Page 1

le lieu unique scène nationale de Nantes


Hune ou épaules de géants : on voit plus loin depuis les hauteurs. Nantes connaît bien les formes titanesques. Avec mon passage à l’Ouest, j’emboîte le pas à un Jean Blaise à la foulée audacieuse sur la belle voie qu’il a tracée pour le lieu unique, cette fabuleuse boîte à outils destinée à produire de l’imaginaire, passée avec bonheur de l’industrie pâtissière à la manufacture culturelle. La tour LU est le vibrant symbole de la position privilégiée du lieu unique, campé à la porte de l’Atlantique (Nantes, après tout, est au milieu du monde, selon une rumeur de géographe) : poste de guet des expressions artistiques émergentes, observatoire d’un réel transposé par ceux qui se l’approprient (chorégraphes, plasticiens, metteurs en scène, philosophes, auteurs, musiciens...), mais aussi camera obscura d’univers intimes donnés à voir sous des formes décalées, magnifiées. À la croisée des savoirs et des pratiques, la saison 2011-2012 continue à prôner le décloisonnement des esprits, l’hybridation des formes, le refus du culturellement correct, l’exploration des espaces interstitiels et marginaux (car c’est, comme le dit Jean-Luc Godard, la marge qui tient la page), la rencontre du poétique et du politique, la balade sur les chemins de traverse de la création, à la recherche de lieux peu communs. Cette utopie au quotidien s’accomplit en faisant rejaillir l’art sur la cité (Global Rainbow), bricolant avec le patrimoine (Cabo San Roque, Locus Solus), ouvrant les écoutilles (Soirées curieuses, Labo utile), croisant les médias (Quartier lointain), secouant les genres (Gardenia), assumant son héritage (Les enfants du rock), bousculant les classiques (Au moins j’aurai laissé un beau cadavre, La belle peinture est derrière nous), se souvenant des références (Daphnis é Chloé), faisant preuve de déférence (Patti Smith), enjambant des frontières (Sylvain George), arpentant les confins (Daniel Johnston, Un week-end singulier), embrassant l’actualité (Alexis), regardant le monde à l’envers (Hans was Heiri, Rhizikon), percutant dans l’urgence (Salves), questionnant le familier (Urbik/Orbik), humant le terreau local (Utopik, Un bateau pour les poupées), réenchantant le quotidien (Horizøne, Magie nouvelle), retrouvant le souffle de la grande aventure (Le Voyage à Nantes). Sur sa lancée, le lieu unique fait son chemin singulier mais non solitaire, au vu des nombreux camarades de route, anciens et nouveaux, qui le soutiennent, l’habitent, l’animent : collectivités, artistes, associations, partenaires, publics. Cette année encore, c’est en leur compagnie et la vôtre que les amarres sont larguées. Les mains sont fermement accrochées au bastingage du réel mais l’âme reste vagabonde. Ayant choisi de n’avoir pour guide que les étoiles, l’équipe du lieu unique vous souhaite de beaux voyages, à Nantes et Ailleurs, et la bienvenue chez vous. Patrick Gyger

Visuel couverture : Gnot Guedin, http://lesfreresguedin.blogspot.com /// KGB //// LICENCES N° 1-144654 / N° 2-144655 / N° 3-144656


entrez libres ! p.2 / vendredi

9 à partir de 20h

CABO SAN ROQUE ETIENNE JAUMET & RICHARD PINHAS p.3 / du

vendredi 9 au vendredi 16 septembre 21h-3h (environ) dans le ciel de Nantes

YVETTE MATTERN p.4 / samedi

10 à 20h30

ESG

GARCONS MUTANT DISCO PROJECT JAMES CHANCE

p.5 / dimanche

25 à 17h

MAXENCE CYRIN p.6 / du

lundi 26 au samedi 1er octobre à 20h30

Spectacle joué au parc de Procé

HORIZØNE

EN CORÉALISATION AVEC LE GRAND T, NANTES

p.7 / vendredi

30 à partir de 20h

LA GRANDE NUIT SOUFIE

EN COLLABORATION AVEC LA CITÉ DE LA MUSIQUE, PARIS

spectacles

SEPTEMBRE 2011


musique / entrée libre

entrez libres !

Une soirée étonnante pour fêter en musique le début de cette nouvelle saison !

CABO SAN ROQUE

“Tour de Nuit, sérénade pour un orchestre mécanique” Cabo San Roque est un ensemble musical catalan, né en 2001. D’abord orchestre de salle à manger avec un instrumentarium étrange fait d’instruments inventés, il se dirige peu à peu vers des formes plus spectaculaires. Le processus de création de “Tour de Nuit” commence en 2008, provoqué par le démontage d’une ligne de production d’une usine de biscuits LU à Barcelone. Cabo San Roque a récupéré une grande partie du matériel mécanique des machines de l’usine pour construire un mécanisme musical, un orchestre complet avec des sections d’instruments à vent, à cordes et à percussion. Les pistons, courroies, moteurs et tapis roulants qui avaient passé les 20 dernières années à fabriquer des biscuits sont désormais un nouveau fragment d’une usine dédiée à la production musicale. Le quartet a mis en scène un travail fantastique, compréhensible, musical et organique. La machine qu’ils ont construite est une magnifique représentation d’une usine à biscuits transformée en usine à sons. Les quatre membres de Cabo San Roque ont démontré leur habileté comme multi-instrumentistes en mixant western spaghetti, John Lurie, Ry Cooder, chansons comeladiennes et ballades pleines d’âme.

ETIENNE JAUMET & RICHARD PINHAS La musique de Richard Pinhas (guitare) et Etienne Jaumet (claviers analogiques) dépasse les repères temporels. Les deux musiciens se rejoignent aujourd’hui malgré leur différence d’âge, autour de références communes et de leur fascination pour les longues plages musicales cosmiques. Entre la collection de claviers vintage d’Etienne Jaumet et les sons de guitares de Richard Pinhas, il y a fort à parier que cette rencontre du 3e type va accoucher d’un alien. Richard Pinhas fut l’un des agitateurs de la scène expérimentale française des années 70 au sein d’Heldon, sous forte influence de Fripp/Eno. Il a travaillé avec Magma, Pascal Comelade, Gilles Deleuze, Norman Spinrad ou Maurice Dantec. Etienne Jaumet est la moitié du duo Zombie Zombie et a sorti un album solo sur Versatile, mixé par Carl Craig.

Los CURATORS vs. Los BOOKOS (Dj set / Nantes-Berlin)

Los CURATORS est un consortium de dj/sélecteurs de tous poils et à géométrie variable, désirant pousser des disques de qualité (ou pas) ! Los BOOKOS est une multinationale d’agents/bookeurs de tous poils et à géométrie variable désirant pousser des disques de qualité (ou pas) ! Mots clés : garçons, filles, combat, amour...

p.2 / vendredi

9 septembre à partir de 20h


Global Rainbow

Yvette Mattern

Yvette Mattern, artiste portoricaine née en 1963, vit à New York. Elle travaille principalement dans les nouveaux médias (vidéo, film) qu’elle fusionne avec les arts plastiques, la sculpture et la performance. Diplômée de l’école des beaux-arts de Columbia University, elle a enseigné à l’université de Albany (New York). Elle a reçu de nombreux prix et a exposé à Venise, Rome, Riga, Berlin, New York... Son projet Global Rainbow, a été conçu en résidence au Centre d’art contemporain de Varsovie en 2007. Il s’agit d’une installation laser monumentale : un arc-en-ciel horizontal composé de rayons lumineux représentant le spectre des sept couleurs de l’arc-en-ciel. Pour l'artiste, c'est une évocation de la puissance du phénomène naturel, mais également de sa confiance en l'être humain. Œuvre porteuse d'espoir et de tolérance, Global Rainbow fait également rayonner les environnements qu'elle traverse, mettant en valeur les lieux aux côtés desquels elle se trouve, ré-enchantant ainsi notre quotidien. Global Rainbow a été présenté trois fois seulement à ce jour : en janvier 2009 à New York au moment de l’investiture de Barack Obama, puis lors de Transmediale à Berlin en 2010 pour les vingt ans de la réunification allemande et enfin au festival La Novela de Toulouse en octobre 2010 pour marquer les cinquante ans du laser.

, rn tte Ma e t et Yv

p.3 / du

© ow inb Ra l a ob Gl

e yd hn Sc e r i Cla

r

vendredi 9 au vendredi 16 septembre 21h-3h (environ) dans le ciel de Nantes

arts visuels / entrée libre

Le lieu unique présente Global Rainbow à Nantes entre le 9 et le 16 septembre 2011, pour marquer le début d'une saison placée sous le signe de l'innovation, de l'émerveillement et du partage.


musique / tarifs de 10 à 18 ¤

CLUB JULIE : DANCE !

ESG

LIVE

GARCONS MUTANT DISCO PROJECT LIVE JAMES CHANCE DJ / ROUGH TRADE DJ

Sous le signe du rock, de l’amour, des filles et des lignes de basse, Club Julie revient avec quatre figures emblématiques et dansantes du post-punk, ce mouvement musical spontané qui prit forme à New York, Londres ou Paris à la fin des années 70. Le groupe féminin ESG, originaire du Bronx, est l’une des figures les plus importantes de cette scène à la croisée de l’esthétique punk et des scènes hip-hop et disco. Formé par quatre sœurs, le son d’ESG basé sur une conception très personnelle du rythme (minimal, tribal et terriblement dansant) a eu une influence incroyable sur de nombreux artistes et scènes musicales, et a été copieusement samplé par Wu-Tang Clan, Liars ou Beastie Boys. ESG sort de sa retraite pour un concert exceptionnel et sera précédé par la reformation de Garçons, monté à la suite de la séparation du groupe Marie et les Garçons. Empruntant autant aux Talking Heads qu’au son du Studio 54, Garçons Mutant Disco Project est un remix du projet original par Patrick Vidal en version live à six musiciens. En bande, jupes aux genoux et franges au vent, les filles de Julie Tippex qui se cachent derrière Club Julie vous inviteront à la danse au son des DJ sets du mythique saxophoniste James Chance (New York) et de l’équipe du meilleur magasin de disques du monde, à savoir Rough Trade (Londres). Programmation vidéo, fanzine, cadeaux... Club Julie fera souffler un vent unique de rock et d’amour. Dance !

DR

Playlist Club Julie : www.youtube.com/clubjuliedance

p.4 / samedi

10 septembre à 20h30


piano solo

DR

Depuis son premier album de compositions au piano intitulé Instants sur le label Sine Terra Firma sur lequel figure également Yann Tiersen, et suite à un album de reprises sur le label de Laurent Garnier, Maxence Cyrin s’est fait une place de choix dans la nouvelle scène instrumentale française. Novö Piano, son nouvel album produit par Marc Collin, tête pensante du groupe Nouvelle Vague, bouleverse une fois de plus les conventions en réinventant, toujours au piano solo, les tubes emblématiques de l’indie-rock et de l’électro. Avec ses harmonies sophistiquées, ses changements de rythmes et ses ambiances cinématographiques, Novö Piano fait penser à Debussy, Ravel ou Chopin. Tour à tour impressionniste ou lyrique, dramatique ou ludique, le résultat est un album qui repousse une fois de plus les limites de la reprise pour en faire un art à part entière.

p.5 / dimanche

25 septembre à 17h

musique / durée : 1h15 / tarifs de 5 à 8 ¤

MAXENCE CYRIN


théâtre / durée : 1h30 / Tarif unique : 5 €

HORIZØNE GROUPE ZUR Tout public

En ce début de saison, une nouvelle complicité voit le jour entre le Grand T et le lieu unique, à l’occasion d’un spectacle, Horizøne, au parc de Procé. Entre chien et loup, au rythme du soleil qui se couche, le Groupe ZUR (Zone Utopiquement Reconstituée) prend possession du parc de Procé pour y présenter sa dernière création. Hors des théâtres, ZUR invite le spectateur à contempler un paysage qui, de familier, va progressivement prendre les apparences d’un songe. A la manière d’un trompe-l’œil, l’installation-paysage Horizøne ressemble à un tableau dans lequel on entrerait pour s’apercevoir que tout ce que l’on croyait avoir vu est entièrement faux. ZUR bricole l’illusion par tous les moyens, avec ses images oniriques qu’il projette sur l’eau ou sur des écrans volants, avec ses improvisations sonores, ses perspectives trompeuses... Pensez à apporter un vêtement chaud !

© Jef Rabillon

L’opération HORIZØNE à Angers et Nantes, orchestrée par La Paperie-Centre National des Arts de la Rue, a reçu le soutien de la Région des Pays de la Loire.

p.6 / du lundi 26 septembre au samedi 1 octobre à 20h30 Au parc de Procé / rendez-vous devant la grille face à la place Raymond-Poincaré er


ENSEMBLE HAJIS MARAWIS (chants et musique soufis de Cirebon - Indonésie) LES FAKIRS DE GORBHANGA (les poètes “fous” du Bengale - Inde) MAROUANE HAJJI (chant Samâa - Maroc)

Conçue comme un voyage en forme de triptyque, cette nuit soufie transportera les auditeurs aux confins des chants soufis du Maroc, de l’Inde et de l’Indonésie, tantôt débridés et “fous” comme leurs interprètes, tantôt teintés de la rigueur et de l’ascétisme du chant religieux, faisant se rejoindre poésie antique, héritage d’un temps révolu, et voix d’inspiration contemporaine.

Aarman Fakir © Edith Nicol, colorisé par le RaF

Le soufisme est la dimension mystique de l’islam. Et les soufis décrivent volontiers l’état dans lequel les plonge la pratique du dhikr (la récitation rythmée du nom de Dieu), comme un état amoureux. L’art du munshid - le chanteur religieux - y contribue aussi, avec la saisissante étendue de son timbre vocal et ses ponctuations faites de pleurs (les premiers soufis étaient connus sous le nom de “pleureurs”), de chuchotements, de cris, de soupirs... Cette soirée occupera l’espace habituellement dévolu aux expositions au lieu unique. Sous la verrière des anciens ateliers, confortablement installés sur des transats ou des tapis, vous serez dans les conditions idéales pour vous laisser enivrer par le rythme répétitif et envoûtant de la musique soufie.

p.7 / vendredi

30 septembre à partir de 20h

musique / durée : 3h30 / tarifs de 10 à 18 ¤

LA GRANDE NUIT SOUFIE


spectacles

OCTOBRE 2011 p.9 / du

lundi 3 au mercredi 5 à 20h30

UN BATEAU POUR LES POUPÉES

EN CORÉALISATION AVEC LE TU-NANTES. SPECTACLE PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE VOISINAGES, TEMPS FORT POUR LES COMPAGNIES EN RÉGION, SOUTENU PAR LE CONSEIL RÉGIONAL DES PAYS DE LA LOIRE.

p.10-11 / samedi

8 à 20h30

SOIRÉE CURIEUSE : LE GENTIL GARÇON

+ les soirées curieuses à venir p.12 / mardi

11 & mercredi 12 à 20h30

OÙ VERS ?

p.13 / jeudi

20 à 20h30

TRICATEL

BERTRAND BURGALAT THE HIGH LLAMAS CHRISTOPHE CHASSOL p.14 / dimanche

30 à 20h30

FESTIVAL SOY

BONNIE ‘PRINCE’ BILLY

SILVER APPLES / GALA DROP


- REPRISE

MISE EN SCÈNE :

TEXTE : MILENA MARKOVIC MARILYN LERAY & MARC TSYPKINE

LTK PRODUCTION

© LTK

En adaptant ce texte de la jeune Serbe Milena Markovic, poète reconnue et beaucoup jouée en Europe de l’Est, Marilyn Leray et Marc Tsypkine nous invitent à découvrir le parcours initiatique d’une artiste en huit tableaux, huit plans-séquences. Entre le réel et l’irréel, l’héroïne, tantôt incarnant Alice, tantôt Blanche-Neige ou la sorcière d’Hänsel et Gretel, poursuit son rêve : “faire ce que personne n’a encore jamais fait”. Un spectacle d’où se dégage une atmosphère étrange et saisissante qui s’exprime par la voix du théâtre, de la vidéo et de la musique, au service d’un texte mystérieux.

p.9 / du

lundi 3 au mercredi 5 octobre à 20h30

théâtre / durée : 1h30 / tarifs de 10 à 18 ¤

UN BATEAU POUR LES POUPÉES


musique / tarifs de 5 à 8 ¤

LES SOIRÉES CURIEUSES Des soirées de découverte musicale et plus si affinités, dans un espace qui rappelle un loft new-yorkais ou un club berlinois à un tarif qui favorise la prise de risque. Pour les mélomanes avertis, pour les néophytes curieux, pour les aventuriers du soir, pour les égarés du dancefloor, pour les divas du dancing, pour les touche-à-tout et pour tous les autres, le lieu unique propose les Soirées curieuses.

LE GENTIL GARÇON

“LE VOL SUSPENDU DU CONFETTI” (CONFÉRENCE + CONCERTS + DJ)

Éclipse de confetti © Le Gentil Garçon

Le Gentil Garçon vous convie à une soirée de célébration à l’occasion de la présentation de son livre Tout Le Gentil Garçon, aux éditions Les Requins Marteaux, prix Champagne Henriot du catalogue d’artiste 2011. Cette monographie bilingue (français/anglais) transpose dans la rigueur encyclopédique (articles, illustrations, planches, cartes, tableaux...) le contenu d’un catalogue classique. Pour l’occasion et dans la continuité de son travail ironique sur la représentation du savoir, l’artiste a imaginé une conférence festive sur un objet modeste : le confetti. Cette conférence sera suivie d’une mise en pratique immédiate avec entre autres Antioche Kirm, musicien-bricoleur autoproclamé, découvreur dresseur et éleveur de kermuts et DJ Scott Soyouz, professeur émérite en folklore moderne.

p.10 / samedi

8 octobre à 20h30


LES SOIRÉES CURIEUSES À VENIR... (voir détails sur www.lelieuunique.com)

KK NULL + THE NOISER + GISLE FROYSLAND lundi 17 octobre 2011

www.noiser.org /// www.apo33.org /// www.kknull.com /// 220hex.org

JOSH T. PEARSON + 1ère partie lundi 7 novembre 2011 www.myspace.com/joshtpearson

FVTVR

samedi 12 novembre 2011 à la Cité-Nantes Events Center www.myspace.com/futurfutur (en partenariat avec Les Utopiales)

MAN 180° retour du Japon mardi 15 novembre 2011

(Dans le cadre d'Itinéraires artistiques Nantes Round Trip, manifestation organisée par la Ville de Nantes du 9 septembre 2011 au 8 janvier 2012) www.myspace.com/rasimman

JET FM invite FABIO VISCOGLIOSI à l’occasion des 25 ans de la radio Jet FM

samedi 19 novembre 2011

www.myspace.com/fabioviscogliosi /// www.jetfm.asso.fr

THE BRAIN FACTORY = THE BRAIN + ARTS FACTORY vendredi 2 décembre 2011 www.artsfactory.net /// thebrain.lautre.net

CABLE# invite CABLE# samedi 28 janvier 2012 www.cablenantes.org

Festival SPIRIT OF EDEN samedi 25 février 2012 spirit-of-eden.com

TAAK_TAK

vendredi 23 mars 2012

SECOND LANGUAGE vendredi 4 mai 2012 www.secondlanguagemusic.com

p.11 /soirées vendredicurieuses 16 otobreàà venir... 20h30 p.11 / les

musique / tarifs de 5 à 8 ¤

Un CLUb de rencontres musicales, avec des concerts, des propositions inédites, des croisements improbables, un bar qui donne envie de parler à son voisin et de la musique d’ambiance qui donne envie de parler à sa voisine. Vous y trouverez aussi bien des allumés folk, des folies psychédéliques, des délicatesses pop que des plages expérimentales ou des performances qui tentent de ne pas en être...


danse / durée : env. 1h / tarifs de 10 à 18 ¤

OÙ VERS ?

/ CRÉATION OCTOBRE 2011

DELAVALLET BIDIEFONO COMPAGNIE BANINGA CHORÉGRAPHIE :

Pour DeLaVallet Bidiefono, danseur et chorégraphe congolais que l’on a découvert aux côtés du metteur en scène David Bobee, la danse contemporaine est un art qui touche à d’autres modes d’expression que la danse elle-même (théâtre, cirque, musique...), un art de liberté. Où vers ? interroge plus particulièrement la place que la société contemporaine laisse à l’expression des femmes. Comment ces dernières vivent-elles la contradiction, le décalage entre la stagnation de leurs droits civiques et l’évolution de leur rôle politique et social ? DeLaVallet Bidiefono fait partie de ces artistes résistants et visionnaires qui, l’esprit vif et combatif, propose avec sa compagnie des Baninga, une danse athlétique féline, endiablée et minutieusement cadencée.

© Claire Nollez

Né à Pointe-Noire, au début des années 80, DeLaVallet est aujourd’hui une figure montante de cette jeune discipline qu’est la danse contemporaine au Congo, et plus généralement sur le continent africain. Il travaille avec de nombreux danseurs et chorégraphes venus d’Afrique ou d’Europe et nourrit son travail d’influences métissées.

p.12 / mardi

11 & mercredi 12 octobre à 20h30


BERTRAND BURGALAT THE HIGH LLAMAS CHRISTOPHE CHASSOL

DR

Tricatel, le label de Bertrand Burgalat, fête ses quinze ans et publie pour l’occasion une compilation de raretés, pleine de sucreries pop dont il serait dommage de se priver en ces temps de sinistrose ambiante. Car disons-le clairement : si Tricatel n’avait pas vu le jour au milieu des années 90, la pop française de ces dernières années aurait été bien morose. Bertrand Burgalat est peut-être l’un des derniers compositeurs-arrangeurs-producteurs français à posséder une véritable vision artistique de la pop music. À ce jour, Tricatel a publié une trentaine de disques, du fantasmagorique “Triggers” d’April March aux psychédéliques d’A.S Dragon, en passant par les poèmes sonores de Michel Houellebecq. De la musique populaire, à la fois naïve et référencée autour d’artistes qui partagent la même ambition : produire une pop intemporelle et fantasmée, être l’alternative de l’alternative. Tricatel n’a cessé d’évoluer sans jamais faire de concession aux modes passagères. Pour cette soirée exceptionnelle, Tricatel présente Christophe Chassol - nouvelle signature du label et ex-compagnon de route de Sébastien Tellier, Phoenix et Air - les légendaires High Llamas et Bertrand Burgalat qui présentera son nouveau live.

p.11p.13 / vendredi otobre / jeudi 2016octobre

à 20h30

musique / durée : 3h /tarifs de 10 à 18 ¤

LES 15 ANS DE TRICATEL !


musique / tarifs de 10 à 18 ¤

FESTIVAL SOY#9

BONNIE ‘PRINCE’ BILLY SILVER APPLES / GALA DROP L’association nantaise Yamoy’ présente la neuvième édition du festival SOY. Entre musique aérienne, pop, hip-hop déviant, expérimentations et rock, le festival SOY prend les chemins de traverse. Pour cette soirée, c’est BONNIE ‘PRINCE’ BILLY qui sera à l’honneur. Avec sa tête de clochard céleste, sa voix sensible aux intonations soul et ses histoires à dormir debout, il incarne toutes les anti-valeurs de l’Amérique. Une Amérique fantasmée, celle de Jim Harrisson et Cormac Mc Carthy, l’Amérique du Nebraska de Bruce Springsteen, celle des grands espaces vides, l’Amérique des fous qui préfèrent parler aux animaux plutôt que d’aller dégommer des gosses dans un collège, l’Amérique des routes qui ne vont nulle part. Il s’est illustré sous le nom de Palace, Palace Brothers ou Will Oldham et a collaboré avec Sage Francis, Johnny Cash ou Slint. Son folk décharné est rempli de guitares sans artifices, de voix d’une beauté maladive et est empreint d’une grâce imparable. On retrouvera avec bonheur les drones électroniques répétitifs et cosmiques des SILVER APPLES, duo mythique et mystérieux des années 60 qui revient en version solo. Pour bien commencer la soirée ne ratez pas les jeunes Portugais de GALA DROP, dont la musique teintée de Krautrock, de psychédélisme et de synth pop n’est pas sans rappeler Animal Collective ou John Talabot.

Bonnie ‘Prince’ Billy, “Master and Everyone”, 2003 / DR

www.yamoy.org

p.14 / dimanche

30 octobre à 20h30


p.16 / jeudi

p.17 / du

3 & vendredi 4 à 20h30

FAUVES

mardi 8 au jeudi 10 à 20h30

QUARTIER LOINTAIN p.18 / dimanche

13 à 20h30

p.19 / vendredi

18 à 20h30

PATTI SMITH

UTOPIK 1/3 :

CLAIRE-MÉLANIE SINNHUBER p.20 / samedi

26 à 20h30

1 soirée partagée = 2 spectacles

OBTUS / FOU

p.21 / mercredi

30 nov. & jeudi 1er décembre à 20h30

PARADISTINGUIDAS

spectacles musique / tarifs de 9 à 18 ¤

NOVEMBRE 2011


théâtre/danse / durée : 1h45 / tarifs de 10 à 18 ¤

FAUVES

CONCEPTION, SCÉNOGRAPHIE ET DIRECTION :

MICHEL SCHWEIZER

Michel Schweizer s’est fait une spécialité depuis longtemps de faire de la scène un lieu de rencontres entre amateurs et professionnels. Après avoir invité une culturiste, une ex-mannequin ou des chiens de garde, ce sont des adolescents danseurs et chanteurs amateurs recrutés par casting qu’il rassemble sur le plateau. S’appuyant sur un manuel à l’attention des adolescents dont il a passé commande au philosophe Bruce Bégout, il délivre des conseils aux jeunes tout en paraissant leur suggérer de s’y soustraire. Sur scène, 5 jeunes hommes et 5 jeunes femmes, sont amenés à se confier en présence de leur médiateur, Michel Schweizer lui-même, et d’un DJ, Gianfranco Poddighe, présent pour l’ambiance.

© Frédéric Desmesure

“Intitulée Fauves, cette pièce sur les élans de la jeunesse, ses rêves et ses difficultés, sa capacité à s’adapter plus ou moins bien à la réalité, réussit à conserver un taux de vie formidable. On est au spectacle et pourtant quelque chose de frais, de spontané, de terriblement vivant, se passe sous nos yeux.” (Télérama)

p.16 / jeudi

3 & vendredi 4 novembre à 20h30


D’APRÈS LA BANDE DESSINÉE DE JIRÔ TANIGUCHI

MISE EN SCÈNE :

DORIAN ROSSEL

À partir de 10 ans “Le jeune metteur en scène et son équipe réussissent un nouveau pari : transposer au théâtre Quartier lointain, magnifique bande dessinée de Jirô Taniguchi qui raconte comment un adulte retrouve ses traits et sa vie d’adolescent afin de comprendre pourquoi, à cette époque, son père est parti subitement.” (Le Temps)

Dorian Rossel crée des spectacles qui s’écrivent sur scène et n’empruntent pas au répertoire. Dans un jeu minimaliste et non spectaculaire, fait de trouvailles ludiques, il s’amuse avec ses comédiens à déjouer l’illusion théâtrale. Car Dorian Rossel a une conviction qu’il vérifie au fil de ses créations : “Le spectacle doit générer une évidence de plaisir et de partage. L’humour en est souvent la porte d’entrée.” En 2010, il a présenté au lieu unique : Je me mets au milieu mais laissez-moi dormir, d’après le film La maman et la putain de Jean Eustache, et Soupçons, tiré d’un documentaire de Jean-Xavier de Lestrade.

© Carole Parodi

>>> Et aussi : Café philo (Voir page 78) “Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ?” Mardi 8 novembre 2011 à 18h30 / Entrée libre

p.17 / du

mardi 8 au jeudi 10 novembre à 20h30

théâtre / durée : 1h25 / tarifs de 10 à 18 ¤

QUARTIER LOINTAIN


musique / tarifs de 18 à 25 ¤

PATTI SMITH

“Horses”, 1975 © Robert Mapplethorpe

L’an dernier Patti Smith publiait Just Kids, dans lequel elle racontait ses premières années new-yorkaises et son histoire d’amour avec le photographe Robert Mapplethorpe. Le jeune couple découvre une ville de New York en pleine ébullition, entre rêves underground et extravagances arty, sous haute influence d’Andy Warhol. Just Kids dessine et explique le parcours de celle qui fut d’abord poète et performeuse avant de prendre ensuite la route du rock suite à sa rencontre avec celui qui l’accompagne encore sur scène, le guitariste et critique rock Lenny Kaye en 1971. Elle monte ensuite son propre groupe et publie Horses en 1975. Robert Mapplethorpe signe la pochette avec l’un de ses portraits. Une veste jetée sur une épaule, une chemise blanche sur des lignes androgynes, un regard intense, direct, noir et pénétrant... En 1978, elle signe son plus gros succès à ce jour, Because the Night en collaboration avec Bruce Springsteen. Puis les succès, les tournées, les drames et les désillusions aussi s’enchaînent. Elle délaisse un temps la musique, se retourne vers l’écriture, le dessin, une expression artistique plus intime et compatible avec la vie de famille avant qu’un nouveau drame ne l’incite à revenir sur le devant de la scène au cœur des années 90, pour ne plus la quitter. Poursuivant depuis la logique créative qui a toujours guidé sa vie, qu’elle soit sur une scène avec une guitare en bandoulière, sur les pages blanches d’un cahier ou qu’elle use de la photographie ou du dessin, Patti Smith fait partie de nos vies. L’espace d’une journée, entre projection cinématographique, exposition, lecture intimiste et concert très rock, le lieu unique sera sa maison.

p.18 / dimanche

13 novembre à 20h30


CLAIRE-MÉLANIE SINNHUBER La musique de Claire-Mélanie Sinnhuber doit être vue autant qu’entendue. Elle nous révèle un théâtre inouï, proche du rituel, mais aussi d’une joyeuse folie. Ses œuvres sont portées par une irrésistible joie de vivre et un brin d’impertinence. Les instruments sonnent ronds et fruités, comme gorgés de sève. Le discours rebondit sans cesse, entre pièges, farces et attrapes. Le rythme se moque du groove, se déhanche avec malice, finit par vaincre les moindres résistances. On sourit, on rêve... et soudain on jubile !

DR

Flûtiste venue sur le tard à la composition, Claire-Mélanie Sinnhuber a arpenté la planète musicale au pas de course : IRCAM (Paris), Villa Kujoyama (Japon), Villa Medicis (Rome)... Ses œuvres sont jouées dans les grands festivals par les meilleurs ensembles et interprètes.

p.19 / vendredi

18 novembre à 20h30

musique / durée : env. 1h / tarifs de 10 à 18 ¤

LES RENCONTRES UTOPIK 1/3

Depuis leur création en 2007, les “Rencontres Utopik” ont permis à 12 compositeurs de faire entendre leur musique et de parler de leurs œuvres. Le lieu unique reçoit cette année 3 concerts dans le cadre de ces rencontres.


SOIRÉE PARTAGÉE

danse /durée : 1h30 avec entracte / tarifs de 10 à 18 ¤

OBTUS

/ CHORÉGRAPHIE :

CINDY VAN ACKER

Dans une création sonore de Mika Vainio (membre du duo finlandais Pan Sonic), le solo Obtus, servi par Tamara Bacci, danseuse d’exception, explore les frontières du visible et de l’invisible. Par son écriture chorégraphique, qui allie sobriété esthétique, mouvement minimaliste, composition minutieuse et musiques électroniques, Cindy Van Acker examine avec une méticulosité quasi scientifique les relations entre le corps et l’esprit, le son et le rythme, et crée des œuvres qui franchissent les barrières de la danse, de la performance et des arts plastiques.

FOU

/ CRÉATION DE

LOÏC TOUZÉ

Fou s’inscrit dans le projet Trois Sauts, une série de trois duos pour un danseur et un batteur, Cookie, autour de la question du rapport du danseur à la musique. Fou, troisième variation créée au lieu unique, est interprétée par Julien Gallée Ferré. L’élégance et la fantaisie caractérisent ce danseur virtuose ; sa rythmicité est puissante, son geste toujours précis. La question sera donc de pousser ses qualités jusqu’au dérèglement. Les deux autres “Sauts” seront visibles à ONYX et au Grand T.

Cindy Van Acker © Isabelle Meister

Du 30 oct. au 1er déc., quatre semaines dédiées à la danse contemporaine dans tout le département.

p.20 / samedi

26 novembre à 20h30


ÉCRIT ET DIRIGÉ PAR

LA RIBOT

Dans le Madrid des années 90, la danseuse, chorégraphe et artiste visuelle, La Ribot, développe son projet des Pièces distinguées, des soli d’une durée allant de 30 secondes à 7 minutes. Entre 1993 et 2000, elle réalise 34 formes courtes, qualifiées de “vignettes d’idées brillantes”, regroupées en trois séries qui seront présentées dans des théâtres et des galeries. Fait singulier dans l’histoire de la danse, les Pièces distinguées sont mises en vente et sont acquises par des collectionneurs privés qui portent désormais le titre de propriétaires distingués. Pour PARAdistinguidas, quatrième série des Pièces distinguées, la chorégraphe s’associe à quatre autres interprètes féminines et vingt figurants. L’artiste renouvelle l’expérience en modifiant certains principes de base des pièces d’origine : après avoir travaillé sur l’unité elle s’intéresse ici à la multiplicité, l’accumulation et la juxtaposition. L’humour caractérise son propos et couvre un large champ artistique en questionnant l’économie du spectacle, le marché de l’art ainsi que la fonction de l’artiste ou l’actualité. En mars 2009, La Ribot s’était produite au lieu unique aux côtés de Mathilde Monnier, dans leur duo Gustavia.

© Gilles Jobin

Du 30 oct. au 1er déc., quatre semaines dédiées à la danse contemporaine dans tout le département.

p.21 / mercredi

30 nov. & jeudi 1er décembre à 20h30

danse / durée : 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

PARADISTINGUIDAS


spectacles

DÉCEMBRE 2011 p.23 / mardi

6 à 20h30

TOUT VA BIEN

p.24 / vendredi

GARDENIA

p.25 / lundi

9 & samedi 10 à 20h30

12 à 20h30

GLENN BRANCA ENSEMBLE


CHORÉGRAPHIE :

ALAIN BUFFARD

La pièce s’ouvre sur une parade militaire glaçante, rythmée et scandée avec une précision absolue. De cet embrigadement premier, Alain Buffard dévoile et met en jeu dans le même temps les stratégies d’émancipation nécessaires. Du cabaret berlinois en passant par la revue militaire revisitée, des chants de Kurt Weil mélangés à des extraits de Full Metal Jacket, la pièce, grinçante et sensuelle est nourrie par la force de ses 8 interprètes.

© Marc Domage

“Tout va bien suggère des faits qui font la “une” de l’actualité (on ne peut s’empêcher de penser aux images de Guantanamo). On reconnaît la griffe esthétique de Buffard : une élégance stricte dans la silhouette, une menace dans le comportement, quelque chose d’intimement sous contrôle qui peut exploser à tout moment.” (Le Monde)

p.23 / mardi

6 décembre à 20h30

danse / durée : 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

TOUT VA BIEN - REPRISE


théâtre/danse / durée : 1h45 / tarifs de 10 à 18 ¤

GARDENIA

LES BALLETS C DE LA B ALAIN PLATEL / FRANK VAN LAECKE En véritable meneuse de revue, Vanessa Van Durme, célèbre artiste flamande transsexuelle, reçoit dans son cabaret Gardenia qui doit fermer ses portes. Entourée de ses anciens camarades travestis, elle s’apprête à donner leur ultime spectacle... Pour réaliser ce rêve, Vanessa Van Durme a fait appel à Alain Platel, metteur en scène gantois à l’œuvre déjà considérable et fondateur des ballets C de la B, et à Frank Van Laecke, artiste multicarte également gantois. “Tous trois intéressés par la culture populaire, les gens, la chanson du temps qui passe, la vie sur le plateau que l’on voudrait pas trop éloignée de la vie de la rue.” (Les Inrockuptibles)

© Luk Monsaert

“Gardenia est une pièce émouvante. Elle est cruelle ; elle est drôle parfois aussi. Très tendre avant tout. Impossible de ne pas être captif de ce cadeau-là. Avec ses amis, Vanessa Van Durme recolle les morceaux de sa vie pour une photo de groupe inoubliable.” (Le Monde)

p.24 / vendredi

9 & samedi 10 décembre à 20h30


“THE ASCENSION: THE SEQUEL”

DIRECTION : GLENN BRANCA GUITARES : REG BLOOR, EVELYNE BUHLER, ERIC HUBEL ET GREG MCMULLEN BASSE : RYAN WALSH / BATTERIE : LIBBY FAB

Pour cette dernière date de l’année 2011, nous avons rendez-vous avec une légende. Dans l’ombre de la production musicale d’avant-garde et expérimentale de ces 30 dernières années, il y a le fantôme de Glenn Branca.

© Tony Cenicola

Après des premières expériences théâtrales, il est devenu le pionnier de la scène no wave, aux côtés de Lydia Lunch ou James Chance, un courant esthétique né des cendres du punk et de la new wave, proche du monde de l’art contemporain et des artistes subversifs. Glenn Branca est un génie terroriste de la guitare qu’il triture, modifie, maltraite ou multiplie au centuple comme pour sa Symphonie pour 100 guitares. Après avoir fait saigner les oreilles du CBGB avec son premier groupe Theoretical Girls, Branca se rapproche de plus en plus de la musique contemporaine et des expérimentations dissonantes, au point de devenir un chef d’orchestre d’un autre monde au sein du Glenn Branca Ensemble, par lequel sont passés des membres éminents de Swans, Helmet, Lee Ranaldo ou Thurston Moore. Branca a d’ailleurs joué un rôle important dans la création de Sonic Youth, qui avait repris à l’époque ses principes bruitistes pour les transformer en chansons.

p.25 / lundi

12 décembre à 20h30

musique / durée : 1h15 /tarifs de 10 à 18 ¤

GLENN BRANCA ENSEMBLE


spectacles

JANVIER 2012 p.28 / jeudi

5 à 20h30 & vendredi 6 à 21h

LES ENFANTS DU ROCK

PLEASE KILL ME

p.29 / mardi

10 & mercredi 11 à 20h30

LES ENFANTS DU ROCK

MICRO

p.30 / vendredi

13 à 20h30

UTOPIK 2/3 : p.31/ mercredi

DÉCADE

PHILIPPE HUREL

18 à 20h30

COPRODUCTION : IBIDEM + RASTER-NOTON + LE LIEU UNIQUE

p.32 / jeudi

19 à 20h30 à la SALLE PAUL-FORT

L’ONJ PRÉSENTE : PIAZZOLLA

COPRODUCTION : NAJA / PANNONICA + LE LIEU UNIQUE

p.33 / du mercredi

25 au vendredi 27 à 20h

AU MOINS J’AURAI LAISSÉ UN BEAU CADAVRE


“Le rock’n’roll est tellement génial, des gens devraient se mettre à mourir pour lui.” Lou Reed

Depuis plus de cinquante ans la musique rock habite notre quotidien. Elle étend notamment son influence à la mode, au cinéma, aux arts plastiques mais aussi à la littérature et aux arts vivants. Vecteur du pacifisme, de la libération sexuelle, de l’accès aux drogues, de l’engagement politique, le rock relayé un temps par le punk, agissant en véritable contre-culture, a accompagné les grands changements de société depuis les années 60. Qu’elle soit restée marginale ou devenue populaire, la culture rock a nourri toute une génération d’artistes de la scène qui s’inspirent de son énergie, ses codes et ses légendes. >>> LES RENDEZ-VOUS : JEUDI 5

à 20h30 : Please Kill Me (voir p. 28)

VENDREDI 6

à 19h30 : Gonzo Conférence (voir p. 82) à 21h00 : Please Kill Me

MARDI 10

à 18h30 : “L’inconscient freudien et la fonction psychanalytique du rock" Par Francis Métivier, docteur en philosophie. Grand amateur de rock, il explique comment, en écoutant The Doors, Hendrix ou Led Zeppelin, on fait de la philosophie. à 20h30 : Micro (voir p. 29) à 20h30 : Micro

>>> La Bibliothèque municipale de Nantes accueille du 18 nov. 2011 au 26 fév. 2012 une exposition intitulée Rock et littérature, consacrée aux relations et influences réciproques entre le rock et la littérature à partir des années 60. Le programme complet des conférences, performances, rencontres d’auteurs etc. sera disponible sur le site : www.bm.nantes.

p.27 / du

Ramones, 1976 / DR

MERCREDI 11

jeudi 5 au mercredi 11 janvier

danse/musique / rdv “Les enfants du rock”

LES ENFANTS DU ROCK


théâtre/musique / durée : 1h35 / tarifs de 10 à 18 ¤

PLEASE KILL ME

L’histoire non censurée du punk racontée par ses acteurs D’APRÈS

LEGS MCNEIL ET GILLIAN MCCAIN

ADAPTATION, CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE DE

MATHIEU BAUER

Musicien et metteur en scène, Mathieu Bauer crée Please Kill Me, une traversée fulgurante dans l’underground du punk new-yorkais des seventies, inspirée des écrits de Legs McNeil et Gillian McCain. Please Kill Me, livre culte, est le fruit (vénéneux) de centaines d’heures d’entretiens avec ceux qui ont animé l’un des mouvements culturels et musicaux les plus détonants de la fin du 20ème siècle : le punk rock américain. Avec leur gouaille et leur verve redoutable ou leur humour pince-sans-rire, les acteurs ressuscitent pour nous les anecdotes les plus délirantes des différentes époques de leur vie. Ils font revivre ces personnages attachants et détestables, à tel point qu’on a l’impression de partager avec eux ce quotidien insensé de galères en tous genres. Une plongée incroyable dans la vie quotidienne pleine de bruit et de fureur, de drogue, de catastrophe et de poésie (parfois) du Velvet Underground, des Stooges, d’Iggy Pop du MC5, des New York Dolls, des Heartbreackers, de Patti Smith, des Ramones...

© Pierre Grosbois

Des chansons, du théâtre, des mots par une équipe hors du commun, Sentimental Bourreau, menée par Mathieu Bauer qui prend la direction du Nouveau Théâtre de Montreuil, Centre Dramatique National.

p.28 / jeudi

5 à 20h30 & vendredi 6 janvier à 21h


PIERRE RIGAL

“L’être humain est un animal musical, le rocker est un monstre musical.” (Pierre Rigal) Ancien athlète de haut niveau passé par des études de mathématiques, le danseur chorégraphe Pierre Rigal nous revient avec sa nouvelle pièce : Micro. Tout comme dans ses précédentes créations (Érection, Arrêts de jeu ou Press, accueillies au lieu unique) il développe une idée en faisant preuve à chaque fois d’une grande inventivité pleine de malice. Micro est une expérience énergique, un concert physique, une sorte d’opéra microscopique dans lequel Pierre Rigal, aux côtés du groupe Moon Pallas, rend visible, presque palpable, la musique rock. Pierre Rigal et ses quatre acteurs-danseurs-musiciens jouent, non sans humour, avec le corps sans jamais tomber dans la caricature et nous embarquent dans un concert rock chorégraphié, une performance dansée de rockers endiablés.

© Pierre Grosbois

“De création en création, Pierre Rigal donne une place centrale à la musique souvent jouée live et originale. Avec Micro, il pousse à bout son engagement.” (Les Inrockuptibles)

p.29 / mardi

10 & mercredi 11 janvier à 20h30

danse/musique / durée : 1h40 / tarifs de 10 à 18 ¤

CONCEPTION, CHORÉGRAPHIE ET MISE EN SCÈNE :

MICRO


musique / durée : env. 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

LES RENCONTRES UTOPIK 2/3

Depuis leur création en 2007, les “Rencontres Utopik” ont permis à 12 compositeurs de faire entendre leur musique et de parler de leurs œuvres. Le lieu unique reçoit cette année 3 concerts dans le cadre de ces rencontres.

PHILIPPE HUREL Philippe Hurel est un compositeur branché sur un voltage à haute tension ! Sa musique demande de la part des musiciens une virtuosité à toute épreuve : contrepoints rythmiques, perpétuels changements de mesure ou de tempo, jeu sur les déplacements d'accents, motifs en boucle soumis à des transformations savamment contrôlées (morphing)... Mais cette énergie débridée frôle parfois la rupture : la pulsation disparaît alors et le temps semble suspendu ; les instruments, comme livrés à eux-mêmes, échangent d'insolites cadences ; de longues désinences jouées avec le seul souffle font leur apparition... Qu’est-ce qui a vacillé ? Quel drame mystérieux se joue ?

DR

La musique de Philippe Hurel (né en 1955), ancien pensionnaire à la Villa Medicis, a été couronnée de nombreux prix. Ses œuvres ont été interprétées par de prestigieux ensembles et orchestres sous la direction de chefs tels que Pierre Boulez, François Xavier Roth, David Robertson, Esa Pekka Salonen, Pierre-André Valade, Kent Nagano, Lorraine Vaillancourt... Prochaines commandes : Orchestre de Monaco, Orchestre Philharmonique de Radio-France, Opéra du Capitole...

p.30/ vendredi

13 janvier à 20h30


ANNE-JAMES CHATON (TEXTES, HAUT-PARLEUR) + ANDY MOOR (GUITARES) + ALVA NOTO (ÉLECTRONIQUES)

© KGB

Décade est une création sonore dense et structurée. Les différents morceaux s’ouvrent sur la lecture quasi litanique par Anne-James Chaton de “portraits” de personnes, construits à partir de listes d’actions et de faits objectifs, énoncés au présent. Cette énumération en plusieurs langues, délibérément répétitive, devient une ligne de basse continue sur laquelle la musique s’appuie et se construit jusqu’à la couvrir entièrement. Les boucles électroniques géométriques et minimales d’Alva Noto complètent parfaitement les incursions rock et expérimentales d’Andy Moor. Décade réunit 3 artistes d’horizons différents. Sur scène, ce sont 3 physiques, 3 présences et autant d’instruments et de notes, de sons et de clics, de mots et de souffles, d’images et de gestes qui entrent en résonance. Ils sont ici réunis pour la seconde fois pour une nouvelle étape de création, après une première mondiale en 2009 au lieu unique. Andy Moor vit à Amsterdam, il est membre du groupe hollandais The Ex et a fondé les groupes Dog Faced Hermans et Kletka Red... Il développe différents projets avec lDJ/Rupture, Terrie Ex, Paal Nillssen Love, Ken Vandermark ou John Butcher. Anne-James Chaton vit à Paris. Il a publié aux éditions Al Dante et sur le label hollandais Unsounds. Il codirige le festival d’arts sonores “sonorités”, qu’il a fondé avec Carole Rieussec à Montpellier en 2005. Il a travaillé avec The Ex et a sorti cette année un album chez Raster-Noton. Alva Noto (alias Carsten Nicolai) vit à Berlin. Il est l’un des grands représentants de la scène électronique minimale contemporaine. Fondateur du label berlinois Raster-Noton, il sillonne le monde pour jouer en solo ou avec d’autres musiciens tels que Ryoji Ikeda, Blixa Bargeld ou Ryuichi Sakamoto.

Ce concert accompagnera la sortie du livre d’Anne-James Chaton et d’un double vinyle sur le label Raster-Noton.

p.31/ mercredi

18 janvier à 20h30

musique / durée : 1h /tarifs de 10 à 18 ¤

DÉCADE


musique / durée : 1h30 / tarifs de 12 à 19 ¤

L’ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ PRÉSENTE :

PIAZZOLLA

DIRECTION ARTISTIQUE DANIEL

NOUVEAU PROGRAMME CRÉATION JANVIER 2012

YVINEC / ARRANGEMENTS GIL GOLDSTEIN

EVE RISSER PIANO, PIANO PRÉPARÉ, FLÛTES / VINCENT LAFONT CLAVIERS, ÉLECTRONIQUE ANTONIN-TRI HOANG SAXOPHONE ALTO, CLARINETTES / RÉMI DUMOULIN SAXOPHONE TÉNOR, CLARINETTES MATTHIEU METZGER SAXOPHONES, ÉLECTRONIQUE / JOCE MIENNIEL FLÛTES, ÉLECTRONIQUE SYLVAIN BARDIAU TROMPETTE / PIERRE PERCHAUD GUITARE, BANJO SYLVAIN DANIEL BASSE ÉLECTRIQUE / YOANN SERRA BATTERIE

© Annabelle Tiaffay

Astor Piazzolla est très probablement l’un des compositeurs les plus populaires au monde, il est également l’une des figures les plus importantes de la musique du XXe siècle. Son œuvre gigantesque couvre un champ stylistique infini où se mêlent les influences de la musique savante, le tango, le rock, le jazz, la musique de film, la musique électronique... Piazzolla est souvent à juste titre associé au tango, un style qu’il n’a cessé de révolutionner tout au long de sa vie. Depuis janvier 2009, l’Orchestre National de Jazz, sous la direction artistique de Daniel Yvinec, pratique une musique d’ouverture dont la contribution à l’évolution du jazz est reconnue par tous. La relecture de l’œuvre de Piazzolla semblait pour toutes ces raisons une évidence. L’univers charnel et savant du compositeur argentin fera explorer à l’ONJ et au public une nouvelle gamme d’émotions. Ce programme permettra à tous de vivre la musique d’Astor Piazzolla sous un éclairage nouveau et d’entrer au cœur de la démarche ambitieuse d’un orchestre passionnant parvenu à maturité.

p.32 / jeudi 19 janvier à 20h30 à la SALLE PAUL-FORT 9 rue Basse Porte à Nantes (à côté du marché de Talensac)


D’APRÈS HAMLET DE WILLIAM SHAKESPEARE

UN PROJET DE

VINCENT MACAIGNE

CRÉATION AVIGNON 2011

Auteur, metteur en scène, Vincent Macaigne travaille à faire du théâtre un acte épique, artistique et courageux. Son théâtre crie. Cri de rage, d’amour ou de destruction, il est tout à la fois intime, collectif et générationnel. Dans une mise en scène qualifiée de démesurée, d’outrancière et de fulgurante, les acteurs, les images, la lumière et le son travaillent à faire surgir du mythe et du poétique la violence du réel et du quotidien. Vincent Macaigne, pertinent et audacieux, présente une version très libre et contemporaine de la pièce de Shakespeare. Un Hamlet révolté. Car il ne s’agit pas de divertir, mais de rendre compte de la colère. La colère des enfants qui subissent l’héritage de leurs aïeux, le courroux de ceux qui redoutent l’âge adulte qu’ils pressentent comme celui de la trahison des engagements et des rêves.

© Anne Durez

“Qu’est-ce que cette idée de continuer à grandir et en même temps réussir à toujours être noble, ne pas abandonner trop de choses et en même temps accepter d’être au monde...” (Vincent Macaigne)

p.33 / du

mercredi 25 au vendredi 27 janvier Attention, spectacle à 20h !

théâtre / durée : env. 3h30 avec entracte / tarifs de 10 à 18 ¤

AU MOINS J’AURAI LAISSÉ UN BEAU CADAVRE


spectacles

FÉVRIER 2012 p.35 / mardi

7 & mercredi 8 à 20h30 ALEXIS. UNE TRAGÉDIE GRECQUE

EN CORÉALISATION AVEC LE TU-NANTES.

p36 / du

mardi 28 février au samedi 3 mars à 20h30

HANS WAS HEIRI

UNE COPRODUCTION LE LIEU UNIQUE.


MISE EN SCÈNE : ENRICO CASAGRANDE ET DANIELA NICOLO

COMPAGNIE MOTUS / En italien surtitré

Athènes, 6 décembre 2008. Un jeune homme de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos, est tué par balles par un agent de police. Dans un contexte social et politique déjà tendu, cette mort déclenche une vague d’émeutes sans précédent. Alexandros devient l’icône d’une jeunesse révoltée par la corruption et l’impuissance des politiques. Depuis 2009, Enrico Casagrande et Daniela Nicolo mènent un travail autour des révoltes contemporaines à travers la figure d’Antigone - une femme qui, confrontée à l’injustice, se lève et résiste. Les auteurs et metteurs en scène italiens se rendent alors à Athènes, enquêtent, traquent et filment dans la ville les traces des événements et recueillent les échos de cette révolte. De tout cela, Motus fait un spectacle documentaire et poétique qui recrée remarquablement l’atmosphère d’urgence, de tension de ces journées d’Athènes, mais qui ne s’en tient pas là. Enrico Casagrande et Daniela Nicolo invitent les spectateurs à chercher avec eux qui sont les Antigone d’aujourd’hui. Comment résister ? Le poing levé dans la rue, sur un plateau de théâtre, sur les murs de la ville ? Motus a présenté à Nantes les pièces Twin Rooms, Splendid’s, L’Ospite et Petits épisodes de fascisme au quotidien et fait entendre les grands écrivains d’aujourd’hui, Genet, Pasolini ou Fassbinder, pratiquant tous une langue de la révolte.

© Valentina Bianchi

>>> Et aussi : Café philo (voir page 78) “Se révolter a-t-il encore un sens ?” Mardi 7 février 2012 à 18h30 / Entrée libre

p.35 / mardi

7 & mercredi 8 février à 20h30

théâtre / durée : 1h20 / tarifs de 10 à 18 ¤

ALEXIS. UNE TRAGÉDIE GRECQUE


théâtre/danse/cirque / durée : env. 1h20 /tarifs de 10 à 18 ¤

HANS WAS HEIRI

CRÉATION JANVIER 2012 PREMIÈRE FRANÇAISE

CONCEPTION, MISE EN SCÈNE ET DÉCORS :

ZIMMERMANN & DE PERROT En janvier 2011, nous avons découvert avec Öper Öpis le théâtre sans parole débordant d’humour et d’absurde, de Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot : duo de metteurs en scène suisses composé d’un acrobate-clown et d’un DJ-performeur. Leur nouvelle création, titrée Hans was Heiri (littéralement Jean comme Henri, équivalent de l’expression “bonnet blanc, blanc bonnet”), part de l’observation que les humains se ressemblent beaucoup et qu’en fait, ils se distinguent étonnamment peu dans leurs sentiments et leur fonctionnement. La vie n’est-elle que l’échec de notre ambition à devenir des individus uniques ? Dans un décor renversant, accompagnés de cinq artistes de cirque et danseurs exceptionnels, Zimmermann & de Perrot cherchent à percer cette énigme.

© Augustin Rebetez

>>> Performance-rencontre Rhizikon, présentée en miroir du spectacle Hans Was Heiri (voir page 83)

p36 / du

mardi 28 février au samedi 3 mars à 20h30


p.38 / du

mardi 6 au jeudi 8 à 20h30

SALVES

EN CORÉALISATION AVEC ONYX-LA CARRIÈRE, SAINT-HERBLAIN.

p.39 / vendredi

16 à 20h30

BRAD MEHLDAU TRIO p.40 / du

lundi 19 au mercredi 21 à 20h30

au TU-Nantes

URBIK / ORBIK

EN CORÉALISATION AVEC LE TU-NANTES.

p.41 / mercredi

21 & jeudi 22 à 20h30

DAPHNIS É CHLOÉ

p.42 / vendredi

UTOPIK3/3 :

30 à 20h30

TRISTAN MURAIL

spectacles

MARS 2012


danse / durée : 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

SALVES CONCEPTION :

MAGUY MARIN

“Il faut organiser le pessimisme”, a dit Walter Benjamin. “Il faut donner vie aux forces de résistance”, répond Maguy Marin. “Pièce manifeste pour sept interprètes, Salves, ramasse d’un coup magistral le talent de Maguy Marin. Elle allie savoir-faire extrême du plateau (espace, architecture, lumières...), science du rythme visuel et musical, sens du théâtre, le tout blindé par un mental d’acier. Maguy Marin sait ce qu’elle veut dire et trouve les moyens pour faire passer le message sans virer simpliste ni démago. Politique au sens fort, cette pièce tire la sonnette d’alarme d’un monde malade où la rage l’emporte encore sur le désespoir.” (Le Monde) Chorégraphe reconnue depuis son ballet May B. en 1981, Maguy Marin tient une place atypique dans le champ de la danse française. Elle mène un travail mis “au service d’un mouvement de pensée”, selon les mots de la chorégraphe. La liberté avec laquelle elle met en œuvre sa pensée artistique expose son œuvre aux controverses. Elle lui donne sa force et la distingue. Ses pièces telles que Ça quand même, Umwelt, Turba ou encore Description d’un combat en témoignent.

© Jean Pierre Maurin

>>> Et aussi : Lire la danse / Rencontre avec Maguy Marin le mercredi 7 mars à 15h / entrée libre Médiathèque Hermeland à Saint-Herblain / Tél. 02 28 25 25 25

p.38 / du

mardi 6 au jeudi 8 mars à 20h30


Quelques notes

BRAD MEHLDAU : PIANO / LARRY GRENADIER : CONTREBASSE / JEFF BALLARD : BATTERIE Production : Accords Productions

© Richard Dumas

Il y a une sorte de dichotomie dans le tempérament musical du pianiste Brad Mehldau. C’est d’abord et surtout un improvisateur, qui tient beaucoup à la surprise et à l’émerveillement suscités par une idée spontanée exprimée directement, en temps réel. Mais il est également fasciné par l’architecture formelle de la musique et cela marque tout ce qu’il fait. (...) Les deux aspects de la personnalité de Mehldau - improvisateur et formaliste - entrent en interaction, ce qui donne souvent une impression de chaos contrôlé. (...) Il se produit et enregistre abondamment depuis le début des années quatre-vingt-dix, principalement en trio. À partir de 1996, son groupe a sorti une série de cinq disques chez Warner, intitulée The Art of the Trio. Mehldau a également fait un album solo, Elegiac Cycle, et un autre, Places, qui comprend des oeuvres en solo et en trio. On peut dire qu’Elegiac Cycle et Places sont des albums “concept” : ils sont composés exclusivement d’œuvres originales, avec un thème central qui plane sur toutes les compositions. Par ailleurs, Brad Mehldau a publié Largo, en collaboration avec le musicien et producteur novateur Jon Brion, et Anything Goes - un album trio avec le bassiste Larry Grenadier et le batteur Jorge Rossy. (...) Après dix années fructueuses avec Rossy, le trio régulier de Mehldau a pris pour batteur Jeff Ballard en 2005, année du premier disque du Brad Mehldau Trio, Day is Done. (...)

p.39 / vendredi

16 mars à 20h30

musique / durée : 1h30 / tarifs de 18 à 25 ¤

BRAD MEHLDAU TRIO


théâtre / durée : env. 1h30 / tarifs de 8 à 16 ¤

URBIK / ORBIK

À LA VILLE COMME À L’UNIVERS ADAPTATION, SCÉNOGRAPHIE ET MISE EN SCÈNE :

JORIS MATHIEU

D’après le roman inédit de Lorris Murail, inspiré par l’œuvre et la vie de Philip K. Dick

“La réalité, c’est ce qui refuse de disparaître, même quand on a cessé d’y croire.” (Philip K. Dick in Si ce monde vous déplaît...)

Joris Mathieu crée un théâtre d’images irréelles, empruntant avec talent aux archétypes de la science-fiction. Il s’empare pour cette création de l’univers de Philip K. Dick, entremêlant sa vie et son œuvre, pour un voyage, avec retour, dans un monde parallèle. Joris Mathieu a présenté la saison dernière au TU-Nantes, Des Anges Mineurs, tryptique inspiré de l’écriture d’Antoine Volodine. Philip K. Dick est un auteur majeur de la littérature de science-fiction. Ses romans ont inspiré plusieurs grands succès du cinéma : Blade Runner, Total Recall, Minority Report... Dick nous raconte des histoires de mondes parallèles qui tournent autour de la même question : qu’est-ce que le réel ?

© Siegfried Marque

>>> Et aussi : Trois séances autour de l’héritage cinématographique et littéraire de l’œuvre visionnaire de P. K. Dick. les 7, 14 et 21 mars à 18h30 au lieu unique / entrée libre.

p.40 / du lundi 19 au mercredi 21 mars à 20h30 au TU-Nantes, Chemin de la Censive du Tertre (Tram. 2 – arrêt Facultés)


DAPHNIS É CHLOÉ

JEAN-CLAUDE GALLOTTA

“Jean-Claude Gallotta chorégraphie l’irrésistible attraction des corps” (Le Monde) Créé en 1982 par Mathilde Altaraz, Pascal Gravat et Jean-Claude Gallotta, sur une musique d’Henry Torgue, ce trio est devenu culte pour toute une génération. Pour cette reprise, trois jeunes danseurs redonnent force et vie à cette pièce des débuts du chorégraphe. Le spectacle s’inspire d’un roman grec narrant les amours contrariées d’un chevrier et d’une bergère, finalement réunis grâce à l’intervention du dieu Pan. Partant de cette trame, Gallotta, grâce à une chorégraphie délicate et raffinée où les mouvements de poignets trahissent tout autant la complicité des personnages que leurs chassés-croisés, fait de Daphnis é Chloé une réflexion sur le désir. “Gallotta invente une de ces fantaisies dansées dont il a maintenant le secret. Il y ajoute un peu de Jules, un peu de Jim (François Truffaut), un peu du Faune (Nijinski), des Fiancés de la tour Eiffel (Chagall)...”

© Guy Delahaye

(Télérama)

p.41 / mercredi

21 et jeudi 22 mars à 20h30

danse / durée : 1h / tarifs de 10 à 18 ¤

re-création -


musiuqe / durée : env. 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

LES RENCONTRES UTOPIK 3/3

Depuis leur création en 2007, les “Rencontres Utopik” ont permis à 12 compositeurs de faire entendre leur musique et de parler de leurs œuvres. Le lieu unique reçoit cette année 3 concerts dans le cadre de ces rencontres.

TRISTAN MURAIL La dernière des trois Rencontres Utopik est marquée par la venue d’une très grande figure de la musique contemporaine : Tristan Murail. Internationalement acclamé, il restera comme un des plus grands compositeurs de notre temps. Fondateur avec Michaël Levinas de l'ensemble “Itinéraire”, il est aussi un des moteurs du renouveau de la musique contemporaine, avec notamment sa contribution au courant “spectral”. Le programme proposé par l'ensemble Utopik aborde ses œuvres de chambre emblématiques comme la très célèbre Feuilles à travers les Cloches, ou ses œuvres solistes comme l'impressionnante pièce pour violoncelle seul Attracteurs étranges.

© DR

Un must donc, à ne surtout pas manquer !

p.42 / vendredi

30 mars à 20h30


p.44 / du

mardi 3 au jeudi 5 avril à 20h30

ROBERT PLANKETT

p.45 / samedi

7 avril à 20h30

JAD FAIR / DANIEL JOHNSTON p.46 / jeudi

12 avril à 20h30

DOMINIQUE A.

p.47 / mardi

24 avril à 20h30 à L’ARC DE REZÉ

GIARDINO DELLA PAROLA

EN CORÉALISATION AVEC L’ARC, SCÈNE CONVENTIONNÉE DE REZÉ, LE THÉÂTRE ATHÉNOR, SCÈNE NOMADE SAINT-NAZAIRE/NANTES, EN PARTENARIAT AVEC LE CEFEDEM BRETAGNE/PAYS DE LA LOIRE.

p.48-51 / du

24 au 28 avril

Semaine magie nouvelle et magie mentale p.52 / du

jeudi 7 au vendredi 15 juin

(relâche le dim. 10) à 20h30 Spectacle sous chapiteau, cours Saint-Pierre

LA PISTE LÀ

spectacles

AVRIL/MAI/JUIN 2012


théâtre / durée : 1h25 / tarifs de 10 à 18 ¤

ROBERT PLANKETT

PAR LE COLLECTIF LA VIE BRÈVE MISE EN SCÈNE : JEANNE CANDEL Robert Plankett, première création de ce tout jeune collectif né il y a trois ans, est le fruit d’une écriture commune. L’observation minutieuse du deuil en est le cœur vivant. Robert Plankett, metteur en scène, est mort. Ses proches se retrouvent chez lui pour vider la maison, ranger leurs souvenirs, s’occuper de ce qui reste et de ceux qui restent. De Robert Plankett, on ne sait que peu de choses. C’est à travers ses proches qu’un portrait de lui se dessine lentement, un portrait non dénué d’humour. Ces retrouvailles sont l’occasion de révéler avec tendresse et drôlerie les penchants des uns, les travers des autres. Ce spectacle, au sujet risqué et délicat, regorge de trouvailles sensibles servies par une mise en scène pleine de fraîcheur et d’intuitions. Un théâtre très libre hors des sentiers battus qui démontre une capacité réjouissante à déjouer les clichés.

© Charlotte Corman

>>> Et aussi : Café philo (voir page 78) “Qu’est-ce que connaître l’Autre ?” Mardi 3 avril 2012 à 18h30 / Entrée libre

p.44 / du

mardi 3 au jeudi 5 avril à 20h30


Cultes pour tous les fans de pop lo-fi, Daniel Johnston a réalisé une improbable collection de chansons, dont la majeure partie est sortie en cassettes audio, et fort heureusement rééditée depuis. Impossible de résumer sa carrière tourmentée en quelques lignes sans faire injure à son talent, la meilleure manière de comprendre son œuvre est d’écouter The Story of an Artist, une de ses plus belles chansons. Sur celleci, le perturbé songwriter, seul au piano chez lui, livre un texte touchant de simplicité et de justesse sur le statut de l’artiste, tout en jouant une mélodie belle à pleurer. On pense à un fils caché de John Lennon jouant sur le piano blanc d’Imagine en l’absence de Yoko Ono, partie en tournée, et de John, retenu au paradis... Kurt Cobain, Yo la Tengo ou les Butthole Surfers ne s’y sont pas trompés, non contents de puiser une partie de leur inspiration dans les chansons de Daniel Johnston, ils ont salué son talent dans la presse, contribuant ainsi à la reconnaissance de l’un des grands génies de la pop music.

Daniel Johnston & Jad Fair “It’s Spooky”, 1989 © Jad Fair

Jad Fair est un vétéran du rock, joué à coup de guitares à deux cordes, de flûtes et de pianos en plastoc, sur lesquels se promène sa voix inimitablement fausse et envoûtante. Même si la reconnaissance “officielle” se fait attendre, Jad Fair appartient à cette famille d’artistes torturés sublimant leurs angoisses et qui n’ont de cesse d’innover tout en évitant de se prendre au sérieux. A travers une musique primitive, Jad Fair a enchaîné les odes à l’amour, à l’amitié, à la rédemption offerte par la musique, à l’aliénation mentale provoquée par la médiocrité de la “vie moderne”. Il y a dans sa musique une sorte de pureté, d’innocence enfantine, de gratuité totale, de marginalité...

>>> Et aussi : Welcome to My World! (voir pages 64-67) / Exposition du 7 avril au 20 mai 2012 / Entrée libre

p.45 / samedi

7 avril à 20h30

musique / durée : 2h / tarifs de 10 à 18 ¤

DANIEL JOHNSTON + JAD FAIR


musique / durée : 2h30 / tarifs de 18 à 25 ¤

DOMINIQUE A.

©Julien Mignot

“Il y a 20 ans, en février 1992, je sortais mon premier album, La fossette, sur un petit label nantais, Lithium. C’était un disque de peu, enregistré avec trois fois rien, et revendiqué comme tel : j’aspirais à une chanson “brute”, délestée de tous les oripeaux de production qui parasitaient alors selon moi les disques de l’époque. Je pensais que ce disque était une chance qui m’avait été donnée et qui n’aurait pas de suite. J’espérais juste qu’on en parlerait un peu, que Lithium parviendrait à en écouler quelques milliers et puis bye bye. Depuis, je n’ai pas arrêté. De façon inespérée, l’engouement critique et du public spécialisé autour de ce premier disque m’a mis sur les rails d’une carrière, un mot qui n’évoquait guère auparavant pour moi qu’un endroit où on casse les pierres. Au terme de bientôt deux décennies d’activité, la tentation était forte de revenir sur les traces de cet album, dont certaines personnes ont encore l’amabilité de me parler avec des trémolos dans la voix : l’occasion d’une revisitation, en formule trio, avec piano, guitare et percussions, loin du son synthétique d’antan, mais avec le même souci d’épure. Mais la démarche rétrospective ne saurait empiéter sur l’envie, intacte, de creuser un sillon plus actuel, avec de nouvelles chansons qui constitueront l’ossature de toute la deuxième partie du spectacle que j’entends présenter pour “mes 20 ans”, façon d’attaquer les 20 qui suivront avec du sang neuf. [...] En rupture avec la première partie du spectacle, le groupe sur scène sera assez étoffé, avec une douzaine de musiciens, et une cohabitation d’instruments électriques et acoustiques. L’objectif étant pour moi que cette alliance permette une grande variété d’ambiances musicales, et un jeu axé sur la dynamique, avec alternance de moments épurés et de séquences lyriques, dans l’esprit des chansons en cours d’écriture.” Dominique A.

p.46 / jeudi

12 avril à 20h30


LUCIANO BERIO / ISABEL SOCCOJA MISE EN SCÈNE :

CHRISTINE DORMOY ISABEL SOCCOJA

DIRECTION MUSICALE, MEZZO-SOPRANO :

Ce spectacle est une pépite, une perle rare, un condensé de créativité et d’inventivité, servi par une interprète au sommet de son art. C’est la naissance du théâtre musical de Luciano Berio qu’incarne ici Isabel Soccoja, mezzo-soprano.

DR

En un peu plus d’une heure, autour de cette remarquable artiste seule en scène, sont convoquées les explorations sonores de Luciano Berio et toutes les thématiques qui ont forgé son propos artistique : la voix porteuse de poésie subversive, la voix sensuelle, la voix “organique”, la voix “rire”, les ponts entre le langage et le corps, le féminin et le masculin...

p.47 / mardi

24 avril à 20h30 à L’ARC DE REZÉ

rue Guy Lelan (Tram. 3 – arrêt Pont Rousseau)

musique / durée : 1h10 / tarifs de 8 à 18 ¤

GIARDINO DELLA PAROLA


magie nouvelle et magie mentale

SEMAINE MAGIE NOUVELLE ET MAGIE MENTALE La magie a une longue histoire qui commence au moins au IIIe millénaire avant Jésus-Christ. et qui s’apparente à la magie rituelle pratiquée par les chamans. La magie que nous connaissons, avec ses tours de cartes et ses lapins blancs ne naît qu’au XIXe siècle. Loin du sorcier, pour le magicien des temps modernes seuls comptent désormais son savoir-faire et sa technique basés sur l’illusionnisme et la prestidigitation. Arts du XXIe siècle, la magie nouvelle et la magie mentale bouleversent nos repères, questionnent l’illusion, les enjeux de l’art et du spectacle. Durant toute une semaine, vous pourrez découvrir quelques-uns de ces spectacles de magie d’aujourd’hui. Avant chaque représentation, Zargal le magicien de la compagnie Santini, fera des démonstrations de close up* conçues en miroir des spectacles présentés. *Magie de table qui privilégie la manipulation de cartes, de pièces, etc. et destinée à une petite assistance.

Qu’est-ce que la magie nouvelle ? Huit années à peine après sa fondation, le courant de la magie nouvelle est parvenu à imposer un nouveau langage artistique qui ne renie pas pour autant ses origines mais cherche à libérer de ses codes la magie traditionnelle. La magie nouvelle, grâce à l’utilisation d’un matériel de haute technologie (logiciels, caméras numériques...), détourne le réel en donnant corps à l’invisible, se joue de nos perceptions, éveillant ainsi l’esprit à de nouvelles expériences sensorielles. Qu’est-ce que la magie mentale ? Ici, on ne manipule pas les objets pour tromper le regard, mais on manipule les pensées. On les prédit, on joue d’influence et on taquine le libre arbitre de chacun. Pas de manipulation visible, pas de grande illusion, rien de palpable. Cette discipline s’exerce d’un esprit à l’autre par un savant mélange d’astuces, de psychologie et d’observation. Une expérience à la fois ludique et troublante qui questionne notre rapport à la réalité et ébranle profondément notre rationalité.

>>> LES RENDEZ-VOUS : MARDI 24

à 19h30 : Close up “Les classiques” par Zargal le magicien / entrée libre à 20h30 : Vibrations “version scène” (voir page 49)

MERCREDI 25

à 19h30 : Conférence “Pour une magie nouvelle” par Raphaël Navarro

JEUDI 26

à 19h30 : Close up “Les bizarres” par Zargal le magicien / entrée libre à 20h30 : Cartoon (voir page 50)

VENDREDI 27

à 19h30 : Vrai/Faux (rayez la mention inutile) par Thierry Collet (voir page 85)

SAMEDI 28

à 19h30 : Close up “Les tricheurs” par Zargal le magicien / entrée libre à 20h30 : Influences (voir page 51)

p.48 /

(voir page 85)

du 24 au 28 avril


CLÉMENT DEBAILLEUL ET RAPHAËL NAVARRO / CIE 14:20

UN SPECTACLE DE

À partir de 8 ans

À la croisée de la danse, du théâtre d’ombres et du cirque, la compagnie 14:20 met le public dans un état second. Vibrations est construit comme un voyage intérieur, à la recherche du “sentiment magique”. Le spectacle est un moment suspendu, volé à l’agitation du monde. Les corps se meuvent souples, affranchis des lois de la gravité. Le mouvement, la réalité physique sont bouleversés par la magie. Les acteurs entrent en état d’apesanteur, se dédoublent, le mouvement imprime sa trace immatérielle dans l’espace. Des balles blanches dansent à un rythme anormalement lent, puis, inspirées par le mouvement des étoiles, forment des constellations mobiles. Raphaël Navarro et Clément Debailleul sont les fers de lance d’un mouvement artistique contemporain : la magie nouvelle. En conjuguant les pratiques anciennes de magie, illusionnisme et prestidigitation, avec les nouvelles technologies et la recherche anthropologique, la compagnie 14:20 offre de nouvelles perspectives entre spectacle vivant et arts plastiques.

© ©Clément Debailleul

>>> Et aussi : Conférence “Pour une magie nouvelle” par Raphaël Navarro le mercredi 25 à 19h30.

p.49 / mardi

24 avril à 20h30

magie nouvelle / durée : 1h20 / tarifs de 10 à 18 ¤

VIBRATIONS «VERSION SCÈNE»


magie nouvelle / durée : env. 1h15 / tarifs de 10 à 18 ¤

CARTOON

CRÉATION MARS 2012

BARNABARN CIRCUS COMPANY Un spectacle de cirque sur le monde fantasmagorique d’un homme inconscient. Un homme qui vient de subir un accident est entre la vie et la mort. Enfermé dans le labyrinthe de sa conscience, il cherche à retrouver la sortie. Comme dans un voyage initiatique, il est accompagné dans sa quête par un personnage féminin aux multiples facettes, qu’il semble avoir créé inconsciemment pour le guider sur le chemin de son retour à la pleine conscience. Cartoon est un spectacle de cirque où l’acrobatie, le mât chinois, la magie nouvelle et les cartoons se mélangent pour créer un voyage imaginaire dans les méandres d’une conscience traumatisée. Son univers ressemble à une improbable rencontre entre Tex Avery et David Lynch, à la fois hilarante et cauchemardesque.

© Barnabarn

Le projet du spectacle Cartoon est né de la rencontre de Chloé Fournier et de Mika C. Dubois au Lido, centre municipal des Arts du Cirque de Toulouse. Après quelques années de travail avec différentes compagnies, ils décident d’affirmer leurs choix artistiques en créant ensemble la Barnabarn Circus Company avec pour objectif de créer un spectacle autour de l’accident, de l’inconscient et du coma pour parler de leur perception du monde.

p.50 /

jeudi 26 avril à 20h30


THIERRY COLLET

À partir de 15 ans

Sommes-nous vraiment libres ou constamment sous influences ? “Ceci n’est pas un spectacle. Nous allons faire ensemble des expériences”. Le public est averti dès les premières minutes, chaque spectateur sert de sujet d’observation. Thierry Collet est un mentaliste. Il peut pénétrer les pensées, deviner quelle couleur a été choisie, quelle forme géométrique est représentée dans l’esprit des gens... À la fois expert, conférencier, homme politique et VRP, Thierry Collet met en question la manipulation (des pensées plutôt que des objets) et la façon dont un groupe peut laisser quelqu’un prendre l’ascendant sur lui. Soixante-dix minutes de sidérantes démonstrations qui témoignent que magie et pouvoir ont affaire ensemble. Artiste au parcours singulier, Thierry Collet est devenu comédien-metteur en scène pour donner du sens à la magie. Sa double formation de comédien et de magicien lui permet de renouveler une esthétique et ses codes anciens pour mieux questionner les processus de perception et d’appréciation du réel.

© Nathaniel Baruch

>>> Et aussi : Conférence Vrai/Faux... par Thierry Collet le vendredi 27 à 19h30.

p.51 / samedi

28 avril à 20h30

magie mentale / durée : 1h10 / tarifs de 10 à 18 ¤

INFLUENCES


cirque / durée : 1h05 /tarifs de 10 à 18 ¤

LA PISTE LÀ CIRQUE AÏTAL À partir de 6 ans

Spectacle enlevé, musique entraînante, La Piste là est un véritable petit bijou du cirque contemporain, sous chapiteau et en piste. On retrouve le duo de portés acrobatiques, vu l’année dernière dans le spectacle Öper Öpis des Zimmermann & de Perrot, formé par Victor Cathala et Kati Pikkarainen : le colosse et sa voltigeuse si menue. Accompagnés d’un troisième acrobate et d’un musicien, ils se partagent à quatre tous les rôles : sauter, jouer de la musique, chanter, faire un tour de magie, maîtriser le domptage d’animaux imaginaires, enfiler la peau d’un clown, faire la voltigeuse, le porteur, Monsieur Loyal...

© Christophe Raynaud de Lage

Enchaînant prouesses à couper le souffle et clins d’œil au cirque traditionnel, les acrobates du tout jeune cirque Aïtal, farceurs et pétillants, s’amusent de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font.

p.52 / du

jeudi 7 au ven. 15 juin (relâche le dim. 10) à 20h30

Spectacle sous chapiteau, cours Saint-Pierre


p.54-55 / vendredi

16 septembre 2011

LA LONGUE NUIT DU COURT p.56 / du

vendredi 21 au dimanche 23 octobre 2011

GEORGES MARCHÉ DES CRÉATEURS p.57 / samedi

11 février 2012

BATTLE HIP-HOP

vendredi 9 au dimanche 11 mars 2012

LES RENCONTRES DE SOPHIE

p.59 / les

samedi 17 & dimanche 18 mars 2012

LOCUS SOLUS

MUSIQUES RARES ET INSTRUMENTS INVENTÉS p.60 / les

vendredi 20 et samedi 21 avril 2012

UN WEEK-END SINGULIER

événements

p.58 / du


cinéma / Tarifs : 5 et 8¤

LA LONGUE

NUIT DU COURT Créée par Philippe Coutant en 2000 au Grand T, La Longue nuit du court prend ses quartiers au lieu unique à l’automne 2011 pour une nouvelle édition. Toujours au programme, un vaste panorama du court métrage proposé en partenariat avec les meilleures structures régionales œuvrant dans le cinéma: le Festival des 3 Continents, Premiers Plans, Les Films du funambule, Mire, L’Atelier des images, Les-films-du-camion, la Région des Pays de la Loire... Au gré des déambulations entre la Cour, le Grand Atelier, les bars et le Camion sur le parvis: expérimentations, animations, raretés et inventions au format expresso pour tenir jusqu’à tard dans la nuit... La sélection du FESTIVAL DES 3 CONTINENTS propose un regard sur la foisonnante production africaine, sud-américaine et asiatique de ces dernières années. Elle permet d’explorer une diversité de genres et de techniques, de paysages et de rythmes et souligne des essais intimistes, politiques ou purement esthétiques : stop-motion, drame, expérimental, fiction, documentaire. Le Festival des 3 Continents – l’incontournable événement cinématographique du mois de novembre – présente 80 à 100 films, fictions et documentaires, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. La 33e édition aura lieu à Nantes du 22 au 29 novembre 2011.

LE FESTIVAL PREMIERS PLANS : 1) Carte blanche à Fontevraud, devenue un lieu de référence dans le domaine des arts graphiques et de l’image en mouvement. Initiée en 2006, la résidence d’écriture en cinéma d’animation fait de l’Abbaye un lieu à part en France dans ce domaine. 2) Best Of Premiers Plans avec une sélection de films d’école et de courts métrages français découverts lors de la dernière édition du Festival. Depuis 1989, 80 jeunes réalisateurs viennent chaque année à Angers présenter leur film à un public toujours plus nombreux. Les réalisateurs Fatih Akin, Nuri Bilge Ceylan, Arnaud Desplechin, Xavier Beauvois, Nick Park, Cristi Puiu ou encore Thomas Vinterberg sont ainsi venus présenter leurs premières œuvres au Festival avant de connaître la renommée que l’on sait. La 24e édition du festival aura lieu du 20 au 29 janvier 2012.

LES FILMS DU FUNAMBULE : Montez le son et claquez les portières avec deux thématiques “Musique” et “Bagnoles”... Un noir et blanc léché pour faire revivre Chet Baker, “une pute et un poussin” et la chanteuse de Yelle sur une route bretonne, un violoniste virtuose qui fait salle comble à Pleyel mais ne récolte rien en faisant la manche dans le métro... Allumez aussi le contact avec Jacques Bonnaffé et Denis Lavant dans “Les Williams”, avec “Alice et moi” et ses vieilles dames belges envahissantes et tentez de décoller avec “Vostock”. Les Films du funambule, qui regroupent professionnels du cinéma et cinéphiles, proposent régulièrement à Nantes et Angers des programmes intitulés Courts toujours qui s’articulent autour de soirées thématiques et de films piochés au gré des meilleurs festivals de courts métrages.

p.54 / vendredi

16 septembre de 19h30 à 2h30


Luminaris / DR

cinéma / Tarifs : 5 et 8¤ MIRE : Fragments dansants, une programmation où il est question de danse et d’images, où les mouvements des images deviennent des chorégraphies dirigées par des cinéastes. Des films de Pedro Maia, Peter Tscherkassky, Nicolas Provost, Ben Russell, Cécile Fontaine, Armel Hostiou... Mire, association de promotion de cinéma expérimental et d’images en mouvement, développe son projet autour de la diffusion, de la mise à disposition d’un laboratoire de pratique cinématographique et de la mise en place d’actions culturelles en lien avec un territoire.

L’ATELIER DES IMAGES : un programme 100% animation avec une carte blanche à Sacrebleu Productions, élu meilleur producteur de film court par la PROCIREP en 2010. Palme d’Or du court au Festival de Cannes 2010 pour “Chienne d’histoire” de Serge Avédikian, projeté durant cette Longue Nuit, tout comme “Madagascar carnet de voyage” de Bastien Dubois, nominé aux Oscar 2010. Créé en juillet 2005, L’Atelier des images est une société de production de films documentaires, d’animation, de fiction en création audiovisuelle linéaire ou en œuvres interactives, dont le souci constant est l’originalité et la pertinence du regard d’un auteur.

LES-FILMS-DU-CAMION participent pour la première fois à La Longue Nuit du court avec une carte blanche à 68Septante asbl. Devant le parvis du lieu unique le long du canal St Félix, le Camion, dès la tombée du jour, diffusera sa cargaison de films – films d’artistes, expérimentaux , documentaires, d’animation... - programmés par l’association bruxelloise de promotion, diffusion et production d’œuvres contemporaines et audiovisuelles. Nomade, 68Septante programme dans les cafés, les librairies, les lieux pluridisciplinaires, en Belgique et à l’étranger. Les-films-du-camion proposent des rendez-vous vidéographiques dans l’espace public. Ils diffusent des films d’intention, témoins d’une recherche ou de points de vue particuliers, engagés, créatifs, poétiques, sur le monde, la vie, la société...

LA RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE présente trois films tournés à Nantes. “Manmuswak”, entre film court et essai cinématographique, de Olive Martin et Patrick Bernier, “Lignes”, le premier court métrage de Johann Bertelli, tourné sur le chantier de La Fabrique durant sa construction, et “Mon homme” de Stéphanie Tchou-Cotta. Afin de promouvoir la diversité des expressions artistiques et d’accompagner la création, le Conseil régional des Pays de la Loire aide le cinéma au travers d’une politique globale, recouvrant le soutien à la production, à la diffusion et à la sensibilisation à l’image.

>>> Et aussi... Marco Tsypkine, vidéaste nantais, propose une trace vidéographique sur le mur d’entrée du lieu et au premier étage, une relecture de grands films à partir d’images distordues, altérées... Deux courts réalisés en région, lors d’un atelier de réalisation sur le thème “Passer la frontière”, proposés par l’ALRT (Association Ligérienne des Réalisateurs et Techniciens) et l’ARBRE (Association des Réalisateurs Bretons). Le programme détaillé des projections sera visible sur www.lelieuunique.com à partir du 25 août et distribué sur place le soir de la manifestation.

p.55 / vendredi

16 septembre de 19h30 à 2h30


Shopping / entrée libre

GEORGES

MARCHÉ DES CRÉATEURS II POUR UN SHOPPING SO « GEORGEOUS »

Venez découvrir la 2e édition de Georges marché : 50 créateurs de Nantes et d’ailleurs rassemblés dans l’ensemble des ateliers du 1er étage du lieu unique pour une vente d’exception. ALICE, APPELLE MOI PAPA, ATELIER 14, BIKINI PEA, LE CABINET DU BARON, CHOU+SCRATCHY, LA CLINCKAILLERIE, FRANÇOIS ÉCHAPPÉ, DENTELLE GOURMANDE, ROSE FÉLIX, FLORENCE GOBÉE, HATTITUDE, LOULATAÏ, MIMI TRASH, MR ET MELLE, LES RONDS’ CHAPO, SERGE ET JEANETTE, SÉRIEGOLO, SOLE’N, TIT POUPOULE, CONSTANCE VILLEROY... Bijoux, pacotilles, accessoires et quincaillerie, textiles, papier, argent, céramique, plastique, cuir, lumière, design, sérigraphie, meubles vintage, mode hommes femmes et enfants seront au rendez-vous. Mix musicaux, rencontres et interventions d’illustrateurs, “dédicaces” de sacs shopping et autres surprises rythmeront aussi ces trois jours dédiés à la création. Rue Tabaga proposera sa petite restauration sucrée salée et Nicolas Simarik y ajustera ses entournures.

© Lili Scratchy

Vendredi 21 & samedi 22 : 12h-21h Dimanche 23 : 11h-19h

p.56 / du

vendredi 21 au dimanche 23 octobre 2011


BATTLE INTERNATIONAL DE BREAKDANCE

Pour la 8e année consécutive, le BATTLE OPSESSION rend hommage à l’une des disciplines constitutives de la culture hip-hop. Ce rendez-vous s’affirme comme l’un des plus grands battles break internationaux et s’offre cette année des phases de qualification sur des événements prestigieux aux États-Unis (New York) et en Angleterre (Leeds). Au programme et pour cette session au lieu unique, retrouvez sur les sons des djs, les meilleurs danseurs break de la planète venus à Nantes décrocher le fameux titre du BATTLE OPSESSION 2012. Attention, événement complet chaque année, réservation conseillée ! Spectacle accessible aux sourds signeurs et malentendants, en partenariat avec l’association TAC. Organisé par le lieu unique et Pick Up production. Tarifs : Qualifications 14h-17h : 7¤ Finales 19h-00h : 17¤ plein tarif 15¤ pour les demandeurs d’emploi, étudiants, scolaires, abonnés lieu unique 13¤ pour les groupes à partir de 10 personnes, les enfants de moins de 10 ans et les personnes de plus de 65 ans.

Qualifications + finales : 19¤ (tarif unique) Renseignements : 02 40 35 28 44 / contact@pickup-prod.com

© E. Fohran

Événement proposé dans le cadre du festival HIP OPsession (www.hipopsession.com) Du 9 au 25 février - Nantes Agglo et Saint-Nazaire

p.57 / samedi

11 février 2012 de 14h à minuit

Danse hip-hop

BATTLE OPSESSION 2012


philo / entrée libre

LES RENCONTRES DE SOPHIE

LA FOLIE DES HOMMES EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION PHILOSOPHIA

Si l’homme est bien un “animal raisonnable”, comment se peut-il qu’il agisse parfois, et même de plus en plus souvent semble-t-il, comme s’il était “fou à lier” ? En témoignent à l’envi la folie douce ou encore “l’inquiétante étrangeté” des créateurs, les errements de la vie privée de chacun, en amour et en famille, par exemple, mais aussi, et sans doute plus gravement, les horreurs de l’histoire collective, en politique notamment, qui vont jusqu’à menacer aujourd’hui la survie de l’humanité et même l’ordre, voire l’existence du monde. Si l’homo demens semble être en passe de l’emporter sur l’homo sapiens, n’est-ce pas dû à l’irrésistibilité de quelque passion destructrice que la raison ne parvient plus à juguler ? Ou bien ne serait-ce pas dû, paradoxalement, à la malignité d’une volonté de puissance animant la raison elle-même, qui disposerait désormais des moyens de ses plus noirs desseins ? Mais si nous en sommes bien rendus là, est-ce selon la logique d’un destin, inexorable comme tel et donc désespérant, ou bien celle d’une destinée que la liberté des hommes pourrait encore espérer infléchir voire inverser ? C’est à l’examen de ces questions que cette douzième édition invite le public, lors de conférences et débats, d’un abécédaire, d’un atelier philo pour les enfants et de projections de films. Avec entre autres : Jean Danet, Guillaume Durand, Cynthia Fleury, Marcel Gauchet, Roland Gori, Frédéric Gros, Patrick Lang, Christian Maurer, Denis Moreau, Serge Tribolet ...

© Mario Del Curto

Programme détaillé disponible courant février

p.58 / du

vendredi 9 au dimanche 11 mars 2012


MUSIQUES RARES ET INSTRUMENTS INVENTÉS

Chez l’écrivain Raymond Roussel, Locus Solus est le nom d’une vaste propriété où un savant génial dévoile à ses visiteurs ses inventions étonnantes. La technologie la plus avancée (et parfois la plus délirante) est mise en œuvre pour créer des machines aux effets étranges, où l’art est omniprésent. En référence au nom du lieu unique et aux créations hors du commun de Roussel, locus solus propose, sous la forme d’un événement de deux jours, une série de projets entre savoirs scientifiques et créations artistiques dans le domaine de la musique : concerts, installations, rencontres et ateliers. Lutherie expérimentale, savant bricolage, installation d’art numérique ou dispositif électronique inédit, peu importe le degré technologique : locus solus présente machines et machineries musicales, instruments oubliés, recherches sonores.

© Pierre Gordeeff

Programme détaillé disponible courant février

p.59 / les

samedi 17 & dimanche 18 mars 2012

musique / tarifs à venir

LOCUS SOLUS


inclassable / tarifs à venir

UN WEEK-END SINGULIER

ARTISTES HORS LES NORMES ET PRATIQUES EN MARGE Il existe autour de nous, souvent en périphérie de notre champ de vision, des créateurs qui s’acharnent à faire passer dans le réel les mondes qui les habitent. Dans leurs laboratoires de l’imaginaire, des clandestins inventent en suivant leurs désirs les plus intimes. Ils ont entamé un processus de reprise en main de l’art par ceux qui le vivent. Mais les œuvres de ces arpenteurs de la marge sont souvent peu reconnues, et leur situation instable. Il paraît essentiel, voire salutaire, de donner une place à ces artistes indisciplinés, à leurs propositions improbables : la raison, le bon goût, le convenable, lorsqu’ils régentent seuls le monde, sont voués à créer une société dont l’individu, avec ses imperfections, est exclu. Un week-end singulier invite à des pérégrinations aux frontières de l’art: des représentations de mondes en construction permanente, des paysages intérieurs capturés sur pellicule, des concerts décalés. Bref, une poétique de la déraison. Avec (entre autres) une proposition de Didier Poiraud : le premier épisode d’une série de films sous forme de road documentary de l’ouest des États-Unis au Mexique, écrite et réalisée avec Astrid Serafini.

Salvation Mountain © Didier Poiraud

Programme détaillé disponible courant mars

p.60 / les

vendredi 20 et samedi 21 avril 2012


p.62-63 / du

16 septembre au 16 octobre 2011

QUINZAINE PHOTOGRAPHIQUE NANTAISE #15

p.64-65 / du

6 novembre 2011 au 8 janvier 2012

FAIRE LE MUR

CRÉATION

p.66-69 / du

16 mars au 13 mai 2012

LA BELLE PEINTURE EST DERRIÈRE NOUS

RE-CRÉATION

7 avril au 20 mai 2012

DANIEL JOHNSTON : WELCOME TO MY WORLD!

CRÉATION

p.74 / du

15 juin au 2 septembre 2012

NEW SPORTS !

CRÉATION

expositions

p.70-73 / du


Quinzaine Photographique Nantaise #15

À LA VIE, À LA MORT 16 SEPTEMBRE - 16 OCTOBRE 2011 TOUS LES JOURS : 15H-20H / ENTRÉE LIBRE

Après ses deux opus dédiés à la Nature humaine, la Quinzaine Photographique Nantaise a choisi de garder l’homme au centre de ses réflexions. Cette 15e édition aura comme sujet À la vie, à la mort. Aux côtés de Nan Goldin et de sa Ballad of Sexual Dependency, la QPN présente les travaux de Rimaldas Viksraitis, Laëtitia Donval ainsi qu’une projection thématique : Humus, humanus. Grimaces of the Weary Village de Rimaldas Viksraitis nous emmène au cœur d’un petit village lituanien, celui du photographe dont il nous livre une chronique aux atours surréalistes. Présenté par Martin Parr aux Rencontres d’Arles de 2009, Rimaldas Viksraitis y a remporté le prix Découverte. Laëtitia Donval, avec ses séries Nerves, Fest et La maison, nous fait partager ses errances, sa vie de “bourlingue” et son retour au pays, à la maison familiale de Coat Poulou, située dans le Pays du Trégor en Bretagne.

© Rimaldas Viksraitis / Courtesy Eric Franck Fine Art

Humus, humanus réunit différents travaux autour d’un postulat : humus, la terre ; humanus, l’homme. Une même assonance, comme si nos racines étaient dans le sol. Dans l’humus, il y a la mort et la pourriture mais aussi la vie, ce qui germe, pousse. La terre, un berceau et un tombeau.

p.62


DIAPORAMA DE

NAN GOLDIN

VERSION N°3 1981-1993

SLIDE SHOW : DURÉE : 40 MN/ VISIBLE À 15H15, 16H15, 17H15 ET 18H15. Profondément personnel, The Ballad of Sexual Dependency est le journal intime visuel de Nan Goldin. Depuis plus de trente ans, Nan Goldin fait la chronique de sa vie et de sa famille étendue à Boston, Berlin, Londres, Tokyo, en Egypte et dans le Lower East Side new-yorkais. Cette exploration l’a amenée à bâtir un portrait de son univers et de notre époque. La sexualité est au cœur de l’œuvre de l’artiste. Ses photographies démantèlent les codes de l’identité sexuelle - qu’ils soient obéis, ignorés ou transgressés. Ses images sont plus que des récits à un seul niveau : leur structure répond à une interaction dense entre des personnages et des thèmes dont résulte une œuvre retentissante, presque musicale, qui se fait l’écho de l’ambivalence et de la complexité. Nan Goldin a regroupé ses photographies en séquences caractéristiques : les femmes seules et en groupe ; les hommes seuls et en groupe ; les enfants, le mariage, les couples, la mort. Elle examine les glissements comportementaux en relation au contexte social et crée ce que J. Hoberman du Village Voice appelle une “taxonomie sexuelle des années 1980.” Son travail se manifeste quelque part entre la poésie et le roman-photo, entre le cinéma et la littérature, ou encore entre la photographie d’art et le cliché amateur. La photographe exige que le spectateur plonge sous la surface, aussi luxueuse soit sa mise en lumière et en couleur, aussi provocante soit sa mise en scène. Elle va au-delà des préjugés sexuels et sociaux pour éclairer les recoins de la culture contemporaine et ce, sans l’aliénation et la condescendance des médias grand public. Nan Goldin photographie en tant que participante, et ce point de vue personnel rend son travail d’autant plus émouvant. Comme elle écrit dans ses notes sur La ballade, “ceci est ma famille, mon histoire.” Mark Holborn in The Ballad of Sexual Dependency, Aperture, 1986.

© Ville de Nantes- Musée des Beaux-Arts - Photo : C. CLOS

Une proposition du lieu unique dans le cadre de la QPN #15. La pièce a été acquise par le musée des Beaux-Arts de Nantes avec la participation du FRAM en 2000.

p.63

Quinzaine Photographique Nantaise #15

THE BALLAD OF SEXUAL DEPENDENCY


Š Shoe

Faire le mur


6 NOVEMBRE 2011 - 8 JANVIER 2012

MARDI-SAMEDI : 13H-19H DIMANCHE : 15H-19H / ENTRÉE LIBRE

Le graffiti prend sa source aux États-Unis au début des années 60. À partir de la fonction de marquage de territoire de bandes, il devient une façon systématique de poser sa signature dans les endroits de forte visibilité, dont le métro new-yorkais devient le symbole. Peu à peu, des signatures plus sophistiquées se développent ; les défis entre les writers se jouent sur l’occupation de l’espace urbain, le style et la complexité du lettrage. Dès les années 80, des galeries l’exposent, commence le graffiti sur toiles. En Europe, dès les années 70, quelques initiatives s’en font l’écho. Le milieu des années 80 correspond à une grosse vague de médiatisation européenne du hip-hop. Les writers européens recréent ce qu’ils ont vu, en employant des techniques et des procédures glanées dans des documentaires. Quelques pionniers du graffiti européen ont la chance de partir à New York et rapportent des techniques plus abouties. Une tournée mondiale de la Zulu Nation, en 1982, jette un premier coup de projecteur sur la scène graffiti new-yorkaise. Deux ans plus tard l’émission Hip Hop de Sidney enfoncera le clou grâce à la participation de Futura 2000. Peu d’études ont été consacrées au graffiti, aucune collection anthropologique n’existe sur le sujet. Or, depuis quelques années, le graffiti suscite un intérêt croissant de tous : les jeunes, les milieux musicaux, les milieux de la mode et de la publicité... les milieux artistiques : un marché de l’art spécifique au graffiti s’est même développé. Claire Calogirou a mené à partir de 2000 une recherche anthropologique qui a abouti à constituer la collection graffiti européenne au Mucem. À travers un périple en France et dans plusieurs villes européennes, celle-ci a permis l’entrée dans les collections du musée d’un ensemble d’œuvres et d’objets représentatifs de la culture graffiti. Tant grâce à des financements de la Réunion des Musées Nationaux que grâce au réseau qu’elle a construit dans le milieu du graffiti et du hip-hop. Près de 130 œuvres et /ou objets seront présentés et mettront en exergue une vision du graffiti européen en lien avec ses origines nord-américaines, ses modes de vie, ses influences dans la société. Ces œuvres muséales s’accompagneront d’interventions réalisées in situ. Ainsi les graffeurs européens : Darco, Pro, Zeta, Rea, Niels Shoe Meulman et Adèle Renault et Nantais Persu, Meyer, Nasher, Moner, nous proposeront-ils des graffitis inédits ! La dimension urbaine et vivante du graffiti sera donc bel et bien présente, que ce soit à travers ces interventions ou celles de DJ’s (composante musicale du mouvement graffiti).

Faire le mur : une création le lieu unique / Mucem Commissariat : Claire Calogirou (chargée de recherches CNRS/Mucem) et Patricia Buck (le lieu unIque) en collaboration avec Pick Up production.

p.65

Faire le mur

FAIRE LE MUR


La belle peinture est derrière nous

LA BELLE PEINTURE EST DERRIÈRE NOUS 16 MARS – 13 MAI 2012 MARDI / SAMEDI : 13H-19H DIMANCHE : 15H-19H ENTRÉE LIBRE ARTISTES :

RONAN BARROT, JULIEN BENEYTON, ROMAIN BERNINI, KATIA BOURDAREL, ALKIS BOUTLIS, DAMIEN CADIO, NICOLAS DARROT, DAMIEN DEROUBAIX , GREGORY FORSTNER, CRISTINE GUINAMAND, YOUCEF KORICHI, KOSTA KULUNDZIC, P. NICOLAS LEDOUX, ÉLODIE LESOURD, IRIS LEVASSEUR, FRÉDÉRIQUE LOUTZ, MARLÈNE MOCQUET, AUDREY NERVI, MAËL NOZAHIC, FLORENCE OBRECHT, AXEL PAHLAVI, STÉPHANE PENCRÉAC’H, RAPHAËLLE RICOL, LIONEL SABATTÉ, IDA TURSIC & WILFRIED MILLE, JÉRÔME ZONDER. 26 artistes, 60 œuvres et au moins 5 lieux d’exposition à l’international. Telle est l’ossature de La belle peinture est derrière nous, projet d’exposition entièrement dédiée à la scène picturale française actuelle. Nés entre 1966 et 1985, les artistes présentés s’attachent tous à exprimer une même tension dans une écriture forte dont la diversité des formes bâtit la richesse d’une autre peinture. Il s’agit de promouvoir au sein d’un large dialogue le dynamisme d’une génération et la pluralité de ses préoccupations, de donner à voir sous la forme d’un véritable panorama un travail à la facture énergique où l’image picturale fait peau neuve pour cristalliser de nouvelles expressions. Ce projet fédère, au sein de la scène française, l’implication des collectionneurs et l’investissement des critiques d’art auprès des artistes représentés dans cette exposition.

Exposition créée en Turquie, initiée par Jean-Luc Maslin, directeur culturel de l’Institut Français en Turquie. Commissariat : Eva Hober. Visible pour la première fois en France !

page 67 : © Katia Bourdarel, Les ailes inutiles, 2008 pages 68-69 : © Damien Deroubaix, Fall from grâce, 2010 / Courtesy Galerie IN SITU-Fabienne Leclerc Paris (détail)

p.66


La belle peinture est derrière nous


La belle peinture est derrière nous


7 AVRIL - 20 MAI 2012 MARDI / SAMEDI : 13H-19H DIMANCHE : 15H-19H ENTRテ右 LIBRE

ツゥ Daniel Johnston, Jeremiah the frog

Welcome to My World !

WELCOME TO MY WORLD !


Malgré son passage en école d’art et une évidente maîtrise du piano, Daniel Johnston reste souvent catalogué artiste brut version pop music en raison des sérieux troubles psychologiques qui ont perturbé son parcours créatif dès l’adolescence. Adepte du Do it Yourself, il enregistre ses premières chansons au tout début des années 80 sur des cassettes qu’il distribue ensuite dans la rue. Les désormais classiques Songs of Pain, Hi How Are You ? et Yip Jump Music paraîtront à l’origine sur ce format. Daniel compose et dessine à ce moment-là depuis quelques années, notamment pour impressionner Laurie, un coup de foudre à sens unique qui l’obsède depuis le lycée et qui est encore aujourd’hui une inépuisable source d’inspiration, aux côtés des Beatles, Brian Wilson ou Jack Kirby. Plusieurs apparitions sur MTV et le patronage intensif de Kurt Cobain vont permettre à Daniel Johnston de passer des enregistrements lo-fi de ses débuts à des albums plus élaborés à l’instar de Fun (1994), Rejected Unknown (1999) ou Fear Yourself (2002). La double compilation Discovered / Covered (2004) qui rassemble les versions originales de ses standards couplées à des reprises par Beck, Tom Waits ou encore Mercury Rev, et la sortie cinéma du documentaire de Jeff Feuerzeig The Devil and Daniel Johnston primé au Festival de Sundance en 2005, ont par la suite largement contribué à élargir son public. Saluée par le monde de l’art contemporain avec de nombreuses expositions en galerie et une participation remarquée à la Biennale du Whitney Musem de New York en 2006, la production graphique de Daniel Johnston est particulièrement foisonnante. Ses dessins - généralement réalisés de façon compulsive au feutre et au stylo bille - décrivent d’hallucinantes saynètes aux compositions implacables. Sur le papier, les héros des comics favoris du jeune Daniel (Captain America, Hulk, Casper le fantôme...) reviennent livrer une lutte sans pitié contre les forces du Mal. Ils sont généralement secondés dans cette tâche par Jeremiah la grenouille et Joe le boxeur trépané, deux de ses principaux alter ego, qui renvoient régulièrement dans leurs cordes Satan en personne, des hordes de freaks nostalgiques de la croix gammée et de plantureuses tentatrices décidées à les éloigner du droit chemin. Cette mythologie clairement manichéenne, associant de façon obsessionnelle références chrétiennes, historiques et culture pop, prolonge les thèmes intimement liés à la vie du chanteur. Elle ouvre par ailleurs d’autres pistes en évoquant la schizophrénie d’un american way of life que Daniel Johnston semble observer en éternel outsider. Conçue en étroite collaboration avec Daniel Johnston, ses proches et la galerie nomade Arts Factory, l’exposition Welcome to My World ! présente plus de 200 pièces en provenance de différentes collections : dessins originaux, carnets de croquis, documents d’archives, fan mails... Cet ensemble inédit revient sur une œuvre couvrant désormais trois décennies, et propose en contrepoint une véritable immersion dans l’univers de l’artiste via l’exploration de son immense catalogue musical - plus de 500 titres enregistrés à ce jour - et la diffusion de documentaires, courts métrages et concerts filmés. Enfin, cet hommage ne serait pas tout à fait complet sans la venue de notre héros, qui a confirmé sa présence à l’occasion du vernissage de l’exposition le vendredi 6 avril et devrait gratifier le public nantais d’un rare concert lors d’une soirée spéciale le samedi 7 avril 2012 (voir page 45)... Yip ! Yip ! Yip !

Commissaires de l’exposition : Patricia Buck (le lieu unique), Effi Mild & Laurent Zorzin (Arts Factory, galerie nomade)

p.71

Welcome to My World !

Artiste culte de la scène alternative américaine, Daniel Johnston est né en 1961 à Sacramento. Il vit et travaille aujourd’hui au Texas. Soutenu par Sonic Youth, Larry Clark, David Bowie ou encore Matt Groening, il est avec ses incroyables mélodies et son sens de l’interprétation parfois rudimentaire considéré comme le père putatif de l’anti-folk ; un mouvement qui fait son apparition à New York au milieu des 80’s, puisant ses racines aussi bien dans le punk, le rock garage que le folk traditionnel américain.


Welcome to My World !

Š Daniel Johnston, Captain America and Casper, 2011


Welcome to My World !

Š Daniel Johnston, How Can It Be True? 2009


New Sports !

NEW SPORTS ! 15 JUIN – 2 SEPTEMBRE 2012 MARDI / SAMEDI : 13H-19H DIMANCHE : 15H-19H ENTRÉE LIBRE

Pékin peut s’enorgueillir de son nid réalisé par Herzog & de Meuron. Paris a perdu l’organisation des JO 2012. Zaha Hadid réalise à Londres l’Aquatic Centre. Mais c’était sans compter sur la ville de Nantes qui organise ses propres jeux : NEW SPORTS ! dont le principe fondamental est de rendre des installations qui soient praticables par le public. NEW SPORTS ! invite de jeunes équipes d’architectes à plancher sur l’aménagement décalé ou le détournement de terrains de jeux dans l’enceinte du lieu unique, offrant au public la possibilité de s’engager dans des compétitions ludiques selon des règles du jeu revisitées. Créé pour la première fois en France, à Nantes, NEW SPORTS ! se veut la version artistique des Jeux Olympiques de 2012 qui se tiendront simultanément à Londres. Un événement à part dans sa forme et son énergie, qui promet d’être un rendez-vous unique !

Une proposition de Rafaël Magrou (commissaire et critique architecture) et Patricia Buck (le lieu unique). (en cours de création). Dans le cadre du Voyage à Nantes.

p.74


Le labo utile Lorsque l’usine Lefèvre-Utile produisait ses biscuits dans l’annexe quai FerdinandFavre, le laboratoire, installé au premier étage, veillait à la qualité de la production des Petit-Beurre et des Paille d’Or. Aujourd’hui, le labo utile invite le public à goûter les ingrédients essentiels du LU. Littérature, architecture, arts de la scène, sciences humaines, musique, ou encore gastronomie, sont à expérimenter sous les formes les plus diverses : cours, conférences, rencontres, performances, écoutes, projections, ateliers et débats. Le labo utile se pose ainsi comme un espace interstitiel et privilégié, favorisant les croisements entre les genres et les savoirs, créant des liens inattendus et prônant l’inspiration, la réflexion et la confluence.

p.76 / jeudi 6, mardi 11 & mardi 18 octobre 2011 TROIS REGARDS SUR L’IMMIGRATION

mercredis 5, 12, 19, 26 octobre & 2, 9 novembre 2011 COURS D’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE

p.82 / vendredi

6 janvier 2012 GONZO CONFÉRENCE p.83 / jeudi

p.77 / les

p.78 / les

mardis 8 novembre 2011, 7 février & 3 avril 2012 CAFÉS PHILO

p.80 / mardi

22 novembre 2011

“ET NOUS BRÛLERONS UNE À UNE LES VILLES ENDORMIES...”

p.81 / mardi

29 novembre 2011 L’IMPRÉVISIBLE 2012

p.84 / les

mercredis 28 mars, 4 & 11 avril 2012 RENCONTRES MUSIQUE

p.84 / les mercredis 2, 9, 23, 30 mai & 3 juin 2012 ATELIERS DU GOÛT p.85 / mercredi 25 & vendredi 27 avril 2012 CONFÉRENCES MAGIE NOUVELLE ET MAGIE MENTALE p.86 / de

septembre à juin PROGRAMMATION DU BAR

le labo utile

p.79 / les mercredis 16, 23 & 30 novembre, 7 & 14 décembre 2011, 11, 18 & 25 janvier, 8 & 29 février, 7, 14 & 21 mars 2012 LITTÉRATURES

1er & vendredi 2 mars 2012 RHIZIKON


conférences / entrée libre

TROIS REGARDS SUR L’IMMIGRATION

DR

Jeudi 6, mardi 11 et mardi 18 octobre 2011 à 18h30

Ancien, multiple et complexe, le phénomène migratoire se décline sur plusieurs échelles de compréhension. Échelle mondiale d’abord : dans le monde globalisé qui est le nôtre, les migrations sont devenues un enjeu planétaire et bousculent les notions de frontières, de souveraineté et de citoyenneté. Échelle nationale ensuite, ces “flux” s’inscrivant dans une réalité politique, culturelle et sociale française, qu’ils contribuent à modifier. Échelle individuelle enfin, “humaine”, car les flux dont on parle sont bien des flux de personnes, d’individus acteurs de leur vie, au-delà d’une perception monolithique de “l’immigré” et des politiques du chiffre. Par ce cycle de conférences, nous espérons apporter des éclaircissements, enrichir la réflexion autour de ce très vaste et si sensible sujet qu’est aujourd’hui l’immigration. Et ce, en proposant trois “regards”, trois approches disciplinaires différentes : historique, géopolitique et philosophique.

Jeudi 6 octobre à 18h30 : L’histoire des immigrations en France (XIXe-XXe) : gestion politique, réalités socio-culturelles et stéréotypes Par Yvan Gastaut, historien, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Nice

Mardi 11 octobre à 18h30 : Migrations et relations internationales. L’entrée des migrations dans les relations internationales Par Catherine Wihtol de Wenden, docteur en sciences politiques, spécialiste des migrations internationales

Mardi 18 octobre à 18h30 : L’immigré est-il un extraterrestre ?

Par Guillaume Le Blanc, philosophe, membre du comité de rédaction de la revue Esprit

Ces conférences sont proposées en lien avec l’exposition “Nantais venus d’ailleurs, histoire des étrangers à Nantes au XXe siècle”, présentée au musée d’Histoire de Nantes du 2 avril au 6 novembre 2011. p.76


Les mercredis 5, 12, 19, 26 octobre & 2, 9 novembre 2011

Objectif : à travers de multiples regards - architectes, urbanistes, critiques... - sur des réalisations françaises et étrangères, le cours propose de découvrir l’architecture contemporaine, d’en comprendre les enjeux et d’en partager les plaisirs. Aucune connaissance particulière n’est requise pour y assister, si ce n’est la curiosité et l’envie de regarder différemment ! C’est donc à 6 rendez-vous, intenses bien sûr, que nous vous convions, pour entamer notre nouvelle année d’architecture !

Interstice(s)

interstice : nom masculin, (du latin interstitium, de interstare, se trouver entre) petit intervalle entre les parties d’un tout, petit espace vide entre les parties d’un tout. synonymes : trou, intervalle, fissure, fente La ville se réinvente aussi dans ses interstices. Quelle qu’en soit l’échelle, la position périphérique ou centrale, visibles ou cachées, ces marges, entre-deux, espaces délaissés ou dents creuses, sont autant de plis dans la ville où se déploient de nouvelles cultures urbaines. En se centrant sur la dimension spatiale, il s’agira dans ce cours d’évoquer certaines de ces initiatives, dont la marginalité initiale fait mouvement et sens. Si les interstices sont ce qui sépare, ils sont également ce qui rassemble. Ils sont le lieu de nouveaux sens et de nouvelles pratiques possibles, sans éviter la question de leur institutionnalisation. Avec la contribution de Francis Rambert, Philippe Tretiack, Frédéric Edelmann, Sophie Trelcat, les “actualités vues par...” introduiront et concluront ce cours. Les autres séances seront conduites par : Frédéric Borel, architecte, grand prix de l’architecture 2011, Patrick Bouchain, architecte et Gilles Clément, paysagiste sur la question des délaissés, Marc Dumont, géographe, (université de Rennes) sur les franges métropolitaines et les mutations urbaines à l’œuvre, Claire Calogirou, chercheur au CNRS, commissaire de l’exposition “Faire le mur” autour du graffiti européen présentée au lieu unique du 6 novembre 2011 au 8 janvier 2012. (voir pages 64-67) (sous réserve de modifications) Responsables de la programmation : Philippe Bataille, directeur de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes et Patricia Buck, chargée de programmation au lieu unique. En partenariat avec l’Institut Français d’Architecture (Cité de l’Architecture et du Patrimoine)

p.77

/ entrée libre

La poste d’Oberkampf, Paris 11è Frédéric Borel / DR

de 18h30 à 20h

cours d’architecture contemporaine

COURS D’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE


/ entrée libre dans la limite des places disponibles

cafés philo

LES CAFÉS

PHILO))) ANIMÉS PAR DOMINIQUE PAQUET,

DOCTEUR EN PHILOSOPHIE, COMÉDIENNE ET DRAMATURGE

Les cafés philo sont désormais des rendez-vous réguliers pour alimenter la réflexion autour de certaines de nos manifestations. Cette saison, nous avons choisi trois spectacles de théâtre dont le thème général nous semble propice au débat d’idées.

> En lien avec Quartier lointain mis en scène par Dorian Rossel : Mardi 8 novembre 2011 à 18h30 : Faut-il oublier le passé pour se donner un avenir ? Amnésie, perte de mémoire, oubli semblent être les valeurs de la société contemporaine qui s’autolégitime par l’irruption de la nouveauté, de l’innovation, de l’événement. Comment se construire individuellement sans connaître son passé ? Comment à l’échelle de la société une communauté peut-elle se fonder et se donner un avenir ? A lire (et relire) : Freud bien sûr mais Nietzsche aussi, notamment avec Le Crépuscule des idoles ou comment philosopher à coups de marteau.

> En lien avec Alexis. Une tragédie grecque par la compagnie Motus : Mardi 7 février 2012 à 18h30 : Se révolter a-t-il encore un sens ? Dans une société de dissensus, la révolte exalte et nourrit les contradictions, les oppositions, les idéologies. Mais dans la société consensuelle où nous vivons, comment nous révolter et surtout comment faire pour que cette révolte ne soit pas annihilée par une réconciliation de pacotille ou vidée de son sens par une récupération perverse ? Guy Debord, Jean Charles Masséra, Jacques Rancière pourront accompagner cette réflexion.

> En lien avec Robert Plankett par le collectif La Vie brève : Mardi 3 avril 2012 à 18h30 : Qu’est-ce que connaître l’Autre ? Que savons-nous sur ceux avec lesquels nous vivons ? Est-ce que nous ne les inventons pas ? Comment savoir qui ils sont vraiment ? Inconnus à nos yeux, ne vivons-nous pas aussi comme des inconnus à nous-mêmes et aux autres ? Sartre dans L’Etre et le néant, Merleau-Ponty avec Phénoménologie de la perception peuvent nous aider dans cette enquête.

p.78


Les mercredis 16, 23 & 30 novembre, 7 & 14 décembre 2011, 11, 18 & 25 janvier, 8 & 29 février, 7, 14 & 21 mars 2012

En 12 conférences, rencontres/débats, lectures ou performances, cinq figures sont explorées pour élargir le champ de ce nouveau voyage dans l’Histoire littéraire :

> L’encyclopédie des conflits :

ou l’Histoire ne peut-elle s’écrire que dans la guerre ?

> Cités et Frontières :

ou à quels regards nous invitent l’œuvre romanesque de Jean Rolin et celle du dessinateur François Schuiten ?

> Parcs et paysages :

reflets singuliers du réel à travers le choix de trois œuvres contemporaines.

> Écrits de l’absurde :

© François Schuiten / Casterman

les romans de l’imaginaire, personnages et situations. La lecture de La Chasse au Snark de l’Anglais Lewis Carroll, poème épique, absurde et joueur, moins connu qu’Alice au pays des merveilles, sera l’occasion de découvrir d’autres romans de l’absurde plus contemporains comme ceux de Beckett ou de Chevillard.

> Futur : écritures visionnaires.

À l’occasion de la création à Nantes d’Urbik/Orbik, pièce de “théâtre optique” inspirée de la vie et de l’œuvre visionnaire de l’écrivain de S-F Philip K. Dick, trois rendez-vous seront consacrés à l’influence de cette figure tutélaire des années 60/70 sur les générations d’aujourd’hui.

Programme détaillé disponible à l’accueil-billetterie du lieu unique début octobre.

p.79

(à l’exception de certaines lectures/performances : tarifs : 5 et 8 euros).

Comme l’an passé, la saison littéraire propose de faire partager le plaisir de la découverte des champs multiples recouverts par le terme “roman” : figures tutélaires, œuvres singulières, œuvres expérimentales. De la littérature de genre à la littérature générale, en passant par le roman graphique, des liens se tissent dans le temps entre des écrits que nos bibliothèques rangent pourtant en classifications très séparées.

/ entrée libre dans la limite des places disponibles

de 18h30 à 20h

littératures

LITTÉRATURES


lecture/cinéma / durée 50’ / tarifs : 5 et 8 ¤

ET NOUS BRÛLERONS UNE À UNE LES VILLES ENDORMIES…

CRÉATION AVIGNON 2011

TEXTES, IMAGES ET MISE EN SCÈNE : SYLVAIN AVEC VALÉRIE DRÉVILLE, COMÉDIENNE ET OLIVIER “DIABOLO” PALTSOU, HARMONICISTE

GEORGE

Mardi 22 novembre 2011 à 20h30 Et nous brûlerons une à une les villes endormies... se situe à la croisée des chemins et des médiums, entre lecture, témoignage et projections d’images cinématographiques. Réagissant à l’actualité la plus immédiate, travaillant sur “l’extrême contemporain” comme sur les images et événements les plus lointains qui peuvent lui répondre, Et nous brûlerons une à une les villes endormies... se propose d’aborder de façon expérimentale, la problématique des lieux d’enfermement, de mise à l’écart des personnes dites migrantes, de montrer comment ces zones, espaces physiques de relégation sont aussi un processus informel et expérimental de contrôle et d’assignation des corps. “...Le cinéaste Sylvain George a osé plonger dans ce qui fut un enfer moderne, l’enfer de Calais, et làbas, il a rencontré, il s’est immergé, directement, sans médiateur, dans “la douleur du monde”. Il l’a auscultée, habité d’une irrépressible révolte. Ses mots, comme ses images nous projettent, aujourd’hui, devant un noir pur, le noir de l’au-delà de la nuit (...) Valérie Dréville, avec le courage qui lui est propre, s’associe à cette aventure. Actrice de tous les possibles, elle se lance dans le “noir pur” de Sylvain George pour faire entendre les échos et retrouver les traces de l’enfer de Calais.” (Georges Banu)

“Feu” © Sylvain George

En lien avec le festival Migrant’scène organisé par la Cimade qui aura lieu du 18 au 26 novembre 2011. www.migrantscene.org

p.80


L’IMPRÉ VISIBLE 2012

Lecture par MICHEL VALMER (texte D. Pecaud. Vidéo J-L Kerouanton), suivie d’un duo expérimental de l’historien JEAN-LOUIS KEROUANTON et du philosophe et sociologue DOMINIQUE PÉCAUD.

Mardi 29 novembre 2011 à 20h30 Il comporte des pages de papier comme un agenda, des dates et des notes comme un agenda, mais ce n’est pas un agenda comme les autres. Il s’appelle l’Imprévisible. Les calendriers, religieux ou laïques, grégoriens ou révolutionnaires, positivistes ou ubuesques, scandent le passage des jours. Ils nous aident, fébriles usagers, à tenter de planifier le temps et prévenir ses désordres. Dominique Pécaud, auteur de L’Imprévisible 2012, cinquième agenda curieux, loufoque et philosophique des éditions Le Jeu de la règle a demandé à Jean-Louis Kerouanton une création en réponse au livre lui-même : vidéo de textes projetés, en défilement de dates et d’annonces aux tempi variables, annonces se mixant, s’isolant, se télescopant et se retrouvant de temps en temps synchrones. Un rythme donc formant récit... surprises, fous rires et grincements de dents, rappels et découvertes, enchantements et effrois, curieuse mise en place d’une “prospective” véritable à partir d’une histoire bousculée.

p.81

lecture + musique / entrée libre

LE LIEU UNIQUE ACCUEILLE


conférence performative / durée : 40min / tarifs de 5 à 8 ¤

Dans le cadre des “Enfants du Rock” (voir page 27)

GONZO CONFÉRENCE UNE CONFÉRENCE PERFORMATIVE DE

Vendredi 6 janvier 2012 à 19h30

FANNY DE CHAILLÉ

Fanny de Chaillé aime le rock. Et ce, depuis son adolescence. Pourtant, elle lui a préféré le théâtre. Pour la distance qu’il lui procure. Pour expliquer ce choix, elle a écrit un texte en s’imprégnant du style libre, engagé et provocateur de la critique musicale proche de la contre-culture américaine des années 70 : le “gonzo” journalisme. Elle confie ses mots à la performeuse Christine Bombal qui, telle une rock star, reprend les attitudes et figures fortement référencées au rock’n’roll. “J’ai lu des textes sur le rock avant même d’avoir vu un concert de rock. Très tôt j’aimais ces textes, leur forme, leur style, parce que j’avais l’impression qu’ils étaient vrais ? C’est un peu bête de dire ça comme ça, mais les critiques rock parlaient une langue simple presque la mienne, une langue quotidienne, ils relataient quasiment tout le temps des rencontres avec des stars du rock, et la façon dont ils racontaient ces rencontres faisait que je les croyais. (...) Ils racontaient des anecdotes insensées mais avec tellement d’amour et d’engagement, que je prenais ça pour de la sincérité...” Fanny de Chaillé

© Marc Domage

>>> Conférence-performance présentée en miroir du spectacle “Please Kill Me” (voir page 28)

p.82


DE ET PAR CHLOÉ MOGLIA Une performance-rencontre sous la forme d’un solo de 20 min. suivie d’un échange avec le public d’environ 30 min.

Jeudi 1er et vendredi 2 mars 2012 à 19h à partir de 13 ans

Le risque : folie ou nécessité ? Voltigeant entre danse et cirque, Chloé Moglia, trapéziste de formation confrontée très tôt à cette question du vide et du défi, nous invite à cheminer au bord des précipices. Que recherche-t-on dans la prise de risque, quel est ce besoin qui nous fait côtoyer les bords du vide, conscients du danger que l’on encourt ? Attirance / répulsion / fascination... Rhizikon est une proposition allégorique, physique, visuelle, auditive, visant à susciter sensations, sentiments, questionnements, rêveries, réflexions, autour de cette question de la mise en jeu - mise en danger - de soi. “On ressort de ce petit chef-d’œuvre comme les cosmonautes… en apesanteur.” (Nord Eclair)

© Cécile Long

>>> Performance-rencontre présentée en miroir du spectacle “Hans Was Heiri” (voir page 36)

p.83

cirque / durée : 50 min / tarifs de 5 à 8 ¤

RHIZIKON


Les mercredis 28 mars, 4 & 11 avril 2012 de 18h30 à 20h / entrée libre

Autour de 3 rendez-vous, les conférences musique reviennent au lieu unique pour un nouveau cycle d’exploration dans les arcanes de l’histoire musicale. Autour de courants esthétiques, de thématiques originales ou d’événements marquants de l’histoire de la musique, des journalistes, des critiques ou des musiciens viendront débattre et partager leurs analyses.

ATELIERS DU GOÛT

Les mercredis 2, 9, 23, 30 mai & 6 juin 2012 de 18h30 à 20h

tarifs par atelier : 8¤ / 5¤ pour les adhérents Slow Food et les abonnés du lieu unique. jauge limitée à 50 personnes / réservation conseillée.

5 rendez-vous gourmands pour exciter vos papilles et approfondir vos connaissances des produits alimentaires. Le Convivium “les P’tits Beurrés Nantais” du mouvement international Slow Food, en partenariat avec le lieu unique, vous propose une nouvelle saison des Ateliers du Goût sur le thème des “NOURRITURES AQUATIQUES” À partir de dégustations guidées par des producteurs et des experts de l’alimentation, vous découvrirez des produits aussi différents que les sels naturels, les algues alimentaires, le plancton dans la cuisine ainsi que les poissons sauvages fumés de la Loire, de l’Erdre et de l’Atlantique !

p.84

“SNX - The Entomology of Tomorrow's Popular Music” (1985) / DR

rencontres musique + ateliers du goût

RENCONTRES MUSIQUE


CONFÉRENCE POUR UNE MAGIE NOUVELLE PAR RAPHAËL NAVARRO Mercredi 25 avril 2012 à 19h30 durée 1h / entrée libre

DR

Dans le cadre de cette conférence, la Compagnie 14:20 présentera sa démarche originale vers la création d’un nouveau mouvement artistique : la magie nouvelle. Après une introduction visant à situer le travail de la compagnie, cette conférence proposera des éléments de réflexion et de questionnement sur la manière dont la magie peut traverser de nombreux arts et disciplines créatives, et s’imposer comme un mouvement artistique à part entière. Raphaël Navarro, ethnologue circassien, cofondateur de la cie 14:20 est initiateur du mouvement de la magie nouvelle aux côtés de Clément Debailleul.

VRAI/FAUX (RAYEZ LA MENTION INUTILE) PAR THIERRY COLLET Vendredi 27 avril 2012 à 19h30

durée 1h30 / à partir de 12 ans / tarifs de 5 à 8 euros “Pourquoi toujours cette même question : mais comment ça se fait ?... Comment ça se fait qu’on regarde tous dans la même direction ? Comment ça se fait qu’on rêve toujours aux mêmes choses ? Comment ça se fait qu’on arrive à voir quelque chose qui n’existe pas ?...” À partir d’illusions optiques, d’expériences psychologiques interactives et d’effets magiques, cette petite forme interroge ce qui conditionne nos goûts et nos choix. Peut-on vivre au sein d’une société, appartenir à un groupe et ne pas tous penser et choisir les mêmes choses ? À l’issue de la représentation, une discussion avec le public permet d’ouvrir le débat sur des questions plus psychologiques et politiques. p.85

magie nouvelle et magie mentale

SEMAINE MAGIE NOUVELLE ET MAGIE MENTALE (voir page 48)


le bar/ entrée libre

PROGRAMMATION AU BAR Le Bar/Club est le passage incontournable pour découvrir le lieu unique. C’est un lieu atypique où résonne une musique décomplexée, décalée, envoûtante... un lieu où l’on se rencontre, où l’on se détend, où l’on danse... un lieu pour une lecture en solitaire, un déjeuner en amoureux, un apéritif entre amis... un lieu de vie. le lieu unique / dans la journée Le bar est baigné par des bandes sonores qui suivent le rythme de la journée. Une sélection idéale de musiques cérébrales ou pédestres, des musiques d’avant-garde ou populaires, des sonorités éphémères ou éternelles. Un mélange aventureux qui aime se plonger dans les archives les plus rares autant qu’il aime à se perdre dans l’air du temps. Un écran de contrôle vous donne les informations en temps réel sur la musique que vous entendez. Vous pouvez aussi retrouver ces playlists journalières sur le site web. le lieu unique / dans la soirée Le soir et plus particulièrement le week-end, le bar se fait club. Des artistes investissent le lieu pour des concerts, des performances ou des dj sets pour une exploration de la création musicale d’aujourd’hui et pour imaginer la musique de demain. Retrouvez des soirées élaborées en fonction de différentes thématiques mais aussi des soirées en connexion avec des spectacles de la programmation du lieu unique. Qu’ils viennent de l’autre côté de la planète ou de votre quartier, venez découvrir et soutenir les artistes invités.

LES ALLUMÉS DU TANGO Un lundi par mois, pour un bal comme à Buenos Aires, les Allumés du Tango se donnent rendez-vous au bar du lieu unique. La soirée débute par une initiation à 20h, proposée à celles et ceux qui veulent faire leurs premiers pas.

© KGB

Les lundis 19 septembre, 17 octobre, 21 novembre, 19 décembre 2011, 16 janvier, 20 février, 19 mars, 16 avril, 21 mai et 18 juin 2012. De 21h à 0h30 / entrée libre

p.86


le lieu unique scène nationale de Nantes

02 40 12 14 34 /// www.lelieuunique.com entrée quai Ferdinand-Favre (entre l’accès sud de la gare SNCF et la Cité-Nantes Events Center)

Le lieu unique, scène nationale de Nantes, est subventionné par la Ville de Nantes, le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC des Pays de la Loire et le Conseil régional des Pays de la Loire.

Direction : Patrick Gyger Théâtre / Danse : Corinne Gaillard, Karine Bellanger Musique : Cyril Jollard, Frédéric Sourice Arts plastiques / Architecture : Patricia Buck, Virginie Benon Livre : Thérèse Jolly Sciences humaines / Cinéma : Isabelle Schmitt Communication et presse : Aurélie Denis, Karine Bellanger Relations avec le public : Emilie Houdmon Graphisme : Karim Gabou Webmaster : Hélène Bernadat Coordination bâtiment et sécurité : Katell Delaune, Gaël Chavignaud, Steven Delaporte Secrétariat de direction : Annick Perrot Technique : Pierre-Yves Chouin, Natacha Guillemot, Pierre Congratel, Marc-Jean Epiard, Roger Burdy, Moana Schlumberger, Magali Lecointre Accueil public et billetterie : Ann’Lise Haubert, Bertrand Lemerle, Kathy Moutarde Administration et comptabilité : Yves Jourdan, Gilles Crusson Ressources humaines : Capucine Chagneau Accueil standard : Sophie Deniaud Boutique : Laurence Martin, Magda Langer, Léa Le Dimna, Anne Chamberland Personnel d’accueil spectacles : Alycia Ouvrard, Héloïse Rousse, Zoé Wambergue Avec également le renfort de nombreux vacataires et intermittents du spectacle. le lieu unique - Association CRDC : Françoise Chedmail, présidente / Michel Messina, trésorier / Michel Frappart, secrétaire

Pour venir au lieu unique :

BusWay (Ligne 4), Tramway (Ligne 1)

arrêt Duchesse Anne Les parkings les plus proches : Duchesse Anne et Allée Baco

infos

Pour les plus courageux, un emplacement Bicloo se trouve également juste devant le lieu unique !


En plus d’une décennie, le lieu unique a vu passer en ses murs des centaines d’artistes, de comédiens, de musiciens et d’auteurs. Parmi ceux-ci, on peut citer :

Arts plastiques : Saadane Afif, Wilfrid Almendra, John Armleder, Berdaguer et Péjus, Berlinde de Bruyckere, Dewar/Gicquel, Hervé di Rosa, Wang Du, Du Zhenjun, Eva et Adèle, Quentin Faucompré, Hans Hemmert, Séverine Hubard, Joël Hubaut, Daniel Johnston, Jesper Just, Le Gentil Garçon, Ange Leccia, Jean Lecointre, Eduardo Kac, Marie Losier, David Mach, Emmanuel Madan, Vincent Mauger, Thomas McIntosh, Mathieu Mercier, Olivier Mosset, Cécile Paris, Bruno Peinado, Erwin Redl, Pascal Rivet, Nicolas Rubinstein, Pierrick Sorin, Merlin Spie, Symbiotica, Barthélémy Toguo, Agnès Varda, Fabien Vershaere, Winter & Hörbelt, Erwin Wurm, Jérôme Zonder...

Arts de la scène : Nathalie Béasse, Jérôme Bel, Bruno Beltrao, David Bobee, Peter Brook, Guy Cassiers, Boris Charmatz, Sidi Larbi Cherkaoui, Philippe Decouflé, Anne Teresa de Keersmaeker, Jan Fabre, Forced Entertainment, Israel Galvan, Rodrigo Garcia, Stefan Kaegi, Eric Lacascade, Jan Lauwers, Johan Le Guillerm, Les Arts Sauts, Maguy Marin, Compagnie Marius, Philippe Ménard, Compagnie Motus, Rabih Mroué, Stanislas Nordey, Alain Platel, Philippe Quesne, Jean-François Sivadier, TG Stan, Hiroaki Umeda, Zimmermann & de Perrot... BD : Ben Katchor, Choi Juhyun, Gnot Guedin, Grégory Jarry, Jochen Gerner, Morgan Navarro, les requins marteaux, Nylso, Philippe Squarzoni, Ruppert & Mulot, Tanxxx, Pakito Bolino, Yoann, Tanquerelle, Blanchard, Lewis Trondheim, José Parrondo, périscopages, yoann, Cyril Pedrosa... Littérature : Christine Angot, Florence Aubenas, Michel Butor, Olivier Cadiot, Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq, Chloé Delaume, Jean Echenoz, Philippe Forest, Tristan Garcia, Pierre Guyotat, Christophe Honoré, Nancy Huston, Régis Jauffret, Abdelwahab Meddeb, Pierre Michon, Marie N’Diaye, Pascal Quignard, Atiq Rahimi, Coline Serreau, Philippe Sollers, Norman Spinrad, Antoine Volodine... Musique : Air, Alva Noto, Balanescu Quartet, Alain Bashung, Pierre Bastien, Jac Berrocal, Kevin Blechdom, Anouar Brahem, Glenn Branca, Bran Flakes, Thomas Brinkmann, Gavin Bryars, Cabaret New Burlesque, Patric Catani, Eugene Chadbourne, Coil, Current 93, DJ Spooky, Dominique A, Einstürzende Neubauten, Jack Dangers, Etant Donnés, Marianne Faithfull, The 5,6,7,8’s, Framix, Diamanda Galas, Michael Gira, Gonzales, Abdullah Ibrahim, Philippe Katerine, Richard H. Kirk, Kronos Quartet, La Kuizine, The Legendary Stardust Cowboy, Arto Lindsay, Lydia Lunch, Wim Mertens, Meredith Monk, Michael Nyman, Charlemagne Palestine, Pan Sonic, Emmanuelle Parrenin, Jean-Jacques Perrey, Pita, Martin Rev, Marc Ribot, Staalplaat Sound System, Mark Stewart + Maffia, Sigue Sigue Sputnik, Stereo Total, Sun Ra Arkestra, Tame Impala, Thee Majesty, J.G. Thirlwell, Tipsy, Simon Fisher Turner, Alan Vega, Mark Van Hoen, Wire, Young Marble Giants, John Zorn... Philosophie : Sylviane Agacinski, Miguel Benasayag, Fabienne Brugère, Sophie de Mijolla-Mellor, Régis Debray, Jean-Marc Ferry, Alain Finkielkraut, Pierre Hassner, Jean-Yves Jouannais, Michela Marzano, Jean-François Mattéi, Ruwen Ogien, Joëlle Proust, Christian Ruby, Jean Schneider, Bernard Stiegler, Pierre-André Taguieff, Michel Terestchenko, Serge Tisseron, Paul Valadier, Frédéric Worms...

© KGB

Architecture : Block, Team Zoo et Kinya Maruyama, Djamel Klouche, Patrick Bouchain, Nicolas Michelin, Rudy Ricciotti, Dominique Perrault, Odile Decq, Gaston Tolila, Raphaëlle Hondelatte et Mathieu Laporte,Eric Alonzo, Périphériques, David Trottin, Jacques Moussafir, Julien Monfort, Michel Bertreux, François Seigneur, Pierre Lafon, Guinée-Potin, François Grether, Frédérique Monjanel, Miguel Georgieff, Manuelle Gautrand, Marc Barani...


Située en bordure du Canal Saint-Félix, au cœur de Nantes, l’ex-usine LU revit depuis le 1er janvier 2000 au rythme d’un centre d’arts atypique et pluridisciplinaire : le lieu unique. Scène nationale de Nantes, le lieu unique est un espace d’exploration artistique, de bouillonnement culturel et de convivialité qui mélange les genres, les cultures et les publics. Son credo : l’esprit de curiosité dans les différents domaines de l’art : arts plastiques, théâtre, danse, cirque, musique, littérature, sciences humaines, architecture, BD, arts gustatifs... Lieu de frottements, le lieu unique abrite à côté de ces espaces dédiés à la création, un ensemble de services :

Le bar est ouvert tout au long de la semaine à partir de 11h et jusqu’à 3h du matin les vendredis et samedis. Situé à proximité de la gare, il est une halte pour les voyageurs mais aussi un lieu idéal pour les rendez-vous amicaux ou professionnels, un endroit paisible pour écrire ou dessiner... Le jour, dans une ambiance “Grand Café”, le bar offre une programmation musicale soignée ; le soir, notamment le week-end, il se fait club. Le restaurant

Ouvert tous les jours sauf le dimanche, il propose une carte saisonnière comportant des plats de tradition française revisités, dans un cadre convivial et chaleureux. Fermé le dimanche et le lundi soir. Tél : 02 51 82 05 55

La boutique (réalisée par Fichtre) propose une sélection des plus éclectiques d’objets design, pièces graphiques, bijoux, sacs... Fruits de la création nantaise ou européenne, ils sont délicats, ludiques, utiles et parfois même provocateurs ! Du mardi au samedi : 12h30-19h / dimanche : 15h-19h Tél : 02 51 82 15 06 / boutique@lelieuunique.com

La librairie Vent d’Ouest au lieu unique présente une sélection

de livres inattendus et curieux en littérature, bande dessinée, architecture, art contemporain... Un savant mélange d’exigence et de décontraction. Du mardi au samedi : 12h30-19h30 / dimanche 15h-19h Tél : 02 40 47 64 83

Le hammam : 650 m

de volupté orientale ! Le plus grand hammam traditionnel de France mêle harmonieusement l’esprit marocain et l’architecture industrielle propre au passé de l’ancienne biscuiterie. Tous les jours : 11h-21h Tél : 02 40 89 09 99 / http://nantes.zeinorientalspa.fr 2

La tour LU

Ouverte au public depuis 2004, elle est équipée d’une drôle de machine, le gyrorama - réalisé par Métalobil - qui offre au visiteur un autre regard sur la ville. Du mardi au samedi : 12h30-19h / dimanche : 15h-19h

Le Grenier du siècle

Le 1er janvier 2000, 12000 objets représentatifs de notre vie et du siècle ont été déposés par les Nantais dans une paroi double d’une des façades du lieu unique. Scellé, le Grenier sera rouvert le 1er janvier 2100 à 17h.

La crèche associative “Une Souris Verte” :

Ouverte dès mars 2000, elle est pleinement intégrée au projet du lieu unique. Du lundi au vendredi : 8h-19h Tél : 02 40 47 42 96


TOUR LU

HAMMAM BILLETTERIE BOUTIQUE

LIBRAIRIE

LA COUR : espace d’expositions avant tout, la Cour présente les traces les plus visibles du passé industriel du lieu, avec sa verrière d’origine (protégée par une surtoiture translucide) et ses poteaux de fonte.

LE GRAND ATELIER : seule partie récente du lieu unique, le Grand Atelier est la principale salle de spectacle de la scène nationale. Son décor recycle des matériaux d’Afrique et de France : pagnes bogolans sur l’un des murs, plafond de barils maliens, passerelle de bois d’un cimetière marin du Finistère... Dans une double paroi se loge le Grenier du siècle, un projet de préservation de la mémoire nantaise à travers 12 000 objets du quotidien (imaginé par l’architecte Patrick Bouchain et l’artiste Patrick Raynaud).

p.90


le lieu unique dévoile ses coulisses… Un dimanche par mois, un membre de l’équipe du lieu unique vous accompagne dans l’exploration des 8000 m2 du bâtiment. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir tous les espaces du 1er étage : le silo métamorphosé en atelier d’artistes, le Grand Atelier ou la Cour modulable en fonction des propositions artistiques, la façade du Grenier du siècle, les loges... La visite passe par l’emblématique tour LU. 136 marches vous conduisent jusqu’au gyrorama pour vous offrir une vue panoramique sur la ville. les dimanches 2 octobre, 6 novembre, 4 décembre 2011 8 janvier, 5 février, 4 mars, 1er avril, 6 mai et 3 juin 2012 Tarifs : 3,50¤ - 1,50¤ pour les abonnés du lieu unique (visite de la tour incluse) Durée : 1h / Horaire : 15h30 Réservation auprès de l’accueil-billetterie : 02 40 12 14 34 (visite limitée à 20 personnes)

ENTRÉE PAR LE BAR LE LIEU DE VIE : s’y côtoient restaurant, bar/club, librairie, billetterie, boutique de créateurs, et le plus grand hammam traditionnel de France. 1ER ÉTAGE : foyer haut, ateliers et salon de musique sont des espaces privilégiés pour formes musicales plus intimistes, rencontres d’auteurs, expositions, conférences, projections, résidences et répétitions.

BAR

2ÈME ÉTAGE : crèche associative et bureau de l’équipe du lieu unique. RESTAURANT

le lieu unique scène nationale de Nantes

p.91


TARIFS > Plein tarif : 18¤ > Tarif structures associées : 15¤ accordé aux abonnés du TU-Nantes, du Grand T, Angers Nantes Opéra, Onyx (Saint-Herblain), Arc (Rezé), Le Fanal (Saint-Nazaire), Le Quai (Angers), Le Grand R (La Roche sur Yon), Le Carré (Château-Gontier), Le Triangle (Rennes), aux adhérents de la F.A.L, Tourisme et Loisirs, Tourisme et Culture, Club inter-entreprises, C.C.P, aux titulaires de la carte Cezam et Ciné-Liberté du Katorza.

> Tarif réduit : 10¤ s’applique aux abonnés, aux étudiants de moins de 30 ans, demandeurs d’emploi, titulaires de Cart’s, intermittents, plasticiens inscrits à la maison des artistes, bénéficiaires du RSA, groupes 7 personnes minimum, scolaires

> Tarifs spéciaux :

Patti Smith, Brad Mehldau et Dominique A : 18¤/25¤ Pour Patti Smith : billetterie réservée aux abonnés jusqu’au 15 septembre inclus (dans la limite des abonnements disponibles)

Pour Brad Mehldau et Dominique A : billetterie réservée aux abonnés jusqu’au 15 décembre inclus (dans la limite des abonnements disponibles)

> Soirées curieuses / Longue nuit du court / Maxence Cyrin Plein tarif : 8¤ Tarif réduit : 5¤

> Labos utiles : • Spectacles et performances Plein tarif : 8¤ Tarif réduit : 5¤ • Conférences, cours et rencontres entrée libre dans la limite des places disponibles

> Spectacles hors les murs :

• Zur au parc de Procé, place Raymond-Poincaré Tarif unique : 5¤ (hors abonnement) • ONJ présente Piazolla à la Salle Paul-Fort, 9 rue Basse Porte à Nantes Tarifs : 19¤ / 17¤ / 12¤° (°s’applique aux étudiants de moins de 25 ans et bénéficiaires du RSA) • Urbik/Orbik au TU-Nantes, Chemin de la Censive du Tertre Tarifs : 16¤ / 14¤ / 8¤ • Giardino della parola au Théâtre Municipal de Rezé, rue Guy Lelan Tarifs : 18¤ / 12¤ / 8¤ • La piste là, sous chapiteau cours Saint-Pierre Tarifs : 18¤ / 15¤ / 10¤ p.92


Comment réserver… Quand ? Du mardi au samedi de 12h30 à 19h30 Où ? A l’accueil billetterie, entrée quai Ferdinand-Favre (entre l’accès sud de la gare SNCF et la Cité-Nantes Events Center)

Comment ? • Par téléphone, au 02 40 12 14 34

(Aux heures d’ouverture de l’accueil du lieu unique / Paiement par carte bleue)

• Par correspondance, le lieu unique - BP 21304 - 44013 Nantes cedex 1 • Par internet sur le site www.lelieuunique.com (frais de réservation 1,30¤ par billet) réservation exclusivement pour des places individuelles

• Dans les points de vente FNAC, Carrefour, Magasins U, Géant / renseignements au 0 892 68 36 22 (0.34¤/min) ou sur www.fnac.com Attention ! Toute réservation est ferme et définitive. Aucune place ne pourra être échangée ou remboursée. Il n’y a pas d’envoi de billets, ils sont tenus à votre disposition à l’accueil billetterie du lieu unique. L’accès aux salles peut être refusé aux retardataires.

Organiser votre venue au lieu unique… Vous êtes enseignant, responsable d’association, de comité d’entreprise et vous souhaitez organiser une sortie en groupe au lieu unique, l’équipe des relations avec le public est à votre disposition pour vous informer et vous accompagner dans la découverte de la programmation en vous proposant un accueil spécifique (sortie spectacle, visite commentée d’une exposition, visite du lieu, découverte des métiers…) Renseignements auprès de l’équipe des relations avec le public : Emilie Houdmon - 02 51 82 15 22 ou emilie.houdmon@lelieuunique.com

Le lieu unique est partenaire de 1 pass Culture & Sport (spectacle) = une carte 3 spectacles (tarif réduit) p.93


S’ABONNER AU LIEU UNIQUE

Les cartes d’abonnement vous permettent de choisir vos spectacles quand vous le désirez au cours de la saison 2011-2012 et de bénéficier de tarifs réduits Les formules d’abonnement :

> CARTE BLANCHE Tarif : 200 ¤

Accès à tous les spectacles

> CARTE 5 SPECTACLES Plein tarif : 60 ¤ Tarif réduit : 38 ¤*

Places supplémentaires : 6e spectacle et plus > 10 ¤

Possibilité d’inclure 2 soirées spéciales (dans la limite des places disponibles)

parmi Patti Smith, Brad Mehldau et Dominique A.

> CARTE 3 SPECTACLES

Plein tarif : 45 ¤ Tarif réduit : 24 ¤*

Places supplémentaires : 4e spectacle et plus > 10 ¤

Possibilité d’inclure 1 seule soirée spéciale (dans la limite des places disponibles)

parmi Patti Smith, Brad Mehldau et Dominique A.

* s’applique aux étudiants de moins de 30 ans, demandeurs d’emploi, titulaires de Cart’s, intermittents, plasticiens inscrits à la maison des artistes, bénéficiaires du RSA, groupes 7 personnes minimum, scolaires Autres avantages de l’abonnement : > 8% de réduction au hammam > 5% de réduction à la librairie Vent d’Ouest au lieu unique et à la boutique du lieu unique > Apéritif offert lors d’un dîner au restaurant du lieu unique (sur présentation de votre carte) les soirs de spectacle > 50% de réduction sur le prix de la carte Ciné-Liberté du Katorza > Avantage tarifaire auprès des structures associées

p.94


BULLETIN DE RÉSERVATION À retourner au lieu unique, BP 21304 - 44013 Nantes Cedex 1 (tél 02 40 12 14 34) Accompagné de votre règlement (libellé à l’ordre du lieu unique) Les billets sont tenus à votre disposition à l’accueil billetterie du lieu unique

(si vous prenez plusieurs abonnements, merci de préciser les noms et prénoms des personnes qui vous accompagnent)

NOM :

PRÉNOM :

DATE DE NAISSANCE :

PROFESSION :

ADRESSE :

TÉLÉPHONE (indispensable) :

E-MAIL :

!

Je choisis la carte blanche et je suis le roi du monde : 200 ¤ x ..................=..................... ¤

!

Je choisis la carte 5 spectacles plein tarif : 60 ¤ x .....................................=............................... ¤

!

Je choisis la carte 5 spectacles tarif réduit : 38 ¤ x ...................................=.............................. ¤

!

Je choisis la carte 3 spectacles plein tarif : 45 ¤ x .....................................=.............................. ¤

!

Je choisis la carte 3 spectacles tarif réduit : 24 ¤ x ...................................=.............................. ¤

! Au-delà de mon abonnement, je choisis .............................x places supplémentaires à 10 ¤ = ............................... ¤

et je choisis mes spectacles : Date + horaire

Nom des spectacles compris dans la carte

Nom du spectacle au tarif de 10 ¤

date + horaire

tarif unitaire

Nbr de places

Nbr de places

Total tarifs individuels >

Total général >

Merci d’utiliser une ligne par tarif.

Total


SORTIE D’USINE Les projets suivants, Un bateau pour les poupées, mis en scène par Marilyn Leray et Marc Tsypkine, les trois soirées curieuses : FVTVR, Man 180° Retour du Japon et The Noiser, les trois rendez-vous avec l’ensemble UTOPIK, la création Fou du chorégraphe Loïc Touzé, la résidence du plasticien Simon Dronet, la création musicale de Loup Barraud dans le cadre de Locus Solus ou encore l’intervention des graffeurs nantais - Persu, Meyer, Nasher et Moner dans le cadre de l’exposition Faire le Mur, bénéficient de ce dispositif d’aide à la création que nous avons nommé : SORTIE D’USINE.

© Château des ducs de Bretagne, musée d'Histoire de Nantes

Cette saison une dizaine de créations d’artistes et/ou de compagnies de la Région des Pays de la Loire sont produits ou coproduits par le lieu unique.


DR

le lieu unique participe au VOYAGE À NANTES 15 juin – 2 septembre 2012


le lieu unique saison 2011-2012

programme du lieu unique SAISON 2011-2012  

programme du lieu unique, scène nationale de Nantes, SAISON 2011-2012