Issuu on Google+

Ministère des Droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes

Synthèse de l’actualité 31 décembre 2013 Nous consacrons cette dernière synthèse de l’année 2013 aux actions organisées par le réseau des délégué-e-s région-ales-aux et des chargé-e-s de missions département-ales-aux aux droits des femmes et à l’égalité, présentant en particulier un certain nombre d’actions réalisées à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Nous en profitons pour adresser à nos lectrices et à nos lecteurs tous nos meilleurs vœux féministes pour une nouvelle année d’avancées en matière de droits des femmes et d’égalité !

Egalité, non discrimination, féminisme Bretagne : lutter contre les discriminations liées au genre et à l’origine La Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Bretagne, la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité du Morbihan et la Maison internationale de Rennes ont organisé le 16 décembre, dans le cadre du Plan régional d'intégration des personnes immigrées, un séminaire régional de formation sur le thème « lutter contre les discriminations liées au genre et à l’origine et favoriser l’insertion socioprofessionnelle des femmes d’origine étrangère en Bretagne ». Cette action a été co-financée par le Fonds social européen (FSE). L'investissement dans l'autonomisation économique des femmes est la voie la plus sûre vers l'égalité des sexes, l'éradication de la pauvreté et une croissance économique inclusive. Les femmes apportent une contribution énorme à l'économie, que ce soit au sein des entreprises, dans les exploitations agricoles, comme entrepreneuses ou employées, ou par leur travail non rémunéré à la maison, où elles s'occupent de leurs familles. Pourtant, elles restent aussi touchées de manière disproportionnée par la pauvreté, la discrimination et l'exploitation. La discrimination basée sur le genre condamne souvent les femmes à des emplois précaires et mal rémunérés et ne permet qu'à une faible minorité d'entre elles d'atteindre des postes élevés. Elle restreint également l'accès des femmes aux actifs économiques tels que les terres et les emprunts. Elle limite leur participation à l'élaboration des politiques économiques et sociales. Et enfin, du fait que les femmes se chargent de l'essentiel des tâches ménagères, il ne leur reste souvent que peu de temps pour exploiter de nouvelles perspectives économiques.


Haute-Garonne : le masculinisme ou la régression des droits des femmes Le Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF) de HauteGaronne, en partenariat avec la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Midi Pyrénées et la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, a organisé le 21 novembre dernier une conférence-débat animée par Patric JEAN (photo) sur le thème « Le masculinisme ou la régression des droits des femmes : l’exemple des pères perchés » pour tenter de décrypter ce phénomène social. « Aujourd’hui, des associations françaises directement inspirées de l’exemple du Québec utilisent les mêmes discours sur les droits des pères. Il ne s’agit en fait que d’une vitrine d’un mouvement réactionnaire sexiste, souvent homophobe et qui va parfois jusqu’à défendre la pédophilie » soulignait l’invitation à la conférence inscrite dans le cadre des actions « le 8 mars c’est toute l’année ».

Haut-Rhin : actions de sensibilisation à l’égalité Deux actions ont récemment été menées dans le Haut-Rhin pour diffuser la culture de l’égalité, l’une auprès de fonctionnaires, l’autre auprès de lycéens. A l’invitation de la Direction départementale des territoires du Haut-Rhin, la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité (CMDDFE) a animé une séance de l’« Heure d’information » organisée chaque mois dans ce service pour favoriser la connaissance des thématiques traitées en interne. Exceptionnellement, s’agissant d’un sujet transversal, les agents de la DDT ont pu découvrir et échanger sur le thème suivant : « entre espoirs, résistances et illusions, où en sommes-nous de l’égalité entre les femmes et les hommes ? ». Un « café-découverte » sur le même thème et selon les mêmes principes avait déjà été organisé pour les collègues de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations. L’intérêt porté à ces initiatives témoigne de leur utilité et de l’envie des collègues d’échanger et d’acquérir des connaissances sur la politique en matière d’égalité. Par ailleurs, conformément au projet d’établissement du lycée Ribeaupierre à Ribeauvillé, la CMDDFE a proposé et participé à une conférence-débat sur le thème de « l’égalité femmes-hommes, où en sommes-nous ? », avec les 165 élèves de terminales. Ce moment avait été soigneusement préparé en amont par l’équipe éducative, permettant notamment d’aborder de façon approfondie les sujets des stéréotypes, des violences, de l’égalité professionnelle, avec également la participation de trois associations locales partenaires de la chargée de mission (CIDFF, Le Nid, Association Soutien Femmes Battues St Louis) et de la présidente de l’Université de Haute-Alsace. Cette action a été relayée par la presse locale.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 2


Egalité dans la vie professionnelle Centre : visite de Najat VALLAUD BELKACEM sur le thème du congé parental Dans le cadre de l’expérimentation « Territoires d’excellence » Egal’O Centre, Najat VALLAUD BELKACEM, ministre des Droits des femmes, est allée à la rencontre d’hommes et de femmes en situation de congé parental, le 13 novembre, à Montargis, l’un des quatre territoires de l’expérimentation menée en région Centre. Plusieurs besoins ont émergé au cours des échanges entre la ministre et les « témoins », en particulier la nécessité d’une diffusion accrue de l’information quant à la possibilité de suivre une formation pendant un congé parental. Cette visite ministérielle a permis de valoriser la mobilisation des acteurs locaux publics : préfecture du Loiret (mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, unité territoriale de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), Conseil régional, et acteurs associatifs (Centre d’information des droits des femmes et des familles, Organismes de formation…). Les objectifs poursuivis demandent une articulation et un fort investissement des partenaires. Cette rencontre a souligné l’importance de travailler sur l’accompagnement vers le retour à l’emploi des personnes en situation de congé parental. Les actions de terrain mises en place dans le cadre du projet ont été précisées : mobilisation active du droit commun (formation, aides à la création d’entreprise), informations individuelles et collectives pour un accompagnement individualisé pendant un congé parental, projet de film documentaire, etc. Le même jour, lors de sa visite, la ministre des Droits des femmes, a remis à huit établissements de l’académie Orléans-Tours (collèges, lycées, CFA), le prix « Liberté, égalité, mixité » décernée par la délégation régionale aux droits des femmes et le rectorat visant à récompenser les établissements s’engageant concrètement dans la mise en place d’actions « faisant bouger les mentalités ». En préalable, avait été signée la convention régionale pour l’égalité dans le système éducatif. Ces deux évènements se sont inscrits dans une journée de séminaire organisé par le rectorat, le Conseil régional et la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité.

Loire-Atlantique : métiers de la propreté, articulation des temps et égalité professionnelle En Loire-Atlantique, la Fédération des entreprises de propreté et services associés (FEP) Ouest et la Maison de l’emploi de Nantes métropole ont initié un projet collectif de développement des prestations de nettoyage en journée. L’édition 2013, organisée en partenariat avec la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, a porté sur l’égalité professionnelle dans les métiers de la propreté. En effet, au sein de cette profession très féminisée, les salariées cumulent encore fréquemment emplois à temps partiel, horaires décalés et fractionnés, qui induisent une difficile conciliation des temps de vie personnel et professionnel et renforcent nombre des inégalités femmes/hommes constatées. Prenant acte de cette réalité, la préfecture de la LoireAtlantique s'engage à les résorber et va devenir signataire de la Charte de développement des prestations de nettoyage en journée. Un rendez-vous autour du thème « Métiers de la propreté et égalité professionnelle » a été organisé à Nantes le 9 décembre à la Cité des congrès avec en particulier la signature par l'Etat de la Charte pour le développement des prestations de nettoyage en journée. Une circulaire du Premier ministre, datée du 6 novembre 2013, relative au développement des prestations de nettoyage en journée dans les services de l’Etat renforce l’intérêt du travail partenarial engagé autour de cette thématique dans le département.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 3


Bourgogne : sensibilisation des étudiant-e-s de l’ESC aux enjeux de l'égalité professionnelle Une action de sensibilisation aux enjeux de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes à été organisée le 2 décembre à l’Ecole supérieur de commerce (ESC) de DijonBourgogne. Ce jour là, les étudiants du programme Master Grande École ont présenté devant un jury dans le cadre de leur scolarité un dossier relatif à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes réalisé pendant l’automne. Soixante équipes d'environ 4 à 5 étudiants ont présenté leurs travaux avec beaucoup de créativité (mises en situation, émissions de télévision...) devant des jurys composé d'un enseignant de l'ESC Dijon Bourgogne et d'une personne extérieure, et en particulier la déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) de Bourgogne. Celle-ci a clôturé la journée par quelques mots rappelant le cadre politique de cette action, et les enjeux de cette sensibilisation pour les futurs cadres et salarié-e-s que sont les étudiant-e-s de l'ESC. Les trois meilleures équipes se sont vues remettre un prix.

Haute-Normandie : remise du premier Prix de l'égalité et de la mixité Le 3 décembre, s’est tenue la remise du premier Prix de l'égalité et de la mixité de Haute-Normandie à six établissements lauréats. Le Prix de l'égalité et de la mixité succède au Prix de la vocation scientifique et technique des filles (PVST), abrogé en 2013. Sa mise en œuvre s’appuie sur le réseau de partenaires déjà impliqués à la fois dans le PVST, et dans les actions de la convention régionale pour la mixité. Ce nouveau prix permet de poursuivre cette dynamique et de l'amplifier. Coordonné par la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité et le Rectorat, ce nouveau prix récompense chaque lauréat des équipes pédagogiques d’un montant de 2 500 € et valorise ainsi une action - ou un ensemble d'actions - en faveur de l'égalité d'accès des filles et des garçons aux formations et aux métiers. Il récompense les établissements qui ont mis en place une démarche collective associant l’ensemble du personnel. Six établissements (un collège et cinq lycées) ont été récompensés lors de la cérémonie en présence de la secrétaire générale pour les affaires régionales de la préfecture de région, de la rectrice d'Académie, de la déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité, de chef-fe-s des établissements publics locaux d'enseignement (EPLE), des référent-e-s « égalité » dans les EPLE, de l’ONISEP, et des signataires de la convention régionale pour la mixité dans le système éducatif. La Haute-Normandie a pris l’initiative de créer ce nouveau prix qui vise à récompenser des actions concrètes organisées par des équipes pédagogiques pour combattre les inégalités entre les femmes et les hommes en agissant sur les stéréotypes. Les actions portent sur les grands thèmes que sont l'orientation, le respect entre les filles et les garçons, l'éducation à la sexualité (sensibilisation des équipes éducatives, organisation de manifestations, d'expositions, création de supports de communication, actions de sensibilisation envers les familles, acquisition de manuels non stéréotypés...). Les projets retenus font tous preuve d'engagement, parfois d'une réelle originalité, et s'appuient sur des supports diversifiés.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 4


Lutte contre les violences Bouches-du-Rhône : visibilité de la lutte contre les violences faites aux femmes Agir, la lettre de l’Etat dans les Bouches-du-Rhône, consacrait son numéro de novembre 2013 à la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Au sommaire, pour faire le tour de la question dans le département, des entretiens avec la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité (CMDDFE), la responsable de la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile 13 et un formateur de SOS Femmes Marseille. Dans les Bouches-du-Rhône, un comité de pilotage d’organisation du « 25 novembre » est mis en place chaque année. Il réunit la DDCS13, le Conseil régional, le Conseil général, la ville de Marseille et deux associations départementales traitant des violences faites aux femmes et de leur accès aux droits (SOS Femmes et le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles phocéen (CIDFF). Ce COPIL a pour objectif de coordonner les actions mises en place sur le département pour permettre une couverture territoriale et une visibilité des diverses manifestations et actions engagées à l’occasion du 25 novembre. Un appui financier spécifique a été apporté en 2013 par la DDCS13, via la CMDDFE, pour favoriser cette concertation interinstitutionnelle et inter-associative tout au long de l’année sur le thème de la lutte contre les violences faites aux femmes. En parallèle à cette démarche, la chargée de mission a travaillé en collaboration avec le service de la communication interministérielle de la Préfecture pour élaborer un plan de communication de l'Etat présentant les actions engagées sur le territoire dans le cadre du 25 novembre et la sortie du 4e Plan contre les violences faites aux femmes. Retrouver le numéro spécial de la lettre de l’état dans les Bouches-du-Rhône

Côte d’Or : accompagner les mesures d’éloignement des acteurs de violence En Côte d’Or, plusieurs évènements ont marqué le mois de novembre dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes. La première manifestation a été une conférence assurée par Isabelle COLLET, de l’Université de Genève, autour de la prévention sur le thème des violences de genre à l’école. Elle a réuni une centaine de participan-e-s dont les fédérations de parents d’élèves et les associations de l’éducation populaire. Deuxième temps fort des actions dans le département, Solidarité Femmes 21 a organisé un colloque rassemblant environ 300 personnes pour fêter ses trente ans d’existence. La journée a été consacrée à deux thématiques : les auteurs de violences conjugales et l’impact de cette violence sur les enfants. Enfin, le 25 novembre a été marqué par la signature d’une Convention d’engagement entre le Préfet de la Côte-d’Or, la Procureur du Parquet de Dijon et deux structures associatives, dont l’une qui sera en charge de l’hébergement (ADEFO), et l’autre de la prise en charge thérapeutique des auteurs (Althéa) (photo). Cette convention doit permettre d’accueillir des auteurs de violences conjugales afin de prévenir les violences et de laisser la possibilité à la victime et ses enfants de rester dans le domicile. Elle a été préparée depuis plusieurs années par la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de la Côte-d’Or et ses partenaires, et s’inspire largement de la convention expérimentée dans le département de l’Ain.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 5


Haute-Corse : formation « violences conjugales et répercussions sur les enfants » La mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité de Haute-Corse, en partenariat avec le Conseil général de Haute-Corse a organisé une action de formation sur « les violences conjugales et leurs répercussions sur les enfants ». Cette formation se déroule de novembre 2013 à janvier 2014 en trois sessions de deux jours (à Bastia et dans deux territoires ruraux). Les premières journées de formation ont été inaugurées par le préfet et le président du Conseil général, elles ont été un véritable succès. Cette formation est destinée à l'ensemble des personnels médicaux et sociaux du Conseil général, mais également à tous les membres du réseau d'action contre les violences faites aux femmes (RéACTIV), et plus largement à tous les acteurs de terrains susceptibles d'être les premiers interlocuteurs de victimes en milieu rural. L'objectif est de permettre aux professionnels de comprendre les mécanismes et de reconnaître les violences conjugales chez les adultes et les enfants. Cela permettra d'améliorer le maillage territorial et le travail en réseau pour mieux lutter et répondre aux violences au sein du couple sur le département de la Haute-Corse. Animée par une psychologue, psychothérapeute, spécialiste de la prise en charge des victimes et auteurs de violences conjugales, la formation s’attache à expliquer les origines de la violence conjugale, à appréhender le rôle du tiers (notamment enfant) dans la dynamique des violences, et à montrer les impacts des violences conjugales sur les enfants à court moyen et long terme. La brochure « la santé des enfants exposés aux violences conjugales », outil de travail expérimental réalisé en Haute-Loire pour sensibiliser les parents à l'impact des violences conjugales sur leurs enfants, est utilisé comme support dans le cadre de ces séances.

Haute-Normandie : mieux comprendre et repérer les violences faites aux femmes En Haute-Normandie, un séminaire a été organisé à l’occasion du 25 novembre par la Plateforme régionale d’appui interministériel à la GRH, et la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité. Il s'adressait aux agents des trois fonctions publiques, parlementaires et maires des communes de plus de 10 000 habitants de la région. Les 180 personnes présentes lors de cette journée ont pu prendre connaissance des actions menées dans le cadre des deux protocoles départementaux de lutte contre les violences faites aux femmes de la Seine-Maritime et de l'Eure et du 4e plan interministériel. Ces actions ont été présentées par la déléguée régionale et la chargée de mission départementale de l’Eure. Ensuite, le CIDFF 76 a présenté le cycle des violences et les procédures administratives et judiciaires. Enfin, l’après-midi a vu se succéder les interventions du procureur de la République (TGI de Rouen), des forces de l’ordre sur la prise en charge des victimes (police -gendarmerie), puis d’une avocate et d’une magistrate sur les missions d’assistance des victimes. Cette journée aura permis au public de comprendre les processus de violences intra familiales, de connaitre les procédures administratives et judiciaires afin de mieux conseiller et orienter les femmes rencontrées dans l'exercice de leur fonction ou dans leur vie personnelle. Ce processus d'information s'inscrit dans un ensemble plus vaste de communication visant à mobiliser l'ensemble des services pour changer le regard que la société porte sur les femmes.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 6


Poitou-Charentes : le respect entre les filles et les garçons pour lutter contre les violences Prévenir les violences sexistes dès le plus jeune âge constitue un nouvel enjeu de la politique gouvernementale en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le 25 novembre à Poitiers, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Poitou-Charentes, en collaboration avec le Rectorat de l’Académie de Poitiers, a sollicité la comédienne Chloé MARTIN, de la D’âme de Compagnie, pour présenter son spectacle « La part égale » devant 80 élèves des Lycées Louis Armand et Auguste Perret ainsi que devant des enseignants et infirmières scolaires préalablement formés aux stéréotypes de genre. Dans son spectacle, Chloé MARTIN (photo à droite) dénonce les préjugés et les comportements sexistes présents dans notre société avec l’idée d’en rire finement en mêlant poésie et franc parlé. Et si être « un garçon manqué » était « une fille réussie » ? En présence de la préfète de région, du recteur d’académie, de la députée Catherine COUTELLE, présidente de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, de la substitute du Procureur, et de représentant-e-s du Conseil régional, les élèves ont pu ensuite leur poser des questions dans un échange animé par la comédienne.

Indre-et-Loire : une sensibilisation des agents administratifs Le 25 novembre, à l'invitation de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité, les signataires du protocole départemental de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes d'Indre-et-Loire, sont venus répondre aux questions et sensibiliser les personnes présentes au restaurant Interadministratif de Tours autour d’une exposition consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce réseau de partenaires, réunis dans le protocole, est piloté par la DDFE. Il regroupe 36 structures : Etat, collectivités, associations, organismes sociaux, personnes qualifiées. Ces structures s'engagent sur des axes forts pour traiter les problématiques de violences faites aux femmes. Les axes sont : l'information et la communication, les données statistiques, la formation des acteurs et la professionnalisation, l'accompagnement des victimes (social et locatif, psychologique, juridique), l'accompagnement des auteurs (avec notamment une prise en charge thérapeutique), l'accompagnement psychologique des enfants témoins, la prévention, le soutien aux initiatives locales et le travail en réseau. Une association de femmes ex-victimes est en cours de création. Elle intégrera le réseau afin de laisser place à la participation des bénéficiaires dans une démarche d'empowerment (l'octroi de plus de pouvoir aux individus ou aux groupes pour agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques qu'ils subissent).

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 7


Loiret : accueil, écoute et éducation à l’égalité dès le plus jeune âge Le préfet de la région Centre, préfet du Loiret, s'est rendu le 25 novembre au lieu d'accueil et d'écoute (LAĖ) à Orléans. Le préfet a souhaité inciter les femmes victimes de violences physiques, psychologiques ou verbales, à prendre contact avec le LAĖ, valoriser l'engagement des professionnels en charge des structures d'accueil et réaffirmer le soutien financier de l’Etat en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes. Le LAĖ s'adresse aux femmes victimes de violence, aux proches de ces femmes, aux partenaires associatifs et institutionnels connaissant des femmes victimes de violence. Ce lieu d'accueil est animé par le CIDFF et l’Association interdépartementale pour le développement des actions en faveur des personnes handicapées et inadaptées (AIDAPHI), ce qui permet de réunir en un même lieu les compétences de juristes, psychologues et travailleurs sociaux. Le 26 novembre, 160 personnes se sont réunies afin d’assister à un colloque départemental organisé par la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité au sein de la Direction départementale de la cohésion sociale. Ce colloque de lutte contre les violences faites aux femmes se tient chaque année. L’objectif de cette journée est de regrouper le réseau départemental, de sensibiliser les professionnels amenés à rencontrer des personnes victimes de violences mais aussi de faire émerger des partenariats sur ces sujets. Pour la première fois, il était organisé sur l'est du Département, à Montargis. Plusieurs interventions ont démontré l’importance de l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge pour lutter contre les violences faites aux femmes. Un focus particulier a également été fait sur la prostitution.

Meuse : regards croisés sur les violences faites aux femmes A l’occasion de la journée internationale, la préfète de la Meuse a dévoilé à la presse le programme d’actions départemental de lutte contre les violences faites aux femmes validé par le Conseil départemental de prévention de la délinquance le 22 novembre. Un colloque intitulé « Regards croisés sur les violences faites aux femmes », organisé par le Centre d’information des femmes et des familles (CIDFF) de la Meuse, en collaboration avec la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité, a également eu lieu le 5 décembre à Verdun. Cette journée d’études et d’échanges a permis de croiser les regards et les pratiques des professionnel-le-s sur les violences faites aux femmes : médecin, magistrat, avocate et juriste éclaireront les enjeux qui entourent la prise en charge des victimes et les bonnes pratiques à promouvoir. La journée a mis l'accent sur l'impact traumatique des violences, le parcours judiciaire des victimes et la politique pénale en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Une table-ronde traitera spécifiquement des violences psychologiques.

Pyrénées-Orientales : aucune violence déclarée ne doit rester sans réponse Dans les Pyrénées-Orientales, un protocole départemental a été signé entre le préfet, la présidente du conseil général, le Procureur de la République et le directeur de la caisse d'allocations familiales. A l’initiative de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l'égalité de la Direction départementale de la cohésion sociale des Pyrénées-Orientales, le protocole obéit à un principe : aucune violence déclarée ne doit rester sans réponse. La lutte contre les violences interviendra à tous les niveaux. Le protocole conforte les efforts existants dans les domaines de l'hébergement, du premier accueil et de l'accompagnement juridique et psychologique. Il fait de la protection des victimes une priorité, en encourageant notamment l'éviction du conjoint maltraitant du domicile conjugal. Une étude fine des besoins en la matière sera également entreprise, avec la création d'un Observatoire départemental des violences faites aux femmes. Ce partenariat répond à une politique prioritaire du Gouvernement, l'égalité entre les femmes et les hommes, et démontre la mobilisation des services de l'Etat, des collectivités et de la sphère sociale. « Violences faites aux femmes : un véritable plan d’attaque », constate L’Indépendant du 26 novembre.

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 8


Haut-Rhin : lancement d’une plaquette destinée aux femmes victimes de violences Lors d’une conférence de presse, dans le cadre des manifestations organisées pour le 25 novembre, le préfet du Haut-Rhin a procédé au lancement d’une plaquette destinée aux femmes victimes de violences, en présence de tous les partenaires (associations, collectivités, gendarmerie et police, hôpitaux, Justice) et de la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité, qui a piloté ce travail depuis avril 2013. Salué par tous les partenaires, qui y voient un outil concret et synthétique, d’abord à destination des femmes, mais aussi des professionnels, ce document récapitule les coordonnées et renseignements utiles aussi bien dans l’urgence, que dans la globalité du parcours d’une victime : accueil, information accompagnement, hébergement, soutien psychologique, lien parental, écoute des auteurs… Outre les 3 000 exemplaires papier, cette brochure sera aussi disponible sur les sites internet des partenaires. La presse a utilement relayé l’information (Les Dernières nouvelles d’Alsace et L’Alsace du 27 novembre). Télécharger la plaquette sur le site de l’Etat dans le Haut-Rhin

Paris : l’Etat témoigne de son implication aux côtés des associations parisiennes Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, une visite conjointe du préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris, du procureur de la République de Paris et du préfet de Police, a été organisée dans les locaux de l’association Halte Aide aux Femmes Battues, dans le 20e arrondissement de Paris. C’est autour d’un échange, dans le centre d’hébergement et de réinsertion social Louise Labé que se sont réunis les élus de la ville de Paris, les services de l’Etat et les associations pour assister à la présentation du futur accueil de jour, coordonné par trois associations Elle’s imagine’nt dans le 15e, Libres Terres de Femmes dans le 19e, et Aide aux Femmes Battues dans le 20e, toutes adhérentes à la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF). Ces associations accompagnent des femmes dont les vies sont marquées par différentes formes de violences, animent des groupes de paroles et travaillent autour de l’estime de soi. Le préfet de Région et les autorités présentes ont ensuite écouté les témoignages de femmes victimes de violences conjugales. La visite s’est poursuivie ensuite au commissariat du 20e arrondissement pour un échange avec la brigade locale de protection de la famille. Cette rencontre ente les autorités et les associations a été coordonnée par la chargée de mission départementale aux droits des femmes et à l’égalité de Paris.

Pour information, cette synthèse est réalisée à partir d’alertes d’actualité internet, de la surveillance des sites institutionnels français, ainsi que d’une sélection de sites associatifs francophones, des informations et documents reçus par le bureau de l'animation et de la veille et d’une sélection de la presse quotidienne et hebdomadaire nationale. - Photos © DR Direction générale de la cohésion sociale – Service des droits des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes Bureau de l'animation et de la veille - dgcs-sdfe-synthese@social.gouv.fr - http://www.femmes-egalite.gouv.fr/

Synthèse de l’actualité - Service des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes - 31/12/2013 - 9


DGCS - SDFE Synthèse Droits des femmes 2013 12 31