Issuu on Google+

Octobre-novembre 2013 / N° 5

Autigny Corserey Cottens La Brillaz Matran Neyruz Ponthaux Prez-versNoréaz

paroisses vivantes J ou r n a l d e l ’Uni t é p a s t ora l e w w w. u p n ot r e d a m e d e l a b r i l l a z . ch

MJ Briner

DR

Espérance ! Que d’espérances…

Messes en famille, un bilan qui encourage à continuer…

Un pèlerinage, ça imprègne les cœurs et les corps…

pp. 6-7

pp. 8-9


Osons rêver…

Edito

Un patrimoine qui fonde l’avenir… La mise en place d’un nouveau mobilier liturgique en l’église d’Onnens ; la souscription lancée par la paroisse de Corserey qui cherche des fonds pour rénover son bâtiment-église qui en a bien besoin ; ces créations et projets manifestent le désir de faire vivre des communautés paroissiales. Un nouveau souffle pour nos lieux de culte La diminution du nombre de messes proposée par notre Evêque en raison du manque de prêtres, et déjà pratiquée dans notre UP, est un risque… Le prêtre, on le voyait à la sortie de la messe. Alors, moins de messes, moins de possibilités de rencontrer le prêtre que l'on voit surtout à l'occasion des sacrements ? Conscient de la situation, notre Evêque rappelle que la foi se vit en communauté. Aussi invite-t-il les petites (?) communautés à s’exprimer par des moments de prière ou autres manifestations de vie chrétienne durant la semaine. Puissent les communautés trouver une valorisation sur le terrain, au-delà des « Prières eucharistiques » que récite le célébrant, au nom de l’assemblée, quand il demande au Seigneur de renforcer la collaboration entre prêtres et laïcs ! Comme le suggère en effet la méditation à la fin du journal, chacun peut devenir une brique qui construit la communauté !

2

Edito

3

Portrait

4

Génération

5

Société Actualité

6

Vie en Eglise

7

Vie en Eglise

8

Vie en Eglise

9

Vie en Eglise

10-11 éCLAIRAGE 12-13 Chroniques

locales

15 Dans 18 nos paroisses

Autigny Cottens Neyruz Matran La Brillaz Corserey Prez-vers-Noréaz Ponthaux

19 Horaire

des messes Informations

20 Méditation

André Ryser

2

Imprimerie: Canisius SA, Fribourg Rédacteur responsable: André Ryser 1747 Corserey

Miser sur des participations qui tissent des liens entre communautés ? Ne nous arrive-t-il pas, à l’occasion, d’entendre nos prêtres exprimer une certaine fatigue ? Alors… Pourquoi ne pas partager les responsabilités qu’il est possible de partager ? Pourquoi, par exemple, ne pas mettre en place une équipe de préparation au baptême dans notre Unité, suivant la décision du Conseil pastoral cantonal promulguée il y a cinq ans par le Vicariat, suite à une enquête réalisée auprès des Unités pastorales du canton ? Pourquoi pas aussi se tourner vers des forces neuves… Dans « Paroisses Vivantes » d’août-septembre, Romain Julmy, notre diacre, nous apprenait que 15 personnes ont accompagné – photos à l’appui – 88 confirmands. Ce qui fait en gros 6 jeunes par accompagnateur. Alors, même si l’Esprit souffle où et sur qui il veut, osons rêver ! Sur ces 88 jeunes n’y en aurait-il pas une dizaine – et plus aussi – pour s’inscrire dans la vie pastorale de l’UP : chant – lecture – accompagnement des futurs confirmands – messes en famille, etc. ? Du côté de l’Equipe pastorale et du Conseil pastoral, qu’a-t-on d’autre à proposer à ces jeunes ?

14 Au livre de vie

Editeur: Saint-Augustin SA 1890 Saint-Maurice Directrice générale: Dominique-Anne Puenzieux Rédaction en chef Dominique-Anne Puenzieux Secrétariat tél. 024 486 05 25 fax 024 486 05 36 bpf@staugustin.ch

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

Equipe de rédaction:

AUTIGNY Michel Pasquier

CORSEREY —

COTTENS Jean-Marc Sudan

LA BRILLAZ Jean-François Deléaval

MATRAN Bernard Kroug

NEYRUZ Denise Rossier Margot Friboulet DR

Sommaire

PONTHAUX Claude Didierlaurent

PREZ-VERS-NOREAZ Philippe Guisolan

éQUIPE D’ANIMATION Bernard Rey-Mermet

SECRéTARIAT UP Fabienne Mollard Maquette: Anne Maibach Photo de couverture: Photo : Olivier Progin


L’Aujourd’hui de Dieu

Portrait

Tel que l’a vécu parmi nous Gérald Mayor, prêtre spiritain, qui nous salue cordialement et nous partage son expérience… La Rédaction Bonjour ! Après plusieurs années de mission en République du Congo, j’ai eu la joie de vivre mon ministère de prêtre durant quelques mois dans l’Unité pastorale de la Brillaz. Avec vous, j’ai découvert le travail dans une « Unité pastorale ». Je ne connaissais pas cette nouvelle forme de paroisse. Pour moi, travailler en équipe et être au service de plusieurs villages est une richesse : Richesse pour le prêtre Le fait de desservir plusieurs villages l’oblige à sortir de son bureau, de sa cure. Pour moi, c’est la vocation du prêtre de sortir, de rencontrer les gens, d’être présent dans le quotidien des personnes, d’être à leur écoute pour ensuite célébrer, prier ensemble. Richesse pour les communautés paroissiales Le fait de découvrir un prêtre, des prêtres vivant dans diverses régions et pays permet d’ouvrir les esprits et les cœurs. Les différents visages de l’Eglise aident aussi à vivre l’internationalité, la diversité et l’Universalité de l’Eglise.

A. Ryser

Une autre richesse… est l’apprentissage de la rencontre, de l’accueil de l’autre. Il faut peu à peu s’apprivoiser pour avancer ensemble, pour prier et célébrer. A propos de nos prières, de nos célébrations, nous aurions beaucoup à gagner s’il y avait plus d’humanité, de fraternité et d’échanges entre nous. Nous prions, nous célébrons notre vécu (joies, peines et soucis), notre quotidien. Pour cela il faut savoir prendre du temps pour se rencontrer (avant et après les célébrations) en dehors de toutes réunions officielles. Les moments d’échanges, de partage pourraient être repris lors de nos célébrations (par exemple : au moment de la prière universelle. Les prières sont aussi un partage de la vie de nos communautés). Pour terminer Je vous dirais, que grâce à des rencontres, aux célébrations vécues ensemble, vous m’avez aidé à « revenir », à « m’inculturer » dans mon propre pays, dans mon Eglise d’origine. Lorsque l’on part longtemps dans d’autres pays, il faut du temps pour revenir aux réalités quotidiennes de notre pays, de nos communautés, de nos familles. Au Congo, j’ai dû me dépouiller de la Suisse. De retour en Suisse, je dois me dépouiller du Congo. Donc un grand merci pour cette aide. Mon avenir à court terme Au mois de septembre, je partirai en Belgique pour trois mois de recyclage. C’est aussi un temps de réapprentissage. En ce début d’année pastorale Je vous souhaite une année riche en rencontres, en partages, en engagements. Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

3


Visiteuses de malades et personnes âgées : un ministère !

Génération

D

ans nos paroisses de l’Unité pastorale, le souci des personnes malades, âgées, dans les homes ou à la maison est porté par des équipes de visiteuses bénévoles comme par exemple à Matran. Ces personnes donnent gratuitement de leur temps pour une présence et une écoute aux paroissiens et paroissiennes qui en font la demande. Elles sont signe de l’attention que la communauté porte à ses membres fragilisés, geste de réconfort et d’amitié ; le cas échéant, elles peuvent partager leur foi en un Dieu d’Amour et de pardon. Quelques personnes du groupe ont reçu le mandat de la Communion et elles apportent l'Eucharistie à domicile.

M. Waeber

Les visiteuses pastorales Parmi ces personnes, certaines exercent leur bénévolat dans le cadre d’une équipe d’aumônerie insérée dans les homes. Elles sont

envoyées par l’Eglise et ont une place reconnue par la direction. Elles s’engagent à une visite régulière de tous les résidents d’une unité avec qui des liens personnels peuvent se tisser, surtout auprès des plus délaissés. Un insigne permet de les distinguer. Elles acceptent de se laisser initier et accompagner pour être bien dans leur ministère. L’initiation de base porte sur quelques thèmes : – Apprentissage de l’écoute. – Les besoins fondamentaux de la personne. – La confrontation à la souffrance, à la mort et au deuil. – L’accompagnement des personnes atteintes des démences… – Le lien avec les familles. Ces personnes exercent un ministère important ! Quand l'âge, la souffrance, la maladie, la solitude frappent, tous, nous avons besoin de présence, de chaleur, d’amitié et d’écoute ! C’est cela que les visiteuses offrent. Ecouter... c'est être ouvert positivement à toutes les idées, à toutes les expériences, sans juger, sans interpréter, laissant à l'autre le temps et l'espace de trouver la voie qui est la sienne. C’est une porte ouverte à une démarche de foi et à une dimension sacramentelle. Etre visiteuse, c'est une chance immense de créer des liens et de s'épanouir. C'est là la contrepartie du temps qui est offert. Ces équipes sont reliées à la Pastorale de la santé du canton, dicastère qui assure la formation et un accompagnement pour les personnes engagées. Nous souhaitons vivement que toute personne intéressée réponde à l’appel que Dieu leur adresse et prenne contact avec le secrétariat qui les mettra en lien avec les visiteuses déjà engagées, qui pourront les informer et les initier. Nous renouvelons notre reconnaissance à toutes les personnes qui rendent ainsi présent l’amour du Christ pour les plus défavorisés.

Lydia Maillard, Nadia Rérat et Père Bernard

4

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013


Société Actualité

La foi… par les actes

Missio

L'Eglise qui est en Suisse est une partie de l'Eglise universelle. C'est précisément en ce mois d'octobre, que tous les Chrétiens du monde se réunissent pour prier et partager. L’organisme Missio, présent dans tous les diocèses du monde, est là pour nous le rappeler. Octobre, Mois de la Mission Universelle « Mes frères, à quoi servirait-il à un homme de dire qu’il a la foi s’il ne le démontre pas par ses actes ? Une telle foi peut-elle le sauver ?… Si elle reste seule, sans se traduire en actes, elle est morte. » Cet extrait de saint Jacques doit nous convaincre que suivre Jésus ne se limite pas seulement à une simple confession de foi verbale, mais que cette foi doit s'exprimer dans des actions concrètes. Nous sommes tous missionnaires ; aujourd'hui nous devons montrer que vivre l'Evangile et annoncer le salut vont de pair avec le soulagement de la pauvreté et de la misère. C'est aussi le message que nous transmet l'Eglise du Malawi pour la campagne de la Mission Universelle du mois d'octobre. Au Malawi, dans les petites communautés chrétiennes où sont discutés les soucis et défis quotidiens concernant leur famille et leur village, les gens recherchent, à la lumière de leur foi, des solutions communes. Dans le contexte économique difficile, le slogan de notre campagne « La foi… par les actes » est, pour tous, vraiment d'actualité. En face de la souffrance dans ce monde, nous avons en tant que chrétiens la vocation et le devoir de ne pas rester indifférents, mais d'agir concrètement. Le samaritain nous a montré le chemin. Il est allé jusqu'au point de se priver de ses biens pour aider l'Autre. Sommes-nous prêts à aller jusque-là ? Dimanche 20 octobre Ce jour-là plus d'un milliard de chrétiens seront en communion les uns avec les autres dans la prière. Ce sera aussi l'occasion de partager. Une collecte est faite à l’échelle mondiale pour les besoins de la mission : chacun verse selon ses moyens et reçoit selon ses besoins. Dans le monde, 1300 diocèses en difficulté profitent directement de l’aide de Missio.

Osons continuer à jeter des ponts d'amitié et de solidarité entre les Eglises en difficulté dans le monde et nous, dans la coresponsabilité, l'écoute et le partage. Missio contribue à cette mission et a besoin de vos encouragements et de votre aide. Claude Didierlaurent

Tous les documents de la campagne du Dimanche de la Mission Universelle sont téléchargeables sur www.missio.ch

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

5


Messes en famille Automne 2012 Nous lancions le projet des messes en famille dans le cadre de l’Unité pastorale. Le concours de dessins lancé en juin a été exécuté avec beaucoup de joie pour les enfants. Le choix, certes très difficile, nous a offert des affichettes de qualité. Celles-ci ont été, dans chaque famille, mémoire des dates de messes programmées dans les différentes paroisses.

A. Ryser

Vie en Eglise

Le 22 juin dernier à Autigny Nous avons vécu un moment merveilleux. C’était une messe d’action de grâce pour tous les cadeaux d’amour reçus de Dieu durant cette année de catéchèse. Dans toutes les classes, nous avions préparé ce grand moment et les textes du jour avec beaucoup d’assiduité. Nous avons fait nôtre la question de Jésus à ses disciples dans l’Evangile de Luc. « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Dans son homélie, Monsieur le curé Modeste s’est empressé de poser cette question. Bien que timides, certains enfants ont osé dire : – C’est mon ami… mon berger… la lumière du monde… le Pain de Vie… mon soutien… mon sauveur… mon serviteur… ma vie… l’habitant de mon cœur… mon Père du ciel… et tant d’autres appellations que les enfants avaient écrites sur des étiquettes et suspendues à l’arbre de vie et la croix fleuris par les plus petits. Beaucoup d’enfants accompagnés de leurs parents ont participé à cette messe, moment de recueillement et de prière. Les grands avaient rédigé des prières d’action de grâce et ils les ont offertes aux paroissiens. Pour les catéchistes présentes, c’était un moment de grande émotion et de réconfort car dans notre mission de catéchiste, plus on s’approche des enfants, plus on est près de Dieu. Le temps des vacances est aussi le moment d’un premier bilan. Bilan posi-

6

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

tif ! Nous nous empressons de remercier nos prêtres, amis des enfants, les chefs de chœurs et les chanteurs qui nous ont aidés, tout au long de l’année, pour que nos célébrations soient priantes et où les enfants ont eu une place. Un merci spécial s’adresse aux parents qui, mois après mois ont accompagné leur famille. Nous souhaiterions, bien sûr, les voir en­­ core plus nombreux. Un bilan qui nous encourage à continuer Ce n’est pas un scoop, la catéchèse bouge et bougera encore… Ce qui bouge, c’est la manière de la proposer, c’est l’attention portée aux nouvelles demandes, c’est tout ce qui peut se vivre entre générations, c’est du côté de la responsabilité de toute l’Unité, du côté des moments forts qui ont du goût et donnent le goût de Dieu, des frères et de l’Eglise. Nous allons donc repartir d’un nouvel élan. Aidez-nous à prendre ce chemin ! Vous êtes avec nous les bâtisseurs de l’Eglise de demain ! N’est-ce pas cela qui nous est demandé en cette année de la Foi ?

Suzanne Jacquier


La messe en famille vue par les enfants

DR

DR

DR

DR

DR

Vie en Eglise

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

7


Un pèlerinage unique et original

Vie en Eglise

Quelque 1500 Africains venus de toute la Suisse ont participé dimanche 2 juin à Saint-Maurice à la douzième édition du Pèlerinage aux Saints d'Afrique. Une fête colorée et priante ! Un peu comme si un bout de terre africaine s'était emparé de la ville valaisanne.

C

Contes, prières Le conteur togolais, Rogo Kofi Fiangor, assure le fil rouge de la matinée pour introduire le thème : « Migrants, nous sommes tous des pèlerins », sachant que beaucoup de participants ont connu un vrai calvaire pour traverser déserts et mers. C’est l’heure de l’écoute silencieuse, entrecoupée d’Alléluia et d’Amen. Ce témoignage de cet homme d’Afrique qui connaît la force de la parole lorsqu’elle est dite avec l'assurance de la foi et avec une autre clé que notre logique, fut porteur d’espérance ! Dieu écrit droit, bien que les lignes soient de travers ! Prières, chants religieux, martyrologe, la matinée fut d'une incroyable ferveur.

C. Maillard

Partage, prières Après le repas de midi, où chacun pouvait partager des spécialités africaines, les pèlerins se

C. Maillard

hants africains animés par douze chorales africaines ont rythmé ce pèlerinage, désormais traditionnel à Saint-Maurice. Femmes en boubou, en costumes traditionnels ont marqué ce rendez-vous avec leurs pas de danse au son des tam-tam et des balafons. L'Afrique à portée de voix, en quelque sorte, pour honorer la mémoire des saintes et saints du continent africain. Du Nord au Sud. Pas triste. Pour cette douzième édition, le rassemblement était dédié à un saint martyr d'Ethiopie, moine copte, devenu prêtre catholique, Michaël Ghebre.

Intervention des enfants à l’Eucharistie

sont dirigés en chantant et en dansant vers l'Abbaye de Saint-Maurice. Pas triste non plus l'entrée dans l'Abbaye; la foule a vite fait de gommer l'austérité qui sied à l'endroit, comme pour démontrer que la musique peut parfois dépasser les clivages. Une messe, présidée par le Père-Abbé Joseph Roduit et célébrée dans une ambiance chaleureuse a marqué le sommet de cette journée. Enfants, prières Les quelque huitante enfants ne furent pas en reste. Encadrés par les membres de MissioEnfance, ils purent, au détour du programme spécialement conçu pour eux, se rencontrer, se connaître, partager et préparer leur intervention remarquée et remarquable lors de l'eucharistie de l'après-midi. Unique et original Ce pèlerinage unique en Suisse et qui prend de plus en plus d'importance, a pour objectif de donner une image positive de l'Afrique et de tisser des liens entre communautés du Sud et paroisses de chez nous. C'est ainsi que la diaspora africaine se voit offrir, chaque premier dimanche de juin à Saint-Maurice, un espace de liberté, que tous partagent ensemble dans une même ferveur et une même foi.

Procession de la communauté érythréenne

8

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

Claude Didierlaurent


Saint-Jacques-de-Compostelle

Vie en Eglise

Quelques informations sur cette ville Ville d’Espagne, en Galice, au pied du Monte Pedroso, 95'000 habitants. Le monument principal est la cathédrale romane (1125) et son porche de la Gloire (1188) ; elle fut pourvue au XVIIIe siècle d’une façade baroque. Son palais archiépiscopal du XIIe siècle, l’église et le cloître romans de Santa Maria del Sar, XIIIe siècle, des cloîtres et des édifices qui s’inscrivent dans des architectures exprimées selon les époques, sans oublier le balancement du botafumeiro, encensoir monumental (54 kg) qui fait toute la longueur du transept de l'église.

MJ Briner

« Mieux connaître le Saint Patron de son village » Invitation à découvrir un site et à partager quelques souvenirs.

Histoire au long des siècles et à nos jours Après le martyre de saint Jacques le Majeur, apôtre de l’Espagne, ses restes auraient été déposés dans un esquif qui aurait échoué en Galice, où son tombeau aurait été découvert au IXe siècle. Avec la Reconquista (reconquête des royaumes musulmans de la Péninsule ibérique par les souverains chrétiens), le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle devint l’un des plus célèbres de la chrétienté ; des itinéraires classiques y conduisaient les pèlerins, itinéraires que l’on trouve encore de nos jours (voir les chemins de St-Jacques dans la région de Noréaz, dans Histoire et histoires de Noréaz, auteur : Jean-Marie Barras) Evocations des liens avec le village 1635, Chapelle construite et dédiée à saint Jacques, 1939, la Commune se dote des armoiries avec comme emblème, trois coquilles. 1958, consécration de la nouvelle église dédiée à saint Jacques. 1967, grande fresque de Yoki, elle évoque la Transfiguration avec à gauche, l’apôtre saint Jacques. On dit que toutes les routes mènent à Rome, mais il y a bien les chemins qui mènent à Compostelle, ils peuvent être parsemés d’embûches, comme la vie de chaque pèlerin, les entraves de la vie sont si pénibles que l’homme veut s’en débarrasser pour se vêtir d’une nouvelle tunique, celle de la pureté de l’âme, celle qui redonne espoir et lumière. Tous ces sentiers de vie qui aboutissent sur le parvis de la cathédrale éclairent le visage de chacun. Ouf ! Je suis arrivé ! Quelle déli-

vrance. Il n’y a pas besoin de demander : qu’est-ce que tu fais là ? Le regard et la joie ne sont pas des images virtuelles, l’écran est bien réglé, l’image est bien nette, l’effort fait surgir des traits qui en disent long sur le parcours de chacun. C’est ainsi que pour témoigner de ce que l’on découvre en tant que spectateur, nous, (les membres de la chorale), c’est le confort de l’avion qui nous a déposés sur le théâtre de ces retrouvailles que chaque pèlerin vit en embrassant le sol, en se dépouillant de ses habits de scènes de sa vie pour revêtir ceux de son nouveau rôle. Même si pour certains, l’image reste encore un peu floue, la mire de réglage permettra de réajuster l’image de sa nouvelle vie. Au retour de ce voyage, les valeurs locales se sont soudainement placées sous un autre angle, le clocher paraît plus lumineux, les souvenirs que tout voyage procure s’inscrivent dans le cœur de chacun, mais il y a quelque chose de plus concret, les engagements de la chorale dans la communauté ne sont pas restés vains, la force de continuer son chemin de vie s’est dotée d’un éclairage complémentaire dont l’amitié et l’amour en sont les principales « ampoules ».

Philippe Guisolan

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

9


EcL AIRAGE .........................................................................................................................................................................

ces prêtres venus d’ailleurs… La présence en Suisse romande de prêtres diocésains venus d’ailleurs est devenue une réalité de plus en plus visible dans le paysage romand de notre Eglise. cette présence intéresse, elle interpelle aussi les fidèles, et pas toujours de manière positive. .......................................................................................................................................................

c’

est depuis 1980 que la présence en Suisse des prêtres venus d’ailleurs ou migrants – expressions qu’il faut préférer à celle de prêtres étrangers car il n’y a pas d’étrangers dans l’Eglise – a été plus marquée que par le passé, qui a toujours connu la présence, souvent pour des raisons d’études ou pour rejoindre des communautés religieuses installées en Suisse, de religieux ou de prêtres provenant d’un autre pays. Actuellement, dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, près du tiers des prêtres présents sur le diocèse sont des prêtres venus d’ailleurs que de nos cantons. Si la présence de ces prêtres s’inscrit d’abord dans le cadre des flux migratoires que connaît notre planète et ses continents, puis dans le fait que de nombreux prêtres sont venus étudier chez nous et qu’ils ont demandé ensuite à pouvoir y effectuer un ministère avec l’autorisation de leur évêque, il faut aussi relever que l’Eglise encourage – notamment depuis l’encyclique de Pie XII de 1957 Fidei Donum – le don ou l’échange réciproque de prêtres. Pratiqué au XIXe siècle du nord vers le sud, de l’Europe vers l’Afrique, cet élan missionnaire s’est inversé au XXe siècle : de nombreux pays européens sont devenus des terres de mission et de plus en plus de prêtres, notamment d’Afrique, sont venus y exercer leur sacerdoce. Ce phénomène s’est naturellement accéléré avec la

Témoignage d’un prêtre venu d’ailleurs…

« Ma nomination en 1993 comme curé du Châtelard et de Grangette par Mgr Pierre Mamie, m’avait permis d’exercer mes ministères dans la campagne fribourgeoise. C’était un baptême du feu ! Il a fallu donner du sien, faire le premier pas. Je conçois que pour la population, il n’était pas évident qu’un missionnaire noir s’y installe. On s’observait. C’est pourquoi il fallait impérativement m’intéresser aux gens, aider dans les fermes, dans les épiceries, à la laiterie d’en haut et d’en bas, au bistrot même, jouer au foot avec le syndic, voire avec les élèves. C’est également la raison pour laquelle j’ai choisi mon logement en dessus de l’école et non pas à la cure, à mon avis trop isolée. Depuis 2006, je suis curé-doyen et modérateur de l’UP Notre-Dame de la Brillaz. Les mêmes raisons évoquées précédemment ont toujours permis mon insertion à tel point que les médias font écho de mon activité missionnaire. De fait, je me considère comme missionnaire, car fruit de la mission. La mission est universelle et elle est un rendez-vous " du donner et du recevoir ". Ma présence dans l’Eglise en Suisse constitue un lien, un échange, une reconnaissance aussi. C’est la preuve que l’Afrique peut également donner et partager. Je me dis profondément Congolais et Africain, mais tout à la fois très bien intégré en Suisse. » Abbé Modeste

diminution du nombre de prêtres originaires de ces pays. Pour faire face à la pénurie, on a fait appel aux services de prêtres venus d’ailleurs.

P. Razzo / Ciric

Un prêtre polonais et un prêtre africain concélébrant la messe.

DR

..............................................................................................

Questions Certains prêtres ou laïcs trouvent d’ailleurs qu’accueillir des prêtres « étrangers » de plus en plus nombreux est un moyen d’éviter de se poser les vraies questions liées à la pénurie des prêtres dans notre pays comme dans certaines pays d’Europe, sauf exception. Une autre question que soulève cet accueil : faut-il dépouiller les jeunes Eglises, en particulier celles du continent africain, pour combler les vides géographiques de la présence de l’Eglise à Lausanne, Genève, Fribourg, Sion et Bâle ? Des remarques parfois désobligeantes sont aussi faites sur les motivations des accueillis et des accueillants. Intégration parfois problématique « Ils sont bien gentils, ces prêtres vietnamiens ! Mais on ne comprend rien lorsqu’ils parlent à l’église et ils ne s’intègrent pas vraiment à notre com-

munauté, préférant rester entre eux et avec leurs compatriotes qui ont d’ailleurs envahi l’église. Et puis, le nôtre, il veut tout commander, même aux laïcs engagés », déclare Anne-Gisèle *, paroissienne romande. Il est vrai que certains prêtres, même en ayant bénéficié de cours complémentaires de français, sur demande des vicariats épiscopaux qui sont sensibles à cette dimension linguistique, ont parfois encore de la peine à bien se faire comprendre des fidèles. L’intégration de ces prêtres peut aussi être problématique : les différences culturelles sont parfois grandes entre l’Asie et l’Europe, entre Hanoï et Goumoëns-la-Ville… Leur vision de l’Eglise peut être trop cléricale et pas assez synodale. La dimension œcuménique n’est pas vécue de la même manière dans les cantons de Neuchâtel ou de Vaud qu’en Pologne. Des efforts de part et d’autre doivent être faits. Ils passent aussi par un travail de sensibilisation afin que la paroisse ou l’Unité pastorale d’accueil se familiarise avec la culture du prêtre. Le Conseil épiscopal du diocèse de Lausanne, Genève

.............................................................................................................................................................................

08

PAROISSES VIVANTES I OcTObRE 2013 Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

10


EcL AIRAGE Virginia Castro / Ciric

P. Razzo / Ciric

.........................................................................................................................................................................

Consécration d’une église dans le quartier chinois de Paris.

et Fribourg a adopté en 1996 un texte intitulé « Accueil d’un prêtre venant de l’étranger en vue d’un ministère prolongé dans le diocèse LGF » qui, fondé sur le principe d’un enrichissement réciproque, prévoit plusieurs critères à respecter afin que l’insertion se passe au mieux. Mais, en pratique, beaucoup d’occasions de friction et d’incompréhension subsistent. Faute de temps, il n’est pas toujours possible de faire suivre aux prêtres un cours d’intégration. Partant, afin de les sensibiliser aux réalités romandes et suisses, Migratio, service qui travaille sur mandat de la Conférence des Evêques suisses en tant qu’organe de conseils et exécutif dans toutes les questions liées aux migrants, a une offre dans ce domaine. Position difficile A côté de cela, il y a aussi de nombreuses réactions positives qui viennent des communautés chrétiennes qui apprécient, après un temps

Fraternité par-delà les frontières.

« En France, les prêtres étrangers tombent un peu de haut »

..............................................................................................

« Depuis le début des années 2000, on peut parler d’arrivée massive de prêtres étrangers. Tous les diocèses en font venir. Vu le nombre, il a fallu s’organiser, créer par exemple des sessions de bienvenue, sorte de décryptage de notre société individualiste pour ces prêtres que tout, chez nous, désoriente. Le choc peut être rude. Il y a le climat, la nourriture, mais c’est surtout notre façon de vivre, et notamment notre laïcité, qui peut les perturber. Chez eux, la foi et la vie publique sont bien plus impliquées. Les prêtres sont des personnalités reconnues, respectées. Ce sont des notables, donc ils sont très entourés. Ils n’ont jamais connu la solitude. En France, il faut reconnaître qu’ils tombent un peu de haut. » Père Jean Forgeat, responsable de la cellule d’accueil des prêtres étrangers à la Conférence des Evêques de France

d’adaptation réciproque, la jeunesse, le dynamisme, la nouveauté dans la forme de transmission du message apporté par ces frères et sœurs venus d’autres continents ou pays. « J’apprécie beaucoup notre nouveau curé, qui

La situation chiffrée dans le diocèse de Sion

..............................................................................................

Au 1er septembre 2013, dans la pastorale de la partie francophone du diocèse de Sion, sont engagés au total 76 prêtres (dont 41 diocésains de Sion et 27 religieux, essentiellement du Saint-Bernard et de Saint-Maurice). 8 prêtres viennent de l’étranger : 3 prêtres séculiers de la République démocratique du Congo (dont un qui est également de nationalité belge), 3 prêtres séculiers de Pologne,1 prêtre religieux de Chine, 1 prêtre séculier de Belgique. Dans la partie de langue allemande, sur 45 prêtres (dont 30 prêtres diocésains et 2 religieux), 13 proviennent de l’étranger : 5 prêtres séculiers de Pologne, 3 prêtres séculiers du Nigeria, 3 prêtres religieux de l’Inde, 1 prêtre religieux des Pays-Bas, 1 prêtre séculier d’Allemagne.

est originaire de l’Europe de l’Est : il est vraiment à notre écoute, sympa et bien dans ses baskets et dans sa peau », déclare avec flamme cette présidente de paroisse fribourgeoise. Don réciproque ou incompréhension mutuelle ? La position des prêtres venus d’ailleurs est difficile. Lors de la session LGF des prêtres venus d’ailleurs du 5 au 7 avril 2011 à Montbarry, l’un deux a dit : « C’est un rendez-vous du donner-recevoir et c’est une expérience qui demande un grand exercice d’humilité et de vérité sur soi. » Sachons, comme chrétiens, frères et sœurs d’un même Père, accueillir la foi de ceux qui peuvent renouveler et fortifier la nôtre en vivant avec eux une véritable solidarité, celle de l’Eglise Famille de Dieu : « J’étais étranger, tu m’as accueilli ». Laurent Passer

Source : Vicariat général de l’Evêché de Sion. * prénom d’emprunt

.............................................................................................................................................................................

PAROISSES VIVANTES I OcTObRE 2013 Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

11

09


Chroniques locales Photo Glasson, Bulle

Souvenir… et digressions

C

ette photo, prise lors de la bénédiction de la nouvelle école de Lovens, date du 29 octobre 1950. Les classes primaires de Lovens – jusqu’alors à Onnens – dureront une vingtaine d’années, avec un maître unique. Dès 1970, époque des groupements scolaires, elles seront rattachées au Cercle comprenant Corserey, Lentigny et la paroisse d’Onnens. Un mois après l’inauguration du bâtiment scolaire de Lovens avait lieu, le 26 novembre 1950, l’ouverture officielle de la nouvelle école d’Onnens. Elle avait élu domicile au « château », précédemment propriété de M. Dagobert Zwimpfer, commerçant à Fribourg. Le beau parc fut sacrifié et une annexe fut accolée, comprenant salles de classe et grande salle. L’achat du « château » a marqué à Onnens la fin d’une longue période où des familles aristocratiques de Fribourg, tantôt comme propriétaires et tantôt comme locataires – les de Weck, Von der Weid, Aeby – habitaient temporairement Onnens. Cette photo est intéressante car les deux prêtres qui participent à cette bénédiction en 1950 exercent leurs fonctions depuis peu. L’abbé Anselme Fragnière a été nommé curé d’Onnens l’année précédente, en 1949. Il était auparavant vicaire dans la paroisse de ChêneBourg (Genève). Successeur du curé Louis Chanex, l’abbé Fragnière exercera son minis-

12

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

tère à Onnens durant 40 ans. Ces deux prêtres totalisent à eux deux 64 ans dans la paroisse d’Onnens. Le capucin est le Père Gervais Aeby. Sa famille, après avoir habité Onnens, s’était établie à Lovens en 1949, l’année même de la première messe du Père Gervais. Ses congénères l’appelaient Antoine, son prénom avant d’entrer en religion. Beaucoup se souviennent de sa mort tragique survenue le 19 septembre 1989, lors de l’explosion du DC10 d’UTA dans le désert du Ténéré (Niger). Le drame s’était produit à la suite d’un attentat organisé par le pouvoir libyen du colonel Kadhafi. Le corps du Père Gervais, l’une des 170 victimes, ne fut pas retrouvé. Le Père Gervais avait accompli dans son Ordre un cursus hors du commun : docteur de l’Université de Fribourg, chargé de cours de théologie à Sion et à l’Université de Fribourg, professeur à l’Ecole normale, prédicateur chaleureux, administrateur apostolique aux îles Seychelles, formateur du clergé à l’île Maurice. Revenu en Suisse, il fut supérieur régional des capucins et, enfin, supérieur des capucins suisses. A son décès, il était âgé de 66 ans. Jean-Marie Barras


Chroniques locales

Le centenaire de l’église

Les festivités des 100 ans de la construction de l’église d’Onnens se sont achevées le dimanche 7 juillet en apothéose ! Rappelons que la paroisse a organisé différentes manifestations en 2011-2012-2013, temps imparti à la construction de l’édifice il y a 100 ans !

A

D. Raboud

fin de marquer dignement le centenaire, le conseil de paroisse a décidé d’embellir le chœur d’un nouveau mobilier liturgique : autel, ambon, sièges.

D. Raboud

A cette occasion, et ce fut un honneur pour les paroissiens de La Brillaz, Mgr Charles Morerod entouré de Mgr Alain Chardonnens, des abbés Modeste Kisambu-Muteba et Guy Jeanmonod, du diacre Romain Julmy, a béni les différentes œuvres créées par Nicolas Ruffieux, artiste du village. Les fidèles présents et nombreux ont accueilli avec bonheur et admiration les différents nouveaux meubles. Fabriqué avec du bois et de la molasse, respectant ainsi la structure de l’édifice, l’autel illuminé au gré des cérémonies est muni de boiseries interchangeables. L’artiste a présenté ses créations et manipulé les boiseries en présence des artisans qui ont réalisé le travail et ainsi révélé l’originalité de l’œuvre : chapeau ! L’église d’Onnens : 100 ans et pas une ride ! Mgr Charles Morerod et Mgr Alain Chardonnens ont commenté l’événement grandiose et particulier. L’église (le bâtiment) est donc bien une construction réelle. Elle permet aux chrétiens de se retrouver dans une communauté, de se recueillir, de cultiver leur foi dans un lieu concret. Que cet édifice et ce nouveau mobilier parlent aux hommes de bonne volonté afin qu’ils restent fidèles au message du Père. Les deux chœurs de la Paroisse de La Brillaz, accompagnés de l’organiste et d’un petit ensemble de cuivres, ont magnifié ce beau moment en interprétant une nouvelle messe et d’autres chants créés pour l’occasion. Les « cloches en fête » ont terminé la longue mais très belle cérémonie. A l’issue de la messe, tout le monde s’est retrouvé à la halle polyvalente de Lentigny pour l’apéritif. Le banquet, préparé par une équipe expérimentée, servi par les jeunes de Lentigny et d’Onnens, animé par les deux chœurs, enrichi de quelques discours de circonstance, fut une réussite. Un immense bravo à M. Gérald Rossier, président d’organisation du centième, ainsi qu’à son comité. Un grand merci à toutes les personnes et toutes les sociétés qui ont œuvré et qui ont permis de fêter cette digne centenaire ! Pierre-Benoît Yerly

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

13


Dans nos paroisses

Au livre de vie … et Peines

Font désormais partie de notre communauté par le baptême

Ont été conduits à leur dernière demeure

Autigny-Chénens Le 2 juin, Ethan Werner,   fils de Maïc et Aline

Autigny Raymond Mauroux-Kramer, décédé le 10 juillet,   à l’âge de 94 ans

A. Ryser

Joies…

Corserey Le 21 juillet, Lilou Gauthier,   fille de Philippe et Sonia

Corserey Arsène Genilloud, décédé le 14 août,   à l’âge de 84 ans

Matran Le 18 août, Flavien Genoud,   fils de Thierry et Christelle

Cottens Giuseppe Di Marco, décédé le 15 août,   à l’âge de 77 ans

Neyruz 7 juillet, Téo Corminboeuf,   fils de Jacques et Karine

Matran Michel Layaz, décédé le 29 juin,   à l’âge de 79 ans Cécile Corminboeuf, décédée le 6 juillet,   à l’âge de 82 ans

Prez Le 2 juin, Arthur Aimé Monnerat,   fils de David et Rachel Le 9 juin, Coralie Krebs,   fille de Stéphane et Angélique Le 16 juin, Coralie Wölfli,   fille de Daniel et Jenny

A. Ryser

Neyruz Simone Dafflon-Oberson, décédée le 10 août,   à l’âge de 83 ans

Se sont unis par le lien du mariage Autigny Le 20 juillet,   Sandrine et Paolo De Melo Matran Le 20 juillet,   Alissia et Hervé Ducotterd

14

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

A. Ryser

Ponthaux Le 24 août, Eléonore Vaucher,   fille de Pierre-Alain et Véronique


Cottens

Autigny-Chénens Tels des pèlerins en route pour la Confirmation 2014

Lecteur ou le ministère de prêter sa voix à Dieu

Trente-trois jeunes confirmands d'Autigny-Chénens et Cottens ont pris la route vers leur Confirmation ; pour cela ils sont accompagnés de quatre animateurs avec la supervision de notre diacre Romain Julmy.

« Parole du Seigneur », telle est l’affirmation que le lecteur adresse aux fidèles assis dans l’église, en conclusion des deux textes qu’il vient de lire. N’est-ce pas comme s’il en lisait la signature du Véritable Auteur ? La Parole de Dieu n’est que écrite pour être lue. Pour qu’Elle soit entendue, Dieu doit se servir de notre voix. Il a besoin que nous lui prêtions notre voix. Il nous invite à Lui rendre ce service. Quel honneur ! Quel ministère ! Dans son Motu proprio du 15 août 1972 Ministeria quaedam (certains ministères), Paul VI avait institué ce service en ces termes : Le lecteur est institué pour la fonction […] de lire la Parole de Dieu dans l'assemblée liturgique. C'est pourquoi il doit proclamer, au cours de la Messe et des autres offices, les lectures tirées de la Sainte Ecriture (excepté toutefois l'Evangile […] Afin de s'acquitter de ces fonctions d'une manière toujours plus convenable et plus parfaite, il doit méditer assidûment les Saintes Ecritures. JM Sudan

M. Pasquier

Leur parcours se fera en plusieurs étapes sur des thèmes bien précis. Chaque rencontre est d'abord préparée avec tous les animateurs de notre Unité pastorale ; chacun apporte son expérience, ses idées, son vécu. Ces moments sont importants pour le soutien, l'échange, le partage, cela permet de cheminer ensemble et de ne pas se sentir seul « ensemble, on est plus fort ». Les thèmes sont des propositions, ensuite chaque groupe travaille de manière indépendante en respectant les mots clefs.

La première rencontre avait comme devise « se mettre en marche ». Plus de cent jeunes de notre UP ont pris le chemin de Notre-Dame de la Brillaz à Prez. Ce fut une expérience enrichissante de tous se retrouver pour un moment de partage et de convivialité. Par la suite, plusieurs moments importants attendent les jeunes autour de la prière, du credo, des témoignages « c'est quoi être Chrétien ? » ainsi que de la retraite au Simplon, moment fort pour cet automne. Michel Pasquier

Ainsi, le rôle du lecteur est de rendre accessible et audible la Parole de Dieu. Il ne s’agit ni de faire du théâtre, ni de prononcer un discours. Cette Parole n’est pas la sienne. Le lecteur n’en est que le porteur, le porteParole. Ministère fait d’humilité et de foi, il doit aider à transmettre cette Parole, écrite par d’autres, sous l’inspiration divine. Notre paroisse a la chance de pouvoir compter sur ses neuf lecteurs et lectrices qui, fidèlement, lors des offices du samedi soir, du dimanche et des jours de fête, prêtent leur voix à Dieu. Puissent-ils toujours en être dignes.

Jean-Marc Sudan

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

15


Matran - Avry

Neyruz Promenade biblique

Un sourire illuminait le visage des 57 participants à la promenade en ce matin du 6 août 2013. Le car, qui nous attendait à Avry, a fini de se remplir à Matran. L’arrêt à Crans, pour déguster cafés et croissants, a permis de satisfaire nos estomacs jusqu’à Annecy. Le bateau de 11h tendait son ponton invitant les passagers que nous étions à faire un tour sur son grand lac (il y en a deux : le grand et le petit). L’air du large a ouvert les appétits comblés par des spécialités anneciennes servies au restaurant Le Munich sis au bord du canal. 14h30 sonnaient quand nous prîmes la route pour la basilique de la Visitation où nous nous sommes mis sous la protection du bon saint François de Sales et de sainte Jeanne de Chantal, sans oublier de prier pour les absents et nos malades.

Toutes les personnes ayant un engagement dans la paroisse de Neyruz étaient invitées le 15 juin dernier à une promenade biblique à travers la ville de Fribourg.

G. Dorthe

Balade annuelle

Nous avons commencé notre périple à la Fontaine de Saint Pierre en partant de la place Python en direction de l’Hôpital des Bourgeois pour le terminer tout près de l’église St-Jean, par l’Ange qui veille sur chaque passant. Non seulement nous avons découvert des trésors devant lesquels nous sommes maintes fois passés sans y prêter attention (Marie de la Compassion – saint François embrassant la croix – les trois rois, etc.), mais encore nous nous sommes découverts les uns les autres (catéchistes – animateurs de confirmation – bénévoles de la conférence St-Vincent-de-Paul – conseiller de paroisse – lecteurs – fleuristes – sacristine, animatrices de veillée de prières, etc.). Ce fut un bel après-midi, plein de soleil, dans les cœurs et dans le ciel. La fraîche collation dans le jardin de la cure nous a laissé le temps de préparer les intentions de la prière universelle de la messe de 18h, à laquelle nous avons participé tous ensemble. S’engager dans la paroisse, c’est bien sûr se mettre au service mais aussi tisser des liens d’amitié qui embellissent et enrichissent chacune de nos vies.

En quittant Annecy pour Genève, nous ne nous doutions pas de ce qui nous attendait. La montée vertigineuse du Salève ne fut pas une sinécure : manœuvrer un mastodonte de 77 places sur deux étages dans les virages ne fut pas, pour notre chauffeur une mince affaire. Les émotions passées, manque de pot, le sommet du Salève était bouché. Une averse, certes rafraîchissante, obscurcissait la vue sur Genève à nos pieds. En revanche, la descente du côté d’Annemasse fut nettement plus facile et c’est sans encombre que le retour dans nos foyers s’est effectué. J’espère ne pas me tromper en disant que cette entorse à notre train-train quotidien fut l’occasion de se retrouver, de partager joies et soucis, rires et chansons… Mille mercis à tous les organisateurs et à la paroisse de Matran qui nous a offert une partie des frais de cette belle journée. Une participante

16

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

C. Schorderet

Denise et Margot


La Brillaz

Corserey L’église au milieu du village

Depuis plus d’un mois les classes ont repris…

Il y a plus d’un siècle, les villageois de Prez-vers-Noréaz, Noréaz et Corserey formaient une seule paroisse. A Corserey, une chapelle se situait sur la place de jeux actuelle de l’école. Vers 1900, les habitants de Corserey décidèrent de fonder leur paroisse et d’ériger une belle église au milieu du village, en face de la chapelle qui fut démolie.

A. Ryser

Etre un enfant

Chaque matin, j’observe ces enfants qui se rendent à l’école, sac au dos, pour accomplir une nouvelle journée de travail.

Il y a quelques décennies, les clochetons qui ornaient le bord de la toiture durent être enlevés à cause d’infiltrations d’eau et faute de moyens financiers. A la même époque, un habitant du village avait repeint, seul, l’extérieur de l’église.

Ah ! Redevenir un petit enfant ! C’est vrai l’enfant a ses défauts : il est imprudent, capricieux, parfois irréfléchi et inconstant. Cependant, le Seigneur nous le propose comme modèle. Alors qu’a-t-il donc d’admirable ?

Il y a 25 ans, la restauration intérieure fut entreprise grâce à l’aide de nombreuses personnes qui n’hésitèrent pas à retrousser leurs manches. La Mission Intérieure apporta son aide financière.

La simplicité d’abord éloignée de la vanité. La simplicité dit oui si c’est oui, non si c’est non ! Il sait se montrer vrai, naturel, sans calcul. La spontanéité : l’enfant vit dans la minute présente. Qu’elle lui apporte joie ou peine, il y vit tout entier mais sans s’y éterniser. Qu’il trébuche, il se relève et repart. Après une faute il sait pleurer, regretter... puis le voilà à nouveau sur le chemin passionnant de sa vie. Enfin, je découvre encore chez l’enfant la confiance, confiance envers ceux dont le métier est de l’aimer, confiance en la vie qui lui apporte de la joie, parfois des peines, confiance en soi sachant qu’il y aura toujours une main pour le soutenir dans les moments difficiles. C’est vrai : ce n’est pas si facile, à nous les hommes, de nous voir ainsi à travers le regard d’un enfant. Sainte Thérèse de Lisieux l’avait bien compris, elle qui déclara un jour : « Je suis bien plus heureuse d’avoir été imparfaite que si j’avais été un modèle. »

Depuis quelques années, nous envisageons de réparer les outrages du temps car, si nous n’entreprenons rien, les dégâts au clocher seront irréversibles et des infiltrations d’eau menacent d’anéantir le bon travail fait à l’intérieur. Des petites bêtes sont venues retarder notre projet de rénovation : nous avons dû lutter contre les capricornes qui attaquaient la charpente de la nef. En 2011 nous avons à nouveau planché sur ce projet et fait appel à un spécialiste pour des questions d’assurances et pour éviter des erreurs dans le choix des artisans, des techniques de rénovations et des matériaux à utiliser. M. Gérald Page, architecte, a donc été mandaté pour l’étude, le bilan de la situation, l’estimation des coûts ainsi que la surveillance du chantier. A la suite de cette étude, il s’avère que notre capacité financière ne nous permet pas de réaliser la totalité des travaux de rénovation envisagés. Nous faisons donc appel à votre générosité, afin de préserver ce monument historique bâti par nos anciens, qui fait partie du patrimoine de notre communauté aussi bien villageoise que paroissiale.

Etre un enfant, être soi-même, être vrai. Tout un programme !

Le Conseil paroissial

Jean-François Deléaval

Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

17


Prez-vers-Noréaz

Ponthaux

Un souvenir « gravé » dans le bois

Ô temps! Suspends ton vol…

Nous étions les animateurs d'un groupe de trentequatre jeunes confirmés des paroisses de Ponthaux, Prez-vers-Noréaz et Noréaz que nous avons accompagnés durant une année (2011-2012).

L'automne est déjà là avec ses feuilles multicolores… Voilà presque une année maintenant – déjà – que nous vivons « l'année de la foi ». Comme le temps passe !

S. Corpataux

D'aucuns rêvent qu’on puisse un jour arrêter les aiguilles du temps. Mais, quand bien même on pourrait stopper celles des quatre cadrans du clocher de Ponthaux, le temps n’en continuerait pas moins de couler, inexorablement et toujours dans le même sens. Mais qu’est-ce donc que le temps, sinon une manière de vivre l’aujourd’hui comme un fruit de ce que l’on a vécu hier et une occasion de préparer ce que l’on vivra demain ? La vraie leçon du temps qui court, c’est qu’il nous invite à vivre le présent, à fond, à faire de chaque instant un moment privilégié, unique, intense.

En souvenir de ce magnifique parcours de confirmation, quelques jeunes, désireux de laisser une trace, souhaitaient réaliser un banc en bois que nous installerions à l'oratoire de Ponthaux et à l'église de Noréaz. C'est chose faite.

S. Corpataux

Nous avons eu la chance d'avoir un papa, Dany Beyler, qui s'est proposé pour accompagner les jeunes dans la réalisation en leur mettant à disposition son atelier.

Notre projet est devenu réalité ! Grâce à la corporation forestière « La Sonnaz » qui nous a fourni le bois, à quelques papas, aux animateurs et surtout à ces quelques jeunes qui ont consacrés trois samedis à la réalisation de ces deux bancs. Que de merveilleux souvenirs, de rires… Sylviane Corpataux

18

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013

Arrêtons-nous de temps en temps pour nous rendre simplement compte de ce que nous faisons dans nos engagements – dans la paroisse ou ailleurs – du geste que nous posons, de la parole que nous prononçons. Il y a tellement de choses qui nous échappent, tellement de personnes, d’évènements à côté desquels nous passons sans les voir. Prenons le temps d'être à l'écoute des événements. Ecoute attentive, lucide, sachant écarter les faux bruits, discernant les messages à travers les parasites et les enflures de la communication. Apprendre à écouter, c'est encore plus urgent. Ecouter pour dire une parole de paix, et faire du monde une maison commune. Nous avons deux oreilles pour une seule bouche : c'est pour écouter deux fois plus qu'on ne parle. Alors, en cette période automnale, souhaitons-nous de profiter au maximum du temps qui passe, pour nous sentir bien avec nous-mêmes… et avec les autres. Claude Didierlaurent


Horaire des messes et autres célébrations en semaine dans les paroisses Mardi Neyruz   7h30 Matran   8h30 Noréaz 13h30 chapelet Lentigny 19h 1

Dans nos paroisses

Mercredi Jeudi Vendredi Cottens   8h30 Avry   8h30 Onnens   8h30 Ponthaux   8h30 Chénens   9h Noréaz 19h Prez 19h Corserey 19h Cottens 17h Home Avry 13h30 chapelet 17h45 Eglise chapelet 1

Les premiers vendredis du mois

Lorsqu’une sépulture est célébrée en semaine, la messe prévue ce jour-là dans la paroisse est ANNULEE. Lorsqu’une veillée de prière tombe aux heures d’une messe, LA MESSE FAIT OFFICE de VEILLEE DE PRIERE.

Horaire d’ouverture de notre secrétariat à Matran

Abonnement de soutien 2013 Paroisses Vivantes – Journal de l’Unité pastorale

Secrétariat Unité pastorale Notre-Dame de la Brillaz Case Postale 74 – 1753 Matran

A vous fidèles lecteurs des paroisses de : Autigny, Corserey, Cottens, La Brillaz, Matran, Neyruz, Ponthaux et Prez-vers-Noréaz.

Lundi et jeudi   8h à 11h30 14h à 17h30

Comme chaque année à pareille époque, par le mode qui lui correspond, nos paroisses vous invitent à soutenir financièrement le journal interparoissial.

Mardi et vendredi   8h à 11h30 14h à 18h Mercredi   8h à 11h30 14h à 17h Téléphone

026 401 00 90

Fax

026 401 03 58

E-mail : info@upnotredamedelabrillaz.ch Permanence téléphonique en cas d’urgence ou de décès : 079 546 28 18 (pas de sms)

Petit rappel, la contribution proposée de Fr. 20.– ou plus, n’a pas un caractère obligatoire. Cependant… Il est bien vrai que votre participation contribue au maintien et au développement de ce journal. Celui-ci représente un outil important pour la diffusion d’informations sur la vie de l’Eglise, la vie de nos paroisses et de notre UP, sur les activités pastorales, la présentation de témoignages de foi. En vous remerciant d’avance de votre générosité, nous vous présentons, Madame, Monsieur, nos salutations les meilleures. La Rédaction

www.upnotredamedelabrillaz.ch

Les églises de notre UP équipées sont A. Ryser

Autigny – Corserey – Cottens Noréaz – Neyruz – Prez Lentigny – Onnens Paroisses vivantes octobre-novembre 2013

19


A. Ryser

La brique

Méditation

Je regardais une maison en construction près de chez moi, et je me suis arrêté à observer une brique qui était tout en bas, tout près du sol. Probablement, me disais-je, lorsque le terrassement sera fait et que quelques arbustes auront poussé, on ne la verrait plus, cette brique. Pourtant, toutes les autres s'appuient sur elle ; sa présence est de toute première importance. Cette brique m'a fait penser à ceux et celles d'entre vous qui accomplissez des besognes cachées : ingénieurs près des bouilloires dans la cale des navires ; mécaniciens couchés sous un moteur ; cuisiniers dans les hôpitaux, dans les hôtels, téléphonistes par qui passent de nombreux appels, bref, tous ceux et celles dont on ne parle jamais et qui sont peut-être malheureux en s’imaginant qu'ils font un travail inutile. Je voudrais vous convaincre de l'importance de votre rôle. Vous êtes en bas, mais tout repose sur vous. La société tout entière a besoin de vous, quel que soit votre métier; d'ailleurs, ils sont tous beaux pourvu qu'on les aime. Si vous êtes de ceux dont on ne parle jamais, continuez votre travail au service des autres. Faites-le surtout avec le sourire, vous rappelant qu'un jour, que nous soyons en haut ou en bas dans l'échelle sociale, nous irons tous rencontrer le même Papa, Celui qui a dit que « ceux qui s'abaissent seront élevés ». Jean-Marie Brochu, prêtre Revue sainte Anne, Canada

20

Paroisses vivantes Octobre-novembre 2013


2013 05