Issuu on Google+

L'OEIL DU LIBRAIRE : LES ENFANTS DE DELPIRE

Article publié sur le site Ricochet. Jacques Desse est libraire d'ancien. Il a notamment organisé l'exposition "Livres animés, deux siècles de livres à système", en 2003, et publié, avec Alban Cerisier, "De la Jeunesse chez Gallimard, 90 ans de livres pour enfants" (Gallimard/Chez les libraires associés, 2008), qui a reçu le prix de bibliographie du Syndicat de la librairie ancienne et moderne.


LES ENFANTS DE DELPIRE Par Jacques Desse Tout le monde connaît des livres de Robert Delpire, l'éditeur de Cartier-Bresson, Robert Frank, William Klein, Sarah Moon..., concepteur de collections célèbres, dont Photo-Poche. Vous ne voyez pas trop ? Il doit pourtant figurer dans votre bibliothèque au moins un ou deux de ces singuliers volumes, que l'on choie sans trop savoir pourquoi, et dont on réalise parfois qu'en dépit de leur aspect parfaitement actuel, ils ont souvent été publiés il y a un demi-siècle. A 23 ans, en 1950, Robert Delpire crée la revue Neuf, destinée au corps médical, dans laquelle il publie Breton, Prévert, Miller, Picasso, Michaux, Sartre, Ronald Searle... et la première version des célèbres Larmes de crocodile, d'André François… Ensuite apparaissent la collection Neuf (Brassaï, Ylla, Werner Bishop, Inge Morath...), les petites perles de la collection Huit (Doisneau, Cartier-Bresson, Rodger), l'Encyclopédie Essentielle (dans laquelle paraît l'un des plus fameux livres de photographe, Les Américains, de Robert Frank), puis de nombreux livres d'art et de photo. Parallèlement, Delpire mène une carrière d'éditeur publicitaire tout à fait novatrice, manifestant la même originalité que dans les autres domaines, et faisant intervenir William Klein, André Martin, André François, Sarah Moon, Roland Topor, Alain Le Foll...

Parmi ses complices des débuts, on trouve des créateurs devenus depuis mondialement célèbres, dont Pierre Faucheux, Jacques Monory, et le jeune Georges Lemoine... Delpire est aussi le producteur du film culte de Klein, Qui êtesvous Polly Magoo, et sa galerie, rue de l'Abbaye, présente régulièrement des expositions de photographes, peintres et illustrateurs, dont André François bien sûr, mais aussi Delessert, Milton Glaser, Le Foll, Savignac, Lemoine, et bien d'autres. Delpire édite à partir de 1955 des livres pour enfants. Ils ne sont pas nombreux : une douzaine en douze ans dans la collection Dix sur Dix, quelques titres isolés, les séries Actibom/Multibom et Documents... Delpire a pourtant été un très grand éditeur de livres pour enfants. L'importance et l'influence de ses publications sont universellement reconnues. Henri Galeron, par exemple a raconté à Ricochet que


c'est la découverte des livres de Delpire, au milieu des années 60, qui l'a poussé à devenir illustrateur jeunesse (http://www.ricochet-jeunes.org/magazine/article/51henri-galeron). Le titre emblématique de Delpire, Les Larmes de crocodile d'André François (1955-56) est devenu un incontournable de l'histoire du livre pour enfants, qui a même suscité des vocations, comme celle de David McKee (Achetez d'urgence, si vous ne l'avez déjà fait, la remarquable réédition à l'identique, tant qu'elle est disponible !). Dès les années 60, Delpire jouissait d'une aura et d'un prestige qui intimidait jusqu'à des Galeron et Delessert, qui ont tous deux confié ne pas avoir osé le contacter à l'époque... L'élan créateur de la première moitié du siècle avait été brisé net par la seconde guerre mondiale, la renaissance de l'illustration enfantine ne se produit qu'au milieu des années 1960, emmenée en particulier par Harlin Quist. Delpire est avec Pierre Tisné de ceux qui ont amorcé ce mouvement, dès les années 1950. Comme dans le domaine de la photographie, Delpire manifeste un flair extraordinaire et fait travailler des auteurs illustrateurs, qui, un demi-siècle plus tard, sont consacrés comme des classiques du XXe siècle, dont André François et Jacqueline Duhême. C'est aussi lui qui publie en France, dès 1967, le décisif et scandaleux Where the Wild Things Are de Sendak, aujourd'hui considéré comme l'un des plus importants "picture books" américains. C'est Delpire qui lui donne son titre français, Max et les maximonstres. Cet album incontournable sera vite repris par l'Ecole des Loisirs, qui l'édite toujours aujourd'hui.

Les livres pour enfants de Delpire se caractérisent par un très grand soin apporté à leur conception et leur réalisation, ainsi qu'une grande originalité, qui n'est jamais gratuite. Ces albums, dira Galeron "alliaient la recherche et l'élégance de la typographie à la nouveauté et la qualité des images et de la mise en page, ainsi que le soin apporté à la présentation et au choix du format du livre". Pour autant, précise Robert Delpire, en créant des livres pour enfants, "je ne voulais pas faire à leur intention des livres purement graphiques. Je voulais que l'on raconte une histoire, que les enfants puissent rentrer dans une histoire" (http://www.ricochetjeunes.org/magazine-propos/article/32-entretien-avec-robert-delpire). Les textes des livres de Delpire sont d'ailleurs confiés à d'excellents auteurs, comme le trop méconnu Claude Roy. La collection Dix sur Dix commence avec les livres d'André François, suivis par l'adaptation de six titres réalisés en Suisse par Wolfensberger, dont cinq du


spirituel Hans Fischer. Ces livres charmants sont d'une qualité très supérieure à ce qui se faisait dans la France d'après-guerre (avec son sens habituel de la provocation, Robert Delpire affirme aujourd'hui les avoir adaptés uniquement par intérêt commercial, mais nous ne sommes pas obligés de le croire !). En 1959 et 1963, Les tambours, de Reiner Zimnik, et Tom & Tabby, de François, connaissent le succès (on recherchera l'édition originale de ce dernier, plus soignée que la réédition de 1980). Les trois titres suivants, en 1963-64, sont conçus par Delpire, et annoncent la vague "pop". C'est le bouquet, de Claude Roy avec des images du regretté Alain Le Foll, devient emblématique de l'illustration psychédélique : un livre pop à la Harlin Quist, mais avant les livres pop d'Harlin Quist...

La plupart de ces albums, n'ayant guère été compris au moment de leur sortie, n'ont connu qu'un succès d'estime et sont aujourd'hui quasiment introuvables, comme les remarquables On vous l'a dit ? (1955, texte de Jean l'Anselme, dessins d'André François, maquette de Faucheux) et Houpi le gentil kangourou de Jacqueline Duhême et Claude Roy (1964). Après Max et les maximonstres, et Animagie, Delpire se tourne en 1967 vers le livre d'activité (collections Multibom, Actibom, et Documents). Des livres à colorier, à découper, des pochettes de documents, aux formats improbables et au look très "70", qui paniqueront les libraires et feront la joie des enfants. Outre une nouvelle version des Larmes de crocodile, on y remarque deux albums mythiques : Simbad le marin, d'Alain Le Foll et Bernard Noël, et Multimasques, de Noëlle Lavraire (déjà auteur chez Delpire, en 1963, du subtil Un soir sans lune).


Delpire est toujours actif, et toujours animé par les mêmes passions : "J’ai toujours été frappé du manque de notoriété des illustrateurs. Quand j’étais en charge du Centre national de la photographie, je disais à Jack Lang que c’était très bien de pousser à la reconnaissance de la photographie comme art véritable, mais que les illustrateurs sont tout aussi importants que les photographes dans l’évolution de l’art visuel". Il a donc créé en 2006, sur le modèle de Photo Poche, la courageuse collection Poche Illustrateur, où l'on apprécie en particulier l'alliance entre anciens et modernes : Grandville voisine avec André François, Cieslewicz avec Daumier, Steinberg avec Anderson, et Pellaert avec Doré... Le dernier opus vient de paraître, il est consacré à un illustrateur fétiche et vieux complice de Delpire : Etienne Delessert. A voir : L'exposition Delpire et Cie aux Rencontres internationales de la photographie, Arles, du 7 juillet au 13 septembre, puis à la Maison européenne de la photographie, du 2 octobre au 24 janvier 2010. A Paris, Chez les libraires associés, Delpire essentiel, exposition vente de la quasi-totalité des livres publiés par Delpire (tout l'été, sur rendez-vous, coordonnées ci-dessous). Un catalogue bibliographique, établi par Luc Monod, est disponible (10 € sur place, 13 € port compris).

Chez les libraires associés – 3 rue Pierre l’Ermite, 75018 Paris – 01 42 57 20 24 libraires-associes(at)orange.fr - http://chezleslibrairesassocies.blogspot.com/


Les enfants de Delpire, par Jacques Desse