Page 1


Destination Francophonie Ivan Kabacoff

Découvrez chaque semaine les plus belles initiatives pour la langue française dans le monde ! Diffusion sur toutes les chaînes de TV5MONDE et sur tv5monde.com/df Réagissez sur twitter

Photo © Sébastien CALVET / Divergence

et facebook

#dfrancophonie

/destinationfrancophonie

En partenariat avec l’OIF, l’Institut français, la DGLFLF et le CIEP.

La chaîne culturelle francophone mondiale


Édito Florence Teste, rédactrice en chef

Bonjour à toutes et à tous, Vous êtes en train de lire le dernier numéro de votre magazine préféré. En effet, ce n°67 de décembre 2018 marque la fin de la parution de LCFF. Pendant un peu plus de six années, toute l’équipe de LCFF a mis toute son énergie à vous préparer de bons moments de lecture. Aujourd’hui, après tous ces mois de bonheur mais aussi de soucis et de stress, j’ai décidé d’interrompre l’activité de l’entreprise LCFF. L’absence d’intérêt de la part des institutions et les difficultés de la presse à se trouver un nouveau modèle économique ont fini par me convaincre qu’il était temps de passer à autre chose. Je souhaite à chacun d’entre vous le meilleur pour l’année à venir, 2019, mais aussi les suivantes : de l’amour, de l’amitié, de la joie, du bonheur, de la chance, de la réussite, une bonne santé ! Et... n’oubliez pas d’entretenir votre français ! Pour cela, regardez des films, des vidéos, la télévision en français (TV5MONDE, bien sûr !), écoutez la radio en français (RFI, bien sûr !), lisez des livres en français, consultez des sites web francophones, fréquentez les écoles de français, participez aux événements culturels francophones (il y en a partout dans le monde !) et surtout, rencontrez des francophones ! Mais... il vous reste encore un numéro à savourer : pour fêter cette fin d’année, nous avons choisi le thème de la musique francophone (en excluant la chanson française). Vous lirez des articles sur le Belge Jacques Brel ; sur les chanteurs québécois ; sur la langue française dans la musique algérienne, sur le festival de musique francophone de Grandy au Québec ; sur Mosaert (alias Stromae, le Belge) en tant que créateur de mode ; vous testerez aussi vos connaissances grâce au quizz « musique francophone ». Comme les Fêtes approchent également, nous vous parlerons des festivités de Noël : en Cuisine, des recettes pour un Noël pas cher, les Traditions provençales, et la place du sapin de Noël dans la sauvegarde de l’Environnement. Enfin, nous avons fêté ces dernières semaines le centième anniversaire de l’armistice de la Première guerre mondiale. C’est pourquoi que nous vous proposons un article sur Maurice Genevoix, cet écrivain qui a raconté sa vie dans les tranchées ; nous vous invitons également au cinéma : allez voir « Joyeux Noël s», ce magnifique film sorti en 2005. Et comme toujours, vos rubriques habituelles : DELF, Livres, RFI, TV5MONDE. Toute l’équipe de LCFF se joint à moi pour vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année ! Profitez de votre famille, de vos amis, reposez-vous et/ou faites la fête ! Bonne lecture !


P.

LIVRES

BD AUTOBIOGRAPHIQUES CINÉMA

JOYEUX NOËL MUSIQUE

QUÉBECOIS CHANTANTS

P.

7

P.

11

P.

14

CHANSON

LE PLAT PAYS PAR JACQUES BREL

P.

20

P.

29

P.

38

P.

34

QUIZ

LA CHANSON FRANCOPHONE AMÉRIQUES

50 BOUGIES POUR GRANBY ! LANGUE

LA LANGUE FRANÇAISE DANS LA MUSIQUE ALGÉRIENNE AUTEUR

LANGUE

DELF B1 RFI

FAIRE LES 400 COUPS PAR JULIE BOUTELOUP TV5MONDE

LA VILLE DE QUEBEC JEUX

Les

MOSAERT OU LA MODE PAR STROMAE MODE

P.

LE SAPIN DE NOËL

36

P.

39

P.

42

P.

44

P.

49

B1

à

c2. La

difficuLté

Le pictogramme en forme de Livre en haut de La page.

articLes qui comportent ce

27

P.

46

UN NOËL EN PROVENCE

de L’articLe est représentée par

Les

P.

TRADITIONS

articLes sont adaptés à des

niveaux

22

ENVIRONNEMENT

P.

MAURICE GENEVOIX

19

pictogramme existent en version

NOËL PAS CHER

audio

CUISINE


BD autobiographiques Livres

Le 18 décembre a été déclaré par l’Assemblée générale des Nations Unies « Journée internationale des migrants ». Nombreux sont les témoignages réels ou fictifs en littérature sur les thèmes de l’expatriation et du déracinement. Les genres et les tonalités sont variés et parmi les ouvrages que je prends personnellement le plus de plaisir à lire, figurent les bandes dessinées autobiographiques. Ces retours d’expérience font réfléchir sur l’altérité1 et l’interculturel, en même temps qu’ils donnent des informations implicites2 sur la civilisation française. Peut-être pensez-vous d’emblée3 au magnifique roman graphique Persépolis de Marjane Satrapi, un ouvrage incontournable du neuvième art ? Personnellement, c’est avec Persépolis que j’ai repris goût, en tant qu’adulte, à la lecture de bandes dessinées. Si vous ne connaissez pas ce livre, c’est la porte d’entrée pour quiconque4 souhaite lire un témoignage sur l’exil : l’histoire de Marjane Satrapi dont la vie va être dirigée par les changements politiques en Iran et qui va connaître entre l’enfance et l’âge adulte, l’exil en Europe, la perte de repères et l’isolement. Outre ce grand classique du genre, je vous recommande quelques témoignages récents permettant d’entrer dans les pensées d’hommes et de femmes arrivés en France en tant que migrants, volontaires ou forcés.

Commençons avec l’un des ouvrages les plus drôles que j’ai eu l’occasion de lire dernièrement : le manga Un pigeon à Paris (Glénat, 3 tomes, 2017-2018) de Lina Foujita. Ce témoignage hilarant5 est issu d’un blog BD à succès au Japon dans lequel une dessinatrice japonaise raconte son déménagement en France et tous les problèmes auxquels elle a dû faire face. Un vrai choc des cultures pour cette jeune femme habituée à la politesse et à la propreté japonaise  ! Parmi les mauvaises surprises, citons les appartements vétustes6, le harcèlement de rue, les toilettes publiques ou encore les pickpockets… C’est tout le « savoir-vivre » à la française qui est décortiqué7 et finalement mis à mal8. Ensuite, d’une tonalité beaucoup plus nostalgique même si elle n’est pas dépourvue9 d’humour, l’autobiographie graphique Banana Girl  : jaune à l’extérieur, blanche à l’intérieur (Steinkis, 2017), de Kei Lam, originaire de Chine. Arrivée à cinq ans en France, la petite fille est sans cesse partagée entre deux cultures. Le récit permet de ressentir combien l’expérience de l’émigration a pu paraître effrayante au départ, et par quels mécanismes on arrive à faire feu de tout bois10 et à mettre à profit ses deux cultures.

7


Je vous recommande aussi la bande dessinée Coquelicots d’Irak (L’Association, 2017) qui m’a beaucoup touchée. Souvenirs d’enfance s’entremêlent avec une analyse sociale et politique du contexte irakien au fil des ans. Brigitte Findakly, la scénariste, est née en Irak, d’un père irakien et d’une mère française. Elle a ainsi passé son enfance à Mossoul, où se succèdent coups d’État et dictatures militaires. Le récit peut parfois dérouter11 car il est rempli d’ironie et de deuxième degré. La femme adulte revit dans ses souvenirs des événements absurdes et des situations marquées par les aberrations12 de la dictature jusqu’à l’exil vers la France au début des années 1970. L’arrivée en France réserve bien des difficultés administratives, sociales et culturelles, la mère de l’auteure devant même justifier de sa nationalité française alors qu’elle ne l’a jamais perdue… Difficile de se construire une vie d’adulte quand on éprouve la culpabilité d’avoir laissé une partie de la famille face aux difficultés financières dans un pays devenu hostile13.

deux albums sont sortis en même temps dans deux maisons d’édition différentes : Je ne suis pas d’ici (Yunbo, Warum, 2018) et Je suis encore là-bas (Samir Dahmani, Warum, 2018). Les points communs sont nombreux : le graphisme et les couleurs pastels, et surtout, en miroir, la thématique de l’étrangeté, vécue dans son pays d’origine ou dans un pays d’accueil. Il s’agit dans le premier cas d’une Coréenne qui vient s’installer en France pour étudier le graphisme, et dans le second cas, d’une Coréenne qui a vécu en France, et qui, de retour en Corée, a du mal à se réintégrer à son pays d’origine. Quitter son pays ou y revenir après avoir vécu au loin ; ne pas comprendre ce qui se passe autour de soi, ou au contraire appréhender avec trop d’acuité14 une société dont vous n’adhérez plus aux valeurs. Dans ce secteur prolifique15 qu’est la bande dessinée autobiographique, voici donc quelques coups de cœur accessibles linguistiquement et riches dans leur contenu, pour s’immerger16 dans la culture française et réfléchir à cette notion d’’’étrange’’ et d’’’étranger’’ qui fait la une de nos médias depuis quelques années.

Enfin, je vous présente le projet particulièrement original de deux anciens étudiants de l’Ecole européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême. Leurs Christelle Ducrot

Lexique 1. altérité (n. f.s.) : fait d’être autre, d’être différent 2. implicites (adj. f.p.) : qui ne sont pas dites ouvertement, clairement 3. d’emblée (adv.) : dès le début 4. quiconque (pr. indéf.) : chacun qui, celui qui 5. hilarant (adj. m.s.) : qui fait beaucoup rire 6. vétustes (adj. m.s.) : vieux et endommagés 7. est décortiqué (v. décortiquer. Passif) : est analysé avec précision 8. mis à mal (adj. m.s.) : critiqué négativement

8

9. n’est pas dépourvue : ne manque pas 10. faire feu de tout bois : utiliser toutes les ressources possibles 11. dérouter (v.) : déstabiliser, mettre mal à l’aise 12. aberrations (n. f.p.) : choses, idées, événements qui ne suivent pas le bon sens commun 13. hostile (adj. m.s.) : qui n’est pas bienveillant, dangereux 14. acuité (n. f.s.) : précision 15. prolifique (adj. m.s.) : qui produit beaucoup 16. s’immerger (v.) : entrer profondément dans, plonger


Cette exposition est reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture/Direction générale des patrimoines/Service des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat.


Joyeux Noël

© Joyeux Noel de Christian Carion

Cinéma

Ce film, sorti en 2005, mérite deux fois d’être dans ce numéro de LCFF : premièrement, il se passe à la période de Noël ; deuxièmement, il raconte un épisode de la Première guerre mondiale, (vous avez pu lire à travers notre rubrique Auteur consacrée à Maurice Genevoix que la France a fêté cette année le centenaire de l’armistice de 1918). Nous devons ce film à Christian Carion, un réalisateur français, qui a lu le livre Batailles de Flandres et d’Artois 1914-1918, paru en 1992. Dans cet ouvrage, l’historien Yves Buffetaut relate certains faits qui se sont produits durant la guerre, en particulier des scènes de fraternisation entre ennemis. Dans la réalité, toutes les scènes ne se sont pas nécessairement passées au même moment ou au même endroit, mais toutes ont réellement eu lieu. La presse britannique s’en était fait le relais mais en France, l’armée avait tenu à cacher ces faits qu’elle avait qualifiés de trahison.

L’histoire Durant l’été 1914, les soldats partent à la guerre la fleur au fusil, chacun convaincu qu’il va rapidement revenir en vainqueur. Mais en décembre, enlisés1 dans leurs tranchées2, ils subissent leur quotidien dans des conditions effroyables, à la merci d3’un commandement qui ne se soucie pas des pertes humaines, du côté allemand comme du côté des alliés. Ce film met en présence trois camps : les Allemands, les Ecossais et les Français. Ils sont tous tapis4 au fond de leurs abris, faisant face de la même façon à la vermine5, au mauvais temps et aux tirs ennemis. On voit vivre les soldats et on passe d’un groupe à l’autre, respectant la langue de chacun (on peut lire les sous-titres quand ce n’est pas en français). Chez les Allemands, on suit le ténor de l’opéra de Berlin Nikolaus Sprink (Benno Furmann) et sa fiancée, la belle cantatrice Anne Sorensen (Diane Kruger). Pour les Ecossais, un jeune soldat rêve de venger la mort au combat de son frère ; le pasteur (Gary Lewis) va le suivre en s’engageant comme brancardier6. Pour les Français, le lieutenant Audebert (Guillaume Canet) a laissé sa femme enceinte et malade chez eux ; il est accompagné de son aide de camp, Ponchel (Dany Boon). Bien que les Ecossais et les Français soient alliés, il n’existe aucune coordination entre les deux armées, ce qui montre bien trois camps et non deux, comme cela devrait être. Le soir de Noël, tous ces hommes vont oublier la guerre et fraterniser avec ceux qu’on leur a pourtant désignés sous le nom d’« ennemis ». Ils échangent chocolats et cigarettes, ils assistent à la même Messe de minuit, dite en latin, ils entonnent7 des chants de Noël communs, ils jouent au football. L’état-major est furieux !

11


© Copyright Nord-Ouest Production / Photo J.C. Lother Stars Daniel Brühl, Guillaume Canet

Autour du film Tout au long du film, nous pouvons assister à une histoire d’amour mais aussi d’amitié et de fraternité. On peut facilement penser qu’il s’agit là de dénoncer l’absurdité de la guerre : les soldats tuent d’autres soldats qui ne leur ont rien fait, contre qui ils n’ont aucun grief8. Des hommes qui pourraient, qui devraient, être des amis mais qui s’entretuent. Il faut également se souvenir que les tranchées des différentes armées étaient parfois extrêmement rapprochées. Ce qui fait que chacun connaissait parfaitement les circonstances dans lesquelles vivaient « ceux d’en face ». Et ils pouvaient d’autant plus facilement compatir9 à leurs souffrances. Soulignons ici le personnage de Guillaume Canet, le lieutenant Audebert, qui fait un peu penser à Maurice Genevoix lui-même : écrivain, il se retrouve officier et meneur d’hommes (voir notre article en page 36). On retrouve bien l’atmosphère qui règne dans Ceux de 14. Le tournage a été particulièrement long car l’armée française a refusé de prêter ses terrains pour recréer les décors du no man’s land. Il a donc fallu trouver une autre solution et réaliser le film en studio, en Roumanie et en Ecosse.

La critique La critique a été partagée : d’un côté, la presse a relevé l’émotion qui se dégage de l’ensemble du film mais de l’autre, certains ont regretté le côté consensuel10 qui en fait une œuvre un peu trop « sage ». Ce film a été présenté au festival de Cannes en sélection officielle hors compétition en 2006. La même année, il a été nominé aux Césars dans les catégories Meilleur film, Meilleur scénario, Meilleur second rôle masculin, Meilleurs costumes et Meilleurs décors. Il a aussi représenté la France pour l’édition 2006 des Oscars et a été nominé aux Golden Globes comme Meilleur film étranger. A voir avec un mouchoir…

Fanny Touret

Lexique 1. enlisés (adj. m.p.) : enfermés, bloqués 2. tranchées (n. f.p.) : longs couloirs creux qui servaient à protéger les soldats de la Première guerre mondiale 3. à la merci de (loc. adv.) : au pouvoir de 4. tapis (adj. m.p.) : cachés 5. vermine (n. f.s.) : ensemble des insectes parasites de l’Homme

12

6. brancardier (n. m.s.) : personne qui transporte les soldats blessés 7. entonnent (v. entonner) : chantent 8. grief (n. m.s.) : désaccord 9. compatir (v.) : partager 10. consensuel (adj. m.s.) : qui met tout le monde d’accord


© Dave Heath / Howard Greenberg Gallery, New York et Stephen Bulger Gallery, Toronto

DAVE Dialogues HEATH with Solitudes

14/09 - 23/12/2018


© Victor Dmitriev.

Québecois chantants Musique

Savez-vous combien il y a d’habitants au Québec ? Il y en a 8,3 millions. Dans un si grand pays, on peut dire que c’est peu (pour comparaison, il y en a 67 en France). Mais le nombre d’entre eux qui fait carrière en France est très élevé. C’est même probablement la première nationalité de chanteurs «étrangers». En quelques instants, j’ai pu dresser une liste de noms que la plupart des Français connaissent. Certains appartiennent au passé et d’autres font partie des plus jeunes. Voici un florilège1 de ces artistes. Hommage aux pères de la chanson francophone au Québec Vous avez très certainement déjà entendu la version de Quand les hommes vivront d’amour,, chanson écrite par Raymond Lévesque, interprétée par les formidables Gilles Vigneault, Félix Leclerc et Robert Charlebois lors de l’ouverture du festival Superfrancophone le 13 août 1974. De quoi penser que ce jour-là viendra très bientôt… (https://www.youtube. com/watch?v=cZfDRQ_kKOw) Et vous avez aussi sûrement déjà fredonné2 Le p’tit bonheur de Félix Leclerc ou Mon pays (Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver…). Personnellement, j’ai toujours un frisson3 lorsque j’écoute Robert Charlebois chanter Je reviendrai à Montréal. J’ajouterai le groupe Beau dommage, qui n’a existé que de 1972 à 1978, n’a produit que quatre albums mais a laissé un souvenir impérissable4 grâce

14

à sa magnifique Complainte du phoque en Alaska. (https://www.youtube.com/watch?v=3AMYG_BNLcg) Les comédies musicales Starmania a été le lieu et le temps de la révélation de nombreux artistes dont certains sont devenus majeurs. Composée et écrite en 1978 par Michel Berger et Luc Plamondon, luimême québécois, la première version de cette comédie musicale qualifiée de cyberpunk a permis à Fabienne Thibeault, Diane Dufresne, ou encore Claude Dubois de faire entendre leur voix de l’autre côté de l’Atlantique. Le spectacle a ensuite tourné dans le monde entier, variant les interprètes et proposant même une version en anglais. En 1998, on y verra également Isabelle Boulay. En octobre dernier, a eu lieu le quarantième anniversaire de la sortie de l’album vinyle. Autre succès un peu plus récent (1998) mais non moins notable : Notre Dame de Paris. Egalement écrite par Luc Plamondon sur une musique de


Céline Dion Il faudrait des pages entières pour parler de la flamboyante5 Céline Dion. Elle a eu cinquante ans, cette année dont trente huit sur les planches6 ! A quatorze ans, elle débute une carrière française et confirme l’essai à la fin des années quatre-vingts vers les Etats-Unis. Son succès ira alors croissant jusqu’à devenir l’icône que le monde entier connaît aujourd’hui. Impossible de citer tous ses titres ; je n’en choisirai qu’un, Encore un soir, chanson écrite par Jean-Jacques Goldman à l’occasion du décès du mari de Céline, René Angelil, en 2016. Et d’autres En 1990, une jeune femme apporte un nouveau souffle à la chanson québécoise : Lynda Lemay. Depuis, à travers ses quatorze albums, elle a proposé

de magnifiques textes qui racontent de vraies histoires (Un truc de passage, https://www.youtube. com/watch?v=w5Z4TNtf-uw&list=PLLwoVhUFC8gAiiZ4S_1I8zS_IImsBe-hO&index=19), de la tendresse (Le plus fort c’est mon père, https://www. youtube.com/watch?v=zrXsHDO2DOE) et de l’humour (Chéri tu ronfles, https://www.youtube.com/ watch?v=vvhnqHFgcok). Et elle ne gomme7 pas son accent québécois, même quand elle chante !

© XIIIfromTOKYO

Richard Cocciante, elle a révélé au grand public un jeune chanteur nommé Garou, ainsi que Bruno Pelletier et plus tard, Natasha St-Pier. Elle a remis sur le devant de la scène Daniel Lavoie, connu depuis plus longtemps par exemple pour le titre Ils s’aiment. Enfin, citons Diane Tell qui, outre le magistral succès de Si j’étais un homme en 1981, a également participé en 1990 à La légende de Jimmy, une comédie musicale sur la vie de James Dean.

Roch Voisine a marqué la fin des années quatrevingt-dix avec son tube Hélène. Chanté en français et en anglais, ce titre reste l’un des plus emblématiques8 de cette époque. En 2016, il a effectué une tournée intitulée Forever gentlemen avec Corneille et Garou, spectacle dans lequel ils reprennent les succès des années cinquante. Plus récent, le succès de Cœur de pirate : Béatrice Martin, qui arbore de multiples tatouages et a une voix presque enfantine, se fait connaître avec le titre Comme des enfants en 2009. En 2014, elle propose une version tout à fait remarquable de la chanson de Renaud Mistral gagnant.

15


Pour être complet, il faudrait également parler de Mylène Farmer, Lara Fabian ou encore Corneille, qui ont une partie au moins de leur histoire, personnelle ou professionnelle, au Québec.

Enfin, il faudrait aussi citer Stéphane Rousseau, Véronic Dicaire, ou encore Anthony Kavanagh ; même s’ils ne sont pas des chanteurs au sens premier, ce sont des imitateurs et des humoristes, chantants eux aussi.

Florence Teste

Lexique 1. florilège 2. avez fredonné (v. fredonner) : avez chantonné, chanté doucement 3. frisson (n. m.s.) : tremblement 4. impérissable (adj. m.s.) : qu’on ne peut pas oublier

5. flamboyante (adj. f.s.) : lumineuse, rayonnante, magnifique 6. sur les planches : en scène 7. gomme (v. gomme) : limite, supprime, élimine 8. emblématiques (adj. m.p.) : caractéristiques, symboliques

© CORNEILLE-LOVE & SOUL (2018)

16


Photo : Le clairon du dimanche, 1947 © Atelier Robert Doisneau • Imprimeur : PND • Licences E.S. n°1-1083294, E.S. n°1-1041550, n°2-1041546, n°3-1041547.

U A E N S I DO ET LA MUSIQUE

exposition du 4 décembre 2018 au 28 avril 2019

01 44 84 44 84

PHILHARMONIEDEPARIS.FR

PORTE DE PANTIN


Mosaert ou la mode par Stromae

© Universal Music — Wikiportret

Mode

Mosaert, anagramme1 de Stromae (lui-même anagramme de maestro…) est le nom qu’ont choisi le chanteur Stromae et sa femme styliste, Coralie Barbier, pour leur label créatif indépendant. Derrière ce label, se cachent différents projets, dont une marque de prêt-à-porter du même nom, née de l’envie de prolonger l’univers des clips et des tenues du chanteur. Le pari est réussi ! Comme pour ses chansons qui mêlent rythmes entraînants et paroles pessimistes (Alors on danse a quand même été élu titre le plus déprimant de la dance music), les vêtements sont également le fruit d’associations inattendues dont Stromae a le secret. Les coupes, les couleurs et les motifs se répondent. La collection est unisexe, la coupe est inspirée des tenues2 de collégiens anglais, où chaussettes et polo ont la cote3. En revanche, les couleurs sont vives et assumées4 et rappelleront davantage le wax, ce tissu africain. Quant aux motifs, ils sont omniprésents5, mais ils ont évolué au fil des collections (cinq collections-capsules6 ont été produites entre 2014 et 2018), plutôt géométriques

dans les premières, plutôt Art déco et Art nouveau dans la dernière. Ces deux mouvements artistiques ont laissé beaucoup de traces dans la ville de Bruxelles dont Stromae est originaire et la marque Mosaert revendique7 cette appartenance : elle est sous-titrée Belgian creative label, les tissus sont d’ailleurs non seulement dessinés, mais aussi fabriqués et imprimés en Belgique. Ils sont ensuite envoyés au Portugal pour la confection, pendant que les chaussettes sont, elles, produites en France (pour la capsule n° 3). Fabriqués en Europe, produits en édition limitée, le design et le prix des produits proposés n’ont donc rien avoir avec ceux du classique T-shirt vendu en fin de concert. Il faudra en effet débourser8 265 € pour un bomber, 160 € pour un sweat ou encore 75 € pour un T-shirt. À 17 €, les chaussettes restent accessibles. Accessible est aussi le défilé de la collection-capsule n° 5 que vous pouvez regarder dès à présent, puisqu’il s’agit du clip du dernier titre de Stromae, Défiler. https://www.youtube.com/watch?v=CGJAkyTgwi8

Lexique 1. anagramme (n. f.s.) : forme d’un mot dans laquelle les lettres ont été mélangées 2. tenues (n. f.p.) : vêtements 3. ont la cote : sont appréciés 4. assumées (adj. f.p.) : acceptées, revendiquées

Marine Schmets

5. omniprésents (adj. m.p.) : partout présents 6. collections-capsules (n. f.p.) : collections de mode en quantité limitée et sur une durée courte 7. revendique (v. revendiquer) : réclame, demande 8. débourser (v.) : payer 19


Le plat pays Jacques Brel

© Jac. de Nijs / Anefo

Connaissez-vous cette admirable chanson de Jacques Brel : Le plat pays ? Probablement, j’imagine. Car elle fait partie des plus beaux textes et les plus connus de l’auteur-compositeur-interprète Jacques Brel. Du poète Jacques Brel. C’est d’ailleurs l’un des seuls que Brel arrivait à reconnaître comme un « poème ». Brel a raconté l’avoir écrit après avoir écouté La Venoge, un poème de Jean Villard, dit Gilles, qui décrit le cours1 tranquille d’un petit ruisseau2 qui coule en Suisse, dans le canton de Vaud, son pays natal. Cela lui a donné l’idée de célébrer lui aussi le lieu de ses origines familiales : la Flandre occidentale. Effectivement, cette région est totalement plate ; pas de montagne, pas même des collines, uniquement de grandes étendues plates. La chanson, sortie en 1962 dans l’album Les bourgeois, évoque, plus généralement, les paysages de Belgique, faisant ainsi une sorte d’hymne au pays natal de Jacques Brel. Chacun des quatre couplets est consacré à l’un des quatre points cardinaux. La musique accompagne

© Joop van Bilsen Anefo

Chanson

remarquablement les mots, donnant une présence quasiment visuelle à ce rythme lent qui dépeint ces paysages sans relief. En 1979, Serge Lama a fait de cette chanson une très belle reprise dans laquelle il change le vers « Le plat pays qui est le mien » de l’auteur pour « Le plat pays qui est le sien », dédiant ainsi un bel hommage au Grand Jacques, décédé en 1978. A écouter sans modération...

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues Et de vagues rochers que les marées dépassent Et qui ont à jamais le cœur à marée basse Avec infiniment de brumes à venir Avec le vent de l’est écoutez-le tenir Le plat pays qui est le mien

Lexique 1. cours (n. m.s.) : chemin, route 20

2. ruisseau (n. m.s.) : petite rivière

Fanny Touret


CLEMENCEAU

Le courage de la République

GEORGES

EXPOSITION AU PANTHÉON 1er novembre 2018 • 10 février 2019 Gratuit pour les moins de 26 ans* * Ressortissants ou assimilés de l’UE ou de l’EEE ou non ressortissants titulaires d’un titre de séjour ou visa de longue durée délivré par un de ces Etats.

www.paris-pantheon.fr @leCMN pantheondeparis paris.pantheon


Le sapin de noël

© Minicore

Environnement La tradition

© Ma Boîte A Photos

Aujourd’hui, l’une des traditions de Noël consiste, en France et plus généralement en occident, à décorer un sapin avec des guirlandes1 lumineuses2, des boules scintillantes3 et toutes sortes de petites figurines4, que nous avons achetées au supermarché ou dans des boutiques spécialisées. Autrefois, je me souviens, depuis le début décembre, nous fabriquions des guirlandes avec des papiers de couleur tressés, nous ramassions des pommes de pin que nous peignions soigneusement et nous préparions de petits bonbons que nous enfermions dans des papiers colorés. Puis quelques jours avant Noël, nous allions dans la campagne et nous coupions un petit arbre sauvage que nous décorions avec les merveilles que nous avions réalisées nous-mêmes. Comme cela se passait dans le sud de la France, ce n’était pas un sapin mais un petit genévrier qui poussait dans la garrigue5.

22

Pour qui ?

Mais revenons à nos jours. Il faut tout de même dire que tout le monde ne décore pas obligatoirement son intérieur avec un sapin, comme par exemple les couples dont les enfants sont adultes, les personnes qui préfèrent respecter les coutumes de leur pays d’origine (Asie, Afrique), ou encore celles qui n’ont pas les moyens de le faire.... En fait, moins de 25 % des foyers installent un arbre de Noël, dont un million d’entre eux environ choisissent un sapin de Noël artificiel. Mais cela représente tout de même encore cinq millions d’arbres, de vrais arbres !

Le sapin, source de pollution ?

Aujourd’hui, on ne peut plus couper soi-même un arbre dans la campagne. Les sapins sont cultivés à des fins commerciales, en prévision de Noël. Les deux espèces les plus connues sont l’épicéa et le nordman, ce dernier étant plus apprécié car il ne perd pas ses aiguilles6. Les sapins sont élevés pendant sept à dix ans, selon la hauteur souhaitée. Mais il faut prendre en compte la grande quantité de produits phytosanitaires qui est utilisée pour les aider dans leur croissance. On pourrait donc penser que le sapin artificiel est une bonne alternative puisqu’il suffit d’en acheter un qui durera pendant des années. Mais non, ce n’est pas non plus la solution miracle. En général, il est en plastique ; pour le produire, il faut recourir7 à des matériaux très polluants issus de l’industrie pétrochimique. En fait, pour amortir8 son empreinte carbone, il faudrait le garder pendant vingt ans ! Quant à son recyclage, il n’est pas toujours bien pris en compte.


Alors que faire pour que la tradition du sapin de Noël ne soit pas un élément qui ajoute un peu plus de pollution sur notre planète ? Tout d’abord, préférez le sapin naturel plutôt qu’artificiel. En effet, non seulement la production de ce dernier a un impact environnemental supérieur, mais en plus, le sapin naturel stocke le carbone contenu dans l’atmosphère et participe ainsi à la dépollution de l’air. Il vous faut aussi surveiller les étiquettes et acheter un sapin qui est issu de forêts durables. Certains producteurs certifient que les forêts sont bien gérées et que les arbres sont élevés de manière écologique. Regardez aussi d’où vient votre sapin. On ne peut pas espérer n’acheter que des sapins produits localement : il y a de nombreuses régions où le sapin ne pousse pas ! Mais vous pouvez tout au moins ne pas acheter un sapin qui a fait des milliers de kilomètres pour arriver jusqu’à chez vous car il a grandi dans les pays de l’Est ou en Scandinavie. Si vous optez pour des décorations lumineuses, choisissez-en qui contiennent des LED, qui sont des ampoules à basse consommation d’énergie. Autre chose : prenez un sapin en pot. Si vous l’entretenez pendant les semaines où il décorera votre maison, il continuera à répandre son parfum des montagnes dans votre intérieur. Pour cela, installez-le dans un endroit où il n’aura pas à subir9 les passages répétés des habitants de la maison, ne le mettez pas non plus derrière une fenêtre, ou à proximité du chauffage ; ne le recouvrez pas de neige artificielle (en plastique elle aussi…) ou de peinture métallisée ; arrosez-le réguliè-

© Pexel

Les solutions

rement : un verre d’eau tous les jours dans son pot et quelques pulvérisations sur ses aiguilles ; enfin, évitez de surchauffer la pièce dans laquelle il se trouve. Ainsi, en janvier, vous pourrez le replanter vousmême dans votre jardin, où il grandira tranquillement.

Et après ?

Certaines enseignes10 proposent un service de location : vous choisissez votre arbre, on vous le livre chez vous et après les fêtes, on vient le rechercher pour le replanter dans des pépinières11 prévues à cet effet. L’année suivante, il sera à nouveau commercialisé. D’autres magasins vous donnent des bons de réduction si vous ramenez votre sapin. S’il a suffisamment bien vécu le séjour chez vous, il sera replanté. Si ce n’est pas le cas, il sera recyclé et transformé en copeaux12 de bois qui auront un nouvel usage. Et si vous choisissez un sapin coupé, sachez que de nombreuses municipalités proposent des points de collecte spécifiques aux sapins de Noël ou des coins dédiés dans les déchetteries13.

© Jessica Lewis

L’ « autre » sapin

Mais il existe aussi beaucoup d’autres manières d’avoir un sapin chez soi, sans que ce soit un arbre vivant. Vous pouvez utiliser des objets de récupération, comme des boîtes, du papier, du bois, du métal, ou tout autre matériau qui aurait fini à la poubelle. Pour cela, rien de plus simple, un seul principe : donnez une forme de triangle à votre matériau de départ. Ensuite, décorez-le comme

23


un vrai sapin : choisissez du vert, du rouge, ou des couleurs de fête comme le doré et l’argenté, accrochez-lui des guirlandes, des boules, des plumes, des bonbons, des bougies, des figurines et tout ce que vous trouverez ! Il sera à coup sûr14 magnifique !

© pascal claivaz

Ce projet vous semble trop ambitieux ou vous n’avez pas assez de place chez vous ? Vous pouvez aussi opter pour un (ou plusieurs) petit(s) sapin(s) en origami. Ou même, fabriquez-le avec des allumettes. Ces jolis petits objets sont souvent très économiques, écologiques et réutilisables d’une année sur l’autre. Ils peuvent même devenir des objets pratiques, comme une lampe, par exemple. Et là, plus besoin de se préoccuper des aiguilles qui tombent ! Enfin, vous pouvez décider que cette année, votre plus beau sapin sera mangé ! Il existe des recette très simples pour donner une forme de sapin à vos gâteaux, vos tartes, vos biscuits, ou encore vos pains. La confection du sapin peut simplement être un joli moment de partage et de plaisir avec la famille ou les amis. Il suffit de laisser libre cours à votre imagination. Si vous manquez d’inspiration, vous trouverez tout un tas d’idée sur de nombreux sites web. Le plus important est de vous souvenir que l’esprit de Noël ne tient pas dans un objet, mais dans le partage et la joie. Alors, quel que soit votre choix, assurez-vous simplement qu’il vous rende heureux !

Fanny Touret

Lexique 1. guirlandes (n. f.p.) : sortes de chaînes d’éléments décoratifs 2. lumineuses (adj. f.p.) : qui produisent de la lumière 3. scintillantes (adj. f.p.) : qui brillent 4. figurines (n. f.p.) : petits personnages 5. garrigue (n. f.s.) : type de végétation méditerranéenne 6. aiguilles (n. f.p.) : feuilles étroites et pointues de certains arbres (conières) 7. recourir (v.) : utiliser

24

8. amortir (v.) : compenser, équilibrer, égaler 9. subir (v.) : supporter 10. enseignes (n. f.p.) : magasins 11. pépinières (n. f.p.) : lieux où l’on élève les plantes 12. copeaux (n. m.p.) : petits morceaux 13. déchetteries (n. f.p.) : lieux où l’on dépose les objets à détruire ou à recycler 14. à coup sûr : certainement


Un Noël en Provence © jacman34

Traditions

Dans le sud-est de la France, la Provence a ses propres traditions de Noël. Outre la messe de minuit, on y retrouve la crèche et ses santons, la Pastorale ainsi que le Réveillon et ses treize desserts. La crèche et les santons

Dès le début du mois de décembre, il est temps de préparer Noël. En Provence, à côté du sapin, on installe la crèche. Il s’agit d’une représentation de la scène de la Nativité, c’est-à-dire de la naissance de Jésus. Généralement, dans les autres régions de France, on limite la crèche à quelques personnages (Jésus, Marie, Joseph, l’âne et le boeuf) ; mais en Provence, on la situe au cœur d’un village entier où l’on retrouve les maisons traditionnelles, les principaux métiers comme le berger1, le meunier2 ou le poissonnier, ainsi que certains personnages typiques comme le Ravi3 ou l’Arlésienne. Il est important d’installer la crèche avant Noël, sauf Jésus qui ne sera déposé à sa place que le 25 décembre par le plus jeune membre de la famille de la famille ; de même pour les Rois mages qui n’arriveront que deux semaines plus tard, le 6 janvier, pour l’Epiphanie. Autrefois, on disposait dans l’église une seule grande crèche pour tout le village ; aujourd’hui, chaque maison a sa propre crèche. Les figurines4 que l’on trouve dans la crèche s’appellent les santons. En Provence, ils sont traditionnellement en argile et peints à la main ; on peut les acheter sur de petits marchés spécialisés. Et puis... on peut visiter de nombreuses expositions pour voir des crèches de tailles et de formes différentes : miniatures5 ou à échelle humaine6, en argile, en bois, en métal...

La Pastorale

En 1844, Antoine Maurel écrit en langue provençale La Pastorale ou le mystère de notre Seigneur Jésus Christ, une version un peu humoristique et locale de la Nativité. Cette représentation théâtrale raconte la procession du village jusqu’à l’étable où est né Jésus ; elle est rapidement devenue populaire dans le sud de la France. On y retrouve les mêmes personnages que dans la crèche. Encore aujourd’hui, on peut assister à des représentations de la Pastorale, dans les églises, à la fin de la messe de minuit. Les personnages sont généralement interprétés par les villageois eux-mêmes.

Les treize desserts

A la fin du repas de Noël, une table provençale se doit d’avoir ses treize desserts. Cette représentation du dernier repas de Jésus symbolise à la fois l’abondance et les treize convives de la Cène (Jésus et les douze apôtres7). La liste des desserts peut varier d’un village, voire8 d’une famille à l’autre, mais on y retrouve toujours la pompe à l’huile (brioche à l’huile d’olive et à la fleur d’oranger), des fruits secs (raisins, dattes, pruneaux, abricots, figues, noisettes, amandes...) et des friandises9 (orangettes, calissons, nougats, pâtes d’amande, pâte de coing...). Emilie Orzalesi

Lexique 1. berger (n. m.s.) : personne qui garde les moutons 2. meunier (n. m.s.) : personne qui fabrique la farine 3. Ravi (n. m.s.) : personnage typique de la crèche, un peu simple d’esprit 4. figurines (n. f.p.) : représentations de petits personnages

5. miniatures (adj. f.p.) : de très petite taille 6. à échelle humaine : qui a la taille d’un humain 7. apôtres (n. m.p.) : disciples de Jésus (amis, élèves) 8. voire (adv.) : ou même 9. friandises (n. f.p.) : divers types de bonbons

27


© McKylan Mullins

La chanson francophone Quiz

1

Terminez le titre de cette chanson interprétée par de Robert Charlebois : Je reviendrai à ...

ministre de la Culture et du Tourisme président de la République ministre de l’Economie ministre de la Jeunesse

© Jean Gagnon

Montréal Toronto Ottawa Gatineau

2

Youssou Ndour, l’interprète sénégalais de 7 seconds avec Neneh Cherry, a été

3

Stephan Eicher a composé la musique de plusieurs chansons écrites par

4

Dans le clip vidéo de Mika Elle me dit, qui est l’actrice qui interprète sa mère ? Audrey Tautou Fanny Ardant Emmanuelle Béart Juliette Binoche

© Eddy BERTHIER

Pierre Delanoë Etienne Roda-Gil Lionel Florence Philippe Djian

5

Selon Amadou et Mariam, chanteurs maliens, les mariages se célèbrent à Bamako le jeudi le vendredi le samedi le dimanche

6 © C.Seng.

Shakira a chanté Je l’aime à mourir/ La quiero a morir, qui est un titre de Jean-Jacques Goldman Michel Berger Francis Cabrel Johnny Hallyday

29


7

8

Maurane a chanté sur un morceau dont la musique est inspirée par

Iggy pop a enregistré plusieurs chansons en français. © Eddy BERTHIER

vrai faux

Haendel Bach Mozart Beethoven

9

Mylène Farmer est de nationalité

10

Quel titre n’est pas chanté par Dave ? Vanina Du côté de chez Swann Aux Champs-Elysées Dansez maintenant

© MyleneFarmer

franco-belge franco-allemande franco-canadienne franco-italienne

11

Quel est le titre de cette chanson de Corneille ?

Alors on vit chaque jour comme le dernier Et vous feriez pareil si seulement vous saviez Combien de fois la fin du monde nous a frôlés Alors on vit chaque jour comme le dernier

12

En quelle année est sortie la chanson de Roch Voisine Hélène ?

© Victor Diaz Lamich

1982 1985 1989 1993

© XIIIfromTOKYO

Réponses p50

30


Manufacture de Meissen, Candélabres à deux branches en bronze ciselé et doré, garni d’un oiseau et de fleurs en porcelaine ©Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet. Exposition organisée par Paris Musées.

La Fabrique du luxe Musée Cognacq-Jay

Les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle

Du 29 septembre 2018 au 27 janvier 2019

8 rue Elzévir - 75003 Paris museecognacqjay.paris.fr #FabriqueDuLuxe


Cinquante bougies pour Granby !

© SamuelFreli

Savez-vous quel prestigieux concours québécois a propulsé le plus grand nombre de chanteurs en Amérique du Nord ? Celui du festival international de la chanson de Granby,  bien sûr  ! Il fête cette année ses cinquante ans, l’occasion de revenir sur cet événement francophone si populaire… Isabelle Boulay, Lynda Lemay ou encore Pierre Lapointe, pour ne citer qu’eux, ont vu leur carrière décoller après leur passage à Granby, un drôle de concours de chanson d’expression francophone désormais aux franches allures de festival majeur. Créé en 1969 à Granby, ville située à mi-chemin entre Montréal et Sherbrooke, le Festival international de la chanson de Granby (FICG) souhaite depuis ses débuts développer le goût de chanter en français et faire connaître le riche répertoire francophone d’ici et d’ailleurs. Au fil des années, il s’est fait puissant catalyseur1 de carrière pour des artistes qui assurent aujourd’hui la relève2. Au-delà des rencontres avec des professionnels et d’une forte visibilité médiatique, le Festival offre également des formations dans différents domaines de l’industrie musicale, l’opportunité pour les participants d’acquérir ou de perfectionner leurs techniques d’écriture, de composition et d’interprétation. Le concours – le plus important concours de chansons francophones au monde - a su grandir en pre-

© SamuelFreli

Amériques

nant de mieux en mieux en compte la diversité de son public. Il affiche dorénavant3 une ambition intergénérationnelle grâce au concours « Petit festival  », dédié aux enfants et «  Jamais trop tôt  !  » réservé aux adolescents. Si l’événement attire beaucoup de monde pour ses trois concours, il est véritablement devenu un festival au cours de la dernière décennie4, grâce à des plateaux d’artistes établis. Pendant une dizaine de jours au cœur du mois d’août, c’est l’une des rares rencontres réussies entre des artistes, des professionnels, des publics et un territoire. Alors, avis aux amateurs de nouvelles chansons et de nouveaux textes, le Québec et le FICG pourraient bien être la destination idéale pour vos prochaines vacances d’été !

Lexique 1. catalyseur (n. m.s.) : élément qui favorise la naissance 2. relève (n. f.s.) : suite, continuité

Axelle Négrignat

3. dorénavant (adv.) : à partir de maintenant 4. décennie (n. f.s.) : période de dix ans 33


© Rai-Algeria Cantantes 1985 Oran

La langue française dans la musique algérienne Langue

L’Algérie est réputée pour son riche répertoire musical. En effet, la  musique algérienne comprend une grande diversité de styles : la musique arabo-andalouse, le raï, l’asri, le charqi, le chaâbi, la musique kabyle, la musique gnawa et, plus récemment, le rock et le rap. Ces styles comprennent une grande richesse, car les paroles utilisent plusieurs langues : l’arabe classique, l’arabe algérien, les langues berbères (kabyle, chaoui, touareg…) et le français ! L’Algérie est le premier pays francophone après la France ; un tiers de sa population est capable de le lire, de l’écrire et de le parler. Ainsi, la langue de Molière reste omnipresente1 au quotidien et est utilisée à divers degrés, que ce soit par des francophones permanents, qui parlent le français dans la vie de tous les jours ; occasionnels, qui utilisent le français dans des situations bien spécifiques avec un usage alternatif d’autres langues ; ou passifs, qui comprennent cette langue mais ne la parlent pas. D’ailleurs, dans les rues d’Oran, d’Alger et dans d’autres grandes villes, c’est souvent un mélange de berbère, de dialecte algérien et de français que l’on entend.

Le raï

Parmi les genres musicaux les plus populaires, on trouve le raï qui s’est imposé à partir des années quatre vingt dix comme expression artistique d’une jeunesse en crise. Les titres, et plus généralement, les paroles des chansons algériennes, notamment dans le raï, sont parfois composés, partiellement ou entièrement, en français. C’est le cas, par exemple,

34

de la fameuse chanson Aïcha, interprétée par Khaled et écrite par Jean-Jacques Goldmann, qui s’adresse principalement à une audience francophone. Comme si je n’existais pas Elle est passée à côté de moi Sans un regard, reine de Saba J’ai dit Aicha, prends, tout est pour toi Un autre exemple : les nombreux titres de Cheb Hasni, comme Nenssa l’histoire, ce qui signifie « J’oublie l’histoire ». D’après une étude réalisée par Limag-Littératures du Maghreb, “ sur plus de quatre cents titres de chansons raï, 10 % ont des titres entièrement ou partiellement en français. C’est chez Hasni, inventeur du raï love, ou chanson sentimentale, que la fréquence est la plus élevée  : sur cent trente titres, vingt sont en français ou partiellement en français, ce qui atteint  les 16% ”.

pexels photo


Le public

On peut dire que les chansons qui comportent des mots en français dans leurs titres sont destinées à un public plus large que celui du Maghreb : l’objectif est de proposer des chansons qui seront écoutées des deux côtés de la Méditerranée, en incluant également le public français qui ne parle pas obligatoirement français mais qui est sensible aux rythmes d’Afrique du nord.

Exprimer les interdits sociaux

La place du français dans la chanson algérienne est naturelle puisqu’on compte bien sûr de nombreuses personnes qui parlent français. Mais le français est aussi vu comme un moyen d’exprimer certains interdits sociaux. En effet, dans les pays arabo-musulmans, il n’est pas habituel de parler de son partenaire ou d’amour en public. Le français est alors utilisé pour exprimer certains mots et actions, comme dir l’amour qui signifie faire l’amour, avoir des relations sexuelles. Dans la représentation collective, le recours2 à une phrase mixte, entre arabe et français, atténue3 le caractère «  indécent » de l’évocation des sentiments amoureux, qu’ils soient heureux ou malheureux. Voilà pourquoi il n’est pas rare de trouver des mots comme chéri(e), je t’aime, mon amour, je suis jaloux… dans les paroles des chansons algériennes. On peut noter qu’il en est de même pour l’expression d’autres interdits sociaux comme la consommation d’alcool, par exemple. Il faut ajouter que le français apporte également une touche de romantisme grâce à sa phonétique aux sonorités « douces ». C’est également le cas dans de

nombreux pays où le français est considéré comme la langue de l’amour. L’utilisation du français permet donc de contourner les interdits et de repousser les limites sociétales ; elle apporte une autre vision du monde, qui ne peut pas être transmise dans la langue arabe. Mais son usage reste un choix réfléchi, du fait des sentiments contradictoires mêlant à la fois la haine et l’amour qui caractérisent les relations entre ces deux peuples.

Laura Tejeda Meza

Lexique 1. omnipresente (adj. f.s.) : présente partout 2. recours (n. m.s.) : utilisation

3. atténue (v. atténuer) : rend plus léger, moins grave

35


© Havang(nl)

Maurice Genevoix Auteur

A l’heure où nous préparons ce numéro de décembre, la France fête le centième anniversaire de l’armistice de la Première guerre mondiale (le 11 novembre). Afin d’honorer les soldats disparus lors de ce conflit meurtrier, le président de la République Emmanuel Macron vient d’annoncer l’entrée au Panthéon de Maurice Genevoix, auteur du magnifique Ceux de 14, qui a lui-même participé à la bataille des Eparges. Maurice Genevoix est né en 1890 dans une famille de petits commerçants. Il grandit dans un village du Loiret puis intègre l’Ecole normale supérieure à Paris. Il est en train de préparer son agrégation1 lorsque la guerre éclate. Il est immédiatement mobilisé2 et participe aux batailles de la Marne et de Verdun mais il est gravement blessé en 1915. Il est alors réformé3 et entreprend sa carrière d’écrivain en rédigeant différents témoignages de guerre qui seront plus tard réunis sous le titre de Ceux de 14. En 1925, il remporte le Prix Goncourt pour son roman Raboliot. Il écrit ensuite de nombreux ouvrages dont beaucoup sont inspirés par sa propre enfance. En 1948, il est élu à l’Académie française et en devient le Secrétaire perpétuel en 1958. Il démissionne en 1974 pour retourner vivre dans sa maison de campagne sur les bords de la Loire et continuer à écrire. Il est décédé en 1980 d’une crise cardiaque alors qu’il est en vacances en Espagne.

BIOGRAPHIE

36

BIBLIOGRAPHIE CHOISIE Rémi des Rauches, 1922 Raboliot, 1925 Rroû, 1931 La dernière harde, 1938 Ceux de 14, (composé de textes écrits de 1916 à 1923), 1949 Fatou Cissé, 1954 La forêt perdue, 1967 Maurice Genevoix est l’auteur d’une œuvre abondante ayant deux grandes sources d’inspiration : la nature et la Première guerre mondiale. Observateur très attentif de la vie des champs, des forêts, et surtout des animaux, il dépeint4 une nature immuable5 qui le fascine, notamment sa région natale, la Sologne. Son écriture est à la foix réaliste et extrêmement poétique.

L’ŒUVRE


L’EXTRAIT

Sous Verdun est le premier des quatre textes qui font partie de Ceux de 14. Il est dédié à son ami et camarade de combat le lieutenant Robert Porchon, Saint-Cyrien, qui a été tué lui-même aux Eparges deux mois avant que Maurice Genevoix ne soit blessé à son tour. Le soleil croule6 dans ces masses énormes, qui tout de suite se colore d’une teinte7 sanglante, chargée, pauvre de lumière et comme stagnante8. Cette fin de jour est morne9 et tragique. L’approche de la nuit pèse sur mes reins. Dans l’obscurité qui gagne, la puanteur10 des cadavres s’exacerbe11 et s’étale. Je suis assis au fond de la tranchée12, les mains croisées sur mes genoux pliés. Et j’entends devant moi, derrière moi, par toute la plaine, le choc clair des pioches13 contre les cailloux, le froissement14 des pelles qui lancent la terre, et des murmures de voix étouffées. Parfois, quelqu’un qu’on ne voit pas tousse et crache. La nuit nous enveloppe, ils ne nous voient pas : nous pouvons enterrer nos morts. Je reconnais la voix d’un de mes sergents qui m’appelle dans l’ombre. : « Mon lieutenant, vous êtes là ? » Je réponds : « Par ici, Souesme. » En tâtonnant15, il me met quelque chose dans la main : «Voilà, c’est tout ce que nous avons trouvé. » Au fond de la tranchée, je frotte une allumette, et, dans le court instant qu’elle brûle, j’entrevois un portefeuille usé, un porte-monnaie de cuir, une plaque d’identité attachée à un cordon noir. Une autre allumette : il y a dans le portefeuille la photographie d’une femme qui tient un bébé sur ses genoux : j’ai pu lire le nom gravé en lettres frustes16 sur la médaille de zinc. Le sergent me dit : « L’autre n’en avait point. Nous avons cherché à son poignet, à son cou ; vous savez, celui qui avait la tête arrachée. J’ai mis mes mains là-dedans. Je n’ai rien trouvé. Le porte-monnaie est à lui. » Encore une allumette : il y a quelques pièces d’argent, quelques sous dans ce porte-monnaie, et puis un bout de papier sale et froissé. Un reste de lueur. Je lis : « Charles Gonin, employé de chemin de fer. Classe 1904 ; Soissons. » L’allumette s’éteint. Je serre la main du sergent ; elle est moite17, fiévreuse, et ses doigts tremblent. « Bonsoir. Allez dormir, allez ! » Il est parti ; je reste éveillé, au milieu des hommes qui dorment. Dormir comme eux… Ne plus penser, m’engourdir18 ! Dans ma main, le petit paquet de reliques19 pèse, pèse. « Gonin Charles, employé de chemin de fer. » Les visages qui souriaient sur la photographie s’immobilisent sous mes paupières fermées, grandissent, s’animent jusqu’à m’halluciner20. Les pauvres gens !

Florence Teste

Lexique 1. agrégation (n. f.s.) : concours de recrutement des professeurs 2. mobilisé (adj. m.s.) : envoyé à la guerre 3. réformé (adj. m.s.) : renvoyé chez lui 4. dépeint (v. dépeindre) : décrit 5. immuable (adj. f.s.) : immobile, qui ne change pas 6. croule (v. crouler) : s’effondre, porte le poids 7. teinte (n. f.s.) : couleur 8. stagnante (adj. f.s.) : immobile 9. morne (adj. m.s.) : triste 10. puanteur (n. f.s.) : extrême mauvaise odeur 11. s’exacerbe (v. s’exacerber) : se renforce 12. tranchée (n. f.s.) : long couloir creux qui servait à protéger les soldats de la Première guerre mondiale

13. pioches (n. f.p.) : outils de terrassement qui servent à creuser des tranchées 14. froissement (n. m.s.) : bruit léger 15. tâtonnant (v. tâtonner) : cherchant difficilement avec ses mains 16. frustes (adj. f.p.) : rudes, grossiers, qui manquent de finesse 17. moite (adj. f.s.) : humide 18. m’engourdir (v.) : perdre ma sensibilité 19. reliques (n. f.p.) : restes de personnages saints 20. halluciner (v.) : créer mentalement des images de choses qui n’existent pas

37


Pratiquer le français n’a jamais été aussi ludique ! Un CALENDRIER pour s’entraîner en français au quotidien.

262

QUESTIONS POUR TESTER VOS CONNAISSANCES

ISBN 978-7061-4204-8

Li

vr et

t fer f des o réponses

• Quel est le seul mot français dont la première lettre change au pluriel ? • Quel est le point commun entre les verbes “pleuvoir”, “neiger” et “falloir” ?

Disponible en librairie et sur www.pug.fr

• Mettez au pluriel : un jeu, un lieu, un bleu, un dieu.

Chaque jour, 1 défi quotidien à relever en classe, en famille, entre amis ! Chaque mois, partez à la découverte des plus beaux paysages de France. Visualiser un extrait :

Un support, une pallette d’activités : • Exercices de grammaire, de vocabulaire, etc. • Questions de culture générale • Entraînement à la prononciation • Cours de conversation • Atelier d’écriture • Thématique d’exposé

TOUS NIVEAUX


DELF B2 Compréhension orale

© Startup Stock Photos

Langue

Le DELF est l’examen officiel évaluant les quatre compétences de l’apprentissage de la langue française. Il est constitué de quatre épreuves (compréhension orale, compréhension écrite, production orale et production écrite). Les niveaux du DELF sont définis par le CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues) de A1 à B2 pour le DELF et C1, C2 pour le DALF.

Le niveau B2 À ce niveau, l’utilisateur peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte complexe, y compris une discussion technique dans sa spécialité. Il peut comprendre une langue orale standard à la radio sur des sujets familiers et non familiers se rencontrant normalement dans la vie personnelle, sociale, universitaire ou professionnelle. Il peut suivre une intervention d’une certaine longueur et une argumentation complexe et comprendre la plupart des documentaires radiodiffusés en langue standard en identifiant correctement l’humeur et le ton du locuteur. L’épreuve de compréhension orale du B2 comporte deux exercices afin d’évaluer pour l’ensemble de l’épreuve, deux niveaux de compréhension : globale (informations essentielles, sujet, nature) et détaillée (informations précises, ton, points de vue). Le premier exercice est un document d’une durée de cinq ou six minutes avec deux écoutes et le second est un document court d’environ deux minutes avec une seule écoute.

Voici un exemple de l’exercice 2 (une seule écoute) : Lisez les questions, écoutez le document puis répondez. Cliquez sur le lien pour écouter le document sonore. 1. Quand a été créée la poupée Barbie ? ______________________________________ 2. Qui a pris sa place ? A. Ken B. Supersparkle C. La reine des neiges

39

pexels photo


3. Donner un exemple de Barbie créé par Mattel : _______________________________________ 4. Aujourd’hui, quel type de jeux préfèrent les petites filles ? A. les jeux de société B. les téléphones portables C. les tablettes numériques 5. Quel bénéfice a perdu le fabricant en 2014 ? ______________________________________ 6. Le P.D.G de l’entreprise Mattel veut relancer son entreprise avec : A. une nouvelle poupée. B. une nouvelle application. C. un nouveau jeu interactif.

Corrigé 1. Dans les années 1970 2. C. La reine des neiges 3. une réponse parmi Barbie fait du cheval / Barbie et ses copines / Barbie et sa décapotable / Barbie en tenue de soirée / Barbie et Ken 4. C. les tablettes numériques. 5. 50 % 6. A. une nouvelle poupée. Attention, cet exercice permet d’évaluer votre compréhension orale. Ne travaillez pas à partir de la transcription, sinon cela devient de la compréhension écrite ‼! Transcription François Bernard : La poupée Barbie a été créée il y a 70 ans et elle a été la poupée préférée de millions de petites filles pendant des décennies. Sylvie Berruet : Oui mais, aujourd’hui, elle ne les fait plus autant rêver, hein François. La poupée Barbie a perdu sa couronne, détrônée par sa rivale La reine des neiges, et elle entraîne dans sa chute Bryan Stockton, le PDG du groupe Mattel, fabricant de Barbie. Patricia Lecompte. Patricia Lecompte : Barbie fait du cheval, Barbie et ses copines, Barbie et sa décapotable, Barbie en tenue de soirée, Barbie et Ken… Depuis sa création, Mattel n’a cessé de mettre la poupée dans des situations auxquelles les petites filles pouvaient s’identifier. Faute de s’être renouvelée et de s’être adaptée au multimédia, la folie Barbie s’est essoufflée. Après l’avoir remisée au fond de la caisse à jouets, les petites filles âgées de 8 ans lui préèrent, aujourd’hui, les princesses Anna et Elsa du film de Walt Disney La reine des neiges et les jeux interactifs, notamment les tablettes numériques. C’est la fin d’une époque pour le leader mondial Mattel. Le rose bonbon, couleur fétiche de Barbie, a viré au noir pour le fabricant américain qui a vu ses ventes en 2014 chuter de plus de 6%, et son bénéfice fondre de 50%. L’entreprise a perdu l’an dernier plus du tiers de sa valeur en bourse. Le prochain PDG de Mattel aura la lourde tâche de relancer le groupe. Pour y parvenir, il compte sur la future Barbie, baptisée Super Sparkle, une super héroïne censée faire de nouveau rêver les petites filles. 40


BULLETIN D’ABONNEMENT Mlle

Mme

M. Adresse Postale :

Nom : Prénom : Raison sociale :

Code Postal :

Ville : Téléphone : E-mail : Pays : Numéro TVA intracommunautaire (si applicable) :

COCHEZ LA FORMULE CHOISIE ABONNEMENT NUMÉRIQUE

ABONNEMENT DUO

NUMÉRIQUE+LITOTE AUDIOS À TÉLÉCHARGER

6 MOIS 27,00 € 1AN

PAPIER+ NUMÉRIQUE + LITOTE AUDIOS À TÉLÉCHARGER

6 MOIS 55,00 €

49,00 €

FRAIS D’ENVOI

1 AN 99,00 € FRAIS D’ENVOI

7€

FRANCE

14 €

UNION EUROPÉENNE

14 €

UNION EUROPÉENNE

27 €

MONDE

15 €

MONDE

30 €

FRANCE

TOTAL :

TOTAL :

RENOUVELLEMENT : OUI NON RÈGLEMENT PAR : CHÈQUE LIBELLÉ À L’ORDRE DE :

CADEAU !

LCFF

VIREMENT BANCAIRE

POUR TOUT NOUVEL (RÉ)ABONNEMENT ANNUEL DUO, LE CALENDRIER PUG 2019 ET SON LIVRET DE RÉPONSES

LCFF

IBAN : FR76 3000 3014 2800 0270 3323 618 BIC : SOGEFRPP

RETOURNEZ CE BULLETIN : En cas de virement bancaire, les frais bancaires doivent être pris à votre charge. Si vous souhaitez des abonnements en nombre, contactez nous pour un devis à tarif préférentiel. Si cet abonnement ne vous satisfait pas, vous pouvez demander le remboursement des numéros non reçus. Conformément à la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant.

PAR MAIL À : CONTACT@LCF-MAGAZINE.FR PAR COURRIER À : LCFF, 41 RUE DE RÉPUBLIQUE

30900 NÎMES, FRANCE DATE ET SIGNATURE :


« Faire les 400 coups » Julie Bouteloup RFI « Casser trois pattes à un canard », « se mettre la rate au court bouillon », « rester en carafe », « mener une vie de bâton de chaise » … La langue française fourmille d’expressions populaires qui nous régalent, nous étonnent, colorent et pimentent notre langue. Des expressions qu’on croit connaître, alors que bien souvent on se met le doigt dans l’œil ! Alors, pour ne plus être à côté de vos pompes, Lucie Bouteloup vous met La puce à l’oreille tous les mercredis et décrypte des expressions en donnant la parole à des enfants inspirés et à des linguistes éclairés. Ludique et pédagogique, la puce à l’oreille « éclaire votre lanterne » !

Répondez aux questions suivantes et allez vérifier la solution de la question 2 (en page 50) AVANT d’écouter le podcast.

1. Et pour vous ?

Imaginez ce que peut vouloir dire l’expression « faire les 400 coups ». ...............................................................................................................................................................................

2. Rendez leur sens de ces expressions qui comportent le chiffre 4. faire le diable à quatre descendre les escaliers 4 à 4 se saigner aux quatre veines dire à quelqu’un ses quatre vérités aux quatre coins du monde

42

parler franchement partout descendre les escaliers en courant faire beaucoup de sacrifices faire beaucoup de bruit


Ecoutez le podcast et répondez aux questions suivantes.

3. De quand date cette expression ? du XVIe siècle du XVIIe siècle du XVIIIe siècle du XIXe siècle 4. Quelle mauvaise explication certains « étymologistes imaginatifs » proposent-ils ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 5. L’expression « couper les cheveux en 4 » est de même sens que les autres utilisations du chiffre 4. vrai faux

Accédez à la vidéo https://savoirs.rfi.fr/fr/apprendre-enseigner/ langue-francaise/faire-les-400-coups

7. De quoi le 4 est-il le symbole ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________

8. D’autres expressions de même sens existent. Laquelle est proposée par Lucie Bouteloup ? faire les 109 coups faire les 119 coups faire les 209 coups faire les 219 coups 9. Faire les 400 coups signifie : être violent faire des bêtises s’ennuyer travailler beaucoup

6. Relevez au moins 4 explications fournies par les enfants :

10. Et dans votre langue, y a-t-il une expression équivalente ?

___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________

___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________

43


Destination Francophonie

La ville de Québec

© Destination francophonie

Ivan Kabacoff

Découvrez chaque semaine les plus belles initiatives pour la langue française dans le monde ! TV5MONDE

Photo © Sébastien CALVET / Divergence

Diffusion sur toutes les chaînes de TV5MONDE et sur tv5monde.com/df L’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) est un organisme qui « contribue au rapprotwitter #dfrancophonie chement des jeunessesRéagissez française et sur québécoise par la mise en œuvre de programmes de mobilité axés sur le développement et le perfectionnement professionnels, dans les secteurs économique, facebook /destinationfrancophonie culturel, académique etet social, tout en favorisant les découvertes interculturelles et le maillage des réseaux. » C’est notamment grâce à l’OFQJ que deux jeunes Françaises ont vécu plusieurs mois partenariat avec l’OIF, l’Institut français, la DGLFLF et le CIEP. en immersion dans la En ville de Québec, dans la province du Québec, dans l’est du Canada. Elles ont pu à la fois se faire de nouveaux amis, découvrir la culture québécoise et approfondir leurs connaissances professionnelles. La chaîne culturelle francophone mondiale

Ivan Kabacoff

Répondez aux questions suivantes AVANT de visionner la vidéo.

1. Quelle forme est correcte ? A Québec Au Québec Les deux formes sont correctes Aucune des deux n’est correcte.

3. Un lieu peut « avoir un charme fou ». Cette expression signifie que il est très joli il est totalement incroyable il est vraiment bizarre il est trop peuplé

2. Comment appelle-t-on une personne qui fabrique des violons ?

© S. Lacasse

un facteur de violon un violoneux un violoniste un luthier

44


Vérifiez les réponses aux questions précédentes à la page 51 puis visionnez la vidéo et répondez aux questions suivantes. 4. Quels sont les attraits touristiques de Québec ? Citez-en au moins 3. ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 5. Ivan Kabacoff dit que la ville de Québec ressemble beaucoup à l’Europe. a perdu ses origines amérindiennes. est typiquement américaine. ne ressemble à aucune autre ville. 6. En quelle année a été créé l’Office franco-québécois pour la jeunesse ? en 1958 en 1968 en 1978 en 1988 7. Pourquoi Agathe et Claire se sont-elles adressées à l’OFQJ ? pour poursuivre leur formation professionnelle pour continuer leurs études universitaires pour trouver un travail 8. Quel âge ont Agathe et Claire ? Agathe : 25 ans ; Claire : 22 ans. Claire : 25 ans ; Agathe : 22 ans Agathe : 26 ans ; Claire : 23 ans Claire : 26 ans : Agathe : 23 ans 9. Dans quel domaine Claire fait-elle son stage ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 10. En quoi consiste son travail ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________

Accédez à la vidéo http://www.tv5monde.com/emissions/episode/ destination-francophonie-destination-ville-dequebec

11. Quel sport pratique-t-elle ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 12. Combien de jeunes français participent à ce programme ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 13. Quel âge faut-il avoir pour participer à ce programme ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 14. Où trouve-t-on les offres de stage pour l’OFQJ ? ___________________________________ ___________________________________ ___________________________________ 15. Quels sont les avantages à partir au Québec avec l’OFQJ ? L’OFQJ fait les formalités administratives à votre place. L’OFQJ vous aide à faire les formalités administratives. L’OFQJ trouve un travail pour vous. L’OFQJ vous délivre un diplôme. 16. Six mois plus tard, Agathe a trouvé un travail en France. Agathe a trouvé un travail au Québec. Claire a trouvé un travail en France. Claire a trouvé un travail au Québec.

45


Noël pas cher

© picjumbo.com

Cuisine

C’est Noël, c’est vrai mais... votre porte-monnaie n’est pas en grande forme. Entre les cadeaux à faire à cette époque et la crise, difficile de joindre les deux bouts. Raison de plus pour chercher comment préparer un bon réveillon de Noël... sans trop dépenser. Donc, pas de foie gras ni de champagne, mais des champignons en entrée, du poulet en plat principal et des pommes en dessert.

Crème brûlée aux champignons Ingrédients 500 g de champignons de Paris frais 2 échalotes 1 cuil. à soupe d’huile du thym du sel et du poivre 30 cl de lait 10 cl de crème liquide 4 œufs 50 g de sucre roux 

© Creative Commons CC0

• • • • • • • • •

Préparation 1. 2.

3. 4.

46

Hachez finement les échalotes et les champignons. 2. Faites chauffer l’huile dans une poêle, faites-y fondre1 d’abord les échalotes pendant 5 mn à feu doux. Puis ajoutez les champignons hachés, le thym, salez et poivrez. Faites cuire environ 10 mn en remuant. Répartissez cette préparation dans 4 ramequins2. Préchauffez le four à 170° (th 5-6).  Versez le lait, la crème, du sel et du poivre dans le bol d’un robot.  Mixez pendant 1 mn puis ajoutez les œufs un par un sans cesser de mixer. 

5.

6.

Versez la préparation dans les moules, sur les champignons. Faites cuire au bain-marie : placez les ramequins dans un plat à four à demi rempli d’eau chaude et enfournez ce plat pour 25 à 30 min de cuisson. Laissez refroidir hors du bain-marie puis placez les crèmes au réfrigérateur. Avant de servir, saupoudrez les crèmes de sucre roux. Allumez le gril du four, faites caraméliser les crèmes pendant 5 mn. Servez aussitôt, accompagné de tranches de pain grillé.


Crumble de poulet aux poires Ingrédients 4 petits filets de poulet 4 poires 100 g de parmesan 100 g de farine 80 g de beurre 2 cuillères à soupe d’huile d’olive du sel et du poivre

© delph4415

• • • • • • •

Préparation

4.

1. 2.

5.

3.

Préchauffez le four à 180 ℃. Épluchez les poires, enlevez le trognon3 et coupez-les en morceaux. Coupez le poulet en dés et faites-le revenir 10 mn dans une poêle avec l’huile d’olive, du sel et du poivre.

6. 7.

Dans un saladier, mélangez le beurre, la farine et le parmesan du bout des doigts. Mettez les poires dans un plat à gratin, recouvrez des morceaux de poulet sautés et parsemez du mélange à crumble en l’émiettant4 avec les doigts. Enfournez 30 min. Servez avec du riz blanc

Pommes farcies aux fruits secs

© INRA DIST

Ingrédients

Préparation 1. 2.

Hachez grossièrement les fruits secs. Préchauffez le four à 150 ° th 5. Creusez les pommes en enlevant le centre. Enlevez les pépins5 mais gardez la pulpe des pommes.

• • • • • •

4 grosses pommes golden 50 g de noix 50 g de figues séchées 50 g de raisins secs 4 spéculoos (ou biscuits à la cannelle) 2 cuillères à soupe de miel

3.

Ajoutez la chair des pommes aux fruits secs ainsi que la cannelle, le miel et les biscuits émiettés, mélangez le tout délicatement. Garnissez les pommes avec la préparation, placez-les dans un plat, versez un peu d’eau et enfournez pour 45 mn à 150°.

4.

Lexique 1. fondre (v.) : perdre leur consistance dure 2. ramequins (n. m.p.) : petits plats individuels qui vont au four 3. trognon (n. m.s.) : centre du fruit qu’on ne mange pas

Florence Teste

4. émiettant (v. émietter. Part. prés.) : écrasant, réduisant en petits morceaux 5. pépins (n. m.p.) : petites graines qui sont au centre d’un fruit


citeasen.fr x Sam Pierpoint - Nis&For

citeasen.fr x Sam Pierpoint - Nis&For

Pays invité Pays invité: :

Finlande Finlande

www.noel.strasbourg.eu www.noel.strasbourg.eu


Jeux de mots

© pexels

pexels photo

Charlotte Kleineidam

1. TITRES Rendez ces chansons à leur interprète québécois : Hélène Comme des enfants Le p’tit bonheur Complainte du phoque en Alaska Je reviendrai à Montréal Encore un soir Chéri tu ronfles Si j’étais un homme

Félix Leclerc Beau dommage Céline Dion Lynda Lemay Roch Voisine Robert Charlebois Diane Tell Cœur de pirate

Réponses p51

2. RIME Retrouvez les mots qui riment avec « ordinaire » dans cette chanson de Robert Charlebois : ORDINAIRE Je suis un gars ben ordinaire Des fois j’ai pu (plus) le goût de rien ..................... Je fumerais du pot, je boirais de la ..................... Je ferais de la musique avec le gros ..................... Mais faut que je pense à ma ..................... Je suis un chanteur .....................

3. ORIGINES

Connaissez-vous le pays d’origine de ces artistes francophones ? Yves Montand Maître Gims Anggun Patrick Bruel Salif Keita

Italie Gabon Thaïlande Algérie Togo

Espagne République Démocratique du Congo Indonésie Tunisie Mali

49


Réponses RFI (page 42) 2. faire le diable à quatre descendre les escaliers quatre à quatre se saigner aux quatre veines dire à quelqu’un ses quatre vérités aux quatre coins du monde

faire beaucoup de bruit descendre les escaliers en courant faire beaucoup de sacrifices parler franchement partout

3. Cette expression date du début du XIXe siècle. 4. Lorsque Louis XIII a investi la place de Montauban pour détruire le pouvoir des protestants, on a donné 400 coups de canon. 5. Faux : 4 représente la violence, la puissance, le tout. Au contraire, dans cette expression, on coupe en 4, c’est-à-dire qu’on cherche le détail, on sépare les éléments. 6. faire beaucoup de bêtises donner des coups on s’ennuie être énervé faire des mauvais coups donner des coups sur les cloches refaire 400 fois les mêmes choses se donner des coups tous les jours dans une année, à peu près 400 coups 7. Le 4 est le signe de la rapidité, de la violence, de l’intensité, de la force 8. Faire les 119 coups est une expression qui existait au XIXe siècle. Honoré de Balzac écrit dans son roman Le père Goriot « faire les 100 000 coups ». 9. Faire les 400 coups signifie faire des bêtises.

Réponses QUIZ (page 29) 1. Je reviendrai à Montréal, l’une des plus belles chansons sur le Québec. 2. Youssou Ndour a été ministre de la Culture et du Tourisme dans le gouvernement de Macky Sall, d’avril 2012 à septembre 2013 3. Philippe Djian a écrit de nombreux textes pour Stephan Eicher (chanteur suisse) à partir de 1989, dont Déjeuner en paix et Pas d’ami. 4. Fanny Ardant a participé au clip vidéo de Elle me dit interprété par Mika, un chanteur britanno-libanais. 5. Le dimanche à Bamako décrit les cérémonies de mariage au Mali. 6. C’est une chanson de Francis Cabrel, dont il avait luimême proposé une version en espagnol en 1979.

7. Vrai : en 2012, Iggy Pop a sorti l’album Après dont 5 titres sur 10 sont des reprises de titres français comme La javanaise et L’été indien. 8. La chanson Sur un prélude de Bach est sortie en 1991 sur l’album Ami ou ennemi. 9. Mylène Farmer est née au Québec de parents français. Elle est revenue vivre en France à l’âge de huit ans. 10. Aux Champs-Elysées est une chanson interprétée par Joe Dassin. Dave, qui est néerlandais, a connu un grand succès, surtout dans les années 70 et 80. 11. Parce qu’on vient de loin est le titre d’une chanson mais aussi du premier album de Corneille, chanteur d’origine rwandaise. 12. La chanson Hélène est sortie en 1989 et a lancé le Québécois Roch Voisine dans sa carrière musicale en France.


Réponses Jeux (page 49) 1. TITRES

Edition

Hélène Comme des enfants Le p’tit bonheur Complainte du phoque en Alaska Je reviendrai à Montréal Encore un soir Chéri tu ronfles Si j’étais un homme

Directrice de publication

2. RIME

Langue et Cultures Françaises et Francophones ISSN : 2551-1467 n° CPPAP : 1018 K 91889 SIRET : 799 544 846 00022 Siège : 41, rue de la République 30900 Nîmes contact@lcf-magazine.fr

Florence TESTE - direction@lcf-magazine.fr

Comité de relecture

JE SUIS UN GARS BEN ORDINAIRE DES FOIS J’AI PU LE GOÛT DE RIEN FAIRE JE FUMERAIS DU POT, JE BOIRAIS DE LA BIÈRE JE FERAIS DE LA MUSIQUE AVEC LE GROS PIERRE MAIS FAUT QUE JE PENSE À MA CARRIÈRE JE SUIS UN CHANTEUR POPULAIRE

Assistante de publication

3. ORIGINES

Directeur artistique Rémi ORZALESI

Rédactrice en chef Florence TESTE

Florence TESTE Khiem TRAN-DINH

Michèle LESEL

Lecture audios Marion PREITE

Rédacteurs

Christelle DUCROT Christine JOUAN-BRUNEAU Charlotte KLEINEIDAM Axelle NÉGRIGNAT Emilie ORZALESI Marine SCHMET Laura TEJEDA MEZA Florence TESTE Fanny TOURET

YVES MONTAND MAÎTRE GIMS ANGGUN PATRICK BRUEL SALIF KEITA

ROCH VOISINE CŒUR DE PIRATE FÉLIX LECLERC BEAU DOMMAGE ROBERT CHARLEBOIS CÉLINE DION LYNDA LEMAY DIANE TELL

ITALIE RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO INDONÉSIE ALGÉRIE MALI

Graphiste

Rémi ORZALESI

Promotion et communication

Michèle LESEL - contact@lcf-magazine.fr

Impression

Imprimerie SEP 29, rue Emile Jamais 30900 Nîmes

Routage

Sud Routage 110, route de Rouquairol 30900 Nîmes

Remerciements

Richard BOSSUET - TV5 MONDE Ivan KABACOFF - TV5 MONDE Lucie BOUTELOUP - RFI Christine JOUAN-BRUNEAU

En produisant sa version papier, LCFF Magazine veut participer à la protection de la planète. Pour cela, nous avons choisi de faire confiance à un imprimeur qui travaille dans le respect des labels écologiques :


LCFF67 Chanson Francophone  

Pour fêter cette fin d’année, nous avons choisi le thème de la musique francophone (en excluant la chanson française). Vous lirez des articl...

LCFF67 Chanson Francophone  

Pour fêter cette fin d’année, nous avons choisi le thème de la musique francophone (en excluant la chanson française). Vous lirez des articl...

Advertisement