Page 1

les îles Caraïbes sélection de la Bibliothèque de Toulouse dans le cadre du festival Rio Loco 2013


édito carte

2 4

culture & histoire art de vivre cinéma art jeunesse littérature musique

6 22 31 38 45 63 87

participants

136


Pour la 5e année consécutive, la Bibliothèque de Toulouse a le plaisir de s’associer au festival Rio Loco, pour vous proposer une sélection de documents, et ainsi commencer sans tarder le voyage dans le long archipel des Antilles… C’était une véritable gageure cette année, pour les bibliothécaires, que de réaliser cette sélection consacrée aux quelque quarante îles de la mer des Caraïbes. Profusion de cultures et de musiques, variété des langues parlées et écrites, terres marquées par les luttes sociales, les révoltes, l’exil, où esclavagisme et colonialisme ont laissé de nombreuses empreintes, et en même temps îles de légendes, terres de carnavals et de fêtes exubérantes, histoires de pirates et de champions… autant de caractéristiques, impossibles à résumer, chaque île ayant son histoire ! C’est donc à un embarquement pour une région cosmopolite, à un voyage kaléidoscopique que vous êtes invités avec cette nouvelle édition de la sélection Rio Loco de la Bibliothèque de Toulouse. Partez à la découverte et laissez-vous surprendre… Bon voyage !

Jean-Marc Barès Adjoint au Maire à la Bibliothèque de Toulouse

2


Antillas – Les îles avant le continent – nom originel des Grandes Antilles (Cuba, Haïti et la République Dominicaine, la Jamaïque et Porto-Rico) et des Petites Antilles (Bahamas, Îles Vierges, Guadeloupe, Martinique, Trinité-et-Tobago…). Un archipel qui s’étale en un arc de cercle d’îles de tailles extrêmement variées créant des mondes ayant chacun son caractère, ses usages, ses religions, ses lois propres d’émancipation et d’entités politiques, sa diversité de langues, ses manifestes littéraires, ses cultures. Une et multiple, grandes et petites. Ce chapelet d’îles crée une ouverture et un carrefour entre les continents nord et sud américains. On est Caraïbe avec un ailleurs lointain, et c’est de la mer que procède son identité et c’est autour d’elle que se construit une appartenance caribéenne commune. Premières terres touchées et prisées, les Antilles devinrent îles à épices et à sucre. C’est pour ces biens précieux et ses plantations qu’hélas le commerce d’esclaves venant d’Afrique prospéra dans l’antichambre du pouvoir colonial européen. Le créole est alors devenu la langue de l’oral des îles et est resté l’expression de l’affect, des émotions et des métaphores de la poésie caribéenne. Après l’édition Lusofonia autour des pays de langue portugaise, nous souhaitions présenter comme un autre grand voyage Rio Loco Antillas : une mosaïque culturelle caribéenne, avec la venue de nombreux artistes connus ou inconnus que nous allons rencontrer à l’occasion du festival. Un métissage musical de mémoire comme le bèlè en Martinique, le gwo-ka en Guadeloupe, la rumba à Cuba, la bomba à Puerto-Rico ou le merengue en Dominique… et d’aujourd’hui comme le reggae en Jamaïque, la salsa et le mambo à Cuba, la biguine et le zouk en Guadeloupe et Martinique, le konpa à Haïti, la soca à Trinidad... Un grand mix croisé aux instruments contemporains comme le pan des steel bands ou les sound systems que l’on retrouve dans toute l’Europe actuelle. J’aimerais souligner ici le travail remarquable réalisé par l’ensemble des bibliothécaires autour de cette sélection dans le cadre du Rio Loco Antillas 2013 à partir des fonds des bibliothèques de la Ville de Toulouse. Il contribue à promouvoir dans toute sa diversité la musique, le cinéma, la littérature, la poésie, la cuisine, le tourisme et est devenu pour le Festival Rio Loco et pour le public, un outil de référence exceptionnel. Merci à vous tous. Hervé Bordier, Directeur du festival Rio Loco et par nature sans faune sauvage nous cultivons à cœur le colibri pour édifier au monde son nid fragile et sûr : les Antilles îles battues îles combattues îles belles îles bâties Daniel Maximin - L’invention des désirades (2009 • Guadeloupe) 3


FLORIDE

îles Keys

BAHAMAS

La Havane

Îles Turqueset-Caïques CUBA

HAÏTI Port-au-Prince

JAMAÏQUE Kingston

RÉPUBLIQU DOMINICAIN

ÎLE DE LA NAVASSE

Mer des Caraïbes

ARUBA

Oranjestad

COLOMBIE

4


Les Antilles s’insèrent dans un vaste ensemble dont les limites ne sont pas clairement définies : l’espace Caraïbe. De la même façon, les limites des Antilles peuvent varier, selon les acceptions, de l’ensemble des îles tropicales du côté atlantique de l’Amérique au strict arc antillais. Au sein des Antilles, on peut distinguer : • les Petites Antilles Elles sont constituées d’un chapelet de petites îles d’origine volcanique ou calcaire qui s’étendent en arc de cercle depuis les îles Vierges à l’est de Porto Rico jusqu’à la Grenade au sud. Puis cet alignement s’incurve vers l’ouest jusqu’à l’île d’Aruba. De cette façon, on peut distinguer au sein des Petites Antilles : les îles Sous-le-Vent (qui s’étendent le long des côtes de l’Amérique du Sud) et les îles du Vent (qui délimitent la mer des Caraïbes de l’océan Atlantique). • les Grandes Antilles Elles incluent les quatre îles de Cuba, la Jamaïque, Hispaniola (Haïti et la République Dominicaine) et Porto Rico. Elles représentent à elles seules les neuf dixièmes de la superficie et de la population totale des Antilles. Auxquelles s’ajoutent généralement : les Caraïbes du Nord qui incluent les Keys (Floride), Bahamas et les îles Turques-et-Caïques.

Océan Atlantique

UE NE Saint Domingue

Isla de Mona

PORTO RICO

ANGUILLA ST. MARTIN ST. BARTHÉLEMY

ÎLES VIERGES

San Juan

St. Croix

ANTIGUA-ET-BARBUDA

Basseterre

St. John's

SAINT-CHRISTOPHE-ET-NIÉVÈS

Plymouth

GUADELOUPE

MONTSERRAT Isla Aves

Basse-Terre

Marie-Galante

DOMINIQUE

Roseau

Fort-de-France

SAINTE LUCIE Kingstown

SAINT-VINCENTET-LES-GRENADINES

ANTILLES NÉERLANDAISE

Curaçao

Bonaire

St. George's

Willemstad

VENEZUELA

Isla la Tortuga

Isla de Margarita

MARTINIQUE Castries

BARBADE Bridgetown

GRENADE Tobago

Port-of-Spain

TRINITÉ ET TOBAGO

Trinidad

5


culture & histoire Destination favorite des amateurs d’îles et de soleil, théâtre

ancien des pirates ou territoires marqués par le colonialisme : il est parfois difficile de définir les îles Caraïbes...

Géographiquement, elles sont divisées en deux grandes régions

distinctes : les Grandes Antilles et les Petites Antilles. Elles forment un chapelet d’îles toutes différentes, par leur taille et leur culture,

et il n’est pas aisé de les caractériser. Nous avons donc fait le choix de vous présenter une sélection de livres partielle, mais qui rend

compte de cette diversité. Choisis pour leur qualité ou l’éclairage

sur une histoire parfois méconnue, ces livres seront autant de clés proposées pour comprendre comment l’histoire a façonné le quotidien des Caribéens... Bonne lecture !

6


Comment vit-on dans les îles aujourd’hui ? Comprendre Cuba

Hector Lemieux Ulysse • Comprendre • 2010 Documentaire Pour comprendre Cuba, il faut aller au-delà des premières impressions et dépasser les clichés. Cuba, c’est la musique, le rhum et les cigares… mais c’est aussi un pays et une société métissés et complexes. Ce documentaire dresse un tableau vivant de la civilisation cubaine à travers l’histoire, la culture, la société, la politique et le tourisme. Il nous donne quelques clés pour mieux connaître Cuba, notamment à travers de petites chroniques de la vie quotidienne. Ce livre est destiné aux voyageurs qui veulent en savoir plus ou tout simplement à tous ceux qui veulent découvrir l’art de vivre à la Cubaine. D’autres titres de cette collection sont disponibles. Médiathèque José Cabanis

Femmes des Antilles : traces et voix Cent cinquante ans après l’abolition de l’esclavage

Gisèle Pineau, Marie Abraham, photogr. de Thomas Dorn Stock • 1998 Documentaire Retour sur l’histoire de l’esclavage dans les Antilles, les femmes du présent parlent des femmes du passé. Ce sont ces voix que Gisèle Pineau et Marie Abraham ont choisi de faire résonner dans cet ouvrage. Des témoignages ponctués par des gravures, des reproductions de peinture ou des photographies. Chacune aborde un sujet en particulier et entrent dans le passé, surtout dans l’émotion. Différentes formes narratives se succèdent et les nombreux sourires des photos allègent la violence et la tristesse du sujet. Médiathèque José Cabanis, Fabre

7


Les Cubains

Texte de Zoé Valdés, photogr. de Robert van der Hilst, trad. de l’espagnol par Carmen Val Julian Vents de sable • 2001 Documentaire Dans cet ouvrage, le photographe hollandais Robert van der Hilst et la romancière Zoé Valdés, née à La Havane, nous offre un beau panorama de visages, d’intérieurs, de couleurs et surtout d’émotions. Les photos entrent dans l’intimité des Cubains et les textes complètent avec l’histoire, les anecdotes, les dialogues. Traits communs et différences, pauvreté et bourgeoisie, fête, couleurs, travail… Un véritable voyage par les yeux et par les mots. Médiathèque José Cabanis

La Havane Babylone : la prostitution à Cuba Amir Valle Métailié • Bibliothèque hispano-américaine • 2009 Documentaire

Écrivain et journaliste cubain, Amir Valle a mené presque 10 ans de recherche sur le sujet de la prostitution à Cuba. Des années d’enquête, de témoignages, d’archives… pour retracer l’histoire de ce commerce sexuel et particulièrement après la révolution de 1959, moment où La Havane était alors surnommée le « bordel de l’Amérique ». L’auteur fait la lumière sur un sujet plutôt sensible et peu souvent abordé. Le ton est personnel et sans enjolivure. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

8


Born Fi’Dead

Laurie Gunst Natty Dread • Jamaica Insula • 2009 Documentaire Avec Born Fi’Dead, sur la piste des gangs jamaïcains, de Kingston à New York, la journaliste Laurie Gunst nous plonge dans l’univers et l’histoire d’une criminalité qui mêle crime organisé, drogues, violence et corruption politique. Elle décrit dans quel contexte les gangs jamaïcains ont vu le jour dans les années 1980 et comment ils ont débarqué sur le continent nord-américain pour ajouter une part sombre et effrayante aux rues new-yorkaises notamment et surtout sur le marché du crack. Un ouvrage initiatique qui se lit presque comme un roman. Médiathèque José Cabanis

Cuba, un régime au quotidien

Sous la direction de Vincent Bloch, Philippe Létrilliart Choiseul éditions • 2011 Documentaire Cet ouvrage collectif très complet décrit, en six chapitres indépendants, les relations entretenues depuis 1959 entre la société cubaine et le régime castriste. Les différents textes, écrits par des auteurs d’horizons variés (sociologue, anthropologue, historien, politologue...), abordent ainsi des sujets divers (politique, économie, religion, culture...) mettant à jour une description détaillée du quotidien de la population cubaine, obligée de composer avec le régime autoritaire en place. Un documentaire accessible et original, pour explorer autrement la politique et l’histoire de Cuba. À découvrir ! Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

9


Dictionnaire culturel des Caraïbes Jean-Paul Duviols, Pedro Urena-Rib Ellipses • 2009 Documentaire

Ce dictionnaire est destiné à tous ceux qui désirent se familiariser avec la richesse culturelle des Caraïbes. Il réunit pour la première fois des cultures qui ont déjà une très longue histoire commune. Il propose une approche essentielle d’un monde méconnu, par des rubriques précises et volontairement synthétiques sur l’histoire, la littérature, les arts plastiques, la musique, les traditions populaires, les figures marquantes des Caraïbes. Médiathèque José Cabanis

Eshu, dieu d’Afrique et du Nouveau Monde Erwan Dianteill et Michèle Chouchan Larousse • Dieux, mythes et héros • 2011 Documentaire

Eshu est un esprit vaudou présent au Brésil, en Haïti et à Cuba. Dieu africain, c’est le gardien des terrains, des villes et le messager entre les mondes du matériel et du spirituel. On le retrouve sous le nom de Legba en Haïti mais sa fonction reste la même. L’Eshu moderne inspire la peinture de Wifredo Lam, la poésie de René Depestre ou les romans de Jorge Amado. Il apparaît en filigrane dans le blues de Robert Johnson et même dans un clip de Michael Jackson. Erwan Dianteill est spécialiste des religions africaines et afro-américaines. Michèle Chouchan a publié divers ouvrages sur les relations entre sciences et sociétés. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

10


Magie des Caraïbes et Santería Maria-Alba Valdés Éditions Trajectoire • 2010 Documentaire

Maria Alba Valdès, Française d’origine Espagnole, nous propose de partir à la découverte de la santería, une religion issue des croyances africaines et de l’esclavage que l’on retrouve à Cuba. Son séjour prolongé de quatre ans sur l’île lui a donné le loisir de travailler et d’étudier cette croyance érigée par les esclaves venus d’Afrique, afin de duper les Espagnols qui ne leur permettaient que la pratique du catholicisme. En identifiant leurs divinités aux saints catholiques, ils purent continuer à les adorer en secret. L’auteur dévoile dans cet ouvrage pas moins de trente-six rituels de magie, d’initiation et de divination, afin de mieux cerner cette religion peu connue en France. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

11


Histoire des îles et récits de voyages Un flibustier français dans la mer des Antilles Jean-Pierre Moreau Payot • Petite Bibliothèque Payot • 1998 Documentaire

Ce livre est à l’origine un manuscrit anonyme du début du XVIIe siècle découvert à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras par Jean-Pierre Moreau qui l’a édité. C’est une histoire vécue dont le titre original donne déjà un aperçu de cette épopée flibustière : Relation d’un voyage infortuné fait aux Indes occidentales par le Capitaine Fleury. Cette odyssée maritime se révèle un témoignage précieux sur la société Caraïbe grâce aux détails donnés sur le voyage en mer et les civilisations rencontrées. En 1618, des pirates, des commerçants, des colonisateurs embarquent à Dieppe sur quatre bateaux en direction des Antilles. Ils vont vivre un voyage en mer très éprouvant rempli de déboires comme la famine, la maladie, la mutinerie… À l’issue de ce voyage, ils débarquent sur l’île de la Martinique où ils sont accueillis par des indigènes en échange de produits de traite. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Fabre

Au temps des isles : les Antilles françaises de Louis XIII à Napoléon III Christian Bouyer Tallandier • 2005 Documentaire

Le titre évoque une époque révolue et romanesque. Christian Bouyer se propose de nous faire découvrir des réalités bien différentes : il retrace l’histoire des entreprises coloniales françaises dans les Caraïbes du XVIIe au milieu du XIXe siècles, période où les considérations mercantiles se heurtaient aux considérations humanistes. Cette époque vit naître le commerce triangulaire et le trafic négrier. C’était le temps des grandes compagnies maritimes qui faisaient parvenir en France des produits inconnus, le tabac, le sucre, le café et le cacao. L’auteur nous décrit une société singulière où se côtoient grands planteurs fortunés, petits blancs pauvres, esclaves et affranchis sans oublier pirates et corsaires… Médiathèque José Cabanis, Pradettes

12


Histoire des Antilles françaises Paul Butel Perrin • Tempus • 2007 Documentaire

Paul Butel, spécialiste d’histoire moderne, présente une synthèse remarquable de l’histoire des Antilles françaises du XVIIe siècle à 1946. Elle commence par la saga des pionniers fondateurs, explorateurs et entrepreneurs mais aussi exploiteurs, négriers et adversaires implacables des Indiens. À la suite de la Révolution se dessine une société complexe. Entre grands planteurs blancs et esclaves africains émerge une élite métissée qui veut faire reconnaître ses droits. Cette histoire est aussi une longue quête de la citoyenneté passant par l’abolition de l’esclavage en 1848, la participation des Antillais aux deux guerres mondiales pour aboutir à la départementalisation en 1946. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Pavillon de Prêt

Histoire d’Haïti : la première république noire du Nouveau Monde Catherine Eve Roupert Perrin • Pour l’histoire • 2011 Documentaire

L’auteur fait un récit passionnant de l’histoire d’Haïti de 1492 à nos jours. Au gré des envahisseurs, l’île a changé de nom : Ayiti, inspiré de son premier peuplement, les Amérindiens Taïnos, devient Hispaniola pour Christophe Colomb et les conquistadors, puis Saint-Domingue pour les colons français qui en font la plus riche colonie de France. À la faveur de la Révolution française, emmenés par Toussaint-Louverture, puis Dessalines, les esclaves se soulèvent et obtiennent l’indépendance en 1804. C’est le début d’un long apprentissage de la démocratie marqué par une terrible instabilité politique, les dictatures des Duvalier, père et fils, la tyrannie de J.-B. Aristide et l’ingérence des puissances étrangères. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Ancely, Minimes, Rangueil

13


La France a-t-elle aboli l’esclavage ? : Guadeloupe - Martinique - Guyane (1830-1935) Nelly Schmidt Perrin • 2009 Documentaire

En 1848, la France a aboli l’esclavage pour la seconde fois de son histoire et a ouvert aux affranchis l’accès à la citoyenneté en Guadeloupe, Martinique et Guyane. Cependant, à partir de cette date et jusqu’aux années 1930, l’État français a maintenu ces populations émancipées en dépendance économique, sociale et politique. Cet ouvrage au titre provocant porte en lui des réponses aux interrogations actuelles sur les discriminations héritées de l’ancien régime esclavagiste. L’auteur, chercheuse au CNRS, dont les travaux portent sur l’esclavage, les abolitions et les politiques coloniales aux Caraïbes, fait la lumière sur tout un pan de notre histoire jusque là resté dans l’ombre. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Pradettes

L’Amère patrie : histoire des Antilles françaises au XXe siècle Jacques Dumont Fayard • 2010 Documentaire

En 2009, les grandes grèves qui ont secoué la Guadeloupe et la Martinique ont surpris journalistes et politiques, révélant la méconnaissance de ces îles. Tenues à l’écart de l’histoire du colonialisme, ces îles ont pourtant connu un destin très singulier au sein de l’empire français. Se fondant sur un travail d’archives considérable, l’auteur propose de combler cette lacune en retraçant la montée des désillusions dans ces îles tout au long du XXe siècle. Il explique les lignes de fracture qui parcourent ces sociétés : la mémoire de l’esclavage qui sous-tend les luttes sociales, la question de la couleur qui se superpose au combat politique, la recherche d’une identité face à la lointaine métropole. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Saint-Cyprien

14


Voyage aux Isles : Chronique aventureuse des Caraïbes, 1693-1705 Jean-Baptiste Labat Phébus • Libretto • 1998 Documentaire

Le Père Labat, missionnaire dominicain, débarque à la Martinique en 1694. Son séjour est entrecoupé de voyages dans les Antilles, de SaintDomingue à la Barbade. À partir de ses notes journalières, il conte ses aventures dans un style vif et enlevé. On découvre un rude gaillard qui ne craint pas l’odeur de la poudre en compagnie de ses amis les flibustiers. Il se fait tour à tour ingénieur, botaniste, explorateur, ethnographe avant la lettre. Formidable conteur, il écrit un récit foisonnant d’anecdotes sur la faune, la flore, sur les mœurs des Caraïbes et des Africains asservis. Michel Le Bris propose ici une version scrupuleusement fidèle au texte authentique, publié pour la première fois en 1722. Médiathèque José Cabanis

Haïti et la République Dominicaine : une question de frontières François Blancpain Ibis Rouge • Espace Outre-Mer • 2008 Documentaire

Haïti, République Dominicaine : une île pour deux, 1804-1916 Jean-Marie Théodat Kartala • Hommes et Société • 2003 Documentaire

Symbole de la lutte entre la France et l’Espagne, la petite île de SaintDomingue est très tôt divisée en deux zones d’influence, mais sans qu’une frontière stable ne soit définie explicitement par les deux protagonistes. Chacune des deux parties de l’île s’est construite par rapport à l’autre en se forgeant une identité propre. Pourtant ce n’est qu’au début du XXe siècle que ce processus historique se matérialise concrètement avec l’établissement d’une frontière fixe et durable entre Haïti et la RépubliqueDominicaine. C’est cette double problématique qui est abordée par François Blancpain et Jean-Marie Théodat, spécialistes de l’histoire de Saint-Domingue, dans leurs ouvrages. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine 15


Aux vents caraïbes

Lafcadio Hearn Étonnants voyageurs • 2004 Documentaire Envoyé aux Antilles en reportage en 1889, Lafcadio Hearn nous livre ici un très beau récit de voyage. Outre les descriptions poétiques des îles depuis son départ de New York, il s’attache plus particulièrement à la Martinique où il réside pendant deux ans. Sensible à la dimension créole de la société, il saisit avec intensité les scènes de la vie de tous les jours : femmes au marché, paysans, ouvriers dans les plantations. Il nous amène à la découverte d’un monde de magie, de mystère, de fantômes, de sorciers, de zombies sortis tout droit des contes traditionnels. Et ce, à travers une langue dont il est l’un des premiers à collecter les mots et expressions et à en faire une œuvre littéraire. Médiathèque José Cabanis, Ancely, Croix-Daurade

Le jour où Castro a pris le pouvoir Alain Ammar Seuil • 2008 Documentaire

Le 1er janvier 1959, le président Batista fuit, l’armée rebelle pénètre dans Santiago de Cuba, c’est le début de la révolution, dirigée par Fidel Castro. Il est entouré de son demi-frère Raul, de Camilo Cienfuegos, d’Ernesto Che Guevara et de Huber Matos. Ce dernier a été condamné à 20 ans de prison quelques mois plus tard pour ses désaccords avec Castro et sa dénonciation de la dictature. Le journaliste Alain Ammar a rencontré ce témoin, puis bien d’autres, qui lui ont inspiré l’envie de raconter mois par mois, jour après jour, les événements de l’année 1959 à Cuba. Au-delà du simple exposé chronologique, l’auteur a su restituer une ambiance, une passion qui a pu animer les Cubains et les protagonistes de cette histoire. Médiathèque José Cabanis

16


Les 16 de Basse-Pointe Réalisé par Camille Mauduech Les films du marigot • 2009 DVD Documentaire

Le 6 septembre 1948, lors d’une grève, sur une habitation sucrière du Nord de la Martinique, l’administrateur blanc créole, Guy de Fabrique, fut assassiné de trente-six coups de coutelas. En 1951, à Bordeaux, ancien port négrier, se tint le procès de seize ouvriers agricoles syndicalistes accusés de ce crime. Bénéficiant de nombreux soutiens, ils furent finalement acquittés, mais le meurtre ne fut jamais élucidé. Soixante ans après, la réalisatrice martiniquaise Camille Mauduech s’est attachée à lever le voile sur cette affaire, à délier les langues pour reconstituer les pièces du puzzle et évoquer en détail ce qui fut pour certains « le premier procès du colonialisme français aux Antilles ». Médiathèque José Cabanis

Cuba ou l’aveuglement coupable Jacobo Machover Armand Colin • 2010 Documentaire

Jacobo Machover est né à la Havane en 1954. Exilé en France depuis 1963, il enseigne à l’Université de Paris XII. Son parcours l’a amené à dénoncer le régime castriste et les actions de ses dirigeants. Dans cet ouvrage, il s’interroge sur le comportement des intellectuels, en particulier français, des artistes et des politiques face à Cuba et à son mythe d’une révolution qualifiée de romantique. Comment des hommes tels que Jean-Paul Sartre, Régis Debray ou Gabriel Garcia Marquez, qui n’ignoraient rien des exécutions sommaires, des procès iniques menés par Che Guevara, des emprisonnements massifs, n’ont-ils jamais pris la cause du peuple face à un régime qui n’a été qualifié que bien tardivement de dictature ? Médiathèque José Cabanis

17


Figures emblématiques (et révolutionnaires !) des Caraïbes : Che Guevara, Fidel Castro, Toussaint Louverture Toussaint Louverture : biographie Madison Smartt Bell Actes Sud • Lettres anglo-américaines • 2007 Documentaire

Symbole de la seule révolution d’esclaves de toute l’Histoire, Toussaint Louverture est à l’origine de l’indépendance d’Haïti en 1804, s’affranchissant ainsi de la tutelle française. Madison Smartt Bell, écrivain américain, livre un portrait sans détour de ce personnage complexe qui a connu une ascension fulgurante. Fils d’esclaves et destiné au même sort, Toussaint Louverture parvient à accéder au grade de général de l’armée française puis à celui de gouverneur de Saint-Domingue grâce à une volonté de fer. Il finit ses jours en France, condamné à l’exil par Napoléon. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Toussaint Louverture, Haïti et la France Réalisé par Laurent Lutaud France 3 • TV5 • Same Films & Scéren-CRDP • 2005 DVD Documentaire

Deux cents ans après sa mort, Toussaint Louverture reste une figure emblématique du peuple haïtien, mais aussi un symbole dans toutes les Antilles et une référence pour de nombreux noirs américains. Parti à sa recherche, le réalisateur suit ses traces et retrouve aussi celles de l’esclavagisme qui a marqué l’histoire de France du XVIIe au XIXe siècles. À travers ce destin exceptionnel, ce film revient sur l’histoire coloniale de la France et sur ce passé encore très présent dans les anciennes colonies françaises. Les historiens et écrivains haïtiens et français qui interviennent dans ce film replacent l’homme et le mythe dans une perspective historique qui mène à aujourd’hui. Médiathèque José Cabanis

18


Fidel Castro

Pierre Vayssière Payot & Rivages • Biographie Payot • 2011 Documentaire Orateur charismatique, redoutable manipulateur d’opinion et de propagande, Fidel Castro incarne encore à Cuba comme en Amérique latine le leader providentiel, même si son image s’est un peu brouillée. Pour l’auteur, l’icône révolutionnaire se définit depuis son enfance rebelle dans une posture existentielle de défi. À travers cette biographie extrêmement documentée, Pierre Vayssière, spécialiste d’histoire politique d’Amérique latine contemporaine, professeur émérite à l’université Toulouse-Le-Mirail, nous présente un bilan critique des années Castro et ne craint pas d’écorner le mythe. De cet auteur, lire aussi l’Amérique latine de 1890 à nos jours (2006). Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Roseraie

Fidel Castro : biographie à deux voix Ignacio Ramonet Fayard / Galilée • 2007 Documentaire

Cette biographie adopte la forme originale du dialogue entre le Lider Maximo, Fidel Castro et le directeur du Monde diplomatique, membre du mouvement altermondialiste, Ignacio Ramonet. De 2003 à 2005, les deux hommes, au cours d’une centaine d’heures de conversation, retracent le parcours de Fidel Castro depuis son enfance jusqu’au début de la révolution cubaine, puis ses relations avec son entourage, ses choix politiques ; ils s’interrogent enfin sur l’avenir de Cuba et de l’Amérique latine et font le bilan d’une vie et d’une révolution mythiques. Ce dialogue est également disponible en DVD sous le titre : Moi Fidel Castro, réalisé par Axel Ramonet et mine d’informations pour aller plus loin. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

19


Fidel et Raúl, mes frères : l’histoire secrète Juanita Castro Plon • 2011 Documentaire

Juanita Castro est la sœur cadette de Fidel et Raul Castro. Elle naît en 1933 dans une fratrie qui compte sept enfants. Avec enthousiasme, elle participe aux côtés de ses frères à la révolution. Mais très vite sa critique des dérives du régime castriste, sa collaboration avec la CIA devenant trop compromettante, elle prend le chemin de l’exil en 1963. Son témoignage éclaire la facette familiale de Fidel Castro : l’enfance, les parents, les études, la lutte contre la dictature de Fulgencio Batista, jusqu’à la victoire de la révolution et au nouveau régime politique qu’il installe à Cuba. Pour en savoir plus et autrement sur Fidel Castro. Médiathèque José Cabanis

Che Guevara : entre mythe et réalité Chloé Maurel Ellipses • 2011 Documentaire

Ernesto Guevara est une figure mythique, à la célébrité mondiale, dont le souvenir dépasse largement les frontières de Cuba. Le livre de Chloé Maurel propose une analyse documentée du parcours et du rôle de l’homme d’État, qui fût tout à la fois médecin, révolutionnaire, écrivain, guérillero à Cuba et en Amérique latine. Au-delà de l’imagerie et du culte de la personnalité du Che, l’historienne retrace les motivations qui ont guidé son engagement politique et propose de nouvelles pistes pour en comprendre l’histoire. Plus largement, ce livre permettra au lecteur de revisiter toute l’histoire des relations internationales des années 1950 et 1960 : les conflits de la guerre froide et de la décolonisation, les enjeux post-coloniaux, ainsi que la place de l’histoire cubaine dans l’histoire des Caraïbes. La lecture du récit La guérilla du Che de Régis Debray, compagnon français du Che à Cuba, qu’il suivit en Bolivie, complètera cette approche historique par un point de vue plus personnel. Médiathèque José Cabanis

20


Ernesto Che Guevara Combats d’un révolutionnaire : journaux de voyage et autres textes Ernesto Che Guevara Robert Laffont • Bouquins • 2010 Documentaire

Réunis en un seul volume, les journaux de voyage et récits de combat de Che Guevara (1928-1967), figure emblématique de la révolution cubaine, constituent un document historique remarquable pour comprendre son action et sa personnalité et mieux cerner ses contradictions. Che Guevara raconte ici de manière à la fois très vivante et très contrôlée, l’histoire de la dernière grande odyssée révolutionnaire du XXe siècle. Auteur de La face cachée du Che (2007), Jacobo Machover, journaliste et enseignant à l’université, contribue par sa préface critique à démystifier cet homme de légende et à resituer ses écrits dans un contexte politique et personnel plus conforme à la réalité. Médiathèque José Cabanis

ABCChe : Abécédaire d’Ernesto Che Guevara Roberto Mero Temps des cerises • 2009 Documentaire

Che, rêve rebelle

Fernando Diego Garcia et Oscar Sola Éditions La Mascara • 2001 Documentaire Le Che n’est pas qu’une image sur ton t-shirt dit votre grand-mère. Certes ! Mais comment en savoir plus sur cette figure mythique de révolutionnaire sans se perdre dans des interprétations dogmatiques ? Ne cherchez plus ce livre est pour vous ! Roberto Mero, journaliste, propose dans ce livre une approche kaléidoscopique au travers de citations d’Ernesto Guevara : de « Cuba » à « Rêve », en passant par « couillon » et « Latifundia », les mots du Che sont comme autant de portes d’entrée pour apprendre et comprendre son univers. Et puis, comme il est souvent question d’images lorsque l’on parle du « Che », découvrez le livre de photographies que lui ont consacré Fernando Garcia et Oscar Sola, pour un panorama complet, basé sur des images d’archives, qui ravira aussi –­ on l’espère – votre grand-mère ! Médiathèque José Cabanis 21


art de vivre Les Antilles sont synonymes de carte postale paradisiaque

ensoleillée. Dans chaque île on retrouve un héritage commun

mais avec des spécificités locales dues à leur statut politique et à leur histoire particulière. Cela se ressent dans l’art de vivre.

La cuisine antillaise combine produits locaux et traditions de la

métropole d’origine. Produits d’excellence, le rhum et les cigares

ont un rayonnement international. Ensoleillées et paradisiaques, les Antilles sont une destination touristique mondiale majeure,

mais aussi une terre de champions sportifs majeurs. Cependant, loin de ce portrait idyllique, la population est victime de la

situation politique et économique et s’adapte avec brio à une pénurie endémique comme à Cuba. 22


Antilles

Un film de Philippe Tourancheau Gédéon Programmes • Collection « Biotiful planète » • 2007 DVD Documentaire Le voyage débute en Martinique où la nature souvent exubérante est malmenée. Nous suivons Jéromine Pasteur, ambassadrice du WWF, dans la forêt tropicale où la déforestation intensive affecte considérablement l’équilibre naturel de cette île. Nous découvrons la faune endémique comme les mygales qui font l’objet d’un trafic avec l’Europe ou les chauves-souris de Marie-Galante également menacées. Biotiful planète donne la parole aux experts qui luttent sur place pour rétablir l’équilibre environnemental. Leurs témoignages révèlent les dangers que nous faisons courir à cet écosystème et éveillent les consciences sur la responsabilité de chacun à protéger, conserver et transmettre ce patrimoine. Médiathèque José Cabanis, Rangueil

Encyclopédie des fruits exotiques : histoire, phytochimie, ethnobotanique, culture, biologie végétale, tradition culinaire Ky Tran et Michèle Didoumanent Éditions You Feng • 2006 Documentaire

On les observe, on s’interroge, on hésite, puis on les touche et enfin on les goûte… Finalement on en est toujours intrigué… Les fruits exotiques des îles caraïbes, étranges, fascinants, riches de formes, de couleurs, de parfums et de saveurs, tous rivalisent pour exalter nos sens, exciter notre désir et exacerber notre curiosité. Cette petite encyclopédie illustrée présente le plus complètement possible les aspects culturels, botaniques, biologiques et diététiques de ces aliments des tropiques qui ont nourri l’homme depuis toujours. Dépaysement garanti, sans voyager, ou réminiscences assurées ! Ils feront de votre hiver un été. Médiathèque José Cabanis

23


Journal du voyage aux Antilles de La Belle Angélique

Nicolas Baudin Éditions : Presses de l’Université Paris-Sorbonne et l’Académie royale de Belgique • 2009 Documentaire Nous sommes en 1796. Nicolas Baudin, marin scientifique expérimenté, part sur La Belle Angélique pour une expédition botanique de 2 ans aux Antilles. Il rédige au quotidien un journal qu’il confira à son arrivée en France ainsi que sa collection exceptionnelle de végétaux à AntoineLaurent de Jussieu, alors directeur du Muséum d’histoire naturelle de Paris. La serre Baudin serra alors construite dès 1799 pour accueillir sa remarquable moisson. Mais il faudra attendre 2009 pour que ce journal magnifiquement illustré d’aquarelles et de dessins sorte des archives du Muséum grâce au travail de Michel Jangoux, qui a exhumé et transcrit le texte intégral du Journal du voyage de La Belle Angélique. Médiathèque José Cabanis

Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises : écologie, biologie, identification, protection et usages Claude Sastre et Anne Breuil Éditions Biotope • 2007 Documentaire

Cet ouvrage offre un panorama très complet de la structure et de la biologie des plantes tropicales présentes dans l’archipel guadeloupéen et en Martinique, ainsi que des éléments de géographie physique et des itinéraires botaniques. Écrit par deux botanistes et fins connaisseurs des Antilles françaises, ce document est rare par son iconographie exceptionnelle et son texte d’une grande rigueur scientifique. Néanmoins très accessible, il est un outil précieux pour le simple randonneur ou décideur qui veut en savoir plus sur la richesse de ce patrimoine naturel et invite à une prise de conscience de la fragilité et de la protection de ces milieux. Médiathèque José Cabanis

24


Usain Bolt la légende Gaël Leiblang Studio Canal • 2012 DVD Documentaire

Le Jamaïcain Usain Bolt est l’homme le plus rapide du monde. Surnommé Lightning Bolt. Bolt l’éclair est entré dans la légende en devenant sextuple champion olympique sur 100 m, 200 m et relais 4 x 100 m. C’est le premier athlète à avoir conservé au J.O. de Londres en 2012 ses titres olympiques glanés à Pékin en 2008. Il est triple recordman du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19 s 19) et relais 4 x 100 m (36 s 84). Il est aussi quintuple champion du monde ! Véritable showman il apparaît toujours décontracté et nonchalant, ce qui peut irriter certains, mais le public l’adore. Ce documentaire nous fait découvrir Usain Bolt, le plus grand ambassadeur de la Jamaïque depuis un certain Bob Marley. Fabre

Ambiances des Caraïbes

Carolyne Parent Guy Saint-Jean Éditeur (Québec)• Collection Tchin-Tchin • 2010 Documentaire Carolyne Parent, journaliste canadienne, contribue régulièrement aux rubriques Voyages du journal québécois Le Devoir et au magazine Elle Québec. Globe-trotteuse professionnelle, elle nous fait découvrir dix destinations paradisiaques des Caraïbes en mélangeant récits de voyages et gastronomie locale. Au menu des bouchées apéritives gourmandes, des amuse-gueules, à base de morue, crevette, plantain et noix de coco. Du côté des boissons des cocktails, des mocktails (cocktails sans alcool), à base de produits locaux en particulier de rhum, l’alcool référence des Caraïbes. Bref, tout plein de bonnes choses pour réussir des apéros dînatoires dépaysants... Médiathèque José Cabanis

25


100 Recettes Caraïbes d’île en île Orphie • 2005 Documentaire

Les Caraïbes, c’est l’évocation de couleurs et de senteurs tropicales. Certes, les îles de l’arc antillais ont en commun l’océan, des produits tropicaux ainsi qu’un certain art de vivre. Mais il existe des nuances dans la culture culinaire forgée par des ancêtres Arawaks, Indiens d’Amérique, Espagnols, Français, Hollandais ou Africains. Ces ancêtres ont apporté et adapté leur culture culinaire d’origine au climat et aux ingrédients locaux ayant contribué à contraster la cuisine d’une île à l’autre malgré un socle commun indéniable. C’est toute cette formidable mosaïque de goûts et de couleurs que l’on retrouve dans ces 100 recettes avec lesquelles vous flânerez d’île en île. Médiathèque José Cabanis

La fabuleuse histoire du rhum Pierre-Barthélémy Alibert Orphie • 2011 Documentaire

Le rhum est la boisson caraïbe par excellence. Né grâce à la culture de la canne à sucre introduite par les Européens dans le Nouveau Monde, le rhum voit le jour grâce à la connaissance ancestrale des Français en matière d’eau de vie. L’auteur, passionné de thèmes historiques ultramarins, a constitué sur plus de 20 ans des archives exceptionnelles sur l’histoire de la canne à sucre et du rhum, afin de nous conter cette fabuleuse histoire du rhum riche en événements, dont les répercussions ont un écho international qui va bien au-delà de la Caraïbe. Ce livre fait la part belle au rhum de Martinique mais aussi aux autres rhums et il est enrichi par 600 illustrations. Médiathèque José Cabanis

26


Carnets de plongée : le magazine de la plongée loisir Francis Le Guen MK2 • 2005-2006 • DVD 3 x 2 Dvd DVD Documentaire

Retrouvez la série télévisée Carnets de plongée en DVD présentée par Francis Le Guen. La série nous fait découvrir les richesses des fonds marins aux quatre coins du monde dont plusieurs étapes dans les Antilles (Bahamas, Antilles néerlandaises et Antilles françaises). Aux Bahamas, on y découvre la légende de Luska une pieuvre géante. Dans un autre épisode, le plongeur rencontre requins et les dauphins des Antilles néerlandaises. Finalement en Martinique, on retrouve Albert Falco le plongeur de légende proche du commandant Cousteau. Albert Falco le Marseillais nous fait découvrir les épaves de la baie de Saint-Pierre et les fonds marins du rocher du Diamant. Médiathèque José Cabanis

Le cigare : Cuba, Honduras, Nicaragua et Saint-Domingue Pierre Barboni L’île des médias • 2004 Documentaire

Le Havane (Habano) cigare cubain est considéré par les amateurs comme le meilleur du monde mais on retrouve le cigare dans d’autres endroits de la Caraïbe comme à Saint-Domingue. Réalisé par des amateurs du cigare, ce documentaire traverse les 292 étapes nécessaires à la fabrication de ce chef d’œuvre qu’est le cigare, symbole d’élégance, du raffinement et du savoir-vivre. L’univers du cigare est régi par des règles et des traditions séculaires. Pour nous accompagner dans cette initiation nous rencontrons une quinzaine d’acteurs locaux qui nous font découvrir les secrets de fabrication de cette merveille et l’importance des terroirs où les cigares voient le jour. Médiathèque José Cabanis

27


Objets réinventés : la création populaire à Cuba Pénélope de Bozzi et Ernesto Oroza Éditions Alternatives • 2002 Documentaire

Cuba, victime de l’embargo américain et de la chute du bloc soviétique, fait face à une pénurie de tous les biens de consommation. Le pays ne pouvant pas produire dans des conditions industrielles ou artisanales normales, les Cubains s’adaptent en réinventant les objets du quotidien. C’est toute la société cubaine qui est touchée par la fièvre de la réinvention, du foyer à l’état, en passant par l’architecture. Les auteurs qui sont stylistes, nous font découvrir ces étonnants objets : la bouée en bouteilles de soda, la pale de ventilateur en disque vinyle, la porte de jardin en grille de réfrigérateur ou encore, parmi tant d’autres, la voiture à pédales à moteur. Étonnant ! Médiathèque José Cabanis

Anthologie du sport guadeloupéen Sous la direction d’Harry P. Mephon HC • 2011 Documentaire

Les Antilles en général et la Guadeloupe en particulier ont donné de nombreux champions à la France, dans tous types de disciplines sportives. Parmi les plus célèbres, on trouve des champions olympiques, des champions du monde ou encore des sportifs de haut niveau. Teddy Riner, Christine Aaron, Marie-José Pérec, Lilian Thuram, Roger Bambuck Thierry Henry ou Marius Trésor et les autres. En tout ce sont 110 portraits qui sont traités dans cette anthologie richement illustrée. Sous la direction de Harry P. Mephon lui aussi ancien sportif de haut niveau. Cette anthologie reconnaît définitivement le sport comme élément central de la culture guadeloupéenne. Médiathèque José Cabanis

28


La République Dominicaine

Jac Forton Éditions de l’Adret • Les Guides du peuple du Monde • 2009 Documentaire sciences Que peut-on découvrir à la République Dominicaine en dehors de ses plages bordées de cocotiers, le vieux rhum, les cigares, une faune luxuriante (iguanes, crocodiles ) ? En consultant ce guide, vous découvrirez un pays de contrastes entre la mer et la montagne. Ce guide allie aspect culturel et aspect pratique en présentant des chapitres sur l’histoire, les coutumes et une présentation de toutes les régions. Enfin, une partie pratique très détaillée vous permet d’organiser votre voyage selon vos goûts, votre budget et votre façon de voyager. En fin d’ouvrage, vous trouverez une partie consacrée au sport que l’on peut pratiquer : randonnée, surf… D’autres titres de cette collection sont disponibles à la Médiathèque José Cabanis. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

Antilles secrètes et insolites Daniel Maximin Glénat • 2011 Documentaire sciences

Daniel Maximin est un poète, essayiste et romancier antillais. Avec lui nous partons à destination des Antilles. Une invitation à découvrir les saveurs et les couleurs de la vie antillaise avec ses plages de sable fin, sa forêt tropicale et sa joie de vivre. Ce bel ouvrage organisé de façon thématique présente toutes les facettes de la vie créole d’un point vue touristique, historique et culinaire. Des extraits littéraires ponctuent les différents chapitres et mettent en valeur cette sensibilité créole. En regard de belles photographies, on découvrira des citations d’Aimé Césaire, Patrick Chamoiseau et de l’auteur. Un carnet d’adresses complète ce très bel ouvrage. Médiathèque José Cabanis

29


Apprendre le créole Savez-vous comment on dit : « Tu me fais tourner la tête » ? : Tèt mwen chavire pou wou, ou encore : « Si vous êtes libres ce soir, allons danser » ? : Si ou pa ka fè ayen oswè-a annou alé zouké ! Le créole des Antilles est une langue récente, née il y a 3 siècles, issue du métissage des langues européennes avec les langues africaines pendant l’esclavage. On peut en découvrir toute la richesse et les nuances avec différents ouvrages, des guides de conversation de poche aux méthodes avec CD audio, en passant par les dictionnaires. Bon voyage !

Le créole martiniquais de poche

Manuella Antoine Assimil • 2012 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Le créole haïtien de poche

Dominique Fattier Assimil • 2012 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Le créole sans peine (guadeloupéen) Hector Poullet et Sylviane Telchid Assimil • 2009 Médiathèque José Cabanis

Dictionnaire élémentaire français-créole Pierre Pinalie L’Harmattan • 2009 Médiathèque José Cabanis

30


cinéma Définir et synthétiser le cinéma de l’espace

Caraïbe est une vraie gageure, tant la production

est marquée par les particularités des divers pays concernés. En tout cas, il rejette la ghettoïsation et affirme sa volonté de s’ouvrir sur le monde,

tout en privilégiant des thématiques spécifiques aux sociétés créoles.

31


Cinéma du réel Haïti Aube noire

Robin Lloyd et Doreen Kraft 1979 • 20 mn • VF Ce film d’animation, conçu sous la forme d’un conte traditionnel à partir de treize peintres naïfs, retrace la naissance de la première République noire indépendante d’Haïti. La qualité des séquences d’animation réalisées à partir des peintures haïtiennes, la musique et les chants traditionnels font de ce petit film une excellente initiation à l’histoire de l’esclavage. Médiathèque José Cabanis

Jean Dominique, The Agronomist Jonathan Demme 2003 • 1h30 • VOST

Port-au-Prince. Encore debout malgré les séismes et les incessants changements politiques, l’édifice d’Haïti Inter incarne la seule radio libre de l’île. Jean Dominique, agronome de profession devenu journaliste par conviction, aura passer sa vie à combattre les injustices et à donner la parole au peuple haïtien. Hommage à un homme de conviction assassiné en avril 2000. Médiathèque José Cabanis

Cuba Buena vista social club Wim Wenders 1998 • 1h40 • VOST

La firme de disques World Circuit, basée à Londres, a organisé en mars 1996 un voyage à La Havane pour réaliser des enregistrements : l’idée du projet était de rassembler des guitaristes africains et des guitaristes cubains. Les Africains n’ont pu se rendre à La Havane mais le projet fut maintenu. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Rangueil

32


Cuba, une odyssée africaine Jihan el Tahri 2006 • 3h10 • VOST

Dans les années 1960, tous les jeunes révolutionnaires africains comme Patrice Lumumba, Amilcar Cabral ou Agostinho Neto, firent appel aux guérilleros cubains pour les aider dans leur lutte pour l’indépendance. 500 000 Cubains s’engagèrent : on les appelait les « Internationalistes ». Ils jouèrent un rôle central dans la nouvelle stratégie offensive des nations du tiers-monde contre le colonialisme des Empires anciens. Médiathèque José Cabanis, Fabre, Saint-Cyprien

Moi Fidel Castro Axel Ramonet 2004 • 6h • VOST

Fidel Castro s’entretient avec Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique, sur sa lecture de l’histoire du XXe siècle. Enrichi d’images d’archives inédites, ce film dresse le bilan des 50 années passées à la tête de Cuba et propose une vision d’avenir de l’île très préoccupante : une sorte de testament politique. Médiathèque José Cabanis

L’histoire me jugera Yves Billon 2008 • 1h • VF

50 ans après la prise de La Havane, Fidel Castro est aujourd’hui éloigné du pouvoir par la maladie. Son compagnon de lutte, Huber Matos, celui qui fut le plus proche du leader Maximo mais qui paya sa fidélité de plus de 20 ans de cachot, analyse sans esprit de revanche, sa vision de l’avenir de Cuba. Isolement ou ouverture démocratique ? Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Soy Cuba

Mikhail Kalatozov 2004 • 1h45 • VOST À travers quatre histoires, Soy Cuba décrit la lente évolution de Cuba, du régime de Batista jusqu’à la révolution de Fidel Castro. Quatre récits qui renforcent l’idéal communiste face à la mainmise du capitalisme. Tout au long de ces épisodes, Cuba se libère de ses dépendances politiques pour affirmer son identité, singulière et autonome, avec ses contradictions et ses espérances. Médiathèque José Cabanis, Saint-Exupéry, Izards, Rangueil

33


Fiction Cuba La ultima cena Tomas Gutierrez Alea 1976 • 2h • VOST

À la fin du XVIIIe siècle, pendant la Semaine sainte, un noble catholique grand propriétaire terrien, décide de revivre autour d’une table bien garnie les gestes du Christ en présence de ses douze esclaves noirs… La tension qui régnait au début disparaît. Grâces et libertés sont accordées en pleine euphorie. Le lendemain, le contremaître réveille les esclaves avec ses chiens. La révolte éclate… Médiathèque José Cabanis

Nada +

Juan Carlos Cremata Malberti 2000 • 1h35 • VOST Carla, une jeune Cubaine employée dans un bureau de poste, s’ennuie. Pourtant, un petit incident la conduit à réécrire les lettres de ses concitoyens qui passent entre ses mains. Un moyen comme un autre d’aider ses semblables et de trouver le bonheur… Prix du meilleur film au festival du film de la Havane 2001. Médiathèque José Cabanis

Viva Cuba

Juan Carlos Cremata Malberti 2005 • 1h30 • VOST Malu et Jorgito sont deux amis qui se sont promis d’être amis pour la vie bien que leurs familles se détestent. Quand la grand-mère de Malu meurt et que sa mère décide d’aller vivre à l’étranger, tout s’effondre. Pour ne pas être séparée de son ami, Malu doit obtenir de son père un papier interdisant son départ de l’île, mais ce dernier habite à des kilomètres de La Havane…Malu et Jorgito entament alors un périple à travers Cuba… Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade, Saint-Cyprien, Rangueil

34


Liste d’attente Juan Carlos Tabio 1999 • 1h45 • VOST

À Cuba, les cars passent quand ils veulent et les voyageurs se retrouvent coincés dans une gare routière isolée. Tout le monde est d’assez mauvaise humeur… Les passagers vont s’unir pour réparer un bus en panne et une douce folie va s’emparer du groupe… Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Adieu Cuba

Andy Garcia 2004 • 2h19 • VOST La Havane, 1958. Fico Fellove est l’heureux propriétaire du plus élégant night-club de la ville, El Tropico. Mais son existence et celle de toute famille vont être malmenées par les événements politiques. La révolution menée par Fidel Castro et Ernesto Che Guevara est en marche. Dans la tourmente, Fico ne veut pas s’impliquer dans les bouleversements que traverse son pays, mais le destin ne va pas lui donner le choix. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien, Izards, Pradettes

Entre deux cyclones Enrique Colina 2006 • 1h50 • VOST

Un cyclone détruit la maison de Thomas, voyou mulâtre, la veille où il doit trouver un travail qui doit lui permettre de sortir de la marginalité. Dans la Compagnie des téléphones, il a pour chef El Conde, vieil opérateur aigri, qui lui déverse sa vision cynique de la vie et des gens… Médiathèque José Cabanis

Haïti Mange ceci est mon corps Quay Michelange 2010 • 1h45 • VOST

Haïti, île solitaire, abandonnée à sa pauvreté et à sa misère : Madame, une femme blanche, vit dans ses fantasmes coloniaux où elle enseigne et nourrit les masses damnées de la terre. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Fabre, Serveyrolles

35


Moloch tropical Raoul Peck 2009 • 1h45 • VOST

Les dernières vingt-quatre heures d’un pouvoir autoritaire avant sa chute, dans un huis clos d’un palais forteresse, niché au sommet d’une montagne Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Fabre, Serveyrolles

Corps plongés Raoul Peck 1997 • 1h36 • VOST

Trois exilés haïtiens vivent dans des mondes en décalage par rapport à leur vie, à leur passé, dans la violence de New York. Ils devront refaire le chemin inverse et comprendre le poids de leur passé. Médiathèque José Cabanis

Royal bonbon Charles Najman 2002 • 1h10 • VOST

Un homme misérable vagabonde dans les rues : il se prend pour le roi Christophe, premier souverain du Nouveau Monde, ancien esclave et libérateur d’Haïti en 1804. Chassé de la ville, le « roi Chacha », comme on le surnomme, se réfugie dans les ruines grandioses du château Sans Souci : il reconstitue une cour de pacotille où règne l’absurde… Prix Jean Vigo 2002 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Pradettes

Antilles françaises (Guadeloupe-Martinique) Rue Cases-Nègres Euzhan Palcy 1983 • 1h45 • VOST

Adaptation du roman antillais de Joseph Zobel. C’est une page de l’histoire coloniale qui se raconte, celle des coupeurs de canne à sucre, comme celle des Békés qui les exploitent. Récompensé par de très nombreux prix, ce film demeure le symbole de l’identité collective antillaise. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Fabre 36


1802, l’épopée guadéloupéenne Christian Lara 2004 • 1h40 • VF

Paris, 1802, Napoléon Bonaparte organise sa conquête du pouvoir mais entend d’abord rétablir l’autorité de la France en envoyant son armée à Saint-Domingue et en Guadeloupe. Dès les premières mesures, le colonel mulâtre Louis Delgrès comprend que cette expédition est chargée d’imposer une nouvelle politique par la force et le retour à l’esclavage… Film historique ambitieux. Médiathèque José Cabanis, Minimes, Rangueil

NèG maron

Jean-Claude Flamand-Barny 2005 • 1h35 • VF Au cœur des petites Antilles, au début des années 2000, dans un quartier populaire où se côtoient des personnages chaleureux, Joana et Silex, amis d’enfance, traînent leur ennui. Pour s’en sortir, ils accumulent les petits coups. La violence de l’île va mettre leur amitié à rude épreuve… Médiathèque José Cabanis

Nord plage José Hayot 2012 • 1h30 • VF

Patrick Chamoiseau a écrit le scénario de ce film qui conte le déclin d’un quartier nord de la Martinique. Ses habitants vivent repliés sur euxmêmes. Seule une petite fille, Anastasie, garde en elle le goût du merveilleux. L’arrivée d’Osélia et de son fils va bouleverser ce fragile équilibre. Ensemble, ils vont tenter d’empêcher la disparition du quartier en faisant renaître un « chouval bwa », c’est-à-dire une machine à rêves… Médiathèque José Cabanis

37


art Même s’ils partagent une histoire commune, celle de

l’esclavage et de la colonisation, les pays de la Caraïbe vivent fragmentés les uns des autres, pour des raisons tant économiques que géographiques, politiques que linguistiques.

La force des artistes est de transcender ces contraintes en un processus de création qui fédère un mouvement général de reconnaissance de leur identité.

« Ni Amérindiens, ni Européens, ni Africains, ni Asiatiques, nous nous proclamons Créoles » (Patrick Chamoiseau) Reste à développer des lieux d’échanges, à créer des

manifestations entre les différents états de la Caraïbe et dans l’ensemble du monde, afin que les artistes

sortent de leur isolement et participent aux grandes expositions d’art contemporain.

38


Arts premiers L’art taïno

Expositon, Paris, Musée du Petit Palais, 24 février-29 mai 1994 sous la direction de Jacques Kerchache Paris-Musées • 1994 Les Taïnos furent les premiers Indiens que Christophe Colomb et ses hommes découvrirent en 1492. Ils vivaient largement de la chasse et de la cueillette. Leur société, très hiérarchisée, était structurée autour du Cacique (chef) qui avait seul le pouvoir de communiquer avec les Zemis (esprits). La mort était le thème dominant de la culture taïno : sculpture, gravure, céramique, poterie, armes, amulettes ont toujours une fonction sacrée. Ils développèrent des formes d’art originales, équivalant aux grandes œuvres olmèques, mayas ou aztèques. Victimes de la colonisation et des maladies, ils disparurent en grand nombre après l’arrivée des Espagnols. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

Arts du XXe siècle Artistes haïtiens

Gérald Alexis Cercle d’art • Découvrons l’art • 2007 L’ouvrage distingue un art officiel (portraits de héros nationaux), d’un art populaire lié au vaudou qui développe une peinture complètement libre, où chacun peint ce qu’il lui plaît, en dehors des normes académiques. Paysages, représentations de la paysannerie, figuration parfois naïve, abstraction, la peinture purement haïtienne émerge grâce à des artistes populaires, souvent autodidactes. Biographies des artistes. Médiathèque José Cabanis

39


La Peinture en Martinique Sous la direction de Gerry L’Etang HC Éditions • 2007

Du XVIIe jusqu’au début du XIXe siècle, la peinture est presque un art inexistant, au profit de l’artisanat. Il y a deux raisons : d’une part, le mode de production esclavagiste ne permet pas aux esclaves d’avoir une pratique picturale, d’autre part, les colons préfèrent les modes et les goûts de la métropole. Gauguin, lors de son court séjour dans l’île, ne rencontra aucun peintre autochtone. Petit à petit, des artistes venus d’ailleurs ou ayant séjourné dans l’île sont éblouis par la beauté de la Martinique et peignent des paysages d’inspiration impressionniste ou réaliste. Des peintres autochtones émergent grâce à la création de l’École des Beaux-arts à Fort-de-France. Biographies des artistes et abondante bibliographie. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

Artistes antillais Lam métis

Exposition, Musée Dapper, 26 septembre-20 janvier 2002 Musée Dapper • 2002 Picasso l’appelait « mon neveu », André Breton l’admirait. Monographie du peintre Wifredo Lam, né en 1902 à Cuba, de père chinois et de mère d’ascendance africano-hispanique. Peintre de toutes les terres, Cuba, la Chine, l’Afrique, l’Espagne, la France où il vécut de 1938 à 1941, il sut exprimer la rencontre entre l’avant-garde européenne et la permanence des thèmes éternels de son île natale. Biographie de l’artiste. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

40


Moïses Finalé

Zoé Valdés Éditions Cercle d’art • 2000 Né en 1957 à Cardenas, ville portuaire de Cuba, Moïses Finalé est l’artiste le plus remarquable des années 1980 à Cuba. Voyageant beaucoup (ÉtatsUnis, Espagne, France), sa peinture est cependant très marquée par l’histoire chaotique de Cuba. Biographie de l’artiste. Médiathèque José Cabanis

Jesus Gonzalez de Armas : le dernier Taïno Santi Zegarra Zaradoc • Dvd Documentaire • 2007 • 1h • VF

Portrait de l’artiste cubain qui vit et travaille à Paris. Ses peintures et sculptures trouvent leur inspiration dans la culture aborigène des Antilles, les Taïnos. Né sans un bras et selon les croyances ancestrales, il est à la fois condamné et élu par les dieux : pour lui la création artistique est vécue comme une catharsis. Médiathèque José Cabanis

Hervé Télémaque

Anne Tronche Flammarion • La création contemporaine • 2003 D’origine haïtienne, né à Port-au-Prince en 1937, Hervé Télémaque s’installe à New York puis à Paris où il rencontre André Breton. Véritable artiste pop jusqu’aux années 1968, il s’oriente vers le collage et l’assemblage : il s’agit pour lui de rendre surprenants les objets les plus banals. À partir des années 1990, il réalise des grandes fresques au fusain. Marqué par le souvenir du vaudou, l’artiste puise son inspiration dans ses racines personnelles et dans l’histoire complexe d’Haïti. Médiathèque José Cabanis

41


Art contemporain Kréyol factory : des artistes interrogent des identités créoles

Exposition, Paris, Grande Halle de la Villette, 7 avril-5 juillet 2009 Gallimard • 2009 L’exposition Kréyol factory fait connaître de jeunes artistes antillais : plasticiens, sculpteurs, photographes, cinéastes, vidéastes, publicitaires, tous ont en commun une réflexion personnelle et collective sur le monde contemporain et sur le statut de « l’homme créole ». Biographie et sites des très nombreux artistes. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

OMA (Outre-Mer Art contemporain)

Exposition, Paris, Orangerie du Sénat, 10 juin-8 juillet 2011 Beaux-arts Éditions • 2011 Parce qu’il rassemble le corpus artistique de trois régions (Guadeloupe, Martinique, Réunion), l’OMA participe à la reconnaissance de la création artistique des jeunes artistes de l’Outre-mer . Médiathèque José Cabanis

Art public : une collection d’art contemporain en Guadeloupe Skira-Flammarion • 2010

L’association Art public a pour mission de constituer un fonds d’art contemporain en Guadeloupe. De très grands talents connaissent enfin une reconnaissance internationale, malgré l’insuffisance des réseaux d’échange sur le plan mondial. Médiathèque José Cabanis

42


Art caribéen / Caribbean art : l’heure de la reconnaissance

Art-Absolument • Numéro spécial bilingue français-anglais • octobre 2011 Que suggère aujourd’hui à un curieux l’art de la Caraïbe ? Une production singulière confinée sur son territoire ou quelques grands noms d’artistes ? D’ailleurs est-il pertinent à l’heure de la mondialisation de se ranger sous une zone géographique ? Quelle est la réalité de l’espace de la Caraïbe ? C’est à ses questions que tentent de répondre ce numéro spécial de la revue Art-Absolument. La solution passe par la participation aux grandes foires internationales comme la Fiac ou ArtBasel. Médiathèque José Cabanis

Art contemporain de la Caraïbe : mythes, croyances, religions et imaginaires Interforum • Terres d’Outre-Mer • 2012

C’est certainement l’ouvrage le plus spécialisé et le plus actuel sur la création artistique aux Antilles. Des anthropologues et des critiques d’art commentent un corpus d’œuvres crées par des artistes contemporains de la Caraïbe. De Cuba à Trinidad, ils viennent de peuples ayant subi l’oppression d’anciens dominateurs et dévoilent les influences des traditions ancestrales africaines dans la diversité de leurs productions. Médiathèque José Cabanis

Photographie Haïti : avant l’orage Olivier Beytout Riveneuve Éditions • 2010

Les très belles photos de ce livre ont été prises avant le séisme qui a frappé l’île, le 12 janvier 2010, ravageant la région de Port-au-Prince et décimant sa population. Elles témoignent de la vitalité et de la beauté d’Haïti et permettent d’envisager malgré tout un avenir plus serein . C’est l’aspect humaniste de ces photos que l’on garde en mémoire. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

43


Avoir 20 ans à La Havane

Jean Springer, photogr. de Grégoire Korganow Éditions Alternatives • Avoir 20 ans • 1998 Regardez autour de vous. Nous avons la plus belle jeunesse du monde ! Saine physiquement et moralement, instruite, maîtresse de son destin… Que reste-t-il de ce slogan politique des années Castro ? Le temps a passé : les images ont terni. Médiathèque José Cabanis

Cuba-Yankee

Stéphane Guibourgé N.Chaudin • 2005 Deux pays, deux voyages, deux récits. D’un côté, une nation appauvrie, à bout de souffle, faux paradis pour touristes… Cuba et de l’autre un pays immense, autrefois terre de pionniers mais qui n’ a plus rien à offrir… les USA. C’est du moins le message pessimiste de ce recueil. Médiathèque José Cabanis

La Havane : quartiers de lumière Xavier Galmiche Telleri • 2001

Impossible de résister au charme de la Vieille Havane. Entre la plaza de Armas et la plaza de la catedral, le XVIe siècle espagnol éblouit. Mais quelques rues plus loin, les apparences s’effritent en même temps que les murs. L’auteur nous offre une déambulation poétique à travers les différents quartiers de La Havane. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

44


jeunesse De l’esclavage aux luttes pour l’indépendance en passant par la piraterie, c’est toute la violence et la beauté

des Caraïbes que nous vous invitons à découvrir dans

cette sélection. En anglais, en espagnol, en français ou

en créole, la musique des Caraïbes vous accompagnera, vous enchantera, vous transportera et vous montrera

cet ailleurs si beau que l’on connaît si mal. Car il n’y a pas que des tremblements de terre, des ouragans et

de la misère dans ces Antilles. Il y a aussi l’aventure, la joie, l’amitié, la solidarité. À travers des romans,

des contes et des documentaires, venez préparer votre voyage vers ces pays exotiques, si différents et où les enfants sont pourtant tellement semblables.

45


Musique jeunesse À l’ombre du flamboyant : 30 comptines créoles Chantal Grosléziat et Laurent Corvaisier Didier jeunesse • Comptines du monde • 2008

Comptines, chansons d’amour ou de travail, musique de fête ou de carnaval et magnifiques berceuses : ce très bel album de la collection Comptines du monde de Didier jeunesse nous offre un tour d’horizon du répertoire traditionnel créole. Cette balade dans les îles est colorée avec bonheur par les illustrations mystérieuses et aux couleurs chaudes de Laurent Corvaisier. Ce livre CD a été récompensé par l’Académie Charles Cros. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bonnefoy, SaintCyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Izards, Minimes, Côte Pavée, Rangueil, Serveyrolles, Pradettes,

Antòn et la musique cubaine

Emmanuel Viau et Olivier Tallec Gallimard jeunesse • Musiques d’ailleurs • 1998 À travers l’histoire d’Anton, jeune percussionniste prodige de la Havane, ce livre CD nous propose une découverte de la musique cubaine et de ses origines. Extraits musicaux, petites vignettes documentaires, photos des jeunes musiciens des rues : Anton et la musique cubaine est aux frontières de la fiction et du documentaire. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bonnefoy, Izards, Minimes, Côte Pavée

Enfantilles

Harold Abraham Enfance et musique • un livre un CD • 2008 Dirigés par Harold Abraham, trois jeunes chanteurs donnent vie au répertoire des chansons et comptines du folklore créole. Des percussions pour un rythme endiablé, vous danserez aussi au son du violon, de l’accordéon et de la contrebasse. Une très belle réalisation du label Enfance & musique maintenant disponible en livre CD pour profiter pleinement des illustrations naïves et poétiques de Sophie Mondésir. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Fabre, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Côte Pavée, Rangueil, Serveyrolles, Pradettes 46


Chantez dansez !

Mimi Barthélémy Enfance & musique • 1996 Née en Haïti, la chanteuse, conteuse, actrice et écrivaine Mimi Barthélémy est devenue le chantre de son île. Ici accompagnée par une guitare et des percussions, elle réinvente pour nous par ses interprétations malicieuses, surprenantes et modulées toute la vivacité du répertoire enfantin haïtien et guadeloupéen. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Pont des Demoiselles, Fabre, Minimes, Côte Pavée, Serveyrolles

Il était une fois les Antilles : chansons pour enfants Geneviève Sézille et Mabouya Band ArB music • 2000

Geneviève Sézille nous fait découvrir à travers ses compositions tous les rythmes qui font le charme de la musique créole. Biguine, Rumba, Zouk, valse créole : c’est une vision à la fois intime, personnelle et pourtant toute imprégnée des traditions de l’île que nous propose la chanteuse. Goûtez les saveurs et découvrez les coutumes des Antilles avec des chansons qui ont valu à leur auteur le prix Sacem Martinique. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Rangueil

Dis-moi des chansons d’Haïti Mimi Barthélémy Kanjil Éditeur • 2007

Ce très joli livre CD trilingue (français, créole, anglais) propose aux jeunes auditeurs de découvrir les chansons traditionnelles enfantines d’Haïti. Nous retrouvons l’interprétation toujours sensible de Mimi Barthélémy, mise en images ici par un choix de tableaux d’artistes haïtiens sélectionnés par la Galerie Monnin à Piétonville. Les éditions Kanjil offre ainsi aux enfants une immersion totale dans la culture de cette île. Médiathèque José Cabanis, Ancely, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Minimes, Côte Pavée, Serveyrolles, Rangueil, Pradettes

47


Reggae playground

Anthologie Putumayo • Putumayo kids • 2007 Fidèle à son projet d’offrir aux enfants une approche des cultures musicales des différentes régions du monde, Putumayo avec sa collection Putumayo kids, propose dans cet opus de faire découvrir le reggae et ses composantes à travers un tour du monde des artistes jeunesses qui font vivre le reggae aujourd’hui. De la France jusqu’à la Jamaïque en faisant escale en Inde, Putumayo a déniché pour les petites oreilles des perles inédites. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Fabre, Côte Pavée, Serveyrolles, Pradettes

Caribbean playground

Anthologie Putumayo • Putumayo kids • 2001 Cap sur la Jamaïque : Putumayo emmène les jeunes oreilles à la découverte de la musique des Caraïbes. Ce voyage rythmique et musical fera escale à Haïti, Porto Rico, Cuba, la Trinidad et la Guadeloupe. Reggae bien sûr mais aussi Ska, Zouk, Compas et même Calypso : soyez prêts à danser sur tous les rythmes des Caraïbes ! Le livret propose en trois langues (français, anglais et espagnol) une présentation des interprètes, des instruments et des genres musicaux choisis par les artistes. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Côte Pavée, Serveyrolles, Rangueil, Pradettes

La Guadeloupe : rondes, comptines et berceuses Maggy Faraux ArB Music • Terres d’enfance • 2011

Encore une très belle compilation éditée chez ArB Music pour faire découvrir aux plus jeunes la chaleur et la douceur des rythmes de la Guadeloupe. Interprétés par Maggy Fauraux, la plupart des titres sont des chants traditionnels. Le livret propose les textes en créole et en français. Un incontournable pour s’initier à la musique guadeloupéenne. Médiathèque José Cabanis, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Fabre, Izards, Minimes, Serveyrolles, Pradettes 48


Romans jeunesse Tifi en Haïti

Valérie Lacroix Thierry Magnier • 2011 À travers la correspondance de Tifi, jeune orpheline haïtienne, et de sa « marraine » française, l’auteur aborde avec sensibilité et intelligence le drame du tremblement de terre de 2010. Loin de se cantonner au récit d’une reconstruction difficile mais optimiste, Valérie Lacroix plante avec force le portrait d’une jeune fille qui doit faire son deuil mais qui n’en reste pas moins une adolescente révoltée, confrontée à une puberté précoce et aux doutes propres à cet âge. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Saint-Exupéry

La reine des pirates

Thore Hansn Flammarion • Castor poche Aventure • 2002 C’est à travers la lecture d’un journal de bord que ce roman nous propose de découvrir un pan fascinant de l’histoire des Caraïbes : celui de la piraterie. 1783 : Victor, 12 ans, découvre parmi les quelques affaires que son père lui a laissées en héritage le journal de bord de la reine des pirates, Victoria Reed, qui fut sa mère. En écumant les mers des Caraïbes sur ses traces, l’auteur nous plonge dans le monde âpre et violent des pirates : meurtres, loi des armes et du silence, trahisons et bien sûr appât de l’or. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque Nomade, Ancely, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Minimes, Côte Pavée, Rangueil, Serveyrolles, Pradettes

49


Sœur blanche, sœur noire

Yves Pinguilly Rue du monde • Roman du monde • 2011 Bretagne début du XIXe siècle. Le jeune Youenn doit fuir car il vient de tuer le châtelain qui tentait d’abuser de sa jeune sœur. Youenn s’embarque pour les Antilles mais c’est la même cruauté qu’il découvre en traversant l’océan, sous le masque de l’esclavage. Un roman sur une page sombre de l’histoire des Antilles mais aussi une découverte sensible de ses paysages, des couleurs, saveurs et odeurs qui sont pour le jeune breton autant d’expériences nouvelles. L’histoire se répète et Youenn devra fuir à nouveau pour sauver une jeune esclave de la brutalité de son maître. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Pont des Demoiselles, Pradettes

Opération Marcellin

Claire Mazard Nathan • Pleine lune Amitié • 1994 Céline nous fait découvrir Haïti depuis la France. Écolière, concernée, elle a décidé de parrainer un enfant d’Haïti. Elle lance avec ses camarades de classe « l’opération Marcellin » et ils réussissent ensemble ce que trop peu d’adultes tentent et réalisent seuls. Haïti est pourtant loin, c’est un monde différent, mais lorsqu’ils découvrent grâce au courrier envoyé par l’institution qui s’occupe du jeune orphelin haïtien, le visage de leur protégé, son environnement et ses terribles conditions de vie, Haïti devient alors très proche. Un ouragan s’abat sur l’île et Céline est au cœur de la tourmente. Solidarité, générosité, prise de conscience sont au centre de ce très joli roman de Claire Mazard, accessible dès 9 ans. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade

50


Guadeloupe 1943 sous le vent de la guerre « Antan Sorin » Pierre Davy Nathan • Les romans de la mémoire • 2003

En replaçant le lecteur au cœur des périodes difficiles de notre histoire, les romans de la mémoire, fondés sur une information historique rigoureuse, proposés par la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du Ministère de la Défense en partenariat avec les éditions Nathan, se veulent une contribution à son approche de la citoyenneté. Le jeune héros, Benjamin Saintory, se retrouve malgré lui impliqué dans la résistance contre le gouvernement Sorin. Il entre en rébellion, participe aux émeutes et plonge le jeune lecteur dans les remous de cette guerre. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Pradettes

Cœur boucané

Yves Pinguilly Oskar jeunesse • Junior • 2010 Ne vous fiez pas à sa carte de visite : ce pirate, à l’occasion trafiquant d’esclaves, est aussi un héros au grand cœur comme sait si bien les dépeindre Yves Pinguilly. C’est l’amour qui le rendra prisonnier de la belle île de Cuba et des mers des Caraïbes. Mais ce XVIIIe siècle n’est pas une époque tendre et le jeune lecteur doit s’attendre à des aventures parfois violentes, cruelles et tempétueuses. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Duranti, Pinel

Le journal de Zoé Pilou à Cuba Christelle Guenot Mango • J’ai la terre qui tourne • 2007

C’est à travers le regard de Zoé, à la recherche de sa mère partie en quête de ses propres racines à Cuba, que le jeune lecteur découvre les étonnants contrastes de cette île. Traditions et modernité, pénuries et richesses, coutumes et grands bouleversements et le tout baigné de musique bien sûr : tout est nouveau pour Zoé mais ses grands-parents seront là pour la guider dans ces découvertes et faire le lien avec son passé familial. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque Nomade, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Duranti, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Côte Pavée, Rangueil 51


Rêves amers

Maryse Condé Bayard jeunesse • Les romans de Je bouquine • 2001 À 13 ans, Rose-Aimée doit quitter ses parents pour aller rejoindre à Portau-Prince la horde des enfants mis au service de riches familles haïtiennes contre quelques pièces... Si elle a de la chance, elle pourra réaliser son rêve : aller à l’école. Mais à Port-au-Prince, elle sera cruellement exploitée par tous. Devenue enfant de la rue, elle décide de fuir Haïti, en bateau, avec son amie Lisa, pour rejoindre la Floride. En plus de ses qualités documentaires sur Haïti sous la dictature de Papa Doc, ce roman social, réaliste et tragique plonge le jeune lecteur au cœur du débat sur la condition des enfants dans le monde et sur leurs droits, sur le rôle de l’école et l’émigration clandestine. Médiathèque José Cabanis, Saint-Exupéry, Côte Pavée, Pradettes

Documentaires jeunesse Haïti, la perle nue

Gérard Barthélémy et Mimi Barthélémy Vents d’ailleurs • 2010 Ce documentaire nous propose de partir à la découverte d’Haïti à travers un point de vue écologique. Cinq grands chapitres, séparés chacun par un conte se reportant à la thématique précédemment abordée, nous offrent une vision claire et différente d’un pays en proie à des difficultés notamment climatiques et économiques. La mise en page aérée et l’abondance de photos et d’illustrations rendent la lecture très fluide. Une façon simple de comprendre l’importance de l’environnement aujourd’hui et son impact sur le fonctionnement du pays. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade, Saint-Cyprien, Duranti, Saint-Exupéry, Rangueil, Pradettes

52


L’Amérique : du Canada au Paraguay

France Bourboulon, Flore Geffroy-Kearley et Carole Saturno Gallimard Jeunesse • 2010 Un ouvrage très complet qui aborde le continent américain autant du point de vue géographique, qu’historique, politique ou culturel. Du Canada au Paraguay, chaque pays est présenté de façon simple mais exhaustive grâce à une carte, des photos et différents paragraphes explicatifs. La mise en page est claire et lumineuse malgré l’abondance d’informations. Un documentaire attractif et très bien fait qui permet de découvrir toutes les richesses des pays du continent américain. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Saint-Exupéry, Izards, Minimes, Rangueil, Bonnefoy

Aleida, Raysel et Vilma vivent à Cuba Geraldina Colotti et Philippe Godard De la Martinière Jeunesse • Enfants d’ailleurs • 2011

L’originalité de ce documentaire réside dans le fait qu’il nous présente Cuba à travers le quotidien de trois enfants : Aleida, 11 ans, Raysel, 10 ans et Vilma, 12 ans. Tous trois vivent dans des régions aussi vivantes et différentes les unes que les autres. De la capitale, La Havane, avec Vilma, à Santiago de Cuba avec Raysel, nous partons à la découverte de cette île de contraste. D’un côté une culture riche et chaleureuse et de l’autre la réalité du blocus économique américain et d’un régime autoritaire. Un ouvrage intéressant pour faire connaître aux enfants d’ici, la vie quotidienne des enfants cubains. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Duranti, Izards, Côte Pavée, Pinel, Rangueil

53


La Guyane

Marie-Hélène Loubatie Grandir • Les Terres des hommes • 2007 Cet album documentaire, illustré de dessins et de photographies, nous offre un panorama assez complet de la Guyane. À travers une quinzaine de courts chapitres, nous parcourons ce département d’Outre-Mer couvert à plus de 90% par la forêt équatoriale. Des Indiens, premiers habitants, à l’implantation du centre spatial en passant par la recherche de l’or, nous découvrons, à travers différents paragraphes, un vaste territoire. Un ouvrage simple et clair pour une première approche de la Guyane. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Fabre, Izards, Minimes, Côte Pavée, Serveyrolles, Pradettes

Caraïbes, douceur des tropiques Eugenio Bersani et Lucia Giglio Minerva • Les 5 continents • 2001

Un bel ouvrage documentaire superbement illustré par des photographies pleine page dans lequel nous découvrons toute la douceur de vivre des îles des tropiques. Martinique, Guadeloupe, Cuba, Bahamas, SaintMartin… autant d’îles et de cultures métissées qui apportent une véritable diversité à ce paradis que sont les Caraïbes. Un documentaire qui délivre l’essentiel des informations à savoir pour chaque destination. À découvrir pour apprécier toute la variété des îles ou tout simplement passer un moment sous les cocotiers ! Médiathèque José Cabanis

54


Enfants des Caraïbes, de la Guyane à Panama Raphaëlle Bergeret Gallimard Jeunesse • 1999

Dix jeunes venus de tous les pays embarquent à bord de Fleur de Lampaul et nous amènent naviguer sur la mer des Caraïbes pour y partager la vie des enfants de la Guyane, des îles coralliennes des Turks et Caïcos, de Cuba et enfin de Panama. Ce livre est le carnet de bord de leurs aventures et le récit de leurs nombreuses découvertes. Il nous offre un très beau voyage à travers différentes cultures et nous permet de partager leurs rencontres riches en émotions. Un ouvrage intéressant qui nous donne la possibilité de connaître et de comprendre la vie des enfants des Caraïbes. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Ancely, Saint-Exupéry, Minimes, Pradettes

Sur les traces des… Pirates

Thierry Aprile, ill. de François Place Gallimard Jeunesse • Sur les traces de… • 2003 Mai 1666, le roi vient d’interdire l’exercice de nombreuses professions aux protestants. Alexandre-Olivier Exmelin se voit contraint d’embarquer pour les Antilles afin de pouvoir exercer son métier de chirurgien. Mais le voyage coûte cher. Pour s’acquitter du billet, le jeune garçon est enrôlé de force dans une plantation. Il parvient tant bien que mal à s’enfuir pour se retrouver en pleine jungle en compagnie de boucaniers. Après avoir vécu un temps avec eux, le jeune garçon a soif d’aventures et rêve d’écumer les mers à bord d’un bateau pirate, cela tombe bien car une expédition se prépare… Voguez sur la mer des Caraïbes et partez à la découverte des Antilles à travers ce documentaire, qui mêle à la fois récit captivant et pages encyclopédiques, pour découvrir le monde fascinant des pirates ! Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Duranti, Minimes, Côte Pavée, Roseraie, Serveyrolles, Fonds patrimonial Jeunesse, Pradettes

55


Poissons des Antilles

Christine et Lionel Parle PLB FWI • À la découverte des… • 2003 Avis aux amateurs des fonds marins antillais, ce documentaire est fait pour vous ! Recensant plus d’une centaine d’espèces, des récifs coralliens en passant par les mangroves et les herbiers, ce guide nous permet de découvrir le mode de vie, de reproduction ainsi que d’alimentation de tous ces poissons. Présentant les espèces les plus courantes, il nous donne une idée de la richesse de l’écosystème marin côtier de la mer des Caraïbes. Telle une randonnée subaquatique, plongez dans cet ouvrage pour y découvrir des poissons plus étonnants les uns que les autres ! Dans la même collection, retrouvez Amphibiens et reptiles des Antilles à la Médiathèque José Cabanis. Médiathèque José Cabanis

Haïti, mon pays : poèmes d’écoliers haïtiens Collectif, illutrations de Rogé, préface de Dany Laferrière Éditions de la Bagnole • 2010

À la suite du séisme de janvier 2010, Perpétue Sulney, enseignante d’origine haïtienne, conçoit le projet de réunir quelques dizaines de poèmes, écrits en 2009 par des écoliers de Camp-Perrin, sous forme de cahiers et de les vendre dans le but de récolter de l’argent pour venir en aide aux sinistrés. Elle en parle à une amie canadienne, qui en parle à son tour à Jennifer Tremblay, directrice des éditions de la Bagnole. À la lecture de ces poèmes, l’éditrice sait qu’elle tient là un matériel intéressant, qui doit tout de même être illustré. À ce moment-là, elle croise l’illustrateur montréalais Rogé, qui travaille justement sur des portraits d’enfants haïtiens, sans vraiment savoir à quoi va servir ce travail. De ces rencontres fortuites est né ce grand album que nous vous invitons chaleureusement à découvrir. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Côte Pavée, Pinel, Serveyrolles

56


Albums jeunesse Mam’zelle

Pascale Bougeault L’école des loisirs • 2001 Alors que les poules ont pour habitude de dormir sur les branches du flamboyant, Mam’zelle refuse de se joindre à ses congénères et préfère se lover entre les tissus de la mère de Lucette. Cette dernière a beau pleurer, sa mère chasse le volatile. Mais c’est sans compter sur l’entêtement de Mam’zelle, bien décidée à faire de cette table à couture, son lieu de sieste privilégié. Album, à la fois, tendre et humoristique qui permet de toucher du doigt le quotidien tel qu’il peut être vécu aux Antilles. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade, Ancely, Duranti, Fabre, Serveyrolles

Maman-dlo

Alex Godard Albin Michel • 1998 Cècette vit en Guadeloupe auprès de grands-parents aimants. Elle attend inlassablement le retour de sa mère partie, depuis bien longtemps, trouver du travail en métropole. Les bras maternels lui manquent et l’invitent à la rejoindre mais a-t-elle vraiment envie de quitter cette île qu’elle affectionne tant ? Plages de sable blanc parsemées de coquillages, mythologie guadeloupéenne, difficultés économiques et culturelles : un véritable voyage que cet album qui nous propose de découvrir les différentes facettes des Antilles, à travers les yeux d’une enfant. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Duranti, Saint-Exupéry, Fabre, Minimes, Pradettes

57


Un homme

Gilles Rapaport Circonflexe • 2007 Ce livre sur l’esclavage et la dignité humaine évoque avec intelligence, subtilité et force, l’atrocité de la condition d’esclave. Un homme noir pose la question : « Qui suis-je ? » et s’adresse directement à son maître de la plantation de canne à sucre qui lui fait subir violences et humiliations mais aussi au lecteur, spectateur de cette vie d’il y a plus de cent cinquante ans. Cet homme ne renoncera pas à sa liberté et il la choisira dans la mort. La force de cet album tient autant au texte percutant, rythmé par des interrogations et des exclamations, qu’au style graphique violent de l’auteur. Un livre pour ne pas oublier… Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Pont des Demoiselles, Saint-Exupéry, Izards, Minimes, Côte Pavée, Rangueil, Serveyrolles

Contes jeunesse 24 contes des Antilles

Olivier Larizza Castor Poche-Flammarion • 2004 Aux Antilles, il y a bien longtemps, les esclaves se retrouvaient à la tombée de la nuit après une longue journée de travail. Sous les étoiles, ils se réunissaient pour écouter le conteur. Parfois fantastique, parfois cruel, le conte antillais se raconte comme une chanson, une devinette ou une histoire drôle. Inspirés de la mémoire collective antillaise marquée par l’esclavage, ces contes mettent en scène divers animaux, dont compère Lapin qui représente l’esclave affranchi et son espièglerie, ainsi que le Diable. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Pradettes

58


18 contes de Cuba

Françoise Rachmühl Castor Poche-Flammarion • 2005 À Cuba, île du soleil, de la fête, de la danse et de la musique, la joie de vivre l’emporte souvent sur la difficulté du quotidien. Que les récits évoquent les mythes des origines, les superstitions populaires ou les leçons de sagesse, ils sont tous remplis de malice et de vivacité. Tantôt tragiques, truculents ou saugrenus, ces dix-huit contes métissés, mi afro-cubains mi-espagnols, offrent des saveurs mêlées. Plongez dans le patrimoine culturel d’un pays aux multiples facettes. Dépaysement garanti ! Médiathèque José Cabanis

Barbe bleue et Compè lapin

La Luciole masquée, ill. de Joël Cimarron Karibencyla • 2009 Pendant la famine, Compè Lapin cherche de la nourriture pour lui et ses trois filles, Pita, Lila et Nina. Il arrive dans une grande clairière où un étranger à la barbe épaisse est occupé à surveiller une énorme marmite. Malgré l’avertissement d’un colibri, Compè Lapin décide de lui demander la charité. Ce conte met en scène Compé Lapin, l’un des personnages emblématiques du conte créole. Il représente l’esclave ou le pauvre qui n’a pas d’autre solution que d’utiliser la ruse et la débrouillardise pour se sortir d’un mauvais pas ou tout simplement pour se nourrir. Il est également l’expression de la revanche du faible ou du démuni face à l’oppression des puissants. Et le puissant ici, c’est Barbe Bleue, personnage emblématique d’un conte populaire principalement raconté par Charles Perrault. Il symbolise l’ogre traditionnel, car il dévore les pauvres demoiselles qui ont le malheur d’accepter de se marier avec lui. Le tout forme un conte sur la vie et la mort qui ne manquera pas de vous surprendre. Médiathèque José Cabanis

59


La source miraculeuse et autres contes des Caraïbes Olivier Larizza Oskar jeunesse • 2009

Au pays des contes antillais, l’esclave est roi et il faut se méfier du plus petit comme de l’eau qui dort. Compère lapin gruge le gros éléphant, TiJean berne le bon Dieu et la jeune Lisette ose même affronter les affreux zombis qui rôdent dans la forêt… S’ils sont souvent très drôles, épicés comme un plat local, ces contes des Caraïbes peuvent aussi émouvoir jusqu’aux larmes. Car si le conte divertit, il transmet aussi en filigrane une dureté lucide qui ne peut se comprendre qu’en remontant le fil de l’Histoire de l’archipel. Médiathèque José Cabanis

La reine des poissons : conte d’Haïti Mimi Barthélemy, ill. de Clémentine Barthélémy Kanjil • 2010

Tout autour d’Haïti, la mer regorge de poissons, mais Lormilis n’en pêche pas assez pour nourrir sa famille. Un jour, il rencontre la reine des poissons, mais sa femme l’oblige à la tuer pour la manger. Elle accouche de jumeaux qui, à peine nés, partent avec leurs chiens, leurs machettes et leurs bouteilles d’eau réveillante. Le livre est accompagné d’un CD où l’histoire est racontée et chantée en créole et en français. Une immersion totale dans la culture haïtienne ! Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien, Pont des Demoiselles, Duranti, Izards, Minimes, Côte Pavée, Roseraie, Serveyrolles, Pradettes

Le sac à soucis

Muriel Bloch, ill. de William Wilson Thierry Magnier • 2004 Le Sac à soucis est librement inspiré d’un conte de la tradition orale haïtienne. Ce livre, aux illustrations vives en papier découpé et au ton malicieux, nous raconte l’histoire d’un malentendu et d’un singe qui souhaite son lot de soucis. Tout le monde a des soucis, certains plus que d’autres. Mais trop de soucis, ce n’est bon pour personne, pas même pour un petit singe… Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Ancely, Bonnefoy, Izards, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Saint-Exupéry, Minimes, Côte Pavée, Pradettes 60


Le mariage de pucette Mimi Barthélemy Syros jeunesse • 2001

Dans ce recueil, Mimi Barthélémy raconte la tradition orale de son pays : Haïti. Ses contes, comme Malice et les quatre filles du roi, La princesse au grand savoir, Samadola s’adressent à tous et ses héros, utilisant l’astuce ou la ruse, sauront émouvoir. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Fabre, Izards, Minimes, Côte Pavée, Rangueil, Roseraie

Ti Jean et la Belle-sans-Connaître Michel Ocelot Nathan jeunesse • 2010

Ti Jean aime explorer sa belle île des Antilles. Un jour, au milieu de la végétation luxuriante, il découvre un passage dans des rochers. Il descend, descend, descend, beaucoup, beaucoup, beaucoup plus profond qu’il ne pouvait imaginer. Sa route le mène au Royaume des morts… Là, il va être confronté à des créatures dangereuses, mais sa gentillesse va lui sauver la vie et lui permettre de gagner la main de la princesse, la Bellesans-Connaître. Michel Ocelot, que l’on connaît d’avantage pour Princes et princesses et Kirikou, nous livre ici un joli conte entre silhouettes noires en papier découpé et couleurs flamboyantes. Médiathèque José Cabanis, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Saint-Exupéry, Izards, Minimes, Rangueil, Pont des Demoiselles, Pinel

L’île aux crabes violonistes Xavier Queipo, ill. de Jesús Cisneros OQO • 2011

Il était une fois, dans une île perdue des Caraïbes, une fillette appelée Moana. Un jour qu’elle jouait entre les pilotis de sa maison, elle découvrit un trou. Les jours passent et de plus en plus de trous apparaissent. Ainsi va commencer sa rencontre avec les mystérieux crabes violonistes, si timides, qui lui sauveront la vie. Les illustrations douces ponctuées de touches de couleurs, rendent à merveille la force de cette histoire d’entraide et de sagesse. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Ancely, Saint-Cyprien, Pont des Demoiselles, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Pinel, Serveyrolles, Pradettes 61


Cocozumba

Muriel Bloch, ill. de Mireille Vautier Seuil jeunesse • 2005 À l’époque où Cuba s’appelait Cocozumba, Dingadinga, fille unique du roi en âge de se marier, choisit pour époux un ver de terre. Mais le ver de terre qui vivait loin de la lumière, légua son épouse et l’île au taureau-tyran qui interdit la naissance d’enfants mâles. La belle Sanune, dont les fils furent piétinés par le tyran, fit appel à sa ruse pour délivrer Cocozumba de ce monstre. Les couleurs vives de ces peintures rendent l’exotisme de ce conte, aux accents de goyave et de rhum, sous le soleil chaud de La Havane… Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bonnefoy, Saint-Cyprien, Pont des Demoiselles, Saint-Exupéry, Fabre, Izards, Minimes, Roseraie, Côte Pavée, Pradettes

62


littérature La littérature est un lieu privilégié d’expression des sensibilités au cœur des enjeux historiques. Ainsi

les œuvres caribéennes reflètent-elles les épreuves

traversées : domination coloniale, dictature, révolution,

exil… Romanciers et poètes sont aussi des voix politiques qui comptent, comme en Haïti, Jean Price-Mars, Jacques Roumain ou Jacques Stephen Alexis. Il s’agit de se

libérer de toute oppression et d’affirmer la spécificité de l’identité antillaise, entre héritage européen et racines africaines. Française, anglaise ou espagnole, la langue

d’écriture se métisse de créole. À la « négritude » d’Aimé Césaire succèdent « l’antillanité » d’Édouard Glissant, la « créolité » de Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant. La culture orale populaire se perpétue par les contes et

le théâtre, et colore de merveilleux les récits modernes.

Les quelque auteurs présentés ici sont les représentants d’une vie intellectuelle foisonnante qui ne cesse de se réinventer.

63


Romans Trinité et Tobago Une maison pour Monsieur Biswas

V. S Naipaul Gallimard • L’Imaginaire n°152 • préface J.M.G. Le Clézio • 1985, 2001 Le combat d’un homme pour affirmer son identité au sein de sa tribu d’Hindous exilés dans l’île de la Trinité. Au prix d’efforts et d’humiliations sans nom, il apprend à lire et à écrire, se marie, fait quatre enfants et arrive à construire une maison pour lui et sa famille, avant de mourir à l’âge de quarante-six ans. Médiathèque José Cabanis En langue originale : House for Mr Biswas, Médiathèque José Cabanis

Le masseur mystique

V. S Naipaul Grasset • Les cahiers rouges • 2010 La peinture lucide de la vie tapageuse des travailleurs, commerçants, politiciens et arnaqueurs de Trinidad. Premier roman du prix Nobel de littérature 2001, paru pour la première fois en 1957. Médiathèque José Cabanis En langue originale : The Mystic masseur, Médiathèque José Cabanis Lire aussi : Les hommes de paille, Médiathèque José Cabanis

V. S Naipaul

Prix Nobel de littérature 2001 Sir Vidiadhar Surajprasad Naipaul, plus connu sous la signature V. S. Naipaul, est né le 17 août 1932 à Chaguanas à Trinité-et-Tobago. À l’âge de 18 ans, Naipaul se rend en Angleterre où il obtient une licence ès lettres en 1953, après des études à Oxford. Depuis, il réside en Angleterre mais il consacre aussi beaucoup de temps à des voyages en Asie, en Afrique et en Amérique. Naipaul est un écrivain vraiment cosmopolite, ce qu’il explique par son manque de racines : la pauvreté culturelle et spirituelle de Trinidad l’afflige, l’Inde lui est devenue étrangère et il lui est impossible d’adhérer aux valeurs traditionnelles de l’ancienne puissance coloniale anglaise.

64


Yesterdays

Harold Sonny Ladoo Les Allusifs • 2007 Roman paillard et férocement satirique, Yesterdays raconte les aventures d’un jeune caribéen qui souhaite instaurer une mission hindoue au Canada, guidé moins par la ferveur religieuse que par le désir de se venger de la missionnaire blonde envoyée des années plus tôt dans son île pour évangéliser les païens. Médiathèque José Cabanis Lire aussi : Nulle douleur comme ce corps, Médiathèque José Cabanis

Harold Sonny Ladoo

Né en 1945, Harold Sonny Ladoo a grandi dans une famille de paysans puis a émigré en 1968 au Canada, avec sa femme et ses deux enfants. Il mène alors une double vie, passant ses journées à écrire et étudier et ses nuits à travailler dans divers restaurants pour faire vivre sa famille. En 1972, House of Anansi Press publie son premier roman, No Pain Like This Body. Cela vaut à Ladoo d’être immédiatement reconnu comme un nouveau talent littéraire. Il retourne à La Trinité en août 1973. Ce voyage se termine tragiquement quand, à la sortie d’un bar, il est assassiné brutalement.

Soucougnant

David Chariandy Zoé • Écrits d’ailleurs • 2007 Dans les croyances de Trinidad, le soucougnant est un esprit maléfique qu’il vaut mieux ne pas regarder en face. Le narrateur de ce roman autobiographique est le témoin du quotidien de sa mère malade qui souffre de démence précoce, due peut-être à sa solitude lors de son arrivée au Canada dans les années 1960. Premier roman pour cet auteur qui vit à Vancouver. Médiathèque José Cabanis

65


Porto Rico Revue MEET N°15

Phnom Penh / Porto Rico • 2011 Depuis 1997, la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire publie la revue Meet. Chaque numéro présente un panorama de deux littératures étrangères et rassemble, pour chacune de ces littératures, une dizaine d’écrivains, romanciers et poètes. Les textes sont publiés en version bilingue, langue originale et française. Derrière quelques noms déjà connus des lecteurs français, sont traduits pour la première fois des écrivains encore inconnus ici. Ces écrivains sont ainsi également présentés aux éditeurs français. La revue porte comme titre le nom de deux villes éloignées dans l’espace. Médiathèque José Cabanis

Liens excentriques Rosario Ferré Stock • 2000

À la fois saga familiale et histoire sociale de Porto Rico pendant plus d’un siècle, ce roman explore les alliances et les mésalliances, les relations entre l’amour et la haine, les succès et les échecs, bref, les destins entrecroisés de deux familles, les Rivas de Santillana, planteurs de canne, et les Vernet, représentants de la nouvelle bourgeoisie industrielle. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Rosario Ferré

Son intérêt pour la littérature est apparu très tôt, publiant ses premiers écrits dans des journaux puis dans la revue littéraire qu’elle fonde avec d’autres écrivaines de Porto Rico : Zona de carga y descarga. Sa première publication, Papeles de Pandora, s’est publiée au Mexique en 1970. Rosario Ferré a travaillé le genre romanesque mais aussi l’essai, la poésie et la nouvelle, se référant toujours à la réalité de Porto Rico dans sa situation de dépendance envers les États-Unis et à la vie des Portoricains face à cette contrainte. Rosario Ferré appartient à la génération des écrivains portoricains qui surgit dans les années 1970. L’idéologie de ces écrivains se base, primordialement, sur une approche plus politique de la société.

66


Cuba Revue MEET N° 7 2003 : Alger / La Havane

Contient des textes de Antón Arrufat, Eliseo Diego, Leonardo Padura, Virgilio Piñera, Ena Lucía Portela, Karla Suárez, Mirta Yáñez. Depuis 1997, la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire publie la revue Meet. Chaque numéro présente un panorama de deux littératures étrangères. Les textes sont publiés en version bilingue, langue originale et française. La revue porte comme titre le nom de deux villes éloignées dans l’espace. Médiathèque José Cabanis

Les Brumes du passé Leonardo Padura Fuentes Éditions Métailié • 2006

La Havane, été 2003. Mario Conde, ancien inspecteur, gagne sa vie en faisant le commerce de livres anciens. Dans un ouvrage, il trouve une page de revue avec la photo de Violeta del Rio, une chanteuse des années 1950 qui annonce qu’elle arrête la chanson. Séduit par sa beauté, il se lance dans une enquête personnelle qui va le mener à découvrir les bas-fonds d’un Cuba qu’il n’a pas vu évoluer. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Minimes, Pinel, Pradettes En langue originale : La neblina del ayer, Médiathèque José Cabanis

Leonardo Padura Fuentes

Leonardo Padura est né en 1955 à La Havane, où il vit toujours. Journaliste, puis écrivain, c’est avec Passé parfait qu’il entame la série de romans noirs dans laquelle apparaît l’enquêteur Mario Conde, personnage authentique et désenchanté. À travers lui, l’écrivain livre son regard sur la réalité sociale cubaine d’aujourd’hui.

67


Rhapsodie cubaine Eduardo Manet Grasset • 1996

Après quelques années d’études, Julian retrouve à Miami son père, un homme d’affaires précipité hors de Cuba en 1959 et sa mère, devenue alcoolique et droguée. Au cours d’une réception organisée par son père, il rencontre Emma. Les aventures de ces exilés de Cuba commencent. Médiathèque José Cabanis, Fabre

Eduardo Manet

Né en 1930 à Cuba, romancier, homme de théâtre, de cinéma et compagnon de route des révolutionnaires cubains. Il s’établit en France puis devient Français en 1979. Il a reçu le prix Goncourt des lycéens en 1992 pour L’Île du lézard vert et le prix Interallié en 1996 pour Rhapsodie cubaine.

Le Néant quotidien Zoé Valdés Actes Sud • 1995

Témoignage poignant et d’une terrible vérité sur la débâcle du castrisme, ce livre est aussi un roman d’amour, porté par une écriture somptueuse. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien, Fabre, Minimes En langue originale : La nada cotidiana, Médiathèque José Cabanis

Zoé Valdés

Née en 1959 à Cuba, elle publie son premier roman, Le Néant quotidien, en 1995. Elle doit alors quitter l’île et s’installe à Paris. Elle fait partie de la délégation cubaine à l’Unesco puis de l’Office culturel de Cuba à Paris. Ses écrits dénoncent la faillite économique et les privations imposées par le régime castriste, et expriment la souffrance de l’exil et le manque de la terre natale.

68


Le partage des eaux Alejo Carpentier Gallimard • Folio • 1976

Fuyant New York et la civilisation, un musicien gagne la forêt vierge du Venezuela à la recherche d’instruments de musique primitifs. Ainsi commence une série d’aventures fabuleuses d’où s’élèvent, comme d’une symphonie, les grands thèmes de la Forêt, de l’Eau, de la Révolution... Médiathèque José Cabanis En langue originale : Los pasos perdidos, Médiathèque José Cabanis

Alejo Carpentier

Né en 1904 d’un père Français et d’une mère Russe, Alejo Carpentier a vécu entre Cuba, la France et le Venezuela. Proche des surréalistes, il a développé le concept de « real maravilloso » (réalisme merveilleux) et son œuvre toute entière est un questionnement de l’identité latino-américaine, sous l’influence du Vieux Monde. Ses textes de musicologie font également référence.

Avant la nuit Reinaldo Arenas Actes Sud • 2000

Son autobiographie a été adaptée au cinéma par Julien Schnabel, avec Javier Bardem dans le rôle principal. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien En langue originale : Antes de anochezca, Saint-Cyprien, Saint-Exupéry

Reinaldo Arenas

Romancier, nouvelliste et poète, il s’engage auprès des révolutionnaires contre la dictature Batista avant d’être poursuivi et emprisonné par le régime castriste en raison de ses critiques du pouvoir et de son homosexualité. Il quitte l’île en 1980 au cours de l’exode de Mariel et s’installe à New York. En 1990, atteint du Sida, il se donne la mort.

69


Lézardes

Karla Suárez Husson • 2007 Recueil de nouvelles mettant en scène les habitants de La Havane, accompagnées de photographies prises dans cette ville pendant les années 1996 à 2000 par Yvon Lambert. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

La Havane année zéro Karla Suárez Métailié • 2012

Cuba, 1993. C’est la crise, on ne trouve plus grand-chose à manger et faute de carburant, tout le monde roule à vélo. Julia, la narratrice, est une jeune prof de maths qui enseigne dans un lycée technologique. Elle navigue entre trois hommes, trois histoires, toutes différentes et qui vont se retrouver curieusement mêlées. Tous ces personnages sont fascinés par l’histoire d’un certain Antonio Meucci, un Italien émigré à La Havane qui aurait inventé le téléphone avant Graham Bell. Tous souhaitent récupérer le document original qui permettrait de prouver définitivement l’antériorité de l’invention de Meucci sur celle de Bell. Mais surtout, et c’est le plus important : tous mentent, par jeu, par intérêt, par ennui. Coincée entre les trois hommes, la narratrice cherche à démêler le vrai du faux, tout en pratiquant la survie active et quotidienne dans un pays au bord du gouffre. Dans cette histoire racontée comme une énigme mathématique, Karla Suárez met en scène avec brio une société épuisée, à court de vivres et de rêves, où chacun s’efforce cependant de garder intact tout ce qui peut rendre la vie supportable - l’amour, l’amitié, l’avenir. Médiathèque José Cabanis

Karla Suárez

Née à La Havane en 1969, elle est ingénieur en informatique et vit actuellement à Lisbonne. Ses romans ont été traduits en plusieurs langues, ses nouvelles ont été publiées dans plusieurs pays et adaptées au théâtre et à la télévision cubaine. En France, elle a bénéficié de différentes bourses d’écriture. Elle a donné des ateliers d’écriture littéraire et écrit actuellement pour le journal El Pais, en Espagne. Elle fait partie de la sélection des 39 meilleurs jeunes auteurs latino-américains de moins de 39 ans, organisée en 2007 par Bogota, capitale mondiale du livre et Hay Festival.

70


Le Négrier : Roman d’une vie Lino Novàs Calvo Autrement • Littératures • 2011

Ce roman d’aventures relate la destinée de Pedro Blanco, inspirée par la vie du plus célèbre négrier espagnol du XIXe siècle. Attiré très tôt vers l’interdit, il mène une vie d’errance du Brésil à la Méditerranée. Fatigué par la mer, il s’installe en Afrique où il fonde sa propre esclaverie. Médiathèque José Cabanis

Lino Novàs Calvo

Né en Galice, il émigre avec sa famille à Cuba alors qu’il est encore enfant. Entre 1927 et 1939, il vit en Espagne et publie ses premiers livres et surtout son célèbre récit d’aventure El negrero (1933 ; réédité de nombreuses fois sous le titre Pedro Blanco el negrero). Membre du parti communiste, il participe à la guerre civile dans les rangs républicains. De retour à Cuba, il poursuit sa carrière de journaliste, de traducteur (Huxley, D. H. Lawrence, Faulkner…) et d’écrivain. En 1960, il s’exile aux États-Unis où il dirige la revue anti-castriste Cuba Libre. Outre ses romans, il a publié des recueils de contes et de nouvelles ainsi que des essais.

71


Antigua

Mon frère

Jamaica Kincaid L’Olivier • 2000 Jamaica Kincaid raconte la mort de son frère, à 33 ans, victime du Sida, mais aussi leur mère à l’autorité écrasante, leur père qui n’est pas le sien, leur existence éprouvante. Elle raconte aussi le jour où, ayant oublié de nourrir son frère parce qu’elle était absorbée dans la lecture d’un roman, sa mère a brûlé tous ses livres. Prix Femina étranger 2000. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien, Minimes, Rangueil, Serveyrolles En langue originale : My brother, Médiathèque José Cabanis

Jamaica Kincaid

Elaine Potter Richardson naît le 25 mai 1949 sur l’île d’Antigua, qu’elle quitte à 16 ans pour s’installer à New York. Sous le pseudonyme de Jamaica Kincaid, elle publie régulièrement dans la revue le New Yorker. Ses écrits ultérieurs, pour la plupart autobiographiques, explorent les relations familiales et l’expérience douloureuse du déracinement et des conséquences du colonialisme.

Haïti Haïti : une traversée littéraire Louis-Philippe Dalembert et Lyonel Trouillot P. Rey • Cultures Sud • 2010

Indépendante depuis 1804, Haïti a inspiré de nombreux écrivains, de la métropole française ou d’ailleurs. Ce volume met en lumière la création littéraire et son environnement artistique telle qu’elle se fait aujourd’hui en Haïti avec Frankétienne, Georges Castera, Yanick Lahens, Gary Victor… Témoignages et inédits d’auteurs enregistrés dans le CD. Trophée des Arts afro-caribéens 2011. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien, Minimes, Rangueil

72


Ultravocal : spirale

Frankétienne Hoëbeke • Étonnants Voyageurs • 2004 Premier roman de Frankétienne écrit en 1972 et décrivant le vertige de l’errance sans finalité. Vatel, sorte de chevalier errant, est celui qui ose poser les questions existentielles. Il doit affronter son double négatif, Mac Abre, être de violence et de cynisme. C’est aussi un long travail sur la langue française qui marque l’invention de ce qui deviendra plus tard le mouvement « spiraliste ». Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque Nomade

Frankétienne

De son vrai nom Jean-Pierre Basilic Dantor Franck Étienne d’Argent, né le 2 avril 1936, il se refuse à fuir la dictature de Duvalier et entend rester sur l’île, résister et lutter. Il est l’initiateur du spiralisme, une théorie sur l’art total, et son œuvre prolifique est admirée par de nombreux contemporains.

Hadriana dans tous mes rêves René Depestre Gallimard • 1988

À Haïti en 1938, le narrateur s’éprend d’une éblouissante mariée zombie morte au moment même de son mariage, pendant le carnaval... Prix Renaudot. Médiathèque José Cabanis

René Depestre

Né en 1926, il publie ses premiers vers en 1945. Engagé dans la vie politique de son île natale, il doit s’exiler à Paris puis à Cuba, où il exerce d’importantes fonctions aux côtés de Fidel Castro. Sa poésie reflète son combat en faveur des opprimés, tandis qu’une inspiration érotique traverse ses nouvelles et romans.

73


L’heure hybride Kettly Mars Vents d’ailleurs • 2005

La nuit, dans les quartiers chics où il gagne sa vie, Rico fait commerce de ses attraits en donnant du plaisir et en s’inventant mille vies. Au travers de ce charmeur fauché et mystificateur, on découvre Port-au-Prince peuplé d’êtres égarés dans les brumes de l’alcool et de la solitude. Médiathèque José Cabanis, Fabre

Kettly Mars

Née en 1958 en Haïti. Dotée d’une écriture incisive, percutante, Kettly Mars fait partie de la génération d’auteurs haïtiens qui portent un regard fin et sans complaisance sur la société haïtienne.

L’énigme du retour Dany Laferrière Grasset • 2009

À l’annonce de la mort de son père, un homme revient sur son île natale pour tenter de retracer son histoire familiale, victime de la dictature et de l’exil. Dans une prose sensuelle et poétique, il décrit la beauté du monde et la sagesse d’un peuple qui a pourtant tout perdu. Prix Medicis 2009. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque Nomade, Ancely, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Fabre, Izards, Minimes, Côte Pavée, Pinel, Serveyrolles, Pradettes

Dany Laferrière

Né à Port-au-Prince en 1953, Dany Laferrière quitte Haïti en 1976 pour le Canada, où il travaille comme chroniqueur et éditorialiste dans les media, tout en développant une activité d’écriture autobiographique. Il était présent sur l’île lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010 et raconte cette expérience dans Tout bouge autour de moi.

74


Le briseur de rosée Edwidge Danticat Grasset • 2005

Histoire d’un des briseurs de rosée, ces inconnus qui, au petit matin, à Haïti, emmenaient des hommes pour les torturer. Désormais coiffeur à Brooklyn, c’est un homme tranquille, marié et père d’une jeune artiste branchée. Il loge également trois travailleurs originaires de Haïti. Mais dans le voisinage, il est connu car tout le monde pense le reconnaître à sa cicatrice qui lui barre le visage. Médiathèque José Cabanis, Pradettes Lire aussi : La récolte douce des larmes, Médiathèque José Cabanis

Edwidge Danticat

Née à Haïti, vit à New-York depuis l’adolescence. Elle a été citée parmi les 20 meilleurs jeunes écrivains américains par la revue Granta en 1996. Finaliste au prestigieux National Book Award en 1995 pour son livre Krik? Krak!.

Les Immortelles Makenzy Orcel Zulma • 2012

Les immortelles, c’est l’histoire des prostituées de la Grand-rue de Portau-Prince, celles dont personne n’a parlé après le terrible tremblement de terre. L’une d’elles prend à partie l’inconnu monté la voir et, apprenant qu’il est écrivain, lui propose un marché : contre son corps, écrire l’histoire des putains défuntes, emportées par le séisme sous les décombres de béton. D’une surtout : la petite, la fugueuse toute pénétrée d’une passion dévorante pour les livres parmi lesquels ceux de Jacques Stephen Alexis, mythique écrivain qui fait battre le cœur d’Haïti… Premier roman. Médiathèque José Cabanis, Fabre

75


Le soulèvement des âmes Madison Smartt Bell Actes Sud • 1996

Bouleversante et profonde, une grande épopée qui fait revivre la révolte des Noirs en Haïti, au XVIIIe siècle. Avec, en filigrane, une réflexion éthique et très engagée sur l’essence même du conflit racial, aujourd’hui comme hier. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien, Croix-Daurade

Le maître des carrefours Madison Smartt Bell Actes Sud • 2004

Deuxième volet consacré à l’histoire d’Haïti à la fin du XVIIIe siècle. Toussaint Louverture, le docteur Hébert et Riau, capitaine mulâtre, racontent tour à tour les événements dans l’île après l’abolition de l’esclavage par la France : la guerre civile, la lutte pour l’indépendance, les alliances politiques successives de Toussaint Louverture, ses espoirs... Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Croix-Daurade En langue originale : Master of the crossroads, Médiathèque José Cabanis

La Pierre du bâtisseur Madison Smartt Bell Actes Sud • 2007

Ce dernier chapitre de la vie de Toussaint Louverture, légendaire meneur de la révolte des esclaves d’Haïti, expose la vision qui le poussa à vouloir créer une société fondée sur des principes et un idéal ainsi que les compromis qu’il fut contraint d’accepter pour la préserver. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Madison Smartt Bell

Considéré aux États-Unis comme un écrivain de toute première importance, Madison Smartt Bell est l’auteur de quatorze romans. En France, son œuvre est publiée chez Actes Sud. Derniers ouvrages parus : Toussaint Louverture (2007, biographie), La Ballade de Jesse (2010) et La Couleur de la nuit (2011). Il est l’auteur d’une ample trilogie romanesque consacrée à Haïti qui s’appuie sur de solides recherches archivistiques.

76


La belle amour humaine Lyonel Trouillot Actes sud • 2011

Dans un village d’une île des Caraïbes, Anaïse est venue chercher des réponses sur le passé de son père, parti du village 20 ans auparavant. Thomas est son guide. En sept heures de route, du brouhaha de Port-auPrince au silence d’Anse-à-Fôleur, le jeune homme raconte. Plus que la recherche de cette jeune femme sur son passé, ce roman est surtout un cri d’amour pour Haïti et pour ses habitants, une réflexion sur la condition humaine. Riche ou pauvre, que laissons-nous comme trace de notre passage ici bas, que faisons-nous qui marquera les temps futurs et sommesnous capables de nous côtoyer, de nous aimer malgré nos différences, quelles soient de niveau social ou de couleur de peau. Prix du Salon du livre de Genève 2012. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Minimes, Pavillon de Prêt, Serveyrolles, Ancely, Fabre, Saint-Cyprien, Croix-Daurade, Saint-Exupéry, Izards, Pinel, Pangueil, Roseraie

Lyonel Trouillot

Né en 1956 à Port-au-Prince, Lyonel Trouillot est un intellectuel engagé, poète et acteur passionné de la scène francophone mondiale qui a mis sa notoriété au service de la démocratie de son pays.

77


Jamaïque Zigzag et autres nouvelles de la Jamaïque Olive Senior Zoé • Écrits d’ailleurs • 2010

Ces neuf nouvelles se passent dans une Jamaïque rurale ou urbaine, où l’univers est rude mais chatoyant. Elles mettent en scène des familles qui se sacrifient pour envoyer un enfant étudier à l’étranger, le regard des autres, la modernisation, les enfants blancs qui jouent ou non avec les enfants noirs, le rôle souvent central des domestiques, la fierté et l’importance majeure des croyances. Médiathèque José Cabanis, Rangueil

Éclairs de chaleur

Olive Senior Zoé • Écrits d’ailleurs • 2010 Ce recueil de dix nouvelles donne la parole aux naïfs et aux faibles, le plus souvent des femmes et des petites filles confrontées à l’ambition, à la jalousie et au qu’en dira-t-on. Prix Baudelaire de traduction de l’anglais 2012 (SGDL) pour Christine Raguet. Médiathèque José Cabanis

Olive Senior

Avant de se consacrer entièrement à l’écriture, Olive Senior a travaillé comme journaliste. Auteur de huit livres, elle a reçu le Commonwealth Prize pour Summer Lightning (1986) traduit par Éclairs de Chaleur. Elle est considérée comme l’une des plus importantes parmi les écrivains contemporains de la Jamaïque. Elle vit entre la Jamaïque et Toronto. Zigzag est son premier livre traduit en français.

78


Guadeloupe Pluie et Vent sur Télumée Miracle Simone Schwarz-Bart Seuil • Points • 1995

Parue en 1973, l’histoire de Télumée, petite-fille d’une négresse, maltraitée par son mari et exploitée dans une plantation de canne à sucre en Guadeloupe. Prix des lectrices du magazine Elle, traduit dans une dizaine de pays, ce roman est considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature caribéenne, « inépuisé et inépuisable » (Patrick Chamoiseau). Médiathèque José Cabanis

André et Simone Schwarz-Bart

D’origine juive polonaise, André Schwarz-Bart, né en 1928, perd une partie de sa famille dans les camps nazis. En 1959, il publie le roman Le Dernier des Justes, inspiré du génocide et obtient le prix Goncourt. Il épouse Simone, d’origine guadeloupéenne et, ensemble, ils entreprennent un vaste cycle romanesque, dont seul le premier tome paraîtra. Alors qu’il souhaite mettre en parallèle les tragédies de la Shoah et de l’esclavage antillais, ses écrits doivent affronter de nombreuses critiques et il finit par choisir le silence. Son épouse, quant à elle, rencontre le succès avec Pluie et Vent sur Télumée Miracle.

La vie sans fards

Maryse Condé Jean Claude Lattes • 2012 Maryse Condé nous conte sa jeunesse, femme passionnée, aimante, mère très jeune, une jeunesse marquée par l’Afrique : la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Ghana où elle s’installe après l’indépendance. Il s’agit d’une femme aux prises avec les difficultés de la vie qui cherche le bonheur dans la réalisation de soi. Médiathèque José Cabanis, Izards, Roseraie

Maryse Condé

Née à Pointe-à-Pître en Guadeloupe en 1937, Maryse Condé est l’auteur d’une œuvre considérable et maintes fois primée. Elle enseigne à l’Université de Columbia et en 1985 y fonde le Centre des études françaises et francophones. Elle se partage aujourd’hui entre Paris et New York.

79


La Grande drive des esprits Gisèle Pineau Le Serpent à plumes • 1993

Ce premier roman retrace la grande drive des esprits, dérive entre soleil et ombre, entre amour et mort, la fulgurante ascension et la déchéance des hommes sous l’œil narquois des esprits, dans les mornes de la Guadeloupe. Ce sont des destinées humaines sous les auspices de la Guadeloupe ancestrale. Prix Carbet de la Caraïbe en 1993 et Grand prix des lectrices de Elle en 1994. Médiathèque José Cabanis

Gisèle Pineau

Gisèle Pineau compte parmi les nouvelles voix de la jeune génération d’écrivains d’outre-mer, proche du mouvement de la créolité, aux côtés de Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et Ernest Pépin. Née à Paris en 1956, elle vit aujourd’hui en Guadeloupe. Après des études littéraires, elle s’oriente vers des études d’infirmière en psychiatrie, métier qu’elle exerce toujours, tout en poursuivant son travail d’écriture.

Martinique Adèle et la pacotilleuse Raphaël Confiant Mercure de France • 2005

Adèle, la fille de Victor Hugo, s’éprend d’Albert Pinson, un officier anglais qui la rejette. Pour le suivre, elle parcourt le monde jusqu’à la Barbade, dans l’archipel des Antilles. Elle y rencontre Céline Alvarez Bàà qui la sauve de sa déchéance. Entre la fragile créature et cette fille de l’esclavage et de la révolte, une relation unique va naître. Médiathèque José Cabanis, Saint-Exupéry, Fabre, Minimes, Pinel, Serveyrolles, Pradettes

Raphaël Confiant

Raphaël Confiant est né en 1951 au Lorrain en Martinique. Grand militant de la cause créole dès les années 1970, il publie en 1989 un manifeste littéraire, Éloge de la créolité, avec Jean Bernabé et Patrick Chamoiseau. Il est maître de conférence en langues et cultures régionales à l’Université des Antilles et de la Guyane. Il écrit en créole et en français ; en français ses écrits sont empreints de créolité et décrivent le réel antillais, allant au-delà du cliché des îles paradisiaques. 80


Texaco

Patrick Chamoiseau Gallimard • 1992 Texaco est un quartier de Fort-de-France construit autour de réservoirs de l’entreprise pétrolière du même nom. Marie-Sophie Laborieux, sa fondatrice, confie ses souvenirs au narrateur et, à travers la vie de son père Esternome, retrace toute l’histoire du peuple de la Martinique depuis le XIXe siècle. Ce grand roman épique a obtenu le prix Goncourt en 1992. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Bibliothèque Nomade, Saint-Cyprien, Fabre, Saint-Exupéry, Côte Pavée

Patrick Chamoiseau

Né à Fort-de-France en 1953, Patrick Chamoiseau est une des voix majeures de la littérature antillaise contemporaine. Inspiré par les travaux d’Édouard Glissant, il s’engage pour la défense et l’étude de la créolité. Son œuvre, à travers romans, contes, théâtre, cinéma et essais, s’attache à décrire la culture populaire martiniquaise, marquée par l’oralité et le métissage.

81


Poésie Haïti La peau et autres poèmes Jean Metellus Seghers • 2006

Recueil de poèmes dans lequel Jean Métellus chante la solitude du Nègre, le drame haïtien et son marronnage, évoque son exil intérieur et se consacre à une longue série de poèmes sur le thème de la peau. Médiathèque José Cabanis

Jean Metellus

Médecin de formation, Jean Metellus, né en 1937 en Haïti, s’est distingué par son œuvre poétique. Il est également romancier, dramaturge et essayiste et a reçu en 2010 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française.

Sainte-Lucie Une autre vie

Derek Walcott Gallimard • Du monde entier • 2002 Un long poème-fleuve autobiographique d’environ 4 000 vers, divisé en 23 chapitres et articulé autour de trois thèmes : la mère, la maison d’enfance, l’itinéraire du poète. Un texte pour voyager dans l’espace et le temps, qui mêle lyrisme et ironie, épopée et truculence. Médiathèque José Cabanis

Derek Walcott

Elevé dans une famille métisse méthodiste anglophone à Sainte-Lucie, il poursuit ses études à la Jamaïque, dirige un atelier théâtral et fait jouer ses pièces à Trinité, puis s’installe aux États-Unis. Il enseigne à Harvard et Boston et reçoit le prix Nobel de littérature en 1992. Son œuvre poétique et théâtrale éclaire la singularité de la vie antillaise, en mêlant anglais et parlers locaux, héros populaires et culture savante.

82


Martinique Poétique 1 : Soleil de la conscience Édouard Glissant Gallimard • Blanche • 1997

C’est dans ce tout premier essai que s’offrent au lecteur les idées-forces de la poétique d’Édouard Glissant, où le concept est sans cesse relayé par la présence concrète de l’imaginaire. Médiathèque José Cabanis

Edouard Glissant

Après des études en France, Édouard Glissant, né en Martinique en 1928, a longtemps vécu et enseigné aux États-Unis. Il a notamment développé le concept d’antillanité, en rupture avec celui de négritude, qui place le cœur de l’identité caribéenne dans « l’autre Amérique » et non plus en Afrique. Ses réflexions ont également porté sur la mondialisation culturelle et il s’est engagé contre la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy.

Cent poèmes d’Aimé Césaire Omnibus • 2009

Un album sur l’art poétique d’Aimé Césaire au fil de neuf thèmes : ouvertures poétiques, histoire et îles, géographie cordiale, Afriques, Elles, Présences, portraits, parcours, puissance du poète. Les questions essentielles qu’il pose au monde. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque Nomade, Croix-Daurade, Saint-Exupéry

Aimé Césaire

Elève brillant né en Martinique en 1913, Aimé Césaire poursuit ses études en France. Avec le sénégalais Léopold Sédar Senghor, il crée le concept de négritude, qui s’attache à dénoncer le projet colonial français d’assimilation culturelle et à valoriser la culture africaine. Suite au passage en Martinique d’André Breton, il se rallie au surréalisme. Il est ensuite invité pour une série de conférences en Haïti qui auront un fort retentissement et marqueront durablement son œuvre. De retour en Martinique et soutenu par les élites communistes, il s’engage en politique comme maire puis député et combattra toute sa vie l’idéologie colonialiste.

83


Bande dessinée Guadeloupe Les sœurs Zabîme Aristophane Ego comme X • 1996

Une journée de vacances ordinaire pour trois soeurs : Ella, Célina et Marie-Rose. Une évocation sensible et subtile des pensées, états d’âme et mouvements d’humeur de trois gamines dans leur île natale. Leurs pérégrinations nous livrent des ambiances, des comportements d’une justesse intemporelle. Médiathèque José Cabanis

Conte démoniaque

Aristophane L’Association • Esperluette • 1996 Une saga infernale de 300 planches où les luttes des démons et la misère des âmes damnées rajoutent une pierre non négligeable à la mythologie universelle du Bien et du Mal. Médiathèque José Cabanis

Aristophane (Firmin Aristophane Boulon)

Considéré comme l’un des grands auteurs de la génération des années 1990, ancien étudiant de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris puis de l’École supérieure de l’image à Angoulême, Aristophane aborde dans son œuvre des questions métaphysiques, philosophiques, religieuses, servies par un dessin solide et classique à la plume et au pinceau dans un traitement noir et blanc.

La légion Saint-Georges Roland Monpierre Caraïbéditions • 2010

Né esclave en Guadeloupe, premier homme de couleur à la cour de Louis XVI, le chevalier de Saint-Georges devint escrimeur et violoniste réputé. Après la Révolution, il fit une carrière militaire à la tête de la Légion franche des Amériques et du Midi, secondé par Alexandre Dumas père. Médiathèque José Cabanis

Roland Monpierre

Originaire de Guadeloupe, il cherche à faire connaître des héros mythiques, mais méconnus, issus de l’histoire des Antilles ou de l’Afrique francophone. Son univers graphique est tourné depuis trente ans vers le monde caribéen. 84


Les îles du vent T. 1

Hecor Poullet, dessins d’Élodie Koeger Caraïbéditions • 2009 De retour d’un voyage scolaire à la Barbade, Marie-Scolastique, dite Dionine, fait la connaissance de Yann Lebellec, jeune douanier originaire de Bretagne et depuis peu à la Guadeloupe. Médiathèque José Cabanis, Ancely, Serveyrolles

Les îles du vent T. 2

Hecor Poullet, dessins d’Élodie Koeger Caraïbéditions • 2010 La Martinique est le théâtre d’un chassé-croisé entre des rastas locaux planteurs de ganja et des pourvoyeurs de poudre venus d’ailleurs sur des voiliers de luxe, avec la complicité d’un ripou local haut placé. La suite des aventures de Dionine et de Yann dans les îles. Médiathèque José Cabanis, Ancely

Hector Poullet

Originaire de la Guadeloupe, il est l’un des premiers à y avoir défendu les valeurs culturelles qui sont liées à la pratique du créole. Il a collaboré à la publication de plusieurs ouvrages dont plusieurs dictionnaires ou méthodes d’apprentissage du créole.

Martinique Encyclomerveille d’un tueur T.1 : L’orphelin de Cocoyer Grand-bois Patrick Chamoiseau, Thierry Ségur Delcourt • 2009

Sur l’île de la Martinique, le fils du dernier grand chasseur de démons a été recueilli par le fossoyeur du cimetière de Cocoyer Grands-Bois, après le massacre de ses parents par un monstre dément. En grandissant, il pense prendre la relève de son père. Cette bande dessinée 100% antillaise est née de la rencontre entre Patrick Chamoiseau et Thierry Ségur, tous deux Martiniquais. Thierry Ségur s’est fait connaître avec les trois volumes de la série Légendes des contrées oubliées (Delcourt, 1987-95) ainsi qu’avec Le roi des méduses (Delcourt, 1997). Médiathèque José Cabanis 85


Maé Saison 1 et Saison 2 Pacco Marabout • 2009

Les relations de Pacco, père et adolescent attardé, et de sa petite fille de 4 ans, Maé, qu’il éduque sans se prendre au sérieux. Médiathèque José Cabanis

Une semaine sur deux Pacco Fluide Glacial-Audie • 2012

Une bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur relate avec dérision le quotidien qui est le sien depuis qu’il voit sa fille Maé une semaine sur deux. Médiathèque José Cabanis, Pinel

Pacco (Pascal Dorwling Carter)

D’origine martiniquaise, Pacco est né à Paris, a passé son bac à la Guadeloupe et a étudié le droit avant d’intégrer une école d’art. En février 2007, il ouvre un blog BD, où il raconte avec beaucoup d’humour et de tendresse ses aventures de jeune père avec sa fille Maé. Il est également l’auteur de l’album Fucking Karma et travaille aujourd’hui à quatre mains avec Margaux Motin sur la série Very Bad Twinz.

Cuba Adiós Muchachos

Paolo Bacilieri, Matz, d’après le roman de Daniel Chavarria Casterman • Rivages-Casterman-noir • 2011 Avec la complicité de sa mère, Alicia est une jinetera, une de ces Cubaines qui se prostituent occasionnellement, dans l’espoir d’être entretenues ou même épousées par un touriste occidental. Elle a repéré le beau Juanito, un Canadien en mission de longue durée sur l’île qui semble être un gros poisson... Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien, Saint-Exupéry, Serveyrolles, Pradettes

Daniel Chavarria

Né en 1933 en Uruguay, Daniel Chavarria vit depuis les années 1960 à Cuba, où il est devenu écrivain et professeur de littérature à l’université de La Havane. Une demi-douzaine de ses romans ont été traduits en langue française, la plupart aux éditions Rivages. Adios muchachos, publié à Cuba en 1995, lui a valu en 2002 la reconnaissance des Mistery Writers of America (États-Unis) qui lui ont décerné l’Edgar du meilleur roman édité en poche. (Texte Casterman) 86


musique

Rio Loco 2013 fête les îles caribéennes ! Repaires

mythiques des pirates, des pêcheurs à la baleine qui ont enfanté des musiques à foison.

Ces territoires ont connu l’anéantissement des Indiens, la colonisation, l’esclavage, des guerres d’annexion,

l’ingérence nord-américaine, des séismes, des éruptions… mais ont eu aussi de formidables opportunités de

création de musiques, de danses, engendrant des cultes mystérieux et des carnavals exubérants.

De nos jours, les flux migratoires continuent de modifier ces mosaïques ethniques et d’en brasser les rythmes. La sélection papier ne peut refléter l’intégralité de

nos choix. Nous privilégions les musiques cubaines,

jamaïcaines, le jazz et les musiques fonctionnelles. Vous pouvez retrouver l’intégralité des Caraïbes (Martinique,

Guadeloupe, Haïti, Porto Rico…) sur notre site à l’adresse suivante : www.bibliotheque.toulouse.fr.

Quelques îles, faute d’informations suffisantes, ne

figurent pas dans la discographie, nous essaierons tout de même de trouver des compilations pour ces « oubliées ».

Les notices des CDS sont présentées de la manière suivante :

Titre

Auteur (sauf si compilation) Informations (Label • année) Côte du CD Localisation du document 87


Cuba Cuba est la plus grande île des Grandes Antilles et, à l’instar des Caraïbes et du Nouveau Monde, l’histoire de ses musiques est inventée, enrichie, sans cesse renouvelée, par la colonisation espagnole (pour Cuba) et la déportation de près d’un million d’Africains ; la traite des noirs va durer jusqu’à la fin du XIXe siècle. Dès le XVIe siècle, la population amérindienne, malgré une grande résistance, sera décimée. Ne restera dans le sillage des conquistadors que quelques instruments de musique, toujours utilisés : des calebasses remplies de graines et emmanchées sur de courts bâtons, des maracas, le guiro composé d’une coque striée et raclée avec une baguette. Vers 1500, arrivent les premiers esclaves, les Yorubas du Nigéria ; ces derniers, n’ayant pas le droit de pratiquer leurs religions et de vénérer leurs orishas (divinités), vont dissimuler ces pratiques et faire semblant d’adhérer à la religion catholique et ses rites, ce qui a donné naissance à la santería. Cette musique se joue sur 3 tambours batà*, accompagnés de maracas.

Chants et rythmes afro-cubains Arion • 2009 • Compilation 053.1 A CHA Médiathèque José Cabanis

Raices africana : live Havane Grupo Afrocuba Shanachie • 1996 053.1 GRU Médiathèque José Cabanis

Pour les autres ethnies africaines, telles que les Bantous, les Ewés et les Mandingues du Ghana, les Abakuas du Nigéria et tant d’autres du Sénégal, d’Angola, du Libéria, les Espagnols leur permirent de temps en temps de pratiquer leurs musiques et leurs danses ; entre autres à la « fête des rois » le 6 janvier. En 1884, pour punir une révolte d’esclaves, les défilés pendant l’épiphanie sont interdits. Aujourd’hui, les musiciens forment encore des comparsas, carnavals de rue aux sonorités rituelles, avec congas*, corneta china*, chanteurs et danseurs. Les chants sont l’occasion de commenter l’actualité sous une forme directe ou détournée. 88


Afro-Cuba : carnival music of eastern Cuba World Audio Fondation • 2009 • Compilation 053.1 A CAR Médiathèque José Cabanis

Du XVIe au XVIIIe siècles, les docks du port de La Havane sont le centre vital de la capitale ; les dockers inventent le très* et surtout les claves* : l’instrument de musique (deux bâtons de bois que l’on entrechoque) et le rythme lui-même qui est syncopé. Cette percussion toute simple, va donner naissance à la plupart des styles musicaux cubains, le son, la rumba, la salsa…

Dejala en la puentica

Clave Y Guaguancó Egrem • 2006 053.2 CLA Médiathèque José Cabanis Le groupe s’est formé sur les docks de La Havane, il y a plus de 50 ans. Dans les campagnes c’est le punto guajiro qui est chanté et improvisé par les repentistas. Ces poètes, solistes ou en joute, à la manière des griots improvisent jusqu’à la transe verbale. Souvent gardiens de vaches, ils montent à la capitale le dimanche et se produisent aujourd’hui à la télé.

Repentistas : gardiens de verbes et de vaches Accords Croisés • 2006 • Compilation 053.2 A REP Médiathèque José Cabanis

Musica campesina : folk music Ethnic • 2000 • Compilation 053.2 A MUS Médiathèque José Cabanis

* cf lexique p.125 89


Le 17 août 1791, une révolte des esclaves éclate à Hispanola (deuxième île des Antilles partagée entre Haïti et la République Dominicaine), les colons français et leurs esclaves débarquent à Santiago de Cuba avec dans leurs valises, la contredanse (encore appelée « cotillon », danse gaie aux airs simples à deux temps). À Cuba, elle se créolise et devient la contradanza, interprétée par les Orquestas Tipicas (orchestres présents dans toute l’Amérique du Sud et l’espace Caraïbes, avec clarinette, cuivres, percussions, violons, timbales*, güiro*) ; puis évolue vers le danzon, les couples dansant face à face. Ces nouveaux rythmes sont joués par les charangas (l’orchestre met en valeur la flûte), qui donneront à leur tour le son montuno, le cha cha cha et la pachanga.

Rétrospective officielle des musiques cubaines Frémeaux & Associés 1999 • Compilation 053.1 A RET Médiathèque José Cabanis

Contradanzas and danzones Rotterdam Conservatory Orquesta Tipica Nimbus • 2003 053.1 ROT Médiathèque José Cabanis

Bailar la pachanga, vol. 1 Pachanga, vol. 2

Belisario Lopez (1903-1969) Ansonia • 2008 053.2 LOP Médiathèque José Cabanis Ce pianiste, puis flûtiste fonde sa première charanga en 1928 et passe rapidement sur les ondes radiophoniques. Son orchestre disparaît lorsqu’il quitte Cuba en 1959. Il reconstitue un nouveau groupe aux USA et se produit jusqu’en 1966.

90


Los marcianos

Orquesta America Del 55 Tumbao Cuban Classics 053.1 ORQ Médiathèque José Cabanis À l’origine de cette formation, il y a Ninon Mondéjar, ouvrier boulanger et chanteur de danzones. La plupart de ses membres sont partis pour d’autres groupes. Mais le nom est resté et l’Orquesta America se produit toujours à Cuba et dans le monde. Le XVIIIe siècle voit naître la guaracha, qui est une danse et aussi une chanson satirique du quotidien, grivoise ou acerbe. Son style évolue jusqu’au XXe siècle, fusionnant avec le son, la rumba, le jazz, et la salsa.

Guaracha son

Orquesta America Tumi • 2000 053.2 ORQ Médiathèque José Cabanis

Cuba : guaracha y son Celia Cruz & Albita Rodriguez Orfeon Records • 1999 053.2 CRU Médiathèque José Cabanis

Guaracheros de Oriente Que trio Big World • 2008 053.2 GUA Médiathèque José Cabanis

* cf lexique p.125 91


500 ans d’histoires musicales métissées créent au XIXe siècle le boléro cubain, la rumba, le guaganco, la habanera, le merengue, le changüi et le son. Le boléro est un chant et une danse lente, marqué par les claves*. Le premier boléro est attribué à Pepe Sanchez. Cet autodidacte d’origine mulâtre, a composé dans sa tête un grand nombre de musiques, quelques œuvres sont arrivées jusqu’à nous grâce à ses disciples qui les ont retranscrites. Le plus connu de ses boléros est Tristeza.

Latino america collection romance varietes Pepe Sanchez (1856-1918) Levithan 053.1 PEP Médiathèque José Cabanis

Antologia romantica, grandes voces grandes boleros Yoyo • 2009 • Compilation 053.2 A ANT Médiathèque José Cabanis

Ese soy yo

Antonio Machin Tumbao Cuban • Blues Sound • 1997 053.2 MAC Médiathèque José Cabanis En marge des petits travaux qu’il réalise pour assurer sa subsistance Machin s’intègre à divers groupes et se fait connaître avec le Trio Manuel Luna. En 1926 il forme un duo avec Miguel Zaballa, qui passe régulièrement sur les stations radiophoniques. En 1927, l’Orchestre « blanc » de Justo Aspiazu le recrute pour son show au Casino Nacional de La Havane, il devient ainsi l’un des premiers musiciens noir à chanter dans un lieu réservé aux blancs.

92


La rumba dont le style musical peut être chant, danse ou instrumental est interprétée dans les arrières cours des immeubles de La Havane. C’est une fusion africaine et espagnole. Il en existe 3 formes : le guaguanco (la plus populaire, les textes traitent de la vie quotidienne), le yambu (alternance de solistes et cœurs, le danseur imitant un vieux s’appuyant sur sa danseuse) et la columbia (la plus ancienne, chantant la vie au travail, une danse d’hommes, sensuelle, rapide, chaque danseur essayant de surpasser le précédent).

Rumba de corazon Munequitos de Matanza Bis • 2010 053.2 MUN Médiathèque José Cabanis

Rumba, mambo, cha cha cha

Putumayo World Music • 2011 • Compilation 053.2 RUM Médiathèque José Cabanis Aux alentours de 1830, la contradanza se transforme en habanera. Cette danse chantée qui doit son nom à la capitale connaît un immense succès en Europe ; les compositeurs Saint-Saëns, Bizet, Ravel, Falla, Albeniz… en composent ; elle est aussi l’origine du tango argentin.

Ave Maria morena… Raices Habaneras MVD • 2010 053.2 RAI Médiathèque José Cabanis

Habanera

Elina Garanca (récital) Deutsche Grammophon • 2010 399 GAR Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

* cf lexique p.125 93


La trova est la chanson populaire durant la première moitié du XXe siècle. C’est une chanson romantique teintée de nationalisme, accompagnée à la guitare. Ses origines sont espagnoles. Les trovadores, se produisent dans les villes, dans les clubs appelés « casa de la trova ». C’est donc un terme générique, pour chanter le boléro romantique, le son, les guarachas et autres guajiras. Les ballades sont calmes, acoustiques et superbement chantées.

Serenata picante

Casa de la Trova Maquistador • 2002 053.1 CAS Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

The cuban legend

Maria Teresa Vera (1895-1965) Edenways • 1999 053.2 VER Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot Grâce au grand trovador Manuel Corona et à ses cours de guitare, elle deviendra la reine de la trova. Le changüi est un type de chant et de danse de la région de Guantanamo, qui voit le jour vers 1860. Sa structure rythmique est africaine et s’apparente à la rumba. Les improvisateurs chantent en utilisant le système espagnol des décimas (strophes de 10 lignes de 8 syllabes chacune). Les bongos*, le très* et le marimbula* les accompagnent.

De qué estamos hablando ? Elio Revé Artex • 2010 053.2 REV Médiathèque José Cabanis

Music from Oriente de Cuba : the estudiantina tradition Estudiantina Invasora Nimbus • 2003 053.1 EST Médiathèque José Cabanis 94


La guajira est une musique paysanne, d’origine espagnole. La plus célèbre est Guantanamera composée en 1929 par Joselito Fernandez et reprise par de nombreux chanteurs à travers le monde et par la plupart des orchestres cubains.

Romance guajiro

Guillermo Portabales Fast • 1999 053.2 POR Médiathèque José Cabanis

The queen of cuban folk Celina Gonzalez World Up • 2000 053.2 GON Médiathèque José Cabanis

Fin XIXe siècle le son cubano (prononcer « sonne »), dérivé du changüi, naît dans la province d’Oriente. Cette musique populaire peut être considérée comme la première création musicale cubaine ; d’abord en trio avec très*, bongo* et marimbula* il évolue vers une forme urbaine joué sur instruments à cordes et percussions par des cuartetos et septetos. Le sonero improvise des chansons sur la femme et l’amour. En 1930, Arsenio Rodriguez fusionne le son et le guacanco (une des formes de la rumba) et crée le son montuno. Il intègre dans la formation le piano, les congas*, le son s’africanise et se dynamise. Cette musique amène d’autres compositeurs à imaginer de nouveaux styles : le mambo, le cha cha cha, la salsa.

Primitivo

Arsenio Rodriguez (1911-1970) Sonedo • 1999 053.2 ROD Médiathèque José Cabanis Né en 1911, dans la province de Matanzas, descendants d’esclaves congolais, il devient aveugle accidentellement à l’âge de 7 ans. Il est compositeur, joueur de très*, percussionniste et leader de groupe. C’est l’une des figures les plus importantes de la musique cubaine. * cf lexique p.125 95


Quiquirinao

Conjunto Chapottin Sonodisc • 2000 053.2 CON Médiathèque José Cabanis

Sones cubanos

Septeto Nacional Blues Interactions • 1990 053.2 SEP Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot Et puis il y a le Buena Vista Social Club, un lieu, un album, un film et bien sûr les musiciens. Le lieu : un célèbre club de musique située à Marianao, une banlieue de La Havane dans les années 1940. 50 ans plus tard, Nick Gold producteur du label World Circuit et Rye Cooder sont dans la capitale. Leur projet initial (un enregistrement de musiciens maliens et cubains) ne pouvant aboutir, ils décident d’enregistrer un album de son cubano avec les musiciens locaux. En moins d’une semaine le disque sort. Il est distribué par le label Nonesuch et remporte un triomphe dans le monde entier. En 1998, Wim Wenders et une équipe de tournage sont du voyage. Le Buena Vista Social Club devient un magnifique film documentaire qui fera beaucoup pour la reconnaissance tardive de ces humbles et talentueux musiciens. En voici quelques noms, beaucoup nous ont quittés : Compay Segundo, Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo, Ruben Gonzalez, Pio Leya, Puntillita, Eliades Ochoa, Cachaïto et tant d’autres…

Buena Vista Social Club

World Circuit • 1997 • Compilation • Musique de film 053.2 BUE Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

96


Calle salud

Compay Segundo (1907-2003) Eastwest • 1999 053.2 COM Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot De son vrai nom Francisco Repilado, le jour Compay travaille dans une manufacture de tabac, le soir il se produit dans les bars de Santiago. Il crée en 1942 un duo avec Lorenzo Hierrezuelo : Los Compadres qui connaît un certain succès pendant une quinzaine d’année. Un de ses sons les plus connus est Chan chan.

Mi sueno

Ibrahim Ferrer (1927-2005) World Circuit • 2007 053.2 FER Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien Il sera maçon, cireur de chaussures, scaphandrier… et la nuit chanteur de son dans de nombreux orchestres. Sa plus grande joie fut de chanter enfin le boléro de sa voix de velours.

Buena vista social club presents Omara Portuondo

Omara Portuondo World Circuit • 2000 053.2 POR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien Une des rares artistes issues de la bourgeoisie et qui est restée dans son pays après la révolution cubaine. Elle peut tout chanter, du son, du boléro, du jazz. En 1952, elle forme le cuarteto féminin, Las D’Aida, qui se produira pendant 15 ans.

Son de Oriente

Eliades Ochoa Magada • 2001 053.2 OCH Médiathèque José Cabanis Comme la plupart de ses collègues, Ochoa est né dans une famille rurale et commence à chanter et à jouer de la guitare vers l’âge de 6 ans. Coiffé de son éternel stetson, il est considéré comme l’un des plus grands soneros. 97


Cachaito

Orlando Lopez Cachaito (1933-2009) World Circuit • 2001 053.2 CAC Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M Issu d’une famille de musiciens qui ont inventé les descargas (jam sessions), le mambo et la salsa, Cachaitol joue de la contrebasse, de la basse, du mambo, du jazz et de la musique classique.

A toda Cuba le gusta

Afro Cuban All Stars World Circuit • 1997 053.2 AFR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

Son-soul of a nation

Sierra Maestra Riverboat • World Music Network • 2008 053.2 SIE Médiathèque José Cabanis Une variante du son, le sucu-sucu, naît dans l’île des Pins. Emploi de la guitare, mouvement complexe des pieds, percussions avec machettes frottées, bouteilles frappées. C’est un chant à réponse entre le leader et son chœur.

El sucu-sucu

Tumbita Criolla de Mongo Rives Virgin • 2000 053.2 TUM Médiathèque José Cabanis

98


Reparlons de la famille Lopez ; le père Orestes et le petit frère Israël dit « Cachao », car ce sont eux qui inventent le mambo en 1937. Les origines sont les musiques d’Afrique centrale, bantoues certainement, et espagnoles par les similitudes avec la guaracha. Les danseurs se font face, les pas de danse sont réalisés en miroir. C’est Perez Prado dit « Prez » qui va créer le premier big-band. Dans les années 1950 et 1960, le mambo explose littéralement à New-York et va influencer nombre de jazzmen.

Descarga cubana

Israël Lopez Cachao Granma • 2002 053.2 CAC Médiathèque José Cabanis

King of mambo

Damaso Perez Prado Euro Parrot • 1994 053.2 PER Médiathèque José Cabanis

El barbaro del ritmo

Benny Moré (1919-1963) Scalen Disc • Rev-Ola • 2006 053.2 MOR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot Improvisateur virtuose à la voix de ténor surnommé le « barbare du mambo ». Dans les années 1950, il constitue une formation d’une vingtaine de musiciens, une banda gigante, et lance un nouveau rythme, la batanga, inventée par Bebo Valdés. Ce rythme trop compliqué ne prit pas.

99


Est-ce parce que les États-Unis considèrent Cuba comme une annexe, toujours est-il que la plupart des artistes cubains vont et viennent entre les deux pays, les clubs américains sont des inconditionnels de tous les styles cubains. Le mambo devient une véritable folie dans les night-clubs, il se fait appeler le mambo craze.

Todo ritmo

Bebo Valdés Magada • 2002 053.2 VAL Médiathèque José Cabanis Le cha cha cha succède au mambo en 1953, il connaîtra 10 ans de succès. Le rythme est plus lent et plus simple. Le nom viendrait d’un maracas de la province d’Oriente, le cha cha. Enrique Jorrin et l’Orquesta America immortilisèrent la danse sous ce nom dans la chanson Ilver star avec la strophe suivante : « cha cha cha es un baile sin igual ».

Chanchullo

Ruben Gonzalez (1919-2003) World Circuit • 2008 053.2 GON Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

The 70th anniversary album : 1939-2009 Orquesta Aragon Lusafrica • 2009 LB 053.2 ORQ Médiathèque José Cabanis

Silver star

Orquesta America Tumbao Cuba • 2001 053.2 ORQ Médiathèque José Cabanis

100


Une petite parenthèse historique. En 1956, après 3 ans d’exil, Fidel Castro revient sur l’île avec une dizaine de compagnons et Ernesto « Che » Guevara. L’expédition tourne court, les révolutionnaires se réfugient dans la Sierra Maestra (massif à 1900 m dans la province de Guantanamo), et c’est de là que le mouvement s’étendra et finira par la déroute du dictateur Batista le 7 janvier 1959. En 1961, Kennedy instaure un embargo qui perdure jusqu’à nos jours. Beaucoup d’artistes s’exileront, d’autres moins chanceux et jugés trop proches de l’ancien gouvernement seront « rééduqués » dans les champs de cannes à sucre. Dans les années 1960, la pachanga détrône le cha cha cha. Le style est rapide, syncopé parfait pour danser. Son nom vient d’un morceau composé par Eduardo Davidson.

Cuba morning great bands of the fifties

Playasound | Compilation 053.2 A CUB Médiathèque José Cabanis 10 ans après la révolution cubaine, les protest songs du Chili influencent les jeunes artistes socialement engagés. Ce nouveau courant musical c’est la Nueva Trova. Ils sont à l’écoute de la jeunesse, contre la guerre du Vietnam, attentifs aux mouvements sociaux aux États-Unis et dans le monde.

La musica de

Martha Valdes Virgin • 2000 053.2 VAL Médiathèque José Cabanis

The definitive collection Pablo Milanes Wrasse • 2003 053.2 MIL Médiathèque José Cabanis

101


Musica cubana : the sons of Cuba (film de Wim Wenders) Timba • 2010 • Compilation 053.2 A MUS Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Les nouveaux rythmes se succèdent, le pa’ca, le pilon, le dengue et le plus percutant de tous, El Mozambique. Ce tumbao (forme rythmique tirée du son) fut inventé par Pello El Afrokan. Sa formation pouvait aller jusqu’à 40 musiciens avec tambours africains, congas*, très*, piano, cuivre… Voici ce que dit Pello de sa création : « Je l’ai fait dans le but d’éviter que la musique cubaine ne se laisse pénétrer par le son étranger de Paul Anka et j’ai voulu inventer quelque chose pour m’y opposer », et ce nom est un hommage au Mozambique qui accède à l’indépendance. El Mozambique a généré et influencé le jazz, la fusion, le R&B… On peut entendre ses grooves chez Aretha Franklin, les Rolling Stones, Santana, James Brown, Chick Corea et tant d’autres…

Mambo con conga is mozambique Eddie Palmieri Fania • 2008 053.2 PAL Médiathèque José Cabanis

En 1966, le boogaloo succède à la pachanga. La danse est née dans les communautés cubaines et portoricaines de New-York. Influences des musiques nord-américaines : soul, rock et rythm’n’ blues. Charlie Palmieri, Ray Barretto, Johnny Colon, Pete Rodriguez et Joe Cuba qui en sont les chefs de file mélangent, Amérique latine, Amérique du Nord, Afrique, Cuba, l’anglais, l’espagnol. Le boogaloo annonce la salsa.

The rough guide to Boogaloo : latin dance with New York attitude World Music • 2008 • Compilation 053.2 A ROU Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

102


La salsa (la sauce) est une danse et une famille de genres latino-américains. Une formation de salsa comprend : une section rythmique (basse, piano, congas*, bongos*, timbal*), une section cuivre (trompettes, trombones), des flûtes et des voix (soneros et chœurs). Les bases de la salsa sont cubaines : mambo, guaracha et le son montuno. Les USA (avec le label Fania Records), Porto Rico, le Venezuela, le Mexique, la Colombie et Saint-Domingue ont contribué à la création et au développement de cette danse. À Cuba, ces danses « caliente » ou « erotica » sont appelées casino ou son. Dans les années 1970, elles se nomment songo et en 1980, timba. Dans les années 1990, principalement en Espagne et en France, des groupes mélangent le rock avec la rumba cubaine, et diverses influences latines. La Mano Negra, Sergent Garcia sont les pionniers du salsamuffin. Chez les Anglais, ne pas oublier le groupe Ska Cubano, les rois du mambo déjanté.

Irrepetible

Celia Cruz (1924-2003) Universal • 2004 053.2 CRU Médiathèque José Cabanis La Cubana Negra sera pendant 15 ans la chanteuse extravagante du prestigieux orchestre la Sonora Matancera.

Grandes exitos

Sonora Matancera Seeco • 1992 053.2 SON Médiathèque José Cabanis

Havana si ! The very best of 1969-2009

Los Van Van Demon • 2009 053.2 VAN Médiathèque José Cabanis Une des meilleures formations cubaines depuis 35 ans ! Les inventeurs du songo.

* cf lexique p.125 103


En la calle

NG La Banda Qbadisc • 1992 053.2 NGL Médiathèque José Cabanis Groupe « Nouvelle Génération » formé en 1988 avec entre autres José Luis Cortés, Isaac Delgado, les créateurs de la timba.

Chekere-son

Irakere Vampisoul • 2004 053.2 IRA Médiathèque José Cabanis

Mis 22 anos

José Luis Cortés Egrem • 2012 053.2 COR Médiathèque José Cabanis

Malecon

Issac Delgado Bis Music • 2000 053.2 DEL Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Cuba

Charanga Habanera Dom Disques • 2010 053.2 CHA Médiathèque José Cabanis

Mi tierra

Gloria Estefan Epic • 1993 053.2 EST Médiathèque José Cabanis Trop proche du dictateur Batista, sa famille fuit vers Miami. La reine de la salsa/pop attendra 10 ans pour faire un album en espagnol. 104


Lo que quiero es fiesta !

Maraca Cornershop • 2009 053.2 MAR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

Havanisation

Raul Paz Naïve • 2010 053.2 PAZ Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Médiathèque Grand M Un style impossible à caser, de la salsa, de la pop/jazz et de l’électro.

Le rap cubain Le rap fit son entrée à Cuba dans les années 1980 dans la municipalité de Alamar, située à l’est de La Havane, via les ondes des stations de télévision et de radio en provenance de Miami. Au début des années 1990, l’économie du pays se retrouve au bord de la chute. Cette nouvelle réalité amènera les jeunes raperos cubains à développer de nouveaux moyens pour exprimer leurs frustrations. Enregistrant, lorsqu’ils le pouvaient, les versions instrumentales des morceaux qu’ils captaient sur leurs radios, les jeunes cubains de Alamar créeront leur propre rap caractérisé par un discours alternatif, radical et critique des problèmes particuliers de la société et du système en général. On peut citer en particulier Los Aldeanos (les villageois), duo formé par El Aldeano et El B., qui critique depuis près de dix ans le « tyran-osaure » Fidel Castro. Tandis qu’une agence gouvernementale du rap a été créée en 2002, promouvant une dizaine de groupes aux textes respectueux du pouvoir, Los Aldeanos chantent clandestinement la colère de la jeunesse des barrios miséreux. Au niveau international, c’est le groupe Orishas qui se démarque nettement. À l’origine, le groupe fut formé en 1995 et s’appelait Amenaza (menace). Son objectif était de défendre l’identité noire, de traiter le problème du racisme et la vie difficile à Cuba, puis la ligne directrice du groupe a évolué, ils continuent à évoquer les problèmes politiques de l’île mais mixent leur rap de salsa ou de rumba. Le nom du groupe Orishas a été choisi pour évoquer la connexion à l’héritage de la culture cubaine puisque « orishas » signifie divinités dans la religion et les croyances si particulières à l’île de Cuba.

105


A lo cubano

Orishas EMI • 1999 291 ORI ; 2 ORI 91 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien

Puro movimiento

Los Aldeanos AVA Records • 2009 291 ALD Médiathèque José Cabanis

Diary of a mad dog

Sen Dog Suburban Noise • 2008 291 SEN Médiathèque José Cabanis Un des fondateurs du groupe Cypress Hill.

Diario

Telmary Bis Music • 2006 291 TEL Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot Elle est devenue célèbre en 1999 avec le groupe de rappeurs cubains de renom Free Hole Negro. Elle a ensuite rejoint le groupe Interactivo en 2002 et passé 5 ans en tournée avec entre autres Yusa, Vivanco & Del Rio et Carcassés. Ce fut au sein du groupe Interactivo que Telmary développa son style original de rap poétique.

Gilles Peterson presents Havana Cultura : new Cuba sound Brownswood • 2009 • Compilation 053.2 A HAV Médiathèque José Cabanis

106


Gilles Peterson presents Havana Cultura : the search continues

Brownswood • 2001 • Compilation 053.2 A HAV Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M L’anglais Gilles Peterson s’est associé au célèbre pianiste cubain Roberto Fonseca, unanimement reconnu et récompensé, pour dénicher des musiciens émergents au sein de la scène musicale de La Havane. Il s’agit là de la plus grande réunion de talents de la musique cubaine. En 2011 il nous présente le deuxième volet de ses aventures cubaines.

Le reggaeton cubain

Chanté en espagnol et dérivé du ragga, le reggaeton est un mélange de hip hop et de rythmes de musique d’Amérique centrale et des Caraïbes avec une prédominance, soit du rap, soit des musiques traditionnelles caribéennes suivant les interprètes. Le reggaeton est très populaire à Cuba, le premier groupe cubain de reggaeton qui a connu le succès est SBS, puis Candyman dont la musique est nettement influencée par les sonorités jamaïcaines.

Caramelo

Candyman Battle records • 2011 291 CAN Médiathèque José Cabanis

La Marcha de SBS SBS BCA Music • 2011 291 SBS Médiathèque José Cabanis

Cubaton presents El Medico El Medico Atena Music • 2012 291 ELM Médiathèque José Cabanis

107


Jamaïque Le mento débute dans les années 1930. Le style est un mélange de chants de travail, chants africains, de traditions anglaises et françaises, de danses telles que la polka, le quadrille… Le mento va gagner les villes et s’inspirer de la rumba. « C’est une musique chaloupée et paresseuse comme certains reggae, un peu africain, un peu calypso, avec un banjo chantant et un anglais savoureux. »

Jamaica rhythm & blues : 1956-1961 Laurel Aitken Frémeaux & Associés • 2012 • Compilation 292 A JAM 2 Médiathèque José Cabanis

Plays Mento

Stanley Beckford Barclay • 2002 292 BEC 3 • 052.1 BEC • R052.2 BEC Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

Années 1950 : des musiques traditionnelles aux prémices du ska

Le rhythm’n blues américain est introduit sur l’île par les sound systems, les plus célèbres étant ceux de Coxsone, Duke Reid ou Vincent Edwards. Le son, jusqu’alors non amplifié et traditionnel, devient plus dansant, avec un jeu sec de guitare, ce sont les débuts du ska.

1960-1964 : le ska

La naissance du ska est associée à trois musiciens de l’époque Jah Jerry, Stanley Ribbs et Lester Sterling, (qui deviendra membre des Skatalites). Prince Buster, avec son single Madness, devient un artiste incontournable de cette période. À la même époque, un certain Bob Marley sort son premier single. En 1963, Coxsone lance le label devenu culte, Studio One, et devient producteur des Wailing Wailers dont Bob Marley est le chanteur. En 1964, la formation The Skatalites est créée, c’est l’apogée du ska, composée des meilleurs musiciens de Jamaïque et de Studio One.

108


The original cool Jamaican ska Laurel Aitken Pressure Drop • 2009 (Réed. 1964) 292 AIT 1 Médiathèque José Cabanis

Hog in a cocoa

Skatalites Treasure Isle • 1991 • Compilation (1962-1968) 292 SKA 1 Médiathèque José Cabanis

Action !

Desmond Dekker Lagoon • 1994 (Réed. 1968) 292 DEK 1 Médiathèque José Cabanis

Sings his hit songs

Prince Buster Reel Music • 2009 • Compilation (1963-1967) 292 PRI 1 Médiathèque José Cabanis

1964-1968 : le rocksteady À partir de 1966, le rocksteady émerge peu à peu, avec un rythme ralenti et une prédominance du chant. Ken Boothe et Alton Ellis font partie des grandes voix de cette époque, avec aussi des groupes comme The Heptones, The Ethiopians… Au Royaume-Uni, Chris Blackwell, déjà créateur du label Island, lance le label historique Trojan. Avec la prédominance vocale dérivée de la soul du rocksteady et la culture instrumentale héritée du ska, le reggae se profile.

Be true to yourself : anthology 1965-1973 Alton Ellis Trojan • 2004 • Compilation (1965-1973) 292 ELL 2 Médiathèque José Cabanis

109


Mystic miracle star

Lee “Scratch” Perry Heartbeat • 1990 (Réed. 1982) 292 PER 2 Médiathèque José Cabanis

Rides on

Jackie Mittoo Jamaican Recordings 20 • Compilation 292 MIT 2 Médiathèque José Cabanis

On top

The Heptones Studio One • 1997 (Réed. 1967) 292 HEP 2 Médiathèque José Cabanis

À partir de 1968 : le reggae Le reggae, dérivé de « streggae », terme très vulgaire désignant une fille facile, apparaît. Le genre se définit par un tempo plus accéléré par rapport au rocksteady et une basse plus importante. Le reggae est marqué par le rastafarisme, ce mouvement né dans les années 1930, prêche l’Ancien Testament, la reconnaissance de l’empereur d’Éthiopie, Hailé Selassié comme dieu vivant et l’adoration de l’Afrique où ses descendants retourneront un jour. L’Occident est appelé Babylone et représente le mal absolu. Ces thèmes imprègnent la culture reggae et en sont indissociables. Les influences sont multiples : musiques traditionnelles caribéennes telles que le mento, le calypso, les burrus, sorte de tambours africains, mais aussi le jazz, le rhythm’n blues et la soul. La continuité entre ces musiques est la présence du contretemps, appelé « after beat ». Toots & the Maytals, The Gladiators amorcent le mouvement, rapidement suivis par de nombreux artistes comme Dennis Brown, Johnny Osbourne, Max Romeo, Jackie Mittoo… Le ska perdure un peu avec Desmond Dekker & the Aces puis s’éteindra avant de resurgir dans les années 1980 en Angleterre.

110


En 1973, Bob Marley & The Wailers sortent l’album Catch a fire sur Island qui traite des grands thèmes rasta. Dès lors avec le succès de Bob Marley, des Gladiators ou de Black Uhuru, le reggae prend une dimension internationale continuant son évolution en Jamaïque, tout en étant influencé par de nouveaux courants. Le reggae va se moderniser peu à peu avec des groupes comme Black Uhuru qui produisent un reggae moins roots, ou des artistes tels que Sly & Robbie qui collaborent à de nombreux disques d’artistes internationaux, dont le célèbre Aux armes et caetera de Serge Gainsbourg. À la mort de Bob Marley en 1981, le reggae connaît une baisse de popularité. Le rap devient peu à peu le champ d’expression privilégié du message radicalisé de la nation noire.

Time tough

Toots & The Maytals Island • 1996 • Compilation 292 TOO 3 Médiathèque José Cabanis

Satta Massagana

The Abyssinians Heartbeat • 1993 292 ABY 3 • R052.2 ABY Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M

Natty dread a weh she want Horace Andy Trojan • 2006 • Compilation (1978-1984) 292 HOR 3 Médiathèque José Cabanis

Sinsemilla

Black Uhuru Island • 1980 292 BLA 3 • R052.2 BLA Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Marcus Garvey

Burning Spear Mango • 1990 (Réed. 1975) 292 BUR 3 Médiathèque José Cabanis 111


The harder they come

Jimmy Cliff Reggae Refreshers • 2002 (Réed. 1972) 292 CLI 3 Médiathèque José Cabanis

Catch a fire

Bob Marley & the Wailers Island • 1990 (Réed. 1972) 292 MAR 3 • R052.2 MAR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien

Survival

Bob Marley & the Wailers Island • 2002 (Réed. 1979) 292 MAR 3 • R052.2 MAR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien

Legalize it

Peter Tosh Virgin • 1999 (Réed. 1976) 292 TOS 3 • R052.2 TOS Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot

Blackheart man

Bunny Wailer Island • 2000 (Réed. 1976) 292 WAI 3 • R 052.2 WAI Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot

Trenchtown mix up The Gladiators Virgin • 2000 (Réed. 1977) 292 GLA 3 Médiathèque José Cabanis

Two sevens clash

Culture Shanachie • 2007 (Réed. 1977) LB 292 CUL 3 Médiathèque José Cabanis 112


Handsworth revolution

Steel Pulse Island • 2009 (Réed. 1978) 292 STE 3 • R052.2 STE Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Prisoner in the street

Third World Island • 1980 292 THI 3 • R052.2 THI Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot

Rightime

Mighty Diamonds Virgin • 2001 (Réed. 1976) 292 MIG 3 Médiathèque José Cabanis

Forever

Israël Vibration Ras • 2012 292.3 ISR Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

De 1972 à 1984 : le dub

Le dub se développe avec les ingénieurs du son King Tubby et Errol Thompson qui amplifient le couple basse/batterie et atténuent les voix sous des effets de réverbération. Les morceaux présents sur les faces A des disques sont désormais souvent repris sur les faces B en version dub qui annoncent déjà les musiques électroniques. Par la suite, d’autres artistes, dont Augustus Pablo, publieront des remixes de leurs morceaux en version dub et populariseront le genre. Les sonorités électroniques viendront peu à peu enrichir ce courant.

Aggrovators meets the revolutionnaries at Channel One Aggrovators Culture Press 1997 (Réed. 1977) 292 AGG 4 Médiathèque José Cabanis

113


War ina Babylon

Max Romeo Hip-O-Select • 2004 (Réed. 1976) 292 ROM 4 • R052.2 ROM 4 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

This is Augustus Pablo Augustus Pablo VP • 2011 • Compilation 292 AUG 4 Médiathèque José Cabanis

World at war

Scientist Auralux • 2007 292 SCI 4 Médiathèque José Cabanis

The return of Pipecock Jackxon Lee “Scratch” Perry Honest Jones • 2011 (Réed. 1980) 292 PER 4 Médiathèque José Cabanis

Shalom dub

King Tubby Jamaican • 2010 292 KIN 4 Médiathèque José Cabanis

Drum sound : more gems from the Channel One Dub Room 1974 to 1980 Revolutionaries Pressure Sounds • 2007 • Compilation (1974-1980) 292 REV 4 Médiathèque José Cabanis

Riddim : the best of Sly & Robbie in dub 1978-1985 Sly & Robbie Trojan • 2004 • Compilation (1979-1985) 292 SLY 4 Médiathèque José Cabanis 114


À partir de 1990 : les influences hip hop Il faudra attendre le début des années 1990 pour voir émerger une nouvelle scène jamaïcaine autour de son rap à elle, le dancehall et le ragga. Le dancehall tire son nom des rassemblements festifs habituels que l’on appelait Dancehall, littéralement salle de bal, où l’on réalisait un morceau différent à partir d’échantillon de vieux classiques de reggae. U Roy fut un des premiers au début des années 1970 à imposer ce style en développant la technique du deejaying ou chant parlé. L’arrivée du dancehall « moderne » sur l’île coïncide avec celle des machines numériques au milieu des années 1980. L’utilisation des samples et du deejaying a fortement influencé le mouvement hip hop. Le ragga dérive du dancehall, son instrumentation est par contre purement électronique.

Dancehall Ride Like Lightning : the best of Big Youth, 1972-1976 Big Youth Trojan • 2002 • Compilation (1972-1976) 292 BIG 5 Médiathèque José Cabanis

Rasta ambassador U Roy EMI • 2001 292 URO 5 Médiathèque José Cabanis

Zungguzungguguzungguzeng Yellowman Schanachie • 1990 292 YEL 5 Médiathèque José Cabanis

Love your brother man : the early years Barrington Levy Trojan • 2005 (Réed. 1984) 292 LEV 5 Médiathèque José Cabanis

115


At Studio One

Sugar Minott Soul Jazz • 2005 • Compilation 292 SUG 5 • R052.2 SUG Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M

Inna heights

Buju Banton VP • 2007 292 BUJ 5 Médiathèque José Cabanis

I-ternal fire

Capleton VP • 2010 292 CAP 5 • R052.2 CAP Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot

Ragga Boombastic

Shaggy Virgin • 1995 292 SHA 6 Médiathèque José Cabanis

Dance & sweep

Elephant Man VP • 2011 292 ELE 6 • R052.2 ELE Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Saint-Cyprien

Dutty rock

Sean Paul Atlantic • 2002 292 PAU 6 • R052.2 PAU Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot

Soul deep

Sizzla Greensleeves • 2005 292 SIZ 6 Médiathèque José Cabanis 116


Les sound systems On voit apparaître les premiers sound systems en 1940, souvent réduits à une simple sono embarquée dans un camion, faisant le tour de l’île. Il est constitué d’un selecter-programmateur qui choisit les musiques, et du toaster ou deejay, appelé plus tard MC, qui commente et anime la session du selecter au micro. Les premiers sound systems sont très rudimentaires : une platine vinyle, un amplificateur et deux enceintes. Un sound system très connu est celui de Clement Seymor Dodd, alias Sir Coxsone Downbeat, qu’il monte en plein ghetto de Kingston. Il engage Count Matchuki, précurseur du rap et du beatboxing (percussions vocales), comme deejay. Le milieu des sound systems est très rude, et la concurrence féroce envoie souvent des hommes de mains saccager les sound « adverses »: on arrache les étiquettes des disques, détruit le matériel… Vers la fin des années 1950, le courant recule aux États-Unis et les selecter ont beaucoup de mal à s’approvisionner en disques. Ils se tournent alors vers l’industrie du disque locale. C’est à ce moment-là que Coxsone créé son propre label : le Studio One. Encourageant la foule ou commentant le quotidien dans les sound, les toasters utilisent un phrasé original parfois proche de la psalmodie, entre parler et chant mélodique. Parmi les premiers à lancer le genre : Count Matchuki, Sir Lord Comic, King Stitt, suivis du fameux U Roy. Cette pratique, le talk over, est à l’origine du rap. En Jamaïque, pour les gens qui n’avaient pas accès aux journaux ou à la radio, le sound system était un bon médium d’information sociale, les DJs abordant souvent des thèmes d’actualité.

117


Jazz & Caraïbes «Le jazz est une musique de mélanges aux origines latines et caribéennes. Si les rythmes latins d’origine africaine ont toujours fait partie du jazz, ce n’est que dans les années 1940, avec le concours de musiciens cubains résidant à New York, que l’industrie du spectacle et le public en général reconnaîtront officiellement cet aspect latin dont l’évolution a donné naissance à ce que l’on nomme aujourd’hui Latin jazz. Le Latin jazz plonge ses racines dans les musiques afro-antillaises d’expressions française et espagnole, de plusieurs peuples, de deux univers culturels, l’européen et l’africain, qui se sont rencontrés en un endroit précis : les îles Caraïbes.» (Luc Delanoy • Caliente • Denöel • 2000)

Cuban révolucion jazz Milan • 2004 • Compilation 1 A CUB Médiathèque José Cabanis

Swing Caraïbe

Frémeaux & Associés • 1997 Réédition d’enregistrements originaux • Compilation 1 A SWI 30 Médiathèque José Cabanis En 1946, le trompettiste Dizzy Gillespie et le percussionniste cubain Chano jettent les bases du jazz afro-cubain. De là, naîtra un standard devenu l’hymne du latin jazz : manteca.

Dizzy Gillespi y Machito Afro cuban jazz moods

Dizzy Gillespie Sous la direction de Chico O’Farrill • Zyx • 2000 (Réed. 1975) 1 GIL 71 Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien Manteca aura inspiré de nombreux musiciens tels Quincy Jones, Gil Evans, Red Garland, Lionel Hampton…

118


La Comparsa ; Descarga n° 1 ; Descarga n° 2…

Arturo Chico O’Farrill Rhino • 2007 (Réed. 1957) 1 OFA 95 Médiathèque José Cabanis Le jazz afro-cubain ou cupbop est né. Arturo Chico O’Farrill, compositeur et arrangeur cubain, sera le véritable créateur du genre. Avec lui, le latin jazz devient une fusion et cesse d’être une simple superposition de rythmes afro-cubains et de solos de jazz. Le jazz deviendra latin jazz à partir de l’instant où des musiciens effectueront la fusion de mélodies, de structures harmoniques du jazz et d’improvisations avec les rythmes afro-cubains produits par une section rythmique jouant en clave*. La section rythmique latine traditionnelle se compose d’un piano dont l’approche est souvent percussive, de percussions afro-cubaines (timbales*, congas*, bongo*) et d’une contrebasse qui produit une syncope appelée tumbao. Il s’agit bel et bien d’un mouvement musical en constante évolution porté par de nombreux musiciens ; au piano, Omar Sosa ou encore Chucho Valdès, leader du groupe Irakere avec aussi Paquito d’Rivera au saxophone.

Cancionero cubano Chucho Valdès Egrem • 2005 1 VAL 95 Médiathèque José Cabanis

Sentir

Omar Sosa Ota • 2002 1 SOS 71 Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Portraits of Cuba

Paquito D’Rivera Chesky • 1996 1 DRI 71 Médiathèque José Cabanis D’Rivera, une référence incontournable pour le saxophone. * cf lexique p.125 119


Autre pianiste, découvert plus récemment, Harold Lopez Nussa, qui après un long parcours en musique classique, a eu raison de s’affirmer dans le jazz. À découvrir en solo.

El païs de las Maravillas

Harold Lopez Nussa Planète Aurora • 2011 1 LOP 95 Médiathèque José Cabanis, Médiatèque Grand M, Médiathèque Empalot Sans oublier son compatriote Roberto Fonseca, très apprécié de la scène actuelle.

Akokan

Roberto Fonseca Enja • 2009 1 FON 71 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Saint-Cyprien

Obsesion

David Sanchez Columbia • 1997 1 SAN 60 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot David Sanchez, remarqué par Dizzy Gillespie en 1991, dont le son et les accents musicaux se rapprochent aussi de ceux de John Coltrane.

Mano a mano

Michel Camilo Universal • 2011 1 CAM 95 • 1 CAM 71 Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien Grand pianiste de latin jazz originaire de la République Dominicaine.

Alma Adentro : The Puerto Rican Songbook Miguel Zenon Decca • 2011 1 ZEN 40 Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M Miguel Zenon est saxophoniste, flûtiste et compositeur de jazz. 120


Mambo Nights

Arturo Sandoval & WDR Big Band Termidor • 2011 Médiathèque José Cabanis Sandoval, pianiste et trompettiste cubain, a souvent joué avec Gillespie.

Lazzy Afternoon

Alain Jean-Marie Shaï • 2000 1 JEA 60 Médiathèque José Cabanis Pianiste guadeloupéen.

121


Musiques fonctionelles & Caraïbes Dans le genre des musiques fonctionnelles (cote 500), qui comme leur nom l’indique, sont des musiques qui ont une fonction (musique de film, de spectacles, comédies musicales, Noël, mariage….) nous y retrouvons les musiques pour danser. La danse occupe une place aussi importante que la musique dans la culture et les traditions dans les îles déjà évoquées. La biguine est apparue à la fin du XIXe siècle dans la ville de Saint-Pierre où régnait une vie culturelle intense. La clarinette, le banjo et le violoncelle en sont alors les instruments par excellence. La biguine anime les bals, mais aussi les somptueux carnavals. À la fin de la première guerre mondiale, des musiciens antillais s’installent à Paris. Ils jouent dans les dancings où ils côtoient des musiciens américains. Un compositeur instrumentiste guadeloupéen, Al Lirvat, n’a cessé d’inventer de nouveaux rythmes en s’inspirant de la biguine. Ainsi elle devient la biguine wabap dans les années 1950, le kalengué dans les années 1960 et la biguine-ka, mélange de biguine et de mazurka dans les années 1970. La biguine sera concurrencée par le compas haïtien puis par le zouk dans les années 1980.

Biguine, valse et mazurka des Antilles françaises 1940-1966 Frémeaux & Associés • 2011 • Compilation 572 A BIG Médiathèque José Cabanis

Dans cette même collection Anthologie des musiques de danse du monde, on trouve aussi le calypso, danse de salon à 2 temps, le cha-chacha, la rumba…

Calypso, the dance master classics 1944-1958 Frémeaux & Associés • 2011 • Compilation 572 A CAL Médiathèque José Cabanis

Viva Rivera ! mambo, cha cha, pachaga, rhumba, meregue….

Hector Rivera and his orchestra Sony music • 2005 (Réed. 1961) 572 RIV Médiathèque José Cabanis Autre réédition pour le plaisir de nos oreilles et pour se trémousser… 122


Sofrito : Tropical discothèque

Strut • 2011 • Compilation 050.2 A SOF • 572 A BAN Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Médiathèque Empalot 15 titres faisant le pont entre l’Afrique, l’Amérique du Sud et les Caraïbes…

La Rumba boléro

Swing Mania • 2002 (Réed. 1963) • Compilation 572 A RUM Médiathèque José Cabanis Une autre compilation dont le feuillet vous donne la position des pas pour danser.

Cha cha cha Rumba

Wagram • 2008 • Compilation 572 A CHA Médiathèque José Cabanis Accompagné du cours de danse en DVD bonus. Le zouk est un genre musical et une danse de société des départements français d’Amérique, Martinique, Guadeloupe, Guyane, qui se fera connaître en dehors des Antilles dans les années 1980 grâce, notamment, au groupe Kassav’.

Soirée zouk 2012

Wagram • 2011 • Compilation 572 A SOI Médiathèque José Cabanis Le merengue, né en République Dominicaine, est aussi un genre musical et une danse. Dans les années 1970 il se modernise et quitte sa connotation de danse de salon sous l’influence de la salsa. Il est aujourd’hui souvent interprété par des artistes portoricains.

Merengue

World Music Network • 2006 • Compilation 572 A MER Médiathèque José Cabanis

123


Et l’incontournable salsa de Cuba… :

My latin boots are made for dancing Harmonia Mundi • 2009 • Compilation 572 A MYL Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

Salsa latina : tous les tubes en 5 cd LM Music • 2009 • Compilation 572 A SAL Médiathèque José Cabanis

Salsa Fever

Sélection de Yuri Buenaventura Wagram • 2012 • Compilation 572 A SAL Médiathèque José Cabanis

Cuban funk experience : funky sounds from Cuba & Miami 1973-1988 Demon Music • 2009 • Compilation 572 A CUB Médiathèque José Cabanis

Ministry of reggaeton : compil’ officielle des soirées reggaeton

Play On • 2012 • Compilation 572 A MIN Médiathèque José Cabanis Un dérivé du ragga, le reggaeton, genre musical très dansant.

124


Lexique Batà : tambours sacrés en forme de sablier au nombre de trois, utilisés par les Yorubas dans la santería. Bongo : tambour au fût court, cylindrique ou conique ouvert à la base. Les sonorités sont aiguës. Ils vont par paire, souvent attachés ensemble et serrés entre les pieds du musicien. Cajon : instrument de musique de la famille des idiophones (inventé au Pérou au XVIIIe siècle). Le cajon est une caisse de résonance, avec des cordes de guitare, des clochettes, de tout objet métallique pouvant vibrer. Claves : à l’origine, ce sont des chevilles que l’on cloue pour fixer les pièces d’un navire. L’instrument de musique se compose donc d’une paire de bâtons cylindriques en palissandre ou en ébène. La pression des doigts, la façon d’arrondir la paume de la main et bien sûr la force de frappe donnent un son plus ou moins puissant. Conga (ou tumba) : long fût en bois de forme conique ; la base reste ouverte, l’ouverture supérieure est tendue d’une peau de buffle. Le son obtenu avec les paumes des mains ou les doigts est grave. Corneta china : genre de hautbois métallique d’origine chinoise au son strident. Il est présent dans les carnavals de rue. Guira : grand racleur métallique utilisé dans le merengue. Güiro : calebasse très allongée dont un côté est strié sur toute sa longueur et raclé avec un bâtonnet de bois. Ses sonorités sont sèches et rapides. Cette percussion est toujours présente dans la samba et la salsa.

Manouva : instrument typiquement africain, famille des lamellophones, utilisé en Haïti. Marimbula : instrument d’origine africaine (semblable au sanza), de la famille des lamellophones, formé d’une caisse de bois sur laquelle sont fixées des lames de métal dont l’extrémité est relevée. Le musicien frappe la caisse et pince les lames. Elle joue le rôle d’une guitare basse. La marimbula est principalement jouée dans le changüi. Steel drum, pan, steel pan : tambours métalliques (aux alentours de 1940), considérés comme les instruments nationaux de la Trinidad. Ils étaient fabriqués à partir de bidons d’essence cylindriques, le couvercle est incurvé vers l’intérieur, le fonds étant ouvert. Ces tambours de tailles et de sonorités différentes sont frappés avec des baguettes munies d’une petite balle dure en caoutchouc. Les steel bands sont les orchestres. Tambora : tambour bimembranophone utilisé dans le merengue. Ti-bois (ti-bwa) : bambou évidé frappé par 2 baguettes. Timbales ou timbals : double tambour avec boîtier métalliques. Très : petite guitare à 3 cordes doubles, fabriquée à partir d’une caisse de morue et de boyaux de rongeurs. Aujourd’hui elle ressemble à une guitare folk et fait partie des orquestas tipicas. Vaccine : trompette de bambou percutée avec une baguette, utilisée dans les musiques rituelles d’Haïti.

Gwoka : un ensemble de gwoka comprend des petits tambours « boula » au son grave, un tambour ka, plus aigu qui joue les soli, et d’autres percussions, calebasse, ti-bwa (baguettes frappées), sifflet… 125


Livres musique Généralités Musique aux Antilles : zouk à la Marouk Maurice Jallier L’Harmattan • 2000

Ce livre fait le point sur la dimension contemporaine et les influences internationales de la musique antillaise d’aujourd’hui. Tradition culturelles, lieux, artistes, apports technologiques, droits d’auteur, secteur professionnels, médias… tout est passé en revue avec sérieux et bonne humeur. Des photos, des interviews, des textes de chansons enrichissent ce travail. Médiathèque José Cabanis

Musiques caraïbes : la trace noire Luigi Elongui L’Harmattan • 1998 • (Africultures, n° 8)

C’est par sa force de résistance que l’Afrique est présente dans les musiques caraïbéennes. Sans doute est-ce cela qui leur permet de faire danser le monde entier. Discographie sélective et entretiens avec Dédé Saint-Prix et Ralph Boncy pour découvrir la force des musiques caraïbéennes. Médiathèque José Cabanis

Musiques caraïbes

Isabelle Leymarie Actes Sud • 1996 • (Musiques du monde) Un guide pour le lecteur dans le dédale des musiques caraïbes qui résultent d’inextricables et savants mélanges anglais, français, espagnols et africains : du reggae au merengue en passant par la zouk, la salsa, la calypso, la compas et le latin jazz. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, Saint-Cyprien

Musique aux Antilles : mizik bô kay Maurice Jallier Éd. Caribéennes • 1985

Quels sont les apports caraïbe, africain, européen ? Les influences contemporaines ? Les différentes composantes ? Quelle est la fonction de la musique dans les traditions folkloriques ? Médiathèque José Cabanis 126


Cuba Celia Cruz

Leila Marzocchi Nocturne • 2008 • (BD world) Née au cœur du Cuba populaire, Célia Cruz deviendra très vite la reine incontestée de la salsa. Des années 1940 au sein de la légendaire Sonora Matancera, formation mythique de la musique cubaine, aux années Fania sous la direction des maîtres du genre, Tito Puente, Johnny Pacheco, Willie Colon, Ray Barretto, sans oublier ses concerts mémorables et ses prestations cinématographiques poignantes, la silhouette majestueuse et colorée de Celia Cruz, sa voix inoubliable et sa frénésie contagieuse, auront marqué plusieurs générations de salseros. Médiathèque José Cabanis

Bebo Valdés : portrait d’une légende cubaine Samuel Charters Naïve • 2007

Il y a quelques années, seuls les aficionados connaissaient Bebo Valdés. Légende du latin jazz de Cuba, directeur musical du Tropicana à La Havane en 1948, exilé à Stockholm dans les années 1960, celui qui avait fait le son de Cuba avait sombré dans l’oubli. Jusqu’à Calle 54, film de Fernando Trueba où Bebo, qui interprétait l’inoubliable Lágrimas negras, apparaissait avec Cachao et son fils Chucho. Samuel Charters retrace le parcours d’un pianiste et compositeur exceptionnel, mais aussi la vie d’une personnalité hors du commun, soumise aux aléas de l’histoire politique de son pays. Il offre également un nouvel éclairage sur la vie musicale cubaine des années 1940 et 1950. Médiathèque José Cabanis

Félix Valvert, le roi de la rumba : mémoires Isabelle de Valvert New legend • Paris • 2001 • (Loséyando)

Félix Valvert (1905-1995), musicien de jazz et de musique cubaine, était considéré comme le Glenn Miller de la rumba et de la biguine. Sa fille, elle-même chanteuse et auteur-compositeur, présente ses souvenirs, du Paris des années folles à la fin des années 1960. Médiathèque José Cabanis

127


Música cubana Noël Balen Fayard • 2006

Les musiques de Cuba invitent au mouvement des corps et à l’exaltation des sens. Cha cha cha, boléro, rumba, guaracha… il existe plus d’une vingtaine de styles qui ont irrigué toutes les musiques du monde. Des Caraïbes à l’Amérique du Nord, de l’Europe à l’Afrique, il est désormais impossible d’ignorer les sonorités généreuses et sensuelles de la grande île. Les musiques d’extraction cubaine sont peuplées d’envolées fugaces et d’écoles fondatrices, de traditions et de ruptures, de divas et de héros, de personnages rocambolesques, d’innovateurs ou de suiveurs. Dérouler le fil de cette saga, c’est puiser aux racines d’une culture forte, intacte, sans cesse régénérée. Médiathèque José Cabanis

Musiques cubaines

Maya Roy Actes Sud • Cité de la musique • 2001 • (Musiques du monde) Les musiques populaires cubaines s’inscrivent dans une histoire marquée par la colonisation et la déportation de centaines de milliers d’Africains. Du métissage entre apports africains et européens sont nés des rythmes et des musiques totalement originaux. Ce livre analyse les grands courants des musiques populaires d’hier et d’aujourd’hui, rurales et urbaines, comme la rumba, le son, la guaracha, le danzon... en les reliant à l’histoire de Cuba et à l’univers mental qui imprègne vie quotidienne et culture populaire dans l’île. Le disque illustre la variété de ces musiques à travers de grands interprètes comme Merceditas Valdés, Benny Moré ou l’orchestre Irakere. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine

128


Buena vista social club

Wim Wenders, Ry et Joaquim Cooder Photogr. de Donata et Wim Wenders Nathan • 2000 • (Nathan photographie) Retrouvés à La Havane par le célèbre guitariste américain Ry Cooder, les musiciens du Buena Vista Social Club connaissent depuis 1997 un succès planétaire. L’histoire de cette redécouverte a fasciné le cinéaste Wim Wenders qui en a tiré un film-événement salué par la critique internationale et récompensé par le prix du Meilleur film documentaire 1999, décerné par le National Board of Review. Ce livre retrace l’aventure humaine, musicale et cinématographique de Buena Vista Social Club et donne à voir les visages, les lieux, les atmosphères qui, des rives de Cuba au Carnegie Hall de New York, marquent les temps forts de cette aventure. Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

Cuban fire : musiques populaires d’expression cubaine Isabelle Leymarie Outre mesure • 1997 • (Contrepoints)

Sur l’île du cigare, du rhum et du café, le croisement des genres musicaux africains sacrés et profanes avec des mélodies espagnoles et françaises a engendré un florilège de danses créoles au rayonnement international. L’histoire de cette musique se joue également aux États-Unis, où se sont établies d’importantes communautés cubaines, portoricaines et, depuis les années 1970, dominicaines. C’est à New York que sont nés le boogaloo, la salsa, et le latin jazz. Ce livre évoque aussi les rythmes incandescents de Porto Rico et de Saint-Domingue. Isabelle Leymarie nous propose ici la passionnante saga de la musique populaire d’origine cubaine et de ses interprètes depuis les années 1920 jusqu’à nos jours. Médiathèque José Cabanis

129


Jamaïque Vibrations jamaïcaines : l’histoire des musiques populaires jamaïcaines au XXe siècle Jérémie Kroubo Dagnini Camion blanc • 2011

Vibrations jamaïcaines retrace l’histoire des principaux courants musicaux apparus à la Jamaïque au XXe siècle, tout en décrivant l’arrière-plan socio-politico-culturel ayant agi sur les processus créatifs. Cette épopée musicale est aussi une histoire de transferts, d’échanges, de résonances et de contacts entre les peuples et les civilisations. En bonus : une étude de la religion rastafari, une biographie inédite de Bob Marley et des Wailers, une plongée dans la culture controversée du dancehall, un chapitre sur les liens entre mouvements skinhead, punk et reggae, l’historique de la scène reggae francophone et un éclairage sur les cultures reggae d’Afrique, d’Océanie et d’Asie. Médiathèque José Cabanis

Bob Marley, le reggae & les rastas : une histoire de la musique jamaïcaine Bruno Blum Hors collection • 2010 • (Gilles Verlant présente)

Une passionnante histoire du reggae et des rastas, depuis leurs lointaines origines africaines et bibliques jusqu’aux musiciens actuels. Musique, politique, esclavagisme, violence, ce livre richement illustré contient plusieurs chapitres consacrés à l’essentielle biographie de Bob Marley. Écrit par un grand spécialiste du reggae et de la Jamaïque, il évoque aussi les autres artistes, du gospel au R&B, du ska au dub et du ragga au dancehall actuel. Il révèle également les à-côtés plus sombres et controversés de la culture reggae. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Grand M, Serveyrolles, Izards

Le rap est né en Jamaïque Bruno Blum Castor astral • 2009 • (Castor music)

À l’encontre de l’idée qui veut que le rap soit né à New York, ses origines jamaïcaines et ses premiers succès internationaux sont retracés. Les pratiques qui l’ont inspiré ont presque entièrement été créées et perfectionnées dans ce pays, où elles figuraient au cœur de la musique populaire. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine 130


Le Reggae : ska, dub, DJ, ragga, rastafari Bruno Blum Castor astral • 2010 • (Castor music)

Né dans les années 1960 à Kingston, le reggae devient rapidement une musique planétaire, synonyme de libération et de révolte. Immortalisé par l’immense superstar Bob Marley, ce genre musical majeur évolue au fil du temps, du ska au rocksteady, du dub aux débuts du rap. Soleil et magie tropicale, herbe et vibrations mystiques Rastafari, mais aussi violence, ghettos et sexisme... Le reggae impose toujours de nouvelles stars et de nouveaux styles dans l’atmosphère surchauffée des dancehalls de l’île. Devenu une musique d’influence internationale avec ses inventions (le rap, le remix ou dub), il participe largement au succès d’artistes non Jamaïcains. Médiathèque José Cabanis, Croix-Daurade

Israel vibration

Illustrations Pat Masioni, scénario de Nicolas Pothier Éditions BD MUSIC • 2009 • (BD world) Longtemps, l’histoire d’Israel Vibration s’est résumé en un mot : tribulations. Mais si le reggae a quelque chose de magique, c’est sa capacité à transformer la vie de ceux qui le croisent. Trois décennies après ses débuts, le trio atypique devenu duo fait désormais partie des ambassadeurs incontournables de la musique jamaïcaine. Médiathèque José Cabanis, Médiathèque Empalot

100 albums essentiels du reggae Olivier Cachin et Bertrand Lavaine Scali • 2007

Prophète et ambassadeur du reggae, Marley est l’icône tutélaire de cette musique née en Jamaïque. 26 ans après sa mort prématurée, le reggae a influencé aussi bien le punk rock que la world. Avec une sélection pointue et éclectique, 100 albums essentiels du reggae propose un panorama visuel et textuel d’un style devenu la voix des opprimés à travers le monde. De Jimmy Cliff à Elephant Man en passant par Peter Tosh, Sizzla, Ub 40, Lee Perry et Yellowman, ce livre richement illustré de pochettes délirantes, historiques et rares, retrace la saga du reggae. Médiathèque José Cabanis 131


L’encyclopédie du reggae : 1960-1980 : Mento Calypso, Ska Rock Steady, Early Reggae, Skinhead Reggae, DJ Roots Reggae, Dub Yannick Maréchal Alternatives • 2005

Les racines du reggae prennent naissance en Jamaïque dès la fin des années 1950 avec le mento-calypso et le jamaïcan shuffle débouchant sur le ska, puis évoluant à travers le rocksteady et l’early reggae pour aboutir au roots reggae-dub, dont l’apogée se situe au milieu des années 1970. Cette période, couvrant globalement une vingtaine d’années, est sans conteste l’âge d’or de la musique jamaïcaine : les disques se succèdent à une cadence infernale et la qualité est toujours au rendez-vous. Seuls sont traités dans cet ouvrage les innombrables enregistrements originaux de ces deux décennies. Médiathèque José Cabanis, Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, CroixDaurade, Saint-Cyprien, Pradettes

L’intégrale Bob Marley : les secrets de toutes ses chansons Maureen Sheridan Hors collection • 2005

Emporté au sommet de sa gloire par un cancer à l’âge de 36 ans, Bob Marley est devenu une légende et restera à jamais la plus grande voix du reggae. Comment comprendre ses compositions et l’engouement extraordinaire qu’elles provoquent encore, plus de 20 ans après sa mort, sans connaître le contexte social, religieux et politique dans lequel elles furent composées ? Cet ouvrage relate la petite histoire de toutes ses chansons, depuis ses premiers 45 tours avec les Wailers dans les années 1960, jusqu’aux enregistrements posthumes les plus récents. Saint-Exupéry, Côte Pavée

132


Roots & dubs

Éric Cartier Nocturne • 2005 • (BD world) 24 ans après la disparition de son plus grand ambassadeur, le « son de la Jamaïque » continue de résonner aux quatre coins de la planète, faisant grossir un peu plus chaque jour les rangs des fidèles. Musique d’inventions, d’influence, de paix et de combat, le reggae ne faiblit pas. De l’esprit jazzy du jeune groupe californien Groundation aux expérimentations audacieuses de l’Anglais Ghetto Priest, le premier CD de ce coffret met ainsi l’accent sur la diversité, offrant un panorama de styles, d’époques, de générations. Le deuxième volet, axé autour des différentes formes du dub rappelle l’immense contribution du reggae à toutes les musiques électroniques actuelles. Médiathèque José Cabanis

Le ragga : reggae, rap, DJ... une histoire de la musique jamaïcaine Bruno Blum Hors collection • 2005 • (Gilles Verlant présente)

Toute l’histoire de la musique parlée et rythmée, depuis les racines jazz jusqu’au R&B et au rap, en passant par le reggae et le raggamuffin. Né en 1985, le ragga est la version électronique du reggae : boîtes à rythmes, samplers, claviers, DJ... En France, le mot ragga évoque d’abord les toasters, ces DJ qui rappent sur des rythmes jamaicains : de King Stitt à U Roy, de Yellowman à Shabba Ranks, de Buju Banton à Sizzla, Capleton, Elephant Man... Médiathèque José Cabanis, Saint-Cyprien

133


Reggae explosion Chris Salawicz Seuil • 2001

La musique jamaïquaine a conquis le monde, prouesse tout à fait étonnante de la part d’une petite île des Caraïbes dont la population ne s’élève qu’à trois millions d’habitants. Reggae Explosion retrace le cheminement de cette extraordinaire révolution culturelle. Cet ouvrage associe des recherches factuelles, des portraits détonants et des images rares afin de créer non seulement la pulsation de cette musique, mais aussi ces contrastes de misère, d’humour, de désespoir et de joie de vivre qui caractérisent à la fois l’île de la Jamaïque et sa musique. Médiathèque José Cabanis, Izards, Minimes

Guadeloupe Cinquante ans de musique et de culture en Guadeloupe : mémoires, 1928-1978 Marcel Susan Mavounzy Présence africaine • 2002

Ce premier ouvrage sur la musique et la culture en Guadeloupe constitue un document unique, relatant l’histoire musicale de ce pays. On ne peut parler de la musique antillaise, sans mettre en évidence, la biguine guadeloupéenne, le zouck, les quadrilles aux commandements, le gwo-ka, les chansons de veillées, sans parler des biguines quadrilles appelées chouval bois, qui ont largement contribué au développement du tourisme en Guadeloupe et aux Antilles françaises. Tous ces rythmes sont les œuvres de musiciens guadeloupéens dont il n’est fait aucune mention dans la presse musicale, si ce n’est sur certaines chaînes de radio. Médiathèque José Cabanis

Musiques & musiciens de la Guadeloupe : le chant de Karukera Alex et Françoise Uri A. Uri-F. Uri • 1991

Les analyses et les commentaires découlent des documents que les auteurs ont étudiés et des témoignages qu’ils ont pu recouper. Médiathèque José Cabanis 134


Haïti Chansons de la montagne, de la plaine et de la mer René Victor Mémoire d’encrier • 2007 • (Soley n° 1)

L’ouvrage rend compte de la prodigieuse mémoire musicale haïtienne. Vaste répertoire de chants, puisant dans des lieux différents (montagne, plaine et mer), René Victor ouvre ici un nouveau chapitre de l’ethnographie haïtienne en collectant « ces débris de vieilles civilisations qui jonchent encore (…) la terre haïtienne ». Médiathèque José Cabanis

Jazz Caliente : une histoire du Latin Jazz Luc Delannoy Denoël • 2000

À New York, au début des années 1940, le trompettiste Mario Bauza compose le fameux Tanga. Au même moment, à La Havane, des musiciens de jazz intoxiqués de be-bop improvisent sur des rythmes cubains au cours de jam-sessions... Ainsi naît au grand jour cette musique qu’on appelle le latin jazz et qui plonge ses racines dans les rythmes afro-antillais. Cet ouvrage est un fabuleux voyage musical de la deuxième moitié du XIXe siècle à nos jours. Caliente est aujourd’hui l’ouvrage de référence sur le latin jazz. Médiathèque José Cabanis, Serveyrolles

Jazz et biguine : les musiques noires du Nouveau Monde Jacqueline Rosemain L’Harmattan • 1996

Pourquoi les mêmes hommes, venus des mêmes régions d’Afrique et soumis au même statut d’esclaves, ont-ils produit des rythmes si différents suivant qu’ils sont arrivés dans les îles ou sur le continent américain ? C’est ce que tente de nous faire découvrir Jacqueline Rosemain, professeur de musique, retraçant l’histoire des colonisations française et anglaise. Médiathèque José Cabanis, Fabre 135


participants Nadège Barreaud Simone Bloch Éric Born Thyphaine Bourez Chantal Cadoré Chantal Carol-Ballester Charly Demay Éléonore Dumas Valérie Dupouy Hélène Dupuy Claire Fauché Stéphanie Fauché Danièle Fumat Lucie Grelard Licia Gueye Charlotte Hénard Élodie Lavielle Loïc Margot Amandine Minnard Mélanie Mounier Mouna Nasser Aurélie Netter Marion de Savignac Barbara Sérafini Christine Thannberger Catherine Thuriès Franck Tiégo Élodie Tomatis Christine Torres Cécile Valette Nathalie Zekry

Bibliothèque de Toulouse Médiathèque José Cabanis Bibliothèque Ancely Bibliothèque Bonnefoy Bibliothèque Côte Pavée Bibliothèque Croix-Daurade Bibliothèque Duranti Médiathèque Empalot Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine Bibliothèque Fabre Médiathèque Grand M Bibliothèque des Izards Bibliothèque des Minimes Bibliothèque Nomade Bibliothèque Pont des Demoiselles Bibliothèque des Pradettes Bibliothèque Pinel Bibliothèque Saint-Cyprien Bibliothèque Rangueil Bibliothèque Saint-Exupéry Bibliothèque Serveyrolles Bibliothèque Roseraie Pavillon de prêt plus d'infos : www.bibliotheque.toulouse.fr

Graphisme : Bibliothèque de Toulouse – Illustrations : Rio Loco, Studio Zoveck • www.zoveck.com – Impression : Imprimerie Ménard


RioLoco 2013  
RioLoco 2013  

la Bibliothèque de Toulouse a le plaisir de s’associer au festival Rio Loco, pour vous proposer une sélection de documents, et ainsi commenc...

Advertisement