Issuu on Google+

LE JOURNAL DES VOYAGEURS EN HERBE

Interview

Sylvain Augier

Rêveur professionnel

Le blog de 7

Une semaine en République Tchèque

Écologie - News - BD N°0 - octobre 2006 - bimestriel - 3,20 €

CONCOURS

CARNETS DE VOYAGE gagnez un voyage à

PRAGUE Flibustiers normands

Ils ont vole

le tresor de Montezuma !

NORMANDIE

carnet de voyage

Les bons plans + adresses utiles

ÉQUITATION

Rando,voltige,horseball...

Equi’days

du 6 au 22 octobre

VOYAGES - ÉCOTOURISME - DÉVELOPPEMENT DURABLE - ACTIVITÉS CULTURELLES ET SPORTIVES


Grand Jeu-Concours ! Gagnez un voyage à Prague ! Envoyez nous votre carnet de voyage (*) : dessins, peintures, photos, collages... toutes les formes artistiques sont acceptées. A la clef : un voyage pour deux personnes à Prague, une des plus belles villes d’Europe ! Notre jury, composé d’illustrateurs, de photographes et de journalistes, examinera avec attention vos ouvrages et décernera le prix au meilleur d’entre vous. Date limite du concours : le 31 décembre 2006. Carnets de voyage à renvoyer à 7 autour du monde, 5 rue des Messageries, 75010 Paris. N’oubliez pas d’indiquer vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone. Pour plus d’information concernant les modalités d’inscription, ainsi que le règlement, écrivez ou contactez la rédaction du magazine : 01 74 12 59 60. (*)Un seul carnet par personne.

14 16 20 24 28 VOYAGES - ÉCOTOURISME -


Sommaire Interview

4. Sylvain Augier, rêveur professionnel

News

6. Une expo sur le pétrole, le mont Saint-Michel 8. Les Equi’days 9. Un festival du carnet de voyage à Clermont-Ferrand

7 en République tchèque

12. Austerlitz : la plus grande bataille de Napoléon 14. Le combat des étudiants pour la Démocratie 16. Une semaine entre châteaux et nature 20. Ski, VTT, escalade, rando aux Monts des Géants 22. Les bons plans pour partir

Ecolo Attitude

24. Passer des vacances écolo 26. Les aventures fabuleuses d’une goutte d’eau

Carnet de voyage en Normandie 35. Ils ont volé le trésor de Montézuma !

Equitation : Osez les cabrioles 38. Horse-ball, voltige, Pony Games... 41. Portrait de Maxime, meneur d’attelage. 42. Calendrier des concerts, sports, loisirs 45. BD : Jean-Eudes. 46. Livres, Dvd

Édito Le goût du voyage peut naître à tout âge. Mais c’est au vôtre que l’aventure devient possible. Que vous preniez un billet pour le bout du monde ou pour le village d’à côté, le but est le même : découvrir les hommes qui y vivent et leurs traditions, la nature qui les entoure et le sol qu’ils foulent. Alors bienvenue dans ce premier numéro de “7 autour du Monde”, le seul magazine consacré au voyage, à l’écotourisme et au développement durable pour les ados. Chaque mois, nous vous présentons une région française et une région étrangère : carnet de voyage fait par de brillants dessinateurs, récits historiques palpitants, bons plans pour partir... Notre mission ? Vous donner soif de découverte et les clefs pour organiser vous-même vos vacances en famille, ou dans le cadre scolaire. Dans chaque numéro, des pages News vous diront tout sur l’actualité du voyage et un dossier Ecologie vous expliquera comment bichonner notre planète. A lire aussi absolument : l’interview d’une personnalité, les pages Sport, ou comment découvrir une région à pied, à VTT, à cheval, en plongée... deux BD hilarantes et un roman à suivre. Bon voyage ! La rédactrice en chef, Mathilde

7 autour du monde, bimestriel, est publié par les éditions Cabrera, SARL au capital de 7 500 €. Siège social : 17, rue Henry Monnier - 75009 Paris. Rédaction : 5 rue des Messageries - 75010 Paris - Tél. 01 74 12 59 60. Rédaction Belgique : Carrier-Ramis éditions - 7, av. Henri Dunant (Bte 9) - 1140 Bruxelles. Couriel : guide. jaune@free.fr. Publication régie par la loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Dépôt légal : octobre 2006. Distribution : messageries de la presse. Impression : Ott Imprimeur - 9, rue des Pins - 67310 Wasselonne. ISSN en cours. R.C. en cours. Commission paritaire en cours. Rédactrice en chef : Mathilde Bréchet - Directeur de la publication : Miguel Ramis - Publicité : Rany Khem Illustrations couverture : «7» : Prisca Baverey - «Carnets tchèques» : ©Tilou France™ - «Dico des Pirates» : ©Getty Images/éditiions La Martinière - «Equi’Days» : ©CDT Calvados . Ont collaboré à ce numéro : J. Baril, P. Baverey, M. Bréchet, Th. Cabellic, M.R. Carrier, V. Figuière, J-M. Gérardin, Gorfoo, J-M. Navello, J. de Préval, M. Ramis, Office de Tourisme de la République Tchèque à Paris, Tilou France. Crédits photos : PP. 4 et 5 Bruno Cusa ©UER - P.6 J. Tribhout/CDT Manche - P. 7 ©Feichtiger & Dietmar, architectes, BET SCHLAICH, Bergermann & partners.©J.L. Ziegler pour l’A.N.C.G. - PP. 8 et 9 ©Jürgern Stroscher–Los Rios « Les chevaux d’or » - P. 10 Biennale du Carnet de voyage - P. 11 à 21 illustrations : ©Tilou France™; photos : ©CzechTourism - PP. 12 et 13 Gorfoo - P. 14-15 M. Ramis - P.24 ©Mathilde Bréchet - PP. 26-27 ©SIVOM Honfleur & Phytorestore™- PP 28-33 J.-M. Navello - P. 35-37 Th. Cabellic - PP. 38-40 ©FFE/PSV ©CNTE/C. Galvan et ©CNTE/JP - P. 41 ©M. Maricourt - P. 45 Switzy

DÉVELOPPEMENT DURABLE - ACTIVITÉS CULTURELLES ET SPORTIVES


expositions

‘‘C’est notre planète’’ Alors retroussons nos manches ! Jusqu’au 29 octobre, la Mairie de Paris organise l’exposition “Énergies, mode d’emploi” au parc de Bagatelle. Dans le Trianon, cartes, photographies et films exposent la menace qui pèse sur notre environnement : tornades, avalanches, raz-de-marée, pénuries en eau, pétrole… Dans le parc, nous découvrons les différentes sortes d’énergies renouvelables : une éolienne qui actionne une pompe à eau électrique, un potager de biocarburants, une serre qui produit de l’énergie solaire… Il ne nous reste plus qu’à agir. Dans la Galerie, la maquette d’un appartement nous apprend comment limiter notre consommation d’énergie : couper les appareils en veille comme le micro-onde, utiliser des ampoules à basse tension, mettre un pull et baisser le chauffage... À voir absolument ! Tous les jours, de 10h à 19h. Exposition : 3 € plein tarif, 1,5 € tarif réduit, gratuit pour les moins de 7 ans. Visite guidée : 6 €, Tarif réduit : 3 €

Journaliste reporter ? Animateur radio et télé ? Pilote d’avion, d’hélicoptère, de deltaplane, de moto de course ?

Difficile de mettre une étiquette sur le visage si sympathique de Sylvain Augier. “Voyageur fou”, collerait peut-être… Entre deux projets, deux rendez-vous, deux avions, l’ancien présentateur de Faut pas rêver et La Carte aux Trésors a accepté de nous parler de sa vie de rêves. À quel âge avez-vous commencé à voyager ?

Sylvain Augier : À 12 ans. Mes parents voulaient que je sois bilingue en anglais. A chaque anniversaire et jusqu’à mes 20 ans, ils m’ont offert un voyage aux Etats-Unis. J’ai fait beaucoup de petits boulots là-bas et j’ai pas mal visité le pays, en stop ou en bus.

D’où vous vient ce goût pour la découverte ?

Sylvain : Des centaines de romans d’aventure que j’ai dévorés, des BD, comme Corto Maltese ou Les Chevaliers du ciel… Mon préféré, bien sûr, c’était Tintin reporter. Pour moi, journaliste était le plus beau métier du monde car il permettait de tout faire, de voyager, de piloter des tas d’engins…

Vous vouliez devenir Tintin reporter ?

Sylvain : Oui. J’ai fait droit et Sciences Po à Toulouse. J’ai même tenté le concours de l’ENA. Mais je n’ai pas intégré l’école car je voulais être sur le terrain. A la place du service militaire, je suis parti faire ma coopération au Nicaragua, où je suis resté deux ans. C’était une période très mouvementée. Le pays était secoué par la guerre civile et par de nombreux tremblements de terre et éruptions volcaniques.

Et depuis ce voyage, vous ne tenez plus en place ?

Sylvain : C’est vrai que j’ai beaucoup voyagé après ça, en Amérique centrale, puis en Amérique du Sud. Mais cassecou, ça, je l’ai toujours été ! Enfant, je mettais des ailes à mon vélo et m’élançais dans les descentes. Je me suis cassé quelques dents comme ça !

Vous n’avez donc peur de rien ?

Sylvain : Si, de l’ennui ! Je n’aime ni les pays trop plats, ni les journées trop calmes. C’est vrai qu’il m’est arrivé de gros accidents, en parapente et à moto. Mais c’est viscéral ! La vie est si courte, il faut vivre ses rêves.

4


Quels rêves avez-vous réalisés ?

Sylvain : Je voulais tout faire et j’ai tout fait ! Descendre dans les volcans avec Tazieff, sauter en parachute sur la Tour Eiffel et sur le Mont Blanc, piloter des avions de chasse, rencontrer Sœur Emmanuelle, faire des vols en apesanteur avec des astronautes, partir en expédition avec JeanLouis Etienne… Il ne me reste plus, entre autres, qu’à monter à bord d’une navette spatiale !

w iv e

Est-ce plus facile aujourd’hui pour un jeune de prendre son sac et partir ?

Sylvain : Oui, les jeunes ont une liberté incroyable. Avec quelques sous en poche ils peuvent partir au bout du monde. Ce qui a beaucoup changé en revanche, c’est la mondialisation. Il faut faire plus d’efforts pour trouver des coins authentiques.

r et

Alors votre métier consiste à vivre vos rêves ?

in

Sylvain : Oui, dans ce domaine je suis un professionnel ! En ce moment par exemple, je meurs d’envie de survoler les plus grands volcans du monde. J’ai donc décidé de réaliser un long métrage sur le sujet. J’ai découvert ce qu’était d’écrire un scénario, j’ai constitué une équipe. Reste à réunir les fonds et à partir ! L’envie provoque des miracles, il suffit d’y croire.

En évitant les voyages qui trop organisés ?

Sylvain (éclate de rire) : Oui, et surtout les autocars climatisés qui s’arrêtent deux minutes devant le Sphinx pour que vous preniez une photo !

En quoi le voyage ouvre-t-il l’esprit ?

Sylvain : Il apprend la différence, la tolérance et le respect. Voyager c’est rencontrer d’autres êtres humains et leur culture. C’est être confronté à la misère parfois, comprendre que 1,5 milliard de personnes marchent plusieurs kilomètres par jour Ça a l’air si facile à vous entendre… pour aller puiser de l’eau, c’est prendre conscienSylvain : Non, c’est beaucoup de travail, mais j’ai ce que le tiers-monde n’existe pas qu’à la téléune énergie folle lorsqu’il s’agit de mettre en œu- vision. vre un projet. Et puis je suis entouré de gens très compétents en qui j’ai une confiance absolue.

Votre envie est-elle aussi de transmettre votre passion à travers vos reportages ?

Sylvain : Bien sûr, c’était le but d’émissions comme Faut pas rêver, La Carte aux Trésors ou de ma série documentaire sur Arte L’Europe à vol d’oiseau. C’était aussi l’occasion de donner à de jeunes journalistes la chance de partir sur le terrain, avec un seul mot d’ordre : “Vas-y, ramènemoi ton rêve”.

Vos enfants ont-ils attrapé le virus de l’aventure ?

Sylvain : Oui, ils sont à fond ! Il faut dire qu’ils me voient faire du parapente depuis qu’ils sont nés. Mon fils de 10 ans vient d’ailleurs de vivre sa première aventure. Il a fait une croisière en voilier et s’en est pris plein la tête. Il a adoré ! Quant à ma fille de 13 ans, elle est passionnée de saut d’obstacles.

Sylvain Augier Rêveur professionnel

“Avec quelques sous en poche, on peut partir au bout du monde” Où aimez-vous passer vos vacances ?

Sylvain : Je vais en Corse depuis trente ans. Je suis amoureux de cette île. J’aime ces gens profondément rebelles et en même temps si respectueux des traditions.

Et là, vous vous posez enfin ?

Sylvain : Pas vraiment ! Moto, 4x4, plongée, parapente, nuits à la belle étoile… nous avons toujours un truc à faire avec mes enfants. Nous découvrons sans cesse de nouveaux coins magnifiques.

Vous ne vous arrêtez donc jamais !

Sylvain : Non, et ce n’est pas prêt d’arriver ! C’est mon secret pour rester jeune. J’ai quarante ans d’aventures derrière moi, mais toujours quinze ans dans la tête. ✶

Mykonos, île grecque, L’Europe vue du ciel.

Propos recueillis par Mathilde Bréchet

5


Rando, cheval, roulotte… dans la Baie du mont Saint-Michel Lorsque la mer se retire, la baie du mont Saint-Michel fourmille de visiteurs. A pied, mais aussi à cheval ou en roulotte, des guides spécialisés vous emmènent pour une promenade à thème dans l’une des plus belles baies du monde. Ils vous racontent l’histoire du mont, les légendes qui l’entourent, les traditions et les anciens métiers de ses habitants. Ils vous parlent du phénomène des marées (les plus hautes d’Europe à cet endroit), des sables mouvants que l’on croise ça et là, des phoques “veaux marins” qui y ont élu domicile... Et lorsque la mer revient - aussi vite qu’un cheval au galop dit-on - reste à observer la scène, impressionnante : depuis le mont, à l’abri derrière les remparts, mais pourquoi pas dans les airs, en ULM ou en montgolfière...

Renseignements : Maison du Département, 98 route de Candol, 50008 Saint-Lô. Tél. 02 33 05 98 70. www.manchetourisme.com

Peut-on vivre sans pétrole ? Le prix du baril de pétrole augmente chaque jour. L’ “or noir” comme on l’appelle, est devenu une denrée rare car les réserves mondiales s’épuisent : 80 millions de barils sont produits chaque jour. Y aura-t-il encore du pétrole dans 10 ans, dans 20 ans ? Oui, mais son extraction sera difficile et extrêmement coûteuse. L’exposition permanente et inédite “Vivre sans pétrole ?”, au Mémorial de Caen, s’interroge sur le passé récent et l’avenir de cette énergie. Elle aborde les aspects historiques du pétrole, son utilité au quotidien, les enjeux militaires et géopolitiques qu’il représente, les conflits qu’il engendre. Par le biais de cartes interactives, d’ateliers, de films, l’exposition nous explique comment faire face à une pénurie inévitable. Le chauffage et le transport sont notamment les domaines où le pétrole est le plus utilisé. Des bornes Internet permettent à chacun de calculer ses dépenses en énergie et donnent des astuces pour réduire sa consommation. On ressort de cette exposition grandi, conscient qu’il est grand temps de bichonner notre planète. Mémorial de Caen : Infos, tarifs, visites individuelles, groupes scolaires  au  02 31 20 83 43. www.memorial-caen.fr

6


news

16 juin 2006. Les travaux du mont Saint-Michel ont commencé. Mission : rendre au site son caractère maritime. Avant

Les pieds dans l’eau

A chaque marée, des sédiments se déposent et s’accumulent dans la baie du mont Saint-Michel. Colonisés par la végétation, ils repoussent la mer chaque jour un peu plus. Voici donc le plan de bataille qui permettra Après d’atténuer ce grignotage. Tout d’abord, un nouveau barrage hydraulique sera érigé pour chasser les sédiments au large du mont. Ensuite, un parking sera construit à 2,5 km du site ainsi qu’un pont-passerelle de 700 m au-dessus des eaux. Les visiteurs emprunteront des navettes jusqu’au mont, ou s’y rendront à pied pour profiter de la superbe vue. Enfin, ultime étape, l’actuelle digue-route et le parking au pied du mont, qui accentuent le phénomène de sédimentation, seront détruits. Ce projet écologique, le plus grand du monde pour les années 2004 à 2010, Infos, balades, visites. est le fruit du travail d’une commission Renseignez-vous auprès de l’office de tourisme d’experts internationaux. Des scientifiques 02 33 60 14 30 ont notamment travaillé pendant quatre www.ot-montsaintmichel.com ans sur des maquettes géantes (900 m² Musée de la mer et de l’écologie et 43 km² !) afin de trouver la solution la 02 33 89 02 02 plus respectueuse de la nature. Dans six ans, en 2012, le mont Saint-Michel, classé patrimoine mondial de l’Unesco, sera à nouveau jeune, beau et les pieds dans l’eau (voir images de synthèse ci-dessous). ✶

Le nouveau visage du Mont-Saint-Michel... Rendez-vous en

7


Murmurer à l’oreille de chevaux sauvages Le domaine de Firfol est un haras peu commun. Il propose des stages aux ados curieux de se frotter à des chevaux presque sauvages. Chaque semaine pendant les vacances, une trentaine d’enfants apprend à observer,

comprendre, parler et vivre avec des chevaux venus de pâturages irlandais, où ils vivaient en liberté.

Bien sûr, les propriétaires du centre équestre Laure Bousquet et son mari Arnaud Macé ont travaillé ces chevaux pendant quinze jours avant l’arrivée des stagiaires pour que le contact se fasse en toute sécurité. Les journées sont rythmées d’activités comme la randonnée équestre ou l’initiation à la voltige, mais les cavaliers doivent aussi panser leur monture et veiller à ce qu’elles ne manquent de rien. Pendant huit à dix mois, des jeunes vont ainsi tour à tour contribuer à “l’éducation” de ces superbes chevaux de trait. Jusqu’à qu’ils soient totalement prêts et vendus. Stage (individuel ou scolaire) : juillet, août et Toussaint : 550 euros les 6 jours (pension complète). Accessible à tous, même aux débutants. Le domaine de Firfol participe aux Journées Internationales de l’Attelage à Lisieux les 13, 14 et 15 octobre et le 21 octobre, il organise sa vente annuelle d’Irish cobs. Et pour plus d’infos : www. equitcomportementale.com.

Course en ville

Voilà qui est peu banal. Le 15 octobre, une trentaine d’attelages français, belges, suisses, hollandais, anglais… livrera bataille dans les rues de Deauville. Un spectacle époustouflant en plein cœur de la station balnéaire. Entrée gratuite.

Qui dit mieux ?

Du 16 au 19 octobre, la fièvre des enchères va s’emparer du prestigieux établissement Elie de Brignac, à Deauville. D’un côté, des chevaux de toute beauté au pedigree recherché… De l’autre, des acheteurs venus du monde entier. C’est un spectacle étonnant auquel il est rare d’assister. Entrée gratuite.

Jumping International

180 chevaux, 70 cavaliers, 25 nations représentées, plusieurs milliers de spectateurs et les grands noms de l’équitation mondiale… Le Jumping International de Caen est l’un des rendez-vous les plus attendus des Equi’days 2006, d’autant plus que cette année, il devient une épreuve qualificative pour les championnats d’Europe 2007.

Les

20, 21 et 22 octobre au Parc des Expositions à Caen, de 9 h à 17 h. Billets : www.citylive.fr ou City Live, BP 6217, 14066 Caen cedex 4. Billetterie : City Live, 93 bd Yves Guillou - 14000 Caen. 0 891 670 017. / Leclerc : 02 31 35 42 93 / 02 31 85 75 61 / Fnac. De 10 à 15 euros. Gratuit - 8 ans.

Concours Complet de poneys

C’est la discipline reine de l’équitation, une activité très spectaculaire, qui s’adresse le plus souvent aux jeunes cavaliers. Au programme, trois épreuves : dressage, cross sur terrain vallonné et parcours de saut d’obstacles. A la clef, les qualifications pour les championnats de France, en juillet.

Dimanche 22 octobre à partir de 9h à Blainville-surOrne. Poney Club de Caen : Route de Biéville à Beuville. Entrée gratuite.

Saint-Pierre au taquet

Saint-Pierre-sur-Dives se plie en quatre pour faire découvrir aux novices les disciplines équestres. Vous pourrez vous initier à l’endurance sur des circuits de 20, 30, 40 ou 60 km. Vous découvrirez le TREC et ses épreuves d’orientation, de maî-

8


Longue vie aux Equi’days !

Voilà 15 ans que ce festival ravit amoureux, amateurs et professionnels du cheval. Du 6 au 22 octobre 2006, tout le département du Calvados est en fête : spectacles équestres, concours de saut d’obstacles, endurance, ventes, attelages, exposition de peintures… Une trentaine de manifestations, la plupart gratuites, s’offre à vous. Voici un petit échantillon pour vous mettre en appétit.

Equi'days trise des allures, d’obstacles… Enfin, vous assisterez à des démonstrations et courses d’attelage, à des ventes de chevaux de loisir, une foire aux chevaux et aux ânes… 22 octobre sur la place du marché. Office de tourisme : 02 31 20 97 90 Accès libre.

Cocktail multisports à Orbec

Dans le sud du Calvados et du Pays d’Auge, la ville d’Orbec nous invite dimanche 15 octobre de 8h à 18h à une multitude d’animations : parade d’attelage rue Grande, démonstrations de dressage devant l’hôtel de ville, et départ de promenade à dos de poneys et en attelage. Vous pourrez également visiter le haras de Cheffreville-Tonnencourt, spécialisé dans l’élevage de trotteurs ou assister à plusieurs compétitions sur le terrain de Beauvoir, à quelques pas de là : concours hippique, de dressage et de TREC. Enfin, place de la Mairie, vous pourrez faire la connaissance d’un maréchal ferrant, d’un dentiste et d’une osthéopathe, qui vous expliqueront leur métier passionnant. Accès libre.

Exposition de photos à Cabourg

Cabourg, ville du cheval par excellence, accueille du 6 octobre au 5 novembre une exposition inédite de 20 photographies d’art en grand format sur le cheval. Vous pourrez admirer ces superbes clichés français et étrangers le long de la mer, sur la promenade Marcel Proust. L’occasion d’échan-

ger vos impressions avec d’autres passants, mais aussi de grands artistes venus spécialement pour l’occasion. Accès libre.

Festival EPONA

Du 6 au 8 octobre de tiendra la 13e édition de ce festival consacré au reportage télévisuel sur le cheval. En lice, cette année, 44 sujets : 22 productions françaises et 22 internationales, représentant 16 pays différents. Reportages, documentaires, fictions… Les différents sujets en compétition seront projetés dans la salle du cinéma de Cabourg et sur écran géant dans les jardins du Casino. Présidé cette année par Francis Huster et composé de personnalités, un jury spécifique décernera les quatre “Chevaux d’Arman”, ainsi que “l’Or des chevaux d’Arman” pour le meilleur sujet. A noter, le film “Le Poulain”, réalisé par Olivier Ringer, avec Richard Bohringer, sera présenté en avantpremière. Accès libre. Invitations à retirer auprès de l’office de tourisme de Cabourg : 02 31 91 20 00.

Mais aussi : les courses de Caen, Cabourg, Deauville, Vire, une brocante à Trouville, une exposition photos à Douvres-la-Délivrande, des initiations et démonstrations en tout genre. Découvrez le programme des Equi’days sur le site du festival : www.equidays.com ou par téléphone : 02 31 27 90 30.

9


Exposition de carnets de voyage, de peintures, de photos, projection de films d’aventure, rencontres avec plus de 120 carnettistes venus du monde entier... Les 17, 18 et 19 novembre à Clermont-Ferrand, la Biennale du carnet de voyage ouvre ses portes. Et pour la première fois en six ans d’existence, cette fabuleuse manifestation aura un thème : La Route de la Soie.

C l e r m o n t - Fe r r a n d

BIENNALE DU

CARNET DE

VOYAGE

La Biennale du carnet de voyage, à ClermontFerrand, est loin d’être un monde réservé aux adultes. Chaque année près de 2 000 jeunes y participent,

10

en famille ou dans le cadre scolaire. La journée du 17 novembre notamment, est entièrement consacrée aux écoles, aux collèges et lycées. Avec votre classe vous pouvez participer à des ateliers et apprendre à réaliser votre propre carnet de voyage, faire la connaissance de carnettistes aux précieux conseils, débattre avec les réalisateurs de films de voyage ou encore admirer les carnets sélectionnés pour les prix “école”, “collège” et “lycée”. Dans notre prochain numéro de 7 autour du monde, vous découvrirez en avant première le carnet de voyage à Venise d’Elsa Delobel, la lauréate 2006. “Le carnet de voyage nous apprend à mieux regarder et donc à mieux comprendre”, explique Michel Renaud, président de l’association Il faut aller voir, qui organise la Biennale. Le voyage intelligent et respectueux est dans l’air du temps, c’est évident. Il ne tient qu’à nous que cette jolie mode perdure...

Renseignements : Il faut aller voir 04 73 35 07 30 www.biennale-carnetdevoyage.com


Une semaine en République tchèque entre

CHÂTEAUX ET NATURE Prague est l’une des plus belles villes d’Europe. Mais elle n’est pas le seul joyau en République tchèque. De nombreuses cités méritent qu’on s’y attarde quelques jours. Brno, Olomouc, Karlovy Vary… Beaucoup sont des “réserves urbaines classées” ou sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. C’est aussi pour ses paysages qu’on flâne en République tchèque… le temps d’une descente à VTT dans son parc naturel, d’une piste de ski sur ses versants enneigés, d’une rando ou d’un peu d’escalade dans ses montagnes. Sept vous emmène à la découverte de ce pays aux mille châteaux et vous plonge dans son histoire. Vous découvrirez le combat des étudiants tchèques pour la démocratie ainsi qu’une version inédite de la bataille d’Austerlitz. Et pour remplacer son carnet de voyage par le vôtre, partez ! Nous vous donnons les clefs pour organiser vousmêmes vos vacances.

ille La bata . 12) z (p t li r te s d’Au Démocratie : la révolte des étudiants (p. 14)

Carnet de voya ge (p. 16)

Dans les monts métalliques, un étonnant pont de pierre naturel creusé par les glaces et l’érosion.

Les Monts des Géants (p. 20)

http://7autourdumonde.blogspot.com

Le blog de Sept :

11


La Bataille d’Austerlitz Vousavezsansdoutedéjàentenduparlerdelafameuse batailled’Austerlitz,remportéeparNapoléonen1805, maisvousavezpeut-êtreoubliéquecelle-ciaeulieudans l’actuelleRépubliquetchèque,àquelqueskilomètresdela ville de Brno...

Il vous suffira de dire : “J’étais à Austerlitz” pour que l’on vous réponde : “Voilà un brave !” - Napoléon. Nous sommes en décembre 1805. Napoléon doit se défendre contre la coalition des Anglais, des Autrichiens et des Russes, qui se sont unis pour lui déclarer la guerre en 1803. Les raisons de cette union sont multiples. Les Anglais refusent l’occupation de la Hollande. Les Prussiens et les Russes craignent la puissance française en plein accroissement. L’Autriche désire récupérer l’Italie du Nord, conquise en 1798. Au mois d’août 1805, Napoléon renonce à envahir l’Angleterre, mais lance ses forces vers l’Autriche : 150 000 fantassins, 40 000 cavaliers et 350 canons. Après une semaine de siège à Ulm, l’armée autrichienne est écrasée par l’empereur. La route

12

de Vienne est enfin ouverte. Le lendemain se joue la célèbre bataille de Trafalgar pendant laquelle la très puissante flotte anglaise anéantit la Française. Napoléon n’est pas au courant du désastre maritime. Il fonce sur Munich, puis Vienne et cherche la bataille décisive avec les Russes. Le 2 décembre, au petit matin, le piège est en place. Depuis plusieurs semaines, Napoléon fait croire à ses ennemis que son armée est anéantie et proche de la défaite. En réalité, il a placé 70 000 hommes sur le champ de bataille qu’il a choisi, entre Brünn et Austerlitz.


L’empereur d’Autriche, qui assiste à la scène, demande aussitôt un armistice à Napoléon, qui profite de son avantage pour obtenir le butin le plus important possible. La bataille d’Austerlitz, qu’on appelle celle «des Trois Empereurs», est considérée comme la bataille la plus réussie de Napoléon Bonaparte. Elle marque la fin de la 3e guerre de coalition contre la France, fait 15 000 morts du côté russe et seulement 1 200 pour les Français. Seule l’Angleterre reste invaincue. D’autres guerres et d’autres batailles suivront, jusqu’à la revanche finale de la Russie, qui force Napoléon à se retirer en décembre 1813.

Austerlitz

Le 13 , novembre e ss ru l le Généra v Koutouzo s e rc fo s ne le abandon es à n n ie h ic autr tirer our se re Vienne p e,  en Moravi es tr è m o à 125 kil uest. -O rd o N au se lance Napoléon oursuite p sa à enir r pou parv z e ust rlit jusqu’à A ’hui jo u (a urd a). rn B Slavkov u

CAHIER D’HISTOIRE : ________________________

À 9 heures, les troupes françaises fondent par surprise sur les colonnes russes. L’adversaire, totalement dérouté, finit par s’enfuir à travers les étangs et marais non loin de là. Sous leur poids et sous l’effet des tirs d’artillerie, la glace se rompt. Des milliers de soldats russes meurent noyés sous le regard impuissant de leurs généraux.

13


27 octobre 1939. Depuis les accords de Munich en 1938, la République tchèque est occupée par l’Allemagne. Pour les étudiants, l’affront est insupportable. Dans le grand amphithéâtre de l’université de Prague, Jan Opletal, étudiant en médecine, vient d’achever son discours, sous les ovations frénétiques de ses camarades. Il est temps de conclure la réunion. - Le sort de la démocratie est entre nos mains ! hurle un nouvel orateur. Qui est d’accord pour la grève de toutes les universités ? Qui est pour la grève générale ? Les étudiants éclatent de joie. Après huit mois d’occupation, ils vont enfin agir.

14

Le 28 octobre, le peuple tchèque est dans la rue pour célébrer la fête nationale. Mais très vite, les gendarmes leur barrent la route. Plusieurs balles fusent et la foule se disperse dans une cohue générale. Sur le sol, gît le corps d’un garçon... celui de Jan Opletal. C’est l’électrochoc. Le 17 novembre, jour des obsèques du jeune homme, ils sont des milliers à défiler jusqu’à la place Charles, à Prague, en chantant l’hymne national. La répression est sanglante. Les universités de Prague et de Brno sont encerclées par la police nazie dès le lendemain. Près de 1 200 étudiants sont arrêtés et envoyés dans des camps de

concentration. Ceux qui résistent sont fusillés. La guerre s’achève en 1945. Les premières élections tchèques sont en faveur du parti communiste. Le pouvoir se durcit et les libertés s’amoindrissent : censure, répression des manifestations, procès inéquitables, traque des dissidents, des religieux... Il faudra attendre les années 60 et l’arrivée de Leonid Brejnev au pouvoir en U.R.S.S. pour que le carcan se desserre et la révolte étudiante se réveille.

L’écrivain Vaclav Havel, symbole de la résistance à l’oppression russe, fut président de la République tchèque de 1990 à 2003.


1939, 1968 et 1989. Ces trois dates ont changé le cours de l’histoire de la République tchèque. Chaque fois, les étudiants sont descendus dans la rue pour protester contre l’oppresseur : l’occupant nazi en 1939 ; le joug soviétique en 1968 et 1989. Malgré les menaces et la terrible répression, la jeunesse tchèque s’est battue pendant plus de cinquante ans, au nom de la liberté et de la démocratie.

Le combat des étudiants pour la

DÉMOCRATIE

16 janvier 1969. Un jeune étudiant de 22 ans traverse la foule, un lourd sac de voyage sur l’épaule. D’un pas déterminé, il se dirige vers le centre de la place Venceslas, à Prague. Calmement, il ouvre le bagage, sort un bidon d’essence et s’asperge du liquide. Il sort son briquet... et s’immole par le feu. Un geste terrifiant pour protester contre l’invasion de l’Union soviétique, cinq mois auparavant. En 1968, un vent de démocratisation soufflait sur le pays. Le président Alexander Dubček, récemment élu, avait instauré un “socialisme à visage humain”. Il avait lèvé la censure, libéré les prisonniers politiques, rétabli les libertés religieuses et accepté l’autonomie de la Slovaquie. C’est ce qu’on a appelé le “ Printemps de Prague”, de janvier à juin 1968. Une fois de plus, étudiants et intellectuels, étaient à l’origine du changement. Une pétition notamment avait fait grand bruit : le “Manifeste des 2000 mots”, qui critiquait violemment le régime communiste. Cette agitation était peu du goût de Moscou, qui craignait que l’émancipation tchèque n’inspire les autres pays du bloc soviétique. Dans la nuit du 21 août 1968, les troupes russes appuyées par celles de RDA, de Pologne, de Hongrie et de Bulgarie envahirent le pays. 750 000 hommes et 6 000 chars, que les étudiants

tchèques tentèrent de repousser pacifiquement. Des dizaines trouvèrent la mort. Quant à Dubček, il fut destitué en avril 1969. Son successeur, accepta la “normalisation” : obéissance à l’URSS, état policier, censure, presse muselée, emprisonnement et déportation des opposants... 50 000 tchécoslovaques émigrèrent pour fuir ce régime d’oppression.

16 janvier 1989. Des milliers de tchèques défilent dans les rues de Prague à la mémoire de Jan Palach, décédé il y a vingt ans. La répression est sévère, mais rien ne peut arrêter une révolte qui gronde depuis dix ans maintenant. Le 17 novembre 1989, 50 000 personnes manifestent, en souvenir de la mort de Jan Opretal cette fois, et de la révolte des étudiants contre le nazisme en 1939. Ils réclament la démocratie, des élections et la libération des opposants. Le lendemain, ils sont 200 000. Une semaine plus tard, 750 000. La “révolution de velours”, qui doit son nom au peu de sang versé, est en marche. Entraîné par l’effondrement des pays communistes voisins et de la chute du mur de Berlin, le gouvernement tchèque démissionne. Le 28 décembre, Vaclav Havel, résistant de la première heure, est élu président. Six mois plus tard, en juin 1990, un gouvernement démocratique et non-communiste accède au pouvoir pour la première fois en 40 ans. Par leur courage et leur abnégation, Jan Opletal, Jan Palach et tant d’autres ne sont pas morts en vain. La démocratie, si chère aux étudiants, a fini par gagner, face aux totalitarismes les plus abjects.

15


http://7autourdumonde.blogspot.com Sept en République tchèque

Notre voyage a débuté à Prague, la capitale. C’est étrange de se dire que tous ces monuments ont une histoire. L’hôtel de Ville

Carnet de Voyage

et son horloge astronomique ont assisté à l’assasinat de partisans de Jan Hus ou encore à la libération de Prague par l’Armée rouge en 1945. La place venceslas a vu la déclaration de la République en 1918, l’arrivée des chars soviétiques en 1968 ou encore les manifestations qui allaient conduire à la démocratie en 1989. Le pont Charles, du nom du roi de Bohême et du Saint-Empire germanique, Charles IV, est le plus ancien pont de Prague (1402) et le symbole de la ville. En République tchèque, chaque cité a son histoire et beaucoup l’ont très bien conservée. Nous avons notamment visité Telč et ses belles demeures du XVIe siècle, à 120 km au Sud de la capitale. Elle est inscrite au patrimoine de l’Unesco depuis 1992, comme de nombreux monuments, quartiers ou villes tchèques. Le pays

regorge de merveilles et surtout de châteaux. Plus de deux mille palais, manoirs, châteaux forts et ruines jalonnent le territoire.

Celui de Telč, qui date du XVIIe siècle, est étonnant. De retour d’un voyage en Italie, les Seigneurs de Hradec, la ville voisine, bâtirent cet édifice sur un ancien fort gothique. Quatre cents ans plus tard, il est toujours debout et expose fièrement ses colonnes, arcades et statues typiques de l’art italien.

16

C’est aussi pour leur château que nous nous sommes aventurés à Treboň, non loin de là, et à Česky Krumlov. L’un et l’autre ont appartenu aux Schwarzenberg, de riches propriétaires de Bohême dont le symbole était un corbeau crevant les yeux d’un Turc. Česky Krumlov est sans doute la ville tchèque qui a le plus gardé son côté médiéval. On s’attend à croiser un chevalier à chaque coin de rue. Nous nous

Le pont Charles Charles IV fonda l’Université de Prague et sous son règne le pays connu un brillant developpement appelé “âge d’or”.


Les façades colorées des maisons à Telč.

La cathédrale de Plzen est la plus haute de Bohême.

Château féodal de Hluboká nad Vltavou, près de Český Krumlov

Jan Hus est un prêtre réformiste brûlé vif en 1415 pour avoir violemment critiqué l’Eglise. Recteur de l’Université de Prague, il a fixé les bases littéraires de la langue tchèque. Ses disciples ont fondé une communauté sur la colline de Tábor

17


Une colo écolo

Gloria, Imen, Paul, Afef, Jérome, Marta, Hayen… Vingt-quatre jeunes venus d’Espagne, de France et de Tunisie ont passé des vacances écologiques en Normandie. Encadrés par l’association A.V.R.I.L, ils ont remis en valeur une mare envahie par les ronces, mais aussi visité la région, fait de nombreuses activités et pas mal rigolé.

- Gloria, porque tu no comes ? Demande Imen.

- No tengo ambre. - Me too ! (*) Les deux jeunes filles, l’une espagnole, l’autre tunisienne, échangent un sourire. Elles n’ont pas l’air d’apprécier le poulet à la Hongroise préparé par le groupe “cuisine” aujourd’hui. Sous une tente blanche, à Saint-Pierre de Coutances en Normandie, vingt quatre jeunes déjeunent tranquillement. Venus d’Espagne, de Tunisie et de France, ils font partie du camp européen organisé par l’association A.V.R.I.L., qui se bat pour la préservation de l’eau. Pendant deux semaines, Afef, Jérome, Gloria, Oumayma… ont nettoyé, défriché, bricolé, pour remettre en valeur la mare du chemin des trois vallées. En récompense de quoi, ils ont visité les plages du débarquement, Granville, Cherbourg, le MontSaint-Michel, ils ont fait du canoë, des foots, des soirées à thèmes… Chacun a une tâche bien précise. Lorsque les uns cuisinent, les autres nettoient la mare ou construisent une barrière ; quelques uns partent faire du tourisme et le reste prépare une exposition sur les ressources en eau dans leur pays. Une colo écolo en somme… avec le même genre d’ambiance et de dérapages ! “Deux minutes d’attention, hurle Anne Lapouse, directrice de séjour. Hier, certains ont trouvé

24

Pour leurs vacances, Hayen, Paul et Marta ont donné un petit coup de main à la nature.

malin de faire une bataille de mousse à raser à deux heures du matin. Encore une bêtise comme ça et j’annule le concert de ska !” Avant de repartir, tout le monde s’affaire. Les filles se montrent leurs achats de la matinée, un petit groupe fait la vaisselle… “Regardez ces deux copines, dit Riad, l’accompagnateur. L’une est tunisienne, l’autre est espagnole. Elles ne se connaissaient pas et hier elles ont demandé à partager leur tente”. L’échange culturel est le deuxième effet bénéfique de ce séjour écologique. “J’ai appris l’anglais et l’espagnol à l’école alors je “Ça m’a donné enpeux discuter avec tout le vie d’agir monde, de leur vie là-bas, dans mon pays”. de leur traditions et des miennes,” se réjouit Imen. Afef, 15 ans. Il est l’heure de filer au chantier. Dans la camionnette il fait 40°C, mais Paul, Ihab, Hayen, Marta et Zieb s’entassent de bon cœur.


écolo attitude

“ambassadeurs Les ados sont nos de demain.

Nous leur apprenons à aimer la nature et à en prendre soin. Jean-Louis Breton, président de l’association

Chasse au trésor

- Marta, comment on dit clef à cliqueter en espagnol ? Demande Anne, la directrice de séjour. - Tornellador je crois… et en arabe ? - Je ne sais pas, répond Hayen, c’est peut-être kif kif. En tout cas moi je sais m’en servir, hein Marta ! Le chantier est presque terminé. Reste à clouter quelques planches pour achever la barrière et construire des marches pour que les randonneurs puissent s’approcher de la mare. “Tous n’étaient pas concernés par l’environnement, explique Anne, directrice du séjour. Mais après un passage chez nous, il me semble qu’ils sont un peu plus éco citoyens.” “C’est vrai, souffle Afef timidement, cela m’a donné envie d’aller plus loin et d’agir dans mon pays.” Il est temps de rentrer au camp. Ce soir, c’est soirée tunisienne ! Hayen, Afef, Zieb, Oumayama, vont se vêtir du costume traditionnel, préparer un délicieux couscous et se déhancher sur une musique orientale. Leur défi : s’amuser autant qu’à la soirée paëlla-tortillatapas organisée hier par les Espagnols ! ✶

L’association Les Coureurs de grèves protège et nettoie de nombreuses plages en Normandie, mais aussi en Martinique et à la Réunion. Au départ, ils étaient six copains soucieux de préserver leur littoral. Aujourd’hui, plus de 1 000 bénévoles participent régulièrement à des chasses aux trésors particulières : sacs plastiques, mégots, canettes, bouteilles… Toute l’année, le président Jean-Louis Breton et ses acolytes sillonnent écoles et collèges. Ils sensibilisent les élèves au respect de l’environnement, au tri, au recyclage ; ils expliquent la fragilité de l’écosystème, et l’importance de chaque élément, comme les galets normands par exemple, qui freinent les tempêtes et l’érosion des falaises… Tous ensemble chaussent ensuite leurs bottes et filent courir la grève (bord de mer). “Notre philosophie : mieux connaître l’écosystème pour apprendre à l’aimer et le protéger.” Pour organiser une sortie nature, envoyez un courrier à l’Association nationale des coureurs de grève 27 chemin des Coteaux, 76450 Veulettes-sur-Mer. ancg.veulettes@laposte.net

Créée en 1983, A.V.R.I.L. veille à la protection de l’eau et des rivières. Elle organise notamment des classes d’eau pour les écoles et collèges, des camps nature et des échanges jeunes européens. Pour découvrir cette association ou participer à ses sorties :

L’Aquascole, 50200 Saint-Pierre de Coutances. Tél. 02 33 19 00 35 http://assoc.wanadoo.fr/avril

(*)-Gloria, pourquoi tu ne manges pas ? - Je n’ai pas faim - Moi non plus !

25


La vallée de la Seine

Jalonnée de falaises calcaires, de jolis villages et de grands ports fluviaux, comme Rouen et le Havre, la Seine serpente de Giverny jusqu’à la mer. Ces paysages ont inspirés de nombreux peintres impressionnistes.

La maison de Claude Monet

Giverny est connu dans le monde entier pour abriter la demeure de Claude Monet. Le célèbre peintre vécut dans cette ancienne maison de maître (aujourd’hui musée) de 1883 jusqu’à sa mort. Chaque matin il se levait à 5 heures pour peindre les premiers rayons du soleil. Un Manuscrit de Claude Monet

La cathédrale Notre-Dame à Evreux.

Depuis sa création en 912, elle a subi de nombreux incendies et destructions, notamment pendant la Guerre de Cent Ans.

28

Au XVe siècle, la cathédrale connut une période faste. Elle se para de riches ornements et de superbes vitraux.


“Normandie”.

Une grande plaine verdoyante, un troupeau de vaches laitières, une petite maison au toit de chaume, un plateau de fruits de mer et puis un autre de fromage, de gros chevaux de trait, la marée haute, la marée basse, une épuisette, un pantalon retroussé… Ce pays d’une diversité étonnante est une terre de culture et d’élevage, mais aussi une grande région maritime. Elle compte 580 km de littoral, ponctués de falaises découpées, de plages, villages de pêcheurs et grands ports dynamiques. Enfin, c’est un pays chargé d’histoire longtemps convoité. Des Vikings au IXe siècle jusqu’au débarquement de Normandie en 1944, elle fut la voie la plus directe pour pénétrer jusqu’au coeur de la France.

carnet de voyage NORMANDIE La côte d’Albâtre

Le long de la Côte d’Albâtre et du pays de Caux, au nord de la Normandie, de gigantesques falaises rongées par les eaux, surplombent la mer. Celles d’Etretat sont tout simplement magnifiques. En empruntant un sentier en contrebas, on découvre notamment la falaise d’Aval. Face à elle, l’aiguille d’Etretat, un obélisque naturel de 70 mètres de haut, résiste fièrement à l’assaut des vagues.

29


Comité Régional de Tourisme de Normandie :

14, rue Charles Corbeau - F27000 Evreux Tél. 02 32 33 79 00 info@normandie-tourisme.org www.normandy-tourism.org Retrouveztouteslescoordonnéesdesofficesdetourisme de la région sur ce site, mais aussi toutes les infos sur les manifestations sportives et culturelles dans la région.

Comité Départemental de Tourisme du Calvados

8, rue Renoir - 14054 Caen Cedex 4 Tél. 33 (0)2 31 27 90 30 - Fax : 33 (0)2 31 27 90 35 cdt@cg14.fr www.calvados-tourisme.com

ComitéDépartementaldeTourismedel’Eure 3, rue du Commandant Letellier, B.P. 367 27003 Evreux Cedex Tél. 02 32 62 04 27 info@cdt-eure.fr www.cdt-eure.fr

Comité Départemental de Tourisme de la Manche - Maison du Département Route de Villedieu - 50008 Saint-Lô Cedex. Tél. 02 33 05 98 70 N° vert 0 800 06 50 50 manchetourisme@cg50.fr www.manchetourisme.com

ComitéDépartementaldeTourismedel’Orne 86, rue Sainte-Blaise - B.P. 50 61002 Alençon Cedex Tél. 02 33 28 88 71 info@ornetourisme.com www.ornetourisme.com

Comité Départemental de Tourisme de Seine-Maritime 6 rue du Couronné - B.P.60 76420 Bihorel Tél. 02 35 12 10 10 seine.maritime.tourisme@wanadoo.fr www.seine-maritime-tourisme.com

Fécamp Étretat

Cherbourg

St-Valéryen-Caux Yvetot

Dieppe Neufchâtelen-Bray

LE HAVRE Jumièges Omaha Beach Honfleur ROUEN Deauville Coutances Bayeux Elbeuf Ouistreham Cabourg Le BecHellouin ST-LÔ CAEN Gisors Lisieux Vernon Coutances Bernay Granville Mont St-Michel

EVREUX

Falaise

Vire

Argentan

Avranches

ALENÇON

MortagneSuperficie : env. 30 000 m au-Perche Nombre d’habitants : env. 3 000 000 2 régions administratives : La Haute-Normandie et la Basse-Normandie. 5 départements : le Calvados (17), l´Eure ( 27), la Manche (50), l´Orne (61) et La Seine-Maritime (76). 2

34


An de grâce 1522, le douzième jour de juin… Dans le port de Veracruz, une longue file d’Indiens encadrés par des soldats en armes avance péniblement jusqu’au trois caravelles amarrées au bout du ponton. Ces hommes maigres et décharnés portent des caisses énormes sur le dos, à l’aide de sangles serrées sur leur front... Depuis la terrasse de son nouveau palais, Hernando Cortès, le gouverneur Général de la Nouvelle Espagne, surveille ce chargement à l’aide d’une longue vue. À ses côtés, deux hommes en habit d’apparat attendent leurs ordres. De longues minutes s’écoulent jusqu’à ce qu’enfin, Cortès se tourne vers Alonso de Avila et Antonio de Quinones, fidèles lieutenants ralliés à sa cause dès les premiers jours de la conquête du Mexique. Il se dirige vers son bureau et roule un parchemin qu’il scelle de son cachet. - Capitaines, je vous confie plus de la moitié des trésors que nous avons rassemblés en trois années durant cette guerre contre Montézuma. Je vous prie de les remettre à sa majesté l’empereur Charles-Quint, avec cette lettre. J’y ai relaté la chute de Tenochtitlan, la capitale aztèque et détaillé tous les biens que nous avons réunis, dont le cinquième qui nous revenait de ces prises. Le noble Don Avila s’incline respectueusement en prenant le rouleau. - Seigneur Gouverneur, vous pouvez compter sur notre fidélité et notre prudence. Nous vous garantissons sur l’honneur de faire parvenir à bon port ce trésor. - Pouvez-vous nous dire, ajoute don Antonio, de combien d’hommes nous disposons pour protéger nos vaisseaux et de combien de canons les avez-vous équipés. Cortès se détourne en regardant les cartes reproduites sur le mur de son bureau. - Aucun. J’ai décidé de ne pas armer ces navires, afin de ne pas trop attirer l’attention sur eux. Les deux hommes se regardent d’un air inquiet.

Qui a volé le trésor de

Montézuma ? - Mais, votre seigneurie… Vous ne craignez pas ces flibustiers français, qui terrorisent les navires portugais et espagnols sur les côtes d’Afrique et d’Europe ? Le gouverneur repousse ces objections d’un revers de la main. - Les Français ? Ils ne s’aventurent jamais plus loin que le Cap Saint-Vincent ! Vous suivrez une route qui leur est inconnue jusqu’aux Açores. Là, vous serez rejoints par des galions qui auront pour ordre de vous escorter jusqu’en Espagne. Craignant de s’attirer les foudres du conquistador au caractère ombrageux, les deux soldats s’inclinent en priant pour que Dieu les protège, eux et le trésor de Montezuma.

“Des flibustiers français terrorisent les côtes !” 12 janvier 1523. Aux larges des Açores, huit bateaux dieppois, armés par le célèbre Jehan Ango, et munis de lettres de cachet fournies par le roi François Ier, font route à la recherche de bateaux ennemis. Depuis que le pape Alexandre VI, un Espagnol d’origine, a divisé le Nouveau Monde en deux parties, l’une portugaise et l’autre espagnole, les autres royaumes européens se sont lancés dans une guerre sans merci pour prendre leur part des immenses fortunes

35


Des Zidane à cheval

Dans les gradins, les supporters peinturlurés applaudissent à tout rompre. Quel match ! Bien sûr il y a eu deux cartons jaunes et trois pénalités, mais le jeu de passes des joueurs a été remarquable ! Dans quel stade de foot ? Ah, vous faites fausse route. Il s’agit de horse-ball et non de football… Ce sport est tout simplement palpitant. Deux équipes s’affrontent pendant deux mi-temps de dix minutes. Leur mission : mettre le plus de buts dans le camp adverse. Chaque équipe est composée de six cavaliers, filles et garçons : quatre sur le terrain et deux remplaçants. Pour s’emparer du ballon (entouré de 6 poignées de cuir), les joueurs doivent le ramasser sans descendre de cheval ou l’arracher à leurs adversaires. Le horse-ball est une activité technique et intense. Deux arbitres, l’un sur une chaise haute et l’autre à cheval, veillent à ce que les règles soient respectées : ne pas barrer la route à un attaquant, faire au moins trois passes avant de marquer, ne pas garder la balle pendant plus de dix secondes… Ce sport, qui se pratique dès six ans, fait chaque année un peu plus d’adeptes, qu’ils soient cavaliers ou supporters. Î

Funny Pony Games

“Vous devez slalomer entre les piquets, attraper la bouteille d’eau posée sur le tonneau, descendre de poney, faire une course en sac et donner la bouteille à votre équipe…” Voilà le genre de défi à relever lors d’un Pony Game. C’est un concours fait d’épreuves ludiques, auquel les jeunes cavaliers participent en équipe. L’idée n’est pas de faire la meilleure performance sportive, mais de s’éclater un maximum. C’est d’ailleurs une des choses que le jury note en premier : la bonne humeur et le fair-play. Les Pony Games sont un très bon moyen de s’initier à l’équitation. Dans le jeu, on oublie le trac et on apprend sans même sans apercevoir. Cette discipline est réservée aux jeunes. Les plus de 26 ans ont leur propre discipline : les “Mounted Games”. Quand aux… “vieux”, leur compétition s’appelle les “Seniors Games”. Î

38


De l’équitation, on ne connaît souvent que la rando, le dressage et le saut d’obstacles. Pourtant, il existe de nombreuses activités farfelues qui méritent vraiment d’être connues. Parcours du combattant, jeux d’adresse, course de char, marathon, numéro d’équilibriste… Voici l’équitation comme vous ne l’avez jamais vue.

Osez les

cabrioles !

Course de char

En attelage, l’équipage est composé d’un meneur, de grooms (coéquipiers qui donnent un coup de main en cas de pépin), et d’un, deux, trois ou quatre chevaux. Les concours comprennent trois épreuves : le “dressage”, où sont jugés la technique du meneur, son style et sa maîtrise de l’attelage ; le “marathon”, épreuve d’endurance, de vitesse et d’habilité (lors de la dernière section par exemple, il faut franchir huit obstacles) ; la “maniabilité”, avec un parcours de précision sur une piste étroite et sinueuse. L’attelage se pratique aussi en loisir. La plupart des meneurs sont des adultes, mais de plus en plus de jeunes s’initient à cette discipline. Pour sa beauté et pour les sensations qu’elle procure. Î

Pirouettes équestres

Au centre de la piste, le longeur mène la danse. Au bout de sa longe, un robuste cheval galope tranquillement sur une musique entraînante. Quand soudain une jeune voltigeuse s’élance. En un clin d’œil elle grimpe sur le dos du cheval et se met debout. L’animal poursuit sa course, habitué à ces abordages cavaliers. Les figures s’enchaînent : amazone, planche, équilibre… sous les applaudissements du public. Plus qu’une discipline équestre, la voltige est un mélange de gymnastique, de danse, d’expression corporelle. Le voltigeur est agile mais surtout, il n’a pas froid aux yeux, car il réalise, sur la croupe d’un cheval au galop, des figures spectaculaires et des sauts périlleux. La voltige est un très bon moyen de s’initier à l’équitation car elle offre une grande liberté au cavalier. Le débutant, bien entendu, ne fait pas de salto tout de suite. Il apprend à se mettre à genoux ou à faire un demi-tour assis…De quoi, tout de même, se procurer une bonne dose d’adrénaline !

39


Mettez le pied à l’étrier

livres

Voici deux ouvrages essentiels pour tout savoir sur le cheval. Depuis sa représentation dans les grottes préhistoriques, jusqu’à sa domestication et son élevage, son utilisation en Chine, en Orient ou en Amérique, son anatomie, ses amours, la panoplie du cavalier, les sports équestres pratiqués... Le premier est un dictionnaire très pratique, ludique et didactique. Le second est un livre informatif aux illustrations ravissantes. Vous hésitez ? Mais qui a dit qu’il fallait choisir ?

A l’abordage !

“En 1716, la mer des Caraïbes grouillait de pirates et de requins, mais il était bien difficile de déterminer qui, de l’un ou de l’autre était le plus assoiffé de sang”. Ainsi commence Sous le Drapeau Noir, ou les aventures fabuleuses de William, un jeune anglais pris en otage par le bateau du terrible Teach, alias Barbe noire. Mais très vite, le pirate se prend d’affection pour ce courageux jeune homme et l’initie aux techniques d’abordage et du combat. William, partagé entre admiration et haine, suivra le capitaine dans ses sanglantes péripéties, en gardant toujours l’espoir de retrouver un jour sa liberté. Sous le drapeau noir Erik Christian Haugaard Ed. Flammarion, coll. Castor poche 278 pages.

Expert en pirates

De 1600 à 1700, les pirates ont terrorisé les mers et le monde. Ils tuaient et pillaient sur leur passage. Mais leur existence n’était pas qu’une vaste chasse au trésor. Ces hommes avaient un langage, des codes, des règles. Ils avaient leurs propres héros, leurs peurs et leur quotidien. Quel type d’armes utilisaient-ils ? Comment se partageaient-ils le butin ? Pourquoi portaientils un foulard ? Qui était Mary Read ou Barberousse ? Pas de doute, pour tout savoir, il vous faut un dico... Le Dico des pirates et des corsaires Dominique Joly et Christel Espié Ed. De la Martinière Jeunesse 125 pages. 15 euros

46

Des chevaux Anne Bourdon et Bernadette Lizet Ed. Du Gulf Stream 67 pages. 12,50 euros. Le Dico des chevaux Martine Laffon, Fanny Ruelle et Sylvianne Gangloff Ed. De la Martinière Jeunesse 125 pages. 15 euros.


Faisons les présentations

“Os Barbudos ! (la barbue)”, s’exclama en 1536 l’explorateur portugais Pedro A. Campos alors qu’il arrivait aux Antilles. Les étranges racines d’arbres qui pendouillaient, venaient de donner son nom à l’île : la Barbade. Dans cet ouvrage, 41 noms de pays sont à découvrir : le Canada, le Chili, le Costa Rica, Les îles Féroé, La Chine... Saviezvous par exemple que la Russie signifiait “peuple des roux” ou que le Cameroun tirait son nom de la crevette ? Quelle soit linguistique, historique ou anecdotique, l’origine des noms se raconte comme une véritable histoire. Les textes sont accompagnés d’illustrations modernes et humoristiques... Vraiment, ce petit livre s’avale sans modération. Petites histoires des noms de pays David Dumaine et Ronan Badel Ed. Flammarion, coll. Père Castor 91 pages. 9,95 euros.

De féroces guerriers

Les Maori habitent la Nouvelle-Zélande depuis plus de 1 000 ans. Malgré la colonisation anglaise du XIXe siècle, ils ont conservé leur culture, leur langue et leurs traditions. A travers cet ouvrage, on découvre un peuple de guerriers féroces, qui protègent l’équilibre écologique de l’environnement et qui respectent leurs ancêtres, en les représentant sur leurs pirogues et dans leurs légendes. On y rencontre un demidieu, Maui, qui, grâce à un hameçon magique a dompté le soleil, pêché les îles qui forment la Nouvelle-Zélande et domestiqué le feu. On apprend pourquoi le kiwi est l’oiseau préféré des Maori, comment la terre et le ciel ont été séparés, pourquoi il faut demander la permission aux arbres avant de les abattre, pourquoi le chant et la danse ont une place importante dans la culture Maori, et d’où vient le fameux “haka”, la chorégraphie guerrière des All blacks, l’équipe néo-zélandaise de rugby.

dvd Gogo gadget hélico

On connaissait déjà Europe et Merveilles, un très beau livre publié aux éditions Gallimard… Cette fois, Sylvain Augier, l’exprésentateur de Faut pas rêver et de La Carte aux Trésors, revient avec La France vue du ciel, un périple de 5 000 kilomètres raconté en images dans un double DVD (4 h) *. Et c’est loin d’être terminé. Après une série de documentaires sur les pays d’Europe filmés en hélicoptère (diffusée sur Arte), le voyageur touche-à-tout projette de lancer en 2007 « Douce France », une revue sur notre pays et les DOM TOM vus du ciel. Entre deux projets, Sylvain se consacre très sérieusement à sa récente Fondation Sylvain Augier pour la sauvegarde de la beauté des paysages de France. Il prépare également une série de reportages sur le voyage ainsi qu’un long-métrage sur les plus grands volcans du monde. Pour en savoir plus, rendez-vous page 4 pour une interview de ce rêveur professionnel.

* La France vue du ciel filmée par Sylvain Augier. Editions Montparnasse. Sortie le 8 novembre. 25 euros

Histoires des Maori, un peuple d’Océanie Claire Merleau-Ponty, Cécile Mozziconacci et Joëlle Jolivet. Ed. Actes Sud Junior 72 pages. 14 euros.

47


SEPT

autour du monde ros abonnement & anciens numé

44,

10 €

pour 11 numéros

24,50 € pour 6 numéros

Je souhaite recevoir (cochez la ou les cases utiles) :

Coordonnées du souscripteur

o Abonnement 6 n° 24,50 € o Abonnement 11 n° 44,10 €

Prénom _________________________________________________

Magazines

Date de naissance : ________________ Tél. _____________________

frais de port compris * N°0 o N°1 o N°2 o N°3 o N°4 o N°5 o N°6 o

Livres

3,20 € 3,20 € 3,20 € 3,80 € 3,90 € 3,90 € 3,90 €

N°7 o 9,50 € (n° double été) N°8 o 4,90 € N°9 o 4,90 € N°10 o 4,90 € N°11 o 4,90 €

o Sept en pays de Savoie 9,50 € o Sept en Limousin T.1 9,50 € o Sept en Limousin T.2 9,50 € + frais de port (pour les magazines et les livres. > 2,00 €/exemplaire (France) > 3,00 €/exemplaire (international) 

Nom 

_________________________________________________

E-mail

_________________________________________________

Adresse

_________________________________________________

Code postal/ Ville

________________________________________

Coordonnées du bénéficiaire (si différent du bénéficiaire) Prénom __________________________________________________ Nom 

__________________________________________________

Date de naissance : ________________ Tél. _____________________ E-mail __________________________________________________ Adresse __________________________________________________ Code postal/ Ville __________________________________________

* France métropolitaine. Frais de port supplémentaires : Union Européenne et Suisse : 7,40 € pour 6 n°- 14,80 € pour 12 n°. Autres pays d’Europe (hors Union Européenne, Suisse), Maghreb et autres pays d’Afrique, Amérique du Nord, Amérique Centrale, Amérique du Sud, Caraïbes, Moyen-Orient, Proche-Orient, Asie et Océanie : 8,60 € pour 6 n°- 17,20 € pour 12 n°.

* Réception du 1er numéro sous trois semaines environ. Prix de vente au numéro. Offre réservée à la France métropolitaine uniquement. Port en sus pour les autres destinations. Les informations ci-dessous sont indispensables au traitement de votre abonnement. Elles pourront être utilisées par les services internes de Cabrera éditions, ainsi que par ses partenaires commerciaux à des fins de prospection commerciale. En vertu de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition ou de suppression des données vous concernant. Adresse : Cabrera éditions - 17, rue Henry Monnier - 75009 Paris ** hors abonnement (France métropolitaine hors Dom-Tom)


Sept autour du monde n°0