Page 1

N° 11 – JUIN 2015 CHF 12

MODE

LOOKS ST Y LÉS POUR U N ÉTÉ TRÈS SHOW

JANE FONDA

LE COMBAT DE SA V IE

ERMANNO SCERVINO CRÉATEURS DE SÉDUCTION

LAETITIA CASTA LES PETITES EXTASES D’U NE GR A NDE MUSE

L eclat

ICÔNE MULTI-FACETTES SAL MA HAYEK-PINAULT EN TOTAL LOOK GUCCI www.lofficiel.ch


TĂŠl. 022 311 02 32 louisvuitton.com


NUMÉRO

5/2015

RÉDACTRICE EN CHEF

SA NDR A BAUK NECHT DIRECTEUR DE L A PUBL ICATION E T DE L A RÉDACTION

STEFA N HOTTINGER-BEHMER

MANAGING EDITOR

SENIOR MANAGING EDITOR

GR APHIC DESIGN

LI V I A ZA FIR IOU

DÖRTE W ELTI

R EINH A R D SCHMIDT

SENIOR CONTRIBU TING EDITOR

EDITORIAL COORDINATOR

BE AU T Y EDITOR

K ATH A R INA SA ND

LENA STÄ HELI

VA LESK A JA NSEN

( L ENA .STAEHEL I@LOFFICIEL .CH )

TR ADUCTION

SUPERTEXT

W W W.SUPERTE X T.CH

ONT PARTICIPÉ À CE NUMÉRO TEX TES VALÉRIE FROMONT, HERVÉ DEWINTRE, LÉA TRICHTER-PARIENTE, PATRICK CABASSET, JULIET TE MICHAUD, CHRISTOPHE ONO-DIT-BIOT, CAROLE PAUFIQUE, MARION RENARD, PATRICK HEVEN, LISA JOUVIN RÉALISATION EMILY MINCHELL A, LISA JOUVIN, VANESSA BELLUGEON, LOL A TIRAND ILLUSTRATION SARAH GASSER PHOTOGRAPHIE RAPHAËL GIANELLLI-MERIANO, CL AIRE PATHÉ, LOUIS TERAN, DANIEL THOMAS SMITH, RICARDO ABRAHAO, ALESSANDRO FURCHINO, MAT TEO BERTOLIO, STEFAN GIFT THALER, FLORENT TANET, CHRISTOPHE BOUQUET, HANNAH KHYMYCH, DUSAN RELJIN, DESIRÉE GOOD, YOUNG-AH KIM, ADRIANA TRIPA, K ARL L AGERFELD, PIOTR NIEPSUJ, STUDIO L’ÉTIQUET TE, DOUGL AS MANDRY ST YLISTES CORINNE LUCQUIAUD, FLEUR HUYNH EVANS, VANESSA BELLUGEON, EMILY LEE, MARZIA FOSSATI, NOËMIE BELTRAN MAQUILL AGE/COIFFURE HÉL ÈNE BIDARD, DAMIAN GAROZ ZO, ATSUSHI TAKITA , TINA SOL BERG, HUGO R AIAH, GRÉGORIS, FEE ROMERO, LORI TAYLOR, MONIQUE CAE TANO, PHIL IPPE MENSAH, SERGIO CORVACHO, BARBAR A BERT UZ ZI, SAR A CASIR AGHI, GIOVANNI IOVINE, RORY RICE, K AYL A MICHEL E, CHRISTINE CHERBONNIER

TRAITEMENT DE L’IMAGE DE L A COUVERTURE SÜSSTRUNK & JERICKE, ZURICH PREPRESS PUBL ICIS COMMUNICATIONS SCHWEIZ AG, ZURICH

ÉDITEUR BLOND PUBLISHING AG BELLERIVESTRASSE 49, 8008 ZÜRICH TÉL. +41 44 733 45 41, WELCOME@LOFFICIEL.CH, W W W.LOFFICIEL.CH


www.dior.com - 044 439 53 53


CEO & DIRECTEUR COMMERCIAL

OLI V ER BURGER DIRECTEUR DE L A PUBL ICATION & DIRECTEUR MARKE TING

STEFA N HOTTINGER-BEHMER

PUBL ISHING & MARKE TING MANAGER

LEDA NISHINO

CONSEIL JURIDIQUE

PR & MEDIA REL ATIONS

R ITTER & PA RTNER

PR / TICUL A R

W W W.RIT TERPARTNER.CH

W W W.PR-TICUL AR.COM

FIDUCIAIRE

IMPRESSION

AUDIT TR EUH A ND AG

NEEF+STUMME

W W W.AUDIT-TREUHAND.CH

W W W.NEEF-ST UMME.DE

PUBL ICITÉ

PUBL ICITÉ

SUISSE A LÉM A NIQUE

SUISSE ROM A NDE

OL IVER BURGER TÉL . 044 733 45 47 SAL ES@LOFFICIEL .CH

E VA FAVRE TÉL . 021 781 08 50 E.FAVRE@AFFINIT Y-PRIMEMEDIA .CH

L’OF F ICIEL PA RIS PUBL ISHER

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU FASHION DIRECTOR

VA NESSA BELLUGEON CRE ATIVE DIRECTOR

MICHEL M A LL A R D PRÉSIDENTS

M A R IE-JOSÉ SUSSK IND-JA LOU & M A X IME JA LOU CEO

BENJA MIN EY MÈR E GENER AL DIRECTOR ADVERTISING

OLI V IER JUNGER S

INTERNATIONAL & MARKE TING DIRECTOR

NICOL AS R EY NAUD INTERNATIONAL DE VELOPMENT DIRECTOR

INTERNATIONAL SAL ES DIRECTOR ITAL IAN MARKE T

A NGEL A M ASIERO INTERNATIONAL SENIOR ADVERTISING MANAGER ITALY

GÉR A R D L ACA PE

CL AUDI A DELL A TOR R E

INTERNATIONAL EDITORIAL & ARCHIVES MANAGER

INTERNATIONAL ADVERTISING MANAGERS

NATH A LIE IFR A H

EDITORIAL DIRECTOR

FL AV I A BENDA & K ATHLEEN BUSSIÈR E FOUNDERS

EMM A NUEL RUBIN

GEORGES, L AUR ENT & ULLY JA LOU SERV ICES A BONNEMENTS

ABO@LOFFICIEL.CH TÉL. 041 329 23 40 – FA X 041 329 22 04 ABONNEMENT ANNUEL ( 10 NUMÉROS ) AU PRIX DE CHF 96 ( AU LIEU DE CHF 120 ) SUR W W W.LOFFICIEL.CH

All rights reser ved. The Swiss editions of L’OFFICIEL in French and German are published under an exclusive license granted by JALOU MEDIA GROUP. All tex ts reproduced from the French edition of L’OFFICIEL and included in the Swiss editions have been translated under the exclusive liabilit y of the company BLOND PUBLISHING AG. L’OFFICIEL is a registered trademark of JALOU MEDIA GROUP. The rights for reproduction on electronic media, including reproduction of editorial and publication material appearing in the past and present editions and initially published in the French edition of L’OFFICIEL are exclusively owned by BLOND PUBLISHING AG. Total or par tial reproduction, on any media, in any language, without prior writ ten consent of BLOND PUBLISHING AG is strictly forbidden. BLOND PUBLISHING AG is an incorporated company with a share capital of CHF 200 000 organised and existing under the laws of Swit zerland, whose registered of fice is located at 49 Bellerivestrasse, Zurich and registered at the Commerical Registr y O f fice in Zurich, Swit zerland.


SOMMAIRE

MODE 52

STAR À LA UNE :

«JE TROUVE INACCEPTABLE LA FAÇON DONT LES FEMMES SONT TRAITÉES DANS CERTAINES RÉGIONS DU MONDE ET MÊME DANS LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES.» Salma Hayek-Pinault – WONDER SALMA 62 74 88 98 108

HÔTEL PARTICULIER UPHILL BEATS ROOFTOP MODE J LE « RICKY » DE RALPH LAUREN

BEAUTÉ Du soleil pour le plus beau des teints – le meilleur pour la peau, les cheveux et le corps – à partir de la page 124.

NO 11 – JUIN 2015

RENDEZ-VOUS

4 10 12 14 16 158

IMPRESSUM ÉDITORIAL CONTRIBUTEURS NUANCIER – Collections Arlequin CHEMISE BLANCHE – Séverine Götz ADRESSES

NEWS 18 MODE ET BIJOUX

BIJOUX 24 25 26 36

30 MILLIONS D’AMIS CROCODILE DANDY DIAMANTISSIME ANATOMIE D’UNE MONTRE – « Charms Gold » de Van Cleef & Arpels 112 CONSTELLATION

STYLE 22 28 31 32 33 34 37 38 40 46 8

CHRONIQUE – Reality Check AQUAZZURA – Le palais des Tentations TENDANCE – À plumes et à franges LE CHOIX DE … Annette Gasser ANATOMIE D’UN SAC – Le « Diorama » de Dior OH MON PAPA! – Jane Fonda TENDANCE – Soleils Noirs HOW TO WEAR – Grease Mine UN PETIT-DÉJEUNER AVEC … Ambra Medda, Missy Rayder, Liz Goldwyn, Margherita Maccapani Missoni et Dree Hemingway COUTURE ! – Chanel JUIN 2015

120 124 126 128 129 130 136

SOLEIL, LE BON TON ENTRETIEN – Beauté made in Switzerland ENTRETIEN – Beauty Confidential avec Prisca Courtin DOUBLE VIE RÉGIMES DE BONHEUR LES COULEURS DU PAPILLON LES PETITES EXTASES D’UNE GRANDE ÉGÉRIE – Laetitia Casta

LA VIE 138 DANS SA PEAU – Jean-Claude Jitrois 140 LES HOMMES QUI MURMURENT À L’OREILLE DES FEMMES – Ermanno Scervino 144 À FLEUR DE PEAU – Gaia Trussardi

TRAVEL 148 149 150 154

NEWS VIRÉE SHOPPING À ABU DABI FOUR SEASONS DUBAI – Beach in the City TRAVEL INSIDER – London avec Alessandra Rich

LA NUIT

156 TOM FORD À LOS ANGELES

INSIDER 160 LE SAVIEZ-VOUS … La Perla Salma Hayek-Pinault photographiée par Daniel Thomas Smith. Mode et accessoires, Gucci.

N° 11 – JUIN 2015 CHF 12

Réalisation Vanessa Bellugeon Stylisme Corinne Lucquiaud Coiffure Mariana Padilla Maquillage Matsuno Manucure Vernice Walker Décor Jacki Castelli ( mobilier prêté par Talisman ) Fleuriste Tobby Roberts pour TBR Floral Design Assistant photo Jack Wilson Opérateur digital Clark Franklyn Assistante stylisme Lola Tirand

MODE

LOOKS ST Y LÉS POUR U N ÉTÉ TRÈS SHOW

JANE FONDA

LE COMBAT DE SA V IE

ERMANNO SCERVINO CRÉATEURS DE SÉDUCTION

LAETITIA CASTA LES PETITES EXTASES D’U NE GR A NDE MUSE

L eclat

ICÔNE MULTI-FACETTES SAL MA HAYEK-PINAULT EN TOTAL LOOK GUCCI www.lofficiel.ch

OF011_Cover_FR.indd 1

29.04.15 09:30

Remerciements à Mallory Marcourel, PR Manager chez Gucci.


*Ajoutez votre touche personnelle.

NOUVELLE

Just add your touch* Nouvelle touche “mousse de lait” pour personnaliser vos recettes.

Découvrez comment réaliser facilement vos recettes personnelles à la simple pression d’une touche sur www.nespresso.com/lattissima-touch.


ÉDITO Chères lectrices, Jane Fonda. C’est elle qui a dit un jour: «Il n’est jamais trop tard pour recommencer ou pour être heureux.» Aujourd’hui encore, je considère que cette femme de 77 ans à la silhouette élancée et gracieuse est l’une des plus belles du monde. Elle nous livre sa vie mouvementée dans son autobiographie My Life So Far. Née en 1937, fille de l’acteur Henry Fonda, elle n’a pas reçu l’affection qu’elle souhaitait durant son enfance et a régulièrement été exposée à l’irascibilité de son célèbre père (lisez à ce sujet son interview intitulée «Oh mon papa!» à la page 34). Sa mère, Frances Ford Seymour, s’est suicidée car elle ne supportait plus les infidélités de son époux. À l’époque, Jane n’a que douze ans. Adolescente, elle souffrira de boulimie, un trouble alimentaire dont elle mettra des décennies à se libérer. En 1967, elle joue dans «Barbarella» et devient le sex-symbol de toute une nation. Au début des années 80, elle déclenche une véritable ruée hystérique et planétaire vers le fitness. Les femmes du monde entier, y compris ma mère et moi-même – toute jeune à l’époque –, suivaient assidûment ses vidéos d’aérobic, qui ont figuré parmi les cassettes les plus vendues au monde, et ce durant des années et des années. Après trois mariages, Jane Fonda devint une pionnière des mouvements féministes. En 2007, dans un entretien qu’elle donne au journal Berliner Zeitung, elle répond: «Le féminisme n’a rien à voir avec le fait que l’on soit maquillée ou pas. Il s’agit avant tout de l’image que l’on a de soi. Les femmes doivent savoir qu’elles ont un droit fondamental: celui de s’affirmer. Qu’importe qu’elles restent à la maison, qu’elles élèvent leurs enfants ou qu’elles fassent carrière: elles ont les mêmes droits, les mêmes possibilités que les hommes. C’est ça, le féminisme. Que tu sois maquillée ou non n’a alors aucune importance.» Pour un magazine féminin comme L’OFFICIEL, quelle belle et inspirante définition du féminisme. Être femme, ce n’est pas renoncer à certains plaisirs, c’est s’affirmer aussi grâce à eux. C’est pourquoi, à côté de l’interview si stimulante de Jane Fonda, nous vous proposons de découvrir, en page 130, les plus belles couleurs de fards de la saison. Ou, en page 124, un entretien avec une femme de tête et d’entreprise, Sophie Vann-Guillon, dont la marque Valmont propose des produits efficaces pour combattre le vieillissement de la peau. Mais comme Jane Fonda nous rappelle que la beauté est aussi intérieure, pourquoi ne vous recommanderais-je pas de lire l’article «Régime du Bien-être» à la page 129, d’autant que changer ses habitudes alimentaires peut avoir une influence majeure sur le bien-être. Merci, Jane, d’être venue nous rappeler qu’il n’est jamais trop tard pour changer sa vie, jamais trop tard pour tout recommencer et, surtout, jamais trop tard pour découvrir ce que l’on veut vraiment. Très chaleureusement,

Sandra Bauknecht

Aman Sveti

Printemps

Stefan, Monténégro

2015

astiáns San Seb Ville aux étoile Road Trip

ciel Sous l’immenseonie de la Patag

lusif Guide24Exc heures sur 24

ENErraGnéeRO MOPerNle T de la Médite ésie. abilité en Indon Népal. Plus: Écoresponsinouïs.S’élever au hôtels Découvrir des

30.03.15 13:33 OFA001_FR_Cover.indd

2

30.04.15 09:32

d 1

ver_700_FR.ind

OV_002_FR_Co

P.-S.: A côté de l’édition classique de L’OFFICIEL Suisse que vous tenez entre les mains, ne manquez surtout pas notre nouvel OFFICIEL VOYAGE également en kiosque actuellement! 10

JUIN 2015

PHOTO: ADRIANA TRIPA

Londres


W W W. O L E LY N G G A A R D . C O M O L E LY N G G A A R D C O P E N H A G E N C O R P O R AT E PA G E O L E LY N G G A A R D C O P E N H A G E N C H A R L O T T E LY N G G A A R D _ D K W W W. C H A R L O T T E LY N G G A A R D . D K

BASEL

JUWELIER SEILER, TEL. 061 261 2733 BERN

GENÈVE

KUNZ, TEL. 022 731 09 20

081 868 57 34 ZUG

S T. M O R I T Z

G S TA A D

• •

ZIGERLI+IFF, TEL. 031 311 2367 BRUGG VILLIGER, TEL. 033 744 11 22

LES AMBASSADEURS, TEL. 081 833 51 77

LOHRI JOAILLERIE, TEL. 041 710 26 13

ZÜRICH

WIL

BOUTELLIER, TEL. 056 460 00 11 CHUR

KLOSTERS

MAISSEN, TEL. 081 410 22 33

VENTURINI, TEL. 071 911 03 16

LES AMBASSADEURS, TEL. 044 227 17 17

Z E R M AT T

L I C H T E N S T E I N : VA D U Z

ZOPPI, TEL. 081 252 37 65 SAMNAUN

HANGL, TEL.

STÄUBLE, TEL. 027 927 22 40

• •

HUBER, TEL. +423 237 1414


CONTRIBUTEURS P a r D Ö R T E W E LT I

Daniel Thomas Smith

Alessandro Furchino

ALESSANDRO FURCHINO Né à Turin, Alessandro Furchino fait partie de cette nouvelle génération de photographes qui travaillent avec la lumière de façon intrépide, modulant les ombres et les éclats jusqu’à obtenir une harmonie idéale. Le jeu des couleurs est aussi une des marques de fabrique de cet Italien. L’industrie du luxe se l’arrache, lui confiant ses campagnes publicitaires, tout comme les grands magazines de mode. Pour L’OFFICIEL, Alessandro a saisi de fascinants modèles Haute Couture, photographiés dans le cadre extraordinaire d’un hôtel particulier, tout cela le temps d’un éclair. À savourer à partir de la page 62.

RICARDO ABRAHAO Qui mieux qu’un Brésilien pour une séance photo au Brésil ? Ricardo Abrahao est né en 1987 à São Paulo. Sa passion pour la photographie s’est accentuée après un voyage de huit mois mené seul sac au dos à travers l’Asie en 2010. Le jeune globe-trotter est alors fasciné par les lieux et les gens, qu’il immortalise. De retour chez lui, il décide d’en apprendre un peu plus sur l’art du portrait, mais aussi sur la mode, et s’inscrit à l’école de photographie Spéos à Paris. Notre séance photos aura été pour Ricardo l’occasion de travailler pour la première fois avec des pièces de mode très chic ou couture, et ce dans son pays d’origine. Découvrez son talent à partir de la page 74. EMILY MINCHELLA Après des études de droit, Emily Minchella s’oriente vers le stylisme. Elle prend cette décision après avoir été stagiaire auprès du magazine français Elle. Elle participe au lancement du mensuel Jalouse puis rejoint la rédaction de L’OFFICIEL. Voilà maintenant douze ans qu’elle y dirige la rédaction Bijoux et montres, jamais lasse de mettre en exergue les plus beaux ouvrages de joaillerie dans des présentations à couper le souffle ( à voir à partir de la page 112 ). Parallèlement, Emily et son amie Caroline Nielsen ont lancé leur marque de cachemire Letha dont les collections « Made in Italy » sont vendues dans les boutiques raffinées du monde entier. Emily dessine aussi des bijoux. Ses réalisations pour AS29 sont en vente chez Montaigne Market et Colette, à Paris, rien que ça !

PHOTOS: DR, RICARDO ABRAHAO BY ANDREW KOVALEV

Ricardo Abrahao

DANIEL THOMAS SMITH Les grands créatifs, les talents singuliers, nous en connaissons et nous en croisons de nombreux, ici à L’OFFICIEL Suisse. Mais rares sont ceux au parcours aussi original que celui de Daniel Thomas Smith. Lui s’intéressait depuis longtemps à l’image, mais d’un point de vue médical. En effet, son diplôme de pharmacologie en poche, il s’oriente vers la neuro-imagerie, une technique spécialisée consistant à obtenir des images du système nerveux. Puis, il passe de l’intérieur à l’extérieur du corps humain pour devenir un photographe très demandé par les marques de luxe. Certains grands noms comme Burberry ou Kenzo ne jurent que par lui. D’ailleurs, cette… cette édition de L’OFFICIEL ne vous a pas sauté aux yeux pour rien : Daniel Thomas Smith a photographié Salma Hayek-Pinault, éblouissante en couverture de notre magazine. Il a réussi à saisir bien plus que l’extérieur sublime de cette admirable personnalité pour capturer ce qu’elle a de riche à l’intérieur. Comme un retour aux sources … Lire l’article complet à la page 52.

Emily Minchella

12

JUIN 2015


Nouveau. Clinique Pop™ ch.clinique.com © Clinique Laboratories, LLC

#cliniquesmileweek

Tout pour vos lèvres. Rouge intense + base lissante. En vente dans les grands magasins et les parfumeries ou sur www.ch.clinique.com


NUANCIER

1

d’imprimés fleuris et patchworks gypset réenchantent un esprit « art & craft » nonchalant. Un désir de pièces uniques de plus en plus proches d’une couture artisanale.

9

7

3

5

4 6

1. Valentino Garavani, CHF 565 2. Marni, CHF 790 3. Loewe, prix sur demande 4. Prada, CHF 1 500 5. Thomas Sabo, CHF 2 050 6. M Missoni, CHF 560 7. Dries van Noten, CHF 1 075 8. Gucci, CHF 870 9. Marc by Marc Jacobs, CHF 340 10. Stella McCartney, CHF 4 105 11. Fendi, CHF 1 575

14

JUIN 2015

PHOTOS: DR; CERTAINS PRIX ONT ÉTÉ CONVERTIS DE LA DEVISE D’ORIGINE ET NE REFLÈTENT PEUT-ÊTRE PAS LE PRIX PUBLIC SUISSE. MARC BY MARC JACOBS, STELLA MCCARTNEY, DRIES VAN NOTEN ET MARNI SONT DISPONIBLES SUR MYTHERESA.COM; M MISSONI ET GUCCI SONT DISPONIBLE SUR NET-A-PORTER.COM

NS AR O I T Collages

Réalisation LIVIA Z AFIRIOU

8

2

QUIN LE

10

COLLEC

11


CHEMISE BLANCHE

SÉVERINE GÖTZ Partez. Bourlinguez. Peut-être vivrez-vous la même expérience que cette Zurichoise qui a trouvé sa voie au gré d’un voyage. Vous changerez de vie. Votre nouvelle vocation vous occupera 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Mais elle vous enchantera et vous rendra heureux. P a r D Ö R T E W E LT I P h o t o g r a p h i e C H R I S T I A N D I E T R I C H

D

iplômée en sciences politiques, elle avait toujours aimé cuisiner. Mais n’avait jamais entrepris de formation en gastronomie, pas plus qu’elle n’imaginait que c’est dans le culte du goût et du produit respectueux qu’elle s’accomplirait un jour. Séverine Götz effectuait un road trip à travers la Californie avec Sabrina Zbinden quand un marché débordant de légumes frais et de spécialités locales leur ouvrit les yeux à elles deux. Déclic. Séverine, ancienne employée d’une agence de RH, visualise soudain ce qui compte pour elle : proposer une alternative à l’industrie alimentaire de masse, utiliser des produits de saison, travailler encore et toujours de manière durable et écologique. À cette époque, Séverine travaille dans l’un des restaurant de Rudi Bindella. Elle démissionne immédiatement. Sauf que son ancien patron se révèle mentor et la soutient complètement dans son envie de créer un take-away totalement nouveau. Le nom de 16

JUIN 2015

l’entreprise est assez vite trouvé : en Californie, les deux jeunes femmes avaient fait la connaissance de Martha, une agricultrice particulièrement charmante. Ainsi naît Martha’s Salad. Au départ, Séverine et Sabrina se rendent au marché aux légumes à quatre heures du matin. Elles y font leurs achats, préparent leurs plats dans la cuisine mise à disposition par Bindella, les emballent dans des boîtes recyclables et livrent les repas commandés. Désormais, elles disposent de leur propre local, un take-away ouvert deux heures par jour à midi qui prospère, toujours à l’enseigne de Martha’s Salad. Les vacances ? Comment ça, les vacances ? Il y a bien trop à faire. Un jour, Séverine et son associée Sabrina en prendront. Le temps de retourner en Californie. De retrouver Martha la cultivatrice. De la remercier de leur avoir prêté son nom et de les avoir inspirées. www.marthassalad.ch


CHEMISE BLANCHE

Chemise blanche, Givenchy par Ricardo Tisci. Maquillage Patrizio Braun pour EstĂŠe Lauder Coiffure Matheus H. Lima pour Charles Aellen Company

JUIN 2015

17


NEWS

WELCOME TO THE CLUB !

Nous avons soif d’explosions de couleurs, et la collection colombienne de maillots de bain de Catalina Alvarez et Mariana Hinestroza tombe à point nommé. Leurs modèles boho-chic peuvent s’acheter partout où le soleil est généralement au rendez-vous ( Floride, SaintBarth, Barbade, Aruba… ). En Suisse, on les trouve dans la boutique en ligne de lingerie et de maillots de bain de Susanna Kley.

La maison Alexandre Vauthier est entrée dans le cercle très fermé de la haute couture parisienne. La Commission de Classement Couture Création a récompensé le travail de l’ancien protégé de Thierry Mugler et ex-responsable des collections couture de Jean Paul Gaultier, qui a créé sa propre marque en 2009, de l’une des plus hautes distinctions que l’on puisse recevoir, au niveau international, dans l’univers professionnel de la mode.

www.intimates-lingerie-shop.ch

www.alexandrevauthier.com

NAGER DANS LE BONHEUR

BEAU FUTUR

Audemars Piguet bouleverse les idées reçues avec cette montre à bracelet-manchette géométrique, inspirée des codes graphiques du punk, qui illustre la capacité inouïe de la manufacture du Brassus à améliorer ses techniques de sertissage et de haute joaillerie. Montre « Diamond Punk » 44 × 30 mm en or gris 18 carats, diamants et onyx, mouvement à quartz, calibre quartz. Prix sur demande. www.audemarspiguet.com

BONNE ÉTOILES

Pour célébrer l’ouverture de sa nouvelle boutique parisienne, un havre de paix imaginé par Paola Navone, la maison Dodo réinterprète son best-seller en version précieuse: des micro-étoiles de mer luxueuses tout droit sorties des ateliers milanais de Pomellato.

CÉLINE À ZURICH !

Encore une marque de luxe qui ouvre un magasin monomarque au cœur du luxe zurichois. Pour son nouvel espace dans l’élégante Storchengasse, la marque française Céline a repris l’idée de son flagship store londonien. Le design, destiné à mettre en valeur ses derniers créations de mode et ses sacs renommés tout en dégageant une sensation de bien-être, est l’œuvre de l’artiste danois FOS. www.celine.com

PHOTOS: DR

www.dodo.it

18

JUIN 2015


Cynthia Feliciano Vanotti, «First Lady» du CEO de Vulcain Renato A. Vanotti

First Lady by Vulcain www.vulcain-watches.ch JUWELIA/ WATCHES OF SWITZERLAND - Lucerne • RUCKLI GOLDSCHMIED - Lucerne • KIRCHHOFER CASINO GALLERY - Interlaken • LA MAISON DE L’HORLOGERIE Geneva • LES AMBASSADEURS - Geneva • LES AMBASSADEURS - Zürich • LES AMBASSADEURS - Lugano • LES AMBASSADEURS St-Moritz • CLM - CHARLES-LOUIS MURI - Bienne • UHRSACHEN AG - Bern • JUVAL HORLOGERIE - La Chaux-de-Fonds • DORIS HERSCHMANN - Ascona • HANGL’S UHREN & SCHMUCK - Samnaun • JOSEF HAURI UHRENATELIER MANUFAKTUHR - Lenzburg • PIGUET - Nyon


NEWS

TAPIS DE SENTEURS VOLANTES

PORTRAITS D’UNE CROQUEUSE DE MODE Photographe de talent, Frederic Aranda n’est connu, dans son pays natal, la Suisse, que des fashionistas. Dommage! À son compte depuis 2003, Aranda a déjà pu laisser son empreinte dans les plus grands magazines de mode du monde. Il présente maintenant «Electric Fashion», un livre magnifique sur la collectionneuse Christine Suppes, dans lequel il raconte notamment l’histoire impressionnante de cette Californienne qui consacra sa vie entière à l’industrie de la mode, que ce soit par ses écrits, ses collections ou le soutien qu’elle apporta aux jeunes créateurs.

À Abu Dhabi, la maison de parfums AJ Arab est chez elle. Sa collection de parfums combine esprit français et inspiration du désert d’Arabie. Ses deux senteurs exclusives «Black I» et «Black II» sont désormais disponibles dans les parfumeries Osswald. Le parfumeur Ali Aljabeiri a débuté comme ingénieur chimiste avant d’effectuer des études de marketing et de communication à la Sorbonne de Paris. Ses créations séduisantes aux notes de cannelle et de cardamome (Black Collection I) ou de prune et de mandarine (Black Collection II), sont portées par des composants olfactifs typiquement orientaux aux vertus curatives tels que la vanille, le musc et le santal. www.osswald.ch

DENIM COUTURE

7 For All Mankind et Giambattista Valli ont lancé ensemble une collection capsule. De la fusion de ces deux marques plutôt aux antipodes l’une de l’autre est née une ligne métisse surprenante composée de pantalons taille haute, de tops sans manches, de shorts et de vestes qui rendent le denim glamour et les tissus de luxe décontractés. Une idée excitante à admirer très vite en live . Suivez-moi, jeune homme! www.7forallmankind.com

www.skira.net

VULCAIN X LAUTERBACH

www.vulcain-watches.ch

20

JUIN 2015

CARA MIA…

TAG Heuer a choisi le mannequin star et it-girl Cara Delevingne comme nouvelle ambassadrice. Séduit par l’allure non conventionnelle de la belle Anglaise, TAG Heuer insuffle ainsi un peu de sa jeunesse et de son insouciance dans cette maison établie de longue date et qui a assis sa réputation dans le monde du sport. www.tagheuer.com

AKRIS, NOUVELLE VALSE

Albert Kriemler a conçu les costumes de la nouvelle mise en scène du ballet « La Légende de Joseph » récemment produit à l’Opéra d’État de Vienne. Il en a profité pour ouvrir une nouvelle boutique sur la luxueuse et traditionnelle Tuchlauben de la ville. L’espace est presque deux fois plus grand que le précédent et dispose d’une salle d’essayage séparée. Dédié aux tenues de soirée, il saura plaire aux Viennois. www.akris.ch

PHOTOS: DR

Les stars germanophones masculines vraiment cool, indépendantes et considérées comme des icônes se comptent sur les doigts d’une main. En convainquant Heiner Lauterbach de devenir ambassadeur de sa marque, l’horloger Vulcain a réussi un coup de maître. Lauterbach, fin collectionneur de montres, n’a pas à feindre la fascination qu’il éprouve pour les garde-temps d’exception. La marque a donc conçu la montre « Vulcain for Heiner Lauterbach », de la série « 50s President’s Watch ». D’un diamètre de 42 mm, elle convient également aux femmes et fait honneur au charme et à l’élégante sobriété de l’acteur.


ÂťNOMOS is among the best luxury watches out there.ÂŤ N E W YO R K TI M E S

nomos-store.com, nomos-glashuette.com


STYLE

Tant de choses à faire, et si peu de silence. Mais si aujourd’hui l’une des plus grande déclarations d’indépendance et d’insubordination consistait à en faire moins pour vivre mieux ? À réduire le nombre d’actions pour effectuer avec plus d’intensité celles auxquelles on s’adonne ? Coco Chanel, déjà, avait tout compris. Respirez, enlevez un collier, keep calm and carry on. P a r VA L É R I E F R O M O N T I l l u s t r a t i o n S A R A H G A S S E R

J

e dînais l’autre soir avec des amis et chacun, autour de la table, devait répondre à cette question: «Quelle est la première chose que vous faites le matin?» L’une a répondu: «Je commence par passer une demi-heure dans mon lit à me demander quelle est la tenue que je vais choisir.» À l’autre bout de la table, un autre a enchaîné : « Moi, je commence par faire une to-do list de toutes les choses que je dois faire dans ma journée, tout en sachant que je n’y parviendrai pas.» Deux manières radicalement opposées de commencer sa journée : l’une ouvre l’œil en déroulant le menu des plaisirs, tandis que l’autre va directement là où ça fait mal. Mais en fin de compte, tous deux sont confrontés au même problème, qui est peut-être le plus grand luxe et le plus grand fléau d’aujourd’hui: la question du choix. Toutes ces options possibles, et une seule vie à mener. Damned, quel vertige. Commençons par ouvrir nos placards : qui être aujourd’hui ? Robe ou pantalon ? Skinny ou flare ? Talons ou non ? Militaire ou liberty ? Les deux en même temps? Cette question est un peu snob, me direzvous. Mais elle est la métaphore vestimentaire de tout ce qui, sans cesse, s’offre à nous et à quoi nous devons plus ou moins renoncer : tout être, tout avoir. Bercée depuis ma plus tendre enfance par les mythologies féminines, j’ai toujours cru à la vie telle qu’on nous la présentait sur papier glacé. Celle où un diplôme à Harvard et un job exigeant n’étaient en rien incompatibles avec une manucure parfaite, un œil sur les derniers défilés, un corps sculpté par le Pilates et un régime paléo-végétalien sans écart, quelques bouquets de fleurs des champs disposés négligemment dans un appartement folk meets Charlotte Perriand meets Art Basel Miami Beach, un agenda social et culturel sélectif, pointu et bien rempli et, bien sûr, une vie de couple et de famille épanouie. Et des cookies au chocolat bio faits maison pour le goûter des enfants. Et des vacances stylées dans une ferme des Pouilles reprise par des hipsters ayant fui Brooklyn. Ah, j’allais oublier le plus important : photographier tout cela pour le partager sur Instagram. Tout semble si facile puisque tout semble à portée de main ou de clic. En quelques années, la tyrannie du bonheur a changé de camp. Elle ne réside pas tant dans l’idée de perfection que dans l’idée qu’il faudrait – pour être une femme accomplie – ne surtout pas faire l’impasse sur un domaine. Sous peine d’être soumise au pire opprobre: celui de son propre jugement. 22

JUIN 2015

Je ne suis pas diplômée de Harvard et, pour l’instant, je préfère l’Engadine aux Pouilles. Mais disons que j’ai des to-do lists plutôt ambitieuses. Et un jour, j’ai commencé à compter. Le temps qu’il me faudrait pour mettre bout à bout toutes ces activités qui me semblaient être la base d’une journée accomplie. Et je ne parle même pas ici de classer son administratif, de faire sa lessive ou de s’épiler – autant d’activités si prosaïques ( et chronophages ) que j’ose à peine les mentionner dans ces augustes pages. Mais reprenons. Évidemment, cet emploi du temps idéal ne rentrait même pas en rêve dans une journée de 24 heures. J’arrive au quatrième paragraphe de cette chronique et vous vous demandez peut-être encore ce que j’ai répondu à cette fameuse question du dîner entre amis. La première chose que je fais le matin ? Rien de spécial et tout en particulier, car je suis en retard. Je me demande ce que je vais porter en changeant une couche, je fais ma to-do list en préparant les tartines, je me rappelle que je n’ai pas fait mon Pilates en partant à une réunion. Et je me souviens de cette phrase mémorable de Coco Chanel : « Avec les accessoires, le plus important, c’est de toujours enlever le dernier qu’on a ajouté. » Et si le début de l’élégance ne consistait pas seulement à alléger sa silhouette, mais aussi à alléger son emploi du temps ? Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais pour ma part, je n’entends autour de moi que des gens qui veulent se simplifier la vie. À commencer par ces millions de gens qui suivent la méthode Marie Kondo exposée dans son livre Magic Cleaning. Son approche est simple: débarrassez-vous de tous les objets qui ne vous apportent pas de joie. Peut-on se séparer de tous les vêtements ou de toutes les activités qui ne nous apportent pas de joie ? De mon côté, je ne suis peut-être pas prête à faire le tri dans ma penderie, mais j’ai compris que je pouvais me débarrasser avec bonheur de tout un chapelet d’activités qui ne correspondaient ni à ma nature, ni à mes aspirations. Refuser la dictature du « tout être » et du « tout faire ». Cesser de croire à la vie rêvée d’Instagram et aux mythologies féminines. C’est peut-être ça, l’esprit pionnier aujourd’hui – comme le fut Coco Chanel en son temps, elle qui a tant œuvré à épurer la silhouette. Depuis, c’est simple : la première chose que je fais le matin, c’est de me demander ce que je vais abandonner dans ma to-do list. Check !


STYLE

JUIN 2015

23


BIJOUX 2.

30 MILLIONS D’AMIS

1.

3.

Vues sous cet angle, toutes les espèces deviennent désirables … Réalisation LISA JOUVIN

5.

4.

8.

7.

10.

11.

9.

12.

13.

1. Bijou d’oreille, Delfina Delettrez, CHF 410 2. Bague, Yvonne Léon, CHF 2 340 3. Collier, Hillier, CHF 1 425 4. Bague, Daniela Villegas, CHF 12 605 5. Bague, Montse Esteve, CHF 2 790 6. Boucles d’oreilles, Aurélie Bidermann Fine Jewelry, CHF 7 445 7. Collier, Solange Azagury-Partridge, prix sur demande 8. Manchette, Adler, prix sur demande 9. Bague, Dior Joaillerie, CHF 12 765 10. Boucles d’oreilles, IAM by Ileana Makri, CHF 370 11. Collier, Anita Ko, CHF 8 780 12. Bague, Diane Kordas, prix sur demande 13. Bracelet, David Webb, CHF 21 080

24

JUIN 2015

PHOTOS: DR, CERTAINS PRIX ONT ÉTÉ CONVERTIS DE LA DEVISE D’ORIGINE ET NE REFLÈTENT PEUT-ÊTRE PAS LE PRIX PUBLIC SUISSE.

6.


BIJOUX

1.

3.

2.

CROCODILE DANDY On n’a rien à craindre à porter ces montres au style « gentleman bien sous tous rapports ». Et surtout pas la faute de goût. R é a l i s a t i o n E M I LY M I N C H E L L A

4.

5.

PHOTOS: DR, MARCIO MADEIRA

GIVENCHY

6.

1. Montre « Rotonde » en acier, mouvement mécanique manufacture à remontage manuel, quantième à guichet à 12h, bracelet en alligator noir, Cartier, CHF 8 650. 2. Montre « Dior VIII Montaigne », mouvement quartz, boîtier en acier, lunette en acier sertie de diamants, cadran en nacre blanche serti de diamants, bracelet en alligator semi-mat noir, Dior Horlogerie, CHF 5 715. 3. Montre « Calatrava » en or gris, mouvement mécanique à remontage manuel, petite aiguille de seconde, lunette « Clous de Paris », Patek Philippe, CHF 19 000. 4. Montre « Classique Dame » en or blanc sertie de diamants, cadran en or argenté guilloché, mouvement automatique, Breguet, CHF 25 900. 5. Montre en acier, mouvement automatique, cadran argenté, centre en nacre, bracelet en cuir noir, collection « Impériale », Chopard, CHF 4 540. 6. Montre « Rendez-vous Night and Day » en acier sertie de 60 diamants, mouvement mécanique à remontage automatique, bracelet en alligator, Jaeger-LeCoultre, CHF 13 900. 7. Montre « Midnight Retrograde Second Automatic » en or blanc, mouvement mécanique à remontage automatique, bracelet en alligator, Harry Winston, prix sur demande. 8. Montre « Tambour Monogram », boîte en acier, lunette sertie de diamants, cadran guilloché soleil, motif « Monogram », index sertis de diamants, bracelet en alligator noir, mouvement quartz, Louis Vuitton, Quarzwerk, CHF 7 350. 9. Montre « Cellini Time » en or gris, cadran blanc, bracelet en alligator noir, Rolex, CHF 14 500

7. 9. 8.

JUIN 2015

25


1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

9.

DIAMANTISSIME

Opulence et discrétion. C’est ce que racontent ces bracelets joncs pavés de diamants blancs. More is less. R é a l i s a t i o n E M I LY M I N C H E L L A

1. Dior Joaillerie, bracelet « My Dior » en or blanc et diamants. 2. Cartier, bracelet « Juste un Clou XL » en or gris pavé de diamants. 3. Shamballa Jewels, bracelet « Korne » en or blanc, cuir et diamants blancs. 4. Bulgari, bracelet « Musa » en or blanc pavé de diamants. 5. Louis Vuitton, bracelet « Emprise » en or gris et diamants. 6. Messika, bracelet « Bangle Liz » en or blanc et diamants. 7. Van Cleef & Arpels, bracelet « Perlée » en or blanc pavé de diamants. 8. Tiffany & Co, bracelet « Jazz » en platine et diamants. 9. Bucherer, bracelet avec diamants taille brillant. Prix sur demande.

26

JUIN 2015

PHOTOS: VINCENT WULVERICK/CARTIER, ANTONIO BARRELLA, XAVIER CRESPIN, PICASA, FRANÇOIS LACOUR, DR

BIJOUX


STYLE

LE PALAIS DES TENTATIONS En à peine quelques saisons, Aquazzura est devenu le mot de passe que les belles de l’univers de la mode s’échangent en secret. Rencontre avec Edgardo Osorio, designer de la marque de chaussures, dans sa première boutique spectaculaire, au sein du palais Corsini, à Florence. Par PATRICK CABASSET

28

JUIN 2015

tout au long du jour. Et de la nuit… Un challenge que ce surdoué du talon réussit haut la main. Son flair et sa sensibilité lui font dessiner des modèles inédits, colorés, ultra-sexy, bien finis, et toujours avec une alchimie particulière qui en font aussi des paradigmes de confort. L’industrie ne s’y trompe pas. Il reçoit de nombreux prix professionnels et vend ses créations chez les meilleurs distributeurs dans plus de 45 pays. Basé à Florence, au cœur du bassin artisanal traditionnel de la chaussure, il trouve l’adresse idéale de son studio : ce sera un espace au sein du palais Corsini. Une sublime demeure historique du XVe siècle le long de l’Arno, agrandie puis décorée de 1692 à 1700 dans un style Renaissance baroque remarquable. C’est aussi au cœur de ce palais qu’Aquazzura vient d’ouvrir son premier magasin dans une enfilade de salles immenses restaurées et modernisées par les jeunes décoratrices portugaises de Casa do Passadiço. Edgardo y a agrandi également avec elles son studio de création dans une autre aile du palais et s’y installe dans un appartement au sommet de l’édifice. « Je voulais créer une ‘maison’ de chaussures, annonce-t-il. Mon style n’aurait pas fonctionné dans un autre lieu type loft. Ici, on vit la marque, on s’y imprègne d’un vrai lifestyle. Ce lieu est une destination à part entière. »

À gauche : Edgardo Osorio. À droite : Le Palais Corsini sur l’Arno à Florence.

PHOTOS: DR; CARLO FUGERI, FRANCISCO ALMEIDA DIAS

L

a mode a changé. Aujourd’hui, les tendances ont laissé place à l’allure, au style, à l’élégance individuelle. Et quel accessoire donne davantage d’allure, de prestance, de tenue qu’une chaussure ? C’est pourquoi les créateurs de chaussures sont plus que jamais au cœur de la mode. Mais pas n’importe lesquels. De l’Anglais Manolo Blahnik dans les années 1990 au Français Christian Louboutin dans les années 2000, certains ont su devenir les catalyseurs des aspirations de leur époque. C’est désormais le cas d’Aquazzura et de son designer Edgardo Osorio. Né en Colombie, ce garçon séduisant a été élevé entre Miami et Londres. Enfant, il accompagne souvent les quatre sœurs de sa mère, dingues de mode, lors de leurs séjours shopping à New York. Bientôt, c’est au London College of Fashion puis à Central Saint Martins qu’il poursuit sa scolarité. C’est cependant en Italie, au service des marques Salvatore Ferragamo, Sigerson Morrison, René Caovilla puis Roberto Cavalli qu’il va durant dix ans approfondir son savoir-faire. En 2011, il lance avec son partenaire Ricardo d’Almeida Figueiredo sa propre marque de souliers : Aquazzura. Son but est de trouver l’équilibre entre la modernité du design et la perfection de la fabrication artisanale. Et cela au profit d’une femme moderne, aussi intransigeante côté style que sensible au confort du soulier qu’elle va porter


PHOTOS:

STYLE

Le bureau du créateur, un mélange d’architecture authentique du XVII e siècle et de vintage des années 60 imaginé par Casa do Passadiço.

JUIN 2015

29


STYLE

À droite : L’entrée de la boutique de Florence.

L’OFFICIEL Suisse : Comment avez-vous su que votre vocation était la chaussure ? EDGARDO OSORIO: À 14 ans, j’ai été assistant pour une marque de prêt-à-porter en Colombie. Mais déjà, je ne voyais que les chaussures… Ensuite, tout s’est enchaîné naturellement. Comment avez-vous imaginé la décoration ici ? C’est comme un salon dans un palais. Un endroit personnel où je peux rencontrer mes clientes anonymes ou célèbres. C’est comme une galerie d’art intégralement consacrée à la chaussure. Qu’est-ce que l’élégance pour vous ? Aujourd’hui, la simplicité doit redevenir une vraie valeur. Vos vêtements doivent faire partie de votre vie, trop d’image tue l’élégance. Les chaussures sont comme les jeans : vous devez trouver celles qui vous vont pour toujours. Mais en même temps, chaque femme veut être spéciale. C’est un équilibre délicat à trouver. Comment expliquez-vous le succès instantané de vos créations ? Je crée pour des femmes qui aiment la mode mais ne veulent plus souffrir. J’ai développé un type de construction spécifique. Une ergonomie qui permet de répartir le poids du corps sur l’ensemble du pied, même sur hauts talons. Résultat, mes chaussures sont comme des gants. La plupart des créations aujourd’hui, surtout

30

JUIN 2015

« Les chaussures sont  comme les jeans :   vous devez trouver  celles qui vous iront  pour toujours. » en Italie, sont décoratives. Mes amies ont cependant toutes une vie active, un travail, des enfants, etc. Leurs chaussures doivent être faciles à porter ! Pensez-vous ouvrir d’autres boutiques prochainement? À l’automne, nous devrions ouvrir à Londres, dans le quartier de Mayfair, puis plus tard à New York. Cet été, le site Internet doit être lancé. Mais je voulais que Florence soit notre première adresse. Ici, on pourra également commander des modèles sur mesure. Cet espace renforce notre identité. Aquazzura, Lungarno Corsini 42R, Florence. www.aquazzura.com

PHOTOS: DR; CARLO FUGERI, FRANCISCO ALMEIDA DIAS

Créations Aquazzura printemps-été 2015.


STYLE

À PLUMES ET À FRANGES Pocahontas et hippie. Les franges sortent du bois, les plumes volent sur le total look. Les plus timides les adopteront en finitions bord franc, décousues ou effilées. Les plus intrépides façon grande parade. R é a l i s a t i o n L E N A S TÄ H E L I

1.

2. 7.

3.

5. 4.

6.

PHOTOS : DR ; CERTAINS PRIX ONT ÉTÉ CONVERTIS DE LA DEVISE D’ORIGINE ET NE REFLÈTENT PEUT-ÊTRE PAS LE PRIX PUBLIC SUISSE. ETRO, MSGM ET MAURO GASPERI SONT DISPONIBLES SUR LUISAVIAROMA ( WWW.LUISAVIAROMA.COM ), AVEC TOUS NOS REMERCIEMENTS À TRENDFORTREND. CHLOÉ ET BURBERRY PRORSUM SONT DISPONIBLES SUR MYTHERESA.COM, ELIZABETH AND JAMES ET ISABEL MARANT SUR NETAPORTER.COM, ISABEL MARANT SUR MONTAIGNEMARKET.COM

8.

11.

12. 9.

10.

14.

13.

1. Valentino, CHF 290 2. Etro, CHF 75 3. Elizabeth and James, CHF 480 4. Brunello Cucinelli, CHF 2 410 5. Chloé, CHF 795 6. Brunello Cucinelli, CHF 2 390 7. Burberry Prorsum, CHF 1 265 8. Isabel Marant, CHF 545 9. 7 for all Mankind, CHF 259 10. Karl Lagerfeld, CHF 255 11. Isabel Marant, CHF 450 12. Mauro Gasperi, CHF 365 13. Stuart Weitzman, CHF 460 14. MSGM, CHF 410

JUIN 2015

31


STYLE

Le choix de …

ANNETTE GASSER

Ouverte il y a peu, la boutique Dress Up est le fruit du travail passionné d’Annette Grasser. Son goût prononcé pour le mélange d’allure couture et de fantaisie urbaine confère à cet espace bâlois un caractère unique et éclectique. Voici ses astuces pour mixer et assortir les styles. Par LIVIA ZAFIRIOU

Diane von Fürstenberg CHF 600

MON UNIVERS « Je m’efforce constamment de créer une ambiance que mes clients ne trouveront nulle part ailleurs. À l’ère d’Internet, il faut absolument prendre le temps de s’assurer que les visiteurs aient une raison de pénétrer dans votre boutique. Cela va de la création à l’organisation d’un espace correspondant mon sens de l’esthétique tout en répondant aux désirs de mes clients. » MES INDISPENSABLES

LES PIÈCES EMBLÉMATIQUES DE MA PENDERIE … «Un smoking Jean Paul Gaultier, un classique intemporel. Une œuvre d’art qui se porte ! Chaque femme devrait avoir un maillot Pucci et son caftan assorti dans sa garde-robe.»

32

JUIN 2015

Sac Anya Hindmarch, CHF 1 650

Blouson vinyle de Courrèges, prix sur demande. «Il donne un peu de puissance et un côté cool à n’importe quelle tenue!»

Mon sac fétiche. La Minaudière Crapaud de Kobja, prix sur demande.

Jean Citizens of Humanity, CHF 598

Baskets Schmid, CHF 340

MON STYLE EST … « J’adore mélanger ou assortir, donc je n’ai pas de style en particulier. Je porte tous les styles, de la pièce chic couture raffinée à la tenue de sport confortable en passant par le style urbain. Je choisis les vêtements en fonction de leur âme ou de leur esthétique particulière qui peut représenter mon humeur à un moment précis. » MES INFLUENCES « Pour commencer et surtout : Paris. L’élégance des créateurs français et l’allure raffinée de la ville tout entière. Une source d’inspiration intarissable. »

PHOTOS: DR, ANNETTE GASSER PHOTOS:

MA ROBE IDÉALE


STYLE

ANATOMIE D’UN SAC

LE « DIORAMA » DE DIOR À l’épaule ou en bandoulière, il joue le mélange des genres. Et malgré ses lignes graphiques, il se distingue par son esprit couture. Par L É A T RICH T ER-PA RIEN T E

ORIGINE Dernier-né des sacs Dior, le « Diorama » évoque, comme son nom l’indique, un panorama de styles. Réinterprétant le cannage emblématique de la maison, il se singularise par sa chaîne bijou et son fermoir badge.

PHOTOS: DR

STYLE Décliné de vingt-six manières, il est proposé en quatre formats. Tantôt classique, tantôt futuriste, il revêt des allures diverses selon qu’il est de couleur sobre ou acidulée et qu’il se pare de broderies ou de patchs. MYTHE Vu à l’épaule de Marion Cotillard, du mannequin Hanne

Gaby ou encore de la jeune actrice et chanteuse Louane Emera, ce déjà must-have a été imaginé par le studio de Raf Simons et présenté lors de la collection été 2015. TECHNIQUE Ample et fonctionnel, il a été conçu pour offrir un espace intérieur optimal. Le cuir est cousu main et les maillons de la chaîne sont ajourés pour un usage tout en légèreté. COUP DE CŒUR Pour les versions luxueuses et exotiques comme celle en crocodile ou pour le modèle en agneau noir brodé de fleurs orange.

Dior, Sac « Diorama » en agneau noir matelassé brodé de fleurs bleues, large bandoulière et fermoir badge, CHF 3 800

JUIN 2015

33


STYLE

Jane Fonda est Barbarella en 1967, dirigée par Roger Vadim.

OH MON PAPA! Et si Jane Fonda avait vécu tous ses combats, toutes ses amours, tous ses rôles pour obtenir l’amour de son illustre père? À 77 ans, l’intranquille est une légende vivante épanouie. Par JULIET TE MICHAUD

J

ane Fonda est inouïe. Après la comédie This Is Where I Leave You de Shawn Levy, on la retrouvera prochainement dans Youth de Paolo Sorrentino. Mais on peut la voir aussi dans Grace & Frankie, une série diffusée depuis mai sur Netflix. Pourtant, cette éternelle Barbarella, qui parle un très bon français, années Vadim obligent, et qui vole régulièrement la vedette à toutes les stars lors du Festival de Cannes, dit toujours cette enfant timide dont la maman s’est suicidée quand elle avait 12 ans … Et qui voulait impressionner son papa pour s’en faire aimer.

L’OFFICIEL Suisse : La femme modèle que vous êtes devenue, que dirait-elle à la jeune Jane qui était rongée de doute? JANE FONDA : Plus jeune, j’étais rongée de doutes … et je le suis toujours ! Je dirais à cette gamine de ne pas croire que son père ne l’aime pas, même s’il ne lui montre jamais ses sentiments. 34

JUIN 2015

Jane Fonda, égérie de L’Oréal, au Festival de Cannes, en 2014.

Quand avez-vous compris que votre père vous aimait ? Après sa mort, son maquilleur m’a révélé que sur les tournages, mon père lui parlait tout le temps de moi. C’est étrange d’apprendre par d’autres personnes que vos parents vous aimaient. Et puis, un jour, vous êtes devenue plus célèbre que votre père. Comment avez-vous vécu cela ? Lorsque j’ai eu l’Oscar pour Klute, en 1972, j’ai réalisé que mon père, lui, ne l’avait jamais obtenu ! Pouvoir produire La Maison du lac, en 1981, qui lui a enfin permis de gagner l’Oscar, et où je jouais sa fille, c’était énorme … Mais même là, il n’exprimait guère ses émotions. À 19 ans, alors que je n’avais pas encore trouvé ma vocation, il m’a conseillé de déménager pour être indépendante. J’ai alors découvert l’Actors Studio à New York. Mon père s’est moqué de leur ‘méthode’, mais il m’a toujours encouragée. Il était comme Tom Joad, le héros des Raisins de la colère, et un démocrate affirmé. Ma fibre militante vient de lui. Aujourd’hui, plus iconique que jamais, vous n’arrêtez pas ! Ma carrière a repris son élan depuis que je me moque de moi (rires ). Dans Grace & Frankie, avec Lily Tomlin, nous jouons des rivales dont les maris veulent fuir ensemble ! Je viens aussi de travailler avec deux brillants réalisateurs italiens : Gabriele Muccino pour Fathers and Daughters, et Paolo Sorrentino pour Youth, où je campe une diva hollywoodienne. Attendez de voir mon look dans ce film ! Chaque année, vous affolez les marches de Cannes en sirène de L’Oréal. Aimez-vous ce rôle ? Je viens en effet de tourner une nouvelle campagne pour L’Oréal. La vérité, c’est que je suis plus à l’aise dans un ranch ! Mais si je peux encore étinceler sur un tapis rouge, c’est parce que je reste active et que je mange sainement. Et puis je suis très jeune d’esprit. Parfois trop, demandez à mes enfants ! ( Rires. )


PHOTOS : RUE DES ARCHIVES ; L’ORÉAL PARIS ; KOBAL COLLECTION

STYLE

Henry Fonda avec Jane en 1966.

JUIN 2015

35


BIJOUX 1.

5.

2.

3.

4.

« CHARMS GOLD »   DE VAN CLEEF & ARPELS Cette icône horlogère se révèle cette année dans toute la pureté de ses lignes grâce à l’éclat de l’or rose. Par HERVÉ DE WINTRE Réalisation LIVIA Z AFIRIOU

ORIGINE La montre « Charms » est née en 2008. Elle est ornée d’un motif porte-bonheur tournant joyeusement autour du cadran, comme une réminiscence des breloques créées par Van Cleef à partir des années 1920. Sa ronde joyeuse transforme chaque journée en un moment de chance. MYTHE L’éclat harmonieux de l’or rose, très présent dans les collections de joaillerie « Alhambra » et « Perlée », évoque immanquablement pour Van Cleef & Arpels la tendresse des sentiments. Délicatement poli, il reflète la lumière, apportant un lustre féminin et chaleureux aux créations. SAVOIR-FAIRE Sublimé par des détails d’un grand raffinement, le cadran s’orne d’un effet guilloché reprenant le motif « charms » mobile. Sur la lunette, un poli traditionnel et un poli satiné se conjuguent pour créer de subtils jeux de lumière. Les arabesques de 36

JUIN 2015

Van Cleef & Arpels apparaissent gravées en lettres anglaises sur le profil de la boîte comme une précieuse signature. DESIGN Lors du SIHH 2014 de Genève, grand-messe de l’horlogerie mondiale, la maison a mis à l’honneur trois modèles « Charms » en tailles Mini ( 25 mm ), S ( 32 mm ) et M ( 38 mm ). Figurant au premier rang des icônes horlogères de Van Cleef & Arpels, cette montre riche en heures étincelantes se distingue par sa silhouette tout en rondeur, agrémentée d’un « charme » rotatif porte-bonheur qui accompagne les mouvements du poignet en tournant avec légèreté autour de la boîte. Jusqu’à présent disponible dans différentes versions serties de diamants, ce modèle s’épanouit désormais dans la douceur de l’or rose. 1 Montre « Charms » gold taille mini. Diamètre 25 mm. Mouvement à quartz. Boîte en or rose. « Charme » rotatif en or rose. Couronne sertie d’un diamant rond. Cadran laqué de blanc avec effet guilloche. Bracelet en satin noir. Boucle ardillon en or rose, Van Cleef & Arpels, prix sur demande 2. Erdem, CHF 1 065 3. Christian Louboutin, CHF 1 045 4. Bulgari, CHF 3 540 5. Erdem, CHF 1 565

PHOTOS: DR; CERTAINS PRIX ONT ÉTÉ CONVERTIS DE LA DEVISE D’ORIGINE ET NE REFLÈTENT PEUT-ÊTRE PAS LE PRIX PUBLIC SUISSE; ERDEM EST DISPONIBLE SUR MYTHERESA.COM

ANATOMIE D’UNE MONTRE


STYLE

SOLEILS NOIRS

Porté en intégralité ou par petite(s) touche(s), transparent, translucide ou en résille, le noir fonctionne partout et à n’importe quelle heure du jour. Et de la nuit. Réalisation LIVIA Z AFIRIOU

1.

2.

5. 4.

3.

6.

PHOTOS: DR; CERTAINS PRIX ONT ÉTÉ CONVERTIS DE LA DEVISE D’ORIGINE ET NE REFLÈTENT PEUT-ÊTRE PAS LE PRIX PUBLIC SUISSE. RICK OWENS, MIU MIU, ETRO ET CARVEN SONT DISPONIBLES SUR MYTHERESA.COM; 3.1 PHILLIP LIM EST DISPONIBLE SUR NET-A-PORTER.COM

14.

8.

7.

13.

9.

10.

11.

12.

1. Maison Michel, CHF 560 2. Liu-Jo, CHF 200 3. Ermanno Scervino, CHF 1 220 4. Burberry, CHF 1 995 5. Erdem, CHF 665 6. Tiffany’s, CHF 520 7. 3.1 Phillip Lim, CHF 590 8. Rick Owens, CHF 245 9. Sergio Rossi, CHF 1 235 10. Karl Lagerfeld, CHF 375 11. Alexander Wang, prix sur demande 12. Mulberry, CHF 1 255 13. Etro, CHF 310 14. Miu Miu, CHF 620

JUIN 2015

37


STYLE

GREASE MINE

Jupe crayon, bustier affriolant et coloris pop créent une féminité yé-yé assumée. R é a l i s a t i o n L I S A J O U V I N P h o t o g r a p h i e C L A I R E P AT H É

38

JUIN 2015


STYLE

Top et jupe, Miu Miu, CHF 515 et CHF 1 470 Boucles d’oreilles, Louis Vuitton, CHF 680 « Enveloppe », Lancel, CHF 255 Manchette Chanel, CHF 1 250 Sandales « Patty », Charlotte Olympia, CHF 675

JUIN 2015

39


STYLE

UN PETIT DÉJEUNER AVEC… Dans la matinée, avant que le monde ne rentre dans son chaos quotidien, nous rencontrons cinq jeunes femmes talentueuses. Elles nous racontent comment elles aiment commencer leurs journées et ce qui les touche le plus. Par L É A T RICH T ER-PA RIEN T E

40

JUIN 2015


STYLE

AMBRA MEDDA Cofondatrice du site larcobaleno.com, Ambra Medda est le visage du sac « Miss Viv » de Roger Vivier. L’occasion pour nous de la rencontrer de bon matin, chez elle, à Londres.

R

oger Vivier n’aurait pas pu trouver meilleure ambassadrice qu’Ambra Medda pour incarner le « Miss Viv » – « un sac élégant et décontracté », selon elle. Prodige du design, Ambra a fondé la foire Design Miami puis créé L’ArcoBaleno, une plateforme informatique qui permet de s’instruire et d’acheter des pièces de design. Globe-trotteuse, elle vit entre Londres, Berlin et New York et sillonne le monde en quête de nouveaux talents. Avec Roger Vivier, elle partage l’exigence de qualité et le goût de la modernité. Elle vient d’ailleurs d’imaginer le « Miss Viv L’ArcoBaleno », un collector en vente dès le mois d’octobre.

L’OFFICIEL Suisse : Êtes-vous du matin ? AMBRA MEDDA : Oui, je me réveille toujours à 6 h 30. Votre menu idéal ? Je bois plusieurs tasses de café et je mange des fruits, un yaourt avec du muesli et du miel grec. Que faites-vous juste après votre petit déjeuner ? J’appelle ma maman. Et je me remémore la journée de la veille. Votre meilleur souvenir ? À Rhodes, enfant, j’adorais les yaourts, le melon et les pêches. Vos meilleurs petits déjeuners dans le monde ? À Beyrouth, sur le toit de l’Albergo, et à Londres au Granger.

PHOTO: STEPHANIE SIAN SMITH

www.rogervivier.com

Au mur, dessins de Donald Judd ( 1978 ). Sur la table, son sac « Miss Viv » en cuir bordeaux.

JUIN 2015

41


STYLE

MISSY RAYDER Dans la famille Rayder, je voudrais la petite sœur. Mannequin comme Frankie, Missy est le visage de la marque italienne Forte Forte. De passage à Paris, elle nous a conviés à partager son room-service.

B

eauté naturelle et féline, Missy Rayder a grandi dans le Wisconsin. À 16 ans, elle débarque à New York pour rendre visite à sa sœur Frankie. Son séjour se prolonge, elle devient mannequin à son tour et ne quittera plus Manhattan. Désormais maman d’un petit Luka, elle vit une vie paisible dans le West Village. Ses passions ? L’art, la lecture et l’écriture. Elle a d’ailleurs repris le chemin de l’école et suit des cours de psychologie à l’Empire State College de New York. Mariée à l’artiste Marko Velk, d’origine serbe mais Parisien d’adoption, elle multiplie les allers-retours dans la capitale.

L’OFFICIEL Suisse : Êtes-vous du matin ? MISSY RAYDER : Avec un petit de deux ans, je suis obligée de l’être. Mais je suis plutôt du soir. Votre menu idéal ? Je suis assez européenne dans mes goûts : fruits, croissant et café. Votre meilleur souvenir lié au petit déjeuner ? Les céréales Lucky Charms ultra sucrées lorsque j’étais enfant. Vos meilleures adresses de petit déjeuner dans le monde ? À Paris, l’hôtel Pavillon de la Reine. À New York, le Café Cluny. En Croatie, les cafés du village Elsa, où je passe mes vacances.

Dans une suite de l’hôtel Pavillon de la reine, à Paris. Elle porte une robe longue évasée en Georgette de soie Forte Forte.

42

JUIN 2015

PHOTO: RAPHAËL GIANELLI-MERIANO

www.forte-forte.com.


STYLE

LIZ GOLDWYN Tombée dans la marmite du cinéma, elle est une artiste au sens large : elle vient d’achever un roman autour de la prostitution à Los Angeles à la fin du XIX e siècle. Rencontre dans la cité des anges avec la petite-fille du producteur du premier film à Hollywood.

C

ommissaire d’expo chez Sotheby’s au département mode, réalisatrice de films publicitaires, de courts-métrages et de documentaires (notamment Petty Things, sur les reines du burlesque ), Liz crée aussi des installations artistiques et est la muse de Victor & Rolf. Adepte de mode rétro et ultra féminine, elle aime danser et faire du hula-hoop.

L’OFFICIEL Suisse : Où vous voyez-vous dans vingt ans ? LIZ GOLDWYN : Titulaire d’un doctorat en histoire du sexe pour être consultée en tant que « Dr Goldwyn ». Votre petit déjeuner idéal ? Un smoothie dont les ingrédients varient selon mon humeur et la saison : eau de coco, figue, épinard, persil, gingembre, banane, cannelle … Thé ou café ? Thé vert, dans un service Hermès. Et que faites-vous après ? De la gym, du Pilates, du yoga ou de la marche avec un ami.

PHOTO: JOSHUA WHITE

Vos meilleurs petits déjeuners dans le monde ? À Los Angeles, au Standard Hotel, au Café Gratitude et au Beverly Hills Hotel. À Londres, au Wolseley.

Sporting Guide de Liz Goldwyn ( Phaidon/Regan Arts ), sortie prévue courant 2015. Lyz Goldwyn à l ’Hotel The Standard, à Los Angeles.

JUIN 2015

43


STYLE

MARGHERITA MACCAPANI MISSONI

D

Ambassadrice de Missoni, Margherita est aussi à la tête des collections accessoires et plage de la marque familiale. Elle nous invite à partager son premier repas de la journée chez elle, à Milan.

éjà maman d’un petit Otto et bientôt mère pour la deuxième fois. Les enfants sont la priorité de Margherita Maccapani Missoni. Notamment ceux du Ghana qu’elle soutient à travers OrphanAid Africa, l’organisation fondée par Lisa Lovatt Smith ( une amie de sa mère ) et dont elle préside la branche italienne depuis dix ans. Avec sa sœur Teresa, elle est aussi ambassadrice de Gold for Kids, un projet de la Fondation Veronesi pour la recherche en oncologie pédiatrique. L’OFFICIEL Suisse: Avec qui prenez-vous votre petit déjeuner ? MARGHERITA MACCAPANI MISSONI : Eugenio, mon mari, et Otto, mon fils. Où le prenez-vous ? Dans la cuisine. Votre menu ? Un jus de citron chaud, un jus d’orange frais, des flocons d’avoine au lait avec du miel et des raisins, et du thé blanc avec des baies de goji. Vos adresses préférées ? Torrefazione Hodeidah à Milan, le meilleur des cafés; Da Vittorio à Brusaporto, en Italie, pour un petit déjeuner étoilé ; et l’hôtel Carlyle à New York pour son brunch.

Margherita a hérité de ce don unique de mélanger couleurs, rayures et imprimés.

44

JUIN 2015

PHOTO: PIOTR NIEPSUJ

www.oafrica.org www.fondazioneveronesi.it


STYLE

DREE HEMINGWAY Mannequin et actrice, l’arrière-petite-fille d’Ernest Hemingway, Dree, est le visage de la nouvelle campagne de mode internationale Mercedes-Benz.

B

ientôt à l’affiche de While We’re Young aux côtés de Ben Stiller et de Naomi Watts, Dree Hemingway, de passage à Berlin pour la première fois, nous a parlé de ses projets cinéma, notamment dans The People Garden et Happy People. Elle nous a dit aussi adorer incarner des personnages comme ce pilote automobile dans la sensationnelle campagne réalisée par la talentueuse Collier Schorr où elle figure aux côtés du champion du monde de Formule 1, Lewis Hamilton, et Nico Rosberg, son coéquipier dans l’écurie Mercedes.

L’OFFICIEL Suisse : Êtes-vous du matin ? DREE HEMINGWAY: Oui, je me réveille tôt et prends immédiatement mon petit déjeuner. C’est un moment sacré. Que faites-vous en même temps? Je lis le Daily Mail et mes e-mails. Votre menu idéal ? À la maison, un jus « vert », un café américain et du oatmeal porridge avec des fruits rouges. À l’hôtel, petit déjeuner japonais.

PHOTO: RAPHAËL GIANELLI-MERIANO

Vos meilleurs adresses de petit déjeuner dans le monde ? Buvette, au 42 Grove Street, à New York, le meilleur café que je connaisse. Uno Astro Lodge à Tulum, au Mexique, pour sa marmelade et son pain maison. Et ceux des hôtels Regent à Berlin et Westin à Paris.

De bon matin, Dree Hemingway et son jus vert, à Berlin.

JUIN 2015

45


STYLE

Coup d’œil dans les ateliers du 31 rue Cambon ( g. ). Chanel Haute Couture, printemps/été 2005.

Qui dit Haute Couture dit Chanel, l’une étant indissociable de l’autre. Comment les Parisiens ont-ils pu surmonter les aléas du marché de la mode ? Les raisons en sont simples : faire preuve d’une qualité maximale, ne jamais s’arrêter et savoir sans cesse se réinventer. P a r D Ö R T E W E LT I

46

JUIN 2015

PHOTOS: DR; © KARL LAGERFELD

COUTURE !


STYLE

Mademoiselle Chanel au travail.

PHOTOS: DR; © SCHALL, © PHOTO DR.

Robe courte en tulle de soie peinte et brodée à la main, Chanel Haute Couture, automne/hiver 2015.

L’atelier Chanel Couture vers 1935.

Le terme de « Haute Couture » est apparu dès 1858. À l’époque, le tailleur Charles Frederick Worth ouvre sa maison de couture dans la rue de la Paix à Paris, en se proclamant non pas «confectionneur», comme il était d’usage, mais «créateur». Ses «créations», il les présente sur des mannequins en chair et en os qui défilent dans un salon luxueux, sous les yeux d’un public médusé: une véritable révolution. Mais ce n’est qu’en 1945 que le terme de « Haute Couture » reçoit un statut officiel et que des règles sont établies afin d’en définir le cadre. On adapte les critères en 2002, lesquels sont entre temps institutionnalisés par la « Chambre Syndicale de la Haute Couture », une organisation unique au monde. À ce jour, les règles sont les suivantes : le terme « Haute Couture » ne peut être employé que pour les créations réalisées par le créateur de la maison, dans ses propres ateliers, lesquels doivent compter au moins 20 employés. Pour chaque saison, à une date fixée par le syndicat, la maison se doit de présenter un défilé comportant au moins 25 modèles de jour et du soir par collection. Le terme « Haute Couture » est attribué par le ministre français de l’industrie. La liste officielle actuelle dénombre 13 membres permanents, et Chanel est à ce jour la plus ancienne maison de couture active. C’est en 1910 que Gabrielle Chanel ouvre sa première boutique de chapeaux, au 21 rue Cambon, à Paris. Une annexe à Deauville suit en 1913, où elle expose également une petite ligne de robes en jersey. Mais ce n’est qu’en 1915, avec l’installation de sa « maison de couture » à Biarritz, que cette entrepreneuse pleine d’audace présente une collection complète, plutôt scandaleuse et surprenante pour les habitudes de l’époque : une nouvelle mode tout en fluidité, renonçant presque entièrement aux fioritures et aux corsets rigides pourtant si réputés. En 1918, Chanel s’installe à l’adresse qui, aujourd’hui encore, demeure le symbole de la haute couture, au 31 de la rue Cambon, à Paris. Les ateliers de Chanel sont toujours situés aux numéros 23, 25, 27 et 29. Deux ateliers de 25 employés chacun créent les robes et les chemisiers à partir des tissus et des broderies les plus raffinés. Dans chacun des deux autres ateliers nommés « suites », 25 employés travaillent à la confection de vestes, de manteaux, de pantalons et de jupes en tweed, en laine, en cuir et en d’autres matériaux. Les collections haute couture nécessitent un temps de travail absolument incroyable. Il faut compter près de 200 heures de travail pour la création d’un costume, entre 300 et 600 heures pour une JUIN 2015

47


STYLE

48

JUIN 2015

Un mannequin descend les célèbres escaliers de la rue Cambon depuis lesquels Coco Chanel observait toujours la présentation de ses collections ( 1937 ).

La Maison Lesage réalise de somptueuses broderies pour Chanel. Détail d’une robe Haute Couture, automne/hiver 2015.

Gabrielle Chanel réalise ellemême les finitions d’une robe de soirée ( photo non datée ).

PHOTOS: DR; © MINISTÈRE DE LA CULTURE – MÉDIATHÈQUE DU PATRIMOINE, DIST. RMN-GRAND PALAIS / FRANÇOIS KOLLAR; PHOTO HOYNINGEN-HUENE © RJHORST

robe, tandis qu’une robe de mariée exige à elle seule un millier d’heures de travail manuel. Personne ne révèle les chiffres exacts, mais quelques initiés laissent entendre qu’elles seraient encore 300 véritables clientes de haute couture à travers le monde, alors que d’autres les estiment à un millier. Les clientes régulières disposent dans les maisons de leur choix de leur buste personnel, c’est-à-dire d’un « mannequin » en bois réalisé selon leurs propres mensurations. Si la cliente prend ou perd du poids, le mannequin est adapté en conséquence. Cette mesure garantit un véritable travail sur mesure et permet à la cliente de ne se déplacer que deux fois pour procéder aux essayages de sa création. Pourquoi la maison Chanel a-t-elle justement survécu aussi longtemps, alors que d’autres comme Jean Patou, Guy Laroche et Paco Rabanne ont disparu de cette catégorie ? Le succès durable de Chanel s’explique très simplement. D’une part, on mise depuis des générations sur les meilleurs artisans disponibles sur le marché ; la haute couture rassemblant 18 professions, chaque domaine a ses spécialistes, lesquels se consacrent exclusivement à la transformation des plumes, à la broderie, à l’assemblage des chapeaux, au traitement du tulle ou à la fabrication des chaussures. D’autre part, le créateur Karl Lagerfeld veille, chaque saison depuis 1983, à ce que la maison Chanel se réinvente sans cesse et qu’elle préserve l’âme de Gabrielle Chanel. Les défilés chorégraphiés par ses soins sont légendaires, les stars et les célébrités du monde entier portent ses créations. « L’Empereur Karl » est un perfectionniste : il crée le modèle, ses couturières réalisent la pièce en tulle de coton, et le maître lui-même vient ajuster le vêtement sur le mannequin qui le porte. Ce n’est qu’après cette ultime étape que la pièce est cousue. Puis, la veille du grand défilé, on y apporte la dernière touche, on compose les tenues et on y ajoute les chaussures, les bijoux et les accessoires. En espérant, dès le lendemain, recevoir suffisamment de demandes – sur rendezvous uniquement – de la part de ces dames qui rêvent de s’offrir l’une de ces sublimes créations, uniques, cela va de soi. Le seigneur Lagerfeld, quant à lui, pense déjà à la prochaine collection : « Je ne suis jamais satisfait de moimême, et c’est ce qui fait que je reste créatif ».


STYLE

Chanel Haute Couture, printemps/été 2013.

Chanel Haute Couture, printemps/été 2003.

Chanel Haute Couture, printemps/été 2012.

JUIN 2015

49


MODE

50

JUIN 2015


MODE

« YOU GOTTA   HAVE STYLE.   IT HELPS YOU GET  DOWN THE STAIRS.   IT HELPS YOU   GET UP IN THE  MORNING.   IT’S A WAY OF LIFE. »  Diana Vreeland

JUIN 2015

51


MODE

WONDER SALMA

Rencontre avec une femme à qui tout réussit. Salma Hayek-Pinault est mère, actrice, réalisatrice, militante et femme de François-Henri Pinault … Elle prend la pose pour nous et se confie à Christophe Ono-dit-Biot. Photographie DANIEL THOMAS SMITH R é a l i s a t i o n VA N E S S A B E L L U G E O N S t y l i s m e C O R I N N E L U C Q U I A U D

52

JUIN 2015


Chemise en soie brodĂŠe et foulard assorti, pantalon Ă pont en veau velours, Gucci.

JUIN 2015

53


Combinaison en crêpe de soie surpiqué, lunettes en acétate, bracelets « Bamboo » en or jaune, sac « Soft Jackie » en cuir grené, bottes en veau velours, Gucci.

54

JUIN 2015


Robe en patchwork de soie brodée, bracelets « Bamboo » or jaune, bottes veau velours, Gucci.

JUIN 2015

55


Robe en crêpe de soie, créoles « Diamantissima » en or jaune, bague « Horsebit Cocktail » en or jaune et améthyste, Gucci.

56

JUIN 2015


Trench-coat en veau velours, créoles « Bamboo » en or jaune, sac en cuir vieilli et toile monogrammée, sandales à talons en python bicolore, Gucci.

JUIN 2015

57


Robe en cuir et broderie anglaise, Gucci.

58

JUIN 2015


MODE

«Je trouve inacceptable la façon dont les femmes sont traitées dans certaines régions du monde et même dans les sociétés occidentales.» Le romancier Christophe Ono-dit-Biot, auteur de Plonger ( éd. Gallimard, 2013 ), a rencontré pour L’OFFICIEL Salma Hayek-Pinault, avec qui il partage la passion du monde sous-marin. CHRISTOPHE ONO-DIT-BIOT : La dernière fois, nous avions parlé de plongée sous-marine. Vous plongez toujours ? SALMA HAYEK-PINAULT : Ah oui ! Cela fait des dizaines d’années que je plonge, je n’ose vous dire combien! C’est mon père qui le premier m’a emmenée dans les profondeurs. Il faut que je me surveille, d’ailleurs, parce que parfois c’est comme si les profondeurs m’appelaient, une attraction puissante, étrange. Je dois être vigilante, parce que j’ai déjà fait des séjours en caisson de décompression … Mais oui, je plonge toujours. La dernière fois, c’était au Mexique, à Careyes. Plonger, c’est expérimenter une vie différente. La vie sous-marine, bien sûr, mais aussi une vie différente de celle que je mène à la surface. Sous l’eau, je prends enfin la mesure de ce que je suis, j’entre dans un nouvel état où je ne suis ni stressée ni anxieuse, ce qui est malheureusement mon état naturel. Un état second où je ne pense pas à toutes les choses que je n’ai pas faites et que je suis censée faire, aux gens que j’ai peut-être rendus malheureux sans le savoir … Notre lot commun, n’est-ce pas ? Sous l’eau, je ne sens plus le poids des choses qui nous encombrent, tout glisse. Aucune tristesse, aucune fierté. Tout s’épure … Tout est différent. Tout est beau, lumineux. Et c’est insupportable de devoir remonter à la surface … C’est drôle que vous disiez ça … Dans la vie, je suis claustrophobe, mais dès que je respire dans le détendeur, tout devient parfait. Vous venez d’effectuer une autre plongée: dans une œuvre littéraire très puissante, Le Prophète de Khalil Gibran, un livre iconique, nourri de spiritualité, vendu dans le monde à cent millions d’exemplaires et dont vous avez fait, comme productrice, un très beau film d’animation qui a été présenté au dernier Festival de Cannes. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce texte? Quand j’étais petite, ce livre était toujours sur la table de chevet de mon grand-père, à Beyrouth. Je n’ai jamais oublié le visage du prophète sur la couverture, peint par Gibran lui-même. J’étais très proche de mon grand-père, et quand j’ai lu le livre, bien des années après, j’ai eu l’impression que mon grand-père me parlait à travers ce livre. Ce film, c’est un deuxième bébé, un tribut à ma part orientale. Car bien que née au Mexique, je suis à moitié espagnole et l’autre moitié est libanaise. Je voulais faire un film, aussi, où les enfants de tous les âges puissent trouver du sens et butiner cette poésie qui est essentielle à la vie. La vibration inhabituelle des mots, les rythmes particuliers agissent profondément sur l’atmosphère, et donc sur notre être et notre existence. C’est comme plonger sa main dans l’eau et la bouger: elle bouge comme dans l’air, mais les sensations, les émotions, sont complètement différentes. Je voulais que la formidable poésie de Khalil Gibran puisse se retrouver à l’écran sous la forme d’une poésie visuelle, un peu comme si on avait «peint» les mots de Gibran. C’est pour cela que j’ai travaillé avec les plus grands animateurs. Et je pense que ce film ne pourrait pas sortir à un meilleur moment parce qu’il traite de la liberté d’expression. Il y a ce superbe moment où cette femme enceinte se transforme en arc d’une souplesse voluptueuse … Oui, injectant la vie dans le monde comme on tirerait une flèche de beauté … La poésie, parfois, surgit d’une seule image véhiculée par les mots. Ils nous interpellent, tout s’arrête, et on a l’impression de

pouvoir ouvrir une porte vers de nouvelles significations. Je crois que c’est important que les enfants fassent cette expérience. Mon ambition était de faire un film où ils ne sont pas manipulés par un discours mais à travers lequel ils font leur propre voyage intérieur. Il y a dans ce film une petite fille, Almitra, extrêmement vive, très espiègle. Vous prêtez d’ailleurs votre voix à sa mère. Quelle petite fille étiez-vous ? J’ai grandi dans une petite ville qui s’appelait Coatzacoalcos, comme le dieu serpent des Aztèques. On dit que c’est la ville, à la frontière des pays Maya et Aztèque, où est née la Malinche, cette Indienne qui accompagna le conquistador Hernán Cortés. J’étais une petite fille très curieuse, très intéressée par les sciences. On a parlé de l’eau, mais vous savez que je suis fascinée par l’espace. J’ai même été l’une des premières à réserver ma place sur les vols suborbitaux de Richard Branson … Mais ma fille est née entre-temps. C’est vrai qu’on vous a virée de l’institution religieuse où vous étiez pensionnaire ? Oui, c’était en Louisiane, où j’ai été envoyée quand j’avais 12 ans. Plus exactement, on m’a priée de m’en aller de mon plein gré … La mère supérieure avait changé, et la nouvelle ne comprenait pas bien mon sens de l’humour … Je vous ai dit que j’étais curieuse. J’étais aussi farceuse. J’adorais me lever en pleine nuit pour éteindre tous les réveils de mes camarades de pensionnat. J’étais playful comme on dit en anglais. Quelle est la raison qui vous a poussée à lancer Chime for Change, qui vise à promouvoir l’éducation, la santé et la justice pour les femmes ? C’est comme si vous me demandiez «pourquoi tu manges?», «pourquoi tu dors?»… Parce que je suis un être humain, pardi! Quand vous voyez deux enfants qui se battent, vous cherchez à savoir ce qui se passe et à les séparer, n’est-ce pas? Et cela n’a rien d’extraordinaire! La vraie question, c’est pourquoi tout le monde ne le fait pas. On me demande souvent s’il s’est passé quelque chose de particulier dans ma vie pour expliquer cet engagement en faveur des femmes. J’ai toujours envie de répondre : «Mais qu’est-ce qui s’est passé dans la vôtre pour que vous oubliiez de le faire ? ». Vous vous définiriez comme féministe ? Non. Je trouve inacceptable la façon dont les femmes, dans certaines régions du monde, et même dans les sociétés occidentales, sont traitées. Parfois comme moins qu’un être humain. Mais si ça se passait pour les hommes, je le ferais avec la même fougue. Les hommes doivent d’ailleurs rejoindre ce combat, c’est un combat pour le genre humain. Est-ce qu’on veut être fier, ou non, d’appartenir à cette espèce ? Vous avez parlé de votre grand-père. Est-ce qu’il y a dans votre famille des femmes qui vont ont inspirée ? Ma grand-mère Maria Luisa, la mère de ma mère. Je vous jure, il y a un roman à faire sur elle, elle est une sorte d’héroïne de Gabriel García Márquez. Elle était avide de connaissances, grande lectrice et très en avance sur son temps. Elle avait fait des études de cosmétologie et étudié les herbes avec les Indiens dans la montagne … Elle faisait toutes sortes d’expérimentations chimiques avec des ingrédients secrets. Elle est d’ailleurs morte à 96 ans sans une ride… Vous pourriez la jouer au cinéma ? Je ne sais pas … Je suis, en ce moment, passionnée par une autre figure de femme. Un rôle que je voudrais faire mais dont je ne peux pas vous parler … JUIN 2015

59


MODE

« Être mère, c’est ce que j’ai fait de mieux dans ma vie. »

Un petit peu quand même ? Mmmm … Elle fut très célèbre en son temps, dans le monde entier, mais personne ou presque aujourd’hui ne la connaît. Et je veux que tout le monde la découvre … Elle a fait des choses inimaginables pour une femme de cette époque … Elle était latina ? Oui, mais je ne veux pas vous en dire plus. Je n’aimerais pas que quelqu’un d’autre l’incarne … Elle me fascine tellement que j’ai même l’impression de faire une infidélité à Frida Kahlo ! Allez, si on promet de ne pas le répéter … ( Elle nous le dit. Mais désolé, on a promis … ) En attendant ce film, et en dehors du Prophète de Khalil Gibran, vous serez bientôt à l’affiche de quatre films: Everly, un film d’action de Joe Lynch ; une comédie romantique avec Pierce Brosnan et Jessica Alba, How to Make Love Like an Englishman ; un film politique sur l’Iran avec Adrien Brody, Septembers of Shiraz ; et l’incroyable Tale of Tales de Matteo Garrone, le surdoué qui a fait Gomorra. Vous êtes décidément très demandée ! C’est vraiment une année spéciale pour moi. J’ai fait mentir tous les stéréotypes. Vous savez, on m’a toujours dit : « Tu ne travailleras jamais dans le cinéma, on ne veut pas de Mexicains, en plus, tu as un accent … Et puis si tu y arrives, ça sera extrêmement limité …» Mais bon, je me suis accrochée et j’ai quand même fait une carrière … Après, on m’a dit : « Bon, OK, tu as fait des films, mais ça s’arrêtera à 35 ans parce que tu es une femme. » Et c’est vraiment ce qui aurait dû se produire. Regardez le nombre de filles belles et talentueuses qui ont disparu. Bref, j’ai cru que j’allais devoir songer à la retraite, en étant contente, quand même, de ce que j’avais fait. Et puis voilà, j’ai 48 ans, j’ai toujours cet accent, et je passe d’un film d’action avec des yakuzas à une juive iranienne avec Adrien Brody … C’est vrai que le spectre est large … Mais oui, c’est pour ça que c’est déprimant, ces discours sur l’accent ou sur l’âge ! Sur l’accent, par exemple, pour jouer cette Iranienne, il m’a suffi de travailler avec un des acteurs iraniens du film. Et prenez Antonio Banderas. À lui aussi, on a dit que son ennemi, c’était son accent. Et son plus grand hit, c’est Le Chat botté, un film d’animation où son talent explose encore plus grâce à sa voix magnifique et à cet accent ! Un film pour lequel vous avez vous-même prêté votre accent ? Oui, pour « Kitty pattes de velours » … Je suis sérieuse, cette histoire d’accent, ça me met en colère. Les Américains pensent que l’accent espagnol, ça va pour des rôles de bonnes ou de gardiens de parking, mais qu’on ne peut pas être crédible dans une position de prestige ou de pouvoir. C’est du racisme. D’ailleurs, si vous saviez ce qu’on m’a rapporté quand j’ai fait ma première couverture de magazine féminin ! « Ah bon, vous mettez des femmes de ménage en couverture maintenant ? » Et bien d’autres choses que je ne peux pas répéter ici … Ces histoires d’âge aussi, c’est 60

JUIN 2015

aberrant : regardez Meryl Streep ! Et pourtant, je vous jure, il y a cette limite : 35 ans. C’est vraiment un obstacle difficile à franchir pour les femmes, et pas seulement pour les actrices. C’est pour cette raison que j’en parle : je ne veux pas du tout être un modèle, mais un reminder. Un reminder qui n’a pas froid aux yeux: vous avez même joué une strip-teaseuse chez Mathieu Demy. C’était Americano, n’est-ce pas? Ah oui, et la tête que j’ai faite quand il m’a appelée, que je lui ai demandé quel rôle il voulait que je joue: «Une strip-teaseuse.» «Mais je suis trop vieille ! », je lui ai dit. Il a répondu : « J’ai écrit pour toi ! ». J’aime beaucoup Mathieu, je suis très amie avec sa mère, Agnès Varda, et je trouve que ce film, où il a utilisé les plans qu’elle a faits de lui quand il était enfant, à Los Angeles, est un hymne à la vie et aux questions que tout enfant se pose … Oui, j’ai joué une strip-teaseuse, et j’ai adoré le faire. Alors vous imaginez quand Matteo Garrone m’a appelée pour Tale of Tales et m’a dit qu’il voulait que je joue une reine ! Une reine européenne ! Je suis presque morte sur place. Et quand j’ai réalisé, j’ai chanté comme un pinson! Une reine, avec des costumes sublimes ! Jamais on ne m’avait proposé ça. Les premières images du film sont absolument incroyables. Ces costumes superbes, effectivement, et la nudité aussi … Et puis ces étranges dinosaures, cette femme en robe de satin qui dévore un cœur … Ça semble cru et sophistiqué en même temps, un mélange d’horreur et de fantasy … Tale of Tales va littéralement vous éblouir ! Matteo a relevé le défi de faire un film cruel et élégant … Le script vient d’un livre du XVIIe siècle écrit par un Napolitain qui a inspiré les frères Grimm pour leurs célèbres contes. Il s’appelait Giambattista Basile, on l’a surnommé le « Shakespeare déformé ». Dans ce livre, on trouve la matrice de ce que seront La Belle au bois dormant, Cendrillon ou Raiponce … Ça touche à des sujets très forts : nos peurs primales, le combat pour le pouvoir, la filiation, le sens de la beauté … C’est un luxe de pouvoir travailler avec des gens aussi brillants. C’est quoi le luxe absolu, pour vous ? Le temps que je passe avec ma fille. Quand elle était plus petite, je l’emmenais avec moi partout et rien ne valait ce privilège. La voir grandir, devant moi … Maintenant elle a 7 ans, et je ne peux plus l’emmener dans mon monde. Être mère, vous savez, c’est ce que j’ai fait de mieux dans ma vie. C’est une grande responsabilité, mais c’est aussi la chose la plus précieuse que j’aie. La plus joyeuse aussi. Toutes les femmes le savent. Un enfant nourrit votre cœur d’amour et de rêve. Grâce à un enfant, on sait que la vie sera toujours passionnante parce qu’on pourra toute sa vie le regarder grandir et changer. Pour le meilleur ou pour le pire … Que voulez-vous lui transmettre ? Tant de choses, trop de choses … Je m’interroge, d’ailleurs: comment faire pour lui enseigner, de la meilleure manière, tout ce que je voudrais qu’elle sache? C’est un mystère que je n’ai pas encore résolu…


Gilet en patchwork de fourrures, robe en crêpe de soie brodé, bracelets « Bamboo » en or jaune, collier et pendentif croix en argent vieilli et saphirs, Gucci. Coiffure Mariana Padilla Maquillage Matsuno Manucure Vernice Walker Décor Jacki Castelli ( mobilier prêté par Talisman ) Fleuriste Tobby Roberts pour TBR Floral Design Assistant photo Jack Wilson Opérateur digital Clark Franklyn Assistante stylisme Lola Tirand Remerciements à Mallory Marcourel.

JUIN 2015

61


MODE

HÔTEL PARTICULIER La Haute Couture, ce n’est pas seulement de la mode, c’est un style de vie superlatif. Une façon d’être aristocratique et hors du temps, photographiée ici dans l’intimité fastueuse d’une résidence très privée. Du luxe à l’état pur. P h o t o g r a p h i e A L E S S A N D R O F U R C H I N O S t y l i s m e VA N E S S A B E L L U G E O N

62

JUIN 2015


MODE Combinaison en crêpe, top brodé de fleurs composées de paillettes, cristaux et perles, cape en mousseline, Georges Hobeika. Bague « Hippocampe » en or blanc, aiguemarine, saphir vert, saphir violet et diamants, Laurenz Baumer.

JUIN 2015

63


Robe brodĂŠe de paillettes multicolores sur bodysuit en soie brodĂŠ, bottines en vinyle, Dior Haute Couture.

64

JUIN 2015


Robe « Sur la Terre des Dieux » en mousseline brodée de peau, rubis et perles, cape de laine double et bottines en lin brodé, Valentino Haute Couture. Boucles d’oreilles « Fleur » trois ors gravés et broches « Lapin », « Oiseau » et « Papillon », deux ors gravés, perles baroques et diamants, Buccellati.

JUIN 2015

65


Cardigan rebrodé de paillettes motif « naja » sur jupe de satin, Gaultier Paris. Bracelets, ceinture et boucles d’oreilles, Swarovski Pour Gaultier Paris.

66

JUIN 2015


Robe en tulle et dentelle rebrodée, Rani Zakhem. Serre-tête en plumes peintes, Murmure By Spirit. Boucles d’oreilles « Camélia Exquis » en or blanc et diamants, et bracelet « Éventail » en or blanc, diamants et diamants noirs, Chanel Joaillerie. Minaudière en bois laqué, Rocio Au Bon Marché Rive Gauche. Isy : Robe en tulle à pois or, Bonpoint. Couronne à paillettes, Bonton. Ballerines en cuir perforé, Zef.

JUIN 2015

67


Porté sur l’épaule, manteau en brocard et lamé surteint à col ouvert, doublure de manche apparente et entièrement rebrodée de perles et strass. Bustier en laine, culotte entièrement rebrodée d’épingles à cheveux. Chaussures à plates-formes et talons laqués, Maison Margiela Artisanal. Collier et boucles d’oreilles, Bulgari. Bague « Faucon » en or blanc, diamants blancs, noirs et onyx, Roberto Coin.

68

JUIN 2015


Combinaison en gazar de soie brodée de cristaux Swarovski, Armani Privé. Boucles d’oreilles pendantes, deux ors gravés et diamants, Buccellati. Sautoir « Serpent Bohème » en or blanc pavé de diamants, Boucheron. Bracelet « Perle de rosée » en or blanc, diamants, spinelles, pierres de lune et perles de culture, et bracelet « Lion rugissant » en or blanc, diamants et onyx sculpté, Chanel Joaillerie. Isy : Robe en voile de plumetis blanc, Bonpoint.

JUIN 2015

69


Robe longue en tulle de soie brodé de fils de soie, de paillettes et de plumes, décolleté américain ouvert dans le dos, Elie Saab Haute Couture. Boucles d’oreilles « Fleur » trois ors gravés, Buccellati. Collier « Gazella » en or blanc, diamants tailles rond et triangle et cabochons de calcédoine, Van Cleef & Arpels. Bracelet « Camélia Aquatique » en or blanc, diamants, tourmalines et tsavorites, Chanel Joaillerie. Isy : Top en voile de coton brodé, Zef. Jupe façon tutu en tulle, Repetto. Couronne à paillettes, Bonton.

70

JUIN 2015


Robe du soir, bustier en organza de soie, motif baroque rebrodé d’empiècements satin duchesse découpés à la main gansé par de minuscules cristaux, ceinture en veau velours, Atelier Versace. Boucles d’oreilles « Serpenti » en or blanc et diamants, Bulgari. Collier en or blanc et diamants, Chopard. Bracelet « Serpent Bohème » en or blanc pavé de diamants, Boucheron.

JUIN 2015

71


Robe du soir, haut rebrodé de pétales, taille strassée et cape en fourrure, Giambattista Valli. Bague « Hippocampe » en or blanc, aiguemarine, saphir vert, saphir violet et diamants, Laurenz Baumer.

72

JUIN 2015


Veste en tweed bouclette zippée, jupe plissée en tulle de soie et bottines chaussettes en cuir à bouts vernis, Chanel. Boucles d’oreilles « Camélia Exquis » en or blanc et diamants, et bracelet « Éventail » en or blanc, diamants et diamants noirs, Chanel Joaillerie. Modèles Kristina S @ Management Models et Isy Dupont @ Frimousse Coiffeur Philippe Mensah Maquilleur Sergio Corvacho Assistant photo Leonardo Veloce Assistante stylisme Lola Tirand

JUIN 2015

73


MODE

UPHILL  BEATS

Le ciel est si bleu qu’il rend le soleil aveuglant. Dans l’atmosphère saturée éclatent les couleurs de l’été. Vert, turquoise, rose, jaune. Dentelles, éclairs métalliques. Une exubérance brésilienne transposable n’importe où. Partout. P h o t o g r a p h i e R I C A R D O A B R A H A O S t y l i s m e F L E U R H U Y N H E VA N S

74

JUIN 2015


MODE

Combinaison imprimée, Diane von Fürstenberg. Blouson bomber à l’aspect métallisé brillant et ceinture dorée, Jean Paul Gaultier. Escarpins à bride arrière, Rochas. Collier, Chanel.

JUIN 2015

75


Débardeur court, Dries van Noten. Pantalon moulant vert métallique, Jean Paul Gaultier. Bijoux tatouages en or véritable, Gold Sin.

76

JUIN 2015


Chemisier en soie, Rochas. Robe sans manches à découpes, Guy Laroche. Ceinture en cuir, Jean Paul Gaultier.

JUIN 2015

77


Haut Ă paillettes, blazer en velours avec revers et manchettes en cuir dorĂŠ et jupe en cuir, Hedi Slimane pour Saint Laurent.

78

JUIN 2015


Pantalon bleu roi, Bluegirl. Haut Ă paillettes, Dries van Noten. Ceinture, Louis Vuitton.

JUIN 2015

79


Robe bicolore avec cape, Maxime Simoens. Ceinture brodée, Dries van Noten. Chaussures rouges à talons compensés, Charlotte Olympia.

80

JUIN 2015


JUIN 2015

81


Haut brodé et pantalon, Dries van Noten. Ceinture dorée, Jean Paul Gaultier. Chaussures à lacets dorées, Barbara Bui.

82

JUIN 2015


Combinaison imprimée, Diane von Fürstenberg. Ceinture dorée, Jean Paul Gaultier. Collier, Chanel.

JUIN 2015

83


Chemisier imprimĂŠ sans manches, Chanel. Haut en maille, Maxime Simoens. Robe avec franges tubulaires en tissu, John Galliano. Bijoux tatouages en or vĂŠritable, Gold Sin.

84

JUIN 2015


Haut bicolore, Versace. Pantalon bicolore, Louis Vuitton.

JUIN 2015

85


86

JUIN 2015


Haut en maille doré, Yojhi Yamamoto. Jupe crayon à imprimé, Dries van Noten. Ceinture bandana en cuir, Jean Paul Gaultier. Escarpins, Christian Louboutin. Collier, Chanel. Mannequin Daiane Sodré @ Storm Coiffure et maquillage Monique Caetano @ Bliss me Assistant photo Igor Marchesi Un merci tout particulier aux gens de Rocinha pour leur accueil à bras ouverts.

JUIN 2015

87


MODE

Robe asymétrique blanche en satin brillant, Dior. Chaîne « Tango » en or rose sertie de diamants blancs, Pomellato. Escarpins noirs à bride arrière en reps ornés de cristaux et de détails en cuir blanc, René Caovilla. Gants rouges, Vintage.

88

JUIN 2015


MODE

ROOFTOP Du noir, du blanc et une touche de rouge, portés avec passion et fierté. Pour une entrée flamboyante dans la nouvelle saison de mode. P h o t o g r a p h i e M AT T E O B E R T O L I O S t y l i s m e E M I LY L E E

JUIN 2015

89


Débardeur en soie noire avec coutures en cuir blanc, Versace. Jupe plissée noire en popeline de coton, Hermès. Ceinture rouge en cuir nappa agneau, Dior.

90

JUIN 2015


Robe longue noire ornée d’orchidées brodées, Fendi. Escarpins noirs rehaussés de motifs en cuir verni blanc, Louis Vuitton.

JUIN 2015

91


Robe deux-pièces noir et blanc en organza de soie, Chanel. Sandales à bride arrière en toile et cuir verni, Jimmy Choo.

92

JUIN 2015


Top blanc en viscose brodée, Louis Vuitton. Boucles d’oreilles « Tango » en or rose serties de diamants blancs et bague « Passion » en or rose sertie de rubis synthétiques, de saphirs oranges et roses et de nacre, Pomellato.

JUIN 2015

93


Veste en lin blanc à double rangée de boutons rehaussée de cuir noir, Bally. Short noir en crêpe georgette, Valentino. Chapeau en feutre blanc avec ruban doré, Borsalino. Escarpins à talons hauts en cuir noir avec bride cheville, Roger Vivier. Foulard en soie rouge, Vintage.

94

JUIN 2015


JUIN 2015

95


Sweatshirt noir en jersey de coton avec motifs blancs sur les manches, Bottega Veneta. Jupe noire en satin duchesse découpé au laser, Versace. Sac en cuir noir, Prada. Sandales or et noir à talons hauts, Giuseppe Zanotti Design. Mannequin Kristina Salinovic @ Elite Coiffure Barbara Bertuzzi avec Bumble & Bumble Maquillage Sara Casiraghi @ WM Management Assistance photographie Karim el Maktasi Assistance stylisme Zuzanna Borowska et Jiyu Lee Post-production Digital Discipline, Luca Effali Sprint Production Milano Remerciements à CityLife by Zaha Hadid et Havas PR Milan.

96

JUIN 2015


JUIN 2015

97


MODE

M O – J D E Cette saison, de nombreux créateurs s’inspirent des tenues japonaises traditionnelles. Coupes kimono, pantalons larges, influences tatami, accessoires évoquant des ceintures façon obi et sandales à plateaux. Serein comme un soleil levant. P h o t o g r a p h i e S T E F A N G I F T T H A L E R S t y l i s m e M A R Z I A F O S S AT I

98

JUIN 2015


Veste longue avec devant en soie plissée et débardeur décolleté en filet high-tech, Gabriele Colangelo. Jupe en jean, Bottega Veneta. Pantalon en denim orné de fines rayures, Chanel. Sandales à plateaux en vinyle, Underground. Bague, Co.Ro.

JUIN 2015

99


Pull-over en viscose métallisée, robe sans manches à côtes et pantalon large double face en viscose, Calvin Klein Collection. Ceinture de kimono, Surimono. Sandales en vinyle de style japonais traditionnel, Antonio Marras.

100

JUIN 2015


Top en soie, pantalon en soie et chaîne ornée d’une cloche en laiton, Céline. Bague géométrique en métal, Co.Ro.

JUIN 2015

101


Robe coton et multi-matières, Alexander McQueen. Bermuda en organza, Christiano Burani. Sandales à plateaux en velours finitions corde, Sportmax.

104

JUIN 2015


Top en soie enroulĂŠe et pantalon en soie, Sportmax. Plaid, Vintage.

JUIN 2015

105


Veste et jupe inspiration tatami, Sportmax. Top en vinyle, Comeforbreakfast.

106

JUIN 2015


Robe en lin et ceinture en coton, Marni. Espadrilles en paille et en cuir verni, boucles d’oreilles en résine synthétique et en métal, Dior. Mannequin Charlotte @ Why Not Maquillage Giovanni Iovine, Rory Rice @ WM Management Assistance stylisme Alessandra Daqua Nous remercions tout particulièrement le Sheraton Malpensa Hotel.

JUIN 2015

107


« RICKY », SAC LACÉ  À ENLACER Le it-bag de Ralph Lauren adopte une allure plus urbaine et plus décontractée dans sa version à lacet « Drawstring ». R é a l i s a t i o n L O L A T I R A N D P h o t o g r a p h i e F L O R E N T TA N E T

108

JUIN 2015


MODE

Sac « Ricky Drawstring » grand modèle en alligator, Ralph Lauren. Page de gauche : sac « Ricky Drawstring » mini modèle en python, sac « Ricky Drawstring » grand modèle en cuir lisse, sac « Ricky Drawstring » modèle de taille moyenne en cuir lisse, Ralph Lauren.

JUIN 2015

109


MODE

Sac « Ricky Drawstring » modèle de taille moyenne en cuir lisse, Ralph Lauren. Page de droite : Trois sacs « Ricky Drawstring » petit modèle en alligator, et un sac « Ricky Drawstring » petit modèle en python métallisé, Ralph Lauren.

110

JUIN 2015


JUIN 2015

111


BIJOUX

CONSTELLATION Quand l’éclat des diamants remplace celui des étoiles et tisse des lignes de lumière. R é a l i s a t i o n E M I LY M I N C H E L L A P h o t o g r a p h i e C H R I S T O P H E B O U Q U E T

Collier « Monete Antiche » en or jaune orné d’une pièce, Bulgari. Bracelet « Boucle Sellier Hermès » en or rose, Hermès.

112

JUIN 2015


BIJOUX

Bracelet « Link » en platine entièrement serti de diamants taille brillant, Harry Winston. Collier en or noir et diamants blancs, collection « Chain Me », AS29.

JUIN 2015

113


Montre « Reine de Naples » en acier, cadran en nacre naturelle, mouvement automatique, Breguet. Collier « Rock & Move Full Pavé » en or blanc et diamants, Messika.

114

JUIN 2015


Collier motif panthère en or gris, diamants et onyx, yeux émeraudes, Cartier. Collier « Heritage Lion » en or jaune et diamants ronds, Van Cleef & Arpels.

JUIN 2015

115


Bracelet « Horsebit Light » en argent, Gucci. Collier « Première » en or blanc serti de diamants tailles baguette et brillant, onyx sculpté, Chanel Joaillerie.

116

JUIN 2015


Bracelet « Charm » en or jaune, Louis Vuitton. Montre « RM 07-01 Ladies » en or rouge full sertie de diamants, gourmette en or rouge full sertie de diamants, mouvement squeletté à remontage automatique, Richard Mille. Bracelet à maillons en or jaune, collection « Tiffany T », Tiffany & Co.

JUIN 2015

117


BEAUTÉ THEMA

118

JUIN 2015


BEAUTÉ THEMA

« IT TOOK ME A  LONG TIME TO  REALIZE WE   ARE NOT MEANT  TO BE PERFECT ;  WE’RE MEANT TO  BE WHOLE. »  Jane Fonda

JUIN 2015

119


BEAUTÉ

SOLEIL, LE BON TON Pour dorer sans brûler et se protéger de la tête aux pieds, utilisons les écrans solaires qui nous promettent une qualité de peau idéale et affichent un fort pouvoir de séduction.

P a r C A R O L E P A U F I Q U E R é a l i s a t i o n VA L E S K A J A N S E N P h o t o g r a p h i e H A N N A H K H Y M Y C H S t y l i s m e N O Ë M I E B E LT R A N

120

JUIN 2015


BEAUTÉ

JUIN 2015

121


BEAUTÉ Modèle Anaïs Pouliot chez Elite Coiffure Kayla Michele Maquillage Christine Cherbonnier Assistant photo Mikael Fakhri Opérateur digital Jérémy Pilain

122

JUIN 2015


BEAUTÉ

UN TEINT ENSOLEILLÉ Comment obtenir un teint bronzé naturel sans devoir passer des heures et des heures à s’exposer aux rayons UV si nocifs ? Tout d’abord : le bronzage du style « sac en cuir brûlé par le soleil » est passé de mode depuis bien longtemps. Finie la préparation au solarium ! Fini de rôtir au soleil à midi, lorsque celui-ci est à son zénith ! Un teint subtil et une touche de fraîcheur sont à l’ordre du jour. Pour y parvenir, rien de mieux que l’exercice en plein air. Il ne faut toutefois pas oublier de protéger son visage de la lumière directe du soleil et d’utiliser des crèmes avec un indice de protection élevé, surtout lorsque vous vous trouvez à proximité de l’eau. Enfin, vous pouvez recourir aux petites astuces de l’industrie cosmétique, par exemple avec certaines nouvelles crèmes solaires qui contiennent une touche d’auto-bronzant ou des huiles de soin du visage qui donnent à la peau un effet hâlé léger et brillant. LA FIBRE SOLAIRE Pour être raccord avec ce teint rayonnant et laisser nos longueurs se patiner subtilement sous les rayons du soleil, on n’attend pas que nos cheveux soient à cran, délavés et pailleux, pour les réparer en urgence au retour des vacances. Il sera déjà trop tard ! On anticipe en les fortifiant avant le départ. Selon le coiffeur star David Lucas, « la fibre ne sera jamais si belle que si elle est protégée des agressions ; avant

PHOTOS: DR

1.

2.

3.

devant soi à l’horizontale, on fait des rotations sans bouger la tête ni le bassin, en ramenant successivement le coude gauche puis le droit devant soi, 30 fois. – Galber ses fesses : étendue sur le dos, on contracte les fesses en maintenant la position 45 secondes, on relâche 5 secondes et on recommence 10 fois de suite.

le départ, on mise sur des soins à base de kératine et sur des huiles sans silicone pour la nourrir en profondeur car il ne faut pas oublier que ces reflets solaires inimitables sont le fruit d’une sensibilisation, donc d’un cheveu desséché. À la plage, on applique un protecteur capillaire waterproof, surtout pas une huile sans protection sous peine de griller la matière, et surtout, on ne se lave pas les cheveux tous les jours. Un rinçage et un soin suffisent pour dessaler sans décaper ni agresser. » Avec ce régime beauté, on peut enfin dorer sans jouer avec le feu !

DES TEXTURES SENSUELLES Désormais, on ne parle plus bronzage mais bonne mine. On hâle et on réchauffe son teint. Derrière cette nuance sémantique se dessine une nouvelle approche du bronzage, sensorielle et décomplexée. Et si les protections 50 règnent sans partage cette saison, elles prennent clairement le parti du plaisir maximum à travers des formules ultra glam. « Le solaire se met à l’heure du soin pour sublimer la peau comme jamais et s’affranchir des effets desséchants des expositions, décrypte Aurélie Tripet, chargée de la communication scientifique chez Vichy. Les femmes en ont marre des textures difficiles à appliquer, grasses, brillantes, et veulent être belles aussi à la plage. » Des Sun BB crèmes teintées qui floutent les imperfections aux brumes solaires hydratantes invisibles et sans alcool qui ne trahissent rien d’autre qu’une peau veloutée, nos produits solaires deviennent des perfecteurs cutanés qui militent pour le plaisir et nous promettent une peau idéale au soleil, sans rien sacrifier à la protection.

ON BOUGE ! 5 conseils pour ne pas juste buller sur la plage. – Tonifier ses cuisses : immergée jusqu’à la taille, en appui sur un pied, on se laisse bousculer par les mouvements de l’eau 30 secondes par jambe. – Drainer ses jambes: dans l’eau, pieds écartés, on monte sur la pointe, on redescend sans toucher le sol avec les talons puis on remonte. 50 fois de suite ! – Muscler ses biceps : pieds écartés, jambes fléchies, épaules dans l’eau, paumes tournées vers le sol, coudes plaqués contre les flancs, on appuie sur l’eau vers le sol puis on tourne les mains face au ciel et on replie les bras vers les épaules, 20 fois de suite. – Affiner la taille : épaules sous l’eau, pieds écartés, jambes fléchies, mains nouées

4.

5.

6.

7.

8.

1. Entretient la jeunesse de la peau : « Super Soin Solaire Visage SPF 50+ » de Sisley, ( 40 ml ) CHF 165 2. Permet d’obtenir un teint de porcelaine : « Urban Radiance SPF 50 » de Valmont, ( 30 ml ) CHF 245 3. Parfait pour les citadins : « City Block Sheer SPF 25 » de Clinique, ( 40 ml ) CHF 35 4. Garantit un joli bronzage : « Crème Protectrice Sublimante SPF 50 » de Dior, ( 50 ml ) CHF 50 5. Unit le teint tout en protégeant : « Soleil Bronzer BB-Crème SPF 50 » de Lancôme, ( 50 ml ), CHF 45 6. Particulièrement résistant à l’eau et nourrissant en même temps : « Wet Force Sun Aging Protection Cream SPF 30 » de Shiseido, ( 50 ml ) CHF 50 7. Pratique en déplacement : « Ultra Protection Stick Eye Lip Nose SPF 40 » de La Prairie, CHF 75 8. Spray ultraléger qui hydrate tout en protégeant contre les rayons UVA et UVB : « Idéal Soleil Bronze SPF 50+ » de Vichy, ( 200 ml ) CHF 35

JUIN 2015

123


BEAUTÉ

124

JUIN 2015


BEAUTÉ

BEAUTÉ MADE IN SWITZERLAND Directrice des opérations de la maison suisse Valmont Cosmetics, Sophie Vann-Guillon a un objectif ambitieux : que toutes les femmes se sentent bien dans leur peau. Quel que soit leur âge. P a r VA L E S K A J A N S E N P h o t o g r a p h i e D E S I R É E G O O D

3�

ans, et pas une ride à l’horizon, bien sûr. Cette année, les luxueux produits de soin Valmont Cosmetics célèbrent leurs trois décennies. Sophie VannGuillon est responsable du développement de cette entreprise helvétique dont les gammes comprennent plus de 90 articles. Crèmes anti-âge, soins hydratants, produits éclaircissants contre les taches pigmentaires, soins capillaires et soins corporels sont placés sous sa supervision. Elle est également en charge de la conception des différents programmes de soin pour les traitements du visage et du corps en instituts et studios cosmétiques. Cette Vietnamienne d’origine est une véritable « workaholic ». Mère de trois enfants de 10, 15 et 18 ans, elle voyage chaque semaine dans le monde entier, toujours à des fins de recherche. « Je ne suis réellement dans mon bureau suisse qu’un ou deux jours par semaine en moyenne. » « L’INTUITION DE MA MÈRE » C’est à Paris, où ses parents se sont installés pour fuir la guerre du Viêt-nam, qu’elle apprend son métier. «Je ressemble beaucoup à ma mère. Elle a toujours eu une bonne intuition, personnelle et professionnelle. À Paris, elle est rapidement devenue une femme d’affaires accomplie et je l’ai toujours prise comme modèle », raconte-t-elle. Après ses études à l’école d’ingénieurs ECE à Paris et un diplôme de spécialiste en gestion internationale d’entreprises et en marketing, elle fait ses premières armes en travaillant à l’export

pour les parfums Balmain Paris. Trois ans plus tard, elle passe chez Oscar de la Renta. En 1992, elle est approchée par Yves Saint Laurent Beauté Suisse, alors à la recherche d’une nouvelle directrice du marketing. Pendant sept ans, elle est responsable de toutes les mesures et de tous les développements économiques de l’entreprise en Suisse. « LA PASSION PLUTÔT QUE L’EFFORT » Lorsque des membres de l’équipe de son mari, Didier Guillon, président de Valmont Cosmetics, lui demandent si elle n’a pas envie de se joindre à l’équipe de direction pour la coordination et l’administration, elle n’a pas à réfléchir longuement pour se décider : « Mon mari avait d’excellentes idées, il y avait juste un manque au niveau de l’ordre et de la mise en œuvre de ses visions. » Depuis 15 ans, Sophie Vann-Guillon vit selon sa propre philosophie Valmont : « La joie de vivre et celle de travailler ne doivent faire qu’un. Ces deux éléments doivent être une passion et non un effort. » Les articles Valmont comptent parmi les produits cosmétiques les plus exclusifs et les plus luxueux au monde, et Sophie Vann-Guillon admet sans détour son amour du luxe : « J’aime tout ce qui brille ! C’est notamment pour cela que l’entreprise propose une ligne exclusive de montres du designer suisse Rodolphe, ornées d’une multitude de diamants. Elles sont utilisées comme cadeau pour les collaborateurs méritants et les bons clients. »

« PLUS FIERS D’ÊTRE SUISSES » Sophie Vann-Guillon considère l’attitude des consommateurs suisses d’un œil critique. En tant que directrice des opérations d’un producteur de cosmétiques qui arbore sa « Swissness » tel un étendard, cultive en Suisse son propre jardin alpin de plantes utilisées pour l’extraction des ressources naturelles et emploie de l’eau pure des glaciers suisses dans ses produits, elle aimerait voir une conscience nationale plus marquée : « Lorsque je me déplace en Suisse, je suis toujours étonnée du nombre de restaurants et de magasins étrangers qu’on y trouve, et surtout du succès qu’ils rencontrent. Il est regrettable que les Suisses ne se concentrent pas davantage sur leurs propres produits. À l’étranger, le « Made in Switzerland » est l’un des meilleurs gages de qualité. J’ai l’impression que cette conscience nationale de la qualité manque en Suisse. » Et il est vrai que l’Asie est la première consommatrice des produits Valmont, suivie par la France et l’Amérique du Nord. La Suisse n’arrive qu’en quatrième position. Lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de l’émancipation des femmes en Suisse, Sophie Vann-Guillon fait une fois encore preuve de scepticisme : « Il y a quelques années, on m’a demandé dans une interview comment je parvenais à concilier mon travail avec mon statut de mère de trois enfants. Dans tout autre pays civilisé, cette question n’aurait pas eu lieu d’être. J’ai trouvé cela terrible. L’égalité hommes-femmes évolue lentement en Suisse … très lentement. » www.evalmont.com

JUIN 2015

125


BEAUTÉ

BEAUTY CONFIDENTIAL

PRISCA COURTIN Elle a pris ses quartiers dans l’entreprise familiale, Clarins, depuis un an en tant que directrice des projets stratégiques et des activités spa. La business woman de 28 ans a invité L’OFFICIEL jusque dans sa salle de bains … Par MARION RENARD Photographie YOUNG-AH KIM

Une histoire de famille : Prisca Courtin nous reçoit dans une robe Mugler, maison dont sa cousine Virginie Courtin est directrice de collection.

L’OFFICIEL : Est-ce vrai que vous avez créé une chaîne de bars à ongles en 2010 pour votre première incursion en beauté ? PRISCA COURTIN : Oui, ça a été mon premier boulot, hors stage, après mon master d’entreprenariat à Londres. À l’époque, ce n’était pas encore aussi répandu que maintenant. Il y en a eu trois et cela a duré trois ans et demi. Aujourd’hui, c’est une évidence de participer à l’entreprise familiale ? C’est aussi pour ça que j’ai arrêté les bars à ongles. Je faisais déjà partie du conseil de surveillance, puis j’ai eu envie de plus de concret, plutôt que de ne prendre part qu’à des rendez-vous mensuels où l’on ne parle que de chiffres. D’apporter ma pierre à l’édifice ainsi que mon côté jeune. Mon rôle est de développer les spas dans le monde et une partie retail, notamment pour créer la Maison Clarins. Du coup, quel est votre soin favori ? Le soin « Au-delà de l’eau » à l’hôtel Molitor, qui est fantastique grâce notamment aux sensations qu’il procure. Ils utilisent là-bas la marque My Blend, créée par mon père et dont je m’occupe également, et qui permet d’élaborer sa crème sur mesure selon son style de vie. Quel est le meilleur conseil que vous ait donné votre grand-père, Jacques Courtin, le fondateur de Clarins ? Il y en a plusieurs … Je commencerais par celui-ci : « Le plus grand concurrent, c’est l’eau froide » – car elle permet de raffermir et de conserver la jeunesse de la peau. Ou encore : « Ne jamais étaler sa crème en tirant la peau », parce que cela étire les tissus, il faut la tapoter, y compris pour la démaquiller, afin d’ôter la pollution en faisant un effet ventouse. Et enfin : « Se gommer régulièrement », une fois par semaine, pour la régénération cellulaire, idéal aussi pour que les actifs pénètrent dans la peau. Votre routine soin ? Matin et soir, je me nettoie le visage avec la « Gelée démaquillante » et la « Lotion tonique » à la camomille, puis je pose un contour des yeux. J’applique ensuite le « Double Sérum » ou le tout nouveau « Mission Perfection » antitaches, la « Crème Multi-Active » en gelée, fluide ou crème selon l’état de ma peau, ou la « Crème Désaltérante » en été ou au ski. Et votre make-up ? La « BB Cream 0 », le « Concealer 02 », le fard à joues crème « Multi-Blush Rosewood 04 », la poudre compacte minérale « Ever Matte 02 » Clarins que j’utilise avec un pinceau à poils blancs M.A.C ou un kabuki bleu fluo et blanc que j’ai acheté chez Topshop, ce qui évite le poil sur le visage. La base fixante pour les yeux pour avoir la paupière lisse, le mascara « Be Long » la journée, car il sépare bien les cils et les fortifie, et le « Wonder Volume » le soir avec l’eye-liner « 3-Dot ». Sur la bouche, soit l’« Huile confort lèvres Éclat Minute Raspberry», le rouge à lèvres « Tropical Pink » Clarins, ou le « Velvet Matte Lip Pencil Dragon Girl » de Nars.

126

JUIN 2015


BEAUTÉ

Vos vernis favoris ? Des couleurs coquillage, naturelles, couvrantes, comme « Step Right Up » d’O.P.I, mais aussi du rouge comme « Russian Roulette » d’Essie ou « Rouge Flore » de Kure Bazaar, ou plus foncé comme « Luxedo ». Je vais chez la manucure deux fois par semaine, l’institut Deborah Care en bas du bureau, avenue du Roule à Neuilly. Les trois produits qui ne quittent pas votre sac ? La « Crème jeunesse des mains », le « Baume lèvres réparateur » et mon mascara. Ce qu’il manque chez Clarins ? Le rouge à lèvres mat. Et les vernis que j’espère voir revenir … Votre parfum ? La journée, j’alterne entre « Cologne » de Mugler, « Petite Chérie » d’Annick Goutal, « Portrait of a Lady » de Frédéric Malle, « Grass » de Philosophy. Et, le soir, « Alien » de Thierry Mugler. Votre plan cheveux ? Il m’arrive de dormir avec de l’huile à l’orchidée bleue sur le crâne et sur les pointes des cheveux. Sinon, j’utilise le « Masque au jasmin » et le « Sérum de soie » de Leonor Greyl, qui est la sœur de ma grandmère. Et si je n’ai pas le temps, un coup de shampoing sec Klorane ou Dry Bar, la marque d’une chaîne de bars à brushing à New York que je viens de découvrir … Récemment, j’ai éclairci mes cheveux à la Suite Bleue et sinon, brushings chez Emma Coiffure, à côté du bureau… Le secret de votre ligne ? Je mange beaucoup de légumes et très peu de viande. Et côté sport, Pilates deux fois par semaine au Keana Pilates, en bas de chez moi, mon coach au Royal Monceau toutes les semaines, avec qui je fais des exercices de boot camp atroces ! Heureusement, depuis six mois, mon copain vient avec moi, ce qui est plus motivant. Et si je me suis couchée tôt, on court le dimanche aux Tuileries … Votre détox ? Une cure de jus Detox Delight de temps en temps, mais que j’ai du mal à tenir. Et des tisanes de l’Herboristerie du Palais Royal. Un produit de beauté que vous partagez avec votre amoureux ? L’Autobronzant « Addition » de Clarins pour dormir et se réveiller bronzés et de bonne humeur. Vos projets ? Un distributeur de cosmétiques Clarins, le Beauty Automate, qui est déjà dans le lounge Air France de New York, deux bientôt à Roissy, un à Heathrow et un à Molitor. Et pourquoi pas dans les gares, un jour … JUIN 2015

127


BEAUTÉ

DOUBLE VIE Douceur des tons pastel ou exubérance du rose et du rouge ? Cet été, la mode est aux deux, alors pourquoi choisir ? On assortit la couleur des ongles des pieds aux sandales et celle des ongles des mains aux nuances des vêtements. Ou inversement. Sinon, faut-il que le rouge à lèvres soit de la même couleur que le vernis ? La réponse est non – et ce, depuis longtemps. P a r VA L E S K A J A N S E N P h o t o g r a p h i e D O U G L A S M A N D R Y

1.

3.

5.

4.

2.

7.

6. 8.

1. Brillance céleste avec le vernis « Le Vernis Désirio» de Chanel, CHF 35 2. Blanc pur avec le vernis « Clean » de Kure Bazaar, CHF 20 3. Rouge classique avec le « 999 » de Dior, CHF 35 4. La Laque Couture « N° 63 Rouge Wet » de Yves Saint Laurent, CHF 35 5. / 8. Rose tendre avec la « Sand Collection » de Bobbi Brown, CHF 30 6. Frais et fruité, le vernis « Pineapples Have Peelings Too » d’OPI, CHF 25 7. Un vert pastel tout en fraîcheur avec le « Doll Me Up » de M.A.C, CHF 15

128

JUIN 2015


BEAUTÉ

RÉGIMES DE BONHEUR Pour un corps au top avant l’été, deux spécialistes nous soufflent leurs mots d’ordre : apprendre à vivre mieux et à être heureux. Par MARION RENARD

MARTINE DE RICHEVILLE La prêtresse du remodelage en profondeur, du déstockage manuel et du massage qui fait mal ( mais du bien quand même ) n’est plus à présenter. Elle nous livre cinq conseils pour embellir sa peau et se façonner un corps avant l’été. 1. Empêcher l’oxydation et prévenir les taches : sous la douche, se frictionner la peau avec un gant en acrylique ou en luffa avec du savon, ce qui permet d’éliminer les peaux mortes sans avoir recours au gommage. La peau accueillera mieux les produits de soin. De plus, cela stimule la circulation lymphatique et sanguine, et donc évite que la cellulite ne s’installe ! 2. Faire une cure détox à chaque changement de saison : en médecine chinoise, chaque saison correspond à un organe ( printemps = foie ). La cure détox stimule et relance le système énergétique sollicité. On élimine les toxines accumulées à cause du stress, de la mauvaise alimentation et, parfois, du manque de sommeil. Le but est de drainer le foie tout en laissant l’estomac et le système digestif au repos. Après plusieurs jours, on gagne en énergie ! Et en nettoyant le corps, on nettoie son mental, on se purifie. 3. Avoir une alimentation équilibrée mais savoir se faire plaisir sans culpabiliser : si l’on culpabilise, c’est que l’on mange trop riche, trop gras, trop lourd ! Manger ne doit pas être un acte de compensation ou de remplissage. Alors que le plaisir, c’est la qualité du produit, la cuisson, s’offrir un bon restaurant. La qualité doit primer sur la quantité ! On peut se permettre un souper riche et, le lendemain matin, boire un jus de citron dans lequel on mixe du gingembre, des carottes, des épinards ou du céleri et des graines de lin broyées ou des amandes.

PHOTOS: DR

4. Pratiquer régulièrement un sport que l’on aime : un bon moyen de se vider la tête. À cela, ajouter chaque jour une courte séance de yoga. À faire partout : des exercices respiratoires assis, détendre les épaules, se tenir bien droit, tout en prenant de grandes respirations. Cela permet de libérer la partie abdominale et thoracique, donc d’évacuer le stress. 5. Porter un regard positif sur son corps : chaque femme a des défauts, mais il faut savoir mettre en valeur ce que l’on a de mieux et ne pas se focaliser sur ce que l’on aime le moins ! En plus, travailler l’allure, sourire, permet d’être plus lumineuse et de gagner en confiance. www.martinedericheville.com

ÉLODIE CAVALIER Coach wellness et détox, Élodie Cavalier est la fondatrice du concept Just a Better Me et d’une méthode, la « détoxologie », où le bien-être du corps et celui de l’esprit sont indissociables. Pour elle, la détox n’est pas une cure, mais un mode de vie et un état d’esprit. Explication en sept points. 1. OXYGÈNE

Revenir aux fondamentaux. Respirer profondément, manger des produits qui contiennent de la chlorophylle ( épinards, choux, kale, etc. ). Et s’oxygéner l’esprit par la curiosité ( intellectuelle et gustative ).

2. ALIMENTS

Ouvrir le champ des possibles. Non à la monodiète, il faut opter pour la diversité.

3. NATURE

Fuir les aliments modifiés. Être au plus proche de l’originel en privilégiant le bio, les produits non transformés et sans sucres ajoutés. Transformer ses rituels, par exemple remplacer un gâteau par une tisane bio à la cannelle ou au fenouil.

4. VITAMINE C

La privilégier car elle va jouer sur les capitons et la cellulite.

5. DRAINEURS

Opter pour des draineurs naturels comme l’asperge, le concombre, le céleri.

6. CURE

Faire un jour par semaine une cure composée essentiellement de fruits et légumes.

7. POSITIVITÉ

Un leitmotiv. Rester dans le plaisir, ne jamais être dans la frustration. www.justabetterme.com

AU VERT C’est la cure préférée de Gwyneth Paltrow. La Super Green Delight de Detox Delight ( photo ) est 100 % liquide et se compose de six jus de légumes verts bio, de pomme verte, de citron et d’eau de coco, auxquels s’ajoutent de la chlorelle et de l’orge. En cure de trois jours ou plus, toujours à prendre dans l’ordre indiqué. Le reset de l’organisme. www.detox-delight.ch

JUIN 2015

129


BEAUTÉ

130

JUIN 2015


BEAUTÉ ( de haut en bas et de gauche à droite ) Rouge à lèvres « Rouge d’Armani 100 », CHF 55 Fond de teint « Maestro Sun – Fluid Sheer 14 », CHF 75 Fard à paupières « Eye Tint 04 Emeraude », CHF 50 Poudre bronzante « Maestro Sun – Maestro Bronzer 90 », CHF 100 Produits Armani.

Cet été, les créateurs de maquillage misent sur des tons naturels. Des poudres bronzantes pour un teint hâlé, des rouges et des roses sur les lèvres et des produits phares chatoyant sur les pommettes. P a r VA L E S K A J A N S E N P h o t o g r a p h i e M A R C B E A U S S A R T

JUIN 2015

131


BEAUTÉ ( de haut en bas et de gauche à droite ) Palette de fards à paupières « 5 Couleurs Palette Regard Couture 646 », CHF 85 Vernis à ongles « Vernis à ongles Rouge 999 », CHF 35 Rouge à lèvres « Addict Extreme Couleur Éclat 551 », CHF 45 Fond de teint « Nude Air Sérum de Teint Ultra-Fluid », CHF 75 Produits Dior.

( de haut en bas et de gauche à droite ) Poudre « Terracotta Joli Teint 01 », CHF 65 Poudre bronzante « Terracotta Poudre Bronzant 03 », CHF 70 Fard à paupières « Ecrin 1 Couleur Fard à Paupières 02 », CHF 45 Mascara « Cils d’enfer So Volume 01 », CHF 45 Produits Guerlain.

132

JUIN 2015


BEAUTÉ

( de haut en bas et de gauche à droite ) Rouge à lèvres « Phyto Lip-Twister Pinky », CHF 45 Poudre bronzante « Phyto-touche Illusion d’Été », CHF 100 Blush enlumineur « L’Orchidée Rose », CHF 95 Palette de fards à paupières « Phyto 4 ombres No. 1 Dream », CHF 90 Fond de teint « Phyto-Teint Expert », CHF 120 Produits Sisley.

JUIN 2015

133


BEAUTÉ Rouge à lèvres « L’Etoffe du Mat » de Serge Lutens, CHF 100 Fond de teint « Sheer and Perfect Compact SPF 15 » de Shiseido, CHF 70 Palette correction de teint « Une Bonne Correction » de Serge Lutens, CHF 200 Blush « Panic Dual-Intensity-Blush Or » de Nars, CHF 65 Fond de teint « All Day Luminous Weightless Foundation » de Nars, CHF 70

( de haut en bas et de gauche à droite ) Palette de fard à paupières « Palette Ombres De Jour 5 Couleurs Prêt-à-Porter », CHF 90 Correcteur « Touche Éclat », CHF 55 Gloss « Volupté Tint-in-Oil 2 Oh My Gold », CHF 45 Produits Yves Saint Laurent.

134

JUIN 2015


BEAUTÉ ( de haut en bas et de gauche à droite ) Palette « Ô oui ! Bridal Look 2015 – Hypnôse Palette D010 Bouquet de Roses », CHF 80 Fond de teint « Miracle Cushion 02 », CHF 60 Mascara « Grandiôse », CHF 45 Rouge à lèvres « Shine Lover 314 Spontanée », CHF 40 Produits Lancôme.

JUIN 2015

135


LES PETITES EXTASES D’UNE GRANDE ÉGÉRIE

BEAUTÉ

Laetitia Casta se dévoile en devenant l’image et l’égérie du parfum «L’Extase» de Nina Ricci, un floral oriental musqué créé par Francis Kurkdjian, qui invite à jouir du moment présent. Entretien beauté à l’heure du thé. Par MARION RENARD Photographie DUSAN REL JIN

MON RÔLE D’ÉGÉRIE « Nina Ricci, dans mon enfance, était déjà très présente. Ma grandmère mettait L’Air du Temps, et ça a été le parfum de sa vie. J’ai toujours vu ce flacon avec les oiseaux. Pour moi, c’était très femme, très poudré … Ce qui m’a plu dans L’Extase, c’est l’idée, en temps que femme, d’aller vers son désir. Pas une approche érotique, mais une histoire de femme qui se libère, une femme d’aujourd’hui. Elle peut même ne pas vivre son fantasme, juste le ressentir sans aller jusqu’au bout … je trouvais ça joli et subtil. » 136

JUIN 2015

MON PARFUM « L’Extase est un parfum très sucré, très généreux, très épicurien en fait, et féminin aussi, c’est un parti pris très fort. Moi, j’aime les odeurs de l’enfance, la nature, la forêt, l’humidité, l’herbe coupée, la pluie sur la terre. Et puis, le maquis, le soleil, la rivière, l’immortelle … Je n’aime pas quand c’est trop lisse, j’aime quand ça a de la profondeur, un parfum qui fait réfléchir, qui emmène quelque part et qui raconte une histoire. »


BEAUTÉ MES SENTEURS « Je suis une fanatique de bougies, j’en mets partout. C’est terrible parce que mes enfants repassent derrière et éteignent tout. C’est sans fin ! J’aime bien toutes les odeurs de boiserie, assez poivrées, l’encens d’église … Pour en revenir aux bougies : en général, j'achète des Cire Trudon. » MA ROUTINE SOIN « Je nettoie mon visage avec un démaquillant doux. J’hydrate mon corps surtout avec des huiles, et même de l’huile d’olive ! » MON COACH DE PEAU « Hervé Herau, il travaille délicieusement bien et d’une manière particulière en massant avec ses mains. En plus, c’est très naturel ce qu’il fait. » MA ROUTINE MAKE-UP « Je ne me maquille pas beaucoup et les cernes ne me dérangent pas, ils racontent une histoire. Je joue sur le regard avec un mascara, un crayon bleu dans le coin de l’œil, je travaille la racine de l’œil et le sourcil pour rehausser le regard, et rien d’autre. Ou sinon du rouge, appliqué au doigt sur la bouche pour le côté flou et pas dessiné. » MES VERNIS « Aujourd’hui je porte une couleur framboise sur les pieds et j’ai les ongles des mains juste polis. Je suis aussi adepte du flashy, fluo parfois, mais j’avoue que le rouge, c’est ce que je préfère. L’été, je mets également du bleu ciel et du blanc sur les pieds. » MON BEAUTY FAUX PAS « Les cheveux mouillés. Parce qu’on pense immédiatement que vous avez les cheveux gras ! Le wet look, c’est parfait quand vous sortez de la douche, mais après, quand vous avez les pointes sèches et les racines encore bien humides, ça donne un côté chien mouillé pas génial. » MES CHEVEUX « Je n’aime pas aller chez le coiffeur. Mais j’aime bien la transformation, c’est la chance de mon métier. J’adore Stéphane Lancien pour ça, mais aussi d’autres hairstylists. Car quand on vous connaît trop bien, on va vers quelque chose de rassurant, du coup, on ne remet pas votre look en question … » MON COLORISTE « Christophe-Nicolas Biot, un salon intéressant, car les couleurs sont à base de plantes, les soins et massages aussi. Il a rattrapé pas mal de cheveux d’actrices qui ont été abîmés par l’excès de teintures. » MON SPORT « J’ai souvent besoin de faire du sport, pour extérioriser plus qu’autre chose. La natation me donne le sentiment de tout relâcher. Le fait d’aller courir aussi. Mais avec la vie que je mène, honnêtement, il n’y a pas de régularité du tout. » MON RÉGIME « Je ne me prive pas, je viens de manger une mousse au chocolat ! Je fais plus ou moins attention, mais sans excès. Je ne mange pas de la choucroute tous les jours, c’est sûr, mais je me fais quand même plaisir. Parce que je trouve que le plaisir fait partie de l’hygiène de vie. Quant à perdre ses kilos après un bébé : vous mettez neuf mois à faire un bébé, vous mettez neuf mois à perdre vos kilos. C’est ce qu’on m’a dit, c’est ce que je répète ! » MA DÉTOX « Du citron dans de l’eau chaude matin et soir. Sinon, j’ai testé les jus toute la journée, mais je me suis sentie plus fatiguée qu’autre chose, et avec une haleine de je ne sais pas quoi ! Je préfère faire mes milk-shakes aux fruits à la maison. D’ailleurs, je cherche des recettes : une fois, j’ai mis de la laitue et plein de trucs ‘verts’, mais

c’était dégueulasse, je n’ai pas pu le boire, j’ai cru que j’allais vomir. Je n’ai pas dû prendre le bon chou ( le kale, ndlr ). » MON REMÈDE ANTI-JET-LAG « Pourquoi pas un bon verre de vin pour s’assommer ! L’idéal, c’est de ne pas trop manger dans l’avion, de boire beaucoup d’eau et de ne pas regarder l’heure. Mais j’ai la chance de pouvoir m’endormir n’importe où, et faire des mini-siestes de 15 minutes, ça suffit pour récupérer. » MES PROJETS « Le film Des Apaches, de Nassim Amaouche, au cinéma dès juin. Je suis aussi en train d’écrire un scénario pour la première fois … »

MES ESSENTIELS BEAUTÉ PEAU Le lait de corps et les sels de bain Melograno de Santa Maria Novella.

MAKE-UP Le rouge à lèvres Color Riche Laetitia’s Pure Red de la Collection Exclusive, le vernis rouge Pin Up 401 de L’Oréal Paris et le baume hydratant Lucas’ Papaw.

JUIN 2015

137


LA VIE

DANS SA PEAU À l’occasion des 20 ans du cuir Stretch, Jean-Claude Jitrois, son inventeur, s’amuse et se raconte. Savourant, à 71 ans, un nouveau grand amour ! Par PATRICK CABASSET

«C

e serait à refaire, je revivrais cette vie tout de suite et de la même façon ! », lance JeanClaude Jitrois, assis dans ses bureaux parisiens qui font face à l’église Saint-Roch, une coupe de champagne à la main. Sur le mur adjacent, une toile hyper-colorée de l’artiste graffeur JonOne qu’il a déjà reproduite sur un blouson. À ses pieds et sur son bureau, tous les magazines people de la terre. Si les stars restent un excellent sujet de conversation pour lui, il ne manque ni de culture ni d’à propos sur tous les autres sujets. Et, si possible, en même temps ! Là, il rentre de vacances avec son nouveau partenaire, un jeune acteur et réalisateur, dont il se déclare immédiatement très amoureux. « Le drame de la vieillesse, ce n’est pas qu’on se fait vieux, c’est qu’on reste jeune», déclaret-il, citant Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde ... DE L’HÔPITAL À LA MODE Né en 1944 à Narbonne, ce fils d’officier de l’armée de l’air grandit à Aix-en-Provence, puis en Algérie, au gré des affectations de son père. À 18 ans, il suit des études de psychomotricité à Paris, à l’hôpital de la Salpêtrière. Les enfants sont alors son domaine d’études. Au cours des thérapies, il met en place des séances de déguisement basées sur des jeux 138

JUIN 2015


LA VIE

PHOTOS: DR; LOUIS TERAN

de rôles afin de renforcer leur personnalité. La mode n’est pas loin ... Concentré sur son sujet, il écrit en 1972 un ouvrage dans la collection « Que sais-je ? » sur la psychomotricité sous son véritable nom, Jean-Claude Coste. En 1975 suivra Corps et Graphie, puis La Relaxation Psycho-Syntonique en 1976 aux Éditions Universitaires. Mais, loin de l’hôpital, c’est dans la mode qu’il va se révéler davantage encore lorsqu’il ouvre sa première boutique de cuir à Nice. Son enseigne devient alors Jitrois. Un pseudo né de la classification du rationnement de l’après-guerre. Les J3 était alors les jeunes de 13 à 21 ans, sa cible d’origine. Là, il côtoie les artistes de l’école de Nice : Ben, César ou Niki de Saint Phalle. « Ce sont ses couleurs qui m’ont influencé, dit-il. Si j’ai d’abord donné de la couleur au cuir, ça vient d’elle. Ses couleurs, inédites alors, m’ont permis de commencer à vendre aux États-Unis. » La lumière du sud n’est pas la seule à l’influencer à ses débuts : la clientèle de ses boutiques de Nice, de Juan-les-Pins puis de Saint-Tropez va aussi lui servir. Caroline et Stéphanie de Monaco en tête, ces clientes feront bientôt sa réputation. Ce n’est qu’en 1983 qu’il ouvre à Paris sa première boutique, Faubourg Saint-Honoré. Travailleur infatigable, il l’anime lui-même, tissant des liens précieux avec ses clientes. Derrière son regard pétillant et son sens de l’humour se cache un sens inné (et acquis) de la psychologie qui lui sert à chaque instant. En permanente évolution, il aime la modernité, la nouveauté, s’investit avec sincérité dans chaque nouveau projet autant que dans chaque nouvel amour. Mieux : il sait conserver précieusement ces derniers autour de lui ... Bien avant le Pacs ou le mariage pour tous, il a su rester d’une fidélité exemplaire à ses amours passées. Marié deux fois, JeanClaude présente parfois l’une de ses épouses occupée à la comptabilité. Gilbert Maria, le bras droit des débuts, est devenu directeur général de la société. Yann Patry en est le directeur marketing. Alors qu’Alexis Pene, designer, lui montre des échantillons de broderies en cuir lors de notre rendez-vous. Autour de lui, sa famille élargie est sans doute ce qui l’a sauvé de quelques passes difficiles et lui a permis de faire de sa maison une marque toujours indépendante. ET LE CUIR DEVINT STRETCH Revenant à son produit fétiche, il rappelle la charge affective et émotionnelle qui réside dans le cuir. Tout en étant loin de revendiquer pour lui, comme pour ses clientes, l’aspect fétichiste de cette matière. C’est sans doute pourquoi, après l’avoir coloré, il n’a pas eu peur de le débarrasser de sa rigidité et de son épaisseur en 1995. Cette année-là, il met au point avec une mégisserie tarnaise le premier cuir Stretch. Il sent immédiatement l’avantage de sa souplesse, de sa sensualitée et de son confort. Suivront bientôt l’agneau-velours Stretch puis le python Stretch. Aujourd’hui, c’est une peau

de crocodile entièrement extensible qu’il va enfin pouvoir travailler. Le procédé est aussi simple que sophistiqué. Après tannage, il faut d’abord réduire l’épaisseur de la peau, puis l’encoller sur du jersey. « Ce procédé d’encollage de deux matières n’est pas nouveau, il existe même depuis le XVIIe siècle. Mais avec le cuir, si fort et si fragile à la fois, c’est une tout autre histoire. » Imaginant une nouvelle silhouette, un nouveau corps-à-corps avec ses clientes, il les pare d’une seconde peau tout aussi habillée que déshabillée.

Page de gauche : Jean-Claude Jitrois par Louis Teran. Modèles de la collection printemps-été 2015 Jean-Claude Jitrois.

LE CRÉATEUR ET SES MUSES Son sens de la modernité a attiré vers lui de nombreuses stars. « J’habille les jeunes artistes à l’aube de leur célébrité. Cela a été le cas pour Léa Seydoux, mais aussi pour Lady Gaga dès 2009, pour Lily Allen ou pour Miley Cyrus aujourd’hui. J’aime la façon dont Miley porte le cuir. Elle est extrême et n’hésite pas à aller jusqu’à la nudité. Dévoilant ainsi son corps, sa propre peau ... J’aime également réaliser des costumes de scène ou de cinéma. Ma marque est finalement comme moi : elle revendique la liberté pour tout le monde. » Sa nouvelle muse s’appelle Pauline Lefèvre. L’animatrice et actrice l’accompagne souvent, affichant ses dernières tenues. Désormais, il croise ses clientes dans le monde entier, fort de quelque 80 points de vente. De Pékin, où il a ouvert sa boutique il y a deux ans, à Hong Kong où il est présent depuis novembre dernier en passant par New York où il en a inauguré une autre en février. Dans le courant de cette année, il devrait également faire rayonner son enseigne à Macao, à Shanghai et à Las Vegas grâce au nouveau concept de magasin imaginé par le designer Christophe Pillet « À quoi est dû mon succès ? Assurément au fait que j’aime la vie et que j’aime les gens ! » www.jitrois.com

JUIN 2015

139


LA VIE

LES HOMMES QUI MURMURENTÀ L’OREILLE DES FEMMES Établi dans la région de Florence, Ermanno Scervino y puise l’excellence des matières et du savoir-faire textile. Novateur, son design très couture parle aux femmes adeptes de délicatesse et de modernité. Rencontre. Par L É A T RICH T ER-PA RIEN T E

140

JUIN 2015


LA VIE

Page à gauche, dans le sens des aiguilles d’une montre : fleurs en denim, l’atelier de couture, le bureau d’Ermanno et l’atelier de broderie.

PHOTOS: DR

Dans le sens des aiguilles d’une montre : échantillons de raphia et croquis pour la collection printempsété 2015.

C’

est dans la campagne toscane, non loin de Florence, que la maison italienne a choisi d’implanter son siège : un bâtiment ultramoderne au creux d’une vallée luxuriante. Ce paysage, entre tradition et innovation, c’est tout l’esprit d’Ermanno Scervino. Qu’y a-t-il derrière ce nom? Non pas un, mais deux hommes: Ermanno, le directeur de création, et Toni Scervino, le PDG. Fondée en 2000, la société connaît un succès fulgurant. Très vite boostée par les ventes à l’étranger, notamment auprès des grands magasins russes et américains, l’équipe passe de dix à cinquante employés dès la première saison. « Nous comptons aujourd’hui trois cents personnes au sein de notre siège », s’enorgueillit Ermanno. Avec cinq cents points de vente à travers le monde et trente-huit boutiques propres dans les villes branchées telles que Saint-Tropez, Courchevel, Ibiza ou encore Porto Cervo, le style Ermanno Scervino se traduit dans toutes les langues de la jet-set. « Septante pour cent de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger. Nous sommes en Suisse, en Europe, en Russie,

au Japon, en Corée du Sud, et nous allons nous développer en Chine et au Moyen-Orient. » Fière de son « Made in Florence », la marque fait porter tous ses efforts sur le capital humain, l’artisanat et l’expertise de ses petites mains. « Parmi nos soixante-dix couturières, certaines le sont de mère en fille depuis trois générations », raconte Ermanno. Et Toni d’ajouter : « Malgré la crise, nous avons tout fait pour continuer à fabriquer en Italie, quel que soit le coût de la masse salariale. C’est un gage de créativité et de qualité. » En effet, si la maison propose des pièces de prêt-à-porter, la méthode de fabrication est plus proche de celle de la couture : croquis, patrons, assemblage et façonnage sont réalisés à la main au sein des ateliers du siège. Un véritable laboratoire où la recherche et l’expérimentation sont au cœur de la démarche. « Pour cette collection été, nous avons réussi à mélanger du raphia, du coton et de la soie. Nous faisons beaucoup d’expériences qui parfois n’aboutissent pas. » La passion d’Ermanno ? Les matières, peu importe qu’elles soient techniques, ordinaires ou élégantes. « Nous JUIN 2015

141


LA VIE

sommes sans cesse en quête de nouvelles matières, comme le Néoprène. Nous tentons par ailleurs de rendre nobles des matières ordinaires comme le jean grâce à un travail délicat. Mais ce que j’aime par-dessus tout, ce sont les tissus nobles tels que le cachemire, la dentelle ou la flanelle. » Les best-sellers ? Une doudoune très couture et une robe jupon aussi précieuse que de la lingerie mais confortable et facile à porter. Ermanno a suivi des études d’architecture avant de faire ses armes en autodidacte dans différentes maisons de mode. Son premier souvenir lié à la mode ? Le film Autant en emporte le vent, de Victor Fleming. Si glamour et sensualité sont les mots d’ordre de la maison, Ermanno met un point d’honneur à habiller les femmes d’aujourd’hui, dynamiques et indépendantes. C’est une des raisons pour lesquelles il vient de lancer sa collection « Ermanno », du prêt-àporter luxueux mais abordable. « Mes créations ne sont pas des œuvres d’art. Elles ont pour vocation de sublimer celles qui les portent et de se mettre à leur service. » Pas étonnant que ses modèles inondent les tapis rouges et soient régulièrement plébiscités par des célébrités telles 142

JUIN 2015

que Jennifer Lopez, Kate Hudson, Gemma Arterton, Kim Kardashian, Kylie Minogue, Sandra Bullock ou Rosie Huntington-Whiteley. À l’image de ses égéries, Ermanno Scervino se veut une marque respectant le passé et la tradition, mais tournée vers l’avenir, et surtout sans nostalgie. Dree Hemingway, Theodora Richards, Asia Argento, Alice Dellal et aujourd’hui Dylan Penn sont autant d’héroïnes contemporaines qui, malgré un héritage familial fort, ont su se construire une véritable personnalité. « J’aime ce côté princesse urbaine chic et rebelle en chacune d’elles. » Exigeant, cet éternel insatisfait crée plus de douze collections par an, dont quatre collections femme et des lignes homme, enfant, lingerie, plage et accessoires. « Je travaille sans arrêt, même la nuit je songe à mes prochaines créations. » Son rêve ultime ? Présenter un jour une collection de haute couture. En attendant, cet esthète passionné de nature continue de cultiver son jardin en veillant soigneusement à sa collection de roses et à sa production personnelle d’huile d’olive toscane. www.ermannoscervino.it

Dans le sens des aiguilles d’une montre : Izabel Goulart au défilé printemps-été 2015, backstage du défilé printemps-été 2010 avec Natasha Poly, Natalia Vodianova et Bianca Balti, Dylan Penn, backstage de la campagne printemps-été 2015, Lily Allen et Kate Hudson en Ermanno Scervino.


LA VIE

PHOTOS: DR

Dans le sens des aiguilles d’une montre : défilé printempsété 2010 avec Bianca Balti et Natalia Vodianova, George Clooney et sa femme Amal avec Ermanno à Florence pour la Celebrity Fight Night, Lindsey Wixson au défilé printemps-été 2015, look en raphia du défilé printempsété 2015, Tony Scervino et Ermanno Daelli.

LES MEILLEURES ADRESSES D’ERMANNO À FORTE DEI MARMI La Cestaria de Paola Papi pour ses créations en osier. Piazza Garibaldi 5

À FLORENCE La maison de parfum historique Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella.

Le marché du mercredi pour ses artisans venant de toute l’Italie.

www.smnovella.it

www.ilmercatodelforte.it

L’hôtel Villa Cora pour son décor somptueux et son parc où fleurissent des centaines de roses.

Le restaurant Tre Stelle, en face de la boutique Ermanno Scervino.

Le brunch exquis de l’hôtel Four Seasons. www.fourseasons.com

Le jardin botanique avec ses immenses serres du XIXe siècle. Giardino dell’Orticultura, Via Bolognese 17

www.villacora.it

Le bar du Principe Forte Dei Marmi pour son délicieux petit déjeuner.

Le Forte Belvedere, construit au XVIe siècle par les Médicis. Le panorama y est incroyable.

Le restaurant Fuor D’Acqua pour son poisson frais qui arrive chaque matin de Viareggio.

www.principefortedeimarmi.it

www.comune.fi.it

www.fuordacqua.it

www.trattoriatrestelle.it

JUIN 2015

143


LA VIE

À FLEUR DE PEAU Gaia Trussardi est, du haut de ses 35 ans, l’une des héritières de la célèbre maison italienne. Récemment nommée directrice artistique, cette mère de deux enfants redonne fraîcheur et féminité à l’empire familial. R é a l i s a t i o n L I S A J O U V I N P h o t o g r a p h i e S T U D I O L’ É T I Q U E T T E

SI

Gaia, dans son salon, porte une combinaison en lurex Trussardi été 2015. Derrière elle, une lampe en marbre de la collection Trussardi Casa.

144

JUIN 2015

Gaia vit aujourd’hui à Milan, c’est dans la région de Bergame, à l’abri du glamour et loin des feux de la rampe, qu’elle a grandi. Aux côtés de son entrepreneur de père et de sa créative de mère, elle est initiée dès son plus jeune âge aux coulisses de l’industrie de la mode. Le goût des belles matières, l’énergie de la création, le dynamisme mais aussi l’humilité et la valeur du travail lui ont été enseignés par son père, Nicola Trussardi. Celui-ci a transformé l’atelier de gants de son grand-père Dante – fournisseur officiel de la famille royale d’Angleterre – en un grand groupe de luxe diversifié, développant, dès les années 1970, des lignes d’accessoires et de maroquinerie, des objets de voyage et des vêtements en cuir, et, dans les années 1980, une collection de prêt-à-porter pour femme et homme. Suivront dans les années 1990 les lignes Trussardi Jeans, Tru Trussardi, Trussardi Casa, Trussardi Orologi, Trussardi Junior, Trussardi Eyewear et Trussardi Parfums. Avant de disparaître dans un tragique accident, il crée le légendaire Palazzo Trussardi Alla Scala qui réunit dans un splendide immeuble de six étages, en plein cœur de Milan, l’ensemble des collections ainsi qu’un restaurant et un café.


LA VIE Aujourd’hui géré par les enfants, le groupe connaît une expansion à l’international, notamment en Chine. Tomaso, le frère de Gaia, est le PDG du groupe, Beatrice, la grande sœur, s’occupe de la Fondation Nicola Trussardi, un musée nomade qui promeut l’art contemporain et la production d’œuvres artistiques, et Gaia est à la tête de la direction artistique de l’ensemble des lignes. Après des études de sociologie et d’anthropologie à Londres, cette dernière s’installe à Milan pour rejoindre l’entreprise familiale. « Je n’ai jamais fait d’études liées à la mode mais j’ai toujours eu une fibre artistique. Il y a douze ans, lorsque je suis arrivée chez Trussardi, j’ai travaillé comme consultante au bureau de style avant d’être nommée, il y a trois saisons, directrice artistique. » Son inspiration? Elle la puise dans ses voyages, dans la photographie et à travers ses héroïnes de cinéma. Ses matières de prédilection? Le cuir, ADN de la maison, mais aussi la maille et le jean. Pour rester fidèle à cet art de vivre voyageur symbolisé par le chic et dynamique lévrier, simplicité, confort et élégance sont de mise. Pour sa collection été, Gaia a imaginé des modèles taillés près du corps. « Mes références étaient des tenues d’athlètes et l’univers des Jeux olympiques.» Les coloris – pistache, bleu, marron et bordeaux – renvoient à ceux des tissus d’ameublement. Coup de cœur absolu pour les différentes combinaisons, hauts en cuir et accessoires, notamment les chaussures compensées et le sac Bugatti, signature de la maison, que Gaia a revisité en version crocodile. Pratiques, ses créations sont à son image … « Je me réveille le matin à 7 h. Après le petit déjeuner, je dépose mes enfants, Nicola, 9 ans, et Isabella, 7 ans, à l’école puis je retourne à la maison faire une heure de sport. Je me rends ensuite au bureau à pied ou à vélo. En général, je déjeune sur place. » Gaia mène une vie de quartier: « J’adore mon quartier. Il est très résidentiel. C’est comme habiter un village avec ses petits commerces de proximité. Il y a un superbe parc non loin de chez moi où l’on se rend régulièrement avec les enfants. » Casanière, elle a pris beaucoup de plaisir à décorer son appartement dans lequel elle vit depuis un an: « Je me suis fait aider par l’une de mes amies architecte d’intérieur. » Éclectique, coloré et contemporain, il abrite de nombreuses œuvres d’art et de curiosités, telles que des vases en céramiques ayant appartenu à son papa, une Vespa offerte par son frère pour

Gaia, dans sa chambre, porte un polo en coton et un jean Trussardi été 2015.

JUNI 2015

145


LA VIE ses 18 ans et gardée en souvenir, des œuvres réalisées par ses enfants ou des mosaïques originales au sol. Dans le salon, le magistral tableau «Panda» signé Rob Pruitt. Dans l’entrée, le dessin représentant une main est de l’artiste américain Jim Dine tandis que les dessins géométriques du couloir sont de l’artiste italien Lucio Del Pezzo. Les meubles (tapis, tables basses et lampes) sont pour la plupart issus des collections Trussardi Casa. Pièce phare de l’appartement, le studio de musique: « C’est là que nous passons le plus de temps avec les enfants. Nous jouons de la guitare et écrivons des chansons. » Le soir, Gaia reste généralement dîner à la maison. « J’adore cuisiner. Je prépare des rôtis, des muffins et je fais d’excellentes pâtes.» Le week-end ? Elle se rend à la campagne dans sa maison de famille à Bergame lorsqu’elle ne part pas skier à Chamonix ou à Saint-Moritz l’hiver ou au bord de la mer chez des amis l’été. « Je ne suis pas mondaine. Je me suis composé un cercle d’amis proches qui sont comme ma famille et avec qui je partage tout mon temps libre. » Contre le stress ? Elle fait du sport ou écoute de la musique, deux passions qui l’oxygènent. Dans vingt ans? Elle se voit bien vivre à la campagne, comme productrice de vin et d’huile d’olive. www.trussardi.com

Gaia porte un top en cuir et un pantalon Trussardi été 2015.

Gaia au balcon de son salon, en chemise en daim Trussardi été 2015

146

JUIN 2015


LA VIE

Dans sa chambre, photos de famille (Gaia petite, par Michel Comte), bijoux, boîtes anciennes et horloge fétiche.

SES ADRESSES MILANAISES

Collection de vases anglais des années 1940 et vase en or signé Antonio Recalcati.

LE GRAND MAGASIN La Rinascente www.rinascente.it

LE GRAND MAGASIN Excelsior www.excelsiormilano.com

LA BOUTIQUE DE DÉCORATION Fornasetti Gaia, dans sa chambre, porte un polo en coton et un jean Trussardi été 2015.

CE QU’ELLE PRÉFÈRE VISITER Londres, Stockholm, Los Angeles, les îles au large de la Sicile et la campagne d’Ombrie. MANGER Du black cod ou du steak de bœuf avec des légumes. LIRE Niccolo Ammaniti. VISIONNER La Famille Tenenbaum de Wes Anderson. REGARDER Magritte et tout ce qui a à voir avec le postmodernisme.

Dans le salon, tapis de Francesca Fabbri (Dilmos Edizioni), et chaussures compensées Trussardi été 2015.

www.fornasetti.com

LE CENTRE D’EXPOSITION Palazzo Reale Piazza del Duomo, 12 LE MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN PAC www.pacmilano.it

LE RESTAURANT Trussardi Alla Scala www.trussardiallascala.com

LE RESTAURANT Carlo e Camilla www.carloecamillainsegheria.it

LES PETITS BARS VERS LE CANAL Naviglio www.navigli.milano.it

LE SPA DE l’Hôtel Gallia www.excelsiorhotelgallia.com

ÉCOUTER U2 (Unforgettable Fire), Depeche Mode (Enjoy the Silence), Lucio Battisti (La Collina dei Ciliegi), Nirvana (Smells Like Teen Spirit), Pink Floyd (Shine On You Crazy Diamond), David Bowie (Life On Mars). JUIN 2015

147


TRAVEL

TRAVEL NEWS SUIVEZ LE PENINSULA

Le groupe The Peninsula Hotels propose désormais à ses clients et amis des miniguides élégants disponibles en ligne. Les meilleures adresses dédiées au shopping, au design, à la gastronomie et à la culture y sont référencées grâce à un partenariat avec Net-a-porter, qui publie également pour The Peninsula Paris, dans son magazine en ligne The Edit, de nombreux bons plans pour découvrir le XVIe arrondissement de Paris. Les prochains miniguides des hôtels Peninsula de Hong Kong, de Shanghai, de Manille et de Beverly Hills ont paru récemment, ceux des autres grandes villes suivront. Ces manuels en ligne sont disponibles en français, en allemand, en anglais, en chinois et en japonais.

« Purobeach » : ce mot désigne les beach clubs exclusifs appartenant aux hôtels Puro Hotel Palma et Marbella. Des événements festifs mémorables y sont régulièrement organisés, cependant que la gastronomie y est mise à l’honneur : leur richesse culinaire, basée sur le principe des trois « M » – Miami, Maroc, Melbourne – offre aux gourmets des spécialités méditerranéennes et des saveurs exotiques. Ce concept de vie rencontrant un succès retentissant, d’autres clubs Purobeach ouvriront cette année dans des hôtels de la chaîne Puro : l’un en juin à Barcelone, puis en Égypte et enfin aux Émirats arabes unis.

Commander un chauffeur ou un taxi via une application fait désormais partie du quotidien. Mais pour un jet ? La plate-forme Victor, forte d’un réseau de 131 transporteurs aériens et donc d’un accès à plus de 7 000 appareils à travers le monde, permet pour la première fois d’obtenir, via une appli iOS, des informations sur les tarifs des vols charters, l’équipage et l’avion. Elle permet également de comparer directement la disponibilité des jets et de procéder à une réservation immédiate. Avec cette mesure, l’entreprise active en Europe depuis 2011 répond aux besoins croissants de sa clientèle et entend révolutionner le marché américain.

www.peninsula.com

www.purobeach.com

www.fly victor.de

PUREMENT PUROBEACH

UN JET, S’IL VOUS PLAÎT !

CLASSE ÉCORESPONSABLE

www.nationalgeographiclodges.com www.nimmobay.com

148

JUIN 2015

PHOTOS: DR

National Geographic Travel est parti à la recherche de lodges répondant à ses normes élevées en matière de développement durable et de préservation du patrimoine culturel. Les trouvailles sont référencées dans la rubrique « National Geographic Unique Lodges of the World », qui constitue un réseau engagé dans la préservation de la nature, la protection du climat et la sauvegarde des écosystèmes sensibles. L’un de ses membres fondateurs est le Nimmo Bay Wilderness Resort en Colombie-Britannique, un éco-lodge niché au cœur de la Great Bear Rainforest et dirigé depuis trois décennies par la même famille.


TRAVEL La grande mosque Sheikh Zayed a Abu Dhabi.

Fitting avec Sandra Bauknecht, rédactrice en chef de L’OFFICIEL Suisse.

Les nouveaux uniformes d’Etihad.

VIRÉE SHOPPING À ABU DHABI Nadya Toncheva était l’heureuse gagnante du concours organisé par Etihad Airways, L’OFFICIEL et le site Sandrascloset.com. Elle a donc eu la chance de m’accompagner à Abu Dhabi pour une virée shopping exceptionnelle. Cette charmante Hambourgeoise avait besoin de nouvelles tenues d’affaires, et c’est ainsi que nous avons pris d’assaut les boutiques de luxe de The Galleria on Al Maryah Island pour y dénicher les plus belles pièces. Sa préférée ? Le célèbre trench-coat de la maison Burberry. Un incontournable pour toutes les garde-robes ! Par SANDRA BAUKNECHT

PHOTOS: DR, SANDRA BAUKNECHT

Shopping chez «The Galleria on Al Maryah Island».

Les «Business Studios» d‘Etihad Airways.

JUIN 2015

149


TRAVEL La vue étincelante sur Downtown Dubai et la Burj Khalifa. Á droite: une atmosphère de luxe avec des motifs d‘inspiration arabe.

BEACH IN THE CITY

Entourant deux superbes piscines bordées de palmiers situées sur la côte convoitée de Jumeirah, le tout récent Four Seasons Dubai fixe de nouvelles exigences en matière d’hôtellerie, et ce dans l’un des pôles qui est pourtant l’un des plus fastes du globe. Luxe d’affaires, luxe de vacances, pourquoi faudrait-il choisir ? P a r P AT R I C K H E V E N

150

JUIN 2015


TRAVEL

PHOTOS: FOUR SEASONS HOTELS

U

ne évidence, pour commencer. À Dubai, ce ne sont pas les hôtels qui manquent. Et pourtant… Et pourtant, malgré le bord de mer où ils se dressent, peu d’entre eux possèdent une plage privée. De fait, dans cette catégorie d’hôtels, le choix est assez limité et si vous cherchez un service impeccable ainsi qu’une offre digne d’un resort de luxe cinq étoiles, les établissements se compteront alors sur les doigts d’une main. Rien de surprenant, alors, à ce que le Four Seasons Resort Dubai, qui a ouvert ses portes il y a peu, s’érige en leader du marché de l’hôtellerie de la ville, capturant l’énergie et l’effervescence de Dubai tout en répondant aux exigences des voyageurs d’affaires grâce à son emplacement idéal entre les quartiers historiques et les nouveaux bons coins de la cité. La planification et la construction ont duré plus de quatre ans. Le résultat ? Un sanctuaire ultra haut de gamme de 5,6 hectares en bord de mer, employant plus de 500 collaborateurs qui prennent soin des visiteurs 365 jours par an … À l’évidence, l’établissement a été réalisé et pensé avec soin jusque dans le moindre de ses détails. En chambre, les convives peuvent se détendre dans une atmosphère de luxe aérien, avec de subtils motifs d’inspiration arabe qui se fondent à la perfection dans les styles cool et contemporains aux nuances bleu vert rappelant

l’océan. Toutes les chambres sont équipées aussi bien pour le travail que pour les loisirs, avec des télévisions interactives et le dispositif le plus récent en matière de technologie sans fil. Autre avantage : les salles de bains en marbre blanc particulièrement spacieuses, dotées de plafonds ornés de feuilles d’argent et de suspensions sur mesure, en verre Murano. Globalement, l’établissement a un côté très « resort », mais sa conception reste très réussie. Un grand événement dans l’immense salle de réception n’empêchera pas le vacancier de se relaxer au bord de la piscine ni l’homme d’affaires de retrouver ses partenaires dans le hall d’entrée ou de travailler jusqu’au petit matin dans l’une des superbes suites. On le saisit peu à peu : ici, c’est d’un projet personnel qu’il s’agit. L’un des membres de la famille royale est le propriétaire de l’hôtel, et cela se voit, et cela se sent. Où que vous vous trouviez dans cette immense bâtisse, vous n’aurez jamais l’impression d’être dans un projet de développement immobilier déguisé en hôtel. Bien au contraire, plus vous l’explorerez, plus vous constaterez qu’il a été créé avec amour, dans le souci du détail et dans le but de garantir un service haut niveau. Verdict : un hôtel à ajouter illico à la liste de vos étapes préférées. JUIN 2015

151


TRAVEL

INSIDER INFOS SUITE Il y a 237 chambres, divisées entre « Sea View » ( vue sur la mer) et « Skyline » ( vue sur les gratte-ciel) avec des options Premier ou Deluxe des deux côtés. L’hôtel compte 49 suites réparties en sept catégories, dont les suites présidentielle et royale au cinquième étage. Toutes les suites sont extrêmement spacieuses et sont dotées de balcons donnant sur le Golfe arabe ou l’emblématique Burj Khalifa, d’un côté, et les gratte-ciel du centre ville, de l’autre. Avec leurs 70 m2, même les chambres standards sont les plus spacieuses de la ville et sont toutes équipées de Wi-Fi gratuit et rapide, d’une Playstation et d’une Xbox sur demande ainsi que d’enceintes iPod. La salle de bains se dote quant à elle d’une baignoire en îlot, d’une douche de tête, et d’un panneau en verre dépoli à l’avant du miroir, avec télévision intégrée. POINT FAIBLE : Aucun, à part peut-être les chantiers aux alentours. Mais ils font partie du paysage à Dubai, où que vous vous trouviez … TROIS RAISONS DE SORTIR DE L’HÔTEL Dubai a beaucoup à offrir mais vous pouvez tout à fait passer une semaine dans cet établissement sans vous ennuyer. Profitez des piscines ou de la plage, où le personnel vous servira des rafraîchissements à toutes les heures, dont des jus de fruits frais, des fruits ou encore des serviettes fraîches. Si vous souhaitez bronzer en toute tranquillité, pressez tout simplement le bouton « Ne pas déranger », situé à côté de chaque chaise longue. Dans une ville où les spas opulents sont monnaie courante, le Pearl Spa vaut vraiment le détour. Une magnifique piscine intérieure et une décoration contemporaine le rendent irrésistible. Inspiré de la fusion entre désert et mer ainsi qu’entre passé et futur, ce spa d’hôtel de Jumeirah conjugue une myriade d’influences culturelles aux normes et services de luxe propres au Four Seasons. Outre l’offre de restauration sur place, le Four Seasons Dubai possède dans ses locaux une annexe du restaurant Coya de Londres, proposant un menu d’exception qui réinterprète à sa façon la cuisine péruvienne traditionnelle. TRAJET Le Four Seasons Dubai de Jumeirah est situé à 20 ou 30 minutes de l’aéroport en fonction de la circulation. Proche du centre international financier de Dubai, il est aussi parfaitement placé pour les voyageurs d’affaires.

PHOTOS: DR, FOUR SEASONS HOTELS

www.fourseasons.com

152

JUIN 2015


Découvrez sans plus attendre L’OFFICIEL Suisse! 3 numéros au prix de CHF 20 seulement (au lieu de CHF 36)

N° 11 – JUIN 2015 CHF 12

N° 8 – MAR 2015 CHF 12 N° 7 – FEB 2015  CHF 12

N° 5 – O CH F 1 2

SE PT N° 4 –  12 CH F 

EM

014  KT/NOV 2

14  BE R 20

LO OK S ST M O D E Y LÉ S PO UR U N ÉT TR ÈS SH É OW

Depuis l’année dernière, l’ultime icône des magazines de mode est également publiée en Suisse.

JA N E

LE CO MB FO N DA AT DE SA V IE

ER M A N N CR ÉA TE

O SC

ERVI UR S DE SÉ DU CT N O IO N

LA ET IT IA

CA STA LE S PE TIT D’U NE GR ES EX TA SE S A ND E MU SE

Le premier et unique magazine suisse international entend faire partager aux femmes suisses la joie de découvrir les talents locaux et internationaux de la mode et de vivre des événements Dé sans p couvrez-le lus at uniques et luxueux. te

L eclat

AUFSEH EN R U A D E V E UR Z E NAOT ER I RE GE ND L HA C ITS LI M E N S OH ÖNHEIT ODAERÄUMS SCHAUSGABE E M DIE JUBIL T SNDELB B R A EW

R C

CHI

IC Ô M U LT I- F N E AC E T T E

H

OF011_Co

SAL MA HAY EK-P INAU EN TOTA L LT LOO K GUC CI www.loff iciel .ch

45 %

ndre !

ver_FR.ind

d 1

29.04.15

09:30

de rem ise!

Votre bon L’OFFICIEL: remplissez-le et profitez de notre offre!

Mes avantages: 45% de réduction pour découvrir le magazine • Je ne rate plus aucun numéro • Livraison gratuite chez moi • Je reçois mon numéro un jour avant sa mise en kiosque •

Nom

Prénom

Adresse

NPA/localité

Oui, je découvre 3 numéros de L’OFFICIEL au prix de CHF 20 seulement. Je recevrai ensuite une offre unique me proposant un abonnement annuel au prix de CHF 96 (au lieu de CHF 156) pour 10 numéros, l’offre comprenant 2 x L’OFFICIEL Hommes, 2 x L’OFFICIEL Voyage et 1 x L’OFFICIEL Art.

Téléphone (pour d’éventuelles questions)

E-mail (pour d’éventuelles questions)

Date de naissance

Service de commande: Tél. 041 329 23 40

Ou remplissez le coupon et faxez-le-nous: 041 329 22 04

Par e-mail: abo@lofficiel.ch


TRAVEL INSIDER

ALESSANDRA RICH’S

C’était au printemps 2010. Sitôt sa marque éponyme lancée, la créatrice italienne devenait synonyme de glamour et les célébrités s’arrachaient ses créations. Alessandra Rich travaille depuis une boutique de Mount Street, dans le centre de Londres, où elle m’a ouvert son carnet de bonnes adresses, mais également depuis son atelier près de Venise. Dentelles, ruches complexes, légèreté. Chacune de ses collections vient nous rappeler son talent unique et sa modernité raffinée. Par SANDRA BAUKNECHT

VOTRE PARC PRÉFÉRÉ ? «HYDE PARK, à deux pas de mon bureau.»

VOTRE VILLE PRÉFÉRÉE ? «LONDRES. Je ne m’y ennuie jamais.» 154

JUIN 2015

VOTRE HÔTEL PRÉFÉRÉ ? « Le CLARIDGE’S, parce que j’aime le classique. » 49 Brook Street, London


TRAVEL INSIDER

VOTRE SITE TOURISTIQUE PRÉFÉRÉ ? «Le ROYAL OPERA HOUSE. C’est un lieu magique.» Bow St, London

LA MEILLEURE BANDE-SON POUR LONDRES ? «Du LED ZEPPELIN ou du PINK FLOYD.» Alessandra Rich.

PHOTOS: DR, VISITBRITAIN.COM, ROYALPARKS.ORG, ALESSANDRA RICH

LE LIVRE À EMPORTER POUR DES VACANCES LÀ-BAS ? «Le guide de voyages WALLPAPER CITY GUIDE LONDON. Il foisonne d’infos très intéressantes sur la ville. »

ALESSANDRA RICH, collection été 2015

VOTRE ACCESSOIRE INCONTOURNABLE ? «Du VERNIS À ONGLES ROUGE. Et mon Lollipop D’ESSIE, qui ne quitte pas mon sac.»

VOTRE BAR OU NIGHTCLUB PRÉFÉRÉ ? «Le CONNAUGHT BAR, l’endroit idéal pour un verre entre amis.»

VOTRE RESTAURANT PRÉFÉRÉ ? «Chez SCOTT, pour ses huîtres.»

The Connaught, Carlos Pl ace, London

20 Mount Street, London

JUIN 2015

155


LA NUIT

TOM FORD CHEZ LES ANGES Par SANDRA BAUKNECHT

La veille du week-end des Oscars. C’est la date qu’avait choisie Tom Ford pour présenter son premier défilé de mode à Los Angeles. La salle était comble et comptait les plus grands noms d’Hollywood. Les stars durent traverser le podium recouvert de véritables pétales de roses pour rejoindre leurs places aux premiers rangs. La collection automne/hiver 2015 se distingue par ses éléments empruntés aux années 70 : patchwork, denim, franges et beaucoup de fourrure ! Jennifer Lopez.

Jay Z et Beyoncé Knowles.

Daphne Groeneveld. Rita Ora.

Ayda Field et Robbie Williams.

156

JUIN 2015

Julianne Moore et son mari, Bart Freundlich.

Elton John et la rédactrice en chef de L’OFFICIEL Suisse Sandra Bauknecht.


LA NUIT

Patrick Schwarzenegger.

Johansson. Scarl ettBlindtext.

Reese Witherspoon.

Naomi Campbell.

PHOTOS: DR, SANDRA BAUKNECHT

Aaron et Sam Taylor-Johnson.

Nicole Richie.

Sandra Bauknecht et Anna Wintour.

Rosie Huntington-Whitele y, Jason Statham et Sandra Bauknech t.

Darren Le Gallo et Amy Adams.

JUIN 2015

157


ADRESSES

SERVICE ADRESSES Sur le site Internet des marques citées, vous trouverez les informations sur les produits, les contacts du service clientèle et les distributeurs dans votre région.

MODE

BONTON WWW.BONTON.FR

CHURCH’S WWW.CHURCH-FOOTWEAR.COM

GRAFF WWW.GRAFFDIAMONDS.COM

3.I PHILLIP LIM WWW.31PHILLIPLIM.COM

BORSALINO WWW.BORSALINO.COM

CL AUDE PIERLOT WWW.CL AUDEPIERLOT.COM

GUCCI WWW.GUCCI.COM

7 FOR ALL MANKIND WWW.7FORALLMANKIND.COM

BOTTEGA VENETA WWW.BOTTEGAVENETA.COM

COMEFORBREAKFAST WWW.COMEFORBREAKFAST.IT

GUY L AROCHE WWW.GUYL AROCHE.COM

ACNE STUDIOS WWW.ACNESTUDIOS.COM

BOUCHERON WWW.BOUCHERON.COM

DE GRISOGONO WWW.DEGRISOGONO.COM

HARRY WINSTON WWW.HARRYWINSTON.COM

ADLER WWW.ADLER-JOAILLIERS.COM

BREGUET WWW.BREGUET.COM

DELFINA DELETTREZ WWW.DELFINADELETTREZ.COM

HERMÈS WWW.HERMES.COM

AKRIS WWW.AKRIS.CH

BRUNELLO CUCINELLI WWW.BRUNELLOCUCINELLI.COM

DIANE VON FURSTENBERG WWW.DVF.COM

HUBLOT WWW.HUBLOT.COM

ALEXANDER MCQUEEN WWW.ALEXANDERMCQUEEN.COM

BUCCELL ATI WWW.BUCCELL ATI.COM

DIOR WWW.DIOR.COM

IKKS WWW.IKKS.COM

ALEXANDER WANG WWW.ALEXANDERWANG.COM

BULGARI WWW.BULGARI.COM

DIOR JOAILLERIE WWW.DIOR.COM

ISABEL MARANT WWW.ISABELMARANT.COM

ALEXANDRE REZA WWW.ALEXANDREREZA.COM

BURBERRY WWW.BURBERRY.COM

ELIE SAAB WWW.ELIESAAB.COM

IWC WWW.IWC.COM

AMERICAN VINTAGE WWW.AMERICANVINTAGE-STORE.COM

BY MARLENE BIRGER WWW.BYMARLENEBIRGER.COM

ÉLISE DRAY WWW.ELISEDRAY.COM

JACOB COHEN WWW.JACOBCOHEN.IT

ANNA RIVKA WWW.ANNARIVKA.FR

CALVIN KLEIN WWW.CALVINKLEIN.COM

EQUIPMENT WWW.EQUIPMENTFR.COM

JAEGER LE COULTRE WWW.JAEGER-LECOULTRE.COM

ANTONIO BERARDI WWW.ANTONIOBERARDI.COM

CARL F. BUCHERER WWW.BUCHERER.COM

ERDEM WWW.ERDEM.COM

JIL SANDER WWW.JILSANDER.COM

AQUAZZURA WWW.AQUAZZURA.COM

CARTIER WWW.CARTIER.CH

ERMANNO SCERVINO WWW.ERMANNOSCERVINO.IT

JIMMY CHOO WWW.JIMMYCHOO.COM

AS 29 WWW.AS29.COM

CARVEN WWW.CARVEN.COM

ETRO WWW.ETRO.COM

JOOP WWW.JOOP.COM

ATSUKO KUDO WWW.ATSUKOKUDO.COM

CASADEI WWW.CASADEI.COM

FENDI WWW.FENDI.COM

KARL L AGERFELD WWW.KARLL AGERFELD.COM

AURÉLIE BIDERMANN WWW.AURELIEBIDERMANN.COM

CÉLINE WWW.CELINE.COM

FORTE FORTE WWW.FORTE-FORTE.COM

L’ATELIER DU BRACELET PARISIEN WWW.ABPPARIS.FR

AZZARO WWW.AZZARO-COUTURE.COM

CHANEL WWW.CHANEL.COM

FRANCESCO RUSSO WWW.FRANCESCORUSSO.FR

L A PERL A WWW.L APERL A.COM

AZZEDINE AL AÏA WWW.AL AIA.FR

CHANEL JOAILLERIE WWW.CHANEL.COM

GABRIELE COL ANGELO WWW.GABRIELECOL ANGELO.COM

L ANCEL WWW.L ANCEL.COM

BALLY WWW.BALLY.COM

CHARLOTTE OLYMPIA WWW.CHARLOTTEOLYMPIA.COM

GEORGES HOBEIKA WWW.GEORGESHOBEIKA.COM

L AURENCE BOSSION WWW.L AURENCEBOSSION.COM

BALMAIN WWW.BALMAIN.COM

CHAUMET WWW.CHAUMET.COM

GIANVITO ROSSI WWW.GIANVITOROSSI.COM

LES COPAINS WWW.LESCOPAINS.COM

BAUME & MERCIER WWW.BAUME-ET-MERCIER.CH

CHLOÉ WWW.CHLOE.COM

GIORGIO ARMANI WWW.ARMANI.COM

LIU JO WWW.LIUJO.COM

BELL A FREUD WWW.BELL AFREUD.COM

CHOPARD WWW.CHOPARD.DE

GIRARD-PERREGAUX WWW.GIRARD-PERREGAUX.COM

LOEWE WWW.LOEWE.COM

BERENICE WWW.BERENICE.NET

CHRISTIAN LOUBOUTIN WWW.CHRISTIANLOUBOUTIN.COM

GIUSEPPE ZANOTTI DESIGN WWW.GIUSEPPEZANOTTIDESIGN.COM

LORENZ BÄUMER WWW.LORENZBAUMER.COM

BLUMARINE WWW.BLUMARINE.COM

CHRISTIANO BURANI WWW.CHRISTIANOBURANI.IT

GIVENCHY WWW.GIVENCHY.COM

LOUIS VUITTON WWW.LOUISVUITTON.COM

BONPOINT WWW.BONPOINT.COM

158

JUIN 2015

GOLD SIN WWW.GOLDSIN.COM


ADRESSES M.C.L WWW.MCLSHOP.COM.AU

RICHARD MILLE WWW.RICHARDMILLE.COM

MAISON BOINET WWW.MAISON-BOINET.FR

RICK OWENS WWW.RICKOWENS.EU

MAISON FABRE WWW.MAISONFABRE.COM

ROBERT CLERGERIE WWW.ROBERTCLERGERIE.COM

MAISON KITSUNÉ WWW.KITSUNE.FR

ROBERTO CAVALLI WWW.ROBERTOCAVALLI.COM

MAISON MARGIEL A WWW.MAISONMARGIEL A.COM

ROBERTO COIN WWW.ROBERTOCOIN.COM

MAISON MICHEL WWW.MICHEL-PARIS.COM

ROCHAS WWW.ROCHAS.COM

MAJE WWW.MAJE.COM

ROGER VIVIER WWW.ROGERVIVIER.COM

MANOLO BL AHNIK WWW.MANOLOBL AHNIK.COM

SAINT L AURENT WWW.YSL.COM

MARC JACOBS WWW.MARCJACOBS.COM

SALVATORE FERRAGAMO WWW.FERRAGAMO.COM

MARCHESA WWW.MARCHESA.COM

SAVELLI GENÈVE WWW.SAVELLI-GENEVE.COM

MARNI WWW.MARNI.COM

SERGIO ROSSI WWW.SERGIOROSSI.COM

MAURO GASPERI WWW.MAUROGASPERI.COM

SIMONE ROCHA WWW.SIMONEROCHA.COM

MAXIME SIMOENS WWW.MAXIMESIMOENS.COM

SIMONETTA RAVIZZA WWW.SIMONETTARAVIZZA.IT

BEAUTÉ

MÉL ANIE GEORGACOPOULOS WWW.MEL ANIEGEORGACOPOULOS.COM

SOPHIE BILLE BRAHE WWW.SOPHIEBILLEBRAHE.COM

ARMANI WWW.ARMANIBEAUTY.DE

M.A.C WWW.MACCOSMETICS.CH

MELISSA JOY MANNING WWW.MELISSAJOYMANNING.COM

STELL A MCCARTNEY WWW.STELL AMCCARTNEY.COM

BOBBI BROWN WWW.BOBBIBROWNCOSMETICS.COM

MARIONNAUD WWW.MARIONNAUD.CH

MESSIKA WWW.MESSIKA.COM

STUART WEITZMAN WWW.STUARTWEITZMAN.COM

CALVIN KLEIN WWW.CALVINKLEIN.COM

NARS WWW.NARSCOSMETICS.COM

MIU MIU WWW.MIUMIU.COM

THOMAS SABO WWW.THOMASSABO.COM

CHANEL WWW.CHANEL.COM

NUXE WWW.NUXE.COM

MONTAIGNE MARKET WWW.MONTAIGNEMARKET.COM

TOM FORD WWW.TOMFORD.COM

CL ARINS WWW.CL ARINS.COM

OPI WWW.OPISWISS.CH

MOSCHINO WWW.MOSCHINO.COM

TORY BURCH WWW.TORYBURCH.COM

CLINIQUE WWW.CLINIQUE.COM

RITUALS WWW.RITUALS.COM

MOURJJAN WWW.MOURJJAN.COM

TROIS POMMES WWW.TROISPOMMES.CH

DIOR WWW.DIOR.COM

SALVATORE FERRAGAMO WWW.FERRAGAMO.COM

MSGM WWW.MSGM.IT

TRUSSARDI WWW.TRUSSARDI.COM

ESSIE WWW.ESSIE.CH

SEBASTIAN WWW.SEBASTIANPROFESSIONAL.COM

NIKOS KOULIS WWW.NIKOSKOULIS.GR

VALENTINO WWW.VALENTINO.COM

ESTÉE L AUDER WWW.ESTEEL AUDER.COM

SENSAI WWW.SENSAI-COSMETICS.COM

PATEK PHILIPPE WWW.PATEK.COM

VAN CLEEF & ARPELS WWW.VANCLEEFARPELS.COM

GUERL AIN WWW.GUERL AIN.COM

SERGE LUTENS WWW.SERGELUTENS.COM

PIAGET WWW.PIAGET.CH

YOHJI YAMAMOTO WWW.YOHJIYAMAMOTO.CO.JP

ISSEY MIYAKE WWW.ISSEYMIYAKE.COM

SHISEIDO WWW.SHISEIDO.COM

PIERRE HARDY WWW.PIERREHARDY.COM

YVONNE LÉON WWW.YVONNELEON.COM

JEAN PAUL GAULTIER WWW.JEANPAULGAULTIER.COM

SISLEY WWW.SISLEY-PARIS.COM

PRADA WWW.PRADA.COM

ZADIG&VOLTAIRE WWW.ZADIG-ET-VOLTAIRE.COM

KÉRASTASE WWW.KERASTASE.CH

VALMONT WWW.EVALMONT.COM

PROENZA SCHOULER WWW.PROENZASCHOULER.COM

ZAGLIANI WWW.ZAGLIANI.COM

KURE BAZAAR WWW.KUREBAZAAR.COM

VICHY WWW.VICHY.CH

PUCCI WWW.EMILIOPUCCI.COM

ZANA BAYNE WWW.ZANABAYNE.COM

L’ORÉAL WWW.LOREAL-PARIS.CH

YVES SAINT L AURENT WWW.YSLBEAUTYUS.COM

RANI ZAKHEM WWW.RANIZAKHEM.COM

ZEF WWW.ZEF.EU

L A PRAIRIE WWW.L APRAIRIEGROUP.CH

RENÉ CAOVILL A WWW.RENECAOVILL A.COM

Daiane Sodré, photographiée par Ricardo Abrahao, porte MAXIME SIMOENS, DRIES VAN NOTEN et CHARLOTTE OLYMPIA. Retrouvez toute la série photo à partir de la page 74.

L ANCÔME WWW.L ANCOME.CH

JUIN 2015

159


STYLE

LE SAVIEZ-VOUS …

LA PERLA Quand lingerie et beach wear riment avec luxe italien : des standards élevés et une fabrication sur mesure font de La Perla une marque unique de lingerie hautement couture. P a r L E N A S TÄ H E L I

HAUTE COLLECTION En janvier 2015, La Perla lance la première collection « La Perla Atelier Collection ». Des mannequins comme Naomi Campbell présentent ces élégants modèles de lingerie lors lors des défilés Haute Couture à Paris. Sous la direction d’Emiliano Rinaldi, l’équipe de designers élabore une collection unique en son genre, qui ouvre la voie à un nouveau style de lingerie.

160

JUIN 2015

DESIGNER La Perla a été créée en 1954 en Italie par Ada Masotti, une couturière de talent et de courage. Durant ses premières années de carrière, Ada Masotti amasse des connaissances dans plusieurs ateliers de couture, où elle apprend notamment le métier de corsetière, qui fait encore aujourd’hui partie intégrante de la confection raffinée de l’enseigne.

BOUTIQUES/ADRESSES Le nouveau concept des boutiques La Perla a été développé par l’architecte italien Roberto Baciocci, qui a également mis au point les boutiques à couper le souffle de Prada et de Miu Miu. La priorité est donnée à une architecture italienne qui, par des couleurs féminines, des matériaux transparents et un éclairage agréable, crée une atmosphère reconnaissable et irrésistible. La Perla, Storchengasse 6, Zurich La Perla, rue du Rhône 106, Genève

PHOTOS: LA PERLA

DU SUR MESURE Le nouveau concept des boutiques La Perla est de proposer un service exclusif de confection sur mesure. Dans une salle VIP réservée à cet effet, une équipe compétente modèle la lingerie à même le corps. Décorées à l’or et aux cristaux de Swarovski, les pièces font l’effet d’une seconde peau. Un must pour la femme moderne.

CAMPAGNE 2015 Pour la troisième fois, la collection été sera immortalisée par les photographes Mert Alas et Marcus Piggott. La collection femme raconte l’histoire de la féminité sous toutes ses facettes et recèle des dessous de luxe qui conviennent à tous les styles de vie et trouvent leur place dans toutes les armoires. Tradition et modernité se répondent avec éclat.


Galleries | 303 Gallery | A | A Gentil Carioca | Miguel Abreu | Acquavella | Air de Paris | Juana de Aizpuru | Alexander and Bonin | Helga de Alvear | Thomas Ammann | Andréhn‑Schiptjenko | The Approach | Art : Concept | Alfonso Artiaco | B | von Bartha | Guido W. Baudach | Berinson | Bernier / Eliades | Fondation Beyeler | Daniel Blau | Blondeau | Peter Blum | Blum & Poe | Marianne Boesky | Tanya Bonakdar | Bortolami | Isabella Bortolozzi | BQ | Gavin Brown | Buchholz | Buchmann | C | Cabinet | Gisela Capitain | carlier gebauer | Carzaniga | Pedro Cera | Cheim & Read | Chemould Prescott Road | Mehdi Chouakri | Sadie Coles | Contemporary Fine Arts | Continua | Paula Cooper | Chantal Crousel | D | Thomas Dane | Massimo De Carlo | Dvir | E | Ecart | EIGEN + ART | F | Richard L. Feigen | Konrad Fischer | Foksal | Fortes Vilaça | Fraenkel | Peter Freeman | Stephen Friedman | Frith Street | G | Gagosian | Galerie 1900–2000 | Galleria dello Scudo | gb agency | Annet Gelink | Gerhardsen Gerner | Gladstone | Gmurzynska | Elvira González | Goodman Gallery | Marian Goodman | Bärbel Grässlin | Richard Gray | Howard Greenberg | Greene Naftali | greengrassi | Karsten Greve | Cristina Guerra | H | Michael Haas | Hauser & Wirth | Hazlitt Holland‑Hibbert | Herald St | Max Hetzler | Hopkins | Edwynn Houk | Xavier Hufkens | I | i8 | Invernizzi | Taka Ishii | J | Jablonka | Bernard Jacobson | Alison Jacques | Martin Janda | Catriona Jeffries | Johnen | Annely Juda | K | Casey Kaplan | Georg Kargl | kaufmann repetto | Sean Kelly | Kerlin | Anton Kern | Kewenig | Kicken | Peter Kilchmann | Klüser | Johann König | David Kordansky | Koyanagi | Andrew Kreps | Krinzinger | Nicolas Krupp | Kukje / Tina Kim | kurimanzutto | L | Lahumière | Landau | Simon Lee | Lehmann Maupin | Tanya Leighton | Lelong | Dominique Lévy | Gisèle Linder | Lisson | Long March | Luhring Augustine | M | Maccarone | Magazzino | Mai 36 | Gió Marconi | Matthew Marks | Marlborough | Barbara Mathes | Hans Mayer | Mayor | Fergus McCaffrey | Greta Meert | Anthony Meier | Urs Meile | kamel mennour | Metro Pictures | Meyer Riegger | Massimo Minini | Victoria Miro | Mitchell‑Innes & Nash | Mnuchin | Stuart Shave / Modern Art | The Modern Institute | Moeller | Jan Mot | Mark Müller | Vera Munro | N | nächst St. Stephan | Nagel Draxler | Richard Nagy | Helly Nahmad | Neu | neugerriemschneider | Franco Noero | David Nolan | Nordenhake | Georg Nothelfer | O | Nathalie Obadia | OMR | P | Pace | Maureen Paley | Alice Pauli | Perrotin | Petzel | Francesca Pia | PKM | Gregor Podnar | Eva Presenhuber | ProjecteSD | Proyectos Monclova | R | Almine Rech | Reena Spaulings | Regen Projects | Denise René | Anthony Reynolds | Rodeo | Thaddaeus Ropac | Andrea Rosen | S | SCAI | Esther Schipper | Rüdiger Schöttle | Thomas Schulte | Natalie Seroussi | Sfeir‑Semler | ShanghART | Sies + Höke | Sikkema Jenkins | Bruce Silverstein | Skarstedt | SKE | Skopia P.‑H. Jaccaud | Sperone Westwater | Sprüth Magers | St. Etienne | Nils Staerk | STAMPA | Standard (Oslo) | Starmach | Christian Stein | Luisa Strina | Micheline Szwajcer | T | Take Ninagawa | team | Tega | Daniel Templon | Thomas | Tschudi | Tucci Russo | V | Van de Weghe | Bob van Orsouw | Annemarie Verna | Vilma Gold | Vitamin | W | Waddington Custot | Nicolai Wallner | Washburn | Barbara Weiss | Michael Werner | White Cube | Jocelyn Wolff | Z | Thomas Zander | Zeno X | ZERO… | David Zwirner | Statements | Marcelle Alix | Laura Bartlett | Ellen de Bruijne | Bureau | Chert | James Fuentes | Grey Noise | Hannah Hoffman | JTT | Kraupa‑Tuskany Zeidler | Platform China | RaebervonStenglin | Société | Gregor Staiger | The Third Line | Wallspace | Feature | Arratia Beer | Aye | Borzo | Braverman | Luciana Brito | James Cohan | Raffaella Cortese | frank elbaz | Alexander Gray | Grieder | Kadel Willborn | Karma International | LEVY | Löhrl | Luxembourg & Dayan | Jörg Maass | Mendes Wood DM | Millan | MOT International | Parra & Romero | Peres Projects | Salon 94 | Jack Shainman | Barbara Thumm | Tilton | Tokyo Gallery + BTAP | Tornabuoni | Georges‑Philippe & Nathalie Vallois | Susanne Vielmetter | Wien Lukatsch | Edition | Brooke Alexander | Niels Borch Jensen | Alan Cristea | michèle didier | Fanal | Gemini G.E.L. | Helga Maria Klosterfelde | Sabine Knust | Lelong Editions | Carolina Nitsch | Pace Prints | Paragon | Polígrafa | STPI | Two Palms


©2014-2015 Harry Winston, Inc. #HWSECRETS

GENÈVE 42 RUE DU RHÔNE + 41 22 818 20 20 ST. MORITZ 24 VIA SERLAS + 41 81 832 23 57 HARRYWINSTON.COM

L'OFFICIEL No. 18, Juin 2015 – FULL VERSION  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you