Issuu on Google+

Business Plan

Art Gallery Project « Let’s change the way we look at art »

Adrien Bizouard

Thomas Bonhomme


BUSINESS PLAN

1


BUSINESS PLAN EXECUTIVE SUMMARY Etat Civil:

SARL My Art Gallery 23 allée de Lestonnac 33360 Carignan de Bordeaux

Profils des créateurs : - Adrien BIZOUARD, 25 ans étudiant M.Sc. MACI (Commerce international, BEM) - Thomas BONHOMME, 25 ans étudiant M.Sc. MACI (Commerce international, BEM) Concept My Art Gallery : - Galerie d’art en ligne - Promotion des jeunes talents (étudiants Beaux Arts ou universitaires Arts Plastiques) - Vente des œuvres en B2B et B2C Marché : - Marché global qui résiste à la crise - Tendance à la dématérialisation - Pas de leader sur le marché affirmé (France) Taille : -

CA 1ère Année : 29 000 € CA 3ème Année : 58 000 € Capital : 6 000 €

Cash Flows :

Evolution des Cash Flow 8 000 $ 6 000 $ 4 000 $ 2 000 $ - $ -2 000 $

Date 0

Date 1

Date 2

Date 3

-4 000 $ -6 000 $ -8 000 $

2


BUSINESS PLAN POUR NOUS CONTACTER Téléphone T. Bonhomme A. Bizouard

06-68-61-00-57 06-50-38-97-91

E-mail myartgalleryproject@gmail.com Web Blog: myartgallery-project.blogspot.com Issuu : issuu.com/myartgallery

3


BUSINESS PLAN SOMMAIRE BUSINESS MODEL

6

Segments de consommateurs

6

Proposition de valeur

9

Canaux de contact

12

Gestion de la relation client

15

Porteurs de projet

18

Activités clés

20

Partenaires clés

23

ETUDE DE MARCHE

26

ANALYSE DE LA CONCURRENCE

30

ANALYSE DU QUESTIONNAIRE

34

PRESENTATION DES ETATS PREVISIONNELS

38

Répartition des ventes

38

Les prix et paniers moyens

38

Le chiffre d’affaires

39

Les charges d’exploitation

40

Le budget communication

40

Frais de personnel

41

Investissement et amortissement

42

Le besoin en fond de roulement

42

ETUDE DE RENTABILITE

44

4


BUSINESS PLAN

5


BUSINESS PLAN BUSINESS MODEL 1 - SEGMENTS DE CONSOMMATEURS

a - SEGMENT B2C : Les particuliers que nous ciblons sont des hommes et des femmes à dominante urbaine, vivants en France métropolitaine. Ils ont une situation professionnelle stable et jouissent de revenus stables et confortables (cf.critères de segmentation B2C). Ce particulier est à la recherche d’une décoration d’intérieure originale et accessible. Cet achat répond à plusieurs types de besoins : - Intérêt pour l’art - Besoin de différenciation et d’exclusivité - Recherche de la beauté matérielle de l’objet - Accessibilité du prix L’achat en galerie d’art étant perçu comme réservé à une élite, cet individu recherche la simplicité et la rapidité dans la démarche d’achat.

b - SEGMENT B2B: De par leur nombre et leur force d’achat, les entreprises possèdent un fort potentiel commercial. Les entreprises qui constituent notre cible professionnelle sont les TPE-PME, les professions libérales et les associations localisées en France métropolitaine.

6


BUSINESS PLAN Tout comme les particuliers, les entreprises ont des besoins de décoration, et plus précisément de personnalisation de leurs locaux. Elles sont en effet soucieuses de l’image renvoyée à leurs clients et leurs collaborateurs. Nos cibles B2B ont donc des besoins d’aménagement de leur espace de travail. Outre l’utilité purement décorative de l’œuvre, les entreprises sont donc demandeuses de conseils en décoration d’intérieur.

Grille des critères de la segmentation B2C Sexe

- Homme / Femme - Célibataire

Situation maritale

- Concubinage - Marié - 25-34 ans

Tranches d’âge

- 35-44 ans - 45-54 ans - 55-64 ans - Cadres

PCS

- Professions libérales - Chefs d’entreprise

Revenus

Géographie Connaissance artistiques

- Moyen supérieur - Supérieurs - Urbain - France Métropolitaine - Novices - Amateurs d’art

7


BUSINESS PLAN

Grille des critères de la segmentation B2B - TPE/PME Structure

- Professions libérales - Associations

Accessibilité

- Ouvert au public

Géographie

- France Métropolitaine

Connaissance artistiques

- Novices - Amateurs d’art

8


BUSINESS PLAN 2 - PROPOSITION DE VALEUR

Notre approche tend à désacraliser ce commerce de l’art élitiste et déconnecté des modes de consommation modernes. Nous articulons notre offre autour d’œuvres d’art de qualité, à prix abordables, et de services innovants.

a - OFFRE B2C ET B2B Nous offrons à nos clients l’opportunité d’acquérir des œuvres d’art uniques. Pour s’adapter au mieux à leurs attentes, nous proposons un panel très diversifié d’œuvres. L’offre s’articule autour des techniques artistiques suivantes : - Photographie « fine art » - Peinture - Dessin - Illustration - Vidéo Nous souhaitons rester focalisé sur l’art contemporain, notre vocation est d’offrir des œuvres allant du style abstrait au style figuratif. Les tailles des œuvres vont du petit au très grand format. Ces œuvres sont produites par des artistes Français et internationaux résidants en France métropolitaine. Ce sont des artistes étudiants ou fraichement diplômés, (<18 mois) des établissements d’enseignements supérieurs artistiques (beaux arts, faculté d’arts plastiques ...). En plus du produit précédemment décrit, l’offre est composée du projet artistique de l’étudiant. C’est-à-dire qu’en plus d’un travail artistique, le détenteur d’une œuvre MyArtGallery contribue au développement et au 9


BUSINESS PLAN perfectionnement du dit projet artistique par son rôle de mécène. L’achat d’une œuvre contribue donc à l’évolution de l’artiste et de sa notoriété. De ce fait, l’équipe MyArtGallery offre à ses clients un suivi de la carrière artistique de l’étudiant. Enfin, pour garantir la meilleure qualité possible, la sélection des artistes et des œuvres est réalisée en collaboration avec un collège de spécialiste. (cf p 32 Ŕ Partenaires clés)

Produit Artiste Origine

Œuvre d’art unique et certifiée. Etudiant Jeune diplômé (<18mois) France Métropolitaine Photo

Techniques

Peinture Dessin

Styles

Abstrait Figuratif Petits formats : X<50x50

Tailles

Formats intermédiaires : 50x50<X<100x100 Grands formats : X>100x100 <300€

Prix

300€ Ŕ 900€ 900€ Ŕ 1900€ >1900€

10


BUSINESS PLAN b - SERVICES B2B L’offre proposée aux entreprises se compose des mêmes œuvres que celles proposées aux clients particuliers. Pour faire correspondre notre offre avec l’univers professionnel, nous proposons un service dédié et individuel ; et ce pour respecter le positionnement et l’image de l’entreprise. Concrètement, l’équipe MyArtGallery fournit des services s’approchant d’un cabinet de communication. Cela passe par une étude marketing de l’entreprise cliente. Enfin, c’est un service de défiscalisation que nous proposons à notre clientèle professionnelle. En effet, les entreprises qui achètent des œuvres originales d'artistes vivants, et les inscrivent à un compte d'actif immobilisé peuvent déduire du résultat de l'exercice d'acquisition et des quatre années suivantes, (par fractions égales) une somme égale au prix d'acquisition.

11


BUSINESS PLAN 3 - CANAUX DE CONTACT

Dans cette partie, nous nous attachons à la manière par laquelle notre proposition de valeur est délivrée au client. Pour se faire, nous passons en revue les différentes phases de contact ; de la visite sur le site, à la livraison de l’œuvre.

a Ŕ LE SITE WEB Notre volonté est de proposer un site internet clair et intuitif, pour que la navigation soit simple et les œuvres présentées de la meilleure manière possible.

 NAVIGATION Le client potentiel navigant sur notre site doit trouver rapidement des œuvres qui lui plaisent. Pour se faire, nous mettons à la disposition de l’internaute un moteur de tri par critères (taille, prix, technique, style ...). Au fur et à mesure de sa navigation, la démarche et les goûts de l’internaute sont analysés par prestashop (application web de gestion de site internet). Cela permet au site de proposer automatiquement des œuvres adaptées à chaque individu.

 ŒUVRES Pour présenter les œuvres sous leur meilleur jour, des systèmes de zooms et de plein écran sont prévus ; le zoom permet de voir les moindres détails de l’œuvre, alors que le plein écran permet d’avoir une meilleure vue sur l’ensemble de l’œuvre.

12


BUSINESS PLAN Enfin, un module web permettant de voir ce que l’œuvre donne « in situ » (au domicile du client) est à l’étude. Le but de cet outil est de rassurer le client, et d’apporter un attrait supplémentaire au site internet.

 ARTISTES L’accent est mis sur l’origine des œuvres, et donc leur créateur. De ce fait, une fiche artiste complète est disponible, et permet au client de voir, et de connaître en détail l’étudiant. Cette fiche traite des points clés de la vie de l’artiste, ainsi que de son projet artistique.

 ACHAT Une fois l’œuvre sélectionnée, le client se retrouve guidé dans le processus d’achat. - Validation du panier - Création ou identification du compte client - Coordonnées de livraison - Sélection du mode de livraison - Coordonnées bancaires (paiement par CB / Paypal) - Confirmation

b - LIVRAISON Les œuvres restent stockées chez l’artiste jusqu’au jour de la vente. Dès lors, une notification est envoyée à l’artiste lui indiquant l’œuvre vendue. Il reçoit l’emballage nécessaire sous 48 heures et dispose de 72 heures pour emballer son œuvre. Notre prestataire logistique « pickandpack » enlève l’œuvre à l‘adresse de stockage, et la délivre à l’adresse indiquée par l’acquéreur. Le processus complet (de l’achat à la livraison) est effectué sous 10 jours ouvrés.

13


BUSINESS PLAN c Ŕ SAV Pour maintenir un niveau de satisfaction élevé, une attention toute particulière est apportée au respect de notre cahier des charges logistiques. En effet, la phase d’emballage et de transport étant externalisées, il est important que l’œuvre reçue par le client soit intacte. En plus des précautions prises en amont (protection + emballage de qualité), un retour satisfaction individuel sera effectué sept jours après réception de l’œuvre par le client. Un retour de l’œuvre à notre charge est prévu en cas de non satisfaction.

14


BUSINESS PLAN 4 - GESTION DE LA RELATION CLIENT

La Gestion de la Relation Client (GRC), connue aussi sous son nom anglais de Customer Relationship Management (CRM), est définie comme étant l'ensemble des outils et techniques destinés à capter, traiter, analyser les informations relatives aux clients et aux prospects, dans le but de les fidéliser en leur offrant le meilleur service.

a - ATTRACTION DES PROSPECTS  INTERNET L’objectif est de faire venir des clients potentiels sur notre site internet. Pour cela, nous utilisons les trois outils essentiels au succès d’un commerce sur le net ; le référencement, la publicité et les articles sur sites spécialisés. Un bon référencement nous assure un trafic de prospects. En sachant que la grande majorité des internautes ne passent pas à la seconde page des moteurs de recherche, le référencement est un facteur clé du succès de notre commerce. Pour mieux cibler nos prospects (entreprises et particuliers), les critères de recherche seront différents. L’accomplissement de cette tâche est confié à des spécialistes ; l’agence A2V à Bordeaux. Concernant notre ciblage B2B, il sera judicieux de développer un référencement qui correspondra parfaitement à ce que pourra rechercher un chef d’entreprise, un avocat ou un restaurateur.

15


BUSINESS PLAN La publicité sur internet est un bon moyen d’attirer des consommateurs potentiels sur notre site. Nous sommes néanmoins conscients de l’image négative que peuvent transmettre certains types de publicité sur internet (spamming, fenêtres pop-up ...). De fait, nous sommes focalisés sur la publicité ciblée. Cette dernière permet de nous rendre visibles aux internautes ayant précédemment montré un intérêt pour l’achat d’art sur internet (particuliers comme entreprises). Il est indispensable de mettre en place une campagne de communication via les sites internet culturels spécialisés. Un certain nombre de ces sites existe également en version papier.

 LES EVENEMENTS MYARTGALLERY A travers ces événements l’objectif est de mettre en avant les travaux des artistes MyArtGallery et donc de communiquer sur nos intentions et sur le concept lui-même. Ces événements seront mis en place à Bordeaux à partir du mois de mars (lancement de notre site internet marchand) et ce sur une fréquence de 45 jours. Il est envisageable de les étendre au reste des grandes villes Françaises, au grès des évolutions du catalogue d’artistes. Les artistes les plus prometteurs y seront présentés. La collaboration avec les lieux « supports » de ces événements doit être gagnante-gagnante.

 FORCE DE VENTE Outre nos activités sur internet, c’est la force de vente (composée des porteurs de projet) qui a pour mission d’attirer les consommateurs potentiels. Nous identifions deux missions principales ; l’organisation d’évènements et le démarchage des entreprises. Le rassemblement d’acheteurs potentiels autours d’un même événement permet à la fois de nous faire connaître et de générer des ventes. Outre l’outil internet, la sensibilisation des entreprises à notre offre de produits et de services (défiscalisation) sera effectuée par notre force de vente.

16


BUSINESS PLAN b - FIDELISATION DE LA CLIENTELE  LES PARTICULIERS Cela passe premièrement par une prestation sans faille de notre part. L’objectif est donc d’offrir un niveau de satisfaction le plus haut possible. L’acheteur doit recevoir chez lui un produit en excellent état et identique à ce qui l’a séduit sur notre site internet. La qualité du site internet doit se maintenir et se perfectionner au cours du temps. Son ergonomie doit répondre aux attentes des consommateurs, c’està-dire une navigation simple, une recherche pointue et précise. La newsletter est également un moyen de tenir nos clients informés des nouveautés MyArtGallery. Elle servira à renseigner notre base de données sur les éventuelles promotions, les nouveaux artistes et leurs parcours respectifs et les avancées de la société.

 LES PROFESSIONNELS Concernant notre marché B2B, il faudra que notre travail d’expert en communication ait été parfaitement réalisé. Il faudra que les œuvres proposées correspondent parfaitement au positionnement de la société en question. Le suivi sera également primordial. Un excellent niveau de suivi nous rapprochera d’un renouvellement d’achat et d’un bouche à oreille favorable.

17


BUSINESS PLAN 5 - PORTEURS DE PROJET

Le projet est porté par deux futurs diplômés de BEM bordeaux école de management. Adrien Bizouard et Thomas Bonhomme. Entre adéquation des compétences et passion commune pour le monde de l’art, ils s’allient en Janvier 2011 pour créer ce projet de galerie d’art en ligne. Ces trois entrepreneurs tirent leurs forces de la complémentarité de leurs compétences et de leurs parcours. Adrien Bizouard, ancien sportif de haut niveau de « BMX race » (Triple champion de France et Champion d’Europe) est originaire de Dijon. Sa passion pour le commerce débute lors de ses études à l’IUT tech de co de Dijon. Passionné par le monde et la découverte, il poursuit ses études à l’université de Lethbridge (Alberta, Canada) où il obtient un Bachelor en marketing et management. En 2010, il rejoint BEM et plus particulièrement le MACI (M.Sc. des affaires et commerce international). Très sensible au caractère humain des affaires, il développe ses compétences commerciales chez ASEI Toulouse, puis, s’oriente vers le recrutement au sein du cabinet Vidal Associates à Bordeaux. Thomas Bonhomme baigne dans le monde de l’entreprise dès son plus jeune âge grâce à un père entrepreneur. Originaire de Bordeaux, il s’engage avec BEM où il obtient une licence en marketing et négociation en 2010. Féru de marketing et de stratégie internationale, il intègre le MACI en 2011. Cette passion pour le marketing et ce caractère entreprenant se traduit dans ses expériences professionnelles. Il réalise deux stages majeurs ; le premier entant que chef de produit au sein de France Wine Export à Bordeaux, et le second à Hong Kong pour le compte de OneRedDot fine wines (importateur de vins fins) en tant que qu’assistant du Brand Director.

18


BUSINESS PLAN Ces deux entrepreneurs constituent la ressource fondamentale du projet. C’est en se servant de leurs spécialités, distinctes et complémentaires que les membres du projet mèneront à bien l’entreprise MyArtGallery. A cela, s’ajoute une envie de s’investir dans un défi à long terme, pour lequel ils se donnent les moyens de réussir.

19


BUSINESS PLAN 6 - ACTIVITES CLES

a - DIRECTION ARTISTIQUE : La fonction direction artistique regroupe la sélection de nouveaux artistes, le suivi des artistes existants et le développement des relations, avec les acteurs Français de l’art contemporain. La sélection de nouveaux artistes a plusieurs buts ; étoffer le catalogue existant ou remplacer un artiste dont le contrat s’achève, sans être reconduit. Le suivi des artistes existants consiste à assurer la qualité des relations et la qualité du travail de l’artiste. Le but étant donc la qualité du service délivré au client. Le développement des relations extérieures et tout particulièrement, le développement des relations avec les acteurs Français de l’art contemporain est essentiel. Cela répond à notre besoin de maintenir un collège de spécialistes.

b Ŕ EVENEMENTS L’organisation d’évènements s’effectue à but promotionnel et rassemble à la fois nos invités (attiré par la mise en place d’un plan de communication), des acheteurs potentiels (personnes sélectionnées au sein de notre réseau), la clientèle du lieu « support », une clientèle spontanée et les artistes.

20


BUSINESS PLAN  QUI ? L’équipe MyArtGallery : Nous serons donc en charge de l’ensemble de la planification de cet événement. Nous devrons entre autre trouver le lieu, les invités, les artistes, la date… Les artistes : En fonction du lieu choisi, il sera pertinent de choisir entre deux et quatre artistes qui viendront exposer leurs travaux lors de ces événements. Ils seront également présents lors du vernissage afin de pourvoir renseigner les visiteurs et agencer leurs travaux. Les invités : A travers un plan de communication préalablement mis en place en collaboration avec la presse et médias locaux, les invités seront amenés à venir découvrir les œuvres des artistes ainsi que le projet MyArtGallery. Nous devrons également contacter des acheteurs potentiels de notre réseau et entourage.

 OÙ ? Ces événements se tiendront dans des lieux qui correspondent à notre positionnement et dont les responsables sont intéressés par notre démarche. L’intérêt pour eux est de profiter du trafic au sein de leur magasin, café, bar… et ainsi faire venir un nouveau type de clientèle. Pour nous, l’intérêt est de profiter de la notoriété du lieu en question et de la localisation géographique pour attirer des visiteurs spontanés.

 POURQUOI ? Ces événements serviront d’une part à lancer officiellement notre site internet et d’autre part à offrir une exposition aux artistes MyArtGallery. Nous allons évoluer à la fois dans le secteur de l’art et du e-commerce, deux environnements assez éloignés l’un de l’autre. Le bouche à oreille jouera un rôle important dans notre stratégie. En proposant la possibilité aux particuliers de rencontrer les porteurs de projet et les artistes MyArtGallery, nous souhaitons communiquer sur le fait qu’il est aujourd’hui possible de se procurer des travaux uniques, à moindre coûts et réalisés par des étudiants artistes ambitieux.

21


BUSINESS PLAN c - WEB-MARKETING La gestion du site internet marchand et le succès de ce dernier dépendent de la mise en place d’actions, et d’outils de web marketing adaptés. Le site internet est géré grâce au logiciel Prestashop qui fait office de Back office. Cet outil permet de recueillir les données de fonctionnement et d’utilisation (origines des visites, processus d’achats ...) du site internet. Une analyse de ces données régulière permettra d’optimiser l’attractivité du site et le taux de conversion.

d - COMMERCE B2B: L’offre B2B fait intervenir l’équipe MyArtGallery lorsque l’entreprise cliente fait appel à notre service de défiscalisation, et lorsqu’elle fait appel à notre service de consulting en image. Pour l’accomplissement du service de consulting en image, un travail sur le positionnement marketing de l’entreprise et son image sera effectué par l’équipe MyArtGallery. C’est suite à cette étude, qu’une sélection d’œuvres cohérentes sera proposée à l’entreprise.

22


BUSINESS PLAN 7 - PARTENAIRES CLES

a - ARTISTES: Les artistes sont des éléments essentiels de notre Business Model ; ils sont nos fournisseurs.

 SELECTION Nos artistes sont essentiellement des étudiants Français ou étranger domiciliés en France métropolitaine. Ces artistes sont sélectionnés par l’équipe de spécialistes ainsi que par l’équipe MyArtGallery. Pour se faire, nous nous basons à la fois sur des critères objectifs et des critères subjectifs.

 REMUNERATION La rémunération des artistes correspond à un pourcentage du prix de vente hors taxe de l’œuvre. Cette rémunération est variable de 60% à 70%, en fonction du degré d’avancement de l’artiste dans sa carrière. Ce pourcentage est soumis à négociation et sera donc fixé au cas par cas.

23


BUSINESS PLAN 

RÔLE

L’artiste fournit le fruit de son travail ; c’est à dire les œuvres faisant partie du contrat de distribution. L’artiste conserve les œuvres sélectionnées en France métropolitaine. Lorsqu’une vente est effectuée, il reçoit les outils nécessaires à l’emballage et la protection de l’œuvre pour le transport. L’artiste est donc chargé de l’emballage de l’œuvre pour l’expédition.

 CONTRAT Le contrat signé entre l’artiste et MyArtGallery concerne la distribution exclusive d’un nombre déterminé d’œuvres. MyArtGallery se voie donc confiée la distribution et la promotion des œuvres pour une période donnée.

b - TRANSPORTEUR: Notre partenaire logistique « pickandpack » est une entreprise Française spécialisée dans le transport hors gabarit et le faible volume d’envois. L’emballage (cartons + protections) est fourni par « pickandpack » et envoyé sous 48 heures à l’artiste. Lorsque l’emballage de l’œuvre est effectué, la société va chercher l’œuvre à son lieu de stockage et la livre à l’adresse indiquée par le client.

c - SPECIALISTES: Le collège de spécialistes est composé d’enseignants en art ou de professionnels du secteur. Ce collège a plusieurs fonctions ; la sélection des étudiants et l’évaluation des œuvres. De plus, il crédibilise MyArtGallery sur le marché de l’art.

24


BUSINESS PLAN

25


BUSINESS PLAN ETUDE DE MARCHE 1 Ŕ QU’EST-CE QUE L’ART CONTEMPORAIN ? Peut-on définir l’art contemporain comme l’art « en train de se faire » ? L’expression n’est employée de manière usuelle que depuis les années 80, et elle demeure ambiguë. Car tout l’art produit par les artistes vivants, donc contemporains, n’est pas de « l’art contemporain ». C’est quoi, l’art contemporain ? Pour répondre à cette question, on peut recourir à un autre terme abstrait, et abscons pour beaucoup, celui de « postmodernisme », que l’on peut définir au sujet de toute œuvre dont la conception, contrairement au modernisme, ne repose pas sur l’idée d’une finalité nécessaire de l’art. Les multiples mouvements « néo » et autres courants revisités, comme par exemple le « néo-Pop » de Jeff Koons, sont caractéristiques du postmodernisme, dont l’une des particularités est, si l’on peut dire, de tourner en rond et de pouvoir dès lors, comme un serpent se mordant la queue, intégrer tous les styles : selon Catherine Millet, « l’art contemporain opère une soudure, là où la modernité marquait une rupture ». Aussi faut-il aborder le terme de « contemporain » autant comme un point chronologique précis, celui du hic et nunc de l’art, délirant et jamais assouvi, que comme le synonyme de « art de pointe » (les anglicistes ou les prétentieux diront at the cutting edge ou state-of-the-art). Autant dire qu’il paraît bien difficile de se retrouver dans tout cela. Comment définir une œuvre d’« art contemporain », et quels sont les critères qui peuvent déterminer si elle constitue un « bon travail » de la part de l’artiste? L’éclectisme de l’art contemporain est tel qu’on ne peut plus parler aujourd’hui de « styles » : chaque artiste produit un travail unique, ne se rattachant pas forcément à un style en particulier. De même, tous les médiums sont « contemporains » : un peintre tel Marc Desgrandchamps est autant considéré comme un artiste contemporain qu’un artiste producteur d’installations, comme Claude Lévêque, ou un vidéaste comme Bill Viola… Pour faire simple (ou simpliste), on dira que l’art devient « contemporain », dès lors qu’il entre en symbiose avec son époque, et qu’il nous parle de notre vie,

26


BUSINESS PLAN de notre époque, de nos modes parfois, et toujours de nos modes de pensée et d’être, là et maintenant.

2 Ŕ LE MARCHE DE L’ART CONTEMPORAIN EST-IL EN CRISE ? Après un repli mondial, le marché de l’art s’est donc reconstruit rapidement. Comment a-t-il réagi face à la crise financière de 2011 ? Il paraît aussi insensible au marasme des marchés financiers en 2011 qu’à la crise américaine des subprimes trois ans plus tôt. Rappelons qu’au début du mois d’août 2011, les marchés mondiaux ont plongé en réponse à la crise de l’endettement. A l’issue de la journée du vendredi 5 août 2011 par exemple, Londres perdait 2,71%, Francfort 2,78% alors qu’à Paris, le CAC 40 chutait de 1,26%, signant sa dixième séance d’affilée de baisse. Du jamais-vu depuis la création de l’indice en 1987. Entre le début du mois de juillet 2011 et la fin du mois d’août, le CAC 40 accusait une chute de plus de 20%. A la mi-juillet, les places de marché européennes étaient toujours en déroute. Pourtant, le marché de l’art haut de gamme paraissait insensible à cet état de crise, au contraire... Les prix, portés par de nombreux investisseurs et par les nouveaux collectionneurs venus de l’Est, se sont maintenus et la course aux records a continué. Afin de prendre la mesure de l’état de confiance des acteurs du marché de l’art, le taux d’œuvres contemporaines invendues est un bon baromètre. Sur la période de la présente étude, juillet 2010-juin 2011, les maisons de ventes ont déploré moins de 37% d’œuvres ravalées contre 43% ayant subi ce sort entre juillet 2008 et juin 2009. Le bilan est donc positif, aucun signal alarmant n’est à déceler, l’offre paraissant alors bien adaptée à la demande.

27


BUSINESS PLAN

3 Ŕ L’ART CONTEMPORAIN COMME INVESTISSEMENT ALTERNATIF Au cours de cette année 2010-2011, la nervosité des marchés financiers et les indicateurs en berne de part et d’autre de l’Atlantique ont dopé deux valeurs qualifiées de sûres : l’or et l’art. En effet, parallèlement à une crise de la dette sans précédent, une croissance économique ralentie au premier semestre 2011 aux Etats-Unis et en Europe, aux difficultés des banques etc., la crise de confiance a entraîné un repli sur l’or1 (dont le prix a doublé en deux ans) et l’art, qui enregistrait la meilleure performance de son histoire aux enchères, à l’issue du premier semestre 2011. La crise de 2008 avait atteint le marché de l’art instantanément, remettant en cause des années de théories estimant les deux marchés corrélés mais en décalage. L’attitude attentiste du marché de l’art en 2011, suite à l’apprentissage difficile de 2008, offre aujourd’hui une alternative face aux différents 28


BUSINESS PLAN placements touchés. Les nouvelles stratégies mises en place ou à venir au sein du marché de l’art (ventes aux enchères en ligne, circulation de l’information accélérée, mise en réseau des acteurs au niveau mondial, ouverture des marchés…) tendent à renforcer et faciliter l’investissement sur ce segment qui n’est plus désormais réservé aux initiés, la masse d’informations phénoménale sur le marché de l’art en base de données sur l’Internet rendant mécaniquement le marché plus transparent et accélérant ainsi les transactions.

4 Ŕ LA DEMATERIALISATION DU MARCHE DE L’ART Il est vrai qu’en une décennie, le nombre de connectés à Internet est passé de 90 millions à 2,5 milliards d’internautes devenus consommateurs de biens et de services, mais il faut surtout prendre en compte l’arrivée plus récente des «Silver surfer» que sont les plus de 50 ans à haut pouvoir d’achat, qui font désormais d’Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d’œuvres d’art dans le monde. Tandis que la collection d’œuvres d’art s’est érigée en mode de vie pour les jeunes générations, les parents et les grands-parents de ces jeunes amateurs d’art utilisent eux aussi assidûment Internet pour s’informer et pour acheter des œuvres. Les ventes en ligne s’étant multipliées sur la dernière décennie, la France faisait office de mauvais élève en traînant à appliquer la directive services. La révolution du numérique, la normalisation du marché de l’art et la dématérialisation vont encore accélérer le flux des transactions. En effet, l’économie du marché de l’art, comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en termes de frais, le plus liquide et celui permettant de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d’intervenants avec, bien sûr, une information transparente sur l’intégralité des prix et indices. Si la confiance dans le site de vente est un point clef, la transparence de l’information en est un autre et l’accès aux résultats de ventes et aux cotes des artistes constitue un atout majeur pour guider les vendeurs et les acheteurs d’œuvres d’art. D’ici cinq ans, plus de la moitié des ventes d’œuvres d’art réalisées dans le monde pourraient être réalisées via Internet.

29


BUSINESS PLAN ANALYSE DE LA CONCURRENCE Nous identifions deux niveaux de concurrence : -

concurrents indirects : magasins et sites internet de vente de décoration d’intérieur. concurrents directs : magasins et sites internet de vente d’œuvres d’art.

1 - CONCURRENCE DIRECTE Nos concurrents indirects sont les entreprises qui répondent au besoin de décoration d’intérieur. Dans cette catégorie, la concurrence se trouve sur internet et en physique. D’alinéa en passant par Ikea, la concurrence est variée et bien implantée. La stratégie de ces concurrents est de proposer l’ensemble du nécessaire de décoration et d’ameublement d’une maison. Le positionnement prix varie entre les concurrents, mais reste très compétitif comparé aux revendeurs d’art. FORCES -

Implantations physiques et présence sur le net Puissance de communication Image de marque Attractivité des prix

FAIBLESSES -

-

Peu de différences entre les produits proposés par les différents acteurs Image de décoration bas de gamme

2 - CONCURRENCE INDIRECTE Nos concurrents directs sont les entreprises spécialisées dans la vente d’œuvres d’art ; physique ou sur internet.

a Ŕ PHYSIQUE (GALERIES D’ART) La stratégie des galeries d’art est la même depuis des décennies. Le galeriste sélectionne des œuvres d’art à fort potentiel, puis, les expose de la meilleure manière possible. La réputation, et donc le succès d’une galerie se mesure

30


BUSINESS PLAN sur la durée. En effet, le bouche à oreille favorable et la fidélité du client dépendent de la qualité des œuvres proposées. FORCES -

Lieu d’exposition ouvert au public Crédibilité acquise au fil du temps Service client et conseils Vente de toutes les techniques artistiques (de la photo à la sculpture)

FAIBLESSES -

Horaires et jours d’ouvertures Image : réservé à une élite Prix : tarifs proposés peu compétitifs (50% de marge) Offre limitée à la surface disponible en galerie

b- INTERNET La concurrence sur internet se distingue entre les sites de vente d’œuvres d’art généralistes, et les sites spécialisés (ex : YellowKorner = photo).

 SITES SPECIALISES Ces marchands ne vendent qu’un seul type d’art ; généralement de la photographie. En effet, le format numérique de la photo se prête particulièrement à la vente sur internet. Simplicité et personnalisation en sont les maîtres mots. Le client n’a qu’à sélectionner l’œuvre, les dimensions et la technique d’impression.

FORCES -

Accessibilité Prix compétitifs Offre proposée très diversifiée Personnalisation

FAIBLESSES - Limitation de l’offre à une technique

31


BUSINESS PLAN  SITES GENERALISTES Ces sites généralistes vendent toutes les techniques artistiques à l’exception de la sculpture. Ils adoptent une stratégie basée sur l’accessibilité et la désacralisation du monde de l’art contemporain. FORCES -

FAIBLESSES

Accessibilité Prix compétitifs Offre proposée très diversifiée

- Manque de crédibilité. - Manques de moyens de communication

Ce tableau regroupe les principaux acteurs sur le marché de la vente en ligne d’œuvres d’art.

Nom

Positionnement prix

Nb œuvres

Frais livraison

Délais livraison

Distribution

enviedart

Milieu / Haut de gamme

X<1500

Pas disponible

Pas disponible

Click & mortar

artfloor

Haut de gamme

500<X<1000

15% du prix de l’œuvre

Pas disponible

Click & mortar

carredartistes

Entrée / Milieu de gamme

1000<X<1500

10% du prix de l’œuvre

La poste (fr)

Click & mortar

Artsetter

Entrée / milieu de gamme

X>1500

Pas disponible

Pas disponible

Click only

32


BUSINESS PLAN

33


BUSINESS PLAN Analyse du questionnaire Après avoir vu quelques éléments concernant la tendance globale du marché de l’art et la concurrence, nous allons maintenant nous intéresser aux données et aux comportements qui ressortent du questionnaire (un exemplaire de ce questionnaire est intégré dans les annexes). L’intérêt de cette méthode est qu’elle va nous permettre de confronter notre Business Model à la réalité du terrain. Nous avons donc diffusé ce questionnaire et récolté 150 réponses, ce qui va nous permettre de dégager une tendance qui sera nécessaire pour détecter les attentes et les freins vis-àvis de notre projet.

1 Ŕ ATTENTE D’UNE OEUVRE Les trois critères qui arrivent en tête concernant l’attente du consommateur envers une œuvre d’art sont dans l’ordre l’esthétique, la qualité et le prix. Concernant la qualité et l’esthétique nous pouvons satisfaire le consommateur puisque les œuvres que nous proposons sont uniques, réalisées par des étudiants dans le domaine artistique et nos choix sont validés par des personnes ayant une expérience dans le milieu Pour le prix, il nous paraît inadéquat de proposer un produit offrant qualité et esthétique à un prix réduit.

2 - ETES-VOUS INTERESSE PAR L’INVESTISSEMENT DANS L ART DE COLLECTION ? A cette question fermée, nous avons reçu 49 réponses positives, soit 33%. Ce chiffre s’il peut apparaître faible est cependant intéressant pour nous, puisque n’oublions pas que l’art est un marché de niche, de ce fait les 33% représentent une opportunité et semble confirmer que de plus en plus les consommateurs se consacrent à la décoration et notamment à l’art. Pour la suite de l’analyse nous nous concentrerons sur les 49 sondés ayant répondu « oui » à cette question, puisque c’est eux que nous ciblerons dans nos démarches marketing.

34


BUSINESS PLAN 3 Ŕ QUI SONT-ILS ? Les résultats à ce niveau du questionnaire sont difficilement interprétables puisque la répartition des réponses positives en termes d’âge, de sexe et profession est la même que la répartition de l’ensemble des personnes sondées. C'est-à-dire que la probabilité de s’intéresser à l’achat d’œuvres d’art n’est pas liée à l’âge, le sexe ou la profession, du moins d’après les résultats du questionnaire.

4 Ŕ PAR QUOI SONT-ILS INTERRESSES ? Nous avons proposé un choix entre différents supports pour des œuvres artistiques en demandant d’établir un ordre de préférence. Là, deux techniques ressortent du lot puisque la peinture a été placée 27 fois à la première place la photographie 15 fois. Ces résultats nous confortent dans notre offre puisque ce sont les deux principales techniques que nous proposons à l’achat sur le site.

5 Ŕ COMBIEN SONT-ILS PRETS A DEBOURSER POUR L’ACHAT D’UNE ŒUVRE ?

Répartion des réponses 25

20

15

10

5

0 0 à 300 €

300 € à 900 €

900 à 1900 €

plus de 1900 €

35


BUSINESS PLAN Ce graphique représentant les réponses collectées montre qu’un peu moins de la moitié des sondés n’envisage pas de consacrer plus de 300 € pour l’achat d’une œuvre d’art, ce qui correspond à notre entrée de gamme d’un point de vue prix. L’objectif avec ces consommateurs va être de les attirer sur le site avec des toiles et des photographies entre 100 et 250 € et leur suggérer des œuvres avec un peu plus de caché une fois sur le site et pouvant aller jusqu’à 500 €. En ce qui concerne l’autre moitié des réponses, cela correspond globalement à notre gamme de prix, il n’y a donc pas de mention particulière à apporter.

6 Ŕ ONT-ILS DEJA FAIT DES ACHATS « DECO » SUR INTERNET ? 27 personnes sur 49 ont répondu « oui » à cette question et parmi elles, 17 sont prêtes à commander une œuvre unique sur internet. Ce chiffre est encourageant et reflète la tendance générale qui est à la dématérialisation. Les deux principaux freins à cela sont les suivants :

a- NE SAVENT PAS OU TROUVER Une des deux principales raisons évoquées pour justifier la réticence à passer à l’acte sur internet est que la personne ne sait pas sur quel site l’achat d’œuvre est possible. Pour remédier à cela nous allons devoir faire en sorte d’avoir un référencement naturel performant pour apparaitre en première des moteurs de recherche. Nous devrons également faire connaitre le site à travers différentes opérations décrites un peu plus tard.

b- VEULENT VOIR L’OEUVRE L’autre raison est que les consommateurs veulent voir l’œuvre avant de l’acheter. Nous avons donc l’obligation de fournir une image représentant l’œuvre d’une qualité parfaite et un zoom permettant de voir les moindres détails. De plus nous mettrons en place un dispositif avec lequel il sera possible de se rendre compte des dimensions de l’œuvre dans une pièce Aussi, nous avons d’un point de vue légal, l’obligation de donner à l’acheteur un délai de rétraction de 7 jours après livraison de l’œuvre. Communiquer sur ce point permet de réduire le frein.

36


BUSINESS PLAN

37


BUSINESS PLAN PRESENTATION DES ETATS PREVISIONNELS 1 - REPARTITION DES VENTES Année TYPES CLIENTS

2012 DE

Particuliers Professionnels

Nb ventes par an 25 10

2013 de

Nb ventes par an 35 15

2014 de Réte ntion

Crois sanc e

10%

30%

20%

25%

Nb ventes par an 49 21

de Réte ntion

Crois sanc e

10%

30%

20%

25%

Pour générer les ventes d’œuvres nous ferons la distinction entre deux types de clients, les particuliers et les professionnels. En effet, ils ont un comportement de consommateur totalement différent et notre communication auprès d’eux se fera également de manière distincte, par exemple en insistant notamment sur l’avantage fiscal offert aux entreprises pour les professionnels. Les taux de rétention représentent le pourcentage de clients qui renouvèlent l’achat d’une année sur l’autre en estimant que les professionnels ont plus de capacité financière pour le faire est un besoin de changement plus important. Les taux de croissance de ventes sont importants car ils correspondent au fait que nous avons besoin de temps pour pouvoir faire connaitre le site, et obtenir un bon référencement naturel sur Google.

2 Ŕ LES PRIX ET PANIERS MOYENS Les prix des œuvres n’étant pas fixes nous les avons divisés en trois catégories de prix moyen (TTC) : - Catégorie 1 : 150 € - Catégorie 2 : 500 € - Catégorie 3 : 1 000 €

38


BUSINESS PLAN a - LES PARTICULIERS Pour les particuliers nous avons opté pour la répartition suivante en se basant sur les résultats du questionnaire : -

Catégorie 1 : 25% des ventes Catégorie 2 : 55% des ventes Catégorie 3 : 35% des ventes

Ce qui nous donne un prix moyen de 428 €. En estimant que 5% des clients particuliers feront l’acquisition de deux toiles simultanément, on obtient un panier moyen de 449 € que l’on multiplie par le nombre de ventes pour obtenir la première année 12 222 € de recettes TTC soit 10 219 € HT frais de port compris.

b - LES PROFESSIONNELS Pour les professionnels nous avons opté pour la répartition suivante en estimant leur besoin plus important en termes de quantité et leur capacité financière plus conséquente : -

Catégorie 1 : 10% Catégorie 2 : 40% Catégorie 3 : 50%

Ce qui nous donne un prix moyen de 715 €. En estimant qu’en moyenne un client professionnel passe une commande de 3 œuvres, on obtient un panier moyen de 2145 € que l’on multiplie par le nombre de ventes pour obtenir la première année 21850 € de recettes TTC, soit 18269 € HT frais de port compris.

3 Ŕ LE CHIFFRE D’AFFAIRES N’ayant pas d’autre activité, donc aucune recette qui rentre dans le cadre des « autres produits », et notre chiffre d’affaires correspond à la somme des recettes « pro » et « particulier ». En se basant sur les éléments précédemment cités, on obtient les résultats suivants - 28 488 € de CA HT en année 1 - 40 797 € de CA HT en année 2 - 58 440 € de CA HT en année 3

39


BUSINESS PLAN 4 Ŕ LES CHARGES D’EXPLOITATION En matière de charges d’exploitation, notre business model est conçu de telle manière que nous n’avons d’une part ni production (les œuvres sont bien évidemment produites par les artistes) et donc pas d’achat de matière première ; ni stock puisque nous n’achetons pas les toiles que nous mettons en vente (contrat d’exclusivité de vente signé avec l’artiste). Nos seules charges d’exploitations seront d’une part les commissions sur vente versées aux artistes (65% du prix de l’œuvre HT), et d’autre part les frais de livraison que nous avons chiffré à une moyenne de 40 € par livraison (en fonction des différents devis fournis par les prestataires) qui sera en grande partie supporté par le client. Le montant des charges d’exploitation pour les trois premières années l’activité : -

Année 1 : 19 156 € Année 2 : 27 422 € Année 3 : 39 265 €

Ces charges correspondent à un taux de marge de 33%. Ce taux ne varie pas, ce qui est logique puisque les charges dépendent des ventes et que le taux de commission est le même pour tous les artistes et œuvres. Le taux de marge dépend principalement du taux de commission accordé aux artistes, il est un choix politique de la société et nous avons donc la possibilité de le renégocier, cependant nous devons rester dans les normes du marché et devons garder de l’attractivité par rapport aux artistes et nous pourrons donc difficilement descendre en dessous d’un taux de commissionnement de 60% du prix de l’œuvre HT. Enjeux : si l’on veut améliorer la marge, nous devons augmenter les ventes puisque le taux de marge est peu flexible.

5 Ŕ LE BUDGET COMMUNICATION Le budget communication comprend les différentes actions que nous avons l’intention de mettre en place sur un plan marketing visant d’une part à faire connaître le site internet et toucher les clients potentiels d’autre part. A travers ce budget, nous avons tenté de quantifier ces actions en termes de coûts.

40


BUSINESS PLAN a Ŕ SOIREES MAG Le concept des soirées MAG (My Art Gallery) est d’obtenir un partenariat avec un ou plusieurs bars à vin pour y faire des soirées évènement, durant lesquelles certains artistes exposeraient leurs toiles. Ces soirées ont été chiffrées à 500 € chacune comprenant des frais d’installation et de consommation dans le lieu de l’animation.

b - IMPRESSIONS La partie impression du budget comprend les supports de communication que nous aurons besoin d’éditer. Entre autres flyers, plaquettes de vente et marque pages. Nos besoins en impressions ont été estimés à 1 000 € par exercice.

c Ŕ REPRESENTATION L’intitulé « représentation » comprend simplement l’ensemble des frais de déplacement et de représentation lié au recrutement de nouveaux artistes mais également à la négociation de différents partenariats ainsi que le démarchage de clients professionnels. Là aussi ces besoins ont été évalués à 1 000 € par exercice, et peuvent être amené à évoluer avec l’activité. De manière plus globale, le budget communication est évalué à 7 000 € dès la deuxième année. Il représente notre plus gros poste de dépenses et se montre plus important que le montant de l’investissement lié à la création du site web. C’est un poste qui est donc pour nous stratégique et qui dépend uniquement de la politique de communication de la société. Il nous paraît primordial d’investir en communication en y mettant les moyens dès le départ même s’il on a conscience que ce budget ne nous permet pas d’effectuer des actions de grande envergure, cependant il nous donne les moyens de communiquer et toucher notre cible sur un plan local dans un premier temps.

6 Ŕ FRAIS DE PERSONNEL Pour les frais de personnel, nous n’avons pas l’intention de salarier quelqu’un pour l’instant, étant que nous sommes trois investis sur le projet, nous sommes en mesure d’assumer la charge de travail nécessaire tant au niveau du temps que des compétences requises.

41


BUSINESS PLAN Cependant nous sommes dans l’obligation de nommer au moins un gérant, nous avons fait le choix d’en nommer deux pour pouvoir bénéficier du statut de non salarié offrant une marge de manœuvre plus importante. Au sujet de notre rémunération, nous avons décidé de nous rémunérer par le biais de la prise de dividendes. Cela nous permet d’une part de nous rémunérer à part égales mais aussi en fonction du résultat de l’exercice. Dans un premier temps notre souci est de développer l’activité, une fois celleci récurrente nous réétudierons notre politique de rémunération dans l’objectif de l’améliorer.

7 Ŕ INVESTISSEMENTS ET AMORTISSEMENTS Le principal investissement de la société est la création du site internet. Pour cela nous passons par un prestataire, l’agence A2V, située cours du Médoc à Bordeaux. La création du site est facturée environ 5 000 € est sera amortie linéairement sur une durée de 3 ans. De plus nous avons compté dans le prévisionnel un investissement de 1 000 € qui correspond à l’achat éventuel de matériel informatique nécessaire à la gestion du site web.

8 Ŕ LE BESOIN EN FOND DE ROULEMENT BFR

Clients Commissions Artistes Fournisseur Livraison Total BFR Variation BFR

N

N+1

N+2

Ratio gestion 3

284 €

407 €

582 €

-17

-838 €

-1 201 €

-1 722 €

-3

-12 € -566 € -566 €

-17 € -811 € -245 €

-23 € -1 163 € -351 €

Comme on peut le voir le tableau ci-dessus notre BFR est négatif, cela s’explique par deux facteurs. Tout d’abord notre Business Model prévoit une exclusivité de vente et non une acquisition des œuvres de ce fait nous n’avons aucun stock à financer.

42


BUSINESS PLAN Deuxièmement les clients paient comptant, la plupart du temps par carte bancaire ou virement, le délai d’encaissement n’est donc que de 3 jours en moyenne. De plus les plus importantes charges d’exploitation sont les commissions versées aux artistes dont le règlement d’effectue 7 jours après la livraison de l’œuvre. Ce délai correspond au délai de rétractation accordé au client. Ce BFR négatif est donc naturellement un élément en notre faveur puisque qu’il ne créer de besoin supplémentaire de trésorerie, au contraire il en génère.

43


BUSINESS PLAN Etude de la rentabilité 1 Ŕ DUREE DE VIE DU PROJET L’investissement du site internet a une durée de vie comprise entre 3 et 5 ans, cela représente le temps avant de changer la version du site, c’est à dire de le rénover. Le montant à réinvestir sera également de l’ordre de 5 000 €, cependant le nouveau site bénéficiera de l’activité de l’ancien et ne devra pas donc repartir de zéro.

2 Ŕ EVOLUTION DES CASH FLOWS

Evolution des Cash Flows 8 000 $ 6 000 $ 4 000 $ 2 000 $ - $ Date 0

Date 1

Date 2

Date 3

-2 000 $ -4 000 $ -6 000 $ -8 000 $

44


BUSINESS PLAN

Cash Flows cumulés 4 000 $ 3 000 $ 2 000 $ 1 000 $ - $ -1 000 $

Date 0

Date 1

Date 2

Date 3

-2 000 $ -3 000 $ -4 000 $ -5 000 $ -6 000 $

Les différents flux de trésorerie présentés sur les deux tableaux ci-dessus sont effectués avant emprunts. On peut voir sur le premier graphique que le projet génère de la trésorerie dès la deuxième année d’exercice et est rentable dès la troisième. Nos hypothèses concernant le chiffre d’affaires sont plutôt basses, mais on remarque qu’elles sont proches du seuil de rentabilité du projet dans l’hypothèse d’une durée de vie de 3 ans du site.

45


BUSINESS PLAN

46


Business plan