Page 1

Charles Baudelaire écrit la mode cet hiver

LES FLEURS DU MAL MODE Lectures enfantines : les contes classiques mis en scène

CONTES ET COULEURS DESIGN

LFG s’associe à de grands noms cette saison

MODE & ÉVÈNEMENT EXCLUSIVITÉS


MEDIUM FASHION GALLERY POUR LES JEUNES ADULTES AUTOMNE/HIVER 2010-2011 PHOTOGRAPHIÉ PAR CARL-OSKAR LINNÉ ACNE / AMERICAN APPAREL / ANNIE GREENABELLE / A.P.C. A.P.C. MADRAS / CHEAP MONDAY / EDITIONS 0fr / FARAH FEIYUE / FISH AND CHIC / HUNTER / LE MONT ST MICHEL LEVI’S / NIKE 6.0 / PETIT BATEAU ADULTE / POLDER PYRENEX VINTAGE / SESSÙN / SOEUR / SPITFIRE TATTY DEVINE / TIMEX / VIVETTA / WOOD WOOD


ÉDITO

PAR MARIE SOUDRÉ-RICHARD Annette et Philippe, antiquaires, nous ouvrent leurs portes. Voilà l’histoire... Longtemps courtisés par des magazines de déco, Philippe et Annette, génies de la disposition, ont toujours refusé de laisser entrer une caméra dans leur monde étrange, leur cabinet de curiosités – curieux, mais vivant, apaisant. Les enfants ont appréhendé le lieu naturellement alors que nous, adultes, sommes restés timides, fascinés, ébahis. Ce couple à l’univers et au talent proches de ceux d’un Jacques Garcia vit en osmose avec la nature. Entre Philippe, Annette, le décor et les enfants,

une complicité immense s’est installée. Même ces esthètes libres et hors du monde se sont pris au jeu et ont plongé dans la richesse du stylisme imaginé par Clara. Surnaturelle, antinaturelle ou parfois naturelle, la lumière de Gaëtan Bernard magnifie les enfants – parachutés dans ce décor, fondus en lui et pourtant comme tombés du ciel. Invitées de nouveau, les spécialistes ès couleurs de l’agence Nacarat reprennent ce thème du naturel vs antinaturel – les couleurs naturelles rattachées à la nature vs les couleurs synthétiques, flash. Shootés en pleine nature (la logistique de ce photoshoot me vaudra sans doute une newsletter dédiée !!!), les univers design sont inspirés de contes enfantins revisités, à lire en famille, et dont les personnages revivent sous la plume de Clara. Pour photographier ces tableaux design, nous avons une nouvelle fois travaillé avec Carl-Oskar Linné, capteur de lumière et d’ambiance – un jour, je prendrai le temps

de vous raconter notre rencontre avec celui que nous appelons Carlus… Artiste déjanté, chercheur, concepteur, ami de Mattias Pettersson… qui vous donne rendez-vous page 30 pour un grand Jeu-concours ! Pour la première fois de son histoire, Agnès b. accepte de sortir de ses boutiques et nous confie ses vêtements culte – du gilet à pressions en passant par la marinière, la marque s’impose comme une évidence dans notre sélection. L’atelier de Santa – Noël n’est jamais loin de la rentrée… nous proposons des jouets et objets parfaitement complémentaires de l’offre grand public classique – plus éthique et original. Remplissez votre hotte en un clic ! Qui est cet enfant à la tête photocopiée sur la 4e de couverture ? Quel photographe se cache derrière Paul ? Paul face à Swirc, Swirc face à Paul – surnaturel, antinaturel ? Oui. Naturelle ? La complicité entre l’homme et le petit garçon. 3


ÉDITO AU LECTEUR MODE LA BEAUTÉ PRODUIT CULTE MAAN MODE L’IDÉAL PRODUIT CULTE NATHALIE VERLINDEN SHOPPING MODE MODE LE SERPENT QUI DANSE PRODUIT CULTE HUCKLEBONES MODE HARMONIE DU SOIR PRODUIT CULTE BAGHÈRE SHOPPING MODE SÉLECTION CHAUSSURES EXCLUSIVITÉS LFG LITTLE DENIM GALLERY SÉLECTION MANTEAUX LFG INVITE MATCHES FASHION LFG RENCONTRE ANNE VALÉRIE HASH LFG RENCONTRE APRIL SHOWERS BY POLDER LFG RENCONTRE TSÉ & TSÉ LOOK BOOK 4

3 5 6 9 10 13 14 16 19 20 23 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42

46 48 50 52 54 56 58 60 62 63 64 66 68 71 72 75 76 78 80 82

SÉLECTION MODE BÉBÉ LFG INVITE L’AGENCE NACARAT MOBILIER BARBE BLEUE MOBILIER HANSEL & GRETEL MOBILIER LE PETIT POUCET MOBILIER LE CHAT BOTTÉ MOBILIER BOUCLE D’OR ET LES TROIS OURS SÉLECTION JOUETS & DÉCORATION SÉLECTION NOËL PRODUIT CULTE ÉDITIONS CRITIQUES LIVRES SÉLECTION LIVRES EXCLUSIVITÉ AGNÈS B. MODE L’INVITATION AU VOYAGE PRODUIT CULTE KID BY PHILLIP LIM MODE SPLEEN PRODUIT CULTE LILI & THE FUNKY BOYS SHOPPING MODE ÉVÈNEMENT LFG LES ENGAGEMENTS LFG NOS MARQUES


AU LECTEUR PAR CLARA DAYET

Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ? Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! (Charles Baudelaire, Le Voyage ) Charles Baudelaire découvre ce nouveau par soustraction, allant vers ce qui n’a pas encore été exploré dans le domaine de la poésie. Il écrit Les Fleurs du mal. Dans le domaine de la mode enfantine ? L’envie de se soustraire à notre tour et de toucher du doigt, à notre échelle, ce nouveau. On plonge dans l’univers de cette incroyable maison où nous avons choisi

de photographier les enfants. Chaque place a sa chose, chaque chose a sa place ; les enfants trouvent la leur, posés naturellement – surnaturellement – par Gaëtan Bernard dans ce décor qui n’en est pas un. Et la poésie de Baudelaire ? Elle fleurit partout dans ce Little Fashion Book, elle est le fil doré qui lie les thèmes de collections de la saison. Il vous faudra lire les poèmes pour apprécier les histoires et comprendre qui est qui. Et vos enfants aussi ! J’ai écrit ces mini contes en pensant à eux : les icônes du poète s’humanisent, ils s’ennuient et crient. Ils vivent. Ils côtoient, côté mobilier, la sorcière de la rue Mouffetard et un dodu Barbe bleue. L’Albatros est une chaussure ailée. À vous de plonger, ou plutôt de replonger ; car au fond de l’Inconnu – vous l’avez forcément une fois récité – tout n’est qu’ordre, calme et volupté… Bonne lecture à tous ! 5


LA BEAUTÉ

Il était une fois la Beauté. La Beauté vit au dernier étage d’un immeuble, au cœur d’une grande ville embouteillée. La Beauté collectionne les miroirs, les tableaux et les antiquités. Tout est disposé minutieusement, mis en scène, puis figé. Parallèlement ou perpendiculairement à son humeur et à équidistance de son fauteuil. Puis, elle s’assoit et contemple. La Beauté déteste le mouvement qui déplace les lignes. Lorsque le Rêve de pierre touche à ses affaires, elle fronce les sourcils. Mais son front, lui, reste lisse. En la connaissant bien, on devine qu’elle est terriblement mécontente. La Beauté trône dans cet appartement, elle sort rarement. Elle est impérieuse et maussade. Jamais elle ne pleure, jamais elle ne rit. Elle boude. Elle joue les muettes, et cela ennuie le Poète. Il voudrait discuter, se lancer dans de grands débats d’actualité, mais lorsque la Beauté ouvre la bouche, elle pose des devinettes. On sonne à la porte. C’est le Rêve de pierre. Qui est-ce qui a une petite tête et qui pique ? lui demande la Beauté en ouvrant de grands yeux. Le Rêve de pierre ne répond pas et installe un jeu d’échec sur la table. La Beauté le regarde. Elle pense qu’il est encombrant, trop large, trop grand. Il n’a pas compris sa devinette. Ou il fait celui qui, malpoli. Elle pense qu’elle ne devrait pas ouvrir la porte à ceux qui ne répondent pas à ses questions. Elle a copié l’idée sur un livre de mythologie. Cette idée la ravit. Maintenant, elle s’ennuie. Elle aimerait jouer aussi. Le Poète le lui propose mais elle détourne la tête. Elle se retrouve face au mur à cause de lui. Elle entend la porte qui claque. Son menton revient dans sa position initiale, du coup, ils sont partis. Lorsqu’ils reviendront, elle reposera sa devinette. S’ils ne répondent pas, elle les chassera. Vite, elle s’entraîne à tordre la bouche méchamment. Pas évident.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème La Beauté de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photos : Gaëtan Bernard 6


Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre, Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour, Est fait pour inspirer au poète un amour Éternel et muet ainsi que la matière. Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ; J’unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes ; Je hais le mouvement qui déplace les lignes, Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris. Les poètes, devant mes grandes attitudes, Que j’ai l’air d’emprunter aux plus fiers monuments, Consumeront leurs jours en d’austères études ; Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants, De purs miroirs qui font toutes choses plus belles : Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles ! « La Beauté », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 7


MAAN

PRODUIT CULTE


L’IDÉAL

L’Idéal cavale. Elle court, elle dérape, elle a les joues qui brûlent. Les papillons de son chapeau volent dans tous les sens, c’est pire que des moustiques. Ils s’agitent de la voir s’agiter. Elle les balaye d’un revers de main, ils l’empêchent de se concentrer. Elle essaye de se remémorer ce qu’elle a fait depuis ce matin. À cinq heures, elle s’est levée, réveillée par un moineau trop bruyant, elle a mangé une biscotte et enfilé sa robe, elle s’est pomponnée activement. Il lui manque des éléments. Elle a tout retourné, elle a refait chaque pas dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour ne rien oublier. À cinq heures, elle l’avait dans les mains. Et maintenant, les mains sur la figure, elle jure comme un poissonnier. Je n’ai rien à voir avec cette histoire, rétorque la petite Nuit qu’on vient de soupçonner. L’Idéal se tourne vers Michel-Ange. Il secoue la tête avec nonchalance. Bande d’impotents, siffle-t-elle. Elle trousse énergiquement les pans de sa robe et gronde qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Tandis qu’elle se dirige vers la porte, la petite Nuit continue à chercher sous chacun des objets, vérifie l’intérieur des vases et soulève les tapis. L’Idéal est dans la paille. Michel-Ange ose une réflexion, impliquant une aiguille et une botte de foin. L’Idéal lui jette un regard noir. Elle cherche, monte et descend, creuse et empile. Rien. Elle est venue ici ce matin, prendre deux brins pour nouer un ravissant bouquet de roses qu’elle a ensuite mis sur la fenêtre. Le bouquet ! Elle rebrousse chemin en courant, laissant ses deux acolytes abattus sur une botte. Frénétique, elle épile les fleurs une à une, répandant sur le sol une avalanche de pétales. Elle trépigne. Elle s’énerve. Car parmi ces pâles roses, elle ne peut trouver son Rouge idéal.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème  L’Idéal  de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photos : Gaëtan Bernard 11


Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes, Produits avariés, nés d’un siècle vaurien, Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes, Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien. Je laisse à Gavarni, poète des chloroses, Son troupeau gazouillant de beautés d’hôpital, Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal. Ce qu’il faut à ce cœur profond comme un abîme, C’est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime, Rêve d’Eschyle éclos au climat des autans ; Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange, Qui tors paisiblement dans une pose étrange Tes appas façonnés aux bouches des Titans ! « L’Idéal », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 12


NATHALIE VERLINDEN PRODUIT CULTE


LA BEAUTÉ

TENDANCE BLANCHE-NEIGE

Sur la banquise gelée, défilent pingouins en manteau de laine et ours polaires couverts d’angora. Le Grand Nord balaye les couleurs, préférant jouer à cache-cache avec les matières. On pousse les contrastes en mixant lainages velus et matières luisantes comme des glaçons. Les silhouettes monochromes autorisent un gris pour chaque partie : le blanc choisit une teinte buée, le noir se tourne naturellement vers un coloris suie. Notre Beauté au cœur de neige arbore quant à elle du tulle vaporeux. Une bise glacée saupoudre les jupons de paillettes irisées ; ces derniers se portent longs, jusqu’aux pieds cette saison. Ballet de cygnes graciles et Rose-Blanche haut perchée. 14

Robe en mohair Finger in the Nose

Coiffe papillon Le Tour de Force

Manteau en tweed Caramel Baby & Child

Legging brillant Finger in the Nose

Jupon en tulle Luco

Pantalon en velours côtelé Finger in the Nose

Col en fausse fourrure Little Marc Jacobs

Blouse smockée Tuss

Robe imprimé fleurs Maan

Ballerines en daim April Showers

Robe en soie Maan


L’IDÉAL

TENDANCE CASSE-NOISETTE

Manteau en astrakan Anne Valérie Hash Mademoiselle

Robe en toile Lili & the Funky Boys

Coiffe pièce montée Le Tour de Force

Gants en cuir et astrakan Anne Valérie Hash Mademoiselle

Veste zippée en laine Lili & the Funky Boys

Robe en dentelle ajourée Max & Lola

Pull en cachemire Luco

Cardigan poche nuage Kicokids

Cardigan bicolore Max & Lola

Chaussures en cuir bicolore Nathalie Verlinden

Jupe en tweed Anne Valérie Hash Mademoiselle

Le bal des feuilles mortes en costume d’Automne invite l’Astrakan à orner les manteaux et les paires de gants. L’élégante fourrure adopte une couleur bistre et joliment moirée, s’accordant parfaitement à la gamme des marrons qu’on aimera glacés, tabac ou encore brou de noix. Et des noix, parlons-en : on mime la nervure des coquilles avec un pied de poule ou une maille chinée, tricotée très serrée. Les textures des vêtements sont riches – juxtaposées, elles se répondent. De la coquille au coquillage, on gagne en goût iodé : gris perle et bleu flaque d’eau viennent adoucir la palette colorée. La Fée Dragée ponctue le bal d’un rose corail vif ; envolée de papillons en sucre. 15


Que j’aime voir, chère indolente, De ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! Sur ta chevelure profonde Aux âcres parfums, Mer odorante et vagabonde Aux flots bleus et bruns, Comme un navire qui s’éveille Au vent du matin, Mon âme rêveuse appareille Pour un ciel lointain. Tes yeux où rien ne se révèle De doux ni d’amer, Sont deux bijoux froids où se mêlent L’or avec le fer. À te voir marcher en cadence, Belle d’abandon, On dirait un serpent qui danse Au bout d’un bâton. Extrait de « Le Serpent qui danse », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 16


LE SERPENT QUI DANSE

Le roi Serpent se prélasse. Il se peigne. Il admire sa chevelure nacrée, ses boucles qui ondulent joliment. Il fredonne une chanson qu’il connaît par cœur, mais sa langue fourche parfois. Il se reprend immédiatement, bon élève. Il imagine que sa voix est agréable à entendre, elle le berce. On l’aime parce qu’il est Roi – mais l’aime-t-on pour sa voix ? On lui vante sa peau, élégamment marbrée, ou ses écailles, qu’il fait volontairement briller. À la prochaine apparition, il chante, c’est décidé. Apaisé, il bâille. La Paresse se bouche les oreilles discrètement. Ce sifflement est insupportable. Elle se demande si le son qui sort de la bouche du Roi ressemble plus à une sirène à incendie exténuée ou à la voix d’une cigale enrouée. La Paresse reste dans un coin. Elle est la muse du Roi mais n’aime pas ce métier. Lorsqu’elle marche avec lui, c’est avec mollesse, alors que dans la vraie vie, elle est pleine d’énergie. Elle agite lentement une longue branche de palmier au dessus de la tête du Roi. On dirait un serpent qui danse au bout d’un bâton, pense-t-elle. Les yeux mi-clos, il bâille. La Mue observe. Elle est cachée plus loin, derrière un pot en terre. Elle est minuscule et agile. À petites foulées, elle rejoint un panier en osier. La Mue se dissimule car son arrivée est généralement liée au hasard, à la surprise. Elle est là ou on ne l’attend pas. Il y a bien sûr des saisons. Mais cette Mue-là ne s’y fie pas. Elle observe le Roi. C’est son tour aujourd’hui. Elle le connaît de réputation. Elle sait qu’il ne laissera pas facilement tomber cette jolie peau qu’il arbore fièrement. Et pourtant, cette dernière a fait son temps. La Mue sera intransigeante à ce propos. Il lui faudra être rapide. Faire diversion. Elle bondit.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème  Le Serpent qui danse  de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photos : Gaëtan Bernard 17


HUCKLEBONES PRODUIT CULTE


HARMONIE DU SOIR Dehors, il fait un temps morose. Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir, soupire la Valse mélancolique. Elle se tient debout, devant la grande cheminée, elle regarde la fenêtre. À côté d’elle, Mme Pervenche est assise, raide comme un piquet, son chignon tiré à quatre épingles. Elles ont préparé le thé plus tôt dans la journée. Le balancier de l’horloge sonne lourdement quatre heures. La Fleur apparaît dans un nuage de fumée, tournoyant sur elle-même. Les cheveux en bataille, la bouche grande ouverte, la robe encore gonflée par le voyage, elle s’époussette. Rompant le silence de sa voix théâtrale, elle annonce : « Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ! » Les deux autres approuvent d’un mouvement de tête. La Fleur ouvre une valise en carton. L’Arc de Triomphe !, hurle-t-elle en brandissant une vieille carte postale. Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige. La Valse mélancolique sert le thé et tend une tasse à Mme Pervenche. Celle-ci la remercie. Chaque Fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir, chuchote-t-elle. De son côté, la Fleur s’époumone, fait de grands gestes, raconte ses épopées. Elle s’empare d’une babiole en porcelaine et l’agite dangereusement au-dessus du sol. Mme Pervenche tourne la tête vers elle. La babiole se brise dans un bruit sourd, masqué par l’éclat de rire strident de la Fleur. Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige. Mme Pervenche balaye les morceaux de porcelaine vigoureusement. Dans son élan, elle balaye les pieds de la Fleur, qui se met à pousser de grands cris. Elle prend un air vexé. Mal reçue, elle dit. Elle se lève, se met debout sur le fauteuil, remue le bout de son nez. Et dans un nuage de poussière, elle disparaît. La Valse mélancolique acquiesce : chaque Fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir, répète-t-elle doucement. Elle regarde le feu s’éteindre et prend une gorgée de thé.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème  Harmonie du soir  de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photos : Gaëtan Bernard 20


Voici venir les temps où vibrant sur sa tige Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ; Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ; Valse mélancolique et langoureux vertige ! Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ; Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige ; Valse mélancolique et langoureux vertige ! Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir. Le violon frémit comme un cœur qu’on afflige, Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir ! Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir; Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige. Un cœur tendre, qui hait le néant vaste et noir, Du passé lumineux recueille tout vestige ! Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige... Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir ! « Harmonie du soir », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 21


BAGHÈRE PRODUIT CULTE


LE SERPENT QUI DANSE TENDANCE MILLE ET UNE NUITS

Danse du ventre de petits plis plats nacrés. Ondulant sur la peau, se chevauchant joliment, les excroissances de tissu s’organisent en strates. Le rose langoustine se délave, flirte avec le parme et se tourne finalement vers un violet lavande, couvert de scarabées. On mixe les coupes étriquées aux volumes organiques : les épaules s’exagèrent, les jupes gonflent, la silhouette se structure, mutante et contemporaine. Et si on ne devait garder qu’un motif animalier cette saison, ce serait le python : il s’introduit par touche sur un caleçon très moulant, s’imprime sur une fausse fourrure à poils longs. Mue d’hiver en peau lainée : Ziggy l’aimera noire, coupe perfecto parfaitement ajustée. 24

Broche David Bowie Yazbukeyt

Robe imprimé scarabée Antik Batik

Robe en soie Chloé

Perfecto en cuir et mouton Finger in the Nose

Boléro en fourrure imprimée Antik Batik

T-shirt épaules structurées Kicokids

T-shirt uni Popupshop

Caleçon imprimé reptile Antik Batik

Jupe à plis superposés Kicokids

Jean coupe slim Finger in the Nose

Robe application ballons Bang Bang Copenhagen


HARMONIE DU SOIR

TENDANCE FANTASIA

Manteau en drap de laine Paul Smith Junior

Robe en soie imprimée Hucklebones

Cardigan imprimé fleurs Paul Smith Junior

Cadre et papillons en crochet Œuf

Cardigan en laine chenille Fafa Tokyo

Robe imprimé fleurs Paul Smith Junior

Robe à collerette Caramel Baby & Child

Robe imprimé fleurs Caramel Baby & Child

Babies en cuir Start-rite

Collants à côtes Luco

Cabas en fausse fourrure Fafa Tokyo

Dans la Petite Boutique des horreurs, on cultive les fleurs d’hiver. La tendance est à l’expérimentation : à l’aide d’une pipette, on teinte les bourgeons au bleu de méthylène, on suit l’éclosion d’étranges spécimens. On cherche la fleur démesurée, l’abondance de pétales qui créera l’imprimé ; on superpose, on illusionne, on trompe l’œil. Les crocus jaune fluo s’associent aux perce-neige violine – le bouquet est chimique, poétique. Quant aux matières, elles sont mousseuses : de la laine chenille s’échappe d’une éprouvette ! Et à la place d’une blouse, un manteau rose fuchsia, terriblement graphique. On joue les savants. Au mur du laboratoire, on épingle des papillons – en laine évidemment. 25


26 L’Albatros : ballerine Petite Maloles ; le matelot verni : derbie Petite Maloles ; l’équipage (de gauche à droite) : mocassin Start-rite, bottine Petite Maloles, derbie dorée Petite Maloles, babies argentées Petite Maloles, ballerine souris à studs Little Marc Jacobs, sneaker montante à scratchs Little Marc Jacobs, bottine imprimé léopard Antik Batik, bottine en cuir jaune Nathalie Verlinden ; les mains : porte-miroirs Tsé & Tsé ; le décor : poster Marina Vandel.


L’ALBATROS

SÉLECTION CHAUSSURES

Bottes de pluie Zoom

Bottes en cuir Zef

Bottes de pluie Hunter

Bottines en cuir Nathalie Verlinden

Chaussures à boucles Pépé

Chaussures en daim Pépé

Babies en daim April Showers

Chaussures à boucles Start-rite

Babies en cuir Pépé

Chaussons à brides Zef

Chaussons en coton organique Victoria Christmas

Chaussons à scratchs Tip Toey Joey

Souvent pour s’amuser, les hommes d’équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Puis lancent dans le ciel des mètres de cordage, Qui s’enroulent lentement autour de leurs ailes. On raconte qu’un jour, un matelot verni, Sauta pour attraper le prince des nuées. Les petits doigts des autres tous pointés vers lui, Le malheureux échoue et se retrouve trempé. L’Albatros est ravi, perché sur son nuage, Il contemple de haut les pieds de l’équipage Et se pavane gaiement dans son cuir argenté. Je suis Poète, dit-il, et leur fait un pied de nez.

Vers en italique tirés de « L’Albatros », Charles Baudelaire. Mise en scène et texte : Clara Dayet Photo : Carl-Oskar Linné 27


TSUMORI CHISATO x PETIT BATEAU

Photos : Carl-Oskar Linné et Style.com

AVANT-PREMIÈRE LFG

«TSUMORI CHISATO, PLUS QU’UNE CRÉATRICE, UNE SOMNAMBULE ROMANTIQUE, QUI BRODE DES VOYAGES ONIRIQUES, ÉCLAIRÉS D’ÉTOILES ET DE PETITS CHATS, SUR DES VÊTEMENTS » STYLE.COM


FINGER IN THE NOSE x LFG

BESACE EXCLUSIVE

Photos : Carl-Oskar Linné

« NOS DÉVELOPPEMENTS EXCLUSIFS SONT DEVENUS UN RENDEZ-VOUS » FTN & LFG


JEU CONCOURS

Panique dans le théâtre de la Little Denim Gallery ! Mais que se passe-t-il ? Connecte-toi à la page « Jeu-concours » sur notre site, l’auteur de l’histoire la plus drôle gagnera 1 an de denim et le jouet de son choix !

30


31

Illistration : Mattias Pettersson pour Little Fashion Gallery


LE MASQUE

SÉLECTION MANTEAUX La véritable tête, et la sincère face Renversée à l’abri de la face qui ment. Dans la doublure d’une manche, On cherche pile qui se cache Dans la poche du devant, Son double, inversement. Les manteaux grimpent le long D’une grande corde dorée, Essayant vainement de vouloir dépasser Ce reflet encombrant, cette demi-amie, Ce mensonge collant. Levant les yeux au ciel, Le regard endurci, Ils essayent de comprendre Ce qui nous a pris, De les couper en deux, de les placer ainsi.

Vers en italique tirés du « Masque », Charles Baudelaire. Mise en scène et texte : Clara Dayet Photos : Mary-Swann de Oliveira 32


33

(de gauche à droite) premier double : doudoune Finger in the Nose, teddy American College USA ; deuxième double : cape La Petite Luce ; blouson Anne Valérie Hash Mademoiselle ; troisième double : doudoune imprimée Paul Smith, caban Zef ; quatrième double : manteau Anne Valérie Hash Mademoiselle, manteau Little Marc Jacobs ; cinquième double : manteau Maan, manteau Bellerose ; sixième double : manteau Chloé, parka Chloé ; septième double : parka Imps&Elfs, caban Paul Smith.


MATCHES FASHION LFG INVITE

Cette saison, c’est Lisa Gardener, la rédactrice mode du site internet de mode adulte matchesfashion.com qui nous livre sa vision des dernières collections. Nous partageons avec Matches Fashion un œil pointu et une passion commune : la mode. Pour découvrir les plus jolies marques de prêt-à-porter haut de gamme pour adultes, rendez-vous sur matchesfashion.com !

TRÈS ANGLAIS… TENDANCE TOWN & COUNTRY D’habitude, je préfère les collections d’été à celles d’automne. Ces collections sont mon petit remontant ; je suis immédiatement attirée par les couleurs vives, les imprimés vibrants, la fluidité des soies. Mais cette saison, les défilés m’ont fait changer d’avis sur la question. 34

En découvrant les collections de cet automne/hiver, j’étais ravie. La tendance vague à l’âme, teintes humides et idées noires enfin mise au placard, j’assiste à l’émergence d’une superbe couleur kaki, définitivement automnale, habillant d’enveloppants manteaux et mettant en valeur une collection d’accessoires intemporels, ou tout au moins dignes d’être portés par les générations futures. Les petits aimeront forcement les gammes de couleurs chaudes associées, mêlant orange délavé et bleu marine, rose poudré et gris réchauffés. Si on ne devait citer qu’une tendance cette saison, ce serait la déferlante Country Heritage ; je n’ai jamais été aussi emballée par le retour du camel sur la scène mode. On l’apprécie chez Chloé, Céline ou encore MaxMara, avec des looks frôlant la perfection, ou teintant les cols de luxueuses laines sur un trench et un blouson aviateur Burberry Prorsum ; enfin, la couleur se réinvente chez Marc Jacobs


Erdem

Burberry Prorsum

« SI ON NE DEVAIT CITER QU’UNE TENDANCE CETTE SAISON, CE SERAIT CELLE DU COUNTRY HERITAGE. »

en une version tweed peu conventionnelle. Et côté accessoires, cela donne de somptueuses bottes en cuir Yves Saint Laurent – quant aux sacs structurés chez Céline et Chloé, ils seront, je n’en ai aucun doute, un bon investissement.

Et si souvent il est difficile de lier les tendances adulte à celles des enfants, c’est l’exception qui confirme la règle ; les petites filles adopteront le tricot jacquard et les collants à côtes façon Givenchy, et se damneront à coup sûr pour un manteau coupe princesse en hommage au dernier défilé Marc Jacobs. Et pour les garçons, j’ai un petit faible pour le look de William qui, il faut bien l’avouer, correspond parfaitement aux tendances de cet hiver ! Ne seront-ils pas craquants avec un manteau en tweed, un short et une veste en laine tricotée ? J’attends de voir ça avec impatience ! Les looks sont plus traditionnels, un peu old fashioned, et c’est tellement chic ; cela me fait

Chloé

Yves Saint Laurent

Un look hybride, convenant au bureau comme pour les week-ends à la campagne, un bon compromis entre une silhouette casual et la dernière définition de l’ultra chic.

penser aux contes anciens, aux livres d’illustrations qu’on lit à la campagne, au coin d’un feu crépitant… Pour résumer, l’humeur est au cocooning, où l’on se bichonne soi-même par le biais d’une garde-robe simple et automnale, mais travaillée dans le sens du détail. Comme vous l’avez vu, les options sont infinies. Ça tombe bien, car c’est exactement ce que l’on avait envie d’entendre, les petits comme les grands ! Lisa Gardener, rédactrice mode chez Matches Fashion www.matchesfashion.com 35


ANNE VALÉRIE HASH LFG RENCONTRE

Dans l’A.D.N. de la marque, raconte Anne Valérie, il y a la transformation. Redonner un sens à l’exercice, ajoute-t-elle. C’est le plus naturellement du monde qu’elle prend ses ciseaux et taillade dans le pyjama d’Albert Elbaz pour sa dernière collection. Un hommage. La designer manipule, réinvente, pour, encore une fois, donner un sens. Le pyjama devient une doublure, dans un esprit cocon. La marinière de Gaultier devient un col, la robe de Bettina Rheims passe par la maison Massaro et se transforme en une paire de bottes.

PORTRAIT C’est dans ce lieu incroyable, l’ancien café Marguery, qu’Anne Valérie Hash nous reçoit ; au mur, les mosaïques dorées et ondulées s’accordent joliment aux paillettes de la dernière collection Couture. Lorsqu’elle s’est lancée, Anne Valérie Hash avait besoin d’une force masculine dans ce milieu où peu de femmes réussissent : en utilisant comme base des vêtements empruntés au vestiaire de l’homme et en y ajoutant sa féminité, elle réussit à s’imposer naturellement. La designer a besoin d’expliquer, d’écrire, de conceptualiser. Lorsqu’elle rencontre Lou Lisa Lesage, c’est une évidence : la petite fille devient sa muse. En moulant les vêtements sur le corps de l’enfant, elle crée une garderobe androgyne, jonglant entre la structure des coupes et la poésie des étoffes. 36

ATELIER DE CRÉATION

« LES COLLECTIONS ANNE VALÉRIE HASH MADEMOISELLE ? MOINS CONCEPTUELLES, PLUS JOVIALES, PLUS DOUCES ET ROMANTIQUES… »

Tenue exclusive créée pour LFG, automne/hiver 2010-2011

Pour les collections enfant de la marque, Anne Valérie reprend son souffle : moins conceptuelles, plus joviales, plus douces et romantiques, dit-elle. Tout en gardant la poésie de ses aînées.


PENDULE Clara : Une source d’inspiration singulière ? Anne Valérie : Tout, rien, une fleur. Un vêtement intemporel ? Une blouse. L’usure du coton sur la peau. Une couleur ? Le noir. Un artiste ? Picasso. Pour chaque collection, je regarde son travail : les couleurs, les formes, la vision tridimensionnelle. Un film culte ? La Leçon de piano, Magnolia… et d’autres ! Une icône ? Marilyn Monroe. Inspirée par Coco Chanel ! Un dilemme, tout le concept de ma marque. Un compromis entre les deux : une féminité exacerbée et un côté masculin affirmé. Une marque que vous admirez ? Alaïa, le maître. Et Yamamoto. Ils sont complètement opposés mais ce sont deux poètes. Un projet ? La couture 2011. Encore un concept basé sur l’échange, mais je ne peux pas en dire plus !

Interview de Clara Dayet Propos recueillis par Clara Dayet et Caroline Nedelec Photos : Carl-Oskar Linné 37


APRIL SHOWERS BY POLDER LFG RENCONTRE

ARRÊT SUR IMAGE Polder, littéralement terre endiguée, ou une influence nordique assumée. Madelon et Natalie, ni totalement françaises ni vraiment néerlandaises, ont conservé de leurs études en France une certaine créativité, et de leur Hollande natale une volonté d’aller à l’essentiel. Après une dizaine d’années d’expérience dans le milieu de la mode parisienne, chez Hermès ou Anne-Marie Beretta, ces deux sœurs de sang comme de cœur lancent leur propre marque : une collection de sacs structurés et épurés, aux gammes de couleurs toujours recherchées. Dix ans, quelques enfants, et beaucoup de maturité plus tard, Polder donne naissance à April Showers, une ligne enfant déclinée des collections femme, où imprimés et liberté prennent le dessus. 38


ATELIER DE CRÉATION

INSTANTANÉS

Natalie regarde beaucoup, et absorbe autant : une peinture définit une ambiance, une photographie est prétexte à une gamme de couleurs. Un métier d’artiste, qui ressemble parfois à celui d’un équilibriste, car on jongle entre les attentes d’une clientèle fidèle depuis déjà dix ans, et les envies d’une saison, nous explique Natalie. Le même sourire aux lèvres, elles nous racontent leur volonté de porter certains produits jusqu’à maturité, pour ne plus s’en séparer, et avouent une tendresse particulière pour la ballerine, qu’elles réinterprètent depuis déjà six saisons.

Caroline : Votre mère en un mot ? Les deux : Amour. Une icône ? Madelon : Jane Birkin pour son côté très androgyne, en toute simplicité. Un accessoire intemporel ? Natalie : ma montre. Je l’ai oubliée aujourd’hui et je me sens toute nue ! Madelon : une montre, que l’on se donnerait de mère en filles. Une période de l’histoire qui vous inspire ? Les deux : en ce qui concerne le design, la modernité des années 1930 et 1950. Une couleur ? Natalie : plutôt qu’une couleur en particulier, j’aime les demi-teintes et les

« À DEUX, TOUT EST PLUS RASSURANT. » Quant on leur demande de nous parler du travail entre sœurs, elles échangent un regard complice. Entre deux éclats de rire, on comprend l’écho parfait, le ping-pong permanent d’idées. À deux, tout est plus rassurant.

contrastes. Madelon : un jaune citron, allié à une harmonie de blanc et de moutarde. Chez moi, j’en ai peint des murs entiers ! Un artiste ? Natalie : Fanny Vanoye, pour les couleurs sublimes de ses peintures. Un véritable coup de cœur. (ndlr fannyvanoye.com) Madelon : Marc Rothko, une référence beaucoup plus classique. J’admire aussi beaucoup le travail de certains illustrateurs. Un film culte ? Natalie : ceux des frères Coen. Une marque ? Madelon : Akira, un créateur japonais qui fait un travail extraordinaire ; ce ne sont plus des vêtements, mais de la poésie ! Un projet en cours ? Madelon : plein ! Peut-être une boutique, ou une troisième ligne. Un rêve ? Madelon : plus de temps pour regarder, flâner et voyager. Et un petit cabanon, sur la plage, les pieds dans l’eau ! Natalie : du temps libre… Un mois de travail puis un mois de vacances !

Interview rédigée par Caroline Nedelec Propos recueillis par Caroline Nedelec et Clara Dayet Photos : Carl-Oskar Linné 39


TSÉ & TSÉ

LFG RENCONTRE PHOTOMATON Au commencement de Tsé & Tsé et sans passer par la case départ on trouve : tout un tas d’idées, des tubes à essais, un trophée cassé, un éclat de rire, le Vase d’avril et beaucoup de fierté. Le Vase d’avril ? Un vase en accordéon, composé de tubes articulés et créé avec intuition il y a plus de quinze ans par les deux associées, designers de formation. Catherine Lévy et Sigolène Prébois aiment les objets intelligents, pratiques, polyvalents. Tsé & Tsé est avant tout un laboratoire d’idées : les objets imaginés ont une identité, une personnalité. Ne cherchez pas de cohérence, la cohérence c’est qu’il n’y en a pas : les objets ne se ressemblent pas, ils leur ressemblent. Ils appartiennent au Bazar Tsé & Tsé !

ATELIER DE CRÉATION Catherine et Sigolène travaillent à l’intuition, à l’émotion ; telle une paire d’As, elles fonctionnent en tandem et la création de nouveaux objets passe par un échange d’idées sacrément saugrenues. À l’origine d’un projet, un accident. Un objet non approprié, idiot ou moche, et l’envie de le transformer, de l’interpréter, raconte Catherine.

« NE CHERCHEZ PAS DE COHÉRENCE, LA COHÉRENCE C’EST QU’IL N’Y EN A PAS. » Des interventionnistes averties, nourries par les voyages et une imagination débordante, des touche-à-tout qui aiment autant travailler la lumière que la porcelaine, avec une envie commune, celle de l’anticalibrage. On l’aura compris : les Tsé & Tsé cultivent l’originalité sur leurs cheveux comme dans leur métier. Pour s’amuser, pour ne jamais s’ennuyer, pour s’occuper, pour plaire.


PING-PONG Clara : Votre rencontre ? Sigolène : on a toutes les deux pensé que c’était fou de trouver quelqu’un d’aussi dingue que soi ! Catherine : on s’est reconnues. Un grand moment ? Sigolène : la création du Vase d’avril, devant nos quatre yeux ébahis. On s’est dit que c’était super, on a dansé ! Une source d’inspiration singulière ? Sigolène : les rencontres. Comme ce jeune qu’on a rencontré et qui a voulu faire une musique en faisant tinter tous nos objets ! (ndlr la musique de leur site tse-tse.com) Un lieu incontournable ? Catherine : les marchés aux puces, les marchés tout court. Le design en un mot ? Sigolène : l’usage et le plaisir. Catherine : le plaisir et l’usage. Une couleur ? Catherine : toutes, sans exception. Beaucoup de nos objets sont sans couleur car c’est souvent ce que l’on met dedans ou à côté qui crée la couleur. Un livre ? Sigolène : la BD que j’ai écrite et qui devrait sortir à la rentrée : Version Live aux éditions P.O.L. Catherine : Quitter

Dakar, de Sophie-Anne Delhomme. Un objet culte ? Les deux : le Vase d’avril ! Un projet qui prend du temps ? Catherine : devenir belles, sages et riches ! Un rêve ? Sigolène : ne jamais s’ennuyer, ne jamais refaire la même chose. S’amuser !

Interview rédigée par Clara Dayet Propos recueillis par Clara Dayet et Caroline Nedelec Photos : Carl-Oskar Linné


T-shirt et cardigan Acne Jean Finger in the Nose Chaussures Start-rite

Chapeau et cape Hucklebones T-shirt et broche nœud Kicokids Jean Acne Chaussures Pépé

Sous-pull Loppa Chemise en jean Acne Pantalon et bottes Finger in the Nose

42

Pyjama Petit Bateau

Marinière et veste Petit Bateau Jean Acne Chaussures Snook

Manteau, marinière et jean slim Agnès b. Chaussures Start-rite


Polo Tuss Cardigan Max & Lola Jean Finger in the Nose Moccasins Start-rite

T-shirt Tuss Pull American Outfitters Jean Agnès b. Mocassins Pépé

Cardigan Petit Bateau Jupe et collants Marucho Babies Pépé

Cardigan et collants Marucho T-shirt et jupe Muchacha Babies Start-rite

Combi-short Loppa Manteau et collants Tuss Chaussures Start-rite

43


Pyjama Petit Bateau

Blouse, short et collants Tuss Chaussures Start-rite

44

T-shirt Tuss Jogging Loft Design by Chaussures Snook

Robe Loppa Chaussures Start-rite

Écharpe Max & Lola Doudoune Finger in the Nose Pantalon Petit Bateau Chaussures Start-rite


OÙ EST PAUL ? LOOK BOOK

Trouve les quatre lièvres. Ils courent ! Où est Paul, le petit garçon à lunettes ? Paul s’est déguisé en super-héros. Trouve-le. Trouve un putois mécontent. Une abeille en collants s’est glissée dans l’image. La vois-tu ? Trouve un kangourou à lunettes de soleil. Sacré Paul, il s’est déguisé en dompteur ! Trouve-le ! Il y a un croissant quelque part… Trouve les trois dalmatiens qui font l’équilibre ! Le serpent s’est fait un nœud, le vois-tu ? Il y a une petite fille avec un chapeau bleu. Parmi toutes les tenues, y en a-t-il une que tu préfères ?

Blouse, cardigan et pantalon Franka Babies Pépé

Chemise et pull American Outfitters Jean Finger in the Nose Chaussures Start-rite

Polo à capuche, parka et pantalon Agnès b. Chaussures Start-rite

Sous-pull et robe Petit Bateau Duffle-coat Agnès b. Collants Tuss Chaussures Start-rite

Et maintenant, colorie tous les animaux. Si tu regardes bien, ce sont des lettres. Est-ce que tu parviens à lire les mots ? Il y en a trois !

Photos : Mary-Swann de Oliveira Abécédaire dessiné par Marina Vandel pour Little Fashion Gallery

45


46

Chloé

Chloé

Baghère

Baghère

Victoria Christmas

Lili & the Funky Boys

Album di Famiglia

Album di Famiglia

Victoria Christmas

Agnès b. Chaussons Album di Famiglia

Victoria Christmas

Lili & the Funky Boys

Lili & the Funky Boys

Agnès b.

Chloé

Luco Chaussures Nathalie Verlinden


L’HORLOGE

SÉLECTION MODE BÉBÉ

Caramel Baby & Child Chaussons Zef

Chloé

Imps & Elfs

Loica Bonini Chaussures Start-rite

Album di Famiglia

Troizenfants Bottes Zoom

Little Marc Jacobs

Loica Bonini Chaussures Start-rite

Paul Smith Junior

La Petite Luce

Lili & the Funky Boys

Caramel Baby & Child

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix D’insecte, il faut tendre l’oreille pour l’entendre, Écarquiller les yeux pour l’apercevoir. Et de près la Seconde n’est pas une Mais vingt-huit, et le double de jambes Qui courent à toute allure ! Rasant le cadran, elle va toujours plus vite, Dépasse la minute et double bientôt les heures. Trois mille six cents fois et pas une de plus, Ses souliers de douze heures Pour ne pas s’arrêter Ses bonnets de cachemire Pour ne pas s’endormir La Seconde carapate, la Seconde se hâte.

Vers en italique tirés de « L’Horloge », Charles Baudelaire. Stylisme et texte : Clara Dayet Photos à plat : Mary-Swann de Oliveira 47


AGENCE NACARAT LFG INVITE

PRÉSENTATION Nacarat est une agence de création spécialisée dans la couleur. Premier bureau d’études du genre, Nacarat propose des services liés à l’architecture, au design et à la communication, avec un objectif commun : imaginer, créer et renouveler les univers par la seule alchimie des couleurs et des matériaux. Les spécialistes travaillent avec les entreprises pour créer des identités visuelles fortes, les collectivités locales dans le but de valoriser leurs patrimoines, mais aussi avec de nombreux architectes. Au quotidien, les coloristes designers de Nacarat jouent avec les proportions, magnifient les formes et jonglent avec leurs nuanciers ; elles apportent des réponses créatives et personnalisées en utilisant les potentiels de la couleur avec un grand C, ce moyen de communication 48

et de valorisation passionnant. Nous avons demandé à Nacarat de travailler sur un projet innovant et impliquant un des rendez-vous incontournables de notre magazine : la mise en scène de notre mobilier.

LA ROSACE CHROMATIQUE Insérer du mobilier contemporain dans un milieu naturel, en pleine campagne, suppose de s’approprier l’espace, de le modeler. Quant aux couleurs ? Une contrainte supplémentaire, et pas des moindres : nous avons choisi du mobilier aux couleurs opposées à celles que l’on peut trouver dans la nature, des couleurs fluo, flashy. Contrastant de manière évidente avec l’environnement, les taches colorées créées par le mobilier s’harmonisent néanmoins subtilement au lieu.

Comment ? Nacarat a répondu à cette question en transposant la démarche sur papier et en créant une rosace chromatique centrée sur un noyau commun, le ciel, puis articulée autour des cinq couleurs vives.


IS O

ERT UV O IEL

À

C

À FL EU RD ’

R VE HI

Une palette idéale dans les chambres d’enfant, pour créer des harmonies colorées sur les murs ou les meubles. Dans les pages qui suivent, découvrez les mises en scène et leurs gammes de couleurs associées !

SO LE IL

LÉGÈRE BRISE

« LA ROSACE CHROMATIQUE EST CENTRÉE SUR UN NOYAU COMMUN, LE CIEL, PUIS S’ARTICULE AUTOUR DES CINQ COULEURS VIVES. »

PLUIE DE

RS DES S ULEU OU CO S-B

À l’aide d’une pipette imaginaire, les spécialistes ont extrait de chaque mise en scène des matériaux liés à la nature, tels que le bois, les herbes folles, ou encore les graviers. Il en résulte des gammes de couleurs pertinentes et esthétiques, associant des couleurs synthétiques et ludiques à des demi-teintes minérales, naturelles, douces et apaisantes…

Rosace chromatique et gammes de couleurs : Nacarat www.nacarat-design.com Article, mises en scène mobilier et textes : Clara Dayet Photos argentique : Carl-Oskar Linné 49


BARBE BLEUE TABLEAU I

Barbe bleue a une longue barbe. Bleue. Ne le contredisez pas, voyons. Chaque matin, Barbe bleue enfile ses braies rayées, s’installe dans son fauteuil en osier et lit l’encyclopédie. Barbe bleue aime qu’on le pense très cultivé. Ça donne du piquant à l’histoire. En réalité, c’est lui qui pique du nez, à peine l’ouvrage ouvert. Mais ça, personne ne le sait. Quoi qu’il en soit, savant ou pas, cela ne fait pas de lui quelqu’un de sympathique. Car en réalité, Barbe bleue est cruel. Il y a cette grande porte, dissimulée derrière tout un grand tas de vaisselle pour la rendre discrète, et une petite serrure. De l’autre côté, on découvre, horreur !, les sept épouses de Barbe bleue, transformées en volaille. Coincée entre deux pages de l’encyclopédie, la formidable recette du Poulet sauce curry.

Barbe bleue : doudou Lucky Boy Sunday ; la barbe de Barbe bleue : déguisement Oeuf ; coussin berlingot : Bandit Bambi ; fauteuil cabane en rotin : La Maison de Lena ; tapis à lunettes : Bobo Choses ; livres : rendez-vous dans la Librairie LFG ; nuage en mousse : Little Red Stuga ; les femmes de Barbe bleue : canards en plastique Egmont Toys ; étagère en bois contreplaqué : Oeuf ; valisettes en carton : Egmont Toys ; vaisselle Barbapapa : Petit Jour Paris 51


HANSEL & GRETEL TABLEAU II

La Sorcière au long nez a tout bien ficelé : elle a soigneusement disposé des crêpes à l’entrée et des confiseries dans les grands paniers de son jardin pour attirer les deux vauriens. Elle a refait la façade de sa maison en sucre, badigeonné le toit de confiture de fraise. Elle en a mis partout. D’ailleurs, elle s’est pris les pieds dans le pot. Maintenant, elle vocifère à cause des marches de l’escalier qui poissent sous ses souliers. Lorsqu’Hansel et Gretel sont enfin arrivés, elle les a regardés à travers les carreaux de la fenêtre. C’est le petit blond qui est tombé dans le panneau le premier. Il a pris le chaudron de la vieille bique pour un puits à guimauve : tête la première dans le bouillon, la Sorcière accourt, danse autour et lui saupoudre du sel sur le nez. Ce ne sont pas toujours les mêmes qui gagnent, fredonne-t-elle gaiement.

Panneau et bonbons pour attirer les enfants : jeu de crêpes GG* ; haies en mousse : Little Red Stuga ; escalier : tabouret Momoll ; bureau en bois peint : Laurette ; livres : rendez-vous dans la Librairie LFG ; la maison en sucre de la Sorcière : cabane en alpaga Lucky Boy Sunday ; guirlande de fanions blancs : Œuf ; l’oiseau blanc : veilleuse Trousselier ; cuisine de la sorcière : étalage de marchande en bois Œuf ; bonbons roses : canards en plastique Egmont Toys ; ustensiles de cuisine : kit de pâtissier Egmont Toys ; la marmite de la Sorcière : tabouret en bois peint fuchsia Laurette ; Hansel : coussin en alpaga Lucky Boy Sunday

53


LE PETIT POUCET TABLEAU III

Les sept ogresses ouvrent de grands yeux effarés. Derrière leurs lunettes, elles regardent le Petit Poucet enfiler les bottes de Sept Lieues. Comment de si petits mollets peuvent soulever de si grandes bottes, se demandent-elles ? Qu’à cela ne tienne, le Petit Poucet est sur pied et entreprend son échappée belle. Mais l’expédition s’annonce plus compliquée que prévu. Pars en courant, disait l’histoire, se dit le Petit Poucet. Tu parles ! Pour faire un pas, il se contorsionne et jette la jambe en avant de toutes ses forces. La botte se pose lourdement sur le sol. D’ailleurs, il est perché si haut dans ses bottes de malheur qu’il n’arrive pas à distinguer ses petits cailloux blancs. Quelle tuile, le voilà perdu. Par chance, il est si lent à la tâche que les ogresses se sont endormies en le regardant.

Haies en mousse : Little Red Stuga ; petits cailloux blancs : guirlande de lampes Tsé & Tsé ; bottes de Sept Lieues : échasses Egmont Toys ; le Petit Poucet : doudou Lucky Boy Sunday ; lapin blanc : veilleuse Egmont Toys ; veilleuses en carton : ¿Adondé? ; banc en bouleau : Sirch ; lit à barreaux : Bloom ; les sept ogresses : lunettes de vue Zoobug ; mobile forêt : Bomb Design ; guirlande de lampes vertes : Tsé & Tsé 55


LE CHAT BOTTÉ TABLEAU IV

Le Chat botté sonne, rayonnant, à la porte du Château. Une ribambelle de poules et quelques faisans l’accompagnent. C’est son maître qui va être content. Le Roi ouvre le pont-levis et descend de sa tour, sa traîne à la main pour ne pas la salir. C’est encore l’élégant Chat, pense-t-il. L’animal à moustaches lui apporte tous les jours de délicieuses offrandes. Mais ce qui intéresse le Roi, ce sont les bottes du Chat. De magnifiques bottes argentées, qui semblent confortables à souhait. Il pourrait demander au Chat de les lui prêter, mais il a un peu honte car il sent fort des pieds. Le Chat pourrait le remarquer et ça serait ennuyeux – il est Roi, vous comprenez. Les acheter ? Il est bien trop près de ses sous pour débourser une seule pièce d’or. Alors tant pis. Il ferme son pont-levis, retourne au sommet de sa tour et regarde jalousement le Chat s’éloigner.

Le château du Roi : château en carton Calafant ; le Roi et sa fille : hochets en crochet Lucky Boy Sunday ; bureau en bois et acier brossé : Capucine Cassaigne ; le Chat Botté : Coiffe Le Tour de Force ; la queue du Chat Botté : déguisement Oeuf ; les bottes du Chat Botté : Hunter ; déguisement de raton laveur et tigre : Oeuf ; guitare rouge : porte manteau My Little Home ; coussin guitare : Oeuf ; valisettes en carton : Egmont Toys ; coussin en forme de pomme : Bobo Choses ; les offrandes du Chat Botté : veilleuses poules Egmont Toys ; papier peint imprimé hot-dog : Marina Vandel ; le carrosse : transat Bloom et cheval à bascule Perludi ; livre Le Chat botté de Rouge : Editions Minedition

57


BOUCLE D’OR ET LES TROIS OURS TABLEAU V

Les Trois Ours se sont cachés, pour surprendre la gamine. Mais le Grand Ours, à cause de son embonpoint, fait grincer le lit en se grattant l’oreille. Boucle d’or prend alors ses jambes à son cou et disparaît en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Les Trois Ours sortent leurs têtes des draps. Le Grand Ours est furieux. Elle n’a pas touché à la soupe, gronde-t-il. Et ne s’est même pas assise, renchérit le plus petit. Le Grand Ours croise les bras. C’est un peu fort, dit-il. Ils avaient passé la matinée à s’entraîner à pousser d’effrayants grognements pour lui faire une peur bleue. Ils auraient beaucoup ri. Déçus, ils se réunissent autour de la table. Ils remarquent alors un objet brillant, accroché au lustre de leur cuisine. C’est le nœud de Boucle d’or. Le Grand Ours le range soigneusement dans un tiroir et se frotte les mains. Elle va revenir, annonce-t-il en souriant.

Les affaires du Grand Ours : chaise haute Bloom ; lit à barreaux Bloom ; les affaires du Moyen Ours : chaise haute Sirch ; berceau Seimi ; les affaires du Petit Ours : chaise Casalino ; berceau en carton Kids Gallery ; les ours : peluches Egmont Toys ; mobile : Trousselier ; tablette en osier : vintage ; vaisselle des ours : set en bambou Funfam ; carte des vents vintage : vintage ; nœud doré de Boucle d’or : Le Tour de Force 59


60

Caisse en carton recyclé Carton Chic

Lampe à suspendre en laine Nonjetable

Veilleuse lapin Egmont Toys

Guirlande lumineuse Tsé & Tsé

Doudou cupcake Donna Wilson

Portemanteau étoile My Little Home

Peluche lapin musical Trousselier

Éléphant en caoutchouc Bullyland

LA MARCHANDE

LE SHÉRIF

FAMILLE LAPIN

LE CIRQUE

Jeu de formes Kid O

Affiche cartonnée Dandy Star

Assiette Peter Rabbit Petit Jour Paris

Coussin imprimé Bandit Bambi


CHANSON D’APRÈS-MIDI

SÉLECTION JOUETS & DÉCORATION

Maison en carton recyclé Carton Chic

Veilleuse en carton ¿Adondé?

Quoique tes sourcils méchants Te donnent un air étrange Tu as deux grandes savates, Et un chapeau marrant. Vélo en bois Likeabike

LE JEU

Ballon en maille Œuf

Portemanteau cœur My Little Home

REINE DE CŒUR

Fauteuil Âme Sœur La Maison de Léna

Boîte à musique Trousselier

EN CHANSON

Minipiano en bois Vilac

Quoique tes grands yeux ronds Roulent derrière tes lunettes Derrière la caisse enregistreuse Tu donnes des sucettes. Quoique tes longues moustaches Te donnent un air bourru, Tu chasses les méchants Au dos d’un cheval blanc.

Vers en italique tirés de « Chanson d’après-midi », Charles Baudelaire. Texte : Clara Dayet Photos à plat : Mary-Swann de Oliveira 61


L’ATELIER DU PÈRE NOËL SÉLECTION NOËL

La maison du père Noël : Momoll ; les lutins : doudous Trousselier ; le tapis roulant : Kapla ; boîtes à musique : Trousselier ; bulldozer en bois : Plantoys ; jeu de memory à chiffres : Kid O ; figurine Mickey : Brio ; le traîneau du père Noël : panier Trousselier et zèbre en caoutchouc Bullyland ; le père Noël : doudou Donna Wilson

62


EDITIONS CRITIQUES LIVRES PRODUIT CULTE


64


LES HIBOUX SÉLECTION LIVRES

Sous les ifs noirs qui les abritent, Les hiboux se tiennent rangés, Par couleur et par taille, ils guettent, L’œil gauche ouvert, le droit fermé. Aucun d’eux ne se doute Que dans l’arbre voisin, Une fourmilière de mains Tente de s’échapper ! Prisonnières de l’écorce, Les mains étaient forcées De rédiger en morse Les récits du vieil if, bavard et esseulé.

Vers en italique tirés de « Les Hiboux », Charles Baudelaire. Mise en scène et texte : Clara Dayet Photos : Carl-Oskar Linné 65


AGNÈS B.

66

EXCLUSIVITÉ LFG

pour la première fois, les collections Agnès b. seront vendues ailleurs que dans leurs boutiques, à l’univers unique et reconnaissable entre tous.

Agnès b. est une machine à créer. Depuis plus de 35 ans, la marque est de toutes les garde-robes. T-shirt rayés et cardigans de coton ont défini une nouvelle panoplie, moderne et intemporelle. Et les enfants ne sont pas en reste : des vêtements confortables, faisant écho aux collections pour adulte, qui se déclinent du nouveauné à l’adolescent.

« DES VÊTEMENTS À MARIER DIFFÉREMMENT QUE L’ON PEUT PORTER DU MATIN AU SOIR EN LES TRANSFORMANT. JE TRAVAILLE LONGUEMENT LES COUPES ET LES DÉTAILS, FAIS FAIRE LES TISSUS, LES IMPRIMÉS (EXCLUSIFS) ET VEILLE AU TOUCHER DES MATIÈRES. »

La collaboration entre Little Fashion Gallery et Agnès b. est donc, plus qu’une affinité, une évidence. Notre sélection est à l’image de sa mode : une variation en noir et blanc, graphique et minimaliste, ponctuée de touches de couleurs énergiques, de zips et de boutonnages audacieux. Et l’incontournable cardigan à pressions bien sûr, version miniature, en exclusivité chez LFG. La marque et sa créatrice nous ont fait confiance ;

Entre Little Fashion Gallery et Agnès b., autant de points communs que de pressions sur son fameux cardigan. Ainsi, si LFG édite le Little Fashion Book, Agnès b. a sa propre publication, à mi-chemin entre la revue et l’œuvre d’art. Chaque numéro du « Point d’ironie » est une carte blanche à un artiste, architecte ou cinéaste, musicien ou écrivain ; parmi ceux qui se sont prêtés au jeu, Martin Parr, Yoko Ono ou Damien Hirst.

La marque ouvre sa première boutique en 1975, 3 rue du Jour, au cœur du quartier des Halles alors en pleine rénovation. Cela vous rappelle quelque chose ? Le showroom LFG y est aujourd’hui attenant. Même adresse, mêmes partis pris : à la fois boutique, bureau et atelier, l’endroit se veut lieu d’expression et de rencontres. Car Agnès b. et la rue du Jour ont plus d’une aventure en commun. En témoigne la Galerie du Jour, ouverte dans la rue du même nom en 1984, et qui se visite comme un cabinet de curiosités baudelairien. Mais ici, pas de fleurs fanées, de meubles passés, et point d’ironie. Une forte prédilection pour la photographie, la culture urbaine et l’avant-garde artistique caractérisent ce lieu à l’image de sa créatrice, dynamique et pluridisciplinaire, en constante adéquation avec un monde créatif en ébullition. Texte rédigé par Caroline Nedelec Photos : Agnès b., Gaëtan Bernard


67


L’INVITATION AU VOYAGE

Sur le bateau, l’équipage s’agite. C’est aujourd’hui le grand jour. Ordre s’est levée la première et a réveillé les deux autres. Directive comme à son habitude, elle a froissé Luxe. Cette dernière a roulé de gros yeux, mais s’est levée sans broncher. Sur le pont, Ordre a suspendu des fanions, elle a décoré les canaux de sauvetage avec des bouées, repeint l’estrade en blanc et mis des filets verts partout. Luxe n’est pas convaincue par les filets verts, elle n’aime pas tellement le vert. Elle interpelle Ordre. Calme, qui a enfilé une jolie robe rouge, leur rappelle qu’elles manquent de temps. Elles s’accordent pour laisser les filets verts, à condition que Luxe puisse placer son joli chien au milieu du décor. Vendu, se résigne Ordre, l’air contrarié. Luxe brosse son chien, elle l’a nommé Bijou. À l’appel, le chien ne manifeste aucune réaction. S’il pouvait parler, il dirait que ce nom est ridicule, ricane Ordre. Luxe lui tire la langue. Le chien aussi. Coup de trompette et confettis. La foule embarque. Tout le monde s’agglutine autour de l’estrade. Ordre bouscule et se place tout devant. Calme s’est faufilée derrière elle. Luxe allonge le cou car elle est restée plus loin, près de son chien. Elles en rêvent depuis des mois. La grande urne contient l’heureux gagnant qui aura la chance de voyager jusqu’au beau pays, celui ou les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière, d’hyacinthe et d’or, leur a-t-on dit. C’est au bout du monde, et Luxe se demande encore comment situer ce bout-là. Ordre sourit de toutes ses dents en retenant son souffle. La foule s’est tue, on n’entend plus que Bijou japper discrètement. Dans un roulement de tambour, la main tire le papier. Calme pousse un hurlement de joie : on vient de lui remettre l’Invitation.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème « L’Invitation au voyage » de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photo : Gaëtan Bernard 68


Mon enfant, ma sœur, Songe à la douceur D’aller là-bas vivre ensemble ! Aimer à loisir, Aimer et mourir Au pays qui te ressemble ! Les soleils mouillés De ces ciels brouillés Pour mon esprit ont les charmes Si mystérieux De tes traîtres yeux, Brillant à travers leurs larmes. Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. Vois sur ces canaux Dormir ces vaisseaux Dont l’humeur est vagabonde ; C’est pour assouvir Ton moindre désir Qu’ils viennent du bout du monde. – Les soleils couchants Revêtent les champs, Les canaux, la ville entière, D’hyacinthe et d’or ; Le monde s’endort Dans une chaude lumière. Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. Extrait de « L’Invitation au voyage », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 69


KID BY PHILLIP LIM PRODUIT CULTE


SPLEEN

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle, sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, déclame le Spleen d’un air sinistre. Il marque un temps, pose son regard, et soupire. C’est l’heure de la répétition. Perché sur son escabeau, le Spleen se met en scène et, aujourd’hui, il se prend pour un hibou. Il travaille son jeu d’acteur, il s’est grimé le visage pour donner forme à sa prestation. Bon public, la petite Espérance adopte une pause mélancolique, écoute. Le Spleen reprend : Et que l’horizon embrassant tout le cercle – il répète la phrase deux fois, butant sur le dernier mot, puis enchaîne : il nous verse un jour plus triste que les nuits. Soupir. Mademoiselle Rose entre en claquant la porte et applaudit très fort. C’est bien, c’est mieux !, clame-t-elle. Le Spleen, ravi, esquisse une courbette de la tête. Il descend de son escabeau et engouffre goulûment la part de cake au chocolat que Mademoiselle Rose lui tend. Il est tout excité. Il lui raconte les infâmes araignées de sa strophe préférée, et la cloche en furie !, postillonne-t-il. Les mots dansent dans sa bouche ; ce texte, il le sent, est la chance de sa vie. Il grimpe agilement l’escabeau et reprend l’exercice. Magistral dans son genre, il ouvre les bras, il feint l’Angoisse atroce, il geint. Il en fait un peu trop, note silencieusement Mademoiselle Rose. Il joue les hiboux mais j’ai le plus joli plumage, pense-t-elle en ajustant sa coiffe dans le miroir. Elle secoue la tête mais les plumes sont en berne, elles ne se mettent pas correctement. C’est sa faute, rumine-t-elle, il est si taciturne qu’il déprime ma coiffure. Elle s’assied sur une chaise et écoute la petite Espérance donner des conseils d’élocution. Mademoiselle Rose pousse les miettes chocolatées du bout des doigts avant de taper machinalement son index contre la table. Il va faire pleurer la statue, si ça continue.

Texte de Clara Dayet, librement inspiré du poème « Spleen » de Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal. Photo : Gaëtan Bernard 73


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l’horizon embrassant tout le cercle II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; Quand la terre est changée en un cachot humide, Où l’Espérance, comme une chauve-souris, S’en va battant les murs de son aile timide Et se cognant la tête à des plafonds pourris ; Quand la pluie étalant ses immenses traînées D’une vaste prison imite les barreaux, Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux, Des cloches tout à coup sautent avec furie Et lancent vers le ciel un affreux hurlement, Ainsi que des esprits errants et sans patrie Qui se mettent à geindre opiniâtrement. – Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir, Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. « Spleen », Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal


LILI & THE FUNKY BOYS PRODUIT CULTE


L’INVITATION AU VOYAGE TENDANCE MARCO POLO

Sous un soleil mouillé couleur grenadine, on fait voguer les volants et les collerettes plissées. Dans le rôle de l’officier : le bleu marine. Laissant sa rigueur à la saison passée, l’élégante couleur devient plus docile et se laisse marier à un noir réglisse sucré ; mais seulement si ce dernier se couvre de sequins. Roulement de tambour sur le pont, on dresse une guirlande de fanions : le Pirate est en rouge, et ose le total look cerise. Au cours des mois d’automne, la teinte pomme d’amour se laisse accoster par l’ambre et le doré puis fonce à vue d’œil, et finit cramoisie. Les étoffes sont luxueuses et s’ornent de somptueuses broderies. La mer brille comme une coquille, on a envie de la pêcher. 76

Robe brodée Little Marc Jacobs

Robe à collerette Let Them Eat Cake

Cardigan à froufrous Little Marc Jacobs

Pull en cachemire Chloé

Cardigan imprimé léopard Little Marc Jacobs

Short en velours côtelés Troizenfants

Collants fantaisie Little Marc Jacobs

Jupe en drap de laine Luco

Manteau en soie brodé Antik Batik

Guirlande de fanions Œuf

Sac à franges Bandit Bambi


SPLEEN

TENDANCE CLAIR DE LUNE

Veste en velours côtelé Little Marc Jacobs

Manteau en drap de laine Hucklebones

Robe en maille Daido

Pull imprimé pois Paul Smith Junior

Cardigan à nœuds Kid by Phillip Lim

Cardigan col V Franka

Pantalon en velours côtelé Little Marc Jacobs

Robe en maille Caramel Baby & Child

Robe imprimé fleurs Max & Lola

Collants ajourés Max & Lola

Coiffe à plumes Wovenplay

Le tricot se décrypte à l’aide d’un microscope. Imitant les cristaux d’une tranche d’améthyste, l’imprimé pois crépite sur la maille cet hiver. La rayure, irrégulière, tourne autour des robes et imite la géode : en plongeant dans la pierre, le pourpre s’obscurcit. La gamme des violets se décline du mauve à l’indigo – gourmande, elle goûte au vert amande et au rose bonbon, et s’amourache d’un bleu roi, bel oiseau de nuit. D’ailleurs, on porte des plumes sur la tête, rappel du volatile. On cultive des roses mauves qui poussent sous la lune et on noue les bouquets d’un biais mordoré. Les cachemires caressent la peau, le velours se porte ras, façon rideau. Entre chien et loup. 77


LFG x SUPERÉDITIONS x ÉVÈNEMENT LFG

78

NOM : ALGOUD PRÉNOM : MARIE RÉSIDENCE : SHOWROOM LFG, PARIS 1ER SECTEUR D’INTERVENTION : PARTENARIATS & COMMUNICATION

du personal shopping VIP pour enfants – et mettre en place des évènements inédits en adéquation avec l’esprit LFG. Mission acceptée !

LFG grandit : plus de marques, une renommée toujours plus grande, et des défis quotidiens à relever. Les idées fusent chez les LFGirls. Il faut développer des partenariats originaux, tisser de nouveaux réseaux… Ma mission : faire en sorte que le petit nuage de LFG s’installe là où on ne l’attend pas – dans les palaces parisiens où LFG est en passe de devenir la référence

Tout a commencé par une collection de petits livres tendance à illustrer, édités par la maison Superéditions. Le concept ? Personnaliser, continuer l’histoire… comme une œuvre ouverte à poursuivre. Nous avons beaucoup aimé cette idée, et nous avons eu envie d’aller plus loin. Le concept ? Créer un évènement autour d’un de ces petits livres, autour

de l’enfance. Un projet caritatif ? Cette nouvelle mission me tient décidemment particulièrement à cœur ! Superéditions édite à cette occasion un nouveau livre, intitulé Le roi et la reine biscornus. Armée de ce petit livre, je dresse une liste de contributeurs potentiels, sélectionnés parmi nos designers préférés et des personnalités clés liées à LFG. Téléphone en main, tableau Excel sous les yeux, je contacte un à un nos invités. Leur mission ? Illustrer et customiser à leur tour ce petit ouvrage.

« CHACUN DES LIVRES SERA VENDU AUX ENCHÈRES SUR NOTRE SITE DÈS LA RENTRÉE ET L’INTÉGRALITÉ DES BÉNÉFICES REVERSÉE À TOUT LE MONDE CHANTE CONTRE LE CANCER. » Chacun des livres bénévolement personnalisés sera vendu aux enchères sur notre site dès la rentrée, et l’intégralité


des bénéfices reversée à une association pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur : Tout le monde chante contre le cancer. Il me semblait naturel que ce projet ludique et VIP serve la cause des enfants malades. Beaucoup de grands noms ont répondu à l’appel, séduits par cette opération ludique et caritative… À l’heure où j’écris cette rubrique, les livres sont entre les mains de nos créateurs et personnalités. Un bon agent ne dévoile pas ses sources… Et pourtant je ne résiste pas à la tentation de vous donner quelques noms : Antik Batik, Le Mont Saint-Michel, Petit Bateau… et bien d’autres ! Mission (quasi) accomplie. La balle est maintenant dans votre camp, pour faire de cette vente aux enchères un succès à part entière ! Marie Algoud Pour devenir partenaire ou sponsor de Tout le monde chante contre le cancer, pour faire un don ou devenir mécène, merci de contacter l’association à association.visa@orange.fr ou au 05 65 45 41 12 - 01 77 17 42 78. 79


LES ENGAGEMENTS LFG

SUR INTERNET ET DANS NOTRE BOUTIQUE

NOTRE SITE INTERNET www.littlefashiongallery.com PLUS DE 200 MARQUES DE MODE, MOBILIER, LIVRES ET JOUETS ÉCHANGES ET RETOURS GRATUITS EMBALLAGE RAFFINÉ À L’EFFIGIE DE LFG LIVRAISON RAPIDE PAR UPS OU PAR COURSIER POUR PARIS RÈGLEMENT SÉCURISÉ PAR CHÈQUE, VIREMENT OU CARTE BANCAIRE

80

NOTRE SHOWROOM BOUTIQUE 3, rue du Jour - 75001 Paris, métro Louvre-Rivoli EN PLEIN CŒUR DE PARIS, LFG VOUS ACCUEILLE DU LUNDI AU VENDREDI DE 10 H À 18 H DÉCOUVREZ NOTRE SÉLECTION DE MEUBLES DESIGN ET VINTAGE, NOTRE LIBRAIRIE SÉANCES DE PERSONAL SHOPPING

SERVICE CLIENT DÉDIÉ

PRÉPARATION DE VOS LISTES DE NAISSANCE

GUIDE DE TENDANCES

RETRAIT DE VOS COMMANDES


MODE & ACCESSOIRES 3.1 KID BY PHILIP LIM ACNE JEANS ADRI AGNÈS B. AGNES VALENTINE AHILYA ALBUM DI FAMIGLIA AMERICAN APPAREL AMERICAN COLLEGE USA AMERICAN OUTFITTERS ANNE VALÉRIE HASH ANTIK BATIK APRIL SHOWERS BAGHÈRE BANDIT BAMBI BANG BANG BB +++ BELLEROSE BOBO CHOSES BONNIE BABY CARAMEL BABY & CHILD CATH KIDSTON CHLOÉ CLIQUOT COQ EN PÂTE DAIDO DANDY STAR DORÉ DORÉ FAFA TOKYO 82

FINGER IN THE NOSE FRANKA HAVAIANAS HUCKLEBONES HUNTER IMPS & ELFS KICOKIDS LA PETITE LUCE LE MONT SAINTMICHEL ENFANT LE TOUR DE FORCE LEE LET THEM EAT CAKE LEVI’S LILI & THE FUNKY BOYS LITTLE MARC JACOBS LOFT DESIGN BY LOGOSHIRT LOICA BONINI LOPPA LUCO MAAN MAISON FABRE MAKIE MALOLES (PETITE) MALOUP MARUCHO MAX & LOLA MINI RODINI MUCHACHA NATHALIE VERLINDEN NATIVE SHOES

NORO OSH KOSH PATACHOU TOKYO PAUL & JOE LITTLE PAUL SMITH JUNIOR PÉPÉ PETIT BATEAU POPUPSHOP QUINCY REINHARD PLANK SHAMO SNOOK SOEUR SOFT GALLERY START-RITE SURFACE TO AIR TIP TOEY JOEY TROIZENFANTS TUSS VANS VICTORIA CHRISTMAS VILEBREQUIN WOOL AND THE GANG WOVENPLAY WOWO ZEF ZOOBUG ZOOM

DESIGN ¿ADONDÉ? ADF DESIGN AIMÉE WILDER AIRDEJE BABY BAROLO BALOUGA BLOOM BOMB DESIGN BUGABOO BYBODESIGN CAPUCINE CASSAIGNE CASALINO CHILEWICH DURIFIFI EGMONT TOYS FUNFAM KIDIMO KIDS GALLERY LA MAISON DE LÉNA LAURETTE LFG VINTAGE LINA FORLINO MACLAREN MADAKET MARINA VANDEL MOZZEE MY LITTLE HOME NONJETABLE NOWALI NUME ŒUF DESIGN

OVALE PEAUX D’AGNEAU PERLUDI PETIT JOUR PARIS SEIMI SILVERCROSS SMILING PLANET STOKKE TERESA GREEN THE COLLECTION THE SNOWROOM TSÉ & TSÉ JOUETS BRIO BULLYLAND CALAFANT CARTON CHIC DONNA WILSON GG * GREEN TOYS KAPLA KID O KIDSONROOF LIKEABIKE LITTLE RED STUGA LUCKY BOY SUNDAY MILLER GOODMAN MOMOLL MVOS PAPERPOD PLAN TOYS


RADIO FLYER SIRCH TROUSSELIER VILAC LIBRAIRIE ANORAK MAGAZINE DADA MAGAZINE ÉDITIONS BAYARD ÉDITIONS BE-PÔLES ÉDITIONS BOOKS & LIVRES ÉDITIONS CRITIQUES LIVRES ÉDITIONS DE L’ÉPURE ÉDITIONS DU PANAMA ÉDITIONS GALLIMARD JEUNESSE ÉDITIONS KALÉIDOSCOPE ÉDITIONS L’AS DE PIQUE ÉDITIONS LE GOÛT DES MOTS ÉDITIONS LE SEUIL JEUNESSE ÉDITIONS L’ÉCOLE DES LOISIRS ÉDITIONS MINEDITION ÉDITIONS OFR ÉDITIONS SUPERÉDITIONS ÉDITIONS TOURBILLON KID’S WEAR MAGAZINE MAGGIE & ROSE ROSIE FLO THE PLAYGROUND MAGAZINE

MARIE SOUDRÉ-RICHARD DIRECTRICE DE PUBLICATION ÉMILIE PAPELOUX COORDINATRICE PRODUCTION CARL-OSKAR LINNÉ CLARA DAYET DIRECTION ARTISTIQUE CLARA DAYET ASSISTÉE DE CAROLINE NEDELEC DIRECTION ÉDITORIALE & MODE MARIE ALGOUD ASSISTÉE DE FRANCESCA EVANS VERSION ANGLAISE GAËTAN BERNARD ASSISTÉ DE CÉCILE LEROUX CARL-OSKAR LINNÉ MARYSWANN DE OLIVEIRA ASSISTÉE DE TIFFANY LEFEBVRE PHOTOGRAPHES

DELPHINE GOICHON COIFFEUSE MAQUILLEUSE CAROLE DAPREY RELECTURE GREGORY GOUNSE IMPRIMEUR CONSULTANT CLAIRE BLANDIN 06 13 61 22 00 CBLANDIN@PRESSPROMENADE.FR ATTACHÉE DE PRESSE Un grand merci à l’écrivain Claire Castillon, aux enfants et à leurs parents, et à toute l’équipe LFG. Merci aux contributeurs : Patrick Swirc, Anne Valérie Hash, Natalie Vodegel et Madelon Lanteri-Laura, Catherine Lévy et Sigolène Prébois, Soizic Boucault et Vanessa Lehner de l’Agence Nacarat, l’équipe Agnès b., l’équipe de First Courses, Mattias Pettersson, et Charles Baudelaire. 83


Photo : Patrick Swirc pour LFG automne/hiver 2010-2011

LITTLE FASHION BOOK VOL.5  

Little Fashion Book Vol.5 - le magazine de Little Fashion Gallery, le site référence de mode enfantine.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you