Lylo #16 - Juillet août 2016

Page 1

01_Lylo16_Couv_def_Mise en page 1 13/06/16 13:31 Page1

Tournées d'été, les pires anecdotes / Enquête : Dans les cales des barges musicales / Elodie Ly, la diva des campings / Bon spot : New Morning / Guide des festivals franciliens / Chroniques et coups de cœur

GRATUIT

N°16 Spécial été 2016

www.lylo.fr


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page2


03_LyLo16_Sommaire8_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:43 Page3

Photo Couv Sidilarsen : Lionel Pesqué Lylo est une publication mensuelle éditée par HAM, au capital de 10000 euros. Gérant  : Jean-Luc Visciano Siège social : 290, rue des Pyrénées 75020 Paris. RCS Paris 792 793 135 L'éditeur décline toute responsabilité quant au libellé des annonces, omissions ou erreurs figurant dans cette publication. Tous droits d'auteurs réservés pour tous pays. Toute reproduction par quelque procédé que ce soit, ainsi que l'enregistrement d'informations à des fins professionnelles, sont interdites et passibles de sanctions. © 2016 by HAM. Dépôt légal à parution. Impression : Monterreina (Printed in Spain).

Tenacious D © Sean Murphy

SUMMER OF LOVE

EDITO

Directeur de la publication Jean-Luc Visciano (jlv@lylo.fr) Rédacteur en chef   Benoît Merlin (ben@lylo.fr) Publicité & partenariats Fabien Traen (fabien@lylo.fr) Coordinatrice Inès Boughzala (ines@lylo.fr) Diffusion Diego Olivares (diego@lylo.fr) Création et maquette  Guillaume Lajarige artdirector@galerija.pro Illustratrice Mélanie Visciano Rédacteurs  Inès Boughzala, Jacques Denis, Ben, Milo Green, Diego Olivares, Youri, John Allister, Chris. Pauline Savatier (stagiaire)

Certaines tournées d'été ne tournent pas... rond. Voilà pourquoi après vous avoir alerté sur les pires anecdotes de festivals et tenter de percer le secret de ces musiciens qui ne "farnientent" jamais, Lylo vous propose une sélection des meilleurs festivals franciliens. Ou comment éviter de confondre Wembley et Ouèmeles-Blés.

POUR ANNONCER UN CONCERT : WWW.LYLO.FR POUR RÉAGIR À CETTE NOUVELLE FORMULE : LYLOMAG@LYLO.FR 4

News

6

Le grand entretien : Sidilarsen

10 Tournées d’été, les pires anecdotes 14 Elodie Ly, la diva des campings 16 Enquête dans les cales des barges musicales 18 Bon spot : Les All Stars du New Morning 20 Disco : la playlist de la rédaction 23 à 37 Sélection des festivals d’été franciliens 38 et 40 Les cafés- concerts ouverts cet été 42 Billet : L'inspecteur Lylo

Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées. pefc-france.org

3


WHAT’S UP ?

ARTWORK

VOL PARISSPANISH HARLEM

© DR

Dans son nouvel album, le bien nommé Paris to Nueva York (Latin Big Note), le "latin soul band from Paris" Setenta propose une rencontre explosive entre la clave latine et les beats funky. Avec en invité spécial, le musicien newyorkais, ancien membre d'un gang portoricain, Joe Bataan, également cofondateur du label Salsoul et pionnier des cocktails de boogaloo, de doo-wop et de latin soul. Blacklisté par Donald Trump, assurément.

© Alexandre Perdereau

04_05_LyLo16_News_def!!!_Mise en page 1 13/06/16 13:29 Page4

EXPLICIT LYRICS

© Au fil de Paris

FUZATI

L'ART DE LA PUNCHLINE

RENTRÉE DES CLASSES

L'ELYSÉE MONTMARTRE ROUVRE SES PORTES

Ravagé par un incendie en mars 2011, le célèbre hangar baroque au design art déco vivra une seconde jeunesse dès la miseptembre. Ouvert en 1807, l'ancien temple du french cancan, de la boxe et du catch, avant de faire les beaux jours du rock alternatif, a été racheté par Julien Labrousse et Abel Nahmias, propriétaires du Trianon. A l'affiche des premiers concerts : Ugly Kid Joe (15/10), James Vincent McMorrow (18/10), mais aussi Dinosaur Jr (31/10) et Jake Bugg (07/11),entre autres. www.elysee-montmartre.com 4

"J’écris des poèmes et des nouvelles comme un ado boutonneux, mais ça ne veut rien dire. Il y a des écrivains qui font de très mauvais romans, et des rappeurs qui écrivent de très bons lyrics." Fin mai, le rappeur masqué du Klub des Loosers était invité à parler écriture aux élèves de Normale Sup', dans le cadre de "La Plume et le Bitume", une série de séminaires sur la prose hip hop.


© DR

04_05_LyLo16_News_def!!!_Mise en page 1 13/06/16 13:29 Page5

CHANGEMENT DE PROPRIO

LE SOCIAL CLUB LAISSE LA PLACE AU CATS & DOGS

© DR

© Bataillon

Fief des musiques électroniques alternatives, le Social Club a fermé ses portes le 28 mai dernier. Ouvert par Arnaud Frisch en 2008 sur le modèle d'un club à l'anglaise et inspiré de Boiler Room (lancé en 2010, le site londonien a littéralement fait sortir l'électro des clubs en organisant des DJ sets en live sur le net), la fameuse salle de la rue Montmartre avait réussi quelques jolis coups en invitant des stars internationales (Fatboy Slim, Diplo, Armand Van Helden etc.). Le duo Justice a même composé une grande partie de son premier album, Cross, dans le sous-sol du club qui s'appelait alors le Triptyque. Depuis le 2 juin et au moins pour cet été, le lieu a changé de nom, place au Cats & Dogs, dirigé par l'équipe de la Confiserie.

FOLK, MANTRA ET VIVA

DONOVAN

"La communication entre Bob Dylan et moi était télépathique. D'ailleurs, à chaque fois que nous nous revoyons, il me salue en me disant "Ah, Donovan, pas besoin d'explications entre nous !" (...) On me reprochait de porter une casquette de marin comme Dylan, alors que j’ai acheté cette casquette à un marin français, un Breton qui était en visite en Cornouailles…" Souvenir ému du pape du british folk et gourou de la méditation transcendantale, qui a fêté ses 50 ans de carrière le 11 juin à l'Olympia.

ARTWORK

BATAILLON FAIT MOUSSER LE ZÉNITH!

Si vous êtes passés au Zénith au mois de juin, vous avez certainement dû mettre le nez dans de superbes gobelets en plastique réutilisables et découvrir d'étranges personnages dans votre houblon. Après Marjane Satrapi, c'était au tour de l'illustrateur Christophe Bataillon (auteur de nos "Pochettes Surprises") d'être invité à créer sa propre série limitée. Des "ecocup" collector! http://intemperies.over-blog.com 5


LE GRAND ENTRETIEN

06_09_LyLo16_Entretien_def50_Mise en page 1 14/06/16 11:36 Page6

C'EST QUI LES BÂTARDS ?

Vingt ans après leurs débuts, les Toulousains ont toujours la rage - against les puissants plus que les machines -, la preuve en gros son et en images chocs dans leur dernier brûlot, Dancefloor Bastards (Verycords/Warner). Cocktail explosif de rock, metal et indus, de guitares saturées et de transes techno - "dance metal" disent certains -, leur sixième album promet quelques fessées aux bobets des pistes de danse. Pas de disco, plutôt du genre radicaux, les Sidilarsen balancent du plomb sous les boules à facette. Interview coup de poing avec le chanteur David "Didou" Cancel. Texte : Ben / Photos : Lionel Pesqué 6


06_09_LyLo16_Entretien_def50_Mise en page 1 14/06/16 11:36 Page7

"Au bout de vingt ans, Sidi est toujours là et affranchi des codes de l'industrie du disque." SIDI, DYNAMITEURS DE DANCEFLOORS

Pourquoi ce titre "Dancefloor Bastards"? Dans le morceau éponyme, vous écrivez que vous n’êtes pas des "rockstars mais des dancefloor bastards". C’est-à-dire? Il y a quelque temps, on se demandait comment nous pouvions définir le groupe, cette expression s'est imposée au détour d'une blague, mais c'est vrai que notre musique a une spécificité pour un groupe de metal : elle fait danser. En deuxième lecture, il y a un aspect provocateur dans ce terme de bâtards, ou connards, des dancefloors, une forme de résistance, car, au bout de vingt ans, Sidi est toujours là et affranchi des codes de l'industrie du disque.

Dans ce titre, vous expliquez vos choix de carrière, "ne pas quitter le Sud (...) être loin des modes éphémères". Cela a-t-il été compliqué de mener votre carrière comme vous l’entendiez, de composer avec les labels? Ça n'a pas toujours été simple... Sur les deux premiers albums, nous avions signé avec une maison de disques qui ne nous correspondait pas vraiment ; nous étions habitués à tout faire nous-mêmes et avions créé un collectif à Toulouse (Antistatic, ndlr). À un moment, la question de déménager à Paris s'est posée puisque les médias et les labels sont concentrés en Ile-deFrance, mais nous voulions rester dans le Sud malgré tout. Aujourd'hui, nous avons la chance d'avoir signé avec Verycords, un label qui soutient les groupes "vénères" à guitares (rire), nous sommes vraiment bien entourés. Notre carrière s'est construite sur la durée, l'ascension a été lente - nous n'avons jamais été à la mode et nous ne le serons jamais -, mais nous avons un public fidèle. Aujourd'hui, nous sommes plus forts que jamais. Cet album sonne très live, il semblerait que vous ayez voulu retranscrire l’énergie de la scène. Tu as raison et ça me fait plaisir que tu l'aies constaté car c'était l'objectif de cet album. Nous avons travaillé avec Plume, le même réalisateur que sur le disque précédent (Chatterbox, sorti en 2014, ndlr). Le gars a un petit studio, mais de bonnes oreilles! Sur Chatterbox, nous avions atteint le maximum de ce que nous voulions faire en termes de production ; pour celui-ci, nous penchions pour quelque chose de moins léché, plus sale, plus organique... Notre démarche était de privilégier l'instant plutôt que le résultat. Plus étonnant, il y a du saxophone sur le titre "Au maximum". Un instrument rare dans ce style de musique... Sur chaque album, on essaie toujours de prendre un risque, de se surprendre et sortir des codes habituels de la scène metal. Nous avions envie d'une couleur un peu étrange via un cuivre, qui rappelle les sirènes de Prodigy ou des Bérurier Noir. 7


06_09_LyLo16_Entretien_def50_Mise en page 1 14/06/16 11:36 Page8

"Le titre "Guerres à vendre" est une réaction aux années Bush, à cette propension à saigner et enfoncer les pays du tiers-monde, à lutter contre le terrorisme tout en leur vendant des armes..."

SIDI, CHARGES & LARSEN

Au-delà de vos textes engagés et altermondialistes, vous semblez avoir peu foi en l'homme comme vous le chantez dans "Spread it" ("Tuons nos Dieux, sauvons les hommes"), ou dans "Walls of Shame", où vous épinglez la propension des hommes à s’asservir et à s’entre-tuer... Nous faisons des constats d'urgence qui nous rendent parfois amers, cyniques, en colère... Mais nous avons envie d'impulser un mouvement positif, de réfléchir ensemble pour s'élever. Cet album est assez sombre, très engagé par moments, mais avec Viber (Benjamin Bury, ndlr), l'autre auteur du groupe, nous préférons donner des pistes de réflexion, jamais de solutions ni de leçons. Dans "Guerres à vendre", vous faites une critique générale de la société, en brocardant tout à la fois "les dictatures démocratiques, les dépendances 8

économiques, les lobbies pharmaceutiques, du tabac, de l’informatique" etc. Cette chanson est née d'un climat général. C'est une réaction de Viber aux années Bush, à cette propension à s'acheter une richesse sur le dos des pauvres, à saigner et enfoncer les pays du tiers-monde, à lutter contre le terrorisme tout en leur vendant des armes, ce cynisme et ce sentiment de supériorité... Le texte était déjà écrit quand sont survenus les attentats de Paris, mais en studio, nous avons éprouvé le besoin de durcir le propos et de rendre le morceau plus violent, nous étions bouleversés... Pourquoi cet hommage à l'Afrique du Nord dans "Méditerranée Damnée"? C'est un texte que j'ai écrit suite au traitement de la "crise des migrants". Je déteste ce terme! J'ai toujours parlé de réfugiés. Au bout d'un certain temps, les journalistes ont commencé à réutiliser ce terme, plutôt que migrants, qui évoque des parasites. Dans ce morceau, j'avais envie de me mettre dans la peau d'un homme déraciné, obligé de braver nombre d'épreuves pour survivre, bref de lui rendre son humanité.


06_09_LyLo16_Entretien_def50_Mise en page 1 14/06/16 11:36 Page9

insolite, où vous ayez été invités? Je m'en rappelle d'un dont le nom était marrant, le Festi'Vache, un événement dans une prairie avec des vaches effectivement. Nous avons également joué dans un festival très étrange, la Madone des Motards, qui est un rassemblement de motards religieux! On croisait des bikers et des bonnes sœurs partout, on se demandait où on était tombés! (Chaque été, près de 20 000 motards se retrouvent dans le village de Porcaro, près de Rennes, pour le "Pardon de la Madone", créé en 1979 par le père Louis Prévoteau, ndlr).

SIDI & LE MACADAM

Dans le titre "Go Fast", vous racontez la vie en tournée, le tour-bus bourré de matériel, les rêves de turbocompresseur. Vous vous traînez tant que ça sur la route? La vie en tour-bus est un mélange de bons moments et de lassitude, comme le ras-le-bol de manger des "triangles" sur les aires d'autoroutes. Du coup, on déconne souvent sur nos rêves d'engins sur-motorisés. Je précise que c'est une blague, un fantasme absurde de go fast, pas du tout une incitation à la violence routière! (rire) Vous avez tourné pendant deux ans pour le Chatterbox Tour, comment faites-vous pour tenir la distance : pas d'excès, couchés tôt, nourriture bio, voire un entraînement physique comme Johnny avant de partir sur la route? Nous sommes plutôt rock'n'roll, mais nous avons quelques petits secrets pour tenir le coup. Je te dévoile un scoop : la copine du chanteur Viber nous prépare des sandwichs bio, faits maison, super bons! Finissons sur des anecdotes. Le festival d’été le plus

Ton pire souvenir? Il y a quelques années, nous devions jouer dans un festival très amateur. On arrive sur place, la scène n'était pas installée et le chapiteau était accroché à des véhicules, du grand n'importe quoi! Notre ingé son a donné un coup de main aux techniciens du festival, il a tout câblé, et leur a même donné des câbles car il en manquait. Comme il existait des risques d'électrocution - il n'y avait pas non plus de prises "terre" -, d'un commun accord avec les organisateurs et Parabellum qui y jouait aussi, nous avons décidé d'annuler le concert. Cela a été la seule annulation de notre carrière, dur à encaisser... Le pire catering? En France, il existe un véritable savoir-faire, même si parfois j'en profite pour faire passer un message à qui de droit - tu tombes encore sur le fameux taboulé en boîte et le poulet reconstitué. Le festival de tes rêves? Nous avons un gros objectif cette année : se produire  au Hellfest en 2017. 9


SUMMERTIME

TOURNÉES D'ÉTÉ... DE TOUS

© Pidz

© Setenta

10_13_LyLo16_Tournées_def_Mise en page 1 13/06/16 14:10 Page10

© Mathieu Zazzo

© DR

LES DANGERS

Dès le mois de juin, les musiciens écument les spots estivaux, des festivals tentes et trombes d'eau aux cachets-merguez des campings. Florilège d'anecdotes foireuses sur une profession à risque. 10

Texte : Youri


© Pidz

10_13_LyLo16_Tournées_def_Mise en page 1 13/06/16 14:11 Page11

PROMISCUITÉ

"Lors de la dernière date de la tournée (en 2012, pour l'album Drugstore), nous avions organisé nos propres élections pour élire l'homme de la tournée, le chieur, le picoleur, le monsieur loyal etc. Chacun a placé son bulletin dans un chapeau puis on a dépouillé. Le plus chiant, ça aurait évidemment dû être moi, tu connais les chanteurs (rire), mais nous avons tous voté contre le gars le plus sympa de toute l'équipe, notre responsable lumières. Le pauvre n'a rien compris..." Kemar, leader de No One Is Innocent

Thomas Dutronc

© Yann Orhan

GARE AU CATERING!

"Je me rappelle d’un catering infâme, en tête de notre classement des pires tables. En entrée, c’était un mélange carottes-céleri rémoulade-taboulé en boîte, un truc sans saveur. Ensuite, on a eu droit à une sorte de "poulet mille-pattes", c'està-dire un tas de cuisses fripées, froides et dures, avec une texture de plastique, accompagnées de spaghettis qui avaient cuit 25 minutes, d'après une étrange conception du al dente. Le plateau de fromages, c'était Vache qui rit et Babybel. Et le tout servi dans un hangar, avec une température d’environ 35°C!"

© DR

COUP DE GUEULE

SCÉNOGRAPHIE

Pas facile de sortir du lot quand les artistes se succèdent sur les scènes des festivals mastodontes. Pour faire le show, rien de mieux qu'une petite mise en scène sympa. Dès 1972, Alice Cooper décide d'envoyer un message, "un coup de poignard" précise-t-il, à la génération de l'amour : fini le Flower Power, place désormais au gore. Potence, chaise électrique, guillotine, camisole de force, poupées mutilées, boa constrictor dans le bec... Sa costumière s'est-elle faite exorciser?

"Nous ne sommes pas une banque, ni une épicerie fine, ni un Tour opérateur, ni le Club Med : nous sommes un FESTIVAL ! C’est uniquement à ce titre que nous resterons volontiers votre interlocuteur." Réaction de Jean-Claude Barens, patron du Festi'Val de Marne (in Télérama, 2008), contre le prix des cachets pharaoniques, les caprices des artistes, les "riders" délirants, les relations humaines exécrables avec les tourneurs, managers etc. 11


LA GUERRE DES FESTIVALS

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. En 1996, Ozzy Osbourne crée avec sa femme et manager, la fatale Sharon, son propre festival pour se venger de la célèbre grand-messe itinérante Lollapalooza, qui refuse de programmer le mangeur de chauve-souris tout en qualifiant le couple de "dinosaure à côté d'un chien". C'en est trop pour le "Prince des Ténèbres" qui leur lance au visage ses impayables Ozzfest, dédiées aux hard-rock, heavy metal et à leurs bruyants rejetons. Pour le pire et le meilleur, le gimmick des Osbourne, comme lors de l'édition 2005: jets d'œufs et de capsules de bouteilles sur les membres d'Iron Maiden lors de leur premier morceau, coupures de son et du micro du chanteur Bruce Dickinson... L'organisation est accusée d'avoir pourri le set des stars anglaises. Il faut dire que Bruce a épinglé quelques temps auparavant la télé-réalité dans une interview, alors que les Osbourne s'y mettent joyeusement à poil depuis trois ans sur MTV. A la fin du show, Sharon Osbourne tente de jouer les juges de paix en saluant ses invités : "J'adore vraiment Iron Maiden (...), mais Bruce Dickinson est un crétin". 12

© George Knight Kort

BIEN CHOISIR SON FESTIVAL

BAD TRIP À WOODSTOCK

La grand-messe hippie d’août 1969 se solda par trois décès : une chute d'échafaudage, une overdose et un duvet occupé écrasé par un camion de nettoyage. © Strabek

Alger, 1969. L’été sera chaud. Dans la "ville blanche" devenue noire, où s’est réfugié Eldridge Cleaver, le ministre de l’information des Black Panthers recherché par le FBI et la CIA, le gouvernement décide de prolonger le mouvement d’indépendance en valorisant une culture de la différence. Ce sera le Festival Panafricain d'Alger, où se retrouvent début juillet la plupart des activistes de la cause noire, des deux côtés de l’Atlantique. Miriam Makeba y partage la scène avec Archie Shepp, des intellectuels comme le Malien Check Anta Diop y donnent des conférences aux côtés des grands leaders des mouvements de libération africains. Barry White, Nina Simone et Manu Dibango sont de la fête. La plupart des Black Panthers, véritable diapason de revendications dont ils sont des icônes, ont pris position dans la ville devenue la "Mecque des révolutionnaires". Bientôt viendra le temps Jacques Denis des désillusions.

© DR

© DR

10_13_LyLo16_Tournées_def_Mise en page 1 13/06/16 14:11 Page12


© DR

UNE FAUSSE YVETTE SUR LE TOUR DE FRANCE

Souvenir d'Yvette Horner au sujet des Tours de France qu'elle anima entre 1952 à 1963, avec son époux René Droesch. Chaque jour, coiffée d'un sombrero, elle précède le cortège des cyclistes, juchée sur une Citroën traction avant de la marque Suze, et joue durant toute l'étape, son accordéon de 12 kilos dans les bras ! René conduit, Yvette joue, les Anquetil, Bobet, Poulidor sont de la fête, c'est le bonheur. Sauf lors d'une étape au col d'Aspin, chez elle dans les Pyrénées. "Ma maison de disques, Pathé Marconi, m'avait convoquée pour me dire que c'était inhumain. Du coup, ils avaient fabriqué un mannequin en plâtre pour faire illusion le temps de me reposer. Avant l'ascension, René sort le sosie, et là, malheur, les gens s'aperçoivent de la supercherie. Ils hurlaient : "Ce n'est pas Yvette, remboursez !" Bref, juste après le col, on a remisé la fausse Yvette dans le coffre.”

TOUR BUS & TOURNÉES FUNÉRAIRES

• Mars 1982, Randy Rhoads, le guitariste d'Ozzy Osbourne, fait un petit vol dans l'avion d'un ami. Au manche, le chauffeur de la tournée, qui a roulé la veille toute la journée. Blagueur, le chauffeur-pilote vole en rase-motte et frôle trois fois le tour-bus, vide. Au quatrième passage, il l'accroche et s'encastre dans la maison voisine. Bilan : trois morts, Randy, la coiffeuse et le manager d'Ozzy. • Durant la tournée anglaise de son premier album, Hanni El Khatib et ses musiciens sont intoxiqués par le pot d’échappement du tour-bus. • 27 septembre 1986. Le bassiste de Metallica Cliff Burton meurt écrasé sous la carlingue du tour-bus, après une sortie de route en Suède, durant la tournée... "Damage Inc. Tour".

© DR

© George Knight Kort

10_13_LyLo16_Tournées_def_Mise en page 1 13/06/16 14:11 Page13

© DR

INSOLATION COLLECTIVE

Eté 1960. Ernest Evans, alias "Chubby Checker", révolutionne les dancefloors en reprenant "The Twist" de Hank Ballard & The Midnighters. En guise de chorégraphie, pas question de donner dans les déhanchés lascifs du rock'n'roll, il crée le fameux tortillon, un"step" extrêmement simple à danser. Une aubaine pour les Occidentaux, peu réputés pour leur souplesse et leur sens du rythme. Dans "Salut les Copains", les potes de Johnny, Eddy et Sylvie affirment que "même les croulants de plus de vingt ans peuvent twister". Au placard la danse des canards, le twist déferle sur l'Europe, les tubes anglosaxons sont repris à toutes les sauces et les danses improbables se multiplient : on danse le "Monkey" (singe), le "fly" (mouche), le "frog" (grenouille), on écrase même des pommes de terre avec les pieds ("Mashed potato"). Un été à tortiller, des années à tourner en rond.

13


SUMMERTIME

14_15_LyLo16_ElodyLy_def_Mise en page 1 13/06/16 14:04 Page14

La diva des campings

Chaque été, la chanteuse professionnelle écume les stations balnéaires du Languedoc-Roussillon pour une tournée sous les sunlights des... bungalows. Un job parmi les bob plus dur qu'il n'y paraît, mais qu'elle ne changerait pour rien au monde. A chacun son Zénith. Texte : Pauline Savatier / Photos : Elodie Ly

"L

a pauvre, elle mérite mieux…". Cette phrase, Elodie Ly l’a souvent entendue. Mais le public de boulistes couleur écrevisse et les toilettes en guise de loge ne l'ont jamais découragée. Depuis 2013, la brune explosive a laissé de côté son emploi de vendeuse en prêt-à-porter pour se consacrer entièrement à la chanson en tant qu’animatrice événementiel. Des cabines d’essayage aux cabinets des campings, plus ou moins sauvages, elle a fait le grand écart, en musique.

14

Chaque été, Elodie enchaîne une trentaine de dates dans les campings, les restaurants de front de mer et les fêtes de village des environs de la côte languedocienne. Pas question de faire le plancton dans une mer d'huile ou bronzette sur le sable chaud, "je travaille pendant que les autres sont en vacances". Le job n'a rien d'une sinécure : en plus de rentrer à 7h du matin, la noctambule doit rester dans sa bulle et s’impose une hygiène de vie spartiate : "Je fais du sport pour rester en forme et porte une écharpe même sous 30°C,


14_15_LyLo16_ElodyLy_def_Mise en page 1 13/06/16 14:04 Page15

la voix étant mon outil de travail". Et c’est sûr qu’il en faut de la voix pour chanter du Piaf dans les campings du troisième âge, surtout si les sonotones sont mal branchés…

Un show à la carte

s

n

"Dans les campings, les gens sont là pour s’amuser et pour danser. Ce qui marche le mieux, ce sont les "morceaux soleil"." Comprenez : "Uptown funk" de Mark Ronson et Bruno Mars, Shakira, la "Camisa Negra", le "Kuduro", et bien sûr, les tubes kitsch des années 80, tous ces rythmes qui réveillent en toi le tourbillon d’un vent de folie. Comme les cornets de glace, les concerts sont à la carte. A chaque spectacle, Elodie Ly adapte son répertoire - environ 400 chansons! - au public du soir, indépendamment de ses goûts personnels : "La première fois que j’ai entendu Black M à la radio, je n’imaginais pas chanter un jour "Sur ma route"." En formule duo, trio ou en groupe, son expérience lui permet de s’adapter aux demandes et aux budgets de chacun. Payée au cachet, elle refuse les propositions au rabais : "Le minimum acceptable pour un camping est de 350 euros en duo, alors qu’en mariage, on peut facilementviser les 850 euros". Mais même si ça n'est pas le jackpot et que ça sent la morue jusque dans le cœur des frites, l'artiste n’est pas prête à arrêter ses soirées merguez-short-zumba. Zumba? "Je propose aussi des cours de fitness. J’ai appris des chorégraphies que je montre à mon tour au public, ça marche très bien." Même sous une chaleur à crever, il faut prévoir son costume de scène. Elodie adopte un look "lolita-hello kitty-gothique" qu'elle ajuste à la moyenne d’âge des spectateurs. "La mode est ma deuxième

passion et c’est une grosse part d’investissement. Mais quand j’entends des enfants dire : "Oh maman, on dirait une fée!", je suis fière de leur avoir mis des étoiles dans les yeux." La photo de Lady Ly s'est même retrouvée collée sur le classeur d'une petite fille, juste à côté de la Reine des Neiges.

Je " ne vois rien de dégradant dans mon métier"

La reconnaissance, les "musiciens de camping" courent souvent derrière. Pour autant, pas question d'accepter tous les contrats : "Je refuse les manifestations taurines, le public est alcoolisé et ne respecte pas notre travail, c’est comme si nous n'étions pas là...". Les joutes d'Intervilles, très peu pour elle. En revanche, quand il s'agit de se mettre en danger pour ses projets, l'artiste fonce tête baissée. La liste de ses chantiers d'été est longue : proposer plus de morceaux et renouveler son catalogue, intégrer des cuivres, créer un spectacle pour enfants et "acheter un iPad pour les trous de mémoire". Si Elodie se produit en reprenant les tubes des autres, elle rêve de faire carrière avec ses propres compositions, tant qu’elle n’en perd pas le contrôle artistique : "Je ne cracherai pas sur les opportunités, mais je ne suis pas prête à tout pour la célébrité", affirme la multi-candidate à l'émission de Nagui "N'oubliez pas les paroles". En attendant, elle ne peut se passer des échanges avec son public estival. "Je ne vois rien de dégradant dans mon métier, ceux qui pensent le contraire ne doivent pas être très heureux dans leur vie." Une partie de pétanque, un barbecue, Elodie Ly et son kazou...  A chacun sa recette du tube de l'été. www.elodiely.com 15


©Jean-Paul Dicot

SUMMERTIME

16_17_LyLo16_Barge_def_Mise en page 1 13/06/16 13:34 Page16

U A E ' L D N E R P S I PAR Barges musicales, péniches-concerts, boats à bpm, guinguettes éphémères... Les coquilles-concerts de choix ne manquent pas, mais dans la timonerie, parfois, la croisière ne s'amuse pas. Texte : Pauline Savatier & Ben

L

'été, touristes et Parisiens n'ont qu'une envie, c'est de s'envoyer en... mer. Bateau El Alamein, Batofar, Dame de Canton, péniches Antipode, Flow, Lärme, Marcounet, Nuba, Petit Bain, Rosa Bonheur-sur-Seine, Wanderlust... De plus en plus de salles flottantes (une vingtaine à Paris et banlieue) ouvrent leurs cales à tous ceux, spectateurs et musiciens, ayant le pied marin. En septembre, Renaud Barillet, président du MAP et gérant de diverses salles de concerts (Bellevilloise, Petite Halle etc.), amarrera une nouvelle 16

péniche-spectacles, les Docks de la Bellevilloise, sur les quais de Pantin. Le monde de la nuit tangue joyeusement et concurrence Costa Croisières.

VOGUE LA GALÈRE

Avoir les pieds sur terre ou dans l'eau, qu'est-ce que ça change ? Des changements d'horizons, comme l'explique Fanny Delacroix, responsable de la communication du Batofar : "En 1999, le bateau a été conçu comme une Arche de Noé, qui proposait à la fois de la diffusion et de la ré-


16_17_LyLo16_Barge_def_Mise en page 1 13/06/16 13:34 Page17

sidence de création pour différents artistes (musique, architecture sonore, image, plastique etc.), tout en drainant l’imaginaire du bateau : le voyage, la découverte, l’ouverture d’esprit…". Quelques traversées à la rame aussi, à l'image du combat de la regrettée Geneviève Tuduri, propriétaire du Bateau El Alamein, afin d'obtenir le passage devant la commission d'homologation de son bateau : début 1996, après des mois de tracasseries administratives, elle entamait une grève de la faim devant les bureaux du Port autonome de Paris et obtint gain de cause. En plus des obligations légales relatives aux salles terrestres, il faut se plonger dans les dossiers de construction navale (résistance structure et flottabilité), crawler derrière les sésames administratifs (immatriculation du bateau, titre de navigation), budgéter l'entretien du rafiot (sorties en cale sèche obligatoires) et l'augmentation des loyers aquatiques, comprenez des lieux d'amarrage, "de plus en plus chers car très demandés, et les emplacements doivent être alimentés en eau potable, en électricité, sans oublier le tout-à-l’égout, explique Lise Coquerel de la Péniche Antipode. Evidemment, pas question de construire à même le site, il faut bien réfléchir au convoyage et avoir quelques notions de mathématiques : "On avait besoin de 120 tonnes de lest pour enfoncer le bâtiment de 30 cm. Au final, le Flow est passé sous le pont le plus bas pour seulement 8 cm… Frisson garanti !", cauchemarde encore Laurent Malvaldi, l’un des associés du Flow. Un conseil aux tourneurs-moussaillons? "Bannir certains gestes comme par exemple s'amuser à percer tous les murs pour accrocher des objets, on ne sait jamais, il y a peut-être un fleuve de l'autre côté…". Autre écueil titanesque à éviter : "Ne pas respecter les limitations de jauge", s'amuse Arnaud Séité, directeur de la péniche Marcounet.

CHALUT LES COPAINS

Dans les backstages... pardon les salles des machines, on lutte contre le courant, après des balances qui portent bien leur nom. Mal de mer, noyades, est-il dangereux d'aller danser sur ces barges musicales? "Non, c'est plutôt fun de se sentir bercé dès qu'un bateau passe. Je n'ai jamais eu d'incident lors d'un concert, mais une personne est tombée à l'eau lors d'une soirée privée. Heureusement, cela s'est bien terminé", avoue Arnaud Seité. Au Batofar, pas d'homme à la Seine non plus, c'est plutôt au sommet du phare que certains tentent de se faufiler... "Pour preuve, on y a déjà retrouvé des petites culottes", avoue Fanny Delacroix. Alors, pourquoi s'embarquer dans une telle galère? "Pour le charme bucolique des cygnes et des oiseaux, qui viennent manger sur le ponton, ou la visite du héron de bon matin", s'enthousiasme Lise Coquerel, avant de pointer "le plaisir d'avoir une scène qui peut se mouvoir au gré des flots. La proximité de l’eau se révèle dépaysante et magique... même s'il est arrivé une année que nous ne puissions pas déplacer le bateau, la coque étant bloquée par la glace..." Des barges peut-être, mais avant tout musicales. 

e

© DR

"Un conseil ? Ne pas percer les murs pour accrocher des objets, on ne sait jamais, il y a peut-être un fleuve de l'autre côté…"

17


SUMMERTIME

© DR

18_19_LyLo16_BonSpot_def_Mise en page 1 13/06/16 13:35 Page18

LENDEMAINS ENCHANTÉS A l’automne 2016, le New Morning fêtera dignement ses trente-cinq ans. Et pour nous faire patienter, le club de la rue des Petites Ecuries a concocté pour juillet un programme des plus relevés pour son traditionnel festival All Stars, qui nous tient éveillés jusque tard dans la nuit chaque été. Etat des lieux avec Catherine Farhi, sa responsable. Texte : Jacques Denis

Pourquoi fêter tout spécialement ces trente-cinq ans? En fait, tout commence lors des trente ans. Nous n’avions pas pu le fêter comme je l’aurais souhaité. Cela tient à l’ADN de ce club, qui a été l’œuvre de ma mère. Elle s’est embarquée dans cette aventure à soixante ans, un âge où beaucoup peuvent songer à leur retraite. Et donc trente ans plus tard, vous imaginez bien l’âge qu'elle avait. Elle venait encore tous les soirs, mais l’énergie 18

n’était quand même plus la même. De fait, il y a eu quelques années de transition, avec tous les changements qu’il fallait opérer pour prendre un nouveau virage. Il a donc fallu cinq ans pour fêter les trente... Il faut toujours faire les choses quand il y a une opportunité positive. Depuis un an, les choses ont beaucoup changé, nous avons initié une radio en ligne, refait le site et nous allons même faire


des travaux de rénovation au mois d’août. Un peu comme le logo, qui, peu à peu, s’était étiré, étiolé, perdant de son mordant. Pour nous inscrire dans le futur, nous devons repartir de nos basiques, et c’est d’ailleurs pour cela que l’on travaille actuellement à une affiche qui s’inspire de celles, magnifiques, des premières années. Avec un superbe palmier ! C’est un peu le réveil de la belle au bois dormant. © DR

© DR

18_19_LyLo16_BonSpot_def_Mise en page 1 13/06/16 13:35 Page19

au tout début des années 1990. Mais aussi Branford Marsalis, qui joua ici tout jeune, encore tout mince, avec son frère ; Abdullah Ibrahim, un immense pianiste dont je tenais à la présence, que j’ai connu au début sous le nom de Dollar Brand… Et bien entendu un autre très grand pianiste, Randy Weston, qui fêtera avec nous ses quatre-vingt-dix ans. Ce club a accueilli beaucoup de légendes. Tous ceux-là ont fait notre notoriété, beaucoup nous ont suivi depuis les tout débuts à Genève. Car, en vrai, le New Morning est né en 1976 de l’autre côté des Alpes, avec mes frères aînés : ce sont donc aussi les quarante ans qu’on fête cette année! 35 ANS

L’un des piliers de la salle demeure Christine Badier, en charge de la programmation. Christine a été formée par ma mère, c’est une longue histoire de famille. Nous ne sommes pas un lieu qui va "LES chercher différents programDU NEW MORNING ? Et le vrai va continuer à la renmateurs, il y a une réelle C’EST UN PEU LE RÉVEIL trée… continuité, et cela s’entend. DE LA BELLE AU BOIS Cet automne, nous avons Autrefois, de grands agents DORMANT." prévu une programmation qui possédaient de vastes très "mémorielle" : Roy Hargrove avec qui nous avons roosters (les artistes qu’ils font tourner, ndlr) étaient incontournables, aujourd’hui cette offre est bien plus eu des déboires, Tony Allen qui va jouer un répertoire éclatée, certains apparaissent, d’autres disparaissent. autour d’Art Blakey, un des premiers à avoir joué Nous, nous continuons, et je crois que la longévité au New Morning ; la pianiste Patricia Barber, Bireli est l’une des clefs de notre succès. Lagrène en version Gypsy, John Scofield, l’ami de toujours qui pourrait faire des salles plus grandes, En attendant, cet anniversaire commence cet été avec mais nous reste fidèle ; Boubacar Traoré qui a souvent le All Stars, un classique de juillet du New Morning… enchanté le New. Et il y aura bien entendu Archie Oui, le programme est toujours très bon, sauf que Shepp, un de nos repères. Nous voulons revendiquer cette fois, il devait être encore meilleur! C’est le All notre passé, mais nous avons aussi pour mission de Stars des All Stars. Au fil du mois, nous allons accueillir nous tourner vers l’avenir. C’est pour cela que nous des musiciens qui sont liés à cette maison : c’est programmons également cet été le trompettiste notre manière de dire "Welcome home!" Ce sont nos Théo Crocker, le SoulJazz Orchestra ou encore le amis, certains étaient déjà grands, d’autres ont grandi, Mbongwana Star. Le 10 juillet, il y aura même des mais ils se sentent chez eux au New Morning. Tous jeunes musiciens actuels, lors de la soirée Palestine font partie de notre histoire, à l’image du saxopho& out. C’est un clin d’œil à l’histoire de ma famille : niste Pharoah Sanders, un drôle de bonhomme, qui quand nous sommes arrivés d’Egypte, sans rien ou est régulièrement venu rue des Petites Ecuries, ou presque, nous venions de loin. Pour nous, la France,  Steve Coleman, dont un concert a marqué les esprits c’était une renaissance.

19


DISCO

20_21_LyLo16_Chronik_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:48 Page20

LES COUPS DE COE UR DE LA R HIP HOP PAULISTE

Emicida About Kids, Hips, Nightmares and Homework (Sterns/MDC)

La pépite du hip hop de São Paulo, poète urbain aux lyrics coups de latte sur flow de velours, mêlant les rythmes traditionnels de maracatu ou de forró aux beats métalliques, s'est exilé en Angola et au Cap Vert pour "retrouver le fil de l'histoire noire au Brésil". Un artiste tout terrain, adepte des dribbles et des tacles.

NEW AFROCUBISM

Richard Bona & Mandekan Cubano Heritage (Qwest Records/Membran/Sony Music)

Retour aux affaires pas du tout courantes du "surdoué de Douala" pour un cocktail afro-latino, sur la route des esclaves d'Afrique de l'Ouest débarqués à Cuba. Beats polyrythmiques, claves fiévreuses et soufflantes de cuivres, le bassiste sans barrières et son orchestre pénètrent les "cabildos", ces sortes de "social clubs" qui faisaient résonner les pulsations locales du temps des colonies. Captivant.

BEACH PARTY EN BELGIQUE Dan San Shelter

(Jaune Orange/Yotanka Records)

Ballades pop-folk mélancoliques, dentelles de guitare en bois et lézardes de six-cordes vintage, façon Fleet Foxes, avec quelques touches électro pour moderniser le propos, les six potes liégois, pionniers de l'indie-folk d'outre-Quiévrain, vont faire se rouler les galoches cet été.

DU ROCK, DU VRAI

Radio Moscow Live ! in California (Alive recods/Natural sound)

Double album live du trio psyché rockblues, enregistré au Satellitye de L.A. en décembre 2015, pour des déflagrations blues-rock, à grands coups de riffs, de coups de griffes, et des hallucinations wah-wah typées années 70 de Parker Griggs. C'est brut, c'est sauvage et ça fait joyeusement mal. Of Montreal Innocence Reaches (Polyvinyl Records)

PULCO-ÉLECTRO CITRON

Bachar Mar-Khalifé Lemon (InFiné) Voilà un E.P. qui vaut son pesant de molokheya. Délaissant le piano et les percussions pour les synthétiseurs et le clavecin, le compositeur franco-libanais Bachar Mar-Khalifé rend hommage à la musique expérimentale du Caire et à la scène électrochaabi, via un hypnotique habillage des vers du poète égyptien Samir Saadi. Après pressage, les quatre titres de cet E.P. rendent un jus bien plus euphorisant que du Pulco. Bel Air de Forro Na Estrada (Madame Bobage/L'autre distribution)

20

Un disque qui postule à être la bande -son de l'été. Le forró, musique dansante du Nordeste du Brésil, qui se joue simplement avec une percussion, un accordéon et le chant, est dans tous ses états avec ce trio franco-brésilien, qui enflamme tout sur son passage. Une musique jouée tout en douceur et joie de vivre.

Kevin Barnes, l'allumé prolifique, n'a jamais cessé de collaborer et de s'intéresser à divers musiciens issus de la scène alternative depuis 25 ans, lui apportant la possibilité d'une renaissance musicale permanente. "Innocence Reaches" est un OMNI, qui laisse beaucoup de place à l'électronique et n'empêche pas quelques bonnes parties de guitare. Les titres de ce nouvel album font naviguer dans un univers électro/pop psychédélique, dans lequel Kevin Barnes prend des risques, quitte à ne pas plaire à tout le monde, ou à faire fuir les oreilles instrumentalisées par les radios à fric.

CRÈME SOLAIRE

Wax Taylor I had a woman (Lab'oratoire)

5ème album du chef de file du trip-hop made in France, sous la forme d'une virée à travers les plaines poussiéreuses du Far West, des clubs électro aux jungles urbaines soul et funk, des playgrounds hip hop aux confins du Delta blues. Le sorcier du "downtempo" réécrit le grand songbook américain. Audacieux.


20_21_LyLo16_Chronik_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:48 Page21

LA RÉDACTION HALLOWEEN

Ruppert Pupkin Run (Gum/Microcultures/Differ-Ant)

Une voix vient hanter cet album, à cheval entre Joan Baez, PJ Harvey et Beth Gibbons. Ruppert Pupkin s'immisce en douceur dans les veines par une douce piqûre de répétition, comme un murmure inquiétant et entêtant, prononcé dans l'obscurité d'une chambre pendant qu'on se cache sous la couette, inquiet mais intéressé. Ruppert Pupkin, c'est la voix d'une médium habitée par des esprits, qui raconte et caresse avec émoi.

VOLUTES PSYCHÉDÉLIQUES

Weval (Kompakt) Un piano désaccordé, des rythmes électro-syncopés, des basses groovies et lancinantes, des voix sorties d'outre-tombe, quelques clin d'œil pop, d'étranges jeux de textures, des tableaux surréalistes qui n'auraient pas déplu à un Magritte passé aux machines... Le duo d'Amsterdam fraye dans des terres inconnues. Il en existe encore.

SURF SESSION IN NAMUR Italien Boyfriend Facing the Waves

(62 TV Records/PIAS)

Contrairement à son intitulé, le trio namurois ne goûte pas plus le roulage de pelles que la soupe de mistretone des années Ramazzotti, mais donne dans un détonnant pot belge de gui-tares surf et de mélodies pop. Sortez les planches, tubes à l’horizon.

CHANSON FUTURISTE Chevalrex Futurisme

(Vietnam/Because)

Eveiller les sens en musique, c'est ce que provoque Rémy Poncet, dans ses compositions aux arrangement symphoniques et inti-mistes ; une chanson française qui se (re)construit autour d'une parole poétique, où l'instrumentalisation s'invite en profondeur pour flirter avec l'âme d'un enfant qui grandit. Une œuvre sonore majeure à découvrir.


22_LyLo16_Dessin_def_Mise en page 1 13/06/16 13:47 Page22


23_LyLo16_OpenFestivals_def_Mise en page 1 18/06/16 06:49 Page23

En quête de bonnes plages... musicales? Lylo a listé les 40 festivals à ne pas manquer, de juillet à octobre 2016. r C J We r G C

© Carole Epinette

FESTIVALS D’ÉTÉ FRANCILIENS

FESTIVALS

SÉLECTION DES

23


24_28_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 15/06/16 12:37 Page24

A l'affiche : Princess Lover, Original H, Harry Diboula, Big Tom, Erik Negrit, Jean-Marie Ragald, Milca, Orlane, Tina Ly, Oxygen' des Iles, Kowus etc. Pourquoi y aller ? Un véritable village pour s'immerger dans la culture carnavalesque des Antilles, à travers des concerts et des stands d'artisans. + d'infos : 1, place de la Porte de Versailles (15ème) www.carnavaltropicaldeparis.fr

MACKI MUSIC FESTIVAL Du 1er au 3 juillet dans le parc de la mairie de Carrières-sur-Seine A l'affiche : François & The Atlas Mountains, Acid Arab, Tom Trago, Linkwood, Dan Shake, Harvey Sutherland, Papooz, Bonnie Banane, Antal etc. Pourquoi y aller ? Le temps d’un week-end, ce rendez-vous incontournable de l'électro-rock, créé par les collectifs La Mamie’s & Cracki Records, s’installe sur les bords de Seine pour une troisième édition haute en couleurs et en bpm. Concerts et DJ sets en plein air. + d'infos : www.mackimusicfestival.fr 24

Etienne de Crécy ©DR

Acid Arab ©Flavien Prioreau

FESTIVALS

CARNAVAL TROPICAL Du 1er au 3 juillet au Parc des Expos (pavillon 5)

NOUS N'IRONS PAS À NEW YORK Du 1er au 30 juillet au Duc des Lombards A l'affiche : Stanton Moore Trio, Daniel Freedman Quintet feat. Nir Felder & Jason Lindner, Mark Turner Quartet, Makaya McCraven, Con Brio, Leyla McCalla etc. Pourquoi y aller ? Pour la 6ème année consécutive, le Duc met New York en boîte en invitant les meilleurs jazzmen de la Grosse Pomme. Une cinquantaine de concerts, 80 artistes, bienvenue à Greenwich Villagesur-Seine ! + d'infos : 42, rue des Lombards (1er) www.ducdeslombards.com

RAINFOREST FESTIVAL 2 & 3 juillet à Fontainebleau A l’affiche : Etienne de Crécy, Arthur H, Naive New Beaters, Ibeyi, Acid Arab, Paradis DJ Set, La fine équipe, We Were Evergreen, DBFC, Jay Prince, Niconé, Yoann Feynman, FM Laeti etc. Pourquoi y aller ? Parce que c’est un festival écoresponsable qui, en plus de faire du bien aux oreilles, fait aussi plaisir à la balance : escalade, beach soccer, beach volley, pétanque ou foot… "Nature, sport et bonheur", promettent les organisateurs. Un festival pour les têtes bien faites dans des corps sains. + d’infos : Le Grand Parquet, Forêt de Fontainebleau (77) / http://rainforest.fr


© DR

© DR

24_28_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 15/06/16 12:37 Page25

FESTIVAL DE L'OURCQ – L’ÉTÉ DU CANAL Du 2 juillet au 21 août du Bassin de La Villette au Parc de la Poudrerie et

ve, urs de e-

A l’affiche : Nombreux groupes dans la journée et DJ sets en soirée. Pourquoi y aller ? Concerts, bals, loisirs nautiques, street-art, cinéma en plein air... Paris se transforme en station balnéaire ! + d’infos : www.tourisme93.com/ete-du-canal

SIESTES ELECTRONIQUES Les dimanches 3, 10 & 17 juillet au Musée du Quai Branly A l’affiche : La Souterraine, Gaika, Isaac Delusion, L’Ocelle Mare, Mr Mitch, Voiski etc. Pourquoi y aller ? C’est le rendez-vous détente de l’été pour écouter de la musique ethno et électro à l’horizontale. Pour leur 6ème édition, les Siestes Electroniques promettent une configuration et une programmation inédites pour les dix ans du musée. + d’infos : 37, Quai Branly (7ème) http://www.les-siestes-electroniques.com

BLACK SUMMER FESTIVAL Du 5 au 31 juillet au Cabaret Sauvage A l'affiche : Bomba Estereo, La Yegros, Made in Galsen, Panda Dub, Arnaud Rebotini, Lindigo, Sages Comme Des Sauvages, U-Roy, Christine Salem, Zoufris Maracas etc. Pourquoi y aller? Pour la plongée dans la Great Black Music, de Kingston à Bamako, entre groove et mélopées soul, riddim reggae et rythmes chaloupés des Caraïbes. Sans oublier la plage, les transats et le barbecue géant... Un été caliente ! + d'infos : Parc de la Villette - 211, avenue Jean Jaurès (19ème) / www.cabaretsauvage.com

FESTIVAL VOCAL Jusqu’au 7 juillet au Sunset/Sunside A l’affiche : Isabelle Seleskovitch French Jazz Trio, Mathilde Ferry, Sarah Thorpe Quartet, Cecil L. Recchia, Sarah Fahy, Awa Timbo etc. Pourquoi y aller ? Jeunes talents de la scène jazz ou artistes confirmés, soul sisters et chanteurs à coffrefort, douces mélopées ou rugissements... Quand la voix est là, le jazz fait la java. + d’infos : 60, rue des Lombards (1er) www.sunset-sunside.com ` 25

Lylo 25


LA FERME ELECTRIQUE 8 & 9 juillet à la Ferme du Plateau, Tournanen-Brie A l'affiche : Casamance, Nursery, Blurt, The Madcaps, Juniore, Bruit Noir, Maestro, Balladur, Chocolat Billy, Massicot etc. Pourquoi y aller ? Pour sa programmation dense et variée dans un cadre intimiste : une vingtaine de concerts rock en deux jours, des expériences sonores participatives, des expositions et des projections en rapport avec la musique. + d'infos : 101, rue de Paris 77220 Tournan-en-Brie www.la-ferme-electrique.fr

AMERICAN JAZZ FESTIV'HALLES Du 8 juillet au 18 août au Sunset A l'affiche : Glen Ferris Quintet, Clovis Nicolas "American Quartet", Craig Handy & Kirk Lightsey "Tribute to Dexter Gordon", Tom Harrell Quartet feat. Ralph Moor, Toshiko Akiyoshi Trio, Yellowjackets etc. Pourquoi y aller ? Pour le cocktail groove et swing de stars confirmées et de jeunes révélations du jazz US. Cette 25ème édition propose une programmation pointue et non mainstream. + d'infos : 60, rue des Lombards (1er) www.sunset-sunside.com

Lee Ranaldo ©DR

FESTIVALS

Nursery ©DR

24_28_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 15/06/16 12:37 Page26

NUIT 104 NEW YORK 9 juillet au Centquatre A l'affiche : Tyondai Braxton, Rhys Chatham, Lee Ranaldo & Leah Singer, Dälek, Mark Cunningham & Pierre Bastien, Tribute to Moondog, Charlie Looker, Sal P, Patrick Vidal, Rosa Vertov, WFMU/Brian Turner etc. Pourquoi y aller ? Dans l'esprit de The Kitchen ou d'autres clubs fiévreux de la Big Apple, le Centquatre propose sa nuit new-yorkaise avec pour credo le décloisonnement des genres et une immersion dans les cultures pop, rock, hip hop et les musiques contemporaines, sans oublier les projections. ème + d'infos : 5, rue Curial (19 ) / www.104.fr 26

RHIZOMES Jusqu'au 10 juillet dans les jardins du 18ème A l’affiche : Christine Salem, Renata Rosa, BKO Quintet, Ablaye Cissoko & Constantinople, Finzi Mosaïque Ensemble, Revolutionary Birds, René Lacaille èk Marmaille etc. Pourquoi y aller ? Pour assister à des concerts gratuits dans les parcs et jardins du 18ème tout en voyageant dans les répertoires du monde entier. Plus qu'un festival, les vacances de ceux qui n'en ont pas. + d’infos : www.festivalrhizomes.fr


24_28_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 15/06/16 12:37 Page27

BARRIÈRE ENGHIEN JAZZ FESTIVAL Du 10 au 13 juillet au Théâtre du Casino d'Enghien A l’affiche : Sean Paul, Pink Martini, The Stanley Clarke Band, Manu Katché, César Lopez & Habana Ensemble etc. Pourquoi y aller ? La 17ème édition de ce festival du Val d’Oise, à destination des amateurs de jazz, propose une large palette musicale pour une ambiance estivale. Pour une fois, le jackpot est assuré ! + d’infos : 3, avenue de Ceinture 95880 Enghien-les-Bains www.facebook.com/Enghienjazzfest

PARIS QUARTIER D’ÉTÉ Du 14 juillet au 7 août dans divers lieux parisiens

Kurt Vile ©DR

A l’affiche : Anna Rispoli, Johanne Saunier, Gandini Juggling, Un loup pour l’homme, Naissam Jalal, Maria Muñoz et Niño de Elche etc. Pourquoi y aller ? 27ème édition avec de plus en plus de surprises, partout dans Paris. De Berlioz au flamenco, en passant par des jongleurs de pommes et de la techno-pop, le festival a tout pour plaire aux familles comme aux adeptes de l'inattendu. + d’infos : http://www.quartierdete.com

FESTIVAL DAYS OFF Jusqu’au 10 juillet à la Philharmonie de Paris

THE PEACOCK SOCIETY Du 13 au 17 juillet au Parc Floral DJ Shadow ©DR

A l’affiche : Max Richter, Mogwai, Colin Stetson & Sarah Neufeld, Anohni, Philip Glass & Kronos Quartet, Cat Power, Kurt Vile & The Violators etc. Pourquoi y aller ? Pour leur 7ème édition, les Days Off continuent de proposer des nuits pour le moins étoilées, tournées vers la pop, le rock et leurs connexions avec l'électro et les musiques contemporaines. Une programmation futée et audacieuse, riche en surprises et projets spéciaux. + d’infos : Cité de la Musique 221, avenue Jean Jaurès (19ème) / www.daysoff.fr

A l'affiche : Kerri Chandler, John Talabot, Raresh, Laurent Garnier, Sven Vath, Maceo Plex, Tale of Us, DJ Shadow, Brodinski etc. Pourquoi y aller ? Parce que c’est "The" party à l’américaine. Trois nuits, des guests, une plage, des jacuzzis et une programmation qui ravira tous les aficionados des cultures électro. + d'infos : Route de la Pyramide (12ème) http://peacocksociety.tumblr.com 27

Lylo 27


24_28_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 15/06/16 12:37 Page28

LA GRRRRRANDE PRAIRIE Du 15 juillet au 1er septembre à la Bellevilloise A l’affiche : Beats & Chill x Le Mellotron, Kumquat, Afro & Co Kizomba Connection, Ulule Summer Party, DJ sets by Collectif Mic Mac, Soirée Velvet & Nico etc. Pourquoi y aller ? Pour profiter d'un bout de verdure indoor tout en écoutant des concerts et en jouissant des nombreuses activités insolites, des massages au cours de maniement de sabre laser ! + d’infos : 19-21, rue Boyer (20ème) www.labellevilloise.com 28

Pharoah Sanders ©DR

A l'affiche : Fishbach, Cléa Vincent, Juliette Armanet, Lafayette, Buridane, Minors etc. Pourquoi y aller ? Véritable labo artistique dédié à la jeune création, la Loge ne fait pas relâche cet été. La 7ème édition du Summer of Loge déroule le thème "To be free", ou comment s'affranchir des codes et des formats classiques de l'art. Groupes de musiques et compagnies de théâtre ont carte blanche pour créer le bouquet final de la saison. + d'infos : 77, rue de Charonne (11ème) www.lalogeparis.fr/summer-of-loge

Lianne La Havas ©DR

FESTIVALS

SUMMER OF LOGE #7 Jusqu'au 16 juillet à la Loge

ALL STARS NEW MORNING Jusqu'au 28 juillet A l'affiche : James Carter Organ Trio, Lucky Peterson, Pharoah Sanders Quartet, Ed Motta, Dr Lonnie Smith Evolution Band, Steve Coleman & The 5 Elements, Marc Ribot & The Young Philadelphians, Mbongwana Star, Mike Stern & Bill Evans Band, Roy Ayers etc. Pourquoi y aller ? Voilà un festival qui porte bien son nom. Toutes les grandes pointures du jazz, de la soul et de leurs satellites fusion se succéderont dans cette salle mythique pour des fièvres nocturnes. Pour fêter ses 35 ans, le New Morning a invité toutes les stars qui ont écrit l'histoire du lieu. Un sacré anniversaire ! + d'infos : 7-9, rue des Petites Ecuries (10ème) www.newmorning.com

FESTIVAL FNAC LIVE Du 20 au 23 juillet sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris

A l’affiche : Lianne La Havas, Lilly Wood and the Prick, Sage, William Sheller, Lola Marsh, Hyphen Hyphen, Balthazar, Keren Ann etc. Pourquoi y aller ? Envie de voir des gros shows ? Fnac Live, c’est une programmation variée avec plus de 30 concerts gratuits à deux pas des quais de Seine et une mosaïque de têtes d'affiche. Elle est pas belle la vie parisienne ? + d’infos : Place de l'Hôtel de Ville (4ème) / www4.fnac.com/fnaclive


29_LyLo16_ChienPlume_def_Mise en page 1 13/06/16 13:49 Page29

P

Un festival de (w)ouf !

our ses vingt ans, le Chien à Plumes a sorti les griffes pour concocter une programmation à défriser un bichon : Louise Attaque, Julian Marley, Caravan Palace, Tryo, Mass Hysteria, Miossec, Biga Ranx, Goran Bregovic, The Shoes... Autant dire les molosses des charts internationaux, réunis sur la grande scène "Ernest". Véritables défricheurs de pépites, les organisateurs défendent également les talents de demain en les invitant sur la scène "Ponpon". Entre deux concerts, direction le village, les poches pleines de "Nonoss "(la seule monnaie acceptée sur le site), pour se dégourdir les pattes entre les stands d’artisanat et de restauration des cuisines du monde entier, ou s'affaler sur un transat. Elu "meilleur petit festival 2015" par les Festivals Awards, le Chien à Plumes revendique sa taille humaine et ses concerts où l'on ne risque pas l'insolation

en arrivant trois heures avant pour avoir une place, sans se faire marcher dessus. Ici, pas d'écran géant mais une proximité avec les artistes que l'on peut toucher du bout de la papatte. En guise de niche, deux campings, zen ou festif selon l’énergie du moment, et gratuits sur présentation d’un billet de concert! Croquette sur le gâteau, le site se trouve à 300 mètres du lac de Villegusien, où la plage aménagée permet de se rafraîchir entre deux marathons sonores. Une question doit vous tarauder : un chien à plumes, c’est quoi cette étrange bestiole? "C'est une longue histoire, s'amuse Eric, le directeur et programmateur du festival. C'est un enfant de huit ans qui a sorti ce nom suite à un concours d'insultes à la capitaine Haddock, lors de la création du festival. Seul un enfant Pauline Savatier  pouvait avoir cette idée..." www.chienaplumes.fr 29


Trio SR9 ©DR

30_36_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:59 Page30

FESTIVALS

CLASSIQUE AU VERT Du 6 août au 18 septembre au Parc Floral A l’affiche : The Amazing Keystone Big Band, Karine Deshayes & Delphine Haidan, Thomas Palmer, Trio SR9, L’Arpeggiata, Adrien Boisseau, Hélène Guilmette, J.B. Vuillaume Trio, Quatuor Van Kuijk etc. Pourquoi y aller ? Pour écouter des concerts d’amateurs, de professionnels et rencontrer artistes et musicologues. C’est le grand rendez-vous de la musique classique l’été à Paris. + d’infos : Route de la Pyramide (12ème) www.classiqueauvert.paris.fr

A l’affiche : Sylvain Rifflet, Thomas de Pourquery, Surnatural Orchestra, Malted Milk & Toni Green, Omar Sosa & José Martin, André Manoukian & Léna Chamamyan Quartet, Richard Bona, Jean-Marie Machado & Danzas, Bumcello et Magic Malik etc. Pourquoi y aller? Fidèle à sa programmation ouverte sur le monde, le festival se lance dans un nouveau périple musical pour explorer tous les territoires du jazz via ses plus belles gâchettes. Du lourd et du plein air ! + d’infos : Route de la Pyramide (12ème) www.parisjazzfestival.fr

PIANISSIMO VOLUME XI Du 1er au 31 août au Sunset A l'affiche : Hommage à Duke Ellington avec Laurent Courthaliac, Eric Legnini Trio, René Urtreger Trio, Pierre de Bethmann Trio, Giovanni Mirabassi Trio, Yaron Herman "New" Quartet etc. Pourquoi y aller? Pour admirer les meilleurs pianistes de la scène jazz internationale. En solo ou accompagné, le piano devient bellissimo. + d'infos : 60, rue des Lombards (1er) www.sunset-sunside.com 30

The Last Shadow Puppets ©Zackery Michael

PARIS JAZZ FESTIVAL Chaque week-end jusqu'au 31 juillet au Parc Floral

ROCK-EN-SEINE 26, 27 & 28 août au Domaine national de Saint Cloud A l’affiche : The Last Shadow Puppets, Foals, Iggy Pop, Massive Attack, Cassius, Damian "Jr Gong" Marley, Birdy Nam Nam, Caravan Palace, Breakbot, Ghinzu, Wolfmother, Clutch, Grand Blanc, Royal Republic etc. Pourquoi y aller ? Parce qu'il s'agit là de la grandmesse du rock, avec quelques exclusivités et non des moindres, et pour la programmation toujours aussi détonante. Camping dans le parc, concerts en plein air, détente et fiesta assurées. + d’infos : http://www.rockenseine.com


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page31


A l'affiche : programmation en cours. Pourquoi y aller? Pour découvrir Paris en suivant ce festival itinérant, éco-citoyen et gratuit, qui programme sous les kiosques des parcs des capitales européennes (Hambourg, Lisbonne, Madrid, Bruxelles) de jeunes talents et des artistes confirmés. Avec l'idée de proposer un mode de vie urbain un peu plus harmonieux. + d'infos : www.kiosquorama.org

Ensemble Corse Sarocchi ©DR

KIOSQUORAMA Du 28 août au 2 octobre dans les squares parisiens

Snarky Puppy ©DR

FESTIVALS

30_36_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:59 Page32

JAZZ À LA VILLETTE Du 30 août au 11 septembre au parc de La Villette A l’affiche : Julien Lourau & The Groove Retrievers, Snarky Puppy, Archie Shepp "All Star Tribute to John Coltrane", Chick Corea & Gary Burton Duo, Chucho Valdés "Tribute to Irakere" feat. Kenny Garrett, Gogo Penguin, Erik Truffaz Quartet feat. Rokia Traoré, Jacky Terrasson & Stéphane Belmondo, Avishai Cohen Quartet "Tribute to Fela" feat. Seun Kuti & Egypt 80, Cheick Tidiane Seck, Tigran, etc. Pourquoi y aller ? Car les pointures internationales du jazz, toutes tendances et pays confondus, se sont données rendez-vous à la Villette. Pourquoi pas vous ? Des affiches bluffantes et qui feront date, dispersées entre la Grande Halle de la Villette, la Philharmonie, la Cité de la Musique et le Cabaret Sauvage. Un festival de choix sur la mappemonde du jazz. + d’infos : 211, avenue Jean Jaurès (19ème) http://www.jazzalavillette.com 32

MUSIQUE EN L’ILE Jusqu'au 28 août dans divers lieux de Paris A l’affiche : Westminster Kantorei, JeanPaul Poletti et le Chœur d’Hommes de Sartene, Ensemble Corse Sarocchi, Ensemble Lunaris, Quatuor Elmire, Texas Camerata, Chœurs Oxford Voices etc. Pourquoi y aller ? L’association La Toison d’Art revient en force avec une nouvelle édition consacrée à la musique sacrée et basée sur la programmation de concerts en l'Eglise Saint-Louis-en-l'Ile. + d’infos : www.latoisondart.com

FALL OF SUMMER FESTIVAL 2&3 septembre à Torcy A l'affiche : Abigail/ Barbatos, Exciter 1996-2014, Unleashed, Nifelheim, Manilla Road, Shining, Dead Congregation, Revenge etc. Pourquoi y aller? Parce que c’est le festival dédié à la culture metal, death, doom… Ambiance dark pour finir les vacances, il faut bien ça pour contrer les coups de soleil. + d'infos : Base de plein air de Vaires, route de Lagny (77) http://fallofsummer.fr


30_36_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:59 Page33

FESTIVAL INOX PARK 3 septembre à Chatou A l’affiche : Don Diablo, Nils Van Zandt, Chuckie, Bear Grillz, Delta Heavy, Teddy Killerz, Ace Ventura, Major 7, Capital Monkey, Adam X, Bas Mooy etc. Pourquoi y aller ? Pour le rendez-vous incontournable des amoureux de toutes les musiques électro dans un cadre bucolique, l'île des Impressionnistes de Chatou (78). Label électro-bio ! + d’infos : http://www.inoxparis.com

FESTIVAL D’ILE-DE-FRANCE Du 3 septembre au 9 octobre dans divers lieux d'Ile-de-France A l’affiche : António Zambujo, Keren Ann, Le Bal de l'Afrique Enchantée, Ultra Bal, Fadia Tomb El-Hage & Françoise Atlan, Thomas Dutronc, Vincent Peirani, Rocío Márquez, Le Sacre du Tympan, Arnaud Rebotini & Christian Zanési etc. Pourquoi y aller ? 33 concerts dans 39 lieux, certains insolites et habituellement fermés au public (châteaux, églises, cirques, anciennes usines etc.), du patrimoine francilien... Pour ses 40 ans, le festival propose un captivant jeu de piste dans les musiques du monde. + d’infos : https://www.festival-idf.fr

LES SOLISTES À BAGATELLE Du 3 au 18 septembre à l'Orangerie du Parc de Bagatelle A l’affiche : Jean-Claude Pennetier, Christian Ivaldi, Vittorio Forte, Vanessa Wagner & Marie Vermeulin, Jean-Paul Gasparian, Lidija et Sanja Bizjak, Jean-Marc Luisada, Tanguy de Williencourt, Igor Tchetuev etc. Pourquoi y aller ? Trop long ? Trop tard ? Trop cher ? Avec les Solistes à Bagatelle, la musique classique se met au diapason de la farniente estivale. Concerts décontractés, courts, pas chers et même gratuits pour les enfants! Le tout dans le magnifique cadre de l'Orangerie. Un festival tout sauf classique. + d’infos : Route de Sèvres à Neuilly (16ème) / http://www.ars-mobilis.fr

33

Lylo 33


TOUMÉLÉ 16 & 17 septembre à Maule A l’affiche : Ackboo featuring Brother Culture, Bukowski, Las Aves, Les joyeux urbains, Melody Linhart, Mo Dj, Penn Du, The Summer Rebellion Throes + The Shine etc. Pourquoi y aller ? Pour son ouverture aux spectacles musicaux (arts de la rue, arts plastiques, théâtre, projections, expositions etc.). Ce festival complet mêle tous les publics, tous les rythmes et toutes les disciplines artistiques. Un spectacle plus que vivant aux portes de Paris. + d’infos : Clairière St Vincent Maule (78) www.toumele.org ©Nava

FESTIVALS

Lauryn Hill ©DR

30_36_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:59 Page34

LES GRANDES EAUX NOCTURNES Tout l'été (samedi soir) jusqu'au 17 septembre au Château de Versailles A l’affiche : Reinhard Goebel et son orchestre Musica Antiqua Köln etc. Pourquoi y aller ? Tous les samedis, après la Sérénade Royale de la Galerie des Glaces, des artistes de la lumière et de la scénographie transforment le château de Versailles pour une promenade magique et en musique. + d’infos : http://www.chateauversaillesspectacles.fr 34

FÊTE DE L’HUMA Du 9 au 11 septembre à La Courneuve A l’affiche : The Chemical Brothers, Lauryn Hill, Laurent Voulzy et Alain Souchon, Rokia Traoré, Caribbean Dandee (Joey Starr & Nathy), Lindsey Stirling, Ludwig Von 88, The 1975 etc. Pourquoi y aller? Pour trois jours de fête,durant lesquelles on peut assister à plus de 50 concerts, buller dans le Parc de la Courneuve, flâner entre les 450 stands de produits du terroir avant de refaire le monde lors des débats… Pour la cause, camarade ! + d’infos : Parc départemental Georges Valbon de la Courneuve (93) / http://fete.humanite.fr

SMMMILE VEGAN POP FESTIVAL Du 16 au 18 septembre au Trabendo, au Cabaret Sauvage et sur les pelouses de la Villette A l’affiche : Une vingtaine d'artistes, dont Forever Pavot, Batuk, Omar Souleyman etc. Pourquoi y aller ? Trois jours de bon son, de bon sens et de culture végane... La première édition de cet événement militant promet des happenings futés et des saveurs du monde entier aux mélomanes, végé-curieux, véganes convaincus et adeptes de la slow life. + d’infos : www.smmmilefestival.com


35_LyLo16_WeVibes_def!!!_Mise en page 1 13/06/16 13:52 Page35

P

Bonnes vibrations

as question de glander sur les bancs de la fac ou de végéter dans les soirées du BDE. En guise de mémoire, une green team d’étudiants (production musicale, design et communication) a décidé de se lancer dans l'organisation d'un festival avec la première édition du WeVibes. A la base du projet, "une envie de gosse", une conscience éco-citoyenne et le désir de se faire la main sur le terrain autour de "l'idée originale de proposer, plus que des concerts, un lieu de rencontres où la musique est au cœur du rassemblement", résume Laura Vazquez, l'une des fondatrices de l'événement. Ils ont commencé par les WeVibes Sessions, des concerts mensuels d'artistes en développement dans diverses salles parisiennes. Une première expérience, en partenariat avec Microcultures, une structure de production artistique basée sur le financement participatif, avant de s'attaquer à leur propre Woodstock. Leur idée? Un week-end pour se mettre au vert en plein Paris, ou comment réinventer la cité. Sur scène, l’équipe invitera des artistes qui partagent sa vision de la musique et de la société.

Au programme de la partie concerts (intitulée "WeCelebrate"), une scène dédiée aux artistes confirmés, une aux jeunes talents. Bébé festival, programmation de taille : Likes Berry, French Tobacco, Ginkgoa, Cézaire et Zimmer le 24 septembre, puis le lendemain, Red Money, Slap (Chat, Micky Green & Sandra Derlon), Shake Shake Go et Selim, le parrain de l'événement, "un très bon ami, avec qui j'ai beaucoup travaillé. Quand j'ai commencé à parler de créer ce festival, il m'a tout de suite soutenue et m'a même poussée à me jeter dans le vide. Il était évident qu'on avait envie de partager notre bébé avec lui." Gonflés et audacieux, les étudiants comptent diffuser leurs bonnes ondes par tous les supports possibles, la musique étant une bande-son, pas qu'une affaire de chansons. En marge des scènes, WeVibes propose des expositions sur les questions d'environnement, des stands d’associations, des produits bio et un espace dodo. En gros : "WeCreate", "WeTalk", "WeEat" et "WeRelax"... Pauline Savatier  We go for sure! http://wevibesfestival.fr 35


CULTURE AU QUAI 24 & 25 septembre sur le Quai de Loire A l’affiche : Elephant, Orchestre de Radio France, Guem & Jérémie Soudan, Puce & Muse etc. Pourquoi y aller ? Parce qu’une rentrée, ça se prépare. Ce festival permet de faire son marché en voyant gratuitement des concerts "bandes annonces" pour découvrir la saison culturelle à venir. + d’infos : Quai de Loire (19ème) http://www.cultureauquai.com

PARIS NEW YORK FESTIVAL Jusqu'au 14 octobre à Paris & New York A l'affiche : Joe Bataan meets Setenta (13/07), Raashan Ahmad & friends (14/07) etc. Pourquoi y aller ? Concerts, conférences, projections de films inédits et roof top party… La 1ère édition du Paris New York Festival propose un voyage initiatique au cœur des arts afro-américains. Après les sessions des mois de mai et juin à Paris (FGO Barbara), la seconde étape passera par New York pour des concerts au Crotona Park et au New Nublu, pour revivre l'ambiance d’Harlem et du Bronx des années 6070, avant un retour sur le Vieux continent. + d'infos : www.blmusicprod.com

LA PLAGE DU GLAZART Tout l'été jusqu'au 1er octobre A l'affiche : Romain Play, Franck Roger, Konstantin Sibold, Colt Silvers, Laolu, Hollydays, Eriksson Delcroix, S3A, La Mamie’s, Weeding Dub, Frankey & Sandrino, Umwelt, The Psychotic Monks, Ana Zimmer, Parlor Snakes, etc. Pourquoi y aller ? Pour écouter de la musique rock-électro les pieds dans le sable, sur un transat ou en faisant une pétanque. Au chapitre des nouveautés de la Plage, le live du mercredi, la gratuité sur le club Open air du jeudi et le Bistronomie Club le dimanche. Une plage de sable et musicale. + d'infos : 7-15, avenue de la Porte de la Villette (19ème) www.glazart.com/LaPlage

Bat For Lashes ©DR

FESTIVALS

30_36_LyLo16_Festivals_def!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:59 Page36

PITCHFORK MUSIC FESTIVAL 27, 28 & 29 octobre à la Grande Halle de la Villette A l'affiche : M.I.A, Moderat, Chet Faker, DJ Shadow, Bat For Lashes, Daphni, Minor Victories etc. Pourquoi y aller ? Car l'ex-webzine spécialisé dans les musiques indés (électro, rock, hip hop, jazz), qui organisa son premier festival à Chicago en 2006 , est devenu une institution de la culture underground. Bien plus qu'un festival, un état d'esprit. + d'infos : 211, avenue Jean Jaurès (19ème) http://pitchforkmusicfestival.fr


© Marina Chavez

37_LyLo16_BlueNote_def2_Mise en page 1 15/06/16 12:41 Page37

Du 15 au 22 novembre à Paris

A

Quand le jazz fait la java

ux Etats-Unis, à l'assaut des campagnes présidentielles, on appelle ça un "ticket gagnant". A Paris, cet automne, cela prendra des allures de jackpot collectif. Quand le plus célèbre label américain de jazz (Blue Note) et une appli divertissement de Sony se réunissent (en partenariat avec Anteprima et Olympia Production) pour créer un festival, autant dire que la musique va en voir de toutes les couleurs. En 2014, plus de 5000 personnes avait plébiscité la première édition de cette réunion des stars internationales du jazz. En novembre, les soirées risquent d'être bouillantes au son des transes, des digressions et des expérimentations autour de la note bleue. Pas question de multiplier les dates et de compiler les artistes, le "bal bleu" de Blue Note propose une plongée dans une musique en constante évolution, tant dans son discours que dans sa forme, une façon de passer le témoin entre les stars d'hier et celles de demain. Au programme, la nouvelle signature du label Blue Note, la chanteuse, songwriter et pianiste Kandace

Springs au Méridien les 15 et 16/11, une nuit électro, le projet Mare Nostrum (Richard Galliano, Paolo Fresu et Jan Lundgren), suivi du quartet du spirituel saxophoniste Charles Lloyd (le 19/11 à la salle Pleyel). Le 20 (toujours à la salle Pleyel), place à Trombone Shorty & Orleans Avenue, le pape des cuivres groove et des impros jazz. Soirée exceptionnelle le 21 à la Cigale, au son du piano du Robert Glasper Experiment, puis de la trompette de la dernière pépite du jazz contemporain Christian Scott, pour une virée aux confins du free jazz, de la soul et du hip hop. Enfin, le 22 à l'Olympia, la légende du jazz Al Jarreau rendra hommage à Duke Ellington, aux côtés du NDR Bigband. Plus qu'un festival, le Blue Note Xperia Lounge est la nouvelle aventure des héritiers du juif berlinois Alfred Lion, le fondateur de Blue Note (avec l’écrivain et musicien Max Margulis puis le photographe Francis Wolff), qui fuit le nazisme en 1939, direction New  York, pour vivre au son du jazz. www.bluenotefestival.fr 37


CAFÉS-CONCERTS

38_40_Lylo13_CafeConf!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:32 Page38

ILS NE FONT PAS RELÂCHE !

La tendance de l'été? A l'image du Kibele, des Trois Baudets ou de l'Entrepôt, la majorité des bars-concerts garderont leurs portes ouvertes en juillet avant de fermer en août pour des vacances méritées. A noter que le péniche Antipode, elle, sera ouverte tout l'été mais exceptionnellement amarrée du 15 juillet au 1er septembre sur les quais de Pantin. Petite météo des plages musicales.

Le bar-concerts de magiciens sera ouvert en juillet et en août, avec des fêtes jusqu’à 5h du matin les jeudis, vendredis et samedis. A noter la soirée spéc iale Japan Expo le 6 juillet (de 20h à minuit), avec Airly Mom oc, Miou et Kaptain Rock. Flo, le chanteur des Geckos, nous parle de ce lieu : "Ce que j’aime, c'est son côté artistique. Une programmation éclectique avec de nombreux talents et une bonne ambiance. Chaque soir, l’Abracadabar propose à un public éclectique, des concerts, des expositions, du théât re, des projections... J'aime les soirées "DS in Paris", j'y fais des concerts en tant que chanteur, et je peux dire que les artistes sont respectés, ce qui est rare sur Paname! Le gros plus, c’est l’ambiance fête jusqu’à 5h du matin les jeudis, vendredis samedis après les spectacles avec et entrée gratuite et prix raisonnab les. Le moins, c’est la déco approximative, mais ne le dites pas à Didier, le patron! Et l’essentiel du bar n’est pas dans la déco, mais dans toutes les rencontres magiques qu’on y fait." , 123,

Photos © DR

avenue Jean-Jaurès (19ème) / www. abracadabar.fr

38

Créée en 2005 sur le concept de l'épicerie du coin, la fameuse scènebar-cantine-club de la rue Jean-Pierre Timbaud fera monter la température au mois de juillet via ses cocktails, tapas et fièvres nocturnes. Au programme, entre autres : les DJ sets argentina" de la fanfare cumbia "fiesta la suivis de tropicaux d'Amambay 100 000 + DJ Cucurucho, hip hop brésilien avec DJ Corysco et sets Dj 08/07. le l Marcia r Popula deroso punck rock de Todopo z. MCs Mondogifs, piur une virée électro-hip hop-jaz le beat maker Tisba, avant le passage du trio de

ème alimentation-generale.net 64, rue Jean-Pierre Timbaud (11 ) / http://


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page39


SALLES

38_40_Lylo13_CafeConf!!!_Mise en page 1 18/06/16 06:39 Page40

Chapelle anti-chapelle musicale, l'ex-temple des musiques afro-caribéennes aujourd'hui ouvert à toutes les musiques et 100% "live roots music" continuera de faire vibrer la rue de Lappe tout l'été. Au programme, des affiches de choix avec, notamment, une soirée caliente sur les rythmes caribéens le 02/07 avec l'orchestre Exod' et une déflagration de blues-rock le 08/08 avec Jessie Lee & The Alchemists. La Chapelle des Lombards - 19, rue de Lappe (11ème) / www.la-chapelle-des-lombards.com

es spots Durant tout l'été (jusqu'au 02/09), les divers et la Chaufde la Machine (le Bar à Bulles, le Central fête foraine ferie) se transformeront en une véritable e Sunset "Befor : l'opé de Nom ! lisée végéta se dans l’esprit Coney Island et terras er Halal Label Night avec Moscoman, Before Sunrise". A noter le 1 juillet le Disco électro-rock de choix sur les comMehmet, Aslan et Autarkic, et une soirée The Toxic Avenger, Waveshaper et brut, nter Carpe avec positeurs du jeu Furi, ème / www.lamachinedumoulinrouge.com ) (18 Night (08/07). 90, boulevard de Clichy En août, la salle ouvre son rooftop au public. Vous pourrez vous y reposer du (presque) lever du soleil à son coucher. Buvette, transats et végétation pour farniente tout l'été. Ne ratez pas la 3ème édition du fameux festival Point Ephémère en Short, en juillet et août, avec, entre autres, Roosevelt, Glénat Morgane Delt, Newtrack, Animal Kitchen, Bengale, Endless Boogie + Reverend James Leg (19/07).

Photos © DR

200, quai de Valmy (10 ème) / ww.pointephemere.org

40

Bastille, le lieu a fait Ouvert en début d'année place de l'OPA, à la D'une capacité rkais. new-yo loft façon déco une avec peau neuve, ne, plutôt humai taille à salle une est onic de 250 places, le Supers juillet, place, entre autres, dédiée aux fièvres pop, indie-rock et électro. En s (02/07), Sugar & Tiger (Didier Wampas Wild Raccoon + Triceps + 39th & the Norton , No Money Kids (30/08),Pamela Hute (20/07) s Expres l Centra side project) + Putavelo + Restons + Celestial Bums (20/09). A noter l'événement Karma t Marke + Showstar + Ed Laurie (15/09), Black Total, A Boy téréo avecS juillet, 16 au 11 du nt", -coura contre es à Sérieux, le festival "beau et bizarre des musiqu , Hystérie, Godzilla Overkill etc. Called Vidal, Schlaasss, Cabaret Contemporain ème cebook.com/supersonicbastille 9, rue Biscornet (12

) / www.fa


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page41


À chaque numéro, la rédaction envoie son enquêteur de choc sur le terrain.

YOM GÂCHETTE DE LA CLARINETTE ERCREDI 1ER JUIN. Gasquet mange sa casquette, la Seine se prend pour le Mississippi, Paris se noie sous la flotte, un été de pingouin se profile. Moral dans les chaussettes trempées. Je ne voudrais pas cracher dans le Yom, mais un concert de clarinette au Studio de l'Ermitage, je rêvais mieux comme montée de mercure. Le grand chauve à la tunique noire a beau avoir remisé sa panoplie de cow-boy, d'emblée ça joue de la gâchette, à l'image de son guitariste Aurélien Naffrichoux, qui taquine aussi bien les six-cordes électriques et baryton que la steel guitar. Des cordes et du cuivre, Ennio Morricone n'aurait pas boudé le festin, sauf qu'en guise de spaghetti, ce western klezmer tape dans le pois chiche. Il faut dire que l'ex-super-héros des Wonder Rabbis, flingueur en chef du gang des Yiddish Cowboys et grand admirateur du "roi de la musique juive", le clarinettiste Naftule Brandwein - alcoolique notoire fricotant avec la pègre new-yorkaise -, n'a pas son pareil pour épicer les soirées. Après sept albums à questionner l’héritage culturel maternel (origines juives de Transylvanie), Yom illustre l’exil américain de son père dans son dernier album, Songs for the old man (Full Rhizome/ Planètes Rouges/Buda Musique). Sur scène, ça donne une virée psychédélique entre les herbes bluegrass de l'americana et les complaintes ash-

M

kénazes, un pont de singe reliant l'Europe de l'Est au Proche-Orient, en passant par tous les états désunis. Plutôt hobo que clodo, céleste assurément, Yom convoque Kerouac pour un arrêt en

© Arno Weil

L'INSPECTEUR LYLO

42_LyLo16_Inspecteur_def!!!_Mise en page 1 13/06/16 13:53 Page42

42

gare d'Hoboken, se rêve nomade et rend hommage aux réfugiés du monde entier... Tous les chemins Milo Green  mènent à Yom.


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page43


00_LyLo16_Pubs_Mise en page 1 18/06/16 07:19 Page44