Issuu on Google+

Direction générale de la cohésion sociale Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes

Synthèse de l’actualité 7 juin 2012      

Action institutionnelle  Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans  La possibilité de partir en retraite à 60 ans, supprimée par la réforme de 2010, sera rétablie pour les  personnes  ayant  commencé  à  travailler  tôt  et  ayant  cotisé  la  durée  requise.  Cette  mesure  est  la  traduction  de  l’engagement  pris  par  le  Président  de  la  République  durant  la  campagne  présidentielle. Afin de tenir compte de l’impact de la maternité sur les carrières des femmes, deux  trimestres supplémentaires de maternité seront pris en compte. (lire également ci‐dessous « Egalité  dans la vie professionnelle »).  Retrouver le dossier de presse   

Najat VALLAUD‐BELKACEM a rencontré le Collectif féministe contre le viol  Le  4  juin,  Najat  VALLAUD‐BELKACEM,  la  ministre  des  Droits  des  femmes  a  rencontré  le  Collectif  féministe  contre  le  viol  (CFCV)  à  l’occasion  d’une  séance  de  travail,  de  dialogue  et  de  concertation  sur  la  lutte  contre  les  violences  faites  aux  femmes.  La  ministre  s’est  engagée  à  prendre  en  compte  ce  travail  d’expertise  des  associations  dans  le  prochain  plan  triennal de lutte contre les violences et a indiqué qu’elle allait continuer de  rencontrer  les  associations  qui  agissent  sur  le  terrain.  L’objectif  est  de  construire  avec  l’ensemble  des  acteurs  et  actrices  un  dispositif  qui  permette  d’agir  de  manière  efficace,  cohérente  et  coordonnée  sur  l’ensemble du territoire.   

Les « combattantes de la liberté » reçues au ministère des Droits des femmes  La  ministre  des  Droits  des  femmes  et  porte‐parole  du  gouvernement,  Najat  VALLAUD‐BELKACEM,  a  longuement  échangé  le  5  juin  avec  un  groupe  de  femmes  journalistes  et/ou  blogueuses  engagées  dans  la  transition  de  leur  pays  (Bahreïn,  Egypte,  Jordanie,  Maroc,  Territoires  Palestiniens,  Tunisie,  Yémen).  Najat  VALLAUD‐BELKACEM  a  espéré  que  ce  premier  échange  serait  le  commencement  d’un  dialogue  permanent  entre  les  femmes  des  deux  rives  du  bassin  méditerranéen,  concluant :  « La  France se tient aux cotés des combattant‐e‐s de la liberté et de l’égalité des droits ! »  Retrouver l’information complète sur notre site 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 1


Le triplé gagnant des championnes de l’Olympique Lyonnais  Le 3 juin, la ministre des Droits des femmes, Najat  VALLAUD‐BELKACEM,  a  reçu  les  joueuses  de  l’équipe  féminine de l’Olympique Lyonnais (OL) (synthèses  des  18  avril,  10  juin,  23  décembre  et  15  février  2012).  Après  la  Coupe  de  la  Ligue,  et  la  Ligue  des  Champions,  les  féminines  de  l’OL  ont  en  effet  remporté  (pour  la  sixième  fois  consécutive !)  le  Championnat  de  France  en  battant  Juvisy,  les  dauphines, 3 à 0. Dans son allocution la ministre a  rendu  hommage  aux  valeurs  sportives  et  au  sport  féminin.  « Vous  me  trouverez  toujours  à  vos  côtés »  a  déclaré  Najat  VALLAUD‐BELKACEM  aux  joueuses de l’OL, « nous avons un Président de la République très engagé sur ce plan, et qui, du reste,  est un passionné de football, nous pouvons nous dire que tous les espoirs sont permis, y compris dans  le foot féminin ». (Photo © Benjamin GEMINEL).  Retrouver l’information et le discours de la ministre sur notre site   

EADS : où sont les femmes ?  La ministre des Droits des femmes, porte‐parole du gouvernement, Najat VALLAUD‐BELKACEM, a diffusé  un communiqué de presse le 6 juin pour souligner qu’elle apprenait « avec regret » que l'Assemblée  générale de l'entreprise European Aeronautic Defence and Space company  (EADS) « a réussi cette  contre‐performance  de  constituer  un  exécutif  du  groupe  exclusivement  masculin »  (synthèse  du  4  juin).  « Les  récentes  déclarations  des  dirigeants  du  groupe  pouvaient  pourtant  laisser  penser  que  le  principe  de  parité  faisait  partie  de  leurs  préoccupations  dans  un  contexte  où  la  France,  comme  de  nombreux  pays  européens,  a  adopté  récemment  des  mesures  visant  à  favoriser  la  parité  dans  le  monde  du  travail »  constate  la  ministre.  Et  d’indiquer  que  « l’Etat  devra,  à  l’avenir,  prendre  en  compte  l’exigence  de  parité  dans  les  Conseils  d’administration  des  entreprises  dont  il  est  actionnaire ».  « La  France  soutiendra  par  ailleurs  vivement  les  initiatives  de  la  Commission  européenne  pour  étendre  à  l’ensemble  des  entreprises  de  l’Union,  telles  qu’EADS,  les  obligations  établies  par  la  loi  du  27  janvier  2011  ou  qui  existent  dans  d’autres  Etats  membres »  ajoute‐t‐elle  avant de conclure : « aujourd'hui, force est de constater qu'il est encore nécessaire d’expliquer et de  convaincre  que  le  partage  des  responsabilités  entre  les  femmes  et  hommes  à  tous  les  échelons  de  responsabilités est un des leviers pour permettre l’égalité, pas seulement dans l'entreprise, mais dans  l’ensemble de la société ».   

La conférence sociale de juillet sera introduite par François HOLLANDE  La conférence sociale des lundi 9 et mardi 10 juillet sera introduite  par  le  président  de  la  République,  au  palais  d’Iéna  à  Paris,  et  conclue par le Premier ministre a annoncé le 5 juin le ministre du  Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue  social,  Michel  SAPIN.  Elle  se  tiendra  dans  plusieurs  lieux  et  sera  organisée en sept tables‐rondes, chacune présidée par un ou une  ministre  et  une  personnalité  sur  les  thèmes  suivants :  « l'emploi,  en particulier des jeunes » ; « la formation tout au long de la vie » ;  « les rémunérations et le pouvoir d'achat » ; « le redressement de  notre  appareil  productif » ;  « l'égalité  professionnelle  femmes‐ hommes » présidée par Najat VALLAUD‐BELKACEM ; « les retraites et  à la protection sociale » ; et « la fonction publique ». 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 2


Le projet de loi sur le harcèlement sexuel au Conseil d'Etat  Les Echos du 6 juin signalent que le Premier ministre, Jean‐Marc AYRAULT, a annoncé la veille devant  le groupe socialiste du Sénat que le projet de loi sur le harcèlement sexuel « sera examiné en premier  lieu »  par  la  Haute  Assemblée.  Le  texte  déposé  conjointement  par  les  ministres  de  la  Justice,  Christiane TAUBIRA, et des Droits des femmes, Najat VALLAUD‐BELKACEM, a déjà été soumis au Conseil  d'Etat et sera présenté le 13 juin en Conseil des ministres.   

Naissance de l’Institut du genre  Sous  le  titre  « Le  genre,  une  priorité »,  la  Lettre  de  l’Institut  des  sciences  humaines  et  sociales  du  CNRS annonce la création du Groupement d'intérêt scientifique (GIS) « Institut du genre ». L’Institut  des  sciences  humaines  et  sociales  (INSHS)  a  décidé  en  2011  de  placer  les  études  sur  le  genre  au  premier rang de ses priorités et d’agir en faveur d’un développement scientifique plus ambitieux des  recherches sur le genre et de certains axes de recherche. Ce processus se traduit aujourd’hui par la  création du « GIS Institut du genre » (créé en janvier 2012).  Retrouver l’information sur le site du CNRS     

Egalité et non discrimination  Sexe et genre en librairie…  Sous  le  grand  titre  « Corps  en  résistance »,  La  Croix  du  24  mai  évoque  « Femmes  entre  sexe  et  genre » de Sylviane AGACINSKI (Seuil, synthèse du 23 mars) et « Le corps retrouvé » de Xavier LACROIX  (Bayard).  Selon  le  quotidien  catholique,  ces  deux  ouvrages  « discutent  de  la  théorie  du  genre  et  soulignent  l’importance  du  corps  dans  notre  rapport  au  monde ».  Ils  rappellent  tous  les  deux  « la  dissymétrie  des  corps  sexués »,  souligne  La  Croix,  « leur  résistance,  leur  épaisseur,  refusant  qu’ils  soient frappés d’irréalité et d’insignifiance ». Le journal indique que « si les deux auteurs diffèrent sur  les questions de société liées à la reconnaissance des différentes sexualités, tous deux accordent prix  à la chair, à sa finitude, à sa vulnérabilité »… Le 7 juin, sous le titre « La guerre du sexe » Le Nouvel  Observateur  se  demande  « qui  a  peur  des  « gender  studies » ? ».  « Selon  la  « théorie  des  genres »,  venue des Etats‐Unis, le sexe est une construction sociale » explique l’hebdomadaire qui revient sur  l’ouvrage de Sylviane AGACINSKI et celui de Nancy HUSTON (« Reflets dans un œil d’homme », synthèse  du  25  mai) :  « deux  française  contre‐attaquent  analyse  le  magazine.  Mona  CHOLLET  aussi  contre‐ attaque : « les femmes, justes bonnes à se faire belles et à materner ? » titre L’Humanité du 1er juin  qui  annonce  la  parution  de  « Beauté  fatale.  Les  nouveaux  visages  d’une  aliénation  féminine »  (Editions  Zones,  synthèses  des  16  février  et  25  mai).  Enfin  signalons  le  livre  de  Valérie  BOULAIN,  « Femmes  en  aventure.  De  la  voyageuse  à  la  sportive  (1850‐1936) »  aux  Presses  universitaires  de  Rennes auquel Libération du 7 juin consacre une grande critique. Selon le quotidien, Valérie BOULAIN  raconte  comment  « voyageuses  et  sportives  ont  bouleversé  par  leur  volonté  et  leurs  exploits  les  rapports des genres », comment ces femmes, « grandes voyageuses et sportive top niveau » avaient  « une même volonté pour disputer aux hommes un monde qu’ils pensaient leur »…             

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 3


« Egalité, identités et justice sociale »  « Doit‐on  donner  la  priorité  à  la  classe  sur  le  genre,  la  sexualité,  la  race,  l’ethnicité, et rejeter toutes les revendications « minoritaires » ? », Le Monde  Diplomatique  de  juin  se  demande  si  il  faut  « opposer  lutte  des  classes  et  revendication de la différence ? »… « Les combats pour réduire les inégalités  ont longtemps porté sur le partage équitable des richesses. Depuis quelques  décennies, un nouveau type de demande articule l’exigence de redistribution  au  respect  des  différences,  des  identités  minoritaires  et  à  la  lutte  contre  les  discriminations ».  « Peut‐on  penser  le  rapport  entre  ces  deux  conceptions,  de  façon  à  ce  qu’elles  se  renforcent réciproquement ? » se demande Nancy  FRASER, l’auteure de l’article qui énonce les deux  façons de remédier à l’injustice : la correction ou la transformation.    

La transformation du Brésil, « avec l’aide des ses femmes »…  Sous le titre « Le Brésil aime ses femmes » Le Monde publie une « Lettre  d’Amérique  du  sud »  qui  retrace  l’histoire  des  droits  des  femmes  dans  ce pays. La loi de 2006 sur la violence domestique et familiale, qui punit  lourdement  les  auteurs  de  brutalités  et  prévoit  l'éloignement  du  foyer  familial des époux violents, « a profondément participé au changement  de la société brésilienne » rapporte le quotidien qui cite ONU‐Femmes,  l'entité  des  Nations  unies  pour  l'égalité  des  sexes.  « Sur  le  marché  du  travail, le taux d'activité des femmes est passé de 57 % au milieu des années 1990 à 65 % quinze ans  plus  tard »  et  « en  2020,  il  y  aura  plus  de  Brésiliennes  en  activité  que  de  Brésiliens »  indique  Le  Monde  qui  souligne  également  que  « sur  le  terrain,  le  féminisme  se  popularise ».  Enfin,  le  journal  explique  que ce sont les femmes les plus pauvres qui bénéficient le  plus  des  politiques sociales du  gouvernement.  Bien  sûr  l’élection  de  Dilma  ROUSSEFF  au  poste  suprême  en  janvier  2011  (synthèses  des 2 novembre et 31 décembre 2010) est une suite logique de la « conquête des droits de la femme  (…) fruit d'un long processus fait d'avancées et de retours en arrière ». « C'est dans cet état d'esprit  que  s'est  achevé,  mardi  5  juin,  la  huitième  édition  du  Women's  Forum,  ce  "Davos  des  femmes"  d'habitude installé à Deauville, mais qui, pour la première fois, inaugure une session régionale à Sao  Paulo »  indique  Le  Monde  qui  place  en  exergue  une  petite  phrase  de  Maria  DAS  GRAÇAS  FOSTER,  première  femme  à  la  tête,  depuis  février,  de  la  plus  grande  entreprise  d'Amérique  latine,  le  géant  pétrolier Petrobras (synthèse du 25 janvier, elle a fait également l’objet d’un portrait dans Courrier  International du 1er mars) qui « après avoir été chiffonnière dans une favela de Rio de Janeiro, (…) a  patiemment  gravi  les  échelons  de  cette  société  exclusivement  composée  d'hommes » :  « Je  suis  ingénieure et je ne comprends pas cette logique de l'inégalité »…     

Egalité dans la vie professionnelle  L'égalité salariale entre les femmes et les hommes au menu de la conférence sociale  Les Echos du 5 juin consacrent un article aux grands chantiers de la conférence sociale qui se tiendra  début juillet sur deux jours. « La conférence de méthode doit permettre d'aborder plusieurs grandes  négociations promises par François HOLLANDE, sur l'emploi, le pouvoir d'achat ou encore les retraites »  indique le quotidien économique. Parmi ces chantiers Les Echos notent que l'égalité salariale entre  les femmes et les hommes est « remise sur l'ouvrage ». « Jean‐Marc AYRAULT a précisé que la question  de l'égalité salariale entre hommes‐femmes serait aussi au programme de la conférence » explique le  quotidien. « Elle s'inclura dans une plus vaste réflexion sur la qualité de vie au travail (stress, équilibre  vie privée et professionnelle), que le patronat et les syndicats ont timidement lancé ». 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 4


Les retraites des femmes reviennent dans le débat  « Les  retraites  des  femmes  reviennent  dans  le  débat »  annonçait  La  Croix  du  5  juin  à  la  veille  du  Conseil des ministres du 6 juin alors que le même jour L’Humanité indiquait que les congés maternité  seraient  « à  priori »  validés  comme  l’avait  annoncé  Najat  VALLAUD‐BELKACEM.  La  Croix  estime  que,  « très présent lors de la réforme des retraites de 2010, l’écart de niveau de pension entre hommes et  femmes  risque  de  s’imposer  de  nouveau  dans  le  débat ».  Les  Echos  du  5  juin  affirmaient  eux  que  « l'exécutif vise les femmes » dans le cadre du projet de décret rétablissant partiellement la retraite à  60 ans qui devait être présenté au Conseil des ministres du 6 juin. Un « geste » devrait être fait en  leur  faveur  car  elles  ont  « plus  de  mal  que  les  hommes  à  atteindre  41  annuités »,  ayant  « souvent  interrompu leur carrière pour élever des enfants ». Sous le grand titre « La retraite à 60 ans pour un  salarié sur cinq » qui barre toute la une de son édition du 7 juin, Le Monde souligne que les périodes  de maternité ont effectivement été prises en compte. En pages intérieures le quotidien du boulevard  Blanqui  indique  qu’il  s’agit  d’un  « geste  pour  les  femmes ».  Deux  trimestres  supplémentaires  pourront  être  déclarés  « cotisés »  au  titre  de  la  maternité  seulement,  et  non  de  la  maladie.  « La  caisse de retraite vérifiera manuellement si des trimestres de maternité ont pu être écartés en raison  du plafond de quatre trimestres », indique le journal. « Cette mesure devrait permettre aux femmes  qui  ont  trois  enfants  ou  plus,  ou  qui  ont  connu  des  arrêts  maladie  longue  durée,  d'être  moins  pénalisées  qu'auparavant.  Actuellement,  seul  un  quart  des  personnes  qui  partent  dans  le  cadre  du  dispositif  carrières  longues  sont  des  femmes »  explique  Le  Monde.  « Ma  grossesse  devrait  me  rajouter des trimestres » explique une mère de famille qui témoigne dans Le Parisien du 6 juin. « Un  geste pour les femmes » reprend Le Figaro du 7 juin.   

Conférence sociale : un communiqué d’Osez le féminisme !  « Prise  en  compte  du  congé  maternité  dans  le  calcul  des  retraites :  une  première  avancée  qui  en  appelle  d’autres  au  moment  de  la  conférence  sociale ! »  s’exclame  Osez  le  féminisme !  dans  un  communiqué  diffusé  le  6  juin.  « La  conférence  sociale  des  9  et  10  juillet  prochains  devra  se  diriger  vers  des  mesures  plus  ambitieuses  pour  atteindre  l’égalité  professionnelle  entre  les  femmes  et  les  hommes  et  faire  reculer  la  précarité »  affirme  l’association  qui  « se  félicite  qu’y  soit  organisée  une  table ronde consacrée à l’égalité professionnelle et à l’organisation du travail, animée par la Ministre  des  droits  des  femmes ».  Osez  le  féminisme !  « souhaite  qu’à  cette  occasion,  tous  les  aspects  des  inégalités de salaire et de retraite entre les femmes et les hommes soient mis sur la table ».   

« Partageons la lutte des femmes de Licenci'elles »  Comment  « Agir  tout  de  suite  contre  les  licenciements  boursiers ? »  se  demande L’Humanité du 6 juin. Le quotidien communiste donne la parole à  Laurence  COHEN,  responsable  de  la  commission  « droits  des  femmes‐ féminisme »  du  PCF,  et  Elisabeth  ACKERMAN,  membre  de  la  commission,  qui  signent  une  tribune  intitulée  « Partageons  la  lutte  des  femmes  de  Licenci'elles ».  Les  signataires  soutiennent  l’action  de  Licenci'elles,  une  association des personnels des 3 Suisses et d’autres entreprises menacées de  « licenciements boursiers » en lutte. Et de rappeler que depuis 2009, les 3 Suisses ont licencié « 1 100  personnes, dont 90 % de femmes ». Les deux femmes s’interrogent également sur « les nombreuses  associations  de  ce  type  qui  agissent  aux  côtés  de  organisations  syndicales »  et  expliquent  ce  phénomène  par  le  « long  processus  de  dévalorisation »  du  travail  des  femmes,  «   de  mépris,  de  précarité »  qui aboutit au licenciement. « Ne portent‐elles pas sur leur épaules le lourd fardeau des  inégalités  professionnelles  et  les  obstacles  pour  les  dépasser ? »  se  demandent  Laurence  COHEN  et  Elisabeth ACKERMAN qui estiment que ces questions n’ont peut‐être pas été suffisamment prises en  compte  dans  les  actions  syndicales  et  politiques.  Il  s’agit  d’un  combat  qu’elles  souhaitent  « mener  avec le Front de gauche ». Le Monde daté du 8 juin consacre un article aux Licenci’elles qui « refusent  de pâtir de la réorganisation du groupe ». 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 5


L'ENM se penche sur « La féminisation de la magistrature »  L'Ecole  nationale  de  la  magistrature  (ENM)  organisait  un  colloque  sur  le  thème  de  « La  féminisation  de  la  magistrature »  les  31  mai  et  1er  juin.  Selon  les  deux  organisatrices,  Isabelle  BIGNALET,  sous‐directrice  de  la  formation  continue,  et  Emmanuelle  SPITERI‐DOFFE,  sous‐ directrice  des  recrutements  et  de  la  validation  des  compétences,  « l’objectif  de  ce  colloque  était  de  réunir  des  magistrats, des avocats  et des membres d’autres professions  juridiques  pour  mener  une  réflexion  sur  la  féminisation  des  professions judiciaires. Il a notamment permis d’échanger sur les enseignements à tirer d’une étude  confiée en 2011 par l’ENM au laboratoire parisien de psychologie sociale de l’université Paris Ouest  Nanterre La Défense », une étude intitulée « La féminisation de la magistrature : une exploration de  quelques antécédents psychosociologiques ». Lors de ces deux journées, la parole a été donnée à des  témoins et acteurs de cette féminisation. L’ENM signale qu’avec la promotion 2012, la proportion de  femmes  est  élevée  puisque  elle  atteint  80,28 %  du  nombre  des  auditeurs  et  auditrices  admis‐es.  Cette  féminisation  n’est  pas  le  résultat  d’une  meilleure  réussite  des  femmes  au  concours  puisque  84,14 %  des  candidat‐es  inscrit‐es  aux  concours  sont  des  femmes  contre  15,86 %  d’hommes.  Le  nombre  important  de  femme  dans  les  promotions  s’explique  notamment  par  la  féminisation  de  la  filière  toute  entière  du  droit  (64 %).  Une  tendance  lourde  puisque  l’évolution  depuis  1982  est  constante. Selon la Direction des services judiciaires du ministère de la Justice et des Libertés, au 1er  janvier  2011,  les  femmes  représentent  58,78 %  (5 032  sur  8 560)  du  corps.  En  juridiction,  elles  occupent  29,4 %  (281  sur  957)  des  postes  hors  hiérarchie,  57 %  (2 452  sur  4 304)  des  postes  du  premier grade, et 73,7 % (1 952 sur 2 646) des postes du second grade…   « La  féminisation  massive  de  la  magistrature  s'arrête  aux  portes  de  la  hiérarchie »  note  donc  Le  Monde dans son édition du 7 juin et sur son site Internet. La réalité de cette féminisation est en effet  « tout à fait  paradoxale » commente  Cécile PETIT,  premier avocat général à la Cour de  cassation et  ancien membre du Conseil supérieur de la magistrature, pour le quotidien. Elle note que « les postes  hiérarchiques sont majoritairement aux mains des hommes ». « Pire », souligne Le Monde, « sur les  quelque 8 500 magistrats en France, seules quatre femmes dirigent une cour d'appel ». Le quotidien  cite  une  préconisation  de  Cécile  PETIT,  la  « mise  en  place  par  la  chancellerie  et  le  ministère  de  la  justice d'un « observatoire de carrière », et souligne qu’elle regrette par ailleurs que « le syndicalisme  s'intéresse assez peu à cette question ». Le journal du soir donne également la parole à Simone ROZES,  qui  a  été  la  première,  et  la  seule,  présidente  de  la  Cour  de  cassation  (de  1984  à  1988),  « une  pionnière « jamais guidée par le féminin » »…   

« Dans la fonction publique, beaucoup de femmes... sauf chez les policiers »  Sur  la  même  page  que  l’article  sur  le  colloque  de  l’ENM,  Le  Monde  fait  le  point  sur  la  place  des  femmes  dans  la  Fonction  publique  et  indique  qu’il  y  a  « beaucoup  de  femmes...  sauf  chez  les  policiers ». Le quotidien signale que si les femmes sont 51,7  % de la fonction publique de l’Etat, elles  ne  représentent  que  33,1   %  des  effectifs  du  ministère  de  l’Intérieur  (voir  « Un  Plan  d’action  pour  l’égalité professionnelle au ministère de l’Intérieur », synthèse du 25 mai).   

Les assistantes maternelles n’ont pas droit à l’indemnité légale de licenciement  Liaisons  sociales  du  8  juin  annonce  que  « Les  assistantes  maternelles  n’ont  pas  droit  à  l’indemnité  légale de licenciement du Code du travail ». En effet, selon un arrêt rendu le 31 mai par la chambre  sociale de la Cour de cassation, les dispositions du Code du travail sur la rupture du contrat de travail  n’étant pas applicables aux assistantes maternelles employées par des particuliers, l’employeur n’est  redevable que de l’indemnité prévue par la CCN du 1er juillet 2004, laquelle correspond à 1/120e du  total des salaires nets perçus durant le contrat. 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 6


L’employeur ne peut s’opposer à la date du congé de paternité choisie par le salarié  Après  la  naissance  de  son  enfant,  le  père  bénéficie  légalement  d’un  congé  de  paternité  de  11  jours  calendaires  (18  en  cas  de  naissances  multiples),  à  prendre  dans  les  quatre  mois  suivants.  Il  lui  suffit  d’avertir l’employeur au moins un mois à l’avance de la  date  choisie  pour  son  exécution  rappelle  Liaisons  sociales du 5 juin. Selon un arrêt rendu par la chambre  sociale  de  la  Cour  de  cassation  le  31 mai,  l’employeur,  régulièrement informé par le salarié de la date de prise  du  congé  de  paternité,  ne  peut  ni  s’opposer  à  son  départ, ni en exiger le report. Le salarié est donc en droit  de  partir  à  la  date  qu’il  a  choisie,  sans  encourir  aucun  risque de sanction disciplinaire.   

Actes de la première rencontre intersyndicale des Hauts‐de‐Seine  La  première  rencontre  intersyndicale  des  Hauts‐de‐Seine  pour faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes  dans l’entreprise (synthèse du 23 septembre 2011) avait été  une  initiative  conjointe  de  la  Mission  départementale  aux  droits  des  femmes  et  à  l’égalité  auprès  de  la  Direction  départementale  de  la  cohésion  sociale  des  Hauts‐de‐Seine  et de l’Union territoriale des Hauts‐de‐Seine de la Direction  régionale  des  entreprises,  de  la  concurrence,  de  la  consommation, du travail et de l’emploi d’Ile‐de‐France. Elle  a  été  organisée  en  partenariat  avec  les  Unions  départementales  CFDT,  CFE‐CGC,  CGT,  FO  et  UNSA  altoséquanaises et avec le soutien technique et opérationnel  de  la  Délégation  régionale  aux  droits  des  femmes  et  à  l’égalité  d’Ile‐de‐France,  et  du  Cabinet  de  formation,  de  conseil  et  d’expertises  auprès  des  institutions  représentatives  du  personnel,  Emergences.  Les  actes  de  la  rencontre ont été rédigés par le Cabinet Emergences avec le  concours  de  la  Mission  départementale  aux  droits  des  femmes et à l’égalité des Hauts‐de‐Seine.   

Michèle BARZACH élue à la présidence de l'UNICEF France  Médecin et ancienne ministre de la Santé et de la Famille du gouvernement  CHIRAC,  Michèle  BARZACH,  a  été  élue  mardi  5  juin  présidente  de  l'UNICEF  France,  où  elle  succède  à  Jacques  HINTZY,  qui  a  occupé  ces  fonctions  pendant 13 ans et lui laisse sa place « avec confiance ». « Une militante de  l’accès aux soins » titre La Croix qui dresse son portrait dans son édition du  7  juin  et  souligne  que  « passionnée »,  « enthousiaste »,  elle  « ne  sera  pas  une présidente avec sa langue dans sa poche ». « Cette femme engagée (…)  s’est toujours battue pour le statut des femmes et contre les discriminations.  Dans  le  droit  fil  de  ses  combats,  elle  s’engage  aujourd’hui  pour  défendre  la  cause  des  enfants »  indique le site de l’UNICEF. L’UNICEF, Fonds des Nations unies pour l’enfance, est né en 1946. C’est  une  agence  de  l’Organisation  des  Nations  unies  (ONU),  implantée  dans  plus  de  150  pays  d’intervention, qui a pour vocation d'assurer à chaque enfant, santé, éducation, égalité et protection.  (Photo © Gil FORNET pour l’UNICEF). 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 7


Parité et vie politique  Elections législatives des 10 et 17 juin 2012  Les élections législatives se dérouleront les dimanches  10  et  17  juin  2012.  « Quelles  sont  les  caractéristiques  des  législatives  2012  ?  Comment  sont  élus  les  577  députés ?  Quel  est  leur  rôle ? »  Le  site  Gouvernement.fr  fait  le  point  à  la  une  sur  les  caractéristiques  du  travail  législatif  de  l'Assemblée  nationale  et  sur  les  évolutions  majeures  intervenues  depuis  la  révision  constitutionnelle  de  2008.  A  cette  occasion  on  signalera  quelques  portraits  de  femmes  politiques  parus  récemment  dans  Le  Figaro.  Sous  le  titre  « Fleur  PELLERIN,  la  diversité  rêvée »,  le  quotidien du 7 juin consacre une page à la nouvelle ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à  l'économie  numérique  (synthèse  du  18  mai).  « En  apparence,  elle  incarne  le  renouveau  de  la  diversité,  avec  ses  traits  asiatiques »  juge  le  quotidien  qui  estime  qu’elle  est  « en  réalité  un  parfait  produit  de  l’ENA ».  Le  26  mai  le  journal  soulignait  « l’engagement »  de  Anne‐Sophie  SOUHAITE  (ci‐ dessus à droite), « la plus jeune candidate investie par l’UMP aux législatives à Paris » et qui publie  bientôt un ouvrage aux éditions Nouveaux Débats : « Les Engagés de la République ». Enfin Le Figaro  du  7  juin  a  choisi  Delphine  GIRARD  (ci‐dessus  à  gauche)  pour  être  sa  « Personnalité »  du  jour.  « Delphine  GIRARD  est  entrée  en  politique  à  15  ans  avec  deux  combats  :  le  droit  des  femmes  et  la  reconnaissance du vote blanc » indique le quotidien. « Elle s’est plus tard lancée dans la bataille pour  la défense d’un « centre fort et, surtout, indépendant » » et elle est candidate du MoDem dans la 13e  circonscription de Paris.     

Egalité dans la vie personnelle et sociale  Les demandes d’asiles liées au genre en Europe  Un rapport sur « Les demandes d’asiles liées au genre en Europe »  vient d’être rendu public dans le cadre d’un projet européen mené  par  France  terre  d’asile,  Asylum  Aid,  la  Commission  espagnole  d’aide  au  réfugié,  le  Conseil  italien  pour  les  réfugiés  et  le  Comité  Helsinki  hongrois.  Le  rapport  intitulé  « Gender‐related  asylum  claims  in  Europe:  A  comparative  analysis  of  law,  policies  and  practice  focusing  on  women  in  nine  EU  Member  States »  est  une  analyse  comparative  des  législations,  politiques  et  pratiques  dans  neuf  Etats  membres  de  l’Union  européenne  :  la  Belgique,  la  France,  la  Hongrie,  l’Italie,  Malte,  la  Roumanie, l’Espagne, la Suède et le Royaume‐Uni. L’étude s’intéresse aux décisions rendues pour les  demandes  d’asile  liées  au  genre,  ainsi  qu’aux  procédures  d’asile et  aux  conditions  d’accueil observées  dans  ces  différents  pays.  Ce  rapport  est  l’aboutissement  d’un  projet  européen  co‐financé par la Commission européenne, dont l’objectif était de promouvoir l’harmonisation de la  prise en compte du genre dans les régimes d’asile à l’échelle européenne. Cette recherche démontre  de fortes disparités entre les Etats membres. Elle permet toutefois d’identifier un certain nombre de  bonnes pratiques. Le rapport et ses recommandations ont été présentés le 30 mai à Bruxelles. Selon  France  terre  d’asile celui‐ci a été accueilli de manière très positive par plusieurs représentants des  institutions  européennes  (Parlement  européen,  Commission  européenne,  Présidence  du  Conseil,  Bureau européen d’appui en matière d’asile…).  Retrouver le rapport et la synthèse (en anglais) sur le site de France terre d’asile 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 8


Contraception : une pilule pour hommes en vue ?  « Contraception : une pilule pour les hommes enfin dans les  tuyaux »  se  réjouit  L’Humanité  Dimanche  du  7  juin  annonçant  que  des  chercheurs  écossais  ont  publié,  le  24  mai, une étude sur l'infertilité masculine qui pourrait ouvrir  la voie vers un nouveau type de pilule contraceptive pour  hommes. Les scientifiques espèrent qu'ils pourront arrêter  le  développement  normal  du  sperme  des  mâles  humains,  comme  ils  l’ont  fait  chez  les  souris,  sans  causer  de  dommages collatéraux. L’hebdomadaire, qui indique que le  procédé  ne  pourra  cependant  pas  aboutir  avant  plusieurs  années,  souligne  également  que  d’autres  méthodes,  définitives ou non, existent déjà. Le Quotidien du Médecin  du  29  mai  avait  annoncé  la  nouvelle  indiquant  que  la  découverte  d’un  gène  indispensable  à  la  maturation des spermatozoïdes menait à « une nouvelle piste de contraception masculine ». (Photo :  Woody ALLEN en spermatozoïde dans le film « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe  (sans jamais oser le demander) », 1972).   

« La boxe féminine se bat pour exister »  « La boxe féminine se bat pour exister » titre L’Humanité du 6 juin qui publie un entretien avec Anne‐ Sophie MATHIS à l’occasion de son combat du 15 juin contre Holly HOLMES (synthèse du 25 mai). Avec  la  boxeuse,  le  quotidien  souligne  que  la  boxe  féminine  souffre  d’un  manque  d’intérêt  médiatique.  Par  exemple  Anne‐Sophie  MATHIS  est  « la  meilleure  boxeuse  mondiale »  explique  « L’Huma »  mais  « elle a du mal à le faire savoir en dehors des rings ». Cpendant, pour le quotidien, « l’arrivée de la  discipline aux JO peut mettre KO certaines idées reçues »…   

Nouvelles affaire de violences entre bandes de filles  Le phénomène des bandes de filles et de la violence de leurs bagarres  (synthèses des 3 septembre, 5 novembre 2010, 20 avril et 9 mai 2011)  risque  de  nouveau  de  faire  parler  de  lui.  En  effet,  la  Direction  de  la  sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP) a annoncé  qu’une  trentaine  de  jeunes  filles  ont  été  interpellées  le  4  juin  à  Paris  après deux violentes bagarres de rue. Les faits se sont déroulés dans le  quartier Pajol. Les jeunes filles de 12 et 17 ans, présumées appartenir à  différentes  bandes,  ont  été  arrêtées  boulevard  de  la  Chapelle  alors  qu'elles tentaient de fuir. Certaines d'entre elles ont été placées en garde à vue car elles possédaient  des matraques ou des objets contondants, a précisé la source (20 Minutes et Le Parisien du 6 juin).   

« L’effet vertueux des aides de l’Etat en faveur des services à domicile »  Pour la première fois une étude démontre « l’effet vertueux des aides de l’Etat en faveur des services  à  domicile ».  Au  gain  pour  la  collectivité  nationale  de  2,6  milliards  d’euros  par  an  s’ajoutent  la  création  de  450  000  emplois  en  équivalent  temps  plein  qui  fait  de  ce  secteur  le  premier  créateur  d’emploi en France. La Fédération du service au particulier (FESP) et le cabinet Oliver Wyman ont  présenté le 7 juin les résultats d’une étude intitulée « Services à la personne : bilan économique et  enjeux de croissance ». « L'Etat touche le jackpot grâce aux aides à domicile » : selon Le Parisien du 7  juin, la remise en cause des différents avantages fiscaux consentis à ce secteur qui « rapporterait 2,6  milliards d'euros à la collectivité », « pourrait menacer 120 000 emplois ».  Retrouver l’information et l’étude sur le site de la FESP 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 9


Allemagne : allocation aux familles gardant les moins de trois ans à domicile  Les  Echos  du  7  juin  signalent  que  Berlin  a  lancé  hier  un  projet  de  loi  créant  « une  allocation  aux  familles  gardant  les  moins  de  trois  ans  à  domicile »,  surnommée  « prime  au  fourneau »  par  ses  détracteurs. « Les parents ne faisant pas garder leurs enfants par une crèche publique recevront une  allocation mensuelle de 100 euros à partir du 1er janvier 2013, et de 150 euros à partir de 2014 ».   

Niqab : des groupuscules multiplient les provocations en Belgique  « La rébellion d'une femme en niqab a mis Bruxelles sous haute tension » indique Le Figaro du 5 juin.  A  quelques  mois  des  élections  communales,  prévues  en  octobre  en  Belgique,  l'interpellation  mouvementée,  le  31  mai,  d'une  femme  intégralement  voilée,  enflamment  la  rue  bruxelloise  et  le  débat  politique  chez  nos  voisins.  « Refusant  de  décliner  son  identité,  cette  Belge  convertie  a  été  conduite  dans  un  commissariat  de  Molenbeek,  une  commune  de  Bruxelles  à  forte  population  immigrée.  Elle  s'est  rebellée,  frappant  deux  policières,  dont  l'une  a  eu  deux  dents  et  le  nez  cassés.  Presque aussitôt, une centaine de jeunes en colère se sont rassemblés devant le commissariat, qu'ils  ont tenté d'envahir, et ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre et sur des autobus » raconte le  quotidien. L’affaire a fait bien sûr grand bruit et la une des journaux outre‐Quiévrain. Le Soir du 5 juin  annonce  que  les  autorités  « durcissent  le  ton »  face  aux  mouvements  activistes  anversois  qui  multiplient  les  provocations  à  Bruxelles.  Le  quotidien  belge  a  enquêté  dans  l’un  de  ces  groupes  et  évoque  un  « groupuscule  anarcho‐salafiste »  et  « des  convertis  plus  islamistes  que  le  Calife »…  En  pages débats Le Soir revient sur « la difficulté à parler du « vivre ensemble » ». Le débat sur le port de  voile intégral, en France et en Europe, est l’un des sujets qui a fait le plus couler d’encre dans cette  synthèse en 2009 et 2010… La Belgique a été le premier pays occidental à interdire le port du voile  intégral dans tout l'espace public le 29 avril 2010 (synthèses des 9, 14 septembre, 2 octobre 2009, 14,  21, 28, 30 avril et 3 mai 2010).   

Lutte contre les violences  Grand Forum Marie Claire sur les violences sexuelles  La Coordination française pour le lobby européen des femmes  (CLEF)  a  diffusé  un  communiqué  pour  annoncer  qu’elle  est  partenaire de la campagne d’information grand public intitulée  « Violences  sexuelles.  Si  on   se  tait  rien  n’existe »,  lancée  lors  du Grand Forum Marie Claire organisé le 7 juin, en présence de  la ministre des Droits des femmes, Najat VALLAUD‐BELKACEM. La  campagne,  déclinée  en  affiche  et  film,  illustre  l’invisibilité  des  violences sexuelles Lorsqu’elles ne sont pas dénoncées et incite  les  victimes  à  ne  plus  se  taire  et  à  porter  plainte.  Lors  de  ce  grand  forum,  Najat  VALLAUD‐BELKACEM  a  indiqué  qu’elle  souhaitait  « mettre  en  place  un  observatoire  national  des  violences  sexuelles ».  La  ministre  a  notamment  déclaré  « la  lutte  contre  les  violences  faites  aux  femmes  est  pour  moi  une  priorité.  Elle  sera  au  cœur  de  mon  action  car  elle  est  le  pré‐ requis  essentiel  pour  toute  politique  d'égalité ».  L’information  est  à  la  une  du  numéro  daté  de  juillet  du  mensuel  qui  y  consacre six pages. Un grand dossier a également été mis en ligne sur le site de Marie Claire dans  lequel on peut découvrir des témoignages et la campagne de sensibilisation aux violences sexuelles  imaginée par BETC (« Violences sexuelles. Si on se tait, rien n'existe ») à l'occasion de ce forum sur les  violences sexuelles faites aux femmes.  Retrouver le dossier sur le site de Marie Claire 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 10


Abolition du système prostitueur : du discours à l’action  Entre le retard de parution, et notre propre retard, nous ne signalons que  maintenant  le  numéro  174  de  Prostitution  et  société  daté  de  juillet‐ septembre  2011.  « Le  débat  est  enfin  sur  la  place  publique.  Souvent  passionnel,  parfois  outrancier,  il  a  ces  derniers  mois  fait  couler  beaucoup  d’encre. La prostitution est toujours un sujet polémique, mais quand il s’agit  de l’éventuelle pénalisation des clients, il enflamme encore plus que jamais  les  médias  et  les  esprits »…  Le  journal  du  Mouvement  du  Nid  titre  sur  l’abolition  du  système  prostitueur.  « Du  discours  à  l’action »  proclame  la  une illustrée des logos des associations qui ont lancé l’appel Abolition 2012  (synthèses des 9 février, 6 mars et 30 avril). Prostitution et société fait le  point  sur  « les  multiples  avancées »  de  ces  derniers  mois  :  le  rapport  parlementaire, le plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes, la résolution  de l’Assemblée nationale réaffirment la position abolitionniste de la France, la convention Abolition  2012, et enfin les prises de position de certains partis politiques : « il est maintenant urgent qu’une  loi vienne couronner l’idée audacieuse et novatrice d’abolition du système prostitueur ».   

« Harcèlement sexuel en entreprise : le faire sortir de l’ombre »  Le  Quotidien  du  médecin  du  5  juin  consacre  un  article  au  harcèlement  sexuel  en  entreprise  et  souligne  qu’il  faut  « le  faire  sortir  de  l’ombre ».  « L’encadrement  peut‐il  identifier  le  risque  de  harcèlement sexuel dans l’entreprise et modifier els comportements le cas échéant ? » se demande le  quotidien  médical  qui  cite  « une  étude  (Association  de  médecine  du  travail  des  Alpes‐Maritimes)  destinée aux jeunes managers » qui a « montré que leur formation est une étape nécessaire ».     

Agenda  Rétrospective cinéma consacrée à Barbara HAMMER  Le  Jeu  de  Paume  organise  une  rétrospective  consacrée  à  Barbara  HAMMER,  cinéaste  expérimentale  étatsunienne,  du  mardi  12  juin  au  dimanche  1er  juillet  réalisée  avec  l'aide  du  Centre  audiovisuel  Simone de Beauvoir. Barbara Hammer donnera une performance le dimanche 17 juin.   

Carole Roussopoulos, une femme à la caméra d’Emmanuelle DE RIEDMATTE  Le mercredi 20 juin, un portrait de Carole ROUSSOPOULOS (1945‐2009), pionnière de la vidéo légère en  France,  par  Emmanuelle  DE  RIEDMATTE  sera  diffusé  au  Nouveau  Latina  à  Paris.  Extraits  de  films,  images  d’archives  et  entretiens  retracent  l’itinéraire  de  cette  battante  qui  a  filmé  les  combats  des�� femmes et des prostituées, les grèves ouvrières, les revendications homosexuelles, et qui a toujours  donné  la  parole  aux  « sans  voix »,  témoins  indispensables  des  luttes  sociales  et  des  émancipations  des minorités. La séance sera présentée par la réalisatrice Emmanuelle DE RIEDMATTEN.   

Le Salon International de la Femme au Canada  Le  Salon  International  de  la  Femme  (SIFEM)  se  déroulera  à  Toronto,  capitale  économique  du  Canada, du dimanche 17 au samedi 23 juin. Le SIFEM 2012 « rend hommage aux femmes du monde  entier  sans  distinction  d’origine,  de  culture  ni  de  religion.  Ce  rendez‐vous  unique  et  original  se  veut  une locomotive de promotion du genre féminin ».  http://www.lesifem.com/ 

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 11


Deuxièmes Rencontres d’été des Féministes en Mouvements  Les  45  associations  du  collectif  Féministes  en  Mouvements  (FEM)  organisent  leurs  deuxièmes  Rencontres  d'été  les  samedi  7  et  dimanche  8  juillet.  Le  thème  de  cette  édition  sera  « L’égalité  femmes‐hommes  en  chantier  ! ».  Les  FEM  viennent  de  diffuser  une  invitation  aux  rencontres,  « à  diffuser sans modération ». Le collectif indique qu’il souhaite « continuer sur la même trajectoire que  l'an dernier : nous rassembler, nous former, débattre, produire des analyses et des propositions pour  les  pouvoirs  publics,  travailler  ensemble  à  faire  en  sorte  que  les  droits  des  femmes  et  l’égalité  avancent  dans  la  société ».  Dans  le  contexte  de  création  d'un  ministère  des  Droits  des  femmes,  soulignent  les  FEM,  « il  s'agit  aussi  de  définir  ensemble  les  priorités  d'action  à  porter  devant  la  ministre  et  les  moyens  que  nous  nous  donnons  pour  cela  ! ».  Les  associations  ont  d’ailleurs  décidé  d’inviter la ministre des Droits des femmes, Najat VALLAUD‐BELKACEM, « pour échanger avec elle sur les  chantiers  prioritaires  en  matière  d’égalité  femmes‐hommes ».  Les  rencontres  auront  lieu  à  l'Université d'Evry dans le Val de Marne. Au programme, comme l’année dernière, plénières, ateliers‐ débat, ateliers‐formation, projections, village associatif, librairie, jeux et spectacle le samedi soir. Le  programme précis est en cours de construction et sera bientôt disponible sur le blog des FEM.  http://ellesprennentlaparole.blogspot.fr/                                                  Pour information, cette synthèse est réalisée à partir d’alertes d’actualité internet, de la surveillance des sites institutionnels français, ainsi que d’une sélection de sites associatifs francophones, des informations et documents reçus par le bureau de l'animation et de la veille et d’une sélection de la presse quotidienne et hebdomadaire nationale. - Photos © DR Direction générale de la cohésion sociale – Service des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes Bureau de l'animation et de la veille - dgcs-sdfe-synthese@social.gouv.fr - http://www.femmes-egalite.gouv.fr/

Synthèse de l’actualité – Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 07/06/2012 - 12


Synthèse du SDFE