Page 1


N E W S L E T T E R V O L U M E

I ,

NOUS AIMONS LA COTE D’IVOIRE

KWENI 

Le but de l’organisation KWENI est la promotion socioculturelle et économique du peuple Kweni/ Gouro de Cote D’Ivoire et de sa diaspora.

L’organisation maintient son siège a Bouafle, en Cote D’ivoire.

Pour toute information concernant l’organisation, veuillez vous adresser par email au secrétariat général, à Mr Brede Grohe (jesdazan@yahoo.fr)

LE PEUPLE KWENI


L’Origine du Zaouli Par Tra Bi Benson

S

elon plusieurs témoignages, le peuple Gouro a une tradition dans l’art de sculpter. Et cela s’est toujours caractérisé par la volonté et le souci quotidien de représenter le vrai ou la réalité sur un support qui peut être soit le bois, la pierre ou

autres objets de la nature. Il suffit pour cela d’évoquer par exemple l’histoire des pierres taillées de Gohitafla dans le département de Zuenoula pour s’en convaincre. Les origines de la sculpture, l’art de représenter les éléments de la nature sur le bois bien travaillé, nous sont données par M. Doubi Bi Nene, premier adjoint au maire de la commune de Zuenoula. Selon lui, le masque Djela Lou Zaouli aujourd’hui présent dans tous les villages Gouro, a ses origines dans le village de Zrabi Sehifla, dans la sous -préfecture de Gohitafla. En effet, raconte-t-il, Djela Lou Zaouli était une femme d’une beauté rare et légendaire. Malheureusement cette créature de rêve, qui faisait la fierté de la famille et de tout le village mourut prématurément. Tout le monde était affligé et désemparé par la disparition brutale de cette beauté, en particulier le père Kolou Bi Djela et le mari. Fort heureusement, ce dernier était un grand sculpteur, il a donc matérialisé sa défunte femme DJELA LOU ZAOULI sur le bois. Il a parfaitement réussi, si bien qu’on avait l’impression de voir sa femme revenir à la vie. La nouvelle fit le tour de la région, comme une trainée de poudre. Les autres villages apprirent alors à sculpter cette beauté. Ce qui a, plus tard, donné naissance à la dance Zaouli. D’autres masques tels que la Zamblé, le Djè seront crées pour protéger ou tenir compagnie à la belle Zaouli. D’autres sources, cependant, ne font pas de ce village l’origine du masque Zaouli. Elles disent que Djela Lou Zaouli était la plus belle femme de toute la région. Et les gens se déplaçaient massivement de partout pour venir admirer cette idéale beauté. Pour rapprocher alors celle-ci des populations lointaines. Djela Lou Zaouli a été exactement représentée sur du bois bien travaillé. Ces villages se sont inspirés de cette créature en s’intéressant davantage à la sculpture. D’où la présence du Zaouli dans tous les villages Gouro. Apres le nom de cette dame a été attribué à une danse qui a gardé la même appellation. Quelle que soit la véracité des différentes versions sur l’origine du Zaouli, toujours est-il que cette histoire marque l’origine de la sculpture et surtout des masques dans le pays Gouro/Kweni.


PAGE

4

PAGE

4

KWENI

NEWS

MAGZINE

VOLUME

I,

ISSUE

3

CHRETIEN: Porter ou non le Preservatif Par MAKO YOUAN

LE VIH, LE VIRUS QUI TRANSMET LE SIDA

Q

uand le sang devient lourd, et même très lourd dans le corps, le

sais-tu ? Oui, le sang peut devenir très lourd dans le corps et il faut l’expérimenter pour le savoir. Or l’expérimenter reviendrait à dire que tu fais partir des « condamnés à mort », s’il y a bien un groupe d’individus dit « condamnés à mort » ; puisque tout le monde est appelé à mourir un jour. Les scientifiques ont commencé par s’exprimer ainsi dès les premières heures de cette pandémie, parce que perplexes devant ce « redoutable » virus. Alors le monde a capitulé, saisi de frayeur si bien que tous ceux qui l’ont rencontré sur leur chemin ont reçu l’étiquette des « condamnés à mort », et nombreux sont ceux-là qui ont trépassé avant le temps. Redoutable, ce virus l’est ! Mais, plus encore il

Chaque 9 minutes aux Etats Unis, une personne devient seropositive.

est très pernicieux ! Qu’est-ce donc ce virus ? Voyons d’abord ce que c’est qu’un virus en général. Un virus est une petite entité, uniquement observable avec un puissant microscope électronique. C’est à peine si l’on peut l’appeler être vivant. Un virus ne peut pas produire de l’énergie par lui-même pour réaliser son métabolisme ; il ne peut pas fabriquer des protéines ou toute autre composante des cellules vivantes, et il ne peut pas se reproduire. Il dépend absolument d’une autre cellule pour ces fonc-

tions. Ainsi, le virus doit-il infecter une cellule d’un autre organisme vivant afin de pouvoir se métaboliser, se développer et ou se reproduire. Il existe plusieurs types de virus dans le monde ; un rapport établi en 1995 a mis en évidence 4000 espèces de virus divisés en 71 familles ou groupes basés sur des caractéristiques génomiques (génome à ADN ou ARN), morphologiques et antigéniques des virus. Notre redoutable ennemi qui a plongé l’humanité dans le désarroi est le VIH, le virus de l’immunodéficience humaine. Il est de la famille des rétrovirus, virus à ARN. Il y a deux types de VIH : le VIH-1 et le VIH-2. Le VIH-1 est divisé en deux groupes : le groupe M et le groupe O. Le groupe M est subdivisé en dix sous-types : A-


KW VO EN LU I M N EE W I , S I SMSAUGEZ 3 INE

VOLUME

I,

ISSUE

3

PAGE

5

Le virus du sida est pernicieux B-C-D-E-F-G-H-I-J. Le VIH-2 est subdivisé en cinq sous-types : A-B-C-D-E. (on aurait même découvert un troisième type qui serait la combinaison des deux premiers). Pourquoi ce virus cause-til tant de frayeur et pourtant d’autres, tous aussi dangereux que lui, sont la? (Exemple : les virus des hépatites et des cancers) Ses caractéristiques et ses modes de transmission peuvent en quelque sorte expliquer cela. Voyons-les donc : Ses caractéristiques Comme tous les virus, le VIH doit infecter une cellule cible afin de vivre, se développer et se reproduire. Malheureusement, le VIH ne vise qu’un type de cellules qui jouent un rôle déterminant dans le système immunitaire ; je dirais des cellules qui sont comme des généraux dans une armée. Ce sont les lymphocytes TCD4 appelés aussi CD4. Ce sont les CD4 qui coordonnent le système de protection, donnent l’ordre à d’autres cellules d’attaquer les envahisseurs. Les CD4 sont comme la tour de contrôle, des sentinelles. Ce sont ces cellules-là que le VIH infecte uniquement et pas d’autres. Imaginez une armée dont les généraux sont atteints mortellement…

Ses modes de transmission Chez les personnes infectées, on trouve le VIH dans les fluides du corps tels que le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et le lait maternel, où il est en forte concentration. Il est également présent dans la salive, l’urine, la sueur et les larmes, mais en faible concentration. Le virus du VIH se contracte lorsqu’une personne non infectée entre en contact avec les fluides ou les cellules du corps d’une personne infectée par le VIH. Nous avons trois principales voies de transmission : La voie sexuelle La voie sanguine La voie de la mère à l’enfant. Voie sexuelle Le mode de transmission le plus courant par lequel le VIH est transmis parmi les adultes et les adolescents est le rapport sexuel avec un partenaire infecté. On estime que 70 à 80% de toute la transmission du VIH se produit par le contact sexuel. Lors des rapports sexuels (vagin, pénis ou rectum), le frottement provoque des écorchures qui sont des ouvertures pour le virus afin de joindre facilement la circulation sanguine où se trouvent des millions de cellules cibles c’est-à-dire les CD4. NB : une personne nouvellement infectée, et on ne le saura

Magic Johson, 20 ans apres avoir contracte le VIH, vit toujours avec le virus

E

tre sero-

positif de nos jours n’est plus une sentence de mort. Comme Magic Johnson, l’on peut contracter le virus du SIDA et vivre, mais il faut suivre le traitement médical, faire du sport afin de maintenir son corps fort et résistant. Il faut aussi éviter les infestions opportunistes en maintenant une bonne alimentation et une vie saine. Lorsqu’on connait le virus et son mode d’action, on ne prend pas de risqué d’aller consulter les charlatans aux bords des routes. Comme Magic Johnson, on suit le traitement a la trithérapie qui a montre depuis plus de 20 ans sa capacité a maintenir le séropositif en vie. On peut vivre avec le VIH! Mais c’est mieux de l’éviter en prenant ses précautions par une vie ordonnée, et en limitant les risqué de contamination. Il est nécessaire aussi que la famille apporte le soutient au séropositif, ce qui l’aidera plus a résister a la progression de la séropositivité.

LUTTONS TOUS CONTRE LE SIDA


PAGE

jamais à l’œil nu sans avoir fait le test, a un niveau très élevé de VIH dans les fluides de son corps durant les premières semaines après l’infection ; cela, avant que le système immunitaire puisse les supprimer temporairement. Il y a donc un plus gros risque de transmission à cette période. Qu’en est-il de la contraction du VIH par le sang ? Voie sanguine La transmission du VIH peut se faire aussi par le contact avec le sang infecté. A ce niveau nous avons : La transfusion sanguine. Mais de nos jours le risque est minime. Les aiguilles de tatouage, des seringues, les lames de rasoir ou tout autre instrument pointu qui ont été en contact avec le sang contaminé. Et pour cela certaines pratiques sont à risque telles que la circoncision, l’excision, les tissages (coiffure), l’entretien des ongles avec des objets tranchants non stérilisés et les scarifications. Notez aussi que les femmes séropositives sont fortement contagieuses pendant la menstruation. Elles peuvent également transmettre le virus à leur enfant ; comment ? Voie de transmission de la mère à l’enfant Une mère infectée peut également transmettre le virus à son enfant pendant qu’elle le prote dans son sein, donc pendant la grossesse, ou pendant l’accouchement à cause du plus grand flux de sang à ce moment-là ; ces deux étapes franchies, la contamination peut avoir lieu pendant l’allaitement. Mais, de nos jours, la PTME (Prévention

PARLONS GOURO Avec Tue-Bi Alida

Les Animaux Domestiques un chien: blin un chat: zanwouanhnin un poulet: minhin un coq: monhonwoinhnin un lapin: gouinin une souris: moinhnin une pintade: djein

de la Transmission Mère-Enfant) permet de réduire de façon considérable le taux de contamination par cette voie-là. Toutefois, la PTME a son revers de médaille. Nous en parlerons dans un autre article. Au vu de ce qui précède, l’homme a raison de s’alarmer ; je dis bien l’homme et non DIEU car Il a le dernier mot. L’homme est donc impuissant devant ce fléau. Il y a plus de vingt ans qu’il lutte et cherche à vaincre ce virus qui a plusieurs tours dans son sac. Je l’ai dit : il est très pernicieux. Des progrès ont été faits dans la lutte sans que l’on ne soit capable d’éliminer le VIH. En attendant, que doit-on faire ? IL FAUT SE PROTEGER !!!

La protection commence par le fait de reconnaître que le VIH existe et tue sans l’intervention de Dieu. Ensuite, il faut le connaître et savoir comment il agit. Et enfin, il faut l’éviter ou se protéger. Savoir ou croire que le VIH existe Jusqu’à présent, certains ne savent pas que ce virus existe et fait de nombreuses victimes dans la société. D’autres, par contre le savent, mais affirment qu’il s’agit d’une pure invention des occidentaux. Et pour se rassurer, ils finis-

un canard: korhor un cheval: souhouvali une chevre: moehi un bouc: mohowoinhnin un mouton: bla un b oeuf: dri une vache: drimou un porc: srou un pigeon: plaouonin un poisson: por un cafard: moro un margouillat: zouhou un mille-patte: plorhor

6

sent leurs propos en disant qu’il faut bien qu’on meure de quelque chose. Comme décrit plus haut, le virus qui cause le SIDA existe bel et bien et provoque de grandes maladies qui finiront par emporter leur victime. Quand on sait qu’il existe, il faut chercher à bien le connaitre et savoir aussi comment il se comporte. Connaitre le VIH et savoir comment il agit Pour ce point, je vous prie de vous référer à ce qui est dit du virus plus haut. Enfin l’ayant connu, il faut l’éviter ou se mettre à l’abri. Eviter le VIH ou s’en protéger Comme nous ne le voyons pas à l’œil nu, il serait absurde de dire à quelqu’un, il faut éviter le VIH. Cependant, au regard du mode de transmission par voie sanguine, il est bienséant voire prudent d’avoir ses effets personnels en allant chez les coiffeurs et coiffeuses et de toujours s’assurer que le matériel de soins (seringues, aiguilles et autres sont bien emballés et stériles). En plus de ces mesures de protection contre le VIH qui ne font l’objet d’aucune discussion, il y en a d’autres qui, par contre, font couler beaucoup d’encres. Il s’agit des éléments de protection relatifs au mode de transmission par voie sexuelle. Et c’est qui est le point crucial de notre sujet. Les éléments de protection à ce stade sont : l’abstinence, la fidélité et les préservatifs. En tant qu’homme de Dieu, je un verre de terre: blili une araignée: clotroin une tortue: cloui un serpent: minlin un oiseau: mianhnin une crevette: séké


VOLUME

I,

ISSUE

3

conseillerais, primo, le moyen le plus sûr, le plus convenable devant Dieu et les hommes, celui qui n’entraîne aucune discussion inutile, aucun préjugé, aucun murmure et que sais-je encore, j’ai nommé : L’ABSTINENCE, si on n’est pas marié. Il faut s’abstenir de toute relation sexuelle avant le mariage. Cela te protège efficacement contre le VIH. A côté de l’abstinence, la FIDELITE est donnée pour ceux qui sont mariés. Il faut être fidèle à sa femme ou à son mari. Je n’ai pas dit qu’il faut être fidèle à ses femmes ou à ses maris. Cependant, il y a ce qu’on enseigne et il y a ce que l’on fait de l’enseignement. Nous avons dit plus haut que la contamination par la voie sexuelle constitue 70 à 80% de toute la transmission du VIH, et concerne les adultes et les adolescents. Nous connaissons nos adolescents, leurs compagnies hors du cadre familial, surtout lorsque nous nous rendons compte du manque d’encadrement adéquat des parents en Afrique. Aussi, le sujet du sexe étant tabou entre parents et enfants dans la société africaine, cela complique davantage l’éducation sexuelle. Ces enfants, dis-je, ne sont pas suivis partout, et même qui sait, si celles ou ceux qui se disent chrétiens le sont réellement. D’ailleurs, chrétiens que nous sommes, il peut arriver de succomber à la tentation. N’oublions pas qu’autant il existe des « Joseph » parmi le peuple de Dieu, autant il existe des « David », des « Samson », exemples à ne pas suivre pour autant.

PARLONS GOURO Avec Tue-Bi Alida

Les Aliments( premiere partie) du riz: sahaa la sauce: zian une banane: mihii un manioc: bouhou

PAGE

Mais, lorsque survient la tentation et qu’il te manque toute possibilité de fuir comme Joseph, soit parce que tu es coopérant, mordu par le venin du péché comme Caïn ( Gen. 4, 6-8 ), soit parce que tu y es contraint comme le cas d’Amnon et Tamar, la sœur d’Absalom (2 Sam. 13,11-14 ), que faire ? Le second moyen, acceptable et accepté par nombre de personnes, et qui, en temps normal fait partir des moyens de contraception est le PRESERVATIF ou le CONDOM ou encore la CAPOTE. C’est vrai que l’invention de cette chose a augmenté la dépravation sexuelle, quand bien même que dans l’esprit de l’inventeur, c’était de freiner la propagation du VIH. D’ailleurs, son utilisation n’est pas encore maîtriser par plusieurs.

7

celui ou celle qui, se disant chrétien, se livrerait à ce jeu sans raison valable, et nous le sensibilisons à se protéger contre le VIH comme nous le conseillons à tous d’ailleurs pendant nos campagnes de sensibilisation sur le VIH/SIDA. Alors, protège-toi et plus tard lorsque tu te convertiras, tu comprendras mieux la voie du Seigneur. Que le Seigneur vous bénisse !

Le préservatif sert aussi à protéger le partenaire sain dans un couple où l’autre s’est accidentellement infecté, par exemple un agent de santé peut être confronté à ce genre de situation (AES : accident d’exposition au sang). Ainsi donc, le préservatif, nous le conseillons avec mesure et raison gardée, pour permettre à ceux ou celles qui seront gagnées à Christ plus tard de sauvegarder leur santé et accomplir leur mission sur terre après leur conversion à Christ. Chrétien, chrétienne SOIS FIDELE, ABSTIENS-TOI ou le cas échéant, PROTEGE-TOI !!! Dans ce dernier cas qui est l’utilisation des préservatifs, nous considérons comme quelqu’un à gagner à Christ une patate douce: bahaa un tarot: kowouo un gombo: ziambè une noix de palme( graine): siwèlè une aubergine: porhror un oignon: djaba une arrachide: bèhè un maïs: gohoo de l'attiéké: tchêkê de l'eau: yi du lait: nonhnon une tomate: tomati

LE SIDA EST UNE AFFAIRE DE NOUS TOUS!


LES PETITES HISTOIRES DE CHEZ NOUS par Dr John Tra LES MESAVENTURES DE BOSANDJE

I

l y avait dans un village quelque part à Betadougou (qui signifie le village de tout le monde) alias Kotadala (Dans la gueule des problèmes), plus connue sous le nom de Côte D'Ivoire, une dame très querelleuse. Son nom était Kouassi Amlandjo Koungoaitaie alias "la luciole". Cette dame avait acquis l'infâme réputation de chercher palabre à tout ceux qu'elle rencontrait. En fait dame Amlandjo ne cherchait pas palabre pour elle même mais pour son fils, car tous ceux qu'elle provoquait, elle le faisait pour que son fiston qui, étant d'une carrure à couper le souffle à un buffle, leur administra une raclée pour manque de respect à sa mère. On le comprenait, car pour l'amour d'une mère qui ne risquerait pas sa vie? Le fils était bien bâti, il était fait de muscles, sa mâchoire (que les jeunes du village appelaient les kpakites) ne reculait devant rien; les cailloux étaient broyés au gré de son humeur comme des cacahuètes, et quand sa colère dépassait le seuil de tolérance, c'étaient les barres de fers qui faisaient les frais. Pour intimider ses adversaires il ramassait de temps en temps des tas de mica, feldspath, et quartz et les passait au supplice de ses canines, molaires et prémolaires. L'individu était la force brutale revêtue de corps humain. Au village il inspirait la terreur. Son nom était Moninyairait qui signifie « trou de souris » dans la langue kweni. L'individu ne ressemblait visiblement en rien à un trou de souris voire même à un trou de rat. Peut être que ce nom lui avait été donne comme pour servir d’appât. Amlandjo vantait à qui voulait l'entendre que son fils était le plus fort du village et que personne n'oserait la toucher, elle, la mère du légendaire Moninyairait. Un jour entrait dans le village un nouveau venu, il faisait tourner la tête à qui le rencontrait. Son nom était Bozandjé qui signifie en langue kweni "Il tue son propriétaire", comme son nom le suggérait, il était le messager de la mort. Bozandjé mesurait 2,5 mètres, tout de fibres de myosines et d'actines entrelacées. Son visage confirmait l'origine australopithèquaine de ses ancêtres et certains plaisantins suggéraient que sa mère avait été violée par un gorille. Ses narines à elles seules faisaient le trou du rat, et quand il inspirait, il vidait son

entourage du trop plein de molécules d'oxygène. Ses arcades sourcilières avaient été comme jetées à sa figure, et pendaient au dessus de ses orbites. Bozandjé se savait très laid aussi il menaçait tous ceux qui attardaient un peu trop les regards sur ses anomalies. Lorsqu'Amlangjo rencontra Bozandjé, elle ne put retenir son rire et se lança dans un éclat de rires suicidaires. Elle se traînait par terre et se tortillait comme prise de crises épileptiques, lançant entre deux secousses des épithètes désobligeantes à l'endroit de Bozandjé qui, lui ne comprenait pas comment une femme aussi freluquet pouvait à ce point risquer sa vie. Tout en colère, Bozandjé se jeta sur Amlandjo, la souleva, et lui envoya un de ces coups de tête qui fit atterrir la dame dans un tas de chiendents face en avant, le bobaraba en l’air. Amlandjo se leva péniblement et tout en pleurs courut chez son fils. "Mon fils, y'a quelqu'un qui m'a battu". Le fils qui depuis longtemps n'avait pas eu à se battre demanda à sa mère de lui montrer celui qui avait osé lui porter main. L’enfant et la mère coururent vers Bozandjé qui, semblant avoir oublié l'incident, marchait tout calmement vers son lieu de couchette. Dame Amlandjo vint et se pointa devant Bozandjé. "Mon fils, voilà le vilain qui m'a frappée" et, s'adressant à Bozandjé elle dit "Toi ce sont les femmes seulement que tu peux frapper, voici mon fils, touche-moi et tu ne toucheras plus personne tout le reste de ta vie". Pour la première fois Moninyairait rencontrait Bozandjé, et pour la première fois, il découvrait la peur. Mais il était trop tard. Il savait que ses derniers jours venaient de sonner. Il lui fallait donc utiliser ses quelques cellules cérébrales qui lui restaient, et l'urgence de la situation ne se prêtait pas à des erreurs. Moninyairait regarda Bozandjé dans les yeux et lui dit : - "Est-ce vraiment toi qui as battu ma mère?" - "Oui" répondit Bozandjé. - "Si c'est vraiment toi, tape ma mère encore devant moi que je vois" Tout en colère, Bozandjé qui se sentit défié, administra un direct de gauche suivi d'un uppercut de droite accompagné d'un coup de pied dans le bas-ventre à la pauvre dame qui alla atterrir aux pieds de son fils. Comme si cela ne suffisait pas Bozandjé se jeta sur la dame déjà dans un état bien piteux; il la souleva pour lui faire goûter à son atcholiait légendaire qui se résumait à une suite accélérée de droite et de gauche à la maxillaire inférieure suivie d'un maegeri dans le derrière pour


couronner le show. Moninyairait s'adressant à Bozandjé, lui dit: "Merci mon frère, cette femme- là va finir par me tuer un jour dans ce village la, merci beaucoup pour ton service". Et s'adressant à sa mère, il lui dit : "maman, lève-toi, on va à la maison, je t'ai toujours dit de laisser les honnêtes gens en paix".

KWENI

Bozandjé n'en revenait pas, la bouche toute ouverte comme celui à qui on n'avait servi que l'entrée et qui se voyait ainsi dérobé de son plat de résistance. La mère et le fils l'un après l'autre allèrent à la maison. Depuis ce jour, dame Amlandjo devint la dame la plus polie et la plus paisible du village. Pour les gens du village on dira : "palabres que tu ne peux pas faire, faut pas chercher".

ANNONCES 

Chaque dernier dimanche du mois, les membres de l’organisation Kweni se rencontrent en téléconférence via skype. Si vous avez un compte skype, et que vous êtes connectes à l’internet, vous pouvez participer aux débats sur les Kweni en contactant Sehi nin casro.

Fely Tchaco a été nominée a competir pour le prix du « best independent music award ». Chaque Gouro/Kweni est encouragé à voter pour qu’elle remporte le prix. Pour voter pour notre soeur Kweni, allez à l’adresse suivante sur internet à http://www.independentmusicawards.com/ ima/faqs/#howtovote.

L’organisation Kweni cherche des volontaires pour organiser les rencontres à Abidjan et à l’intérieur du pays. Si vous voulez aider à l’émergence de la communauté Kweni auprès de vous, contactez Boué Dominique qui coordonnera l’implantation de votre sous section.

Boue Dominique 01 BP 1437 San Pedro 01 Email:bouetra@gmail.com Tel: (225) 07674125

PARCE QUE CHAQUE GOURO EST IMPORTANT


PAGE

1P 0AGE

10

KWENI

NEWS

MAGZINE

VOLUME

I,

ISSUE

3

CUISINE: Le Jus de Gingembre ou Gnamacoudji Préparation : 1 h Cuisson : 0 Ingrédients : - 1 kg de gingembre frais - 4 litres d'eau - 1 kg de sucre semoule - 2 sachets de sucre vanillé ou de l'extrait de vanille - quelques feuilles de menthe - 3 citrons

heure. Filtrer le jus. Ajouter la vanille, et petit à petit le sucre. Goûter régulièrement pour vérifier si la quantité de sucre est suffisante. Rajouter quelques feuilles de menthe, embouteiller et stocker au frigo. Bien secouer la bouteille avant de servir, car le gingembre se dépose au fond.

Préparation : éplucher le gingembre et le passer au mixeur avec un peu d'eau pour obtenir une pâte. Mettre l'eau dans un grand récipient, y ajouter la pâte de gingembre et les citrons coupés mais pas épluchés. Laisser reposer une bonne demi-

ARRET SUR LA PHOTO


KWENI

NEWS

MAGZINE

VOLUME

FLASH NEWS: GOURO EN JUSTICE.

I,

ISSUE

3

P PA AG GE E

LES FEMMES DU MARCHE

GERMAINE BONI

Des pleurs, des cris. L’ambiance des marchés gouro s’est transposée, au Palais de justice, au Plateau. Les femmes, regroupées au sein de la Coopérative des marchés gouro d’Adjamé (Comagoa), y ont effectué massivement le déplacement non pas pour vendre des produits vivriers, mais pour défendre leurs droits. En fait, un conflit foncier les oppose, depuis 2009, à un opérateur économique Hassan Ismail Hamed, de la société Sci Falah. Selon les explications de la conseillère de la coopérative, Ballé Apolline, la Comagoa est une initiative de feu Nanti Lou Rosalie, fondatrice du marché de gros d’Adjamé Roxy, qui projetait de le transformer en un grand marché moderne dont elle avait déjà fait concevoir le plan. Malheureusement, la mort l’a fauchée.

Sa succession à la tête de la coopérative est assurée par Mme Ta Lou Jeannette qui a décidé de poursuivre l’œuvre de la ‘’vieille’’. Dans sa recherche d’opérateurs pouvant l’aider à réaliser ce projet, le directeur du service

technique de la mairie d’Adjamé lui présente Hassan Ismail Hamed. Le contrat de bail à construction est signé par les deux parties après les différentes discussions et accords verbaux. Le coût des constructions est estimé à 500 millions de Fcfa. Le terrain étant occupé par des commerçantes, les parties ont convenu que les indemnités de déguerpissement de 60 millions soient à la charge du preneur, à savoir Hassan Hamed, payables en deux temps. Soit 30 millions payés lors du constat de déguerpissement et le solde à une date ultérieure à déterminer. «Mais, pendant l’exécution du contrat, nous avons

constaté beaucoup d’anomalies. Le preneur n’a pas respecté le plan que nous lui avons proposé. Et il a construit un bâtiment de 40 magasins sans permis de construire et sans respecter les normes d’assainissement. Après avis d’un expert en la matière, nous lui avons demandé d’arrêter les travaux. Ce qu’il n’a pas accepté et il nous a convoqué à la justice », explique Ballé, pour justifier l’origine du litige qui les oppose à leur partenaire. Les commerçantes dénoncent aussi le fait que l’opérateur fasse casser des magasins de certaines femmes. La conseillère de la Comagoa demande que la loi soit respectée.

Elle invite, à cet effet, les autorités ivoiriennes à regarder de près ce problème. La coopérative des marchés gouro d’Adjamé est constituée de 1500 opératrices faisant la vente en gros de vivriers, ravitaillant la plupart des marchés d’Abidjan. Hassan Hamed, joint par téléphone, dit avoir respecté sa part d’engagement dans ce contrat qu’il a signé avec les femmes de la Comagoa dont il a trouvé « bizarre» le comportement.

« Peu avant l’élection présidentielle, elles ont commencé à avoir des attitudes que je ne comprenais pas, me demandant d’arrêter les travaux, je ne sais pour quelle raison. Je faisais l’objet de menaces de mort, j’ai donc pris du recul, alors qu’elles m’ont fait payer assez d’argent. Maintenant que la guerre est terminée, la situation s’est un peu normalisée, j’ai intenté une action en justice contre elles », explique Hassan Hamed. Pour lui, le regroupement des femmes

au Palais de justice « n’est que signe de faiblesse des commerçantes d’Adjamé ». « Nous sommes dans un Etat de droit qui aspire au changement, il faut faire prévaloir le droit. C’est ce que je peux vous dire pour le moment. Le droit nous situera dans les prochains jours», conclut-il.

Kweni, connais tes droits!

1 11 1


Si la mer se dechaine, Si le vent souffre fort, Si la barque t’entraine, n’aie pas peur de la mort. KWENI

NEWS

MAGZINE


Il n’a pas dit que tu coulerais Il a dit “Je te protégerai”


L’univerS KWeni

PAGE

14

OU TOUTES LES FEMMES SONT BELLES Nicole

Patricia

Marie-Jeannette Katrin

Lidi

Rita

KWENI

Christelle

NEWS

Victoire

Rose

MAGZINE

Raissa

Rachel


L’univerS KWeni ET TOUS LES HOMMES SONT CHARMANTS Alain

Robenson

Boué Dominique Antoine

Thybo

Boniface

Gill

Ouwla

Serge

Pasteur Zrè Emmanuel et famille

Gore Frederic


NOTRE HISTOIRE PAGE

16

Le soldat IRIE BI TAH,

Irie Bi Tah, soldat, seconde guerre mondiale (1939-1945)

De Zanhoufla, Marahoué, Cote D’Ivoire. Ce brave Kweni fut appelé “tirailleur Sénégalais” pendant la guerre mondiale de 1939-45. Comme lui, des milliers de Kweni se sont portes au secours de la France.

HOMMAGE A TOUS LES KWENI QUI ONT DONNE LEUR SANG POUR SAUVER L’EUROPE ! KWENI

NEWS

MAGZINE


PAGE

J

JE ME PRESENTE… TUE-BI ALIDA

e me nomme Tue-bi Alida Paule Emma épouse Gouehi à l'état civil. Je suis née à Bouaflé dans la région de la Marahoué, et je suis originaire du plus beau village kweni (riiiiireee), Tibéita, situé sur la route de Zuénoula. Je suis également mère de trois magnifiques petites kweni. je vis à la Celle Saint Cloud en région parisienne avec mon époux (Gouehi Franck) et mes filles. Je suis une auxiliaire parentale (nounou) en pleine reconversion professionnelle. Si nous voulons être un modèle et un exemple pour nos enfants (qui représentent la relève pour la génération future), il faut passer de vaines paroles aux actes marquant et frappant aussi ai-je décidée après dix ans dans la vie active de retourner à l'école et de me présenter au baccalauréat littéraire en candidat libre; je suis donc en classe de terminale dans un lycée du soir, j'espère ainsi pouvoir me réorienter dans le droit et mon vœux le plus chère est que chaque kweni prenne conscience de sa valeur en tant qu'entité et apporte sa contribution aussi petite soit t'elle pour la réalisation de cette vision que nous avons tous épousée. tous ensembles nous verrons la métamorphose de ce peuple, nous le verrons s'imposé en tant que peuple valeureux, dynamique, actif dans notre belle cote d'ivoire!! « Bali é mor kaha va ooo! »

17


NOUS SOMMES PRETS A PRENDRE NOTRE ENVOL Š John Tra

KWENI INTERNATIONAL Afrique Boue Dominique 01 BP 1437 San Pedro 01 Email: bouetra@gmail.com Tel: (225) 07674125

Amerique Kweni Inc. 3423 Orange Grove Ct. Ellicott City, MD, USA Email: jtra00@yahoo.com Tel: +1-443-2531995

Europe Martin Tra Bi (Suede) Email: martinbifils@hotmail.com Tel: +00 46 736910894

Asie Tra Bi Zehe Gyslain, Mabalacat, Panpaga, Philipine Email: info@jggbc.com Tel: +63 9474890962

Kweni News Magazine Avril 2012  

Le Magazine des kweni de Cote D'Ivoire

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you