineurs de la Renaissance a été illustré vers 1530 par le peintre lorrain Heinrich Gross dans un recueil de dessins, La Rouge Myne de sainct Nicolas.

2

L’or du Florival

Des paillettes de 2 à 3 millimètres ont été récoltées par orpaillage (voir photo), dans les années 1990, à la hauteur de Buhl, dans les alluvions de la Lauch. On peut en observer quelques-unes dans le musée !

3

. . . .


. . . . . . . . . .

. . . . . . . .

. . . . . . .

. .

. . . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dans . . les. montagnes . . . . .comme . . . . . les . . . .Vosges, . . . . . les . . . roches . . . . comme le granite

Cavité originelle Fluides

Roche perméable fracturée

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

La formation d’un filon

sont cassées par des fissures et fendues par toutes sortes de failles. La formation de la plaine d’Alsace s’est accompagnée de tout un réseau de grandes fractures plus ou moins parallèles dont la plus importante est la faille vosgienne. De l’eau circule dans ces cassures, elle se réchauffe en profondeur et dissout des éléments chimiques. On appelle cela un fluide hydrothermal. Les éléments transportés par ce fluide deviennent insolubles et cristallisent

4 sur les parois. On obtient ainsi un filon cristallisé. Les cristaux qui grandissent à partir des bords sont libres de prendre leur forme géométrique naturelle. Les filons ont été exploités depuis l’Antiquité car on y trouve

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5 Formation d’une géode des minéraux métalliques (plomb, argent, fer…). La cristallisation peut aussi se faire dans des cavités sphériques, toujours à partir des parois. De telles cavités cristallisées sont des géodes. Elles sont très recherchées par les amateurs de cristaux car ceux-ci ont grandi sans entrave et peuvent être magnifiques. La plupart des cristaux présentés dans le musée se sont formés de cette façon. 4) Filon en coupe 5) Géode

5

5 5

Le coin du Moutard Pourquoi exploite-t-on les filons ? P our récolter des cristaux de quartz Pour trouver de bonnes  idées Pour en extraire des métaux comme le plomb, l’argent ou le fer

13


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les cristaux : des formes si parfaites Le granite est formé de cristaux, mais ils sont petits et imbriqués les uns dans les autres. On peut les observer à la loupe ou au microscope mais ce n’est pas spectaculaire. Les beaux cristaux filoniens possèdent des formes géométriques précises avec des faces et des arêtes bien visibles  : un cristal est un état ordonné de la matière qui se traduit par la formation de ces prismes géométriques. Ces formes sont naturelles, elles n’ont pas été taillées ! Il est possible de classer les cristaux en 7 familles en fonction de leur forme : les réseaux cristallins. Dans la nature, seuls 7 volumes réguliers peuvent remplir l’espace sans laisser de vide : le cube , le prisme droit à base carrée (quadratique), le prisme droit à base rectangle (orthorhombique), le prisme droit à base hexagonale (hexagonal), le prisme dont

5

5

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le . . .coin . . . du . . .Moutard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Recherche ces . . . .dans . le. musée . . cristaux . . . . .

cubiques et marque leur nom sous la photo correspondante

(rhomtoutes les faces sont des losanges boédrique), le prisme oblique à base rectangle (monoclinique) et le prisme oblique à base parallélogramme (triclinique). Tous les cristaux naturels peuvent être reliés à l’une de ces formes.

[a] -----------------------------

[b] -----------------------------

Le coin du Moutard 5

Qu’est-ce qu’un rhomboèdre ? Un insecte piquant Un  prisme dont toutes les faces sont des losanges

14

Un  instrument de musique ancien

. . . . . . . . . . .

[c] -----------------------------

Illustrétion réalisée d’après le fonds d’Archives des M.D.P.A.

. . . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 . . . 5

5

On a réuni au sous-sol du musée une collection de cristaux trouvés dans la région, surtout dans les filons des Vosges. Cette collection a été rassemblée par Jean-Renaud Journée et d’autres minéralogistes passionnés qui ont sillonné les Vosges à la recherche des plus beaux échantillons que vous pouvez maintenant admirer.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le coin du Moutard

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[d] -----------------------------

[g] -----------------------------

[e] -----------------------------

[h] -----------------------------

[f ] -----------------------------

• Retrouve dans le musée ces autres cristaux et inscris leur nom sous chaque photo.

15

. . . .


. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Des couleurs plein les yeux Les cristaux nous fascinent par la pureté de leur forme mais aussi par leurs merveilleuses couleurs. La lumière blanche qui traverse un prisme de verre est décomposée en un ruban coloré, les couleurs de l’arc-en-ciel. Chaque couleur correspond à un rayonnement possédant une énergie donnée et la lumière blanche est la somme de tous ces rayonnements.

. . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Certains cristaux absorbent une partie des rayonnements qui les traversent. L’œil ne perçoit que la lumière qui n’est pas absorbée. C’est ce qui donne la sensation de couleur : si une pierre absorbe le rouge et le bleu violet, elle nous paraît verte.

L’absorption est la cause la plus fréquente de la couleur, elle dépend de la présence d’ions métalliques dont les électrons vont absorber de l’énergie. Ces ions peuvent faire partie de la formule du minéral comme le cuivre de l’azurite (couleur bleue) ou de la malachite (couleur verte). Dans ce cas, la couleur est une caractéristique du minéral.

16

. . . .


. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

1

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . . . .

. . . .

. . . .

. . . . . . . . .

. . . .

. . . . . . .

. . . . . . . . . . .

. . . . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. .

Souvent, la couleur est due à des impuretés dans le cristal et dépend de la nature de l’impureté. La couleur de l’améthyste (quartz violet) est due à la présence de fer. Celle du quartz fumé ou noir vient de la présence d’aluminium. Les couleurs très variées de la fluorine résultent de défauts dans la structure du cristal.

4

. . . .

. . . . . .

. . . .

. . . . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . . . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . .

. . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.

Certaines structures formées de microcristaux comme la calcédoine ou de microbilles comme l’opale sont colorées par des processus de diffraction ou d’interférence un peu comme les ailes de papillon.

6 2 1) Fluorine jaune 2) Améthyste 3) Fluorine

7 5 3

D’autres phénomènes optiques produisent la couleur métallique de l’or, de la pyrite ou de l’hématite.

4) Hématite 5) Pyrite 6) Opale 7) Aile de papillon

Réponses aux questions : p. 3 : b / p. 7 : b / p. 9 : a et c / p. 10 : b / p. 13 : a et c / p. 14 : b / p. 14-15 : a=fluorine, b=galène, c= halite, d=barytine, e=calcite, f=gypse, g=aragonite, h=fluorine

. . . . . .

17


La Nef des sciences a obtenu le label “Science & Culture, Innovation” attribué, sur des critères de qualité et après évaluation, . . . par . . le . .ministère . . . . . en . .charge . . . . de . .la. recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Elle a pour mission de rendre accessibles au plus grand nombre, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . et . .notamment . . . . . . .aux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . jeunes, les sciences, techniques et. industries, . . . . . . .toutes . . . disciplines . . . . . . confondues. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . .

. . . . . .

. . . . . . .

“etrevuoet-tekiscsae’l ed latsirc ua

e  Avec

“Deck-ouverte”, petits et grands partiront à la découverte des minéraux de la géologie régionale, mais également d’une collection unique de céramiques de l’Alsacien Théodore Deck.

e  “Deck-ouverte”

marque aussi la continuité des outils pédagogiques proposés par la Nef des sciences, suite aux brochures “Kali-Mine” et “Géotour en Haute-Alsace” qui sont consacrées à l’exploitation de la potasse.

D

La Nef des sciences, Centre labellisé Science & Culture, Innovation - Mulhouse

D

Maison du Technopôle, 40 rue Marc-Seguin BP 2118 F 68060 MULHOUSE cedex • téléphone : 03 89 32 76 33 • Télécopie : 03 89 32 76 31 • www.nef-des-sciences.uha.fr

D

La Nef des sciences est soutenue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche / DRRT Alsace, le Conseil régional d’Alsace, le Conseil général du Haut-Rhin et la Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace.

Centre labellisé Science & Culture, Innovation - Mulhouse SERVICE EDUCATIF ET CULTUREL des musées et sites patrimoniaux du Haut-Rhin


Deck-ouverte