Annik Reymond, travaux 2011-2014

Page 1

1


Table des matières PrÊsentation Expositions Interventions / publications Parcours Avant-Propos

2

p6 p7 p8 p9

Travaux Formats de poche 2010 2011 2012 2013-2014 Monotypes

p 12 p 14 p 18 p 28 p 32 p 38

Collaborations Polyphonies Textes / peintures Musique / dessins, peinture

p 44 p 46 p 52

Contact / informations

p 56


PrĂŠsentation

3


Expositions

Expositions récentes : 12 octobre - 13 novembre 2011 «Involontés», La Pinacothèque, Genève (individuelle) : aquarelles et techniques mixtes 3 - 21 novembre 2010 «Au fil de l’encre», Arcade Chausse-Coqs, Genève (individuelle) : encres, lavis et techniques mixtes 3 septembre - 3 octobre 2010, exposition “Savoir-faire, laisser-faire”, Allevard, Isère (collective) : encres, lavis et techniques mixtes intervention auprès du public 4

Précédentes expositions : Sur mandat de l’AHCVV Genève (collective dans la rue) : intervention artistique in situ à propos du trafic Fiasko, Genève (collectives) : sculptures in situ, jardin fresques collectives Palud n°1, Lausanne (individuelle) : sculptures et installation sonore et ­cinétique Halles de l’Ile, Genève (collective) : gravures sur bois Arcade Chausse-Coqs, Genève (collectives, individuelle) : gravures, dessins (gravures sur bois) Saint-Gervais, Genève (individuelle) : gravures (eaux fortes, bois, lithos)


Interventions / publications

Interventions publiques : 12 décembre 2011, Forum Meyrin, Genève : Invitée au débat public “L’art entre propriété privée et propriété publique” dans le cadre de l’exposition annuelle de la Pinacothèque, ­Genève 18 septembre 2010, Allevard, Isère : entretien avec le public au sujet des processus de création artistique en général et des miens en particulier, dans le cadre de l’exposition “Savoir-faire, laisser-faire”

Publications : Numérique : Coaltar (www.coaltar.net) Papier : Diptyque N°2, décembre 2010 : 2 pages intérieures Diptyque N°1, juin 2010, revue ­littéraire et artistique : couverture et 3 pages intérieures 5


Parcours

Diplômée de l’ESBA à Genève (aujourd’hui HEAD, Haute Ecole d’Art et de ­Design), en dessin, gravure, photographie et s­érigraphie, option enseignement, je vis et je travaille actuellement à Nyons, Drôme. J’ai exercé diverses activités toutes en lien avec la création, que je continue à pratiquer pour certaines d’entre elles : ­enseignement des arts visuels, musique et spectacles musicaux, performances, ­ installations sonores, lumineuses, ­ peintures collectives, graphisme et illustration, animation d’ateliers d’expression créatrice, formatrice lors des sessions théoriques dans ce même cadre. Actuellement, je consacre tout mon temps à la création artistique. 6


Avant-Propos J’ai commencé à œuvrer dans la veine actuelle en 2007. Souhaitant m’adresser à ceux dont les résonances intérieures seraient semblables aux miennes, j’avais cette hypothèse : plus je serai proche de ce qui est en moi au moment où je crée, plus je serai en mesure d’en rendre fidèlement compte, plus la possibilité d’un écho chez l’autre sera grande. Cette attitude me demande toujours une attention particulière dont dépend étroitement la qualité du résultat. Comme un sismographe, sans mémoire, sans volonté, mon outil posé sur le papier, j’inscris les soubresauts de mon insertion dans le bouillonnement du vivant, dans l’abandon à un présent le plus continu possible.

ressens, ce dont j’ai conscience, et ce que je trace. Lorsque cet alignement se produit, c’est comme un éblouissement intérieur. Au-delà de la joie que me procurent ces instants, cette recherche de justesse s’est incidemment étendue à mon rapport au monde : quelque chose d’infime, mais qui ne permet plus d’ignorer la qualité délétère ou vivifiante des actes que je pose. Comme en chacun de nous, c’est en moi que se situe le point de bascule qui peut permettre une transformation : celle de mon monde interne en premier lieu, mais en cercles concentriques, un morceau du monde réel, peut-être, sans doute.

Cet abandon, je l’appelle le juste ; c’est la correspondance fragile entre ce que je 7


8


Travaux

9


Formats de poche, 2010-2011 N’importe où, à ma guise.

Les peintures des pages suivantes* ont été présentées dans le cadre de l’exposition « Involontés » à la Pinacothèque, ­Genève, du 12 octobre au 13 novembre 2011. * jusqu’à la page 27 10

aquarelle, crayons, encres, encre de chine, pigments, 10 x 15 cm


11


2010

aquarelle, encre, 45 x 60 cm 12


13


aquarelle, encre, craie grasse, 45 x 60 cm, dĂŠtail 14


15


2011

aquarelle, crayons, craie grasse, 16 x 16 cm 16


17


aquarelle, crayons, 23 x 23 cm 18


gouache, crayon blanc, 23 x 23 cm 19


aquarelle, crayons, 30 x 30 cm 20


21


aquarelle, encre, crayons, 30 x 30 cm 22


23


aquarelle et acrylique, 80 x 110 cm 24


aquarelle et craies aquarellables, 80 x 110 cm 25


2012

encre de chine, 20 x 21 cm 26


aquarelle et craie grasse, 60 x 60 cm 27


fusain, 80 x 110 cm 28


29


2013-2014

aquarelle et crayons, 24 x 34 cm 30


pastels secs, 80 x 110 cm 31


aquarelle et crayons, 30 x 30 cm 32


33


aquarelle et crayons, 20 x 20 cm

aquarelle et crayons, 10 x 10 cm 34


35


Monotypes Grâce aux monotypes, j’ai renoué avec une passion ancienne : la gravure. Contrairement à celle-ci dont les procédés impliquent un long déroulement, le monotype permet lui aussi l’inscription fidèle de l’instant sur le support, avant qu’il ne se soit déjà métamorphosé.

monotype sur papier couché mat, 25 x 35 cm 36


monotypes sur papier couchĂŠ mat, 35 x 50 cm

37


38

monotypes sur papier couchĂŠ mat, 25 x 35 cm


monotypes sur papier de soie / papier kozo, 25 x 35 cm

39


monotype sur papier de soie, 25 x 35 cm 40


Collaborations

41


42


Polyphonies Depuis ma dernière exposition personnelle à la Pinacothèque, j’éprouvais une certaine frustration à ne pouvoir montrer que des traces d’instants révolus, comme des peaux mortes. Retourner travailler seule à l’atelier m’a été difficile : l’Autre absent, il ne me restait que l’objectif d’une nouvelle rencontre, mais quand ? Revenant aux sources de mon travail, j’ai vu qu’il m’avait fallu en cercles concentriques la trace, la forme puis le geste justes, et maintenant de l’Autre à qui parler de manière aussi peu différée que possible. Déjà, lors d’événements organisés par la Pinacothèque, des musiciens, un écrivain étaient venus créer sur le vif dans le cadre de cette exposition. Je

leur enviais cette possibilité d’improviser au milieu de mes peintures et n’avais qu’une envie : courir chercher du papier et des couleurs et m’y mettre avec eux. Selon moi, la création est – devrait être – une parole en-deçà des langues apprises, des codes culturels, un chant immédiatement référé à l’expérience intime aussi bien qu’universelle. Mais les différentes formes d’expression artistique pouvaient-elles communiquer directement entre elles et avec le public ? La plupart des peintures que j’ai produites en 2012 et 2013 sont issues de ce questionnement, lors de très riches expériences multi-disciplinaires, à tout le moins pour moi. 43


Textes / peintures

En 2012, j’ai proposé à Marina Salznann, écrivain, d’entamer une correspondance textes et peintures, sans prédominance d’un media sur l’autre. Chacune présenterait son travail à l’autre qui s’en saisirait pour créer depuis là dans son propre champ d’expression. Ainsi est née une suite multiforme, certains textes donnant lieu à plusieurs peintures et inversement. A l’heure de l’impression de ce livret, le travail est encore en cours et donnera certainement lieu à l’édition d’un livre ou / et d’un jeu de cartes. Les textes seront présentés dans ce contexte, mais voici déjà quelques-unes des peintures produites dans ce cadre. 44

aquarelle et crayons, 60 x 60 cm


45


46

aquarelle, craie grasse, crayons, 30 x 30 cm


47


48


49


Musique / dessins, peintures

J’ai proposé à différents musiciens de tenter l’expérience de la création en direct, dans l’improvisation et le dialogue : je souhaitais qu’une véritable conversation s’instaure, que l’action de l’un influence directement la trajectoire entamée par l’autre, en aucun cas ne l’illustre. Les dessins et peintures qui suivent sont quelques-uns de ceux qui ont été réalisés dans ce contexte de création-dialogue, certains dans le cadre de performances en public. 50

fusain, 80 x 120 cm f


51


craies aquarellables, 60 x 80 cm

craies aquarellables, 80 x 120 cm 52


53


Contact / informations : annik-reymond.org annik-reymond.org/blog atelier@annik-reymond.org 54

+33 (0)6 99 57 28 73 45 chemin de la Mochatte 26110 Nyons


55


56