Page 1

2e trimestre 2012

Journal d’information de la Communauté urbaine de Bordeaux

n°19 le Journal de

population de la Communauté urbaine de Bordeaux au 1er avril 2012 (estimation La Cub)

24 22 > Cité des Castors : un modèle de coopérative

> Qui habite  La  Cub ?

> Immobilier : qui fait quoi ?


Édito

Se loger Notre territoire est aujourd’hui l’un des plus attractifs de France. La qualité de vie avant tout, mais aussi les emplois, la capacité de s’y loger et des services publics de qualité expliquent cet attrait. La Gironde gagne de 15 à 20 000 habitants par an, dont la moitié vient s’installer sur le territoire de La Cub. En tant que décideurs politiques responsables, nous, élus communautaires, nous devons d’anticiper ces évolutions. La principale concerne le besoin en logement. Des logements pour tous, salubres, abordables, adaptés aux modes, aux étapes, et aux âges de la vie. Aujourd’hui, nous sommes environ 720 000 à habiter La Cub. Pour anticiper décemment les besoins d’une métropole attractive qui pourrait compter un million d’habitants d’ici 20 ans, nous devons construire davantage de logements : environ 9 000 par an, en maîtrisant les coûts du foncier et de la construction. L’attractivité de notre territoire ne doit pas se traduire par une augmentation inconsidérée du prix au m² sur la métropole bordelaise au risque d’exclure de plus en plus de personnes, qu’il s’agisse de nouveaux arrivants ou de jeunes actifs désirant s’installer. C’est à ce prix que nous enrayerons un étalement urbain vorace en espace naturel et trop souvent synonyme du toutvoiture. Avec « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs », j’ai voulu envisager une nouvelle façon de construire la ville : mettre en valeur du foncier disponible (les « dents creuses »), faire pression sur les coûts de construction et tirer avantage des investissements publics que nous avons consentis depuis plus de 10 ans sur les transports collectifs, et notamment le tramway. Ils doivent pouvoir profiter au plus grand nombre. Mon ambition est ainsi de développer la « métropole du quart d’heure », celle où, dans l’idéal, se trouvent à proximité écoles, commerces, espaces naturels et travail. Demain comme aujourd’hui, il s’agit bien de préserver notre qualité de vie, dont notre patrimoine naturel exceptionnel est la principale ressource. Je le répète souvent : le territoire de la Cub, ce sont 55 000 ha, dont 50 % d’espaces naturels. Il n’est pas question d’y toucher : la contrepartie de la métropole millionnaire et d’une croissance démographique raisonnée sera la préservation et la valorisation de nos espaces naturels.

>2

Vincent Feltesse Président de La Cub Maire de Blanquefort


zap de cub dossier

« Objectif Métropole »

4 8

décryptage

Immobilier : qui fait quoi ? 14

portrait

Agriculture bio et urbaine 15 La Cité des Castors

16

Les flux de la métropole

18

Carte blanche

François Ayroles, illustrateur

Chantier

20

La station Louis-Fargue

22

D’une commune à l’autre

24

Balade

Bordeaux Art déco

26

rendez-vous

28

Pratique

29

Parole aux groupes politiques

30

© Arthur Péquin

Des lieux


Budget rime avec

projets Dépassant à nouveau le milliard d’euros, le budget primitif 2012 confirme l’engagement de La Cub dans une dynamique d’investissement. Équipements, investissements, grands projets… La Cub a réaffirmé, dans son budget 2012 (1,097 milliard d’euros), sa volonté de poursuivre la dynamique enclenchée. Les quelques 422 millions d’euros programmés pour 2012 serviront en priorité les investissements d’intérêt général, au premier rang desquels les grands travaux et le soutien de l’activité locale. Dépassant, quant à lui, 2,2 milliards d’euros sur 5 ans, le Programme Prévisionnel d’Investissement (PPI) confirme le démarrage d’un nouveau cycle de grands projets pour la décennie à venir : 39,4 % pour les transports (participation à la LGV, 3e phase du tram, navettes fluviales, tramtrain du Médoc…) ; 21,8 % pour la voirie ; 13,6 % pour l’urbanisme et l’habitat ; 10,7 % pour l’eau et l’assainissement ; 5,7 % pour l’administration générale ; 4,4 % pour le développement économique et l’enseignement supérieur ; 3,4 % pour l’environnement ; et 1 % pour les autres domaines.

>4

Griller La Cub exporte les feux ? Le « tourne à droite » pour les vélos quand le feu est rouge se généralise. Prudence : autorisé aux seuls cyclistes et seulement aux feux équipés d’une signalisation spécifique.

ses idées

Le projet « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs » a été sélectionné pour participer à la 5e édition de la biennale d’architecture de Rotterdam, organisée cette année sur le thème « faire la ville ».

Sous forme de feux jaunes clignotants ou de petits panneaux triangulaires, tous deux représentant un vélo et une flèche à droite, ces nouvelles Pas moins de 4 continents, signalisations du code de la route 12 pays et plus d’une vingtaine vous seront bientôt familières. de villes dont New York, São Paulo Le décret d’autorisation a en effet et Delhi exposent leurs projets été publié au journal officiel le d’urbanisme et d’architecture. 27 janvier 2012. Attendu depuis Au total, 35 projets, dont celui longtemps, le « tourne à droite » de La Cub, ont été retenus concerne uniquement les vélos comme illustrant de manière (en aucun cas les motos et exemplaire la thématique de cette mobylettes) et les cyclistes n’en année. À travers les recherches devront pas moins faire preuve des 5 équipes d’architectes de de prudence, céder le passage l’opération « 50 000 logements », aux véhicules qui ont la priorité, La Cub présente les perspectives et bien sûr aux piétons. Cette de développement du territoire autorisation intervient après dans l’espace d’exposition une phase d’expérimentation « accueillir de nombreux dans plusieurs agglomérations : habitants dans les villes ». Nantes, Strasbourg, Bordeaux. Une exposition ouverte du 19 avril Dans La Cub, 10 carrefours tests au 12 août 2012 à Rotterdam. ont ainsi fait l’objet d’un suivi http://www.iabr.nl/EN/ accidentologique et d’observations terrain. Test concluant et du pain sur la planche pour le service expertise de la direction de Info + la voirie qui Le « tout droit » permet devrait auditer également aux cyclistes de pas moins de franchir les carrefours au feu 921 carrefours rouge lorsqu’aucune voie ne se trouve à droite. Le panneau à feux. Bonne de signalisation est identique nouvelle : une à celui du « tourne à droite » centaine de excepté la flèche, qui est feux a déjà été verticale ! auditée, il n’en reste que 800 ! www.lacub.fr/velo/tourne-a-droite

© Anne Leroy

© Arthur Péquin

>>> ZAP DE CUB

Marche arrière interdite

Pourquoi les bennes à ordures ménagères ne reculeront plus d’ici fin 2012 ? Explications. Malgré les marchepieds, les caméras de recul et le respect des consignes de sécurité, chaque année en France, plusieurs « rippeurs » (personnel qui collecte les déchets) meurent écrasés lors d’une marche arrière de leur benne, principalement dans les impasses. Le dernier accident de ce type a eu lieu en janvier en Charente-Maritime. Les risques encourus par les habitants et usagers de la voie sont les mêmes. C’est pour éviter ces accidents que la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés a mis en place la recommandation R437 interdisant cette manœuvre en collecte. Sur le territoire communautaire, 700 impasses ont été recensées. La moitié d’entre elles comporte des aménagements pour faire demitour, mais souvent encombrés par du stationnement illicite. Pour les autres, elles seront traitées au cas par cas en essayant de trouver la solution la plus acceptable pour la population en fonction des aménagements techniques possibles. Toute la question étant de concilier un service public de qualité avec une sécurité assurée.


© Vincent Monthiers

© Christophe Goussard

>>> ZAP DE CUB

Dessinez le

VCub

Ô API

days !

Les colonies d’abeilles accueillies l’an dernier par La Cub se portent bien ! Les APIdays, en juin, seront l’occasion de découvrir ces indispensables butineuses. Difficile de dire à quoi ressemblerait un monde sans abeilles : en butinant quelque 250 fleurs à l’heure, elles interviennent dans la reproduction de 80 % des plantes et 35 % de nos ressources alimentaires dépendent d’elles. Or, chaque année, des colonies entières disparaissent, victimes entre autres des pesticides répandus dans nos campagnes. Cela peut paraître paradoxal, mais aujourd’hui les colonies d’abeilles vivent mieux en ville qu’à la campagne ! Dans La Cub, où 50 % de la surface est occupée par des espaces naturels et agricoles, la présence de ruches répond à un triple enjeu : préserver la biodiversité, soutenir les apiculteurs, et sensibiliser le public sur l’importance des abeilles. Partenaire du programme « Abeille, sentinelle de l’environnement » créé par l’Unaf (Union nationale de l’apiculture française), La Cub fêtera les APIdays les 22 et 23 juin sur les sites où des ruches ont été implantées : au Bois Gramond à Eysines et sur la colline du Bourgailh à Pessac. Démonstrations, animations, dégustations… Tout un programme, et c’est gratuit ! www.lacub.fr ou facebook.com/naturesdecub

2012 La Cub lance un concours : habillez de votre création les VCub de la nouvelle collection 2012 ! À gagner : un abonnement Tbc et votre création sur 50 nouveaux VCub.

Opération

nature Pour que la nature soit encore plus ancrée dans l’identité du territoire et à l’heure des grands chantiers, La Cub lance une démarche originale auprès d’équipes pluridisciplinaires. C’est l’opération « 55 000 hectares pour la nature ».

À pois, à flammes ou à fleurs… les VCub sillonnent la ville et font leur défilé quotidien. Pour le concours 2011, 4 lauréats ont été sélectionnés sur plus de 250 participants, âgés de 7 à 77 ans. Cette année le défi est à nouveau lancé ! Le principe est simple : laissez libre cours à votre imagination et dessinez le nouveau visuel arrière du VCub. Vous avez du 2 avril au 4 mai pour envoyer vos créations, via le site Internet de La Cub ou par voie postale. Et cette année, vous pourrez voter et élire votre gagnant ! Un prix des internautes sera décerné au plus beau modèle. Un jury sélectionnera également 3 autres gagnants. À vos crayons ! Règlement et conditions de participation sur www.lacub.fr

55 000 hectares, c’est la taille de la Communauté urbaine. Aujourd’hui, la moitié de cette surface est constituée d’espaces naturels et agricoles. Objectif : protéger et valoriser cette richesse, en appréhendant la nature aussi bien dans ses fonctions sociales (loisir, cadre de vie), qu’économiques (agriculture urbaine, tourisme vert) ou environnementales (biodiversité). Qui participe ? Des équipes aux domaines de compétence larges : urbanisme, écologie, paysage, agronomie… D’ores et déjà des domaines d’intervention ont été identifiés comme sujets sur lesquels plancher : le cœur des villes, les grands espaces agricoles et forestiers, la valorisation des zones humides ou inondables, la mutation des friches à travers des projets nature et le Calendrier renforcement › Juin 2012 : choix des des trames équipes admises à concourir verte et bleue. › Juillet 2012 à janvier Rendez-vous 2013 : dialogue compétitif en juin pour avec les équipes le choix des › 2013 : définition des premiers projets sélectionnés équipes !

>5


© Alstom

>>> ZAP DE CUB

Plus d’espace ! De nouvelles rames pour un accès facilité à tous les voyageurs, pour un tram parfois moins galère ? C’est au programme… Extension du réseau, fréquentation croissante du tramway… Afin d’améliorer le confort des usagers, l’ergonomie des rames a été repensée. La Cub vient de passer commande de 26 nouvelles rames qui commenceront leur service dès la fin 2013 ; 5 à 30 rames supplémentaires sont encore en option pour l’horizon 2016. Le marché ouvert récemment posait plusieurs exigences. Transporter plus de personnes tout en assurant le meilleur confort possible. Volet important, en outre, ce « plus de personnes possible » devait être étendu à tous les voyageurs : valides comme handicapés. L’occasion pour les constructeurs de prendre en considération la très grande variété de difficultés auxquelles peuvent être confrontées les personnes à mobilité réduite. On ne voyage pas de la même façon selon qu’on est paraplégique, malentendant, de petite taille, de forte corpulence ou malvoyant. Les besoins des uns et des autres peuvent apparaître antagonistes… C’est le constructeur initial, Alstom, qui a finalement remporté la consultation. Les futures rames mesureront 40 m et pourront emporter

>6

300 personnes. Les « taux d’échange », ou montées/descentes seront améliorés par un nombre de portes accru : 6 doubles portes par face, contre cinq jusqu’à présent. Afin de faciliter l’accès aux personnes en fauteuil roulant et aux poussettes, les strapontins des parties centrales n’existeront plus. Ils seront remplacés par 3 sièges fixes de grande largeur sur un seul des côtés du tram. L’espace dégagé en face pourra contenir deux fauteuils roulants, les nouvelles rames pouvant en accueillir 6 en conditions sûres. Les affichages seront plus gros, les appels d’urgence plus accessibles… Une évolution substantielle, enfin, concernera les barres pour se tenir, jugées insuffisantes par de nombreux passagers. De grandes barres triples (dites « trilobes ») remplaceront les peu pratiques espèces de champignons centraux auxquels l’accès était difficile. Une barre transversale haute, permettra aux plus grands de s’accrocher. Objectif : un tram pour tous !

Atelier vélo

mobile Une chambre à air à changer ? Des freins usés ? Une selle qui brinquebale… ? Pas de panique, le Petit Camion Rouge du Garage Moderne arrive dans les quartiers.

Les débrouillards, ceux qui n’hésitent pas à mettre les mains dans le cambouis pour réparer eux-mêmes et à moindre coût, mais avec l’aide de vrais mécanos, leur voiture ou leur vélo, connaissent déjà le Garage Moderne. Ce lieu hors du commun, un ancien hangar industriel, mêle avec succès mécanique, insertion et culture. Seulement voilà, ce garage associatif est à Bacalan et s’y rendre, son vélo sous le bras, n’est pas toujours évident selon que l’on habite à Talence, Cenon, Lormont… D’où l’idée d’investir dans un atelier mobile. L’idée était simple, encore fallait-il y penser ! Aidée par La Cub à hauteur de 30 %, l’association a inauguré, le 10 février place Pey-Berland, son Petit Camion Rouge. Potence à vélo, compresseur… Tout y est pour effectuer la plupart des réparations. Au service de la mobilité des populations actives, en formation, ou en recherche d’emploi, le Petit Camion Rouge vise en priorité certains quartiers (où il suffira de s’inscrire via les partenaires sociaux sur le terrain) et les salariés des entreprises dans le cadre Le Garage des Plans Déplacement Moderne Entreprise. Aujourd’hui, seuls › 1 rue des Étrangers les vélos sont concernés, mais, 33300 BORDEAUX › 05.56.50.91.33 dans un deuxième temps, › www.legaragemoderne.org l’expérience pourrait s’étendre › Adhésion : 5 € par an aux deux roues motorisées.


L’art en ville

Une nouvelle œuvre vient d’être choisie dans le cadre de la commande publique artistique du tramway. Elle prendra place à la station « Lagardette Bassens Carbon-Blanc ». Travelling, Le Lion, Lieu-dit… vous les avez certainement déjà aperçues depuis le tram. Ce sont quelques-unes des 11 œuvres qui ont vu le jour depuis la création du réseau de tram en 2002. Le comité de pilotage de la commande artistique tramway s’est réuni en mars dernier et a sélectionné « Les Fées », une œuvre d’Antoine Dorotte, pour la station « Lagardette Bassens Carbon-Blanc ». « Le projet fait directement référence au patrimoine industriel qui façonne les rives de l’estuaire. Il s’attache à conjuguer les sentiments d’angoisse et d’espérance que les mythes du progrès et des techniques génèrent dans l’imaginaire collectif. À la croisée du réel et du fantasme, de la science et de l’affabulation, il puise ses référents dans la culture populaire, le cinéma fantastique, la science-fiction, le rock ou la bande dessinée ». Réalisé avec Zébra3, il sera accompagné de l’édition d’une bande dessinée de Winshluss (Zébra3, Les Requins Marteaux, galerie ACDC). « Les fées » sera présenté à la commission nationale de la commande publique au mois de mai, puis aux élus de la Communauté urbaine pour réalisation.

© Anne Leroy

© Sabine Delcour

>>> ZAP DE CUB

+

de Sur les logements

rails Lancement du projet « tram-train » du Médoc. Prévu pour fin 2014, il se matérialisera sous la forme d’un tramway classique reliant les villes de Bruges et de Blanquefort au reste du réseau de transports de l’agglomération.

Le dernier bilan des aides à la pierre de La Cub porte à près de 3 300, le nombre de nouveaux logements sociaux programmés en 2011. Détails… Distinctes des « aides à la personne » que sont par exemple les APL (Aides personnalisées au logement) ou les ALS (Allocations logement social), les « aides à la pierre » sont des subventions versées aux constructeurs de logements sociaux par l’État et les collectivités territoriales pour améliorer l’offre de logement. Hormis ses propres subventions, La Cub agrée pour le compte de l’État les opérations de logement social sur son territoire, ouvrant droit aux organismes HLM à des financements spécifiques et à des subventions d’État. L’objectif de La Cub est de répondre aux besoins en logements à loyer modéré, y compris pour certains publics spécifiques (jeunes…) et de permettre aux familles de rester en cœur d’agglomération. Pour cela, la programmation 2011 s’est concentrée sur les zones les mieux desservies en transports en commun et en services et a travaillé à équilibrer les zones déficitaires en logement social. Le bilan 2011 des aides à la pierre est consultable sur www.lacub.fr

Feu vert pour les travaux du tram-train suite à la signature par le Préfet de Région de l’arrêté de déclaration d’utilité publique le 23 mars dernier. Il s’agit d’un document administratif par lequel le Préfet donne son accord au projet. Le chantier débutera cette année pour une mise en service prévue fin 2014. Il s’agit d’aménager une ligne de tramway sur 7,1 km entre Bordeaux et Blanquefort, jalonnée de 6 stations et utilisant pour partie d’anciennes voies ferrées. La ligne sera raccordée au reste du réseau de transports en commun de La Cub (réseau Tbc), et notamment à la ligne C au niveau de la station Cracovie à Bruges. Dans un premier temps, seules les rames de tramway en service sur le réseau pourront y circuler. Des aménagements techniques seront effectués pour permettre à terme, la circulation d’autres matériels Chiffres clés roulants type › Vitesse moyenne de 38 km/h et « tram-train », Ter vitesse maximale de 70 km/h ou convois de fret. › Blanquefort – Bordeaux Quinconces www.lacub.fr en 22 minutes

› Blanquefort – gare Saint-Jean en 34 minutes › Un tram toutes les 10 à 15 minutes de 5 h à 1 h du matin, 7j/7

>7


>>> ZAP DE CUB

DOSSIER

objectif métropole

© Pascal Calmettes

En mutation permanente, l’agglomération bordelaise ne cesse de changer. Les grands projets urbains, les ambitions économiques, l’évolution démographique et le besoin de logements laissent entrevoir une métropole qui aura un visage nouveau en 2030. Décryptage… >8


>>> dossier

L’avenir © Anne Leroy

démographique Démographe et professeur à l’Université Bordeaux 4, Christophe Bergouignan analyse l’évolution de la démographie sur le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux, et pense son avenir. Le Journal de La Cub (JLC) : En quoi l’étude de la démographie peut nous aider à penser l’évolution de la métropole ? Christophe Bergouignan (C.B.) : Connaître les habitants d’un territoire permet d’avoir une idée de leurs besoins. C’est évident, par exemple, pour la part d’enfants et les équipements scolaires ou pour la part des personnes de plus de 80 ans et les hébergements pour personnes âgées. Savoir quels sont les types de ménages les plus fréquents permet d’adapter les politiques de construction de logements. Les caractéristiques de la population peuvent aussi jouer sur l’offre de transports publics. Vu sous l’angle du besoin d’équipements, les choses paraissent simples, mais il s’agit de relations complexes, les équipements sont aussi des facteurs de peuplement. Pour tenter de répondre à ces questions le démographe construit des simulations. JLC : Quelle a été l’évolution démographique de la Cub ces dernières décennies ? C.B. : Depuis plus de 40 ans, La Cub connaît une croissance démographique assez soutenue, il n’y a qu’à la fin des années 1970, que cette croissance a été presque nulle. Pour toutes les autres périodes, depuis 1968, la Cub a gagné entre Savoir quels 4 000 et 5 000 habitants par an. sont les types de Cette relative régularité cache une forte hétérogénéité, notamment au ménages les plus début des années 1970, lorsque la fréquents permet population des banlieues augmentait aussi d’adapter très vite et que la commune de les politiques de Bordeaux perdait beaucoup d’habitants. À partir de la fin des construction de années 1980, les différences de logements. croissance démographique au sein de la Cub sont moins marquées, la commune de Bordeaux cesse de perdre de la population. Au début des années 2000 elle fait même partie des communes dont la démographie est la plus dynamique.

JLC : Comment caractériser la population de l’agglomération bordelaise aujourd’hui ? C.B. : C’est une population plus jeune que la moyenne de la France ou de l’Aquitaine, avec dans les banlieues éloignées une surreprésentation des couples avec enfants, dans les banlieues proches davantage de jeunes adultes en début de carrière, des familles monoparentales et des couples avec leurs premiers enfants, et dans les communes de Bordeaux et Talence une forte sur-représentation des étudiants. Avec l’allongement de la durée des études, la présence étudiante à Bordeaux et Talence est de plus en plus marquée. La population des banlieues a commencé à vieillir, même si elle reste encore assez jeune. JLC : Et demain ? C.B. : Dans l’absolu il est impossible de répondre, car la future population de La Cub dépend de politiques dont toutes les modalités ne sont pas définies. On peut quand même proposer des simulations du futur se basant sur quelques déterminants. Elles montrent qu’on peut atteindre l’objectif d’une Cub millionnaire en habitants en 2035 avec plusieurs changements des comportements migratoires. Il faudrait réduire les départs de jeunes diplômés cherchant un emploi qualifié en Ile de France, dans d’autres régions et, de plus en plus, à l’étranger. Réduire aussi les départs de familles cherchant plus d’espace, achetant des maisons hors Cub, parfois très loin si leurs revenus sont modestes. Il faudrait aussi accroître les arrivées, de couples et de familles d’Île de France, de jeunes diplômés et d’étudiants d’autres régions de province, ou encore de populations étrangères. Cela suppose d’agir sur le développement économique et sur le logement et de savoir concilier la croissance démographique et la qualité de vie qui fait l’attrait de l’agglomération bordelaise.

>9


Emplois

Évolution de la population

par secteur d’activités dans la Cub en 2007

entre 1990 et 2010 (source INSEE)

(source INSEE RRP 2007)

Agriculture

1 821

Construction

22 809 Industrie

38 054

+10,98 % +15,60 %

122 796 Commerce, transports, services divers

France

Aquitaine

+19,30 %

+15,25 %

Gironde

La Cub

186 567

Administration publique, enseignement, santé, action sociale

hausse de la population

Variation de la population des communes de la Cub

stagnation de la population

(source recensement insee de la population)

baisse de la population

1968-1982

1982-1999

1999-2009

Destination des sols du territoire de la Cub (source Cub – PLU)

Zones urbaines Zones naturelles

Zones à urbaniser

> 10

Zones agricoles


>>> dossier Flux migratoires entre 2002 et 2007 (source INSEE RRP 2007)

7 37 93 7 9 27 2

Gironde hors CUB

Gironde hors CUB

1

15

Île de France

6 87

Île de France

8 08 60 9 6 49 4

32

5 19

6

7 58

5

4 94

1

5

4 94

1

32

40

Cub

5 19

90

40

Cub

2

90

2

08

Aquitaine hors Gironde

12 38152 385

08

14 6

Aquitaine hors Gironde

16 4116 415 5

14 6

hors France métropolitaine

46 7

50

46 7

50

province hors Aquitaine

province hors Aquitaine

Personnes recensées de 2005 à 2009 et déclarant un autre territoire de résidence 5 ans auparavant. Les départs hors France métropolitaine et mouvements des enfants de moins de 5 ans ont été estimés par simulation.

hors France métropolitaine

Âge des personnes entrées et sorties de la Cub entre 2002 et 2007 (source INSEE RRP 2007)

< 15 ans

15-24 ans

< 15 ans

15-24 ans

25-34 ans

25-34 ans

35-49 ans

35-49 ans

50-64 ans

50-64 ans

65 ans >

65 ans >

> 11


>>> dossier

Anticiper la métropole

Penser le futur de la métropole implique de s’interroger sur la question du logement. Comment faire du logement différemment ? Où peut-on avoir envie d’habiter ? Comment faire des logements pour tous, à la fois connectés aux transports et aux services ? C’est l’objet de l’opération « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs ».

 ! À voAric-ren-Rêve

ion Exposit ecture d’archit e r t n e C in du 26 ju e ovembr au 29 n b.fr ww.lacu w r u s s Info

1. Groupement OM ; Groupement Lacaton-Vassal ; Goupement Chemettoff et associés ; Groupement 51N4E ; Groupement AUC. Ces équipes comprennent des architectes, des urbanistes, des paysagistes, des économistes…

> 12

L’appel à projets des « 50 000 logements » avait reçu dans un premier temps 27 réponses émanant de cabinets internationaux d’architectes et d’urbanistes. En juillet 2010, La Cub a retenu 5 équipes1 et a instauré avec elles un « dialogue compétitif »� jusqu’en mars 2011. Un comité de 10 élus a été désigné pour réfléchir avec elles pendant presque un an afin de parvenir à des propositions qui deviendront des projets concrets, sur des sites pilotes, dès 2012. Comme le dit Christine Bost, vice-présidente de La Cub déléguée à l’urbanisme : « Avec toutes ces réunions avec les cinq équipes, je crois que l’on a enclenché une nouvelle culture et une nouvelle manière de faire la ville (...) C’est une nouvelle méthode où les élus prennent vraiment leur place ; l’urbanisme c’est vraiment de la politique, cela entraîne beaucoup de choses, c’est le vivre ensemble qui est en jeu. » Opérateurs privés et bailleurs sociaux ont également été de la partie même s’il s’agit avant tout de redonner l’initiative au public, par une maîtrise foncière plus réflexive, pour construire des logements de qualité et économiques dans un délai assez court. Certaines stratégies, comme la volonté de construire des T3, T4 ou T5 pour des familles nombreuses ou séparées en ville ont été retenues. De même que l’idée centrale de construire autour des axes de transports publics. C’est une impulsion qui en appelle d’autres, des projets qui veulent avoir valeur d’exemple.

Attirer les habitants dans l’agglomération Il se construit actuellement de 5 000 à 6 000 logements par an sur La Cub : il faudrait passer à 10 000 par an pour répondre aux besoins d’un accroissement de plus de 200 000 habitants d’ici 2030. Un des objectifs principaux est que le choix de résidence puisse se faire à l’intérieur de l’agglomération et pas forcément « hors ses murs ». Les familles qui fuient les fortes augmentations de loyers et des prix à l’achat s’éloignent de l’agglomération et par là même des bassins d’emplois. Elles multiplient leurs factures d’essence et sont confrontées à une forme d’isolement. Pour contrarier cette tendance lourde, il est nécessaire de proposer en nombre des

logements dans les limites de La Cub, de densifier l’espace et pas seulement en montant en hauteur les habitations. Situer ces nouveaux logements près des lignes de transports en commun est un des leviers pour l’immobilier. Cette conception de l’aménagement urbain offre également la possibilité d’atteindre à pied ou à vélo les services et commerces de proximité afin de construire la « métropole du quart d’heure ».

Des axes de réflexion Chaque équipe a travaillé sur des problématiques identifiées comme importantes : construire en tissu constitué (51N4E) ; proposer une offre résidentielle à proximité des pôles d’échanges et de transport (AUC) ; habiter la lisière des villes, entre ville et nature (Chemetoff) ; développer le logement dans les grandes zones commerciales (OMA) ; penser les espaces pavillonnaires et ensembles résidentiels (Lacaton-Vassal). Elles ont ensuite confronté leurs stratégies d’intervention sur le territoire de l’agglomération, en travaillant sur 15 sites pilotes. Si l’on prend l’exemple de Mérignac, une des options est d’implanter du logement à Mérignac-Soleil, et aller ainsi contre une certaine pratique des années 70, le « zoning », qui consistait à séparer le logement du lieu de travail et du commerce. Comme le dit Samuel Soriano, directeur du projet « 50 000 logements » à La Cub : « Les équipes ont cherché des terrains inhabituels ou non utilisés, ce que l’on appelle les délaissés de voirie ou les fonciers cachés. » La Cub compte par ailleurs une surface plus importante que d’autres villes françaises de friches, de terrains non occupés qui offre des possibilités d’habitat. L’agglomération compte aussi une surface importante de nature et de terres agricoles qui représente 50 % du territoire communautaire. Dans une logique similaire à l’opération « 50 000 logements », La Cub lance une consultation pour faire en sorte de conserver cette qualité de vie, grande préoccupation des habitants de l’agglomération. Une manière d’articuler habitation, transports, services, commerces de proximité et espaces paysagers pour faire de la métropole de demain un modèle d’équilibre. www.lacub.fr/50-000-logements


>>> ZAP DE CUB « Le logement est la porte d’entrée dans la ville. » Équipe Alexandre Chemetoff

« Le seul logement intéressant est le logement qui offre le maximum de volume et de relation avec l’extérieur. » Équipe Lacaton-Vassal

« Un beau logement est lumineux, traversant (double orientation), bien connecté à la ville, aux réseaux de transport et aux services, c’est aussi un logement économique. » Équipe 51 N4E

« Cette manière de penser la “fabrication de la ville” se base sur la conviction que pour être pérenne et amène, l’urbain doit être produit par et pour le citoyen, l’habitant. » Équipe OMA

> 13

© Arthur Péquin

« L’habitant n’habite pas juste son logement, il habite la ville en ayant conscience de celle-ci. » Équipe AUC


>>> décryptage

Immobilier : qui fait quoi ?

du 6 au 9 mars, La Cub a présenté le développement de l’agglomération au Marché international des professionnels de l’immobilier. L’occasion de livrer un aperçu de qui fait quoi en matière d’immobilier.

Agglo en mouvement, « 50 000 logements », mutation des quartiers Bordeaux Euratlantique, bassins à flot, quais de Floirac… Les grands projets de La Cub, changent le visage du territoire. Quid du rôle des promoteurs ?

La mixité au cœur des négociations avec les promoteurs Deux cas de figure distincts président à l’activité des promoteurs. Lorsqu’ils sont à l’initiative d’une opération, les promoteurs entrent directement en contact avec les propriétaires des terrains qu’ils souhaitent acheter. Aucune autre obligation que celle de respecter le Plan local d’urbanisme (PLU) ne pèse alors sur eux. Dans la pratique, toutefois, ils se rapprochent le plus souvent des collectivités concernées (municipalité, Cub) non seulement pour s’informer sur la teneur exacte du PLU, mais aussi pour s’enquérir des attentes en matière de logement. S’engagent alors des négociations sur le programme de l’opération. Ceci concerne non seulement le type de logements prévus (taille, hauteur, architecture…) mais aussi l’intérêt de proposer, audelà des logements en accession

directe à la propriété réalisés par les promoteurs, une partie destinée au locatif social. Certains règlements dans le PLU obligent d’ailleurs à cette mixité. C’est le cas, par exemple, des Servitudes de mixité sociale (SMS) qui obligent les propriétaires construisant à réserver un certain pourcentage d’une parcelle à la création de logements sociaux ; et des Secteurs de diversité sociale (SDS), qui imposent sur des zones beaucoup plus larges, de produire du logement social sur tout projet dépassant les 2 500  m2 de SHON (soit environ une trentaine de logements).

Quand La Cub a l’initiative La donne varie, bien sûr, quand l’initiative est publique. L’exemple le plus connu est celui des Zac (Zones d’aménagement concerté) qui permettent de développer les projets les plus adaptés aux besoins du territoire. Les collectivités, dans ce cas-là, maîtrisent davantage les données. Elles définissent le programme, arrêtent les différents types de logements et sélectionnent les constructeurs qui pourront les réaliser. En même temps que le terrain, qui généralement lui

appartient, La Cub fournit un cahier des charges précis et a toute latitude pour organiser, si elle le souhaite, des concours d’architectes ou des consultations intégrant différents critères comme la modération sur le prix de vente des logements. Des systèmes de concertation sont alors obligatoires aux différentes étapes du projet. Mais la collaboration de La Cub avec les promoteurs va plus loin. Hors la question des logements sociaux, des réflexions sont menées qui visent à servir l’intérêt général. Il s’agit notamment de modérer les prix de l’accession à la propriété. La Cub travaille actuellement, avec la Fédération des promoteurs et constructeurs, à la signature d’accords globaux avec l’ensemble de la profession.

Glossaire > PLU : le Plan local d’urbanisme (PLU) est le principal document de planification de l’urbanisme au niveau intercommunal. Il fixe les grandes lignes de l’aménagement urbain souhaité sur un territoire. > ZAC : les Zones d’aménagement concerté sont des zones d’aménagement spécifiques. Elles disposent de projets d’urbanisme et d’équipements publics précis soumises toutefois au PLU. > SHON  : remplacée depuis le 1er mars 2012 par la « surface de plancher », la Surface hors œuvre nette représente la surface habitable effective (hors épaisseur des murs, hauteurs sous plafond inférieure à 1,80 m, soussols dépourvus d’ouvertures, cages d’escalier, etc.).

> 14


>>> portrait

Il écoute

pousser

© Anne Leroy

les légumes…

Installé depuis moins d’un an aux confins du Taillan-Médoc et de Blanquefort, Nicolas Capeyron croit dans l’avenir d’une agriculture à la fois bio et urbaine.

Passionné, c’est sûrement ce qu’il faut être pour créer, à contrecourant de la crise agricole, une exploitation bio à 30 ans. C’est ce qu’est, sans nul doute, un Nicolas Capeyron confiant dans l’avenir de son maraîchage installé il y a moins d’un an sur la commune du Taillan-Médoc. Pas loin de 4 hectares en tout et vue panoramique sur le parc de Majolan. Pas mal… Avant de trouver à louer son terrain, le jeune agriculteur s’était fait la main – verte – un peu partout ailleurs en France. Le petit-fils d’artichautiers de Parempuyre, devenu technicien agricole, était monté jusque loin dans le Nord (l’Oise et même la Picardie) avant de revenir au pays comme chef de culture et formateur technicien au CFPPA1 de Blanquefort. Devenir maraîcher s’affirmait une aspiration de plus en plus évidente. La rencontre avec cette terre abandonnée du TaillanMédoc l’a décidé à sauter le pas. « Je savais qu’il y avait ici de gros besoins en légumes et notamment en bio. » Pour autant,

il avoue qu’il ne pensait pas forcément s’installer tout de suite en bio. « C’était un projet de développement d’entreprise. Parce que quand on travaille en bio, c’est beaucoup plus technique et pointu. J’avais un peu de crainte parce que sans l’arsenal phytosanitaire contre les maladies et les ravageurs qui attaquent les cultures, on travaille sans filet. Idem côté gestion des sols : les engrais organiques mettent aussi plus longtemps à agir. Il faut être beaucoup plus attentif et anticiper. Être à l’écoute des légumes ! » C’est l’éligibilité de sa parcelle directement en bio qui l’a décidé. « Ç’aurait été idiot de commencer en agriculture traditionnelle pour être obligé d’attendre les trois ans réglementaires de reconversion le jour où j’opterais pour le bio… En plus, nous ne sommes que 3 sur La Cub à avoir pu bénéficier de l’agrément direct 2. » Et c’est comme ça qu’il s’est lancé… Jusqu’ici tout s’est bien passé, comme en témoignent la quarantaine de légumes (de la

classique carotte à la roquette en passant par le radis noir…) et les dizaines de clients fidèles qui attendent leurs paniers chaque semaine dans les deux Amap avec lesquelles il travaille ou qui viennent les chercher eux-mêmes le samedi à l’exploitation. D’ici très peu de temps son site Internet permettra aux particuliers de passer commande directe. Il sera, en principe, le premier en Gironde à proposer cela. Technologies et traditions peuvent aussi former les plus heureux ménages… 1. Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole 2. Dans le cas d’une reprise de friches, bois, landes, parcours ou jachères, une réduction ou une annulation de la période de conversion est possible. Pour cela, un organisme certificateur vient constater l’état des terres en question.

CONTACT Biomajolan – Rue François Ransinangue au Taillan-Médoc www.biomajolan.fr Vente à la ferme le samedi de 10 h à 12 h DISTRIBUTION EN AMAP > Amap Nansouty Jeudi 19 h - 20 h 31 rue Mermoz à Bordeaux www.affinitiz.net/space/amapbordeaux-nansouty/about > Amap Bordeaux Descas anime4@habitat-jeunesbordeaux.fr

> 15


Le rêve des

© Sabine Delcour

Castors

> 16


Construire une maison soi-même et implanter un lotissement grâce à l’autoconstruction fut l’utopie de ceux que l’on nomme les Castors. Leur œuvre est toujours là, à Pessac, avec leurs habitants, comme un îlot qui résisterait au temps.

« Chacun doit donner 25 heures de travail par semaine et 15 jours de congés par an pour le chantier. »

Un « héritage merveilleux »

© Sabine Delcour

Entre 1948 et 1953, 150 maisons sont ainsi construites. Le système est le suivant : chacun doit donner 25 heures de travail par semaine et 15 jours de congés par an pour le chantier. Dessinés par un architecte, les pavillons sont d’une conception fonctionnelle mais ils bénéficient de tout le « confort moderne » et sont entourés de jardins. On attribue les maisons suivant le choix de chacun. Les Castors ne sont alors pas propriétaires des pavillons qui appartiennent à un Comité ouvrier du logement (qui intervient en cas de litige sur l’attribution). Ce n’est qu’en 1979, selon une volonté commune, que les maisons seront rétrocédées à leurs occupants. Le Comité ouvrier du logement sera lui l’opérateur de deux autres cités, l’une à Villenave-d’Ornon et l’autre à Mérignac. Martine Bourguelas, enfant à l’époque, toujours résidente, se souvient avec nostalgie que la cité comprenait une salle pour le cinéma et le théâtre, une coopérative alimentaire, une caisse de solidarité et, parce que la mairie de Pessac ne voulait alors pas aller jusqu’à eux, un château d’eau, toujours en fonctionnement aujourd’hui. Comme le dit Alain Sendat, président de l’Association syndicale des propriétaires de la cité des Castors : « Première du genre, cette initiative a égrené en France des années 50 aux années 70. On en dénombre une quarantaine et le mouvement des Castors compte nationalement 50 000 adhérents. Aujourd’hui, les choses ont changé à Pessac. À part l’approvisionnement en eau, les réseaux sont raccordés à la ville. Les Castors sont devenus propriétaires de leurs maisons en 1979 et 40 % des pavillons sont maintenant occupés par des personnes venues d’ailleurs. L’esprit n’est plus tout à fait le même. On tente quand même de conserver une forme de solidarité. Et, quoi qu’il en soit, quand on a été Castor, on le reste.

© Sabine Delcour

Nous sommes en 1948. Les logements manquent cruellement dans l’après-guerre. Les ouvriers n’ont pas les moyens financiers de se faire construire une maison. Les banques ne prêtent pas. Un prêtre ouvrier, membre des Jeunesses ouvrières chrétiennes (JOC), Etienne Damoran, a une idée : unir les forces d’un groupe de travailleurs pour autoconstruire des logements. Il organise une réunion ouverte à l’Athénée municipal, à Bordeaux, pour présenter le projet et, à sa grande surprise, la salle est comble. Les militants syndicaux sont là, les simples curieux aussi : le projet Castor est lancé et ne s’arrêtera pas, malgré toutes les difficultés. En 1949, Étienne Damoran, accompagné de deux délégués, « monte » à Paris pour faire le siège du ministère avec son idée en tête. Là encore, c’est un succès couronné par une loi de 1949 dite de « l’apport travail ». Elle précise que le travail que feront les Castors peut être comptabilisé comme un patrimoine et permettre l’octroi d’un prêt par les banques afin d’acheter le matériel. Ils sont 150 jeunes à s’unir. Ils achètent un terrain à l’extérieur de Pessac et le chantier commence dans l’enthousiasme communautaire, dans la jubilation d’une sorte de cité idéale faite par soi et pour soi. Ce que l’on nomme une « autoconstruction coopérative ».

>>> des lieux

© Sabine Delcour

En savoir plus www.cites-castors.com > Génération Castors – 1948-1998 la Cité des Castors de Pessac-Alouette, ouvrage collectif autoédité, 1999 > L’étonnante aventure des castors - l’auto-construction dans les années 50, de Maurice Vilandrau, L’Harmattan, 2002 > À voir : L’utopie de Pessac, un film de Jean-Marie Bertineau, produit par France 3

> 17


26 700 000 km parcourus + de 102 millio

59 %

des déplacements sur La Cub se font

en voiture

24 %

SOIR

12

12

9

3 6

des déplacements sur La Cub se font

à pied

11 %

9

3 6

17 %

30 %

PICS DE DÉPLACEMENT

des déplacements sur La Cub se font

en transports collectifs 4 % des déplacements sur La Cub se font

À Vélo

matin

6 PERSONNES = 5 VOITURES

SUR LA ROCADE

1 500 000 utilisations VCub en 2010

les

flux de


ons de voyages sur le réseau tbc en 2010

2déplacements 540 000 / jour sur l’agglomération bordelaise population ne se déplace pas

93 % du temps en stationnement

5,09 km

Domicile > lieu de travail : moyenne à vol d’oiseau pour les résidents de La Cub

la métropole

© Sabine Delcour

10 % de la

Sur une journée, une voiture passe


carte Blanche


François Ayroles, illustrateur La Cub a passé commande à des dessinateurs et illustrateurs de l’agglomération pour donner à voir leur perception de la future métropole. En voici deux extraits.


© Anne Leroy

>>> chantier

L’eau

grand

format Depuis les vastes toitures de la station Louis-Fargue, la vue s’échappe à 360° sur le nord de Bordeaux. Rien de tel qu’un peu de hauteur pour mesurer l’ampleur de ce chantier qui s’achèvera début 2014. Mise en service en 1975, remaniée une première fois en 2002, Louis-Fargue est l’une des plus importantes stations d’épuration parmi les 6 de l’agglomération. « Ces nouveaux travaux

> 22

La station Louis-Fargue est l’un des chantiers les plus importants actuellement pilotés par La Cub. Maillon essentiel du traitement de l’eau, elle participe également à la lutte contre les inondations. de construction et d’extension répondent à une mise en conformité européenne du traitement des eaux résiduaires urbaines », explique Pascal Botzung, directeur adjoint du service de l’eau à La Cub. Derrière les hautes façades de béton convergent les eaux usées et les eaux de pluie d’une partie de Bordeaux, Pessac, Mérignac, Le Bouscat, Eysines et Bruges.


Une machinerie sophistiquée À l’extérieur de la station, l’ambiance est plutôt silencieuse. L’intégration architecturale et paysagère a été abordée avec soin en raison de l’implantation dans le périmètre classé par l’Unesco. Une résille métallique habille les premiers bâtiments, un sobre bardage bleu les suivants. Des grilles rappelant celles des parcs publics seront installées par la suite, et un millier de végétaux vont être plantés. Une fois à l’intérieur, on ne verra pas, pour des raisons de sécurité, le bassin enterré de 22 000 m3 – soit 22 m de profondeur et 40 m de diamètre ! Mais d’une salle à l’autre, on croirait explorer la machinerie d’un supertanker. Des canalisations énormes, le chuintement sourd des pompes, une centrale d’énergie de secours grande comme un appartement. Des technologies très performantes ont été mises en œuvre selon un principe de traitement par décantation et biofiltration. Les matières organiques extraites de l’eau concentrent la pollution et sont consommées par des bactéries qui les transforment en boues, valorisées dans l’agriculture ou incinérées. Une fois l’eau entièrement décantée, elle peut être rejetée dans la Garonne sans risque pour le milieu naturel. Sur le site, du biogaz est produit pour chauffer

>M  aître d’ouvrage et propriétaire : Communauté urbaine de Bordeaux >D  élégataire chargé de l’exploitation : Lyonnaise des Eaux

une partie des locaux et générer de l’électricité revendue à EDF. La gestion des odeurs a elle aussi fait l’objet d’une attention particulière. Piégées dès leur origine, elles sont envoyées dans des tours de traitement, le bâtiment étant lui-même entièrement couvert.

 rchitecte : Tanguy du >A Bouetiez

Où vont les eaux de  pluie ?

>C  oût des travaux : 100 millions d’euros dont 25 % financés par l’Agence de l’eau

Dès les années 1980, La Cub a engagé d’importants investissements pour lutter contre les inondations en construisant des bassins de stockage et de gros collecteurs, en amont de la station. « Nous avons saisi l’opportunité de ce formidable ensemble d’ouvrages pour stocker, en dehors des périodes d’orage, la pollution générée par le ruissellement des eaux de pluie », poursuit Pascal Botzung. Qu’elle bruine ou tombe à verse, l’eau du ciel se charge en effet de poussières, de détritus ou d’hydrocarbures au contact des toitures et des chaussées bitumées. Elle doit donc être traitée, et un quart des capacités de Louis-Fargue va être utilisé en ce sens. Il faut savoir que ce ruissellement des petites pluies mensuelles génère à l’année une pollution comparable à celle des eaux usées. Les précipations d’orages n’en restent pas moins très surveillées en raison de leur intensité parfois violente. Celles du 2 août 2011 ont été

© Anne Leroy

© Anne Leroy

>>> chantier

> Paysagiste  : Anouk Debarre >5  4 mois de chantier au total, 60 entreprises régionales, nationales et européennes

>C  apacité de la station de 400 000 équivalents habitants

les plus fortes depuis 30 ans, et, sans cette logistique de collecteurs et de bassins de stockage pour lutter contre les inondations, il aurait pu y avoir jusqu’à un mètre d’eau dans certaines rues de la ville ! Pour expliquer tous ces mécanismes, les bâtiments d’exploitation de Louis-Fargue accueilleront un espace pédagogique avec mur d’eau virtuel et visite de l’usine en 3D… En savoir plus Suivez le guide “Une odyssée au fil de l’eau”, émission spéciale de TV7 à retrouver sur : www.lacub.fr/services-proximite/eau

> 23


>>> d’une commune à l’autre

Chaude ambiance et ferveur populaire au Carnaval d’Ambès Habiter La Cub

Qu’est ce que vivre dans sa ville ? C’est autour de cette question que le Collectif «Je suis noir de monde» crée Une ville à la campagne, du 2 au 12 mai, à

Ambarès-etLagrave

Les artistes s’intéressent à la vision que les Ambarésiens ont eux-mêmes de leur commune. Pour cette nouvelle installation présentée dans la salle du comité des fêtes de Lagrave, réservez vite : c’est gratuit ! Infos : 05 56 77 36 26 / www.evasion.ville-ambaresetlagrave.fr

Les silhouettes peintes de Maïtena Pour la deuxième fois, l’artiste diplômée des BeauxArts Maïtena présentera un

ensemble d’œuvres inédites au Centre culturel François Mauriac, à

Bouliac

L’exposition Silhouettes se déroulera du 21 au 23 avril 2012. Détournement de papiers peints ou de matières plastiques, matières abandonnées et brodées, tricotées, aiguilletées, assemblées, devenues précieuses… Rendez-vous au vernissage le vendredi 20 avril à 19 h 30  ! Infos : www.ville-bouliac.fr

Le 4 février dernier à

Ambès

les « carnavaleux » locaux et leurs invités dunkerquois ont su, sous le regard bienveillant d’un géant des Flandres, « la Reuzine », enflammer le cœur des 400 à 500 personnes défilant dans les rues de la cité. Les repas pris en commun le midi et le soir ont redonné les forces nécessaires à tous pour apprécier sans retenue le concert final « des Prout ». À l’année prochaine pour une nouvelle édition ! Infos : www.mairie.ambes.fr

Tu tires ou tu pointes ? Pour la vingtième fois, la plaine des sports de Séguinaud, maintenant desservie par le tramway, accueillera son du 1er au 3 juin 2012. Cette année, la compétition se déroulera sur le nouveau terrain extérieur au cœur de la commune de

National de Pétanque

Bassens

Le boulodrome couvert, en cours de construction, sera terminé fin 2012. Venez encourager les joueurs, dont Quand la morue invite la certains font partie de l’élite pomme de terre nationale, voire mondiale et Pour sa 17e édition, la Fête n’oubliez pas vos boules de de la Morue, désormais pétanque ! traditionnel rendez-vous du Infos : www.ville-bassens.fr début d’été, invite la pomme de

Comprendre notre rapport à la nature

En partenariat avec le Conseil départemental des Agendas 21, des étudiants de l’université Bordeaux 3 réalisent une étude sur la perception de la nature à

Artigues-près-Bordeaux

mais aussi à Martillac et à Saint-Médard-en-Jalles. Reposant sur une enquête menée auprès de la population, il s’agit de connaître le regard que chacun porte sur la nature et la biodiversité dans la ville. Restitution : mai 2012. Infos : 05 56 38 50 50 / www.artigues-pres-bordeaux.fr

20 ans d’Échappée Belle à

Blanquefort Le festival Échappée Belle fêtera ses 20 printemps du 4 au 10 juin. Un joli parcours et une longévité assez exceptionnelle pour un festival jeune public vitrine des arts de rue, dont l’essence même est de jongler avec les esthétiques, du théâtre à la danse, du conte à la musique, du mime aux arts du cirque. Cette édition anniversaire promet de belles surprises. Un week-end grand public (les 9 et 10 juin) de folie passagère investira le Parc de Fongravey pour vous offrir une fois encore une échappée poétique. Infos : www.lecarre-lescolonnes.fr

> 24

terre d’Eysines. Cette grande fête populaire se tiendra les 1er, 2 et 3 juin dans les rues de la ville de

Bègles de la place du 14 Juillet au stade, fermées à la circulation et rendues aux piétons en la circonstance. Concerts, arts de la rue, expositions, jeux et ateliers pour les enfants, mais aussi cuisine et gastronomie, font de ces trois jours une fête pour tous, où chacun trouvera son bonheur. Infos : www.fetedelamorue. mairie-begles.fr


>>> d’une commune à l’autre Cenon cultive la teranga Comme chaque année depuis 2001, l’Union des Travailleurs Sénégalais de France organise à

Cenon

son festival, Sénéfesti, une journée entière consacrée à la mise en valeur des pratiques artistiques et de la culture africaine. La prochaine édition enchantera le Parc Palmer le 23 juin prochain. Films, concerts, défilés et débats propices aux échanges et à la célèbre convivialité sénégalaise ! Infos : 06 88 05 30 45 / www.utsf-gironde.org / www.ville-cenon.fr

Rencontres Citoyennes

Carbon-Blanc

souhaite continuer le débat citoyen amorcé par La Cub à l’occasion de la concertation PLU 3.1. La ville organise en 2012 quatre “rencontres citoyennes” pour débattre avec les habitants sur les grandes politiques sectorielles (transport, urbanisme, cadre de vie, emploi, éducation). Chaque rencontre traitera le sujet en deux temps : « Carbon-Blanc aujourd’hui », « Carbon-Blanc demain ». Infos : www.carbon-blanc.fr

2012 est l’année du

lancement officiel de l’agenda 21 à

Un nouveau parc à

Bruges Floirac

Le tout jeune Parc des Étangs comprend sur ses trois hectares un cheminement piéton de 800 mètres, qui permet de profiter d’un paysage naturel au sein même d’un nouveau quartier d’habitations. L’étang de deux hectares est parsemé d’une dizaine de petits jardins flottant sur l’eau où fourmillent carpes et truites. Accessible depuis la voie Bordeaux-Eymet, ouvert toute la journée, il fera le bonheur des promeneurs comme des pêcheurs… Saison : quand le théâtre vient à vous Infos : www.ville-floirac33.fr Des spectacles habituellement proposés au Théâtre des Quatre Saisons envahissent les différents quartiers de Deux années seront nécessaires à la construction du plan d’actions dans la perspective d’inscrire Bruges durablement dans son développement. La semaine du développement durable, qui s’est déroulée du 1er au 7 avril, était l’occasion d’inviter les Brugeais à participer à de multiples animations ainsi qu’à recueillir leurs attentes. Infos : www.mairie-bruges.fr

La 5e

Gradignan

 :

dans un coin de verdure, sur les bords de l’Eau Bourde... Partagez un moment décalé dans un cadre unique et atypique. Du 3 au 6 mai 2012, des artistes toujours plus inventifs et des spectacles surprenants prennent possession des lieux : cabaret participatif, chorégraphie contemporaine, théâtre burlesque, musique Klezmer, airs de tango, de jazz et de musique manouche... Infos : 05 56 89 98 23 / www.ville-gradignan.fr

Rétrospective consacrée à Michel Majerus :

une 1ère en France

Du 31 mai au 23 septembre 2012, la Grande nef du CAPC de

Bordeaux

s’habille des couleurs du Luxembourgeois Michel Majerus. Outre la célèbre rampe de skateboard, support de peinture, le musée présente 33 œuvres puissamment actuelles de l’artiste disparu en 2002. Gigantisme, culture numérique, réinterprétation du Pop Art : cette exposition est une occasion unique d’initier les adolescents à l’art contemporain. Infos : 05 56 00 81 50 / www.capc-bordeaux.fr

Une journée bien remplie !

Eysines propose le samedi 2 juin de 8 h à 14 h la 8e édition du Raid des Maraîchers, en partenariat avec les communes voisines : à travers les terres maraîchères de la vallée de la Jalle, randonnées pédestres et cyclos, visites, dégustations des produits des agriculteurs locaux. Un parcours enfants est également prévu. L’après-midi, la ville d’Eysines, partenaire de la Fête de la Morue, donne rendez-vous à Bègles aux randonneurs pour venir déguster une brandade ! Infos : 05 56 16 18 18 ou 18 13 / www.ville-eysines.fr

> 25


>>> balade

Bordeaux

Art déco

> 26

Durant la période de l’entre-deux-guerres (1919-1939), l’agglomération bordelaise ressemble à un vaste chantier. La moderne architecture des édifices publics et de l’habitat privé emprunte alors à l’Art déco ses formes épurées et géométriques, ses reliefs plats, ses profils cassants. Une balade dans le centre de Bordeaux nous replonge au cœur de cette modernité concertée.

© Christophe Goussard

Suivant un cheminement qui serpente à travers le centre ville, notre circuit débute allées d’Orléans par l’imposante volumétrie du Splendid Hôtel (1), conçu en 1933 comme un palace de luxe, confortable et moderne. Plus à l’ouest, l’hôtel particulier construit entre 1913 et 1927 pour l’industriel Henry Frugès (2) se dresse au 63, place des Martyrs-de-la-Résistance. Animée par un bow-window, une galerie et une loggia (ornée de mosaïque et d’une frise sculptée de Gaston Schnegg), la façade réalisée par l’architecte Pierre Ferret, ne traduit qu’imparfaitement le luxe et le raffinement de la décoration intérieure, partiellement conservée. Plus caractéristiques des styles Art déco, les maisons construites côté est de la rue Jean-Soula (3) offrent une intéressante déclinaison de lignes géométriques et de reliefs plats, signée par quatre architectes bordelais (Perrier, Lejoly, Prévot et Gaujeac fils). Comptant parmi les modernes équipements publics entrepris par le maire-bâtisseur Adrien Marquet, sous la férule de l’architecte-en-chef Jacques d’Welles, la piscine municipale (4) par l’architecte Louis Madeline (1935), le mémorial de la Grande Guerre (5) par J. D’Welles (1929), le groupe scolaire AnatoleFrance (6) et la galerie des beaux-arts (7) par D. Gervais (respectivement 1932 et 1939), la Régie municipale du gaz et de l’électricité (8) par R. Jourde (1934) ou le collège moderne de garçons (9), aujourd’hui collège Goya, réalisé par l’architecte R. Perrier (1932), sont emblématiques de la

politique des grands travaux conduite par l’édile socialiste qui souhaitait des réalisations « confortables mais sans luxe offensant pour le contribuable ». Le recours au béton, la franchise des volumes, les décors simplifiés témoignent d’une monumentalité tempérée et sans ostentation. Mais l’édifice phare du plan Marquet est la Bourse du Travail (10), par l’architecte J. d’Welles (1938). Abritant la maison des syndicats, ce « palais du Travail » compense la massivité de ses volumes par un riche décor allégorique : bas-relief de Jeanniot, fresques Dupas, Bégaud, Roganeau, de Buzon et Caverne. Après un crochet par l’élégante Maison des Étudiantes (11) (R. Touzin, 1931), direction le Musée d’Aquitaine (12), qui accueille quatre panneaux peints (Dupas, Despujols, Buzon et Roganeau) réalisés pour l’exposition des Arts décoratifs à Paris en 1925, superbement restaurés. On complètera utilement cette visite partielle du Bordeaux Art déco par des édifices plus excentrés mais non moins essentiels, tels les crèches et bains-douches de la place Buscaillet, à Bacalan (Pierre Ferret, 1937), le stade ChabanDelmas, boulevard du MaréchalLeclerc (R. Jourde, J. D’Welles, 1935), la salle La Pergola à Caudéran (M. Picard, 19281932), la Cité Frugès à Pessac (Le Corbusier, 1925), le centre de tri postal (Léon Jaussely, 1925-1929) et les abattoirs de Paludate (J. Debat-Ponsan, 1938), la piscine Carnot à Bègles (Blanchard, 1932) ou la Maison cantonale de La Bastide (19151925).


enc eau

de .L

an

arr au d lbe rt B

Cou rs d eV erd un

.-L Ru

ur

eP

aste

Cou

rs A

lle

evi

re

Rue Leyteire

Inscriptio n : 05 56 99 75 (places lim 11 itées)

rs P

lbret

10

ell

scu

9

Rendezvous le sa medi 12 mai à 1 1 h pour une visite guraid nçéoi e sdu int-F BoRu rdeeaSa ux Art dé co !

Cou

Crs d'A

12

risti

de B

Hamel Rue du

rian

d

e L'y ser rs D Cou

Rue

Bordeaux

Ru

Cours De La Somme

Rue Saint-Jean

ne

rg on

L'a

Co u

rs

Rue M azarin

e

Fieff

G

e

Ru

port

E

lle e Pe

Ru

F

m

e

Bègles

Ru eA

de

Sai

nt-G enè

De

C

be Ga m

l

de

lau

Ru A

B D

c

lbe

Le Bouscat

Pessac

M

Bil

R P. Kergomard

e la

a eM

tta

Rue

Rue Lafontai ne

rs d

R

urs

uc

le ou

> 27 Ru

rs

Cou

Rue Beaufleury

les Rue De Bèg

e ess

rc

le

ec

lL

Le

ac  plendid-Hôtel, 40 allées d’Orléans (1933-36) S ess P 2 Maison Frugès, place des Martyrs de la Résistance de ue R 3 Lotissements, n°92 - n°110 et suivants rue Jean Soula (R. Perrier) y ata eP d(Louis 4 Piscines municipales, rue Judaïque Madeline, 1931) e u R 5 Mémorial aux morts de la Grande Bo Guerre, place du XI Novembre, ul (1929, Jacques D’Welles) ev ar du Château-d’Eau, 6 Groupe scolaire Anatole-France, rue d rue Claude Bonnier (D. Gervais, 1924-1934) Ge 7 Galerie des Beaux-Arts, place du Commandant Raynal, 1939) or ge 8 Régie municipale du gaz et de l’électricité, place V Saint-Christoly (arch. R. Jourde, 1934) Rue de S Ru olfér 9 Collège moderne de garçons, aujourd’hui collège Goya, eD ino e Q n° 56 rue du Commandant-Arnould (arch. 10. Perrier, 1932) uin t in du Travail, cours Aristide-Briand (J. D’Welles, 1937) 10 Bourse 11 Maison des Étudiantes, cours de la Libération (R. Touzin, 1931) 12 Musée d’Aquitaine (fresques Art déco de la Bourse du Travail) t 14 Juille Rue Du à Bacalan (Pierre Ferret, 1937) A Crèches et bains-douches de la place Buscaillet, B Stade Chaban-Delmas, boulevard du Mal-Leclerc (R. Jourde, J. D’Welles, 1935) 1928-1932) C Salle La Pergola, rue Fernand Cazères à Caudéran (M. Picard, R Victor Hugo D Cité Frugès, rue Le Corbusier à Pessac (Le Corbusier, 1925) E Centre de tri postal, rue Charles Domercq (Léon Jaussely, 1925-1929) et les abattoirs de Paludate (J. Debat-Ponsan, 1938) à Bègles (Blanchard, 1932) F Piscine Carnot, rue Carnot staing Rue Roude La Bastide, rue de Châteauneuf (1915-1925) G Maison cantonale 1

s

eB

ha

éc

Ru

ar

de

Crs Clé m

Rue de la Bena te

é

lieu che i Ri Qua

bert

ny ur To

raine Cours Alsace-Lor

M

uP arc

de

Rue de Cursol

eB

e

Ru

BORDEAUX

Rue du Cdt Arnould

HÔTEL DE VILLE

rt Rue de Belfo

er

Ligi

yra

ne

u Mo

s Lois Rue Esprit de

is

d ar

Sourd

ev

Jea

Rue

ed Ru t

ico

eN

is de

ud

na

e nR

n Da

ranço

ul

Bo

e

Ru

Ru

Rue F

e

e

oll

dic

q

oc Lec

11

1

8

uin

Rue Général de Larminat no rna d’O e u R

Ru

Place Gambetta

ns Allée d’Orléa

Rue Beaubadat

5

ol Allée de Brist

uguerie

Rue H

6 7

Bonnier Rue Claude

al J du M s r Cou cq eco L e Ru

>>> balade

es lé Al

ard Briz Rue

Rue de Vincennes

u Rue d au au d'e

Châte

Rue Judaïque

CIMETIÈRE DE LA CHARTREUSE

gnet

2

Rue Segalier

4

spa z De

vil le

Gallien Rue du Palais

Mandel

la ou n-S Rue Jea

R ue Cap de

rA

ard

Ru ed uD

onden

3

aulin

de Ru e

Wils on

e

Épée é de l’ e l’Abb Rue d

Prés iden t

nn

ge dè au nd Fo

ure

ac e Ru

eT

Rue M

arc rs M Cou ouaux N

Bd d u

auj

R ue P

Be l-

enan

eN

ed

orges Rue Ge

au

ed

Ru

ublique

vd

Ru


>>> RENDEZ-VOUS

salons

culture & loisirs Mathissime

Fête du Printemps

Cap Sciences – du 7 février au 31 août 2012 Tout public, à partir de 5 ans Les mathématiques font souvent peur… Pourtant elles sont un mode de perception du monde que chacun possède, sans toujours le savoir. Manipulations, expériences, découvertes au fil d’une promenade dans l’univers des maths. > plein tarif : 5,50 € > tarif réduit : 3,80 € > gratuit pour les moins de 5 ans accompagnés. www.cap-sciences.net 05 56 01 07 07

Le Haillan – du 11 au 13 mai 2012 5 jours de fête sur 6 sites de la ville pour une manifestation 100 % éco-responsable. Cette année, des animations culturelles labellisées développement durable sur le thème de l’arbre et de la forêt vous sont proposées. www.ville-lehaillan.fr > gratuit

Festival International des Très courts 14e édition Le Haillan – l’Entrepôt 12 mai 2012 Films très courts, qui brossent un portrait éclair de l’évolution du monde avec pour thématique cette année : Monde d’avant, monde d’après. www.trescourt.com > tarif : 3 €

Nuit des musées samedi 19 mai 2012 Ouverture exceptionnelle en nocturne des musées. L’occasion de découvrir les expositions du moment. Et c’est gratuit !

Secrets de ponts Cap Sciences – Exposition permanente Découvrez tous les mystères de la conception et de la construction des ponts avec l’exposition Secrets de Ponts, et plongez au coeur du chantier du pont Bacalan-Bastide avec le Kiosque d’observation. > plein tarif : 2,50 € > tarif réduit : 1,30 € www.cap-sciences.net 05 56 01 07 07

Les Mondes Merveilleux de Federica Matta Base sous-marine – du 15 mai au 8 juillet 2012 Federica Matta peint, dessine, sculpte dans toutes les langues. Elle revisite les mythes des cultures traversées lors de ses nombreux voyages. Un monde imaginaire accessible à tous… > entrée libre

Fête des voisins, Immeubles en fête en France vendredi 1er juin 2012 C’est l’occasion de rencontrer ses voisins autour d’un apéro, d’un dîner, d’une soirée, d’une fête… www.immeublesenfete.com

Chahuts, arts de la parole Bordeaux – du 11 au 18 juin 2012 Une semaine entière consacrée aux arts de la parole dans un état d’esprit convivial et indiscipliné. www.chahuts.net > tarifs : gratuit et jusqu’à 14 €

Les Festifolies Eysines – du 22 au 25 juin 2012 5 jours pour faire la fête en famille ! Au programme, soirée antillaise, concerts, danse country… Et le 23 juin, assistez à la 29e nuit de la patate ! > tarifs : de 10 à 42 € www.festifolies-eysines.org

Bordeaux fête le vin du 28 juin au 1er juillet 2012 Grand événement consacré aux vins du Bordelais, sur la place des Quinconces et sur les quais à Bordelais. Parcours initiatique, nombreuses animations. La Cub partenaire du concert de Lou Reed le 26 juin. www.bordeaux-fete-le-vin.com

Foire Internationale de Bordeaux Parc des expositions – du 12 au 21 mai 2012 Venez visiter le stand de La Cub consacré à la nature. www.foiredebordeaux.com > tarif : de 5.90 € à 20 € pour le pass famille > Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans, les personnes handicapées, visiteurs étrangers

Salon de l’entreprise 14e édition Hangar 14 – 6 et 7 juin 2012 Vous souhaitez créer, reprendre ou développer votre entreprise ? Venez rencontrer la centaine d’exposants qui seront présents pour vous informer et vous guider dans vos démarches. www.salon-entreprise.com > entrée libre

Petit salon de la mode 4e édition Cité mondiale – les 11, 12 et 13 mai 2012 Véritable boutique de mode, ce salon réunit les acteurs qui font bouger la mode en Aquitaine. Entre amis ou en famille, pour offrir ou pour se faire plaisir, on s’y retrouve pour passer un moment dédié à la fantaisie et à l’élégance. > tarif : 3,5 € > gratuit pour les moins de 12 ans, les étudiants et de 18h à 20h

Le Journal de La Cub – Ce périodique d’information est publié par la Communauté urbaine de Bordeaux – Esplanade Charles-de-Gaulle – 33076 Bordeaux Cedex – www.lacub.fr Directeur de la publication : Bruno Faréniaux / Rédactrices en chef : Hélène Fribourg, Julie Clamens / Direction artistique : Franck Tallon / Design graphique : Franck Tallon, Nicolas Etienne, Laurent Grislain, Pauline Pillot / Rédacteurs : Carine Arribeux, Anaïs Baraké, Christophe Dabitch, Benoît Hermet, Florence Louis, Anne-Marie Maisonneuve, Xavier Rosan-La machine à écrire / Impression : Imprim’33, imprimé sur papier recyclé à 357 000 exemplaires. Dépôt légal à parution, parution avril 2012. N°ISSN : 1779-4889 – Photo de couverture : Christophe Goussard

> 28


>>> PRATIQUE

transports Actualités

participez !

› Suivre l’avancée du tramway Un site entièrement dédié à l’actualité des extensions du tramway : consulter en direct les zones de travaux, les déviations de circulation… visualiser en 3D les futures extensions, contacter vos médiateurs présents sur le terrain : www.tramway.lacub.fr

Exprimez-vous sur les grands projets de l’agglomération www.participation.lacub.fr

› Initiative vélo Vous habitez Bègles, Le Bouscat ou Blanquefort ? Vous aimez faire du vélo mais vous ne vous sentez pas à l’aise en ville ? Les « ambassadeurs du vélo » vous accompagnent sur vos trajets et vous donnent tous les bons conseils. Une opération menée par Unis-Cité en partenariat avec La Cub.  Bègles : 05 47 47 40 31 ambassadeursduvelo-begles@cu-bordeaux.fr  Le Bouscat : 05 47 47 40 34 ambassadeursduvelo-lebouscat@cu-bordeaux.fr  Blanquefort : 05 47 47 40 39 ambassadeursduvelo-blanquefort@cu-bordeaux.fr

Annuaire › Tbc (Tram et bus de La Cub), Abonnements (réseau Tbc, VCub, Ter Modalis…), horaires de passages, calcul des itinéraires… www.infotbc.com ou 05 57 57 88 88 › VCub et VCub+, le vélo en libre-service de La Cub : géolocalisation des stations, disponibilité des vélos… www.vcub.fr (appli pour mobiles également disponibles sur le site) ou 0820 34 03 03 (0,15 e TTC/min) › Connaître le trafic en temps réel, les zones de travaux, les parcs de stationnement… www.circulation.lacub.fr ou via smartphone m.circulation.lacub.fr

Actuellement : › Le Grenelle des mobilités : imaginez des solutions innovantes pour faciliter les déplacements › Grands projets : Consultez en ligne la restitution de la concertation sur le « mode de gestion des transports » ainsi que les résultats de l’enquête et le compte rendu du forum citoyen sur la « gestion des déchets » › Les projets d’aménagement dans vos quartiers : Pessac centre-ville, Cenon – Camille Pelletan, Bordeaux secteur sauvegardé, Le Taillan-Médoc/ Blanquefort, Bordeaux/Ceinture des cours, Bassins à flot, Mérignac – Somme/Kennedy, Talence/Thouars, Saint-Aubin-de-Médoc, Bègles – ZAC quartier mairie, Blanquefort Caychac, Bruges – Ausone, Gradignan centre ville, Mérignac – Pessac, Pessac – Pontet, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Vincent-de-Paul, Taillan-Médoc – Le Chay

La Cub contacts Standard : 05 56 99 84 84 Esplanade Charles-de-Gaulle 33076 BORDEAUX Cedex www.lacub.fr Ouvert de 8h30 à 17h › Le journal de La Cub est distribué dans toutes les boîtes aux lettres de l’agglomération et auprès des mairies. Si vous ne le recevez pas, appelez le : 05 56 93 65 97 ou lejournaldelacub@cu-bordeaux.fr › Poser vos questions à La Cub : mediateurusagers@cu-bordeaux.fr › Commander une publication : communication@cu-bordeaux.fr › Déposer une candidature spontanée : emploi@cu-bordeaux.fr › Trouver des informations sur l’éducation au développement durable, participer au programme déployé par La Cub pour les écoles : www.juniorsdudd.lacub.fr ›M  archés publics : marchespublics@cu-bordeaux.fr

› PLU 3.1 : Laissez votre avis sur les nouvelles règles d’urbanisme. La concertation est ouverte jusqu’en juin 2012.

› Autocool et auto partage 24 stations réparties sur La Cub mettent à disposition des véhicules 24/24h et 7/7j www.autocool.fr

assistez aux Conseils Les Conseils de La Cub sont ouverts au public en accès libre. Prochaines dates : les vendredis 25 mai, 22 juin et 13 juillet à 9h30 – Salle du Conseil, esplanade Charles-de-Gaulle, Bordeaux Il est possible aussi de voir en direct les séances du Conseil et d’accéder aux archives sur www.lacub.fr/seance-du-conseil

La Cub sur facebook et twitter Suivez l’actu des manifestations et des projets en cours sur l’agglomération. facebook.com/lacub.fr twitter.com/lacub

> 29


>>> parole aux groupes politiques Place d’expression des groupes politiques du conseil communautaire.

Groupe Communauté d’Avenir Objectif : qualité de vie 200 000. Le compte est bon. Très bon même en termes d’attractivité. 200 000 est, en effet, le nombre de nouveaux habitants sur notre territoire depuis une dizaine d’années. Indiscutablement, la Communauté urbaine n’est pas étrangère à ce bon résultat. Sous la présidence d’Alain Juppé, la réalisation du tramway a permis davantage de mobilité et une restructuration de l’espace urbain. Les projets de franchissement du fleuve, aujourd’hui en cours de réalisation, offrent des perspectives nouvelles de développement durable. Il va sans dire que ces évolutions doivent être confortées, et ce d’autant que notre territoire accueillera de nouveaux arrivants d’ici 2030. Ainsi, le million d’habitants devrait être progressivement atteint. Mais, la qualité de vie de notre agglomération doit être préservée. Des projets comme « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs » ou encore « 55 000 hectares pour la nature » portent cette exigence qualitative. Ces seules initiatives ne sauraient, cependant, suffire. Aussi, le groupe

Communauté d’Avenir propose de freiner l’extension urbaine en redéfinissant les zones urbanisables via le SCOT et le PLU, d’organiser le territoire avec des objectifs de densité autour de centralités secondaires. Par ailleurs, la densification de l’habitat doit s’accompagner d’une volonté de redonner aux espaces naturels toute leur place dans les cœurs de ville. Ainsi, le groupe Communauté d’Avenir envisage la création d’une ceinture verte inaliénable, le renforcement du classement en zone naturelle des coulées vertes à l’intérieur du tissu urbain et la poursuite de la mise en réseau des espaces naturels tout en accroissant leur nombre. Le groupe Communauté d’Avenir souhaite tout simplement concilier ce qui peut paraître à première vue inconciliable : assurer le développement d’un territoire et maintenir sa douceur de vivre. www.communautedavenir.fr

Groupe Socialistes et apparentés Pour une métropole solidaire Au 1er janvier 2012, le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux comptait 720 000 habitants. Différentes études montrent qu’en 2030, l’agglomération bordelaise pourrait atteindre le million d’habitants. L’arrivée de la LGV, Euratlantique, le Plan Campus..., couplés à la qualité de vie bordelaise, renforcent l’attractivité du territoire. 

notre agglomération comme dans toute la France. Mais, aussi permettre de lutter contre l’étalement urbain. Il n’est pas acceptable que les ménages les plus défavorisés soient contraints de se loger loin de leur lieu de travail, au prix d’une facture de carburants alourdie et de durée de déplacements prélevée sur le temps libre. C’est l’esprit de l’opération « 50 000 logements autour des axes de transports collectifs » et Devenir une métropole millionnaire ne constitue de la convention signée avec Aquitanis, par laquelle La Cub s’engage à verser 90 millions d’euros pour la évidemment pas un projet politique. Mais, nous avons la responsabilité d’anticiper cet accroissement annoncé. construction de logements sociaux entre 2011 et 2016. Le poids démographique pourra devenir un atout s’il La seconde « 55 000 hectares pour la nature » aura ne se confond pas à une surdensification et s’il ne pour objectif de maintenir l’environnement auquel s’accompagne pas de difficultés de circulation. nous sommes tant attachés. Dès 2012, cette opération préservera et valorisera les espaces naturels et classés Deux opérations contribueront à accompagner cette qui constituent aujourd’hui 50 % de la surface de mutation. La Cub. La première consiste dans la poursuite de la politique La métropole qui se prépare s’inscrit ainsi dans cette ambitieuse de logement que conduit la Communauté volonté constante de favoriser la qualité de la vie pour urbaine. Elle doit répondre au besoin de logement, en tous. particulier de logements sociaux, qui s’exprime dans

> 30


>>> parole aux groupes politiques

Groupe Communistes et Républicains Social & environnement : une même ambition En 10 ans, La Cub est passée de la 19e à la 5e place pour les villes où l’immobilier flambe. Triste classement quand on sait que la moitié des ménages girondins ne peuvent pas mettre plus de 400 euros/mois dans un loyer. Et dans le même temps, le taux de logements sociaux est resté à 22 % depuis 2002 (15 % dans Bordeaux même). D’où le constat que de plus en plus de ménages modestes, notamment jeunes, se retrouvent dans l’obligation de se loger en dehors de l’agglo, loin des services publics, et contraints de grossir les bouchons quotidiens pour se rendre à leur travail ? Cette situation est insupportable humainement mais aussi socialement et écologiquement. Voilà pourquoi les élus communistes & républicains soutiennent la démarche « 50 000 logements », et la souhaitent plus ambitieuse. D’abord socialement : au regard des chiffres cités, il y a obligation d’élever les exigences en nombre de logements vraiment sociaux livrés à chaque grande opération d’aménagement. Le seuil de 50 % nous semble bon pour rééquilibrer la situation sur l’agglomération.

Ambitieuse aussi en matière de transports. Nous regrettons de ne pas être entendus dans les dossiers du tram ou tramtrain que nous souhaitons sur le futur pont Bacalan-Bastide et dans celui de la ligne de ceinture ferrée dont nous attendons la revitalisation complète. De l’ambition enfin, et de l’audace aussi, pour faire de l’écologie autre chose qu’un gadget à la mode ! Nous considérons qu’il ne sert à rien de construire des écoquartiers si leurs habitants traversent l’agglo en voiture pour rejoindre leurs entreprises. Rapprocher les lieux de vie et les lieux de travail est une urgence écologique qui peut se marier avec la nécessaire réindustrialisation du territoire. D’où notre soutien aux salariés de Cofinoga pour que leur outil de travail reste à Mérignac. D’où notre exigence pour la mobilisation de tous afin que l’installation d’une activité de réparation navale sur les Bassins à Flot de Bacalan voit le jour. C’est la voie à tracer pour emprunter et construire l’agglo du bien vivre, solidaire et juste pour les citoyens de La Cub.

Groupe Europe Écologie – Les Verts Une croissance urbaine soutenue, mais suivant un modèle de développement soutenable L’attractivité de notre territoire et le dynamisme démographique qui en découle se confirment d’année en année, sous la forme trop souvent hélas d’une croissance urbaine mal maîtrisée. Accueillir 200 000 nouveaux habitants, construire 180 000 logements, créer 75 000 emplois, tous ces défis posent la question centrale de la soutenabilité de notre croissance urbaine. Surtout, ils sont à croiser avec la nécessité d’anticiper la mutation énergétique de notre agglomération afin de la préparer à l’ère post-pétrole et post-nucléaire. L’agglomération bordelaise est aujourd’hui la plus étalée de France. Certains y verront un atout, mais au regard des prospectives dressées dans le projet métropolitain, cela constitue un risque majeur de congestion totale de l’agglomération à terme. Une métropole de près d’un million d’habitants à l’horizon 2030 suppose en effet un million de déplacements journaliers supplémentaires. La poursuite d’un modèle basé sur l’allongement des distances parcourues et le tout automobile nous conduirait

inévitablement dans le mur, nos voiries n’étant pas en mesure d’absorber 100 000 nouvelles voitures sans risquer l’asphyxie complète. La course en avant des infrastructures ne pouvant raisonnablement constituer une réponse écologiquement pertinente et financièrement tenable, une seule alternative demeure pour enrayer l’étalement urbain et répondre à ce défi démographique : la ville des courtes distances. Maintenir et inciter les familles, les usagers de la ville à vivre au sein de l’agglomération et à proximité des axes de transports alternatifs à la voiture individuelle, tel est le sens de la démarche expérimentale « 50 000 logements ». Combinée à la démarche « 55 000 hectares pour la nature », celle-ci répond à l’objectif de permettre aux actuels et futurs habitants de l’aire urbaine de trouver un cadre de vie de qualité sur le territoire de la Communauté urbaine ainsi qu’une proximité retrouvée entre le domicile et les différents services offerts par la ville (emploi, éducation, commerces, santé, etc.).

> 31


DESSINEZ ! LA COLLECTION 2012 LE

O VEL

Participez au concours sur www.lacub.fr et gagnez un abonnement annuel Tbc facebook.com/VeloCub Concours gratuit du 02/04/12 au 04/05/12, réservé aux habitants de La Communauté urbaine de Bordeaux. Règlement complet déposé chez Pascal Bâcle - Marie-Laure Vanlerberghe - Dominique Menaldo Huissiers de Justice associés à Bordeaux, 39, rue François de Sourdis, 33 000 Bordeaux et à disposition sur le site www.lacub.fr. La dotation du jeu est composée : 4 abonnements Tbc Cité Pass + VCub. Voir détail dans le règlement complet. Le(s) abonnement(s) ne peuvent être échangé(s) contre sa valeur en argent. La Communauté urbaine de Bordeaux se réserve le droit de remplacer les lots sans préavis si ceux-ci n’étaient plus disponibles.

DE


Le journal de La Cub n°19  

Au sommaire : - Qui habite La Cub ? - Immobilier : qui fait quoi ? - Balade Art déco

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you