PORTFOLIO - LAURE LUCADOU - FR

Page 1

PORTFOLIO L AU RE L U C AD O U



ARCHITECTE DIPLOMÉE D’ÉTAT

E N C O U R S D E S P É C I A L I S AT I O N E N A R C H I T E C T U R E E T RISQUES MAJEURS (DSA ARM)

F O R M AT I O N 2018-2020

Diplôme de Spécialisation et d’Approfondissement en Architecture et Risques Majeurs (DSA ARM) - ENSA Paris-Belleville Études de territoires multi-risques, conception de projets en zones à risques naturels et anthropiques, reconstruction post-catastrophe. • Voyage d’étude à Mayotte, France - Diagnostic d’un quartier informel en zone rurale. Projet de réduction des risques et de résorption de l’habitat insalubre. Conception et construction à l’échelle 1:1 d’un module mixte en bois et terre crue, parasismique et paracyclonique. • Voyage d’étude à Pierrefitte-Nestalas, France - Diagnostic territorial, urbain et architectural. Projet d’ensemble « Passerelles» alliant mitigation des risques et redynamisation d’une commune rurale. • Voyage d’étude à Saïda, Liban - Étude de la Médina et diagnostic d’un bâti ancien. Projet de réactivation de la Médina par son patrimoine « Sans dessus de-souk ».

2015-2017

Master en architecture - Universidad Iberoamericana Mexico / ENSA Toulouse • Projet de fin d’études : « L’école au centre, Gaba Kemisa, Éthiopie » Publication « Plan Libre » n°156 Avril 2018 • Mémoire de mobilité : « L’importance des arbres dans la capitale mexicaine - le cas de la Roma et de la Condesa » • Diagnostic participatif avec la communauté de Chepeginio, Oaxaca, Mexique. Conception et construction à l’échelle 1:1 d’un module de sanitaires autonomes pour la communauté.

2012-2015

Licence en architecture - ENSA Toulouse

2011-2012

Hypokhâgne - Lycée Pierre de Fermat, Toulouse Option grec ancien - Option géographie/politiques urbaines

2008-2011

Bac Littéraire - Lycée François d’Estaing, Rodez Mention TB - Spécialité mathématiques - Option allemand LV3

LAURE LUCADOU Nationalité française 23/12/1993 Permis B +33 6 84 03 35 21 laure.lucadou@gmail.com

COMPÉTENCES • Linguistiques : Espagnol (courant) - Anglais (intermédiaire) - Allemand (débutant) • Informatiques : Archicad - Vectorworks - In Design - Illustrator - Photoshop - Sketchup Artlantis - MS Project - Revit (débutante)

INTÉRÊTS • Workshops : - Construire en terre crue, CRA-Terre (M. Hajmirbaba), 10 jours, 2020 - Architecture humanitaire : post-crise, urgence, FIRC (X. Génot), 2 jours, 2019 - Construire en terre crue, Raïz Arquitectura (K. Poulain), 2 jours, 2016 • MOOCs : - Nature-based Solutions for Disaster and Climate Resilience, PEDDR, 8h, en cours - Construire en terre crue aujourd’hui, AMACO, 10h, 2020 - Le réemploi : matières à bâtir, ICEB, 8h - Construire durable en zone tropicale humide, ADEME, 5h, 2020 - Planification et design de systèmes et technologies d’assainissement, EPFL et EAWAG, 25h, 2020 - Frontières en tout genre, géographie politique et culturelle, Université de Genève, 21h, 2020 • Voyages : Mayotte, Liban, Argentine, Chili, Éthiopie, Mexique, Costa Rica, Maroc, Crète, Guadeloupe, Espagne, France. • Divers : Photographie, guitare et chant, lectures, conférences et expositions.

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE Depuis juillet 2017

Architecte chez pl_n architectes associés, Toulouse Conception et dessin de la faisabilité au DCE, suivi administratif et financier, gestion de chantier encadrée. Principaux projets : • Relocalisation temporaire du Petit Palais des Sports en zone rouge du PPRI, Toulouse (31) _ Du DIAG au PRO en cours - 2,3 M€ HT • Construction du restaurant universitaire de l’ENSAT, AuzevilleTolosane (31) _ De l’APD à la livraison - 1,8 M€ HT • Extension et réhabilitation de l’ensemble scolaire Sainte-Thérèse, Saint-Gaudens (31) _ De la faisabilité à la DET en cours - 2,8 M€ HT • Réhabilitation et rénovation de 18 bâtiments du LEGTA, AuzevilleTolosane (31) _ De la candidature à la livraison en cours - 5,2 M€ HT

Mars 2017

Volontaire pour l’ONG Abay, Éthiopie _ 3 semaines Rencontres avec des habitants, suivi, construction d’un sanitaire sec

2016-2017

Monitrice dans l’atelier de projet de David Hammerman (semestres 1 et 2), ENSA Toulouse _ 10 mois

Été 2016

Stagiaire chez Ar-Quo architectes, Toulouse _ 2 mois

Été 2014

Stagiaire avec Architectes Sans Frontières, Toulouse _ 1 mois

2008-2013

Jobs d’été • Journaliste-photographe pour le journal Centre Presse (2012-2013) • Animatrice en accueil de loisirs (2011) • Vente et mise en rayon en commerces de proximité (2008-2010)



PRÉAMBULE

J’ai des rêves plein la tête. Des rêves pour lesquels je ne demande qu’à me battre. Parce que je souhaite me défaire de cette société qui ferme les yeux sur les inégalités qu’elle crée, sur le réchauffement climatique, la surconsommation et l’individualisme qu’elle génère. Parce que je rêve d’une société plus équitable, durable, et juste, où le vivre-ensemble prime. Parce que je rêve d’une architecture au service de ces valeurs : Une architecture universelle, vecteur d’équité et de justice, qui s’adresse à tous et même aux plus démunis. Une architecture qui transcende les écarts sociaux, et permette à chacun d’exercer la fonction la plus fondamentale qui soit, celle d’habiter. Une architecture frugale, raisonnée, et à la recherche de simplicité pour plus de qualité. Une architecture qui ne se veut ni objet, ni spectacle, mais réceptacle des usages de la vie ordinaire. Une architecture durable, contrairement à la frénésie actuelle, qui sache vieillir et se réinventer. Une architecture à l’impact le plus limité possible, dans le respect du site et des ressources disponibles. Une architecture contextuelle, qui s’adapte au site auquel elle s’adresse, à ses ressources humaines, matérielles, économiques, ainsi qu’aux pratiques culturelles qui y sont liées. Une architecture adaptée, qui transforme le risque en opportunité, qui apprivoise les vulnérabilités existantes et s’y adapte de façon raisonnée. Une architecture qui n’est pas dans le déni des défis que nous avons à relever, mais qui s’attache à les transformer en éléments fondamentaux de projet. Une architecture qui transcende l’acte de construire, qui s’attache à comprendre le monde dans lequel elle s’ancre. Une architecture reflet du contexte social, culturel, politique et économique, mais aussi une architecture réponse. Une architecture comme acte politique, porteuse de valeurs et actrice du changement. Parce que je crois en l’architecture.

5



SÉLECTION DE P R O JE TS

01 02 03 04 05 06 07 08

+

MRO M’TITI : VERS PLUS DE DIGNITÉ

RÉS ORBER L’ H ABI TAT I NSALUBR E E T R ÉD U IR E LA VU LNÉR ABILITÉ HAJANGOUA, MAYOTTE

> p. 08

PASSERELLES

LUTTER CON TRE L A DÉSER TIFICATIO N D U MO ND E R U R AL E T RÉDUI RE L A V UL N ÉRABILITÉ AU X INO ND ATIO NS E T SÉISMES

> p. 18

PIERREFITTE-NESTALAS, FRANCE

SANS DESSUS DE-SOUK

RÉACTI V ER L A M ÉDI N A PAR SES R ICHESSES D ÉLAISSÉES SAÏDA, LIBAN

> p. 24

L’ÉCOLE AU CENTRE

I M PULS ER L E DÉV EL OPP EMENT EN MO BILISANT LES RES S OURCES I N ES TI M ÉES D U TER R ITO IR E GABA KEMISA, É THIOPIE

> p. 32

SANITARI-O-TONOMO

I N I TI ER UN CERCLE V ER TU EU X PAR LA CO NSTR U CTIO N D E S A N I TA I RES A UTON OM ES CHEPEGINIO, MEXIQUE

> p. 42

HABITER ET EXPÉRIMENTER

DES L OGEM EN TS POUR L’INSTITU T AU TO NO ME TO NANTZIN-TLALI EJUTLA DE CRESPO, MEXIQUE

> p. 46

CENTRE COMMUNAUTAIRE CON COURS POUR ROCK’N’WO O D PHARPING, NÉPAL

> p. 50

RETOUR VERS LE PASSÉ

RAM EN ER DE L’ H ABI TAT E T D E LA D ENSITÉ EN CO EU R D E BASTID E LISLE-SUR-TARN, FRANCE

> p. 54

PHOTOGRAPHIES

> p. 60 7


01 • Situation : Quartier spontané Mro M’Titi, Hajangoua, Mayotte • Programme : Étude d’un quartier informel en zone rurale à risques. Projet urbain et architectural visant à la résorption de l’habitat insalubre et à la réduction de la vulnérabilité du quartier, qui a aboutit à la construction à l’échelle 1 d’un module mixte sanitaires + cuisine + aire de lavage + varangue. • Démarche : Arpentage du quartier pendant une dizaine de jours. Relevés habités : entretiens, relevés et dessin en plan/coupe/élévation du quartier, des habitations, des usages et détails constructifs. Concertation publique avec les habitants. Diagnostic urbain et multi-risques. • Année : 2020 - Semestre 3 - DSA 2 • Enseignants : Ludovic Jonard, Ludovic Bost, Cyrille Hanappe, Albert Hassan, Pascal Chombart de Lauwe • Groupe : Clara Bernigaud (projet)

8

Bernay,

Flore

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

MRO M’TITI : VERS PLUS DE DIGNITÉ R É SOR BER L ’HABI TAT I NSAL UBR E E T R ÉD UI R E L A V UL NÉR ABI L I TÉ H AJANG O U A, M AYOTTE

Cette étude nous a été confiée par la communauté de communes Dembéni/Mamoudzou (CADEMA), propriétaire de terrains occupés par un quartier spontané dans le village d’Hajangoua. En effet, l’île de Mayotte est marquée par une croissance démographique exponentielle et un manque de logements certain, qui conduisent au développement de quartiers spontanés sur tout le territoire. De plus, ce département français d’OutreMer situé dans l’archipel des Comores fait figure d’eldorado et suscite une immigration très forte qui ne cesse d’alimenter ces quartiers précaires. L’île, à la topographie très forte, est aussi soumise à de nombreux risques d’origines naturelles et anthropiques, rendant la situation toujours plus complexe. C’est dans ce contexte que nous avons travaillé sur le quartier spontané Mro M’titi, en étau entre la route principale du village et la rivière en contrebas, en provenance directe des plus hauts monts de l’île. Le but de la CADEMA était alors de produire un diagnostic exhaustif puis un projet à l’échelle urbaine et architecturale visant à la réduction de la vulnérabilité du quartier et à la résorption de l’habitat insalubre. Il s’agissait d’étudier le contexte mahorais et le quartier Mro M’titi, depuis le grand territoire jusqu’au détail constructif, et de comprendre qui y vivait, comment, et pourquoi. Pendant deux semaines, nous avons donc réalisé des entretiens avec les habitants, avons relevé précisément leurs maisons, leurs espaces extérieurs, leur rapport au contexte, et avons également organisé une concertation publique sur le devenir du village. Nous avons également réalisé une étude de vulnérabilité aux différents risques tels que les inondations par crue et par ruissellement, les mouvements de terrain, les incendies, les vents violents, les séismes, et les risques sanitaires. Le projet proposé, à l’échelle urbaine et architecturale, visait à réduire la vulnérabilité du quartier ainsi que l’habitat insalubre, grâce notamment au confortement de l’habitat existant et au développement d’un module polyfonctionnel. Ce module mixte (cuisine/sanitaires/varangue paracyclonique et parasismique a été construitl à l’échelle 1 à l’ENSA de Paris-Belleville. Il a servi de prototype pour expérimenter la construction en bois avec une seule section de planches, ainsi que différentes techniques de remplissage en terre réalisées avec CRA-Terre.


Mro M’titi : vers plus de dignité - Résorber l’habitat insalubre et réduire la vulnérabilité _ Hajangoua, Mayotte

9


01 R E LEV ÉS H ABI T ÉS E T CO M PRÉH EN SI O N DU C O N T EX T E

Extrait des relevés habités (entretiens, photographies, plans, coupes, détails) : Photographies, de haut en bas : Un enfant le long de la ravine - Intersection entre la rivière Mro M’titi et la ravine - Maison de M., à trois mètres à peine de la ravine. À droite : Plan de masse d’une des trois zones d’étude du quartier. Cette analyse nous a permis de comprendre les qualités du quartier mais aussi ses dysfonctionnements majeurs, à savoir : • manque de perspectives d’avenir pour une population majoritairement issue de l’immigration depuis les Comores, • mauvaise qualité d’ensemble des constructions n’assurant pas la sécurité des habitants : absence de contrevementement, mauvaise qualité des assemblages (et pas d’ancrage de la toiture), et rapport au sol ne garantissant pas d’étanchéité, • accès à l’eau courante et à l’électricité pour une minorité d’habitants, de façon informelle, • indignité des logements dont la densité d’habitants par m2 est très élevée, • insalubrité et pollution dûes à l’absence de réseau d’assainissement et au rejet des eaux usées dans les cours d’eau.

10

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Mro M’titi : vers plus de dignité - Résorber l’habitat insalubre et réduire la vulnérabilité _ Hajangoua, Mayotte

11


01 É T U D E D E V UL N ÉR A BI L I T ÉS

Extrait de l’étude de vulnérabilités aux différents risques du quartier réalisée. La carte du risque d’inondation lié au 25 ruissellement ci-contre prend en compte les différents types de cours d’eau et leur possible débordément en cas de crue, la topographie, la morphologie des clôtures, qui peuvent laisser passer l’eau ou au contraire créer un effet d’embâcle, l’existance d’une protection en pied de façade, ainsi que Mro Mtiti des renseignements sur des épisodes précédents afin d’en déduire les bâtis à e aux eaux usées + de pluies) risques et les points de vulnérabilité. cas de précipitations) 0 10

0

10

25

RISQUE LIÉ AU RUISSELLEMENT

> Types de cours d’eau : Cours d’eau pérenne Mro Mtiti Ravine (en eau grâce aux eaux usées + réceptacle des eaux de pluies) Talweg (en eau qu’en cas de précipitations)

25

Passage sous buse Passage en caniveau

u

> Ruissellement :

’eau 70cm

Pente faible

RISQUE LIÉ AU RUISSELLEMENT

Pente forte

nt favorisées > Types de cours d’eau :

giée

Clôture imperméable (tôle)

Cours d’eau pérenne Mro Mtiti

Clôture perméable (bambou ou cocotier)

Ravine (en eau grâce aux eaux usées + réceptacle des eaux de pluies) Talweg (en eau qu’en cas de précipitations)

ment ou pied de

Entrée d’eau dans la parcelle Effet d’embâcle

Passage sous buse

du bâti majoritaire

Pente faible

t du bâti majoritaire Pente forte Clôture imperméable (tôle) par les eaux

ent d’arbre et de

Clôture perméable (bambou ou cocotier) Entrée d’eau dans la parcelle

u:

Effet d’embâcle s, ma maison a déjà été Zones inondées st à quelques mètres de e de plus de 80cm. ”Stagnation d’eau

ur les soubassements > Vulnérabilité du bâti : ée de maisons. Elle Protection soubassement ou pied de ée comme une tracefaçade continu e lors d’une crue. Selon Protection soubassement ou pied de tentielle hauteur d’eau façade sur un ou deux côtés le niveau du sol intéRisques une tentative>de préci- : s d’eau que pourrait Risque d’inondation du bâti par ruissellement eint la rivière.) Cheminement coupé par les eaux

¬

¬

¬

> Paroles d’habitants : “ 1 “ La partie basse du terrain est innondée lorsqu’il pleut. Il y a de l’eau stagnante et de la boue. ” “ 2 “ Ma maison est inondée lors de fortes pluies. Le ruissellement passe au milieu de la cour avec beaucoup de boue. ” 3 “ Lors de fortes pluies, ma maison s’est déjà “ retrouvée inondée. Aussi, l’eau transporte des déchets pendant la crue mais ils restent 12 Portfolio Lucadou Architecte DE des bloqués_ àLaure l'intérieur de la_parcelle à cause clôtures, ce qui n’est vraiment pas propre. ” “ 4 “ Lorsqu’il pleut, il y a de la boue partout sur

Zones inondées Stagnation d’eau

> Vulnérabilité du bâti : ¬ Protection soubassement ou pied de continu ¬ façade Protection soubassement ou pied de façade sur un ou deux côtés

¬

ment ou pied de Passage en caniveau x côtés > Ruissellement :

> Risques : Risque d’inondation du bâti par ruissellement Cheminement coupé par les eaux

> Paroles d’habitants : “ 1 “ La partie basse du terrain est innondée lorsqu’il pleut. Il y a de l’eau stagnante et de la boue. ” “ 2 “ Ma maison est inondée lors de fortes pluies. Le ruissellement passe au milieu de la cour avec beaucoup de boue. ” 3 “ Lors de fortes pluies, ma maison s’est déjà “ retrouvée inondée. Aussi, l’eau transporte des déchets pendant la crue mais ils restent bloqués à l'intérieur de la parcelle à cause des clôtures, ce qui n’est vraiment pas propre. ” “ 4 “ Lorsqu’il pleut, il y a de la boue partout sur mon terrain. ” “ 5 “ J’ai peur des fortes pluies, la rue devient toute boueuse et ma famille reste coincée à la maison. ” 6 “ La rue devient impraticable, et l’embouchure “ de la ravine et de la rivière devient très dangereuse. ”


“1 “2¬

¬

¬ ¬

¬

¬

¬

¬ ¬

“4¬

“ ¬3

¬

“5¬

¬

¬ ¬

¬

¬

¬

¬

¬

¬

“6¬

¬

Mro M’titi : vers plus de dignité - Résorber l’habitat insalubre et réduire la vulnérabilité _ Hajangoua, Mayotte

13


01

14

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


LE MOD U LE POLYFONCT IO NNE L

1

2

1,80m

1,80m

3

+0,00m

A

1,80m

+0,05m

Volets paracycloniques amovibles en cas de cyclone VARANGUE Dalle en terre

B

1,80m

+0,38m

CUISINE Plancher bois Planche de contreplaqué amovible en cas de cyclone

C

1,80m

Toillette sèche surélevée pour stockage bacs de récupération STOCKAGE Plancher bois

SANITAIRES Plancher bois

+0,38m

D

+0,00m

Mro M’titi : vers plus de dignité - Résorber l’habitat insalubre et réduire la vulnérabilité _ Hajangoua, Mayotte

15


01 8 7

1 2 6

3 4

1. 2. 3. 4.

Béton d’argile BTC Adobe Torchis

5. 6. 7. 8.

5

Torchis coulé Bauge Enduit Tressage

0,3m

Expérimentation de techniques de remplissage lors de la construction du prototype.

Cadre treillis végétal Volets paracycloniques amovibles en cas de cyclone

2m

4,50m

Mur en torchis

+0,00m

16

0,38m

+0,38m

SANITAIRES

Vide sanitaire

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

CUISINE Plancher bois VARANGUE Dalle en terre +0,05m


CONSTR U CTION D U PR OTOT Y P E

À gauche : Vue axonométrique du module construit à l’échelle 1:1 - Coupe du module polyfonctionnel. Photographies, de haut en bas : Maquette échelle 1:20 - Construction échelle 1:1. La toiture a été construite à part. - Construction échelle 1:1. Zoom sur des expérimentations de remplissage. Mro M’titi : vers plus de dignité - Résorber l’habitat insalubre et réduire la vulnérabilité _ Hajangoua, Mayotte

17


02 • Situation : Pierrefitte-Nestalas (65), France • Programme : Projet à l’échelle territoriale, urbaine et architecturale, y compris confortement de certains bâtiments. Nouvelles infrastructures proposées : espaces publics, bibliothèque intercommunale, maison des associations, foyer des aînés et des jeunes, maison de santé. • Démarche : Arpentage du territoire pendant une dizaine de jours Diagnostic territorial, urbain et multirisques. Diagnostic d’un îlot du centre-bourg et de la vulnérabilité du bâti aux différents risques. • Année : 2019 - Semestre 2 - DSA 1 • Enseignants : Elodie Pierre, Dominique Lerche, Etienne Saliège • Groupe : Manon Destruel, Margaux Hauchecorne, Salomé Nanitelamio, Galateïa Patsouri, Wellington Tejada

PASSERELLES

L UT T E R C O N T R E L A D É S E R TI F I C AT I O N D U M O N D E R URAL E T R É D U I R E L A V U L N É R A BI L I T É A U X I N O N D AT I O N S E T SÉISM ES

PIE R R EF I TTE-NES TALAS, F R ANC E

L’objectif de ce projet était double : répondre aux enjeux de la commune de Pierrefitte-Nestalas, qui connait comme tout le monde rural français un contexte de désertification, et réduire en parallèle sa vulnérabilité face aux risques de séismes et d’inondations. En effet, les crues torrentielles, comme celles de 2013, font peser un gros risque sur les communes de Pierrefitte-Nestalas et de Soulom qui se rencontrent autour du gave de Cauterets. Un diagnostic urbain mettant en évidence les défaillances ainsi que les opportunités de la commune a donc été réalisé en groupe, ainsi qu’un diagnostic architectural sur un îlot afin d’en révéler les désordres possibles en cas de séisme ou d’inondations. L’aboutissement de ces diagnostics a été la production d’un projet d’ensemble, reliant de nombreuses interventions à l’échelle urbaine à l’échelle architecturale avec un projet de confortement de plusieurs bâtiments. Le parti choisi est celui d’attirer de nouvelles populations et de maintenir celles qui sont déjà présentes - tout comme les activités et les services publics - avant de vouloir développer le tourisme, pour lutter efficacement contre la désertification. La stratégie repose sur trois axes structurants : définir et réaffirmer deux pôles d’attractivité, créer des connexions à différents niveaux par la restructuration d’espaces publics, et mettre en valeur l’identité de la commune. Les éléments programmatiques qui sont apparus comme nécessaires pour répondre à l’ensemble des problématiques de la communes sont : une maison de santé, qui pourrait faciliter l’installation de services de santé dans la vallée, une maison des associations regroupant les locaux nécessaires au tissu associatif très actif de la commune, une bibliothèque donnant sur le Gave, partagée entre les deux communes qu’il sépare, un foyer des aînés et un foyer des jeunes de chaque côté du cours d’eau. Un seul espace public d’un des deux pôles est présenté dans les pages suivantes, afin de mettre en évidence le cheminement successif du projet urbain au confortement du bâti. Il s’agit de la zone de transition entre les deux communes, autour du Gave de Cauterets, dont nous avons également étudié l’îlot.

18

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Passerelles - Lutter contre la désertification du monde rural et réduire la vulnérabilité aux risques _ Pierrefitte-Nestalas, France

19


02

LE TRAIT-D’UNION

Démolition

Construction neuve Interventions structurelles Joint parasismique Démolition Accès propriétés privées

Stationnement

Espace planté

Canal/Banc

Aire de jeux pour enfants

Canal de la vanne pompier rendu visible et permettant de recevoir les eaux de pluies

> Intentions urbaines

Cheminement piéton

Gradins

Passerelle

Indicateurs du niveau de crue

Liaison par circulation douce Élévation jusqu’à +1,50m en cas de crue

> Intentions de démolition

Connecter les deux rives entre elles

Berge

Terrasse bibliothèque

> Intentions de confortement

Bâtiment 5

Construction neuve

Démolition

Connecter les rives au Gave

Interventions structurelles

Proposer un nouveau tracé pour la Voie Verte

GSEducationalVersion

Belvédère

Élévation du niveau +1m

GSEducationalVersion

GSEducationalVersion

Créer des pôles d’attractivité

Construction neuve

Ralentir la vitesse de circulation à l’entrée de ville

Interventions structurelles

Joint parasismique

Joint parasismique

Créer un front bâti

Connecter les deux rives entre elles Terrasse bibliothèque

Connecter les rives au Gave

Escalier ouvert

.Circulation verticale bibliothèque/foyer des aînés .Liaison berge/coeur d’îlot

Gradins

Berge

Élévation du niveau +1m Bâtiment 5

Indicateurs du niveau de crue

Connecter les deux rives entre elles

Aire de jeux pour enfants

Proposer un nouveau tracé Terrasses Maison pour la Voie Verte des jeunes

Café / Restaurant / Commerces

Caniveau Voie

Créer des pôles d’attractivité Ralentir la vitesse de circulation à l’entrée de ville

Connecter les rives au Gave Proposer un nouveau tracé pour la Voie Verte

Créer un front bâti

Créer des pôles d’attractivité Ralentir la vitesse de circulation à l’entrée de ville Créer un front bâti Accès propriétés privées

Stationnement

Espace planté

Canal/Banc

Canal de la vanne pompier rendu visible et permettant de recevoir les eaux de pluies

Aire de jeux pour enfants

Cheminement piéton

Gradins

Indicateurs du niveau de crue

Passerelle

Berge

Liaison par circulation douce Élévation jusqu’à +1,50m en cas de crue

Élévation du niveau +1m

Belvédère

Terrasse bibliothèque Bâtiment 5

Coupe 1 : Un nouveau lien est créé entre les berges du gave et les deux communes, de part et d’autre. La nouvelle bibliothèque intercommunale et sa cour intérieure (à gauche) sont accessibles par le biais d’une circulation verticale ouverte au public, qui relie les berges aux différents niveaux intérieurs et extérieurs. Coupe 2 : Cette cour intérieure, fruit de la démolition du coeur d’îlot auparavant très dense et vétuste, permet d’offrir un belvédère Terrasse Escalier ouvert sur le nouvel espace public, de l’autre côté des berges. Les deux communes ne tournent plus le dos au gave mais fonctionnent bibliothèque désormais avec lui, en le donnant à voir Berge et même à pratiquer grâce auxGradins gradins. Café / Restaurant Terrasses Maison Caniveau Aire de jeux .Circulation verticale bibliothèque/foyer des aînés .Liaison berge/coeur d’îlot Élévation du niveau +1m

Bâtiment 5

20

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

Indicateurs du niveau de crue

pour enfants

/ Commerces

des jeunes

Voie


Passerelles - Lutter contre la désertification du monde rural et réduire la vulnérabilité aux risques _ Pierrefitte-Nestalas, France

21


02 TEMPORALITÉS

1. Situation normale

Le niveau de l’eau est bas, tous les aménagements sont hors d’eau. La passerelle, dont les points d’ancrage sont positionnés plus loin sur la berge pour protéger un maximum les fondations du phénomène d’affouillement, est en position classique. Les gens peuvent aller toucher l’eau au niveau de la dernière marche.

2. Crue

La hauteur et le débit de l’eau augmentent. Les marches deviennent un témoin de crue, les habitants prennent conscience de la situation. La submersion de chaque marche supplémentaire augmente le niveau d’alerte des riverains et permet d’adapter les comportements. La passerelle est encore hors d’eau.

3. Crue centennale

A ce stade de la crue, les marches sont entièrement recouvertes et l’eau risque de déborder sur la place. La passerelle est remontée pour éviter au maximum la formation d’embâcles et faciliter le passage de l’eau. La traversée est interdite, un niveau supplémentaire d’alerte pour les habitants.

22

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Le gave comme trait d’union entre deux villes qui se tournaient le dos

Passerelles - Lutter contre la désertification du monde rural et réduire la vulnérabilité aux risques _ Pierrefitte-Nestalas, France

23


03 • Situation : Église Saint-Élie, Médina de Saïda, Liban • Programme : Étude d’une ancienne église de l’église Maronite à l’abandon. Proposition de réhabilitation du bâtiment et de son îlot en centre d’artisanat, de formation vernaculaire, logements et accueil touristique. • Démarche : Arpentage du territoire pendant une dizaine de jours. Diagnostic urbain et multi-risques. Diagnostic de deux bâtiments : histoire, usages, structure, vulnérabilité aux risques, etc. • Année : 2018 - Semestre 1 - DSA 1 • Enseignante : Sarra Kasri • Groupe : Javier Ahumada, Margaux Hauchecorne

SANS DESSUS DE-SOUK R É AC TI V ER L A MÉD I NA PAR SES R IC HESSES D ÉL AI SSÉES SAÏD A, LI BAN

Ce projet est né d’une sollicitation de l’Église Maronite de Saïda, au Liban, qui souhaitait étudier le potentiel de reconversion de deux de ses bâtiments : le couvent des Latins et l’église Saint-Élie. Cette ville se caractérise par sa très ancienne Médina, à l’urbanisme dense et à l’architecture vernaculaire parasismique en pierre, et par ses populations très diverses arrivées tout au long de l’Histoire. Elle est cependant en proie à un risque sismique très élevé, et connaît aussi un développement incontrôlé qui la met en péril. La dégradation du patrimoine bâti non-entretenu, la perte du patrimoine immatériel lié au souks et à la construction vernaculaire parasismique en pierre, mais aussi les conditions de vie précaires des habitants de la Médina, non intégrés au reste de la ville, en font d’autant plus un contexte complexe. Un diagnostic urbain se voulant le plus complet possible a été produit, balayant l’histoire de la ville jusqu’à l’analyse des risques auxquels elle fait face, de ses vulnérabilités et opportunités. Un diagnostic des deux bâtiments de l’Église Maronite, de leur histoire à leurs désordres structurels, a également été réalisé, mettant en évidence leur vulnérabilité dans cette région très sismique. L’église Saint-Élie, sur laquelle j’ai plus particulièrement travaillé, est enfouie sous 3 niveaux de logements en béton construits dans les années 1970, entre reconstruction post-séisme de 1956 et habitat informel. Cet ajout de masse très important ainsi que sa mitoyenneté avec d’autres bâtiments aux caractéristiques très diverses fragilisent ce bâtiment ancien en pierre, dont on ne perçoit plus que le clocher qui peine à dépasser de l’ensemble. Afin de répondre aux diverses problématiques de la Médina, nous avons proposé un programme mixte composé d’un centre d’artisanat, d’un centre de formation vernaculaire, de logements et d’accueil touristique pour l’église Saint-Élie et son îlot. Il a pour but de créer de nouvelles opportunités pour les habitants de la Médina et impulser leur réinsertion sociale, tout en valorisant un patrimoine délaissé, tant bâti qu’immatériel, en redynamisant l’économie locale, et en augmentant l’attractivité de ce quartier délaissé.

24

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Sans dessus de-souk - Réactiver la Médina par ses richesses délaissées _ Saïda, Liban

25


03

26

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Ci dessus : Coupe longitudinale - L’église est enfouie sous trois niveaux de logements en béton. Photographies : À gauche, une fille sort de la ruelle à l’angle Sud de l’église Saint-Élie. À droite, l’ancien clocher de l’église Saint-Élie, seule trace visible de ce patrimoine caché sous différentes strates de logements. En bas, le boulevard Rafic Hariri, limite Nord de la Médina.

Sans dessus de-souk - Réactiver la Médina par ses richesses délaissées _ Saïda, Liban

27


03 TEMPORALITÉS

1. Réhabilitation du bâtiment voisin pour accueillir des logements dans les étages et des locaux de formation au RDC. 2. Déplacement des habitants qui logaient de façon illégale au dessus de l’église dans ce nouveau bâtiment, de façon à ce qu’ils aient de meilleures conditions de vies et ne soient pas déracinés de leur quartier lors de leur relogement. Location du rez-de-chaussée à une école/centre de formation aux techniques de construction vernaculaires parasismiques.

3. Confortement provisoire de l’ancienne église, afin de protéger les ouvriers de tout effondrement pendant la phase de démolition et de travaux. 4. Déconstruction des logements au dessus de l’église. 5. Réhabilitation de l’ancienne église maronite par un processus de « chantierécole » réalisé par les apprentis de l’école de formation récemment installée dans le bâtiment voisin, ainsi que par des ONGs. Ce chantier est l’occasion pour les étudiants de l’école d’avoir un exercice pratique de réhabilitation d’architecture vernaculaire afin d’impulser de nouvelles pratiques dans la Médina.

28

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


6. Construction d’une extension au dessus de l’ancienne église réhabilitée, qui abritera des locaux supplémentaires pour le Centre d’Artisanat à venir. 7. Installation dans l’ancienne église maronite d’un Centre d’Artisanat et d’un point d’accueil touristique. Les ateliers du centre sont loués à des artisans sidoniens avec pour seule contrepartie d’apprendre leur métier à des apprentis, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes. Ce prêt d’un local peut leur permettre de reprendre une activité et de se réinsérer socialement. Les touristes de la ville viennent visiter le centre, observer le travail des artisans, et s’informer au point d’accueil.

8. Interventions de consolidation sur les logements de l’aile Ouest. En effet, étant liés à l’ancienne église et au nouveau projet, ils forment un seul ensemble structurel. Ils doivent donc avoir une bonne réaction à la dynamique afin de ne pas fragiliser l’ensemble de l’îlot. Ils sont donc renforcés, notamment le contreventement dans la direction Nord/Sud.

Sans dessus de-souk - Réactiver la Médina par ses richesses délaissées _ Saïda, Liban

29


03 JEUX D’ACTEURS

Logements

PROPRIÉTAIRE PRIVÉ OU PUBLIC (État ou Mairie)

Logements HABITANTS

PROPRIÉTAIRE PRIVÉ OU PUBLIC (État ou Mairie)

Locaux de formation

HABITANTS

PROFESSEURS ARTISANS & UNIVERSITAIRES

CENTRE DE FORMATION Locaux de CONSTRUCTION formation VERNACULAIRE

PROFESSEURS ARTISANS & UNIVERSITAIRES

CENTRE DE FORMATION CONSTRUCTION VERNACULAIRE

ÉTAT APPRENTIS « Chantierécole »

ÉGLISE MARONITE MAIRIE

PROPRIÉTAIRE PUBLIC (État ou Mairie)

« Chantierécole » ONG

ÉGLISE MARONITE Locaux de formation Point de vente Accueil touristique

Logements PROPRIÉTAIRE Commerces PUBLIC (État ou Mairie)

CENTRE Locaux de D’ARTISANAT formation Point de vente Accueil touristique

HABITANTS Logements Commerces

Légende Propriétaires Usagers Acteurs extérieurs

30

Lien fonctionnel Subventionne

Rémunère

Propriétaires Finance les travaux

Subventionne Réalise les travaux

Usagers

Finance les travaux

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

APPRENTIS

Acteurs extérieurs

Rémunère

Lien fonctionnel

Réalise aux travaux

ONG

ARTISANS &CENTRE APPRENTIS D’ARTISANAT

HABITANTS

ARTISANS & APPRENTIS


TEMPORALITÉS À PLUS GRANDE ÉCHELLE 9. Création d’un label valorisant l’artisanat fait à Saïda, l’occasion de célébrer la diversité identitaire et culturelle ainsi que l’importance du commerce qui ont tous deux forgé l’identité de cette ville au cours de l’Histoire. En effet, Saïda ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans la succession de nombreux apports de populations et de différents développements commerciaux. C’est alors ce patrimoine humain, qui capitalise des savoirs-faires ancestraux de la région, et qui fait partie de l’identité et de l’Histoire actuelle de la ville qui est valorisé. Les artisans exerçant leur travail dans la médina se voient alors valorisés, impulsant en même temps une dynamique pour les autres qui voudraient changer leur pratique et revenir à une production locale. (Exemple de label français comparable : « Entreprise du Patrimoine Vivant »)

10. Réouverture d’anciens locaux de souks par les artisans récemment formés dans le centre. Peu à peu, les portes en bois auparavant closes reprennent vie dans les ruelles de la Médina. L’économie et l’activité de la vieille-ville sont redynamisées. 11. Réhabilitation progressive du bâti de la Médina par les apprentis du centre de formation aux techniques constructives vernaculaires. Une fois l’église Saint-Élie réhabilitée et agrandie, les exercices pratiques se tournent vers d’autres bâtiments de la Médina. Peu à peu, c’est donc de nombreuses constructions qui se voient réhabilitées. Les conditions de vie des habitants sont donc améliorées et le patrimoine valorisé.

Sans dessus de-souk - Réactiver la Médina par ses richesses délaissées _ Saïda, Liban

31


04 • Situation : Gaba Kemisa, Oromia, Éthiopie • Programme : Réhabilitation et extension d’une école, construction d’une bibliothèque et de logements de fonction. • Démarche : Arpentage du territoire pendant trois semaines. Entretiens, repérage photographique, relevé et dessin du plan du village et de certaines habitations. Diagnostic du village et étude des interconnections entre les différents enjeux et problématiques actuelles. Proposition d’intervention sur un point clé dans le schéma d’interconnections. • Année : 2017 - Semestre 10 - Master 2 • Enseignants : Daniel Estevez, Francine Zarcos, Tiphaine Abénia • Binôme : Bastien Lacombe

L’ÉCOLE AU CENTRE

IM P UL SER L E D ÉV EL OPPEMENT EN MOBI L I SANT L E S R ESSOUR C ES I NESTI MÉES D U TER R I TOI R E GABA KEM I SA, É THIO PIE

Ce projet de fin d’études est né après plusieurs mois de travail avec l’ONG espagnole Abay Etiopia, que nous avions rencontrée suite à notre projet de sanitaires autonomes réalisé au Mexique. Grâce à elle, nous avons pu nous rendre à Gaba Kemisa, un village isolé sur les hauts plateaux éthiopiens, à 2150m d’altitude, où elle a son centre. Nous avons vécu trois semaines en totale immersion dans ce village, où nous nous sommes imprégnés de son contexte complexe et avons essayé d’en saisir au mieux la réalité et la diversité. Le but était de proposer un projet adapté tant aux moyens locaux qu’à la temporalité et à la culture du village, sans aucun a priori de départ. Nous avons rencontré des habitants et des travailleurs locaux qui ont été une grande source d’information pour nous. Nous les avons questionné sur leur vie quotidienne, leur famille, le village, leurs souhaits pour le futur, etc. Nous avons retranscrits leurs propos et dessiné le plan de leurs maisons afin de mieux les comprendre. Un travail de repérage photographique et d’arpentage du territoire a aussi été mené en parallèle. Nous avons analysé toutes les informations recueillies et produit un diagnostic du village présentant ses réalités, ses enjeux, ainsi que les interactions existantes entre différents thèmes tels que l’accès à l’eau, à l’éducation, à l’emploi, les conditions climatiques ou encore les techniques constructives. Nous nous sommes ensuite questionnés sur la mesure dans laquelle nous pouvions intervenir sur les problématiques du village soulevées par cette analyse. Il nous a semblé que l’école pouvait être l’épicentre potentiel du développement du village, agissant sur plusieurs problématiques. Après une analyse des problématiques inhérentes à l’école de Bacho et du déjà-là sur la parcelle, nous avons développé des interventions sur trois parties de l’établissement : les logements de fonction délabrés, les salles de classes à réhabiliter, et la bibliothèque à construire ; un nouveau lien entre l’école et le village, tant physique que symbolique. Nous avons aussi travaillé la récupération des eaux de pluie et la question des sanitaires secs sur l’ensemble du projet.

32

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


2200

2150

WATO DALESHA

HOLETA

A

4

B

1

5

B

210 0

3

2

2

A

C

3

D

5

HIDDI

1

6

4

DILU

DILU

21 00

SEBETA

KUPANI

215 0

L’école au centre - Impulser le développement en mobilisant les ressources inestimées du territoire _ Gaba Kemisa, Éthiopie GSEducationalVersion

33


04 RENCONTRES ET COMPRÉHENSION DU TERRITOIRE

Le village de Gaba Kemisa ne se trouve qu’à une cinquantaine de kilomètres d’AddisAbeba, la capitale, mais il faut plusieurs heures pour s’y rendre. Les quinze derniers kilomètres sont des chemins de terre très accidentés, d’ordinaire parcourus à pied ou en charrette. Ce territoire est marqué par une topographie accidentée par les forts ruissellements de la saison des pluies, très dense. Durant cette période, d’importants ruisseaux éphémères traversent les chemins et coupent les accès au village d’un côté, l’isolant pendant de longues périodes. L’économie de Gaba Kemisa repose sur la culture du teff, céréale de base de l’alimentation éthiopienne, et sur l’élevage de bétail, qui a souvent un espace réservé dans le foyer. Les enfants sont très souvent amenés à travailler pour aider leur famille, en allant faire paître les animaux en dehors du village par exemple. Plus d’un millier de personnes vivent à Gaba Kemisa, dans des maisons traditionnelles appelées « tukuls », et dont la technique constructive émane directement des ressources disponibles dans sa propre parcelle ou celle de ses voisins. Les tukuls sont ronds, construits autour d’une structure de troncs d’eucalyptus et recouverts, à l’extérieur comme à l’intérieur, d’un torchis à base de terre, de bouse de vache, de paille de teff et d’eau. La toiture est faite de paille. Aujourd’hui, de plus en plus de tukuls sont construits avec une forme rectangulaire pour pouvoir avoir un toit en tôles et ainsi éviter les infiltrations et l’entretien de la toiture en paille traditionnelle. Enfin, à Gaba Kemisa, il n’y a pas d’électricité, et l’accès à l’eau est limité dans les deux puits du village, ce qui conditionne le quotidien de tous les habitants. 34

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

A

B

1

2

4

5

1

2Ife K 3uma 4

5

A

3

B

C

6 D

Pièce principale

Rue

Cuisine


B

1

2

3

1

2

A

A

B

5

1

2

3

4

3 R4obite 5 Fayisa 6

1

2

3

4 5 D6ame Bayisa

4

B

C

A

B

1

2

1

2

A

D

3 Boutique

A

3

B

A

4

5Pièce principale

4

5

C

B

C

5

D

Pièce principale

Étable

6 D Cuisine

Rue

Cuisine

Rue

L’école au centre - Impulser le développement en mobilisant les ressources inestimées du territoire _ Gaba Kemisa, Éthiopie

35


04 TEMPORALITÉS 1. Rénovation de 7 salles de classes et recloisonnement intérieur > 7 classes effectives > déplacement provisoire de la salle des professeurs

Suppression de la clôture et récupération des tôles pour réutilisation en couverture des futurs bâtiments

2. Construction des 14 premiers logements pour les professeurs actuels ainsi que du premier bloc sanitaire Rénovation des anciens logements et recloisonnement intérieur pour installation de l’administration et du grand stock Rénovation des salles 4 et 5 suite au déplacement de la bibliothèque et de la salle des professeurs dans le grand stock > 9 salles effectives = suffisant pour l’enseignement du cycle primaire (grades 1 à 8) avec des groupes de 35 élèves maximum par classe

3. Construction des classes 10, 11 et 12 ainsi que de la salle des professeurs > 3 salles supplémentaires permettant l’enseignement du cycle secondaire (grades 9 et 10)

Construction des logements 15 à 17 pour les professeurs Construction du deuxième bloc sanitaire et déconstruction des anciens sanitaires

4. Construction de la bibliothèque

Déconstruction de la barrière et ouverture du puits sur l’espace public

Page de droite : Plan de la parcelle de l’école après la réalisation de toutes les phases. 36

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


extraction des odeurs

tion péra

récu

eaux

luie de p

récupération

stockage

(grande cuve) chaleur

utilisation

sèche le compost

Sanitaires*

eaux usées filtrées stockage

(petite cuve) compost

réutilisation

(usage agricole)

* sans assise conformément aux habitudes culturelles

Principe de sanitaires secs et de production de compost sur l’ensemble du projet.

Système généralisé de récupération des eaux de pluie, stockage et réutilisations multiples.

GSEducationalVersion

L’école au centre - Impulser le développement en mobilisant les ressources inestimées du territoire _ Gaba Kemisa, Éthiopie

37


04

1. L E S L O G E M E N T S D E S

2. L E S S A L L E S D E C L A S S E S

Afin de concevoir les nouveaux logements des professeurs, nous nous sommes basés sur l’habitat traditionnel dans lequel se trouvent systématiquement une entrée couverte, une cuisine séparée et une pièce principale avec un coin nuit. Nous avons également pris en compte la typologie de leurs logements actuels au caractère groupé et collectif.

Nous avons proposé de construire de nouvelles classes afin de pouvoir diminuer le nombre d’élèves par classe (entre 60 et 90 aujourd’hui), et d’offrir les infrastructures nécessaires à l’ouverture de l’enseignement du cycle secondaire dans cette école. En effet, elle rassemble de nombreux élèves de cette zone isolée se voyant obligés d’arrêter l’école car ils n’ont pas les moyens de partir étudier plus loin, dans une grande ville.

PROFESSEURS

En faisant la synthèse de ces différents principes, nous avons obtenu un module de logements que nous avons assemblé en bandes de 2 à 5 habitations, avec une cuisine commune et un système de récupération des eaux de pluie en bout. Les trois ensembles de logements, formés par une implantation en quinconce avec les bâtiments de classe, disposent chacun d’un espace intérieur commun et d’une cour. Enfin, l’ensemble formé par les logements se tourne vers la rue, afin d’offrir aux professeurs une véritable entrée et de s’intégrer dans le tissu du village. Ces logements groupés, en plus de reprendre la typologie spatiale des logements traditionnels, en reprennent la typologie constructive. En effet, la structure en eucalyptus est recouverte d’un enduit naturel de terre, de bouse et de paille, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le toit, à une seule pente, est composé d’une couverture de tôle et de paille, afin de combiner les avantages des deux matériaux : une meilleure étanchéité pour la tôle et une bonne isolation acoustique et thermique pour la paille.

38

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

Pour cela, nous avons souhaité réinterroger le projet du gouvernement qui prévoit la construction de 8 classes sans rénovation des 4 qui sont à l’abandon. Pour les construire, il prévoit de reproduire un module de 4 classes en parpaings et béton. Pensant que ce type de construction ne prend pas en considération le site dans lequel elle va s’implanter, tant en terme spatial que culturel, technique et social, nous avons proposé une alternative à ce projet en construisant moins et en rénovant les infrastructures existantes. Nous proposons donc de reprendre la typologie des bâtiments de classes existants, tant au niveau spatial que constructif, en construisant avec les techniques et les matériaux locaux et donc en préservant l’eau que les familles attendent toute la journée au puits commun. Enfin, contrairement au gouvernement, nous souhaitons confier la réalisation de ces travaux aux habitants du village qui n’ont pas d’activité fixe mais qui ont des compétences en construction, ayant souvent réalisé eux-mêmes leurs propres maisons.


1. Les logements des professeurs

2. Les salles de classes et le préau

L’école au centre - Impulser le développement en mobilisant les ressources inestimées du territoire _ Gaba Kemisa, Éthiopie

39


04

3. L A B I B L I O T H È Q U E

Afin de créer du lien entre le village et l’école, encerclée par une barrière haute de plus de deux mètres mais toujours ouverte, nous avons décidé de décloisonner la parcelle en enlevant les tôles de la barrière mais surtout de construire la bibliothèque au niveau de l’entrée prinicipale. Celle-ci fait alors office de lien entre l’école et le village, servant aux deux parties, que ce soit par sa fonction ou par le bâtiment lui-même qui offre des accès et des assises des deux côtés. Pour ce bâtiment, lien physique et symbolique, nous avons proposé une technique de construction différente de celle du reste de l’école, à savoir la brique de terre crue. Grâce au calepinage de ce matériau, nous avons mis en place une trame de 86 cm qui nous permet d’avoir des étagères, une assise ou un passage entre deux murs porteurs. Le système constructif nous permet donc d’avoir un mobilier intégré à l’intérieur, comme à l’extérieur, et de créer du lien entre le bâtiment et ses usagers. Les dernières travées de la bibliothèque sont réservées à des sanitaires communs aux élèves et aux personnes extérieures à l’école. Dans ces dernières travées se trouve également un espace de récupération des eaux de pluie, accessible aux personnes du village. En effet, ils peuvent se servir en eau lorsqu’ils le souhaitent, quand il y a trop d’attente au puits principal du village situé à quelques mètres, mais aussi quand le manque d’eau se fait sentir.

40

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


3. La bibliothèque et le puits sud du village

L’école au centre - Impulser le développement en mobilisant les ressources inestimées du territoire _ Gaba Kemisa, Éthiopie

41


05 • Situation : Chepeginio, Oaxaca, Mexique • Programme : Conception construction d’un module sanitaires autonomes

et de

• Démarche : Diagnostic participatif autour de cartographies et arpentage du village en petits groupes, menant à un diagnostic territorial. • Année : 2016 - Semestre 8 -Master 1 • Enseignants : Jesica Amescua, Juan Casillas • Groupe : Paola Barrenechea, Bastien Lacombe, Paola Salazar, Karla Villegas

SANITARI-O-TONOMO

IN ITI ER UN C ER C L E V ER TUEUX PAR L A C O N STR UC TI ON D E SANI TAI R ES AUTONOMES CH E PEGI NIO , M EXI Q U E

Lors de mon échange universitaire au Mexique, j’ai eu l’opportunité de me rendre dans la communauté de Chepeginio, dans les montagnes de Oaxaca, grâce à l’Institut Tonantzin-Tlali avec qui nous avons collaboré. Nous y avons réalisé un diagnostic participatif afin de mieux comprendre la vie des habitants de cette communauté marginalisée, sans eau, électricité, ni sanitaires, et délaissant peu à peu ses techniques vernaculaires pour des parpaings, plus « modernes » à leurs yeux. Cet échange nous a permis d’appréhender les problématiques d’érosion et de sécheresse qui touchent très fortement la région et forment un cercle vicieux dont il est difficile de s’extraire. C’est grâce à un atelier autour de cartes du villages, à des ballades avec les habitants et à des entretiens que nous avons pu appréhender ce contexte complexe, pour ensuite produire un diagnostic du territoire et de toutes ses composantes. En réponse au manque de sanitaires décents, mais aussi au manque d’eau, d’assainissement, et à l’érosion des terres causant leur infertilité, nous avons imaginé un module de sanitaires autonomes pour la communauté de Chepeginio. De par sa conception, il accroît l’autonomie en eau et en électricité de la communauté, et de par sa construction, il revalorise les techniques vernaculaires et facilite la réplicabilité. En effet, le sanitaire est sec afin de ne pas utiliser d’eau et de produire du compost pour fertiliser les terres, plus érodées et moins productives qu’auparavant. Les eaux de pluie sont récupérées puis filtrées afin d’être utilisées pour la douche et le lavabo, ainsi que pour l’arrosage. Le système constructif se compose d’une structure bois et d’assemblages métalliques. Plusieurs types de remplissages sont possibles selon les ressources locales, tel que le tressage traditionnel de roseaux à Chepeginio. Ce module a été choisi pour être construit à l’échelle 1 à l’Université Iberoaméricaine de Mexico. Le tressage de roseaux a été remplacé par des bambous et des lames de MDF, plus facilement trouvables que des roseaux dans la capitale. La structure a été démontée puis reconstruite dans une communauté voisine de Chepeginio.

42

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Sanitari-o-tonomo - Initier un cercle vertueux par la construction de sanitaires autonomes _ Chepeginio, Mexique

43


05 Bassin de récupération des eaux de pluie

SANITAIRES Toilette sèche

Jardinière

ESPACE DE TOILETTE INTIME

Bassin d’eau alimenté par vis d’Archimède

Lave-mains

44

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

Banc


Sanitari-o-tonomo - Initier un cercle vertueux par la construction de sanitaires autonomes _ Chepeginio, Mexique

45


06 • Situation : Ejutla de Crespo, Oaxaca, Mexique • Programme : Conception d’un espace résidentiel pour le personnel de l’ITT • Démarche : Présence sur site pendant 3 jours. Expérimentations de techniques de construction en terre avec l’équipe. • Année : 2016 - Semestre 8 - Master 1 • Enseignants : Jesica Amescua, Juan Casillas • Groupe : Paola Barrenechea, Bastien Lacombe, Paola Salazar, Karla Villegas

HABITER ET EXPÉRIMENTER D E S L OGEMENTS POUR L ’I NSTI TUT AUTONOME TO N ANTZ I N-TL AL I E JUTLA DE C R ESPO , M EXI Q U E

Lors de mon échange universitaire au Mexique, j’ai eu l’opportunité de me rendre dans la communauté de Chepeginio, dans les montagnes de Oaxaca, grâce à l’Institut Tonantzin-Tlali avec qui nous avons collaboré. Cet institut expérimente l’autonomie pour la nourriture, l’eau, l’énergie et même la construction. Il forme des groupes à la construction en terre crue ou à la gestion de l’eau de pluie. Il aide les communautés marginalisées de la région à devenir plus autonomes, afin de s’extraire du cercle vicieux dans lequel elles se trouvent et à reprendre le contrôle. Nous avons été missionés par ce centre pour concevoir des logements pour son personnel, dans une clairière de leur domaine. Nous avons donc conçu un ensemble de cinq chambres, unies par une grande pergola, autour d’un patio. Les volumes sont traversants et permettent une ventilation naturelle Nord/Sud. La disposition générale permet à chaque chambre d’avoir un espace extérieur intime au Sud. L’eau de pluie de l’ensemble des toitures est récupérée dans une grande cuve, qui alimente ensuite les sanitaires communs. Pour ces derniers, nous avons réutilisé le module que nous avons conçu pour la communauté de Chepeginio, se trouvant à quelques kilomètres de là. Les deux modules types de chambres sont mitoyens sur une partie qui correspond en toiture à un canal de récupération des eaux de pluie, essentielle pour le bon fonctionnement de l’institut qui tâche d’être autonome. Chaque volume comprend un coin couchage en mezzanine, un bureau, une banquette ainsi que du rangement. La structure a été pensée pour être auto-construite par les membres de l’institut, peu coûteuse et avec des matériaux locaux : ossature bois, remplissage paille et enduit terre. Le premier de ces modules est actuellement en cours de construction par les membres de l’institut.

46

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


N

Habiter et expérimenter - Des logements pour l’institut autonome Tonantzin-Tlali _ Ejutla de Crespo, Mexique

47


06

48

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Coupe A-A’

A B

C

1

1

A GSEducationalVersion

2

B

2

3

B

3 C

A 4

4 A

Deux modules types

B Habiter et expérimenter - Des logements pour l’institut autonome Tonantzin-Tlali _ Ejutla de Crespo, Mexique

49


07 • Situation : Pharping, Népal • Programme : Conception centre communautaire

d’un

• Démarche : Étude du contexte local et proposition de projet respectant les contraintes qui y sont liées. • Année : 2018 - Concours • Organisation Rock’N’Wood

:

ARCHsharing

-

• Groupe : Meritxell Avellana, Bastien Lacombe

50

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

CENTRE COMMUNAUTAIRE C O N C OUR S POUR R OC K’N’WOOD PH AR PI NG , NÉPAL

Le but de ce projet pour l’association Rock’N’Wood était de concevoir un centre communautaire dans un fond de vallée aux alentours de Pharping, au Népal. Le centre devait être parasismique, peu onéreux, et facilement constructible par tous, avec des matériaux trouvables dans la région. En effet, la situation de ce terrain rend difficille l’accès et l’approvisionnement des matériaux, ce qui était à prendre en compte dans l’optique d’une construction future. Il nous a paru logique de séparer le programme en deux blocs, l’un composé par une salle commune, un atelier et une salle d’accès à la culture, l’autre par la cuisine et les sanitaires. Ces deux modules reposent sur la même base et sont couverts par un même toit pour plus de rationnalité. Les espaces de circulations sont extérieurs et différenciés selon les espaces qu’ils desservent. Il était important de penser à la modularité du projet, c’est pourquoi les façades peuvent s’ouvrir largement vers les espaces extérieurs pour ne faire qu’un, tout comme les murs entre les espaces intérieurs communs. Le projet a été pensé pour rationaliser et faciliter la construction grâce à une trame et à l’utilisation de matériaux locaux. La pierre et le bois, très utilisés dans la région, ont donc été prévus pour former les murs et la charpente, et des chaînages béton y ont été ajoutés dans le cadre d’une conception parasismique du bâtiment.


Coursive Nord

Atelier 27,50 m2

Espace culturel 27,50 m2

Salle commune 70 m2

Espace extérieur couvert

Récupérateur d’eau de pluie

Cuisine 27,50 m2

Sanitaires 27,50 m2

Coursive Sud

Potager

Centre communautaire - Concours pour Rock’N’Wood _ Pharping, Népal

51


07

Perspectives de haut en bas : Vue d’ensemble depuis le Sud - Vue de la coursive Sud - Vue de la salle

commune.

52

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Centre communautaire - Concours pour Rock’N’Wood _ Pharping, Népal

53


08 • Situation : Rue Lafarge, Lisle-surTarn (81), France • Programme : Construction d’un ensemble de logements individuels groupés • Démarche : Étude du territoire et de la bastide. Analyse morphologique du parcellaire et du bâti. • Année : 2015 - Semestre 6 - Licence 3 • Enseignants : Raphaël Van Der Becken, Marc Cousy • Travail individuel

54

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE

RETOUR VERS LE PASSÉ R A MENER D E L ’HABI TAT E T D E L A D ENSI TÉ E N C OEUR D E B ASTI D E L ISL E-S U R -TAR N, F R ANC E

L’objectif de ce projet était de proposer un ensemble d’habitat individuel groupé à Lisle-sur-Tarn, village encore rural mais en croissance constante de par sa position attractive entre Toulouse et Albi. Sur une parcelle de 40 x 23m, correspondant à un îlot entier du cœur de bastide, il fallait concevoir entre 6 et 10 logements, comprenant chacun leur propre jardin et leur entrée individuelle, tout en s’attachant aux questions de densité, de proximité sans promiscuité, de lumière, et d’habitabilité. C’est donc une attention certaine aux usages et aux usagers qui a été au cœur de ce travail. Le parti que j’ai pris est celui de reformer l’îlot en recréant un front bâti, mais en lui donnant des respirations. Pour cela, je me suis concentrée sur des volumes de 8 mètres par 4, qui, décalés, créent des cours d’entrée côté rue, et intimisent les jardins en cœur d’îlot. Ce rythme, instauré par les T3 au Nord-Ouest et par les T4 au Sud-Est, est cassé en fin d’îlot par un espace public libéré dans l’angle le plus stratégique, proche de la place principale et bénéficiant d’une vue sur l’église, ainsi que par un T2 en triplex qui finit l’ensemble en répondant verticalement à ce monument. L’espace public a aussi une fonction de stationnement pour 3 voitures, mais laisse une place permanente aux piétons qui peuvent s’asseoir à l’ombre, proches d’un petit bassin. Ceux-ci peuvent alors se reposer au creux d’un mur et à l’ombre d’un grand arbre, tout en écoutant le bruit de l’eau qui coule encore depuis la pluie de la matinée.


Retour vers le passé - Ramener de l’habitat et de la densité en coeur de bastide _ Lisle-sur-Tarn, France

55


08 I N T EN T I O N S

RECRÉER L’ÎLOT

Plan de situation du projet dans la bastide

Une attention particulière a été portée à la récupération des eaux de pluie. En effet, les toits de chaque logement s’inclinent vers le centre de la toiture tout en suivant son organisation en plan. Les zones centrales de chaque maison, correspondant aux salles de bains et à l’escalier, deviennent alors une grande gouttière filante liant l’ensemble des toitures jusqu’à déverser l’eau dans un petit bassin sur l’espace public. LE TRAITER COMME DEUX BANDES C’

POUSSER UN MODULE SUR DEUX POUR CRÉER DES VIDES ET RYTHMER LA FAÇADE

5

5

Chambre + Salle d'eau 12,66 m2

Chambre + Salle d'eau 12,66 m2

6

6

Terrasse 12,61 m2

Terrasse 12,61 m2

TIRER UN MODULE SUR DEUX POUR INTIMISER LES JARDINS

7

8

S

DÉGAGER L’ANGLE VERS L’ÉGLISE

7

T

8

S

T

C

R+2 56

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


B

D

F

A’

H

J

B’

L

N

P

R

C’

S

T

1

Chambre 2 10,27 m2

Chambre 2 10,27 m2

Chambre 2 10,27 m2

Chambre 2 10,27 m2

Chambre 2 10,27 m2

2

Salle d'eau 3,97 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Terrasse 11,16 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Terrasse 11,16 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Terrasse 11,16 m2

Mezzanine / Coin bureau 7,16 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Terrasse 11,16 m2

Mezzanine / Coin bureau 7,16 m2

3

Terrasse 11,16 m2

Mezzanine / Coin bureau 7,16 m2

Mezzanine / Coin bureau 7,16 m2

Mezzanine / Coin bureau 7,16 m2

4

5

Salon 12,29 m2

6

7

Coin bibliothèque 4,92 m2

8

Chambre 3 13,68 m2

Terrasse 13,36 m2

Chambre 3 13,68 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Terrasse 13,36 m2

Chambre 3 13,68 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Chambre 2 10,27 m2

Chambre 2 10,27 m2

A

C

E

D

F

Terrasse 13,36 m2

Chambre 3 13,68 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Chambre 2 10,27 m2

A

G

Terrasse 13,36 m2

Salle d'eau 3,97 m2

Chambre 2 10,27 m2

I

B

K

M

O

C

Q

R+1

T3 81,72 m2

B

T3 81,72 m2

H

A’

T3 81,72 m2

J

B’

L

T3 81,72 m2

N

P

T3 81,72 m2

R

C’

S

T

1 Chambre 1 et salle d'eau 12,59 m2

Chambre 1 et salle d'eau 12,59 m2 Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 et salle d'eau 12,59 m2

Chambre 1 et salle d'eau 12,59 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

2815

Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 et salle d'eau 12,59 m2

190

2

826

3265

1 108

3

Séjour 23,32 m2

Séjour 23,32 m2

Cuisine 11,65 m2

Séjour 23,32 m2

Cuisine 11,65 m2

Séjour 23,32 m2

Cuisine 11,65 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Séjour 23,32 m2

Cuisine 11,65 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Cuisine 11,65 m2

Terrasse 10,51 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

4

2805

Terrasse + Jardin 27,39 m2

5

4235

T2 60,1 m2

4665

Jardin 16,17 m2

Entrée + Salle à manger 11,04 m2

2885

6

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Terrasse 8,96 m2

Terrasse + Jardin 27,39 m2

Cuisine 9,10 m2

7 Séjour 25,01 m2

Séjour 25,01 m2

Cuisine 14,02 m2

Séjour 25,01 m2

Cuisine 14,02 m2

Séjour 25,01 m2

Cuisine 14,02 m2

1 169

1435

Cuisine 14,02 m2

8755

8

9

Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 + salle d'eau 12,59 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 + salle d'eau 12,59 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 + salle d'eau 12,59 m2

Cour d'entrée 9,24 m2

Chambre 1 + salle d'eau 12,59 m2

10

A

C 4035

4425

T4 95,64 m2

E 3965

G

T4 95,64 m2

A

I

K

T4 95,64 m2

B

M

O

T4 95,64 m2

Q

C

3575

RDC Retour vers le passé - Ramener de l’habitat et de la densité en coeur de bastide _ Lisle-sur-Tarn, France

57


08 Coupes ci-contre : La relation entre voisins, un point sensible du projet, est gérée par une hauteur supplémentaire au niveau du salon, ce qui offre un espace de jardinière et réduit la superficie de la terrasse pour que les usagers ne puissent pas avoir de vue plongeante sur le jardin d’en dessous. En face de cette terrasse se trouve un mur aveugle, ou, dans le cas de la bande Nord, un bureau, éloigné de la façade par une double hauteur.

13 14 15 16 17 10 11

12 1 2 3 4

5 6 7 8

9

Maquettes au 1/500 et au 1/100ème

58

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Coupe d’ambiance AA’ sur les logements types 7

6

5

5

4

2

3

1

+ 8,02

+ 6,68

+ 6,00

+ 5,4

+ 5,20

+ 2,60

+ 2,60

Coupe technique BB’ sur l’espace public et le T2 triplex 32

31 30 3 7 4 29

7 18

19 20

28 27 3

21

22

23 14 25

26

Coupe-détail AA’ sur les logements types Retour vers le passé - Ramener de l’habitat et de la densité en coeur de bastide _ Lisle-sur-Tarn, France

59


+

P HOTOGR APHIES

60

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Photographies

61


+

62

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Photographies

63


+

64

Portfolio _ Laure Lucadou _ Architecte DE


Photographies

65