Issuu on Google+

L’info pacifiste : www.mvtpaix.org La paix en mouvement

3,20 euros / N° 582 / Mai 2013

Vietnam : 40 ans après

La Corée du Nord Un voyou encombrant ou un prétexte ? (P.18/19)

Festival de l'Île longue

Debout pour la paix (P.6)

Dossier (P.11-17)


REGARD SUR...

L'Université populaire pour la Culture de Paix et la Non-violence et le comité du Mouvement de la Paix du 13ème arrdt de Paris ont accueilli le 12 avril Roland Weyl, vice-président de l'association internationale des Juriste démocrates et Pierre Villard, coordinateur de Ican France, pour un débat sur les avancées et les perspectives ouvertes par la conférence d'Oslo La délégation du Mouvement de la Paix au Prepcom du TNP (Traité de non-prolifération) à l'Onu, Genève, avril 2013

Rencontre avec M. Jyri Järviaho, ministre et Consul de la Finlande Forum social mondial, 26/31 mars 2013, Tunis

2

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

Rencontre avec Steffen Kongstad, ambassadeur de Norvège


Sommaire

l’Édito

Planète Paix n° 582 - Mai 2013

6

Actualité

Festival de l’île Longue

P.6

Debout pour la paix Le droit de vote des étrangers

P.7

L’opiniâtreté des pacifistes

Une urgence pour la démocratie

L

Forum des comités du Mouvement de la paix P.8

L’immersion à la découverte du partage

9

Campagne

Livre blanc de la défense

P.9

La fin d’un faux suspense

11

dossier

Vietnam : 40 ans après La guerre du Vietnam

P.12

Un conflit long, amer et douloureux Témoignage

Annie Frison

P.13

1968-1973 : les Accords de paix de Paris L'agent orange

P.14/15

Un héritage empoisonné 1967-1975 : la campagne permanente du Mouvement de la Paix

P.16

‘‘Les Français avec le Vietnam’’

18

nous avançons par l’apprentissage de la

mondialiser la paix

La Corée du Nord

communication P.18/19

Un voyou encombrant ou un prétexte ? Les dépenses militaires mondiales 2012

P.20

Une baisse contrastée

21

‘‘ Pas à pas,

non violente, du respect de la planète terre et de la vie ’’

culture

Livre

P.21

‘‘Arrêtez la Bombe’’ crÉation

P.22/23

Une symphonie pour la Paix

Mensuel édité par le mouvement de la paix

9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen Tél.  01 40 12 09 12 Fax : 01 40 11 57 87 planete.paix@mvtpaix.org

Directeur de la publication : Pierre Villard Rédactrice en chef : Nadia Dorny-Bennad Conception maquette : Chérif Beldjoudi Graphiste - maquettiste : Laurence Leclert.  Comité de rédaction : Raoul Alonso, évelyne Aymard, Nicole Bouexel, Grégoire Desclaux, Nadia Dorny-Bennad, Annie Frison, Pierre Villard, Jean-Paul Vienne. Photos et illustrations : Tous droits réservés - Brigitte Illy - Photo couverture : affiche du Mouvement de la Paix éditée pendant la guerre du Vietnam Ont participé à ce numéro : Annie Frison, Nadia Dorny-Bennad, Roland Nivet, Vincent Rebérioux, Guillaume du Souich, Pierre Villard, Hélène Luc, Brigitte Illy, JeanPaul Vienne, Jacques Trélin, Michel Cibot, Evelyne Aymard. Gestion des abonnements : Nassera Macrez, tél.  01 40 12 09 12. ISSN 1773-19241. Numéro de commission paritaire : 0317G85601 Imprimeur : Compédit Beauregard - 61600 La Ferté-Macé

a solidarité avec le peuple vietnamien rassembla dans les années 1960/1970 des millions de pacifistes et reste gravée dans la mémoire collective des Anciens, dont je suis. Il est bon de s’en rappeler, de mémoriser ses souvenirs, de les confronter à la réalité historique et de porter notre regard sur les conséquences de cette guerre 40 ans après. C’est le sujet du dossier de Planète Paix ce mois-ci. L’association vietnamienne pour les victimes de l’agent orange/dioxine a pour but de faire reconnaître cet épandage comme crime contre l’Humanité, et d’obtenir des dédommagements de la part de Monsanto et des États-Unis d’Amérique. Ces armes chimiques, tout comme les armes nucléaires et les armes à uranium, continuent à faire des victimes plusieurs générations après la fin de la guerre et elles portent une atteinte grave et durable à l’environnement. Cela justifie pleinement la ténacité des pacifistes du monde entier pour faire interdire ces armes. Les délégations pour faire entendre cette voix et aller vers un monde moins militarisé sont nombreuses depuis janvier : à Berlin, Oslo, Tunis pour le Forum Social Mondial, Genève, Bil’in et Gaza. La multiplicité des actions pour convaincre que « si tu veux la paix, tu dois préparer la paix », les liens crées dans les réseaux sociaux, la présence des jeunes, des indignés, la création artistique comme celle du 15 juin salle Pleyel à Paris…sont autant d'actes concrets porteurs d’espoir. Pas à pas nous avançons par l’apprentissage de la communication non violente, du respect de la planète terre et de la vie ; sans relâche nous attirons l’attention sur la démesure et la nocivité des dépenses militaires. Des rendez-vous comme le Forum du Mouvement de la Paix de la Rochelle à la Pentecôte sont des moments privilégiés qui font prendre conscience que chaque être humain est un maillon indispensable pour construire un autre monde.

Bon d’abonnement à Planète Paix page 4 N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

3


Courrier des lecteurs

 Hollande s’en va en guerre Après l’Afghanistan, l’Irak et, il y a plus longtemps, le Vietnam et l’Algérie, nous voilà à nouveau repartis dans une aventure guerrière. Cette fois en croisade contre le terrorisme. Le terrorisme, voilà un mot à la mode mais on n’aura pas fait le tour du sujet si on n’a pas parlé de la CIA et de l’Otan qui ont fait très

Opinions, Suggestions, Observations ! Envoyez-nous vos messages pour qu’ils soient diffusés dans le journal et sur le site Internet du Mouvement www.mvtpaix.org. écrire à : Mouvement de la Paix 9 rue, Dulcie September, 93400 Saint-Ouen. Courriel : planete.paix@mvtpaix.org Les réflexions suivantes sont destinées au débat et n’engagent donc que leurs auteurs.

fort en la matière. En Afrique, la France n’a jamais cessé de jouer le rôle du gendarme. De Gaulle, à son époque, a fait croire à la décolonisation. C’était une décolonisation en trompe-l’œil dirigée par son homme de l’ombre Foccard. Rien n’a changé. Les pays d’Afrique ont continué d’être pillés et dirigés par des gouvernements et des hommes politiques plus pourris les uns que les autres (les seuls honnêtes, Lumumba et Sankara, sont faciles à reconnaître, ils ont été assassinés). Je ne sais plus sur qu’elle chaine de télévision où le commentateur, d’un air gêné, finissait comme ceci « Et maintenant comment cela va-t-il se terminer, quand et de quelle façon ? » Cela va se terminer mal, très

mal pour ceux qui y ont déjà laissé leur peau, pour les otages de plus en plus nombreux et pour les innocents qui se trouveront au mauvais endroit, quand, malgré le plan vigie-pirate, aussi ridicule qu’inefficace, un abruti quelconque décidera de poser une bombe dans le métro ou ailleurs. Merci Hollande. Jean Penot Message d’espérance Il faut espérer qu’un jour viendra où des Hommes de bien gouverneront la terre, dans le cadre d’une alliance mondiale fraternelle. Utopie ? Probablement, à moins que, face au danger, le discernement l’emporte sur les orgueils futiles et les ambitions démesurées.

Ce danger ne sera danger que lorsqu’il parviendra à son point culminant, car si les puissances dominatrices ou belliqueuses utilisent aujourd’hui tous les moyens pour déjouer sur elles les retombées néfastes, en détruisant les équilibres sociaux et naturels (déforestation - déplacement des personnes) il est certain que le moment viendra où toutes les voies de protection à sens unique seront épuisées. Aucune voie de rattrapage ne sera alors possible, les dangers naturels faisant le reste. ‘’Quelque part, peut-être, existe un monde meilleur où les yeux des enfants rayonnent de bonheur’’ Latifa Manseri, Alger

Toute l'année, restez branchés sur la paix Abonnez-vous à

‘‘Planète Paix’’

Nom : .................................................. Prénom : ................................................... Adresse : ............................................................................................................. ............................................................................................................................ Code postal : ....................... Ville : ...................................................................... Ci-joint un règlement à Combat pour la Paix - Planète Paix de : ............................

o

o

CCP

Chèque bancaire

Autorisation de prélèvement - Autorisation de la poste 20-98 N° national d’émetteur 438499 Abonnement à Planète Paix : le montant du prélèvement trimestriel (les 5 janvier, 5 avril, 5 juillet, 5 octobre) est de 7,50 euros. J’autorise l’établissement teneur du compte à prélever sur ce dernier, si la situation le permet, tous les prélèvements ordonnés par le créancier ci-dessous. En cas de litige sur le prélèvement, je pourrai en faire suspendre l’exécution par demande à l’établissement teneur du compte. Je réglerai le différend directement avec le créancier.

Nom de l’établissement teneur du compte :

Nom, prénom, adresse du débiteur :

o Je m’abonne à Planète Paix et j'adhère au Mouvement de la Paix par prélèvement (7,50 € par mois)

 remplir l'autorisation ci-contre

o Je m’abonne à Planète Paix et j’adhère au Mouvement de la Paix : 66 € o Je m’abonne à Planète Paix pour 1 an (10 numéros) : 30 € par un chèque

o Je souscris un abonnement de soutien : 65 €

o Je joins un chèque de soutien de : .............. €

Établissement

Date :

Guichet

Signature :

N° du compte

Clé

Planète Paix, Mouvement de la Paix 9, rue Dulcie September 93400 Saint-Ouen

Les informations contenues dans la présente autorisation ne seront utilisées que pour la seule nécessité de la gestion et pourront donner lieu à des exercices du droit individuel d’accès auprès du créancier à l’adresse : Maison de la Paix, 9, rue Dulcie September, 93400 Saint-Ouen ; dans les conditions prévues par la délibération n°80 du 1/4/80 de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés.

4

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

Bulletin d’abonnement à expédier avec votre règlement en chèque à : Planète Paix - Maison de la Paix : 9, rue Dulcie September 93400 Saint-Ouen Tél. 01 40 12 09 12 Fax : 01 40 11 57 87 Courriel : national@mvtpaix.org


REPÈRES ... Cinéma

BD

L’Étranger Inch’Allah Réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette

L'histoire raconte comment, Chloé, un médecin humanitaire canadien, tente de concilier sa vie des deux côtés de la frontière entre Israël et la Palestine. Elle partage son temps entre Ramallah, où elle travaille avec le Croissant-Rouge, et Jérusalem, où elle vit juste à côté de son amie Ava, jeune militaire israélienne. De plus en plus sensible au conflit, Chloé va tous les jours traverser les checkpoints et le mur de séparation pour se rendre au camp de réfugiés où elle accompagne les femmes enceintes. Comme elle se lie d'amitié avec Rand, une de ses patientes, elle découvre au fil des jours la vie dans les territoires occupés. Tiraillée entre les deux camps, elle tente du mieux qu'elle peut construire des ponts entre ses amis, mais souffre de rester, de chaque côté de la frontière, une étrangère perpétuelle. Chloé va progressivement remettre ses repères en question. Inch'Allah est un récit émouvant de la rencontre d'une jeune femme avec la guerre et son quotidien.

Par Jacques Ferrandez, d’après l’œuvre d’Albert Camus Éd. Gallimard. A partir de 10 ans

L'histoire de ce roman publié en 1942 se déroule en Algérie française. Le narrateur/protagoniste, Meursault, vient d'apprendre la mort de sa mère dans un asile proche d'Alger. Après l'enterrement, il rencontre Marie sur la plage et se crée une relation entre eux. Des rendez-vous, des passages d'une vie, des faits. On découvre les gens qui vivent autour de cet homme observateur, placé là comme il aurait pu l'être partout ailleurs, au hasard. Meursault est un homme qui n’entre pas dans le rang d’une certaine normalité. Insensible au décès de sa mère, aveuglé par la lumière comme par l’amitié, profitant de l’air du temps, indifférent aux choix qui s’offrent à lui, il vit une existence sans essence. Et quand, effrayé par le couteau qui le menace, il abat de quatre balles un jeune Arabe avec un revolver qui lui arrive dans les mains par inadvertance, il devient un égaré dont la condition de criminel lui échappe dès cet instant. Pâture pour une machine judiciaire vorace, il n’oppose aucune révolte au système. Il est condamné à mort, sans circonstances atténuantes, parce qu’il ne montre aucune émotion. Avec ses aquarelles chaudes et irradiantes, Ferrandez, longtemps voisin de Camus à Alger, offre une deuxième jeunesse à l’un des chefs d’œuvre les plus célèbres du Prix Nobel de littérature. * L’année 2013 est sacrée "Année Camus" célébrant le centenaire de sa naissance.

Campagne internationale pour l'abolition de l'arme nucléaire Photos extraites d'une animation de Ican Espagne invitant les citoyens à signer la pétition pour l'abolition des armes nucléaires. Pour voir l'animation : www.goodbyenuk.es/petitions/new

Voudriez-vous risquer un combat avec un crocodile ? Non ? Alors, pourquoi garder 19 000 armes nucléaires… ? Ne sois pas stupide, reste en vie

Voudriez-vous vous habiller comme un cerf pendant la saison de chasse ? Non ? Alors, pourquoi garder 19 000 armes nucléaires … ?

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

5


ACTUALITÉ Festival de l’île Longue

Debout pour la paix

Ce dimanche 9 juin, à Crozon dans le Finistère, face à L’Ile Longue, un événement festif et éducatif

Roland Nivet : La décision d’organiser ce festival international, face à la base de sous-marins nucléaires de l’Île Longue, a été prise à Brest le 10 septembre 2012 à la fin du Forum pour la paix (voir PP n° 575) afin que les solidarités et aspirations mises en évidence puissent s'exprimer.

P.P. : Pourquoi lui donner une dimension internationale ?

collectif régional

R. N. : La crise globale mondiale creuse les inégalités au sein des États et entre les États, condamnant des millions d'hommes et de femmes à l’austérité, au chômage, aux licenciements, à la précarité y compris à la misère, l’analphabétisme et la faim. Ces violences économiques et sociales font le lit des intégrismes et des fascismes et nourrissent violences et guerres. Dans le même temps, les fortunes des plus riches augmentent de façon indécente ; les dépenses mondiales d'armement ont doublé en dix ans ; la privatisation des fabrications d’armes et leur commerce s’accélèrent tandis que la prolifération des armes nucléaires persiste.Face à cette situation, des réseaux de luttes et de solidarité se créent du local au mondial et montrent l'existence de convergences d'intérêts entre les peuples. Parmi elles, l'aspiration à la justice et à la paix.

d’organisation.

P.P. : Quelles exigences porte ce rassemblement ?

est à la une : le festival « Debout tout le monde ». Rencontre avec Roland Nivet et Hervé Cadiou, membres du

EN SAVOIR PLUS • culturedelapaix.org 6

P

lanète Paix : Pourquoi organiser ce festival ?

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

Hervé Cadiou : Il porte principalement trois exigences : une civilisation de justice et de paix à travers la promotion « d'une culture de la paix » telle que définie par l'Unesco et les Nations unies ; l’élimination des armes nucléaires et, troisième exigence, la diminution des dépenses d’armement, l’interdiction du commerce des armes - tout en prenant en compte l'avenir des personnels concernés - avec,

parallèlement, l’augmentation des moyens consacrés à un développement humain respectueux des individus et de la planète. Ces exigences, portées en France et dans le monde par des collectifs, forums et réseaux nationaux et internationaux, rassemblent une grande diversité d'organisations soutenues par de nombreux États et institutions internationales, dont l’Onu, qui appellent les peuples et les États à l’action pour la Paix. En France, elles sont portées plus particulièrement par le collectif pour la Journée mondiale de la Paix et le collectif de la Campagne internationale pour abolir l'arme nucléaire, notamment lors de la Semaine internationale des Nations unies pour le désarmement et la Semaine de la solidarité internationale.

P.P : Comment préparez- vous ce Festival ? R. N. : Nous appelons, toutes les organisations, structures et personnes qui le souhaitent, à se rassembler dans le cadre d’une trentaine de pôles de convergence et à développer des actions diversifiées, décentralisées et les plus unitaires possible. Des réunions de préparation se déroulent dans plusieurs départements. Notre devise « chacun où il est, à la mesure de ses moyens, peut faire quelque chose et prendre les initiatives qu’il souhaite ». Enfin, nous avons créé un blog porté par le site Web des comités de Paix de l’Ouest.

P.P. : Que pourra-t-on y faire ? H. C. : C’est un lieu de débats, d'expressions artistiques et culturelles avec une marche pour la paix rassemblant tous ceux qui pensent qu'un autre monde est possible, libéré des politiques d'injustice, d'austérité et de domination. Et, ce, grâce à la mise en œuvre de politiques alternatives de justice, de partage, de solidarité et de paix s’appuyant sur les valeurs de la culture de la paix avec, au centre, la dignité, la solidarité et la sécurité humaine. Il se terminera en dansant dans le cadre d’un fest-deiz, avant de se dire kénavo et Noz-Vad ! Nous espérons aussi que nombreux seront ceux qui, en Bretagne et partout en France, pourront dire « nous ne voulons plus de bombes atomiques dans le Finistère ni ailleurs dans le monde ». Propos recueillis par Évelyne Aymard


ACTUALITÉ Le droit de vote des étrangers

Une urgence pour la démocratie

S

i aujourd’hui nous parlons du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers non communautaires aux élections locales c’est qu’il y a une actualité et une urgence politiques. Une actualité : après trente de débats et de promesses, nous sommes enfin, depuis mai 2012, dans la possibilité de gagner, de satisfaire une revendication portée de longue date par les forces démocratiques et républicaines. Ce serait sans doute la grande réforme de société de ce quinquennat. Une urgence : modifier la Constitution pour que tous les résidents étrangers puissent voter aux élections municipales de mars 2014 ! L’ouverture du droit de vote aux étrangers c’est l’engagement n° 50 de François Hollande : « J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant en France depuis cinq ans. » Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, dans son discours de politique générale du 3 juillet dernier, à l’Assemblée nationale, s’engage à modifier la Constitution en ce sens. Un an après l’élection de François Hollande, la gauche au pouvoir, majoritaire à l’Assemblée nationale et au Sénat, semble tergiverser pour peut-être finalement ne rien faire. Les cent dix associations, syndicats et partis politiques, regroupés au sein du collectif Droit de vote 2014, s’inquiètent et réclament aujourd’hui la mise en œuvre de cette réforme pour les élections municipales de 2014. L’application de cette mesure historique, essentielle pour la démocratie, suppose une révision de la Constitution. Pour cela, il faut la faire voter par les trois cinquièmes du Parlement réuni en congrès, à Versailles (il manquerait trentedeux voix à la gauche), ou consulter les Français par référendum. C’est exactement cette démarche - le congrès - que le gouvernement a d’ores et déjà décidé d’engager, sous la forme de quatre lois constitutionnelles (réforme du Conseil constitutionnel, réforme du Conseil supérieur de la magistrature, statut judiciaire du chef de l’État et inscription de la démocratie sociale dans la Constitution). Mais toujours rien sur le droit de vote ! Tenir compte de cette difficulté, se mobiliser pour gagner la bataille de l’opinion publique et convaincre les parlementaires hésitants, c’est vouloir la réussite de cette réforme. Accepter

Vincent Rebérioux

La Marche pour l’égalité et contre le racisme a 30 ans cette année. Celle que l’on a appelée la « Marche des Beurs » s’était achevée à Paris, le 3 décembre 1983. Elle portait deux revendications : une carte de séjour de dix ans et, déjà, le droit de vote pour les étrangers !

le débat sur l’extension du droit de vote, sur la citoyenneté de résidence, sur le « vivre ensemble » et sur la société pluriculturelle dans laquelle nous vivons, c’est, dans tous les cas, donner un signe fort, à tous les citoyens, pour l’égalité des droits. Ce n’est pas au moment où la droite hausse le ton et engrange les fruits vénéneux de nombreuses années de xénophobie d’État qu’il faut abandonner le combat au seul constat qu’il manque des voix pour aller au bout de la révision constitutionnelle. A droite, mais aussi quelquefois à gauche, on dit que cette extension du droit de vote diviserait les Français. Cet étrange argument interroge sur la fonction d’une démocratie qui n’interrogerait pas ses mandants lorsqu’un risque de désaccord existe. On peut alors penser qu’il s’agit de masquer que les Français y ont été longtemps majoritairement favorables. Le seul vrai risque ne serait-il pas que la privation du droit de représentation politique accentue la réalité des fractures dans la société ? Et la seule certitude, que ce sont les calculs d’opportunité et les atermoiements du gouvernement qui démobilisent l’opinion ? Le texte à voter, nous le connaissons. Il a déjà été adopté, dans le cadre d’une proposition de loi d’origine parlementaire, par l’Assemblée nationale, en mai 2000, et par le Sénat, récemment passé à gauche, le 8 décembre 2011 : « Art 72-5 de la Constitution – Le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales est accordé aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne résidant en France. Ils ne peuvent exercer les fonctions de maire ou d’adjoint, ni participer à la désignation des électeurs sénatoriaux et à l’élection des sénateurs. » A l’instar des dispositions concernant les citoyens des vingt-six autres pays de l’Union européenne qui résident en France. Alors, de quoi pourrions-nous avoir peur, nous qui voulons plus de démocratie ? Vincent Rebérioux Vice-président de la Ligue des droits de l'Homme et co-animateur du collectif Droit de vote 2014

EN SAVOIR PLUS • www.ldh-france.org/ N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

7


ACTUALITÉ Forum des comités du Mouvement de la Paix

L’immersion à la découverte du partage Le Mouvement de la Paix lance sa 11ème édition du « Forum des comités du Mouvement de la Paix » à la Rochelle. Évènement très attendu, il permet aux amoureux de la paix l'échange des expériences avec des acteurs et actrices de la société civile et culturelle. Planète Paix a rencontré Guillaume du Souich, coordinateur de ce rendez-vous. séances plénières. Ces activités partagées sont enrichissantes et vivifiantes pour la pratique de chacun. De plus, un forum, ce sont également des repas pris ensemble, des sorties collectives, des moments culturels. Dans le cas présent, la proximité de la plage permettra de réaliser une œuvre artistique commune sous la forme d’un mandala de Paix. Ce cadre exceptionnel permettra, une fois encore et pour la onzième édition, de conjuguer les divers aspects de la vie associative, le partage intellectuel, l’enrichissement humain et des moments de détente propices aux échanges et aux liens. Forum des comités à Lescheraines (73), 27 et 28 mai 2012

P

lanète Paix. : Quels furent les objectifs pour l'élaboration du programme d'activités ?

Guillaume du Souich. : Les objectifs sont multiples dans un événement de ce type ; puisqu’il a une dimension tournée vers l’extérieur, une dimension militante et une dimension conviviale. L’objectif du Mouvement de la paix est de faire partager l’analyse que les pacifistes portent sur la société aux collectivités et à l’opinion. Dans cette optique, le Forum des comités est un temps fort comparable à une Université d’été. Dans ce sens les conférences-débats ouvertes au public ont une grande importance. C’est pourquoi nous ouvrons le forum avec une Université populaire de la Culture de Paix et de la Non-violence au titre évocateur : « la culture de paix comme

8

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

ossature d’un monde nouveau ». Nous aurons trois acteurs de terrain sur cette question qui correspondent à trois niveaux de sa mise en œuvre : M. Hugue Ngandeu Ngatta représentant de Mme Katarina Stenou, directrice du département culture de paix à l’Unesco, pour l’échelon international, le directeur du Centre de recherche et d’information sur le développement pour l’action citoyenne, le maire de la Ville de la Rochelle* ou son son représentant. La conférence du dimanche matin sur l’histoire de La Rochelle montrera que la question de la Paix à l’échelon national est pleine de leçons pour lire la mondialisation et regarder les perspectives d’avenir avec confiance. Concernant les animateurs des comités, ceux-ci sont invités à mutualiser leurs pratiques à travers des ateliers et à se projeter ensemble dans l’action dans le cadre de

PP. : Comment les jeunes peuvent-ils y trouver leur place ? G.D.S. : Ce forum aura une très forte orientation en direction des jeunes avec des activités spécifiques, animées par le groupe jeune du Mouvement de la Paix, et des séances d’élaboration du contenu de la prochaine rencontre internationale de jeunes, prévue en 2014. De plus, la ville de La Rochelle accueillant de nombreuses écoles, nous menons des actions pour que les étudiants sachent que, le 17/18/19 mai, la Paix est en forum au Centre Lafayette de La Rochelle. Propos recueillis par Annie Frison * Ville membre de l’Association française des Communes, Départements et Régions pour la Paix.

EN SAVOIR PLUS • www.mvtpaix.org


Campagne Livre blanc de la défense

La fin d’un faux suspense le Livre blanc de la défense a enfin été présenté au président de la République ce 29 avril. Sa publication n'a cessé d'être repoussée depuis le mois de décembre. Pourquoi un tel atermoiement ? Car il n’y a, malheureusement, aucune surprise. Tout ça pour ça ? C’est maintenant dans la Loi de programme militaire que se traduiront ses objectifs.

EN SAVOIR PLUS Lire le Livre blanc de la défense sur : • www.mvtpaix.org

R

égulièrement annoncé depuis le mois de décembre, la publication du nouveau Livre blanc de la Défense a été maintes fois repoussée. La première conséquence est le report à l’automne de la loi de programmation militaire qui devait en découler. Maintenant que le faux-suspense est levé, on peut se demander quelle est « L’heure de vérité » titrait le Télégramme du 10 avril dernier à propos du Livre blanc. La France va-t-elle changer de stratégie et s’engager dans la construction de la paix par l’action sur les causes des conflits ? Que nenni ! Il semble que les options portent sur la réorganisation des armées pour réduire les lourdeurs administratives des États-majors. Ainsi les militaires s’alarment encore une fois des économies faites sur le dos du nombre d’hommes. Ce qui fait titrer à Michel Cabirol dans la Tribune du 18 février 2013 « Défense : le Livre blanc prépare un Tsunami pour les armées ». En effet, les rédacteurs réussissent le tour de force d’annoncer à la fois un maintien des efforts budgétaires à hauteur de plus de 30 milliards d’euros par an et une réduction programmée de plusieurs dizaines de milliers de militaires. Cela signifie clairement que le choix est mis sur la modernisation de l’outil de Défense et la sacralisation de l’arme atomique. Pourtant à en croire les commentateurs, il y a péril en la demeure. Ses cris d’orfraie pourraient laisser croire que la France va perdre son indépendance, et sans doute se laisser envahir par des hordes de terroristes qui, venus du Mali et de Lybie vont traverser la méditerranée sur des pickups insubmersibles qu’aucun système de détection high-tech n’aura pu repérer. A l’annonce de la publication du Libre-blanc, un commentateur de France télévision questionnait « La France aura-t-elle encore les moyens de ses ambitions ? ». Là, est effectivement toute la question que la commission du Livre blanc aura réussi à occulter en refusant aux citoyens le débat des ambitions auquel ils ont droit. Les seuls références à ce débat se sont bornées à savoir qui du duo Montebourg/Le Drian ou Ayraud/Caseneuve aurait le

dessus. Lors de son intervention télévisée du 28 mars, le chef de l’État semblait pourtant avoir déjà tranché en faveur du maintien du budget, argumentant que « la Défense ne sera pas une variable d’ajustement ». Annonçant « la gauche favorable à une réduction du budget de la Défense », l’Expresse du 5 juin pointait que cette option passait par une politique de défense européenne, rendue très hypothétique par la possession de l’arme atomique par la France et la Grande-Bretagne, que la plupart des États de l’Union européenne récuse. Il faudra regarder de plus près le contenu du texte à ce sujet. L’annonce de ce nouveau Livre blanc, cinq ans après le précédent aurait pu laisser croire à un changement de cap, notamment concernant la dissuasion nucléaire qui fait de plus en plus débat. Le choix irresponsable de son maintien au détriment des éléments d’une réelle défense nationale du territoire ne peut qu’amplifier l’expression de ceux qui la conteste, y compris au sein de l’armée. Aux pacifistes d’organiser l’expression et le rassemblement populaire pour que les parlementaires votent une loi de programme militaire ambitieuse, aux antipodes du contenu rétrograde de ce décevant Livre blanc. Avec son programme « Urgences, objectifs et exigences citoyennes pour la Culture de la Paix », le Mouvement de la Paix dispose d’un outil propice à l’éducation des parlementaires. Pierre Villard Planète Paix reviendra plus en détail sur le contenu du Livre blanc dans le numéro de juin. N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

9


Au jour le jour

L’adhésion de l'UE à la Convention européenne des droits de l'homme Les 47 États membres négociateurs du Conseil de l'Europe et l'Union européenne ont finalisé le projet d’accord pour l’adhésion de l'Union européenne à la Convention européenne des droits de l'homme. La Cour européenne de justice de Luxembourg sera désormais invitée à donner son avis sur le texte. L’adhésion de l'UE à la CEDH permettra de renforcer la protection des droits de l'homme en Europe, en fin de compte soumettre l'UE et ses actes juridiques à la compétence de la Cour européenne des droits de l'homme. Selon Thorbjørn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, « cet accord contri10

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

buera à la création d'un espace juridique européen unique, en mettant en place le chaînon manquant dans le système européen de protection des droits fondamentaux ". Les pourparlers officiels sur l'adhésion de l'Union européenne à la Convention européenne des droits de l'homme ont commencé le 7 juillet 2010, lancé par Thorbjørn Jagland et Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne. Discutée depuis les années 1970, l'adhésion est devenue une obligation légale en vertu du traité de Lisbonne, qui est entré en vigueur le 1er décembre 2009.

Présence d'armes nucléaires à Kleine-Brogel Un des câbles diplomatiques

émanant de l'ambassade des États-Unis en Belgique, révélés par le site internet Wikileaks, mentionne explicitement la présence d'armes nucléaires en Belgique. Ce message, signé par l'ambassadeur des États-Unis à Bruxelles, Howard Gutman, et daté du 16 septembre 2009. Les pays de l'Otan accueillant des armes nucléaires américaines n'ont pour leur part jamais ni confirmé ni démenti cette présence même si elle est un secret public, notamment en ce qui concerne Kleine-Brogel, qui abrite une unité de l'US Air Force, le 701e Munitions Support Squadron (701 MUNSS). La présence d'armes nucléaires américaines à Kleine-Brogel n'a à ce jour été reconnue publiquement qu'une seule fois, en 1988, par le ministre de la Défense de l'époque, Guy Coëme. Selon les experts, les États-Unis maintiennent encore quelque 240 de ces bombes B-61 largables d'avion dans cinq pays alliés (Allemagne, Belgique, Italie, PaysBas et Turquie). Elles sont stockées dans des abris souterrains appelés WS3 (Weapon Storage and Security System) et gérées par des militaires américains

Vers un Manifeste des peuples pour une Europe démocratique, sociale, écologique et féministe !

Les 7 et 8 Juin, mouvements et organisations issus de toute l’Europe participeront à l’Alter Summit d’Athènes. Cet événement sera organisé avec le Mouvement social grec, et le soutien des organisations de la société civile, des syndicats,

des ONG, des personnalités politiques et culturelles issus de toute l’Europe. La crise qui frappe l’Europe dure depuis déjà près de six ans. Elle n’a cessé de s’aggraver, avec les politiques d’austérité drastique imposées par les dirigeants nationaux et européens. Ces politiques, concertées avec les industriels et les financiers, représentent une vaste offensive contre la protection sociale, les droits, et la démocratie. De la Grèce à l’Espagne, en passant par la France, les peuples se lèvent face à cette offensive. Mais ils se battent séparément, et séparément ils sont battus. C’est pourquoi les mouvements sociaux ont décidé de se coordonner à l’échelle européenne pour dénoncer leurs adversaires communs et organiser des actions concertées sur la base de leurs propres propositions. Il est indispensable et urgent de mettre en œuvre une politique radicalement réorientée et fondée sur les biens communs sociaux et écologiques. L’Alter Sommet a pour ambition de relever ce défi et mettre l’Europe sur une voie nouvelle. Le Mouvement de la Paix participe à cette initiative car promouvoir la paix est un des piliers indispensables à la justice, la solidarité et la démocratie. Parmi les ateliers programmés, il s'efforcera de faire entendre le lien indissociable entre économie de guerre et austérité. L’Alter Sommet rassemble des forces européennes qui se battent pour refonder démocratiquement une Europe sociale, écologique et féministe et imposer des droits pour toutes et tous : emploi, santé, logement, éducation, culture… Pour plus d’information : • www.altersummit.eu


DOSSIER

Vietnam : 40 ans après

• La guerre du Vietnam

Un conflit long, amer et douloureux

• Témoignage

1968-1973 : les Accords de paix de Paris • L'agent Orange

Un héritage empoisonné • 1967-1975 : la campagne permanente du Mouvement de la Paix

‘‘Les Français avec le Vietnam’’

Il y a 68 ans, le 2 septembre 1945, place Ba Dinh, à Hanoi, des centaines de milliers de Vietnamiens ont écouté le Président Ho Chi Minh lire, au nom du gouvernement provisoire, la Déclaration d'Indépendance. Menée par la Ligue de l'indépendance vietnamienne, ou Viet Minh, la Révolution d'août 1945 a mis fin à 80 années de domination coloniale française. Mais la bataille du peuple vietnamien pour la liberté n'était pas terminée. Il a fallu 30 ans de guerre et de lutte acharnée pour obtenir, finalement, sa libération et son indépendance.

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

11


DOSSIER

V i e t nam

La guerre du Vietnam

Un conflit long, amer et douloureux La Guerre du Vietnam fut la plus longue guerre à laquelle les États-Unis ont pris part. Elle a commencé en 1957 et s'est terminée en 1975. Retour sur ces années terribles.

L

a guerre du Vietnam était la deuxième phase de combats au Vietnam. Pendant la première phase, qui a débuté en 1946, les Vietnamiens, organisés dans le Vietminh, ont combattu contre la France qui tentait de reprendre sa domination sur l’Indochine après la défaite japonaise. A cette époque, le Vietnam faisait partie de l'Indochine (avec le Laos et le Cambodge) colonisée par la France. La France fut battue en 1954 lors de la bataille de Diên Biên Phu. Après cet échec, les accords de Genève divisèrent le pays en deux par une zone démilitarisée au niveau du 17ème parallèle. Les deux parties du Viêtnam connurent alors la mise en place de gouvernements idéologiquement opposés : la République démocratique du Viêt Nam (RDVN) au Nord, régime communiste fondé par Hô Chi Minh en septembre 1945, et au Sud, la République du Viêt Nam (RVN), régime nationaliste soutenu par les Américains et proclamé par Ngô Dinh Diêm en août 1955. Ngô Dinh Diêm et ses alliés s'opposèrent à la tenue des élections de réunification initialement prévues au plus tard à l'été 1956 par les accords de Genève.

Les périodes de la guerre De 1957 à 1965, c’était principalement un combat entre l'armée officielle sud-viet12 12

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

namienne et les rebelles sud-vietnamiens connus sous le nom de Viet Cong. De 1965 à 1969, il y eut d’énormes combats entre le Nord du Vietnam et les États-Unis. En 1969, les États-Unis avaient environ 540.000 soldats au Sud du Vietnam. Cependant, la guerre du Vietnam semblait sans fin. Richard Nixon, élu président en janvier 1969, démarra son mandat en lançant sa politique de lent désengagement de la guerre. En Janvier 1973, Les Accords de Paix de Paris, accords d'armistice pour mettre fin à la guerre du Viêt Nam ont été signés et un cessez-le-feu a été négocié. Ils ont été conclus entre les États-Unis et la République démocratique du Viêt Nam (Nord Viêt Nam), la République du Viêt Nam (Sud

Attentat des Viet Cong à Saigon en 1965

Viêt Nam) et le Gouvernement révolutionnaire provisoire de la République du Sud Viêt Nam formé par le Front national de libération (Viêt Cong). Les dernières troupes terrestres américaines ont quitté le Vietnam deux mois plus tard. Les combats ont repris peu de temps après. La guerre s'est terminée lorsque l’armée du Viêt Cong a conquis Saïgon, devenue Hô Chi Minh Ville.

Les conséquences de la guerre La guerre du Vietnam a été extrêmement destructrice. Environ 58.000 Américains sont morts à la guerre. Les morts sud-vietnamiens ont dépassé le million, et le Vietnam du Nord a perdu entre 500.000 et 1 million de combattants. Un nombre incalculable de civils dans le Nord et le Sud du Vietnam ont trouvé la mort. La guerre a laissé le Vietnam en ruine. Les États-Unis ont dépensé plus de 150 milliards de dollars pour cette guerre. Les bombardements américains dans le conflit ont été environ quatre fois plus élevés que les bombardements américano-britanniques cumulés sur l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Les frappes américaines ont détruit une grande partie des systèmes de transport industriel au Nord Vietnam. Le Sud Vietnam, où la plupart des combats se sont déroulés, a subi plus de dégâts. La guerre a fait jusqu’à 10 millions de réfugiés sud-vietnamiens, soit près la moitié de la population du pays. Les bombardements et l'utilisation d’armes chimiques marquent encore aujourd’hui les Vietnamiens dans leur chair, ils ont démoli pour une longue période les terres cultivables, la vie végétale et animale. Ils ont causé des dégâts, à long terme, bien au-delà des effets immédiats recherchés. La guerre du Vietnam a eu aussi des effets considérables sur les soldats américains. Certains sont devenus marginaux ou chômeurs. Et la guerre leurs a laissé de profonds problèmes psychologiques. Ces anciens combattants ont souffert, souffrent encore ; les divorces, les problèmes de toxicomanie, les suicides, l'implication dans des crimes violents, sont très élevés dans leurs rangs. Nadia Dorny-Bennad

:


4 0

ans

après

Témoignage

1968-1973 : les Accords de paix de Paris Il y a 40 ans, le peuple vietnamien vivait une des plus belles pages de son histoire avec la signature des Accords de paix de Paris le 27 janvier 1973 suivis, le 30 avril 1975, de la victoire pour l’indépendance et l’unification du Vietnam, enfin libre de toute présence étrangère sur son sol depuis 120 ans ! Hélène Luc se souvient. France, nous avons mis toutes nos forces pour permettre à la délégation conduite par le ministre Xuan Thuy et Le Duc Tho de travailler dans de bonnes conditions, mais aussi et surtout pour apporter toute notre contribution à la lutte pour la paix au Vietnam, soutenir les efforts diplomatiques du Vietnam. L’offensive du Têt commencée les 30 et 31 janvier 1968, avait constiSignature des Accords de paix de Paris le 27 janvier 1973 tué un tournant dans la n 1968, la grande histoire et ses guerre, ce fut un choc politique, obligeant le fracas débarquaient à Choisy-le- président américain à abandonner sa prétenRoi. Quatre ans après le début tion à la victoire. de la guerre, une délégation du Le Général de Gaulle ayant pris conscience gouvernement de la République du Vietnam certes, tardivement, des erreurs de la France s’installait au cœur de la ville du Val-de- après Dien Bien Phu, mit en garde le présiMarne afin d’entamer les négociations les dent américain de l’impossibilité de gagner plus longues de l’histoire avec le gouverne- cette guerre. Il a soutenu le choix des Vietnament américain qui aboutiront, en 1973, à miens pour la tenue de la conférence à Paris la signature des accords de Paris entre le et a facilité les rencontres officielles, privées diplomate Le Duc Tho, Mme Nguyên Thi et secrètes entre Le Duc Tho et Kissinger. Binh, pour le Gouvernement révolution- Il a également contribué financièrement au naire provisoire, et le secrétaire d’État amé- séjour de la délégation. ricain Henry Kissinger. Les soutiens pour la paix au Vietnam étaient Alors toute jeune conseillère générale et nombreux. Des manifestations avaient lieu responsable du Parti Communiste Français, dans le monde entier. A Paris un rassembleavec Fernand Dupuy Député-Maire, le pré- ment de 60 000 personnes a eu lieu au quartier sident du Conseil général du Val-de-Marne, latin. Des jeunes venus de 10 pays d’Europe Gaston Viens, les militants, les amis du Viet- ont défilé, dans les rues. A Washington, 80 nam, les nombreux Vietnamiens vivant en 000 américains manifestent devant la Maison

E

Blanche. Les télévisions révèlent l’ampleur des bombardements, les destructions massives humaines et matérielles, les souffrances engendrées provoquent la colère. De nombreuses personnalités françaises et étrangères rendaient visite à la délégation à Choisy le Roi comme Aragon, Elsa Triolet, Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Alfred Kestler, Laurent Schartz, Joseph Kessel, la célèbre Jane Fonda. Je pense aussi à Henri Martin qui avait refusé de partir faire la guerre au Vietnam et fait 3 ans de prison, à Raymonde Dien, qui s’est couchée sur les rails du train pour empêcher l’acheminement des armes au Vietnam, emprisonnée également. A Raymond Aubrac, à sa contribution permanente attentive et humaine pour aboutir à la paix, pour empêcher les bombardements sur les digues du fleuve rouge en allant voir le Pape à Rome. Aujourd’hui, le Vietnam est déterminé à améliorer la vie de son peuple, défendre la paix, en Asie dans la mer orientale pour faire appliquer le droit international pacifiquement sur les îles qui leur appartiennent, et dans le monde. Charles Fourniau prédisait dès 1974 « qu’il faudrait développer la coopération sur un pied d’égalité avec le Vietnam, il faudrait compter avec ce pays qui jouera un rôle important dans le sud-est asiatique » C’était prémonitoire ! Hélène Luc Ancienne sénatrice du Val-de-Marne Présidente honoraire de l'Association d'amitié franco-vietnamienne

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

13


V i e t nam

DOSSIER L'agent orange

Un héritage empoisonné L'année 2013 marque le 40ème anniversaire des Accords de paix de Paris mettant fin à la guerre du Vietnam. Si partout on se réjouit de célébrer l'événement, rien ne doit faire oublier les terribles conséquences

L

'Agent Orange, un herbicide qui doit son nom à la couleur des barils qui contenaient la terrible substance.

quences lourdes et persistantes sur la santé humaine que continuent de subir des milliers de victimes (malformations congénitales dramatiques et irréversibles, cancers, dysfonctionneUne arme chimique redoutable pulvérisée à ment hormonales) mais a été aussi à l'origine raison de 80 millions de litres durant 10 ans par d'une catastrophe environnementale sans précél'armée américaine pour détruire la forêt et les dent pour le Vietnam et l'humanité toute encultures utilisées par la guérilla communiste. Un tière. Catastrophe environnementale qualifiée lourd héritage de guerre par certains de véritable « qui pèse aujourd'hui encrime écologique » La Croix-Rouge vietnamienne core dans les relations déclare qu’il y a environ 150.000 En effet, selon les experts, américano-vietnamiennes, ce sont 14% des cultures et enfants qui souffrent de normalisées en 1995 sous malformations congénitales liées des forêts mais aussi 50% condition que le Vietnam de la mangrove (végétation à la substance chimique. ne demande aucune « rédes bords des fleuves) qui paration-compensation » à son ancien ennemi. ont été détruits. A titre comparatif, il faut savoir que L'Agent orange est une arme qui a touché les lors de l'accident SEVESO, seuls quelques kilos de 2 camps et si, après des années de combats, de dioxine avaient été répandus sur 1800 hectares. nombreux vétérans américains ont fini par recevoir des soins et des compensations financières, le Des millions de victimes et des milliers Congrès de Washington refuse toujours d'indem- de villages détruits Ce sont près de 5 millions de personnes et niser les victimes vietnamiennes et a peu fait pour gérer l'héritage de l'herbicide épandu au Vietnam. 20 000 villages si l'on inclue le Laos et le CamCe défoliant mortel a non seulement entraîné bodge qui ont été directement touchés par ces une catastrophe humanitaire avec ses consé- épandages. Ce produit se dégradant très lente-

de cette ‘‘guerre américaine’’ au cours de laquelle des millions de soldats et de civils ont trouvé la mort et les millions de Vietnamiens qui souffrent encore, aujourd'hui, des ravages produits par l'Agent orange. 14 14

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

Explosion d'une bombe au napalm sur un établissement Viêt Công au sud de Hanoï.

:


ans

après

Photo Nick Stern - Lookalikes

4 0

Au colloque international de 2006 au village de l'Amitié de van Canh qui recueille des victimes de l'Agent Orange

ment, ses effets affectent aujourd'hui encore les populations et l'environnement. Le produit passe dans la chaîne alimentaire à des doses plus élevées que celles observées aux alentours des usines d'incinération des ordures ménagères. Des régions entières sont encore impropres à l'activité humaine, notamment à l’agriculture, principale activité économique des régions montagneuses. « L'herbe américaine », c'est le nom que l'on donne à la végétation très pauvre qui recouvre ses régions. Certains aérodromes comme celui des Danang et leurs abords font partie des "points chauds", identifiés par les équipes de scientifiques canadiens et vietnamiens du fait d'un épandage plus massif encore sur ces zones. Le toxique y est présent dans la terre à des taux 180 millions de fois supérieurs au seuil admis par l'Agence américaine de Protection de l'Environnement. L'aéroport de Danang dont les alentours ont n'été interdits qu'il y a 6 ans, compte parmi l'un des sites les plus contaminés du pays avec un calcul de concentration du toxique 400 fois supérieur aux normes acceptables; cancers, malformations des bébés et autres maladies liées à la dioxine y sont plus élevés que la moyenne nationale.

Un demi-siècle plus tard enfin, une opération de décontamination financée en partie par les États-Unis voit le jour Il aura fallu attendre des décennies pour parvenir à obtenir un geste du Congrès américain qui persiste à refuser de reconnaître la violation par son armée du Protocole de Genève interdisant l'utilisation des armes de destruction massive et leurs conséquences sur la vie des vietnamiens. Le 9 août 2012 enfin, le directeur de la Mission pour le Vietnam de l'Agence américaine pour le Développement international, Francis Donovan vient inaugurer le chantier de nettoyage à Danang, décidé dans le cadre de l'opération de décontamination de l'Agent Orange sur l'ancienne base militaire de la ville. Une initiative qualifiée de « bonne » mais « trop tardive »

par les responsables de l'Association des Victimes de l'Agent Orange qui rappelle le nombre de victimes qui sont encore à déplorer et surtout de « largement insuffisante » par Gérard Terrier, de l'association Amitié France Vietnam. La décontamination du site, d'un coût de 43 millions de dollars (34,8 milliers d'euros), en majorité financé par les États-Unis durera 4 ans. Près de 73000m3 de terre doivent être extraits de l'aéroport et chauffés à température élevée jusqu'à disparition de la dioxine. Brigitte Illy

La quantité de défoliants déversés a été réestimée en 2003 par une équipe de chercheurs américains à 77 millions de litres, et celle de la dioxine à près de 400 kg, un chiffre colossal. La superficie concernée atteint 2,6 millions d’hectares (ces surfaces ont été « traitées » en moyenne cinq fois, certaines zones ayant reçu jusqu’à dix épandages successifs). Cela représente 10% de la superficie du Vietnam du Sud et 50% des forêts de mangrove. Au total, entre 2,1 et 4,8 millions de personnes vivant dans 20 000 villages ont été directement affectées.

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

15


DOSSIER

V i e t nam : 4 0 ans après

1967-1975 : la campagne permanente du Mouvement de la Paix

‘‘Les Français avec le Vietnam’’ Quelques pages des numéros du mensuel "Combat pour la Paix" consacrées à la paix au Vietnam.

L

es Accords de Genève de 1954 avaient mis fin à la guerre de reconquête coloniale de l’Indochine par le gouvernement français. Le « relais » est pris par les États-Unis. Le Mouvement de la Paix a, dès le début, condamné l’agression et exprimé de façon active sa solidarité avec le peuple vietnamien. Il joue pleinement son rôle fédérateur : il a coordonné au plan national le travail d'un collectif de 52 organisations. Et l’effort se poursuit jusqu’à cet été de 1975 où le peuple vietnamien peut sortir enfin d’une interminable lutte de plus de trente ans.

Paris, 10 mai 1972

Paris, 13 février 1972

Paris, 31 janvier 1974

16 16

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX


RÉFÉRENCE

Chronologie de l‘occupation du Vietnam  1858-1884 : la France envahit le Vietnam et en fait une colonie.  Octobre 1930 : Hô Chi Minh contribue à la fondation du Parti communiste indochinois.  Septembre 1940 : invasion de l'Indochine par l'Empire japonais, puis occupation avec l’accord des autorités de Vichy.  Mai 1941 : Hô Chi Minh établit le Viet Minh (Ligue pour l'indépendance du Vietnam).  Mars 1945 : coup de force japonais contre les Français, proclamation de l'indépendance de l'Empire du Viêtnam.  Août 1945 : reddition japonaise et abdication de l’empereur Bảo Dại.  2 septembre 1945 : proclamation par Hô Chi Minh de l’indépendance de la République Démocratique du Vietnam.  Janvier 1950 : le Viet Minh reçoit des armes et des conseillers militaires chinois.  Juillet 1950 : les Etats-Unis engagent 15 millions de dollars en soutien militaire à la France.  7 mai 1954 : les Français subissent une défaite décisive lors de la bataille de Dien Bien Phu.  21 juillet 1954 : les Accords de Genève crée un cessez-le-feu pour le retrait pacifique des Français du Vietnam et fournit une frontière provisoire entre le Nord et le Sud du Vietnam au 17ème parallèle.  26 octobre 1955 : le Sud-Vietnam se déclare « République du Vietnam », avec un président nouvellement élu, Ngo Dinh Diem.  1959 : guerre du Viêt Nam  20 décembre 1960 : le Front de libération nationale (FLN), aussi appelé le Viet Cong, s’établit au Sud-Vietnam.  2 novembre 1963 : le président sudvietnamien Ngo Dinh Diem est exécuté lors d'un coup d'État.  2 et 4 août 1964 : les Nord-Vietnamiens attaquent deux destroyers américains qui se sont aventurés dans les eaux territoriales du Nord-Viêtnam (l’incident du golfe du Tonkin).  7 août 1964 : en réponse à l'incident du golfe du Tonkin, le Congrès américain adopte la Résolution du Golfe du Tonkin, Résolution

Le Vietnam aujourd’hui - l’hôpital Tam Duc dans la ville de Hô Chi Minh

qui donne au président le pouvoir de déclarer la guerre sans avoir à demander au préalable, comme l'exige la constitution, la permission du congrès.  2 mars 1965 : une campagne soutenue de bombardements aériens américains sur le Nord-Vietnam commence (l’opération Rolling Thunder).  8 mars 1965 : les premières troupes de combat américaines arrivent au Vietnam.  30 janvier 1968 : les Nord-Vietnamiens unissent leurs forces à celles des Viet Cong pour lancer l'offensive du Têt, et attaquent une centaine de villes et villages sud-vietnamiens.  16 mars 1968 : des soldats américains tuent des centaines de civils vietnamiens dans la ville de Mai Lai.  Juillet 1968 : le général William Westmoreland, qui avait été en charge des troupes américaines au Vietnam, est remplacé par le général Creighton Abrams.  Décembre 1968 : les troupes américaines au Vietnam comptent 540.000 hommes.  Juillet 1969 : le président Nixon commande le premier des nombreux retraits des troupes américaines du Vietnam.  3 septembre 1969 : le leader communiste révolutionnaire Hô Chi Minh meurt à l'âge de 79 ans.  13 novembre 1969 : le peuple américain apprend le massacre de Mai Lai.  30 avril 1970 : le président Nixon an-

nonce que les troupes américaines vont attaquer les positions ennemies au Cambodge. Cela suscite de nouvelles manifestations dans tout le pays, en particulier sur les campus universitaires.  13 juin 1971 : des parties des Pentagon Papers* (expression désignant le document « Relations entre les États-Unis et le Viêtnam, 1945-1967 : une étude préparée par le Département de la Défense ») sont publiés dans le New York Times.  Mars 1972 : les Nord-Vietnamiens traversent la zone démilitarisée (DMZ) au 17ème parallèle pour attaquer le Sud-Vietnam, attaque qui sera connue sous le nom de l'offensive de Pâques.  27 janvier 1973 : les Accords de Paix de Paris sont signés concluant à un cessez-le-feu.  29 mars 1973 : retrait des dernières troupes américaines du Vietnam.  Mars 1975 : le Nord-Vietnam lance un assaut massif sur le Sud-Vietnam.  30 avril 1975 : défaite du Sud, victoire du Nord et du Viet Cong, fin de la guerre du Vietnam  2 juillet 1976 : le Vietnam est unifié. Pays communiste, il prendra le nom de la République socialiste du Vietnam. * 7 000 pages secret-défense émanant du Département de la Défense à propos de l'implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Viêtnam de 1945 à 1971. N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

17


MONDIALISER LA PAIX La Corée du Nord

Un voyou encombrant ou un prétexte ? C’est une affaire entendue : la Corée du Nord a tout pour plaire. Les Français qui ont lu Alfred Jarry qualifient son régime d’ubuesque. Les Américains préfèrent lui offrir une place de choix dans « l’Axe du Mal ». C’est l’État repoussant par excellence, qui se soucie comme d’une guigne de soigner son image, mais qui est doté de l’arme nucléaire, dont on peut imaginer qu’elle pourrait être bientôt opérationnelle.

L

e s a m i s d e l a paix, qui sont curieux de nature, iront toutefois y regarder de plus près. Rappelons d’abord que c’est là un État (une ancienne colonie japonaise) né de la terrible guerre civile qui a duré de1950 à 1953 (4,6 millions de morts, dont 3,5 civils). Alors massivement soutenu par la Chine, il est, depuis lors, séparé de la Corée du Sud par un simple (et fragile) accord de cessez-lefeu (dit de Panmunjom), au demeurant jamais contresigné par la Corée du Sud ellemême (la frontière du 38ème parallèle - un no man’s land de 4 km de large - sans doute la plus armée du monde). Voici maintenant 60 ans que la « République Populaire Démocratique de Corée » (R.P.D.C.), 25 millions d’habitants, se bat avec obstination pour transformer ce cessez-le-feu en traité de paix régulier avec garanties de sécurité, en voulant privilégier les négociations directes avec les États-Unis. Depuis lors, la Corée du Nord, volontiers qualifiée de « stalinienne », qui s’est hermétiquement fermée à toute influence extérieure et cultive un culte de la personnalité inouï, est devenue aussi imprévisible qu’impénétrable, à telle enseigne que les Américains la considèrent comme « la faillite la plus durable du système de renseignement U.S. ». Il y eut pourtant des périodes de plus grande confiance. Il fut ainsi conclu en 1994 - avec la bénédiction du président sud-coréen Kim Dae-Yung -, un accord-cadre (Agreed Framework) entre les États-Unis et la R.P.D.C.

18

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

pour mettre un terme au programme d’armement nucléaire de la Corée du Nord. Il prévoyait, entre autres, des garanties de sécurité, des livraisons de pétrole et de denrées alimentaires et même la construction de deux réacteurs nucléaires. A Séoul (Corée du Sud), on qualifia joliment cette nouvelle orientation de « politique du rayon de soleil » et son président fut gratifié (en l’an 2000) du Prix Nobel de la Paix. Et chose inimaginable : la Secrétaire d’État M. Albright, puis le Président Clinton (en fin de mandat) honorèrent la R.P.D.C. de leurs visites.

L'affiche de propagande nord-coréenne qui dénonce la mainmise militaire US sur la Corée du Sud.

Tout changea radicalement avec l’arrivée de George W. Bush au pouvoir (2001). Qualifiant la « politique du rayon de soleil » de « naïve », il mit brutalement un terme à tout dialogue, en dépit des exhortations du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon (un Sud-Coréen) à « ne pas coller à la Corée du Nord une étiquette négative et irrespectueuse », jugée « contreproductive ». Ce dernier rappelle, depuis lors, avec insistance que « les armes atomiques ne sont pas des jouets. » Peu de choses ont changé depuis Obama. Sa doctrine dite « Asia Pivot », exposée en 2011 en Australie, qui fait de l’Océan Pacifique l’axe de sa politique et de l’Asie son horizon, a pour effet une concentration massive des forces militaires U.S. dans le Pacifique : 60% de la marine de guerre U.S. y est ainsi regroupée, notamment autour du Japon et de la péninsule coréenne. Le seul allié de la Corée du Nord, la Chine, ne semble pas ravi de la politique d’armement nucléaire de la R.D.C. Son tout nouveau président, Xi, a même récemment qualifié son comportement d’« égoïste ». Pour autant, il serait vain de croire que la Chine laisserait tomber la R.P.D.C. en cas d’agression, car liées par le Pacte d’Amitié et d’Assistance de 1961. Et surtout, trop des ses intérêts géostratégiques sont en jeu. Ce qui a changé, en revanche, c’est toute la perception nord-coréenne des rapports stratégiques, moins irrationnelle qu’on ne le dit quelquefois. Et ce, notamment, depuis que, sous un prétexte ou un autre, l’Irak, puis la


Le président de la Corée du Nord, Kim Jong-Un

Libye, ont été « préventivement » attaqués par les puissances occidentales pour obtenir des changements de régime (avec les résultats que l’on sait) – rappelez-vous, deux États dont les dictateurs avaient caressé des ambitions nucléaires, mais qu’ils avaient abandonnées en contrepartie de garanties de sécurité. Ces garanties se sont, de fait, révélées totalement illusoires et le régime au pouvoir en Corée du Nord en a vite tiré la leçon que seule l’arme atomique avait un potentiel défensif dissuasif, ce qui l’a amené en mai 2012 à modifier la constitution du pays pour déclarer la R.P.D.C. expressément « État doté de l’armement nucléaire ». Elle s’était déjà retirée unilatéralement du Traité de non prolifération en 2003, aucune clause ne l’interdisant en droit. Pyongyang (la capitale de la Corée du Nord) a aussi déclaré en janvier 2013 que la dénucléarisation unilatérale du pays « n’était pas possible », seulement envisageable dans le cadre d’un désarmement général et global. Le résultat le plus manifeste de cette méfiance réciproque absolue, c’est une concentration de troupes et d’armements sans pareille dans le monde : soit pour la Corée du Nord 1,2 millions de soldats, 600 avions, 3500 blindés (autant que toute l’Europe !), 380 bateaux et 72 sous-marins (c’est, avec plus de 20 % du PNB consacré à l’armée, le pays le plus militarisé du monde) ; et pour la Corée du Sud 650.000 soldats, 570 avions, 2400 blindés, 140 bateaux, 23 sous-ma-

rins, à quoi il convient d’ajouter la formidable armada américaine : 2 porte-avions, 180 bateaux munis des radars et missiles dernier cri, 2000 avions et 140.000 soldats. On n’oubliera pas non plus de mentionner la présence, dans le voisinage immédiat des deux Corée, des effectifs militaires impressionnants de la Chine, de la Russie, voire de ceux du Japon (qui se réarme à toute vitesse). Et comme si cet arsenal d’enfer ne suffisait pas, il faut désormais y ajouter la course à la bombe atomique du côté de la Corée du Nord (1er essai en 2006), ainsi, bien sûr, que ses efforts pour se munir des vecteurs correspondants : la portée de sa dernière fusée (« Musudan ») est donnée pour 4000 km. Elle vient, de surcroît, de remettre en activité une centrale nucléaire arrêtée depuis 2007, ce qui devrait lui permettre de produire suffisamment de plutonium pour fabriquer une bombe par an. En face, les ogives nucléaires américaines du voisinage immédiat se comptent par centaines, qu’elles soient stationnées sur le sol de la Corée du Sud, dans des sous-marins ou dans des avions, les fameux B-52, bien sûr, mais, surtout, dans les tout nouveaux avions furtifs B-2 et F-22. Et la stratégie des U.S.A. n’a pas changé non plus depuis que le ministre de la Défense D. Rumsfeld a imaginé en 2003 (« plan opérationnel 5030 ») d’« effacer la frontière entre la guerre et la paix » en mettant la Corée du Sud en état d’alerte permanent et en procédant à des manœuvres massives tout aussi

permanentes. En 2005 est entré en vigueur le plan opérationnel 8022 qui prévoit des frappes nucléaires ciblées. Les Nord-Coréens prennent cet étalage de force pour de la provocation. On se demande pourquoi. Le gouvernement chinois voit, quant à lui, d’un œil de plus en plus soupçonneux et inquiet cette accumulation démesurée d’armes à sa porte, qui pourraient bien ne pas être prévues que pour menacer la seule Corée du Nord. Voilà que cette dernière pourrait bien n’être qu’un prétexte pour, en réalité, tenir la Chine en respect. La Corée du Nord, un fusil à tirer dans les coins ? Le ministre russe Morgulov a qualifié la situation d’« explosive », y ajoutant ce commentaire: « Une banale faute humaine, un incident technique suffisent pour que la situation échappe à tout contrôle ». Tout être doté de raison pourrait en dire autant. Mais tout homme raisonnable pourrait ajouter pour mettre un terme à cette tension extraordinairement lourde de menace: une seule solution : l’application totale, universelle (et rapide) du Traité de non prolifération, seul en mesure d’en finir avec cette hypocrisie des nations (P5) qui s’arrogent un droit à détenir l’arme atomique, laquelle fournit à tous les États, voyous ou pas, un prétexte à se doter à leur tour d’un armement nucléaire. Alors, on cesse de se précipiter vers l’abime ? Les armes atomiques ne sont pas des jouets, on vous dit. Jean-Paul Vienne N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

19


MONDIALISER LA PAIX Les dépenses militaires mondiales 2012

DR

Une baisse contrastée

Balles exposées au CANSEC*, à Ottawa, en 2012.

L

e chiffre global provisoire retenu pour l’année 2012 est de 1.753 milliards de dollars correspondants à une baisse de l’ordre de 0.5% par rapport aux données 2011. C’est la première fois qu’une baisse est constatée depuis 15 ans. Bien entendu on ne peut qu’être sensible au fait de voir s’arrêter une hausse annuelle constante des dépenses militaires mondiales -+60% en dollars constant 2011, de 1998 à 2012) mais on est bien obligé de dire fermement qu’il ne peut s’agir d’en rester là. En effet, 1753 milliards de dollars c’est 2.5% du PIB mondial, ou encore 252 dollars par habitant de la planète Terre. Par ailleurs, comme toujours il y a quelques « manques » dans les données, notamment parce que tous les États ne sont pas en capacité de fournir les statistiques concernées. Par exemple, le SIPRI précise que pour 2012, les dépenses de l’Iran, du Qatar, de la Syrie, des Émirats arabes unis etc. sont inconnues. La situation présente, en termes d’évolution future des dépenses militaires mondiales, est en somme tout assez complexe. Si la baisse des dépenses militaires des États Unis, par exemple, est réelle, selon le SIPRI, - 2,3% en 2011 et – 6,0% en 2012, en raison de l’arrêt total de la guerre en Irak et d'une diminution des sommes consacrées aux opérations de guerre, pour le reste du militaire il n’y a pas de changement, le budget militaire américain a tout de même été de 682 milliards de dollars en 2012. Autre constat : si en Europe, 18 États sur 31 membres de l’Union européenne ou de l’Otan ont

20 20

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

Les dépenses militaires dans le monde ont légèrement diminué en 2012 par rapport à l'année précédente, la première baisse enregistrée dans

réduit leurs dépenses militaires de 10% depuis la crise financière de 2008, il n’en est pas de même pour tous les États. Par exemple d’assez nombreux États de par le monde, qualifiés d’émergents, ont augmenté leurs dépenses en 2012 ; la Chine + 7,8%, Russie + 16%, Oman + 51%, Arabie Saoudite + 12%, le Paraguay + 43%, le Venezuela + 42%, le Mexique + 9,7% , l’Ukraine + 24% etc. « Nous sommes témoins de ce qui pourrait être le début d'un déplacement (...) des dépenses militaires mondiales des riches pays occidentaux vers les régions émergentes », a expliqué Sam Perlo-Freeman, directeur du programme du Sipri sur les dépenses militaires et la production d'armes. « Les politiques d'austérité et le repli des forces occidentales d'Afghanistan aboutissent à la réduction des dépenses chez les premiers, tandis que les fonds tirés de la croissance économique continuent d'augmenter ailleurs », a-t-il souligné. Plus que jamais la lutte pour la paix exige une baisse conséquente des dépenses militaires. Constater une légère baisse au plan mondial pour l’année 2012, après 15 années de hausse, doit être un encouragement à poursuivre « le combat » pour aller beaucoup plus loin. Rien de plus grave ne serait de lever le pied car rien ne se fera de manière efficace sans une lutte de tous les instants de la part des peuples attachés à la paix.

ce domaine depuis 1998, d'après un rapport de l'Institut

Jacques Trélin * Le plus grand salon canadien de commerce de défense et de sécurité.

international de recherche sur la paix (Sipri) rendu public le 15 avril dernier.

EN SAVOIR PLUS • www.sipri.org


CULTURE Livre

‘‘Arrêtez la Bombe’’ Paul Quilès a longtemps travaillé dans l’industrie. Cette expérience nous rassure quand elle le conduit à remettre en cause les armes nucléaires et à rejoindre de grandes voix comme celles de Camus, Einstein, Joliot-Curie, Gérard Philipe et tant d’autres.

A

vec le Général Bernard Norlain et l’essayiste Jean-Marie Collin, Paul Quilès vient de publier aux Editions du Cherche Midi, un ouvrage de référence : « Arrêtez la bombe ». Il sillonne actuellement les routes du pays, également en sa qualité de membre de l’AFCDRP-Maires pour la paix/ France, pour expliquer en quoi la dissuasion nucléaire n’est pas ce que l’on voudrait nous faire croire… L’arme nucléaire n’est pas l’assurance vie infaillible tant vantée, ni la « garante certaine de notre indépendance nationale ». La fabrication d’armes nucléaires tactiques a d’elle-même corrompu l’affirmation selon laquelle la bombe serait une « arme de non emploi » puisque les armes tactiques (miniaturisées) rapprochent justement, dangereusement, le seuil de… l’emploi… Ce nouveau livre, fait suite un petit ouvrage intitulé « Nucléaire, un mensonge français » (éditions Charles Léopold Mayer) qui situe le débat… Car c’est aussi de débattre qu’il s’agit. Pourquoi une arme si exceptionnelle, définie comme telle par une grande organisation comme la Croix Rouge, n’est-elle pratiquement jamais objet de débat démocratique tant au parlement qu’au Sénat et encore moins avec les citoyens et leurs associations compétentes… ? D’autres sujets de moindre importance envahissent pourtant les ondes et les écrans ! Les auteurs nous expliquent ce que la France pourrait faire « concrètement pour participer à l'effort mondial de désarmement » en lançant quelques initiatives diplomatiques d’envergure. Ils font dix propositions précises dont six initiatives « fortes » et quatre initiatives diplomatiques :

Paul Quiles a été ministre, notamment de la Défense, président de la commission de la Défense puis vice-président de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale. Il est maire de Cordes-sur-Ciel, dans le Tarn. Il a publié, sur ce sujet, Nucléaire, un mensonge français.

 Réviser la doctrine de la dissuasion  Cesser la modernisation de l’arme nucléaire  Réduire le niveau d’alerte  S’engager à un « non usage en premier » de l’arme nucléaire  Améliorer la transparence des arsenaux  Donner des « assurances négatives de sécurité » aux pays non nucléaires  Éliminer les armes tactiques d’Europe  La ratification par les USA du traité TICE d’interdiction des essais nucléaires  Institution d’une zone dénucléarisée au Moyen Orient  Traité d’arrêt de la production de matières fissiles à des fins militaires Ce livre a aussi le mérite de rompre avec cette idée qu’en France, l’arme nucléaire ferait l’objet d’un « consensus » plus ou moins irrationnel. Il constitue un élément fort du débat à entreprendre et les lecteurs de Planète Paix seront d’autant plus convainquant et motivés qu’ils pourront prendre appui sur un tel ouvrage de qualité, très précisément renseigné, clair et d’une lecture aisée.

Bernard Norlain est général d’armée aérienne (2S). Il a été chef de cabinet militaire des Premiers ministres J. Chirac puis M. Rocard. Ancien pilote de chasse, il fut à la tête de la force aérienne de combat, puis nommé, par la suite, directeur de l’Institut des hautes études de Défense nationale.

Michel Cibot, délégué général de L’AFCDRPMaires pour la Paix-France

EN SAVOIR PLUS ‘‘Arrêtez la bombe !’’ Éd. Cherche midi

Jean-Marie Collin est consultant sur les questions de défense, est le directeur pour la France du réseau international des Parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement (PNND). Il a publié La "Bombe, l’univers opaque du nucléaire", Éd. Autrement.

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

21


CULTURE crÉation

Une symphonie pour la Paix Manifeste sonore pour la Paix, Rite of Peace (en français, Le sacre de la Paix) se fera entendre, découvrir et savourer, en création mondiale, le samedi 15 juin 2013 à 20 h à la Salle Pleyel à Paris, à l'occasion de la célébration des 30 ans des Chœurs et Orchestres des Grandes Écoles.

L

a création de « Rite of Peace » est née du désir d’Aurélien Azan Zielinski, jeune chef d’orchestre de 34 ans, adhérent du Mouvement de la Paix. « Depuis plusieurs années, mon engagement musical est intimement lié à mon engagement humanitaire et associatif. Je suis notamment allé jouer dans des prisons en France, mais aussi en Palestine et en Bosnie Herzégovine. » Après avoir proposé à Olivier Calmel, compositeur, de créer une œuvre symphonique en hommage à la Paix, le rêve devient réalité. « J’écris souvent sur les travaux des ONG ou d’associations humanitaires, explique Olivier Calmel. C’est pour moi une mise en lumière personnelle du respect et de la grande admiration que je porte à l’engagement des personnes qui s’y impliquent. » C’est ainsi qu’est né le concerto pour violoncelle et orchestre avec soixante-dix musiciens et un soliste principal, Xavier Phillips, violoncelliste de renommée internationale. A 38 ans, Olivier Calmel se dit de la vieille école : « J’écris à la main avec un crayon sur des feuilles de papier et en oreille interne c’est-à-dire en écoute intérieure. Je note tout ce qui vient et j’affine au piano.

Un hymne à la Paix

EN SAVOIR PLUS • www.sallepleyel.fr/francais/ agenda.aspx 22 22

N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

L’hommage à la Paix et à l’engagement ont inspiré quatre mouvements : Atomic Peace, Pieces of Human Right, Rite of Education, September 21th. « Des mouvements qui pour le premier exprime l’aspect du mouvement de l’engagement, très rythmé, auquel se mêlent les moments de doute qui s’expriment dans la deuxième partie, pour aboutir à la finalité de l’engagement, avec davantage de lumière et d’espoir réel et effectif. Rien n’est vain et n’est jamais perdu quand on se bat pour la paix. » Le final n’est autre que l’évo-

cation du le 21 septembre, Journée internationale de la paix qui porte tout l’espoir d’une Paix mondiale et universelle. Le style musical oscille, quant à lui, entre la musique française du 20e siècle, avant Pierre Boulez, et la musique rythmique américaine, plus récente et répétitive, avec pour référence Adams et Bernstein. Une musique de la vibration, de l’émotion et du rythme « pour donner la sensation que la Paix avance », précise le compositeur. Les répétitions battent actuellement leur plein dans une atmosphère chaleureuse, pleine de la passion de cette création. Un moment intense pour cet orchestre symphonique moderne, son chef d’orchestre et le compositeur. « La création d’une œuvre est toujours un moment très particulier, s’émerveille Aurélien Azan. Pour un orchestre, être le premier interprète d’une œuvre, la créer avec le compositeur lui-même contrairement aux œuvres dont les compositeurs ne sont plus vivants -, est vécu d’une manière intense. Nous travaillons beaucoup avec Olivier qui développe une forme de musique métissée entre le jazz et la musique classique. Ce métissage me plaît beaucoup ; ces rencontres sont favorables à la paix. Souvent, si les gens font la guerre, c’est qu’ils se connaissent mal. Cette œuvre fait à la fois réfléchir à la paix et ressentir une joie communicative, celle d’être en paix et de la partager. » Une intensité, une joie qui, sans nul doute, seront partagées par le public empli d’émotions à l’écoute de cette belle création. Une œuvre à découvrir absolument le 15 juin prochain et lors des concerts à venir. Evelyne Aymard


Bio express La musique dans la peau Compositeur, orchestrateur et pianiste, Olivier Calmel débute le piano très jeune et se consacre dès lors à la composition. Ses enseignants ne sont autres que Dominique Rossi, Guillaume Connesson et pour l’improvisation jazz, Bojan Zulfikarpašić, Nico Morelli et Katty Roberts. Ses sources d’inspiration lui viennent tout droit de Bach, Ravel, Debussy, Saint-Saëns, Messiaen, Bartók, Stravinsky, son père Roger Calmel, Krzysztof Penderecki, Steve Reich, John Adams ou encore Bernard Herrmann et John Williams. Il compose également la musique de documentaires, courts métrages, moyens métrages, longs métrages, films d'animation et films institutionnels.

Un violoncelliste international Né à Paris en 1971, Xavier Phillips a commencé le violoncelle à 6 ans et se forme auprès de Philippe Muller. Il joue un violoncelle de Matteo Goffriller de 1710.Il obtient le Premier prix du conservatoire en 1989 puis poursuit sa formation avec Mstislav Rostropovitch. Il remporte plusieurs prix internationaux et se produit sur les plus grandes scènes internationales avec des orchestres prestigieux. Le 19 mars 2010, Xavier Phillips crée le Concerto pour violoncelle de Jean-Louis Agobet à Caen.

Chef d’orchestre né Très jeune, Aurélien Azan Zielinski a appris avec passion le piano, le violon, l’harmonie, l’analyse, l’orchestration et la direction d’orchestre. Ses maîtres : János Fürst, Jorma Panula, Zolt Nagy, David Robertson et Pascal Rophé. En 2009, il est nommé professeur de direction d’orchestre à la Haute École de Musique de Lausanne. En 2012, il est lauréat du concours « Talents Chefs d'Orchestre » de l’Adami qui récompense de jeunes maestros prometteurs. En 2013, il est invité à diriger des orchestres prestigieux comme l’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’Orchestre National de Lorraine, l’Opéra de Metz ou encore l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine.

Trente bougies pour un orchestre Née en 1982, les Chœurs et Orchestres des grandes Écoles accueillent tous les musiciens et chanteurs qui souhaitent débuter ou poursuivre la pratique de la musique classique au cours de leurs années d'études supérieures. Son répertoire, extrêmement varié, va de la musique baroque à la musique contemporaine. Il est aussi à

l’origine de plusieurs créations françaises (Dédicace de Jean-René Combes-Damien, la Symphonie no 3 dite « Kaddish » de Léonard Bernstein, L’Ode du Couronnement de Sir Edward Elgar) et de deux créations mondiales Concerto pour cor et orchestre d'Ivan Jevtic et le Miserere Nobis de Jean-Philippe Calvin. N° 582 - Mai 2013 - Planète PAIX

23


Pour tout renseignement : http://culturedelapaix.org/festivaljusticepaix/ ou par e-mail : annelhenaff@orange.fr


Planète Paix n°582