Page 1

Mémoire de recherche / juin 2012

Diplôme national de master

Domaine - sciences humaines et sociales Mention - histoire, histoire de l’art et archéologie Spécialité - Cultures de l’écrit et de l’image

La révolution russe de 1905 d’après la presse française : la retranscription de 52 semaines d’actualité internationale

Marie Leocmach

Sous la direction de Christian Sorrel Professeur des universités – Université Lumière Lyon 2


LEOCMACH Marie | Dipl么me nation des master | M茅moire de recherche | juin 2012

-2-


Remerciements Mes premiers remerciements s'adressent à M. Christian Sorrel, pour son suivi, ses commentaires et ses conseils avisés qui ont nourri ma réflexion. Merci également à Mathieu pour ses aides techniques, à Jules pour ses observations historiques, à Martin et Anaïs pour leur relecture, ainsi qu'à Lisalou pour le soutien moral réciproque.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-3-


Résumé : La France républicaine et l’empire russe sont alliés diplomatiques lorsque la révolution de 1905 éclate. Ce mémoire analyse le discours de conciliation que la presse française cherche à créer à l’égard de la Russie autocratique. Celle-ci est mise à mal par le mouvement contestataire au fil des différentes phases de cet événement national, aux enjeux internationaux.

Descripteurs : presse française, empire de Russie, révolution de 1905.

Abstract : Republic of France and Russian empire were allies when 1905’s revolution started. This report analyse the discourse of the French press which tried to promote autocratic Russia. The tsarism suffered from the oppositional struggle during the different steps of this national event, which also have major international stakes.

Keywords : French press, Russian empire, revolution of 1905-07.

Droits d’auteurs

Cette création est mise à disposition selon le Contrat : Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ ou par courrier postal à Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California 94105, USA.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-4-


Sommaire Introduction.................................................................................................................................9 I.La Presse au rythme de l'événement, l'information internationale en 1905...........................12 1.1 Mécanismes de presse et méthodologie historique : l'événement de longue durée........12 Mise en page et étude quantitative....................................................................................12 Méthode et analyse statistique......................................................................................13 Analyse des graphiques......................................................................................15 Comparaison historiographique....................................................................................16 Premières pages et usage des titres...................................................................................18 Couverture éditoriale et illustrée...................................................................................18 Choix et usages des titres et sous-titres........................................................................20 1.2 L’information internationale, sources et journalistes......................................................22 Les plumes de la presse.....................................................................................................22 Distance et rédaction.....................................................................................................23 Pratiques du témoignage...............................................................................................25 Circulation et correspondance...........................................................................................28 L’information exclusive................................................................................................28 Le rôle des agences.......................................................................................................29 1.3 les rythmes quotidiens de l’information..........................................................................31 Les choix de la couverture médiatique..............................................................................32 L'assassinat du grand-duc Serge....................................................................................32 La mutinerie du cuirassé Potemkine.............................................................................35 De mars a juin, la gestion de quatre mois de temps mort.................................................37 II.La construction d’un discours politique autour de la situation russe....................................42 2.1 1905, de l'événement à la narration.................................................................................42 Enchevêtrement d’actions ou cohérence générale............................................................43 L'ampleur des mouvements grévistes...........................................................................44 Provinces insurgées : logiques séparatistes et mouvements grévistes..........................46 Schéma narratif.................................................................................................................50 La narration de la violence............................................................................................50 Un journal, son discours................................................................................................54 2.2 Réformes ou Révolution.................................................................................................58 Le régime et ses réformes.................................................................................................58 Définition des institutions russes..................................................................................59 Les déclarations réformistes du tsar..............................................................................60 Monarchie constitutionnelle et processus révolutionnaire................................................62 Constitution et représentation nationale........................................................................63 2.3 La révolution russe dans les débats français...................................................................65 LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-5-


Le retentissement de la question russe en France.............................................................65 Analogie historique et appropriation.............................................................................65 Soutien international socialiste.....................................................................................68 La retranscription des polémiques françaises sur la situation en Russie..........................71 Débats ou statu quo.......................................................................................................71 La constitution en débat................................................................................................73 Vérité ou point de vue...................................................................................................75 III.L’alliance franco-russe à l’épreuve de la Révolution...........................................................77 3.1 L'alliance franco-russe et l'image donnée de la Russie...................................................77 1905 et la guerre russo-japonaise......................................................................................79 1905 et l’emprunt russe.....................................................................................................81 Subvention et politique d’apaisement...........................................................................81 Critique de l'alliance et de ses défenseurs.....................................................................84 3.2 Le tsar, les Romanov et la Russie...................................................................................86 3.2 Nicolas II, incarnation du pouvoir..............................................................................86 La majesté du tsar, empereur de toutes les Russies.......................................................86 Le tsar contesté, indigne de sa fonction suprême..........................................................88 La famille impériale ou l'emblème diplomatique de la Russie.........................................91 Le prestige impérial......................................................................................................91 Modèle moral et rôle politique......................................................................................94 3.3 L'image de la Russie, ou le discours russophile..............................................................97 Le peuple Russe : population, caractère et stéréotypes nationaux....................................97 La Russie: histoire, culture et folklore............................................................................102 Conclusion..............................................................................................................................108 RENOUVIN Pierre, « Les relations franco-russes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle», Cahiers du monde russe et soviétique, 1959/1 Vol 1, p. 128-147.Annexe 1 : Chronologie comparée : Presse et Historiographie........................................................................................................................114

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-6-


Sigles et abréviations La datation : Toutes les dates données correspondent à des dates de publication en France : elles correspondent au calendrier grégorien, et non au calendrier julien. Les patronymes russes : Il est à noter que les patronymes russes se composent du prénom, puis du prénom du père auquel on ajoute le suffixe « fils de/fille de » : « évitch » pour les hommes, « ovna » pour les femmes, et enfin du nom de famille. La plupart du temps, les journaux ne le précisent pas, il est pourtant utile de le savoir afin de mieux se repérer dans les généalogies. Par exemple, le tsarevitch Alexis est dit « Alexis Nicolaïevitch » car il est fils de Nicolas II. Ceci permet de ne pas le confondre avec son grand-oncle, Alexis Alexandrovitch. D'autre part, pour une meilleure harmonisation, tous les noms de famille sont écrits suivant la translittération actuelle, sauf lorsqu’il s’agit de citation. Par exemple, on note « Vladimir Kokovtsev », et non Kokovtsef, Kokovtzev ou encore Kokovtseff.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-7-


-8-


Introduction Lorsqu'on évoque une révolution en Russie, on pense évidemment à celle de 1917, bien souvent en omettant 1905. Et l'on a tendance à analyser la première au prisme de la suivante. Il en va d’ailleurs de même en France pour la « Grande guerre » qui ne s'est plus appelée, après 1939-1945, que la « première guerre ». Ce type de raisonnement est simpliste et anachronique. Le risque est de tout analyser en fonction d’une forme de déterminisme historique. Pourtant, 1905, même si elle n'a pas détrôné le tsarisme, possède un poids historique indéniable, et le terme de « révolution » n'est pas usurpé. Dans le Grand Usuel Larousse, 1905 a droit à sa rubrique, au même titre que 1789 et 1830 en France, et 1917 en Russie. Si le terme de révolution est aujourd’hui consacré, il n’en était encore rien durant le déroulement des événements, que l’on qualifie alors sommairement de « révolte » ou d’ « agitation ». L’usage du terme « révolution » est aujourd’hui banalisé, on parle de révolution pour signifier n’importe quel « changement brusque, d'ordre économique, moral, culturel, qui se produit dans la société »1. Mais il a encore, au début du XXe siècle, un sens essentiellement politique. Il est, en 1905, nettement associé au processus énoncé par le matérialisme historique. Dans Monsieur E. Dühring bouleverse la science2, Engels distingue les révolutions capitalistes instaurant une république bourgeoise, aux révolutions prolétariennes, instaurant l’état socialiste. D’après cette définition, la révolution de 1905 est prolétarienne, ce qui n’est pas pour plaire à la presse traditionnelle. Pour ces raisons, nous le verrons, l’usage du terme de « révolution » est toujours idéologiquement marqué, certains l’évitent, tandis que d’autres en abusent. Quoi qu’il en soit, la révolution de 1905 est un objet historique en elle-même, ayant ses mécanismes, son contexte et son déroulement propre, elle constitue un sujet de recherche qu’il ne faut pas dénigrer sous le prétexte que 1917 a été plus révolutionnaire encore que 1905. L'intérêt d'analyser 1905 à travers la presse est précisément de prendre un point de vue contemporain à l'événement, sans le charger d'une histoire qui n'a pas encore été écrite. Cette démarche permettra de relativiser les grandes cohérences que l’historiographie a apposées au mouvement contestataire ; elle n’a toutefois l’ambition de ne donner qu’un point de vue sur l’événement, celui de la presse française. Cela permet de voir au jour le jour l’évolution de la révolution, comme de la retranscription qui en est faite. L’histoire de la presse a de nombreux intérêts dans le cadre d’un mémoire sur l’histoire du livre. Christophe Charles considère la période 1830-1939 comme étant le Siècle de la presse3, c’est alors le média le plus important, et sa diffusion est infiniment plus vaste que celle du livre, on a cru alors que la presse allait enterrer le codex. S’il n’en fut rien, cette mise en contexte permet de justifier l’importance de ce support à l’époque. Ces feuilles ont beau avoir un caractère éphémère, elles ont eu, un siècle durant, un impact de première importance sur les pratiques de lecture ainsi que sur l’opinion. Analyser un fait historique à partir de la presse, c’est chercher à savoir ce que l’on en a compris sur le vif, à l’instant même où se déroulait encore l’histoire. S’interroger sur la façon dont le journalisme de l’époque conçoit l’événement, c’est définir la presse comme un miroir déformant de l’information. Cela interroge la place de la vérité, de la scénarisation des faits et de la fiction, dans les journaux du début du XXe siècle. Cela pousse également à se demander ce qui fait l’actualité, et ce qui crée l’événement 1

2 3

« révolution », définition du grand usuel Larousse, dictionnaire encyclopédique, Atlas, in extenso, 1997. Plus connu sous le nom d’Anti-Dühring, publié en 1878. Christophe CHARLE, le siècle de la presse, Seuil, Paris, 2004. -9-


médiatique. Un simple fait divers naît et grandit en tant qu’objet médiatique du fait de la presse et des médias en général. Si l’événement historique dépasse le cadre du fait divers, on peut se demander si la presse fait bien deux poids deux mesures entre l’un et l’autre, et si le journaliste a, même malgré le manque de recul, la conscience des perspectives d’un événement. Dans ce sens, nous pouvons citer Jean Frollo 4, qui dans l’éditorial du Petit Parisien du 22 août 1905, interroge le poids historique de l’actualité : Nous voyons en ce moment se faire de l'histoire, et la plus extraordinaire qui soit, en Russie et en Extrême-Orient, et de quelles conséquences sont gros ces événements ! Avec le recul du temps, les historiens futurs auront la besogne pour les éclaircir et pour les juger5. Il est intéressant de se demander si la presse contemporaine à un événement historique commence déjà à façonner les représentations historiographiques qui sont associées à celui-ci. Dans ce sens, nous reviendrons sur l'importance de la presse dans la promotion insidieuse des alliances diplomatique, avec l'exemple de l'alliance franco-russe. Ce mémoire permettra également de pointer les processus d'objectivation historique, voire de la création de mythes autour de la révolution de 1905. La presse française est en effet encore largement idéologique, elle a vocation de créer des courant de pensées, et joue un rôle dans le façonnement de l'opinion publique. La presse du début de la troisième république est à une période charnière de son histoire. Avec la loi du 29 juillet 1881 qui libéralise la presse, les journaux se multiplient. La presse française n'est alors que peu institutionnalisé, les pratiques de lectures sont encore changeantes parmi le lectorat, et les groupes de presse manquent de moyens financiers comme de structure, à la différence de leurs homologues britanniques. Progressivement, la presse française traditionnelle, faite de débats politiques, est dépassée par une nouvelle presse se voulant plus populaire, et donc plus généraliste dans son contenu. À la date de 1905 la presse est polymorphe, en conséquence, les discours qu'elle imprime sont de natures tout à fait hétéroclites. Le choix des titres de presse s'est fait en fonction de cette réalité. En définitive, il faudrait parler des presses françaises, au pluriel. Un mémoire voulant retranscrire les idées véhiculées par la presse doit créer un corpus permettant de mettre à jour cette diversité des discours, ce qui permettra de toucher au rôle social et politique de la presse de l'époque. Ce corpus cherche à créer un panorama : Le Petit Parisien, est le quotidien choisi pour représenter la presse populaire. Son sous-titre de « plus fort tirage du monde entier » n’est pas usurpé, en dépassant le million de tirage quotidien à la date de 1905, il s'inscrit clairement dans la logique d'un journal de masse. Le journal est républicain, mais se définit comme apolitique. Le Figaro est le plus ancien des quotidiens du corpus ; au prestige de sa longévité s’ajoute le mérité d'avoir été dreyfusard, ce qui fait de lui un journal respecté 6. Gaston Calmette, le directeur de ce journal, républicain conservateur, explique que celui-ci « constitue le Livre d'or de l'aristocratie, de la bourgeoisie la plus riche, du grand commerce, de la haute industrie, de l'armée, de la société étrangère la plus élégante7.» L'Humanité est un journal très récent, à faible tirage (15 000 pour l'année 1905). C'est un journal au rôle fondamentalement politique, qui s'adresse à des militants plus qu'à un lecteur lambda. Son point de vue est intéressant dans le cadre de ce mémoire pour l'interprétation socialiste qui est donnée de l'événement. Ceci étant, il faut bien garder à l'idée le faible impact de ses publications en comparaison de celles du Petit Parisien, par exemple. L'Illustration est un hebdomadaire illustré généraliste, et connaît une large audience. Il permettra de s'interroger sur les mécanismes de la presse illustrée, bien différents de ceux de la presse quotidienne. Il est fait une étude systématique et détaillée de ces quatre feuilles. Ces journaux ont été 4 5 6 7

Charles-Ange Laisant, directeur du Petit Parisien, écrit sous le pseudonyme de Jean Frollo. Le Petit Parisien, éditorial du 22 août 1905, « le Napoléon noir » Avant toutefois qu'il ne soit entaché par l'affaire Caillaux. Gaston Calmette, rapport à l'assemblée générale de 1905, cité dans l'Histoire générale de la presse française, t.III, de 1871 à 1940, page 350. -10-


épluchés, jour après jour, du 20 janvier 1905 au 18 janvier 1906. C'est essentiellement sur eux que reposent les analyses. Toutefois, il faut noter quelques références ponctuelle à d'autres journaux : Le Temps, Le Matin pour les quotidiens, le Supplément illustré du Petit Journal ainsi que le journal satirique L'Assiette au beurre, pour la presse illustrée. Concernant la délimitation temporelle du mémoire, il est important de signaler que la situation intérieure russe ne fait l'objet d'aucune mise en avant notable avant janvier 1905. Cet intérêt soudainement porté à la situation russe est une conséquence directe de la manifestation du 22 janvier, qui prit rapidement le nom de « Dimanche rouge ». Les journaux français ne s'étaient pas préparés à de telles actualités en Russie, aussi c'est progressivement que le discours de chaque feuille trouve son rythme et sa cohérence narrative. L’intérêt est ici porté à la gestion que chaque quotidien fait de l'actualité se déroulant sur une longue durée : une année entière. En partant de ce point de départ chronologique, l'analyse de 52 semaines n'est pas uniquement pour constituer un chiffre rond, il s'avère que le mouvement, ou du moins, la retranscription qui en est faite, s’essouffle après une année d’actualités fortes en péripéties de toutes natures. Ces 52 semaines ne sont pas un effet de style, elles constituent un réel ensemble documentaire, pour chacun des journaux étudiés. Au sein de ces journaux, c’est sensiblement les mêmes événements qui sont mis en avant. Ce qu'il sera judicieux d'analyser, c'est la façon dont chaque feuille se distingue par le message apposé sur l'événement, toujours inspiré par les visées éditoriales de chaque journal. Afin d'analyser le discours de la presse française face à la révolution de 1905, nous commencerons par interroger la presse elle-même, dans ses mécanismes et ses rythmes, ainsi qu'en revenant sur le profil de ses auteurs. Ensuite, nous chercherons à toucher à la retranscription de l’événement, en analysant les grandes cohérences mentales crées par la presse, pour permettre à son lecteur de mieux comprendre la situation, ainsi que les débats que la révolution russe a suscités dans les cercles intellectuels français. Enfin, nous reviendrons sur l'influence de l'alliance diplomatique franco-russe dans la retranscription des événements de 1905. En effet, la presse a créé une image d’Épinal de la Russie qui dépasse la stricte narration de la révolution, mais qui doit s'adapter à elle.

-11-


I.

La Presse au rythme de l'événement, l'information internationale en 1905

S'atteler à une étude de presse, c'est commencer son travail en dépouillant une somme de papier considérable. Papier de basse qualité, imprimé dans la journée, avec une encre qui supporte bien mal son âge, dépassant à présent le centenaire. Si les ressources numérisées sur Gallica facilitent la recherche, il n’en reste pas moins vrai que l’étude de presse, surtout de quotidiens, suppose une profusion de source qui nécessite une méthode de sélection du corpus. Pour le cas de ce mémoire, c’est l’ensemble de l’année 1905 qui est ici dépouillée, dans l’information qu’elle donne de la situation intérieure russe. Une lecture méticuleuse, jour après jour, mois après mois, et feuille après feuille, permet pourtant de se faire une première idée du rythme de l'année 1905. Cette première impression, si elle se saisit instinctivement, au cours du processus de dépouillement, semble plus incommode à faire comprendre à son lecteur, puisque, précisément, est de l'ordre de l'appréciation. Pour débuter ce mémoire, il semble judicieux de commencer par analyser le corpus dans sa cohérence globale, ce qui permettra de pointer la spécificité de la presse et les enjeux inhérents a son étude. Il sera fait une analyse de la mise en avant de la révolution, par son impact et ses titres, proposant ainsi de chiffrer l’importance qu’elle prend au sein de l’actualité de l’année 1905. Ensuite, il sera fait une première analyse générale du contenu du corpus étudié, en s’attardant sur les auteurs de la presse, ainsi que sur la provenance des informations. Enfin, nous reviendrons sur le rythme du quotidien, en analysant la gestion que la presse fait des temps forts comme des temps morts de l’événement.

1.1 MÉCANISMES DE PRESSE ET MÉTHODOLOGIE HISTORIQUE : L'ÉVÉNEMENT DE LONGUE DURÉE Afin de proposer un aperçu général de l'année 1905, il faut mettre au point une chronologie générale de la couverture de l'événement faite par la presse, aussi bien quotidiennement que sur des phases plus longues. Après avoir exposé la méthode de production de ces chiffres, il conviendra de nuancer cette couverture annuelle en la comparant avec la chronologie proposée par l'historiographie de la révolution de 1905.

Mise en page et étude quantitative Il semble ici judicieux de débuter l'analyse par un travail quantitatif, afin de mettre en avant des preuves, ou du moins, un embryon de justification chiffrée. Bien sûr, le chiffre n'est pas en lui-même une preuve de réalité ni d'exactitude ; mais il peut être conçu comme le point de départ d'une analyse, à partir du moment où ces chiffres sont expliqués, et plus encore, si la méthode qui a permis de les produire est annoncée et justifiée. Ces graphiques ont pour premier objectif de mettre visuellement en évidence une estimation globale de l'année 1905. Elle propose ainsi, de visualiser en un coup d’œil une réalité que le dépouillement prit bien plus de temps à saisir. Chaque journal est matérialisé par une courbe. L'axe des abscisses correspond au déroulement de l'année 1905, ce qui permet de visualiser les évolutions de chaque courbe dans le temps. L'axe des ordonnées correspond à l'indice d'importance que l'article sur la révolution prend pour une période donnée. Étant donné que l'Illustration est un hebdomadaire illustré, il ne fonctionne pas dans la même logique graphique et éditoriale que les trois autres; en conséquence il a dû être exclu de cette première

-12-


analyse.8 Méthode et analyse statistique Afin de matérialiser l'importance d'un article au sein de chaque quotidien, une échelle allant de 1 à 10 semble propice à schématiser les différences : 10/10 correspond à un article mis en évidence sur la première page. Il peut s'agir d'un éditorial9, ou de l'article principal de la journée : le gros titre étant mis en avant en s’étalant sur deux colonnes10. Toutefois, si Le Petit Parisien et L'Humanité utilisent ce procédé pour mettre en avant un article, ça n'est pas le cas du Figaro. Ce journal, en tant que journal plus traditionnel, ne cherche pas à mettre en avant un article par rapport à un autre. Il ne cherche pas le sensationnel, mais appelle au contraire à la tempérance de son lectorat.11 Aussi, pour ne pas fausser la courbe en ne laissant comme moyenne haute au Figaro que ses éditoriaux, les articles présent en première page sans qu'ils ne soient mis en avant sont évalués à 9/10, ce qui correspond à une évaluation haute de leur impact. Ceci étant, le poids de la première page reste capital dans la conception comme dans la lecture d'un journal. C'est la première impression qu'il fait au lecteur. Lorsque l'article se trouve en page intérieure (la page 2 ou 3 étant indifférente), l'article est évalué entre 7/10, 5/10, 3,5/10, et 1/10. L'écart entre la première page et l’intérieur est donc estimé à 2 au sein de l'échelle 1/10. 7/10 correspond à un article de plus d'une colonne, en page intérieure. Cette catégorie propose parfois des articles plus approfondis que ceux des premières pages, qui quant à eux sont plus souvent écrits sur le principe de l'économie de la ligne, excepté les éditoriaux. L’Humanité propose des titres sur deux colonnes également dans les pages intérieures, ce qui permet d'évaluer la mise en avant de cette nouvelle. En 5/10, on retrouve des articles plus courts, d'une colonne et moins, mais tout de même suffisamment longs pour être rédigés. En 3,5/10, se trouvent des articles de moins d'un tiers de colonne, s'apparentant plus souvent à des brèves, ou a une somme de dépêches. Ces articles font souvent parti de la rubrique des « Nouvelles de l'étranger » ou des « Dernières nouvelles » ; rubrique que tous les journaux possèdent. Il est à noter que lorsque les nouvelles de la situation intérieure ne constituent qu'une sous-partie d'un autre article (sur la guerre ou la paix russo-japonaise le plus souvent), l'article est également classé 3,5/10, même lorsqu'il dépasse le tiers de colonne. Cette classification se justifie car mettre un sujet en sous-partie, ce n'est pas le considérer comme un sujet en tant que tel, mais comme moins important. En 1/10, sont répertoriés les entrefilets d'à peine quelques lignes, soit une phrase ou deux. Le plus souvent, il s'agit d'une information de dernière minute, ou d'un démenti. Pour exemple, le 31 mars, Le Figaro dans ses dernières nouvelles précise : « St-Pétérsbourg, le 30 mars, Contrairement à l'information publiée dans un journal américain, la santé du tsar est excellente. ». Enfin, en 0/10, lorsqu'il n'y a pas une trace de nouvelles sur la situation intérieure russe, si ce n'est des allusions dans d'autres articles. À noter que le 0/10 est de fait plus fréquent que le 1/10. Pour nuancer l'ensemble de ce tableau schématique, il est important de concevoir ici 8

9 10 11

Vous trouverez page suivante un premier graphique, fait à partir des évolutions quotidiennes de chaque feuille. Un second graphique est en annexe n°1, et propose de visualiser ces évolutions à partir de moyennes pour 14 jours : du samedi au vendredi. Le premier article du journal. Un exemple de cette mise en page est proposée en annexe n°3 Raymond MANEVY, L'évolution des formules de présentation de la presse quotidienne, éd. Estienne, 1956, p. 41-46 explique l'apparition des premières mises en pages dynamiques du Matin, à l'extrême fin du XIXe siècle. Elles se caractérisaient par une volonté de moderniser le journal, en hiérarchisant l'importance des nouvelles.

-13-


-14-


l'immédiateté avec laquelle le journal est conçu. Un article peut paraître capital, et sembler légitimement avoir sa place en première page, jusqu’à ce qu'une autre nouvelle tombe et supplante la première dans l'ordre d'importance : ce qui a pour effet de modifier toute la composition du jour. Ceci étant, l'actualité quotidienne reste la même pour tous les journaux, ce qui change radicalement, c'est bien l'ordre d'importance avec lequel on les traite. C'est ces choix dans la hiérarchie des nouvelles que ces graphiques comparés permettent d'évaluer. Analyse des graphiques À la vue de ces trois courbes, on constate en premier lieu que L’Humanité est clairement audessus de la moyenne, alors que Le Figaro en est plutôt en dessous pour la première partie de l'année ; à partir de juin-juillet elle s'en rapproche davantage, avec tout de même quelques nuances basses, courant septembre et courant octobre. Le Petit Parisien quant à lui semble tout à fait suivre la courbe des moyennes, et va souvent jusqu'à ce confondre à elle. Ceci est révélateur d'une promotion de l'information se réclamant apolitique, qui, par définition, cherche à satisfaire un lectorat moyen. En effet si ce graphique permet de percevoir le rythme d'une feuille, la comparaison nous permet de pointer les différences en termes de choix éditoriaux. Le Petit Parisien, en tant que journal populaire, révèle une régularité bien supérieure aux deux autres feuilles. Les traits continus horizontaux, qui représentent une durée durant laquelle un article reste de même importance, sont bien plus importants pour le Petit Parisien que pour les deux autres. Ce record de constance correspond à une période calme de l'année : du 12 avril au 18 mai, tous les articles concernant la situation intérieure russe correspondent à un indice 3,5/10, c’est à dire à un article ou à une partie d'article de moins d'un tiers de colonne. Pour Le Figaro et L'Humanité au contraire, les variations font la cadence du quotidien. Aux courtes dépêches se succèdent souvent de longs articles, comme si l'on attendait d'avoir suffisamment à dire pour pouvoir produire un bel article. Ce qui intéresse le journal populaire, c'est la recherche du spectaculaire, d'un titre qui soit vendeur. Aussi, il n'est pas rare que Le Petit Parisien dépasse parfois L'Humanité, tandis que Le Figaro ne joue pas dans la course. Ce dernier cherche plutôt à étudier l'information en profondeur, quitte à être parfois en décalage avec l'actualité. En janvier 1906, on constate que par deux fois la courbe du Figaro dépasse la moyenne. Il s'agit ici de deux éditoriaux, qui, une fois le calme retrouvé, reviennent sur les événements russes des derniers mois, en présentant le point de vue de la famille impériale12

12

Le Figaro, éditorial du 4 janvier 1906, « La politique des Romanoff », et du 9 janvier 1906, et « Un livre du grand-duc Nicolas ». -15-


D'autre part, si ces courbes permettent une comparaison précise à échelle quotidienne, il faut reconnaître qu'elles possèdent trop d'oscillation pour visualiser clairement une tendance sur une période plus longue. Aussi, à partir des chiffres obtenus avec la méthode de l'échelle 1/10, il a semblé important de réduire les écarts, en proposant une moyenne pour deux semaines, permettant de mieux concevoir la couverture de l’événement sur une plus longue durée. La période étudiée démarre avec la manifestation du 22 janvier, et les moyennes restent hautes jusqu'à mars, notamment du fait du spectaculaire attentat contre le grand-duc Serge. Une période de creux s'amorce ensuite, à partir du mois d'avril, et ce jusqu'à fin juin. On constate alors que la moyenne de L'Humanité est largement supérieure aux deux autres. Un calcul de l’écart type entre L'Humanité et les moyennes du Figaro et du Petit Parisien cumulées permet de constater que c'est à cette période que les écarts sont les plus évidents: un écart de 3,2 pour la période 18-31 mars, et même de 3,7 pour la période 10-23 juin. La moyenne de ces écarts est estimée à 2,4 entre le 18 mars et le 23 juin, alors que la moyenne pour l'ensemble des 52 semaines n'est qu'à 1,6. L’Humanité atteste ici de son intérêt pour la situation intérieure Russe, et ce au-delà d'un engouement pour les événements spectaculaires. D'autre part, le calcul de l'écart type entre Le Figaro et Le Petit Parisien confirme l'impression donnée par le premier graphique, l'écart est très faible. Sur l'année, il est de 0,9, et les écarts les plus importants se retrouvent dans les premiers mois de l'année. Début juillet éclate la mutinerie du Kniaz-Potemkine, l'événement est largement médiatisé, la moyenne générale des trois feuilles étant supérieur à 6,5, ce qui n'était pas arrivé depuis fin janvier. À partir de cette date, la couverture des événements ne redescend jamais autant qu'en avril-juin, et ce aidé par la densité de la succession d'événements de première importance. Aux mutineries succède un mois d’août plus calme, puis l'agitation reprend du fait des évolutions réformistes, s'en suivent les troubles du Caucase, les révoltes agraires et la période électorale (septembre-octobre). La grève générale à partir de fin octobre se cumule avec le manifeste du tsar, le 30 octobre. Cette période est vécue et transcrite comme la réelle apogée du mouvement : Le Petit Parisien ne titrant alors que sur elle, la moyenne est à 9,9 entre le 28 octobre et le 10 novembre ; la moyenne des trois journaux est à 9,1. Par la suite, la couverture continue de stagner vers le haut, la moyenne générale par quinzaine ne descendant plus en dessous de 7 avant le 6 janvier 1906. Ceci s'explique par la mutinerie de Sébastopol et les barricades à Moscou, mais également par l'éclosion d'un réel engouement pour le mouvement révolutionnaire qui surgit alors, et dont nous reparlerons. Mais l'enthousiasme soulevé en décembre-janvier retombe très rapidement, faute de rebondissements sensationnels. Pour exemple, le Petit Parisien, à partir de février 1906, ne traite de la « situation en Russie » que par de courtes dépêches, ne dépassant jamais le tiers de colonne, et reléguées dans la rubrique de la « dernière heure » en page 3. Comparaison historiographique Ce rapide aperçu de 52 semaines de publications de nouvelles internationales permet de dresser un premier aperçu du déroulement de l'année 1905 en Russie, au prisme de la presse française. Cette description introductive a pour but de justifier certaines mises en avant, ou au contraire de passages sous silence dans le développement du mémoire : ceux-ci s'expliquent par les choix que la presse française elle-même a réalisés sur le vif. Car plus que l'événement international, ce mémoire traite avant tout des mécanismes de la presse. Une fois cette chronologie dessinée, il est possible de la comparer à un autre point de vue, s'avérant probablement plus lucide, car retraçant l'événement non pas au jour le jour, mais a posteriori. François-Xavier Coquin, historien spécialiste de la Russie, s'est largement penché sur la question. Dans 1905, la révolution russe manquée, il nous propose une chronologie sensiblement différente de celle définie à partir de l'étude d'un corpus de presse. Un tableau récapitulatif13 propose de comparer cette chronologie historiographique aux couvertures 13 -16-


moyennes mensuelles faites par les journaux français. Quelques différences sont à noter dans les datations : prenons pour exemple la grève générale d'Octobre. Si elle est traitée dans la presse à partir de la fin du mois, elle a en réalité commencé dès la fin du mois de septembre : la presse française prend donc l'événement en cours, à partir du moment où il s'est avéré d'un impact suffisamment important pour que l'on puisse en traiter largement. La première allusion à la grève est à datée du 20 octobre, dans le Petit Parisien. Il est repris une dépêche de l'agence Laffran (Londres) : Suivant une dépêche de Saint-Pétersbourg à la Magdeburg Zeitung, une grève générale de tous les employés des chemins de fer russes serait imminente. Les troupes sont prêtes à tout événement et les gares sont gardées par les soldats. La situation est devenue une fois de plus excessivement grave. Il est à noter que c'est effectivement à partir du début de la grève des cheminots que le mouvement a pris toute son ampleur, ainsi que sa dimension politique. Mais le point de départ du mouvement vient des ouvriers typographes de Moscou, qui se mettent en grève à partir du 19 septembre. Ils sont rejoins par les employés de tramway, les boulangers, les ouvriers de l'industrie mécanique de la ville. À partir du 3 octobre, la grève s'étend à Saint-Pétersbourg ; et l'union panrusse des cheminots déclare alors la grève générale, qui débute le 8 octobre, et paralyse tout l'empire à partir du 12.14 Ces différences de datations s'expliquent facilement par la difficulté de s'informer sur la situation de la Russie en temps réel, et ce malgré les agences et la rapidité du télégraphe. Des décalages existent pour toute la période étudiée, et il n'est pas ici question de les énumérer. L'exemple de la grève d'Octobre suffit à traduire la différence entre la réalité des faits, et ce que l'histoire retient des grands événements. L'étude de la chronologie historiographique comparée à celle de la presse de 1905 nous informe par ailleurs sur d'autre événements qui sont manifestement passés sous silence durant le déroulement de l'année. Bien que d'une importance non négligeable, la promulgation du manifeste du 6 août est presque totalement éclipsée par la Paix de Porthmouth, et sa longue élaboration n'est que peu évoquée, au bénéfice de la mutinerie du Potemkine. De manière plus générale, les actes d'unions professionnelles et syndicales, les Soviets, Zemstvos et Douma ne sont évoqués que de manière relativement parcellaire. Ces événements ne sont probablement pas les plus formidables à retranscrire, d'autant qu'ils restent complexes à vulgariser pour le grand public. Nous reviendrons sur ces questions et sur leur traitement. Cette brève comparaison permet de mettre en évidence les différences qui peuvent exister entre l'analyse postérieure d'un événement, et le travail quotidien du journaliste et de l'éditeur de presse. Ces derniers travaillent dans la frénésie du quotidien, au rythme de leurs émotions comme des pulsations de l'événement lui-même, qui leurs arrivent, décousues, dépêches après dépêches. Les courbes présentant l'évolution quotidienne de l'événement sont à cette image. Non loin d'un électrocardiogramme, elles nous présentent les oscillations d'un événement, les temps calmes succédant aux rapides accélérations. Ces courbes, bien que confuses, nous informent sur le poids du rythme au jour le jour dans le monde du journalisme. L'Illustration ne fonctionne pas sur la même logique. En tant qu'hebdomadaire, son rapport à la fraîcheur de la nouvelle est moindre. La manifestation du 22 janvier a lieu un Dimanche, or, L'Illustration sort le samedi. L'événement n'est donc traité qu'à partir du samedi 28 janvier. La semaine suivante, le 4 février, l'Illustration fait de « l'enterrement d'une victime du 22 janvier » sa couverture. A cette même date, les quotidiens eux, n'ont plus même de quoi faire une première page. L'attentat à l'encontre du grand-duc Serge a lieu le samedi 18 février. Ce même jour, la couverture de L'Illustration présente « le tsar et le tsarévitch », sans pour autant faire 14

Présenté en annexe n°1 COQUIN François-Xavier, 1905: la révolution russe manquée, op. cit., p 109-112 -17-


référence au grand-duc Serge. Cette superposition de la couverture et de l'actualité est un hasard, L'Illustration a l'habitude de prévoir avec une certaine avance ses couvertures, afin de pouvoir soigner la mise en page et prendre le temps de choisir ses images. Il est précisé, dans l'article en page intérieure, que les photographies sont inédites, et que L'Illustration a obtenu l'exclusivité de leur diffusion en France. Ceci témoigne bien d'une démarche réfléchie, cohérente dans le processus éditorial de l'hebdomadaire qui place l'image au centre des publications. Inversement, peut régulièrement arriver qu'un événement d'importance soit complètement passé sous silence par l'hebdomadaire parce qu'aucune image n'est susceptible d'en rendre correctement compte. Si les photographies ou les gravures arrivent trop tard ou sont de moindre qualité, l’événement ne sera pas même évoqué15. En conséquence, les comparaisons qui pourront être dressés entre l'Illustration et les feuilles quotidiennes doivent être relativisées par ces considérations sur les rythmes et enjeux du traitement de l'information. Toutefois, si l'Illustration possède un rythme à part, l'image qu'elle donne à voir de la Russie se superpose et se complète bien souvent au discours que développe la presse quotidienne. Ces deux éléments s'avèrent complémentaires sur un grand nombre de questions.

Premières pages et usage des titres L'analyse quantitative permet de se faire une première idée globale du sujet, en termes d'importance de la couverture événementielle. Il est dorénavant primordial de toucher également au contenu des publications. Une première approche est possible pour l'illustration comme pour les quotidiens, à travers une analyse spécifique des pages de couverture. Couverture éditoriale et illustrée L'Illustration fait de la situation russe sa couverture uniquement aux mois de janvier et février, avec deux couvertures sur le 22 janvier, auxquelles succèdent deux couvertures sur la famille impériale16. Les articles postérieurs qui couvrent le sujet se trouvent en pages intérieures, ce qui n'empêche pas un important suivi de l'événement, avec notamment l'usage fréquent de grandes images en double page. Il est possible d'analyser le point de vue que L'Illustration a de l'événement à travers l'observation des différents supports d'images, et ce qu'ils révèlent dans les choix de retranscription. Il faut toutefois différencier les prises de décisions réelles aux choix faits par défaut, du fait de la contrainte de temps, comme déjà évoqué pour les quotidiens. Les images de la famille impériale révèlent que le fond photographique mit à la disposition des journaux illustrés est suffisamment important pour permettre une couverture diplomatique de qualité en toutes circonstances, et ce malgré les imprévus. Certes, la photographie de couverture du n°3235 présente une photographie du grand-duc Serge qui n'est pas de première fraicheur: son costume de « seigneur russe au temps du tsar Boris Godounof » date du grand bal costumé de février 1903, durant lequel tous les convives se sont faits officiellement photographier. Il est toutefois probable que ce cliché soit le portrait officiel le plus récent du grand-duc qui soit à disposition de L'Illustration17. Proposer un portrait du grand-duc au lendemain de l'attentat qui l'a tué est révélateur des objectifs du journal: L'Illustration cherche à mettre en avant les alliances diplomatiques, et l'image facilite d'après eux le processus d'empathie pour les dirigeants. Dans la préface du premier numéro de L'Illustration (1er septembre 1843), il est affirmé que « les choses qui arrivent à l'esprit par les oreilles sont moins faciles à retenir que celles qui arrivent par les yeux ». À défaut d'une illustration de l'événement lui-même, une photographie de son 15

GERVAIS Thierry, L’Illustration photographique: Naissance du spectacle de l’information, 1843-1914, il cite pour exemple les “correspondances” de l'illustration n°71, du 1er aout 1884: « à M.F.M à Berlin, mille remerciements, le dessin est arrivé trop tard, quoique vous n'ayez pas perdu de temps. » 16 L'Illustration, 18 février 1905, « le tsar et le tsarevitch » et semaine suivante 17 L'Illustration, 25 janvier 1905, couverture -18-


principal acteur reste une couverture correcte, même si elle est hors de son contexte. La photographie devient un support régulièrement utilisé à partir de 1904, en particulier pour toutes les images officielles et diplomatiques (ce qui constitue la majorité des images du journal). Lors d'un événement plus exceptionnel pourtant, la gravure est préférée aux photographies, car le temps de pose qu'elles nécessitent encore ne permet pas de proposer de bons clichés. La photographie reste réservée aux images statiques, tandis que la gravure permet de produire des images bien plus dynamiques. Les gravures ont encore la part belle en 1905, qu'elles soient produites d'après photographie ou d'après croquis. Georges Scott est l'un des illustrateurs les plus récurrents du journal. Ses tableaux se trouvent souvent en couverture ou en double pages, car elles permettent une narration fluide, et souvent plus esthétisée de l'événement que la photographie. Au-delà de la contrainte technique, la gravure est également un choix éditorial. Elle permet de montrer des images plus spectaculaires, et nous informe sur l'importance qu'a la narration d'un l'événement. Pour exemple, la couverture du samedi 28 janvier est réalisée d'après un croquis, qui semble privilégier une image sensationnelle au réalisme de l'information. Dans l'ensemble, il faut garder à l'esprit que l'image est considérée comme étant plus accessible que le texte: elle attire l'œil du lectorat, et est vendeuse. Le Petit Parisien, bien qu'étant un quotidien, a ponctuellement recours à l'image. Il s'attache à couvrir certains événements de première importance avec l'insertion d'une photo au sein de ses colonnes; le plus souvent des portraits ou des lieux qui permettent de mettre un événement dans son contexte. Le Petit Parisien, comme l'Illustration, cherche à toucher une large audience, grâce à un contenu se voulant apolitique. Dans cette démarche, le recours à l'image est donc cohérent. Pour l'étude de contenu spécifique aux quotidiens, il est possible de s'attacher à repérer les articles les plus caractéristiques pour chaque feuille : ceux qui donnent le ton pour tout une rédaction. Pour commencer, les éditoriaux sont les articles qui permettent la vision la plus tranchée des différenciations de couverture entre chaque journal. Pour la presse d'opinion, l'éditorial est le plus souvent écrit par une grande figure politique; pour le journal populaire, il reste révélateur du point de vue de la rédaction sur un événement. Pour le cas du Petit Parisien, il est rédigé par son directeur, Charles-Ange Laisant, sous le pseudonyme de Jean Frollo. La liste des éditoriaux de 1905 traitant de la situation intérieure russe18 nous informe sur deux points. D'une part, tout comme pour la première étude statistique, elle permet de nous faire une idée des fréquences avec laquelle l'événement est narré: on constate que la répartition par mois suit la logique de celle déjà démontrée pour les moyennes générales des journaux. Par ailleurs, on compte un total de 31 éditoriaux pour L'Humanité, 16 pour Le Petit Parisien, et 10 pour Le Figaro. Il est à noter que l'écart de couverture éditoriale entre l'Humanité et les deux autres feuilles est plus important que pour l'écart moyen concernant l'ensemble du journal. La situation russe intéresse tout particulièrement la rédaction de L'Humanité, qui développe longuement ses enjeux sousjacents à travers cette rubrique de premier plan. D'autre part, les seuls titres de ces articles nous informent sur ce que chaque journal décide de mettre en avant dans le mouvement de 190519. Pour les 10 éditoriaux du Figaro, 3 titres font directement référence au tsar ou à la famille impériale, les 5 mai, et 4 et 9 janvier. C'est également le cas pour et 2 des 16 éditoriaux du Petit Parisien, les 20 février et 9 mars. Ce qui ne se retrouve dans aucun des éditorial de L'Humanité, qui dans ses titres fait toujours référence au « tsarisme », et non au tsar luimême, les 22, 25 et 29 janvier. La personne du tsar est toutefois implicitement évoquée le 29 juillet: « Sa joie fait peur ». 18

Proposé en annexe n°2 À noter que les articles qui ont pour sujet la guerre russo-japonaise, mais qui traitent en toile de fond de la situation intérieure ont étés ajoutés à cette liste, car pour les trois feuilles, les deux actualités s'entrecoupent au sein des éditoriaux 19

-19-


Quelques 7 titres sur 16 du Petit Parisien évoquent la civilisation russe elle-même, avec des titres plus ou moins évocateurs: « les popes » (28/01), « le Kremlin » (18/02), « l'âme russe » (03/04), « la Russie du Sud » (03/07), « au Caucase » (12/09), et « le pays des légendes » (08/11). Les 3 titres sur 10 du Figaro qui rentrent dans cette catégorie sont moins pittoresques: « Souvenir de Pétérsbourg » (25/01), « l'ile de l'Ours » (22/07), et « Toutes les Russies » (01/11). Les titres de L'Humanité sont moins évocateurs, aussi la lecture est souvent nécessaire pour comprendre l'énoncé. Pour exemple, « l'énigme » (25/07), « mauvais conseils » (14/08), « dupeur dupé » (24/08), « vers l'abime » (27/08), « Volonté » (03/09, ou encore « l'inévitable » (04/11), ne laissent rien transparaître de leur sujet. Dans l'ensemble, les éditoriaux de L'Humanité critiquent le régime tsariste, et le lie à la position diplomatique de la France. Le Petit Parisien traite de ces questions dans 3 de ses 16 éditoriaux: les 3 et 6 novembre, et le 10 décembre. Le Figaro ne traite quant à lui pas de ces questions dans le cadre de l'éditorial. Choix et usages des titres et sous-titres En complément de cette première approche, il est possible d'analyser les articles de première page n'étant pas des éditoriaux (indice 9 et 10 sur l'échelle d'importance), c'est-à-dire les articles touchant directement à la nouvelle du jour. Sans entrer dans le détail de chaque article, il est encore une fois possible de percevoir un discours uniquement grâce aux choix de titres et de sous-titres faits par chaque journal. Adopter un vocabulaire est déjà un parti pris, il révèle la façon dont on souhaite parler d'une actualité, et comment on décide de la retranscrire. Se demander comment l'on nomme un événement revient, pour les éditeurs, à se demander ce que l'on veut mettre en avant. Or, pour tous les événements se déroulant sur une longue durée, il est fait usage d'un titre qui ne change que très peu, et d'un sous-titre qui lui, va dicter le rythme de l'événement. Ce fonctionnement par rubrique est conçu comme une aide à la lecture : elle permet aux habitués du journal de rapidement retrouver l'actualité qui les intéresse, indépendamment de la place qu'elle tient dans la mise en page du journal. Les titres ne changeant que rarement, leur évolution peut être considérée comme étant révélatrice de la lente mais progressive évolution dans la perception qu'une rédaction peut avoir d'un événement. Au-delà de l'étude d'un rythme de mise en page, que l'étude quantitative permet, l'étude des titres et sous-titre nous informe sur une autre forme de fréquence du journal, plus insidieuse. Le Figaro utilise des titres très neutres. Fin janvier, il titre sur « les grèves en Russie », ce qui correspond finalement au titre le plus évocateur qu'il ait proposé à son lecteur durant la période étudiée. Le plus fréquemment, les informations concernant les affaires intérieures russes font partie de « en Russie » en rubrique des « Nouvelles de l'étranger » ou des « Dernières nouvelles », situées en page trois. Lorsque l’actualité prend de l'importance, comme en juillet ou à partir de novembre,« Les événements de Russie » sont narrés dans un article à part entière. Toutefois les titres restent particulièrement neutres : ils n'informent en rien sur les réalités des nouvelles. Or, Le Figaro est, des trois journaux, celui qui fait le moins appelle aux sous-titres. L’Humanité utilise le plus souvent le terme de « Crise russe », avec une constance certaine, tout au long de l’année. Le terme de « révolution » remplace celui de « crise » lors des moments forts de l'année : autour de la manifestation du 22 janvier, en juin pour les révoltes en Pologne, au mois de juillet lors de la mutinerie du Potemkine, puis à partir de la grève générale d'octobre, et jusqu'à la fin de la période. L'Humanité parle également de révolution lorsqu'il présente des articles proposant une mise en contexte de la situation par le biais du témoignage d'acteurs russes : Gapone le 1er mars, Struve le 8 juin. Le Petit Parisien propose bien plus de nuance dans ses titres, sollicitant ainsi davantage la curiosité potentielle de son lectorat. Les titres évoquent les « événements en Russie » en juillet, mais également des « troubles » en janvier, de l’« agitation » en janvier et juillet, et de la « crise » en novembre. Ces variations nous permettent de percevoir un climat général, plus -20-


que les titres de L'Humanité ou du Figaro. Par ailleurs, le Petit Parisien, beaucoup plus que les deux autres feuilles, lie ensemble les questions touchant à la Russie. La situation intérieure n'est pas traitée de côté par rapport à la question de la guerre ou de la paix russo-japonaises, ou sur les questions touchant au gouvernement de la Russie. Ces articles sont souvent reliés entre eux, dans la composition du journal. On constate même un titre spécifique lorsque ces événements sont traités simultanément : il est question de « crise russe » en septembre, et de « situation en Russie » en octobre. De mars à juin, la « crise intérieure » est une sous-rubrique de l'article sur la guerre russo-japonaise. Il est par ailleurs intéressant de constater que c'est à partir du 30 octobre que le Petit Parisien utilise le titre de « Révolution en Russie », au plus fort moment de l'agitation. Ce terme de révolution est récurent jusqu'à début janvier 1906. Le Figaro se refuse toujours à utiliser ce terme. Même après que le projet de constitution soit proclamé, ses rédacteurs préfèrent le terme d' « évolution» à celui de révolution. Ce dernier terme sollicite l'attention. Si les autres qualificatifs sont relativement neutres (crise, agitation, troubles), ou ne renvoient à rien de spécifique (situation, événement), l'emploi de « révolution » n'a quant à lui rien d'anodin. Il a un sens politique qui est particulièrement exacerbé dans le contexte de l'époque. En plus du changement structurel de la politique, « révolution » renvoie à la révolte massive d'une population contre ses institutions. En 1905, le spectre de la révolution française et européenne de 1848 est encore dans les esprits, et la référence à 1789 est elle aussi fréquente. Utiliser « révolution » pour 1905, c'est inscrire l'événement dans une filiation historique de première importance, que les socialistes d’Europe étudient avec le plus grand intérêt: après les révolutions bourgeoises, ils annoncent une révolution prolétarienne. Le terme de « révolution » est d'ailleurs récurent dans les titres des éditoriaux de L'Humanité, il apparaît dans 8 éditoriaux sur 31, soit plus d'un quart d'entre eux. Si les titres nous révèlent avant tout la prudence de la presse française, les sous-titres sont quant à eux plus évocateurs. Cette constance des titres nous indique toutefois qu'il y a une conscience contemporaine de se retrouver non pas face à une somme de petits événements, mais devant un ensemble qui bien que de prime abord incohérent, est révélateur d'une poussée globale et d'ampleur historique. Si la régularité des titres permet au lectorat de rapidement savoir de quoi il est question, c'est bien le sous-titre qui informe sur le contenu de la nouvelle. Ces sous-titres se présentent parfois sous la forme d'un résumé du contenu de l'article. L’Humanité passe quelques-fois le titre en petit caractère, alors que le sous-titre est le plus visible. Le titre a donc parfois une fonction de pré-titre. À travers le référencement des soustitres, il est possible de percevoir nombre de divergences existant entre les différentes feuilles. Toutefois, l'énumération exhaustive de l'ensemble des sous-titres étant relativement monotone, il ne sera ici listé uniquement les occurrences particulièrement révélatrices des nuances existantes d'une feuille à l'autre. Pour traiter de la manifestation du 22 janvier, le Petit Parisien utilise le titre d'« émeute à Saint-Pétersbourg », le Figaro met en avant les « grèves de Saint-Pétersbourg », tandis que L'Humanité annonce « la révolution Russe, une journée du tsar, 10'000 tués et blessés ». A la mort du grand-duc Serge, le Petit Parisien et L'Humanité titrent sur l'« attentat » tandis que le Figaro lui préfère le terme d' « assassinat ». Il est par ailleurs à noter que le Petit Parisien utilise également « assassinat » au sein de son article, mais que ce n'est pas le mot retenu pour le titre, les 18 et 19 février. Le même type de nuance est à noter à la miseptembre : lorsque le Figaro et L'Humanité traitent des « troubles du Caucase », le Petit Parisien va plus loin, en titrant sur « les massacres du Caucase ». Il est par ailleurs fait référence aux « tueries » et « massacres » en deuxième sous-titre, le 10 septembre. Dans d'autres cas, les sous-titres peuvent apporter plus de précisions sur la situation réelle et son évolution. On constate que pour certains événements, les titres du Figaro n'apportent que peu d'information comparé aux autres feuilles. Lorsque la grève générale est au plus haut, le Figaro ne propose aucun sous-titre aux « événements de Russie » qu'elle relate sous ce titre -21-


depuis plusieurs mois. Pour les deux autres journaux, les sous-titres des 27, 28 et 29 octobre se répondent et se complètent. Le Petit Parisien titre « un mouvement formidable » le 27, puis « un mouvement qui fait tache d'huile » le 28. Dans le même temps, L'Humanité titre sur la « grève de Pétersbourg » puis sur « Pétersbourg en révolte ». Le 29, « la crise s'accentue » selon le Petit Parisien, tandis que L'Humanité développe les « mesures de répressions » consécutives au mouvement gréviste. On constate ici une volonté de suivre de près l'événement, en apportant au jour le jour un développement sur son évolution. Cette vision dynamique de l'information révèle d'un intérêt pour les nouvelles en provenance de Russie, et plus encore, d'un réseau important de correspondants et d'agences étant sur place pour mieux vivre les pulsations de l'actualité.

1.2 L’INFORMATION INTERNATIONALE, SOURCES ET JOURNALISTES. Les plumes de la presse Il existe, au sein d’un journal, plusieurs degrés de rédaction, qui supposent un rapport différent à l’information, et fait ainsi varier sa retranscription. On peut distinguer les dépêches et les informations en provenance de correspondants ou d’envoyés spéciaux, aux articles retravaillés au sein de la rédaction, notamment les éditoriaux. Ces catégories sont évidemment relatives: aux articles rédigés se superposent la plupart du temps une ou plusieurs dépêches, directement insérées dans l’article principal. Seuls de courts entrefilets ne sont constitués que de dépêches. La rédaction de chaque journal se fait à partir de sources variées ; il est possible de dresser un rapide aperçu des différents types de journalistes, en proposant un tableau référençant les auteurs des articles sur la situation russe de 190520.

Envoyés spéciaux et Correspondants particuliers

Le Petit Parisien

L’Humanité

Paul Laguardère Michel Newsky

Rakovski Léon Rémy Étienne Avenard Lucien Herr Eugène Fournière Jean Longuet Léon Blum

Articles retravaillés à la rédaction Jean Frollo

20

Éditoriaux

Jean Jaurès Francis de Pressensé René Viviani Gustave Rouanet

Témoignages extérieurs

Pierre Struve G. Gapone Ivan Kalaief « citoyen Ladov » Anatole France

« marin Matouchenko »

Le Figaro Rezow George Bourdon Pierre Giffard E. Perrinet Eugène Lautier M. Landry Henri Roujon Georges Claretie Pierre de Coubertin Jules Roche A. de Mun prince Joseph Luborimaki, M. Kokovtsev, M. Witte, « une amie de la France », « un Russe »

Les noms sont présentés tels qu’ils le sont au sein des différents journaux -22-


De l’éditorial aux envoyés spéciaux, il faut se demander d’où l’auteur de l’article tire ses informations, car si ses sources sont parfois citées ou évoquées, elles peuvent également demeurer obscures. Les témoignages, citations et autres références directes posent finalement question. Elles nous informent sur les méthodes d’investigations du journaliste, ainsi que sur la place qui est accordée à la recherche de la vérité. Lorsque la presse a encore un rôle politique prépondérant, son objectif est de proposer un point de vue sur l'événement, parfois peut-être avant même de chercher à prouver la véracité des faits qu'elle retranscrit. On peut clairement différencier trois catégories de travail journalistique, que nous étudierons l’un après l’autre, et pour lesquelles la question de l'information et de l'opinion se confrontent. L'écriture au sein de la rédaction, se différencie des témoignages extérieurs, eux-mêmes distincts des écrits en provenance des correspondants sur place. Distance et rédaction Ce qui caractérise les articles de rédaction, c’est la distance que leurs auteurs ont par rapport à l’événement. Ils suivent l’actualité au rythme de la réception des dépêches d’agences et de correspondants. Ils retravaillent ces nouvelles, leur donnent un ton politique, y ajoutent le style du journal, mais, toujours avec le recul et la tempérance que leur permet l’éloignement. Le contenu des articles diffère selon qu’il s’agisse d’éditorial ou d’article touchant directement à l’actualité du jour. Même si les éditoriaux font référence à l’actualité récente, ils replacent souvent ces événements dans un contexte plus large, cherchant à comprendre ses mécanismes et à les mettre en perspective. Pour L’Humanité, l’éditorial est la tribune des représentants du socialisme français : Jean Jaurès et Francis de Pressensé notamment, expriment ici leur point de vue quant à la situation 21. Dans l’ensemble, bien que la rédaction des articles russes de l’Humanité soit composée par de nombreuses personnes, leur profil est particulièrement homogène. Ils sont tous de fervents socialistes, de l’éditorialiste au chroniqueur22. Les articles d’actualité russe du Figaro, comme ceux de L’Humanité, sont rédigés par des journalistes qui ne sont pas uniquement en charge de cette seule actualité. À l'époque, le travail de rédaction reste très polyvalent. Il est pour beaucoup un travail d'harmonisation de l'article, bien souvent composé par des dépêches accolées les unes aux autres. Pour les éditoriaux, Le Figaro fait appel à des personnalités connues, telles que Pierre de Coubertin, A. de Mun (de l'académie française) ou encore le Comte de Castellane, alors député des Basses-Alpes. Dans le cas du Petit Parisien, il faut bien comprendre que Jean Frollo, qui n'est autre que Charles-Ange Laisant, directeur du journal depuis 1879, n’est pas seul à la rédaction. Seulement, de nombreux articles en provenance de l’étranger, et/ou retraçant les dernières nouvelles n’ont pas d’auteurs spécifiés, même lorsqu’ils sont relativement longs et rédigés. Les petites mains restent dans l'ombre. Ceci nous informe sur les différences de fonctionnement et de ligne éditoriale entre les journaux d'opinions et les journaux généralistes. L’éditorial notamment, est de moindre importance pour un journal comme le Petit Parisien. Chaque journal, nous y reviendrons, crée un discours cohérent autour de chaque événement. La situation russe de 1905 n'y échappe pas. Ce point de vue peut clairement s'établir en observant les thèmes abordés de manière récurrente et les conclusions qui y sont systématiquement dressées. Il est également possible de définir ces schémas argumentatifs à partir des références qui les créent. En effet, chaque journaliste, chaque écrivain renvoie, cite, fait référence pour étayer son propos. Léon Blum propose, le 13 février, une chronique littéraire répertoriant quelques ouvrages traitant de la situation sociale et sociétale de la Russie, afin de permettre aux lecteurs de 21 22

Se référer à la liste des éditoriaux de l'année, proposée en annexe n°2 Lucien Herr est notamment membre de la « Société des amis du peuple russe et des peuples annexés ». -23-


L’Humanité se documenter sur ce pays. Le 20 février, il est également fait référence à une publication de Charles Seignobos, au sujet de « la pratique loyale de l'alliance russe »23. Ces quelques références nous informent de la volonté des journalistes de ne pas se cantonner à la stricte actualité mais de se former plus globalement sur la question. L’Humanité appelle les lecteurs du journal, qui sont des militants, à se tenir informé, au-delà de la lecture du journal. Concernant l'actualité, l'information présente dans chaque article est de provenances multiples. Les dépêches de Russie ne sont pas les uniques sources d'information. Durant l'année 1905, par sept fois L'Humanité explique tenir une information « de bonne source ». Il est question la plupart du temps d'apporter un démenti à une rumeur latente. Ainsi, le 4 mars, il est noté que « de source officieuse, on déclare, sans fondement le bruit d'après lequel le ministre de l'agriculture, M. Ermolov, aurait reçu l'ordre d'élaborer un projet de constitution ». Aux bruits se succèdent les informateurs anonymes, sans qu'il soit possible de déterminer quelle source est la plus proche de la réalité. Elles restent de toute façon invérifiables. Une expression est désormais consacrée, pour parler du Dimanche rouge, Celle d'un « fleuve de sang », séparant le tsar de son peuple. On la prête à Georgi Gapone. Dans une lettre, datée du 20 février, et publiée le 1er mars dans L'Humanité, il utilise cette image : Plein d'une foi naïve en toi, comme en père de ton peuple, je marchais vers toi pacifiquement, accompagné des enfants de ton peuple. Tu devais le savoir, tu le savais. Le sang innocent des ouvriers, de leurs femmes de leurs enfants en bas-âge séparera dorénavant pour toujours, toi, leur assassin, et le peuple russe. 24 Gapone ayant été acteur du 22 janvier, puis rentré en clandestinité, il n'a pu écrire ces mots avant le mois de février. Pourtant, cette expression bien souvent reprise après lui, s'avère avoir été utilisée avant même qu'il ne l'ait prononcée. En effet, Jean Jaurès commence l'éditorial du 23 janvier par ces mots : Entre le tsar et « son peuple » il y a désormais un fleuve de sang. Et du coup qu’il a porté aux ouvriers russes le tsarisme s’est frappé lui-même mortellement. 25 Si Gapone n'a pas pu communiquer son témoignage avant février, alors de qui vient l'expression qu'on lui prête à tort, puisqu'elle a été utilisée par Jaurès bien avant lui ? Il est peu probable qu'elle vienne de Jean Jaurès sans qu'il ne s'en soit réclamé. Les réseaux d'informations devaient retranscrire cette image, en particulier ceux de la deuxième internationale, étant donné que cette expression est clairement anti-tsariste. Une recherche approfondie de cette occurrence pourrait permettre de reconstituer les réseaux d'informations utilisés par L'Humanité, ainsi que de mieux comprendre l'organisation interne de transmission de l'internationale. Cette expression prêtée à Georgi Gapone est en réalité anonyme, comme le sont souvent les images fortes trouvées par un journaliste, ou celles retenues par l'histoire. Par ailleurs, il est souvent fait écho d'articles parus dans d'autres journaux. Lorsque l'information parut dans le premier est exclusive, le second peut reprendre l'information à son compte, tout en citant la source première. Ainsi le 6 février, l'éditorial de L'Humanité fait référence à un article paru la veille dans les colonnes du Petit Parisien : Un haut personnage russe, dont le Petit Parisien reproduit la conversation, estime que seule la prompte conclusion de la paix permettra, à la Russie d'éviter une révolution, libérale d'abord, sociale ensuite.26 23

24 25 26

Très impliqué par la question de la Russie, C. Seignobos, au-delà de son illustre carrière d'historien, rejoint également la « Société des amis du peuple russe et des peuples annexés » en 1905, pour laquelle il publie quelques essais. L'Humanité, 1er mars 1905, « deux lettres de Gapone », page 1. L'Humanité, éditorial du 23 janvier 1905, « La mort du tsarisme » L'Humanité, éditorial du 6 février 1905, « Régime croulant » -24-


Se référer ainsi à un autre journal, en dehors du fait de reprendre une information intéressante, permet de montrer à son lecteur que le journal qu'il lit n’est pas le seul à tenir tel propos, à soutenir tel argument. L’Humanité cherche ici à monter que la paix russo-japonaise, qu'elle a défendue dès les prémices de la guerre, se trouve, après plusieurs défaites russes, une opinion de plus en plus partagée par le reste de la presse française. Le point de vue pacifiste de L’Humanité sort de son isolement, et le fait remarquer : le Petit Parisien partage désormais cette opinion, en plus d'un « haut personnage russe ». Cette méthode à l'inverse, peut être utilisée pour progressivement modifier la ligne d'une rédaction. Lorsqu'un journaliste cite un confrère, il se dédouane d'une opinion, tout en la présentant. En procédant ainsi à plusieurs reprises, cela peut progressivement faire infléchir un discours, jusqu'à créer un consensus sur le sujet auprès du lectorat. Ceci étant, la plupart du temps, le ton des journaux reste majoritairement polémique. Pour la question de la Russie en particulier, le débat est houleux. Si une information circule, ça n'est pas toujours pour la citer telle qu'elle, mais bien plutôt pour la critiquer. Les éditoriaux politiques de Jean Jaurès sont fréquemment sur ce thème. Le 25 décembre, il fait référence aux opinions exprimées dans Le Figaro: Le mouvement général de l'Europe émeut les conservateurs de toute nuance, Le Figaro s’élève avec force contre la révolution russe. Ah ! Si les russes s'étaient bornés à solliciter doucement, sagement un peu de liberté, ils seraient soutenus par la sympathie générale.27 Les positions de chaque journal sont tranchées, et bien souvent opposées à toute forme de dialogue avec les autres. Ce climat conflictuel est tout à fait représentatif de la Troisième République, où les gouvernements s’enchaînent, dans une vie politique aussi mouvementée que divisée. La presse est alors le terrain privilégié de ces débats. Ceux qui noircissent les colonnes des journaux sont encore davantage des figures politiques que des journalistes. Pour la presse d'opinion, n'importe quel sujet d'actualité est une tribune, sur laquelle il faut s'exprimer. Pratiques du témoignage Pour les trois feuilles, certaines personnes extérieures au journal sont citées comme auteurs. Il peut s’agir de déclarations publiques retranscrites, ou provenir d’entretiens particuliers accordés à un journaliste. Ces personnes sont bien souvent acteurs des événements ayant court en Russie; la presse française utilise ces témoignages pour proposer à leur lectorat un point de vue de l’intérieur de la révolution. Dans tous les cas, le choix des témoins n'est jamais anodin, il s'inscrit clairement dans la politique éditoriale du journal. Le Petit Parisien propose ainsi d’entendre « la voix [du] fameux Athanase Matouchenko », membre l’équipage du Kniaz-Potemkine, dans un récit rétrospectif publié le 2 octobre. Dans un récit dynamique, digne de ses feuilletons, Le Petit Parisien revient sur l'un des événements les plus marquant de la révolution de 1905, qui, trois mois après, est toujours susceptible de faire l'objet d'articles en première page : Ce fut un moment terrible et décisif. Ce fut une question de vie ou de mort pour les matelots et pour les officiers. Le camarade de Vokoulentchouk courut après Neoupokoief et tira sur lui. Celui-ci s'abattit la tête fracassée. Le matelot jeta de côté sa carabine, lança le cadavre pardessus bord et reprit son fusil. Ayant couru derrière la tourelle, il aperçut Guiliarovski une carabine à la main, et à côte Vokoulentchouk baignant dans son sang. C'est Guiliarovski qui avait tué notre cher camarade. À la vue de cette victime et de son assassin debout auprès d'elle, une émotion intense nous étreignit.28 27 28

L'Humanité, éditorial du 25 décembre 1905, « Inquiétude » Le Petit Parisien, 2 octobre 1905, « Les souvenirs de Matouchenko » p.1-2. -25-


Pour le Figaro, le point de vue se trouve plus en retrait par rapport à l'action. Le témoignage des représentants de l'état est privilégié, avec l'interview de plusieurs figures du gouvernement, notamment M. Witte et M. Kokovtsev, les 29 juillet 1905 et 12 janvier 1906, aussi bien au sujet de la guerre russo-japonaise que de la situation intérieure et financière de la Russie. Le 22 août, il est fait un portrait de M. Vladimir de Frisch, membre du Conseil du ministre de l'intérieur et membre de la Commission Ignatiev. Ce haut fonctionnaire, explique le Figaro, est en voyage à Paris afin de s'informer sur les « méthodes et les lois qui assurent en France l'ordre public, et la Commission Ignatiev, qui l'a délégué, pense trouver dans le rapport qu'il lui présentera des indications utiles pour l'instauration, en matière de police, d'un régime rigoureusement légal. » L’éditorial du 30 novembre, rédigé par Joseph Luborimaki, aristocrate polonais, critique quant à lui les accès séparatistes ayant lieu en Pologne, en affirmant les bienfaits de l'état russe sur la région polonaise de l'empire. Par ces quelques témoignages, on constate que le Figaro cherche à axer le fond de ses articles sur le régime russe et sa mutation. Ceci permet d'insister sur le fait que l'autocratie est susceptible de changer légalement, sans qu'il ne soit nécessaire de renverser l'état par le biais d'une révolution. Quant à l’article signé d’ « une amie de la France », datant du 5 mai, il fait un véritable éloge à la tsarine, Maria Féodorovna. Ce témoignage, signé tel quel pour paraître venir d'une plume russe, a tout l’air d’un faux. L'usage du faux, bien que malhonnête en terme journalistique, est encore largement répandu, au-delà de la rubrique du courrier des lecteurs. Il est l'occasion de créer une image forte et claire, qui présente une opinion si tranchée, que la rédaction pourrait avoir du mal à l'assumer comme étant de sa main. La signature anonyme fait figure de compromis. En prologue de cet article, la rédaction défend ce témoignage avec force, certains de l'empathie que ce portrait sera susceptible d'attiser à son lecteur : Nous tenons d'une amie de la France, très bien placée pour connaître à merveille l'impératrice Maria Féodorovna, l'article qu'on va lire. Ce beau portrait est la vérité même un très noble visage y est peint avec sa ressemblance exacte. On ne sait peut-être pas assez en France, mais on sait en Russie combien l'impératrice Maria Féodorovna est animée d'idées libérales, combien le souci du peuple aboutit en elle à des principes de tolérance et de justice sociale. Sa générosité vigilante et active est bien connue; toutes les souffrances de sa vie se sont transformées, comme c'est le privilège des grandes natures, en indulgente et compatissante bonté.29 Il est à noter que le témoignage d'un « haut fonctionnaire russe », parut dans le Petit Parisien du 5 février, et dont les propos sont ensuite repris par l'Humanité, n'est par contre probablement pas un faux, mais une personnalité qui a préféré garder l'anonymat. Il est d'ailleurs précisé que l'information est arrivée par lettre d'un envoyé spécial. La description du personnage est assez précise: J'ai eu tout à l'heure une longue conversation avec un homme qui fut des plus en vue parmi ses égaux, demeure un des grands dignitaires de l'empire, et dont l'éblouissante fortune n'eut d'égale que sa disgrâce, en soudaineté et en étendue. Je ne vous dirai point son nom. Aussi bien importe-t-il peu de le prononcer.30 Avec ces informations, on peut supposer qu'il est ici question de Piotr Sviatopolk-Mirski, ministre de l'intérieur à partir d’août 190431. Considéré par l'empereur et le grand-duc Serge comme étant trop favorable aux idées libérales, il est démis de ses fonctions à la suite du 22 29 30 31

Le Figaro, éditorial du 5 mai 1905, « l'impératrice Maria Feodorovna » Le Petit Parisien, 5 février 1905, « le petit parisien à Pétersbourg: paroles d'un sage », page 1-2. Il succède à Plehve, victime d'un attentat nationaliste à Helsinki -26-


janvier, sans pour autant accéder au conseil d'État, ce qui est pourtant usage en Russie tsariste, après un poste de ministre. Pour ces raisons, il est considéré comme ayant servit de boucémissaire après le « dimanche rouge ». L’Humanité prend le parti de publier des témoignages bien différents. Deux lettres de Gapone sont retranscrites le 1er mars. Cette figure incontournable de la manifestation du 22 janvier a été très largement adoptée par les milieux socialistes européens après son exil. La première lettre, assez brève, est adressée au Tsar, la seconde, plus détaillée, est un appel au peuple russe. La rédaction précise uniquement que « Ces écrits sont distribués en ce moment même en très grandes quantités parmi le peuple ouvrier de Russie », et ne procède à aucune coupe sur le texte original. Voici un extrait de la seconde lettre, qui partage clairement les opinions de la rédaction de L'Humanité: C'est vous qui avez commencé la grande, la vraie révolution russe. Sur vous, héros, sur vous, précurseurs de la terrible insurrection du peuple, sont fixés les yeux de la Russie et du monde entier. Au nom de la liberté, du bonheur de la patrie, du sang de vos frères, de vos femmes, de vos enfants en basâge, je vous adjure: ne vous découragez pas.32 La démarche est la même lorsque L'Humanité retranscrit une déclaration de P. Struve, représentant de la fraction constitutionnelle démocratique en Russie, s’adressant nous dit L’Humanité, directement au « citoyen Jaurès ». Struve partage les mêmes constats et perspectives que L'Humanité au sujet des enjeux diplomatiques russes. Il explique que la paix est nécessaire, salue au passage le pacifisme de Jaurès, et soutient que cette paix est « indissolublement liée au renversement radical de la politique intérieure et extérieure de la Russie. » Dans les deux cas, ces discours sont en tout point conformes à celui mis au point par L'Humanité, il n'apporte que peu d'autres nuances. Toutefois, il semble avoir d'autant plus de force qu'ils constituent un point de vue d'acteurs de la Révolution, et non de personnes extérieures. L’Humanité va plus loin, en donnant la parole à une personnalité plus controversée, Ivan Kalaief, l’assassin du grand-duc Serge. Le 17 juin est retranscris une lettre qu'il adresse à la grande duchesse Elisabeth, veuve du grand-duc Serge. En préambule de cette publication, l'Humanité rappelle l'histoire de la première entrevue entre l'aristocrate et le condamné, expliquant que l'histoire fut déformée par les journaux russes, et que la lettre de Kalaief a pour objectif de rétablir la vérité, à travers la version des faits de l'accusé : Je proteste énergiquement contre une interprétation politique de mon sentiment de compassion pour votre malheur. Mes convictions, mes sentiments à l'égard de la famille régnante restent inébranlables, et, par aucun côté de ma personnalité, je n'ai rien de commun avec la superstition religieuse des esclaves et de leurs hypocrites maîtres. Je reconnais ma faute je devais vous accueillir avec indifférence, ne pas entrer en conversation avec vous. Mais j'ai voulu agir avec plus de douceur, en cachant momentanément au fond de mon cœur la haine que je ressens naturellement pour vous. Vous savez maintenant quels étaient mes motifs. Mais vous vous êtes montrée indigne de ma générosité. Car, cela ne laisse aucun doute pour moi, c'est vous qui êtes la source, de toutes les informations prises sur mon compte. Qui aurait osé, en effet, raconter notre conversation sans vous en demander l'autorisation ?33 Ainsi Kalaief vient accuser la presse russe toute entière d'être aux mains du régime. Argument que L'Humanité, d'ailleurs, a largement relayé. 32 33

L'Humanité, 1er mars 1905, « deux lettres de Gapone », page 1. L'Humanité, 17 juin 1905, « lettre de Kalaief à la grande duchesse Elisabeth », page 1. -27-


Circulation et correspondance L’information exclusive Cette impression générale de censure des dépêches et de distorsion des informations va en s'accroissant, au long de 1905. Il n'est pas rare que Le Petit Parisien ou le Figaro propose un entrefilet proposant une revue de la presse russe, ou sur la question de la liberté de la presse. Le 27 décembre, L’Humanité titre sur le « Silence redoutable » des télégrammes en provenance de Russie : L'absence presque complète de nouvelles de Russie est encore plus impressionnante même que les dépêches tragiques qui nous parvenaient de Moscou avant-hier et les jours précédents. Jamais depuis le début de la crise colossale que traverse cette grande nation et surtout depuis trois mois, nous n'avons reçu aussi peu d'informations exactes et précises sur les événements au moment où ils paraissent le plus palpitant.34 Car la première source d'information, pour les journalistes d'une rédaction, c'est avant tout celle qui provient du terrain. Comment savoir à quel point une dépêche d'agence est tronquée, policée, minimisée ? La censure russe est le principal acteur de déformation entre le compte rendu de la presse française, et l'analyse historiographique faite a posteriori. Les correspondants réguliers, auxquels s'ajoutent les envoyés spéciaux, sont toutefois nombreux sur le sol russe, durant l'année 1905. Ils sont les acteurs privilégiés de l'information internationale. L'article d'un correspondant se distingue de l'assemblage des dépêches conçu à la rédaction. Car celui-ci ne se contente pas de rendre compte, il touche directement à la réalité de l’événement, il palpe son pouls, s'approprie son rythme. On distingue facilement un correspondant particulier qui télégraphie une courte information, à celui qui rédige l'ensemble de son article ; le réalisme en est accru. Étienne Avenard, correspondant régulier en Russie, écrit sur le vif ses nouvelles, publiées le 27 janvier dans L'Humanité : J'étouffe le cri d'horreur et de colère qui monte à ma bouche. Je n'ai pas la force de commenter ce que j'ai vu et appris aujourd'hui, je m'applique à ne vous transmettre que sous forme de notes rapides quelques faits et quelques rumeurs qui compléteront ou rectifieront les télégrammes que vous avez déjà reçus. Un récit complet de la journée est actuellement impossible dans les circonstances où nous sommes, un homme ne peut connaître en quelques heures qu'une très faible partie des événements (dans la grande ville où les manifestants qui avaient donné l'assurance d'un calme presque religieux sont tombés sous les balles et où la grève a tourné en révolution.)35 Dans le Figaro et Le Petit Parisien, on retrouve les mentions de « correspondant particulier », souvent accolé d'un pronom possessif, singulier ou pluriel, pour signifier l'exclusivité de l'information. Ces correspondants ne sont jamais nommés, à la différence des « envoyés spéciaux »: Georges Bourdon et Pierre Giffard pour le Figaro, Michel Newsky et Paul Laguardère pour Le Petit Parisien, qui sont des membres à part entière de la rédaction. L’Humanité n'utilise pas ces mentions, puisque son système de correspondance ne fonctionne pas par les biais classiques de la presse. Certes, les dépêches d'agences sont utilisées, mais la plupart du temps, la presse socialiste européenne utilise les canaux de la seconde Internationale, ce qui explique que ces informations soient parfois si distinctes de celles des autres journaux: les informations viennent de militants, et non de journalistes. Pour exemple, 20 février, la rubrique sur la situation en Pologne provient d'une « lettre du parti socialiste polonais ». Cette démarche leur permet parfois d'obtenir des informations de première fraîcheur, lorsque la censure le permet, puisque les informateurs sont sur place. Ainsi, durant la mutinerie du 34 35

L'Humanité, 27 décembre 1905, « Silence redoutable », page 1. L'Humanité, 27 janvier 1905, « La révolution russe, les journées sanglantes: récit d'un témoin», page 1. -28-


Potemkine, Christian Rakovski, membre notoire de la seconde internationale en Roumanie36, narre l'action en tant que témoin direct, et propose un compte rendu détaillé des événements, en s'adressant directement aux « lecteurs de L'Humanité », notamment le 20 juillet: Devenu, dès le premier moment, une sorte d'intermédiaire entre les insurgés et les autorités roumaines, j'ai assisté à toutes les opérations de la reddition, surveillent la distribution de l'argent, le départ des matelots, visité les blessés placés dans les hôpitaux militaires et civils de Constanza, et organisé, enfin, un service pour aider à l'expatriation définitive des matelots insurgés, casés provisoirement dans différentes villes et villages du territoire roumain.37 Le rôle des agences Les dépêches d'agence sont quant à elles plus impersonnelles, puisqu'elles s'adressent à de nombreux journaux. En 1840, Balzac critiquait déjà l'uniformité de la presse que celles-ci créaient: « Comprenez-vous maintenant la pauvre uniformité des nouvelles étrangères dans tous les journaux? Chacun teint en blanc, en vert, en rouge ou en bleu la nouvelle que lui envoie M. Havas, le maître Jacques de la Presse. Sur ce point, il n'y a qu'un journal, fait par lui, et à la source duquel provient tous les journaux38 » Bien que le tableau soit quelque peu noirci, puisque les agences ne sont pas les seules sources d'information internationales, ce constat reste globalement en vigueur en 1905. Lorsqu'une actualité inattendue se produit, il n'y a bien souvent aucun correspondant régulier sur place, et l'investissement d'un envoyé spécial n'a rien de pécuniairement dérisoire. C'est encore plus vrai pour les événements très ponctuels, pour lesquels aucun envoyé n'a le temps de se rendre sur place dans les délais. Globalement, les événements de Russie étant de nature multiples et plutôt imprévisibles vu de l'extérieur et au jour le jour, il est logique que les quotidien fassent largement appel aux agences. Il est facile de repérer les cas ou l'information parue dans deux journaux provient d'une même dépêche, même si celle-ci n'est pas toujours référencée comme telle. Ainsi le 25 octobre, on constate que le Figaro et L'Humanité reprennent la même information, et se contentent de la « teindre », pour paraphraser Balzac: Le Figaro décrit: Le prince Khilkov, ministres des voies de communications, que l'interruption des trains avait enfermées à Moscou, a pu partir ce matin par un train spécial. Avant de partir, il s'est entretenu avec une députation minière. II a rappelé aux délégués qu'il avait été lui-même ouvrier en Angleterre et en Amérique et qu'il travaillait jusqu'à seize heures par jour pour augmenter son salaire, ce qui ne l'empêchait pas de consacrer encore une heure par jour à la lecture39. L’Humanité prend le parti de citer l'anecdote avec dérision: Une députation des grévistes est venue demander au prince Khilkov, qui se trouvait dans l'incapacité de regagner Pétersbourg, les droits politiques et la libération des arrêtés. Les ouvriers n'ont obtenu que des paroles vaines et insultantes. Le prince n'a pas cru pouvoir mieux faire que de persuader aux ouvriers de l'imiter, de travailler seize heures par jour et de consacrer une 36

37 38

39

Ce membre du Parti ouvrier social-démocrate bulgare est une personnalité importante de l'internationale socialiste dès 1890, il est correspondant de l'Humanité pour les Balkans depuis sa création. Proche de Trotsky à partir des années 1912-1913, il devient président du conseil des commissaires du peuple de la république d'Ukraine à partir de novembre 1917. Exécuté par le NKVD en 1941. L'Humanité, 20 juillet 1905, « À bord du Kniaz-Potemkine », page 1. BALZAC, cité par FREDERIX Pierre, Un siècle de chasses aux nouvelles, Flammarion, 1959 p. 26 et suivantes. Le Figaro, 25 octobre 1905, « dernière nouvelles du Figaro: En Russie » page 2. -29-


dix-septième s'instruire.40 Par ailleurs la presse française recopie régulièrement des dépêches provenant de journaux outre-manche, preuve que les structures de leur presse sont alors plus puissantes et mieux organisées, grâce notamment à l’agence Reuters, installée à Londres. Pour exemple, le 1 er novembre le Figaro explique l’origine d’une information : « De Londres on nous transmet la dépêche suivante que publient plusieurs journaux anglais : Saint-Pétersbourg, 31 octobre, Une foule considérable est assemblée devant le palais d'hiver, où l'Empereur est arrivé. » La plupart du temps, le journal dont est extraite l’information est directement cité. Dans l’Humanité du 30 avril : « Le correspondant du Daily Telegraph, qui est d'ordinaire fort bien informé, dit que sa conviction est que les ouvriers de Pétersbourg ne bougeront pas, et se garderont de toutes manifestations ». L’Humanité encore, explique que ses informations viennent essentiellement de son homologue allemand, le Vorwärts, pour son article du 25 septembre. En définitive, ceci est révélateur d’une forte circulation de l’information parmi les journaux d’Europe ; le télégramme reste le support privilégié pour l’acheminement de courtes dépêches, et les réseaux télégraphiques internationaux sont relativement peu nombreux 41. D’autre part, il est important de préciser que le système de correspondant permanent, s’il n’est pas encore évident pour la France, est d’ores et déjà institué en Grande-Bretagne. Nous avons constaté que les journalistes d’une feuille lisaient leurs homologues, afin de s’informer comme de polémiquer. Cette démarche dépasse clairement les frontières françaises. Les informations circulent d’un pays d’Europe occidental à l’autre, les journalistes se lisent entre eux, à la recherche des dernières nouvelles. Les revues de presses sont régulières, en particulier au sujet du premier pays concerné : la Russie. Pour témoigner de l’ouverture de la presse occidentale vers la Russie, il est à noter que l’hebdomadaire anglais The Graphic propose la reproduction d’une caricature russe, dans son édition du 30 décembre 1905 42. Cet exemple montre qu’il existe une ouverture vers le point de vue russe ; que le lectorat, ou a défaut le monde du journalisme, a accès à l’information contemporaine russe, et notamment aux discours critiques de propagande prolétarienne. Les images, en tant que support visuel, donnent une forte impression de réalisme. Pour autant, ces sources ne sont pas exemptes de discours. Si une photographie est plus proche du témoignage objectif, la caricature et la gravure donnent à voir un point de vue. En ce qui concerne les gravures, leur provenance n'est jamais mentionnée, il est seulement indiqué si elles ont étés réalisées d'après photographie ou d'après croquis, même si cette mention n'est pas systématique. Il est toutefois possible de le déduire en fonction de la complexité du décor et du cadrage. La photographie devient à la mode, en particulier du fait du réalisme qu'elle a apporté aux récents conflits internationaux. Rapidement, elle gagne en audience de par l'impression d'authenticité qu'elle propose; elle est rapidement associée à la notion de vérité dans le monde du journalisme. En 1905, elle a déjà gagné du terrain sur le dessin. Les agences d'images se mettent progressivement en place. Et si celles-ci ne sont pas toujours citées, elles sont reconnaissables par des annotations sur l'original, qui dans la parution, deviennent souvent des titres donnés aux images. Pour exemple, l'agence Bulla propose des figures types parmi le peuple russe, parmi lesquelles le « mendiant russe », le « moujik », le « soldat », etc.43 On peut clairement l'identifier dans le Petit Parisien du 22 novembre, qui propose un portrait de « moujik » pour illustrer un article sur « la question des paysans ». C'est également notable dans le numéro de 40

L'Humanité, 25 octobre 1905, « le mouvement révolutionnaire russe, la grève des chemins de fer», page 1. Sur ces questions, voir la synthèse de CARRÉ Patrice, «From the telegraph to the telex: a history of technology, early networks and issues in France in the 19th and 20th centuries», Flux n°11, 1993. pp. 17-31. 42 BOUCHARD Anne-Marie, DESGAGNÉS Alexis, « La révolution russe dans la presse illustrée européenne », Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p.481 43 GERVAIS Thierry, op. cit. p.287 41

-30-


L'Illustration du 26 août, où plusieurs portraits sont rassemblés sous le titre « Avant la première assemblée nationale russe: types d'électeurs44 » La plupart des images rendant compte de l'événement lui-même sont malheureusement bien souvent exemptes de référence à leur provenance, il n'existe alors qu'une phrase de commentaire, permettant de situer l'image. Quelques fois, elle provient d'un « correspondant particulier». L'agence Bulla propose quelques tirages dans L'Illustration, ils sont publiés les 28 janvier, 11 novembre et 25 novembre. Il s'agit de photographies de manifestations, ou de lieux laissés désolés après une révolte. La majorité des clichés photographiques sont des portraits et des paysages, ce sont donc des images qui sont annexes par rapport à l'action, qui n'apportent que des éléments de mise en contexte. Les fonds d'agence permettent ainsi de couvrir une actualité même lorsqu'aucune image de l'action n'est disponible. Ces images permettent de situer un lieu, de mettre un visage sur un nom. Plus encore, ils permettent de proposer des représentations de la Russie, même lorsque l'actualité n'a rien de palpitant.

1.3 LES RYTHMES QUOTIDIENS DE L’INFORMATION Comme le démontrent les courbes suivant le rythme de la révolution russe dans la presse quotidienne45, l'actualité russe est suivie en dent de scie. La révolution se compose d'un ensemble d'événements hétéroclites dont la presse française ne fait pas une couverture homogène. Nous pouvons distinguer le déroulement de cinq grandes phases dans la période allant de janvier 1905 à février 1906. Ce tableau récapitulatif permet de mieux concevoir les rythmes principaux suivit par les journaux durant l'année 1905. Ce premier constat permet de se faire une idée des cohérences générales sur la question des rythmes de la presse relayant le mouvement russe. À partir de ces grandes phases, on constate qu'il a fallu un certain temps à la presse pour comprendre et s'approprier l'information, avant de proposer un réel travail d'analyse à son lectorat. Ce rythme d'adaptation pose plusieurs questionnements sur le rôle et la mission du journaliste du début du XXe siècle, ainsi que sur sa capacité à s'adapter aux variations d'un mouvement pour mieux le retranscrire. Le mouvement de 1905 est fait de plusieurs réalités imbriquées, il évolue, grandit, se lit sur plusieurs niveaux et plusieurs fréquences rythmiques. Il n'est pas évident pour le journaliste, surtout au début, lorsque la Russie lui est tout à fait étrangère, de concevoir les nuances, et de mettre en lien toutes les pulsations d'un même mouvement général. La couverture médiatique qui est faite des événements est une question de perception et de choix. La rédaction du journal ne connaît pas encore le poids historique d'une nouvelle sur une autre, il peut toutefois tenter de la concevoir. À travers ces questions, on touche à la lucidité historique du journaliste. Il faut toutefois comprendre que le journal n'a pas toujours ces grandes vocations ; plus souvent, il cherche à donner une tournure cohérente à l'enchaînement des événements, voire à privilégier le sensationnel au mémorable, les nombreux titres de première page du Petit Parisien ayant pour titre phare quelques faits divers sordides en sont la démonstration. Dans cette partie, nous nous intéresserons à la manière dont les journaux médiatisent les moments forts de l’année 1905 en Russie, par deux études de cas : l’assassinat du grand-duc Serge en février, et la mutinerie du cuirassé Potemkine en juillet. A l’inverse, nous reviendrons sur la phase la plus calme de l’année, de mars à juin 1905, et chercherons à analyser la façon dont les journalistes traitent d’un événement qui ne propose pas d’actualité formidable.

44 45

Présente en annexe Présenté page 13. -31-


Le déclenchement de l’intérêt des médias français pour la situation russe vient de la manifestation du 22 janvier, qui provoque la stupeur générale. À partir de là, la presse cherche à décrire le déroulement des événements intérieurs, sans toutefois réellement interroger les raisons profondes qui les ont causés. La tension est alors très forte, et l'attentat causant la mort du grand-duc Serge ne fait qu'inquiéter davantage la presse conservatrice. Période de radoucissement, les événements ne sont que peu suivis et Mars commentés, essentiellement à cause d'une mauvaise qualité des réseaux de correspondants en France. La presse française veut croire que la panique n'a Juin été que de courte durée, et que tout commence à rentrer dans l'ordre en Russie. La mutinerie Potemkine provoque un général regain d’intérêt pour la situation intérieure russe, on commence à concevoir alors que le mouvement de révoltes ne recoupe pas uniquement des grèves et des manifestations citadines. L'entrée Juillet en révoltes des ethnies minoritaires, des paysans et des soldats donne une autre dimension au mouvement contestataire. Il faut également y ajouter la misignature de la paix, qui provoque un déplacement de l'intérêt porté à la octobre Russie. Le rythme de l'actualité est alors mieux soutenu par la presse française qui comprend désormais les mécanismes de la situation, et trouve les cohérences d'un discours à tenir pour rendre l'ensemble compréhensible pour son lectorat. MiLa grève générale puis le manifeste d'Octobre et l'annonce de la Constitution Octobre est l’apogée de la couverture médiatique du mouvement. La période est retranscrite comme étant l'aboutissement du mouvement contestataire. Aussi miles journalistes commencent à chercher une conclusion à cette page d'histoire, janvier en proposant les bilans du mouvement et des perspectives pour l'empire russe. Considérant que le calme est définitivement retrouvé en Russie, on assiste à Miune chute brutale de la couverture médiatique. Les manifestations Janvier d'anniversaire du 22 janvier sont les dernières actualités réellement suivies par la presse ; par la suite, la situation en Russie cesse de constituer un sujet ... d'actualité. fin Janvier Février

Les choix de la couverture médiatique. L'assassinat du grand-duc Serge Il n'est pas ici question de toucher directement à la cohérence du déroulement des événements de 190546, mais de chercher à comprendre les motifs qui poussent les journalistes à privilégier la couverture d’un événement plutôt qu'un autre. Pour la presse populaire et généraliste, il s'agit de trouver les événements qui auront le plus d'impact sur son lectorat, qui saura l'émouvoir : lui faire peur, l'émerveiller, le choquer sont des objectifs plus fréquents que de le faire se questionner et le pousser à approfondir ses réflexions. Les couvertures du Supplément illustré du Petit Journal vont totalement dans ce sens, en témoigne la couverture proposée le dimanche 5 mars. Si cet événement fait les gros titres, c'est parce qu'il touche à un membre de la famille impériale, mais également essentiellement, par son caractère soudain et imprévisible, et par l'incompréhension générale que ces méthodes terroristes suscitent. Ce type d'événement pose pourtant des contraintes techniques de taille pour les journalistes qui ne peuvent pas l'anticiper, et donc pas y assister. Il se trouve pourtant qu'un certain nombre de journaux tiennent leur information d'un témoignage publié dans le Daily Telegraph. Un anonyme se trouvait sur la place du Sénat, et propose son compte-rendu du déroulement de l'action. 46

Cf supra p.42-75 -32-


Figure 1: Le Petit Journal, supplément illustré, couverture du 5 mars 1905, « Attentat révolutionnaire à Moscou» Chacun des trois quotidiens étudiés propose les 18 et 19 février, de longs articles traitant de la nouvelle. En regardant ces articles dans le détail, on constate qu’ils ne sont constitués que de dépêches accolées les unes aux autres, ce qui entraîne de nombreuses répétitions. Cette pratique était encore très courante, les journalistes n'ayant pas encore le souci de proposer un seul récit cohérent fait de plusieurs sources. L’Humanité du 18 février propose plusieurs rubriques dans l'article traitant de l’événement. L'une d'elle a pour sujet le déroulement de l'attentat lui-même. Les sources sont citées, les unes après les autres, dans une logique chronologique : il est pour les premières dépêches, toujours précisé l'heure à laquelle l'information a été envoyée. Voici l'ordre dans laquelle les informations sont retranscrites : « Pétérsbourg, (8h. 10 après-midi) » mention d'une explosion au Kremlin, puis « Pétersbourg, (3h.20)[...] après une explosion violente, la voiture fut brisée et le grand-duc Serge tué », puis, de « Londres (par téléphone), 4h.20 » mêmes informations, ajout que les auteurs de l'attentat sont « aux mains de la police russe », puis « Moscou, (5h.16 du soir) », deux phrases pour préciser que l’événement a eu lieu « à trois heure de l'après-midi ». Puis, sans précision d'heure, il est proposé un récit sur trois paragraphes, venant de l'agence Havas, ensuite, encore quatre récits successifs, en provenance de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, racontent sensiblement la même chose, sans qu'il ne soit précisé la provenance de l'information ou l'heure à laquelle ces dépêches ont étés envoyés. Cet article de L'Humanité, long d'une colonne, propose pas moins de neuf récits successifs. Le Petit Parisien n'est pas en reste, en citant cinq témoignages, parmi lesquels on distingue clairement la dépêche de l'agence Havas, qui n’est pourtant pas explicitement référencée. Le récit de Paul Laguardère, envoyé spécial pour le Petit Parisien, est sensiblement identique aux autres : on suppose que celui-ci n'a fait que reprendre d'autres dépêches à son compte, la mention d' « envoyé spécial » est donc quelque peu usurpée, mais il est certain qu'elle donne de l'importance aux quelques développements proposés par P. Laguardère. Le Figaro ne propose pas de telles répétitions, Georges Bourdon résume les événements, la dépêche d'Havas qui est retranscrite à la suite, raconte la même chose, mais l'article s'attarde ensuite davantage sur un portrait du grand-duc. En comparant ces trois articles datés du même jour, on constate que des paragraphes entiers sont identiques : et ce n'est pas uniquement du fait de l'agence Havas. Il semble que l'ensemble des journalistes manquent d’informations précises et exclusives pour traiter de l’événement. Les articles sont longs, mais ils pourraient se réduire à un quart de leur taille. Cela ne permettrait cela-dit plus de proposer une première page correcte. Pour aller dans le sens du spectaculaire, les trois journaux reprennent l'expression d'une « formidable explosion ». Certains se proposent d'y ajouter quelques descriptions macabres. Ainsi le Petit -33-


Parisien précise : « Le grand-duc Serge a été écharpé, il n'est resté dans la voiture que le pied gauche et la tête de la victime » Le Figaro va plus loin, en précisant une anecdote peu ragoutante, le 18 février ; le lendemain, l'histoire est plus sordide encore, toujours dans les colonnes du Figaro, qui pourtant n'a de cesse de critiquer les bassesses morales des journaux populaires: Quant au grand-duc, son corps était littéralement déchiqueté. La tête était réduite en miettes. Une femme a pu retrouver quelques fragments de la cervelle qu'elle a remis au commissaire de police47. On cite ce détail macabre d'une femme du peuple, ramassant sans son mouchoir un fragment de la cervelle et l'offrant à la grande duchesse48. D'autre part, par manque d'information, les journaux cherchent à mettre en contexte l'événement. Cette démarche permet de faire de l'information,à partir d'éléments annexes au déroulement de l'action. C'est un choix par défaut, qui à toutefois le mérite de mettre en avant l'importance attribuée à cette actualité. Ainsi L'Humanité et le Figaro décrivent longuement la carrière du grand-duc Serge, tandis que le Petit Parisien propose un éditorial consacré à une description de l'architecture et de l'histoire du Kremlin. L'Illustration également propose trois photos de l'enceinte du Kremlin, une grande peinture du « Kremlin de Moscou vu de la rive droite de la Moskva », ainsi qu'un plan des fortifications du Kremlin. De cette manière, L'Illustration propose plus de quatre pages en lien avec l'assassinat du grand-duc Serge, sans pour autant qu'il soit question de l'action elle-même. Seuls deux croquis donnent à voir l'attentat lui-même.

Figure 2: L'illustration, 25 février 1905, « Le meurtre du grand-duc Serge sur la place du sénat, dans l'enceinte du Kremlin de Moscou »

47 48

Le Figaro, 18 février 1905, « l'assassinat du grand-duc Serge à Moscou », page 1 Le Figaro, 19 février 1905, « l'assassinat du grand-duc Serge, nouveaux détails », page 1. -34-


Proposer un croquis n'est pas courant pour L'Illustration, cette démarche témoigne davantage d'un manque matériel de temps que d'une volonté de rendre compte de façon réaliste de l'action. En paratexte de cette image, il est expliqué : Il aurait fallu un hasard bien extraordinaire pour qu'un photographe se trouvât sur la place du Sénat au moment précis de l'explosion de la bombe qui a tué le grand-duc Serge. La scène tragique a eu pourtant de nombreux témoins, l'un d'eux […] a pu fournir à notre dessinateur-correspondant à Moscou deux croquis que celui-ci n'a eu qu'à mettre au net et que nous reproduisons ici tels que nous les avons reçus49. La transcription qui est faite de l'attentat contre le grand-duc Serge est tout à fait significatif des enjeux du journaliste face aux rythmes de l'information: L'événement ne peut être laissé de côté car il est considéré comme tout à fait incroyable, et donc susceptible d’intéresser le lectorat. Toutefois, on constate ici le manque de moyen matériel, et la difficulté de rendre compte d'un événement si succinct dans le temps comme dans l'espace. On observe ici clairement que la couverture de cet événement se fait malgré de nombreuses lacunes techniques. Ceci étant, le récit du déroulement cherche largement à insister sur le sensationnel, conscient de la popularité de ce type d'événement parmi le public des lecteurs. La mutinerie du cuirassé Potemkine La mutinerie du Kniaz-Potemkine est un autre des événements les plus marquants de 1905, peut-être même le plus marquant. Grâce au film de Sergueï Eisenstein, c'est probablement l'épisode le plus connu de la révolution de 1905. L'on peut toutefois se demander d’où lui vient une telle postérité, si elle est due à une réelle importance historique, ou au film d’Eisenstein seul. Analyser la presse permet de percevoir d'importance que l'événement a pris dès sa naissance, et de tenter de comprendre les mécanismes qui ont créé sa célébrité. Il s'agit effectivement d'un événement historique, puisque c'est la première marque sérieuse d'une sédition de l'armée contre l'autorité impériale. Il est toutefois à noter que les mutineries de 1905 (car celle du Potemkine ne fut pas la seule) sont loin d'être au cœur des révoltes. Elles sont atypiques dans leur déroulement comme dans les revendications qui les ont causées. Elles s'éloignent nettement d'un archétype que l'on pourrait dresser des révoltes de 1905. La mutinerie du cuirassé Potemkine en est pourtant devenu le symbole. En observant le tableau montrant les phases successives de la retranscription de 1905, on constate que l'épisode du cuirassé Potemkine est le point de départ de la phase 3 : c’est-à-dire d'un engouement médiatique plus appuyé, soutenu par une meilleure compréhension des différents enjeux des révoltes à caractère révolutionnaires. C'est en effet avec la mutinerie du Potemkine que la couverture des événements se fait plus continue et plus approfondie. Avant cela, seuls la manifestation de janvier et l'attentat du grand-duc Serge avait été considérés marquants. Après, même le congrès des Zemstvos a droit à des articles en première page. La révolution prend donc une autre dimension, au regard de la presse française. Avec la mutinerie du Potemkine, les journalistes français semblent réaliser à quel point la Russie est en ébullition, à quel point les russes demandent le changement. Il faut s'interroger sur le traitement qui est fait de l'événement à proprement parlé. Contrairement à l'attentat contre le grand-duc, le déroulement de l'action est moins réduit dans le temps, puisque il est étalé sur plusieurs jours. C’est lorsque la mutinerie rejoint la révolte d'Odessa que l'événement commence à faire la une des journaux. L'importance de la couverture médiatique de cet événement est indéniable. L'illustration multiplie la reproduction de clichés du bateau. Certains datent de 1904 mais qu'importe, il est important de montrer ce prestigieux navire avant que la tourmente n'arrive. Le Petit Parisien et L'Humanité proposent chaque jour de nouveaux titres. Cette pratique, nous l'avons vu, n'est 49

L'Illustration, 22 février 1905, « Le meurtre du grand-duc Serge sur la place du Sénat », page 5. -35-


pas instituée à l'époque. On préfère garder des titres d'articles toujours distinctement identifiables, pour faciliter la lecture. Pour le cas exceptionnel de la mutinerie, le Petit Parisien et l'Humanité n'ont de cesse de changer les titres et les sous-titres, ce qui provoque une impression d'actualité très dynamique. Citons pour exemple les titres du Petit Parisien qui, du 30 juin au 10 juillet, concernent les événements se déroulant à Odessa. Titres du 30/06/05 01/07/05 02/07/05 04/07/05 05/07/05 07/07/05 08/07/05 09/07/05 10/07/05

Petit Parisien ayant pour sujet la mutinerie du cuirassé Odessa en révolte, plusieurs centaines de morts La révolte des marins russe, l'émeute à Odessa Le drame d'Odessa, dénouement inespéré la tragi-comédie d'Odessa Le cuirassé errant À la « Potemkine » Toujours le Potemkine Le Potemkine se rend La capitulation du Potemkine

Potemkine Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 2 Page 2 Page 2 Page 2 Page 2

On constate que les titres font d'abord référence à la ville, Odessa, puis dans un second temps au cuirassé, le Potemkine. Les titres de 5, 7 et 8 juillet sont très révélateurs de ce processus de symbolisation de l'objet cuirassé. Les titres du Figaro sont bien moins évocateurs, il est préféré le titre sobre des « événements de Russie » auquel ne s'ajoute que rarement un soustitre, il est toutefois à noter qu'il s'agit d'un de ses premiers titre de première page consacré aux révoltes russes, même les manifestions du 22 janvier n'y avaient pas eu droit. Quant au contenu de ces articles, on constate que le récit est bien plus fluide que lors de l'attentat de février. La narration est fluide, certaines précisions permettent de déterminer les sources de l'information, mais l'ensemble est bien plus cohérent, et suit la logique chronologique de l’événement, et non celui des dépêches successives. C'est en particulier le cas de L'Humanité, qui bénéficie des témoignages de C. Rakovski, membre de la seconde internationale, et correspondant pour le journal socialiste français50. On cherche à la fois à décrire le déroulement de la situation dans la ville, et l'état actuel des choses, mais aussi à comprendre les raisons qui ont poussé les marins à la mutinerie. Dans les deux cas, les journalistes font preuve de beaucoup de prudence, et n'affirment rien avec certitude : On dit que le cœur de la ville est occupé par une artillerie nombreuse, prête à tout écraser. On dit aussi que la panique est extrême, que plus de trente mille personnes se sont enfuies Le récit de la mutinerie est quant à lui cohérent entre tous les journaux, il provient donc très probablement de la même agence qui cherche à dédramatiser la situation en affirmant que la mutinerie ne fut le fait que de quelques agités. Aucun journal ne semble pourtant se satisfaire de ces explications. Le Petit Parisien insiste sur l'importance de l’événement, et explique que la situation est « grave de fait, mais combien autrement redoutable apparaît le péril d'ordre général dont elle est le symptôme » : Dans la crise redoutable que traverse la Russie, aucune convulsion, même parmi les plus sanglantes, n'a eu un caractère comparable aux événements d'Odessa, dont la contagion gagne d'autres ports. Pour la première fois, un corps militaire pactise avec l'idée révolutionnaire, en arbore le drapeau et s'associe à l'insurrection51. Les remarques du Figaro ne divergent pas de celles du Petit Parisien, mais nous informent par ailleurs de l'importance symbolique de l'événement. Rappelons que les cuirassés, dont l'éditorial Figaro du 13 mai vantait les mérites, sont au début du XXe siècle l'emblème de la 50 51

Cf supra p.28 Le Petit Parisien, 1er Juillet 1905, « La révolte des marins russes, l'émeute à Odessa », page 1. -36-


modernité, le symbole de la puissance navale. Après la défaite de Tshoushima, le prestige de la flotte russe s'en trouve dévaluée. Au début de juillet 1905, lorsque la nouvelle des événements d'Odessa éclate, la France a encore à l'esprit les défaites russes. L'annonce de cette mutinerie ne fait qu'aggraver l'image d'une mauvaise discipline militaire russe. Si les soldats sont si révoltés, c'est que leur commandement laisse à désirer. Le Figaro fait ce rapprochement, le 1er juillet : Et quand on songe aux cuirassés qui se sont rendus sans combat, dans la mer du Japon, on est forcé de conclure que l'indiscipline, le refus du service à bord, la capitulation devant ennemi, puis l'émeute, sont des manifestations diverses, mais concordantes d'un même état d'esprit. Ces équipages étaient fortement travaillés, sans doute, par la propagande révolutionnaire. On les voit préparés à tout, sauf à faire leur devoir52. Il est d'autre part à noter que la transcription de l'événement dépasse ses limites temporelles. Potemkine fait les gros titres durant le déroulement de la mutinerie, mais L'Humanité comme Le Petit Parisien proposent également des articles rétrospectifs de l’événement : L'Humanité propose « à bord du Kniaz-Potemkine » le 20 juillet, « l'épopée du Potemkine » le 25 juillet, et « Un point d'histoire : le drame du Kniaz-Potemkine » le 27 juillet. Ces trois articles, au-delà de leurs perspectives révolutionnaires, cherchent déjà à donner à l'épisode un caractère historique. Dans ces articles, C. Rakovski cherche à tordre le cou aux fausses rumeurs circulant à propos des motivations et de l'hygiène de vie de l'équipage du Potemkine. Le 20 juillet, il décrit la vie à l’intérieur du Potemkine, et insiste sur la discipline qui régnait encore dans le vaisseau durant l'insurrection, afin de sortir de l'image du révolutionnaire semant partout l'anarchie. Le 25 juillet encore, il affirme que les marins étaient sobres et qu'aucune personne extérieure à l'équipage n'était admis à bord. C. Rakovski résume en ces termes sa démarche de réhabilitation de la démarche des membres du Potemkine, le 25 juillet : Pour mettre un terme à tous ces racontars, nous avons entrepris le récit de l'odyssée du Potemkine. Mais nous ne l'avons fait qu'après avoir reçu les témoignages les plus indiscutables, les récits des membres du comité directeur du Potemkine, avoir consulté le journal de bord et recueilli les explications de Matouchchenko. Le premier point sur lequel nous voudrions insister, c'est le caractère nettement révolutionnaire de la révolte du Potemkine.

De mars a juin, la gestion de quatre mois de temps mort. Bien après, le 2 octobre, le Petit Parisien propose « Les souvenirs de Matouchenko53 », le témoignage d'un marin du Potemkine. La parution de ce témoignage en octobre, alors que l'Humanité le possédait déjà à la fin du mois de juillet, est révélateur de l'impact de l’événement. Faute d'actualité récente, le Petit Parisien préfère revenir en détail sur un événement datant de plusieurs mois, mais qui a suscité de vives émotions, plutôt que de détailler quelques obscures actualités qui n’intéresseraient pas son lectorat. Les autres titres du jour ne sont pas des nouvelles de premier ordre : en première page, on note l'anniversaire de la révolution hongroise, le troisième anniversaire de la mort d’Émile Zola, ainsi que deux faits divers, parus sous les titres de « vitriol et revolver », et « le cadavre du pont de Chatou », pas de quoi faire des titres à sensation. Le Petit Parisien cherche ici à combler un vide d'information, en rappelant les grandes heures de la révolution russe. Les temps morts de l’événement sont l'occasion de revenir sur les actualités plus anciennes, avec un nouvel œil : plus de recul, et une volonté de mise en 52 53

Le Figaro, 1er juillet 1905, « les événements de Russie », page 1-2. Notez ici la simplification du nom qui a été faite par le Petit Parisien. -37-


perspective. Tous les journaux, en particulier les quotidiens, sont dans l'obligation de rythmer l'actualité, même lorsque celle-ci ne l'est pas. Ils apposent un rythme artificiel à l'information, qui n'a pas toujours de quoi proposer un gros-titre par jour. En observant les courbes annuelles qui ont été présentées pour débuter le mémoire, on constate qu’il n’y a jamais de période sans aucun article concernant la situation intérieure russe. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il y a toujours quelque chose à retransmettre, mais seulement que la rédaction s’oblige à trouver des actualités sur la révolution, même lorsqu’il ne se passe rien, ou pas grand-chose. Les indices d’importance des articles (allant de 1 à 10) sont révélateurs en ce sens. Il n’existe que des périodes d’une dizaine de jour maximum où il n’y a que des articles d’indice 0 à 5 (articles ne dépassant pas la colonne, en page intérieure). Même durant les périodes calmes de l’année 1905, les journaux proposent, çà et là, des articles plus longs, et/ou des articles en première page (indice 7 à 10). Les temps moins agités se caractérisent donc par une courbe moyenne très basse, ponctuée par quelques articles plus importants, qui viennent relever le niveau général, et qui cherchent à tenir informé le lectorat, à moins qu’il ne s’agisse de le tenir en haleine. Cette description correspond à l’ensemble de la phase 2, qui dure quatre mois, et à certaines périodes plus restreintes dans le temps. Afin de mieux comprendre comment une rédaction gère l’information sur la longue durée, il est intéressant de détailler la période s’avérant la moins productive des 52 semaines étudiées. Cette deuxième phase s’écoule entre le début du mois de mars, et la toute fin du mois de juin. Alors que la moyenne annuelle générale des indices54 est de 4.3 pour le Figaro, 5.3 pour Le Petit Parisien, et 7 pour L’Humanité, la moyenne des mois de mars-juin cumulés descend pour chaque journal respectivement à 2.3, 3.6 et 5.9. Il est à noter que le nombre d’article en première page est alors particulièrement bas pour Le Petit Parisien et le Figaro : 6 chacun, dont 3 éditoriaux pour Le Petit Parisien, et 1 pour le Figaro. Pour L’Humanité, on note tout de même 28 premières pages, pour 3 éditoriaux. En conséquence, on ne peut pas, pour ce journal, parler de réelle période de creux, la cadence est tout de même assez soutenue : il correspond à un article en première page en moyenne tous les 4.3 jours ; à la même période, les deux autres quotidien sont à une moyenne de 1 pour 20 jours. On peut réduire la période de calme de L’Humanité à une quarantaine de jours, allant du 9 mai au 19 juin, où l’on enregistre une cadence de première page 1 pour 13 jours. Il faut se demander ce dont les journaux parlent durant cette phase calme, où rien d’extraordinaire n’est susceptible de faire les gros titres. Rappelons que dans le même temps, les défaites militaires de la Russie contre le Japon s’accumulent, et que l’on commence à reléguer les rumeurs de reddition. On constate dans l’architecture du journal, que l’actualité de la guerre relègue celle de la situation intérieure au second plan. Le Petit Parisien et L’Humanité en effet, relient graphiquement les deux actualités : L’Humanité fait régulièrement de la guerre une sous-partie de l’article sur la situation intérieure, tandis que le Petit Parisien propose l’inverse : de fin mars à fin mai, la « crise intérieure » n’est la plupart du temps qu’un court passage de l’article sur la guerre. Ceci explique d’ailleurs la régularité de la courbe du Petit Parisien à cette période, car l’indice 3.5 s’applique aux articles qui ne sont en réalité qu’une partie d’un article plus long : cela est révélateur de la moindre importance attribuée à cette actualité. L’étude des titres va également dans le sens d’une régularité plus importante du Petit Parisien sur les deux autres quotidiens. Si le journal populaire aime à varier ses gros titres pour faire sensation, comme nous l’avons vu pour le cas de l’épisode Potemkine, lorsque la période devient plus calme, les titres ne proposent que très peu de nuance : « trouble en Russie » ou « situation intérieure russe » ne donnent en effet que peu d’information sur le contenu de ces actualités. Le Figaro ne propose pour toute actualité que des entrefilets dans la rubrique des 54

Ces chiffres ont étés calculés à partir des moyennes mensuelles -38-


«Dernières nouvelles» de l’étranger ; pourtant, ceux-ci ont presque toujours un sous-titre, qui permet de se faire une idée plus précise des informations que la rédaction a décidé de retranscrire. Il est donc possible de comparer le Figaro et L’Humanité dans le choix des sujets les plus régulièrement évoqués, durant la période mars-juin. Si cette période est considérée comme peu palpitante par la presse française, c’est parce qu’elle est essentiellement rythmée par la mise en place de réformes de la part du tsar, et d’assemblées de la part du peuple : le premier zemstvo se tient en mai, le second en juin. Les deux journaux en traitent, mais de manière divergentes. Le Figaro y fait référence à de nombreuses reprises, en insistant sur les concessions du tsar, et sur les notions de « représentation nationale » (6 occurrences en titre) et de processus « constitutionnel » (2 occurrences en titre). L’Humanité fait également référence à une « assemblée nationale » (2 occurrences en titre), mais met davantage l’accent sur la tenue des « congrès » (5 occurrences en titre), sur la situation en Pologne (7 occurrences, pour 3 dans le Figaro), ainsi que sur les « mouvements syndicaux et ouvriers » (3 occurrences en titre), tel que le mouvement du 1 er mai, évoqué par L’Humanité les 3 et 16 mai, mais également par le Figaro, le 15 mai. Il apparaît donc que le contenu des articles, d’un journal à l’autre, ne connaît que de faibles nuances. Il faut en revanche rappeler que les articles du journal socialiste font l’objet de développement bien plus conséquents que ceux du Figaro, qui ne s’en tient la plupart du temps qu’au strict compte-rendu des faits. La mise en avant d’un sujet par une feuille, alors qu’il est considéré comme plus annexe par d’autres journaux, révèle les différences de lignes éditoriales entre chaque titre. L’Humanité insiste sur les mouvements régionalistes, en utilisant même le terme de « guerre civile » à propos de la situation en Pologne55, tandis que le Figaro, et c’est étonnant, traite par quatre fois des réformes rurales et des mouvements paysans, lorsque l’Humanité ne l’évoque pas. Le Figaro traite également de « liberté des cultes » et de la « tolérance religieuse en Russie », les 2 et 3 mai. Le Figaro et le Petit Parisien cherchent à développer le point de vue de la famille impériale et de la noblesse sur la situation : citons pour le Figaro un article daté du 9 mars, « le grand-duc Serge et la noblesse de Moscou », et l’éditorial du 5 mai, « L’impératrice Maria Feodorovna », et pour le Petit Parisien, l’éditorial du 9 mars également, « Niki », ainsi qu’un article du 25 mai, sur « L’impératrice douairière ». L’Humanité ne prend évidemment pas en compte ce point de vue, au contraire, il est largement insisté sur la tenue du procès d’Ivan Kalaief (les 14, 19, 25 mai, et 17 juin), que le Figaro nomme sobrement « l’assassin du grand-duc Serge » le 19 mars. Il est d’ailleurs intéressant de noter le décalage de l’information sur ce point. Il est ici net que L’Humanité fait durer l’information, en proposant presque un feuilleton à épisode. Cette démarche est révélatrice d’une certaine manière de faire du journalisme, qui impose son rythme à l’événement, afin de créer une forme de temps fort artificiel. Le Figaro n’est pas en reste pour ce qui est de cette approche qui s’éloigne du vif de l’actualité pour prendre un peu de recul. Parmi les six articles en premières pages dans la période, on compte un éditorial, le 5 mai, et les cinq autres articles se regroupent sous la même rubrique, intitulée « Lettre de Russie ». Cette rubrique se différencie clairement des autres articles publiés à cette période par le Figaro, qui ne sont que des « dernières nouvelles » constituées de brèves. Ces « lettres de Russie » prennent la forme d’une chronique, tenue par Georges Bourdon, envoyé spécial du Figaro en Russie. Pour toute l’année 1905, on compte huit lettres de Russie 56, on constate ainsi que la plus grosse concentration des articles de cette chronique se situe durant la phase la plus calme de l’année : ce paradoxe révèle d’une démarche à contre-courant de la part de G. Bourdon, qui s’inscrit dans les pratiques du journalisme d’enquête, s’étant développé à partir des années 1880. Son objectif n’est pas d’aller sur le terrain pour proposer une courte dépêche, mais de mettre au point un article construit, approfondissant souvent un point de vue ayant pour but de mieux comprendre certains mécanismes d’un événement d’actualité. Pour le cas des « lettres de 55 56

L'Humanité, 5 mai 1905, « la crise russe : la guerre civile en Pologne », page 1. Sept si l’on excepte la dernière, dont le modèle est à part -39-


Russie », on touche à la volonté de comprendre les causes profondes de l’agitation. Mettre en avant l’objet « lettre » est une façon d’insister sur l’implication physique du journaliste, qui va lui-même chercher l’information sur le terrain, et en rend compte à sa rédaction par envoi postal. Ces chroniques ont bien souvent pour sujet un point de vue, et l’ensemble de ces lettres se veulent constitutives d’un panorama des impressions russes sur l’événement révolutionnaire. L’on peut diviser ces lettres en trois catégories. Trois d’entre-elles proposent le point de vue du gouvernement sur les troubles : Georges Bourdon s’entretient avec Alexis Yermolov, ministre de l’agriculture, avec M. Tikhomirov, représentant du ministère de l’instruction publique, et avec Vladimir Kokovtsev, ministre des finances. Ces trois articles sont publiés respectivement les 8 mars, 4 avril et 27 avril. Trois autres articles proposent des témoignages supposés représentatifs du peuple russe. La lettre du 9 février propose le point de vue de « l’organisation ouvrière », celle du 13 février propose à l’inverse, la vision des « patrons » sur la grève. Et le 14 mars, G. Bourdon s’intéresse au point de vue des « professeurs » sur la grève universitaire. Les deux derniers articles sont plus annexes : le 25 mars, G. Bourdon rend compte des œuvres humanitaires d’une française en Russie, Mme Bompard. La dernière lettre, publiée le 20 août, n’est pas à proprement parlé un travail d’enquête du journaliste : il est ici retranscrit le témoignage d’un officier russe qui a déjà été publié dans le journal russe Novoié Vremia. Tous ces articles, à l’exception du dernier, suivent un modèle pré-construit. Ces chroniques sont hors actualités, elles ont le temps de poser une ambiance générale avant de toucher au cœur du sujet. Georges Bourdon commence par expliquer sa démarche et ses impressions lors de son arrivée dans un lieu donné. Le 13 février, l’article débute ainsi : Hors de Pétersbourg, loin derrière la lointaine porte de Narva, presque au bout de la chaussée de Péterhof, je suis allé aux usines Poutilov, d'où partit, il y a vingt-cinq jours, le premier signal de la grève … Ce jour-là était le sixième de la reprise officielle du travail. Tandis que mon traîneau côtoie la longue ligne des murs ou des barrières de planches des usines, une foule d'ouvriers se pressent cependant sur la chaussée, les mains aux poches dans le froid du matin, et regardent curieusement le voyageur qui s'aventure parmi eux57. On constate que le journaliste s’est documenté sur les questions qu’il se propose de traiter, puisqu’il présente avec précision les situations qu’il décrit : Le 7/20 février, plus de 3,000 étudiants assistés d'un certain nombre de professeurs, s'assemblent dans la grande salle de l'Université et, 43 orateurs ayant été entendus, votent une résolution conçue en termes violents qui demande la convocation d'une Constituante, l'amnistie pour les délits politiques, le droit pour toute nation de régler sa vie à son gré, et déclare que les études ne seront pas reprises avant le 13 septembre. La plupart du temps, l’article tourne autour du point de vue d’une personnalité, ce qui est l’occasion d’une description souvent romanesque. Voici pour exemple, la manière dont il dépeint V. Kokvtsev : M. Kokovtsef, causeur charmant et disert dans le monde, devient, quand il est assis devant son bureau ministériel, impassible et glacial, le plus impassible et le plus sec des hommes d'Etat de tous les temps et de tous les pays. D'une parfaite courtoisie de manières, d'une complaisance exemplaire, il répond avec une netteté tranchante aux questions qu'on lui pose, sans les provoquer ni les fuir58. L’entretien est ensuite retranscrit sur un modèle de question/réponse, entrecoupés de quelques commentaires du journaliste. Le contenu de l’entretien dépend de la personne interrogée, on note deux articles sur la grève et deux sur les universités : dans les deux cas, le premier est le complément du second. Le déroulement de l’entretien suit pourtant un modèle. Le journaliste arrive avec une bonne connaissance des enjeux, et la personne qu’il questionne argumente par le biais de données chiffrées, ce qui donne une impression générale de bonne connaissance du 57 58

Le Figaro, 13 février 1905, « lettre de Russie : la grève vu par les patrons », pages 1-2. Le Figaro, 27 avril 1905, « lettre de Russie : Déclarations de M. Kokovtsef, ministre des finances », pages 12. -40-


sujet. Georges Bourdon arrive régulièrement avec une série de questions assez franches, auquel son interlocuteur répond avec calme, et démontre le bien-fondé de sa propre situation. - Cependant, dis-je encore, la gêne de l'industrie russe n'est-elle pas ancienne déjà, et n'a-t-elle pas pour cause l'excès même d'un développement trop hâtif? - Cela fut vrai. Cela ne l'est plus. Nous avons connu, en effet, dans ces dix dernières années, une crise assez inquiétante. Mais, dans son principe, elle est conjurée. La reprise des affaires a suivi, depuis quatre ans, un mouvement ascendant très marqué, qui s'est accusé en 1901, 1902, 1903, avec une progression constante.59 L’article s’arrête souvent net, avec la fin de l’entretien, sans effet de style. D’autres se permettent pourtant quelques ouvertures sur l’actualité récente. Tous ces articles défendent clairement le point de vue de conservateurs russes, qui s’opposent au mouvement de révoltes et aux demandes de réformes. L’article du 9 février sur l’organisation ouvrière fait figure d’exception. Cette chronique a beau dresser un historique des mouvements ouvriers et de leur organisation en Russie, l’on comprend le scepticisme de l’auteur. Il parle de « mots magiques » et de « sortilèges » pour qualifier les potentielles méthodes employées par Gapone pour convaincre « cette masse ouvrière qui, avant sa venue, semblait dormir dans le nirvana ». Il faut toutefois préciser que cet article est le premier des « lettre de Russie ». C’est un point de départ qui pousse G. Bourdon à se questionner. Il conclut l’article en annonçant les enjeux de son enquête : « voilà ce qu'il convient de savoir pour comprendre le sens de la manifestation. Je le ferai en son temps, sans parti pris, avec le, seul souci d'une scrupuleuse information. » Malgré un travail de terrain poussé, on perçoit clairement les limites de cette enquête. Le journaliste du Figaro prend clairement parti, ne serait-ce que par le choix des personnes qu’il interroge. Analyser en détail le discours qu’il construit touche directement au cœur des enjeux politiques que soulève la révolution, pour les russes bien sûr, mais également pour la presse française, qui doit défendre ses intérêts.

59

Le Figaro, 27 avril 1905, « lettre de Russie : Déclarations de M. Kokovtsef ministre des finances », pages 1-2. -41-


II.

La construction d’un discours politique autour de la situation russe.

Pour toucher au cœur de l'événement, il faut chercher à s’interroger sur la réalité de l'action, en tentant de voir ce qu'il se passe concrètement, en Russie. Car si la presse française perçoit que les nouvelles en provenance de Russie appartiennent à un tout cohérent, nous avons démontré que la couverture des événements est discontinue dans le temps 60. Or, les temps forts de l'année sont dictés par le mouvement des révoltes et les multiples facettes qui la composent. Cette seconde partie est en tout point le centre de ce mémoire. Elle touche à la description de la Révolution russe en elle-même, et s'interroge sur le discours que les différentes presses en France ont cherché à mettre en place. En outre, cette partie permet de détailler ce que la presse française dit et sait de la situation intérieure russe. Nous avons déjà traité des sources en s’intéressant à leurs auteurs et à leur provenance, il est à présent question d'interroger leur contenu propre. Car les événements de Russie ont beau être des faits, les nuances de la retranscription de l'événement crée un discours, qui renvoie à des notions idéologiques. Si les faits sont à la source de l'activité journalistique, n'oublions pas que la presse a, plus qu'un but informatif, un grand rôle dans les rivalités d'opinions.

2.1 1905, DE L'ÉVÉNEMENT À LA NARRATION Il n'est pas ici question de rappeler tout ce qu'il se passe en Russie en 1905. Ce travail, en plus d'être colossal, formerait un catalogue qui ne concernerait pas directement la presse française. Ce qu'il est par contre possible de définir, ce sont les récurrences dans la narration des événements. Il existe en journalisme des façons de raconter l’événement ; par exemple, on commence un fait divers en racontant en détail la macabre découverte. Il en va de même concernant la description des événements de Russie en 1905, même si le code est moins figé, et qu'il ne se met que progressivement en place. Pour commencer, nous chercherons à voir ce qu'il est possible de mettre en commun parmi tous les journaux, dans la mise en lien des événements les uns par rapport aux autres. Ensuite, nous définirons les trames narratives des articles, qu’elles soient communes à tous les journaux, ou spécifiques à un discours. Pour commencer cette analyse, il est possible de se donner un aperçu de ce que la presse française dit de la Russie à travers une étude des diverses accroches d'article (titre, soustitre, sections, titres de paragraphes), qui nous informent sur le ou les sujets des articles. Au-delà des termes généraux, certains termes informent plus directement sur ce qu'il se passe. Cette première approche typologique a pour objectif d'établir une hiérarchie dans la narration des différents types d'événements. Les termes renvoyant à une situation générale, sans y apporter de précision, sont les plus nombreux, et rejoignent ainsi la conclusion déjà établie pour les titres et les sous-titres 61: près de 90 occurrences recouvrent cette réalité. Le Figaro est en tête de l'utilisation d'une sémantique générale, voir vague. Lorsqu'on touche plus précisément à ce qu'il se passe, les actions les plus souvent décrites peuvent se classer en cinq catégories. Les plus récurrentes sont les références à des mouvements régionaux (70 occurrences), ou à des grèves (67 occurrences). Les articles traitant des révoltes agraires, des attentats politiques ou encore des mutineries sont moins nombreux : respectivement 7, 21, et 31 occurrences. 60 61

Cf infra p. 11-18, 31-40 Cf infra p.19-23 -42-


Ce premier classement général n'est pas exhaustif, puisqu'il ne prend en compte que les articles où la référence aux événements est explicitée dans l'intitulé, alors que la plupart des titres sont plutôt généraux: pour ces raisons, il ne sera pas proposé de tableau récapitulatif de ces résultats, afin d'éviter un jugement tronqué sur la question. Ces chiffres ne sont pas des valeurs exactes, ils ne sont ici présentés que pour proposer un ordre de grandeur. Car ces chiffres permettent tout de même d'établir une hiérarchie entre les événements, et, lorsqu'on les inscrit dans une chronologie, il est possible de la comparer à la chronologie générale. Ce qui donne la confirmation que chaque mouvement pris isolément des autres possède un rythme propre, et souvent un caractère ponctuel : on parle d'attentat en février et en mai, et de mutinerie en juillet et novembre. Même le terme de grève et les références aux mouvements régionaux sont délimités dans le temps : janvier et octobre pour l'un, mai-juin et septembre pour l'autre. L'historiographie postérieure a tendance à effacer ces fluctuations, en cherchant à apposer une logique systématique aux événements. Pourtant, les contemporains de l'événement n'ont pas le même regard. Développer cette étude permet de définir le discours ayant existé dans la presse française, et comment celui-ci met en lien tous ces événements Il semble cohérent de commencer par chercher les logiques internes à l'ensemble du mouvement, et celles qui ont étés intégrées aux logiques d'écriture de la presse. Pour les cinq catégories établies, les lieux, les groupes concernés, les enjeux sous-jacents vont faire varier la forme que prend les manifestations et revendications. Il existe de profondes différences entre toutes les actions, il ne sera pas ici question de dresser un catalogue des différentes actions, qui sera trop long et désaxé par rapport au sujet que propose ce mémoire. Il sera au contraire question de mettre en avant une forme de cohérence parmi les articles de presse traitant de ces mouvements. Pour ces raisons, certains événements seront plus mis en avant que d'autres, car la presse a fait de même. Pareillement, les mutineries ne sont pas directement évoquées, car elles sont, dans les logiques de la presse française, interprété comme une conséquence de la guerre plus que du mouvement de révolte touchant le pays, et d'autre part, par ce que la retranscription de Potemkine a déjà été traité 62. Cette logique supra-événementielle est la marque de la conscience que chaque action s'inscrit dans un tout, qui suit une cohérence générale. Pour les socialistes, cette logique est de l'ordre du processus révolutionnaire, pour les autres, les conclusions diffèrent. Cette tentative de rationalisation existe pourtant dans chaque groupe de presse.

Enchevêtrement d’actions ou cohérence générale. Au fil de l'évolution de l'année et des événements, se dessine pour toutes feuilles, une forme de cohérence interne au mouvement. Cette logique semble se faire indépendamment des tendances des journaux, elle dépasse les notions d'opinion politiques propres à chaque groupe de presse. Malgré les clivages idéologiques, se dressent des liens et des correspondances entre les événements. Cette mise en place d'une cohérence générale est un processus long, qui peut ne pas être une ligne éditoriale consciente. Chaque journaliste met en lien l'actualité du jour avec celles des jours et des mois précédents, et place les événements dans une perspective globalisante. La ligne éditoriale a pour objectif d'ajuster les articles de ses journalistes, afin qu'ils se rejoignent le plus possible, dans une même perspective. Pour certains grands traits de superposition des faits, tous les journaux procèdent à la même démarche. 62

Cf. infra p.34-36 -43-


L'ampleur des mouvements grévistes. Les grèves restent les événements les plus marquants de l'année 1905, dont l'apogée se situe durant la grève générale d'octobre. Des grèves ponctuelles aux mouvements élargi, la presse retranscrit l’actualité au jour le jour, et si l'on observe que la grève est le sujet principal de plus de 70 articles, on peut considérer que plus de la moitié des articles sur la Russie font au moins référence à des mouvements grévistes. Pour ces raisons, il est compliqué de dresser un panorama complet de cette retranscription. Elle varie selon les mouvements et leur ampleur. La plupart des occurrences annoncent le nombre de grévistes, les industries concernées, et les revendications principales. Fréquents sont les articles qui annoncent la fin d'un mouvement, et le retour au calme. Le Figaro se contente souvent de courtes dépêches pour résumer la situation, c'est le cas notamment le 12 février : Tout est calme dans la ville [de Saint-Pétersbourg] . Il y a encore en grève 16,400 ouvriers appartenant à différentes usines. Quelques fabriques où les ouvriers travaillent sont gardées par les troupes. À Varsovie, le mouvement gréviste demeure stationnaire. La plupart des fabriques chôment. A Kharkof et à Batoum, les esprits s'échauffent. Le manque de denrées devient inquiétant.63 Ces ternes descriptions se suivent et se ressemblent, au long de 1905. Le Figaro et Le Petit Parisien cataloguent les mouvements grévistes, les uns après les autres. L’Humanité cherche davantage à relier les initiatives entres elles, en concevant pour toutes le même but ultime, celui de la révolution. Il n'est pas question de répertorier ces mouvements, il semble plus intéressant de se concentrer sur les mois d'octobre et novembre, afin de détailler la narration spécifique au mouvement de la grève générale, et de pointer en quoi elle dépasse tous les autres mouvements. Les premiers articles traitant de la grève des chemins de fer ne sont pas différents des autres, et ne pèsent que quelques lignes dans les colonnes du Figaro. Mais progressivement, le mouvement prend de l'ampleur, et le discours connaît quelques ajustements. Le Figaro, toutefois, affirme manquer de dépêches pour décrire l'évolution du mouvement : « il est à craindre que le silence complet du télégraphe ne soit causé par la difficulté des communications », est-il expliqué le 27 octobre, dans un article qui revient davantage sur les pillages que sur la grève. Dans le même temps, Le Petit Parisien et L'Humanité proposent des gros titres. Dès le 25 octobre, L’Humanité indique pourtant que ce mouvement s'annonce bien plus vaste que ceux des mois qui ont précédés : La révolution russe semblait avoir subi une certaine accalmie, ou plutôt la répétition journalière d'événements qui, en tout autre pays, auraient paru singulièrement significatifs, avait comme émoussés l'attention. […] Mais encore une fois, avec une soudaineté qui est devenue la règle dans l'empire du tsar, le mouvement vengeur reprend avec une nouvelle vigueur et menace d'emporter le régime d'injustice et de sang dont l'écroulement délivrerait l'Europe d'un poids qui l'étouffé.64 À partir de là, les réalités s'amalgament. La grève n'est alors plus seulement liée à des revendications directes, faites dans une usine, ou pour un corps de métier. Elle prend un tournant directement politique, les revendications se font le porte-voix d'une nation réclamant la fin du régime autocratique. La grève d’octobre avait débutée par les typographes de Moscou réclamant de meilleures conditions de travail. La ville de Moscou suit, dans une dynamique dépassant ces premières exigences. C'est lorsque le mouvement dépasse le cadre de la ville, et plus encore, lorsque les cheminots bloquent 63 64

Le Figaro, 12 février 1905, « à l'étranger, service spécial du « Figaro » en Russie », page 2. L'Humanité, 25 octobre 1905, « le mouvement révolutionnaire russe, la grève des chemins de fer», page 1. -44-


les circulations principales de l'empire, que l'on parle de grève générale. Ce terme est défini par les mouvements socialistes à partir du congrès de Zurich de 1893, comme se référèrent directement aux grèves de masses à caractère politique. Le mouvement de 1905 dépasse donc le cadre du simple mouvement ouvrier. Le peuple fait pression, dans un effort spectaculaire, pour renverser le régime autocratique 65. On constate que le terme de « grève » est récurent dans les journaux français de 1905. Or, il est employé même lorsque le mouvement dépasse le cadre de la stricte grève. En définitive, le terme est utilisé de manière générale, pour cataloguer plus facilement un mouvement dont l'évolution n'est pas toujours aisée à saisir. Il est d'ailleurs à noter qu'il n'est fait que très peu référence aux manifestations citadines menées par les étudiants. La mobilisation d'une élite intellectuelle est pourtant l'un des caractères marquant de 1905, ceci n'a semble-t-il pas marqué les contemporains. L'Illustration propose toutefois une belle double page photographique, le 4 novembre, intitulée: « comment on prépare une révolution: L'éducation du peuple russe par les étudiants ». Les seuls articles de quotidiens qui y font directement référence sont des articles cherchant à se distinguer par rapport au point de vue habituel: c'est le parti pris de Georges Bourdon, dans Le Figaro du 14 mars: « Lettre de Russie: L'université, ce que disent les professeurs » et du 4 avril: « Lettre de Russie: ce que dit le ministère [ de l'instruction publique] ». Dans la presse française, le mouvement universitaire n'est qu'une des multiples facettes du mouvement de grève, il n'est pas considéré au cœur du sujet. Pour les journalistes du Figaro en particulier, la grève est l'occasion d'un amalgame des mouvements et des exigences qui leurs sont associées. Ce constat est fait dès les premiers mois de 1905: le 25 janvier, pour expliquer la genèse de la pétition faite au tsar, il est dit que « l'agitation des cercles révolutionnaires » s'est greffée à la première incitative des associations ouvrières. D'après certains journaux, la grève étant générale, elle réunit des idées qui ne devraient pas être liées, et crée par conséquent la confusion parmi le peuple russe. Pour insister sur cet aspect pervers, Le Figaro, comme d'ailleurs le Petit Parisien, a tendance à insister sur le désordre que crée la grève générale, du côté des grévistes, comme des représentants de l'ordre. Le 28 octobre, le Petit Parisien cherche à rendre compte du climat de siège en Russie, en publiant un avis émanant de Trépov, qui a été placardé dans la ville de Saint-Pétersbourg. Il débute ainsi: La population de la capitale a été émue par la nouvelle de désordres imminents dans les masses du peuple. Les mesures nécessaires au maintien de l'ordre ont été prises. J'invite donc le public à ne pas ajouter foi à ces bruits. Toutes les tentatives en vue de susciter des désordres seront réprimées sans retard, de la manière la plus énergique et n'auront aucun succès.66 La concentration du mouvement semble aller de pair avec un accroissement de la violence. Pour exemple, le 27 juin, L’Humanité rend compte de la situation à Lodz (Pologne) : le mouvement de grève général a été originellement proclamé non pas sur des motifs syndicaux, mais en réponse à la répression sanglante ayant eu lieu lors d'une manifestation originellement patriotique mais à caractère pacifique.

65

66

1905 est l'une des toutes premières grèves générales abouties, d'où son fort impact dans les milieux socialistes internationaux. La première a eu lieu en Belgique en 1893, elle réclamait le suffrage universel: Irène PETIT (préf.) Rosa LUXEMBOURG, Réforme sociale ou révolution ? Grève de masse, parti & syndicats, éd. La découverte, 2011 p.11 Le Petit Parisien, 28 octobre 1905, « la grève générale en Russie: le mouvement fait tache d'huile», page 1. -45-


Provinces insurgées : logiques séparatistes et mouvements grévistes Concernant les mouvements dans les provinces, il faut distinguer deux réalités. Les mouvements nationalistes, revendiquant l'autonomie de la région vis-à-vis de l'empire d'une part, et les mouvements qui ont lieu dans les régions périphériques, mais dont les revendications sont semblables de celles des manifestants de Saint-Pétersbourg ou Moscou. En effet, dans les provinces où l'ethnie russe est minoritaire, le mouvement révolutionnaire national n'est qu'un facteur de révolte parmi d'autres. Sur ces questions, les logiques rédactionnelles du Petit Parisien sont plus fluides, elles s'avèrent être plus cohérentes certainement du fait de la plus grande homogénéité des rédacteurs. Cette réalité, Le Petit Parisien l'a bien saisie. Le 3 novembre, il est expliqué qu'en Pologne « l'agitation nationale [se] superpose au mouvement purement socialiste et révolutionnaire qui l'avait précédée. » La notion de superposition est ici essentielle pour comprendre la situation de la Pologne en 1905. L'agitation russe touche progressivement de nombreuses provinces. Ce climat incertain déclenche dans certaines régions plus instables de nouveaux soulèvements, dont les motifs sont autonomes à la crise première, mais qui viennent pourtant se greffer à elle, pour finir par faire partie intégrante de la réalité révolutionnaire. Les deux revendications s'enchevêtrent, si bien que le 3 novembre encore, pour qualifier les derniers événements ayant lieu à Radom (Pologne), les manifestations sont dites « antigouvernementales ». Ce terme peut ainsi renvoyer aux deux réalités du mouvement, car ce peut être à la fois s'opposer au régime, comme remettre en cause l'affiliation d'une région à l'état qui le gouverne. Les manifestations patriotiques s'insèrent donc dans la logique de 1905 en ce sens qu'elles existent du fait du climat houleux de l'année. Toutefois, la presse n'omet pas de mentionner les manifestations et revendications proprement patriotiques. Dans le Figaro du 20 juin notamment: À une réunion de six cents professeurs tenue samedi à Varsovie, il a été décidé que les professeurs ne retourneraient pas à leur poste à la réouverture des écoles, en septembre, à moins qu'on ne leur permette de donner, l'instruction ouvertement en polonais.67 Concernant les révoltes agraires, elles sont considérées comme s'inscrivant elles-aussi dans ce double processus. L’Humanité du 25 septembre revient longuement sur la condition paysanne en Russie. Il est fait la description d'une minorité Baltique opprimée par un état central : Jusqu'à ces derniers temps les ouvriers et les travailleurs ruraux estoniens et lettons possédaient des institutions particulières, les communautés paysannes qui étaient investies de certains droits d'administration et de police. Elles entretenaient les écoles primaires, (…) Elles avaient réussi, au prix des plus grands efforts, à réaliser quelques économies qui pouvaient s'élever au total à neuf millions de roubles pour la Courlande, la Livonie et l'Esthonie. Elles en avaient la libre disposition. Mais le gouvernement de Pétersbourg s'étant trouvé à court, envoya ses commissaires ruraux qui prirent l'argent et ne laissèrent aux communes que du papier. Quand, à la suite des dernières disettes, celles-ci voulurent rentrer en possession d'une partie de leurs économies, le gouvernement russe refusa de rien restituer, et il en fut de même tout dernièrement quand elles voulurent avoir un peu d'argent pour secourir les malheureux soldats qui revenaient de Mandchourie68

67 68

Le Figaro, 20 juin 1905, « dernières nouvelles, service spécial du « Figaro » en Russie », page 2. L'Humanité, 25 septembre 1905, « Jacqueries dans les provinces Baltique », page 1. -46-


L'ensemble de la presse française s'accorde à définir la condition paysanne russe comme étant particulièrement primitive et injuste. Si les journaux observent ce processus d'agglomération des revendications, pour autant, ils ne cautionnent pas l'amalgame que les populations locales créent, en particulier lorsque ces manifestations autonomistes dépassent le cadre syndical. Les actes de violences perpétrées au Caucase, sont, sous la plume de J. Frollo , le signe manifeste de l'arriération d'une population. Le 12 septembre, en éditorial, la critique du mouvement au Caucase est particulièrement rude : Peu d'émeutes ont été plus atrocement meurtrières que celle qui vient d'ensanglanter Bakou et ses environs. Guerre de races, aggravée de troubles sociaux, ces tueries d'Arméniens et de Tatars ont débordé les autorités. Il est vain de parler de mesures d'ordre quand le désordre est partout, dans les esprits comme dans les actes. [...] C'est cette folie furieuse dont les gens de Bakou nous offrent depuis huit jours le spectacle attristant.69 J. Frollo continue en décrivant une population primitive et superstitieuse, parmi laquelle le désordre n'est rien de moins qu'un principe. Si ces manifestations séparatistes se passent dans de telles conditions, c'est, d'après le Petit Parisien, par ce que ces populations sont trop arriérées pour gérer la crise par des moyens raisonnables. Les violences ne sont plus alors seulement considérées comme le débordement malheureux d'une manifestation respectable, mais comme une conséquence inévitable de n'importe quelle manifestation, à partir du moment où la population qui l'anime est inapte à comprendre ses enjeux réels. Ce discours réprobateur n'est pourtant pas appliqué de la même manière pour chacune des régions séparatistes. De prime abord, les différences de jugement semblent être liées aux méthodes. Plus une région s'insurge dans le sang, et plus la presse s'attarde à la réprobation, en oubliant les revendications comme leurs causes. Le 27 juin, le Petit Parisien décrit longuement la situation à Varsovie : De bonne heure, ce matin, des foules turbulentes ont envahi les rues. Les émeutiers ont construit dans les rues Ogrodowa, Krochmaena et Vromia six barricades surmontées du drapeau rouge. La police et les soldats ont enlevé d'assaut les barricades et les ont détruites. Dix émeutiers ont été blessés. Dans la rue de Zelazna, les cosaques ont chargé sabre au clair, renversant trois personnes. Dans la halle du marché central, la populace a fait feu avec des revolvers contre des patrouilles d'infanterie. Les soldats ont riposté par une salve, blessant trois émeutiers. Dans la rue Lezno, un petit garçon a été tué à coups de fusil. Les ouvriers ont poignardé cinq de leurs camarades qui refusaient de participer à la grève. Des affiches révolutionnaires ont été placardées, la nuit passée, sur de nombreux points. Aujourd'hui, 200 arrestations ont été opérées.70 Dans l'ensemble, les troubles polonais sont suivis au jour le jour, et les dépêches permettent un récit détaillé et précis. L'agitation polonaise est largement évoquée dans les trois feuilles ( plus d'une vingtaine d'article), sans toutefois que le Petit Parisien ne propose une synthèse de la situation, en éditorial. Le cas du Caucase est également largement décrit, en particulier durant le mois de septembre, avec une quarantaine d'articles, s'apparentant souvent à des descriptions des événements, semblables à l'exemple donné ci-dessus pour la Pologne. Quelques éditoriaux permettent toutefois de dresser un panorama plus large de la situation. La situation finlandaise enfin, ne fait l'objet que de quatre articles en tout: une allusion dans Le Figaro du 29 mars, puis trois éditoriaux du Petit Parisien les 4, 6 et 8 69 70

Le Petit Parisien, éditorial 12 septembre 1905, « Au Caucase » page 1. Le Petit Parisien, 27 juin 1905, « Les troubles en Pologne » page 1. -47-


novembre, à l'annonce du manifeste de novembre. Il n'est donc pas fait référence au mouvement gréviste d'octobre-novembre lui-même, mais uniquement à ses conséquences. De ce fait, les articles sur la Finlande reviennent a posteriori sur le processus de séparation. Ainsi, ils cherchent davantage à mettre en perspective les causes de la situation, et en viennent à justifier les revendications finnoises. Le 6 novembre, la « russification » du pays est décrite dans toute sa brutalité : On porta la main sur tous les privilèges finlandais, ce fut, dans le grandduché, une stupeur véritable. On supprima d'abord les postes finlandaises. Puis ce fut le tour du comité spécial siégeant à Saint-Pétersbourg pour les affaires de Finlande. On exigea la langue russe pour la correspondance officielle. On affirma le droit du tsar de légiférer seul pour « les affaires d'empire ».71 Plus encore, en décrivant ce qui amena aux demandes d'indépendance, Le Petit Parisien, par un processus manichéen, en vient à sévèrement critiquer l'état russe : La Diète finlandaise protesta. Ce fut en vain. Elle envoya des délégués. L'empereur ne les reçut point. Alors la résistance s'organisa. Les conscrits refusèrent de partir pour servir hors de Finlande. L'administration russe redoubla de vigueur, supprimant toutes les libertés, presse, parole, réunion, expulsant, emprisonnant, poursuivant à tort et à travers. Le règne de la loi était fini. La révolution commençait. Les éditoriaux concernant le Caucase ou la Crimée proposent un constat inverse : il est longuement insisté que ces régions doivent leur développement - voir leur prospérité économique - uniquement à la Russie. Les manifestations et leurs violences sont décrites comme absurdes « notre époque a peine à comprendre le mouvement de vandalisme qui porte toute une population à détruire de ses propres mains la richesse dont elle vit 72 ». Il n'est pas évoqué de raisons qui aurait poussé les populations locales à un rejet russe, la russification n'est pas abordée. Par ailleurs, on peut regretter qu'il n'existe aucun éditorial du Petit Parisien sur le cas de la Pologne, qui auraient pu permettre un troisième niveau de comparaison sur cette apparente contradiction dans le traitement des mouvements régionalistes. Cette différence entre les régions, Jean Frollo la résume dans l'éditorial du 8 novembre : Aux Slaves frémissants, révoltés, exaspérés, mais ne poursuivant pas un but bien défini, les finnois viennent d'opposer l'exemple de l'entente commune et de la décision rapide et le manifeste de Nicolas II leur donne déjà une satisfaction partielle et appréciable. La différence des races s'est ici bien accentuée. Avec les Norvégiens, ces autres hommes du Nord semblent avoir donné la formule des révolutions modernes pour une raison patriotique. On ne s'entre-tue pas, mais on agit, et l'on n'est pas surpris par les événements. Les Finlandais sont gens patients et tenaces. Je rappelais il y a quelques jours qu'ils avaient, jusqu'à ces dernières années, résisté pacifiquement, mais obstinément, à l'autocratie russe, gardant leurs institutions, leur langue, leurs coutumes. 73 L'argument du caractère pacifique du peuple finlandais, et de leur mouvement séparatiste en particulier, est pourtant très relatif, puisque le 16 juin 1904, le gouverneur général de Finlande, Nikolaï Bobrikov est assassiné à Helsinki, victime d'un attentat nationaliste. Jean Frollo n'omet pas l'événement, mais l'amoindrit : « le moyen est violent. Mais il n'y en a pas d'autre », affirme-t-il. Le discours concernant les actes de terrorisme politique sont pourtant lourdement condamnés, dès que l'on sort du cas finlandais : ce mouvement étant plus inspiré de la 71 72 73

Le Petit Parisien, éditorial du 6 novembre 1905, « Pour l'indépendance » page 1. Le Petit Parisien, éditorial 12 septembre 1905, « Au Caucase » page 1. Le Petit Parisien, éditorial 18 novembre 1905, « Le pays des légendes» page 1. -48-


droite nationaliste que de l'internationalisme révolutionnaire, il effraie bien moins la presse occidentale 74. Les attentats politiques sont des actes qui, bien que particulièrement violent et souvent incompris de l'opinion, sont très en vogue à la fin du XIXe siècle, et plus particulièrement revendiqués par les mouvements anarchistes. Dans la dynamique de la situation révolutionnaire de la Russie de 1905, ces actes se multiplient. Ils sont définis comme étant des actions directes, au même titre que les expropriations 75 , et sont justifiées par leurs auteurs par le fait que toute action susceptible d'attiser la haine de classe est positive. Chaque « action directe » est imprévisible par définition, et son impact reste réduit. Pour autant, elle s'intègre dans la logique d'une organisation ; celles de 1905 peuvent être mises en lien avec la conjoncture politique globale. Aussi, bien que périphériques à la dynamique révolutionnaire générale, ces attentats se comprennent comme faisant partie d'une logique de plus vaste ampleur ; ils doivent donc s'analyser comme l'une des facettes du mouvement. La presse française a pourtant bien du mal à adapter son discours à ces événements que l'opinion réprouve en tout point, les trouvant aussi cruels qu'absurdes. En Russie, les partisans de cette méthode sont appelés les bezmotivnyi (« sans motif »). Ceux-ci sont divisés en de nombreux groupuscules organisés, sur tout le territoire de l'empire. Tous les anarchistes ne sont pas favorables à l'action directe, mais la plupart des bezmotivnyi sont anarchistes. Paul Avrich 76 sépare ces actions et leurs auteurs en deux groupes, qui tous deux ont pour objectif de lutter contre la bourgeoisie et l'ordre établi. Les Tcherno-znamensky (« drapeau noir ») sont essentiellement recrutés dans les régions occidentales et dans le sud, tandis que les Beznatchal'tsy forment un mouvement essentiellement citadin et étudiant. Cette division est conforme aux différentes formes que peuvent prendre les mouvements de 1905, distinguant les mouvements citadins, dirigés par des intellectuels, aux mouvements ruraux, que l'on retrouve dans les régions aux minorités ethniques importantes, dans lesquelles les revendications autonomistes se superposent à la lutte contre le régime 77. Les auteurs des divers attentats de 1905 s'inscrivent clairement dans ces deux logiques de protestation ; pourtant, la presse française ne parvient à le percevoir, préférant la stupeur et la description des faits, à l'étude approfondie des causes de l'action terroriste. Les interventions de ces poseurs de bombes ne sont que peu décrites par la presse. Leurs actions, considérées comme résiduelles, ne sont évoquées dans les journaux qu'en tant que nouvelle anecdotique. Le 12 mars, Le Petit Parisien titre « tué par ses bombes ». Ce court article nous informe sur l'impression marginale que la presse a de ces organisations : Chaque nation en proie à une crise révolutionnaire devient, en dépit de toutes les précautions, le réceptacle momentané de tous les apôtres farouches des bouleversements sociaux. A Saint-Pétersbourg, depuis le début des troubles, les anarchistes pullulent à côté des théoriciens du socialisme et des simples libéraux. La conspiration contre l'autocratie est partout. Et les mesures de répression terribles dictées à la police par la peur ne sont guère efficaces que contre les manifestants inoffensifs de la rue. Ainsi, la troisième section ignorait certainement les opinions et le passetemps dangereux d'un étranger […] qui fabriquait des bombes dans une chambre, en a laissé tomber une, qui a fait explosion. Il a été mis en 74

Pour plus de détail sur l'histoire politique de la Finlande, voir POLVINEN Tuomo, Imperial borderland : Bobrikov and the attempted Russification of Finland, 1898-1904, Londres, Duke University Press, 1995 75 Action directe d'anarchiste visant à priver, contre son gré, un propriétaire foncier de sa propriété. 76 AVRICH Paul, les Anarchistes russes, Maspero, 1979 ; voir plus particulièrement le chapitre consacré à 1905. 77 cf infra p. 44-45 -49-


morceaux, ainsi qu'une femme qui habitait avec lui.78 Le Petit Parisien considère donc ces actes comme étant les excès du mouvement révolutionnaire. En comparaison, les socialistes et les libéraux sont des « manifestants inoffensifs ». Seuls les attentats à l'encontre d'une figure politique sont retranscrits dans la presse française. En définitive, pour décrire ces actes, la narration est toujours la même : on annonce l'acte lui-même, puis on revient sur l'action et les protagonistes, enfin, on explique les motifs de l'assassinat, et éventuellement décrit la figure visée par l'attentat. Malgré leur caractère secondaire dans le déroulement de la crise de 1905, la presse française est capable de percevoir les cohérences parmi ces actes, et d'établir des comparaisons entre eux. Le 25 mai, le Figaro, au sujet de l'assassinant du gouverneur de Bakou, affirme que « l'attentat a été commis dans les mêmes conditions que ceux dont le grand-duc Serge et M. Plebve ont été victimes. La bombe a été lancée sous la voiture du gouverneur (...)». Il n'est toutefois pas relevé que ces actes sont souvent perpétrés contre des représentants de l'administration centrale en province : deux gouverneurs généraux à Varsovie et Bakou au mois de mai, le général Sakharov, en tant que représentant du tsar, en décembre, etc. L'attentat manqué du 19 mai 1905 à Varsovie, à l'encontre du général Maximovitch , est retranscrit par les trois feuilles. Si au 21 mai, la dépêche d'Havas est consignée uniformément, les articles du 20 proposent plus de nuances dans la narration: L'Humanité d'abord, n'a pas encore eu vent de l'information. Le Petit Parisien s'attarde sur la personne visée par l'attentat. Le ton est catégorique : « D'après les témoignages recueillis jusqu'ici, les autorités sont convaincues que la bombe qui a éclaté rue Miodowa était destinée au gouverneur général », tandis que Le Figaro explique seulement : « On croit que la bombe était destinée au gouverneur général 79 ». Le Petit Parisien ne narre l'action qu'au conditionnel, et propose deux hypothèses : soit le poseur de bombe a jeté la bombe dans sa fuite, soit il a trébuché, et la bombe a malencontreusement explosée. L'article laisse la question en suspens : « Il est difficile de s'assurer de la vérité, puisque les principaux acteurs du drame sont morts. » Le Figaro se permet de décrire avec plus de détail le déroulement de l'action, et compose, à partir des deux hypothèses, une seule et même version cohérente. Ce paragraphe n’est pourtant construit qu'à partir d'informations non vérifiées : Des agents observaient depuis quelques instants un ouvrier d'allures suspectes, qui, voulant prendre la fuite, trébucha sur la bordure du trottoir et laissa tomber un engin qui fit explosion avec une force terrible. Toutes les glaces des maisons voisines ont volé en éclats, les murs sont criblés de trous, les portes sont crevées, un réverbère a été arraché. Le porteur de la bombe et deux agents de police ont été tués, dix-sept autres personnes ont été grièvement blessées. 80

Schéma narratif. La narration de la violence. Au-delà de ces mises en réseau, il est possible de concevoir des cohérences narratives dans le discours. Pour les mettre en évidence, étudions le texte lui-même, par une recherche lexicale. Le constat est celui d’une omniprésence des violences, dans la couverture de 1905. En effet, toutes ces actions ou presque, semblent avoir pour corollaire des débordements sanglants. À en lire la presse française, l'un ne va pas sans 78 79 80

Le Petit Parisien, 12 mars 1905, « Tué par ses bombes » page 1. Le Petit Parisien, 20 mai 1905, « La guerre; la crise intérieure russe » page 2. Le Figaro, 20 mai 1905, « dernières nouvelles: service spécial du « figaro » en Russie: une bombe à Varsovie », page 2. -50-


l'autre ; du moins, dans la Russie de 1905. Pour chaque journal étudié, les accroches des articles nous proposent plusieurs modèles lexicaux, inégalement utilisés par chaque feuille. Tous proposent des termes uniquement descriptifs : Le Figaro parle d' « organisation », de « manifestations », lorsque Le Petit Parisien utilise la « mobilisation », et L’Humanité les « mouvements ouvriers ». Pour renvoyer plus spécifiquement à un climat incertain, on retrouve pour les trois feuilles le terme d' « agitation », L’Humanité précise toutefois : « agitation révolutionnaire et ouvrière » ; il parle également de « révoltes ». Le Petit Parisien propose davantage de nuances, parmi lesquelles « soulèvement » ou « insurrection ». Viennent ensuite des termes plus violents, et également plus descriptifs de l'action ellemême, que Le Figaro n'utilise pas. Le Petit Parisien nous informe des « émeutes », des « barricades », il décrit la ville de Crondstat comme se trouvant « à feu et à sang », et évoque la « lutte désespérée » des révoltés. L’Humanité renvoie aux « journées sanglantes » de janvier, au « drame » d'Odessa, et également plus généralement aux « tuerie(s) » et aux « bataille(s) ». Lorsque Le Petit Parisien n'évoque que la « répression », L’Humanité utilise bien plus de nuance pour traiter de la répression et des réactions des révoltés. Le champ lexical est dans l'ensemble plus contestataire. Il est fait écho d'une véritable lutte entre l'ordre et les populations : aux « massacres », « terreurs militaires » et « répressions », répondent la « résistance héroïque » ou l' « offensive vigoureuse ».

Figure 3: L’illustration, 11 février 1905, « Les troubles en Pologne russe: pillage des magasins à Varsovie » Ce rapide aperçu des termes utilisés montre clairement l'importance qui est faite de la retranscription des violences du mouvement. La lecture attentive de la presse de 1905 suppose que la violence et le débordement en est l'un des mécanismes principaux. Pour la presse illustrée également, l'on constate qu'une grande partie des images donnent à voir des scènes de « massacre », le terme est employé en titre de l'image, c'est le cas -51-


pour les numéros du 15 juillet ou du 11 novembre. La gravure présentée ci-contre est publiée le 11 février, elle illustre les « troubles en Pologne russe » par la vision de pillage de magasins à Varsovie. Il semble important de chercher à comprendre les mécanismes qui régissent cette logique, et les différenciations que l'on pourra trouver entre les presses d'orientation politiques divergentes. D'autre part, certains traits de descriptifs apparaissent récurrents, quel que soit le type d'action narrée. On retrouve régulièrement une description du lieu où se passe l'action, agrémentée parfois d'un rapide historique s'il s'agit d'une ville où d'une région spécifique. Cette description peut parfois être remplacée par quelques détails touchant au pittoresque, au sujet des conditions de vie des populations concernées, en particulier si le mouvement affecte les approvisionnements de premières nécessités. Il est également présenté les revendications spécifiques au mouvement, et les éventuelles réactions de ceux envers qui se tournent les demandes. Il est régulièrement évoqué les revendications plus générales, qui dépassent le mouvement pour rejoindre le champ des revendications proprement politiques. D'autres parts, il est évoqué les organisations internes du mouvement : éventuellement un leader, ou le nom d'une organisation qui porte l'action. Une grande place est toujours accordée à la description des débordements, et éventuellement des mesures de répressions qui les accompagnent : cette catégorie est bien souvent la plus dramatisée de toute, et est souvent rédigée avec un pathétisme certain. Cette narration est bien sûr de l'ordre du schéma. La plupart des articles ne possèdent qu'une partie de ces caractéristiques. Elles sont toutefois plus présentes dans la presse populaire. L'article « Au Caucase », publié dans le Petit Parisien du 12 septembre, est révélateur de ce schéma narratif général, comme du décorum que se donnent les articles traitant de la Russie en 1905. Jean Frollo nous dépeint longuement le paysage de Bakou, avant de revenir sur la situation actuelle de la ville : […] De tout cela, il ne reste aujourd'hui que des décombres. Les puits ont été incendiés, la richesse est tarie dans sa source. C'est toute l'œuvre de trente ans anéantie. On demeure confondu en présence d'une telle rage de destruction. Le gouvernement qui, si rigoureuse qu'ait été la répression, n'est pas encore maître de la position, pourra-t-il faire renaître l'ordre. L'ordre suffira-t-il à rendre à la ville sa prospérité perdue? On est obligé de poser ces questions. On n'ose pas y répondre. Quant à la situation même de la province, on ne peut guère être plus rassuré, car les principes de désordre y resteront, après cette crise, aussi actifs que par le passé. La Russie a essayé, tour à tour de la manière forte et de la manière douce. Elle a multiplié les enquêtes et les missions. Elle a essayé d'opposer les races les unes aux autres dans un équilibre instable, de les réconcilier en de précaires transactions. Rien n'y a fait. Sera-t-elle plus heureuse à l'avenir ? Le présent est bien sombre. Mais le lendemain, hélas n'est pas moins inquiétant81. D'autre part, il est très souvent fait référence aux difficiles conditions de vie des russes, que ce soit par ce que les grèves bloquent l'acheminement, par ce que la ville est en état de siège, ou simplement pour décrire la misère quotidienne du russe moyen. Le Figaro du 8 août décrit la situation des grévistes de Saint-Pétersbourg : Expulsés de leurs logements, faute de pouvoir payer le loyer des coins de chambres qu'ils occupaient avec leurs familles ; déguenillés, croupissant dans une saleté repoussante, hommes et femmes affaiblis par l'insuffisance de la nourriture meurent comme des mouches. Les ouvriers, même ceux qui naguère avait une situation aisée, ont épuisés toute leur ressources, ils ont engagé ou vendu leurs dernières hardes. Plusieurs milliers de gens 81

Le Petit Parisien, éditorial du 12 septembre 1905, « Au Caucase », page 1. -52-


dépérissent ainsi, dévorés par les maladies épidémiques : le scorbut, la dysenterie, le typhus.82 Concernant les conditions de vie paysannes, le Petit Parisien est sur le même registre, le 20 novembre : Le malheureux moujik russe s'est complètement ruiné à payer une dette trop lourde pour ses chétives épaules. Joignez à cela [...] les procédés de culture arriérés chez un peuple qu'on a maintenu arbitrairement dans l'ignorance, et vous pourrez vous faire une idée de la misère du paysan russe. Quand dans certaines agglomérations la faim devenait par trop pressante, on essaimait vers la Sibérie, mais restait toujours la cotisation foncière écrasante, et quand, après avoir vendu sa vache, ses misérables meubles, le pauvre hère voyait l'impossibilité de jamais se mettre à flot, il s'abandonnait et s'enivrait.83 La question de la précarité des ouvriers et paysans est omniprésente, quel que soit la feuille. Durant les grèves d'octobre, le réseau est paralysé. Bien vite, les seules nouvelles qui viennent de l'étranger concernent la nourriture et son acheminement. Le 25 octobre, l'Humanité explique : La correspondance commerciale avec la province s'effectue par télégraphe, la poste ne fonctionnant plus. La viande, renchérit. Moscou possède du bétail pour huit jours, des salaisons pour trois semaines et du laitage pour cinq jours. Si la grève dure une semaine, les fabriques devront interrompre le travail, faute de matières premières. Les aqueducs ont été endommagés, certains quartiers de la ville sont privés d'eau.84 Sur le thème des conditions de vie, les trois journaux se rejoignent, mais au-delà de ces cohérences générales, il doit être fait une analyse plus détaillé des différentes catégories d'actions caractérisant le mouvement. Ceci afin de comprendre les mécanismes de correspondances narratives dressés entre plusieurs événements, et ainsi d'articuler toutes les actions ensemble, afin de comprendre la cohérence globale que la presse française donne de la révolution de 1905. Un journal, son discours Les nuances concernant la narration de la misère sociale sont minimes. Sur d'autres sujets, le ton varie pourtant clairement, d'un journal à l'autre. Il ne faut pas pour autant considérer que le schéma des articles est clairement établi pour chacun. Pour éviter de dresser des cohérences là où il n'y en a pas nécessairement, il sera ici constitué une liste d'observations générales faite pour chacun des trois quotidien, en y laissant pointer des hypothèses sur la construction générale. Le Petit Parisien semble pour beaucoup faire fonctionner un schéma par pur automatisme : elle lie dans la forme ces actions, sans chercher à présenter de cohérence globale. Pour exemple, les événements ayant lieu dans des provinces mal connues du public sont récurrents, et le Petit Parisien montre le 3 juillet qu'il a conscience de cette méconnaissance: L'empire de Russie, pour la masse du public européen, c'est encore surtout Pétersbourg, Moscou, Cronstadt, Novgorod ce sont les régions qui furent d'abord occupées par les premiers Romanov et qui formèrent pour ainsi dire le noyau de la domination tsarienne. On ne se rend pas toujours suffisamment compte de l'immensité de cet État, qui s'épand sous les climats 82 83 84

Le Figaro, 8 août 1905, « à l'étranger service spécial du « figaro » en Russie », page 3. Le Petit Parisien, 20 novembre 1905, « La crise russe, la question des paysans », page 2. L'Humanité, 25 octobre 1905, « le mouvement révolutionnaire russe, la grève des chemins de fer», page 1. -53-


les plus variés et qui réunit la température du cap Nord à celle de Nice ou de la Corse85 Malgré ce constat, Le Petit Parisien ne propose qu'une seule fois à son lecteur de visualiser l'espace par le biais d'une carte. Lors des révoltes à Bakou, il en est proposé une qui présente les ressources pétrolières de la région:

Figure 4 : Le Petit Parisien, 9 septembre 1905, « Bakou et les exploitations pétrolières des environs ». Il est étonnant de constater qu'il n'est fait qu'une fois l'usage d'une carte, car celles-ci sont pourtant d'usage fréquent, en particulier dans le cadre des mouvements militaires. Ces images sont faciles à produire et moins coûteuses à l'impression que ne peut l'être une gravure ou une photographie. Dans le cadre de la situation intérieure russe, elles permettraient de mieux comprendre le déroulement des actions, et de proposer ainsi une logique spatiale aux événements. Au lieu de ça, les quelques images de couvertures sur le sujet sont essentiellement des portraits de figures du gouvernement, et quelques photographies de lieux importants. Dans l'ensemble, le Petit Parisien n'a pas pour objectif de faire une analyse en profondeur de la situation. Elle préfère simplifier l'action pour la rendre la plus intelligible possible. Et ce, quitte à la rendre illogique dans son déroulement ou son rapport cause/conséquence. Dans le Petit Parisien du 3 novembre : D'une part, des dépêches rassurantes nous parviennent qui affirment la joie des populations à la suite des promesses impériales. D'autre part, les télégrammes ne mentionnent que reprises affreuses du drame et de la lutte à mort entre le peuple et le pouvoir établi. […] De telles contradictions sont angoissantes et terribles quand l'avenir d'un peuple immense est en jeu.86 Ces deux informations pourtant contradictoires sont mises en parallèle, mais aucunement 85 86

Le Petit Parisien, éditorial du 3 juillet 1905, « La Russie du Sud » page 1. Le Petit Parisien, 3 novembre 1905, « La révolution en Russie: troubles et tendances séparatistes » page 1. -54-


mises à distance. Le Petit Parisien ne cherche pas à discuter la véracité de l’une ou l’autre des deux nouvelles, il se contente de les exposer. Il arrive toutefois qu’il soit exposé quelques explications sur les causes des événements, J. Frollo revient notamment sur la tension ethnique de la région du Caucase, le 12 septembre. Ces analyses restent toutefois superficielles, et plutôt simplistes. Précisions que ce type de discours de race est très courant pour l'époque: La conquête cependant n'a pas créé la paix dans ce pays divisé. Juifs, Grecs, Russes, Arméniens, Tatars y sont en conflit continuel. Les Tatars surtout, population inculte et primitive, sont en lutte constante avec les Arméniens, habiles, intrigants et riches, qui accaparent le commerce et les emplois. De temps à autre les Tatars se soulèvent87. Dans la même logique, il a déjà état évoqué les procédés de narration du Petit Parisien qui visent à créer une dualité constante parmi les acteurs de l’événement. Aux finlandais opprimés s’oppose l’état autoritaire ; au peuple du Caucase, désordonné et ignare, l’état russe répond par la bienveillance économique. Pour ce cas comme pour celui des portraits ethniques outranciers, le principe est le même : le but est de simplifier au maximum la trame générale de l’action, afin de la rendre plus facile à intégrer. Pour L’Humanité, les conséquences de l’événement sont sans équivoques : on est ici clairement en présence d’un processus révolutionnaire. Tous les articles, qu’ils décrivent ou démontrent, vont dans ce sens, ce qui crée un ensemble cohérent. Puisqu’il est impossible de retracer l’ensemble des références révolutionnaires, il ne sera ici question que de mettre en évidence les logiques d’approbation de la démarche des révoltés russes, en particulier en s’opposant systématiquement aux autres journaux dans la description qui est faite des violences. D’une part, il est insisté sur le fait que les excès du mouvement ne sont pas l’unique fait des révolutionnaires, ils sont la conséquence de la répression méthodique qu’en fait le gouvernement et ses partisans. Durant les émeutes d’Odessa, l’Humanité titre sur « l’extension du mouvement révolutionnaire » le 1er juillet, puis sur la « terreur militaire et policière » deux jours plus tard. Dans ce dernier article, le « rétablissement de l’ordre » est vivement critiqué dans ses méthodes: Une ordonnance fait défense aux habitants de se rassembler dans les rues en groupes de plus de vingt personnes, avertit que tout rassemblement sera dispersées et que les troupes tireront ou emploieront l'arme blanche sans sommation en cas de résistance. (On ne dit pas où commence la «résistance» lorsqu'il n'y a pas de sommation.)88 D’autre part, il est fait écho des « bandes noires à l’œuvre », dans un article du 3 novembre, afin de définir l’origine de l’agitation, ainsi que d’en dédouaner les manifestants. Avec L’Illustration89, l’Humanité est seul à rendre compte de ces débordements : On met au service d'un loyalisme de commande les bandes nationalistes qu'une administration prévoyante tenait en haleine depuis des mois. «Le gouvernement n'assumera aucune responsabilité pour les conséquences qui pourraient s'ensuivre». Le gouvernement a tort de le croire. Non seulement, il est responsable des actes abominables de ses valets à gage, mais lui-même est perdu, discrédité, au point que personne ne veut avoir le moindre rapport avec lui bien qu'il s'efforce convulsivement d'attirer à lui les parties saines de la nation.90 En plus d’insister sur les débordements qui ne sont pas à mettre à l’actif des manifestants, 87 88 89 90

Le Petit Parisien, éditorial du 12 septembre 1905, « Au Caucase », page 1. L'Humanité, 1er juillet 1905, « La révolution russe, extension du mouvement révolutionnaire » page 1. L'illustration, 11 novembre 1905, « Une bande noire, à Moscou », couverture. L'Humanité, 3 novembre 1905, « La révolution en Russie: es bandes noires à l'œuvre », page 1. -55-


l’Humanité s’attache à justifier ces débordements violents, du fait du contexte qui les anime. Les socialistes français sont favorables au pacifisme dans le cadre de la diplomatie internationale, mais dans un contexte national, lorsqu’un état ne prend pas en compte les demandes de son peuple alors qu’elles sont formulées pacifiquement, il est justifié de se révolter contre lui. Pour étayer cet argument, le 1er mars, Jean Jaurès reprend l’exemple de Gapone et de sa manifestation pacifique du 22 janvier, soldée dans le sang: [Gapone] n'est pas un fanfaron de violence. Si donc il renonce aux allures pacifiques qu'affecta d'abord son action, s'il adjure les ouvriers russes de répondre par une combinaison effrayante de terrorisme individuel et collectif aux attentats sanglants du tsarisme, c'est que la classe ouvrière russe se prépare à un suprême assaut contre l'autocratie.91 Dans ce cadre, la figure d’Ivan Kalaief, l’assassin du grand-duc Serge, est érigée en symbole. L’Humanité lui consacre trois articles importants, les 14 mai, 19 mai et 17 juin. Kalaief est loin d’être dépeint comme un dangereux terroriste animé par les idées anarchistes ; l’Humanité du 14 mai retranscrit le compte-rendu de l’audience de son procès, dans lequel il répond à son interrogatoire de manière « énergique et fière ». Il apparaît aussi calme que déterminé à défendre la cause révolutionnaire qui l’anime : Avant tout, je suis obligé de faire une rectification matérielle. Je ne suis pas un accusé, je suis votre prisonnier. Nous sommes deux partis en état de guerre. Vous, vous êtes les représentants du gouvernement du tsar, les serviteurs salariés du capital et de la tyrannie. Moi, je suis un justicier du peuple socialiste et révolutionnaire.92 Le Figaro s’attache quant à lui à minimiser l’ampleur et les significations profondes du mouvement. Il est proposé un autre son de cloche, bien éloigné de la description d’une situation aussi chaotique qu’inextricable. Ce discours se construit par plusieurs biais. Déjà, il insiste régulièrement sur l’aspect séditieux et illégal du mouvement, c’est le cas le 19 mars : La police secrète a découvert une organisation subversive opérant à Moscou par ordre du comité révolutionnaire siégeant à Londres. 300 personnes ont été arrêtées. Cette découverte a été précédée de celle à Moscou, d’un dépôt de machines infernales, de bombes, d’une grande quantité de matières explosives, d’arme blanches et à feu93 Ceci permet de réduire le profil des manifestants à quelques révolutionnaires s’organisant dans la clandestinité. Les ouvriers grévistes au contraire, sont plutôt catalogués comme des acteurs ponctuels, entraînés dans un mouvement dont les enjeux les dépassent. L’entrefilet du 19 avril n’est qu’un exemple parmi d’autres de ce discours récurent: L’usine Poutilov va rouvrir à la suite d’une démarche des ouvriers qui, pour preuve de leur intention de ne plus faire grève, ont remis à la direction une liste des meneurs. Ceux-ci seront expulsés de Saint-Pétersbourg94 Le Figaro cherche globalement à minimiser l’effort de grève entrepris par la population russe. Dans sa série d’enquête, Georges Bourdon nous l’avons vu, propose un point de vue dissonant de la situation intérieure ; le 13 février, il propose une lettre sur « la grève vue par les patrons », dans laquelle il s’entretient avec M. Smyrnov, patron des mêmes usines Poutilov95. Celui-ci explique longuement que cette grève est une « pierre d’essai », c’est-à-dire un prétexte pour tester l’autorité du patronat. De fait, M. Smyrnov n’a pas cédé, car « concéder la participation des ouvriers à la fixation des salaires et au maintien de la discipline, ce serait ruiner la discipline, ruiner l'usine ». Dans l’ensemble, il dresse le portrait d’un ouvrier naïf : 91 92 93 94 95

L'Humanité, éditorial du 1er mars 1905, « La révolution russe » page 1. L'Humanité, 14 mai 1905, « La crise russe: le procès de J. Kalaief » page 1. Le Figaro, 19 mars 1905, « dernières nouvelles, service spécial du « Figaro » en Russie », page 2-3. Le Figaro, 19 avril 1905, « dernières nouvelles, service spécial du « Figaro » en Russie », page 3. Le Figaro, 13 février 1905, « lettre de Russie, la grève racontée par les patrons » page 2. -56-


Ils sont abattus et assez tristes. Ils regrettent ce qu'ils ont fait. Surtout ils en veulent à ceux qui les ont trompés, car ils comprennent maintenant qu'ils n'ont été que des instruments entre les mains de perturbateurs. M. Smyrnov enchaîne ensuite sur une critique des leaders du mouvement national, parmi lesquels figurent Gapone, « un orgueilleux, affamé de commandement, un homme sans instruction, sans éloquence, mais sachant cependant parler aux ouvriers, ignorant des questions ouvrières ». Il critique aussi l’embrigadement général créee par la diffusion des idées socialistes en Europe. Ce portrait inflexible est pourtant bien différent des dires du Petit Parisien. Quelques jours plus tôt, le 5 février, il est affirmé que les patrons de Saint-Pétersbourg « se sont solidarisés avec les ouvriers en ce qui concerne les revendications purement sociales et morales. »

2.2 RÉFORMES OU RÉVOLUTION Le mouvement de 1905 commence par une somme de grèves distinctes, dont les revendications touchent à l’amélioration de la vie quotidienne. Pourtant, le mouvement évolue vers des aspirations plus générales, des demandes de changements politiques. La presse française a tendance à relativiser la portée des premiers temps mais à insister sur l'adhésion patronale à ces nouvelles espérances démocratiques. Le Petit Parisien du 5 février n'est pas une exception. L’Humanité présente le mouvement comme l'expression du soulèvement d'un peuple tout entier vers un même objectif : [Gapone] s'adresse aux ouvriers, et aussi à ces intellectuels, héroïques, contre lesquels l'autocratie cherché à exciter les défiances la classe ouvrière. Il rappelle au prolétariat industriel le programme de libération économique et politique qui suscita en janvier le mouvement passionné des ouvriers de Pétersbourg. Il rappelle aux paysans russes que la Révolution de liberté, qui brisera l'autocratie, leur donnera la terre qu'ils désirent en vain depuis des siècles. Ainsi se prépare une formidable coalition de toutes les forces de travail et de pensée, de toutes les énergies révolutionnaires, de toutes les revendications ouvrières et paysannes96. De part et d'autre, le discours de 1905 oscille entre la description d'un processus de révolution, ou celui d'une constitutionnalisation de la Russie. Le manque de recul empêche la mise en place d'un discours homogène, et les aléas des évolutions de 1905 n'aident pas le journaliste français à y voir plus clair. L’Humanité est loin d'être seul à insister sur l'état critique de la situation, même dans les colonnes du Figaro, l'on perçoit l'évolution du mouvement, qui se dirige progressivement vers des demandes de changements institutionnels. Le 26 octobre, au cœur de la grève générale, le constat est clair : Les chemins de fer s'arrêtent, non pas parce, que les mécaniciens demandent moins de travail et de plus gros salaires, mais parce qu'ils réclament la liberté de la presse, la liberté de la parole, la liberté de réunion, la liberté de conscience et la réunion d'une Constituante97. Ces questions touchent aux raisons profondes du mouvement. On constate pourtant que leur retranscription est annexe par rapport à d'autres événements. Il faut rappeler que le journaliste cherche l'information là où elle semble plaire à son lecteur. Dans ce sens ; les émeutes spectaculaires suscitent plus d’intérêt que les congrès révolutionnaires. Afin de rendre compte de la transcription journalistique qui est strictement faite des réformes de 1905, il convient dans un premier temps de revenir sur les définitions faites du régime autocratique et sur les réactions du tsar face au mouvement de 1905 ; puis d'approfondir le compte rendu fait des manifestations constitutionnalistes de 1905 et leur portée apparente dans la presse. 96 97

L'Humanité, éditorial du 1er mars 1905, « La révolution russe » Le Figaro, 26 octobre 1905, « les événements de Russie, grèves politique », page 2. -57-


Le régime et ses réformes Définition des institutions russes Afin de proposer un premier aperçu de ces réformes, dressons une rapide chronologie de celles-ci au prisme de la presse de 1905. Lors des événements de janvier, il n'est pas fait directement référence à des réformes du régime politique russe, on ne traite que de grèves pour le Figaro, ou de révolution, pour l'Humanité. Des termes généraux qui ne rendent pas compte du mouvement réformiste. Les premières occurrences apparaissent lors du « rescrit » et du « manifeste », au début du mois de mars : Le Figaro et Le Petit Parisien analysent alors la déclaration du tsar. Au courant des mois de mars et d'avril, il est fait référence à des « réformes » sans qu'il n'y ait beaucoup de précision. À partir de mai, ces volontés de réformes se traduisent par des congrès, « des zemstvos » en mai, « de Moscou » en juillet, la « douma » en août ; et la question de la représentation nationale est plus largement évoquée, notamment en août lorsqu'on titre sur la « réforme constitutionnelle ». En septembre, la « période électorale » est suivie par la presse, pendant que le gouvernement est en plein remaniement. En Octobre, le « manifeste du tsar » est analysé, et en novembre et décembre, l'on revient sur les zemstvos et l' « ukaze électoral ». Ce calendrier simplifié permet de percevoir que les institutions russes supposent une connaissance institutionnelle et juridique de son régime. « ukaze, douma, zemstvos » sont autant de termes étrangers au lectorat français qui suit l'évolution de la situation intérieure russe, il semble pourtant que le journalisme français fasse ici preuve de beaucoup d'approximations. Pour illustrer les définitions que la presse donne des différentes institutions du régime russe, ne revenons que sur les congrès des zemstvos, dont la définition imprécise est révélatrice d'un manque de documentation sur ces questions. Par extension, cela manifeste d'une méconnaissance du régime autocratique russe, qui est pourtant vivement défendu par les uns, et tout aussi contesté par les autres. La première occurrence aux Zemstvos se fait le 7 mai dans Le Figaro, et le 8 mai dans L’Humanité, ces deux articles sont sensiblement identiques, car leurs informations proviennent des même journalistes londoniens, M. Dillon, correspondant du Daily Telegraph et M. Williams, correspondant du Manchester Guardian, ayant assisté à la séance dont il est question. Sans qu'il n'y ait de stricte définition, l'on comprend rapidement qu'il est ici question d'une assemblée, qui, précise le * « n'a aucun caractère officiel98 ». Outre le nombre des participants et le nom des présidents et vice-présidents des séances, les deux journaux reviennent sur les objectifs de ces assemblées, à savoir « la représentation nationale [et le] suffrage universel99 ». Le but de ces assemblées est ainsi de définir un plan d'organisation allant vers une nouvelle représentation du peuple. Le 21 juin, l'Humanité fait référence à une délégation des Zemstvos ayant adressé un texte à la personne du tsar, sous la plume du prince Troubetskoï. Cette définition n'est que parcellaire, et ne permettent pas de concevoir ce que ces institutions recoupent comme réalité : la presse ne définit pas le congrès de début juin comme un 2e congrès des Zemstvos, ni le « congrès de Moscou » de juillet comme un 3e zemstvo. Employer le terme de « congrès des Zemstvos » puis lui préférer celui de « congrès de Moscou » suppose qu'il existe une différence fondamentale entre les deux assemblées, ce qui n'est pas le cas : le congrès de juillet est la suite directe de celui de début mai : mêmes protagonistes et mêmes objectifs. À l'inverse, L’Humanité fait référence à un zemstvo le 22 novembre100, alors qu'il est alors question du Soviet de Saint-Pétersbourg. 98 99 100

Le Figaro, 7 mai 1905, « à l'étranger, en Russie : le congrès des Zemstvos », page 2. L'Humanité, 8 mai 1905, « la Crise russe, le congrès des Zemstvos », page 1. L'Humanité, 22 novembre 1905, « Les zemstvos et M. Witte, le congrès des Zemstvos », page 1. -58-


Précisons donc ces différences : les Zemstvos sont des assemblées se référant à un découpage géographique de l'empire : elles sont constitués sur une logique censitaire, et représentent donc les petites noblesses des provinces. (en russe, « zemilia » désigne la « terre »). Ces assemblées ont à l'origine pour but de débattre de questions locales. Dans le contexte du début de l'année 1905, les zemstvos sont pourtant la seule instance élue qui puisse être considérée à la fois comme suffisamment qualifiée tout en étant relativement représentative du peuple russe. À défaut d'assemblée nationale, c'est donc les zemstvos qui s'expriment et s'adressent au tsar. Ce qui explique pourquoi les journalistes du Figaro les considèrent comme nonofficiels. Le Soviet de Saint-Pétersbourg est quant à lui constitué sur une base salariale (à défaut d'organisation syndicale), il regroupe les représentants d'entreprises, ainsi que des membres délégués de l'Union des Unions. Cette assemblée regroupant 562 membres à la minovembre101 est considérée comme plus représentative du peuple, et en tire rapidement toute sa légitimité. Il apparaît clairement que la presse française de toute orientation politique n'a pas saisit la différence fondamentale existant dans la définition et la constitution d'un soviet et d'un zemstvo. Ceci étant, il est à noter qu'en 1905, seuls les bolcheviks proposent alors une définition précise des soviets, dans leur représentation comme dans leur mandat. Ce flou ne doit donc pas étonner. Cet exemple manifeste toutefois du caractère succinct de la chronologie de la presse française concernant la question des réformes en Russie. Elle ne permet pas de percevoir les nuances que l'historiographie postérieure a permis de concevoir. Puisqu'il n'est pas ici question de reprendre l'ensemble de l'histoire de 1905, mais uniquement de la concevoir au prisme de la presse française, nous ne reviendrons pas sur l'ensemble de ces approximations historiques. Dans cette partie du mémoire, il ne sera proposé qu'un exposé des questions réformistes, car l'on peut considérer celles-ci comme récurrentes dans la presse française102. Les déclarations réformistes du tsar Plusieurs événements suscitent de vives réactions et une large émission de la part de la presse française. En premier lieu citons les réponses officielles que le tsar adresse au mécontentement de son peuple : à savoir le rescrit et le manifeste de mars, puis le manifeste d'octobre. Dès le 22 janvier, même la presse la plus conservatrice de France conçoit la nécessité pour le tsar que de faire des concessions à son peuple, leurs accordant quelques droits élémentaires, afin de compenser l'image négative que lui a valu la répression de la manifestation. Le 9 mars, le Petit Parisien résume bien l'idée que se fait la presse internationale de la situation dans laquelle se trouve Nicolas II : Non seulement les pauvres en touloupe, les mineurs du Caucase, les paysans de Crimée tournent leurs regards vers le tsar, le petit père du peuple russe, mais le monde entier attend de lui les paroles ou les concessions qui mettront la Russie au rang des premières nations occidentales. Nicolas II tient dans sa main avec son sceptre les destinées de son pays103. Le tsar ne peut rester impassible face a mouvement de contestation national qui touche alors la Russie. Plus que la défense des droits de l'homme, la France s'inquiète en réalité de la défaillance d'un allié fidèle. La mauvaise conduite du gouvernement ne doit avoir pour effet de déstabiliser les alliances. Le Figaro approuve l'annonce du rescrit impérial, les 4 et 5 mars. Eugène Lautier salue le travail d'enquête entreprit par le gouvernement russe, « l'effort administratif » entreprit pour répondre à la situation de crise que traverse la Russie. Il fait 101 102

103

COQUIN François-Xavier, 1905 : La révolution. op. cit. p.134 Cette chronologie peut toutefois être comparée à celle, plus complète, proposée par François-Xavier Coquin, proposée en annexe n° 1 Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki » -59-


toutefois un constat peu enthousiasme du texte lui-même, qu'il résume ainsi : Ni menaces, ni promesses bien précises. Ce n'est pas le geste d'un souverain offensé qui veut être craint; ce n'est pas non plus le mot magique et rayonnant qui trouve l'accès des âmes les plus fermées et renouvelle le miracle de la confiance et de l'espoir. C'est une parole sincère et de bonne foi, mais qu'on dirait hésitante et timide104. Si la portée du texte est relativisée, Lautier cherche également à exempter le tsar de quelques responsabilités. En effet il insiste sur la difficulté de promouvoir des réformes lorsque le pays est en grève à l’intérieur, et en guerre à l’extérieur. Il explique également que la bureaucratie « s'interpose comme un écran ou une barrière entre le souverain et son peuple ». Dans ce sens, Georges Bourdon affirme le lendemain que le rescrit a été publié par la volonté du tsar seul, outrepassant ses ministres qui « ne l'ont connu que par la lecture du Messager du gouvernement105 ». L'image du tsar et de ses responsabilités reste donc ambiguë, allant du monarque absolu au pantin aux mains de la bureaucratie, deux idées qui sont tout à fait contradictoires. Les concessions des textes de mars sont timides, mais il n'en reste pas moins qu'elles vont vers la libéralisation du pays. Dans ce sens, le Petit Parisien du 5 mars souligne l’enthousiasme suscité par les déclarations du tsar. Il est proposé une revue de la presse russe, citant notamment la Rouss qui « félicite le gouvernement « d'avoir passé le Rubicon de la défiance à l'égard de la raison du peuple russe » 106». Pour L’Humanité néanmoins, le rescrit n'est qu'une « provocation tsariste107 », car dans ce texte, Nicolas II ne propose ni constitution, ni pouvoir législatif au peuple. Le tsar n'évoque qu'une élection pour une assemblée consultative, sans donner aucun rôle politique réel au peuple. Le 25 juin Francis de Pressenssé explique que le peuple « est le dupe d'une bande de misérables […] qui feignent de céder chaque fois qu'ils craignent pour leur peau, et qui, au dedans d'eux-mêmes, le narguent, le méprisent et le haïssent. » Lors des réformes d’août également, René Viviani se méfie des promesses de constitution : Cette charte octroyée, non pas même par le bon plaisir du tsar, mais par la terreur qu’inspire à son autocratie prisonnière la merveilleuse effervescence révolutionnaire, ne cède que pour reprendre, ne crée que pour détruire, n’affirme que pour nier108. Et c’est encore les conclusions de Léon Rémy, suite au manifeste d'octobre. Le 1er novembre, il appelle le peuple russe à ne « pas se contenter de promesses illusoires ». Le même jour pourtant, le Petit Parisien annonce sur une double colonne « La Russie libre109 », dans un article proclamant un jour historique, le début d'une nouvelle ère, mais qui s'étonne pourtant de ne pas voir les russes se réjouir, mais au contraire manifester toujours. Comme nous l'avons déjà vu dans la partie précédente, l'envoyé spécial du Petit Parisien ne parvient pas à nuancer ses propos au regard des troubles ayant encore lieu, et ne souligne que la « méfiance » des russes. Le 2 novembre, Eugène Lautier du Figaro s'avère plus lucide, lorsqu'il demande : « Quelle vertu d'apaisement contenaient ces promesses ? Comment l'opinion publique en Russie les accueille-t-elle ?110 ». Il est sans doute conscient qu'une « promesse » n’est pas encore un dû pour le peuple russe. Les journalistes français sont très fortement favorables à des réformes, ce qui permettrait à la Russie de se rapprocher d'un état de droit ; ainsi l'alliance franco-russe paraîtrait moins entrer en contradiction avec les valeurs de la République françaises. Pour aller dans ce sens, les témoignages de sympathie envers le tsar s'accumulent à chaque nouvelle proclamation réformiste de celui-ci. Le rapport entre la France républicaine reste particulièrement incertaine 104 105 106 107 108 109 110

Le Figaro, 4 mars 1905, « à l'étranger, le manifeste et le rescrit du tsar », page 2. Le journal officiel russe. Le Petit Parisien, 5 mars 1905, « les réformes en Russie, la presse russe », page 1. L'Humanité, 4 mars 1905, « La réaction triomphante », page 1. L'Humanité, éditorial du 24 aout 1905, « dupeur dupé » Le Petit Parisien, 1er novembre 1905, « La Russie libre», page 1. Le Figaro, 2 novembre 1905, « les événements de Russie », page 1. -60-


sur les questions des réformes, une question que J. Hugon a largement développé dans son mémoire, dirigé par M. Haehl, Une entente cordiale entre les républicains et le tsar : l'alliance franco-russe111.

Monarchie constitutionnelle révolutionnaire

et

processus

L’Humanité, en tant que journal représentant d'un organe internationaliste, n'a pas à se soucier des alliances de la France, et se pose bien moins d’état d'âme lorsqu'il est question de critiquer et condamner le régime russe, il se propose de décrire « l’effroyable isolement moral où se débat la dernière monarchie purement absolue de l'Occident112 », et se propose de décrire un régime par une somme de caractéristiques que l'on peut résumer par l'expression de Francis de Pressensé, qui en fait le 25 juin, «la tyrannie la plus vile et la plus répugnante qu'il soit ». En retraçant les grands thèmes des éditoriaux de L'Humanité faisant référence à l'autocratie russe, on retrouve deux traits principaux accordés au régime. D'une part, il y a son immoralité : sa politique est « scélérate » le 19 février, n'est fait que de « gaspillage » le 25 janvier, de «mensonge » le 25 juin, et il est également fait référence à la « corruption » du régime, les 25 janvier et 25 juin. D'autre part, on a de cesse d'insister sur le fait que ce régime asservit son peuple, dans l'« arbitraire » le plus complet, les 25 janvier, 6 et 19 février. Cet état « tortionnaire », 24 août, est résumé par Francis de Pressensé le 2 juillet, lorsqu'il le qualifie de « régime de folie, d'anarchie furieuse, de tyrannie imbécile, de brutalité sanguinaire113 ». à noter que le terme de folie revient également sous la plume de Jean Jaurès les 25 janvier, 1er mars, 4 mars et 1er juin, et sous celle de Gustave Rouanet le 30 mai, qui parle alors de « folie criminelle ». On peut également citer les termes de « misérables » le 25 juin, d' « imbécile » le 19 février, ou encore le qualificatif de « poltrons hypocrites » le 25 juin, au sujet de la bureaucratie russe. Ce tableau est bien différent de celui des « troubles » et de la « crise » évoquée vaguement par le Figaro ou le Petit Parisien. Au-delà ce des repères généraux, L’Humanité cherche à pointer des cas précis révélateurs de l’incompétence ou de l'immoralité du gouvernement, qui ne respecte pas les droits les plus élémentaires. Le 6 février, Jean Jaurès attaque l’illettrisme et l'absence de liberté d'expression en Russie : En Russie, [Nicolas II] s'est toujours appliqué à épaissir les ténèbres et le silence. Il a systématiquement tenu dans l'ignorance le peuple, illettré. Il a de parti pris négligé les écoles. Il a frappé d'interdit la presse libre, accablé des coups de la censure les écrivains indépendants, passé au caviar tous les journaux du dehors, même les plus modérés, qui pouvaient apporter, dans cette nuit, même le reflet le plus pâle du libéralisme européen. Il a déporté arbitrairement, supprimé par la prison et l'exil, étouffé lentement dans les cachots de ses forteresses tous ceux qui osaient penser, qui osaient rêver114. Suite à ces constats amers, l'Humanité ne voit qu'une issue, la révolution, qui causera la chute du régime et des autocrates. Jean Jaurès le martèle, éditoriaux après éditoriaux : le 19 février il affirme que « la façade majestueuse de l'autocratie […] vient de s'écrouler à grand fracas », et le 1er mars, que « l'heure du machiavélisme bureaucratique est passée ». L'image varie, mais l'affirmation reste la même. Pour de Pressenssé, le 22 janvier a sonné le glas du tsarisme, et les tentatives de conciliations du tsar n'y changeront rien : 111

HUGON Jérôme, Une entente cordiale entre les républicains et le tsar: L'alliance franco-russe, Mémoire de DEA : Histoire du droit, des institutions et des faits sociaux : Lyon III, 1997 112 L'Humanité, éditorial du 19 février 1905, « La révolution russe et la France » 113 L'Humanité, éditorial du 2 juillet 1905, « E pur si muove » 114 L'Humanité, éditorial du 6 février 1905, « Régime croulant » -61-


Le jour où Nicolas II a offert aux délégués des Zemstvos, qui réclamaient une constitution, la dérisoire, l'insultante comédie de son Rescrit, le jour surtout où il a organisé contre les ouvriers de Pétersbourg le guet-apens du 9/22 janvier, ce jour-là, il a décrété que l'inéluctable révolution serait violente et il écrit en lettres de sang le prologue d'une histoire qui, par sa faute, par son crime, ne saurait plus ressembler en rien à une idylle115. La révolution est inéluctable, aux yeux de la presse socialiste. Et celle-ci porte les espérances d'un avenir meilleur, d'un « régime de contrôle, de discussion et de représentation 116 », et n'a de cesse de mettre en avant la légitimité de ces demandes. Le 25 novembre, l'Humanité propose le témoignage d'un militant socialiste russe117. Toutefois, les autres journaux donnent essentiellement la parole aux libéraux, dont le point de vue et les aspirations sont bien différentes. Constitution et représentation nationale La volonté d'accéder à un état plus démocratique en Russie n'est pas niée par le reste de la presse française, néanmoins, celle-ci considère que le changement peut se faire sans pour autant passer par la phase de chaos que suppose une lutte armée pour le pouvoir. Pour le Petit Parisien comme le Figaro, une transition sans fracas suppose bien sûr un processus long et graduel. Dans cette optique, toutes les annonces de réformes sont considérées comme étant un pas de plus vers le progrès et l'émancipation du peuple Russe. On peut noter que le Figaro fait référence à l'évolution de la Constitution Bouliguine tout au long du mois d'août. Les articles sont courts, mais récurrents. L’Illustration également propose de nombreuses fois de grandes images d'assemblées de toutes natures, qui permettent de mettre en évidence que le changement que connaît la Russie n’est pas fait que d'émeutes, il est également une évolution progressive vers la démocratisation du pays. Le 9 décembre 1905 est présenté le « premier congrès général des délégués des corps des paysans », par le biais d'une photographie montrant une foule compacte, réunie dans une grande salle. Certains sont assis d'autres débout, le calme semble régner malgré le grand nombre de participants ; on distingue quatre hommes à la tribune. Il n’est pas fait échos de la teneur des décisions prises lors de cette assemblée. L'hebdomadaire propose également un dessin de la séance de la Douma du 21 juin 1905, publiée dans l'Illustration le 1er juillet 1905, sous le titre « Promesses de réformes en Russie ». Il est important de préciser qu'en juin-juillet, cette assemblée n'est encore qu'une institution réunissant l'élite russe. Ce qui est très net dans ce dessin : à l'inverse de la photographie du 9 décembre, il est présenté des hommes peu nombreux, bien vêtus, et tous confortablement assis dans les fauteuils d'une salle prévue pour réunir des assemblées. À ces deux images, ajoutons-en une troisième, publiée le 5 août, et présentant « le congrès de Moscou (19-21 juillet) ». En bas de page, un titre précise « En Russie : la lutte pour la constitution ». Cette photographie présente des hommes, tous assis, certains autour d'une grande table, les autres derrière elle, de part et d'autre. Ces trois images ont pour point commun de rendre compte d'une assemblée russe. Ces trois assemblées sont pourtant de nature et d'objectifs bien différents, que l'Illustration ne semble pas trouver nécessaire de préciser. Douma et Zemstvo sont des institutions politiques de l'empire, tandis que le congrès paysan n'a pas de réalité juridique, mais recouvre une volonté du peuple de se constituer en syndicats en fonction de leur appartenance à un métier. La composition et la représentativité de ces différentes assemblées sont bien différentes, mais ceci n’est pourtant pas mis en avant par le journal. Ces images ont uniquement pour but de donner à voir le changement, en montrant que le peuple russe commence à prendre part aux institutions de son pays, que la Russie s'adapte et évolue. Le message est ici artificiel, 115 116 117

L'Humanité, éditorial du 19 février 1905, « La révolution russe et la France » L'Humanité, éditorial du 19 février 1905, « La révolution russe et la France » L'Humanité, 25 novembre 1905, « Le socialisme russe, impression d'un militant », page 1. -62-


puisqu'il montre sans démontrer. Pour le Petit Parisien du 20 août, il est clair que la Russie prend la direction du changement. L'amélioration est claire entre le texte promulgué le 19 août, et la constitution Bouliguine. L'histoire britannique est prise à témoin : « Constitution anglaise n'a pas été faite en un jour.118 » Cette référence n’est pas anodine, elle révèle les positions politiques de Laisant, directeur du Petit Parisien, sur la question russe. Loin de vouloir que la Russie entre en révolution et accède à la république, il considère que la monarchie constitutionnelle est un compromis acceptable, permettant une meilleure représentation du peuple, sans toutefois avoir à détrôner Nicolas II du pouvoir. En tant que symbole privilégié d'une nation, un souverain est souvent considéré comme une image prestigieuse et positive pour son pays sur le plan international. Pour la rédaction du Petit Parisien, il est évident qu'il est témoin en août d'un événement historique : Il faut lire à travers les phrases ou mieux substituer les faits aux mots. Le rescrit du tsar maintient hautement les principes de l'autocratie, mais du jour où cette autocratie convie les représentants du pays à s'exprimer librement et à participer à la confection des lois, elle se limite d'elle-même. On sait par expérience que les peuples dotés d'une constitution ont toujours su, à travers les temps, développer leurs franchises. Le point de départ est tout. Or, la Russie entre dans une ère nouvelle. Le Petit Parisien va plus loin que l'Illustration, et ne prétend pas méconnaître les lacunes des modifications institutionnelles promises par le gouvernement tsariste: D'aucuns se plaindront peut-être que le nouveau Parlement n'ait qu'un rôle consultatif, que les séances ne soient pas publiques, que le conseil de l'empire garde un rôle prépondérant, que les élections aient lieu à deux degrés, etc. il n'en est pas moins vrai que la Douma élira son président et qu'elle discutera sans lisières. Dans le même temps, rappelons que l'Humanité crie au scandale, et à la « duperie » ; pour le Petit Parisien, l'adhésion reste générale, sous l'argument de la nécessité d'un changement progressif. Il faut toutefois émettre quelques réserves sur la sincérité du point de vue du Petit Parisien ; difficile de savoir si la rédaction est muée par la conviction que la transition de la Russie va dans le bon sens, ou si le ton est dicté par les logiques sensationnalistes du journal. Notons que le 18 novembre, le Petit Parisien annonce en titre que la Russie va « Vers la dictature », dans un article en première page, alors que le même jour, l'article du Figaro en page 1 propose un titre très neutre « Les événements en Russie : la situation », et que l'article de l'Humanité, en page 2, traite des grèves. Dans cet article, Michel Newsky fait quelques prédictions alarmantes : En résumé, au lieu des libertés promises, nous pourrions bien avoir un nouveau recul vers la réaction, avec toutes les menaces qu'elle comporte : terreur blanche, déchaînement des bandes noires, exaspération du mouvement révolutionnaire, la guerre civile en un mot119. Le point de vue du Figaro est bien plus mesuré, il suit toutefois la même tendance que le Petit Parisien pour ce qui est d'acclamer les nouvelles de réformes. L'essentiel est d'aller dans le sens de l’apaisement : Une dépêche nous informe qu'il élargit dans une notable mesure les franchises accordées par le projet Bouliguine et que, dans les milieux libéraux russes, encore qu'on l'estime bien tardif, on en espère un prochain apaisement général. Le 14 décembre, le Figaro retranscrit un entretien de Pierre Giffard avec un délégué des Zemstvos. Celui-ci affirme : Suffrage universel, élections, Douma. Tout ce qui se fait et se dit hors de ce triangle est fugitif, vain, sans importance réelle, à la condition que le remède 118 119

Le Petit Parisien, 20 août 1905, « Un parlement Russe », page 1. Le Petit Parisien, 18 novembre 1905, « La révolution en Russie, vers la dictature », page 1. -63-


à des maux, déplorables quand même, comme les troubles agraires, les massacres, les assassinats, les grèves, ne tarde plus à venir. Combien il a déjà trop tardé !120 Ce témoignage va dans le sens du Figaro : En s'entretenant avec un délégué des Zemstvos, c'est-à-dire quelqu'un ayant les moyens de participer à un suffrage censitaire, le journal de Gaston Calmette donne un ton moins révolutionnaire au mouvement. Le témoin est mesuré, sûr de lui, loin des émeutes qui ont tendance à inquiéter le lectorat français. Il proclame la future abolition des privilèges en Russie, tout en appelant les grévistes du télégraphe à reprendre le travail. Selon lui, la révolution de la Russie est en marche, si bien que la grève, au lieu de l'aider, la ralentit. Il est envisageable de penser que ce témoignage est un faux. Il est toutefois probable qu'un délégué des Zemstvos tienne de tels propos. Cet article va dans le sens d'une démonstration systématique de son point de vue par le biais d'exemples qui se créent progressivement, au fil de l'événement. Il est à la limite entre la prise de parti démonstrative et la simple mise en évidence de la logique des faits. Il est possible de résumer très simplement la transcription qui est faite des réformes de 1905 dans la presse française. D'une part, l’imprécision des journalistes révèle une méconnaissance des institutions de la Russie d'ancien Régime, et peut-être également un désintérêt pour la question, qui n'a rien de très sensationnelle ; d'autre part, l'accent même mis sur ces réformes est révélateur d'une mauvaise interprétation des enjeux secouant alors la Russie.

2.3 LA RÉVOLUTION RUSSE DANS LES DÉBATS FRANÇAIS Au-delà de l'accumulation d'événements, la révolution dans sa globalité, fait l'objet de quelques articles entièrement consacrés à une prise de position quant à l'évolution de la situation russe. Il est intéressant de s'intéresser plus en détail à cet écho français des événements. Durant l'année 1905, la révolution russe suscite de multiples débats. La polémique anime de nombreux milieux intellectuels en France et en Europe, et les clivages y sont fortement marqués. Les articles publiés dans la presse en sont un reflet fidèle; ils permettent de constater que le journal est à l'époque largement considéré comme une tribune pour les personnalités politiques et intellectuelles de France. Avant de revenir sur le fond de ces débats, il sera proposé un rapide horizon des marques de l'intérêt que la presse française porte à la question de la situation russe.

Le retentissement de la question russe en France Analogie historique et appropriation Pour traiter de l'actualité internationale, la référence historique est constante. Pour exemple, lorsque la paix entre russes et japonais est signée, Pierre de Coubertin fait un rapprochement entre cet événement et la prise de Constantinople de 1453, dans l'éditorial du Figaro du 24 mai. Il rapproche ces deux dates pour en faire deux césures historiques fondamentales dans l'équilibre mondial entre l' « Europe civilisée » et le reste du monde. Le procédé journalistique est courant, il permet d'apposer un schéma simple - car préconstruit - à un événement complexe, afin de rendre sa portée plus intelligible pour le lecteur. Pour le cas de la situation intérieure de la Russie, ces références touchent essentiellement à l'histoire républicaine française, et en particulier à la période révolutionnaire. Car lorsque l'on parle de situation révolutionnaire, un français pense automatiquement à celle que son pays a vécu. Sans détailler l'historiographie de la 120

Le Figaro, 14 décembre 1905, « les événements de Russie, le projet des Zemstvos », page 1-2. -64-


République française, les vicissitudes du XIXe siècle causées par la succession des régimes est rapidement gommé dans l'imaginaire français, pour laisser la part belle à la Révolution Française de la fin du XVIIIe siècle. Cette dernière symbolise le commencement de l'Histoire française, son entrée dans l'ère de la modernité. Le rayonnement symbolique de cet événement historique est tel que même le Figaro s'accorde à faire le rapprochement entre 1905 et 1789, bien qu'il préfère toujours le terme d' « évolution » à celui de « révolution », pour qualifier la situation de la Russie. Ainsi, le 25 janvier, Henri Roujon se souvient de son voyage en Russie datant de 1899 : Il me souvient d'une opérette des Variétés où l'excellent Dupuis, croyant avoir à se plaindre d'une haute et noble dame moscovite, lui adressait ces paroles sévères: « Vous avez agi là, madame, comme la fille d'une nation qui n'a pas encore eu son quatre-vingt-neuf ! Hélas ! Cette bourde, qui nous fit rire de si bon cœur, prend aujourd'hui un sens ministre et précis. Qu'il est donc délicieux d'avoir eu des pères pour accomplir l'inévitable quatre-vingtneuf sans lequel il n'est pas de peuple digne de ce nom ! Ceux qui viennent sur la scène du monde quand la besogne est faite et le drame joué, pour vivre un facile vaudeville, ne connaissent pas leur félicité. Beau spectacle que celui d'une révolution sociale, à contempler au bout d'une lorgnette, dans l'incendie éteint du passé. On se dit avec orgueil: « Quels géants que nos pères! » Ce tribut payé à leurs mânes, on prend philosophiquement son parti de n'être plus que d'heureux nains profiteurs, injustes, criards, méchants au besoin, mais point féroces, ou du moins empêchés de le devenir.121 Cet extrait est pour bien des points révélateur du point de vue des conservateurs français. L'idée républicaine a, avec la IIIe République, définitivement triomphée. Les conservateurs ne sont certes pas de vaillants défenseurs des causes sociales, mais pour autant, ils ne viendraient jamais à renier l'héritage républicain que la révolution a légué à la France. Le Figaro a pour habitude d'être un partisan de l'ordre. En la personne d'Henri Roujon, il est pourtant admi que le désordre, « l'incendie » causé par la Révolution française fut un mal nécessaire. Plus encore, cette situation révolutionnaire est « inévitable » à toute nation. Pour exprimer cette opinion, H. Roujon reprend l'image célèbre de Bernard de Chartres : « Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque ». Cette phrase a beau dater du XIIIe siècle, elle peut être actualisée sans cesse. Elle est en forte adéquation avec la pensée positiviste du XIXe siècle, qui voit dans l'histoire un progrès constant et inéluctable. C'est pour cette raison que la Révolution apparaît alors comme une évidence historique, un passage obligé, après lequel les populations peuvent à leur guise profiter de leur liberté. Les français de 1905 ne sont pas les auteurs, mais uniquement les héritiers de la révolution. Ce qui ne les empêche pourtant pas de s'en enorgueillir, face aux nations qui ne sont pas à leur niveau. Car en définitive, la France est fière de son histoire ; les multiples références que l'on peut trouver dans la presse de 1905 en sont la marque. L'analogie historique permet également de donner à une grande ampleur à un mouvement. Pour ces raisons, L’Humanité utilise davantage ce procédé, car il met en évidence le caractère historique de l’événement, et cèle ainsi son dénouement. Le 23 janvier, l'Humanité rappelle les trois ordres de l'Ancien régime, et le symbole auquel renvoie leur unité durant la révolution : Déjà se produisait contre le tsarisme ce soulèvement de toutes les classes qui est le prélude des grandes commotions. De même que dans les temps qui précédèrent la Révolution française, les trois ordres : noblesse, clergé, tiers121

Le Figaro, éditorial du 25 janvier 1905, « Souvenirs de Pétersbourg », page 1. -65-


État, étaient d’accord pour réclamer des garanties et des réformes, de même aujourd’hui en Russie, contre l’absolutisme et la bureaucratie, se dressent le prince Troubetskoi, le pope Gapone, les bourgeois libéraux, les ouvriers socialistes. Et quand un pouvoir aussi universellement répudié se couvre encore du sang du peuple, c’est lui-même qui appelle le destin.122 La comparaison historique a plus tendance à inquiéter Le Petit Parisien, car si le développement des événements en Russie est analogue à ceux de la France de la dernière décennie du XVIIIe siècle, alors la situation est encore loin d'un retour au calme. Le 2 novembre est évoqué la nécessite d'une « période de transition » révolutionnaire, faisant suite à l'annonce de la Constitution. D'autre part, la référence historique est un moyen de faciliter la compréhension de l'événement. Lorsque René Viviani, le 24 août, cherche à démontrer que la constitution n'a pas la portée révolutionnaire que certains attendaient, il la compare à la Chartes de 1815 : Même prérogatives royales, même infirmité parlementaire, aucun droit de contrôle reconnu, la Chambre ne sachant même pas si elle pouvait, sans forfaire, voter annuellement le budget, pas de presse libre, pas de réunion libre – et pour le tout, 80.000 électeurs représentant la totalité de la France. Ce qu’est devenu cet instrument médiocre aux mains de la bourgeoisie libérale, on le sait.123 Francis de Pressensé propose également une analogie entre le 22 janvier et la succession des événements de la Révolution française : Le 22 janvier, ça a été tout à la fois le 5 Octobre, quand le peuple de Paris femmes en tête, allait chercher à Versailles le boulanger, la boulangère et le petit mitron, la journée du champs de mars quand on massacra une foule innocente, la fuite de Varennes quand le roi, éperdu, déserta ; enfin la 20 juin, quand la révolution commença a gronder tout de bon et à couvrir du bonnet rouge une tête destinée au panier. Fasse le destin que la Russie n’ait pas trop longtemps à attendre son 10 août124 ! En définitive, les rédacteurs de l'Humanité semblent s'amuser à trouver des correspondances entre les deux situations révolutionnaires. Celles-ci permettent d'ajouter un caractère tragique à la situation en cours. Bien souvent pourtant, ces références sont plus de l’ordre de l'anecdote : le 6 décembre, l'Humanité titre « une fuite à Varennes ? » dans un article qui se contente de reléguer quelques faibles rumeurs sur l'éventuel départ à l'étranger du tsar. La comparaison est donc exagérée, même si seul le point d'interrogation du titre le suggère. Le 3 novembre, il est également fait référence aux « bandes noires », pour qualifier les pro-tsaristes s'occupant de réprimer dans le sang les révoltes. L'analogie est faisable, mais les deux situations sont toutefois divergentes sur de nombreux aspects. Plus que de réelles comparaisons historiques, les références que fait L’Humanité ont pour objectif de toucher plus directement le lecteur. Elles sont révélatrices d'un réel intérêt français pour les événements russes, auquel le lectorat français peut s'identifier par le biais de ces multiples références. Les deux situations sont pourtant bien différentes, la Russie faisant pression par des grèves, tandis que la France à son époque, n'avait pas encore connue son industrialisation. Mais la référence à la révolution française n'est pas qu'une réalité touchant la presse française. Les révolutionnaires russes eux-mêmes, se revendiquaient de ce qu'ils appelaient la « Grande Révolution ». Alexandre V. Tchoudinov a analysé le « culte russe de la révolution française »125. Il a démontré que cet événement historique avait été très largement idéalisé, 122 123 124 125

L'Humanité, éditorial du 23 janvier 1905, « La mort du tsarisme », page 1. L'Humanité, éditorial du 24 aout 1905, « Dupeur dupé », page 1. L'Humanité, éditorial du 29 janvier 1905, « France, Russie, tsarisme », page 1. TCHOUDINOV Alexandre, « Le culte russe de la Révolution française », Cahier du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 485-498. -66-


présenté comme une grande fête de la liberté, tandis que les débordements de la révolution française sont largement passés sous silence. Rapidement, le mouvement de 1905 s'est dit révolutionnaire, et a cherché à être en accord avec l'image qu'il se faisait de la Révolution française. Suite à l’échec du mouvement, le terme même de révolution s'est longtemps trouvé banni du vocabulaire contestataire en Russie, et il a fallu que la révolution de 1917 aboutisse pour que l'on finisse par la définir comme telle. Pour développer l'analyse, il faudrait se documenter à partir des sources russes contemporaines à la révolution de 1905, et ainsi proposer l'ambivalence de cette double référence historique. Ceci n'est toutefois pas l'objet du mémoire. Retenons seulement que cette image récurrente permet une forte identification française à l'agitation révolutionnaire russe, en particulier au sein des milieux socialistes. Celle-ci cherche à exalter son passé, et, plus encore, veut montrer l'exemple à suivre. Pour que la France soit digne de son passé, L’Humanité affirme qu'elle se doit d'« attester la solidarité de la nation qui fit le 14 juillet et le 10 août, avec la nation russe, tentant d’accomplir son 89. » L'accomplissement d'une révolution se traduit donc par une forme de responsabilité envers les pays qui ne l'ont pas encore fait. Soutien international socialiste Les milieux socialistes se sentent très concernés par la situation de leurs camarades russes. Cet intérêt se traduit de plusieurs manières. Nous avons déjà démontré la forte couverture de l’événement au sein du quotidien socialiste. Par ailleurs, cet intérêt se manifeste par les souscriptions et les diverses manifestations publiques de soutien. Les pages de l'Humanité témoignent de ces initiatives. Le 4 février, il est dit que le journal se veut « interprète [du] mouvement d'indignation soulevé dans tout le monde civilisé ». Ces manifestations ont un caractère spontané, elles se font en réponse directe à l'actualité. Ces marques de soutien on un rythme très soutenu en janvier et février, dans les premiers mois du mouvement, puis en novembre et décembre. Dès le 24 janvier, il est lancé un appel à souscription « pour les familles des victimes des massacres de Russie ». L'éditorial du jour explique cette démarche: Il faut une grande manifestation de l’opinion française dont l’écho réconfortera les survivants de la bataille qui se livre en Russie pour la conquête de la liberté. Nous croyons avec nos correspondants qu’une souscription destinée à venir en aide aux familles de ceux qui sont tombés pour le droit de la personne humaine, permettra de faire cette manifestation. Et c’est pourquoi nous faisons appel ici, moins encore qu’à l’obole qu’à la signature des hommes de pensées libre et de large souci de solidarité humaine, pour adresser un hommage respectueux et attendri aux victimes de la Révolution russe.126 A partir de cette date, et jusqu'au 5 février, treize listes se succèdent jour après jours, toujours présentes en première page du journal, et dépassant rapidement les deux colonnes. Par la suite, ces listes se succèdent à une fréquence plus espacée, jusqu'à la vingt-et-unième et dernière liste, publiée, le 9 mars. À la fin de celle-ci est précisé le montant total de l'ensemble des souscriptions, soit 20'457, 65 F.

126

L'Humanité, éditorial du 24 janvier 1905, « Aux civilisés », page 1. -67-


La composition de ces listes est très hétéroclite, elle va des députés aux conseils municipaux ou aux loges maçonniques, en passant par les multiples anonymes, déclinant leur identité ou ne signant que par une profession ou une formule (par exemple: « pour les victimes du fusilleur, et vive la révolution sociale »). Afin de donner un aperçu de ces listes, un extrait de la cinquième, publiée le 28 janvier, est proposé ci-contre. En parallèle des souscriptions sont organisées de nombreuses réunions de soutien. L’Humanité a alors un rôle de diffusion de l'information pour les militants. Pour exemple, le 30 janvier, il est fait écho de la tenue d'un « grand meeting, organisé avec le concours de la Confédération générale du Travail et des Comités socialistes de Russie et de Pologne », le soir même. Les lecteurs sont ici clairement appelés à assister à la rencontre.

Figure 5: L’Humanité, 28 janvier 1905, extrait de la 5e liste de souscription « Pour les familles des victimes des massacres de Russie » Citoyens, [...] Nous vous invitons à venir protester avec nous contre [la politique tsariste] de réaction et de massacre et contre les attentats nouveaux qu'elle prépare. Vous viendrez ainsi affirmer votre admiration et vos sentiments de solidarité socialiste et internationale pour ces combattants héroïques qui, en luttant pour la liberté de la Russie, luttent pour la liberté du monde et pour l'affranchissement politique et économique de tous les travailleurs.127 Il est ensuite fait une liste des orateurs présents, il y figure des russes: membres du Parti ouvrier social-démocrate, du Parti socialiste révolutionnaire, et de l'union générale des ouvriers, mais aussi des socialistes français: Édouard Vaillant, Jules Guesde, ou encore Jean Jaurès et Francis de Pressensé. 127

L'Humanité, 30 janvier 1905, entrefilet sans titre, page 1. -68-


Ces initiatives sont régulièrement diffusées dans les colonnes de l'Humanité, qu'elles aient lieu à Paris ou en province. Le 20 février, il est fait référence à plusieurs meetings « contre le tsarisme ». Le sous-titre de l'article annonce les orateurs: « Vaillant à Chartres, Roubanovitch à Montluçon ». Ces meetings se font plus rares au cours des mois suivants. En janvier 1906 toutefois, il est organisé de nombreuses actions visant à commémorer le 22 janvier 1905, sous l'impulsion du Bureau socialiste international. Le 18 janvier 1906, l'Humanité présente ces réunions « pour l'anniversaire du dimanche sanglant »: Parmi les plus importantes de province, citons celles qui sont organisées à Troyes, avec le concours des citoyens Sembat et Jules Guesdes; à Rouen, avec les citoyens Allemane et Thomas; à Reims, avec le citoyen Revelin; à Saint-Etienne, avec les citoyens Aristide Briand, Charpentier et Piger [etc.]128 Comme il a déjà été évoqué, il s'est par ailleurs crée en 1905 une « société des amis du peuple russe et des peuples annexés », sous l'impulsion de quelques intellectuels de gauche. Cette association se donne pour objectif de proposer une éducation et une propagande socialiste au sujet de la situation révolutionnaire en Russie. À plusieurs reprises durant l'année, l'Humanité propose quelques comptes rendus des nouvelles publications de l'association, et incite son lectorat à se former à ces questions par le biais de ces écrits. Le 27 août, il est précisé que la brochure de Charles Seignobos « L'empire russe jusqu'à Nicolas II » est extraite de L'Histoire de la civilisation contemporaine et de L'Histoire politique de l'Europe contemporaine. L'incitative de proposer un abrégé historique des questions est salué par la rédaction de l'Humanité: La plupart de nos camarades ne peuvent se procurer les gros volumes où se trouvaient les pages lumineuses de Seignobos ; on leur a rendu un vrai service en mettant à leur portée ce résumé, le meilleur peut-être que nous possédions sur l'histoire de la Russie. Ainsi la société remplit elle exactement son œuvre d'information et d'éducation.129 Cet engouement est toutefois essentiellement présent dans les milieux socialistes. Ainsi le Figaro cherche à relativiser la portée de ces initiatives, en les considérant démesurés par rapport à la réalité de la situation Russe, dont elle n'a de cesse d'amoindrir la portée, nous l'avons déjà longuement expliqué. Le 26 décembre, Jules Roche affirme: La Russie d'Europe compte près de 100 millions d'habitants; la France n'en compte pas 39 millions on peut cependant affirmer que le nombre des gens connaissant et suivant plus ou moins les événements russes actuels est dix fois plus considérable en France qu'en Russie!130 La presse française réprouve dans leur ensemble ces prises de positions, en témoigne la quatrième de couverture du Petit Journal illustré du 12 février, présentant « l'agitation russe à Paris : explosion d'une bombe avenue de la république ». Cette seule référence aux manifestations pour la Russie renvoie donc directement aux troubles violents qu'ils suscitent. Ici encore, est appliqué le principe de la mise en avant de la violence pour discréditer un mouvement dans son ensemble. Le Figaro formule des réprobations plus construites, à l'occasion des manifestations de soutien apportées à Maxime Gorki, dans la rubrique des échos du 3 février: Plusieurs écrivains s'occupent de protester contre l'arrestation du grand romancier russe Gorki […] ils prétendent dicter au gouvernement russe leur volontés. Ils ne se demandent même pas si c'est pour avoir écrit et pensé que Gorki fut arrêté. S'ils y réfléchissaient, ils se rappelleraient que toutes les œuvres de Gorki circulent librement en Russie. En outre, ils négligent de 128 129 130

L'Humanité, 18 janvier 1906, « Une démonstration internationale pour les 21 et 22 janvier », page 1. L'Humanité, 27 aout 1905, « A la société des amis du peuple russe », page 2. Le Figaro, éditorial du 26 décembre 1905, « En Russie », page 1. -69-


décider s'ils ne se mêlent peut-être pas de ce qui ne les regarde aucunement.131 À cette remarque réprobatrice, l'Humanité répond, dès le lendemain, qu'il est du devoir du journaliste que de prendre part aux débats agitant l'opinion publique, en particulier depuis que l'affaire Dreyfus a prouvé l'importance qu'il pouvait y jouer: Il est particulièrement original de voir développer par le Figaro – qui tout de même été un journal dreyfusard - cette thèse qu'en protestant contre l'arrestation de Gorki, les signataires des listes de l'Humanité se sont mêlés d'une affaire qui ne les concernait pas et ont excédés les limites de leur compétence professionnelle. Avons-nous fait autre chose, dans l'affaire Dreyfus, et les rédacteurs du Figaro comme nous, que nous mêler d'une affaire qui n'était pas de notre profession et pour le jugement de laquelle nous manquaient – on nous l'assurait du moins chaque jour- les éléments d'une connaissance scientifique? […] le Figaro – et c'est son honneur, bien qu'aujourd'hui il en rougisse – a perdu le droit de nous donner cette leçon.132

La retranscription des polémiques françaises sur la situation en Russie. Débats ou statu quo Si l'Humanité est le seul journal à montrer sa position par des manifestations publiques, il se trouve que c'est également le journal au ton le plus polémique, celui qui va chercher à créer le débat parmi les journaux. Plus que des déclarations générales, il s'agit alors de choisir son camp, en se confrontant à l’opinion opposée. Les journaux ont l'habitude de dialoguer entre eux, en particulier sur les actualités polémiques. Durant l'année 1905, la situation intérieure et extérieure de l'allié russe est pourtant un cas particulier. On l'a vu, le Figaro et même le Petit Parisien a tendance à minimiser la portée des changements qu'apportent la situation révolutionnaire. La tendance générale est celle d'une presse qui ne s’alarme pas de la question. Elle retranscrit ce qu'il se passe, mais ne s'en insurge pas. En conséquence, l'Humanité, en plus de s'opposer fermement au régime autocratique, comme nous l'avons vu précédemment, critique ceux qui ne suivent pas la même démarche de dénonciation. Le 6 février, Jean Jaurès fait le constat suivant : À en croire les apologistes du tsarisme dans la presse réactionnaire de tous les pays, les hommes se divisent en deux catégories : ceux qui, en face des crimes de l'autocratie, n'ont rien à dire, parce qu'ils sont les sujets du tsar, et ceux qui n'ont rien à dire parce qu'ils ne sont pas les sujets du tsar.133 L’Humanité interpelle ses opposants, en les citant régulièrement au sein de l'éditorial. Bien souvent, ne lui répond que le silence, le même qui règne pour toute la question de la situation russe. Jaurès interroge les causes de ce mutisme, s'il est question ici de « mensonge » ou simplement d' « indifférence ». On perçoit clairement que la rédaction de l'Humanité en vient à éplucher la presse française, à la recherche de quelques soutiens. Le 6 février encore, les propos du Temps sont repris, car ils vont dans le sens d'une analyse de grande ampleur du mouvement : Le Temps, en ses correspondances de Russie, signale ce qu'il y a de puérilité ou même de démence réactionnaire chez ceux des politiques russes qui essaient d'expliquer par des causes superficielles une agitation profonde. L’Humanité s’efforce également à blâmer les rumeurs qui circulent dans la presse, affirmant 131 132 133

Le Figaro, 3 février 1905, « échos, à travers Paris », page 1. L'Humanité, 4 février 1905, « Au « Figaro » », page 1. L'Humanité, éditorial du 6 février 1905, « Régime croulant », page 1. -70-


que le 22 janvier était le fruit de complots diverses : A ceux des Russes en qui une longue oppression a abruti toute pensée ils racontent que c'est l'or juif, anglais et japonais qui a soudoyé l'émeute, le syndicat, le fameux syndicat à ceux, russes ou étrangers, dont la sottise un peu moins épaisse a besoin d'une légende un peu moins grossière, ils assurent que seuls de méchants intellectuels ont déchaîné le désastre en abusant de la candeur des ouvriers. Encore quelques jours de cette exégèse inspirée par le Saint-Synode, et les atroces meurtriers, devenus les commentateurs roués de leur propre crime, pourront se persuader qu'ils ont dupé la conscience universelle et abattu le bon sens des peuples comme un simple moujik134. La plupart des journaux préfèrent la tempérance à l'indignation. Le Figaro, comme Le Temps, ne prend que peu position avant le manifeste d'octobre. Dans l'ensemble, il est essentiellement insisté sur la nécessité de procéder à des réformes en Russie, en plus des quelques concessions faites au mouvement de protestation. Cette position est également critiquée par L'Humanité, pour son caractère artificiel: Le tsarisme n'[a] pas su éluder, par l'habileté de quelques concessions, une révolution dont la classe ouvrière est la force décisive et dont le socialisme est l'inspirateur, voilà contre lui, pour tous les conservateurs de l’Europe, un terrible grief. Et voilà pourquoi, hier encore, le Temps suppliait le tsar de changer de méthode « Les intentions peuvent être excellentes, le résultat est mauvais. » II l'adjurait de faire aboutir les réformes mais que dira-t-il du manifeste de provocation et de folie? 135 C'est seulement une fois que la situation s’apaise que Le Figaro se permet de quelques commentaires. La rédaction peut désormais se les permettre, puisque le dénouement a eu lieu. Le 5 novembre, cette position attentiste est même clairement exposée: Il n'y a donc pas à dissimuler (surtout à présent) que l'autocratie était perdue si elle avait tenté de résister, ou si elle avait gardé l'illusion qu'on pouvait gagner du temps. Quelques personnes, toujours plus royalistes que le roi, taxent le Tsar de faiblesse et regrettent qu'il ait cédé devant l'émeute. Mais comment résister? Par quels moyens? Avec qui? Avec quoi ? Et, surtout, pourquoi? Pour prolonger un régime qui a fait ses preuves, ses tristes preuves? 136

Le Figaro admet ici avoir conscience des limites de l'état autocratique, et des erreurs commises par le tsar. Il est toutefois plus aisé de souscrire à cette affirmation au mois de novembre que dès janvier. M. Delcassé, ministre des affaires étrangères, prend le parti de défendre publiquement le tsar, en tant que souverain d'une nation alliée. L’Humanité critique vivement cette prise de parti, le 3 février: Le ministre des Affaires étrangères lui-même, en démontrant par ses paroles [que l'alliance] avait abouti à une sorte de solidarité morale entre la République et les crimes de l'autocratie, a porté à cette alliance un coup décisif.137 Si la rédaction des journaux ne cherche pas toujours à créer le débat, la presse reste le moyen privilégié de diffusion des différentes prises de parti des figures politiques. Même en étant pas membre d'un journal, une personnalité politique peut trouver dans un journal une éventuelle tribune pour la diffusion de ses idées. Ces prises de parti n'émanent pas directement de la rédaction d'un journal, mais, puisqu'elles y sont diffusées, on peut considérer qu'il y a 134 135 136 137

L'Humanité, éditorial du 6 février 1905, « Régime croulant », page 1. L'Humanité, éditorial du 4 mars 1905, « Responsabilités », page 1. Le Figaro, 5 novembre 1905, « Les événements de Russie: Concessions » page 1. L'Humanité, éditorial du 3 février, « la fin d'une alliance » -71-


adéquation entre la personnalité qui s'exprime, et le journal qui lui sert de tribune. L’Humanité propose le 28 janvier, un article constitué de plusieurs déclarations : Marcelin Berthelot, Octave Mirbeau, Anatole France, Paul Hervieu et Alfred Capus s'expriment les uns après les autres. Ces cinq déclarations sont en tout point conforme au discours développé par L'Humanité. En témoigne la courte déclaration d'Alfred Capus, pourtant connu pour ses collaborations régulières avec Le Gaulois ou encore Le Figaro138 : Je ne crois pas qu'un homme normal et civilisé ait pu, en lisant le récit des massacres de Pétersbourg, éprouver un autre sentiment que celui de l'horreur. Nous assistons à l'un des plus sanglants abus de la force qui se soient jamais vus. Ceux qui lui cherchent une justification ne la trouveront que dans l'émouvante ironie de cette pensée de Pascal « Ne pouvant faire que ce qui est juste soit fort, on a décidé que ce qui est fort serait juste et ne pouvant fortifier la justice on a justifié la force.139 Ces prises de parti publiques, lorsqu'elles proviennent de personnalités aussi incontournables que Georges Clemenceau, sont largement reprises par l'ensemble de la presse, par de brèves citations. Ainsi le Figaro le cite le 1er novembre, puis de nouveau le 4 novembre, cette fois-ci pour rendre compte du retour au calme, au lendemain de l'annonce de la Constitution : Même les écrivains les plus sympathiques au mouvement révolutionnaire le prévoyaient. M. Clemenceau disait l'autre jour, avec une très grande justesse, qu'un peuple ne peut pas rester indéfiniment dans l'état de tension nerveuse que provoque la pensée révolutionnaire. Voici donc la détente. Les concessions nécessaires du Tsar l'ont préparée . 140

La presse peut également proposer des déclarations de députés, ainsi que des comptes rendus de séances parlementaires faisant référence à la situation de Russie. Le 29 janvier est proposé le point de vue de Maurice Allard, député du Var : J'ai été étonné, dis-je, qu'on ait osé parler encore devant un Parlement français d'une alliance ou de relations quelconques avec un gouvernement d'assassins (Applaudissements sur divers bancs à l'extrême gauche. - vives réclamations à gauche, au centre et à droite). […] le Temps ne compte plus que cinq cents morts et quinze cents blessés. Cinq cents cadavres ne suffisent-ils pas à constituer un forfait atroce et inexpiable ? 141

Dans l'éditorial du même jour, Francis de Pressensé critique longuement la prise de position du ministre, qui en soutenant le tsarisme, renie l'histoire même de la France Républicaine : Dans une assemblée qui soit l'existence de la troisième République à une révolution devant l'ennemi, celle du 4 septembre, qui soit le suffrage universel à l'émeute et aux barricades de Février 1848, qui soit la Déclaration des Droits de l'Homme et de triomphe de la France moderne au 14 juillet et au 10 août, il a osé commencer l’apologie du coup d’État, du guet-apens, de la fusillade de la foule paisible ! 142

La constitution en débat La presse se fait interprète des différents témoignages et déclarations publiques, il est ainsi possible de retranscrire les grandes lignes des polémiques ayant secoué la France. Celles-ci traitent principalement de l'entrée de la Russie dans un régime constitutionnel, et sur ses conséquences. Le Figaro, représentant des mouvements conservateurs, considère que la Russie n'est pas 138 139 140 141 142

Alfred Capus devient directeur du Figaro à la mort de Gaston Calmette, en mars 1914. L'Humanité, 28 janvier, « le tsarisme devant l’opinion, le jugement des penseur », page 1. Le Figaro, 4 novembre 1905, « Les événements de Russie: Améliorations » page 1. L'Humanité, 29 janvier 1905, « le tsar flétri au parlement français », page 2. L'Humanité, éditorial du 29 janvier 1905, « France, Russie, tsarisme », page 1. -72-


prête à rejoindre les états de droits. Le peuple de Russie est décrit comme étant primitif, aussi naïf que brutal, un « Peuple enfant », d'après un article du 12 décembre. Le 1er novembre, Pierre de Coubertin fait référence à l'histoire russe pour mettre en évidence cette réalité. Il fait références aux manifestations de 1881, sous Alexandre II : Ces révoltes échouèrent piteusement et, au cours des procès qui suivirent, on découvrit que, dans l'esprit de la plupart des mutinés, cette Constitution qu'ils acclamaient n'était autre que la femme de Constantin. Les braves gens s'imaginaient rendre hommage à leur future tsarine; on tenta vainement de leur expliquer ce qui en était, ils n'y comprirent jamais rien. J'ai bien peur que tel ne soit encore l'état d'esprit des pauvres moujiks enrôlés dans les phalanges révolutionnaires d'aujourd'hui. M. Clemenceau s'en doute apparemment puisqu'il convient que la Russie ne semble pas mûre pour le suffrage universel.143 Le 13 décembre, le correspondant du Figaro est effaré de constater que la situation ne s'améliore toujours pas, plus d'un mois après l'annonce de la Constitution : Nous pensions qu'un peuple affranchi allait nous apparaître calme, satisfait d'avoir enfin conquis ses premières libertés. Nous assistons, au contraire, à l'expansion brutale de rancunes d'un autre âge et tout cela se prolonge, traîne en longueur.144 Le regard de la presse européenne est condescendant, face à ce peuple qui pourtant a eu la chance d'obtenir une constitution, grâce à la bienveillance de son souverain. le Figaro cherche d'ailleurs à défendre le tsar et sa politique. Le 6 mars, Eugène Lautier défend le rescrit : Rien n'est plus étrange que la diversité des commentaires sur le manifeste et sur le rescrit du Tsar. Les uns disent [qu'il] n'y a pas de contradiction entre ces deux documents le premier montrait le péril révolutionnaire, le second annonçait le remède. Les gens qui parlent ainsi ont l'âme respectueuse et s'imaginent peut-être qu'il n'y a jamais de flottement dans la pensée des grands de la terre. D'autres disent [qu'il] n'y a pas de contradiction entre les deux documents les promesses du rescrit sont tellement vagues et nébuleuses que l'on ne doit accorder aucune importance à cette proclamation. Les gens qui sont de cet avis, je les crois, pour la plupart, résolus à ne se contenter de rien et à trouver toujours quelque chose à redira pour montrer, soit la subtilité de leur esprit, soit l'intransigeance de leur pensée.145 Après cette introduction se voulant consensuelle, il revient sur la difficulté pour un chef d'état de prendre les bonnes décisions dans ces moments critiques. Ce portrait du tsar, aussi bienveillant que paternaliste, n'est pas du goût de Jean Jaurès. Le 6 février, il dénonce cette vision mensongère du fonctionnement de l'état russe : Et pendant qu'il prolongeait ainsi sur tout un peuple un régime de meurtre silencieux, il essayait de persuader aux nations que le peuple russe était heureux, que, s'il se taisait, c'est parce qu'un gouvernement paternel devançait ses plaintes et savait accorder le progrès et la tradition.146 Les remarques générales que L'Humanité fait de la situation en Russie sont évidemment bien différentes de celles du Figaro. Si le 27 décembre, Jean Jaurès reprend également les propos de Clemenceau, il n'y appose pas le même commentaire. Clemenceau affirme que le peuple Russe n'est pas « mûr » pour la liberté politique. Jaurès répond que la mutation vers « l'idéal » doit se faire de manière progressive : 143 144 145 146

Le Figaro, éditorial du 1er novembre, « Toutes les Russies » page 1. Le Figaro, 13 décembre 1905, « les événements de Russie, que va-t-on voir encore ? » page 1-2. Le Figaro, 6 mars 1905, « À l'étranger, choses de Russie » page 2. L'Humanité, éditorial du 6 février, « Régime croulant », page 1. -73-


M. Clemenceau avertit les révolutionnaires russes que c'est surtout au lendemain de leur victoire qu'ils éprouveront les plus graves difficultés. L'humanité, par les plus grands efforts, n'obtient que des résultats médiocres. Le plus malaisé pour elle, ce n'est pas de se jeter d'un héroïque élan vers l'idéal: c'est d'organiser son action continue avec méthode147 Le peuple russe, comme tous les peuples, doit s'émanciper du joug qui l’oppresse. Cette lutte est universelle, aussi, elle concerne toute l'humanité, car « Il serait trop commode en vérité de dire que cet attentat contre l'humanité ne regarde pas les hommes. » L'aboutissement de la lutte ne fait aucun doute pour la presse socialiste. La révolution sociale attend le peuple russe; la citation est longue, mais elle est d'importance: Il est de l’intérêt de l’Europe comme de son honneur de soutenir la révolution libératrice. C’est en vain aussi que des hommes qui se croient positifs prétendent que la Russie n’est pas mûre pour la liberté, pour ce qu’ils appellent dédaigneusement le parlementarisme. [...] Mais qui ne voit que, sous des formes scientifiques, ces assertions sont pleinement arbitraires ? Avec quoi ont-ils mesurés les capacités politiques de la Russie d’aujourd’hui ? Il ne s’agit point d’appliquer à la Russie une formule abstraite de parlementarisme. Le régime parlementaire, le gouvernement de discussion et de contrôle varie de pays à pays, d’époque à époque. Il n’est pas le même en Angleterre et en France. Il n’est pas le même dans l’Angleterre du quatorzième siècle et dans l’Angleterre du vingtième ; il s’adaptera en Russie aux conditions de la vie nationale, et c’est au peuple russe à l’organiser selon son instinct profond, selon la loi de son histoire et l’idéal de sa conscience.148 L’Humanité trouve son porte-parole dans la personne d'Anatole France. Le 17 décembre est retranscrit un discours qu'il a prononcé lors d'un meeting organisé par la société des amis du peuple russe et des peuples annexés, dont il est le président : Nos frères de 89 ont enseigné à l'Europe la Révolution bourgeoise, et voici qu'en retour, les prolétaires russes nous donnent, des leçons de Révolution sociale ! Citoyens, à cette heure où les hommes généreux qu'il ne nous appartient ni d'exciter ni de retenir, travaillent et souffrent pour la délivrance des opprimés de la Russie et du monde, le prolétariat français doit se déclarer solidaire du prolétariat russe. 149

Vérité ou point de vue Une semaine à peine après le 22 janvier, la situation russe fait l'objet de débat au sein du parlement. M. Delcassé, ministre des affaires étrangères, affirme que les informations en provenance de Russie sont inexactes. Maurice Allard lui répond, dans un compte rendu critique de la séance, proposé dans l'Humanité du 29 janvier : Que signifie l'allusion pesante de M. Delcassé sur le caractère des informations publiées par la presse ? Il a laissé clairement entendre que nous ne possédons sur les événements de Pétersbourg que des témoignages volontairement mensongers. Les correspondants des journaux français se sont-ils donc fait avec une merveilleuse spontanéité les complices d'une conspiration précise ? La vérité c'est que […] les journalistes ont noté les tragiques événements sans prendre soin ni de les atténuer, ni de les maquiller.150 147 148 149 150

L'Humanité, éditorial du 27 décembre 1905, « L'idéal », page 1. L'Humanité, éditorial du 25 janvier 1905, « La Révolution russe », page 1. L'Humanité, 17 décembre 1905, « Pour le peuple russe, discours d'Anatole France », page 1. L'Humanité, 29 janvier 1905, « le tsar flétri au parlement français », page 2. -74-


Après les affirmations du ministre des affaires étrangères, l'opinion se trouve frappée d'incertitude. Que sait-on vraiment de la situation en Russie. La censure russe serait-elle capable de faire passer des informations si alarmantes ? Si oui, cela veut-il dire que la situation réelle est pire encore, ou qu'il existe un complot ? Les mois passent, et ambiguïté demeure, au sein du journal. Ce qui est en cause, c’est l'absence de neutralité française, qui, en tant qu'alliée de la Russie, ne saurait dire que la stricte vérité à son lectorat. Les journalistes français commencent dès lors à prendre le plus de précaution possible, ils citent leurs sources, précisent lorsque celles-ci manquent de poids, ou au contraire, étayent leur propos en prenant à témoin la presse internationale. C'est le cas dans cet article du Figaro, publié le 6 mars : Si l'on tient l'opinion russe pour trop confiante et l'opinion française pour trop crédule, il convient du moins de prendre garde aux appréciations de la presse étrangère. Elles concordent avec les nôtres. Le Daily Telegraph, par exemple […]151 L’Humanité également, prend garde à ne pas avancer trop tôt une information inexacte, comme ici le 22 juin, au sujet d'une allocution du prince Troubetskoi, au nom des délégués des zemstvos : Ces renseignements confirment les premières informations qui nous étaient parvenues de Pétersbourg. Nous doutions encore qu’elles fussent tout à fait authentiques, ou complètes. Elles l’étaient, à peu de chose près.152 Dans ce climat de suspicion, la presse cherche à mettre en avant la réalité de la liberté de la presse en Russie. Le 4 novembre, le Figaro annonce avec enthousiasme : Les journaux reparaissent. Leur numéro d'aujourd'hui publiera même un avis disant « Cette feuille n'a pas été soumise à la censure. C'est la liberté de la presse, la plus précieuse de toutes les libertés puisqu'elle les contient et les garantit toutes!153 Mais ce qui crée le doute, c’est autant les sources de l'information en Russie que les organes de presse français eux-mêmes. Ce double filtre de l'information est d'autant plus opaque que la France compte alors beaucoup sur son allié Russe, et inversement. L’Humanité rend compte de cette double méfiance, le 6 et 28 février, contre le contrôle russe de l'information, d'une part, qui « dira à la presse européenne le moins possible, et tous les jours, de savantes communications apprendront au monde que Pétersbourg est apaisé. Apaisé et repentan t154 », et contre les feuilles qui restent favorable à l'alliance franco-russe, d'autre part : « à qui la faute si l'alliance franco-russe a pris peu à peu dans la pensée de la France un sens si dégradé que les journaux d'un parti bruyant qui fut le maître de Paris, osent proclamer que dans l'intérêt de l'alliance, la France devrait violer toute vérité et tout droit ?155 »

151 152 153 154 155

Le Figaro, 6 mars 1905, « À l'étranger, choses de Russie », page 2. L'Humanité, 22 juin 1905, « La crise russe, la nation et le tsar », page 1. Le Figaro, 4 novembre 1905, « Les événements de Russie: Améliorations », page 1. L'Humanité, éditorial du 6 février, « Régime croulant », page 1. L'Humanité, éditorial du 28 février, « Quel est le bon ? », page 1. -75-


III.

L’alliance franco-russe à l’épreuve de la Révolution

Si les événements de 1905 en Russie sont source de débats au sein de l'opinion française, c'est avant tout par ce qu'ils viennent troubler un discours construit et cohérent, dont la logique dépasse le cadre de la stricte transmission d'information factuelle. Dès les prémices d'une alliance franco-russe, les journaux français ont été utiles à la fondation d’une opinion qui lui soit favorable. La presse du début de la IIIe République s'est ainsi fait le terreau d'une France russophile. Les multiples questions que soulève l'alliance franco-russe peuvent paraître annexes au problème de la transcription de la situation intérieure russe au cours de 1905. Pourtant, celleci est largement déterminée par les réalités de l'alliance. Plus largement, le discours de l'ensemble de l'information internationale retransmise par la presse est alors régi par la somme des accords diplomatiques français. Francine Amaury notamment, a largement démontré que le Petit Parisien a eu pour ambition de créer, sur la longue durée, des courants d'opinion favorables à la formation d'alliances étrangères, et d'aider ainsi à la consolidation de la puissance diplomatique de la France républicaine156. Et si le discours concernant l'Allemagne ou l'Angleterre a subi quelques aléas du fait des questions coloniales, le discours pro-russe est lui, d'une constance remarquable: années après années, il permet de créer un consensus autour de la question russe, que 1905 a été bien incapable de remettre en question. Bien plus qu'une toile de fonds, l'alliance franco-russe conditionne ce qui se dit, dans la presse française, sur la situation intérieure russe toute entière. La crise du régime autocratique ne fait que se superposer à la réalité qui l’a précédée. Au cours de l'année 1905, on peut constater que les références à l'alliance sont constantes, et que les portraits des dirigeants de la Russie comme l'image générale donnée du pays, se font miroir d'une réalité qui dépasse le mouvement révolutionnaire russe lui-même.

3.1 L'ALLIANCE FRANCO-RUSSE ET L'IMAGE DONNÉE DE LA RUSSIE Il est important de dresser un rapide rappel historique de l'alliance, avant de détailler l'année 1905 elle-même. René Girault a largement travaillé sur les questions de diplomatie européenne au XIXe siècle, et en particulier sur les liens économiques liant France et Russie157. Il considère que les prémices du rapprochement franco-russe est une conséquence de la triple alliance se formant entre l'Italie, l'Autriche et l'Allemagne, à partir de 1882. Russie et France ont alors besoin de sortir de leur isolement réciproque, notamment sur le plan économique. L'accord se fait dans un premier temps sur des critères purement financiers, et la Russie fait sa première demande d'emprunt en octobre 1888. La presse se fait promoteur de l'emprunt, qu'elle considère comme un “ devoir patriotique ”158. L'accroche publicitaire « prêter à la Russie, c'est prêter à la France » semble marquer les esprits, car l'épargne française a alors 3,5% de son PNB placé en Russie159. 156

AMAURY Francine, RENOUVIN Pierre (préf.), Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République: Le Petit Parisien 1876-1944, Paris, Presse universitaire de France, 1972, [thèse soutenue à l'université de Paris Panthéon-Sorbonne] 2 vol, 1352p. 157 GIRAULT René, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, éd. du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1999. 618p. 158 GIRAULT René, Diplomatie européenne et impérialismes, Paris, Masson, 1979. p.154 159 GIRAULT René, Diplomatie européenne … op. cit. p. 149 -76-


L'accord militaire quant à lui, en est au stade de la discussion: la question d'une entraide en cas d'agression - de part et d'autre, la crainte est celle d'une attaque allemande - reste en suspens. On peut réellement parler d'une entente cordiale entre les deux pays à partir de 1891, notamment par l'approbation d'un texte de “ défense de la paix ”, le 24 juillet. À partir de cette date, l'accord prend sa dimension politique. Une convention militaire est mise au point en 1892, et officiellement ratifiée par le tsar le 27 décembre 1893. Dans ce processus, la presse joue un grand rôle. Au-delà de la promotion de l'emprunt russe, elle se fait outil de construction puis de consolidation de l'alliance, par la création d'un climat favorable au rapprochement avec la Russie, voir à la promotion de sentiments que l'on peut qualifier de russophiles. La démarche est notable par l'observation de la forte densité des articles concernant l'alliance dans la presse quotidienne républicaine à partir des années 1880. L'alliance est narrée par la presse française comme un tout cohérent, bien que constituée d'une multitude de réalités superposées. Au long de son existence pourtant, les vicissitudes connues par l'emprunt, l'entrée en guerre de la Russie, et la situation intérieure de l'alliée russe sont autant de facteurs qui viennent interférer voir contredire les affirmations du discours diplomatique. Dans la tourmente de l'année 1905 en particulier, les feuilles ayant fermement soutenu l'alliance et l'emprunt se retrouvent dans l'obligation de justifier les choix de la France auprès de son lectorat. L’Humanité ne faisant pas partie de ces feuilles, la démarche qu'elle suit est plus franche: le 3 février, Jean Jaurès annonce “ la fin d'une alliance ”. Cette affirmation sans concession est une réaction directe au 22 janvier: Les pouvoirs organisés de la République n'ont pas à intervenir dans les affaires intérieures des autres peuples. Mais il faut que cette abstention soit réelle et sincère. Il faut que la France républicaine se garde bien, sous prétexte de neutralité, de seconder la politique intérieure d'un autre pays en ce qu'elle a de plus rétrograde et de plus violent. Or, depuis que le peuple russe, par ses zemstvos, par sa classe ouvrière, par ses penseurs, a engagé une lutte d'ensemble contre l'autocratie, tout secours moral ou financier donné par la France au gouvernement russe est une subvention au despotisme meurtrier qui décime ou qui écrase les forces de liberté160. La ligne éditoriale de l'Humanité lie directement la question de la situation intérieure à celle de l'alliance. C'est d'ailleurs le sujet de nombreux éditoriaux 161; en plus de « la fin d'une alliance », on peut citer « France Russie tsarisme » le 29 janvier, « la Révolution russe et la France » le 19 février, « Responsabilités » le 4 mars, ou encore « la « Nation amie » » le 5 décembre. Proposer une superposition de ces deux réalités est une façon pour l'Humanité de montrer la contradiction morale que suppose une alliance avec un régime absolutiste. Après le choc des massacres du 22 janvier, la gauche socialiste se refuse à toute alliance. Dès le 23 janvier, il est affirmé que «le tsar et le tsarisme sont au ban des nations162 ». Cette position fait figure d'exception, la majorité des feuilles cherchent au contraire à mettre en avant le lien diplomatique entre les deux pays, procédant ainsi à un double processus: rappeler la force de l'alliance, et créer une empathie avec l'allié; c'est ce « secours moral » qu'évoque Jean Jaurès le 3 février. Ceci permet de ne pas directement prendre parti: le Figaro déplore le sort des tués et blessés autant que la rude épreuve connue par le tsar dans l'exercice de son pouvoir. Le 25 janvier, Henri Roujon publie dans le Figaro ses « Souvenirs de Pétersbourg ». Cet article, constitué d'un long extrait de son carnet de voyage de Russie, date de l'année 1899 : ce qui permet de mettre l'accent sur la pérennité du sentiment russophile en France. Une manifestation ayant mal tournée ne peut ni ne doit remettre en cause l'ensemble de l'alliance franco-russe, qui a su se construire sur la durée. 160 161 162

L'Humanité, 3 février 1905, « La fin d'une alliance » Se référer à la liste des éditoriaux de l'année, présentée en annexe n°2 L'Humanité, éditorial du 23 janvier 1905, « La mort du tsarisme » -77-


C'est tout au long de l'année 1905 que se construit ce discours pro-russe sur la défensive, qui cherche à maintenir l'alliance en rassurant les petits porteurs quant à la situation intérieure, en minimisant les faits, et en les replaçant constamment dans la perspective plus large de la diplomatie. Suite à la défaite militaire de la Russie, ces positions se retrouvent teintées d'amertume. Ainsi, le 5 octobre 1905, le Figaro répond aux déclarations de M. Witte, qui reproche notamment à la France de ne pas avoir su être à la hauteur de ses engagements diplomatiques: Les manifestations franco-russes, pendant la guerre, n'ont été inférieures en rien aux manifestations dont M. Witte dit que « dans les années précédentes » on se livrait à tout propos, « voire même hors de propos ». Parlerons-nous de la question financière ? Le grand événement économique de l'époque, événement qui n'a pas de précédent dans l'histoire, a été l'impassibilité avec laquelle les fonds russes, sauvegardés par les capitaux français, ont su résister à l'adversité. Quand les armées russes fléchissaient à Port-Arthur, sur le Yalou, en Mandchourie, à Tsou-Shima, le crédit de la Russie, soutenu par la France, ne fléchissait pas dans le marché universel.163 L'emprunt russe et la guerre russo-japonaise constituent deux objet et enjeux très largement évoqués, au cours de l'année 1905, au sein des articles ayant pour sujet la situation intérieure russe. Ces occurrences ont été répertoriées, afin d'en proposer une analyse détaillée mettant à jour les positions éditoriales de la presse française sur cette épineuse question qu'est l'alliance russe, au cours de l'année 1905.

1905 et la guerre russo-japonaise. Il faut toutefois bien comprendre que cette question, si elle est directement liée à la crise du régime russe, est également mise directement en relation avec la guerre russo-japonaise. Aussi, même si cette dernière n’est pas le sujet du mémoire, il ne peut être fait une analyse de la révolution sans s'attarder spécifiquement sur la secousse que la guerre a fait connaître à l’alliance. L'ensemble du discours de la presse sur la retranscription de la guerre russo-japonaise constitue un sujet en lui-même, qui a d'ailleurs déjà été traité dans le cadre d'un mémoire, par M. Karim Latrèche164, dirigé par M. Régis Ladous, professeur d'histoire contemporaine à Lyon III. Ce travail rend compte de la position relativement ambiguë de la presse française. Elle est dans l'ensemble peu favorable à cette guerre dans laquelle la France n'a rien à gagner. L'alliance franco-russe est fondée sur une crainte mutuelle à l'égard d'un ennemi commun aux deux pays, l'Allemagne. Or, en investissant son argent et ses forces sur le front oriental, la Russie se distance des enjeux européens. Pour ces raisons, le Petit Parisien se dit « allié de la Russie » de manière générale, mais « neutre » lorsqu'il est question de la guerre russojaponaise. Cette guerre est toutefois largement relayée par les médias français. Jean Pierre Bacot dans La presse illustrée au XIXe siècle recense, dans le Petit Journal illustrée, plus de quatre-vingt représentations de la guerre russo-japonaise, entre le 3 janvier 1904 et le 24 décembre 1905165, ce qui témoigne d'un fort intérêt du public français pour cette guerre en particulier, et de la popularité des récits de guerres en général, devenu un classique de la presse illustrée depuis la guerre de Crimée (1854-1856). Sous couvert de neutralité, la presse française a tendance à dresser un schéma propagandiste visant à donner une image positive de la Russie. Ce soutien 163

Le Figaro, 5 octobre 1905, « À propos des déclarations de M. Witte » LATRECHE Karim, LADOUS Régis (dir.), La guerre russo-japonaise vue par la presse lyonnaise et française, Master de Recherche en Histoire, Université Lyon III Jean Moulin, 2007 165 BACOT Jean Pierre , La presse illustrée au XIXe siècle : une histoire oubliée, Limoges, Pulim 2005, p. 220224 164

-78-


moral connaît plusieurs phases, le discours s'infléchissant au fil de la guerre. Malgré les premières défaites de la Russie, la France semble avoir foi dans les capacités de victoires russes. Sa puissance militaire et sa supériorité numérique lui donne un certain avantage, et L'illustration insiste sur la respectabilité et la droiture des soldats et des généraux russes, en proposant des images de parades militaires, ou encore des portraits, comme celui du général Trepov, le 4 février 1905 : il est présenté bombant le torse avec fierté. Les premiers temps du conflit se veulent donc rassurants. Il est cependant fait une critique du manque de préparation de la Russie à cette guerre, et la remarque peut aller jusqu'à toucher l'imprévoyance du régime lui-même. Mais la guerre dure et les défaites s'enchaînent pour la Russie. Progressivement, l'état est blâmé pour la mauvaise gestion financière qui est faite de la guerre, en particulier par ce que la France est, en tant qu'alliée économique, la première aide à lui venir en renfort, la Russie est ainsi devenue dépendante d'une alliance qui est de moins en moins profitable à la France. Le Figaro tente toutefois de relativiser les difficultés russes. Le 19 février, le journal prend la défense des volontés russes de continuer la guerre par un syllogisme: Les Russes savent apparemment mieux que personne à quoi s'en tenir sur l'état actuel de leurs ressources. Elles ne doivent pas être aussi réduites qu'on l'affirme puisqu'ils refusent de déposer les armes166. Un second argument économique consiste à préciser que le prolongement de la guerre paralyse le commerce international, puisque les industries russes comme japonaises sont toutes entières tournés vers l'effort de guerre. En conséquence, la presse française est de plus en plus favorable à la paix, qui semble plus que jamais nécessaire. On insiste de plus en plus sur le fait que la Russie n'a que peu à gagner dans ce conflit. D'autre part, le Japon, décrit comme le nouveau « péril jaune » au début de la guerre, est de moins en moins diabolisé. Dans l'Illustration, l'accent est mis sur le caractère compatissant et altruiste des japonais : le 8 mars sont présentés les soins apportés à leurs blessés, et le 17 juin est proposée une photographie montrant l'amiral Togo, vainqueur de Tsoushima, au chevet du vaincu, l'amiral Rojestvenski. La Russie n'est plus alors présentée comme la grande puissance pacifiste servant de rempart à la menace jaune, ce qui est révélateur d'un tournant dans la guerre. Dès lors que la presse française est consciente que l'échec russe est inévitable, elle se lance dans une entreprise de consolation et de soutien à l'allié défait. Car quel que soit l'issue de la guerre, il faut à tout prix éviter que la Russie perde le prestige qu'elle avait acquis dans l'opinion française. Soutenir une paix qui ne soit pas trop défavorable à la Russie est une solution pragmatique : elle est réaliste, sans être trop pessimiste. De plus en plus, la tendance va dans le sens de la promotion d'une paix qui permettrait au gouvernement russe de mieux pouvoir gérer les agitations, et les faire finalement cesser. Il faut bien comprendre que les troubles intérieurs russes viennent compliquer ce discours préconstruit. D'après Jean Longuet, dans l'Humanité du 11 juin, la guerre a été l'occasion pour le peuple russe de prendre conscience de l'incompétence du régime, et constitue donc l'un des premiers déclencheurs du mécontentement général167. Plus encore, la paix finira d'enterrer le tsarisme, car elle sera la preuve définitive de l'inaptitude du tsar à gouverner. Le journal socialiste n'est pas le seul à mettre en lien les deux événements. Cette association se retrouve dans l'architecture même du Petit Parisien : à partir du 24 mars, l'entrefilet concernant « les troubles en Russie » devient une sous partie de l'article sur « la guerre ». L'éditorial du Figaro du 29 mars propose de mettre en lien les deux actualités, en exprimant ses inquiétudes sur l'avenir du régime en cas de paix imposée à la Russie : À l’intérieur la perte d'autorité morale qui résulte pour tout gouvernement de l'issue malheureuse d'une grande guerre pourrait largement contrebalancer la satisfaction éprouvée par les populations en ne voyant plus partir de renforts 166 167

Le Figaro, 19 février 1905, « à l'étranger, la guerre », page 3. L'Humanité, 11 juin 1905, « négociations de paix », page 1. -79-


en Extrême-Orient. […] La pensée que le colosse russe avec son régime autocratique a été obligé de s'avouer vaincu et de subir les dures volontés du Japon pourraient apporter un appoint sérieux aux partis enthousiastes d'idées nouvelles et qui rêvent la transformation complète de l'organisation de la Russie […]. Une révolution en Russie risquerait de ruiner les intérêts financiers considérables que nous y avons ; la diminution ou la perte du prestige de cette puissance qui est notre alliée, nous frapperait indirectement d'un coup non moins cruel168. Cet extrait nous présente un condensé des inquiétudes françaises au sujet de la Russie, à l’extérieur comme à l'intérieur. Dès le déclenchement du conflit, la Russie n'est plus un allié idéal. La présenter comme le rempart contre le péril jaune a été une première solution de repli. Mais du fait de la défaite russe, la France se retrouve diplomatiquement isolée 169. La guerre russo-japonaise apparaît comme le premier vacillement du tsarisme, en France, on commence à questionner l’intérêt d'un allié qui n'est pas même capable de venir à bout du Japon. Il est indéniable que la paix nuit au prestige de Nicolas II. Le Figaro cherche toutefois à modérer cet état de fait en affirmant que la paix a été non pas imposée, mais consentie par le tsar. Il est largement insisté sur la lucidité de celui-ci dans ce moment de crise. En insistant par ailleurs sur l’enthousiasme international qu'a provoqué l'annonce de la paix, la presse met l'accent sur le coté positif de la nouvelle, en en faisant qu'une demi-défaite. Après tout, les émeutes de mécontentement éclatant au Japon ne sont-elles pas le signe d'un traité finalement plus que favorable à la Russie alliée ? A l'annonce de la paix, le soulagement français n'est toutefois que de courte durée. Certes, le gouffre financier que constituait la guerre est refermé. Ceci étant, la Russie reste l'alliée principale de la France, et sa situation intérieure troublée n'est pas pour favoriser sa stabilité financière.

1905 et l’emprunt russe. La primauté de la question économique dans l'alliance franco-russe a déjà été rapidement exposée. Il semble nécessaire pourtant de s'interroger en détail sur cette question en relation avec les événements de 1905, et ainsi de tenter de percevoir les multiples secousses qu'elle a pu causer dans les milieux politiques globalement favorables au rapprochement franco-russe. Subvention et politique d’apaisement. Lorsque les premiers troubles internes éclatent, Le Figaro, nous l’avons vu, n’en fait pas ses gros titres. C’est l’inquiétude qui domine alors, et ce sentiment est intimement lié à la question de l’emprunt. L’Humanité du 25 janvier résume ainsi la position prise par la majorité des journaux français : Les journaux réactionnaires de France […] font une tentative désespérée pour empêcher ou tout du moins pour retarder cette grande chute. Ils essaient de frapper d’hésitation la conscience française en semant la panique parmi les trop nombreux porteurs de titres qui ont souscrits au moins huit milliards, peut-être quatorze milliards [aux] valeurs russes. Le Figaro ose dire que toute notre politique extérieure et financière repose sur la Russie, comme si le crédit de la France était lié au crédit du tsar. M. Drumont dans Libre parole, insinue que le krach des valeurs russes sera l’effet inévitable de la révolution. 170 En l’occurrence, il n’est jamais directement fait référence à la question de l’emprunt. Les 168 169

170

Le Figaro, éditorial du 29 mars 1905, « La bataille de Moukden et la paix ». Un rapprochement avec l'Angleterre, favorisé par M. Delcassé permet toutefois de rééquilibrer le jeu des alliances. L'Humanité, 25 janvier, « Révolution russe » -80-


journaux conservateurs tentent plutôt d’éviter tout lien entre les deux questions, précisément pour ne pas alarmer son lectorat. Les articles sur la guerre russo-japonaise font plus largement référence aux finances que ne le font les articles sur la situation intérieure. Globalement, au début de la période, le Figaro se contente de quelques froides dépêches pour rendre compte des troubles. Ce retrait, l’Humanité l’analyse comme un consentement, un manque de courage, et une « servilité » au tsar, le 24 janvier. Le Petit Parisien n’évoque pas du tout les questions financières, même au sujet de la guerre russo-japonaise et ses conséquences. Nous l’avons vu, le discours tend plutôt à minimiser l’ampleur du phénomène, et de ses éventuelles conséquences. Ce n'est que le 12 janvier 1906 que l’emprunt est le sujet d’un long article dans le Figaro, à l'occasion d'un entretient avec M. Kokovtsev, ministre des finances. Georges Bourdon n’évoque la situation intérieure du pays que pour la relativiser : [Kokovtsev] juge passagères les agitations de ces derniers mois […] Pétersbourg ne bouge pas. Moscou est calme. De même, les grandes villes. En Lituanie et dans les provinces Baltiques, la situation s'améliore de jour en jour les communications télégraphiques sont rétablies, les chemins de fer circulent. 171 D’autre part, G. Bourdon cherche à faire taire les rumeurs sur l’ajournement de la Douma d’empire, qui serait la preuve d’un mépris des demandes constitutionnelles du peuple de la part du gouvernement. Kokovtsev affirme : Douma est devenue, pour le gouvernement lui-même, à qui elle fournira une garantie et une base, une nécessité politique. […] donnera à' la société russe des satisfactions' légitimes et marquera le début loyal d'un nouveau régime. Ainsi, après cette description d’un pays où le calme est revenu, le ministre des finances explique longuement la gestion du budget du pays, et incite la France à apprécier l’intérêt de l’investissement en Russie : Mais il importe que l'on sache bien que l'on s'alarmerait à tort sur la puissance financière de la Russie, et, je vous le dis en toute sincérité, si j'étais Français et que j'eusse un placement à faire, je ne vois pas vraiment quels fonds étrangers m'offriraient plus d'avantages et de sûretés que les fonds russes. La crise derrière elle, la Russie redevient l’alliée fidèle et solide dont la France a besoin. À cet article s’enchaîne un entrefilet présentant en détail les conditions légales proposées aux particuliers intéressés par l’achat de titres. La position du Figaro est donc celle de l’apaisement. Elle cherche à rassurer son lectorat en présentant l’image d’une situation qui, bien que troublée durant 1905, revient progressivement à la normale au début 1906. Dans ces conditions, plus rien n’empêche alors d’investir en Russie. Cette tranquillité apparente n’est pas uniquement due au soutient que la France doit à son alliée en période difficile. Il faut rappeler qu’à l’époque, la Russie espère beaucoup de la France et du prêt auquel elle a consenti. Dans ce contexte, et afin de resserrer les liens diplomatiques, le ministre Kokovtsev, par l’intermédiaire d’Arthur Raffalovitch, cherche à acheter la docilité de la presse française. Le scandale éclate quelques années plus tard, lorsqu’en 1920, L’Humanité publie la correspondance de M. Raffalovitch. Ce scandale est toutefois à remettre dans un contexte particulier : en pleine période électorale, L’Humanité cherche alors à discréditer les personnalités politiques gouvernantes. L’impact médiatique de cette affaire est alors indéniable, et l’on parle longuement de cette « vénalité de la presse française». A posteriori, il faut relativiser l’importance de ces financements. En effet la majorité de ce budget va directement aux annonceurs publicitaires, dans le but de promouvoir l’emprunt lui-même. L’argent touché par les journalistes et la rédaction reste de portée minime. Il correspond d’après Patrick Eveno, tout au plus à 20% de la somme totale dépensée172.

171 172

Le Figaro, 12 janvier 1906, « L'emprunt russe chez m. Kokovtzoff » EVENO Patrick, L'argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, éd. Du CTHS, 2003 p.70 -81-


Il n'en reste pas moins que ce corpus de lettre, aujourd'hui disponible 173, constitue une source complémentaire, proposant un éclairage intéressant au discours de la presse. Raffalovitch témoigne en effet de l’inquiétude générale des politiques russes quant à l’agitation française produite par les nouvelles de Russie. Le 1er mars notamment, Raffalovitch constate : Il est incontestable qu'il y ait des inquiétudes dans le public devant la persistance de l'état des choses troublé en Russie, du maintien de rubriques: « la crise russe », « les troubles en Russie ». Le public est même inquiet pour son coupon, ce qui est absurde. L’objectif de ces financements est bien de calmer les craintes qui s’expriment en France, et qui touchent directement à la stabilité financière de la Russie. On constate que les financements allant directement aux journaux sont plus importants que ceux adressés à des personnes. Le 1er avril, A. Raffalovitch fait ses comptes, et donne un total mensuel de 430.750F pour les journaux, contre 14.775F en chèques personnels. La plupart du temps, c'est la rédaction d'un journal qui est soudoyée, en la personne du directeur. Les journalistes euxmêmes ne sont que peu concernés, car Raffalovitch cherche surtout que la vue d'ensemble du journal soit positive pour la Russie. Il s'inquiète toutefois d'un cas spécifique, celui de Gaston Leroux, correspondant en Russie pour Le Matin. Celui-ci, dès le 10 janvier 1905, rapporte quotidiennement dans des dépêches, des « horreurs capables de semer l'inquiétude dans les âmes les plus sereines. » En janvier encore, Raffalovitch lui reproche l'« inexactitude systématique » de ses propos. Malgré les subventions touchées par Le Matin, le correspondant ne change pas de discours. L'administration russe cherche toutefois à toucher le plus grand nombre, elle finit par laisser de côté le cas Leroux – afin d'éviter un lynchage médiatique - pour interférer sur le contenu des dépêches d'agences, dont la circulation est bien plus importante. Elle cherche ainsi à prendre le problème à la racine. Dans un courrier daté du 1er mars, Raffalovitch explique : Nous avons exercé une action sur la partie financière des journaux, mais nous n'avons pas mis la main sur la partie politique, sur le service des dépêches […] nous ne pouvons empêche les nouvelles d'arriver à Paris, Londres et Berlin du moment que la censure laisse passer les télégrammes, et même si elle les arrêtait, les nouvelles passeraient pas d'autres voies, avec des aggravations. […] Il faudrait donc, d'après Verneuil […] accompagner la publication des télégrammes de commentaires rassurants le public sur la solvabilité de la Russie, et l'improbabilité du succès révolutionnaire. De manière générale, le jeu des financements doit s’adapter à l’évolution du mouvement en Russie. Ils ne peuvent être arrêtés ou amoindris dans la tourmente des révoltes. Ainsi, le 30 juin, Raffalovitch fait directement référence aux événements d’Odessa : Il me semble malheureusement indispensable de continuer ces subventions mensuelles, en présence des émeutes d'Odessa et de la mutinerie de notre flotte. Les événements [...] produisent sur l'opinion publique une impression beaucoup plus vive que les défaites et les insuccès militaires. La liste des feuilles concernées par les financements s’allonge, mois après mois, et les directeurs de journaux conscients de la situation délicate de Raffalovitch, se font d’après lui de plus en plus gourmands. Citons un exemple qui concerne le Figaro, le 22 avril : M. de Verneuil est bien insupportable. N'a-t-il pas dit à Calmette, directeur du Figaro, qu'il l'avait inscrit pour 10.000 francs par mois sur la liste, et la conséquence a été que Calmette ne s'est pas contenté de 3.000, et qu'il va falloir lui en donner 2.000 de plus. À lire les correspondances de Raffalovitch, toute la presse est bientôt vendue à la Russie. En octobre, elle cite pour les dix premiers: le Figaro, Le Petit Parisien, le Petit Journal, le 173

RAFFALOVITCH Arthur, L'abominable vénalité de la presse : d'après les documents des archives russes (1897-1917), Librairie du Travail, 1931 p.63-125

-82-


Journal, le Temps, l’Echos de Paris, l’Autorité, le Radical, la Marseillaise, la Petite République, l’Aurore, l’Intransigeant, la Liberté, les Débats, et la liste va jusqu’à 24 titres. Le 30 octobre, Raffalovitch se permet même quelques apartés reléguant les rumeurs : « étant donné la vénalité du Temps (Jean Dupuy, directeur du Petit Parisien, dit de cette feuille qu'elle est comme une fille publique […] ». Raffalovitch constate pourtant sensiblement la même chose au sujet du Petit Parisien : « Je ne croyais pas que le journal de Dupuy, le Petit Parisien, fût aussi vénal ». Il est toutefois probable que Raffalovitch insiste tant sur ces aspects pour justifier la fonction qui lui est attribuée par le ministre. A partir du 22 mars, les dépêches expédiées au Petit Parisien sont « discrètement surveillées ». Ainsi, le 20 avril, Raffalovitch informe Kokostsev : Le Petit Parisien, l'Echos et le Journal ont supprimé des télégrammes mauvais sur la situation intérieure russe. Il vous sera facile de savoir ce que contenaient ces dépêches qui devaient paraître aujourd'hui. En l’occurrence, ce jour-là, les dépêches publiée par le Petit Parisien traduisent une situation inquiétante : vers Riga, des manifestants incontrôlables tuent leurs supérieurs en entonnant des chants révolutionnaires, à Bakou, la circulation est arrêtée et la grève générale proclamée. Rien de très rassurant donc, pour les investisseurs français. On peut se demander si des nouvelles plus alarmantes encore, ont étés retirées. Il est impossible de le savoir. Puisque le ton général de ces dépêches ne semble pas particulièrement édulcoré, cet exemple donne l’illustration du probable fantasme de vénalité qui avait cours dans les années 1920. L’impact réel de ces subventions n’est pas quantifiable, il semblerait qu’il soit en réalité plutôt minime. Christian Delporte résume ces affaires de corruption à une conclusion : Toutes ces affaires, étalées sur la place publique ou objet de conversation de couloir, montrent, en tout cas, combien les contemporains, frappés par la place nouvelle de l'information dans la société, sont persuadés de l’influence universelle de la presse et du pouvoir du journalisme174. Critique de l'alliance et de ses défenseurs L’Humanité, qui en 1905 n'a pas encore eu vent des affaires de corruptions, critique la démarche générale adoptée par la presse française, soutenant à tout prix les agissements du gouvernement russe. Ce soutien inconditionnel est lié à la nécessité de maintenir les accords financiers liant les deux pays. Pour Jean Jaurès, ces arguments sont si obsessionnels qu'ils en deviennent absurdes. Dans l'esprit socialiste, il est évident que la perspective d'une révolution prolétarienne inquiète la bourgeoisie française et européenne. Les enjeux financiers sont réels, aussi, dans l'éditorial du 25 janvier, J. Jaurès cherche à démontrer qu'il n'y a pas lieu de s’inquiéter des aléas financiers que pourraient représenter une révolution : Le comité russe destiné à devenir, au lendemain de la victoire révolutionnaire, le gouvernement provisoire, déclare qu’il ne reconnaîtra pas les emprunts contractés à partir du 22 janvier, c'est-à-dire dans la période où les fonds souscrits ne pourront servir qu’à alimenter le tsarisme aux abois dans son œuvre d’égorgement, mais qu’il assurera avec la plus scrupuleuse exactitude le service des emprunts antérieurs. Que la réaction renonce donc à déchaîner la panique dans le monde des petits porteurs de titres russes175. Finalement, L’Humanité en vient à critiquer le gouvernement français lui-même, et le considère en partie responsable de la situation de la Russie actuelle. Car la France républicaine ne devrait pas être dans le camp des oppresseurs du peuple, mais se trouve obligée de s'y réduire, du fait de ses intérêts financiers. Aussi, d'après l'Humanité du 4 mars, la France aurait dû intervenir sur le régime de la Russie, en posant des conditions à l'emprunt : Nos financiers auraient pu, depuis des années, exiger, obtenir, pour les 174

175

DELPORTE Christian, Les journalistes en France 1880-1959 : naissance et construction d'une profession, Paris, Seuil, 1999 p.157 L'Humanité, éditorial du 25 janvier 1905, « La Révolution russe » -83-


milliards de l'épargne française qu'ils ont engagés là-bas, la garantie d'un contrôle public, d'un régime constitutionnel. Eux aussi, ils se sont livrés sans condition. On m'a assuré de bonne source que M. Henri Germain, directeur du Crédit Lyonnais, avait eu, quelques jours avant sa mort, l'intuition du péril, et aussi, quand éclatèrent les répressions sauvages du 22 janvier, quelque trouble de conscience. Voilà donc le régime auquel nous avons tant donné ! Mais ces tardives velléités n'effacent pas la responsabilité des dirigeants, dirigeants de la diplomatie, dirigeants de la finance. Ils n'ont pas eu la clairvoyance ou le courage, de donner à temps les avertissements nécessaires. Et maintenant, c'est l'ère de la Révolution qui est ouverte176. On est ici clairement dans une vision d'une République française civilisatrice. Celle-ci s'attribuant la responsabilité de donner l'exemple, de montrer la voie aux autres nations, afin qu'elles rejoignent l'ère de la démocratie. Les droits que les français ont acquis deviennent alors un devoir pour la République française : C’est le devoir des peuples parvenus au degré de civilisation et de culture que s’efforce d’atteindre l’élite du peuple russe, d’encourager ses nobles efforts, de réconforter les combattants du Droit et de la Liberté.177 Ainsi, en n'obligeant pas le gouvernement du tsar à se doter des droits élémentaires, la France se rend complice de ses agissements, elle a assisté le tsar dans les massacres du 22 janvier. Pour étayer son propos J. Jaurès fait référence à Marx : Marx, dans ses études sur la Révolution et la contre-révolution européenne en 1848, constate que le Rothschild, créanciers du romantique et fantasque roi de Prusse, Frédéric-Guillaume, lui avaient imposé, dans l’intérêt même de leurs créances, le contrôle budgétaire d’un Landtag et l’octroi d’une charte constitutionnelle. Que de convulsions sanglantes les chefs du capital européen auraient évitées à la Russie s’ils avaient voulu comprendre que le crédit de la nation russe n’aurait toute sa force que sous le régime de la liberté et de la loi ! Cet argument de Marx vient de Révolution et Contre-révolution européenne, datant de 1852, et plus précisément du chapitre II, consacré à l'État prussien. Il est expliqué que la Prusse endettée du milieu du XIXe siècle ne trouve aucune banque susceptible de l'aider financièrement, du fait de la précarité de son régime, qui soulève de plus en plus d'opposition parmi le peuple. Voici l'extrait en question178: Rothchild was applied to, and he declared that if the loan was to be guaranteed by this "Representation of the People," he would undertake the thing at a moment's notice—if not, he could not have anything to do with the transaction. Thus every hope of obtaining money had vanished, and there was no possibility of escaping the fatal "Representation of the People." Rothschild's refusal was known in autumn 1846, and in February of the next year the King called together all the eight Provincial Diets to Berlin, forming them into one "United Diet." Il est par ailleurs à noter que si l'Humanité critique la position française à l'égard de la Russie autocratique, l'emprunt lui-même n'est pas remis en cause, ses bienfaits indirects sont même loués dans l'éditorial du 19 février : Si cet afflux de nos capitaux a eu la regrettable conséquence de soutenir et de prolonger la fiction de l'autocratie, il a du moins eu ce double avantage de contribuer à l'accélération de la transformation industrielle qui, en créant un prolétariat, a assuré le triomphe de la Révolution, et de nous conférer le droit de réclamer des garanties pour nos intérêts179. 176 177 178

179

L'Humanité, éditorial du 4 mars 1905, « Résponsabilités » L'Humanité, éditorial du 24 janvier 1905, « Aux civilisés »

Cette version anglaise est disponible en ligne sur marxists.org < http://www.marxists.org/archive/marx/works/1852/germany/ch02.htm> L’Humanité, éditorial du 19 février 1905, « La révolution russe et la France » -84-


3.2 LE TSAR, LES ROMANOV ET LA RUSSIE Le rôle diplomatique que joue la presse va bien au-delà d'une prise de position frontale critiquant ou allouant une alliance. C'est surtout la mise en place d'un discours, insidieux mais permanent, proposant une certaine image du pays allié. Cette logique est suivie par la presse de toute nation, pour promouvoir une alliance favorable aux intérêts de l'état. Elle est bien présente pour le cas de l'image de la Russie donnée au lectorat français à partir des années 1880, si bien que l'on a tendance à parler alors d'une «France russophile180 ». En plus d'une image folklorique et exotique prêtée à la Russie et au peuple russe, le discours diplomatique se concentre sur les figures susceptibles d'incarner la Russie toute entière. Plus que les figures du gouvernement, souvent considérées comme austères, la presse française cherche à mettre en avant la personne du souverain ainsi que sa famille. Cette partie aura pour objectif de démontrer la continuité de cette mise en avant des Romanov durant l'année 1905, malgré le grondement révolutionnaire en Russie.

3.2 Nicolas II, incarnation du pouvoir Avant de développer l'image de l'ensemble de la famille impériale, il convient de s’intéresser spécifiquement à la personne du tsar, et au portrait que la presse française dresse de ce souverain. Les problématiques liées à son rang sont multiples, dans le cadre de l'agitation russe en 1905. Le tsar représente et incarne le pouvoir en Russie, mais l'on peut interroger la part réelle de son implication dans la politique russe de ces dernières années. Est-il incontestablement le maître des destinées de la Russie, ou tout au plus une image que l'on donne de la Russie, mais dans les faits, rien de plus qu'un pantin aux mains de la bureaucratie de son pays ? Ces axes de réflexions sont récurrents mais parfois contradictoires, au sein du journalisme français. Les interprétations semblent varier au gré des actualités. La majesté du tsar, empereur de toutes les Russies Le Petit Parisien comme le Figaro, donne une image assez révélatrice du reste de la presse française, sur la question de la représentation du tsar. Le but est simple à comprendre: il est question d'humaniser le chef de l'empire de Russie, dépeindre un homme dans son quotidien, pour redorer l'image de Nicolas II qui va en se dégradant depuis la répression du 22 janvier, qui lui vaudra par la suite le surnom de « sanguinaire ». Pour compenser ce triste blason, une large partie de la presse cherche à en faire un homme honnête, assumant ses responsabilités, et étant dans sa vie privé, quelqu'un de très dévoué et aimant. Pour Le Petit Parisien, ce discours est pour l'essentiel résumé dans l'éditorial du 9 mars, intitulé « Niki », le surnom qu'on lui donna dans son enfance au sein de la famille impériale. Par le choix de ce titre même, on perçoit la volonté de donner une image joviale et accessible au souverain de toutes les Russies. L'objectif de cet article, plus que de donner le point de vue du tsar sur la révolution, est de donner une dimension biographique au personnage, en retraçant les grandes lignes de sa vie : L'on se demande, en ce moment, d'une extrémité de l'univers à l'autre, comment fut formée l'âme d'un tel homme, car l'on veut connaître les sentiments qui l'assaillent devant les événements présents. On cherche à pénétrer l'apparat qui l'entoure, à forcer son intimité il s'agit de voir l'homme plutôt que le souverain, de sentir son cœur battre, de percevoir sa propre émotion au milieu de la tragédie effroyable qui depuis plusieurs mois 180

L'expression est consacrée, on la retrouve dans l'ouvrage de AMAURY Francine, le Petit Parisien, op. cit, dans HUGON Jérôme, Une entente cordiale entre les républicains et le tsar, op. cit, ou encore dans CARIANI Giani, , Une France russophile, découverte, réception, impact op.cit. -85-


ensanglante son empire, et cette curiosité est autant un désir du cœur qu'un besoin de l'esprit181. Cet article revient longuement sur l'enfance de Nicolas II, décrivant son éducation ainsi que ses vacances. Jean Frollo détaille ensuite le quotidien du tsar dressant le portrait d'un souverain travailleur, étant « resté le petit élève laborieux » qu'il fut dans sa jeunesse. Cet article présente tous les traits de l'hagiographie. La description du tsar n'est faite que d’éloge à son caractère : enfant, il est si « docile » vis-à-vis de son professeur, que celui-ci se demande si c’est l'habitude de l'étiquette qui en est la cause. Il redevient toutefois un enfant espiègle et joyeux dès que la leçon se termine. Devenu tsar, il reste un homme accueillant, qui aime à « s'entretenir familièrement avec ses invités », et sait se montrer généreux. Enfin, il est admiratif de son père, Alexandre III, et très respectueux des traditions de sa famille. Ce portrait ne laisse aucune trace aux irrégularités, elle propose de dépeindre un homme en tout point admirable. Comment alors, un homme si honnête et si droit, pourrait être un mauvais souverain ? Dans les fonctions communément attribuées au tsar, on retrouve plusieurs récurrences. Il est notamment largement fait écho du caractère sacré de son pouvoir; il est le représentant de Dieu. En conséquence, il est à plusieurs reprises fait référence à sa « foi », que l'épreuve de la guerre et de la révolution n'a su ébranler 182. L’Humanité du 23 janvier insiste sur le fait que les massacres du 22 janvier ont remis en cause le caractère sacré et infaillible que l'on prêtait à Nicolas II. Si avant cela, le peuple « reconnaissait encore dans le tsar « l’esprit de Dieu » », le 22 janvier a mis fin à la supercherie du tsarisme183. Le tsar est également le représentant d'une nation, le « petit père du peuple russe184 » qui agit en son nom et dans son intérêt. Nicolas II et son peuple sont unis dans leur destinée comme dans leur amour réciproque : ce principe est constant dans les discours impériaux, il y est fait référence le 20 juin dans le Figaro : « l'union entre le Tsar et toute la Russie ». C'est cette union qui donne sa légitimité au tsar. On est, ici encore, dans une sacralisation de la personne du souverain. D'après Jean Frollo, l’importance que le tsar donne à cet aspect du pouvoir lui a été transmis par son père, qui lui répétait : « Nous sommes responsables du bonheur et du malheur de nos peuples ». Ces paroles profondes restèrent toujours profondément gravées dans l'âme de Nicolas II. Ce lien filial entre le tsar et son peuple est présenté comme une force. Le Petit Parisien cherche à donner un caractère mystique à cette responsabilité : Nicolas II tient dans sa main avec son sceptre les destinées de son pays, et c'est justement cette formidable puissance, sans limites comme sans contrepoids, qui donne l'essor à toutes les légendes, parce que l'imagination grandit encore ce qu'elle touche185 . Étant si intimement responsable de la Russie et de son peuple, le tsar se doit d'être sage et avisé. La presse française insiste sur la bienveillance dont il fait preuve à l'égard de ses sujets, et sur la rigueur qu'il imprègne dans sa recherche du meilleur des intérêts pour ses sujets. La presse, sa relâche, pointe la difficulté de sa tâche, et Edmond Frank, dans L’Illustration du 18 février exprime « la crainte d'une rupture du lien moral, jusqu'alors si étroit, entre l'empereur et son peuple ». Ceci permet d'ailleurs d'expliquer les vicissitudes du pays par des raisons humaines, car aucun homme n'est infaillible, aussi sage et sacré qu'il puisse être. Le 6 mars, Eugène Lautier décrit les différents commentaires au sujet du rescrit du tsar. Il en profite pour prendre la défense du souverain lorsqu'il précise : [Certains] s'imaginent peut-être qu'il n'y a jamais de flottement dans la 181 182 183 184 185

Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki » Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki », Le Figaro, 20 juin 1905, « les réformistes chez le tsar » L'Humanité, éditorial du 23 janvier 1905, « la mort du tsarisme » Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki » Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki » -86-


pensée des grands de la terre186. Si le Petit Parisien joue clairement sur un discours d'empathie avec le tsar, le Figaro cherche le plus possible à citer directement les déclarations officielles de Nicolas II, sous le prétexte d'éviter de déformer ses propos. Le 24 juin, il est d'ailleurs fait écho de la législation russe au sujet de la retranscription des discours dans la presse : Les paroles de l'Empereur ne peuvent être insérées que ponctuellement selon la rédaction publiée par le Messager du Gouvernement sans aucune addition ou abréviation. De plus, afin d'éviter que le sens de ces paroles souveraines ne soit dénaturé, il a été reconnu nécessaire, en vertu de l'article 140 du règlement de censure, d'interdire la publication dans la presse de toute espèce de déduction ou interpellation qui ne découlerait pas directement du sens précis des paroles de l'Empereur187. En réalité, il faut bien comprendre que ces déclarations proposent des tournures si protocolaires qu'elles donnent immanquablement une image bienveillante et pondérée du souverain. Le 20 juin, Le Figaro reprend donc un communiqué officiel, dans lequel le tsar s'adresse aux délégués du congrès de Moscou : Je suis heureux de vous avoir entendus, je ne doute pas que vous n'ayez été, messieurs, guidés par un sentiment d'ardent amour de la patrie, en vous adressant directement à moi. J'ai été et je suis encore attristé de toute mon âme, comme vous et tout mon peuple, des calamités que la guerre a apportées à la Russie et de toutes celles qu'il faut encore prévoir, ainsi que de toutes nos perturbations intérieures. […] Je suis fermement convaincu que la Russie sortira rénovée des épreuves subies par elle, que s'établira, comme cela fut jadis, l'union entre le Tsar et toute la Russie, communion entre moi et les hommes de la terre russe, union et communion qui doivent servir de base à l'ordre de choses répondant aux principes russes originaux188. Le tsar contesté, indigne de sa fonction suprême. Ce tsar bienveillant, inquiet pour son peuple et conscient de ses devoirs, c’est celui de la presse traditionnelle, celle qui cherche à promouvoir l'alliance russe, et qui ne saurait remettre en cause la personne du tsar sous prétexte de situation intérieure trouble. Car réprimander Nicolas II, ce serait admettre que la France est alliée à une nation dont le régime s'oppose aux valeurs de la République française. Le discours diplomatique ne peut se contredire et se renier, sans quoi il écroulerait tout l'édifice mental qu'elle cherche à mettre en place autour de la Russie, depuis plus de deux décennies. L’Humanité et la presse contestataire n’a pas à se poser de tels cas de conscience. Le 22 janvier a donné le point de départ à une ferme critique du régime autocratique. Et pour condamner une monarchie, quoi de mieux que de s'en prendre à son souverain, qui en est le représentant absolu. Anne-Marie Bouchard et Alexis Desgagnés ont démontrés que la figure du tsar est très présente dans la presse illustrée européenne, et permet de vives prises de parti 189. Pour la presse illustrée satyrique, Nicolas II est, en tant que symbole d'un régime archaïque, l'unique responsable de la situation. Il est d'ailleurs très souvent fait le rapprochement entre Nicolas II et Louis XVI, aussi bien pour la médiocrité de leur gestion du pays, que pour présager de l'échafaud qui attend le tsar. Dans l'Assiette au beurre du 21 octobre, le fantôme de Louis XVI prévient le tsar « À ce jeu-là, j'ai perdu ma tête190.» 186

Le Figaro, 6 mars 1905, « Choses de Russie » Le Figaro, 24 juin 1905, « Le tsar et les réformes » 188 Le Figaro, 20 juin 1905, « les réformistes chez le tsar » 189 BOUCHARD Anne-Marie et DESGAGNÉS Alexis, « La révolution russe dans la presse illustrée européenne», Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 477-484. 190 L'Assiette au Beurre, 21 octobre 1905. 187

-87-


Nicolas II dans la presse satyrique est tantôt montré comme un criminel, tantôt comme un imbécile, complètement dépassé par les événements. Le numéro du 4 février 1905 de l'Assiette au Beurre prend en dérision l'image officielle du bon père de famille. Nicolas II tient le tsarévitch dans les bras, ce qui est une référence à la première photo officielle de Alexis Alexandrovitch, reproduite dans l'Illustration du 18 février 1905, dans laquelle Nicolas II tient son fils dans les bras. L'Assiette au beurre reprend l'idée pour la détourner, en faisant dire au tsar : « N'est-ce pas que le sang russe est beau, mon fils. Et ce n'est pas la peine d'aller en Mandchourie pour le voir couler ». Figure 6: L'Assiette au beurre, 11 novembre 1905, « Au bord du gouffre » L’illustration reproduite ci-dessus est la quatrième de couverture de l’Assiette au Beurre du 11 novembre. Cette image semble avoir fait sensation auprès de Jean Longuet, car il conclut l'article de l'Humanité du 12 novembre en y faisant référence : Parmi les très beaux dessins de notre ami d'Ostoya consacrés à la révolution russe dans le dernier numéro de l'Assiette au Beurre, il en est un, entre tous, qui rend, avec une rare puissance d'expression, la situation actuelle du tsarisme. À la limite d'un formidable précipice, arrive à toute vitesse l'automobile impériale, conduit par Witte, avec Nicolas derrière lui « Arrêtez! Arrêtez! Monsieur Witte, s'écrie le triste fantoche, regardant avec terreur le gouffre béant. Il n'y a plus, moyen, sire répond le premier ministre, le frein est cassé191 » Les rédacteurs du journal socialiste s'en prennent également à Nicolas II pour toucher au symbole qu'il incarne. Cette référence de l'Assiette au Beurre dans l'Humanité est la marque d'une forte approbation réciproque dans l'interprétation et la prise de position sur la question de la situation en Russie. Le portrait qui est dressé du tsar dans l'Humanité comme dans la presse satyrique est l'exact opposé de celui proposé par les autres journaux. Le discours ayant de multiples facettes, les adjectifs qualifiant le tsar dans les éditoriaux de l'Humanité ont été répertoriés sous la forme d'un tableau, page suivante. Certains de ces qualificatifs se recoupent, aussi ils ont étés regroupés par thèmes, ce qui permet de mettre en valeur les caractéristiques principales que l'Humanité prête au tsar. On constate que le portrait est sensiblement équivalent de celui dressé par l'Assiette au Beurre. 191

L'Humanité, 12 novembre 1905, « La révolution en Russie, l'armée révolutionnaire » page 1, citant l'Assiette au Beurre, 11 novembre 1905, illustration de quatrième de couverture. -88-


lâche

23/01/05 « Massacre lâche, car le tsar, réfugié à TsarskoéSélo (...) » 25/01/05 « la lâcheté du tsar ont provoqué une révolte » couard 29/01/05 « Chacun condamne le mélange de couardise et de cruauté qui a dicté à Nicolas II sa conduite » lâche Blême de 29/01/05 « Il n'y a plus de tsar : il n'y a plus qu'un assassin, peur tapi, blême de peur » paralysé 21/03/05 « Paralysé, incertain de son vouloir » chancelant 27/07/05 « on se demande ce qui restera au tsar chancelant » égorgeur 25/01/05 « sous le joug du tsarisme égorgeur » cruel 29/01/05 « Chacun condamne le mélange de couardise et de cruauté qui a dicté à Nicolas II sa conduite » criminel assassin 29/01/05 « Il n'y a plus de tsar : il n'y a plus qu'un assassin, tapi, blême de peur » meurtrier 03/02/05 « despotisme meurtrier » coupable 21/03/05 « ce prince malheureux autant que coupable » hypocrite 23/01/05 « l'absolutisme hypocrite, incapable et véreux » arrogant « par son arrogante et imbécile prétention de Imbécile 03/02/05 suffire à tout et de se suffire a lui-même » suffisant prétentieux orgueilleux 06/02/05 « en quelque sommet d'orgueil qu'il se réfugie » obstiné 30/05/05 « l'obstination du tsar à accumuler les sacrifices en Extrême-Orient » débile 23/01/05 « cette guerre insensée et funeste que son esprit débile avait rendu inévitable » incapable 23/01/05 « l'absolutisme hypocrite, incapable et véreux » niais 04/03/05 « niaisement mystique » Imbécile 04/03/05 « l’imbécillité de sa politique » incompétent faible 04/03/05 « la faiblesse de son esprit » Maladroit 04/03/05 « Quel maladroit sinistre que ce tsar » sinistre incertain 21/03/05 « incertain de son vouloir » incertain 25/07/05 « [l'esprit du tsar est] trop incertain pour avoir formé un projet aussi vaste » véreux 23/01/05 « l'absolutisme hypocrite, incapable et véreux » malheureux 21/03/05 « ce prince malheureux autant que coupable » rusé 01/06/05 « Mais il ruse avec la nation » blafard 31/08/05 « la face blafarde du tsar » Étant inapte à diriger un pays, Nicolas II conduit la Russie à sa ruine, comme le résume Jean Jaurès le 4 mars : « l'imbécillité de sa politique, la faiblesse de son esprit, le désastre de son pouvoir.192» Cette inaptitude n'excuse pourtant pas ses erreurs. Quand d'autres louent sa gestion de la crise, l'Humanité fait de lui un assassin, coupable de la détresse de son peuple. Le caractère du tsar se manifeste sous des traits peu flatteurs : la lâcheté et la peur d'une part, qui le poussent à ne pas assumer ses responsabilités dans la tourmente des événements de 1905, et l'obstination d'autre part, qui le conduit à poursuivre ses erreurs au lieu de les admettre, notamment dans le cadre de la guerre contre le Japon. D'ailleurs, lors de la signature de la paix, nous avons vu que le Figaro du 30 août saluait la sagesse du tsar ; pour L’Humanité, il n'est ici question que d'un sursaut d'intelligence de sa part. À noter que ces traits de caractères, à la base appliqués 192

L'Humanité, éditorial du 4 mars 1905, « Responsabilités » -89-


au tsar dans un contexte précis, deviennent progressivement des traits de personnalité acquis à sa personne, sans qu'il soit nécessaire de le justifier, comme le 23 mars pour « paralysé », ou le 3 février pour son « arrogante et imbécile prétention ». L’Humanité questionne à plusieurs reprises la nature profonde du caractère du tsar. Le 29 juillet, René Viviani dresse un portrait inquiétant de Nicolas II, dans l'éditorial du jour qu'il intitule « Sa joie fait peur », et qui fait suite à l'entrevue entre le tsar russe et le kaiser allemand: Le tsar paraît plus gai. Son front grêle s'est éclairé, sa tête n'est plus humble et son regard reflète la joie comme ses lèvres qu'on croyait déshabituées du sourire. C'est donc que l'entrevue a amené en lui ce subit et violent changement d'humeur. Singulière mentalité […]. C'est donc que les nouvelles sinistres l'ont à peine effleuré, et que ne subissant pas, comme, Napoléon III à Sedan, le supplice d'entendre le retentissement du canon, il est libéré de tout remords par la distance qui supprime les râles et absorbe les sanglots193.

La famille impériale ou l'emblème diplomatique de la Russie Le prestige impérial. Au-delà du tsar dans sa fonction politique, il est construit une image de la famille impériale en tant que symbole de la Russie. La représentation d'un souverain et de sa famille est récurrente dans la presse illustrée. Les banquets et les visites diplomatiques sont des festivités dont la splendeur plaît au public, la presse illustrée généraliste reproduit ces clichés qui constituent une part importante des images proposée par L'illustration. Jacques Kayser dans De Kronstadt à Kroutchev194, insiste sur l'importance des visites diplomatiques dans les liens tissés entre la France et la Russie à partir de 1891, et sur l’importance que ces festivités prennent dans la presse française. Rappelons que Nicolas II foule le sol français en 1896 puis en 1901, et que les présidents Félix Faure en 1897, puis Émile Loubet en 1902, se rendent à Saint-Pétersbourg. Le 9 mars, Jean Frollo fait d'ailleurs un parallèle entre l'intérêt que les français portent aux événements touchant la Russie, et les visites diplomatiques antérieures: Si les Français suivent avec autant d'émotion les événements de Russie, c'est qu'ils en connaissent les principaux acteurs. Les grands-ducs sont à plusieurs reprises venus en France, et Paris a salué le tsar par des fêtes inoubliables. Avouons-le les relations diplomatiques ont moins de force que les liens du cœur, et notre ville a conservé un souvenir ému des hôtes illustres qui la visitèrent. Cette part de sentimentalité qui donne une physionomie si particulière à notre alliance, fait que nous attendons les nouvelles de SaintPétersbourg avec une angoisse véritable195. À travers la participation à ces événements, fêtés en grande pompe, s'exprime l'adhésion populaire à l'alliance franco-russe. On constate plusieurs révélateurs d'un engouement russophile et pro tsariste : citons notamment l’initiative de John Grand-Carteret, ayant réuni un « musée pittoresque du voyage du Tsar196 », proposant en 1897, un recueil de caricatures, chansons, images, bibelots etc. Pour le cas de la presse illustrée, Jean-Pierre Bacot considère que les images des Romanov constituent « l'épine dorsale de l'amitié franco-russe197 ». Ces 193

L'Humanité, éditorial du 29 juillet 1905, « Sa joie fait peur » KAYSER Jacques, De Kronstadt à Kroutchev, Armand Colin, éd. Kiosque, 1963 195 Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905 , « Niki » 196 GRAND-CARTERET John, Le musée pittoresque du voyage du Tsar, Paris, Librairie Charpentier et Fasquelle, [1897], 244p. 197 BACOT Jean-Pierre , La presse illustrée au XIXe siècle : une histoire oubliée, Limoges, Pulim 2005, p. 181 194

-90-


images mettant l'accent sur la magnificence de la Russie à travers ses souverains, et sousentendent que l'alliance apporte à la France le regain de prestige dont elle avait besoin. En effet les représentations de la famille impériale de Russie, entre les décennies 1890-1910, sont si présentes qu'elles ont tendance à éclipser les autres pays ; on notera pour exemple qu'il n'existe pour cette période aucune représentation de la Pologne ou de ses souverains. Dès la dernière décennie du XIXe siècle, ces images ont clairement pour objectif de mettre en avant l'alliance Franco-russe. Jean-Pierre Bacot constate une augmentation de ces représentations durant l'épisode troublé de la guerre russo-japonaise et de la révolution en Russie, entre 1904 et 1906. Il l'interprète comme la volonté de consolider une alliance que ces troubles menacent. La couverture de L'illustration du 18 février 1905 présente la première photographie officielle du tsar et du tsarévitch. Alexis Nicholaïevitch étant né en août 1904, l'actualité n'est pas de première fraîcheur, le but n'est pas ici ; le choix de cette couverture résulte des événements récents ayant secoués Saint-Pétersbourg. Après deux couvertures au sujet du 22 janvier 198, L'Illustration cherche à compenser avec une image montrant Nicolas II sous un jour plus positif. Ce choix éditorial est d'ailleurs expliqué, en introduction de l'article en pages intérieures : S'il est une famille souveraine vers qui, en ce moment, se porte tout particulièrement l'attention universelle, c'est sans contredit la famille impériale de Russie. Les portraits publiés dans ce numéro offrent donc, au premier chef, un caractère d'actualité199. Ce portrait de famille est un moyen de présenter le tsar sous un autre jour : heureux, avec sa famille. Cela permet également de rappeler que la succession est assurée, et par extension, que le régime se porte bien. Cette démarche est par ailleurs en vogue à partir des années 1890 200, et permet notamment de mettre en valeur les souverains. Jean-Baptiste-Alexandre Paulin, l'un des co-fondateurs de l'Illustration explique : « Qui ne sait que l'on comprend mieux le langage et les actions d'un homme quand on a vu ses traits ». Le but est bien de rendre les dirigeants du monde plus accessibles, et plus humains. Ce qui est vrai pour la presse illustrée hebdomadaire l'est également pour la presse quotidienne. Ce rythme plus soutenu nous montre avec d'autant plus de clarté que ces mises en avant de la famille impériale sont en réaction directe à l'actualité. Ainsi le Petit Parisien du 20 février nous propose en éditorial un aperçu de la généalogie des Romanov jusqu'à Nicolas Ier, deux jours après l'attentat du Kremlin ayant causé la mort du grand-duc Serge. Cet article mérite d'ailleurs d'être observé avec plus d'attention 201. Il présente une version simplifiée de l'arbre généalogique impérial, en se limitant aux personnes susceptibles d'avoir de l'influence sur Nicolas II et sur sa politique. Il est intéressant de comparer ce tour d'horizon de la famille Romanov à une généalogie plus complète, présentée en annexe202. On constate que Jean Frollo ne fait mention que des grands-ducs vivants : il ne mentionne pas les deux fils décédés de Nicolas Ier, Constantin et Nicolas, ni leur descendance, pourtant encore vivante. Il n'est fait mention que de Michel Nicolaïevitch, essentiellement par ce que l'un de ses fils, Alexandre, a épousé la sœur du tsar, Xénia Alexandrovna. Les autres enfants de Michel ne sont pas évoqués, ni son épouse. En revanche, tous les fils d'Alexandre II sont cités, Vladimir, Alexis, Serge, et Paul, car en tant qu'oncles du tsar, ils sont considérés comme ayant une grande influence sur lui. Sa seule fille, Maria Alexandrovna, n'est pas mentionnée. Ne sont évoqués, pour anecdotes, que les trois fils de Vladimir, mais ni sa fille ni son épouse. Le fils de Paul, Dimitri, n'est pas présenté non plus. On constate que les femmes sont citées seulement pour les niveaux les plus proches du tsar : 198 199 200 201 202

L'illustration du 28 janvier 1905, et du 4 février 1905. L'Illustration, 22 janvier 1905, page 4-5. Grâce à des progrès techniques : les procédés tramés deviennent alors efficaces. Le Petit Parisien, éditorial du 20 février 1905, « la famille impériale » Un tableau généalogique est présenté en annexe n°5. -91-


ses sœurs : Xénia et Olga, et sa mère, Maria Fedorovna. La tsarine, Alexandra Feodorovna n’est pas notée. A part elles, ni les grandes-duchesses ni leur mari ne sont considérés comme notables en terme de poids politique. Le tableau de la famille Romanov que dresse Jean Frollo est manifestement axé sur l'angle politique. À la suite de l'assassinant du grand-duc Serge, le directeur du Petit Parisien cherche à trouver une logique à cet acte, qui n'est autre qu'une représaille envers l'une des figures ayant le plus d'influence sur le tsar. Jean Frollo insiste dans cet article sur le fait que Nicolas II n'est pas un individu isolé, que s'il est lié aux destinées de son pays, sa famille n'en est pas moins déterminante. Pour ces raisons, Jean Frollo explique qu'« une connaissance exacte des sentiments et de la situation de chacun de ceux qui composent [la famille impériale] est indispensable à la compréhension des événements de Russie. » Si cette généalogie rapide est conçue en réaction aux événements de Russie, ce n'est globalement pas le cas des articles traitant de la famille impériale qui sont proposés durant l'année 1905. La plupart suivent un modèle indépendant aux événements, et ne font référence aux agitations révolutionnaires qu'en conclusion de l'article ou en aparté : pour exemple, voici les dernière lignes de l'article du Petit Parisien du 9 mars, au sujet de Nicolas II : Les sanglants événements de ces derniers mois ont failli abattre sa foi. Ses sujets le vénèrent et les révolutionnaires se faisaient tuer en murmurant son nom. Espérons qu'il trouvera dans le profond amour qu'il porte à son peuple, les phrases définitives qui, tout en évitant les effusions de sang, accorderont les libertés nécessaires203. La plupart de ces articles ne touchent pas directement aux faits, mais proposent une rétrospective biographique d'un ou plusieurs personnages. La vie du grand-duc Serge est ainsi résumée dans une des rubriques de l'article traitant de son assassinat, le 18 février 204. Ces articles sont l'occasion d'exalter les valeurs de la famille, et de rappeler longuement des éléments des vies privées et conjugales des Romanov. L'éditorial du Figaro du 5 mai retrace en détail la vie de Maria Feodorovna, la mère du tsar. En voici un extrait : La jeunesse de l'impératrice de Russie Maria Féodorovna s'est écoulée dans la famille royale de Danemark. Son père, Christian IX, le roi actuel, n'était pas l'héritier du trône en ligne directe […] Elle souffrit cruellement de la guerre du Holstein, qui enleva à l'héroïque petit Danemark une partie de son territoire; mais les malheurs de sa patrie ne furent pas les seuls à assombrir sa jeunesse, une douleur immense vint la frapper en plein cœur la mort de son fiancé, le grand-duc héritier Nicolas Alexandrovitch, dont elle recueillit le dernier soupir à Nice. C'est au chevet du mourant qu’elle apprit à aimer le frère du défunt, celui qui devait être son époux, le futur empereur Alexandre III, qui lui voua dès lors une affection profonde, cimentée dans une commune affliction. […] Elle fut frappée coup sur coup dans ses affections les plus chères, la mort prématurée d'Alexandre III à la suite d'une longue et douloureuse maladie, celle de son fils, le grand-duc Georges, enlevé dans tout l'éclat de la jeunesse, enfin la perte de sa mère qu'elle adorait205. La stricte narration des faits est exacte, mais elle est agrémentée d'un style ampoulé, jouant sur le pathos et la démesure des formulations. L'importance de la famille et du dévouement aux siens est particulièrement mis en avant. Il est expliqué qu'à son « incurable douleur, [Maria Feodorovna] ne chercha de consolation que dans la vie de famille. » Modèle moral et rôle politique. Ce portrait de l'impératrice douairière est de l'ordre de l'hagiographie, l'impératrice est 203 204 205

Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars 1905, « Niki » Le Petit Parisien, 18 février 1905, « Deux bombes à Moscou, l'assassinat du grand duc Serge » page 1. Le Figaro, éditorial du 5 mai, « L'impératrice Maria Feodorovna », page 1. -92-


semblable à une héroïne. La référence à la moralité de sa personne est constante, et démontrée par de petites anecdotes, historiquement tout à fait invérifiables: Jamais un pauvre ne la sollicite en vain, elle ne supporte pas qu'un gardien de la paix rudoie ou écarte un importun, et si elle aperçoit un pétitionnaire dans la foule elle se hâte de faire arrêter sa voiture pour prendre doucement la supplique et encourager le malheureux par des paroles de bonté. Les soldats, les petits employés attachés à son service ne lui sont ni indifférents, ni inconnus, elle les questionne sur leurs affaires, s'enquiert de leurs besoins, ils sont ses amis en vérité. Comme il a été fait pour les références à Nicolas II dans l'Humanité, il est possible de dresser un tableau reprenant, pour cet article, les traits de caractère attribués à Maria Feodorovna. Il permet de visualiser très rapidement les principaux attributs qu'on lui prête, et à cerner l'image générale qui est rendue de sa personne. Les observations sont on ne peut plus discordantes par rapport au portrait du tsar proposé dans le journal socialiste. Beauté

« charme exquis » « simple, douce, très féminine » Moralité « loyauté, honneur, morale la plus pure », « la droiture de son caractère » Dévotion « sincère, élevée, [...] dépourvue de toute étroitesse et de tout fanatisme » Générosité « charité, mansuétude, amour des humbles et des pauvres » « dédain du luxe; sa joie est de donner, son chagrin de ne pouvoir le faire suffisamment » « Sa main est toujours ouverte et son cœur ne sait pas compter: son ministère, à elle, c'est la charité » « le rayonnement de sa bonté » « une bienveillance particulière », L'image du tsar, nous l'avons vus, a perdu de sa superbe après la manifestation du 22 janvier. Dès lors qu'il est mis en cause dans ce que certains nomment un « massacre », « une boucherie », un « bain de sang », il devient difficile de le soutenir ouvertement, et de louer l'ensemble de sa personne. Du tsar tout au plus, on insiste sur son rôle politique, ou sur ses qualités de père de famille Pour le reste de la famille impériale, les possibilités sont plus ouvertes. À partir du moment où ils ne sont pas directement en cause dans la répression des agitations, il est possible d'en faire des êtres charmants. Ce portrait de Maria Feodorovna en est l'archétype. Il est d'ailleurs précisé qu'elle « ne s’immisçait jamais dans les questions politiques ou administratives », ni sous Alexandre III, ni sous Nicolas II. Cette remarque a son importance, car c'est bien par ce qu'elle n'est en rien liée aux affaires politiques, qu'elle peut être dépeinte comme une personne parfaite. Il y a une réelle récurrence de cette distinction entre ceux qui dirigent et ont commis des erreurs, et les membres de la famille qui sont extérieurs à la politique, et que l'on peut donc idéaliser. Notons le cas frappant du grand-duc Serge et de sa femme, la grande-duchesse Élisabeth. En résumé, le Petit Parisien du 18 février affirme : « Autant sa femme était affectionnée de tous, autant sa propre impopularité était grande206 ». À la mort du grand-duc, il est en effet difficile d'omettre qu'il n'était pas apprécié du peuple. Toute la presse s’accorde à un portrait froid et abrupt de celui-ci. Le 18 février, le Figaro revient sur le renvoi en janvier du ministre de l’intérieur, Piotr Sviatopolk-Mirski, considéré comme trop libéral par le tsar, et, peut-être également du fait des conseils de son oncle Serge. Cette affaire souleva le mécontentement de certains. Le Figaro explique : Fortement attaché aux principes de l'autocratie, adversaire intransigeant de toute modification à l'ordre des choses établi, [le grand-duc Serge] avait 206

Le Petit Parisien, 18 février 1905, « Deux bombes à Moscou », page 1-2. -93-


imprimé à son gouvernement une direction conforme à ses idées et s'efforçait de faire incliner dans le même sens la politique générale de l'Empire.[…] C'est, assure-t-on, à son intervention qu'il faut attribuer l'échec des velléités libérales du prince Sviatopolk-Mirski, que le tsar avait paru encourager au début […] Ces bruits, vrais ou faux, avaient rendu le grandduc Serge très impopulaire; dans les milieux libéraux et, à Moscou, la noblesse elle-même207. Dans son portrait du grand-duc, L’Humanité va bien plus loin, puisqu'il est affirmé en soustitre de l'article du 18 février que l'attentat n'est rien de moins que de « Justes représailles » à l'encontre du plus influent des oncles du tsar. On y décrit un homme foncièrement mauvais, méritant son sort, et dont l'épouse n'est que la captive : Dans cette Russie où tant d'hommes sont méprisables et haïssables, peu d'hommes furent haïs et méprisés autant que le grand-duc Serge. Il avait à la fois toute la bassesse du voleur et du coquin le plus vil, et toute la cruauté hautaine et audacieuse du bourreau. Il se fit toujours un jeu de corrompre et d'avilir les hommes dont il était le maître d'user à sa guise. Il étalait avec un égal cynisme ses vices de détraqué et l'insolence de ses rapines. Tout le monde sait à quel point il tortura sa femme, qui le redoutait, et le haïssait208. Elisabeth n'est finalement présentée que pour contraster avec l'image donnée de son mari. Comme le Petit Parisien, L’Humanité propose de mettre leurs deux personnalités et popularité directement en miroir, le 18 février toujours : « Le grand-duc Serge était impopulaire à Moscou pour son esprit hautain, dur et réactionnaire, autant que sa femme était admirée et adorée ». Si le Figaro ou le Petit Parisien semblent présenter Élisabeth sous ces traits afin de chercher à compenser l'image de Serge, l'Humanité le fait bien pour intensifier l'ignominie du portrait du grand-duc. À noter que les trois journaux font part d'une anecdote expliquant pourquoi Elisabeth n'était pas dans la même voiture que Serge lors de l'attentat. Cette information affirme que la grandeduchesse avait été prévenue : Deux lettres anonymes, disant que le grand-duc Serge était condamné a mort. Ces lettres imploraient la grande-duchesse, la priaient de ne pas aller en voiture avec son mari, elle que tout le monde aimait et à laquelle personne ne voulait du mal.209 C'est donc la popularité de la grande-duchesse, qu'elle doit à sa bonté, qui l'aurait sauvée de l'attentat. Il est intéressant de constater que même L’Humanité reporte ces informations sans y apporter de nuances. Véritablement, il y a deux poids, deux mesures, parmi les membres de la famille Romanov. Les femmes, moins impliquées dans les affaires de l'état, sont dépeintes telles des princesses héroïnes. Les hommes sont moins mis en avant pour leur personne, puisqu'ils ont pour beaucoup des fonctions politiques, et/ou militaires. Pour Nicolas II, il est insisté sur l’importance de ces décisions nationales et internationales. Pour le reste de la famille, il n'est pas fait mention de faits précis, la réalité du pouvoir apparaît presque comme un élément annexe à la famille impériale. Pour tout portrait, il est fait un rapide rappel de l'enfance, afin d'insister sur le poids d'une éducation rigoureuse chez les princes. L'éditorial « Niki » du Petit Parisien explique au passage que le tsarévitch eu droit à une éducation en français, ce qui a pour but de rappeler aux lecteurs le prestige de leur langue, et de leur faire infléchir vers la sympathie d'un souverain qui devient ainsi moins étranger à leurs yeux210 : Nicolas II, fut élevé dans l'amour et la connaissance des traditions françaises et il appela auprès de lui un jeune professeur, M. Gustave Lanson, aujourd'hui l'un de 207 208 209 210

Le Figaro, 18 février 1905, « L'assassinat du grand-duc Serge à Moscou », page 1-2 L'Humanité, 18 février 1905, « L'attentat du Kremlin », page 1. Dépêche Havas publiée dans L'Humanité, Le Figaro et le Petit Parisien du 18 février 1905. Le Petit Parisien, éditorial du 9 mars, « Niki », page 1. -94-


nos maîtres les plus illustres. [...] Nos grands poètes romantiques Lamartine et Victor Hugo enflammèrent le jeune Nicolas, ainsi que son frère, le grand-duc Georges. Nicolas lisait à haute voix les vers immortels, le professeur expliquait et commentait le texte, et l'élève notait les tournures de phrases, afin d'écrire une langue élégante et correcte. Jamais élève ne se montra aussi docile. La situation intérieure vient, aux yeux de la presse française, remettre en cause l'importance politique de la famille impériale, et le bienfait de leur emploi au service de l'état, notamment par le Petit Parisien : Le grand-duc Vladimir est commandant en chef des armées de terre. Le grand-duc Alexis est amiral général. Mais ni l'un ni l'autre ne se consacrent d'une façon suivie à ces hautes fonctions. Leur rôle est généralement nuisible, parce que, sans exercer une action positive et continue, ils amoindrissent l'autorité des ministres et des états-majors. Kouropatkine s'en plaignit bien des fois, lorsqu'il était ministre de la Guerre211. Cette critique de la part du Petit Parisien est cohérente avec sa ligne éditoriale qui réclame de l'empereur les réformes nécessaires à la modernisation du pays. Jean Frollo ne critique toutefois pas directement les grands-ducs dans leur personne, il affirme simplement que leurs positions militaires sont surévaluées et ne sont pas méritées. L’Humanité va bien plus loin dans l'accusation, le 25 janvier, Jean Jaurès explique que le premier effet d'une révolution victorieuse « serait d’écraser le parasitisme des grands-ducs et d’une bureaucratie ignorante et voleuse.212 » Le Figaro toutefois, s'inquiète de ce rejet global de la famille impériale, lors du renvoi du grand-duc Alexis de ses fonctions, le 21 juin : La démission du grand-duc Alexis est l'un des plus frappants témoignages de l'ingratitude et de la déraison dont les peuples sont soudainement frappés lorsque les calamités surviennent et que les temps troublés apparaissent. Dans de telles circonstances, nulle mesure n'est plus gardée par la foule renie, qui accuse ou qui condamne ceux-là mêmes qu'elle encensait la veille […] L'opinion publique, exaspérée par une série de revers cruels, exigea qu'on lui scarifiât une victime. Et c'est alors que le grand-duc Alexis, mû par un sentiment de délicatesse et d'abnégation, se résolut à se démettre de ses hautes fonctions, afin d’alléger, autant qu'il le pourrait, les soucis du souverain et du chef de la famille impérial213 Au grand-duc se sacrifiant pour le bien de la famille, s'oppose un peuple « ingrat », « déraisonnable ». Cette foule changeant si facilement d'avis et d'humeur que décrit le Figaro, est conforme à l'image que Gustave Le Bon se fait de la psychologie des foules214. Cette foule est trop ignorante pour savoir ce qui est bon pour elle, elle est incapable de se gérer ellemême, et a besoin d'un état fort, comme l'est celui de la Russie. Plus encore, elle est manipulable, et c'est, d'après Georges Bourdon du Figaro, par ce qu'elle est endoctrinée qu'elle en veut à ses dirigeants. Le 4 avril, il reprend à son compte les propos de Gustave Le Bon, pour nuancer le bilan de la situation fait par M. Tikomirov, l'un des dirigeants du ministère de l'instruction publique. D'après ce dernier, c'est : « un groupe remuant et énergique qui a entraîné, par une propagande déjà ancienne, l'ensemble des étudiants. » Ce à quoi G. Bourdon rétorque: M. Gustave Le Bon, l'auteur de la Psychologie des foules, eût répliqué à M. Tikhomirov que la loi des foules veut qu'elles soient avolontaires et se laissent conduire par une partie d'entre elles, numériquement négligeable, moralement dominatrice, parce qu'elle est agissante 211 212 213 214

Le Petit Parisien, éditorial du 20 février 1905, « La famille impériale » L'Humanité, éditorial du 25 janvier 1905, « La révolution russe » Le Figaro, 21 juin 1905, « le grand-duc Alexis » page 1. LE BON Gustave, Psychologie des foules, Paris, F. Alcan, 3e éd. rev. 1898 -95-


3.3 L'IMAGE DE LA RUSSIE, OU LE DISCOURS RUSSOPHILE La foule est indicible, impalpable, Gustave Le Bon prétend pourtant définir son spectre. De la même manière, la presse entend donner une consistance, un caractère et une conscience à la Russie ainsi qu'au peuple russe. Jean Frollo va jusqu'à parler d' « âme russe », dans l'éditorial du Petit Parisien du 3 avril 1905. Il faut bien concevoir l'image que la presse donne de la Russie comme un discours tenu de longue haleine. Il doit être mis en perspective avec l'ensemble du discours russophile ayant été promu en France depuis les prémices de l'alliance franco-russe. Analyser l'ensemble de ces mécanismes irait bien au-delà du cadre des événements politiques de 1905, Giani Cariani en a d'ailleurs fait le sujet de sa thèse, dans Une France russophile, découverte, réception, impact: la diffusion de la culture russe en France de 1881 à 1914 215. Il convient ici de ne reprendre que la manière dont ce discours s'exprime à travers les événements de 1905, et en fonction des actualités. Le portrait fait de la Russie a plusieurs axes. Il faut différencier l'image donnée de la Russie en général d'une part, et le stéréotype du russe d'autre part. Ces deux images sont évidemment complémentaires, mais ce découpage permettra de proposer une description progressive des mécanismes du discours russophile.

Le peuple Russe : population, caractère et stéréotypes nationaux Le 26 décembre 1905, Jules Roche se garde bien de tabler sur l'avenir de la Russie. Il affirme que ceux qui se le permettent n'ont pas le sens des réalités, et qu'ils ne connaissent pas suffisamment le tempérament slave pour pouvoir tabler ainsi sur leurs destinées. Cette attaque est à l'encontre des socialistes qui voient dans le déroulement des événements une révolution en marche : La plupart du temps, d'ailleurs, les auteurs de ces prophéties sur le triomphe infaillible de la révolution, sur la chute de l'empire, sur l'avènement de la république sociale n'ont pas la moindre notion personnelle sur la Russie [...]. C'est là que l'insuffisance des livres apparaît et que la vue directe des choses est nécessaire, si l'on veut avoir le simple sentiment de la réalité, des différences prodigieuses entre le milieu, les hommes, les mœurs, le caractère, la manière d'éprouver et de juger en Russie et en France216. Dans l'idée de l'éditorialiste du Figaro, pour prétendre comprendre les événements de Russie, il faut comprendre les russes. Rien ne sert selon lui de « prophétiser » l'histoire, comme prétend le faire la science matérialiste. Chaque peuple possède sa personnalité, et l'évolution de son histoire en est l'un des reflets. Dans l'intention de mieux comprendre le peuple russe, les journaux français ont tendance à leur attribuer des caractéristiques physiques et morales. Le « caractère slave » qui s'en dégage est évidemment tiré à grands traits, mais permet au lectorat de se faire une image plus précise (bien que stéréotypée) des acteurs de la révolution. Les agences d'images sont à l'origine de ces « clichés », qui revêtent le double sens qu'il possède aujourd'hui. Notons notamment l'agence Bulla qui propose de représenter le peuple par le biais de figures types, distinguant le moujik du soldat, de l'ouvrier, etc. On retrouve ces « types » dans l'Illustration, ainsi que dans le Petit Parisien. Dans l'Humanité, c’est par le biais d'une chronique littéraire que l'on en apprend plus sur l'image de la Russie. Le 13 février, Léon Blum présente des témoignages d'étrangers ayant séjourné en Russie. S'informer sur ce pays est considéré comme une manière de mieux comprendre les événements qui le secoue; cette revue littéraire est donc largement axée sur un 215 216

CARIANI Giani, Une France russophile, op. cit. Le Figaro, éditorial du 26 décembre 1905, « En Russie ». -96-


point de vue politique, il donne pourtant une certaine image de la Russie et du peuple russe. Les russes sont, aux dires de M. Hugo Ganz, rédacteur à la Nette Freie Presse de Vienne, dans une situation de misère sociale et politique avancée : « la Russie meurt de faim, alors que les journaux parlent d'excédents budgétaires ». L. Blum résume le sentiment général éprouvé par H. Ganz dans ces termes : Passant brusquement de l'Europe, civilisée en pays russe, on le sent arrêté tout d'abord, et comme saisi par le silence mystérieux de cette terre. Il désespère de rien apprendre sur cette Russie où tout le monde, de Varsovie à Vladivostok, parle bas. Il soupçonne comme un régime cellulaire pesant, sur toute une nation, et la Russie n'est-elle pas, en effet, une prison où deux millions de geôliers gardent cent trente millions de détenus?217 Pour l'Humanité en effet, l’impassibilité russe n'existe que par ce que les russes ont été contraints au mutisme, oppressés par leur gouvernement. Jean Jaurès reprend cette idée de « peuple silencieux » le 6 février : Et pendant [que Nicolas II] prolongeait ainsi sur tout un peuple un régime de meurtre silencieux, il essayait de persuader aux nations que le peuple russe était heureux, que, s'il se taisait, c'est parce qu'un gouvernement paternel devançait ses plaintes et savait accorder le progrès et la tradition218. Ce caractère placide que l'on prête aux slaves, et que l'Humanité tente d'interpréter, est dérivé du discours mis en place durant la guerre russo-japonnaise. La France étant alliée à la Russie, la presse a tendance à donner aux japonais un caractère fortement belliqueux ; à l'inverse, les russes sont définis comme fondamentalement non-violents, mais cherchant à se défendre. La Russie est alors le grand empire pacifiste permettant de faire un rempart entre l'Europe civilisée et la menace du « péril jaune.» Par extension, cette image de non-violence diffusée dans la presse a fini par donner aux russes un caractère de neutralité, d’effacement, voire d'austérité silencieuse. Georges Bourdon du Figaro fait référence à ce trait de caractère prêté aux russes, d'ailleurs le même jour que Léon Blum. Au sujet des ouvriers grévistes de l'usine Poutilov de Saint-Pétersbourg, il observe : Mais pour la première fois je crois lire dans leurs regards et sur leurs visages creusés une expression d'énergie et une vivacité volontaire qui ne sont point les caractères ordinaires de la molle résignation slave219. On a du mal à imaginer un tel état de révolte auprès d'un peuple auquel on prête une telle tranquillité. Expliquer que c'est précisément cet état exceptionnel des choses qui les transcende semble cohérent. Il est par ailleurs à noter que pour G. Bourdon comme L. Blum, il s'agit d'articles n'ayant pas été écrits dans le feu de l'action. Il est en effet plus aisé de dresser des considérations générales sur un peuple au calme qu'en pleine émeute, derrière les barricades. Les qualificatifs désignant le peuple sont en réalité peu nombreux lorsqu'il est question de la foule en révolte. Tout au plus, il est possible de trouver des allusions au niveau d'instruction du peuple. Pour L'Illustration, les choses sont en train de changer à ce niveau ; en Russie, le peuple commence à s’intéresser à la politique intérieure et extérieure de leur pays. Une photographie publiée le 2 septembre montre « la lecture des journaux dans le peuple », à Moscou. Le paratexte en-dessous de l'image décrit comment les russes apprennent la nouvelle de la paix : Et l'on put voir, au seuil des maisons, aux carrefours, dans les petits marchés que tiennent, de place en place, les marchands ambulants, les même scènes se reproduire, et les « lettrés » déchiffrant pour leurs camarades ignorants les gazettes, et leur apprenant, d'une vois souvent mal assurée, l'émouvante nouvelle après laquelle soupirait depuis des mois la Russie entière220. 217 218 219 220

L'Humanité, 13 février 1905, « La vie littéraire, choses de Russie », pages 1-2. L'Humanité, éditorial du 6 février 1905, « Régime croulant ». Le Figaro, 13 février 1905, « lettres de Russie, La grève vu par les patrons », pages 1-2. L'Illustration, 2 septembre 1905, « la lecture des journaux dans le peuple », -97-


Au-delà d'un intérêt passif pour l'actualité, semble pointer chez les russes la volonté de participer à la vie de leur pays. L’Illustration propose ainsi le 4 novembre un dessin d'après photographie sur une double page. Le titre : « Comment on prépare une révolution : l'éducation du peuple par les étudiants », va clairement dans le sens d'une amélioration de l'instruction. La rédaction de l'Illustration prend de nettes distances avec son dessinateur, qualifié d' « artiste évidement en sympathie avec les agitateurs ». La portée de cette éducation populaire est clairement relativisée : Des enfants aux yeux ardents et naïfs coudoyaient là des femmes, recueillies comme au temple, et des vieillards au regard désabusé et las, désespérant de voir les temps qu'on leur promettait : auditoire ignorant et croyant, tout imprégné de mysticisme et prêt à accueillir avec enthousiasme les idées séduisantes qu'on lui jetait en pâture221. Le para-texte ne précise toutefois pas s'il est question d'éducation strictement scolaire, ou d'une instruction à caractère politique. Selon l'Humanité, il s'agit sans nul doute de la seconde. Jean Jaurès, qui critiquait le 6 février le fait que « le peuple, illettré [soit] systématiquement tenu dans l'ignorance », affirme le 1er mars qu'une ère nouvelle a sonné pour le peuple russe : L'éducation politique des ouvriers industriels a grandi vite et l'espérance sociale des paysans s'est éveillée. Ni paysans ni ouvriers ne se laisseront duper par des paroles creuses ou par un faux semblant de constitution et de réforme222. Pour le Petit Parisien et le Figaro au contraire, le peuple n'a pas changé. Il est toujours aussi peu conscient du monde qui l'entoure, et donc incapable de donner son opinion politique. Le mouvement, en somme, n'est à mettre à l'actif que de quelques agitateurs, tandis que la majorité du peuple russe ne se soucie pas de ces questions. Dans l'éditorial du Figaro du 26 décembre, Jules Roche affirme : Nous ne voyons pas, nous n'entendons pas les millions et les millions de Russes qui n'ont encore donné aucun signe de vie, par indifférence, par ignorance, parce qu'ils ne se sont point sentis touchés ni menacés dans leurs intérêts223. Dans le même article, Jules Roche va jusqu'à qualifier le peuple russe de « victime » face à « un petit nombre de révolutionnaires » constituant une « infime minorité » du pays. G. Bourdon également, au sujet des grévistes retournés au travail explique : Ils regrettent ce qu'ils ont fait. Surtout ils en veulent à ceux qui les ont trompés, car ils comprennent maintenant qu'ils n'ont été que des instruments entre les mains de perturbateurs224. Ce discours a pour but de défendre l'opinion selon laquelle la république entrerait en inadéquation avec la Russie. Les russes, trop naïfs, trop peu instruits, semblent inaptes à entrer dans la modernité. C'est l'objet principal de l'article de Pierre de Coubertin du 1er novembre, qui affirme que « la république ne saurait vivre dans l'atmosphère si spéciale de ces régions, alors même qu'elle réussirait à y éclore. » Il va jusqu'à faire des russes de braves idiots, tournant un événement historique en simple anecdote. À la mort de Alexandre Ier, en 1825, P. de Coubertin explique que la succession ne fut pas évidente, que l'on hésitât entre le grand-duc Constantin et Nicolas, futur Nicolas Ier. Il affirme que la violente insurrection décabriste de l'époque n'avait rien à voir avec une révolte constitutionnaliste, mais était liée à ces questions de succession au trône : On découvrit que, dans l'esprit de la plupart des mutinés, cette Constitution 221

222 223 224

L'Illustration, 4 novembre 1905, « Comment on prépare une révolution : l'éducation du peuple par les étudiants» L'Humanité, éditorial du 1er mars 1905, « La révolution russe » Le Figaro, éditorial du 26 décembre 1905, « En Russie ». Le Figaro, 13 février 1905, « lettres de Russie, La grève vu par les patrons », pages 1-2. -98-


qu'ils acclamaient n'était autre que la femme de Constantin. Les braves gens s'imaginaient rendre hommage à leur future tsarine; on tenta vainement de leur expliquer ce qui en était, ils n'y comprirent jamais rien225. L'image que le Figaro cherche à donner au peuple russe est donc à l'opposé du portrait d'un peuple agité et violent. Seule une minorité de révolutionnaires est à l'initiative du mouvement de révoltes. Cette minorité n'a que peu de représentants médiatisés. Le seul étant passé à la postérité n'a en définitive participé qu'aux prémices du mouvement, il s'agit du pope Gapone. Le 9 février, le Petit Parisien dresse le portrait d'un homme tout à fait honnête, « de conseil sûr et judicieux et possédant la science profonde des hommes et des choses », et qui « imposait la sympathie et le respect, autant par sa douceur que par la grande bonté qu'on sentait déborder de son âme. » L'importance prise par le pope Gapone est, d'après J. Frollo, révélatrice du poids de la religion en Russie. Le 27 janvier, le Petit Parisien présente l'importance des « Popes » en Russie : À quelques exceptions près, le peuple russe a gardé, en effet, les habitudes et les idées d'autrefois. Lorsqu'il s'arrache au dur labeur de la glèbe, les idées morales qui règlent sa conduite se confondent avec les idées religieuses. Et le pope, qui représente la religion, devient ainsi, pour toutes les circonstances de la vie, un guide naturel et suivi226. Les journaux français ne manquent pas de souligner l'importance que prend la religion orthodoxe pour le peuple de Russie. E. Perrinet souligne d'ailleurs que les soldats en Mandchourie ne manquent pas d'apporter avec eux des « icônes protectrices ». Gapone tire son charisme de sa fonction de pope. Mais son portrait est également l'occasion de disséminer quelques autres attributs au peuple russe. C'est l'occasion de constater que l'image du slave porté sur la boisson ne date pas d'hier : Gapone leur imposa une discipline étroite, et réussit à prendre sur eux un tel empire qu'il en arriva même à leur persuader de ne plus boire d'eau-de-vie! Et de tous les miracles qu'il accomplit, celui-ci est peut-être le plus remarquable227. Ce peuple illettré, naïf, et à la limite de la sottise a au moins la qualité d'être chaleureux. Cette image joviale est liée à leur réputation d'alcoolique. Pour résumer sa rencontre avec un chef militaire russe, Henri Roujon consigne trois idées : « Gros bonjours, poignées de mains violentes, tempêtes de rires228 ». Il s'agit tout de même de trouver des aspects positifs à ces rustres slaves, qui permettraient de susciter un sentiment d'empathie envers l'allié russe. Ainsi, la presse française a tendance à insister sur les difficultés quotidiennes de la vie russe. L'idée est de montrer que si ces hommes sont primitifs, c’est par ce que leur pays l'est tout autant229. On le retrouve fort bien dans le pathétisme habituel des illustrations du Petit Journal : le 17 décembre, le Supplément illustré du Petit Journal propose un dessin en quatrième de couverture, montrant le système des postes en Russie. Le titre est explicite : « Comme il y a cent ans : le service des postes russes assuré par des traîneaux et des cavaliers ». Cette illustration est à mettre en relation avec le fait que le système postier français est, comme celui de la Russie , en pleine grève au dernier trimestre de l'année 1905. L'Illustration n'est toutefois pas en reste, en proposant en couverture du 4 février une gravure montrant un cercueil couvert de neige, sur un traîneau tiré par un cavalier. Il est également proposé une illustration de la « misère juive à Lodz » le 1er juillet, par le biais de reproductions de deux tableaux du peintre polonais Léopold Pilichowski. Ces deux images présentent des personnes affaiblies, voûtées, et sinistres. 225 226 227 228 229

Le Figaro, éditorial du 1er novembre 1905, « Toutes les Russies ». Le Petit Parisien, éditorial du 27 janvier 1905, « Les Popes » Le Petit Parisien, éditorial du 9 février 1905, « Gapone » Le Figaro, éditorial du 25 janvier 1905, « Souvenirs de Pétersbourg » Ce qui permet, au passage, de rappeler aux porteurs français que l'investissement en Russie est une aubaine, car le pays est encore en pleine phase d’industrialisation. -99-


La prise de l'île de Sakhaline par les japonais est l'occasion pour le Figaro de décrire la misère du peuple qui y vit. Georges Claretie, suppose ainsi que la perte de l'île n'est pas une défaite stratégiquement préjudiciable, et en profite d'autre part pour décrire un peuple russe indigent que le lectorat français pourra sans mal prendre en affection : Terre de misère, où parfois en plein été le paysan trouve là glèbe gelée sous le soc de sa charrue. « J'ai dû manger mes chiens pour les empêcher de mourir de faim », disait un indigène. Terre de douleur aussi, car c'est un des endroits du monde où la souffrance humaine est la plus intense. On constate ici un parallèle proposé entre Sakhaline et les colonies française : « On parle avec horreur de nos terres de déportation. Mais à la Guyane il y a le soleil, il y a la lumière, il y a encore la vie. Ici, c'est l'ombre, la nuit et le frisson des heures glacées. » Le Petit Parisien présente des écrivains russes, les 26 janvier, 2 février et 3 avril. L'objectif est ici encore de chercher à toucher la réalité de la vie russe, à travers quelques figures de la littérature du pays. Jean Frollo cherche à faire de Tolstoi, Gorki, Gogol, Tourgueniev, et Dostoïevski des hommes représentatifs de la vie russe. Le 3 avril, il cherche à le justifier en affirmant que ces écrivains « se recrutent dans tous les milieux [de la Russie] ; ils canalisèrent les tendances les plus disparates ils représentent ainsi, dans leur infinie variété, les aspirations de l'énorme contrée qui constitue la moitié de notre Europe. » Le titre de l'éditorial du 3 avril, faisant la biographie de Gogol, Tourgueniev, et Dostoïevski, prétend sonder « l'âme russe » par ce bref panorama. Cet article débute par une série de questionnement, auquel il prétend répondre par le biais de ces portraits : Au fur et à mesure que se déroulent les événements en Russie, la curiosité publique s'attache davantage à ce pays dont nous ignorions hier presque tout. [...]Quels étaient les éléments de son peuple? Que pensaient ces éléments? Quelles étaient leurs aspirations? Comment s'était formée la mentalité russe contemporaine ? Autant de questions auxquelles la plupart des gens eussent répondu malaisément. Or, la Russie a eu et a toujours une puissante littérature qui fut et qui reste l'expression exacte de la vie nationale. Et cette littérature est caractérisée surtout par le développement qu'a pris le roman et par l'extraordinaire ascendant qu'ont exercé les romanciers. C'est chez eux qu'on retrouve le secret de bien des énigmes230. Ainsi, ces écrivains aux destinées houleuses et torturées se retrouvent être les intermédiaires entre la France et le peuple de Russie. Ils sont les symboles de leur pays, leurs étendards, car eux aussi, connaissent une vie de souffrance : « Gogol commença à connaître les tristesses, qui, par une inexplicable fatalité, dominèrent la vie de tous les grands hommes de lettres de sa patrie.231 » Ils possèdent également ceci-étant, des caractéristiques plus spécifiques. Gorki est présenté comme un vagabond, en référence à son ouvrage du même titre. Cette image est conforme à celle dressée d'un peuple russe misérable. J. Frollo l'explique : Si les œuvres de Gorki furent accueillies avec une si grande faveur, c'est que ce vagabond peignit et détailla cette maladie effroyable qui ronge la Russie et qui s'appelle l'ennui. [...] L'ennui vient du désœuvrement et le désœuvrement est grand en Russie, même dans le peuple. Il est dû, d'ailleurs, à des causes inéluctables232. Tolstoï n'a pas pris directement parti dans le cadre des agitations, il est pourtant présenté comme un modèle pour le peuple russe. Le 26 janvier, le Petit Parisien le qualifie d' « apôtre russe », car « c'est vers lui que se dirigent tous les yeux, car c'est l'âme de ce vieillard, âgé de soixante-dix-sept ans, qui anime la jeunesse intellectuelle et libérale. 233 ». J. Frollo dresse le portrait d'un homme simple, d'un lettré s'étant retiré de l'agitation urbaine. Il explique que 230 231 232 233

Le Petit Parisien, éditorial du 3 avril, « L'âme russe » Le Petit Parisien, éditorial du 3 avril, « L'âme russe » Le Petit Parisien, éditorial du 2 février 1905, « Le poète des vagabonds » Le Petit Parisien, éditorial du 26 janvier 1905, « Un apôtre russe » -100-


« cet admirable vieillard [...], issu d'une des familles les plus nobles, se dépouilla de ses privilèges et goûta la meilleure joie à devenir un simple moujik ». La vérité est bien moins pittoresque, puisque le comte Tolstoï est un grand propriétaire foncier, qui vit certes retiré dans ses terres, mais dont il touche l'usufruit. Cette distorsion de la vie de Tolstoï permet d'entrevoir tout l'imaginaire que l'on prête au peuple russe : un peuple essentiellement rural. Toutes les caractéristiques évoquées se retrouvent dans cette image du moujik : les paysans russes sont proches de la nature et de la vie simple : pas besoin d'instruction lorsqu'on se contente de vivre au jour le jour, dans une vie pauvre mais où la boisson permet d'apporter un peu de chaleur dans les froides nuits russes. Les russes apparaissent ainsi peut-être naïfs, mais fondamentalement bons. Le Petit Parisien dessine un Tolstoï à l'image de la Russie. Cette démarche, par trois fois suivie en éditorial, est révélatrice de l'importance que la France donne au patrimoine littéraire russe dans la représentation qu'elle se fait de son alliée.

La Russie: histoire, culture et folklore Afin de donner une image globalement positive de l'allié russe, la presse française cherche constamment à dresser des parallèles entre les deux pays. Henri Roujon, le 25 janvier, va jusqu’à dire que ce sont les similitudes entre les deux pays qui permettent cette loyauté envers l'alliance, car celle-ci s'en trouve plus sincère: Nous savons si mal haïr que nous nous sommes éperdument jetés dans cette débauche de fraternité. Ce fut peut-être excessif et candide, mais consolateur et sain. Des pauvres diables en touloupe qui sont tombés là-bas, en rougissant la neige, plus d'un a crié «Vive la France » au passage de notre drapeau. Il y avait en eux quelque chose de nous-mêmes. Certes, la pitié doit ignorer les patries; mais ce drame, se passant ailleurs, nous causerait moins de douleur et d'effroi. Nous les aimons, et cela dit tout234. La façon dont H. Roujon rappelle l'historique de l'alliance n'est pas anodine, il décrit la tenue d'un événement datant de 35 ans, et en fait le début d'une amitié, bien plus même, d'un amour fraternel. Ceci permet de mettre l'accent sur la longévité de l'alliance. C'est l'objet même de l'ensemble de cet article, qui reprend des souvenirs de voyages, que l'auteur consignât dans un carnet en 1899. En plus de ces références directes à l'alliance, on peut trouver une somme de parallèles dressés entre la France et la Russie, dans le cadre de la description qui est faite de la culture et du patrimoine russe. Dans l' « âme russe », Jean Frollo, nous l'avons vu, revient sur la littérature russe et ses plus illustres représentants contemporains. À cette occasion, il ne manque pas de souligner les cohérences que l'on trouve généralement entre le Gil Blas de Santillane français, et les Âmes mortes de Gogol. La comparaison est courante, les deux œuvres proposent une fresque pittoresque, dans un registre relevant de l'héroï-comique. Notons également que J. Frollo insiste sur l'imprégnation de la culture française dans les travaux de Tourgueniev, qui « vécut en effet assez tard, jusqu'en 1883, pour connaître George Sand et Maupassant, Daudet et Flaubert, Zola et les Goncourt, et pour subir leur influence à tous.235 ». Ce rapprochement vers la France est l'occasion pour J. Frollo de citer Tourgueniev, lorsqu'il donne sa définition de la culture littéraire française : Le Français est inventeur, mais pas créateur. Il est tranchant et étroit comme une épée il pénètre le sens des choses il invente pour créer, il faut être large et rond. et cependant, s'il n'y avait pas de Français, il n'y aurait pas d'Europe236. 234 235 236

Le Figaro, éditorial du 25 janvier 1905, « Souvenirs de Pétersbourg » Le Petit Parisien, éditorial du 3 avril, « L'âme russe » Jean Frollo extrait cette citation d'un ouvrage de Ossip Davidovitch Loubié, Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle, publié en 1905 -101-


Relevons enfin L'Illustration qui, le 21 octobre, propose une photographie d'une troupe d'acteurs de Moscou en représentation des Bas-fonds de Maxime Gorki, cette image illustre un encart annonçant la tenue d'une représentation exceptionnelle de la pièce russe à Paris237. D'autre part, la description de la Russie est parfois l'occasion de descriptions pittoresques, dont l'exotisme est si prononcé qu'il empêche toute mise en lien avec la culture française. En 1904 et jusqu'au mois de janvier 1905, Edmond Perrinet publie régulièrement dans le Figaro une rubrique aux forts accents folkloriques. Celle-ci est intitulée « Choses vues en Mandchourie », car E. Perrinet est à la base correspondant pour suivre le conflit russojaponnais. Cette chronique a pour but de proposer une certaine vision du conflit lors de ces périodes creuses : en distillant quelques informations sur la vie quotidienne, E. Perrinet donne à voir une ambiance à son lecteur, une forme de « réalisme de guerre », qui même en étant de l'ordre de l’anecdotique, permet de rendre l'image de la Russie plus familière au lectorat français. Citons pour exemple les sous-titres des chroniques du mois de janvier 1905 : le 2 janvier, il est question du « Coffre du soldat russe », le 9 janvier du « Charme du bonnet à poil », et le 11 janvier des « Pompiers ». Par le biais de ces trois articles, le lecteur du Figaro peut avoir l'impression de mieux connaître la Russie. E. Perrinet insiste largement sur le climat glacial, il fait si froid en Mandchourie que « les cours d'eau sont gelés pendant cinq mois de l'année » et que les femmes pourtant élégantes doivent s’accoutrer de « volumineux bonnets à poils » qui en plus d'être laids, s'apparentent à des couvre-chefs militaires. Ces petits détails ont l'ambition de donner une certaine image de la Russie, on apprend que « dans ces régions, personne n'est pressé », que « tout le monde est en traîneaux », et que les rues « cabossées [sont] ornées de trous gigantesques ». Le 17 janvier, E. Perrinet propose une chronique qui ne vise qu'à saluer la praticité du système russe, « pour envoyer de l'argent » par la poste, et affirme que le système russe est, pour ce cas précis, supérieur à celui de la France. Dans l'ensemble, la presse française cherche à mettre en avant le patrimoine russe, son prestige et sa magnificence. Dans ses « Souvenirs de Pétersbourg », H. Roujon décrit le faste des réceptions officielles russes, qu'il qualifie de « magnificence barbare ». Il insiste sur la salle de réception « immense, somptueuse, au décor tapageur [et aux] parois dorées », et décrit la procession comme un « flot splendide d'uniformes, de pierreries, de cuirasses, d'aigrettes et de bannières.238» Dans cette mise en avant des fastes de la Russie, le Kremlin a un statut privilégié. Il est particulièrement représenté durant le mois de février, suite à l'assassinat du grand-duc Serge qui a eu lieu dans l'enceinte du Kremlin. L'Illustration propose le 25 février une peinture sur une double-page, du « Kremlin de Moscou vu de la rive droite de la Moskva 239 », ainsi qu'un plan de son enceinte. Le Petit Parisien consacre un éditorial entier à la description du Kremlin, en justifiant ainsi cette longue focale : Moscou est le cœur de l'empire, et le Kremlin reste le cœur de Moscou. Aucun pays au monde ne possède, un édifice comparable à celui-là en majesté, en étrangeté et en complication240. L'article décrit tour à tour les trois palais : le Belvédère, le palais à Facette et le Nouveau palais, les trois cathédrales : l'Assomption, l'Archange et l'Annonciation, en insistant toujours sur la diversité des architectures de ces différents bâtiments. Pour qualifier le Kremlin, on parle d' « impression inoubliable d'écrasement et de stupeur », de « charme mystique », de « lieu illustre », d'« étendue prodigieuse », de « splendeur », mais aussi de « bizarrerie ». Ici encore, on retrouve des analogies avec la géographie, comparant son enceinte médiévale au rôle de l'île de la Cité à Paris. Notons également un second rapprochement, qui a pour but d'insister sur la l'importance patrimoniale du Kremlin : 237 238 239 240

L'Illustration, 21 octobre 1905, page 16. Le Figaro, éditorial du 25 janvier 1905, « Souvenirs de Pétersbourg » L'Illustration, 25 février 1905, « Kremlin vu de la rive droite de la Moskva » pages 6-7, et plan page 8. Le Petit Parisien, éditorial du 18 février 1905, « Le Kremlin » -102-


La France a son château de Blois, ses châteaux de Pierrefonds et de Coucy, Notre-Dame et la cathédrale de Rouen, le musée de Cluny et celui de SaintGermain, et celui des Invalides. Imaginez toutes ces beautés groupées en un même endroit, serrées dans une même enceinte et vous aurez un faible aperçu du Kremlin. Le Kremlin n'est pas l'unique sujet pour lequel les journalistes trouvent le moyen de créer un parallèle entre l'espace russe et l'espace français. À mesure que les troubles se propagent, d'un bout à l'autre de la Russie, la presse se doit de rendre compte de l'ampleur géographique comme de la diversité ethnique du pays. Le 3 juillet, lors des troubles en Russie du Sud, le Petit Parisien dresse un panorama de la région, en prenant comme fil rouge ces comparaisons franco-russes. L'article dresse en premier lieu un constat : L'empire de Russie, pour la masse du public européen, c'est encore surtout Pétersbourg, Moscou, Cronstadt, Novgorod [...]. On ne se rend pas toujours suffisamment compte de l'immensité de cet État, qui s'épand sous les climats les plus variés et qui réunit la température du cap Nord à celle de Nice ou de la Corse241. En proposant un rapide tour d'horizon de la région, J. Frollo compare systématiquement les villes russes à d'autres villes Européennes, afin de faciliter la lisibilité de ses descriptions. La comparaison aux villes françaises est toutefois privilégié aux allemandes ou italiennes, dès lors que cela semble possible. Ainsi, aux dires de J. Frollo, Nicolaiev est « appelée parfois le Toulon de la Russie, la comparaison n'est point flatteuse pour notre grand port méditerranéen », et « Odessa, Nicolaiev ou Ekaterinoslav sont des cités comparables à Lyon, Gênes, Essen ou Saint-Étienne. » Les comparaisons fleurissent donc, dans cet article, sans qu'elles ne soient toutefois suffisamment développées pour que l'on comprenne bien les points communs trouvés par Frollo d'une ville à l'autre. Cette démarche va dans le sens des propos de Jules Roche et Pierre de Coubertin, déjà évoqués, qui insistent dans les colonnes du Figaro sur l'impossibilité pour un français de concevoir toutes les nuances régionales existantes en Russie : En Russie? Non; c'est en Russies, très au pluriel, qu'il faudrait dire, même sans parler de la Russie d'Asie, en restant dans ce qu'on appelle la Russie d'Europe et qui comprend tant d'éléments si divers, dans un territoire si vaste, d'une configuration, d'une structure géographiques au contraire si peu variées de la mer Blanche à la mer Noire et au Caucase. De là un premier fait d'une importance considérable une impossibilité particulière de conclure du particulier au général242. De cette multiplicité résulte d'après eux la difficulté de concevoir un progrès rapide de la Russie. Jules Roche précise qu'il existe déjà des oppositions fortes parmi les régions française, mais que celles-ci apparaissent pourtant minimes en comparaison avec celles agitant le territoire russe. La rédaction de l'Illustration prouve qu'elle partage cet avis, lorsque le 26 août, elle présente en double page dix-huit « types d’électeurs » russes différents. Ce panorama de la multiplicité ethnique de la Russie mérite qu'on s'y attarde 243. Les légendes de chaque image accole le nom d'une ethnie à celui d'une région, dans une volonté de montrer la multitude et les confusions des genres en Russie. Cette impression de profusion est toutefois à nuancer. Notons par exemple la distinction entre la figure 15 et la figure 16 : « Arménien du Caucase » et « Arménien d'Erivan ». Or, la ville d'Erivan se trouve dans la région du Caucase. Le même rapprochement est possible entre la figure 4 et la figure 13 : la Carélie et le Tavastland sont deux régions de Finlande géographiquement proches. Enfin, il est à signaler que mit à part la figure 3, « Bouriate de Transbaïkalie » et 11, « Samoyèdes de la Nouvelle241 242 243

Le Petit Parisien, éditorial du 3 juillet 1905, « La Russie du Sud » Le Figaro, éditorial du 26 décembre, « En Russie ». À l'aide de l'annexe n°4, proposant un schéma récapitulatif de la double page de l'illustration, ainsi que quelques-unes des photographies en exemple. -103-


Zemble », les photographies présentent les ethnies de la partie européenne de l'empire russe. Le para-texte insiste sur les difficultés constitutionnelles que suppose une telle diversité ethnique et explique que « les types que nous avons choisis comme représentatifs des électeurs russes de demain peuvent aussi, demain, être élus du peuple ». Il est par ailleurs affirmé que la diversité ethnique de la Russie est plus importante encore : Nous avons cherché à donner, par l'image, une idée frappante de ce mélange hétéroclite de races, de familles, de tribus, de peuplades, dont est constitué le peuple russe. Nous n'avons pas la prétention d'avoir présenté en son ensemble cette étonnante agglomération. […] Les populations de la région de Caucase sont issues de plus de quinze souches diverses, et la Sibérie, en dehors des immigrants ou des exilés russes, est occupée par une dizaine de races, pas même parentes lointaines […] Au-delà de cette description imagée, les journaux écrits accumulent les descriptions détaillées d'une région spécifique et des ethnies qui la composent, afin de rendre compte de la pluralité des régions de Russie. Lors de la prise d'indépendance de la Finlande, le Petit Parisien du 8 novembre propose de décrire le tempérament de cette nouvelle nation, sous le titre du « Pays des légendes » : On peut dire que, aux heures troubles ou obscures, ce sont ces légendes qui ont entretenu le sentiment national. Les hommes d'aujourd'hui ont témoigné pieusement leur reconnaissance envers elles, comprenant bien l'importance qu'elles ont eue à travers des siècles d'histoire mouvementée. Une chaire leur est consacrée à l'université d'Helsingfors, et des sociétés privées ont répandu à profusion, dans les écoles, les livres qui leur sont consacrés244. Jean Frollo considère les contes finlandais comme une vision métaphorique des grands principes finlandais. Il raconte tour à tour la légende de Vaïnamoinen et du colosse Mattu, puis explique que ces deux mythes font l'éloge de la volonté et de la persévérance, deux traits de caractère essentiels, selon lui, pour comprendre les finlandais. Georges Claretie à sa manière, donne un aspect mystique à l'île de Sakhaline :« Elles semblaient impénétrables, ces forêts mystérieuses comme de légendaires bois sacrés », explique-t-il avant de revenir sur la sacralité qui est faite là-bas de l'ours. Il est volontairement donné un aspect lugubre à l'île que les russes viennent de perdre à la guerre. Il en ressort toutefois une ambiance fantasmatique : L’île a gardé un aspect tragique. C'est un immense roc perdu dans la brume ses abords sont dangereux, et à marée basse on découvre de nombreuses carcasses de navires et de jonques perdus là, les jours de brouillard245. Sakhaline était un bagne et pourtant, G. Claretie imagine avec émotion la tristesse que les russes doivent connaître en sachant cette perte. Dans une volonté de susciter de l'empathie pour la Russie à son lectorat, il compare cette actualité militaire à ses propres souvenirs d'écoliers : Je me souviendrai toujours de l'impression douloureuse que me causaient les cartes géographiques de mon enfance avec leur large tache noire figurant sur la carte de France le lambeau de terre arraché à la patrie, nos provinces perdues, la blessure noire bordant d'un trait de deuil la frontière déchirée. […] Il y aura aussi sur les cartes qu'étudieront les petits Russes des taches de deuil. Si toutes les nations expansionnistes connaissent un jour la défaite et la perte de territoire, la presse française cherche avant tout à mettre l'accent sur les moments de gloire dans l'histoire de la Russie. Cette perspective historique que prennent certains des articles de la presse de 1905 insiste sur l'héritage de la Russie, qui a connu bien des troubles avant 1905, mais s'en est toujours relevée. L'article du Petit Parisien du 18 février évoque les conspirations de palais qui se soldèrent en échec, celui du Figaro du 26 décembre remonte aux « temps troubles », 244 245

Le Petit Parisien, éditorial du 8 novembre, « le pays des légendes ». Le Figaro, éditorial du 22 juillet 1905, « L'île de l'Ours » -104-


entre 1605 et 1613, et ironise en expliquant que « les correspondants de journaux, s'ils avaient existé, auraient annoncé trois fois par jour l'écroulement de l'empire. » L'éditorial du Figaro du 4 janvier 1906 est tout entier axé sur ce thème. Il retrace les grands moments de la dynastie Romanov, pour mieux exalter sa politique, et rappeler au passage qu'il faut tout de même remonter à la date 1613 pour voir le premier Romanov au pouvoir, à savoir Pierre le grand, « on devrait dire le gigantesque », précise Jules Roche. L'éditorial du Petit Parisien du 6 mars revient en détail sur la politique civilisatrice d’Alexandre II. Traiter de l'histoire russe, c'est pour la presse française, exalter un passé glorieux, et insister sur le poids des traditions. Par deux fois, le Petit Parisien rappelle que la Russie est le peuple qui a su arrêter Napoléon Ier dans sa course impérialiste 246. Cette insistance n'est pas seulement une façon de proposer aux lecteurs français un rappel de l'histoire de leur allié, c'est une façon de sous-entendre que l'histoire russe est un colosse qui ne peut ni ne doit flancher à la première révolte. La Russie, en tant qu'alliée, doit être un état stable et fort. La presse Républicaine craint le renversement de la monarchie russe, qui nuirait à sa propre prestance diplomatique. C'est bien sur ces motifs qu'elle cherche à mettre en avant les traditions russes. Le 26 décembre, Jules Roche affirme que les révoltes ne touchent pas aux « charpentes historiques de l'empire » : Presque toute la Russie qu'on pourrait appeler fondamentale, historique, est restée jusqu'à ce jour immobile, silencieuse. Ces antiques populations [...] n'ont pas prononcé un mot ni dessiné un geste247. Cette précision est de taille, elle laisse entendre que continuer dans le sens des révoltés et des réformistes, c'est, pour la Russie, aller à l'encontre de toute son histoire. Jules Roche le résume en une question rhétorique, très fortement conservatrice : Pourquoi tout à coup, l'âme traditionnelle de ces populations changerait-elle, reniant son passé, sa gloire, son destin ? La presse traditionnelle française aime à s'émouvoir de la naïveté de son allié, ce peuple enfant, celui que H. Roujon qualifie de « noble peuple, qui tient du vieillard et du nouveauné ». Mais le caractère ingénu des russes ne saurait s’acclimater à la modernité. Le Figaro affirme que les russes réclamant le changement n'ont pas compris les enjeux de la modernité. Que l'histoire et la culture russe est incompatible avec les principes de la République. Elle le prouve au quotidien, en étant fait que d'antagonismes forts : Je revois, comme en un cauchemar, l'énorme cité de misère et de luxe, ce colossal royaume du silence où, aux heures de concorde, j'errais en badaud effaré et perdu. Là tout est incroyable et démesuré, le luxe et le haillon, la famine et la fête. Nos colères d'Occident gardent la mesure latine, et ce je ne sais quoi de réparable qui permet aux peuples d'orateurs de se réconcilier tôt ou tard en des discours. Là-bas on se tait et on s'égorge. Puisque la Justice aime les holocaustes elle trouvera là un bûcher à la hauteur de son caprice cruel. Nous les jugions paisibles et soumis. La révolte grondait sourdement sous le servage, comme leur Néva coule en silence à l'abri de sa cuirasse de neige et cache sous la glace un abîme sans fond248. Finalement, Henri Roujon dès le 25 janvier, résume les positions du Figaro au sujet de la Russie pour toute l'année 1905. En recopiant ses notes de voyages dans les colonnes du journal, il finit par conclure : Nos carnets de voyageurs ne sauraient contenir que des banalités ou des sottises. Nous campons quelques semaines dans une ville étrangère, nous en apercevons à la hâte le décor et le costume, et nous croyons avoir vu quelque chose. […] Qu'il est donc sage de se résigner à ne rien comprendre de ceux que Montaigne appelait « les peuples estranges.» 246 247 248

Le 18 février dans l'éditorial « Le Kremlin », et le 3 avril dans l'éditorial « l'âme russe ». Le Figaro, éditorial du 26 décembre, « En Russie ». Le Figaro, éditorial du 25 janvier 1905, « Souvenirs de Pétersbourg ». -105-


Conclusion La révolution de 1905 a secoué l'opinion français, comme en témoigne cette étude de presse. Dans un premier temps stupéfait d'apprendre les événements du 22 janvier, plus connu désormais sous le nom de « dimanche rouge », le discours tenu par la presse est celui de l'incompréhension. Cependant, le mouvement dure et les revendications se font révélatrices d'un désordre profond. Progressivement, la presse doit s'adapter à cet état de fait, en cherchant à pointer les grandes cohérences du mouvement et leurs perspectives, discours qui d'ailleurs s'avère souvent incorrect. À travers l'étude du Petit Parisien, de l’Illustration, du Figaro et de l'Humanité, on observe deux tendances. Les trois premiers ont du mal à se détacher de l'image d’Épinal que la presse a créée autour de la Russie, au fil de plusieurs décennies de rapprochement diplomatique. Elle s'obstine à soutenir l'image d'un tsar juste et bon envers son peuple, et d'un peuple illettré, inconscient des conséquences de ses actes de révoltes. L'Humanité est plus clairvoyante lorsqu'il s'agit des enjeux de la révolte. L'image retranscrite des révolutionnaires n'en est pas moins idéalisée, elle correspond, d'après René Girault, davantage à ce que les français socialistes veulent voir qu'à ce qu'il se passe réellement en Russie. Il est d'autre part à noter qu'à la fin de la période, la presse socialiste manque de lucidité, elle appelle toujours à la révolution lorsque les autres journaux ont bien compris que le mouvement touchait à sa fin. Finalement, ces deux aspects se rejoignent dans leur processus de mystification : de la Russie pour les uns, de la révolution pour l'autre. L'on peut se demander si la distorsion de l'actualité est due à une volonté de pervertir de la part d'une presse partiale, ou si elle est le fruit d'une incompréhension générale et d'une méconnaissance des enjeux réels du mouvement. Pour approfondir la question, il faudrait toucher à l'aspect économique et technique des mécanismes de presse, ce qui permettrait de pointer les logiques liée à l'attrait d'une clientèle et à la ligne éditoriale. Ceci demanderait toutefois un travail de recherche qui n'est pas toujours possible dans le cadre des études de presse, la plupart des groupes n'autorisant pas l'accès à leurs archives personnelles. Il serait également intéressant de sortit du strict cadre français, pour s’interroger sur la circulation internationale de l'information, en comparant la presse française à la presse russe et européenne - anglaise notamment - dont le point de vue doit sensiblement faire varier le discours. Ceci étant, l'étude de quatre journaux, bien que choisis pour le panorama qu'ils proposent, ne constitue pas la somme des opinions qui ont étés soulevés en France lors de ces événements. Citons notamment les journaux régionaux, qui insistent parfois sur certaines actualités plus que d'autres : Le réveil du Finistère met plus en avant les crises agraires que les journaux parisiens, car ces problèmes touchent plus directement son lectorat rural. Il est également à noter les réactions d'organisations antisémites, telle que l'Action française, assurant au lendemain de l'annonce de la constitution qu'on assistait à un coup d'état juif, dont Witte était l'agent. Cette étude aura démontré que la presse nationale du début du siècle s'articule en grande partie sur les rapports internationaux. L'année 1905, en vue des événements ayant lieu en Russie, est une période de crise pour la presse française, sa stricte étude ne permet pas réellement de mettre en lumière des grandes logiques éditoriales, mais elles pointent tout de même des réactions qui en sont des stigmates.

-106-


Bibliographie Presse et opinion en France. ALBERT Pierre, Histoire de la presse politique nationale a début de la IIIe République, 18711889, Lille, [impr. atelier de reproduction des thèses], thèse soutenue à l'université de Paris IV Sorbonne, 1980, 2 vol, 1599p. AMAURY Francine, RENOUVIN Pierre (préf.), Histoire du plus grand quotidien de la IIIe République: Le Petit Parisien 1876-1944, Paris, Presse universitaire de France, 1972, [thèse soutenue à l'université de Paris Panthéon-Sorbonne] 2 vol, 1352p. BACOT Jean-Pierre, « Le rôle de la presse illustrée dans la constitution du nationalisme au XIXe siècle et au début du XXe siècle », Réseaux, 2001/3, Vol. 107, p.265-293. BACOT Jean-Pierre, La presse illustrée au XIXe siècle: une histoire oubliée, PULIM, 2005, 235p. BAUTIER Roger, CAZENAVE Élisabeth, Les origines d'une conception moderne de la communication : gouverner l'opinion au XIXe siècle, Presse Universitaires de Grenoble, 2000, 143p. BELLANGER Claude, GODECHOT Jacques, GUIRAL Pierre, TERROU Fernand (dir.), Histoire générale de la presse française, tome III : De 1871 à 1940, Presse Universitaires de France, 1972 BLANDIN Claire, CAUCHY Pierre (éd.), SLAMA Alain-Gérard (préf.), Le Figaro : deux siècles d'histoire, Paris, A. Colin, 2007, 308p. BLANDIN Claire, Le Figaro: histoire d'un journal, Paris, éd. Nouveau monde, 2010, 409p. CARRÉ Patrice, «From the telegraph to the telex: a history of technology, early networks and issues in France in the 19th and 20th centuries», Flux n°11, 1993. pp. 17-31. CHARLE Christophe, Le siècle de la presse, 1830-1939, Paris, éd. du Seuil, 2004. 399p. CHASSAN Joseph Pierre (éd.), Lois sur la presse depuis le 24 février 1848, avec des notes et observations, Paris, Videcoq fils ainé, 1851, 171p. DE LA MOTTE Dean, PRZYBLYSKI Jeannene M, Making the news: modernity & the mass press in nineteenth-century France, University of Massachusetts Press, 1999, 386 p. DEFRASNE Jean, Le pacifisme en France, Paris, PUF, 1994, 261 p. DELPORTE Christian, Les journalistes en France 1880-1959 : naissance et construction d'une profession, Paris, Seuil, 1999 DELPORTE Christian, PENNETIER Claude, SIRINELLI Jean-François et al. (dir.), "L'Humanité" de Jaurès à nos jours, Paris, éd. Nouveau monde, 2004, 419p. DESVAUX Urbain, « Les Lecteurs du journal à un sou à MM. les députés des départements: Réclamation des travailleurs. », Paris, impr. de Chaix, 1868, 24 p. LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-107-


EVENO Patrick, L'argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Paris, éd. du CTHS, 2003, 236p. Pierre FREDERIX, Un siècle de chasses aux nouvelles, Flammarion, 1959 GERVAIS Thierry, L’Illustration photographique: Naissance du l’information, 1843-1914, [thèse de l'EHESS, soutenue en octobre 2007. ]

spectacle

de

KUNZLE Daniel, « l'Illustration journal universel, 1843-1853: Le premier journal illustré en France, affirmation d'un pouvoir de la bourgeoisie », Nouvelles de l'Estampe, 1979/1, Vol. 43, p.8-19 JOLY Bertrand, Nationalistes et conservateurs en France, 1885-1902, Paris, éd. des Indes savantes, 2008, 390 p. LE BON Gustave, Psychologie des foules, Paris, F. Alcan, 3e éd. rev. 1898, 200p. LECLERCQ Pierre-Robert, Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son "Petit journal ", Paris, A. Carrière, 2011, 255p. MANEVY Raymond, La presse de la IIIe République, Paris, éd J. Foret, 1955, 252p. MAZE-SENCIER Georges, Le rôle social et moral de la presse, Paris, P. Lethielleux, 1911, 171p. NÉRÉ Jacques, Le boulangisme et la presse, Paris, éd. A. Colin, 1964, 237p. PAVÉ François, VIVIER Nadine (dir.), Le péril jaune à la fin du XIXe siècle: fantasme ou inquiétude légitime, Thèse de doctorat en Histoire contemporaine, université du Maine, 2011, 296p. (Version pdf sur <http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00654273/fr/>) RAFFLOVITCH Arthur, L’abominable vénalité de la presse française: documents des archives russes 1897-1917, Paris, Librairie du travail, 1931, 450p. RIOUX Jean-Pierre, Nationalisme et conservatisme: la Ligue de la patrie française, 18991904, Paris, éd. Beauchesne, 1977, 117 p. SOLEILHAC Paul, DRUMONT Édouard, Le Grand levier, ou de la Presse et de son influence politique et sociale à notre époque, Paris, H. Gautier, 1906, 112 p.

Historiographie de la révolution de 1905 ALZONA Encarnación, Some French contemporary opinions of the Russian revolution of 1905, New York, 1921, 119 p. AMACHER, Korine « Les historiens russes et la révolution de 1905 », Cahiers du monde russe, 2007/2-3 Vol 48, p. 499-518. BERELOWITCH Wladimir, « La révolution de 1905 dans l’opinion républicaine française », Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p 379-392. LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-108-


BOUCHARD Anne-Marie, DESGAGNÉS Alexis, « La révolution russe dans la presse illustrée européenne », Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 477-484. BORDJUGOV Gennadij (ed.), et coll., « La réécriture de l'histoire russe et les débats méthodologiques dans la Russie d'aujourd'hui », Cahiers du monde russe et soviétique, 1998/4, Vol 39, p. 539-558. CANDAR Gilles, « Les socialistes français et la Révolution russe de 1905 », Bulletin de la Société des études jaurésiennes, 1994/1 Vol 131, p. 3-10. COQUIN François-Xavier, 1905 : La Révolution russe manquée, Bruxelles, éd. Complexe, coll. « La mémoire du siècle »,1985, 216p. COQUIN François-Xavier, GERVAIS-FRANCELLE Céline, 1905, la première révolution russe, Paris, Publication de la Sorbonne, Institut d'Études slaves, 1986, 568p COQUIN François-Xavier, « Des décembristes aux marxistes : la notion de « masque » dans le mouvement révolutionnaire russe », Revue des études slaves, 2001/1, Vol 73, p. 121-132. DE LAUBIER Patrick, 1905, mythe et réalité de la grève générale : le mythe français et la réalité russe, [Paris], éd. Universitaires, 2e éd: 1989, 272 p. DEWHIRST Martin, « L'historiographie soviétique récente et l'histoire de la révolution », Cahiers du monde russe et soviétique, 1964/4, Vol. 5, p. 549-566. FREEZE Gregory L., From supplication to revolution : a documentary social history of imperial Russia, New York; Oxford, Oxford university press, 1988, 331 p. GIRAULT René, « La révolution russe de 1905 d'après quelques témoignages français », La Revue historique, 1963/1 Vol 230, p. 97-120 GIRAULT René, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, éd. du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1999. 618p. HOUGH Richard, « Le cuirassé Potemkine », Aux Carrefours de l'Histoire, 1962, Vol 53, p. 80-99. KOCHAN Lionel, Russia in Revolution 1890-1918, London, Weidenfeld & Nicolson, [1966], 352p. LUXEMBOURG Rosa, Réforme sociale ou révolution ? Grève de masse, parti & syndicats, éd. La découverte, 2011 MEHLINGER Howard D., THOMPSON John M., Count Witte and the Tsarist government in the 1905 Révolution, Bloomington ; London, Indiana University Press, 1972, 434p. MESPOULET Martine, Statistique et révolution en Russie: un compromis impossible, 18801930, Presses Universitaires de Rennes, 2001, 338 p. NAARDEN Bruno, Socialist Europe and revolutionary Russia : perception and prejudice LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-109-


1848-1923, Cambridge University Press, 1992, 595p. NAROTCHNITSKI Alexei, La Révolution française et la Russie, Moscou, éd. du Progrès, 1989, 538p. OFFORD Derek, The Russian revolutionary movement in the 1880's, London ; New York ; Melbourne, Cambridge university press, 1986, 213 p. RICE Christopher, Russian workers and the socialist-revolutionary party through the Revolution of 1905-07, London, Macmillan press, 1988, 272 p ROGGER Hans, Russia in the age of modernisation and Révolution, 1881-1917, London ; New York, éd. Longman, 1990, 323 p. SCHERRER Jutta, « Une révolution sans révolutionnaires: 1905 dans des manuels russes récents » , Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 539-556. SHANIN Teodor, Russia, 1905-07 : Revolution as a moment of truth, London, Macmillan press, 1986, 379p. ŠLĂPENTOH Dmitry, The French Revolution and the Russian anti-democratic tradition: a case of false consciousness, New Brunswick (N.J.), Transaction publishers, 1997, 324 p. ŠLĂPENTOH Dmitry, The French Revolution in Russian intellectual life, 1865-1905, Westport (Conn.) ; London, éd. Praeger, 1996, 202 p. TCHOUDINOV Alexandre V., « La Révolution française », Cahiers du monde russe, 2002/2 Vol 43, (Consulté le 19 novembre <http://monderusse.revues.org/75>) TCHOUDINOV Alexandre V., « Le culte russe de la Révolution française », Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 485-498. VENTURI Franco, Roots of Révolution: a history of the populist and socialist movements in nineteenth century Russia, London, éd. Weidenfeld and Nicolson, 1960, 850p. [trad. en. Francis Haskell ] VENTURI Franco, Les intellectuels, le peuple et la révolution : histoire du populisme russe au XIXe siècle, [Paris], Gallimard, 1972, 2vol, 667 p trad. fr. Viviana Pâques. VERNER Andrew M., The crisis of russian autocracy: Nicholas II and the 1905 Révolution, Princeton University Press, 1990. 372p. ULAM Adam B, Russia's failed revolutions : from the Decembrists to the Dissidents, New York, Basic Books, 1981, 453p.

La Russie et l'Occident. AVRICH Paul, les Anarchistes russes, Maspero, 1979 CADIOT Juliette, « Le recensement de 1897: les limites du contrôle impérial et les représentations des nationalités », Cahiers du monde russe, 2004/3-4, Vol 45, (Consulté le 16 décembre 2011 <http://monderusse.revues.org/2658>) LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-110-


CARIANI Giani, AYCOBERRY Pierre (dir.), Une France russophile, découverte, réception, impact : la diffusion de la culture russe en France de 1881 à 1914, [thèse soutenue à Strasbourg, Université Marc Bloch ], Lille : ANRT, 1998, 406 p. COPPÉE François (préf.), Le Tsar et la tsarine en France : hommage au tsar, Paris, Librairies-Imprimeries Réunis, [1896], 220 p. GIRAULT René, Histoire des relations internationales contemporaines. T.I, Diplomatie européenne : nations et impérialisme, 1871-1914, Paris, éd. Payot-Rivage, 2004, 450p. GRAND-CARTERET John, Le musée pittoresque du voyage du Tsar : caricatures, chansons, images, bibelots, jouets, prospectus, affiches, enseignes, Paris, Librairie Charpentier et Fasquelle, [1897], 244p. GUICHARD Benjamin, « Des censeurs aux inspecteurs de la presse: crise et métamorphoses des organes de censure après 1905 », Cahiers du monde russe, 2007/2 Vol 48, p. 331-346. HUGON Jérôme, HAEHL Madeleine (dir), Une entente cordiale entre les républicains et le tsar: L'alliance franco-russe, Mémoire de DEA en Histoire du droit, des institutions et des faits sociaux, université Lyon III Jean Moulin, 1997, 129p. KAYSER Jacques, De Kronstadt à Kroutchev : Voyages franco-russes 1891-1960, Armand Colin, éd. Kiosque, 1963 LATRECHE Karim, LADOUS Régis (dir.), La guerre russo-japonaise vue par la presse lyonnaise et française, Master de Recherche en Histoire, Université Lyon III Jean Moulin, 2007 LONG James, “ The Russian manipulation of the French press, 1904-1906”, Slavic Review, 1972, vol. 31, p. 343-354 MOUROUSY Paul, Alexandre III et la France, Paris, éd. France-Empire, 1990, 270p. POLVINEN Tuomo, Imperial borderland: Bobrikov and the attempted Russification of Finland, 1898-1904, Londres, Duke University Press, 1995 RENOUVIN Pierre, « Les relations franco-russes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle», Cahiers du monde russe et soviétique, 1959/1 Vol 1, p. 128-147.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-111-


Annexe 1 : Chronologie comparée : Presse et Historiographie Ce tableau permet de comparer la chronologie historiographique à la couverture mensuelle fait par la presse française. La chronologie est reprise de l’ouvrage de Jean-François Coquin, 1905 la révolution russe manquée, Éditions Complexe, 1985. Les diagrammes présentent le Petit Parisien en bleu, l'Humanité en rouge, et le Figaro en jaune. Chronologie de François-Xavier Coquin Janvier

- « Dimanche rouge » et « Dimanche rouge » de Varsovie. - Création de la « commission Sidlovskij » : enquête sur la condition ouvrière

Février

- Renvoi de Svjatopolk-Mirkij. Nomination de Bulygin. - Assassinat du grand-duc Serge. - « Rescrit à Bulygin » et ukaze. - Début des émeutes agraires. - Fin de la bataille de Moukden et retraite de l'armée russe.

Mars

- Formation des premières unions professionnelles.

Avril

- Congrès séparés des deux ailes du parti socialdémocrate (POSDR): congrès bolchévique à Londres, Conférence menchevique à Genève. - Premier congrès des zemstvos, à Moscou.

Mai

- Fondation de l'Union des unions. - Début de la grève d'Ivanovo-Voznesensk. - Création du soviet. - Destruction de la flotte russe à Tsoushima. - 2e Congrès des zemstvos: « manifeste de la nation » et adresse au tsar.

Juin

- Grèves et barricades à Lodz et extension des troubles en diverses villes du royaume de Pologne. - Début de la mutinerie du cuirassé Potemkine.

Juillet

- Mutinerie du cuirassé Potemkine. Émeute à Odessa. - Les troubles agraires connaissent un premier maximum. - 3e Congrès des zemstvos et doumas urbaines. Traité de Bjorko.

Août

- Congrès fondateur de l'union paysanne panrusse. - Manifeste impérial annonçant la création de la « Douma Bulygin ».

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

Couverture mensuelle pour chaque quotidien.

-112-


Chronologie

Couverture

Septembre - Traité de Portsmouth. - Réouverture des universités qui recouvrent leur autonomie. - Début de la grève des typographes de Moscou. Octobre

- Début de la grève des chemins de fer, prélude de la grèves générale. - Congrès constitutif du parti constitutionneldémocrate (ou « cadet »). - Réunion du Soviet des députés ouvriers de Saint-Pétersbourg. - Manifeste d'octobre. - Witte est nommé président du conseil des ministres.

Novembre - Mutinerie de Cronstadt. - Le soviet de Saint-Pétersbourg appuie la grève pour la journée de travail de 8 heures, et appelle à la grève en faveur des mutins de Cronstadt et pour la suspension de l'état de siège en Pologne. - Abolition des « annuités de rachat » instituées par l'Acte d'émancipation de 1861. - 2e Congrès paysan à Moscou. - Fondation de l'Union du 17 octobre, bientôt transformée en parti « octobriste ». - Émeute de la Flotte de la mer Noire. Insurrection de Sébastopol. Décembre

- Formation du Soviet des députés ouvriers de Moscou. - « Manifeste financier » du Soviet de SaintPétersbourg. - Insurrection armée à Moscou. - Loi éléctorale. - Conférence social-démocrate de Tammersfors.

Janvier

- Congrès national des maréchaux de la noblesse. - Congrès des socialistes-révolutionnaires.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-113-


Annexe 2 : Liste des éditoriaux de 1905. Le Petit Parisien

L'Humanité

Janv.

27 Un apôtre russe 28 Les popes

23 24 25 26 29

La mort du tsarisme Aux civilisés Révolution russe L'agonie du tsarisme France, Russie, Tsarisme

Fév.

2

Le poète des vagabonds 9 Gapone 18 Le Kremlin 20 La famille impériale

3 6 18 19 28

La fin d'une alliance Régime croulant La révolution en Russie La révolution russe et la France Quel est le bon ?

Mars

6 9

Un anniversaire Niki

1 La révolution russe 4 Responsabilités 10 Civilisation

Avril

3

L'âme russe

Mai

Le Figaro 25 Souvenir de Pétersbourg

5

L'impératrice Maria Feodorovna

Juin Juil.

3

La Russie du Sud

Août

Sept.

12 Au Caucase

3 4 6 8

Déc.

22 L'île de l'Ours

14 Mauvais conseils 24 Dupeur dupé 27 Vers l'abime

Oct.

Nov.

1 La révolution russe 25 L'énigme 29 Sa joie fait peur

L'âge des constitutions L'histoire recommence Pour l'indépendance Le pays des légendes

10 Une république russe

3

Volonté

28 Révolution européenne

5

4 5 6 7 10

L'inévitable Grève et révolution Mise au point Agonie barbare Autocratie aux abois

1 Toutes les Russies 30 Un mot aux polonais au sujet de l'évolution russe.

4 5 14 25 27

Contre révolution intégrale La « Nation amie » La Pologne Inquiétudes L'idéal

26 En Russie

Janv.

À propos des déclarations de M. Witte

04 La politique des 09 Romanoff Un livre du grand-duc Nicolas LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-114-


Annexe 3 : Première page du Petit Parisien Exemple de source : on observe ici l’utilisation de l’image en première page, ainsi que la mise en avant graphique : par le biais de titres et sous-titres s’étalant sur deux colonnes.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-115-


Annexe 4 : Schéma de L’illustration, 26 août 1905, « Avant la première assemblée nationale russe : Types d’électeurs », pages 8-9 Schéma de la mise en page et exemples de photographies : vignettes 8, 12 et 13.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-116-


12 8.

13

Figure 7: L'illustration, 26 août 1905, « Avant la première assemblée nationale russe: types d'électeurs »

Annexe 5 : Arbre généalogique des Romanov La dynastie vue par l’éditorial du Petit Parisien du 20 février 1905.

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-117-


Table des annexes Annexe 1 : Chronologie comparée : Presse et historiographie.........................................113 Annexe 2 : Liste des éditoriaux de 1905.............................................................................115 Annexe 3 : Première page du Petit Parisien........................................................................116 Annexe 4 : Schéma de L’illustration, 26 août 1905, « Avant la première assemblée nationale russe : Types d’électeurs », pages 8-9................................................................117 Annexe 5 : Arbre généalogique des Romanov....................................................................118

Table des illustrations Figure 1: Le Petit Journal, supplément illustré, couverture du 5 mars 1905, « Attentat révolutionnaire à Moscou»........................................................................................................33 Figure 2: L'illustration, 25 février 1905, « Le meurtre du grand-duc Serge sur la place du sénat, dans l'enceinte du Kremlin de Moscou »........................................................................34 Figure 3: L’illustration, 11 février 1905, « Les troubles en Pologne russe: pillage des magasins à Varsovie »...............................................................................................................................52 Figure 4 : Le Petit Parisien, 9 septembre 1905, « Bakou et les exploitations pétrolières des environs »..................................................................................................................................55 Figure 5: L’Humanité, 28 janvier 1905, extrait de la 5e liste de souscription .........................69 Figure 6: L'Assiette au beurre, 11 novembre 1905, « Au bord du gouffre »............................89 Figure 7: L'illustration, 26 août 1905, « Avant la première assemblée nationale russe: types d'électeurs ».............................................................................................................................119

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-118-


Index des noms de personnes A Alexandre II...............................91 Alexandre III .............................92 Allard...................................72, 74 Allemane...................................69 Amaury......................................76 Avenard......................................28 Avrich........................................49

B Balzac........................................29 Berthelot....................................72 Blum..............................23, 96, 97 Bobrikov......................48, 49, 111 Bompard....................................40 Bourdon. 22, 28, 33, 39-41, 45, 56, 60, 81, 95, 97, 98 Briand........................................69

C Calmette...................10, 64, 72, 82 Capus.........................................72 Charpentier...................69, 90, 111 Claretie.......................22, 100, 104 Clemenceau..........................72-74 Coquin.................................16, 59

D de Castellane..............................23 de Coubertin22, 23, 64, 73, 98, 103 de Mun.......................................23 de Pressensé. 22, 23, 61, 66, 68, 72 Delcassé.........................71, 74, 80 Delporte.....................................83 Dillon.........................................58 Drumont.....................................80

E Eisenstein...................................35 Engels..........................................9 Ermolov.....................................24

Gapone20, 22, 24, 27, 41, 56, 57, 66, 99 Germain.............................84, 103 Giffard...........................22, 28, 63 Girault........................................76 Gogol...............................100, 101 Gorki....................69, 70, 100, 102 grand-duc Alexis........................95 grand-duc Serge16-18, 21, 26, 27, 3135, 39, 50, 56, 91-94, 102 grand-duc Vladimir....................95 Guesde.......................................68

H Herr......................................22, 23

J Jaurès22-25, 27, 56, 61, 68, 70, 73, 77, 83, 84, 89, 95, 97, 98, 107

K Kalaief......................22, 27, 39, 56 Khilkov......................................29 Kokovtsev............7, 22, 40, 81, 83 Kouropatkine ............................95

G Ganz..........................................97

R Raffalovitch..........................81-83 Rakovski..................22, 29, 36, 37 Rémy...................................22, 60 Rezow........................................22 Roche.......22, 69, 96, 98, 103, 105 Rojestvenski..............................79 Romanov.....53, 85, 90-92, 94, 105 Rothchild...................................84 Rouanet......................................61 Roubanovitch.............................69 Roujon22, 65, 77, 99, 101, 102, 105

S Sakharov,...................................50 Scott...........................................19 Seignobos.............................24, 69 Sembat.......................................69 Smyrnov..............................56, 57 Struve.............................20, 22, 27 Sviatopolk-Mirski..........26, 93, 94

L Ladous.......................................78 Ladov.........................................22 Laguardère.....................22, 28, 33 Laisant.......................................23 Lanson.......................................94 Lautier................22, 59, 60, 73, 86 Le Bon.................................95, 96 Longuet..........................22, 79, 88 Luborimaki..........................22, 26

M Maria Féodorovna................26, 92 Marx..........................................84 Matouchenko.................22, 25, 37 Maximovitch..............................50 Mirbeau.....................................72

F Fournière...................................22 Frisch.........................................26 Frollo10, 19, 23, 47, 48, 52, 55, 86, 90-92, 95, 96, 99-101, 103, 104

Perrinet..............................99, 102 Piger..........................................69 Pilichowski................................99 Plebve........................................50

N Newsky................................28, 63 Nicolas II.......................59, 69, 91

T Tchoudinov................................66 Thomas......................................69 Tikhomirov..........................40, 95 Tolstoi......................................100 Tourgueniev.....................100, 101 Trepov........................................79 Troubetskoi..........................66, 75

V Vaillant.................................68, 69 Viviani......................22, 60, 66, 90

W Williams....................................58 Witte...........22, 26, 58, 78, 88, 109

Y Yermolov...................................40

P Pascal.........................................72

LEOCMACH Marie | Diplôme nation des master | Mémoire de recherche | juin 2012

-119-

La révolution de 1905 dans la presse française  

mémoire de recherche en histoire, spécialité cultures de l'écrit et de l'image

La révolution de 1905 dans la presse française  

mémoire de recherche en histoire, spécialité cultures de l'écrit et de l'image

Advertisement