Page 1

Le chef de police de Winnipeg, Devon Clunis, a rencontré les résidants de SaintBoniface. Dans sa luttre contre la criminalité, il prône avant tout la prévention et la collaboration.

Le nouveau centre de désyntoxication de courte durée pour jeunes, Marymound, est désormais accessible aux jeunes de Saint-Boniface.

A3

CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS N° 40012102 N° D’ENREGISTREMENT 7996

A8 www.la-liberte.mb.ca

Avez-vous un job d’été? ❚ ÉCONOMIE

MAryMound

❚ ACTUEL

❚ ACTUEL

soLutIon soCIALe

Pas facile de se trouver un emploi d’été en français à Winnipeg. Recontre avec des étudiants en pleine recherche et mise au point sur les services disponibles.

A9 Vol. 100 n°14 • DU 3 AU 9 JUILLET 2013 Saint-boniFace

100 ans à célébrer! ➌

GRAND CONCOURS

photo : Camille Harper-Séguy

Gagnez un voyage pour 4 personnes Via Rail à Churchill en nous envoyant votre plus belle histoire grâce à La Liberté numérisée projet Peel. Rendez-vous à www.la-liberte.mb.ca. Lisez la première lettre de notre concours en page A4 de cette semaine et ensuite, à vous de jouer! Envoyez votre histoire à la-liberte@laliberte.mb.ca, d’un maximum de 300 mots avant le 18 octobre. Elle sera publiée dans La Liberté. Le gagnant sera tiré au sort parmi toutes les lettres publiées. Le grand vainqueur sera annoncé le 25 octobre 2013.

➊ photo : Daniel Bahuaud

➍ photo : Dan Harper

BONNE CHANCE!

Gagnant

dud’Excellence grand générale prix

DE L’ASSOCIATION DE LA PRESSE FRANCOPHONE

récipiendaire du

capot bleu

2013

LAURÉAT DU PRIX RÉCIPIENDAIRE DU PRIX

Spirit of Winnipeg

Boréal 2013

Le SOMMAIRE Emplois et avis Petites annonces Jeux Télé-horaire

➋ A10-A11 A11 B4 B12

photo : Camille Harper-Séguy

➎ photo : Dan Harper

Les célébrations du 100e de La Liberté se sont déroulées du 21 au 27 juin dernier. Entre la célébration eucharistique, la fête au parc Provencher avec Bicolo (1), le sentier La Liberté, le colloque sur le journalisme, le grand Gala (3, 4 et 5) ou encore l’exposition (2), chacun a pu célébrer sa Liberté! | Photo-reportage B6-B7.


A2 | ACTUALITÉS

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

Journal hebdomadaire publié le mercredi par Presse-Ouest Limitée C. P. 190 420, rue Des Meurons, unité 105 Saint-Boniface (Manitoba) R2H 3B4 Directrice et rédactrice en chef : Sophie GAULIN Rédactrice adjointe et projets spéciaux : Lysiane ROMAIN Journalistes : Daniel BAHUAUD, Katrine DENISET, Camille HARPER-SÉGUY et Thibault JOURDAN Journaliste et reporter de projets spéciaux : Wilgis AGOSSA Journaliste stagiaire : Sabine TRÉGOUËT Chef de la production : Véronique TOGNERI Webmestre et infographiste : Françoise GÉNUIT Adjointe à la direction : Roxanne BOUCHARD Réceptionniste : Sophie WILD Caricaturiste : Cayouche (Réal BÉRARD) Les bureaux sont situés au 420, rue Des Meurons, unité 105 et sont ouverts de 9 h à 17 h du lundi au vendredi Toute correspondance doit être adressée à La Liberté, Case postale 190, Saint-Boniface (Manitoba) R2H 3B4 Les lettres à la rédaction seront publiées si leur contenu n'est pas diffamatoire et leur auteur(e) facilement identifiable. L’heure de tombée pour les lettres à la rédaction est le vendredi 12 h pour une possible parution le mercredi de la semaine suivante. Veuillez noter que les chroniques publiées dans La Liberté reflètent l’opinion de leurs auteurs et pas forcément celle du journal Téléphone : (204) 237-4823 Sans frais : 1 800 523-3355 Télécopieur : (204) 231-1998 Web : la-liberte.mb.ca L’heure de tombée pour les annonces est le mercredi 16 h pour parution le mercredi de la semaine suivante. La direction se réserve le droit de refuser toute annonce envoyée après cette échéance ou d’imposer une surcharge de 10 %. Nos annonceurs ont jusqu'au mardi de la semaine suivante pour nous signaler toute erreur de notre part. La responsabilité du journal se limitera au montant payé pour la partie de l'annonce qui contient l'erreur. L’adresse Internet : www.la-liberte.mb.ca Courrier électronique : Direction et lettres à la rédaction : la-liberte@la-liberte.mb.ca Communiqués de presse : redaction@la-liberte.mb.ca Abonnements : administration@la-liberte.mb.ca Département graphique : production@la-liberte.mb.ca L'abonnement annuel : Manitoba : 33,60 $ (TPS et taxe provinciale incluses) Ailleurs au Canada : 36,75 $ (TPS incluse) États-Unis : 95 $ • Outre-mer : 130 $ Les abonné(e)s manitobain(e)s qui passeront une partie de l’année aux États-Unis devront payer un supplément de 5 $ par mois Les changements d’adresse pour les abonnements doivent nous parvenir AU MOINS DIX JOURS avant la date de déménagement. Le journal LA LIBERTÉ est imprimé sur les presses de Derksen Printers à Steinbach. CONVENTION DE LA POSTE-PUBLICATIONS N° 40012102 N° D’ENREGISTREMENT 7996 RETOURNER TOUTE CORRESPONDANCE NE POUVANT ÊTRE LIVRÉE AU CANADA à : C.P. 190, SAINT-BONIFACE (MANITOBA) R2H 3B4 COURRIEL : la-liberte@la-liberte.mb.ca ISSN 0845-0455

« Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques, qui relève de Patrimoine canadien. »

Votre hôpital, votre fondation UNE COLLECTE AU BEAU FIXE L’année 2013 a bien commencé pour l’Hôpital Saint-Boniface (HSB). En plus d’avoir récolté 80 000 $ lors de la traditionnelle Soirée chocolatée le 22 mai, la Fondation de l’HSB a organisé la conférence Le coeur d’une femme le 7 mars 2013 au Centre des congrès. organisée par Les Fils de l’Italie « Cette conférence s’inscrit le 16 mars dernier. La somme dans une nouvelle initiative recueillie vise à l’établissement très intéressante qui est de d’un laboratoire canado-italien sensibiliser le public et le d’ingénierie tissulaire. personnel soignant à la santé cardiaque des femmes, En février 2013, nous avons explique le président vendu un montant record de directeur-général de la 60 000 billets pour notre Fondation de l’HSB, Charles loterie Options Mega Million LaFlèche. Les problèmes 2013, dans un temps record de cardiaques des Femmes sont 35 jours et nous avons récolté souvent très méconnus, alors plus de 2 millions $ en profit qu’il s’agit d’une réalité. C’est pour la Fondation. Au mois de donc important pour nous de juillet, nous allons lancer une Charles LaFlèche. soutenir et d’encourager deuxième loterie en cette initiative. » Lors du partenariat avec l’Hôpital des congrès, trois spécialistes Enfants de Winnipeg. Nous allons bientôt faire venus de différents endroits d’Amérique du l’annonce officielle de cette loterie, y inclut un Nord ont abordé différents thèmes autour de montant record de prix, de maisons, de voitures, la santé cardiaque des femmes. de voyages et d’argent comptant. La soirée chocolatée a également reçu un « Ce qui nous touche le plus, c’est ce qu’il y a invité d’honneur cette année, Daniel Lavoie. Et derrière les prélèvements, conclut Charles ce, pour le plaisir des oreilles de tous les LaFlèche. Ce sont les histoires invités. personnelles qui expliquent « Beaucoup de francophones ont été très pourquoi les gens donnent. » touchés par la présence de Daniel Lavoie, explique Charles LaFlèche. C’était une très belle soirée, qui nous a permis aussi de montrer aux anglophones la culture francophone. »

ÉvÈnEmEntS Le tournoi de golf Cardiac Classic Le lundi 12 août 2013 Niakwa Country Club

Le tournoi de golf Cardiac Classic de la Fondation de l’Hôpital Saint-Boniface est le tournoi le plus couru de l’année. Les sommes recueillies serviront à soutenir l’excellence dans le domaine des soins aux patients et de la recherche médicale à l’Hôpital Saint-Boniface. Pour plus d'information , visitez le site www.saintboniface.ca ou composez le 204-237-2067.

La Fondation de l’HSB a également été récipiendaire de 100 000 $ grâce à une soirée de prélè vement de fonds 409, avenue Taché | Winnipeg (Manitoba) R2H 2A6

saintboniface.ca


ACTUALITÉS| A3

LALIBERTÉ| WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU3AU9JUILLET2013

y ACTUALITÉS y ❚ SAINT-BONIFACE

Criminalité : solution sociale Pour mieux s’attaquer à la criminalité dans le Vieux SaintBoniface, le chef de police de Winnipeg, Devon Clunis, fait appel à la collaboration des résidants. Daniel BAHUAUD redaction@la-liberte.mb.ca

L

e chef de Police de Winnipeg, Devon Clunis, préconise une plus étroite collaboration entre les résidants et les organismes de Saint-Boniface, dans sa lutte contre la criminalité dans le quartier francophone de Winnipeg. C’est ce qui découle d’une rencontre publique, tenue le 27 juin dernier, au Centre récréatif Notre-Dame, qui a attiré plus de 175 personnes. « La création de communautés sécuritaires doit avant tout être fondée sur la prévention des crimes, a déclaré Devon Clunis. Bien sûr, il nous faut plus de policiers qui patrouillent dans le quartier, mais cela ne résoudra pas toutes les difficultés. Lors d’un récent congrès de policiers au Texas, les Américains m’ont souligné que l’approche punitive et l’incarcération à outrance ne fonctionnent pas. Alors, un défi s’impose  : celui d’arrêter le crime en s’attaquant à ses causes. C’est un travail qui doit être accompli avec la communauté. » L’invitation de Devon Clunis a été favorablement accueillie par les résidants présents. De fait, un nouveau comité sur la sécurité a été spontanément mis sur pied. « L’inspiration du chef de police a joué pour beaucoup dans ma décision de proposer ce comité, déclare sa fondatrice, Marion Willis. Sa vision cadre bien à celle de la plupart des résidants, qui cherchent des solutions permanentes aux aspects moins attrayants de notre quartier, comme la présence de vendeurs de drogue et l’absence des propriétaires qui louent des maisons et appartements aux éléments plus louches, sans se soucier de l’impact sur le quartier. » Le président de l’Association des résidants du Vieux Saint-Boniface (ARVSB), Mathieu Allard, s’est vite joint au nouvel organisme. « Je servirai de représentant de l’ARVSB

sur le comité, déclare-t-il. J’ai un véritable engouement pour les propos progressistes de Devon Clunis. Il a une vision proactive et positive, qui a beaucoup de gros bon sens. Pour avoir une communauté en sécurité, il faut s’engager ensemble – les résidants, les organismes et les commerces. » Il n’empêche que certains résidants ont également exprimé leurs inquiétudes quant à la direction que pourrait prendre le Vieux Saint-Boniface. « Le trafic de drogue se fait régulièrement à quelques portes de ma maison, a déclaré l’enseignante et directrice d’école, Karine Rioux. C’est très inquiétant, puisque mes enfants sont exposés à des comportements et à du langage inappropriés. Ils ont même été menacés par des adolescents armés de nunchuks. Entre-temps, le propriétaire de la maison en question n’est jamais là. » Un autre résidant, Lionel De Ruyver, s’inquiète pour sa part des résidences de location surpeuplées. « C’est un phénomène qu’on constate dans notre rue et dans les rues adjacentes, indique-t-il. Les maisons louées ne sont pas très bien entretenues. On s’inquiète de leur dégradation et du fait que souvent, un appartement peut loger huit personnes. Je ne peux m’empêcher de me demander si cet état a un lien étroit avec la criminalité, surtout près du bar de Saint-Boniface. C’est dommage, puisque Saint-Boniface est un joli quartier, très agréable. » Pour sa part, Devon Clunis a précisé que la Police de Winnipeg peut, dans ces cas, « servir d’élément catalyseur pour l’amélioration du quartier ». « Évidemment, nous ne pouvons pas arrêter les personnes qui nous semblent louches si elles n’ont pas été attrapées en flagrant délit, explique-t-il. Mais nous pouvons entamer la surveillance de leurs résidences. Nous pouvons aussi frapper à la porte des présumés malfaiteurs et leur indiquer que nous savons ce qu’ils font. Au besoin, nous pouvons faire du travail d’infiltration.

photos : Daniel Bahuaud 

Karine Rioux : « Quand un inconnu portant une cagoule se pointe à ta porte, il y a lieu d être inquiète pour sa famille. » En médaillon : Devon Clunis.

« Or, si les inquiétudes persistent, il y a d’autres recours, poursuit-il. La Police de Winnipeg peut aussi contacter d’autres organismes municipaux, comme le service des incendies, pour effectuer une inspection d’un édifice. Tout cela pour décourager la criminalité. « Ce n’est cependant pas un travail que nous pouvons effectuer seuls, conclut-il. Nous avons besoin de la communauté. Si quelque chose vous semble louche, il ne faut pas hésiter de nous contacter, puisque nous ne pouvons pas être présents à tout moment. » Angela Fey abonde dans le même sens. « Pour la sécurité des enfants, il n’y a pas mieux, dans un quartier, que le programme ParentSecours (Block Parent), déclare-telle. L’impact positif pour les enfants est immédiat, puisqu’ils savent qu’une maison qui affiche notre logo est un endroit sécuritaire s’ils se sentent menacés. De plus, la présence de familles inscrites à Parents-Secours encourage une surveillance plus étroite de ce qui se passe dans le quartier. »

« Je suis très impressionné, et très encouragé, par la réaction positive des Bonifaciens, déclare Devon Clunis. Le quartier est déjà

très fort, puisqu’il possède une infrastructure communautaire bien développée, et des résidants engagés. »


a4 | ACTUALITÉS

LA LIBERTÉ | WWW.La-LIBErtE.MB.Ca | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

Editorial jpdube@la-liberte.mb.ca

par Jean-Pierre Dubé @jeanpierre_dube

Que règne Marie-Antoinette

E

lle avait les cheveux d’un blond roux. Durant la nuit précédant sa montée à l’échafaud, ses cheveux auraient complètement blanchi. La reine de France guillotinée le 16 octobre 1793 selon le jugement du Tribunal révolutionnaire a été inhumée la tête entre les jambes dans une fosse commune. En 1815, ses restes et ceux de Louis XVI furent exhumés et transportés à la basilique de Saint-Denis, près de Paris.

Quel étrange destin l’évêque du temps avait-il pressenti en nommant Marie-Antoinette la modeste cloche de Batoche récemment exhumée? Originaire d’Espagne, elle a dominé du haut de ses 30 cm la petite église avant d’être volée et cachée en Ontario, récupérée et enterrée au Québec puis escortée au Manitoba après une opération délicate. Qu’est-ce qui l’attend après sa sortie publique lors d’un rassemblement métis en Saskatchewan le 20 juillet? L’évêque actuel de Prince-Albert a proposé une intention : la cloche serait porteuse de réconciliation entre les Métis et l’église diocésaine. En effet, après 1885, le clergé avait refusé les sacrements aux Métis ayant adhéré aux prétentions prophétiques du chef Louis Riel et participé à la résistance de Batoche. Mais ce malentendu n’est-il pas réglé depuis longtemps? Les récupérateurs de la cloche ne voulaient pas que la Manitoba Metis Federation s’en empare. Car elle aurait servi à gonfler davantage l’empire du président David Chartrand. La meilleure piste a été formulée par les descendants des voleurs de Millbrook, en répondant invariablement aux Métis qui leur avaient demandé de rendre la Marie-Antoinette : « You tried to break the country and we stopped you. We got the Bell! » Mais qui a essayé de détruire le pays? Le mouvement fondateur du Manitoba était rassembleur. Les Métis ont incarné la conciliation des grandes divisions de l’époque : anglophone et francophone, catholique et protestant, blanc et Autochtone. C’est dans l’Est que les ultranationalistes se déchiraient. Les soldats ontariens en route pour Batoche savaient que le chef de la résistance était le même Autochtone catholique et francophone qui avait conduit un anglophone blanc et protestant devant un peloton d’exécution. Leur mission était de venger la mort de Thomas Scott, accusé d’insubordination et condamné par le tribunal du Gouvernement provisoire en 1870. Le Bas-Canada avait fêté l’évènement à la Rivière-Rouge tandis que le Haut-Canada promettait une vengeance sans équivoque. Les jours de Riel étaient désormais comptés. Condamné pour haute trahison, il était pendu le 16 novembre 1885, plongeant Montréal en deuil tandis que Toronto célébrait. Affaire classée? Le double meurtre commis dans l’Ouest constitue la narration la plus dramatique du Canada. Il explique en partie la gravité du sort réservé aux Premières nations et le sentiment des Canadiens de langue française de ne pas avoir de place. D’autres crimes ont suivi : la persécution des francophones, le génocide autochtone et les assassinats du Front de libération du Québec. Il empoisonne encore les relations sociales et politiques. Comment une si petite cloche pourrait-elle construire quelque chose sur d’aussi grands maux? Quelle intention avaient les ‘voleurs’ en 1991? Ils n’enduraient simplement pas que des orangistes gardent la cloche. Pourquoi la livrer maintenant et à l’Union nationale métisse alors qu’une amnistie et de l’argent avaient été offerts? Parce que le regroupement original des Métis serait apolitique et intègre, parce qu’on a confiance qu’il trouvera un lieu approprié pour la cloche. Et parce que c’est le bon moment. Il est question d’une niche sécuritaire au Musée de SaintBoniface. Mais est-ce une fin acceptable pour une cloche qui génère tant de bruit avant même d’être vue et entendue? Pourquoi réduire au silence celle qui retrouve sa voix? Le son d’une cloche est un appel au rassemblement. Dans l’ordre des choses, les appelés se déplacent et non la cloche. Cette Marie-Antoinette a assez voyagé. Elle devrait régner en permanence sur un lieu hautement symbolique de la réconciliation du pays. Laissons sonner la cloche entourée de vie et de lumière.

À VOUS la parole À vous la parole est une nouvelle rubrique sur notre site Web. Vous pouvez réagir aux lettres sur www.la-liberte.mb.ca.

| Merci à La Liberté pour son trésor informatisé! Madame la rédactrice, L’autre jour, en honneur de la journée du décès de mon père, j’ai tapé «Cyrille Sabourin», entre guillemets (c’est essentiel de les mettre) dans La Liberté numérisée (Projet Peel). Mon geste m’a fait remonter une variété d’émotions très personnelles. Mes parents se sont mariés le 1er juillet 1946. J’avais toujours présumé que cette date était un samedi. J’ai été surpris d’apprendre qu’ils se sont mariés un lundi. Nous avons des photos des mariés, mais jamais on m’a précisé que «la toilette de la mariée consistait en une longue robe de satin blanc, recouverte de tulle, avec manches longues en pointe et collet «Peter Pan». Elle avait un voile long et une couronne, et tenait un bouquet de roses.» En lisant ce paragraphe dans La Liberté du 5 juillet 1946, je me suis senti aux noces de mes parents. J’étais là. Quelle joie! C’était un moment de vrai bonheur intense. Un peu plus loin dans ma recherche, j’ai lu que madame Cyrille Sabourin (Marie-Claire Fontaine) avait gagné au bingo à Letellier le vendredi 21 avril 1961.

Écrivez-nous! Le journal La Liberté est ouvert à la publication de toute lettre à l’éditeur à condition que l’identité de l’auteur soit connue (les noms de plume ou pseudonymes ne sont pas acceptés) et qu’elle ne contienne pas de propos diffamatoires. La rédaction se réserve également le droit de limiter la longueur des lettres ou de retourner celles dont la formulation n’est pas claire. Merci d’envoyer vos lettres au plus tard le vendredi avant midi pour une possible parution la semaine suivante.

Il me semblait bien que ce Noël de cette année était particulièrement rempli de cadeaux. Merci madame la rédactrice en chef pour avoir pris l’initiative d’offrir à la communauté ce trésor informatisé. L’histoire a été revécue et les larmes de joie coulent encore. Soyez assurée que je n’ai pas fini de revisiter La Liberté numérisée, tellement j’ai eu la piqûre d’aller à la rencontre de vieux souvenirs. Nos vies en famille viennent de s’enrichir formidablement. PS: Ne perdez pas de temps à chercher des fautes de grammaire dans ma lettre car vous pouvez constater à la page 14 dans le numéro du 28 juin 1963 qu’en 4e année le soussigné a obtenu 79 % à son examen final en français. Maurice Sabourin Saint-Boniface (Manitoba) Le 26 juin 2013

| L’œuvre

de ma tante Madame la rédactrice

En tant que nièce de Gabrielle Roy, j’ai eu le grand plaisir d’assister à la célébration du 10 e anniversaire de la Maison Gabrielle-Roy, le 19 juin dernier. Je voudrais en particulier souligner le travail exceptionnel accompli par Lucienne Châteauneuf, la directrice générale, Monsieur François Lentz, le président du conseil d’administration et tous les bénévoles de la MGR. Il m’a fait chaud au cœur de voir tout l’effort exercé

ErratuM Une erreur s'est glissée dans le crédit des photos portant sur la cloche de Batoche en pages A1, A3 et A5 de l'édition du 26 juin. En effet, on aurait dû lire Gracieuseté Guy Savoie. Toutes nos excuses.

pour faire de cette journée un immense succès et j’en suis très reconnaissante. J’ai pu observer à quel point l’œuvre de ma tante est encore bien vivante et continue à rayonner au Manitoba et que la MGR en demeure un symbole tangible. Yolande Roy-Cyr Saint-Boniface (Manitoba) Le 26 juin 2013

| Redynamiser Provencher

Madame la rédactrice, J’ai appris avec plaisir dans La Liberté du 5 -11 juin qu’une proposition semble faire la quasi unanimité au sein des résidants du vieux Saint-Boniface : déplacer le boulevard central de la rue Provencher sur les deux côtés pour diriger la circulation des véhicules au centre de la rue et permettre de plus larges espaces pour les terrasses et la déambulation piétonnière. C’est une excellente idée qui avait été proposée il y a une couple de décennies déjà par l’architecte Étienne Gaboury visant à dynamiser cette porte d’entrée du vieux Saint-Boniface. L’heure semble enfin venue pour entreprendre ce rajeunissement qui de la Fourche, en passant par le nouveau Musée et l’Esplanade Riel, conduit les visiteurs et les résidants jusqu’à cette Place de la Culture qu’est le 340 Provencher qui regroupe le Centre culturel, le théâtre du Cercle Molière et le Centre du Patrimoine. J.R. Léveillé Saint-Boniface (Manitoba) Le 27 juin 2013

VOUS A ÉVÈN VEZ DES EMEN À SIG T NALE S R?

Composez le 204 237-4823 ou le 1 800 523-3355.


LA LIBERTÉ REVISITÉE | A5

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

Lucien CHAPUT

Le 31 juillet 1923 www.la-liberte.mb.ca

Ça goûte le whisky, ça gratte, c’est donc l’article La Liberté, journal de combat, est aussi un journal d’informations. Parmi les activités qui reçoivent une couverture régulière, il y a les comptesrendus des sessions de l’Assemblée législative du Manitoba. La session extraordinaire du 25 juillet 1923, convoquée pour l’adoption du projet de loi qui crée la Régie des alcools du Manitoba, permet de voir comment le journal a traité de la question de la prohibition. En 1916, l’Assemblée législative du Manitoba adopte un projet de loi sur la tempérance. Connue depuis le tournant du 20e siècle comme la Loi Macdonald, cette loi avait été proposée une quinzaine d’années plus tôt par le gouvernement conservateur de Hugh John Macdonald, premier ministre du Manitoba de 1899 à 1900 et fils de nul autre que sir John A. lui-même. La loi n’était jamais entrée en vigueur. La loi de 1916 est adoptée suite à un référendum tenu dans toutes les municipalités de la province. Comme le rapporte La Liberté du 14 mars 1916, « le triomphe de la Loi Macdonald a dépassé les espérances mêmes de ses plus ardents partisans. On croyait ferme à son triomphe dans la province (lire le rural), mais l’on doutait fort qu’elle triompherait dans les villes. (…) Or Winnipeg même a donné une majorité de quatre mille voix en faveur de la Loi Macdonald. Il en a été de même de Brandon, de Portage la Prairie. Saint-Boniface a seul fait exception. » Faisant abstraction du sentiment anti-prohibitionniste bonifacien, donc des francophones, le rédacteur de l’éditorial offre cette prédiction : « Elle est votée, mais ce n’est qu’un point secondaire. (…) Si son application est telle quelle et donne naissance à des abus de tous genres, l’on peut être assuré que la réaction ne tardera pas à naître. » Et voilà que la prédiction devient réalité quelque sept années plus tard. La loi de 1916 rend illégale la vente de boissons alcoolisées au Manitoba. Par contre, elle n’empêche pas l’importation de l’alcool puisque le commerce interprovincial relève du gouvernement fédéral, ni la fabrication de l’alcool pour exportation. On peut donc commander de l’alcool d’une autre province. De plus, pour des raisons médicales, une personne peut acheter de l’alcool avec une ordonnance de son médecin. Ce qui est drôlement facile à avoir! Malgré ces abus, la menace qui préoccupe d’avantage les responsables de La Liberté durant les années de prohibition, c’est la fabrication d’alcool artisanale. Dans le numéro du 14 mars 1922, sous le titre « Blind Pig », on décrit ce fléau social : « Voici que Winnipeg est visité par une calamité de cas de cécité causés par l’usage du “Moon Shine”. (…) Mais les buveurs de “Moon Shine” ou de “grenouille” font la sourde oreille. “Ça goûte le whisky, ça gratte, c’est donc l’article.” C’est un empoisonnement en règle qui se poursuit. (…) Les nombreux aveugles qui viennent de faire une si dure expérience à Winnipeg vont payer fort cher la satisfaction de leur gourmandise. Si cela pouvait au moins être une leçon aux autres et une invitation au Gouvernement d’appliquer les sanctions prévues par la loi aux fabricateurs de “Moon Shine.” (…) Les fabricants de “Moon Shine” se moquent de l’amende, qu’on leur donne la prison. » Les articles contre l’alcool publiés dans La Liberté ne font pas le bonheur de tous. Il revient à « un vieux lecteur », originaire de France et établi à Sainte-Rose-du-Lac, de faire le point sur la position des francophones catholiques, dans une lettre à la rédaction parue dans la « Tribune Libre » du 7 février 1922. « J’ai sous les yeux votre journal du 31 janvier, et l’article de la première page intitulé : A LA LEGISLATURE. LE COMMERCE DES LIQUEURS. […] Sans doute je suis de votre avis quand vous condamnez la vente illicite des liqueurs, le “BOOTLEGGING”, car les produits vendus sont pour la plupart malsains. » « Mais où nous différons d’avis complètement, c’est lorsque, emboîtant le pas aux fanatiques de ce pays et des États-Unis, vous demandez l’abolition complète du vin, de la

La Une de LA LIBERTÉ

du 31 juillet 1923

bière et de l’alcool. Est-ce à nous, Français et Canadiens français, de nous faire les champions d’une loi qui contrecarre toute liberté individuelle? » « Que fait-on alors du “libre arbitre” qui, à la création du monde, fut le chef d’œuvre de Dieu, et qui nous distingue des animaux? (…) Pourquoi condamner l’usage d’une boisson reconnue par Dieu d’abord, par Notre Seigneur Jésus-Christ ensuite? (…) Condamne-t-on Notre Seigneur pour avoir changé l’eau en vin aux noces de Cana, et avoir changé le vin en son sang le jour du Jeudi Saint? » « N’est-il pas préférable au contraire de se ranger du côté de la Moderation League qui reste dans les limites des vues de la religion et de la raison? » La Moderation League of Manitoba, fondée en 1921 pour mettre fin à la prohibition, avait circulé une pétition demandant la tenue d’un référendum sur la vente de l’alcool sous la régie du gouvernement. En janvier 1922, elle avait recueilli 53 000 signatures. La pétition de la ligue est présentée à l’Assemblée législative par les députés conservateurs Joseph Dubuc et Joseph Hamelin, deux députés francophones! Comme le souligne La Liberté du 31 janvier 1922, Bernier, le député de Saint-Boniface, s’est fait « le champion » de la Moderation League. Leur position, et celle du député francophone de Saint-Boniface, se résume ainsi : Le Manitoba est en pleine récession commerciale. Le gouvernement a encouru un déficit l’année précédente. Les « bootleggers » font des fortunes… Pourquoi ces profits ne devraient-ils pas aller à la province afin d’apporter de l’aide aux personnes affligées par ce terrible fardeau qu’est la taxation. Finalement, le 22 juin 1923, le référendum donne raison à la Moderation League. Une session extraordinaire de l’Assemblée législative du Manitoba est convoquée et le projet de loi créant la Régie des alcools du Manitoba est adopté.

VOTRE NOM EST PEUT-ÊTRE DANS LA LIBERTÉ C’est dans ce même numéro du 31 juillet 1923 que La Liberté publie les résultats du concours de français organisé par l’Association d’éducation des Canadiens français du Manitoba pour la première fois en 1923. La publication des noms et des résultats devient lecture obligatoire annuelle jusqu’en 1967. Avis aux jeunes : amusez-vous à trouver les résultats de votre pépé ou mémé sur le site Web : bit.ly/Peel100. Qui sait, ils ont peut-être exagéré leur maîtrise du français lorsqu’ils avaient votre âge!

CONCOURS Participez à notre concours en page A1 et courez la chance de gagner un voyage pour quatre personne à Churchill.

www.laliberte100ans.ca


A6 | ACTUALITÉS

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

❚ AUTISME Control concluait, en 2008, que la prévalence de l’autisme dans la population états-unienne était de un sur 88.

Dix ans de progrès

« La demande augmente chaque année et, pour la première fois, nous avons une liste d’attente de 18 à 24 mois sur laquelle 80 enfants sont inscrits », souligne Jennifer Rodrigue. L’an dernier, neuf enfants ont aussi été refusés. « Les demandes des parents sont intervenues trop tard, explique-t-elle. Pour suivre le programme, les enfants doivent entrer dès le préscolaire. »

Le programme d’autisme de la Fondation St.Amant fête ses dix ans cette année. De plus en plus de familles y ont recours et les résultats sont éclatants. Thibault JOURDAN presse1@la-liberte.mb.ca

ette année, cela fera dix ans que le programme d’autisme bilingue de la Fondation St.Amant a été lancé. « Les parents des enfants autistes avaient demandé de l’aide au gouvernement qui, après environ deux ans de tests, a lancé un programme permanent », rappelle la chargée de communication de la Fondation St.Amant, Jennifer Rodrigue.

C

Seul organisme à disposer d’un centre de recherche associé au Canada, avec l’Université du Manitoba, la Fondation offre trois programmes adaptés aux troubles du développement des enfants autistes. Le programme préscolaire est destiné aux enfants jusqu’à cinq ans et permet à un tuteur de se rendre à la maison de l’enfant pendant sept heures par jour du lundi au vendredi. On retrouve aussi le programme scolaire pour les enfants de trois ans et plus, qui

présentent un degré d’autisme plus important. Et le programme consultatif, dont l’âge de l’enfant varie selon ses progrès et son avancée. « Chaque séquence est individualisée pour chaque enfant. Tous n’évoluent pas de la même manière ni à la même vitesse », insiste Jennifer Rodrigue.

Il faut dire que l’institution affiche des résultats très satisfaisants. Une enquête, portant sur 85 enfants en préscolaire, a été réalisée en 2011. Pendant 12 mois, les chercheurs ont évalué les progrès accomplis par les petits qui avaient reçus une intervention comportementale précoce et intensive. « On a constaté une amélioration de 166 % de leurs habilités de communication, comme les mimiques ou le fait de poser des questions, détaille Jennifer Rodrigue. Les habilités sociales, qui comprennent les jeux ou encore les interactions, ont bondi de 130 %. Enfin, les habilités personnelles (manger, s’habiller, hygiène) ont augmenté pour leur part de 67 %. »

| Demande en

constante hausse En l’espace de dix ans, la Fondation St.Amant a gagné ses lettres de noblesse et le programme d’autisme bilingue accueille toujours plus de monde. Lorsque le projet a été lancé, il y avait 28 clients contre 231 familles aujourd’hui. De plus, l’établissement étant désigné bilingue, il offre des services en français. « Sur les 152 membres du personnel, 11 sont entièrement bilingues. À l’heure actuelle, nous desservons quatre familles en français », indique l’agente des services en français, Danielle Robidoux.

photo : Thibault Jourdan

Danielle Robidoux et Jennifer Rodrigue.

Parallèlement, le nombre d’enfants autistes diagnostiqués est en constante augmentation. Une étude, parue en 2006 dans le Journal of Policy and Practice in intellectual

Disabilities, estimait qu’un enfant sur 352 était autiste dans les provinces du Manitoba et de L’Îledu-Prince-Édouard. Une autre étude du Centre for Disease

Les responsables espèrent maintenant que ces résultats les aideront à convaincre la Province de donner plus que les 30 millions $ qu’elle leur alloue annuellement. « Une demande en ce sens a été déposée  », confirme Jennifer Rodrigue. La qualité du service et la prise en charge d’un nombre toujours plus important d’enfants autistes pourraient être en jeu.

Jubilé de vie religieuse chez les sœurs Grises e 25 mai 2013, lors d’une joyeuse célébration eucharistique présidée par Mgr Albert LeGatt assisté de M gr Albert Thévenot, frère de la jubilaire à la résidence Despins, sœur Juliette Thévenot célébrait en action de grâce son 50 e anniversaire de vie religieuse. Le 9 juin six autres Sœurs Grises célébraient leur anniversaire respectif de 75, 70 et 60 années de profession religieuse.

L

On retrouve de gauche à droit (avant) Claire Fillion (70 ans); Anna Neumier (75 ans); Tina Winter (70 ans); (arrière) Lucille Damphousse (60 ans); Simonne Forest (60 ans); Florence Caners (60 ans); Juliette Thévenot (50 ans).

Nous rendons grâce à Dieu pour la fidélité et le témoignage de nos compagnes à la suite de Jésus et de sainte Marguerite d’Youville.


ACTUALITÉS| A7

LALIBERTÉ| WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU3AU9JUILLET2013

❚ DISTINCTIONS Dorge. On reconnaît une personne francophone, vivant au Manitoba, dont la contribution exceptionnelle a mis en valeur la mission de l’USB et de l’École technique et professionnelle (ETP), et développé et fait rayonner la collectivité francophone du Manitoba. »

Diplômes de contribution

Pour Michelle Gervais, ce diplôme honorifique est « tout un honneur, 30 ans après mes études à l’ETP! Le fait que je sois reconnue aujourd’hui montre un attachement qui va au-delà des années d’études. Il y a un vrai sens communautaire à l’ETP et à l’USB, presque un lien familial, et c’est touchant ».

Fidèle à la tradition, l’USB a remis un doctorat honorifique de l’Université du Manitoba à sa collation des grades et un diplôme honorifique de l’USB à celle de son École technique et professionnelle. Camille HARPER-SÉGUY

Je n’ai jamais fini ma thèse. C’est amusant qu’aujourd’hui, je reçoive un doctorat symbolique! »

presse2@la-liberte.mb.ca

e récipiendaire 2013 du doctorat honorifique de l’Université du Manitoba, ès Lettres, est l’écrivain francomanitobain, Roger Léveillé. Il a reçu les honneurs le 3 juin dernier lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’Université de SaintBoniface (USB).

L

« Ça me touche beaucoup car je suis le premier à le recevoir de l’USB, même si c’est au nom de l’Université du Manitoba, confie le récipiendaire. C’est une reconnaissance de mon œuvre, sur laquelle je travaille depuis 1966. » Il apprécie aussi l’ironie du destin. « Ce doctorat honorifique boucle une boucle, révèle-t-il. En 1973, j’avais fini mes études de doctorat en littérature française au Collège Saint-Boniface de l’Université du Manitoba et je suis parti avec un projet de thèse et un autre de manuscrit. Finalement, j’ai dû choisir et je suis devenu écrivain.

Elle doit notamment son diplôme honorifique à sa contribution au développement touristique de la communauté franco-manitobaine et à sa mise sur la carte. « Aujourd’hui, le fait français est reconnu comme une valeur ajoutée, se réjouit-elle.

| Critères Si les études universitaires sont un atout pour se voir décerner un diplôme honorifique, elles ne sont pas une nécessité. « Le plus important dans le choix d’un récipiendaire, c’est sa contribution et non sa formation, confie le secrétaire général de l’USB et secrétaire du Sénat de l’USB, Stéphane Dorge. Le dossier académique est tout de même pris en compte. » Les critères de l’Université du Manitoba pour l’attribution de tels diplômes honorifiques sont en effet quelqu’un qui s’est distingué par sa réussite académique, ou encore dans les arts ou le service public, et qui a honoré par ses actions l’Université. « Le récipiendaire du doctorat honorifique de l’Université du Manitoba est choisi par le recteur de cette université, sur recommandation du Sénat de

André et Huguette Simard NOCES D’❤R • LE 29 JUIN 1963 Chers Mom et Dad, Pépère et Mémère, nous vous souhaitons un Joyeux 50e anniversaire de mariage. Nous sommes contents pour vous! Avec amour : Monique, Gord, Suzanne, Laurent, Marc, Debby ainsi que vos petits-enfants Kevin, Renée, Dominic, Emeric, Carine, Mathieu et Serge.

« Et avec cette nouvelle reconnaissance symbolique, ajoutet-elle, j’aurai encore plus de visibilité pour faire passer le message et vendre le Manitoba, notamment aux Manitobains qui ne sont pas ma cible première pour le moment! »

photo : Camille Harper-Séguy

Michelle Gervais est la récipiendaire 2013 du Diplôme honorifique de l’Université de Saint-Boniface.

l’USB, précise Stéphane Dorge. Le comité de mérite, un sous-comité du Sénat, établit une liste de candidats potentiels et la soumet au Sénat de l’USB, qui la soumet ensuite au Sénat de l’Université du Manitoba après approbation. Les noms recommandés mais non retenus pour les honneurs restent ensuite en banque pour dix ans au maximum. »

| À l’USB En revanche, le diplôme honorifique 2013 de l’USB, remis le 19 juin à la femme d’affaires francomanitobaine, Michelle Gervais, relève directement du choix du Sénat de l’USB. Il a été créé en 2012. « Les critères de choix sont semblables, indique Stéphane

Par ailleurs, Michelle Gervais s’est beaucoup impliquée dans la communauté, entre autres comme Voyageuse officielle au Festival du Voyageur. Elle a aussi valorisé les études. « Pendant longtemps, j’ai continué à prendre des cours du soir même si je travaillais, racontet-elle. Je trouve important de diversifier ses connaissances et de garder sa capacité à apprendre de nouvelles choses. Il y a toujours à apprendre. » D’ailleurs, elle se réjouit que « ce diplôme démontre aussi que l’ETP peut aussi mener à de grandes carrières qui font une différence », conclut-elle.


A8 | ACTUALITÉS

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

❚ SAINT-BONIFACE

Bon accueil pour Marymound Saint-Boniface abrite désormais un centre de désintoxication de courte durée pour jeunes, Marymound. Les résidants s’en réjouissent. Camille HARPER-SÉGUY presse2@la-liberte.mb.ca

e centre de désintoxication de courte durée pour jeunes, Marymound, a ouvert les portes de sa nouvelle bâtisse à Saint-Boniface le 14 juin dernier.

L

« On a trois programmes à Saint-Boniface, précise le présidentdirecteur général de Marymound, Ian Hughes. Le premier est un programme volontaire d’une semaine maximum pour les dépendances sérieuses. Les jeunes s’y rendent de leur propre gré. Il y a quatre lits de disponibles. »

Un second programme d’une semaine maximum pour les dépendances sérieuses, avec quatre lits, est également disponible, mais « pour celui-ci, ce sont les parents ou les gardiens légaux qui font la démarche d’y faire entrer leur enfant », explique Ian Hugues. Enfin, l’antenne de Marymound à Saint-Boniface possède aussi « deux lits pour les jeunes qui auront été arrêtés par la police en état d’intoxication, pour qu’ils y passent la nuit ». L’installation d’un centre de désintoxication à Saint-Boniface n’inquiète pas les résidants du quartier. En effet, Marymound a

photo : Camille Harper-Séguy

Ian Hughes.

pris bien soin de les consulter et de

leur expliquer sa mission avant

même de commencer ses démarches d’installation. « Des représentants de Marymound sont venus rencontrer les résidants de Saint-Boniface à l’avance, rappelle le président sortant de l’Association des résidents du Vieux Saint-Boniface (ARVSB), Walter Kleinschmit. Ils ont notamment consulté toutes les maisons autour de leur nouvelle antenne. » Walter Kleinschmit, alors président de l’ARVSB, avait luimême participé à cette rencontre. « Marymound nous a présenté un bon plan, clair, donc on n’a pas de raisons de s’inquiéter, assure-t-il. Le soutien des résidants pour leur venue à Saint-Boniface était unanime à l’issue de cette rencontre. » Ian Hughes confirme qu’« en sept ans d’existence, on n’a jamais eu de plaintes de voisins. Et s’ils avaient des questions, on y a toujours répondu. On a donc toujours reçu un bon soutien. « Comme nos jeunes ne sont là que pour des séjours de courte durée, ajoute-t-il, ils ne rentrent et sortent pas. Ils ne risquent donc pas de causer de problèmes dans le voisinage. De plus, ils sont toujours amenés chez nous par un parent, un gardien ou un agent de la paix, et récupérés à la fin de leur séjour par un parent ou un gardien. Ils ne se retrouvent donc jamais seuls dans le quartier », conclut-il.

AUTREMENT www.la-liberte.mb.ca


ÉCONOMIE| A9

LALIBERTÉ| WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU3AU9JUILLET2013

y ÉCONOMIE y ❚ EMPLOIS D’ÉTÉ

Le casse-tête des jobs en français Les vacances sont arrivées. Pour de nombreux jeunes, c’est aussi la période des emplois d’été, mais trouver un job en français à Winnipeg relève parfois du défi. Thibault JOURDAN presse1@la-liberte.mb.ca

orsque Laura Nagy s’exprime, on comprend tout de suite qu’elle n’est pas d’ici : son accent l’a trahie. La jeune femme de 22 ans, originaire de Montréal, a débarqué début mai à Winnipeg et compte rester tout l’été au Manitoba.

L

Dès le départ, elle s’est mise en quête d’un job d’été. « Je cherche dans n’importe quel domaine  : restauration, emploi bilingue, accueil… J’aimerais travailler en français », indique-t-elle. Trouver un emploi d’été en français à Winnipeg semble être un véritable défi pour les jeunes. Laura Nagy s’est inscrite dans les agences de placement et a essentiellement postulé sur Internet. Sans succès. « J’avais plus de retours du côté anglophone que francophone, du coup j’ai abandonné la recherche d’un travail en français, reconnaît l’étudiante en droit civil. Je n’ai pas trouvé de services qui promeuvent les postes d’été en français dans la communauté. »

« Je ne pense pas qu’un tel service existe, confirme l’agent au projet jeunesse du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), Simon Méthot. C’est aux jeunes de découvrir où sont les emplois, et 80 % des emplois affichés sont déjà pourvus. » En clair, les étudiants doivent s’investir pour dégoter un job et, pour cela, ils doivent encore et toujours travailler la formation de leur propre réseau. Certains peuvent cependant bénéficier d’aide : le CDEM offre, par exemple, un programme destiné aux jeunes de 15 à 30 ans qui sont sans emploi ni en études et qui font face « à un gros obstacle » (1). « Environ 80 jeunes par an suivent le programme Destination emploi, indique Simon Méthot. On leur apprend à écrire des lettres de motivation ou encore à répondre en entrevue. Et ils sont rémunérés au salaire minimum pendant les six semaines de la formation. » Pour les autres qui cherchent un travail en français à Winnipeg et qui n’ont rien trouvé grâce à leur réseau, ils peuvent encore se tourner vers

photo : Thibault Jourdan

Arrivée récemment à Winnipeg, la jeune Montréalaise Laura Nagy ne parvient pas à trouver un emploi en français.

l’Université de Saint-Boniface (USB). Depuis environ deux mois, l’USB s’est dotée d’un site Internet

qui affiche et recense toutes les offres d’emplois qu’elle reçoit (2). « Les jobs sont aussi bien en français qu’en anglais et je mets à jour le site une fois par semaine, affirme la conseillère d’orientation, Marjolaine Pelletier. L’Université du Manitoba nous avait proposé de faire partie de sa liste d’emplois, mais nous avions refusé. Nous y aurions peut-être perdu notre identité francophone. »

en train de plancher sur ce problème et un site d’orientation est à l’étude pour la rentrée prochaine. « La possibilité de sa mise en place reste toujours à discuter, indique le responsable de la communication, Réal Durand. En revanche, le lien du site d’emplois sera au moins affiché sur le site Web de l’Université. » De quoi peut-être devenir, à l’avenir, une référence en matière d’emplois francophones pour les jeunes à Winnipeg.

Si ce site Web n’est pas réservé uniquement aux étudiants, il reste cependant très méconnu. En cause, l’absence de sa promotion sur le site de l’université. Les services de l’USB sont

(1) Site Internet du service jeunesse du CDEM : premierchoix.org, ou appeler le 204-237-9788. (2) Site d ’emploi de l’USB  : ustboniface.ca/emploispouretudiants

❚ COMPÉTENCES LINGUISTIQUES

Les agents du parlement seront bilingues e projet de loi C-419 exigeant que les hauts fonctionnaires du parlement canadien soient bilingues a reçu la sanction royale le 26 juin dernier après avoir été adopté à l’unanimité par le sénat.

L

« Le très large consensus au sénat autour de cette question est le signe que cette chambre demeure relativement progressiste sur les questions linguistiques », se réjouit le politologue franco-manitobain, Raymond Hébert. Il confie toutefois ne pas être surpris du résultat du vote au sénat. « La vraie surprise, affirme-t-il, c’était plutôt que ce projet de loi

C-419 soit adopté à la Chambre des communes. C’est rare qu’un projet de loi privé venant de l’Opposition soit appuyé par le gouvernement. » En effet, le projet de loi C-419, parrainé par la députée néodémocrate Alexandrine Latendresse, était une initiative du député néodémocrate Yvon Godin. Ayant déjà reçu la sanction royale, la nouvelle loi, qui n’est toutefois pas rétroactive sur les agents déjà en poste, est déjà en vigueur. « Ça démontre que le gouvernement était bien sincère dans son vote », conclut Raymond Hébert. C. H.-S.


A10 | EMPLOIS ET AVIS

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

y EMPLOIS ET AVIS y Vous déménagez? Si c’est le cas, veuillez nous en informer sans tarder afin de ne manquer aucun de nos articles.

JOURNALISTE Sous la responsabilité de la rédactrice en chef, la personne choisie devra : • mener des entrevues, rédiger des articles, prendre des photos; • faire la recherche de sujets d’articles; • faire le suivi de ses dossiers et assurer une part de la couverture communautaire régionale; • couvrir des sujets dans différents domaines : politique, communautaire, économique, culturel, etc. Exigences : • maîtrise du français parlé et écrit et bonne connaissance de l’anglais; • excellentes capacités de travailler en équipe et sous pression et de respecter des échéanciers serrés; • disponibilité pour couvrir des événements en soirée et les fins de semaine au besoin; • posséder une voiture et un permis de conduire valide. Lieu de l’emploi : Saint-Boniface (Manitoba) Entrée en fonction : dès que possible Le journal offre un excellent régime d’assurances collectives et une équipe dévouée et dynamique. Faites parvenir votre candidature avant le 15 juillet 2013 à : Sophie Gaulin, directrice Journal La Liberté C.P. 190 Saint-Boniface (Manitoba) R2H 3B4 Téléphone : (204) 237-4823 ou 1 (800) 523-3355 Courriel : la-liberte@la-liberte.mb.ca Seul(e)s les candidat(e)s retenu(e)s en entrevue seront contacté(e)s.

Le seul hebdomadaire publié en français au Manitoba depuis 1913.

OFFRE D’EMPLOI Équipes de couvreurs de toits recherchées pour notre bureau à Edmonton. Équipements et outils personnels sont nécessaires. Communiquez avec Michel au 780-962-1320.


EMPLOIS ET AVIS | A11

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

y PETITES ANNONCES y

Directeur(trice) général(e)

pour un centre d’arts médiatiques pour jeunes et Festival international Vous voulez explorer des perspectives de partout dans le monde? Vous êtes passionné(e) du cinéma, de vidéo, des nouveaux medias et des jeunes? En plus de l’occasion de partager votre passion pour le cinéma avec des jeunes, vous bénéficierez de cinq semaines de vacances annuelles. Le Centre d’arts médiatiques pour jeunes : Freeze Frame est un organisme dynamique qui organise un Festival annuel en mars avec une tournée nordique en automne et hiver ainsi que des ateliers et projets spéciaux en production et éducation médiatique tout au longue de l’année. Tous nos programmes sont bilingues et s’adressent principalement aux jeunes (âgées de 3 à 18 ans).

www.stleongardens.com 172-

DIVERS GARDERIE FAMILIALE BILINGUE et subventionnée (Elmwood) accepte enfants en bas âge et d’âge scolaire pour le 2 juillet. Tél. : 204 430-3721. 196-

À VENDRE

Le Conseil d’administration de Freeze Frame cherche des candidat(e)s bilingues et expérimenté(e)s dans la gestion d’un organisme culturel pour combler le poste de directeur(trice) général(e). Ce poste requiert une excellente maîtrise de l’anglais et du français. En plus d’un grand intérêt pour les films et les médias (jeux vidéos, médias enligne etc) pour le jeune public et dans l’éducation aux media, il faut une bonne compétence dans les défis typiques à la gestion d’un organisme culturel. Idéalement, les candidat(e)s auront au moins trois ans d’expérience dans un poste de gestion avec des responsabilités de supervision. Pour une description complète du poste veuillez visiter notre site Web http://www.freezeframeonline.org/emplois-directeurtrice-generale/?lang=fr Veuillez envoyer votre curriculum vitae avec une lettre de motivation au comité d’embauche, Pascal, pascal@mymts.net au plus tard le 31 juillet 2013.

FFédération édération des PParents arents du Manit Manitob oba Manitoba

26 à 30 mots

Semaine 1

12,35 $ 13,40 $

14,45 $

Semaine 2

19,70 $ 21,80 $

23,90 $

La Fédération des parents du Manitoba (FPM)

Semaine 3

22,85 $ 26,00 $

29,15 $

Semaine 4

26,00 $ 30,20 $

34,40 $

Semaine 5

29,14 $ 34,40 $

39,65 $

Semaine 6

32,30 $ 38,60 $

44,90 $

La Fédération des parents du Manitoba (FPM) est un organisme provincial à but non lucratif créé par et pour les parents francophones en 1976 qui oeuvre dans les domaines de la petite et jeune enfance, soit de la naissance à 12 ans. La mission de la FPM est d’offrir des programmes, des services, des ressources et de la formation qui appuie la famille et les intervenants dans la création d’un environnement (milieux familiaux, éducatifs et communautaire) où ils peuvent s’épanouir pleinement en français. Elle met à la disposition des parents et de leur famille, de par son Centre de ressources éducatives à l’enfance (CRÉE), une riche collection de ressources éducatives et ludiques.

Mot additionnel : 11¢ s r

r

Photo : 14,45 $

TM

Ces tarifs incluent la taxe sur les produits et services (TPS). Les petites annonces doivent être payées d’avance et parvenues à nos bureaux au plus tard le jeudi à 12 h précédant la date de publication désirée. Aucun remboursement ni crédit n’est accordé pour les annonces annulées.

Dorénavant les petites annonces seront automatiquement insérées sur le site Internet de La Liberté (la-liberte.mb.ca).

PETITES ANNONCES Placez une annonce dans les journaux francophones à travers le Canada. Choisissez une région ou tout le réseau – c’est très économique! Contactez-nous à l’Association de la presse francophone au 1 (800) 267-7266, par courriel à petitesannonces@apf.ca ou visitez le site Internet www.apf.ca et cliquez sur l’onglet PETITES ANNONCES.

(situé à Altona, Manitoba, approximativement 100 kilomètres sud de la ville de Winnipeg)

Enseignant(e) – 2e année Contrat temporaire – 50 % (septembre 2013 jusqu’à juin 20, 2014) Les candidat(e)s doivent : • • • • • • •

posséder un brevet d’enseignement au Manitoba; avoir une excellente maîtrise du français et de l’anglais à l’oral et à l’écrit; avoir une bonne connaissance de la philosophie de l’immersion; démontrer une bonne connaissance de la culture française; démontrer la capacité de travailler en équipe (collègues et parents); avoir l’enthousiasme pour les enfants du primaire; montrer le dévouement au développement des enfants.

Pour plus d’information, s’il vous plaît, adressez-vous au directeur de l’école, Monsieur Chris Hicks au 204-324-8611. Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur curriculum vitæ et trois références actuelles avec une lettre d’accompagnement. Ce poste restera ouvert jusqu’à ce qu’il soit comblé.

Nous remercions les candidat(e)s de leur intérêt. Seulement les personnes choisies pour une entrevue seront contactées. La personne retenue pour ce poste devra soumettre la copie originale d’une vérification judiciaire, jugée satisfaisante par l’employeur avant d’entrer en poste.

RETROUVEZ NOS EMPLOIS SUR WWW. LA-LIBERTE.MB.CA!

21 à 25 mots

La Division Scolaire Border Land est à la recherche de candidat(e)s pour l’année scolaire 2013-2014 pour combler le poste suivant à l’École Elmwood School.

Madame Krista Curry, directrice générale Division Scolaire Border Land 120 9th St, Altona (Manitoba) R0G 0B1 Téléphone : 204-324-6491 Télécopieur : 204-324-1664 Courriel : blsd@borderland.ca

TERRAIN AGRICOLE : 160 acres SE20-4-2E près de Saint-Jean-Baptiste. Offre acceptée jusqu’au 1er août 2013. Adressezvous par courrier au 24 Burk B, Winnipeg (Manitoba) R3X 2G8. 197-

NOMBRE 20 mots DE MOTS et moins

DIVISION SCOLAIRE BORDER LAND

POSTE - DIRECTION GÉNÉRALE Sous l’autorité du conseil d’administration, la direction générale assure la direction, la planification stratégique et opérationnelle ainsi qu’une gestion saine des ressources humaines et financières de la Fédération des parents du Manitoba. Qualités requises • Des études postsecondaires en administration, en gestion ou dans une discipline connexe. • Trois ans d’expérience en administration, y compris dans la gestion des ressources humaines et financières, préférablement dans un organisme à but non lucratif. N.B. La candidature des personnes ayant une combinaison équivalente d’études et d’expérience pourrait être envisagée. • Des compétences en communication qui contribuent à un climat de confiance, à établir et maintenir des partenariats solides et permettent de gérer des situations difficiles ou délicates. • De solides compétences organisationnelles et notamment la capacité de travailler dans un environnement exigeant et de faire face à des demandes concurrentes afin d’assurer une gestion efficace. • Détenir des qualités de chef de file et de visionnaire. • Capacité à travailler en équipe et en partenariat avec des intervenants variés. • Maîtrise de la langue française parlée et écrite. • Capacités de planifier, d’organiser, de gérer et d’évaluer. • Bonne connaissance de la communauté francophone. • Capacité d’entretenir d’excellentes relations interpersonnelles.

L’Accueil francophone recherche des candidatures pour le poste de :

Coordination du programme de jumelage et de familles d’accueil

Terme d’emploi : Poste d’un an avec possibilité de renouvellement Heure : 35 h/semaine Responsabilités : • développer le programme de jumelage pour les familles immigrantes; • planifier et coordonner les activités dans le cadre du programme de jumelage; • offrir une formation aux familles d’accueil; • assurer un suivi annuel et périodique auprès de la clientèle de l’Accueil francophone; • représenter l’Accueil francophone aux rencontres externes; • faire la promotion du programme; • constituer une banque de bénévoles; • établir un plan d’action annuel; • faire des rapports mensuels et annuels du programme; • assister la gestionnaire et les conseillers à l’établissement dans toutes autres tâches connexes. Qualification : • formation universitaire en travail social, en études familiales ou une formation équivalente; • minimum de 2 ans d’expérience de travail en gestion de projets; • minimum de 2 ans d’expérience de travail avec les immigrants et les refugiés; • expérience de travail dans le développement communautaire; • excellente connaissance de la communauté francophone du Manitoba et de la communauté immigrante; • capacité de travailler avec des personnes de tous âges; • très bonnes connaissances des démarches d’établissement et de l’immigration; • très bonnes connaissances en informatique, plus particulièrement la suite Microsoft Office; • avoir de l’entregent, un bon sens de l’organisation, un bon esprit d’équipe; • être débrouillard et savoir prendre des initiatives; • habileté à communiquer dans les deux langues officielles du Canada : le français et l’anglais, parlé et écrit. Condition d’embauche

Salaire : selon l’échelle établie par le CA

• avoir un permis de conduire valide; • être disponible pour travailler des heures supplémentaires (ou bien des heures à l’extérieur des heures de bureau).

Entrée en fonction: à déterminer.

Entrée en fonction : Le plus tôt possible

Veuillez acheminer votre curriculum vitae avant 12 h, jeudi 18 juillet 2013 à : Stéfanie Allard, Présidente Fédération des parents du Manitoba 177, rue Eugénie Winnipeg (Manitoba) R2H 0X9 Courriel : info@lafpm.com Nous vous remercions de votre intérêt et désirons vous aviser que nous n’entrerons en communication qu’avec les candidates et candidats sélectionnés pour une entrevue.

Les demandes sont à envoyer au plus tard le 10 juillet 2013 à l’attention de : Madame Bintou Sacko Gestionnaire Accueil francophone du Manitoba 420 rue Des Meurons – Unité 104 Saint-Boniface (MB) R2H 2N9 bsacko@sfm.mb.ca Nous remercions toutes les personnes qui présentent leurs candidatures. Nous communiquerons uniquement avec les personnes sélectionnées pour une entrevue.


A12 | À VOTRE SERVICE

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

y À VOTRE SERVICE y SERVICES

AVOCATS-NOTAIRES

L’ÉQUIPE

DANIEL VERMETTE Vente de maisons

SERVICES EN FRANÇAIS

255-4204

www.danvermette.com

performance

GUY VINCENT Résidentiel et commercial

(204) 231-4664 afm@mts.net www.afmplumbingheating.com

TAEKWONDO Programmes hommes • femmes et enfants

487-3687 Courriel : guytkd@shaw.ca Confiance • Intégrité • Modestie • Contrôle de soi

www.vincentmartialarts.ca

AudioprothésisteTACHÉ 396, avenue Taché Tél. : 204-237-9555 Fax : 204-233-7353

Jim Ryan audiologiste à votre service Aides auditives Accessoires Aide de télé

Cet espace est à votre disposition! Informez-vous en composant le 204 237-4823 ou 1 800 523-3355

www.grantparkhearingcentre.com

Cet espace est à votre disposition!

TEFFAINE, LABOSSIÈRE

AlainJ.Hogue

Avocats et notaires

AvocAT ET noTAiRE Barreaux du Manitoba et de la Saskatchewan

Informez-vous en composant le 204 237-4823 ou 1 800 523-3355

Domaines d’expertise:

RhéalE.Teffaine,c.r. DenisLabossière

• préjudices personnels • demandes d’indemnité pour Autopac • litiges civil, familial et criminel • ventes de propriété; hypothèques • droit corporatif et commercial • testaments et successions Place Provencher 194, boul. Provencher

247, boulevard Provencher Saint-Boniface (MB) R2H 0G6 Téléphone: 925–1900 Fax: 925–1907

237-9600 39 ANS DE SERVICE PROFESSIONNEL DANS NOTRE COMMUNAUTÉ Service en français | Servicio en español RENÉE ROBIDOUX KAPITOLER B.Comm.(Hons.) Agente immobilière

ROGER ROBIDOUX B.A. Courtier

451-5000 renee.robidoux@gmail.com

ABONNEZ-VOUS À

OPTIONS OFFERTES Au Manitoba

981-8159

Ailleurs au Canada

1 an 33,60 $ r 2 ans 56,00 $ r

36,75 $ r 63,00 $ r

Découvrez l’abonnement

édition en ligne

Nom

Prénom

L’intégrale de votre hebdomadaire en numérique Adresse

OFFRE SPÉCIALE POUR LES ABONNÉS DE LA VERSION PAPIER ▼ Vous recevez déjà La Liberté version papier et vous 10 $/an souhaitez vous abonner à La Liberté édition en ligne. Pour 10 $ de plus, recevez La Liberté avant tout le monde.

+

Province

Code postal

Téléphone

➤S’ABONNER

Je choisis de payer par :

TARIF RÉGULIER ▼ Vous n’êtes pas abonné(e) à La Liberté version papier. Et 25 $/an vous voulez recevoir La Liberté avant tout le monde? Abonnez-vous à La Liberté édition en ligne pour 25 $.

Ville

➤S’ABONNER

RENDEZ-VOUS SUR WWW.LA-LIBERTE.MB.CA!

r Visa : _______________________________

Expiration : ________

r MasterCard : _________________________

Expiration : ________

(inscrire le numéro de votre carte et la date d’expiration)

Chèque ou mandat poste : (libellez votre chèque ou mandat de poste à l’ordre de La Liberté) C.P. 190, 420, rue Des Meurons, unité 105 Saint-Boniface (Manitoba) R2H 3B4


uN éTé EN MusIquE ❚ CULTUREL

B8 MANITO AHBEE

CULTUREL • SPORT • COMMUNAUTAIRE www.la-liberte.mb.ca Vol. 100 n°14 • DU 3 AU 9 JUILLET 2013 Saint-boniFace

❚ CULTUREL

CAHIER

B

Cet été, Madame Diva parcourt le Manitoba, le Canada et même la France de festival en festival pour le plaisir des petits et des grands. Un fol été qui se terminera au Pavillon canadien-français de Folklorama le 17 août prochain.

La 8e édition du festival de musique autochtone Manito Ahbee se déroulera dorénavant au cœur de l’été. Une nouvelle catégorie verra aussi le jour, celle du Meilleur artiste francophone.

B9

y CULTUREL y ❚ MUSIQUE ET THÉÂTRE

Une gigue mystérieuse Teintée de moments tendres et dramatiques, la comédie loufoque, Kempe’s Jig, qui sera présentée au Festival Fringe, se veut une énigme sur le destin, et un aperçu sur l’Angleterre de l’époque de Shakespeare. Daniel BAHUAUD

sa taverne. Les discussions avec Kempe, campé par Brian Richardson, soulignent cette préoccupation avec le dialogue entre hommes et femmes, qui a par ailleurs conservé toute son importance, malgré les siècles qui nous séparent de la Renaissance. »

redaction@la-liberte.mb.ca

ous sommes au 16e siècle. Le clown de la troupe de théâtre de Shakespeare, William Kempe, vient de se faire congédier, puisque le grand dramaturge, qui vient de construire son nouveau théâtre, le célèbre Globe, ne trouve plus intérêt à privilégier un danseur comique pour distraire le public durant les changements de décor qui ont lieu entre les actes de ses pièces. Or, que fera dorénavant Kempe de sa vie? Quel sera son ultime destin?

N

En outre, Kempe’s Jig explore le rôle de la religion dans l’Angleterre élisabéthain, puisqu’un troisième personnage, un moine musical interprété par le guitariste, Richard Tyborowski, se joint au couple pour ajouter son mot à la discussion. « À l’époque, les catholiques devaient s’exprimer en cachette, pour éviter les persécutions entamées par le roi Henri VIII, explique Josée Vaillancourt. Il fallait toujours faire très attention. »

« C’est là le grand mystère à résoudre dans la pièce, Kempe’s Jig, lance la musicienne et comédienne, Josée Vaillancourt. (1) Ça, et qui sont les personnages intrigants qu’il rencontrera au cours de cette comédie, tant loufoque que sérieuse, qui l’accompagneront et l’aideront dans son cheminement. »

Avant tout, Kempe’s Jig servira d’occasion pour s’initier à la musique, à la poésie et au langage shakespearien, présenté de façon très accessible. « On entendra déclamer The Willow Song, un soliloque de Shakespeare au sujet d’Hamlet, tiré de la pièce Othello, souligne Josée Vaillancourt. De plus, il y aura des textes du dramaturge, Christopher Marlowe, sans parler des belles chansons anglaises de la Renaissance, comme un Catch, qui est un canon que chantaient les universitaires du 16e siècle. Et tout le monde pourra apprécier Early One Morning, bien connu par les Canadiens d’un certain âge qui ont aimé l’émission de télé pour enfants, The Friendly Giant.

Écrite par Brian Richardson, Kempe’s Jig se veut à la fois la résolution de l’énigme du destin de William Kempe – en l’occurrence un vrai personnage historique – et un aperçu fidèle des mœurs à l’époque de la reine Élizabeth I. « C’est ce qui m’a immédiatement séduite, confie Josée Vaillancourt. La musique ancienne y joue pour beaucoup, ce qui me sourit énormément, puisque je pourrai jouer de la flûte à bec soprano et alto. Et, comme l’entend le titre de la pièce, le public aura droit à une variété de danses authentiques d’ère élisabéthaine, comme le branle, la gigue et la gaillarde. « Du côté des mœurs, toute la question des relations hommes-femmes est explorée, poursuit-elle. C’était un sujet de discussion très en vogue à l’époque, et pas seulement en Angleterre. Mon personnage, Alys Revelle, est une Wallonne qui rencontre Kempe dans

« J’adore ces chansons, puisque j’ai une voix claire, sans vibrato, qui se prête bien à la musique ancienne, conclut-elle. Mais ne me demandez pas de chanter du Wagner! C’est beaucoup trop récent pour une passionnée de la Renaissance et du Baroque. »

photo : Daniel Bahuaud 

Josée Vaillancourt.

(1) Produit par le Festival de la musique et des arts anciens du Manitoba, Kempe’s Jig sera présentée au Festival Fringe, du 17 au 28 juillet. Renseignements : www.memafestival.com.

RENDEZ-VOUS SUR WWW.LA-LIBERTE.MB.CA!


B2 | CULTUREL

LALIBERTÉ| WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU3AU9JUILLET2013

❚ TÉLÉVISION

Qui offrira le plus bel été? Depuis le 27 juin dernier, Radio-Canada a lancé sa nouvelle émission d’été commune à l’Ouest canadien, Le plus bel été. Sabine TRÉGOUËT

autour de la gastronomie estivale. Chaque province avait réalisé un petit reportage. »

C

À Vancouver, une épicurienne s’est donc escrimée à vanter les mérites des cantines de rues alors que le pêcheur manitobain André Desrosiers a emmené les téléspectateurs sur la rivière Rouge.

« Chaque province est amenée à vendre sa région selon le thème de l’émission, raconte Lyne Barnabé, présentatrice de l’émission. La première, diffusée le 27 juin, était

« On va aller explorer des thèmes comme les activités en famille, l’été en ville, les incontournables touristiques ou encore la fiesta, explique Lyne Barnabé. Et pour l’animatrice comme pour tous ceux qui suivent cette émission, c’est l’occasion de découvrir des coins de l’Ouest voire du Nord, puisque

presse5@la-liberte.mb.ca

ette année, à RadioCanada, les quatre provinces de l’Ouest ont décidé de se lancer une compétition amicale : celle de proposer le plus bel été. À raison d’une demi-heure par semaine, l’émission explorera un thème différent à chaque fois. (1)

photos : Gracieuseté Radio-Canada

Lyne Barnabé est l’animatrice de la nouvelle émission de RadioCanada commune aux quatre provinces de l’ouest : Le plus bel été.

certains reportages proviennent

même du Yukon.

Ce type de clinique vous intéresse, veuillez joindre Dr Marc Fréchette, directeur des affaires médicales par courriel, téléphone ou par la poste, via les coordonnées suivantes :

FAITES CARRIÈRE AU CENTRE DE SANTÉ PROVENCHER MEDICAL ARTS Le Centre Provencher est en pleine évolution, et nous prévoyons que la phase 1 sera prête vers la fin 2013. Il est possible de progresser dans votre carrière que vous soyez un professionnel ayant plusieurs années d’expérience ou nouvellement gradué. Nous recherchons aussi des réceptionistes francophones dans le domaine de la santé avec au moins cinq ans d’expérience dans une clinique médicale ansi que des dentistes francophones.

➊ Travailler auprès d’une clientèle variée et stimulante bien ciblée dans le quartier franco-

Si ce type de clinique vous intéresse, veuillez joindre le Dr Marc Fréchette, directeur des affaires médicales par courriel, téléphone ou par la poste, via les coordonnées suivantes :

manitobain. Avoir accès en trois minutes à l’Hôpital Saint-Boniface pour : cours-conférences, stages, chirurgie, etc. Avoir accès à un terrain de stationnement chauffé sécuritaire pour votre voiture ou moto. Avoir du support aux équipes pour répondre aux besoins des patients. Combler au grand besoin de médecins francophones.

Docteur Marc Fréchette, M.D., CCFP., B.Ed, B.Sc, USLME 1,2,3 Directeur Centre Marion 172, rue Marion Winnipeg (Manitoba) R2H0T4 Téléphone : 204-221-4489 Télécopieur : 204-233-6185 Formulaire de contact par courriel : ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• marionmedicalcentre@shaw.ca

➋ ➌ ➍ ➎

| La force de la

technologie « C’est un projet très rassembleur, confie l’animatrice d’origine québécoise. Grâce aux nouvelles technologies, on peut faire ça rapidement. On est à 3 000 kilomètres de Winnipeg et on reçoit les tournages par Internet. »

Plusieurs médecins de famille et spécialistes feront partie de notre équipe médicale.

Pratiquer la médecine au Centre de Santé Provencher Medical Arts comporte plusieurs avantages tels que la possibilité de :

« On ne reste pas uniquement dans les grandes villes, on se déplace partout dans l’Ouest, confirme-telle. Et à la fin de chaque émission, les téléspectateurs votent pour l’endroit qu’ils ont préféré, pour l’endroit qui leur ferait vivre le plus bel été! On veut savoir où est-ce qu’on peut s’amuser le plus dans l’Ouest canadien. Et on le découvre chaque semaine avec des invités francophones et francophiles. »

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

L’équipe qui travaille sur ce projet s’étend en effet de Vancouver, où sont basés les deux réalisateurs Pierre Beaudoin et Monia Blanchet, à toutes les provinces où les vidéo journalistes réalisent leurs reportages. « J’ai des demi-sœurs et des demi-frères partout au Canada avec ce projet, lance Lyne Barnabé. Je fais partie d’une grosse équipe virtuelle, c’est vraiment plaisant. » (1) L’émission Le plus bel été est diffusée tous les jeudis à 18 h 30 à la première chaîne de Radio-Canada. Plus d’informations sur le site Web www.radio-canada.ca/leplusbelete.


CULTUREL| B3

LALIBERTÉ| WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU3AU9JUILLET2013

❚ MAISON DES ARTISTES

Le nouveau dg a confiance dans l’organisme La Maison des artistes visuels francophones accueille son nouveau directeur général, Éric Plamondon. Katrine DENISET presse6@la-liberte.mb.ca

près avoir donné un peu de repos aux brouhahas causés par le départ de l’ancienne directrice générale de la Maison des artistes visuels francophones (MDA), Liza Maheu, la MDA a annoncé, le 27 juin dernier, qu’Éric Plamondon viendra prendre sa place.

A

Liza Maheu a démissionné en février dernier lorsqu’elle a appris que le président du conseil d’administration de la MDA, Stéphane Dorge (qui demeure en poste), avait participé à un financement controversé à l’Université de Saint-Boniface, qui contrevenait aux lois électorales du Manitoba et du Canada. Avec sa démission, Liza Maheu avait affirmé que l’image de l’organisme serait désormais entachée. Son successeur, Éric Plamondon, voit tout le contraire. « Je pense que la tempête s’est calmée et tout le monde a eu le temps de respirer un peu, souligne-

t-il. N’importe où, il peut y avoir des tensions entre certains individus, mais dans ce cas-ci, l’organisme est resté intact. Alors c’est pour ça que j’y entre avec pleine confiance et pleine joie. Tout le monde sur le conseil est passionné et a confiance en la Maison des artistes. » Présentement adjoint particulier au Ministre des Administrations locales au Manitoba, Ron Lemieux, Éric Plamondon se dit prêt à quitter la politique pour s’immerger dans le milieu artistique. Un comédien récurrent au Cercle Molière ainsi qu’ancien organisateur d’évènement au Reel Pride Film Festival, le nouveau directeur général de la MDA a su se démarquer lors du recrutement. « J’ai un respect fondamental pour ce qu’essaye d’accomplir un artiste, révèle-t-il. Mon nouveau poste demande d’ouvrir des portes aux artistes, et d’avoir déjà un respect pour ces gens-là, c’est un bon début. « Il y a des artistes tellement talentueux et professionnels dans la communauté francophone, et aussi à l’extérieur, ajoute-t-il. Je suis honoré d’être capable de travailler

photo : Katrine Deniset

Le nouveau directeur général de la Maison des artistes visuels francophones, Éric Plamondon.

avec eux, de les encadrer, et de les outiller. » Éric Plamondon explique qu’il se permettra le temps qu’il lui faut pour s’adapter à la MDA avant d’annoncer publiquement ses idées de projets. Il y a toutefois déjà réfléchi. « J’admire le travail [du directeur artistique] Éric Lesage, dit-il. Il a mis sur pied des projets assez osés,

comme l’expo érotique PEEP SHOW, qui ont connu beaucoup de succès. Je veux voir comment on peut présenter d’autres choses du genre. « Je veux aussi travailler avec les partenaires qui existent déjà, et peut-être en chercher d’autres auxquels on n’avait pas pensé, conclut le nouveau directeur

général. Winnipeg est une place très culturelle, alors je veux aller chercher d’autres endroits publics autour de la ville où on pourrait contribuer. J’ai toujours dit que les francophones apportent un cachet dans tout ce qu’ils entreprennent. » Éric Plamondon débutera son travail à la MDA le 22 juillet prochain.

❚ CINÉMA

% 3

8 À É

U O L

Votre chez vous www.villaaulneau.ca Tournée virtuelle

204-594-6300 Tournée personnalisée

Son film en tous temps, partout et gratuit lors qu’il était au Festival de Cannes, en mai dernier, pour présenter trois courts-métrages inédits dans le Short Film Corner du Festival, le Winnipégois francophile, Orlando Braun, a fait une rencontre qui pourrait donner des ailes à sa carrière de producteur artistique de films.

A

« Je cherchais des gens qui pourraient être intéressés à acheter mes films et j’ai rencontré à Cannes les gérants de l’application pour iPhone et iPad, Play Festival Films, raconte-t-il. Ils ont aimé mon film 725 et ils l’ont acheté pour leur application. » Play Festival Films est une application gratuite pour visionner les meilleurs courts-métrages présentés à de grands festivals de cinéma, dont Cannes, TIFF, Sundance ou encore Palm Springs, ainsi que des longs-métrages. Elle existe depuis deux ans et elle est de plus en plus populaire.

« Mon film va pouvoir être vu de n’importe où au monde, n’importe quand et gratuitement, sur une application qui a déjà une bonne réputation, se réjouit Orlando Braun. C’est un avantage inestimable pour moi! » 725 est une fiction dramatique de 12 minutes au sujet d’une jeune fille forcée au trafic sexuel en Amérique du Nord, et qui essaie de s’en échapper. L’application Play Festival Films offre en ce moment le visionnement gratuit de quelque 80 films, mais les choix sont régulièrement renouvelés en fonction de ce qui est plus ou moins populaire. Le Winnipégois ne sait donc pas jusqu’à quand 725 y sera disponible, tout dépend du public. Orlando Braun précise que « l’accord d’achat n’est pas exclusif », ce qui lui laisse toute liberté de diversifier les sources de diffusion de 725 s’il le souhaite. C. H.-S.


B4 | CULTUREL

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

Le calendrier communautaire PROBLÈME N° 367

Avis : pour alléger le calendrier et permettre la publication d’un maximum d’évènements, les activités annoncées ne contiendront désormais que les principaux détails (de quoi il s’agit, endroit, date et heure, et où s’informer).

Île-des-Chênes ❚ 22 au 26 juillet • Camp EntrepreneuR • 9 h à 16 h • info. et inscription : 204-891-3361.

La Broquerie ❚ 29 juillet au 2 août • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École Saint-Joachim • info. et inscription : 204233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

La Salle ❚ 17 juillet • Rendez-vous sur le vert – Tournoi de golf du Festival du Voyageur • 10 h • Club de golf de Kingswood • Inscriptions et info. : 204-237-7692.

Notre-Dame-de-Lourdes ❚ 15 au 19 juillet • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • Terrain de jeux municipal • info. et inscription : 204-233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

RÈGLES DU JEU : RÉPONSE DU N˚ 366

Vous devez remplir toutes les cases vides en plaçant les chiffres de 1 à 9 qu’une seule fois par ligne, une seule fois par colonne et une seule fois par boîte de 9 cases. Chaque boîte de 9 cases est marquée d’un trait plus foncé. Vous avez déjà quelques chiffres par boîte pour vous aider. Ne pas oublier : vous ne devez jamais répéter plus d’une fois les chiffres de 1 à 9 dans la même ligne, la même colonne et la même boîte de 9 cases.

Saint-Adolphe ❚ 19 au 23 août • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École Saint-Adolphe • info. et inscription : 204233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

Sainte-Agathe ❚ 12 au 16 août • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École Sainte-Agathe • info. et inscription : 204233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

Saint-Georges

M O

T

S

C

R O

I

S

É

S

❚ 5 au 9 août • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École Saint-Georges • info. et inscription : 204233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

Saint-Léon PROBLÈME N° 736

❚ 8 au 12 juillet • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • Centre d’interprétation • info. et inscription : 204-233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

❚ Les mardis et mercredis • Club de conversation en anglais • 14 h à 16 h • Accueil francophone • 104 - 420 rue Des Meurons • info et inscriptions : 204-975-4250. ❚ Les samedis • Club d’anglais II • 10 h à 12 h • Accueil francophone • 104 - 420 rue Des Meurons • info et inscriptions : 204-975-4250. ❚ Les dimanches • Les dimanches Plaisir en famille • 13 h à 13 h 45, tous les dimanches de juillet et d’août • Musée de Saint-Boniface • 494, avenue Taché • info. : 204-237-4500. ❚ 3 juillet • Mercredis en musique : En vedette Sweet Alibi • 11 h 30 à 13 h 30 • Jardin de sculptures • 219, boulevard Provencher • info. 204-237-7692. ❚ 10 juillet • Mercredis en musique : En vedette D’Harmo • 11 h 30 à 13 h 30 • Jardin de sculptures • 219, boulevard Provencher • info. 204-237-7692. ❚ 13 juillet • Cinéma - Roche, Papier, Ciseaux • 20 h • Salle Antoine-Gaborieau, Centre culturel franco-manitobain • 340, boulevard Provencher • info. : 204-233-8972. ❚ 14 juillet • Banquet – L’union National Française • 17 h 30 • Club Éclipse • 255 avenue de la Cathédrale • Billets et info. : 204-2311716. ❚ 17 juillet • Mercredis en musique : En vedette Paul Cargnello • 11 h 30 à 13 h 30 • Jardin de sculptures • 219, boulevard Provencher • info. 204-237-7692.

Saint-Pierre-Jolys

❚ 24 juillet • Mercredis en musique : En vedette JP Hoe • 11 h 30 à 13 h 30 • Jardin de sculptures • 219, boulevard Provencher • info. 204-2377692.

❚ 22 au 26 juillet • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École communautaire Réal-Bérard • info. et inscription : 204-233-ALLÔ (2556) ou 1-800665-4443.

❚ 20 septembre • Atelier - Kim Phuc Phan Thi • 19 h • Cathédrale de Saint-Boniface • 190, avenue de la Cathédrale • info. et inscriptions: 204-233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

Shilo ❚ 26 au 30 août • Camp sport et plein air – Directorat de l’activité sportive • 9 h à 16 h • École La Source • info. et inscription : 204-233ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

Saint-Boniface la langue qui est en 7- Personnel. – MalHORIZONTALEMENT chances. usage, dont on se 1- Cédais pour un 8- Arbre fruitier. – Se sert ha bi tuel le ment temps. – Gros cradéplace. (pl.). – Cache. paud. 9- Sali de nouveau ce 11Guê pe. – Ar ri vée. 2- Dans une église, qui a été nettoyé. – construction verticale 12- Poisson. – Spacieux. Démonstratif. portant un décor 10Ha meau. – Peu ripeint, placée sur un VERTICALEMENT goureux. 1- Préparés à l'avance. 11- Porte dérobée. – autel (pl.). – Terme 2- Redonnes des forces de tennis. Choisie. à. – Liquide organi- 12- Impossibilité de mar3- Table de travail. – que. Accorda. cher, en l'absence 4- Propos mensonger. – 3- Logement des besd'atteinte motrice. – tiaux. – EndommaIdéalistes. Inventés. gea. 5- Exérèses. – Souri. RÉPONSES DU N° 735 6- Épeautre. – Bénitier. 4- Fonda ses calculs sur. – Fournir matiè7- Pris une expression re. de gaieté. – Parsemé de petits filaments de 5- Poisson d'eau douce. – Dernier repas de graisse. Jésus-Christ avec les 8- Affluent du Danube. – apôtres. Prophète hébreu. 6- Rivière de l'Asie. – 9- Manges. – Eau de Contrariée, exaspél'océan. rée. 10- Se dit d'une forme de

❚ Jusqu’en octobre • Le club de marche (50+) de Saint-Boniface • 10 h, tous les mardis et jeudis • L’Acceuil Colombien • 200, rue masson • info. : 204-233-0040.

❚ Jusqu’au 7 juillet • Semaine de l’histoire du Canada • Musée de Saint-Boniface • 494, avenue Taché • info. : 204-237-4500. ❚ Jusqu’au 2 août • Exposition : Annie Lalande • Galerie du CCFM • 340, boulevard Provencher • info. : 204-233-8972. ❚ Jusqu’au 30 août • Exposition : La chambre matricielle • La Maison des artistes visuels francophones • 219, boulevard Provencher • info. : 204-237-5964.

Autres ❚ 15 juillet • Souper - Prélèvement de fond pour l’équipe Grendell Falcons Euroteam • 17 h 30 • Dannys BBQ and Smokehouse • 1747, avenue Ellice, Unité B • info. et billets: 204-612-6876. ❚ 5 novembre • Discours public / Brené Brown, Ph.D. • 19 h • Centre des Congrès de Winnipeg • 375, avenue York • info. et inscriptions: 204233-ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443. ❚ 6 novembre • Atelier - Brené Brown, Ph.D. • 9 h à 16 h • Centre des Congrès de Winnipeg • 375, avenue York • info. et inscriptions: 204-233ALLÔ (2556) ou 1-800-665-4443.

La Liberté publie gratuitement les informations du Calendrier communautaire, mais peut limiter le nombre de fois qu’un évènement sera publié et la longueur des textes, en raison de contraintes d’espace. Les organisateurs d’évènements peuvent aussi réserver un espace publicitaire. Contactez Sophie Gaulin au 237-4823.

Pour faire la promotion d’un évènement communautaire (organisé de préférence en français par un organisme sans but lucratif et s’adressant à un public francophone), faites parvenir l’information au 233-ALLÔ avant midi le jeudi précédant la date de parution.

233-ALLÔ • 147, boulevard Provencher • Unité 106 • Saint-Boniface (Manitoba) R2H 0G2 Téléphone : (204) 233-2556 • Sans frais : 1 800 665-4443 • Télécopieur : 233-1017 Courriel : 233allo@sfm.mb.ca • Site Web : www.sfm.mb.ca/233allo


CULTUREL | B5

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

❚ INDUSTRIE MUSICALE « C’est plus difficile au départ, mais ça peut mener à de très belles chansons, assure le coordonnateur du Cercle d’auteurs. Ça a bien marché car les participants étaient tous très ouverts à la critique constructive. »

Belles rencontres d’écriture

Pour sa part, Micheline Girardin affirme en effet être « plus confiante désormais de montrer aux autres ce que j’ai fait, même si ce n’est pas parfait, pour avoir leur avis. Il fallait que je franchisse ce mur, et le Cercle d’auteurs m’a fourni l’environnement favorable pour cela ».

Les participants du premier Cercle d’auteurs du 100 Nons, qui s’est terminé le 13 juin dernier, sont satisfaits de leur expérience et prêts à continuer si l’atelier recommence. Camille HARPER-SÉGUY presse2@la-liberte.mb.ca

D

epuis février dernier et jusqu’au 13 juin, l’auteurcompositeur-interprète franco-manitobain, Daniel ROA, a travaillé toutes les deux semaines avec une dizaine d’artistes sur l’art d’écrire des chansons. Sur une idée du 100 Nons, il coordonnait le

| Nouvelles

premier Cercle d’auteurs de l’organisme. « J’étais plus un guide qu’un professeur, confie Daniel ROA. Les trois premières sessions, j’ai parlé des rudiments de l’écriture de chansons, de la structure, des rythmes, des outils qu’on pouvait utiliser pour s’aider à écrire. Ensuite, on a fait des exercices ensemble. Il y avait une douzaine de participants au début et on a fini à

collaborations photo : Camille Harper-Séguy

Le coordonnateur du premier Cercle d’auteurs du 100 Nons, Daniel ROA.

neuf. Sans compter quelques personnes qui sont venues juste pour une session. » Le 100 Nons avait déjà dans le passé organisé des cercles d’auteurs, mais ceux-ci étaient plutôt informels et ponctuels. C’était la première fois en 2013 que cet atelier était structuré en plusieurs sessions suivies. Le Cercle d’auteurs avait pour objectif d’aider les artistes dans leur processus d’écriture de paroles de chansons. « Il y avait un besoin d’encadrement dans la communauté artistique franco-manitobaine, estime Daniel ROA. Beaucoup de gens écrivent, que ce soit comme loisir ou par profession. D’ailleurs, de nombreux professionnels ont participé à l’atelier, comme Jocelyne Baribeau, marijosée ou encore Charles Leblanc! » Pour sa part, la participante Micheline Girardin, interprète de standards de jazz, a suivi l’atelier car « écrire des chansons m’a toujours

intéressée mais je ne l’avais jamais fait, confie-t-elle. Mon bagage technique pour l’écriture était très limité donc j’ai sauté sur l’occasion, d’autant plus que j’ai besoin d’un cadre pour me motiver à travailler! » Elle ajoute qu’elle est « en ce moment en train de me remettre à la musique. Ce Cercle d’auteurs était donc aussi pour moi un bon moyen de reconnecter avec les artistes ». « On a parlé de muse et des conditions parfaites de chacun pour composer une chanson, mais aussi de l’importance de parfois casser ces habitudes pour s’ouvrir à d’autres possibilités », rapporte Daniel ROA. Par exemple, la participante marijosée s’est donné comme défi d’écrire une chanson à la guitare, un instrument qu’elle n’utilise pas d’habitude. Elle a pu faire découvrir sa nouvelle chanson au public lors des Découvertes manitobaines en chanson, le 22 juin dernier.

Si les participants au Cercle d’auteurs sont repartis avec de nouvelles stratégies d’inspiration et d’écriture, ils ont aussi saisi l’opportunité de l’atelier pour créer de nouvelles relations musicales. « À la suite du Cercle d’auteurs, Mark Lefèbvre, Robert Nicolas et moi avons joué ensemble lors du déjeuner aux crêpes d’Envol le 24 juin, se réjouit Micheline Girardin. On s’est rencontrés au Cercle d’auteurs et c’était le fun de continuer à collaborer ensemble, mais à l’extérieur de l’atelier. » L’avenir du Cercle d’auteurs est encore incertain. Tout dépendra du financement que le 100 Nons recevra ou non. Mais déjà, Micheline Girardin souhaite y retourner si l’occasion se représente, car « on a eu de très bons échanges et c’était impressionnant de voir à quel point nos artistes fleurissent au niveau de leurs paroles et de leurs chansons, conclut-elle. J’espère que le Cercle d’auteurs va continuer car le potentiel de la relève est incroyable ».

photo : Katrine Deniset

Un héros de bande dessinée Près de 60 personnes se sont rassemblées au Garage Café, le 27 juin dernier, pour célébrer le lancement de l’album de bande dessinée, Sang d’encre : Bloodmajiq, du Winnipégois, Alexis Flower.

roman graphique, explique-t-elle. Il faut vraiment que le texte soit cohérent avec les images. »

Alexis Flower, qui a pourtant publié plusieurs livres pour enfants avec les Éditions des Plaines, les a remerciés cette fois-ci avec une évidente candeur, d’avoir accepté de développer avec lui sa nouvelle œuvre de 175 pages pour public adulte.

« J’ai tout mal fait au début, dit-il. Je faisais mes story-boards et mes scripts en même temps. Ça brise le rythme de l’histoire si je ne sais pas ce qui s’en vient. »

La construction d’un tel livre n’était pas des plus évidentes, constate l’éditrice qui a travaillé avec Alexis Flower pendant un an, Estée Sabourin. « C’est beaucoup plus complexe de faire un

Alexis Flower avoue qu’il est passé par le processus essai-erreur avant d’arriver à un résultat final.

Alexis Flower sera désormais assez occupé, puisque le livre Sang d’encre : Bloodmajiq n’est que le premier d’une série de trois livres. Sur la photo, on peut voir Alexis Flower, accompagné de ses deux amis, Ranée Dong et Cory Chatwell.


ÇA SE FÊTE

B6 | PHOTO-REPORTAGE

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

e n o tre p a ss a g e d s e té n a h nc q u ’o n s re v e n u e s e ie n d ly e n fa it fr si , g N o u s so m m e e ip n sse ri e n d ly W in m un, la ri che m o c u d rs d a n s v o tre F o h nipeg, es. L’accueil rticipants, W in . Je a p s e rest e éberl ué d té si Wow s, la généro ste pour nous… ju des échange s e é is n a rg o tivités toutes ces ac … Devoir suis éberluée houinard, Le C ré d n -A e ri Ma nde u’il y a une gra q c e b é u Q u d e la ontré à la press ont l’amour de d s n e g La Liberté a m s e d i, s ic e francophone é que le leur. Je n n io ss a communauté d p i ss u ta culture est tou liant le Québec re » t n o p langue et de la « au ouve le début d’un n . Merci! crois que c’est s qu’un miracle in o m e d n e ri t ce n’est and au Manitoba. E Margo Goodh nnelles ssions professio cas, cu is d s lle e u q n tous uelle chaleur, presse écrite! E la e d Quel accueil, q ir n ve l’a aussi de n elle foi e nipeg, le goût in W à r e inspirantes, qu rn u to goût de re itobaine. ça m’a donné le la communauté franco-man sà Josée Boileau m’intéresser plu chef Rédactrice en Le Devoir

PHOTO-REPORTAGE | B7

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

photo : Katrine Deniset

Cécile Mulaire a créé le personnage Bicolo.

photo : Camille Harper-Séguy photo : Katrine Deniset

Les Pères Oblats lors de la célébration eucharistique à l’Église du PrécieuxSang, le 21 juin.

photo : Camille Harper-Séguy

L’inauguration du La Liberté, le 24 juin.

sentier

Le monument La Liberté a été inauguré le 24 juin, place JosephRoyal.

n ie à la fr a n co p h o r e n n o d su z e et de ir é e !! ! Vo u s a ve è re , d ’ê tre fo rt fi e tr S u p e r b e ll e so ’ê d n o is n e a u tre ra m a n it o b a in e u ! ire prendre sa place Mariette Mula le ra é ectrice gén Présidente-Dir g entre Winnipe C e d a Tr d rl o W the most pate in one of ci ti ar p to y it n be a the opportu I so p ro u d to s a w ly n o Thank you for t o o le b ra ti o n s. N one friends wh h e c p l co u n rf ra e F d y n o m w d of ne with t I was so prou rated a milesto b le ce d Manitoban bu n a s e id themselv absolutely outd n and grace. , fu Lilian Tankard professionalism grams Partnership Pro itoba r, e g a n a M r io Sen Travel Man

photo : Katrine Deniset

Réal Bérard, caricaturiste de La Liberté depuis 1982.

photo : Daniel Bahuaud

La fête de la Saint-Jean-Baptiste, sous le signe de La Liberté.

photo : Dan Harper

Les plus beaux talents étaient sur la scène du Gala du 100e, le 25 juin.

photo : Thibault Jourdan

photo : Camille Harper-Séguy

John Stackhouse, rédacteur en chef du Globe and Mail, lors du colloque sur le journalisme.

Mario Girard, directeur de l’information à La Presse, lors du colloque sur le journalisme.

photo : Daniel Bahuaud

Les paperboys lors du Gala du 100e, le 25 juin.

photo : Camille Harper-Séguy

Les représentants de La Tribune, Le Devoir et La Presse lors du Gala du 100e.

photo : Dan Harper

Marc Marion, président de Presse Ouest, et Sophie Gaulin, directrice de La Liberté.

e ll si u m . It w a s w o p m sy t n e ll e c I still u c h fo r th e e x learned a lot! I . ic if T h a n k s v e ry m rr te re e as the speakers w and all the best n ai ag organised and ks an h T . e e event was fre can’t believe th berté! 0 years at La Li 0 1 te ra b le ce you Renee Barclay vous avez ers de ce que fi s è tr e tr ê z quipe deve munauté Vous et votre é voix de la com la e tr ’ê d t an rôle import ! créé et pour le rveilleuse. Bravo e m ix vo e n u ’est francophone. C David Angus l irecteur généra Président et D erce mber of Comm a h C g e ip n in The W te n a ire d e re l’ œ u vre ce n st iv it é s iv u rs u o p su e d e fe o u r a vo ir u n p ro g ra m m F é li ci ta ti o n s p li b us ta é ir o v a rquable(s). Vo pour a t m e re é t rt n e e ib im L a a vr L la embleur(euse)s rn a l, ce u x d e varié(e)s et rass à o u vr ir le s h o ri zo n s d u jo u s n ye ss i de nos concito x u ce t e e a ve z a u ss i ré u in a b à l’USB et aux t n franco-manito e té m u m a n ce u ré m u m co e ten ent au colloqu e Press. grâce notamm in le W nipeg Fre s an d is ça t an fr articles en Bertrand Naye diversité, beau c ve a é lit a u q nde b e ll e e Bravos!!! Gra m a n it o b a in s, s te is rt a s La Liberté, Mill d n é te c h n iq u e , g ra anseurs qui ont si bien boucl d é c o r, h a u te e, d so n t le s il extarordinair c e p ti o n n e ll e x e n o ti énergie, accue c u d » et ro ir é e , u n e p rit. « Class Act sp l’e à e it su u n e si b e ll e so e td e viennent tou pensées qui m e n de la semai . nd ce tout au long Raymond Lafo

photo : Dan Harper

photo : Camille Harper-Séguy

Sarah et Christian Dugas lors du Gala du 100e, accompagnés du maître de cérémonie, Vincent Dureault.

Ryan Richard a dansé la gigue au Gala du 100e.

photo : Dan Harper

photo : Camille Harper-Séguy

Le premier ministre Greg Selinger, le conseiller Daniel Vandal et Sophie Gaulin au Gala du 100e.

Le vernissage de l’exposition du 100 e a eu lieu le 27 juin au Centre du Patrimoine.

photo : Camille Harper-Séguy

Daniel ROA était le directeur musical du Gala du 100e.

photo : Camille Harper-Séguy

L’exposition du 100e rassemble des générations de lecteurs de La Liberté.


B8 | CULTUREL

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

❚ SCÈNE MUSICALE

Madame Diva de partout L’auteure-compositrice-interprète pour enfants francomanitobaine, Madame Diva, connaît l’été le plus achalandé de sa carrière musicale. Camille HARPER-SÉGUY presse2@la-liberte.mb.ca

L

a chanteuse francomanitobaine bien connue des enfants, Jocelyne Baribeau, alias Madame Diva, enchaîne les festivals et les spectacles comme jamais depuis mai dernier, et ce, jusqu’au 17 août prochain, date de clôture de Folklorama. « Je suis vraiment plus occupée que d’habitude cet été, affirme l’artiste. En juillet, je ne serai à Winnipeg que dix jours, parmi lesquels je participerai au Festival Folk de Winnipeg! Tout va s’enchaîner sans s’arrêter jusqu’au

17 août. Et encore, j’ai refusé des spectacles fin août pour passer du temps avec mes enfants. » Mais Madame Diva ne se plaint pas de toute cette activité estivale. « J’aime que les festivals et les spectacles grand public deviennent pour moi une norme, confie-t-elle. C’est le fun de pouvoir rencontrer les familles, les parents, plutôt que seulement les enfants quand je vais chanter dans les écoles. On jase, on partage beaucoup. Quand ils sont en famille, les gens ont plus de temps. « Sans compter que c’est stimulant pour moi, en tant qu’artiste, de rencontrer d’autres artistes lors de tous ces festivals »,

Les Filles de la Croix, une vie d’inspiration Dès les débuts de la congrégation, les Sœurs, grâce aux relations privilégiées avec Saint André-Hubert, curé de Maillé, étaient pratiquement des auxiliaires paroissiales. Les Sœurs canadiennes sont restées fidèles à cette tradition et partout où elles étaient insérées, elles répondaient aux besoins qui se présentaient : sacristine, formation des enfants de chœur, catéchèse, liturgie, visite des malades… Plus tard, elles accepteront la responsabilité de paroisses en Saskatchewan là où les prêtres sont peu nombreux.

photo : Gracieuseté M. Baribeau

Madame Diva enchaîne tout l’été les festivals pour la première fois, au Manitoba comme ailleurs.

assure-t-elle.

| Un nom

à l’extérieur Non seulement Madame Diva passe un été sur scène, mais elle ne s’en tient pas seulement au Manitoba, ni même au Canada. Elle a en effet commencé, du 2 au 5 mai dernier, par le Festival des Folies Franco-Fun en Ontario, où elle a donné deux spectacles et sept ateliers de marionnettes. C’est ensuite en Alberta qu’elle s’est rendue, pour animer un évènement familial de l’Association canadienne française de l’Alberta (ACFA) régionale de Wood Buffalo, le 17 mai dernier. « C’était ma première participation aux Folies Franco-Fun, ainsi qu’à un évènement de l’ACFA régionale de Wood Buffalo », précise-t-elle. Elle est maintenant partie en

Le plus grand nombre de Sœurs se trouve à la Villa Aulneau où « l’esprit de famille » hérité de nos premières Sœurs peut se déployer à merveille. Elles y continuent bien des services à l’extérieur et assument avec sérieux la mission de présence et de prière. Le thème du Chapitre Général de 2010 : « Choisir la Vie » nous porte et nous dynamise.

Et le 21 juillet prochain, c’est à Ottawa qu’elle lancera son second album Viva la Diva à Ottawa avec Marie-Claude et Marijo, qui lancent aussi chacune leur propre album pour enfants. « On avait déjà fait nos lancements ensemble à Winnipeg, en décembre dernier, et ça avait bien marché, affirme Jocelyne Baribeau. On fait chacune notre propre lancement, mais on s’entraide dans nos spectacles. » Cette entraide entre les trois chanteuses pour enfants francomanitobaines se retrouvera d’ailleurs aussi à Montréal, du 24 au 27 juillet, quand elles participeront ensemble à la scène jeunesse du Festival Juste pour rire pour la première fois. « C’est excitant car les foules au Québec sont énormes et c’est la première fois pour moi que je vais chanter là-bas, confie Madame Diva. Il y a une énergie tellement positive que j’ai hâte d’y être. »

Aujourd’hui, cela continue à Carlyle, Neepawa, Saint-Claude, Saint-Adolphe, Saint-Eugène et au Précieux Sang : visite des personnes âgées seules ou malades, animation de services dans les Foyers, catéchèse, soutien scolaire, formation, animation de la liturgie, membres des équipes paroissiales, soutien aux nouveaux arrivants, participation à la pastorale d’ensemble. À La Salle, Sœur Evelyn Pierret est responsable de la pastorale dans la paroisse. Jusqu’à cette année Sœur Laurette Dubois assurait le volet spiritualité dans le programme Nathanaël. Sœur Marie Moquin enseigne la catéchèse à plus de 300 élèves à l’École Christine Lespérance.

France avec la Troupe jeunesse de l’Ensemble folklorique de la Rivière-Rouge (EFRR), pour la première fois et jusqu’au 9 juillet prochain, où elle participera à des spectacles presque chaque jour comme musicienne, chanteuse et directrice musicale.

| Le Manitoba

reste présent

CLINIQUE DENTAIRE LACHANCE Dr Christine Lachance-Piché Dr Richard Santos 275, avenue Taché coin Horace Winnipeg (Manitoba) R2H 1Z8 Bureau :

(204) 233-7726 Télécopieur : (204) 233-7725

Nous acceptons les nouveaux patients.

Si elle a passé et passera beaucoup de temps sur les scènes musicales hors province, Madame Diva aura aussi vécu des expériences fortes au Manitoba durant son été. Elle a commencé par quatre spectacles au Kids Fest, à La Fourche, du 6 au 9 juin. « J’avais déjà joué en première partie de Fred Penner et Al Simmons en 2012, mais c’est la première fois que j’avais mon propre spectacle au Kids Fest », souligne-t-elle. Puis, à partir du 12 juillet, « ce sera ma première participation au Festival Folk de Winnipeg, dans la tente des jeunes et des familles, annonce-t-elle. J’y donne trois spectacles. J’en suis très fière car c’était dans le top de ma liste de choses à faire avant de mourir!

« Quand j’ai découvert le Festival Folk pour la première fois il y a 12 ans, comme spectatrice, j’étais alors chanteuse classique et ça a changé ma vie, raconte-t-elle. Je me suis dit que je voulais commencer à écrire de la musique, plutôt que de n’être qu’une interprète, puis monter sur ces scènes. Alors y être aujourd’hui, c’est mon rêve qui s’accomplit! » Enfin, l’été musical de Madame Diva se terminera du 10 au 17 août par le pavillon canadien-français de Folklorama, à Saint-Boniface, où l’artiste franco-manitobaine assume les rôles de directrice artistique, musicienne et chanteuse. « Il y aura du travail car on présente cette année un tout nouveau spectacle sur le thème du Fort Rouge, pour appuyer la Compagnie de La Vérendrye », révèle-t-elle. Par ailleurs, fin mai dernier, Jocelyne Baribeau a créé et présenté sur scène, avec quatre jeunes du programme alternatif du Collège Louis-Riel (CLR), un minispectacle de marionnettes sur le thème de la gestion de la colère. « C’est la première fois qu’on faisait ça, se réjouit-elle. Ces quatre garçons de 15-16 ans ont tout fait. Avec moi, ils ont écrit le spectacle et les chansons, ils ont fabriqué les marionnettes, et ils ont joué leur mini-spectacle de 20 minutes devant les 1res années de l’école Précieux-Sang. C’est une expérience à refaire! » De l’Ontario au Québec, en passant par le Kids Fest et le Festival Folk, l’été 2013 aura été pour Jocelyne Baribeau un enchaînement de premières. « C’est une année culminante, constate-t-elle. Tout va bien pour ma carrière! Je pense devoir ce succès à tous mes efforts à me déplacer souvent pour participer à des évènements contact partout au Canada, et mieux me faire connaître. De plus, j’ai lancé cette année mon second album, Viva la Diva, plus fort que le premier. Ça aide. « Après quatre ans de carrière de Madame Diva, j’ai réussi à me positionner comme artiste et désormais, je profite de l’effet boule de neige », conclut-elle.


CULTUREL | B9

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

❚ MUSIQUE

Manito Ahbee dorénavant à l’été Le festival de musique autochtone Manito Ahbee franchit un nouveau jalon, en août, en devenant un évènement estival, et en s’ouvrant davantage à la culture métisse. redaction@la-liberte.mb.ca

a 8e édition du festival de musique autochtone, Manito Ahbee, représente un pas majeur dans une nouvelle direction. Non seulement le festival se déroulera en août, au lieu du début de l’hiver, mais Manito Ahbee cherche à agrandir son diapason musical, en invitant des artistes métis, y compris des francophones.

L

« Cela fait partie de notre évolution, lance la directrice du festival, Lisa Meeches. Manito Ahbee attire plusieurs milliers de personnes, qui convergent vers Winnipeg pour notre grand powwow. Chaque année, ils sont plus

nombreux. Par conséquent, notre date traditionnelle de novembre devenait de plus en plus problématique. Les pluies verglaçantes et la neige trempe et glissante sur les routes mettaient à risque notre public en région. « Ces intempéries affectaient la vente des billets, poursuit-elle. La situation s’est davantage compliquée lorsque les Jets sont revenus à Winnipeg. On était souvent en conflit avec les matchs de hockey, et cela ne nous souriait pas. » En outre, Manito Ahbee, qui a longtemps été perçu comme un festival des Premières Nations, cherche à transmettre l’invitation aux artistes métis, y compris les francophones.

photos : Daniel Bahuaud 

C’est en grande pompe que le festival Manito Ahbee a rendu public les artistes en lice pour les prix des Aboriginal Peoples Choice Awards. En médaillon: Ray St. Germain, artiste métis qui a reçu le Prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations (Lifetime achievement award) du festival Manito Ahbee.

« Nous avons créé cette année une catégorie “Meilleur artiste francophone”, explique Lisa Meeches. Malheureusement, seulement deux artistes se sont présentés, et les règlements de notre concours stipulent qu’il faut au moins trois candidats en lice. De plus, il faut que les albums soumis aient été lancés dans les deux dernières années, ce qui a disqualifié plus d’un musicien intéressé. «  Nous n’en sommes pas découragés, poursuit-elle. Cela s’est produit dans le cas d’autres Défense nationale

Le comité de golf de la Fédération des aînés franco-manitobains organise son

tournoi de golf annuel. Nous invitons nos fidèles joueuses et joueurs, et nous lançons encore un défi aux familles : formez une équipe intergénérationnelle (fille, fils, petit-fils, petite-fille, neveu, nièce, cousin, cousine, etc)

L’année passée la famille Gauthier (Aimé, Marcel, Stéphane et Julien) représentait trois générations. Critères : avoir au moins une personne âgée de 50+ dans l’équipe et une certaine connaissance du jeu de golf. Venez clôturer les vacances d’été en jouant au golf! Pour le formulaire d’inscription, contactez : 204 235–0670 ou 1 (855) 235-0670 107 – 400, rue Des Meurons Saint-Boniface (Manitoba) R2H 3H3

Le jeudi 29 août 2013 Départs simultanés à 12 h Parcours La Vérendrye de La Broquerie 90 $ / personne Partie de 18 trous avec voiturette motorisée Souper succulent à la fin de journée - vers 17 h 30! Prix spécial pour la première équipe inscrite avec cotisation payée. Inscrivez-vous d’ici le 23 août 2013.

National Defence

AVERTISSEMENT POLYGONESDETIR DESHILO Des tirs de jour et de nuit seront effectués aux polygones de tir de Shilo jusqu’à nouvel ordre. Les polygones de tir sont des terrains sous le contrôle du MDN situés à environ 32 km au sud-est de Brandon et au nord de la rivière Assiniboine dans les cantons 7, 8 et 9; polygone 14 OMP, cantons 8, 9 et 10; polygones 15 et 16 OMP et cantons 9 et 10; polygone 17 OMP, dans la Province du Manitoba. Au besoin, une description détaillée de la propriété de Shilo peut être obtenue du Bureau du génie construction de la Base des Forces canadiennes Shilo. Toutes les limites, voies d’accès, routes et sentiers menant aux polygones sont clairement marqués et or nés d’écriteaux d’ACCÈS INTERDIT. La chasse est dorénavant interdite aux polygones de tir de Shilo. MUNIT IONS PERDUS

ET

EXPLOS IFS

Les bombes, grenades, obus et autres engins explo sifs similaires et leurs enveloppes peuvent causer des blessures ou entraîner la mort. Ne ramassez pas ces objets et ne les gardez pas comme souvenirs. Si vous avez trouvé ou si vous avez en votre possession un objet que vous croyez être un explosif, signalez-le à la police locale, qui prendra les mesures nécessaires pour l’éliminer. Aucunepersonnenonautoriséene peutentrerdanscesecteuroùtout accèseststrictementinterdit. ParordreduSous-ministre MinistèredelaDéfensenationale Ottawa, Canada 17630-77

catégories que nous avons mises sur pied dans le passé. Pour qu’il y ait intérêt, il faut qu’un grand nombre d’artistes soient conscients de l’existence de la catégorie. Et cela prend d’habitude plusieurs années, malgré une promotion plutôt agressive. » De fait, Manito Ahbee a embauché un ancien membre de son conseil d’administration, Léo Dufault, pour faire davantage connaître la catégorie du Meilleur artiste francophone. «  J’ai contacté une bonne cinquantaine d’artistes partout au Canada, indique Léo Dufault. Plusieurs musiciens, comme Florent Volant, étaient inéligibles puisque leur plus récent matériel remontait à plus de deux ans. D’autres, connus avant tout comme des artistes francophones tout court, se disaient intéressés, mais ne se sentaient pas tout à fait prêts d’afficher le pavillon métis. « Finalement, plusieurs artistes qui ont hâte de participer au festival sont au beau milieu de l’enregistrement de nouveaux albums, poursuit-il. Ils seront prêts l’année prochaine, ce qui est très encourageant. Somme toute, nos efforts ne représentent qu’un bon début. Il faudra développer davantage notre élément promotionnel parmi les chanteurs francophones, peut-être avec des organismes musicaux locaux, comme le 100 Nons. » Le président du conseil d’administration du poste de télévision APTN, Daniel Vandal, se réjouit entre-temps du fait que

REMERCIEMENTS

Daniel BAHUAUD

plusieurs francophones sont déjà en lice, bien qu’au sein de plusieurs catégories anglophones. « J’ai constaté que Marie-Josée Dandeneau et Renée Lamoureux figurent dans la catégorie “Meilleur nouvel artiste”, des Aboriginal Peoples Choice Awards (1), souligne-t-il. C’est très encourageant, surtout que Manito Ahbee inclut de plus en plus d’artistes métis. Cette année, le musicien Ray St. Germain a reçu le Prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations. C’est une belle reconnaissance pour un Métis. « Quant à l’élément francophone, il sera décidément à promouvoir davantage, puisqu’on sait que le français et le michif font partie intégrale de la culture de la nation métisse. Il nous faudra plus de représentation », déclare-t-il. Léo Dufault voit la situation du même œil. «  Tranquillement, Manito Ahbee ajoute l’élément métis, rappelle-t-il. Une fois que les Métis feront partie intégrale du festival, nous nous tournerons vers les Inuits. Cela se fera peut-être à petits pas, mais mieux vaut prendre plus de temps pour bien intégrer ces cultures, que de nous lancer dans une aventure précipitée et mal faite. Après tout, le symbole de Manito Ahbee est la tortue. Elle prend son temps, mais sait dans quelle direction elle avance! » (1) Les gagnants des Aboriginal Peoples Choice Awards seront annoncés lors d’un spectacle télédiffusé à l’antenne d’APTN, qui aura lieu le 18 août au Centre MTS, à Winnipeg. Renseignements : www.manitoahbee.com.

L'École haïtienne sans Frontières aimerait remercier tous ceux et celles qui ont participé au concert bénéfice du 14 juin 2013 au CCFM. Elle est particulièrement reconnaissante aux entreprises et organismes suivants : ÉFM, CCFM, Polar Inn & Suites Churchill, Laser Away Inc, Centre scolaire Léo-Rémillard, École Sisler, La Liberté, Envol, RadioCanada, SFM, Tall Grass Prairie Bread, Silver Jeans,Caisse, l'USB et United Way. Grâce à votre participation, nous avons pu recueillir 2 000 $ pour continuer à offrir une éducation de qualité aux élèves haïtiens à travers Internet, former des enseignants en Haïti, donner accès à plus de jeunes défavorisés à la technologie éducative. Au nom de tous ces milliers de bénéficiaires, nous vous disons encore merci et vous souhaitons de passer de bonnes vacances estivales.


FINISSANTES ET FINISSANTS 2013

B10 | PUBLICITÉ

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

félicitations à tous les diplômés et toutes les diplômées de la division scolaire franco-manitobaine! Chères finissantes, Chers finissants, Vous en avez fait du chemin depuis la maternelle. Vous avez grandi sur tous les plans et êtes arrivés maintenant à une étape marquante de votre vie. En suivant le cheminement scolaire tracé par la DSFM, vous avez acquis les connaissances, les attitudes et le savoir-faire grâce auxquels vous êtes maintenant fin prêts à résoudre les problèmes de la vie de tous les jours.

Que vous ayez choisi d’entreprendre immédiatement des études collégiales ou universitaires, ou de partir à la conquête du monde du travail ou du monde tout court, nous espérons que vous saurez utiliser ce que vous avez appris chez nous à la DSFM pour aller loin et toucher positivement le plus de gens possible. Bonne route!

Vous avez aussi développé la fier té d’appar tenir à la communauté francophone. Cette fierté vous inspirera à devenir des agents de changement au sein de cette communauté, à en assurer la vitalité et à contribuer à son rayonnement, ici au Manitoba et partout ailleurs au Canada.

ÉCole CommunautaiRe auRèle-lemoine Phoenix Nelson Tyler Abraham  Hailie Danica Allard  Destinee Rose Chartrand  Kirstie Brenna Marie Chartrand  Taylor Jade Combot Chartrand  Sean Steven Claude Foster  Christopher Joshua Simundson

ÉCole/Collège RÉgional gaBRielle-Roy Katelynn Arbez  Travis Arnal  Dylana Barnabé  Josée-Lynne Bérard  Rachelle Bjornson  Ron Boulet  Janelle Marie-Élise Buissé  Véronique Champagne  Rhéal Chartier  Mathieu Chase  Ian Robert Church  Réjean Courcelles  Colton Crew  Kaitlyn Michelle Crocker  Mikayla Currie  Jérémie Desmarais  Jacynth Dupuis  Kay-Lee Eary  Justin Everhardus  Zacharie Fowler  Eric Gagnon  Anaïs Rose Laird Gosselin  Dominique Grégoire  Michel Grimard  Jonathan Gustaw  Johana Gutierrez-Portillo  Adam Hacault  Matthew P.J. Hadley  Kim Halikas  Kalyca-Lyn Hébert  Mathieu Huberdeau  Tyler Hunnie  Katya Ingram  Zachary Joanisse  Tracy King  Robert Kirouac  Dée-Anne Krizak  Cédelynne Lachance  Colin R. Lagassé  Bryanne Lamoureux  Daniel Leclaire  Joël Legal  Nathalie Maheu  Chad Marchand  Gabrielle Marquis  Jérémie Normandeau  Océane Perham  Keanen Perron-Jolicoeur  Nicholas Plante  Shawne Poirier  Sylvie Reimer  Brett Rey  Ashton Robert  Daniel Rocque  Danica Rouire  Victoria Roy  Alex Sabourin  Daniel Sarrasin  Justin Saurette  Britney Schwab  Natalie Senécal  Janelle St. Jean  Justice St. Pierre  Desirée Talbot  Patrick Trudeau  Nicholas Vachon  Halie Zorn

Collège louis-Riel Sarah Abdalla  Jocrelle Aloumba  Chloé Arbez-Rondeau  Awa Renee Aw  Camille Beauchemin  Alyssa Bérard  Natasha Berthelette  Maxime Betournay  Ashley Bohémier  Patrick Bonomo  Nathalie Bordeleau-Laroche  Gavin Boutroy  Malaika Brandt-Murenzi  Emma Buissé  Herson Bujiriri  Patrick Bulger  Émilie Carr  Eric Carter  Keleigh Danais  Rachelle Dandonneau  Codey DeBlois DeBlois  Viviane Delaquis  Sarah Dheere  Yaye Fatou Diagne  Chloé Fabienne Angèle Dilk  Katrine Dornez  Réjean Dubé-Forslund  Martin Dugas-Lavack  Nicholas Dupas  Karina Durupt  Selma Elaaji  Adena Encontre  Élise Karianne Flaten  Miranda Friesen  Steven Friesen  Shayla Gallagher-Cohoon  Mia Andrée Gautron  Brigitte Gauvin  Nadine Girouard  Geneviève Gobeil  Sara Gossen  Cédric Gousseau  Madeleine Griffin-Rill  Kayla Guzzardi  Margot Joan Marion Henry  Julie Hince  Michel Hupé  Brian Denton Reece Hurd  Monique Kazadi  Renée Kielich  Fabiola Kirongozi  Sumaili Kissu  Renée Koga  Stephanie Koudou  Ryan Kruk  Alison Lacey-Bergeron  Stéphane Lacroix-Pouliot  Lauren LaFlèche  Rémi Laurencelle  Jean-Yves Lavoie  Jade Le Bel  Justin Lemoine-Mousseau  Luc Livolsi-Merritt  Jean-Luc Loiselle  Dominique Louër  Axel Mangiri  Jenna Mazur  Léo McGillivray  James McGillivrayLangelier  Asmae Megloub  Émilie Michalik  Colombe Mikangamane-Bikoyi  Messie Mikangamane-Minkala  Geneviève Morin  Breanna Morris  Samuel Mucha  Kit Muir  Hamda Ahmed Muuse  Gracia Mwashite  Diam N’diaye  Akou Elise Nekou  Rachel Kabengele Ngalula  Julie Nicolas  Hodan Osman  Brice Pambrun  Matthieu Pantel  Nicholas Paryniuk  Marc Pelland  Geneviève Plamondon  Danika Jocelyne Marie Plas  Julien Richard Poirier  Nicole Marguerite Prenovault  Marie-Eve Julie Thérèse Presber  Julie Preston  Emmanuel Rafiki  Jeremy Reiter  Colin Rémillard  Geneviève Riou  Mercedes Robin  Chantal Roy  Caitlin Marie Monique Sage  Henri Sanness Salmon  Alix Gabriel Savard  Gabriel Francis Manaige Sims  Danika Sosinkalo  Julien Pierre Joseph St-Amant  Aimée Surrette  Annick Svistovski  France Svistovski  Ramata Larissa Christina Tall  Kamille Collette Marie Taylor  Stéphanie Tétrault  Celeste Thériault  Véronique Thompson  Julien Tougas  Eric Trudeau  Glodi Tshiama  Vannen Vadivelu  Skye Heather Valde  Mohamed Reda Wardi  Cailem Winmill  Geneviève Yoko

Denis Ferré Directeur général

ÉCole la souRCe

ÉCole CommunautaiRe gilBeRt-Rosset

Sophie Mulaire

Mathieu Bosc

CentRe sColaiRe lÉo-RÉmillaRd Madelaine Sarah Allison  Marie-Andrée Bérubé  Emily Aisha Bibeau  Stephane Boileau  Danika Bourrier  Tatiana Bridges  Kendra Leigh Claire Carver  Geneviève I. Couture  Tasha Farmer  Emiliane Feza Namwira  Janelle Fontaine  Minerva Girgis  Pierre Guillette  Meighan Joe-Hogue  Papy-Junior Kwilu Muyumbu  Bryanna Lafantaisie  Cody Lafond  Renée Manahan  Danielle Mayer  Melissa Mitchell  Scott Pelland  Rhéanne Solange Suzanne Reimer  Alec Ricard  Céline Lise Marie Rivard  Jonatan Venancion

Collège RÉgional notRe-dame Chélyne Lucina Alice Badiou  Jérémie Normand Joseph Badiou  Tyler Joseph Gérald Bibault  Monique Micheline Marie Chappellaz  Jamie Clark  Justin Fernand Joseph Comte  Matthew Raymond Joseph Comte  Michel Fernand Joseph Comte  Philip George Côté  Sydney Megan Elizabeth Cowper  Christian Kenneth Joseph Grenier  Colin Allen Grenier  Deven Bruno Joseph Grenier  Vincent Albert Joseph Grift  Denis Henri Joseph Lesage  Bobby Gérald McNair  Jacqueline Juliette Marie Painchaud  Paul Jean Louis Saltel  Pierre Norbert Vuignier

ÉCole pointe-des-Chênes Jasmin Bissonnette  Christiane Bonneteau  Denis Bosc  Ryan Charles William Brooks  Ayla Curé  Jacques de Moissac  Jean-Marc Déquier  Stefan Dornez  Zacchary DJ Fredette  Jordon Ouellet-Hargreaves  Amanda Jorgensen  Émilie Morier-Roy  Shanelle Nault  Danielle Pelletier  Catherine Hofer Redhead  Brittany Ridley  Gabrielle Sorin  Rosalie Tétreault

ÉCole CommunautaiRe RÉal-BÉRaRd Russel Audet  Myriam Bérard  Shawn Dearborn  Joël Desharnais  Hope Dubois  Natalie Gauthier  Kamilla Hébert  Falon Jade Kroeker  Riley Hunter  Cody Larivière  Jared Magne  Déric Martel  Kristen Mathieu  Alexandre Robidoux  Samantha Serceau  Nicole Tétrault  Andrea Turnock  Josée Vigier

ÉCole RÉgionale saint-Jean-Baptiste Shane Brenden Benjamin  Colin Chartier  Shaeleigh Renée Chuckry  Mélanie Collette  Gabrielle Ginette Marie Delorme  Trent J Desautels  Megan Shelby Fraser  Brenda-Kelly Inashaka  Brianne Renée Marie Klassen  Sydney RaeAnn McCarthy  Mikael Norbert Parent  Mercedes Wyenberg

ÉCole saint-JoaChim Nicole Bernard  Chantal Chabot  Jocelyne Chartier  Vanessa Collette  Danielle Phoenix Doerksen  Colin Dumesnil  Dominic Dumesnil  Alex Gagnon  Troy Gagnon  Sylvio Gauthier  Rhéal Gérardy  Victoria Granger  Elise Gueret  Stéphane Laramée  Stephen Lord  Vanessa Maxine Roch  Dominique Simard  Daniel Taillefer  Alyssa Turenne

ÉCole saint-lazaRe Christian Cadieux  Brody D.M. Fouillard  Carla Fouillard  Sarah Fouillard  Chantel Grabauskas  Robyn Marie Hasselstrom  Mathiew Huberdeau  Rheanne Huberdeau  Rachelle Anne-Marie Lemoine  Kristjan Nicholas Simard  Nicholas Tremblay  Mona-Louise Underwood

CentRe d’appRentissage fRanCo-manitoBain Judny Gardine Accimé  Hubert Akilimali  Mbabazi Bahigani  Amoin Sylvie MarieFrançoise Ble Epse Akakpo-Akue  Yves Noel Bone Lekwa  Carine Boucher  Daniel Dorge  Suzanne Fréchette  David Girard-Jobin  Yvonne Esther Ilboudo  Heri Kavira  Gnaly Octavie Stephanie Koudou  Laticia Makuza  Olive Mpese Kaba  Alain Muhindo Mugosa  Kabisama Mukininwa  Bertine Munamba  Diane Nduwamariya  Richard Nduwayo  Rosette Nyavingi  Ysabelle Séri  Laurent SurvilleBaland  Josephine Wandja


COMMUNUTAIRE | B11

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

y COMMUNAUTAIRE y CHRONIQUE RELIGIEUSE GEORGES DRUWÉ

Ta Parole Seigneur est Vérité L’humanité est sans cesse émerveillée par les découvertes de l’univers matériel qui lui sont accessibles grâce aux instruments de plus en plus raffinés du monde scientifique. Qu’on nous dévoile l’empreinte lumineuse d’une étoile distante, maintenant épuisée, ou les agissements mystérieux des nano particules qui composent la matière de base de notre monde physique, ces succès couronnent à bon droit l’entreprise scientifique et lui donnent un prestige sans pareil dans les affaires humaines. Un prestige tel qu’il vient à masquer, pour plusieurs, des vérités encore plus étonnantes, à savoir que les réalités les plus incroyables ne se retrouvent pas au bout d’un télescope, ni à la pointe d’un scalpel, encore moins dans les entrailles de l’ordinateur le plus futé. Elles siègent au plus profond de l’être humain, cachées aux yeux du corps et des instruments de mesure. Ce sont les réalités transcendantes et divines qui ne sont accessibles qu’aux yeux de la foi. Si le merveilleux de la science est en effet spectaculaire, il pâlit à la lumière du divin qui habite la profondeur du cœur humain. Voilà une nouvelle, une bonne nouvelle à sensation. Situez-vous au village de Capharnaüm en l’an 30, près du lac de Génésareth. Un homme, assis à la proue d’une barque, étonne de ses paroles une foule ravie. À côté, trois pêcheurs, Simon, Jacques et Jean, fatigués et visiblement impatientés d’une piètre pêche, lavent leur filet. L’homme s’approche du premier, Simon, et lui dit : « Avance en eau profonde et lâche tes filets! » Sans doute ces pêcheurs de métier, déçus de leur insuccès mais bons connaisseurs du lac de Génésareth, sont-ils d’abord un peu méfiants devant la suggestion de cet homme, lui un fils de charpentier, un néophyte ignorant tout des astuces de la vie de pêcheurs. Simon lui rétorque alors : « Maître nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre, mais sur Ta Parole je vais lâcher les filets. » Et on connaît la suite. La quantité de poissons est telle que les filets se rompent. Alors Simon dans un élan de foi tel qu’on lui connaît bien, comprend à l’instant l’immensité de ce qui vient de se produire. Il tombe à genoux et professe : « Éloigne-toi de moi Seigneur car je suis un pécheur. » Cet homme, Jésus, sous le couvert d’un évènement banalement humain, vient d’enseigner une leçon à ses futurs apôtres. Les richesses les plus fondamentales sont dans les profondeurs de l’être et on y accède par la foi en la Parole de Dieu. Ces trois pêcheurs ont ignoré leur fierté humaine et sur la seule parole de Jésus, contre tous les instincts qui leur disaient que le geste serait sans doute futile, donnent suite à sa demande. Ainsi en est-il dans la vie que notre foi en la Parole fait rompre nos filets par une abondance de grâces. Les Livres saints sont jalonnés de scènes qui attestent de la force agissante et vivifiante de la Parole divine. Ce que Dieu dit, s’accomplit. Il est fidèle à sa Parole. Dès les premiers versets de Genèse, on lit que Dieu parle : « Que la lumière soit et la lumière fut. » Gen 1,3 Combien les scientifiques aimeraient en faire autant! Quant aux évangiles, on est en présence d‘une chronique des paroles de vie agissantes de Jésus. Le centurion qui lui dit : « Dis un seul mot et mon serviteur sera guéri. » La tempête apaisée où les forces même de la nature se soumettent à sa parole : « Calme-toi. » À la fille de Jaïre, étendue morte sur son brancard, Jésus ordonne : « Enfant, lève-toi! » Ce qui est remarquable dans toutes ces circonstances, c’est que le merveilleux fait toujours suite à un acte de foi, à la façon de Simon. Le monde scientifique et technologique dans lequel nous vivons est sceptique de ces démonstrations de foi parce qu’elles ne sont pas sujettes aux preuves rigoureuses qui rassurent l’esprit rationnel. Mais pour le croyant, la Parole seule de Jésus suffit malgré le fait qu’elle convie à une sagesse divine qui choque notre pensée humaine. Elle nous invite à une conversion. Jésus luimême exprime son admiration devant la foi du centurion : « Je vous le dit, même en Israël je n’ai point trouvé pareille foi. » Mais il faut encore aller encore plus loin, car la foi en la Parole de Jésus ne suffit pas. Il nous donne non pas des leçons livresques mais des leçons de vie. Nous devons leur donner suite. La mesure de la foi de Simon, c’est qu’il a lancé son filet. Le chrétien doit alors apprendre de Jésus que les vérités les plus étonnantes ne sont pas toujours étalées devant nos yeux ni entre des mains humaines. Jésus nous invite à nous avancer en eaux profondes, mêmes obscures, confiant qu’il est avec nous quand nous cherchons à étendre les filets de notre foi, sachant que notre pêche sera toujours abondante… car sa Parole donne l’être.

photo : Camille Harper-Séguy

Une collecte au-delà des espérances Le 13 avril dernier, le Franco-Manitobain atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), Victor Perrin, organisait pour la première fois une soirée sociale, Swingnons dans l’espoir à soir, au profit de la Société manitobaine de la SLA. À l’assemblée générale annuelle de l’organisme le 26 juin dernier, il est venu remettre un chèque de 15 826 $.

prennent de plus en plus connaissance de la maladie de la SLA et ils voudraient aider, mais ils ne savent pas comment. Cette soirée leur en donnait l’occasion.

« On ne savait pas trop à quoi s’attendre car c’était une première, mais j’aurais déjà été heureux avec 10 000 $, se réjouit Victor Perrin. Les gens ont été vraiment généreux, c’était presque gênant de recevoir autant d’appui! On a eu des prix incroyables pour l’encan, et aucune difficulté à vendre nos billets.

Pour sa part, la directrice générale de la Société manitobaine de la SLA, Diana Rasmussen, s’est réjouie de recevoir le chèque de Victor Perrin. « Ça va nous aider à mieux servir nos clients, conclut-elle. On reçoit beaucoup de demandes de choses à acheter et de counselling, donc c’est important pour nous de recevoir de tels dons, pour pouvoir y répondre. »

« Quand on sait que le Cornflower Gala de la Société manitobaine de la SLA, qui est le plus grand gala de collecte de fonds pour l’organisme, a pour sa part rapporté en mai dernier 31 000 $, c’est exceptionnel que notre soirée ait rapporté la moitié de ça! », souligne-t-il. Si la soirée, qui avait une ambiance de réunion de famille, s’est avérée si populaire, Victor Perrin l’explique par le fait que « les gens

« De plus, ajoute-t-il, j’étais entouré d’un comité qui a fait un très beau travail d’équipe pour la réussite de l’évènement. Chacun avait une responsabilité et a bien fait sa part. »

Motivé par ce succès, Victor Perrin prévoit déjà organiser une autre soirée en 2014. Reste à décider s’il garde la même formule ou s’il propose quelque chose de différent. De gauche à droite sur la photo : la présidente sortante de la Société manitobaine de la SLA, Lorna McLeod, Diana Rasmussen, Victor Perrin et la nouvelle présidente, Janelle Bordass.


B12 | HORAIRE DE TÉLÉVISION

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | DU 3 AU 9 JUILLET 2013

Télé-horaire de la semaine du 8 au 14 juillet 2013 DU LUNDI AU VENDREDI Semaine

SRC RDI TV5 TVA

08h00

09h00

09h30

Variées

Me À Toute une histoire table! 5h00 Salut, Cinémas variés bonjour!

10h00

10h30

11h00

11h30

12h00

L La télé sur le divan / Ricardo Variées TéléjouPénélope McQuade rnal Midi TéléjouLa période de rnal Midi questions Variées En Variées Mot de Variées thérapie passe Variées TVA nouvelles À mourir de rire

12h30 Variées

13h00

13h30

14h00

14h30

15h00

Beautés désespérées Cinémas variés

RDI en direct V Noces V 30 croisées millions Shopping TVA

15h30 Ma Mr. Bean

16h00

16h30

Cap sur l'été

TéléjouJournal de rnal RDI France 2 Variées Journal Plus belle Plus belle :25 Chiffres Variées :50 Suisse la vie la vie et lettres Champion Infopubli- Des jours Les feux de l'amour :25 Top :55 TVA nouvelles cité et des vies modèles

8 JUILLET

LUNDI

8 JUIL

17h00

SRC RDI TV5 TVA

16h00 Cap

MARDI

17h30

Paquet v. sur l'été express Le RDI National économie 16h50 Journal de Champion France 2 TVA Sucré salé nouvelles

18h00

18h30

TéléjouLes Voix rnal humaines 24 heures en 60 minutes Ports d'attache "Venise" Une minute pour gagner

19h00

19h30

20h00

20h30

21h00

21h30

Des Les Parent Les chefs! Pénélope McQuade squelettes Grands reportages Le Téléjournal Le RDI "Les poings de la fierté" National économie Dans les pas de Marie Curie Trésors de Apocalypse "L'enfer civilisation (1944-1945)" Fidèles au poste! Massicotte #5 Pt. 1 de TVA :35 Juste 2 suite le 15 juil nouvelles pour rire

22h00 Téléjournal Le National TV5 / :20Afrique :20 Sucré salé

22h30

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

:45 Nouv.

TéléjouCap sur l'été Frères et soeurs 24 heures sports rnal "Chassé croisé" 60 minutes Téléjourn- 24 heures en 60 Le Téléjournal Grands reportages al Québec minutes "Les poings de la fierté" :35 Actions spéciales Les Bougon "Pompes Ports d'attache Questions "Eaux troubles" funestes" "Venise" champion :50 "Le transporteur" ('02) Qi Shu, Jason :35 Dr House "Le héros :35 Statham. du jour" Publicité

9 JUILLET

9 JUIL

17h00

SRC RDI TV5 TVA

16h00 Cap

MERCREDI

10 JUIL

SRC RDI TV5 TVA JEUDI

08h30

Le RDI matin Les docteurs Téléjournal RDI en direct

17h30

Paquet v. sur l'été express Le RDI National économie 16h50 Journal de Champion France 2 TVA Sucré salé nouvelles

18h00

18h30

TéléjouAu rnal secours 24 heures en 60 minutes On n'est pas que des cobayes Qui perd gagne

19h00

19h30

20h00

20h30

Des Tout le Vengeance "Chaos" squelettes monde 2/2 Grands reportages Le Téléjournal "Artisan de père en fils" La parenthèse inattendue Invité(es): MarieChristine Barrault, M Pokora, Marc Lévy La cible "Dernier Esprits criminels recours" "Résidents surveillés"

21h00

21h30

22h00

22h30

Téléjournal Le RDI Le National économie National Miroir Cliquez TV5 le journal TVA :35 Juste :20 Sucré nouvelles pour rire salé

:45 Nouv.

Pénélope McQuade

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

TéléjouCap sur l'été Frères et soeurs "À 24 heures sports rnal nous le Michigan!" 60 minutes Téléjourn- 24 heures en 60 Le Téléjournal Grands reportages al Québec minutes "Artisan de père en fils" :35 Le sexe autour du Chacun cherche son Les trésors du Questions monde "Angleterre" toit Mékong champion :50 "Tequila Sunrise" ('88) Michelle Pfeiffer, Mel Gibson. :05 Dr House "La carotte ou le bâton"

10 JUILLET 17h00

17h30

16h00 Cap

Paquet v. sur l'été express Le RDI National économie 16h50 Journal de Champion France 2 TVA Sucré salé nouvelles

18h00

18h30

TéléjouCourants rnal 24 heures en 60 minutes Une jungle Par avion à l'autre Caméra Signé M café route

19h00

19h30

20h00

20h30

Des L'Épicerie La petite séduction squelettes Les grands Le Téléjournal reportages La Reine Bicyclette Verdict "L'affaire Maufront" "Miss Personnalité" ('00) Benjamin Bratt, Sandra Bullock.

21h00

21h30

22h00

22h30

Téléjournal Le RDI Le National économie National Voyages au bout de la TV5 le nuit "Montréal" journal TVA :35 Juste :20 Sucré nouvelles pour rire salé

:45 Nouv.

Pénélope McQuade

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

TéléjouCap sur l'été Frères et soeurs "Ne 24 heures sports rnal nous quitte pas" 60 minutes Téléjourn- 24 heures en 60 Le Téléjournal Les grands al Québec minutes reportages :35 Dans les pas de Marie Curie Trésors de Sentinelles de la Questions civilisation nature "Madagascar" champion :50 "Je vous déclare Chuck et Larry" ('07) Adam Sandler, :05 Infopublicité Jessica Biel.

11 JUILLET

11 JUIL

SRC RDI TV5 TVA VENDREDI

12 JUIL

SRC RDI TV5 TVA SAMEDI

17h00

17h30

16h00 Cap

Paquet v. sur l'été express Le RDI National économie 16h50 Journal de Champion France 2 TVA Sucré salé nouvelles

18h00

18h30

19h00

19h30

TéléjouLe plus bel Des Animo rnal été squelettes 24 heures en 60 Grands reportages minutes "Syria Behind Lines" Nomades de Mongolie Le règne de l'araignée La fièvre de la danse

20h00

20h30

Prière de ne pas envoyer de fleurs Le Téléjournal

Ainsi soient-ils "Accueil" "Couple et couplets" ('07) Drew Barrymore, Hugh Grant.

21h00

21h30

22h00

22h30

Téléjournal Le RDI Le National économie National Caïn "Jalousies" TV5 le journal TVA :35 Juste :20 Sucré nouvelles pour rire salé

:45 Nouv.

Pénélope McQuade

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

TéléjouCap sur l'été Ils dansent 24 heures sports rnal 60 minutes Téléjourn- 24 heures en 60 Le Téléjournal Grands reportages al Québec minutes "Syria Behind Lines" :35 Thalassa On visite Buenos Aires et l'estuaire Passe-moi jumelles Questions immense qui sépare l'Argentine et l'Uruguay. "Une famille en or" champion :50 Le gentleman :50 "Resident Evil: L'apocalypse" ('04) Sienna :35 Du Guillory, Oded Fehr. talent à

12 JUILLET 17h00

17h30

16h00 Cap

Paquet v. express RDI économie 16h50 Journal de Champion France 2 TVA Sucré salé nouvelles sur l'été Le National

18h00

18h30

TéléjouHumanima rnal 24 heures en 60 minutes Quand les requins attaquent Du talent à revendre

21h30

22h00

"Les aventures extraordinaires d'Adèle Zone doc "Citoyen ou Blanc-Sec" ('11) Louise Bourgoin. étranger?" 2/2 Les grands report Le Téléjournal Le RDI "Diane Dufresne" National économie Racines et ailes Faites la rencontre de ceux qui Partir Autrement habitent et protègent les gorges du Verdon. "La cité de l'ombre" ('08) Harry Treadaway, TVA :35 Juste David Ryall. nouvelles pour rire

19h00

19h30

20h00

20h30

21h00

Téléjournal Le National TV5 le journal :20 Sucré salé

22h30

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

:45 Nouv. TéléjouCap sur l'été "Louise-Michel" ('07) Bouli sports rnal Lanners, Yolande Moreau. Téléjourn- 24 heures en 60 Le Téléjournal Les grands report al Québec minutes "Diane Dufresne" :35 Taratata "Muse" Le groupe 'Muse' offre Le règne de l'araignée Questions quatre titres électrisants. champion :50 Le gentleman :50 "Le tailleur" ('05) Joanna Pacula, Chuck :35 Norris. "Traquée"

13 JUILLET

13 JUIL

SRC RDI TV5 TVA 13 JUIL

SRC RDI TV5 TVA DIMANCHE

14 JUIL

SRC RDI TV5 TVA

08h00

08h30

09h00

Toupie et Manny et Glurp Binou ses outils attack 4h30 RDI matin (week-end)

09h30

10h00

10h30

Galactik Gawayn / Football :45 Lou! RDI en RDI direct économie 7h30 Par avion On n'est pas que des Hôpital vétérinaire Reflets cobayes 5h00 Salut, bonjour! qu'est-ce Signé M Culture Qu'est-ce qui mijote route vélo qu'on att.

17h00

17h30

18h00

MagiNation

18h30

19h00

19h30

11h00 Oniva

11h30

12h00

12h30

13h00

13h30

14h00

14h30

15h00

15h30

16h00

16h30

Zone doc "Citoyen ou Toujours un train "Chérie, j'ai gonflé le bébé" ('92) Marcia étranger?" 2/2 Francine Laplante Strassman, Rick Moranis. TéléjouL'étéjou- RDI en direct Journal de TéléjouL'Épicerie rnal Midi rnal France 2 rnal TV5 le 21e Siècle Dans les pas de Marie Curie Trésors de Journal Ports d'attache Mixeur Tout le monde veut journal civilisation Suisse "Venise" prendre sa place TVA Viens voir Infopubli- Shopping TVA Infopublicité Présentation d'une "Aquamarine (v.f.)" ('06) JoJo, Emma Roberts. nouvelles ici cité infopublicité.

20h00

Le plus bel TéléjouARTVStété rnal Midi udio Bleu RDI en direct

20h30

21h00

21h30

La Semaine verte

TéléjouPenthouse La petite séduction Les enfants de la télé Médecins de combat rnal 5-0 "Frères d'armes" La Semaine verte RDI en ARTVSt- Découverte TéléjouCollection Explora Le monde direct udio rnal en parlait :55 Journal de Ma caravane au Le village préféré des Français Stéphane Bern nous Par avion Champion France 2 Canada "La Malbaie" convie à un voyage à travers 22 cartes postales. TVA "Les robots" ('04) Bridget Moynahan, Will :45 "Retour vers le futur II" ('89) Christopher Lloyd, Michael nouvelles Smith. J. Fox.

22h00 Téléjournal Téléjournal TV5 le journal TVA nouvelles

22h30

23h00

23h30

24h00

24h30

:25 Nouv. sports /:40 "Pirates des Caraïbes: Le coffre du

01h00

01h30

:15"Le petit guide du

mort" ('06) Orlando Bloom, Johnny Depp. voyage dans le temp... ARTVSt- TéléjouBleu TéléjouL'Épicerie Découverte udio rnal rnal :35 On n'demande qu'à en rire "Au Casino de Paris" :40 Acoustic "Le Zodiaque" Un caricaturiste, travaillant pour un journal, s'intéresse "La au cas d'un tueur en série. ('07) Mark Ruffalo, Jake Gyllenhaal. ballade d...

14 JUILLET 08h00

08h30

09h00

Bookaboo Manny et Le club ses outils des cinq 4h30 RDI matin (week-end)

09h30

10h00

10h30

11h00

11h30

Découverte "Les poissons" RDI en L'Épicerie TéléjouARTVStdirect rnal Midi udio 7h30 Règne À communiquer TV5 le Cliquez araignée journal 5h00 Salut, bonjour! "Danse Lascive" ('87) Jennifer Grey, Patrick TVA InfopubliSwayze. nouvelles cité

14 JUIL

17h00

SRC RDI TV5 TVA

Les chefs!

17h30

18h00

Oniva

18h30

Le Jour du Seigneur

19h00

19h30

20h00

20h30

12h00

12h30

13h00

13h30

14h00

14h30

15h00

15h30

16h00

16h30

TéléjouLa Semaine verte Second Une heure sur terre "Oscar" ('67) Claude Rich, Louis De Funes. rnal Midi Regard RDI en RDI en direct Bleu RDI en direct Journal de TéléjouLe monde direct France 2 rnal en parlait Racines et ailes Faites la rencontre de ceux qui Journal Comme un chef :10 Mot de passe habitent et protègent les gorges du Verdon. Suisse La victoire Shopping TVA Infopublicité Qu'est-ce "V.R." ('06) Cheryl Hines, Robin Williams. de l'amour qu'on att.

21h00

21h30

TéléjouDécouverte "Les Pérusse Les galas du grand Toujours un train rnal oiseaux" cité rire 2012 Gaétan Bouchard À communiquer RDI en Bleu Les grands TéléjouCollection Explora Second direct reportages rnal Regard À table! Journal de Questions pour un Les ambitieux Le sexe autour du France 2 super champion monde "Mexique" TVA Les gags Juste pour Dieu Merci! "Spécial "Tromperie" ('08) Ewan McGregor, Hugh TVA nouvelles Full Ado rire duos à relais" Jackman. nouvelles

22h00

22h30

23h00

23h30

24h00

24h30

01h00

01h30

Téléjou:25 Nouv. sports /:40 :40 "Van Gogh" ('91) Alexandra London, Jacques Dutronc. rnal Amour du country TéléjouL'Épicerie TéléjouLe monde TéléjouARTVSt- Les grands rnal rnal en parlait rnal udio reportages TV5 le :35 Ainsi soient-ils Verdict "L'affaire On n'est pas que des Super journal "Accueil" Maufront" cobayes champion "L'illusionniste" ('06) Jessica Biel, Edward Infopublicité Présentation d'une infopublicité. Norton.

La Liberté - 3 juillet 2013  

Les célébrations du 100e de La Liberté se sont déroulées du 21 au 27 juin dernier. Entre la célébration eucharistique, la fête au parc Prove...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you