Issuu on Google+

ARGU FLASH ÉCONOMIE

DE L’ART DE TRAVESTIR LES MAUVAISES NOUVELLES EN BONNES À RETENIR

MOT CLÉ

 Les mauvaises nouvelles se multiplient sur le front de l’économie. Mais le gouvernement fait l’autruche.  L’INSEE confirme que le chômage n’a pas diminué en 2013. Mais Michel Sapin se vante d’avoir inversé sa courbe.  La Commission européenne place notre pays sous surveillance. Mais Pierre Moscovici vante le « redressement de la France. »  La France a besoin d’un changement de politique pas de vaines promesses.

« Surveillance renforcée » C’est le statut que la Commission européenne a décidé d’appliquer à la France, dont la crédibilité économique recule depuis 22 mois.

Quand la hausse du chômage devient inversion de la courbe du chômage…  Voici qu’à trois semaines des élections municipales, le gouvernement détourne les chiffres de l’Insee pour expliquer que le chômage, qui n’a pas cessé d’augmenter depuis mai 2012, vient subitement de baisser !  Les Français ne doivent pas être dupes de cette communication trompeuse. Car quand on y regarde de plus près, la vérité est malheureusement beaucoup moins reluisante. Les chiffres ne baissent pas au 4e trimestre parce que des personnes ont retrouvé un emploi, mais parce que les questionnaires ont changé. L’Insee explique que le taux de chômage a reculé de 0,1 % au 4e trimestre 2013 car « l’intégration du nouveau questionnaire a un impact de 0,5 point à la baisse sur la mesure du taux de chômage ». L’Insee précise aussi que la marge d’erreur est de + ou – 0,3 point. 

Sur un an, le chômage dans toute la France n’a pas reculé.

1,3 million de personnes souhaitant un emploi, ne sont pas comptées dans la population des personnes au chômage au sens de l’Insee. Ce chiffre est en augmentation en 2013 (+ 27 000 personnes par rapport à 2012) 

Selon Pôle emploi, le chômage a encore augmenté au mois de janvier (+ 23 600 personnes inscrites en catégories A, B, C), la barre des 6 millions de personnes inscrites a été franchie. 

www.u-m-p.org

11 mars 2014 © Éditions de l’Union


ARGU FLASH  Quand Michel Sapin utilise ces chiffres pour parler de « l’engagement respecté » de François Hollande on croit rêver ! Confirmation est faite, après le « bug SFR », l’explosion de 32,8 % des radiations administratives sur un an, la création de plus de 550 000 contrats aidés de toutes sortes, que la gauche est prête à tous les artifices pour maquiller l’ampleur réelle de l’aggravation du chômage dans notre pays.

Quand la sanction de la politique de François Hollande devient une invitation à la poursuivre… L a Commission européenne a décidé le 5 mars de placer notre pays « sous surveillance­ renforcée ». C’est un désaveu personnel pour François Hollande. Cette décision humiliante est la conséquence de son incapacité à tenir les objectifs économiques qu’il s’est lui-même fixés. Le déficit devait être à 3 % en 2013. Il a dépassé les 4,1 %. La dette devait être maîtrisée. Selon la Cour des comptes, elle dépassera les 2000 milliards d’euros fin 2014. La croissance devait être de 0,5 % en 2012, de 1,7 % en 2013 et de 2 % en 2014. Elle a été de 0 % en 2012, de 0,2 % en 2013 et en 2014 elle ne sera que de 0,9 %. Les impôts devaient baisser. Ils ont augmenté de plus de 50 milliards depuis mai 2012.  L a Commission dit qu’elle ne croit pas que la France puisse tenir ses objectifs de réduction des déficits. Elle ne prend pas au sérieux le « pacte de responsabilité », présenté par François Hollande comme le remède miracle pour la France. Résultat, notre pays est le seul État membre, avec la Slovénie, à être placé sous surveillance renforcée par la Commission. C’est une triste première. Nous rejoignons ainsi le peloton des nations sinistrées de l’Europe, à l’image de l’Espagne, de l’Italie ou de l’Irlande… loin, derrière l’Allemagne et l’Angleterre. La précédente majorité avait réussi, au cœur de la crise mondiale à arrimer la France aux performances de l’Allemagne, voilà que la gauche réussit « l’exploit » désolant de reléguer notre pays parmi les nations les plus fragiles alors même que la croissance mondiale repart !  Mais Pierre Moscovici s’est contenté d’expliquer contre toute évidence que « la France, depuis 2012, est sur une trajectoire de redressement »… François Hollande ne peut pas rester dans l’ambiguïté et doit dire très clairement s’il s’engage toujours, comme il l’a promis à la Commission européenne, à respecter l’objectif de 3 % de déficit public en 2015.  S’il fait la sourde oreille aux injonctions de la Commission et aux questions de l’opposition, le gouvernement ne pourra rester inerte s’il est sanctionné dans les urnes. D’où l’importance capitale de voter massivement pour les candidats de l’UMP les 23 et 30 mars afin de forcer François Hollande à changer de politique. Il faut en urgence libérer les énergies des Français. Moins de dépenses, de contrôles et d’impôts, plus de travail, de confiance et d’innovation, voilà notre chemin d’avenir !

www.u-m-p.org

11 mars 2014 © Éditions de l’Union


Economie : de l'art de travestir les mauvaises nouvelles en bonnes